• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Avril 1907
 Mai 1907
 Juin 1907
 Juillet 1907
 Aout 1907
 Septembre 1907
 Octobre 1907
 Novembre 1907
 Decembre 1907
 Janvier 1908
 Fevrier 1908
 Mars 1908














Title: Revue de la Société de législation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080974/00012
 Material Information
Title: Revue de la Société de législation
Physical Description: v. : ; 29 cm.
Language: French
Creator: Société de législation (Port-au-Prince, Haiti)
Léger, Jacques Nicolas, 1859-
Publisher: Impr. H. Amblard
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1892-
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Law -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1. année (le 2 avril)- 1892-
Issuing Body: Publisher varies: 1892-1894, Imprimerie de la jeunesse.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080974
Volume ID: VID00012
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001109456
oclc - 18691953
notis - AFK5956

Table of Contents
    Avril 1907
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    Mai 1907
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Juin 1907
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    Juillet 1907
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
    Aout 1907
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
    Septembre 1907
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
    Octobre 1907
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
    Novembre 1907
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
    Decembre 1907
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
    Janvier 1908
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
    Fevrier 1908
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
    Mars 1908
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
Full Text






' I I I I I I I I I I I I I I I I 1 I. I I I I I I I I I I I I I I 1 9 I I S I I I I I 1 i K iK I 1.


REVUE

DE LA


] \RAISSANT LE 2 DI C1.AQUE MOIS.


S MVi A I RE precedent, ct dinient asscrmentes devant
ii le T ribunal Civil de..................
I Cnilnni ication dc. M. C. Ni. DLupu. i
PComm n C ort-au-Prince, Gonaives, Cap, etc sui-
2 SLance dc la SociLt' : -ant les regions pour Icsquclles la conces-
Rcunion du 6 Mars 1907. sion est donn6e ).
3 La Prisidence de Salnavc. En vcrtude cet article, !e Ministre des
Suite ) par Ie GC'i Lgitimc. Travaux Publics, i tort ou a raison, a pris
1 Actualilt, 12- article, par';M. Georges ii arri'l qui a 6t6 publiC au ( Monitcur
Svlv ain. (N 54 du 8 juillet 1903 ) pour la line
5 Convention dominicano-amnricaine ( 8 de la P. C. S. et au (( Bulletin Offlciel de
fevricr 1907) I'Agriculture et de l'Industrie ) ( aussi bien
qu'au Monitcur ) pour la ligne de (Gonaivcs
i Hinche et a Gros-Morne,- arrit6, regle-
Port-au-Prince, le 18 Fdvrier 1907. entrant o sanctionnant le a. lRglc, l or-
A lt Socic(; dle Legisilation, iganisanl la sirv:illance polr assi,'r la .sri-
(rild di triaic n sur les chemins de for en
En\ Ville. question.
Messieurs, Ci-joint un exemplaire du dit Bulletin.
Un article du cashier des charges de tou- Le Departement des Travaux Publics a,
tes les concessions de chemin de fer accor- en outre, homologu6 ou approuv6 divers
d6es par le Gouvernement haitien, ( sane- s. rgleientils d'cxploitalion don't 4 sont ci-
tionnees par le Corps L6gislatif), est ainsi joints, et qui out 6te publi6s au Moni-
concu: teur n ( N" S4 du 19 octoblre 190o, No 2
< Au moment de la mise en exploitation, et 7 des 7 et 27 janvier 1905 ).
Ct des r&glements d'admninistration publique, Mais, tandis que j'ai collabord ii la confec-
< rendus sur la proposition du concession- tion de ces derniers reglcnients, qui nie
St naire, d6termineront les measures et les semblaient riguliers en la forme et qui entrent
a dispositions necessaires pour assurer la'bien, d'apres moi, dans la catdgorie de ceux
a police, la sfiret6, l'usage et la conservation qui sont autoris6s par le calier des char-
(ade la voie ferree...... ges en l'article ci-dessus reproduit,- j'ai
< Le concessionnaire sera tenude soumet- eu, par centre, depuis l'origine, de sCrieux
< tre A l'appriciation du Secrdtaire d'Etat doutes surla valeur juridique de 1'arrdtd dd-
des Travaux Publics les reglements rela- jA mentionn6, ainsi que le constate la par-
< tifs au service et Ai l'exploitation du che- tie suivante du rapport annual du 6 mai
m min de fer et a son agrdment les agents r90.4- adress6 au Ddpartement des Tra-
'( de la surveillance sp6ciale employs sur vaux Publics par les Commissaires du Cou-
( la ligne. vernement p:'ss la P. C. S., rapport que j'a-
( Les crimes, delits et contraventions, vvis moi-meme r6dige.
<, commis sur la voie et ses d6pendances' i Ces reglements n'ont pas encore, jus-
pourront etre constat6s par des proces- ; qu'A' ce jour, dit le rapport, subi, a la
t verbaux dresses concurremment par les of- I a suite de debats contradictoires, par-devant
< ficiers de la police judiciaire, les agents < les Tribunaux comp6tents, l'dpreuve dd-
( de surveillance et gardes nommis par le cisive de la Justice; nous nous sommes
< Ministre, come ii est dit dans l'alinea I souvent demands, cependant, quelle pou-


SEl-MilME A-N~SiJ:, NO 1.


2 ARIL J90-,,








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


(< vait bien etre, en r6alite, 1 \ I.Vi..Li.ilri-- ce q-:. 1i-'.i-, d'ailleurs, rev&tent uni haut
( dique de l'arrCt6 sanctionna nt ces.:.gle- '"cractre; d'i ,: .. g6ndral.
a ments, ou de ces reglements eux-ammes. Recevez, 'Messieurs, mes cordiales saluta-
tiqns,
Un simple arret: minist6riel peut-i tenir C. M. DUPUY.
lieu de loi,.suppler a une loi, en matire
, p6nale? Cet I ,-i, ; inemne en' voula t .. __- _...... .
donner la plus large interpretation a 'far- "n a la I h,
( tile 12 du cashier deeschrgs, pent-il' p:e an de o_ ie
S'"crfnrer-force--de oti- it des reglements
& come cc.ux ce question ici, o ..1.. .,t BRunion clu 6 Mars 1907.
< qualification ou a "I :;1 ..I .....- 1 i -- i-(o) -
. nes, ontraventions, de certain, d litsu .o : Prrsen.s ::M M. .i'Iiu1. i!'orest,Geor-
0 crimes, non pr6vus d'une facon :.., 1i., ges Sylvain,Viard, Denis,.Benito Sylvajn.
a positive, par le Code pepal, des cas pre- Mur. le 'President ouvre la seance en
vus et nettement ditermin6s par le me- souhailant la hienveltne an nouv eau
me Code ('voir lcs articles v~~ ix et x mnembreactif, M.: BenitoSvllvain, qui le
< dCe l'arr6te ) remercie,ainsiq e ses antres collLgues,
St Cela nous parait contraiIe Ila doctrine dilelu aoccueil bienveillant.D)oepuis long-
ou theorie du droit penal quin c si de lemps, lessieurs, ajoute M,1 Benito Sy!-
Sdroli strict on 1-ittral .. ', vain,, en ma :ualit6d de .membre cor-
Si notre opinion est bien, fd dde, ilt respondani, je suis avec intlrvt:les lra-
< v aurait ', pour e IDpartement, de 'nx -de-la- Societe. Maintena-nt-ue vous
-( sovniettre, au plus t6t, au Corps L6gis- m'avez admis, cqmme memt)re actif, je
a latifui project de ]oi. reglant la 'matiere. vous promets tout mon concours pour
l' uv' e ijue vous' poUrsuivez dans l'in-
Aujourd'hui, des circonstances se pre Ir&t de tous.
sentent 4ui r6velent la n&cessite deo i ...! Sur une question qui lui est adres-
certaincsresponsabilits des agents des Corn- se au sujet de sa conference de rdcep-
pagnies d echemins de fer vis ai vis des lion, ilannonce qu'elle sera hienlot prd-
Compagnies elles-mnmes, et de prevoir, te a Cttie communique et qu'elle trai-
pour Ctre appliques a ces agents, en cer- Lera s des bases :de lFacc...! n6cessaire
tains cas, des penalit6s plus fortes et plus des blancs ot des noirs en Afrique) .
graves queles punitions et penalites admi- Le proces-verbal de la reunion du
nistratives ordinaires tells que anmendes, 27 f6vrier est lu. anctionn&.
suspension, revocati6n, oetc.. qui snt re- ill.' l President : 'Nous: passions -I la
connues jineficaces on ijisunffiantes dans les discussion du I.Ipp-i I doe '-ioe colle-
cas en question. Et alors, la qucstion-'sue g Denis. La premirrte qi .--'Iiloi pose
pose de nouveau. savoir si 'le D6parite- par i\ Garoute est celle-i: La' 'i im-
ment des iravaux Publics es't sffisamnuint pose-t-elle rigoureuscieffiitle stage ?
armi par I'article 1.2 dt cahi~er des charges M. Georges Sylvain:l -t i' p d._
pour reglimenter cette question par un sim-:' dote..
ple arr.tca, ou s'il est abso-loment necessaire' il. V tard I)Dncsur -ee le-tpremiere
di rccourir a une loi special. J i:1i-..r., i Iii i r rapport
.plutot pour cette derriere solution." ''
Votre Societe,. Messieurs, ... ir-tll,. 1, M. Gc, Ip., i lit~,ii ,.ta lo i impose
avoir i'bbligeance d'exatmiuic la question, ou rigoureisement le stage et decide qu'a-
les questions ci-dessus', que.je rois..etre;au- v\:n1 I.insciipl',n .u1 1: 1hl.i, i'av'ocat
t-oris6: Ili souinettire, pisque. le Ddparte- ,doit,, e-n pricipe, avqi' I. i I s6i stage.
-ment des Travoaux Publics a aendu. 'Iulibl; ..:' ,-e ..o;i- p.,s quIe. ce Ilu.i soit con-
mon tapport ( voir:brochure,< Doc umentsi hl- li-v pIe oI) n. M1..i '. ..i 'i semble
relatifs .Ai service des Tramways de la Ca- qu(e 1.1 dilliculde i ilible.sf'd isavoir
pitle' et du chemin defer de a P;. C. S., si,, malgr' une in/lel i'ion contraire A la
ImpriunerieNationale,Port-au-,Prinee.go9), 1;loi,- le,, nsei d d di sciplie 'ne juri-









lIEVUE DE LA SOCilETE DE LEGISLATION


diction I ;ll I' que cele ~io I'avocat s'est MA. L/aloresf: C' est mon opinion..
faith insclcre, pourrait lii fair i'nterdirje ,' M oGedi"oes Sgliain : Ls. CosLils .e
le droil de platder, tant q'il n'a pas discipline sdnt charg6espar lia loi de la
accompli le stage legal. C'est la tdlixie- sa'tlvoegarde; des inleri'ts i:de leui.Ordro.
me question Cela donne an baitoanier le droit
M. Mjcnos La prlemiere denieurer e- i'inlervenir, en l'Cspj:ce, p'ourl;'assurer
solue conformdeinent an rapport do l)', 'i', l -mli .-nt di 'stage el requd-
( Assentimet ii). r' qu'on y astreigne les conttevenants.
Nous avons maintenan., h examiner: Un Conseil de discipline pent decider
si un avocat, qni a prilt serment devant que tout avocaltd'une antre ju-ridiction,
un ribilnal ou le stage n'est pas 'obser- pour dire admis lAlaider devant letiri-
ve, soil par nogligencedu Conseii de dis- biunaux 'du ressorl, doil'.justilier:ldc son
cipline, soit par une fausse interpr6ta- stage ou d. dipl6me 6 ranger. qi l'en
tion de la loi, doit clre adinis, d'cmblee, dispense, et' xiger de lni la priseita-
t1 plaider devant un autre tribunal ofi tion de sa conniission. Qua'tl au Doyen,
cependant la condition du stage est de s'il se conlente le plus souvent dl per-
rigueur. mis exhibit par 'avocat, y atlachant la
31. G.'"' Sylvain :Notre Collegne pr0somption que le bineliiiaire s'est
Denis rtsout ce point par I'interpr6ta- mis en regle avec la loi, c'est par uti
lion des articles 36 ct 37 de la loi de moiif de pure ednvenance. Mais ii suf-
1881 sur lOrdre des avocals, d'oii il fit qu'un double sOit soulecv sue ce point
infire qu'un Conseil de discipline, qui plur qu'il ait' le devoir; de os'en assu-
voit arriver devant les tribunaux de sa rer.
jurisdiction un avocal d'une autre jnri- M. Viard ::Dans le permits ne peul-
diction, a quaIite pour exiger qu'il y on pas meltre la mention- qu( l'a'vocat
fasse son stage, s'il ne l'a pas fait est stagiaire on non'?
encore, on qu'il 1'y complete, si le, M. Denis: Le permits est demanded et
stage a 6td incomplete. accordI pour cque 'avocat ait al la faculty
M:- Viard : Comment peut-on s'assu- d'aller plaider devant les tribunaux au-
rer que le stage n'a pas ti6 faith par un tres cjue celui oi l'atlache sa commis-
avocat'? sion. Or, le stagiaire n'est pas inscritet
M. Georges Sylvain : En se repor- n'a pas le droil de plaider, sauf quand
plant i la date de la prestation de ser- il s'agit de presenter la defense d'office
meni, mentionnde sursa commissioin,on des criminals, suri la designation de son
a un point d dddpart 1qui, rapproche Baionnier. Il ne se concoit done pas
d'aulres circonstances, permeltra, dans q-u'on lii delivre un pera:is.
la plupart:des cas, d'ltablir s situation. MI. Menos :Le pernjis accordie' sul'it-
M. Viard-: Je crois que le Doyen n'a it pour j uISti ftler '.de 1'accomplisse-
pas :a rechercher si un avocat;:d'une ment du stage ?'A'ssur6ment non. On
autre juridiction a fait ou non son sta- peut avoir connaissance qu'un avocat,
ge piour'vu q!i'il se pr6sente muni d'un muni 'd'un permis,n'a pasIl'ai1' son sta-
permis' rguilier g.En qualild de Bitonnier de I'Ordre
M. Mdnos:L'avocatse presenlait dans des avocats 'de Porbt-aunlriice, j'ai eu
une jurisdiction avec un pe-rmis ddli-' i demander an Tribunal civil de refu-
vrvepar le bitonmier de l'Ordre auquel ser la' facull6 e e plaider ;I uti ,avocat
il appartient ou par le Doyen, du" i-1t iqui, apres avoir past s es: C-ws .n.ii a
iiun:d l Civil, on pourrait .tlre amend6'f' FEcole libre do droit, du:(CaG, :'pait
souteujr, qu'it ,' y a pas liuti de .li de- ifit f cotm-issionner el i n.-i iLce au,.bar-
nma.;ider.e de sounetlre sa commission, l'eau dt- oette ville, et eOail veonufensuite
bu do jiustilie.r deSon -la.ig,. Da.ns i :.cll- il-r ife i 0. verlt id'un pori is du
opinion,~ ce ne serai:'que la phrtle 'cod- Io~en dui C;ip, sa'ni avoir :a.:im]i le
tiue, laquelle t' ilide qua tr riit'qirtalt&' sag ': . ;- i' ,
pote is levyerlP acont t;'tio et s'ai- 7. i:.rf.i'n in lillgn 7lail
sir le Tribunal. double ; car la loi de 1859, iui',lifr.'-1 'an.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


dernier, ne permettail alors qu'A la seule
Ecole national de Droit de Port--au-i
Prince de faire passer des examens
donnant droil i la commission d'avo-
cat.
M. Mnos : D'aprds les nouveaux r,-
glements du Couseil de discipline de
'Ordre des avocats de Port-au-Prince,
l'avocat d'une autre juridiclion doit
faire viser son permits tous les six mois
au Secr6tarial de 1'Ordre. De cetle facon,
on peut vdrilier s'il a faith son stage.
MI. CGorges Sylvani : La response a la.
2e. question posec par Me. Garoule est
celle-ci : Du moment qu'un avocat se
pr6sente levant une juridiclion pour
plaider, le Conseil de discipline )cutL
exiger qu'il juslilie de I'accomplisse-
ncunt du slage.
Ce dernier point demenre rdsolu coo-
formemenl au rapport.
'l. Mdnos: Nous arrivons la Itroisiidme
question. La loide 1881, i propos du sla-
ge n'a fait qu'une exception enfaveur de
ceux qui revienneul d'un pays diranger,
pourvu d'une legislation a pen pres i-
A in 1 r I tr noe 11n 1 [ \lAmr,


Salnave n'avait jamais sidgd avec ses
colleagues. C'est sa ddmission et celle de
Victorin qui avaient prkcipild la dislo-
cation du corps rdvolulionnaire. D)s le
lendemain, 3 Mai, come on dtait sans
gouvernemeni, quelques citoyens, apres
avoir recueilli des signatures jugees
suffisantes pour fair nombre, procla-
mnront Salmnave Prolccler d'(l'Haiti.
Cela se lit, scion la tradition r6volu-
tionnaire, A grand reinort de vivals, de
clairons et de tambours.
A qui devions-nous la premiere idde
de cette exhumation du litre de Crom-
well ? ,Je me le suis toujours demanded.
Saluave s'eimresa, Io lenldeimain de
ia manifestation, d'adiesser un Message
A la Constiluante pour lui fire part de
ce qui s'dlail passe. Tous los veux alors
so lixerent sur les Constiluanis, qui ve-
naient de choisir, ce jour la mime, le
Pr-6sident de leur Assemljlde, le gdndral
Norinil Dubois. un citoven uuiverselle-
ment cstime pour son inddpendance.
sa droilure et son intelligence.
Ce choix dtait une excellent indica-


oeunutu,: k "u- 't .. lion des sentiments de l'Asseml)lce.
de Docteur ou de Licencid. Aunone nou on s de Ass
velle loi n'a ahroge cette disposition. !Le gni'ral Normil qui, en raison de
M. Georges Sylvain, E!le rest done quelques dissenliments avec la veuve
en vigueur. dans les terms ol lIe 1dgis- de son pire, Mande Dubois, ai propose
later de 1881 l'a formulde. de l'heritage e cc dernier, avail, par
Le rapport en sn ensemble esl void. i ier!6. laissd de co6 son no!m de 'amille
Vu I'heure avaunce, la stance est le- pou11rl ga"der qlue son norm patrony-
.mique, avait did, sous Geffrard, com-
mandant de larroudissenmenl de Nippes.
,m,,,-,----.... .E----- E Ospiil o tverI t toutes les iddes gdnd-
rPi~ *. O reuseses, mais en mime temps "pris d'or-
Va.. it' dre et de discipline, it dlait rested un des
-- plus fermes souliens du government
Souvenirshis Ii (l1 -iQ1870) ddchu, jusqu'au jour oil it crut devoir
(Suite) donner sa admission pour couper court
II. Election de Salnave. l des-coups d'dpingle rdpdLds, tenant
La des rivalits locales.

A Port-au-Prince, la population 6lait Comme beaucoup des anciens amis
d6cid6ment Salvaniste ; elle lc manifes- du Prdsident Gelrard, il espdrait de
lail de manidre i ne laisser aucun doute la Rdvolution une pouss6e encore
sur ses sentiments et ses intentions. plus decisive vers le progress par la fu-
Devantcette attitude, le gouvernement sion franche de toules les classes de
provisoire sentit h la fin son impuis- notre soci6td, par le ddveloppement de
sance, et le 2 Mai, it s'effaca en d6cla- I'instruction et une intelligence direc-
rant laisser le Pouvoir aux gdnerauxx lion du travail agricole. Ces tendances
Nissage Saget, Viclorin Chevallier et dominaient dans 1'Assemblie qui, en
Saluave. I'absence d'un pouvoir central forte-







REVUE DE LA SOCIETY )E LEGISLATION


menl conslitue et capable de peser sur
les elections, s'dlait form6e d'hommes
de tous les parties, iniluents dans leurs
localil(s et bien disposes 'i donner an
pays des assises pclitiques durables.
L'ceuvre dans laucelle la Consliluanle
de 1867 a resume ses aspiralions liid-
rales est assez connue pour me dispen-
ser de m'v arreler longuement ici. Ses
principles dispositions forment encore
ujonurd'hui ce qu'on peut ,appeler
Flormatnure de notre droit public.
Le premier acted ds constiluants fll
de iegulariser la situation de Salnave,
en lui d6elguanI pro-visoirement (decrel
du ( Mai 1867) l'aiutorilt executive, avec
le droil de se fire assisted de six con-
scillers de son choix. (1) Elle inslitua
ensuite une Commission d'enqutle (30
Mai) pour examiner I'administration
gendrale du Pays depuis Ia dissolution
de la. Chambre en 1863 jusqu'au 23 fd-
vrier -1867.
Un autre decrel suspendit I'inamrovi-
biliie des juges, en attendant le vote de
la Constitution, c'est-a-dire pendant la
premiere quinzaine du mois de Juin
'1867. (2)
On dlaitl disculer lles articles cons-
litutionnels, quand une bande de ces
volonlaires que la Rdvolution avait fail
11II'nte' ( nflt lq '~U-1 iln l n r lr t -r


les fois qu'elle verra passer un char de
triomphe, elle saluera, et les yeux fi-
x6s sur le hdros du jour, elle lui dira :
Parle, lu es notre chef, sois notre pro-
phele ,
Le jour de sa preslation de scrient,
le nouveau Chef d'Elat l6moigna qn'il
clail dans lIs ineilleu-es dispositions de
gouverner avec la loi.
L'Assembljle national consiltuante,
ol'liniail sa ,, Proclamation ),. par son
vote du 14. Juin, m'appelle a la p1rsi-
dence de la Rdpublique.
s Cc mandala, qui est 1'expression de
la volonii national plusieurs fois na-
nifhside, je l'acceple et le remplirai a
la satislactiou du Pays.
La loi sera In force du gouverne-
ment. Les liberals publiques dtablies
par la Constitution seront respccics.
Les garanties constitulionnelles couvri-
ront la socie6d de leur souveraine pro-
tection. L'intlrdt de la chose publique
sera laloi supreme de l'administration.
J'ai jurd 6 ia Constiluanle do remplir
en home d'honneur inon devoir de
President d'Iaiti. Je vous rdpLte ici cc
serment; et mon ambition la plus haute
est de vous prouver par mes actes
mon respect de i! foi jurdc ct im:
devoueient au Pays. )


tI 1.1 YLI V t ICIIl 1( I( '1 lt tl 4. t lt tI U 1- . .. .
les choses trainaient en longueur, en- a La llepublique d'Haiii peut se rele--
vahiient le local des deliberations, au ver de ses ruines. Elle peut plus : lle
cri de : a Vive Salnave ) L'attilude peut prosp6rer, grandir, prendre un
dnergique du Prdsident de I'Assemblde rang distingue dans la sociltd des na-
en impose 5 la manifestation, qui s'd- lions.
coula sans plus de desordre. ( C'est par l'ordre, le travail et la li-
Enfin, le 14 Juin, la Constitution fut berlt qu'elle pent arriver a eel hono-
solennellement proclamee, el Salnave able avenir........ )
dlu Prdsident de la Rdpublique. Le 21 Juillet, Salnave composa son
1 Tour i tour, dit Renan, la fortune cabinet :
elIve sur le pavois une nation, une dy- MM. Andru Germain (Justice, Finan-
naslie. Jusqu'A ce que I'humanitl soil ces et Commerce); Delorme ( Relations
hien diff6rente de ce qu'elle est, loules ExtIieures, Instruction publique et
Cultes); Ovide Cameau (Intlrieur et
(1i Cinq conseillers furent nominms : Agriculture) ; g6ndral Mdndlas Cldment
Mdcnlas Clment (Guerre et Marine), An- (Guerre le Marine).
drd Germain (Finauces, Commerce et Re- MM. Linslant Pradines et Ultimo La-
lalions Extlrieures), Ovide Cameau (I- an ancient onsilles, avaient
rieur et Agriculture), Linstant Pradines fontant, anciens conscilleis, avaient
(Justice, Cultes), Ultimo Lafontant (Ins- faith place a Delorme. Celu-ci 6lail, apres
traction publique). Salnave, le personnage le plus en vue
(2) La Constituante rendit d'autres dd- de la Revolution, qu'il avail contribhu
crets qu'on trouvera danslesLoisetActes,; a preparer par son opposition a la









REVUE DE LA SOCIETY )E LEGISLATION


Chambre et dans le journal ( L'Avenir)), pour le Sud. Elle dlait compose de
cdile au Cap. Lors de l'insurrection de Ne Cassdus Daniel, Albert Boucan, Al-
1865, ses bulletins enllommis, colpor- phonse Henriquez, Bedouet, Innocent
t6s par des agents d6vouds, avaient pro- Michel, membres et D. Pierre-Andr6,
page la renommce de Salnave. Delorme secrelairc.
avait edd, avec le g6ndral Nord Alexis, Le choix de ces personnel semble
d'un contours surtout pr6cieux pendant avoir tl6 bien inspire pour l'objet de
le siege du Cap. C'dlait justice qu'il leur double mission.
prit, dans le nouveau Cabinet, une part II fallait au nouveau gouvernemenl
de responsabilild proportionnie i ses dissiper au plus 1ld la miuiance quc I'
m6rites et i ses services. nom ei la personnel de Salnave avaient
Les autres membres du Cabinet s'd- pu susciler dans une partie du Sud et
laient egalement distingues it des lilres dans 1'Est ( chez les Doininains ).
divers dans la lutte centre Geffrard. Ici et la on .supposait au Clhe de
Leur nomination parult tous touted 1'Elal, et on 6lait en droit de lui suppo-
naturelle. sert des dispositions (tli-geffl'riadisles,
Ilne retail, pour assurer le fonclion- c'est-i-dire albollumeunt opposees a la
nement normal de nos institutions, polilique de l'ancien gouvernement et
que la formation des Chames lm s legis- sultout hostiles a ses atnis et a ses par-
latives. La Constitution contenail, sous lisans.
la rubrique de: Dispositions transiloires, Le G6ndral Cabral, alors Pr sident
les articles suivants : de la dpi)ulu ique !)omniacaine, ne pou-
( L'Assembl6e national Conslituanle vail d'ailleurs voir, sans inquidlude, a.
restera en permanence et exercer n a la dle de l'Etat haitien ill home lque
puissance legislative pour tous les cas naguere encore, ii avail faith e'xpulser
d'urgence, jusqu'a la reunion des deux pour faire droit aux pressantes rdela-
Chambres. (art. 200) nations du Gouverncment de Getfrard*
s Les assemblies primaires et lecto- Nous gallons voir les missionnaires a
rules scront convoqudes dans le plus l'teuIvre.
bref delai pour la nomination des d6- (A suivre.)
puts des communes et le choix des ame,____B,__.__.. ..____ --
candidals au Sdnat.

de 1'Assemblde national constituanle.
(ar. 211)
Aussil6l (que le 'ouvoir 16gislaltif se- XII
ia constitute, l'Assemblde natiohale cons- Apres avoir tenu pendant deux ans la
tituante se dt ca! ira dissoule. (art. 212) convention dloiniicaine en une sort de
En verti de c's dispositions consti- quarantine d'ohservationi, come on ope-
lutionnelles, los Olecleurs furent convo- re onvers les malades infects d'imnl.)ria-
quds pour le 1I Juillet. Le gouverne- lisme oI .,; i. I. le S6nat des Etats-Unis
uenrt, en allendanl. prit les measures s'est decided i la ratifier, Ic 24 du mois
(lqi lui p;atrurent les plus urgenles, en- pass. S'il faut en croire une information,
Ir,: autres, di iCpoiidre an desir du gou- publide Ic leademain de la s6ance par 1e
\verneiint dominiicain, en, nommant iNewv-York Herald, cc rdsultat aurait dl6
des comimiissaircs, pour 6abllir les bases obtoiinu l'aide dc 3voixcontre19, c'est-ia-
d'tmn rail de commerce el de bonne direa la majoril tide2 voix.L'oppositionde-
amiliU enlre les doux Etals. mocratique, saus dre convertie i I'excelleu-
Ces comn issaires 6taient, avec les ce du traits, n'apas cru opportun derenou-
anciens conseillers provisoires, Linstant veler centre luises atlaques incisivcs, influ-
Pradines el Ullimo lafonlant, MM. C. encie par 1'Ulat del'opiniou, don't la rosis-
Leconte, I). Doucet, St.-Aude pare et tancea certaitcment molli depais 1905.Les
I). Pouilh. deux gouverncmens n'avaient pas d'ailleurs
Une ddligalion fut ensuite nommie 6pargni leurs soins pour arriver a ine so-








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 7


lution, qui no pouvait i re indLlihinent C'est cc qu'il n'est peut-ttre pasinutile de
reculec. II n'dlait conforme Ii I la digni- priciser.
16 des Etals-Unis, que fiat retarded au-do- L'cxpos6 des motifs, tenant couple dr
14i d'un plus iong inolrvalle la Idgalisation la verification opcree et do l'accord inter-
de sa rdponse a une demanded d'assislance venu avec les creanciers strangers, corn-
urgenle, ni a I'intM r t des cridanciers euro- rence par' dlablir cen chiffros la situation
pens de la L[ipublique dominicaine que financicrc de la RHdpubliqie, don't la con-
les valeus i rdparlir enie eux conlinnas- mention a pour objet do tfaciliter le rigle-
sent d'dere immobilisdes sans profit dans ienci. Est suppritmde, en cois6uquence, la
I s coffres d'una BaUlCe du New-York, a- clause iar laquelle lo gouveremnout des
lrs que le chiffre mime de lenis cedan- EaIts-Unis devait so charger, d'aprIs l'an-
cos n'clait pas fi'rinemet dlermiui. T';an ciea ixte, d'examiinr ot d'estimer les re-
dis quc le 1 Prsidoent Hoosev llt niil done clain ionis pendante-. Le mnuinlaut noini-
de to!ute son influence auipris des snoa- nal ds delles el reclamintions plort6es a la
leurs du parli rdpublicain pour les con- charge do l'Etal dominicain s'dlevait i plus
vaincre de la ndcessild d'en finir : que, de .0 millionss tedo llars. Dans cotlo soin-
dans cet effort supreme do persn:sion, les me, la dette exterieure eltil reprisoutce
heureux efM'ets du modus vivendi : Qgu- par 21 mnilions 18'.000 dollars, qui ont
laritl dans le service e d perception, plus- Cdd riduils, avec l'assoelilnunt condition.
value des recelles douanieres, amlveiora- nel des bcndiiciaires, a 12 millions 407.
lion do la situation 6conomique du pays 000 dollars. Pour cc qui est de la detle
assisle, ilaiin halilemncl iis e lutir, inln mir, rieu 're, 1'accord lds creanciers a deja
le Cabinel de Santo-D'n ng-. udciail, di porlt sur unu valour nominiale ie 2i mil-
son cdl avec les principaux ddlenicurs lions. 28.258 dollars environ, rdduite a
de !itres de la Delte publiquc el avoc les 055.821 dollars. Le rtste do la dette iuld-
r6clainans trainers la rduct ion do leurs rioure a 0 lixdi, d'apres la niinme base
creiances et de leurs prolentions, selon les d'dvalualion, ai 2 millions 1;:.000 dol-
bases poses par le rapport di !'enq(ue- lars. Le toial do la dolle publique se chif-
leur Hollander, et la consolidation gQnd- Ir'ra7 ainsi i 17 millions de dollars, an
ralo de ta Dette ainsi II .,, au mOy'en d'un maximum.
emprunt de 20 millions de dollars, a con- Pour liquider el eloindre cellt delle, Ic
hracIer aux Etats-IJUis, apres l vo te de la Gouviernenment dominiicain no se conlento
convention, plus d'y affecler par privilege special la
Pour faciliter cc vole. on I.u.i. i; i mnoitid du prodnit de tous sescrevenus doua-
conserver l I'Acte Dawson-\elasquez son niers, it i ii r;in d'en opdrer I'unilica-
caraclere dquivoqut de contrat mi-finan- lion ct la conversion en un einprut extI-
cier, mi-polilique. Le recours aux Etats- lienr de 20 millions tie dollars. Les obli-
Unis, en cas de troubles inlerieurs, 6lait galions do l'emprunt porteront un inlcrit
decidiment abandonnc. de 5 olo I'an. Elles pourront dIre rache-
Sans doute les successunrs du Pr"sident lles p:r lEtal dominicain, apris 10 ans,
Mlorales prdaient par i unearime pnissanit, ave! n boni de 2 11[ olo au profit des
don't ils avaient pu escompler 1'- HI 1 por' porters ct seront aumorlies on 50 ans, au
se perpeluer an pouvoir, mais on enllvail, moyen (d'une r's'rv e de 1 o[o au moins par
aussi, du coup aux adversaires du Irailk an, tiree des receltes publiques. L'omprunl
leur plus solid objection. est garanli, conmme I'clicnt les crdauces
Tout 6tant de cclte facon bion combine auxqutelles il va dIre subtituli, par le re-
el. rdsolu, le Sdnat ne fit plus difliculle venu des doiianes, don't Ic Gouvernoment
de donner une sanction definitive a l'ex- des Etals-Unis assure el contrdle la per-
perience qui, sous le now de modus vi- ception eo la repartition. Les conditions ou
vendi, venait d'dlre enterprise avec succes s'ope'rira la liquidation dos delfes et rdcla-
dans les finances doiwinicaines. 1mations :econnues ou leur conversion en
En quoi to conlrat, volI par la llale, bol s de I'eiprunt resent encore a fixer.
Assemble, diflrre-t-il du project qui avait Mais ilestd'ores eld6djslipuld que les fonds
et, d'abord prdsenlt A son approbation ? de l'emprunt, augments des valeurs en-










REVUE DE LA SOCIEITE D)L LEGISLATION


caissees pour Ie compete des crlanciers doi qln, en cas do troubles civil, n'anraient
l'Etat, sous Ie regime du modus vivendli, r iei do chin6rique.
serviront d'ahord au pavement do la Dette L'article ler. decide que 1c Receveur
publique, selon les terms convenes. Con- general ds de ouanes dominicaines, ainsi
me le service de ce capital de 17 millions que les antres employs (In service, so-
de dollars laissera oncoi disponible dans ront nommis par Ic President des EtaL,-
les caisses du trisor dominicain une some Unis. L'anricn project essayail d'atteuuer ce
assez respectable, on se propose e de '- que cello decision comporle on soi d'hu-
tiliser an raclat de ccrtains mionopoles oun miliaut pour l'amour-propre tie la ialion
concessions qui, grevant loulrdement le assislte, oe proclamiant qlu'ils soraient coi -
commerce local, out, en outre, IC tort do siderds dans l'accomplissoment de lidil
frustrer le fise d'nae parties de ses ris- mission combine fonclionniaires dominicahs.
sources. Si, apris cela, I'or recneilli s'obs- L'arran gement provisoire du 31 mars 1905
tinait A ne pas etre epnis6, on 'emip!oierait laissait an UPr(-.ident des Etats-lUnis to cloix
en travaux publics, cheminl de for, points, in Plocevenr g60nral, mais il revenait a
etc.;etpor lecou p,soni coilple serait ion... 'Exdcutif dominicain do conf'rer A ce
Quanld un prodigule, dlsirenx d' ll. I'- fonclionnaire les pouvoirs nmcessaires,
le poids de ses dettes, s'avise do celle corn- si le choix itlait a sa satisfaction "
binaison ii:!:'i;i o : tronver n gros pro- Diesormais le Gouverinenment de Sto. Do-
tour qui coUsente A !uLi fire l'avance n- nmingo in'auta plus tancin droil sir ia iino-
cessairo au payemnent do ses premiers cre- mination du personnel a qui sont confines
anciers, tonl eon Ii uinttant Iquelque chose les douanes nu pays. Les autorilts domi-
en main, it nd'st jamnais a court do belles nicaines garderonl, it est vrai, in certain
resolutions pour j'.liii., r le surcroit tde pouvoui de control sur les operations du
charges don't it n'hisite pas A se gritifier. IReceveur et de ses auxiliaires: elles exa-
o Je ferai ceci, puis ceci, et encore ceci, et nineront et verifieront les compiles, qui
puis cola. i... Des processes de ce genre tols les mois leur seront soumis, en md-
valent exactement ce que vaut un pro- me temps qu'au I)partement d'Etat. Mars
gramme Mlectoral. rien ne precise ni ne limited la protection
La constatation cerlaine qui ressortique le Gouvernement de 1'Union se r6ser-
d'ua examen, m6me sommaire, du pro- ve de garantir aux douaniers prdtls par
jet adopt par le Sinat de l'Union federal lui A ses bons amis. Cette protection peut
est qu'il ten. a realiser, au profit des ca- no pas aller au-dela de ce qui a 6tW jus-
pitaux am6ricains, le dessaisissement des q'iici accord ia la s6curit6 des agens de
creanciers uenopOens de la R6publique do- I'administration Colton, comme elle peut
minicaine Qaoitii la convention n'en dise aller jusqu'a intervention armie. Tout
rien, it esl. oi eiTet, hours te doute que dipendra des circonstances et Jo l'esprit
I'empruni, s'il doil so fire, ne so fera qui dominera dans la politique cxtlrieure
tqu'aux Etals Unis. En d6plagant ainsi des Etats-Unis.
naxe financier do iler pays, nos voisins 11 rest, en attendant, i fixer le sort di
scront-ils sag's ? Le. bon sens populaire, nouvel instrument diplomatique dout le
si les goviernnls daignaient le consulter, S6nat fddiral vient de sanctionner les clau-
Ies anrali! 'i!e coIIIvaincus Idu danger qu'on ses. Malgrd les commentaires d6favorables
coiirl t Ametire l1os sos cSufs dans le qu'il a g6neralement suscilds dans tons
mnee panier. les groups of se repercute un 6cho de
Ai die;nurant, parmi les patriots do- I'opinion dominicaine, nous serions foit
miniicains, l'opinioin est loin d'ltre una- 6tonuis que le Congres de Santo-Domingo
nime sur les -li. I., e! :l portle de l'Acte ne se resignAt A le ratifier, sauf a y ope-
du 4 frivrier. Quelque soin qu'on ait mis, rer quelques amendemens' qui n'en al-
en redigeatl laI convention, A rester dans t6roraient pas la substance. Il se congoit ia
les terms 'l'u I proteclorat purement fi- merveille que le parti dominant, quoiqu'a-
nancier, l'ateinlc porloe a la souveraine- yant travail de totes ses forces au resul-
d( national n'en rest pas moins assez ap- tat obtenu, 6prouve un peu d'hesitation
parent pour legitimer des apprehensions A en endosser 1'impopularit6. Mais s'il est









REVUE DE LA SOCIfETi DE LEGISLATION


bien di6montri qu'apris lant avan- mildo ds parties, M. Palia no diiomunit
eQ, on n'a plus do ltrrain oi reculer ; si p s lei esplrauice; foodYlJ. sur s i ex d-
dans le Irail, emprnut ot assistance soul riunce el sur sa correction.
des terms qui so font cOnltr-poids, au Mais vint un temps on il n'eut plus la
poini qu'on no sanrait prelendre aux bend- force do tonir la balance gale enire los
lices do I'unl sans so s u111etlre aux incon- amtlitions 1l ..1ii ; ds lhoulm es poli-
ivnicns d l'autre,on vo[ raavcc Iristesse, tiques qui aspirai'enit exercer la prpn -
chagrin t coinponction, on votera la mort dirance dans la coiduile des affairs ct
plans l'iine, tinis on voira. .. dans la rIppartilion lds charges el des fa-
Et alors ? .Hlors les Doniini ains front veurs olficilles. Coux (ui so crurenl I-
I)ion Kle nm.iiler sue l'angoissante avon- sis par sos prfdclrenocs touri rerol 'L I'op-
toul qui so ddroulo an p'is s cub in. position. et coinio on s'llait, solon l'e-
xicuplode l'ancienno mitlopole, group sons
Cuba, sortie victorinseo de sa lule con-, los vocables dc co nservalcurs et id libd-
tro l'Espagne, grice a l'appui dts Etals- rau., il so trouva que, d'avonture, los
Unis, semnl-liit av:)ir rosol(u le diflicille conservateurs ou inodlrcs 6l;iit avoc Pa!-
probliiicn dc pa. ss.:i piresque sans iran si- n;i, les libdraux 'rront conlre.
tion de la plIs sail.e .i'ii' colonial On a dil,-et les jonurnanx des Elats-
a 1'OxeOoice du goivernemenut ilimocrali- Unis ouil beancoup contlribilnd pronlager
que. Au lendenain des guceres do l'Indb- cc bruit dans la pressed ouiroi'on', -- [qu
pendance, quand lo prestige des anteurs la question dc coulcur cst an il'nd de I'an-
de l'popde liroiiqle flamiboyait ncore dans tagonisme des parlis cnhtiins. Los gens
loues lestimeiles Cubains avaieot su 6viler de couleur" ( colourel pWleple ), ioicon-
1'6cucil doe 'autocralismo militaire. Pour tens de ne pas avoir, dans I'atlribulion des
inangurer leur apprentissago dos liberles emnplois publics, 1un part proportionniiI
publiques, un homiine s'6tait trouv, iUn'on A leur importance nuin11rique ct ; leur
efit dil tailld h l'exactc measure de clle culture inlelllc uctlle, auriaiet, loM s dt la
situation nouvelle. Chefdo lajuinte rcvolu- derniire insurrection, conslitun le gros do
tionnaire dtablie aux EtaIs-Unis, it avait, l'armde libdrale, on haine do "lI'dliiient
pendant do nombreuses anndes, centrali- hisp;anio-cub:ii ", rendu par oux respuonsa-
so entire ses inains la direction et I'appro- ble de l'injustice don't ils so plaignaient.
visionnement do la rMvolle, communiqual. II cst assoz difficile i distance do dd-
I'cnergie de son Lime ardent aux gendra-, mler ce qu'uno information do ce genre
tions, qui tour :' tour s'tlaicnt formies a pout contenir do vcrit. Le prjug, de con-
son enseignomennt. L'cstliin et le respect leur est un tel fermenut de dissolution so-
universels l'entouraienl, sur la terre hos- ciale quo si vrainent la Rpipubliquo iIu-
pitaliere, oi il s'dlait fix et ot on l'avait baine en tail. infected, an point d'y trou-
vu so ddvouer si longlemps a laI tclhe de ver matibre aux speculations do la poli-
lib'rer sa patrie.Grandi par il'dloignement, tique, on n'aurait pas besoin d'aotre ex-
fort des services rendus i la cause natio- plication pour pronostiquer a coup sfir sa
nale, il appai-aissait a routes les classes d6etddence et sa ruine.
de la society cubaine come la person- Mlais, ind6pendamrnent d'un examen
unification delatante desvertus civiques aux- plus approlondi de la question, it inporte
quelles la Republique devrail son indes- de se rappeler que, i Cuba, come da(ns
Iructible consecration. Le nom de cet an- la plupart des anuieinne colonies espa-
cien maitre d'6cole,synonyme d'inltgrit6, gnoles de i'Amdrique, les n6gres et les
de disinldressement et de droilure,dlait ;. sang-mdlds avudrs forment la minioritl do
lui soul ine promesse et un gage de rallie- la nation. Rdpartis entire cls divers grou-
ment. Les veterans tout les premiers, peinens politiques, on no los voit pas
sous l'inspiration du gnetralissirne Maxi- bien, i ce premier stade de l'existelnc,
mo Gomez, I'acclamnerent et l'arbore- national, so concentrant en force assez
rent come une b:nni6re aux elections consistanto pour servir d'appoint apprd-
presidentielles. cable A une opposition organiste.
Tant qu'il put planer au-dessus de la Pent-itre l'Amendcment Platt, perp6-








REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION


tulle amorce i l'intervenition des Etals- naise, do moraliser sur l'inconv6nient
Liuis, on agissant sur l'esprit des polili- de joner avec le fen les malheureux qui
ciens commie une sorte de tonlation diabo- soni en passe d'etre bri6ls vifs. Los cen-
liqno, suffil-il i tlonner la c!6 des der- sours dlu people cubain anraient-ils faith
niers devnemons. On a fini par oublier, mieux a sa place? On a le droit d'en dou-
dans la funide des competitions, que l'd- ter, a voir partout s'agilor Ic monde, come
emancipation don't on jouissait, sons la san- dans un tourbillon de folie. Elle est en-
vegarde d'un curateur, tait conditionnelle core t naitre, la nation qui pourra so
ct pricaire. Tandis qu'on recourait aux Ilaller d'etr' arrive do prime-sant A I'd-
principes pour' masquer eet abandon du quilibre politique.
pur initirie patriolique, Oil s'est mis on Le mal est que pour nous, pions mis6-
armes par outraincment d'ambilion, par ral)les di merveilloux echiquier des Antil-
ddpit contre ses rivaux, on par un resle les, I'hcure n'atlend pas. q Conduisez-vous
d'habitude Il)ailleuse. Personnel in prK- bieu... a nous cric-t-on At e iL Ile, K con-
voyail, au dbuth, jusqu'ott lo coup de dsd duisez-vous ien, on vous serez absorbed! P
insulreclionneil inneierail le pays. Quand So bien conduire! Les peoples le voudaient
enlin n s'esl aprc. i que i'auaihii 61a;it parl'ois; les hoiinncs poliiques n'y r'us-
au bout, on s'est touirnc avei affoloiement sisseut pias loujours...
v-ers 0 sauvceu atliti : I'amendliment II faut, malgrd tolt, endure sans cesse
Pltl a Ifonctionn6. au mieux. L' Him quoi qu'il arrive, n'oi
Pour rassurerI les unis e. lIs ani tes, le sCra pas perdi, si c'est en Ilous-m11mes
Prdsident R{oosevcll s'est empress de( re- qu'cst le icip e de note bonne on de
lonmielr la declaration solennelle que la niolre muvaise fortune. Le jour obt, (ce
nilniation des Eltas-Unis ne reifermait qIu'a D)ieu ne plaise ) Cuba cesserait d'tr'e
auclm pilgo a I 'iiidpendance in people libre; ofi la Rdpublique Dominicaine ne
cubain. La sinceiil6 do ses intentions 'a liguirerai plus n rang des Elats souve-
pas i6l contesle ; co que I'on contest, rains, 'air respirable se rarelicrait sans
c'est que la Icgon aiit it1 revenue par seiS dole aulour de nous, mais nous n'au-
imipr!tdens plroli gs !'ions pas imoins note deslinee it remplir.
A vrai dire, tanit que les elections, quii La lulte pour la domination du Pacifique
doiventi decider dte la composition des i n faith quede s'ebaucher entire ls colosses
C ambres ligi>lalives et du choix du Pr1- qu'elle va metlire aux prises. Multiples en
sidenit de la Hipublique n'aurvont pas eu seroni les pSrip lies. 11 se passer quelque
lieu, il n'est ernmis de former que des lemps avantl que( ce duel de l'Ancien ct du
conjeclures snr 1I condnilte A venir de ces Nouvean Monde n'ait une solution, nime
fIrres ennermis. On so recucille ou on s'a- provisoire. Que deviendron -nous, dans
gite, selon son humon iou, en vue de la ba- I'intervalle? Aide-toi, Ic ciel taidera, dit
laillc 6elctorale. Cliacun essaic de e captr la sagesse des nations.
son profile I'autoril6 dui gouverneur Ma- GE:oKGREs SYILVA1N
goon et de scs agents. ais il n'y a dansi 25 mars 1907.
tout cela aucun iidice grave dont (ob! puisso B.s
s'autoriser pour sonner dis a present lo Texle du Iraile, signed ad referen-
glas du palriotislmo cubaiii. 'dum, a Santo-Domingo, le 8 fdur;er
Les journaux d'Europe, qui se disenlt 1907, enltre les reprIsentants duz Gou-
amis. aappricinvc v ne s virit iMn- vernemnen des Elats-Unis el du Gou-
Iec d'aimleumele faith que l'occupation mi- vernemen! Dominicain, et sanction-
litaire des I:tals-Unis, loin do so reslrein- nd per le Sdnat des Etats-Unis, Ic
dre, se dtveloppe ggaduelleinent: volouticrs 9 f9urier 1907.
ils en lirenl argument contre la turbulence
irrMllchic de ceux qui, apris avoir rendu Attendu que pendant les troubles poli-
cette occupation inevitable, semblenti s'?- liqucs de la lR6publique Dominicaine, it
Ire donni la laclhe d'en justifier la perpe- s'est form des dcttes et des rdclamations,
tuit. Mais on a beau jeu, hors de la four- les unes cries par des Gonvernements 1A-








REVUE DE LA SOCIETY D1)E LEGISLATION


gaux, ct les autres par des governments' Qus jusqu'A cclle date, apr6s Ic paioment
revolutionnaires, beaucoup 6lant de vali- dtes d penses do sus-dit I l,,r 1,1 .i .
dite doultese en lout on en parties, et Ic doil ie:re affect 1 u n paicintene dos ioles
total s'6levanit plus de P. 30.000.000 el r'6clamalions ci-dessus menionnntlcs,
or, valeur nominal ; dans los eIrmes convenes, 2a le resle :lc
Allendu que cet d at de closes a em- la somnme, a solder ct raclicer corlains
pecic le recouvrement parilique et con- monopoles et concessions daus los ports,
tinu des revenues de la Nalion et lour ap- lesquels sonu une charge onlrtcuse cl "in
plication an paiement des inltriLs et do obstacle au Commerce id Pays, el 3o s'il
capitall des sus dites delles on a la liqui- y avail une balance, ello ser\ i iailt la
dalion et an ri'glemeun des sus dies r6cla- construction de curtains cheminis ie fer
mations qui, s'augmenlani continuellemcul el ponus el a d'anulrs travaux pulblicS Uid-
par accumulation d'intlrels, sont 1ine cessaires au dvcloppementC1 industrial (n
charge onurei'se pour le pcuple Donini-Pays ;
cain el un obstacle Ai son progrI; et a sn Allendu que lo dit plan sa lola-
prosperilt ; .lil a pour condition londameniale laild
Allendu que le Gouvernement Domi- desElats-Unis dans le Ircounvr'eentia des
nicain vient dfciectuer un accord et un revenues douaniers de la Ili;p' uliq ue Do-
reglement 1 ;lhi ,'l,. des ditlo dellcs, m nicaine et lour i i, i d n (ans la
et riclamations, accord par lequel tous les insure nicessaire au paicnient des intd-
creanciers strangers ont coinvenu d'ac.- rlls, amorlisscinent el ricliat des dils
cepter environ P. 12.-07.0O0 pour del- bons, et attend que la Iidpubliaqu Do-
tes et rIclamations, inonlant At environ P. miniucain a sollicilt cot appt!ri,(que les E-
21.18-I..000, valour nominal le; Ics Id Ilats-Unis convic!neint do lui prcter ;
tenteurs do riclainations ct d de dlles in- le Gouvernelnent )Domiinicain re-
terieurcs, pour une valcur noniinale do plrsonld par Ie Secrilaire d'tllal iles lie-
P. 2.028.258 environ out convent d'ac lations Exltrienires. Ie ciloyen IEmiliano To-
cepter environ P. 745.827:; les anires dc- jera,, et Ic Secrelairi d'E, lal des Finances
tenteurs do dettes ct rdclamalions inl- et du Commerce, Ic citoyen I'redeirico
rieures, d'apres les niimes terms qui ont Velasquez,
servi de base cdaus Ics acceptations deja" E Ic Gouvernement des liails-Unis,
!e'Ques, percevront P. 2.400.000 environ, reprdsentl par Th'omas C. Dawson, Mi-
soiume Que le Gouvernoment Dominicai nistrc-Risident ct Consul Gendral Ides ]-
a fixcc cl indiqni conmine ccll qn'il paie- tats-Unis dans la R1dpublique Doinuicai-
ra an rest des dtlenteurs de la delle in- ne.o
ldrieu' : ce qui fail monler les paie- Onl convene cc qui suit :
ments tolaux qui doivent dire efrcctuds Le Presidetn des EItals-lUiiis nllunmc-
conol'ormement audit arrangement, y com- ra un Receveur -. .'i 1i des Douanus to-
pris l'inldrkt convenu et Ics riciamations minicaiues, qui, avoc lis i rcevlrs auxi-
ai liquider, 6 un maximum de P. 17.000 liai'res ct aulires employs Ilu service qiuo
000 environ ; nommera librement ie Prisident des lE-
Attendu que dans ce plan de rSglement lals-Unis, perccvra Ious les droils do
enrllent I'nmission ie la venlo de bons de douane ties diverse doincus Id la lid-
la Rdpublique Dominicaine pour la som- publique Domniiicaine jusq iti cc qli
me de P. 20.000.000, portant intlerdl au soient pays on reliies lous ci cliacti de
laux de cinq ponri cnt, qui seront amor- bons mlis par le Gouvereiimeniit DIoiiini-
lissables dans cinquante ans et rachetablcs cain, conformitmentI au pl!n, ct dius l's
aprls dix ans, A cent-deux et demi pour limiles quatnl aux ddlais et sommes ci-
cent et requriant io. paiement d'un pour dessus indiiquncs,
cent an moins 1'an pour amortissemenl. Le Le Recevcurl g6uneal .ilI Ii Ics soni-
produit des bons, jointly la some qui mes ainsi recouvrdes : 1 au paioient
so trouve ddpos6e en faveur des crdan- des ddpenses du service do perception ;
ciers, et qui provient des revenues de doud- 2 0 au paiement des intdrits des boNs ;
ies de la Rdpublique Dominicaine per- 30 an paiemcnt des sommes annuclles;








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


delorminees pour l'amortissemienl des dils 3.-- Jusqu'a ce quo la Rcpublique Do-
bons. v comprise l'inl'-r.:l de Ious les minicaine ait pay6 la lolalite des bons de
bons qui sont retenus comme fonds d'a- I'emprunl, sa delle publique ne pourra
morlissement ; 40 a l'achat et I I'annu- i re augmented qu'au moven d'un ac-
lation ou au retrait et a l'annulalion de cord prialable entire le Gouvernement Do-
ces bons, conformiment A lenrs propres minicain et ol Presidenlt des Elats-Unis.
terms, comme l'indiquera le Gouverne- Un Ogal accord sera aussi necessairo pour
meot Dominicain ; et 5 il remellra le modifier les droits d'importation dans la
sold au Gouvernement Dominicain. T6publique, ct come condition indis-
La manidre de rdpartir les revenues pour que ces droits puissent elre modi-
ordinaires recouvres, afin de leur donner fids, il lfaidra que l'Exdculif doininicaini
l'application anldrienrement indiquie, ddmontre el que lo Pt sident des Elals-U-
sera la suivatue : Les d6pcnses do la per- nis reconnaisse que, on prenanl pour base
ceplion seront paydes par le Recoveur, les impoi nations OL c\xportations des leux
au fur et "i measure qu'elles seront nO- annoes qui precedent celle dans laquelle
cessaires. La valour qui est dIsigiice au on desircrait fire la nodificalion des dils
Recevour g1nd16al ct a ses auxiliaires pour droils, ct calculanl le monla t et la clas-
la dOpense de la perception des revenlls se dt's articles inipories ou exporlds dans
n'exceiera pas cinq pour cent de cos re- chacune de ces deux annIc1s aux laux des
venus, n moins qu'il soit convenu autre droils qu'on so proposerail d'cOlab'.ir, le
chose entire les deux Gouvernelnents. not lolal de ces droits de douineo dans cha-
I.e proinier d chaque mois, le Roce- cune de ces anites, dipasso la some
veor versera la some do cent mille dol- do I)eux-illious de dollars, or ainricain.
lars I'Agent fiscal de I'emprunt l, el le .4.- Le Recevcur g'ndral rondra coinple
reste des valenrs recouvroes le mois prO- lous les mois au Comptoir Gndoral de la
cdcent sera rcmis au Goriivernementi Do- de ila BR6pulique Domiinicaine et au Dd-
minicain ou destine aux fonds d'amorlis- partemeni d'tEtat tes Elats-Inis, el les
segment pour l'achat on le rachat de bons, j dits compiles res!eront soumis a lexaien
conmme I'indiquera le Gouverntemein Do- et a la vcrilicalion des f'onclionnlaires om-
minicaoiu. pl)ents des Goul ernemenls de la Rlpubli-
it estlentend que dans le cas ou les 0 e iDominicainie e des Elals-lInis.
revenues douaniers pernus par le Rllcveur 5. I ,elle convention commenccra i s'ap-
ghdural exc6oeraient clans uno ann1le la ilique., uW(' ois pp|rouvI parle 'on-
valeur de Trois millions de dollars, la gres (de I:I It1puliiquoe )omilnicaiine e le
moiti de l'excedlnt de la dile some se- Sonal des Etals-ULis.
ra destined aux fonds d'amnorlissement Fail en quatre origiaux, (eux anglais,
ponr le rahat des bons. leux espagnols, signs par les IRoprIsen-
e lants des lIules parties conlractaltes,
2.-- Le Gouvernement Dominicain dis- dans la ville de Santo-IDoniigo, le 8 F:-
posera par une Loi quce It paiemrt de 1rier 1907
tous les droits do dounoe sera fail an
Receveur general ct a ses auxiliaires, ( S ) EMIuin.O TEJERA
auxquels it prtLera lout I'appni et I'aide TlloAs C. DAWSON
n6cessaires et la plus large proleclion qui
lui soil possible. Le Gouvernement des FREDERIC) VELASQUEZ
Elals-Unis dounera au Receveur general el ( Exarlil di Listin Diario de S(alo-
a ses auxiliaires la protection qu'il jung- on o, 3 e e 10 .
rail necessaire pour l'execitioni de leurs
devoirs. --


111~-_--------- 7~










y~\~.\ : X ;. `- NXXXXXX\\X\~\ XX'\\ ~\ ,XN N X'Z Y \ '~\ 'AXXNX~\: \\\~\XNX\ X\\ XN X ~


REVUE

DE LA

;=C c1ri urc r):IMHIJT


PARAISSANT LE 2 DEt CH.QL'E MOIS.


I SCUne's db. Ia Socici6
a'i Rnuniari du 1o AX-ril 1go90
( h Asscuaxibc ~n~rale dAn 24[ AXril igo9;.
2 Correspondance.
3 La PrmsiL sicnce cJ Salnax c, suite ) par
le Gici rai L6gitimlc.
4. Actualit! r3 article par MI. Georges
Sx Ivaiin.
Aimnnc'.c. Bi Iantin fincicr de la R3-
pbliique dominicainie aul 31 Dcembre 1906.
6. Biblio-rdi:nbic.


S ncess (Ie la Socilte~


prouv2r une cr6ance conimerciale do
plus do onze gourdes, lorsqu'au com-
merce on peut avoir recourse au mode
de preuve permits t l'article 107 du C.
de commerce.
(On se demand enfin comment ex-
pliquer I'article 63 de la ioi sur 1'Funre-
gistrement qui dispose: Sont fixds an
droit fixe d'une gourde et demie:
les declarations ou significalions d'ap-
pel aux tribunaux civil on de corn-
iml rce etc. ,
2o d'une leltre de M. Calulle Thd-
baud, avoca du barreau do Jacmel, ex-
posant le cas suivani :
Pendant la pDriode comprise entire la chn-


R6uniono du 10 Avril 1907. te du gouverncmcnt que prdsidait le gene-
Pr"sidence de 1. Solon MAnos ral Salomon (ro aoit 1' .':) et le vote de la
Presents: M 31. Solon M1enos, Edmond Constitution du 6 Octobre 1889, un haiticn
H6raux, Georges Sylvain, Lamartiniere se trouvant a Kingston (Jamaique) s'y et fait
Denis, )Ducis Viard et B3nilo Svlvain. naturaliser auglais et pent apnis, revim' s'j-
At. Ie Sccretaire g6ndral ddpose sur le lablir en lHall.i o. il' side w.core.
bureau uie brochure intitulde (nEvre ic La naturalization ainsi acquise, 6tant
podlique de IMElzer Vilaire,et contenant donnde l'dpoque ou elle a en lieu, &chappait-
une conference faite le 30 janvier 1907 elle "1 1'empire de touted disposition de loi
ai rdmie, par M. Edmond Laforest. haiienne, constitutionnelle ouautre, de ma-
SMr. le President:- It en sera rendu nitre h conf6rer d'emblce, i I'aide des seu-
compte dans la Revue. les formalit6s accomplices i la JamaYque, la
Md.Denis donne lecture: to d'une let- nouvelle nationalitA qu'on a entendu pren-
Ire de M. Alexandre lallebranche, dale dre ?
de l'Ansc-A-Veau,27 fevrier 1907, par la- 2e. Le retour immediate, pm, et simple,
quelle il soumet i la Soci6~l de L gis-. d naturalist en Haiti empechait-il la natu-
lalion la question suivante: ralisation de produire ses etlets au regard
eDevant quel tribunal doit dtre porter des Puuvoirs publics en ce dernier pays ?
I'appel d'un jugement du tribunal de 3e. Au cas on cette naturalisation fut
paix en ses attributions commercials? valuable, quelle est !a situation actuelle du
((D'aucuns dissent quo c'estdevant le naturalist, c'est-a-dire depuis la convention
tribunal civil, pour a raison qu'auc une intervene entire 1'Angleterre et Haiti?
loi nayant mis I'appel dans les attriba- M. le president:-- Mr. Denis est char-
tions du tribunal de commerce, il faut g6 du rapport sur la question posde par
recourir au droit commun. M. leDoyen Alallebranche, ctM. Sylvain,
((On se demand, s'il faut interjeter sur celle pose par Me Catulle Th6-
appel devant le tribunal civil, comment baud.


SEIZIhMBE ANNE, N 2.


2 MAI I907.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


M.B6nito Sylvain, le dernier mernbre membres actifs, les remarquables articles
6lu de la Socield, soumet le manus- dutfils aindd'un de nos anciens Pr>sidents,
crit de sa Conf6rence de reception so- Mr. Abel Lgger, sur le dissentiment entire
lennelle, les Etats-Unis et le Japon, et sur la Neu-
Puis, vu l'heure avanee, la stance tralisation d'Haiti, -- les Souvenirs histori-
est lev6e. ques de M. le Gendral L4gitime, ancient
--_ _President de la R6publique. et la thise do-
Si r cumcnrte, publiee par M. le Commandant
ASSemblf gnrale du 24 Avril1907. Bnito Sylvain, sur les origins de la ques-
tion noire.
Prdsidence de M. Solon Menos. Des son retour au Pays, M. Benito Svi-
Presents : MM. Mlnos, Denis, Lafo- vain nous a demand de convertir sa n titre
rest, Georges Sylvain, Baron, J6rminie, de membre correspondent en celui de
Lespinasse, F6quiere, Viard. imembre actif. Nous avons ctc huireux, en
Conforminment i l'ordre du jour, MI acquies-ant ia ce d6sir, de don-er par la
le Secretaire g6ndral donne lecture du un timoignage de sympathic i uon Haitien
Rapport par lequel le Comitd de direc- qui, par son constant divouement aux in-
lion rend compete de sa gestion. terets superieurs de notre race, a bien me-
rit6 de la reconnaissance national.
Port-au-Prince Ie 7 Avril 1907. C'est avec une gale satisfaction que nous
Rapport di Coiild dei Direclion et de Re- avons admis come membre associ M..
daciion. le Gindral Casimiro de Mova, ancient Vice-
Messieurs, Pr6sident de la Republique dominicaine.
Pendant lexercice qui vient de finir. le En se fixant sur sa personnel, notre hom-
cours des travaux de notre Soci6t ne mage fraternel s'adresse aussi bien a l'lite
s'est pas un moment ralenti. C'est dire inteilectuelle du pays voisin, parmi laquel-
que l'annee a L6t bonne. le ii tient une place si 6minente.
On peut en juger par la diversity et Notre liste de membresassocids s'est en-
1lint&r&t des questions discutees dans nos core augmented d'une recrue precieuse en
seances on trait6es dans notre Revue : MI. Leon Nau, Doyen du Tribunal civil
Interpretation de la Ioi sur les mines.- de Port-au-Prince, qui doit a sa pricoce
Origines de la question noire.-- Inter- maturity l'honneur d'avoir t designed pour
pr6tation de l'art 3, 3e alin6a, et de I'ar- occuper le siege de l'inoubliable M. Dyer.
tide 6, in Jin. de la Constitution. -- A propos d'un project de loi emane du
Ete!:due des pouvoirs du Tribunal cri- Pouvoir nxecutif et rendu public par la
minel dans lanpplication des peines d6- vole des journaux, nous avons eu a fir-
terminees par le verdict du Jury. -- Ap- mer notre droit de libre appreciation sur les
preciation dn proje de loi taxant en or actes de ce genre interessant l'universalit6
les droits d'imporcation. -- Taxation e.n des citoyens et susceptible de grever l'ave-
or des lettres et objets postaux exp6dids a nir dela Nation. Fidele aux traditions don't
lEtranger. -- Congris international de Rio vous lui avezconti lasauvegarde, vote Co-
de Janeiro. -- Projet de Convention entire mite a cru devoir rappeler que si l'utilit6
les E:ats-Unis et la Repub'ique dominicai-.des consultations de notre Societ6 n'est
ne. -- Dispositions de la L6gislation hai- miconnue de personnel, elle est en raison
tienne Ai propose du marriage, du divorce, directed de l'independance de nos opinions.
de la reconnaissance et de la ligitimation Presque a la mtme epoque, un des
des enfants naturels. --- Situation juri- membres du Gouvernement, que nous
dique des im:n-,able; laiss6s en Haiti par nous rejouissons de computer dans nos
l'Ha tien nd de parents anglais qui est all6 rangs, sollicitL de donner son avis sur des
se fixer en Angleterre, -- La presidence renseignements juridiques demands par le
de Salnave.--- Neutralisation d'Haiti.-- Les Ministre des Affaires Etrangres du royau-
Etats-Unis et le Japon. ime de Belgique, defcrait ces questions i
Dans cette s6rie nous nous plaisons a notre examen. Elles ont fait 'objet d'in-
signaler, en dehors des Etudes dues a nos 'teressantes discussions.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Pour vous donner une idae d'ensemble Recettes de l'exercice 1905-1906 --522.15
de la situation de notre Societe, il reste 1906-I907 --654
au Trdsorier a vous presenter les Comptes Diff6rence en plus en faveur de l'exercice
de l'exercice 1906-1907. 1906-1907 131.85
Vous constaterez que li encore, nous D
avons fait de notre mieux. Depenses de 1 exercise g1905-1906- 522 15
avons fait de notre micux. 1906-1907- 644.73
1906-l1907- 644.73
Sign6 : SoLON MENOS, L. DENIS, F. --
BARON, GEORGES SYLVAIN MAXIMILIEN Difference en plus en faveur de I'exercice
1906-1907 :122.58
LAFOREST, EDMOND HERAUX. 907 2.8
Tel est Messieurs, le resume de notre
situation financiere. Malgre la rise 6cono-
.mique et financiere qui s6vit dans le pays
Vu l'abscnce de 1!. Edmond Heraux, et don't la repercussion se fait sentir dans
tresoi'er, Monsieur Denis lit son Rap- routes Iesbranchesdel'activit6nationale,nous
port sur la situation de la caisse. avons pu subvenir aux d6penses de notre
Soci6et et notre encaisse est de neuf gourdes
Messieurs, 27 centimes plus 61ev e que celle'existant a
Les pouvoirs que vous nous avez donn6s pareille F poqu e I'annee dernicre. 11 n'y a
pour la direction de vos travaux avant pris doc pas lieu de se d6courager ec da-
fin, il m'incombe de vous rendre compete voir des apprehensions sur le sort de notre
de mon administration et de vous presen- Socidtd qui promer de vivre beaucoup d'an-
ter un apr;u de notre situation financiere. nees encore.
Si Le Trsoricr,
Du 4 Avril 1906 l ce jour, les recet-
tes realizes, soit pour abonnements a la EDMOND ItERAUX.
Revue, cotisation des membres de la So- Sur la proposition de M. Ed. Lespi-
ciete, vetic des Numeros, etc, se sont nasse, l'Assemblde gndnrale vote des fe-
clevdes a la sommie de six cent cinquantlt limitations aux membres du Comitl
qualre gourdes ci : ,. 654.00 pour leur bonne gestion.
Ce qui, joint a la balance existant en Al. Solon MAlos, president, remercie
caisse le avril 1906 et transported au au nori de ses colleagues du Comil[.
present exercise, ci 983 .02 M. le Prdsident : Notre coll6gue Viard
done un total de seize cent irente sept gor- est charge de v6rifier les compiles du
des, deux centimes, ci 1637.02 tresorier pour en fire rapport A la So-
Les d6penscs effectu6es pendant la mcme cidl.
period et comprenant : 1 les frais d'im-! l. Georges Sylvain informed la So-
pression des fascicules mensuels de la So- ci6t que notre colgue Maximilieu La-
ciee; 2 C les frais de distribution et d'ex- forest a bien voulu se charger de la
petition de la Revue ; 3 0 les frais de re- caisse, en 1'absence du trdsorier.
couvrement 4 c le salaire du hoqueton ; (Assentimenl.)
c 5 les frais de correspondence et menus Le 2o point de l'ordre du jour conm-
frais, se sont 61ev6s a six cent quaranlte porle l'lection des members du comi-
quatlrei i tirdessoixante treiCecentieis,ci : 644,73 td.
En d6duisant cette derniere sonune de Dos bulletins son[ distribuns pour
I'actif social, telqu'il est ci-dessus 6tabli, I'leclion dn President. Jr6mie d6-
il reste, en ce moment une balance de neuf pouille l'urne qui done le r6sultat sui-
cel qualre :.' doue gnourdes, nt neufvnant: Sur 9 votants, M1. SolonM6nos ob-
centimes ci: ,. '992 .29 lient 8 voix, un bulletin blanc. En con-
Ss6quence, M. Solon MI1nos est proclamr
La comparison des recettes et des d6penses President de la SociI16 pour I'exercice
de l'exercice 90o5-1906 avec cells de I'ex- 1907-1908.
ercice r906-1907 donne les r6sultats sui- i M. Mnos: Je vous remercie des suf-
vants : frages que vous venez de m'accorder et








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


qui sont pour moi un lemoignage de lionn6. II lit ensuile une letire dce M. le
haute sympathie. A la v6rit, j'en suis Secr6taire d'Etat de la Justice, en date
quelque peu confuse, puisqu'il ne m'a du 18 avril courant, remerciant la So-
pas 6t6 loisible de vous apporter un cidlt de ILgislation du soin apportld
concours bien actif; mais come ilil'examen des questions sonmises au
vous a plu de me r6elire, en depit ce D6partement de la Justice par le Se-
mon peu de mlrite, j'accepte avec re- cr6taire d'Etat des Relations Exterieures
connaissance cette nouvelle marque de et dff6ries par lui a la Socii6t.
votre estime, que je lticherai de recon- La reunion decide que cette letire
naitre par uu renouveau d'activit6. sera public au prochain number de la
M. Georges Sylvain: Nous sommes Revue, ainsi que cell de la Socield a
d'autant plus heureux de prendre acle laquelle a repondu le Secrdtaire dllat.
des bonnes dispositions de notre presi- On prend enfin connaissance d'une
dent qu'il aura probablement, durant lettre de A. Louis Joseph Guspard Tul-
cet exercise, ample matiere a les utili lier Heurlelou, praticien en droit, qui
ser. Je crisis senlir, a de certains in- soumet a la Societe la question de sa-
dices, que les derniers (lus de nos col- voir .( i combien de pieds de profon-
ligues vont se rdvolter d'avoir dli trop deur doit-on legalement creuser une
longtemps suspects de mauvais vou- fosse d'aisances pros d'un mur sOpa-
loir dans la preparation de leurs con- ralit d'une propriele limitrophe, quand
ferences de reception. Ce sera une ve- surtout une charmbre a coucher fait
ritable avalanche a laquelle notre pre- face i cette fosse d'aisances. )
sident, charge du poids des roponses, Apri s un dchang e de ues entire les
aura L fire tete. membres presents, la reunion emet I'a-
M. le President: L'avalanche me sera vis quo la question n'est pas de cells
douce. qui n6cessiteraient uin rapport. Elle
M. Sylvain. Douche? doit dtre resolue, i ddfaut d'un text 1d-
31. le President. Douce. gal precisant la profondeur I !aquelle
Nous passons, Messieurs, i l'eleclion doivent dire creuses les fosses d'ai-
du Secretaire-g6enral et du trdsorier. sances, conformement aux principles
M. Denis, Secretaire-general: Apres ig6n(raux qui pri voient le cas oa un fait
avoir et1 Olu trois fois secr6taire-gne- quelconquede 1'homme cause du dom-
ral, je crois avoir suffisamment juslifid mage iautrui. Les conseils communaux,
votre confidence. Je price mes colleagues charges de sauvegarder I'hygiene pu-
d'accorder len 's suffrages a un autre. blique, ont quality pour r6gleienter
Ml. Laforcs: Notire confiance en voIs les cas de ce genre.
n'est pas dpjuis'. Vu l'heure avancde, on renvoic i la
Des l)ullein'ii sont distribuds, et au prochaine idunion les autres points por-
d6pouillenim-nt, on constate que la ma- t6s i l'ordre du jour.
jorilt s'eslt manifstde en faveur de MM. M.._ -- ,___B
Lamnartiniere Denis et Edmond Hdraux, GORtESPONDANGE
qui sont maintenus dans leurs functions
respectives. Pro Patria
MMi. .Mlximilin Laforest, Georges
Svlvain, F. Baron ci Bouzon sont en- No 78.
suite reelus mnembres du comitl de di- Port-au-Prince, le i3 Avril 1907.
reaction el de redaction. LA\ SOCIETE DE LEGISLATION
MM. Lespinas.:sc et lFquiere, empd-
ches d'assister : la stance ordinaire, An Secretaire d'Elat de la Justice.
prennent conge de ienrs colleagues. Monsieur le Secretaire d'Etat,
L'objet de la reunion de l'Asscmbl6e J'ai l'honneur de vous adrcsser, avec
gen.rale t6ant rdalisd, M. le Secr6taire- les documents qui accompagnaient la let-
g6ndral donne lecture du proces-verbal tre de M. le Ministre des Relations Exte-
de la stance du 'Ir avril qui est sane- rieures du royaume de Belgique, les nu-








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 1


m6ros de la Revue de la Soci6t de L&e- r t
gislation contenant la discussion du ques- V t
tionnaire soumis A note examen. So. s horique
Vous constaterez par les Comptes-ren- So s ( -
dus des reunions qui y ont 6t6 conservees (Suiie)
avec quel soin notre Sociedt a tenu a~ IV. Affaire Cayemitte
s'acquitter de la tache que lui avicz con- Insurrection dans le Nord.
fiee. -
Vcuillcz agreer, Monsieur le Secretaire La d6lgation envoy6e dans le Sud
d'Etat, la ncuvelle assurance de nos senti- parlit sur L'aviso de guerre La Liberti
ients sympathiques et d6vouts. et arriva le 10 Juillet 1867, au martin,
hi Jarimie.
Lc Secrd iaire general, Accueillie par de bruyanles manifes-
L. DEIS tations,tant de la part des aulorites mi-
G, litaires que de la population, clle s'em-
Spressa, i son tour, il'exposir le but
No 445. de sa mission et les iddes conciliatri-
Port-au-Prince, le 18 Avril 1007. ces du nouveau gouveriiement.
an iO()0" de 1'Inddpendance Mais les Jidrmiens ('aiient divisss.
Le Secreiaire d'Elat an Dpartement de la tls 6taient, la plupart, fils on parents
Justice, des victims de 18WS8, lis on parents
des viclimes de 4185 ; el l;, connmme
l1ux Ccimb res de la Societl de I -:-/atlion dans routes les regions duo 'idi,ofl lon a
En ville. lato te pIuschaude,semble t-i l,q 'ailleurs,
Messieurs, Il'antagonisme ltait profond. Les par-
S. is montraient dans la loite une ii-
Jai recu avec beaucoup de plaisir votre preld qui ne desarmait pas. C'eiit une
lettre du 13 Avnil courant, No 78, accom- sore de vendella polilique, lnee guer-
pagnde des documents du Min;stere uese civil de cloher qui, au dehors
,,.. Etrangeres de Belgiqu ue q e jvous laissait subsister le sentiment de la so-
avais communiques, et des num6ros de lidaril locale. ( )
votre Revue contenant les laborieuses dis- Avant apres 1848, les JrImiens
cussionss m a don: lieu le ues- l J i ns
ussios .. a don u le e fonrnateuil qu'une fannille. (C qu('on
tionnaire dece Ministere que j'avais eu I'hon- .. i- T i ,
-r ... a appel 6 < Le P. iquleisme n y avait
ncur de soumettre I' exmnen de In Soi6te a ppe Le iqis flvai
Sde L s ais"ation. encore apparu que sous une forme )e-
de LUgislation.
C'est avec un i int nigne, pareil a l'irrigalion d'u courant.
Chest avec un f intee que ai ps dnt le centre serait loig. Philiber
connaissance des procss-verbaux des r6u- Laraque et Jeannot le,
onions oi ont ete consciensieusement rsolues andant les forces mililtires, I'aun re,
les diverse questions sur lesquelles tenait es forces popu es, s'elaienc une ibis
A ktre renscigne Monsieur le Ministre de encors, (18 5 ) p co
Belrenconytrus, (1841-45 ) poulr so combat-
Belgique. re; mais its durcnt ensuite marcher
je vous remercie, MIM., du soin tout c6te it c6te pour enter dans la ville.
particulier avec lequel vous avez rempli Ce que rcelamait le Vieux de la Mon-
cette tache confi6e t vos lumieres et a ftagne, c'6taitsimplemenlt( l'abaissement
votre ddvoflment. Ce travail important du prix de la merchandise exotique
vous donne droit A des felicitations mdri- et 1'e16vation du prix des denrees ). II
ties et je suis heureux de vous les adresser ne menagait personnel, ne convoilait la
au nonm du D6partement de la Justice. propritel de personnel. Comment et
C'est en comptant touiours sur le con-
cours 6clair6 de la Soci6t6 de L6gislation (1)Enl870, StJustd, amend avec Salnave
que je vous prie d'agrier, Messieurs, l'ex- Port-au-Prince, fut tout de suite l'objet
pression de ma parfaite consideration, de la sollicitude de Margron et ide Sansa-
Sricq qui, au besoin, se seraicnt ddvouds
T. LALEAI. pour le sauver de la mort.









REVUE DE LA SOCIETE1 DE LEGISLATION


pourquoi ce movement politico-dco- naissail pas l'esprit, on plulot elle y d-
noinique allait-il changer de caractkre lait arrived d6ja pr6venue contre la
et devenir a la fin anti-social ? C'cst premiere autorit6 de l'endroit. Caye-
ce qu'on verra par la suite de ce recit. mitte, aux yeux du nouveau gouverne-
A la chute de l'empire, les citoyens ment, n'avait aucun titre a repr6senter
de J6rdmie come ceux des autres sa politique. Ancien Commandant de
villes de la R6publique, s'tlaient for- I'Arrondissement sous I'Empire, il a-
mes en garde national en vue de de- vait ltW reintlgre dans son commande-
fendre le nouveau gouvernemeni et de ment apris la sortie de Ge'frard, par
s'opposer surtoutl l'avenement au pou- le gouvernement provisoire. Salnave.
voir d'un partisan quelconque du rd- qui n'avait pas eu de part a sa nomina-
gime d6chu, regime doit le G6ndral lion, ne pouvait avoir en lui qu'une
Salomon elait cens6 6tre le repr6sen- confiance limited.
tant dans le Sud. I La D6e6gation n'intervient pas en-
A la chute de Geffrard, ses adversai- tre les combatants. Cayomille .st re-
res, anciens partisans on non partisans poussi et son parti renversd. Oblige
de l'Empire, voulurent de meme s'or- d aba ndon ner la vile, il gagne
ganiser pour s'opposer ai une reaction la canp:igne, ol ii rallied qcuelques
ii l, diste. On en etait 1,', quand la fiddles. Mals harccle, poursuivi par
D616gation arrival Ai Jdremie. Le part les forces rdunies de la Grand'Anse
qui, par ce jeu de bascule, sc trouvail et de tout Ic D6partement, (2 ) il se
reprisentV et covert par I'aulorit refugie dans les hauleurs de l'.nse
militaire, n'avait pourtant aucun des d'Hainault oiL, so voyant traqu6, it fi-
siens parmi'lesD6I) gues.L'autre en tira nit par se donner la mort. ( 14 juillet)
aussitll l'indice d'un certain discredit. On ramona i Jerdmie quelques-uns
II recloublade zele pour montrer son lo- de ccux qui l'avaicnt suivi. entire
valisme et so disposa a supplanter re- autres, Ariand Taquois, qui n'avait
solumentl'adversaire. pu obtenir i Port-au-Prince qu'une per-
Mais il fallait une occasion. mission pour venir avec Ics DI)66gues
Dans la soirde du 10 Juillel, le bruit revoir ses parents A J6remie.
se repand que le Gdneral Cavemitte' Laissons le gouverncement dire lui-
renforce les posies, dans le dessein mnme ses impressions, i la nouvelle do
a d'ex6cuter un movement ). C'en 6- cos maliheurcux devnemenls.
tail assez pour determiner la garde na- > ilaitiens- Au moment mne oil
tionale a se reunir et alelr aux cris s'accomplissait la revolution qui vient
de Vivc Salnave s'cmparer de l'arse- de donner it la PRpublique les instilu-
nal, posted f proximity de I'lI6tel de la tions libirates que reclamait le pays de-
D1)legation puis si longlemps, des bandes de pil-
Le Commandant de I'arrondissement, lards, que les agents du tyran avaient
averti de cette action, vout i son tour prepares pour cel objet, et qui avaien t
aller reprendre l'Arsenal. 11 rdunit des djea, sous ses ordres, durant le siige
amis, et pour en augmenter le nombre, du Cap, ddvaslt loute la plaine du Nord-
fait liberer les prisonniers, avec Ic con- Est, se sont mises ai courir de nouveau
course desquels on se met en march, les bois de Valliere ct du Mont-Orga-
aux eis galemrent riplds de Vive nisd, ravageant les propridlts, massa-
Salnave !
Le conflict ouvert, que fait la dl61ga-! (2) La DIl6gation a demanded des or-
tion pour en arreter les funestes conse- dres au gouverneinent pour fire rentrer
quences ? les troupes dont elle dispose dans leurs
Compose d'hommnes presque tous -' qaartiers respectifs. El!e a pris p'aisirt
rangers it la localit ( 1 ) elle n'en con- signaler le ddvouement des generaux Mar
eel Jn. Baptiste, Bellevue Jn. Baptiste,
( 1 ) Seul, M. Albert Boucan etait ori- des Cayes et Domingue de l'Arrondisse-
ginaire de Jdrdmie. 11 habitat Port-de-n ment d'Aquin ( 27 Juillet ) Monitenr offi-
Paix. oiel.


__~_ ~I_ ~_ __1__~1_








REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


crant lesfemmnes etlesvieillards.- ).'au- Nol6 en 6lait le chef: ( 1 ) ses hands,
torilt, avant de sevir centre ces bri- dirigees par des hoinmes hardis, tels
gands, voulut leur offrir le pardon de que Servalin Pierre, Codio Blaise, John
leurs crimes et les rappeler au respect Lynch, Prophite Vincent, La Monnaie,
de l'ordre et de la loi. se repandaient jnsqu'aux environs du
<( Une amnistie lut publi6e, assurant Mirebalais.
a ces homimes dgares la protection du !Oue pouvaient-elles conire les Iron-
gouvernement, s'ils se soinettaieut sans pes rdguii6res du government ? Cel-
relard an pouvoir l~gitimement el Idga les-ci ne larderent pas reprenlre le
lementi cabli dans le pays. Its out me- bourg od Ste-Suzanne; ct to Gnidral
connu la voix de la raison et de la cl- Nord Alexis, 1k nouveau commandant
mence; ils onl continue leurs courses militaire dans le Ddparcemeni dun Nord,
devaslatrices, ruinant les cultures, as-'s'itant transporld A Dondon, dirigea ses
sassinant les citovens paisibles. Ces ma!- colonies contre Valliice, qui itail de-
faileurs n'oOPt ancun but politique I venue comme le centre militaire et po-
poursuivre. Le pays a oblenu, par la lilique de l'insurrection.
Conslilu1ion (1ui vient d'dlre votee, les D'autres forces, parties de I'Artilhoni-
garanties qui faisaient I'unique objet de le. marchaient contre St-Michel de 1'At-
la Z1evolution.--- Le pillage el le meur- talave, pendant que Ie general Ocean
tre sont done lout le programme de ces Ulysse, stimule par la presence dn Mi-
bandes d'assaisins.-- Ce programme est nistre de Ia Guerre, Mn dlas Climent,
exactement le mime que celui In g6n6- s'acheminait avec sa division vers le
ral Cayemitle, qui vient de lromper quel- bourg de Hinche.
ques ciloyens des environs de ,leremie, Ces deux localitls ne manquaient pas,
en les appelant centre la ville,au nom apres Ste-Suzanne, de tomber au pou-
mtme du gouvernement, Co general, voir tdu gouvernement. (6 ,oft )
suivi des nomm6s Taquois et Cyril, a Las-Cahobas tenait encore pour les
it6 mis en file par la vaillante popu- insurgds. M:ais lc 11 Septembre, 1'armic
nation de Jer6mic et s'est port, depuia, rIguliere enlevait le fort 13iassni, situ
du cie6 de I'Ause-d'lIainault, o0 les for- dans la commune de Valliiie, pris la
ces regulieres, lancees it sa poursuite, frontiere dominicaine.
ne tarderont pas A i'alleindre. C'6tai~ un n grand succ(s que d'avoir
L Le gouvernemeut doil la i socidl6 ainsi enligu6 le d6bordemeni des Cacos.
de prendre les nicsures niilitaires es Mais le gouvernement ne io:vail en-
plus .nergiqnes pour meltroe fn sans core prevoirla sdrie de difficulties et de
retard a ces disordres qui arrltent le complications qu'il allait cnsuite ren-
commerce ce e mpechent l'administra- contrer.
tion nouvelle de commencer los travaux Pour l'observalcnr, son elmbnrras ap-
el les reforms que comportent sa poli- paraissait dans Ia classilicalioui neme
tique et son programme.
SLe Gouvernement va frapper fort. ( 1 )Dans sa proclamation du 10 Juin,
II en a pris la resolution, el promet la Salnave prtlend qu'a son arrive au Cap-
societd d'Ctablir sous pen la stability, Haitien, Codio Blaise 6tait d&ja en r6bel-
sans laquelle rien ne peut se fonder. lion au Trou,
( Proclamation du 18 Juillet 1867. ) S- Rouzier, dans son Dictionnaire
Voila done Cayemille et ses amis, qui Geographique et Administratil' donne la
ddjia taient qualifies de Piquets, as- note suivante :
similes par le Gouvernement aux ban- ( En 1867, le colonel Robert Noel pas
des de gierilleros que l'on commen- sa au Grand-Bassin pour se rendre au
gait dts lors i ddnommner Cacos. Mont-Organis6 ( Ouanaminthe ), oi il
Sprit les armes centre Salnave. 11 s'adjoi-
Mais landis que le Sud Mtait apparem- gni Servalin. Its n'daient que 6 Cacos au
ment pacific, cctte insurrection des Ca- Grand-Bassin, dontle nor a edi immor
cos prenait dans le Nord des propor- talise par la Revolution des Cacos qui cut
tions inquidtantes. Le colonel Robert unsi grand relentissement dans le pays.),









REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


qu'il avait faile de ses adversaires. En'me venait d'etre trac6, il eCt fall y
combatant dans le Nord ce qu'il lui pers6v6rer. Le pouvait-on dans la pt -
convenait d'appeler le Geffrardisme, il riode de lutte arm6e oj I'on dtait entr6
etait force par les 6vdnements de s'ap- et qui devait s'accentuer do plus en plus ?
puyer sur les anciens partisans de Gef-
frard centre le spectre du Piqiueisme V.- Les Nouvelles Chambres
ou du Salomonisme, entrevu dans le et 1'Ex6cutif.
Sud. ( 1).
Ainsi va la politique dans les pays
troubles, malassis, commele n6tre. Elle Faites librement, les elections ne pou-
est faile de preventions, de contradic- vaient que s'inspirer de 1'esprit public
lions, de comnpromissions, qui ont sou- alors dominant. Or, quel elait cet es-
vent leur contre-coup mnme dans nos prit public ? Loe mdme qui, en dehors
rapporls avec lEtranger. des sentiments personnel et des pas-
Vers celle mnme epoqne. nos Com- sons excites, avait amend la chute de
missaires signaieint a Sto-Domingo la Geffrard. On voulait un changement
convention qui etablit les bases d'un trai- de fond dans 1 administration des affai-
td de paix, d'amitid, de commerce et res du pays et la mise en pratliue du
de navigation entire Haiti et la Rd1u- government parlementaire, tel qu'il
blique Daminicaine. ( 26 juillel 1867. ) fonclionnail ailleurs dans les grands
Le gouvernement en parul enchand. centres civilisds. Les homes qui 6-
11 so montra 6galement satisfait du r- laient acluellement au pouvoir, hier
sultat des elections qui venaient d'avoir che's d'opposition, avaient contribud,
lieu dans touted la Republique. Fidlle it plus que personnel, par leurs discourse
son sernent, il ne s'etait occrup des et pa1r leurs dcrits, i cr6er eel o tat
assemblies dlectorales que pour les cou- del 'opinion. On devpit les croire ani-
xrir de ( la souveraine protection des neds du ddsir sincere de rdaliser leur
lois ,. C'dtail peut-6tre, depui 18o6, la programme, mais la difficult en deve-
premiere fois que les aulorils haitien- nait plus grande par la raison que dd-
nes avaient garcid cette allitude spectatri- jt le pays dtait retomb6 dans une pe-
ce c' face de l'opinion. riNode de troubles, (( Toute revolution,
A ae i Aoi', le iisre e a dit un jurisconsulte, n'est veritable-
A la date du 17 A l, le nistre dmet i qui'un ital de gerre qui compor-
I'Intrieur, M1. Ovide Ciamea, avait fail i difticilement iexsrdce des li1i2rles
publier un avis danns !equel il recom- coItitulionnelles.
mandait c.-'esscmien/t aux auloritls mi- L'expirience ct Ia moderation des
lilaires de routes les villes de la ldpu- membres de l'Assemblie Constiluante,
blique de ne porter aucuno entrave au compose en m a jo ri I d d'homnes
libre exercise dos franchises communa- miris aux alaires, avaient prmis d'-
mnltris aux allaires, avaient permis d'6-
les Ctablies par ia Conslitulion. Le viler des hearts entire les deux Pou-
Gouvernement, disait-il, ddsavouoe t voirs. La Chambre, fo rm e d'0dl-
ddsapprouve tout acte violent et illigall mens nouveaux, ol dominaicn de
Imentis nouveaux, oft ilominaicnt do
quiserait commis centre les droits cons- jeunes homes amlilieux de se signa-
titutionnels de la Commune, II va sansile dns les lttesdela tribune, sau-
dire qu 'ily porterail prompted repression, raiil-elle garder la mdme circonspec-
dans l'interet des liberals publiqucs, sur tion C'est ce que lts fails ne arde-
lesquelles il compete seiieusement pour on nous apprendre .
ameliorer la situation malheureuse oil Vers a fi d Septembre, la Cham-
la tyrannie a laissI le Pays. ) Ibre et le S6nat, constituds selon le
Ce regime liberal. don't le program- vrou de l'Assembl6e Nationale, ddci-
(1) Au mois de Juin, on avait recu d&rent de fixer l'ouvertute de la ses-
la nouvelle que le G6ndral Salomon, nom-1 sion au 3 Oclobre. Mais it s'agissait d'a-
mr Ministre Pldnipotentiaire d'Haiti a Pa- board d'arroter lt mode de proceder en
risetiLondres, avaitaccept cettefonction, la circonstance. Le Prdsident de la Rd-








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


publique assisterait-il ou n'assisterait-il aux aptitudes de cetle mdme nation ?
pas I la seance d'inauguration ? : On avait affaire Li un peuplejeune,
Au Sdnat, I'honorable M. V. Lapo'- avide de progrds et de civilisation; il
te avail expose a ses colleagues que ne s'agissait pas d'un people tellement
dans un entrelien avec les Secr6taires faconne a d'anciennes former de gon-
d'Etal, il leur avait laiss6 entendre qu'il vernement, quu'il fint impossible de
tail Iacullalif0 au Prisident d'llaiti de'changer ses inslitulions. ( )
fire un discourse it I'occasion de I'ou- c Nous n'avons pas il retracer ici le
verture de la session ; mais les Minis- tableau des malhiurs sans nombre aux-
!ies n'acceplaient de se presenter avec quels le pays a die en pioie, depuis
;; Chef de l''itat qu'h la condition que cette fatale annde 18.4. Nous avons
I'ouvelrture de la session fit faiie par eu la d i c a t ur e, nous avons eu le
celui ci. despolishec sous touies les forimes, ct a
Ce n'dtai pas formcllemen ddfendu leur suite, la dilapidation effrdine.
par la Constitution, mais la question I'abus du papier-monnait portcd i ses
avanlt eI ddhattue, les Sena leurs ddci- dernidres limiles, tons ses ddsordrcs ct
de!eirel, ui inimement do rester diats la les exces du mililarisme, d'ofi e'nin la
lettre de la ConIstituion, et la Cham- ruine toiale de nos finances el une af-
bre des Pleprisentants adopla la ddci- frcuse misere publique.
sion du Sdnat. ( Le Prdsident d'Hu1li, ( Ce passe est bien gros d'enseignc-
dit cc p'ropos le depult Lagrois, de meats pour les citovens qu'un coupa-
Porl-au-Prince, a eu la gracieusele de ble dgoisme ne rend pas uliles t I'ad-
nons offrir lambour, musique et trom- ministration des affaires de leur pays-
pettes. Cel apparel militaire d~lat,pour Cc passed doit suLiouL noi s appren-
ainsi dire, l'attibut duI Pouvoir ExDcu- dream i maudire les honmmes qui, abusant
lif, eiit die necessaire, si le tPrsident des grands mols de liberal cl de prin-
assislail a ouverlure de la session I1 cips pour entraincr le people dans les
devient inulile, puisque le Chef le 'E- hasards des revolutions, ne trouvent
tat ne peut se rendre it notre invitation. ricn de plus i fire, ava t obtenu la
Restous consdquents avec nous-mimes, victoire, que de reprendre !cs erre-
er, votant avec le Snart ). ments despoti(ues de leurs adversaires
Le3 Octobre, les deux Chambres rlu- renverses .
niesenAssemblde Nalionale,procederent .
simplementt i t'ouverture de la Session Mr. Laporte fini par cet!e invocation:
LCgislative, sous la prdsidencc de Mr. (Qie le Gouvernement reprdsentalifchez
V. Laporte. Celui-ci pregnant la parole nous soit ddsormais une vdrild !.Que les
s'exprima en ces terms : principles d6mocratiques se dcveloppent
( MM1, pous inaugurons aujour- dans nos lmeur's powiliques par t1 con-
d'Iuii une institution nouvelle dans ses course de toutes Ics aplilud(es dans la
former gouvernementales, la r6uniion march des affairs publiques .
dc la Chambre des Reprdsentants et
du Sdnat en Assemblde Nationae. La session legislative don't nous faisons
( Nous disons une institution nou- I'ouverture doit etre laboricuscment rem-
velle, et cependant I'Assemblde Natio- plie.
nale tell que nous 1'avons aujourd'hui, 11 est dc note de-voir d'entrcr dans ia
se trouve inslilude dans l'oruvre de pratique large, severe et efficace d'esJ jores
1843.1Mais cette Constitution n'eut qu'une parlemetntaircs, attribut es'seniiel du gouverne-
existence 6phim6ire. .
a Cetle Constitution, essenliellement ( 1) Ailleurs, ces liberals, ces Iradi-
tions, ces droits anciens avaient 6te d'a
ddmocratique et liberal, dtait, come board la base des nouvelles institutions
on I'a dit, antipathique aux habitudes libhrales que les Pays-has, I'Angleterre,
et aux moeurs poliliques de la Nation. les Etats-Unis avaient proclainmes lors-
Ne rdpondait-elle pas, au contraire, qu'ils accomplirent leur glorieuse rdvo-
aux besoins nouveaux, au caracltre, lution. a








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ment repr6sentatif; mais que ce soit tou- faut d'abord prendre devant vous, Messieurs,
jours avec la sagesse, la measure et la con- l'engagement solennel de maintenir ]a tran-
venance nCcessaires pour maintenir la bonne quillite, qu'aucun pretexte politique ne per-
entente et 1'harmonie entire les grands pou- met plus dorenavant de trouble. Si j'ai
voirs qui out 6galement la mission et le fait prcuve de quelque energie miilitaire en
devoir de travailler au salut de la Patrie. combattant dernierement pour la ddlivrance
( Au nom de la nation, nous d6clarons" de la Rdpublique, je suis pret it d6ployer
ouverte la session de la onzeiime Legisla- une energies cent fois plus grande pour
ture. a maintenir l'oeuvre de la R volution, pour
ctablir d'une mani-re solid ce regime des
Une ddpulation est nommiee.pour ap- lois, oi la society doit trouver : ]la foi.,
porter au Pr6sident de la IRpublique sa dignity et sa prospirit6. a
le Message par lequel l'Assemblie Na-
tionale Lui announce 1'ouverture de la Ce mume jour, 7 oct., dans ]a mime
session 16gislative. seance, Mr. Andrd (Germain pr6sentait
Le Lundi,7 oclobre, conform6ment aux tId I'assembl6e Nationale. trois projels
dispositions de l'article 122 de la Cons- de lois, qui autorisaient le gouverne-
titution, les Secrdtaires d'Etal se pre- nent,--le ler., a contracler un emprunt
sentlrent au scin de 1'Assemblde Natio- de 50 millions de francs: -- le 2e., t
nale, pour iui remelire le Message prd- lir'e des missions de trniles sur une
sidentiel ; il elait ainsi conca : agence elablie it Paris ;- le 3e, i crcer
uine caisse d'escomptl et de prDtl i 'in-
MM. les Senateurs, duslrie. a
Le president de l'Assemblee, apres
MM. les Representants, avoir donud acle du ddp6t de ces pie-
ces, nommait une commission pour les
< 11 s'agissait de renverser la tyran- examiner et en fair rapport ia l'Assem-
nie qui opprimait le pays et l'empichait bidie.
de marcher. Une revolution s'est faite. Elle J usque-la tout s'elait fail de part et
a dur6 plusieurs ann6es luttant it la fois d'autre avec correction et dignity. Mais
sur les champs de bataille et dans l'opinion Fl''e des difficultis, selon le mot de
publique : Gambella, allait conmencer ; elle s'ou-
( Elle a vaincu a la fin ; et la nation. vrira a 1'occasion de deux pdlitions,
par l'organe de ses Representants, s'est don- I'une de iMr. Francis Montas, et I'autre
nt des institutions meilleures, et m'a ap-' de ine. Leon Monais, se plaignant de
pel6, en cette Constitution, a occuper la la detention prolong e du General Leon
premiIre magistrature de la Republique. Montas dats lesprisons du Cap-Hailien.
J *'ai jurde( remplir iidilement le devoir ( A la Chambre, lisons-nous dans le
qui m'est confi et je dois A mon nom de Bulletin official du 12 octobre, les dis-
rester fiddle iin mon serment. J'ai accept cussions ont l6 ftreis animics, dis le
ce mandatdiffici!e, cn vue d'6ter pretexte a commencement de la semaine. Elle a-
la guerre civil, ct de prouver,par mes actes, vait 6e6 saisie depuis qnelques jours
I'lhonictite d,.s intentions qui m'ont fait d'une pelition de M. F. Alontas, qui se
prc::.dre les arms countre un dcspote. plaignait de sa detention, malgre une
ordonnance de non-lieu mainlenue par
Le nmesage, qui cootenait en substance le tribunal de Cassalon. Le plaignant a-
le programme du 19 .Juin,et un expos vait Mt6 liblre le 8, mais le 9, quelqucs
suscinct de la silualion, s'achevait par deputis parmi lesquels MlM. Margron,
la considtl raion suivante: Brice, Lagroix, C. Debrosse, n'ont pas
voulu passer outre et ont demand tun
< faut dansl'accomplisscment decette formula, nist6re. La Chambre a reject celle pro- -
c'est la paix publiquc, hors laquelle rien position, combatlue par MAIM. Chassagne
ne se fonde ct ne se peut fonder. 11 me et Dominique.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


( L'olrago qui s'annoncait dlepuis quel-
ques jours, a eclatc hier, dans la soirde.
Les Secirlaires d'Etat, interpellt s, se
son[ tous pr6senlts a la Chambre des
Representants. Saisie d'une petition de
Madlame Lon Montas, envov6e d'abord
au comihl do Justice et de Legislation,
la Chainbre devait idsirer avoiir l]s ex-
plications sur la detention Ldu g6ndral
I. Mo o n e, co moment dans les p ri-
-ons diu Cap, puisqul'i prelendait (ue l[a
libert'd indiviiduell avait 61c violec dans
sa personnel. Que lqes dlpunis, sans
prendre en consideration ia situation ex-
ceptionnelle ot so [ruiive le pays, avce
une ilusurreciion slur ls frontiires, ol
vollant peu!-iTire user', dans des inesurIs
irop large, de i'cx rciice do lIurs droils,
ont tdemaine d-la inse eo liberal immn-
diate du G(niiral Montas. Le gou-
vernement, par 1'organe des SecrOlaires
d'Elat, a combatnu celte prdleinlion iiu
peu exagdr6e. 11 a f'it savoir qu'il te-
nait on sa possession des preuves ac-
cablanles die la culpabilitd du general
Montas, agent provocateur do I'.nsur-
rection les Cacos: que le g6enral Mon-
tas seraiii ugd, conformiment aux !ois,
et dls la !in dte l'ilnsluction du proces,
ddja commence depuis quinze jours.
( Secr6taires d'Elat ti fixer une date pourl
le jugemnen du gidreral Montas. Ceux-
ci so sont renfermes dans les lois, on
expliquant que les dclais voulus seraient
observes envers le prevenu.
SDI)s ce moment, le lumnulle s'est
mis dans l'Assemblde. Le president, A!.
Mdnard, formula la question dans ces
termes : La Cliambre est-elle satisfaile
des reponses de MM les Secr6taires d'E-
taP ? t
Le disordre devenant de plus en plus
grand, force ut de leave lela seance,
sans pouvoir conslaler I'opinion de la
maiorile, la foule s'tlant ruec dans


Stire et l'origine, si l'on veut dire sim-
plement la v6rit6.
Le g6naral L6on Montas, come tous
les oflici,,rs el les ministries qui se
sont distinguds au service d'un pouvoir
d6chu, 6tait hal des revolutionnaires.
II en dtlit de lui, come de Lorquet,
de Verne et de Mentor Nicolas.
A la chute de 1'Empire, Vil Lubin,
Del'va, Jeannot, D)lice Lespdrancc n'a-
vaient pas ite mieux trail s, et Caye-
mille qui avail coiumande en 1848 ve-
nait de subir le sort com0mun. II est
en queque soi te dans la logique des
'dvolutions d'exercer des reprdsailles
centre ceux qui out edt les reprLsen-
tants du rdginm aboli. Pcu imported la
part reeile de responsabilit (u'ils yont
prise. Les passions soulevdes el i'ap-
pdlit de vengeance no raisonento pas.
Pour reprimer la prise d'armes de
1.i', 0on avait proceed a des execu-
lions: et le gindral Monlas, sans eu a-
voir cau initiativee, n'dlait pa:s moins
dans le Nord le repre'salant attitrd
di Gouvernement qui trappait ou qui
surveillait les suspects.
II avait 6dt, on outre, l'un des Gdnd-
raux en chef de I'armde qui, en 181,5,
assidgeait la ville du Cap. (1) C'en 6-
tait done asscz pour qu'on lui cor it
sus, apres la chute de (;ei frard.
En pareil cas, le mieux qu'il eht pu
faire, c'dlail de so garer centre I'orage,
come l'avaienl I'ail Mentor, Lorquet
et Verne. Mais venu a Port-au-Prince,
aprds la revolution, il v Mlail rested,
sans se soucier de se mettre assez a
couvert. Apprdhend6 par la police, il
futl evoyd an C:ip, commniin trophde et
comme 6tage.
On l'accusa plus tard d'avoir prepa-
te on provoque Iinsurrection du Nord.
1 fallail bie) juslifier, d'une lfaon quel-
conque, son maintien sous les verroux.


I'Assemblde.
Ce ful une mauvaise affaire, oil plu- (i) Montas, arrive au Haut-du Cap, en qua-
ilt un mauvais d6but dans la pratique litc de colonel de la garde national de Mire-
u rgine parlementaire. Et le poces balais, s' tait distingu6 durant la champagne,
o as, pour aoir ii au point de parvenir aux grades superieurs et
ontaspouraoir ainsipsen, d'tre choisi, avec le gdciral Valentine Alcan-
reste jusqn'ici un fait mal compris du tara, pour remplaccr Nissage Saget et Lub6-
public. II n'esl pas pourtaut difficile risse Barthelemy, celui-ci mort au Haut du
d'en faire connaitre au moins le carac- Cap.


-----~--~--------______I_.








REVUE DE LA SOCIFTIET DE LEGISLATION


L'ancien commandant du Dtpartemen t duire. II se reunit en seance l huis-clos,
du Nord aurait pu, s'il l'eFt voulu. or- le It oclobre. Sur la proposition de
ganiser autrement la resistance et son president, M. V. Laporle. appuy6
prendre une attitude resolue, apres le par les Synaleurs Duval, Dupont jeune
depart de Gefirard. II avait mieux ai- ( Duponcy) el D. Lespinasse,- it ful d6-
me d6poser 1'Qpe et attendre. Mais cid,1 I l' unanimnitl que les membres
la politique le guellait. Sa liberation, du Cabinet seraient appelds devant
dans les circonstances oh l'on se trou- I'Assemblee pour qu'on s'appliquat de
vait eAt et6 un triomphe moral pour les concert aux movens d'apilanir !s dif-
ravolls, pouvait-on, cependant, sans licultis pndanles. Et pendant que l'o:i
violer la loi, prolonger indeliniment sa ridigeait dans ce sens un mnes.sae m.
detention'? Conseil des Secr6laires d'Etat, :( ilt,!.i-
Le cas du g6n6ral Montas etail de ldenl du Snnat en recevait un anire de
ceux qu'il aurait fall trailer avec le l'Exlcutif, con;ciu en ces ertnes:
plus de tact et de sagesse, en vue de
maintenir a la bonne enlonte et l'harmo- Messieurs les Sdnateurs,
nie entire les grands pouvoirs de 1'E- n UC mouvcmcnt populaire a cu lieu
tat. > On en fit un ctasus belli parlemen- vendredi dcriier, a 7 hcurcs du soir, a-
taire. Le ministIre ful tax6 d'inconsti- pres une seance oragcuse de la Chambre
tutionnalit6 et charge d'un vote de des Representntts, oA il v a cu uin can-
blame. Le gouvernementi dtait par ila dale extraordinaire qui, pendant un mo-
mis en diemeuro de se sounmellre on de ment, mcnacait td'entrainer des consdqucnces
se ddmeltre. 11 manifesta quelque irri- tragiqucs.
station, et son ressenliment passa aus- Co movement, rcnouveld ce martin, a eu
sit6t dans la noulc. Le Conscil des Mi- une Iriste consequence, car le people s'est
nistres protesta centre le vote de la port en masse devant la Chambrc, et a-
Chambre, qu'il considdrait come n'a- prcs avoir poussk ics cris de: ( A has la
yant pas 6te valablement dmis; (1) Chbia, re! en a chass6 les RepriscItants
< L'eit-il 6td, lisons-nous dans la note rtunis et en a fermd les portes.
officielle oi le Cabinet s'en expliquait, Pour rester fidMle a son manda et main-
qu'il n'aurait aucune signification sen- tenir la Constitution, cl Prdsident dl'aiti,
sec. accompagne des Secrdtaircs d'Etat, s'est
a Le gouvernement, entourd de l'es- rendu dcvant I'H6tel de la Chambre, ou ii
time et des acclamations du pe e, ar a peuple, a c u peupe quil faut respecter les
resale calme et digne devant ce scan- lois Ltablies. II a fait disperser la fouled, et
dale incrova!le. Le gouvernement nous enons iimmndiatement vous deman-
coimple suo r i: s:ii;esse de la majority. der unc convocation extraordinaire, ain de
11 voeu s'entnic imaisiblement avec les vous fire une communication urgcnte,
Ipouvoirs constiiui s piour mener a bhien dans le but de rtablir l'ordre ct l'harmo-
les intrdts de la Rllpublique ; mais il "ie eltre les grands Pouvoirs de ''Etat,
dcineae aujourd'bui, pour la derniire (Sig;.) A. GERMAIN, DELORME,
fois, qu'il est docidte a recourir aux me- OVImD CAMEAU.
sures lK's Ih)is hauitement 6nergiques
piour coirnslider I'luovre de la revolu- C'etait aller au-devant des ddsirs du
li on: le pIror.es par l'ordre el par la l- Senat. II s'empressa de repondre aux
berle. o Secrdlaires d'Etat qu'il 6tait dispo'd i:
Le Sdnal n11 pouvait rester indiffd- les recevoir stance tenanle. Le Cabinet
CenI au coniiit qui venait de se pro- se prosenta quelques instants apris, et
sur 'invitation du president, Mr Ger-
S) Au mom o on ut pu fire la main fit un exposed succinct de l'amTire.
cntr e-preuv, les voix avant it partagees, A la 11n de son discours, il conclut en
contre-3prcus c, Ic- Vois avant cti partagees,
la foule avait cnvahi I'Asscmblc et la seance Ces teres: (' Comme dans le course de
avait pris fin dans Ic tumult qui s'cn etait la discussion qui a en lienu la Ciam-
suivi. ibre, des paroles outrageantes ont etc








REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION


prononcces par certain d6putes 'i 1'- qu'il imporle d'accomplir Ie plus tot
gard dn Chef du Pouvoir Executif, je possible. )
demand au S6nat que ces deputes: Plusieurs autres oraleurs prirent en-
soient mis en accusation. Suite la parole, parmi ceux iqui jouis-
isaient d'uIne grande autor'ile morale.
Le Sdnat ne pouvait pas so fire juge Le Senateur Dupont jeune conclul,
de la Chambre. C'dlait seulement son lcomme son coliegue, i lan ndcessild
devoir d'inlervenir pour essayer de r6- il'une conciliation. Tel fut aussi l'avis
lablir I'harnionie entire la Chambre et des S6nateurs Ioussaint, Th6hbaud, Sa-
le Pouvoi r Excutif. Le S6natcur Dau- lien. La tIhse fut enfii reprise eo dd-
phin ie lit heurcusement entendre dans veloppee avec beaucouL de force par
son discours. (( 1 ya de principes, dit- tl S6nateur Normil.
il, qui president 'i routes institutions.. Les amis du pays, ies amlis du gou-
Le Sinat a toujours 616 considtir vernemenL, les amis des princiipes posds
come lel m6diateur de la Chambre par la rdvoltutiona, dit-il, 'roi-;ient i)is'
des Dtpult6s, quand un conllit se pre-- eni presence des scenes qui viencnnt
senate entro ellk tit les organes du Gou- d'avoir lien. On ni'igiore pas que le
verimicent. 11 doit exercer cc drle.. novel oirdre de chloses qui vient d'dtre
LIa Chamibre a-l-elle a cette occasion 6tabli a des ennemis cacehd, des gens
suivie la line de demarcation qui existed qui ont prd'i d(es posiliotn: lucrative
enlre les Pouvoirs ? Je ne Ic pense pas, qu'ils occinuaient e cqui ventulo les rat-
car en dKclarant I la Chambre que l'ins- traper des gens cqui no deiLandent
truction de i'alfaire Montas avait coin- qu'iA voir des bouleversemenIs, parce
mencd, en distant que le g6n6ral allait qun'is veulent p6cher dans I'eai trouble.
itre jug6, les Secr6taires d'Elat avaient Ces gens so rejouis;eni secrelement de
fait une response propre 'i satisfaire la tout cc qui s'cst produit deplis le 11
Chambre. Demander plus, c'est s'ingd- jusqu'a ce jour. Pour moi, je crois que
rer dans les attributions du Pouvoir ju- le Ministiee et ;l (Chambre doivuent se
diciaire. Or, un Pouvoir n'a pas le droit fire des concessions mutueCles Ot s'en-
de s'immiscer dans les attributions d'an lendre, ain d'asseoir celle libierit qui a
autre Pouvoir .... Pourtanl, la Chain- coCitl tant de sacrifices au Pays. ) It
bre est lide an Sdnat, I'un de ces Corps l'nit en adjurant les S2criair'es d'Etat
ne pout pas existed sans l'autre. Ce d'oublier ce qui s'6lait passe el de com-
sont ces deux Corps r6unis qui forment prendre tous les deputI6 da ns la amdme
le Pouvoir legislatif. J'dprouve une sa- pens6e de tranche rdcjncilialion.
tisfaclion de voir au minisltre des hoim- ( Nous y consentons < repondircnt
mes qui sont famiiiarisis avec les !i- les Minislres par F'organe de Mr Delor-
berlds publiques, qui ont constamment mne.
demand le rigne de la loi et qui ont Les cris de a Vive le Presidentl d'lailii
leurs noms i mdniager, tant dans le Vive la Republique parent alors des
Pays qu'en Europe. 11 s'agit en ce mo- rangs de 1'Assemible.
ment pour l; Chambre et le Pouvoir Exd- Le Ministere rdpond par ceux de
cutif d'en venir par des concessions ((Honuemr au Sdnalt Vivenit les inslilu-
mutuelles a une conciliation franche et tions )
loyale. Nul doute que la Chambre ne, Le president du Sinat crut devoir
reconnaisse son erreur. Quant an Con- poser la question do savoir si dans le
seil des Secrdlaires d'Etal, il aura un movement qui avait eu lieu, I'cxistence
vote de satisfaction du Sdnat pour les de la Chamnbre 6tai, en cause.
explications qu'il lui a donndes Mais a Non ) rpondit Mr Delorme, le
il ne pent pas oblenir la mise en ac-. Ministlre Ic reconnait et le Pr6sident
cusation de plusieurs inembres de la :d'Haili lui-maine F'a di au people :
Chambre, sans s'adresser au Corps au- K En veriu de la Constitution, aucun
quel ils apparliennent. Et en le faisant, Pouvoir n'a le droit de dissoudre la
il rendrait tris difficile la conciliation < Chambre. ) (A suiore.)








REVUE DE LA SOCIIETI DE LEGISLATION


ACT i ALT subordination aux Etats-Unis, si elle ne doit
l tre comnpens6e par la garantie d'un ap-
Qoique la convention da 8 dvrir it A pui effectif centre leurs rivaux....
SVoil lt bio des raisons d'en vouloir ricn, depuis le 24 du ineine mois, la sanc- u malhureuix trait, uit deja a conna
lion du Senat des Elats-Unis, nous ine sa- tant do vicissitudes !
chons pas (qul iusqu'A l'houre on nouss Mais ce qui rend to cas de lna lpubli-
ecrivons, Ic Congris domniicain lait por- que dominicaineparliculi reomenl pineux,
l i l'ordre du jour do ses ddlibrations. c'est que le rejet do la convention no lui
Si Ion songe que assistance des tlals-U- itp a patie ps lle. It s'esui-
nis a mte requise d'urgonce par la ltpiu- rail refroidlsseinenl inivitahle di ses
t. t t rait uan refr'oi linss etii inevitable do seo
blique doiniicaine, common un moyen in relations avec les Etals-lInis, mine si le
extremist, seul capable de la garantir: Cabineu do Washington avait la g6ndrosi-
contr e le anger pressant d'nue interven- d n atcher s ,i d-
lion iorop, '111 ; si on so rap pollo qu [a to t10 pas altachbr tno A 6 fi M
tio enropenu; si I'on so appellu qu la plisanto aux dvolutions de colte deman-
couven Lion,avant dtl'tre ratifide sans chan- ( assistance, retire par les demandturs
gement par le S9inlA lderal avail dite int -us'ilt6l qu'accordi. Alleint dans son au-
nilltie oneitilO batl ie oute le deux go- to ih IlOl o, lo goouvern' eni Caceres
veri' eine ins inter'sst e, el qul ello e ist a u ail, du i ial A sturvivre At ii a l ichec.
tant l'e ivro du CLabinel de Santo-Domin- Co seraient, en tIos cas, la division et Io
go iqule id C ibinot do \VA .1;-a,,. on sera dlsairoidans le personnel gouverneio nltal.
t1ol0l de irouver un pen) liz r1re c, brtls- Los padlis adlvoses, oneouragts par I'espoir
quo rleviemnt d'alitud. ltnagaiiez I.i d',ploitei fruIctueseni'ent co d6al doe trou-
pamuco onteux qui, s'tant doniie beau- lie, sais avoir a craindre I'opposilion du
coiup d pe o pour s assure Iaidoe (u vo- foruiablo gendalmne ailricain, no vou-
sin, fail mine d ne plus v tenir, du mo- dlaiient pas perdr sans doue l'occasion
inent qu'il l'a oltenuc !... dl'ui eltou offtesif. On aurail la guoe'eo
lMais les perplexites du Prisidont Caco- civil en perspective pour une pI!riode in-
ries el de ses miininstrs s'oxpliiuent, quand cldterminile. Tout polre 't croire que les
on fail Io dt o tiomibremoient des troupes dont Puissances '1i ji,. ..,, ill ltwsessis aln ia gle-
so compose 1'onrnel dos mieconlens coalists : 1mol, die la Detle dominiicaine, n'y assis-
contre 0 I raitl. Le Chef dte 'Etal roncon- teroaioln pas longtllips en simple spec-
tre, dit-on, des opposai.s dans sa propro talrices. Solon los terines do l'accord quil'a
famnille, partni ses pire a s leI plus procleos. cons[ita(, Il'oxpi lient traiisitoire du Ia i1o-
On sorait embarrass a i lins .... dls vil0en li a ) lan t lit al sort du Irailte,
II v a d'abord, on Ieliors des distinic- chacune d'elles recouvrerai! la liberlt d,!
lions de parlis, les nalionalisles, qui, dans' pourvoir direclemcint an payment de ses
leur clhauvinisme impulsif, regiilbenlt i nationaux. Los cilranciers europoens se-
l'idee d'une diminution de souveraineld, nraielt d'aulantu oins disposes a prolon-
porlee au point de nt plus pouvoir coi- or lto dilii d'allenit qu'ils u'aurailnt pas
tracter iln enprunt ni modifier les dr.iils lieu prlsenteienlt di se loner do l'entento
do douanos, sans la permlission dut Pirsi- am riicanto-dominilcaine, si, comnme il so dit,
dent des Etats-Unis. 11 y a les lions des sous pritexto qlu'uoe sentence arbitralo a
Pouvoirsdichus, d'aulanl plui ssdvies pour djA fixi les vialeurs des aux conccssion-
les gonverlans acluels qu'ils aspirent plus naires amenric :ins, I'ImJproveimenl com-
ardemmlent a leur succession. 11 y a les panic se Irouvo seule exceptol des leduc-
crianciers de l'Etat, qui, rests en soul'- tioiisimposoes i tous les porteurs die itres
france depuis de longues aunnes, ne sau- do la Detto publique.
raie:ti se consoler des reduclions, en par- Los Etats-Unis pourraient-ils copendant,
tie arbitraires, opbiees sur le montalt de aprls avoir pris envers les Puissauces in-
la Dette itilrioure. -- 11 y a onin un cer-o tervenantes l'engagemnont former de favo-
tain nombre d'hommes politiques apparte- riser ui arrangement, propre ia sauvegar-
nant au part diigeant, qui no seraient pas der l'intlret de la masse des cr6anciers et
loin de consider comme une duperie la des r6clamans, s'en remettre, 'dfaut de








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


l'arrangement promise, au bon vouloir do posture V1'-.av ,l i, ii -r, mette en eluvre
1'Etat d6biteur ? No sorail-ce pas alors pro- tonics les resources de sa diplomntie pour
voquer celte main-inise de 1'Europe sur convaincre le Congres doininicain, com-
les donanes dominicaines, doni la menace me it a convaincu le S6nat fidiral, do la
a e6l ronstamment signalve dans les mes- nicessilt de voter la convention du 8 f6-
sages du Prisident Roosevell conime on vrier. Le Congres se laissera-t-il enlin per-
motif d6terminant on faveur de la conven- suader ? Nous no tarderons pas A Ie sa-
tion ? voir.
On voil par li qu'il n'est pas irration- GEOHGES SYLVAIN.
nel de pensor que, an cas i( me ofi les o7 Avril 1907.
depnuls dominicains so refuseraient I ra-
lificr l'initiative du Ponvoir Execnuif, DERNIERE IIEURE
les Etals-Unis abandonneraient malais6- Au moment oii parait la REVUE, le
ment le console financier don't ils nnt as- bruit court que le Congres aurait fini par
sum6 la rsponsabilit,. DUns cc vaudeville voter la Convention.
diploinatique, aux p6ripelies variees, qui avril.
depuis deux n.s se d(eroule sur la sceneOl I
des Anlilles, nos voisins finiraicnt par jouer --
le r6le d'a-sisle[s malgr6 eux.... Voici, d'apr6s Ic Message du Pr'sident
En attendant la conclusion d'un nonvel Cacers, present i au dbutn de celle an-
accord, on s'eulendroiit peut-e6re pour pro- n(e an Congris dominicain, queicle [l;nit an
roger le rigiine provisoire du modus vi- -31 Decembre 1900 la situation liianci('re
venli. Mais il faudrait bien, au bout du de la Rnpublique:
compile, en sortir d'une facon quelconque. -- fleceltes aninuelles dn 31 [)dcomrbre
En dehors du mode do riglement actuel- 1905 au 31 Dceombre 1906 : P. 3.80(0.
lernent pendant devant le Congr6s domini- 000 or.
cain ot qui serait des lors cal16, il n'y an- -- Sommes d(postes ia la Nationalcity
rait plus guire que Flessai d'un control tank of New-York, pour I- service do la
combine des Puissances, d'un proteloratl li- Deltt publique,en vert dn lc: eot du 31
nancier A trois on a qualre. Co syst6me mars 1905, en v comprenanl les int iets
transactionnel a faith ses prenves en Tur- jnsqu'au 31 Decembre 1906: P. ..417.
quiet, en Egypte, et vient d'dtre reins a 607.40 or.
la mode, it propos du .Maroc, par la Con-
firence d'AL..'-i, --Encaisse du Directeur dlu TrIsor ot
Le government des Etals-Unis, don't la d'esautres Etablissements publics: P. 280.
politique lend a prevcnir on i empicher 000 or.
outeo immixtion de l'Europe dans les af- -- Valer des exportalions ie l'an-
faires inl6rieures des 1Rpubliques amiri- n6 : P. G 513.872 or
caines, no so prclerail pas sans repugnance -- Valeur des importations : P 1.281.
a une combinaison de cc genre. Mais, 337 or.
pour avoir raison de sa resistance, on ne
manquerait pas de lni faire observer que Les exporations out on pen diminiu( par
c'est encore celle qui laisserait le moins do suile de la baisse des prix din sucro. Elles
prise aux ppr6hensions politiques 6veilldes ltaient en 1905 do P. 6.896.098 or: mais
par 1'arrangemcnt don't it s'dtait avisi. les importalions- qui ne reprisentaient
Quand on aurait ajouot que les cr6ances qu'nll valour totale de P. 2.17,16.8*8 oi
de ses ressorlissans ne repr6sentent que ont augmented do 49 oro. Plus de la moi-
le septinme environ des valeurs rkclamees li6 de I'augmentation a porl)0 str les co-
a l'Elat dominicain, il ne lni resterait plus tonnades provenant des Etals-Unis)
de pretexte plausible pour s'opposer aux --Droits de douanes peicus : P. 3.192.
measures suggdr6es par la majority des co- 000 or.
inl6resses. -- ComptW au gouvernement dominicain
Aussi comprend-on que 1c Cabinet do par le Recevour general pour 1'an1nie
Washington, soucieux de s'epargner cetle 1906 : P. 1.310.000. or.









REVUE DE LA SOCIETY )E LEGISLATION


Bibligraphie. les pr ddens, la silrct- de mithode et
d'information, le souci d'impartialite, la
--o-- Imod6ration et la clarte habituelles a M.
Dorsainvil.
Le Lycde de J6r6mie, fond il a deux *
ans sous le nom de Lycee Nord Alexis, a
eu la rare bonne fortune de trouver pour di-i 1. .. N. L6ger, ministry plenipoten-
recteur, a ses debuts, M. Etzer Vilaire. i. tiaire d'llaiti aux Etats-Unis, ancien Pr6si-
Etzer Vilaire n'est pas seulement le poete dent et membre toujours actif de notre So-
remarquable que connaissent tous les let- cidtd de L6gislation, a eu le noble souci de
tris haitic's, I avocat distingue que son consacrer les rares loisirs que lui laissent
court passage A la direction du Parquet du ses laboricuses fonctions ii Acrire la r6futa-
tribunai civil de Jr&emie a recommand6 a tion-du livre de Sir Spenser St John, qui
l'estime publique, il est encore un pas- reste, come on saic, dans tous les pays
sionn6 de l'enseignement. Fils, firre, ne- de langue anglo-saxonne une sorte de Bible
veu d'instituteurs, il est depuLis Ilingtemps oAy I'on va puiser commune ment des in-
de la carri:re. Desirant pouivoir son Eta- formations sur I aiti, sur son histoire, ses
blissement d'une petite bibliotheque, il a nmours et ses chances d'avenir. Pour itre
eu l'idde de convier la sociLt6 de J6rdmic ,sr- d'Itre entendu du public auquel il s'a-
a une fAte littdraire, consacre exclusive- dresse particulierement, M. LEger public
meant a l'6vocation des beaut&s et des gloires d'abord son ouvragc en anglais. Mais il en
de la cite natale. Ses an:is lui ont joui le prepare une edition franchise qui pourra
tourddlicat de fire de son cvuvre pootique itre ue de tous ses compatriots.
la parties central du programme. Dcmen-
tant le proverbe qui dit que nul n'et pro- Nous ne doutons pas qu'avcc i'autorit6
phitc en son pays, le poete a assists vi- qui s'attache au nom et aux functions de
vant a son apotheose. Le souvenir de cecte son auteur, cc livre ne soit apple A un
soirle inoub'iable est precicusement con- grand rctentissement aux Etats-Unis. II dd-
sere- dans une plaquette (*) dit e a l'lm- ranger sans doute bien des gens dans leur
primerie du Centenaire ( JAremic ) et qui commode parti-pris, mais il encouragera A
content, avec un discours liminaire de M, la rtllexion et aux rechcrches personnelles
Aug. Garouce, les rcmerciemiens du Direc- ccux qui, faute d'dlments de control ou
teur du Lvcde Nord Alexis. une poesic de de contradiction, nous condamnaient de
M. J. B. Joseph Vilaire la magistrale con- bone foi sans nous connaitre.
fDrence oft M. Edmond Laforest a cxpliqu a l'ar e
En attendant que arrive de edition
en polet, en bommne de cccur ct en homme
en pot, home ie ccur ct c hoinme i i franchise de Haiti, son histoire et ses d6-
de goAt l ouvre poetique d'Etzer Vilaire. tract s s pe ettd'en citer quel-
tracteurs nous permette d'en citer quel-
Nous v renvouons volontiers nos lectcurs. ques fragmens, nous publierons dans notre
Sa prochain numiro la notice bibliographique
qu'y consacrent les kditeurs.
M. J. B. Dorsainvil pursuit le course de 11 ....____
ses utiles publications sur 'lhistoire d'Haiti,
adaptdcs A nos programmes d'enseignement. E imAT:m. --- Dans l'article Aclhilil, public
(i) Le nouveau fascicule qu'il vient de cn notre dernier numiro, ii faut lire, page 7,
mettre aux mains de nos dcoliers est A i'u- 2c colonne, au passage concernant la dette
sage des classes de l'enseignement secon- dominicaine:
daire. 11 part de la d6couvertc de lile
d'Haiti (1492) pour aboutir A la proclama- Pour ce qui est de la dette intcrieure,
tion de l'Ind6pendance national ( 1804). l'accord des craniciers a djai port sur une
On goGtera dans ce volume, come dans valour nominal de 2 millions, 028,258 dol-
*) En vente aux bureau de Haiti lie'raire lars environ, rdduite A 745.825 dollars, etc.
el social ( Imprimeric Crpin )
(I) En vente A la Librairie Robelin.












REVUE

DE LA

SOCIET]E 1DE LEG-ISLALTIOlT
PARAISSANT LE 2 DF CIHAQUE MOIS.


0 1MM -LAI RE laminls ddils on crilnms, inon privs d'aio fai ont
fjorinel/c, positive, par le code pinal, i' des cas
I. Sdances de la Societe : Opr5ius ci nel cont dIcnin pa; le ndeine
Rdunion du 8 Mai 1907. coe
(a ) Rapport de M. Jrminic. C'est a propose des arritcs pris par le
( b ) Communication de MN. C. M. Dupuv. Ministry des Travaux publics pour sanction-
II. Actuality, I4 article par M. Georges Syl- nerles r&glements organisant la surveillance,
vain. en vuc d'assurcr la security du Iraic sur lcs
III. Resolution du Congres Dominicain sanc- lines de Port-au-Prince, Gonaives, Cap, etc.
tionnant le traits avec les Etats-Unis, que M1. Dupuy croit devoir formuler des
IV. TraitU permanent entire Cuba et les reserves. Ces arrptes, pense-t-il, sont in-
Etats-Unis.
V. La psidn d Sana ( suite ) pa suffisants pour autoriscr I action repressive
\ La prisidence de Salnave ( suite ) par des tribune.
le General Lgitime,. des tribunaux.
VI. Loi rapportant la loi qui taxait en or Toute companies, toute soci6et d'exploi-
les droits d'importation. station peut avoir scs status ct ses regle-
VII. Bibliographic. ments intirieurs, ses lois privcntives ct
___ repressives. Mais cette legislation de famille
ne ri/git que ses membrcs ou sos agents,
;L;v'C: e d (a Soc et 0 n'intiresse que son existence intime
Lorsque cette soci&te est constitute cn
---- ---- vertu d'un contract sign avcc les repriscn-
R6union du 8 Mai 1907. tants de la puissance publique, cIle puise
dans le fait mnme de sa naissance un ca-
Presidencc de M3. Solon Menos. ractere special, qui lui cr/e des droits spd-
Sciaux ct des obligations correlatives. 11 ne
PrIsents: MMN. Mnos, Georges Syl- lui est pas loisible de disparaitre a n'im-
.vain, Jdrdmie, Viard, Denis. porte quel moment, et le gouvernement lui
3l. le President : .a stance est ouverte. doit toute security. Dpositaire d'une grande
part des intorkts g6ndraux, elle montre au
M. J6r6mie lit le rapport suivant : 1-e
S rmie l rapport suivt public ses status et ses reglcments parti-
Messieurs, culiers, et le gouvernement intervient pour
donner, vis-a-vis du public, force d'ex6cu-
Monsieur C. M. Dupuy appelle votre exa-1 tion a ce code special. La sociedt indique
men sur les questions suivantes, don't le D6- les measures protectrices qui lui sont n6ces-
partement des Travaux publics a 6t6 dedi saires, et I'Etat judge de l'opportunit6 et de
saisi par les Commissaires duGouvernement l'efficacitU de ces measures: Tel le cas de
pris la Compagnie des chemins de fer de nos diff6rentes companies de chemins de
la Plaine du Cul de Sac, (par abreviation fer. ( Au moment de l'exploitation, des rU-
P. C. S. ) v elements administration publique, ren-
Un simple arrdet ministeriel peut-il tenir a dus sur la proposition du concessionaire,
lieu de loi, supplier I une loi en malidre pe- t d6termineront les measures et les disposi-
nale ? Cet arretl peut-il conferer force de loi i tions necessaires, pour assurer la police,
a des riglements comporlant qualification ou I la sifretd, l'usage et la conservation de
assimilation de certaines contraventions, de cer- i la voie ferrie...... > Mais la companies


SEIZILIAE ANNNIE, No 3-


2 JUIN 1907.








REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


n'appelle pas seulement, au besoin, les a- N'oublions pas que le droit de police es-
gents dela sfirete, elle organise une surveil- le premier chapitre du droit politiquc.
lance sp6ciale, et ses agents agissent a c6te On saura gr6e i M. Dupuy d'avoir atti-
de la police administrative, instrumentent rd I'attention de notre Soci6et sur l'exer-
concurrciirent avec la police judiciaire. cice de la surveillance attribute aux com-
& Le concessionnaire sera tenu de sou- pagnies de cheminsde ferd'Haiti, car, dans
a mettre ai l'apprciation du Secretaire d'E- la pratique, bien des circonstances s'offi-
a tat- des Travaux publics les reglements ront qui derranderont une interpretation
o relatils au service de l'exploitation du juridique de Iarrt6 ministeriel. Plusieurs
, chemin de fer, et a son agreement les a- questions se pr6sentent dej a 1l'esprit.
q gentsde la surveillance special emplo6es Quelle foi est die aux proees-verbaux
r sur la ligne.-- dresses par les agents de la companies. ec,
.'absence des officers de la police judiciaire
( Les crimes, delits et contraventions, com- Que doit fire 'agent requis, lorsque, dans
a mis sur la voie et ses dependances, pour- le course de son operation, survient le juge
a ront ire constates par des proces-ver- de paiN, le commissaire du gouvernement
a baux, dresses concurremment par le offi- ou le judge d'instruction ? Que fant-il fire,
( ciers de la police judiciaire, les agentss'il v a contradiction entire sa dtclaracion
l de surveillance et gardens nommd s par et celle d'un fonctioninaire reconnu par le
Sle Ministre, come il est dit dans I a- code d'instruction criminelle? Les agents,
Slinda prdc6dent, et diment asserments prposs la stiret6 des chemins de fcr,
( devant le Tribunal civil de...... peuvent-ils ktreindiff6remment haitiens ou
II ne s'agit pas seulement, come on le strangers? Peuvent-ils cumuler le r6le de
voit, d'une rlgle de conduit donnee aux surveillant et celui de percepteur?
agents de la compagnie a l'dgard dela com- II n'entre pas dans mon rdle d'exami-
pagnie ; il ne s'agit pas seulement de peines ner ces questions. Elles indiquent tout
disciplinaires susceptible d'etre appliquees simplement comment doit etre interpret
pour la bonne march du service. Ce qu'on I'article de loi qui donne des attributions
nous montre ici, c'est la compagnie en policieres a la compagnie d'exploitation.
contact avec le public. Mais cette position, Nous r6pondrons maintenant a la con-
elle peut, par negligence, occasionner un ac- sultation: Le ministry ajoute a la loi de
cident, de meme qu'elle peut etre l'objet sanction,lorsqu'il qualified contraventions,dd-
d'une aggression. C'est surtout en raison de lits ou crimes des faits qui, au point de vue
ce qu'elle peut souffrir qu'on lui concede, moral, sont des fautes sans doute, mais qui
par exception, le droit d'avoir une police ne sont urdvus dansaucun texte. II sortenm
agissant sur quiconque met obstacle A la core dela :oi, lorsqu'il donne A un fait une
circulation de ses trains. Si ce droit n'etait qualification autre que la qualification pr&-
pas dans le caiecr des charges, sanctionne vue dans la legislation p6nale.


par une loi, I'arret& du Ministre ne saurait
le creer. C'est done de la loi de sanction
du contract que la compagnie tient son droit
de police, partout oil sont poses ses rails, et
non de l'arrete approbatif de ses reglements.
L'arret& du Ministre n'est qu'une measure
d'ex6cution ; il intervient uniquement pour
faciliter application d'un principle admis
par le 16gislateur.
L'ex6cution de la loi de sanction est con-
fide A la diligence du Ministre des Travaux
publics. Ce fonctionnaire doit veiller A ce
qu'on ne done pas au principle qu'elle
consacre une portee qui d6passe l'intention
du 16gislateur. La police de la compagnie
arrete el instrument.


( Les crimes, delits et contraventions
commis sur ]a voie et ses d6pendances
pourront etre constat6s,.. a Le l6gislateur
veut que toutes les fautes soient saisies sur
le vif. Mais on cherche vainement dans ce
texte le droit de qualifier. Un individu, par
example, a 6t6 incarc6r6 sous la prevention
d'une faute qui n'est crime que d'apres
I'arrktL. Lui refusera-t-on le b6ndfice de la
liberty provisoire sons caution ? La Chambre
du conseil dira-t-elle, en vertu de la deci-
sion ministerielle, qu'elle a reconnu les1l6-
ments constitutifs d'un crime Non, di-
sons-nous avec M. Dupuy; il fautune de-
claration formelle, positive. Et cette d6cla-
ration doit etre faite dans une loi. Le Corps







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


L6gislatif ne saurait laisser A un Secrktrie rc comptables cu deniers no peuvent 6tro
d'Etat le soin de fire des additions au n d6charg6s que par Ic Corps Legislatif ct
code p6nal. Aucun pouvoir ne peut exer- << par la inme decision qui decharge les
cer les attributions d'un autre, ni d616guer i Secr6taires d'Etat. 11 r'sulte de cola
ses propres prerogatives. Serait inconstitu- que vous devez atlendre lejugement do
tionnelle toute loi qui laisserait au Pouvoir ;& Corps L6gislatif sur l'exorcice auquct
Ex6cutif la faculty de modifier le code pde- appariecnt volre gestion.
nal par un reglement administration pu- Ccle opin ion do la Chanbre des
blique. II est obligatoire que la modifica- Conmpes paraissait bienfondde, car dans
iion fasse l'objet d'une measure express, I'expos6 des motifs lait l Ia Cham.bre
'cst-a-dire d'une loi votee i la Chambre des Hepr6senlants ( stance du 12 sep-
des d6put6s, au Sdnat, et promuigu6e par etmbre 1870 ) par le Dcpuld Boyer-Baze-
Ic Chef de l'Etat. r e .
SChet de Etat. lais, aulour du projel dto oi sur les at-
Aucune autorisation pr6alable, quelque tributions do la Chambre des Comptes,
large qu'elle soit, ne peut donner force de il est dit ceci
loi ai un arret6, qui assimile A des fautes
prfvues au code p6nal certain faits que il v avail tout d'abord 14 reliever une
viennent qualifier les seuls reglements d'une i erreur de la loi de 1867. D apris celte
+Societ6 de commerce. j loi, la Chambre des Comptes, apris a-
Et nous ne laisserons pas cette grave (voir apur6 les competes des fonctionnaires
question des delits et des pines, sans faire < soumis ason contrOle, leur donnait dd-
uneremarque, niexprimerunvceu. Onsecon- ( charge. 0r, une pareille attribution
tente depuis pcu de promulguer les lois au ( n'existe pas pour la Chambre des
Moniteur. On suppose que le people sait as- ( Comptes dans le syst6me do notre
sez lire aujourd'hui pour apprendre par ( Constitution. Cc sont les Clambres L6-
l'Officiel ce que ses mandataires ont d6ci- ( gislatives qui donncnt d6charge, et les
46. Souhaitons que l'on revienne At la ( competes de tous les fonctionnaires, don't
bonne costume de publier les lois a son l'ensemble et le rOsum6 forment les comp-
de trompe ou de tambour, dans les carre- Z les-generaux do la lepublique, ne doi-
fours et sur les places publiques. Nous a- o vent etre d6charg6s que par suite de
vons encore besoin de cette publication ef- la d6charge donn6e au Conseil dos
fective. < Secrdtaires d'Etat. Le project de loi
ect i i:


Le Rapporteur,
JEREMIE.


M. le President.- Ce rapport sera
imprim6,comme d'usage, pour etre dis-
cute h une de nos prochaines reunions.
M. le Secr6taire g6ndral donne lec-
ture de la leltre suivante :
Port au-Prince, le 30 Avril 1907.
A la Socidte de Legislation,
En ville.
Messieurs,
A un ancien comptable de deniers pu-
blics qui lui demandait decharge de sa
gestion ( ou ce qui pouvait en tenir
lieu ) la Chambre des Comptes r6pon-
dait ceci:
( D'apres la loi sur son organisation,
a la Chambre des Comptes ne poss6de
(( pas d'attributions lui permettant de
f faire ce que vous lui demandez. Les


So UIInIme suir point esI5 atLLr I UL ons
( de la Chambre des Comptes avec les
dispositions de la Constitution.))
Et le project de loi fut vote apres cela
sans discussion par le Corps Legiqlatif.
Cependant, une croyance qui semble
assez r6pandue, attribu de nos jours en-
core A notre Chambre des Comptes le
pouvoir de donner ddcharge ceux des
comptables de deniers publics qu'on pour-
rait appeler les comptables secondaires.
Et Mr. H. Price fils, dans son volu-
me ( Cours de droit administratif ) rd-
cemment public, semble accrediter cette
opinion, car il dit, pages 61 et 62 :
( La Chambre des competes a pour
( devoir de proc6der A l'examen de ces
pi pieces ( rapports, comptes personnel
(( degestion, etc ) el de se prononcer,
( c'est-h-dire d'accorder on refuser dd-
( charge, dans les trois moisjdeleurpr-sen-
station. Aussi, dans le language admi-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


o nistratif, on entend par qnitis le cerli-
a ficat de decharge indispensable pour
a oblenir la purge de l'hypolhiquel gale.
( Le comptable qui n'obiient pas de-
q charge de sa geslion es! dans le cas
a d'1ere ddnoiicd par la Chambre des
< Comptes anx flus de teles poursuites
a que de droi. ))
La question so pose done A savoir
1 La Chambre des Comptes possede-
t-clle acluellemenlt l droit oa le po:ivoir
de donner, sous une forie queleouque,
A un ex-comptablee ie deniers publics.
don't les rapports el conmples personnel
de geslion lui out 6ti' soumis, confornid-
ment A la loi, et lorsque ces competes
font parlie d'exereices tin ciers sur les-
quels le Corps Ldgislalif ne s'est pas en-
core prononce eL pour lesquels, par con-
siquent, it n'a pas encore pu djcharger
los Socrrtaires d'Elat responsables, la
Chambre des (omples a-t-ellc le droit on
le pouvoir dt donner quilus on dcchlarge
qui purge I hypothieque ligale grev at los
biens de cet ex-coiptable et autorise la
radiation do l'inscription qui nvait, di
prise sur ses biens en favcur del'Etat ?
0 Si la Cha:nbre des comptcs a ce
nnnvoir on e droit el iq'e lle s'abslienne


Art 12: ( Dans la verification des comp-
a tes qui lui sont soumis, elle dlablira si
( les complies soot quitlis on advance ou
(( en dbclt. Dans 10 dernier cas, ille invi-
a tera los comptables ti solder lour d6bet
a au TrAsor, etc, etc. Dans tous les cas,
r avis sera donned an Secrdlaire Il'Elat des
(( Finances du resultal de la;vtrilicatio... )
Art 14: x Si dans l'examcn des comp-
( tes elletrouve des faux, concussions, tde-
( tonuneentls, prcvaricalions ou malver-
a versations quiel cnques, nu conuiate de
a simples litriinenls cause's it I'Et! sauns
a qu'i y ait eu acted criiiiel de la part
, de l'agent, lle sera tenure dt d noncter
q le faith directeloent au Secrieaire d'Elat
(( do la Justice ........
B: Loi da 16 (aoil 1871 :
Art 7 : Tout fouctionnaire....... qui au-
( ra cessi d'elre en fouctions sera tenn,
t dans le delai de d'ux mois, i patir de
a la cessation do l; dite fonclion, d'ache-
miner a la Cliambre des Coiples les pic-
< ces enumnii esen I'article pricedent i rtp-
a ports, comp!es personnels de !estion,
( etc ) et devra lr Chaln/re des couples
a les vr'ifier et se pronounce ldt-dessus
<< dans les trois mois de ler" prIseniit-
( lion. )


de l'exercer sansrs efus motivd e qu'ellej -. Entin, que doit faire un ex-compt,-
no veuille pas, non plus, so conforner ble de deniers publics qui-- ayantt i ron-
aux JQis, en faisant ;au Corps L6gislatif dre couple de sa -. -ion pendant des ex-
son rapport !:nesilidl Ct aux Secrtai- i ercices sur lesquels le Corps LUgislatif ne
res d'ial conmiltents als rapports et dd s'est pas encore prononc6 et ne se pro-
noncipions r,'vuls par les articles 1, 12 noncera pas vraiseniblablenaent do long-
ot 1 I de so loi uanilpe d 16 seplem-rn iemps encore, ( 1901-1:,l, & 1,i.'-1903,
bre 1,70 et Iar l'irtice 7 de la loi du 16 octobie a dceimbro )-- lorsque eel ex-
aouil 1871, ;taiitinnelle Ai cello sur la compiable s'est personnollement conlor-
responsadiilii d )s iunc tionnires publics, mi aux prescriplions de 1! loi (tu 16 aoit
quel roniur, ctl ex-comptable pcul-il 1871 ci-dessus rapport6es ot que cepen--
bien av oir cuiir' In Chambre des Comp- d;ant ses propriMles irstent encore grevies
tes out conr 'i!t A d'hypotheque 1'.: I,. en faveur do l'Etlt,
.. t, -, .. i faute d'une dicharge qui n'a pas det don-
S1 Ia Cham} des, Comptes II'a pa s .
,., i iies nee aux Secritaires d'Etat responsables,
ce {il'{)lt o1 e p]Ouv(}il'r, (uelles obhlgations
c drilo c oio quell bave tesquels, cependant, les comptables
criene poI r ellr, quello inteirprel alion idon- .
nor, puegilitt,o fin de coipteris pes- secondaires peuvent 'avoir aucune soli-
nerq iesigriihe it, en in die conmpt e,l es pres-
*. e i1 t o e darite puisque, on le concoit, decharge
crilti ns su iva ests r nos ois la concer- O te abt e oda er
nant" pour des faits absolument strangers a cet
A : Loi du 1 sepftembre O870: ex-comptable secondaire?
Art 1: s Elle est charged de 1'examcn On remarquera, en passant, que, avec
< et de la liquidation des competes de le systeme tel qu'il semble resulter de la
< tous comptables envers le tr6sorpublic. ) loi actuclle (faite en vue d'un ktat de cho-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ses qui a ccss6 d'exister depuis fort long- M. Sylvain se charge de faire le rap-
temps )et avecl'interprltalion de la Chain- port sur les questions poses dans la
bre des comptes--- qui. je l'avoue, meileltre de MA. Dupuy.
parait ralionnelle en subsance--- deux bi- Puis, vul'heure avancec, la stance est
zarreries peuvent se presenter, i(. .l m, I, levOe.
ddplorables come consOquence, dan l
dunndes nos mours administralives et la I--....e
faconi don't les bills d'iIdemnitd sont ac- AC C T U L ITE
cord s anx Secritaires d'Elut depuis pris
'une lfr'n aiile d'annces:
I .--DI'u co6t, un Ministro obtient ldu XIV
Corps LIgislaiif une decharge do sa ges- Le C s dominieain o e e-
tion gdn)rale pendant un exercise finan- Le Congris dominican, comme c'd-
cier donnc t octte dchare ginral a-~ tail malheur usclment prvoir, s'est
ra bi ti aun cormpiable e.delniers pui- dcid i. rat.fler la convention (i 8 fd-
blic s ( coiplabl .s coda ire ), pl ac sous vrier, mi ais en la ratilant, il i'a amen-
les ordre.I doe co Ministre, nmas dont la dLe, sous prdlexle de a 1 eclaircir --
gestion Indau le mdmc n xercie vdri- et il se pent bien que ces eclaircisse-
file p;r une commission ndminislralive, ime1ls' nmome nsns mctlhe de nouveau
aura cepoutoant c trecon nue enlaclide d'ir- en cause le sorl de la convention, en
rtgulalrils oil de malversalions an priju- retardent pour queque temps l'exdcu-
rodgulariilVs on a te ii rsaliuns an pr~ju-iion dlniive.
dice de I'Elat ? ton ddlnitive.
2.-D'n nre cod, uMinisre cst soup- I semblaii, d'apres 'ar lic le. 'r que
c.-nd in i ulmLaritcs, an in'ai est Pnorp le service des douanes dilt passer tout
jonni dirrOglitNs, ou n'a pas encore lenti aux mains des ageas des l tat:s-U-
juslifd de lemlpioi do Ionds don't il a cu cntier auL mains des aen s ies las-l-
la gestion, on a simplement dpss6 les nis. Le Congris ne l'a pasainsi enltetn u.
credits budgdaires aliouds a sol Depar- a fornmid expreese ment-- et non sans
temen t c il voil le Corps Lggislalif slabs- raison --la reserve que les nominalons
tenir, en coisqueince, do statuer sair ses faites p~" le Pre'sideni des Etats-Unis ne
competes on Ini refuser dcliarge, el co dt viedracent pas a encontre de cells
faut do didelarge porra prijudicier l un que a l'Exdculif ) domninicain garden le
complable secod;!aire, ptlae sons les or- droit d'effecler dans les douanes do
dres de co Minitr-c.. mais don't la geslion, ~a epubique, conlormnment aux lois
examini e' ar une commistl sio adminiiha- exislanes.
tive, aura coepndanil I Irouive rgnoliere? Le Congres n'a pas manque det re-
La loi peul-elle se prlter it une pa;ioililio marquer, come nous, que l'arlicle 2
iniquild dans ce dernier cas et A une p;a- laissait le Gonvernement des Elas-Unis
reillo absurdity dans le premier? libre d'intervenir au moment et dans
VoidL diverse questions qai forment un la lesure qui lui conviendraient, pour
ensemble sur lequel je viens solliciter 1'o- pen que la secuite des donaniers pour-
pinion do la Socidt do Legislation. Cos vus de son investiture fiut en pdril ou
questions interessoet t un haut degre,non- lui par' t exiger sa protection. Ain de
sedumeint nomb e doe onctioinnires pn- former un peu la porte qui restait ain-
blics, passes, presents et A venir, mais si grande onverte, les ddputes domini-
encore uno fouled d'autres personnel. a cams onl. esolu toujour's par voice
cause des consequences des hypoihsques (( dc'elairc'ssemens --- que la pro-
l6gales, prises en faveur tie 'Etal, sur es leclion des Etals-Unis ne pourrait en-
biens des comptables de deniers publics, er enjeu qcue si le gouvernement do-
dans les conditions fixes par la loi du 7 iniicain se trouvait impuissant a pro-
septembre 1870. teger lui-mdme le personnel auxiliaire.
S. Sans donte, dansl'hypoth6se ofi I'Etat as-
Veuillez agrder, Messieurs, mes salula- sistant serait dceide6 profiler des trou-
tions avec mes remerciments anticip6s. jbls intirieursde la nation voisine pour
C' M. DUPUY, lui imposer son intervention,cette clause


----------







REVUE DE LA SOCIETY I)E LEGISLATION


restrictive n'aurait gu6re la vertu de c'est aussi la prouve qu'ils ne son! pas
l'arreter. Mais le fait que le Congres a bien sfirs de leur droil d'amendemnent.
essays de linriter en une measure, menime A propos des liberals qu'a prises le
modest, le droit d'intervention, laiss6 CongrLs avec cet acte diplomatique,
au puissant protecteo.r de la Republi- une question se pose, en cTet : Le droit,
que, alteste que les prot6g6s ne sontpas : econnu dans la plupart des constitu-
sans se rendre compete du danger de tions modernes aux Assembles legis-
leur situation. latives de sanctonner les traits passes
Au paragraph final do l'article 3, le par le Pouvoir Exscutif avec les repr!-
Congr6s 6met la pr6tention que le tarif sentans des Etats tlrangers, implique-
donanier soit imm6diatement reform, t-il Ia faculty de modifier le texte de ces
puisque, dit-il, le rendement des dona- traits ?
nes pendant les deux derniires ann6es Illitons-nous de reconnaitre qu'une
a depass6 le chiffre de deux millions telle conception i'aurait en soi rien
de dollars. Or, cette interpretation un de contraire A la raison. c Qui peut
peu sommaire d'une des clauses du trai- plus peut moins), dira-t-on. S'il appar-
t1 exigerait certainemenl, pour se tra- tient i un Corps delibbrant d'annu!er
duire en resultat pratique, un compl6- en v refusant sa ratification une con-
ment d'op6rations. Toute modification veniion consentie sous la reserve de
du tarif des douanes. selon les previ- cette ratification, a plus forte raison a-
sions du trait, doit faire l'objet d'un l-il le droil de l'accepter a correction
accord prealable entire e gouvernement et de formuler, selon ses vues, les chan-
dominicain et le President des Etals- gemens auxquels il subordonne son ac-
Unis. Pour que l'accord puisse se pro- quiescenent.
duire, il faut que ( l'Ex6cutif ) domi- Encore que l'argunent ne soit pas
nicain d6montre et que le Pr6sident tout-A-iait meprisable, il est vivement
des Etas-Unis reconnaisse, non pas sim- contest. On pose en principle qu'un
plement que le produit des recettes Parlement, saisi de l'approbation d'un
douanieres a, en deux ans cons6cutifs, trait, n'a d'autre alternative que de
depass6 millions de dollars, mais que, i'accepter ou do le rejeter. S'il lui pa-
en calculant le montant et la classes des rail necissaire d'oblenir des conditions
articles imports ou exports dans cha- meilleures, it sauvegardera les couve-
cune des deux annies pr6c6dentes, aux nuances internationales, en invitaut les
taux des taxes qu'on se propose d'e- membres du Pouxoir Ex6cutif i ouvrir
tablir, le net total des droits ainsi obte- de nouvelles negociations avec l'autre
nu est sup6rieur a la some de deux Parlie contractante. Mais, n'ayant pas
millions de dollars. le droit de faire les traits, it ne peut,
Ce calcul n'a pas encore e t fait, que sans porter atteinte au principle de la
nous sachions; si l'on se mettait en separation des pouvoirs, amender de
peine de l'6tablir, nous doutons fort qu'il son autorit6 propre le texte d6f6r6 A sa
donnit raison aux conclusions antici- sanction.
pees du Congris. Telle n'est pas l'opinion du Senal des
Les d6put6s dominicains ont 6td plus Etats-Unis, qui, quoiqu'il ne fasse pas
loin. Ilsont bravementajout6 (agregar) les traits, ne s'estjamais gne6 pour les
a l'article 5 le membre de phrase sui- ddfaire a 1'aide d'amendemens de sa
vant : 'apr6s la ratification des Hautes fabrication. Consid6rant cette pr6roga-
Parties contractantes. tive comme essentielle a l'exercice de
Que, appel6s a sanctionner la con- son droit de conlr6le sur la politique
vention, ils aient cru devoir recourir, exterieure, il I'a constamment revendi-
pourl'amender, al'euphmisme d'dclair- qufe et exercee, malgr6 les protestations
cissemens, c'est la preuve qu'ils n'ont des gouvernemens et des publicistes eu-
pas voulu avoir 'air de crder de nou- rop6ens. Le fait est attest& par deux in-
veaux obstacles ou de nouveaux retards cidens d'assez fraiche date. Le trait
al'execution de l'acte du 8 f6vrier; mais Hay -- Pauncefote, conclu avec 1'An-











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


gleterre pour le canal inter-oc6ani- coup stirquelles scront les modalitis du
que, dutl tre abandonn6, par suite des dnouement.
modifications que le S6nat federal ne GEORGES SYLVA1N.
s'6tait pas faith scrupule d'yinlroduire,
lots de la discussion en seancepublique. 20 mai 1907.
Le President Roosevelt lui-mime, apris s.....s.si
avoir, dans une lettre i M. Cullom, re-
connu conformes an droit public de sa COPIM
nation les pretentious de la Haute As-
semblee, en a subi, `i son lour, la dis-
gracieuse consCquence. IDans I'impossi- Tip 1 nnr miniin
bililt de repr6senter 'i l'adhesion des UU IdUi I U5 n1111 1
gouvernemens contractans les traits
d'arbitrage, ngocies par ses soins, mais. Le Conigres National,
revus aprles coup, corrigrs et consid&M A\U NOM I)E LA IlEPIC3LIQUEi
rablement angmenies par le Senat, force '
rableienlu augmels pafrle Sdnai, for-ce Usant do la lacult quce lui confire
lui fur d(y rcnoucer. le paragraph 7 dio article -2 de la
On voit par li(lque le Congres domini- Constitution politique de l'Etat, et vu la
cain, aucasof l'ontrouveraita critiquer Convention couclne ad refreendum le 10
lacorrection de son procidd, pourrait in- F6vrier de L'annec en cours el approved e
voquer avec advantage ( c'est le c6te pi- par le Senat amdricain le 25 des m6mes
quant de la question) I'autorite des pre- mois et an. ainsi co cue : (Voir le trailed)
cedens consacres par le Senat des E- Consid6rant quo pour eviter Itoni am-
lats-Unis. lais plus volontiers il pro- biguit6, ( le Congres ) a cro coivena-
testerait que son interpretation ne tou- ble d'etablir au pied du dit trait les
che en rien a l'economie du trait. Le 6claircissements (aclaraciones) suivants :
Cabinet de Washington accept era-t-il A) A article 1, i est enendu ue
cependant, come on semble l'y con- es employs don't parole cot article no com-
vier, que ces r.elles modifications soient lesen s on aueun ct arcux que, confor-
purement etsimplement ajoutees aubas pr ent n s ceu l doit nomer
du trait6, a litre de commentaires ex- Me Pouvoir nscutis tominicain dtans mles
plicatifs ? C'est douteux. Nous inclinons Pouvo Ex6cutif doqe.inicai
plutot a penser que le President Roose- d bl
veil, se souvenant du beau lapage me- ( B ) A I'article 2 : l-ette prolcclion
n6 autour du premier ( prolocole) Daw- du Gouvernemeut amnricain pour le
son-Sanchez, ne voudra pas s'exposer Receveur general ot ses auxiliai-
de nouveau au reproche d'empi6ter sur res pourra soulement avoir lieu an
les attributions constitutionnelles du cas oii le Gouvernement Domilicain se
Senat, et soumeltra au a Grand Corps ; trouverai dans l'impossibilit6 de l'assu-
les additions et les changemens op6res rer.
dans le lexte d6ji vote. It n'est pas d'ail- ( C ) A la deuximine parties de l'article
leurs A supposed que le Senal tienne ces 3 : i est entendu qne l'urgente et neces-
amendemenspour destructis desclauses saire reforme douaniare peut s'effecluer
fondamentales du trait. Les memes rai- immediatement, conformnment a la tonenr
sons qui, apres deux ans de laborieuses do texte, puisque le Gouvernement Do-
discussions, out porter les senateurs du minicain peut d6montrer que, dans les
parti republicain i adopter sans chan- deux annues pric6dentes, les ievenuS
gement la redaction fix6e par. le Pou- douaniers ont exced6 2.000.000 dollars.
voir Execulif, subsistant encore--appa- Aouter a articlee :Aprs la ra
remment, -- tout sera regularise dans ( D) Ajouter a I'arlicle :Apr s la ratifi-
remment, -- tout sera regularise dan cation des Hautes Parties contraclantos.
un bref delai. A moins d'impr6vu.... D6cide :
Dans 1'histoire de ce traitL bru- Article unique. D'approuver, com-
meux,on ne peut jamais predire h me ii approve par la pr6sente, avec







REVUE DE LA SOCIIETIE DE LEGISLATION


les Cclaircissements sus-dits, la Conven- cun Trai[l ou autre pace, qui diminue
tion passe ad referendum le 8 fivrier on tended -i diminuer independencee
de i'ann6e en course, entire le Gouverne- de Cuba, ni en aucune mani6re con-
ment Dominicain et le Gouveruement des f6re autorisation on licence it aucune
Etats-Unis d'Amerique. Puissance ou it aucunes Puissances 6-
A envoyer au Pouvoir Ex6culif pour trangires d'avoir, i fin de colonisation
les fins constitutiOnnelles. ou a fins inaritimes ou militaires on de
toute autre maniere, ilablissement ou
Sjuridiction sur aucune parole de 'Ille.
II a et plus d'une lois question ici de I1. Le Gouvernement de Cuba
I'Amendeinent Plait. Nos lecleurs nous i'assumera ni no contraclora aucune
Sdctte publique, au painment de laquelle
sauronlgr6 sonsdoute de publier le irai- seraient affects des intlrdts et un a-
te cntie Cuba et les Etais-Unis, doni les mortissement, plant quc ses resources
clauses du celdre Amendement. liit.l- douaniircs ne donneront des plus-va-
lues, toules d6penses converles.
ralemienl rep]roduiles, /ormenl Ia subs- I.-- Le Gouvernement de Cuba consent
lance. a cc queles Etats-Unis exercent le droit
Sd'intervenir pour la sauvgcirdc de l'in-
Traitb permanent determinant les rela- ldependance Cubaine ci le ouiicn dc'un
T.il ...0 i 8 dipendance Cubaine el It soulien d'un
Stions R la ui do U Gouvernemcnt, capable de proteger la
tlons onifre l lpUliqu d ba vie, lapropridtd et la liberty individuel-
1. les, et capable d'accoinplir les obligations
e es s ats=unils iAm riq,. coiiccinanut Cuba, il)posecs aux Etals-
Unis par le traitd de Paris, lesquelles
Considdrant que le Congres des Etals- doivent mainlenant di! e assumes et
Unis d'Amirique, en verlu d'une Loi, CexCutLes par le Gouveronement Cubain.
votec le 2 mars 1901, (isposa come IV. Tous lcs acles, rdlis6s par les
suil: Eats-Unis i Cuba pendant I'occupation
S11 est aussi decide que, conforre-I miliIaire, seront ratiflis el, lenus pour
ment i la declaration continue dans la ;valides et tous les droils lIgalement ac-
rdsolution conjoinle, vote c 20 avril quis durant celte p6riode seront main-
1898, sous cetle rulbrique: (. Pour re- tcnus ct prologds.
connaitre l'inddpcndance du peuple cu- V. ---e Goiivernemcnt de Cuba cxc-
bain, il imporle que Ic Gouvernement cutera et amplifiera, s'il v a lieu, les
de !'Espagne renounce a son autoritd cl plans dedjA projetds on autres qui se-
I sa domination dans 1'ile de Cuba el ront muluellementadoptis, en vue d'as-
qu'il retire de 'ile t(l des caux cubaines sainir les villes ct les bourgs de l'ile,
ses forces de mer et de terre, et que alin d'dviter le developpeoment des ma-
le President des Elats-Unis soit autori- ladies dpid6miques et infecticuses ct de
sd, en vue de rdaliser les dites rdsolu- protiger ainsi le people et le commerce
tions, it faire usage des forces de terre de Cuba, de niLmeI que le people des
et de met des Etats-Unis, ) le Prdsideol ports du Sud des Etats-Unis.
demeure par la prdsente autoris6 h V1. L'ile de Pinos demure en de-
laisser Ic government et la souverai- hors des limits de Cuba, marquees
net6 de l'ile de Cuba au people cubain, par la Constitution; un Traild special
dcs qu'en cette Ile s'dlablira un gou- d6terminera i qui clle appartiendra.
vernement cornstitutionnel, qui puisse VII. Pour mellre les Etats-Unis en
ddterminer les relations futures des E- measure de maintenir l'inddpendance de
tats-Unis avec Cuba, essentiellement Cuba et de proteger le people de cette
dans les conditions suivantes: ile, ainsi qu'oe vue de sa propre dd-
I. Le Gouvernement de Cuba ne fense, le gouternement de Cuba ven-
concluera jamais avec aucune Puissance dra ou affermera aux Etats-Unis les
ou aucunes Puissances 6trangdres au- terres jugdes n6cessaires A 1'dtablisse-







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ment de stations navales en certains!la ville de Washington, huit mois apris
points ddterminds qui seront fixds d'ac- les signatures.
cord avec le Prdsident des Etats-Unis. En foi de quoi, Ics Pldnipotentiaires
VIII. Le Gouvernemelnt de Cuba oni respectiveient signed el scelld en
insdtera les dispositions ci-dessus dans double les presenles, faites en espa-
nn Traitl permanent avec les Elats- g"ol et en anglais; a la IHavane (Cuba
[Unis. !ce jourd'hui 22 mai 1)0,01
Considdrant que I'Asseuib',de Cons-;) Sign) CAILos D ZA.LDO.
ituante de Cuba :! adolpt le 12 Juin II. G. SQUIE'lS.
(1901 une rdsolu!ion ajoutant .I la Cons- ____ ____
litutioii de la R16ublique de Cuba, a- 1' i AA A
doptdle 21 fivrier 1l01, un Appen- V' a I S
dice qui ccntient min pour mot et So0tuleits ai,, r i..;- (1867-1870)
lettre pour lettre les huil articles de la
Loi dii Congi'drs des Elats-Unis sus- --
mentiionnis (S iie)
Considerant que le Gorruernement in- L'attitude du Sinal dans cclle allaire
dipendant et souveraiu de la RepubI i- et i rdsolulion adoptde par la Haute
que de Cuba a dtd dlabli sons le re Assemblee eurcen pour effet de provo-
gilm, Ce la Conlisitulion promuloude le ..
gime de la Coslituiion promulgnc le q la rellexion les memnbrs dis-
-20 Ma:s 100-2, dans laquelle sont con- pers.s de Chambre -cs iepresei.ants.
prises les precedentes conditions et Apr's avoir protesid contre l'invasion
qu av1 LA Sl koir darotesoe eo nLrAe laCnlasion
qu't ai suite de an ritraile a celle mime du lieu de clurs deliberations, ils se
dale du Gouvernement des Etals-Unis ddciderent, e 25 Octobre a se rdunir
come Puissance inlervenante, ii est de nouveau. e ,'ai en lhonneur, leur
ndcessaire d'insdrer ies stipulations ci- dit a cette occasion Mr A. ldnard,
dessus indiqudes danis nn Traiti per- leur president, j'ai eu 'lonneur, bier
manent enlre la Ripublique de Cuba apres-midi, dc recevoir Il visite offi-
et les Elats-Unis d'Amrique, cielle du Secri-aire d'Elal dte l'Intricur
La Rdpublique de Cuba et les Etals- et du Secr6taire d'Etat die l'Instruction
Unis d'Am6rique rdsirannt ex6cuter les Publique, qui m'ont charged, de la parlt
dites conditions ont inoimmne a celie iin du PresidenL d'Haiti, de dire officielle-
comme Plenipotenliaires pour conciure ment la Chambre qu'elle peut re-
le traild: .prendre ses stances et que le Prdsident
Le Pr6sideit de la RIpublique de d'Haiti promet toute la protection et
Cuba, Carlos Zaldo v Beurmann, Se- toute la s6curitd n6cessaires au respect
crdlaire d'Etat de la Justice, et le Pr6- tde ses membres et 5 la liberit de ses
sident des Etals-Unis d'Amdrique, Her- discussions. Quant a moi, mes cheers
bert G. Squiers, Envoyd extraordinaire collgues, je vous adjure, au nomi de
el Ministre Pldnipotentiaire a la Ilavane, la Nation, de ddposer sutr l'autel de la
lesquels, aprds s'dire communique leurs patrie le sacrifice de lous les p6nibles
pleins pouvoirs qu'ils out trouves eibon- sentiments que vous pouvez avoir con-
ne et due forme, on convenu come suit -' serves des jours ndfastes que nous avons
(Suit la transcription littdraledes sept arti- trave'rss. Ce sacrifice, le Pays vous le
cles dontla teneurvientd'etre rdproduite. demand, el l'epinioni publique et la
L'art. VIII, devenu sans objet dans le postirit6 qui vous jugera, diront un
trait, a tel replace par la disposition jour si nous n'avons pas dt6 modd6rs.
suivante: ) Ce mnme jour ( 25 octob. ), la Cham-
Art. VIII. Le pr6selt trait sera rati- bre reprit contact avec les linistres,
fid par chacune des Parties, conformu- Pour la premise des budgets de la Rd-
ment aux lois constitutionnelles qui rd publique.
gissent respectivement les deux pays. as Aux termes de la Constitution, dit
Les ratifications seront changes dans le Ministre des Finances, je devrais









REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATrION


fournir a la Chambre les competes g6- systime des guerrillas. Le pays so pir
n6raux de l'annl e 6coulne. Ces Comptes tail At cc genre de guerre sa coniigu-
gdn6raux scront remis, des que la Comn- ration et s; position gdographique, dans
mission qui est charge de ce travail les, le voisinage de la Dominicanie, l'y dis-
aura livr6s. a posaicnt tr6s avantageusement. Du Trou
ldais oh le Cabinet pouvait s'attendre ;i Ouanaminthe, de .laribarou au Mont-
a 6tre mis en 6chcc, c'6lait an vote du Organis6 et A A onbin-Crochu : de Mon-
rapport de la Commission nominme en bin-C rochu auTrou, par Valliere, le ler-
Assembl6c Nationale, pour examiner les rain, fortaccidente, sur unc dtendue as-
trois projects de lois que oI Ministre des sez considerable, est convert de mon-
Finances avail presents le 7. lagnes, de loril.s et de marais, De nom
Ce rapport, apris avoir critique Ion- breux course d'eau le traversent: ils sont
guement le project d'emprunt, conclut g6ndralement peu profonds.
a son rejet. Passant maintenant aux Les Cacos avaiont rdussi, en vue de
deux autres projects de lois, ajoutait-il. harceler nos troupes, a fire de ces lieux
votre commission aurail voulu poutvoir ulne sorte deguipier, plus digne dul nom
vous en recommander I'adoption avec de (0 Fond-des-Gunpes ) que la section
quelques lIgers changemoens, mais elle ninsi d6nommn6e dans la commune de
a le regret de vous dire quo cos projects Montronis. Laissant grandos ouivertes
de lois ne pcuvent itre voles par l'As- les routes d6parlemenltles, pour que
semblee Nationale, don't les altribulions Fi'nnemi pfit y pIn6trer, its avaient jbar-
sont clairement fixes par l'art. 73 de ricadd solidemont les aulies, et de dis-
la Constitution. Elle vous propose done tance en distance, a la lisidre des ibois,
de vous ddclarer inconmptente pour en au flane des monticules, come 'i liln-
connailre. Ces projects doivent passer gle des carrefours, ils avaient eche'on-
par la filiere des autres lois. n nc do pe!iis posies retranclihs, qui a-
Les considerations financieres et ad- vaient leur nae aux sommets voisins Ies
ministratives, mises en avant pour re- plus abrupts.
jeter l'emprunt, elaient logiques : il n'y Leurs principaux 6tablissements c-
avait pas lieu de s'engager pour le mo- talent Yalliere, le Grand-Bassin, Ter-
ment dans les hasards d'un empruntl rier-Rouge et 1'Acul-Samedi ( dans la
M. Andrc Germain, pour son essai, fort des Perches), la Savane-Longue,
n'avait pas teI hutureux. II fallait avi- et le Mont-organise, oi se tenaitle vieux
ser a d'aulres moyens. Noel Robert, leur chef.
Cependant le Pouvoir voyait s'ac- A la Savanc-Longue ou Camp-Ho-
croitre sans cc.se ses embarras. Ce n'- bert, ils avaient construit, au pied d'un
tail pas pCe dW. chose, au d6but d'un des contreforts du Mont-organiso, une
gouverncmenl, d'avoir la fois une op- forteresse en palissades, a double dtage.
pIosiiion paIrler.:ini!aire a contenir et une Celte forteresse &lail armie de huit pid-
insurrection ie'dpr'imer. ces d'artillerie et d'un gros obusier en
SaInave (elt v\oulu consacrer toute son cuivre, (canisl're i deux glueules, selon
alienilioin i 'i iin.urrection, qui l'obli- le mot des Cacos. ) C'dtait un outrage
genii 'i enlr.l ir une Iforce assez con- digne des Romains.
side(able. .Miis 1l encore les circons- Au nord, la plane de Maribarou
t. cese ne le i'avorisaieiit pas. pouvait se garder elle-meme. Ses marais
P-- en faisaient un asile assure pour le (1e-
Spot de munitions des iisurges.
V. Nouveau theatre de la guerre Z
V. Telle 6tait, avec ses moyens de dd-
Depuis la praise de St.-Michel et de fense, la topographic du nouveau thea-
llinche, les C'wcos, refouls et concen- tre de la guerre. Born6 au nord par la
trds dans l'iiidieuir du Nord, ou plu- mer et a l'est par leMassacre, trop vas-
t6t dans le Noid-Esi, chang6rent de te relativement aux forces du gouver-
tactique. Passant de l'olfensive a la dd- nement pour 6tre enferm6 dans un cer-
fensive, ils adoptlrentl rsolument le cle de camps retranch6s, il 6tait d'un







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


accus. sinon impraticable, dn moinio Salnave venail alors d'arriver aux Go-
bien difficile, pour qu'on pitt esp6rer d'y natives. Prenant pr6texle d'une messe
op6rer ,i bref dMlai la reduction des d'aclion de g. ices, que Ic gnedral Vic-
Cacos. torin allait faire chanter, il avail laiss6
Com me lesVendeens, les Cacos taient la Chambre en Irain de bougonner con-
a la fois paysans et soldats. La plupart ire le Ministere, a propose de 1'arresta-
d'ellrc eux n'avaient pas cess6 de culti- tion d'un ddputl, Mr. Ferrms, du Petit-
ver leurs champs et dl'entretenir leiurs Gotive. Accompagnu de sa Garde et de
bestiaux. A la premiere alert, donnde sa mason militaire, il s'dlail embar-
1'ar trois coups de feu rdglementaires, qud i hord du ( Sylvain > le 10 No-
i!s tlaient pr6ts on i se cacher on ai vembre. et ctait arrived aax Gonaives,
former de pelits rasse !nilements imipr- le 20, a 2 heures de 1'apr6s-midi.
vus, pourL sc jeler sur les derricres des Le diianche 2i, te President pa. sa
colonies engages dans lc pays. < Li, jen revue les troupes, rIunies sous lcs
cheque arbre, chaque rocher, chaque ortdres du g6ndral Rebel Batraville, le
ravin, chaque bosquet, cachait nn enme- commandant mililaire de la province.
mi oiu des ennemis insnisissbles, anussi A I'audielcc qu'il donna ensuite aux of-
agiles que le vent (1). Ils n'dlaient pas iciers dte 'Elat-major, il lear anon ca
divisCs, come l'avaient i e ceux de la son intention d'aller visiler l'armee en
Vendee. Its n'avaient qu'un chef It pas campaign. Cependant une dp:echc du
d'ambitian autre que celle de d6fendro generalNord Alexis 1_:' i1..'ii..', t net-
leurs vies et leurs propridtes. tement le project, sur leqnel on iavail
Pourarriver pacifier la region, il eit! sans doute pressenti. On nous en fit
fall du tact et de la mnihode. Le ge- donner lecture. Le g6ndral Nord, a-
ndral Nord Alexis, qut coimmandai! 1'ile pris avoir rappeld la situation difficile
gauche de 'armee, semblait de nos of- du pays, qui exigeait la presence du
ficiers militaires le plus apte I oblenir;chefde 1'Etaldanssa (apitale, concluait:
ce rdsultal. Ancien commandant de la I II ne convent pas que vous el moi
comniiune rural de la Plaine du Nord, nous soyons tous les deux sur Ic thLti-
il connaissait assez le paysan pour ag"i tre e la guerre.
avec prudence. C''lail d'ailleurs, par na- Mais Salnave n'dlait pas d'humii ur
ture, un esprit froid, calculateur et per- isuivre ce sage conseil. labitue i la
s6v6rant. II avait procedd jusque l a- vie intense des combats. it s'impalien-
vec une habilct qui le ddsignait deja tail de son inaction it Porl-au-Prince.
au commandement superieur de toute La lutle parlementaire n'tlait pas son
l'armee. faith. 11 s'ennuyait d'y 6tre condamnd,
La prise de Monbin-Crochu ne tarda tandis que de beaux coups dlaient don-
pas a confirmed celte opinion. Aucune nds ailleurs par d'autres.
position ne paraissait plus difficile i~ Le 30, il apprend la prise de Monbin-
fr'nchir que le defile qui mine a ce Crochu; le mardi, 3 Dccembre, apris
petit plateau ravine qu'on noimme l avoir faith battle la march du part,
Monbin-Crochu. HIIcissde d'obstacles il quitteles Gonaives ct va coucher a
naturels, elle 6 ait gardee par de nomi- Enncry, pays de Toussaint-Louverture.
breux groups de dfencseurs. Le vieux Le bourg ctait a pen pris desert, la
La omnnaie y commandait. Cependant plupart des habitats avaient suivi les
les troupes du gouvernement, sous les Cacos ct une grande famine dtdsolait
orares de Nord Alexis, e nlcverent le pla- la contrte. Cela se voyait it l'attitude des
teau au pas de charge, dans la journde chiens, disputant t nos chevaux leur
du 27 Novembre, a deux heures de l'a- ration de mais : cc qui arrachait a l'un
prIs-midi. Ce succs mettait, pour ain- de nos volontaires, peu familiarise a-
si dire, les forces assidgeantes au ceurde vecces menus phi6nomines d nos guer-
la place. res civiles, 1'exclamation : a li yd?
(1] A. Thiers. Revolution frangaise. Tomes On part le lendemain pour St-Michel,
V et 1V. oh l'on arrive dans 1'apr6s-midi, a 3









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


heures -- Salnave y passe la unit et la dtd arbord sur tous les poinlsimportants
journde de jvudi. Le 0, on continue vers qu'iis avaient occup6s. La prise d I' a-
Pignon, o le miinistre de la guerre, meux lonbin-Crochu et des posies qii
Meindlas Cl6ment, avail son quarlier-ge- en dependent vous faith honneur.
neral. Accompagne du gd&idral Nord Soldats, je suis content dc vous, et,
Alexis, le ninistre vient au-devant de au nom de la Naiion, je vous fllicite,
nous, avec une longuc suite de cava- vous et les chefs qui vous out si digne-
liers, a une assez bonne distance de ce ment conduits. Vous miritez le litre de
lieu de cantonnement. Restaurateurs de I'Ordre et de la Liberte!
Ce fut un joli spectacle que la ren- Vous avez beaucoup fail; inais il vous
contre de ddeux escortes venant en sens resale encore beaucoup a faire. Nous a-
contraire, an milieu de cetto vaste prai- vons i pacifier les fronti6res de la Ri-
rie appelee la Savane Si-M1ichel. On pullque, :'i redonner au people la s!a-
aurait dit, en les voyant se developer, bili'e et a tran uili t rnuioubtldes si long-
suivant la sinuosit6 dui terrain, doux 6- temps par le fait de la rebellion de ces
normes serpents (qui iiraient ddroulde brigands qui infeslenl encore queljiues
leurs anneaux dans ds heibcs verses, points du pays.
a moitid jaunies par les igueurs de la L Encore quelques ours, nous ob-
saison. .tiendrons ce risullal \ous relournerez
La jonction se fit sans edremtonic 0 contents dans vos 'oyers et le pays joui-
avec uneheIra clie cordialile. ra duI bonheur (iui doit certaincincit on
A Pignon, on nous arrivimes i 3 hen- advenir.
res, le g6ndral Nord nous quilta pour. Iledoublez done d'elforts et d'ar-
retourner dans son propre quartier-g6- deuir et, ; chaque rencontre, prouvez
neral qui 6lait Monbin-Crochu. toujours que vous dtes les vdritables
Le 8, Salnave I'v suivit. Nous trouvai- defenseuars de nos institutions libraries.
mes la, ranges cn halaille, les quatre Yive la Liberid!
belles divisions de Falv% Ueliard, ive l'Egalitd
Toureau, Cicdron Dauphin et Simcn Vive la V'raternild!
Sam. Celui-ci, qui n'ltait que general \ive l'Union!
de brigade, fut fait cc jour mome divi- Vive la Repulbique!
sionnaire. Tous les soldals portaient i
Donn6 an citartier-6niiral de Mon.
leurs chapeaux deux aigrettes de spin; .ilnocn u qI S Ier-gon ral de Mon.
mais ce qui les distinguai surtout, c'e- i I' e l)e, an
taienl l'ordre et la propretl. Salnave de
ien ,ait lout joneux; il exprima ses sei- S. SALNAVE.
tinmcitlsdans I'oidre du jour suivant: Par le IPrsident;
Soldals, Le Secreliaire d'Etal de la Guerre e ide
,,.... .. .... ,.;,. ; .. l,, .. la iMarine,


S liUll(. i; A 11V s llI ousLI 3, VL 3 a l,
cndurd des souffrances et des privations
d(i to ules s 'iles; loin de vous, je les
f:i toi'ours noralemnentpartage6s. II me
aint'd itl d'arriivcr stur le llihlire des 6vNe-
'Hilcnl. iaisi la tranquillity de 1'Etat
exigeait ma presence a la Capitale. A-
Ipres a oir iplani les difficultis, sur-
montf des obstacles extraordinaire, je
me rends an milieu de vous a la tdte
dl'un corps det reserve.
t Vous avcz cependant march de
trionphe en triomphe; les Cacos ont
toujours fui devant vous, et le drapeau
de la liberid el de l'egaliti a toujours


M. CLEMENT.
Le8 Dccembre, le President- revenail
a Pignnn, el deux jours apris, laissant
ses troupes cn repos, il partait pour le
Cap, ofi il avail decided de passer les f6-
tes de lin t'annee et d'achever son or-
ganisation militaire.

VI. Retour de Salnave au Cap

Parti de Pignon, le 10 au martin, et
passant par Ranquitle et la Grande-Ri-
vidre, Salnave arrive,le soir, a 4 heures,
an Haul du-Cap. Personne ne 'atten-









REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION


dait. Sa venue ne fut, parait-il, annon- de se remettrf en sell et d'entror
ce que fort tard dans la ville mdme dans la ville, ofi, depuis deux ans, s'e-
du Cap. En attendant que les aulori- tait tu le canon meurtrier du fort Bel-
t6s vimnnent i sa rencontre, il laisse air.
reposer les chevaux et profile de cc 16- En route, nous croisons des cavaliers
pit pour se recueillir en s'isolant nn sorts dn Cap la rencontre de le
peu. 11 y avait peut-etre longlemips qu'il grand compairiole. II est d1ej nuit
n'avait t.ronve pureille occasion de res- lorsque nous frianchissons les ponrles de
pirer at l'aise. la vile. Mais arrive devant la mason
Faire une course promenade dans la oil loge sa lanmille, S:lnave, trop inm,
bou gad e ( tait ce qui convent le micux ne pent descendre dc cheval. 11 com-
a son 6lat d'esprit. 11 sortit, et je le mcence par sanglocir et iiialemeni, oind
suivis euln, clant ce joun-li de service a en une cruise de cluhades larmes. Sa
ses cott6s. Nous cheminions lentinent femme, ses entrints, ses inlimcs qui
idu cle delay riviire ; arrive snr le point, l'entourent, doivent I'arracher de ia
il s'atrrcie pour Ijleir nu coup d'oeil snr selle pour l'eItCra'ner aveC eux sons ('
le courant ([ui, Cn cet endroil, cole ra- toit familial.
pide conime Ile iemlps; pois, s'elant re- Peu de gens out eneudclu sians doutce
tonrnt, it s'assied sans facon sur le pa- raconler cetie petile scene. Elle :ia e(
rapel qui, toul ili'heire, luiservail d'ap- lieu cependant un soir, a' l'angle de la
pui. rue Espagnole et de la ipetie rue qui
Salnave otait 1i plongd dans ses pen- inene it 1'dglise de St Joseph. Ellen a-
sers, quand une feaine du people, sor'- vail rien d'extraordinaire, mais pent-
tie l'une mason voisine, s'avance vers dire contriluera-t-elle 6 jcieir quellue
nous. Elle s'approche du President qui lueur sur la physionomlie dec Salnave
la voit venir en souriant, et sans inler- et i expliquer )iecn des iaiis o))scurs
rompre sa reverie, ell iae ui passe l main de son existence. 11 n'est pas loujours
sur la 1lte, sur les jOpaules, sur le dois, faci e de savoir ce, qui se pIsse dans
le carossant ainsi, commie eint fail unle 'me e d'un chef d'Elal. On scrute les
m6re de son enfant ret.rouv6. lEle ne moindres actes de ces hants l)peson-
disail rien, lui ne souftlail mot. La pa- nages pour les incriminer on les ex;l-
role leur manqnuait ;i tons doux pour terl, 'i tort on iO rai son. Maais qui con-
exprimner' les senliincnls (qui, a cClte nait leur vie privde, Iuers sentliments
heiure d'heuirelu Ic ranconitre, 'isant intimes? . L'individu ne se livre qlu
vibrer leurs cauurs: Enin, prenantI le dans les courts instants de d6lenle, ofi
chapeau de Salnave, qu'elle examine l'on a I'occasion de le surprendre, pour
avec soin, la femme iaisse toml)er de ainsi dire, en son ddshnailld. La poli-
ses livres avec une douceur inelablec tique est un 6t t palhologi(que pien
ces simple mols .< Yin, cdlld chapeia propre it 1'6tude des caract&res. Elle
canni on Id ? > (1) transfiguree on ddfigure. Sous I'homine
Toute une epoque venait d'dtre cvo- poiilitiue, il faut pouvoir discerner
quee 16. Le lecteur s'en serait vile l'homme. LEGITIME.
rendu couple, si, come moi, il sa- (A sidvre.)
vail que le chapeau c nni don't il s'a-
gissait, dtait celui-ift mnme que portrait Nois publions sans commenlaire et
Salnave durant le siege du Cap, et qui, poui cause, la loi suiuiife, rcemmeiin
pour cc people. fanatis6, avail qnelque proposed par M. le Minisre arcclinl au
chose du panache blanc de Henry IV, Corps Uegislalif el voiCe d'urgence.
pour les luguenols du lemps de la 0 D ALEXIi,
Ligue.
11 fallait s'arracher pourtant aux; Pr6sident de la Republique.
souvenirs du pass. L'heure tlait venue Vu i'article 69 de la Consliliuion,
(1) Yin, diminiutif families de Sylvain. CoInsiddrant que malgrc la lourd m cllair







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ge quele Pays s'est impose pour retraiter La valour affocleo au retrait sera con-
A bref d6lai le papie onie, eapier-mo chge n papier-monnaie au taux du jour,
est rest normal ; le ler de chaque mois, et los billets pro-
Que la cause de cette hausse est en par- venant de cette conversion seront classes,
tie daus la baisse du caf6 A l'6tranger ; performs et livr4s aux flammos par les soins
Que celle baisse persislante a profonde- id'un' Commission non salaries, nommiee
mcnt alter6 l'6conomie de plusieurs des lois par le Presid6nt d'llaili, compose de trois
existantes d6putls, do denxs6daleurs et de deux com-
Que si, eo effect, d'in c6te, elle a ame- mercanis hailiens.
n6, i l'imporlalion, une diminution notable Le bluiement en scra l'ofecu 6 le 15 do
des recelles dell'Etal, do I'autre, olle a oc- ; L b o sera 6 l 1
des recettes Ideo'Etai, doe l'nttie, clle a oc- claque mois, sous la surveillance dtie la di-
casiounn un ralentissemnent iarquei dans les te commission et cn presence du Commis-
livraisons de cafelA importation, parsli- saire du Gouvernement pres la Banque et
to des has prix pays sur place pour celte la ecette General, d'uu d1elgu6 du d6-
denre ; ipartement des finances, d'un miminbre de
c;onnsidcrant quo par les brullencnts su5c-la (;!minhre des Conloes, do Commissaite
Ge- 's l lun Hum, .l aa 611 Chamllbre des Comples, du Commissaire
cessifs qui out eu lieu, it a 6t3 relire de ,
]a c rculation pros de 6.000.000 dcgour- ,d Gov rneinn, ps oitri civil, do
ci q d.S ~ O.UUU. ugo de paix, do lagistral unan do
des et iq e deja la diminution du paper, li lu- 'i-i, c u 0oaiitra c0 nlnt de
notre principal instrument (ld'clhan(ge int6- Place.
rieur, so faith sentir ;
Considerant enfin qu.e s'il a 61d neces- Proces-verbal d celltoplralion seradres-
saire d'augmenler les droils d'importation sC et pulli6 au prociain No. du Journal
i'anune dcrnmire pour acliver le retrait du Offieiel.
pa)picr-monnaie, le bu.l est aiteinc, et qu'il II sera public, en mime lemps que ce
convient des lors do diminuer ces droits, pr ces-verbal, nn ta l indiqiuaut- parad-
tant dans i'intcreit du commerce que dans ministration financierc la provenance
celui t cousommatour el de l'Elal ; des valeurs encaissees pour le retrait et le
Sur le rapport du Secretaire d'Etal des tau"x de leur conversion en paper.
finances et du commerce Art. 3. Au ler Juin 1907, les droits
Lt do i'avis du Conseil des Secritaires d'imporlation sur fes marchandises el pro-
d'Elt, duils cosseront (d'6tre persils sclon le mo-
A propose, lde t!!bli par la loi do 21 \ofit 1900.
El le Corps L6gislatif a vold d urgeouce Les marclieldises el produits arrives deo
la loi suivaule : I1'tranger A partir de cPtte date paic-
Art. 1. Le product des alfectations front les droils s i par le tIrift, augmen-
prlvues par le lo's du 11 Aofit 1903, du tds des surtaxes do 50 o/o ot de 33 1/3 o/o
21 Aouil 1906, el loules colles prevues par sur ces droits oii gourdes, et d'une surlaxe
des lois anlirieures ou actuelles pour lc die 25 o/o exclusi ement en oramericain,
retail du papier-monnaie, revioudra au calculee sur la sominm des taxs et surta-
service courant, dSs que le monlaut des xes r6unies oels que ccs droils so pcrce-
valeurs retlires de la circulation aura at- vaient anidricurcnmenu la la Ioi d 21 Aoht
teint 6.000.000 de gourdes. 1906.
Les valeurs ddji encaissees sous le rtgi- Art. 4. Los droils do tonnage, y con-



Art. 2, A partir du ier Octobre 19G7, Art. 4. La present loi abroge toutes
les brisures it residus doe af6 payront par lois et dispositions Je loi qui lui sont con-
cent lives deux dollars el demi or. Itraires. Elle sera cxdcule Sa la diligence du
Un dollar et demi de cs es eoi seonten- 3S 1/ oio d't dls finance d oo coni-
fecl all retrait du papier-mnonnaie t un mere
dollar au service courant. Donnu a la Chambro des reprSsentants
dollar au service courant.Don lChmrdsrersnas,









REVUE DE LA SOCIETY DEf LEGISLATION


a Port-au-Prince, Ie 6 Alai 1907, an '104 l'T'lablissemenl t'un n< regime monetaire
de l'i pendpenduce. stable .
L sidnt de a Ch Puisqc('on ne veut pas fair 1c retrait
Le President de la Chambre, immrdiat et inhtgral diu papier-monnaie,
S. ARCHE. nous conseillons alors d'6tablir mue circu-
lation mixle, papier-monnaie et monnaie
Les Sccrdlaires, d'argent, co qui changer la face ies
G. DESBOSIERIS, Louis IBRlTUS. hoses. > Nous renvoyons pour 1 diltail
a la lecture du plan financier de 11 Va-
)Donnd Ina lMaisc n Nationale, A Port-au- val, ilui temoiogne des excellenles inten-
Prince, le 10 Mlai 1907, an 10 1 de linde- tions de I'auteur.
pe nda nce.
Le President du Senatl,
.. ..... .... HA T1I


T. A. DELITOIN.
Les Sccrei'aires,
E. C1NIAS, Diogine LEIIEBOURS.
A NOI DE LA REIPUBLIQUE,
Le President d'llaili ordonne que la loi
ci-dessus du Corps LUgislatif soit revetue
du sceau de la Rlpublique, imprimee, pu-
blide et execut6e.
Donn anw Palais National, i Port-au-
Prince, le 10 Mai 1907, an 101 de I'Indd-
pendance
NORD ALEXIS.


Par to Prdsidenlt
Le SecraCuire d'Elal des
du Commerce,


Fiilnnces el


F. MARIICEILN.

BIBLIOG eAPHIE.


Monsieur D. Vaval, juge au Tribunal
Civil des Cayes, qui est aussi un do nos
meilleurs pnblicistes, nous a faith la gra-
cieusetB de nous dresser sa derni6re bro-
chure, ( Coup-d'eil sur l'6tat 6conomi-
que et financier de la lidpublique d'llaiti,
de 1872 a nos jours, ) imprimee aux Cayes
chez Cassagnol, rue di Q)ai. C'est la col-
lection des dilffrenls articles qu'il a ecrits
sur les finances du pays. Nous I'en re-
mercions.
M. Vaval, pour ameliorer nolre situa-
tion dconomiquc ce financiLre a [ui, dit-
il, laisse beaucoup a d0sirer, a preconise


SON HISTOIREETSES I)DETACTliEURS.
PAR J. N. LEGER,
En vogd Exitraoitdin rie cl Min islre Pld-
nipoleniiaire d'Haiti aux Etals-Unis.


S Les Haniiens sonl,ih l'exceptioides CLubaiiis,
Sdcs Porli-Rica ins et des Biar'ddien, !/c sc/s
(( habitani tincrgiques el progrcssisles dcs Anlil-
(( les. Et qoi qu'on puisseen dire, i/ faul sc rap-
i pcler qui cc peuplc a, ii y a prs d!': sic-
Scl, lau )i 1grd !c me ouvei'cl qu i, acho'vde an
<< Br'sil en i 189, a caused abolition dtc 'es-
( 1.;. i .dans l'h`he isphere ocridenta/l. > -
Professeo;r Robert T. Hi!.



Au point de vue social, politijue et
historique, ce live sur la Rpunblique
d'Haiti derit par Mr. LUger, auteur et pu-
blicisle distingud, cst prdcieux, opportun
et d'une immense portde. II intdressera au
plus haul degree les homes qui s'occu-
pent de questions inlernationales et
d'histoire politique; it aura une imiportan-
ce special pour ceux qui s'adonnent a laI
littdrature consacree au doveloppement
des socilCts humaines ou a 1'vol ution
des civilisations primitives ; tous les
lecteurs y trouveront une agrdable et ins-
tructive 6tude historique. Mr. LUger a
rendu un inapprdciable service a un
people courageux qui a eu a surmonter
de graves obstacles et qui a poursuivi
son iddal i travers mille vicissitudes, it








REVUE DE LA SOC1IETE DE LEGISLATION


un people qui est pcu comprise ita 1'ran- birateur, general, dictiateuir cinpereur et
ger oil it est generalement caloinniO. 16gislateur ; Potion, le fondateur de
Toussaint Louverture, Dessalines ct PN- la RWpublique, et Byer, le premier Prd-
tion ont fond6 une nation; Mr. Leger sident do toutn I'ile unic sous un mirme
la reIvle au monde. gouvernement. Mr. Leger ddmonlre
Mr. Leger est un home de lettres, comment le novel Elat, quoique redou-
l'anteur de plusieurs ouvrages bien con- tant un retour offensif des Francais, a
nus : Haiti et I'Instructlion Publique ,) peniblement poursuivi son organisation
a Haiti et la Revision, s ( La Politique et finalement obtenu la reconnaissance
Exterieure d'Haiti. (( Recueil des Trai- de son independence par un trait sign
tes et Coanventions d'Haiti', e Code de le 12 Fdvner 1838, i'anniversaire memc
Procedure Civile d'Haiti, annote. s ii est de la naissance de note Lincoln. C'est
un honmme public, un homnme d'Etat ; i unie admirable evolution.
a etI Secrelaire de Legation ct Charg6 Da)ns la dteuximnl Parlie d'e iouvrage,
d'Al aires A Paris ; Chef de Division an Mr. LIger passe en revue l'hisloire natu-
Ministere des Relations Ext6rieures ; D6- rellc d'laiti, son systinme d'instruction
puta ct President dui Comild d's Affaires publique, la forme de son gouvcrnement,
Etrangdres h la Chambre des Odlputds les imours et les coutlunes du people;
Ddldgud d'Haiti au Congrls Postal de les questions de marriage et do divorce.
Washington et an CongrLazPan-A mericai n I s'est ensuite occupy des calominies les
de Mexico. Depuis 189i. il reprdscente plus repandues surso:n pays ct sa civili-
Haiti aux Etals-Unis on qualile d IEnvoy6 station, tells que cells ireliives au can-
Extraoidinaireet Ministre Plenipoienoiai- nibalisnme, au vaudou et au relour I la
re. sauvagerie. Mlihodiquemeet ct intelli-
Pour son li're. Mr. Leger a adopid un gemment, l'auteur refute ces caloninies et
style simple d'ot est bannie toute d6- prove qu'elles sont non seulement sans
clamation ; il a soigneiseiment evit6 fondement, mais cocore qu'clles sont
i i .Possedanit Condlles fails, ila I malveillantes et propagees a seule lin
deC homne foi sonmis atu public un expos de fire du tort 'i Haiti, par des gens
sinirole, legiquei came ct mesurd. Le iucoinpdents et dt niauvaise foi.
palhdtique et le tragique, ct ses puis- (f Mon seul but. ) dit i'auteur de cet
sanies pages en abondent, -- ressorlent de outrage reniarquable, ) en ccrivant ce
'histoire rinme qu'il dcrit ; il n'y a au- livr e n anglais est de mcttreles Am6-
cune recherche d'efiet dra;maiq;4;e ou j ricains en insure de se for mer par
sceniqu.'. Jamais l'histoire des tuties et a eux-nmimes un jugemien impartial sur
des soun!rances d'un people n'a 1t6 si s: Ha'i. ) C'est in but nobi..let dlevd qui
naturlleiment racontie ; i ;, une tell fail hoonncur I l'auteur- au ppttriote, aus-
histoire n'a revitu une forme si alt -ayante si bien qu'aux Amricicains, 1 qui il desire
et si captivante. Dans la premiere Partie faire connaitre son pays, son iddal et ses
ce son livre Mr. Leger nous donne un aspirations. (Note des Editeurs.)
tableau saisissant des mauvais traitements -
infligcs aux esclaves te Saint-Domingue Erratum
tant par les Espagnols que par les Fran- Dans los souvenirs historiques du G6-
cals. ; il nous lit I'inlaSsable ct farouche
inergie montl6e par ces esclaves dans neral Ldgitine, publlis ,en notre dernier
leurs continues soul6vements; comment, inm6io, p. 17, au lieu de : ce qu'on
quoique tr smpes ct iassacrds, ils ne re- n ail -
noncerent jamais ni h l'i(e de liberty a appeld le Piqttlisne ) n'y avail en-
ni l'espoir d'un ineilleur lendemain ; core apparn que sous uin former bdni-
lauteur nous fail assisted a a lene ago- p il irig ion 'u cor
nie de Toussaint Louverture, prisonnier i currant
an Fort de Joux, et aux actions d'dclat don't le centre serait dloigne, il faut li-
accomplis par les nouveaux hdros qui re. pareil a I'irradiation d'in
jaillirent du sol ensanglantd de Saint-Do-
mingue; Dessalines' esclave, soldat, li- rayon, don't le centre ) etc.
















DE LA

` ii~rn ft;: 'IzB 7~= L.aiE.. G-T .Iuz u cI r


PARATSSN'T LE 2 DJl1 CIIAQUE MOiS.


1 '_ S ii CU de ]i So Coltt
RKunian 1 dU 29 Moi 1i,-)
K ippo;- t lI- Mi. L. Oeiii.
R~ipport da AT. G;eorges S ivamn.
ii.- Lou titUtiol i Ci ISM.
Iii. La p; siIcnicc dI( Salna a ( sUtii pi
lc~i(a~~3raI Lmimati~.
IV SeibliwyrneiShies



~F~~il~r:;i,-, d 2 0 -7; TI-.
1 oi 4




IP' Ci'dence dl' II. Solon Menos

lPresents AM. Soion M1enos, f-aforest,
( aorges Sylvaidn, Do"-is, .Yrm'mnia, Viard.
Al. le Pr~sidlen do noe la parole tm Al
Den is qui lit i1 I;apport. suiuvnt:


SLa C nslitulion ide 181( dispose dans
son article 183 : Le Tribunal claiii! ptr, ncc en
dernier rcssor I, dans /I rus c i. riiHr pd r la I, i,
Sii r les appls d es lde/ f.i l, sil lde, ju i'a de pi.i,
lDi parlemme; .

SCe article est une rdp'li'ion dlu !exl de
; i'airicle 140 de la Constitution de I.i,.
D'apres cette (disposition,ce sont les Iribu-
naux civil qui prononcenti sur les appeals
ides sentences des justices de paix en tou-
tes inaticres, nimne n ma nliiere cominmr-
ciale, l'arl; :io ci-dessus .e la Coinslii tioi
de 1816 n'ayant fail aucune exception.
Cola changera-t-il i l''poque de l'instilu-
tion dte la juridiction con(u!lieciaile? Nulle-
inent.
La loi (qui institute les tribunaux de
Commerce est de 1827 et a 6tt rendue
sous l'empire ide la Constitution de 1816.
Or, jusqu'a la loi organique de 1835, jus-
qu'a la Rdvolulion devant lanquelle s'eia-
ca le Gouvernnement du in'rsident Boyer,
ii n'y a pas de douie que les appeals des
jugemrents des tribunaux de paix en routes
inatieres, ne soient portes devant les tri


Mlessieurs, bunaux civils.
La Constitution de .i.I et les autres qui
Monsieur Alexandre Malebranche, suivent jusqu'a celle qi nous rigitactuel-
Doyen du tribunal civil de I'Anse-h-Veau, lenient, n'ont pas reproduit la disposi-
vous souniet la question de savoir quelle tion de l'arlicle 185 de 1R Constitution de
est la jurisdiction competente pour con- 1816. S'ensuit-il que, sans cecte disposition
naiire de l'appel des jugemnents du tri- et sans une autre disposit:in 16gale qui
bunal de paix rendus en ses attributions mette dans les attributions des tribunaux
commercials. Est-ce letribunal Civil?-- de commerce les appeals des justices de
Est-ce letribunalde Commerce ? D'aucuns paix en matiere conmmierciale, ce ne
pensent, dit Mr. Malebranche, que'c'est soient pas ies tribunaux civils qni doi-
le tribunal civil, pour !a raison qu'aucune vent encore en connraire ?C'est ce que
loi n'ayant misl'appeldans lesattributions nous gallons examiner.
du tribunal de Commerce ,il fautrecourir A d(faut d'une loi special sur l'appel
;u droit commun.-- D'autres soutiennent des jugements des tribunaux de paix en
que l'appel elant devolutif, 11 serait con. matiere commercial, nouspourrions nous
traire a 1'article 140 de la Constitution rdf6rer A la 16gislation franchise qui nous
de porter au tribunal civil une affaire sert toujours de guide; inais li nous som-
commerciale. mes au depourvu : les tribunaux de paix
11 s'agit pour nous de rdsoudre la ques- en France ne connaissent pas des affaires
tion en faveur de l'une ou l'autre de ces commercials, comme ceux d'Haili; ce
deux hypotheses. sont les tribunaux de commerce qui les


.SrV -\ '0.\ -'-\N -\ N.\--


. SE1Z~MF. AN_1;,E NO 4-


2 JUIL.LET 1907.7









46 REVUE DE LA SOCIE TEl DE LEGISLATION


jugent toutes, mnme celles de la plus mi- arrondissements, le lcxte retire les affai-
nime importance. res commercials aux tribmunaux de dis-
Faut-il en vouloir a noire legislation strict, en mirme letps il reconnait h
d'avoir conlid aux tribunaux de paix ceux-ci la plenitude de jurisdiction et
la connaissance des affaires de peu d'im- le caraclre de jug'e de( droit conmmun.
portancc de nature commercial, je pense Saisir le tribunal civil cu lieu et place
qu'il y a lien;, au contraire, d'cn fdliciter du tribunal de conmmrce. c'est done
nos Icgislateurs, qui ont comprise que la simplement retourner' la rigle gendrale.
justice de paix, cille qu'elle est organisde La loi no craint pas quo ies iribunaux
chez nous, avec sa procedure rapid et civils jugent mal les Aiair cionmnercia-
sans bcaucoup de frais, prcsidde les, carelle leirlaisscces procis dans un
qu'elle cst par un Magistral Lonjours unonbre assez Mlev6 d'arrondissemnnis.
present son post, tenant audiences C'est uniquement par faveur pour li:
tons les jours de la senraine e t mnme leIs comninercants qu'on : crcdC, (d iLn (ccrtaines
dimanches et les Jonrs de i'cfc. cst plus locaiids, !cs tribunaIux consuii:aires. et
apple A examiner et : i ger avec celerit' aussi pour ddcharger ics triun;i:;x civi.s
les petites conteslation" commercials d'nune foule de contcstations.
ne s'Wlevant pas :i plus de cent cent es tribunaux de comm.cice. diirons-
cinquantepiastres. Cc qui me lortiFe dans n ons, forment une juridictiin iexcep-
l'approbaiicn que je done a nos ligis- lion qui ne peut conii;!!e quie des
laieurs A cet dgard, c'est que dans quel- ahires qui leur son' e\xpress.-i.nt at-
ques Etats dirangers. cctte competence tribudes parla loi ; ccs afcires son cel-
des juges de paix dans les matieres corn- As qui sont `numarces anns les articless
merciales a cledaussi aoptee,par cixer!e 620 e suivants du Code de Conunerce.
en Allemagne. en Italie. En Irance La juridiclion commcrciale csl renifernee
mmre, beancoup de tentalives out Wl: fa-' dons on cercle qu'elle ne cpeit point fran-
tes pourattribuer cette competenceaux tri- chi, tandis q(uil n'en est pas de me ne-
naux de paix, la derniere est du 1 Miars( de nos tribunaux civil, qui out pldni-
1881. (1) Itde de jridiction. Et ainsi, qu le e font
La Idgislation francaise ne nousolTrani observerLvon Caen c Renault,to-.e I, page
pas un guide pour ce qui est de notre 372. a en attribuant conimpence aux tri-
sujet, nous devons nous rdeerer aux p:in- bunau x de commerce, la loi leur accord
cipes gendraux du droit. Dans le sysltee une preference, sans exclusion des tribu-
d'organisation de nos trihunaux, noas naux civils.al est reconnu que !outes !es
voyons les tribunaux civics qui torment lois que la connaissauce d'ucae p!aire ne
la juritiction du droit common, et dans leur est pas formellerment o6te p:r la loit
les mnmes circonscriptions judiciaires, ceux-ci ne doivenen n connuiture.
pour la plpa!ir, se !rouvent les tnriu-
naux de comnuncree qui fcrnlent une juri- A laors, piour' concre, nous dniros que
diclion dIexception ; plus has ou au- hil'rarchiquenlet, le trib.i al de paix
dessus des ti:I n:ux civil, sont places relive du tribunal civil, que colu-ci a
ie. S!si:i;.esi: a~ .q1i constituentaussiune Ia plenitude de juridicion, qu'aucune
iuridiction d'exccouiion, mais qni relivent lo0 n'a place i' appel des sentences des
dans inlhirii:chie judiciaire des tribu- tribunaux de paix dans la compdlence
neu civil. Le ln)unal civil, juridiclion des tribunaux de commerce, que c'est
tie dtroiit coliiiun, connait de routes les donedevant les tribunaux cvils que les
:i laiirs ., ne lui ont oas etC relirees appeals des jugements des jugesde paix
l;I:, ;le ioi. I! esi co;implent, routes les en malitre conmmerciale ioivent 6tre
Loi.os qi'P;n,' ; no lui enaeve pas la con- ports.
lesatio.:n.La n1l i ne di 'repas d'une manie- On se delmamnc, dil .no/re corrcpondai, s';l
re exclusive la connaissance des affairs fJul inler;jtr appel ldev/ e tribunal civil,, comn-
commerciaile saux tribunaux de commerce, in c pirouver inh' crcnce comwe1C racial' de plus ,r
puisqu'ellv a pris soin de dire que, a seie gourdes, hrqu'an commerce C o pent avoir
difaut de tribunal de commerce dans recoirs au mode d precuve permlis ]'artlice i7
une juridicliin. les al'aires cormmerciales du Code de Commerce.
seront purois devant le tribunal civil. Le tribunal civil, jugeant en appel
Ainsi que le dit Boitard, asi dans certain une decision du tribunal de paix rendue
en matiire commercale, suit les regles
( i )Lyon Cacn et Renault, ler vol.Trait& prescrites aux matiires sommaires, c'esl-
dc droit commercial. a-dire que ces appeals doivent Oire ins-









REVUE DE LA SOCGETE DE LEGISLATION


truits A l'audience sur un simple acle, ivotre attente, Messieurs, el je souhaite
sans procedure ni formalities, ce qui bien que ce rapport puisse servir a vous
n'empeche pas que le tribunal civil, evo- cclairer dans la discussion de la question
quant le fond, ne puisse avoir recours, que vous a soumise l'honorabie Mr. Ale-
comme lejugede paix statuant en ma- xandrc Malebranche.
tire commercial, au mode de preuve
de articlee 107 du code de commerce ; M. Go Sylvai lom o to -
s'il sagilt de prouver une crednce de
plus de seize gourdes, il peut aussiadmet- lure du I port qui suit
!re la preuve ti.climoniale ; et cetle icssieurs,
preuve pent mnme en ltre iaile par de ers
Ile simple prcsomptions, pourvu qu'el-' Me CaiUile ThliTb:li, un drs distin-
ies soient graves, prdeises et concordan- 'gis avocts tid b;arf('reu (1i Jai;i:iil, a to-
les. IItI avoir vote opinion sur le f05as sui-
On 0 *111, n C'c, aujoute Mr. Malte.,ran- van :
choe comimiic c.x iinllr I'art 63 e la loi su
el'r)eisrciln/l, q(i dispose: ( So /ixis a: drol < Pendaln la p rit'itu ct'umprise cnrill la
fixN d'u; gc c i Cldcnie i) Tles diclaralions oi' chl;e du gOllVl4'l!'i(m!ll, (u0 p)r'sidait le
signitc,/,.ns d'tipcl a.ux /riun. ci vils ou d"c g' ral Sa!omon i ( 10 aol6i 1888) eL Io vo-
Cowr -c. to de l:o Coiintitution du 0l Ociobre 1889,
Nous croyons pouvoir expliquer cela halti s Ionvani i Kingsion ( Ja-
ainsi :la loi de MS27 sur l enregistrement, i ie ) s' st fI allt naitralis.r anglais
en son arl 1i suppose 1 iptalisseinent i ique ) sy est nal ais an. ais,
des tribunaux dappel dans ics Ddparle- el pen aI!prs, "sl Ir'\ctll s' iiabir a Hliti,
ments, comnme C'est pruvu par nos diltc-of il rCsiui encore.
renles Constitulions. lo.< La naturalisatioi ainsi acquise, Wlant
Le ddali pour inltejeter ai.... court donniine Au oqiue ohclle a nc lien, Cihap-
du jour de la signification du jugenent pa it-ulle l'e-inpirc d(ie ltol disposition
A personnel ou domicile. de loi haltiemie, co(uslil uti;inllo on au-
L'artice 634 do note procedure tr, ide mani.ro a conirolr d'emblic, Ai
comrnercialecorrespondant i l'article 422 ride des soule. formalitIs accomplice a
du Code de procedure civil trancais, la laMaiiue, la ouveOi Ia. aieIi qtu'oai
dispose :x Si ies parties comparnissent, et f
quo la premiere audience ii n'intervienne a ente"ndi prlolndrC
pas de jugement ddlinitif, les parties non 2 0 Le rctour iimni'li:tl, pur Le siiin-
domnicilides dans io lieu ou siege le tribu- pli, iu naturalist A IHaiti ,onpichait-il la
nal, sont venues d'y fire election Wd'nn do- u;naitalaliaion dt produiro ses cffets au
micile.L'dlection de domiciledoit ltremen- regard des Ponvoirs Publics en ce der-
tionn6e sur le plum:iif de l'audience-- A ner pays ?
ddefaut d cette el ciion, toute significa- 3' n cas oi cello naliralisation fit
tion m emee lle dlu jugement defniti, alable, qulle est la situation iactuelle du
sera faite valalemlllell au grefe du tri- ntalis, 's--dir depnis la conven-
bunal. cne
Or, cete signiiication du jugement d& veition intervene entro 1'Anglcterrc et
finitif, fate vamablement au grctfe, soit du llhili '? )
tribunal de commerce, soit du tribunal Jai examined, comm j m'y sis en-
civil jugeant lcs afire commercials, J exmini, comnl q 'n suis en
dans le cas de l'art. 634, dolt avoir tous gage envers vous,les qneslions ainsi po-
les effels d'une signification taite A per- sees et je viens vous soumnettro les solu-
sonne on domicile, et par consequent tions qu'elles m'onlt .,-'. I
fair courirles ddlais d'appel. Notre honorable corresplondant somble
C'est bien, je le pense, de ces significa- s'otre prdoccupe de savoir quell a C6l la
tions ou declarations d'appel qu'il s'agit situation 1gle d pys d ans l'intervalle
dans notre loi surl'enregistrement, appeals comprise enlre le ddpart du President Sa-
qui scraient ports devant les tribunaux lmon ot sectionn du Prisident Hyppo-
d'appel des Departements qui ne sont lite, intervlle reil par deux gouver-
pas encore crdCs ( Voir Bioche 337, ter lite, r rmp par deux gver-
vol Appel. CarrC et Chauveau, 3e vol. nemens provisoires et par la pr6sidence
page 598. ) du general Ldgilime.
J*ai fail de mon mieux pour rnpondre I1 n'y aurait la aucune difficult, si ce








REVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISLATION


dernier gon vivnoment i'aKit 6I0 vontm : ais 6daii-il 1tossi e do slantorisnr dls
te, dips le inope. par les dipasLemns fornos doihi. condomovil ion s nu toe-
a:0i 1ford, duIi Xo1'0-Ou'sw '' te do Mrdbo- mernti jruiiuwtt I'Imo ikt pr cin ot du 29 a=iui
nite, qtii finafotent etn rent r;ision de 1i0 1'''y', poniu d~tcidor cne Is actos tdo IW
et: lui toili't1ii Ic gollvei'n'lll On Consi i 101111 to 1 1888 t in du goiuveile-
Prisident tlrp aole [ .i Lmgit imo nr'atainiit pas on d'exis-
IS consvltl lIt co nouIvoii PIovoir, lai tielnv taleo ? Lo ""I a wml W lyp-
Constjlfiolo;1(1( 1.,?l eut. soil do0 vNalidor Plitp e lui-maine, qui ao piP fire alore-
les Maefs Pt1K nh (Ion r6- I1elmt eil dlt'pit (10 I los IteOINf rI'vo-
volnfiolluaiiae 1!o o P ii-: n-Prilce ( 10 oRit lntioulnaiil'0, qulo d'opbrci I:I liquidatjio
A 24 atiti C ) et tn ter n pit d'e W dolfe pabliqno, coi jo' stons K
rneoml proisoVi i, pendatii to Wrap qu tl'y Y ~ititd oI prisidortc'. no era! I15 W
avait sitg le g~n 4a1I fyplya111 ( 2 1 Rod QW' sothionnho. IH AsoJ aq Pvon' IT!
i 28 septonibre 1.A -;. El2 ot>Ltr 'Mi ami rt6- I do Wer A son g I Wils
galomont en Wgituentf jui:lWf1n 10lttdoglaiii ttidstol'liOes...
1&.iale 10 dto, t4; 0l c tIWs des\loiailt r6- Ma coi ctn siofn str co ptiiil s:):eiaf do

o1 tu NolrOlnes! ei ci~ ( du dornitiliol' cO ri'sr'titodfaut so fotlrme otntnnt Siut.
vornornein ittovisoir' wolfllkt par ... (2 U I ioaiio fnotc,o oil Ia rt'V~acttll vio-
Odtobr 1A7 A 3 WAwet 00i ). San ilto tt'i CILoF MRbt kOt1 acopilt do ht.
dou.1o so cumT Pl ahid~ fispenso indon-oi prio)'1lfhitiol M~in 601t dIo Wit iNvtoi-
doulo~ ~ ~ ~ ~ ~~~~ll 1e ijiflOrji( Iii~ jjeliL Irtoi iv~
ner unao menion par-MA ax cis onakolilmneym'nolro Pbrga
(-to lAssoemIbeW: Caonsiluuanlto ruonnie e 'a H u i Qilno Pgq;aiel'I Lienot Pxi7en-
Port-au-rn c Potit: I J oir' (II L 1 U Oetofih co 0 o~lntivo 10 Itt tiatio,". L' cour do ii'at vie
188M. niotammuni t a Ootmsfitiion til 5 dd no pounvnint Wi sn'peodi, Jos
dtcbmhvoe I ,tduni qu'aix d1ert'e ondit[ons jut is qt h conltitnent
arr~tits iroodus 1_it: Iw gouvernt'iitmie poesi'tent j cIo'jl a 00 k, ilI Los 110111 i r'Im-
iilim1. Un tlt'ct tild Psidilent proviso ri uit.lc'to~ P1 0 ls contio OlS lolts, do-
Ivyppoiioe, tf''e o da 2!P voift 1 889, ve- venueilS lois de FEWa I n Vtritl tdIo In dO1-
imi'l, on elot, die proefamor ii]cphus do cision do.n ceu i qui oul. alpalit' ipolir pa-
10111 ponvoil', L'aiileunrs IpuisM 0, ( n ) it' LoI a1 0o1 o ton1s.
Constitunais iliii 11011 fi5 pris p11 1 5 A quel10(( t6potlo (111 so sol prWle
nomination illifgale chi C'i'raL LtUgititno Ia nalrialislaion d ont pat(,l .1 Tht'I mtt

dhiiUns i: Uaart' Asson -o osi-11011 1i11 IIh. m. IN ois ell S 21Vignotl du '10
tt Cello inesro, Non 18,8 ;il 9 Octolbro f!- I ont-olles,
1(0- 1a m i re prsitomet 101011 tIrJtri vo-
tdot 0) 0 ropolidail aux il I I -
Oliftltitil' 'it it; ritt tnt. 11 sdgissait doe Ito xainen, vane do princindpo iNon. Ccci
lk!nnht aela AMM = flachile rluelquou pen ma. r~ponse ta x doux
: b :1 son l olo rfluestioiq n
fi flot I V COIl- Le ptiniipe. imiscfle Itlt'Sqlsellment
.,::;iilla ;lciclelinommit adml"is do nos jolur~s, est quo e lincan a cst
to : iglimova11- Ol-ltit do clhanger tl e t ationalilt' coIfme
ii oi enfti Itourvu ijn'iL nit, d'aprm~s sa
loi pe105110lle, ia capaciff! do contractor
( ) Voici Q Noi do 'art. 1 du ddcret ( fixo pour 1'Ilaitmli A Mnget 01 [11 )
of qun'iI atmomplimse Los fIn mo dmitts pros-
1. Les (G )ishit n.asqi on L t citts pat' la loi (II pRYS dont it VCLt at'
a W noiiua! i tiH ge d u gonera 1 LQqCe-a atoaW et raitai
gotimn com a P r s ide d e t-mL t Ittaitl gineahlilil cottet
ou( qui o;-, ohm tI fausse kssem-oi gtnt'i'a11e11t
Nilp CIII i it t.-no a u'et iffeot, solt Des antiques riguoills, edicteOS au
d( '1hns d f, qn'iIs ont d'ail- lendemain do notre indepeudatoe (Cons-,
leurs 1puik en rtilyloyanh coiire la vo- titution do '1O8 ) con1re 0ls ( faux fh'i-
lonVd nafionale' res P) qui, en presence d'un hor0izon1 e1-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


core gi Osd ni' naces, airaio I0 I O s CI dtgsek Lit lo i haii icun ti 1 it, _is t t) cclI
er to Sol die h p ilrui poiur tiike so fair, alieun ob.i-Aac!ci ls aulorilK hUiie.tit'
naliulalisor (ftrjitgur' O ldhJIu jug o" di- nopotaei Lre autrosnell !!r do Iuii
guo do fit iort ai de la c)1 i ;c n do, roo. :iaai to s'1) ty'lI t T~ivll iot tolla-
iers b ns, ifoitie subsiste pitn 'Pe WA parf tebjail siis b0[. im c:is' Iit
Mfos do i nle t iur :ikti0a ei 1% ,! eli-n I lilutiolu aidrs oil Vig[I!!; ouii 11 h
'' 'otisci'5 Iiiiriquainat)' AIO i'ai- d sty' MOlJiaii' do ciiij WN~ flu
22 du code cii.et daus 7 / do 1a. pays el l ii10!01 Oi coil' lriv i i; t\
onstilubmi die V. Wt. im ) rinilon LgINW, do no ims aunW-
L'cx-;tft6leio p)21'! Q i"Q' de tons 'iset' son1 i iti 'f 3 d uOlsT,
ss s bi';s; sa Tqec.;a Os fg oivre, au I 'hyit [[O Uiis it [0'i Wt Ini s
a rt. 22 G.. G, i doZma/!o. dro cinq~s dovoir prc o i ae' itt) o ii Ii'
OlVrfint ile pouvo hreny ':t' Ans le pagys ni !ti'luaktioi dii'et tot o o ptt> atti
(arti 1) G ists. ) ff1 i
Csdo> li ; > iun ~; NOW 1;'i nal Itni ro, le, 'JO2ctoi0 d ~'r,

Gons~i-uiiot ii, I 870. Q proi~eltt so! libla iiW us di pJ'tit), m.I'',(lt

LI I

Inahcoilo, ei ice~i d ispli lrlu!' d "11'. du 0 4 ~
SysttI'j;,d Ia.i Co'isiiditlto d lI- (I)qiuntlBOWNO s O5 MI oi nt hn O'A ''11 '0 '1




_" I ,I lernaiiw lillo-
lai~ssii,t fit hit 'i oI soi-i (ti I('.jtls i 'fdO iS, [0i C" l ~il K '
COtttlionts do At PLO' d) U IpW 15 dith ["'5 [ p '' 1)01 ado, (jiit;!t '',






(ha 't'~inlo jidqhelii ~ '
Ciloytilt. Aic wii'Int '0 rigu !i". r l' Atte rno i cIi awL
u it 1 cotViontt po rt t do I' iti 1`131in- j tiU ii. _11 os, LiL ;ht':(i' 3 i
mat'jne' qu'Olus Wi'rviowiv ii ( o d-_'; loi ; :" i o pas to> < i
Me Gs't nsoiclttoce de [a ',ritur~ thisio it' M twoitite, a'~' 't' s K ''ic
fois raTi';"&. NoiriOn 101 I'diitt lois, l'' ii'i"L ')a o
i'A~~O,~ i''io KhI IcMi'lisiins htii do!-
tn11' 'l Int Ciii Ilit J i l'holiL'' 'pAit I 'o' iri tuo p r' I'es i '.. t s q
gItiS it Pit'Ott U it' qu It At av la %tthbl' -it aini ie n P1 i P 'Ott itO pal 'ti'' Nm 't .n
Cin la~ys etratt je' lws" tSim.Hiittoooi A,1 1'bno' e 9, ( 1 ) iA's ti W..ists ,, n
1871 et 1> 1879 Tiiput :il ea teni Am lotmone !i0, o a't ,O ''lit 'um Ws ni'os
n eis 1We irt'icoa des }i'i'i is Mumllti-i fiNS A e [il 10 H 'iant n1'aholy t'i m iir






IkR&A, op~njos das !a pays devlri Q Tan ah ueua, Wm pir Kv, W 'nyis
'(eprCou hnNtics ptO. oa0 'n Jo-. Wi"i' rsiiL'315 ii pr'i' vo. Jit p 11n. cu-
Li doust thon do I Sio (5t i' tsasr dh0 cors do cton at ies imu''o (i. (2
Fiinteordicion, Ito vine qu' SAIiiO pAs so
fail tattlrise' ellot raag't' 'ul ( 1 t7i'olnc/Ju qe I)(1' t))a'Q6)prenon M ion A
ensli tutei [Ci) Oivid a' 0 pitt [iai- ieDvol. datis son trait' cii lt' sat' oA
ed twoli s uit a e n d IA pay [1)1s ltn ai- N atiodalit6.
lern vlablonl to pays jyrsodnons 2 ) C'esi Mlair au tumors, no aux
Le a Cbt~oM.~t~~K olC s lOis de [RAWit cotnnte ils ic in.''!'Iiflet ceux
La cnclsio 'tiirr detwoco ui rilqubi abanlormnat lenr rin uLK ll iliL (liii-
cded est. ([In(, si Los tormedo' h lti 10i OUl- gille pouLr inieu_ e' ploiler Ie pays auquel
[alse onL 6iW olveri'te'> 1 'l~tico enal-psbl hits donve& Aitr 6Ltd uatiou Oil bitu r oitutte,
de Womrcl or qui sOis nahnu Aii~t Kings- sacrifjenL ai tin intiOLti de sp~icolitiou tiner-
ton en 1888, est dovenu di~s lot's inuo ea tol sun01 timenit pal iotiqt', un u es
plus nobles (1011 puisse so t'oaner Mate
(1 ) La Constitution (eIC 138, pour prt- l intfltiaie. \laii il taut aVOLner JUC Stin' ce
v eni dies conlits de national" oujours'D t n fos ,flpiiI' soot d'une rnubiltie (1M'
d dtvter en reason de noteo sanaltion WE. Colunertanite. Los tflittues actes sonl appr6-
tat foible, renoncait radicolevnent ,In Cit's divoi'senient, sclon. qui'ils soul ac-
sysirtne (hdui Q Oi. Sons lenupire de Mete COmpus par des individus, indiffhrenls
Conslittion, lindivi dn, n6 ,i jialti de on antipatiiiques hi noure personne. on
p~tre stranger. dwiniiSt Wager. Quani t A in l -pards goits a (fui no011 rat iefiotit ([es
nattnraisation. des Haitions en pays dtran- liens de' syinpathie on WHiOMr~. Les re-
ger, la Constituttion ne A'n occupait pas. I pr~tseutaus Pco la classes dirige-anti et les









REVUE DE LA SOCIITE I)E LEGISLATION


L'art. 7 do la Constitution de 1889, re- tection diplomatique anx sujets britan-
produit des Constitutions de 1874 et do niques d'origine haitienne, residant dans
1879, n'a, en fail, jamais value, mime la fl6publique, pourvu que ccs personnel
conime un motif de irflexion, propre a ;soient considseres come ciioyens haitions,
inspiter plus de gravity la dtlermina- conformlment aux lois en vigueur dans
tion prise par un Iailien de changer de la Republique. >
patric. 11 n'est pas plus observe dans la
pralique que 'article E2 du code civil. --
Mieux vaudrail les abroger ious deux, on i le president s iprts
si l'on vout conserve i art. 2 t2, i n cleverr I. s.o
im,,. l nI s com e .1 li'usage p)our eire dlis-
toute couleur de penalil, en assiniilant iunprincs coimm dnsage. pour re dis-
cults A une de nos prochal iu- since(s.
pour ses biens iinmmeubles, la condition idc cture ust ioulre _l'une iettr, satSi
iIIaitien naturalist A cello de 1i'Haitienn e iSnloanosnereo, l Mtie coa uniem, Pdi a-
MUralisLde Sn-Domingo, 2 Mai cour par la-
devenue etrangore par son inariage. o n a>o
quell ~d1. le dinelal Catimiro Nd He l'0no
II nous reste a repondre a !a 3e ques- elleM lea ocinral Caimirvo N. ice Mlva
Si rmeracie la Socide de 1ravoir el embre
tion posLe par Al. IThlieuad : La ricentli. ap s, ab-
convent ion, conclude enle l';r i. ci o ssoc si. a
aiti, chlangc-t-elle la situation ic oi re le lrsden No a s
natur lisl )?cieer dans note Revuc ia Comnipignie dn
Datuoissessio Chemini de ter de l'Artibonie deo l'envoi
Nou : il la confirm. ar de la con- a fpo Hal-
venlion dil en propres Icrmes que les
cito ens lit ens, natpries eu derme i el ses resources, redige par Monsieur
citoyons haltiens, naturmists on due forme Ilanton.
dans le Iloanume-Uni on dans ies colonies i nnton
on possessionss britanniques, ,,, ,,( Asentimn
menit A lours iois respective ( c'esl-A-dire I Georges Syluai : A priopos de la
aux lois du Rloyaunic-Uni, des colonies on solutionn donnie par la Socits i A la ques-
possessions britanniques, ) scron[ rccon-! ion de M. Tullier Heurteulou, on ma
nus par la IlIpublique coinmn sijets 11i-; pri di vous0 soumeltre la question de sa-
tanniques. voir s'iI n'y a as d'auire recours centre
L'llailien naturanlisi ne petrrail c f ie quelqu'nn qui vient inslituer un elablis-
nifice de cette situation que s'il A!ait dt- segment insalnbre, un Ioyer d'infection
montir qu'il u'avait pas, : i1'poque ie sa dlans no1re voisieage que I'a; licle di Code
naturalisation, .la enlpcil; requise par civil rieltif aux qua: i-dcliis.
notre loi, on qu'il n'avail pas satisif:at aux La reunion consulate, decide quo le
conditions exigees par la loi anglaise, on cas inril u n novel examen et i 1i.
d'nutr'es fernme, si 'on 6t;blissait qu'il M. Viard ie fair nn rapport ur la
n'a jamais cessdi i'etr! Ilaiien : auquel question.
cas ii lomberait sous le coup de I'ar. 3 : On prend ensuite connaissance d'une
( Le Gouvernement de Sa '.! J. -.I Bri- letire de M. Dathan ide St. Cyr demandant
!an ique consent A ne pas accorder la pIro- la Socidie de L6gislation de coopdrer a
la representation de notre Pays A I'Expo-
ddpositaires de I'aulorite publique, qui silion de Spa oi it siege come Commis-
exag6rent parfois la seviritl envers les saire, par l'envoi d'une collection du Bul--
ex-Haitiens de la premiere categorie, ont letin des lois d'Haiti.
des Itrsors de complaisance pour ceux La Socidti n'ayant pas cetle collection
de la second esp6ce. II n'est pas rare lui exprimera ses regrets do no pouvoir
de voir chez nous l'eneonement du pu- repondre a son attention.
blic et les laveurs officielles ddlaisser un AI. le Secrdiaire-general : Par sa clttre
Haitien mdritant au profit d*un rendgat du 2 Alai, Monsieur 11. Baude vous sou-
authentique. Parmi les causes qui depuis et les qIcsio s suivantes
quelque temps contribuent a l'incontes- met les questions suites
table affaiblisscment du sentiment de la I Un veuf peut-il reconnaltre des enfants
solidaritA national, celle-ci n'est pas l'une sans pire ct don't la naissauce remote
des moins actives. a une 6poque of sa femme 16gitime vivait
G. S. encore? ,









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


<< Si oui, cos onlanis deviondront-ils 1-' parties par 1ui) qu'il app.irtionl it de
gitimes par le marriage qni interviendrait fair cesser les anomalies tie cc genre.
entire cc veuf ei l; :nre des;dits enfaits? M. Vicrd: En attendant, nous gage-
k Iii n*i, t.,ni, quid do ces oufanis? 'o ions a conclude avec ls autres Days
Vu la simplicity to ces questions ]a; de., trails pareils a celui qne nous ve-
reMnion, seae tun:ite, ainote iavis upe i nons de signer avec I'Angletc.re.
1 0 Un idividu devenu veuf no pentja- M.Denis: D)a moment q'il serait iuni-
inmis reconmnail c.ommine sieos des Len tsf s es versellement ad:nis que tous ccux (qli
dout la co!cotlion roanoulera it un e c- naiscsnt i Haili i vec din sang africain
)o(que on 'uii o inariage existail, rt qui no dans les vines el y resident, soill Iai-
seraient pas issues do c nlariage ; ties, bien des difiTiull s diploain quii es
20 Ne pouvant les recoauaitre, il noe oussoraiont epargnees.
pcut les li giinert par son un.icmagoe aviNc la M. lePresideni. heo ce qtu nou;s venues
fe:ume de qui il- sont us : de dire it rdsuo que los conclusions
3o s cenfaniis sonu slans p.r'o co:mi du n Rapport sont corrnecs. L.s in ivi-
M. le Prdsident:c Nuns passois a la dis- dus d'origine brilannique, nOis Haiitins
cussion In .laplor do noute Collegue on vcirta de l'article 3 d note Cons!i-
Viard sur ls qusiii ons posi,>'-; par a 1 e- luIion el reconnus conime kis par Ie
iis, roitivitiiei t it la Conveiution a]nglo- GouverCnenmeint a!gais,,s;: f in les l(inlcs
hailiennec. de la Convenlion, puvent acqutriri
La Coniiveiion adinel, {il' les individus he S eschz nou des i:nlmublcs el c:s i'ns
nos A JaiWi d |imarenis anglais, s'ils out leur rcetont, nime s'ils vou rt idder
du sang ai inin dans les veines, sent hai- en terri!oire brilannique,'h nwoins qt'ils
liens au regard (!u G(iuvernemenIo anglais, n'arriven i it perdre 'la qtallil i6i ci-
tani, qu'ils i'(isidero t ins Inut i Pays. toyen IaitiCni de 'u e ic d. es faI'.o.is pro-
S'ils vont ensuile fixer lour residence siu vues par nos lois. .'ai eni lieu colpen-
le territoire anglais, its y seronm considd- dait de 'ire remarquer aan apportenr
irs come sujets brilanniques. I que, en ce q(i c on)cerne Ii :,i :'i'i,)o'
M. Georges Syluvin: La Conveniion do ces i:nigrids resl;s [laitiens, leur si-
stipu!e-t-elle que le Gouvernement luation iWe pas difit'eren'e de celle d
Haitien les reconnailra en ce t qnualit6 nos autres nationiauax.Bien entiind t,,s'ils
nouvelie, tout coimme le Gouverne- nl'avaient que des hii'ilies lag;,
mentl anglais les lenailt pour Hattlicns ces etrangers ne succedoalenit pa;s a
pendant !a diur de leur sijouri a leurs hiens iminulebles.
Haiti? l M. Viand. C'est de !'a );ence 'i0rc1-
M.le President. Le lexte ne le dit as. [iirs haiiiens habiles i Ieur sLcctde
S'il le disai, it serait inconstitutionnel, queo jai entendu p.rler, quand j'ai dit
car selon notre Constitullon, le faith de que leois propridtds seraieni chues a
transporter sa residence it l'dtranger il vacance.
ne suflilpas pour fire perdre la qu- M. Denis. I n'v a,da ns ce ca s,aucne
lldd"Haie.C'estltomdritedela Gonven- distinction i fire entree hdriti"'s e: li-
tion que, tout en obtenant la sanction ge direcde et ei ligne coll:it,'a e.
d'un principle tie notre droit public, 31I. Lafores: Dans l'une conine Idan s
et en faisant ainsi disparaitre une 1 atrelig,', i'edran.er che na hs -
cause friquente de conllits, elle neporte rite pas des imnmeubles.
ancune atteinte a la Constitution. 31. Ge( orge Sglfjain: J'ai aussi a signa-
M.Georges Sylvain. Elle laisse pour. ler nole colligu Viard une p'lile
tant toujours une porle ouverte aux erreur a rectifier.
contlits. L'haitiend'oigine anglaise, fix6 Le rapport croit que notre legislation
en pays anglais,y aura deux nationali- soumet l'individu qui renounce it la qua-
t6s: anglais pour la loi anglaise, il res- litd d'HIailien a des formalitds, sans les-
tera haitien pour nous. C'est anu Igisla- quelles il ne peut se dire citlyen du
teur constituent (puisque la matlire de pays auquel it entendd6sormais appar-
la nationalitR a eti retenue en grande tenir, tell par example la formality qui


11_1_ 11___1____








REVUE DE LA SOCI"ETE; DE LEGISLATION


l'oblige a resider cinq annees hors d'Hai- les positions actuellement occupies par
ti.L'article 7 de la Constitution consa- les hailiens, est divise en arrondisse-
cre, au contraire, pour 1'Ilaitien la fcul- ments et chaque arrondissement est sub-
t& de se fire naturaliser,sans autresfor- divis6 en communes.
malitls que cclles prescrites par la loi Le nombre et les limiles do ces divi-
du pays auquel il veut s'incorporer. sions et subdivisions sont delermines par
C'est quand la nationalild c6rang&rc lui li loi.
est deja acquise que la Constitution lui Art. 3. Nul, s'il n'est haitien, oe
impose obligation cd rd'ider cinq an- peunt tre prop'idiaire de biens inmmeu-
noes hours d'Haiti. Etle d6faut d'accom- bles en Haiti.
plissement de cctte formality, come Nianmoins, Ic Pouvoir clgislalifpeul,
vous venez d'en avoir in demonstration., sur a p)roposi!ion du Pouvoir Executif,
n'a, dans aucun cas, pour cn t de lui coincder le droit d(:, propriite iminobi-
faire perdre la nationalild nouve&.c- liireaux 6tablisscments 6trangersrecoiuus
M. Viard: Je me ra!lie pleinement Ai d'utilitl publique. Dans cecas, ies dom-
1'opinion du call .gic Syl vaii;. .n i-:. et conlesations survcnues lt'occa-
M. le PrIsident : Sons le bcn fice do sion des !bis innmcubles ainsi:cpquis sui-
ces observations, le rapport de notre col- vant la condition juridique de la propri-
ligue Viard est vold? dile liatioine, no ipeuvent dounnr lieu h
Assentimrent auuni e intervention diplomatique.
Yu l'heure avancde, la discussion dui Art. 4. E! cas do perles eprouvces
Rapport de M. Jdr6mie, port a ]'ordre par suit de troubles civil el politiques,
du jour, ( { rnvuoye A In prochaine iAl haiion on stranger no pout prdlen-
siance. dre a ancune indemnitK.
___ X eArt. 5. Les coulears nationals sont:
A litre documentaire, nous ne croons 10 bleu t -tic rouge places horizontale-
pas sans inlroiel dci publier la Cons!i/u- ment ; les arms de la Ripublique sont
lion, dcu 16 Dembire e 1, dcllee pahniste snurnont6 du bonnet phry-
presque introuvable. gier1 el orni dIautropheo avec ia 16gol-
Sdo : ( L'Union fail la force. >
(o)(0)(-) Art. 6. -- Les fetes natio:ales sont
GO STI T i'e7 ol d I'iiidpendance I'llaili et do sos
Sheros, an ler Jar ier, celle du l'A ri-
(o)(-)(o)(o) iculun ', ;in ler. Mai.


ThTRL, PREIMILI


TITItE II.


Dispositions gtendrales. j Des Hai'ic. s cl d le Ius droils.
Art. ier. La il)publique d'llaiti, SECTION 16re
ayant la vile de Port-au-Prince pour
Capilale et siege du Gouvernrnent, est Art. 7. -- Sont nations :
une at indivisible, essentiellement libre, lo Tous individus qui,j isqju'i' co jo
souveraino et indopendante. ont &t6 recoiiius en celte qualii ;
Son itrriloire et les iles adjacenoes 20 L'enfant le giimeou o natural, n
qui en dependent sotu inviolables cl ne laiti on on pays stranger d'un pere I
peuvent Otre aliinis par aucun trait ou tien;
convention. 3o L'enfant n6 hours marriage, mni
Cos iles adjacentes sont : ia I'etrangcr, reconnu seuloment par


La Tortue, la Gonave, I'lle-a-Vaches,
les C n milli IaNavaze, la GrandeCaye
et routes les autres qui se trouvent pla-
ces dans lc rayon des limits consacr6es
par le droit des gens,
Art. 2. Le territoire de la R6publi-
que, qui a pour limiles frontiures toutesi


ur,

en
ah-

inme
* sa


m6re haltionne.
Art. 8 Tout trainger est habile
devenir haitien ; la loi reglo les formali-
tes de la naturalisalion.
Art. 9. L'etrangere qui aura 6pous6
un haItien suivra la condition de son
maria.









REVUE DE LA SOCIETY DL LEGISLATION


Si eill(e 8. -S 10 IDmcubLC onvian




Des Q &A c Li; el poo d iqw.







dcjue c HIc Colt'i~d Lullil u es. lo
T,(-! (1IA ( 1 n
liit 1'>01IL'fs e pu\0iquCI SJ'T1


oil 8 1 il L s col;IS (Iili o00':.ern-
!(- i;'ionn liit.




tions o :f l n(!W A CO exer ic e (11,ul
I~ Ii E pi( put o01lri polio htUltfl-a'
otnleiic I Iii ini(1jv1 i'lnele (Je dons les
llSii[ par la. ](T
ArtI. 12. Niil noe pent O re distrait
des juges otte la Cous~itutiott 0n ]a l0i
lui tgno
Art 1:1. --Lo jury Pst ME i p0Ur do-
hiis poiiti(ues commis par In voie tio la
plgoqon Otire mnlt 1, 8iuiqO fi ll ) lierii
crinine llb, '- iif ics cas pr\us a' ['arit.

N611niunnws, i.,I Ile NOW [WA~lsCiiS ot



doits c'iL-H cji rin Ill' ih\ 101 li angtc~ ho-in
dans Mi. Tune inywK Ohin ghr Ii~t~t e im-~
fllitctin, tmici en ViildInial de


lii'i o ir, 1) O 'Ic s c
sian C i C(( i"'!an10 (ILIe i Jr (I
IOUl O.it:- UU '-OilS l'-,8C (It0i li~ifU G0131d ei
dans Ja tjil'cUIIsCt itto d' I '6at clo sdgi'o
a ti2NcIw:inli U' ous' aux extinordi-
flait'C', qtiiIC-i cs 1irUi~i do (c ('ler sous

Adcl It R l ipsoflu do o, es So.
lie rI. 11. ;. 81 tl(Os:it; esiu F Q
Wo21 pat in B'MW] it wrilceui iaus lCs
oi>Consd la 1:10p'ubilpwu.
AN. 1,. -- L~i 1'iio It, la coid>lt-Is
tw)1 IC> LW i c Pon 01iep tt M oeabi i.
Hu. 1i~. T'I (7 l,-Ist lufloll conls8('l
el gamoutit
La ilivL rded~s cull es
Loi droii (k- rout itn
Lo dt'oit I d'8SsO ionl
Le driujt pomr1 cI1Onul d'tixpiniier' sosi


npinions (,n ltonto1s ~natii'res. ib'eeriire
Urn elw 1M 0 ljlip rCl ses eesks -,
Leo leeKoil HIo p(ijlion (s! pro'd flrl un on
111 Corps. d0111
1.ll ocesdroik I u'dprinlk po'liI loi.
W;T. 17, -- Los liis1IeIil& In rIo-
gioti Mtbo~iiue iJI) ICIicC Pt rouoitto,
pitofes(,' 4!: p 'r! .!, des Jtoilions.
lomMsitl'iL; sont elimpioys lial' W' (!oit-
Cern0eme11, w!cive 1( Ii adnideP't fix(
par la loi.
TII sit't spJ)0i'8Ialtnli 0't'i

grnlhiiutc ,'I tus S ldoi''-.
1,7i5Llru[cio ~ Tpinirle o-.t (+Ligfi [ire

sons i IlMb;0 su' cCillaici Jo b'EIU.


Dies potlUoli's aiixqiiJt cl : d-lNey
WaTICLcce de Ia SoLu"OceI(cincel nalionale.
Art. 19. L'Uclcice d'n a Sonio rai-
netd iwo ionala est l6idguiO A Itois pou-
voirs.
Ces trois pouvoirs sont
Le Pouvoir Figisotlif, le IPouvoir 17xX-
I cuiif ct iio Pouto' RId llicire. us for-
110 t Iii le GC 'luvlourlnlt doC In 1piculubiquloe,
]e(Juel PA o>selticltrnl clt diiiocnli'iue
of t'opl'osCunwif.
Adr. 20. Les conseik commtnaux
5in5s Nlslcs Asserildies r nititit'os, regioni,
Sons 1, co(uIn Ku Pouvoit' ExdCutif, los
WO lo,,ts qiJi touCucl it oxcIusits h oen I les
cormunes.

Da Pouivoir L~gislnlif.
Art. 21. --t I~'m>I~ NnalidgishaIiv'o !an[t
[10111 In c(Iilsi'iont (des liis 1111 pourt Jour
inferrpritatior- n par v~oic QW906ll~lc, foxercecc
P81'r (11nx AwSn'll) i Wu;, Chn inbtle deis -ic-
pi osenltattls el le SdtAW
At't. '22.- La Ctt.lln''r des> HoJ't'6su-
[ots soC deCruein[sC li tOC slflhCS e~lm it' be

Amit. 2. i Q MR11 Si o composer' tie
uiCetbrbc s diii paitt lo sut ([loge an second

Lta oi dc6te'ini ucta Ic1)01mo de 'ioctiol
dos deux Clinibiitiies, le[tr iiofulu'e, leurs
ati tibuliots oL la dui'do de lout' mandat.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Art. 24.-- Les deux Chambroes se rcn- En cas d'tgalil d( II i sort dd-
nissent en Assemblhe Nationale, cidora de l'dlc'elion.
o1 A l'ouverlure elt M Ia ci6ure do cha- Art. 2.-- Ln Pr'si'enl doe lia Inpubli-
que session; I que prite dvanntl 'AssrCi ibco Nation:ale l
12 Pour clire Ie Presidenl dh.o I I6pu- serIme! suiv:nt:
blique ei recovoir de lui la prestation de Jo jure dp.,nt lDi!i, ''eant in Na-
sernl nie au jour que I'Assembhblee nurl fix6; lion. d ol'.:, le i:'i observer v fiel'-
S3 Pour delarer la guerre, sur le rap- iment la Consi;ilution l es .is del!a li-
port du Pouvoir ExiOuli'; publipie, de respectc'r :s droiis, dP I ntin-
/Io Pour approuver on rcgler les traittis !tcnir 'ild t'in dii; ;j.e i t Iin't ei-
de paix; Il ( du te rritoiro. ,
40 Pour terminer tons dissenliments on-' I1 enitr fo! ctihn du our do s pres-
tre la Chnmbre dos Repr'0scntanlut:t le iN:!io, dto srimenl.
Sinat touclhaul les lois b]udg'lairs coles' Art. 3.- Le Pr0sidhlnt do In Ri1Lpbli-
concernant 'assiete, In quotil6 el le node que uomm'O c] rcv:'oqt e eIs S' cri-taires
de perception dlosimprlIs i conlrilulionas, d'Etat.
cells ayanidt pour olje dI. cri'r des re- 11 ;mnnue :nu\ opi. Ois el mili-
cettes on d'atugmenter les dtpenses de lairc.t, i moins d'une dispositioli expreesco
1'Etat; di la loi.
Go Pour l6ire les moinbros de la Chain- II dispose des forces de lenrr t do mier.
bre des competes; II preside aux solenniles nalionales.
70 Poui choisir un comitd permanent, Les envoys et les Amlbassadeurs des Puis-
charg6 de convoquer les deux Chambres sances Ctrangeres sont accrddilos aupres
.dans les cas d'urgence. de lui.
Art. 25.- Les membres du Corps Le- II pourvoit, d'apr6s la loi, i la sfret6
gislatif sont inviolables, du jour de leur 6- intirieuro et exldrieure de 1'Etat.
lectionjusqu'A l'expiration de lear mandate. II fait des traits de paix, d'alliance, de
neutrality, de commerce et autres conven-
CHAPITIIE I. tions internationals, sauf la sanction des
Du Pouvoir Execulif. deux Ghambres ou de I'Assembloe Natio-
SECTION IT'. nale.
u President de la Rpublique. II a le droit de grice el deo ommula-
Sa R tion de pines on totes maticres.- II ac-


Art. Lb.-- La puissance executive esL
exercte par un citoyen qut est 61u pour
sept ans, sous Ic tire de President de la
Hipublique.
II ne peut eire redin q[ue sel! ans apres
l'expiralion ie son maindat.
Art. 27.- Pour etre l'rsident d'llaili,
il foaut
I1 Etre In Hailien el n'avoiir jmais tre
noncc fA sa nalionalild;
&( Etre afi tie )d 40i ats
Art. 28.- Cello d!eclion se failt n scru-
tin secure el t a m iTaio;it ilt solui du noin-
bro '_ ,- ties men bres es dux Chaim-
bres rlnnies en Assemnbl<, Naliona:de.


corde aussi loute amnistlie en minliteo po-
tlitique.
Art. 31.--L Pi sideni d lae RIn ,blqune
a l'iniliative des lois conuillrcmieiii i. kav,
les doux Ch:iun!hrcs.
I1 prolnilgue !ts lois vo:irL patr les dcux
Assenblehcs el les acn;s el i,' e!s do L 'As-
sembrie Natio rale, das le ilii dle huil
jutrs.
11 les sul'rv ille trt on ass.rt.' li'excultion
Neantt;oins, da'l s l0 di!::i fix, poi'' la
promule i ion, il a lo droil do dmea; dcr
nux e.iix Chaml l) jres, p;!r U11 iiies 'ag liio-
t iv t, 1nlw i ouv dA e Tllo ( h ;;t on' (I ui i0 eu;
letc ref'iisrc.


Si apris trois ours de scritin, aucun n At. 3-2- Q c;n dlise t!i'ient gra-
des candidates n'a obtenu le noibnre de ve, ",sur ven lnti' lt 1 Piiw,'0oili' SEx iif r.
suffrage ci-dessus fixi", i! est procici" i I'iin ie des d..i'x C;iamilo:rs. PIrIidieni
un quatridme lour de scrulin, auqucl cas pouria, sur Iavis couiinmotO de I'u 're As-
celui (ui obtient la n!;'joriti relative scra semblie, Qmis a la .. L ;.'il :;bsolio du
proclami. I omllbro legal do ses mei]bres, on siauio,








IEVUE DE IA SOCIRTE DE LEGISLATION


[puldiqulejI, dissne Il Chainbro dissideile. Art. i0.- Les Secriolairs d'Elbi, qui
En ce cns, i Mlc' ,t do c nv ia|[u pour povenl Oie Iiut nIlonib; de cinq, ';;ont
les nouvelles !'c!:ons devrwn :'e pw i blii sPolidaic'n.i,, i esponsables de la politique
dans iodclai u iroi: s ;i pin- gin dral, dui Pou oir E ,u li, il indivi-
Art. 3.i:.- Aucui i : u I l'IUsiielO anu1W- deloium. tan[ ds cie s du Pe sident
he que am poiita t nomi raion on r':- qu'lls cuonrsignei quoe ( ceux de lehur
vocation -des Secreiai 'es d,'imlai, ne peutt U parlemenii.
voi '. i ', -,"ii ; coitlrsigno ar nI Ai. 4 1 -- Toun .s ; mncsures (luo ipre l
Secritair ti'i a. 1o P(ouv'ir Exycrnif doviit dtre priola-
,o blennt Mbdli'es on (onseil des SOecd-
A\l -- Lo i l 'st rsponsable a, s t(-l bcrctious son lnt con-
d.e Iot Its ;l iH),s nu orit (e i .' .I s l Ie t on- po i e s/t0l' !( > t sio 1es'"! b t tos
voir conlmmis par lui. mb 's .i C onscil. ir
11 ter ansi resonsail's;!o o i ns rsles ens o ie. A/ .aI T'i 'i i a l 'l Ic
Iha ie brahisoun. I Clrns, s ion con tnti.-se eniirHe i latie u)'-



ocation Coit. permanent, de ront mui do di ilne lo.
Are. r .nic- S cn Assembl i s trionl ouri Art. -- L; i dtcrmo le me rde
prcdd i I.'i ctsion i ce nv exPrcierses onctionss
le (wo:jseil ,. S( r'n airs (i'Elal est charge CHAPITRE Sil.
det. A ti'u lut qo mnn unvo onre l'emptchement. Du PIouvoirt Judiciair.
Art. ib.-- Un mois an moits avant le t
term lgal 'des pouvoirs d. President de Art. 43.- Nul Tribunal, i nillo jnridic-
la RIpublique. lWs Chambres, sur la con- lion contentieuse n; peut o tre 6tablie qu'en
vocation (idu Comith permanent, devront vertn d'une loi.
itro r6enies on Assembl6e Nationale pouri Art. 44.-- La loi determine le mode de
proceder Ai 'eoeclion d'un nouveau Presi- creation des tribunaux, leurs attribulions
dent. A defaut de convocation, cette reu- respective, Ieur resort et le lieu of ils
nion aura lieu de plein droit, lc quinzie- sont 6tablis.
mejour avant 1'expiration de ces pouvoirs. Art. 45.- La Constitution consacro I'i-
En cas de vacance de l'office du Presi- namovibililt desjuges, sauf les exceptions
dent, I'Assemblee Nationale se reunit im- ddja dtablies par la toi.
m6dialement el de plein droit. Dans 'in- Art. 46.- Les tribunaux doivent refu-
tervalle, le Conseil des Secr6taires d'Etat serd'appliquer une loi inconstitutionnelle.
est invest de I'autorit ex6cultive. Ils n'appliqulent Ics arrils et r6glements
A d14fau! du i C:nseil dos Secrlaliri's gndmraux d'adminislration publique qu'au-
d'tEat, le Comili pe;'rn;ncent de I'Assem- tant qu'ils seront conforms aux Inis.
1bec Nalioaal e I romplace. Arl. 47.- Tout dilt civil commnis par
Art. 37.- Si 'Funtc des Chmiinbr.s so un militaire, A moins qu'il no soi danais un
trouvai't dissoni, ain moment oft l] 'r- camrnp ou en campagne, est juge par les
sidence do in' Rpiibllie ieovio drljit va- tribunaux climinols ordinaires.
cunle, it sf'ritl p'roeodi nux I1et ionls dians 11 en est de minme de tonte accusalion
les vingt jours o'1 l';ui;,' Assembldl se conire n, militaire 1dans laqItuelle un indi-
ri' nihit iti 'odiale,,l't i do plAin droil. vidu Ion-militaire est compris.
Art. 1S.-- Le ''sidcnt de La Rpiubli- Art. 48.- En cas de forfaiture, lout
qu( e pin,,oii pour low s Ir tiin,,,. et t frals jnge ou ofdicier du minisltre public est
une l del ni ii 1 nnnel' ',e ving q({iatre mt is on i '!l d'att'cusalion lpn I'urle des soc-
Iille gourdes. tions du Tribunal do Cassation. S'il s'ait
SC1O1N IT. d'un Tribunal center, la mnise eon accnsa-
Des Se'rc: ires, d'(iai. lion est pronii~t ee par te Tribunal de Cas-
salion, sections realnies.
ArL. 3i.- Noul peul 6tre Secitlaire S'il s'agit duI Tribnal de Cassation, de
.i'E;at s'il ni'st ig doe rei trt an; accomn- l'une do ses sec:ns ou de'un dses mor m-
plis u:t s'il ho' ~,ni! id ses droiis civil el bres, la Inise on accusation est pron ioucl
poliliques. par la Chainbre des Communies et le ju-
L''!tran'gcr ina'.uralis6 n poult tre nomt- gcment par Ic Sdnat.
mn aix fu;:ciiuls die Secielaire dt'Eal. La pine a prononcer par le SInat ne









REVUE DE LA SOCIETY l)E LEGISLATION


pent etre que la revocation des fonclions,
et I'inadmissibilitd, pendant un certain
temps, a toute charge pbnlique mais Ic
condamnn est renvoy\ s'il y a lien, par
devout le Tribunal ordinaire ec puni con-
formniment aux lois.
TITRE IV.
Des finances.

Art. 49.- Ancun import an profit ,(e
FEiat ne peut Ltre 6labli que par T! ioi.
.\ucaun charge, aucluHe imposition cOani-
mun ale no puet ilre Qlablie que du con-
sentement du Conseil.
Art. 50.- Lcs implts an profit i.de E-
tat soul votes ann ll Ilci nt.
Les lois qui les 6tablissent n'ont de fur-
co que pour un an.
Art. 51.- Ancune emission de mon-
naie ne peut avoir lien qu'en vertn d'uno
loi qui en determine l'emploi et on fixe ic
chiffre.
Art. 52.- Aucune pension. aucune gr-
tification, aucune allocation, aucuno sub-
vention queleonque A la charge du Tresor
public ne peut Otre accordco qu'en vertu
d'une loi.
Art. 53.- Le cunml des functions pn-
bliqui-s salaries ip r l'Enlt est fornielle-
ment defeudu, except ceini des foncliois
de 1'. ij-- ;. ,.in il secondaire on supricur'.
Art. 51.- Los complies gai;',raux of le
budget de chaque Secrinaire d'Etat doi\venu
6tre annuellemnieil sounlis anx IIh Iiii'..
par le SecrMlaire d'Elal des Finances an
plus tard dansles hMil jours do la session
legislative.
Ar. 55.- liUnn e administrative corn
menice le lei octobre c! fiSit le 30 septem
bre de I'ann t suiv;a.le.
Art. 56.- L'exaninen el la liquidation
des conmpcs de l'andnnisirallion gdrale
et do tous complabhls einvers le Trisor pI-
blic soul couilis ; la Cham1 re des comip-
les, don't les membirce;, au nouinre doe epI,
south noinoms par l'AssemSbl)e ia!ioale.
Cctte Chlambre pric-eii la gChaimbre
des LReprisentants et au Sdual n rapporl
sur les comptes geinranx de I'Elat, iuu
plus tard dans les huil jours do l'ouvea-
ture de la session legislative.


TiTlE Y.
De) Il Force publique.
S Art 57.-- 1c contingent de I'arme est
vote :aunelleini l ni.
ArI. 58.-- Le recri'leent de l'armie
no pent se faie qune d'apris aI mode deter-
101i par ; loi.
Art. 59.-- Tontl iAilin do 21 A 50 ans
inciusivemOeii, (qui o ieir! pas tlans 1!
Iroupe soid e oi oi! ",!it e i !;'i'!ie d10 la guard ,
nalionlo. a- i les (w s ,' Wions ,ablies par
ia ioi.
TITI{i VI
De la revision de la Co n.ti>llion.
Ari. 60 .- Le i ,nvo ic .l;'lil', sir la
propo, ilion ,;! l't!;re les drux ( Hi ',1,.
ou du Po1 uvoir Exic nti', a t1 dr'oil de (Id-
clarer (u'il y a lien !L i'-vr tIelles dispo-
sitions constifdiiin;'j vls qu'il d( signe.
Celic declaration qui 1c'O peut Otre faite
qui1 la !in d'Hie session, est public im-
meidiatemrent Id;ns [ont' lo'et1 ee do la
Republiqne.
En cas do disaecord des dlnx lChambres soit
entre lles,soit centre e!!cs etle Pouvoir Ex6-
culif, la delclar;aion [! revision sera pu-
blike dt la mnme facon, mais sous for-
nme de project avec I'expos des motifs ct
les objections anxquelle;, elle a donno lien.
(Ces objectlions serowt co0lelnues drans un
rapport rdig e ~p blli, soil par le Po -
voir Exei .'if si le 'orps L0gislail a 'i-
nialive d la d ar io d rvisio sit
Spar l'nne des deox r :b;'es qui aura voti

Art. 01. A ia sess s;;ivaile, e10 deux
Chambres, d's li'r 'l iin! el avant de
proceder aux trav.ux l, i ill'ss d'lil)(-
rent s i pri::e :n p i i !,'a[iioiA do :n de-
caratioi de .O i 1,1 .
Ei (1;s d'adni-i'sio), 1 cor s gilatif
stlaue stnr cs poins sn) 'is. la rvi':oii.
Arl. Gi. .'.,'s;.ie .;o 's ii !lio ui
.abroe 1o0 es 'es dp A s do 1i qmi
Slui soul co t;'a!'es :, s rla iublige" e, n-
l6e dens Ioniae !'c1 h',ine, 0: la l{ipublique.
TITiIE Vii.
Ilispositions Traniloires,
Art. 6O.-- L'inamnovci;il de" Jlgcs Cst
suspendue pour n1 aln.
Art. 61.-- L'Assemblie Constituanto









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


exere'era hi paissa arnce 1gislalive juslu'Li
ha rwioii'n des Chainbres.
Article Unique:
Le Mioguen Frai'jois Den ys WiIGI'FMF:, Oni
le 1 l(; h'v 1888, prt6siuon 1 7l'Iafii
pour 0111 ci d rs, weaker en charge le 18 ,id
iniis po0u1r en so'ii lo 18 d'rcer're
0895.
Fn ii iii Ja >t (hion hiaonstiluante,
A I'('wi-alu-Pjiniw, leo i 6dcemnblC 1 888,
m ii Sa de IIndlopelance.

lluini TF. SI-Jus[t2. Sejflin \rchei,


(oinidr3i, 1i BarIt h Dleiy, It .Du IN1

l, C. Ch ,2 qw J 13. A. [)brosse,
Legaggneur, S. Alcegaire, IB. E. L16rard,
1). Maiguriim, I'vedon RPichanrd. 11. Syl-
vain, I. N. Moittitsir, F. N. Thtvenin,
Salomoniki i, PIUnviose, C. Youance, Is-
rail, N. NuNiia, Raplhaiil Lubin, LWroix!


A chasser Ies Cncos dc Wa HIMe oiu AI ICs
yr ndr'rnmer cinine I3 izoiiizan it Sedan.
WHOMliire, comnie sctled-.' rcl) at
fond d' tie -3orle doe cuvd ix LLt cofi-f
gurirtion fmira III Pay LM M110e
f (l'(ii(& lo'pi, colinc, niu Wen tie Ida-

nar clivers ruisc 110N, vertns des Miees
OU chnlines do1 monlitgtnes 0111i le ceignmit
de [oulls pa; (ii pII 1ii donic, en
temips dic gi-rre, 0 !2 e '(H' i.'lfltr el tHiiC
Mico do in.icll o doW il suln We&
de SONKir
"in aindnnn un-t Ow '5' da ivis'iions,
celle de (JUil'''Ointihc, m mmi011anHdih par
IC b)ravoe (Guct': icr Pooi i vnn enait (de
s'Ov Mire mawa paci r ~ il' l's Ccos. C
tail enewTi uin vidc A (')hilci' (hItis no-
tee ef~fecl ii. Conm men rtIi'n sir i re If' tait~cie'?
L')uesl, le Std, Ic Nord, I'Artibonite
etI le Norti-Onoesi avaien i dejt foarn i
des conlin cuts d'hojne-ills ; mais pat>
lout ii dMait rest,- des massc; de citovens,
pen decides a s'armcu- pour eniretrr en


Lubin. A. Casimir, J. A. Jn-Baptiste, champagne.
P. Flambert, J. Pard3 jeune, J. B. N. LeGouvenement avait, au mois d'Oc-
Tassy, Georges Licombe, F. Pauyo, T. iobre prdcdlenl, publiid un arrtc qui
.In-Baptisle, S. Loubeau.---Le president, mobilisait toutres les gardens nationales
CL RI ; les secretaires, JI BIIE, G. de la Republique. II esperail en tirer
LABASTILLE. les 1eements nccessaires it la formation
_____ md'une armde active, d'lmn force suil'i-
S ,'jri sante pour reduire les C;cos. M:is, par
O'n s i"" une ironie du sor, 1Finstilntion des gar-
i l es (8 870 des nationals don't on -',5ail Iant en-
goud au didbul, avaii cesso d'dlre en fa-
--0. veur aupres des populations. Le sou-
(Sule) venir de la Barriere-Boulcille, du Haul-
Salnave aimait aussi cordialement ses du-Cap el de lant I do vie d'hommes
prockes qn'ii ddleslait ses ennemis. Aux inulilemnc t scrij'iiis hIi1: ;:i encore les
prises avec ceux-ci, ii n'avait pu encore esprits. P;.rioul on en I;; ;il avecc dd-
revoir ies aulres qu'ni moment apres couragemen l. Ce n'd,;i ,imice Irop na-
1'exil. Cclte sdparaliou cotlait a sa sen- ture.L'abiis av eit e-gendii'I ledisc1'dli t
sibilile. Mais le '.'., 11 en chef de I'Ar- Pour d(ciider !cs citoyc;i. ai s'incorpo-
Inme de rJseire n'ci et -pas venuau Cap
pour rechercher les ddlices de Capoue. ( ) Loes premi('r-' n .r; s .::' (e lt (Grn-
Pendant. son sejour dans sa ville na- de-Rivi\er' sor.e:t An pt'n de ]Byaha
!;!e, il s'occupera des moyens qui doi- e de la create (l' la A\ilnagrie a lniMbres,
vent lui assure la victoire. Or, le prin- vers lest dl, e lie paroisse. ('s soures ior-
cipal de cos moyens Wlait prbentement ;l'une c e st( iiv i A Lii'~ A bre n ct
derenforcer les garnisons du rou, de l'utre K riviere di BoucalnciNefr et qui
ForI-Libelt et de Ouanaminthe, do ma- se joignent A (nviron un, liue di lIur
nimre qu elles pussenl deiendre el cn origin. A ce point dia ju:i.'ion, ia rivin-
m6me lemps, conlribuer avec les ar- re prend le niom de (i, ni e Ar.
mies de Monbin-Crochu et de Pignon, Moreau de St. MERY. Tome II.


= __ I--------- ----I--- ..








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


poorer dans ia milice, il Ict I'allpn ulre Salnave sera-t-il plus heureux an Cap,
chose ii'un itm niistcriel. En 1859, le Ifyer du SainavismcI Bi.ea3;:n)up
'iritin qu. i :s'aimnit 'n mcusquet, dc Capois sc trouvaient en-
obissoi!, nI lus ni n'oins. ia un ins- ,agcs dans l'armie du general Nord
linct de cons irvation psonneile. La Alexiseldans les garnisonsdu Trouetdu
gerde natiorale, en cos temps-li c'l;ait Fort-Liberid; mais la masse des hour-
comme la rdpljiue mux Mvinerments de geois, les citadins, n'dtaient pas encore
1848. A quele i doe vdpondanita llevie organisms en garde nalionale, conrne
des milices en 18(67? sous Geffrard.
A I-'ort-au--P.rin~ce ccpencidnn une cen- Que fera le IPrsident d'Haili, au :i-
taine de cilovens. ( de bourgeois ", a- lieu de cette foule qui l'acclame, ;mis
vaien! rpondu a l'appel du gouverne- 1oni il no tire aucun service
ment. Ils eiCaic i venus, avec los cadres effoclif'" I jugea opporiun de coOvo-
et les drapeaux de l'a:cion rOigiment de quer un jour lcs ciltoens sur la Place
la garde national, nous joindre aux d'armes. Ceux-ci y vinrent sans de-
Gonaives. Alexandre Tale Ics comman- fiance, pour clouter, croyalicn-il- une
dait en qualild de colonel. Si minime harangue on une nouvellc d6Iclration
que ft c c contingent, il n'etait guere de principles, mais quel ne ful pas !eur
possible d'en oilenir autant dans les 6tonneniet de se voir cetn6s par la
autres localitds. troupe, qui les conduisit ainsi jus-
Aux Cayes, chef-lieu du departemen- qu'au quai, et d'6tre embarquds en-
du Sud, le gd nral Marcelin .ean-Bap, suite sur le Sylvain, alors mouille dans
tiste, commandant de 1'Arrondissement- la rade On les expedia peu de temps a-
y avait reussi; mais au moment de pres, parties au Fort-Libert6 et parties
faire partir les militaires pour le Port- au Trou, par Caracol. Des recrues, en-
au-Prince, trois d'entre eux avaient fait r6gimentees dans ces conditions, n'6-
feu sur lui. a Atteint i la tite. il eut talent guere propres, il faut I'avouer,
n6anmoins la louable 6nergie d'embar- i richauffer l'enthousiasme de l'armde
quer les coupables avec le corps de la en champagne.
garde national. ) (1) Salnave s'embarqua le 15 dcembrepour
( Les citoyens de la plaine, se trans- aller visitor le cantonnement du Forl-
porterent en ville pour savoir ce qu'il Liberlt, don't il laissa la direction A
y avait, et pour porter secours a l'au- Duverna Desbordes. II aurait poursui-
torit6, come ceux de la ville venaient vi la route jusqu'aL Ouanaminthe, si elle
de le faire. Le general Marcelin leur n'avait 6te deja intercepted; mais plus
expliqua incident, et les fit s'en re- tard, il envoya 6galementa Ouanaminthe
turner it liers foyers.. du renfort et des approvisionnements
C'ec se pass;:A le 3 decenibre, au mo- par voice d'Esierobalso, en lerritoire
nicLt ;ndme o0 Slnave visitait le camp dominicain.
de Monbin-Crocliu. Revenue an Cap oI 16, Salnave repar-
l\o s aviois idja dans l'armie til le 17 pour lt Trou, of commindait
o.n certain ini :r;i de Cayens, enrie Ulysse Jcan-Matie. dit Obas, Son vo-
;iuites :es (i'el;uiii Th'Oard, To-eau ,Y age cette fois so fit par terre, de scrie
.Ie:: Di:,is Ai qui;qucs; vuloninircs sos qu'il eut l'avantage de s'arrdter un ino-
ie d ordies d'un : ar.n Petit D): (2) ment au Quartier-Morin et i Limonade.
Le:s ieux pr -ie anciens amis Le 19, il est encore do relour au Cap.
de Sal;iave, !ii'ii dc la Gaide, les apr1 s avoir visited, en passant, le !'rt
autires claie: .;is dais 1l'armdie dlu St Michll, I'orl qu'en 1805, par un coup
Nord, ct cela s:ns !-,ilice, sous leinom hardi, l'insurrection avait enlerd A !':\r-
de Piquels. (;3) mode de Gefrrard. Le fort St Michel i -&
(\) Moil ,i "al: icie!. tait plus gardd: un simple drapeau
('2 Pclil-VX, filts u'j : .. rnal Jn-Denis. 1
(3) En Fra ncc, Ics soldals des diffd- Les marines, mathurins ou marsouins, les zu-
rente's armes ont leur norn do guerre: aecacs, aa, les chasseurs, lascars.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


roug,:, portant les initials G. M. T., y qu6 de prendic lies iprdci;itions spe,
avail. ite hiss pour la circonstance. A ciales pour agir e clo:r les rehclles
peiny rVen're, c1 Pr6sident so transporta et contreles ie.ii is c xtl ri'euii qui les
de mInu.veau au Fort-Liberte, oil it de- alimrenlen... C st ci suiv;;: celte lignem
vail remplacer Duverna Dasbordes par de conduiie, qu'a m0:n arivi en c eil
Toussaint M Mopoint, qui servait jusqu'a- vill, apprei iai que i; .g:')icite (Capo-
lor- :ious les urdres de Duverna. illa,ar-i een g er i':, eli: pa:i enant au
L ix P ps, con me on le n voil, ailt gouvcrnonno diomiuimni, dcvai so
n:;o ;i'tiveimenti employed, ct Salnave, sui- irouv c ur 0 i;,,;os o s ci ini' n11os eaux
: : j ce qui avail. di convN'i.u, dut a[- pour ddxia;'quer, a E2sero(!:calso, co.bme0
C. rd les f0les de Fin d'annee pour les ei!c le iait ,ordii:iairti.eni, des miuni-
pass:r dans sa famille. AMai:; duranl ct iions a des provisions poi c. I r belles,
inteii le, les chose< prenairi n ne face j'ai expodil ia clrvclte Le :ylJ (illn,
noiuvelc' chez nos voisins de 1'Est. U!;c pour la si'viiiier. .M on1l pir l; 'ainl-
inu;iircUtio1 vnlail d'ecialer nu Cibaao :iinc en ire iesqulcs :, iro:iveil 'es
con!:'e 10 gouvernemeiin'c de Cabral. naui Eugi'o Yaero, Saniago et
celui-ci, iM'lluit en erreur, accuse Sal- Juaiabiar, de Pi er o-Platn,-- elle a icd
nave d'eil eire l'in-tigaleur. Quel i dl- W heourcusemeO t caplitun avec ion ies lt;
rSt le chef d'Etat haitien aurai-il eu, munitions.
apres s'itre assure, par un Iraite, a Le gouvernemeni, dans cC cas,, a
l'amit i du gouvernement domini- use de son droit en presence des vic-
cain. a trouble la paix de ce gouver- nements ddploiables qui se d6iroient
nement? Mais Cabral 6tait trop prdve- maiatenant et des measures agressives
nu centre son ancien .xpuls6 pour re- du gouvernement dominicain. D
fuser de voir sa main dans I'insurrec-
tion. C'est ainsi que, dans le Nord m- VII. Second phase de la
me, lorsqu'un orage, venu du Cibao, Campagne
s'annonait dans le lointain, on disait:,
s le Maribarou gronde ) On s'expli- Une nouvelle ann6e venait de s'ou-
que difficilement pourquoi la colire du vrir sur les affaires embrouill6es d'lIai-
Cibao devait cette fois assombrir notre ti, mais nous qu'elle avait trouves a-
horizon politique, d6jh si peu serein. vec un pied chauss6 dans l'6trier, nous
Le President Cabral s'empressa de vimes, le lendemain, se coucher A Pi-
rappelerson envoy M. Pedro Valverde, gnon le soleil du 2 janvier. Parti le ma-
qui tail a Port-au-Prince, et de cor- tin du Cap, Salnave arrival le soir en
mencer conire nous les premiers acles ce lieu, devenu momenlandment son
d'hostilie. On en cut la preuve par ia quartier-g6ndaal. El l'armie qui l'atten-
capture d'une go6leile domniicaine, la dail, i'acclama chaieureusecict'at. Tous
Capolill(a,qui itail chargee de ravilailler nous avions a .co ilnoiaed:i 1'spoir que
les Cacos. la guerre allait iinir ct l qe nous pour--
A cetic provocation Salnavd repon- rions bienlot avoir pour !ii'enes la
dii par la proclamation du 24. Dcembre, f cul de er d i r ans i,.s i'!ers.
d'oi j'extrais les passages suivants : La carnpagne nauiiusii smeni dc-
SDIes dcdpches signees du general b la p'ar des po'ies qui :;'ajoulerent a
Cahral, president de 1: redpublique do- celie ddjj regrelL l a clivision
;inicaine, et adressdes au comman- Guerrier Poi -,.on.
,ni de 1'arrondissemeni de Sanli;go, Ce g6nlial, ii une dale antliieui a'
comme a celui de Las XIalas, prouvent note crrivie, avait recu i',rdrr du
d'unie maniere p.remaptoire les rap- AMinistre de la gi.r ~i do s-r' ir dl'Oa-
poirs qui existent entri ce chef domini- naminl.ie t d I rali-;i a LI' .cu'nl-
cain At les principaux chefs des bri- Samedi la div'i ion 0!has ; por minli'';Mer
gands. de conceil' coniti ': : l YIn A M xe-
a Le Gouvernement, saisi de ces cuion de. cc[ ordrh, ii : 'enI ful
!i:,'._--- de conviction, n'a pas man- I'Acul attendre Ulysse Obas qui no vint








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


pas. En!n, Upris Irois jours, las de n&cessit d'ameliorer la situation materielle
fouiller l ih(i;izon sans Iicn decouvrlr,. des d6positaires du pouvoir judiciaire.
il pread sur : c '..... .acher se. contre Aucuns fonctionnairesd'aucuioridre n'ont
Valli&re. C'eiL.i. une I..:ic. lais brIave plus droit que les juges a uine sure de ce
jusqu'i a L; iorii, Guc:rriec Poisson genre. L'iipossibilit6 une toi, rcconnue
ne reiioultai pis Ie:- ClaCos. Prlenant la pour nos magistrates de vivre ct de fire vi-
route du mIo;ne Magelcaine, o( i! devait vre leurs : .; avcc des iio!uments ren-
les renconti r', il 'cnve-rse ious les obs- dus insuffisants par la deprecia;ion du pa-
tacles et chie:oie ciae;:mi'ent ver\'s Ic pier-monnaie, I'obligation s'iimpo daug-
poini indiquiL pia le i!inistre. On e lementer leurs traitements, car i'cxeriic de
laisse passei.--- i': haibita'nis A' son ap- functions de justice estnon-scilule-ntinconm-
proche, abando-montn Ie bourg mn me patible avoc routes autres finc:ioin, mais
qu'ils occupciii" --- cl oil il tail son iacc la pratique de touted industries.
ent'tre. MAais quaLI ii s'len croyait mai- Aussi nous plaisons-nous a ~peirer que
Ire, les Cacos rev icennent en fore lou- les Chambres ne front pas id'objection a
chent ics issmils e- couri'onl'it Is hau- sanctionner le project de la loi :posl par le
teurs. j ddput6 Zeohir ou tout autr tidant aux
Guerrier Poisson ne perd pas l'es- cmems fins.
poir q(n'U yIsse (b)as viecInne Ie rencon- : a ma
trer. Entr ai V\allierc un samedi, ii y
reste jusqu'u; mercrecdi stivanl. Mlais, BB
a la fin, comprenant la faule commise
ct se voyant si loin de sa base d'op6-
rations, il se r6sout a renter dans -(
nos lignes. C'dtait devenu fort perilleux. Nous avons pris plaisir a Dircourir le
Guerrier tente ndanmoins l'entreprise, Rapport documented que les entrepreneurs
et dans celte action, il perd plus de la du chmin de fer de l'Artibonite out pu-
moiti& de sa division. Le rest put allein- blid sur les richesses .naturelles dc notre
dre Ranquitte, mais lui-m nme, 1rop hu- pays. Fait a 1'itntention du public financier
milieu pour survive t ce desastre, il des Etats-Unis, ce Rapport traduit fiddle-
se done la mort, example que suit ment, o n nen saurait douter, l'impressiou
aussit6t son secritaire, par atlachement de ses auteurs. II repose d'ailleurs sur des
5 sa personnel. donnies que chacun peut contr6ler. Espd-
A suivre. rons que l'appcl qui y est contenu sera en-
ewI,,..^.-- tendu des capitalistes.
S1


.ies ure utile
-4.1-~i-----

M. I depute .iJan Zphir, rdalisant un
veu form.i M a: ern iicer par e CorpslIgis-
latif dans la 1 p:. A .- : 'Lxpos6 de la situa-
ion. ct all a au- eant de l'cxcu-
tioni d'une proi u'e faite par l Secr6tai-
re d'Etat dc la jusce, a ddpose un project
de lui portiant aLg stationn des appointe-
mcnts des ie:c;L brL, du Corps judiciaire.
Tous ceux qui ti.ineit a la sauvegarde
d'une institution d<'l:: dpeCnd noire sou-
veraiincttd iiioni:i e, aussi bien qu'i la digni-
tE ct au bon re;i:: de i.otre pays, ne peu-
vent qu'approuver cct accord du pouvoir
Exdcutifet du pouivoir Ldgislatifsur l'urgente


N\ous avons egaiement lu avcc un renou-
veau d'int&rit le dernier numero du a Mes-
sager E\angdlique ,, organic de la Socidtd
Biblique. La iddaction de cette Rcvuc met
un louable souci a en rendre le ton agrd-
able et varied. A signaler particuiieremnnt
dans cc numiro le discours de M. Jackson,
President de la Socidtd, sur la mission: pro-
testante d'Haiti : ce qui a dit fair, ce qui
rest A fire, et Ie Rapport du secrecaire-
gdndral, M. Danaclie. Sans partager les con-
victions religieuses des deux orateurs, on
peut gouter dans leur parole un accent de
probity morale et une rare eidvation de
pensee.













REVUE

DE LA

E51OC 3IiET E D3E L GC4ISL_-L 'JriOIN
PARAISSANT LE 2 DE C(HAQUE ',OlS.


S .M .-I. MI. Denis. -- Pas de discussion pos-
Ssihle sur ce poini. L'arrclt dotl driver
1~.Seances de li Socictd :de la oi. Cest :n Consl ilion clle-mb-
Reunion du II juin 1907. 1me ([q i le dit.
1i Actualitc; 5 i a ricc par- M. Georges I. 1.' ,''siden,. : cz que la loi
Sviv\ in.. pe'iaie est ( i!.(,iirpr t'~ l io; n stricle et ne
11. Annexes d'oit as: ei tre titenden au-del i de Ses
Lece de M. Root, Secr6aire des [e;.pmes.
Etats-Unis. Au surplus, il scmble ,ue to Ministre
IV. La prisidcncc de Salnave (suite) par le des Travaux Publies soilt mainttnait re-
(,ndral Legitime.
V .Lois. venu de 1 erreur signalec A son ddpar-
_P.' o is-.:-. n euSnonaon leme nl. J':: c!ie nl 'e 'i'un1 "o
mission a (e1 charge de pr )i'Me'r iun
S IV S de i projel do loi d(as 1J sons indiqui par
-S ( 10 -a .- ia colmmunicalionl de inoir correspon-
,---- .- danl.
Reunion du 1 Juin 1907. a. Viard. -- Il y a dcja un project a-
nalogue, penidlat devaiit !es (tamlibres,
Presidenc;, de M. Solon MJInos. a apropos des ligles tilegraiphiqlues.
31. le PrIsidenIl. -- Le F:aptport 'fit
Presens: MM. MNnos, Denis, Sylvain, unc disLincion judkici:"u:;. La loi ide
Viard, Jer6mic. sanction du colicalde la c mnpagnic du
-- (.,i de fer de la Plaitne du Cul-
M. le Secrltaire-gedaral done lecture i de-Sac ayanl prIvu 1'instiliution d'agens
d'uine lcire du Conservateur de !a bi- spdciaux, charges de la olico do la
bliotheque Ste-Ginevieve (Paris), de- voice ferIce, I'ar'it a pu dlenrminer va-
mandant des numbers de la Revue de lab!ement lesatlributions de ccs agents,
Legi-ialion (qui mainquent t sa collec- mais non qualifier; par mun:ire d'assi-
tion. On decide que suite sera (onnee A miiation ux infraciions '::i code pd-
cotte demand et qu'on en profitera nal, les fails reprehensible'; qui rcleve-
pour continue les collections completes aient de leur surveillance.
de la Revue. Ml. Jcr'nmie. L'arrcetd pivoit, par
L'ordre du jour amene la discussion example, que i'individu qui anra caus6
du Rapport de M. Jlremie sur les ques- I'arrl focred d'un train, se rciidra cou-
tions posies par M!. Charles Dupuy i1 paLle de tel ddlit. Sern puni, diT-il,
pro'os de la police des chemins dte ter. comine lentalive dee muc;nre, le fail de
MI. le Prsident. -- La question de d poser une pierre sur le passage de la
,iincipe que le Rapport avait d'abord locomotive.
a resoudre etait celle ci: Un arrit6 mi- M. le PrAidenl. -- Ces faits nmrilcnt
nistdriel peut-il supplier A la loi p[nale, sans douted' ttre rdprimes, mais ils ne
et en dehors des cas que le code penal sont pa: directement prdevu par le code
determine, qualifier crimes, dlits ou penal.
contraventions telle ou telle cat6gorie M. Denis. -- Cela no les cmpche pas
de fails ? de reliever du pouvoir d'apprecialion des


SEUII~ME ANNLE, NO 5.


2 AOUT 1907.-








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Iribunaux. C'est nx juges qu'il appar- MI. le President, coniinulan. 2e point
tieut de verifier s'ils no rentrent pas ni resoudre : Que doit fai e i'agent re-
dans la classiikca;ion lgIle des infrac- quis, lorsque, dans le course de son op6-
lions. ration survient Ic jute e paix, le com-
Mt.le Prcsident. -- Done sur la ques- nmissaire du Gouvernenment on le juge
tion de principle nous nous rangeons i d'instlruction?
l'opinion du Rapporteur, coniormne Ai M. Denis. Ildoil s'arriier, connme
celle de 1'auienr de la communication? iait Ie commissaire du Gouvernement,
( Assentiment) quand lejuge d'insirunctioi se prtesenlr
pour instrueenler. Qua int ner. Qad loi dii qu-
Quelques questions acccsoires on! iti es agents spdciaux de ain Compagnien-
incidemment sou levees par notre collI- 0 p(rehnt concurre'men! av c in' police
gue JRrdmie. .e crois qa'il y anrail i- i, ,; ., cela s'eia e nd n c ses w q'iTs
teret i les vider. La prerminrec esl aninsi exc-ceni leur man dal nona:bsinl la prd-
formulee : Quelle foi doit dire accordcie sence des officers de police judiciaire
aux proces-ver];aux des agents ;>:scr- dans ia; jnridiction. aiis ia i vsince de
menfls charges, de la police du chem'in 1'un de ces ofiicietrs Su les il ux rOduit
de fer? I'agenl an role d'assisia i.,
RM. Denis.- Its sont crus jusqu'iA prel- e l. iurd. --La police judiciaire peut
ve conlraire. C'est d'ai! eurs la rig!e irncuer le proccs-verba! dcja dress par
pour les conslalations tie tous les of'i- l'aoen .
ciers de police judiciaire, ai cominmencer j. Jemie. C't i'obje d'u',n a u-
par le commissaire du (cuverncnient. itrt question.
M. le Presiden/. -- Dns la idgislalioii 3. te Prcident.a 1.ur le 2 p int,
franchise, on dislingue entire les appri- nous pensions come noij, colligue
ciations personnelles de l'olficier de po- Denis.
lice judiciaire, qui sont laisses au jn- ( Asseiimin ti t,)
cement du tribunal, et la constalation 31. Denis.- Les oflci.'ir de police
du faith, qui est crue jusqu'a inscription judiciaire penvent ou accepter les pro-
de faux. cis-verhaux, ou continue I'inslruction,
M. Denis. -- M. Dalbdmar Jean-Jo- ou l; recommencer.
seph, dans son tIaite sur les justices de M. le President. Le IRapporteur so
paix, 6tab!it que chV z nous, contr.iire- demand ce qu'il adviendrai! s'll y avait
ment A ce qui exists en France, aucun contradiction centre les dicvs des ggens
texte n'altribie anx officers de police de police de Ia Compagnie 't ceux
judieiair le droit d'lete crus jusqu'a des officers de la police judiciaire.
inscription dm taux. Une ceraine auto- La question ne prdsenterait d'intOrt[ que
rilt ncn ere:-le pas moins altachSe a si 'on admettait une distinction dans la
leurs procis-verl:aux. Le Pr6sident du f'oi due aux consultations des uns et des
Tribunal, usant de son pruvoir discrd- autres. Mais si eies sont u:nii''!in;nent
;ionn;:ire, pent en oridonner la lecture, cruesjusqu'a la preuve contraie, lejuge
at a delaui d'auire luinoignage, ils ei- appreciera.
porlcronl ie pilis souveiii le verdict. La reunion, consulted, opine en ce
M. le Prsident. Peut-eire ne se- sens.
raii-il p'Is boa do noous later de conclu- Mr. le Prsident. --- 4e point : Les a-
re dans le sens doc notre college Jean- gens peuvent-ils 1tre indifieremnunenp
Joseph; car la question comporte dos haltiens ou elrangers ?
nuances' dignes d'un examen plus ap- -M. Sylvain. Ne sont-ils pas assermen-
profondi. E:l tous cas, il est hours de t6s ?
douie pour nous que les proces-ver-i M. JIrmte. --- Payes par la Compa-
baux dresses par lIs agens de police du gnie et nonmm6s par elle avec iagre-
chemin de for no sont crus que jusqn'T ment du Gouvernement, ils n'en parli-
preuvo contlaire. cipent pas moins a fexercice de la puis-
( Assentiment) sance publique.








REVUE DE LA SOCIITEi DE LEGISLATION


Al. le P'dsident. Ils ro peuvenlt Dominis par la preoccupation d'abou!ir
done tdle que citoyens haiiiens. vite i la solution ddsir6o, les deux gouver-
Ia unionn adople ogalment ce[tt e nemns so seoni vev',ues A restreindre la
opinion. portdoe des a:inndamens, uIjoulos par le
M1. le PrIsident. Peuvent-ils cuniu- C i..i. .,' dominicain an lexto de la con-
ler leurs aitributions de police avec vention, deo l'Iaoi qu e fill esquivho I'obli-
ceiles dc ii'.rc'pti r de recelles nation ie les soulielIl' an Sinal des E-
3M. Denis. --- 1]e sontI es percepleurs Itls-Unis. .Mis ce bhou n'sullat n'a p)u tre
qui soni le plus souvent aux prises a- obIe:1:n qun' i favour d'nuii. qunivrquo.
ec le pui)lic. ; Ds to vote des ainlirnltomons, baplisds
M. Jr'mzie. --- Its ont un inter lt Irop par I' C ngris t' i-niidino du iii' alld-
direct dan;s 'ad;nidnisltalion de la Colm- i lnai'! (clasircissmewins, le Pi.si du
pagnie p)r q".h I'uir impartialild ,o Grand Corps doi:niic:iin ";'nsi imip!'(Lss)
soil suspc'ctic. do dKiair aun Mini-ln do I'lati.icur que
La rCunioni Oml I'avis que, oiqu;e sc;i, clues explicatives )a 'avalwiet d'au-
o cUMul des nctions de percepte. '0 ;hjc. A (it qu i i','cisr, w an laiss:nit in-
ti de su'veillanl no soil0 pas p rohib6 i( lo tlcx t r,... i0 sois do crtlains ar-
par la loi de sanction, it devn re lilies dii rail, dans I'lypothiis oi dos
dvit, si I'on ient a entourero de loule; does s'clIv'eraioil sutr lou inltipr'[lation.
1'autorilc desirable les declarations et' C'6tai[, on r6alild, vonloir so payor do
les constalaiions dcs agents p'reposes a .iots.
la surveillance du chemin de fer. OI Iol no;,;oau texie, Q'pourvu di iount
11. Jdr:ic.-L' lajlpport finit parwun saocti on praliquo, i'avait pas do raison
vceu en f tI'a eu u t! I' ol I'r i ta Ancien sys l'doi'oH, on it avail po0ur s: l cloioi il'olio sibs-
teme de publicalie n des lois au son du tilud .aux claiusis coucLisponlltiils t du Irai-
tambour. I, en cas de dosaccuord i'inll[rprllation. La
3M. Den'is'.- Cetle tradition pittoresquo lpreuv ue qu ceO 0 sacciordc lail possible rt-
a eld ine dt's jolis de note enhance. sullail di i ;ii io Iu ('o Ciongrls avait
/. le Presidenit. -- 11 v auait sur- jug, ni'essaii de dl prTevei'. Ios v Mclair-
toul uliliid iA la conserve pour les lois cissomuns e nuc io'ILvaionl i voir la ior; in-
qui. colnine les Io:s ponales, s'adressent leouprOtailve Ai qo ls iircnidaiinil qa',t la
ia 'univero ali( dates citovens. coniilion ld'dtre tapprotvos o L I'auroe Par-
M. Denis. Toutes les lois i iniros- tie conht rclin 'o, r.iprisontl'' par los deux
sent tous l ciioyens. Puisquo nous Pouvoi's constilisliotnils, Jiii dlaientlo qua-
uroclalnou; s ( qu nul n'esl censd les '-. ,i- lifids Fonr c( ....i i u i taiit o1 qui en
rer, publiois-els ioWkes au son du talm- faith y avaient concouru, soi ii ur eon a.'rrtoc
bour. les erImes, soil pour los saltliionielr.
lIa rllunion s rallied iA ce vceu et, vii! Or, en 'recvaol t (In C(i t i' afflires do-
I'liure avalcde, la Lsance est levde. iniicair noitificalion det l f'iolution ldu
__ _-_ -._. __ ongrst 'S, Ie Setci'r aire ld'E oit i ':, Elats-UhJ is
a accoptd ot pris A soi cotnpik': I'aflirma-
C" i -LITEr 'lion ultoo l [oxto de la coaivin:ion I( s'en
Irouvo pas altrd et (plle, ip;r:- coiinsquellt,
XV. it demonure, avec les a( explirations a du
SCoing'rs, tel queo I; Sdi; den Etats-LMnis
Des El[ats-Un'is nous est venue la nou- l'a votd.
vclle que le President Roosevelt se serail Ali do iforldio1r' 'robalblameiint son dire,
,ddciii a signer la convention dominicaine. M3. Root a pritcise, a son tour, le sons cue
La dorniere formality diplomalique, 1'd- le gouvernmonent federal entiiend donner a
change des ratifications, aurait dc ddj0 i ac-1 I'article Ior de la flsolutlio .Le leccovour-
coinplie, el il ie -'agirait plus que de trou- geiWral et les; agons Jo son administra-
ver sur la place de New-York les vingt mil- tion seront rominms par ie iPr6siilen des
lions do dollars destines it l'uuification do Etats-Unis. Litbre au gouveriemeunt domi-
la Dett, du pays assist. nicain de lour adjoindre autant de fonc-








REVUE )E LA SOCIETY. DE LEGISLATION


lionnaires on d'employ(s qu'il lui plaira rieuses difficulties en re I'iEat domiiiicain
i'en Cd'signer : cos surinumeraires n'opd- et le government du Prdsident IHoose-
rero;t qu'a tiire d'auxiinaires du Recovenr- velt. Oin leur a fait -- i tr's pen pros -- li
ginoral, t avec so agmen songrn srt d'une manifestation platonique. Et
Sur la question de savoi; laquelle des ainsi tout ie monie aura t de atisfait, les
deux gloss, celle du department mandataires du peupe qui olt eu licnce
d'Etat, ou celle des ips ptdos dominicnans, de mnanifester,el les gouvernans qui n'en
se rapproche le plus du lexie de la ont pas tenu compete.
convention ou en respect ie mitnx I'es- GEOWG s SYLVA-N.
prit ,on coaniaii d'jii mon opinion. Les
(( 'claircissemens a constituent do v'riia- 15 J illet 1917.
blues amenudemens au traii, et pretend r'' .,
qu'ils n'y ajoulent lin, c'esi aller conore A
1'dvidence. Il ne seraii as s minns illusoir e
de souvenir iqe la coii 'e-iilerpreptaion ide Letile d-e 3. Root, Secrdt;iare d'Iant
I1. Rool irdpoud exaclemenect t I !'inleitioi n des Etals-Unis (A M. ,Iouberi, ciharqg
don't s'est iinsird Ie Congire dans la pre- d'affairs de la Rdpubiiqne dominircine.
mi _re de ses clauses explicatives. Si I'o .l.. 24 Wai 1 7.
congoit bien que les Elais-Unis, prenani
charge des doeanes de la Rtpubiique voi- Monsieur,
sine, ne ssesoucient pas de comnpliqIer la J,'ai li .II,.-r de vous accuser riceplion
tache do lleurs; agents, en laissant fonction- de votre note de eo jour, me tran smittant
nor, a co6 de ces agents et concurrmniment copies d'une leltre de L'inmar(ie Giarcia,
A leur miniis6re, des emp;loysdominiicains, Ministre de l'InlOrieur id la iRpubiliqiue
il n'e-s guere concevaible que le Conu gre dominicaine anu .1inistre des .i! i.'es ilran-
ait 6prouv( Ic besoin de revendiquer pour gires do ladite liepublique, on date iu 6
Ie Chef de la nation assisted son droil maii 1907, laquelle lui fait part d'une corn-
ligal do nomination aux functions de munication (du Prisident din Congris do-
douanes, a senle fin~ de lui permetire de micain, dalte do 4 mai 1907. Votre letre
presenter a i'agrmnent du lieceveur-g0- content aussi copie d'une resolution du
nGral quelques compares, en cas d'in- Coiigrtesdoinnicain, dake du 3 mai 1907,
suffisance du personnel assistant. qui comporlo approbation de la conven-
Cela n'a pas empochlt I. lloot de con- lion penidante entire les Eals-IEnis Pt l Rd-
clure quo les vues du Gouvernement des publique dominicaine, i: .. :, I .i' do icer-
Ealas-i'uis coneordent entitremeut avec les taines clauses explicatives. Je note que le
explicaiior". mises au bas du trails, qui a Pr6sident du Congris dit dans sa com-
dIs !s, se dit-ii, ioues les chances d'etre munication du 4 mai qule les explications,
execlic de bcIine entento par les deux introduites dans la resolution approhlative
Parlies coniraclantes. de la convention, n'all6rent en aucune ma-
L'initi'essauI t;lit de savoir ce qu'en niere le texte de cet! convention et ser-
pI'i:era it Io Sfidna f)idtral, don't les droits vent seulement a eclaircir les doutes qui
eii l in ,at'li' soul! imp escriplibles. Ju- pourraient s'elever sur son interpretation.
g'ant c.rirec. lai position prise par Ic Ca- Les explications semblent conformed aux
biiilt de VWa-il!nglon, al!ait-il tenir I'af- stipulations du trailed, telles qiue le Con-
lair p !ior ddi ilivemont classic et s'abs- gris dominicain en entend L'ex6cutioin. Si
tci'i, volontairementd'en e connaitre 5 nou- je les compreuds correclement, eile, c!-
veau *? drent absolument avec la fagon do voir eii'
C'cst l solution tlont semblent tinoi- Gouvernement des Elats-Unis. Afin d'evi-
gioer les inifnaoations qui nous sent parve- ter toute possibilil6 do m6sinterprtalio;i
uoes. sur les terms de la premiere explication,
Les amendemrns assex timides que s'est relative a I'article ler du trail, je vous feiai
permits le Congres n'ont pas dle consid6- observer que 1'opinion du Gouverne:nent
ils cormie dlant do nature i provoquer, des Etats-Unis est que le droit reconnu
dans I'exdcution de la convention, de sA- dans cet article au Pr6sident des Etds-Unis








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


doe no er tn te an reovor eira, P'es ren.c-acher le micux possible do as le gr~ou-
veturs-adjoints 0i VaIi Ices em p1 -oves dun pe de !'Etat-inajco. mt v. ions s pri tie
setwvice dies n!vH1_ls, eunrpaonbWlopsdn ie.Sn(me6t
ii'cnhpee11ci'a ens a Oiit'.ljii 6's W nonaPll e ignon.
iigens oil (inply oar l'h'w~ domi S ma! ii- nlac, n'anynt I rouv6 jpersonne
cm~ a, ifls- ows Sf911 nu em] ph Os He .& w 5131 Gi 151C 1 K,:ti s.I coI'i'e, IC-
IinUin wkn s A pa r A 6 prrs p- vio 't Wiez Wi, s'e c;ain'm ; f]0i5, P)0n11r
[iou de;s'O taeouairjc out do lowes au- 'ionner Sa,1si~t~isf ;'Iltnl s ans
i iaxr [aN S : t; 'i iM reco e jisqe 1)0111. [ielhiis iOe d llnV tort "I jui-1mime17 0, ii
isdr01 e '' I!tL vin CCswi (9\30soi seerel so.e ,S[ Lucien Eiinlia-
agrIni ICn Lad, fMire le liae do six des Qc son-
Ii rosso do Q1 quo In la> x gouveine- JiCiS, qLVC le soil di6SignC,: an 51-6 1C a
mes i')VICorjI a7i iiJ ) nno I flbs dic I 1'iln2 dfK, ls fo
covifoCLis ION. ('xp!C~n BiUi e"1 I Le S tcullk, Sit, oYk d t e a ses



Spl] s grade, t ill peti `ioui ln ni, d coU-
I l e C i1LrV1 2 Cav ir lis (c, ,' cCSI-v~ea 6laiL
~~ ~, ~cutlemetn~ capital inc. .

s--- deuL! sortlezi
SO UIVE N i?. KI1ST 0R i ii.1 Q9LLI1 ;j E Miii Son Li-
a 6btc (ttL~ioitI)CCUe1"i
( 1 8s7al 870 ~ni sc hSI 1Oitiuqu) tI an ut les rIi-
( suile sill, apt-cs (ja'iks vica!'Icltl IcCliappor
tiun des heroique. combhattants de ruirl ascineni o 1 I:' :11anc!f(e (IC Ser-
ln rcfraic Pde VnIiire, le g;ldl- va151, ccs hoi-invs so' jetlenl A gvvioIw
r1m Ogen, ViHi 012OM AL hbtC ileptuis jo0uriluplorgc riice, bidoui tout. I1iflIILIx
quatre atns Pa:i-ark CIu 151'i. H c naiman. oe P-al-tn1 p'c-Ic denI, Ps PrOS
daii en 1867 in cua lCeric d'Otanauitl- crois- s stn r 5 po.: ri oc. D).ni nalnt do so
the. lille hcti:IiiCS ac mzos com pa-
2n CSi cs LOcns is, ii en fan- gnO g nI ii 11 St Lu-
xnil 4auz q0 0won! 129 S,5 IllS C it Liiio el d tin air (Jui sembl)
n~ale l eurc CLix cHas e t ceux In. dte I'Ain- dlire: o(Vou5 015ss!, Iror(lIz Jlloi li'It. St
se-~-VCo1u On les 1 I nCS -' PigInW, le Luciene! )
Ieiade insj n Lu C surl i-iicndeiin do1 C i DCC swa nis ti il n ioli cc
ariivile. I13 0-_UicIIt occ- LCo-2 ( avw a- brave.
bandonnK Icur ;r di. Coimmen lle PotC moi. je C e iappeol c ra !oale
s a n n i 1-on ? Sans tt Wi. 'forinalion, mna vie ctlie tie-r6 ti-is iC rnollielir,
Sa'live ord oi0(u I lir lea uion. iCCI e beualt virile (,a cc j our-la, 'a
Cotte iiouvci-' s rs paridR cm-nnic C line IailtStainil-60 GIie till fo :nii'. tin sitm ple
tInnoe Kie pouidre dan( loraire, qu ui soldal, tdonl je nt p iii- moeie a i-eisemcn
n'eut qu'un cri tic c o in in i s C rtt 1i o n. transcrilre ici IC n-tin.
a G rce P cr-i-elle su C tou IC Ia ligne. W1 s Oil ml ain I1Om do us
a Qui (lemrnte grirco 2 i) riposte Sol 'kiistoire, ceux que,depuais cent a ns, nos
aave. Furieo ii s mc daLi CevoIvci guerres ciriles ddciientw si Iroidem Ci] I?.
AI, ansant dol' e Vnt Ic hin de bandi dre, Ma t Lrnghj te, dir i-I-on. En Mel,
it cherche des yex t'inprtudcnt qui les alncienIS, tio te place, eussent con-
s eK OH ViiC in bouche datis los rongs. saltO it-s orocleE.
L'nrmee resie impossible, silenciense, 11 n'y avait cepeindant pas de temps
tandis que Pierre-Louis Zamor, q0i 1 a- "I perdrie, les 6vdnements se pressaient
vail donn6 Ic signal de Ia manifesto- tans 1'Est, tine Joule Centrale sd6-
tion, file comme une anguille pour se 'tai conslitude, sous la prcsidcnye


11_11______ ______11_____1__11_II_









REVUE DE LA SOCIETY 1)E LEGISLATION


de Jose Hungria, et avail nolifid an Begeot Parel, don't le norn figure ici
gouvernement hailien le but de la rd- pour la premiere fois, avail remplac6
evolution dominicainp. (1) Cic6ron Dauphin a la tlie de la belle
Salnave, des le 6 Janvier, leve son division, que celui-ci avail commander
camp polr aller Id'ablir a Monbin- depuis le d6but de la champagne. Ma-
Crochu, d'ou le gdndral Nord devail !ade, Ciceron I)auphin avail Lcbtenu la
parlir en march conlre Vallicre. permission de rentrer chez lui, nux
I)u 6cdl du Trou, Ulysse Obas avait Gonaives, pour se iaire soigner; Be-
recu l'ordre 6galement de marcher dans geol,qui arrivait avec Sainave de Port-
la mdme direction. au-Prince, sollicita ]'hoonoer d'alleir
Les movements de Nord Alexis, hen- conmnnider a sa place. Cel honneur
reusement combines, ddterminrelnt lui fnt accord. Mais Begeot dtait un
l'ennemi h fraclionner ses forces. Nos glinral de frjiche date, trop inexperi-
troupes parent ainsi enirer sens en- Imenll pour commander ce diriger une
conmbre a Valliere. Mais a partir de ce colonne dans un pays qui lui dail ab-
monicnl, c'est une series noire de ml- solument inconnu. Lg- gndralisim-n du
heurs. 11 s'agil de la defaile succedsi- preiar corps, suns le; ort's de qui
ve des divisions de Bcgeot Paret (-) et il venail (d'ire place, lui con!ia la mis-
d'Ulysse Ob'as. sion d'aller avec une auitre colon!ne de
( I soutien, delairce la rouie par on de-
(i) x.ri,! di message adrci. a go 'crii t vait venir ivsse Obas.
h.aliein, ( 28 Dac. 1867 ) I Begeot parli mais ,]rivd dan-is les
SII est prouve6 que l'adminislration1 Begeo pali, mais W0 ca as lcs
du gdndal Cabral a abusd de nl bon environs du post do Idech ii se
ne foi du gouvernement de Votre Excel- vil lout a coup enveloppi par ,es ban-
lence, par lefait qunayant conclu avec des de Servaini ; il fallait combatt,'e
lui un trait-, il a 'oinentc une reaction dians cc:s conditio-s de:savan!lageuses.
contrc le dit government, don't les La lulle ne pouvail durer longe:nps.
principles sont en narlait accord avece La division est dcrasee, m-assacre, et
les notres. I Begeol lui-mdme fOai prisonnier. Les
a Les Soussignes respctent le traite Ccos veulent l'oliger i crier: t bus
conclu, promettent a Volre Ecelenc de d SI e re Se, a pnant
ain.- OSiPia( e Ot rehise, oil OIeconnpaain
la maniere la plus solennelle de main- s ,, ,'u ,,
tenir les relations, tIlels qu'clles y sont soi ielis un Wl e L.* 'Ia l m-
ddlinies, et de prefer leur concours pour broinnie. S a!i. hi LenvoWe a
ne laisser aucunement pen6trer sur ce LCamp-lRol tl ( Saivaneiongue ), oil
terriloire ceux qui se lIvent contre le on le fusille. Quani A li coionne de
gouvernemenMt legitime que vous reprn- soulien, qui cheminail par un aire en-
senlez si dignement... droi!, clie put, tan! bien que nial, ren-
a Le general Cabral, dans une note of- trer dans Valliere.
ficielle qui a det intercepted, announce Les insurg6s venaient de remporlere,
que le gdndral Pujol esi parii pour lesd sc i os, i
Etats.Unis de l'Amnrique dans le but un grand sccs. N on s, it ne
de conclude des n6gociations relatives tenlere n pas dinveu lic 'arm6de postle
a Samana.Nous avons prolestd centre ii Vallire, comme ils avaient faith l
cet acte et avons l'honneur d'en envoyer l'dgard de la division isolde de Guerrier
i Votre Excellence une copie fiddle v. Poisson. Ils fircn mieux el alierent
(2; Begeot Paret faisait nartie de ce en masse bloquer Ulysse Obas au mor-
groupe de generaux de division crees! ie Maydelihne.
Spar Victorin Chevalier, en raison de la La division Obas avail ddja gravi les
part qu'ils avaient eue i la prise d'armes planes de la a .,i .l r Mais le moment;
du 22 Fdvrier 1867. vintl:ofi elle se vil empdchee d'avancer
Gelfrard l'avait faith incorporer au 12e ni de reculer. Toutcs les issues sont
riment de lignel coune suspect; ce
qui ne l'avait pas emp chd le 22 Fevrier fermes et garddes par des forces im-
de se trouver parmi ceux qui, de I'arsenal posantes. A gauche, des hauteurs inac-
de Port-au-Prince, s'cn furent tirer sur le cessibles la dominenl, d'ou l'ennemi
Palais de la Prdsidence pent 1'6craser sous une grdle de pierres;








REVUE I)E LA SOCIETY DEILEGISLATION


a droile, clle es! arridie par des pr!d- Revenonis nous-mdonles "i Monbin-Cro-
cipices profonds. Le pLril est extrcie. chu. Salnave, apr~s l'arrivde de l'ex-
Cependant il so lrouve dans les rangs proL, avail donned i mindiate1 en I'or-
quclqu'n qui veun se devoue!r, on aliant dre du tdpart. On brila Ih; ajoupas
jusqu'a Monbin rco'iu faire connailre.du campemient, on dleignitdle feu sous
l'ebt de la division. Cel hdroique sol- los inarmiles, t I'amniiee Tout entliere
dat passe a travels !'innemi ct arrive s'dbranila, dOlilani vers \lliice.
heuiciscmn!i A Sainavec qu'i! decide, Le irijel, san;s e blieo long, no du-
-n lui rnC l;,ta! t le b'll't d'Ulysse, Ai so ra pas moins d'u journey d imarche.
orler miiu;3)i;ile:nmeit en avanl. Mais L'arri i'-gaide, qii eL Li esanrmoucher
i eai t'op lard poir -cconrir les as- avee les i;nfitig;ib!s gle'rril'i ros, nc
sidgi's. Apros huil joiurs d'atletoie et put enltrr tdin.s e bourg avec le con-
d'anixid:, ei priv d'ca u pour I'arinm voi (!es belts do charge' qa Irs. lard
et pour les chvil:Viux, Ui ys s s-o d cide .;ani la nuit.
a r11'g 'er i Ti'ou, '"! p:iss.a:' anu ra- ,Sa,,i.'ave et Nord cxis s i ri conlrc
vers dIe I'elneni. rent d uiounveau. Quc se passa-l-il Jais
Le inmiu,) dcs norls ct d(si blesds leur entre.tien ? FI'orsoi:ne n'en slt on
a cele roid>:i&e affaire fiu incaicula- traitre mol, siion quCe I chef du pre-
ble. Du .Morne agdelinc jusqL'au delay mier corps devai[l parli' l leidemain
de la Sm wne u: Bergui;ie, lcs cadavrcs jon- pour les Perches. En qinil.ant \ral!iire,
chaiden le so!. A son lour, le 18, Sainave ilI dctlr ire
Oublions les horears de cetle guerre. le bourg de fonI en comble, suivani Ic
Le temps, !e grand fossoyeur des sic- systnue autl'efois dcerdi!.c par la Con-
cles. a ddji faith son office. Mais mparmi venlio n pour la pacificaltii n de la Yen-
les incideils de la retraite d'Obas,il en de. ( 1 ) On eia soin d'inlever Ies sta-
esi sur le-squels i'esp;it se repose avec blues et les vases sacris de I'Eglisc.
plaisir. LP gdnral Joseph Edmond qui, Au more Magdeline, [qie nous de-
de 1879 A5 188, a command Iarrondis- vios, traverser on drnier o le spec-
sement du rou, avail fai parties de la:re u horrible. Les miorts de la divi-
division Obas. I)ans Ia luile corps a son Oba venaie: it peine ,d',rec iihu-
corps (quon eutl A souvenir au lorne mnd. Leurs membres nmal recouverts
Magdelie, ,!. Edmond, press par les paraiaiWlnti leur e lerre en plus
Ca(.s, se lais:a choir dans la falais-, T' an endroii. L'aic en tailt infecei...
L mni h2l reux d i .an i o r, Oeca- (O c-in dljions-nous die no:; -rves de
sd parl sa chule. Le prI cipice etaiLt ,ro- victoires -?
fond. Mais, 6 Providence Au fond de La e n ai p arir q u fot
la vale. des arbrisseaux A branches tard a la Sa'vane i ric. a ieil 0tit
1 ...e .


JICexu uses, Centr CliacdU i 2C LulInli.'es, it
recoivent dans un lit de verdure. II n'd-
tait pas mori, il avail perdu sculemeni
connaissance dans cetie ra nide projec-
lion, el pendani que son corps se ba-
langai inerle et mollement dans cc ber-
ceau natuirel, un Caco vient, s'appro-
che dte ]ui, ei le prenanl pour moral, lui
enixve ses chaussures, sans lui inili-
ier la balafle on la malilation tradi-
.ionnelle dans leur arm6e.
Revenue 0 lui quelques minutes apris,
Jh. Edmond se remnet debout et sur ses
pieds nus, en claudiquant un pen, il so
i'ainsporte assez loin pour retrouver Ies'
restes dispersds de la division Obas el
rentrer avec eux au Trou.


S)((La guerre,sans autcun resullat possible,
n'c'ait plus qu'une guerr' d dei.i'lrucioun.
Les rdpublicatins avaient tdabli quatorze
camps relranches qui enveloppaient tout
le pays insurgd. Do ces camps partaient
des colouis iiicei iaircs qui, sous le coin-
inandeinet en chle du gundral Ta'reau,
exdculaient le formidable d6cret de la
Convenion. Elles brilaient les bois, les
haies, les gendls, souvent mine ls village,
s'einparaient des mloissons et des bestiaux,
et s'autorisant du dcret qui ordonnait
a tout habitant dlranger la l rvolte do se
retire A vingi lieues du pays insurge,
traitaicnt en ennemis tous ceux qu'elles
rencontraient ... A. Thiers, Revolulionfian-
1:aise. Tome 6, page 248.


I~y~j;~q-----q---_------~-------a---- -----;---









REVUE DE LA SOC1ETE DE LEGISLATION


profonde. Sous la vote que les grands VII. Troisicme phase
arbres formaient au-dessus de nos Itles, de la campague.
on no voyaig pas le ciel. J'avais heu-
reusement devant moi, pour guider l I est quatre heures, la balaille est
mes pas, la mule grise de Lafayette perduie; nous pouvons en gagner une
Laforest, notre Docteur. autre ) disait Desaix : Bonaparte, apris
11 fallait enfin s'arrier et bivouaqucri la journdee ie Marongo. Le mnme dis-
quelhue part. A quelque distance de course aurai: pu tre Lenu a Sainave, a
nous, les feux du premier corps poin- 'issue de nos derniMers operations mi-
tillaient dans l'obscurit. 1 ls dlaient al litaires.
guis avec tant de symtlrie, que beau- I ,'arme 6taOi prk0te A recommenlcer
coup de nous s'imaginaienit dre tout la utte et disposee 'i assurer !a victoire
pras des Perches. Le course d'eau nu'il' angoanvernoineant.Po;arlan, les officers,
fallait traverser sur In route letit .- araissaient encore eirangecrs au non-
core loin. Le lendemain martin, nous veau genre de guerre qi'il fallait sou-
rcconnimes quo nous actions en !'ace lenir. Its avaicnt ;ous ethi jusque-l. ad-
de la Visike (Vigi de 1 'Acul Smdi m ) abi!- e com:n' ; la pliup-r! avaient
II ne fut pas dificile, a nohre arriv e men:e rail tat caMnp"agne de O 1j. Mais
en ce lieu, de reconnailre que p'usicers alors les operations miinitl as n'avaient
cadavres v avaient did leg'remeni en- ri d imp-ev: c'0 ait la guerre ,lassi-
terrs. que, telle qu'ele s, praiique usuelle-
Salnave no voului pas coniinier im-n1 enit n noi'rdc pays. eA non ctl!e guerre
mddiatement la march. 11 envoya un; d c mollag''cs (Iite p ii!e ouerre, dans
d(lacherent i'aire une reconniauissancee l: I'.ag e 'e lco e.
i la Vigie, d'oht 1'on voyait sortir does D aule p"r, Sainve, pr la disgri-
cavaliers. Les Cacos y avakint, en effel, ce inopnortune du g6ndral No d Ale-
unt pose d'observation qu'ils al)andon xis, alit se river 1d'.n contours qui
nerent I I'approche del nos It i *, -. luWi lait plus ique jamai:s :necessaire.
Quel inter.t avivins-nous a 1'occuper Ce gcieral, ave sen co'i p d'amde, se
nous-mdmes ? Quelques coups, tirds pac l'ouvait au irou, quian Saliave y ar-
notre obusier, eurent pour resu!ial de rival lundi, 2 .,anv!ir, (dans 1'apres-
teni-t: 'nemi A distance. Les Cacos, midi ( ). Ce'lx (qu ecn.::ais.alent le
qui ne redoutaient pas id'irc Iches -i Prd-ident p ovaient ded'ne sa mau-
t'arme blanche, seo gira'ieni sulge..se- 1v7 h1 :n-- "n '!e v",-h pascr. Ses
meant contre la mitraille. La moral par sour-.is l'uveas, IegIremen-t contracles,
les halles ou le C1.!Po: leur inspiraii iV;;e voiia:eOp des yeux qui. par 1mome1nts,
miLstdrieuse horreur. lan'aient dtes eclars.
Nous parties eniln, et Salnave ar- Aprs qu'il .-t insp0cte tes troupes,
rivd aux Perches, voulvt v restcr jus- aliganes sur !a Place d'armes, ii i enra
qu'au lendemain, 20 janvier. Dans I'a- A 1'IItlel du Gouverncmeint pour alten-
pres midi, lc gdieral Nord, avec son d(ie la rtdnion des ches de corps et
Elat-Major, vint lui demander ses der- donner course ai son ressentiment. Ei,
niers ordres ct prendrc conge. II devai' qu'and tous iurcnt prdoe'.!ts, on com-
le pr6ceder an Trou, ot, furieux, Ulysse ienlca ; s' expliq1uer, mnis sans pouvoir
Obas nous attendail. s'entendre. Ulsse Obas cla, rendant
Cette scconde phase de la champagne Nord Alexis responsable du d6sastre
se rdsumait pour nous en desasires. de sa division. D e son cote, Salnave res-
Nous avions perdu coup sur coup deux tait persuade que le geiltralissime de
de nos divisions, apds celle de Guerrier l'arme du Nord aurait di secourir plus
Poisson, sans pouvoir, mrome en corn- promptement !a division du Trou.
sensation, evaluer les pertes subies par!
un ennemi insaisissable, devenu plus (i) Le journal Officiel poite une autre
irascible, plus conscient de sa force et date. Mes notess'accordent pourtant avec
enti6rement maitre du terrain. le calendrier de celte ann.e.








REVUE DE LA SOCIITIE DE LEGISLATION


Nous n'dtions vas dans ie secret des 'co Caco, moin or one Au quar-
dieux pour appricicr les fails, nais, an- tier-gen(ral, on sonnait Ie "u'irdeo-v-ousl
tant qu'il nous etait possible de juger avec unle opinid:tret desoliigeante pour
de la march des Mveneinents, nous ceux qU:i auraient 61 lIcenids dormir.
comp;nenions (qu'i Valliere, on ienvo- Par I le camp diait conslaminenint teni
yd d'Obas ne s tait pas pr!seni6, on en dveil,
avail pu igo er danger de sa posi- Chaqne jour, des colonnes biles
tion, Mt, le wss;,).qsatnn plus rapprochi do, pa:'laiki: du Trou pour 'u'rveiller les
ce bourgi qu'il ie 'dait on reality on inouvemeniis de 'ennemii.
.',i ail ce quil fallail p;r 1'expidi- Ce rgime duca jusqu'an moment do
.n:) di la division Paret. Le scul repro- notre depart pour le Forl-Liberl.
icoe d ont fit passiblc t: gdndral en chef, Le 60 fvrier, di; le lever idu jour,
c'Ciit de iavoir pas ch uii, pour uine 'ariee 'ani mise snr pied ; clte com-
miion se(nbiii 0., ua mmalnlidantimi- m: {A so di i)ourg pour se dl-
lii;ie ilIusexpihmenid q('e Begeol Pa- vo'pp!r m cu' l ( :im s':" Wa route de
re.i. Miais le %reproch re' ui t ;.ss' '-'"''- (o,',.
bien a Sal'lave qJui 'avit ;p;'onmu au LI'ordr (.ie la ;narehe dtait pourlant
rcni;iacelment iide ;icirCon 0 a1Iphiii Lais- ddluecnoux. Les divisions n'oibs'rvaient
se cn inactivity, Begeot i'a;iurit pas pas les distances et sv siivaient les
manque de s'en plaindre. II y avai unes l leautres, sans alncune des prd-
pourtani iieu (e iprvoir que, classes cautions eA.ides en parei cas. Aussi
de Valiiire, les Cacosa avaient, dh se con- elati-on force de s'arrOt; presque A: cha-
centrer cqueiqe paprl, de imanibre a 6- que pas. Ce nest pas que le chemin
eraser sous ieurs forces rdunies les fit mauvans ( ii se ddroule i pIll.6t sur
fractions isoides de note armIe. Avec un terrain pial, border des deux citIs
dos precautions plus graides,un autre g6- de hois iimpeit(rables ), mais toules les
n6ral aurait-il echappl) au mOine 6chec flois qtc la let dle la colonne, pour
Peul-etre lien. II c li faliu, en Lout une raison ou pour ine auire, ralen-
can, pour secourir efficacement Ulysse, lissait ses mouvemienls, I'arrid, se re-
que tou, ie premier corps fit sorti de produisail successiveentI j usqu'a la
Valliere, au risque de laisser le hourg queue. Dans co,; conditioii( s la maiche
sans di fesise sur ses de( ieres. ne lpouvait tLre que p'i!i le. II tait
Quoi qu'on put pen.iser de cCs ve-i midi, quand I'Etat-major aikeignit le
nements, le moment eiail, A coup slr, Currejoir Cuambronne, ( ii kilomitres
mal choisi pour rcrniminer centre les environ du Trou.
fails 1ccomplips. De cc point it Terrier-Rouge, la voie
Le g(enrai Nord. releve de ses foic- s'dlargit. On march des lors plus li-
tios. rentira au C;ap; :mais la soudai- h brement e d'cune allure plus ,cceldre.
nele de sa disgrace dinut vivei ent, Snlnave dlait ndanioinos sutr is dents,
come c'6tait nalurel, les officers de n'ayant pas I'habitue die chevaiicher
son armnie. Le PrIsidceni prit, d&s lors, dans les rangs d I'infanterie. Arrive a
le commaildemeni en chef de !outlcs es Terrier-Rouge, il Irouva le ilourg en
forces du gouverneiment reunies au flammes (1) el se d6cida pour cclle rai-
Trou. son a passer A I'avant-garde e t A mar-
Quoi fair? II fallait iien, apries cela, cher plul6t avoc les divisions pla:ctes
reco:nmencer les hostililts. Valliere in- la 10le de Ia colonne (-). P.crd;i!t l ui'il
cendie nefigurail plus sur I'echiquier operail ce movement, tquclques cava-
:'e la gue1re; mais les CuLcos se main-
tenaient en d'autres points, don't le dif- (1) Sans qu'aucun ordre eu cul ltd don-
ficile MLait de les deloger. n6, des soldats en passant y avaient mis
Jusqu'alors ih moral dui soldat restait le feu. Voir ma brochure. ( I/s out os )
intact; il n'avait pas perdu son entrain (2) L'avani-garde, compiosue ordinai-
et protitait do la nuit pour donner du recent de l'intfainrie, de l'artillerie et
a gueuloir centre le caco: ( Ah Ca- de la cavalerie, reprdsente une force qui








REVUE DE LA sOCIETE Dl) LEGISLATION


lies sortis de 1'escorle s'dlancerent an tonifus, tourne lbrusquement ia angle
galop vers une clairiere ofi venait d'ap- droit, pour tonmber avec plus d'achar-
paraitre un group de Ca(cos. nenment sur nos Jerricres. En effel, i
Parini ces cavaliers dtait Masselon, pine le corps principal de l'armee
mon Ufrre. Coimme il allait en tte do avail-il fail, I te de cdolonne a gauche
detachement, il t f u ise el 'tu par un por- s'engager dans le chemin qui mene
des francs-tireurs quil pourchassait. an Fori-Liberte, que les Ccos eux-
Los Cacos de ce momei mlint se mllentmmes firent irruption sur le rebord
a nos trousscs. Cadchs dana leurs bois oppose.
derriere les p!is de terrain. ils nous Choisil assailli demand tin renfor!.
accompagnent pied ai pied, nous harce- Ses soldats, en atlendant. ripostenl a
Ianl jusq 'i' In Sivine-C-irree. 'con inuenl it marcher. Mais ia cnvalc-
L'arm0e tout cniiire elai aux prices iei, qu'ill laissent u enpen i dconvert,
aveec les terribles guirri! 'ros. On a[ ai so pelotontne sur la roule, n'ay'.nnt pas
eprouver le I'clchiux oefet de l'insufli- recu l'ordre de charger. Aurail-el!e pu
sance de notre tactiquJc et de notre id- d'ailleurs ex icuter une chatrgi conlre
faut d'organisaiion. cel-te nude d(''gresseurs dispc'rsis, qui
Nous suivions ia roule a l'avcuglet !, so )proldgeainll en restant apiiydCs a la
n'ayant ni (c!aireurs. ni llaniqeuurs lisicr du bois ?
pour nous en indiquer 'ls accident s le L.e Commandant en chef dhi in garden,
ddjouer les n. ;,- -,. La cavalerie, qui rippele su)ilemen[ en arriere, arrive
devait dire i Iavant-garde ( I ), 6tait, Ipour constaler la confusion qie pro-
au contraire, a I'arriLre aveec les con- duit djhi l'encomnbrcinent des convois.
vois, precedant les chlasseurs de la Bernadotte Chancy, igaiu con-
gardecommandcais par Choisi. Deployi e mandant 1'un les Grenadiers, I'autre,
en colonne et merchant par file sur les Tirailleurs, arrivent en mmine temps
deux rangs, elle (tait obligee de S'arre- avec une piece ravye de 4, qu'ils font
ter a tout moment pour fire lace an turner conire I'ennemi. MJai la piece
bois et rdpondre anx decharges de mous- ne pent servir. La route est deja obs-
queterie, don't l'ennein, a travers son tru.de, embolteillee par la masse com-
rideau de for6l, nous saluait sur toute la pace des fanlassins, des cavaliers ct des
line. bOtes de charge. Des deux co1ts, le
Les Cacos, qui connaissaient les lieux, bois s'dleve coinme une double mu-
voulaicnl sans doute nous laisser arri- raille. Impossible a la garden de se d(-
ver an Cari'efour dc Naples, a un en- ployer ( ).
droil o1l In route, fermde par des bois ( 1 ) Le 18 Septembie 1793, une colon-
ne de l'armne francaise,---armne rdpubli-
varie du quart an dixieme de cell de caine, commander par Santerre,--- subit
la colonne. Elle precede celle-ci d'une un (checdans un petit village de la Ven-
ou dd eux heures en march, suivant dee, du nom de Coron. ( Artil erie, ca-
la nature du lerrain, la profondeur te veleric, infanterie, so trouvaient par sui-
In colonne de la troupe necessaire :' son te de mauvaises dispositions, accumulies
diploieiment. confus(ment dans les rues de ce village.,
< Chaque corps d'arnie, d'apres l'art Santerre veut rIparer cette faute et faire
militaire, forne uNie colonne particu- reculer les troupespour les mettre en ba-
liire ... Nous trouvons dans Ic corps taille sur une hauteur. 11 en est eimp-
d'armde une avanl-garde, un corps de che- a Dans cc moment, dit I'historien.
balaille, une arrire-garde et des flan- les Venddens fondent sur les republicans,
queurs Tome1 II. un horrible desordre se communique a:
S1 ) SerzirLe di la Cvaleurie : Le rdle de la toute la division. 11 s'y trouvait beau-
cavalerie en champagne a pour but prin- coup d'hommes du nouveau contingent
cipal de couvrir le front et les planes de level avec le toesin ;ceux-cised6bandent;
I'armee, d'6lablir Ic contact avec I'enne- tout est entraind et fruit confusdment de
mi, c'est-ai-dire de marcher sur ses talons. Coron a Vihiers, a Dou6 et A Saumur.,
de lacher enfin de decouvrir tons ses Voir A. TIIIERS REVOL. FRANCAISE, Lone
Smouvements et de s'en rendre compete. 5, liv. XVll.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Les Cacos a la vie de cette cohue, C ns: les Cacos ne so hatlienl pas en
redoubleni leurs attaques furieuses, rase champagne.
Bernadotte Chancy tonbe, Rigaud tom-i La iarde qui tail partiie de grand
be, frappds par les balles menrlricres. martin, pour obhir aI I'oldre irecu, ne fut
Les cadavres s'accumulent. C'est un pas davantege inquidtMe suir le chemin
nouveau ddsasire, plus sensible encore de olerricr-Ronle, deveinu sa voi; don-
que ie-; anties. !I y p1ri t moins d'hom- loureuse. hais arrive ae Corr6elouir Fond
mes., "*i ai peu pirs, ( I) mais le go Bilanc, elle coim.pril iu'elle ne pourrait
vc'rnemle:,t perdil uine quantilt de mnu-, continu!1I, sais courier le risque d'un
:itions, ses archives et son argent.n. Le mc iral du sol-
Ol so Irouvait a cc moment Sa;lnn- dat avait edid crlte lois rfop branl)
vc, '? pOlur I'exJoser it un teie t'pinvo. Thd-
11 ;laii environ .4 ; e' l'apri s-mii- ard. z;l)i -p avoir cons. ultv los uiiiciers,
di. Nouts venionsd'tenldre les cano1nis so wei:n ida ;', rclorier Faort-TLiberf.
dul For-Libertl saluer i'entlie du Che' e Ide:i,, nous palimes rsolu-
(e 1 l'Ei dans i'eice!inic e d la viice. i:n't a e po : Ou naminthe,
ignorait done ce qui :se pas>sait, ies di- 1 ot nouls arriv:iines it deux houses de
visions oat il avail pris rang diant se-il'lap s-i lidi. a ItBr 12e ant-i!s la l)iece'?
parees denous par un grand intervalle. mile demanda Salnave, iorsqu'il me vii
I onenneini plus audacieux aurait nu entrer dans la chambire oil il so tr'ou-
en profitcr pour nous couperi en deux vai. --- Non, irpoi dis je, ii n'y avait
troncons el nous laire 6prouver un dou- plus mioye2., de rejoin ;,e les Cacc s.
ble echee. Mais les Cacos se conten- II sortii sur la ,1pl.ce, et donna de
terent dIu mial qu'i l nous avoient infli- i nouveau fordre de ne pI laisser entrri
go et. de i'enorme butin qu'ils rccUeil- la Gaide daus le bourg. Les ofliciers de
lirent avec nos b fes de cha-ge. ice corps d'Olile ei fItlc.i pr ol',) nd6-
J'ava;iis d( quitler mon posted a upr s meant humilits ; mais b>ien,,l ;i la St-
id President parlir de Terrier-Rouge, vane-Longue, ils auon! leur revanche.
pour fire traiisp)orter le cadavre de a suivre.
mon 'pauvre Ifrre. Quand je revis Sal- _- saaaa-s
nave dans la soir:e ( 6h. ) il tait hours -
do lui ( 2 ). I1 avail donn6 l'ordre do nei
pas laisser enlrer la garde, afin quI'ele l i r i ri' ii"f
relournma be lendemain sur le lieu du I | i
desaslre et ramenal, la piece de 4, aban- .
donnee par lle a 1 'ennemi.
La fortune semblail sc d6clarer coin- LE BUJtEAU INTERNI'TIOT i,
Ire nous. Mais Salnave avait toujours
confiance en sa destine. Le lendemain, iES
7 ftv;ier, ii se mit en marchne verEs IiPUJBLlQUES A1Eh' ,E
Ouanaminihe avec les anciennes divi-
sions du general Nord Alexis. L'enne-
mi n'osa l'altaquer bur la route. On En attendant que nous pvicisions
etail sorli de la region des fordls pour dans un prochain article los resullals
entrer dans la vasle elendue des sava- de la Conference de Rio o-d-.nneiro,
don't une des resolutions va fire l'ob-
jet des ddlibdrafions du Cougrts inter-
( 1) Paimi les viclimes de :eltte jour- natidna delibera le, nos d 1oYOs ir-
nCe; ii faut citer le gundral Alphonse Elie, national ldoe la uye, nous croyons i-
qui, bless I la Savaltn-CarrcC, mouriut le tile do donner quelques renscigncmens
lendemain a Fort-Libert6. sur une instilution assez neu connues
( 2) Lo Prisident me confia,i I'instant le Bureau international des Republi-
de notre rencontre, qu'il avait riv6 dans ques amdricaines, qui semble appeld 6
la nuit que ia Garde l'avait livr. lun brilliant avenir, si 'on en juge par








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


la place de plus en plus grande qu'i encoree les fonclions de Mini tre n-
prenddaas les prioccup;Iaions des Con- potentiaire. l. Fox, son successeur im-
gres pan-ame"ricains. medial, est en ce moment Ministre des
On se raDapelle que le Bureau fut ton- Elats-Unis pris de la Rtpublique de
dd en 1890 par le premier de ces Con- I'Equalcur. M. BarretL qui, en decem-
gres, runi i Washington, sons la pr6- lre 1906. a remplac6 M. Fox.a tc Mi-
sidencc de do Blaine. I! 6taiL ne d( son- nistre pris des gouvernomens de Siam,
ci de perp6tuor dais une institution de la Iepblique : argentine, de ['ana-
permanente i'idce mnime don't proce- nia, de Coloimbie.
dait le Congrs : career des liens de "ap- C'est dans 1a reorganisation dn I:P
proclhement entre lis Elants-Unis et !es rean el dans i'oxtension de ses ponvoi-,
autres Mlats iibries de I'A\ rique mu!l- quo la Conidrence de Rio de-Jan'iro a
tiplier entire eux les moves de so coio- rsuii son) TrIre propre t qe q M.
naitre. Root a vu co,(.denser, en qulqunc sorte,
Ce fut d'abord n; a office de rensci- los rdsul ats de sa tournie dans 1'Amie-
gnemens >, 't qloi les fabriquans, les irqu' dui Sud.
commrergans e!, on g6ndraal, routes les Le Bureaui international des iWpubli-
personnes ddsireases;d' Wvoirdes donnies (qnes amniicaines r'st!e eablli t Was-
exactes sur ies ress)urces, la l6gislalion, hingion ; :nais il e eitirem il in-
la situation industrial el l commercial dpi ndant doI gonvernement des IiDats-
des Rdpubliqnes aimericaines, devaient Unis. I1 est rigi par in Conseil d'ad-
trouver p1roiit 'i s'adresser. ministra lion, conmpos de tous les re-
Le premier Directeur iut MI. Wil iam prosentans diplomatiques des Rpipubli-
E. Curtis, journalist e professional qui quene aniaines A Washiingon ei du
s'appliqua diemontrer le part qu'on Secretaire d'Etal des Etats-Unis,
pourrait tirat' doe l'institution nouvelle Le Conseil, 'i son tour, a pounr ri.pre-
pour le d6veloppement des affairs, sentans dans ces Rdpubliques des mnem-
Ses successeurs, M. I. Clinton Fur- bres honoraires et coorespondans, nom-
bish, Joseph P. Smith, Fr6ddric Emory, ins par lui. ( I )
n'eurent d'autre rble A jouer ue u celui II nommne dgalementle I)ireceunr,qui
de fonctionnaires consicicieux. MAlis est le principal fonetionnaire adminis-
A partir du moment oh i'idde de M. [ratif responsible devant lui. En fait
Blaine ayant dit r-prise, on cut a prd- cependant, et par courtoisie, le soin de
parer la reunion du 2e Congr6s pan-ami designer le Directeur est laissd au Sc-
ricain, I'imp'orance du Bureau comn- cretaire d'Etat des Etats-l;nis, don't le
meona a grandir. La Conference de Me- Couseii ratifie ensuile le choix.
xico ei:;rgi' sa sphere d'action, en iui LIe Bureau est ddfray6 par les a!oca-
conRfant expressiment le soin d'ex- tions que donnent les Republiques aine-
culer les decisions prises par les Con- ricaines, selon I'importance de Icur po-
g Wres passe;, etd'dlal)orer les programmes pulation. Je ne crois pas que beaucoup
desflongrs A' venir.D!sormais lesreptd- de nos compatriotes se doutent du rang
senians des E'ats americains accredits qn'occupe a eet 6gard 1'Eiat d'Haili par-
a Wr -:;;. 'n eurent un centre et une mi les vingt-el-un Etats libres de I'A-
occasion de reunions fr6quenles. Agent merique. Nous sommes tellement ha-
et organe des Congris pan-americains, bituds a nous voir traiter comme quan-
le Bureau international participa du tilt ndgligeable que nous perdons le
caractire mi-politique, mi-diplomatique plus souvent la notion exacle de ce qu-,
de ces Assemblees. Le (Gouvernement nous representons dans le mondc.
des Elats-Uiiis prit ds lors l'habitude Haiti, eu dgard au chiffre de sa po-
d'y placer comme 1Directeurs des diplo- pulalion, est la l1le. des RMpubliques
madtes en exercise on de futurs diplo-
mates. (1) M. Georges Sylvain est, depuis la
reorganisation du Bureau en 1901, le
M. Rockill, Direcleur en 1901, est membre honoraire et correspondent pour
envoy, en 1905, en Chine, oil il occupe Haiti.









REVUE DE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


americaines. Elle est dcpassec par los mcricaineis, afin d'y facilier le com-
Elats-Unis, le Brdsil, le Mexique, l merce, s v s 1, indusi rie e: Ics
Republique argen'ine, leChili, le Perou, communications mn g ral ;
la Colombie,. I V cinezudla, Ia Bolivie 20. D')tudier la question du cihemin
et Cuba ; mais ell paasse avant le Gua- do fer iiNcrconlinenlal ec do s'ienindre
tnmala, I'Equaleur, le Salvador, 'Uru- avcc les govereens intess pour
gua, !e Paraguay, ia R. ..,biique Do- une promple solulion des questions pra-
minicaine, Ic Honduras, le Nicaragua, iiques qui y so;t impliquces :
Costa-Rica e, Pan!mna. 30. D'cludier ies syseimes monotaires
Le Bureau a por missi) : en usage dans les rLpubliques afmfri-
lo De irecuilii eL doe reipndre tous ren- caines, Icur histoire,les fluctuations aux-
seig nemeils cominerciaux sur i'Animri- qculles ils ont donnd lieu!, I'influence
que, co'ormes 'objel do son inst- de ccs Ilictualions ur le de tvlo,)pe-
tion ; ment di(1 conmpnerce t doe 'ind, slriei
S' i i I o. !)D'tlndier les lois ri, lan.i. les con-
20 D- rcuceillr cet A( classer les I !Y cicr les Io i c C o-
ecssions publiques dL ans lhs dijfcicans
renseigne-mens relaifas aux trails et Eaios amuricains ;
conven!ions. pas:s;s, soit entire les re- )e preparer le piograme di, Ia
publiencs 'Am riquie, soil entire el- prohai Confrenc (i auir liu
es et d'auries pays e cinq ans aprds cell e de 194;
3o De fournir ious renseignemens aiere s i'ecu-
sur l'cdncation donnee dans les divers n o s liche, e ConIn "s avaiL p-
pays dAmeique ; vu l'tablissenmenti d'tn Conit au axil iare
SloDe preparer des rapporls surl ou-ans ccun ds ps r epn:en is, e
Ir s iiaiiLns chacan des pays repio- n iii I cs, ie
tes questions qui lui soni dd!rdes 1i creation A Washington d'u. section
par les vceux des conferences pan-amni- spcia!e d slaislique conmmerciaie I
ricaines ;
r iiia es rn ds avail aussi pi'-vu la construction d'iun
jo D'aidlr n a la tificalion des d&- baiion I ra.
SoA nouveau baliment pour le Enrcau.
cisions ct conventions adoptees a ces c Ipond:inl. an dernier de ces c eide-
conlirences par les Gouv eens rata, M. Andrew Carnegic au dd-
quiy sont repreees. ut de a prisentc ani;e, ail don de
6 ) D'excuier lu-mme ceelles de 750000 dollars pour a cc itepl a-
cos decisions qu.i Ili cormpetent I mericain de la Paix ,. DIjia !es divers
7o )De se Linc" en Con ml C pr gouvernemuens represenl6s an lSurCeau
arrdier le prograinne A sounetie aux international avaient affucte une va-
Gcuvernemens des iepubliques aie- leur d'e nviron 250.000 doiars a 'ac-
ricainrs, six mois avant chaque (ConF'- quisilion d( 'rrain. C'est uh be! em-
rence; placement, siln 1 Washinglo;, an
80. de presenter a ces gouvernemens coin des ris 17 et LB il mesi e cin1
dans memomme temps an Ilapportsuple coin ces rues 17 at B ; itinesaca caq
dans le mee temps u potur le acres et fait fnca au terrain de la Mai-
travail efOcctue et des rapports speciaux son Blanche el au Pare dii Polomac. Le
sur les pomins dile es A son 6lude; concours nour le choix d'un archilecle
9o. De publier un Bulletin mensuel est la veille de se clilurer. On complex
conlenant les renseignemens vis6s ci- que es ondations de I'edifice seront
dessus et de le distriber dans les di- commenceos en auomne prochain. Le
verses r6publiques amCricaines: pln is a concourse coiporie des
10o. De conserve les archives des sales, destinies i 6tre lc rendez-vous
Conferences internationales amnricai- de chaque nation on de tl group d(
nes. nations ayant manifest le disir d'elre
Le Congris de Rio-de-Janeiro a char- ensemble. II y aura aussi des sales
gC spCcialcment le Bureau lo. de pre- de lecture, dans lesquclles on trouvera
parer un project pour d ablir de meil- les principaux journaux et revues de
leurs moyens de communication entire l'Amerique latine. II y aura particuliC-
les principaux ports des r6publiques a- recent un space anienage pour rece-









REVUE DE LA SOCIETY 1)E LEGISLATION


voir Fimmnense Bibliolhique de 1'U- lional, relige en anglais. en espagnol,
nion international dos Republiques a- en port -e Ie fill aussi en francais.
miricaines, baptisde du nom de Biblio- Mais sur les 13.000 volumes que ren-
thN'quede Colomb, en seuvnir idu grand terme la Bibliotheque de Colomb, comn-
n.; ;.i,. genois. Celte fondalion, an- bien uroviennent d'Halti? Nous nous
nexe du Bureau international, est appe- piaignons de la force eInace du prdju-
lce a un developpement de plus en plus g6 de couleu:. N'v aurn.it-il pas lt pour-
considerable, puisqu'on vent en fire la tian unmoven praliquedetdoiner del'in-
collection la plus comnplhle duc mond 'ielligence haitiennc un:e idee plus favo-
enlier d'ouvrages a.Van t rati aux R bd- rableo que clle qu'ocn acomn .:undmeni-
publiques a'mOricaines. Les deux con- Al danger, f'aute d' eiinens directs d'ap-
f6rences die Mexico et de Rio-de-,laniro pr6dciion I
ont irecoimandi a chacun des gouver-
nemens repr6sentis d'v envover des
exemplaires de toutes ses publications BiblioGraphie. Nois avons, l
officielle-. Av c lear insouciance ha- avewc plaisir le dernier nuanlnro de la
bituellc les haitiens n'ont pas tenui Icvu caposo lcs VarilL :; ), dirigde
complex de ces reconmmandaiions. II par M. M:aceau Iecorps et remercilns
serait cependant facile t noire DIpar- I'auteuIr de son gracieux envoi.
tement de l'Int'rieur d'v satisl'ire, en
exigeant des imprimeurs 'cxdcution de
la disposition l6gal qui leur impose Ie L-
d6pit de cinq exemplaires de chaque Sanclionnainl Ics infraclio n conllre
publication sortie de leurs presses.Un de les !igJCs i!lig'rap:hilques et leurs sirureil-
ces exemplaires seal distrail au pro- plans.
fit tde la Bibliotheque de Colomb, oil '"Ral LEXIS
plus lard nous pourriT)ls nous-nlienees
supplier au mlauvai,: sort qui Inous en- PRESIDENTDE LA REPUIBLIQUE,
p'che de conserver nucune collection V l'arlicle 69 de i i Consiitution,
complete de nos archives nationals. Consithraint qu'il y a !icn do prendre
Que nos gouvernans se pcrsuadent des measures pour assure ie bon fonc-
d'une vArild inconteslable, ceysque pour tionnement du Riscan naliolal des telI-
allirer du dehors les capitaux qui nous grapes teIrrilres
manquent, ii fult commence patr fairre
connattre noire pays. Nous devons sui- Sur lec ra1poi t Idu S. crd-airc d'ltai des
vre en petii el selon nos novens l'e- Tivantix publics,
xemple que Ils Etats-Unis nous tracent Et dte l'avis u Conseil des Secrolaires
dans 1e d6veloppemenl du Bureau des d'Etal,
Republiques amnricaines. Ayant recon- A PenoosE
nu la n6cessitl d'augmenter leur tra-
fic avec les pays d'Amdrique, ils ont ul Ei t l Corps f.' .;il:l; a votd la loi sui-
tiplid les moyens de propaganda, pro- vanlto
press a renseigner les uns sur les aures
leshommes d'affaires. les voyageurs, les Art. tlor.- Tout individual qui, par nd-
dtudians, les Ocrivains, les hormmies gligence on imprudence, aura rompu le
d'Etat de r'une et de l'antre prtic int- fil t legraphique ou rcnverso un poteau
ressde. II ne liendrait qu'i nous de cher- du ti'1.-1 1',.. sera possible d'une amend
cher Abddficier de ce mouvement, puis- de vingt-cinq A cinquanto gourdes.
qu'aussi bien nous devons en suppo'r- Art. 2.- Tout individu qui aura volon-
ter les frais pour notre quote-part de taireienit coup le fil tloegraphique, se-
contribulion. Seul pays de langue lan- ra possible d'un emiprisonnement d'un
gue francaise, parmi les 21 rdpubliques mois a uu al, d'une anmende do trois cents
americaines, nous avons obtenu que le gourdes et sera condaimnn la restitution
Bulletin,, organe du Bureau interna- du materiel d6truit on enleve.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Art. 3- Tout individu qui aura coup: AU
le fil tcldgraphiique on cnlev one parti'
qui aura romnpu on fail rompre un p1oeau Le Presi
tlglgraplliiquL, da ns I,' butn 'enipOcher le dessus d
Iraic parliculier ou la coimmuniication ad- Sceau de
ministrative, sera possible d'un inprisoun-
nemenel, do six mois it n an l do ciq t execlu
cents gomnris i'amendie ; il sera de plus DoInn a'
coindalomn ii a resiilution du nialriel le 15 juil
4aiiruit onl cnlev', sans pr"jnudice des don-
Inag's-iiiltrdls qui pourrot du'e re clam3is
par les tiers.
Art. -1 Toni ltercelio:, loule il- Par
terruptlioi comltnlis p::r ini vid lit in i a ls
I'inloenioi dse reiv'irscr i'oridre des choses S
ctablies (on dI poi lr nne alleinto quel-
conquie la sIccniT publique, sora punic
tie a rci clusion.
Art. 5. Toule tlaqnue, toute rsis- Le S
stance avec violence el voices ido fail envers pUlics.
les Inspecteurs cl los agents do la sur-
veillance des lignes l' 1'graphiques, dans
l'exercice doe hars fonclions, -era punic
des pein,'sappliques la Ir6bllion, nui-
vant les distinctions dlablies par le Code
penal.
Art. 6. Loes aiendei: prOvues aux 3' Modi
premiers articles prLcidenIs soroul pro-
nonLc0s au prolit du TTrsor public.
Art. 7. La prIsento loi abroge routes
loisou dispositions de lois qui lui sont con-
traires ct sMra ihmprinoe, publide et exccu-
WIe A li diligence ds Secr'laires td'lat
de la ,luslice et dcs Triavaux puiii ics. PRES
Donne i la Maison Nationalo, A Port
au-Prince, le 5 Juillet 1907, an 16-l do-
I'Independance. i
Vu 1'
Le President du Sinotl


T. A. )UPITON.


Les secrl'(airies,


E. CNGIAS, DIOGENE LEREIBOURS.

Donne an Palais do la Chambre des
Representants, le 8 Juillet 1907, an 104
Iec l'Ind6pendance.
Le President de la Chaimbre,
S. ARCHER
Les secrdlaires :


G. DESROSIERS, LOUIS BRUTUS,


Cons
du Code
d'6lectio
Juges co
avec not
conseque
Sur
a Justice
Et d
d'Elat,


NOM DE LA RIEPUBLIQUE

dent d'Haiti ordonne que la Loi ci-
n Corps L dgislatif suit revtluce dt
la RFpublique, inprimce, publide,
ce.
i Palais National, au Porl-au-Prince;
lel 1907. an 101& de l'lnipetlndamce

NORD ALEXIS.

c President :

ecrt'iair d'EiKil de It Justice,

T. I.ALEA .

crciaire d'Etalt ('s 7ravauivr.a

F. N. LAIAQUHE.

'--------I_

3.. O I

fintln les arliclcs 610 el 011 dla
Code de Commerce.


NORD ALEXIS,

DENT DE LA IEPUBLIQUE,



article 61 de la Ionstitulion.

id rant lquo les ;;rlidls 610 ol 611
Sdo commerce, relatifs au mode
n et aux conditions d'dligibilit tdes
usnhlires uc sont pas en rapport
re legislaion ; qu'il y a lie par
Inl, de les modilier ;
le rapport du Secrdlaire d'Elat do

o I'avis du Conseil des Secretaires


A poI'posP,


El le Corps Ligislalif a rendu la loi
suivane :


-------- 1








6 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Art. ler. Les articles 610 et 611 fdu
Code de commerce sont modifis comme
suit :
Art. 610, -Les membres des Tribunaux
de commerce seront dlus par les citoyens
haitiens, commercans, payant patehte de
banquiers, de negocians consignataires el
de negocians importateurs.
Le nombre des l6ecteurs no pourra pas
etre infirieur i quinze.
La lisle do ces commerc;ns sera dres-
sde a la fin de chaque annte par le Con-
seil communal, pour qu'il puisse dtre pro-
c6dd a 1'dleclion dans les quinze jours de
I'ann(e suivanle, s'il y a lieu.
Art. 611. Pour dtre Juge au Tribu-
nal de commerce, il faut :
lo. Etre citoyen haition i.. i:- I do ses
droits civil et politiques ;
2o. Etre ag6 de 25 ans au moins ;
30. Etre patenld banquier, ndgociant con-
signataire, importateur ou exportateur ;
4o. Ne pas dire sous le coup d'une con-
damnation, soil a des peines afflictives ou
infarmantes, soit a des pines correction-
nelles, pour les fails qualifies crimes par la
loi on pour ddlits de vol, escroquerie, con-
trebande et abus de confiance ;
5o. No pas Otre cn liquidation judiciaire.
Le Doyen, apres la premiere election,
no pourra etre choisi que parmi les an-
ciens juges, et les juges consulairt's pour-
ront continner leursfonctions jusqu'a l'ius-
tallation de leurs successeurs.
Art. 2. La prdsente loi abroge tou-
les lois ou dispositions de loi qui lui sont
contraires. Elle sera exdculde la l ilig:l :.i
du Secrltaire d'Etat de la Justice.


Donnd la mason Nationale, a Port-au-
Prince, le 14 Juin 1907, an 104dme do
1'Ind6pendance.
Le Pr1!sident du SInaI,
T. A. DUPITON
Les Secrieaires,
E. CINihAs, DIOGE'E LEREBOURS,
Dound au Palais de la Chanbre des Re-
prisentants, le 19 Juin 1907, an 10-dme
de l'Inddpendance.
Le President dce la Cliambre,
S. ARCHER,
Les Secreiaires,

G. DESIOSIEleS, LOUIS liurUS.

AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que Ia loi ci-
dessus du (orps L6gislatif soit revitue du
Sceau de la Republique, inprimice, publide et
execulte.
D)omnn au Palais National, 5 Port-au-Prince
le 2 Juillet 1907, an 104eme de 1Independance
NOD[) ALEXIS.
Par le Prdsident ;

Le SecrOtaire d'Elai de la Justice,
T. LALEAU.

ERRATUM -- Revue de Juilet 1907, --
Rapport de Mr. L. Denis, 2e page, 2e col,
derniere phrase du 2e paragraph. Au lieu de :
( II est reconnu que toutes les fois que la
connaissance d'une 1t1n. ne leur est pas
formellement 6t6e par la loi, ceux-ci ne doi-
vent en connaitre, lire ))cc.ix-ci ( les tribunaux
civil ) doivent en con norice.












REVUE

DE LA

SOCIETY D>E LEGISLATIO1NT
PARAISSANT LE 2 DEI CHAQUE MOIS.

QM m: A R1: La second communication, faite par
I. Sances d a Socit : M. Loonce Bariento, est ainsi [ormlue- :
(a Reunion du 14 Aoiit iyoy. La resolution d'une venIe peut-elle E-
( b) Runion Idu 2r Aoft. t're demanded pour dci'aut de ddlivrance,
11 La prisidence dc Salnave ( suite ) par quand ii est prouve par des acles au-
ec Gii.ral Ligitime. u iqu"s --- jugiens au possessoire
II[. Ncrolgic.. .- qufe ic vendeur ne pouvail, malgri
s-a bolne foi, la faire
^S"", Ca oo i ,Qurid, i an jour mmce de l'assigna-
S 0'.' |lion en rdsolulion, le v,.'ndeur met I'a-
S.-eunion du 14 Aout 1907. clheteur en possession, A la suite de l'ac-
iion possesoire ?
Presidednc e d Mr. Solon Me;; La soinion or-lonnie, malgr6 la
--prcuv que le if;hut de d(livrance n'est
VPrecns : iM. Menos, Denis, La pas idu faith du vendeur, ceiui-ci peut-il
forest. Ccorges Sylvain, Poujol. ctre condamnne a des dommages rdsul-
M. le Secrelaire g6ndral donne lec- "ant de I'aclion en justice, et non du
ture de la question suivante, pose par prejudice ?
un correspcndani : Une loi haIlienne Le defaut de register, prevu sous
ou une convention diplomatique qui sanction par I'art. 170 de la loi du 30
donnerait a une personnel, n6e d'une Aotit 1877, ne rend-il pas I'avocat inha-
Martiniquaise a Haili, lafacult6d'opler bile, en opposition d'etat de frais, a se
pour la nationalil6 franchise ne seraif- voir ordonner la distraction des depens,
elle pas purement etsimplement incons- mime rdduits par le juge taxaleur ?
titulionnelle, la Constitution de 1889 a- (( Le faith d'acquiescer a la reduction
yant formellemen! d6clard cetle person- des frais, demanded par simple acte,
ne haitienne sans restriction ? dispense-t-il de la condemnation aux
La reunion, vu la simplicity de la depens ? )
question, decide de la discuter, stance M. Laforest, sur la designation du
tenante, et la rdsout par l'affirmative, Prisident de la Soci6td, acceple do se
conform6ment au texte de la Constitu- charger du rapport sur la premiere c )m-
tion en vigueur. munication et M. Poujol du rapport sur
Lecture est ensuite donn6e de deux la second.
autres communications. La premiere,
6mande de Me. H. C. Saint-Louis, se r-' MM. Sylvain el Ponjol sont d6signrs
sume en ces terms : Le condamn6 pour aller porter ai M. Edmond Lespi-
une pine afflictive et infamante ne nasse les condoleances de scscollegues,
doil-il pas, mime gracie, ou mme a- a l'occasion de la mort do sa fille ainmee.
pres avoir subi la peine qui lui est 6- M., le President. -- Nous allons, ainsi
dictie p)Ir un jugement ayant acquis I'au- qu'il est inscrit a notre ordre du jour,
torild de la chose jugde, se rdhabiliter, disculer les conclusions du Rapport de
avant d'avoir le droit de proceder en notre colligue Denis sur le point de sa-
justice, ou en defendant ou en deman- voir quelle est la juridiclion coimpitente
dant ? :pour connaitre de l'appel des sentences


SeIzINIE ANNTkE, No 6.


- SEPTEMBRE 190'7.'








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


de justice de paix en maticre commer-
ciale. Le Rapporteur conclut en faveur
de la competleice des tribunaux civil.
Je liens, moi, pour celle destribunaux de
commerce. El je donne pour fonde-
ment A mon opinion 1'art. 620 du Code
de Commerce, qui altribue aux tribu-
naux consulaires ia connaissance deiou-
tes les conlestaiions relatives aux actes
de commerce, tels qu'ils sont definis
en l'art. 621. De ce que cerlaines de cos
contestalions, cells qui se chiffren!t :
150 gourdes 0e au-dessous, ont et dis-
traites de la juridiction commercial et
attributes aux justices de paix, il ne
s'ensuit pas que le principle aititt abain-
donnd. C'est toujours le tribunal de com-
merce qui es compilten[ pour' connai-
tre des affairs commercials; c'estdone
a lui que revient la connaissance de ces
affairs au second degree, quand elleson
let jugees en premier ressorl par le ju-
ge de paix.
M. Laforest. Quelles sont les lois
qui r6glent le cas '?
M. A&nos. Le principle que je viens
de rappeler et qui est conform au droit
actuellement en vigueur, (c'est du moins
mon avis) n'a pas edi adopt d'une fa-
Con constant p)ar le 16gislateur hailien.
L'une des premieres lois en datesur la ma-
tidre est cello du 13 Fevrier 1862 qui, trai-
tant de organisation judiciaire et de la
police des tribunaux, pose dans son art.
24, quo a les Ilibunaux civils connais-
seln, o I decrnirii res'sorl, sauf le pourvoi
en c;iss;tiion, de Iioues les affaires ci-
vils, Ima:ri i;(.s eC correctionnelles. Ils
colnailroLil :alement des :i ii i o. N com-
imerciales, aju;.te le2 aliida de l'article
-21 dans les villes cei ii n'y aura pas de
(ribui;;;aux d([ commerce. )
On ic i;':O :p>;"'s dire (ucl, dans le sys-
t'iie de Ia la o de 18~t), les tribunaux
civils aietii, en maialieie commercial,
pldiiitude de jurisdiction. Ils n'ont com-
pielnce (que dani les villes oh il ny au-
ra pas de liibunaux de commerce.
VNnt ensui!e le ';ode de commerce,
promu'lgu le 28 Mars 1826, qui instilua
on tribunal de commerce dans les villes
de Port-aui-Pinice, du Cap-Haitien, de
Santo-Domingo, des Cayes, de Jacmel,
de Jdremie, des Gonaives et de Saint-


Yague. La loi du 9 Octobre 1830. mo-
dilicative de la loi No. 4 du Code de
commerce, Irouvant qu'il y avait sura-
bondance, supprima les quatre derniers
Iribunaux pour s'en lenir seulement aux
autres. Le discredit delajuridiction con-
sulaire s'accentua les annees suivanles,
si bien qu la loi du 9 Join 1835 sur
i'organisatiou judiciaire, gd6 dralisa I.
suppression :
k Arl. 46. Les [ribunaux civiis co-S -
iaissent en dernier ressoIr de toules
les iffaires civil commerciales, mari-
tii es, correclionneiles el crime inelles. ,
C'est la pl6nitude de jurisdiction, ac-
cord(eo cette fois aux iribunaux eivils.
Elle disparut avec Ia loi du 16 Juil-
let 1857, qui dans son art. 2 on revint
au sysli.me de la loi de 1826 :
,' Dans les localiles oA il n'v aura pas
possibilile d'organiser des hrilunaiux de
coinmerce, les course impiriales connal-
tront des matirres maritime et com-
mierciales.
Neanmoins la court imperial de Port-
de-Paix continuera a connaitre specia-
leinent des malieres commercials et
marilinles. )
L'art. 6 abrogeait expressCment l'art.
46 de la loi de 1835. t La pr6sente loi
abroge I'art. 40 de la loi organique des
tribunaux ..... et les art. 01, 626 et 645
du Code de commerce, ainsi que tou-
les lois ou dispositions de lois qui lui
sont conlraires. )
Tel est done l'6tat present de noire
16gislation. Le principle, 'est la conmp-
tence des tribunaux de commerce, pour
loutcs contestalions commercials -
Exceptionnellement, les tribunaux de
paix, depuis a loi de 1845, dan, le aux
de leur competence ordinaire, connais-
sent de ces contestations, a l'exclusion
des tribunaux de com..erce. Lt ou il
n'y a pas, de tribunaux de commerce,
1,s tribunaux civils, par derogation aussi
au principle, connaissent des affaires
commercials. En dehors de cette dou-
ble exception. on retombe dans le droit
common, qui consacre ia competence
de la jurisdiction commercial.
I1 y a un texfe special qui enforce
mon argumentation. L'art. 63 de la loi
du 99 Juillet 1828 sur l'enregistrement








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


soumel an droil fixe d'une gourde ell RMunion du 21 Aofif 107
demise les significations d'appel failes
aux tribunaux civil on de commerce.
II nc me parait pas que le Rapport PrLsideice de M. Solon Manos.
ait dans son ing6nieuse explication deI. No, ErN, ,o
I'arl. G6, rdsolu l'objection de text quee .ENO, DN, IA'VO-
elticle solve conrt ,S *h, REST, GEORGES SYLVAIN, \VIARD), POUJOL,
cet article souleve centre sa these. .
JiEKEMIE.
M. Denis. Si les contesiationu corn-
ercialcs, detcrmindes dans les art. 62Ui Sanction du proc's-verbal du 1 Aoiut.
<1 021 du Code de commerce, sont d( e M. le Prsident. Notre colelgue le
; compeniice des tribunaux de corn- pdndral de Moya a fait hoinmmige : notre
merce, les appeis des sentences de Jnu.- Socidlt6 du dernier tomne de illisloire
tices de paix kchappent i la juridiction moderne de la lThipubIi.tiu' doininicaine
commerciple. pH,' L1. (arcin. Je crois cli' voire inler-
.M. :eno -- E iFrance, la loi nc li- !r,'.i o en l aIi nairessani iios reimercie-
mile :;ps le taux de la compeience ides mens.
trilbuinaux de commerce en mati6re corn- (A;ssentiment 'indral)
merciaie. Chez inous jusqu' 1350 gonur- Nous avous a pourisvix W discusiion
des, les :ribuniiaux de paix connaissent du Rapport idu collegui Denis.
des aaires conmmnerciales. Au-de!l de 31. Denis. 'ai prild, lessieurs, ma
ce taxt. ce soilt les tribunaux do coir- meilleure ;:ilction an:x al'rguloen pire-
merce, q,'i, en mnatiere coummer" !es, senlds conire t e rapport par notre Prd-
sont tiibunaux de doit con m'"::. Ils sit!. : ils noe n! t, ;s fail,t changer
connaissent, par consequent, des : ippels d'op)inion. Notre colliguei : cite plusieurs
des tribunanx de paixjugeant au com- lois avait trail l a lmatiire qui nous
miercalt. devise; aucune n'allriime aux htibunaux
M. Denis. -- Les tribunaux de droit (dI commerce le droil Ile connnitre de
commun,en loutes matihres, ce sont les l'npp)[l des sentences de justices do paix.
tribunaux civils. II y a des textes spd- .l'ai, moi, a I'appui de m la liise, un lexle
ciaux d!eermminant les attributions des supnrieur I toules les lois, celui do la
tribunaux de commerce. I1 n'y en a pas Constilttion de 1816 qui, daus son arl.
qui mettent parmi ces attributions les 185, reconnail aux euls tribunaux ci-
appels de justices de paix. vils le pouvoir do prononcer en dernier
Wnos. Le Code de commerce rssort sur les appeals des jugemens des
(art. 620)pose e principe que les tribu- roule sa force d'applicalion sous le re-
(art. 6 )pose Le pi'incipe quc Los i'ib juges (I paix. Ce principe conserviI
naux de commercesont comp6tens pour o force d'applition sou co n-
toutes les conteslations relatives aux actes gime de ia loi organiquc i.e -',, coul-
mc ties lois de 1830 ct die IDB;T,, iitiseuc
de commerce. S'il n'va pas de texte spe- a Constit tion do 1810 it d s 'e 18pui
cial restreignant cette competence, lle lea Contu de 1816 squ
s'exerce danssa plnitude. La loi de 1845 n'apas cess! d'tre en vigueur.
S'il en efit et, autremenl, je vwax dire
qui, pour les affaires commercials de si I'une de e s lois et retire n tribu-
150 gourdes et au-dessous, attribute corn- a civil at connaissanc e des appeals de
petence aux triluaux de paix, n'a pas justices de paix pour I'aliribuer I propose
dtendu la derogation au droit common des conerciales a tribunal
que par ila elle consacre aux appeals des de commerce, dite loi seiait ibncos-
de commerce, la dite loi serait incons-
jusices de paix ; ces appeals rentrent titutionnelle car la Constitution ne dis-
n dats la compete gnal tingue pas : tous les appeals des juge-
tribunaux de commerce. b -
mens de juges de paix reliivent des tri--
Vu l'heure avancee, la suite de la dis- bunaux civils.
cussion est renvoyee a la prochaine sd- La loi de 1857, en rdtablissant les Iri-
ance. bunaux de commerce, snpprimrns cin 1835,
.a-t-elle change cet elat de choses ? Non.









REVUE DE LA SOGiETE DE LEGISLATION


Les tribunaux de commerce existaicnl Ces appeals solvent, d'ordinaire, des
deja sous 1'empire do la loi de 183.), qui questions de droil ou de proce'6,ur qui
n'a pu leur confdri'r nne competence, depassent la competence dos homimes
reserve par in Conslilution de 1816 atux d'affaires, des simple commercans.
tribunaux civil. Les motifs qui out juslifi6e 'instilution
La jurisdiction commercial cst une ji- des tribunaux de commerce ne leur' sont
ridiction exceptiounolle. Pour qu'on fiiipas applicable. J'en conclus que c'est
rentrer dans ses attributions ce qui ji- s- avec reason qu'ils restent contids a la
qu'alors avail i61 considird coimme ap- jurisdiction de droill coimmun.
partenantl a la juridiction do droit con:- M. Sy, ain. Messieurs, j: vo!!-
mun, il faudrait qu'nn lextl special en avo e qu'apres avoir lu Ic appot d,
etil ainsi decide. Or, s'il est vrai que no col!gue Denis. j'etais ass ez p:aai
disposition de 2'art. 185 oie la Constl ii- ver's son opinion. Ii y avail bi' i'ex-
tion de 1810 ni'a pas ('iae reproduit l i;i-;s location donnee par lui de 'ar:. i63 de
les Constilttions sui\vailes, n uc au' r ia loi sur l'enregistrement qui me snm-
texte n'a statau dans un sens contrail'. ilait nn pe n embarrassuc ct que j une
Par la il s'expliqe qu ue oujours les appeals trouvais pas tr6s conclunute. u MlI: vo-
des sentences do justices de paix aieita lonliers j'aurais pass condmlniiaaion li -
dte chez nou s Iuges par les triliunaux dessus. II s'agissait d'une loi p:l!;t;n-
civils. liere, n'ayant qu'un rapport indirect
M. Sylvain. Avez-vous quelques (i,- avec 1'objet d( ddhat, Les terms ou
cisions de justice, (qui, pour les a[pe!s dc commerce pouvaieni bien avoir 616
des affaires coimmerciales, puissenit lr t calquns sur la loi franchise et ia; ses l1i
cities comme formant. jiurispridence ? par ie Idgislateur haitiein, sans souci de
M. Denis. Je n'en ai pas retenu, verifier s'il v avait, en maii6re d'appel,
mais la pratique es! constanle. Tous les; conco'ldance entre nol:e droit ef le
appeals de justice de paix vout devant droit francais.
le tribunal civil. J'en attesle l'exparienie 'aurais done vote Ie rapport en par-
du Batonnier de i'Ordre des avocals de faite quietude d'espril, si notre i'r6si-
Port-au-Prince. Connail-il un cas d'ap- denl, par l'expos6 qu'il a fail de la these
pel jug6 par le Tribunal de commerce adverse, ne m'avail inspired le scrupule
de ce resort ? d'examiner de plus press les texles. Or,
M. Menos. ---- Non. Je crois meme l'impression que j'en ai cceeeilii ( je
6tre le premier .i avoir inlroduit de- vous la done tout bionneenlt) est plu-
van! 1nore Trin'nal de commerce un lot en faveur de la competence des tri-
:ap'!! doe e gcc:'c. La question de corn- bunaux de commerce.
pieci.e n'na 1 ::t d'ailleurs le temps Pour arbiter les deux theses cn prd-
d'Cie vi(i.c, pa:ce" que, dans I'intervalle, sence, il ne faut pas que note juge-
les parties r~a.;olci1en a t l'instance. Ni ment soit inlluened par l'idee qu'on
ies ibnLi;; !A:x civil, ni le Tribunal dc peut so fair du fonctionnement actuel
C:s:-:',tic;n i'o'i,t 6!e, jusqu'Ia ces temps de nos tribunaux de commerce, ou
niu:itils, i-:is d'nie contestation qui meme de leur utility th1orique. 11 n'est
leuir Ipe i',l .! xer i::l; jIIuisprudence pas question prscentement de fair la
en iraiichi i' point d!e comnpeteice. loi, mais de 1'interpreter ; nous n'avons
U!. iJenis. Pour res-amer ce qui me pas a rechercher ce qu'ont pu penser
resle ao di-"e de ia question, j'ni beau de l'une et de l'autre doctrine les ju-
liri et rlihe ':;,; a!licles 620 et 621 du ristes strangers, mais uniquement cvC
('ode de comIInc 'ce; je no Irouve, cons- qu'a voulu notre legislateur.
ciencieuse mn' t, ::'i.s leur enuin.ration Argumentant de ce point de vue, jc
des aces d e com)nerce, aIuctun ternie crains que le llapporleur n'ait interprd-
d'oii l'on pi'.ss, e itduire que Ie legisla- te dans un sens trop exclusit la dispo-
teur a entcnd iimeitrc dans les attribu-, sition formul6e en i'art. '185 de la Cons-
tions des tribLniiiii de commerce les titution de 1816. L'article dit : ( Le tri-
appels des sentences dej justices de paix. I bunal civil prononce en dernier resort,









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


dans les cas d'lerinies par la loi, sur exclusives de cells des autres iribu-
les appeals des jugemens, soit des juges naux. Mais ii y a ne ici du 23 Avril
de paix, soit des arbitres, soit des tri- 1807 sur le coa: erce, on il est fr'nel-
bunaux d'u! autre d6parlemeit. n01 element &Odic! (art. 17) que les juges de
Le Constituaint d 1816 renvoie done paix seronto chalrg6s de concilier ies par-
expressd:nent la loi pnour Idtlrminer lies et de rendre de.i senIenccs s.ur !s
les cas oin 'appel dies sentences de jus- ai'.i '-es lqui n'excedent pas 200) oiurdes,
tices de paix peut tre porie devant les ls autres cas de commerce riesta:i hours
tribu.lnaix n vils. En reservan i'action :le leur competence. La loi organique
u lcgidialu, il laisi le Pouvoir Le- dte 1808, lout en attribuant ax tribu-
;islali' 1ibre de mnodiiier Ics lois qui naux civil Ia connaissanice dc af!aires
conloie: aen coite deterlina.ii;aon, sans commercials, prit s in I 'abr er l'ar-
encou!ir I rep. oche d'inconstitulion- 10ic1 17 de la Ini de 1S07 ct ran ,a la
nalid. C'4st pr,'cis;mien't cc qui a e!d comlpicence des jugesde paix ;nitx ler-
fait cn 1819, eon 18-4i, on ,- .1" et Ion mes de i'ordonnance do 1805 : connais-
1835. ; sance des affairs puri. i leial person-
Vo 1u rimnarq iu' 'z qu ici il n'est pas nelles et moobii;iI'ces, san; appil juisqu':(
ques ,on d ndic[in cominerciale. 150 gourdes, a charge d'appcl Iusq a
Le chapi i.e doni cst ext:rail 1'arNtice 1 085 10 go)rdos. II me parait dons inlini-
est iiiituIe : De a ju iAce civil D. El inent probable que, dans C'or'iisation
cela pour : ne h.iine raison. La ioi sur judiciaire dWrivant de i; loi do 180i, les
l'organisa!ion des 'libi naux alors en i- .triibunaux civil devaient, c,;inmm nos
gueur (loi du 214 Aolt !818) a suppri- premiers Iribunaux de c,'m:.erc', coin-
me les !ribonpaux de commerce, que ine coux do France, juger l!.. les af-
Dessalines avait crCs seu!lemien sur le fiire:: ccimmerciales, ndmie na-des1ous
paper par 'ouro.anan!ce inmp6riale du de 100 gourdes. La garianie du double
7 Jui 1.S1 recours dtait as.surie par le fail q(i'oii
En 181(, les Iribunaux civil, en atl-pouvail alors appeler d'un;i jugmn: eiil Ii
tendan! uie organisa;iioi nouve11e et e f- ribunal de preminire instance devanl
fective des 1r.ibunoux lie commerce, ont un autro tribunal du mn6lme d(,1'e.
plinitude do ju rilicion. L'air. 5 d la'
loi de 18083 ia leur octroie en ees ter- Si VO's imeltz, coSin-e niu, cc
rmes : a Les iibunaux de premiere point 'pour!'emen vriie, v, com-
t;ince co ,n iS:'ou t,' ;u s ,es 'f r.;es prendrez pourquoi le G:,i titsant do
mixtes, !i:iriinies el, commnerciales. P 1816, parlant des appeals dc justices de
Les juges de paix oi.l-ils dej;', daois P"ix, n'a p 1 eu ln vuLe ic agoeent
celtl period iic ,ire Idgislalioi, le des coontestaons coniimrciaclls, (lui i e
droit de juger les conleslations comn- competalent pas aux juges de paix.
merciales au m1me iaux de comp- C'efit le d'aillours souverai:neimen!, i n-
tence que les conteslations civiles ? prudent de prt'endre dos lots ixer
J'avais diC d'abord tene d'opiner, ,dans la Conslitution, .i iire ldTfinilif,
d'une facon absolute, pour la I:nA. NlI. I une organisation si unstable, sonmise
en consultant le texe de l'ordonnance depuis longine a de continue!es varia-
du 7 Juin 1805 qui, dans son article 2 ti ons. Songez In1 ele 6p0ue, loi es
dispose, conform6ment A la loi fran- impnrol iserla 1 oi, a p -oced ,lcs J-
caise, que les tribunaux de commerce ges, les avocalts Sagmncnl tu lso 1d r
connaitront de toules les affairs de l ve a i eur e soian de tier
commerce, tant de terre que de mer, part des ttorinnoens de la premiere
sans distinction, et en constatant que la gale poqn I'e puve do codialcl ionS 1
loi du ler. Fevrier 1806 sur le cabotage, e de ps l vas'i s.
reconnait aux tribunaux de commerce En attendant, une nouvelle loi orga-
en mati6re commercial t les mimes at- nique est rendue le 15 mai 1819. Elle
tributions que les ci-devant amiraut6s confirm, en ce qui concern la com-
attributions qui, en cellte matiere, 0taient p6tence des tribunaux civils, le texle de








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


'art. 5 de la loi de 1808 ; mais aux at- j grs purement et simplement (dans les
tributions du juge de paix elle ajoute pouvoirs oti la juridiction civil leur a
( art. 3) la connaissance des atlaires det substitute.
commercials. (( Is (les juges de paix ) Les appeals de justice de paix en ma-
connaissent de routes les affairs per- tire commercial, rentrant an ns ces
sonnelles, rnubilieres et commercials, et pouvoirs, dcs '1807, ne sauraient en etre
jugent sans appel jusqu'a 50 gourdes, cislraits en 1857. II esl pour moi ma-
et a charge d'appeljusqu'a 100 gourdes.' nifeste quit' ce moment, come en 1826
Vous savez comment l; loi de 1826 1et (e 1805, le 1lgislaleur hailien ilait
qui abrogea les lois anteriunres setr 'or- en faveur de l'extension la plus iarge
ganisation des tribunaux (I) en revint de la juridiction cominerciale. Ce que
a l'instilution des tribunaux de com- pcuvaientles Tribunaux civils dansles
merce, et comment cette institution, localitds ou il n'v avait nsde Tribunaux
sanclionnde par le Code dans la memme d commerce, les iribuiaux decoammer-
anndce 1826, numrniquement mnoim- ce le pouvaient de mnme, quant an ju-
dric en 1i83(0, abolic en l85, repit iurce ,'m ni des ati'ires cn- nierciaies. Le
et vigueur en 1857. iC'me p1incii'e eles mines toxles nous
Une consolation resort de ini etii r agisscnt encore aujourd'hnii. Is,-ce un
revue retrospective A Iclquelie nous ve- l)ie(n ? EsL-ce un mal ? Je n'ai pas a le
nons de proceder. An debut de noirec rechercier ici. En lout cas, les raisons
organisalion judiciaire, les tribunan ux qui, d ap;'rs le lHapo!i, out jus iiid
de commerce out plaiiilude de juridic- i'instilation des tribunal de commerce:
lion. Its connaissent Ie ton:cs !e.s con- encouragement, dounn aux oommcricans,
iestai!ions conmierlciales, meinme d. celles conna issance speciaie qu'on 1cur sup-
qui, en i807, en 1819 et en 1815, seront pose des chases commerciales, dimi-
divoluesaux jugesde paia;. Dans le des- nation de bcsogue pour les tribunaux
sein de simplifier un iic anisime., jugei civil, ne sonl pas moins plausible,
trop compliquc po!r i'dpoque, on les quand ii s'agit des appel des ijugemens
supprime; leurs atiributions pasenl comnnerciaux rendis en justice de paix,
auxl ribunaux civil. Quanid p, ouveau qu'a propose de toutes aulres contes-
ils sont retablis, c'cst pour tlr rdi 1t- talions commercials. Le Pa pporileur
SPa'nir de croirc qne ces series d'ap-
(i) Cette abrogation dc lIa l i de 1i19 laissa pe ls s)ul\vent d,.s dii'iculil'-; juridi-
dans quelque incertitude lc poiilt de savoir si la qiues e:xc:e!ioninelles, exigeait pour
disposition de l'art. 22 du Code de procedure Rtre rdsolues des lumiiress plus Clen-
civile, d'apres laquclle les juges de paix dues que n'en rdclamen t les cas usels.
pouvaient connaitre, A charge d'appcl, des ais au fod, les causes qui, en raison
tires au-dessous de 300 gourdes, devait etre m ane, sn
etendue aux matitres commercials. La qucs-e ur inime impo ne, sol aes
tion sc posa spdcialement, quand la loi de 1835, au jugement du juge de paix, ne chan-
en abolissant les tribunaux de commerce, cut gent pas de nature, pare qu elles sont
defer6 aux tribunaux civil la connaissance des reproduites deviant les judges dn second
affaires commercials. Piusieurs tribunaux ci- degrd ; et dans la form, je ne sache
vils, arguant du silence du ligislateur, sc saisi- pas que la procedure des appeals de jus-
rent de toutes les causes de commerce, meme Lices de paix soil plus compliqude que
de cells don't la valeur n'excddait pas 300oo gour- celle de l'opposiiion, par exemple...
des. Et c'est a quoi fait allusion une circulaire
du Grand-Juge Voltaire ( 13 juin 1839 qui Tout ceci revient a ddmnntrer que les
dans l'intdrdt d'une justice plus prompted et moins textes, come le raisonnement, donnent
couteuse, essaya de les porter A changer de pra- ddciddment tort A mon colldgue Denis.
tique. La n6cessite de r6gulariser cette situa- M Meios. J'aurai peu de chose a
tion, au point de vue legal, fit ajouter, en 1845, dire pour renforcer cette argumentation,
I l'art. 22 du Code de procedure civil une i
disposition formelle attribuant competence aux qui me semble absolument probante.
juges de paix, en matidre commercial comme L'art. 620 du code de Corn merces'ex-
en matiere civil, prime ainsi : Les Tribunaux de com-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


merce connailront lo. de routes con-'tant a un droit fixe de 5 francs, les dd-
testations relatives aux engagemens et clarations et significations d'appel des
transactions entire negocians, marchans jugemens des juges de paix n.ux Iribu-
etbanquiers; 2o0 enre toules personne.-, 1naux civil : cc qui s'explique par la
des conte:slatioils relatives aux acts de circonstance que les juges ide paix, en
commerce. France, ne connnissent jamais des l'-
A no consider que cel:e isposition, laires commercials. Mais dj;'i I'art. 83
il faudrait professor que la juridiction de la loi haitienne du 13 fWvrier 1826 sur
consulaire, HIaiti conmme en France,' 'enregistrement ne reproduisail la dis-
:st cnompilente dans toules les aflaires position prd-cilie que dans ces iermes
commercials, quelle qu'en soil I'imn- plhs gOndraux : u signilications d'appel
porlance. Mais on vient de vous rap- des jugemens des juges de paix, alin
peler que de honne heure la connais- de laisser sars dole entendre qui'il no
snace des malivres, mime commnercia- s'nissait pas sealeneni des appcls aux
les, n'excdlant pas un lux dleernmind, Irilbnauxi civils. Aussi n'esl-il pas elon-
o c1- atlribide auo justices de paix.L'arl. nant que, dains le mine e ordre ld'iddes et
2 die la !oi du 4 aoft 1815 vint prd- pour donner A la pensie du 1lgislaleur
ciser, on dern:i.r lieu, ce point, en a- uneplus grande prici ion, i'arl. (13 de la
jouolant 'l.rt. 22 du Code de proc6- loi en vigueur ail cxpre'ssomenl envi-
dure civil, relnaif i I'appel dees jsti sag es dMclaralions et signiicatiions
ces de paix, I'alinea suivant: a Les dis- d'appel anx tribunaux civiis on de
positions ci-dessus seront applicable, conimerce. ,
soil qu'il s'agiss des allaires purement I. Vid, empIche d'as r la
civiles, soil qu'il s'agisse des a ires discussion, en exri s
suite de ia discussion, eii eOrimieIC sOs
comm. rciales. II s'ensuit que la rSgle .eg ets sos colleagues et prendi congO
de l'art. 620 du Code de commerce doil d'eux.
6tre entend 'e avec la iestriclion qui.
decoule de I'art. 22 du Code de pro- M. Deni. Si l arl. 63 po,.vait s'en-
c6dure civil; mais cell rigle repreni lendre des signiicalions d appel des sen-
certainement son empire, des qu'on tences des Iri'bunnaux de paix aux tribu-
n e Se irouve plus dans 1e cas; excre- naux de coinmerce, i eit 616 inconsti-
tionnel de la conmollence des judges de tutionnel, di's l' poque de lIa prInruia-
paix en malire commercial. I)s lors. lion ,e a loi urlnregis;tremen!, puis-
ce sont les t:ibun:ux Aie coninmerce qui iqu la Constitution de 181(, sous l'em-
sont les juges natureis de l'appel des pire de laquelle cetle loi a pris nais-
jugenens rendus par les tribunaux ide sance, disposal d'une frcon gSiirate-
paixen leurs natibutionscommerciales. que les appeals tdes j.gemens des Iribu,
En vain objeclera-L-on que les iribu- naux de paix, el mnine de kous Irilbi-
naux civil ont plinilude de juridicion. naux, devaient, a 1'dpoque. e re porlie
Ils n'ont competence en matiire com- devant les tribunaux civils.Je persisle A
merciale el, maritime (loi du 16 juillet soutenir ou'il s'agi ,dans I'esp ce del'art.
1857 ) que a dansl les localites oi il n'v (3,commc dans celle de I art 631 du Code
aura pas possibility d'organiser des tr- de Comm.'rce, des signification sou ddcla-
bunaux de commerce. s C'est done a rationsd'appel, soil des tribunaux civil,
just litre que I'art. 63 de la loi du A9 soit des t'ibunaux de commerce, a por-
juillel 1828 sur 1'enregistrement a men- ter devant les lribunaux Td apIpe d
tionnd les declarations et significations dipartemenl. Et c'elatent les Iribunanx
d'appel a aux tribunaux civils ou de civil qui, en 1828, remplissaient cnilr
commerce ). Et pour d6montrer que eux les functions de tribunaux d appel.
cette men lion ne pent avoir le sens que M. Sylvain. ,e suis force de me rd-
lui altribue notro Rapporteur, il suffit de pleer. La Constitution de 1816, en ren-
rappeler que 1'art. 68. parag.4, 3e alinea, voyant a loi pour la divolulion des cas
de laloi francaise du22 frimaire, an VII, d'appel, laisse en dehors du ddbat la
s'6tait born a indiquer, en les soumel- question de constitutionnalite.








REVUE DE LA SOC1ITE DE LEGI-SLATION


31. Minos. II faut donner (u texte vous a-t-il d'autres d'veloppemens a
une explication qui convienne aux tri- produire sur la question en debat?
bunaux civil, come aux tiibunaux ( D6nCgations, )
de commerce. La disposition de l'art. Je la mets aux voix.
I-.; i du Code de Commerce ne saurait M. Poijol. La thise de notre Prd-
s'appliquer aux jugemens des tribunaux sident est assez seduisante au point de
civils. vue juridique. J'aurais pourtant aim6
1M. Denis. 11 s'agit des tribunaux ci- tirer, moi-mcme, au clair l'objection
vils jugeant tant au civil qu'an corn-'fond6e sur la Conslitution de 1816.
mercial. C'est pourquoi vous ine permettrez de
reserve mon vote.
M. Minos. Rien dans la lot de 1828 I. Laforest ayant d(clarer voter dans
ne 'indique. le sens de Denis, et M. Jidrmie dans
M1. Sylvain. Quelle que soit I'opi- le sens de MM. M\nos et Sylvain, il en
union qu'on professe sur ce point par- rdsulte que sur la question posee 'o-
licliie!, cela ne change pa;' !" principle. pinion de la Socidid est en farvur de la
II esl de tradition conllaunnmie ians noire conliel:ce dc'.i Iribunnau de co.tinlerce.
droit que quand les tribunaux de corn- ..m^a- -,
merce fonctionnent, ils on!, en malicre
com eirciale, plenitude te juriictioon,/ --
tout commne les hibunaux civil 1:' o il at '.e
il n'existe pas de tribturaux (d com- SOUVE RSHISTORQUES
merce, snu' l'altribution file au judge
de ipaix des affaires que la loi estime de ( 1867-1870 )
trop modique valeur pour eur Ctre sou- ( suite )
miss en premier resort. VEi La Savane Longue.
M3. Denis. Avons-nous un tlcie qui
donne aux tribunaux de commerce l 1 No pas singer aprs tant d'checs i
pouvoitr de connaitre des appeals do jus- 1 rendre ses precautions et a mieux con-
tices tec paix ? carter ses moyens anrait el(' une faute
.1. Sylvain. La pcnsie u 6gisla- d'aulant plus grave qu'elle efit compro-
tour, pour dtre apparent, n'a pns ton- mis le sort du gouvernement et prdpar6
jours besoin de s'exprimer parvoie de sa chute
disposition directed. L'ar! de ia ioi ainave palr',iss :it comp: ndre sa si-
du 9 juin 1835 disail : Les Iribunaux l i"t',i". it dsposait de forces suffisantes,
civil connaissent en dernier ressort doe L 0 p01our envelopper les Cacos, les pren-
toules les allaires civiles, commercials, dre, come il seo l pronietlait, dans un
maritimes etc. Cet article avant 6tI coup de filet, mais pour les forcer dans
expressiment abrog6 par la loi du 16 leurs retranchements. En attendant qu'il
juillet 1857 et la compleence des tribu- se d(icide a les attaqcler. il ,ludie le ter-
naux civils ( devenus alors course im- rain au moyen de colonies mobiles qui,
pdriales), restreinte, come il vient chaque jour, sortenl d'Ouanaminthe pour
d'6tre rappel6, a aux localiths oui il n' fire des reconnaissances.
aurait pas possibility d'organiser des Enfin le moment del'aciion arrive.
tribunaux de commerce, il s'ensuit lo- Le 24 fevrier, 'ous les corps,-moins
giquement que, depuis 1857, li of fonc- les volonlaires du Nord-Onesl, recoi-
tionnent des tribunaux de commerce, vent lordre de marcher vers la Savane-
ce sont ces tribunaux, et non les tribu- Longue, oft se dirigeait en mlme temps
naux civil, qui connaissent en dernier la division de Toussaint Mompoint, sor-
ressort ( sauf le pourvoi en cassation ) tie de Fort-Liberte.
des affaires commercials. Dans les ter-j La Savane-Longue, come son nom
mes ( en dernier resort rentre I'ap- I'indique, est une prairie naturelle,qui a,
pel des sentences de justices de paix. en 6tendue, plus de longueur que de lar-
M. le President. Quelqu'un d'entre geur; mais elle est ioins longue que la.









REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION


Savane, diLe d'Outanaminthe, a laquelle
se joint celic e I)clec (Savane au Lait)
dans la region de Fort-Libert6.
C'est au-deli do la Savant d'Ouana-
minthe el dalls le canton de Capotille,
quo colmmitnce la Savano-Longne. S'd-
lev;, at en pailec iOiice jusqu' lan lisiOre
des onotagiies, elle s'y creuse pour sail-
iir an Siu-Esl.. Lo terrain en est acci-
' t:,; c'es! uin sure do do dscrt, d'oft 6-
i .!rlenl coinmta (des oasis, do nombreux
imas:si-s tie pe1ommiers-roses. Le C inp
Robert se dessinuit dans ol lointain, au
fund de co dsoert gazonnc. (1)


elle qui fnt chargee de r6pondre aux po-
litesses de l'ennemi.
Du c6l- des Gacos commne du notre,
personnel, a vral dire, ne se trouvait in-
commodd de celle canonnade. Nos
boulets allaient frapper centre les so-
lides pieux don't eM ail f:ite la forte-
resse. L"s boulets adverses passaient
regutlieremeni au-dessus de nos lLes,
en ronronnant, pour choir t distance.
11 y en eut on pourtant qui, toimb6 en
avant de nos lines, fit ricochet el es-
tropia, en passant, !e cho'val d( gdn6-
ral Bruno 1lanche!.
!1 f', 1 .,1 | .... ....... l', 1' ... ,- .....i; .... ,,,


Ii l (l lU ii Ci llllCi 1[ I l 1^1.[11 Llllc tiltl
I! ail onz hOe s, quand ls troupe, .I.II I. profone ic notre pri-
du aouveirOniln mirent a traverse lenct s'-i !cs iieux, e assurer, par
la ravle quti spae s deux savan,~s : c l moyven, la sic uilt de nolre posi-
Ell'snrintt pn la fi'rancliir plus ltl, si lion.
elles ,iei idi forin es cn trois colonies, A noire dlriti ct tout ies de nous,
mais, en s:hra!igl, nous teions encore i at uie souc, oi il ne no s iailt oas
l6ecole do I mpercu'r Soulouqe. s facil e p:is'e de 1, : jes Cac.,s en
corps, uvo Iris conceutres, no ce':ien diilend aietit es abo:rds, Eil ,'on s'dtait
se mouvoir q:'ci ma,_ss el. toujo':i. ,'sper qu'ane pa'c d1; le urs forces
]a mime direction, ce qui ( est i cu i, tail dissimuile doerrice on rideaud'ar-
de faiblesse pour une armei ell camnpa- bres, 6tendu, on guise do fossd,
gue. En revanche, Salnave avai un en avantde eur c .
plan as l ien conCn qu'l allait metire Salnave, voulant d3loger l'ennemi de
Sexecution, ces positions, divigea centre elles dans
Notre presence sur lcs lieux n'elait ['apres-midi plusieurs coloinesd'attaque,
pas a dissimuil!r. Los Cacos nous vo- don't une, des grenadiers de la garden,
yaient venir. Ne potivant nous arritler, 6tait commander par le chef de ba-
ils nous laissaient approcher a la por- taillon Hyppoliie. Le combat s'eugagea
t6e de leurs canons et nous laauaient aussit6t et ful vivement soutenu de
des boulcts. Mais l'arrnme n'en 6tait pas part et d'autre. Mais les C;cos durent A
inqui6tie. Chaque corps, suivant t'ordre la fin se replier, abandonnant te terrain
qu'il avait recu, prit position. qui der- it nos soldats. Ge success fut malheu-
riere un pli de terrain, qui derriere un reusement payt de la vie de l'intrdpide
bouquet d'arbres. chef de balaillon de la garden.
Une batteries de canon que Salnave a- Et, pendant quc la lutte se ddrou-
vail fait venir du Cap, par voie d'Esle- lait a notre vue, un faith qui aurait pu
robalso, fut anende sur les lieux: c'est avoir d'importantes consequences se
passait A note extreme gauche. La di-
(1) ( Sup.rieurcment encore et dans une vision Mompoint, qui avait recu la mis-
espece d'cnfoncemcnt entire les mornes se di- sion d'intercepter la route du Mont-Or-
rigeant au Sud-Est, sont les cantons de Capo- ganise, avait vu venir a ell-" une escorted,
ille, de la Savane Longue, de 1'Hermitage et sortie du Camp-Robert. C'Ctait celle d'un
de la Ravine des Roches, puis celui du Bru- des principaux chefs Cacos, Codio Blaise.
ages, qui est le point de la parties du Nord de Codio, en chair et en os, y galopait,
la colonies franchise le plus avance dans la se dount as u'il all tober en
parties espagnole; en avant, un peu au Sud, ne s douant as quil allait tonber en
on trouve le canton de la Mine,celui de Trou- plein dans l'ennemi. Se voyant perdu,
Jean de Nantes et celui de la Nouvelle Bre- il demand a parler a Mompoint; et, en
tagne. A 1'abordant, il lui dil qu'll vient trailer
Moreau de St M6ry. de la reddition du fort. Belle aubaine !








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Mompoint, trompe par le calm et le'vions plus nous separer durant la cam-
natural du pseudo-ambassadeur, donne;pagne.
dans le panncan. Aunlieu del'envoyerau. Jusqu'alors rien n'i diquait dans
quartier-gednral, ii le laisse retourner mon compagnon de chambrde le guer-
lranquillemeut au Camp-Robert, sousrier qui devait se rievler plus lard au
pr&exte de rassurer ses bommes. Va-,siege de l'Anse-li-Veau. Sa figure, grave
t-en voir s'ils viinnent, Jean !! lout h la fois el souriantc, son carac-
Les Cacos, ayant supputi nosforces, ne tWre affable et courlois, lui assuraient
se hasardurent pas ;i venir nous inquic- les sympathies parlout on il pas'saiL.
ter dans la nuit. Nous limes ndanmoi#s. alnave lui e6moignait beaucoup d'e-
nolre veillde d'armes. guardss ; un jour ( le 1 : fldvrier ) il fu."
Le gndiral Pierre Momplaisir Pierre oinme question de lui conficr Ie por-
ct moi, a qui un clairon des lirailleurs,' ifeuille de 1'Interieur, don't I titu-
Lefivre, venait de prIter une couver- laire, Cameau, avait done sa ddmis-
ture de iaine double, nous puimes niusLsion et n'avait pas 6tle :empl;aie. Le
reposer no moment au pied d'un talus. cabinet ful modified le 15 !'rriOr, mais
Le boulel qui doit nous tuer n'est pas sans que Pierre y entrail. (2)
encore fondue, ) nous dimes-nous en' Salnave avail se:; raisons )poai' agir au-
maniare d'encouragemenl Strement. II ne manqua pas loutelois de
La plupart des officers de l'Etal-ma-'dire i notre grand ami: 1 ( Gnderal
jor n'dlaient p:as mieux pourvus. I!s a-Pierre, j'ai beaucoup pense i vous, mais
vaient, come nous, perdu leurs baga- voire towu vienidra. >
ges i la Savane-Carrie. ; Pierre n'dlait pa,; dans F'armde la
J'ai parle du gdnedral Pierre. Ii a pris seule figure sympathique.
dans la suite une part si active a lan Parmi les autresgeneraux, trois r'ont
guerre des Cacos qu'on ne trouvera pas .lni-se igalement de leu:. commerce un
hours de propos que j'explique ici sa si- 'excellent souvenir. Ce sont les gin&-
luation au ddbut de la campagnc. r aux Valentine Alcanlara v Marly, Tu-
Pierre commandail la commune de renne Guerrier et Victorin Chevallier,
1'Anse-a-Yeau, lors de la chute e d Gelf- Les deux premiers appartenaint i ce
frard.dont ilavaitild un des divoueslieu-'que 'on pourrait appeler notre vicille
tenants. (1) Qut iqu'il t'ft Iris estim( etli:rm e, don't l'esprit militaire et !cs Iradi-
populaire dlans la region, il ne manqua .ios d'ordree ct ie discipline reion-
pas d'dtre en bHule aux dinonciations. naient jusqu'L ID)essalines. On les a;vait
de cc;:x quci ;':!nicnti voulu que la rd- fail marcher, je ne sais Irop pouri luoi,
valution I'it pi::t' p : ie aux nouveau probiablement par dfliance de leur as-
arrivii s. P'T::.s:'W I'absence de Salnave, cendani. 11s avaient servi acti\ement
e Mii;is C 1 pt,'!a la Capitale pourisous Geffrard : ce souvenir hanlailt L ce
lui donn'r i')', re d'ailler joindre le Prd- point l'esprit de St.-Lucien Emmanuel
sile:lt dai :,; :;.' Norl. II parlit aussildt;que, le martin de note arrivLe a la Sa-
u' :.;riva ;:; C;P-, it 3!1 decembre 18 i;7. van'e-Longue, it leur avail faith dire de
Sainav le wI' cii rs cordialement et le'p o. n ;I en tite de la colonneo de maiche.
relint a:::; i:, lo'i ji usqu'au moment Sainavc, apprenant incident, disap-
oi l'on poll' '..i: s'ocuei-' de son cas. Vprouva le canrcelier, et lit renter ces
Pierre 1.il porte!ur' d'une let quil honorables officiers-gendraux dans les
me remit il d l: part de son fils Mlucius --angs de I'Elat-major. Ils avaient, en e'-
avec qui j.'etii. lie d'amilid. Des rela -'ft, droit a tous les regards.
tions elr.ites :nquiirent pour nous lde' Le gindral Valnline, qui availt dt
IA, malgrdie I dillcerence d'ige; nos ca-'
ractercs el nos iddes on'raient des points (2 C est M. Ielorne qui fut charged du poi-
n-tIu sililit. Nos n d-tefeuille de 'Int6rieur, MM. Daguesseau Les-
nom eux simlitu. os ne depinasse et Numa Rigaud entren au min.-
htire, le premier cn quality de Secretaire d'E-
(1) i avnait faith onze annees d'exil soustat des finances, le second, en quality de mi-
l'Empire. nistre de la Justice et de l'Instruction publique.








REVUE DE LA SOCIETY )DE LEGISLATION


un des coiminandanls en chef de l'ar- pes de bois d'acajou de Hinche et de
mdce nu siege du Cap, elaitl : la idle St. Michel. La vie des fori6s !'avait d'a-
d'une division en 1855, iors de la der- vance faconn anax rudesses du mndlier
Wnire campaign e l'Est. Ne dans ceete Mil iiaire. Son nomn fait fdmir encore
pa. li du Pay., i; dlaitresid hatiHen apr' c ex qui se rappellent I'homine h la
la scission. Nous n'avions pas dan.-, chemise roage, aux sourcils reinrbalifs,
tlouLe n~ ['(e aiT d o igure plus impo- Ie terrible diaen>ser dle Ia place des Go-
san:I. Soldi[ i- race, la voix du canon naives; mais conmme tons les coUrs d(
eilAi en ui l'in linnctguerrier. Quoi- lion. Victorin availt uine ai e d'enlant.
Le dipo;!urvu ie commandienient, it A Pig9on. s'il n'eCit dpendu qile de lui,
e pou a', so rdsoudre i 'inaction. 11 jamais les s;ix nmalh'.rex -')oldas, choi-
mie s. m}:ie encor' e voi" arpelanit 1 sis par i les sur vivants do !a reraito
Itrrain ui s dci it devani nol pou. r de Gurrie r r 'ois.so a'a PAio!t mld ru-
m i nx ohri '\:r I ;osi iio d ilOia (C'st !iti ([u li, a rnhi': ,anot I!'"nio"',
mi. r acit yn:'ra A r ur d'habituli i i i l i d ,; c.; ris ide grAcc,
cua on gae ._ riv.c" : p. ymbt passage
ap:e wval:: !.i cnm 'it qui, pxlr n a;; e- des ma!he c,' x coandu mnni's. Jusque-l'l,
vemenct r ue: in'.' .'.s c.ie n i, avail i' Viioriln ni'avait que dc'x iennemis :
minu de s" br,;isser au l ssange d'in bou-i Lorquet ei M i o Nicoi.'. Mais, pours
let. l'a b).on i i ;!t W lA IN, I e mienaci ac l coT p, i[ ne faisait pas b;): lu'i parlor
de son biaton. arii'm et rendu digie d ces deux hanom's !
d'ui piq!" iLsi; e emnploi, ce bhlon Je Iui i Ais oul o ni ; i: i Clbelne:!
et tenu ('ins soa iainl coinm e 'n soCe nV a r eco" iissance, en raison
cell des iniar luei x d'outrc-mc Le l u cu co'urs (a'il ni av ,il doinni Ter-
vedt an 'aurnait point pa:u, j'osu i' li- rier-Rouge, lors de' Ia mon' dc mon
mer, deplace en pareille compagnie. ''ere. On voulait inhum'r' les restes en-
Bien qu'il frit moins ancient gradd core chauds dii liort anL cimlltier d(
que T ouren Gu:errier, celul-ci n'avail L'dniroit; Victorin ;'y op;;,osaet fit tant
pas sa r pult ion niililaire. Us se res- qu'on se dceida a e la'nsport 'r an Forl
sembiaient pouriant par la prestance et LibertL. dais leo [mps ).,sse avec nlus
par la coulour. Fils d'un ancient prd- I'avait sipanrd de Salnave ; quand il par-
sidenl de aI Ridoblique ( J.-Philippe lit pour ailer rejoindeo a Presilent, les
Guerrier ), Ture;nne etait un home de eCacos :o..i fe ,ur Jui c blessrent de
grande distinction, que sa longue barber, deux balls te cheval qu'il inontait
son impassibililt habituelle el ses gotis 11 put njanmoins contini.'r sa route el
equestres pouvaient fire prendro se porter i ia rencontre dc Salnave.
pour un chef arabe. L'illusion aurait La journde du 25 f6vrier se passaas-
m,,eme det complete, si, au lien de note sez tranquillement, si nous considerons
6quipement inilitairc, il ect porter le les effects des coups de canon liirs de
burnous et Ie turban oriental part et d'autre, et qui, comme la vwille,
11 avail, dans le course de sa carridre ne firent de mal 5 personnel. Aucun
miIilaire, exered les functions d'Ins- corps ne bougea : le ciei, si avare de
pecleur-gdnral et de chef d'Elat-major. pluie clans cette region, semblail nous
Ces deux functions Iui avaient value regarder indifferent et d'ucmtl il sec.
lhonneur d'etre appeld, au depart de Au quartier-gdndral Salnave se prdpa-
Geffrard. it faire partie du Gouverne- rail pour I'attaque, qu'it devai;, diriger
ment provisoire, en quality de president le lendemain.
di comite de la guerre. Pendant la veillde, les rIcits les plus
Le contrasle clait grand de Turelnne abracadabrants 6gayaient le soldal. Le
Guerrier et de Valentine a Victorin troupier hatien est un conteur inlaris-
Chevallier. sable. Le malin venu, nons serious res-
Viclorin, avons-nous d6dj dit, n'avait tVs a i'6couler encore,si dei bonne heu-
jamais ete soldat, mais il dtait de ces re lordre n'ett det donned de se tenir
mulAtres Nlevds a la dure dans les cou- pret.


_111 -------------~--~1~









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Les troupes qui devaicen, les pre-
mieres, altaquer l'ennemi etaient, dis
ciuq heures, an pied de la forleresse.
Une vive fusillade nous annonca leur
arrive.
C'est un moment bien impressionnant
que celui ou deux armies se trouvent
subitement aux prises, sans y avoir dl6
prepar'es'par un combat d'artillerie.Nos
soldats, n'ayant pas eu a ouvrir des
tran-ch6es pour s'approcher de l'encein-
le forlitide, devaient s'y porter a pas
de loup, et se fire un rempart des pa-
lissades enemies.
Les aultes corps de I'ame,, mins aus-
sit6t en colonnes, se ddveloppaient par
files et allaient renforcer successive-
ment les assailants.
A notre droite, la d ,vis ion Toureau
ti*r I~- I~c, c (II I!t-lL s 1te 1 ou e ll


fer, sorti de la gueule d'un canon d'en
face.
Huit heures du matin. ( 1 ) La ha-
taille continue. Salnave, miont sur un
cheval fringant, en observe il distance
les incidents. Son altitude esl superbe
i voir. S'il n'avait pas Loute la ,cien-
ce d'un general en chef, on ne pou-
vait s'empdcher de lui en reconnaitre
l'audace et Ie coup d'ceii. La rlsisiancc
prolonged des Cacos et ie souveni dc-.
premiers dchecs le rendaieil ce jour'-i..
plus anxieu: el plus c irveux qui' de
coutume. ,
Illfin, hurrah Le cri de triomphe
retentil sur le fort. Leos:,cos, domi-
uds' et incommrod6s par les feux ilon-
geants de la division San, lte peuvent
harder leur position. Ils se sauvent, et
nos soldals penetrent joyeusemient


chasser les Cacos qui s'y talentt masses, dans t'enceinte.
dans le dessein manifeste d'opdrei une Lennemi avail gagnd les Iois. Mais
contre-allaque an moment de l'action. par oi etait-il sorti ? Sans doute par
Siquelque issue connue de lui seut.
A notre gauche, la division Tirdsias 11 no laissait dans la forteresse qu'une
Sam marchait de maniice ai prendre le dizain e de morts. Et quand, ulns tard,
fort A revers, ia e contourner. La garden des escouades partireni t sa recherche,
national de Port-au-Prince y avait elies ne ramenerent qu'un prisoinier,
et~vers6e. In noir de tris belle prestance, qui ne
Mais entire cette division et les tron- put on ne voulut donner aucun rensei-
pes qui combattaient en face, il ygnement. Ce a'.lait pas, it beaucoup
avail un inter valle, par oil I'ennemi pres, les r6sultats que Salnave allendait
pouvait passer pour se jeter en terri- de son grand effort. 11 dut ndanmoins
toire dominicain, si la chance lui otait s'en content r.
d~rfavorable. S:ilnave ordonna a i Ca- En fdlicitant l'armde, !e Pr6sident ten-
valeri; el a it 'E,:!-mn:jor d'aller occuper dit a la Garde 1'honneur qui lui reve-
la n -osition. nait.
Ces dea!x cor ,ps ne pouvant s'appro- MIaitre du Camp Robert, don't les Ca-
cher du i'forL a cause de la configura- cos avaient fait le centre die leurs ope-
lio. du !e,- n in:i, ai. at plus exposds que rations, Sa I na v.e donna l'ordre
;les olres aux ccupis id canon. Arms d'en retire l'artillerie ei d'en broiler
de sabres c! de iIvolver!s, les cavaliers les palissads ; puis ii rent a a Ouana-
n'avaicn 1ias i'w n1(yncii de riposter it minthe. le 28 fevrier. La il fit publier
l'eineCmi et r> iiie:ti ;i dans I'aiitiude un acted d'amnislie, espdrant par ce mo-
de co:,damil:'s: qu'ou fusille i hout1 por-- yen d6cider les Cacos a so soumettre.
plant. A eel ins',,int critique, une voixl
s'dleva, celle d'uil colonel recemment ( I ) II est asscz curieux de lire dans le,
promu, qui s'%ce iait : a Ae Messieurs, comptes-rendus du a Monitcur ) du 4 mars
vous vovez vois voyez Mon cheval ccte note : ( Le 26 a midi, le Pr6sidcnt a
est blcssd. > E.n loruIe autre circonstan-! ordonnd l'assaut.) Ces comptes-rendus succes-
c, on ii it ii. isifs avaient itc proceeds d'une note aussi
ce, on lui et' fait un e retaill succe's nexacte qu'impolitique. Une derni.re note (25
de gaite, mais personne n avait lenvie mars) se souvint qu'on avait omis de parlor
de rire. Le cheval venail, en effect, d'a- jusque-li de la participation du Ministre de la
voir le cou percd par un morceau de Guerre au combat.


i L .---~XUn~-Y--~FY Y--~


- --- I -W







REVUE DE LA SOCIETY D)E LEGISLATION


IX.- Les illusions de Salnave. Les bois et les savanes gardroent leur
secret.
Le President ne pouvait s'emnpochcr Le 7 Mars, un fort d:inchemenit, sous
d'annoncer sa victoire. II ie fit en les ordres de Toussainl Mompoint, alla
terms pompeux d:ns une proclama- visiter les regions deCapolille, de Trou-
tion dalde d'Ouanaminthe. Soldats. Jannante ( Trou Jean de oNan~es). II
disait-il, le terme de noWie glorieuse et y renconlra quelques malheureux pay-
terrible cam ipagne est enlin arrive. Dieii sans. Le Monileur dil une bande er-
a hbni nois varies, et partout elles ont ranle, qui, de loin, le pria de !fire ces-
il6' viclorieuses. Yous avez fidelemetlt ser les hostliitts, donnant l'assurance
reinpli voi'e devoir envers le gouver- qu'ils allaient faire leur soumission.
nement Icgilime et enveis la society, En effet, Ic lendemain, onze d'ennte eux
qui aitendait tout de volre sincere de- se sont rendus. Dix ;t'res sont alliess
vouemeninl. metlre has les arms an Fort-Liberld "
Nous avons d1,ruit lo fort de la Le fail eft-il dcl exact que cette
Savane-Longiu el le Camp du Grand- "bande"nepouvait assIerpoulr reprd-
Bassin, c0:s deux points imporlants senler les forces de l'insurrection On
oil les C s lC c ensaient pouvoir nous celles-ci pouvaicnt-elles se trouver ?
rdsister, se maintnnir et perpituer le 11 n'dlait pas supposable qo'clles ecs-
desordre, le pillage et la ddvaslation sent passed dans FEst, ofn !a idRvolution,
qui ont ruined nos frontieres. Espdrons allide de Sainave, venait de rcnverser
que notre triolmphoe 'amenera la paix, Cabral. ( 1 )
la tranquillild et la plus pafailo sdcurit6. Un moment le bruit so rdp:andit que
< Soldals, vous dtes tdmoins de la lies Cacos s'dlaient portIe du cot6 de
conduile que j'ai tenue dans cetle gra-
ve el ddlicale circonstance. J'ai public ( I ) L'un des messages adrcssis ;i Salna-
un ddcret portant amnislie gienrale en ve et dat6s de Santo-Domingo ctait ainsi
faveur de nos compalriotes egards. Ils concu :
comprendront, j'ose 1'espdrer, cet acte Diu, Patrie, Libertc.
de sagesse, de clemence et de sollici- R6publique Dominicaine.
tude du Gouivernemeni is recliunai- ven P ji in
tront sa force et sa puissance; ils dd- Citon President, j'ai la satisfacton d
osro s e i p porter a votre connaissance que les forces qui,
poseronles ames e reirerontpaisi- sous mon commandement,opraientcontrecctte
bienoet dan:s lou's toyeis enC so sou0- ville, y firent leur entree Ic premier du pre-
mellanl a l'autorite. sent mois, en vertu de la capitulation que le
M Malheur aux chefs qui iewleront Gouvernement qui y exercait l'autorite se vit
de recol!menicer celic funesle et folle contraint de fire, laissant en notre pouvoir
entreprise... son dernier boulevard. La Revolution est ainsi
Salnave so faisait illusion. Les Cacos, consommrc en faveur du chef l6gitime et po-
qu'il pensait avoir vaincus, a vaient pulaire, le general Buenaventura Baez, par
tous lurs forces itacs. Quant suite des efforts de l'armce et du people do-
ts f s Q t a iminicain, don't les plus vils ddsirs sont par
leur camp du Grand-Bassin, don't on ce fait accomplis,s etc,etc.
annoncait la destruction. il n'avait ja- Si les havircs de guerre de votre Gouver-
mais dil allaqu6 par les troupes du ncment ne sont pas occupies en ce moment,
Gonvernement. Dans tous les cas, la nous eprouverions beaucoup de plaisir a en
destruction de ce camp, de dmme que voir quelques-uns fair une promenade sur
celle de la Savane-Longue, n'efii pas nos ctes, et s'il est possible, arriver jusqu'.
decide les insurges a se soumetire. On cette Capitale.
n'allait pas larder a l'dprouver. a Avec les sentiments de la plus haute con-
Dans l'espoir de pacifier la contre, sidCration, j'ai la faveur de me souscrire votre
Dans espr onre, tres affectueux scrvitcur et ami,
Salnave passa encore un mois a Oua-
naminthe. II fit, durant ce temos, fouil- Le Chef supreme des operations dans le
ler les savanes et les bois environnants Sud ct 1'Est, M. A. CACERES.
pour d6couvrir la retraite des Cacos St. Domingue, le 4 fivrier 1868. ,


___11 11111____1__11_1__11_ll








90 REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


Pignon, de la Grande-Riviere, de la II sdjourna hIit jours en celle derniere
MarmelNde, de SainR-Michel. ville; pendant ce Iemps, la division
Elail-ce pour donner le change au de Tirdsias Simon Samn aniail, sous los
Gonvernement et faliguer ses Iroupes ordres du g6ndran Dora, comballre les
dans un simple jeu de Colini-Maillard ? Cocos au (Gi nd-IBasin pour se rendre
On sut dcpuis qu'ils avaient g;ign do Il au CO:r-four Camibrolnne ofi elle
1'Artibonile, epris s'elre lenus disper- devait allendr e Ple Prsident
sis dans les bois de Barade. Q.uel dait Je n'avais rien d'inilressal it voir
leur objectiif Pirsonne ne pouvail en- an Forl-Liberld don't la lopographie
corlele dire et les ruines in'ilaie. fanmilieves. ,'es-
Sainave, sans se dIplacer, expe ia le ranked de relro:vur lcs restesl do mon
Ministre de la Guerre et Victorin U(he- ifre, abandomis naguie anu (arre-
vallier avec Ics chasseurs de la Gardee el f Xoi'r N:oples, mi e i" demander 'au-
les volonlaires des Gonaives pour iOur forisaioni di marh '!;er avec Ic corps
donner la chasse (3; Mars ). QuneqAes cxpedilioninai 'e. Nous plaiimcs un sa-
joursaprcs,il allan i-mnisme 'ai!', u, e ox- meidi ( 8 ;!vril ).
cursioOii mitaire jOsquin-ciA &' 1 Le ( nduin (,i:nanhii, oni dia id
SavanO-DUecde, tout prAs (ds i' C ics. IAci -I :ndi, 0o' nI::ons vouaquimines
Revenue do ceic excur-ion, ii so"iea jusqun t';i undi martin. Coniile je n'avais
an Maribar'ou,dont les habilants avaint, pujisqu'.ns reconstiluer nes bagges,
duran i'iasurrection, giudd une :o.()i e Ije 's (c ini pent plus heoreux de me
de neutraliki entire li et Ic (uincrr! e- ri'-galr dc pomnwcs-oix ( amacadiers
ros. Le calie el le silence quo regnaient d' Occiden), don't je garda, mia foi un
par Ml n'diaient pas sui'isnnils pourras- souvenir appdlissani.
surer Jo Chef de i'El;. II voul[t en- La jouniee so passa tranquillo : ien
trer e1 reliatio; avlec les habit anis : dans ces parages pno riiaiL la prsence
niais l clue d 'Oiuaniamiin!he eit d'i.tres dc.' Coacos. Cependailt on crni une Ibis
cinissaires envoys aupr's d'eux. re- ovoir apercu la silhouette d'un honime
vinrent sans aioii obleni le Ioini- :ians une ravine boisle. Des soldais se
dre succUs. Le 2G M iars, iMompoint i;;urt, lancrent i sa pisic, sans rdussir i I'a-
a son tour, pour le Maribarou avoc sa border.
division-. Mais le jour d'apris, pendant notre
II revient deux jours -aprles :0 uana- nmarche en avant, surgit touil coup
-minthe. renoniican, A s l'eIgager pus une Wne doe cavaliers, cahs.' jusque-
vant dans cc coin do territoire, d.evenu i0 derribre un ,itassif de ponlniers-ro-
presqu'inddpendanit par I'6nergiqIue r- ses (rosacces). Ils ex6cutercn[ en s'en al-
solution de ses habitanls. Il n'avaiL lant, sous nos regards nmerveillds, une
renconl'de personnel avec qui s'aboucher. sore e t ( f;utasias. Le temps do les si-
Enfin, le 11 aviil, Salnave voyant ses gnaler, ils laieint hours de la porlte de
rAves irrealises, se ddcida a partir nos fusils. Un coup de c;anon tird dans
d'Ouanaminthe pour Fort-Libert. (1 ) leur direction les fit aussilti d6taler ; t
bhien que leur course alors Hit precipi-
( 1 ) Le a Moniteur a s'efforrant de rassurer, tIe, ils s'arrilOrent pour reliever el re-
les esprits, disait : a Ainsi Ic Chef de I'Etat metire en sell un de leurs camarades
ayant achev-la pacification des frontiircs, se qui venait de tomber.
dirgc du c6st du Cap. Plus lard, ces mnies cavaliers revin-
(( Ie D.-par cement du Nord est en ce mo- rent por so d ns I s
ment dans la p'us complete tranquility. 11 n'y rent pot" se dispenser dans la savan
est plus question de Cacos. Le Prfsident, et y mettre le feu, afin de nous einp6-
tprcs ses victo' es, a fait entendre raison i cher d'avancer. C'tait le prelude de
tous ces malheu-eux qui l'ont comprise et sont la derniere lutte.
rentrcs dans le devoir, rassurfs et confiants. La colonne, ayant heurcusement fran-
( Le travail reprend son course dans toutes chi la ligne de feu avec ses caisses de
ces localities et les affairs se relivent. munitions et ses gargousses, prit, vers
MONITEUR du 18 avril 1868. 10 heures du martin, sous bois, le che-








REVUE DE LA SOCIETY D)E LEGISLATION


min qui mcne au Grand-Bassin. (1) Em- arrit, onlveut au pas de course lc camp
busq(u tout le long de ]a route, on retranch6, qui Mtait a 1'angle d'un carre-
derriere le course d'eau qui traverse la four. On s'empresse de !6tlruire cc re-
region, (1) i'enlemi par iltervalles fai- Iranchement, pendant que les Ca cos,
salt plenvoir sur nous des grdles do relraitis au somniet d'un pilon, tiront
balls. impiloyabllelmenlI sur nos hominmes.
Nous n'lions pas moins protlgds II no fallait point s'allarder an Grand-
qu'eux par Ies fredoches ou par l'6dp;is- Bassin. Nous parsons, el a qculquecs pas
seur ta isd ed; bois. 'no de leus ballet, de 1, au ddlour d'un enclos prolo gant
amorlic snns dou ni,. pres ricochet, v.int un champ de cannes, don't les pro-
cependant me rapper en pleine poi- dulls savoureux ddsalterent nos gosiers,
trine. -- a Major, dles-vous ,lessa me la tete de la colonne tonimbe sondaine-
demnand Alandre Ta'e, q, axieux, men! sur un remparl, c() elle est ac-
me vti porter in' main a la paiie tio- cueillie.i par un feu des mnicix nourris.
che. > -- XcNn rdpondis-je, sans trop ( En avanlt ) s'decrio le g(x,' ral Dora ;
savoir mioi-;moime. ; .a ponsice ce nm- la division ddpasse la barricae eon nii
meni-a 'lai dI. ja tonrne vers ma me- cl n d'Ail.
re qui pleural; sonl ils aline. Tout n'e6lait pas dii ; ii fal!ail dis
Arriv ds vcrs quatie heures de i'apres- loir ct piresque a claque 1):is dispuler
midi an Grand-Bassin, nos soldals, sans le terrain ; l'elnnemi ; I's iari'ica'ies
succddanl aux barricades monmenaicai de
( 1) Le Gr'and-Bassin communique avec nous immcobiliser dans Ic sectclr (quoc-
la gorge de 1'icul-Samedi. cupe le sommet du friangle forinant l
a Du Grand-lBssin, qui lermine la pa- p6rinmtre de Terrier-Rouie.
roisse au Sud-Est, g aoi rt I'n O est on Si O es entreI'aiteS, t1 uit ;tiCal et
trouve le canton qui se nom ie le Ter ier ,' ou
Rousc, proi)rcaiei ,di. et qui est borne au nous trouv ar s devant une dernid-
Nord par le cheiiin qui va du Cap au 're b'ricarde, faite legros roncs dar-
Fort-Da1)uphin, en passant par le B.ourg brls, nmsurant au moins ., 14 )ids d'd-
du Terrier-Rouge. Cc canton est dcsole paisseur.
par suite de la secberesse. Si noire arme oe avail d( ni('ll!ioilique.-
d L" ni'o. de Tdes.;-Roig,, d)nn; me"{ ,rganr0is d essa urs0 cd- e ,soldals
cause de ia nuance du terrain ( origin qi du g(nie cussent ddi riii cel obstacle.
bhame 1 usage de dire les lrTiers-Rou- 11 V avait pas A v longer. MNis co0n-
ges, I P' irin S l n meniI p asser ouiloe ? Nus avions bien
grande Savl\ le nailurelle, il(n"oUm e ]a' 1 n -- u guid l o C 101 i l, s a1s lut-
de Savane du Terrier-Rouge on la Stavane g no gails n or
Carrie. el qui unit diagonaiement ie can- Librell : i1 n so rcconnl i-sait paS1 inieux
ton du Terrier-Rouge, don't jo vieOis de l'que nous a cc :non m ent. Notre sorl it
parlor, avec l'extrinjil suprieure des tous lenail inianmoins A son exi sence.
Fond s-3Bhncs, la plas rapprcchde du Fort; Les Cacos n'claient pias loin: ils a-
Dauphin. Cette Savaine, iris rtendne, est vaicnt depuis quelque temis ccss die
charge dans plusieurs endoroits de fredo- lirer, m11;is 1'aboimencnt de leurs clliens
ches ou de raquels (assemblage de bois ra- dt' ', leur presence. Nouis vo-
bougris) qui s'elndentd dans divers sens, an dans ile u pier, ils pes'ient que.
et qui rendent inutiles de grands spaces Cya'n Rit falt de c s pI nsal "nt qu
oil I'on ne va pas 'mme chercher quelquesc tat t de cs pa o-
bois que leur incorruptibilitL devrait fire lites ", come ils nous appelaielt.
priser, Imalgrd la petitessedeleurs dimen- Ils se trompalint. L'instint de la
sions. ) conservation fil decouvrir aux soldats,
(Moreau de St M\ry. Tome ler. p. 185.) malgre I'o0)scurit6, le moyen de con-
(2). ( Une riviere, la Malerie, passe au toui ner la barricarde ils parvinrcnt
Grand-Bassin. Quoique considerable a sa houreusemenI ai un chemin creux, par
source, son lit est souvcnt a sec, parce lequel on descendait dans un ravin
e ses eaux s'inliltren parmi les sales asset ond dnt le rempt s-
(lu'elle charrie et dent son cours est bor- az prood dont t report -
do. quait 1'aspect.
( Moreau de St. Mdry. Tome 1. )i Toute la division pouvait s'y couler









REVUE DE LA SOCIfITI DE LEGISLATION


hommepar home, mais sans la pie- Salnave, do son c6fti, (til parti le ma-
ce d'artillerie, don't la voix puissante tin du Fort-Liberl3. Passant par les
avait un moment impose silence a nos Fonds-Blancs, it vint nous rencontrer au
redoulables adversaires. Carrefour Cambronne, ai 10 heures. Au
r A la guerre comme i la guerre ), se moment ofi il passait dev;ni, la division
dit-on.L'on se hita d'enclouer la piece et qui lui rendait les honmiiurs, les Cacos.
de 1'enterrer dans une fosse de 6 pieds,, rinnis au fort die la Martlilere, tiraient
creusde a la bayonnette, au pied du bar- sur les soldals rang's des deux coles de
rage. Les Cacos, en revenant le lende- la route.
main et ne trouvani pas l'Tff'i qu'on (Cetto musique,flaiit du son des clairons
avait eu soin de cacher, pourraient et du ,a!l.nr,! des bales, fa t l supreme
croirc it une veritable inhumation. salt quc recut Salnave ?vanil d(e relirer
Cela fail, nous parties sans bruit; pour la derniere fois au Trou.
et sans au!ro contraridet, iraversant le; La division, qui revenait du Grand-
bourg de Terrier-Rouge, nous nous ar- Bassin), ,vait dplrou.v6 quelques I:crtes
rdtAmes au Caarrjou; boi en hinn .; : i';:n;i !i a ) vaU !in
Quelle heuie pouvai -ii ire ? q(qj s-uns n I blsse queq'us autres.
Deux heures environ du martin. Mais Mais elle s'laiti coi'reclement conmporie.
dans la supposition qu'il n'Wtai! encore Le vi ix Dora, touch( an talon par
que dix heures du soir, jo parties avec utle hale refroidie, disa;il e! mne mon-
deux a u I r e s officers pour le Trou trant i1h tir;ico du projectile : Et celui-ci,
oiu nous comptions fair un some rd- qu'est-ii venu fire la ? I! souriait.
parateur. Quelle ne fut pas ma surpri- Quant aux soldats du 27e rIgimeit de
se, lorsqu'arrive an bord de la riviere, la Girandc-Riviere, ils m'avaient caus6
j'enten !is sonner 'angelus ta l'dglis de de tin agrdable impression par la maniero
la paroisse don't ils so conduisaient, obeissant i la
je temps passe vite pour qui suit le voix de leur chef. Celui-ci les connais-
mouvement d'une troupe en campague sail, et chnque fois qu'il lIur disait
De ma part, n'dtait-ce pas une impru- (( Allons, 27e > les soldals, commne des
dence grave d'aller, en si petite coi- taureaux attnch6s a, un meme all. :.
compagnie,franchir le distance q(i nous semblaientretrouver unevigueur nouvelle
sdparait di bourg ? Mon excuse est Tels dtaient les meurs et les homes
que j'avais 27 ans, avec le fli tre f-aiil- deC ce temps.
yant de chef d'escadron. A sure LEGITIME
Vers 7 heures du martin, un feu nour-I -.
ri dui coti de la garnison nous ramenait ERRATA. Dans ka parties des Souve-
au Carrefour Cambronne. Nos soldats re- nirs du Gendral Legitime, publ'ie dars notre
poussaient les Cacos qui, sons doute, dernier mot, il faut lire i Morne Madeleine
s'Mtaient mis A notre poursuilc, apris et savane Bergaine n, partout ou il a ete
s'dtre apercus de leur meprise et de no- imprime par erreur more Madeline et sava-
Lre sortie du Grand-Bassin. a Videz ne i, Anne M. oubert
--- Dans ia pattie < Anne'e ,, NI. Joubert,
ba yo! disait un loustic,se rappelant le Ministre plinipotentiaire de la Republique do-
mot devenu historique d'un de nos an- minicaine, a eti port tort comme charge
ciens g6neraux. d'affaires.








SEIZIEME ANxNE, N' 7. 2 OCTOBRE 1907.



REVUE

DE LA

SOCIEITE DE LTEISLA'TIOI1
PARAISSANT LE 2 DE CHAQUE MOIS.


I. Stance du Ir Scptembre 1907. Par oU I'ou voilt uln fois do plus que,
I1 Actualith, ik article par M. Georges contrairemi et 5 M'idie quo s'en fout beal-
Svlvain. coup do nos comp:irioles, Io dollar an-
III. Ricglemnt intrl di u Service de Per- riin n'es pas auti.rmnt press del
ccpton es douans dominicaincs. il( s py d'soigMo pu!r lnvahir
1\ Souvenirs historiqu s ( suite) par le ,.
G,, nos mo 'ic's ds Arnthil. ;dliantl di na-
V. ] li .gra, ph^ic. 1i1ro, i en!1a1; q!;andl in p'),; s'o'ffro a
I. N crol ie. 1i f, 's voles, il I'o '. I! Irlr la-
Vi Loi abrogcant la liquidation judiciairc. l eu(i fr id e micllcl ul'ui ., il' q( :,l s i' 'ilon
inlchainp OuH rel0 do ,, Vo. 0'*'
Sanc le de la Socit que dalis do(;. conilIis d xci'.' -tini l0'
s. curilo.
A la reunion du 11 Septembre, ons
furent presens, sous la president: de Furce v done i!Io aix dpi'pis (doni-
M. Solon MInos, M. M1. Denis, Sy;Aain, nicnins, aiguil!uonnis r hle I'4l.voir xe-
Viard, Jl:'-dmie, it a eRd sIanctionne le cutit, do vte ,Iir sIr lis i iN',i uil qu'ils
procs-ver-hlta d la seance priecdente. avaient cru c i voir prendroii poorU ro en1re
La Socihit( a egaleinent pris connals- les charges Id i'nleprin inlots lourdes
sance do iivro qui lui a et6 offer par a lobr pays. Quhlinuo aim.,,'ir 'jiue soit la
M. le Gineral Legitinme. pilule, ils I 'avleruint, quo 1s-J' ? ils i'au-
front. dj' --vrais nib I ahl)l i nu ava-
ACTUI? L T lee A l1'hre oua p'riilront cs lines, le
Songres ayalnt YL coInii (! oI n session
-x- extraordinaire pour le 10 si-pteibren Mais
XVI il serait injuste de ne pas Iler lenir comp-
Sanclion nde p;r le Gouvernement des to de lours efforts, mone inrrom1plets, mi -
Etats-Unis, la convention do1inicaine so- I e ifrucluoux, pour (dfendre t garan-
rail entrIe pleinement dans sa period tir 1 i0tr0lt naltonal don't i!s avaient la
d'oxecnuion normal, si les contracts an- garden.
aexes, coIntenant les coudition0s de l'em- Si le tratl diu 8 fevrior,. d; -s la parlie
priunt n'etaioni encore riduits 5 faire la qui a trait a l'emprunlt, reo.- jusqu'ici a
navete e ntre New-York et Santo-Domrin- 1'lat do provision, le service administlra-
go. Les banquiers e New-York onu coi- tif ql'il sanclionne s'exercc (ii inielux
siddre les niodifications introduiles par lei miux par les soins du Rec veiur-gtnIral
Congris 'aux clauses primilivemenI pro- dos douanes et do scs ngpns. L'cle oh
posers cornme diminuant lours garanlies so trouvent fonnrmules les obligations
! lenrs perspectives de gain aun point do et les attributions h i 6 r a r c h i q u o s
riotiver le refuse de l';ffaire. En vain le de ce personnel vient do i)ar'aitro dans la
Minislre des finances, M. Velasquez, dans Gazette Oflicielle do Santo-Domingo,
I'espoir do les convaincre, a-t-il fail tout qui n'a pas du Lire inmdiocremenot Mon-
expr6s le voyage des Etats-Unis. La Haute nde, si les gazettes officielles peuvent
Banque est deineuree sourde A ses belles s'ctornner de quelqne chose, de servir
assurances et a ses 6loquentes dminons- a la promulgation d'un r6gloinent d'admi-
trations. nistration publique, sign Roosevelt.









REVUE IE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Striclemeon, correctement, on aurait pu lion inltriourt e Id a TIpublique domini-
attedire qau i'operation A quoi lieni lone caine, et pour empicher I'inunixlion eu-
I'economie du,traitl( conomie, ir.mie des rophenne, ils y ont substitute let r propre
mots ) fwit italis6e, avant do le mottre < assistance .-- En droit, elle seinble se
en vigueur. Mais it semble quo le gouver- rduire A peu de chose. Los intervenans
nement des Ei:ds-Unis n'ait pas et6 moins ne prennent pas A leur compile la Dette
impatient dt rindre officielle son < assis- dominicaine ; ils ne la cautionnent mome
tance quec le g uinvernement dominicain de pas : aprs avoir contribnu A la fixer, en
mranifesler sa f'erme resolution d'aller jus- se donnant, d'office, le mandate d'en coio-
qu'au lbout de son Nventnre. trI ler Iihslmens, ils or-t simplenmen assu -
Co simple flait su'fil it indiquer chez los ,ne !a lache'de percevoir les leveuus qui y
deux I a t ie s contraclantes l'intenti. n sint afieclfs ce d'en assurer lai rparlition
de tenir leur accord pour complete et di- ienire s ayan--'iroit. 11 est vrai que par
finitif, indcpendanmnenntt de la -ulution 1I' gouvc ier ienti dominicain est allh-
do l'emprunt. Norw sommes dis lors auto- g6 dM ia parlie la plus pinible de sa be-
rises A examnier les conistquences pos- sogne goivcinemenlale. Declharg' du sou-
sibles de la convention, come si les for- ci doe hire rentrer I'argent qui doit servir
malits qui relardent encore la venue des at son entrctien et au paiemeni de ses
fonds qu'on s'en esi promise claient dc- dettes, it se Irouve dans la position d'in
ja accomplices. !ionnele rentier, n'ayant plus appalrem-
ment qu'a so prIoccuper do proporlionncr
La forme de concours priet par los >s depenses it ses revenues.
Etats-Unis Ai la Rpubliqii dominicaine, .Aiis pour garantir l'efficaciti de lour
sans consttluer tne espice nouvelle dans missionn, les assistant se sont mflinag6
1'histoire des relations internationals, so,' t'is moyens d'action, qui sont autant de
classes pourtaiil A part, pour peu qu'on so restrictions a la souverainet6 de la nation
mette en regard des circonstances ou il assisted.
s'est effecitui. D'habitude, lorsqu'un Elat 1P La dette publique no pout plus Mtre
se reconnait iimpuissant a remplir ses en- disornais augmentle ni les droits de doua-
gagemens, ses creanciers convicnnent nes modifies, sans leur assentiment.
avec lui d'un mode dte rcglcment, et s'ils 2o. Le personnel propose a la percep-
s'avisent de 1o dessaisir do 1'administra- tion des recettes douaniires rested i leur
lion de ses revenues, c'est pour lui subs- nomination exclusive et sous leur seule
titter des mandautaircs, nommn s par eux d6pendance.
d'un commnun accord. li, rien de tel. Jo. 1ls so reservent d'assurer, on cas
L'EtatI ih!itci;., '.ulant prevenir l'action do besoin, la protection de ce personnel,
callelcivex deI( ,.oI.,> ruemens don't oc r,- de la fagon qu'ils jugeront la plus con-
clanmaicit ses creiaciers, s'est adressl ;I enable.
I'un d'ct iir (ix, PIon pas mime a celui' Avec la brulale decision et ie didain
qui reprisenitait it plus forte critance, des sublililes ptiolocolaires qu'il aime met-
inmis qui consituinit la i'orce la plus pro- tre dans ss iss ll diplomaliques, 'Oncle
cii', t I li la dcnii:ndi Ixclusivement son Sam a tenu i affirmer sa quality de suze-
;ii(op [poior ccnireir les autres ~1 leur fire rain. < Ti as implored mon appui, en rai-
et.iiedrte reason. Ln ilinret de muluelle son du droit de lutelle que tu nm'as re-
sauive:a:rd!o (t'!r pays voisins a 61d invo- connu sur toi ct sur les autres qui seront
qtu ci! i';o nr de la i mldiitlion, a I;aquelle dans ton cas. Je veux bien te p.I', :
la masse det ;eca!amans n'ont pu ou n'ont nais il demure entendu quoe t seras, ei
ose so sonstir:i,'e. La question politique a' rkalild, co qu'atteste ta demarche : mno
iiiisi domain' Ii questionn liuancie~ce, ect c'es subordonne. h)
d'elle, ai v;i i iiine. quce 'incidieil fire la] 'est une administration entierement
p(leie qui lui a 6le universell'iment re- autonomy, un veritable Elat dans l'Etal,
conuue. Les Eltts-Unis n'ont pas vonul qu'organise, sous le nom de Recepioria,
laisser anx puissances d'Europe un (Service de la Recette ou de la Perception)
jirdlexte i s'immisccr dans l'administra- Ie RIglement g6ndral, don't on lira plus








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


loin les clauses. Que cello organisation ielle de celui qui lient les clefs de la caisse.
concordo cxactement avec les Lteirms du i ue pourraient centre lui leurs plaintes
trait ct y soil rigoureusement impliquee, et leurs rdecriininations, isutout si elles se
je no me .lItl_.. pa;s doe l'tablir. maiis procuisaient A uno Opoque do refroidisse-
tello qu'elle est pr6cisec dans le R.'._ ,,mnt dans lours rapporls avoc les Etats-
menw, ele clhapp e A l'action directed du Unis ? Il no reslterait ainx malheureux
government dominicain. Colui-ci nopeut assislds qu'a dig'er' paiienmment leur
rien sur le personnel do la Receploria, digrice, on i fire un coup do tdle, qui
qu'il I); nomme ni le relvoque, et don't risquerait d' i,, ., !lcur situation.
in rNlribiuion est operie par to Receveuri Sons done nous motions ici les choses
'nral, l'aide i'nn prOevWient maxi- an pis (i ne visios qli'un cas oxlrdme,
i:n d!e 5 o0l su: les recelles. N'oni par imais qn lia provision d'une Loll dventua-
au p'lorlivcimeont qiue les fonclionnaires tile ita-iss e 0le ouvi'lernemtO lnt do:niinmain Ai
employi:s, omines ipr 10 Pr si&dil des pen pr.s dMsri. A cia indhije a;vc, qunl
Eas-Ui!is. oil la ie Rt vetur, avpc s;, iti l aJ fial d srot'o iis : U;\!vr1r, pour
ratitic:ii.n. Pour l(ti(s !es questions ; garder sa li. i'. -s v ,, cc d1e ia for-
seI\ ice, i, R l'c vt i--g ,ia ral, oi a so dci- it, e cainin; i tra iv don! ii vicnl 'it ;l.', dts
fauml. Ic g lous-Re veur, Ideid'e ro i ;oirc- i rc;is do i ISo yr i'e in :';: iaS.
mflten ci cs d'urgeincl, auni a eAn ri veofr UI autre motif d'itst;.i; p;;ow p -
ensuito Il i Bureau t ds a ifires isulaires. vosini rdsuie dW oi l W U qu :'c:,l i.-rv, %
Si ri1n n1 press, il delere i l 'mb ie l'ai- son puissant ltniur do prniidr'e ;n ias o
fire au Bur-, ;!. .,eo Bureau des Alttires troubles cvils, ioun ls is,; i~iU.s s>s-
insulaires,qui rtleve di u t )i parltmenit d'Iala cYpHibles d'asure i ;;ie i ;i..;on (;;i ce
'est pas autlie chnse que la Dre'on I aux ages de la ieccpiri:i. :: pt i ii'.,
des colonies, le Colonial office ia: l; 1'entremise des Eiats-1Jits, don: le0 ~u-
Rdpublilne dloilde. vernentmei fdidral alpr.i ;oul I'oppo(tu-
11 device t ici e viritabie rI gunatleur des unil, devrait so liamitr c co'!lle iroti action ;
finances iduminicaints, I'arbilre dos con all is qui peut uprivoir o n:r'T ma une
flits centre le gouvererneni dominicain el intervention armni, on p)i;d i;,urrce-
nl Recpltoria. -- Conflits hypotheiiques, ionnelle ? Le fail elst iqu smcri orora le
dir-l-on. -- Mais nitr un p ril i'est pas Cabinet de Washington, s'ii jnuga nices-
I'abolir. Nons avons pay pour savoir que, sairo d'intervenir, pourr:ail poer des bor-
entre un gouvternieient limited dans ses nes A son action, a !ab coin(dition qu'elle
resources et un Elablissement stranger s' i.ump i,'i,;. n td' desir sincere de no
charge du service de sa trisorerie, les pas empieter sir ies droits do; la nation
Smialententdus >s sont tloujors possib!cs. assisted t d'une ;dpiga tc ii invincible
En par-eil cas, lorsque l'Elat n'a en lace l'ig;ard do tout agrandisseml t t rritorial.
de li come co-contractans quo des par- Voili, coriles, un tableau oiA les cou-
ticuliers, il peut encore marquer sa supe- leurs rianifs n'abondeun pas! '- "us avons
riorile, on reprenant le d.pit on la libre cru do notro devoir d'en accuser les
administration de ses fonds. Mais imagi ombres, ain de Ies ren Idr sunsibls a la
nz, dans e syst acel s o sde admniniis- vigilance dies intlresses.
traction domnitcaine, un Recovour-g ndral Si, tout compte faith, la R.publique do-
qui, pour une raison on pour uine autre, 'minicaine coiseIrve son aulonomie politi-
croyant avoir it so plaindre du Pr6sident que, on no pent se dissiomhlr que cotu
de la R6publique on de ses miuisthes, se autonomic. no soil diveoiiue plus .!ifii,.-
moetrail en tale do leur ilre aussi ddsa- a preserver, sons te regime inaugure par
pgreabl que possible. Fort do ses attaches la convention du 8 fevrier. Mais do lI a
dans te monde official de son pays, afOec- tenir pour desesp6rde Ia situation de
tant de se toenic A la lettre do ses instruc- nos voisins, ii y a loin. Que le gouv(r-
lions, entendues do la fagon la plus dtroite nement de Slo-Domingo, profilant du rd-
et la plus d6plaisante, il no pe drait pas glement opernc avoc ses crianciers, on fas-
une occasion de fire 6prouver i ss s ad- se dater uno ere nouvelle d'ordre et de
versaires son autoritd, I'autorit6 tres r6- r6gularit6 administrative; que les ressour-








REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


ces ie le credit par 15 recouvrds soientem- lion d contenir toute ine srie de faits
ploys A metire en valeur les richesses na- complexes. La vcrit est que chaque peu-
turelles du pays et l'intelligence de ses ha- ple a ses qualitds ot ses dfauis. 11 y a
bitans, a career du travail pour lajeunesse (d braves gens dans tous les pays, et it
inoccup&e, a dvelopper la production, A no depend que de leur i; .,. I,,. et de
faciliter le pacement des matiires expor- leur nergie qu'ils s'eulendeit !onjours
tables sur let marchls strangers, 'on pour le bien.
aura la surprise do voir sortir un bien ois n ui puiss ou e
durable d'un expddient pour le moins ha- e lvois ren qm pu1sse nos enpe-
sardeux, plill prnro. : provo(qer le chir, laitiens et )Dominicains. de nous
pires appl;'he!sions. Ce ne erait pas la n'ir' pour la garaltie de notre indcpcin-
premiere fois qu'une nation. rdduite par dance reciproque. Nous y avons ni
ia force des circonslances, A donner, on dilei''l. ;e serait faire ijure au ion sens
garantie de ses det!.s, livpolhlque sur sa de nos p.U anils de supposed qu'elics
souverainelt, troupe .it 1 n oi ilc-me- l (.e i 'n edtre convi ncues La so-
me la vertu de se lihLrer, parce qu'elle lidaliti de 10 ne nations, que Ic concours
l'aurait voulu. Pour obtenir des success des vn""'"lnshitoiiques a fixees cte
de cel ordre, ii suit d'un lioimme de cceur 1 cote sur e territoire de la meme ile,
pregnant en pii sa patr. a terr est un fail dont on punt s' affliger on so
pregnant on pilid ,a petrie. La terre du(rn ou0
Cacique Ilenri peut on produire encore. Srjouir, selon son hulioeur, tais qu'on
no saurait serieusemenut contester. (C lait
Les peuples ont pfois des falcons pi- devrait s'imnposer d'une 'facon constant
quanles de so marquerleurmesintelligence. ; la preoccupation des homnies d'Elat de
Les fibres d'un do nos parasites sont nos deux IRpubliques, come dominant
ilos difficult6s de detail, les ...... geuces
qualifies diversoment. selon qu'on se dffcus d ail, ls i ces
trouve de cc co6t on de l'autro c6te de vues particulires ou accidentelles:
des frontiers : v. Barbe pangnol ) dissent tout le rest en serait facility.
les Haitiens.- C!.- illc haitienne ), Uue seule question vtrilablement nous
ripostent les Dominicains. Pour bien ju- diviso nos frontieres a ddterminer.
ger, il faut comprendre ; et on ne corn- Est-ce une question qu'on puisse dire in-
prend bien quo ce qu'on connatt. One soluble .
connaissons-nous des sentimens inlimes, A en croire certain hoinmes politiques,
del'olat d'atme du people qui partage --plus nombreux, scmble-t-il, Il-bas qu'i-
avec nous Ja possession de notre ile? ci,- elle n'a de chance d'etre itranchLe
Parce que rnous n'avons pas fini d'd- que par la guerre. Mais examinons les cho-
pu.is''r In reIsei've des generations qui, a- ses d'un pen pr6s. Une guerre, dans le
vainl ils .ire0:, ixni pirouv6 la bontd nour- cas d'un antagonism irriductible entree
riciOlrt d ci ::' in:omparable, nous nous Haiti et 1'Etat dominicain, anaurait la va-
revollonjs des frdqucns acces de ddlres- leut d'une solution quo si l'une des deux
se idu Tri t1' or doiii;icaini, et abritls sous le RIpubliques Mlait assez forte pour ecra-
soiuveiliii' ies i'roques criealeurs de no- ser d6finitivement l'autre,et en l'absorbant,
it!. !;! ion! !ie, n:5,s incrimiinoos, come ramener 'file tout entire sous une ie-
iIne ti ;lhiioi ever' s eis aciires, ses re- me domination. llormis cette hypotheses,
c:i::' s cI: pinlisans ai'olr stranger. De Icur don't personnel ne mdconnaitra, j'imagine,
eL;'1,s ls Do:!;in;icains, i;prce qu'ils clan- le caractere actuellement chim6rique, le
gPn! plus saovent qiue uous de pilote, vaincu, plant qu'il lui resterait I'espoir
croienlt. niv\igo r sur unie mer libre et d'une revanche, continuerait d'y travailler
miiprisentI 1.: :icili d avec laquello: 'nous de lout son pouvoir, dans les instans do
nous rem'loniisl d'habitdi l at nos gou- tr6ve. Trdve illusoire d'ailleurs, car sur
vernans du -,oin d'agiv, de parler, de toute la line frontibre, d'une bourgade it
penser, d'Yire t 1 I'aise et d'etre joyeux l'autre, d'un post au poste adverse, les
)pour nou-. hostililds se perpitnuraient. Le malaise se-
Metions-nous des formules, apprises et rait tel qu'il faudrait tonjours recommen-
ripdtles sans control, qui out la prdten- cer i se battre, jusqu'a ce que le duel so








REVUE DE LA SOCITITE DE LEGISLATION 97


rAsoltt sous !a botte du gendarme [iran- giiante aurait vit' fail, en ui ply g1u-
ger vernd par l'opinion, do Ihs 1rapp ler ;u
--On m'objcc'e que les Dominicains, respect do leurs obligations lt..':taii na-
dans la rev'n W icat!u:i d lIourl' pri lntions, les.
6tanl desornnais ass:iris id'etro soutenus
par los Eiats-Unis, n'a on pas a redouter
'issue de la lutto et s'y pripar'iront avec Q(uo sera dans l'avonir ia politique ii-
d'aulant plui- d'-ntrain qu'ils vont pou- pirialisto des Etlas-Unis ? J,I no :-a Ihltte
voir disposer At ccilit: f des resources pas ic pouvoir o' dtlinir I 'avaince.
,le 1'cmpruinoi en course. Aucune diversion, lais si l'on vyou biin consider cr'iti pou-
;ijoute-! -oi, ne servauait niui x l's iinti'cls litiiqie dans ses donul es aclnelles, il est
politiquies d: giJv'tinimclni actuol, qni,p Ipcris d'aflirmior iproiOe it( c,)up sCir
dans i'xlalalhon i'ntlhousiasle d'ne gnurro qi'une guerro etre Ihitiois et lDmini-
iiaio aei', so riferaii utui po)pularitu cins n'aurait pas 'approb.tio de ia W 'grn-
.,its c'ux qui prop igutL s:iii.s ril,'xion do R.publiqu -d l 'Auinlrique Nord. Par
cos ru alarinis't raisntne t coll- ,conire, hls Ei[,ls-iUnis, pli ont l,'ltirni-
me si;.e lion 1i i rit:itacL e Repuhliquo n0 Li contliisioin do la p ix ojint:'n Ii us-
domni tnicine a l'Uniu 6toil-, comport-: sic et Ict ,apon ; i qui L's cinq i )iipubli-
rait I' blini ion pour 10 Cabinet federal ques dte 'Amnfriqun Cnitrale do'vrson:! leur
do prondre fiit et canuse Idaus tonics les prochai li entlene ; qui ont provotil la "
querolles, bouncs on mauvaises, de ses reunion de la second C .. .I dre la
uouveaux ;!iis. Or, co serail, on en con- Haye, oi !eurs deli0guis so ;'),i p)osds
viendra, ueic consLquence a'sez bizarre comine les chanscl pioi s dte l';ia itrg intr-
de l'assisance pride aux Dominiic'ds n'tioMal, nous vwrraienl. si j in me Im-
qu'une io ,I ot 1'Elat assistant ve lrou- pc, avoc saiisfaciion coollr : i,'-; arbi-
verail. l a la remorque des assists, trcs lc-reglcme.ontt d uonW re 'to nicillo dili-
saus que sa decision y fiA pour rien. Sup- mitation de fronltiires. II n'est niine1 pas
posons plut o, come il esl uaturel, qu'oa n lhmiaire de soutonir quo toiiut initiative
eut preialablemeniso!licitisaparticipation : semblable, i'm:intde do l'lne det:dux IU-
voyez-vous les ihoinies d'Etat de Was- pub!iques, aurait lcur siniccre appuii.
hingion prtiant les mains a une entre- Par quelle raison plausible so jusltiie-
prise a: mde cotroe uue nation annie, pour, rait le refus do ie:i lrdtdliluivtem';nt cellt
l'innique plaisir di conquinrir anmx Ihlinfi-l voie honorable conciliation, dtja )pri-
ciaires do leur protectoraoc fiscal des fron- vue dans uu arrangimetii, qui in'altnd,
ticreo plus oiidues ?i No craiudraient-ils; nous dit-on, pour itre xecut d on tou-
pas, an d6b d'ut i'n experience qu'ils soe ts ses parties, qu'un oeu dtc b;n vouloir
sont plu jusqu'ici a parer des cou!eurs les de la part do nos voisins ?
plus rassurautes, do so ddnoncor ao ; So- Los Do niicains s'inqui Eout, paraiL-il,
nat des Elats-Unis, aux Rdpubliques du dudbordlement lent des populations hai-
Sud-mriqle, A opinionn des Deux-Mon- tliennees par-dsol los fronli6rCes, i pour y
des, come une sort de F'iibuste inter- opposer unil falo d de digi,, ils out ri-
nationale, courant isouss un masque hu- cemment imagiMn de sornor, Ic long de la
manitaire .des arribre-visLes d'expansion zone envahie, des immigrans de race blan-
territoriale ? Et qu'on ne me rplique pas cho. Mais si le phlnomino don't ils pron-
qu'ils auraiiit I'adresse, tout en feignant nent souci tient a la force onaturellc des
d'observer une neunralild officielle, de fa- choses, ils perdraient leur temps A essa-
voriser secrtemeni nos adversaires! Ce yer d'en conlrarier le course. Est-ce par
ouche procid6 irait trop ai l'eucontre des expediens d'nue porteo aussi restrein-
des inspiration s de leur polilique te qu'ils nous empechernient d'avoir A
g6n rale pour qu'il ne leur scmblit c6Ie d'eux,sur une Mctidue deux ois rnoin-
dangereux d'en user. Le jeu, commne on dre de torritoire, on tiers de population
dit vulgairement, n'en vaudrait pas la en plus ? L'expasion hailienne cessera de
chandelle. Que si pourtant ils cedaient a leur etre ua cauchemar, WI jour oi les
la tentation, une diplomalie avisfe et vi- deux peoples, s'6tant fixi les limited ju-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ridiques de leurs possessions respective, los limiles ii,. par la Convention du 8
auront confondu leurs aspirations an point fwvrier 1907 centre les Etats-Unis d'Ame-
de no former qu'un coiur et qu'une aimc. riquce t la lidpubliquc dominicaine ; il e-
Et c'est a quoi doivent tendre les efforts xe.utera et fora exdcuter lout ce qui est
combines ds d bons ciloyens, qui vou- prdvu dans ladite convention.
draient enlin los voir, appuyes I'un sur Le ecovcur-gondral dounera caution
!'autre, interroger d'un regard plus forme dans la former et pour la valour d(termi-
les perspectives do l'avenir. ndes par le Chef du Bureau des afl'ires in-
GEORGES SYLVAIN. s ulires.
15 Seplembre 1907. V. Le Sous-rccovenu g(6eral assisiern le
R[tecveur -gura! dai'.s i'accomplissement
-; '1 r s 5 de ses dovoirs el pour lo' ii cc quii reieve
i .s.t 'E I1 :: I T du service die la percepiou, e la forme
que determinera le licoveur- gdndral ; en
devant r6gir la Perception des cas d'absence on d'cmpnchement do ce
Douanes dominienines, i situea hncaer, i Sous-Ii c: i-o 'iilal rempii-
en coufornit6 de Il Convention ra ifoicoio. o ; 'c" our-gi:al et
du 8 fvW iert 18907 entree le. Etats- yssui-era sIis lr;ii !ei formnl, les res-
Uris d'Aminrique et la Ripubli- ponsabililds dal siics ionetions. Le, Sous-le-
que dominicaine. ccvcur-_. ..i 1i doinnra caution, daus les
mimes conditions !iiqe Ic rlece'eur-gd-
1. Ainsi qu'il est prvu en I'art. IV dLe Ia ral.
Conventioii, As comptos dii lecovour-ge- 1. Le cccvcii r-a;iral piera toules
ncral seroeit prusect s it la Complabhiliti g- los iipiinses niccssyidrs ot appronvies du
nerale de la lipublique domniicniiie ct au se rv icce de la plcci, cn iai qu'elles so
lDearcinent d'Etat des Etaks-Unis at se- trouverout juslifides 0e renfcrmies dans
roni souniu ls alexamon o a ia t,, lts lim ilies ixes par la ConNveniion.
du Bureau des affaires insilaires, qui nura La soimme prde pour < d)penses du
ic coniirO!e inmdial et la ri'gu laris: tion service de perceplion ), i.quello ie doil
du service de la RIecoioe, sou- la direc- s excder 5 o/o, conft'riioment a Fart.
tion ct suivant les instruiliions qu il poor- i: e e la Co venotion, sevira uiniqueiment
ra recevoirdu Prd'lident, soi diractemrno, ,a payment: des dipensem e la seion
soit par lorgane do Secrgtaie di E.t. des ,,ans dIn ureau coei0al de la Io-
II. Lo Prsidest desL Elts-L:i; iiinpra cte, dos ag spciaux doe adine se-eion
et fixera los appointk:iiwen du l.ceve'r-a e da c llo its divzvs tdonias de la i3-
gtndral des douanesdomincaines, do Sous- public, nommis pr le [c.'; :enr-KgOd-
31ecevur~-gindral de ds touanes dominica-: ral oa par toule aulte iulorile conltp6it .ie
nes, ainsi que des autres employ's d de u gou\cvenimien es Ei la;-islis.
douanes charges du service do la Itecette.
En cas d'urgence, 1e iHecveur-g6ndral VII. To les ls d lise"s ol sorlies d
pourra fire des nominations provisoires fonds qu'. i .ura 1l Servcii de dla i(-
el dcs changemens motives, qui seroil son- cete seron cover lo par dts pi(ea jus-
mis ia 'approbation du Prisilieni des E- tificativs en dnulic:la. Un double de cha-
tats-Unis. lque piece justilicinive sera relteon comi e
I11. Les cautious que le service do la Re- taisant partie es archives d'I bureau con-
cette croira devoir exiger, sonf d'autres trail (o la Hecel'e A't I'autre double .era
dispositions du present riglement, serout transmis au (ouvernemen dominicaii a-
fixees par le Receveur-gineral ct seront vec la reddilior de comptcs y aifeontl..
soumises a l'approbation du Chef du Bu- VIII. Tons lives, registries et comics
reau des affairs insulaires. du Service de la Receue resleront a l;i li-
IV. Sous la direction du Bureau des af- bre disposition des employes, d(signds,con-
faires insulaires, le Receveur-g6neral aura forim6ment i la Convention, soil par le
la charge et le contrdle do service de per- Gouvernomeut dominiinin, soit par le
eeption des douanes dominicaines, dans Gouvernement des Etals-Unis, pour les e.a-









REVUE IDE LA SOCIITIR 1DE LEGISLATWN


mine!', les inspector, les reviser, on n'in- laires, loquel f'ra aboutir audit lBnrean un
poito quest lemps. I rapport complete de ses observations,t telles
Lesdits livres, r i-l r' et competes cons- lins quie d droit.
titueront les archives pernananles du Bu- XII. Iepuis le ler ao'at 1907, datr' oh
reau central de la Hrcette et no pourrou entlreroon on %' k." i., i les presens rigle-
en dtre enloves. mens, jusqu'i Il'epoque (ide par la
IX. Le Recevour-go.ineral, et eon son ab- Convention pour 1'execution do l'arrango-
sence, le Sous-Receveur _.',' i'. reml iran lent inauticier corrctpondanti, Ic It rveur-
au Bureau des Afflires insulaires et au general en son nom et en sa quali "t dt
goiverlnomlent diominica:in les inforiations lIceveur-giin6ra., ouvrira un nouveau
suivantles. conmple et continucra a disposer des fonds
a) Le lor do chaiqute inois, on leo plus qu'il recovra, de la mininio facon qli'il en a
tit possible apros ceite dale, les comptesous juslsqu' cellte date.
ralatifs it [outes les opr;'hions dui servi ce (SigW) T MoOHE: rOOSEV.
de la [' iecelI acco!nniies dii drant le mois )....... .._..._ )S. ,
a tn ~ t e r 'i c u rl l '. ] '~r i "'
b ) Lec for dCe crh:ie mois, on le plus 161,i V' I 1.t''
possible '. cet l date, un 6tat collec-
lif delontM, les recet!es el d,6penses du ser- SOU-. 7EN i HISTORIQUES
vice des douanes de Santo Domingo, elie(c-
tunes durant Ic mois onldrieur, accompa- ( 867-1870)
gndes (' uu r osun!t relatif a clhaque port suite
de la Republique separdment. X
c ) Pour lcs deux srmestres do chaque e
annie, ichiant le M) decembre, et apris e Trou.
ces dates le plus 1to possible, les notes Le o vou qu de souvenirs attachds
statistiques relatives au commerce do la a ce uom !
tl6publiqu; Nous vy 6ions venns d(ej deuIx Iois
d ) A 1: ln de chaquo aiunde fiscalC, At depuis le commiencemenit dte la ca lipa-
partir de la date ou auiro:;.i coimmonc sons gne ; nais la troisiene fois, cc devait
le regium de a 'onve\i!ionl les operations 6 tre pour voir s'accoc3 plir l'aclte e plus
du service de ola itecoete, on le plus lOL illogique, le pltus inutile, Ie plus coni-
possible :tIrs cofteto Ochl:;ce, 11n 1r t ga- promettant qu'un Chef d'lEtln puisse r'-
n'ral r!e loultes les itGraions du service ver.
de la ilecelte acoimplies pjndaut 'atnee Salnave n'ignorait pas I'tdat dot pays.
00couldc, avec !ous les ronseignemocns ac- Les Cacos, repandus dans l'Ariionlte,
cessoires et routes oes qc so-slions jd se- dans les solitudes de Yallire, du Ter-
ront 'i-.'-, uiiles. rier-Rlouge e du Grand-lBassin, ne man-
X. L, Ireceveur-gendral dIlaborera .el quaint pas d'elre pour iui un sujet
promulguera de temps ea icmps les r-1,._- d'inquie~ude. Aillcurs, ses adversaires
means additionnels qu'iijugera utcessaires politiques, profilant de ses fatiles, sa-
a la march rdgulire du service conliA ii paint si activement les assist: de son
sa direction ; ct copie desdits riglemens Gouvernemenit, qu'il avait jug6 bon de
et mandemens sera expudied l plus 16t pos- aire publier, le 17 fdvrier, on ordre
sible apres leur pi.nl" lld iI ii au Bureau du jour en manidre d'avertissenmnl.(1)
des affairs insulaies, restant les uns et ( ) Le gouvernement est tres bien informed
les aulres soumis at 'approbation du iChef que des malveillants cc des propagandistes
de cc Bureau. mal intentionn6s circulent dons lcs canpagnes
XI. Quand la clreCssilt en sora reconnue des bruits absurdes ct alarmants, tcndant a in-
et an mnoins une fois chaque annie fiscale, quieter les populations, trouble la tranquil-
t 10i publique ct A diviser &a sociAtW, en traves-
il sera fait i Santo-Domingo une inspec- li publiue t a divisr a socit-, en traves-
tissant ses intentions bienfaisantes et ses vues
lion el un examen personnel de touss l liberales et pacifiques. etc. ( Ordre du jour du
comptes du service de la Rcettle par un 17 fevricr 1868. Voir Moniteur, 22 fivrier
representant du Bureau des affaires insu- 1868 ).'









100 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

Ce fut pourtant ce moment-la qu'il vees ont kt6 ravagees, et que de pres-
choisit pour fire un coup d'Etat inoui, pque toute coltte elle et fertile plain
propre a d6router toutes les provisions du Nord, agriculture, 1'unique ressour-
politiques. ce de la population, a entiurement dis-
Bonaparte, Petion, Soulouque, Napo- paru ;
16on 111, sans parler de bien d'autres, a( Considerant que le Pays, en face
avaient, de leur propre autorit6, chan- d'une ruine anssi imminenie, a hesoin,
gd le regime constilutionnel qui les g6- pour le saver, d'an concourse imme-
nait; mais c'dtait apris qu'ils avaient diat prompt et vigoureux de la part
vaincu les parties, on qu'ils s'tlaient as- de tous les vrais patriots ;
surd du concourse des circonstances, for- a Considerant que l'ordre et la paix
ce bien chancelante, mais rdelie et sou- sont les conditions unique, essenliclles,
vent imp rative. indispensables au developpement de
Salnave pouvait-il se flatter d'avoir tout progress t at la prosperity de tout
pour lui cette force ? Avait-il vainc les Etat,et qu'il imported de realiser ces con-
partis? Les circonstances lui etaient- editions dans !e pays. au cotl de n'im-
elles favorable ? (. K: .", pour avoir porirte qmeu! s:crifiie, pour cariver au
sculement, en 1863, dissous constilunion- bonheur gOnrial ;
ncllement la Chambre, avail vu ses arpis u Considdrant qcle I but que s'elaient
so turner centre lui et acclamer la Rd-'proposes les legislateurs dI la nation
evolution don't Salnave lui-mnme avait dans la derniice (onslilnui.n de mil-
6d le chef. huil-cent soixante sept, en laissant un
Cependant, Ie 18 avril 1: -,tous les pouvoir Ccour'l el rtIlrdci aux mains du
officers qui se trouvaient au Trou fu- :hlf/e I'Elat, n'a pa s et alteint, dans
rent c con uts pour tentendre la Iee- ce sens que I'autorite executive, ain-
lure d'une petition, adressde au PrI- si rddute et circonscrite dans d'troi-
sident d Haili au nom de l'(rmne. Voi- t[e limiles, an lieu de faciliter le deve-
ci en quels termeselle 6dtai rIdigee :oppement du progres et i'avancement
q Nous, officers, sous-oflicieis et ,ol- de la nation, a plot6t, en :aminles cir-
dais de l'arm6e, constances, enhardi les factieux, les
a Considerant notre situation pAnible ennemis de 'ordre public, n leur lais-
durani ceie campague qui date dejis an,! Oesp0er l'impumnid;
de plus d'une annee lemoins des efforts Considerant qu il est de notoriete pu-
et de routes les measures de conciliation blioue et d'experience aujourd'hui ac-
employees par Ie Gouvernementi pour q i', q:e Aourr arriver a reiablir 'or-
arriver A la pacification entire des re- duc el la s curite ans le pays, lc res-
belles, sans obtenir jusqu'ici le rsul- pect des !ois et d:s propridlets, li Ira-
tat ddsird rdlldchissant sur les causes vail, 1aboandnnce ot le h:nheur, il f ut
et motifs uii ont pu amener et loldrer au Chef tde EI'1l unr pouvoir inconles-
dans le Pays, ce triste dtat des choses ;It, n'ne autorit6 unique el pnissanie a
a Considerant que des facticux, ddsan-' lA s, qui se l ssP s:eni avec 1mesure
vou6s par toutes les classes de la socid- et sagesse, mais avec cleri[it el sans
id el par routes les localilds du pays, dlibra'tion, pa:tout ~l I'oridre et 1a so-
se sont organisms en bandes, el mecon- cid peuent ltre menics ;
naissant l'autorit6 l6gitime de la nation, (( Consid rant que le Pouvonir Execu-
rdsisteut a mains armies aux lois et so tif, dllimite c deermind commie ii est
livrent sur tous ceux que le malheur ipa01 la pr6sente Conslitution, no respond
fait bomber en leur pouvoir a des actes pas a ce besoin urgent de la society ;
de cruaunt et de barbaric qui font fri- < Attendu qap'en ce moment nous re-
mir; pr6sentons ici de faith la soci616 mena-
< Considerant que toutes les localilds cee, et que, venns de routes les parties
ainsi menaces par ccs facticux sont a- du pays, nous sommes appeals a nous
bandonndes, que les travaux commen- defendre et i le sauver de ses ennemis
ces sonl d6truits; que les terres culti- et do tout ce qui peut contrarier sa




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs