• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Errata
 Avril - Mai 1906
 Juin 1906
 Juillet 1906
 Aout 1906
 Septembre 1906
 Octobre 1906
 Novembre 1906
 Decembre 1906 - Janvier 1907
 Fevrier 1907
 Mars 1907
 Table of Contents














Title: Revue de la Société de législation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080974/00011
 Material Information
Title: Revue de la Société de législation
Physical Description: v. : ; 29 cm.
Language: French
Creator: Société de législation (Port-au-Prince, Haiti)
Léger, Jacques Nicolas, 1859-
Publisher: Impr. H. Amblard
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1892-
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Law -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1. année (le 2 avril)- 1892-
Issuing Body: Publisher varies: 1892-1894, Imprimerie de la jeunesse.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080974
Volume ID: VID00011
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001109456
oclc - 18691953
notis - AFK5956

Table of Contents
    Errata
        Errata
    Avril - Mai 1906
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
    Juin 1906
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
    Juillet 1906
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
    Aout 1906
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
    Septembre 1906
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
    Octobre 1906
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
    Novembre 1906
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
    Decembre 1906 - Janvier 1907
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
    Fevrier 1907
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
    Mars 1907
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page i
    Table of Contents
        Page ii
        Page iii
        Page iv
Full Text



ERRATUM


PL.ei' S. t.'2 colony. '1' line ;in liHeu
di- : ..... e c,)llid(: u;l t le propri('tuire du
Tr'ofondi lirr: ..... con.sidu'rant le pro-
.lrilAiro de la surftacie- diu -ol)I cu(nime
propri'.ttaire (ILI tre.f'>ids.














REVUE

)1E LA


SOCIETY DE LEGISIA TION

Prai.wn/ /e 2 dec chaue Moi''.



Corit6 de IDir-ectioxn et de CIC edaOLti on


SO.LON ENOS .
LA.Ml.\TINlnIaR DENIS
Eli. II RAUX .
M:.XIMII.Is LAFOREST.
GEORGES SYLVAIN .
i. BARON . .
.1. BOZON. .


SEC:1.- il, (,.N' I .LR..
T RI'tSOME!E:.


SOMNMA RE:


SEANCE DE LA SOCIIETE:
. Reunion du 14 Mars 1903.
a. !, C( mnunieation de M.
b. de M.
c. -- doe i.
1. R,"ponwes( do MI. Ie Rap-
pojrteu r ................
ii. Loi sur esnattributions des
Secr~itiahies d'E;tats .......


Card:'re
Dupuy
GardOre

Bouzon


1I. Loi rare............ ........
VI. Biblio;,raphio ...............



/t[Mihin dtu .t M.rns 19i~ >0


PitR SI I)N:!c DE I, SO;,'.)N !K:NOS.

Pr,,ens-- : M. Mi''ii-', Maximilian
L.rs, Edlio n r 13:i: r Georgis


Sanction cldu proccs-verbadl dio t
Sreunion cduli. Fivrier.
M. le Se ture des communications suiva'ces":

i y',., lj';!lT ;.*) I DE I. GARDERE
P rt-au-Pi inc., le 10 Ftvrvicr .1906.
A lu S>cir / de Legislation
d\ t>!>',w-au-Prince.
s i';iT Pns.
[,e -]ppoi-t d1 ;Nsiataur Jnsl.iii 1niuZOU
sur ma c, mmrmIlai(,Cik-oi A la. Socit'`V de
L&g'isintinl, inK ditns li situation oft
se tro)i vait i'actiiu.ie iaron-l chlerchlalt f.
s'explqiic;'quer ce;S v!.-; do Coi,irncilll dans
T'ite et ,r.nic" :
I Fantt-. moutriir, M a : :', Ct si .procha dLii -rDme'
q Votreiluit'r ,,' .. 1 enCursitorme
A Que, los re.t.s d'ia f le qu; j'avais crn si tort
SPuissent dans quati'e aio rsso proOneottre sa mort?
No pouvant sni-i:' le sons d.' cotton de-
clavation, Baron s'adrcssa a Cornoille
ilui i1i anl\t va i'y riil, compronrdre.


Avni.-MA 190GX.


45' :\" :: N- 1 &- 2


PORT-AU-PRINCE









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATIO)N


Je n'imiterai pas Baron, car tout le
imonde n'est pas Corneille. Je m'adres-
s'rai plut6t hvous
Voyons done cc qui en est:
OBs son entree en majiere, Monsieur
Bbuzon pourfend-la distinction radical
existent entire les mines et les carriers:
,-La loi, dit-il, ( art. 5) classes en deux
a categories les substances minieres : 1
a les substances exploitables par gale-
o ries souterraines ; les memes substan-
a( ces exploitables i .ciel ouvert. Les pre-
,.tiennent A la nation. Les mines de la
secondne cat gorie sont la proprite6 du
x matter do la surface du sol. ,
Or,. l'article 5 n'6tablit cette difference
que pour les carrieres exclusivement.
Egn voici la preuve :
( Article 4. Les substances comprises
dans la classes desmines appartiennent
( la nation cellos de la classes des car-
Sri&res qui ne sont exploitables que par
,g galerie souterraine. ,
C'est ici 'occasion de turner centre
Monsieur Bouzon ce paragraphe-ci de
son rapport qui uli sied merveille.
En etudfant un texte de loi, il im-
t.p0orte d'avoir I'esprit libre de toute
(-preoccupation, autrement on en faus-
sera la portee scientifique, on n'en
< compreadra pas le sons juridique. ,
Monsieur Bouzon ne trouve pas de
contradiction entire le 2* paragraphe de
I'article 16 et 'article 21.
II peut avoir raison sur Pl term que
'ai employee et qui ost peut-6tro impro-
gre en l'espece. Mais, en principle, je
it'ai pas tort : 11 y a positivement une
contre-partio do l'article 21 dans le 28 pa-
ragraphe de l'article 16 et ce qui suit le
demontre :
Les articles 16 et 21 so trouvent dans
la section IIde la loi sur les Mines, Mi-
ni6rws et carriers et I'en-tele de cette
section est ainsi formulCo : ( Des actes et
formalhts qui devront pricder la con-
cession. -
Voici Particle 16 en son integralit :
(( Le Gouvernement fera cornaltre, au
Smoyen d'avis, son intention de conce-
Scder 1'exploitation des mines et carrie-
a res, afin de provoquer des proposi-
a tions.


a Touteoois, lorsqu'une ou plusieurs
p personncs mmnies de tous les rousei-
g gnoments necessaires sur une mine
S.pu carrier on demand laconcession,
Ic Gotuvrnement pourra accorder la
" concession sans qu'il y ait un avis. >
Co deuxibme pagrgrapho ne compor-
te-t-il p-a une dcSrogation i la l6gle ge-
neralo ? Et n'entralne-t-il Ipa-. logique-
ment, la suppression des formalites qui,
en cas do concurreilice sont d(e rigo'iuIr '
Romarquez bien que c'erst dans los sec-
tions III et IV ayant pour titre: ( Des
consequences de la coricession. ,, et Du
re6lcrment des indemnites et dommages-
int6rsts, que so trouvont consignees les
mesures ayant pour objet la sauvcgarde
des interets des propridtaires do la sur-
face du sol, do leurs creanciors et m~me
des inventeurs de mines ou carries.
On pourrait penser que los mots aavant
la concession ont leur raison d'8tre-
par I'incertitude qui regne prosque tou-
jours sur la propriedt des carriers, et
encore par une sorte do primaut6 qu'on
voudrait voir etablie en faveur des pro-
pri6taires de la surface du sol et des in-
venteurs. Mais les articles 13, 1, 15, 16,
17,.18, 19 et 20 s'opposont formtllement
a cette supposition.
En cc qui concern particulierement
les concessions de carriere, il va sans
dire qne l'obligation s'impose toujours
au Secretaire d'Etat des Travaux publics
de s'enquerir avant do rien faire si
la carribre appartient oui ou non A la
Nation.
Je retrouve au 3* paragraplhe de 1' *rti-
cleo 22 cs mimes mots avant la con-
cession n et li encore ils me sont inin-
telligibles.
Article 22. L'autorit.' administrative
prononcera sur cy. o!.rervations ou
( rcclamations,L moins (qu'il no s'agisse
do de decisions qui no snuraiont Cmaner
( qul dos tribunaux ordinaires.
Daus ce deernie' cas, I'affairo sera
porie devant ces tribunaux, soit par
a l'Administratiin, s-oit par la partic ad-
Sverse et r!',1,u'irra ce61erite .
( Toute, os contestations devront 6tre
r6gles av ut la concession.
S'la n'y a pas encore de concessionnai-
re, qucllo est cette parties adverse qui
pout plaider A la place de l'administra-
tion? Quelle est sa quality?
Monsieur Bouzon pense que, dans un
perimetre deji corn,,'-..1.;, le Gouvercn


___ l~_lr~









R E1ji. r sl6 SOCIl'ti:r I)E LfG ISL A 110 N


nfic'I.e u,'lU a cordC ,r ( I' iI lH >' .
-s tins a d'utrit'e I'ir oni.) i.u'a.l l'. --
i(.i 'i)l, ..-:ssi'inn r iii e. Que -fait-il al rts
(' I'larlice- 3?2 distant que
c'La concession done le droit d'occtu-
per tc d'utilis-ir touted nartie de la sur-
,.face qui sera niccsaire pour I'exploi-
> station Y? En outre, le concessioni-
naire pa-ye une -redevance antnulle a
I'Etat, lftant par carreau dc terre on par
kilometro carr', ce quii le colistituc, en
(4uelque sot te, fermitn du perim6treit II
paye aussi des indxemnites et des rede-
vances aux proprietaires de la surface
4i.- sol, co qui -reprdsente, mon avis,
des droit.s sur le terrain. Monsieur BUu-
zon ayant invoqu1B supr 1a question en
cause la 16gislation frani;aise, je pren-
drai la liherte de vousfaire une citation


lioriliello. nxe I,; 'aque aiinntp par It h!>u,.-
g,;,t de Il'tat.. cnrnme le.s anllre. contri-
liitir -ii, plibliilt.ie-, ne pent ."lever au-des-
sus de6 5,o," du produit net.
M. Bouzon .tIclaret qulia lloi haltiene'.
sur les MNirneu., iniires et Carrierres, per-.
mettant a: I'eianger de devenir conces-
sionnaire de mines o.u de carri6res e, st
inconstitutionnelle, pace qule la con-
ItI--qi.,ini le rend proprietaire do trefond.
Voici pourtant ce qlue dit la.loi:
a Article 26. La concession donnera A
< celui ou ceux qui I'auront obtenue uun
( droit exclusif d'exploitation, en vertui
-"duquel le ou les concessionaires se-
: ront proprietaircs des produit.s expldi-
< Article 9. Les products de ces mines
I et carri'res ainsi que les autres ohiets-


du Dictionnaire do LUgislation de Moni- i in"""'' lona c.lini'risncdans. ies alsp
positions no eFmrti ri s dens es i
sietir Ernest Cadet : sitions d article (
Ssont meubles
c 3.- Le proprietaire a la faculty do
-.faire dcs recherches, sans formality D:apres M. Bouzon, les contracts, pas-
< prealable, dans toutes les parties de sa sOs entire le Secretaire d'Eat d:s Tra-
pr.,priwite ; mais ii est oblige d'obtenir \vaul publics et les.ayants-droit pour des
a (ine concession avant d'y etilli une coicessions vites par le Con-eil des Se-
(C exploitation. Dans auc in cas, les re- .:ritaires d'Etat, sont nuls, parce que Ja.
I clierches ne peuvent .tre autorisces loi place Yes mines et les carries sois
plans s un trralill 1j'. concw6. : w l le contr6le du Ministre d1, I'intOriur.
<( L'Etat n'h.'allit, rie du tout, no fixed L'acdminit-ralion des min.e c. nriri-
rien ) dit Monsieur Bouzon, au' ujeli ,.1 res relevant du D6partlc'mnt 'e '-l'ne-
fa redevance A payer aux propri6taires rilui alors que le service 'ue ravanx'
de la surface du sol. Et il.croit trouver rPui*i*s. 'r- etait attach. M;i dep.iisl'or-
4ans la lot I'application de la pens6e que ga"isati,[r, des travaux pi.ulic- en D6.-
j'ai emise a ce props: que la redevance palrtcnl:mnt, Ies closes. ont cli ngin C'est
4evrait 6tre .etablie dans le course de ne anaie lle servile adminisitratif sin-
rexploitation plut6t que dans le-contrat plement. -
-de concession. Or, voici ce qui est: Je ne suivrai pa-. MonsiuiCr Doiizon
Article 41 Cette redevance sera rd- .lan les r flexions intempestives qu'il
glde par l'A dninistation avec el en midme fait la fin lo son rapport. Mais je voui
,n temps que celle de I'Etat. et ne pourra confesserai Iqu'il mn, ram.nre A Criinille,
,( tre moindre de cinq pour cent de la tant il me ralippele co fameux li'rmisiiche
Sredevance proportionnelle. C'est done do Mede : .
Wlen avant I'exploitation. M dis-j [ st assez!
Monsieur Bouzon se fac-he contre le
-kiloin tre carr, ;A tort, je pens~. ilans Vi.'iillez rccevoir- Mossieur-, ini's sa-
les contracts de chemin de fer votle, bar lutatiorn', .
le Corps 1.gislatir. n'est-il pas question R. GAR [IH,'.L'
de kil.nite e )lut 1.i t ti, delieue ? L sys- .
tr'm n '-iriblue -n't i'. -l '-l.; i.;; a ,-tl I'* ari -
q U u i,i l .L>- 'U -ii iil r S ![ iI .l ster S Uii- a (, ,7
t1. F< I -h"n I( ", I la Sot h r d" i iarl l

Quanf a in rev e .ir(e : 33,./o du pr' .
1ill. II"i i NI i Inl' /- t Ii o nES S.AI.LR ,. *F '. .
ji- Ii i ,l* I i 'l, i-l ili .'.. 'lj iiiii .' I n i i er-f i 'rite r 1906
sat- IL i el, .-m < ce la e.dLviante pl..r- d' \', Iro revue im'a perrnis de pr'tndr










PE, lE DEv L) A SOCI f:TE 1)iP: 1,PGIS \TI 0_N


communication du rapport present I
p)ar M. Bouzon, dans vote stance
du 16 ianvier dernier, sur les ques-
tiois sournises i'ecxamen do vote
SociCdt par M. R. Gardirc, relative-
mient i la loi de 180) sur les mines,
mninieres et carriircsi. An moment oo
vous allcz border la discussion de
ce. rapport. me permettrez-vous de
vous soumetti:' quelques observa-
tiois cque m'ont suiggr'eos certain
points du rapport ?
Cela est, je croi, clans les usnges
de votre Socitd.

I

Tout d'abord, le rapporteur, peut-
A~,e sans y faire attention, a confon-
du los prescriptions de lat loi en co
qui concern les mines avec cellos
rtelatives aux min resio' ct nuLx (caNcrri'res.
1 dit, en effet < la loi classes en
deux categories, art. 5) les subs-
tances minidres : 1 les substances
exploitables par galleries souter-
a raines; o2 les nliies substances,
.exp!ooitables Ai ciel ouvert. Les pre-
a mieres, relevant du trdfonds, ap-
I partionnentt la nation. Is mines
Sde la second '/i'.' dit-il, sont la
Q p1ro'pridtl (t!h )Iaili'e Ile Ia sur'/ifce d.
6 sol. I
Co sont bien lit I .- stipulations re-
-lativcs aux minicres et Lux carries.
qui sont ddfinies par les articles; ;:et
i*de la loi.
La loi divise les SdIbsanlrtce in micd-
ia/c, on fossils el n ltois cl sscs, ;savoi'r :
les mines, los miniidires ct losC r-
riiri s ( art. 1). i\ is, contairiement it
cc que dit Ie rapport. /Ni ca/sse dcs
minifs, qui ost dilinie par I'rlicle 2,
W'e.t pa)s dicisde en dec: cal '' E. El
toultes les sub stances ( coLmpises (dans
cetoe classes apparliennent 4l, /a ization
(art. 5 ), soit que, come Ic dit l'ar-
.ticle 4, clies exisleint en /i/oins, cou-
(c/1(es oln imn rias soi/l (le la terrIie a
(cC par consequent exploitables par
galcrie souterraine )s i it ( qu'e!lcs af-
fluent & la surface (d/ .sol et dds lors
exploitables cie! ouvert. Et on pour-


Mi~i t pc It t- fl'! ? aj o 1011% pour CO IW;!Gto i:te
cc'tt' difinition do Flii'lO 2. soil
" q'(1 ellos jail lisent natunlkni to 0101
d'une, so~irc (10 oult if(li('~llellleit T'uin

lie~u pourh I' pi~trole quri est~ni~f?
ii ('U oit i V pc IC Ici q lv l~.1jcsI i r -
tiarmi los lI~'n' vt qu syna es-U'wsi
Oe iitoitildiO it c Ne nux'i't.
(inOi toio, ru.cnn avi' ( S1 CP



('~iQ ar'! ci'l LciP 11101 i l~l'l; 1 'i.'i
Ioles ii)ilk ]a W /Ni 5 quo C.( pout rnfe
ci quolo (tlel p-'iout' ic(e,(X~
0lI' tyiii'O d I to >ui'flC o n, icliinit st




qu~p0'oti Fo C SCIII e V ov,, pasax '
liem iCr C(i0CC'c'-] ii0tll t Mles let subs-
laiwes rwnp/rlrisewv things tai laxse do aI/ inexS
efI 'Ea 0i quo [ hiet lo M111c i' ode (YOXI0,' 1i-
Ic ji 'fll'ou TiO oi~caion. Ioieclo.ip a-i
ticnne ilpic,t W n lation e O '1117' wi ro-
2 iito de l 0 an islire d iu so ye







Au~lI [irljii-IiC Bo i rappli'i- d' Vi!at
tout o artic(i '3i' CV (c-2 ci'O --'Uj W





cc'lps : i('l~ni iiii(' (lii" s ;to~ 1110 i:~i !l




raporturn siii(;uenen~ lo's .1011-t
in dui iio n qui ri'uiili'l (1 tor n in. ct'
le premie r co9icesjonna.!% pa -'-'_Ylt o
f'Etat u s e it lo itlII O 'ite Sur
10 p,~rimotre~t corillc; -Ic"d t:'-t jic
fm~r exempnl e 100, IdlonNl~ ct ~res =&s~;y
2 do i ar s par an, I n il y MIlra ril 'Ull V&;

oI do Wis 1W itutorlser Mini' per-can






1ont iii' due' snb.o Icii U't' dieis w 'o- Vo
ces pors onnes dnns to m:reu iclct ~law pii i i -
m( t"tre dh'J(i) collc `fl ". Coe ;'- w'oi
inanifesb nimil les dods Wi jai-Mlienn. r


tre wsic clivos soilt i1U ~ ll9
trnuvant dans W morisel ce IM Widreion










REVUE DEI LA SOCIRTIT DE LEGISLATION


F I h Al1iiC tiexphiotaion dune sub.- ('i-dossus ('8ignPa cnp ir A 10]Cees
('onoe dC/filawe. Les (rnoits (F10 COn- 13 et 'u ni s'apiIuew X
0O--~l~ua 1 110 LejOi'l'ou)r t jamnl dhliS if.A ju1senh cnsl dvus parLa1 pr'Osente
Aw, Idu ilis rey:"cninesc que icux du A )
pa yitaii 0 do I surface do sol a Ii ne velo (10e p quo I=
:1oPsq(1n IPIlylild li.IIipird I'article 131. le iCgislateur it voil\7)ll
do vu(, Uhoot (1110 00071111 poou' u11 0(111 ('110- quo r1''eo'\l A' PW~u le
bien enrWOlax. l13tat (qlui est IAPopidb- ( de 10 (e, 11de
taire dii IcC -qn1. In sup 'uZl'b el. l aOil anta plus ii)I1''i' ,oL u dit,
(IUeiLiue s('iW.LIm undi dl o d~ pnisage conditi('fl.- 1)105 nvulritageupil o pout'
(jiil d ocedo. pourl ariiiVer it ('0 tl- I ui. s, nu lien duno v: 'ub:''ni' AL-
fonds. mais. 511'tfoultet (junid 1ait melic, noinle ou dL '->ii '? dinne, d('i cliviC.
quo, 0081810 Cest (lit dli~Heis (1005i p81* exenqdniO on tiuvant (hins le
le pwirymipho i du raploit, l'ltat n'a cours de, 1'ex~plouition7o. ilois; 10
"!as le (1101 d'au/)twr h (Ui P iospec tou Op V 0imk COl C'M&. Urn' Win i (ruinw et
B. foji Ce dos fenril h' eU I'0ies~t'llO5 sup suitqoUt A1 los condiitions dlexploia-
lo toitoin (d'10trc1i, i dcfanui do con- I ldiont do" v 0-ci (rieioint lOCPIinUCs,
-P0tornent du pie le l snO Si c'e WnO11 11 loins o01k' P0 s on.l' us 001 i uPCmuoi -
up;rybs que ce 1ncaiia ia e'nc ed i i( 0s I, ur Io concessionnalir C ex-
o lewh i el (, la, ( '0 P100y,&t(ahble phI iti Ic1(i'L.,i0 (jO 011 ICivait
indoninintoc(hOPs hii. ospCiC' en kiisant In concession ori-
DA' lors, cette dern ire formal ito' gi no]i d'ulne wnob de cuil'ro. La
ayant NO acannmplio JP p10 rPP1ie ros- n :louv elle Ini decouveI'te pJCW';'61, qu
pdteuo o0 invenicop sCtoont A~s en e rd 1(eElct, fairoe l'objct d'uno nou-
U'ile, ayant olbtullo Ia concession, vollo Cou10w'>i00.i mais w\ 00 1e con-
(1rnmont I'Etat poutkil encore, one Ioe-sonno cc' o0iginai'ce, saut' dC'-iste-
acuthe Ris, appele Ile onine Iropr1ic- I ment tie so. part, so3s c1 no f'oirI' ou
talrc it (Wtie ondu de nCouvet Wot i sous unBontvte.
recevoi' 00 000 velle irl dem 10 16 d un En dautrcs tomrnes, cola veIn (lice,
nIouVeau cO5ncesioinirC ? Quelle SC- a' m4on avis, quoe i Cen oi'urs cdexploi-
cAdilo niS1, In Situationl do. premier con- nation donc m ii (1 d0 Cliar'bori on de
cession 08110 du rn!'nme pt'inmiMtrIC couivioe, par oxotpie, dans un pn i-
Et si, plus toid, nO (ouis do l'xpli- mtre con0111cC le; con0'C c cO0ssioOOiaic
talion, los doux o0 Io- dihxrs (on5 (1- eNxv1dini \veioit A ti'ouvovr tne minne
cOssionnaires du nvC'one pC'rinltre do (iafl-lat, (doi'. d'ai'gent, '1i (10, P6-
avni V r 1II) 0crcupei 1/i t wwe s 1,/arre nle.es- F Ho! e.l l IIcc'5i' 111 r ow I 'sage n ts
sairoe a levv explul/(loion dles diveri\se- (10 1Etat 0au0Ponl clue d(1 apiesj l) foi,
0011 05>10. 01111 cot pou rm it-on cOs no10 vol los nines n0 Y4oi)W pas corn-
rCglou' cc coi rfit en Iabl)senc'e (1000 priiss donn4 In coneossion en ex oi-
dispo sirlon o xpri'0i'ese don n h i '? totiou (, (uil s 001 pour o0ligal0on do
Mcis avons vou quo o In loi prot1go drinouicce lo toit t I'Etat, q(i
bien le~z interel>I duI Il101)'it'tiilde In to loris librc -- p)01I'l' stiltoler, 11I
aurfa oe : inodeniM prda/iable, pour' o0- y 1 11011, twe le co 000005-000 0 '1 0 Ip1i-
('0pOltiL)n 0 loll) rnP.re et (Iom [11 ogos midi eixilo flI nit ,i01 de nou0 vet is condi-
imm 10 irt le prsedn ( 0)it 11i'O(I) '- do0ns 10o1' I's 1100 xol los 0)10- troll0-
chos.s on a cou01sdo Id'o 1' 0 tlo 1(ion ; Ws darts 1e pCiinktre d '0 on-
/'OdO/'i((O unps l~ilol~/wnnc1(Ol~ a ti 100(1001 P117t o7 d
(1 in) 01in1. sil ('st rPestivint (10ns0 Mis 01 er In. ll Iictuellc. ot, '
I'exercicc dt e s0 ( os dm Its oo do Os sa f nut ci ont I'llto l nvoc 00 CnI' 'ion--
jo u iss1nc51, acquAHisdion yUtrie o1 il "ii))- [10110, 11F nt 00 1pent que'>e kni''h'ri ses,
fC, expropriation. pairi 1111 droits sr 1i n1o0u velle nrhiA 'ill' les
dons coda ins cas, 010., etc., ninis cxcmP0 rC IA liii do in conv mwo s< en
1W11e par0t dons In Ioi, Hi onM6 rtc p u I conrs.
le Ri'glcrnent do conflits elIs quoe cex i Je n'ai pasi smiis los youix lu tere (M









RE \ LEiV: liE LA SQCLITIT DE LEGISLATION


lh lIri fran,-ais.o de 1810 et n'ai pas.pu,
par coi .q uent, contlr1er ce que dit
10 rapp-ia ,I i i i la fin de cc paragraph B.
Mais, si a la loi fran-e.ai.-~ e cinsrri Ie.
Sdroll/ de /tii e. des pi.ro,'f.#P, liin.sI pour
d'" lu'lre.s Sunvlantlrcs qve (iP. llo. iej con-
S. cdd( dnli\ un pdrinm&le d (n,'t, ct puis-
qu'il n'e:' pas douteuxque nos l gis-
lateo.fr r sont bass. sur crtte loi
fri':aini siede.1810pour redige ria.nitre
de 18l0, la prasomrption est qu'ils
n''ont p:m- voulu consacrer re droit
Si. .

III
SA-U paragraphe C. lerar;ppl it dit:
-.la redevance fixe pourra ltre ota-
( clie, non point par lopin de terre en
exploilatinn, mais surtout le pe-
rimnre e de laconcession ; elle sera
Il. eve \'par carreau de terre d'aprbs
(,lasurface concedde; le carreau de
',terre est la -mensure 16gale en Haiti.
a.Nousne pouvons pas parlor encore
c(dec kilome]tres carr6s, car nous ne
Sfa.or-ns p;:as parties deja conference
d du m6tre pouravoir le syste6me mrn
"irique chez nous.
Mais alors, si cela estexacl. iiuclle
est Ia situation des concessions de
c- hennil is de fel., ;inctlinnri' s par. le
Cor L('gil'tif'f et devenues lois
S de, I'EtE -et dans lesquelles'i n'est
question q ue de kiloitmres de longCueur.
pour les lines, de centimnitres et de mil-
ln ,itri' pour les plans, profils, li;n-
quettes, rampes, etc. etc.?
La cr nn,-.'si*in du ti'l;.gial,~ i tar-
I esi r l ne parlit qri e d,: ilo nll, es de
is, de lignes.
Plu--loin. le il;ipiprt dit'( la rede-
<( vanl-ei, proportionnelle est~il lablig
par tones de products expl1' ,i.t.s ou.
Sm terail exlrails. .
/)D'iprf. les usages dw iinte qu des
Sdomni~t', vini'ro.lient cellb' 'rede-
vance est de 33 o,. sutn lproid/ul Un.,
A mon avis, ien, d'ns la loi, n'em:-
pf.che I'Elat dle -ipuler, comnme il I'a
Sait dtlla i lescoi.( lt,: ioin-i rcemment
accorlr: .., eten vertu d- i'a ick- 37,
quie la redevance sera p;Iy'e, c son,


choix en nal(re on en espjces, selon le
prix rel de viennte des produits dh-
ment contrl61 par les agents de I'Etat.
Quant au montant mime de la re-
devance, je ne sais surquoi-lc rap-
porteur. a bieri pu se baser, pour
etablir qu e le bureau ls domaines
l'a g6nraleement fixed 33 '/ du pro-
duit net. ,
Cc qiii est certain, c'e quLaucune
des concessions accordtes par le D6-
p:irtenient, des Travaux Publics, de-
puis sa crdatinn,'n'a stipuld de rede-
vance prIpor ionnelle de plus de5 oij
du product brutobu net, proportion
qui estd'ail'eurs plus Mlevie que celle
ordinairemntrt s'tipulde en France. Et
il est impossible qu'aucun conces-
sio!nnoire dc bonne foi accepted ja-
mais de payer A.l'Etat, en deiors de
toutes les naitres redevances pr6vues
tant en faveur del'Etat qu'en cell
d'es tiers inti:ess6s, 33 0*/ du produit
nfel obleli de Q exploitation.
Il faudrail ne pas avoir une ideade
la question d exploitalion des mines
et des alas qui y sont inherents par-
tout, pour acceptor une pareille stipu-
lation a sa charge.

.IV
Jn point particulier dunrapport, par
les coinsequenc.-, possibles qui pour-.
raient ri'-ul,?i de son adoption par
\uoire Societ6. m6rite, Amon avis, une
etude approfondiv, c'est celui oi il est
dit (page 157, 2" colonne in fine et seq).
Sle. Depturtement des Travaux Pu-
t blics dirige. sans intidat l6gal,
, cette parties du domain n;itiornal-.
S-C'e4st une malleureuse innovation.
(. e o pu.is manq:uer de faii'e re-
Srnarqiqer la nullilfd daes cts de con-
, ceaoioni. tde mineu'pasw ,s par cl D6-
" parteniient des 'I'iavau\ I'ulblics.
C (s actes sont fa:its par un niinistrt
, ino nlomlp tent. Ju.-_qu':' ce qu 'int loi
, vienne die.saisir le Di'cpartenien de
q Intcrieur doe I'adi riiuisratiiii' des
m ines. ,-'est ". lui se..il clue I'on
;. doit .-~-Jdre.sser pour cii avoir des
'cJe iC is si ios poi. i e V gat
Je no sais si au point db :vue 16gal







:REVUE DE LA SOCItTRE DE LEGISLATION


strict; c'cst bien du D6partement de
V'lnt6rieur que relive exploitation
ou I'adiiini.strati Cn des mines. 11 faut
bien st. rappeler que Ja loi de 1860,
p;ar ses articles 12 et 58 rattinchait
l'adniiiiistration des mines nu D6par-
tement de t'ntdrieur et de l'Agriculture
/ i la .pr6sente loi sera ex6cut6e A la
dA~ig.nce du Secr6taire d'Etat de l'In-
t6rieur et de I'Agriculture ,, dit I'ar-
ticle 58, in fine ) tout come toules
les autres lois antdrieures a la Constitu-
tionde 1889, :qui porte creation du De-
partement des Travaux Publics. rat-
iachaient lIntdrieur tout ce qui se rap-
portait aux Travaux Publics, service
qui format alors 1'une des branches
du service du D6partement de l'In-
terieur.
Mais, depuis la creation d'un D6-.
partoment autonome des Travaux
Publics par la Constitution de 1889,
ayiune loi n'est venue fixer les at-
tributions de ce D6partement. Depuis
lors, cependant, on apris l'habitude
de fire marcher ensemble, en los
confiant ( sans aucune exception, je
crois) au meme Secr6taire d'Etat,
les deux D6partements des Travaux
Publics et de 1'Agriculture. Thus deux
se trouventdone avoir et6 sevrescom-
pltement de l'Interieur, I'un par une
disposition consti Ition nlle, que l'on
peutqualifierd'incompl6te, et l'autre
( 'Agriculture) simplement. par un
divo0 ce de facto. Et tout ce:'qui a tort
ou a raison, 6tait coniidir(' comnime
< travaux publics a 6t6 ir. ,il uille-
menttransf6r6 au InouvIvau Di'parle-
ment constructiono, entretiin et i'i-
para ti n des routes et edi fi-ces publics,
dherdins de fer, t.l'*gphe-. phnre.s,
exploiit;tion de mines, etc. et2. ) tout
cela s,- ni un.. disposition 1 i':tle. mai.i
pour ne pas laisser lettre-morte la
volont, du 1cgislateur constituant.
Peit-on conclure de 1A q'i,- les con-
cessins-i accor-dies par le D6par;e-
ment des Tavau x Publics soninulles?
Je'ne le pense pas. Tout d'abord, le
Gciuvernemiit'nt haitien, ou I'Etat, qui
est I'une des parties contracilantes,
ne sZaurait h mon avis \xciper de
cette seule 'ai.-i.on pour d~clarer rd-


dicalement nutle une crncc -sion don-
neo par lui-mtme de cette facon iirre
guliiere,si on l admet commetelle. Ses
lois ont, je crois, pr6vu le cas.
Mais il y a plu ; la loi de 1860 suir
les mines, dit, en son article 11'
Elles, ( les mines et carrieres ) ne
p -uvent 5tre exploitees qu'en vertu
( d'un acte de eonce4 i.M ddlibd6r e
Conseil des Secrdtaires d'Elat. ,
Des lors, une fois cette formality
accomplice, ii y a consentenlent et
participation du Secretaire d'Etat de
T'Interieur a l'acte do coricossion.
Comment, alors, cet acte serait il
nul, pace que fait par un Ministi'e
incompetent ?
V
Enfin, ic rapport dit, ( page 158, V10
colonne ) < le D6partement dss Tirad
( vaux Publics, d'un autre co6te, ne
< tient nullernent compte de. 'article
(( 20 de la loi, il n~exige pas de ceux
Squi .iluliicitent une concession la.
j u-.tiflcation ides /.;./i l0 e I moyens
r necessaires pour menIr eA bon ne itn
S(pareilles entreprises et satisfaire aux
< redevances et indemnit6s a- payor.
II 2n dern tmd i mgdne pas le pl p.! don
< dan, /'ailur le 25. ,,
1lse peut bien, tout conidrier, ique
cominme' on d'autres circonstances,
et poui.lr baucoup d'autr,.s choses, eI
Dipar ile nt, des Trav'u' Puiblic,,
. CIII nn:-11 Ie- autr ( i s D pariL i' lints,
rne xig. pls beaucoup def deman-
deurs .do con:,eions, de mines et
q.iue c eulx ci ne --,e:ent pas t -ijouri en
m n -r d',I x U'r. IT:1 I:i- eu i-m'_i nes les
contracts qu'ls sigdInt avec I'EtLi. II y
a:a cla iea.ucup (d'excuses et de
riSoi-_', in hiiTc, n 1 ) 1 n. iitre et"tt social
|1i1lill .1r( t : e(t 'c- r-miqu;uet qu'il n'yv n pas
lieu dl'o'e aminer ici, cela nol; e aii t, plas
partie 'lds questionsde dru.ij ,'ii de
text 'sotmis a l'examen de votre
Soci6te. Quand meme, il n- zsemble
pas qI ':ii point da vue des. gal.raIlies
mon'.t- I : x i. ibl s en l'esp : et dont
on tiOnt p.rtout Compte, dans line
certainly mn s;ir., 1'Etat nli.'itin nit-.eu
b.ai .'ilp it sb pluinm d: deo **.l:r. (ui
depuis qui',:!iue temps ont obte,'ni .es








IIEVUTQ Otbj LA SOCIRTI' DE TLCISLA'FWu


~:ctcoos ddo 1nines. h' .i (nat I -2" ClMUNICATION DE RM. GARAfRE
,pas ntarch''A. si onhakt, nn Ipint Ae
\kLW2 de i'exploitatian Ti Wd s a m1 IPorikal c I uv le Mars !nM.

ctc ca s niu Ipiles1o do nou pays:' .4i la Sooie'l de LU -. 'on if:'
OW mallaIieureiisorn~nt (P14 (ISi I)LI IU t
KOa1ThtiiiWir et 1dont noun l'inlSn tmll l
is 0 vw toil i "scon c t Ote (at IA u I NJ )lJ(S U
iur~ionA A nIl~ do vouko~r ignorer. i;
[. otl[' P u e q1 aI AL 11 dmtI io pas- Pins Hlwko la Pd 1-.-4 MjiI-;. NiK
t1ii o 5ns pyrilt on nljrot It I i n

~~~~0S~21C Ing2 IilI- (iU OU, 1',''1 o~ t t e 1CSI P ) ~it If1 c (11 Vn ii 1~c '

,Ai cate (1 a iti' domri` pt' o.--ioll (a dodi6da"tlo n do,
poSvitev0 que, s'il est vrai qwIL noUs v (IC 0i tvavau 'C
a~io11s 10( 4flq o['oi: trou1 \ intonml os 111Dan- H ra c-ormfaica tioa l: i i d V tvo 'SO-
ifer'tai s plans pioS) etO -ot qu0 oiI') 1 0111 t'. m abs tviusI Want r011 luo11 Ia gran-
arons tkImjoudis zlcii ind: O' Ws M! do dluwroeo- (1 [ oax' lo- lii.- lm-
Sm pl~ter,' vot ccia ppo cto a c a C ltai- ti'aa Pii t fuva-'sur I "- M inos,
neon nt Wrd m al rven:- ni-ni' I orsi a ii ii> ol (XIr Ciijui'it s.t co q ai cVnec'li ail 0a

a vaux Pblfics ne C downdi pq/ i & du'iva1I di CoS di'C loH,
'P lm:an C d()lin I'wlicol" "- 2 Ton'is ; Y nils d Wr1 iw'h iA ,lt
Ads Wct' do rwcosion rI a caraulbro. narild 1ii Iquo 1110, 0.
0) it Wur ioni g.-lo- (-,t 110 fj,'liU que s his compoilm Wi m 1 Or-
e'Aqr/ cuJ e do 1'Thilu.siri on miz 0111 19 Iin all -iiIliiI +t dcii c
190)2, co rlob'oiY m et (. q 'atfi-in- P p( '-ant i' p l'i.'iil'' (1 ti ini -q, it
Co' Hi'1- 101re a l t ai'dt' I i'O' a 18Ii 1tt.'l i ):[i:; 1in1111.4 V: i Jil'( ix 11 1) lPi)
d 1 15 X I10 q~u'i i vo u V 0.1 (mi)l- W n'. ('1 fnil ii'Ito tl~l' I H lhii c i
&1 ~ l: al) i'' t ;111(0 ; jc snilt j njgmm t a nT' q u \ I li'it lo. -!1- f~tI i 1 1 1W ( b O O






'9. 0 om' l i Q r


! i, dI"t- tai l ull '1ri I.iv'i will'-
Codlji) *u-Ngnot-ac; Iiruiactx ouI' CI10~ hi,) 1011 i,'/ wlO'h c




21 W W umlu inm scPrne





p w n if 1n ;.-u p oo lid tid'e ho (a uUi 'i (lX X 'i "i p1 Ii'u m
(100, ('0 n21 t potaorarvn ja ,('Ii' oli









IIE4\'IEi4 DE LA *)CIIS'4''lA DE LEGISLATION


Co i' W annlces'5 quo10 soix dr st-r pr'i6tair'o de ]a sur l'lipo (ILI siil i'ilyalnt
~d .-u i'ii, et Cos drio'ks' no( piitll wt ('tro anucun d "oit sur ios pri duits do ia rnine,
45 (il caLIseit 0l hr 11'a pI:ins hesoin d'Otroe a ppolC dans Ie regle-
O on-,_sion. on opp~r ran hi di" q ii'i -t nAdes redevances. Celle dont une pay-
fiiau ('nlsi'llalo' i''1 de He doi Ad Are icatteifce Wrayant pour
Ga hg Suir Jus MINOS id"C'jwi'ii V;~ (litil- irnoiis (jucl a r'estirictiur appo'rt'Vo a. son)

oil'.M'.2.4ire pnnri Ye poN ilamo hie 101 rd e r(-g1 ,'1 ] :ii 1 A(J Ulislrliationl.
Cetto1 r'o sti' 5tinlii au droit '. Pitilln dri
it id.' n i ~, pjayep at, n v r'opnii-lair'o do Ja surface cdIIIs nit ter-
~~.iidiI 'l1lOl, o'inv-
tLai'. do inl .'irraie avant quodo wha. r'in vin"M no 01 wic f-l5le u'ufl
*Oi' i i VO Vonvesrnsinin ponjwut pas 6tre
C:'i so0 c ht: q'ri bit N, ''. r-n acico o iLi Line anire peisoinne dans le
Chus cst dans lid pho1i 201ItI iS sup' i." I0,.- m1ro e terraiii ?
sn~t c Ma igoreenoi 01ent1w, 1a Iui'i iel n~nncvssiol nnaire payant hal-
1win*'ir du i trobwds Le G(Aiinmit> pour I'uccup-nltihn de la sirrinCe,
(opt1 done hull digtion dipplcli' lo It r( do\aili'O paoruI aJnnLk-.2sacC dnu 9r-
(0 ij'1'ili'OI. 0 'le Ll' Ven!(12 rlt U1'a I* flon'je inC dcrui~inde cornlielilt Oil pOnUr
g>r. En. (wc 'i riucarr'o ih'(4 indrldninhs r'0w int grefI'or un arieC sup' Ii?
Ptiiic~ '>i. U' ri~ I~de 'g,!ll('1f' Ldarticlo 3 de untirue loi sUr les inines a
t's t exigible. 1!a;'tic1 ) qud it -1 i'ffl M copitQ s l'ar'ticle 3 dIe lalcd firnnaise.
j:':> dinls Chnx quil witt lii' nlj' W, maizs notre lIgisintouir a cI'U devoir y
aI is gi n dinos h. renpmp an pJnot doj('oluto sept mots (P mt les tirois deniers
Vuc deus eo.slipil Ic 'nr, 1iid i- me par'assent alisurde'-. Voyez
virdn on ia SociltO devra jistmficr' de's ra-
(;."I [us ili'('i ssalres pour' entiOpri id oticle e3. Los ininir's conaprenn'lnt
cowiihltiii' 12s~ toll vaux, Pt(1 (des iO i. U- de ( les ninerIais (do Irer dit d'all nvion, Ics
SUMNO aux ru 'vancVS et ii lznU1i/s (tei'irs pyri'itiu0s 5poi'ris it. Ottro con-
*iti Pay/Ci cc N" wnllhi 1 i n' ,-nt du V VINT ave- :t3 ("i S li sui' ilo Pr, lie terres' llu-
:. 'aon et do-:h il's.si'i'" n ll U,(1$, inJs tr'lifes e't anitres subs-
L. n iit'( i ri ext (lOitc ililt np ll' '-'nivi' Lanwcs Caia!ogiU's (ito ,Il'4)2h' ii.
g~wi-d'u' los into'6rts de6 tiers eni accnl'u d
dant la concession, Qu lo0 4Igislitetr' it ajouto et aid yeg
L'argurnentation qui precede prouve si rbw{animys ariulnAo 's niL on l 'hiit ijri
s;urabondaunrent In non-sens des arti- Mst pour dvit 'i (I nuis an li'hS
Wes 21 et 22 avec les mots u avant Ia con- htair de i suirtace. duis he cas oil !(n
cession n. En leur substituant a avant aurait tlo"ti' alitlto ':ioso 1200 iquo sul-.
Vouverture de tons travaux Us s'expi- tanes dnnrlMilj'o2', inuns los ilotls di
quent. Lea propridtaires de la surface rn'rne gi'c'nellt n 'pc ~vontiis ('iw
qul pnssederaient des usines et 6ta- ftr'?
Vlissements h~tis on maisons sur les ha- Pour'qlini faut-in au-:ini. comneo l'Pt~alit
Imitations ), ( ait. 33 ) pourraient avoir des JarticMl 55, quo lo pmntqvtahiT's diino mi-
lobservations A faire d cet 6gard ( droit nitr'o sold expo ft ii' itntilclr"'O sx ntois
M'occupationdans Lin rayon de trois cents I'autor'isation do M'cxjhiitter?'
pieds ) et m~me des rclamations a pr6- Jar twr'd6 a vc~ls iiiI'0501 ('itl' er e;)r
senter ( caution au cas odi les travaux mnnicaion-cj Q cO to, A in svns,
scrajent pousnds sons ces usines et 6ta- Q piemi~re, par dv-, Ii i'insfanii'rs inds,-
:jlssem ent s ].hLis on unalsons ) p I".Ida l r if t!S e M" ". etju, t j vouut l'-wi
UI,'expIMPA01;sii l'1 W11 rrcttO ''1,pi idl', t excuser

A! nio ialk ol enl A rc o C' ii~viws1141 \rouiHl ag'r"er', Ni'-'-''euns, nrns sairi-
~~~~~~tii~l cctO ilie' iiX ~iiiltli''~dl 1
r aceuo aiwl ii 'x no idiill io Mj GA C-




t('OIII'Oi1UO~ doe in~ Ini u-ill los fi!Lus1; t.i' plo.- [ OCII)U"ir'l IjC NI. t)nUyFl.











BEVUE DE LA SOCI.:Ti:: DIE TIA,"GIS1LA.iON


MESSIEURS,

Vous veiez r'ewtendwr Ietui'e do
corrirnunie.ations de AIessionrs GarC-
dirc et Dipuy sii Il l ippOmt q Li JS
L"[ Chaii'g(I dlt ie Caci tbi [w [lvem t anx
q ne-stion s poicjs par AL Gard. C ri'de, ht.
iLL SOCiete I[(' Ldo U-jslath

Ao nlci pas on Fhour do p ~ ~n~ro d M.~
.Jet ~1 fi S C'iflc le1 u I
1iid(ei (falls it' le l) t ( fim y ll' Cq vIIow
ail ri 'O--nt(' et (Idont In disciui--ton a


(de'(I iDripuy i(,I ( 1 I GiI)! I' I',t on di io
I'Lxre Mur crVu ilL' l Q

-mes pvccint-j: n (',t it'o (pll'ti r e Soule
-icWoII-' aetit ius dox n oies.
S'ls li cr tit Cu ii pawnc iiC' Wo dalt
(LFC d Ia peitll 1w. IIin do oiX fI"Coiw-
ribal (ii 1i i Wvkliw Ain 8IaieUilt Oi
le [wu (e fdeIent. do' flargi'1e
tatJ L17. A- onlt vI)l if Ifu porer wrie 'Qn(0 i'
defpnzi flinli-l'-an'Klelf6JHaVn-SMde
MAMAla r te i ionis lfurcolmepltejl ('it', cett(

UfS no [n pl@]-i Idonnt pa cotI o ee
tuin : Aines dI, In T2 L'at'~gorie. Pour-i

alH tiVI Al.ILI iim lui sitIa (W)Wo tri
typf ographfql(ue dons til aLmitf dllot
qtii not Itil pdinko Q~ (fle cg~u ex

1i's tout es[rih'I 1101 pr1',ccILpi6 ou In-

Wl'rosst aurl t'Ii L -fe ft
giiite, ro (i efVt t'' ITW do hi f 2lL Iaj f

l~.Come, 1:3, unn-- N" 9 elt)0, vous IA-

Iin AilL Isi do t vou( L I II i' r ti +11
in A' ni ew?
Le toin ri gms-if d11. \i( a d,"o q(fi

pieli n1 C'S(Sllr IIri c- *' t h, I ll-

C Ct- A CL' ndImq "fl dlI, Tc o rt n if('iI i )o

5)5 ce~j-~ qi IS, :'( d- !: K- m' e mi.it nt
PIIQ it' ''PSO ~l DnI'' B in:sI (!HCL iOI's-t is
qu'e-lie tudie, rile no- se placo ijii tin
}pOintdeti viie doctrinal. co'S quo4!
votre imppfovte~iJ a essa#t Lde Ware,


su = rinm c i' au'x princiWpes (It A510-

We C, ii 'C qupatd 'tiete Mir


A- 1601 Aticle 21. 1! iiVI.''f rnjldalVI



allCOUC MMA~lll:~v bon onw~ (ws donx ar-i~rl~



Itcju IB i ,'ii i ittIil Cii! i::-' CCS)i if< i i::iV
FC I es -;. av iSoIt ye: a 1W LV,1
wrii e V it W oo dVn Ct p I.ipt >C





















1 ''






S I't't'~(f II-'' -UClltlt 1i VC(;tcC tC
dI tpi \\ \N Fi iV a le adia (L' dons W
d (u' m ii CIt ar r IhVih Qt: himAI
MiI t. KW 'S fi M cuit-, p ut Coo
( Inns WIV ni'onix I'rtu P! f('q tt Ic trou



L11-10 W il111. K IMj* I.M i 00
CAR L! UWXqP ?C God 115 IM WfI [ i 'l
lti I ii' I I' l dliit V '- It.(1 I
YtcI~iro C It -uj Linl co iI(lt('iS at


t~' I I .r I (r 11 it 1eleve I'Im ( p pIl'te d








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


{crin-1;'rimauld, ie no vois uillmrnoii Dans I'art. 21 les mots ( avant fa
(dans I loi qiu'elle accord un-L po- I concession ,, veulent dire: avant de
rite, i a I'invntour des minms, ni passer aIcun a cte, ies propriOtaires
aiu propridta ir doe la su rf'ice oi supiericinir' o ou toulesautres person-
sol. M. Garhdere 1i sait bion, ce prin- 'nes indressces, inventeurs, etc.. se-
o pe est i]me soigneusemenlt Cart. A rent entendus pour fire leurs ob-
11 n'y n qu'uneconsid tio quidoiv i se\ tins:11 va sansdire que c n'est
prilomer. C'Ost Ia II;T.,n F.::.\Ti ON Dis I.\- pas dlans ol coii'- do Ic'exploitatioir,
c;iL'l'fs N'CES Ea ii- 'OUI;; ENT.'I'EPRE N- Qi U and 1( les l travu x sont commences
OI.rE :T CONDUIR BE LSTRAv Aix (Idos ii- d oque A'(.n II pouTr utiomoent prispnter
i1's) ET D:'SMOOVEN' DE!:s VI'ls.".\{A' des r'cldamation; ou fair des obser-
HiE:D VANES E'T IN 'MN A PAYiI i nations.
'EnA d'autr,'s tierlnif, on no doi: :o1iiNeir- Dfarans I'a;ricil 22, 2' paragraph
unlf (.xphliitl at)on de m iines qu i';'I co 'Ioutes lscoitcsi;ationsdevrontetre
qui pOnveint(i ipseri ds pi x q i'-giuc's avan;ITlt I'n:to do concession ..
',clnr! pI:Lrcili' eni~i-oprisP Co pairago ,iaph s' xplliq ue tout seul, A
1, (touv'rne',meint ia 10 droit absoiluI mains qu'on nl' veuille pas le com-
deditsposrd's mines do !i nation. prcndre. Est-cc qu' I ya lit aucun sens
souleniin.t on favour is porsonnis cach6C u secret que l'on no pourrat
capnabie do 10 (expuliier. Malhc pas saisir ou qui serait, inintelligible'
Cri usine'nii il n'eon est pas toujours Pl'armi les actesde la section 1i art.
ainsi. 21, quidoivent pr(cc2ddt-r la concession,
M. (Garjl.c, nous avoue ingh6nuilo- il faudrait entendre la puLblicit clue
tiiont (iun les mnofts avant fa c(onces- 1I'Ad ministration doit donnor t la de-
sion ) ,,qui'i voitn 11peun pnIrtotit d;nls i manr deen concession. Cotavis, dolnn6
3do de lari. 22 lia onoo Aui s:-' !PN- aux proprietairs do la surface. on A
"nTEL'E iiI,.a ELS.i toutcs pcrsonnesqui croironlt :tlre in-
c ipeindan o p Cnt luifaire vir ti'ress esdans Line conceit sioln, n'i st
com.jiicn ces inOts sont clairs. Un Ias un avisindividuelitdonner. ,Une
dirait que, concessionnairede mines, sIrnulabIlo oligaitioin seriit trop one-
n'ayantpas rpmpli les formalities pre- rouse. Cot avis vcut i quo lic;;i inlres-
limninaires A I'acte de concession, il s is soient appeldi.s par affiches.et pu-
comprend la pcecarite desa situation blications. Lo d(f!'nut de publicity ost
si ce n'est la nullitH de I'acte don't il ione c cause do nullii ide ,i Concession
est porteur. I1 ne veut entendre qu'ex- ( court de C:assation doe Franco, 28 Jan-
ploitation oi la loi dit concession. Pour vier 18.33. S'il ) tait constatt que ctte
lui. c'estune erreurtypographique ou Iublicit6 est vinule a pris l'obtention-
de redaction. Voyonsla loi et dans do la concoe-cion, la d6ch6aneii du
I'art. 13etdans l'art.21 etdansl'art. 22. concessionnai-re ii- sn'imposern il-clle
Avant de fire aucun sondage dans pas, puisque lcs dc(lai's d'op!position
un terrain on peut se trouver une et dee reclamathnioin n'ont pas ti' ob-
mine, le propri6taire de a surface doit serves ?
f.tre indecmnisC pralablement. Le M. Gardlre, d?,ils lC cas de 'lrt. 22,
niot prialablement veut dire ce qui parngrap!ho 2, doeiande : s'il n'y a
doit 6two (it 'al)ord, avan tout. Co Ipas encore de conccessionnaire,quclle
lprinci p Iestlmineinmentjuslo; ili'est I t. la parties adverse don't parole la
ppais possible qui ie propridt;!ir voie loi? Quelle est sa quality ? H Je lui r6-
< sI erre c1010 '( ll par In tiers sol- ponds:
I vabiliti( d(ouLl teuse, qvoir toui t sorii Cette parties adverse est peut-6tre
de po''in's Ipot'Ir faire ri'gior i in ri'(p- toute uLne ,drio de personnel ; ce soiit
S ,t ii ds pij;udi, cs qui i A (i O les propri(tair.es de la surface du sol,
i, ois !is:, s;;ilis ispoir SO' i ii'S r i' s co sont les inventi.'urs .de la mine;
di''n ojiLir le's r ibo rsl ei; -. ce sontloursld6ritiers ou ayants-cou-
:( Code des niines F. G.) se, co sont toutes personnel int6res-









12 REVUE DE LA SOCIETY' DE LEfGISLATION


s6es, habiles t fair des r6clamations; (( pour c s substances coin prises do,
cc sont les crdanciers des propridtai- la concession, mais 10 propriDtaire
res ou inventeurs: co sont, maris, de la surfaceC son vyant tdroi,.
leurs femmrnes; ce sontleu rs pupilles, v on I expiorateur, restent libres y
s'ils ont ,ct tuteurs, etc. O eOercer o' d v laissor ftire dc
M.Gard recormnt et une erre urbien recliercoies relatives ai des subst'oC
grande quaInd i i nous dit: (, Ie conces- cos nn concI.does .
, sionnaire paynit 11n redevance On -v i que M. Ga:rd."re o ran-
Sannuelle i. 'Etat, it tant par car. ciler ,tk s un, (iue tioi 11 )vers '.
a reau ou par kilomntrn carr OI, (e qui TMaii-! jiur prludci ';a la!e list e
, le constitute fermier du p6rim; i tre princitr l ivrc ercte do ouv<,l!o
M. Gardere n'a ipas roflchi on affir- sublaie- pIar do- 1orsonnoes 1ii-
r tat scrait souvent coupalle de stel- D aillnrs ll(uo lue oi !in5,i
lionnat, car il affirinerait lo bien ides co'rr1 v e--s exi-iat1i's, 1oi1
d'autr'ui. hcaiti e H O r I .- mr iin-0 s 1 .i'
M. Gard're, s'il veut hien lire la Ire-pec'O t dans I'cpr. ',- f1 io c
loi, verra qu la redovance paye' it idans s&:' art. ') :
'EtaLt concerned l':1eploitaion do Ia sin
a-ine et non la surface mn cossai'e a p :1r. i'xploilt on d'n- susloan
1'exploitation. t in ra Ln o fn.-sil n n.-tlir
pmr I exidaioou 1w ill el 1 i eir1
11 pense encoreque 'art. 3 quidon- priioGitood'ntr ss.ibe nes le
ne droit d'oecuper toutn partic de la [ t-vront ds l pi-
surface 6 ae it i'eCxploitation tm a'trn, cos d rnicnirs p; ,rrnt Ifaire
vise le tredfonds. II se trompe. On nest m 'oj d nouve! con ssion
concessionaire quo d'unoe sustance d i
determined cl qi se trouve dans le tr6 Ces noivclles riines do'va1it .tre
foods el, non pas concessionaire de l'objet de nouvelle, c-'ocessions de-
tout le trefonds. vront itre sournises it toiuts ls; f'r-
M.Dupuy, lui, nouspa rl deo ( 'injus- malit,'s reO uises pir la loi dans i-e
twice de la loi i nutoriser d'autres per- sectionsi II et III do nitro lili sl.ur 's
sonnes ai fair des recherches dans un mine's.
Jpirim'itre conci.d(' on it accorder des Jo le rp"t aini, il d'y a pas d(e oule
concessions a ces por onnc s. II nya qll Ie ;ouve'riement pent porimlttre
pas de doute qu(e ce droit de donncl \ la ]pro-peoction danson pri inltre don-
la concession do nouvelles su)bstia- 1n, p &or uls substances altro-s hu
ce dc s douv porimirtrt clles dli s concede s.
concod6 est un droit absolu que le M. lupiy pre' su1m qu iO I isia-
gouvernernent pout exorcor. tour d> l I'i 1. t parlant d'u1 i'1 s sb--
La loi en soi in:' pout tbire injuste, tinces ql:i pourront airce i'objet de
ello p)out tr d( t r (e rla loi. lEt cc- lnouv\ ell's ci.nlllc(:.'-sious, vo!l! fiavoriser
,pondanlt pcrlsonlln o Iri tr'o inrjusto le once'sioiinuai primitif. Ntus io
laloi, quanIid elle i)riv) I plroprid(Iire poirvoi! ( adm ttre ces pr-solrnp-
de la surll'fac d la. [l)'pridte du tri- tilon dans la loi, riCn no lOs justifj,.
fond.s. I.c G(m ; l'roment p1tr ddlivr 'r une
A propocsdo r cier c sedanss urn tcr 1p)r nil'in di rleherche do cuiivro Io
rain corncctd M. GardreO nuns cit de p i d as p- i d n o ine concession de
Ernest Cadet, a ErnestO Cadet j'oppose- "min, i, carbon, a uIne aulre pe'rso01-
rai M. Maurice Block, Dictionnaire 1 io 1quw I' cnc 'essiofinnaire clairh)oi-
do I'Adininistralion fran;Qise. page nier. iL: conces-. siol nouvoelle poJu' 10
1290, mines no 27. Ed. de 1881. ( Dans cuivre on e1 pctrole pcut it 1'; cor-
a nucun cas les recllerches de Minesi doi ia Ii( lnt re personnel (qiu le con-
S'ne pouvent ,tre entrepriscs ou au- cessioniaire dos mines ds cliarbon.
Storis0cs dlans in terrain concdd6, C'est le cas des mines superp0:.sos.









11-, NC\ UE DE, 1,A '-O0CIE1l')kEDL [,](4 G I '1O; FJ0NT


I Le regime applicable a deux con-
cessions do substances diffTrentes
superposIes est l'objet des clauses
spiciales dans le cahierdes char-
ges.
Les d.,ix co'ncessi/onvaires sont
Sr'cipro',iuemrnent oblig(is dol suppor-
t Cor les t'avaux que l'un voudrait
M faii pour exploiter iei gite qui lui
i ce i.conf ,'.'l mais ia h c'l nditioIn qcue
< l'utilitd' ti cos travoux nit OtN' re-
S(con ue par i'adminiii ;tr;tion ". ( ?-
gislation des mines py. 182 1.
N'en d6jaonise it M. Dupiy, si le pro-
pri;Otairedo la surface n est pas ap-
pol6 pour une sv,'conde indemnity!
ptre; al;le, s'il ya un 1nou\veau con:es-
sionnairo pour ulie nouvellC subs-
tance. it a droit, c' lpropridtai re, a au-
tant (d redova nces proportionnelles
qu'il ya de substances dill. i 'tes ex-
ploities. Si au cou0rsde son exploi-
tation, cl concessionaire primitif
viont 'i invented uno nouvelle mine
de ciocse: non comprises danssa con-
cession, il est just que ce que lui a
doinn soit le hasard. soit ses recher-
cles., lui snit concidd, mais si c'est une
autre personne qui a d"couvert, il
n'est nullement lit que la preference
soit au concessionnaire primitiif.
M. Dupuy croit quo l'Etat peut. r-
server ses droits sur la nouvelle mine
pour les exerccr Iat fin de in con-
cession e1n cotus..
Dans la crainte de- conflicts. laisse-
rait-on inexploites des richesses con-
sidderbles pendant 50, J, 93; ans ou
des sic cles? Ce n'e-s pas possible e.
La loi dit: La durte do la con'es-
sion est cell de 1'cxploitation mime
(art. 23 ).
l. Dupuypourrait-il nous direcom-
bien do, tu emps peut durer une exploi-
tation de mines?Non et personnel no
pe'-t Io savoir.
Ls mines d'ordu Nouvenu mlo nde
pril!cipale;oient cells de l'ile d'Haiti
out etl vile i puisces. Ics mines d'or
de la SiTbrie sont exptoitaes depuis
dessiiOles et ii semble lqu ceo sont
les bras qui nmanqueront a l'explota-
tion des boues auriferes glac(es de
la Siberie;


S Les mines. d( cunivre de Mais!I,:!1t
sent exploitc'es d'lune faconi tr.s ;-'i-
ves depuis 700 ans.
Les in d'Almaden n Esiag ne
minutess d1, mercury) sont toijotuHs
on exploitation. clles ont ,t' uuver-
tes par los G rets. 700 ans a vant notre.
:re, an dire, do Plline. -(Giradin--
Climi!, 2 v\ l. p. 581, ed. 1877 -,
Les niio- e uivre de Rio 1Tinito
aussi en E p:U2 1 t ;'60 one ot i exnioi:'es
par les Phleni, 'ns. cls Ca hrth!ginoJ ,
les IRomains. i:'s MIatules t un IVs Iit
I1 prof. S L. \Vogi, a estiti ':' 3
millionsde tones Ilc lile'tai- ('ex -i
par les ancion-ns et encori'e le Rio Tint)
d( nos jours e:t en 4 ordre drens TN
production annueile total du cuivCr
dans Ie mone avocun renderiiln t fie
80.' '. delivrtes.
Sans ailer dans l'ancien continent,
nous trouvons:- dans les aute:ursi (jue
les mines de Cohre it Cuba dans la
chained la.Sierra-Miadre, province de
Santiago, non Join du MIle S'-Nicolla,
sont ouvertes depuis 1532, de 1851 h
1.-. i. elle ont rapport plus de -50 mil-
lions de dollars. C(esexemplesnous 11 i-
sent qu'il ne faut pas avoir la moin-
dre idde d'une exploitation de mine
pour nous dire qu'il faut attendro<; la
fin d'une concession on course potir
tirer part des richesses que l'on vion-
drait a dOcouvrir. dans la crainte
desconflits. Si une exploitation do i-
ne peut durir des sidcles, co(mbin de
ten ps i 1nous faudrait atendre i nou
devions met!e, en pratiquoe 10 pr:d-
cieux consoil de mon amni Dupnvy!
Malgre l'avis do M. Dupuy on ne
doit pas parlor do prlsomption (qunnd
Ia loi pr'voit. JLorsque M. lupuy nous
dit ait mon avis je me revolte ou je
soulris: quand la loi prescrit, je of'n-
cline.
II est clair que le sens vrai de rti,.
31 est que les noiuvelle sub sta tncesd &-
couvertes sont disponibles. Le 0, ',u-
vernem, nt 'p-esZI nullet entt li,'- nvec
to co(ncessioinin;ire (que j)our iobjoet
explicite doe st. c'nession qui g slt 16-
finie. Pour ce qui a trait niux ci 'lilits,
je vois dans la lt i (lue la survey ni;p,C,
de l'Administrationu et doe la ',i.ce








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


sK'le,':era ,i sur.les exploitationsmi- tration colonial francaise en 1804
ni' ,- -,: cinfiormin-entiti des rigl,,rqui seul qui est 14gal chez nous.. Les lois
seroit labi particuli6res qui ont sanctionn6 les
1.1 n'y a qu' provoquer soi.t.unl loi contracts des cheniing de fer n'enga
oit- un rgglement d'administration :gent que les contrarct;l Isi vec ce gou-
L)puliquL p-our fire taire les pr6 rccu-. vernement cela ne .regar.de pas le-
pations de tous ceux qui croient que simple citoyen.
ta cr:;iiitrt des conflicts particuliers A une competence sans pareille
doive faire flichir Ia laoi. M. D.upuy nousdonne son avis. bien
-'Donr il est inexact de soutenir que q.u'il n'ait pas sous les yeux le texte.
touie concession inii;ile crime, un de la loi francaise .et n'ait pas pu
droit indisputable au 1"e concession- conrIleor ce quie je. dis dans le rap-
taire et que si dans un perimnTtre .port a propose destprospections d fire.
con.id'- .il se trouve une substance dans un pIrim'-re conceded, ii nous
non concede la nouvelle conces- affirmt qule ie legislateur n'a pas con-
ion :ne puisse 6tre.donn6e a une au- sacrele meime principe.ici. Que M.
tre perrnine. Dupuy parcourela legislation minie-
;'D'un autre c6t, liberal et r6publi- re avant de nous donner ses -apprd-
cain, cesprincipes me font le devoir ciations.
derepoussei toutes idJes de priority, 11 dermande sir quoi le rapporteur
privil ge ou monopole en faveur du a pu so baser pour 6tablir que le bu-
cncessionnaire primitif quo M. M. reau des Doma.inesa fix6 A330/osurle
Gardere et Dupuy veulent fire pre- product net laredevance proportion-
v.aloir; oO ilya monopole privilege nelle?
ou priority les droits de la commu- Ici mettrait-on en doute la bonne
naiut'- sont frustr6s au btn6fice seu- foi de votre rapporteur?
lemnnt de quelques-uns. Je veux preciser ces usages du bu-
.M. Dupuy et. avec lui M. Gardere reau des Domaines pour la gouverne
p-ensent.que les contracts particuliers de ceux qui ont la pr-tention de 'oc-
des chemrinsde fer parlant dekilom,- cuper de I'al inistration publiique.
.tres, metres et centimetres,-ont chan- Un contract a 6t6 pass en 186 1 anec
g6 notre system de poids et mesu- le sieur Devze pour I' exploitation
res, ils me reprochent d'6tre oppose do !a Tortue. La redeva;nce propor-
au systnie m6trique. tionnelle a 6td fixce a 33-%0 sur le
Permettez-moi, Messieurs. do rap- product brut.
pilt.'' hlces deux correspondani.s, Plus tard dans un contract pass par
parceq 'ils l'ignorent, que-la SociktI' l'adninistration gnerale duDosnaine
de Legislation dtjJ' en deux fois, sur avec M. Auguste Elie pour l'exploi-
Ia proposition de l'un de ses mem- station des bois de la Gonave, en 1866,
bres, s'est occupde du system me.- la redevance a ct- fixe'. 330/ sur
triqueit introduire chez nous. En 1900 le produit brut. Sous Nissage, cette
une dinmarche officielle a e6t tent6e redevance a 6t6 rveduite a 33o/o sur
par I. Soci~tl( aupr6s du ministry de le product net.
'lnaterieur pournous fire enti'er dans En janvier 1875, M. Adolphe Elie :
la conference du m(ritre, obtenu un nomrat pour 1'exploitatio
Nul plus que votre rapporteur ne des miles Cayemittes: sa redevance
s'est occupy de la question du mntre proportionnelle a (etc fixee a 33o/0 sur
depiis ccs30 dernieres ann6es, c'est leproduit net.
une idee qu'il pursuit. Les lives du tresor ou ceux de-
Cependant, tout,le temps quo nous l'administratinii des finances pour-
n'aurons pas adopt officiellemenl t e ront i 1 ei-p.ig nir plus anmp rnentceux-
legaleinentlesysteme m6trique, c'est qui v 'IoIlrniii recourir a cos sources.
!iancien system des poids et measures Si le Gouvernement ne peut con-
iluini.-uis avons hdelit de l'adminis- tracter qu'avec des personnesnotoire











REVUE DE LA SOCIETVE DE LEGISLATION


*ncnt capaluleg de disposer des va- dui d oins c(i du tHY5fOnds: ce' qit iie
leurs necessa ires pou i' ir enc' Ai bolnnle teut Onto1.
fin uone eCxplokiti on tio 110ine, jpI vim 1ns to ie (is~o n Ui po U rin-
quo 1'Etat. teri;6it Ihien miun x do Inis- cipe do, no Pas chercher t) f itivc dire
'er' ses mines se repose!' ('fl('O1' 1011g- hi mon ennI)tradictour des cht.)c> qui
tomrnps danr In smn dco In ci '; ~Jus- n'on t jn!ais gernm6 dnns sa pewiC.,( et
qu'i'i cc qe( pi 'C par' h ne cs je clinls puvoiir, en tonic lnyantl&' df-
ex ', ot en tire I'' i pour Vineo mandor In ritcip roci to du proctdC& Ri
pin .seann then' dui plus gran' d nmm 0- A (5i-TA i' Wcavaiot pas vu 5 I oNklle
bre[QU~w ii ypas linu doIn ls si- de sonobomwadond~~lf. 'en ~ns I't?"MMh
cMitiri pourHen (wfl\acvi'ird tvidns I nOnInn il 0 VU 1li'M iCiOUP in 141nte

tb~tiqUnoS DES bO0. OMli:l1. A CONSMf Muie 'CC 1111P e "1101 ieAiM' A('lA.
' r iiin sUSCiiCrl t Id en (IF-' (liffikrt Diu ret la' I .art do i n lo !ni' ie's
tCsh : IaR ii: pnblnj ii' ipoor di' khut dcxc-- m 1 ine:0 ii eni I('Crn it
MUon d( lcu' corai' -- par i'luzte de In met. %'()ici cet alt. "72.
fnr~il.~ ::cln~ti~i~-: cors individius, se 1
:zcult proudre nurcutt ;ii prornesew~ec, Art. 52. Lorsclu'vinr telitminsvin 0-nP
d'Tholl71scS c'Anldi-.cis dnnt lps pins cwa~ir ;', 1unW ex iplitmil on eti~e le
loP's oijpjlijni 'nt d 51 11 i'tc th. 1conIlii1 i tra nge i '. clot
runwino tdiplnl-ri:tiqncs iY venwe Ce cii fe; a I'acquisition ; maik hI valenr
scrai it 0 'ul coInc ior so in iim A Ar i 'ti- ef en scapa ytic pr le con cessh i nae1 t
cle 2o de IQi A suil ls mines si lEant a qUCilic In iontalnt do Ia ;'evente
Wen'ith~ 'Xli t ie \p )i( at ,i. mAin k sein 15 "S i'AL (In' B ptol do 1
ii sp'i'i'in niI' r tis do-,n C- 5(li i Poul'- U tiP01
raij, avoi 1it sa d'position.
11. Ga idi'e 'a ci id colte i'mse : J no \'i is pas q noue cet iiia;rle soit
MI. d i n In ii'0ii iti i tlii'e BI c'o: 1 t '1qi'uINI M
tiennoe snip ls mines, inkreisi' ts ,(' aurait tcS ;xAsui'C.
a w'iori'esi', rp;'l't71C'[i"tOhIYt a1"i oaci' (e1I La iogniijc Ia pius 6l6nientairio 1110
Kcdo'vwniiicn ti'cession inili' ree ( l lO aisait Ie 60voi' do lire an morii'
" O Ca' m I'c c' ilCO Lnot n 101i lC'est cc ii 11 j'ai I'it Pour I';' ) ) -
*MeC pae qu Inc onBcssionl c(6IrcfU txIucstions iqui nosii ont 6t6
(* ren'd )'rr'i'thim (ll ti'idisl 1)ose lo s'. Non sculcmnet j';ii In la Ioi,
avsii J lieh, ill atct iJLI!o;iit mix
Inc rappoi't. Nx iei's, ,,i 1,', doe niit'. a Vl quiilex et olie nIt0
In, ne coMMtienit 11e1n (do0 ccqo rayen i7- iil';'[)i'i'lfltions1 (105 Iigiiei'u clie
poie NC. (;:i'd"'': i! it tninhcnrei'ns'- MO
mck t in sans iQltOilon. lin Wi rnppe I- Gi.rdinu1'5 i'or ret D)~puy. Pion;
lai1 une d K QA wOSIol cc qiii a tnadt in cn pI'Areve (1ii mi-
quit liviit oiUiit, (11011 ii no1us a M0s'aaxpulc nAIs
adtlitsx sit I- lre tticdns !aqvielle ii i ioncvcssmiu11 d(ilo n -iiqs. hiilS ij'ent
nons disnk iii f 'e 'nnoe In 'concession/ que, tiepnis In uni'dtofl dui Alpart-
dcoiu' At ~' '/ 1myr ANpequt'!" A" la none ment d~es Ti'avnnx KOM~ic avef Ka
1aJv qu 'iff'Y 'Petu/flPmen! ito /0')]Wt'1- COUP~ 11100!1dCi 1881, uot In m~inirsive.
W na/i'''es e Yd Ji rappolpt'i' ;1 II't lilira,--jx PubliIcs (Ii ;Arrif7 i71tl'
M. Ga i'd(- jiL F'in ngc a ipent dc cc tt bra'iee diu l)omrain1l nationi I.
Venipu'CI'' '1 111 do liil''- i) n Cony&Hounto (Ins 5011 nt. 11:2 n,
do cor'r'i(i'' idont les p)1otiuits sont purt'nent et snimli'niveit CAP net d6-
('ii'5n-it'iiI~e~t prnipri'i'te 'o Fox- d1'l'Lhit l'Y1I no vallx publ)ics -iian
ploitant. Oi' si In hoi donnait ]in pro- 'ialrmittns y vss
priL't(6 peirptnelic do In mine, I'i'C ran- Iisant.
go;', q1ui ne pout krtre pr'opnidtnire doe 1 y a in' I& '"r lu in le me
IM snrfa('e, doviendnadit pr'opr'ietaire sus Ii hi.' lz pou' r touteni i' linkconop?-









REVUE DE LA SOCIfTfI DE LEGISLATION


(tee ci .lI ministry de.si Travax pu-
bli'.,. c'est celle d( 17 juin 18 ,7, sur
les attributions des Secrtaircs d'Etat.
4i'art.2, dans la nomenclature des
",Objlets.attribuds aux divisions mi-
njist6riel!esn on peut voir, au ch:ipitre
Inttrieur, que la confection et. 'en-
tictien des routes, points, canaux, di-
gues, wharfs et autres travaux pu-
blics forment une section; les h6pi-
taux civils, les 6tablisscments et ate-
liers de charity, sont une autre sec-
tion, et apr6s, les mines. mini(res et
cfrri'res comprennent uno section
qti est independante de la section
propremnent dite des travaux publics.
Je ne voispas pourquoi lorsque la
toi dit que c'est le ministry de 1'Intti-
rleur qui doit s'occuper des mines on
vienne me dire: Oui, avant la crea-
ton du department des Travaux pu-
blics, maisdepuis; foutcela a change.
Pourquoi ne pas mettre dans les
attrihutions du ministry des Travaux
publics l'exploitation des bois et fo-
rets? C'est le ministry competent de
I'nttfeieur qni les administre.
Pourquoi les salines de 1'Etat ne
sont elles pas mises aussi sous le con-
tr6ledu ministre desTravauxpublics?
Les mines font parties d'une clause
do proprifdts relevant du Domainre.
L' loi (nrt. 8) dfinit mines et carri6-
res diu Domaine, les tnine.'et carri6-
res q ui r ppunrti-enncnt t laI nation. ( CPS
mines et carri'ecs, dol'art. 5.) Les Do-
maines sont uno section du ministreo
do. I'Int6rieur.
L'art. 12 de la loi du 10 Docembre
186U donhant atu secr6taire d'Etat de
I'Inte'rieir I'administration des miners
est encore debut, cest le ministry
de 1'lnt(rieur qui seul est competent
pour signer les concessions de mi-
nes, minieres et carrteres du Do-
fmaine.
Jo r e conform cette naxime de
droit qui dit oi la oi ne distingue
pas, nul n'a droit de distinguer. Jc
n'en ferai pas uin brocard pour me;
cbntradicteurs.
.Iusqu'h c e que j voio une loi qu
dQftre la question des mines au mi
tristere des Travaux public., je dira


que ce fonctionhaire n'a pas de man'-
dat 16gal pour les donner (n conccs'
sion, serait-il iutoris6 pas le Conseil
des. Sec rt aires d'Etat.
Toutes personnel intr'crsses pour-
ront ttaquer de pareilles concessions
par devant les tribuaux ct on- verra
une decision judiciaire, has(ee sur la
loi,,lire que ces actes faits par un fonc-
tionnaire incomp~itent sont nuls.
Jo r"p"'-te ai, encore, pour qu'on
m'entende bicn, ot, m'appuyant sur
la loi, que les mines ne competent pas
au ministry des Travaux publics.
En attendant, tout ce qui regarded
purement les trav.aux publics : rpa-
ration et r6fection des routes publi-
ques, construction de bassin de dis-
tribution, de chemins de for, do pha-
res, sont dans les attributions natu-
relies du ministry des Travaux pu-
blics.
Monsieur Dupuy nous apprend,
sans nous dire en quelle quality, qu'ii
a cu A examiner, avec les ingenicurs
du Gouvernement, des plans accom-
pagnant les demands de concession
de mines.
Des renscignements exacts me per-
mettcnt d'nflirmer que ces plans de
haute fantaisie n'ont aucune valeur.
J'ai puis6 mesrenscigneinents A bonne
source. Certains concessionnairesde
mines n'tnt pa los IPFAiUi'rit NfiCES-
SAIlIES pour fair les ddpen ,ses de re-
levps tros couteux des p6rinetres
qu'ils ont en on concessions.
A part Ie plan de codeession des
mines de Terre-Neuve qc(t j'ai eu
sous les yeux, plan cot(' ot trvs de-
taille, tout ce que I'on a lpr!wsentf n'a
aucune valeur, mnime de (,'ssir.
Quo M. Dupuy pri'cine nt plan re-
gulier qu'il a vu.
M. Gardre dit qu'il ne me suivra
pas dans les RI'FLEXIONS INTEMPES-
TlvEsque j'ai faites A In fin do mon
! rapport.
Je ne demanderai pas A M. Gardre,
Space que cela nous entrainerait loin
Sides questions doctrinlces souinises a
i la Soci(t', je ne lui deinll.nderai pas
- ni pourquoi, ni comment il a senti
i que ces RIFLEXIONS SONT INTEMPESTI-


~--------- ----- ---i-------------- --.










REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION


vs. Dan- tous les cas les considera- Pour 1'6dification de notre corres-
tions quo, j'ai fait valoir A la fin de pondant, je lui rappellerai quela pro-
mon rapport du 17 janvier se ratta- p pri:' des mines so divise en quatre
chaiont '0troitcment h 1'art. 0U (de la systli m s.
lo0i isur les mines qui faith obligation
de justiLier DES I'ACULTirs NIECESSAIRE5 1 systcme : Droit remain ancien :
pour conduire et entreprendre l'ox- ia ine, accessoire do la propridtc,
tplioi:;tion des mile. appartient au maitre de la superflcie,
(-ot-c d nlo inteniip-..'tifque de par- comnre cola a lieu en Angleterre, ex-
eor do: ';tilc d'une i loi do M. Gar- ceptij' poor ies mines d'ctain du De-
d6ro iwli- me deima nc 'initerpri'ta- vonshire, ios mino1 de plomb du Der-
.m bii ? by, qui sont sonmihes A des rtgles
particuiiiires 11 faudrait y ajouter les
mines d'or et d'argent, qui sont d6-
lclar6es mines royals.
La troi:-ime lettre do M. Gardere
d6montre d plus en plus son part 2" syst'me : La rprioprit6 souter-
pris de ifauisser in texte clair parfaite- ra'ne appartient A l'inventeur ou a
ment intolligible. D'abord ii a vou l'explorateur. Ce system se pratique
lu trouverdans ia loi du 10decembro dans l'Amerique du nord.
1860 que l'art. 21 est encontradiction


avoc le 2 paragraph do I'art. 16, au-
jourd'hui il y voit un non sens. M.
Gardere. g~nd par ce text de i'art. 21,
propose do ee changer. Le procd6d
est des plun com modes. Gard-re
veut, dans la Ile section dos actes et
fnrJifalit.ds qui devront priceder la
concession, substituerAVANT L'OUVER-
'TURE DE TOUS TRAVAUX au lieu des
Itores AVANT LA CONCESSION- consi-
gnes dans la lol.
Ainsi done chacun sa convenance
scr'aitadmis pour le besoin de sa can-
soe modifier la ioi. Dans ce cas, ce
n'est plus la ioi, c'est le bon plaisir q i
serait la r-gle.
M. Gardclro nous dit: l'expropria-
Stion n'est qu'implicite dans la loi
i frangaise, tandisque dansla loi ha-
Stiun e ele est explicite, .
M. Gardiro ne reconnait done pas,
avec sa logique, que 1'expropriation
no pout exister que la on il y a pro-
priWt6. L',tudc approfondie de la
ioi de 1810 nous fait voir qu'il a 6t
refuse' de reconnaitre, en fail, aucune
propriidt du tr6fonds en tifveur du
maitre do la surface. Parune fiction,
naanmoinss'il Sa 6t ;' dollar' qu'une
mine non concddIde appartient au
propri6tairo superficiaire, i n'a pas
la faculty d(e l'exploiter que .-'il eo a
obtenu Ia concession reguliAre.


3" system: La Domanialit~. Les mi-
nes appartiennent a la nation ou A la
couronne. Ainsi on le comprend en
Allemagne, en Autriche, en Bavihre,
en Prusse, en Subde, en Norw6ge.
En Saxe on ne reconnait aucun
droitau proprictaire superficinire ; ce-
pendant il a la libre disposition de la
houille.

4" syst6me, oC la mine est consi-
drieo Res nulliu.. Elle n'appartient A
personnel, jusqu'ace que 1'Etat en ac-
corde la concession A celui jug6 le
plus capable do fire valoir cette ri-
chesse et d'en tirer parti.

En Haiti c'cst done le systime de la
domanialiti quipr6vaut, avecun tem-
perament en faveur du maltre du sol,
a qui it est accord une redevance,
qui, dans aucun cas, ne peut 6tre
mnoindrede 5 /o de la redevance pro-
portionnelle due ii I'Etat.
M.Gardre nous dit: ( Les droits
a du proprietaire de la surface du sol
Spouvent~itre mis en cause post6-
lo riurement A la concession ). M.
(:Gardh'r distingue on la loi no distin-
gue pas. M. Gardire ajoute la loi.
Doit-on tol6rer uno pareille prdten-
tion?Je e le crois pas.
II est inexact de dire que c'est pos-









18 REVUE DE LA SOCIHET1 DE LEGISLATION


tdrieurement, la concession que les
drit-s du propri6taire peuvent etre
misen cause. Ils sont en cause des
que les prospections sont possibles.
Avant meme de les commencer. C'est
Ta l' doctrine, c'est la loi, c'est la raison,
c'est de bon sens qui le corn mandent.
M. Gardere nous dit qu'ily a une
difference entire note loi et la loi
francaise. D'accord. Catte difference
n'est pas dans le texte, mais dans la
former d'octroyer la concession.
Pour la France, apresl'accomplisse"
nment de toutes les formalites preli-
minaires, apres q)e I'autorit6 comp6-
tente a constant queceluiqui deman-
de une concession de mine a jis;i/;i
des facultes et moyens de conduire a bon-
nefin I'exploitation, elle fait un rapport
au gouvernement et alors c'est un
acte solennel, un decret du chef de
1'Etat, qui est le titre de la concession.
Ce d1cretest rendu en conseil d'Etat,
(( c'est la puissance publique qui creek
Sune nouvelle proprit6 ,, et l'attribue
A, un individu capable.
.--En HaTii, rien de tout cela, on ne
cree par.une proprietd nouvelle, c'est
une propri6t6 du Domaine, bien de
la nation, que le ministry competent
donne par un simple contract, discutd
en Conseil des Secr6taires d'Etat,
toutefois apr6s avoir-observe les for-
.malites de la loi qui devront prkec-
derce contract.
M. Gard6re trouve que son argu-
mentation prouve surabondamment
le non-sens des arts. 21 et 22 avec
les mots avant-la concession Je ne le
Sense pas. Je crois que la Socit6 sure
ce pl-oinit est d'accord avec son rap
porteur, ce sont ces mots ((avant la
concession,, qui offusquent M. Gac-
dere. Cependant si on a des'observa-.
/ tins a prodaire, c'est bien avant de
mettre le concessionnaire en posses-
sion de la mine qu',lles.seront utile-
ment faites.
.11 estabsurde de soutenir que c'est
Saavant l'ouverture des trayaux lors-
que leconcessionnaire, nanti d'un
acteaut'hentique, a fait des frais 6nor-.
mesenoutillage, en materiel et mme
en personnel qu'on pourrait fair des


observations ou r6clamations. ML
Gardere nous a rappeld qu'il faudrait
le contours des capitaux strangers
pour l'exploitation de nos mines; ilne
voit done pas quel beau champ de r6-
clamations diplomatiques il aura ou-
vert, si les revendications ou obser-
vations pouvaientsefaire avantl'ou-
verture des travaux, apres I'acte de
concession.
Les modifications proposees par
notre correspondent ne sauraient
Strouver place dans la loi. C'est avant
la concession.que le proprietairede
la surface du sol, que les inventeurs
qui ont trouv6 la, mine, que les ex-
plorateurs qui ont jugd la mine ex-
ploitable et toutes personnel interes-
sees doivent6tre entendis pour pre-
senter leurs observations, faire leurs
opposition.
M. Gardere enfin croit que toutes
personnel int6ressces, cela veat dire
interessees A la surfaced sol. Voi-
la ce qu'on peut dire torturer une loi.
Les explora.teurs, inventeurs, cr6an-
ciers d'iceux oudu propri6taire n'ont
bien souvent aucun droit sur la sur-
face du sol au tr6fondsduquel se tro,u-
ve une mine. M. Gardere se trompe.
J'ai cru devoir repousser tout ce rai-
sonnemenrt de notre correspondent;
il n'est pas meme specieux.
BOUZON.
14 Mars 1906.

M. Denis. Avec les hl6ments
nouveaux qui nous sont f.~ r ii-, et la
response de notre coilHgue Bouzon,
il y a lieu pour nous de renvoyer la
discussion Ii la prochaine reunion
pour permettre aux membres de la
Soci6te de les bien examiner.
NM. le President: Je suis de cet avis,
mais alors des imprimes deces com.
munications et de la reponse de M.
PB.,ini, seront rflii pour 6tre dis-
ti i.b.:.- avant, la prochaine -r6union.
La Socidt( se prononce dans: ce
sens.
Lecture est ido:)nrrnJ du present pro-
ces-verbal qui est sanctionn n0 sfiance
tenante. Puis la seance est lev6e.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Sur les attributions des Secrdtaires d'E-
tat de la Republique et leurs /rais de
niorndce et de loyement..

L.e Prisident d'Haiti, de l'avis du
Conseil d(,s Secretairos d'Etat, a pro-
pfos)'. et i- Corps lgigslatif a rendu la
loi suiiva,!te :

Aiticloe I. Les DIpartements
d.es quatre Secr-6iaires d'Etat, crde.s
par la Conslitution, comprennent les
division.- suivantos :


Les Finances ;
Le Commerce ;
La Justice ;
L'Instruction publique:
Les Cultes ;
L'ntrieur ;
L'Agriculture;
La Guerre ;
La Marine;
Les Relations extdrieures ;


Article 2. Les objets attribu6s
aux divisions sus-dites sont repartis
ainsi qu'il suit :

Finance. : .1 L'exdcution des lois
sur I'assietto. la repartition et Ic re-
couvrement des contributions di-
ro -tc,, sur la perception des contri-
butions indiir ctes, sur la fabrication
des inonlnais, sur I'administration et
I.a direction des douanes, des bureau x
d'en iegistrement, et d'hypotheques,
sur la I '('gijo et ia vented du paper
timbie, sur le formage et la regie
des bacs. do: salines, des boucheries
et autres entreprises qui rendent une
sonmm (i quelconque a l'Etat ; o2 la

surveillance de la Tr6sorerie g6dn-
iale ct des Trdsoreries particulicres,
des magasins de l'Etit, de l'H6tli
des monnaics et la verification de la
comptabilitO do tous los administra-
teurs et autres agents de l'adminis-
tration des finances ; 3o La tenue
du grand livro e la dotte publique,


tant At 'int6rieur qu'a I'exterieur, de
celui des crances de I'Etat contre
divers, de celui des pensions civiles.

Commerce : 1 La correspon-
dance avec !es consuls que la Repu-
blique entretiendra dans les pays
strangers sur les affairs du com-
merce national, avec les consuls
strangers nccriditis en Haiti dans
les cas de reclamation ; 20 l'excution
des lois relatives it 1'industrie, aux
manufactures nationals, au com-
merce interieur et h son movement
dans les ports ouverts et nutres, aux
attributions des commissionnaires,
courtiers et agents do change; 3 la
proposition de tout cc qui a rapport
aux tariffs des douanes, tant A l'im-
portation qu'a l'exportation.


Justice : 1 La correspondence
habituelle avec les tribunaux et les
commissaires du Gouvernement, rant
pour 1'exdcution des lois que pour
une prompted etbonneadministration
de la justice : la preparation de tout
objet sur les questions qui exigent
une interpretation de la loi par les
pouvoirs qui la font; 2@ la surveil-
lance do tous lesoffcieirs minist(riels
et autres officers publics attaches
au Corps de la magistrature, lesop6-
rations de l'Etnar civil; 30 la surveil-
lance des .gr", .!': des tribunaux et
autres d6p6ts des actes publics pour
la conservation des papers et docu-
ments des families et des proprietes;
4o la legislation de tous les notes qui
vont a l'6t'anger, cmanes soit des
tribunaux, soiL des officers publics,
l'inspection, quand il y a lieu, des
prisons et des audiences des tribu-
naux, afin de sassurer si la disci-
pline y est observe d'apris ,les lois
organiques, la tenue des registres
contenant les daTes des publications
des lois ot autres actes du gouverne-
ment dans les differences parties de
la Republique.

Instruction publique: 1" L'ex6cu-
lion des lois relatives A l'6ducation
et h l'instruction publique, A la sur-








REVUE DE LA SOCIET1I DE LEGISLATION


veillance des ecoles nationals et i I'administration et "t la vente des
particuli6res, des itablissementsdes domaines nationnux et des forces,
sciences, lettres et arts, aux oncou- aux fites nationals, nux poids et
ragements A donner aux savants, measures, a la formation des tableaux
aux gens do lettres et artistes, la cor- do population, a la police commu-
,respondance avec les Soci6t's sa- nale, a la police sanitaire, a la grande
vantes etreang6res; 2 lasurveillance et petite voieric, la construction et
de l'Universit( haitienne, la corres- a la conservation deo batiments ci-
pondance avoc les commissions pro- vils et de leur mobilier, it a police
posees par la loi a l'inspection dedes tlh;'Itres etaufres li ux de spec-
6tablissements d'instruction publi- tackles publics. etc ; 3" la garde du
que. sceau de l'Etat pour seller les lois et
autres acts du Gouvernement, ainsi
Cultes: 1 L'execution des lois que les traits et autres convention
relatives au libre exercise des divers intornationales.
cultes admis dans la R1publique. la
surveillance des temples et es (gli- '. ur o L'xcution des
ses, sur les ministries des diverse re- lois relatives a l'agriculture en gen6-
ligions, surl'administrationdesdroits ral, aux proc(dds de perfectionne-
curiaux des eglises catholiques con- ment i y introduire, aux etablisse-
fisesaux conseils descommunes, sur ments modules. h la police des cam-
le mraintion de a circonscription terri- pagnes. aux dessoclieInetIs et dfri-
toriale des paroisses d6termin(,es chemcents, au boisemenot (des sources
par le Gouvernement 20 I'exdcution et riviires, aux iaraa ou atltes pu-
de toutes les conventions qui pour- bliques, aux cole.s vetrinairesaux
rontitre faites dans linterit de Ia re- rIcompenses a ac'ordoe aux mi)eil-
ligion catholique, apostolique ct ro- leurs cultivateurs.
maine.
Guerre : 1 L'executiou ldes lois
Inte'rieur 1 La surveillance et et r'glements relatifsa I'organisation
la conservation des imprimeries ct des troupes de line, de l'artillerie,
des bibliothi ques nationals, l'im- de la cavalerie, du ginie, do la gen-
pression et l'envoi des lois et nu- darmerie ot des gardens nationales,
tres actes du Gouvernement aux et la centralisation des matricules de
autorit6s constitutes pour leur exe- ces divers corps; 20 la surveillance
caution, lasurveillance t la. direction du mouvementet del'emploi destrou-
de la post aux lettres ; 2" L'execu- pos et des gardes nationals, pour la
tion des lois relati ves aux assemblies stretd interie:ire et ext'ioieure de 1'E-
primaireset 6lectorales, aux conseils tat, dans les cas de guecrre et de tron-
d'arrondissements et de communes, blues civils; 3: la survei laine et Iad-
a la police g6n6ralo, A la strtet6 ct it ministration des arsenaux. l'entre-
la tranquillity~ intdrieurede d la Repi- lion des fortifications ca de, pniaces
blique, au regime des prisons, nai- d1 guerro, la surveillance, I'e!tre-
sons centrales, maisons d'arrits, de tlie n lt i'admiinistration des )pi!-iux
justice et de force, h la repression de( ii i ires ; I la cntralisation des
la mendicito et du vagabondage, i la r;evus oer ta(ts de sold et do ration
confection et Ll'entretion des routes, do !'nmis : active, !e recrutement,
ponts,canaux,digues,whiarfsetautr(.,s e I',, i tion, I1'iabillement et 1'equipe-
travaux publics, aux hpitaux civil, imenut des troupes, ia sold des inva-
aux 6tablissements et ateliers de cha- lides, des veterans ct des officiers en
rit6, aux mines, minires etcarrieres, ion activity, les pensions ot sccours
Sla navigation int6rieure, au hallage .accordesaux veuves etorphelins des
etau flottage des bois sur lesrivieres, Imilitaires morts aux combats; 50 la








REVUE DE LA SOCIETLT DE LEGISLATION


formation des conseils d'administra-
tion des corps, des conseils spcciaux
militaires et des conseils do revision.
Marine 10 L'administration des
ports. des prisons maritim -es et des
batiments (dl guerre do la R6publi-
que; 2 la lirecction des armements,
constru ctio:; r]'p rations. entretien
et ravitaille men! des dits bAti ments de
guerre; 301 ; surveillance des forces
navales et des operations niiitaires
de la marine ; 4 ia surveillance des
pecheries sur les eotsco de la Ropu-
blique ; 50 la surveilHance sur le ser-
vice des classes, sur l'enr61ement et
te recrutement maritime, et sur to
personnel du cabotage national com-
me faisant parties de la force publi-
quc ; Go la formation des conseilsspd-
ciaux maritime et des (conseils de re-
vision.
Relations extirieures: 1 La cor-
respondance avc Ics agents diplo-
matiques et consulaires que la Rd-
publqiueenverra ou entretiendra au-
pres des puissances 'trangeres ; 20
l'ex6cution des traits ou autres con-
ventions internationals ; 3L la sur-
veillance et nl difen.-e au dehors des


Article 5. lIs correspondent avec
les autoritcs constitutes, dans les cns
prmIvus par la Constitution ou par !e-
lois.

Article ;. Les Secretaires d'Elat
preparent chacun annuellenient !e
budget do !lou d,'partement respec-
tif, et Ic Secr taired'Etatdes finance;
prosente aux Chamnbres Ie budget -
ncral de l'Etat. Les fonds assian~eks
la partic du service sont mis-i la dis-
position des Secretaires d'Etat, sui-
vant les prescriptions de l'article 166
de la Constitution ei lea forms dleor-
mindes par les lois actuelles sur l'ad-
ministration des finances jusqu'a co
qu'il y soil 16galorent deroge.
Article 7. Chaque Secretaire d'E-
tat recoit du tt sor public, i titre de
frais de location, une indemnity an-
nuelle de douze cents gourde:- pour
son logement et ses bureau.
Article 8. --- Les Secr6taires d'Etat
resident habitucllement A la Capitale,
ou dans tous les autres lieux o'i le
siege du Gouvernement serait trans-
port6 momentanement. Lorsque le
Pi .cid nit d'i n'iti est on tr7inp :,e ranno


int(rets politiques et commerciaux les Departements, il y a a moins
de la nation haitienne ; la corres- deux Secritaires d'Etat qui voyagent
pondance avec les agents diplomati- avec li. Chaaue Secretaire d'Etat
quesetconsulairesqu les poissances irecoitdu tr6sor public, pour frnis de
6trangroes enverront ou entretien-- tournde, une indemnity fix6e a 1.000
dront dans la R6pubiique. gourdes par chaque tournie d'un
Article 3. Les Secretaires d'Etat mois ou plus, et it 500 gourdes seule-
travaillent habitueliement avec le ment, si la tourn(e, dure moins d'nn
President d'Ha;ti nour toutes les af- mois.


fairies concernant leurs attributions
respective. Lorsque e cas 1'exige,
ils lui remettront des papers dcrits.
Article 4. ils donnent aux agents
qui laur sont subordonnis tous les
ordres necessaires pour I'execution
des measures arr;tdes par te Gouver-
nement. Ils leur donnent 6galement
toutes les instructions que necessite
I'ex6cution des lois,qui entrentdans
leursattributions respectives.UIs con-
tre-signent ces lois ainsi que les pro-
jets adress6s aux Chambres par le
Pouvoir executif.


Article. 9. La present loi abroge
toutes lois et dispositions de lois qui
iui sont contraires.
Article. 10. Les Secr6taires d'E-
tat, chacun en ce qni le concern,
sont charges do 1'ex6cution id la prd-
sente loi.
Donne a la Maison Nationale du
Port-au-Prince, le 25Mars1817, an *44
de l'Ind6pondance.

Le president du Senat,
(Signa ): JOSEPH FRANCOIS.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Les secretaires,
(Sign : PHILIPPEAU fils, P. F.
TOUSSAINT.

Donne iI la Chambre des Repr(,-
sentants, au Port-au-Prince, li 7 Juin
1847. an 41' de l'Independance.
Le president de la Chambre,
(Sign) : F. JN JOSEPH.

Les secrdtaires,
( Sign') : JN ISIDORE, DA-viD
St ROME.


Au nom de la R6publique, le PIed-
sidentordonne que la loi ci-dessus du
Corps 1lgislatif soil revdtue du sceau
de ia Rpublique, public et executee.
Donnd au Palais National du Port-
au-Prince, le 17 Juin 1847, an 44c de
l' ndr! .r 1 .-iir,.:e,
( Sign ) : SOULOUQUlE.
Par le Prsident :
Le Sect taire d'Etat de la Guerre
el de la Marine,
(Sign6) : J. PAUL.
Le Secrdtaire d'Etat au Departement
de I'Intdrieur et de I'Agriculture,
(Signd): C. ARDOUIN.

Le Seci taire d'Elat des Finances.
v Commerce el des Relations exitricures,

(Signe) : A. DUPUY.
L" Secretaire d'Etat de la Justice, de
gfnstructi')o piublique et des Cultes,
(Sign ) : A LAROCHEL.


-VAZ= -rE


LES OHIGINES
DE
LA QUESTION NOiRE


Adamii Smith, dans son magistral
Trailed sur la nature el les cases de la
richesse (de. nations, constate : que le
premier ctablissement des difftren-
tes colonies eturopeennes n'a pas e(,
pour cause un int6rit aussi simple
et aussi evident que celui qui doter-
mina la foundation des anciennes co-
lonies grecques et romaines .
Commentant c'ele important ob-
servation du celebre philosophe-6co-
nomiste deossais, Paul LeroyBeaulieu
ajoute: ( Co n'est ni 1'exubirance de
la population, ni des crises rcligion-
ses ou 1)politi(ques, ni le besoin de dd-
bouches pour l'industrie du vieux
monde; aucuno de ces causes, de-
puissi puissamnent active, n'eut
part a la foundation des premieres co-
lonies europecnnes... La colonisation
parait etre la condition de la paix
en Europe; c'est la soupape par !a-
quelle l'ambition politique sn ddga-
ge, lc desire de conqui tes et l'inqui6-
tude des peoples trouvent i s'apai-
se r ,1 ( 1 ).
( Dans 1'itiat actual du monde,,,
affirmed d'autre parl, I Joni Stuart Mill,
et nous l'en croyois sans peine, ( la
foundation de colonies est la meilleure
affaire dans laquellI on Dpisse enga-
ger les capitaux d'un richi pays (/2)
En terms plus explicit tes, les entre-
priscs de colonisation roderno ne
proc','dent que de l'esprit de conquite
ou de lucre ct ne visent qu'a\ la satis-
faction des intorits d'une scule cat6-
goric d'inldress6s.
Comment ces enterprises so nt
clles effectudes? Par la violence,
comme nul n'en igno;e : l'extermi-
nation des indligenes t 6t6 presque

1 Paul Levoy-Beaulieul, LA COLOMSA'TION CHEZ LES PEU-
PLES MOUEIINES.
S 1. Stuart Mill, PRINCIPrFS D'l(COxOMlE POLI'IQUE.









REVUE DE LA SOCIItTi DE LEGISLATION


partout la premiere page de l'occu-
pation. des colonies ( 3).
Mais ce n'est pas tout de massa-
crer les trois quarts des populations
et de. vouer a l'avilissement les sur-
vivants, syst6rmatiquement abatis;
il faut encore tirer parti des pays
doht on a brutalement exproprii les
premiers habitants, il faut que ITex-
ploitation se solde-en b6nefices reels
pour 1'exploitant. Quel moyen peut
mieux assurer ce but supreme des
mercantis que l'6tablissement d'une
main-d'oeuvre gratuite ?
Tel est 1'enchainement des tristes
.contingencesgqui donnerent naissan-
ce A l odieux traffic connu sous le
nom de traite des ndgres, corollaire
execrable de 1'esclavage colonial.
don't les indicibles horreurs, regle-
mentees par les lois des nations les
plus chretiennes de l'Europe, d6sho-
norerent l'humanit6 durantplus de
.trois siecles.
Se represente-t-on bien, de nos
jours, tout ce que ce mot d'esclavage
content d'odieux et de revoltant pour
la dignity humaine?
..L'historien anglais John Wesley a
denomme tres justement I'esclava-
ge : ( 'abregede toutes les infamies ,,
Avec une justesse non moins frap-
pante, Canning dc6init un bateau ne-
.grier: l(-a plus grande reunion *de
crimes sous le plus petit space pos-
sible ,. Robert Peel, 6tant Premier
M1 inistre, d6clara que ,,la traitedes
noirs a excit6'a plus de crimes qu'au-
u:.un acte public qui -ait jamaiis et6
commis par aucune nation, quel que
frt son mepris pour les lois divines
.et humaines ,.
Pliur que (tde Ainglis en arrivent a
qualifier do In s-orte un acte aci.iiqel
,la Grande Bretagne brit une part si
conilidl'.rabl., il fiut veritablement
,que la measure ait ite'comble.
c On reste qiil.liuefii.s saisi d'e-
moi ,, a ecrit Alphonse Daudet, de-
vant ceriains mots. qu'Qni rp,,blait
de confiance et drit le sens-profond,


Adglstin Cchin. L'ABOLITION DE L'ESCLA\,AG .


effrayant, vous apparaitun beaujour.
Celui qui n'apas eu faim, quin'a pas
eu froid, qui n'a pas souffert, ne peut
parler ni de la faim, ni du froid, ni
de la souffrance. II ne sait m6me pas
tres bien ce que c'est que le pain, ce
que c'est que le feu, ce que c'est que
la resignation.
L'esclavage est un crime de lese-
numanit6 tellementatroce, qu'il n'est
pas necessaire d'en avoir endure les
souffrances pour 6tre A meme d'en
concevoir et d'en exprimer toute
1'horreur.
II est un- crime surtout, disait,
il y a soixante-douze ans, le grand
abolitionniste Thomas Clarkson, (( i
est un crime surtout qui 'pse sur la
m6moire des n6griers: celui d'avoir
retard de pros de trois siecles la ci-
vilisation africaine. Mais quels ter-
mes emploierons-nous pour carac-
terissr' cet autre crime qu'on est en
droit de leur reprocher, celui d'avoir
imports dans les colonies europeen-
nes des'inilliers d'hommes et de les
avoir condamn6s A y vivre, eux etleur
po':istrit, pour toujours, dans l'abais-
sement et la plus humiliante d6gra-
dation ? Comment appellerions-nqus
I'homme qui inoculerait dars le sang
de ses semblables un poison conta-
gieux, de maniere & les firapper d'une
1lpre. hideuse jusque dans leur der-
nire posterit6 ? Ne dirions'i-ous pas
qu'un tel homn le est u n monstre vonmi
parles efers ? Eh bien, ces'mo istres
ce sont -les-ngriers I Ils ont inoceil,
non h quelques personnes- mais a
une portion enti4redu genre h u main.
la lepre morale d'uh avilissement
perp6tuel... .
(,Si nous fixons la reflexion sur
tous,: es faits, sur cette masse acca-
blante de preu ves doulou reuses, 'nous
serons .for'ci's de conclij lre que l'his-
toire dlu.ionde ne prenente pas, dans
ses annales, une accumulation de
souffrartnce, et. une corrnplexit' de
forfairs qu'on puisse mettre en paral-
lle avec les morstrueu-es lhorreurs
qui ont signal la pratique de la trai-










REVUE DE LA SOCIIETE DE LEGISLATION


*te par les nations europbeinnes (1)
1I vint un moment ou le poids de
ce.- crimes parut si lourd a la cons-
cience do quelques pliilantropes,
qu'iis resolurent de consacror touted
le!' activity it on obtenir la cessa-
tion.
En France, dos l'anne 17i8'' Bris-
so id Varville, Condorceo, LaRoche-
focauld. Lac"pede, Potion, Clavire.
Dupont de Nomours, Lafayette, I'ab-
b i G dgoire et l'abiL Siyi ,., fon-
daient la Socidtd des Amis des Nonis,
de concertavec quelquesu jones gens
de couieur, originaires de Saiin,-Do-
mingue. A la mime dpoque so dove-
ioppait, en Angleterre, une pl6iado
philanthropique, non moins z6le,
qui avait pour principaux repr6sen-
tants WVilberforce, Clarkson, Gran-
vill-eSharp, Buxton et Thomas Pay-
ne.
IMais nous devons a la v6ritO de re-
connaitre que bien avant les phi-
lantropes. au debut minme de I'escl;-
vage moderne, la Papanut6- c'etait
d'ailleurs, son devoir strict, fit de
siacires efforts pour coml)attre la
yrapparition de cet abominable fleau
social.

L'esclavage, grace au christianis-
rae, avait it pcu pres disparu de 'Eu-
cope vers le XXIIl siecle. I1 n'est
pout-:tro pas mauvais de rappeler, a
Ce propos, que les Anglais, appelds
en ce temps los Angles, out 6dt les der-
tiers cselaves de l'Occident.
Corrompus par l'exemple des mu-
suimans centre lesquels ils guerro-
y6rent longtemps, les Portugais fi-
rent revive l'infame traffic a partir
de 1443.
Le 7 octobre 146k2, le Pape Pie 1I
acressait a un 6v6que partant pour
la Guin6e un bref oi ii lui ordonnait
de s'dlevev aven three con tre les c hrd-
tiens coupables d'entrainer les n6o-
pi ytes en la servitude.
Le 24 juin 1593, Innocent VII en-
voic aux premiers rissionnaires


charges cd'dvangiliser l'Aintrique
une bullet oii, ratifiant la prise de
possession du Nouveau-.MIondc, sons
la condition quo les sou vriains cspa-
gnols y r'p' andi:sent los bioenfiaits de
laI religion, le chef de La catiolicit6
recornmande surtout do bien iraiter
lsc indig'rnes.
L on) X, en 152i, declare, du haut
tdo i ci;:ire pontificale, qu;o non
soulement la religion chrt:ienne,
mais i.core l la nature protest con-
tre i'dtat d'csclavage ,.
Paul III, dans on bref rotentissant
proi-mulgu6 en 1537, affirne solennel-
le ment (que t,-us lo lio mmes, cluels
qu'iis soient, ont tun triple idroit in-
prescriptible!e do drt d'io e mtaitres
do lour personnel, ledro!t do vivre en
society' d'apri',s leurs lois, le droit
d'acqudrir et de posseder ,: et i! appel-
le la mal6diction du ciel sur les Euro-
pcons qui assierviraient les Indiens
ou touteautre catc!g') io ('i homnmes ).
Lo 22avril 139, Urbain VIII dfend
Sde pr river les n:i;'s do leur l ibertl ,
de les enlever A leur patrie, A i.'urs
femmes et hi lours enfants, do les
dcpouiller de leurs propri6ts ) (1).
En 1711, Benoit XIV repete les mi-
mes prohibitions, dans une bullet
iadrossde aux ('veques du Brisil et
Sedans une lettre au roi do Portugal.
SPie VII, i la session du CongirOs de
Vienne tenue en f6vrier 1815, enga-
gea los souverains confederes de
l'Europe i prendre des measures pour
l'aboiition complete de la traite des
noirs.
Gr6goire XVI en 1840, fit des repro-
ches s6vi:reAcheux qui comn mttaient
le crime de lse humanil'; il renou-
velales pcincs 6tabliescontre eux.
Enfin, par la cedlbro encyclique
In plu'imis adress,' ,le 5 mai 1888, a
l'6piscopat br6silien ct qui dktermi-


1 Bossuet tail done en contradiction formelle avee rO
Saint-Siege, en 6crivant que ( condamner I'etat d'esclavage.
ce serait non senlement cuudamnner e Droit des gens oW la
servitude est admise, colmne il parait par toutes MIs lois


Isclaves. par ta bouche do Saint-Paild, d'i dnmourer en Teur
Ptat el a ulige point tes malttes A les affranchjrv ( 4. Corim-
SLE CI DES AFFRIICAfS CONTR I S OPPRESSORS WIhe., Vtt, 2%, Ephes., VI. 7. Tossuet, 5o AVFRTISS. SUIR LEV
eam Thomas Ctckson. i'r'rnI s DE Mt..T RIRen, 't DidOt, 181,, t. 1%, p. 4(A.


me.e on assend r


~----- ~CI------








REVTJ] DE LA SQCI2TPL DE LEGISLATION


na l'affranc'issoment des noirs, rea-
lis6 an Br-sil pa r la comtesse d'Eo,
r'6gente de l'Empire, dco d 'ote dla
Rose d'Or pour cet acte minagiJnimer
(1'); par' I'a;~ffcaktio. sp Iciaile, datns
toutes les ( lises, dle la jlu'te do l'E-
piphanie a l'ceuvvre d.i rachat des es-
claves ; par la croisade africaine, qu'il
a inspire e au zeie dn cardlinal Lavi-
gerie, L"on XIII a raffe;emi ravec 6clat
le principle antiesola;vagist, cont'-
nu dans la loi do frate'nit6 univer-
selle pro.nulgu0c par Jsus-Christ
lui mine come bas? de sa religion
foncierement egalitaire.
Voila ce qui revient ala Papaut6
dans la propulsion dou mouvemont
antiesciavagiste. Cette part, on en
conviendra. n'est vrtimrnnt pas ii'-
gligeable.
.Mais nous disent qLuelque-spro-
tagonistes intransig ant- de._ la ilb)re
pensee, ne savez-vou.-L done pai,
que sous IC bd-n1ice di c( proite.sa-
tions de pure iormine i'Eglise catholi-
que atoujouils 6t6 p!iine d'indulgen-
cc et de tendre_-e pour !es trafl-
quants d'e.claves, parmi lesquelsse
distinguaient les roi .- trs chritiens,)
et les descendants les plus illustres
des crois6e'? 'TNe savez-vous pas quo
les pr-tres ne prechaient aux negres
que la soumission et la resignation
et que, non seu!ement ils ont contri-
bu6 ainsi a perpctuer le crime de
1se-humanit(', mais qu'ils out eux-
rn'imes poss6d6 des esc'Slavx a1 ins-
tar des negriersjustemnent li4tris? ,,
Non, helas! nous n'ignorons point
ces fails pro fondcdi'menl regret i ':
Nous savons que. a l'epoquee I 'es-
clavage colonial, quelques [prettes
ayant 6td expulst's de certaines colo-
nies, sur la plainte des colons qui
leur reprochaient d'inculquer aux
negres des ides de liberty, les pr6-
fets apostoliques recommnanderent
A leurs subordonnis de s'abstenir
desornmais du toute allusion au su-
jet de la llbertd. Nous savons que 1'E-
vangile enseign6 alorsaux noirs
cdnsislait essentiellement en un comn-
mintaivr des texts sur la patience
et qu'tl n'ot'ait ptiint fait mention des


teates sur lFgalite, qui foisonnent
pourtant dans les livres saints
La religion catholique ( a ecrlit
Augustin Cochin don't I'orthodoxie ne
saurait teie suspect, la religion ca-
thlique n'a pas propagi l'esclavage,
mais c'est un malheur deplorable
qu'elle ne I'.it pas plus s6vorement
reprouv6 et qu'elle ait fini par V'ac-
cepter scaind(alusement pour son
propre usage. La religion a M6t la
prem-nie ire victim de cette faute, et le
clergO I'a douloureusement expie,
car i'esc.lavage a corrompu les pri-
tres et, mime sans les corrompre,
ii a gen ieur predlication. fausse leur
situation, avili leur minister. (2)
Qui pourrait n'etre pas indign ,,,
disait I'abbh GOregoire,, en entendant
des missionnaires parlor aux escla-
ves duc tort que leur fuite et leur
example causent a leur' maitres ?
1aisz n'es.t-il pas just d'ajouter que
si des pritres et des eveques micon-
nurent leur caract,'re evangi'lique
au point de possder d es enclaves,
on n vit d'autres, come n Pierre
Claver et Libermann, se devouer'
jusqu'5 se vendre eux-m emes pour
les affranchir ?
Ce n'etait pas sans raison que des
negres esclaves. d'.ji ext"nuds par
le surmenage intensiftqu'on leur im-
posait le jour, sirs d'en ktre punis
le lendemnain, faisaient pari'oisjus-
qu'a dix et douze kilomn tres, la nuit
pour se rendre au catchisme, A l'ap-
pel des missionnaires.
La religion catholique, en effet.
n'apportait pas seulement I'esplran-
ce A de pauvres ames vouies a l'ac-
cablement, elle leur procurait un
bienfaitpositifen donnant, par le ba-
teine. des parrains et des marrai-

1. La filee do dom Pedro est digne, a r-t .'rrl. de la vd-
neration universelle, car i I est maintonant I ,l i.". I'rman-
cipation des esclaves an Brisil lui a coitt le trOne. S. A,
AMne la comptesse d'Eu, Pr(sidente d honneurdu Cnomit6 des
Dames patrornneses de la Socidtl antieeclavagiste de Fran-
ce. coop're tres aclivemput ta I'Fnovre de la regeneration afri-
caine : nous avons reou d'llle, pour it relivement social des
noirs, un tenoienage de sptr-iale bicnivcillance don't nuus
lui sommes profoutndenwnt rcconnaissant.
I2. Aauustln Cochlin, ABOLITION DE I,'tsEcLAVAUE.CCe onvra-
F'un des plus imporlants qui alent e.it publitOs sui' lu qnes-
lion dtn IEsdLvage rontltrne un raf monument ievedt.
gltire d a a rit'.t dte la justice et 'e ta fr'at0inft dtirHttI-
ne.


S


_ ~_l----------CI-







RZVUE DE LA-OA SOCtI'gT LFE LXAT2'fN


nes h des Mtres sans famille. Rebut
de la soci6tk humaine, l'csclave trou-
vait dans le pretre un confident, un
ami; il recevait, par la communion
en compagnie des fid('les, les ineffa-
bles honneurs de l'6galit6 devant
Dieu. N'ayant pas de peinoe imagi-
ner une existence meilleure que
n'etait pour lui la miserable vie pi6-
sente, il soupirait apres le ciel pro-
mis Atses vertus, et les paroles de 'E-
vangile, rdsonnant comme l'echo
suavement myst6rieux d'une patrie
lointaine, bercaient delicieusement
ses rives imprecis de lihert6 future.
L'Eglise, en un mot, constituait v61ri-
tablement 'pour l'eselave un lieu d'a-
sile et un foyer: c'etait le soul coin
du monde colonial ou il put gotter
d'un repos el d'un bonleur relatifs.
D'ailleurs si les protestations des
chefs de l'Eglise catholique demeu-
r~rent sans effet contre I'esclavage,
la science contemporaine, tout corn-
me la philosophic antique, porte
!a honte de l'avoir formcllement ap-
prouv6.
La renaissance de 'esclavage, au
xv siecle, eut pour resultat do fair
revive les doctrines tendant ~t lajus-
tification du crime de lse-humanit6.
Aristote regnait encore en maitre
sur les esprits cultiv6s (1).
Seul, au xvre si6cle, le grand juriste
frangais Jean Bodin ose attaquer la
theorie esclavagiste d'Aristote, qu'il
r6fute magistralement, tant au point
de vue du just que de Futile.
Au xvir siecle, Grotius, le c6elbre


1 i II existe deux so0 tes d'hommes, don't ]e sort est mar-
qu4 des la naissance :les uns sont naturellement libies,
les autres naturelerent esclaves. et pour ces derniers l'es-
clavage est aussi utile qu'il est juste... L'animal engendre
un saimal et I'esclave un esclave... ) Arlstote, POLITIQUE.


jurisconsulte hollandais, fondateur
du Droit des gens, pr6ne 1'esclavage
qu'il proclame ( une institution legi-
time n; son disciple Puffendorf profes-
se la mnnmoe opinion.
Au xvirisicle, Voltaire se rnoque
bien de l'esclavage, mais aussi de
l'esclave: il est actionnaire d'une
Society d'exploitation colonial.
Montesquieu, le ( p~re de la Sociolo-
gie n, combat le honteux traffic de la
chair humaine, mais avec une iro-
nie si fine qu'un membre de l'Aca-
d6mie des Sciences morales a pu s'y
mdprendre (1). Rousseau, Mably, et
iSidyes furcnt plus 'atigoriques dans
leurs protestations, publides peu de
temps avant l'dcroulement de l'an-
cien regime.
Quelle ful, au xixa siecle, I'attitude
des gouvernements it 1'gard de l'es-
clavage ? A quel pays revient verita-
blement I'honneur d'avoir dilivr6
1'Europe chretienne de cet opprobre
trois fois seculaire?
II est indispensable d'itre flx sur
ce point, qui n'est pis sans impor-
tance. pour comprendre certain
faits, assez d6routants, de la politi-
que colonial contemporaine.

BENITO SYLVAIN.
a suivre


i. Ch. Giraud. MEIOIRFe A L'ACAD0"J D19 SCIENCES 11o-
RALEP.













REVUE
DE LA

SOCIETEI DE LEGISLATION

Paraissant le 2 de chaque mois.


40MITt DE DIRECTIONN ET DE ftDACTION

Messieurs :

SOLON MENOS .... PRESIDENT.
LAMARTINIERE DENIS SECRETAIRE-GrNERAL.
ED. HERAUX . TRCSORIER.
MAXIMILIEN LA FOREST )
GEORGES SYLVAIN .. MEMBRES.
F. BARON ....... .
BOUZON .......


C.OMiMAIRE
1. SEANCES DE LA SOCIITt.
a. Assemble gen6rale du 4 avril
1906.
b. Reunion du 25 avril.
II. De ensemble de l'interdiction Des-,
.saiienne ( fin ) ..... Louis BORNO
III. Les origins de la question noire
( fin) ........... BENITO SYLVAIN
IV. B'affaire Aboilard ( suite J.
V.* Bibliographie.

SEANCES DELA SOCIETY

Reunion du 4 Avril 1906.
PRISIDENCE DE M. SOLON MEtNOS.
PrBsents : MM. M~nos,NMaximilien La-
f6rest, Edmond H6raux, Georges Syl-
vain, F. Baron, D. Viard, Bouzon, Ed-
mnond LespinasSe. Emmaouel EthBart,
A. Poujol, Fleury Fequi~le, Lamarti-
niere Denis.
Conformement a I'ordre do jour, M.
le Secrelaire general donne leclure 1
1'Assemblke du Rapport par Icquel le co-


mile sortant rend complex fie sa gestion.

Messieurs,
A votre reunion du 15 Mars 1905, vous
nous avez fait l'honneur de nous renouveler
votre confiance en nous redlisant pour diri-
ger vos important travaux et prendre soin
de vos interts. Le moment 6tant arrive
pour notre Socit6 -de reformer son Con-
mite de direction, nous. venons vous faire
notre rapport apnuel.
D6s l'abord. Messieurs, vous constaterez
un double vide dans nos rangs: notre 6mi-
nent collIgue Aurelus Dyer, Doyen du tri-
bunal civil de PorI-au-Prince, s'est 6teintle
12 AoOl de I'a nee derniere. Sa mort a t
un deuil public. Le Gouvernement, en con-
sideration des grands services qu'il a ren-,
dus i la justice, lui a fait des fun&railles na-.
tionales. La Socite6 de Legislation a U6t
prpreseniee en grande majorilte ses ob-
4.ques, et notrecollegue Sylvain lui a adres-
s6 les derniers adieux par le discours que
vous avez lu dans notre Revue.
Quuelques nio;s aprC-, noire collgue H-
rard. Rol suivail dans la tombe M. le Do-
yen Dyetr. eiportani aussi les regrets de
notre Societt.
II. nous dfait reserve par compensation,
de'mnnager a notre ceuvre-une collabora.


15c ANNAZ NoN 3.


JUIN 1906.


PORT-A]JPRINC~E,








REVUE DE LA SOCII'l'E DE LEGISLATION


lion non moins precieuse, en accueillant, ai
titre de membre actif, Monsieur le depute
Fleury FHquiere, don't tout le Pays suit avec
interit les travaux come 'gislateur et
comrme publicist.
Nous vous disions, I'a neo derniere, que
la commission charge d'organiser a Rio-
de-Janeiro la troisinme session du Congres
scientilique de l'Amdrique latine, avait sol-
licite notre cooperation. Quoique le temps
nous ait manqut' pour repondre son appel
aussi largernent que nous 'aurions desire,
nous avons tenu a adresser a la commission
directrice one collection de notre Revue,
avec un choix de volumes et de brochures
contenant des etudes jur:dklues, economi-
ques, m6dicales, historiques, public s tant
par les membres de notre Soci(te que par
d'autres auteurs ha'iliens. Et, a ce propos,
qu'il nous soil purtnis de leur renouveler a
tous pour la bonne grace qu'ils out mise a
nous donner leurs ouvrages, l'expression
de notre sincere reconnaissance.
Nous vous disions 6galement que Man-
sieur le Secretaire d'Etat des Relations Ex-
terieures nous ava fait 1'honneur de sou
mettre a notrle appreciation un important
project de loi sur la nationalist. Ce proje!-a
ete examine avec soin en plusieurs de nos
reunions; et ie '10 1uin 1905, nous avons
pu le retourner au Secretaire d'Etat ;."ec
les modifications faites par laSociet6. Mon-
sieur Firere ne s'est pas contentS de nous
en reinercier par d6peclie, ii a eu la cour-
toisie de laire une visit particuliere de le-
merciemenet anotire college Maximilien La-
forest, charge de la pirsidence pendant la
mission a Paris de lMosieur le Prisident
Solon M16nos.
Outre la question de la nalionalitS, les
matieres suivantes ont. eie traities au course
de I'exercice expire : Du droit des etran-
gers dans la Li gislation lhatienne io itna-
tiere d'lypotleque etd'anl ichrese. Coinpa-
tibilitW entire les functions de miagistratl com-
munal ou de conseiller communal el. celles
d'lnspectour des ecoles. Textc ligal de I'ar--
ticle Li du code civil au regard do text re-
produit dans l''dilion de Linstant Pradines.
PriSsidence de I'Assemble national 'ni l'ab"
sence du l'rsident du Sinat, -- Principe de
la ompetence des tribunaux civil, quand il
y a une question de I'ordre criminal agitee.
-Sens exact de l'ai licle 339 du code d'ins-
truction criminellh : amended adjug6e i la
parties civile.- Interpretation des articles 40
et 41, 31 et 32, 16 et 21 de la loi de 1860
sur les mines et carrieres.
La question du droit d'emphytdose qui


avait dSjS donned lieu a de brillantes dis-
cussions, a eu un regain de faveur a la suite
de l'intervention dans le d6bat de Messieurs
Firm n, LSger Cauvin et de notre colligue
Louis Borno. L'attention du public s'est
aussi vivement attache a la serie d'tludes
que notre .iit. *.* Georges Sylvain a con-
sacrees au project de convention entre la
RIpublique Doiniiiaine et les Etats Unis.
Le detail des operations de la caiss, so
chiffre en recettesh .... .... .P. 571 33
et cn dlep ises. .. 52 .15
De ce q ii prIcede rdsulte Ii preuve de la
vitality& de notre Socidlt, au debut. de sa
quinzieme annire d'existence. Notre satis-
faction sera comnplt e le j:ur oh I nous sera
donned d tmoigner rcl cot iieuritx resul-
tat est dli i I'application et ( I'azsiduitei de
tous nos members actits.

MAXIMImLEN IAFOlREST, EDMOND I11i:f'AUX
GEOntES SYLVAIN, L. DENIs, F. BA\eON,
SOLON MNxos.

M. E lmoild l11raux, tresorier, ilonne
ensuite lecture de son rapporLt siir lt si-
tuation de la caisse.

Mlssieurs.
An moment de reiettro entire vos mains
le mandate que vous m'aviez confie pour la
period qui vient de s'.couler, i i iincuibe
de voun donner un aonert(i Id notre situa-
tion finanecire.
Du '22 Mar IO 1905 ci : iour', les recucl l.s
r;alises, suit peur abouneeL i ntis t ;i iH; tvu;\ t.
cotisations des miiemil)ir'e d la So i'it, vente
de nurniros, etc. se sont l evdes a la some
decinq cent soix:tnte on:e gun i'ils. cinquante
centimes, ci . .. .. G. 571.50
Ce lui, jiint la h alance. de neuf
cent trente tI'ois joii'des, soi.ctci e sept
centimes existant !n caissee le22 Ma s
1905 et t!an sp)rtice tu present exer-
cice, ci . . . :,67
doiinn ui total do quince cent cin i
gourdes, dix sept rcentil',ns, ci 15.05.17
L ts defenses el'e tu ees pen lJan la
inmrne ioDriode et comnprenati: 1" les
trais d'impression des fascicuies i,'n-
suels de la Societe 2, les t'rais di dis-
tribution et d'expedition de la ( le-
vue 1); 3o les frais de recouvrement:
4' les colisations payees a la Societe
de Legislation de Paris ; 5" le salaire
du hoqueton; 60 les frais de corres-
pondance et menus frais, se sont ele-


I I ----- -I









REVUE DE LA SOCIJTE DE LEGISLATION


vies a cinq cent vingt deux gourdes,
quinze centimes, ci . .. 522.15
En diduisant cette derniere somme
de l'actif social, tel qu'il a kt6 ci des-
sus etabli, il reste, en ce moment,
une balance en aisse de neaf cent_
quatre vingt trois gourdes, deux cen-
times, ci ........ 983.02
La comparison des recettes et des de-
penses de l'exercice 1904-1905 avec cells de
l'exercice 1905-1906 donne lss resultats sui-
vants:
Pecettes de l'exercice 1904-1905 G. 616.50
S a 1905-1906 571.50
difference en plus en faveur de 1'exer-
cice 19 4-1905 G.45.00

1epensesde I'exercice 1904-1905 G. 531.' 2
( 19( 5-1906 522.15
(:il i n. en moinsen faveur de l'exer-
cice 1905-1906 G. 9.67
Tel e-t, Messieurs, le resume de notre
situation financiere. Malgrte des difficiiltes
de routes sorte-, nous avons pu subvenir aux
depenses de noire Socikt6 et notre encaisse
est d'une cinquantaine de gourdes plus 61e-
vee que cello de I'annee precedente. II n'y
a done pas lieu de se decourager et I'on
peut egitimenient esperer que notre So-
ciete vivra de nombrerses annees encore.
Le tresorier,
EDMOND HERAUX.
Sur la proposition de M. Ednond Les-
pinasse. 1'Assemblke vote des felicitatioius
au comitd pour sa bonne gestiun de 'an-
nee qui vient. de s'ecouler.
-L. le 'Prsident remercie l'Assemblee
an nom des memlbres du comitl. Puis ii
charge une commission, foimnee de MM.
Lafl'ore t, BIouzon, et Viard, de verilier
la caisse dl tlreso ier ei d'e f'aire rap-
port a la Societ6.
Le 2e point de l'ordre din joiur com-
porte I'6iection des membres du comite.
Des bullelins sont distribute pour 1'e-
leclion du President. MM. Ethi6rt et
Sylvain, scrulateurs, d6pouillent i'urne
qui done le r6sultat suivant : Solon MB-
nos, '10 voix ; Edmond fl6raux, ; in
bulletin blanc. En consequence. M. So-
lon Menos est proclarn President de
la Soci6t6 pour I'exercice 1906-'1907.
M. Solon Mlnos. -- Je vous remercle,
Messieurs, de la grande marqu; de sym-
pathie que vous me donnez pour la


troisieme fois. Je ne suis pas pour la
perpAtuite du meme nmembre a la pr6-
sidence de note Societe, mais puisque
vous m'avez fait I'honneur de me r6elire,
j'accepte et j'accepte surtout parce qu'il
semble que la Socidet de Legislation
traverse une periode particulierement
militant.
Je dois vous dire, Messieurs, que j'ai
6tn oi ne pent plus touche du temoi-
gnage d'aniti6 que vous m'avez accord
durant mon absence. 11 m'a eld d'un
secoius veritable dans la mission que
j'ai eu a remplir hiors du pays
M. Georges Sylvain : II y a de, x ans,
a pareille 6poque, notre President nous
promettait solennellement de porter ses
fonctionsa leur plus hauW degr6j'activit6.
Les circonstances quI l'ont tenu eloign6
de nous ne lui out pus perinis de realiser
sa pronesse. Nous le r6elirons jusqu'a ce
qu'il nous done le maximum espre..
M. MAenos. Vous i'airez plus ilors
l'occasion de me nommer la fois prochainie.
M. Sylvain. Nous apprdcierons.
Le scrutiny done eiisuite pour 1'elec-
tion iu Sei'retaire-gentral et du Tr6so-
rier, la rnajorit i MM. Lamartinie re
Denis et Edmond lieraux qui sont ainsi
maintenus dans le.rs Io actions respec-
tives.
Les qtatre membres qui reinissent
le plus de -iili. i..- pour co npl4ter le
commita le direction ;t doe rduaclion sont
MM. Laforest, Sylvain. Baron et iuB:zon.
Le President les procla.me membres du
Comite.
M. Laforest remercie I'Assemblee en
son noin et an norm de ses c.ll11'.-_
MM. Lespinasse, Ethiart, \iard, 6d-
quiere, empchlis d'assister la a lin die
la stance, prennent coung del'assemblee.
La Socidet decide que la discussion
du rapport de Al. Bouzon sera reprise A
la prochaint reunion.
---------r-----

REUNION DU 25 AVRIL 1906

Presents : MM. MNnos, Sylvain, [6-
raux, Bouzon, Laleau, Denis.
Pr6sidence de M, Solon M6nos.
Conform6mnent a l'ordre du jour, M. le


__ Y_








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Secr6taire gYndral donne leclui'e du pro-
cts-verbal de la seance du 4 avril qui
est sanctionn6.
M. le President: La discussion du
rapport de M. Bouzon est reprise.
M. HIraux : Dans ses dernibres com-
munications M. Gardere a-t-il pr6sent6
des arguments nouveaux ?
M. Bouzon : M. Gardere Irouve des
non-sens dans le texte de I'article 21.
II revient encore a c toexte dans sa troi-
simne communication. 11 veut y voir que
le d6lai d'un mois deora loujours etr'e
donned avant l'exploitation, non avant la
concession, comme le dit l'article. C'est
bien avant la concession qu' on doit pri6-
venir les propri6taires et les personnel
intiress-;es: il n' a pas d'erreur.
Ai. Meenos : Le texte de la ioi est
clair. Par l'avis donn6 un mois avant la
concession, on privient toutes les recla-
inations.
Apres une nouvelle lecture donnie
par M. Boozon de sa reponse a la deu-
xieme lettre de M. Gardere relative aux
articles 15 et 21, la Sociteil declare main-
tenir son precedent vote sur I'interpr&-
tation de ces textes.
AM. le President :-- Un autre point est
4.: ,.,-m.i- ,,l rsolu dans note prceedente
discussion; il s'agit des articles 31 et 32.
M. Bouzon I (aidre v est revenue
aussi. II n'y a pas :le doute que toute
substance nouvelle trouvee dans le Iise-
ment concede rest Ia entiree disposi-
tion du Gouvernenment qui pent la con-
ceder a une autre personnel qn'au con-
cessionnaire primitif.
M. Menos : Le cas est prevu oi drians
un perimetre deji concede se trouvent
des subtances autres que cells qui out
faith I'objet de la premiere concession.
Nous avons admis qu'elles peuventi tre
accord6es a d'aulres concessionaires.
M Sylvain : Les textes sont precis et
ne present pas serieusement matiire a
contestation. Mais ce qu'il faut retenir
des observations de nos eslimables cor-
responlants, MM. Dupayet GardCrie, c'est
oue octroyer le droit de fair des pros-
pections, d'exploiter des substances notu-
velles dans n pirimitre deja concd6d
pour une exploitation miniere, peut don-


ner lieu i des difficullts entire concession-
i:aires successifs. I serait n6cessaire qu'
une loi on un r6glement d'administration
publique prkvint ces difficulties et limi-
tat le droit de chacun, 1'Etat gardant
la faci1ut6 de conceder des mines diver-
ses a divers individus dans la mrme e-
tendue de terrain. Le rapporteur se ren-
contre d'ailleurs sur ce point aver Mon-
sieun Duptny.
M3. Bouzon: Je suis vraiment d'avis
que nose mttions levceu de voir rglemen-
terle cas pour prevenir les ..nilii possi-
bles entire concessionaires de substances
differentes,
La Socitde se range a cet avis.
NI. le President : Nonii, arrivons a la
qunestioni ,e rede.ance. Je rappelle d'un
mot la difference releve par nious entire
la redevance et L'indoinnit( : la redevan-
ce trefonciere est dule i tout propridtaire
qui se trouve dans le p6rimitre conce-
de, et I'iudemnite est accordee, au con-
traire, au proprietaire, qui par suite de
l'occupation ile la surf';ac utile ;i I'ex-
ploitation, se trouve privd partielle-
ment ou totalement de la jouissance de
sa propri6te.
D'autre part, d',:pris la loi francaise,
it y a un C 'iH ..- invariable de 10 francs
par kilometre card pour la redevance
fixe, dte annuellement A l'E;tt, inde-
pendammnent de la ridevance propor-
tionnelle, tanlis que danms la loi haliene,
il n'y a rien de fixe. C'est une lacune
qui merite d'etre combl6e.
M, Blouzon : Comme notre loi est
muette a ce propos, il peut arriver qu'il
y ait arbitraire dans la fixation de la re-
(ievance. I. faut ine rcgle a laquelle
tout le monde aura a se conformer.
M. Sylvain: incore on vcewn ia mettre.
La reunion, consult6e, adople 6gale-
ment ce vou.
M. Menos : Maintenant it n'est pas
nucessaire de parler antrement clue poar
mermoire de l'observation de M. Dupuy
au suiet du systieme mnirique. S'il est
fait mention de kilometre dans des con-
trats de chemiins de fer, cela tie chan-
ge pas notre systhme de poicd et mesu-
res, qui est l'ancien syst6me frangais,
mais on n'a pas voulu dire et il ne s'en-


C__ _~ __








REVUE DE LA SOCIETY] DE LEGISLATION


suit pas que les contracts de chemins de
fer dans lesquels il est question de metres
et de kilometres, soient de cechef nuls.
M. Heraux :- Ne serait-ce pas le cas
de recommander de nouveau I'adoption
ofticielle du systime metrique en Haiti ?
M. Bouzon : Nos enfants des 6coles
qui sont aptes a raisonner sur le syste-
me metrique et le systime decimal con-
naissent a peine notre systime de poids
et measures. Toutes les Rppubliques, du
Sud-Amerique ont adopt le systime
metrique. Certains Etats de 1'Union
Amnrica;ie sont aussi entris anms la
Conference du m0tre. D'autre part, je
crois me rappeler qu'une loi fed6rale
prescrivair qiu'au bout de cinq ans le
systnme m6nlrique serait obligato're dans
toute I'etendlue des Etats-Unis. En
adherant a notre tour A la Conference,
nous recevrions sans frais des talons
fixes pourservir de base au poids legal,ce
qui nous manque totalement maintenant.
Af. Svlvain : Je voudrais attirer I'atten-
tion du Rapporteur sur une phrase de
sa replique qu'on pourrait mal interpre-
ter: <( Les l/os particzeiures qui ont sanc-
tioinne les corals de chemnins de fer,
n' /.'..!.... dit-il, quelecontractant avec
le Gotverneinenl; cela ne regarded pas
le simple citoyen ) C'est une erreur. La
loiest obligatoire pour tous les citoyens,
Ceux qui se croient 16ses dans leurs in-
terets peuvent recourir aux tribunaux
pour obtenir que l'application n'en soit
pas faite contrairemeut aux principles
gen6raux du droil.
M. M6nos: La phrase citee d6passe,
en effet, les intentions du Rapporteur,
qui a sans doute voulu dire que les dis-
positions particulires continues dans
les contracts de concessions ne creent de
liens de droit qu'entre les co-contrac-
tants. Mais consacrees et g6n'ralis6es
dans la loi, elles s'imposent d tous.
MV. Bouzon : Tel est biedr le sens du
passage don't il est question.
M. M6nos : I1 a 6te fait grief au Rap-
port d'avoir dit que le service desDomai-
nes avait pour habitude de fixer la re-
devance proportionnelle diie par les con-
cessionnaires A 33 olo du produit brut
ou net de 1'exploitation.


M. Sylvain: Le rapporteur a cit6 des
cas a 1'appui de son affirmation. II con-
vient toutefois de faire remarquer que
ces cas s'appliquent A des concessions
qui visaient d peut pr6s exclusivement
l'exploitation des bois. On comprend
qu'en raison des frais relativement peu
elevis d'une semblable exploitation, la
redevance ait pP 6tre portee A 33 olo.
II en est tout autrement d'une entre-
prise miniere.
M. le Pr6sident : En France, la rede-
vance proportionnelle ne peut exceder
o[o d'I produit net de ['exploitation
pour les mines.
M, Gardl6e -'est mepris plus loin sur
une distinction just, formiilee par le
Rapport entire la legislation fran;aise, oii
'Eltat concele la propridte de la mine.
et la n6tre, oh ce sont les products
de la mine qui sont concid6s, mnme A
l'halitien.
M,. Bouzon :- Lorsque le concession-
naire est un stranger, [1'Etatfait i'acqui-
sition du terrain necessaire a i'exploi-
tation ; le concessionnaire paie le prix
d'achat que 1'Etat lui rembourse A la fin
de 1'exploitation, selon les prescriptions
de l'art. 52.
Al. le President : Nous arrivons auo
point de savoir quel est le Departemtnt
qui doit accorder la concession : le Rap-
porteur infr '-i de la loi sur les attribu-
tions des Secr6taires d'Etat que c'est le
Departemeut de 1'IntBrieur.
M. Sylvain : Pour moi il y a deux ques-
tions a examiner : S'il faut s'en tenir A
la question decomp6tence, c'estle Depar-
tement de l'Interieur qui, en vertu de
la loi sur les attributions des Secretaires
d'Etat et de la !oi sur les mines, est
competent pour passer les concessions ;
c'est-a-dire, dresser I'acte, on arr6ter
les clauses avec les concessionnaires,
car !es mines forment une section du
service des domianes.
En faut-il conclure que les concessions
de mines,accordies ces temps derniers,
sont nulles, parce qu'elles ont 6te passes
par le Ministre des Travaux publics ?Je ne
le crois pas. Sur ce point je me r,,-_.-
rerais plut6t du c6te deD upuy. Le faith
que ces concessions ont Wte deliberees et








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


votees en Conseil des Secretaires d'Etat,
rendrait le Gouvernemant haitien tres-
mal venu d'en proposer la nullite pour
incompetence du Ministre contractant.
Un tribunal arbitral ne manquerait pas
de declarer en pareil cas qu'on a tendu
un piege au concessionnaire. S'il y a-
vait nullitd, m'est avis qu'elle serait
ici couverte par la participation du Mi-
nistre de l'Intdrieur au Contrat.
M. Bouzon : Cc n'est pas le Gouverne-
ment qui pourrait venir declared nulle
la concession qu'il aurait accordee, mais
toute personnel interes!6e ou qui se
croirait 16sde pourrait s'adresser aux
Tribunaux pour rdclamer centre l'acte
de concession fait par un Ministre in-
competent, et une decision judiciaire
basee sur la loi annulerait l'acte.
M. Denis : Jamais Les tribunaux es-
timeront que la participation de Minis-
tre de l'(nteiieur et de tout le Conseil
des Secretaires d'Etat sufflit valider
l'acte.
M. Pouzon : Cependant la loi dit que
c'est le Ministre de l'Interieur qui admi-
nistre les mines.
M le President :- La r6gle essen-
tjelle, c'est qce l'acte de concession
doit 6tre delijber en Conseil des Secr6-
taires d'Etat. Aussi, semble-t-il que me-
me un memorandum de la ddlib~ration
pourrait suffire 16ialement a constater
I'existence et les modaiitis de la conces-
sion. Si, en fait, un Ministre passe au
prealable un project de contract avec ce-
lui qul sollicite la concession, li n'y a la
qu'une piatique qui ne peut prevaloir
sur la competence du Conseil des Secrc
tires d'Etat.
M. Bouzon : Les Postes autrefois re-
levaient de Ministre de l'Intirieur. Lors-
que nous sonmes entries dans 1'Union
postal, on a dC faire une loi en 1881
pour les attacher au Ddparternent des
finances. Four les mines, il faut qu'une
loi les fasse entrer dans les attributions
du Secretaire d'Etat des travaux pnblics.
Aussi pour les foruls qui sont g6rees
par le Ministre de l'lntdrieur, je crois
plus nature qu'elles soient dans les at-
tributions du Ministrer de 1'Agriculture.
Nous voyons encoredans )a loi de 1847


que le Ministre de I'Intrieur est le Gar-
de des Sceaiix. iI v a lieu de retou-
cher cette loi; mais jusque la elle doit
6tre respcctle.
M. Sylvain : Nous sommes tous d'ac-
cord pour exprimer le vwu qule la vieil-
le ]oi de 1847 soil. modified.
( Approbation de la sociWte, )
Le Rapport de M. Bouzon est vot6,
sous le b6eneice des observations formu-
Ides an course de la discussion.



DE L'IMMEUBLE DANS L'INSTERDIC-
TION DESSALINIENNE.

( SUITE )
J'ai tnonti par les proces-verbaux,
que I'Assemblee Constituante de 18o 5
qui, la premiere, introduisit dans I'in-
terdiction dessalinienne I'expression im-
meeuble, avait expiessement declare qu'-
ellt entendait maintenir le lexte consti-
tutionnel de 1816 qui contenait I'expres-
sion proprieit. Et j'en ai deduit que l'As-
semblee Constitilate maintenait la si-
tuation anterieur, tell que la consta-
taient les articles 450 et 179 du Code
civil.
L'article 50 s'exprime ainsi: (i Nul ne
peut etre prop;'iet; iie de blens fonciers,
s'il I'est haitien. ,, Pa de diflicultea cet
regard. La Constitiiion de 1843 inainte-
nani le system de la Loustilution ante-
rieure, ii est evident que cet article 450
qui etait I'expression iie ce system se
trouvail inainlteii.
Enu tait-il de m6 e de l'article 479 '?
En voici les terms : ( Nul ne peut etre
usurruilier a vie de biens fonciers s'il
n'est haYtien. Les deux articles out
une forme identique; it sembtl que le
Code civil, au i- iidl de I'etranger, ait
voulu assimiler I'usufruit a la propriety
elle-mnme, interdnte par la Constitution
de 1816.
Cette assimilation, comme conception
scientifique etlait-elle 16gitime J'en dou-
te. 11 ne me parait pas couforme i une
saine notion juridique que l'usufrutt a
vie no soit que l'usufruit a l'dgard de


I -- _







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


l'laitien et soit assimil6 a la propri6td
a 1'6gard de 1'etranger.
Quoi qu'il en soil, il faut reconnaitre
que la conception de l'dquilibre et du
bel ordre juridique n'avail rien A faire
dans la grave question de l'6tl ii,._ : ii
faut reconnaitre que seule la conception
politique devait y prevaloir; tt a cet 6.
guard, ';articie 479 se justiflait. L inter-
diction ile la propriiet lerrienne 6tant
posee commne line mesuie de sauve-
ga:,ile nation le, d'inietr t r ssentiellernent
politic ie, I'on concoit 'ort i 'lb'' les
hiointes de I'epoque aient juge neces-
sairdle limnileta on certain temps le droit
pour i'dlr;iuper de jouir te laterre d'Iaia -
ti ciinmee le pioprietaire lui-inm e; a
oni cni',il qu'ils aieut pui co:liedrer
uine Iuwliiige jouissance de propri6taire,
mmtne sonsl I'obligatiio de cou'erver la
.subjslatie, co inne uine piopri6te de 'ait,
sutsceptil)ie dle, dangers que I'ol voyait
dans la coticessioil de la propridte de
droit en t 'visageiant eainsi la question
dans Farticle 479, it ne faisaieut. et ils
en avaieal alors le droit, qu'interpr.ter
lps arlicles 38 et 39. Ils en avaient alors
le droit, car ia Constitution delS16n'erm-
prisoill) iia as le tigislateur cdans le cer-
cle inflexible de l'interpretation littirale
i textoe constitutionnel la rItgle que la
leltre de la Constitution doit prevaloir
n'est apparue qu'en 1813 ; la Constitu.-
tion de 1816 ne s'oppusait done point ai
ce que l'esprit du texte pitt 6tie envisa-
g,; et elle disposait en terms express
que les juges ne poiivaient arriter ni
suspendre I'execution t' rucune loi (art.
70 ), contraireLmerl i at Coinstitutions
posterieures qui soot venues donn~ r aux
tri bnaux le droit de ne pas appliquer
une loi qu'ils jugentiinconstitutionnelle.
11 faul done conclude a la partaite le-
gitimnile, en 1826., de I'interpretation
dounee par le Cole civil aux articles 38
et 39 qui interdisaient i l'6tranger la
propridte: ilne reste plus qu'a constater
qu'en 1843 cellte interpretation tigale
des articles 38 et 39 6tait en vigueur,
et quela Constitution de 1843, en d6ca-
rant formellement maintenir les articles
38 et 39, a.entendu, a diu entendre en
maintenir l'interpr6tation 16gale.


On pourra dire :
a Le Code civil ne content pas seule-
ment les articles 450 & 479 ; il v a aus-
si les articles 587 et 740 qui ne permet-
tent A 1'6tranger que la seule succession
aux biens meubles, qui lai retusent la
faculty de recevoir, a cause de mort,
aucun deces droits immobiliers qu'il peut
cependcat acquerir entire vifs! Comment
concilier ces dispositions ? a
Cette observation provient d'une gra-
ve Orreur : eile suppose, en effect quede
la capacity d'acquerir certain biens dd-
rive necessairement, forciement, le droit
pour 1'6tranger de beneficier de ia succces-
sionai ces biens. Or, une telle correlation
n6eessaire u'existe point.
usqoI a l; Revolution frcangaise, les
tirangers. les abains a out t dIroit de
poiseder des bieii ieubles L t in i ou-
ble-,s d'accomrpli t.us les ai;es d'ac-
cruisition oul d disp)sttioii entire vifs..
Au contraire, tout acte l'acquisitioit ou
de disposition t caus dt mort 1,lar tait
rigouresemean interdit. L'etranger ne
peut, en principle, ni recueillir, ni trans-
mettre pir testament ou par succession
ab intestat. ) (1)
Et sous 1'empire du Code civil jus-
qu'en 1819, i'ttr.i.l.-' est, en principe,
inoap tble de recevoir par succession : il
acquiert des biens pac actes entire vifs,
mais it no pent succeder que s'il a le
bindtice special de la reciprocity diplo.
matique. Mime situation en Belgique
jusqu'en 1865.
En Angleterre, jilsqu'en plein 190 siV-
cle, K l'etranger ne peat ni succ6der,
ni traismettre une succession, parce
qu'il u'a pas ce que les legistes ur-'lii-.
appellent ie sang heritable ( inheritable
blood ). s Par la loi de 184, on l'auto-
rise, entire autres choses, a acquirir des
immeubles pour vingt et un ans. Aura-
t-il l',inheritable blood))dans la meme
measure ? Nullement. Ce u'est qu'en
1870 qu'on l'assimile aux Anglais ; et
ce n'est que des lors que Q tout sujet
stranger peut suceeder et transmettre

1 Andr6 Weiss, Traite 61. de Droit int.
pr.- page 26.


L






REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ab intestat ses biens, m6me immo"
biliers. v (1)
VoilA done, par trois examples et
j'en passe -, la preuve que la capacity
d'acquhrir des biens et le droit special
de les acquerir par succession ne sont
point n6cessairement lies, mais sont
susceptibles d'etre traits par le
16gislateur d'une mani6re distinct, sui-
vant sa conception propre des necessi-
t6s ou des intriets ou des convenan-
ces de son milieu,
Cette conception, chez notre legisla-
teur de 1826, reut 6tre plus ou moins
sujette a discussion ; et il est permis de
penser qu'il aurait pu, sans aucun in-
convenient, autoriser 1'6tranger a acqu6-
rir a cause de mort les droits iminobi-
liers ; mais c'est une erreur de dire
qu'il 6tait. en droit, oblige de donner
cette autorisation, par le fait meme qu'il
lui reconnaissait la capacity d'acquerir ;
la consequence n'etait point necessaice,
nous venons de le voir.
Mais ce n'est pas tout. II imported de
remarquer que les articles 38 et 39, de
la Constitution de 1816, disaient tout
simplement ceci
a Le blanc (l' tranger) ne peut e~re
a proprietaire >, ni, a i'avenir, acquerir
de propri6te 4.
Rien de plus, rien de moins. On pou-
vait bien en d6duire que 1'etranger, ia
1'exception de la propri6et terrienne,
pouvait tout acquerir : mais il est evi-
dent que, sur la question des modes
d'acquisition qui seraient ouverts i l'6-
tranger, les articles 38 et 39 dtaient
muets. C'etait 1A l'atTaire des lois civiles,
des lois d'application, de mise en ceu-
vre. Pourvu que le lgislateur civil ne
rendit pas Dratiquemnent illusoire chez
Fi'tranger la capacity d'acquisition, rien
ne s'opposait a ce qu'il interdit a celui-
ci un mode d'acquisition que le vieuix
code Napoleon, alors en usage en Haili,
refusait en principle a I'dtraniger. Notre
16gislateur aurait pu, dans I'6tat surtout
oft se trouvait le droit general de l'epo-
que, interdire a l'tiranger toute succes-
sion aux meubles aussi bien qu'aux

1 Andie Weis. Loco cit. page 280.


droits immobiliers, ii n'aurait pas,
pour cela, violet la Constitution qui ne
contenait aucune regle A cet 6gard : ii
n'aurait pas non plus, pour cela, Wet
plus excessif que le ldgislateur anglais
qui refusait alors a l'dtranger jusqu'au
droit de prendre a bail une maison, ni
moins gentreux lqe le lIgislateur fran-
gais et que le legi-lateur belge, qui con-
serv6rent, le pIrmitr jusqu'en 1819, le
second jusqu'en 1865, le princrne de
I'incapacitL chez I'etranger de recevoir
par succession.
VII
Je conclus
1o Les constituents de 1843, en adop-
tant l'expression insneuble,li ont dnn,
par leurs declarations exprseses stii les
articles 38 et 39, le senls de propriety
terriienne, biens foncirrs. Ce sens n'a
pas change dans l,.Is Constiitions post(i-
rieures ; I'interdi m:ion dessalinienne est
donc restee exacleme:t t ;a inme qi'a
I'6poque du Code civil.
SL';arlicle 1.79 de ce Code, relalif a
'nsufruiti se jusliie en I roit, come
une interpretation, autoriosee, conforme
a l'esprit des arlii:e3es38et39, esprit que,
bien mieux que nous, devail confnaitre
le legislateur de 1826 qui avait ete, plus
ou moins, le Coniis tua; t de 1816.
30 Les articles 587 et 71{) se justifient
regalement, en droit, poiur retle loul)le
raison quLe la cap:citei spieciale pour I'd-
tranger i l'cqu(ler 'i cause dI molt nest
pas tine consequj ii ce furcee du droit d-
neral d',erqilirir, "I que, d'ailleurs, en
celle ma;lirr i!es nodei s I,'cquisilion, le
L..n -iii. t laiss;it le clhum p libre ai
lIgislateur civil, sus la reserve naturelle
d e ne pas rendi e illusoire ia capacity
d'acquerir inplicitement reconun e a l'6-
tranger.
40 Les et ii_., i s peuvent iicquirir en-
tre vil's tous les droits iiumobiliers au-
tres que la propriite et I'usufruit a vie.
lls ont l'usul ruilt a remps, I'u- .- et
I'habitation sans fixation de temps, les
actions irnmol ili(tres qui garantissent
ces divers Ilroils, I'liyploliet qie, en un
mot tons Ihs iln,i's immobiliers q ui ne
constilueraient puisen leurfaveur une v6-
ritable propriele ou un usufruit A vie.







REVUE DE LA SOCIITE IE LEGISLATION


A-t-il 1'emphyteose ?
Dans mon opinion, conforme a celle
de Mr Emmanuel Eth6art, l'emphyteose,
droit reel immobilier. institution juri-
dique, ayant son caractere propre, ses
regles sp&ciales, ses consequences par-
ticulieres, ne se trouve pasdans le droit
hailien. Je ne comprends pas comment
pourrait exister chez nous, sans le sup-
port d'aucune loi, une convention sui
generis plus ou moins obscurcie d'ail-
leurs par la controversy, qui tient A la
fois du bail. do I'usufruit et rn ne de
la propri6te, qui n'est pourtant ni Ie
bail, ni l'usufruit, ni la propriety, mais
qui est a coup sir plus voisin de la pro-
priiet que i'usufruit Le I';1 t.'-rir au-
rait done juge necessaire d-- r6glementer
expressement F'usufruit ; et il ue se fit
pas donn6 la peine de r'-'.l.-.- l'-i uIne
convention plus complex, plus conside-
rable qu l'usufruit, et qui, precisement
- remarquez-le parce qu'elle avait
toujours ete, dans le droit francais l'ob-
jet des divergences les plus graves, exi-
geaii bien plus que l'usufruit,une regle-
mentation precise (1) II ne se serait
mrme pas doonn la peine de nommer
au moins cette convention !...
Non. Ce que nous appelons, par ana-
logie, < I'emphyteose ), ne peul ktre, en
Ilaili, o i'u! nie peut iemem pis in-
voquer le droit interniediaire fraocais
halavy par notre Revolution qu'un
contuiatl de lounge,. iun bail a long term,
affect d le stipulations speciales.i-, .. p-
tilles d'etre plus 6tendues que cells du
b;il ordinaire, mais en tout cas .,'.; par
les principes du Code civil tant sur le
bail que sur les conventions accessoires
don't tout bail peut se trouver affected
sans perdre sa physionomie legale. C'est
done un contra accessible auxetrangers.
11 cst inuitile de dire que si, des ,lau-
ses esseotiielles d'nn acle qualifiti emphy-
tIose, bail emnphfyt6otique, il r6snlte que
c'eAl en r salie soit la propri eti mrn e,
soil I'usufrluit a vie d'nn bien foncier qui
a te t' ralnsere, on se trouverait r pre-
sence d'un contraa interditaux etrangers.
Louis IunuNo
1 Demolonibe. Traitl de la distinction des
biens. Nos 485 et, suivants.


LES ORIGINS DE LA QUESTION NOIRE

/ Voir le pricdtent No dela Revue }

Ce n'est pas a la R6volution tfLanaise
proprement dite qu'est due i'abolition
de la traite, car on trouve encore les
negres au nombre des denrees colouia-
les, dans la Balance du Commerce, en
1789, en 1790 et 1791. L'Assemblee 1e-
gislative, par uue loi du 11 autit 1792,
supprima laprime acco;dee a la traite et
la Convention national renouvela cette
suppression; mais 'esclavage florissait
toujours aux colonies et, bien loin de
singer a i'amelioration dli sort de 1'es-
clavage, les agents superieurs de la Re-
publiquw- eutendaient refouler tout es-
poir de liberation. Un Villaret, capital-
ne gienral de la Martinique el, do, Saiu-
te-Lucie, ecrivait alors au Coinmissaire
du gouvernement a Fort-de-France
L Le gouvernement frangais a recon-
nu que les systnmes philosophiques sur
la nrcessite d'etendre et de gdueraliser
l'instruclion, conucvables sans doute d
I'education d'uli peuplc libre, south in-
compatibles avec l'existence de nos co-
lonies, qui repose sur 1'- .1, ,i" et la
distinction des couleurs... Une exp6rien-
ce deplorable a prouv6 que I'abus des
lurnires est solvent le principe des re-
volutions et que I ignorance es.t n lien
necessaire pour des homes encliaines
par la violence ou lletris par les preju-
g6s... J'ai done juge necessaire, et je
vous orlonne expiressement de fire fer-
mer touies les ecoles publiques oi, sont
admis les :.'.,, .' et les gens de couleur.
Le i fevrier 1794, la Convention na-
tionale ddcretait i'abolition de 1'e.clava-
ge. 11 ressoti du proces-verbal meme
de la seance que celte lardive measure
de justice fut pri:-e, d'une purt, pour
prevenir un soulevemient general des
negres de Saint-I)omingue qui, depuis
trois ans, revendiquaient, les armes a
la main, leur droit A la liberty ; d'autre
part, pour accroitre les movens de de-
fense les colonies franchises centre
l'Angleterre, qui etait sur le point de
s'en emparer.


_ __ __






REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


La France, malheureusement, ne per-
severa pas dans cette voie d'6quit6 : huit
' ans apres, Bonaparte retablissait l'es-
clavage aux colonies, par la loi du 30
floral an X (19 mai 1802 ) (1). On
sait que la consequence de cette iniqui-
tl fut la perte de Saint-Domingue, la
plus prospere des colonies de la France.
c< Je voudrais pouvoir louer la sup-
pression de l'esclavaga d6cr6lee en l'an
X ), 6crit M: A. de Gasparin. (a mais
comment penser qu'elle fut le r6sultat
d'une conviction serieuse et raisonnee,
quand on voit la Convention, quelques
jours auparavant, s'occuper d'etablir
1'6galit6 entire les blancs et les homes
de couleur, et ne pas dire un mol de
l'affranchissement des esclaves ? Com-
ment oublierqu'au moment oi. la Fran-
ce donnait la liberty aux nigres des colo-
nies, ces colonies cessaient presque tou-
tes de lui appartenir? Comment oublier
que le decret n'a 6te qu'une sanction
donnee, apres coup, A l'affranchisse-
ment general que les Commissaires de


(1) c A la stance du Corps legislatif, le
27 floral an X, les conseillers d'EtatDupay,
Brun et Dessoles, precedes d'un message
des Consuls, prOsenterent le project suivant:

Art. ler. Dans les colonies restituees
A la France, en execution du traitO d'Amiens,
en date du 6 germinal an X, l'exclavage se-
ra maintenu conform6ment vux lois et rO-
glements anterieurs A 1789.
Art. 2. II en sera de mime dans les
autres colonies franeaises audelA du Cap de
Donne-Esperance.
Art. 3. La trait des noirs et leur im-
portation dans lesdites colonies auront lieu
conform6ment aux lois et rgglements exis-
tant avant ladite Opoque de 1789. >
( Moniteur du 28 florOal an X, p, 790)
L project fut adopt par 211 voix centre
33, le mrnme jour ofi fut proposee I'institu-
tion de la Legion d'honneur.
M, Thiers, dans son Histoire du Consulat
et de I'Empire, ne fait pas la moindrs allu-
sion A cette loi odieuse. Le Journal official,
fort heureusement, nous met en measure de
rendre A Cesar ce qui appartient a Cesar...


la Convention avai-nt Iet forces de pro-
clamei a Saint-Domingue ?
( Mais, ce que je voudrais surtout
pouvoir taire, c'est que l'esclavage,abo-
li precipitamment, a e't rdtabli avec cal-
me et maturity Oui, ii existe une loi
de 1802, une loi rendue au commence-
ment du xixe siecle, une loi ant6rieure
de iluelques anun6s a peine A la pre-
miere des grande measures que 1'Angle-
terre a adoplees ; et cette loi retablit
I'esclavage, cette loi retablit la traite
Nos enfants ne voadront pas le croire.
11 fa'it qu'ils le sachent cependant .. (A.
de Grasparin, Esclavage et traite, p. 5. )
Cette d(faillance morale du gouver-
nement frangais fit passer a l'Angleterre
I'honneurde l'initiative qui aboutit enfin
a la suppression de la traite d'abord,
puis a l'abolition de l'esclavage lui-me-
me.
En fait, c'est a la SuBde et au Dane-
mark que revient la gloire d'avoir M1ev6
la premiere protestation orficielle contre
le crime de lese-humanit6. Ces deux
petits Etats, par un acte de 1792, ont
devance ilequinze ans I'Angleterre. Mais
la Grande-Bretagne. disposant de rmo-
yens plus puissants, mit une influence
plus decisive au service de cette sainte
cause.
Le triomphe pacifique de la justice
est dd, en definitive, an d6vouement
desquelques philanthropes don't nous
avons deji cite les noms. C'est de 1780
A 1799 et de 1800 a 1805 qu'eut lieu la
pers6v6rante agitation de Wilberforce et
de Clarkson; c'est en 1807 qu'elle abou-
tit. Ils durent presenter jusqu'a sept
fois, a la Chambre des Communes, le
bill d'abolition de la traite, avant qu'il
ne fHt adopted.
Au Congr6s de Vienne, le 8 fevrier
1815. une declaration solennelle contre
la traite fut sign6e au nom de l'Angle-
terre, de l'Autriche, de la France, du
Portugal, de la Prusse, de la Russie, de
l'Espagne et de la Suede.
En 1818, au Congres d'Aix-la-Cha-
pelle et en 1822, au Congres de Vdro-
ne, les cinq grandes Puissances rep6tent
les m6mes declarations, mais le crimi-


___ __ __








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


nel traffic n'en continue pas moins (1).
11 fallout vingt sept ann6es pour per-
suader le Portugal. L'Angleterre,par une
convention du 21 janvier 1815, lui pro-
mit la remise d'une ancienne dette et
300.000 lives sterling pour indemniser
les ndgriers portugats antdrieurement
saisis par les croiseurs.
Avec l'Espagne, la lutte dura vingt et
un ans ; le gouvernement britannique
offrit une indemnity de 400.000 livres
sterling ( convention du 23 septembre
4817 ).
La France, an trait de Paris du 30
mail 814, accept le principle de l'abo-
lition de la traite. Le 29 mars 1815, Na-
pol6on, revenant de lile d'Elbe et solli-
tant la popularity par tous les moyens,
ddcr6ta cette abolition pendant (les cent
jours ).Mais le gouver.nement de la Res-
tauration refusal d'entrer dansune ligue
pr6conisdepar l'Angleterre pour assimiler
la traite a la piraterie et frapper d'inter-
dit les products des colonies a esclaves;
la loi du 25 avril 1825 6dicta seulement
la peine de I'amende, de i'emprisonne-
ment et de la deportation centre les
Frangais engag6s dans ce honteux tra-
fic. Un trait, accordant le droit de vi-
site r6ciproque, fut conclu avec l'Angle-
terre en 1831, puis en 1833 ; un autre
du meme genre, intervene en 1841 entire
les grandes Puissances, ne fut pas ra-
tifie par la France. Un derniere conven-
tion, signee le 28 mai 1845, ne fut pas
renouvelee a 1'expiration, et le status qzuo
se maintint jusqu'en 1848.

Le gouvernement le plus coupable fut
celui des Etats-Unis, qui, bien que l'a-
bolition de la traite figurat dans le texte
de sa Constitution, se refusal a toute con-
vention sur ce point, malgri huit pro-

(1) Au congres de Vdrone, Wellington,
'un des pl6nipotentiaires anglais, proposal
l'enregistrement des esclaves comme un sur
moyen d'arriter la traite. Le due de Mont-
morency et CHATEAUBRIAND repoussBrent la
proposition, au nom de la France ( A. de
Gasparin, op. cit., p. 222). L'auteur du
Genie du Christiamsme s'atfirmant esdlava-
giste en plein congas international, quelle
p6nible inconsequence !


positions de traits qui lui furent adres-
sees par l'Angleterre, de 1819 a 1841,
et les resolutions formelles du Congres
en 1821.
Lorsque les fondateurs de la R6publi-
que des Etats-Unis redigerent la Cons-
titution du 17 septembre 1787, qui rd-
git encore le people amdricain, Jeffer-
son proclama en terms solennels ( que
les homes ent tous ted crees egaux et
dous par le Crda.eur de droits inhdrents
et inalidnables,parmilesquels laliberte ;
il voulut ajouter un article condamnant
l'esclavage, mais sa motion fut repous-
see A la majority d'une seule voix.
Les int6rets 1'emporterent, des lors,
sur les convictions des plus illustres
pares de la libert6americaine. Washing-
ton n'affranchit ses esclaves que par
testament. L'abb6 Grigoire rapporte un
fait bizarre : Un auteur anglais, Ed-
ward Rusthon, adressa, en 1797, a Wa-
shington une lettre od ildeplorait la con-
tradiction qu'offrait sa conduite et les
principles republicans don't il s'6tait
constitud le d6fenseur ; Washington lui
renvoya la lettre enveloppie d'un paper
noir. > ( Poems and other writings by
the late Edward Rusthon. London,1824,
p.`169. )
Cependant depuis le 4 juillet 1799,
tous les enfants d'esclaves, d New-York,
naissaient libres. Franklin 6crivit con-
tre l'esclavage, Jay et d'autres grands
hommes le reprouvaient 6galement
mais, dans la crainte de rompre le lien
alors si fragile de la federation, ils
n'insisterent pas, et le a monstrueux
hymen de la liberty et de la servitude
fut consacre >. Cette disposition, come
une action honteuse,fut d6guise dans le
silence 6vasif d'un sous-entendu. Le
mot d'esclavage, ne souille, en effet, au-
cunarticlede la Constitution ambricaine.
On laissait prevoir l'abolition de la trai-
te pour I'ann6e 4808, par ces terms de
l'article 'er, section IX 1 : La migra-
tion ou l'importation de telles personnel
don't l'admissionpeut paraitre convena
bleauxEtats actuellement existants; ne
sera point prohibee par le CongrBs avant
l'annee 1808 >. Dans l'article ler, sec-
tion II, 3. qui distribue les repr6sen-






REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


tants au prorata de la population, on lit
qu'au nombre total des personnel libres,
il sera ajout6 trois cinquiEmes de routes
autres personnel. < Un stranger, disait
Channing, peut lire la Coustitution sans
soupgonner que l'esclavage existed parmi
nous. i
En 1820, un act du Congr6s ameri-
cain assimile la traite a la piraterie et la
punit de la peinecapitale. Jamais cette
loi ne fut appliquee.
Par un trait du 9 aouit 4842, le gou-
vernement des Etals-Unis finit par s'o-
bliger, conjointement avec la Grande-
Iretagne, ,'entietenir une croisiere de
surveillance i la cote d'Afrique (1).
Apres avoir agi sur les acheteurs,
i'Angleterre, pour compl6ter son cmuvre
humanitaire, porta les vendeurs d'es-
claves a y adh6rer. Sans violence, en
traitant avec eux selon les rigles du
Droit des gens, le gouvernement britan-
nique signa des conventions ayve les
principaux chefs indigenes,
On a beancoup contest en Angleter-
re mrme,, les bons elTets de l'abolition
du tragic des :-, ':-. u Nous avons d6-
pensi, a declar Ile Times, des sommes
cnormes, 400 ou 500 millions, pour ar-
river zI quoi ? A faire payer plus cher
le sucre et les negres.
La Societe pour I'abolitio de l'escla-
..,. elle minme, fondee en 1839 par Fo-
wvel Buxton, reclama plus tard la sup-
pression des croisiires a la i6te d'Afri-
que (2), en pretendant qu'on d&pensait
cg-*---- -- -- ---
(1) ( Los ciinq sixiiimes de i griers qui
arriveni. c Cuba, dit Ie BIston Express ( 17
dicemlbre 18:38 /, sont riquip's dants les ports
des Eia s-lniis Le gouvernenr de Lib(iria
kcrivait, de son cnt, on I18039: 1 Plus des
lrois rquarts des vaisseaux abord' s par les
roi.seurs anglais, et. reconiiius coinnle ne-
griers, sont proti'ges par des papers et par
Ie pavilion amrni cali. n
2 La croi.idre aiglais: ciaptttura. de 1837
a ISi47. si cents treitc quaIte navires ie-
grieIs a destiination du Brsil et de Cuba.
Los cruiseurs frtntwais lii'ent beaiiconp moins
de 'irises, parce que !e goiuvernimeint f'ran-
cais n'ayant pas dit trails spj',iaux avec les
diffreni tes nations, ils rn pouvaiont saisir
les nigriers qn'en cas de piraterie ditmemnt
c"ariact!rissOe et aussi, pour dire toute la


( pr6s de 20 millions par an,pourcom-
promettre la vie de braves marines et
relidre plus cruel le sort des n6gres, a
cause de l'embaras do les catcher et de
les transporter clandestinement, ) Avant
la trite, disait-on, les chefs africains
sacrifiaient leurs prisonniers ; grice A
la traite, ils les vendaient 5 de charita-
bles Europ6ens ; depuis l'abolition de la
traite, ils sont de nouvean conduits 5
les tuer.
Livingstone. 6tabli en Afrique et bien
police pour controler ces affirmations in-
teressees, les diment dans une iettre
adressie, le 19 mars *1856, i lord Cla-
rendon : Un certain docteur Brysson,
dit-il, a ecrit que les measures pises pour
rprimner la traite n'avaient fait iu'en
accroitre les horrer's... Je puis affirmer
a votre S.'-i u ir.i'ie u'utine pareille as-
sertion nepe tu venir d'uLin hioine mcle,
coinme je le suis, aux miarciands d'es-
clavages dans le pays mnme oit s'en
fait le commerce ; elle est repandue par
ceux qui ont intiret au traffic. Dans la
partie etendue de l'At'rique que je con-
nais, les. :l, sont mainteiant trip's ra-
res ; ell:s etaient provoquies evidemiment
par la traite... )
Les colonies ont-elles souffert de la
suppression de la traite des nigres ?
Leur production a-t-elle baiss6 ? Nulle-
ment, ropond Augustin Cochiun, t il le
proiie par le tablieau conmparatif id 1'ex-
porlation dii sucre dans les colonies an-
glaises avain! et apris 1 abolition. Seule-
nent. le ni:' re deviant plus clier, le tra-
vail servile : i ginenta de prix et, par
suite, !''sci',, ful mis mief x trai' (. L'a-
bol'ition! die !:i traite cut enfin 1ii1 autre
resull'at, ap i'ciabl,' entre tons, celui de
demontrer I'aibsolue necessity e e tlapper
i'esclavagc lI:i-mremcpoiir arrive a sup-
priier compllitement les liorrenirs de la
traite. (:'es. on effet, line vdrilc I'cono-
uiqiue qui n'a pas lbsomin d'6tre dnion-
t're : c tan! qu'on est si'r dle vendre
tres clier ui n marcltandise, on trouve
toujours, iuo'.:in de se la procurer. o

vrild, pairce ,que beaucoup deo ran t;us se
lixvraienr encore a. cete '0 poque au trali' des
n6greF Nni:!t-s tait, to p incipal orl ,i'ar-
merent ).


I_ _







REVUE DE LA SOCItTE DE LEGISLATION


La suppression de l'esclavage etait
bien la secrete pensee des immortels
promoters de l'aholition de la traite ;
ils le declaraient d6ja en 1792. Mais,
nous apprend Wilberforce dansson m6-
moire adresse au tsar Alexandre, un
double motif les retenait : ils espe-
raient que, faute de pouvoir se recruter,
l'esclavage s'eteindrait comme no ruis-
sean se desseche quand la source est
tarie : il croyaient, en outre, qu'il 6tait
sage d'arriver a la liberty par des ame-
liorations graduelles. Tel 6tait encore
1'ascendant de ces idles en 1823, lors-
que Buxton proposal formellement l'a-
bolition de 1'esclavage a la Chambre des
Communes, qu'il n'osa parler que d'a-
bolition gradnelle et que lord Canning,
adh4rant au nom du gouvernement a
eette proposition, I'amenda par une re-
daction oi le mot de liberty n'est pas
prononc6 et oji le mot abolition est rem-
plac6 par (< promesse demesures efficaces
et decisives pour amgliorer le sort de la
population enclave I.
Pas une colonie n'accepta pacifique-
ment ou compl6tement ces dispositions,
pourtant si timides. Et, comme les es-
perances des esclaves n'6taient pas
moins poussees a bout que les r6sistan-
ces des maitres, il y eut des revolles,
desincendies et des executionsen masse.
Le gouvernement anglais dut exiger
de ses colonies cequ'il d6sesp6rait d'ob-
tenir de bon gr6 : il donna d'abord
I'exemple, en affranchissant tous les es-
claves du domaine de la C ouronne ( 12
mars 1831 ). Huit mois aprLs, le 2 no-
vembre 1831, un ordre en Conseil d6-
veloppait toutes les measures 6noncees
dans le project de 1823 ( 1 ).
Les colons protesterent contre ca qu'-
ilsappelaient la violation de leur n< l6giti-
me propriWte ,. Cette opposition irre-


i. Entre autres dispositions, I'esciave fut
declar apte a ester en justice et et posse-
der toutes choses, sauf des bateaux, instru-
ments de futte, ou des armes a feu et des
munitions, instruments de revolt. ou d'au-
tres esclaves, par un honteux oubli de ses
propres esperances a.


ductible des n6griers placa le gouverne-
ment dans alternative, soit de perdre
ses colonies dans un cataclysme pareil a
celui qui avait andanti la domination
francaise a Saint-Domingue, soit l'im-
poser la loi d'6quit6 aux possesseurs
d'esclaves en proclamant l'mniancipation
g6ndrale. On opta naturellement pour
I'emancipation, sous la double condition
d'une indemnity et d'un apprentissage.
Le parlement britannique fut saisi de
cette proposition, le 14 mai 1833. Lord
Stanley, Secr6taire d'Etat des colonies,
annonga la determination aux gouver-
neurs par une depiche du 20 mai, qui
contenait ces phrases:
( Le gouvernementregrette de prendre
I'initiaiive de cette measure. Mais il a d4
cdder d cet e'gard au vuau manifesto de
I'opinion, apres avoir perdu tout espoir
de se voir devancer ou seconder par les
16gislations coloniales. La security des co-
lonies ne permettait pas, d'ailleurs, une
plus longue hesitation. ,
L'Act d'abolition fut vote le 12 juin
1838 par la Chambre des Communes,
le 25 juin par la Chambre des Lords, et
promulgu6, avec la sanction de la Cou-
ronne, le 28 aott 1833.
L'apprentissage de la liberty devait
durer jusqu'au ler aouit 1840 pour les
esclaves rurauxet jusqu'en 1838 pour les
esclaves urbains. L'apprenti pouvait,
d'ailleurs, se racheter ou etre lib6er
avant ces dl6ais"
La loi allouait aux anciens maitres
une indemnity de 20 millions de lives
sterling( 500 millions de francs ), a re-
partir, par des Commissions d'arbitres
nomm6s par la Couronnre, d'apres le
nombre des esclaves recenses et la mo-
yenne des prix de vente calculus pen-
dant les huit annees anttrieures a 1834.
Cette loi d'aboiition anglaise a ete
fort bien caract&risbe par Augustin Co-
chin : e Elle desserrait les noeuds sans
les delier ; elle enflammait toutes les
passions et n'en contenait aucune. Le
maitre voyait son droit reconnu et bri-
se ; interest a l'ordr:, il l'etait autant au
desordre qui se) ait venu justifier ses som-
bres propheties et faire douter de la li-
berte. L'esclavage recevait de la liberty


I __ II ~~ __ __







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


le nom sans I'usage; un ajournement,
bien court pour celui qui jouit, bien
long pour celui qui soulffre, rendait in-
certaine cetteesperance, qu'une reaction
toujours A craindre pouvatt reculer en-
core ou subitement an6antir. Transition
p&rilleuse qui exposait les colonies au
desordre, les propriht6s A la ruine, la
libert6h un cobteux et .- ,i_1 ,,,t check ,
Ces craintes furent heureusement vai-
nes ( la population noire se montra
parfaitement digne de la liberty, qu'elle
n'avait jamais cess6 ddem6riter ). Le 6
iovembre 1838, apres cinq annees d'es-
sai, lord Glenelg, sous-secretaire d'Etat,
resumait ainsi les effects di regime tran-
sitoire :
S.1 'ssqu'ici les riesiult.ts de la grande
experiencee de I'abolition de l'esclavage
ont justili6 les plus vives esp6rances des
auteurs et des avocats de cette musure.
A examiner atteutivement les abus q(ui
out pi se produire daus ['execution, it
me semnble qu'ils doivent atre en ,nrande
parties attribues a I'ancien systine colo-
nial (Quiconque avail rlleclii snr la
nature humane et sur l'histoire de l'es-
clavage ponvait s'atteudre a ce qu'une
lelle riforme ne se fit passans inconve-
nients.Je m'estine done heureux de pou-
voir affirmerqu'iis'est 'rialisde,da?(s cc court
laps de steps, un I.....i s dans l'nat so-
cial qui ji :-I. ., au bo hli ea' de Chuma-
)ild, et don't l I' ist ire n'olTfit iI ,;-, un
plus grand example. )>
Sous la )pression de t'opinion publi-
que (1), lonl Bro-_ I i demand, le 20
f\vrieir 1838, a la Clambre iaunte d'Ai-
gleterre 1'6manc;ipation conmplte et cd-
linitive des esclaves pour le ter aoot
suivant. Elle fut proclamee ai Antigoa
d'aliord, puis : a Jaiin iquie, a 1a Trini-
dad, a la Dominique, d la lBarbade, At
Sainte-Lucie et A la a (' ii-. dans les
mois d'av il, juin, juillet et ao It I. : ;
a I'ile Mai~ricc, le 11 mars 1839. Le ler-
me duddlai fix i par la loi de 18J.8 se
trouvait ainsi devance' de deux an.s.


1. Parrni les nombreLses petitions redi-
gees a cet eflet, I'une, adress6e a la reine
Victoria, 6tait signee par 600.000 temmnes.


La fin du regime de l'apprentissrge,
nous insistons sur ce point, fut done
brusque dans les colonies anglaises.
Ceux qui, come nous, estiment que
I'abolition immediate est la meilleure
solution a la question de l'esclavage, out
le droit d'en tire argument.
Lorg Glenelg nous a dit combien le
passage de la servitude a i'apprentissa-
ge ?'etait oper6 heurcusement ; lord
Stanley, Secretaire d'Etat aux colonies.
caracterise en ces terms la transition
de l'apprentissage at la plcine liberty
a En somime, le resultat dela grande
experience d'emancipalion, tenitee sur
1'ensenmble (e la population dles Indes
occidentales, a surpassed les esperances
des amis inmme les plus airlents de la
prospeiite coloniale. No. sculcinent la
prospdrited mactielle de clhwcu.ie de s iles
s'est iraldiieniel accrue, mais, ce quui est
eiicoire ,mieuc,il ya ci iiogrs dJs lesis-
ltmesocial elt religieux, et d'icloppewnent,
chez les individus, de ces qttalilde du
coC3u et de l'esprit qui soul plus ndcessai-
res au bonzheur quc le ubjit, aatlriciels d(i
la vie...
< ILes nogres sont heureux ctl atis-
faits, ils se livrent au travail, ils oai
amilior)c ,ler ima ni re de e'irec, -.
te leau bien-dhre, et, eni mdime teImps que
les crimes out dimnuni, les habitudes
iiorales soil devenies meilleris. Le
nolin'ie des :aariagies a autgmtte sous
l'iiufluencc du clerg ; l'iti-truction s'est
r.iepain ue.
s Tels south les resultats de l'emanci
nation : son stice (s a etc coia )(let, 'u.ani
a(a but pri'lcipal de la I n esur'e. i,
Et lord Sta!iey cumpletait coe teumuc-
gnages sur le Ionlearii et les progrus
des alTranchtll par loes rcun-eignemetuts
d'orIre iconomiquic. qui mnritnut aussi
d'6tre notes :
u Lenomlbn e des uuirs deve us proprie-
taire par I Lur industiie e[ lAur dconomie
s'dlevait,poiur toutel'ile de la; Janaique,a
2,114 en I ;I; deuxaisapres,on en comup-
tait 7.340. A la Guyane, on a "vu 150 a
2I.i noirs s'associer pour acheter des do-
maines de 250.000 et meme de .100,000
francs. Des villages important s'etaieut
forms, composes de jolies chaumibres


I I__ I I







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


avec une 6glise, et occup6s par des ha-
bitants nombreux, appliques au travail
et convenablement v6tus.
Pendant les six dernieres annres
d'esclavage, la valeur des exportations
de l'Angleterre aux colonies avait Wte
de 69,575,000 francs,
Pendant 'apprentiss.ige (1835-1838),
elle s'est levee a 89.450.000francs.
) La premiere annce de la liberation,
elle atteignit le chiffre de 100.061.575 et
la second annee, 87.318,350 ) (1),
Vingt ans plus tard, en 1858. iun 'o-
lon de la Jamaique tragait le tableau
suivant de la society de couleur dans
cette ile, oiu vivaient alors 16,000 blancs
A c6t6 de 3U'i..000 noirs: < L'liomme
de conlIur tient ici une position qui n'a
rien d'inferieur. et nous n'avons pas
a nous pl;indre qu'ii soit sur le mrnme
pied que nous... Notr; barreaun'est pas
noirbtrea.. ,mais ce soit les avocats de
couleur quii tic'ane t les pi'emie-,:s places.
Les medecins noirs v exercent une con-
currence avec les blancs... Ce soot la[
des faits important a signaler, cat tous
ces progrs hse so at accomplis depuis l'a.
bolition dlc l'esc/avage dais Iile. Nous
av ons constate parl'experience que i'hom
me de couleur peut s eiever au premier
rang de lasociet6 et y tenit aussi bien sa
place que tout Europeen dorigine. ,
( Rescue coloniale 1859 ).
Des cotte epoque, on pou\ait ddjia
voir, la laJamaique, des negres se pro-
mener en voiture avec de-s chevaux a
eux et des serviteurs en livree. ( Rap-
port a lord Gi. :cl 1, cite par A. de Gas-
parin. )
A conlinuer.


BIBLIOGRAPHIE

1.- Nous sommes en retard pour
salner la bienvenue de a i'Echo des tri-
bunaux ), recueil de decisions judiciai-
res, qui se public au Cap-Haitien. C'est


1. P'rcis de I'abolition de l'esclaoage dans
les colonies anglaises.Impriimerie royale,
Londres, 1850.


un progr6s don't la ville du Cap est re-
devable a Me Morin et dont nous souhai-
tons la perp6tuit6.
2.- Le mmre souhait s'adresse aux
deux volumes le 1'Annuaire de 16gisla-
tion 6dit6s par Mo Etienne Mathon. (1)
( 190let 1905). Concu sur un plan don't
notre soci6td de L6eislation a maintes
reprises a desire rendre permanent
1'ex6cution, I'Annuaire est destine 5
rendre de grands services a tous nos
homes de loi, en attendant le jour in-
certain o l1'article de la Constitution
qui prescrit la publication obligatoire
du Bulletin des lois cessera d'6tre une
lettre more.
3.- Notre :ll11' -li Fleury Fequitre
vient de publier ua livre, cui dis son
apparition s'est impose A attention de
notre public cultive come une ouvre
d'interet national. C'est pen d'en louer
l'inspiration ou d'en signaler I'oppor-
tunite, i tfaudrait que chacuu de nous
prit envers lui-mnme l'engagemnmt d'en
mediter, d'en pratiquer et d'en propa-
ger les leons. Je voudrais que vulgari-
se, mis sous une forme substantielle a
la portde de routes les bourses, il devint
le br(viaire di pare et de la metre de
famille, s'il est indeniable que la ques-
tion qui s'y trouve uniquement traitee
est la question meme de notre avenir
national.
,i L'Education haitienne ,, tout s'y ra-
mene, en effet, quand on veut examiner
d'un peu pr6e la condition de notre
people, ses l ttes,ses inquidtudes et ses
souffrances, ce qui s'est faith et ce
qui reste a fire. Aucun probimne n'est
plus passionnant A reso.dre pour le
patriote, et 11 n'y a pas a s'etonner qu'a-
pris avoir fourri la matieri du r6cnti
ouvrage deJerernie. it Casse tes frais du
prdsentvolume de Fequiere. A cette ren-
contre non concerted de deu. esprits
egalement pendtrans, dgalem mt slides
et ponddres, on reconnait que l'iddee
laquelle n'est attachee leor mutuelle


1. Imprimerie Verrollot. Port-au-Prince.
1. L'Education Haitienne. Imprirnerie
c l'Abeille -. Port-au-Prince.


- -- -L I






REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


preoccupation est mfre.D'autres qu'eux
ont eu le meme souci et out donn6 la
nifme orientation a leur action social;
( peut-6tre le livre de F6quiere eft-il ga-
gne a mentionner tout au moins les
noms de ces pionniers, mais A quel livre
utile ne r6va-t-on pas, apres coup, d'a-
jouter un dernier chapitre ?) ils ont eu
tous deux le merite de se dire que
Fheure 6tait venue de rassembler les
arguments 6pars, d'en former une mas-
se compact, propre a impressionner
le lecteur, et par un coup de clairon
retentissant, de forcer l'inattention de la
foule.


Rien de ce que nous en dirions ne
vaudrait le contact direct avec ces ou-
vrages ; les analyser minutieusement
serait donner un pr6texte A ne pas les
lire. Nous y renvoyons en toute con-
fiance.
G. S.


L abondance des matieres nous a
porter k renvoyer au prochain nu-
m6ro la fin des ( Origines de la
question noire )et de (('affaire Aboi-
lard ).


L -- --r














REVUE

DE LA

SOCIETY DE LEGISLATION

Paraissant le 2 de chaque mrois.
41-1MIT- DE --., F'

OMITE DE DIRECTION ET DE F FDACTION

Messieurs :

SLON MENOS .. PRESIDENT.
IAMA1ATINIEtfE DENIS SECRIETAIRE-GENCRAL.
ED. HERAUX . TRSORIER.
MAXIMILIEN L\\FOREST .
GEORGES SYLVAIN I. MEBRES.
F. BARON ...... .
BOUZON ........ ..


SO M MAIRE.

I. LETTBK DE MIe NouRIN,.
II. SEiANCFS DE LA S4OCIETE.
(. R6union LIU 30 Mlii 1906.
b. l10uniorr du 20Jui1 1906.
11l. (nom) murIrCLHlit de Me D. S'AINT-
AUDL.
I \T L'atTair e AIoILARD (S: ~ite)
Points de droit.
V. Biblingraphie.
VI. I'Pojet de oi lirnancie,.

Cap- 1-aftieii le a25 Avvil 1906
A Nlessiemr l&s metnbi-es Ide la
Soci&t. de i Pgislalion,
Poul-au 1r-P'irce.
Mes cheits et honrotrabies Cooncitoyi ii>
Vou[ant ek-e lbien edffi e s F le 3me
alin6a d e 1;-li-Ii Ie 3 11e I rIo Ie Cjoti Stil-
lion dotit I,- dispositions Idlonie;il feir
d lTinlcesstrtL, et cniinjriiwllos colitro-
verses, je vierrs, p n' Ia prdse:ile, voLIs
pi iet de lieu von loir tirr I h iqiustioni
'nA Clail'.


Ell effect, les uns prttendent, que ce
troisidme alinia de Ia Constitution ad-
met coiomme haitiens les enfants 16giti-
rmes rds eii [lliti de pere stranger et de
mere haitienne et les autres soutiennent
la negative, en ce que la.femme haYtien-
ne etant revenue etrangere par le fait
de son marriage a un stranger, suit n6-
cessairement la condition de son mari;
enr consequence, les enfants issues de
leurs oeuvres sont 6etangers.
Les derniers ajoutent A I'appui de
leur opinion des raisons tendant i n'at-
tribuer exclusiveient la qualild d'hai-
liens qui'a.ux enfants nes en Haiti de
nme' etrangere el non1 reconnu, par
leur p6re dir,.,- -r, po0tivu que celle-ci
ait dant les veiues le sang ifricain.
En attendant que volis tie fassiez
I'ioine1ur t de nm'ccuser receptions de la
present, j,. vous prie d'l._,: r, mes
cheers et h onotr aIb)!s concitoyens,
a;vei m sr ienemrci ients auticipes, I'assu-
raItle de 1i prohlb idt' reconnaiissaince et
[le lmon sinrere ,i\vw)unerm t.
.in. A. MORIN
A vocal,


15c" ANN9~E NYo 4.


JUILLET 1906.


PORT-AU-PRINCX'I






44 REVUE DE LA SOCTETE DE LEGISLATION


SEANCES DE LA SOCIETY

R6union du 30 mai 1906
Pr6sidence de M. Solon Menos

Sont presents: MM. MtNOs, LAFOREST,,
H[RAux, DENIs, SYLVAIN, LALEAU.
La reunion prend connaissance d'une
lettre de M. Charles Dupuy en r6ponse
a quelques observations de M. Bouzon
dans la discussion sr les mises.; "
M. le Secretaire g6n6ral rend compete
des d6marches quil a r6alisoes pour
l'impression de la <( Revue -, ainsi que
de 1'ex6cution de lad6cision du Bureau
attribuant P. 20 la famille Georges
Domingue pour contribuer aux fun6rail-
le,s de cet ancient' commissionnaire de
la Society.
M.le Prdsident.- L'ordre du jourame-
ne la discussion de la question posee par
MeA.Morin : (( Le 3e aline de I'article 3
de note Constitution admet-il comme
haitiens lea eufanls legitimes, nes en
Haiti de p6re Atranger et de m6re hai-
tienne, devenue- trangere par son ma-
riage ? .
,En regard de cette question, i con-
vient de poier le 3e alin6a de -I'article 3
-de la Constitution : ( Est haitied ) (< tout
individu ne en "-aiti de pere stranger,
-ou s'il n'est pas recoinu par son pere,
de mere etrangere, pourvu qu'il des-
cende de la race africaine. )D
L'article est assez g6n6rat pour s'e-
tendre m6me au cas od le pere et lame-
r.esont strangers. Pourvu qu'on soit
ne sur le sol haitien et qu'on descende
de la race africaine, on est Haitien. S'il
faut appr6cier la porte de cette dispo-
sition, j'avouerai qu'elle'me semble trop
absolue. On aurait pu la temp6rer par
le droit d'option, quiexiste dansla legis-
lation frangaise ;. mais le texte de la
Constitution est former.
M. le Secrdtaire-gdneral.-llest sou-
vent meconnu.
M. le President.- Beau.coup d'indivi-
dus, admis formuler des r6clamations
-iplomatiques, A titre d'6trangers, tom-


bent sous le coup de cette dispositiobd
constilutionnelle.
La reunion, consultee,.est d'avis que
le cas, cite'par Me Morin rentre dans
I'applicatiou du Be alin6a de l'article 3
de la Constitution.
M. le Prdsident.- Nous arrivons a
la discussion du Rapport de notre coll6-
gue Sylvain sur les nouveaux d6velop-
pements dbnn6s A la question de 'em--
phyteose.
--AM. Syluain. Messieurs, je ne re-
viendrai pas surceque j'ai ditdes Lettres
ouvertes de MM: Firmin ,et Leger Cau-
vin. II m'a sembl que nos deux cories-
pondaots, dogmatisant a outrance,
avaient, dans leur interpretation de I'arti-
cle 6 in fine de la Constitution, plut6t
tranche d'autorite le point en debat que
donn6 a leurs interlocuteurs les moyens
de contr61er leur opinion et de se for-
mer une conviction propre l'aide des
sources officielles; qu'ils n'avaient pas
d'ailleurs r6ussi a expliquer d'une fagon-
bien claire le texte de 1'article 6, inex-
plicable avec leur these ; et j'en ai con-
clu que, malgr6 toute notre d6ference
pour leur savoir et leur talent, unani-
mement appr6ci6s, nous devions conve-
nir qu'il ne nous out pas fourni de rai-
sons suffisantes pour modifier notre
.premier vote.
Depuis le dep6t de mon rapport, un
troisimne paladin, notre coll6gue Louis
Borno, est entr6 dans la lice. II assis-
tait da la stance oh s'ouvrit la joite em-
phyt6otique. Mais, lenu hers du pays
par ses functions de diplomat, il n'a
pa qu'assister de loin aix peripeties ide
la lutte. Aujourd'hui ii vient en prendre
sa part. Pourvu de routes les armes:
qui manquaient auxdeux autres tenants
du champ clos, et'que leur condition
pr6sente ne leur pas sans doute per-
mis de se procurer,. it ranime desa ver-
ve guerriere l'assaut quifaiblissait, Pour
6tab'ir es pr6c6dents historiques don't il
se reclame, il a tout -un arsenalde docu-
ments ; il pratique l'art des citations
opportunes et salt mettre au service de,
sa cause les resources d'une-dialecti-
que, d'autantplus sp6cieuse quela fines-








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


se s'y dissimule sons un air de rondeur
et de simplicity.
Plus heureux que ses devanciers,
nous apporte-t-ilcette fois les arguments
decisifs qui doivent s'imposer a notre
conviction ? Vous en jugerez, Messieurs,
aprbs m'avoir entendu.
*
*
Sur I'existence juridique de l'emphy-
teose propremeut dite plans le droit hai-
tien, Borno pense comme Eth6art.
L'emphytiose n'est midme pas men-
lionnee dans note legislation. Ce qu'on
baptise communement de ce nom, ce
n'est que le contract de Jouage avec les
modifications qui sont a la convenance
des parties. Les strangers peuvent done
le6alement on b6ndlicier, a moins que
des clauses e.sentielles d'un ac(e quali-
fib emphyteose, bal emphytdotique, it ne
r6sulte que c'est, en r6alit6, la propiid-
ie m6me ou I'usifruit a vie d'un bien
oncier qui a ete transfer&
De ce que les auteurs de notre
Code civil ne nommnt pasl'eFphyteose,
on ne saurait tirer un argument
contre la legimit6 du classement de ce
contract dans notre droil, si, inusite chez
nous de leur temps, il est devenu
depuis, I'une des forces les plus
frequemment employees pour deguiser
la propriet6, et si la doctrine et la juris-
dence s'accordent A p-ofesser que le
principle general de la liberty des con-
ventions couvre toule la classes des con-
trats innommes...
M. Laforest .- J'affirme qu'aucun
acte d'emphyteose n'a 6le pass jusqu'a
ce jour en faveur d'un haitien-
M. Sylvain.- C'est le fail. don't nous
sommes parties. Nous iliscutonm mainte-
nant le principle. Borno admet que I'on
applique A un acte qualiti eomphyteose
les regles de I'usufruit a vie d un bien
founder, lorsqu'on reconnail, A ses clau-
ses essentielles, qu'un tel acte se con-
fond avec ce mode d'usufruit.Comment,
des lois, peut il deman!der que l'onap.
plique les regles du control de louage
a un acte, dout les clau sv essentielles
reproduiraient exactementles caiactlres
que la doctrine juridique traditionnelle


attribue A l'emphyt6ose, quand, au sur-
plus, le mdme Borno concede que (celte
convention sui generis ,, telle qu'elle
est d6finie par nos maitres frangais,
( est plus complex, plus considerable
que I'usufruit, et coup siirplus voisine
de la propriet.? ) C'est le defaut de son
adhesion un peu sommaire au Rapport
d'Eth6art que lee propositions don't elle
s'accompagne laissentsubsister quAlques
lacunes d'argumentation.
A la verit~, 1'effort principal de notre
collogue porte sur l'interprdtatiou de'
I'art. 6 de la Constitution, a quoi le pr6-
disposaient ses remarquables commen-
taires de la Constitution de 1889.
Comme MM. Firmin. et L. Cauvin, Borno
soutient que dans Ie texte constitution-
nel, immeuble ne signifie pas autre cho-
se que propriedte fonciere. A l'origine,
sous Dessalines / 1805) l'interdiction
faite aux strangers se limitaitj formelle-
ment a la propriety. En 1843, quand
pour la premiere fois le terme d'im-
meuble fut sul)stitue au texte primitif,
ce fut a la suite d'un vote de l'Assemn-.
blee Constituante, par lequel elle af-
firmait sa volontl .de maintenir tels
quels les at tides 38 et 39 ,!e la Consti-
tution de 1816. Depuis lors, on s'est
content de reproduire la formula de
prohibition, avec la variante adoptt'e en
1843, mais en lui conservant le miime
sens que dnds l'Acte de Dessalines.
Cette accepting special du mot im-
meuble i'est pas ailleur.i one" anomalie
dans la league du droit. On en trouve
maints examples dans les auteurs
les plu. qualities, dans les de-
cisions de justice et dansles lois 6tran-
geres. Notre Cide civil en conlient pour
sa part, et nos Constitutions pareille-
ment. II est meme remarquable qjue la
seule fois que les terms de droits im-
mobiliers apparaissent dans une Consti-
tution haitienne, en 1879,-- le legis-
lateur a pris soin de les d6tachar o lter-
me immeuble, maintenant a cette der-
mniere expression, par une opposition
precise, sa .ignifii'ation debiensfonciers,
consacrie par la tradition.
Telle est la these. Elle merite d'etre
examinee de pres.


_I __ I
I








REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


L'usage du term generique pour de-
signer I'espece est partout admis :c'est
a la condition toutefois qu'il ne prele
pas matiere a 6quivoque. On dit com-
mun6ment : immeuble, pour dire : bien
foncier, puisqu'un bien foocier est un
immeuble ; mais un home de loi ue
dira pas, sans avertissement prealable :
( aucun immeuble ) pour dire simple-
ment : ,aucun bien foncier), ou : tous
les immeubles ) pour dire : tous les
biens fonciers. )D
Arbre est un v6getal. Je dirai, en
parlant d'un arbre : (( ce v6g6tal ), ou
de tell categories d'arbres : ces v6g6-
taux ) ; mais quand je dis : marcher
n'est le fait d'aucun veg6tal ), il est
certain que je n'entends pas seulement
parler des arbres.
Dans la discussion qui nous retient,
il- ne s'agissait pas de savoir s'il est per-
mis de se servir du mot ( immeuble )
pour designer les seuls immeubles cor-
porels, mais si, en disant : ( Nul 6tran-
ger oe peut dtre proprietaire de biens
fonciers, A quelque titre que ce soit, ni
acqu6rir aucun immeuble D, on a pu
vooloir dire... ( ne peut 6tre proprie-
taire de biens fonciers, A quelque titre
que ce soit, ni acqu6rir aucun bien fon-
cier ).
Quant aux examples don't Borno fait
6tat, ils ;e laissent pas pour la 'plipart
de place au doute, le context, c'est-A-
dire les terms ampliatifs ou explicatifs
qui servent de support A ['expression
employee et concourent avec elle A fixer
le sens de la phrase venant a I'appui de
I'acception sp6ciale
Toutes les fois qu'il en est autr,ment,
que le terme g6n6rique est employ
dans un sens ind6termine, c'est l'ac-
ception la plus g6n6rale qui correspond
A la logique grammaticale,--- j'ajoute :
a la precision du language juridique...
J'aurais I'air, MM.. en insistant, de
m'escrimer centre des moulins a vent,
car ces r6gles d'interpretation out pour
elles le consentement universe, et mon
ami Borno n'en est pas moins convain-
cu que nous tous. Ce qu'il tient A oous


persuader, en r6alit6, c'est que la 16gis-
lateur constituent a pris soin lui-mrme
de determiner que pour lui le mot im-
meuble n'a jamais qu'un sens, cslui de
propriety forciere,
Or, si dans presque tous les cas, 6ti-
quet6s par notre college, it est, en
effect, ind6niable que nos Constituants
ont voula,en employant le terme immeu-
ble, viser uniquement les immeubles
corporels, en ce qihi coocerne la prohi-
bition de l'article 6, oh le fexte s'oppo-
se nettement A cette signification, l'in-
rention qu'on leur attribue ne m'appa-
rait nulle part,-je vous le dis en tou-
te sinc6rit6,- avec une clart6 irr6sisti-
ble. Jamais,-- pas m6me en 1843,--
mis, propose de l'interdiction tradition-
nelle, en face d's ileilx acceptions du
mot immeuble, ils n'onteu a manifester
d'une fagon positive qu'ils choisissaient
I'atception la moins 6tendue;(l)jamais ii
ne leur est arrive d'examiner les conse-
quences d'ua choix semblable, eu 6gard
au droit des strangers et A leui partici-


1. II resort des citations mrmes de Borno
que la Constituante de 1843 n'eut pas A faire
proprement un choix entire le (( sens ab-
strait D et o Ie seas concrete ) du mot im-
meuble, mais centre le asyst6me libera)l ou
orogressiste, qi patronnait I'admission des
strangers A la propri6t6 tonciere,et le ( sys-
teme exclusif ), qui tenait pour que l'on
continuAt Ales en carter, Du triomphe de
ce dernier system, Borno induit qu'en rem-
plagant par immeuble le mot propridtd, em-
ploye dans la Constitution pr4c6dente, I'As-
sembl6e a entendu conserve le m6me tex-
te sous une formule diffdrente et consa-
crer ain.i la synonymie des deux terms.
II resterait encore, pour lissiper toute obs-
curit6 et sortir de la sphere des conjectu-
res, a faire connaitre les raisons certaines
qui ont determia6 un tel changement de r6-
daction. Puis, le text de 1843 n'est pas
le seul en cause. Eu 1846 et en 1867,
la formule de. l'interdiction a 6t6 Je nou-
veau modifi6e, et toujours de facon a ren-
dre de moins en moins plausible 'acception
particuliere du term immeuble. On n'a pas
tout dil, quand on se content de mettre
ceschangemens au compete de l'6tourderie
du legislateur. G. S.


--~-------- _~







REVUE DE LA SOCIti~ DE LEGISLATION


pation aux d6membrements de la propri-
6te Pour one fois que les mots a droits
immobiliers ) figurent dans une de nos
Constitutions a c6t6 du mot immeu-
ble n, ils n'y ont aucune valeur indica-
tive. C'est une addition inutile, intro-
duite par manie amplificatrice, mais
n'important pas au sens de la phrase.
Borno auait tort de croire qu'i! peut
s'en pr6valoir, car si l'on devait s'y at-
tacher bien strictement, 1'argument A
en retenir se retournerait plut6t contre
sa these...
M. Heraux. La revision de la Coni--
titution de 1879 en 1884 marque une
tendance nouvelle dans notre droit pu-
blic. On 6prouve alors le besoin de se
garer centre les r6clamations 6trang&-
res. Loin de se d6partir des tigueurs de
< 1'interdiction dessalinienne on est
plut6t d6cid6 A les renforcer'
M. le President. Aussi Borno se
trompe-t-il en pensant que, dans le sys-
teme de la Constitution revise. la fern-
me haitienne, marine A un stranger,
pouvait garder s s droils inmmobiliers at
n'dtait tenue de vendre que ses immeu-
bles corporels. La disposition est congue
dans les terms les plus g6neraux et les
plus rigoureux.
M. Sylvain.- A quoi se r6duit la
th6se de notre ami ? Vous en connais-
sez la substance. Toutes les fois que nos
Constitutions parent d'immeubles, elles
n' entendent parlerque des immeubles
par nature. Or. aucune Constitution hai-
tienne n'ayant jamais interdit a 1'6tran-
ger autre chose que la propriWte des
biens fonciers et I'ccquisition des it!,-
meubles,-- ou autrement dit des biens
fonciers,- les strangers ont de piano
1'exercice des droits immobiliers autres
que la propriete, sans que la loi ait eu
besoin de le ddclarer.
Acceptons un moment la thise pour
vraie et appliquons-la A l'interpretation
de I'art. 5 de la Constitution de 1879-
Qu'adviendra-t-il ? C'est qu'en stipu-
lant que la femme haitienne, marine a
un stranger, garde, par une derogation
express a la rigle tradilionnelle, ses
immeubles, -ou en d'autres terms


ses biens fonciers,--les Constituants de
79 auront dit tout ce qu'ils avaient a
dire. Pourquoi n4anmoins ont-ils jug6
n6cessaire d'ajouter au texte que l'ex-
haitienne garde egalenient ses droits im-
mobiliers ? Admettaient-ils la possibili-
t6 d'un doute sur ce point, si l'article
s'en 6tait tu? Ce serait done que, dans
leur opinion, les droits immobiliers, a
d6faut d'une stipulation contraire, sont
comprise dans la prohibition qui frappe
les immeubles corporels ? Nous n'avons
jamnis pretendu autre chose.
II suffit d'opposer ainsi les terms de
droits immobiliers, employes dans l'art.
5 de la Constitution de 1879, au term
immeuble, pour se heurter a a mme
difficultL d'interpretation qu'a propose de
l'article 6 de la Constitution actuelle.
Borno r6sout-il cette derniere difficul-
t ? --- Non, pas plus que MM. Firmin
et Cauvin ; mais instruit par leur exem-
ple, il ne se hasarde pas a la concilia-
tion de terms impossible a concilier.
II se tire I''afair'e par une pirouette ele-
gante, A la fagon des (c talons rouges a
de l'Ancien Regime, en nous accordant
que le texte est defectueux.
.lais alors, avions-nous tellement
tort de conclude que ce texte devrait
6tre revise par l'autorit6 compptente e
que, en attendant la revision souhaitee,
fate de ponvoir lever un doute d'inter-
pretation quidivise les meilleursjuristes,
on gagnera a se refer merdans la lettre
de la Constitution ?

*
Ce qui surtout contribute a rendre
moins solid l'argumntation de notre
collogue, c'est qu'elle veut trop prouver.
S'il fallait la tenir pour definitive, 1'e-
tranger, A qui la Constitution laisse,
d'apr6s elle, la faculty d'acquirir tous
les droits immobiliers,- la propriety
excepree. pourrait etre usuril'uiie'r a
vie de bieins fonciers, malgre l'article
479 du Code civil. Les articles 587 et
740 du meme Code, qui disposent qu'il
ne succle qu'aux meubles, seraient
aussi a effacercommen inconstitutionnels.
Est-ce bien la *e qu'ont voulu les Cons-


_ UI_








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


tituants de 4843, en decidant, selon la
proposition de Guillaume Hyppolite,
qu'on ne reviendrait pas sur le a syst6-
me exclusif ), adopt jusqu'alors a I'd-
gard des strangers ?
Pour r6poidre a cette double objec-
tion que jem'6taisempress6 de lui poser,
Borno met une rallonge a son 6tude:
: II faut reconnaitre, 6crit-il, que la
conception de l'6quilibre et du bel or-
dre juridique n'avait rien A faire dans
la grave question de 1'6tranger ; il faut
reconnaitre que seule, la conception po-
litique devait ypr6valoir ; et A cet regard,
I'art. 479 se justifiait. L'interdiction de
la propri6et terrienne 6tant pose com-
me une measure de sauvegarde nationa-
le, d'intderl essentiellement politique,
'on congoit fort bien que les hommes
de 1'epoque aient jug6 n6cessaire de li-
miter a un certain temps le droit pour
1'6tranger de jouir de la terre d'Haiti,
come le proprielaire lui-meme ; l'on
congoit qu'ils aient pu considerer une
longue jouissance de propri6taire, mAme
sous l'obligation de conserver la sub-
stance, comme une propridtd de fait,
susceptible des dangers que l'on voyait
dans la concession de la propri6t6 de
droit ,.
C'est ce que I'auteur do u Code civil
annot6 a appelle l'interpr6lalion 16gale
des articles 38 el 39 de la Constitution
de 1816 par le Code de 182t0.
Arrivant A la Constitution de 1843,
il reconnait que, d'apr6s elle, la loi ne
peut ajouter a la lettre de la Constitu-
tion : cela ne I'empeche pas de conclu-
re que (. en d6clarant formellement
maintenir les articles 38 et 39, la Cons-
titution de 1843 a entendi, a duc enten-
dre en maintenir I'interprAtation legale).
Ce < a di )), Messieuis, vous fait
sourire :il tonne,e e effet,en une ma-
tiere oiprdvaut obligatoirement la lettre
de la Constitution.
Deux points sont a consider dans
le passage que je viens de citer. Les re-
dacteurs du Code civil, en inlerdisant
a 1'6tranger I'isufruit a vie des biens
fonciers, ont voulu, nous affirmed 1 on,
non 6;endre par analogie, ainsi qu'on
aurait 6t6 tent6 de le croire, les terms


des articles 38 et 39 de la Constitution
de 1816, mais seulement les interpr6-
ter. Comme ils n'ont pas pens6 a s'ex-
pliquer sur leur intention veritable,
nous o'en avons ici pour garant que la
parole de leur spiritual commentateur.
C'est nager en pleine hypoth6se.
Vous remarquerez, en outre, que le
maintien des arts. 38 et 39,- qui n'a
jamais W6t entendu dans le sens de la
conservation du texte littoral, puisqu'en
definitive ce n'est pas ce texte qui a 6et
vot6,- etait implique dans la rddaction
du Comit6 charge de preparer le pro-
jet de la Constitution de '1843. II suffi-
sait, pour remplir les vues du Constitu-
tuant Guillaume Hyppolite et de la ma-
jorite, que le nouveau texte n'accordit
pas a l'etranger la propri6te fonciere,
don't le privait la Constitution pr6c6den-
te. Mais les Constituants ne s'6taient
pas le moins du monde retire par 1A le
droit de dinner toute sa port6e, dans
une formule g6ndrale de prohibition, A
la conception politique ) que Borno
explique si congriment, et qui, valant
pour I'usufruit A vie des liens fonciers,
valait aussi bien pour les autres d6mem.
brements de la piopri6td. DejA le Code
civil, par son article 479, est, a ce pro-
pos, en progrAs sur la Constitution uie
1816. De 1816 A 1826, on s'est apergu
que les art. 38 et 39 sonl insiftisants
pour r6aliser <( I'idde ) di 1[6gislateur :
relenir la terre ha'tienne aux mains du
rdgnicole. Et I'on a delib6rdment aggra-
ve l'incapacitl de l'6tranger. 11 n'eat
pas 6e6 impossible que, des 1843, la
pratique ayant de plus on plus familiari-
se les hoimmes de loi avec les facilities
que pot vaient presenter certain droits
immobiliers pour tourner ( I'interdic-
tion dessalinienne ,,on jugeat utile de
sanctionner en la g6n6ralisant i'initia-
tive prise par le Code civil. On tie s'en
est pas expliqud, voila le mal et voila ce
qui perptlue la controversy!
Mais le silence du Conslituant de 1843
sur la signification reelle de son texte
ne fait pas la partie plus belle A no.
contradicteins. Si en disant immeuble,
il a voulu dire propriety foncieie et t'a
pas voulu dire autre chose, il s'ensuit


-- 1_
-----







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


logiquement que dans son systlme, la
defense faite par le Code civil a 1'6tran-
ger d'etre usufruitier vie de biens
fonciers ne saurait subsister, ni a titre
d'interpretation tacite de ( l'interdiction
desraalinienne ), ni a titre d'analogie
plus on moins presum6e ella ajoute A
la lettre de la prohibition constitution-
nelle et doit 6tre tenue pour abrog6e.
Qu'est-ce A dire ? L'article 479 du Code
civil effac, la condition des strangers
devient, sousl'empire de la Constitution
de 1843, meilleure qu'elle n'6tait au-
paravant Comment fair concorder n;i
telr6sultat avec la motion de Guillaume
Hyppolite et le vote ( maintenant la
situation ant6rieure ) ? /2).
Pour justifier la persistence des art.
587 et740 du Code civil, dans l'inter-
pretation qu'il donnede l'article 6 in fine
de la Constitution, Borno 6crit : ( II
n'existe pas de correlation n6cessaire


1. Ce qu'impliquail, en realit6,le vofe de
l'AssemblIe de 1843,c'est qu'on ne toucherait
pas A la r6gle d'exclusion, formulee dans
les articles 88 et 39, pour en adoucir les ri-
gueurs. Le maintien puret simple de la si-
tuation ant6rieure est une consequence
que Borno tire de ce vote, mais qui n'y est
pas rigoureusement continue. Guillaume
Hyppolite, pour etre plus sCr de sauvegar-
der le principle don't ii d6sirait la confirma-
tion, avait demand que los articles 38 et 39
de laConstitution de 41816 fussent litterale-
ment transcripts dans la nouvelle Constitu-
tion. Dumai Lespinasse et Alcius Ponthieux,
tout en protestant de leur adhesion aux ar-
ticles 38 et39, soutinrent que ce serait faire
injure au Comite d'elaboration de lui dieter
d'avance les dispositions de la nouvelle
Constitution. On vota la motion du d6putL
Hyppolite, mais certainementsous la reser-
ve que comportait I'observation des d6put6s
Lespinasse et Ponthieux, puisque I'art. 8,
pr6sent6 par le Comit6 et adopted par I'As-
semblde, n'est pas la transcription litt6rale
des art. 38et 39 de la Constitution ant6rieure.
D'apres une tradition, don't notre collogue
Laforest atteste I'authenticit6,le texle de l'ar-
ticle 8 aurait td arrWte et fix6 par M. Hono-
re Fery, le pere de la Constitution de 1843,
bien avant la stance oh se produisit la motion
Hyppolite, d6bitee en patois creole. II fut
vote sans changement. G. S.


entire le droit d'acquerir entre-vifs et le
droit d'acqu6rir a cause de mort. )
-- C'est vrai en principle et d'une fa-
Con g6n6rale ; mais s'il s'agit de I'inca-
pacit6 special qui nous occupe et des
raisons politiques don't elle se fortifie,
les deux formes d'acquisition se tien-
nent : l'une des interdictions explique
l'autre.
Les articles 38 et39 de la Constituti on
de'1816, pursuit notre coll6gue, n'ayant
pas determine quels modes d'acquisi-
sition seraient ouverts a 1'etranger, c'ktait
aflaire aux lois civiles de reglementer
ce point.
( Pourvu que le l6gislateur civil ne
rendit pas pratiquement illusoire chez
1'6tranger la capacity d'acqudrir, rien ne
s'opposait a ce qu'il lui interdit un mo-
de d'acquisition que le vieux Code Na-
poleon, alors en usage en Haiti, lui re-
fusait en principle.
Cette argumentation laisse dec6t6 l'ob-
jection a rdsoudre. En stipulant que les
blancs, non comprise dans les categories
d'exception, ne pourraient acquerir de
proprikt& dans la R6publique, l'article
39 avait. en realitI, determine quant A la
propriete fonciBre quels modes d'acqui-
sition restaient fermes aux strangers :ils
leur 6taient tous interdits sans distinc-
tion. Ce que la Constitution de 1816 ne
( reglementait a pas, c'6taient les droits
immobiliers autres que la propriet .
La loi civil, statuant dans la pl6nitude
et dans la legitimit6 de son pouvoir,
[ c'est Borno qui I'atteste I decida que
l'6tranger ne succederait qu'aux biens
meubles. ( Elle aurait pu, sans violer
la Constitution, ajoute notre ami, inter-
dire, en 1826, A l'etranger, mime le
droit de succ6der aux meubles.)
---Fort bien, mais ponvait-elle enco-
re, en 1843, sur cette matiere des droits
immobiliers, supplier au silence de la
Constitution on aggraver ses dispositions,
sous pretexte de. les interpreter ?
Etait-ce encore, A cetle 6poqueet aux
epoques posterieures, I'affaire des lois
civiles de frustrer 1'6tranger d'un droit
don't la Constitution, selon l'opinionqui
nous est oppose, lui laissait l'exercice
par le faith seal qu'elle ne le lui retirait


_








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


pas ? II faut que Borno en prenne son
deuil. Adopter sa these, c'est renoncer
aux articles 479, 587 et 740 du Code ci-
vil. Qu'il n'ait pas os6 aller jusqu'au
bout de cette conclusion inevitable, j'y
trouve une preuve nouvelle que la de
monstration, admirable de souplesse et
d'ingniosite, don't il nous a offert le
regal, n'est pas de tout repos. Apres
I'avoir suivie dans toutes ses parties,
j'en reviens a opiner que I'emphyt6ose,
droit reel immobilier, est interdit aux
strangers par I'articie 6 de notre Cons-
titution.
M. le Prdsident.- Messieurs, quelqu'un
d'entrevous a-t-il d'autres observationsA
faire a propos des questions traitees
par le Rapport et de cells que, vient de
developper le colilgue Sylvain ?
M. Hdraux'-- Ce qu'a dit notre col-
16gue r6pond sibien A notre pens6e que
nous n'avons rien A y ajouter.
( Assentiment general
M. L.e President.- Les conclusions
do Rapport sont mises aux voix.
La reunion, A l'unanimit6, adopted les
conclusions du Rapport de M. Sylvain,
tendant a la confirmation des precedents
votes de la Socit6 iie L6gislation sur
la double question de I'emphvteose et
du dernier alinea de l'art. 6 de la Cons-
titution.
Puis, la stance est levIe-


REUNION DU 20 JUIN 1906

Piresidence de M. Solon Mdnos.

Presents : MM. MENOS, MAXIMILIEN
LAFOREST, EDMOND HERAUX, GEORGES
SYLVAIN, DucIS VIARD, LAMARTINIERE
DENIS.

Le presidlent : La seance est ouverte.
Lecture est donnee du proces-verbal
de la reunion du 30 Mai qui est sanc-
tionn6.
M. Sylvain Une communication
nous a et faite par M Denis St Aude


de Port-de-Paix au sujet de la question
suivante sur' laquelle notre coll6gue
J6remie a ete d6signo pour fair un
rapport : ( Dans quelles limits s'exer-
ce le pouvoir des juges du tribunal cri-
minel dans l'application graduke des
peines d6termin6es par le verdict du
Jury. Une autre communication nous
est aussi adress6e par notre jeune com-
patriote Abel L6ger.
Le pr6sillent : Ces communications
seront publi6es plans notre Revue.
M. Sylvain. II y a one decision A
prendre a props des rapports en retard.
M. HBraux. Je suis d'avis qu'une
circulaire soit adress6e aux Membres de
la Soci6te qui sont en retard de faire
Icurs rapports.
M. Sylvain. Alors notre SecrAtaire-
general fera le relev6 des questions au
rapport pour les rappeler A ces colle-
gues.
La Reunion se range A l'avis de MM.
Heraux et Sylvain.
Puis la stance est levee.


Aux
Membres de la Soci6et de L6gislation,

Port-au- Prince.

Messieurs et chers Collegues,
Ayant appris que vous avez mis a l'6tude
parmi les membres de la Socie16, la question
de savoir comment se precise et se limited
le pouvoir du tribunal criminal dans I'ap-
plication gradu6e des pines delerminees
par le verdict du jury, je viens apporter ma
modest contribution aux travaux communs.
'Voici done Messieurs, I'examen quejesou-
mets a vos hautes appreciations.
Le soiici de proportionner la peina A la
culpability de l'agent sera toujours l'objet
des prdoccupatiojs des criminalistes: Psene
debet commensurari delicto.
Autrefois la letire l'emportait sur I'esprit:
des categories p6nales absolues, sans tempd-
rament ni measure, ne laissaient aucune
latitude a la conscience du juge; leur in-
Ilexible niveau pcsait sur le repentir du
mrme poids que sur laperversite; alors lajus-
tice oscillail sans cesse entire ces deux extr6-
mes : des p~nalhtes exhorbitantes ou de
scandaleuses impunites.


_








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Depuis l'inslitution du Code Pdnal, il a 6t6
admis un premier temperament d'ofl il res-
sort que dans tous les cas oh la lot ktablit
des peines privatives de liberty, il est laissd
au juge, ind6pendamment des excuses 16-
gales nettement d6finies, la faculty d'appli-
quer la peine en 1'dlevant d'un minimum a
un .maximum d6termin6s par la loi : ( La
condemnation A la peine des travaux forces
A temps sera prononc6 pour trois ans au
moins et pour quinze ans au plus (( (Code
p6nal, art. 19.)
Ce n'6tait qu'un pas, d'ailleurs ass-z timi-
de, vers une plus grande inddpendance dans
les functions du juge. Car son intervention
restait encore sans influence sur la peine
elle-m6me. Dans ce systime, le pouvoir du
juge ne s'exerce en effet que sur la duree
de la peine, apres que le jury a determine
sa nature.
On a pens6 qu'il fallait manager les
droits du jury, consid6r6 encore comme le
garden des institutions penales.
L'action du juge, ayant pour domaine
I'espace d'un minimum a un maximum,
est souveraine. mais n'a rien d'arbitraire;
carelle ne substitute pas a la peine une pine
non d6terminde A 1'avance.
Au contraire, en presence de ce pouvoir
insuffisant du juge, la question restait tou-
jours ouverte sur le moyen de mesurer une
faute au poids d'un chAliment, d'etablir entire
eux un 6quilibre, une just proportion, afin
d'entrer dans les vues des criminalistes mo.
dernes, qui ont lelsouci de combiner la pei-
ne avec le degr6 de perversity du coupable,
tout en tenant un compete serieux du danger
que cette faute et cette perversity out fait
courier A la soci6t0 ou aux individus.
La loi, dans la g6niralit6 de ses terms,
dans la ncessiti de. ses classifications, est
bien obligee de poser son niveau sur une
mrnne nature de tails, mais lorsque I'homnme
qui les a commis dars la plinitude de sa
volontd coinparait pour en expliquer les
circonstances, on trouve bien souvent que
leurverite morale Ochapp. par plus d'un
c6Le a leur categorie ptnale, que leurs ca-
racteres 1egaux y sont bien evidents, mais
que lenr caractere moral ne s'y rencontre
pas au mume degr6.
Jusqu'A quel point eel individu est-il sous
I'influence du inal ? st-il perdu sans re-
tour, ou bien est-il susceptible d'un amen-
dement qui le ithabilitera?
Aulant de questions difficiles et A quoi le
ebgislateur ne saursit repondre d'avance.
C'est done au juge qu'il doit Otre allribu6
la mission, assurement delicate, d'dclairer


les fails punissables par les faits de cons-
cience, de compare I'intensite de la pine
avec l'intensit6 du crime, afin d'6viter cette
choquante anomalie d'une faute 16gere en
soi et d'un chatiment exorbitant, et celle
plus grave encore d'une punition derisoire
et d'une action atroce, qui met la perversion
dans la conscience publique.
VoilA, par example, un home qui, exas-
p6r6 par de longues offen es, a tu6 le sn-
borneur de s. fille; voila un antre qui, froi-
dement, dans le but de voler, pin6tre
armed dans une maison et en tue le Droprie-
taire. Ces deux especes 6tant d'une m6me
denomination juridique, est-il raisonnable
de se contender dans le prefer cas de l'6-
paisseur d'un minimum a un mixmurn pour
qu'il soit applique dans les .'eux cas une
meme nature de peine? Voila des cas ex-
trimes quand ils soot rapproches.
Ils ne sont pourtant pas si rares dans la
pratique !
Au surplus, les cas les plus ordinaires sont
les plus varies et les plus reinplis de nuad-
ces.
Les faits 6tant d'une grande diversity de
nature, de portle, de resultat, il faut pou-
voir les appr6cier, soit come faute, soit
comme source de prejudice, soit come
danger public; et si on leur appliquait un
texte inflexible, ce setait abandonner l'idee
philosophique que le chatiment doit satis-
faire A la fois 1'equite et la raison publi-
que.
Le moindre fait criminal est compliqu6 de
taut d'autres :jui le modifient, qu'on ne sau-
rait apporter trop de sagesse, pour pen6trer
ses causes on les rapprochant de ses effects,
et pour d6couvrir son mobile secret en le
rapprochant de son but ostensible.
IP faut bien tenir compete du milieu oh
cette action s'est accomplie, des tnoyens de
perpetration, du caractere de l'agent, de son
Age, de son education, de la passion qni a
coinmand6. de la faiblesse qui a obei sans
resistance, enfin de tout ce cortege de cir-
constances accessoires, sans lesquelles I'acte
puncipal n'existe-ait peut-6tre pas, et qui
sout groajps autour de lui. pour lui donner
son veritable caractere.
La modification dans le fait doit done en-
trainer une modification dans la peine : s'il
y a des circonstancjs aggravantes pour faire
un crime de ce qui sans elles n'aurait dt6
qu'un simple delit, il doit y avoir logique-
ment des circonstances attenuantes pour
ramener le or ime aux proportions d'un delit.
C'est sous l'empne de ces considerations
qu'est appar e en France la loi de 1832 sur








REVUE DE LA SOCJITE DE LEGISLATION


les circonstances att6nuantes, laqLelle est
venue ouvrir ane voie plus large A l'ind6-
pendance du juge, en 1-autorisant A appre-
cier le fait, au cas de circonstances att6nuan-
tes, non pas seulement en partant d'un mi-
nimum a un maximum, mais en franchissant
,les degres d'une peine plus forte, pour arri-
ver a une pine plus faible.
C'est done un progres sensible introduit
dans les institutions pdnales ; mais ce n'.-
tait pas tout, il fallait garantir A la soci6t
un fonctionnement equitable et une appli-
cation raisonnee de la nouvelle institution
C'est A quoi le 16gislateur s'est applique,
ainsi que nous allons le voir.
Les circonstances attenuantes sont, par
leur nature, essentiellement indlterminees
dans leurs elements constitutifs, multiples
et variables a 1 infin, suivant la diversity
des faits materials et la situation personnellu
des coupables. L'Expos6 des motifs de ia loi
de 1832 disait que ( les circonstances atte-
nuantes ne sont pas des accessoires du fait
principal; qn'elles sont une parties essentielle
de ce fait lui-m6me et determinent son plus
ou moins haut degr6 d'immoralit6. ) II
n'en est pas insides circonstances aggravan-
tes et des excuses l6gales, don't la loi a pre-
cis6 les conditions d'existence. Dans le cas
done d'une declaration de circonstances at-
tenuantes, comment se precise et se limited
le pouvoir du juge dans application gra-
dude de la peine? C'est ce que nous allons
examiner.
Et d'abord, un principle evident resort de
F'art. 382 du code p6nal, c'est l'obligation
pour le juge d'abaisser la peine prevue d'un
degr6 en vertu de la declaration du jury, et
en meme temps, lafaculte pour lui de con-
coorir a l'application des circonstances at-
t6nuantes en abaissant la peine au degr6
suivant.
Delay un double effet se d6gage de la de-
claration des circonstances attenuantes: un
effect obligatoire et un effect f.cultatif. Le texte
dit, en effet, prevoyant chaque cas: a le tri-
bunal appliquera la pine an degr6 infErieur
A celle prevue. ou celle qui suit imm6diate-
ment. ))
Mais contrairement A la m6thode suivie
par le 16gislateur du code penal frangais,art.
463, le l1gislateur de notre art. 332 n'a nul-
lement tenu compete, dans l'Ptablissement des
d6gres, de la distinction entre les peines
politiques. II les a confondues avec indiffe-
rence dans ses 36me et 4e paragraphes
Ces dPux categories de peines forment, au
contraire, deux 6chelles paralleles qui, par


consequent, n'ont en principle aucune raison
de se rencontrer.
De cette confusion des deux categories de
peines, ii resulte que si le code prononce la
peine des travaux forces A temps,on ne pour-
ra pasabaissercette peine jusqu'a l'emprison-
nement dedeux ans ;(art.463 du texte francais
5e alinea, ) la peine ne pourra, dans notre
systeme, etre abaissi'e au second degree que
jusqu'a la reclusion, le ler degr6 6tant la
detention, q'i pourtant est une peine politi-
que.
II faut remarquer que notre art. 382, code
penal, n'a pas prevu sp6cialement, comme
dans le texte frangais, le cas oh le code prc-
nonce la peine des travaux forces a temps.
Dans ce cas, dit le texte francais, a la court
appliquera les dispositions de l'art. 401, sans
pouvoir toutefois reduire l'emprisonnement
au dessous de deux ans.
On voit que le souci du 14gislateur francais
est moins de faire ktendre favorablement
cette peine jusqu'a I'emprisonnement que
de nagliger la peine polilique de la d6ten-
tion en suivant 1',chelle des pines de droit
common qui aboutit A I'emprisonnement.
Dans le silence de notre texte et ;comme il
n'a pas tenu compete de la distinction des
deux categoriesde peines,nous sommes forces
de comprendre la detention, peine politique,
comme formant un degr6 praicdant celni
de la reclusion, peine de droit common.
II convient d'ailleurs de remarquer que,
dans le systlme du texte frangais, la peine
de l'emprisonnement est en quelque sorte
d6doublee pour former deux degr6s, A sa-
voir l'emprisonnement de cinq A deux ans,
applicable en cas des travaux forces A temps
et 'emprisonnement de deux a un an,applica-
ble en cas de r6clusion. Autrement, sans
cette subdivision, il y aurait lieu. en raison
de la peine de la reclusion qui vient ensuite,
de verser trop favorablement dans les pei-
nes correctionnelles, inferieures A l'empri-
sonnement.
L'art. 382 a adopt ce syst6me dans ses 4e
et5e paragraphes.Dans le cas du 4e paragra-
phe, c'est-a-diie s'il s'agit des peines de la
detention, de la reclusion, du bannissement
ou de la degradation. le tribunal ne pourra
pas1appliquer la peine de l'emprisonnement
au dessons d'un an. Dans le cas du 4e para-
graphe oiu le code prononce le maximum
d'une peine, le premier degree de l'abaisse-
ment obligatoire constitute le minimum de
la peine inferieure.
)'autres questions peuvent 6tre soulevses
relativement A l'application de la peine par
cette peine, et le second degrd, facultatif,


I_____ _







REVUE DE LA SOCI'A DE LEGISLATION


le juge sur la declaration des circonstances
atteouantes par le jury. S'agit-il du mineur
de quatorze ans. du r6cidiviste, des fone-
tionnaires de i'art. 147 du code penal,en gd-
neral des cas oh l'individu est I'objet d'une
attenuation on d'une aggravation de peines ?
Quel est le point de depart pour I'applica-
tion des circonstances attdnuantes aimises
par le jury ? En d'autres terms, dans quel
ordre doivent etre appliques les rAgles sur
aggravation, surl'atttnuation legales avec
les rAgles sur les circonslances attenuantes ?
II est bien entendu que chacune de ces
circonstances est independante et non ex-
clusive des circonstances attlnuantes que
peut toujours declare le jury; I'art. 274 du
code instruction criminelle ditformel element
que c cP benefice peut etre obtenu meme en
cas de recidive ) el I'art. 5?, 2e alin6a, co-
de penal, le consacre implicitement pour le
mineur, en mesurant la peine applicable
d'apr6s ( celle a laquelle il aurait pu Atre
condamne s'il avait eu quatorze ans. )
D)onc,dans quel ordro doivent concourir les
causes d'aggravation et d'attenuation avec
les circonstances atleduartes? Cette question
posee en termrnes g6ndraux ne parait pas sou-
lever de difficulties serieuses.
En effect, bien que la loi n'ait pas trac6 la
marche A suivre en cette natiere, come les
circonslances alttnuantes out 61e institutes
dans des vues extremement genorales, et
( pour remedier A ce qu'il pourrait y avoir de
trop rigoureux dans I'application de la loi,
< il sembl3 hours do doute que leur action
doit s'exercer sur I'ensemble de la situation
faite A l'accus6 par !'ensemble des faits re-
tenus conlie lui.
Cependant, pour le cas du mineur de
quatorze ans, ayant agi avec discernement,
il exisle un motif d'argumentatiot, inverse
tirt des lextes m6mes. Suivant cette argu-
menlation, c'est par les circonstances att6-
nuantes qu'il faut d'abord procednI pour mo-
difier la peine.
Quoique cette opinion ait rencontr6 dans
la doctrine une opposition considerable,
nous la croyons fond e tout A la fois sur Ic
role qce remplissent les circonstances att6-
nuanles et sur le textedes art. 51 et 382, co-
de penal.
Autant, en effet, il est ralionnel que les
circonstances atltnuantes exercent Jeur in-
fluence sur tous les 6e1ments d'aggravation
de la peine, autant il serait strange que
leur action pOt s'elendre a raison de la mi-
norite pour laquelle le legislateur a organise
un svsteme d'alltnuation peciale. On re-
marque, au surplus, entire les art. 40 et 51


code pdnal, une difference de redaction qui
justified entiBrement cette opinion. Tandis,
en effet, que l'art. 40, determinant I'aggra-
vation produite par la recidive, vrend, com-
me point de depart la peine qu'emporte le
crimc, ( obstruction faite, par consequent,
des circonstances attenuantes) l'art. 51, re-
glant les effects de la minority, distingue
suivant la nature de la peine ,ncourue par
I'accuse, ce qui indique assez clairement que
les circonstances atlenuantes doivent inter-
venir prealablement.Et ce qui achivede dd-
montrer que Lelle est Lien, en effet, l'6cono-
mie de la loi, c'st que I'art. 382, statuant
d'une part sur des peines criminelles.
et, d'autre part, sur des peines correction-
nelles A appliquer par des tribunaux correc-
tionnels, laisse entierement en dehors de
ses provisions les peines toutes speciales
don't Part. 52 a confiel'application au tribu-
nal criminal. Cassation. 26 fiv. 1841; Blan-
che, t. 2. No 324 et suiv.-Con r A Garroud,
ea 2, No 163.
Observons, pour finir, que certaines peines
echappent, par leur nature, a I'effet des cir-
constances att6nuantes, II en est ainsi des
pines pecunaires, famende et la consfica-
tion ; des pines accessoires, tells que la
dUgiadation civique, 1-interdiction, le ren-
voi sous la surveillance special de la haule
police de l'Etai, dans les cas oh ces
pines ne sont pas prononcees corn-
me peines principles. En effet, come
consequences necessaires des condamnations
auxquelles elles sont attachees, ces peines
echappent manifestenient au pouvoir de
moderation attribu6 au tribunal criminal.
L'admission des circonslances attenuantes
peut bien avoir pour effet de supprimer ces
peines accessoires, mais cc resultat ne peut
se produire qu'indirectement par suite de
la substitution A la peine qui les entraine
d'une peine A laquelle elles ne sont point at-
tachees.
Je laisse de c6t1 la discuss on detaill6e des
divei ses autres cnestions que pent soulever
I'application de l'art. 382, code pdnal; je les
livre A l'examen de la Soci6et de legislation,
ne voulant pas depasser le cadre que j'ai as-
signd A cette 6tude.
Je me resume done ei rappelant que dans
le syst-me du C. P. le juge jouit d'un pou-
voir souverain dans la fixation des pines
privalives de liberal e: oscillant enure uo
minimum et, un maximum, mais que cette
fixation, au heu d'pie arbitraire, ne porte
que sur la durce d'nne peine dAterminde par
le jury et non sur la peine elle-mbme; que
pour corriger I'insuffisance de ce syst6me et


i







REVUE DE LA SOCIETt DE LEGISLATION


6tablir le plus d'6quilibre possib
faute et le chatiment, il a Wt con
1'art. 382 C. P. et sous l'influenc
orie des circonstances attnnuanti
teme plus 6tendu qui consiste da
tion pour le luge, sur la d6claratio
constances att6nuant-s par le ju
ser la peine d'un degr6, et dans
qu'il a de s'associer a I'indulgenc
en abaissant la peine d'un second
Au surplus, dans le concours
constances att6nuantes avec les c
les d'aggravation on d'att6nuatido
doit envisager la situation fa
cus6 par 1'ensemble des fa
centre lui. en faisant d6couler le
tances attenuantes de la peine
aggrav~e ou attenuee, saufl'exce
des textes de laloi quant au mine
torze ans.
Conime on le voit, le pouvoir c
au tribunal criminal l'application
d6termin6es par le verdict du ju
s'etendrejusqu'A l'arbitraire est,
re, assez pr6cis6 dans son applica
limited dans son fonctionnement,
1'accus6 ne bendficie pas d'un ex
gence dela part du juge.
Telle est, Messieurs, la solulio
semble s'attacher a la question qu
tdresse.
Port-au-Prince
Denis ST


AFFAIRE ABOILA

( SUITE )
A propos de l'affaire Aboilar
ties ont eu a traiter et les
examiner diverse questions
interessant de mettre en lumi
ques-unes ont donn6 lieu A de
pements don't la transcription
que favoriser notre tAche de
tion juridique. Nous les abord
cessivement, selon notre pron
lo La commission arbitrale
par IL protocole d 15 Juin 1
un caractere essentiellement
quelle loi 6tait applicable er
pour la solution des questions
que les arbitres avaient a tran
La R6ponse du Gouverneme


le entire la
sacr6 dans
e de la the-


Ala derniere note de M. Aboilard (juin
1905 ) resout ainsi ce point :


es un sys- Le protocole d'arbitrage, signed et ra-
ns I'obliga- tifi conforniment au droit public des
n des cir- Etats int6res-cs, a nettement determine
ry d'abais
la faculty le caractrre de la Commission arbitrale
e du jury qu'il entendait instituer et l'objet de sa
Idegrd. mission, Ce caractere, dit I'article ler,
de ces cir- est essentielleinent juridique. Aussi le
causes 1lga- compromise ne contient-il pas la clause
n, le jury d'amiable composition. C'est dire assez
ite a l'ac- qu'il s'agit ici d'un litige A objet certain,
its retenus qui doit ,tre tranche suivant le droit
s circons- strict. Stir ce point, le principle est le
1egalement
caption ti meme dans l'arbitrage international que
!ption tree
cur de qua- dans 'arbitrageentreparticuliers.LeCode
de procedure civil, en Haiti aussi bien
jue n:onfere qu'en France, s'exprime en cet terms :
des pines (( Les arbitres et tiers arbitre decideront
ry, loin de d'apr&s les rggles du droit, a moins que
au contrai- le compromise ne leur donne pouvoir de
ition, assez prononcercomrnmeamiablescompositeurss.
pour que D'autre part, I'article 15 de la Conven-
c6s d'indul- tion de la Haye, en date du 29 juillet
n qui me 1899, est ainsi conug : < L'arbitrage in-
i vous in- international a pour objet le rHglement de
litiges entire les Etats par des juges de
Mai 1906. leur choix et suw la base du respect du
U1DE. du drost.)
11 s'ensuit qqe c'est A tort que M.
Aboilard raisonnecomme si la Commis-
RD sion arbitrale .tait exclusivement char-
g6e de fixer une quotite de dommages.
Elle a, au contraire, A rancher avant
tout des questions de principle, comme
le arbiter; et ce n'est qu'6ventuellement
dr, bes p- qu'elle aurait A trancher une question
qaritrest ade detail, comme arbitrator. Elle est
qu'il est principalement appelde A dire le droit,
re uel juger : to Si les contracts passes par-
s develop- devant Me M. Laforest les 26 f6vrier
ne peut 1902 et 23 et 26 janvier 1903 doivent
vulgarisa- 6tre considers comme nul et de nul ef-
erons suc- fet ; o s'ils ont plut6t engage la res-
esse. ponsabilit6 du Gouvernement haitien ;
institute 20 le cas dch6ant, dans quelle measure
904 ayant existerait cette responsabilil6 et devrait
juridique, etre appr6ci6 le prejudice cause A M.
n I'espece Aboilard. Elle n'aurait done A envisager
de droit que subsidiairement et s'il y avait
cher? lieu, la determination du montant de
nt haitien I'indemnit6 qui pourrait 6tre dfie A M.


_L ____






REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Aboilard et des terms et du mode de
payment.
Pour la solution des diverse ques-
tions juridiques qui viennent d'etre enu-
merees, la Commission arbitrale, qui est
charge de prononcer par voie de droit,
ne peut que se conformer aux r6gles du
droit national, public ou prive, applica-
bles en vertu du caractere du diff6rend.
Il va de soi, en effet, que si l'observa-
tion du droit constitutionnel interne est
indispensable pour qu'un trait inter-
national soit obligatoire pour un Etat,
il est,"A plus forte raison, n6cessaire,
dans I'appr6ciation d'un contract avec un
particulier, de suivre la loi du pays of
l'ona contract, Quautaux engagements
qui se forment sans convention, tels
que ceux resultant desquasi-contrats ou
des quasi-d6lits, ils sont naturellement
regis par la loi du lieu oi se sont passes
les faits qui leur out donned naissance.
Dans l'espkce actuelle, Haiti 6tant A la
fois le pays of les contracts precits ont
Wtd faits et devaient etre executes et oud
sont situes les hiens qui en sont I'objet,
c'est incontestablement la legislation
haitienne qui est d6terminante et doit
etre considered et appliquee. Si un ac-
cord international institute une juridic-
tion exceptionnelle pour le jugement de
la contestation, cette circonstance n'a
d'effet que sous le rapport de la con-
petence et de la procedure, mais elle n'a
pu assurement modifier le fond du droit
des parties et, spdcialement,elle nesau-
rait autoriser M. Aboilard ase r6clamer,
dans l'exercice de son action, d'autres
regles que de celles qu'il aurait invo-
quees devant les Tribunauxcivilsd'Haiti.
C'est une consideration analogue qui
justifie cet enseignement de M. Pradier-
Foder ( Traitd de droit international
europden et amiricain, t. I, p. 340 ):
q L'Etat stranger ne doit fonder ses riclama-
rions que sur les lois et coutumes de l'Etat ozt
l'infraction a dtd commise ; il ne peut deman-
der qu'une chose : c'est que la legislation ter-
ritoriale soit observe a l'dgard des strangers
aussi bien qu' I' regard des nationaux. -


A continue.


BIBLIOGRAPHIC

Croquis haitiens, par M. Antoine La-
forest. (Imp. Cr6pin)
Notre confr6re Antoine Laforest, Di-
recteur de vient de rdunir en volume une serie de
chroniques humoristiques et d'etudes de
moeurs locales qu'il avait en parties pu-
blides dans sa Revue, pour le plus grand
agreement du lecteur. Nous I'en felici-
tons bien cordialement et I'aurions fait
sans reserve, si nous n'avions une petite
querelle A vider avec lui. Tourment6 du
souci de l'exactitude et toujours preoc-
cupe de rendre aux hommes et aux cho
ses du temps passe, que les g6ndra-
tions presentes connaissent si mal, la
justice qui leur est dfie, j'ai 6td, je l'a-
voue, an peu 'leconcertd du d6faut de
contr6le dontt6moignent certaines anec-
dotes historiques, recueillies parl'auteur
des aCroquis haitiens.i
Pour n'en citer qu'un example, aTire
la description qu'il fait de l'attitude de
Ia population port-au-princienne d la
chute de Soulouque, dans le recit inti-
tule (Le caillou ), un stranger concevra
une pietre id6e des moeurs publiques de
cette 6poque. Or, de l'aveu de tous ceux
qui ont assist aux 6v6nements du 15
Janvier 1859, jamais dans aucun pays,
meme die vieille civilisation, changement
de regime et de gouvernement ne s'ac-
conplit avec plus d'ordre, de came et
de dignity. Le r6cit m'en a ete si sou-
vent conte, et notamment par le g6ndral
LUgitime, ancien Pr6sident de la R6pu-
blique, par Me Maximilien Laforest,ancien
Ministre,tousdeux t6moins oculaires, que
j'aices fails vivants lamemoire.
L'armBe du Nord entra sanscoup f6rir
A Port-au-Prince, vers les 3 heures du
martin. Sa presence dans la ville, en face
des troupes imperiales, ne donna prd-
texte A aucun ddsordre. Des vivats et
des illuminations, voilA toutce qui mar-
qua la chute de I'Empire. Meme quand
la foule se porta sur la prison pour
d6livrer Mme Geffrard, elle sut 6tre so-
bre de cris injurieux envers le monai-
que tomb6 ou les membres de son gou-


1







REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


vernernent. aVive la Republique! A bas
I'Empereur A bas I'Empire ) C'Gtiait
la formule des manifestations. La chan-
son de Soulouque ne fut compose e et
chanthe que trois mois apres, pour la
gaitl des f6tes du carnival.
La cavalerie de Geffrard, sons le cornm-
mandemcnt du general Obas, 6tant ve-
nue prendre sa ligne de bataille dans le
voisinage de la residence imperial, le
Ministre Salomon (il I'a lui meme rap.
port depuis) fit observer an gtnrral Obas
qu'ilen pourrait resulter des altercations
avec la Gaide. Immediatement Obas
recula sa ligne.
Soulouque passa toute la nuit dans
sa mason de la i de la R union, qu'il
habitat, en attendant i'achevement des
rdparationsdu Palais imp rial. A7 heu res
du martin, ii laquitta, escortW desa garden,
avectout ce qu'il put emporterde bagages,
d'argent et d'effets. Une foule immense
1'accompagnait jusqu'au consulate fran-
tais, qui etait alors situ6 a I'angle de la
rue Bonne-foi et de la rue du MI .--in
de 1'Etal.
Rue 1Bonne-foi, en face di la proprikt6
actuellement occupbe par l'etude de Me
Oriol, une femme don't le mari avait6:&
fusill au course d'une des campagnesde
i'Est; I'interpella du haut de son balcony
pour luifairevoir leportraitdu supplici6.
Ce fut sur son passage la seule demonstra-
lion hostile. Dans le brouhaha qui suivit
1'dvacuation de la mason de I'Empereur,
quelques fureteurs reussirenlt i s'y in-
troduire et procedirent a un neiioyage
en rcgle de ce qui avail Mte laiss6 : on
-ls reconnut i la sortie. L'opinioi nee
leur epargna pas la l1t1rissure qu'ils
meritaienl. L ur avenlure tournit en
proverbe: elle fournit le t heme d'une
chanson populaire. JuIsqu'a leur moral
ils continue rent i tre montris du doigl.
L'empereun passa la journey au con-
sulat. Dans 1 apres-midi, le Corps diplo-
matique, en grand apparat, accompagne
des officiers du (( Melbourne n, vint. le
chercher. 11 descendit au blras du consul
de France. Les troupes de Celfrard for-
maient la haie jusqu'au whai f. Elles lui
rendirent les honneurs, et grice aux me-
suresd'ordre prises par le general Rebecca


Hector, qui avait pourtant a se plaindre
dolui,il put s'embarquer,avecles signs
ext6rieurs de respect dts aux functions
qu'il avail occupies.
Le gner'al Salomon se plaisait
counter que, Ih jour meme du depart de
I'Empereur, il so rencontra avec Gef-
fiard qui iintrait an Palais, landis qu'il
en Lortait lui-mnme. Quoique etant de la
mime ville,ils n'avaient eujusqu'alors au-
cunes relations. Gefliard s'arreta pour
lui dice : ,Mon cher Salomon, je compete
sur volre concours.)
Le Ministre Salomon venait de parti-
cipet au conseil de gner;iux qui avail
dreisse 'acle de delecbeance et de bannis-
sement de Soulot1uue. Apris avoir si-
gne cet ,cle, il riuira tranquilleinen
chez lui.
A quelque temps de la, le general De-
lice, ancien commandant de I'arroudis-
sement de .Jeremie, ful conduit un soir
A la capital. II passait poir avoir voulu,
Sla nl ouvelle de la cliite de Soulouque.
organiser une conri e-revolution, au cri
tie : Vive le roi Salomon!
Une curiosile ti's vive s'atlachait pour
ce fait ssoin norn. 1La jeunesse se porta
en masse t sa rencoitre ; et apris l'a-
voir accompagne iI la prison, elle se pa-
ya 1: plaisir d'aller un peu chahut r le
troi Salomon ). Le futor souverain pre-
nait alors le fIrais o.ous sa galerie, al'an-
gle de la rue Pave e et de la gtand'lue.
11 rentra aissil6ot ans I'interieur de sa
maison. Mais le geiidral Carrie, commnun-
dant de la Place, n'eut qu'a se montrer
pour que la ianilestation se dispersal.
EL Saloin iin leintel gi a sous la galerie sa
dodine 1 tl ii.tant ( elaissee. 11 crut n an-
moins prudent, apriesl ce ciarivari, de de-
mander au goiiveniiement un passport
pour I'etranger; on le luii accord, il
s'embarqua ensuile paisibleaient avec
sa femme. Le :-n' .1I Legilime me dit
avoir et la deleiniere pecsonne a leur
donner une poignee de mains dans le
cannot qiii !es menait a board. IIs n'eu-
rent, a leur depa t, que des temoigr.ages
desympathie.
Ne nous hlalons pas de melire
des closes iu I nips passe. Meme dans
ses errors, le pa se nous oblige a quel-







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


que nodeslie. Geffrard cnserva a la
prison de Port-au-Prince le meme ged-
her, a qui Soulouque avail commis la
garde de Mme Geifrard. Rare hommage
rendu an tact et a la correction de ce
pred6cesseur d'Olmann!
La restriction que nous avons tenu a
formuler ici, dans I'interit de la jeunesse
studieuse,n'empiche pas le livrede notre
confrere Laforest d'etre un livre agrcable
a lire et instructif a maints dgards. C'est
mime pourquoi nous nous y sommes
arl616s.
G. S.



PROJETDE LOI FINANCIER
-- R


Nous avons trop souvent deplore
dans cette Revue la faclheuse habitucle,
prise depuis quelques ann6es par nos
derniers gouvernemens, de ne pas
associer l'opinion a l'6tude des
lois importantes presentees aux Chiam-
bres, pour ne pas savoir bon gr6 au
Secretaire d'Etat des finances d'avoir
rendu public par la voie de la press le
project de loi qu'il a dipos6 sur la taxa-
tion -n or des droits d'imporlation. Je
ne crois pouvoir mieux reconnaitre un
si louable souci de se conformer .l'es-
prit de nos libres institutions, qu'en di-
sant franchement pourquoi je ne parta-
ge pas a l'6gard de la measure projetde
l'optimisme des journaux qui s'en sont
fails --un peu timidement les dl6fen-
seurs.L'espaceet letemps m'Etant mesu-
res, je n'insisterai passur les consid6ra-
lions g&nerales quce peut-6treimpliquaitle
sujet. l'espere cependant en dite assez
pour encourager a r6iflchir ceux qui, en
toutes matiires, mais particulierement
en matiere d'imposiious, tiennent a sa-
voir of ils vont,
Le project du Ministre part ce cette
conception erronee que la tension co-
nomique actuelle, qui s'est -I,. .i r--
depuis trois ans par suile de Ij derni6-
re emission de papier-monnaie, mais
qui est le fruit de nombreuses annees
d'inconsequences administrative, peut


6tre prolongee sans dommage. A peine
prevoit-on une detente possible, r6sul-
tant A la longue de la quantity de pa-
pier.monnaie retire de la circulation,
que l'Etat Bmet la pr6tention d'en es-
compter par advance le b6nefice, de fa-
Con a reprendre d'une main ce qu'il
avait paru abandonner de t'autre, et
partant, a perp6tuer une situation don't
les porteurs d'or sont seuls a tire' pro-
fit.
Mais il faut former voloutairement les
yeux a evidencee pour ne pas voir que
notre commerce ne tient plus qu'a un
souffle; que nos families soot a bout
de sacrifices ; et quA' joner plus long-
temps ce jeu de casse-cous, oi tout I'art
de gouverner se rtduit A tuer le contri-
buable pour faire vivre le lisc, nous
marchons droit A une catastrophe.
L'Elat, speculant sur la d4priciation
de ,a propre monaaie. I-..i I ': par sa
propre initiative, et en faisant le pivot de
ses combinations financieres, ce sont
de ces pro:-edes qu'on ne saurait trop
reprouver. Condamnables du point do
vue de la conscience publique, ils ne
sont pas moins dangereux, meme en
temps que calculs maieriels, roulant
sur des previsious, quel'evenement peut
dejouer.
Les dtfenseurs do project posent
comme indubitable que, le change bais-
sant, le prix des marchandises diminue-
ra. Or, rien n'est moins prouve. Ce qui
est. plutOt probable, c'est qu'en majo-
rant de 60 olo les charges qui present
sur le commerce d'importation, la loi
nouvelle donnerait aux vendeurs un ex-
cellent pritexte pourr ntll,,!. t' leurs
prix ; et l'experience d'un pass recent
nous permet d'affirmer qu'ils ne s'en
feraient pas faute. Les prix don't nous
payons les oijeis de premiere incessit6,
maintenant que le change est descend
au dessous de 450 olo sont, en general,
ceux quiavaient et6 6tablis en provision
d'un change de 600 oio.lls n'onz pas
sensiblement diminue depuis deux ans.
Pourquoi? Parce que d'abord le manque
de credit rend rares les importateurs et
tend a faire du commerce local un v6ri-
table monopole. La demand continue


_
_







REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


de surpasser I'offre: on ne peut renon-
cer lout-A-fait a l'obligation de se nour-
rir et de se vMtir. Parce qu'ensuite le
negociant, sachant de quelle fa(con exp6-
ditive s'organisent les coups de bourse,
n'a pas confiance dans la fixit6 de la pri-
me sur l'or et dansladur6e de la baisse:
pour ne pas etre surprise par quelque
bourrasque impr6vue, il maintient sa
merchandise a des hauteurs oih les prix
d6tient les orages.
En quoi d'ailleurs serait-il encourage
A changer de methode ? Qui lui garan-
tit que 1'Etat, dans son impuissance a
refrener ses d6penses, resistera long-
temps, une fois le stock de ses billets
amoindri, a la tentation d'augmenter de
nouveau lacirculation mon6taire ? C'est
si simple de battre monnaie quand on a
besoin d'argent !
On dit aux importateurs qu'en acquit-
tant desormais en or les droits d'enrtr6e
sue les marchandises 6traugBres, ils
n'auront a prevoir qu'un 6cart de 60 olo
sur le tariff actuel, en raison d' l'aboli-
tion de l'tne des surtaxes ldont ce tarif
a 6t6 grev6 Mais quel fond pourtaient-
its fire sur le mai'itien de la nouvelle
taritication, quand le Secretaire d'Etat
des finances se reserve la faculty de re-
tablir, selon sa convenance, pai simple
decret administratif, la surtaxe de 25
o0o provisoirement enlev6e '?
C'est a l'insecurite qui continue de
planer sur le commerce qu'est surtout
dO notre malaise commercial. Tant que
cette insecurity persistera. entretenue
plut6t que combaltue par nos Ministres
des financed il ne faut, pas computer sui'
un abaisseient appreciable du prix des
marchandises. II ne faut mire pas comp-
ter sur une certain tixite des course Idu
change, dans un march tellement sen-
sible que, du jour au leodemain, la cote


peut subir des carts de 50 olo, sous
influence d'une demand on d'une of-
fre d'orun peu forte, don't la cause res-
te inexpliqu6e.
Done l'incertitude est complete, quant
aux bons effects que 1'honorable Secr6-
taire d'Etat des finances se promet de
son operation, pour une amelioration
quelconque des affaires.
Mais supposons- hypoth6se qui n'est
que trop plausible,- supposons qu'au
lieu d'amdliorer la situation, la measure
propose ne reussit qu'3 l'empirer, qui
portrait le poids de la fate commise?
Les banquiers strangers ? Nous savons
bienqu'enspeculant surla baisse et surla
hausse du change,les capitalistes ne sont
jamais a court de combinaisons fruc-
tueuses.
-Les negocians ? Ils ont d6ji pris la
precaution de mettre leurs articles a
l'abri des Iluctuations du march.
-- Le fise ? Avec l'6goiste insouciance,
dont il est coutumier, il se consolerait
de la diminution dls importations, en
vendant a un taux plus eleve le product
de ses recettes en or.
Le Ministre des finances? 11 serait
quite pour incriminer la m6chancet6
des banquiers, on pour confesser qu'il
s'est tromp6.
Seuls payeraient ladanse etles violons
le contriluable taillable et corveable, le
consommateur sans defense, tous ceux
qui, ne pouvant hausser le salaire de
leur travail en proportion de la chert6
croissante du prix de la vie, sont deja
impuissans i assurer la subsislance de
leurs families.
Quel hio ame d'Etat soucieux de son
rdle ne reculerait devantl une tell pers-
pective ?


(G .:ORGES SYLVA.IN


; __ I _








PORT- AU-PRINCE


REVUE
DE LA
SOC CIITE DE LtGrISLAETIOI
PARAISSANT LE 2 DE CHAQUE MOIS.

Comit6 de Direction et de R6daction
Mr SOLON MENOS. .. PRESIDENT.
A. LAMARTINIERE DENIS SECRETAIRE-GENERAL.
E ED. HERAUX. ... TRi:SORIER.
A MAXIMILIEN LAFOREST I
< GEORGES SYLVAIN V
vEMBRES.
< F. BARON. . .
< BOUZON . .


SQMMAIRE: des lettres et autres objets postaux ex-
Spdids A 1'etranger. Celle question nous
a paru assez simple pour venir imm6-
I. Seance de la Societd diatement en discussion.
Rdunion du 18 juillet i906. M. Sylvain Messieurs, depuis I'an-
iI. Actualit :. 9- article nde 1881 la Rdpublique d'Haiti s'est
par M. GEORGES SYLVAIN. affilie A 1'Union postal universelle,
Set a la suite de cette affiliation, une
1II. Resume des travaux du ir et du 2 1 oi a did rendue le 30 Juin 1881 fixant
Congress pan-amrricains. le tarit des taxes a percevoir tant pour
IV. Programmed et Reglements du 3C Con- les correspondences i l'inlrieur que
ogres. pour les lettres et objets postaux des-
V. Les origins de la Question Noire, inds i 1'traner. Nous lions tous
Saccoutumrs dans nos relations avec
par M. BEITo SvLVAIN. l'Etranger -i nous confoirier au tarif
VI. Appel de ia Socidit d'Agriculture d'IHaiti 16gal, quand un avis publii au uMloni-
Le_____ ur) par le Ddpartemeut des finances,
au commencement de la pr6sente
S'a nce a So t ann6e, annonc'a au public qu'Li parlir
S.....o..la. -. du 'ler Avril, oil aurait a payer pour le
service postal aext~.ic.u, au lieu de dix
Rdunion i 18 Juillet 1906 centimes de gon'des par 15 g.ammnes,
expressmilen flixes au ta arif odii' 81, 5
P IDENCE DE M. SOLON MNO centimes de d ar or americain, ou
Presents : MM. Mdnos, Laforest, 25 centilme i e Fr:, on la contre
"valeur en inonnaic nalionale. 11 m'a
HI-raux, Svlvain, Viiard, Denis.r e o n 1
sembie, commnne i loult le monde, qu'ea
M. Solon Wios.- Notre colligue une matir'e c'L I le,:islat lur dtait dd-
Sylvain a soumi:s a la Socidti de Ld- jA intervene, ;,:eu., bur.'oit de char-
g~slalion 1: question de savoir quelle ges ne pouv ailt dir impose aux con-
est la I4galitd de la measure adminis- tiribualtcs s ,is i' asciimeni di Corps
trative par laqueile le Seer6laire d'E- Legislaiif, (ili aW ai i(il dlre, tout au
tat des Finances a augment& la taxe moins, consulle sur l'opporlunild de


15e ANNfE' Nq .5.


AOUT 1906.









160 REVUE DE LA SOCI1ETE DE LEGISLATION

la measure don't le DWpartement dcs Fi- l'exlrieur. Le Budget de l'exercice ac-
nances a crn ndcessaire de prendre tuel ye diffire pas sur ce point des
l'initiative. Et j'ai considered que ce sc- autres. En d6cidant, de sa seule autorit6,
rait rendre service A la fois aux auteurs qu'A partir du 'ler avril 1906, ces taxes
et aux victims de 1'ilgalit. de pro- seront modifides, le Ministre des finan-
voquer votre opinion sur ce point, ces n'a pas sculement viold la loi de
M. Viard. II est important d'ob- 1881, ii a encore vicld la loi budgd-
server, d&s le debut de la discussion, aire.
que le tarif de 1881, en conformity M. Viard, Est-ce qu'il suftirait de
avec notre system mon6taire, fixe la fire consacrer la modification du ta-
taxe en gourdes aussi bien pour les rif au Budget pour lui donner force
lellres circulant dans le pays que pour 16gale ?
cells qui vonth l'6tranger. M. Mienos.- ,le ne le pense pas. Li,
M. M&nos L'avis du Secrdlaire rdglementationdes taxes poslales a\an
d'Etat des Finances invoque, pour jus- fait l'objet d'une loi special, ii fau-
tifier, cc sensible, la modification du drait une loi special pour la nodi-
Tarifde 1881, I'article 10 des Regle- fier.
ments adopts a Washington le 15 M. Viard.- En quoi sommes-nons
Juin 1897 par le Congres de l'Union lids par les dispositions de la Conven-
postale universelle... Lion postal de 1897 ? La Idpublique,
M. Sylvain.- L'avis oublie de dire ce me semble, n'est pas oblige de se
quand cellt convention de 1897 a 6tl soumettre i5 outes les dispositions de
ratifide par les Chambres hailiennes. ces conventions internationales, puii-
M. Menos.- II resort de la Conven- qu'elle faith des lois reglementanit son
lion, aux erines de l'avis, que le franc service postal.
doit Wtre consider come unite moi- M. MInos Nous serious liis si la
n6taire dans les rapports de la RPpu- Convention avail 6t6 sanclionnie par
blique d'Haiti avec les Pays de l'Union les Chambres...
postal. Le tarif propose, en cons6- M. Sylvain.- En pareille maliere,
quence, par le Ministre des Finances l'adh6sion donnde par les represen-
pour le service postal exterieur est in- I ants des gouvernements affilies a l'U-
contestablement en contravention avec union postal est toujours ad referen-
celui qui a 6td fix par la loi de juin dum.
1881. S'il en est ainsi, on ne pourrail M. Mnos---Oui, mais en adhdrant a
le mettre en vigueur qu'autant que une convention international, un Etat
cette derniere loi eit 6ld modifiee, ou prend en principle l'engag:eent d'y
la Convention de 1897 ratifide par les conformer sa legisla lion,
Chambres. Dans le syst6me de notre M. Sylvaiii--- Lorsqu'il s'agit d'un
droit public, les questions qui tou- gouvernement reprdsentalii, cet enga-
chent a la fixation de l'impot ne pen- gemenl no peut consister qu'a pre-
vent se rtgler par voice admininistrative. senter la convention A l'examten de:
11 y avait douc lieu, en lout dlat de Chirmbi es.
cause, de rendre le Corps ldgislatif M. Hdrau.x- La Convenlion de Was-
juge de la modification projet6e. hington n'a jamais tdi chez no as o::-
M.Ed. lHraux.--C'est 1i, en effect, une mise A la raiificalion dau orps idgisla-
question de principle qui domine tout lif ni promulguIe au ((Moniteur ufficielb,
le d6bat. Noire Constitution fail I'obli- en sorte qu'elic no saurait avoir f;Iri
nation aux Chambres de fixer chaque obligatoire.
ann6e In, quotitr de limpinpt on volant M. Viard.- L'affiliation a I'UTio:
le budget. Tous es ans, le Budget de postal impqique des charges :uppor-
la Poste, conl'ormi'nent a i; loi de 1881, tees en coniunn. S3onimes-nous,
qui n'a pas cesse d'dIre en vigueur, ce seul fait, tributaires du Iurz.::. ;,
prcvoit en gourdes la perception des I'Union postal '
taxes pour la correspoidance avec M. Mlenos.---Oui, Ioun les E Ilats l.:







REVUE DE LA SOCIfftt DE LtGISLATION 61

contribuent ; certain frais prevus et que le produit de la vente de nos tim-
d6terminds dans la Convention postal bres-poste y soit jamaisinf6rieur.
universelle. M. Minos.--- Ce qui tend a confir-
M. Sylvain.--Cette contribution, dans mer le fait que nous ne sommes pas
aucun pays, ne saurait, m6me de loin, positivement li6s par les dispositions
6quivaloir au rendement des ta- de la Convention de Washington, c'est
xespostales. L'imp6t des poses est un que bien que cette convention ait et6
veritable imp6t don't I'Mtat se sert pour conclue en 1897, le Secr6taire d'Etat
augmenter ses resources el non sim- des Finances n'a pens6 .i l'invoquer
plement pour s'acquitter d'une contri- qu'en 1906, soit neuf ans apres sa date.
bution internationale.Les Etals qui font La Rdunion, consulate, 6met unani-
partie de l'Union postal ont toujours moment 1'avis que le Tarif postal de
.onsiddrd que la rdglementation du 1881 a toujours force de loi.
Tarif des correspondances dlait affaire ______________
d'administration interieure. La ten- -
dance un peu partout est d'abaisser A C T U A L ITEI
le Tarif. La France a dlendu i ses co-
lonies la taxes de dix centimes. Pour
6crire de Paris a la Guadeloupe, on
n'a plus a payer qu'un timbre de deux IX
sous. Au dernier Congrds qui s'est tenu
a Rome, ii a Wti fortement question De tout temps, on a signal come un
d'adopter la laxe uniform de 15 cen- des traits du caractare espgonol le goit
times pour l' change des correspon- p.ompeux des manifestations collectives, des
dances entire les pays de l'Union. reunions d'apparat, des effusions grandi-
loquentes et de ces raffinemens de cour-
M. Menos, Mais la France a t6 toisie verbal, qui parfois dissimulent les
parmi les Etats qui se sont le plus rivalits les plus Apres sous la piperio des
energiquement opposes A la measure. imots. IItritiers des inclinations de leurs
M. Silvai --- Elle n'a pas voulu a- anctres d'outre-mer, los populations his-
bandonner a l'appr6ciation du Con- pano-americaines no pouvaient manquer
gres ce qu elle consider come un d'adorer les Congras, ces sores de Con-
droit attach a l'exercice de la sonve- ciles la..ques, ow, s so s pr. xte 'a t, de
rainet : mais le faith certain est qu'en science, de littlrature, do commerce, de
France come ailleurs, it ne manque politique, on converge ) des quatre
pas de gens pour affirmer que, en di- coins d 'horizon, pour sc congratuler
minuant les taxes postales de fagon; iun i'autre, protester de so- boos senti-
A les mettre a la portdc de tou!es les nens reciproq es, emettro force conside-
bourses, on en tirerait de meilleures rations geerates, ghdi'ralentnt approu-
receties. Je crois. pour ma part, qu'nn vies, el proje.er, par v,.nture, dans des
pays neuf a !out interel a faciliter p'u- cha-ipS d.il'.los, aml' s a i'nli :i, quel-
t1t qu'a rostreindre ses relations in- ques vues o tuve et pr'L ,es.
ter-naional, et et estI incontestable On se rappololle beau pro.;',:ame du Con-
que rinn n'est plus propre a develop- gcs scentifiquc do l'Aundrqii latn ru-
per ces relations que l'change des cor i Ian drcr:i i Ri-di,-d .neiruo. Dja,
respondances avec l'ltranger. C'est ol 188, Biueno-Ayri et oi '11., Ion
pourquoi je rest, fante de mieux, par- *vido s'taie vs iio:,ris: d'une ses-
tisan du niinltien de la taxes de dix scm l Eu mi cite
centimes gourdes. En y persdvcrant, de wio, ,id,) it choisie coinme
nous no felons qi'exercer notre prIroi- e iK dos :isisk soleniicll',s de la science
.gative d'E!at Souverain et n uroins du droit. Ausi qiamI, I'ann6e d'apris, le
aucune reclamation A redouter du Bu-; ouercinmit Us Et! s-Uis linca t'idde
reau international de Genive. Quantl U['a con r e iin.\e, a n ella e piren
;i nolre quote-part des frais de !'U-
nion postal, ii n'y a pas de ndangetr (' Voir !e No. de Mars t906, 13,-11, aniines.









62 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLA'IION

draient part tounts les rSpubliques amne- A rialisor l'union des Ro publiques ame-
ricaines, trouva t-il dans l'opinion des ricaines.
pays du Sad te du Cenlre-Amorique come La Confdrence do Rio de Janeiro, entre-
un point d'appui nalurel. Cependant los vi- prise sons ses auspices, aura pour ldche
s6esqu'on prItalt Ala puissante Confidera- de donner une formule definitive aux ac-
tion du Nord dtaient si ambilieuses,les d6- cords at aux resolutions, proposes par le
fiances soigneusement entrelenues cooilre precedent Congri&s t imncris depuis lors
elle par la press eur'opienne 6aient si a l'dpreuve de la publicilY; Ole devra, au
vives, quc les n6gocialions pr6liminaires surplus, en comipl6ir le compile, de facon
n'allerent pas sans lITi. 'il.,: le premier h rendre ferme l'enteno te auchde, e, ef-
Congr6s pan-am6ricainL fut plusieurs fois A fective la solidarity entire les Elats contrac-
la veille de se dissoudre avant sa nais- tans.
sance. lais la t6nacilit de M. Blaine, pro- Nous reproduisons plus loin la lisle ides
moteur de I'euireprise, vint f bout de actes officials dans lesquels so rdsument
toutes les resis:tnc's,, et t la date fixee, les travaux des deux prnumires Conferences,
la Conference se riuiiiiil Wa;lingioni. a iugmeneue du programing doe la Iroisieme,
Si l'oi n'en juge que par ses resaltals tel qu'il a 6et adople par Ie Bureau des
mat6riels, ses consq 'lewces nimdnm ia cto, Republiques amirricaines.
on risquerait fort do soe miprendre sur In Des matlices don't le Congri-s de Rio-de-
porteo do colle Assomlibh iniliale.Les con- ',Jneiro aura A counnaire quclques-unes
gressistes no firent gbuire qui'nnmorcer l'exa- i mniritraienii ici une titde p:Articuliure, en
men des questions variUs sur lesquolles raison do lenr inmporlannc? xceptionnelle,
devaient porter leurs dilibiralions. is Qu'il noas su'lise, ponrl'instant, de les
le profit moral de l'exp6rience n'ea daiit signal.et
pas moins d6 nilivement acquis et consa-u En premier lien l'arbi!rage.
cre dans l'acceptation du principle In la Le principle dn recourse obligatoire aux
p6riodicit6 des conferences jusqu' a I'pui- arbities pour toNs les *I0.'itVu souleves
segment des solutions adoptles, dans I'dla- entree tats americains itait dejA insere
boration d'un plan d'ttudes common, dans dans les recommendations votes en 1890
1'institution d'un Bureau permanent, char- el transcript, A ce tire, an programme do
g-- entire deux Congrs-- d'executer les 1901. Le Congriu I'eft dus lors sanction-
mesures prises en vue l'assnrer le sue- no par in vote unaniine, i qlue!ques-unes
ces final. Assembhls de nouveau A Mcxi. des nations repr&eoitLe s ;'vaient 6Al d'a-
co ( oct. 1901 a fdv. 1002 ), les ddlAgues vis de decider que ce vote n'aurait pas
des ripubliques amneicaines s'appliquii- d('cfret rdtroactif el nro s'appliquerait pas
rent A d!lv'dopper l'ccav:'e de leours de- an rglemen des iiifl e;!is pendints.
vauciers: par une sirie de projels, votis L'uiinnimilt des voix se retrouva ndan-
aprs des dbil:is, parfois laborioux ton- moins, lorsii'il s'agit do signer la Coaven-
jours couriois, i;s dimnoni' rent !a possi- lion rendant I arbitrage obligiloire on cas
bilitL do traduire en acle le '..-, ii, do rciacmalions pour domnmages on repa-
d'unio;M, dMfini ot pricis5 en 1889. rations picuniA ires. Faute d'accord sur le
Do l prenmire i la second Confdrence, mode de lonnatohu id'in;e Cour special de
on avait mis onze ans I reprendre cou- rdclamnaions, on cowvint lie In Tribunal
tact 11 fut d:cid ia Mexico que la Capilale'internationa! de la ltaye seait pris pour
du Ardsil serait le sige du T3 Congros, arbitro, touls les ois quti o les parties ne
qni se Medunir;it' au bout :!:' cinq ans. Celte croiraien pias devoir s';dresser a d'autres
abr6viation do dlai e i signi icative arlbitres do leur cloix, It si d'ailleurs !e
elle prouivait i I o'idi .lne alliance in- litige elai assce important pour en jusli-
lime entire les divers E ; :!s lilres doL'A- fiber les frais.
mi, ique gagnait en hotI:'ii.. Les ivenemens! Comme c. ii i la 'abil-uge, tne in-
qui depuis 1'' ', :l ,' 'il'i dim i- tension qui iembnle so degager du pro-
nuer le prestige die 'Y.':pe o mIpiludrantee gramme el des dulihralions pr;!paraoinrtu
ont du mime coup fail apparitr'e come au Congries, c'st de moltre sous la s:u-
plus urgente, plus acile i plts ipri'cie a. vegardo e tlo;s le Elsles ts ind6ipeu s de,








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


I'Amerique Ic principle qni consacre on
trois formulas l'inviolabilit6 do leurs [or-
ritoires: doctrines de Monroe, do Diaz ot
de Drago.
On sait quelle extension a prise
dans les Message: da President Roosevelt
la declaralion a jaminis c6lihre de James
Monroe. Mais, aujourd'hui comminine hier,
la substance on rest intace : les Elats-
Unis de I'Amnieique du Nord considere-
raient conine d(angereuse pour leur
iranquillild e' allenwiire d lear scCuriiC
[oule ito lailie file par une puissance
europdeeine, pour 'enidre sa domination
polilique d uni portion quelconque du,
i f d 7 4


de couirainto contre los nations foibles,
pour leur arracher un payement plus
prompt de lours dettes, on leant imposer
1'acceptation de chances conlestles. Oh
pretend quo, mdcontentes' des restrictions
apportkes i l'exprcssion de leur ddsir par
les rducteurs du progr;:mmne do h: 3e
Conforouce pan-amriaien, les deox i:'pu.-
bliques(l),auraieit decidcI de u pint par-
ticiper aux travaux do Rio-de-Janeiro; on
iquoi elies sorviraient sans Ic vouloir le
jou 'ies Puissances europdennes qui,
voyant daus la doctrine nouvelle uno me-
nace directed aux iniitrits do !ours tilo-
iaux, n pouventl qu'itre cncihan'isW de
!t 'A i vi Pai o n s r p" oi'n t c re ;os ,


LI I FUt i i: I ;-LO + iK' -7 1
La Idocrine de Diaz, proclam>e au cours nlbileurs e leros dlefursrs Rvcnuds.
de la Confrwoenc de Mexico par un des Si los questions de t'arbiitrage et di lia
Minislres du grand Chef d'Elat mexicain no1i-iitervention sout faites pour pruo..:mc-
ct formnuie oni resolution par Ie Digleijg per suirout les plus faibls des rdpub!iiquos
d'llaili, recoil son expression pratique convidcos a Rio-Je-Janeiro, les nemosresiJes-
daus I'engagemeint ent verlu duquel TOUTES line i; di6velopper eot i dtindroe to; iei-
le es lpubliques amnricaines se ldevronl Lions d'alires cutro los divers pays d'Aid-
de respecter muluullenent leur indipen- rique out pour principade insligalrice ia
dance, leur souverainei, leurs institu- granle Fddiration des Etais do l'Alimiqdie
lions ei !'inldgritd de leurs terriloires. du Nord. Tant cue los descendants ct los
Quoique non inscrile au programnme of- hritiers des Pdlerins d'Xngieterro eureni
ficiel de la 3o Confirence, it n'est ias dans 'ihnmense domain o. les boaues 6-
douecux que cello Rhoolution n'y soil re- Woiles qni iiustrenit le'urdrapoau los avaient
prise: pr ,duite, el!e a d'illouis routes conduits et fix6s, des terriioires ia exploi-
les chances d'lIre favorablement accueillio. lor ; taut qu'ils trouvOront ch.'z eu'. i' em-
La doctrine de Drago a dt' ainsi baptisie ploi do Iour outiliage industrial et dais l:;
du nom du Ministro argen in(1) qui i a entrepiisos a pro:nouvoii pouri la inise on
donn!e ses litres d&o noloril. La forme valeur do co domain d'exploitation' Io
sous iaqll elle so pIreseidr ra 'l I'exa;men placement do leurs capitaux, ils pureni,
de la ConfLrence de il-do-J.laneiro, est sans avoir besom do so rIpanire beaucoup
colle d'une motion au Congi es d;: ;a a dehors, reteiiir par divers oux la plus
llaye, qui strait soliicitl do dediirmi tr Iar pariicdo leurs richwss:s, ain'l que
si I'emploi do la force est admissible i.;; ls instruments don't i!s s'aidaicil ;a los
le recouvrement des dettes publiques, ct ac:uueri. Mlais uu lemps doit vouic eu its
en cas d'affirmative, daus qe'ioi mnesure auronL utilis6d diemeur touteia terie dis-
cepenlt tre admis. Les homines d e'C do ponible ; otl leur production, se dieveop-
1'Argentine ci du V6udzudiia a vaient, pa- pant suivau t les lois norinales do ia pro-
rait-il, espere mieux : iune dicearalion so- gression :c!;ionmiqiue, devienida surabon-
lenucile, qui tlit faith a o doiri ne danto ; ou les :*-_. ) udnfices mianqueront
Drago uine sorit d'annexe it la doctrine sui p1;;a it [;a concI1rreinco ils cap.taux
\lonroe, et par laqiello les republiques sans eiuili.
thDiricaines, solidairenmen nines, anruietnt E i:;dvisioi do cellc echeancce, d.', .'-
rdprouvo comme cou:tiirir an droil do. loigi)eiLni'l ti'aJpyaraiLt i'ls coatli dd-'
gens, fonde sur les progris do la civilisa-
i iol, leo acies do violence, exCt rcs a tilte (i 1) 'aiprts les renscigi moens qui nous
i sont parvenus ldepuis ia composition de cet
( 1 ) Lc Dr Drago, Ministre des Relationss article, seul Ic Vni. 'ila se serait ubabsnu
Ex1trieures de la 1ilpubliqnc Argeniin d'envoyer des die!g'uis a Ii Confirecee.








REVUE DE LA SOC1 TE DE LEGISLATION.

fini,il est nature qu'au pays des dollars publiques no peuvent se d6fendre contre
on se voit mis en qu0te, de debouch6s nou- la civilisation anglo-saxonne et contre son
veaux ; il est non moins natural qu'on les plus illustre representant dans le Nouveau-
alt recherch6s d'abord A proximity, dans Monde, nous aurions, comme ;en 1901,
ce vaste march que 'appropriation du Canal in'tant en opposition d'inter~ls avec per-
de Panama va rapprocher de.l'Atlantique, sonne, n'inspirant d'ombrage A personnel,
et of,, depuis l'6poque de la decouverte, rempli l'office de m6diateurs. On peut af-
s'exergait sans contre-poids le monopole firmer A coup sir que le r6sultat du Con-
des trafiquans d'Europe. Evincer I'Europe gres de Mexico n'eft pas 6tW le meme sans
de son influence politique persistante dans la cooperation de notre Del6gue. Le pres-
ie Nouveau-Monde, quel bon tour Mais tige personnel qu'a value an Ministre L6ger
accaparer du meme coup sa clientele in- dans l'opinion des hommes politiques les
dustrielle et commercial, quelle opera- plus consid6rables des Etats Unis sa con-
tion r6muneratrice tribution tr6s appr6ci6e aux travaux'de la.
Nous ne nous hasarderons pas A_ pro- 2e Conference pan-americaine, a sensible-
nostiquer ce qu'il adviendra de cette par- ment aide, on n'en saurait douter, -
tie du programme d'Mludes de la Conf6- au reglemenfodes divers incident qui out
rence de Rio-de-Janeiro ; n'en subsistal-il marqud la delicate p6riode diplomatique,
que le project, 6mis par quelques-uns des remplie par I'affaire des Consolid6s
pays producteurs de cafe, de se former en II est regrettable que tant de bones rai-
Ligue pour la protection de la precieuse sons n'aient pas convaincu le Gouverne-
denree, don't on s'efforcerait de r6gler le ment haitien de la necessit6 d'etre repr6-
cours, de facon A maintenir une propor- sent au Qongr6s qui va r6unir, le 21
tion peu pros constant entire les prix de Juillet, les dle6gu6s des Etats souverains
vente et les charges de la production, ce d'Amerique.


serait suffisant pour justifier l'int6ret que
le people haitien devrait porter aux tra-
vauxdu 3e Congres pan-ameiicain.
Mais cet int6ret s'augmente, si l'on veut
bien considerer que, sous la forme Diaz,
(limitation des effects de l'assistance des
Elats-Unis, ) ou sous la forme Drago, (in-
terdiction des measures coercitives aux
Puissances cr6anciWres d'Europe ),
la question dominicaine, qui est
A tant d'6gards une question haitienne, -
se pose indirectement devant le Congrbs.
De toute fagon, ce qu'on va discuter IA-bas
entre interesses, ce sont les moyens pro-
pres A garantir l'avenir des peuples libres
qui, dans leur d6veloppement national, ne
peuvent s'empicher de tenir compete du
voisinage et de l'Tcrasante superiorit6
de resources des Etats-Unis de l'Ammri-
du Nord.
Haiti, qui avec M. Hannibal Price, a occupy
nne place distingueeau Congres de Washing-
ton, qui avec M. L6gera pris une part impor-
tante aux deliberations de Mexico, avait
encore nn rble utile A, jouer an -Congr6s
de Rio-de-Janeiro. Au milieu des rivalit6s
Sardeutes qui divisent lesr6publiques sud-
americaines, en presence de la m6fiante
antipathie don't quelques-unes de ces Ri6-


De quelque motif qu'il r6ussisse A co-
lorer sa d6cisiou tardive de ne pas r6pon-
dre a l'invitationdu Bresil, il n'6chappera
pas au reproche d'avoir m6connu un inte-
r6t national de l'ordre le plus 6lev6. Me-
me A ne s'attacher qu'aux considBrations
purement matirielles, une nation n'a pas le
droit de regarler comme n6gligeables les
faits qui se traduisent par un accroisse-
ment de son credit ext6rieur.
En nous dispensant d'aller oh'nous ap-
pelait notre devoir, nous qu'un prcjug6
opiniAtre tient encore pour race inferieure
et rebelle atoute civilisation, nous n'em-
pecherons pas sans doute l'oeuvre du Con-
gres. II peut arriver cependant que, faute
de concilialeurs sachant se faire '6couter,
cette Conference n'aboutisse pas A des so-
lutions positives et ne fasse guire qu'avan-
cer de quelques voux la conclusion d'une
entente qui serait conforme A l'interet de
tous. II est possible aussi que l'on s'y oc7
cupo pluttl de maltires don't I'importance
est pour nous accessoire et que cells qui
nous important le plus soient ajourndes,
pour avoir 6t1 insuffisamment tudiees. II se
peut enfin qu'une solution salisfaisante soit
donnee aux questions auxquelles nous te-
nons par-dessus tout, mais sans que nous








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 65

recueillions le bcn:'fico moral d'y avoir con- payant des droits dimplralation dauns iles
tribud. diverse douanes amiricaiens;
Cerles notre participation a ces lointains En favour d'un Corps reprisc ealif,
d6bats no suffirait pas a nous procurer les ayant son sige h Washington, scus la
capilaux qiouninous nquent-, ni Ad con no dnomiiodo Ufion intcinalionale
yer daus nos porls une partic du traiec des rdpubliques amiricaines ;
quo v:i ali:uer vei's l'archipe! des Antilles En favenr d'un system, do lobnage
'onuveritrc di Canal do Paniama, si nous dans los droits de port et on favor do
no so, imes pas ddcidds i fire par aiileurs l'uuiformit6 dos droits co;sulaires;
ccue qu lcon:itande note'o situation. Mais olne En favour des lois sanitaires adoptics
pouvail d r i ,'ca;sioni de services ir'els, ': la Conference do Rio !de laneir; en
par oln :oti': HaMti se fiit recomnmandle ai 1887 et : cell de Lima en 188S;
i'estin;;, e atn respect des peuples voisins, -- En faver des trails adoptt ;u
qui l'ig.0Iore'it uiu I1 L cm(wi)isesit qu:o sous Congres sud-n'mnricain d.; Alontevid.o en'
ses aspectss les moins favorables. I. pour la protuccliOn des breve ''s cl
S'il e'l jsMo do divae qua LoW. A;. Jl. a-. marques d!, f.a J ;.ic;
lion est oen so;i u;o manaiie id suicide, Eni favcir des lois pnaIls adoplies
qlandl il s'agit de rapports inlersnationaux, d1als le mime0 (Congrts de Monltvileo pol'
quli s'itle sc co! ;da lln ir1;1 ssilb!cluent l'extradilion des cri:iliiels
a l'avoir pas d'amis. 11 n'a point ddpelnd -- En favour de la inomination l ono
do colui ipli relae eel incident quoe no ul Commission in"iriation!ie qoui Mldi if'
6pargne an lays inei auLt politiquei, don't itye d'ni m onnaol co)immu-n'ie t"I : let
on voudrait pens.cr qu'ele i n'al a pour nous pays d'Amnriiul ;
aucune fitclheuse consequence. Pnisse no-I En favour e l't~ab!lissemnetil "i'-'t
re reprisentant ia Washington oblenir du i Banque international amlricainc
moins, avec son lact Opronuvo que cette En favour des trails, aldoptls dohns
abstention inconsiddrde no soit pas inter- e1 Congrcs do Montevideo sur la igisla-
pretke dans tin sens contraire a nos inlco- tion civil, conimercia!e,et la Droeida:re en
ions imaliiro do droit international;
GEORGES SYLVAIN. En favour du principo de la libre
navigation des rivires entire pays rivernins;
*10 Juin 1906. I- En favour du recours a l'arbitrage
..*-.._._.__--.-- .. pour toutes les questions pendanles et en
faveur d'iii frein an tdroil do coioqolo'e.

ConfMrence de MMi.
des travaux de la "r 'rr. WT. -1.
( i889-1890s )
S- Convention pour !" 1i.,,: d_- pu-
Recommanddlions on favour du sys-j bliations oficiolles, scie!tieii;ies, li.. .aires
tirne mitriquoc dicimal: et industrielles.
liEn favour do la constiruclion d'un! Conlveinion pour pr,.igelr a i.I tpri-
clrhe in do fer IraniisconinCnal ; t16 liiltdrire et arlisiqjue .
Ei favour des Irailds tprtis de re-i do- convention !' pour W i dlt : des
ciprocitv etNitre [es pays inlcresses en vue Codes de droil. inltii puA l l A t i-
ldu lieu-ilre coinnilli dates co-contraclais ; vA do i'Amin'iilue.
-- En laienr SdeVs suibiuiois accor- Cunvel!tioi pour ; Iproi(It! .,' '-
der a n\ enlreirisos des: bateaux I vapour; fvs .-- s lib e ralcs.
do I'Al:iiantli' e el (il Paciflqiue Co vciin iol pour 11 droils d t"'!" a -
-- En faavour d'u1c1 notlimelntlurlu comin- gers.
ninrciOal, en anglais, on frai.'ais, en eus- Convention pour' la rtuniioi '. 1i o
pagniol et en porltgais, des marcltandists' do JaMieiro d'oun Congil.' do (eii Plie.









66 REVUE DE LA SOC1ETIE DE LEGISLATION


-- Trait6 des brevets et marques de fa-
brique.
Trait6 d'extradition des criminals et
de protection dontre I'anarchie.
Trait6 d'arbitrage en ens de r6clama-
tions pour dommages-interdls ou pertes
.pecuniaires.
Traite d'arbitrage obligatoire.
Protocole d'adhesion aux traits du
GongrBs de la Haye.
Resolutions en faveur du chemin de
fer transcontinental;
En faveur de la reunion A New-York
d'un Congres douanier;
En vue de faciliter le commerce entire
les republiques' americaines;
En faveur de la r6organisation du
Bureau international des republiques am6-
ricaines, 6tabli a Washington ;
En faveur de la convocation A Was-
hington d'une Conf6reuce de police sani-
taire;
En faveur de la creation d'une Com-
mission internalionale qui se r6unira A
New-York pour 6tudier la production et
la consommation du .afW.
Recommendation en faveur d'une
Banque pan-amfricaine;
T7>_ C -,__ -1 1 1 /'


II.
Resolution portant I'adhesion des Repu-
bliques Amdricaines au princioe du rbgle-
ment par l'arbitrage des diffdrends pou-
vant s'dlever entire elles, et exprimant le
voeu de ces R6publiques de voir la Conf6-
rence Internationale, qni doit se r6unir
a la Haye, s'entendre sur une Convention
gendrale d'arbitrage qui puisse 6tre ap-
prouvde et appliquee par tous les pays.
III.
Resolution recommandant aux diffdren-
tes Rdpubliques la prorogation, pour une
nouvelle periode de cinq ans, du (Trai-
td pour I'Arbitrage des Reclamations Pd-
cuniaires. ) adopit6 la Confdrence de Me-
xico.
IV.
Resolution recommandant a la Seconde
Conference de la Paix de la Haye, l'exa-
men de la question de savoir si I'on peut
ou non recourir A la force pour le recou-
vrement des dettes publiques et, si oui,
dans quelle measure.
V,
CODIFICATION DU DROIT INTERNATIO-
NAL PUBLIC ET PRIVE.


en laveur ae la creation a une uommis- Une convention portant creation a'une
sion archeologique; Commission de jurisconsultes charges de
En faveur du Mus6e commercial de preparer, pour 6tre soumis h la prochai-
Philadelphie. ne Conference, un project de Codification
Proposition d'une contribution des du Droit International public et priv6 et
gouvernemens americains a 1'acquisiion fournissant les moyens de couvrir les dd-
du Dictionnaire de la langue espagnole par penses que necessitera ce travail, tout en
Rufino J. Cuervo, estim 0.0O francs. recommandant specialement a I'attention
Sde la dite Commission de Jurisconsultes,
.------ .- --..- ..- ....- ---. --- les traits adopts au Congr6s de Montd-
nP 0 R A M E viddo en 1889, et relatifs au (Droit Civil,))
Sau ( Droit Commercial)) au (Droit Crimi-
Snel ) et a la < Procedure Judiciaire. )
DE LA
VI.
Conference de Rio de Janeiro. NATURALISATION.

De l'opporunimt de conclure une Con-
I. vention contenant le principle qu'un
citoyen qui, apr6s s'8tre tait naturaliser
BUREAU INTERNATIONAL DES REPUBLI- dans 'un des pays contractants, retour-
QUES AMERICAINES. nerait habiter son pays d'origine sans es-
prit de retour dans le pays oi il s'est fait
(a) Reorganisation du Bureau Interna- naturaliser, doit 6tre considered, comme
tional des Republiques Americaines sur ayant Fenoned h sa naturalisation dans
une base plus permanent: l le (lit pays. L'intention de ne plus retour-
(b) Extension des attributions de cette ner peut Utre consid6rde comme existant
Institution en vue de les icndre plus effi- quand la personnel naturalisde reside plus
caces. Ide deux ans dans son pays d'origine.


*









REVUE DE LA SOCITEI DE LEGISATION 67
*

VII.
DUVELOPPEMENT DES RAPPORTS COM-
MERCIAUX ENTIRE LES REPUBLIQUES
AMERICAINES.
Adoption de Resolutions que la Conf6-
rence peut juger necessaires:
(a) A l'etablissepnent de communica-
tions plus rapides entire les diffdrents pays:
(b) A la conclusion de Irailts de com-
merce :
(c) A la plus grande diffusion possi-
ble de renseignements statistiques et com-
merciaux :
(d) Aux measures tendant an d6velop-
pement et a l'extension des rapports coin-
merciaux entire les R6publiques qui font
paitie de la Conitrence.
VIII.
LOIS DOUANIPRES ET CONSULAIRES.
Simplification et uniformisation des
lois douanieres et consulaires se rappor-
tant a l'entr6e et a l'exp6dition des navi-
res et des marchandises.
IX.
BREVETS D'INVENTION ET MARQUES DE
FABRIQUE.
Etudes des Traites de Mont6viddo et de
Mexico se rapportant h ce sujet.
(a) Recommandations ayant pour ob-
jet I'uniformit6 dans les lois concernant
les brevets d'invention et la procedure A
suivre.
(b) Creation d'un Bureau International
pour l'enregistrement des marques de fa-
brique.
X.
POLICE SANITAIRE ET QUARANTINE.
Prise en consideration de la Conven-
tion sanitaire signee ad referendum h
Washington, et de celle conclue a Rio de
Janeiro et aussi de toutes autres recom-
mandations relatives A la san,e publique
et de nature f meltre chacune des Repu-
bliques en measure d'aider aussi eflicace-
ment que possible, les autres a prevenir
les epidenries et a rdduire la mortality
resultant des maladies contagieuses.
XI.
CHEMIN DE FER PAN-AMIRICAIN.
Examen du Rapport du Comite perma-
uent du Chemin de fer Pan-Am6ricain et
recommendation i soumettre h ce sujet,


dans le course de la Confdrence, aux dif-
fdrentes Republiques, affirmant de nou-
veau l'interet qu'elles ont an succ6s de
cette entreprise.
XII.
DROITS D'AUTEUR.
Etude des Traitds de Montividdo et de
Mexico au sujet des droits d'auteur et de
la Legislation qui s'y rapporte, dans les
Republiques Americaines.
XIII.
EXERCISE DES PROFESSIONS LIBERALES.
Adoption des measures qu'on jugera n6-
nessaires a la mise en execution de 1'i-
dee continue dans le trait accept ai ce
sujet a la Seconde Conference Pan-Ami-
ricaine.
XIV.
CONFERENCES FUTURES.

WASHINGTON, D. C., le 21 avril, 1906.
Sign) Elihu Root, (Secretaire d'Etat des
Etats-Unis, President du Comit6
charge de r6diger le programme.)
(Sign6) Joaquim Nabuco, (Ambassadeur
de Br6sil, Vice-Prnsident.)
(Sign6) Joaquin D. Casasus, (Ambassa-
deur du Mexique.)
(Sign6) J. B. Calvo, (Ministre de Costa-
Rica.)
(Sign6) Joaquin Walker-Martinez, (Minis-
tre de Chili.)
(Signe) Gonzalo de Quesada, Ministre de
Cuba, Secretaire du Comit6.)
(Sign6) Epifanio Portela, (Ministre de la
Republique Argentine.)

R G LEMENTS

DE LA
Troisidme Conference Internationale
Amdricaine.

PERSONNEL DE LA CONFERENCE..

President provisoire.
Art. i. Le Ministre des Affaires Etran-
gares du Br6sil, ou la personnel d6sign6e
par le Chef du Pouvoir Ex6cutif, pr6sidera








68 REVUE-Ji>. LA SOCIETtI DE LEGISLATION
.__________. i'j __ ______


la premiere reunion de la Conf6rence, e
quality de president provisoire et continue
ra a servir en cette quality jusqu'a 1'electior
du president d6finitif.

FONCTIONNAIRES.
Art. 2. Il y aura un president definitif;
1lu A la majority absolue des de~1gues pre-
sents, et aussi un secr6taire-g6neral qui se-
ra nomm6 par le President du Br6sil parmi
les d6elgues de ce pays.
A Ia premiere reunion de la Conference,
on d6signera, par la voie du sort, la place
que chaque delegation doit occuper et aus-
si l'ordre dans lequel chacune d'elles sera
appel6e A -remplacer le president en cas
d absence,
Lorsque la delegation, don't ce sera le
tour de remplacer le president dans une
seance, se composer de plus d'un mem-
bre, elle designer le d61ugu6 qui doit reim-
plir les functions de vice-president.

PRESIDENT DEFINITIF.
Art. 3. Les devoirs du president d6fini-
tif sont de:
i. Prsider les seances de la Conf6ren-
ce et mettre en discussion, dans leur or-
dre respectif, les questions a l'ordre du jour.
2o, Ordonner que chaque sujet soumis
A la Conference soit renvoye au comit6
competent, a moins qu'on ne decide, par le
vote des deux tiers des d6elgations presentes,
de le'discuter imm6diatement.
3*. Donner la parole aux delegues dans
l'ordre o6 ils l'auront demandee.
40. Decider toutes les questions d'ordre
qui pourront surgir pendant les d6bats de
la Conference. Toutefois, sur la demand
d'une delegation, la decision du president
sera soumise a l'examen de la Conference.
50. Mettre aux voix et annoncer a la Con-
ference le resultat du scrutiny ainsi qu'il
est stipul6 A I'article I5.
6. Annoncer il la Conference, par 'in-
termediaire du secretaire et a la fin de cha-
que seance, les sujets A discuter dans la pro-
chaine r6union.. Mais la Conference peut
fire les changemen's qu'clle jugera n6ces-
saires en ce qui coneerne, soit l'heure de
la seance, soit F'ordre dans sequel les ques-
tions pendantes seront discutces.


i 7. Aprbs la sonction du proces-verbal,
- faire soumettre, a la Conference par le se-
i cr6taire, les sujets qui pourront avoir 6et
presents depuis la derniere seance.
80. Prescrire toutes les measures ndces-
saires au maintien de l'ordre et a la strict
observation des reglements.

VICE-PRESIDENTS.
Art. 4. Les attributions des vice-presi-
dents sont de remplacer le president, con-
formement a I'article 2.

SECRETAIRE-GENERAL.
Art. 5. Les functions du secretaire-g6nd-
ral sont de:
i. Avoir sous sa direction tous les se-
cretaires, interpretes et autres cmploy6s que
le gouvernement bresilien pourra nommer
pou le service de la Conference, et orga-
niser leur travail respectif.
20. Recevoir et distribuer la correspon-
dance officielle de la Conference et y r6-
pondre d'apres les decisions de cette derni&-
re.
3. Preparer ou faire preparer le proces-
verbal de la seance, d'apres les notes four-
nies par les secretaires et veiller a ce que
ces documents soient imprimes et distribu6s
aux d6elgu6s.
4. Recevoir les traductions faites par les
interprites de la Conference.
50. Distribuer aux comites les. sujets
sur lesquels ils doivent faires des rap-
ports et mettre a la disposition des dits co-
mites tout ce qui peut leur etre necessaire
A l'accomplissement de leur tAche.
6.. Preparer I'ordre du jour en confor-
mite des instructions du President.
70 Servir d'interm6diaire entire les del6-
gations ou leurs membres respectifs pour
tout ce qui se rapporte a la conference et
aussi entire les d6legu6s et les autorites br6-
siliennes.

COMITES DE LA CONFERENCE.
Art. 6. La Troisieme Conference Inter-
nutionale des R6publiques Amnricaines au-
ra les comites suivants :
Io. Comit6 former d'un membre de cha-
que d6elgation pour etudier les articles I et
IV du programme.









REVUE DE LA SOCIfETE DE LEGISLATION 69


20. Comir: form d'un membre de cha-
que d6l6gation pour 6tudier les articles II et
III du programme.
3'. Comit6 form d'un membre de cha-
que d6elgation pour etudier l'article IV du
programme.
4o. Comit6 form de sept membres pour
etudier les articles V et VI du programme.
5o. Comit6 form de neuf membres pour
etudier les articles VII, VIII et XI du pro-
gramme.
6. Comit6 form de sept membres pour
Ctudier les articles IX, XII et XIII du pro-
gramme.
7. Comitd form de sept membres pour
6tudier l'article X du programme.
8. Comite de cinq membres pour les
r.glements et la verification des pouvoirs.
9. Comit6 de cinq membres pour les
publications.
ioo. Comite de cinq membres pour les
questions d'intiret general.
I 1. Comit6 de r6daction et d'impres-
sion, compose de sept membres.
Art. 7. Les membres des comit6s de la


Ordre des debats et des votes.


Art. 12. Quand le president aura mis en
discussion les questions a l'ordre du jour,
la Conference en discutera d'abord le prin-
cipe; si le principle en est admis, il sera
alors proc6d6 L la discussion d6taillee et les
articles du project seront examines les uns
apres les autres.
Art. 13. La Conference, par le vote des
deux tiers des d6elgations presentes, peut
suspendre les Reglmnents en proc6dant im-
m6diatement a la discussion du principle
et des details d'une proposition.
Art. 14. Tous les amendenents proposes
seront renvoyes an comitk respectif, A
moins que ia Conference n'en decide autre-
ment et ils seront mis aux voix avant l'ar-
ticle ou la proposition don't ils doivent
modifier le texte.
Art. 15. La delegation de chaque R6pu-
blique repr6sent6e A la Conference n'au-
ra droit qu'a un vote et les votes seront
pris s6pare-ient, par pays, et consigns en-
suite au proces-verbal.


Conference seront nomm6s par le prdsi- Les votes, en g6ndral, se front de vive
dent et approuves par le vote de la majori- voix, a moins qu'un delugu6 ne demand
te des dedlgations pr6sentes. qu'ils n'aient lieu par 6crit. Dans ce cas,
Art. 8. Les d61lgu6s pourront assister chaque delegation d6posera dans une urne
aux reunions de tous les comit6s et prendre un bulletin portant le nom de la nation
part a leurs d6bats avec voix consultative qu'il represente et indiquant le sens de
seulement. son vote. Le secr6taire lira, A haute voix,
SEANCES DE LA CONFERENCE. ces bulletins et comptera ensuite les votes.
Art. I6. La conference ne pourra voter
Nonmbre de sances. aucune motion ou resolution concernant
Art. 9. La premiere stance aura lieu a lesmatieres contenuesdans le programme, a
I'heure et i l'endroit d6signes par le gouver- moins que deux tiers des nations faisant
nement du Bresil et les autres reunions aux partie de la,Confdrcnce ne soicnt repr6sen-
heures et jours determines par la Conf6ren- tees par un ou plusieurs d6legu6s.
cc. Art. 17. Sauf dans les cas indiquis sp&-
Quiorum. cialement dans ccs r:glments, les resolu-
tions ou motions soumises i .la Confdren-
Art. to. Pour qu'une s6ance puisse avoir ce sont consid6rees adoptees, lorsqu'elles au-
Slieu, il faut que la majority des nations fai- ront obtenu le vote de la majority absolute
sant parties de la Conference soient repr6- des ddl6gations represents par un ou
sentes par un de leurs d6-lgu4s, an moins. plusieurs de leurs membres A la session out
Leclure du Proces-Verbal. le vote aura eu lieu. Si, en cas d'absence,
une d6l6gation fait parvenir son vote au
Art. ii. A o'ouverture de la seance, le secretaire, elle scra considered come a-
secr6taire lira le proccs-verbal de la reunion yant idt pr6sente i la reunion.
prceddentc : mnoins qu'on ne 'en dispense. Art. 18. Quand, pour cause d'absence ou
On inscrira au proces-verbal les remarques d'abstention, il n'y aura pas, pour les vo-
que le Pr6sident ou les delgues pour- tes ai donner par la Conference, la majority
raient fair e: on passera ..Il'ordre du jour. requise par les deux articles" pr6c6dents,










REVUE DE LA SOC1ITE DE LEGISLATION


le sujet sera de nouveau mis en discussion la press a la' fin de chaque seance, un
A la prochaine seance, sur la demand de compete rendu contenant le r6sum6 succinct
n'importe quelle d6elgation. Mais si cette des sujets traits dans la reunion, ainsi
abstention se reproduit i cette reunion, la que le texte des propositions approuv6es
question sera alors d6cidee par la majority ou rejet6es d'une maniere definitive. Tout
des d6elgations pr6sentes. d6legu6 peut remettre au secr4taire un re-
Droits et Devoirs des Membres sum6 de son discours et dans ce cas le
de la Confrence. compte-rendu donn6 a la press sera fait
d'aprbs ce r6sum6, qui y sera joint.
Art. 19. Les d61gu6s pourront parler Toutes les fois qu'un d6elgue demande-
dans leur propre langue avec ou sans ma- ra que la Conf6rence passe a huis clos ou
nuscrit, et a la fin d'un discourse, le d6- continue de singer A huis clos, l'une on
16gu6 ou l'un des interpretes de la Con- l'autre de ces propositions aura la-priorite
ference fera immediatement de vive voix et sera mise aux voix sans discussion. Si
le resume des points principaux du discours elle est accepted, toutes les personnel pre-
dans la langue ou les langues que tout de- sentes a la stance devront garder le secret
16gu6 pourra designer. Ceci s'applique aus- le plus absolu au sujet de ce qui aura 6et
si aux paroles prononc6es par le president fait.
ou le secr6taire. Le secr6taire-general aura un registre
Atr. 20. Aucune delegation ne pourra sur lequel seront inscrits les notes ou ex-
parler plus de deux fois sur le mme sujet traits donnes A la press.
par l'entremise d'un de ses gembres. Elle Propositions et Rapports
ne pourra pas non plus avoir la parole Art. 24. Les rapports des comites les
pendant plus de trente minutes a la fois. Ce-
pendant, un delegue aura le droit de parler proposition es uis se rapportent
pendant cinq minutes au plus sur une quts- seront imprimse en portugais, en espagnol
tion d'ordr ou pour rpondre des al en anglais et en franqais et seront distribu6s
tion d'ordre ou pour repondre a des allu- -suivante aux dlgus ; mais i
sions personnelles ou pour expliquer son la sanc sivante aux dic guss ; mais ils
ne seront mis en discussion qun' la seance
vote : et 1 auteur d une proposition pourra qui suivra celle o ils auront et distribute
parler encore une fois pendant trente minu- ivra celle o s agnol t en an-
tes ai plus. mprimi6s au moins en espagnot et en an-
tes au plus.
Art. 21. Tout d6l1gu6 peut soumettre glais.
A la Conference son opinion par ecrit sur Modifications du Programne.
la matiere ou le point en discussion et en Art. 24 Les d61iberations de la conf&-
demander I'inscription au proc8s-verbal de rence seront bornees aux sujets mentionnes
la mime stance. dans le programme. Cependant, par le vote
De meme toute d6elgation qui ne sera des deux tiers des delegations, la Coinfren-
pas present au moment d un.scrutin,pour- ce peut decider deprendre en consideration
ra laisser ou envoyer au secr6taire son vo- un nouveau sujet soumis son examen par
te par ecrit et au moment du d6pouille- ne d6egation et soutenu par une autre.
d une delegation et soutenu par une autre.
ment .du scrutiny ce vote sera compete com- La proposition concernant la prise en
me si la d6elgation avait 6t& pr6sente. consideration d'un nouveau sujet sera de-
Art. 22. Les deliberations de la Confe- cid6 sans d6bat.
rence ne sont pas publiques et par cons6-
quent, seront seuls admis dans la Salle des Nombre des Siances.
seances : les dl16gues et Icurs secr6taires Art. 25. Le nombre das seances de 14
respectifs. le Directeur du Bureau des R6- Conference n'exc6dera pas trente. Cepen-
publiques Americaines, les interprktes et les dant, sur le vote des deux tiers des d6l6ga-
stenographes de la Conf'rence. Cependant tious pr6sentes A la Conf6rences, le nombre
la Conference pourra, par un vote de la des s6ances peut ftre augment s'il s'agit
majority, inviter a ]a stance les person- de questions de grande importance.
nes qu'elle d6signera de temps en temps. La seance de cl6ture aura lieu dis que
Le secr6taire, sous la direction du, Co- toutes les matieres du programme auront
mit6 des publications, pounra preparer ponr 6t6 discut6es ,. mais en tout cas Velle devra


o .


_m __~ __ _


,50


_ j


'V'








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 7t
'=*.*j~-^-s'a~'JM.cajgaa.^..Jt^cr iTr uiiCT~HT^jtci^^taasaiii' r~iaOgao anaa^ n f^cr~>f-^ ^j^.y_- j .i*i^ *in;~ i^.i_^-^


avoir lieu le premier septembre au plus
tard.
Impression des proces-verbaux.
Art. 26. Les procbs-verbaux, approuv6s
par la Conference, seront signs par le pr6-
sident et le secretaire-general. Ils seront im-
prim6s en espagnol, en anglais, en portu-
gais et en francais, en pages de deux co-
lonnes ; et un nombre suffisant d'exemplai-
res sera inrprime afin que chaque d6elgu6
puisse en avoir quatre. L'original des pro-
ees-verbaux sera conserve dans les archives
du Bureau International des R6publiques
'Americaines, au moins en espagnol et en
anglais.
Signature du Procds-Verhal Final.
Art. 27. La veille de la cl6ture de la
conference sera consacr6e a la discussion
et A la sanction du proces-verbal, 6crit et
imprim6 en espagnol, en anglais, en .por-
tugais et en francais, contenant les rdsolu-
tions ou recommendations discutdes et a-
dopt6es par la conference. L'original des do-
cuments sera signed par les d6l6gations ;
et le gouvernement du Br6sil en enverra
une copie certifiee a chacun des gouverne-
ments represents a la Conference.
Modifications apportes aux Rdglements.
Art. 28. Les rgglements precedents se-
ront transmis aux gouvernements respec-
tifs de l'Union Internationale, aussit6t a-
pros leur adoption par le Conseil d'Admi-
nistration du Bureau International des
Republiques Am6ricaines et ils r6giront la
Conference, a moins qu'ils ne soient
changes, amends ou abrog6s par la Conf6-
rence elle-meme, sur le vote des deux tiers
de ses membres. Les propositions a ce
sujet seront soumises sans d6bat.
WASHINGTON, D. C., le 26 avril 1yo6.
(Sign6) Elihu Root, Secr6taire d'Etat
des Etats-Unis, Pr6sident du Comit6 des
Reglements.
(Sign ) J. N. L6ger, Ministre d'Hai-
ti, vice-Pr6sident.
(Sign6 ) Luis F. Corea, Ministre de
Nicaragua, Secr6taire.
( Sign ) Ignacio Calderon, Ministre
de Bolivie.
(Sign6 ) Felipe Pardo, Ministre du
Perou,
(Sign6 ) J. B. Calvo, Ministre de Cos-
ta-Rica, Repr6sentant I'Equateur.


Les origins de la question noire
PAR BENITO SYLVAIN.

C'est a 1' minent 6conomiste Hippolyte
Passy que revient l'honneur d'avoir atta-
qu6 directement la question de l'emancipa-
tion en France (i). Le o1 f6vrier r838, it
d6posait a la Chambre un project de loi de-
cidant la liberation de tout enfant qui
naitrait dans les colonies frangaises, ( quelle
que soit la condition de ses parents ),
et accordant a tout esclave le droit de ra-
cheter sa liberty a un prix fix6 par des
arbitres d6sign6s A l'avance par l'autorit6
m6tropolitaine. Ce project n'ttait qu'un
plan d'6mancipation incomplete ; le gou-
vernement de Louis-Philippe le d6clara
cependant < inopportun, inique et inhu-
main >; mais la Chambre estima qu'il
6tait temps de mettre a l'ordre du jour ce
que l.amartine appelait 6loquemment la
(4 grande expropriation pour cause de mo-
ralit6 publiqueD, et M.de Rmusatfut charge
de preparer un rapport. Malheureusement
la dissolution de la Chambre vint r6duire a
n6ant la proposition Passy. Reproduite
exactement dans les memes terms par M.
de Tracy, elle fut discut6e, le 12 Juin
1839, et soutenue, cette fois, au nom du
gouvernement, par M. Passy lui-meme,
ministry des Finances. Une commission
fut constitute ; le rapporteur, M. de To-
queville, conclut en faveur de i'abolition
generale et simultanee. Le gouvernement
proposal alors, et les Chambres voterent
l'inscription, au budget de 1840-41, d'un
ciedit de 65o,ooo francs (( pour augmen-
ter le clergy, les chapelles, les 6coles et
le nombre des magistrats D, que l'ordon-
nance du 5 janvier 1839 destinait i deve-
nir les patrons des esclaves.
On aurait pu supposed que,. pr6venues
par les progress du movement d'opinion
Isuscit6 en Europe centre l'esclavage, aver-
ties surtout par l'exemple des possessions
-anglaises, les colonies francaises se pr6-
(1) La philanthropic avisded'Hippolyte
Passy s'est heureusement incarnee dans
son neveu, Fred6ric Passy, don't la v6enra-
tion universelle a depuis longtemps consa-
cr6 les persev6rants efforts pour assurer
la paix par I'arbitrage entire les nations.










2 REVUE DE LA SOCITTE DE LEGISLA11ON

paraient peu i peu a l'eventualit6 de '-& Elle eut pout president et rapporteur le
mancipation. II n'en 6tait rien.; elles s'ap- duc Albert de Broglie (i)
prataient, au contraire, A la resistance. Deux projects, l'un d'6mancipation im-
Consult6s, en 1835 sur les moyens de mediate et simultande, l'autre d'6manci-
faciliter le pecule et le rachat des esclaves, nation progressive, furent pr6sent6s. Le
is Conseils coloniaux repondirent que la gouvernement, se laissant influence par
metropole n'avait pas le droit de s'occuper les d61egu6s des colonies, crut devoir
de ces questions chercher dans de nouvelles measures dila-
A la communication du project Passy, toires une preparation jugee indispensa-
tous les Conseils r6clamerentle rejet de ses ble pour 6viter toute commotion.
conclusions, pourtant si modestes. Le 14 mai 1844, l'abolition fut com-
A un dernier appel fait, sous forme de battue, a la Chambre, a l'aide des plus
questions, pare gouvernement, en 1840,il singuliers arguments on d6clara qu'il
t reondu : fallait eviter a la France l'humiliation de
Par le Conseil de la Martinique, que ceder a 1'exemple de l'Angleterre, et que
Intervention de la metropole dtaililll- la duroe moyenne de la vie des esclaves,
gale, et qu'on protestait contre I une plus 6lev6e que celle des blancs, 6tait la
emancipation quelconque, c quelque. preuve des bons traitements employes par
apoque que ce lft. les colons i 1'gard des noirs. Monta-
lembert, qui assistant a cette seance, sc
Par le Conseil de la Guadeloupe, que leva, indign6, et s'ecria :
resclavage est un bienfait, et que les a Je declare que nous, abolitionnistes
affranchissements volotaires et la fusion des purs, nous voulons des measures immidia-
races r6soudraient peu a peu la question (1); tes, tandis que les abolitionnistes circons-
Par le Conseil de l'ile Bourbon, que pects et les abolitionnistes temper6s ne


l'esclavage est l'instrument providen-
tiel et permanent de la civilisation ;
qiu'il serait absurde et odieux de priver
le noir d'un tel bienfait ; que ce serait,
en outre, fouler aux pieds les droits des
colonies ;


veulent rien du tout...
) Quant a l'honneur national, quant 1
l'influence politique de l'Angleterre, a qui
l'on suppose l'intention perverse -de nous
imposer 1'6mancipation, je crois qu'on
pourrait bAtir sur ce fondement un argu-


Par le Conseil de la Guyane, que l'oeu- ment-tout contraire.
vre ne pouvait r6sulter que du temps et ( L'humiliation pour la France, ce serait
de la patience, qu'il fallait ajourner ind6- plut6t l'attitude de 1'Angleterre, se posant
finiment loute measure lIgislative. devant l'histoire, devant la postrite, et
leur montrant d'un doigt m6prisant' la
Un tel language, on en conviendra, etait France, en distant : a Voil cette nation
bien fait pour imposer a la metropole liberal qui avait la prtention d'affran-
l'obligation de passer outre. C'est le part chir le monde, la voili Non seulement je
que prit risolument le minister du ier I'ai depass6e dans l'6mancipation des noirs,
mars 1840. Sur la proposition de l'amiral mais elle na mme pas ose me suivre
Roussin, une, commission fut nommee I
Roussin, une commission ufut nomme en evitant mes fautes et en fortifiant mes
le 26 mars, a pour examiner en face la lecons i
question de l'abolition de l'esclavage. Chambre, impress e par cette
La Chambre, impressionnee par cette
...-.-..-..--.-..--- ..---.-.- ---- consideration, prit !e part d'aller plus
(1 ) Schoelcher cite, a ce propos une loin que le government et vota la loi
anecdote topique ( En 1845, un homme du 8 uillet o845, qui ralisait ]a plu-
de couleur est nomm n membre du Conseil du et 45, qui r sait a.
colonial de la Martiniqne. Le gouverneur part des measures proposees par le duc de
ne croit pouvoir I'nviter A diner qu'en par- Broglie dans son rapport de 1840. L'escla-
ticulier; il refuse. En 1846, a 1'ouverture ve pouvait desormais posseder ; il pou-
d'une nouvelle session, le gouverneur, invite
cette fois, tous les membres :sur vingt-sept, ( 1) La collection des proc6s-verbaux,
vingt-quatre refuserent de s'asseoir a la rapports et documents divers r6unis par
memne table que leur coll1gue colored. (His- cette Commission forme un repertoire prB-
toire de 1'Esclavage pendant les deux "der- cieux de doctrine et de jurisprudence colo-
ni6res annees, t. i, p. 114. ) niales,


::








REVUE DE LA SOCIIETt DE LEGISLATION 73

vait meme, en payant sa rancon, obtenir I Le ministry de la Marine pourvoira
de grg ou de force sa liberty. L'esclavage a l'ex6cution du present d6cret.)
devenait uh servage et les droits sur la Paris, le 4 mars 1848.
personnel dtaient transforms en droits sur Les e
le travail Les membres du Gouvernement provisoire,
La loi de 1845, qui fut suivie de p- DuPONT-de l'Eure), ARAGO, LAMARTINE,
4 plu- Louis BLANCO, AD. CRBLMEUX, LEDRU-Rol-
sieurs ordonnances compl6mentaires, re- Lous BLANC, AD. CRAMIEU, LEDRU-RO-
cut des autorit6s coloniales le meme ac- LIN, GARIER-PAGES, MARIE, MARRAST,
cueil que laloi de 1833, le project de!FLOCON ALBERT.
1839 et les questions de 1840. La Commission, constitute par un arre-
Le Conseil colonial de la Martinique t6 du 5 mars, commenqa ses travaux des
jugeait le project, avant son adoption, le lendemain, squs la pr6sidence de Victor
odieux pour les colons,. funeste pour Schcelcher ; Henri Wallon (I) en fut nom-
les colonies, qui le considerent comme un m6 rapporteur. Mentionnons, pour mr-
nouveau pas fait vers 1'abime oi on veut moire, les recriminations et les menaces
les prepiciter ). qu'eleverent, a la nouvelle de ce fait, les
Le Conseil de ]a Guadeloupe qualifia la Chambres de commerce des principaux
loi de a measure qui 6branle jusque dans ports de France.
ses fondements l'6difice colonial et dd- .
clara que, s'il 6tait libre, il repousserait So i .i
encore le p6cule legal et le rachat forcee) So001c e d g culture
En reality, ce project se r6duisait a quoi? -
A diminuer le nombre des coups de fouet I1 vient de se fonder une Association qui
qu'un esclave pouvait recevoir, A lui as- se propose de travailler de toutes les ma-
surer le droit de possdder ce qui lui ap- nitres a d6velopper notre agriculture, c'est-
partenait et la faculty de se racheter avec A-dire A modifier la situation economique
ce qu'il gagnait. du pays en recreant le principal element de
Cependant il devenait visible que les sa prosperity. Une telle oeuvre a droit certes
colons, en contestant encore le principle aux encouragement de tous les patriots ;
de'la liberty des noirs, ne cherchaient pour notre compete, nous ne lui marchan-
qu'd sauver les consequences et a rendre derons pas notre concourse, formant le voeu
les d6dommagements plus certain. En sincere que son programme, qui fut et rest
France, la cause etait tellement gagnee, le seul programme rationnel de gouverne-
qu'on 6tait las de l'entendre, las de la ment, n'ait pas le sort common des pro-
soutenir. grammes politiques et se resolve en actes
Pour avoir trop tarde, a le gouverne- feconds et durables.
ment de juillet Fut cruellement puni, car Nous ne croyons pouvoir donner un
i' eut la peine de preparer l'6manzipation neilleur temoignage e sympathie i la So-
et n'eut pas l'honneur de la proclarner. > ciete d'Agriculture qu'en reproduisant 1'Ap-
Ce fut le gouvernement provisoire de pel adress6 par elle au public et oui ti-
la deuxieme R6publique franchise qui ren- moigne si bloquemment de ses excellentes
dit enfin, le 4 mars 1848, le d6cret lib- dispositions :
rateur si longtemps attend :
Au nom du Peuple Franais (1 ) Henri Wallon, auteur d'une remarqua-
< Le Gouvernement provisoite de la R- ble a Histoire de l'esclavage.dans Ianli-
publique, consid6rant que nulle terre quit6B, acquit plus lard un assez grand re-
ublique, consi nt que nue tee nom, comme homme polilique. Membre de
franchise ne peut plus porter d'esclaves, I'Assemblke national en 1875, il fut le pria-
Decrete cipal redacteur du texte qui devint la loi
constitutionnelle de la troisieme Republique
a Une commission est institute aupres frangaise. Sknateur A vie, secr6taire perp&-
du ministry provisoire de la Marine et des tuel de 1'Acad6mie des Inscriptions et Belles-,
Colonies pour preparer, sous le plus bref Lettres, Henri Wallon fut dlu Pr6sident de
rpr prepare on e pa ret e la Soci6td antiesclavagiste de France a la
ddlai, l'acte d emancipation immediate mort de Jules Simon (1896) ; il s'kteinl, a son
dans toutes les colonies de la REpublique. tour, en 1904.









74 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


APPEL

de Ia SociWt d'Agricullur d'AHaiti.


Sous le Haut Patronage du Gdneral Nord
Alexis, President de la R6publique, qui
est I'un de nos plus grands planteurs, et
complant sur la solicitude des Pouvoirs
Publics, nous avons constitu6 la SociBte
d'Agriculture d'Haiti.
Comment! Ce Pays est l'un des plus
beaux du monde, et nous semblons vou-
loir qu'il soit un des plus mis6rables !
L'immense prosperity agricole de Saint
Domingue rest un fait historique m6mo-
rable, alors que maintenant les products
des memes champs ne suffisent pas A notre
alimentation et aux besoins de notre com-
merce d'exportation-
Cette situation malheureuse, pour ne
point dire honteuse, de notre agriculture,
don't, A bien consid6rer les choses, tout le
monde est victim, ne doit pas durer da-
vantage.
II nous faut, sans perdre plus de temps,
nous mettre A l'ceuvre, c'est-h-dire mo-
derniser notre agriculture et la mettre au
niveau des procedes rationnels de cul-
ture en usage actuellement dans les mi-
lieux avances.
La Soci(t' d'Agricullure d'Haiti nait
pour repondre A ce besoin pressant, en
joignant son action A celle du Gouverne-.
ment.
Lisez ses Statuts. Voyez les privileges
de ses membres. Considerez'ce qu'elle a
d&cid6 d'ent eprendre pour l'instruction des
adulles et pour celle de la jeunesse qui
s'cleve.
Voulant, d6s l'abord, avoir toute la vi-
tuli0e n6cessaire, elle s'adresse a tous les
rangs sociaux.
Elle veut eIre utile aux plus petits cul-
tivateurs come aix plus grands plan-
teurs, aux faibles come aux forts, aux
humbles qui ignorent, obeissent et exdcu-
tent, comme A ceux qui savent et out A
coeur de s'assumer un devoir envers la
communaut6.
A qui done ne convient-il pas d'en fire
parties? Au secours de qui n'entend-elle
pas aller?


Toute cette multitude d'6tres humans
qui n'ont que leurs bras pour, toute ri-
chesse, tottes ces personnel qui n'ont
que leur instruction pour fortune, tous
ces travailleurs des deux sexes qui forment
l'element le plus considerable de la pa-
trie, la Societd d'Agriculture les consider
comme ses adherents naturels. Car, oif
peuvent-ils trouver les moyens d'acqu6rir
une aisance honorable,d'une maniere plus
assure, que dans la carriere agricole? La,
sans avoir besoin de patron ni de pr6-
neurs, sans avoir A subir de passe-droit
ni de protection, le succ6s, sinon tout
de suite, du moinsAla longueur du temps-
est toujours le prix du travail, du juge-
ment, des connaissnnces, de la voloute.
Et ces grands propri6taires ruraux, ne
sont-ils pas comme obliges de venir gros-
sir le nombre des membres de la Socie-
t6? Comment, en effect, expliquer leur ab-
senteisme?,Ils d6sertent leurs terres,quand,
en se consacrant a la culture de leurs
vastes champs, il leur est si facile de se
constituer une existence de plus hautes et
tenant en quelque sorte de la souveraine-
t6; et, par l, de devenir des autorit6s so-
ciales, capable, par leurs examples et
leurs exhortations, de contribuer pois-
samment A une evolution morale et 6co-
nomique des classes campagnardes. Intel-
ligents, ils n'ont qu'A 6tre justes, pour
s'enrichir sans remords, en meme temps
qu'ils auront le bonheur de repandre au-
tour d'eux, par le travail, le bien-6tre et
la morality
S il est des caract&res ind6pendants qui
voudraient fuir la subordination et le joug
des autres hommes, l'agriculture ne leur
offre-t-elle pas la carriere qui n'imposa
d'autres maitres que la Terre a f6conder
et d'autres lois que cells de la nature?
Les affaires da commercant et cells de
l'iudustriel, cells de tout le public non
agricole, ne d6pendent-elles pas, apres
tout, du d6veloppement de l'agriculture,
qui doit assurer la subsistence des popula-
tions du Pays, fournir la plupart des ma-
tieres premieres A nos industries nais-
santes ou i naitre, et alimenter en plus
grande parties notre commerce exBtrieur?
jTout cela ne fait-il pas de I'Agriculture
l'industrie fondamentale don't dependent
Itoutes les autres ?








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 75

Nous avons done raison d'appeler'tout eux au ddveloppement 6conomique de la
le monde A concourir A la reussite de la Nation, A sa stability, A sa prospirit,
nouvelle Societ6. C'est I'int(ret de tous Venez tous vous inscrire en foule dans
qu'elle se done la mission de servir gra- les rangs de la Societe d'Agriculture d'Hai-
tuitement, avec devouement. Elle espere ti. Que le nombre de vos adhesions lui
arriver A creer une opinion publique agri- crie des resources qui lui permettent de
cole, A devenir, avec le temps, une veri- vivre et de former de nombreux produc-
table representation de l'Agriculture hai- teurs d'eVite, des citoyens capable de
tienie. Elle contribuera a ce que l'Agri- promoiuviii ie bien-6tre pour eux-memes
culture compete dans I'Etat pour cc qu'elle et pour la Patrie!
vaut r6ellement. E!le nous apprendra a N'h!sitez pas a venir. Ne nous laissez
fire un usage, de pius en plus conscient pas le temps de nous demander si le peu-
et large, de la force qui, dans les socites pie haltien, discernant oA est son intOret,
modernes, domine et faith mouvoir toutes peut soutenir avec conviction nne oeuvre
les autres: la force d'association. Elle fera d'initiative priv"e, susceptible de d"mon-
naitre parmi nous l'esprit rural ou con- trer qu'il est dans la voievraie dela civili-
servateur qui, s'alliant a l'esprit de li- station.
bert6 et de progris, deviendra l'une des
institutions nationals don't Haiti a besoin Quant a nous, promoters de la Societ6
pour son d6veloppement regulier et pa- d'Agriculture d'Haiti, nous offrons au
cifique. Pays notre pers6v6rance,que ne dAcourage-
Si la Societ, d'Agriculture d'llaiti qui ront point les obstacles A surmonter.
vient de se fonder, a besoin de tous, ellebres d Coi
attend en premier lieu le concours de ceux
qui, sans longue rellexion, peuvent com-
prendre la nature el la ndcessit6 de notre Camille BRUNO, Fouchard MARTINEAU,
effort. ine ceux-la s'enpressent de venir Camille GABRIEL, Brenor PROPIHTE,
nous aider A rompre la routine s6culaire Alexandre VILLEJOINT, Dr DESTOUCHES,
Nous avons conflance que les strangers Justin DEVOT, G. BOCO, J. NICOLAS;
qui habitent notre Pays, ne demandent ,
pas mieux que d'agir avec des haitiens Dr Lon SIEOURNE, JEREMIE, Antoine
de bonne volont6, de collaborer aveci LAFOREST.


Imprimerie H. Amblard, 136, rue du Centre.







QUINZIhME ANNEE, N 6.


REVUE

DE LA

SOCIETr DED LEGrISLA.TIOINT
PARAISSANT LE 2 DE CHAQUE MOIS.

SOMMAIRE tenues, elle a toujours veill a ne pas
-- se d6partir des forms courtoises usi-
i. Note de la Societe. I tes entire gens de bonne compagnie,
a. Installation de M. Tiphaine, Doven du maintenantainsi la confiance du public
tribunal civil de Port-de-Paix. ot la solidarity entire ses membres, en
3. La neutralisation d'Haiti Abel N. Leger dPpit des divergences d'opinions.
SLes Gouvernements qui. depuis sa
4. L'humanitarisme anglais, a propos de la Gs i. dpuis sa
question noire Benito Sylvain foundation, se sont succid aux affairs
i f e o l d du Pays, ont plus d'une foisrecourn a ses
Loi fixant en or les droits l'importation. lumires, soit pour perfectionner leurs
6. L'affaire Aboilard. Points de droit, (suite) projects legislatifs, soit pour s'aider dans
-leur tAche administrative. Profitant des
aia s lA OI"G consultations denotre Socidht, ils oitjus-
NOTE H LA O Tf qu'ici compris que toute l'autorit6 des
avis de ce genre tient ai 'ind6pendance
de ceux qui les donnent, et qu'ils 6-
Notre Soci6td de LUgislation, depuis talent, par consequent, les premiers in-
le ler. Mars dernier, a inaugure sa trresses a respecter et a sauvegarder
15eme an,,de d'cxistence. Tous ceux cette ind6pendance, mime quand elle
qui, dans le Pays on hors du Pays, nous s'exergait contre les vues per ,onnelles
font i'honneur de suivre nos travaux, de quelques-un ds des gouvc'nans.
attesteront que durant cet inlervalle 2c Pour continued aux Pouvoirs Publics,
de graves evenements out agiti la vie come aux particuiiers, ie concourse
national, clle est re:,de constamment d6sinteresse que nous ne leur avons ja-
fidile au prog. amme de sesddbuts tra- -i.a 1Ln..l1'i _i va s-i-; dire. que
vailler a la vulgarisation des tludes ji- it n'Us dvons i-re assure dui'mnm res
ridiques et economiques, donner glra- ec. .
tuitement son avis sur les points de oLEr COMITE
droit soumis a son exa'aien, 6clairer I'o- --------------.-- .-
pinion sur I'intelrnrtation des lois, en
signaler, a !'occasion, ls imper sections i 1
ou les lacunes, de fagon a faciliter l'eu-I
vre du 16gislateur. -:, :i
Elle n'a jamais consider que le ca- '"I, L ..
ractire scie.tifique de sa mission lui
fit un suffisant motif pour se detacher Aux foicetions de Doyen
des questions pressantes, auxquelles du Tribunal Civil de Port-de-Paix
tient, dans l'ordre de ses 6tudes, L'exis
tence de la patrie haitienne, et, notai- .
tence de la parie haitienne, et notam- iParni les matirres que le cadre materiel de
m d a solution probe ononotre Revue ne nous avait pas permis de pu.
mique, qui importe plus qu aucune a0t- blier dans notre dernier numero, figuraient les
Ire a l'avenir do notre nation. deux discours suivants qui seront lus avec
Mais dans I'exposd de ses id6es, corn- plaisir par tous ceux qui s'intircsscnt aux cho-
me dans les controversies qu'elle a sou- ses de justice.


2 SEPTEMBRE 19o6.


PORT-AU-PRINCE








77 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

Discours de Monsieur Denis Saint-lAuce, homnms qui I'exercent. Aycz lcs plus
Conmmissaire di Gouvernenent pris I belles institutions, mollez pour les exer-
Tribunal civil de Porl-de-Paix. cer des homnes inaptes ; fails los mcil-
leures lois, qu'ou ie sache pas les ap-
Messieurs les Magistrals, Mlessieurs, pliquer, co sera come si vous n'aviez
En procedant aujourd'hui iF'installa- pas d'inslitutio:is, come si vous n'aviez
lion du juge Alix Tiphaine en qualild de pas de lois. De minem que des gen raux
Doyen du Tribunal civil do cc resort, bien choisis imposent au respect, a l'ad-
j'dprouve un plaisir que je n'aurais pas mniration 1n0nme, sans qu'ils aient bhesoi
besoin de vous exprimer, car vous le par- do recourir i la violence et f l'arbilraire,
tagez tous avc mnoi. do mmoe co n'est pas par la robe (Iqe le
Jamnis, en eflot, pronloiion n'a 6td magislrat impose anx justicibles : c'est
plus just que cette fois, ofi les apliludes par les qua!li!s rcOlles, les counliss.inlu-
sp6ciales du Magistral ont di reconnues juridiques, le distlniersscment et la for-
et oA Ic merite est consacrd. Attir6 par melo,
les questions do droit et do juasicc, dis Poor o blnir ces r iisllas dans los dli-
sa sortie de I'Ecole, le juge Alix Tiphaine verses insllintions de lElai, il faut done
a ddbutt par Oare commis du Parquel, splcialiser I's ca.reres : I'arm6e aux
ayant cu pour chef ct Direcolur fou La- mililaires, administrationn fin ancie' aux
zarre Bastien qui a lionori Iie Parquet par fian ciers, les ltgalions el les ambassa-
son prestige ; pius lard, le hasard dV la des aux diilomates, la Magislraiure aux
lutte pour vivre i'avail poussi hilrs de hlolnlnes de droil, aec u tolefois cel avan-
cette carri6ro ; mais cor:nne ses inclina- iLgL' n'on n1 pe t pas .1 .1110n l '
lions avaient itu remnarquees, il no lrda que le diroil taiit ntne science si vaste,
pas u renlrcr come juge-suppljant Ai ce coux qai s'en ocrupent, embrassani une
tribunal qu'il va prcsidor. Li, it 1; plus grande e6endue dais 1 ch:unp deos
s'est pas seuloment prioccupd des ques- connaissances ihumaines, peuvent ctrn
lions imm6diates qu'il avait t juger ; ii propres a diverse carrirces, pourvu co-
6tudia avec passion, et avec mtdihodc, pendant qa'on n'exag&re pas ce privilJge.
suivant le programme des Ecoles, au Cir c'cst un phluonmne do rencontrer
point qu'il no tarda pas a dovenir, ei(ait n hiomine qui so spcialise ut la fois
supplant, nn aide indispensable A sess plans 'arn militaire, dans les finances,
colleagues. Aussi hien, (lait-ce la seulel ans la diploinalie, di;ns l'inllustrie, quI
manicre do dofier les compdtitions, lors-'sais-je encoie ? in nn, i re scibili e:
quo une place de Juge fut devenue va- quibuslam aliis.
cante. II devint Juge tiilaire, le depais 1 cQ ii done c hoiO C sa car-
lors, exerce avoc une rare, competence sest i':' 'il 0 lenite pas d'esenthAor le
ddlicates fouctions. Co n'est pas seule- mur ini yen car ii no seait pas a
ment la coimpiteice qu'il faut louer chez l'aise clehz le voisin.
ce Magistral, c'est aussi o souci de la Le gouverneitent ach'el i bion co('
justice, la probild de l: fonction, la rI- pris et I'on pout dii'e sans crainte
gularit, oules cos qualitls qu'on no ren- d'dtre dii -nli qu'il s' es novent 6ver-
contre pas loujours it la Ifoda dans un soul n1it A o1btrl iir un accoi;'r! pirb'it dans lo
esprit. fonctionnement de I'a imnia i'an gnd-
V'il3 pourquoi ji'6prn ve, Messieurs, tial'.
celse satisfaction ld'isital an siege de Codes, it piu. arrive qieiquefois "de
Doyen le jugo Alix Tiph:ine. Cello salis- surprise ; c lui qui lunline eno Icu
faclioi, n vous le voye; I so rallacho pas avoir I'ceil a tout ; a'lors un home
1' une considdraltiin do ipersonnii, mais A adroit, de cou:-i:' qui 0on! canudilals von-
un sentitnent plus die, clii do \voirn la tuels a touted. los functions, tapis dans
Magistratu.re, ce Co rps si souvont I'ombre, so glisse furliveoni el, s'atl -
deciri, reprendiir son r;!i; nt Ysou r6le par- chl, tel ui parasite, au vinux chiin doi,
lout oi elle est appel&e a fo:lionner. il arrle le dveloppemnul.
C:ar une institution no vaut que par les Mais si e soul M1 des acidenis qu'o t n








REVUE DE LA SOCIf~Ti DE LtGISLAIION


peut pas toujours 6viter, ces accidents
sent passagers heureusement ; car t6t ou
tard il faut que l'agr6gation des corps
semblables se fasse, car les especes
s'attirent, au physique comme au moral ;
et alors, les 616ments strangers se ddsa-
gr6gent, s'l6iminent-- tel un geai qui, pa-
re des plumes du paon, volt tomber un
A un ces oripeaux.
Or, Messieurs, ces considerations 6ta-
blissent dans la corporation de la justice
comme un lien sacr6 entire ses membres.
;e n'est pas un corps, c'est une famille;
ce n'est pas une simple institution, c'est
une communautc de moeurs, de vues et
d'intdrets. A force de poursuivre le mdme
ideal, on finit par se communiquer les
m6mes idWes, par acquirir les m6mes
convictions, on finit par vivre de la
meme vie, toujours A la recherche du
beau,. du bien et du vrai.
Que nous important alors les incrimi-
nations des uns et des autres? Ces incri-
minations, auxquelles vous 6tes toujours
exposes ne sont pas faites pour vous
6mouvoir. C'est dans la nature de vos
functions de ne pas satisfaire tout le monde
A la fois, de rendre des arrets et non
des services, pour employer expression
indign6e du President S6guier, A qui un
garden des Sceaux venait demander la
complaisance de la justice. Or, quand on
ne peut rendre des services au detriment
de lajustice, on fait des m6contents, et
quelle que soil la 16galit6 de voire d6ci-
sion, vous ne saurez Bchapper anx criti-
ques souvent acerbes de ceux que votre
justice a frapp6s. II faut done que vous
soyez pourvus de l'ces triplex du poete
latin- pour vous maintenir, en d6pit de
tout, A la hauteur de vos functions.
Oui, Messieurs, 6couter jusqu'au bout
avec attention, peser avec maturity, ne
juger que suivant la loi et sa conscience,
c'est ce don't pen d'hommes sont capa-
bles, et c'est ce que vous faites chaque
jour. Et, dans un temps oh cela n: se
voit guere, vous travaillez beaucoup
pour l'honneur, car, A travers les repro-
ches qu'on ne vous a pas 6pargnEs, le
mot de v6naiite n'a jamais pu 6tre pro-
nonce quand it s'agit de vous. Enfin,
vous 0tes de ceux, et its se font rares en
dehors de notre monde judiciaire, don't


le vent de la speculation n'a jamais
6branld la delicatesse; l'on peut dire
qu'A ce point de vue encore, le soup-
con ne vous a m6me pas effleur6s.
Et cependant, Messieurs, vous partagez.
le sortde toit le monde, obliges de re-
courir comme tous, pour vivre, au pre-
mier speculateur venu, que remain vous
aurez A juger. Cette 6preuve, loin de
vous decourager, vous trouve calmes et
incorruptibles, dedaignetx des faveurs.
Bien plus, vous series satisfaits, Messieurs,
d'6tre ainsi places par votre vertu fran-
che au-dessus de l'humaine nature, si de
cefail, iln'apparaissait de temps en temps
dans vos rangs quelques transfuges, pre-
ferant le pain blanc d'une carridre plus
lucrative.
Eh bien, Messieurs, que celte sorte de
deconsid6ration ne vous touche pas Car
quel que soit I'inconv6nient d'lere une
corporation de besogneux, j'ose le dire,
c'est encore IA un moyen d'obtenir la s6-
lection de la Magistrature. Que les dd-
courag6s s'en aillent loin de nous, et
qu'il arrive surtout parmi nous de ceux-
lA don't on ne peut jamais dire; ( Un
tas d'hommes perdus de dettes et de cri-
mes D.
Mais ii viendra, d'ailleurs, grAce A I'im-
pulsion donned a ce troisieme Pouvoir de
l'Etat, grice A la consideration don't il
continue de jouir, grace A la restauration
esp6ree de nos finances, il viendra le jour
of vous serez A l'abri des privations qai
affectent vote dignity, sinon votre ind6-
pendance!
II fut un temps, Messieurs, et ce temps
n'est pas bien eloigwi, de nous, oh it sem-
blait que notre justice ne fit definitive
qu'a 'egarddes r6gnicoles. Pour les 6tran-
gers, elle 6tait toujours revisable par. les
L6gations. Ce n'dtait pas le droit des Ld-
gations, c'etait notre faute A nous.
.Par peur. par cupidity, on acceptait
.sans discussion toutes les interventions di-
plo matiques.
Ce!te habitude avait cr66 des precedents,
au point que des strangers se mettaient sous
le coup d'etre jug6s, afin d'en tirer pr6-
texte I indemnitAs. C'est ce qui avait fait
dire inconsid6r6ment que les decisions ju-
diciaires dtaient tune source d'indemnit6s.
Non! ce n'4tait pas notre justice qui 6taiL







79 REVUE I)E LA SOCIETY_ DE LEGISLATION

en faute, c'olaient coux-li, qui, pour con- toyens et des devoirs reiciproques envers
thinner a couler des jours henreux, prif6- vous-mrnmes.
raient arborer le pavilion blanc aux plus Etre fidilesau Gouvcroement 6Labli cons-
injustes raclamalions. Sur cc point come titue le premier de vos devoirs.
sur d'antres, ii ost incontestable que Ic C'est en effect parl'ordre ella paix que so
Gouvernement de Son Excellence le Gene- garantit le libre jea des institutions. Quand
ral Nord Alexis, don't la formete est ac- les ambitieux et les impalients en arrivent
quise a lhistoire, a amnliorc la situation A trouble I'ordre polilique, ce sont les
du pays. finances qui sont d6labrkes, c'est la justice
Certes, vous n'avez pas la pretention de qui est paralysie, et c'est la Nation elle-
rendre la justice I-.l I d'Otre infailli- mmer qui est arretre dans son essor, corn-
bles dans vos decisions. Nul n'ignor e i me ce paysan don't parole Horace, qui at-
la nature humane -- elle est la mime par- tend, pour continue sa route, quo le tor-
tout -- ost sujette a l'erreur et que routes rent ait ccsse de couler :
ses oeuvres sont imparfailes. At ilie
Voyez ce qui se passe \ 1'hcure c f je Labitur ct labetur in omnc volubilis evum.
parole, dans ceote grande et glorieuse Fran- s n i
ce don't la legislation eclaire Loutes les par- on.IS i'., par a nature de vos fone -
ties du monl Un hoimme, un briilaitti roi 'ies citoyves tranquilles et pai-
officier de I'armie a :e condlmnl di- s' is, no vous occupant dee questions po-
grade, duslhonor pour un fait de trahisoi litiq'ues qu"e da s la measure oi vous dc-
que tous s'accordaient A lui imputer.. ve7z dendre l'autori3 nmorenc du Gouver-
Dix ansse s It i .". la m.mac F.rance I!menlt coltre les atlaques et les critiques
Stoujoursfi ere t ;. Im.reonnai soin iu!ts ont it peut etre l'objet.
innocence ; d' autfis juges ot pre oonon ai. -s vou s vous souviendrez aussi, Ales-
cer nsa .', I ;i;: l;.juges la m pie arm,' r, u 'une no bl, respeectuuse et sa-
va recevoir dans son seiun home quii iu'aire tidependance, depouilie de toute
na gure tail i'objet du mipris genirai. c'i :tion, se coucilie avec votre divoue-
Ce done qu'on exige de vous, Messieur, ment au Pouvoir execulif.
ce n'est pas l ,,.-n.i, ce n'est pas 1inf-i Vows avez, Messieurs, des devoirs en-
ce nWest pas I', nc 'est pas F'inf-i I -,
faillibilit, c'est que vos decisions ne soient vers yos i, '.''.,::i .
pas entachees de passions et de rancunes; Messieurs, le magistrate ideia serait ce-
qu'elles soient dicites, non pas seulcment lui qui, place dins une situation speciale,
par votre : ,l.,. ... mais surtoul par la n'aurait de communication avec personnel,
connaissance de vos devoirs. Car nous som-- avant a juger tout le monde. 11 serait A
rues ici dans tle temple ode a Yrit : i! ne l'ibri des soilici(aic!i de 1'amili o i de
s'agit p.-'s de vouloir, ii faut surlout sa-; la synmpahie I ; il serait jusle et severe. c'est-
voir. : -dire impioynble, tenant d'uni main fer-
Or, AMe-ssiers du i ,.' on ne peut ie ia balance de Th'mis. Mats nous a-
pas mnaintoani' dire q ue vous ne; svez voins lit qoD 'st iA un iil; : t i" .:Mui,.
pas. ,'ai pconsi tons les jours, non -SC- It' n .tre sociable, ne pti ad fendre
lement vis efforts et vas aptitudes, mnais, de symp -ihie, de piti t en ;'I .1 de
la noble passion que vous inspirent I'tun- tous les seiniminits qui allfecent son juge-
de du druit et la pratique de vos devoirs ment, IU faut done se co;enteor, en cela
do e lt- come en ioules closes. di; reatif, et ne
*- i., ,- ;Ws, js e n'ai pas cru n pas exiger I'absoiu. N ;iinmoim s, :':.i!,.
cessaire de vous parlor de ces devoirs quei'q i juge sels sinlables est -' de s'd-
vous reinp!iss;'z si Li n. Ft si, avant de lever par I' i:'ction, par l ''i .l, par les
lini, je vous los V ".:', c n'est pas tani habitudes, ;u-dessus du vulgaire. I1 'oit
pout vous es apprs e ie qiue pour vous I're inacces-ible a toutes ,ii.- ['l,'.- con-
inciter a les remi i i'l:, s avc la siderations ; il doit r. i.... toutes pI s-
memn e coisance. sions malsaines, combatire en ii la laii-
Vous avez dres devoirs niivers i'tlxc-ilif; no da proclain, Ilre bieavcilianl. saius
vous avec des devoirs envers vos conci- i Ee com:npai>'unt et se-viable ii dori 0re








REVUE DE LA SOC1ETE DE LEGISLATION


enfin, Messieurs, un lhonmme moral, pour!
garantir l'a peu pr6s qu'est la justice hu-i
maine.
Voili en quoi, consistent, vos devoirsj
envers vos concitoycens.


Discouirs
de Mr le Doyen Tiphaine.
Messieurs les Juges,
Monsieur le Commissaire
1. ,0 ., 1 c


Quant aux devoirs rdciproques qui in-i ( TU ltUlllLiI!I
comment A chacun de vous euvers ses col- Messieurs,
16gues, ils tiennent A la sincerilt de vos J'ai pen do goat pour los discourse ; t
relations, A votre d6vouement mutual, en vous comprenez tous 1'dmotion profonde
un mot, A la solidarity qui est indispensa- qui m'dtreint a celle here, apres avoir
bhe I[harmoniedu dCorps enter. ecout les paroles 6logieuses qui vienneut
Si. Messieurs, la solidarity 6tait a jamais d'rtre pronounces par l'honorable Chef du
ripudiio dans les rapports des membres Parquet.
d'une mime corporation, certes, c'est dans Aussi, je ne sais comment m'exprimer,
votre sein, q'ello hercherait son refuge, et c'est avec peine que jo peux trouver des
Vous eles. n effet, unis parole I nme genre termes dignes de vous, dignes de l'audi-
d'occupations, les memes etudes, .ouvent toire eclaird qui m'dcoute.
par ie midme r irw,. de vie ; vous avez Ihs Conn;aissanit 'exquise bounl de cteur de
mimes concetlions phlosophiques Oi rd- Monsieur le Commissaire du Gouverunement,
siderait la solidarity, si ello n'ilait parni je vondrais avoir merit6 ces dioges, car i'a-
vous ? miti' qui nous lie a pu su, seje veux ie
Culivez done e entretenez d'ane fagon croire, li inspirer d'aussi bonnes paroles
permanent ces rapports qui foDt de votre A mon sujet Je vous print done, Mles-
corporalion une personnel morale. la plus sieurs, do m'accorder quel!u ce cidii, stir
imposante de toutes. M1tlez en common Ie que vous ires que l'orguol no m'aveugle
fonds de vos connaissances, non-seulement pas.
en droitel on jurisprudence, maisdans tou- Mais avant de prendro possession de co
tes les manifestations doe espnt human : siege, laissez-moi payer ma dett de recon-
litterature, histoire, philosophic, sciences,-- naissance envers S. Exc. le PrisideLt de
car vous no devez pas y itre d6rangers ;-- la Republique pour la marque de haute
discutez ces coniaissances, 6purez-les, confiance don't Elle vient de m'honor r en
de faC;on A devenir des hommes remarqua- m'appelant A occuper la Prbsidence do co
blues ou instruits, non-seulement dans l'C- Tribunal ; envers M le Ministre deo i Jus-
lude sp6ciale du droit, mais aussi dans lice et envers tous mes amis qui mi'on don-
toutes ces branches do connaissances qui nd le temoignage de ieur sympathies en me
s'y rattachcnt plus ou moins 6troitement. d6signant au choix du Chef doe at.
Me lg qu so Je sais tout ce que ce hel elan te sym-
iessieur, qucquelUelong que soil codis- hi, mni o,,e,!v. s ,'-,,b ;';,n
.oalth e m :o -. ,V.;. e O ,~ ,' t 2,t, : i... .
cours on pulut c.;el eel ienl sur la uagis- C'est ls ble epliA r ue j, cn ic crai
[raiture, jc n'ai pas tout dit je ne saur;is out c ue a di vin Provid, ce m', de-
tout dire sur un sujet loi ii restera lou- ;out d'i rnellince, de force, de voiO-t
jours quelque chose a ajouter. Mais j et d'a nur de l jstic ee .
crains justement de fatiguer vos esprits epas nouda- vnu dans l car-
dans cette journee, oi je dois laisser pla- r'ie n-- 1ois 1 vous le savz dz LA etr
ce a l' closion de la sAtisfaclion inlune iest -[wour i pour la troisiM a. isW qe
que vous ressentez, comine moi, de l'ins- jc stno-.ele Io sermini ;rmno e p.. r loid
talifion do votre nouveau Doyen, qui va, sur 'orn ois ion judicnire aux me:ibro
par une nouvelle admims!raHton, restaurer e o' e o o-oration. J'ii done .i un
le presige que vore iribunal avait semble in s ichelois de la hiurarchie.
perJrI. Ainsi tout vient a point a qui sail al-
Je vous laisse done, 'I ;1 ,Is, sous cetle lendre.
impression salutaire. Je ne sais et ne pux dire ce qu" je


Scompte fairie au course do moll dtcana .


J







st REVUE DE LA SOCIETIE DE LEGISLATION


Les actes valent mieux que des paroles
etcesonldes actes que vous medemandez.
Je m'6vertuerai done A conserver cette
attitude que vous trouvez correct et qui
m'a value votre sympathie.
Si le passe doit r6ponjre de l'avenir,
je vous promets done aujourd'hui m6me
devouement aux interlts de la justice, m&-
me volont6 de resserrer les liens de la dis-
cipline et mmee ambition de travailler A
la gloire et a la conqu6te d'une certain
some de consideration morale, au b6ne-
fice de notre corporation.
Mes chers Coll6gues,
Vous avez 6cout6 avec l'attenlton la plus
soutenue l'Mloge que l'honorable Ministtre
public,- qui depuisplus de trois annees
partage nos travaux etnos soucis, afait
devotre conduit; vous avez entendu avec
quelle delicatesse de sentiments il nous a re-
trac6 les obligations de notre saeerdoce.
En effet, Messieurs, les functions de judi-
cature sont fates de d6vouement et de sa-
crifice ; c'est upe grande ocole ofi chacun
vient apprendre A fire preuvdde civisme
et de -dsinteressement. La bonne distri-
bution de la justice doit 6tre la constant
preoccupation du Juge. Quelque bien
trackss que soientses devoirs; c'est en lui-
a m6me qu'il en trouvera le premier gui-
a de : sagesse, honneur, probity, voila par-
< dessus tout les qualities qui lui sont nd-
Scessaires. Tout A ses devoirs, rien ne
S1l'6branle, il doit les remplir avec cons-
i tance et fermet6. Protecleur de tous les
< citoyens, il est ledefenseur detousleurs
< droits. ))
La magistrature ennoblit l'homme qui a
l'honneur de lui appartenir, et ce prestige
continue A s'ktendre davantage quand it
sail exercer avec competence ses delicates
functions.
Mais, pour y parvenir, il faut I'etude, et
come vient de Ie rapppeler le Minist6re
public ( dans ce temple de la v6rit6, il ne
s'agit pas seulementde vouloir, il faut sur-
tout savoir.
Or, Messieurs, il ne faut pas qlu'il soil
dit que, jeunes encore, en possession de
toutes nos facultts, nous nous soyons de-
robes A cette noble mission, en raison des
peines et des efforts de pensee qu'elle nous
occasionne.


II ne nous dolt jamais entrer A l'idbe
que ce sacerdoce peut etre accept, A d6-
taut d'une position plus lucrative. Ce
( n'est point laloi de la morale ni de l'hon-
<: neur ; la moindre indifference de la part
a du juge est une faute grave, car tell est
( la grandeur morale de ces functions que
a ce serait come une forfeiture de ne pas
a en avoir la complete intelligence et de
a rester au-dessous d'elle.
Avec la m*me hauteur de vues, la
m~me precision et la m6me droiture,
M. le Doyen Tiphaine finit par quel-
ques mots aimables A l'adresse du Bar-
reau, quelques recommendations melees
d'6loge au personnel du greffe el a la
corporation des huissiers.
En some, belle et imposante mani-
festation qui, nous dcrit-on de Port-de-
Paix, a laiss6 dans l'esprit de lapopu-
lation une impression des plus favora-
bles A I'institution judiciaire.

Nous sommes heureux de publier la lettre
suivante de Mr. Abel Ldger, dive A l'Ecole de
Droit et i l'Ecole des sciences politiques de
Paris. Ainsi qu'on le constatera, le fils de notre
ancien PrIsident continue de justifier les espe-
rances fondees sur ses dtudes.

LA NEUTRALISATION D'HAITI


LETTRE OUVERTE
AU
Directeur de la Revue Haitienne


Monsieur le Directeur,
J'ai lu, le 25 du courant, avoc tout I'in-
teret qu'il merite, votre article sur la neu-
tralisation d'Haiti, neutralisation qui, d'a-
pres vous, est le seul moyen de pr6ser-
ver l'autonomie de notre pays, A l'appro-
che du percement du canal de Panama.
Il est evident qu'Haiti dolt prevoir, dans
un avenir plus ou nloins lointain; le tra-
fic 6norme, le movement commercial in-
tense qui passera par les Antilles et le
golfe du Mexique, et aviser aux measures






REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 82

i prendre pour profiler do cell situation luelle, solon une expression du Droit in-
nouvelle, en ouvrant, par example, do international, comported do graves in ouvd-
nouveaux ports an commerce 6trangor ; nients ; commune l'a forl judicieusement dit
mais penl-ou scriensement ponser que l'uu do nos diplomats, cll est devenue
cetto aciivii i(conomique- do domain soilt a une chim6ro qui, pal inlerinlTence,
un danger pour IHaiti et l Ripubliq i hate l'esprit des homes d'Eat haiinis.m
Dominicaine, jusquA reclamor pour elles ( Voir la Politique Extericure d'ilaitU par
come unique rin.':.i do salt, la neutra- J. N. Ldgor. )
lisation conivcnlionnelle ? Vousajontez que La nenuraliki on question ost supposNi
cettl g:naaniie les Pui ssa:ces scra obicnuc i; H lii une paix iidAinjio al.-pays nou-
r'cileient (do nos ijours et vous cilez A tralis ; mais pourquoi devrait-clle inspi-
I'a)pp i (it., falts historiques. rer plus do couliance quCe ls traits parti-
Permiitez-minoi de dire que cello neutra- culiers qu'llaili a signs avec les Puissan-
lisaltio prose.,it, r il do graves inucouv- ces Elrang6res trait6.s sanclionnds par lei
niens:; pour lia iti et que l'histlire diplo- Pouvoirs Lgislatifs et soininllement pro-
inlinu ous appn lid d'aiiie.u's qu'ele est iuiguis par les gouvce:rniemlenIs rcspec-
irrialisable, tifs ; traits daus lisqults il ,"st slipiul
.* qu'il y aura entire ls Elals signliaires paix
iparfaite, soli!e, coimianie, inlolabicb ain-
taii 'est pas nmeiaede pir !'Europe te si qu'amilid silcro, fraolhe, loyale, pc.-
no penit pas l'elrn. Son inddpcnance po- iplulle. Si l'on craint qli'uie gr;aide iPais-
lilique est amplement protege )par ia doc- sanco fasso n jour oi l'atliro table rtsO
trine, Ioujours vivanle, du Prosident .Ion- do t's a i et inl d i d
eo tluie .-,au es,, it est tl. du1 lui d!o-
roe. lalgri lens Mnuliples ,,l ,il. ,,,.. rumander uno atlre garantiO soIus la form'
apportecs A cltle doctrine et les extensions, d'u1o neitraisaiioi convoy tionnill Agi.
parfois graves, an point de vue europeel,i antrneent, ce selail exposer son pays an
qu'elle a subies, la doctrine ,louro na sort d la malheurouse Cracovie.
jamais renie la substance du iMessage de
1823, a savoir quie < Ics Etats-Unis consi- I
dercrai(-ent come 1 IIiii II. i pour leur i
sicurilc elt lur irauquilii loutle tcnaltive Voas diles que los puissances europden-
de la part des PuissanPes europlen:les nes so s30 11toujours moitiiI'Ws favorab'ijs
d'dlendre leur syscine polilique a une par- la no"utalisallo d'l ti. \t us 0i1 plcOrml-
lic queleonque di continenilt a ri caini :) i trez do fair rem'arquLc quo la ca.ai isii-
et elI a det recunoue et accoictie plarilt do *a ruli palierpctualo esK i, r
I'nrop a a co:;nfieoI d l iv n t e ps P dans 'iiireit des auies Ltats
1899(. ,quo dians ceini do l'Elal nutranlisi. L:i po-
Solliciler dan s cos conditions, A.. ur la I icque d i la France autrefois ddsi licssdo,
alisio d'lal. la garanlie des pi- ust devenne positive, comme n toujour


impolitiquc ; co strai convaincro les Etats- ances A agrior i'idie i.c la ic 0tr;i) Lio
Unis queI les lai iens so mliient de leurs d'lIaii moulr'eit q'l a run iir.f pr.-
inteitions et appellcut i'Enrope a la i res- iorlial Pourl elles .-lire.
coussc. Notrc pays peut grandir a ct Olie LEurope a neulralis lanI Suliss ct la
la lidpubliqui 6dtoilce. Nous vivrons At les Belgiquo pour conslilinr, a divers phases
,cool r' n l do ,su orin d des 0 1o 1 ) lO d "1 PlO,
Elats-Unis nous laisserout vivre, tant cu'il cle son i'sl oirne, des < larnre s Inori es
v aura A ilHaii It dcsir l'alier dc avat, oconsr" I" asion das ialtio, .on.i;,: lc s,

iat que u ouls In perdrons pas l'idi eai i Prolans, pou0r hiler les Ichams b a-
'st ,la raiso,,, de'lre do la Republiqueit d', lai- taill ;~t ; ellbO 1'. a Il par c;lciul, P11'00 ello
Hi : la ,' hiabili, action do la race noiro. voI0111111 soe p-lo munir conoirr I o rseonu des
invasions Iiran1ises. Mais IW tKrit'Uirc
X suisso un'a-t-il pas t16 vio il, inot aimmCent
La neulralidt I extraordin oir el pt i- prp 'ar la sixiome coalition do 1813 ? EL la







83 REVUE DE LA SOCIITIt DE LEGISLATION

Belgique, dent la neutrality 'perpdtuelle a A l'intlrieur, les garanis, en bons tntourc s
Wte impose A la conference de Londres, auraient le droit d'intervenir dlas nos dif-
en 1831, par les cinq nations constituant ferends pour faire prevaloir leur volonl ;
le Directoire Europien, n'a-t-elle 6te me- leur ingerence se ferait aussi seutir en ma-
nac6e, apres Sadowa, par Napoldon III, au- tire financire.
quel Bismack ne voulait pas donner un VoilA quelle serait la situation juridique
c seul pouce de territoire germanique ? ) d'Haiti en lemps que nation neutralise.
L'histoire comprend difficilement cette
contradiction dans les desseins de Napo- *
leon, qui, apres avoir faith F'unit6 italienne, 11 v a heureusement un obstacle insur-
apres avoir pr6che l'emancipation des peu- montable A la neutralisation d'Haiti ; obs-
ples, 6crivait a Rouher : ( I1 faut se pta- tackle que tous nos poli!iques devraient so
cer hardiment sur le terrain des nationa- meltre en tete s'ils ne veuluot 6pronver
lit6s. II imporle d'6tablir, des A present, I'insuccs encouru par le gouvernement de
qu'il n'existe point de nationality beige et Geffrard. Cedernier, oe tenantaucun comp-
de fixer ce point essenliel avec la Pru"se. > to de la conduit invariable des Etats-Unis
(E. Bourgeois. Manuel d'Histoire ilstori- qui n'entendent pas permettre aux Pais-
que de Politique Etrangre, tone III, p. sances europbennes de s'occuper des ques-
691.) lions du Nouveau-Mondo, crut qu'il amr-
Pour montror i'arridre-pensde des Puis- nerait facilement le gouvernement ain6ri-
sances, ii me faut aussi rappcler les pro- cain it s'enlendre avec les autres Cabinets
positions de neutrality perpdtuelle presen- pour garantir collectivement ia peninsule
tees aux parlements des Pays Scandinaves. de Samana, puis 1inddpenlance do i'ile
et don't liobjet rdel, sinon avou6. serait toute entire.
d'assurer a 1'Allemagne la security du ca- Des ndgociations furent engages avec
nal strategique creuse entire la Baltique et la Cour de Londres en 1865 par le Char-
la mer du Noid. g6 d'Affaires d'Haiti et plus tard avec cellc
,** de Madrid par Mr. Madiou, charged d'une
mission en Espagne.
La neutrality conventiounelle, prctectorat Ainsi qu'il fallait s'y attendre, les Cabi-
d6guise, n'offre done qu'une skcuritd illu- nets europeens ne voulu'ent pas kcouter
soire ; mais, faith plus grave, elil a!;antit nos propositions sans s'assurer des vues
parfois les aspirations l': lin'; de i'Eta! du gouveriement ani'ricini. Mr. Seward,
neutcalis6, amoindrit son iud6pendance in- chef du Edpartement d'Etat 'i Washington,
t irieure et diminue sa souversain e c cxtli- saisii l'ocasi)on pour in.tdiiuer la poliique
rieure. Haiti, une fois netlralisc6, serait de son pay ; I 'dgaird d'llilti et de la Rd-
obligde de s'abstenir de tout eijggemoieni pnbliq(,e Dominicaine et ;crivit i Sir. F.
don't i'effet serait, le cas echtent, dc i'a- Bruce, Ministre d'Angleterre ai Washing-
mener A~ dfendrc les droits ou les intdrdis ton, que (( le gouvermricient des Etats-U-
d'une autre puissance ; toute alliance dd- nis desire siciremenmet lue l'ile entire
fensiveluiserait intierdiie en temps depaix. d'lIaili reste i present et dcisoromais exclu-
elle serait oblige de dechirer son trait s'vement sounise au gouvc'inei:m l et A la
de 1874! avec la RIpublique Dominicaine jurisdiction des peoples q'ui en sent les ha-
qui prdvoit I'appui des deux diplomalies bilants et les occupant 1s, et IJT' eutx-ci no
pour <( maintenir de toutes leurs forces, de soraient ; ,I ,i depobs.:lit' on irohbl, s par
tout leur pouvoir, I'int6grit de lours ter- aucun Etat stranger ni aucune nation. Les
ritoires respectifs. ) II ne reslteait plus ai Etats-Unis esp6rent sincireminet (lqu le peu-
notre pays, au point de vue de la souve- pie de St-Domingueo arrivera i s'dlever par
rainelt ext6rieure, que le droit de conclude I'cxercice d'une souverainete independante
destraites do commerce, d'extradition, sous et contribuera avoc bonheu.i A la rdhabili-
la reserve de ne pas rallacher sa destined station de celte race jusqu'i present infor-
a cell d'un autre Etal de fuaton i crier a- tune et outrage. i ( Livre rouge aindri-
vec lui la moindre solidarity, i opdrer la cain cite par ,. N. Liger dans sa Politi-
moindre fusion d'institutions que Extdrieure. )






REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION 84

Le 4 Avil 185 86 mc me Secr6taire d'E- cetto union possible ; car deux peuples
tat mandait ti son agent A Madrid : a Vous qui habitent la mime ile, qui promeltent,
ne devoz pas oublier que c'est un principo dans des traits solennels, de defendre
fixe de cc gouvernement de no conclure leurs territoires respectifs dans I'inttrd t
aucune alliance embarrassante avoc les na- general, < de toute leur force ct .de tout
tions 6traugires. En fn do compile le lur pouvoir, deux peuples qui auraient
Cabinet de Washington laissait aux gran- pu, A un moment donned, conclure une ai-
des puissances maritime la faculty de ga- lance offensive et defensive. ( 1) deux peu-
rautir la neutralisalion, mais sans sa p;r- ples qui so sont jure une paix sincere et
ticipation ; car il no voulait pas entreruune amiti6 perpetuelle, sont a mmeo, dans
avec cos derniBres en contestations politi- un intr61t superieur, de lier sans crainte
ques. leur destined pour d6velopper les 616ments
Cetle attitude fat comprise en Europe de bien-etre et deprosperit6 qui ne fleuris-
commine lle !c initit ; et Mr. Perry put, sent qu'A l'omnbre do la security.
dans son rapport en date du 1-2 Mai 1895
lonner a son chef hiirarchique l'ssuran-
ce que les nations 6trangeres, vu le d6faut Si Dominicains et 11aitiens voient dans
de consenlemcnt des Etals-Unis, n'gir'aieit le canal de Panama nme menace pour leur
pas et que le project tout cutier serait abmn- autonomie, ils oit une dizaine d'ann6es
donn6. pour mettre un petit trait d'union entire
II est de touted evidence que do nouvel- les deux pays. L'union a fait leur force
les d6marches n'abouliraient a rien. Jans le pass ; Irunion assurera i'avenir.
Coete union, si Ilee e r."alisait, ser;it la
ruine es pottes ambitions europoenncs
Le canal de Panaima osera creusI, dit-on, ou autres, .,i;.. '1ni. demain, loujours;
dans une dizaine d'annees. Haiti a le de- co serait l'cre nouvelic de prosperity 6co-
voir do prendrOl des dpr6cautions pour cette noinique et politique.
hcheance, do pr'p;trer difinitivetnent son
essor dans Ia conculrrence iterniationale. ABEL N. LGLER,
Elle a le devoir d'etre prite iA nouer ou Ai Eludiant en Droil,
6tendre se relations commercials avec EI ve i iEcole des Sciences Poiiiques.
tous les pays don't l'ouverture du canal deion diplom..
Panama aclivera 'iechaige ties products ; ( Secion diplomique.)
mais it faut ql'ello renounce A ss ineples Paris, 30 Avri! 1806.
et stupides guerOri c'viles, cause do los| ,
ses malheur.- i! faut q 'ell'i soil forle.
Pour c.-a l[iiti a in r l ;' rappro ier I ,; l'> r i A. "
de Ia R6publiqe!!i Dominicnino, Ai riss er-.
rer ses lion (i'al iti', I' itendre sos mrap-
porls Oconoiniqiies,par lar conclusion n ju ne ia .? 1 I 4 'F1
unIiou douani ''re. Loxs diux Etats i eviiraii in ti l i i .
s'5 ri I d'arrivev, sinoi a un e fd ration, -
du moins A u0n1 sore d'union quci, touit en
sauvegnardant iemu constitution propro, !cur Beaucoap Ce i' s ais 9 et
I non Ims sealemc;;ent des Franiais.. pensent
legislation ot ieur sonvc'rainear intfloure, s -
co'ode s int s o dehors c que l'Agleterrc, nii ddcrOca.O i' omancipa-
conltonlc leiiu's ittli'rtlS au deoe orls cC e a .. ... -
1 ,r t i o n d e s n o i r s a g i t d a n s u n i .u i r ei t ,. ,
fasse, an point do vue des relations ei xt- i dans u t O,.
ri sele e maniere a ruiner touts les autres colo-
ricures, une seul pcersonnc luridlqule. Les ,
dox, p s i ices rest6es esclavagistes en escluant leurs
deux pays seaieni ainsi en 1nosore t i io o. ,- r- -
or ,*, plus i .i ,I e a, ,. products de son m3arcde. Un erivain belge
or un rUl plus important dans ls allai- ,
-S .. .. .. (2) -L a precise 1 accusation en cos terms :
e's amtcricaines. ,Ic soumlts cotte idee ia (la "' _
meditation des iomines d'Elat hailiens ect -]- Trait dce -V',17 non ratili par Hitli..
dominicains, complot y revenir dans unl (2) Scarsex dc i.oqucneuille, -el- ct docil-
ouvrage plus ltciidu. En attendant, je crois ine's pour s Ze,-:i'r !'b .istoirc dei 'ri:c. ige.






5 RE-EUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


( Les Anglais n'ont jamais 6et surpasses
par personnel dans l'art de crder des d6bou-
ch6s a leurs products. Non settlement les
negriers avaient realism des b6enfices 6nor-
mes, nais ils avaient aussi fait prosperer
I'industrie anglaise en activant les manufac-
tures; car les negres ne s'&changeaient pas
contre de l'argent, mais contre toute espece
de marchandises : cotonnades, verroteries,
armes, spiritueux, etc.
Les Etats-Unis, principal march d'es-
'claves, etaient ferm6s A 1'Angleterre; les
Etats du Nord commengaient A inonder de
noirs les possessions espagnoles, portugaises
et francaises. La perte d'un d6bouch6 si im-
portant et la concurrence faite par les Am.-
ricains dans le plus honteux des commer-
ces jeterent le d6sarroi au milieu des mar-
chands anglais. Heureusement pour la pros-
perit6 du Royaume-Uni, acquisition de
I'Hindoustan venait d'ouvrir un immense
champ d'action a l'activit6 britannique et lui
presenter en meme temps une occasion u-
nique de ruiner les colonies concurrentes,
qui vivaient absolument du travail des es-
claves. Les Hindous, en effet, sans 6tre es-
claves, 6taient soumis A un travail force et
livraient A bas prix la plupart des products
que fournissaient les pays chauds.
a Quand les negres, en se soulevant a
Saint-Domingue, montrerent qu'il fallait
computer avec eux, ce fut un argument de
plus. Apres l'6chec desastreux de 1'exp6di-
tion du g6enral Leclerc, les Anglais com-
prirent enfin le danger de l'esclavage et la
n6cessit6 pour eux de supprimer un traffic
ruineux ; ils virent; du meme coup, les a-
vantages a retire del'exploitation des gran-
des Indes. Onsacrifiait, il est vrai, la Jamai-
que et quelques miles des Tropiques, mais
1'Angleterre accaparait le commerce de l'u-
nivers entier. >)
D'autre part, M. de Chavagnes a d6non-
c6, dans la Revue des Deux-Mondes (I) la con-
duite quivoque de la Grande-Bretagne dans
la. repression meme de la traite :
a Si 1'Nmancipation des n6gres, 6crit-il,
n'etait pour I'Angleterre qu'une preoccu-
pation morale et religieuse, on admirerait
ses efforts et on louerait sa pe~rs6vrance
dans la poursuite de la traite. Malheureu-
sement, il est difficile, pour qui a vu Sierra-


(r),Collection 1844, t. III.


Leone, de conserver quelque illusion sur le
mobile qui a inspire cette croisade philan-
thropique.
( Les nrgres, enlev6s aux batiments. qui
font la traite, subissent A Sferra-Leone un
esclavage plus odieux que dans toutes les colo-
nies du monde. Avant d'atteindre cette c6-
te, les malheureux, entasses dans la prison
flottante d'un navire, succombent le plus
souvent auxsouffrances d'une captivity atro-
ce. Un m dccin anglais, don't le t6moignage
ne peut &tre suspect, assure qu'il a vu pe-
rir, dans une seule nuit, vingt-cinq negres,
etouffds faute d'air et de soins, sur un de
ces bitiments arms pour la cause de l'hu-
manit6 et de la civilisation !
( Arrives a Sierra-Leone, les negres sont
remis, sous le nom d'engages, a des plan-
teurs anglais.- La durke de l'engagement est de
quatorTe ans i Souvent les maitres les reven-
dent, sans nul scrupule, avant l'expiration
de ce terme, et ils n'ont besoin, pour se
mettre a covert, que de certifier le d6ces
de l'engage. I1 est arrive que des negres,
vendus par les planteurs de Sierra-Leone,
ont e6t de nouveau livres A des n6griers.
Tous ceux qui ont visit le Bresil ont ren
contr6 de ces esclaves. i
On a pu meme affirmer, avec preuves 1
l'appui, que les Anglais, tout 'en deployant
le plus grand zele pour empecher les puis-
sances maritimes de s'occuper du traffic pro-
hib6, continuaient eux-mimes a s'y adon-
ner, mais en pregnant soin de couvrir leurs
navires d'un pavilion d'emprunt.
En I8ro, la Societe'africaine de Londres di-
sait : <( On a d6couvert qu'en d6pit de tou-
tes les peines 6dictbes par leParlement, des
navires sous le pavilion espagnol et sundois
ont etd equip6s A Liverpool et a Londres
pour transporter des esclaves sur la c6te
d'Afrique.
En I8It, des enqutes judiciaires 6tablis-
sent que la traite se continuait sur une
vaste echelle et cela, en parties, grace aux
capitaux et aux-cr6dits des commerqants an-
glais. Une foule d'esclaves sont inlrbduits
dans les Antilles anglaises et, tous les ans,
de nombreux navires negriers quittent les
ports de Liverpool et de Londres pour se
rendre en Afrique. Les rapports de 18r2 et
de 1813 ne sontr pas moins formels.
En 18r5,-M. Buham declarait Ala Cham-
bre des Communes que ( c'itait un fait







REVUE DE LA SOCIMTI DE LEGISLATION 8


connu de tout le monde que des capitaux
tres considerables 6taient employs dans la
traite et qu'elle se faisait par des navires an-
glais. ) Lord Castlereagh, A la Chambre Hau-
te, laissait 6chapper le mime aveu : a Ce
serait une bien grande erreur de croireque
le reproche de faire ill6galement la traite
tombe uniquement sur les nations ktrang-
res. Dans une multitude de cas, j'ai regret
a le dire, it est venu a ma connaissance
que des sujets anglais etaient engages pour
des sommes tres fortes dans le commerce
des esclaves. )) ,
A d6faut des aveux des ministres anglais,
il suffirait d'invoquer le fait suivant : l'ex-
ces des d6c&s sur les naissances, parmi ]a
population noire, 6tait tres considerable
dans les Antilles anglaises; vers i8io, il
s'l6eva a dix mille pour une seule ie ; et
cependant la population esclave des colo-
nies anglaises allait toujours en augmen-
tant. En 1819, on constatait avec etonne-
ment qu'en deux ans, le nombre des es-
claves a la Jamaique s'6tait accru de plus
de cinq mille. Les commergants de Glas-
cow, de Liverpool et de Manchester ac-
cordaient aux entrepreneurs de, traite un
-cr6dit tout special. A Rio-de-Janeiro, la
plupart des n6griers s'adressaient aux mai-
sons anglaises : celles-ci avangaient la mar-
chandise et en r6pondaient. Les marches
6taient toujours conditionnels, c'est-A-dire
que le n gociant avait droit a une prime,
en cas de r6ussite, et subissait une reduc-
tion convenue si l'entreprise 6chouait. Les
agents et n6gociants anglais, pendant leur
sejour dans l'empire du Br6sil, achetaient
des noirs qu ils revendaient a leur depart.
Le ministry d'Angleterre a Rio-de-Janeiro
n'etait servi que par des esclaves (i)
4
*
Dins le rapport qu'il pr6senta, en 1848,
au nom de la Commission charge de pr&
parer l'abolition de l'esclavage et la consti-
tution politique des colonies frangaises, le
duc de Broglie remet les choses au point,
quant au fond mrme del'accusation port6e
centre l'Angleterre :
-. On lui fait trop d'honneur, dit-il, en at-
tribuant de sa part 1'abolition de la traite,
1'abolition de l'esclavage, soit a de hautes
(r) De Chavagnes, Etat moral et politique dui
"Brisil (Revue des 'Deux Condes, 1844)


vues de sagesse et de pr6voyance, soit a des
:ombinaisons machiaveliques. Le gouverne-
ment anglais n'a, sur ce point, ni devanc6
les temps, ni dirig6 les dv6nements ; il s'est
born a maintenir le statu quo, tant qu'il
n'a pas eu la main force; il a r6sist6 pen-
dant quinze ans a l'abolition de l'esclavage;
il a d6fendu pied a pied toutes les disposi-
tions interm6diaires et n'a tede, dans cha-
que occasion, qu'a la n6cessit6.
q On ferait 6galement trop d'honneur A
la philosophies, a la philanthropic de 1'An-
gleterre, en luiassignant le premier rble dans
cette grande entreprise. Les philosopher,
les philanthropes ont figure, sans doute,
glorieusement au rang des combatants;
mais c'est Tesprit religieux qui a porter le
poids du jour et de la chaleur, et c'est a
lui que revient, avant tour, l'honneur du
success.
a C'est la religion qui a v6ritablement af-
franchi les noirs dans les colonies anglaises,
c'est elle qui a suscit6, au debut de la lutte,
les Clarkson, les Wilberforce, les Granville
Scharp et tant d'autres, en les armant d'un
courage indomptable et d'une perseverance
A toute 6preuve. Les premiers auteurs de
cette reparation out eu A lutter, non seule-
ment centre la routine, mais encore con-
tre la politique, contre le commerce, con-
tre la marine marchande, contre l'industrie,
contre tous les 616ments les plus puissants
de lagrandeur britannique ; its les ont vain-
cus. Ils n'ont jamais recul6, jamais dout6
d'eux-mmes ; et, apris trente ans de travaux,
de micomptes et de calomnies, au jour fix6 par
les decrets eternels, Dieu les a couronnes
par le succes et par une gloire si belle et
si pure, que mon coeur francais et catho-
lique ne se console pas de la voir d6rob6e
a la France ect 1'Eglise.
.Toutefois, il demeure av6r6 que 1'Angle-
terre a m6sus6 en sa quality de protectrice
des negres lib6res.
L'Angleterre ), constate Augustin Co-
chin, ( tira grand parti des Africains liberes,
c'est-a-dire des esclaves .que ses croiseurs
saisissaient sur les N6griers ; ils diaient de-
claris libres, mais tens h un engagement en-
vers leur libdratrice. ProcMde plus ou moins
lCgitime, on en conviendra. d'une philan-
thropie subtle et contestable. i
BENITO SYLVAIN.
( Eoile africaine, ,Avril 1zo6. )








87 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


A titre documentaire, nous publions la
loi fixant le paiement des droits d'impor-
tation en or amdricain ou en papier-mon-
naie, au taux de 300 olo. Les Chambres
ont vote, sans changement, le project prd-
sent6 par M. le Secr6taire d'Etat des fi-
nances.
Qielques lecteurs nous ont demand de
les fixer sur le seas du ler. alinda de
1'art. 5, qui leur a paru pr6ter A ambigui-
tB. Contrairement au sens qui lui avait
etd attribud dans l'analyse du project pu-
blid par la press, nous pensions qu'en vi-
sant le retablissement des anciennes ta-
xes, antdrieures a la loi, sur les objets de
consommation alimenlaire, I'article n'a
pu entendre que le retour pur et simple
a 1'ancien tarif, c'est-a-dire les droits en gour-
des, augments des surtaxes en gourdes et de la
seule surtaxe de 25 Ol0 en or.
LOI

NORD ALEXIS,
President de la Rdpublique.
Vu I'article 69 de la Constitution ;
Considerant qu'une speculation crimi-
nelle exploit au detriment du people le
montant du papier-monnaie actuellement
en circulation ;
Consid6rant que pour dejouer cette com-
binaison, la loi sur le Retrait du papier-
monnaie a 6te jusqu'a ce jour impuissante;
ConsidBrant que 1'Etat a pour devoir de
combattre et de vaincre tous les 6elments
de d6sorganisation social ;
Qu'il imported des lors, et afin de protl-
ger le bien-6tre des families, de changer
au plus t6t 1'assiette economique du Pays;
Sur la proposition du Secr6taire d'Etat
des Finances,
Et de I'avis du Conseil des Secr6taires
d'Etat,
A PROPOSE
Et le Corps L6gislatif a -vot6 la loi sui-
vanle :
Art. ler. A partir de la promulga-
tion de la pr6sente loi,tous les droitsd'Im-
portation g6enralement qielconques seront
payables en or ambricain on an papier-
monnaie au laux de 300 olo.
Art. 2. La moiliN dn r~ontant inte-
gral de tout bordereau Ai l'Importation,
soit 50 olo, acquilt1 en papier-monnaie a


300 olo, seraa versee directemeut a la
Caisse du Retrait, et dans les autres villes
au Service de la TrBsorerie pour compete
du Retrait.
Cette moiti6 int6grale de tout bordereau
a l'Importation sera livrde aux flames
au plus tard dans les huit jours.
La plus large publicity devrai 6tre don-
nee aux operations du Retrait.
Art. 3. Toules les taxes g6neralement
quelconques affect6es actuellement au pa-
pier-monnaie pr6vues par la loi du 11
Aoit 1903, seront versdes d6sormais A la
Caisse.publique et consacr6es au service
courant.
Cependant quand le change tombera au-
dessous de 300 olo, ces dites taxes re-
viendront an service du Retrait.
Art. 4. La surlaxe de 25 olo en or
A l'Importation est et demeure supprimbe.
Art. 5. Si le besoin s'en fait sentir,
le Gouvernement est autoris6, par simple
Arr6t6, de r6tablir sur les articles dits de
consommation alimentair?, les anciennes
taxes telles qu'elles se pratiquaient ant6-
rieurement a la present loi.
Dans ce cas les 418 6 l'lmportation re-
venant au papier-monnaie et prevus par
la loi du 25 Juin 1905, acquittes en or
seront verses a la Caisse du Retrait, et
dans les autres villes,au Service de la Tre-
sorerie pour compete du Relrait.
Ces valeurs seront vendues centre pa-
pier et le produit livre aux flames, con-
form6ment aux prescriptions de la loi du
11 Aoft 1903 sur le papier-monnaie.
Art. 6. La presente loi abroge routes
lois ou dispositions de loi qui lui sont
contraires. Elle sera executee a la diligence
du Secre6aire d'Etat des Finances.
Donn6 a la Chambre des Representants,
a Port-au-Prince, le 17 Aofit 1906,an 1038
de l'Independance.
Le president de la Chambre, ARCHER.
Les secredaires,
G. DESROSIERS, LOuis BRUTUS.
Donn6 A la Mafson Nationale, a Port-au-
Prince, le 21 Aoft 1906, an 103e. de l'In-
d6pendance.
Le president du Senat, T. A. DUPITON.
Les secretaires,
R. DAVID, DIOGENE LEREBOURS.







REVUE DE LA SOCIETY DIE LEGISLATION 88

A: N0OM DE LA REPUBLIQUE. il s'agit, il faut se figure que M. Aboilard
Le President d'llaiti ordonne que la no igurait dans le process intent par M.
Loi ci-dessus du Corps Ldgislatif soit re- Fouchard centre 'Etat d'IHaiti que com-
v~tue du Sccau de la Rdpublique, impri- me eCxxe0ran l/es roils et actions de A\i. Fo,.-
mde, publide el exdcuntde. cha'. 11 agissait done exciusivement au
Donn! au Palais National. b Port-au- nom ct du chef de son prctendu d6iteur.
Prince, 1e 21 Aofit 1906, an 103e. de 1'In- Or, pour e..., e.. les expressions de
dependancee. Dcmolombe ( Conl. t ObL., t. I1, no 113 )
NOD ALES. ICes crdanciers, agissent au noin de lear
Par le PrIsideten n c sdns q en c Sjfs que t n t son droit
L S *je ,,Ta d F e e 7 I a i-minine qu'lis exercent ct qu'ihs ne san-
Le Sccuda;'re : "'Ei des Finances et du
Cofflflrcl, Jraiani des lors ato'l, encete occLurrence, d'anU-
F.OI NI .iL ce idro ii qce k sien D.
F. .1A CELI'N. M. Huc (t. 'II, p. 276 ), dit igalement :
---- -Da-s ne cile situation !e crancieO r se borne
k"' M ,' ireC va/Lir lc! q:tel, le d etit d' so;. ddbi-
,, i .0 l :, srirait avoir nir coi iition diff-
reni'e de a siennie.
SITE) .
SUITe En consequence, il n'est rien de plus ra-
tionnel que do s6parer dans l'actc du 26
2o. L' princip" de 'iiulivisibilite des fevrier I902 les claes s qui interessent MM.
clauses d' iiu' trans.actlio poruvait-il s'ap Fouchard et Aboilard conjointement c cl-
pliquer i facle notarid du 26 ftvrier les qui ne concernent que M. A.ard
1902 '? aagissamnl en son noin piersonc l cI pt :sen-
Cc lle ih'se cst discutde dans 1e pre- tant d 'ilt coc wi a constitic r). Le simple
nier ct le dernion m6moires da gou ver- bon sens sufit a condamner la suppouiroio
nement hailien. quc 1,. Aboilard ait pu transiger en une
quite autre que celle qu'i avait dans le
Nous avons dejat dd:nontre que lacte no- litige que la transaction devrair terminer,
tariC du 26 drrier r906 content deux et acquerir dans cette transaction, cn son
conventions absolument distinctes. Qu'on prive nomi et comme reprdsentant a'une
lui air donned !le nom de transaction, cela socii- i c :onstitucr, un droit autre et beau--
ne tire pas consequence, puisque, seion coup plus tendu que celui du dc:iteur
une regle l'gale d'interpr6tatio:, une con- done il avait cxercd les actions. II oe: ma-
vention :; dAe:rmini e: s- c ractenise par nifeste que I'acre se scinde en deux par-
son ilemest cssentiAl et non par sa scule ties inddpendantes. D'un cotd, titre tran-
qualification. L'article 956 du code civil sactionnel, MM. Fouchard et Aboiliad tcn-
haitien ( art. 155 C. civ. fr. ) nontre joiiiinent rnoncent A tous actes de proe-
bien que i'on nc doit pas touiour ; i s'ar- duLr, jigineLns, et cden:t a1 IEtat 'Li.a i
rIter au sens littoral des terms x. Aussi tous droits concernant l'6clairage de jac-
est-cc avcc raison que M. Thieophilc Hue, nml ; eo l'Etat d'Haiti en raison ,e cctte
dans son Coininme airn e lb I'oiqI.e et prati- cessions s'cugage I payer conjoiimel.lt i a
quo dii Code civil ( T. XII, p. 315 ), de- MM. Fouchard et Aboilard la somenrm de
mancde s'l sfcirail ii' qualifier in acte de 310.000 dollars. D'autre part, le premier
iransacion, powur /'air adinclire, sans auitre e- contract etant fair, l'Etat dcvenu par 1a me-
claircisseimant, ql'i! a port' sur in droit don- me propridtaire de I'usine de Jacni: en
.:cx P. Et c'est pourquoi la Cour de cas- concede tout le materiel a M. Aboiiard,
.-ition de France revendique le droit de vd- agissant cn sC n nom pCrsonnl et rcp:.;en-
rilier si Ies juge:, du fit, dans lcur appre- tant d'unc socite a constitucr, ais: quc
ciation ou interpretation des actes quali- I'exploitation du service des caux de iort-
fids transactions, n'ont pas denatur6 I'in- au-lPrince et do PNtionville et de l': crgic
tention commune des parties ( Cass. 23 fl- l6ectrique A Port-au-Priuce pendant trente
Nrier et 25 octobre 1892). ans. Et M. Aboilard << en rctour dir aivn-
Pour I'cxamen impartial de i'acte dont: stages qut'i do/ i: -er dc rcs difjricnc: a:in-







S9 REVUE DE LA SOC1 TE DE LEGISLATION
i _.- i iii i


sessions ), prend des engagements d6termi-
n6s envers 1'Etat.
Ainsi tout d6montre qu'on est en pre-
sence de deux contracts qui, bien que cons-
tat6s par un seul et mrme 6crit, different
enticement par leur cause, par leur objet,
par la quality des parties. S'il n'y avait la
qu'une transaction, comment M. Aboilard
aurait-il pu stipuler en son nom person-
nel et au nom d'une soci&t6 a constituer,
alors qu'il n'avait agi dans l'instance qu'au
nom de M. Fouchard et que 1'article 13 de
l'acre d6finitif de concession de l'eclairage
de Jacmel excluait d'embl6e la possibility
pour un stranger de poss6der un droit
propre sur la dite concession ? Comment
la transaction, qui est essentiellement d6-
clarative, pourrait-elle avoir pour objet des
biens sur lesquels ne portait pas le litige ?
Comment admettre une indivisibilitd qui,
faute d'ex6cution, dans le delai pr6vu, des
charges de l'une ou 1'autre des concessions
faites a M. Aboilard exclusivement, devrait
entrainer la resolution de routes les clauses
de l'acte notari6 du 26 f6vrier 1902, mmee
vis-i-vis de M. Fouchard ?
II n'est done que trop certain que le ti-
tre authentique en question comporte un
double concours de volont6s entire des par-
ties don't la personnalite juridique n'est pas
la meme dans les deux cas. Et c'6tait deji
cette duality caract6ristique que marquait
virtuellement le Secr6taire d'Etat de I'In-
t6rieur, dans une lettre en date du 12 d6-
cembre 1901., relative ( plant au rachat
du contract de l'ec!airage de Jacmel, qu' la
concession de l'eclairage dlectrique de
Port-au-Prince et an service hydraulique de
la mene ville ).
C'est 6galement la raison qui a port le
Gouvernement haitien iA soumettre s6par6-
ment les concessions sus-6noncees A la sanc-
tion 16gislative et non l'int6gralit6 de l'ac-
te requ par Me Laforest.
Au reste, telle est la force de la v6rit6
que M. Aboilard, malgr6 qu'il en efit,
n a pu s'empecher de faire -cet aveu a la
page 2 de son VMmdiore: ( II ( 1'acte du 26
fevrier 1902 ). comporte A la fois une tran-
saction mwltant fin a un htige ayaut ddja
fail l'objet de plusieurs decisions judiciaires,
engagement de verser une some ddterminde,
enfin une double concession du service des
eaux de Port-au-Priuce et de Pitionville et la


distribution d'dlectricitd pour la ville de Port-
au-Prince.
C'est ainsi que le project de contract, pr6-
sent6 au Secr6taire d Etat de l'Interieur par
M. Aboilard et 6crit de la main de M. Rou-
zier, son repr6sentant,pr6voyait en premi-
re ligne a l'abandon de tous les droits
du concessionnaire 'haitien centre 350.00o
dollars et reprisentis par une obligation rappor-
tant 6 olo d'interit l'an, en uue affectation spl-
cialement garantie par les excedents de i dol-
lar 20 c. sur le cafd (emprunt 50 millions, an-
nee iroo). A encaisser par la Banque Natio-
nale d'Haiti, a Paris, poui compete du conces-
sionnaire ( chances fin decembre I9or et fin
juin successivement) Rien de plus. Comme
c'etaient les droits du concessionnaire que
M. Aboillard exerqait et qu'il ne pouvait
lui-meme en avoir en propre sur l'usine.
( art. 13 du contract de Jacmel ), il est in-
contestable que ce rachat devait faire tom-
ber l'action. Mais l'Administration en accep-
tant sous certaines modifications le project
propose, crut devoir, par surcroit de pr6-
cautions et pour pr6venir tout malentendu,
exiger la participation de M. Aboilard A
cet abandon.
Les autres points du project ne concer-
naient plus qu'une convention subsequente
entire 1'Etat et une Soci6ti repr6sent6e par
M. Aboilard, et si cette convention se
trouvait pr6vue par le mnme project, ce n'6-
tait que parce qu'elle avait partiellement
pour objet l'usine de Jacmel et que, par-
tant, son sort dtait subordonn6 au rachat
ffeectif de celle-ci. En d'autres terms, le
rachat 6tait la condition naturelle des deux
concessions a accorder A la nouvelle Socie-
t6, mais la r6ciproque n'ktait pas vraie. Ce
qui achieve de le d6montrer, c'est la clause
d'aprbs laquelle la nouvelle Soci6te devait
A son tour racheter a l'Etat c( le matiriel
ilectrique de Jacmel contre une somme en ac-
tions, gale au moniant net des facturesd'achat
dimninueesde 20 o0o 1.
Au reste, le prix du rachat ( 310.000
dollars, attribu6s, dit le M6moire pr6cite,
p. r5. conjointement a MM.Fouchard et A-*
oilard pour I'abandon de la concession de
Jacmel ) ne pouvait que satisfaire le con-
cessionnaire et son ayant-cause, car, mrme
s'il fallait tenir pour exacts les chifires r6-
clanms par M. Fouchard pour les d6penses
de installation et pour Ie prix des services







REVUE DE LA SOCITIT DE LEGISLATION


de M. Aboilard, en plus ;5.ooo dollars pa-
y6s A M. Charmant pour la cession faite A
M. Fouchard, il resterait' encore un b6n6fi-
ce minimum de 15o.ooo dollars.
3o. Les concessions Aboilard pou-
vaient-elles etre valides en dehors de
la sanction 16gislative ?
De toutes faqons, est-il dit dans le Ier
memoire du Gouvernement haitien, le con-
trat devait y ftre soumis. Sa nature le range
parmi les actes qui ne deviennent d6finitifs
qu'apres avoir recu l'approbation du Corps
Legislatif.
Que la reserve n'en ait pas Wt6 6crite par
1'acte, il n'importe. Formelle ou tacite, la
condition existed. Cela va sans diie. Et elle
a, en g6enral, le caractere d'une condition
suspensive.
Si, en droit civil, comme Ta consacre la
jurisprudence francaise ( !a condition suspen-
< sive pett etre tacite, soit qu'elle derive de
a la loi, soit qu'elle derive de la nature du
a contract P c'est a plus forte raison quand
il s'agit de l'exercice d'un droit de souve-
rainet6 national.
Le principle est vrai.en Haiti come en
France. Nul n'est cense ignorer les regles de
droit public en vertu desquelles, en Haiti
comme en France, les actes qui engagent
les finances de 1'Etat la fortune publique
ne sont d6finitifs qu'apres avoir ete vo-
t6s par les Chambres. L'article 162 de no-
tre Constitution porte qu' a aucune subven-
t lion quelconque t la charge du Trisor public
o ne pett 1ire accordie qu'en vertu d'une loi. >
Dans 1'espece, il s'agissait pour 1'6clairage
l6ectrique de Port-au-Prince d'une subven-
tion port6e a 72.ooodollars par an, calcule
le r6clamant, de 51.ooo qu'elle etait pour
"Jacmel (i).
La loi civil prescrit, en outre art. 95o
du Code civil haitien correspondent a l'art.
I16o du Code francais -qu' q on doit sup-
(1) II a 6te dit quelque part que la sanction
n'etait pas n6cessaire, puisque ce nouveau con-
trat, estimait-on, n'6tait qu'un transfer A Port-
au-Prince de l'usine ~le Jacmel. MWme dans
cette hypothese : o1 Le changement de des
tination devait etre approuve par le mime
Corps legislatif, le virement etant d6fendu ;
20 ce n'6tait plus 5.000o dollars, some ap-
prouvee pour Jacmel, mais 72.000 pour Port-
au-Prince. L'augmentation aurait 6galement be-
soin d'approbation.


( pleer dans le contract les clauses qui v sont
( d'nsage, quoiqu'elles ny soicnt pas exprimiess ;
- Art. 926 haitien ou franqais-que ( les-
a conventions ohligent non seulement i ce qui
< y est exprime, mais eneore A loutes les sui-
a tes que l'iquite, l'usage ou la loi donnent a
( l'obligation d'apris sa nature. (2) D.
Ces r6gles sont g6nerales. Elles s'appliquent
aux propri6tes privees qui sont r6gies par le
droit civil, comme, et a plus forte raison,.
aux propriet6s publiques qui sont gouver-
ndes par le droit administratif et dans un
interet d'ordre public.
En effet, en trouve encore les dispositions
suivantes :
Au Code civil haitien (art. 442 qui cor-
respond au 2e alinea de l'srt. 537 frangais):
<( Les biens qui appartiennent t I'Etal sont ad-
< ministris ou affermes et nie peuvent Itre alid-
< nes que dans les forces el suivant les rvgles
(K qui leur sont particulidres. i)
Et a l'article 1712 frangais : Les baux
< des biens des communes et des itablissementspu-
a blics sont oumis t des reglements particu-
Sliers. Y)
Les formes et r6glements particuliers se
rencontrent en Haiti dans la loi du 16 aofit
1877 sur les domaines. On. y voit -
artticles 59 et suivants que les baux
ou concessions a long terme, c'est-a-dire
ceux d6passant neuf annees, necessi-
tent pour etre valuables la sanction legisla-
tive. Dans l'espece, les concessions 6taient
pour trente ann6es.
Expresse ou tacite, la reserve de la sanc-
tion 16gislative est dans ces contracts. Quoi
qu'en dise l'adversaire, la pratique haitienne
est conforme a la regle. Et de ia pratique
franchise, un acle tout recent est A citer.
Le num6ro du 19 d6cembre 1904 du Jour-
nal Officiel de la Republique Francaise content
la Loi approuvant la concession a la Socidt a-
nonyme dite compagnie gindrale des Eaux Mi-
(2) Doctrine franqaise sur I'effet des conven-
tions :
( Lorsqu'une convention est fornie, h's parties se
a rrecut tris souvent a la loi ponr en regler les
c conditions et les effes ; il y a beancoup tie chcses
asons-enlendues dans le contract et qui sont indiqudes
( dans la loi. Le contract doit done dire interpridt
a come si les parties avaient fait passer la subs-
lance de la hi dans leur convention, en ditermi-
Snant elles-mnimes les di!ails conformement aux
c textes. ))


~a~c~l~~ma-i~81---aarr~--~ -----_--ap


90







91 REVUE, DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
I i .


nirales et Grands Hdtels de Luxeuil, de l'dta-
blissement Thermal de Luxeuil (Haute-Sa6ne)
propriWt6 de l'Etat, que le Senat et la
Chambre des deputies ont delib6ree et adop-
t6e et que le Pr6sident de la R6publique a
promulg6e le o1 d6cembre 1903.
Or, a la suite du cahier des charges qui
d6crit avec le plus grand soin et dans tous
les details, les formalit6s a remplir, les clau-
ses et les conditions de la concession -- ni
les soumissions de la Compagnie en 1902,
1903, ni l'acceptation et l'approbation de
ces soumissions par le president du Conseil,
ministry de l'Int6rienr, ne contiennent la
mention de la sanction 16gislative reserve.
Pourquoi ?
Parce que li, comme pour les contracts
de M. Aboilard, il va sans dire que la con-
cession 6tant de plus de neuf ans, avait be-
soin, pour ftre parfaite, de l'autorisation
ou de l'approbation des Chambres. Peu irm-
porte que la reserve en ait 6t6 formellement
ou non exprim6e dans les actes qui cons-
tituent le contract. Et le sachant, le conces-
sionnaire se soumettait d'avance aux chan-
ces d'adoption ou de rejet.
C'est le cas de M. Aboilard. II ne pou-
vait pas, en principle, ignorer la n6cessit6 de
la sanction. II avait, en fait, l'exemple du
contract de l'6clairage 6lectrique de Jacmel
i- sanctioned par la loi du 7 decembre 19o3 ),
lit-on, dans les conclusions de M. Fouchard
inserees au jugement du proces sur lequel
precisdment est intervene la transaction.
II n'y a pas eu de surprise pour M. Aboi-
lard. La seule quality en laquelle agissait
ceux qui lui ont consent les contracts, lui
disait assez haut que ces membres de 1'E-
x6cutif n'6taient que des mandataires qui
avaient besoin, pour la perfection de leurs
actes, de les faire sanctionner par le Corps
16gislatif.
Pour transiger il faut avoir la capacity de
disposer des objets compris dans la transac-
tion. Le mandataire transige dans la limited
de ses pouvoirs. D'autant plus que cette li-
mite est trace dans un interet d'ordre pu-
blic.
M. de Castex terminait sa protestation
au secr6taire d'Etat #de l'Int6rieur, par ces
mots : ( du Gouvernement qui, seul, diail te-
< nu de consulter les Chamhres legislative et
a d'obtenir leur adhesion. a Et il 6crivait a M.
Weiller : De l'avis de tous les jurisconsultes


a de Port-au-Prinee, il faut soumettre le contract A-
a boilard A I'approbation des Chambres; mais le
a Gouvernement actuel, en attendant cette sanction,
i doit, en toute justice, ddclarer que les dilais pour
a commencer et finir conrront seutement du jour ofi
a la sanction des Chambres sera donnde. fespire
a obtenir une declaration dans ce sens du Gouver-
c nement.
Reconnaissance formelle que le concession-
naire et ses reprdsentants avaient une plei-
ne connaissance des pouvoirs de ceux qui ont
trait daps les contracts. Nous allons voir les
consequences.
Nous prions d'excuser les citations. La
parties adverse nous y oblige, puisqu'elle fait
semblant d'oublier que tell est la doctrine
constant des auteurs et des tribunaux fran-
aais.
Conformement t l'art. 1.997, Code civil
frangais (1761, -haitien) a quand le manda-
a taire a donnd aux tiers avec lesquels il a trait
a une pleine connaissance de ses pouvoirs, ceux-ci
ac ne peuvent s'en prendre qu't eux-mimes, s'it y
a a eu transgression du mandate ; car ils ont su
a qu'ils traitaient avec ne personnel sans quality (r)
- DALLOZ, TROPLONG, etc. a Les personnel
a qui traitent avec le mandataire peuvent donc fi-
a nalement avoir fait un contract inutile, si l'acte
a n'tait pas compris dans la procuration et si le
a mandant refuse de le ratifier. Peuvent-elles alors
c s'attaquer au mandataire et le rendre reiponsa-
Sble du prejudice qu'elles dprouvent ? Cela d&-
a pend si le mandataire leur a donnd une connais-
s sance suffisante de ses pouvoirs, elles out traiti
a avec lui h leurs risques et il n'y a pas eu de
Surprise pour elles .. ) PLANIOL.
Tribunal de Liege, 23 Fevrier 85o :
a Le mandataire qni a dcnnd au tiers avec qui il
( contract, connaissance de son mandate, ne peut
a Itre responsible des suites, quand metme ce mandate
c( serait nul come inand d'un Gouvernement rdvo-
a lutionnalre non reconnu par les puissances
A, suivre

(i) On ne dit pas que les Secr6taires d'Etat
6taient '.iris qualitM, mais que leurs pouvoirs 6-
taient 1galement limits et qu'il fallait la sanc-
tion des Chambres pour valider ct rendre dd-
finitif ce qu'ils -faisaient.

ERRATUM. -- Dans 1'article Bibliographie
public en notre numrno de Juillet dernier, pa-
ge 56, 2e&colonne, 4e alin6a, il faut lire : A
quelque temps de la, le G6neral D61ice Lespe-
rance, s et non : A quelque temps de lA,
le General DMlice )









I1tttla l lli t fi fWlllMI sll rI II | II lll l lililll !Ull itI |l|II llill itilli I ll1llll l llllil l lt l I i 1|; | I :; Ix i I ll l ll I | u! 1; 11 1 stu l t.


REVUE

DE LA

SOCIAT- D3E LA G I_ -GISL..TIOlT


PARAISSANT LE 2 DE CHAQUE MOIS.


SOMMAIRE:

i. Seances de la Societ6:
Reunion du 4 Septembre 1906
2. Rapport de Mr. J6remie
3. L'affaire Aboilard (suite),
4. ACTTrALIT,. IOe article, par M. Syivain.
5. La Doctrine Drago
6. Bibliographie.


R union du 4 Septombre 1900

Presidence de M. Maximilien Laforest
Presents : MM. Laforest, Ed. HWraux,
Sylvain, Bouzon, Viard, Denis.
M. le Prdsident : La stance est ou-
verte. Quel est l'ordre du jour ?
M. le Secritaire general: L'ordre du jour
comporte la lecture des rapports et les
observations sur ce qui peut interesser
la Societ,.
M. Laforest : J'ai un rapport a vous
lire, mais faule de documents je n'ai
pas pu le completer. Je ferai de nou-
velles recherches, si elles sont fructueu-
.,As, je vous en donnerai lecture A une
de nos prochaines stances.
M1. Denis : Messieurs, t'on. m'a price
de poser a la Soci6te la queStion sui-
.lvante :
< Suivant le Trait6,qui vieni d'etre
concluentre l'Anglelerir.et Halii, l'An-
glais ne et domiciliden Haiti, est hai-
tien. Sil laisse Haiti 'et va liie domi-
cile enAngleterre, 11 est anglais, Dans
le premier cas, jouit-il des privileges
:iccordes alx haitiens, par example du
droit de propriety ? Qu'adyiendi'a-t-
il si,ayant des propri6tts en Haiti, il va
elire domicile en Angleterie ? a)


- M. Viard, ddsignd par le president,
accepted de faire un rapport sur la
question.- Puis, la stance est levee.

Rapport do M. JRr mie

Messieurs,
Toute action repressive, soit qu'elle s'e-
xerce sur la plainte d'une personnel 16s6e,
soil qu'elle se poursuive au nom de la vin-
dicte publique, int6resse 1'ordre social. II
y a des peines pr6vues par le l1gislateur
et des juges pour les appliquer. Mais cer-
tains taits sont, par leur nature, destines
a trouble profondement la s6curit6 des
families, et pour la repression de ces fails
la soci6t6 delegue A des juges de circons-
tance la mission de s'interposer entire l'ac-
cus6 et les juges permanents. Voilh le ju-
ry instituL. Le jury n'interprete pas la loi,
il done la measure de la sensibility du
moment et faith connaitre son impression.
Quand il a lu un verdict de non culpabi-
lit6, sa-decision est souveraine'et le tri-
bunal ne peut que rendre A la liberty
l'accus6 non reteuu pour autre cause. Si,
au contraire, iI rend un verdict de cul-
pabilit6, le tribunal est oblige d'appliquer
une peine au fait incrimin6. D'une part,
e la declaration, du jury est la base uni-
que de 'arrit de la Cour d'Assises ) ;
d'autre part, ( les faits poursuivis pren-
neat leur veritable caractere daos la con-
damnation don't its sont i'objet. ) Le jury
est juge du fait, mais la Cour d'Assises
appr6cie le degrd de culpability dans le
fait. Ce n'est done pas sans raison, mes-
sieurs, qu'on vous a demanded de mettre A
l'Ntude cette question
En quelles limits s'exerce le pouvoir du Tri-
bunal criminal dans 'application gradune des
peines d6termin6es par le verdict du Jury,


PORT-AU-PRINCt


QUINZIhMAE ANNA--, No 7.


2 OCTOBRE igo6.








)8 REVUE DE LA SOClTiTE DE LEGISLATION


Lorsque le jury a repondu affirmative-
ment sur tous les chefs d'accusation, le
tribunal, si la loi prevoit un maximum et
un minimum de peine, est appel6 A fixer,
selon l'impression qu'il a recueillie l'an-
dience, la measure de la peine entire les
deux limits du maximum et du minimum.
Les d6bats gen6raux sont fermes et le
minist&re public a prssentW son r6quisi-
toire. A ce moment solennel la loi faith
au doyen 1'obligation de demander A l'ac-
cus6 s'il n'a rien a dire pour sa defense.
C'est que des raisons de droit et d',quitl
produites par la defense peuvent, non pas
modifier le verdict du jury, mais eclairer
l'applicalion de la peine. Si la peine est
de trois ans au moins et de quinze ans au
plus, le tribunal peut en fair l'applica-
tion gradu6e, selon sa conviction propre.
Ce pouvoir d'appreciation s'arrMte seule.
ment dans les cas determines oft la loi
vent que le maximum on le minimum soil
applique. Dans le cas de r6cidive, lorsque
]a loi dispose que le coupable sera con-
damn6 A la peine des travaux forces A
perp6tuit6 si le crime entraine les travaux
forces a temps, I'application du maximum
des travaux forces A temps serait insuffi-
sante. Mais si, comme au 2e paragraphe de
l'art. 40 c. pen., la reclusion est remplacke
par les travaux forces a temps, le mini-
mum de cette dernirre peine pourra etre
applique.
La declaration du jury est la base di
jugement, mais la loi n'autorise nulle
part I'arbitraire. Ainsi, lorsque le jury
s'est 6cart6 des terms des questions et 5
a ajoute quelque restriction, la Cour d'As-
sises n'est pas oblige de se conformer a s&
declaration. L'exces de pouvoir don't i
done l'exemple ne lie pas le tribunal. I
pent repousser toutes les circonstances ag.
gravantes qui accompagnent le crime e
r6duire par sa declaration le faith aux pro
portions d'uu simple dWlil, mais en pre-
nant les questions tells qa'elles out et
formuldes.
Lorsque sa declaration a montr6 ur, li
lit A la place d'un crime, la Cour d'Assi-
-ses qui jugeait un fait qualifi6 crime par 1;
loi est encore comp6tente pour appliqnei
la peine correctionnelle. Ce cas n'offre
quelque iutrket que par la seule raison qu(
reparait ici pour le mnagistrat la facultM di


graduer la peine solon son impression per
sonnelle. S'il ne peut plus appliquer une
peine criminelle, il n'est pas non plus obli-
ge, dans l'application de la pine correc-
tionnelle, de tenir compete des circonstan-
ces att6uuantes reconnues par le jury en
faveur de l'accus6.
Le jury n'a pas seulement le ponvoir
de declarer l'innocence on la culpabiht6 de
I'accuse, il a encore celui de faire flMchir la
peine reserve an coupable. Quand la
Cour est en oresence d'une declaration de
circonstances att6nuantes, il lui est interdit
d'appliquer le maximum de la peine ; la
peine fl6chit forc6meut dans la measure des
provisions de la loi. ( Art. 382 c. pen. ).
Mais dans l'obligation qui lui est faite
de descendre dans l'echelle de la pnali-
tL, le juge trouve encore une liberty d'ac-
tion qui est tres large. It peut s'arreter a
un premier degrd d'aittnuation, come it
peut descendre h un second degree. a Si
la peine pronounce par le loi est la mort,
Sle tribunal appliquera la pine des tra-
vaux forces A perpetuit6 ou celle des tra-
vaux forces A temps. ) LA oft la peine de
mort 6taitpr6vue, le tribunal, grace aux
Scirconstances attnnuantes, ordonnera les
travaux forces a perp6tuit6. II se montre-
ra, lui aussi, attendri; il ordonnera les
Stravaux forces A temps. Poussant encore
plus loin son indulgence, il appliquera le
minimum de cette dernirre peine. Dans
i certain cas, ii est mdme arm6 du droit de
changer la nature de la peine. 11 aurait pu,
tout en adoucissant les rigneurs de la
y loi, appliquer une peine A la fois afflicti-
- ve et infamaute, mais il aimera mieux
a appliquer une peine seulement infamante.
1 ( Art. 382.)
I Dans la pralique du droit penal, les
- regles reconnues ci-dessus n'ont guere four-
t ni matiore A la controversy.
S Un home accuse d'un crime compa-
-rait devant lejury. 11 est acquit[ ou con-
d damn6 selon les disposilious de la majori-
16. Quelques-uns crieront au scandal
- on l'injustice, mais on ne cherchera
Point a commenter la loi.
I Ce n'est pas toujours cependant qu'un
Ssul monte sur la sellette criminelle. Souvent
Splusieurs sodt appel6s h repondre d'un
imme fait, et ils attendant leur sort d'un
!mmem verdict. Disons tout de suite (Tlu








REVUE DE LA SOCIEITi DE LEGISLATION 94
- --- i


les circonstances att6nuantes no profitent
qu'A ceux en faveur de qui le jury les a
constatees.
On se demand maintenant, dans le.
cas d'un verdict affirmatif sans tempori-
sation, s'll est just que le tribunal 6ta-
blisse une distinction entire les co-auteurs.
Est-il admissible qu'il condamne les uns
au minimum, les autres au maximum de
la peine? Un esprit gen6ralisateur dira
peut-etre : cen'est pas just ; mais I'hom-
me de loi habitu6 au maniement des
textes, r6pondra : c'est legal. La loi
veut que les co-auteurslsoient trappes d'u-
ne mime peiue, mais elle ne precise
rien quaint a la dur6e. L'instruc-
tion orale et publique a pu faire res-
sortir certaiaes nuances dans la partici-
pation des co-auteurs A la perp6tra-
tion du crime. Tout a l'heure la genera-
lisation du faith commandait une peine uni-
que, les travaux forcesA temps par exem-
pie ; maintenant le sentiment de justice
empeche que l'dn attribue A tons le me-
me degrb de perversity. La peine conser-
vera A l'Ngard des uns et des autres sa na-
ture afflictive et infamante, mais les
moins coupables resteront pour un temps
moins long dans les liens .de la condam-
nation.
L'article 44 du Code p6nal inquiLte
encore le lecteur peu habitu6 h la prati-
que du droit criminal. ( Les complices
d'nn crime ou d'un d!dit seront punis de
la meme peine que les auteurs m6mes de
ce crime et de ce delit. Ajoutons,
pour augmenter cette inquidtude, qu'il
est de jurisprudence constant que le
complice peut 6tre frappi plus lourdement
que I'auteur principal ; que celui-ci
pent etre meme acquitt,, tandis que l'on
condamne celui-li A la peine capital.
Mais nous donnerons pleine satisfaction A
la conscience du just, lorsque nous
lui aurons dit: C'est l'intention qui fait le
crime, c'est la responsabilit6 de l'agent qui
entraine le chltiment. UnIhomme instruit
qui a conseille un mauvais acte A des hom-
mes grossiers, sans education, et qui leur
a fourni tous les n1byens d'y pirvenir, est
certainement plus coupable qu'eux. Si
dans l'application gradu6e de la penalitW,
le-tribunal frappe ici plus durement le


complice, sa decision ne froisse nullement
I'6quit6.
Des brigands arms p6notrent la nuit,
avec effraction, dans une maison habitue,
pour faciliter A un fils mineur l'enleve-
ment de la fortune de son p6re, quoi
d'6tonnant qu'ils soient condamnes a la
peine de mort, tandis que Ie fils est mis
hours de cour ?
J'ajouterai en dernier lieu, messieurs,
que le tribunal criminal a encore une fa-
cullt d'appr6ciation dans l'application de
certaines pines accessoires qni soont de sa
competence. Votre rapporteur se croit
dispense de s'6tendre sur ce point, fort
iaotressant cependant. Vous aurez A exa-
miner certainement plus tard les pouvoirs
du tribunal criminal au point de vne des
inter6ts civils de la partie 16s6e et au
point de vue de la solidarity entire les per-
sonnes poursuivies en restitution et en
dommages-int6rsts. La peine est la sanc-
tion du droit. Votre oeuvre sera complete
quand vous aurez envisage dans la pour-
suite criminelle le repression et la r6pa-
ration,
Je vous propose d'adopter les conclu-
sions suivantes :
lo.-- Apr6s le verdict de culpability
rendu par le jury, dans tons les cas od la
loi permit au'juge de graduer la pine,
le tribunal criminal exerce pleinement ce
droit, selon son impression propre.
2o. --- S'il y a plusieurs accuses, co-au-
teurs et complices, it leur appliquera la
meme peine, sans 6tre astreint A leur in-
fliger la meme dureo dans l'expiation.
Ce priucipe ne souffre exception que
dans les cas determines par la loi ( R4ci-
dive, quality de l'agent, etc. )
3o. -- La declaration de circonstances
att6nuantes a pour effet immediate de mo-
difier les rigueurs de la loi, en faisant des-
cendre la peine d'un degr6.
Mais dans les cas ohi i y a plusieurs
accuses, les cireonstances attenuantes pro-
fitent seulemant A ceux en faveur desquels
le jury les a reconnues.
4o. -- Elles laissent au tribunal la li-
bertW, quant au fait incrimine, de des-
cendre la peine jusqu'au dernier degr6
d'att6nuation prvvu en I'art. 389 c. p6n.
50. -- Quaad elles out riduit le crime
aux proportions d'un simple d6lit, elles








95 REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


n'obligent pas le tribunal a adoucir la
peine correctionnelle. Le Iribunal pentgra-
duer cette peine dans la inesure de son
indulgence, on I'appliquer au maximum.
Tels sont, messieurs, les principles et la
jurisprudence que je crois avoir trouves
dans la pratique de no~re droit criminal.
Le rapporteur,
JEREII1E.
Septembre 1906.


AFFAiRE ABOILARD
Points de Droit.
(SUITE)


III. Les concessions Aboilard
Taient-elles 61re valides en dehors
sanction 16gislative ? (Suile)


pou-
de la


Si le Gouvernement, comme dit Monsieur
de Castex, 6tait tenu de consulter les Cham-
bres, M. Aboilard, de son c6t6, etait tenu
de ne pas perdre de vue quela validity d6-
finitive des contracts 6tait subordonn6e a l'a-
dh6sion que les Chambres pouvaient don-
ner ou refuser.
A propos de traits en g6n6ral, on cite
toujours l'opinion de Wheaton : (C'est, dans
, tous ces cas, une condition implicit, en nigociant
avec des Puissances .: .,'' c que les traits con-
<( clus par le Gouverncient executif seront soumiis
a Ia ra tification, de Ia manure prescrite par les
a lois fondamen tales de l'Elat D. Elem. du
a Droit international. a
M. Aboilard, toujours pour repousser la
ratification par les Chambres, fait 6tat de ce
que dans l'acle de 1902, il est dit que a par le
S fait de la signature du present, toites les charges,
( clauses et conditions stipuldes deviennent obligatoi-
. res et exdcutoires pour les parties contractantes. a
Nous r6p6tons que cette formule est de
style et n'ajoute rien a ce qui 6tait d6ja dans
l'acte pris dans son ensemble. I1 est obliga-
toire et exdcutoire en temps voulu et avec
toutes les consequences resultant de la na-
ture de la mati6re, de l'usage et des regles du
droit public ; come dit le Code : avec tou-
tes les suites qu" l'dquitg, I'usage on la loi donnent
i l'obligation d'apris sa nature.
Cependant 1'article 2 du Cahier des char-
ges porte que < did's la signature du contratde


( concession, le concessionaire sera mis en posses-
s sion etc. ), du service hydraulique.
Nous r6pondons que si l'on savait que
d'embl6e le contract 6tait ex6cutoire, on
n'aurait pas eu besoin de le dire. On I'a 6-
crit, parce que l'on n'ignorait pas que les con-
trats, actes imparfaits jusque-li, ne pou-
vaient produire leurs effects qu'apres avoir
requ l'approbation du Parlement ; que si
l'on gardait le silence, l'exdcution serait dif-
f6r6e.
II fallait, ainsi, exprimer par une decla-
ration express, l'anticipation d'execution
que l'on estimait utile, en attendant la
sanction, sauf a la faire approuver en me-
me temps que toute la convention. La r&-
gle, nonobstant, subsistait dans toute sa
force. On obviait seulement a un de ses ef-
fets. Et cette exception partielle la confir-
mait, au lieu de la d6truire.
Non. L'enonciation de l'ex6cution antici-
p6e ne pouvait signifier que l'on renonqait
a cette chose d'ordre public qu'est la sanc-
tion legislative, sanction ind6pendante de
la volont6 des parties, sup6rieure a cette
volontd. Une pareille renonciation ne se
presume pas. C'est plut6t ici que, abstrac-
tion faite de l'impossibilit6 morale de la
chose, il aurait fallu, pour faire preuvede
sa matdrialite, une declaration express.
II est, du reste, dans l'ordre des choses
permises qu'un d6biteur 6ventuel ou sous
condition pale avant l'accomplissement de
l'6venement. II n'en reulterait plut6t que
la repetition du paiement, si la condition
ne s'accomplissait pas.


...I1 y a lieu de rappeler sommairement
les motifs qui justifiaient la n6cessit6 de
l'approbation des contracts par ie Corps L&-
gislatif d'Haiti.
L'article 59 de la loi du 14 aofit 1877 dit
imp6rativement que (( la duric des baux des
bicus de I'Efat ne powrra excedcr neuf annies qu'en
vcrtu d'une aniorisalion speiciale du Corps legisla-
tif.
Quant a la Constitution haitienne, voici
les principles dispositions concernant la
matiere qui est en d6bat:
.Art. r6o, 2e alinda. Aucune exemption, au-
cune :; ....-. /,, i',,.. ou d nim ution d'imipdt ne pent
dire dtablie que par une loi
Art. I62.- 4.Aucune pension, ancune gratifica-
tion, aucuuie allocation, ancune subvention quel-


I








REVUE DE LA SOCIfETt DE LEGISLATION -


Sconque, a la charge du trdsor public, ne peut etre
accordee qu'en vertu d'une loi.
Or, les contracts passes au profit de M.
Aboilard avaient trait a une concession a
long terme de biens du domaine de.1'Etat.
Ils engageaient les finances de l'Etat et
comportaient.une exemption d'imp6ts.Con-
form6ment aux articles pr6cites, ils ne
pouvaient, s'il est permis d'employer les
terms de l'article 8 de la loi constitution-
nelle franqaise du 16 juillet 1875 a 1'6gard
de certain traits, (( itre definitifs qu'apres
avoir dti votis par les deux Chambres. .)
C'est la une condition indispensable et la
circonstance qu'elle n'aurait pas 6t6 ex-
press6ment formul6e dans une convention
ne laurait faire qu'elle cesse d'dtre essen-
tielle, puisqu'elle est 6tablie par l'autorit6
de la loi, loi d'ordre public a laquelle il
est interdit de d6roger ( Art. Io.C. criv. )
Lesdits contracts, n'ayant pas 6td approu-
ves par le Corps legislatif, manquent d'un
element n6cessaire pour leur validity; ils
sont imparfaits et doivent etre r6putes
inexistants.Et cette situation ne se modifie-
rait pas meme dans l'hypothbse of les con-
cessions auraient fait parties integrante d'une
veritable transaction, car, selon l'article 181 I,
C, civ., pour transiger, il faut avoir la ca-
pacit6 de disposer des objets compris dans
la transaction, et il est incontestable que,
sans la sanction des deux Chambres, l'au-
torit6 executive n'a pas pouvoir de conc-
der pour 30 ans des biens appartenant it
l'Etat, ni de consentir une allocation ou
une subvention ouune exondrationde droits
de douane 6u d'enregistrement, ni de con-
firmer ou d'ex6cuter volontairement cette
convention tout i fait inoperante..'.
M. Aboilard se trompe, lorsqu'il n'h6site
pas a affirmer que, dans la pratique, la rhgle
de l'approbation 16gislative n'est pas oo-
serv6e en Haiti. Ses racontars a ce sujet
sont vraiment trop commodes, mais il ne
pourrait jamais 6tablir par des documents
officials ou juridiquement probants qu'au-
qu'un contract de concession'pour une du-
r6e exc6dant neuf ann6es ait eu force et vi-
gueur, en dehors de la sanction du Corps
16gislatif.
Au surplus, il savait si bien que la con-
vention n'6tait pas.irrivocabld que son
propre contract avec M. Lazare Weiller pre-
voyait ( toutes modifications A apporter"aux
concessions et catiers des charges. )


C'est en vain qu'il ( M. Aboilard ) insi-
nue que le Pouvoir ex6cutif repr6sentant
I'Etat, les contracts passes par les Ministres
engagent ipsofacto ce dernier. Aux terms
de l'article 34 de la Constitution, ce sont
les trois Pouvoirs qui forment le Gouver-
nement de la R6publique.L'article 3,5 ajoute :
( Chaque Pouvoir est inddpendant des deiix autres
dans ses attributions, qu'il exerce siparment,Aucun
d eux ne peul les ddleguer, ni sortir des li-
mitesquilui sontfixees.Et l'article 147
s'inspirant de la Constitution des Etats-Unis
d'Am6rique, dit : Les Tribunaux doivent
refuser d'appliquer une loi inconstitutionnelle. Ils
n'appliqueront les arritis et riglements gend-
raux administration publique qu'autant qu ils se-
ront conformes aux lois.
Par consequent, le Pouvoir executif ne
repr6sente 1'Etat que dans des conditions et
sous des restrictions strictement specifiees.
par le droit public interne. Il en est ainsi
mnme dans les rapports avec un autre Etat,
notamment dans le cas d'un accord inter-
national. < Le Chefde l'Etat, dit Bluntschli,
( art. 404 bis ), lorsqu'il est tenu par la Constitu-
tion d'obtenir le concours et i'assentiment des Corps
reprdsentaiifs ( Sinat, Parlement, Conseil Fidiral,
Chanbre des Diputes ) nest pas considdre, en droit
international, come capable d'engager 1'Etat par
un trait vonclu sans ce concours et sans cet as-
sentiment. ))
.A fortiori, le Pouvoir ex6culif ne peut
contractor avec un particulier, national ou
stranger, que dans les limits et sous routes
les reserves traces par 'la legislation :_u
pays au nom duquel il agit. II ne peut pas,
selon la remarque de l'eminent M. Barth&-
lemy, professeur a la Facult6 de droit de
Paris ( Traite Elimentaire de Droit -Admi-
nistratif, 3 e dit. p. 13 ), il ne peut pas,
par ses actes, contredire on modifier une
disposition legislative.
Cela est d'autant plus incontestable qu'il
ne s'agit pas ici d'un acte de puissance pu-
blique, d'un de ces actes d'autorit6, par les-
quels les fonctionnaires, puissance commandent ou, interdisent quel-
que chose. Ce n'est qu'un acte de gestion
accompli par les Secr6taires d'Etat ( en
quality de grants et d'intendants des services pu-
blics et non comme dipositaires d'une part de sou-
veraineted (Laferriere, Juridiction administrative,
t. I. p. 484 ). A ce point de vue, ils sont
agents administratifs et non gouvernants,
et les contracts faits par eux sont, d'apres
M. Barthelemy ( p. 19), usemblables A ceux


_ __ __


96








7j- REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


que font les tuteurs dans la gestion des biens de leurs
pupilles v. Et quand ces contracts sont as-
sujettis I la sanction du Parlement, il est
dtident que c'est celui-ci qui, en aerniere
analyse, represente l'Etat, en ce qu'il a
seul, dans ce cas, le droit et le pouvoir de
donner un consentement qui I'engage irr6-
;vocablement.
D'oil i suit que s'il est vrai que l'acte
bilateral du 26 f6vrier 1902 f6t cens6 avoir
&cart6 d'un commun accord I'intervention
legislative, pourtant indispensable, les Mi-
nistres signataires seraient sortis de leurs
attributions l6gales et l'Etat ne pourrait etre
tenu de ce qu'ils ont fait( Art. 1762, C.c.).
( Dis que le mandataire depasse son pouvoir, dit
Laurent, (DroitCivil International. t. VII, p. 546),
il ne reprisente plus le mandant, donc celui-ci ne
consent point ,.
D'un autre c6te, M. Aboilard, parties con-
tractante dans une convention qui, selon
sa propre interpretation, d6noterait une
fraude a la loi, serait mal fond6 a s'en
faire une arme centre l'Etat, qui ne l'a pas
ratifide.M. Duguit, eneffet,ditexcellemment:
a Dans l'acte de gestion, I'effet de droit est product
par la double volonti de l'Administration et du
tiers contractant ; la violation de la loi n'est pas,
en rialite, lefait de 1'rAdministrateur seul.) ( L'E-
tat, les Gouvernants et les Agents, p.'609. Et il
a]oute que, < au cas d'acte de gestion, la seule
question qui se pose est celle de la force obligatoire
d'un contract ).
Le- Pouvoir ex6cutif a soumis, avec de-
nAnde d'urgence,les concessions aux Cham-
bres a leur premiere session ordinaire, l'an-
n6e 1902 ayant 6te absorb6e par les vicis-
situdes de la reorganisation des Pouvoirs
publics. La presence d'un Secr6taire d'Etat
aux deliberations du Corps ldgislatif n'est
pas obligatoire ni meme usitee en cette ma-
tiere. D'ailleurs elle n'e6t pas, dans les-
pace, influx sur le sort d'une convention,re-
jetde a 1'unanimit6 par trois comit6s r6u-
nis et par la Chambre des d6put6s elle-
meme, sans doute indignee des procedes
de mystification de M. Aboilard et de Fat-
titude comminatoire prise par M. de Cas-
tex,d8s son arrive a Port-au-Prince.
En r6sum6, le Corps 16gislatif ayant re-
fus6 d'approuver les contracts, I'Etat n'est
point liH, aucune obligation convention-
nelle ne lui income de ce chef, et c'est a
just titre que les commentateurs du droit
civil comme du droit international ensei-


gnent unanimement cqu'on ne peut consider
comme donnant lieu a responsabilsht des actes qui
rentrent dans l'exercice dun droit ou dans l'ac-
compliss ment d'une obligation ligale D.
Tout cela est l66mentaire et ne prete a
aucun doute. Mais comme il s'agit d'Haiti,
M. Aboilard espere donner le change a la
Commission arbitrale. C'est pourtant I
propos d'Haiti et d'une sentence arbitrale
que M. Bayard, Secr6taire d'Etat, s'est ex-
prime en ces terms dans un rapport adress6
au president Cleveland le 20 janvier 1887 :
( D'apris le droit international, ilfaut se rappeler
que tous les Etats souverains doivent etre trditis
sur le pied d'igalite. 11 n'y a pas de distinction
entire Etat fort et l'EDatfaible. D Et plus loin :
< Ce que feraient les Etats-Unis dans ces cicions-
tances, Haiti a le droit de le faire a ( i )
Assur6ment M. Aboilard n'eit jamais
song A tenir pour non avenues les lois fon-
damentales de 1'Union et a reclamer, en
d6pit d'un vote du Congres americain,
l'execution d'uneconvention qui,faute d'une
sanction necessaire, ne serait pas valuable,
etant restee, par la m8me, A l'6tat de sim-
ple project.
Les Etats-Unis ont toujours affirm les
vrais principles sur ce point. Le Secr6taire
d'Etat Frelinghyusen 6crit, le 6 d6cembre
1884, a M. Phelps, alt Perou : Tont contract
doit, en gindral, etre rigipar les lois du pays ois
il est Jait. La justice naturelle, les convenances
mutuelles et la pratique de toites les nations ci-
vilisdes exigent que les contracts, pour leur exdcu-
tion, soient rdglis et interprites, conformement a la
legislation a laquelle ils se rapportaient lors de leur
formation .
M. Fish 6crit, le 7 mai 187I, M. Muller:
K: Notre politique depuis longtemps itablie et
pratiquee se refuse'i une intervention person-
nelle du Gouverneient, except dans le cas de
ces atteintes injustes aux personnel out a la pro-
pridtd que la loi commune dinomme torts et
regarded come infligies par la force et non
les risultats de contracts ou engagements volon-
taires..
( La raison de cette poliiique, 6crit le mme
Secr6taire d'Etat, le 27 juin 1870, a M.

( 1) Le Prdsident Roosevelt, s'adressant aux
professeurs et aux 6tudiants du Williams
College, vient de pronoucer les paroles sui-
vantes : ( Je demand A la nation d'oser
ea tre grande et d'etre assez audacieuse pour
Smontrer qu'elle salt rendre JUSTICE AUX
SFAIBLES, aussi bien qu'exiger justice des
a forts .







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION -98

Bassett, consul-g6neral en Haiti, c'est que Et d'ailleurs, serait-il.comprChensible que
les rdclamations bases sur des contracts sont des arbitres eussent A decider si des contracts
riputdes 1ire sur un tout autre pied que celles sont nuls, alors que cette nullite ne devrait
qui proviennent de dommages causes aux per- pas tirer A consequence? Et quel esprit r6fl6-
sonnes ou aux biens par la faute des fonction- chivoudrait raisonnerainsi : qOui,Icercontrats
naires d'un Gouvernement stranger. non sanctions sont nuls et de nul effect, selon le
droit public haitien, mais ils doivent tout de
IV. La nullit6 d'un contract passe mime tire considirds come valuables, comme douis
par une personnc inorale d'ordre ad- d'une pleine efficacite, comme capable d'engager-
ministratif qui a d6pass6 la limited de la responsabiliti de l'Etat d'Haiti?s
sa capacity peut-elle 6tre impute A 1'E- Qui ne voit'que ces affirmations s'ex-
tat el donner contre lui ouverture i r6- cluent l'uie l'autre et que la. question de
paration, pour inex6cution d'engage- responsabilit6 de l'Etat n'est et ne peut
ments consenlis ? 8tre que la contre-partie de la question de
-La question' est irailte dans la der- nullit6 des contracts?
rijre R1plique du Gouvernetnent Hai- Et puis, sur quelles ,rgleS de droit M.
lien et dans les observations 6crites de Aboilard se base-t-il pour proposer une telle
M. Solon Menos. contrariet6 de raisons et de consequences?
Sur aucune naturellement, puisque le 16gis-
...Si le refusd'approbation oppose par la later n'a pu d6cr6ter l'incoh6rence juri-
Chambre des dput6s a emp&ch6 la con- dique. M. Aboilard se borne A opposer a
clusion definitive des contracts, il va sans des textes pr&cis, a des dispositions d'ordre-
dire qu'ils n'ont-pu 6tablir.un lien de droit public, des racontars ou des circonstances
entire M. Aboilard et l'Etat d'Haiti. II n'y sans port6e, come il est ais6 de s'en con-
a que les conventions iegalem9nt form6es vaincre:
qui, aux terms de I'article 925. C. civ., Si les contracts ont 6t6 signs par des Mi-
tiennent lieu de loi A ceux qtii les ont nistres en vertu d'une decision du Con-
faites. Celles qui, pour etre parfaites, d6- seil des Secretaires d'Etat, c'est par appli-
pendaient forc6ment d'un 6vbnement qu: cation de l'article 63 de la loi du 14 aoilt
ne s'est pas r6alis6 ne sont 6videmment 1877, .ais precisemeht cet article montre
pas gdn&ratrices d'obligations. Elles n'enga- bien qu'ils devaient &tre soumis a la sanc-
gent la responsabilit ,d'aucune des parties lion du Corps LItislatif >. Et M. Aboilard
et il n'est pas possible de concevoir l'&ven- excede vraiment les bornes de la fantaisie,
tualitL de dommages-intdrtr s pour inex&cu- lorsqu'il allbgue que O jamais il n'a iti ques-
tion d'engagements qui n'existent pas. tion, au moment de. la signature des contracts, de
Ces principles sont implicitement recon- subordonner leur execution it l'approba-
nus par le protocole d'arbitrage du 15 juin tion du Parlement )), come s'il ne s'a-
1904, qui n'a, en effet, pr6vu que a le gissait pasd'unecondition legaeindispensable
prejudice caused par la rupture des pour lavalidile descontrats, etnon d'une con-
contrats et notamiment par le retrait. edition conventionnelle, don't d6pendrait sim-
des concessions ). Cela ne peut s'enten- plement l'ex6cution de conventions djiA va-
dre que de contracts en regle et de con- lablement form6es Rien de plus just que
cessions valablement consenties, mais le ces paroles de Pradier-Fod&er ( t. II, p.
vote negatifde la Chambre ne saurait, sous 763 ): (( Les parties contractantes con-
aucun rapport, constitute une rupture ou naissent les prescriptions du droil public
un retrait de conventions don't l'existence ju- des Puissances avec lesquelles elles ont
ridique etait necessairements ubordonn6e A traitS, et n'ignorent pas aIn condition sus-
l'agr6ment du Corps lgislatif. Autrement, pensive de .lJaquelle depend l'existence
ce serait la radiation arbitraire de la ques- de lealr contract. Certainement ellos 'ont
tio'n primordiale sur la validity ou la nul- pas a' examiner si lel Gouvernement
lit6 des dits contracts et ce serait l'admission diranger a viold on respected les lois dd
d priori du principle d'une indemnity a la son pays, mais elles savent et doivent sa-
charge de l'Etat d'Haiti, et cela implique- voir que le traije conclu par elles est
rait contradiction avec la commune inten- subordonne, quant d son existence et d
tion des signataires du protocole. sa validity, i la condition suspensive de







99 REVUE DE LA SOCIATE DE LEGISLATION


l'approbation par le pouvoir ldgislatif
dans le pays avec lequel elles ont con-
'ractd. D
'On doit, fit l'article 947, C. civ., plu-
t6t entendre une clause dans le sens avec
lequel elle peut avoir quelque effect que
dans le seus avec lequel ellen'en pourrait
.produire aucun. ) Ainsi la clause 6nongant
que par le fait de la signature de 1'acte,
toutes les charges, clauses et conditions y
stipul6es deviennent obligatoires et ex6cu-
toires par les parties contractantes, ne peut
avoir un effet 16gal que si son interpreta-
tion n'est pas incompatible avec la legisla-
tion haitienne. En principle, a moins de sti-
pulation contraire, tout contract oblige les
parties contractantes, a dater dujour de sa
signature. Lorsque l'obligation est condi-,
tionnelle, la condition accomplie a uneffet
r6troactif au jour auquel l'engagement a
&6t contract ( art. 969, C. civ. ) De la
_sorte, les parties, dans le mutuel espoir de
la sanction 16gislative, ont pu convenir
d'une execution anticip6e du contract, sans
qie cette clause puisse d6noter leur volon-
t6 de se passer du consentement des Chanm-
bres, d'autant qu'il y avait urgence i a as-
surer l'eclairage public et le service hy-
draulique dans l'etat oi ils se compor-
taient au moment de la signature de
l'acte ), sauf, bien entendu, en cas de re-
fus de sanction, a r6tablir les hoses dans
la situation anterieure.
Mais si cette clause'et toutes autres analo-
gues impliquaient v6ritablemennt, come le
declare M. Ahoilard, une derogation au droit;
public haYtien, elle serait illicit et radi-
calement nulle et elle ne pourrait nuire ni
profiter A aucine des parties. C'est des con-
ditions legales qu'on a dit qu'elles ne sont
pas des accidents, mais des 6elments cons-
titutifs ou essentiels et qu'on ne pouirait
les effacer sans d6truire l'op&raion elle-
mrme. II est incroyable que M. Aboilard
en soit arrive A. fonder la 16gitimit6 de ses
pretentions sur des stipulations ill6gales
auxquelles il aurait concouru... Comment
peut-il s'imaginer qu'il soit habile a b6n6-
ficier, en d6pit de la maxime nemo audi-
tur lurptudinem suamallegans,d'un faute
qu'il aurait commise, conjointement avec
I'autre parties ? Les lois d'ordre public r6-
gissent tous ceux qui habitent le territoire
d'Haiti : Les strangers, dit Bluntschli


( Droit international codifi6, art. 388 ),
.sont tenus de re pecter la Constitution et
les lois du pays ol ils resident. >
S'ils ont, dans un contract, contribu6 a la
violation de la loi, de quel droit s'en pr6-
vaudraient-ils centre l'Etat, qui n'entend
s'engager que dans les conditions d6termi-
n6es par cette loi meme qu'ils ne peuvent
ignore ? II est ind6niable que si la sanc-
tion 16gislative est absolument exigible, elle
ne cesse pas de l'Ftre par suite, du silence
ou meme de la volont6 contraire des co-,
contractants. Aussi bien, dans I'hypothese
oi la clause sus-6nonc6e devrait 6tre en-
tendue comme l'attestation d'un accord
pour attribuer d'embl6e un caractere d6fl-
nitif au contract non approuv6, elle serait
de plein droit r6put6e non 6crite et la nul-
lit6 qui en d6coulerait pourrait etre invo-
quee par.toutes personnel int6ress6es, meme
par des tiers. Et il n'est pas douteux que
Mr. Aboilard n'eit6t6t le premier a en ex-
ciper au cas oi 1l'Administration, au lieu
de lui accorder de nouveaux delais, l'efit
d6clard d6chi du b6enfice des concessions,
faute de la a constitution de la Socidte en
formation et de la terminaison des ins-
tallalions d creer dans l'ann6e, a partir
de la date du contract ( Voir une etude de
M. Aucoc, intitulee De la competence res-
pective du Pouvoir legislatif et du Pou-
voir execuiif en matiere d'autorisation
de Iravaux publics.)
...S'il suffisait, pour qu'une convention
soit inattaquable, que I'une des parties ou
maine les deux aient cru qu'elle 6tait dd-
finitive, il faudrait en conclure qu'il n'y a
pas de convention nulle ou annulable et
que c'est un vain jeu de la part du 16-
gislateur que d'avoir 6tabli des' rigles for-
melles et pr6vu des causes de nullit6. Et
ce serait alors pour la forme que nous
aurions A nous demander si l'acte du 26
f6vrier 1902 est nul et de nul effect.
A la v6rit6, un individu qui achcte de
gr6 A greun bien de mineur peut croirequ'il
fait une acquisition definitive, et pourtant
cette vente n'est-elle pas sujette i annu-
lation ?
Ace propos il convient de citer ce pas-
sage des Pandectes franqaises ( obligations,
No 7606 ), lequel est le r6sum6 de la
doctrine comme de la jurisprudence en la
matikre : < Nous avons dit que les personnel




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs