• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Avril 1905
 Mai 1905
 Juin 1905
 Juillet 1905 - Aout 1905
 Septembre 1905
 Novembre 1905 - Décembre 1905
 Janvier 1906 - Février 1906
 Mars 1906
 Table des matières de la douzième...
 Table des matières des treizième...














Title: Revue de la Société de législation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080974/00010
 Material Information
Title: Revue de la Société de législation
Physical Description: v. : ; 29 cm.
Language: French
Creator: Société de législation (Port-au-Prince, Haiti)
Léger, Jacques Nicolas, 1859-
Publisher: Impr. H. Amblard
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1892-
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Law -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1. année (le 2 avril)- 1892-
Issuing Body: Publisher varies: 1892-1894, Imprimerie de la jeunesse.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080974
Volume ID: VID00010
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001109456
oclc - 18691953
notis - AFK5956

Table of Contents
    Avril 1905
        Page i
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Mai 1905
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
    Juin 1905
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 59
        Page 60
        Page 57
        Page 58
    Juillet 1905 - Aout 1905
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
    Septembre 1905
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
    Novembre 1905 - Décembre 1905
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
    Janvier 1906 - Février 1906
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
    Mars 1906
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
    Table des matières de la douzième annèe
        Page 189
        Page 190
    Table des matières des treizième et quatorzième annèes
        Page 191
        Page 192
Full Text







REVUE
DE LA


SOCIETY DE1 LEGISL ATI )N
Pa-aissaxt le 2 cle chaquiie Itois.

COMITE DE DIRECTION ET DE REDACTION.
I -.-iri it -


SoI.OxN MI;NOS .
LAM.A.MVrni.\n-;n DENIS
l,. 11KIAUX :
MN1\Ilxim.IN: LAF)H :Sl'.
(iKo ;, ;.-s -YIVAIN ...
A. DYI 1 .:1 .........
F. BAl(ON .........


Pi I D I I

T lI 1S()I;|l.:1z .


P:f f-1O P = A. I T.a

SOMMAIRE:

I. SiANC:,S liE IA S ':IIITI:


It' lhuion du d l"'vrir lit:): L.ttr, ,hf M1. h8
M ini. rc dc' l!'I l;'ol< ns lxltol'ii'.rms .....
a As-cinilbf' (ite ["lle! l ( I- i 1. M lar4- I'). -b
Ia appirt (II C>nitille dil directioii. -- alio'irt.
dlu T -ori'er. KIelinn hl~ds IMonllre 'i'
Cot:rit ". tHappl"> I jet de loi de M. le secrr(taire (I'1,:lal d's Il{'-
t.ions xt 'rioires. . . . .
P'r .iej t d lI>i sur la iialioiit lit' . .
I1. A c T AiL 'rt.. 'I" article .. . . . .
I11. Trl.iit ( domllilnie nllio-;onli(wlwii ili anritirlid lc 'li.s aln
(Conitit des af1air1es t trangi'rc. (dt s' niat
des It ts--U ii ....... .........
IV- CorrTspondarnce.. .............. . .
V i li aplii . . . . . .


ABONNEMENT:
o1r' -r-, .PkiNl i,: UN AN. P. 5.00 | Plt INC:: U'N AN . 5..i'
IL.: NUMIK:HO... W'. 0.MO

T' is (dr'its d(h' TI'radluction ,t dc li )'prodictioli rI-.',s ,. .

Atdre#'.,l' la (Correspondatnm''.
rt'lei /v PrIl'.sift1 dl tI( N.srid/M ru E Iti .r r '-diEni t Id tnm,-'F i A'A" P .
IMPRIMERIE pE' L'ABE1LLE.
1i ,. Im du .Ih, de I/'Ell fI6.


13 et 14e AnnBes No I


PORT-AU-PRINCE


Avril 19C5


M. Gl-:.vi)i;s SYI.VAI N.













REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


1


SEANCES DE k CIETE


;, Rumn dui 8 ftvrier 1905.
SExrrait du proces-verbal )

PRn IEDENCE PAIf INTi1hIM DEM. MAXI-
,MILIEN LAFOREST.
'Presens: MessieurG Laforest. De-
nis. Ed. HWraux, Sylvain, V'iard. La-
leau, Poujol. .
Le proces-verbal de la stance du
1"' fe\ rier estlu el sanclionnt.

M. le PRiSIDENT.- Messieurs. j'ai
..requ-iu Ministre dos Relations Ext6-
rieures un pli contenant un project de
loi sur la nationality haitienne. Le
Ministre soumetce DrojetAl'apprecia-
tion de notre Socieit. et la prie de luii
fire connaltre son opinion avant de
spumettre la !oi A la decision des
Chambres.
S M. Poujol est designed pour fair le
rappor t sur cel im portant project.
Puis, rien Wo'tant I'ordre duijour,
S la stance est levee. ,,
, '' "Le present proces-verbal est sanri-
tionn6 sa.nce tenant.


REPUEBLIQLUE D'HAITI

P' Port-au-Prince, le 2 Fevrier 1905


SECAtTAIRFRIE D'ITAT
ijes
Re ~i~ror4 EaTeRIl.IeEs


"Monsieu le Prdsident,
' J'a l'hoineur de .miu llero a lahaute
, appr'TliOiat d Ia .Socidte de Legislation
, n p'rojeP de loi .,ur 4a nationalitd ho-'i
' ienne, en (a priand de vouloir hien le


faire passer au .creiuset de ses savants
discussions. Etant reconnuel'urgente nd-
cessitl d'une lelle loi. je vou serais trs
obliged de me fire connaitre assez tet
l'opinion de la docte Soiedt pour qe le
ddpdt at lt vote du dit prljet puisseni
dtre fails d la session, l/g.islative dgecette.
anr'e.)'
I'euillez agreer, Monsieur le Prdsident,
Iavec d'expression de me. remnPrciemens
anticipds, I'assurance de a considera-
ton tries distingude,
SM. 9 FERERE.
Au Prdsiden te ila Soci td de odgislation
:; :' .. ort-au-Prince.
I-7"'~---.-\----"-'
ASSEMBLiE GENERALE DU 15 MARS 1905

PR.SbIDENCEPAR INTERIM DE M. MAXI-
S M'ILIEK FOREST.
,Prdsens: MM. Laforest, 'Hraux.
Sylv;iin, Baron, Viard, Poujol, La-
leau, Denis.
Sur 'invitation du President, M. le
Secretaire-g6neral done lecture a
S'assembl6e du Rapport par lequel le
Comit6 de direction sortanit rend
competee de, sa gestion.
RAPPORT
DU
COMMIT DE DIRECTION ET DE RI CT'ON
i LA SOCIETY DE LEGISLATION

ME'SIETIURS, i
Le.Conmit6 cliarg- de la ige.-slion des
i inthrts de notre couvre Iiend;an I'ei
rCi' -i:, qui vient de pire.lnitre fin."
a


U


J4Y

~d~b- U,


,QA.,llgp!~ :1)Pj.~?,y-* ~ T~l~r .&-.*,- q.~
I '


'2'


__ I


:'' ~? ~~


i












REVUE DE LA SOCITI;I' DE LEGISLATION


l'honneur de vous fire son rapport
annual. Sonactiontient en deux mots:
il a maintenu la tradition.
Grace au Docteur Lcon Audain, un
de nos plus r6cents membres actifs,
nous avons eu la joie de convier le
public, come aux beaux jours d'an-
tan, A une stance solennelle do rdeep-
tion. Le succ6s de la conference du
distingue recipiendaire encouragera-
t-il les autres soci6taires nouvelle-
ment 6lus ane pas retarderplus long-
temps le plaisir qu'ils nous doivent?
C'est le cas d.e dire, avec I'lomme
aux sonnets de la Comedie de Molie-
re: Qu'
S... on disespere d
(( Alors qu'on e'spere toujours.,,
De 1'Etranger on continue de s'int6-
resser a notre oeuvre. C'est M. E.
Destruels, Avocat a la Cour d'Appel
de Paris, adjoint au Maire du 1Xe ar-
rondissement, qui nousadresse un
questionnaire copieux sur le f6nc-
tionnement de plusieurs.de nos ins-
titutions juridiques. Puis, M. le Doc-
teur Simon Planas Suarez. ancien
Consul d'Haiti a Caracas, qui deman-
de et obtient le titre de Membre cor-
respondant. C'est la Commission
charge d'organiser a Rio de Janeiro
la prochaine session du Congres de
1'Amirique latine qui sollicite notre
cooperation. C'est l'Institut Carn(gie
de New-York qui voudrait Atre ren-
seignd sur l'organisation et l'histori-
que de notre Societe.
Nous avons fait de notre mieux
pour satisfaire a ces diverse conm-
munications.
M. le Secretaire d'Etat des Rela-
tions Ext6rieures, reprenaht une pra-
tique maintes fois observee par le
Gouvernement Haitien, nous a fait
I'honneur de soumettre a notre ap-
preciaiion un important project de loi
sur laNationalit6 qu'il se propose de
presenter au Corps L6gislatif.
Le cadre de nos membres actifs
s'est enrichi d'une pr6cieuse recrue
dans l,a personnel de Me T. Laleau,
Chef de Division au-Dipartement de
la Justice.


Apres la mort de notre regretted
college, Me Robert Lafontant, nous
n avons cru pouvoir mieux faireque
de ie remplacer en quality de mem-
-bre correspondent par une autre il-
lustration de la ville de Jacrnel, M.
Alcibiade Pommayrac.
Dans le tableau des mati.res trai-
tIes. soit A la demand de nos lec-
teurs, soit d'office, figurent pour l'ex-
ercice expire les questions suivan-
tes: Droit des rangerss a lre creanciers
hypoth/caires. --- Droil des r':l/'a,,r's
quant a l'exercic'e de la profession de
Pharmacien. Abolition des droils d'ex-
portation. Caractere du contract d'em-
phyteose. Caract&re du mandate du
Notaire ou du Membre du Conseil Com-
munal requis pour remplacer les presu-
nms absens. Droit de fontaine mari-
ne. Commentaire de la loi du 17 Juil-
let 1871 sur le mode de procdder contre
les Secrdtaires d'Etat. Droit de passa-
ge en cas d'enclave. Champ d'action et
portee de la prohibition continue dans
I'article 6 in fine de la Constitution. -
fPoliltque des Etats-Unis d'Ame'rique en-
vers les Republiques Americaines.
Le detail des operations de la cais-
se se chiffre en recettes a P. 1.465.49
ddpenses ( 531.82


Balance on caisse


P. 933.67


Nos efforts out Et(' soutenus par ce
mOme group de membres fervens
etassidus, que notre Rapporteur do
I'an passe disait avoir consolide la
Socidtd de Ldgislation. a la faton des
piliers d'airain. Les autres ont
suivi de loin, faute sans doute de loi_
sirs suffisans, les travaux communs
Souhaitons- que les circonstyices
vienennt en aide A leur bonne volon-
td pendant l'exercice qui s'ouvre avec
la 14e ann6e de notre Socidt.6, e leur
permettent de justifier pleinement,
par une collaboration effective, leur
titre de membres actifs.
MAXIMILIEN LAFOREST. A. DYER
GIKORGES SYLVAIN, F. BARON.-
EDMOND HE RAUX, L. DENIS












REVUE DE LA SO(Cll;TIL: DEI LEGISLATION


Lecture est ensuite donnee par M. Et, en r6unissant ensem-
Edmond HWraux, t.rsorier, du detail ble ces deux dernieres som-
des operations de la caisse : mes, nous avons un total do
mille quatre centsoixante cinq
gourtes, quarante-neuf cen-
M l'SIE[,RS. times .. ...........
''gal au montant de i'actif.
Le moment est venu pour moi de vous
rendre compete de mon administration La comparison des recette
comme tresorier de la Societe et de vous penses de Texercice 1903-1904
offrir .u aperqu de la situation finan- do l'exercice 1904-1905 done
ciAre dans laquelle nous nous trouvons. tats suivans:
L'annde derniere, lorsque, en vortu Recettes del'exrcice1903-190
d'une disposition statutaire, nous avons a 1904-190
pr.cmde it la formation de notre comite
de direction et de rddaction, l'actif social e p n
,(tait de huit cent quarante ihuit gourdes Difference en plus en faveur d
quatlr-rint-ilix neuf centi- exercisee 1903-1904 .....
mes-Ci. P. 848.99 DDoenses de I'exercice 1904
Du 26 fvrier 1901 a cejour. 1905 .. . ..
les recettes realiseos, soit DWqenses do 1'exercice 1903-
pour abonnemens I la Re- 190 .. ..........
vue, cotisations dos membres
11 1 "A+


eu J I o'LlLU a~ VU lllnte CoI-
lectionsde Ia Revue, so sont
levees a la some do six
cent seize gourdes, cinquante
centim es . . .
Ce qui, joint a la balance
existent en caisse et trans-
porte~A l'exercice 190.4-1905.
don no tin total de millequatre
cent soixante-ciwf :i'i,,i,I' ,
quarante-neuf centimes .
Les depenses effectu&ces
pendant la mimo p)riode ct
comprenant : 1 les frais
d'impression de12 fascicules
renfermant 15 numerous de la
Revue ; 2' les frais de distri-
bution et d'expedition do la
Revue en province et a l'd-
trarnger; 3 Ic lsalaire du
tioquctonpour convo nations
do la Socitd ; 4o les frais do
rccouvremens; 5, les frais de
corres)pondance et menus
frais, se sont elov(es aI cinq
cent trente et Iune qo'-rdes
quatre-vingt deux centimes, ci
gEn d(duisant cette dernie-
re some de I'actif social,
tel qn'il a etd ci-dessus cta-
bli il reste, en cc moment,
une balance on caisse de neuf
cent trente trois f ourdes,
soixrante sept cetlimes, i. .


616.50





1.465. i.9


1. .65.49


s et des de-
avec cells
les resul-

4 P. 979.44
5 616.50


P. 362 94


P. 531.82

520.39


Difference en moins en fa-
vour de l'exercice 1903-1904 P. 11.43
Cette augmentation de depcnses re-
sulte de cc que, en raison de la deprecia-
tion du paper qui torme la base de notre
syst8me financier, nous avons dft subir
une augmentation dans le prix de la pu-
blication de la Revue et dans celui ded
articles indispensables au fonetionne-
Iment de la Societe
T'el est, Messieurs, Ie resume fiddle do
notre situation finarciere. Si les resul-
tats obtonus pendant le dernier exercise
no sont pas des plus brillans. ils no sont
las du moins de nature a inspire des
craintes pour l'avenir. 11 suffirait, on (f-
fet, d'Lmpeu de bonne volonte de la part
des societaires pour que l'existence de
notre ucuvre fit assure pendant de
longues annees encore. Et il n'est pas
pjrmis do supposed que cet effort soit
au-dessusde leur devouement a la scien-
ce.
Le Tresorier,
EDosND HERAUX.

1I. r, PnisSIDENT, ,interpr)rte de I'as-
secrbl)e, transmit' ses flicilations
aux membres du Comit6 sortant.
Puis il forme une commission com-
posetc de MM. Viard et Poujol, chia -
g'(e d v6rifier la caisse du tr6sorier
et d'en fire rapport.


-
.











i REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Le 20 pint de l'ordre du jour coin-
porte l'dlection des membres du Co-
mit6.
Des bulletins sont distribu6s, en
tout onze bulletins, en ycomprenant
ceux envoys sous plis cachetes par
MM. Dyer, F. Marcelin et Jeremie,
empeches d'etre pr6sens A la irunion.
Le d6pouillement de l'urne donne le
resultat suivant : Solon M6nos, neuf
voix, Maximilien Laforest, deux voix.
En consequence, M. Solon Minos est
proclam6 president de la Soci6t6
pourl'exercice 1905-1906.
M. LE PRESIDENT remercie 1'asspm-
bl6e au nom de M. M6nos. Votre
vote, dit-il, prouve qu'il a toute vote
sympathie et que vous avez su ap-
precier sa fagon de diriger vos im-
portans travaux. A son retour, il
vous exprimera toute sa reconnais-
sance pour le nouveau temoignage
d'estime que vous venez de lui don-
ner
Le scrutiny donne pour le Secre-
taire-g6neral a M. Lamartiniere De-
nis, 10 voix, et pour le tr6sorier, a
M. Edmond HEraux, 10 voix.
En consequence, M. Denis est rcd-
lu Secr6taire-ge-nral, et M. Hdraux,
trdsorier.
Les quatre membres qui reunissent
le plus de suffrages pour; complete
le Comit6 de direction et de r6dac-
tion, sont MM. Sylvain, Laforest,
Baron et Dyer. Le president le's pro-
clame membres du Comit6.
Conformiment au 3e point de-l'or-
dre du jour, M. le Secretaire-gdneral
donne lecture dela lettre de M. Hen-
ri Thomasset, Ing6nieur, qui sollicite
son admissionrcomme membre as-
socie.
M. GEORGES SYLVAIN: Avant de don-
ner votre vote, je dois faire connaitre
A ceux d'entre vous, qui peut-0tre ne
le connaissent pas bien, celui qui de-
mande une place parmi.nous: M.
Thomasset est un francais, c'est lui
qui a 6tabli la ligne de chemin de fer


du Nord et qui, en qualit- d'Inge-
nieurdu Gouvernement, la pursuit
do concert avec MM. Price et, Doret..
Je serais d'autant plus heureux de
son admission que nous n'avons pas
encore- d'6trangcr parmi nos mem-
bres associ6s. Celui-ci s'est fait l'a-
p6trc du progress industrial d'Haiti.
Il a 6crit dans plusieurs journaux
et public des brochuresremarquables
sous le pseudonyme d'Ignotus.
Sur cette recommendation. la reu-
nion vote, et nomme M. Henri Tho-
m asset membre associd.
Le Secretaire-g6neral, dit M. le
President, est charge de notifier sa
nomination & M. Thomasset.
La reunionn decide, sur la proposi-
tion de M. Sylvain appuyde et amen-
dde par MM. H6raux et Poujol, que
le Secretaire de la Societ6 sera dis-
pens6 du payment de l'abonnement
A la Revue. Aura droit aussi A un
abonnement gratui, tout membre do
la Society qui aura eu dans l'annee
dix-huit pages de collaboration pu-
bli6es dans la Revue.
M. FOUJOL demand la parole, et
donne lecture du rapport suivant:

MESSIEURS,
Vous avez Lien voulu me confier le
rapport sur le project de loi que M. le
Secretaire d'Etat des Relations Exterieu-
res a soumis a votro appreciation.
Les questions de nationality prennent
de I'importance. Une riglementation
precise s'impose. De toutes parts'grands
et petits Etats modifient leur legislation
en l'orientant vers lejus soli. Toutefois
le jus sanguinis n'est pas h dedaigner, et
il y a lieu pour nous d'en tenir uncertain
compete.
Mais quel que soit I'esprit dominant
d'une 1ogislation., rest ai savoir. lequel
des deux principles indiquis plus haut
est appelO a diminuer les conflicts do 16is
et. par suite i cloigner du Pays les cau-
ses d'ennuis diplomatiques. A mon avis
la conclusion des traits, des conven-
tions specials portant reglementation
de la natioualitc et de la naturalization
serait un des moyens les plus pratiques
d'arreter les suites disagrdables qui r6-
sultent des conflicts de legislation.












REVUE DE LA SOCIITEI DE LEGISLATION


Noussommes entris heureusement dans
cette voie. A preuve le dernier traits
americano-haitien sur la naturalisation
Resterait a le compl6ter par une con-
vention ou un modus vivendi sur la na-
tionalite.
Une convention sur la nationality ne
serait pas un fait nouveau. Des Etats
europeens ( France, Belgique, etc) ont
sign desarrangementsencette matiere.
Des Etats americains ont suivi cet
example. Mais pour ces derniers, les
resultats se sont fait attendre. C'etait a
prevoir, leur persdv6rance a 6td toute-
fois couronn6e de success. Des accords
diplomatiques viennent d'etre conclus
dans ce sens dans l'Am6rique du Sud
entire Etats de ce continent ot ceux de
1'Europe. Je pourrais vous les exposer,
mais j'estime que ce serait allonger ou-
tre measure ce rapport. Nous pouvons les
consulter dans le remarquable ouvrage
de M. Cogordan sur ( la Nationalite ,, et
ailleurs.
La puissante confederation de l'Ameri-
que du Nord, elle-m6me, a bien voulu
s'entendre par traits avec quelques
puissances do l'Europe (Angleterre, etc)
pour regler notamment les conflts in-
cessants que faisait naltre la naturalisa-
tion de leurs ressortissants.
Cependant la m6mo 16gislation sur ces
questions regissait peu de choses
pres, les deux grands Etats anglo-
saxons. Les m6mes principles etaient
dgalement en honneur en Frarace et en
Belgique. Cela n'a pas empeche les diffi-
cultes de naltre. II a fallu les enrayer
par des conventions diplomatiques. I1
est vrai que l'entente des parties a ete
plus facile apr.s la riglomentation de la
nationality et de la naturalisation. C'est
pourquoi il est a souhaiter que le Corps
LUgislatif veuille bien mettre a l'etude
le present project de la loi afin de faciliter
par la suite la tache A notre diplomatic,
charge de l'application des regles y
mentionn6es
Le project ne fait du rest que develop-
per certains p! incipes deja fixes par la
Constitution. II pr6voit trois groups de
personnel et determine : 10 qui est hai-
tien ; 20 qui peut le devenir ; 3* qui est de
nationalit6-mixte. II reglemente la na-
tionalit6 du premier group, dit com-
ment et a quelles conditions les indivi-
dus compris dans le deuxieme peuvent
acqu6rir la nationality ha'tienne, enfin,
indique coux du troisieme et leur accor-
de le droit d'option.


MaN quelle est done la nationality qui
doit saisir l'enfant des sa naissance ?
Si l'on part de ce principle absolu que
chaque Etat souverain a le droit incon-
testable de determiner les conditions
auxquelles les individus commencent
ou cessent d'appartenir au people que
cetEtat represent, on comprend sans
peine la grande diversity de legislations
dans la solution de cette question. De
Ua trois sy-teames : lejus soli ou le sys-
teme de l'influence territorial ; 10 jus
sanguinis ou le systbme de I'influence
familiale et enfin le systeme-mixte qui
combine ces deux influences en attri-
buant la predominance a la nationality
des parents et a la nationality du pays de
naissance.
C'est ce dernier system qui est le n6-
tre.
La naissance d'un enfant n'est-elle pas
un fait qui tombe plut6t sous la juridic-
tion territorial ? On ne peut le nier. D'ofi
la consequence necessaire que la loi
national du pere stranger n'est pas cell
qui couvre I'enfant au moment dO sa,
naissance; tandis que la loi du pays de
sa residence devient de fait celle de son
enfant. Mais pour completer ce syste-
me, A la jurisdiction territorial il taut
encore ajouter la residence effective des
parents, prolong6e pendant un certain
temps. Car on ne peut soutenir que les
enfants nds en transit ou dans les eaux
juridictionnelles d'un pays acquiirent,
par le fait seul de leur naissance, la na-
tionalit, de la contree qui les a vu naltre.
Pour compl6ter le project il s'agirait
simplement de prdciser cos points. C'est
ce que j'ai essay de faire par les quel-
ques modifications que je pr6sente a
votre examen dans'ce rapport.
A 1'article "r, il ne serait pas superflu
d'ajouter le membre de phrase suivant :
a Elle peut se prouver par les actes de
a letat civil, par la possession d'etat et
tous autres moyens legaux.)
A 1'article 2, je proposerai de placer a
la fin le 2" paragraphe et de le modifier
comme suit : L'enfant natural ni en
Haiti d'une haitienne ou d'une etran-
gere, don't la filiation est 6tablie pen-
dant la minority. par reconnaissance
ou'par jugeoment, suit la nationality
Shaltienne, pourvu quo l'un des parents
a appartienne a la race africaine ou in-
x dienne ; ) il serait bon egalement de fai-
re pr6c'der partout le torme stranger, du
motpkre et d'ajouter les paragraphs sui-


_~












6 REVUE DE LA SOCIITI;T DE LEGISLATION


vants ; tout individu n6 en Haiti pu AB en faveur des personnel indiquees h
St'etranger d'une haitionne sans etre l'art. 3- 30 alinda de la Constitution don't
, reconnu par-son ppere ;, Tout indi- la nationality y est dfifnitivement deter-
vidu ni en Haiti 'une etrangere non mince ? Le project a cru sage de n'en dire
reconnu par son pere. rien, a cause du texte imp ratif de la
I.'art. 3 concern le droit d'option. II Constitution qui ne pout souffrir aucun
est indispensable. II est certainement temperament. Aussine prevoit-il le droit
appel6 it diminuer, sinon a enrayer les d'option que pour d'autres categories de
Difficulties, diplomatiques que font suir- personnel mcntionn(es aux art. 3, 8, 11-
gir les questions de nationalist Aussi, 1" alin6a, 12 et 19 2" alinea, ce qui me
loin d'entraver son exercise, nous paralt tres judicieux.
devons lefaciliter. C'est du reste dans Toujours dans les memes vues, je pro-
cet esprit quest 'concu le project de poserai de modifier l'art. 4 qui porte a 5
loi. Les gouvernements doivent tendre a ans le d1eai de residence, apres lequel
s'assimiler les individus qui viennent la naturalization de l'6tranger devient
s'6tablir sur leur territoire. Autrement il possible. Le Code civil prevoit un sejour
se produirait ce ph6nomoene strange de dun mois seulement. Certos ce dernier
voir augmenter le nombre dos etran- terme est trop court; mais d'autre part
gors, au milieu d'une population indi- il me semble que le delai propose par le
gkne restde stationnaire, on a peu prs. project est excessif et pourrait etre reduit
Le droit d'option complete le principle 6 deux ans, sans inconvenient. II ne faut
du jussoli. pas perdre de vue que la Constitution
Si les Etats-Unis de l'Amerique du prevoit unautre delai de cinq ans, avant
Nord avaient rejet6 de leur legislation l'expiration duquel le naturalist haltien
le principle du jus soli, il arriverait a uni n'aul a pas l'exercice et la jouissance des
morpent que la population 6trangere, A droits politiques. A tout prendre, ol do-
ca.use du nombre considerable des im- !ai strait effectivement de sept ans avant
migrants, serait Ogale et peut 6tre supp- que la naturalization soit complete;
rieure ;t la population indigene. II a ,.est dejA considerable.
fal!u done s'assimiler ces nouveau ve-
nus par 1'octroi do la nationality amp- Pour los personnel d6terminees a l'ar-
ricaine aux enfants qui naltraient sur le tide 5, la residence pout rtre ramenee
sol de l'Union. a une annee. En ajoutant cette dcrnie-
Aujourd'hui done la masse de la po- re aux 5 autres prevuos par la Consti-
pulation de ce pays'tend a, devenir ho- tution pour la jouissance des droits poli-
mogcne ct les strangers sont relative- tiques, on aura un dclai raisonnable do
ment peu nombreux, malgri ceux qui six ans.
continuentd'affluer. Ce qui est dit des L'article 6 peut etre complOte par ce
Etats-Unis peut s'appliquer aux Etats de membre de phrase pIar acte signifi a
la Plata et en ginoral aux autres Rlpu- la SecrOtairerie d'Etat de la Justice ,.
bilques deo 'Armrique latino. Sans le Je proposerai une simple modification
principe du jus solid, dans 1un certain i l'article 8 in fine qui consist a suppri-
nombre d'annses, on pourrait constater mor le membre de phrase port sur le
en Haiti surtout dans les ports ou- tableau de recensement et a le rem-
verts,-- des noyaux fort compacts d'in- placer par le mot ( requis .
dividus do toute race conservant leur
nationality, ef,>i..-i,, Or on ne peut L'article9 consacre une consequence
efrmer le pays aux personnel qui vien- qui decoulenaturellement de 1'article 1-3"
ni r;t s'y etablir, nous devons autant alinea de la Constitution. Si 1'enfant n6
que possible clhrcher a nous assimiler en Haiti de pere stranger ( de race afri-
los residents rangers et leurs infants, caine ou indienne ) est hatien, a plus
in lour facilitant I'acquisition d( la na- forto raison, doit ttre lialtien l'enfant ne
tionalit6 haltienne, notamment par e n HIalti d'un haltien naturalisoe stranger.
droit adoption. A l'article 11 on pent ajouter apres les
Un fait cepondant m'a frapp6 ; c'est rots naturalist haitien l'expression
oue le droit d'option est banni de la 1l- apres son marriage pour mieux pr6-
gislation (e ces contrees d'Amirique in- ciser, et modifier comme suit le deu-
diquoes plus haut. Elles procedent par xibme paragraphe: ,les enfantsmineurs
I'octri pur et simple de leur nationality. acquerront la nouvelle nationality do
DIevon- -.* ..ii admettre le droit d'option leur pore ,.












REVUE DE LA SOCIlTEL: DE Lf:GISLATION


II me semble qu'a I'articie 12 il faut
preciser en ajoutant ( race caucasique ,)
apres les mots d'un pere ou d'une mnrre ,
Je trouve a I'article 13--2e alinca une
regle d(ejh admise par le gouvernement I
des Etats-Unis dans le trait sur la natu-
ralisation en cc qui concern ses ressor-
tissants i articles 2 et 3 ). J'estire que
cette regle n'est pas d(placee dans le pro-
jet. En effet, il est av6re que la plupart
de nos compatriots qui so naturalisent
Strangers le font moins en vue d'aban
donnerleur ,:1 d'origine, qu'en vue de
so soustraire aux obligations qu'entral-
ne avec elle la quality d'Haitien. Ceux-
1a doivent rester consequents avec eux-
rmnmes et risider.dans la nouvelle pa-
trie qu'ils se sont lihrement choisie; s'ils
persistent a revenir dans leur patrie
d'origine, que ce soit uhiquement pour
rdgler des questions d'interet de famille
et non pas pour s'y fixer a titre definitif.
Un dlai de deux ans leur est imparti a
cet effet, passe lequel ils seront consi
d6res comme ayant renonce a leur natu-
ralisation.
L'article 14 du project n'est que la re-
production de l'article 4 du traite ameri-
cano-haitien. Son application ne peut
soulever aucune difficult internationa-
le. II doit:passer dans notre legislation
interne.
A l'article 15 se trouve une regle qu'il
serait desirable d'adopter. Toutes les,1e-
gislations accordent a I'ltranger lafa-
culte de fixer leur domicile dans le pays
qu'ils habitont. Au point de vue civil,
cela peut avoir des consequences favo-
rables aux relations d'affaires, surtout
commercials. Je ne congois pas bien
les raisons pour lesquelles 1'Etranger
n'est pas admis, jusqu'a ce jour, a fixer
son domicile en Haiti. II est vrai qu'au-
cun texte de loi ne- s'y oppose formelle-
ment, mais les tribunaux ont une ten-
dance a oriented la jurisprudence dans
-ce sens. II me paralt convenable et profi-
table d'arriter cette tendance. Naturelle-
ment la fixationdu domicile de l'6tranger
en Haiti doit etre accompagnee du pri-
vilege determine au 2' paragraph de
I'article 15.
Nous avons longuement discutd
la question de savoir s'il ne serait
pas equitable d'accorder a l'Ctranger he-
ritier d'un I I:lii,., la licitatidn de la part
lui revenantdans les immeubles d'une
succession qui lui dcherrait. Etla Socidt6


de Legislation a dmis deja le vcvu de
voir les Pouvoirs Executif et Ldgislatif
s'entendre pour faire renaltre dans iotre
legislation une regle que-l'dquite impose
et que des esprits mal inspires out ban-
nie de notre droit public. II s'agit done
de trouver une redaction qui se conci-
lie avec le principle fixd a 1'article 6 de
la Constitution.
,'article 16 me parait la consequence
naturelle et indispensable du droit d'op-
tion. Toutefois je vous proposerai de dire
, 23e anne an n lieu do ( 22 annuo ),. La
raison en est que le droit d'option devant
s'exercer au courS de la 22e annie, il est
equitable de ne recruter ceux qui en de-
vront bendficier qu'une annec apres,
c'e-t- -lir,- quand ils seront deja inves-
tis d'b la quality d'Haitien.
Je vous proposerai dgalement de mo-
difier comme suit la parties finale du me-
me article : Toutcfois ils pourront, sur
leur demand, a toute 6poque precedant
leur majority ,, remplir, etc. Cette addi-
tion me semble utile. Elle determine 1'e-
poque a partir de laquelle les postulants
peuvent Otre admis A remplir leurs obli-
gations militaires.
Le principle de l'article 17 est adopted
patr toutes les legislation. En effet, si los
lois du pays d'origine du mari n'admet-
tent pas cc mode d'acqetrir la nationa-
liti, la femme r..'-t 'rat. sanis nationality,
cc qui n'est pas admissible. Pour com-
pleter cet article, on pourrait le rddiger
come suit : ILa femme haltienne ma-
n ride a un traniger suit la condition de
, son epoux, a moins que son marriage ne
m lui confure la nationality de son maria
, d'apris la loi natioajale de celui-ci, au-
quel cas elle rest haltienne ,.
I'adoption de l'article 18 me paralt
possible. La loi-mnre n'dmpeche pas de
reccuvrer la quality d'haltien, apr6s l'a-
voir perdue de quelque maniere que ce
soit. Elle autorise la naturalization do
1'dtranger saris acception do personnel.
Quant a article 19, son adoption est
indispensable. S'il est admis que l'Hai-
tien naturalist stranger est cense renon-
cer a sa naturalization quand il revient
rdsider en Haiti en prolongeant son sd-
jour au-dela de deux ans, A plus forte
raison, I'laitieine qui, apres dissolution
de son marriage par deces ou divorce, fi-
xerait sa residence on Haiti d'une ma-
IniOre definitive, manifest par ainsi son











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


intention bien arretee de reprendre sa
nationality d'origine.
Vous avez d6ja discut& et admis le
principle fix6 A 'article 20 du project. Nous
n'avons pas a nous y arreter.


La deuxieme parties du project relative
a la perte de la quality d'haitien mdrite
egalement d'etre adoptee avec la modi-
fication suivante:

A l'article 21 qui dOtermine le cas en-
tralnant la perte de la quality d'Haitien
et par suite de la nationality, je vous
proposerai de retranchor la parties finale
formant le 50 alinea. La condemnation
contradictoire et definitive A des peines
perpetuelles a la fois afflictives ot infa-
mantes peut porter atteinte a la quality
de citoyen, mais laisse debout la natio-
nalite des condamn6s.
Peut-on soutenir en effet qu'un HaYtien
qui se trouverait dans ce cas perdrait
sa nationality par le fait de sa condam-
nation? Qu'il perde ses droits civils et
politiques, tant qu'un arrWte de grace ou
d'amnistie ne soit intervenu, cola se
comprend; mais il est certain qu'il con-
serve sa nationality. C'est pourquoi ce
5e alinea de l'article 21 dolt Otre supprim6
du project de loi.


veillance, car il vientcomblerunelacune.
II contribuera en outre A faciliter la con-
clusion des conventions diplomatiques
avec les Puissances etrangeres sur ces
deux matires et enrayerpar ainsi d'une
maniere satisfaisante les difficulties que
font naltre les incessants conflicts de na-
tionalite.
Port-au-Prince, le 4 Fevrier 1905.
A. POUJOL.


PROJECT DE LOI
Sur I'acquisition et la perle de la quality
d'Hai'ten.
Usant de initiative que luiaccorde
1'article 69 de la Constitution;
Vu les articles 3, 4, 5, 7, 8 et 10 de
la Constitution;
Sur la proposition du Secretaire
d'Etat des Relations Extcrieures,
Et de l'avis du Conseil des Secr6-
taires d'Etat,
A propose,
Et le Corps L6gislatif a vot. a laoi


Les articles 22, 23, 24 et 25 complOtent suivante:
le project et ne pr6sentent rien qui solli-
cite un examen particulier, sauf P'article CHAPITRE PREMIER
22 queje vous propose de rediger com-
me suit: Aucun Hattien ou Haitienne De i acquisition de ia qualild d'Haitien.
ne peut se dnationaliser en Haiti. Pour
cela, il faut aller a l'Etranger ct yresider Art. e". La quality d'Haitien s'ac-
le nombre d'annecs exige par la loi lo- quiert par la naissance et par la na-
cale ct la Constitution d'Halati .. turalisation. (1) [Elle peut se prouver
I1 a et(e dCji reconnu que l'immatricu- tales aties de l'Eta ciail, pr laos-
lation dans uno legation ou dans un con- les acts de al a
sulat est insuffisante pour rcvitir Pim- session d'dlal et par tots aulres. ,i,'ltn
matriculo de la nationality de l'agent Idqgax.i
qui I'aurait autorisde. C'est une question Art. 2. Sent Haitieno par la nais-
dejA reglde depuis 1893 par notre Gou- sane:
vernement, du moins en ce qui concer-
no la Legation de France ( voir Note di- 1 tout individu n6 d'un Haitien en
plomatique de la Legation de France du Haiti ou A l'dtranger;
15 Septembre 1893 au Departement des 20 tout individu n6 en Haiti de pa-
Relations Exterieures Documents di- rents inconnus ou don't la nationalist'
plomatiques de 1896 ). Les articles 22. est inconnue; )
24 et 25 ne font quo generaliser cc princi- u 2)_____
pe qui ost conform au droit des gens. .Les parties mises entire crochets et en italiques indi-
Sous le bhnefice de cos additions et quent les modifications ouadditions.
modifications, le project de loi pent 6tre 2. L'enfant natural n6 en Haiti d'une haitienne on d'une
ali T l ro nn ande vot en trang're, don't la filiation est etablie pendant la mmorit1 par
adopt. Je e10 recommnande a votre bien- i;econnaisaance ou par jugement, suit la nationality de (el-ui












REVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISLATION


3 tout individu n6 en Haiti d'un acquerra par ce fait la quality d'-Hai-
pere stranger qui lui-meme y cst n ; tien, it moins qu'il ne declare [par acte
'1 tout individu ne 'en Haiti d'un 'i,/p,.'/: au ministry e de Ia Justice], vou-
pire stranger descendant des races loir conserver sa nationalist .
indienne ou africaine.
Art. 7. II est statue, par arrMti du
,5 [tout individu ne en Haiti ou & l'd- Pr'sident do la R1epublique, sur la
trangjer d'une haitienne non reconnt par demand de chaque naturalization.
son pAre. [ Cet arrdte' sera public au Moniteur]
6. itout individual ne en Ha1li du'ne Art. 8. Tout individu n6d n laiti
nimre lranny/re, non reconnu p1ar on d'un i [p'e] stranger autir que celui
PA' spiciHf au 5e alinda de 1'art. 2 et qui
L'enfant natural ne on Haiti d'une n'est pas 6tabli on Haiti i I'tlpoqu de
Haitionne ou d'une Mtrangire, donl sa nmajorit6 pourra juslqu't I'lge de
la tiliation est 6tablie pendant la mi- 22 ans accomplish, rdclaiir lan quality
norit pa par reconnaissance on parlJu- d'Haitien par une simple diclaKration
gement, suit I na tionalitd hlaienone qui scraenregistrio au ininistire de
- pourru que l/'u des parents appm- Ina Justice.
/ienue a /a race africaine on indienne. I S'il est agi de mnoins de 21 ans, la
Art. 3. Le droit d'option est ad1mis declaration sera faite en son nom par
en favour do tot individu, nd on Haiti son pre; on casdu deics du pure,
de p`re stranger autre que celui sp(,- par nl more; en cas du dic(us du pire
cifid l'alinca numoro 4 de Ilarticle et do la mere ou i lIur exclusion de
i. si i l'6poque de sa majority. ii est la tutclle, ou danu s les s prdvus par
6tabli en Haiti. Dans I'annue qui suit les articles 130,( 131 122du Code civil,
.sa maorito, s'il n'a idclien la quality par 10 tuteur autoris6 par di libera-
d'hailien et prouvd avoir conserve la tlon du consOilde famille.
nationality de ses parents(de son. pere 11 deviant igalement Ihaitien si,
di, r', par une attestation en due ayant- dt port sur le tableau de re-
tormo de son Gouvernement, il aura censemcent [requis], il prond part aux
acquis la quality dl'hlatien [nationa- I operations du recruternent sans op-
lild hatienne. poser son extrancith.


Art. 4. Tout dtrangger peut devenir
Ihaitien par naturalization apr-s cinq
ans [ deux ans] e residence on Haiti.
Art. 5. Co dllai est r duit a deux ans
aun an en favour de tout stranger qui
aura epous6 une Haitienne, qui aura
rendu des services important Ha'iti.
qui y aura apportd des talents dis-
tinguds, introduit une industries ou
une in\ I.ntiion utiles, cred dos 5tablis-
-soments industries ou agricolos, ou
qui sera attache t un titre quclcon-
que au service de l'Etat.
Art. 6. L'6tranger qui aura accept
une fonetion civileou militaire et qui
Ilaura conserve pendant cinq ans,
do ses parents A;i Jgard duquel la preuve a d'abord 6t dijd
faite. Si elle resulle pour le p're et la miere du Inime acted o
d'un mnime jugement, lentant snivra la inaionalit de celhi
deY parents qui appartienl i la race atricaine ou indicenc.


* Art. 9. Tout individu n6 en Haiti
de poire iaition naturalist 6tranieor,
est haitien.
Art. 10. L'dtrangdre qui aura dpous6
un Hailien suivra la condition de son
mari.
Art. 11. La femme haitienne ma-
ride it un stranger qui so serait natu-
ralis6 ha tiin [apres son a'ii ni'Al'] re-
couvre par cc fait sa nationality pri-
mitive, et los enfants majeurs [nes
hours d'Hliti] de cot stranger naturali-
sd pourront obtehir la quality d'hai-
tien sans condition de stage, soit par
1'arrtit6 prdsidentiel qui r If'.I cette
quality au pore, soit come cons6-
quenc de laddclarationqu'ilsferaient
dans les termes et scns los conditions
do I'art. 8.
Les onfnts mnineurs acquerront la











REVUE DE LA SOCIEIT~' DE LEGISLATION


quality d'haitiens par une simple d6-
claration faite par les parents au Mi-
nistere de la Justice, laquelle decla-
ration y sera enregistr6e.
[Les infants miners acquerront la
nouvelle nationality de leur pere. ]
Art. 12. Deviennent haftiens les en-
tants mineurs d'un pere ou d'une
mere survivant, [de race caucasique]
qui se faitnaturaliser haiticn,a morns
que, dans l'ann6e qui suivra leur ma-
jorit6, ils ne declinent cette quality,
en se conformant aux dispositions
de 1'article 3.
Art. 13. L'Haitien naturalis6 etran-
ger ne pourra retourner en Haiti qu'a-
pros c;nq ans, lesquels commence-
ront a courier a partir de la date du
d6cret ou de o'acto de naturalisation.
S'il revient en Haiti. a quelque Opo-
que que co soit, et qu'il y prolonge sa
residence au delay do deux annies,
il est cens( par ce fait avoir renon-
ce aux effects de sa naturalisation et
avoir repris sa nationality primitive.
Art. 14. L'Haition naturalist etran-
ger qui reviendra en Haiti, pourra
Store poursuivi pour crime onu delit
commis avant sa naturalisation, a
moins qu'il n'y ait prescription.
Art. 15. L'Utranger qui aura kt6 au-
toris6 par arrit t fixer son domicite
en'Haiti y jouira de tous les droits ci-
vils, sauf la restriction portie a l'art.
6 de la Constitution.
L',tranger [domicilid] h6ritier d'un
Haitien ne pourra succ6der qu'aux
biens meubles. Ndanmoins, si la suc-
cession comprend des immeubles, la
limitation se fera a la requ6te du mi-
nistdre public et l'6tranger percevra
en especes ayant course dans la Rdpu-
blique la part qui pourrait lui revenir
des ditss] immeubles.
Art. 16. Les jeunes gens i qui est
c l'nf,. '' le droit d'option ne seront
pas astreints au service militaire en
Haiti, avant d'avoir accompli leur 2.2
[23"] ainnie. L'exemption sera d6fi-
nitive s'ils, prouvent, par examen ou
certiflcat, avoir re;u une instruction


militaire suffisante pouvant leur per-
mettre do prendre le service en ca-,
de guerre. Toutefo is ils pouront, sur
leur demand, [a loute dpoque preed-
dant leur ma/oritd], remplir leurs obli-
gations militaires et s'engager dans
I'armrne lhatienne, it la condition de
renoncer A leur droit d'option.
Art. 17. La femme haitienne qui
spouse marinee d un 6tratnger suit la
condition de son marn [ epouir j, a
moins que son marriage ie lui con-
fire pas la nationality, de son maria
d'aprcs la loi [nalionale de celui-ci],
auquel cas elle rest haitienne.
Art. 18. L'Haitienne qui auraperdu
sa nationality par le fait de son ma-
riage avec un stranger, peut recou-
vrer cette quality [ cette nalionatilei
par la naturalization.
Art. 19. Si son marriage est dissous
par la mort ou le divorce, clle recoii-
vrera la quality d'Haitienne, si elle
prolonge sa residence en Haiti pen-
dant deux ans, ou si elle vient s'y
fixer. Dans ce cas, les enfants mi-
neurs acquerront la quality d'Haitien
par une simple declaration faite par
la m6re ou le tuteur au ministrae de
la Justice, come on l'art. 11.
Si les enfants majeurs [nes hours
d'llaiti] accompagnent leur rnene en
se fixant en Haiti. ils iouiront du droit
d'option.
Art. 20. L'Hailienne don't le mari
haitien viendrait a se naturaliser
stranger, gardera sa nationalist lhai-
tienne.

CHAPITRE II
De la perle de la qualild d'Hailien.
SArt. 21. La quality d'Haitien sc perd:
10 par la naturalisation en pays 6tran-
ger; 2 par I'abandon de la patrie au
moment d:un danger imminent; 3
par l'acceptation non autoris(de de
functions publiques ou de pensions
confer'es pa run gouvernementitrain-
Sger; 4 par tout service reidu aux












REVUE DE LA SOCITI: DE LEGISLATION


ennemis de la Republique ou par
transactions faites avec eux.
Art. 22. [Aucun Haitien ou Haitienne
nepeut se de'nationaliser en Haiti. Pour
cela, ii f'at aller i l'dtranger et y risi-
der le nombre d'annees e.ige par la loi
locale el la Constitution d'Haiti, ]
Art. 23. L'acte de naturalisation
qui.scra dilivrei t un Haitien ou A une
Haitionne, qui n'aura pas risidd i
l'dt1rager pendant cinq ans aumoins.
ni pourra produire aucun effect 16gal
en Haiti

Art. 2k. L'inscription d'un Haitien
ou d'unoHaitienne dans line L(gation
ou dans un consulate 6tablis en Haiti,
ne peut produire aucun effect legal.
Art. 25.L'inscriptiondans une L6-
gation ou dans un consulate ctablis en
Haiti, des enfants mineurs en faveur
de qui le droit d'option est autorise,
ne pourra produire aucun effet 16gal.


Lr PRfESIDENT: Ce rapport sera im-
primo pour 6tre discutd une de nos
prochaines reunions.
M. POUJOL d6pose sur le bureau
trois brochures qu'il a rc-ues ayant
trait it la procaine session du Con-
gres Latin-Amdricain qui se rdunira
t Rio de Janeiro.
M. VIARD: Messieurs, voici une
int6ressante question sur laquelle je
me propose de vous entretenir un de
ces jours. Qui preside 1'Assemblhe
National, on I'absence du Prdsident
du Senat ? A mon avis, c'est le
President de la Chambre, Vicc-Prssi-
dent de la Haute Assemblee, quelles
quo soicnt les circonstances. L'art.
59 de la Constitution dit que ( le Prd-
sident du Senat preside l'Assembl6e
National. le Pr6sident de la Chain-
bro on est le Vice-Prisident. Rien
do plus precis. Le meme article
ajoutc:
L; Los Secretairezs du S6nat ot do la
Chambre des Communes sont les
Secretaires de l'Assemblke Natio-
nale.


Cc texte i lui soul suffit pour d6-
montrer que la discipline de l'Assem-
bl6e Nationale est tout autre que
cello 6tablie dans chaque Chambre
sipariment. Or, on a voulu laisser
croire que le ter Secr6taire du Sdnat,
devenu Prisident du Corps, en I'ab-
sence du President, pouvait prendre
la pr6sidence de l'Assemblee Natio-
nale. J'ai combattu cette opinion et
je continue A dire qu'en Assemblee
National les Secretaires dos deux
Chambres ne peuvent aspire a on
rcmplacer les Presidents que si les
deux 6taient sinultanement abscnts.
Je vous lirai mercrcdi prochain le dd-
veloppement de ma communication.
Vu l'houre avancc'e, la stance est
levee.


Reunion dtu H Mars 1905.

PRIESIDENCE PAR INTE'RIM DE1
M. M. LAFOREST.
Presents: MM. Laforest. HIraux,
Sylvain, Viard, Poujol, Denis.
Sanction du proc('s-verbal de la
seance du 15 Mars.
La Socidt3 decide cque le rapport
imprime de M. Poujol concernant le
project de loi sur la nationality sera
distribute aux nembres de la Soci6td,
et ladiscussion portee i l'ordre d -jour
de la prochaine seance.
Rion n'6tant plus it Il'ordrc du jour,
la stance est lev~e.
Ce proces-verbal est sanictiorlni6
stance tenante.


'4.


~


i
r











REVUE DE LA SOCIE:TI: IE LEGISLATION


AC FUALITE '

III
Coin me nousle prevoyions, la rati-
fication du trait. dominicain n'a
pas (td sans soulever quelques ob-
jections au S6nat des Etats-Unis. Le
Pouvoir Ex6cutif s'6tait pourtant
mis en frais de persuasion. Voulant
profiter de la session extraordinaire
du mois de mars pour fire voter le
trait, le Prisident Roosevelt 1'avait
recommend( par un Message pres-
san t (6 mars 1905) au vote de 1'ho-
norable Assemblde. II insistait dans
cet actor official sur I'opportunit6 do
venir en aide i une petite R6publi-
que americaine, digne de sympathie,
qui, r6duite Ait impossibility absolute
de payer ses dettes, mnonace6 d'une
intervention arm6e des Puissances
auxquelles appartenaient ses croan-
ciers, avail mis son suprivme espoir
dans le people et le gouvernoement
des Etats-Unis et avait requis, d'ur-
gence, leur protection, come ayant
.un int6rit common A la paix et ci la
prospiritd du group des Antilles.
Le Message, rappelant les terms
des declarations faites par le Secr-
taire d'Etat au Ministre d'Haiti, re-
nouvelait I'assurance que l'aide pro-
jetde ne recouvrait aucune vell6it6
d'acquisition tcrritoriale. It s'agissait
uniquement do garantir la stability
d'une des iles avoisinantes, en don-
n.ant satisfaction Ci ses v6ritables
cr6anciers, parmi lesquels se trou-
vaient des citoyens do l'Union amdri-
caine.
Ce que le President ne disait pas,
estimant peut-etre qu'il s'dtait par
ailleurs assez amplement expliqud
sur ce point, c'est cue le trait( domi-
nicain lui tenait surtout au cctur par
un sentiment d'affection lpersonnelle.
II y voyait une occasion helureuse dl'i-
naugurer la politique d'intervention
humanitair'e, don't il venait, (ans tun
precedent IMessage, de rcven(li(jluer

(1) Voir les d tux prdiedens nuitiiros de la Revue.


I'llonneur au profit des Etats-Unis.
constitu6s par privilege exclusit'gar-
diens et as.sisans en titre des republi-
ques am6ricaines. Le ( cas domin-
cain s'offraitid point normm,. com-
me pour servir d'illuslration it cet
ing(nieux commentaire .de la doc-
trine Monroe.
Aussi, dans les considGrans du
lprotocole ) du 7 ftvrier, sanctionn6
par te Congri's de la Rdpublique do-
minicaine, avait-on pris soin d'ajou-
ter un paragraph visant expr'ess-(
mnnt lh these.
Devant le Comit6 desaffaires dtran-
gi'ros oi le trait fut d'abord renvoyc
par le S6nat, ce paragraple out le don
de provoquer les premise pmi r escar-
mouches entire partisans et adversai-
res du project. L'opposition dermocra-
tique en fit le theme principal de son
argumentation, se disant, avec quhl-
que apparence de raison, qu'une fois
d(capit" du principle politique qui lui
tenait lieu de support, le contract do-
minicain perdrait du coup son plus
slr attrait au regard du D6partement
d'Etat. Le Comit6 consentit sans trop
de peine it la suppression du passage
ot0 l'assistance prit,'V aux Domini-
cains 6tait d6tinic conmm un cas d'ap-
plication de la doctrine Monroe. Mais
dans le detail des articles, on mit une
sorte de coquetterie f6roce it ddpouil-
Icr le contract de tout cc qui pouvait
servir d'attinuation ou de d6guise-
ment ii I'id6e de protectorat.
D'un trait de plume fut an6antie la
pretention de consider, dans 1'ac-
complissement de leur tAche, les
douaniers nomm6s par les Etats-Uni_:
come des fonctionnaires domini-
cains. Non-seulement les Tribunaux
dominiini s n pis n sront pas compctens
pour connaitre de ce qui a trait aux
operations prevues par le contract,
mais ini(.me en matiere p6nale, los
agents purposes t la gesfion des doua-
nes dI pays se, ((rnt soustraits a In ju-
ridiction territorial.
Tn a nmend iment d uCom itC att ibu ic
au President dcs Etats Unis le pou-
voir de d6cider de l'affectation it don-
ner au x plus-values de recettcs:


__












REVUE )E LA SOCITITE DE LEGISLATION


Un autre enl've au government
de Santo-Domingo le droitd'augmen-
ter ses taxes d'exportation et sa
dette publique, sans le consentenient
du President des Etats-Unis.
Ce n'est plus la Ripublique domi-
nicaino qui, si elle le juge i propose,
requiert les bonds offices de sa grande
amie pour aider at son progris mate-
ricl et a son bieL-itre. Los Etats-U-
nis, qu'ils on soient ou non sollicitis,.
s'octroient la liberty do ( pr nd re
telles measures qu'ils estineront pro-
pres a sauvegardeir I'ordr public ot
a faciliter 1'ex6cution des clauses du
trait.
En m6me teams que le Comitd des
affairs Ctrangcrees s'appliquait de la
sorte a rend ro plus etroite la subor-
dination politique des assists, illimi-
tait vis-ia-vis des creanciers de 1'Etat
dominicain la responsabilit6 des as-
sislans. Le government des Etats-
Unis n'aura aucune responsabi-
lit6, du fait des decisions prises par
sesagens en exOcution du trait. Si
par hasard, elles ont de f.li .li.i-.-
consequences, on les laissera pour
compete, avec les fautes que cesdoua-
niers poutrront commettre, a la Re-
publique dominicaine.
Quant aux paiemens, le gouverne-
ment de I'Union no les garantit que
dans la proportion de ce qu'il perce-
vra. Hours do lh, il no so reconnait au-
cune charge.
Ainsi aggr'avi, dans la plupart de
ses dispositions, le texte du ( proto-
cole du G fivrier fit l'objet d'un Rap-
port favorable, soumis au S6nat, le 10
mars. Les senateurs Morgan, Toller,
Daniel, Bacon, Mac-Cready, au mo-
mentde.la discussion en seance publi-
que, n'i pargnemrent pas leurs critiques
Sla politiqtue i mpirialiste, dent letrait
leur semblaitune ('inanation-fort peu
suave. Hostiles au principle memeO
doela convention, ils tendirent leurs
efforts i olbenir que tout au moins.
cc principle ne p1it i'tre invoque plus
lard cornme president pour le 1regle-
rnint de cas senmblables, et que lia
lurne de l'intcrvention fe.t express-
ment limited Sur ces deux points la


minority( opposante aurait fini, selon
toute probability, par avoir gain de
cause, si les d6batss'0taient prolongs
quelques jours de plus. Mais la ses-
sion extraordinaire s'est formie, sans
qu'un vote decisifsoit intervene suer
la ratification. Le Senat 6tant alors
compose de 85 membres, il fallait 57
votes pour l'adoption du contract. Or,
les S6natours wrpublicains, memo
s'ils so fussent tous rallies it l'appl
du President Roosevelt, In'taient que
54 prcIsens contre 31 dtmtocrates. Les
D6mocrates sent rests f'ermmennt
unis contre le project, denandant que
le gouvernement's'interdit par une
declaration formelle tout dessein de
protectorat sur la Republique domi-
cainc. Faute de pouvoir trouver une
base d'entente, on a do ajourner it la
session ordinaire de dcembre la re-
prise de la discussion. t1)
II deviont do plus on plus douteux
quele traitesorte viable des embel-
lissem:ns successifs auxquels l'ex-
pose le jeu des amendemons parle-
mentaires. D6ji, it travers une odys-
see qui ne fut pas exempt do ca-
hotomens, il a beaucoup pordu de sa
physionomie' etdosa couleur initia-
les. Peut-itre qu'au bout do ces mul-
tiples avatars, quand ii reviendra i
son point d'origine, ses lcre;iers si-
gnataires hdsiteront a recconunait l
leur ceuvre, et a l'instar de Coras et de
Leclerc, se d6robant a la paternitd do
leur TJ,,iqe ,ii' .
Plus ne voudront I'avoir t'ait 'uni ni I'autlr.
GEORC.Es SYIVAIN.
25 mars 1905.
De ni'Ye heuore : Au moment de met-
tro sous press. nous aplreonols par
le c uble que le Gouveirnolent domi
nicain, impatient du retard apportl
dans la r6alisation de ses espirances,
aurnait propose aux Etats-Unis uL
arrangement provisoire. aux torioies
duquel le I uice des 45 "., ode receit-
tes douanires lui se rit0 (1( nariilte-
nant acquis, le sold do 55'"/ devant
1 II est n e tion ld'une nonvelle session rx raordinairu eol
octobre. /












REVUE DE LA SOCIITIE DE LIlGISLATION


etre depose dans une Banque de New-
York pourle compete desescr6anciers.
Le D6partement d'Etat n'a pu r'sis-
ter A une telle insistence et se serait
dcdid6, sans plus se fire prier, a ac-
ceptor l'offre de son jeune et intdres-
sant pupille. De cette faeon, le Senat,
lorsqu il reprendra 'detude de la ques-
tion, se trouvera en presence du fait
accompli.
On ajoute mais il y a pesque tou-
jours a prendre et a laisser dans les
dcpcches de l'Associated press que
le gouvernement des EtatsUnis so
serait declare pret, s'il en est requis,
A preter main-forte'au President Mo-
rales pour le maintien de l'ordre nou-
veau, fond6 sur la ( denationalisa-
tion des douanes dominicaines.
EsaRI vendit son droitd'ainesse pour
un plat de lentilles: pourtant nous
nous ii- 'ii- a croire jusqu'a plus
ample informed que la fringale de nos
voisins les ait ports a ce degr6 d'affo-
lement.
G. S.
29 mars 1905.
--------------"4vJ,,f ,,---------

Nouveau texle du. p'ojet de traite domi-
nicain, tel qu'il a e'td aende par le
Comile des a/Jaires etr'angres du Se-
nal des Etats-Unis.
Attend que le Gouvernomeentdo-
minicain, eu 6gard aux creances qui
entravent la Republique et qui sont
pr6sent6es par les Etats-Unis et d'au-
tres gouvernemens, don't les ressor-
tissans ont des proclamations dej t pro-
duites ou a produire, se trouve i1ans
1'impossibilit6 absolute de remplir ses
engagement, par suite de l'etat oi les
troubles pol;tiques etd'autres circons-
tances ont reduit les finances publi-
ques; qu'en consequence, les dits en-
gagemens sont arrives it term sans
avoir pu otre remplis, ni meme les
intrests pays; attend que le Gou-
vernement dominicain desire arri-
ver a un arrangement avec tous ses
creanciers et assurer la perception
r6gulier de revenues suffisans pour


payer les depenses de son adminis-
tration, maintenir son autonomie,
sans aucune interruption, cause soit
par les exigences des creanciers
strangers, soit par les troubles poli-
tiques int6rieurs;
Attend que les Etats-Unis d'Am6,-
rique, d'accord avec le vceu du Gou-
vernement dominicain, sont dispo-
ses t prvter leur assistance pour r6-
aliser un arrangement satisfaisant
avec tous les craanciers du Gouver-
nemcnt dominicain, en respectant
l'int('gritd6 complete du territoire de
la RLdpublique dominicaine,
Le Gouvernement dominicain, re-
presente par le Seceitaire d'Etat des
Relations Ext6rieurcs. le citoyen J.F.
Sanchez et le Secr6taire d'Etat des
Finances et do Commerce, le citoyen
Federico Velasquez et le Gouverne-
ment des Etats-Unis, represents par
son Ministri R6sident, M. Thomas
C. Dawson, ont conclu et arrl'l cec
qui suit :
Article I. Les Etats-Unis accep-
tent de se charger du r6glement de
toutes les dottes du Gouvernement
dominicain, tant a I'ext6rieur qu'.
l'intdrieur, du mode de pavement et
des conditions d'amortissment ; de
proceder it l'examen des r6clama-
tions litigieuses et injustes ; et d'es-
timer la valeur et le montant de tou-
tes les r6clamations pendantes.
qu'eleUs soient liquiddes et advises ou
quelles spient encore & regler :
Si, poui arriver a ce rdglement, on
jugeait niccssaire do nommer une ou
ou plusicur commissions, nominations
qui seraient faites par le President des
Etals-tUnis, le Gouvernement domi-
nicain serait reprdsente dans ces com-
missions.
Art. II. Pour pouvoir prFter l'as-
sistance mentionnoe ci-dessus, les
Etats-Unis se chargeront des doua-
nes existantes et de toutes cells qui
pourront ttre criOes ulterieurement;
ils nommeront les employs noces-
saires au fonctionnement de ces dou-











REVUE DE LA SOCItTitP DE LEGISLATION


anes ; percevront toutes les rccettes
de douane et en front le service.
Les receltes de douane ou les autres va-
leurs qui adviendront et seront sous la
,, ide des ,iru, des Elats-Unis, operant
, Saint-Domingue,et ce qui est ici pre1u,
ne seront pas so51is i la juridiction ou
a la procedure des tribunaux domini-
rains; les .,..'.' des Elals-Unis 'I,,,f, i
leurs /onctions en vertu de ce traite' ne
seront pas *l1rlr,,i lh1', soinmis a la luri-
diction criminelle ou a la procddre des
tribunaux dominicains, saul' avec le
consentement du Prdsident des Etats-
Unis.
Le Gouvernement dominicain pour-
ra avoir dans chacune des douanes
un contrbleur charge de surveiller
ses int6rets.
Art. III. Sur les recettes effec-
tu6es dans toutes les douanes de la
R6publique, les Etats-Unis remet
tront au Gouvernement dominicain,
pour faire face aux necessites du ser-
vice public, unesomme qui ne pour-
ra ktre moindre de 45 %/, du total de
ces recettes. Les versemens seront
faits au Gouvernement dominicain, ah
partir de la (late de la prise de pos-
session des douanes par les proposes
des Etats-Unis, en quatre mensuali-
tes, fractionnees de la fagcon sui-
vante: ( Quarante-cinq pour cent de
la some total percue mensuelle-
ment aax 6poques finissant les 8, 15,
22et le dernierjour de chaque mois.,,


dominicaine, ou affect au paiement
de ses dettes, selon que les Etats-Unis
en decideront.
Art. V. Les percepteurs de doua-
nes' rernettront tous les mois a la
comptabilit6 g6enrale et au Departo-
ment des Finances les tats des va-
leurs d'entrde et de sortie, et tous les
ans, I'Ntat g6ndral formant letotal des
recettes ct des paiemens.
Art. VI. Toute .reformedans Ie
tarif des droits so fera d'un common
accord avec le Prdsident des Etats-
Unis, par consequent, les droits ac-
tuels de douane et do port ne pour-
ront otre rtduits sans son consente-
ment, tant que ladetto garantie par
les Etats-Unis n'aura pas ktte comple-
mentpayee. Exception est faite pour
les droits do sortie pesant sur les pro-
duits nationaux: le Gouvernement
dominicain est autorisi a les abolir
ou a les rdduire imm6diatement,
mais ii ne pourra les aullmflener, non
plus que sa settle publique, sans le con-
sentement du Pre'rsident des Elats-Unis.
Art. VII.- Les Etats-Unis, tant que
ce trait sera en execution, pourront
prendro tclies measures qu'ils juge-
ront propres a sauvegarder l'ordre
public et t faciliter I'execution des
clauses qui y sont contenucs.
Art. VIII. Ce contract continuera
d'etre en vigueur pendant le temps
nicessaire a l'amortissement de la
dette garantie par les Etats-Unis.


Art. IV. Les Etats-Unis appli- Art. IX. Etantdonnes les clau-
queront le- 55 o/O restans au paye- ses de ce trait, telles qu'elles sont
ment: 6tablies dans le protocol et les con-
a) des commissions privues en -idli.r;m ci-inclus, les Etats-Unis ne
l'articleI et des employs de toutes pourront, en aucun cas, itre tens
les douanes; pour responsables envers le Gouver-
b/ ds intrts, as nement et le couple dominicains, A
b des inserts amortissemenset raison de fautes ou manquemens des
chances do la Dette dominicaine, agents ou pr6poss des htats-Unis
extdrieure et intdrieure, dans les
ee et ns es erice des pouvoirs et de
conditions pr6vues ci-dessus, apres l'autorit6 C(IIh,- par les stipula-
ixation et liquidation; tions de ce traits. Aucune responsa-
c Tout sold qui restera a Ia fin bilit-. hfie pourra, on outre, etre mise
de chaque ann6e fiscal sera remis. i !la charge des Etats-Unis en favour
au Gouvernement do la R6publique de cr6anciers ou de r6clamans, don't











REVUE DE LA SOCIIET DE LEGISLATION


les creances centre 1'Etat dominicain
ou los r6clamations pour dommages
6prouves seront examines ou r&-
glees, en execution de ce trait, par
les Etats-Unis, leurs agensou leurs
prdposes, saute ce qui scrait consent
dans une crOance ou une reclamation
allouOes.Toutesddcisions prises ettou-
tes allocationsaccordees parles Etats-
Unis, leurs agens et leurs prdpos0s,
on execution des clauses de cc trait.
scront, en consOquence, i laI charge
du Gouverncmient et du people do
minicains.
Art. X. Ls Etats-Unis no sont
pas obligds par ce trait i( fire 1'exa-
inen ou a decider d'aucune rdclania-
tion, pr6sente pour &tre adjugee, rd-
glee ou fixie, tant que le Gouverne-
nlentdont le riclamant est Ie ressortis-
sant n'a u ra pas acceptiec que la decision
provenant des Etats-Unis, de leurs
agens ou de leurs proposes, diment
f11unis de pouvois i cet effet, soit te-
nue pour definitive et sans rccours.
Etdans aucun cas,'les Etats-Unis ne
seront obliges do faire it un recla-
niiant le pailement d'une allocation ou
d'une parties d'a l!ocatir n,tantq ue lava-
valour de cc paiement u'aura pas etdc
re ue du Gouvei'nement dominicain,
solon les provisions de cc trait, et
que ladite valour n'aura pas dte clas-
sLe a part pour ktre appliques a cette
allocation par les agons on les pro-
poses des EtatsjUnis dufment autori--
s(s a co.te ficln.
Art. XI. -Le present contract n'au-
ra d'effet qu'apros la sanction du Sd-
nt. des Etats-Unis et du Congr.s de
la IRpublique dominicaine.
Fait en 4 or.-i.ii.u etc., le 7 FO-
vrieer 1905.
i Extrait du New'.,-York Ierald ddu 11
Mars 190(5. )


Corrcespondance


Cap-Haitien, Ic 25 Mars 1905.
MONSIEUR GGORGES SYLVAIN.
Port-au-Prince.
CIER MONSIEUR,
Sous le titre ",Actualiti,,, vous avez faith
paraltro dans la Revue de la Societd de
Legislation, du mois courant, un article
ai sensation qui traite do la question
am(ericline. Ave le sang-froid qui carac-
tdrise tous les crits emands de votre
plume, vous avez analyst comment, gra-
ce aux 0vcnemens successifs d(e cos
derniires annees, la question en est ar-
rivcd au point oi elle est maintenant.
Hendant hommage aux sentiments
dlevOs qu'on se plait i roconnaitre au
president Roosevelt, et qu'il a formulas
dans son message cdu 5 DRcembre der-
nier au CongrA'- des Etats-Unis, vous es-
timez qu'il in' a pas lieu de s'alarmer,
de s'emballer et de se departir de la
courtoisie indispensable aux bonnesg re-
lations qui .doivent continue avec les
Etats-Unisqui, par ]a fatality6 histori-
qutei dont parie M. F. Marcelin, sont ap-
peles i jouer uu role preponderant dans
l'avenir des Antilles. i lati pcut-elle
changer quelque chose a ce r6le, selon
la doctrine Monroe? Non, sans doute.
Haiti peut-ello. du moins, en s'accommo-
dant du nouvel 0tat de choses, y trouver
une part d'intluence honorable, I'amdliO-
ration de ses destindes ct la garantie
rdelle de son independence? C'est ce que
nous allons examiner.
La position gdographiqu e de ile toute
entire fait comprendro de suite son im-
portance pour garder la route du canal
de Panama. A ses deux points extri6mes
Est ct Ouest, so trouvent les deux grands
passages qui conduisont do l'Oc6an
Atlantique it la mer des Caraihes: entire
Porto-Rico et Samana, i 1'Est, et entire
Cuba et le M61e Saint-Nicolas, I l'Ouest.
Apres tout ce qu'ils ont fait, apr0s les
enseignemens du canal de Suez, les
Etats-Unis doivent ndcessairement s'as-
surer que les points strategiques des ap-
proches du Canal de Panama soient en-
tre leurs mains, directoment ou indirec-
tement. Or, les deux nations qui habi-
tent I'ile, nations independantes, sont


~~









Y1F'lA7UiK DE LA SOCIET'E DE LEGISLATION


afteintes de la maladies, a 1'dtat chroni-
que, des troubles rovolutionnaires: de
Ia. des finances en desarroi, des dettes
Ochues et impayees, des emprunts mal
contracts, toutes causes qui peuvent
amener ai un moment donned une inter-
vention do puissance dtrangere autre
que les Etats-Unis, et la saisie, come
gage, d'un port quelconque on d'une por-
tion de territoire. Comment pourrait-on
croiro quo les Etats-Unis, avec lour doc-
trine Monroe ot ee (lile nous venous do
dire concernant la defense du Canal, ne
c!erchent pas a prdvoir, dans la limited
du possible, une telle eventuality ? Je
crois que voila la vraie cause du language
modrt, mais tres-net, du pro 4ident Roo-
sevelt dans son message du 5 Decembre
d(enier: et, commlle on resume', nous
n'avonslpas lieu de outer de sa parole,
si Haiti. cornme je l'ai d('iija crit, devient
sage et 6conome, ello n'a qu'a esp'rwer
la sdeieuse amitic des Etats-Unis, sans
redouter, h l'abri do cette amitie, aucune
complication politique
Cette maniire de voir les Etats-Unis
'ont impose, come vous le dites, aux
Etats Europeens ; et eotte line de con-
(duite ne sera gdn0e par aucun d'eux.
Pour remplir les doux conditions de
sagesse et d'economie, Haiti a-t-elle en
mains les moyens financiers suffisans?
Non, certainemenit: mais elle peut les
trouver. Oft ? l, ol I'ori a lo plus d'inte-
rit, non it a prendre, mais a la protoger.
On dira: Mais c'cst vouloir aller au de-
vant du danger'! ,
Je croi- quo plus d'nI hai'tion serait
tors embarrassi si. apres avoir crid au
danger americain ii etait tenu de le
d'finir : et en supposantt qu'il y arrive, it
verrait certainement que le danger peut
venir du pays minme( et non des Etats-
V'nis.
lUne 1,gende encore iu'il faut dGtruire,
est celle qui consiste a croire que nous
sommes convoitpis par les Etats-Unis
comme une iproie nieessaire a oleur ri-
chlesse et it.leur dcveloppement indus-
triel. Les richesses inexploitees qu'Haiti
)eut posseder, Cu.ba les posside aussi,
eo Cuba, grace aux ltals-Unis, est deve-
nue une Rdpublique libre ot certain de
-on avenir. Qui peut dire qu'elle fCt arri-
v'e, seulc et en si peu de temps, non
seuloement a. s'affranillir du joug espa-
guol, mais surtout I' organisation r1-
guliere qu'elle montre dans toutes les
branches de son administration ? Los ri-
chesses de la Dominicanie valent cells


d'Haiti, avec cette difference qu'elles s'd-
tendent sur un territoire deux fois plus
grand.
Deux grands faits : I'Inddpendance de
Cuba et la Convention Dominicaine per-
mettent et permettront d'apprecier la
conduit du Gouvernement des Etats-
Unis. Pour Cuba, nul ne peut soutenir
qu'il nait pas tenu la parole donnee; pour
la Dominicanie, Io texte m6me de la
Convention indique qu'il intend suivr e
cliez nos voisins la mOmo line de con-
duite correct.
Je sais bien qu'il y a la perception des
douanes qui somble uno tutelle uif peu
forte, mais quel est l'Etat responsible
qui prendrait a sa charge le pavement
des dettes d'un autre Etat, sans prendre
en mnime temps toutes le.t garanties nd-
c .- -ir.-: Et un Etat sra touLours moins
ondreux et plus scrupuleux clue n'impor-
te quel capitalist., syndicate ou tablisse-
ment financier. Est-co quo totes les fois
qu'il y a eu negociation serieuse en Haiti
pour' un arrangement financier complete,
le Gouvernement haltien ne s'est pas
heurti at cetto condition premiere, re-
clamrne par le pr0teur: le contr6le des
Douanes ? Et cependant on savait le peu-
ple haitien tr6s chatouilleux sur la ques-
tion de son independence. Mais le lan-
gage des affairs n'est pas celui de la
sentimentality. Le control des douanes
estuno chose et la domination politique
une autre. Si habitantnt vend bien ses
products, si la justice regne, s'il est a
l'abri des revolutions, sile fonetionnaire
est regulierement pavy, si le commerce
ne subit pas les terrible 6preuves d'un
change qui ruine los plus solides, en
quoi le contr6le des douanes, condition
deson bien-6tre, affectera-t-il la masse
de la nation?-
Du "este, il no faut pas croire que les
dollars americains soiont si faciles a la
detento. Parce qu'il est venu cees der-
niers temps deux ou trois douzaines d'a-
m6ricains en quote d'affaires, on va jus-
qu'a parlor de commencement d'inva-
sion. Que valent en dollars tous ces vo-
Sai.giri- Its esperent, a leur retour, avec
leurs projects trouverdes capitalists, voi-
la tout; et c'est la que la difficult com-
mence. Le capitalist am6r'icain est aus-
si avisde,si ce n'est plus, que colui d'Eu-
rope ; il court volontiers plus de risques
que ce dernier, mais encore faut-il qu'il
ait des atouts dans sa main ; et 'on peut
dire, en sa favour du rest, que l'atout
qu'il pr6fere, c'est la socurite la plus












18 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


absolute centre tout desordre ou trouble
politique interieur quelconque.
Pour le reglement complete des affai-
ies financibres d'Haiti, ct surtout pour
faire face aux dopenses de grands tra-
vaux publics, d'bygiene, d'instruction
priraire plans les campagnes, etc. ktant
donnee I'orientation actuelle ot bien dd-
finie de la politique des Etats-Unis et des
puissances d'Europe vis-a-vis des An-
tilles, la conclusion sage et logique est
que nous devons nous dresser aux
Etats-Unis.
Haiti est un des tournans les plus
serieux de son histoire. Saura-t-elle
avoir le sang froid nicessaire pour bien
juger comment elle doit agir dans l'oc-
currence, et, -- avoc toute la dignity ne-
cessaire A une petite nation fire de sa
libertO, mais deireuse du progress, -
s'adrosser au Gouvernement dos.Etats-
Unis pour regler sa situation financiere,
present et future, sans crainte pour son
autonomic? Ou bien, montrant une me-
fiance difficile a expliquer, fera-t-elle un
pas en arrirre dans les ouvertures faites
dernierement aux Btrangers et a leurs
capitaux ? Lh est le veritable secret de
S'avenir.
Cette maniere d'envisager la question
amOricaine ne m'est p 's personnelle,
beaucoup d'esprits tres senses pensent
que c'est le v6ritanle terrain sur lequel
ii faut manceuvrer : et pour le bonheur
d'HaIti, je souhaite de tout mon cceur
que tous les patriots Ie comprennent.
-Veuillez agreer, cher Monsieur, mes
bien cordiales salutations,
HENRII TIIO MASSET.



Port-au-Prince. le 15 Mars 1905.
CHER MONSIEUR TIIOMASSET,
J'ai recu votre lettre du 25 f6vrier et
vous remercie de l'estime que vous m'y
t6moignez.
Come vous, je pense que l'heure est
grave pour la Republique d'Halti. Voici
en quoi nous differons d'opinion.
Je ne crois pas aux <, fatalities histori-
ques. Le libre arbitre, qui est la con-
dition de la responsabilit.,-- existed pour
les nations come pour les individus.
,En some, toute experience s'achete et
toute fate so paie c'est on ce sons
qu'on dit communement qule l present


est gros de I'avenir. Mais, a la v6ritc'
chacun so fait sa destinde, selon sos ou-
vres. I'attitude des Etats-Unis envers
nous dependra pour beaucoup de la sa-
gesse de notre conduit. Nous pouvons
done agir sur notre sort: il sera ce quc
nous aurons voulu.
Je trouve qu'il y aurait ddeihanco pouI
notre nation a subir le contr6le des dou-
anes qu'ont value aux Dominicains lours
troubles financiers. La fiertO qu'a eI
people haitien do son independanco, co
sentiment ombrageux qui le port a fuir
jusqu'a l'apparence d'ure tutelle 3tran-
gere, afin td tre plus sir de 1,'-i i intact
aux enfans l'heritage recu des aieux, je
1elprouve avec la m6me intensity que e1
premier campagnard venu.
Mais les manifestations du sentiment
le plus respectable, pouss(es h l'exces,
pauvent 6tre dangereuses.
Nous agirions a Peneontre de nos in-
tCr6ts, en montrant au gouvernement et
au people de l'Union etoilbe plus do md-
fiance que do raison. C'est ce que j'ai cru
surtout utile ot urgent de dire, pour pre-
venir tout malentendu.
11 y a, certes, quelque chose a fair en
vue-d'une entente economique et finan-
ciere avec l'dtranger, possesseur des ca-
pitaux qui nous manquerit. Par la res-
tauration de nos finances, les Etats-Unis
seraient garantis centre 1'eventualite
d'une intervention europ6enne, s'exer-
cant sur la route de Panama a propos de
dettes non payes. Entre cux et nous
l'accord est done conform hla natu-
re des choses ,, a la march logique des
eOvinemens.
Convient-il que 1e gouvernement lia-
tien prenne les devans et ouvre la con-
versation ? Vous semblez y incliner : je
n'y verrais, pour ma part, aucun incon-
venient. Etm6me 'eclhiancedeja rdvolue
du trait du 3 Novembre 1864, qui no
tient plus que grace a la clause de la
tacite reconduction, fournirait une occa-
sion propice pour resserrerparun nouvel
acted diplomatique nos relations finan-
cieres et commercials avec le grand
Etat voisin. Mais 11 ne faudrait pas alors
perdre de vue que, dans la nigociation
d'un contract quelconque, don't on espere
recuoillir des advantages positifs, la meil-
leuro posture n'est pas cell d'un besol-
gneux en quete d'aum6nes. Sur le ter-
rain pratique des affairs, les conditions
qu'on fait au commercant,,dont la ruine
est ldej consommee et qui s'est laisso
mettre en faillite, no sent pas cellos don't












REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


on trait avec une Societe on plein exer- qui ost engage par ses declarations a ne
cice, qui demand au credit Ic moyen pas nous meurtrir. Je ne prends pas
d'affermir sa position et do d6velopper pour module la convention dominicaine,
sa prospirite. mais plutot Cuba. J'ai parld du control
Si done par des measures d'ordrc intd- des douanes, parcel que jo crains que
rieur, tendant a assurer une perception tout capitalist n'impose cette condi-
plus rigoureuse de nos revenues, 1'dqui- tion. Helas! MalgrO toute la bonnie
libre entire nos d6penses et nos recettes, volont6 des patriots haitiens, je rains
la liquidation methodique et riguliere de qu'il ne soit bien difficile et bi.ii ,'~ I1, ,.1'
note Dette publique. nous pouvons par mettre do l'lonnetete dans 1'a'.-11ii-ti .i1-
nous-memes sortirde l'orniro efinancire tion financirre, sans l'assistance d'un_
oft nous nous enlisons, il serait criminal tiers, au moins pour quelque temps. Voi-
- et intelligent do nous jeter dans la ma preoccupation tres sincere. Nous
les bras des sauveteurs selon la formula en recauserons.
Monroe, pour les solliciter d'y pourvoir
en notre lieu et a notre place, sous le Agr6ez, cher Monsieur, mes bien sym-
pritexte d'une impuissance, qui, mal pathiques et nien cordiales salutations,
fonde o'n fait, ne manquerait pas nean- HENRI THOMASSET.
moins d'etre g6neralis6e a la nation tout
entire.
Si, au contraire, nous ne devions at-
tendre que d'un concours ext6rieur 1or-
dre et la stability, qui font actuellement
defaut a notre administration, mais qu'on BIBLIOGRAPHIE. Nous avons lu
no desespere pas d'y reintegrer, en vain avec interet les brochures de M. An-
nous leurrerions-nous d'un semblantde nibal Montasse le Pich6 original
souverainetO : la perte de notre autono- et ses consequences sur la descen-
mie ne serait plus qu'une question de dance adamique et( Mari.e, vierge
jours, car nous aurions d'ores et deja perp6tuelle et remercions l'auteur
abdiqu6 tout droit A figure parmi les na- de son gracieux envoi.
tions independantes.
Malgr6 les nuages qui obscrcissent
son avenir, j'ai foi invinciblement dans
les destindos de mon pays. C'est pour-
quoi, cher.M. Thomasset, je suis centre
tout protectorat, fiscal ou autre. I- f VEC ce nume-
Cela no diminue en rien lo plaisir que ro commence
j'ai eu a lire votre lettre, ni les senti- a quatorzi0me annde
means de cordial civility avec iesquels de la Revue, donl le
je demeure d,.1o,. nm.n ,/1 9 A'ril 4.Q19_


Votre divoud,
GEORGES SYLVAIN.


Cap-Haitien, le 22 Mars 1I05.
MONSIEUR GEORGES SYLVAIN,
Port-au-Prince.
CHER MONSIEUR,
... Par votre lettre du 15 Mars, je vois
que nous sommes bien pros de nous en-
tendre. Jo tiens a vous dire que je n'ai ja-
mais compris qu'il soit port atteinte A
I'[,Il. i-i,,ilan.,-.r d'Halti.Je crois necessai-
re qu'lTaiti regle sa situation financiere
au phis vite. nmais avec came et pru-
dencT ; jo crois qu'il vaut mieux s'adres-
ser au (ouvernement des Etats-Unis.


Une erreur de pagination survenue a
la fin de la 6* annde a depuis lors empd-
che la concordance entire le quantidme des
numdros et l'ge effectif de notre Rlevue.
Nous la reclifions i i,tiji, d'hui.

Nos abonnis sont done privenus que
la douzidme ann6e finit au No 4 el que
la treizidme et la quaforzieme annees
vont &tre con/fndues en une seule sd ie
de douze numdros.


47

















REVUE
DE LA


SOCIETY DE LEGISLATION
Paraissant le 2 de chaque Mois.


Comnite de Direction et de ILedaction
Messieurs:


SOLON MINOS .
LAMARTINIERE DENIS
Ei. HIRAUX .
MAXIMILIEN LAFOREST.
GEORGES SYLVAIN ...
A. DYER .........
F. BARON .....


SOMMAIRE:

I. StANCES DE LA SOCI.ETt:
Discussion du project de loi sur la nationality.
a).- Rdunion du 5 Avril 1905.
b).- Reunion du 7 Avril.
c).- Reunion du 42 Avril.
d).- Reunion du 18 Avril.
II. Actuality. ..... .. M. Georges Sylvain
III. Bibliographie. *


SEANCES DE LA SOCIITE

Rdunion du 5 Av'il 1905.

PRPKSIDENCE PAR INTERIM DE
M. MAXIMIL.IEN LAFORES'T.

PRESENTS: MM. Maximilien Lafo-
rest, Edmond HWraux, Georges Syl-
vain. L. Denis, J'reimie, Viard.


PRESIDENT.
SECRETAIRE-GAN~RAL.
TR-SORIER.

MEMBRES.


M. LE PRESIDENT: Messieurs, I'ordre
du jouramrnne la discussion du rap-
port de notre collogue Poujol relatif
au project de loi sur la nationality.
Sur I'invitation du Prisident. M.
Baron donne lecture de l'art. 1" du
project et du paragraph additionnel
propose par le rapporteur, ayant trait
aux inoyens de prouverla nationality.
Art. 1"J du project. -- La quality
d'Haitien s'acquiert par la naissance el
par la naturalization.
Paragraphe propose par le rappor-
teur: ( Elle peutse prouver par les
actes de l'etat civil, par la possession
d'etat et par tous autres rnoyens 16-
gaux. ))
M. GEORGES SYLVAIN.: La modifi-
cation me semble rationnelle. Elle
r6tablit un des modes d'acquisition
de la nationality haitienne pr6vue
par la Constitution et oubli6e par le
project, la possession d'6tat.


I L_ ___ ~_ _C___ I_ ~I_ ~YII


;r
~
lk. ~


13' & 14' ANNIES No 2.


PORT-AU-PRINCE


MAI '1908





I
- :- -
^ .' ;


, *


REVUE DE LA SOCIIETI DE LEGISLATION


M. DENIS. Pourquoi ne pas ajouter et I'autre peuvent tre supprimds, les
parmi les moyens de preuve les ac- cas qu'ils prdvoient etant rdsolus
tes de naturalisation ? A d'autres alineas. Si l'enfant natural
M. HRAUX: 1 est dit : et par ousn A Haiti, est reconnu, par suite
M.Hr RAUXe II est dgau, cela suit, d'un acte de reconnaissance directed
atres oyens cela suft. ou indirecte, proceder d'un pere
Misauxvoix, I'article 1" du project stranger, nd lui-meme dans le pays,
est vot avec la modification du rap- c'estle cas prdvu par le 30 alinda du
porteur, project. Le pare stranger n6 A l'6tran-
M. BAON: Article 2. Snt Ha- ger, appartient-il A la race africaine,
SB Article 2. Son Ha- on tombe dans les provisions du4*
tiens parla naissance alin6a. A defaut d'une reconnaissan-
1 Tout individu nd d'un Haitien en ce du pere, lesalineas 5 et 6 du rapport
Haiti ou a l'dtranger entrent en jeu.
Je serais 6galementpour la suppres-
Le. rapporteur renvoie la fin du 6 sion des mots ( race indienne ,, qui
alin6a, I'alinea2 du projetainsiconCu: ajoutent au texte de la Constitution.
L'enfant nature, nd en Haiti d'une Hai-
tienneoud'un tranger,dontlafiliationesI M. POUJOL: Le terine ( race afri-
4tabliependant la inowit parreconnais- caine ) employed dans la Constitution
sance oupar jugement, suit la nationa- n'est pas limitatif. Je crois plut6t ici
litedecelui de ses parents d l'6gard du- a une omission du legislateur cons-
quel la preuve a d'abord te' faite. Si elle tituant, car dans-toutes les Constitu-
rdsultepour le pIreou la mdre du mnme tions anterieures, nous voyons race
acte ou du nmdme jugement, I'en/ant sui- africaine ou indienne.
vra la nationality de celui de ses parents SYLVAIN 'avons pa
qui appartient & la race africai)ze ou droit, lorsque a Constitution
indienne. le droit, lorsque la Constitution
dit une chose, d'y adjoindre une au-.
Le rapporteur modifle cet alinea en tre. II s'agit d'une distinction, d'une
le faisantfinir ainsi: Suit la nationa- faveur accord6e aux descendants
liit haitienne, pourvu que l'un des pa- d'une race a qui la Constitution de
rents appartienne d la face africaine ou 1889 a voulu fire une situation pri-
indienne. II retranche la dernire vilegie-e. Les privileges sont de
phrase de l'alinda du project. I droit stric. I1 est probable qu'en 1889
20 Tout i n en i de p s on a pens6 que l'expression race in-
2 Tiout iudlido nt ean naiti de parents dienne, appliquee aux descendants
inconnus ou don't la natonalit est i- des unciens aborigines, n'avait plus
connue, de raison .'etre. Que I'omission soit
30 Tout individu nd en Haiti d'un pe- volontaire ou non, restons dans le
re stranger qui lui-mdme y est ne ; texte constitutionnel.
4 Tout individu nd en Haiti d(un p- M. LAFOREST: C'est aussi mon avis:
re stranger descendant des races incten- la lettre de la Constitution doit tou-
ne ou. af'icaine. jours prevaloi'.
5"alin.a ajoutd par lo rapporteur: La Soci6te adoptedo la suppression
, Tout individu ne en Haiti ou d l" du 2 alinla de 'art. 2 proposee par
trangerd'un pBre haitien, non recon- M. Sylvain.
nu par son pere. Le 31 alinea du project est vot6 sans
modification. Au 4e alina, le Rap-
M. SYLVAIN : Je no serais pas loin port propose d'ajouter le mot pre, --
de pr6fCrer le text du 2" alinea du addition vote. II en est de .mfme au
project qui me semble plus complete, 5" alinea, ou le mot indienne est ef-
a celui du 61 alinca in fine du rapport, fac6.
Mais A la r6flexion,je trouve que F'un Le rapporteur appuie de quelques











REVUE. DE LA SOCIfTET DE LEGISLATION


considerations tirees del'utilit6 d'aug-
menter lenombre des ayants-droit A
la nationality haitienne l'extension
donneepar le projetaupriucipe du jus
soli.
M. BARON: Article-3. --- Le droit
adoption est admis en faveur de tout in-
dividu nd en Haili d'un stranger autre
que ceux stipules a 1'alinda prdcgdent de
I'art. 2, si d l'dpoque de sa majority, il
est dtabli en Haiti. Dans I'annJe qui suit
sa majority, s'il n'a ddclind la quality
d'haitien et prouce avoir conserve la na-
tionalitd de ses parents par une attesta-
tion en due forme de'son Gouvernement,
il aura acquis la quality d'Haitien.
Le rapporteur modifle cetarticle
come suit: n en Haiti d'un etran-
ger autre que celui stipuld a I'alinda No
4 del'article 9. --A la2 phrase de V'ar-
ticle, au lieu de : ( deses parents, ,
il met: de son pore stranger, et a la
derniere ligne, au lieu de: (( la qua-
lit6 d'Haitien ,, la nationality haitienne.
L'article 3 est vot6 avec ces modi-
fications.
M. BARON : Article 4. Tout stranger
peut devenir haitien par naturalization
apris cinq ans de residence en Haiti.
Le Ministre exige cinq ans de r&-
sidence pour la naturalisation, et le
rapporteur, deux ans.
M. PouJOL: II me semble que deux
ansde residence suffisentpour per-
mettie a l'etranger de devenir haltien
par la naturalisation. Si vous admet-
tez cinq ans, comme fl est dit dans le
project, ce serait excessif, car notez
.bien que la Constitution pr6voit un
autre d6lai de cinq ans, avant I'expi-
ration duquel l'6tranger naturalist
haitien ne pourra avoir l'exerci-
ce et la jouissance des droits politi-
ques. Dans tous les pays d'Am6rique,
il est accord c;nq ans pour la natu-
ralisation complete. Si en Haiti vous
en exigezsept, cela suffit.
M. HERAUX: C'est rationnel.
M. SYLVAIN : II serait bon alors
d'ajouter: (( Cependant il ne sera ad-


mis a l'exercice des droits politiques
que cinq ans apressanatura!liatioan.
M. VIARD: Je propose d'ajouter aus-
si :, Si l'6tranger reunit les conditions
prevaes par la Constitution et le Code
civil. )
M. HI RAUX: La Constitution n'6ta-
blit pas de conditions.
M. SYLVAIN : La Constitution a pr6-
vu le cas. car son article 4 s'exprime
ainsi': Tout eht, .,.jrr est habile d deve-
nir haitien, suivant les rdgles dtablies par
la loi. L'addition serait done super-
flue.
SL'article 4 du project est vot6 avec
la modification proposed par le rap-
porteur et l'amendement de M. Syl-
vain.
M. BARON : Article 5. Ce ddlai esl
rdduit d deux ans en faveur de tout
stranger qui aura epousdune haitienne,
qui aura rendu des services important d
Haiti, qui y aura apporte des talents dis-
tinguds, introduit une industries ou une
invention tiles, crdddes etablissements
industrials ou agricoles, ou qui sera atta-
che d un titre quelconque au service de
l'Etat.
Le rapporteur propose de reduire a.
un an le delai de deux ans inscrit dans
le project en faveur des strangers qui
auront manifesto leur attachment
au pays.
, I. SYLVAIN : propose : un 6tablis-
sement au lieu de des elablissements.
Cet article est vot6 avec les modi-
fications Poujol et Sylvain.
M. BARON: Article 6. L'dlranger
qui aura accepted une fonclion civil ou
militaire et I'aura conservee r,, ,' tiIl ,-ii;
ans, acquerra par ce faith la quality d'hai-
tien, a moins qu'il ne declare vouloir con-
server sa nationality.
Le rapporteur precise les former
de la declaration par laquelle l'itran-
ger fonctionnaire pendant cinq ans
nous affirmerait son intention de gar-
der la nationality etrangere et pro-
pose que cet acte soit signifi6 au Mi-
nisttre de la Justice.












REVUE DE LA SOCIRTIE DE LEGISLATION


M. BARON: Je propose plut6t de si-
gnifier I'acte au Ministkre public, qui
en fera rapport h qui de droit. La
dignity des fonctionsdu Ministre de la
Justice s'oppose hce qu'il receive di-
rectement des significations de ce
genre.
M. DENIS: J'appuie cette proposi-
tion.
M SYLVAIN est d'avis qu'on mette
, au Parquet du Tribunal civil de sa
residence ,.
M.VIARD : Ce n'est pas partoutqu',il
ya des Commissaires du Gouv'erne-
ment. N'est-il pas plus pratique de fai-
re signifier l'acte aux Juges de Paix?
M. HARAUX : C'est d6jh aux Juges
de Paix que la loi permet de recevoir
les autorisations de naturalisation.
M. SYLVAIN: Je crois, pour ma part,
qu'il y aurait advantage, dans I'6tat
actuel de notre administration, a cen-
traliser aux Parquets des tribunaux
civils les actes qui permettent de de-
finir la nationality des residents
strangers. Les garanties de regula-
rite y seront plus grande. Pour les
actes de cette importance, on peut
bien se donner la peine d'aller nu
chef-lieu judiciaire, si I'on n'a pas de
tribunal civil au lieu de sa residence.
La Sociltd, vote la modification
proposed par M. Baron et amend6e
par M. Sylvain.
M. BARON ; Article 7..- II est status,
par Arrdte cdu President de la Rdpubli-
que sur la demand de chaque. natura-
lisation .
Le Rapport propose que lapubli-
cation des arr6ts de naturalisation
soit faite au Moniteur.
La reunion yacquiesce, de mime
qu'd un changement de redaction
propose par M. Sylvain: sur cha-
que demand de naturalization n au
lieu de : sur la demand de chaque natu-
ralisation porter dans le project.
M. SYLVAIN : Je compete vous pro-
poser a la fin du chapitre, un article


additionnel pr6voyant la publication
au Moniteur de tous les actes d6clara-
tifs de nationality. Cela ne rend-il
pas inutile la mention sp6ciale faite
ici pour les actes de naturalization?
M. LAFOREST: Ce qui abonde ne
nuit pas.
M. BARON : Article 8. Tout indivi-
du ne en Haiti d'un rangerr autre que
ceux specifics au 5" alinda de l'article 2
et qui nest pas etabli en Haiti d l'dpoque
de sa majority, pourra jusqu'd l'dge de
22 ans accomplish, rdclamer la quality
dcHaitien par une .simple declaration qui
sera enregistree au Ministere de la Justi-
ce.
S'ilestdgd de moins de 91 ans accom-
-plis, la declaration sera faite en son nom
par son pere ; en cas de ddces du pdre,
par la mndre; en cas de ddecs du pore et
de la 'mdre ou d leur exclusion de la tu-
telle ou dans le cas prevu par les articles
130, 131, 132 du Code civil, par le tu-
teur autorise pari ddlib6ration du Conseil
de famille.
II devient gyalement Haitien si, ayant
dte port sur le tableau du recensement,
il prend part aux operations du recrute-
tement sans opposer son extrandild.
Le Rapporteur propose : d'un p-
re stranger autre que celui stipul6
au 4' alin6a de l'article 2 ,; etau 3e
alinea, il propose : ( si, ayant 6tc re-
quis ,, au lieu de : si, ayant 6td por-
te sur le tableau du recensement. ,
Accept.
M. BARON.: Article 9. Tout indi-
vidu ne en Haiti de pkre Hailien natura-
lise stranger est Haitien.
Article 10. L'dti,,:.,,',r qui mira
epousd un Haliien subira la condition de
son man.
Ces deux articles sont adopts sans
changement.
Puis, vu l'heure avanic'e, in seance
est levee, et la continuation de la dis-
cution renvovyeo au vendiredi. 17
Avril. -











REVUE DE LA SOCIETi DE LEGISLATION


Reunion du 7 Avril 1905.

PRLSIDENCE PAR INTERIM DE
M. MAXIMIIIEN LAFOREST.

PRESENTS: MM. Laforest, Denis,
Sylvain, Baron, Poujol, Laleau.
M. LE PRESIDENT. Nous conti-
nuons ladiscussion du projetde loi
sur la nationality.
M. Baron donne lecture de I'arti-
cle l et des modifications du rap-
porteur.
Art. 11. La femmne haitienne marine
d un stranger qui se faith naturaliser hai-
tien recouvre par ce fait sa nationalist
primitive, el les en/ants majeurs- de cet
stranger naturalisdpourront, s'ils le de-
mandent, o tenir la qualid d'haitie~z
sans condition de stage, soil par l'arrdtd
prdsidentiel qui confpre cette quality au
pere, soil come consequence de la de-
claration qu'ils feraient dans les terms
et sous les conditions de l'article 8.
Les enfants miners acquerront la qua-
litd d'haitiens par une simple declara-
tion faite par les parents au Minist&re de
la Justice, laquelle declaration y sera
enregistree.
Le rapporteur propose..... ( un
stranger qui se fait naturaliser hai-
tien aprs son marriage. recouvre, etc.
et: ( les enfants majeur s neshorsd'lfai-
ti, ), etc.
II change cornme suit le 2e para-
graphe de I'article 11 :
Les enfants miners acquerront
la nouvelloe nationality de leur pere. ,
M. ?YI.VAN. Ne conviendrait-il
pas de mettre : les enfants majeours
de cet stranger naturalist nds hours
d'Haiti ,, etc ?
La reunion consulted se rallie a
cette nouvelle ri'daction, ainsi qu'a
addition ( apres son marriage, pro-
/ posCe par le rapporteur.
I M. PoUJOi..- L'idde qui domine la
matiere, c'est de garantir a la famille


I'unit6 de nationality. Le pere chan-
geant de nationality, determine un
changement d'etat correspondent
chez lafemme et les enfants mineurs.
Pourles majeurs, le changement sera
facility sur une simple manifestation
de leur volont6.
M. SYLVAIN. I1 ne peut 6tre ques-
tion que des miners nes a I'etran-
ger, car ceux qui sont n6s a Haiti,
sous le bcne(fice du jus soli, ayant du
sang africain da,ns les veines, sent
haItiens.
M. PouJOL. Les parents du mi-
neur l'ont d aclare' haltien. Si plus
tard il neveut pas de la nationality
haitienne, il aura toujours la faculty
d'aller se fire naturaliser stranger.
M. SYLVAIN. On peut, rappro-
chant le cas de celui de l'art. 3, dire:
, Les enfants miners nes a ''6tran-
ger, acquerront la nouvelle nationa-
lit6 de leur pere, a moins que dans
I'annne qui suivra leur majority, ils
n'optent pour l'ancienne par une dd-
claration en due former au Parquet
du tribunal civil de leur residence.
Cette modification -est acceptee.
SM. BARON. -- Art. 12. Deviennent
haitiens les enfants minieurs d'un pore ou
d'une mnre survivant qui se fail natura-
liser hailien;, moins que dans lan-
nie qui suicra lear majority, its no dd-
clinent cette quality, en se conformant aux
dispositions de I'article 3.
Le Rapport a propose : d'un p.re
ou d'une mere survivant, de race cau-
casique, etc.
L'article 12 est vot6 sans les mots
e de race caucasique ,, critiques par
MM. Lafor;est et Sylvain.
M. BARON. --- Art. 13. L'haitien na-
turalise edtranyer ne pourra retourner en
flaiti qu'apres cinq ans, lesquels com-
menceront & courier a partir de la dale
du Decret ou de I'acle de naturalization.
S'il revient en Haiti, a quelque epoque
que ce soit, et qu'il y prolonge sa rdsi-
dence au-dela de deux anndes consecuti-


1 _










REVUE DE LA SOCIlET DE LtGISLATION


ves, ii est conse, par ce fait, avoir renon-
ce" aux effects de sa naturalisation et
avoir repris sa nationality primitive.
M. LAFOREST. ---Je propose de sup-
primer: ,d quelque 6poque que ce
soit ,, et de mettre: ((apres l'expira-
tion du delai ci-dessus, etc ,.
Adopt6.
M. BARON. --- Art. 14. L'haitien na-
turalise' ranger et qui eviendra en Hai-
tipourra- Otre poursuivi, pour crime ou
ddlit commis avant sa naturalisation, -
moins qu'i n'y ait prescription.
M. LAFOREST. Cet article est inu-
tile, je suis d'avis qu'on le supprime.
Ilest universellenientadmis que toute
nation a le droit de punir les crimes
et les delits commis sur son territoire
par n'importe qui.
M. PouJOI.. --- L'article existe dans
notre recent trait avec les Etats-Unis
sur la naturalisation.
M. SYLVAIN. --- II est de style dans
tous les actes diplomatiques qui ont
trait la matiere. Ces rappels dedoc-
trine ontleurutilite: elles permettent
de pr6venir les conflicts.
L'article 14 du project est maintenu.
M. BARON. Art 15 L'etranger qufiaura
te' autorise par Arile' d fixer son domicile
en Haiti y jouira de tous les droits ci-
vils, sauf la restriction portde a l'article
VI de ta Constitution
L'dtranger hiritier d'un haitien ne
pourra succdder qu'aux biens meubles.
Neanmoins si la succession comprend
des immeubles, ii pourra en demander la
licitation et percev a en espkces ayant
course dans la Republique la part qui
pourrait lui revenir des immeubles.
Le rapporteur propose au 2e para-
graphe de l'article d'ajouter le mot
v domicilie' A: stranger, et au lieu de:
.i l pourra en demander la licitation,,,
dire : ( la licitation se fera A la re-
quite du Ministere public et 1'6tran-
ger percevra en especes ayant course
dans la Republique la part qui pour-
rait lui revenir des dits immeubles


M. LAFOREST.--- L'etranger pent-il
avoir un domicile en Haiti ?
M. POUJOL.---Aucun principle cons-
titutionnel ne s'y opposant, le project
vient consacrer ce droit en faveur
de certaines categories d'6trangers.
M. SYLVAIN. II faudrait que fus-
sent ktablies les conditions de 1'ad-
mission an droitde domicile. Puis, la
capacity de Il'tranger chez nous,
quelqueextension que nous luidon-
nions, sera toujours limited par sa loi
national.
M. PoUJOL. II ne s'agit que des
droits civil, pour lesquels un conflict
de 1egislations n'est pas A prevoir.
M. SYLVAIN. --- Je suppose que leI
Gouvernement a l'intention de preci-
ser dans une loi spciale les conditions
dans lesquelles un ttainger peut 6tre
admis avoir chez nous son domi-
cile.D'autre part, I'article 6 dela Cons-
titution n'est pas le seul texte 1gal
qui restreigne la capacity civil des
strangers. Je vous propose, en cons6-
quence, le texte suivant: L'etran-
ger qui aura ete autoriso dans les con-
ditions d6termin6es par la loi, d fixer
son domicile en Haiti y jouira des
droits civils qui ne sont pas form el-
lement attaches a la quality de cito-
yen haitien. ,
Ce texte est adopt.
M. LAFOREST. --- La deuxi.me par-
tie de l'article provoquera sans doute
une assez longue discussion de notre
part. R6servons-la pour la fin.
( Marques d'assentiment)
M. BARON. --- Article 16. Les jeunes
gens a qui est confer le droit d'option
ne seront pas astreints au service mili-
taire en Haiti avant d'avoir acconmdi
Ieur S2e anne'e. L'exemption sera ddfint-
ve, s'ils prouvent, par eramen ou certifi-
cat, avoir recu une instruction militaire
suffisante pouvant leur permettre de
prendre le service en cas de guerre.
SToutefois, its pourront, sur leur dean
de, remplir leur .obligations militaires
et s'engager dans l'armee haitienne, i la


~ i












REVUE DE LA SOC1EITI DE LEGISLATION


condition de renoncer d leur droit d'op-
tion.
Le rapporteur propose'de mettre 23,
ann6e, au lieu de 22e port6 au project,
et de fire suivre les mots: "Toutefois,
ils pourront, sur leur demand ,, des
( nmots A toute 6poque pr6c6dant leur
majority, etc ),.
M. SYLVAIN.--- Pourquoi 23' anne,
au lieu de 22?
M. PouJL. --- Le droit d'option peut
s'exercer dans tout le course de la 22e
ann6e. Ceux a qui la loi reconnait
cettefacultd, nesauraient, tantqu'elle
n'est pas rdvolue, 6tre astreints au
service militaire.
L'article 16 est vote avec les modi
fications du rapporteur.
M. BARON.--- Art. 17. La femme hai-
tienne qui spouse un stranger suit la
condition-de son maria, d moins que son
nariage ne lui confire pas la nationality
de son maria, cdaprhs les lois de celui-ci;
auquel cas elle rest liaitienne.
Le rapporteur propose: La femme
haitienne marine a un stranger suit
la condition de son e'poux : et ( d'a-
pres la loi national de celui-ci, etc,-
M. LAFOREST. C'est conform ~'t la
Constitution.
M. LALEAU. Au contraire, le pro-
jet modified le texte de la Constitution.
en disant: a( moins que son maria-
ge ne lui conf6re pas la nationality de
,son mari, d'aprIs les lois de celui-ci.:
auquel cas elle rest haitienne ,. La
Constitution veut qu'elle suive sim-
plement la condition de son mari.
M. SYLVAIN : Si la loi national de
son mari ne veut pas d'elle, encore
faut-il qu'elle ait une nationality. En
ce cas, la provision du l6gislateur
Constituant n'ayant pu se realiser, le
changement de condition ne s'e-
tant pas produit, la femme gardene sa
nationality haitienne. Cela va de soi.
M. PouJOL :Cette hypothese est ad-
mise dans toutes les 16gislations.


L'article 17 est vote avec les chan-
gements de rddaction proposes par
le rapporteur.
M. BARON: Article 18. L'haitienne
qui aura perdu sa nationality par le faith
de son manage avec un stranger, peut
recouvrer cette quality par la naturalisa-
tion.
Le rapporteur propose : peut recou-
vrer cette nationality ,.
M. LAFORET: Pour plus de precision
il serait bon de dire I la fin de l'arti-
cle: (( Apres la dissolution du maria-
ge ,.
Accepted, ainsi que la modification.
du rapporteur.
M. BARON: Art. 19. Si son manage
est dissous par la mort ou le divorce, elle
recouvrerf la quality d'haitienne, si elle
prolonge sa residence en Haiti pendant
deux ans, ou si elle vient s'y fixer. Dans
ce cas, les enfants miners acquerront la
quality d'haitiens par une simple ddclara-
tion faite par la mdre ou le tuteur au Mi-
nistere de la justice, come en I'art. 11
Si les enfants majeurs accompagnent
leur mere en se fixant en Haiti, its joui-
ront du droit d'option, dWs la premiere
annee de leur sdjour.
Au deuxieme alinea de 'arti-ilo, ie
rapporteur propose : ( Si les infants
majeurs nes hors d'Haiti ,.
M. SYLVAIN; Je propose la redac-
tion suivante : ( Le marriage dissous,
si elle prolong ou si elle fixesa re-
sidence en Haiti pendantdeux ans,elle
recouvrera la quality d'haitienne
sans'autre formality.
Dans ce cas, les enfants mineurs
nds a l'etranger acquerront la qua-
lit6 d'haitien par une simple declara-
tion de la mere ou du tuteur au Par-
quet du tribunal civil de Jeur rdsi-
dence, a moins que dans l'annre qui
suivra leur majority, ils ne dkclinent
cette quality dans les formes prevues
en l'art. XI, 2e alin6a ,.
Le 1J alinea de I'article 19 ainsi re-
dig6 est accept.











REVUE DE LA SOCI1TEI DE LEGISLATION


Pour le 2me alina, apres un dchan-
go d'observations entire MM. Poujol
et Sylvain, on adopted la redaction
suivante: ( Les enfants majeurs n6s
A l'6tranger quiseront 6tablisen Haiti
ou qui viendront s'y fixer, pourront
jusqu'i leur 23m- annie exclusive-
ment, opter pour la notionalit6 hai-
tienne ,.
M. BARON : Article 20. L'haitienne
don't le mari haitien viendrait a se natu-
raliser stranger apres le marriage, garde-
ra sa nationality haitielne.
M. LAFOREST: Rien de plus just,
car lorsque deux personnel se ma-
rient, c'est sous la condition que cha-
cun des 6poux respectera les droits
civils de l'autre.
M. LALEAU : 11 n'est certainement
pas moral que deux 6poux, obliges
de r6sider ensemble, aient des natio-
nalites diff6rentes.
M. SYLVAIN : Si la femme veut sui-
vre la nouvelle nationality de son ma-
ri, elle iempliralesformalit6s 1gales.
Nous ajouterons done a 1'article : ( A
moin- qu'elle ne se naturalise 6tran-


ou par transactions faites avec eux ; 5"
par la condemnation contradictotre et
definitive d des pines perpdwelles d la
fois afflictives et infamdntes.
M. POUJOL : II y a confusion entire
perte de la qualitM d'haitien et perte
de nationality, c'est pourquoi je pro-
pose de retrancher le 5 alin6a du
project, qui dit que la quality d'haYtien
se perd par la condemnation contra-
dictoire otdifinive a des peines per-
-petuelles, etc. La condemnation fait
perdre la quality de citoyen et non
lanationalit6 ou la quality d'haitien.
Le condamn6 n'est plus citoyen, mais
il reste haitien, n'ayant plus lajouis-
sance de ses droitscivils et politiques.
M. SYLVAIN: L'article 21 du project
content simplement une erreur; on
n'a pas mis les terms d'accord avec
ceux de la Constitutfln, qui dit a qua-
lit6 de citoyen (art. 10) et non ( qua-
lit6 d'haitien ,. Dans ce cas, il n'y a
qu'a mettre a la place des mots ( qua-
litM d'haitien ,, les mofs ( quality de
citoyen n. et adopter tel quel I'art. 21
du project.
( Accept )


gere >.
gere ). IM. BARON : Article 22. Aucun ha'i-
M. LAFOREST: Ajoutonsencore ceci: tien ou hailienne ne peut se naturaliser
( Les enfants n6s avant la naturali- en Haiti, sans laisser le territoire de la
sationde leur p're, resent hatiens ,,. Idpublique etsans avoirrJsidd au moins
Ces deux modifications sont accep- cinq ans consecutifs d strangerr.
ties. M. POUJOL : L'expression ( denatio-
M. SYLVAIN: Ici viendrait. 'article naliser don't je me suis servi est
additionriel don't je vous ai deja par- plus forte et plus generale que colle
e1: (Seront publidesau Moniteur, par de a naturaliser ,, employ par le
les soins du Secr6taire d'Etat de la project.
Justice, toutes les declarations de na- La modification est accepted.
tionalit6 n. Le numerotage des arti-
clessuivants s'en trouvera change. M. BARON : Article 23. L'acle do na-
,'artie al est vot. turalisation qui sera delivre d un hai-
L'article dditionnel est ottien ou une haitienne qui n'aura pas
M. BARON : Article 21. La quality. rdside' d l'tranger pendant cing ans ati
d'haitiense perd fI par la naturalization; moins ne pourra produire aucun effect 16-
2 par I'abandon de lapatrie au moment gal en Haiti.
d'un danger imminent; 3 pai l'accep- M. SYLVAIN : En mettant ( L'acte de
station non-autorisde de functions publi- naturalization d6ivr6 ,, etc, nous aco-
ques ou de pensions conf/rdes par un nomiserons un qui. -
Gouvernement stranger ; 4 par tous
services rendus aux ennemis de la patrie Suppression adopt.e.


__











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


M. BARON : Article 24. L'inscription
d'un haitien ou d'une haitienne dans une
Ligation ou dans un Consulat dtablis en
Haiti ne peut produire aucun effect ldgal.
Article 25.--- L'inscription dans une
Legation ou dans un Consulat 6dablis en
Haiti des enfants mnineurs en faveur de
qui le droit adoption est aulorise, ne pour-
ra produire aucun -effet legal.
Les articles 24 et25 sont votis sans
discussion.
M. LAFOREST : 11 ne faut pas oublier
la clause usuclie : ( La prssente loi
abroge toutes les lois et disposi-
tions de lois qui lui sontcontraires,
Elle sera ex6cut6e A la diligence des
Secr6taires i'Etat de la Justice et des
Relations-Exterieures, chacuTn on ce
qui le concern ,.
Monsieur Sylvain done lecture du
2"e alin6a de l'article 15 don't la dis-
cussion a et6 rvserv6e : ( Neanmoins,
si la succession con prend des immeu-
bles, la licitation se fer ia la require
du Ministre public et l'Etranger per-
cevra en especes ayant course dans
la Ripublique la part qui po0urrait lui
revenir des dits immeubles ,.
M. LAFOREST: Cette disposition por-
te atteinte it l'article 6 de la Consti-
tution, je suisd'avis qu'on la suppri-
me.
M. POUJOL: La propriety immobi-
liire est licit6e A la requite du-Minis-
tere public, et I'6tranger n'en obtient
que le prix, qui est meuble. La Cons-
titution defend I'acquisition, la pro-
prie.te de l'immeuble a l'etranger,
mais n'interdit pas qu'il perceive Ie
prix decot immeuble vendu.
M. SYLVAIN: Je Crois que le 2" ali-
nea de I'article 15 du project, loin de
d6roger h l'article6 de la Constitution,
enr est plut6t une confirmation. Cart
que v-et le legislateur Constituant ?
Que l'6tranger ne vienne pis en con-
currence avec le r6gnicole dans-l'ap
propriation des biens fanciers et I'ac-
quisition desimmeubles. Or, le prejet
ine lui permit pas de succ6der aux


immeubles. II n'a sur eux aucun droit
et n'intervient que pour en partager
le prix, quand ils ont 6td vendus a la
requete du Ministfro public.
M. LALEAU: C'est i1 titre d'hri-
tier, autrement dit de proprietaire-
qu'il interviendrait dans le partage
du prix. Ne pouvant 6tre proprietaire
d'immeubles, il no pout en etre hd-
ritier.
M. PouJOL : La Soci6et a dji dis-
cut6 ce point et l'a r6solu dans le sens
du project.
M. LALEAU : I1 me semble que la
Soci6te avait simplementemis le voeu
que ce principle fOt introduit dans
notre 16gislation par le Pouvoir com-
p6tent.
M. POUJOL: L'occasion se pr6sente
aujourd'hui de l'introduire, et vous
vous derobez !
M. LALEAU : Nous discutons le noint
de savoir quel est, en l'espece, le
Pouvoir cornp6tent; je pense, pour
ma part, que c'est le legislateur cons-
tituant.
M LAFOREST : En permettant i l'a-
tranger de succ6der aux l)iensim-
rnmuble.e. on violerait l'article 6 de la
Constitution.
M. BAHON : Le droit d'h6ritage est
un des modes d'acquisition de la pro-
prietP. L'itranger acquerrait done
v6ritablement des immeubles, s'il
6tait admis a y succder.
M. DENIS: En votant le 2 alin6a
de I'article 15, vous violerez non seu-
lement 'article 6 de la Constitution.
mais encore les dispositions du Code
civil -.ur ies diff6rente- mani;ires d'ac-
querir ia )ropridt6 et la loi sur les
successions.
M.SYLVAIN : Uneloi peut diroger h
uneloiant6rieure.-- C'est pricis6ment
parce que l'dtranger ne succede pas
aux immoubles que Ic project s'occupe
de lui garantir une compensation en
l'appelant au partaige du prix des
biens licitis. Sur qupi se fonde, dites-











REVUE DE LA SOCIETIE DE LEGISLATION


vous, ce droit A une compensation.
s'il ne repose pas sur la propridtd ?
Tout bonnement .sur I'equit6, ou si
vousl'aimez mieux, sur le droit na-
turel.
Affirrnerqu'on ne peut h6ritordu prix
desimmeubles, si l'on n'est pas deve-
nu propri6taire de ces immeubles,
c'est commettre une petition do prin-
cipe, --- j'entends donner pour dO-
montre tout just ce qui est en con-
testation. -
Rien, en droit ni en raison, n'em-
peche d'admettre que quelqu'un qui
n'est pas proprietaire d'un bicn. mais
qui peut fire valoir par devers le
propriOtaire de ce bien unee creance
d'affection, d'education, d'entretien,
concourse au prix du bien vendu, se-
lon 1'intention pr6sunime du proprie-
taire, celui-ci etant venii mourir.
Citez-moi un passage de la Constitu-
tion qui contredise A une tell con-
ception, et je mets has les armes Je
reconnais cependant que mon opi-
nion n'a pas pour elle la majority, et
de bonne grace je me soumets at la
suppression du -me alinea.
M. LAFOREST : La question vaut la
peine d'etre marie. Nous la repren-
drons A note prochaine stance.
La reunion consulted, ayant opineO
en cc sens, la seance est lev6e.



Htlunion du f2 Avril 1,905.

PRISIDENCE P'AR INTERIM DE MONSIEURt
MAXIMILIEN LAFOHEST.

Pre'>ewns: MM. Laforest, Sylvain,
Hra ux, Denis, Viard, Poujo!, Laleau.
M. LE PRESIDENT: NOus continuous
la discussion du 2o alinOa de l'article
15 du project de loi sur la nationalist .
M. VIABD : A mon avis, cet article
n'est qu'une faigon dtguisOe de don-
ner la propridt,' des immeubles ha
l'6tranger.


M. LALEAU: Reconnaltre A l'etran-
ger le droit de fire vendre les im-
meubles d'une succession pour en
rccueillir le prix, c'est, en effet, lui
donner la saisine d'un heritage en
immeubles, cequilui est refuse par
l'article 6 de la Constitution.
M. SYLVAIN: Notez que le rapport
ne lui donne meme pas le droit de
fire vendro, et decide que la licita-
tion se fera A la requite du Ministere
public. Mais n'y aurait-il pas quel-
q ue injustice Afairel'haitien quiaban-
donne sa nationality pour devenir
Stranger un sort plus favorable qu'a
1'etranger heritier d'un haltien d6c-
dd? A cel ui-ci vous contestez une part
au prix des immeubles. Pour l'autre.
tout le monde admet, conformement
aux regles de notre droit public, que
son changement de nationalist ne lui
fasse pas perdre du jour au lende-
main la proprid6t de ses immeubles
et qu'un certain delai lui soit laisso
pour en disposer. Ce n'est qu'au bout
de cc d6lai que le Ministere public,
supplant ii son.inaction, intervien-
drait pour provoquer la licitation.
'Voil donc au moins un cas o0i l'tran-
gei est autoris6 non-soelement A re-
cueillir le prix d'immeubles vnndus,
rnais a garder pendant que-lq ue tern ps
ces immeubles momes. sans encou-
rir les foudres constitutionnelles !
M. LA.EAU : I1 6tait dejcA proprie-
taire. Ici il s'agit de le rendre pro-
pridtairc. et la Constitution s'y op-
pose.
M. SYLVAIN -: Nousoumrnon:stoujours
autour de lan mme equivoque que
j'ai essay de dissiper i notre der-
niere seance.
M. HtRAIUX: Je n'assistais pas a la
since, maiis il me semble que l'opi-
nion de notre college Sylvain se
concilie avec les terms de la Cons-
titution. La loi constitutionnelle per-
met i la femme haYtienne, devenue
etrangare par' son marriage, de res-
ter proprictai redes immeublesqu'el le
poss6dait avant le marriage. L'article












REVUE DE LA SOCIRETI DE LEGISLATION


5 lui accord bien un ddlai pour s'en
dt'faire, et le 16gislateur constituent
ajoute qu'une loi rigglera le mode
d'expropriation de'ces immeubles.
Or, la loi ainsi privue n'a pas 6t6
faite jusqu'ici. Tant qu'elle restera en
pure provision, l'haltienne revenue
dtrangi're sera dOment propiCutaire
d'immeubles en vertu do la Consti-
tution. Sans pouvoir acquriri des
biens immoubles, 1'dtranger peut
avoir un droit do crdance sur une
succession immobiliere. En vendant,
on lui donne l'argent, et l'argent n'est
qu'un meuble don't il a droit d'hdri-
ter.

M. VIARD : Je ne puis adopter l'opi-
nion du college Sylvain. Ce ((n6an-
moins, du project du Ministre me
chiffonne, ii ajoute a la Constitu-
tion..
M. SYLVAINt: Si ce n'est qu'une
question de r6daction, nous pouvons
modifier la formule employee.
M. HERA.ux: On peut 6valuer en
argent une succession-immobiliere
pour la perception des droits d'enre-
gistrement. C'est mine ainsi que cela
se pratique usuellement en France:
le droit de la Rogie se preleve sur la
valour total( d'un hi ritage. No pour-
rions-nouspasdire que, dans I'espece,
la succession sera 6valune en argent.
et qu'au partage, l'6tranger h6ritier
ne pourra concourir que pour sa part
en argent?
M. DENIS : De cette facon, on ari-
verait a avantager l'etranger au pre-
judice de l'haitien. Que deviendrait
alors le droit de celui-ci d'hdriter seul
des immeubles?
M. HIARAUX: Je ne vois pas com-
ment l'attribution A un h6ritier 6tran-
ger d'une part en argent dans la suc-
cession pourrait porter prejudice a
I'hl ritier haitien. Co dernier serait
toujours libre de garder les immeu-
bles composant la succession, A la
seule condition de d6sint6resser son
eo-h6ritier stranger.


M. LALEAU: Et s'il s'agissait de
biens partageables en nature?
M. HtRAux : L'dvaluation en serait
toujours possible. La RWgie,. come
le hoi dans l'ancicnne France, ne
perd jarrais ses droits
M. LALEAU: Pour cla, il vous fau-
drait bouleverser tout le Code civil.
M. SYLVAIN: La difficult de fire
concorder ensemble quelques textes
ne peut s'opposer l'adoption d'un
principle commander par 1'qquit6, s'il
n'est contraire ni t I'esprit ni A la
lettre de la Constitutioi.
M. LAFOREST : Je suis en faveur de
l'article 1,, du project du Ministre au
point de vue de l'equite, maisnon
au point de vue de la legality.
M. SYLVAIN : Avant d'arriver au
vote sur la partic finale de l'article
15, je vous proposerais de le fire
preceder du paragraphe suivant:
( Dans tous les cas ot soit un ;haitien
soit une lhatienne aura acquis une
nationality 6trangere, il aura un delai
de trois mois pour disposer de ses
biens immneubles. Passe ce d6lai, ii
sera. sur la poursuite des parties in-
tiressics, ou a leur d6tfat, du Minis-
tore public, procdd6 a In licitation
des dits immeubles selon les former
traces au Titre VII du Code de pro-
c6dure civile,.
M. DI)Nis: Rien ne nous empeche
d'admettre cette proposition.
M. LAFORMST : C'est la loi.
M. LALEAU: La discussion ne pour-
ra Mtre cl6turie qu'a notre prochaine
stance.
Vu l'heure avancee, ,la seance est
lev6e.

~----


`i)
i












REVUE DETLA SOCIETY DE LEGISLATION


Rdunion du 8I Avril 1905.

PRESIDENCY DE. M. MIAXIMIL1EN
LAFOREST.,

PREfSENTS: MM.Laforest,Denis. H&-
raux, Sylvain, Viard, Poujol, Laleau.
-%
M. LAFOREST. Le 2. alinea de l'ar-
ticle 15 du projetde loi sur la natio-
nalit6 est tpujours en discussion. No-
tre collogue Sylvain, a la fin de no-
tre derniere stance, proposait un pa-
ragraphe additionnel, destin ht re-
gler le sort des immcubles apparte-
nant aux Haitiens ddnalionalis6s.
Aucune objection n'ayant 6t6 faite A
cette addition, je la mets aux voix.
Le paragraph est adopt.
M. DENIS :
MESSIEURS,
Mon plus vif desir serait de voter avec
vous le 2u alinda de l'article 15 du pro-
jet, mais lorsque je compare ses terms
avec ceux de l'article 6 de la Constitu-
tion et des articles 587 et 572 du Code
civil, je vois l'impossibilit6 pour moi.
d'etre de l'opinion du Secr6taire d'Etat
des Relations Extirieures et des hono-
rables memlres de la SociWte qui so sont
prononces en favour de cot alinea.
Remarquez hien ce que dit l'alinea.
( Nianrnoins, si la succession com-
prend des immeubles, il ( 1'. iranigr )
pourra en demander la licitation et per-
cevra en especes ayant course, dans la
Republique la part qui pourrait lui reve-
nir desdils immeubles ,.
Vous lo savez, Messieurs, 1'hlritier
est le reprOsentant juridique du d6funt.
Des l'instant ou ]a succession s'ouvre,
il devient propri(taire et possesseur du
patrimoine du de cujus. 11 a le droit de
disposer comme il l'entend de tout ce
quicompose son heritage. Or, en vertu
de I'article 587 du Code civil, un hritier
stranger n'est adnis c succdder qu'aux
biens meubles que son parent stranger ou
haftien a laisses dans le territoire de la
Republique. A propos d'une succession
en immeubles, .Jetranger est place par-
mi les incapables, I'haitien seul suc-
cede aux immeul)les, lui soul en est saisi
d6s la mort du ddfunt don't Il continue la


personnel ; luiseul peut faire valoirles
droits qui lui comp6taient A cet regard.
En effet, 1'etranger, lorsqu'il s'agit
d'immeubles, peut-il avoir l'action en
petition d'her dit ? Peut-il exercer les
actions p4titoires ou possessoires, per-
sonnelles ou rbelles qui appartenaient a
son auteur haltien? Non, I'dtranger ne
succede pas aux immeubles ; succeder
c'est acq.urir. et le droit d'acquerir des
immeubles lui est formellement interdit
par la Constitution.
Of puiserait-il le droit de requerir !a
licitation des immeubles don't l'haltien
est seul heritier ? d'ofi proviendrait celui
du Ministere .public, suivant la modifi-
cation du rapporteur, pour faire proce-
der A cette licitation et remettre i l'e-
tranger la part qui lui reviendrait des
immeulles vendus ? Quelle part pourrait
hd revenir des immeubles don't il est in-
capable d'heriter et sur lesquels l'hal-
tien seul a son droit ligalement ktabli
des la mort du defunt ?
Mon opinion. Messieurs, base qu'elle
est sur I'article 6 de la Constitution et
sur les articles 572 et 587 du Code civil,
est que I'etranger ne pouvant pas ac-
querir les immeubles par succession,
n'a pas le droit d'en provoquer la licita-
ticn, non plus le minist6re public celui
de requerir cette licitation au profit do
l'etranger, et au prejudice de l'HaTtien,
seul capable de recueillir les immeu-
bles par succession. C'est vous dire que
je persisted at etre pour la suppression
du 2e alinea de l'article 15 du project do
loi.

M.'HtItRAUX. Je ne puis conseiitir
i laisser dire que le principle en dis-
cussion est inconstilutionnel. Quel a
6t6 le but du ]Pgislateur constituent,
en (d ictant la prohibition de l'article6?
C'Mtait d'empecher la retention de la
proprit6 foncibre par les Mtrangers,
de prevenir leur main mise sur les
immeubles. Unavantage indirect en
est result pour 1'Haition, celui d'itre
seul i pouvoir acquerir et garder la
proprikt6 immobiliore et les droits
immobiliers. Mais on no saurait Mien-
dre cetavantage au-deli des inten-
tions du ConstitLant de 1889. Le r6suil-
tatauquel aboutit la measure de pd6-
caution organisms dans le project de
loi sur la nationality est le mnme au-
quel vise l'article 6. L'lhieitier te'an-


32











REVUE DE LA SOCIETY DE L-EGISLATION


ger ne retient pas la terre, n'acquiert
pasl'immeuble; il ne participe qu'A sa
valeur en argent. Dss lors comment
pritendre que la volont6 du 16gisla-
teur constituant n'est pas ici respec-
t6e ?
M. SYLVAIN.- J'admire com me nos
efforts pour resoudre les objections
de nos divers contradicteurs ont glis-',
st sur. l'armure de bataille de notre
collgue Denis. Ce sont, en effet, !es
memes arguments, centre lesquels
je me suis escrime A nos deux pri-
cedentes s6ances, qu'il vient de re-
produire sans autres frais. Mon ex-
cellent collgue et ami Heraux, avec
une logique qui meparait bien diffl-
cile a r6futer, a de nouveau fait jus-
tice du reproche d'inconstitutionna-
litt..
Ai-je besoin de redire A notre cons-
ciencieux Secr6taire que nulle part
la Constitution en vigueur ne retire a
l'etranger 1'exercice du droit succes-
soral, et que la participation au prix
de la vente des immeublesd'unesuc-
cession n'implique pas ncessaire-
ment chez leparticipant la co-pro-
pridt6 des dits immeubles? S'il en
etait autrement, il faudrait dkeider
que le cranncier chirographaire qui,
en vertu des art. 1971 et 1972 du Code
civil, peut poursuivre 1'expropriation
des immeubles de son debiteur ap-
partenant a une succession oi le
debiteur a droit d'h:ritage; peut inter-
venir au partage on a la licitation
et provoquer mme, au besoin, I'une
ou l'autre de ccsa dux operations, ne
saur.ait participer h la distribution du
prix des dits immeubles, apres la
vente ou 'adjudication, qu'h la con-
dition d'en 6tre devenu proprietaire
_Conclusion inadmissible, car elle
s'oppose au texte de la loi. L'aptitude
successorale est de droit natural. II
n'est pas interdit par notre Constitu-
tion au legislateur d'en diversified les
effects. Que dans un iit,-rGLt d'ordre
public, ilaccorde I l'un la saisine de
l'immeubie, et refusant a l'autre cette
saisine, lui reconnaisse une creance
sur le prix de 1'immeuble vendu ou


estim6 selon sa valeur, en quoi la
raison se trouvera-t-elle froiss6e ?
C'est pratiquernent la nmene
chose, object Denis.
La reponse est faite par le Cons-
tituant lui-meme. qui n'a pas jug6
inutile d'obliger l'Haitienne devenue
6trangere par son marriage A vendre
ses immeubles, sauf t s'en attribuer
le prix.
- Mais (c'est Laleau qui parole vous
allez derouter ainsi toutes nos habi-
tudes d'esprit, dlsorganiser la sa-
vante architecture de nos Codes !
-Le"beau malheur, si par a1 je
sauvegarde le principle de l'immua-
ble justice! C'est affaire aux 16gistes
d'accorder les vieux textes avec l'es-
prit nouveau.
Je conclus :
Ledroil que nous voudrions voir
conf6rer a l''eritier stranger est un
droit de crdance. L'action qui en d6-
rive s'exercera non centre l'imUneu-
ble, mais contre celui qui en aura la
saisine, qui aura quality pour le fair
vendre. Cette action a pour fonde-
ment un principle analogue au prin-
cipe de droit natural, grAce auquel la
fenmme survivante, apres sa renoncia-
tion a la communaut6, peut requriri
des hiritiers du mari predddcdd le
payment des fraisdeson deuil.
M. POIIJOL. Tenant compn te de ce
qui vient d'etre dit, je propose de rem-
placer le 2e alinea de I'article 15 du
project par' la rIdaction suivante, qui,
apru-s le paragraphe additionnel i1',:Jt
vote, former la matiere d'un 31 ali-
n6a :
( Si, al ouverture de la succession
d'un haitien,' ii setrouvaitun stranger
habile a lui succ6der, ii lui seracomp-
te en especes la valeur de son droit
d'h6ritage, au moment de la liquida-
tion de toutce qui compose cettesuc-
cession. "
M. HiETRAX. J'appuie la proposi-
tion.
M. SYLVAIN. Je m'y rallied volon-


~ ~~












REVUE DE LA SOCIRTA DE LEGISLATION


tiers, encore que j'eusse pref6r6 une
r6daction plus franche.
M H.RAUX. La discussion pre-
ciso assez notre pens6e pour qu'on ne
puisse s'y tromper.
M. LALEAU. Je vote centre ce
texte, qui aboutit au meme rcsultat
que l'ancien, puisqu'il confond la suc-
cession des meubles et des immeu-
bles. Je reste pour la suppression pu-
reet simple du 2 alinda de l'article
15 du project.
M. DENIS. Mon opinion 'est que
s'il existe des valeurs mobiliires on
desespeces, elles seront attrihu6es ah
l'etranger, mais il n'a pas droit na
prix des immeubles don't I'haltien a
deja herit6. Je vote done contre le
nouveau texte.
M. VIARD. Je suis 6galement op-
pos6 -, la r6daction de notre college
Poujol, parce queje la crois contraire
a la Constitution. Ce qu'il y a encore
de micux a faire, c'est de retire du
project le 2 alinia de article 15.
M. LAFOREST. -Je declare me ral-
lier a la formule proposed, et ce, par
un principle d'equit6.
En consequence, -' amendeinent
pr6sente par M. Poujol est adopt
par la Societ6.




ACTUALITE

A measure que s'6tend le champ des
conquetes scientifiques, le pouvoir
de nuire prend du mime coup par-
mi les hommes une extension plus
redoutable. Peu d'armes sont aussi
dangereuses aux mains d'adversai-
res d6nuds de scrupules quo le cable
sous-marin. Un syst6me d'informa-
tions tendancieuses qui, sans partir
de donn6es tout a fait fausses, d6na-
(1) Voir les pr6cidens numioos de la Revue.


ture etexag6re les faits dans un sens
systematiquement pessimiste, pent A
la longue produiresurle credit d'un
people les memes effects rneurtriers
qu'une guerre ouverte, si sanglante
qu'on la suppose. C'est pourquoi nous
ne saurions accorder trop d'attention
i la faCon don't sont transmises de-
puisquelque temps aux Etats-Unis,
les nouvelles qui concernent notre
pays ou la Republique voisine.
J'avais cru, jusqu'" cos jours der-
niers, surla foi des d6peches de l'As-
sociated Press, reproduites par les
journaux de New-York, que le Con-
grcs dominicain avait voted le fameux
( protocole du 7 F.vrier, don't les
vicissitudes semblent destinies A for-
mer un si curieux chapitre dans I'lis-
toire diplomatique de l'Archipel des
Antilles. Mais si les d0put6s domini-
cains ont flni par avoir, le 27 F'6vrier,
communication du procieux docu-
ment, la verit est qu ils se sont abs-
tenus d'en connaitre a titre offtciel.
avant la decision du Senat des Etats-
Unis.
Cette reserve, inspire du louable
d6sir d'amoindrir, en cas d'dchec, la
bl- oire qui serait faite A l'amour-
propre national, n'6tait pas pour gi-
ner le Prdsident Morales et son Cabi-
net. Des que le Shnat se fut ajournd,
reculant jusqu'A la saison d'automne
tout e.poir d'une solution immediate,
ils so preoccupirent des moyens
d'escompter le b6nfilce de l'op6ra-
tion, A laquelle tionnent, d'apris eux,
le present ct l'avenir des finances de
Slur pays.
Par l'active entremisedu Ministre
Dawson, un modus vivenditut ndgoci6,
afin de permettre le fonctionnement
du service courant. (1) On en connait
ddja la substance: Un agent des
Etats-Unis gere les douanes domini-
caines; 45 0/o des recettes sont ver-
sees au Tr6sor; le reste, d(falcation
faitedcs appointemens de cet agent et
de ses auxiliaires, ainsi que des frais
de perception, est depos6 dans une
banque de New-York jusqu'au vote
(2) Voir plus loin le texte du Decret du President Morales.











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


du Senat. Si le trait est ratifiR, ie Secretaired'Etatqui,avecM. Loomis,
-montant du d6p6t sera reparti entire rest charged de l'exp6dition des af-
les cr6anciers de l'Etatdominicain, faires,en l'absence de M. Hay. Depuis
selon los stipulations q.ui y sont pr&- lors, un Haut Comnmissaire, M. Hol-
vues. Dans le cas contraire, le gou- lander, est parti pour Santo-Domin-
vernelmentdeSanto-Domingo repren- go, avec mission d'enquotecr sur la si-
drait la libre disposition des valeurs tuation financiere delaR6publiquedo-
depos6es, snuf a n6gocier directe- minicaine et d'en fair rapport it son
ment avec les interesses les condi- gouvernement. Un percepteur, desi-
tions de sa liberation. Rien n'etait gn6 par le gouvernement des Etats-
plus propre que cette perspective Unis, mais nommdun \ar le Prisident Mlo-
finale A rallier au trait les voeux des rales (la diplomatiedu (protectorat fis-
cr fanciers d'Europe. calbalde cessubtilit:-) presideitla ges-
Rendu circonspect par I'accueil tion des douanes. I1 s'appolle Colton et
fait au ( protocol du 20 Janvier, gagne 500 dollars d'appointemens par
qui. poe r avoir omis de prevoir la mois.On s'est entendu pour le consi-
ratifica4ion do 1'autorit6 l6gislati- diver, dans l'exercice de sa charge,
ve. avait 6veilld la susceptibilit"i du come un fonctionnairedominicain.
Senat,l Prid'sidentRooscvelt.avant de Quoique les terms du mandement
se prononcer sur l'offre du gouvercn- fussent d6jla assez att6nuans, M.
ment Morales, tint une sorte de Con- Adce ne jugea pas inutile de priciser
seil politique centre les membres de les conditions de l'adh6sion du Pou-
son Cabineet t quelques s6nateurs in- voir Exdcutif aux ouvertures du Pr,-
fluens de son parti. On cite notam- sident Morales. Toutes los initiatives
ment comme ayant etd consults les en cette affaire, dit-il en substance,
Senateurs Lodge, Spooner,. Foraker, sont venuesdes deDomiiinias ; le nou-
Knox. Les trois premiers, en leur xel arrangement est leur oeuvre; c'est
quality de membres du Comit6 des a eux qu'incombe le soin do l'exs-
affaires 6trangceres, avaient pris part cuter. Ce modus vivendi n'est d'ail-
S]la r6daction du Rapport favorable leurs qu'une simple extension de la
au trait'. Ils abondirent tous dans sentence arbitrale, en vertu de la-
los vues de leur interlocuteur. Pour quelle Ic government des Etats-
l'edification de la Haute Assemble, Unis percevait d(ja les recottes de
plus encore que pour leur conviction deux ports dominicains et les appli-
propre, le Pri'sident s, donna la pei- quait a la liquidation des erdances
no d'exposer les raisions qui, mili- de la Sant o-D- in' *.l" improvementCom-
taient en favour de i'acceptatiun des panU. Son objet unique est de garan-
propositions dominic aiines. 11 insist, tit le staltu quo, do facon a permettie
une fois encore, sur I icraictire pres- i executionn du trait pendant devant
sant do l'appel fait par la petite R6- ie Senat, au cas ot il viendrait i dtre
publique aux bonds offices des ltats- ratified. Pas plus que l'arrangement,
Unis, come Ia seule Pluissance ca- Ic trait" no peut, a un titro.quelcon-
pable de lui venir en aide, et conclut que, (,tre mis au compete des Etats-
que le devoir-et l'itort diu G(ouver- Unis: a c'est le traits dominicain ,
nement F['eddral 6taient de no pas fail- Ainsi- argument M. Adee, avec un
lii aux esprtances des jes ous na- desir manifest d'Otre cru sur parole.
lions marnricnines, .contiantes on s Qu e (e cef du Pouvoir Executif et
force ot en sa geneLrotsitO. son Sous-Secretaired'Etatsesoient en-
Le riGultat de cette consultation tours d'un tel luxe de precautions, a
politirque fut port A la connaissance propose d'une measure. present6e par
du public par ui m!ndement offi- eux come purement conservatoire
ciel (1) address ait M. Adde, le Sousi et n'engageant aucunnenent lavenir,
_____ cola t:-iinigie de quelle puissance
(1) Cemandmnt ot, (order) est aussi reproduit plus loin. dispose 1' opinion aux Etats-Unis












R EV UE IE LA SOCIETY DE LEGISLATION


puissance souveraine, si le Pr6sident caine, elle s'apprtte a-y fire front,
Roosevelt, avec sa belle popularity, pendant la session prochaine, du bloc
au lendemain d'une des elections les solidede ses31 votes. Russira-t-elle,
plus brillantes qui aient jamais sou- come ellel'espere.A empicher la ra-
lev6 l'enthousiasme d'un part poli- tification definitive du trait? L'lh6te
tique, croit devoir user do mnnage- actuel delaMaisonBlanche passe Ibon
mens envers elle. Peut-etre qu'A droit pour etre tenace dansses idies,
pousser un peu 1'analyse, on trou- et lapresse officieuse fourmlle de lu-
verait chez l'ancien colonel des Rough gubres augures, emnpress6es rappeler
Riders, chez l'ap6tre de la. Vie intense, (qu le project d'annexion des ilesHa-
I'indice d'une certain inquietude sur wai etl'amendement Plattavaientaus-
1'apprkciation quo font de sa politique si en leurtemps rencontrd au Si'nat
dominicaine les groups conserva- une irriductible opposition: ce qui
teurs,- cc Tiers-Etat amcricain, don't n'emppcha pas les tacticiens politi-
il souhaite passionndment 1'applroba- ques de leur procurer finalenment et
tion, et qui, plac6 entire l'aristocratie vaille que vaille le bendfice de la
d'argent et les masses populaires, sanction legislative .. C'estsurtout
par son ferme bon sens, ses tradi- en maliere parlementaire qu'it est
tions de gravity, sa sincere pr6diloc- avec la loi des accommodemens ..-
tion pour les causes justes et humai- D'autres ames charitable font, en
nes, contribute a retenir le jingoisme outre, remarquer que la Republique
militaire au bord du clhemin d des dominicain a des 'i..,biCn enga-
aventures. geantes de supplier qu'on I'embouteiUle
Depuis le jour om, deviant Ie Senat L'OncleJonathantientfort,sansdoute
attentif, le rude dialecticien de l'Ala- ia 'ester vertueux ; mais fire grise
bama,le Senateur Morgan, d6montra mine ind6finiment it d tells avan-
que le plus clair profit de l'interven- ces, est-ce dans la measure des forces
tion des Etats-Unis serait de fortifier, humaines ?
centre le voeu des populations domi- Apris tout, ces Dominicains sont
nicaines, le pouvoir personnel du los meilleurs juges de ce qui doit
PrFsident Morales, le doute qui, des fire leur bonheur. Puisqu'ilsont tant
le d6but, s'etait 61ev6 sur le bien fon- besoin d'ftre proteges, le bon Jona-
(t de cetto intervention, n'a fait que than se d6vouera a leur civilisation et
,. n.-..,; ,, ao l,,A r.t,-,.i. T a ni an i ul r eur bien -tre...


C,.I lJ l.l I VA..II l.c-? Il .. 1 l ..- A .IL /.c ll t.t-tj
nivendidu 31 Mars n'dtant pas autre
chose quo la mise en vigueur par-
tielle du (( protocol du 20 Janvier,
don't Ia publication avait suscit6 des
critiques assez vives pour que le DI)-
partement d'Etat estimnt prudent de
le d6savouer, on s'attendait bienh
voir l'un et I'autre en butte aux mo6-
mes attaques. D'ou la vrplique pri-
ventive de M. Adee.
Loin de desarmer, I'opposition de-
mocratique ne se retient pas de de-
clarer que l'arrangerent est incons-
titutionnel, pour avoir 6t6 couclu par
Ie President des Etats-Unis en de-
hors du Senat et au mipris de son
droit de sanction. Convaincue d'ail-
leurs que cet acte, come le lirece-
dent, tend a consacrer un protecto-
rat virtuel sur la Republique domini-


Tandis que s'amorgaient ainsi des
resolutions, Cdcisives peut-6tre pour
l'avenir do notre ile, le gouverne-
ment d'Haiti 6tait, Ic 29 Mars dler-
nier, mison cause d'une facon tot h
fait inattendue par un cablogramme
de M. Powell au DipartemeDt d'Etat:
Troubles gra':es imminens Ihaili. Les
autordtes douteni qu'elles puisssent main-
lenir l'ordre et la paix le 31 mars-et le
fet Avril.

Sous ]'impression 'e: cette d6piche
alarmante, qui fit le tour de la press
europeenne, on donna l'ordre au croi-
seur Brooklyn do se rerndre imm'cldia-
tement deGuantanamo Port-au-Prin-












REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ce, pour prot6ger les interets des ci-
toyens des Etats-Unis.
Lajournde du 30 Mars ne s'itait
pas 6coul6e, que le Ministre d'Halti A
Washington recevait du Pr6sident
de la R6publique haitienne, A qui il
s'etait aussit6t refere, I'assurance que
le pays 6tait tranquille, sans aucune
menace de trouble; le Gouvernement
n'avait jamaiscess6 de r6pondre du
maintien de I'ordre ; et la loi concer-
nantles boutiquiers syriens q'ui avait
servi le pr6tcxte A la dppeche s'ex6-
cutaitdans le plus grand came.
Un d6menli official fut, en cons6-
quence, oppose par le Ministre Leger
aux allegations de M. Powell, allega-
tions don't le Dpartement d'Etat finit
par reconnaitre le caractre fantai-
siste.
IIn'en restait pas moinsun tort sen-
sible, caus6 aux relations commer-
ciales et financieres du pays, a son
credit exterieur.
On se demand sous l'empire de
quelle inexplicable nervosit6 a pu
agir ce diplomat issu de notre race,
en payant d'unesemblable monnaie
l'u'niverselle sympathie don't nos pn-
pulations et nos gouvernans 'ont ho-
nore pendant les huit annees qu'il a
vecues parmi nous! Si, jaloux des
lauiiers de son college de Santo-
Domingo, I'heureux M. Dawson, M.
Powell, avant de quitter notre terre
hospitaliere, avait tenu a donner une-
idde exact de ce qu'il pourrait entre-
prendre,a l'occasion, centre la nation
haitienne, it ne s'y strait pas pris-
autrement.
La le:on qu'il faut en retenir, c'est
que, pour sauver des 6cueils don't so
borde sa route la barque qui porte
nos destinies, nous ne devons pas
computer sur d'autres que nous-
memes.
GEORGES SYLVAIN.
22 Avril 1905.


SArrangement provisoire conclu entire le
Gouvernement Dominicain et le Gou-
vernement des Etats-Unis.


CARLOS F. MORALES,
President constilulionnsl de la RNpubli-
cque,
Dans Ic but de protdger tous les cre-
anciers de la ROpublique jusqu'cceque Ie
Congres domicain et le Senat des Etats-
Unis statuent sur la Convention signde tl
7 fevrier de l'anne courant entire les
representans des Gouvernemens de la
Republique Dominicaine et des Etats-
Unis; laissant subsister a I'6tat latent
la sus-dite Convention afit d'en faciliter
la complete execution, si elle etait rati-
file, et de ne porter pr judice a aucun
droit, si elle etait rejetee,
Le Conseil des Secretaires d'Etat en-
tendu,
A rdsolu:
1l De nommer une personnc-pour per-
cevoir les recettes de toutes les douanes
de la Ripublique et, pour la plus grand
garantie des creanciers de celle-ci, de
laisser au President des Etats-Unis-le
cloix de la personnel lui devra perce-
voir les dites recettes. 1'Executif domini-
cain devant lui conferer les pouvoirs ne-
cessaires, si ce choix etait a sa satis-
faction ;
2' Les sommes recouvrwes seront rd-
parties comme suit:
a. a Quarante-cinq pour cent, devant
fire face aux d6epenses budgetaires;
Sb). Aux ddpenses n'cesaires a la per-
ception, y compris tous les salairos des
employes de douanes;
3" Le sold, en tant que valeur desti
n6e au pavement des creanciers, sera
imm6diatement depose dans une banque
de New-York, design6e par le President
des Etats-Unis, et y restera en dep6t, au
profit de tous les cr6anciers de la RPpu-
blique, tant dominicains ,I'l',-irig.i ,
sans pouvoir Otre retire avant que le
Conghrs dominicain et le Sfnat des Etats
Unis aient statue sur la Convention pen-
dante ;
4 Si la resolution finale du Congrbs de












REVUE IDE LA SOCIET1E DE LEGISLATION


la R6publique dominicaine et du Stnat Maison Blanche, Was
des Etats-Unis est favorable A la Con- le 28 Mars 19
vention pendant, los sommes deposMes-
seront distributes entree les crianciors,
en proportion de leurs justes creances, Au Sous-SECRETAIRE D'ETAT.
conformement h la dite Convention. Si J'ai soigntusement examine
la resolution des dits Congrbs et S.nat -gramme suivant du Ministre D:
est contraire. les sommes sus-montion-
n6es resteront a la disposition du Gou- Secr6taire d'Etat.- Washington,
vernement dominicain pour une distri-
bution-dquitable dtrc faite entire les cre- Soun la pression de creanciers 6tra
anciers, selon arrangement qui inter- de perils intdrieurs, le gouvernement
cain offre de nommer un citoven di
viendra entire eux et leditgouve nement, Unis receveur des ports du Sud en atte
50 Afin de mentor a bonne fin ce qui est ratification du protocote; quatre ports
Smonseront administres d'apris la senter
ci-dessus exprim6, le Pouvoir Executif trale. 45 p. 100 en tout sont attribuns
suspend tous paiements sur les dettes vernement, 55 p. 100 seront ddposes
do la R1publique, de quelque nature York pour la distribution en etre fa
qu'elle soient, pendant le temps que ce ratification. Les.creanciers ne devron
modus vivendi sera en vigueur. treprendre quoi que ce soit dans l'i
Aucun effet no sera requ en pavement et le receveur aura plein pouvoiri de si
des droits des douanos et de port, et le les contracts privildgids des imtportate
montant integral de tous imp6ts paya- creanciers italiens, espagnols, allem
ble enter des douans sr amricais, a exception de la Compag
bles d l'entrie des douanes sera remiss provement )), ont accept sans condit
au percepteur don't ii est question dans representants de la Belgique et de la F
la presented resolution. commandent 1'acceptation.
60 Ce modus vivendi n'implique pas Un MODUS VIVENDI est absolnment
1'intention d'ing rence ou de change- re. Je suis pret, si vous le desiroz A'n
ment dans leo droits substantiels des a Washington, desle 25, pour expliqu
crdanciers ni do repudiation ou de mo- tails et modifications pouvant Utre apl
dification d'aucune desconventionsfaites dantou l'ffaire resterat en us
jusqu'ici par le Gouvernement, si ce
nest que l'excution ifnmadiate des dits rdona Ministrd'a i
droits et des dites conventions rest sus- J'ordnne Min p itio d' u
pendue par le sursis stipule dans la pro- nement de Santo-Dominio pou
senate a nement d. Santo-Domingo pou
couvrement et la conservation
70 Ce modus viiendi commencera at sor- revenues pendant la deliberation
tir son plein offet, des le premier Avril nat des Etats-Unis sur le trait.
de I'annee on course. dans 'intervalle aucun clhanii
n'intervienne dans la situation
Donnc au Palais, National de Santo- rendrait inutile la conclusion d
Domingo, capital de la Rdpublique, le ou amenerait des complication
31 Mars 1905, an 69" de l'Independance son execution.
et 4.20 de la Restauration. Le Secretaire d'Etat do le Gue
Etats-Unis prosentera i 1'agren
MOHAL.ES. President de la Republique dom
(Controsign) : des citoyens pour occuper les
Le Ministre des Finances et du Commerce, nt i est question, tat dans hi
du NoVELASQUd u sera du Sud. e plus g
I"ERI)ERICO VELASQUEZ. sera apport6 assuremont dans I


iington
05.


Ie tl&e-
awson:


rngers et
domini-
es Etats-
endanit la
du Nord
rce arbi-
Sau gou-
ia New-
ite aprds
t pas en-
ntervalle,
uspendre
urs. Les
hands et
nie ( Im-
,ion. Les
rance re-

n6cessai-
le rendre
er les d6-
portes au
pens pen-
'SON.

;cer for-
gouver-
r Ie re-
de ses
du S6-
tain que
cement
: ce qui
u trait
is dans

'rre des
lent du
inicaine
employs
ds ports
rnd soin
e choix


d'hommes capables et dune integrity
absolue, lesquels devront, autant que
possible, avoir quelque connaissance de
la langue espagnole. Toutes les sommes
recouvrecs, tant dans les ports du Nord
que du Sud, ot non remises au gouver-
nement dominicain, seront ddpose:.s
dans une bauque do New-York qui sera
d6signde par le Secr6taire d'Etat de ta



(












REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Guerre, et y seront conserves jusqu'a
ce que le Senat ait statue. Si la solu
tion est contraire, I'argent sera remis
au gouvernement dominicain ;.si elle est
favorable, il sera distribu6 aux cr6an-
ciers en proportion de leurs justes re-
clamations, conformement au traits.
En attendant, M. Hollander fera une
enquite complete sur ces reclamations,
y compris celle de la Compagnie am6ri-
caine Improvement et fera un rapport
detaill6 de toutes les informations qu'il
aura pu obtenir a propos des sommes
actuellement perques par la Republique
Dominicaine, du montant des dettes no-
minalement accuse, des circonstances
(autant qu'elles pourront ktre d6termi-
nees ) dans lesquelles ces dettes ont ete
contracts, etc.
Cette enqu6te est rendue necessaire
par les circonstances particulibres de la
cause. Le trait actuellement pendant
devant le S6nat a ete conclu avec-le gou-
vernement dominicain, i la demand
pressante et plusieurs fois reitre6e du
Gouvernement Dominicain, et a Wet sou-
mis au Senat, parce que. dans mon ju-
gement, c'etait notre devoir envers nos
voisins moins fortunes de repondre a
leur demand de secours, 6tant la seule
Puissance capable de fournir ce secours
et leur besoin d'aide Otant tres grand. Le


traits est en ce moment devant le Senat
et a ete l'objet d'un rapport favorable de
la part du comit6 des Relations Ext6rieu-
res. II est pendant, et une solution d6fi-
nitive interviendra sans nul doute, lors-
que le Congr6s se reunira, a la fin de
I'annee. En attendant, le Gouvernement
Dominicain a sollicitd l'adoption des me-
sures ci-dessus indiqu.es: c'est-a-dire
qu'il desire ainsi maintenir-le statu quo,
de fagon que, si le traits est ratified, il
puisse Otre execute.
En vue de ce resultat, j'ordonne que
l'arrangement propose soit approuvg. II
prendra fin, des que le Senat se sera pro-
nonce dans un sens ou dans un autre.

THAODORE ROOSEVELT.
*9--****** --


BIBLIOGRAPHIE


Nous avons eu plaisir A lire le conte
local que M. Justin Lhdrisson, direc-
teur du journal le Soir, a public en
brochure, sous le titre: La famille des
Pzite Caille et en fNlicitons bien cor-
dialement notre excellent confrere.


.- --


__


i-


"'
`3i .,:
















REVUE
DE LA


SOCIETY DE LEGISLATION


Paraissarffle 2 de chaque Mois.


Coriiti de IDirection et de Iedaction
Messieurs:


SOLON MENOS ....
LAMARTINItRE DENIS
ED. HERAUX .
MAXIMILIEN LAFOREST.
GEORGES SYLVAIN .
A. DYER .........
SF. BARON .....


SOMMAIRE:
I. Si NCES DE LA SOCITtI :
Discussion du project de loi sur la nationality
(suite et fin.)
a).- Reunion du 26 Avril 1905.
b). Reunion du 3 Mlai
c).- Reunion du 17 Mai.
d).- Assemblee g6nerale du 24 Mai.
e).- Rdunion du 2 Juin.
II. Texte amend du project de loi sur la natio-
nalit6 amend par la Socidte.
III. Une loi rare. Loi du 5 Aofit 1872.
IV. Bibliographie.


SANCES DE LA SOCIiTE

Reunion du 26 Avril 1905

Pr6sidence par interim de M. MAXI-
MILIEN LA-'OREST.
PrIsents: MM. Laforest, Denis. H&-
raux, Sylvain, Baron, Poujol, Jdr6-
mie.


PRESIDENT.
SECRETAIRE-GINERAL.
TRtSORIER.

MEMBRES.


M. LAFOREST: Messieurs, je crois
6tre l'interprete de vos sentiments en
exprimant, des l'ouverture de la se-
ance,-les regrets que nous inspire le
malheurarriv6a notre col i,'ue Viard.
qui vient de perdre son p!,re. Une de-
16gation, choisie parmi les membres
ici presents, ira tout-a-l'heure porter
h notre coll]gue et h sa famille les
condoliances de la Societe.
( Assentiment)
M. Sylvain donne lecture du pro-
ces-verbal de la seance du 18 Avril
qui est sanctionn6, apr6s un 6chan-
ge d'observations entire MM. Laleau,
Denis et Laforest.
M. SYLVAIN : J'ai etk charge par
deux correspondents de poser a notre
Societe les questions suivantes:
1o Dans quel sens conviendrait-il
que le Gouvernement haitien modi-
flit ses traits de commerce pour
maintenir en de. limits raisonnables


'' c -- ---L~- Y-~---*L~-~-~P-~-IIIP-


130 & 14' ANNIES N* 3.


PORT-AU-PRINCE


JUIN 1905'











42 RE, UE DE LA SOCITF1 DE LEGISLATION\


l'interpr6tation do la clause de la na- ment, nul n'oserait le soutenir, et quand
tion la plus favorisce ? la Constitution prend soin de definir, par
20 Comment se precise et se limited oxermple, qui est HaYtien. comment on
le droit de l'Etat on matinrre de res- devient citoyen et comment on eosse de
Sl'ltre, elle restraint notablement le
frictions it la lib.rte dc la pe'che ma- champ de reglementationde laloiorgani-
ritime ? que. On dirait meme qu'elle a voulu pr6-
M. LE PRESIDENT : Notre collgue ciscrles hornes de cette action : elle ron-
Poujoi aura l'amabilit] de se charger voice a la loi pour 6tablir lesreglesd'apris
du rapport sur la premiere question lesquelles I'dtranger est habile a devenir
et notre coll6ue Laleau, du rapport ialtien ( art. 4 ) ; fixer In mode d'expro-
Scopon. priatiL de l'hiaitienne revenue dtrange-
sur la second. ( Acceplt. re par son marriage ; dterminer los for-
M. SYLVAIN : inalitds ndcessaires pour qu'elle puisse,
1o marriage dissous, recouvrer la qua-
Messieurs, nous faisons ici une teuvre lit6 d'haltienne ( art. 5 ). Ft c'est tout.
de bonne fol. C'est la verit& quo nous re- En dehors de ces cas, une loi particu-
chercllons, sans systOme preconcu, sans liere sur la nationality p.ut-elle inter-
parti-pris. Je n'attacihe pour mra part, venir? DIvelopper le text constitution-
aucunsentimentd'amour-propre person- nel, c'est courir le risque d'y ajouter;
nel aux idees que j'cmets et n'hositerai essayer de le prcciser, c'est s'xposer a
jamais i reconnaltre mon erreur. toutes y contredire.
les fois qu'il me sera d6montre que j'ai Un example 6clairera ma penso : le
eu tort. droit adoption est-il dans notre Consti-
)epuis notre dernicre seance, des ob- tulion ? Je ne sais pas trop, mais jo croi-
jections mi'ont Ote formulCes i pr)opos du rais plut6t que non. On nait ihatien ou
principle mOme du project de loi don't on le devient, selon les formes traces
nous avons termiiin l'examon. Je les ai par la loi. Pour I'haitien de naissance,
trouvOes assez graves pour meriter de opter en favour de la nationality hat-
vous Otre soumises. tienne ne lui confere pas cette nationa-
0 a iitO : il I'avait deja sans condition ni re-
On m'a dit: mission. Opter en faveur de la nationa-
Dans l'ct.at acltnel do notre legislation, lite etrangere no lui sort pas davantage:
les questions qui out trait it I'acquisition la Constitution oblige tout haltien qui
et it la perto die la quality d'Haitien pou- veut d decline la quality d'Haitien a
vent elles faire utilement, 'objet d'une aller so fire naturaliser it Fetranger.
loi organique ? La nationality n'est-elle Pour l'etranger de naissance, il nv a.
pas une matiere que le 1lgislateur cons- pas actuellement d'autre fa'on de deve-
tituant senmble s'tre reisqrvee ? Tout lo nirhaitien q.ie d'accomplir los formalitds
monde est d'accord pour deplore 0 que de la naturalization.
notre Constitution s'en soit encomblre. Pas de place done pour une option
Nous aurions certes advantage i pouvoir dans la Constitution de 1889. Ainsi en
fire binificier sur ct point notre Id- est-il i c'est i presumer ) d'autres points
gislation des progris rialised ailleur(s, du project de loi. auxquels nous tien-
a la favour des rappr.ce:limeints interna- drn'ios a just titre.
tionaux ct ait prlvenil ainsi dos cau-ses iEn some, I'examen consciencieux
de conllits. \iais on sait quclle archloe que nous avons fait de ce project res-
sacro-sainte est note Constitution et tera, je l'espere, et acquerra toute sa
combien il est dir'icile d'en oltonit la; valour pratique. quandla matiere quoi
revision. Moins on la respect dans la cllo s'applique pourra dans t'utes ses
prali(que, plus on a peir, co semble, d'y parties 6tre utilement traitee par les
toucher dans les formrues i ogales. Tant y C!ambnres
a que nous devons tous hliter do nos Mats peut-Otro- conviendrait-il que
vcrux Ic jour out la Constitut;on ha- I dans la leltre don't nous accompagne-
tieolne, conmm los Constitutions do la rons nos modifications, nou's fasC-ions
pltipart des pays civiliss, so re duira 'i .la reserve de principle qu'implique le
l'iiinei i deq(uelquesp incicies essentials, scr-upule ou je suis retenu: Pourresou-
laissant aux lois particuliOres Ie soin dre efficacenient ot avoc toute l'am-
d'en dovjlopper 'esprit et d'en .h'1 r pleur desirable les questions que sou-
i'application. Qu'il en soit ainsi actuelle- lve la nationality, il importe que cette












REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


matiero soit retiree de la Constitution.
En- attendant, une loi particuliere ne
peut resoudre que les-points don't le 16-
gislateur constituent arenvoye la r6gle-
mentation i la loi.
J'avoue que, dans l'entralnement de
note discussion, le cas ne m'6tait pas
d'abord apparu sous cet angle,et que bra-
vement j'ai poursuivi le debat avec tous
tons les developpements qu'il compor-
tait, sans trop me soucier de me voir
opposer ce qu'en style parlementaire,
on aupelle la question proalable ,. Au-
jourd'hui cettc question se pose: nous
ne pouvons pas l'eluder.

Sur la demand de M. Poujol, ap-
puy6e par M. Laleau, on decide que
cette communication sera. vu son
importance, imprimee et distribute
pour etre discutee a la plus prochai-
ne stance.



Reunion du 3 Mai 1905.

PRfISIDENCE PAR INTERIM DE Ml. MAXI-
MILIEN LAFOREST.
Sont presents. MM. Laforest, He-
raux. Sylvain, Viard, Poujol, Laleau.
Sanction du proces-verbal du 26
avril.
AM. I.E PaIRsIDENr : Notre collhgue
Sylvain a appel6 attention de la So-
ciet6 sur une question de principle
qui, selon lui, domine l'examen du
project de loi sur la nationality. La
matiere mrme don't s'occupe Ic pro-
jet n'est-elle pas du doinaine du le-
gislateur constituent et peut-elle fire
utilement I'objet d'une loi organique?
C'est le point en discussion.
M. SYLYAIN : Pour rester sur un
terrain pratique, j'avais demanded
come conclusion de ma communi-
cation A la Soci6td si elle ne croit pas
convenable de formuler dans sa let
tre au Ministre une reserve de prin-
cipe, concue dans le sens de la ques-
tion quo vient de poser notre Pr6si-
dent. Mais il faut remarquer que le


16gislatcur constituent, tout en sem-
blant s'tre reserv6, dans la rnatiere
de la nationality, les definitions les
plus importantes, renvoie cependant
.express6ment a la loi pour certain
points, rappels dans la communica-
tion. Or, en faisant la collation du
texte du project avec celui de la Cons-
titution, on trouve que. sauf quelques
articles a modifier pour rentrer dans
les terms de la communication, deux
a ramener au texte do la Constitution
et deux i retire, le project ne sort pas
du cadre trac6 par le Constituant de
1889. C'est ce releve( que je vous
demand a fire en commun pour
mieux fixer notre discussion.
M. POUJOL : Je ne m'explique pas
bien que la Soci6te de L6gislation
ayant tudi6 mninutieusement le pro-
jetqui lui a 6t6 soumis, puisse reve-
nir de propos d(libere sur cet exa-
men, car c'est remettre en question
le project meme qui a 6t6 vote. Je
ne comprends pas que des objections
partantdu -dehors puissent trouver
echo dans la Soci6 t6 et 6tre soutenues
par un de ses membres, qurtout par
un cde coux qui ont le miiux etudi6
le project. S'il en est ainsi, nos tra-
vaux se serontjamais diW iitifs.
M. LALEAU : LaSocieti( ;ie s'est ja-
mais, ce np semble, inurdit la fa-
culte de revenir sur ses ,,)tes, quand
les questions traitees lui .-ont prcsen-
tses sous une face nouvelle,
M. VIAD :
Messieurs,
Notre college Sylvain a lu a la
derni6re stance de la Societ6 les re-
flexions quo lui a sugg& ies en der-
nibre analyse le project de loi sur la
Nati6nalit6, soumis a noire examen
par M. le Ministre F6rere, Secr6taire
d'Etat do 1'Instruction publique et
des Relations Extirieures.
Je n'entends point absolument com-
battre l'opinion qu'il 6met au sujet
des apprehensions qui l'ont d6termi-
ne a vous signaler certain c6t6s de-
fectueux du travail que nous gallons
remettre i M. le Ministre.












REVUE DE LA SOCItTEI DE LEGISLATION


Maisj'ai pens6 que, dans l'inte6rit
g6n6ral, il 6tait ncessaire que cha-
cun exposAt ses vues sur les consi-
derations qui font l'objet de sa com-
munication. Aussi avez-vous bien fait
d'en remettre I'examen a notre s6an-
ce de ce jour.
II se peut bien qu'a la suite de nou-
veaux d6bats nous arrivions it re-
connaitre que ses raisons sont dignes
d'etre appreci(}es; mais nous avons
pour devoir de les soumettre a une
6tude approfondie avant d'accepter
les reserves qu'il nous propose.
Je me suis aperqu que notre coll.-
gue n'a 6t0 retenu, ainsi qu'il nous
I'apprend d'ailleurs- que par un
simple scrupule, apres avoir eu a
6couter certaines objections qui lui
ont 6te formuldes a propos du prin-
cipe mime du project de loi, depuis
que, a notre stance du 18 Avril 6cou-
1,, nous y avons mis la derniere main.
Pourquqi ce scrupule? Voila ce que
je me suis demand et que nous de-
vons nous demander. L'absence
d'une loi sur la Nationalite se faisait
sentir depuis longtemps d6ja, preci-
s6ment parce que la Constitution, tout
en exposant dans los grandes lignes
de ses prescriptions, comment on est
haitien et comment on peut le deve-
nir en tant qu'on est Stranger, n'a pas
pu d6finir toutes les voies par les-
quelles il faut passer pour acquerir
la nationality haitienne.
II y en a de nombreuses, cepcn-
dant les avons-nous jamais fait con-
naltre depuis notre indipendance ?
Avons-nous jamais indiq u ai l'enfa nt
n( de pere haitien sur le territoire
anglais, comment sans susciter au-
cun ennui a la patrie de son pore, il
pouvait embrasser la nationality de
celui-ci? Si la Constitution qui ne prd-
voit pas le droit d'option, reconnait
cet enfant come citoyen haitien,
alors que la loi anglaise le rdclame
pour un sujetdo la couronne d'An-
gleterre, en vertu de quelled disposi-
tion 16gale fera-t ii valoir sa volont.f
express d'Ctre plut6t haitien qu'an-
glais? Dites, Messieurs. II y atoute-
fois 1a matitre a reflexion.


D'autre part, nos nombreuses Cons-
titutions ont toujours 6tabli que les
descendants de la race africaine sont
habiles a devenir haitiens, sans ce-
pendant qu'aucune loi ne soit venue
r6glementer acquisition de la qua-
lit6 d'haltien par nos cong6neres.
N'est-ce pas une dangereuse lacune
qu'une loi dolt faire disparaltre ? Et
puisque je suis en vole de tout dire,
ne serait-ce peut-6tre pas ce qui nous
a souvent mis en presence d'indivi-
dus de notre race, jouissant de tous
les droits civils et politiques chez
nous, mais gardant avec adresse une
telle attitude dans nos affaires inte-
rieures qu'a la moindre difficult, ils
pouvaient so retrancher derriere leur
nationality d'origine. Reflechissez-y,
Messieurs.
Ce project de loi que nous avons etu-
did vient tris a propos pour doter-
miner tous les casket mettre un frein
A des abus qui nous ont suscit' de
poignantes deceptions. Les articles
de ce project d6coulent A mon avis de
ce qui est prescrit dans les disposi-
tions du titre II, chapitre 1" de la
Constitution de 1889. Rien de tout ce
que nous avons admis n'y porte au-
cune atteinte. Or, je ne vois en quoi
les modes 6tablis dans ce project pour
acquerir la nationality baitienne peu-
vent ajouter a l'esprit du pacte fon-
damental. Quand, par example, nous
6pr4tons aver la loi-mere que ,, tout
individu, ne en Haiti ou ailleurs de
p1)ro haitien est Iaitien, nous res-
tons dans Ic texte meme et nous ne
faisons que fortifier la disposition
I constitutionnelle. Mais s'il nous fal-
I !ait nous arliter au mot aillears ",
It tons-nous do Ie dire, pour consi-
SdeVrer l'enfant, ne en pays anglais.
n'est-ce pas qu'en vertu de la loi an-
glaise, on tel enfant, comme nous
'avons plus haut expos, est aussi
bien hattien que sujet aiugl.i- ? Com-
ment fire alors pour revendiqu er
iun droint que nous croyons nous
I apparitenir solon note organDisation
Spoittiquoe t sc eiale "?
N'est-ce pas la tacult6 que peiut
avoir cet infant devenu majeur de











REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION


boneficier du droit d'option ? Autre- raisons djai deduites. I1 faut une
ment il y aurait une bizarre anoma- sanction. Sous quelle forme doit-elle
lie d'un individu d deux patries, que 6tre donnie? C'est it mon avis l'obli-
la 1]gislation haitienne serait impuis- gation qui doit etre faite a 1'cnfant
sante a detruire, en ces temps oft devenu majeurde declarer formelle-
'imperialisme chez les grands peu- ment par devant qui de droit que, n6
ples n'est autre chose que o la force en Haiti, il embrasse par l'option la
prime le droit. L'option est done nationality de nos peres. Par ce mo-
une chose admissible dans la loi par- yen nous aurons toute s6curitJ ne-
ticuli're que le pays veut se donner. cessaire pour que nos droits soient
Voyez-vous d'ici, s'il en 6tait autre- respects et que la force brutale n'en
ment, l'Angleterre reclamant comme impose. Nous agirons de mrme en-
son ressortissant, un fils d'haitien, vers celui n6 de more eirangdre sur
habile d'apris notre Constitution a notre territoire et descendant de race
jouir de tous les droits civil et poli- africaine.
tiques en Haiti, rien que parce que Tels sont, Messieurs, les points que
1'enfant est nc sous le pavilion bri- j'oppose a la communication du col-
tannique. 16gue Sylvain et je me permets d'es-
Notre Charte consider encore com- perer qu'ils auront toute votre patrio-
me haitien ( tout individu n6 6gale- tique attention. Je ne pouvais pas
ment en HaYti ou ailleurs de mere rester sans les produire, apres avoir
haitienne, sans etre reconnu par son lu le travail de notre college, 'base
pere ,. Combien ont vu le jour dans sur des observations tardives et qui
ie sens de cette disposition express, vont nous obliger peut-6tre A detruire
n'ont pas gard6 la nationality hai- en son entier un project de loi que
tienne et ont kt6 cause des d6boires reclament nos relations internatio-
qui nous ont afflig6s? nales.
Combien ont v4cu parmi nous dans M. SYLVAIN : Je r6ponds d'un mot
un strange silence A la faveur d'un aux collogues Poujol et Viard. Notre
6tat de citoyen haitien non defini net- pr6tention n'est pas de fire oeuvre
tcment, nous ont donn6 le plus inju- definitive. Nous nous 6clairons pour
rieux camouflet, lorsqu'ils se sont vus teacher d'eclairer les autres. De quel-
en bonne posture de nous gruger a que c6t6 que nous vienne la lumiere,
propos de mesquines questions d'in- elle est la bicn venue. L'utilit6 du
te6rt personnel Combien enfin ont project de loi n'est pas, ne sau'rait 6tre
fait naitre des difficulties expresse- en question. Tous nos efforts no ten-
ment pour en tire un profit illicite dent qu'a en faciliter 1'adoption par
en faisant braquer sur la terre de les Chambres. Vous noterez, Mes-
leurs ancetres le canon stranger? sieurs, que c'est moi qui ai com-
N'oublions pas l'histoire, Messieurs. mence par dire que les modifications
La loi doit indiquer les formalities a a introduire au project, pour satisfaire
remplir envers celui qui prend nais- au scrupuledont je n'ai pas 1ihsite a
sunce sous cctte condition, me faire l'echo, se reduisent, en som-
Le 3" alin(a de l'article 3de la Cons- me, a un assez petit nombre d'arti-
titution veut que ,, tout individu n6 cles. Sij'avais t. laisse libre de pour-
en Haiti de pere etranger ou de mere suivre, peut-(tro en auriez-vous dCja
dtrangqre, pour qu'il descended e la convenu avec moi.
race africaine, soit haltien. D'accord. : Nous ns r
Mais ce texte est-il une suffisante ga- en. couHnt Ie cNouge isylaions r(i
rantie pour accepted comme membre en (coutant le colltu Sy vain
de Ia.famile haitienne,e un individual gner les articles qu il croit utile de
de la. famille ha'tienne, Ln individu lI0dfe ou do supprime
n6 chez nous de pore stranger, du mo- modifier ou de suppimer.
ment qu'il est descendant de la race M. SYLVAIN. A l'art. 1" je pro-
africaine? Je pense que non, pour les pose de dire: La quality d'Haitien

I












REVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISLATION


s'acquiert par lanaissance, par la na- Parquet dans I'annce qui suivra sa
turalisation et par la faveur sp6ciale majority.
de la loi. En renvoyant a la loi pour Je n'ai pas sous les yeux le
determiner les regles d'apres les- texte des modifications votees par
quelles l'etranger est habile ai deve- nous au project dans les precdocntes
nir haitien, la Constitution a laiss6 seances, et notre Secretaire n'est pas
le 16gislateur libre de conf6rer la na- lI pour me le communiquer. 11 me
tionalit6 haitienne A certaines catiego- semble pourtant que 1'art. 9 fait dou-
ries d'trangers, sans les astreindre ble emploi avec addition vote par
aux formalit6s de la naturalisation, Inous it l'art. 20: ( Les enfants nes
Le project a largement use de cette avant la naturalisation de leur pere
faculty. La classification de F'art. I restent haltiens. Dans ce cas l'art.
apparait des lors come insuffisante. 9 serait i retire.
Je propose pour l'article II le re- Al'artll,jevousproposeraisdedire
tour au texte constitutionnel, qui dit in fine: ( Les enfants mineurs n6s Ai
tout ce qu'il veut dire. Le 2" alinea l'dtranger acquerront la nouvelle na-
de cot article disparaitra : il n'est pas tionalite de leur pere, sur la demand
dans la Constitution. Je serais d'avis de celui-ci, par i'arretd pr6sidentiel
de le reporter plus loin. sous la re- conferant au pere la quality d'haitien.
action suivante : Etd l'article 12: ( Jouiront de la mtnme
(( Tout individu, nd en Hafti de pa- faculty les enfants mineurs d'un p6re
rents inconnus ou don't la nationality ou d'une mere survivant qui se fait
est inconnue, acquerra la quality de naturaliser haitien. ,
citoyen haitien sans aucuneformalit6, Dans lc systeme actuel de la Cons-
si jusqu'd I'annee qui suivra sa majo- titution, I'Haitien naturalist stranger
rite, il n'est reconnu appartenir t a, au bout de cinq ans, le droit de re-
une nationality 6trangere .,, venir au pays et de s'y fixer, sans
L'art. 3. sous sa forme actuelle, est perdre sa quality d'ctranger.
a supprimer, selon moi, pour les rai-
sons donnies dans ma communica- Il ne se peut pas qu'une simple loi,
tion, a propos du adroit adoption avant une modification de la Consti-
A l'art. 4, j'ajoul...-ris: en accom- tution,- qui serait, par parenth6se,
plissant les formalit6s prescrites par dsirLable,- vienne aggraver sa situa-
le Code civil pour bien marquer ue on L ana dart est re-
le project n'entend pas abroger ces for- tire.
malites, encore qu'elles soient insuf- Pour 1'article 16je dirais,s'il y avait
fisantes. lieu de conserve le privilege qui y
L'art. 8, accord certaines facili- est accord: ( Les jeunes gens A qui
t6s t l'individu n6 en HaYti de pere la loi confere sans condition de stage
stranger, ne descendant pas de la la faculty de'devenir Haitiens dans
race africaine et 6tabli i l'5tranger a l'ann6e qui suit leur majority seront
1'6poquedesa majority. C'estle comn- exempts du service militaire, s'ils
pl'mentde l'art. 3 qui visiitle mome prouvent par examen ou cerlificat
individu en le supposant 6tabli dans avoir regu une instruction mililaire
le pays i sa majority. La suppression suffisante, qui leut: permettr-tit de
de l'un des articles entraine celle de servir en cas de guerre.
I'autre. Mais peut-ktre y aurait-il a Lefait par eux de s'engager dans
moyen de conf6rer la mnme faveur a Yarmde haitienne ou de prendre part
ce privil6gi6 dujus soh, en changeant aux operations de recruitment, et en
les terms des deux articles. Au lieu general, d'exercer les droits ou d'ac-
dele'supposer haItien, consid6rons- complir les obligations attaches t la
le come stranger de naissance et quality de citoyen haYtien sans exci-
donnons-lui la faculty de devenir hai- per de leur extran6ite, a partir de
tien par une simple declaration au 1l'poque de leur majority 6quivaudra











REVUE DE LA SOCIITRi DE LEGISLATION


a la declaration pr6vue par la loi et
les en dispenser. ,
L'adoption de ce 2" alinda don't l'ap-
plicaiion est plus gendrale, rendrait
inutile le dernier alinea de I'article 8.
Quant aW lor alinea de 1'article 16 don't
je viens de-vous lire la nouvelle for-
mule, s'il faut vous dire toute ma pen-
see, je sei'ais plut6t d'avis de le sup-
prim r, ne comprenant pas que l'e-
tranger devenu haltien par la faveur
de la loi soit plus advantage pour son
service militaire que l'haftien de nais-
sance.Si vousadmettez cette suppres-
sion, I'article 16 pourra Etre ainsi li-
bell6:
Pour lesjcunes gens h qui la loi
confre sans condition de stage la
faculty de devenir haitiens dans I'an-
nee de leur majority, le fait de s'en-
gager, etc.
L'artl7 doit 6tre ramen6 aux ter-
mes de la Constitution. conforme-
menta l'opinion 6mise nar notro col-
1egue Laleau et coontrairement a l'o-
pinion quo j'avais moi-mcme soute-
nue. Ces terms sont, en effet, plus
forts que ceux qui m'(taient rests a
lamemoire. LaConstitution ne dit pas:
, La femme haitionne qui epousc un
stranger suit la condition de son
m ari ,, mals....... ... ... perd la
quality d'haitienne. ,
A 'a article 19 je supprimerais pour les
enfants mineurc, dejii devenus hai-
tiens par Ta declaration de leur mIre
ou de leur tutcur, la faculty de redeve-
nir strangers par une declaration C-
nlal e d'eux a leur nmajorite ; et pour
les infants majeurs, jedirais: pour-
ronIt, etc, ac quoric la q ualit6 d'haitiens
par une simple declaration au Par-
quet du tribunal civil de leur resi-
dence. ,)
J'ajouterais l l'article 22 un 1"i
alinea:
a Tout stranger devenu haitien par
une declaration emangCe de lui, ou,
pendant sa minority, de soni p(re, de
sa mere ou de son tuteur, ne peut re-
devenir stranger qu'en se naturali-
sant. ))


Au 2' alinia j'effacerais les roots
o en Haiti, qui font double emploi
avec le membre de phrase suivant.
L'article 25 devient sans objet, si
vous enlevez aux miners le droit
d'opter apres leur majority pour la
nationality haitienne ou la nationality
Otrangere:
C'estavec l'article 9 le seul article
don't je demanderais la suppression
radical.
La reunion decide de discuter a la
prochaine seance les points soulev6s
par M. Sylvain.
---------

Reunion du 17 Mai 1905.

PRIESIDENCE PAR INTERIM DE MI.
MAXIMILIEN LAFOREST.
Sont presents: M11. Laforest, H6-
raux, Sylvain, Baron, Poujol, Laleau.
Sanction du proc,.s-verbal du 3 Mai.
M. I.E PRE:sIENT: .Nous passions a
la discussion des points souleves par
noire collhgue Sylvain.
L'addition propose a l'a article "le
est adoptie sans discussion.
M. LE PR-iSIDENT: Le collIgue Syl-
va n demanded que le 2' paragraph
de l'article 2 so)it retire de l'article
et reported plus loin, avec une autre
redaction.
M. LALEAu: : Co n'est pas Id seule-
ment cc que demand notre colle-
gue, mais 1i rctour pur et simple au
txtex do la' Constitution j'appuie,
pour ma part, fortement cette propo-
sition.
AM. PoJOL : Je n'en saisis pas bien
la port6e, car I'article 2 du project re-
produit les dispositions de la Consti-
tution, mais-sous une former plus ex-
plicitc. Des lors, pourquoi revenir
sur le lexte du Ministre, que nous
avons ddjA voted?
M. LALEAU : I1 y a le 3 paragraph
et le 6 cqui no sont pas dans la Cons-
titution.
M. HiTRAuX : On peut d6tacher en
un article special-les cas vis6s par


~~


I~ __










REVUE DE LA SOCIETf DE LEGISLATION


ces paragraphes, comme nous allons
faire pour le 2* paragraphe.
M. SYLVAIN: Ce n'est pis pour le
vain plaisir de d6faire un travail dedj
accompli queje vous ai propose de
revenir au texte de la Constitution,
c'est pour aller au devant d'une ob-
jection et faciliter ainsi le vote du
project, auquel je tiens plus que per-
sonne. Si incontestablement l',num6-
ration donnee des haitiens de nais-
sance par le l6gislateur constituent,
est complete, aucun autre texte ne
saurait y 6tre substitute avec avan-
tage, la lettre de la Constitution de-
vant toujours prdvaloir. Ou les ter-
mes de la Constitution sont assez
clairs par eux-m6mes: auquel cas
nous n'avnns que faire de les modi-
fier; ou ils sont arbigus et se pre-
tent a plusieurs interpretations, et
dans ce cas encore, en adoptant un
texte plus clair, nous nous expose-
rions au reproche d'avoir substitu6
notre pensee a celle du constituent
de 1889,
M. PoUJoL: En definitive, qu'est-ce
que nous faisons ? S'agit-il d'un sim-
ple travail de collationnement, ou
sommes nous en train de reviser
com pletement nos pr6cedentes modi-
fications ?
M. SYLVAIN: Nous mettons en re-
gard le texte de la Constitution et
celui du project, pour verifier s'ils
concordent en toutes leurs parties.
En ce sens, c'est bien A un travail
de collationnement que nous proc6-
dons. Chemin faisant, j'ai cru decou-
vrir que tels articles votes par nous.-
ceux qui concernent spccialement le
droit d'option, ne se concilient pas,
sous la forme que le project leur a
donnde, avec le syst6me de la Cons-
titution de 89. Si la Soci6t6 pense
comme moi sur ce point, il faudra
bien reviser nos premiers votes.
M. POUJOL: Maisje tiens formelle-
ment au droit d'option !
M. SYLVAIN: Je tiens come vous
A la chose, pas au mot.
M. HtRAUX: En permettant a cer-
taines categories d'6trangers de deve-
nir Haitiens apres leur majority par


une simple declaration de volont6,
c'est une veritable faculle d'option
que leur laisse notre college Syl-
vain.
M. SYLVAIN: Oui, mais cette faci-
titd n'est accordee qu'A ceuxqui op-
tent pour la nationalist( haitienne.
L'haitien de naissance ou l'individu
devenu haitien par la faveur de la
loi, s'ils veulent ((optern pour la na-
tionalit6 6trangere, doivent se faire
naturaliser. Tel est le syst6me de la
Constitution. Celui du project donne
A la declaration de l'optant le pouvoir
de lui faire perdre la quality d'hai-
tie : ce qui me parait inconstitu-
tionnel.
M. POUJOL : Je declare a la reunion
qu'il m'est impossible de continue
la discussion, sans avoir sous les
yeux le texte des modifications deja
votes par nous au project. Je propose,
en consequence, le renvoi A une au-
tre stance.
M. SYLVAIN: Le detail de ces mo-
difications est donn6 dans le compte-
rendu des s6ances oi elles ont 6t6
votees, compte-rendu reproduit par
la Revue en son derniernumdro. Je
m'inscris centre le renvoi, vu le long
temps que nots avons mis a exami-
ner le project de loi et 1'urgence qu'il
y a de le soumettre aux Chambres.
Ce temps il n'a pas d6pendu de moi
de l'abr6ger. J'ai voulu faire oeuvre
de conscience et vous ai soumis des
objections qui, si nous avions omis
de les poser, auraient 6te posees par
d'autres et r6solues peut-etre centre
ce project que tous nous estimons etre
d'interet national. Vous en d6ciderez
come vous le jugerez bon. Mais
j'insiste pour une solution prompt,
car la maladie reduit en ce moment
notre majorit6e un nombre restreint
de membres.
Sur les observations de M. Laforest
appuyant M. Poujol et sur la pro-
messe faite par les membres presents
de se retrouver tous A la seance ex-
traordinaire du vendredi 19 Mai, la
reunion ajourne a cette date la conti-
nuation do la discussion.


'












REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Assemblde Gdndrale du 24 Mai 1905

PRtSIDENCE PAR INTERIM DE
M. MAXIMILIEN LAFOREST
Sontprdsents: MM. Laforest, Heraux,
Sylvain, Baron, Viard,Poujol,Laleau.
M. LE PfRESIDENT donne communi-
cation a l'Assemblee d'une lettre par
laque!le M. Solon M6nos, en mission
a Paris pour le compete du Gouverne-
ment d'Halti, remercie ses collogues
de la grande marque de sympathie
qu'ils lui ont donnne en renouvelant
son mandate de President de la Soci6t
de Legislation.
M. LAFOREST, containn uant) MM.
nous avons a statuer sur une demand
d'admission produite devant la Soci6-
tB parM. Fleury Fdquiere qui sollicite
la place de membre actif, rendue va-
cante par la retraite de M. J. J.
Chancy.
Nos collogues Denis, Bouzon, Au-
dain, Jeremie, empech6s d'assister d
la seance, nous ont envoy leurs vo-
tes. Cela porte h onze le nombre des
votants.
M. Ed. H6raux est d6sign6 come
scrutateur,.
A l'Lnanimit6 des suffrages, M. F.
F6qui.re est 6 u membre actif.
M. LE PRESIDENT.: NOus passons en
stance ordinaire a la lecture du der-
nier proces-verbal.
Le pF'ocs-verbal de la stance du 17
Mai, lu par M. Sylvain,est sanctionn6.
On prend ensuite connaissance
d'une lettre de M. Al. Craan, Magistrat
communal de Jacmel, qui desire etre
6diflI sur la question de savoir s'il y
a incor~patibilit6 entire les functions
d'Inspecteur des 6coles et de conseil-
ler communal.
M. LE PRESIDENT: Le colligue Viard
voudra bien se charger du rapport sur
cette question.
(Continuant) Notre stance de ven-
dredi dernier n'ayant pu avoir lieu a
cause du mauvais'temps, nous pour-
suivons la discussion de la communi-
cation du collhgue Sylvain A propos
du project de loi sur an nationality.


M. VIARD : Je constate qu'a la der-:
nitre stance, I'addition proposed a
I'article 1- du project a e0e deja votee.
Empech6 par la maladie,je n'ai pu
prendre part A la discussion. Je me
promettais de combattre addition,
trotvant pr6ferable de nous en tenir
aux terms du project.
Je repousse la maniere de voir du
collogue Sylvain qui demand d'a-
jouter it la lettre de la Constitu-
tion, en proposant A l'article 1" du
project d6ja vot 1I'addition des mots.
(( par la faveur special de la Ioi ,.
La loi ne peut accorder un privilege
ou un advantage, si la Constitution
ne le permit expressement. Celle-ci
d'ailleurs prescrit en son article 32
que ((La loi ne peut ajouter ni ddroger a
la Conslitution. Si j'ai bonne me-
moire, le college Sylvain a soutenu
ce principle a notre dernipre stance,
lorsqu'il faisait remarquer que le
,droit d'option, n'est pas admis par
la loi-mere. La Societd doit s'arrcter
au text de l'article tel qu'il a 6t6.
pr6cdemment admis.
Je suis, en r6sum6, contre ces ter-
mes ( par la favour specbi I de la loi ,,,
qui froissent la Constitution. La loi ne
peut pas fire de faveur: < ie consacre
simplementdes droits.
M. SYLVAIN: C'est le cas de rappeler
le mot de notre collIgue ilonamy, qui
au course d'une de nos discussions,
faisait observer fort judicieusement
que des droits peuvent d6couier d'une
faveur.
MI. HARAUX: L'article 4 de Ia Consti-
tution,en renvoyanta la loi pour fixer
les rIgles d'apres lesquellos l'6tranger
est habile a devenir haitien, a consa-
cr6,a c6td des haitiens de inissance et
des haltiens naturalists, une troisi6me
categorie d'haltiens, ceux A qui la loi
confiere ce privilege, quoiqu'ils soient
nes strangers, en les dispensant en
tout ou en parties des formalit6s de la
naturalisation. L'addition de notre
collogue Sylvain me parait done tout
a fait lgitime,
M. SYLVAIN : La classification du
project n'est pas incorrect, car la doc-
trine done parfois a cette troisieme












REVUE DE LA SOCIETi DE LEGISLATION


forme d'acquisition de la nationalist
le nom de naturalization par lebienfait
de la loi; mais j'ai tenu a pr6venir
toute confusion en distinguant nette-
ment ce cas de lanaturalisation usuel-
le. Quant aux terms employs, je
n'ai pas besoin de vous dire qu'ils peu-
vent 6tre changes sans inconvenient.
pourvu que l'idce soit sauvegard(e.
Cesobservations tant a ppuy'essuc-
cessivementpar MM. Poujol, Laleau,
Baron et Laforest, la proposition de M.
Viard demeu re cartee.
M. LE PR.SIDENT-: Notre discussion
s',tait arritee A l'article 2 du project.
M. LALEAU: Je propose que pour la
definition des haltiens de naissance,
nous remplacions l'article 2 du project
par le texte de l'article 3 de la Cons-
titution.
M. LAFOREST : Les terms don't s'est
servi le 16gislateur constituent ne sont
passacramentels. Conservonsdu texte
du project ce qui dit la mmne chose
que l'article 3 de la Constitution et
nous ferons du reste, s'il y a moyen,
la matitre d'un article special.
La reunion, sauf MM. Sylvain et La-
leau, opine en ce sens.
M. Lr PRESIDENT: Nous avons done
presentement a trouver une autre for-
mule pour les 2", 4* et 60 paragraphs
du project.
Pour le 2 paragraph, notre colle-
gug'Sylvain propose: ((Tout individu,
ni en Haiti de parents inconnus ou
don't la nationality est inconnue ac-
querra la quality d'haitien sans aucu-
ne formality, si jusqu'a; l'annee qui
suivra sa majoriit, il n'est reconnu
appartenir it une nationality dtrar-
g6ro. ,
M. VIALD: JO siniplifleraislaformule
par la suppression du membre de phra-
se u ou don't la nationality est incon-
nue.), Je suis Ogalement pour la modi-
fication de la fin du paragraple : la
redaction m'en parait obscure.
Notre college propose c le retour
au texte conslitltionnel qui dit tout
ce qu'il veut dii're Or. nl redaction
deja vote ne nuit en rien au texte
con-titutionnel. Du moment que ((la
lettre de la Constitution qui doit tou-


jours prevaloir est respected, il
n'est pas absolument necessaire, je
pense, qu on en reproduise les textes.
Nousadmettronsalors, comme texte,
pour 6viter loute ambiguitO: Tout
" individu, n6 en Haiti de parents
inconnus, acquerra la quality de ci-
t- toyen haitien si, dans l'annee qui
, suivra sa majority, il n'est pas re-
connu appartenir t une nationality
, etrangere,,.
M. SYI.VAIN: Je me suis content d'a-
dcpter le texte du project a notre nou-
veau point de vue et ne tiens pas du
tout aux expressions employees.
M. VIARn: La suppression de l'ar-
ticle 3 est demanded par le colligue
Sylvain, parce qu'il est'question dans
cet article du droit d'option combattu
par lui, et qu'on ne rencontre pas,
disait-il, a notre derniere stance,
dans aucun texte de la Constitution
de 1889. En introduisant ce droit dans
la loi. nous ne toucherons en rien a
la Constitution. A mon avis le droit
d'option est une n6cessitW : nous de-
vons le consacrer dans la loi.
Apres un change d'observations
entire MM. Poujol, Hdraux, Sylvain
et Viard, la reunion adopted pour les
articles 3 et 4 1a redaction suivante :
Art. 3 : ( Tout individu, nD en Haiti,
de peLre et mere inconnus, ou de p&-
reet mire connus, pais don't la .na-
tionalit6 est inconnue, acquerra la
quality d'haitien, en V-i tu de la d6-
claration de sa naissance faite a l'of-
ficier de 1'dtat civil, a moins qu'a-
vant sa majority reconnu par ses pe-
re et mere on par l'un d'eux, il 4ie
soil; otabli qu'ils appartiennont. une
nationality (trangore et ne descen-
dent ni 'un ni l'autre dc la race afri-
caine ) .
Art. 4: ( Tout individu, n6 en Haiti
de pere et mere strangers qui ne
descendent pas de la race africaine ;
tout individu, n6 en Haiti de pere et
more strangers, qui eux-mnmes y
sont ifes ot qui ne descendent pas de
la race africaine ; tout individu, non
reconnu par son pore, n6 en Haiti
d'une mire dtrangire qui ne descend
pas de la race africainc, acquerront


In










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


la quality d'haitiens, par une simple tes-quientachaient lesnaturalisations
declaration faite dans I'an n6e de leur de certain Ha'tiens. Le Corps L6gis-
majorite au Parquet du Tribunal ci- latif a sanctionn6 le trait: c'est qu'il
vil de leur residence. Cette 'ddclara- l'a raccnnu, non-seulement excellent
tion comportera renonciation a leur dans ses dispositions, mais constitu-
nationalit(6 trangere et adoption de tionnel. Nous serions mal venus, d'&-
]a nationality haitienne. mettre unO opinion contraire. D'ail-
M. SYLVAIN: Les articles 3 et 8 du leurs, la Societ6 a d6jh tranch6 le
project se trouvent rcmplaces par point: il n'est pas possible que nous
l'art. -i. v revenions. C'est un procede quoje
M. LE PRESIDENT : A 1'a-t. 4 du pro- n'admettrai jamais.
jet qui devient 'art. 5, le college M. SYLVAIN:JO trouve, moi aussi,
Sylvain propose d'ajouter: ( en ac- la mosure prise en I'art. 13 bonno A
complissant les formalities prescrites prondre; et je souhaiterais que des
par le Code civil ,. traits, pareils a colui qui nous lie
M. SYLVAIN: On pour parler plus aux Etats-Unis, fussent ronclus avec
exactement les formalit6s prescrites tous les autres Etats ayant chez nous
par la loi ,. des ressortissants. Mais en attendant
M. Viard rappelle (qu'il avait dtja la revision de la Constitution, je ne
propose cette addition et qu'elle fut puisquedemander dans la loi organi-
repoussde, a la demand de MM. Syl- que la suppression du dernier alin'a
vain et HIraux. de l'art. 13.
J'avais insist, dit notre college, Nos votes ne constituent que des
sur cette addition parce que je con- resumes d'opinions. Ces opinions
sid6rais qu'il est nccessaire d'exiger peuvent n'etre partag6es ni par le
l'accomplissement des formalities 16- Ministre nidpar les Chambres. Elles
gales prescrites par le. Code civil, leur serontcependantutiles .connai-
Mais le college Sylvain faisait re- tre pour fortifierou fixer l'ur propre
marquer qu'un tell addition ( serait facon de voir.Nous pouvoi-I done les
superflue, parce que la Constitution, I 6mettre en toute ind6ponilince, ceri
disait-il, dispose : Tout stranger est tains qu'elles n'ont pour lS Pouvoirs
a habile i devenir haitien suivantles publics qu'une valeur in licative.
, regles etablies par la loi o. Je suis M. Laforest appuie les considera-
fort aise de le voir rovenir a mon tions de M. Poujol en faveir de l'art.
opinion. 13. tandisque MM.Laleau ( tBaron se
M. SYLVIN : Mon opinion n'a pas rangent A l'avis de M. Sylvain, qui a
change pour ce qui est de laConstitu- ainsi pour lui la maioritd, M. Viard
tion et pource qui est du Code civil, ayant d(clare s'abstenir.
notre collgue ne s'Ntait pas sans M. VIARD: Avant de nous s6parer,
doute suffisamment expliqud. je desire vous proposer de ne pas ad-
La modification est accepted par la mettre dans la loi que le pore ou la
reunion, ainsi que cells proposes m're d'un enfant nd stranger, puis-
parM.Sylvain aux anciens articles11 sent accepted pour eux la quality
et 12 du project, devenus les arts. 12 d'haitien pendant sa minority. Cette
et 13. Apropos de l'art. 13 du projetM. disposition peut occasionner des en-
Poujol fait les declarationssuivantes: nuis dans I'avenir. II. est bon de
Dans le recent trait6entre Haiti.et laser a l'enfant .levenu tnajeu! la
les Etats-Unis d'Am6rique a Wtd in- Iil trtd de se prononcer sur la natio-
s6r6e la clause que le naturalist qui nalit6 qu il veutacqucrir.
revient se fixer dans son pays d'ori- En raison de l'heure avanc6e, la
gine perd le bdenfice de sa naturali- seance est levoe.
station au bout de deux ann6es de rd-
sidence continue. On a voulu couper --
court ainsi aux fraudes trop frdquen-



'1











52 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Reunion du 2 Juin 1905

PRESIDENCE PAR IN'rTaRIM DE M.
MAXIMILIEN LAFOREST. '

Presents : MM. Laforest, H6raux,
Denis, Sylvain, Baron,Viard,Audain,
Laleau.
Sanction du proces-verbal du 24
Mai.
M. LE PRESIDENT: Depuis la derni.-
re reunion, notre collogue Frid6ric
Marcelin a eu la douleur de perdre
son spouse. Conformiment a nos tra-
ditions, je prie les collogues Denis,
Baron et Audain d'aller lui porter les
condol6ance" de la Soci6t.
11 nous resteA terminer la discus-
sion du project de loi don't M. le secre-
taire d'Etat des Relations Exterieures
nous a confiel'examen.
M. SYLVAIN. Avant do reprendre la
discussion, je serais bien aise que la
Soci6tl, une fois pour toutes, r6glhit
une petite question de discipline in-
terieure ayant trait Ai notre methode
de travail. Je voudrais qu'il fMt bien
entendu que, en nous rIservant la
faculty de ne pas considered comme
closes les questions qui nous sont
soumises, mrme quand elles ont Wt6
solutionndes par un vote, nous neprd-
tendons pas conzacrer une fagon d'e-
terniser les discussions. Pour qu'une
question sur laquelle la Socidt6 a d6-
jI prononcd soit rouverte, il faut et il
suffit --- qu'ello soit predsente sous un
aspect nouveau on avec des argu-
ments nouveaux: ce que la Socidtd
apprdcie tout d'abord.
Aprds un change d'observations
ontre MM. Laleau. Sylvain, Laforest,
Audain, la reunion, consulate, opine
en ce sens.
M. SYLVAIN: Dans notreexamenile
la communication en dAbat, nous
avions laisse de c6te I'article U du pro-
jet don't je demandais la suppression
comnme faisant double emploi avec
l'article 20 in fine.
La suppression est votCc.


M. LE PfRSIDENT: Nous en 6tions
arrives aux modifications proposes
par la communication a I'art. 16 du
project. Le droit d'option 6tant sup-
prim., du moins sou la forme qui y
ktait donnee dans le project, notre col-
16gue Sylvain accom mode la r6daction
de l'article au systemeque nousavons
adopt,.
II demand 6galement la suppres-
sion du privilIge conf6rn aux indivi-
dus vis6s par cet article d'etre exemp-
tds du service militaire, s'ils prou-
vent par examen ou certificate que
leur instruction militaire est suffl-
9ante.
M.SYLVAIN: Privilege que n'ont pas
les haitiens de naissance.
M. AUDAIN: On pourrait aussi le
leur aceorder.
M. SYLVAIN : I s'agit ici de r6gler
les conditions de l'acquisition et de la
perte de la quality d'haltien, non de
refaire la loi militaire.
M. LE PRESIDENT: Voici la redaction
proposed: ( Pour les jeunes gens a qui
la loi con fre sans condition de stage
la faculty de devenir haTtiens dans
l'annde de leur majority, le fait de
s'engager dans l'armee liatienne ou
de prendre part aux operations de
recrutement, et en gt6nral, d'exercer
les droits ou d'accomplir les obliga-
tions attaches A la quality de citoyen
haitien sans exciper de leur extra-
ndit6, A, partir de I'6poque de leur ma-
j(owitj equivaudra a la declaration
prevuepar laoi t les en dispensera,
M. SYLVAIN. A partir de l'6poque
de leur majority ,, c'est-A-dire a par-
tir de l'epoque o0 ils peuvent accom-
plir valablement les actes de la vie
Icivile.
M. LALEAU: Ne serait-il pas pref6ra-
ble de maintenir pour eux l'obli-
gation de la declaration?
M. BARON: Oui, pas d'haltianisation
par surprise!
M. AUDAIN: On pourraitexigerqu'au
Moment do leur engagement ou de
I leur entree dans administration hai-
tienne, il leur fdt.donn6 connaissance
des dispositions do la loi.
'M. SXLVAIN: La port6e de l'article


.. j










REVUE DE LA SOCITI1 DE LEGISLATION


est trop gen6rale pour que cette con-
dition efit chance d'etre remplie dans
tous les cas. II est d'ailleurs bien dif-
ficile d'admettre qu'en exerCant les
droits ou en accomplissant les obli-
gations attaches A la quality de ci-
toyen haitien, un stranger puisse de
bonne foi pretendre ignorer que ces
droits et ces obligations ne compe-
tent pas aux strangers.
La manifestation de volont6, que
Laleau et Baron jugent avec raison
necessaire,existe dans I'espkce.
L'itranger, de race africaine ou n6
a Haiti, qui veut servir dans I'arm6e
haitienne, devenir fonctionnaire hal-
tien,accomplir,en un mot, decesactes
de la vie civileou politique, qui d'ordi-
naire sont le fait des nationaux, en
gardant sa quality d'6tranger, doit, au
prealable, d6clarer qu'il est stranger
et qu'il entend rester tel.
S'il se tait 1a-dessus, c'est qu'il ac-
cepte de changer de nationality.
Cependant pour donner pleine sa-
tisfaction A mes deux colleagues, je
propose que ce changement de na-
tionalit6 soit constate au Moniteur. Ce
sera la matiere d'une addition au der-
nier article du chapitre I: Seront
publices au Moniteur, par les soins du
Secr6taire d'Etat de la Justice, toutes
les declarations de nationality, et a
dd/aul de dilaration, tou.s les change-
ments de ,,,',,, .'i/.' op&r6s par 17'fffet de
la loi. )
La reunion vote le nouveou texte
de l'article 16, ainsi que I'addition
proposed.
Pour l'article 17 on decide, selon
I'opinion de Iauteur de la communi-
catinn, de reproduir e letexte de I'ar-
ticle 5 de la Constitution.
M. LE PRESIDENT : L'article 19 de-
cide qu'h la dissolution du marriage,
l'ex-haitienne recouvrera sa nationa-
lit6 apresdeux ans de residence en
son pays d'origine, a moins qu'elle
ne declare vouloir res:'er tr angere.
Notrecoilegue Sylvain propose que
lesenfan tsmineurs, devenus haitiens;
par une dKclaration de ia mure ou
du tuteur. ne puissent A leur majo-
ritd redevenir strangers, si ce n'esi


en accomplissant les formalities de
la naturalization; et a propos des en-
fants majeurs, il est pour qu'on dise:
< pourront acquerir la nationality
haltienne, aulieu de: aacquerront.,
M. DENIs: En raison des terms
don't s'est servi le hlgislateur consti-
tuantdansl'article5, 3e alinda,je serais
d'avisque la femme haitienne, d6na-
tionalisde par son marriage, fut as-
treinte a manifester par un acte for-
mel sa volonto de recouvrer sa na-
tionalit( d'origine. L'article 5 pr6voit
qu'elle a des formalit6s a remplir:
c'est bien le moins qu'elle fasse une
declaration au Parquet.
La reunion se range a l'opinion
6mise par M. Denis et adopted, en
consequence, pourlel" alinda de l'ar-
ticle 19 la redaction suivante:
o Le marriage dissous, elle aura la
facultO do recouvrer la quality d'hal-
tienne parune declaration au Parquet
du Tribunal civil desa residence. ,
M VIARD: J'avais demand a la So-
ci6t6 de ne pas ali6ner la liberty du
mineur et de lui laisser la faculty de
se prononcer, a sa majority, pour la
nationality haitienne ou de garder sa
nationality dtrangere.
M. SYLVAIN : Pour ne pas raviver la
discussion, je me suis content de
revenir aux terms du project, en les
adaptant au system du Constituant
de 89.Maisj'avoue queje vous verrais
sans chagrin rdserver au mineur le
droit de d6cider, a sa majority, s'il
entend rester stranger ou devenir
haitien par une simple declaration
au Parquet.
L'id6e qui nous avait inclines a la
solution contraire 6tait de sauvegar-
der l'unitO de la famille.
M. HfRAUX: I1 ne me parait pas
possible de sacrifier I'autonomie de
l'individu a l'unite de la famille.
La reunion consulate adopted la rd-
daction suivante:
Les enfants mineurs, n6s 6tran-
gers, garderontleu r national ite tran-
Sgerejusqu' l'annee de leur majority,
I of ils auront la faculty d'acquerir la


) ,:










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


quality d'haitiens par unesimple d6- silence de la Constitution, r6gler en
claration au Parquet du Tribunal ci- pleine comptence la devolution des
vil de leur residence. biens d'un haitien Ason h6ritier6tran-
Pour les-enfants majeurson vote la ger? ,.
l6gere modification de texte indiquce Mais A vrai dire, ce cliapitre no so
dans la communication. rattache pas A la mati re de la na--
tionalit6 d'une faqon tellement rigou-
M. SYLVAIN : L'adoption du nouveau
texte de l'article 19, 2o alinda, entral- ruse quil e puisse re dtac
textee article 19, 2a et l'on concevrait bien que, revisant,
ne une modification semblable Aetl'on concevrait bie sue, rsisint,
l'article 11 et A article 12, o nous par oxemple, le titre dessuccessions,
avions admis que le p12, ou a mirnou le lcgislateur futamencd y insurer
avions admis que le pre ou la mere une disposition de cegenre. Le fait
naturalists pouvaient comprendre done que la Constitution do1889 n'a
dans leur demand de natural:sation
leurs enfants mineurs. La redaction pas vis6 le cas dans los quelques ar-
ticles consacr6s par elle a in natio-
du 2e alin6a de l'article 19 convien- nalit6 ne saurait suffire A d6cider
drait art. 11, sauf hn maintic nir l qu'une loi sp6ciale soit incompDten-
ddbut de ce dernier article: e pour en connaitre.
te pour en connaitre.
Les enfants mineurs, nes l'dtran- Mais il y a plus: il existe dGja une
ger,) etc. Quant A l'article 12, la si- loi, antrieure a la Constitution do
unification n'en sera plus la meme, 1889, qui, riglant en parties la mrn-
mais il n'y a rien A changer au texte. me situation pr6vue au 3me alin6a de
l'article 35 du project, a conclu de la
La reunion, consulted, acquiesce n .me fao^-. Vous l'avez nonmecm:
A ces observations. cest la oT Dubois '
M. SYLVAIN: J'abandonne dss lors La Consti de 1889 na pas
La Constitution de 1889 n'a pas
'addition que j'avais proposed a abrog6 express6ment 'article 5 de
l'article 22 e.t serais implement d'a- la loi Dubois, puisque nous venons
visde dire au deuxime alin6a; KPour die quelle ne s'est pas oceupe
changer de nationality, il faut aller d d
tchranger denationalitu id faut aller du cas vis6 par cet article. Elle ne
l'ftranger, au lieu de ; Pour cela il l'aurait abrog6 implicitement ou par
fault aller l'6tranger ,,. voie de consequence que si l article
On voteencore cettevariante, ainsi contrevenait a une disposition cons-
que la suppression de I'article 25 titutionnelle.
du project, devenu sans objet par La these a 6tc soutenue h propos
l'abandon du systimne du droit d'op- de la loi Dubois, come elle Fa 6t6
tion. ici 'autre jour a propos de notre
M. LALEAU: Apropos du texte que article 15 et pour les mimes raisons:
nous avons adopt pour l'art. 15, in discordance pr6tendue avoc le prin-
fine, jo demand la reouverture de la cipe formula en l'article 6 de la Cons-
discussion. titution..
M. SYLVAIN: Le troisieme alinea de AFOREST : Les principles
M1. LAFOREST: Les principles 'de la
l'article 15 ne centre pas dans les cas Constitution en vigueur abrogent vir-
dont pouvait s'occuper ma commu- tuellement la loi Dubois, c'est mon
nication. En effet, du point de vue opinion..
oui je me suis place, la seule ques- M. SYLvAIN: Je ne-pouvais vous in-
tion qui se poserait au sujet de l'ar- fliger le supplice de recommencer la
tide 15, in fine, serait la suivante: demonstration contradictoire qui ve-
( Le 16gislateur constituent ayant nait de remplir deux de nos seances.
semble se reserve la matiere de la Par IA s'explique le silence volon-
nationalit6, saufcertains points lais- taire de la communication a l'6gard
s6s A la r6glementation des lois de l'article 15.
sp6ciales, le project actuellement sou- M. HtRAUX: Des explications du
mis A votre 6tude a-t-il pu, dans le college Sylvain il resort que si












REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


F'auteur de la communication n'a pas
defere a notre examen l'article 15
in fine, c'est qu'il 1'a jug6 inutile, la
seulrquestion de constitutionnalitd
qui se pose a propos de cet article
en son 3me alinea ayant kt6 deja am-
plement d6battue. Pour rouvrir utile-
ment cette discussion, il faudrait
que le college Laleau produisit un
argument nouveau.
M. DENis: Le voi:i, l'argument
nouveau : Le point trait au 3m" ali-
n6a de 'article 15n'est pas,selon moi.
t sa place dans une loi sur la natio-
nalit: il devraitse trouver au titre
des successions ou dans la Constitu-
tion. Je demand done que l'alinea
soit radid du project.
M. LALEAU :Je me rallie d'autant
mieux a cette proposition qu'elle
tend au but oui je visais.
MM. Baron et Viard appuient 6ga-
lement la proposition.
M. SYLVAIN : Je ne saurais. pour
ma part, me montrer si rigoriste et
je me refuserais a ajourner le vote
d'une measure, sage ou utile par elle-
mime, pour I'unique raison qu'elle
ne s'adapterait pas exactement a la
rubrique de la loi ot elle aurait it6
consignee et ferait a figure ), plus lo-
gique ailleurs. Notre 1 gislation four-
mille d'illogismes de ce genre, don't
quelques-uns sont assez heurcux.
MM. Hiraux et Iaforest ayant de-
c-ard souscrice ai la motion D)enis,
sous le bhnefice de leurs opinions
precedlemment exprimes quanf au
fond de la question rdsolue au 3"'e
alinea de I'article 15. la radiation de
';ulinia demeure acquise.
M. LE PEfSIDENT: Notre 6tude du
project do loi don't M. le Secretaire
d'Etat des Relations Extdrieu recsnous
a fait l'hcnneur de saisir la Socidt6
de LIgislation se trouve ainsi ter-
minie. Puisse ce travail, ou0 nous
avons mis tous nos soins, etre utilisI
pour le mieux, dans l'interAt du pays '


TEXTE DU
PROJECT DE LOI
sur la nationalist, amendepar la Socidtg
de Legislation.

CHAPITRE 1"r

De l'acquisition de la quality d'ha'tien.
Article 1j'. La.qualite d'haltien s'ac-
quiert par la naissance, par la natura-
lisation et par la faveur spfciale de la
loi.
Elle peut se prouver par les actes de
1'itat civil, par la possession d'Otat et
par tous autres moyens legaux.
Art. 2. Sont haitiens par la nais-
sance :
1 Tout individu ne d'un haltien en
Haiti ou a l'etranger;
2 Tout individu ne en Haiti d'un 6tran-
ger descendant de la race africaine;
3 Tout individu nO en Haiti ou :a
l'etranger d'une haitienne, non reconnu
par son pere.
Art. 3.- Tout individu n, en Haiti,
de, pere et mere inconnus, ou de pbre et
mere connus, mais don't la nationality
estinconnue, acquerra la quality d'hai-
tien, en vertu de la declaration do sa
naissance faite i 1'officier de l'etat civil,
a moins que, avant sa majority, recon-
nu par ses pere et mere ou par Fun
d'eux, il ne soit Atabli qu'ils appartien-
nent a une nationality, 6trangere et ne
descendent ni l'un ni l'autre de la race
africaine.
Art. 4.- Tout individu, ne en Haiti,
de pere et mere strangers qui ne des-
cendent pas de la race africaine; tout
individu, ne en Haiti de pere et mere
strangers qui eux-m6mes y sont nos et
ne descendent pas de la race africaine;
tout individu, non reconnu par son pere,
ne en Haiti d'une mere 6trangere qui
ne descend pas de la race africaine, ac-
querront la quality d'haltiens par une
simple declaration faite dans I'ann6e de
leur majority au Parquet du Tribunal
civil de leur residence. Cette declara-
tion comportera renonciation a leLw na-
tionalit6 etrangere et adoption de la na-
tionalitd haltienne.
Art. 5. Tout stranger peut devenir
haltien par la naturalisation apres deux


i
I;
a
it

is












REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ans de residence en Haiti. Cependant il
ne sera admis 1 exercise des droits
politiques que cinq ans apr6s sa natu-
ralisation.
Art. 6. Ce delai est reduit a un an
en faveur de tout stranger qui aura
6pouse une haltien 'e, qui aura rendu
des services important a Haiti, qui y
aura apporte des talents distingues, in-
troduit une industries ou une invention
utile, cre6 un etablissemcnt industrial
ou agricole, ou qui sera attache a un
titre quelconque au service de l'Etat.

Art. 7. L'etranger qui aura accepted
une function uivile on militaire et l'aura
conserve pendant cinq ans, acquerra
par ce fait la quality d'halticn, a moins
qu'il ne declare par acte signifli au
Parquet du tribunal civil de sa residen-
ce, vouloir conserve sa nationality.
Art. 8. -1 eststatu6, par arrete du
President de la R6publique, sur chaque
demand de naturalisation. Cet arrete
sera public au Moniteur.
Art. 9. L'etrangere marine a un
haltien, suit la condition de sor mari.
Art. 10.- La femme haltienne marine
A un stranger qui, apres son marriage,
se fait naturaliser haltien, recouvre par
ce fait sa nationality primitive, et les
enfants majeurs de cet stranger natura-
lise, nus hors d'Haiti, pourront, s'ils le
demanderit, obtenir la quality d'haltiens,
sans condition do stage, soit par l'arr6te
presidential qui confere-cette quality au
pere, soit comma consequence d'une
declaration faite par eux au Parquet du
Tribunal civil de leur residence, dans
les terms de l'article 4.
Les enfants miners, nfCs a l'6tranger,
pourront, dans l'ann6e de leur majority,
acquOrir la quality d'hartiens en faisant
une declaration pareille.
Art. 11.- Jouiront de la m6me faculty
et dans les mmes conditions les en-
fants miners d'un pero ou d'une mmere
survivant qui se fait naturaliser hal-
tien.
Art. 12.- L'haltien naturalist Stran-
ger ne pourra retourner en Haiti qu'a-
pres cinq ans, lesquels commenceront a
partir de la date du decret ou de l'acte
de naturalisation.
Art. 13.- L'haltien naturalist 6tran-


ger et qui reviendra en Haiti, pourra 6tre
poursuivi pour crime ou delit commis
avant sa naturalisation, A moins quiil
n'y ait prescription.
Art. 14. L'etranger qui aura .et' au-
Storise, dans les conditions determinPcs
par la loi, A fixer son domicile en Haiti,
y jouira des droits civils qui no sont pas
tormellement attaches A la quality, de
citoyen haltien.
Dans tous les cas ou. soit un haltien,
soitune haltienne aura acquis'une natio-
nalite dtrangere, il aura un delai de trois
mois pour disposer de ses biens immeu-
bles. PassO ce delai, il sera, sur la pour-
suite des parties int6ressdes, on a leur
d0faut, du minister public, proc6de a
la licitation des dits immeubles, selon
les formes traces au titre VII du Code
de procedure civil.
Art. 15. Pour les jeunes gens A qui
la loi confere sans condition de stage
la faculty de devenir haltiens dans ]'an-
nee deleur majority, le fait de s'enga-
ger dans l'arm6e haltienne ou de pren-
dre part aux operations de recrutement,
et en general d'exercer les droits ou
d'accomplir los obligations attaches a
la qualitC de citoyen haitien sans exci-
per de leur extrandite, a partir de l'epo-
que de leur ma.lorite equivaudra a la de-
claration privue par la loi et les en dis-
pensera.
Art. 16. La femme haltienne mariee
A un stranger, perd la qualitM d'hai-
tienne.
Art. 17.- L'haitienne qui aura perdu
sa nationality par le fait de son maria-
ge avec un stranger, peut la recouvrer
par la naturalisation.
Art. 18. Le marriage dissous, elle
n'aura pour redevenirhaitienne qu'a fire
au Parquet du Tribunal civil de sa resi-
dence la declaration prdvue en I'art. 4.
Les enfants mineurs, nes strangers,
garderont leur. nationality etrangOro,
jusqu'a l'annee de leur majoritO, ou ils
auront la faculty d'acqu6rir la quality
d'Haitions par une declaration dans les
memes former.
Les enfants majeurs, nes A 1'Atranger,
s'ils sont etablis en Haiti ou qu'ils vien-
nent s'y fixer, pourront de meme ac-
queriv la nationality haltienne par une
declaration au Parquet du Tribunal ci-
vil de leur residence.


4;!1












REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Bibliographie

De la Nationalitd en Haiti, suivie d'un
"/'e 'ii historique sur le Droit haitien
par Joseph Justin.
M. JOSEPH JUSTIN, Directeur de 1'Ecole
National de Droit, a fait paraltre 4a
l'Imprimerie 1'Abeille ,, n ouvrage qui
porte ce titre: De la Nationalite en
Haiti,: Nous eprouvons du plaisir a
l'en filiciter. C'est, comme il 1'expose
lui-mnme dans sa preface, une parties
du course de Droit international prive
qu'il a professes a l'Ecole de Droit. Le
livre continent, en effet, plus de matieres
que n'en promet le titre et que n'en pro-
met mrme la rubrique additionnelle :
S(Apercu sur le droit historique haltien. ,
Un appendice est consacre aux traits
et conventions conclus par la Republi-
que d'Halti et aux traits en general.
Parmi les documents annexes figurent
une notice sur I'Ecole Nationale de Droit,
la liste nominative des Chefs d'Etat hal-
tiens, des membres des Gouvernemens
provisoires et des Secretaires d'Etat,
celle des president de la Rppublique des
Etats-Unis d'Amerique ot celle des pr6-
sidens de la Republique francaise, le
project de loi do M. le Secretaire d'Etat
des Relations Exterieures sur la natio-
nalitO, avec les amendemens, prematu-
r6ment reproduits, do la Societd de L-
gislation. etc.
Le Directeur de 'Ecole de Droit a vou-
lu ainsi, pensons-nous. ftre avant tout
utile a ses etudians, a qui la rigueur
d'un plan bien ordonne imported moins
qne l'avantage de trouv'r reunis en un-
volume le plus grand nombre possible
de renseignemens et de documents don'tt
ils sont, a I'ordinaire, tout-a-fait depour-
vus. Le m6me souci expliquc la place
prOponderante qui est fatie dans l'ouvra-
ge la legislation compare.
Entre delx ou piusieurs opinions di-
vergentes, M. Justin s'attarde rarement
a formuler une conclusion personnelle;
mais il ne manque jamai. l'occasion, en
exposant los regles juridiques adoptees
chez nous, de mettre en regard cells
qui r6gissent les pays strangers.
Cela est d'un excellent esprit pour qui
surtout entend 6crite, ini traitor ou
une these dogmatique, mais un ma-
nuel d'enseignement, preparatoire aux
examens.


On a proononce, Apropos de ce livre,
le mot un peu imprevu de litterature
juridique et I'auteur lui-m6me a paru
s'en prevaloir. II n'y a pas sans doute
entendu malice. Mais ce sont do ces
terms sur lesquels il no faudrait pas
appuyer beaucoup pour leur donner un
sens 6pigrammatique. A dire vrai, les
ecrits, correspondent au genre d'etudes
ou s'est jusqu'ici specialist M. Justin.
qui ne visent ni h l'eclat du style, ni a
l'originalit6 ou & la profondeur de la
pensee, n'orit pas besoin de prendre
rang parmi lcs Morceaux choisis d'au-
teurs litteraires pour 6tre bienfaisans et
meritoires a leur maniere. 11 leur suffit
de rester fidles a leur caractere propre.
Qu'ils soient do bonds ouvrages de vul-
garisation scientifique, nul n'a le droit
de leur demander davantagc.
M. Justin, qui a prouve dans sa pre-
face qu'il n'est pas stranger a ce senti-
ment de la measure, si rare dans notre
milieu intellectual. ne nous contredira
certes pas sur ce point.
G. S.


REVUE GgNfldALE DE DROIT INTERNA-
TIONAL PUBLIC (droit des gens, lhistoire
diplomatique, droit penal, droit fiscal,:
droit administratif), public par M. Paul
Fauchille, docteur en droit, associe, de
l'Institut de droit international. A.
Pedone, editeur h Paris.
Depuis 1894, continue a paraltre sans
interruption la Revue Gen(rale de droit
international public en fascicules bi-
mensuels de 100 & 150 pages. La valeur
de cette important revue, unique dans
le monde, n'est plus a d6montrer. Pour.
s'en convaincre, il n'y a qu'a lire la bicn
longue liste des articles, interessants a
tous 6gards, et d'autant plus attaclants
qu'ils sont tous d'actualit6 quotidionne.
Des collaborateurs,frangaiset rangers,
professeurs ou diplomats, assuront-a
la Revue une existence r6guliere. Rien
n'echappe a leurs investigations juridi-
ques. Tous les faits contemporains, tou-
chant de pres ou de loin, le droit des
gens, I'histoire, etc, font I'objet d'Ctudes
approfondies.
Cette Revue devient done le vade-me-
cum des publicists et surtout.des hom-
mes d'Etat. Elle a consacr6 des 6tudes'
aux questions do protectorats, aux con-


S











REVUE DE LA SOCIETET DE LEGISLATION


flits de frontieres, aux sentences arbitra-
les, aux guerres civiles de l'Amdrique,-
entre autres a celle qui a desolC notre pays
en 1902,- i l'histoire diplomatique ame-
ricaine, a la guerre hispano-americaine,
aux canaux de navigation intoroceani-
que, au partage de l'Afrique, aux affaires
de Chine, au diff6rend franco-dominic.ain
etc. Elle donne des analyses d'ouvrages
so rattachant au droit des gens, a la di--
plomatie, et public, on appendice, tous
documents diplomatiques. Elle vient
d'etre r6compens6e par 1'Institut de
France eta ontenu en 19041e prix Drouyn
de Lhuys, decern, par l'Academie des
sciences morales ot politiques.
Le 1" fascicule de la douziemo annde
(No 1"j do Janvier-Fwv-ier 1905) vient do
pariltre et comporte les matieres sui-
vantes:

1o La question de la contrebande de
guerre : Un danger pour la Paix, par T.
G. Lawrence, professeur de droit inter-
national a 1'Universitd do Cambridge.
20 Une cession a bail, par R 6 nO Waul-
tin ;
30 Le conflict de limits entire le BrIsil
et la Grande-Bretagne, et la sentence
arbitralb du Roi d'ltalie (etude critique
de la sentence ), avec 4 cartes, par Paul
Fauchille, docteur en droit, associe de
l'Institut de droit international. Une
chronique des faits internationaux des
plus interessantes rapporte 10s conven-
tions con( lues par plusieurs Etats, (Alle-
m.1 1 : Grande-Bretagne, Suede, Belgi-
que, Norv6ge, Portugal, France, Pays-
Bas et R publique de Cuba.
Un bulletin bibliographique termine
ce fascicule. II comprend une analyse
critiqne des ouvrages suivants:

1 ecueeil des arbitrages internationaux
par MM. A de Lapradelle et N. Politis,
professeurs aux UniversitOs de Grenoble
et de Poitiers, associes de 1'Institut de
droit international, T. I, 1798, avec prd-
face de M. L. Renault;
1 Recueil international des traits du
XX" sikcle, contenant l'ensemble du droit
S,,.,,tritfti'ont t enlre les Etats et les sen-
tences arbitrales, (textes avec traduction
francaise) par MM.le Baron Deschamps.
professeur a la Faculte de droit de Lou-
vain, L. Renault, professeur a cell


de Paris, Paul Fauchille, etc. 1901 in-8a,
Paris.- A. Rousseau, editeur;
3 Elemnents de droit international pu-
blic par M. Manuel Torres Campos, pro-
fesseur de droit international a 1'Uni-
versit6 de Grenade. T. 1"r. Madrid, 1904.
Fernando FP, 6diteur;
4 The'orie general de la responsabilite
de l'Etat en droit international, par M.
Dionisio Anzilotte. T. I. in-80, Florence,
1902, Lurachi, Oditeur;
50 Guerre et Neutralite' en Extrdme-
Orient, par M. T. J. Lawrence, maitre de
conferences du droit international au
College maritime royal de Greenwich, 2"
6dit. I vol in-8. Londres 1904. Macmil-
lan, 6diteur; en tout, 160 pages d'une
lecture facile, soit 1.000 pages environ
par an.
L'abonnement annuel ne cofte que
21 fr, 50 pour les pays de 1'Union postal.

On s'abonne a Paris, chez A. Pedone,
libraire-editeur, 13 rue Soufflot.



Ont Ie't prdsentls d noire Socidl :
1. Recueil de Martens (prospectus com-
portant l'enumCrration des volumes
du Recueil deja parus). ThOodor
Weicher, dditeur a Leipzig. (Allema-
gne ;
2. Recueil international des traits du
XX" sickle, contenant le droit con-
ventionnel entire les Etats et les sen-
tences arbitrales par le Baron Des-
champs et Louis Renault (prospec-
S tus de l'annee 1901.) Arthur Rous-
seau, 6dit. Paris;
3. Revue de droit et d'dconomie politi-
que compares, organe do la Societ0
de droit et d'economie politique com-
paros, publiC par le D" Felix Meyer,
de Berlin;
4. Republique de Cuba. Bulletin official
des Departements d'Etat et de la
justice- Janvier 1905, Habama, im-
prenta de Rambla y Bouza, Obespo
Nos. 33 et 35.
) 5. La Revue la (Lutte, de Sailtt-Robert,
Paris.


___











REVUE DE LA SOCItTE DE LEGISLATION


Art. 19. L'haitienne don't le mari
haltien viendrait a se naturaliser etran-
ger apras le marriage, gar dera sa natio-
nalit6 haitienne, a moins qu'elle ne se
naturalise etrangere.
Les enfants, nes avant la naturalisa-
tion de leur p6re, restent haltiens.
Art. 20. Seront publibes au Moniteur,
par les soins du Secretaire d'Etat de la
Justice, toute, les declarations de na-
tionalite, et i defaut de declaration, tous
les changements de nationality opder6s
par l'effet de laloi.

CHAPITRE II .
De la perte de la quality d'Haitien.
Art. 21. La quality de citoyon se
pe''d : .'A
1" Par la naturalization en pays (tran-
ger 20 par l'abandon de la patrie au
moment d'un danger imminent; 30 par
I'acceptation non-autoris~e do functions
publiques ou de pensions conrerees par
un Gouvernoment stranger ; 4 par tout
service rendu aux ennemis de la Repu-
blique ou par transactions faites avec
oux ; 5" par la condemnation contradic-
toire et definitive h des peines perpe-
tuelles A la fois afflictives et infamantes.
..Art. 22. Aucun lialtien ou haitienne
ne peut so d0nationaliser en Haiti. Pour
changer de nationality, il raut aller a
I'6tranger et y resider le nombre d'an-
nees exigW par la lot locale et la Consti-
tution d'Halti.
Art. 23. L'acte de naturalisation, dd-
livrC t un haltien ou i une haitlenne,
qui n'aura pas reside A l'etranger pen-
dant cinq ans au moins, ne pourra pro-
duire aucun effect legal en Haiti. I
Art. 24. Inscription d'un haitien ou I
d'une haltienne dans une Legation ou I
dans un Consulat 6tahlis en Haiti ne
peut produire aucun effet 1egal.
Art. 25. La prisente loi abroge tou-
tes lois ou dispositions de lois qui lui
sont contraires.
SElle sera execute a la diligence des
*Secr6taires d'Etat do la Justice et des
Relations Extirieures, chacun en ce qui
Ic concern.


Lettre cd'En-3rxvoi

AU SECRETAIRE D'ETAT DES RELATIONS
EXTERIEURES.


MONSIEUR.LE SECRETAIRE D'ETAT,
J'ai Ihonneur de vous adresser sous
cc covert les modifications proposes
par la Societe de Lcgislation au project
de lot que vous avez bien voulu soumet-
tre \i son examen. Les motifs a I'appui
de ces modifications sont exposes dans
les proces-vorbaux d( nos siances of
elles ont ket discutees. Cos proces-ver-
baux sont eux-mimes publids dans les
trois deniers numoros de note Revue
(Avril, Mai. Juin 1905 .
La SociOte de I.-.- i-i..ii n'a pas man-
que de reliever l'importance du project de
loi dunt vous l'avez saisie. D'oi le soin
minutieux qu'elte a mi a 1'dtudier. La
matiere de la nationality est une do cellos
sur lesquelles un Etat a le plus d'intdrkt
i adopter des r6gles. pr6cises. Notre
Constitution s'en est occupdo, mais d'une
facon tout-a-fait sormmiire. La Societ6
dmet le vceu que cette mati're, ou des
accords internationaux pouvent consa-
cror souvent d'utiles amrlioirations soit
retiree de la Constitution et laiss6e en-
tierement ta 'arbitrage du C rps Igis-
latif en ses attributions ordinairos: co
qui permettra de lui donna r toute sa
portie 16gale.
En attendant, le project co nblera une
lacune important de la legi nation hal-
tienne et contribuera A prevenir les con-
flits do nationalist ou a en faciliter le
r.; l l,,.!,l .
Permettez-nous do vous fWliciter d'en
avoir eu l'initiative, et veuillez agr6er,
Monsieur le Secr6taire d'Etat, la nouvelle
assurance de nos sentiments les plus
distingu0s.
Le President inte'imaii'e,
MAXIMILIEN LAFOREST.

Monsieur MURVILLE F.RERE,
Secrotaire d'Etat des Relations
Exterieures.
En son H6tel.


\











REVUE DE LA SO(;il::TIE bD LEGISLATION


UNE LOI RARE (1)


No 23.-- LOI

LE CORPS LGISLATIF,
Usant de la racult6 que lui accord
l'article82 de la Constitution, sur 1'i-
nitiativede la Chambre des commu-
nes.
Vu les articles 122, 180, 181, 183 de
la Constitution;
Considerant qu'il est n6cessaire d'a-
viser au moyen de rendre plus corn-
plet et plus efficace le but des pres-
criptions des articles ci-dessus vis6s
de la Constitution, afin d'assurer les
r6sultats qu'elles ont en vue de pro-
curer dans l'interit public;
Consid4rant que la publicity des do-
cuments constatant lesactes de la ges-
tion des intirets g6n6raux, outre qu'-
elle est une obligation impirieuse de
tout gouvernement, est un moyen des
plus efficaces non seulement d'inspi-
reraux fonctionnaires publics le senti-
ment de leur responsabiliti, en exci-
tant leur emulation, mais encore de
faciliter le contr6le des citoyens et
d assure par 'efficacit de ce contr'6-
le, la bonne march des affairs pr..
bliques;

A RENDU LA LOI SUIVANTE :
Art. 1e"' Le Secrctaire d'Etat de l'In-
terieur est tenu do publier chaque
ann6e, I'expose'de la situation generate
de la Rdpublique, les lois budgdtaires,
les competes dine'raux avec tous
les documents y annexds, les rapporls
trimestriels de la Chambie des compiles,
ainsi que toutes les pieces qui auront
passe par I'examen du Corps Ldgislalif
et don't l'une ou l'autre Chamlbre aura
ordonn la publicity.
Art. 2. Ces publications se front in
1. Pu letin des lois No 4 amnie tW2.


brochure d'un formal uniform et seront
tires et distributes un millierd'o4-
emplaires au moins.
Art. 3. La prdsenteloi sera pub)li.'e
et execute AI la diligence du Secr-
taire d'Etat de l'Interieur.
Donn6 A la Maison Nationale, au
Port-au-Prince, le 3 AoAt 1872,an 69'
,e l'Ind6pendance.
Le president du Sdnat,
Dupont.
Les secretaires,
Migie aine, M. Alexis.
Donn6 A la Chambre des communes
au Port-au-Prince, la5 Aout 1872, an
69e de l'lndependance.
Le president de la Chambre,
Boyer Bazelais
Les secr6taires,
T. Chalvire, J. T. Lafontant.


Au NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President d'Haiti ordonne que
la loi ci-dessus du Corps L6gislatif
soit revetue du sceau de la Republi-
que, imprimee, publi6e et e\,'-ut6e.
Donna au Palais national du Port
au-Prince, le 5 Aoot 1872, an 69e de
1'Independance.
NISSAGE SAGET.
Par le Prdsident
Le Secretaire d'Etat de l'Intdrieur
et de l'Agriculture
DAMIER.
------**-----

Ndcrologie.- Nous nons associons
au deuil cruel que vient d'6prouver
notre collogue, M. Frederic Mari'nelin,
par la perte de son spouse et le prionr
d'agreer,ainsi que sa famille, nos bien
sympathiques condoleances.




- 1


I*$ & 440 Anitas N* 4. PORT-AUI-PRINCE


JUILLET-AOUT 19tS


REVUE

DE LA


SOCIETY DE LEGISLATION


Paraissant le d(e chaque Mois.


Comrite de 3Direction et de RIcdaction
Messieurs:


SOLON MINOS ....
LAMARTINliERE DENIS
S. Ei. HERAUX ... .
MAXIMILIEN LAFOREST.
GEORGES SYLVAIN .
A. DYER .........
F. BARON .....


PREfSIDENT.
SECRE:TAIRE-G ENE:RAIL.
TRiSORIER.

MEMBRES.


a~c -c~a~ liinl hata- w nr-I-M naecsngsas-


SOMMAIRE:

I. SI,\tANs Du: LA SOCI0iTf:
ra. 16union du 7 Juin 1905.
b). RTunion du 28 Juin 1905.
c). RIunion du 5 Juiltet 1905.
H. Lettre a M. Denis
111. Actualit. V .. .... S lyain.
IV. Instructions sur le Jury [Fin). B. Ardouin.
V. Billiohraphie.. .........




SaiNCE DE LA\ SOIETE

Re'anion du 7 Juin 1905
PRlISIDENCE'PAR INTERIM DE M.
MAXIMILIEN LAFOREST.
PI'sents: MM. Luforest, Denis, Hi-
:raux, Sy'!vin, Baron, Viard. Laleau.


Le proces-verbal do la r'';;Oiion du
2 Juin est lu et sanctionn6.
M. NViard done lecture d( rapport
suivant:

MESSIEURS,
SLe rapport qcue vous m'avez charge
de vous presenter sur la question po-.
see par Monsieur A. L. Crami, ma-
gistrat Communal de Jacmel. serait
soumis it vos ddlib6rations drs notre
derni're s( ance. si, cormmee jle pen-
sais tout d'abord, je pouvai:-; 1'Ilabo-
rer seulementen consultant lIs pres-
criptions de la loi du 24 Seprembre
1884 sur I'Inspection et la Surveil-
lance des Ecoles.
Mais j'ai eu h consider que la oi
sur les Conseils Communau'x (1) con-
tient (g-lement des dispositions qui

1 I,oi d nil Octobre 1881, en vigueur depuis l'administra-
tion du President Salomon.












REVUE DE LA SOCIIET DE LEGISLATION


touchent de bien pres la fonction de pechement, de mort, de d6mission
Conseiller Communal et que l'exer- ou de suspension du magistrate et des
cice. de cette function est soumis A supplants ils sont provisoirement
des r6glcs don't il serait imprudent de remplac6s par les membres du Con-
ne pas tenir compete. seil, en suivant l'ordre du tableau,
II fallait done parcourir les textes lequel sera dress dans l'ordre des
de ces deux lois et se bien penetrer Ilections.
de l'esprit du Itgislateur dans l'une Or. il peut arriver dans ces condi-
et I'autre. tions ,qu'un simple Conseiller soit
L'article 14 de la loi sur les Con- appele & un moment donn6 a gerer
sells Communaux, cit6 par M. Craan les interets de la Commune. Si done
dispose; (Ne peuvent ktre conseillors il 6tait membre du Corps enseignant
communeaux 1.......... 60 Les mer- il ne pourrait pas exercer, au voeu de
bres du Corps Enseignant. . 'art. 55 de la meme loi, parmi toutes
Il est clair que la quality( de mem- les autres functions quipourraient lui
bre du Corps enseignant, comme 6tre attributes par la loi, celle qui lui
d'ailleurs on le comprend, est incom- est devolue par la loi sur l'Inspection
patible avec la function de Conseiller et la Surveillance des Ecoles d'etre
Communal. Le citoyen don't 1'6lec- le President de la Commission locale
tion est par lui accepted a be post de surveillance des Ecoles.
cesse d'etre instituteur. De meme, le Pourquoi? Parce qu'il serait juge
Conseiller Communal qui consent b et parties, ou, en d'autres terms, il
fire parties du Corps. enseignant est serait contr61o par lui-meme.
oblig6 de resilier son premier man- II 6tait n6cessaire d'entrer dans ces
dat. Le cumul de ces deux charges details pour fixer un point d'incorn-
est dcfendu, bien que i'une soit en- patibilite 16gale de functions exer-
ti6rement honorifique. Nous en trou- cees par un Conseiller Communal.
vons la raison dans la loi sur la Sur- Les Conseils Communaux, d'autre
veillance et l'Inspection des Ecoles, part ontdans leurs attributions o la
qui confere au Magistrat Communal creation et la surveillance. d'coles
le titre de ( President de la Commis- primaires communales gratuites,
sion de Surveillance des 6coles,,. Si, entretenues par la Commune, confor-
on effet, neus examinons de pres l'ar- moment a l'art. 66 de la loi.
tide 15 de la loi sur les Conseils Com- La loi sur l'Inspection et la Sur-
munaux nous trouvons qu'en ( cas veillance des coles place toutes les
d'absence, d'emp4chement, de mort, de 6coles sous le haut contr6le du Corps
admission on de suspension du Magistral Surveillant, qui comprend lesInspec-
Communal, la loi dispose qu'il est. teurs et sous-Inspecteurs et les mem-
remplac6parle (premiersupplant,; bres des Commissions locales. Les
a dcfaut de celui-ci, par le (deuxie- attributions des Commissions loca-
me supplantt, et a defaut dece der- lessont nettcment d6finies dans les
nier, par le ( troisieme supplant ,, articles 14 et 15 de la loi qui dispose.
dans les localities qui peuvent en elire en outre, que les functions de leurs
trois. Mais Ii, ne s'arrOtent pas los membres sont.gratuiteset honorifi-
provisions de la loi. Elle veut encore ques. >
que le ( premier Conseillor dans F'or- Mais que nous demand d'Wclaircir
dre des nominations)) replace le le Magistrat Communal de Jacmel?
supplant, si ce fonctionnaire 6tait I- veut savoir si l'incompatibiliti
dans l'impossibiliti de remplir le don't parole l'art. 14 de la loi sur les
mandatqui lui est impose. Ce n'est Conseils Communaux n'est pas ap-
pas tout: l'article 6 de la meme loi,- plicable l'6gard des functions d'Ins-
en vue sans doute que le service pu- pecteur d'6coles,et de ConseillerCom-
blic ne reste point en souffrance- munal.
prevoit qu'en ( cas d'absence, d'em- La loi du 24 Septembre 1884 sur la


f i











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 6


Surveillance et l'Inspection r6pond
que non, puisqu'elle ne pr6voit pas de
cas d'incompatibilit6. Au reste, la loi
sur les Conseils Communaux, qui 6ta-
blit en son art. 18 que les functions de
supplants et de conseillers commu-
naux sont gratuites et honorifiques
n'admet le cumul que dans le cas oO
le citoyen pourvu de ces functions
serait menbre du Corps enseignant.
Or, il y a une grande difference en-
tre les membres du Corps enseignant
et ceux du Corps surveillant. L'ins-
pecteur d'6cole peut bien Atre mem-
bre du Conseil Communal, parce qu'il
ne relive que de son chef hidrarchi-
que, le Ministre de l'Instruction pu-
blique, tandis clue le inembre du
Corps enseignant subit lecontr61edes
Inspecteurs eteelui du Magistrat Com-
munal qui a d'abord etd un simple
Conseiller.
L'Inspecteur d'Ecole peut done cu-
muler ses functions avce cellos de
Conseiler Communal. II cessera ce-
pendant d'itre Inspecteur, lorsque,
au xtermes dos dispositionscontenues
dans les art. 15 et 16, il sera appel, A
g6rer les int&rets de la Commune,
parce qu'alors il sera rItribu6 par la
caisse comrmunale ct aura a jouirdu
privilege de presider la Commission
locale de Surveillance et toutes les
prerogatives ( de touted autres fone-
tions qui lui sont attributes par la
loi.
Je termine ici cc rapport ensduhai-
fant avoir r(solu que 1'incompati-
,iiliti n'existe pas entire la function
de Conseiller Co mmtnal et celle
d'lnspecteur d'ecole.

M. SYLVAIN : En raisoin de la sim-
plicite do la question trait.e par le
rapport, je crois qu'il y a lieu de le
mettre immddiatementen discussion.
Cet avis 6tant partagd par les au-
tres membres de la Sociit(, Monsiet r
le President met en discussion le rap-
port de M. Viard.
M. LAL.EAU: Je suis en favour des
conclusions du rapport. L'Inspecteur
des kcoles peut 6tre conseiller Com-
munal ; mais., si, come conseiller


communal, il vient a occuper les
functions de Magistrat, il lui faudra
se demettre de celles d'Inspecteur.
M. SYLvAIN: 11 se peut bien que ie
Magistrat Communal soit suspend
de ses functions et que 'le Conseiller-
Inspecteur, 6tantsuppl6ant, arrive A
exercer les functions de Magistrat
Communal. Doit-il cesser d'etre Ins-
pecteur ?... D'ailleurs, quel est loprin-
cipe du non-cumul des functions ?
M. LAFOREST: Le principle est qu'on
me peut pas exercer deux functions
r"tribudes par l'Etat.
M. SYLNAIN: Si le supplant exer-
cant les functions de Magistrat Com-
rnunal est r6tribu6, il ne peut done
etre Inspecteu.r. II me sembleque
c'est le meme cas pour les commis-
sions communales qui viennent rem-
placer les conseils communaux sus-
pendus.
M.VIARD: Amon avis, lesPresidents,
des commissions communales tenant
lieu et place des Magistrats Commu-
naux, ne peuvent pas etre Inspecteus
des 6coles.
M. DENIS: Pour moi, je sili de I'o-
pinion que le'suppldant, qui n'est pas
Magistrat communal l6u, qiii ie porte
que le titre de supplant c:il:rg6 des
functions du Magistrat; que ;'' Presi-
dent d'upe commission cntiimunale,
s'ils sont Inspectours d(h ecoles,
n'ont pas besoin pour cela de donner
leur admission de ces dornit'rcs fone-
tions ; car ils n'occupent les functions
de Magistrat que d'une fac~;n tout A
faith transitoire.
M. LAFOREST: Lorsqu'un coiseiller
exerce rnmme temporairement les
functions de M.li-trrat cornnminal, it
ne peut pas etre inspecteur des ecoles.
II dcvient Magistrat, en vert!. de laloi.
M. SYLVAIN : sur la question pose
je suis du mnme avis que le coll-
gue Viard. 11 n'y a pas d'incompati-
bilit6 entire les functions de conseiller
communal et cells 'd'inspecteur des
ecoles. L'incompatibilit6 n'existerait
quo si l'Inspecteur faisait parties da
Corps enseignant. Or, ii n'en est rien;
les inspecteurs appartiennent, sclon
Y'expression consacree, au Corps











RE, UE DE LA SOCIITt DE LEGISLATION


surveillant, qui. avec le Corps ensei-
gnant et fa jeunesse des ecoles forme
le corps universitaire.
On peut done 6tre conseiller et ins-
pecteur des ecoles.
Ce qu'il y a pout-Mtre aumfond de la
question, c'est un pointde convenan-
ce hidrarchique.
L'inspecteur des, coles, n tant que
chef du service scolaire dans sa cir-
conscription. est le supcrieur hidrar-
chique du Magistrat communal, Pre-
sident de la commission scolaire; en
tant que conseiller communal, il est,
au point de vue de Ia preseance hie-
rarchique, I'inf6rieur du Magistrat
communal.
Dans le silence.de laloi, on ne peut
pas empocher qu'un inspecteur soit
conseiller communal. Le rest est
affaire de tact.
Aprcs ces observations, les conclu-
sions du rapport, mises auxvoix, sont
votees par la SociWtd.
M. VIARD. Messieurs, a l'une de nos
pr6cedentes s6ances, je posais la
question suivante: ( Qui preside I'As-
semblde Nationale, en l'absence du Pi dsi-
dent du Senat ? ,
Je n'ai pas eu le temps de donner
A ma communication les ddveloppe-
ments qui lui sont necessaires, parce
que nous allions clore nos travaux.
Je viens le fire a notre reunidn de ce
jour.
II n'y a pas de doute que c'est le
President de la Chambre, vice-presi-
dent de 1'Assembl6e Nalionale qui
preside cette derniere, lorsque le ti-
tulaire laisse vacant son fauteuil.
En stance ouverte il n'en peut 'tre
autremeiit; le Pr6sidept'de 1'Assem-
blWeNationale, en quittantla salle des
deliberations de ce corps, appelle le
Vice-Pr6sident a le remplacer.
C'est un principle qui d6coule de
1'article 59 de la Constitution, lequel
dispose:
< Le President du Senat preside
, I'Assembl6e Nationale, le Pr6si-
i, dent de la Chambre en est le Vice-
, President, les sec'r6taires du Senat
,et de la Chambre des communes


a sont les secretaires de- 'Assembl6e
, National. ,,

Aucun doute ne peut done s'elever
A 1'Fgard de ce principle observe par
toutes les legislatures.
Mais envisageons la question t un
autre point de vue. Supposons qu'au
moment de se r6unir a la Chambre
des communes, le Sdnat de la R lpu-
blique. en vertu de son Reglement
interieur, avait pour president son
premier secr6taire, celui-ci pourrait-
11 constitutionnellement prendre la
pr6sidence de l'Assemble Nationale,
malgrd la presence du Pr6sident de
la Chambre ?Je dis non.--Lepremier
Secrdtaire du Senat est oblige de lais-
scr le fauteuil de la pr6sidence au
President de la Chambre, VICE-PRI-
SIDENT de I'Assembl6e Nationale.
Le raisonnement sur lequel je me
base est tres simple. Si en 'absence
du President du Senat, le President de
la Chambre ne pouvait pas reclamer
la prdsidence de 1'Assembl6e Natio-
nale, la charge deviendrait inutile
des lors et n'aurait aucune raison
d'etre dans la Constitution. Ensuite,
les Secr6taires du Senat ayant la fa-
cult6, en stance ordinaire deceCorps,
de remplacer le P:'sident. il arrive-
rait qu'en pleine Assemblee, i d6faut
du President titulaire du Senat, le 1"
Secr6taire prendrait la direction des
travaux et a d6faut de celui-ci le 2e n
Fi:.''ir.II; re. Le reglement interieurdu
S6nat serait en pleine vigueur en As-
semblie Nationale; il irait A l'encon-
tre des' prescriptions de l'article 59
de la Constitution d6ji cit6. Or, le
.Vice-president serait un personnage
sans utiiit.
La Constitution ayant du reste dofl-
ni les attributions de l'Assembl6e
National, c'est un Corps qui a une
discipline special, qui n'est rgi ni
par le reglement de la Chambre ni
par celui du Snat. Son riglement-
qui n'est encore qu'd l'etat de project -
ne pourra en tout cas qu'ktre confor-
me aux sages dispositions de la
Constitution, lorsqu'il pourra voir le
jour.










REVUE DE LA SOCI1TE DE, LEGISLATION


_______ ------------ ----- *:------,______ J_ __
11 disposera que l'Assemble Na- Cepepdant toute claire que paraisse
tionale a pour president le president la question ainsi expose, il nest pas
du Senat, et vice-president le presi- moins vrai qu'elle a besoin d'etre,
dent de la Chambre, et qu'cn l'absen- Mlucidde un peu plus A fond. Je pense,
ce de son president, l'Assembl6e est done qu'il conviendrait de la mettre
pr6sidde par le vice-president. a lFordre dujour de l'une de nos pro-
Or, le president de la Chambre oc- chaines seances.
cupe le fauteuil de la pr6sidence cons- Et c'est-pourquoije vous redis en
titutionnellement. en cas d'empiche- terminant:
ment 1,gitime du titulaire d'etre a son ( Qui peutprcsider l6galement l'As-
poste. semblde Nationale en l'absence du
Mais il rest A savoir qui est appele Pr6sident du Snat?... ,
en ce cas a le remplacer a.la vice-
presidence de l'assembl6e Nationale.
Personnel. Le fauteuil reste vacant
dans le bureau de l'assembl6e par la RMunion du 28 Juig 1905.
force des circonstances. PRESIDENCE PAR INTERIM DE MONSIEUR
Ce n'est certes pas le- premier Se- MAXIMILIEN LAFOREST.
cretaire du Sf.NAT qui y serait appeal,
puisque.la Constitution veut que la PRESENTS: MM. Latorest, Denis,
vice-pr6sidence soit tenue par le Pr6- Sylvain, Viard, Poujol-Laleau, F6-
sident de la Chambre. Ce ne serait quiere.
pas nonplus le premier Secrctaire de
la Chambre, puisqu'il ne pourrait pas M. le Pr6sident souhaite la bien-
en cc cas remplir la pr6sidence de la venue Ai M. F6quiere qui, ayant vdix
Chambre, qui, !out en occupant com- dliberative aux seances de la Soci-
me nous venons de le voir, la pr6- t6jusqu'a sa reception en stance pu-
sidence de la haute assemble, ne blique, a tenu d venir prendre con-
reste pss moins president de la tact avec ses nouveaux collgucs.
Chambre, litre qu'il reprandhd'ail- M. F6quiere remercie en terms
sjnal entierement. dis que les deux cordiaux, et sur une question de M.
Corps se siparent par la cl6ture des Sylvain, promnet pour cette annke sa
travaux de 1'Assemblhe Nationale. conference don't le sujet: ( Les taxes
D'un autre c6te, de mime que nous a I'Exportation et leur influence sur la
ne pouvons pas reconniaitre au pre- production national, est agre6 par
mier Secr6taire du Senat Id droit de la reunion.
remplacer le Prdsident, lorsqu'il M. Denis rend compete pour lui ot
s'agit de l'Assemblee Nationale, de ses colleagues Baron et Leon Audain,
mime il ne peut ktre admis que le dela visited condoliances faite a M.
premier Secr6taire de la Chambre Frid6ric Marcelin, ia 'occasion de la
replace le president de ce Corps. mort de sa femme.
II y aurait d'ailleurs l'anomalie de Puis lecture est donnde de la lettre
deux presidents d'un mmre Corps suivante de M. le Secr6taire d'Etat
dans 'assemble e,l'untitulaire, lautre des Relations Exterieures:
temporaire,
Les principles en usage a la Cham- Secr'tairerie d'Etat des Relations
bre et au Senat ne peuvent point etre Exie'ieures.
adoptIs en Assembl6e Nationale,
parce que, par la nature des obliga- Port-au-Prince, 12 Juin 1905
tions de ce grand Pouvoir de 1'Etat,
il'lui faudrait un riglement special, MONSIEUR LE PRESIDENT,
dans lequel il serait d6fini tous les Je vous accuse reception de votre let-
privileges, toutes les prerogatives tre du 10 courant, NI 34, parlaquellevous
qui lui eont propres. avez bien voulu me transmettre los rho-










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


dilcations proposes par la Societd de
Legislation au project de loi sur la natio-
nalit6 que j'avais eu I'honneur de sou-
mettre a son examen. Aux different
numeros de la Revue que vous mention-
nez, j'ai eu, en effect. occasion de lire
les proces-verbaux relatifs a la discus-
sion de la question, et je suis heureux
de venir vous donner mon adhesion en-
tiere aux modifications proposes.
Je prise trs hautement les considera-
tions que vous emettez si competem-
ment, au nom de la Societe, sur I'impor-


1'dgard des enfants nes apres la na-
turalisation ?
M. SYLVAIN : Ils tombent dans les
cas g6n6raux prevus par ta Consti-
tution et par la loi. S'ils naissent sur
le sol haitien, ils seront haitiens ai la
faveur du jus soli. Dans le cas con-
traire, ils naitront strangers.
M. le Secr6taire-g6neral donne lec-
ture du proces-verbal de la r6unlon
du 7 Juin, lequel est sanctionn6.


portance a une telle matiere: la natio- M LE P SI Con t
nalite, et conviens parfaitement avec LE PRSIDENT : C o ent
elle du voeu qu'elle a emis que cetto ma- 1l'ordre du jour, je mets en discus-
tiere sorte enfin du cadre 6troit ofi elle sion la communication du colligue
est enserree. pour prendre plus effica- Viard.
cement corps dans des accords interna- M. DENIS : Je crois que notre colle-
tionaux corrobores et sanctions par gue a 6te trouver une difficultC Id oft
]e Corps Legislatif. elle n'existe pas. L'Assemble na-
Je vous prie de vouloir bien faire j tionale, d'apres la Constitution, for-
agreer mes remerciments i la Slociet, me son bureau de celui du Senat et
et de recevoir, M. le President, 'assu- de celui de la Chambre des Repr6.
rance dema plus haute consideration. sentants. Art. 59 de la Constitu-
M. FERERE. tion : Le PrCsident du S6nat preside
'Assembl6e national, le Pr6sident
Au President de la Societe'de Le- de la Cbambre en est le vice-presi-
.l:rit,"i de Port-au-Prince. dent Les Secretaires du Senat et de
A propos du project de loi sur la la Chambre des Communes sont les
nationality, M. Poujol fait remarquer Secretaires de 1'Assembl6c Naticna-
qu'a l'art. 18 il est dit : ( Les enfants le. Lorsque le Senat se diplace
mineurs nes eldtangers, ) et plus bas: p-our caller sejoindre t la Chambre a
,, Les enl/ants majuetrsnes i I 'Elranger ,). I'effet de former l'Assembll e natio-
11 pense qu'il serait prif6rable, pour nale, le Grand Corps part avec son
qu'on ne croie pas a une m6prise, President, que ce soit le president
d'adopter la meime formiule nes titulaire ou le premier Secr6taire rem-
I'EThini, pour les deux paragra- pla(;ant le President absent. O'apres
phes. vu qu'elle s'applique aussi bien le r(glement du Senat, si le President
en l'espce. aux mineurs qu'aux ma- est empchli, absent ou malady, le
jeurs, j premier Secr6taire it replace. et
M. Sylvain ne voit pas d'inconv(-1 notez bien que pour reniplacer le
nient a conserve le texte dejh trans- President, .il est oblig6 de priter le
mis au Ministre des Relations Ex- segment que le reglement impose :u
t(rieures et deposi devant les Cham- President titulaire en pregnant le f; :-
bres. Il est conform Ila discussion touil de la residence. Or, r'est do :
et ne preteo aucune amphibologie. le premier Secretaire devenu Pr'si-
Sur la demand de M. Poujol, la dent du Senat qufi preside I'Assem-
rdunion convent que les terms blie national on l'absence du Presi-
r nds d I'Etranqgr sont la mime dent titulaire du Senat.
chose queles terms (( nts derangers M. VIARD: Le collegue Denis se
employs au 2e alin6a de I'art 18. trompe lorsqu'il dit quej'ai kt5 cher-
M. PorJoL : L'art. 19 dit que les en- cher une difficult 1h ou il n'en exis-
fants -de Fex-Haitien, ndsavant la na- to point. J'ai saisi la Societ6 d'une
turalisation de olur per'o, restent hai- question qui est do nature a embar-
tiens. Qu'cst-ce que cela implique a rasser les Pouvo'irs publics, si elio












REVUE DE LA SOCIETlE DE LEGISLATION


n'est pas tranchee. Je sais ce quedit
le reglement du Senat.-Quand I'As-
semblOe national est rdunie, quelle
est la situation du vice-Pr6sident de
I'Assemblee, President de la Cham-
-bre, en face du premier Secr6taire
du Senat, remplacant le Prisident du
Senat?
Voild, MM. la question alaquelle il
faut une solution. Si j'ai fait ce
propos une communication a la So-
ciWtd, c'est parce que cette question
m'a W6t posee, il y a quelques jours,
par un Senateur qui cherchait a con-
naitre mon opinion. Je la lui aifor-
mul6e dans le sens d'ema communi-
cation ; mais j'ai pens6 que ce que
ddiirait savoir le Snateur, 6tant d'or-
dre public, ii y avait lieu de le sou-
mettre a vos deliberations. Quoique
notre collogue Denis trouve que 'ar-
.ticle du rIglement du S6nat'qu'il vient
de lire, tranche suffisamment la
question, vous continuerez le d6bat
.jusqu'a ce que votre conviction soit
entierement assise care le redp-
te, il ne fait etat que du riglement
pour me combattre.
M. PouJor : Le premier Secr6taire
du Sdnat, remplacant le President
du Senat empech,, pr-side I'Assem-
blie national, et le President de la
Cliambr'e reste vice-President de
I'Assemblke. Lorsque le Senat se
presente a la Chambre pour former
avec elle l'Assemblee national, il
lent avec son president et son bu-
reau, et la Chambre n'a pas a faire
une enqufte a l'6gard de la prcsi-
dence du Senat.
M. LE PRESIDENT : Je desire qu'on
donne lecture de I'art. 59de la Cons-
titution.
M. Viard en done lecture et ajou-'
te : Cette disposition constitutionnelle
nous fait voir que les Pr6sidents des
deux Chambres sont I'un President
et 1'autre vice-Prdsident de l'Assem-
blie national. J'ai cit6 cet article
dans ma communication. Mais ii
s'agit de pr6ciser dans quelles cir-
constances le vice-Pr6sident rempla-
ce le President titulaire de cette As-
sembl6e? Laissez-moi vous redire


queje n'envisage dansla questionque
I'interit g6ndral. Je ne suis guid6 pai
aucun autre sentiment.
M. FEQUfIRE: Le 1' Secretaire de
la Chambre ou du S6nat, remplagant
le President d'un de ces deux Corps,
ne dev-ent pas President de la Cham-
bre ou du S6nat; il est Secretaire-
pr6sident; il preside momentand-
ment. Apres I'dlection du Pr6sident
et des Secretaires des deux Cham-
bres 16gislatives, il en est donned avis
officiellement au Pouvoir Ex6cutif et
a I'autre Chambre. Tel n'est pas le
cas lorsqu'il s'agit d'une pr6sidence
temporaire.
L'art. 59 de la Constitution d&signe
le President de l'Assemblde national
et le vice-Pr6sident; ses terms me
paraissent s'appliqueraux Pr6sidents
M1us de la Chambre ct du S6nat, non
a leurs remplagants. Si nous essa-
yons de d6finir ce quest un vice-
President, en th6se ordinaire. nous
arriverons a resoudre la question.
On sait que le vice-President est ce-
lui qui replace le Pr6sident emp6-
ch6, d'embloe et de droit. Le Presi-
dent de la Chambre, vice-Prdsident
de 1'Assembl6e national, en cas d'em-
p6chement du Prcsident du Senat,
preside done naturellcment cette As-
sembl6e.
M. DENIS : J suis de I'avis du col-
legue Fequiere pour les s6ances ddja
ouvertes. Si une stance de I'Assem-
ble national est ddjA ouverte, et
que le PrIsident est oblige de se re-
tirer par F'effet d'une indisposition
ou d'un cmpechement quelconque,
c'est assur6n-ent le vice-President
qui prend laprdsidence de l'Assen-
blie, Mais j'ai envisage le cas du Se-
nat se ddplagant avec son bureau et
ayant a sa tote le la' Secr6taire, remn-
placant du Pr6sident du Sdnat.
C'est alors ce 1'r Secretaire devenu
President, ayant pr6td serment en
quality de President (art. 11 du re-
glement ) qui preside l'Assemblde
national, et non le Pr6sident de la
Chambre, vice-Prdsident de l'Assem-
bl6e national.
M. VIARD: Je pense que vous etes


1--)













REVUE DE LA SOCI8TR DE -LIGISLATION


toi~oursdans l'erreur, coll6gueDenis, M. FfQUI1RE: Le l" Secretaire, fai-
Iorsque- vous n'admettez opinion du sant 1'office de Pr6sident, n'est pas
coll6gue F6quiere que sur ce seul Pr6sident du Senat.
o0i'nt:le vice-Prisident de l'Assem- M.DEN1S: II est rendu habile A
bltle national ne replace le Prdsi- prdsider le Senat, etparconsdquent,
dent que si en seance ouverte il lais- l'Assemblee national, parce qu'ii
sait son siege vacant. Vpus vous etes est oblige, avant d'occuper le fau-
base pour soutenir cotte assertion teuil de la prdsidence, de priter le
sur le texte du reglement du Sinat serment du President.
qui n'oblige pas l'Assemblde natio-' M. Denis donne lecture de I'art. 11
nale. C'est votre seul argument, Me du reglementdu S6nat.
Laforest..... M. VIARD: Vous donnez toujours
M. LA'LEAU: Je crois, pour ma part, lecture du reglement, du Senat qui
que le President de la Clambr ne n n'est pas appliquable au cas qui nous
pout jamais etre que le vice-Presi- occupee n ce moment. Nous (tudion,
dent de I'Assemblde national. La let- une qus-tion concernant l'Assemblde
tre de la Constitution ( art. 59) le veut national qui, n'est r6gie ni par le
ainsi. reglement du S6nat, ni par celui de
M. FQtUIIBE : Dans ccs conditions, la Chambre des Repr6sentants. Je
le vice-President, quoique indispen- persist 1 penser que le ler Secretaire
sable, d'apres la Constitution, reste- du Senat, devenu Prdsident du Corps
rait un personnage purement repr6- pour une cause d'empechement du,
sentatif: il ne serait lt que pour faire Prdsident. doit, lorsque les deux
nombre. Les deux terms sont in- Chambresrsont reunies en Assemblde
conciliables. national, laisser le fautepil de la
M. LE PRfsnAIANT : II est arrive en prisidence au Pr6sident de la Cham-
fait que M. Margron, President de bre, vice-Prisident de l'Assemblde
la Chambre, a remplac6 le President national
du Sdnat it la prdsidence de l'Assem- M. FoEQUImRE : Le riglement du S6-
blde national. L'article do la Cons- nat ne peut pas riglementer I'As-
titution d'alors sur la formation du semblee nationale.Pour la :omposi-
bureau de 1'Assemblee national tion du bureau de 1'Assembl6r natio-
Stait concu dans les m'mes terms nale, il fnut. soe I e'r.r a l'article 59
que ceux de la Constitution actuelle. de la Constitution.
L'Assenbl6e national avait tranch6 M. DENIS: L'Assemblee national "-
la question dans le sens do la corn- n'a pas un bureau qui lui est propre,.
nunication Viard. mais un bureau d'empront form
M. VIARD: Qu;nd j'ai et6 interrom- du bureau du S(nat et de celui de
pu tout a I'hcure, en pronon-.,it le la Chairbre. Le hut du .lgislateur
nom de notwl honorable Prisident, constituent semble 6tro do donner
j'allais pricis6ment fire etat do ce au S(inat la piedminence dans les
prdcddent. M. Margron a, en effet, iravnux de l'Assemblce national.
occupy la presidence del'Assemblie M. SYLVAIN: Si l'on s'en tient i liA
national en 1'absence du Pr6sident lettie de la Constitution, il faudra (di-
du S6nat, Pr6sident de i'Assemblde re, avec Fdquiere, que c'est e Pr('si-
nationaleen cont'ormit' de la Consti-i dent titulaire du Senat quli a seul
tuition. C'est le collPgue Laforest qui quality pour prIsider l'Assembl6e na-
m'avait cit6 ce fait de nos annales tionale, et come Laleau, que le
parlementaires. 11 ne faut pas que I'rdsident de la Chambre ne. peut
le.vice-President, come vient de le jamais .tre que vice-Prdsident. de
dire le college F6quiere, qui s'y I'Assemblee. En rdalitd, nous som-
connait rricux que nous en cette ma- mes en presence d'un de cos points
tire, pui-qu'il est l gislateur, soit un de. detail que le 16gislateur n'a pas
personnage purement representatif. cru n6cessaire de riglementer, s'en
3.a,


1 ~











REVUE DE LA SOCIR2TI DE LEGISLATION


,remetlant Ala bonne entente des deux ch6. c'est le premier Secretaire qui
SChamhres 16gislatives, au bon sens prisiderait I'Assembl6e.
/ de leurs membres. II est certain que M. SYLVAIN :Cette opinion est celle
Sla Constitution de 1889, d'accord avec qu'a 6mise notre collogue Denis.
nos traditions historiques. a entendu M. VIARD: Ce que dit notre coll&-
donner le pas au Pr6sident du S6nat gue H6raux parait avoir quelque
sur le Pr6sident de la Chambre, mais raison, pulsque la Constitution dispo-
il est non moins certain que le Pr6- se que l'AssemblIe national est pr&-
sident de la Chambre est, de par ses side par le Prisident du S6nat. Mais
functions, un personnage autrement que devient alors le Pr6sident de la
important que le 1"e Secrtaire du S6- Chambre, vice-Prisident de 1'Assem-
nat. Comment sortir de la difficult ? blee national. de par la Constitu-
En recourant aux precedents, jus- tion?
qu'au moment ou l'Assembl6e natio- Ii a, ce me semble, une mission
nale elle-meme se sera donn6 un re- q- e la loi mere n'a pas d6finie, puis-
glement. qu'elle ne peut pas tout determiner,
Sur la proposition de M. Viard, la mais qu'il remplit par la nature mt-
suite dela discussion est renvoyee A me de ses functions dans certain
la prochaine stance. / cas spciaux.
'7- M. HiRAUX: Si en course de stance,
le President de I'Assembl6e nationate
quite le fauteuil, soit par suite d'in-
disposition, soit pour prendre part
Rdunion du 5 Juillel 1905. aux d6bats, soit pour tout autre mo-
tif, le vice-pr6sident prend d'embl6e
la pr6sidence.
PRiSIDENCE PAR INTERIM DE M. LALEAU ; Je suis l'accord avec
MONSIEUR MAXIMILIEN LAFOREST. mes colleagues Denis et Heraux sur
PR tSENTS: MM. Laforest, Denis. le premier point de la discussion, a
Ed. Hraux. Sylvain, Viard, Laleau. savoir que 'Assembl6e national doit
d.H ux ylva, Viard, Laleau. oujours Ntre pr6sid6e par le Pr6si-
Le proces-verbal de la reunion du dent du S6nat. que ce soit le Presi-
28 Juin est lu et sanctionn6. dent titulaire ou le premier Secr&-
-r taire. Mais me basant sur l'article 59'
M. le PRESIDENT: Conform6ment a de la Constitution, je dis que le prd-
Sl'ordre du jour, nous continuous ia sidentde la Chambre ne peutjamais
Discussion de la communication du prendre lapresidence de 'Assembl6e
collgue Viard. national, en cas d'empechement du
M. HERAUX; Par ce que je viens Pr6sident du S6nat. Si au course de la
d'entendre de la lecture du proces- stance, le Pre:ident vient d 6tre em-
verbal du 28 Juin, je suis de 1'opinion p6ch6, le S6nat doit so retire pour
des collogues qui pensent que le r6- aller reconstituer son bureau. A mon
glement du S6nat ne pout pas s'im- avis, le S6nat a un droit de pr6s6ance
poser a l'Assembl6e national, qui sur la Chambre, l'Assemblie natio-
est un Corps autonomy cornpos6 de nale doit toujours etre preside par
Scnateurs et de Deput6s, mais ayant un S6nateur.
une physionomie distinct, des at- M. HaRAUX: II ne faut pas parler
tributions propres. L.Assemblee na- deS6nat ni de Chambre, loysque l'As-
tionale est presidee par le Pr6sident sembl6e national est congtitu6e, car
du 'S6nat, d-l la- Constitution. Si au celle-ci, j'yinsiste, forme un Corps a
moment dle s; rorieren Assemble p.:rt,auquel la Constitution donnedes
national, I- Si-nail .va.il pour Pr6si- attributions speciales et ofi D6putes
dent son prerimirr se.- ire renpla- et S6nateurs sont confondus sous la
cant le Pre-~ident nAijiade ou ernlpe(- Im6me denomination de membres de


k












R1WVU 15E LA SOCIETY DE LCGAS'LATION


1'Assembl6e national. L'Assemblee / M. VIARD :'J'ai ditdans ma commu-
nationale se r6unit 'dans des cas d6- fication qu'en stance ouverte, le
terminus pour une besogne d6termi- Pr6sident de la Chambre, vice-Pr6-
n6e. Elle doit agir avec c61rit6. Hour sident de l'Assembl6e national, pr6-
qu'on ne perde pas un temps pr6- side cetteAssembl6e. Ni le regloment
cieux a l'Mlection d'un Bureau, la du Senat ni celui de la Chambre ne
Constitution a prevu que les bureau pouvant etre appliques dans la
du Senat et de la Chambre seraient conduite des travaux de l'Assembl6e
celui de 1'Assembl6e national. Le national, il n'est pas admissible que
S6natayant la preseance, son Prisi- le 1"j Secr6taire du Sinat devenn
dent a6t choisi pour diriger les tra- Pr6sident de ce corps, en vertu du
vaux de l'Assembl'e, et A son d6- reglement du Senat, puisse pir-sider
faut, le Pr6sident do la Chambre, 1'Assembl6e national, lorsque celle-
vice-President de 1'Assemblee. Le ci trouve le remplacant du PrIsident
President de la Chambre replace le empich6 dans la personnel du vice-
President de l'Assemblee national president. Le 1 Secr6taire du Se-
absent ou empich6. Ainsi en est-il natest oblige de faire place au vice-
de tousles vice-presidents danstdus Prdsident qui n'estpas un personna-
les corps d(liberants. ge fictif.
.M. LE PRESIDENT: Conform6ment M. SYLVAIN : A plusieurs reprises,
aux termed de la communication, je ila 6td dit dans la discussion que les
metsaux voix la question de savoir reglements du S6nat ou de la Cham-
qui est le Prisident de 1'Assemblee bre nesauraient obliger 1'AssemblWe
national ? national. Sur ce point, nous sommes
M. HLRAux': A la reunion des deux tous d'accord. Mais il est bon de fai-
Chambres en Assembl6e national, re remarquer qu'en parlant du Prd-
la prisidence revient', soit au Pr(si- sident du Senat et du Pr6sident de la
dent titulaire du SOnat, soith celui Chambre, la Constitution ne s'occu-
qui d'apr's le rIglement int6rieur du pe nulle part du mode d'Mlection de
Senat, le replace. Unefois 'Assem- ces 1auts personnages. C'est lA un
bl6e national former et entree en point de detail laissd par le 16gisla-
s6ance, c'est le vice-President de la teur constituent A la ri' glementation
dite Assesmble qui replace le Pr6- de chacune des deux Chamnilres
sidentempech6. Pour savoir *qui est Prdsident de la
M. LALEAU ." Sur le premier point, Chambre des Communes, qui est Pre-
je suis d'accord, je le Irdpte, avec sident du Senat, on ne peut fire au-
mes colleagues Denis et H6raux. Sur trement que de consulter les rdgle-
le second point, je me vois force de ments dc'la Chambre et les r6gle-
me rallier A leur opinion, devant ments du Sdnat. Ainsi s'explique no-
1'impossibilite de trouver un Sdna- tec recourse elements, recoup
teur pour presider l'Assembl6e na- non-seulement l6gitime, mais indvi-
li,_,u;tla en cas d'emp6chement du table en l'espice.
President titulaire et du 1"' Secrd- M. H:RAU:: L'observation du col-
taire, le riglement du .Snat n'auto- league Sylvain est just. 11 ne ftnt pas
risant pas le 21m' Secr6taire a prlsi- perdre de vue, en effect, que li di1no-
per le Sdnat. a ddfaut des deux autres mination de Sdnal et do Chambire des
membres du Bureau. Reprdsentants, sous laquelle sont desi-
M. SYLVAIN: Pour trancher, en l'ab- gnces les deux branches du Corps
sence d'un reglementde 1'Assemblee Legislatiffonctionnantd'ane manidre
national, la petitedifficult6 quia mo- autonomy, se perd du moment oi.
tive la discussion soutenue par les en vertu d'une prescription constitu-
collfgues Viard, Denis et Hdraux, ,tionnelle, les deux Corps s'unissent
j'ad'opte voldntiers la solution prati- et se fondent ensemble pour former
que qu'HTi'"rux vient de formuler. un -organisme distinct, ayant une












REVUE DE LA SOCIETY: DE LEGISLATION


existence propre et des prerogatives
constitutionnelles sp6ciales. De cette
conception d'une extreme simplicity,
d6coulent des consequences entiere-
ment diff6rentes, selon que la ques-
tion est envisage au point de vue
anterieur ou post6rieur A la fusion du
Senat et de la Chambre en une Assem-
blee unique. Avant, la presidenc'e du
S6nat peut, en cas d'empechement
du President titulaire, choir au 1"J
Secretaire, puisque les rIglements
int6rieurs du Corps le veulent ainsi.
Et si. i ce moment-lA, l'Assembl6e
national 6tait convoquee, c'est le lor
Secretaire reiTiplissant l'office de Prd-
sident qui la presiderait. Autre se-
rait la solution, si l'emp6chement du
President titulaire du Senat se pro-
duisait apres la reunion de 1'Assem-
blWe national. C'est le vice-Pr6sident
de cette Assemblee, c'est-A-dire le
President de la Chambre, qui pren-
drait la pr6sidence, etnon celui qui,
au sein du Sdnat, portait le titre de
1" Secretaire, puisque, en se fondant
avec la Chambre, le Senat, momenta-
n6ment, a cess6 d'exister. Notez que,
dans ce dernier cas, la presidence de
I'Assembl6e national peut revenir
au 1" Secretaire de la Chambre, si,
par suite d'un empechement survenu
avant la reunion des deux Corps, il
avait ,to appeal Aoccuper le fauteuil
de la pr(sidence, en vertu des regle-
ments int6rieurs de la Chambre, qui
doiventconserver leur empire,de me-
me que ceux du Senat, tant que ce
Corps n'a pas perdu son autonomie,
ne s'est pas fondu avec le Senat pour
former l'Asse:r ble national.
M. VIARD: L'opinion emise par le
collkgue H(raux sur la question est
presentee sous une forme un peu plus
convaincante que tout ce qui a 6td dit
jusqu'ici. II me semble qu'elle peut,
sinon trancher la question, du moins
fire adopter certaines consi durations,
et je ne vois pas pourquoi je ne m'y
rallierais pas, puisque, a mon avis,
elle met fin h la discussion quant 6
present.
M. LAFOREST: En vertu de l'arti-
cle 59 de la Constitution, le Pr6sident


du Senat est president de 1'Assem,
blWe national, et le President de 1.
Chambre en est le vice-President.
Quand les deux Chambres e1gislati-
ves laissent le siege de leurs ddlibe-
rations pour se joindre ensemble et
former l'Assembl6e national, elles
arrivent avec leurs bureau organi-
ses. L'Ass-mblee national r6unie a
pour Prisident. ou le Prdsident titu-
laire du Senat ou le 1r Secr6taire qui
le replace. Encours de stance, si
le President de l'Assemblee est em-
phcli. it est remplac6 par le vice-
president.
Cette opinion qui est conform A la
motion de MM. Denis et Heraux,
ayant finalement ralli)6 l'unanimit6
des votants, est celle i~ laquelle s'ar-
rite la Socitd. '
Puis la stance est levee.i\

---------- -------

Port-au-Prince, 26 Juillet 1905.
MONSIEUR L. DENIS,
Secrctaire-Gdndral do la Soci6tO de
Legislation.

MON CHER COLLt;GUE,
Je ne pourrai aujourd'lin;,. amon grand
regret, assisted A lasanctiim du proces-
verbal de notre derniere :eance. II m'a
sembl6 cependant, I la llec iire, qu( I'im-
pression qui so dcgageait de la discus-
sion de la communication de notre col-
logue Viard dtait un peu melee. Peut-
itre me suis-je tromp6 ((ce don't je serais
bien aise ), mais je me riservais, au cas
ou cetto impression persisterait, de de-
mander A la reunion de preciser sur cer-
tains points notre vote. Je vous adresse
quelques notes a tout ha.srd. Vois en
ferez l'usage que vous juy;erez bon.
J'ai emis I'opinion que la Constitution
ne reglp paI entierement ic cas, soumis
par M" Viard a I'examen dfe la Soci6t6
de .Legislation. L'article 59 do la Cons-
tion a tepourtant invoque come im-
pliquant dans son texte littoral uhe solu-
titutini contraire a cell quiii a fni par
nous rallier tous. S'il fallait s'ittacher
6troitement A la lettre de I'article 59, en-
tendu en ce sens ri:-tric.ti'. le P6rsident
de la Cliambre ne pilurrait jarais etre


_L~_I













REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION


que vice-President de l'Assemblee Na- goureuse et peut donner lieu a de dange-
r, tionale : ce qui me parait aller au-dla reuses complications.
des intentions dul6gislateur constituent. Au fond, il m'est assez indifferent que
Mais, d'une part, Particle 59 ne dit pas 1'Assemblee national soit preside par
que le vice-Pr6sident sera viss6 a perpe- le President de la Chambre ou ]e pre-
tuit6 dans le fauteuil de la vice-Presi- mier secretaire du Senat, si Chambre et
dence ; et d'autre part, il ne fait pas de Senat, comme on doit le supposed. d6si-
distinction entire Presidens de session et gnent pour faire parties de leurs bureaux
Prsidens interimaires, se contentant des citoyens dignes d'en exercer les at-
d'employer les terms de ( President du tributions. Aussi avais-je d abord propo-
S'6nat,) et (President de la Chambre ,. s6 le recourse aux precedens, comme mo-;
Or, le premier secretaire faisant fonc- yen pratique de sortir d'embarras.
tion de President. en lieu et place du Mais ce qui imported h tout le monde,
President empech6, est un veritable pr6- c'est que pour une question de cet ordre,
sident. Je ne vois dans aucun texte de qui n'est, en some, qu'une question de
limitation h l'6tendue des attributions personnel, les grandsintertsde la nation
pr6sidentielles, don't l'exercice lui est d6- ne soient point paralysis ou mis en piril.
volu. La limitation n'est que dans la du- L'Assembloe national nest convoquee
roe de ces functions, qu'il cessera d'exer- que pourdes cas tr6s graves et urgens.
::er, des que celui don't il tient la place Qui peut dire ce qui arriverait, si,dans la
sera en 6tat de les reprendre. Tant que seance out il s'agirait, par example do
Sure le replacement, il n'est pas pos- nommer un nouveau Chef d'Etat, 1'elec-
sible de le considered autrement que tiondu President de laRepublique venait
comme un president pro tempore. A se compliquer de celle du President du
On a encore invoque come argument Senat ou du Pr6sident de la Chambre, et
d6cisif les prec.dens de 1876. Mais un qu'on dit suspendre a cette fin les tra-
pr6ccdent parlementaire n'est, h 'ordi- vaux de 1'Assemblee national ? Tout se
naire, qu'un example, bon a suivre ou passerait bien peut-Otre, si deja Fon s'6-
a condamner (selon qu'on le trouve con- tait entendu pour aboutir a une solution
forme ou contraire au droit ou a la rai- legale. Mais s'il nen Ctait rien? Si le de-
son). Siceux qu'on nous oppose devaient chalnement des parties en lutte ne te-
valoircomme regle doctrinale, comme nait qu'a un incident, qu'a la moindre
argument de droit, ils vaudraient inte- diversion venue du dehors?...
gralement. Or, quand M. Margron, Pr6si- C'est une raison pour qu' a la prochai-
dent dela Chambre, presida l'Assemblee ne Assemblee national, on r glemente
national h la place du president du Se- d6flnitivement le cas qui nous occupe,
rat emp&che, le premier secr6taire du mais c'est aussi une raison pour que,
Senat, M. Flambert, occupa le fauteuil de en attendant, nous nous ralliions a la
la vice-prOsidence. Cela part natural a these d'Heraux, que je persist a trouver
tout le monde, conform a la hidrarchie A la fois rationnelle et pratique. Avant la
des grades et A l'autorit6 individuelle formation de l'Assemble6 national,
de l'un et l'autre personnage. Chambre et Sdnat arrivent avec leurs
Personnel n'imagina que la Constitu- bureauxx respectifs, con titues confor-
tion pht etre int6ressee dans l'aventure. moment au Reglement intdrieur de Iune
Nous avons march depuis cc temps .... et l'autre Chambre. Ces deux bureaux
On dit: ,Eh hien, soit! le pr6ecdent ne forment celui de 1'Assemble national.
vaut que comme argument de fait. Des Une fois la session de I'Assemblee natio-
lors, il peut 6tre scind6. Adoptons-en nale ouverte, plus de Chambre, plus de
seulement la premiere parties, quiest cor- Senat, ;i ne rest que les membres do
recte et laissons de c6te le rest. Le pre- l'Asseblie, que le bureau de l'Assem-
sident du Senat empech, il n'y aura pas blde, oh en cas d'empechement, les sup-
de vice-president de l'Assembl6e natib- pleances se produisent normalement,
nale. Le President de la Chambre pre- dans l'ord re des pr&seances.
sideral'Assembl6e; mais au cas ou, pour
une raison ou pour une autre, il aurait Bien a vous,
A quitter son fauteuil, la seance prendrait VAI
fin, saufau S6nat ou la Chambre A se GEORCEs SYLVAIN.
donner, dans l'intervalle, un autre pre-
sident. ,
La solution est certainemont trop ri-


(










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ACTUALITE


V

M'.tant donn6 la mission de tenir
notre public exactement au courant
de tous les faits qui se rattachent de
pres ou de loin a la convention pro-
jet6e entire les Etats-Unis et la Repu-
blique dominicaine, je n'aurai ma ta-
chepouraccomplie que quand une
solution definitive sera intervene au
sujet de cette convention.
Aussi bien, personnel ne s'est trom-
p6 sur la port6e international de
( 1'incident dominicain ,. Dans Fin-
d6niable transformation que subit en
cemoment le groupement seculaire
des Puissances qui se partageaient
l'empire du monde, les Etats-Unis
d'Am6rique sont appeals, de l'aveu
general, a remplir un rl6e de plus
en plus pr6pond6rant. Concession-
naires du Canal de Panama, ils appa-
raissent comme les arbitres de 1'Ar-
chipel des Antilles. La nouvelle ex-
perience politique qu'ils vont inaugu-
rer dans leurs relations avec l'Etat
dominicain aurait des lors pour nous
une valeur indicative assez grande,
meme si notre position de voisins li-
mitrophes ne nous y int6ressait direc-
tement. Nous ne saurions done en
avoir la pens6e trop occupee: Tandis
que, berc6s. au bruit du canon don't
l'echo nous arrive des profondeurs
de l'Extr6me-Orient, nous nous flat-
tons d'etre oubli6s. la parties ou nous
sommes acteurs, que nous le you-
lions ou non, continue de se jouer.
Des evenemens se produisent au mi-
lieu de nous et hors de nous, qui,
s'enchainant les uns aux autres, in-
flueront sur notre condition nationa-
le. Le passe, que volontiers l'on croit
mort, nous pursuit de ses conse-
quences impitoyables, et deja l'ave-
nir est en marche.....

Voir le numbro 2 et les Nos precedens de la Revufe.


La disparition de l'homme d'Etat
expkrimente qui depuis sept ans di-
rigeait la politique exterieure des
Etats-Unis a provoque d'universels
regrets. En nous associant a ces t6-
moignages de sympathie. nous ne
ferons que reconnaitre les sentiments
de bienveillante 6quit6 don't s'est
constamment inspire M. Hay dans
ses rapports avec le Gouvernement
haitien. Parmi les hauts personnages
charges de presider a la fortune po-
litique des grandes nations civilis6es,
M. Hay pouvait passer pour une figu-
re original. II avait, come son pro-
tecteur Lincoln, la magnifique sim-
plicit6 de croire que les principles de
justice et de morality, qui dans les
relations de la vie privie reglent la
conduit des gens de bien, ne les
obligent pas moins dans la direction
des affairs publiques. Pour d6cider
des litiges diplomatiques dtf6rrs a
son examen, il acceptait qu'on lui
parlat raison et ne conceva it pas que
le droit, sans l'appui de la force, ces-
sht d'etre le droit. Envers les petites
nations libres de l'Am6rique, si sou-
vent victims des brutales injustices
de l'Europe, ii mettait une nuance de
coquetterie a se montrer non-seule-
ment impartial, mais comrtois, leur
temoignant les memes 6gards qu'aux
Puissances les plus qualifies.
Par la droiture et la moderation de
son caractore, M. Hay aura ainsi con-
tribu6 a calmer les apprehensions
qu'aurai.t pu susciter au dehors la
r6cente politique d'expansion des
Etats-Unis, tout en contenant cette
politique en des limits raisonnables.
On se rappelle avec qufIle nette
franchise, snr la question posee par
notre pl6nipotentiaire a Washington,
il n'hesita pas a donner au people
haitien I'assurance formelle que son
Gouvernement ne nourrissait contre
Santo-Domingo ou contre Haiti aucu-
ne arriere-pensde d'acquisition terri-
toriale. Quelques journalists etran-
gers, dans leur d6pit de constater que
le premier Ministre du moins negli-


~_












REVUE DE LA SOCIETI DE LEGISLATION


geable des Etats amrricains n'avait
pas cru au-dessous de sa.dignit6 de
rassurer les n6gres d'Haiti sur ses in-
tentions politiques, affecterent de te-
nirseulem6nt compete du ton de la
d6piche, oC aurait perc6, d'apr(s eux,
un d6dain non dissimule pour l'indis-
cret interpellateur, ct taxrent d'in-
consiquence diplomatique la demar-
che du Ministre Leger, qu'ils appe-
laient ( le bien nomme ,,. Mais on
cut vite la preuve que, loin d'attacher
A cette demarche une signification
deplaisante, le Cabinet de \Vashing-
ton en savaitplut6t bon grte a notre
agent, quand le President Roosevelt
lui-mnme prit texte de la lottre de M.
Hay pour pr6ciser dans son Message
au S6nat le caractbre de-l'arrange-
ment dominicain.
En some, notre pays perd avec
I'ancien collaborateur du President
abolitionniste, avec l'di-ve et le bio-
graphe de Lincoln, une sympathie
que les conjonctures prcsentes ren-
daient doublement pr6cieuse.

M. Elihu Root, qui succde a M.
Hay, a ddja administer, sous la pr6-
sidence de Mac-Kinley, le Departe-
ment de la Guerre. Nous avons eni
l'occasion, propose de son commen-
taire de la doctrine-Monroe, de si-
gnaler ici meme son 6minente situa-
tion politique. C'est un ami personnel
du President Roosevelt, qui aura en
lui un auxiliaire d'autant plus devoud
et convaincu que leurs vues sont pa-
reilles. Aussi passionni que son pr'-
d6cessour pour la grandeur de leur
commune patrie, le nouveau Secre-
taire d'Etat gardera-t-il la mirne con-
fiance dans la suffisanto officacite(
des moyens pacifiques? 11 y aurait
lieu d'en douter, si I'on so tenait a
considered que 1'imperialisme mili-
tant honore en M. Root l'un de ses
repr'sentans les plus autorisOs. Mais
les propos d'un home politique
guerroyant al l'avant-garde de son
parti ne permettent gue're d'augurer
de son action mise it Ia'preuve des
responsabilit6s du pouvoir'. Aujour-
d'hui come hier, le Gouvernement


de l'Union am6ricaine rest en son
fond un Gouvernement d'opinion.
Les dirigeans savent bien que leur
r61e est de suivre les indications de
l'opinion, tout au plus de la guider:
quant a essayerde la dominer, aucun
d'eux ne s'y hasarderait. Or, si une
politique d'intervention plus active
dans les affairs des pays strangers
repond actuellement au sentiment
populaire, le people des Etats-Unis
entend que cette politique ne cesse de
s'inspirer des intdrits g6neraux de
I'humanite, car sa constant prdoc-
cupation est de passer pour le people
etonnant, riche et fort entire tous,
just et grand par excellence.


Rien, it ce compete. n'etait plus pro-
pre a flatter l'orgueil national que
l'heureuse initiative prise par le Pr6-
sident Roosevelt d'offrir sa mediation
a la Russie et au Japon pour mettre
fin a la guerre d'Extreme-Orient. et
le choix fait d'une des villes de
i'Union pour le siege des conferences
Sof vontetre discut6es les conditions
de la paix enti e les deux belligerans.
Faire cette figure glorieuse au der-
nier acte d'un drame historique capi-
tal. plus beau que tous ceux don't les-
siecles passes nous out ldgu6 le sou-
venir; voir l'autorit6 morale qui
s'attache au renom de la jeune Ame-
rique consacree par le consentoment
universal de ses ain6s, les peuples
cr6ateurs de l'histoire moderne, il y
avait li sans doute de quoi exalter
d'aise et de flcrte la nation tout en-
ticro et renforcer sa confidence dans
le Chef qu'elle s'cst donn6, noblement
ambitieux et viril a son image ..
Les choses ontentre oeles des liaisons
inattehdues. Pour resoudre li ques-
tion dominicaine, il devient de plus
en plus probable que le have Jo-
nathan. dans le teu de son enthou-
siasme, finira par s'en remettre, a
f l'id6e de ce damned coruin de T7',1.',*.


STEDDY, diminutif de Theodore. est, comme on sait, le.
tobrlquet populaire du Pr'sident Roosevelt.











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


** INSTRUCTIONS SUR LE JURY ()
En attendant, le regime transitoire
inaugur6 pa' le modus vivendi du Aux instructions proprement dites,
31 mars 1o05 fonctionne a la satisfac- ayant trait & la conduit et aux devoirs
tion des deux Parties contractantes. des jurds, BeaubrtqnArdouinacruntices-
M. Hollander, le Commissaire charge saire d'ajoutler le commentaire, d'apris
de recucillir les resultats de cette ex- Rogron, de qulques articles du Code pe-
perience, dans ses premieres com- nal. On ne s'y re'/rera pas avec moins de
munications constate que tout est fruit.
bien. Les douanes font merveille aux
mains de M. Colton et de ses auxiliai-
Art. 2. Toutte tentative de crime qui aura
res. Commerrans et consommateurs te' ~anifestde par des actes extrieurs et
ont d'emblee pris leur parti de ce suvie d'unl commencement d'exdcution,si
changement de personnel et d'admi- elle n'a 0td suspendue, on n'a manque son
nistration, et y ont conform leurs effet que par des circonstances fortuites
habitudes. Le Gouvernement domi- on inddpendantes de la volontede l'auteur,
nicain respire; ses cr6anciers atten- est considdede comme le crime mdme.
dent avec une patient resignation M. Rogron dit:
que leur tour vienne de passer ala
caisse... La pensee, quelque criminelle qu'elle
i. ., soit, n'est pas du resort de la justice
Si le Senat fiddral ne se declare humaine; mais lorsqu'elle s'est mani-
pas edifie des couleurs d'un tel ta- fest6e deji par des tentatives coupables,
bleau, c'est qu'il aura le gout difficile! il n'estpas n6cessaire que le crime ait
Mais quel tableau n'a ses ombres? 6te consomme, pour que la society ait
Reste aexposer les c6tes fAcheux de 6t& trouble, let par suite, pour que le
la situation dominicaine. -Nous y ar- chatiment soit inflig; cependant comrnie
il existe toujours entire la consomma-
riverons prochainement. tion du crime et la tentative de grandes
differences, puisque l'une est 'toujours
GEORGES SYLVAIN. evidente, tandis que l'autre peut se de-
17 Juillet 1905. rober encore aux yeux les plus clairvo-
yants, la loi, pour eviter I'arbitraire, a
_. ..._ __ _____ pris soin d'indiquer les (.irconstanccs
auxquelles on reconnaltrail ces tenta-
tives qu'on doit assimiler au crime ]ui-
No mination mme :
1 la tentative doit 6tre manifestee pa?
__des actes exterietrs ; 20 elle doit 6tre sui-
vie d'un commencement d'exe'cution ; 3
Nous nous en voudrions de Taire elle n'addtre uspendue, ou n'a du man-
quer son effet que par d.s circonstances
la satisfaction que nous eprouvons fortuites ou inde'pendanles d& la volonti
de la nomination de notre collogue de son auteur. Ces trois circonstances
M" T. Laleau, au Ministere de la Jus- sont indispensable, et si ine d'elles
twice. Ce nest pas aux lecteurs de la manquait, la tentative echapperait a la
Revue qu'il est ndcessaire de faire vindicte publique. Ainsi un individu s'in-
l'dloge du nouveau Ministre de la Jus- troduit dans une chamb e, avec l'inten-
tice. Quoique le plaisir d'applaudir a tibn d'y voler, il y a la in acte exterieur.
sa conference de reception doive s'en Ainsi un individu s'introduit dans une
trouver pour nous retard, nous lui maison, et brise ies armoires dans les-
quel les il no trouve rien; il y a ou un.
souhaitons un enter success dans commencement d'execcution, et ia tenta-
, le chemin montant, sablonneux, tive n'a manqud son effet que par une
malaise,, ou il s'est engage, circonstance inddpendante de la volont6
de l'accuse...
1. Voir Ie num&re 2-3 de la 412me ann6e.














REVUE DE LA SOCIMETI DE LEGISLATION


Ainsi une personnel se dispose a man-
ger les aliments auxquels une main cou-
pable a mele dos poisons; elle s'arrete
tout-a-coup, parcel, que ces, aliments lui
r6pugnent, ou bien parce qu'un tiers l'a-
vertit. La circonstance est fortuite ou
independante de la volont6 de l'auteur
du crime, et la tentative doit etre punie
comme le crime meme ; au contraire. a
I'instant oti la personnel qu'on a voulu
faire p6riv, porte a sa bouche les ali-
ments empoisonn(s, le malheureux qui
a conqu le crime 1'arrete, il se repent et
avoue son horrible project. La circons-
tance qui, dans ce cas, a suspend ou
fait manquer le crime, emane de la vo-
lonte de l'auteur de la tentative. et par
suite, olle n'est pas punissable. La Iqi,
en effet, ne frappe qu'a regret, elle aime
mieux emp6cher le crime que de le pu-
nir : si 1'auteur de la tentative, apres
avoir prepared le crime par des actes ex-
terieurs, sarrete, par un sentiment libre
et spontane, sur le bord de 1'ablme, il
est sauv6.C'est un appel au remords, une
remission, une grace accordde au repen-
tir volontaire.
Art. 42. Les complices d'un crime ou
d'un ddlit seront punis de la mdme peine
que les auteurs mdmes de ce crime ou de
se dilit, sauf les cas ozi la loi en aurait or-
donne autrement.
Les complices. Le complice en general
est celui qui a pris une part au crime
commis par un autre individu.
Art. 43.. Seront punis come complices
d'une action qualifide crime on delit, ceux-
qu, par dons, processes, menaces, abus
d'autoritd ou de pouvoir, machinations ou
artifices coupables. auront provoqud ai
cette action, ou donned des instructions
pour la commettre ;
Ceux qui auront procure des armes, des
instruments, on tout autre moyen qui aura
servi i l'action, sachant qu'il devait y ser-
vir :
Ceux qui auront, avec connaissance, ai-
dd ou assisted l'auteur ou les auteurs de
l'action dans les fails qui l'auront prepa-
rde ou facilitee, ou dans ceux qui l'auront
consommie. etc.
Ceux qui par dons, processes, menaces.
Ainsi. un simple conseil ne pourrait cons-
tituer la complication; il faut qu'il y .ait
eu provocation ou crime, au moyen de
dons. processes menaces etc. etc. Abus
d'autoritd ou de pouvoir. Ainsi par exem-
ple, il peut y avoir abus dautorite de


la part d'un pore qui pousse son fils au
crime, abus de pouvoir de la part d'un
maltre qui y determine 'son domestique.
Machinations ou artifices coupables. -
Le mot machination, au propre, exprime
1'action de produire une machine, un
mecanisme quelconque : au figure, il si-
gnifie 'action de former des complots
criminels, de faire jouer des resorts ca-
ches; cependant, on a jug6 que le mot
coupable ne se rapportait, dans ces arti-
cles, qu'aux artifices, de tell sorte que
le mot machination presentait par lui-
meme une prevention de culpability,
sans qu'il flt besoin d'y ajouter le mot
coupable.
Auront provoque d cette action. I11 aut
qu'il y ait provocation : aussi a-t-onjuge
que le fait de n'avoir pas empechd un
meurtre dent on a te t6moin no pouvait
constituer la complicity.
( Ceux qui donnent des instructions pour
commettre Faction sont aussi coupables
de complicity que ceux quiy ontprovoque.)
Sachant qu'ils devaient y servir. Cette
circonstance est necessaire pour etablir
1'intention do coopdrer au crime, car il
n'y a d'action coupable que celle qui
reunit le fail et I intention.
Ceux qui auront avce connaissance aidd
ou assisted l'auteur. C'est encore icila con-
naissance, qui, avec le fait, constitute
I'acte coupable; la question pose au
jury doit done rappeler cette circons-
tance, et lejury doit la declarer dans sa
reponse.
Art. 44. Ceux qui sciemment auront
recele en tout ou en parties des choses en-
levees, detourne'es on obtenues i l'aide
d'un crime on d'un Id-'lit ir .,,1m aussi pu-
nis come complices de ce crime ou de'lit.
Ceux qui scien nent auront recele. C'est
au moment m6me du recele, que les in-
dividus don't il s'agit ici doivent avoir la
connaissance que la chose provient du
vol; et consdquemment s'ils conservent
en leur possession- des choses don't ils
n'auraient connu l'origine que depuis
qu'ellesont 3te placoesdans leurs mains,
ils no pourraient 6tre consider's come
complices. Si cette doctrine no resulte
pas bien positivement de 'article actuel,
elle est commaundie par la raison. Une
question grave que fait naitre cot- arti-
cle est cello de savoir si la femme qui a
rec616 les objets qu'olle savait avoir et6
voles par son maria peut' tre riputee
comme complice ? II faut distinguor si la
femme n'a fait que souffrirle d6p6t dans


~C~













REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


la maison conjugale des effects voles, ou
encore si elle ne les a recle6s que dans
1'intention et avec la volonte de corn-
mettre le reci16 que punit la loi; c'est
aujury a decider, d'apres les circons-
tancCs, si cette volonte constitutive du
crime a reellement existO ; et on conQoit
qu'il ne devra jamais consacrer l'affir-
mative, qu'autant que les preuves d'une
volont6 coupable seront palpables: car
dans le doute, on devra toujours penser
que l'obeissance ou l'intention de dero-
ber son maria aux poursuites ont motive
la conduite de la femme.
Art. 46. I1 n'y a ni crime ni delit, lors-
que le privenu ttait en etat de dcmence au
temps de l'action, ou lorsqu'il a e't con-
fraint par une force d laquelle il n'a pu rd-
sister.
La question de la demence doit-elle
etre formellement pose au jury, de
telle sorte que le refus de la lui soumet-
tre entralnerait l'annulation des d6bats
ot dujugement de condemnation ?
II est de jurisprudence que cette ques-
tion n'a pas besoin d'etre propose sp&-
cialement au jury, parce que la demence
etant un fait qui exclut la volonte, et
par suite la culpability, elle enitre n6ces-
sairement dans la question principal:
I'aecuse est-il coupable? En effet si le jury,
bien que le fait soit constant, pense que
l accuse 6tait, lorsqu'il l'a commis, en
6tat de demence ou sous l'empire de la
force majeure.-il doit r6pondre: Non l'ac-
cuse n'est pas coupable ; car il n'y. a pas
de culpability la oh il n'y a pas de volon-
te libre et eclairee par la raison.
(II est peut 6tre utile d'ajouter qu'un
tribunal criminal ne doit pas poser une
question de cette nature, parce que la
loi a voulu qu'il ne fut pose au jury des
questions pour savoir si I'accuse est ex-
cusable que dans les cas qu'elle a elle-
meme prevus ot admis comme tels : or,
elle a dit qu'il n'y a ni crime ni delit,
lorsque l'accuse 6tait en etat de d6men-
ce ou la force majeure exclut toute cul-
pabilit : done c'est aujury seul a deci-
der cette question, en s'occupant de la
question principal. )
Etait en etat de demence au temps de
1'action ou lorsqu'il a ete' ontraint par une
force a laquelle il n'a pu resister. Ainsi
que nous l'avons deja remarque, tout
crime on delit se compcso du fait et de
l'intention ; or, dans les deux cas prevus
par note article, aucune intention cri-
minelle ne pout avoir exist de la part


d'un prevenu, puisque, ou il ne jouissait
pas de ses faculties morales, out la con-
trainte seule a dirige l'emploi de ses
forces physiques. C'est au temps de l'ac-
tion clue la demence a df exister, il re-
suite de lI que si l'dn pouvait etablir
d'une maniere certain, ce qui est tou-
jours difficile, qu'un homme habituelle-
ment en demence, a commis eI crime
dans un intervalle lucide, le jury pourrait
declare l'accus coupable. Quant a la
force d laquelle I'accusd n'a pui rdsister, il
est constant qu'elle ne saurait s'entendre
clue d'une force tell qu'eile exclut touto
idWe de culpabibilito ; ainsi, la crainte
redceentielle, c'est-A-dire cette crainte re-
sultant du respect que nous impriment
les auteurs de nos jours, ni I'obeissancc
domestique ne po.urraient 6tre invo-
quees comme exclusive de culpabilite.
Aat. 48. Lorsque l'accuse aura moins de
seize ans, s'il est decide qu'il a agi sans
discernenmeit, il sera acquitted, etc.
11 est juge alors que 1'intention, qui
donne au fait les caracteres de culpabi-
lite, n'a pas exist, et consequemment
l'accuse ne saurait encourir aucune peine.
Art. 249. L'homicide commis ,,olontai-
rement est qualified meurtre.
L'homicide. Cette expression est gdnO-
rique; le meurtre, I'assassinat, Ie parri-
cide, 1'infanticide, I'empoisonnement ne
sont que des qualifications que la loi
donne a l'homicide, d'apres certaines cir-
constances.
Si la mort n'a pas et6 le resultat im-
mediat des coups portes, y aurait-il
meurtre ? Il faut fire ici la distinction
que nous avons presentee prec6dem-

ment; si la mort, sans etre le r6sultat,
immediate des blessures, on a cependant
&te la suite n6cessaire, cet article eat
appreciable, car F'auteur d'un fait s'ex-
pose a toutes les consequences de ce fait;
mais si la mort n'a pas tet la conse-
quence des blessures, ou si la victim a
6chapp6 tout-a-fait a la mort, il faut en-
core distinguer si les blessures ont it(,
faites ou non avec l'intention de tuer; si
elles ont 6t6 faites dans cette intention
qui est constitutive du meurtre, et qui
par suite doit 6tre positivement ndoncee
dans la roponse du jury, il y a non pas
meurtre, mais tentative de meurtre pu-
nissable de la mome pine, aux tcrmes
de 1'article 2.--Sil n'ya que simple bles-
sures sans intention de tuer. lo fait ren-
tre dans l'application d'autres articles du











'8 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Code.
Commis vofontairement. C'est la vo-
lontd seule qui donne i l'homicide le ca-
ractcre de mourtre; aussi, homicide
n'est-ii pas punishable, s'il a et6 commis
pal' dimence ou force majeure; il peut m6-
me etre innocent: 10 lorsqu'il estordonne
par la loi et commander par ]'autorite l1-
gitime; 20 lorsqu'il a 6t6 commis pour la
necessity actuelle de la 16gitime defense
de soi-mreme ou d'autrui, ou pour repous-
ser pendant la nuit. 1'. im.:t.i ou l'esca-
lade. les auteurs de vols ou de pillages
execut6s avec violence. 11 est excusable-
lorsqu,il a 6td provoqu(A par des coups ou
des violence graves. lorsqu'il a ete com-
mis en repoussant pendant ]e jour l'ef-
fraction ou I'escalade de la maison.-- En-
fin, loriqu'il a eti commis par maladres-
so. imprudence, inattention ou inobser-
vation des riglements: la loi le punit
alors de peines correctionnelles; mais
danstousces cas, il n'y a pas meurtre ;
(il y a seulement homicide.)
Art. .50. Tout meurtre conmis avec
premeditation on guel-apens, est quali-
ffi assassinal.
Avec prme'nditation on de'g(uet-apens.
Ainsi que nous l'avons dOja observe,
homicide prend les qualifications et su-
bit des pines differentes, en raison des
circonstances. La volonle lui fait donner
la qualification de meurtre ; il s'appelle
assassinate, lors.qu'il est pr&ce de dpre-
meditation ou de guet-apens.
rt. ?; 1. La prime'ditation consists dans
Ie dessei; f/ornu a(vant l'action d'attenter
d la personnel d'un individu determine, ou
meme de celui qui sera trouve' ou rencon-
tre, quand mtnme ce dessein serait depen-
dant de quelque circonstance ou de quel-
que condition.
Dans le dessein former avant l'action,
'lhomme qui arrete sa pensde sur le cri-
me, qui le midite et le prepare,-est Ovi-
demmentplus criminal que celui qui le
comment dans in moment d'emporte-
ment, et comme dit un ancient auteur,
en chaude m6ele; -la pine devait par
suite 6tre plus grave.
Les expressions don't se sert la loi
nous rivilent la difference qui existe
entire la primiditation et la volontd. La
volont6 de commettre lii .-nii i i..-., au mo-
ment de 'action, ne constitue que le
meurtre avant l'actiop, la volonte qui a
Sdja meditt et alrrtd homicide, consti-
tue I'assassinat.-- Ou mime celui qui sera


Strouvd ou rencontre'. Ainsi, il y aurait pre-
meditation dans le meurtre commis sur
un domestique que 'accuse ne connais-
sait pas m6me, mais qui se serait ren-
contre sur son passage, s'il s'etait armed
avec le dessein de tuer les individus
quelconques qui pourraient se rencon-
trer et s'opposer a ses projects. Serait
dependent de quelque eirconstances ou de
quelque condition. Ainsi, il y aurait pre-
meditation, lors meme que le dessein
de tuer aurait et6 subordonne a la cir-
constance que I'individu se rdveillerait,
ou lors m6me que la victim n'aurait et6
frappic qu'autant qu'elle aurait manque
a la condition que l'accuse lui aurait
faite de garner le silence.
Art. 25.2. Le guet-apens consist d al-
tendre plus ou moins de temps, dans un ou
divers lieux,un individual, soit pour lui don-
ner la rnort, soit pour exercer sur lui des
actes de violence.
A attendre plus ou moins de temps, dans
un ou divers lieux. Ainsi, pour qu'il y ait
guet-apens, il faut que oI'n se soit mis
en embuscade pour attendre un individu.
11 est clair qu'on ne saurait se rendre
coupable de guet-apens sans avoir pre-
medit le crime.
II1 n'y a jamais de guet-apens sans prd-
meditation; mais il y a souvent preme-
ditation sans guet-apens. puisque la pr6-
meditation consist simplement dans le
dessein form avant l'action.
Art. 273. Quiconque par maladresse,
imprudence, inattention, ni'qliq ,. ou
inobservation des reglements, aura com-
mis involontairement un homicide ou en
aura etc involontairement la cause sera
puni, etc.

Aura commis involontairement un ho-
micide: Si (l'homicide n'a Ote le rdsultat
d'aucune maladrosse, d'aucune impru-
dence, etc. ), il n'y a ni crime ni delit
( lorsqu'il est le resultat d'un accident):
mais si l'individu qui a .commis 1'homi-
cide n'est pas exempt de fautes, il n'y
aura pas meurtre, puisqu'il n'y aura eu
aucunacte de sa volonte ; il presentera
ala justice une conscience pure (u sang
qu'il aura verse ; maig le sang repandu.
meme involontairement, est celuiu d'un
home; s'il ne crie pas vengeance. il
demand, il doit obtenir une expiation.
II fallait d'abord 'orcer, par la crainte
d'une peine, les hommes a la prudence
dans les actes qui peuvent exposer la













REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 79


vie de leurs semblables ; celui qui en a tell sorte que le fait commis dans l'ab-
manqu6 est coupable; il a commis un ience de cette volonto, par example par
delit que la loi punit de 1'emprisonne- un home. en demence, ne renfermo ni
ment et de l'amende. crime ni delit.; mais nous avons remar-
Sque aussi qu'un fait, meme involontaire,
Art. 275. Le meurire, ainsi que les bles- pouvait devenir un delit, a raison de
sures et tes coups sont excusables, s'ils ont l'imprudence ou de tla I,,,',/;,t,, ,, ,I'hom-
ited provoque' par des coups ou violence me, d'ailleurs raisonnalle, qui s'en .etait
graves, envers les personnel rendu coupable.
Si des coups et des violence graves
ont emporte un homme loin des bornes De m6me, nons venons de voir que le
de la raison; si le coupable, dans les crime se transformed on simple delit, si le
transports d'un courroux qui a et6 pro- coupable se trouve place dans un des cas
voquO, n'a pas conserve cette liberty d'excuses Onum(ers par la loi.
d'esprit ndcessaire pour agir avec une
mire reflexion, il est coupable sans dou. Ici, le legislateur s'occupo do circons-
te, si samain s'est souillte de sang, et tances of l'homicide mnme et les bles-
la loi no pout se dispenser de punir 1'ac- sures, quoique la volont6 de les commet-
tion qu'il a commise; mais il ne peut tre ait pu exister, no constituent cepen-
6tre, aux yeux de la loi, tout i fait aussi dant ni crime, ni delit, parce qne la lot
coupable que si la provocation qui l'a elle-mOme faisait un devoir d'oboir aux
entrain( n'eut pas exist&. Le legislateur ordres par suite desquels les blessures
ne pouvait determiner avec precision ont dt6 faites; ou bien parce que la nOces-
ce moyen d'excuse, il dolt varier suivant site actuelle d'une l1gitime defense com-
l'isolement, la position, les qualities phy- mandait irmprieusement do d)nnerI la
siques ou morales du coupable de ces mort ou de porter des coups.
violence, et de la personnel qui les eprou-
ve; mais, dans tous ces cas, elle doit Etaient ordonn7spai /n loi et commandos
6tre de nature a faire la plus vive im- par l'autoritle'gitime. La loi exigela r0u-
pression sur 1'esprit le plus fort. union des deux circonsances ; car iln'ap-
Sont excusables. Quoique excusables, patient pas auxcitoyens de so rendre
les faits don't il s'agit n'en sont pas moins juges de ce qu'ordonne la loi c'est a
passibles de peines.Mai- ces peines sont I'autoritD legitime a commander l'exo-
bien moins considerables que cells que caution des ordres de la loi.
le coupable ett oncourues en l'absence Art.'282. 1 ni'y a ni crime, ni I*/,7i,.
de touted excuse. II faut bien remarquer lorsque l'homicide, les blessures et lescoups
qu'il est impossible d'admettre d'autres eta ient commandisparlan cessit~actuelle
faits d'excuse que ceu. positivement indi- de la-legitime defense de soi-meme o(u d'au-
ques par la loi trui.


S:ils ont ite provoques, pwa des coups ou
violence graves. De simples menaces ou
des gestes ne sont ni coups ni violence
graves.
Envers lespersonnes. Ainsi le meurtre
aurait eti commis, ou les blessures an-
raient ete faites dans un moment d'cm-
portement caus6 par la mort qui aurait
Pet donn hi un animal qu'on aimait, qu'il
n'y aurait pas li une cause admissible
d'excuso; car la loi veut que les coups
ou violence aient eu liou'enrers les per-
sonnes.
Art. 981. II n'y a ni crime, ni delit,
lorsque 'hoinicide, les blessures et les
coups etaient ordonne's par la loi et com -
mandes par l'autorite Iegitinme.
Il n'y a ni crime, ni ddlit. Nous avons
obsol'vi plusieurs fois que la volonted tait
constitutive de la criminality du fait; de


Etaient conmmandos par la ndcssild ac-
tuelle de la iiltime defense de soi-mdme
ou d'autrui. Pourt qu'il n'y ait ni crime, ni
delit, il faut uceessairement la reunion de
toutescescirconstances. Sipar exemplc,
on pouvait se soustraire a u tno tentative
criminolle par d'autres mnoyons que ce-
lui de homicided, il n'y aurait pas necessi-
te ; si 1 i,,'. 11 1,1. itait comm is, Ic pI ril
Mutant passe, il n'y aurait pas neccssil ae-
luelle ; si l'homicide a 6tO commis pour
ochapper I'accomplissementd'un man-
dat de justice, il n'y aurait pas /'.',;.,,
defense ; eitin si c'Otaitpour dl'endre ses
proprictos ou los proprietos d'autrui, il
n'y aurait pas legitime defense de .si-m -
ime on d'autrui.
Art. 333. Quiconque, a sonstrait f!raIu-
dhleusenent 'une chose qui ne lui appar-
ti'ent pas esl coupable de rol:











R.E1 UE DE LA SOCIITI DE LEGISLATION


La vie ne serait souvent qu'un p6nible
fardeau, ddpouillee des jouissances que
les biens de la terre nous procurent.
Lorsque ces biens sont devenus le prix
de nos sueurs et la recompense de no-
tre industries, ils ne peuvent plus, m6me
dans l'etat natural, nous etre enlev6s
sans r6volter en nous les sentiments de
lajustice primitive; dans l'6tat civil, cette
soustraction frauduleuse de ce que la loi
nous garantit come notre propriete,
est encore plus coupable, parce qu'elle
neblesse plus seulement un interet in-
dividuel.
En effet, c'est prin cipalement pour as-
surer a chacun ce qui lui appartient, que
la society a 6te :tablie, et que les ci-
toyens se sont astreints i des sacrifices
mutuels; il s'ensuit, que toute atteinte
aux droits de propriety blesse la socite6
tout entire, qui a du des lors reprimer
ces sortes d'attentats par des peines qui
impriment dans le coeur de ceux qui se-
raient tents de violer ces droits sacr6s
une just terreur.
Soustrait frauduleusement. C'est la cir-
constance do lafraude qui constitute la
criminalit& dans le fait de soustraire la
chose d'autrui.
Lne chose qui ne lui appartient pas.
Cette circonstance complete la d6fini-
tion. 11 ne sauraity avoir vol que de la
chose d'autrui; mais ce principle dolt
etre sagement entendu: ainsi, le pro-
prietaire d'un enclos afferm6, qui s'y
serait furtivement introduit pour y d6
rober des fruits,commettrait un veritable
vol, ces fruits 6tant la chose dulocataire.
Ainsi quo nous l'avons diji remarque,
la loi a determine cinq circonstances ag-
gravantes de la peine infligee au vol
simple, c'est-a-dire, a une simple sous-
traction 'rauduleuse:
C'est lorsque le vol a et6 commis a
main-armee, avec ec//, ii ii.m, escalade,
fausses-clefs, ou d l'aide de violence, lors
mdme que cette violence n'a laisse au-
eune trace de blessure ou de contusion.
A main arme'e. II est certain que celui
qui porte une arme lorsqu'il va commet-
tre un vol, premd dite un meurtre, dans
le cas ofi le proprictaire ou toute autre
personnel voudrait s'opposer au vol; et
par suite, il devrait etre puni plus s6-
verement. On trouve la definition du mot
armes dans l'article 75 du code penal.


Art. 75. Sont compris dans le mot ar-
mes, toutes machines, ( pistolets, fu-
sils, etc ) tous instruments ou ustensiles
tranchans, percans ou contondans.
Les couteaux et ciseaux de poche, les
cannes simple, ne seront reputds armes
qu'autant qu'il en aura dte faith usage
pour tuer, lesser ou frapper.

Ef/raction. On en trouve la d6flni-
tion dans cet article.

Art. 285, Est qualifie'effraction, tout
forcement, rupture, degradation, ddmo-
lition, enlivement de murs, toits, plan-
ches, portes, fendtres, serrures, cadenas
ou autres ustensiles ou instruments ser-
vant a former ou empdcher le passage,
et de toute espkce de cloture, quelle qu'elle
soit.

L'escalade se ddflnit ainsi:
Art. 286. Est qualified escalade, toute
entree dans les maisons, batimens, course,
basses-cours, edifices quelconques, jar-
dins, parcs et enclos, exdcutde par-des-
sus les murs, portes, tortures, ou toute
autre cloture.
L'entrde par une overture souterraine,
autre que celle qui a e'e' lablie pour ser-
vir d'entr6e, est une circonstance de me-
me gravity que I'escalade.

Les fausses-clefs sont ainsi quali-
fiUes :

Art. 336. Sont qualifies fausses-clefs,
tous -crochets, rossignols, passe-partout,
clefs imitees, contrefailes, alte'res, ou
qui n'ontpas tdi destinies par le proprid-
taire, locataire, ou logeur, aux serrures,
cadenas ou fermelures quelconques aux-
quelles le coupable les aura e,;/plr,,'. ,.

Quant Ala violence qui peut etre enm-
ployee par le coupable de vol, les cir-
constances seules peuvent la faire
apprecier; on ne saurait la prociser.
BEAUBRUN ARDOUIN











, REVUE DE LA SOCIETIT DE LEGISLATION


Biblio rr hie du domaine de la publicity, a ete fr&-
Biblioge quemment signalee.
(_ La connaissance du Droit conven-
tionnel on vigueur centre les Etats, sur-
Nous sommes heureuxdesouhaiter tout dans ses elementss compares, n'est
la bienvenue i la (( Propaganda Illus- pas tojujours de facile aces. Certain
trada ,, revue des lettres, des scien- Gouvernements. il est vrai, violent a la
ces et des arts, qui se public a Port- l)pulicatioin" de leurs traits dans des
esedea^ rts, qi e puie, \ ort- v;ollections sptciales plus ou moins offl-
d'Espagne ( Trinidad ) et don't I'e x- cillts. eti assi ls ecu ils plus
cution soign6e t6moigne du goCt ar- genivaux, dlsal'initiativeprivee etd'une
tistique de ses fondateurs. notoridte mnritie. Mais que de lacunes,
Dans l'interessante collection du quelle diversity. quelg enchev6trements
Pan American Banker, fonder cette et surtout quels retards invraisembla-
ann6e B Philadelphie, nous avons bles dans cestravaux Proc6dant a une
relev6 une s6rie de monographies curieuse enqukte sur les collections de
tres-ditaillees sur le travail du Ca- Traites, M. de Martitz nous a donnO la
nai de Panama. nomenclature de plus de cent Recueils,
S tres different de forme et de plan, pu-
Nous devons enfin une mention blies dans les conditions les plus varia-
speciale A la Notice que M. le cha- bles, souvent sans aucune periodicltt
noine J. Pouplard, cur6 de la Cath6- reguliere, apres des delais qui rendent
drale, a consacr6oe A 'Histoire de la consultation de ces ouvrages tant6t
l'Eglise de Port-au-Prince. Cette No- inutile, tant6t m6em dangereuse (1). II
twice historique est toute pleine de 'convient de remarquer, d'autre part, que
renseignemens instructifs sur la topo- la clause si froquento de la nation la
graphic de notr,e capital et sur les plus favorisee n rend fatalement plus dd-
moeurs religieuses des temps voisins fectueuses les collections purement na-
m 'urs religieuses des emps voisins tionales. Au demourant, peu de person-
de l'Ind6pendance. On ne saurait nes peuvent se donner le luxe de r6unir,
trop encourager les dtudes sembla- dans leur biblioth6que, les divers Re-
bles qui pr6parent les matdriaux de cueils particuliers.
cette monumental histoire d'Haiti a La situation que nous venons de
que nos petits-nevouxauroni la bonne constater n'est pas en harmonies avec le
fortune d'ecrire, si chacun, selon ses d6veloppement moderne du Droit inter,
moyens, s applique a leur en faciliter national, avec son application de plus on
a documentation, plus 6tendue aux fontions muliples de
la vie des peuples. Elle ne repond ni aux
besoins souvent constates des X-ommes
d'Etat, des diplomats, des jurisconsul-
Comme suite a la notice que nous avons tes, des historians, des savants, ni aux
consacrde dans notre dernier numdro au exigences journalieres de la pratioue.
Recueil international des Trait6s du ( Voila vingt ans que l'Institut de Droit
20e Siecle, public' chez Arthur Rousseau international, qui se recrute par voie de
(14, rue Soufflot, Paris) par MM. le Ba- cooptation parmi les jurisconsultes du
ron Descamps el Louis Renault, et don- Droit des Gens dans tous les pays et don't
ner une idee de son importance, nous ne lc t6moignage est a ce titre particulihre-
croyons pouvoir mieux fire que de re- ment,autoisd insisted sur la necessity
de crduor, dans cot ordre, un instrument
produire la prdface du premier fasci- de travail en rapport avec les conditions
cule ( annee 1901.) actuelles de la vie et de la science inter-
PRtEFACE nationals. C'est pour atteindre ce resul-
tat qu'il a preconis6, a diverse reprises,
L'importance, au point de vue prati- la formation d'une Union entire les Etats.
que comme aupoint de vue scientifique, EC l'on salt que cette question a Rte con-
d'un recueil unique et vraiment interna- sider6e par les Puissances comme siim-
tional des Traites, reproduisant d'une__
maniere aussi universelle et aussi promp-
te que possible, sur un plan uniform 1. F. DE MARTITZ, LES RECUEILS DE TRAITS INTgERNA
te que pos le, sur un plan uniime, 'rTIONAUX, RBeue de droit international et de legislation 8om-
les engagements internationaux qui sont pare, t. xvIII, p. 168.











82 .REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


portante qu'elle a fait l'objet d'une Con-
ference international tenue a Berne en
1894 et dans laquelle, abstraction faite des
Gouvernements qui accepterent le prin-
cipe del'Unionsans envoyer de ddlegues,
dix-sept Etats ont Wte repr6sentes (2).
a Les inconvenientsquipouvaient s'at-
tacher au caractere official que l'on pro-
posait alors de donner au Recueil inter-
national des Traitds ont arrlet les bon-
nes volontes; et, malgr6 de nombreuses'
et de precieuses sympathies, le travail
n's pu 6tre commerci6.
Nous estimons qu'il est possible de
rdaliser une oeuvre si vivement desiree
et depuis si longtemps attend ue, en Ocar-
tant la pierre d'achoppement de la res-
ponsabilit6 personnelle et officielle des
Etats et ,en ne demandant i ceux-ci qu'u-
ne assistance bienveillante pour un Re-
cueil de haute et incontestable utility in-
ternationie, don't la place semble mar-
qu6e dans les Legations, les Ministeres,
les Uuiversites, les grades Administra-
tions, dans les bibliotheques des Corps
savants et des jurisconsultes qu'interes-
sent les questions de droit internatio-
nal, comme dans tous les grands d6epts
publics. Les premieres.demarches faites
par nous dans le cercle le plus rapproche
de nos relations nous ont. done la con-
viction que notre point de vue etait ap-
prdci6 et que nos efforts seraient soute-
nus.
( Lorsqu'il s'agit d'oeuvres maintenant
utiles, il faut savoir commence et es-
compter l'avenir, qui ne peut manquer
de conspirer en faveur de telles oeuvres.
( Nous ne nous dissimulons pas les
diffcults de la tdche entreprise par nous.
Nous n'arriverons point, nous le savons,
du premier coup au but que nous pour-
suivons. Des tatonnements sont au dd-
but inlAvitables et des fautes seront sans
doute commises. Mais nous avons la
confiance qu'avec le concours de- tous,
des Gouvernements et des jurisconsul-
tes, nous atteindrons un r6sultat satis-
faisant. Nous n'6pargnerons pas nos ef-
forts pour qu'il en soit ainsi et nous ac-
cueillerons volontiers les observations
qui nous seront faites en vue d'ameliorer
notre publication.
SLe present BRcueil commencera avec
le xxo siecle et comprendra, en un volu-
me, les Traitds de chaque annee, publids
dan la langue ou les langues ou ils ont

2.BARON DESCAMPS, L'UNION IN TERNATIONAIE POUR LA PU-
BLICATION DES TRAITBS. MBmoire prdsentd A 1Institut de
France Acadimie des Soienees morales et politiques, 1895.


tde conclus au moins pour les textes
en caracteres latins ou an 6criture cor-
respondante et accompagnes, s'il est
necessaire, d'une traduction en langue
frangaise.
((Les Sentences arbitrales szrontegale-.
ment publiees par nous, come faisant
suite aux Conventions qui organisent les
jurisdictions d'arbitres.
<( Notre ouvrage renfermera done non
seulement le d6veloppement d'ensemble
du droit conventionnel entire les Etats,
mars encore la march de la jurispru-
dence international, et, en premiere li-
gne, les decisions de la Cour permanent
d'arbitrage de la Haye.
( Les exigences d'une prompted publi-
cation ne permettant de sauvegarder
que le classement par annie, avec un
numero d'ordre, des Traitis et des Sen-
tences arbitrales, trois Tables, la pre-
miere chronologiqne ou par ordre de da-
tes, la second par ordre alphabhtique
des Puissances, la troisieme par ordre
'alphabetique des matieres, rendront fa-
cile toute orientation dans le Recueil.
Ces tables seront, suivant les bescins
constates, complit6es ou fusionnees en
Tables periodiques gdinrales, de ma-
nidre a rendre les consultations aussi fa-
ciles et aussi fructueuses que possible.
L Les vues personnelles sont ktrange-
res au travail que nous abordons. Nous
n'aspirons qu'A etre les auxiliaires de
tous pour le rapprocheinent lumineux
des Climents qui composent le Droit con--
ventionnel entire les nations. Notre entre-
prise ainsi envisage, pour modest
qu'elle soit, nous paralt arriver a son
here et offrir, (quImt an pirvsent, une v6-
ritable utility. Et peut-etre .nous est-il
permis de penser, 1'oeil fixd sur l'avenir,
qu'en travaillant A faciliter la connais-
sance des lois internationales positives,
& mettre en relief leurs principles com-
muns, a aplanir certaines difficulties re-
sultant de 1'eparpillement actuel du Droit
conventionnel international, nous ne
laissons pas d'etre les ouvriers du pro-
gres et les pionniers de ce grand oeuvre
du rapprochement fraterriel des peuples
qui est dans la meilleure vocation de no-
tre temps.


BARON DESCAMPS,


L. RENAULT.
4.


. w /'












PORT-AU-PRINCE SEPTEMBRE 1905.


REVUE
DE LA


SOCIETY DE LEGISLATION

Paraissant le 2 de chaque Mois.


Corxit de MDirection et de FRedaction
Messieurs:


SOLON MENOS ...
LAMARTINIERE DENIS
Ei,. HERAUX .
MAXIMILIEN LAFOREST.
GEORGES SYLVAIN .
F. BARON . .


SOMMAIRE :

SEANCES DE LA SocIrTE
-I R6union du 25 Aont 1905.
II 2 .lettre ouverte a MM. les
Membres de la Socidtd da
Legislation de Port-au-
Prince ........ A. Firmin
III Fundrailles de M. Aurelus
Dyer, Doyen du Tribunal
Civil.
IV Discourse prononce par M. Ed. LeSpinasse.
c prononc6 par M. Georges Sylvain.


SEANCES DE LA SOCIETY

Reunion du 25 Aoat 1905.
PRESIDENCE PAR INTERIM DE MONSIEUR
MAXIMILIEN LAFOREST.
Sont prdsens: M M. Laforest, H6rau x,
Denis, Sylvain, Baron, Viard, Bou-
zon, Poujol, J6r6mie, Laleau.


PRESIDENT.
SECRRTAIRE-GPNBRAL.
TR11SORIER.

MEMBRES.


M. LE PRESIDENT consulate la reu-
nion sur la decision qu'il convient de
prendre a 1'6gard d'une brochure,
reCue de M. A. Firmin et consacrte
A la Sociedtede L6gislation.
Sur la proposition de M. J6r6mie,
amendee par M. Sylvain, on decide
que les questions juridiques soule-
vees par cette 2" Lettre ouverte.
seront mises au rapport et la discus-
sion-du rapport ajournde jusqu'au
retour de M. Solon Menos.
M. LE PRESIDENT : En consequence,
je prie notre college Sylvain de faire
un rapport sur les points de la Lettre
de M. Firmin qui concernent la So-
cidt6 de L6gislation. Cette Lettre
sera publiee dans la ((Revue a la
suite du present proc6s-verbal.
M. POUJOL, quoique le proces-ver-
bal de la stance du 28 Juin ait 6tW
shnctionn6 a la reunion du 5-Juillet,
reunion a laquelle il n'a pas pu as-
sister, fait observer A la Societe que
l'opinion, adoptee par la majority


S,)


_ I L_ _I_ a~


~,, _,,, ---l-sscr~~aac~e~rUIY~PUIIY~~CYXr-II~


130 & He A liMNtES No 6.











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


sur l'.quivalence des terms (, nds
strangers)) avec les term'es n6s i.
I'6tranger,,, qui lour ont 6td substi-
tues au 2' alinia de I'article 18 du
project de loi sur la nationality, n'(ma-
nait pas de son initiative, mais ve-
nait plut6t a l'encontre de sa propo-
sition. II lui est donn6 acte de ctcte
declaration.
M. VIARD fait la communication
suivante:

MESSIEURS,
Lorsque je vous demandais, dans
notres6ance du 28 Juin dernier, de
vouloir renvoyer A la plus prochai-
ne reunion la suite de la discussion
sur la question relative t la pre-
sidence de l'Assembleo Nationale,
j'avais compris et dit qu'elle Ctait
d'une importance ielle qu'il conve-
nait de l'etudier sous tous les points
de vue, avant de so prononeer d6fi-
nitivemelt. Ma demand de repri-
se des debats a une autre stance
avait d'autant plus de raison d'Atre
que l'on s'6tait apergu comme moi,
quo. presentne selon les sentiments
de chacun de nos collogues qui ont
pris part i ces d6bats, les opinions
ne pouvaient pas aboutir i une so-
lution satisfai,-ante immediatement.
Les arguments products furent, en
effect, jugs dignes d'un examen plus
approfondi et ce ne fut que dans
note stance du 5 Juillet dernier que
nous pomes nous arreter i cette opi-
nion: < Sauf le cas d'empeche-
ment constant en seance ouverte,
I'Assemblee Nationale est toujours
pr6sidae par le Prdsident du Senat,
celui-ci fMt-il le premier Secrdtaire
do cc Corps appel' it la presidency
en cas d'emphchement du titu-
laire ,.
Nous n'avions decidd dans ce sens
qu'apres avoir suivi et adopt un
raisonnement du college -Hdraux
qui faisait remarquer qu'au moment
do so reunir en Assernbl6e Natio-
nale. le S6nat ct la Chambre peu-
vent bien avoir l'un et I'autre pour
president le premier secr6taire de


leurs bureaux. Mais au course des
d6bats nous avons fait rossortir
qu'une fois confondus la Chambre
ct le Senat ne ferment plus qu'un
corps politique nouveau, auquel ia
Constitution donne le nom d'Assem-
bl6e Nationale et confere des attri-
butions sp6ciales. Or, cetto Assem-
blee a pour Pr<'i-;, ,.it, au vceu du
pacte fundamental, le President du
Senat et pour Vice-President le Pr6-
sident de la Chambre. En cos d'em-
pechement de celui-la, ceiui-ci lo
replace par la nature mnitme des
functions qui lui sont constittition-
nellement attributes en Assermlhie
National, et en vertu du pi:'icipe
consacre dans l'organisation de tout
corps d6liberant que Ic Y.'e Pr6-
sident replace le President n cas
d'absence.
Il n'en peut 6tre autrement en
seanceouverte, puisque le S6nat ne
saurait se d,tacher a ce moment
pour se donner un nouveau Presi-
dent ni, en conformity de 1'article
25 dc son reglement, pour appeler
le 1"' secretaire de son bureau A
occuper le fauteuil de la presidcnce.
Ei. cela pour deux raisons. D'abord
parce que toute election de ce genre
ne peut avoir lieu qu'au siege du
S6nat ; ensuite, le premier secr6tai-
re, avant d'occuper le fauteuil va-
cant, est astreint it la prestation du
segment prescrit par I'article 16 du,
dit reglement. formality qui nedoit
itre remplie qu'en stance ordinaire
du Sinat.
Cela pos6. si en seance ouverte le
President de l'Assembiee- Nationale,
pour cause d'indisposition, par exem-
ple, se fait remplacer par le Vice-
Pr6sident, combion do temps d(urera
la mission dcvolue a celui-ci ? Atten-
dra-t-il le retabiissement du titu-
laire, 6lu pour un mois, en vortu de
'article 17 du man me r-.gl-'iii- nt, ou
bien, sera-t-il force, si la cause de
'ernmpchement persistait, d'aban-
donner le fauteuil de la prcdsidence,
au 'as oi l'Assembloe Nationale
convoquce, le lendemain de la pre-
ccdentc reunion. I Senat viendrait











REVUE DE LA SOCIETit DE LEGISLATION


s'unir A la Chambre apres avoir con-
fl6 la direction de ses travaux au
premier secretaire de son bureau?
D'autre part, dans le cas ou les
deux Corps, r6unis en Assembl6e
National auraient eu chacun pour
president Ie premier secretaire,
queile sera la situation du President
de la Chambre dans cette Assem-
blhe, si remis de son indisposition,
i! r.ev.nail prendre pa rt nux travaux?
Serait-il considered comme dechu de
la fonction qu'il occupait aupara-
vant? S'il 6tait reconnu qu'il pit
conlinuer i Atre membre du bureau,
quelle y serait la place qui lui re-
viendrait? Est-ce la Presidence? Est-
ce la Vice-Prcsidence de 1'Assemblee
National ?
Voila les questions nouvelles qui
no Sont venues A !'esprit, on rHfl5-
chissant sur le vote donned le 5 Juil-
let. Je les soumets a votre attention,
Messiours, parce queje crois qu'elies
peuvent donner le jour a de nou-
vcu:: arguments sur cette intres-.
sante question.
Jedoistaire remarquer, pour com-
p!tevr ma pensee, que si dans le pre-
mier cas, le Prisident de la Cham-
bre ne pouvait pas garder la presi-
dence de I'Assemblee Nationale jus-
qu'a i'expiration du dilai apris le-
quel le Sdnat peut renouvelor entie-
rement son bureau, il arriverait
qu'il serait astreint h subir, en cas
d'empechement du premier secr-
taire, de remplir les functions de
President du Senat, le deuxitme
secretaire qui le replace de droit,
au prescrit de l'article 25 du rcgle-
ment de ce Corps.
Loin de moi I'idde de vous de-
mander de revenir sur votre vote;
mais j'estime qu'il y a lieu d'appr6-
cier ces nouvelles considerations
qui ont toute leur porte juridique. ,

On convent que cette communica-
tion sera imprimbe pour qu'a I'une de
ses prochaines s6ances la Socikt6
puisse prendre, s'il y a lieu, une dd-
cision sur ce qui en fait 1'objet.
M. LE PRESIDENT: NOUS avons requ


de M. Bailly-Bailliere, libraire a Ma-
drid, le trait de sociologie de M. Eu-
genio de Hostos. Le correspondent
soumet 1'ouvrage a la Socidte de L&-
gislation en la priant d'en rendre
compete. Notre colleague Poujol aura
l'amabilit6 do rediger un compte-
rendu du Traite de M. de Hostos.
(Continuant) : Au moment de clotu-
rer la stance, je crois, Messieurs,
Atre voire fidAle interprkte en mar-
quant la joie que nous cause la pro-
sence a cette reunion de notre collM -
gue Laleau. Ses occupations nou-
velles ne l'ont pas empech6 de ro-
pondre a la convocation hebdoma-
daire, prevue par nos status. 11 nous
done ainsi une preuve pr6cieuse de
son interet pour notre oeuvre. Cela
legitime les esp6rances qu'a fait con-
cevoir sa nomination a" pnct 'd Se-
cr6taire d'Etat de la Justice. 11 reste-
ra a ce poste l'homme. de devoir qu'il
a toujours dt6.
M. LALEAU : Vous ne doutez pas,
MM.; de mes sentimens pour vous.
Les remercinens que j'adresse A no-
tre Prisident, vous savez qu'ils par-
tent du fond du coeur. Soyez persua-
des que toutes les fois que mes fone-
tions me le permettront, je me ferai
le plaisir de venir revive au milieu
de vous des heures qui peuvent comp-
ter parmi les meilleures de ma vie.
Lecture est ensuite donnie du pr6-
sent proces-verbal, qui est sanction-
ne stance tenant.


_


~ I











REVUE DE LA SOCIIET DE LEGISLATION


DEUXIEME LETTHE OUVERTE septembre 1904. j'etais loin de nourrir
F'intention que vous m'attribuez d'entre-
Stx Membres de la ci6Cl6 de L6gillation tenir contre votre savante Soci6te des
preventions facheuses. Les deux para-
DE grapes de cette lettre que vous m'avez
fait ihonneur de citer in extenso dans
PORT-AU-PRINChE votre remarquable Note, ins6ree a la Re-
vue de la Socile de Ldgislation d'octobre-
novembre 1904, demontrent clairement
J'essaie d'y fair prdTaloir une Ce don't je vous d Inne la formelle assu-
doctrine trts large, tres lib6rale,
csistantr ne refused, eri ma-e, rance, a savoir queje ne vous aijamais
tire civil, a strangerr r-sidant dWliberement pret, des idees de xeno-
en Haiti, qie les drits qu'un phobie. Pour attir r votre attention sur
text formel rui enle,'e, repous-
sant du resteladistinctionarti- l'interpretation qui pourrait etre donn6e
ficelle et peu en rapport, selon de votre vote relatif a I'exclusion de 1'6-
moi, avec la nature des choses,
des droits naturels et des droits tranger du droit d'etre emphyteote en
eivils BTRICTO SENSU. Haiti, j'ai simplement employee la forme
JusTIN DtVOT. interrogative et dubitative qui, vous
en conviendrez, n'est point celle don't
MESSIEURS, j'aurais use, si je croyais que vous ktiez
des ennemis de PI'e:ment ex",tique en
Je vous remercie du gracieux envoi Halti. Aussi y a-t-il une certain exa-
que vous m'avez fait de plusieurs exem- gyration a considerer ma question com-
plaires devotre Revue du mois d'octobre- me un requisitoire severe ,, quand je
novembre 1904, lesquels me sont parve- n'ai soulev6 centre vous aucune accusa-
nus enjapvier de l'anne courante. Cor- tion de haine centre personnel.
me la Communication de l'honorable M. Tout m'indique que, vous et moi, nous
Georges Sylvain avait tte mise en rap- ne donnons pas la memo valeur aux
port, il m'. bien fallu attendre la discus, mots ; et c'est certainement la source do
sion, avant de savoir votre opinion. Or, tout le malentendu qui nous divise, tant
ce n'est que vers la fin de mars dernier pour l'interpr6tation irritCe que vous fai-
que j'ai eu la chance de recovoir le nu- tes de mon'intention, que pour le fond
mero de la Revue pour le mois de jan du point de droit en discussion entire
vier-fevrier 1905, contenant le vote de la nous, c'est-a-dire Ie caractere juridique
parties de la Communication qui m'int6- du bail emphyteotique et de 1'applicabi-
ressait plus particulierement. Maisj'ap- lite de I'article 6 de notre Constitution
pris, en memo temps, que M. Solon Me- a la jouissance de ce bail par I'6tranger.
nos, votre Pre(sident et le plus en evideh- D'ailleurs, j'ai cru accomplir un acte pa-
ce dans la discussion, 6tait-parti pour triotique et utile, on ecrivant ma lettre
France. Une question de delicatesse du20 septembre 1904, justement parce
m'empichadoqc de vous ecrire, a un que je me souvenais parfaitement des
moment oft je le savais absent de Port- paroles fort belles et fort senses de M.
au-Prince pour plus de quatre mois. le President Solon Menos, queoje me
D'autre part, mon esprit, fort occupy a plais a r6peter avec vous :
un travail qui ne touche point aux dis- Notre Soci6td, disait-il, no s'est ja-
sertations juridiques, no pouvait gurkb mais considered commeliee et n'ajamais
s'appliquer aux controversies que vous pretendu lier le public par les votes
avcz soulevies, pour appuyer votre vote qu'elle 6met. A chaque deliberation nou-
du15juin 1904. Heureusement, j'ai fini velle, nous nous reservons la liberty de
ce travail, just au moment d'apprendre revenir sur une solution anterieure, si
que votro distingu6 President sera a des lumieres plus grades nous permet-
Port-au-Prince dans le courant du pre- tent de reconnaitre qu'un aspect de la
sent mois de juillet on au commence- verite nous avait echapp.. n
ment d'aout prochain. J'ai done pens6 J'ai eu a I'esprit- c'est sans doute une
qu'il etait opportun de reprendre la dis- fatuitd do ma part que mes huml)les
cussion, on adressant cotte douxibme Il.'s:I .ail.ii. p'v,,vaient contribuer, me-
lettre ouverte. me dans une modest measure, a vous
Tout d'abord, jo vous dois' quelques apporter ces lumieres plus grades, vous
explications, pormettant de reconnaltre qu'un aspect
En Ocrivant ma lettre oii ci % du 20 do la verit6 vous avait lcli;pp('. VoilIr le










REVUE DE LA SOCIETt DE LEG-ISLATION


secret et I'origine de ma lettre ; et je nations de la Note et de la Communica-
vous prie, Messieurs, de ne pas y voir I tion touchant 1'interprdtation des arti-
autre chose, en transformant en affir- cles 426 ot 429 du Code civil, sur lesquels
mation t0meraire des mots ou des phra- vous vous 6tes rabattus, pour soutenir
ses iqui no seraient, sous ma plume, que que l'emphyteose est compris dans l'in-
de simples et loyales suggestions. terdiction prdvue par l'article 6 in fine de
Je vous crois absolument de bonne la Constitution.
foi. Pourtant. vous n'avez point consent Mais qu'il me soit permis de le dire des
a revenir -ur la solution que vous avez maintenant. Quand je me rappelle ces
anterieuremeut donnee a l'egard du bail paroles de M. Georges Sylvain : II s'a-
emphytdotiqueetdel'article 6de la Cons- git de savoir sichez nous 1'Otranger peut
titution de 1889. Au contraire, vous avez benefficier des baux a long terme. En cc
mieux aim0 liver assa'it a ma pauvre cas, il pourrait aussi beniflcior de l'em-
lettre, dans une discussion en ordre obli- phyteose ; quand je is dans les Expli-
que et disperse, pour me servir d'un ter- cations de sa Communication: ( Mais rien,
me de tactique militaire. Vous avez, dans en principle, ne s'oppose a la conception
une circonvallatioi savante, aligned au- d'une forme de contract emphytdotique,
tour d'elle: 1 Une NOTE de la Socidtd; qui se riduirait aux caracteres essen-
2 une COMMUNICATION e la Societe de Le- tiels des baux a long terme, modifies
gislation, signee de M. Georges Sylvain; dans la measure permise par nos lois et
3' un long plaidoyer de M. Solon M6nos, autoriss par la liberty des conven-
sous la rubrique de o L'Emphytdose et tions ,, j'avoue quo je ne puis m'emp6-
Particle 6 de la Constitution ; 4 un Rap- cher de computer M. Georges Sylvain par-
port de M. Laleau sur la Communication mi mos adherents, malgre qu'il en ait et
de M. Georges Sylvain et 5 des Explica- quoiqu'il en dise. Car s'il y a une espece
tions de ce dernier sur sa Communica- de bail emphyteotique inadaptable A nos
tion !..... Je ne dis rien de la discussion lois, de faCon que la liberty des conven-
qui eut lieu dans votre seance dull jan- tions n'y puisse 6tre toldree, ce n'est
vier 1905. Elle n'a pas d'autre interet que que l'emphyteose fdodale, en faveur de
Adoption par votre docte Societe d des laquelle je n'aijamais song a demander
conclusions du Rapport, oiu il est recon- droit do cit6 chez nous, pas pl us qu'elle
nu, avec l'auteur de la Communication, ne serait admise en France, par exem,-
que l'article 6 in fine de la Constitution pie. A la page 13 de ma lettre du 20 sep-
s'applique a tous les immeublescompris tembre, vous pouvez lire ce qui suit:
dans la classification de l'article 621 (sic, Contrairement a ce qui a pu 6tre avan-
par erreur typographique ) du Code ci- ce par ceux qui n'ont pas suffis amment
vil, partant aux droits reels immobi- 6tudie la matiere, I'emphytoose, quoique
liers. ) fort pratiquee durant Tl'poque ftodale,
Le m me mobile qui m'animait, le 20 sans parler de la confusion qui put en
septembrel904, m oblige a tenter de now- 6tre faite avec la censive, no faisait nulle-
veaula chance de vous conduire a l'ap- ment parties des tenures foodales; elle a
plication sincere et consciencieuse des toujours etW classes parmi les tenures
paroles du president Solon Menos, que puremcnt foncieres.... Toute ma these
nous avons cities, de part et d'autre. repdse done sur le caractere de l'em-
Toutefois, come les cinq parties de vo- phyteose come tenure fonciere, la seu-
tre roplique contiennont des arguments le qui existe, meme en France, depuisla
qui sonrt rpetes ou reproduits sur diver- loi du 18-20 ddcembre 1790.
ses faces, je serais expose a une redon- Aussi bien, lorsque je vois M. Georges
dance inutile et fatigante, si je voulais Sylvain, t qui nul ne peut contester une
en recommencer la refutation, a chaque intelligence d'elite, un esprit tr6s fin et
fois qu'ils sont presents. Aussi, la Ion- exquisement sagace, pousser ((la conse-
gue dissertation de M. le President Me- quence logique (*) ), de interpretation
nos 6tant votre piece de rIsistance, m'y des articles 426 et 429 du Code civil au
attacherai-jo plus particuli'eroment, on point do faire tomber sous l'interdiction
nem-i m. r it-nt sur les arguments de mes de I'article 6 de la Constitution les droits
autres contradicteurs, qu'autant qu'ils d'/1poll'yrie et d'habitation, a c6te do
ne se trouveront ni explicitement ni im- l'emphyteose, je reconnais 1a un genre
plicitement compris dans cetto vaste __-- --
compoisition juridico-litterairie C'est ain- () RYvuE DE LA SOCIlTE DE LGISLATIoN d'oetobre-no-
siqu~ je n'appuierai point sur les affir- vembrre 90, pape'i6, e colonne, 2e alinda.












REVUE DE LA SOCIIET DE LEGISLATION


d'argumentdontjepourraisefficacement' de 'article 2047 du Code civil et des
user centre votre solution du 15juin 1904, enqnciations formelles de l'article 1885.,
c'est-A-dire la reduction c l'absurde. Ulne A la page suivante, j'ai encpre ocrit:
tell apagogie-me suffirait aimplement, J'avoue humblement que mon intelli-
pour n'avoir point besoin de m'arreter, gence nepeut s'Mleverai lacomprehecision
m6me ailleurs, sur les considerations d'un attenlat alapropriet&, dcnt seraitin-
que vous avez faites des articles 426 at nocentec' 'hypoth6que, au rebours de
429 dans la discussion, en principle, du I'emphytOose qui.en serait coupable ; ce-
bail emphyteotique: mais ce serait me pendantj'adhIre, sous TOUTrE H SERVE, a
tirer d'affaire a trop bon compete et, com- la qualification de droit rel inmmobitier
me dit !e vers connu du grand Corneille: principal donnee a cette derniere, etc... ,.
ER bi'?n-, qluep est I" P lin!rrb'"+inion fili,
A vaincre sans peril, on triomphe sans gloire. ayant un grain de judiciaire, s'appuie-
rait sur une adhesion donnee sous tou-
J'aurai done le 1I'i.I.'- d'aborder les te reserve ,?, comme un argument ad
vingt-huit colonies du formidable arti- hominem, pour contest,-r ai iinterlocu-
cle de M. Solon Mdnos, que quelqups- teur le droit do combattro la these qui
uns ont, d ns leur confiant enthou-ias- en fait l'objet? En ralitd, certe adh6-
me, dicoredu qualificatifde amagistral., sion, figurant l comme une 6pitrope,
Je negligerai intentionnellement tous !es n'avait d'autre portee que do prouver
points, toutes les parties .e cet article, que, meme en admettant i'emphyteo-
qui sent des hors-d'euvie, n'ayant rien se comme un droit rdel immobilier prin-
a fair, avec la 'qu'!-tion- de -roit on cis- cipa!, -- on n pourrPl t 'o fn.i" tCm er
cushion. Cotte manibre d'agir nous ap- sous le coup de l'article 6 do la Constitu-
portera le double advantage de conserve tion, pas plus que le droit d'habitation,
Ia Q Cr nitO sciCi i tifiqu' qu'i! t n-c-; t I c au ucI 1,-- t+ ,L iti' n
saire de garder en pareille occurrence. C'dtait done un argument a fortiori, pour
et de passer sur plus de nntf colonies le cas ou, comme le soutient M. Etheart,
deidigiessions oi.-le .,es,. qui .p.dic.. i.....it i' peniti i o.s. e i) anll pulJ t a u L uI it
l'6tonnante dissertation dent je dois re- reel. Au fait, ce que j'ai affirm sans
torque les arguments. reserve < c'est qu e l rapport de M.
La Societ do Lgisiation a estm, Etheart, r..li.-' avec une sobriWto et une
de son c6to, 6crit vote Prdsident. que modestie qui caclient uun science des
( l'emphyttose o-4t un droit reel immobi- plus avisdes, pouvait se soutenir par
< lier principal, qui existe par lui-meme son propre poids. ,
o et implique une jouissance analoguea j Pour refuter la conclusion de ce rap-
Scelle d'un propriita're do biens ton- port, affirmant que 1 l'emphyteose n'est
, ciers. M. Firmin veut bien lui fair la chez not.s queo i contract de louage avec
concession d'adhdrer a cotte definition. les modifications qui sont dans la con-
Au moment dit. ii a fausse compagnie a venance des parties, M. Menos. sui-
Etheart, en lui laissant pour compete le vant son procede usuel, n'hesite pas i
rapport qui, sans nul doute, malgre ce changer les mots n'est chez nous
changement A vue, pourrait encore bien par nestplus de nos jours, cc qui impli-
.se soutenir par son propre poids. Pour que une diffOr2nce caplitale dans ladis-
entrer en matiere, M. Menos a common- cussion, mais don't votre trBs honorable
c6 par une inexactitude si malheureuse, President pense tirer un advantage pour
que 1'on serait tentd de lui prater la nal- sa r plique. Nous en verrons plus tard
veto de croire que ses lecteurs ne so la distinction a &tablir. Mais il continue
donneraient jamais la peine de lire ma ainsi : ( Cette opinion qui derive d'une
lettre ouverte du 20 septembre 1904 ; t interpretation restrictive des articles
que moi-m6me, ecras6 sous le poids de 526, 543, 2118, 2204 du Code Napoleon ( ar-
sa lourde prose, je n'oserais r clamer tides 429, 447, 1885 et 1971 de notre Code
centre ce que je ne veux pas appeler un civil) est en complete disaccord avec la
subterfuge, ne voulant nullement pren- jurisprudence frangaise et 1'enseigne-
dre les choses au pire. La voritd est que, ment de la plupart des auteurs. On est
A la page 13 de ma lettre, chacun peut genaralement d'avis qu'il n'y a rien de
lire la phrase qui suit: ( La faculty d'hy- limitatif dans l'6num6ration des biens
pothdquer l'emphyteose, malgre les lois immeubles faite par le 16gislateur, dent
de Messidor et de Brumaire cities plus le silence ne peut 6tre invoque pour de-
haut, est des plus contestables, en face nature los conventions qui ne sent pas











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


contraires a l'ordre public. I y a lt une n'aurait qu'a s'arr6ter sur Particle 512 du
affirmation ha-ardcuse et fautive, don't Code civil qui indiqne bien la grande si-
.M M. Laleo;i re. Georges Sylvain ont fait militudo existant entire les droits d'usa-
la ba.e im4-me du Rapport et des Ex- go et 'habitation et 'usufruit. De 14 le
plications dont lecture a etW donnee a fondoment de la doctrine qui fait entrer
votroe rvunion du 17 novenbre 1904. II dans I'enumeration de l'article 526 ( 429
me somble quo vous vous trompez en de notre cide) les droits d'usage et d'ha-
cehwur, quand vous soutenez que l'cnu- bitation, a c6te de l'nsufruiit, qui en est
miration de l'article 429 du Code civil le type generique. Il y a en France une
(526 d C. C. fr. f ) n'a r'in de limitatif, cat(gorie d'immeubles qui n'existnt pas
sans qu'ine telle opinion juridique soit en Haiti, cc sont les inineubles par la dd-
appuyoe d'autrns autorites que des bri- termination de la loi. Ella compr'end
bes de phrases telles que l'on est gene- un certain nombre de droits par eux-me-
ralement d'avis ), il est reconnu ou mes mobiliers, qui tomberaient sans au-
SJ'ai dit .... cun doute sous applications de l'article
En effect, non seulementje ne connais 529 ( 432 de notre Code civil) si une dis-
aucun jiris.-te pouvant 6tre cities l1appui position legal ne leur avait attribub ex-
de votre opinion, expirimee d'une fagon press6ment et par derogation la quality
si dognmatique, excuse mon ignoran- d'immeubles. On ne saurait, par suite,
ce- mais des ouvrages qui font autorite Otendre la listed de ces droits au delay des
en la matir: fn"-Z. :- une doctrine. terms formels de la loi. (Beaudry-
absolument contraire a la votre. On lit, Lacantinerie et Chauveau, Des biens, no
dans le Droit International prive de Des- 115, page 95-96 de la 2"8 edit. Paris 1898.)
pagnet, no : ', page 739: (C. D: signa- Quant au droit de propriety, tous les
tion des biens susceptibles d'6tre hypo- lIgistes, faisant autorite, enseignent,
thequ0s. La designation de ces biens come Planiol : Le silence de la loi
se rattache a l'organisation de la pro- n'est pas une lacune. La propridte etant
priite et aussi aux regles de la procdu- confondue avec les choses sur lesquelles
re, qui sont d'ordre public-, puisque l'hy- elle porte, ( voyez ci-dessus no 782) se
poth6que.peut conduire A la saisie et aI trouve deja classes parmi les immeu-
la vente ( 3'" e'dit. Paris 1898). Qu'est-ce bles en vertu des articles 518 i 525 (427
a dire ? C'est qu'on ne saurait etendre et 428 du Code civil haitien ), qui d(ter-
le texte de l'article -i20 du Code civil hal- minent les immeubles par nature ou par
tien ou 226 du Code civil francais, dtant destination. II n'y avait done pas lieu de
donned l'article 10 d e de notre Code civil s'occuper d'olle dans 1'article 526,. (Ibi-
( 6 du C. civ. fr. )., C'est pour cela. dit dem, n 815, page 314 de ia 2S" edit. Paris
Planiol, qu'il fault consider comme li- 1901. )
mitative ia lidse dus droits reels prevus Vous voyez, Messieurs, comm- il ost
et organiscs'parla loi et ne pas permet- difticile de tier de l'article 429 du Code
tre la creation fantaisiste de droits nou- civil la conclusion aventureuse que le
veaux, et sui tout de ceux qui ramene- droit d'emphytdose est un immouble par
raient I'antique suj6tion d'une classes de l'objet auquel i s'applique. ,Le droit fran-
personnes A une autre classes. (Droit ci- Qais, dissent Aubry et Ran, ne reconnalt
vil, tome Ir, n 292, ", page 118 de la 2"" quo trois espices de droits rdels, dans
edit. Paris 1901. ) le sens complete du mot, savoir: la pro-
Lorsque les jurisconsultes disent que pridtd, les servitudes rdelles et person-
1'cnumneration de 1'articie 526 du Code ci- nelles et I'hypoth6que. Art. 543, 2114 et
vil francais n'est pas complete, ils ne 2166 ( Code civilhaitien, 447, 1881, 1933).
font allusion qu'aux droits d'usage et Nous ne mentionnerons parmi les droits
d'habitation, qui ne sont d'aillours quo des riels ni la superficie qui n'est qu'un droit
ssufruits diminucs. a L'usago se rappro- de propri&te partial ou restraint, quant
che do l'usufruit plus quo le titre ne l'an- a son effet, ni 1'emphlytdose ,, qui a notre
nonce, dit P'laniol. C'est un petit usurruit avis, no confrre plus aujourd'hui a l'em-
limite aux besoins de I'usager.,, (Ibidem, phyt.ote qu'un droit personnel. (Cours
n 1742, page 577 ). Le savant professeur de Droit civil franeais, tome II, paragra-
A la Faculte de Paris ajoute plus loin. phe 172, page 50-51 de la 4-" idit. Paris
( L'habitation n'ofire done plus atuctu ca- 1869. )
ractbre propre qui m6rite de fair d'elle La m4me opinion est soutenue au pa-
un droit distinct do I'usage. ( Ibidem, n ragraplh 224 bis, ( meme volume ). Elle
1743, page 578.) Sans y avoir recourse. on est partagie par Demolomle t. IX, N"












REVUE DE LA SOCITE .DE LEGISLATION


489-491 et Guillouard, Traitd du Louage, II
tome I, N 10. (Cette opinion, dit Pla-
niol, s'appuie en outre sur une conside- Toute la course faite par M. M(?nos
ration serieuse. II semble bien conform dans le champ du droit remain ne nous
' I'esprit de nos lois de refuser aux par- apporto :ion qui soit de nature a infir-
ticuliers la faculty de crier des droits mer l'assertion du savant professeur
reels nouveaux, autres que ceux etablis Gaston May, don't j'ai cite le passage
par le Coce. L'organisation de la proprie- suivant, dans ma lettre du 20 septembre
te, le nombi e et la nature de ses d6mem- 1904: ,, Malgre 1'6tendue .des droits qui
brements sont des rggles d'ordre public lui sont accords, l'emphytoote n'est pas
auxquelles les conventions privees ne substitute au dominus. Celui-ci, outre le
peuvent pas deroger. ( Ibidem, No 1931, droit resultant pour lui du contract cors-
page 630). Aussi ien, lorsque M. Soon titut.i de l'empnyteose, peut reprendre
Menos, au lieu de dire quels sont la la chose lorsque 1'emphyteose prend fin.,
plupart des auteurs don't l'enseigne- La citation que M. Menos a raite d'Or-
ment le porte A ne voir rien de lhmitatif tolan me done plut6t raison. On n'y
dans les articles 526, 543, 2118 et 2204 du trouve aucun droit qui ne soit &gale-
Code Napoleon, --y saisit occasion de meant attribute a l'usufructuarius, que per-
citer un passage d'un Memoire prosent6 sonne, avant ou apres Ulpien, n'a ja-
par Rossi a l'Acad6mie des Sciences mo- mais confondu avec le dominus. Votre
rales et politiques, passage qui n'a au- President aurait done pu se passer de
cune portee sur notre controversy juri- parler de droit remain; mais il lui fallait
dique a l'egard du caractere limitatif ou une occasion, en nous faisant grace du
implement enonciatif de l'article 429, il itexte latin, de nommer "( tenure vectiga-
ne cherche qu'a aveugler son lecteur par lienne le jus in agro vectigali. s'appli-
une erudition hours de saison. I uant au sol provincial, non admis an jus
Les quelques mots extraits de 1'arret italicum, et oti se.trouvait ordinairement
du 19 Juillet 1832 de la Cour de Cassation la classes des colons fiscaux. Dans la
de France n'ont ici qu'unc valour juris- theorie de la propriety fonciere d(ri Rn-
'prudentielle, comme tout ce qui aura ete mains, on ne connaissait rien qui pAt
tire des arrets bons ou mauvais des di- s'appeler une tenure, term don't la pra-
vers tribunaux de France, de la Belgi- tique ne se rencontre que dans l'organi-
que ou d'ailleurs. Ces decisions jurispru- station feodaie.
dentielles n'ont aucuue autorit6 sur no- Apres avoir cite Gaston May, comme
tre legislation, surtout en une matiere ci-dessus, j'ai ajoute que <-A'institution
d'ordre public, tel le caractere des droits do l'emhllytdose pass du droit remain
reels. (( ... Ii s'agit, dit M. Asser, de re- A l'ancien droit francais, sans avoir
gler l'6tat juridique des choses, non dans changO de caractere. M. Menos, apr's
leurs rapports avec uue personnel deter- avoir cite deux bribes de Laurent (Le
minee, mais objectivement, tol qu'il doit droit civil international, tome 7, N0" 357
6tre reconnu et respect a l'egard de ct 558) et le decret du 15 septembre.-
n'importe qui. Telle est bien la nature de 16 octobre 1791, s'empresse de s'ecrier
ce que l'on appelle les droits rdels; et que c'est a tort que je pense ainsi. Mais
precisement parce qu'elle est telle, il c'est plut6t votre President qui, par un
faut reconnaltre aux lois qui. concer- sophisine que, suivant les terms de
nent les droits rels (( un caractere ter- 1'ecole, on nomme ignoratio elenchi, s'ef-
ritorial. ( Eldment de Droit internatio- force d'Otablir une chose nullement en
nal prive). 11 en resulte qu'une juris- discussion, A savoirque, comme tenure
prudence 6trang&re, puisant ses. motifs fdodale, l'emphyteose de I'ancien droit
dans une legislation ou des traditions frangais differait de l'emphyteose du
qui n'existent pas chez nous, ne saurait droit remain; car les deux citations qu'il
6tre d'aucun poids, quand il s'agit de la a faites de Laurent se rapportent specia-
determination d'un droit reel sur le ter- element au droit feodal. (( La loi des 15
ritoire haltien. C'est ce a quoi M. le septembre -16 Octobre 1791, dit Planiol,
President n'a point song, en faisant si qualifiait encore 1'emphyteose de pro-
grand 6tat de ces arr6ts don't nous ver- pridet reversible, c'est-A-dirededomaine
rons plus tard la valeur juridique, m6- utile susceptible de se r6unir un jour au
me pour la France. domain direct. Mais le decret du 9 Mes-
,sidor an III et la loi du 11 brumaire an
VII ne voient plus dans 'emphyteose












REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


qu'un simple droit de jouissance sur' la ce fut, dans les pays do droit ecrit, le
chose d'autrui, c'est-A-dire un demem- type commun des tenures roturieres.
brement de la propriete et non un do- Mais elle sut aussi reprendre le carac-
maine utile. ) ( Ibidem, No 1933, page 630, tore de tenure purement fonciere, sous
631). Que repondra a cela votre illustre I'influence du droit remain. ( Hist. du
President?... Nous verrons. Droit francais, 5'" edition, Paris 1903,
Par une logique spdcieuse M. Menos page 689. )
insinue que le domaine utile, resultant N'avais-je pas raison de dire que 1'em-
du didoublement de la propridtO, doit phytdose passadudroitromain al'ancien
faire infrrer que 1'emphytOote a lo droit droit francais, sans avoir change de ca-
de disposer de Fimmeuble ; mais s'il ana- ractroe ? Mais il s'agit a!ors de I'emphy-
lyse la jouissance, qui n'excede point teose ayant le caractere de tenure fon-
celle d'un usufruitier, il se garde bien cibre, la seule, je le ropete, don't il puis-
d'expliquer s'il donne au mot disposer se etre question, depuis l'abolition de la
son sens technique qui signifie vendre feodalit0.
on alidner. Ia citation de Pothier arrive, L'arret du 23 novembre an 7, que cite
comme un deis ex machine, pour ie tirer M. Menos, ne concern encore que l'em-
d'embarras; mais cette citation se rap- phyteose fdodale. Les emphyteotes aux-
porte encore a une thbse de Droit fdodal. quels il se rdf6re sont -',t ,ph/,ll; ii
Votre President n'a pris du No 3 du Traite feudorum domini et non ceux de tenure
du droit de domain depropried' que just purement fonciere. L'arret du 26 juin
ce qu'il fallait pour deguiser la source 1822, cite ensuite par votre President, en
de la distinction etablie par Pothier. Le distinguant le domaine direct du domai-
vieux jurisconsulte a 6crit: < Le domai- no utile, comme simple division in-
ne direct... n'est plus qu'un domain de tellectuelle de la propridet,- dit expres-
superioritO et n'est plus que le droit s6ment que v le domaine utile se com-
qu'ont les seigneurs de se faire recon- pose de la jouissance des fruits qu'il pro-
naltre comme seigneurs par les pro- duit ,, ce qui est bien loin d'Atre le droit
priktaires et ( possesseurs d'lhritage de propriete. Quant a 'action -in rem
tenus d'eux, et d'exiger certain :, de- qu'il reconnalt au preneur la faculty
voirso et redevances recognitifs de leur d'exercer, durant le bail, pour se faire
seigneurie. Cette espece de domaine maintenir contre tousceux qui le trou-
n'est point le domaine de propriety, qui blent et centre le bailleur lui-mome, cc
dolt faire la matiere du present trait. n'est quoe action in rem utilis, I'action
C'est, A l'dagard des hlritages, le domai- confessoire d'emphyt6ose, comparable A
ne utile qui s'appelle le domain de pro- Faction confessoire d'usufruit, laquelle
pri tA. Remarquons que Pothier par- n'implique pas exclusivemcnf un droit
plant du domain de propriety ,, n'en- de proprie'td pleine, seu!e propridto a
tendait pas s'arrvter a l'emphytdose, reconnue en droit frangais, come en
plu qu'a la censive, au champart ou au- droit haltien. ( Depuis 1789, dit Planiol,
tres tenures roturirps ; il embrassait la la propriete pleine, analogue A l'ancidn
thdorie de la propriety, telle qu'elle r&- dominium remain, est la seule qui existe
sultait du droit fdodal. Cest surtout a en France. ( Ibidem, N 951, page 355.)
propos du fief, que son opinion est in- Monsieur le Pr6sident Solon Menos ne
contestable, quand il dit: C'est, al'egard se fatigue pas de triompwcr... frodale-
des heritages, le domaine utile qui s'ap- ment. (I1 est aise, dit-il, do constater par
pelle le domaine do propriety ,,. Or, nous cet arret, comme par celui de 1882, deja
le savons deja ; si, durant le regime fio- mentionn6, que la Cour d]( Cassation
dal, du milieu du 9m" sibele a la fin du n'avait pas attend, ainsi que le croit M.
18me siecle, des baux emphytiotiques Firmin, les rdclamations de la R,'.-i, de
furent souvent contracts avec le carac- l'enregistrement pour avoir une opinion
tore de tenure fdodale, l'emphyt6ose a sur l'emphytdose... M. le Pr6sident est
plut6t gard6e e caractere de tenure pu- vraiment trop pressed de me demander a
recent fonciere. ( Quant a l'emphyteo- me dimettre ou a me soumettre I1 n'y
se, dit Esmein, c'est une institution du a urgence pour moi de faire ni l'un ni
droit remain, qui se maintint sans in- I'autre e:.-t Jo passerai implement la
terruption dans le midide la France ; il main a M. Planiol. Voici ce qu'il a ecrit,
est vrai que lU, l'emphyt6ose, avec 1'Nta- en toutes lettres:
blissement de la feodalite, prit ordinal- (( Pendant longtemps, la R6gie avait
rement le caractere d'unetenure feodale; trait les baux emphyteotiques comme












R E, UE DE LA SOCIETEt DE LEtGISLATION


des baux a ferme ordinaires et perQu le discussion, puisque, dans le silence
droit de 0 f. 20 pour 100 sur le montant ou l'obscurit6 de la loi, on ne peut
des redevances. Vers 1834, elle se ravisa declarer qu'un genre de contract est de-
et, au lieu de tenir compete seulement fendu ou permis, sans rechercher la
de la duree, qui lui avait fait assimiler commune intention des parties contrac-
1'emphyteose aux baux a duree limitee, tantes. Or, cette commune intention ne
elle pr6tendit exiger le droit de trans- peut Atre examine que dans les espkces
mission percu sur les droits immobi- .juridiques; elle ne relieve done que de
iers, en se fondant sur la nature du l'examen des juges, d6cidant sur descas
droit du preneur A omphyteo-e. Les pro- particuliers. Jamais clle ne doit fair.
ces qui s'elev6rent alors donnerent lieu fobjet d'une opinion doctrinale qui, de
A deux arr6ts de cassation de la m6me sa nature, enseigne une verit6 d'ordre
date ( leavril 1840 ), qui donnerent gain. general.
de cause A la Regie. Depuis lors, le droit J'ai deja demontre que je n'ai jamais
de 5. 50 pour 100 a toujours 6te perqu, reeonnu que en Haiti I'emphyt6ose
soit sur la constitution, soit sur la trans- est un droit reel et immobilier; ii n'y a
mission des emphyt6oses. De nombreu- done pas lieu d'y revenir. Quant a la tra-
ses contestations so sont levies centre edition relative A ]'application du droit
cette jurisprudence, ( DEMANTE, Enregis- d'enregistrement sur le bail emphytlheo-
trement, No 362 mais elle est rest6e tique, ce point est parfaitement tire au
immuable, (lbidem, tome II, NO 1776, page clair par la derni6re citation quej'aifaite
555, 2-' edit. Pai is 1902) ,. En substance, de M. Planiol. Mais votre brave Presi-
avais-je dit autre chose ? Votre Presi- dent n'entend point s'arreter, sans me
dent a-t-il rien trouv( dans les arrets de convaincre d'ineptie. (D'abord, continue-
cassation, tit6s a tout propos et hors de t-il, le preneur a le droit de jouir de la
propos, qui soit de nature a contredire chose comme unpropri6taire et non com-
.laffirmation de I'eminent professeur, me un usager, don't la jouissance differe
laquelleappuie sicompl6tement mon opi- de celle du preneur plus que M. Firmin
nion, sinon ma croyanee ? A vous d'en ne veut 1'admettre. C'est que l'empliy-
juger. teote profit de tous les services et de
M. Solon M6nos, de plus en plus con- tousles products de 1'hlritage, m6me de
tent do lui msmc, voudrait modifier la ceux qui n'entrent pas dans la categories
terminologiejuridique g6n6ralcment ad-- des fruits. A qui M. M6nos l'enseigne-t-
misc. Vraiment, il montre une ardeur il? Les articles 514 et 515 du Code civil
de neophyte dans cotte question d'em- sont trop clairs pour permettre la moin-
phyteose; car s'il s'en 6tait serieuse- dre erreur sur cc point. J'ai dit que la
ment occupy, avant ma lettre du 20 sep- science du droit n'indique guere de dif-
tembre 190i, commeiit en viendrait-il fdrence formelle centre la jouissance de
subitemtnt A croire que son genie glos- l'usufruitier, de l'usager ou de l'emphy-
salogique soit capable de plus do nettete teote et celle du proprietaire-" Rien n'est
que tous ceux qui ont trait le sujet plus evident. L'observation de M. e1 Pre-
avant lui, et qu'il lui suffirait de mettre sident Solon Menos repose sur I'ab-ence
au rebut le terme de bail e/.'/ph/,'lii/ue chez lui de tout esprit analytique. Autre-
( que fora-t-il de louage emphyteotique ?) ment, il aurait saisi que oI propridtaire
en s'en tenant au mot ( emphyteose jouit de la chose tant6t comme usager,
tout court, pour solutionner notre con- tant6t comme usufruilier, et pout agli:,-
troverse ? Je ne nie point les aptitudes m6rer les deux especes de jouissance,
patentees do mon eminent contradicteur ayant less jus utendi et.jus abutendi ; mais
pour figure en bonne place parmi les lorsqu'il se borne A l'usay'e, il ne jouit
plus illustres glossateurs. I1 est possible pas differemment que l'usager, et lors-
qu'il soit de force a en remontrer a Ac- qu'il so borne A l'usufruit, il ne jouit pas
curse, Irnorius et Barthole ; mais atten- diffdremmont que l'usufruitier. Voila tout
dons que son autorite soit mieux eta- ce que signifient mes paroles. Pour s'en
blie, avant de nous mottre A sa remor- convaincre, on n'a qu'a lire la phrase sui-
que. vante, page 14 de ma lettre du 20 sop-
Il y a d'autant plus de raison d'user tembre 1901: a Lorsque ce dernier ( le
d'une telle circonspection quo M. le Pre- proprietairo ) va plus loin que l'emphy-
sident Solon MVnos recourt ensuite A t6ote ou un usufruitior quelconque, c'est
'article 946 du Code civil, don't le texte qu'il ne s'arrite pas la jouissance, mais
devrait mettre fin a toute cette longue la pousse jusqu'a I'abusus, en vertu du












REVUE DE LA SOCIETit DE LEGISLATION ;


droit de d6tbriorer et de detruire que con-
fere a lui seulement son titre de propri6-
taire. ) Sije ne savais pas que la jouis-
sance do l'usager differe de cell de 1'u-
sufruitier et de l'emphytOote, je l'aurais
ajout6 A c6te des deux autres. Pour le
reste, I'article 748 du Code civil dit nette-
mentque: (L'usufruit est le droit de jouir
des choses don't un autre A la propridt6
comme le proprietaire. Or', en droit fran-
cais, los lois du 9 Messidor an III, arti-
cle 5 et du II brumaire an VII, article 6,
ne parent de I'emphytdose que come
un usufruit resultant de baux emphyt6oti-
ques, oujouissance d titre d'emphyte'use.
Voici la dOfinition que Baudry-Lacanti-
nerie et Chauveau donnent de l'emphy-
teose : L Le droit de jouir d'un immeu-
ble appartenant h autrui, moyennant une
redevance periodique. (Des Biens, n
189, page 142 de la 2'" -dition, Paris 1899).
Etes-vous disposed A vous inscrire en
faux centre cette definition, en soutenant
que l'immeuble baill6 en emphyt6ose,
n'est pas une a chose d'autrui entire les
mains de l'emphyteote, qui en jouit ? Ce
serait bien vous aventurer, malgre votre
puissante imaginative.
Pour combatre l'argument que j'ai tire
de l'article 1M99 du Code civil a savoir
quele droit de transformation est impli-
citement concede au preneur, m6me dans
lesbauxa ferme ordinairos, sicette trans-
formation est la condition meme de la
jouissance du bail, M. M6nos declare
doctoralement que cet argument est fu-
tile ,en cequ'il ne repose quesurune con-
fusion anormale entire uno tolerance ex-
ceptionnelle et l'exercice d'une faculty
inherente a l'emphyteose. Mais je pren-
drai la liberty de lui dire qu'il y a uue
profonde erreur dans ces paroles senten-
cieuses. Le droit de transformation, dans
le sens pratique et 6conomique du mot,
n'est pas une tolerance exceptionnelle
accordee au preneur, c'est positivement
une faculty inhorente A tout bail A ferme,
la destination presumeede lachosegtant,
la, la culture de la terre, qui ne saurait
etre effectude sans de multiples trans-
formations. Je citerai de nouveau les pa-
roles de Beauregard, qu'une faute de me-
moire m'a fait attribuer a Cauwes : u Des
procedes divers, qui se perfectionnent
peu A peu transformeront les portions cul-
tivies et multiplieront les recoltes. Les
travaux de drainage, dedessechementou
d'irrigation ( autant de transformations )
livreront A la culture cells qui, jusque-
1k, ne produisaient rien, et restaient en


Sfriche. Peut-on appeler une telle dd-
monstration un ((argument futile ,, sans
avoir prealablement prouv6 que trans-
former est autre chose que je n'ai dit ou
que le texte de l'article 1499 content au-
tre chose que ce que j'y ai lu? Vous en
deciderez, Messieurs. < Le droit d'ali6ner
le bien appartient 6galement A 1'emphy-
teose ,, dit M. M6nos. II appuie son af-
firmation sur un considcrant de l'un des
arrits du 1" avril 1840, dent nous avons
parle et qui sent -videmment des plus
critiquables. Quant a la doctrine qu'il
pretend tirerdu Repertoire de Dalloz (mot
Louage emphytdotique, n0 8 ), sans rdvo-
quer en doute la sincdriti de sa citation,
il y a lieu de se demander si la meme
doctrine esttoujours enseignee par Dalloz
et s'il n'y aurait pas, ici, une simple er-
reur de rddaction. <( La chose don't I'em-
phyteose peut disposer par vente, dona-
tion, change (?) ou autrement, ce n'est
pas la proprite', c'est-A-dire l'immeuble
donned en emphytdose, mais plut6t son
droit de jouissance. En effet, personnel n'a
jamais soutenu que le fonds de la pro-
priete sur laquelle le bail emphyteotique
est consent, appartient au preneur. Or,
en vertu de I'article 1384 du Code civil et
d i l'adage Nemodat quod non habet, il ne
peut disposer ni par vente, ni par dona-
tion, ni par changee, d'une chose qui ne
lui appartient pas. II est vrai que ceux
qui soutienne it une telle theorie, parent
d'une alienation temporaire avec la char-
ge des DROITS du bailleur ), lesquels
droits ne sont autres que ceux do pro-
prie te ; mais il ne se congoit pas qu'une
seule chose ait, a la fois, doux propri0-
taires, hours les cas d'indivision. La r6gle
de d'oit : Resoluto jus dantis resolviturjus
accipientis n'est ici intelligible que rela-
tivement au ( droit de jouissance de
I'emphyteose, jamais quant a la propriet6
de l'immeuble ; car l'on ne saurait consi-
dbrer le bail emphytcotiqu" comme 'une
vente a condition resolutoire, rendant la
pretendue propriety de l'emphyteote re-
soluble par l'expiration du.tomps fixed
pour la durbo du bail. Si done Dalloz sou-
tient srrieusement la doctrine h-infdrer
du passage cited par M. Mcnos, je suis
oblige de le combattre en me servant des
legonsquoj'ai puisdes, on parting, dans
ses propres travaux sur les principles
generaux du droit civil.
L'emphytdose que Dalloz, d'ordinaire
si classique, appelle ici domaine em-
phyteotique, fait reellement parties de- la
succession de 1'emphyt6ote, elle entire













#4 REVUE DE LA SOCITITE DE LEGISLATION


dans le partage comme ses autres biens ;
et ses creanciers peuvent faire saisir le
fonds... ( d'apres la jul i-pi Li.1li i fran-
gaise; car aucun article du Code civil ou
'de procedure civil n'en fault mention. )
Mais en est-il autrement dans le cas d'un
control de louageordinaire ? L'article 1513
du Code civil pr(voit qu'il n'est point
r6solu par la mort dubailleur ni par celle
du preneur. Toutes les constructions
ou autres utilities que ce, dernier aurait
6tablies conventionnellement ou volon-
tairement sur la ferme et don't il avait la
jouissance, en vertu du dit contract do
louage font portie de s ssncession., an-
trent dans Ie partage come ses autres
biens et la jurisprudence admet Ogale-
ment que ses crea ciers peuvnut y exer-
cer la saisie immobiliere, qui ne s'appli-
que Idgalement qu'au fonds, mais en com-
prenant le droit au bail dafs cette sa;sie,
(Voir Dalloz, lecueilpe'riodiq ue 1894. 2.
137, note de M. Glasson. Ibidem, 1894.
2.584, 3"" considdrant de Farrit de la
Cour d'Appel de Bordeaux, rendu le 22
flvrier 1891 ). Ces particularit(s ne umffi-
sent done pas pour distinguer le bail eri-
phytcotique des baux ordinaires.
M. le pi'sideil Soloii -MeOos, digne do
concourir pour le prix Montyon, ne veut
pas taire sonjugement sur la valeur mo-
rale de ia thoorie juridique recomlaissaint
que l'abusus, le droit de disposer de la
chose, en la consommant. en la ddtruisant
mate'riellement, en transformantsa subs-
tance est la prerogative qui distingue
le proprietaire de l'usufruitier ou de tout
autre possesseur. II me laisse, en fuyant,
come Joseph indign6 do I'audace de la
Putiphar, la responsabilite d'une si gros-
seo immorality. Est-ce liA ue flciie de
Parthe ? Mais il n'a pas faitattention que,
je n'ai fait que citer le texte mOme de M.
Planiol. L'eminent professeur a la Fa-
culte de Droit de Paris n'est pas le soul
a reconnaltre cette caracteristique du
droit de propriety. Aubry et Rau dissent
bien : < Enfin le proprietaire est libre de
denaturev sa chose et mOme de la degra-
der et do la detruire. ( Cours de Droit
civil francais, t. II parag. 191, page 175 (ie
la 4"' edition. Baudry-Lacantinerie ct
Chauveau disent du propr'iitaire : ... 11
peut aussi d6naturer sa chose, la laisser
improductive, mime la d6grader ou
la detruiro ; son pouvoir est si absolu
qu'il peut aller jusqu'A mosuser de la
chose; il n'y a qu'une limited l1gale a ce
pouvoir, la nomination d'un conscil ju-
diciaire au prodiguc qui dissipe sans me-


sure sa fortune. (Des Biens, N 204, page
153 de la 2em* edition, Paris 1899 ) Les ar-
ticles 491 et 1494 du Code civil cites par
M. Monos ne sont point une limited au
jus abutendi du propridtaire ; leur infrac-
tion n'entralnerait que des donmmages-
inter6ts resultant de l'obligation de ne
point nuire aux droits de l'usufruitier ou
de ne point changer la forme de lo chose
louee, en vertu dos principles (tablis par
l'article933 du meme code. VoiiA tout.
Suivant mon profound contradicteur,
(la propri6t6seconroit parfaitement sans
cet 1eement du jus abutendi et son attri-
but es^'ntiel permanent -- est plut6t
lo droit d'ali6ner dent, nous 1'avons dojk
vu, dit-il, l'emphyttote n'est aucunement
privd. ) Mais il n'y a dans ces derniires
paroles que la preuve d'une confusion
regrettable entire la cessibilite du d'roit de
l'emplhytdote et l'alienation du fonds
baill6 en emphytiose, ain-i que je viens
de le demontrer, avc, I'article 1384 du
Code civil.
Ill

Votre Pr6sident, en soutenant que 1'em-
phyt,'-cte ex"rce les actions n11 pr'nrid-
taire, so roclame de la compagnie des
auteurs les plus autorises. Mais voyons
coammlt I cite Ortolan di.arft dc Pem-
phyteuta ou emphyteuticarius: On lui
accord pour la protection de ce droit,
mais seulement sous la qualification et
sous ]a form d'aclions tiles, les actions
attributes ordinairement au I" .. ri;:l:,ire
( utilis vendicatio, utilis publiciana, utilis
confessoria velnegaloria) etc ; ot il peut
exercer cotte vendication utile m6me
centre le proprietaire. ,, Mais tous ceux
qui ont etudi6 la thiorio des actions, en
droit remain, verront que l'eminent ju-
risconsuite, que fut Ortolan, ne dit pas
quo I'emphytdote (exerce les actions du
proprietaire d de la faeon absolute que le
faisait M. MenoS dans vote reunion du
15 juin 1904. Certaines actions uliles ordi-
nairement attribuCes au proprietaire lui
sont seules accoirdes pour la protection
de son droit. mneme contre I" proprie-
taire.
II est certain que l'emphytdoto ne pour-
rait point exercer les actions du proprie-
tairo centre le proprietaire lui-m6me,
d'apres la regle do droit Nemo ronti'a se
subrogasse censetur. Ces actions utiles lui
sont done accordees a c6te des actions
du proprietaire. Ortolan, on ddtaillant.
les diverse actions utiles n'en dit pas












REVUE DE LA SOCIRTI DE LEGISLATION


plus longque je n'ai ddjh ecrit, a la page C'est que doctus cum libro. il trompe
2 de ma lettre du 20 septembre 1904. aperto libro coux qui ont ia candeur de
M. M6nos cite ensuite Aubry et Rau. se fier a ses connaissances livresques.;.
Cours de Droit civil, (tome II, paragraph J'avoue que je pr6ifre me confer au ha-
224). Mais la, c'est a n'y rien compren- sard de ma memoir, laquelle peut par-
dre. Votre Pr.sident, au mepris de toute fois errer, mais rest toujours sincere et
probitf scientitque, nous present a loyal, comme l'esprit auquel il sort
l'appui de sathese un passage ot ces d'etai.
6minents auteurs la combattent positi- Votre president semble avoir fait de
vement. Pour s'en arranger, il s'est con- Pothier, son maltre prdfere ; car il est
tent do supprimerlestement le mot ce- remarquable que c'est sur le vieux ju-
pendant qui se trouve au commence- risconsulte du 18" siucle que se base Ie
ment de la citation dent il desirait se plus souvent son argumentation desub-
servir. En effet,'voici le texte d'Aubry et te. Je ne nie point la valeur des c(uvres
Rau : de Pothier ; maisje doute (ue des .inris-
... La jouissance concede L. 1'emphy- tes s6rieux so contentent de son opinion
tote. meme pour un temps iiiC.liNi, pour discutor une question de droit ac-
n'6tait pas considreeo come un droit tuel. e droit est une science organiquc,
de proprite ; tout aussi hien quo celle pour ainsi dire; il tvolue avec la society
de l'usufruitier, elle ne constitute qu'un qiu'il rgit. 4Lorsqu'on discute, tous los
simple droit reel sur la chose d'autrui. arguments doivent implicitement s'ap-
( Cependant ( mot subtilement elimine puyer sur lodornier etat de la science
par votre PrIsident) comme la legisla- juridique. Or, ce R'est pas dans Pothier
tion romaine accordait a l'emphyt ote qu'il faut chercher cela. Voici, d'ailleurs,
ainsi qu'au superficiaire une action utile ce que M. Marcel Planiol, professeur de
en revendication, les alY..1-af.r-,is ima- droit civil I la FacultA de Droit de Paris,
ginerent de lui reconnaltre une sorte de ecrit de lui : Nourri comme Domat do
propriety qu'ils qualiflirent de domain l'esprit classique, Pothier est un juris-
utile. Le comble. 'est que la fin de consult d'ur grand sn s ot fr,'tout
cette citation si disastreusement faite d'une clartc qui ne s'obscurcit jamais;
par M. M6nos, porte la note 3 oh Ces au- mais il manque de critique, et ( de
teurs ecrivent, .n toutes lettres : t, L'er- vues personne'les. M. M'' no: n.:tre
reur dans laquelle les glossateurs sent vraiment une trop grande ressemblancc
tombs a cet 6gard est d'autant plus d'esprit avec Pothier; car autrement
singuliere que l'admission m6me d'une comment croirait-il avoir trouvt un ar-
action in rem utilis, au profit de l'emphy- gument valuable dans le passage o0h ce
teote, prove qu'on ne le consid6raitpas jurisconsulte dit: ( 11 n'est pas neces-
comme propri6taire ; car en cette qua- saire non plus, dans notre droit francais
lit6 il aurait ou l'action directed en reven- ( il faudrait ajouter (du 18" sibcle, ) pour
dication. ( Schilter, Commenlarius ad jus que nous ayons la revendication d'une
feudale alemanium, paragraphe 3. Ho- chose quo nous en ayons le domain di-
lacker, Principia juris civilis, II, 1034. rect; il suftit que nous en ayons le do-
Sell, op et loc. cit. Ibidem, page 448 de maine utile; un emphytdote, un enga-
la 4-" edition. Paris 1869. ) giste ont cette action. Par le fait que
Avant d'ouvrir la discussion, M. M6- l'engagiste estmis gAc6te de l'emphyteote,
nos (page 185, 1i" col. de la Revue de la on dolt admettre des deux choses l'une:
Sociele de Ligislation, octobre-novembre ou le mot revendication n'est point use
1904) a 6crit ces paroles: Comme je dans son sens technique, ou il s'agit
suis soupconne ou de n'avoir aucune d'une doctrine du tris ancien droit fran-
W ide de la nature du bail mijnli\ tplh.-tii- gais qui consid6rait le gage comme un
que on de me mettre au dessus de la droit immobilier. ( Voir Fred. Peltier, du
o science du droit et de ses represen- gage immobilier dans le trWs uncien droit
a tants les plus autorises ,,, i m'arrivera francais.)
souvent d'invoquer des commentateurs L'emphytoote n'a point la ( possession
ou ( des arrets a 1'appui de I'opinion a civile, de l'immeuble, comme I'affirme
laquelle je me suis range, et je prie le votre Prisident: dktenteur precaire, il
lecteur que je respect infiniment. de do- n'a que la possession naturelle ; autre-
meurer p.rsuad6 que je ne citerai pas ment, il pourIait prescriro. par usuca-
de memoire. Voit-on comment mon pion, la propriete( de eel immeuble con-
noble contradicteur respect le lecteur ? tre le proprietaire. C'est encore lune er-













REVUE DE LA SOCIIET DE LEGISLATION


reur inexcusable de la part de M. Mnos
que d'avancer que ( l'exercice des ac-
tions possessoires n'a rien a voir, en
principle, avec la propridt6 du fonds. -
La complaint, dit Planiol, est I'action
possessoire par excellence. Elle n'est
donnee qu'au v&ditable possesseur, A celui
qui a l'animus domini, et encore faut il
qu'il rempiisse une double condition : il
doit avoir une possession exempte de vices
et avoir possde' pendant ine anne'e au
moins avant le trouble don't il se plaint (*)
( art. 23. C. proc. civ. ) Ibidem, tome I,
n 927, page 345.- Sansdoute, lejuge du
possessoire n'a rien a voir sur les titres
de propridet don't se prevaut le deman-
deur, mais il faut que celui-ci se pr6-
sente come proprietaire, possedant
I'immeuble animo domini pour qu'il soit
recevable.
M. Menos deplore, en passant, le sys-
teme quiconsiste afaire des citations sans
la moindre reference. J'avoue que, pour
une fois, il a parfaitement raison et que
je me suis trompe, en portant comme
d'Aubry et Rau la deuxieme citation que
j'ai faite a la page 12 de ma lettre du 20
septembre 1904. C'est encore Planiol que
je devais nommer; carj'ai trouv le in6-
me text dans son Droit civil ( tome I, no
930, page 347 de la 20" dit. Paris 1901.)
Mais cette erreur 6tant confessed, voyez
comment mon honorable et loyal con-
tradicteur s'en est servi... Rien de plus
d6concertant, continue-til, et jo suis ten-
tb de me demander, dans ces conditions,
s'il n'y a pas eu une mcprise touchant
un passage attribute Aubry et Rau, et
ou l'usutruitier. l'usager et 'emphyteote
hurleraient plut6t de se voir accouples
, si on voulait se rapporter au sentiment
a veritable de ces 6minents auteurs." En
lisant ces paroles, ne serait-on pas in-
clin hA croire que (( ces minents au-
teurs, enseignent que I-'emphy.t6ose a
une portee juridique superieure A celle
de l'usufruit, au point de vue du droit
de propridt6?... Eh bien, voici cc que je
lis dans le m6me volume qui se trouvait
dans les mains de votre Pr6sident: ( En
rangeant ce droit (de 1'emphytdote ) par-
mi les objets susceptible d'hypoth6que,
sous la qualification d'usufruit ou de
jouissance d titre d'emphyteose, les rd-
dacteurs de ces lois ( 9 messidor an III
et 2 brumaire, an VII), ont nettement in-
dique qu'ils n'y voyaient plus, comme

C) c. f. Aubry et Rau, CouRs DE DROIT CIVIL FRAN-
AILS, t. II, parag. 187, 2e page 151.


les jurisconsultes remains, qu'un droit
reel de jouissance de la chose d'autrui. ,
( Aubry et Rau, Cours de Droit civil fran-
pais, no 224 bis, page 455). Si Aubry et
Rau contestent A l'emphyteote 1'e c rcice
de 'action possessoire, c'est qu'ils sou-
tiennent que les deux lois hypotiidcai-
res de la periode intermediaire ont etW
implicitement abrog~es par le Code Na-
poleon, en taut qu'elles accordaient a la
jouissance de l'emphyt6ote le caractere
de droit r6el immobilier. a On doit con-
clure des observations precedentes, di-
sent-ils, que, iorsque ia jouissance d'un
immeuble a et6 cod-'l.- pour un temps
seulement, ffit-ce m6meo titre d'emphy-
teose, le contrat est rigi par les r6gles
du louag, A moins que les clauses de ]a
convention ne manifestent clairement
l'intention des parties d'6tablir, soit un
droit de superficie temporaire, soit une
servitude personnelle. Hors de ces hypo-
theses exceptionnelles, la jouissance du
preneur ne constitute qu'un droit person-
nel et mobilier, qui n'est pas susceptible
d'hypoth6que, et qui ne peut former l'ob-
jet d'une action possessoire ( Ibidem,
page 457-458.) En lisant le veritable sen-
timent de ces 6minents auteurs, on
reste consternd du haut scrupule ( o e M.
Minos met a respecter son lecteur. Mais
qu'est-ce A dire ?... II lui fallait montrer
qu'il connatt ses autehrs, etant persuade
que d'autres ne les connaissent pas.
C'est toujours l'esprit fdodal qui le domi-
ne. C'est ainsi qu'il contest une these
que, a tort ou A raison, je n'ai jamais
soutonuo, A savoir que si l'emphyt0ose
est susceptible d'hypotheque, c'est grace
aux lois de Messidor et de brumaire ci-
dessus mentionnees. Ce serait parfait,
ecrit-il, si la faculty d'hypothiquer la
chose n'etait pas reconnue A l'emphy-
theose avant" ces deux grandes lois hy-
poth6taires de la (Revolution et n'avait
pas surv6cu a leur abrogation. ,
Tout d'abord, il faut faire observer que
si M. M(nos admet, avec Aubry et Rau,
Demolombe, Valette, Feelix et Henriot,
RodiBre et Pont, etc. que les deux
grandes lois hypothecaires de 1'an III et
de l'an VII ont-ite abrogOes, je ne vois
pas sur quelle 16gislation il pourra s'ap-
puyer, avant la loi du 25 juin 1902, -
pour reconnaltre a l'emphytdose le ca-
ractere de droit rdel immobilier, m6me en
France. Cependant, pour r6futer ma prd-
tendue erreur. votredocte PlA -iJd tt, s'est
complu a citer un arrit de la Cour de
Paris, en date du 10 mai 1841, estimant











REVUE DE LA SOCIHETI DE LEGISLATION


" qu'avant la promulgation du Code ci-
vil, la jurisprudence de toutes les Cours
avait admis, comme principle constant,
quela concession k titre d'emplyteose
A longues annees conf rait au preneur
une propriRt6 immobiliere susceptible
d'hypotheque etc. Nonobstant les ter-
mes critiquables de cet arret, je me de-
mande comment M. Menos a pu en in-
duiie que 1'emphytdose etait susceptible
d'hypoth0so avant les lois hypothecai-
res en question ( portant les dates du 27
juin 1795 et 1"i novembre 1798), quand
IParr6t dit ( avant la promulgation du
Code civil, laquelle n'a en lieu que du le
mars 1803 au 1" mars 1804, au moins
huit ans apres la date de la premiere de
ces lois C'est li ce qui s'appelle connal-
tre l'Histoire du droit civil frangais com-
me pas un... de ceux qui la connaissent.
La citation de M. Gabriel Demante, avec
laquelle conclut M. Menos, est deji re-
duite h sajuste valeur par toute la dis-
cussion prec6dente. En effect, il est prou-
vB que come le preneur a emphytdose,
le nreni nr orcijnairp a 1e .Ilr.'ni de trans-
former le fonds par la culture et ses ac-
commodements; ((pour un temps, et
sau.f I'obli~i tiorn d'acquitter io prix du
bail. il est chez lui, ( art. 1490 du Code
civil, 36 alinea) ; quant aux actions pos-
scssoircs, I'usagr' ct 'sfruitier, qui n
sont nullement le proprietaire, les exer-
cent 6galement. dansla limited de l'exer-
cice de leur droit, et l'action r6elle peti-
toire don't. parle M. Demante, ne peut
6tre autre chose que l'action confessoire
d'emphyteote, comparable a l'action con-
fessoire d'usufruit, ainsi qu'on l'a d6ji
vu en droit remain. ( C. f. Planiol: loco
citato, t. J, n 1651. )
M Firmin doit etre maintenant com-
pletement 6difil, Ocrit M. le President
Solon Minos. Certainement, mais pas
seulement maintenant., Aussi est-ce
A moi de lui demander s'il est mainte-
nant ), difil. S'il ne l'est pas, je lui ex-
pliquorai volontiers la cause de son obs-
tination, c'est qu'il s'est enferr6 dans les
mailles de l'une de ces erreurs que Ba-
con, en son Novumyt organum, a nornmm
Sales idoles de la caverne, (idola spe-
cus ). Plein de la bonne opinion qu'il a
de lui-memc, se renfermant dans la lec-
ture de Pothier et de tous les juriscon-
suites d6modes, ne s'etayant que des ar-
r6ts de jurisprudence qui ont perdu tou-
te autorit6 avec les progres recents de
la science juridique, son esprit est com-
me mure dans une mentality vieillio.


Pour sa complete edification, qu'il me
soit done permis de faire une citation un
peu longue, mais qui projettera la plus
vive lumiere sur notre intdressante con-
troverse. C'est encore de M. Planiol que
je la tire:
2. Caract&res actuels de l'emphytdose.
1933. L'EMPHYTAOSE CONSTITUTE UN
SIMPLE DROIT REEL SUR LA CHOSE D'AU-
TRUI. Le contraire se trouve 6nonce
dans les considcrants de la plupart des
arrets, mais il n'y faut voir qu'une fausse
conception historique, don't l'inanitM se
laisse facilement d&couvrir au moindre
examen. L'incoherence des idees emises
successivement par la jurisprudence
sur ce point est visible. Tant6t la Cour
de Cassation dit que l'effet de l'emphy-
theose est de diviser la propridtd en
deux parties, I'une former du domain
direct, don't la rente.. est representative,
l'autre appelOe domame utile, qui se com-
pose de la jouissance des fruits (arret
du 26 Juin 1822. ) Tant6t elle pense que
l'emphyteose est, sous le Code civil, uie
alienation tenmporair e de la proprie'tde que
le preneur possede come propriedaire
l'immeuble qui lui est transmis; que le
bail emphyt-otique est rdellement trans-
latif de propridte ( arret du 1"r avril 1840.
Comp. arr6ts du 24 juillet 1843, du 18 mai
1847.) Cos deux points de vue sont incon-
ciliables. Un autre arret du 12 mars 1845
(D. 45, 1.105) dit que l'emphyteose a
seulement un quasi-domaine, ce qui est
encore en contradiction avec les prec&-
dents.- L'idde d'une translation tempo-
raire de la propriety ne peut trouver au-
cun argument dans l'histoire, ni dans
I'analyse du contract. L'ideo d'un dedou-
blement de la propritei on domaine di-
rect et domaine utile est contraire aux
lois les plus importantcs de la piriode
intermediaire; il faudrait effacer la Re-
volution franqaise pour y revenir. ,
(( Du ieste, continue M. Planiol, la re-
daction de ces arrits a beaucoup perdu
de valeur, depuis que les travaux pu-
blies sur i'histoire du droit ont mieux
fait connaltre les transformations de la
propri&te fonciere, 'influence qu'a eue
sur ellela theorie de l'emphyteose, et la
nature des rl'ormes op6rees au course
dela R6volution. Il est probable que la
Cour de Cassation ne redigerait plus au-
jourd'hui ses arrits en de pareils ter-
mes. ILe savant professeur ajoute en
note : On doit d'autant moins parler de
domain utile, dans notre droit moder-
ne, que nous n'avons plus que des em-


__













REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


phyt6oses temporaires, et que, dans 1'an-
cien droit, les emphyteo es perp6tuelles
avaient seules pour effet incontestable~
de transferer le domaine utile au pre-
neur. ( Focilesco These, Paris 1883, pages
243-246 ) ( Ibidem tome 1, numero cita-
to, p. 630).
Si M. M6nos so croit a meme de refu-
ter ces considerations juridiques, j'espe-
re qu'il aura cette fois le courage de dire
aulecteur que c'est contre M. Planiol
qu'il argument. Ce sera la vraie ma-
niere de lui prouver son respect. Dans
tous les cas, la loi du 25 juin 1902, don't
parole votre President et don't j'ignorais
la promulgation, coupe court a toute ar-
gutie appuy6e sur Pothier ou d'autros
auteurs arrior's. Cette loi n'etablit pas
un droit nouveau en France, mais sanc-
tionne les principles qu'avait constam-
ment enseignes la saine doctrine, tout
en redonnant force de loi aux provisions
des decrels de Messidor an III etde bru-
maire an VII sur la susceptibility d'hypo-
thlque reconnue a l'cmphyteose.
I1 serait oiseux de s'arriter sur les dif-
ferentes ldgislations etrangeres concer-
nart I'emphytoose; nous avons vu
qu'elles ne peuvent avoir aucune influ-
ence sur notre droit interne, a propose du
caractere de droit reel immobilier qu'on
voudrait y clercher, pour la jouissance
de 1'emphytdote. Egalement oiscuse est
la longue citation tire do M. Gabriel De-
mante, qui n'a plus d'importance, mime
en France, avec le droit positif existant.
11 6tait absolument inutile de citer Po-
tlier, pour prouver que a los baux qui
sout faits pour un temps long sent pre-
sumes baux a vente plut6t que de sim-
ples baux a loyer ou d ferme etc dans
le but d'une rIfutation intempestive. A
la page 6 de ma lettre du 20 septembre
1904, apris avoir reproduit les paroles
de M. Menos, au sujet des baux de neuf
ans qui sont interdits aux administra-
teurs des biens d'autrui, ( etant reputes
actes de disposition ,,, j'ai positivement
ajoute : ces paroles considerbes en
elles-m6mes sont des plus orthodoxes. ,
J'aurai I'humilite d'avouer quejene m'-
tais point enquis de opinion de l'illus-
tre Pothier, pour proclamer cotte ortho-
doxie de votre Prisident; mais ce que
je contestais et que je contest encore,
c'est le sons d'ali6nation de la proprikte
que paraissaient insinuer ces paroles,
situecs c6mme elles 6taient dans la dis-
cussion du 15 juin 1904. M. Minos n'a
point os6 soutenir que c'est dans ce sens


qu'il entendait employer leterme de ((ac-
tes de disposition) oppose a, actes d'ad-
ministration, mais il me lAche entire
lesjambes le Traite des Lods de Bouta-
ric!... Pour se faire une just idie de la
valeur scientifique de cette citation, on
n'a qu'a savoir qu'il s'agit !a du pur
droit feodal.
Peu de lecteurs doivent savoir ce que
signifle le mot lods. Voici la definition
qu'en donne le Livre de Jostice et de Plet,
XII 13, parag. 1: Los si est une chose
que 1'on doit a seignor quant aucun vent
sa terre. Et est appelez loz de lower: quar
la vente n'est parfeite devant que li sires
I'ait lode. On voit que je mets Ie nez
dans les saints arcanes que respire si
abondamment mon trop Urudit con-
tradicteur. En frangais de nos jours. il
faudrait dire : ( Le lods est une redcvan-
ce que l'on doit au seigneur, quand quel-
qu'un vend sa terre. 1I est ainsi appel6
de loer ( ;ii :.-r, faire honneur. approu-
ver, consentir ) ; car la vente n'est pas
parfaite. avant que le seigneur l'ait
agree. o Le lods montait au cinquieme
du prix de la vente. au profit du seigneur
du fief dans la mouvance de qui etait
comprise bienvendu. 11 etait reduit A
12 "/o pour les tenures roturieres. On
comprend done que les seigneurs, qui
detenaient I'autorit6 judiciaire comme
presque tous les pTivilbges, A cette epo-
que de la predilection de M. le President
Solon Menos, aient assimilI a une alie-
nation le simple transport des fruits
pour line piriode de plus de dix ans,
quand ils en tiraient un profit si abusif.
Mats qu'en plein 20m' sickle, on vienne
nous servir une telle doctrine come
argument applicable a I'alienation de la
propriety, il y a a se demander si votre
honorable Societd prend au serieux ses
propres oracles.
M. MInos, arguant en barbara, ferio et
baroco, essaie de prouver que l'argument
que j'ai tire de 1'article 516 du Code civil.
pour etablir que le pavement des con-
tributions, mis a la charge de l'emphy-
toote, n'implique pas quo le droit de pro-
priet0 lui est transfer, est d'une
telle frivolity qu'on serait bien pres de,
repliquer que celui qui a la pleine pro-
priet6 est tenu des contributions et
pourtant n'est pas un simple habituai-
re n Le point d'exclamation est de votre
6minept President; mais il s'exclame
trop facilement, en oubliant que la pro-
priete pleine content non-seulement l'a
busus et l'usufructus, mais encore l'usus,











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Aussi bien, dans le propri6taire est ren-
ferm6 l'habituaire,et c'est commetel qu'il
paie les contributions, quand il n'a pas
separ6 le droit d'habitation de son droit
de propriety, en disposant en faveur
d'un tiers. M. M6nos m'impute a crime
de confondre le bail ( cens avec le bail
emphyteotique, a propos de la modicite
de la redevance annuelle qu'il consid6re
a comme une presomption de plus du
paiment anterieur du prix veritable. ,
Un tel reproche est tout simplement cu-
rieux, quand on a lu, a la page 8 de ma
lettre, les paroles suivantes d'Esmein:
OJe d6tacherai seulement lacensive pour
Mltudier d'un peu plus pres ; c'6tait la
plus usitee et traditionneilement on la
prenait comme le type des tenures rotu-
rieres. ( Hist. du Droit Frangais. P. 212-
213,689.) N'etait-ce pas indiquer suffi-
samment que je savais que Ie bail a cens
est une espkce distinct du bail emphytdo-
tique, tout en reconnaissant avec l'6mi-
nent professeur S la Faculte de Droit de
Paris, a l'Ecolelibre des Sciences politiques
et directeur A l'Ecole des HautesEtudes,
que le premier est le type des tenures ro-
turieres ? En y cherchant la signification
de la modicit6 de la redevance, je n'ai.
fait qu'ob6ir aux regles taxonomiques,
qui sent la boussole de toute classifica-
tion scientifique, dans laquelle les ca: ac-
teres essentials du type servent A fixer
la valeur ou la port6e des modifications
rencontrdes dans chaque espece du m6me
group. Cela est aussi vrai dans les
sciences morales et pdlitiques, entrant
dans la sphere des sciences sociologi-
ques, que dans les sciences biologiques
ou naturelles, les sciences physiques et
lessciences mathematiqueselles-memes.
IV

Toute. cette discussion aboutit A la
question suivante:
Le bail emphyteotique est-il interdit A
l'6tranger par l'article 6 de la Constitu-
tion de 1889, comme vous le soutenez
avec une si ferme r< distance ?
En m'appuyant tant sur les textes de
nos lois consciencieusement et serieu-
sement interprtdis que sur la doctrine
la mieux 6tablie, le plus au courant de
lascience-juridique actuelle, j'ai repon-
du: non dans ma lettre du 20 sep-
tembre 1904.
M. Laleau, que je n'ai pas l'honneur de
connaltre, don't le nom -je ne sais pour-


quoi,- m'inspire une grande sympathie,
mais qui me paralt le plus jeune de vos
merbres, s'est ihgeni6 a tirer une ar-
gumentation nouvelle, dans le sens de
1'interdiction constitutionnelle, en s'ap-
puyant sur les mots ni acquerir aucun
immeuble qui se trouvent a la fin de
notre article 6, et en interpretant les ar-
ticles 427, 428 et 429 du Code civil dans
un sens qui ferait de l'empbytdose
un immeuble par l'objet auquel il s'ap-
plique ,. Nous avons deja vu comment
une telle interpretation est fautive, 6tant
contraire et A la lettre et a l'esprit de la
loi. Mais, pour faciliter un triomphe dif-
ficile, vous vous 6tes arret6s sur une
adhesion de ma part, en vertu de quoi
j'aurais reconnu a 1'emphyteose le carac-
tere de droitreel immobilier. J'admets que
c'est par pure inadvertance qu'aucun do
vous n'a eu souci des mots sous toutes re-
serves, quiconditionnaient mon ad hsion,
en guise de d6fi a votre definition. Le
passage que j'ai cite plus haut, page 12,
de ma lettre du 20 septembre1904, prouve
surabondamment que sij'avais accepted
l'emphyteose comme un droit reel, ce ne
pourrait 6tre qu'en droit franqais, sul-
vant la definition de M. Planiol qui y voit
a un droit r6el de jouissance sur lachose
d'autrui. Cela se congoit a cause de la
susceptibilitO d'hypoth6qu'e qu'on lui] re-
connaiten France; mais s'ensuit-il qu'on
doive lui reconnaltre le mOme caractere
en Haiti ? Certainement non : la longue
discussion ktablie plus haut sur ce su-
jet me semble avoir mis ce point hours
de contest. Cependant comme votre
President ne manquerait pas de chercher
dans la France actuelle uu refuge que
nous lui contestons, quand il se couvre
de l'armure feodale, il est necessaire d'ap-
puyer mon opinion d'un surcroit d'argu-
ments et d'autorit6.
Tout droit reel reconnu par la loi
Strang6re, et non par la notre ne pour-
rait valoir er France que comme simple
droit personnel, obligeant simplemeat
le promettant et ses h6ritiers A le res-
pecter, n Ocrit Despagnet.
c ... D'apres ce qui a WtE dit ci-dessus.
il faudra determiner la nature du droit
d'apres la loi du pays oui se trouve le
bien sur lequel il porte, parce que la loi
territorial, d'ordre public sur ce point,
6numere limitativement les droits reels
admissibles., (Droit internationalprivd,
p. 738, Paris 1898. )
Etant donnas les textes forme!s des
articles 448, 1.885 et 2.047 de notre Code




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs