• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Septembre 1902 - Juin 1903
 Juillet 1903
 Aout 1903
 Errata
 Octobre 1903
 Novembre 1903














Title: Revue de la Société de législation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080974/00007
 Material Information
Title: Revue de la Société de législation
Physical Description: v. : ; 29 cm.
Language: French
Creator: Société de législation (Port-au-Prince, Haiti)
Léger, Jacques Nicolas, 1859-
Publisher: Impr. H. Amblard
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1892-
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Law -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1. année (le 2 avril)- 1892-
Issuing Body: Publisher varies: 1892-1894, Imprimerie de la jeunesse.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080974
Volume ID: VID00007
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001109456
oclc - 18691953
notis - AFK5956

Table of Contents
    Septembre 1902 - Juin 1903
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Juillet 1903
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
    Aout 1903
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
    Errata
        Page 112a
    Octobre 1903
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
    Novembre 1903
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
Full Text

4l e L .
~,~l~ce~e / L/


REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ASSEMBLE GENERAL


L..\N.L DU 24 DI-:.:.EIHHRE 1902.

Prgsidence de M. Lespilc.
puis Plrsij der-e de M. Solon Menos.

Sontpi entl : MM. Le-lpina-:s, Bou-
zon, Solon M6nos. Max. Laforest,
Georges Sylvain, Hdraux, F. Baron,
Ducis Viard, Eth'arlt.


Me Lespinasse lui cede le fauteuil
en lui adressant des felicitations.

PRIESIDENCE DE Me SOLON MENOS
M S.MLNOS, pre-i,-d,.:nf :
Messieurs, je suis on ne peut plus
sensible au t6moignage d'amiti6 que
vous venez de me donner.
Je ne vous ferai pas un discours. Ce
n'etf nQa lo mnmont do vnnoa on fnir'e


1. LESPINA.osSE, president : La ma- Seulement je vous dirai que, si des
jorit6 pourl'assemblee gandrale 6tant nuages se sont lev6s quelquefois par-
constatee, je d ',l.ir la n,-, ou- mi nous, ils u.innu.nt de se dissiper
verte. par cevote uiri.n;iiine qui me meta la
Je vais vousdonner lecture du rap- t6te de notre Societd. Vous pouvez
port du Bureau sur la marche de la toujours computer sur ma bonne vo-
.Soietidurant l'a nne 19u1-1902,( voir lonte. Je serai un serviteur fiddle de
rapport dans les Nos 10, 11.12 de la la v6rit6 et un observateurimpl,-iti:il
Revue ) de la loi et-de la justice.
Le President continuant: L'ordre
du jour amene l'elFction pour le re Nous allons p1;-t--r ,ii vote pour le
nouvellemein du bureau. Secr6taire Gneral.
Messieurs, plusieurs ide no- coll- M. BouzoN,Secr6taireGendral:Mes-
gues m'ont faitle phliiir de me pro- sieurs, j'ai d:nn.'- mon ciliigent
poser de me r661ire Pr6sident de la pour la bonne march de la Iv.mi-i.t,'.
Socidt6. Je les remercie de la nou- J'ai fait to-,ut mon possible pour rd-
velle marque d'estimequ'ilsvoulaient l,'dride o dignr-ni,:. i, votre aitente.
me donner. Je cr6is devoir d('l.liner ai fall de mnr mieux. Aujourd'lui,
cet honneur, devaint partir pour 1'6- e price le- ill mur.- qui veulent vortr
tranger. Je les prie de porter leurs pnur nii. cI:,om Ie- ils m'en ont expri-
voix sur un autre membre de la So- md l'inti-intion, d:e donner leurs voix
citd. a un aunIre n-embjre. NIts o:ccup l-tions
Des bulletins srnt, distrilbu.s. Mon t I.la ng malgri- touted ma biione
sieur Jiistin DI'\vot, ern.ch, envoie vlonteje ne pourrai plus maintenant
son vote sous pli cacrlhete. (1donner a la Soir a i somIn e di'ni .'i-
Messieurs Baron et H.raux. dL si- \iti que vo(ls seiez en drolt'a tto:n-
gris par le prsiJdent., proicedent au dIre tde mini :.our remplir la charge de
d.,-l-ladmL'-, ,t dll t ]CI rU Secr tlair G l .


U pl./ luLll l JIll uU Ol^LUbl l J -lll b 11, L -
suiltat e.st le -uivant :
M. Solon Menos.... 10 voix
Vote blanc............ 1
NM Solon M1'not es.t proclalilnt' prre-
.+-ident de la Societ, de L'ogislatio.n.


En ,'e ieo'itent arrive M" Bnanmy.
Le-, bulletin, s nt di.,tribui s. Un
prenmir tour de s-ru tin ne d-onne au-
cun rdsultat. Au ie,:condI t:,our, N. Lu-
xemnbo:urg Ca u v\'in. r.-u nir s \ oi x.T Test
I)'procl r Ii Se cr.ta ire G('n' ral En son


I _I _












REVUE DE LA SOCIIHETI DE LEGISLATION


oili-_eii', M. Boinzn ci continue a occu-
per le siege de S'',irin ilre General.
Des bulletins sont distribuds pour
la charge de Tresorier. En ce moment
arrive le coll6gue Camille S'-Rdmy.
Apres un 2e tour de scrutiny, le col-
legue HUraux est proclam6 Tresorier
avec 9 voix.
Puis les membres du bureau sont
nommr s, a la majority relative.


BONAMY...............
A. DYER.............
MAX. LAFOREST....
GEORGES SYLVAIN..


10 voix
9 voix
8 voix
8 voix


Monsieur Bouzon rappelle au pri-
sident le 2, point de l'ordre du jour.
LE PRESIDENT : La Societ6 doit sta-
tuer sur une demand d'admission du
Docteur Leon Audain, come mem-
bre actif de la Societe de L6gislation.
Apres un change de vues, ii est
decided de statue immddiatement sur
la d1I i. ,.1 i d'admissiondu DrAudain.
En consequence des bulletins sont
distributes. Messieurs Heraux et Ba-
ron font I'office de scrutateurs.
Le ddpouillerent du scrutiny donne
douze votants.


DOCTEUR Al).AIN
Votes blanks


10 voix
2


Le docteur Audain est proclame
membre actif de la Societ6 de L6gis-
lation. Le bureau come d'usage lui
fera partde cette nomination.
M. LE PIRSIDENT: Messieurs, avant
de'lever .la stance, je propose de vo-
.:; des felicitations a l'ancien bureau
pour la correction et le soin qu'il a
mis dans la direction-de la Societ6
de Legislation.
A 1'unanimite, moins les voix des
membres de I'incien bureau, des fe-
licitations son't ottees.
Puis la .'seace est levee.

RtUNION DU 15 JANVIER 1903.
Presidence de Monsieur SOLON h' .M ,..
Presents: MM. F. L. Cauvin, Ed. H6-
raux, Max. L;ifir,-.-. Aug. Bonamy,


Georges Sylvain, Ed. Lespinasse, J.
Bouzon, E. Etl)uart, A. Poujol, Ldon
Audain.
Lecture est donnee d'une lcttre par
la-.pi ille M. le Dr Leon A.iudainI r.'r,1- -
cie la Socitd( de I'avoir Mlu membre
actif.
Monsieur Ic Pr6sident souhaite la
bienvenuqe au nouveau soci6taire et
le fdlicite de son election.
M. LE D' AUDAIN remercie le Pr(si-
dent'et exprime a ses coll gues son
vifddsir de contribuer A Mlucider les
questions qui seront soumises a 1'exa-
men de la Societd.
M. LE PI-RSIDENT: A la derniere
stance, il a etd propose de fixer d'une
fagon precise le q i i',,rum necessaire
aux travaux de la Societe, en raison
de l'absence de quelques uns de nos
colleagues qui ne resident pas a Port-
au-Prince.
N'ayant pas d'ordre du jour pour la
present seance, nous pourrions re-
prendre cette question qui avait 6t6
rIsearv6e.
M. BONAMY: Je ne suis pas de cet
avis, car il s'agit d'interpreter une
disposition des Sl;tii-, cc qui relive
de I'a--emili1e Generale.
M. Ls. PRISIDENT : Y a-t-il d'autres-
travaux en course?
M. ETIHART: J'ai a fair rapport
d'une qui.-til i qui nous a Mt6 trans-
mise par notre collgtue Sylvain. Je
m'en acquitterai i- la prochaine se-
ance.
M. BONAMY : N itre 'collI;',il Jrd-
mie avait aussi un rapport a nous-
presenter.
M. BouzoN : Oui, c'estau sujet du:
privilege de la compagnie dest6ligra-
phes. Le rapport avait 6td journey
pour nous perrmettre de prendre un
renseignoment, a savoir si le Gouver-
nement d'Haiti a adhierd i la conven-
tion de S'-l'.J*I.'s4bourg qui date de
1875, et qui a .td6 revise a BiII.ql.'-t
en 1896.
M. HfiRAUX : Je peux i'i.rr1tiler qu-lt,:
Goui,\:,'trn.m-- :nt y a ,.dlr .
M. BouZoN: Je crois le I'l; tra;il1e.
M. HERHAUX : En 1898. ayant a con-
hiilr'o d'un prl-oc'- of cette conven-












REVUE DE LA SOCIETY, DE LEGISLATION


tion avait WtB invoqu6e, j'ai soutenu
qu'il n'y avait pas a en tenir compete,
le Gouvernement haitien n'y ayant
pas donn6 son adhesion. Mais 'im-
mndiatement, comme pour montrer
que c'6tait la une erreur, le Gouver-
nement a fait puIliir la convention
dans la parties officielle du Moniteur.
11 ne peut done y avoir de doute a
cet 6gard.
M. BouzoN : Je tiens pourtant du
bureau du t6lggraphe le renseigne-
ment queje viens de donner. II avait,
lui aussi, invoqu6 la convention;
mais recherchesfaites,il aconstate que
le Gouvernement haitien n'y a ja-
mais adhere.
M. LE PRESIDENT : I1 serait facile de
fixer ce point en consultant le um;-
leur de 1898.
M. BONAMY : En mime temps, on
peut 6crire a notre colligue Jeremie,
.aujourd'hui Secrctaire d'Etat des Re-
lations Exterieures, pour lui deman-
der ce renseignement.
L'opinion du president et celle de
M. Bonamy sont approuvdes par la
reunion.
M. LE PRISIDENT: Une disposition
-des Statuts veut que tout nouveau
:membre de la Societ6 fasse une con-
f6rence. Nous avons cesse de-l'ap-
pliquer depuis quelque temps. Je
crois qu'il y a lieu d'y revenir.
M. ETHIART : Dans une pr6cidente
-reunion, il a 6te d6cid6 que, desor-
mais, tout membre n ii vellnn-iit 6lu
fera la conference, mais que ceux des
.anciens qui n'ont pas encore rempli
cette obligation resteront libres de
s'en abstenir. Je dois ajouter que,
pour ma part, je me tiens pret a exe-
cuter cette di-pI,-ition statutaire.
M. LE PRESIDENT: Nihi l coll*. 11 'l
Audain, mis au courant de cet article
des Sttituts, a pr6par0 sa co:nf,-rin,:,.
Quant a notre collogue Etheart, je
crois que la Soci6t- ne voudra pas
,arr6ter son beau movement. Nous
pouvons done computer sur deux con-
f6rences.
M. Ei H ::\i i : JO n'ai pas dit que la
mierinne est t'fite,.I'ai dit que je suis
di-p.,,-i,' 'i la ir,: ,:


Il est ensuiiiti: d6cid0, sur la propo-
sition du Pr6sident, qu'une d6lega-
tion ira porter a M. le President de la
R6publique, a l'occasion de son re-
cent avehement au pouvoir, les hom-
mages de la Societ0 de L6gislation.
Cette dil6gation est compose du
President de la Soci6td et de MM.
I;i xiniliii LI.: f .-t, Edmond Lespi-
nasse, Georges Sylvain, Justin Bou-
zon.
Sur la reclamation de M. Georges
Sylvain il est arrMt6 que la parties non
encore sanctionnee du compte-rendu
de la stance du 24 Avril 1902 sera
lue a la prochaine reunion.
La meme decision est prise relati-
vemen.tau compete rendu de la stance
d'election.
La question des secretaires particu-
liers pr6vus par l'article 15 des
Statuts et celle duquorum sont renvo-
ydes a la pri:hjIiinit assemble gene-
rale.


REUNION DU 19 FEVRIER 1903.

Presents: MM.Solon MllI.. '. Hraux,
L;oi: e.-t, Sylvain, Baron, Poujol, Au-
dain.
M. le Prdsident : Le quorum del'as-
sembl6e g6n6rale n'6tant pas atteint,
malgr6 le vote envoy par le secr6-
taire general, empchi, nous entrons
en stance ordinaire. En l'absence de
notre collogue Cauvin, le cI:1ll t-!i
Sylvain voudra bien tenir la plume.
M. SYLVAIN: Voici la question
qu'un correspondent pose a la SociOte.

La loi du 19 Juillet 1859 dispose:
Art. 3 L'art. 159 du code de proc6-
dure civil est modifi ecmme suit: (Tous
juIt.-i-ient i par defaut contre une parties
qui n'a pas constitu6 de d6fenseur se-
ront signifies par un lui.i- .i-r (omrnii.,
soit par letribunal. soit par le juge du
domicile du d6faillant, que le trilui.ial
aura dls. ,ii.: ; il -.r ,..t ex@cutes dans
les 6 mois deleur execution, sinon r'.Iu-
t-.. nun avenus. >
Art. 4. I.a li- -,p'-itin iici-dessus est












REVUE DE LA SOCIETPL DE LEGISLATION


applicable aux jugements rendus par les
tribunaux de commerce contre une par-
tie qui n'a point compare par elle-meme
nipar son mandataire special.
Art. 5. L'opposition ne sera plus re-
cevable apres la huitaine du jour de la
signification.
Aux tl im i. de l'art. 4 de cette loi, les
jugements par defaut rendus en matiere
commercial. soit contre parties, soit
contre avocat, au bout de six mois d'in-
exdcution, sont frappes de p6remption,
- (( reputes non avenus. Pourtant
un arr6t du Il I Ijl.;il de Cassation, cite
par Linstant Pradines (p. 128 du code de
comm, ) sous 1'art. 648, arr6t date du 28
nov. 1859, postdrieur par consequent ai
la promulgation de la loi du 15 juillet, dd-
cide quo de tl1-, in.i,..:-.tiiiil-, nonattaqu.es
en temps utile par la voie de l'opposi-
tion, ont le mime caractere que les ju-
gements prononcis contradictoirement
entire les parties, et lIgislateur n'ayant
pas assujetti ces ji-. iit nt Pa par i., ';:. i


aux conditions ddterminees Ipa l'art. 159
du c. de proc. civ.
Ainsi la peremption ne saurait attein-
dre cesjuge:mintoir Que rant-il penoer de
I'arrt ? QuL I'aut-ilpenser le la' bl I C 'exd-
cutoire de la loi du 11 Juillet ? Laisse-t-
elle debout dans toute sa teneur 1'art.
648 du code de commerce ? Si oui, com-
ment faut-il entendre la conciliation de
ces deux textes ?

Sur la ,1',-i-.irti.in do M. le Presi-
dent, N1. MNl'imilll'.i Laforest accep-
te de se charger du rapport.
On decide de porter 6galement a
l'ordre du jour de la prochaine as-
semblde une double modification aux
status tendant a permettre aux rmem-
bres presents de dclibdrer valable-
ment apres deux convocations in -r., ,
tueuses et a assurer une (rI]l;dir.i-
tion effective de tous les membres
.-hlif it la Revue.


A PROPOS DE LA QUESTION FINANCIER


Ce n'est un secret pour pesonne que
les diT.,I.' -, du pays, a la suite des d'-
sord'es qui ont marqut administration
publique, en cos douze ou treize dernib-
res annOes, sont loin d'etre prospires.
Une anarchie de plusiours mois, compli-
qu0e de guerre civil', vient d'aggraver
encore ce .I ,l. 1tat de chooses.
Tout Ic monde s'attendait done a 11110
liquidation penible, a une period plus
ou moins I. 1. l.i-.',- do g6ne et de malai-
seo; ot \N ,l nii, i- 'on faisait credit au
Gouverrineent du 21 Decemlnbr du udlai
nocessaire pour trouver les measures ra-
tionnellos lpopres i nous sainver d'uni
'dsastre irreOmedialle. On se --i-~iit
d'avance, quel que lit dCjh le denuement
general, aux irlil ,.-n-:ilil.h- sacrifices,
pourvu que par le caractbre des combi-
naisons proposes et par le choix du
personnel commis au control et a la re-
partition des revenues publics il apparctt
nettement a la nation que nous r.ous de-
cidions enfin a inaugurer cette ere de sa-
gesse, de bon sens et de regularity, an-


nonicee depuis si l. 'i ti-'r.In il.-1,1, tous les
di~scours officials. L.'tt nl -i.-elle ete
sur ce point decue'? Peut-Itro serait-il
premature de le dire ii I im, present,
of les projects 6labords par 'lionorable
Seerdtaire d'Etat des Finances attendant
(ioneolre 1 vote des deux I, I, ili <.
Reconnaissons que, en tout dtat de
caiise, la tiche du Corps Legislatil' ne
laisse pas d'ktre delicate, car il no s'agit
pas -, Ilti-nl I I- condamner ce quo !'on
peutjuger a bon droit il I .-, i-.:i.. il
faut proposer mieux et arriver i conci-
lier avec les exigences d'uno situation
(exceptionnelle los princiipes de ,-..'.. r-
nonient hors desquels u'. rItt inl: 1.n. .'
sa d'fli-ill de sauvegarde sociale..
Notre commerce d'ntp.., t;lliiii ( les
statistiques officielles l'attestent) de-
cline sensiblement. L'Etat, qui tire des
douanes le plus clair de ses revenues, ne
saurait on attendre un ri:eilem-ii satis-
faisant, si aucune r6gle, auuin- metho-
de, ne preside aux changements de tariff;
si les tax'- -, nt majorees sans measure,












REVUE DE LA SOCIETY BE LEGISLATION


au hasard des besoins du fisc. Qui ne
voit que son inPlriM est, au contraire, de
irpe.artir dans une proportion equitable
et d'apris de,- donnees certaines les
droits d'entree sur les marchandises &-
trangeres, doe famoi que le commercant
-cit lncourapC' ;i augmenrterr ses com-
mandes, le c(lIoiillonniateur ses achats?
N.-,s cafes et nos cacaos sont en baisse
sur les marches d'Europe; nos bois ne
trouvent plus aux Etat*-Unis les prix
rdmunerateurs d'autrefois; notre pro-
ductio n de coton et de tabac est manifes-
tement insuffisante. Stimul-r le zele du
producteur en diminuant ses charges,
faciliter at dehors l'.cl, ange de nosprin-
cipales denries exportables, ,'impi oriit
A la conscience comme a l'inti.lligence
de nos gouvernants.
Les variations de la prime sur For, re-
sultant de la depreciation du papier-
monnaie, constituent une cause perma-
nente d' initabilitt" pour notre march in-
tdrieur et la plus shre entrave au d6ve-
lop:penmeiet de notre commerce. II se
comprend dQs lors que l'effort des Pou-
voirs Piujli:-S doive tendre a la suppres-
sion graduelle de cet agent de perturba-
tion economique, et en attendant qu'il
puisse 6tre definitivement aboli, la rai-
son command d'en rdduire la circula-
tion aux n@cessitds de 1'ichange.
Comme consequence de nos folles pra-
tiltque- adminiistratives,, le credit de l'Etat
ne tient plus guere qu'aux fabuleux
avantages consentis aux preteurs lo-
caux. La confiance ne nous reviendra de
toutes parts, le c lirnp ne descendra a
un taux fixe atmod6er, que le jour o)f les
caitalikts- nous verrontpratiquerseru-
puleusement le iresui it i.lie n-o, I:i.et-lr, Il-
portionner nos lpen I r i- :' ; no:s r\'u-iii .i
0ou l'Etat, devenu plus soucieux de son


r6e, cessera de donner l'ex empli du me-
pris de ses meilleurs serviteurs en fai-
sant de leur -alaire la ranQon des exces
d'une oligarchie insatiable...
Telles.sont, resumees en traits rapi-
des, quelques-unes des considerations
don't peuvent s'inspirer utilement les re-
prosentants du people pour la solution
radical de la cruise financiere ot nous
nous d0battons. La question qui se pose
en ce moment devant eux et qui emprun-
te aux circonstances un caira-ht'.:r- parti-
culierde gravity, donne prise plus d'un
malentendu, qu'un peu de reflexion dis-
sipera. Le plus important pour le Gou-
vernement haitien n'est pas, c,: mmen cer-
tains de nos c'linit, yenrs -erain-. nt dli .1i.o-
s~s le croire, .le tr,)Li\lr ,- I argent a
tout prix, mais de poser les bases d'une
administration dlural.:e, de vivre d'une
vie normale, en assurant la r.gularitf.
des services publics, sans sacrifier a la
lr i..i:'upatii n absorbante et exclusive
d'imar"inor chaque mois des expedients
quii I'aili-nt a faire ses d6penses. Au len-
demain des douloureux ev6nements oi
pouvait sombrer. notre autonomie na-
tionale, ce dontle pays a surtout besoin,
c'est de repos et de stability.
En nous devouant tous avec une foi
sincere a cette oeuvre de salut public, en
subordonnant a l'interet general les mo-
biles personnel qui d'ordinaire nous
diterminent, nous ri-tntilirns l'ordre
dans nos all;ii-s, sans epuiser le rest
de seve don't s'alimente notre nation.
Mais persister dansles il,-1..1:,o ai.il,,, erre-
ments qui nous ont value notre d6tresse
a,'t.ill:'. c'.-4t la banqueroute a bref
d6lai!

GEORGES SYLVAIN.


REVISIONS LA CONSTITUTION!


A Me SOLON MENOS.
(INTROL AUCTION )
QU'EST-CE QU'UNE CONSTIT[ TTLION ?' i.'cc'iip r tout homme qui desire por-
ter un jug~im'nt saint sur la Cii--
Telle e-.t, ce In- s- n eml le, la ii l ilir re titution 1'-itn Etlt qulo :oi j Ilb.
que"-li:on d:inl la solution d:1;lvet pr'-- En vyrt le nombre (- rni-e












REVUE .DE LA SOCIPTiM DE LEGISLATION


de maticres insignifiantes don't toutes
les Constitutions haitiennes ont 6tW
surcharges, 1'onestportd acroire que
nos lgislateurs n'ont jamais su ac-
corder a ce point important l'atten-
tion qu'il merite.
C'est ainsi que la Constitution est
rested longtemps avec des articles
sp(ciaux destines a consacrer a ja-
mais les limits da territoire, ce qui
faisait une question de droit consti-
tutionnel de ce qui est et ne peut
etre qu'une question de droit interna-
tional.
On n'avait pas compris ou l'on
avait oubli6 que ce sont les traits
internationaux qui fixent les fron-
tibres des Etats et nullement leur
Constitution particuliere. II arrive
que les faits se -ont charges de fire
rectifier cette erreur d'une maniire a
la fois brutal et humiliante pour
1'orgueil national.
Le territoire entier de 'ile ayant
etV reuni i la Rdpublique en 1822, il
a pu Otre permis. la Constitution de
constater ce fait qui a dulr 21 ans.
Mais en 1844 les Dominicains se dd-
taclhreont de nous et proclamerent
leur ind6pendance. C'6tait une viola-
tion flagrante des Constitutions qui dd-
claraient que le territoire de la R&-
publique se composait de 'ile entire
ct ne pouvait jamais etre aliene6.
Plusieurs expeditions furent diri-
goes contre nos voisins de 1'Est pour
les forcer a rentrer dans la Constitu-
tion. Elles kchouerent toutes et il
fallut bien se r6signer sinon a ratifier
du moins subir cc que 'on ne pou-
vait ompecher. Neanmoins de 18i.1 A
1861, nos constitutions continue'rent
leur vaine protestation contre l'exis-
tence d'une autre R6publique que la
notre sur le territoire de l'ile.
En 1867, on crut devoir se d6termi-
ner a metire fin a ces declarations
devenuesinutiles apr6s troisou quatre
cam:.,~i'n 1'- mnilitaires dans 1'Est, qui
toutes s'6taient termindes de la fa-
gon la plus honteuse.
On conserve la formule banale de
l'inviolabilit6 du territoire, mais l'on
s'abstint de d6crire constitutionnel-


element les froiiti,'res reelles ou ima-
ginai.res de la R publi'que.
Ceci nous suggrre bien des refl-
xions !
Maisil est peut 6tre plus urgent
d'aborder le fond de la question et de
dire cc que nous entendons nous
m6mes par ure Constitution.

En pregnant ce term dans son' ac-
ception la plus large, il tfaiuiiit en-
tendre par la Constitution d'un Etat
l'ensemble des lois, des coutumes,
des moeurs mime d'un people.
En un mot tout ce qui constitute la
maniere d'6tre d'une sociWt6, d'une
nation, marque un people d'un cachet,
particulier.
C'est ainsi que la question a Wte en-
visagee par le savant Le Play dans
son 6tude sur la Constitution de 1'An-
gleterre. Ainsi entendue, la Constitu-
tion d'un people est avant tout l'ceuvre
de ses traditions plut6t que de ses
l6gislateurs. Elle peut 6tre modified
sans doute avec le temps par l'influ-
ence des lois, mais il est ndanmoins
certain que toute loi sera sans auto-
rite, .restera a l'Ntat de lettre morte,
lorSque le 1cgislateur heurte de front
cette Constitution sup6rieure et viole
ouvertement des prescriptions qui
pour in'tre writes nulle part n'en
sont pas moins souveraines.
Au dessous de la Constitution ainsi
entendue vient colle dontje m'occupe
ici: la Constitution positive, 6troite,
la loi dcrite, que des membres spe-
ciaux de la communauti, rdunis en
assemble limited, votent et imposent
au respect, a l'ol.'-i--.:~ni1. de tous.
Envisagee dans ce sens, la Consti-
tution ou plut6t la loi constitution--
nelle ne peut etre, ai mon avis, qu'un
acle organique des pouvoirs publics. Elle
est appel6e a regler simplement le
moded'investissement, I'6tendue ct e-
mode d'exercicedel'autorite que la n--
cessit6 de l'ordre public exige de con-
fier d *un petit nombre de citoyens.
appel6s .A prendre des decisions qui
obligent tout te monde et A fire exe-
cuter ces dci-ion... Tout cc qui sort
de ce cadre parait appartenir au do-











REVUE hDE LA SOCiiTr DE LEGISLATION


maine de la legislation g6nerale-et
,I'roir 4tre i'ar/d de la loi constitution-
nelle.
Cetteopinion-ilimportedele men-
tionner- n'est pas mienne. La com-
mission qui avait recu de la Consti-
tuante de 1888 m:.iiind;it d'l6aborer ur
project de Constitution avait conclu
dans Ie rn'-irnl sens par l'organe de
son rapporteur.
(( Tout d'abord, la commission, di-
sait Me Solon MSin:'-, a W6t impres-
sionnee par le d6faut de measure de
nos Constitutions anterieures, don't la
longueur avait fatalement pour effect
d'engendrer une confusion peu favo-
rable a la saine entente des princi-
pes proclam6s et pouvait etre, par, la
meme, unecause ti,:hl-LI-, de conflicts
centre des poiijv\'irIs qui ne sont utiles
que par leur harmonique concourse
.au d6veloppement de l'activiti natio-
nale. Elle a pens6 que la manie de
la r,': liiierlittiii.n allait souvent con-
tre le but propose et devenait a I'oc-
casion une force dissolvante centre
I;:u lu.11ll. il n'y avait gu.re de remade,
et que la multiplicity des regles qu'un
sy-tt' ue pr6tendament preventif,
croyait opposer aux empiktements
possibles ne constituait friqci.il-r m-iiiin
qui'unIii entrave propre A decourager
les bones volont6s, quand elle ne
provoquait pas les audaces illicites. ,
Cir'iirne mon eminent c onfr.I -, .i'es-
time que lI'extention dela C.-tiii.-t-
tion au I1-io'I de ses limits naturelles
ne garantit done pas absolumrini.t de
l'anarchie ni de I'a rbilr Ire une na-
tion qui n'est gu.re I li,..l d'aller
chercher la supreme expression de-
ses droits au milieu, de dispo-tie-,,
<-itl'i--L_, forc6ment incoh6rentes et
parfois iir n fto- 1t tout en question a for-
ce de vouloir tout pr6voir. ,
Les surcharges don't les Constitu-
tions haitiennes ont touju r.s t6 l'ob-
jet trouvent leur explication dans
la favon 'lo, les inititutiohs ii 'tio .,-.
1i:-. avaient 6t6 I'la.l-lll'*e' l'origine.
Tout 6tant a cr6er, ii r;.dl:iit obvier
.de su.it- duix inconviii-nieit-.i la dd-
agrl'gaLtii'ln si ioale : cc que l'on fit
a.iu mIniOn i I'. nr jnbreux emprunts a


la I!.!ikliitiioni de 1'ancienne mitropo-
le. Or a cette 6poque encore pleine
de souvenirs de la revolution de 1789,
ili tait pour ainsi dire de' bon ton
d'iinpriiner aux sollitnnll?- protes-
tations de la charte un cachet de re-
vendication humanitaire. C'est ainsi
que les Constitutions de l'an III et de
1'an VIII-contiennent, soit dans une
declaration sp6ciale, soit au course de
leurs di-lp':-ifinl-, un enonc6 des
droits quiappartiennentaux citoyens.
La Constitution haitienne de 1801
ne devait pas 6chapper A cette proli-
xit6 verbeuse qui, grace a la tendan-
ce routiniare de nos hommes politi-
ques, s'est encore manifested dans
celle de 1805 et, ainsi de suite, jusque
dans celle de .1889.
Mais tandis qu'ici on se complaisait
dans ls nr- ri-r:-, errements, ailleurs
la legislation constitutionnelle, sous
l'empire d'id6es nouvelles, subissait
de nombreuses retouches dans le
sens de simplification a laquelle je
vise.
Debarrass6e de tout cc qui consti-
tuait une si,:-'i f-ttiir'ii encombrante,
la Constitution franchise actuelle est
limited au seul 6nonce des regles tou-
chant I'organisation des Pouvoirs pu-
1,1ii: Plus c.ln,'leri-_,'- dans sa forme,
cole I dI- Etats-Unis d'Ai.n''ri i'l: a fort
peu de dispositions: seize tout au plus.
Dans l'esprit de Me Solon M6nos la
Constitution de 1888 ne devait pas re-
cevoir une extension de plus de vingt
Svirigt deux articles. II n'a pas d6-
pendu de li que ce r6sultat ne fat
atteint. Sans exiger un changement
aussi complete, ii y a lieu, je crois,
d'l6aguer de notre Charte tout ce qui
nuit A la concision, a la parfaite har-
monie de l'ensemble. Telle est d'ail-
leurs l'economie de ce travail, entre-
pris en .: l- n ,ii-n-l. en tout esprit
d 'in l n rri, ili ,.
La premiere parties de mon etude
traitera des di -j '-iti,'.ni de nature a
'-ti.- s pprirri ge de la C'i-itlli ;
la cie.i:,,,:. de '.i11 a .: rn :'r ; le
t,:li.t sera -Lui' d'un IiriI'-t .1e revi-
i,-in c,',,l,-,rnio :'iux mo-difictatio-i, in-
'ii '''-' ;,ii.i cu.iurant diI :,rti,]:.-.


- ---~ --C--











REVUE DIE 4A8 -80Cf'fj DE, JJLSLA1ION


in, abordant l'etudedes questions
con'siinutiti:,on nelles,je n'atiteinds pas de
I'opinion une adhsd-ion srniis reserve
aux conclusions qui-, suivront chacu-
ne de mes discussions. Comme on le
congoit, une telle pretention serait d6-
l]:i:tc,',: de ma part, mais il est evident
que le vieux cliche qui, depuis long-
temps a 6et en usage et qui, a part
quelques retouches plus ou moins
Importantes a servi- A la reproduc-
tion p6riodique de ce qu'il est conve-
nu d'appeler la Charte fondamentale,
doit ktre d6pos6e, et la n6cessit6 de
recourir a des formulas plus impor-
tantes dans leur concision solennel-
le, s'est encore une fois affermie lors


des elections cgndrales qui Oot suivi
le depart prIcipit6 du Pri'sident Sam,
sous 1'6gide tutelaire de repr6sen-
tants dtra n gers. Ce sont bien les rev-
lations de la r,'cent- experience poli-
tique qui m'ont invite A parfaire cet-
teetude.
Puissent les pages qu'on va lire en
concentrant I'attention sur la parties
essentielle de nos droits publics sug-
g~rer aux mandataires nationaux 1'i-
6de des ameliorations don't elle est
susceptible et qui, je le rep6te, sont
d'une opportunity hors de doute.
H. PRICE.
Avocat, professeur A 1'Ecole Nationale de Droit de Port-au-
Prince.


Nous continuous ci-apres, encourages par l'accueil qu'y ont fait nos lecteurs, la pu-
blication des recommendations, resolutions, conventions et traits de la Conference de
Mexico, auzxquels le Ddle'gue d'Haiti a adherd, sauf sanction du Gouvernement de la
Republique. Dans le rapport de notre collogue J. N. Leger, teproduit en notre dernier
numero, il est dit que le Secre'taire d'Etat des Relations Exterieures a donnd son appro-
bation aux actes du Delegue d'Haiti & la Conference Internationale. Mais nouis aurions
aim e que le Gouvernement pr.iti. ', (;,! officiellement au Moniteur, aprs l'accomplis-
sement des formalities prdvues par nos lois, ceux de ces actes qui doivent entrainer de
nouveaux engagements pour le pays, II y va de notre nmtert & tous, come il y va de sa
responsabilit.




DECISIONS DU DEUXIEME CONGRESS
DES

REPUBLIQUES AME'RICAINES
QUE LE DIELIGUI D'HAITI A SIGNED'S (SUITE)


CONVENTION pour l'exercice des Pro-
fessions liberates
Leurs Excellences le Prdsident de la
Republique Argentine, celui de Bolivie,
celui de Colombie, celui de Costa-Rica,
celui du Chili, celuide la Republique Do
iuiii:oiii-. celui de l'Equateur. celui du
Salvador, celui des Etats-Unis d'Ame-
rique. celui du Giatmal],.i, celui d'Haiti.
celui I*- Honduras, celui des Etats-Unis
Mexicains, celui du Nicaragua, celui du


Paraguay, c&lui du PWrou et celui de l'U-
ruguay,
Desirant que leurs pays respectifs.
soient represents A la Seconde Colnfe-
rence Internationale Amriicaine, y ont
envoy, diment autorises pour approu-
ver les,. recommendations, decisions,
conventions et traits qu'ils jugLira-iett
utiles aux interets de l'Amerique, Mes-
sieurs les D6teguds suivant, :
Pour l'Argentine. Son Excellence Anto-
nio Bermejo, Son Excellence Martin


~~~^__~:.. ... c~_ ~.....~~ ~_ui-xl_-..l- -rr------ .---I- r--- --,-r-- -----_~--------------~PPI~II)~P~












REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Garcia M~roi, Son Excellence Lorenzo
Anadon.
Pour la Bolibie. Son Excellence Fer-
nando E. Guachalla.
Pour la Colombie. Son Excellhnct Car-
los Martinez Silva, Son Excellence Ra-
fael Reyes,
Pour Costa-Rica. Son Excellence Joa-
quin Bernado Calvo.
Pour le Chili. Son Excellence Alber-
to Blest Gana, Son Excellence Emilio
Bello Codecido, Son Excellence Joaquin
Walker Martinez, Son Excellence Au-
gusto Matte.
Pour la Republique Dominicaine. Son
Excelliencei Federico Henriquez y Carva-
jal, Son Excellence Luis Felipe Carbo,
Son Exc.cllcncuL Quintin Gutierrez.
Pour l'Equateur. Son Excellence Luis
Felipe Carbo.
Pour le Salvador. Son- Excellence
Francisco A. Reyes, Son Excellence Bal-
tasar Estupinian.
Pour les Etats-Unis d'Am6rique. Son
Excellence Henry G. Davis, Son Excel-
lence William I. Buchanan, Son Excel-
lence Charles M. Pepper, Son Excellen-
ce John Barrett. Son Excellence Volney
W: Foster.
Pour Guatemala. Son Excellence An-
tonio Lazo Arriaga, Son Excellence
Francisco Orla.
Pour Haiti. Son Excellence J. N. L6-
ger.
Pour Honduras: Son Ex\'-:llhill-a Jose
Leonard, Son Excellence Fausto Da-
vila.
Pour les Etats-Unis Mexicains. Son Ex-
cellence Genaro Raigosa, Son Excellen-
ce Joaquin D. Casasie, Son Excellence
Pablo Macedo, Son Excellence Emilio
Pardo (Jr.). Son Excellence Alfredo Cha-
vero, Son Excellence Jos6 Lopez Por-
tillo y Rojas, Son Ex,-:cll,-in L. de la Barra, S, n E ,\',:ll'e- a San-
chez Marmol, Son Excellence Rosendo
Pineda.
Pour le Nicaragua. Son Excellence
Luis F. Corea, Son Excellence Fausto
Davila.
Pour le Parauaq.. Son Excellence Ce-
cilio Baez.
Pour le Perou. Son E\xe-lll..... Isaac
Azarniira, Son Excellence Alberto El-
more, Son Excellence Marint Alvarez
Calderon.
Pour l'Uruguay. Son Excellence Juan
Cuestas.
Lequels a p res ls'6tre co nii u niqui -


leurs pleins pouvoirs et les av6ir
trouv6 en bonne et due forme, A I'ex-
ception de ceux exhibes par les re-
presentants .de leurs Excellences le
President des Etats-Unis d'Amnrique,
celuideNicaragua et celui Paraguay.
qui agissent ad referendum, ont con-
venu de conclure une convention
pour l'exercice des professions lib6-
rales, dans lestermfes suivants:
ART. 1. Les citoyens de l'une
quelconque des R6publiques qui si-
gnent la lpr','-'nti' convention, pour-
ront exercer librement sur le terri-
toire desautres,la profession qu'auto-
riseraient un diplome ou titre delivre
par l'autorit6 comp6tente dans cha-
cun des pays signataires ; ala condi-
tion que Ie dit dipl6me ou titre rem-
plisse les conditions 6tablies dans les
articles, 4 et 5, et que'la loi du i.i.-;
dans lequel la profession va 6tre
exercee, n'exige pas, pour son exer-
cice, la quality de citoyen.
Les certificates d'6tudes pr6para-
toires ou superieures dclivr6s dans
1'un des pays qui passent cette
convention, en faveur de nationaux
d'un d'eux, produiront dans tous les
autres pays contractants les mtmes
effects que leur attribuerait la loi des
R6publiques d'oti ils 6manent, a la
condition qu'il y ait r6ciprocite et
qu'il n'en resulted pas des av.nt. -t.i -.,
superieurs a ceux reconnus par la
1I'-i-,lliin. du pays dans lequel l'on
veut faire usage de ces certificates.
ART. 2. En ce qui concern les
titres professionnels dclivr&s par les
colleges ou universities de chaque
Etat, par le Territoire ot District de
Colombie des Etats-Unis d'Amdrique,
etant donned que ces institutions ne
se trouvent pas sous Io patronage du
Gouvernement f6dera!, ni, dans beau-
coup de cas, sous celui des Gouverne-
ments des Etats, seront seulement
reconnus par les pays --in:-ataires res
titres ou dipl6mes d6livr6s par les
co'lli,'.-ou univ\rsit'.- des Etats don't
la l hli.iri.in offrirait la r6ciprocit6
et qui auiaiient ih'- d livrs s-loni i les
L'ni.lditii.o -, prescrites dans :-itrlii'l- 5
de cetle convention.











REVUE DE LA SOCIIETE DE LEGISLATION


ART. 3. Cli;cunii.. des parties con-
t.rait.,Lnte, se reserve cependant le
droit d'exiger des citoyens des autres
paysqu pri'-,i Ii:.nit. des dipl6mes ou
titres de I~,dl:in ou de toute autre
profession ayant des rapports avec la
chirurgie et la m6decine, y comprise
galement celledepharmacien,qu'ils
se soumettent a un examen g6enral
prialable sur les nmati6res de la pro-
fe.-i P qu'autorise le titre ou dipl6me
r-..-p.'tif, dans la fornme q:luI chaque
Gouvernement d6terminerait.
ART. 4. Chacune des Hautes
Parties contractantes fera savoir aux
autres quelles sont ses universities
ou corporations savantes don't les
titres ou dipl6mesdoivent .: ini. accep-
t.s par les autr-r comme valables
pour l'exercice des professions don't
traite cette convention..
En ce qui concern l'observation
de la disposition ci-dessus, de la part
des Etats-Unis d'Amn rique, le D&-
partement d'Etat de ce pays. porte-
ra a la connaissance des autres Re-
publiques signataires, tous les actes
lgi-l.-rifs des Etats :-l.:-p .'. l:f des
Etats-Unis, ayant ti.iii a la recon-
naissance des litres ou dip!'ll'ies des
autres pays signataires, et il trans-
mettra aux diffrents Etats des Etats-
Unis, don't la h1gislation offrirait la
reciprocite, les informations qu'il re-
cevrait en faisant connaitre lestitres
et dipl6mes des corporations savantes
ou universities respective des autres
.Rpubliques, que colles-ci recom-
manderaient comme valables :
Les autres parties contractantes
reconnaitrontles titles et diil ii es
des Universites des Etats, Tcrritoires
et du District de Colombic desEtats-
Unisquechacun ed'elles choisirnit.
Malgr6 cette disposition, cells des
institutions savantes des Etats-Unis
qui ne seraient pas reconnues par les
autres Republiques -i~liiinr,-s et
qui se cdnsidereraient comme ayant
des litr --.-i uli-,mi, pour I'etre, pour-
ront solliciter la rc,..- n .-,i--.in.i: de
leurs lii .ii'n. .- professionnels aupres
des Gou'ori.iilofit- 1'-pe..fif-, au
m oyen 1Ili. ,1,:-il:,llv ae ccomr.i .i ;-'.a .*


des pieces justificatives correspon-
dantes, lesquelles seront appTrtiilideIs
par 1'autorit6 competente de chacun
des pays co i -itl-t-;ni-ii.
ART. 5. Le ilipl'rmin, titre ou'cer-
tificat d'6tudes pr6paratoires et sup6-
rieures dmment ,Il;-aL- et le certi-
ficat d'identit6 de la personnel, delivr6
par I'agent diplo:miitique ou consu-
laire r.e-spl.if .ccredite dans le pays
qui aurait accord l'.in qi eli:,-1einue
de ces documents, .ro'll.iiri.'in les
effets ctablis dans la pir6sente con-
vention, d6s qu'ils nuront 6te enre-
gistres au Mlititi':lld des Aftaires
Etrangeres du pays dans lequel l'on
desire exercer la profession, le dit
D6partement d'Etat devant porter
cette formality a la connaissance de
la Chancellerie d'oI le titre 6mane.
ART. 6 La prtsente convention
n'altere en aucune facon les traits
actuellement en vigueur entire les
Hautes Parties Contractantes et of-
frant de plus grande franchises.
ART. 7. La present convention
restera en vigueut, pendant un temps
ind6termind, chacune des Hautes
Parties Contractantes pouvant en
fire cesser fes effects, en ce qui la
concern, un an apr.s l'avoir formel-
lement d6nonc6e aux autres.
La ratification .simultan6e de cette
convention par toutes les N;iiiii-
-inijtf.iies, ne sera pas indispensa-
ble pour sa mise en viu.il: lr. Celle
qui I'approuvera en feia part aux
autres par la vole diplomatique et
cot acte tiendra lieu d'echange.
Fait on la ville de Mexico, le vingt
huit Janvier mil neuf cent deux, en
trois exemplaires 6crits respective-
ment, en espagnol, aun. lii-. frin.;:n i-
esquels seront deposds au 31ini-iert,
des .-\rf;fii Etri.ii-i'..,r- du Gouver-
nement des EI:.-I--t-ni- Mexicains
afin d'en faire des copies certifies
pour etre envoy6es, par la voice diplo-
matique, h- chacun des Et;t--Unis
signataires.
Le Dde'gud d'RHaiti a signed.












REVUE. DE LA SOCITi DE LEGISLATION


RECOMMMANDATION

Co u//i.,i Archeologique nternationale
Amdricaine.
Les soussign6s, D61lgu6s des R6pu-
bliques representees dans la Seconde
Conference Internationale Americai-
nedOmentautorisespar leursGouver-
nements. ont approuv6 Ia Rdsolution
qui suit:
La second Conf6rence Interna-
tionale amhricaine
Recommande aux R6publiques
qui y sont represent6es:
Qu'il soit institud une commission
Arch6blogique Internationale Ame-
ricaine, le President fe chacune des
R6publiques Americaines nommant
un ou plusieurs membres de cette
commission.
Que chaque Gouvernement repr6-
sento subvienne aux frais de son ou
de ses D'I:- .ij.., lesquels seront nom-
mes pour cinq ans et pourront 1'etre,
de nouveau, pour cinq autres annces.
Que les dpcnses q.u'exigeraient
la continuation de cette ceuvre et la
publication du rapport de Ia commis-
sion arch(ologique soient defrayees
par les Gouvernements respectifs, au
moyen de souscriptions comme cells
qui ii.iric:'liti'-nt le Bureau des Repu-
bliques Americaines.
Que la premiere reunion pour or-,
ganiser la commission, nommer des
employes et adopter un r6glement,
aura lieu dans la ville de Washing-
ton, Dr)!,rici e eColombia, Etats-Unis
ld'Aimrique, dans le dlai de deux
ans a computer de la present date.
Que le department de la comptabi-
lit6 sera entierement A la charge du
Bureau des R.publiques Ameri-
caines.
Que cette commission se r(uni an,
au moins, une fois I'an, et qu'elle
aura'la f,-ult,' de nommer des sous-
commissaires qui seront charges
sp6cialement des travaux d'explo:ra-
tion et de reconstitution qui leur se-
raient confi6s.
Que 1'on pourra nommer d'autres


sous-commissaires quiauront char-
ge l'entretien et la conservation des
ruines des principles cites prehis-
toriques, dans chacune desquelles
sera etabli un musde pour conserve
les objets d'ilnlt'.,t d6couvorts dans
la localit ; et quel'on 6tablisse dans
les dites villes exhum6es, des en-
droits appropries aux visiteurs.
Que la commission s'efforce de
former un musee International Am&-
ricain qui sera le centre des travaux
de recherches et d'interprhtation et
qui sera 6tabli dans la ville que dd-
signerait la majority des R6publiques
qui la .:.t.'l-int cette recommendation.
Seront nommees 6galement, des
commissions pour l'entretien et la
conservation des ruines des villes
antiques, dans chacune desquelles
sera etabli un mus6e oh scront reunis
les oi,-t'.t et ou l'on s'efforcera de
rhunir les plus grandes commodities
a 1'intention de- visiteurs.
La commission arch6ologique et
les sous-commissions qu'elle desi-
gncrait s'assujettiront en tout aux
lois speciales de chacun des pays
signataires.
Fait et sign en la ville de Mexico
le vingt neufdu nTOis de Janvier mil
neuf cent deux, en trois copies rhdi-
gees respectivement en espagnol,
anglais et francais, lesquelles doivent
etre d6posdes au DWpartement des
Affairs Etrang6res des Etats-Unis
Mexicains,afin d'en fire des copies
certifies qui doivent etre transmises
par la voice diplomatique A chacune
des Puissances signataires.
Le Ddelg'u d'Haiti a signed.


Mesures tendant & faciliter le Commerce
International.

RESOLUTION
Les soussign6s,. D6l gues des R&-
publiques represent6es dans la se-
icinde Conf6rence Internationale
SAm6ricaine, -doment autorises par


_~











1. REVUE DE- LA SOCIETY DE LEGISLATION


leurs Gouvernements, ont approuv6
la resolution qui suit:
La second Conf6rence Internatio-
nale Amdricaine
DEC1DE :
Le Congres Douanier qui doit se
r6unira New-York, Etats-Unisd'Amd-
rique suivant ce qui a Wtd d6cid6 par
la Conference dans la stance du 27
du mois de Decembre 1901, prendra
en consideration, dans l'accomplis-
sement de sa mission, les points
suivants:
A. Simplification de tous les
droits imposes aux navires mar-
chands, en les rdduisant uniquement
a ceux de tonnage qui seront percus
de manirre equitable pour les navi-
res avec cargaison et pour ceux qui
ne- portent que du lest.
B.- Uniformit6 dans Ia perception
de l'imp6t auquel se rdfrre le point
intirieur, en pregnant pour base le
tonnage brut des navires.
C. -Convenance pour tous les
Gouvernements d'Amirique d'ddicter
des lois, ordonnances 6u reglements
deports, tendant ace que les navires y
entrant ou en sortant le fassent le
plus promptement possible.
D. -Mesures tendant a faciliter le
chargement et le d6chargement des
navires.
E. Adoption d'une nomenclature
maritime et administrative, dans la-
quelle se sp6cifieront, par ordre al-
phabdtique et en terms equivalents,
en Espagnol, en Anglais, en Portu-
gals et en Francais, tous les articles
sur lesquels des droits seront impo-
s6s, afin qu'il soitfait usage de cette
nomenclature pour les manifestes,
fractures consulaires, enregistrement,
permis et autres documents doua-
niers.
Le Congres Douanier soumettra
aux.R6publiques d'Amdrique le r6-
sultat de ses travaux relatifs aux
points contenus dans cc rapport.
Fait et sign dans la ville de Mexi-
co, le vingt neuf du mois de Janvier
mil-neuf-cent-deux, en trois copies,
redigses respectivement en espagnol,


anglais et francais lesquelles devront
ktre d6pos6es au D6partement des
affnaires t-tirangr'e: des Etats-Unis
IMelrxiin.-,anfin d'.n fires des copies
certifies qui devro:nt tre transmi-
scs par voie diplomatique A chacune
des puissances signitairn-s.
(Le Dl/itef d'Haili a signdsous toutes
reserves pour les paragiraphes A-et B.)


RESOLUTION

Rdorganisation du Bureau des Republi-
ques amdricaines
Les soussignes, Del6gu6s des Rd-
publiques reprdsentees dans la se-
conde conferenceinternationale am6-
ricaine, dument autorises par leurs
Gouvernements ont approuv6 la
Resolution qui suit:
La second Conf6rence Internatio-
nale Amdricaine
DECIDE :
ART. 1 Le Bureau International
des R1publiques Amdricaines sera
sous la direction d'un Conseil Directif
constitud par les representants di plo-
matiques de tous les Gouvernements
des dites R1publiques acrcditees au-
pros du Gou vernement des Etats-Unis
d'Amirique et par le Secri'taire d'Etat
"de cette meme nation, qui exerce
les functions de Pr6sident du dit con-
seil directif.
Celui-ci tiendra une stance ordinai-
re cliaque mois, a I'exception de Juin,
Juillet et AoOt, et toutes les s6ances
extraordinaire que convoquerait le
Pr'-lid:nt de son propre movement
ou sur la demand de deux membres
du Conseil. La presence de cinq mem-
bres du dit conseil a 1'une quelcon-
que des seances ordinaires ou extra-
ordinaires suffira pour que le conseil
puisse fonctionner r6guli6rement
dans toutes le:saffaires de sa coirlpi'-
tence; il pourra nommer les commis-
sions qu'il estimerait con vi.enaljl.s.
ART. 2.- Tous les emplois au bu-











REVUE DE LA SOCIlTEP DE LEGISLATION 13


-reau serontaccordes apr&s examen a cells des dites R1publiques qui
prealable des aspirants gui compa- en feraient la demand. Celles-ci
raitlr-i a, cet effet, devant une corn- conviennent de procurer au Bureau,
mission d'examen compose de trois en tout oe qui serait possible, les
personnel que ni1,1inhnra le Conseil. renseignoments qu'il solliciterait et
Les dits aspirants pr6senteront leurs de lui envoyer opportunement deux
rei.l','tf-.en remplissant les formu- exemplaires de leurs publications
les que leur fournira le Directeur du officielles, qui seront coriserv6esdans
bureau et sur lesquellessera specific la biblioth6quedu Bureau. Elles con-
le service special auquel il s'agirait viennent aussi de fournir au dit Bu-
depourvoir; ilsinscriront leurs noms reau tous renseignements qui se-
sur un registry que tiendra le Direc- raient dernandes par son directeur.
teur du Bureau et sur lequel seront ART. 6. Le Bureau publiera un
consigns tous les droitsr.-l.inlif aux Bulletin mensuel qui devra 6tre im-
matieres de l'cxamen. prim6 en espagnol, anglais, portu-
La commission d'examen ne pour- ;4. i et frangais, ensemble ou s6pa-
ra recommander pour I'emploi sp6- rfment, et qui contiendra des infor-
cial auquel il s'agirait de pourvoir nations statistiques, commercials,
et qui serait- sollicit6 que ceux qui et sur la legislation, offrant un int6-
justifieraient de leur aptitude i rem- ret special pour les habitants des
plir le dit emploi. Les nominations diff6rentes R6publiques. Le Bureau
seront faites par le conseil et sign,5es publieora egaloment les brochures,
par le pr'' -il-ll. cartels g6ographiques ou topogcaphi-
ART. 3. Le conseil -dit,.-.-lf pr- quest et tout ce que, le jiigeant con-
parera tous les ans n\vec la collabo- venable, leconseil.directif lui ordon-
ration du director du Bureau un nerait.
budget detaill6 deos *1'.i.-. de 1'an- ART. 7. Aussitt que pi .iidi iii
n6o suivan, to. fin les contirats (Id'it onces en ours,
Ce I._,l.- i s'ra transmis it chaque la publication de ceiles ci cessera
gouvernemeilt aver un rapport de- dans le bulletin.
niontrant la proportion des (i lintiln' AniT. 8. Tontes publications du
que doit payer chacuh d'eux, confor- Bureau seront considirees comme
n~ ment i i'ar rangement du 4 avril do, nii i tits pilldlics ot st rontttansmi-
1890, et los gouvern. i.-ni-, restent ses gratuitement par les postes des'
dnns obligation do remettre leurs R6publiues.
contriult .ri-i. respective au Secre- ART. 9. Le bureau se chargera
taire d'Etat du gou'.,:-linement des sp6cialement de l'accompli--,i,.-.-nit
Etats-Unis d'Amcrique, six mois d'a- de tdutes les obli-.L.:)ns quoe li im-
vance., poseraient les resolutions qu'adopte-
ART. 4 Chnaque fis que le con- rait la pr'sente Corifi'rence Interna-
seil dir'-.:tif trouveraconwvel i 1-,1il tionale.
chargers un ou deux de ses mem- ART. 10. Lc directeur du bu-
bres d'oporerla revision des Comp- reau pourra assisted oux seances du
tes du Bureau, le rapport dress (t conseil directif, a celiesdes-commis-
cP sujet devra etre soumis au Con- sions. ainsi qu'd cells des conf6rcn-
scil. ces intoenationales deos ropubliques
ART. 5. Le Bureau sera autoris6 amdriaeincs pour y donner les ren-
A corre-pi-ndlr.- par 1'intermediaire seignements qui lui seraient deman-
des representants dipl limllques a dds.
WVs-lhini.fon avec leos divtr.i.- bran- ART. 11. Le bureau aura sous
chl.- dclu pouvoir executif des diff6- sa garde les archives des Confdren-
rentes Republiques Amrn''-ri,-in-, et ces Internationales des R,'piibliques
i! devra fi.o. nir les renseignements Am6ricaines.
qu'il poss6derait ioi pourrait obtenir ART. 12. -Lesr i' -clltionsde lapre-











REVUE DE LA SOCIRTi DE LEGISLATION


mitre Confdrence Internationale des
R6publiques Americaines, adoptees
le 4 avril 1890, resteront en vigueur
en tout ce qui ne s'oppi iaIr;l t. pas aux
pr6sentes prescriptions. Sont decla-
rdes abrogees, les autres resolutions
et plans relatifs d l'organisation du
Bureau.
ART. 13. Il est fond, sous l'au-
torit1 du conseil directif de I'Union
International dcs R6publique- A ni:-
ricaines' et come une section du
Bureau des dites' R6publiques, une
bibliotheque Latino-Americaino qui
serad6sign6e sous le noni de a Bi-
bliothique de Colomb ,.
Fait et sign en la Ville de Mexico,
le29du mois dejanviermil neufcent
deux, en trois copies, rIdigees res-
pectivenient en espagnol, anglais et
trancais, lesquelles devront Otre de-
posies au parlement des affairs
6trangeres des Etats-Unis Mexicains
afin d'en fire des copies certifiees
qui devront etre transmises par la
voie diplomatique a chacune des
puissances signataires,
Le Ddligue d'Haiti a signed.


RESOLUTION

Police Sanitaire
Les soussignes, DcldguCs des R0-
publiques representees dans la Se-
conde Confdrence Internationale Am m-
ricaine, diment autorises par leurs
Gouvernements, ont approuv6 la R&-
solution qui suit :
La Second Conference Interna-
tionale Americaine
RECOMMANDE
instamment laprompteadoptionde la
part des R6publiques qui y sent re-
present6es, des resolutions ui i \v, o"-; :
Premierement: que toutes les me-
sures relatives aux questions de qua-
rantaine international, et measures
tendant a eviter l'introduction des


maladies contagieuses dans un p ays
l'tablissement et la surveillance de
lieux des quarantaines maritimes et
terrestres internationaux, c'est-a-dire
les stations sanitaires, demeurent
completement sous la dependance
d'.- Gouvernements nationaux.
Deuximemenet : que l'on 6tablisse,
dans les ports de chaque pays. deux
sortes de quarantaines:. ( a) celle
d'inspection et d'o.i-'ril; i ;i-n et ( b)
celle de disinfection.
Troisimement: que laquarantaine
prohibitive soit supprimbe relative-
ment aux articles manufactures et
autres marchandises; et.que les mar-
chandises provenant des ports ou de
lieux non infects ot qui auraienttra-
verse un territoire infected sans y
avoir sejourne un temps que celui ne-
cessaire au transit, lie soient soumi-
ses ni iI la quarantine ni it aucune
autre measure sanitaire, exception
faite de l'inspection qui serait jugee
necessaire au lieu de destination, la
dite inspection, ainsi que le -retard
qu'elle impliquerait, ne devant pas
exceder le temps strictement n6ces-
saire. En outre, cette mime rigle se-
ra appliquee aux communications
internationals par chemin de fer, en
exceptant uniquement les disposi-
tions intdrieures, Ie bhtail, les peaux
vertes, les chiffons et les offets ap-
partenant aux immigrants ;
Quatriemement: que les Gouverne-
ments repr&eentds A cette Conf6rence
s'aident mutuellement et pritent,
dans toute la measure du possible,
leur appui aux autorites municipals,
provinciales et locales 6tablies sur
leurs territoires respectifs, afin d'ob-
tenir dans leurs ports respectifs et
autres lieux. I'etablissement et le
maintien des conditions sanitaires
efficaces, conformes au progres mo-
derne, pour pouvoir ainsi reduirejus-
qu'au minimum les restrictions in-
hdrentes A la quarantine, jusqu'a ce
que l'on parvienneo* les supprimer
completement. En outre, qu'il soit or-
donne i leurs commissions sanirti-
res en general, a chacune d'elles en
particulier, de notifier, dans le plus











REVUE DE LA SOCIRETi DE LEGISLATION 15


bref dlai aux repr6sentants diploma- Que cette meme Convention pren-
tiques et consulaires des Republiques ne les nrm n-iii- necessaires pour qu'h
reprisent6es a cette Conf6rences et I'avenir, d'autres Conferences sani-
qui resident sur leurs territoires res- taires puissent avoir lieu a la date et
pectifs, 1'existence ou le progres, sur aux endroitsque cette Convention ju-
ces m6mes territoires, de I'une quel- gerait con'enables; et enfin,
conque des maladies suivantes : cho- Que la Convention nomme un Con-
16ra, fi6vre jaune, peste bubonique et seil Ex6cutif, compose de cinq mem-
variole, ainsi que l'apparition de toute bres, au moins, qui restera en fonc-
autre 6pidemie ayant un caractere tionsjusqu'A lar6union delaConven-
grave, et que l'on impose aux autori- tion suivante 6poqye i laquelle se-
'tIs sanitairesde chaque port, I'obli- rarenouv'el.'le personnel.duConseil-
gation de fire -onstat':r, sur la pa- avec un President qui devra ktre Blu
tente de santp. des navires, avant que au scrutiny secret par la meme Con-
r.,uxl-ci ne levent 1'ancre, les mala- vention. LeditConseil portera lenom
dies c.iint;giei:ei->--qui existent A ce de ( BureauSanitaire International),
moment dans les dits ports. ii aura son siege & Washington, D. C.
Cinqui6mement : La Seconde Con- Sixidmement : que, pour que le Bu-
ference Internationale Americaine reau Sanitatre International puisse
recommande 6galtini -.t, en vue des rendre des services effectifs aux dif-
,tvi\tntages mutuels qu'en retireront f,'i.ni-t.. Republiques representees A
toutes les R6publiques Amdricaines la Convention, les dites R(fi-i.lliques
etafin que celles-ci puissent s'aider transmettront promptement et regu-
les unes les autres d'une facon plus lierement au Bureau pricitO tous les
prompted et pli1, efficnce, en tout ce renseignements, de quelque nature
qui se rapporte aux ratieres men- que ce soit. i-1..tifs aux conditions
tionn:ril' dans les Rdsolutions qui sanitaires de leurs ports etterritoires
precedent: respectifs, lui fournissent tous les
Que le Con-:ll Administratif de moyens et lui prfAtent leur aide, pour
1'Union desR6puhliqu es Americaines qu'il recherche et 6tudie d'une fagon
convoque A Washington, D. C., danrs complete et minutieuse les maladies
le delai d'un an, a partir de- l'adop- epidemiques se produisant sur leter-
tion des pr6sentes resolutions par la ritoire de l'une ll'lilril-que de ces
Conference, une Conv. i'ii, n'g6ndrale R6publiques, afin que Ie dit Bureau,
des representants des institutions grrce a ces moyens, puisse coop6rer,
sanitaires de ces Republiques; par son experience, a la plus com-
Que cbaque gouveriiriii~nt repre- plete protection possible de la salu-
sent6e cette Confi'rence, d6signeun brit6 de -hd i, in des R6publiques
ou plusieurs De16gu6s pour assisted n -i ,-ut; I..i'.i-, l i.ilit .'it, ainsi les
la dite Convention ; relations comnercinles existent en-
Que .chacun des Gouvernements tre celles-ci.
infi.'-w sd D616gu6s les pouvoirs S.,liemenent: quelesimoluments
]-,.'-i,.-.ires, afin que, d'accord avec et d6penses des D16guLs a la Con-
ies Dil'iut'.; desautres RBpubliques, -.i;t,ii, et des membres du Bureau
ils puissent concluro tous 16s arran- Sanitaire International, Convention
genents sai'taires et arriter tousles et Bureau don't il vient d'8tre ques-
I~gl.iii.i-nts qui, de l'avis de la dite tion, soient pays par lemrs Gouver-
Ct.'ll\lltiion seraient lesr l's- profita- nements respectifs.
1l1eI aux itI.-i.t- de towiis- les RI'tiu- On pi 1 -:.\ i les frais de bureau du
bliquesqui'seraient rjl' -' ,i. ,.- : Bureau Sanitaire Trli. 'n:ti1,,Int, don't
Que I,:s voi, r ,t\;:\ I la dite Conven- l'~l; i:liA -er-mtiitest recommandd,ainsi
tion, soient compt6s par RB'-p' lliliie-, que ceux auxquels ,1,:I, i':l.i,-.n i lieu
chacune des R6publiques qui y se- les investigations -l'.-'i;:,l-, faitespar
raient pr'.l'.- t :- ni une \'.i\ ; 1. flit Bureau et ceux n'.: --_,ires A











REVUE DE LA SOCI::iTL" DE .LEGISLATION


la traduction, la publication et la dis-
tribution des rapports sur un fonds
special qui devra 6tre former avec les
quote-parts annuelles des R6publi-
ques repr6sent6es aux sus- dites con-
ventions, en pregnant come base du
calcul de la part incombant A chacu-
ne d'elles, la proportion par laquel-
le les R6publiques Am6ricaines sou-
tiennent actuellement le Bureau In-
ternational des R1publiques Amrri-
caines. 11 est-recommande, en outre,
a titre d'6conomie, que le dit Bureau
des R6publiques soit utilis6 par les
Conventions don't il a 6t6 question et
par Ie Bureau Sanitaire Interna-
tional, don't l'etablissement a 6t( re
commander pour la Correspondance.


la Comptabilit6, les Payements et la
Conservation des rapports auxquels
donneraient lieu les travaux compri-
dans ses resolutions.

Fait et sign en la ville de Me\ic',,
le vingt neuf du mois de Janvier mil
neufcent deux, en trois copies, r6di-
gdes respectivement en esgagnol, an-
glais et francais, lesquelles devront
Rtre d6posdes au Departement des
Affaires Etrangeres des Etats-Unis
Mexicains, afin d'en fire des copies
certifies qui devront etre. transmi-
ses par la voie diplomatique h cha-
cune des Puissances .Si: n:il,iiri-.

Le Ddlegud d'Haiti a ijl".


MEMBRES HONORAIRES DE LA SOCI1ETE.
MM. P. M. Apollon, Ancien Secr6taire d'Etat de 'Instruction Publique. Ch. Wey-
mann. S. U. St-Amand, Secr6taire d'Etat de la Justice et de l'Instruction Publique.


MlEM BRES CORRESPONDENTS:


CAYES. ......
JACMEL : .. .. .

J R MIE. . . .


CAP-HAITIEN ... ...


PORT-DE-PAIX . .

GONAIVES . .
SAINT-MARC .. ...
TIBURON . . .


A L'ETRANGER. .


F. L. CAU


iMM. D6pas-M6dina, ancient Doyen du Tribunal Civil.
S Clicour Leon, avocat, ancien depute du people.
E. Bellande, Doyen du Tribunal Civil,
S Robert Lafontant, avocat, deputd.
A. Clerid, ancien Commissaire du Gouvernement.
C. Chassagne, avocat.
S E. Morel, avocat, ancien Commisr" du Gouvernt.
C. R. Durand, Doyen du Tribunal Civil
ST. Guilbaud, ancien Sinateur de la Rdpublique.
J. Adihmar Auguste, avocat.
A. Jean-Pierre, ancien doyen du Tribunal Civil.
Alfred Henriquez, avocat.
Turenne Sylvain,avocat.
E. DCisert, avocat.
Saint-C6me. avocat.
J. M. Grandoit, ancien ddput6.
J. B. N. Desroches, ancien consul d'Haiti a Bor-
deaux, ancien Ministre d'Halti a Madrid.
Louis Joseph Janvier, Ministre resident d'lHaLti a
Londres.
S. Viard, Consul honoraire d'Haiti h S' Etienne.
Hoeylaerts. Consul Honoraire d'HaItia Bruxll-s.
Ch. Preston.
C. Villevaleix, ancient Miniistre d'Halti A Paris.
B. Sylvain, ancien Secr6taire de la Legation d'Hal-
\ ti a Londres, actuellement a Port-au-1'riii,'.-
IVIN, Redacteur-Gdrant, Rue Pavee, 8.


Imprimerie de 1'ABEILLE, 110, Rue du RMservoir, 110.












REVUE DE LA SOCIETiT DE LEGISLATION


NOTES SUR LA CONSTITUTION DE 1889


L'ARTICLE III


ARTICLE 3. SONT HAITIENS:
1 Tout individu n6 en Haiti ou ail-
leurs de perehaitien ;
2 Tout individu ne 4galement en
Haiti ou ailleurs de mere haltienne,
.sans etrereconnu par son pere;
3 Toit individu n6 en. Haiti de
pere stranger ou. s'il n'est pas recon-
nu par son pere, de mere 6trangere,
pourvu qu'il descende de la race
-africaine;
4 Tous ceux qui, jusjiqu' ce jour,
ont 6t6 reconnus comme tels.


Un system juridique complete re-
gissant la nationality de naissance
n'a pas toujours figure dans notre
droit c:'n.titutiioni nel. C'est dans notre
droit civil, et seuliment en 1825 (1 ),
qu'apparait la premiere r6gle en

(4 ) 11 'est pas sans interit toutefois de rappeler que,
il!.re; la pr.., Iarnallonr de I'lrnl-[!ir r,,i..:| i. I..,is, ordonnances
lt ,'..,.i r, .-_ ,l 1 I rl ..1- n II-. i r.- ,:r..r .-dl, r-rent a s'appliquer
eri H a .ll. i -I* -l -*| ,i n'- tx p,- ,'...nrtr ,- ,1i ill-itih ti. .;5
hll. Vvell.W L' i,,l "l I n 1- h d -, --.,! I ,,l r .' i.. ,l l,, n>
annonca bien (art.: 10, titre II) que LES LOIS CIVILES SE-
BAIENT REVUES ET RI9FORMEES ;mais les grandes luttes poli-
tiques q, I ial-i -i. 1l..-rnlutl i 1.-:. I ,rent le Pays ddtour-
nerent l';.ittenli.r .. -r Ji- h.:..-.i i- plus urgentes. Le 15
Juin 1811. I.. ,,.. .rr,.in-i, .ii..ii.It des Cayes mit en
vigueur .Jai;. I- [,rli.:rn'e.-a ilu S..ld IS Code Napolbon, me-
sure qui ne larda pas a disparaltre avee la scission, en Mars
1812. Un mois auparavant, en Fdvrier 1812, Christophe avail
emis dans le Nord le Code Henry, recueil general des lois sur
les matieres don't s'ocecupent nos Codes actuels et sur. des
questions sp6ciales, tells queles prises, la culture. Cette
ceuvre flt emportee dans la debacle de 1820. Mais ddja, de-
puis l. 22 Mars 1816, PWtion s'dtait inspire de la disposition
J,] !- i.i-i l.it. ~ i m., ,'S ,n i.... ...- :I i.: ri ,t ..'. idi.iit, en ef-
t:l. ;i ,rll e. :- ,1"il. --. .1 is 1 I. .1 .lr... n ,* juriS-
I| u. rn .' rr _...r _..ai I .jl'l r. .l:,;-i l.l .I.lI '11I l R ppu-
-l.i 1i.i' i.-.e I'n 'C.- .. -. .i -..- particulih recent
r~1,, i ".' I.i. I L Cl N ,.I....I.. servirait de base
i|\ Jeci -_,,_,l- ,l- I., i,-h,-
i.:-tet nlllir]r.. il. ,i- .j'illl.r'i .. '-qi. ldie n'~Eanait pas du
P.,,,.-.,r L-_-i,:l lii. .ii.p'q jI-o.u'-i 1 i'2 .O l'on .sait que
Iu [.li-.lrr'e .111 Jut m.lul.lgi' P-. t r..'.I...l'.jll hl.l: *.,ll,-*.n.i*i.
-l| l TiIIt.- lhi....,ll..l re : jan.m I" L....1e' .|ll pIl' au.;1 l Lrl .jlmli
I. ... l I tr .- .d- ': r irjll .iNt ;.!til I rt I r [11, r-.- l I`. .i
F"1-i11tr l.lniviat *" ~-a i)..,rte ^*'Iii-t I |I.| MIdJlUI- phli i la
ij ill ie F 'in .*'ai _
II I:. p.,ri'l p.i :c-pF.r-nJ p1i1 q.u i,::. I' b l-'iaux d'plors aient
,J ,n^ cs.lsi,,rl dt I',e:h-Il. .1 Ia l i la l l I'ar a jpplh;lr n &J ,-.
pr rr-.'pes, i>nt 1,? ,r-c-.rid. a i'-in. -rur li rn i r. i- p.--
I ..', I. ani .l p. i l[I Ii ...1 r- par .r.it 111 .- l'-.~r1,-r. .1-f
S ,'w ", a r ,jP- is bl -h ia. i n .1 i 1,1 : hi i i s [i


cette matiere si important. L'article
13 du Code civil promulgu6 cette an-
n6e la fiormulait ainsi : ( Tout indi-
vidu n eon Haiti ou en pays stranger
d'un haitien ou d'une haitienne est
haitien.
Rien de semblable dans les cinq
Constitutions ant6rieures. Dans celle
de 1805, ce n'dtait qu'incidemrrent
que 'article 13, marquant en faveur
de quelques strangers une excep-
tion au principle g6n6ral qui deniait
au blanc le droit de propri6te ter-
rienne, mentionnait, avec les fem-
mIes blanches natu ralisdes haitiennes
par le Gouvernement ,, les enfants neds
et a naitre d'elles. Cette disposition
prouve, ii est vrai, que, si le Consti-
tuant ne consacrait pas de rcgle' ex-
piesse a cet 4gard, il ne faisait ce-
pendant pas doute pour lui que les
enfants de l'haitienne, et 4 fortiori de
I'haitien, naquissent haitiens (2).
Mais ce n'dtait pas lh une rglemen-
tation directed; le problem de la na-
tionalite d'origine n'6tait pas encore
pose sur le terrain constitutionnel.
C'est le Constituant de.1843 qui I'y
transport. II re prIl.d uisi-it dans,le nou-
veau pacte fundamental le jus san-
guinis de 1'article 13 du Code civil et
institua de plus un jus soli special
restreint aux seuls descendants d'A-
fricainsou d'Indiens ( 3 ).

(2) Remarquer d'ailleurs que cet article 13 se terminait
ainsi : Sont compris dans les dispositions du present ar-
ticle les Allemands et Polonais naturallses par le Gouverne-
n.ir,. .-l -it d.n : ici,-iri-.i les enfants n6s et a naltre de ces
bniia c r. =tia-n
3 ) Constitution de 1843, art. 6 : ..,,i r,-.im.:-nr I..',- indi-
S.I..- i s e.i H lii -1t I -..-r.- ..ij1 i- 1'Afr'icains on d'Indiens, et
I.-; et- t. i- vrc.L L.rnA.::ill d'un haitien et d'une ha'l-
tierin-. .
Cet ,rt 'r, r,,i-rnii:.rr e p. les individu: i I" T.I II d'un
hIitiei ..i ur. e ta ,ei ltr.. parce que, pF al -I-ti -, d-ar,. l'es-
pi'a .iu 1gib'- la iir, II, t- l. ,ii i.-- r.--rn' pu phias e 'hle-
r-i.i- *"...,i nne :.-nd',i| r,-e ;, 'rr.' ,r'l- riijn.sm -in.:.n
.I1 *(5.. **l. : *- r l -** >. I ii- i i-.. i. .1. .*-] l r,.:-, p..ir ii.i gi )












.REVUE DE LA -SOCIET1E DE 1.L:GISLATION


Ces deux principles subsisterent en-
semble jusqu'h la Constitution de
1867; le second fut alors supprimc ; il
n'a roparu que depuis 1889 avec la
Constitution i.. ii.lli,, mais a 1'ega'rd
des souls descendants de la race afri-
cai,ne; quant aux Indiens, ils rel6vent
des rigles g6ndrales comm unes a
tous strangers.
A proposdeces distinctions de races,
no faut-il pas reconnaitre un manque
de precision aux expressions gente-
rales africain, de race africaine, em-
ployees par nos Constituants? L'on
sait tris bien qu'ils ont eu a la pensee
non point tous les peuples plus ou
-moins bronies de l'Afrique, mais la
race negre en g6enral,. consid('ree
come ayant 1'A-frique pour berceau,
pour foyer d'origine. Cependant la
question ne s'en pose pas moins en
droit. Les Berberes, les Abyssins, les
Nulbiens, quoique africains, ne sont
pas de race negre, suivant certain
savants ( 1); Littre va ir'lii' i en
former des races i.li-tinti-'-. rappro-
chees de la Semitique. Faudra-t-il
done, en acceptant I'opinion de Lit-
tr6,ne pasleu rappliquer notrejus soli?
Le doute serait permis; mais si, dans
I'interpr6tationde la Constitution, la
lettredoit toujours prievaloir, ( article
32, Constitution 1889), comment pour-
rait-on exclure du jus soli des indivi-
dus qui, pour n'rtre pas ntrgres, n'en
appartiennent pasmoins l'ensemble
de cette race africaine don't parole la
lettre constitutionnelle?
En ce qui est des Indiens, il n'est
peut-itre pas indifferent de fair ob-
server que par ce terme,.- lui aussi
trop gdn6ral, le l6gislateur consti-
tuant n'avait jamais entendu que les
i1:iiri-in-s de 1'Am6rique. Le senti-
ment qui leur fit attribuer le b6n&-
fle dujus soli (tait un sentiment de
avait touite une classes de blancs et de blanches naturalists
haitiens ant6rieurement et don't I'article semblait desormais
rejeter les enfants ( Constitution de 1805, article 13; do 1806,
at'c e 48; de 1816, article 39). Mais peut-6tre aussi n'y avait-
il Il qu'une copie trop peu avisee de l'article 10 du Code civil
fr jn.. -.a.,i alors d6fectueux s'exprimait ainsi : a Tout
-rii .l 0.. 'jun frangais EN PAYS 2TRANGER est frangais, D
au lieu de ; a Tout enfant nA d'un frangais MItME en pays
stranger, etc. (Voir Baudry Lacantinerie, Precis du droit
civil, tome I, N 123).
( ) Voir A. Firmin, DE L'i;GALIT9 DES RACES HUMAINES."
page 26. -


g6n(reuse justice envers une race a
qui l'ile d'Haiti av;.il pleartenu (2). Si
le nouveau texte ne les meiitic- iinni
plus, ce n'a point 6t par uneintention
positive d'exclusion ; c'e-i que 1'on a
consider comme iutil,- une dispo-
sition qui, en reality, n'aurait .i' n.ii; I-
rencontr6 un cas pratique d':ll.lli,-.-
tion. Dans une certain opinion, ce
serait encore que le ri';il lii-'-'II'? nt
dujus soli dans le droit haitien ne rd-
sulterait pas, come il en fut p,.n-
dant longtemps, d'un d6sir de favo-
riser lesindividussp6ci:iln rl,-i nt visds,
mais plut6t d'une penI.-i'.' do protec-
tion national centre les inconv6-
nientspolitiqueset l:- d,1 l g rsd'ordre
international prove inlt I' I n accrois-
sement en Haiti du nombre non
deslndiens qu'on n'y apresque ja mais
vus mais de: noirs et homes de
couleur strangers. Cette opinion, tou-
il'tfi- est contestable. Elle ne pa-
rait pas rdpondre au veritable esprit
de la Constitution de 1889. En effet,
M. LUger Cauvin, I'eloquent rappor-
teur de la-commission charge de
redigerle project deConstitution, s'ex-
primait en ces terms devant 1'As-
semblee, april's avoir indiqu6 la dis-
position de l'article 3 qui rendait hai-
tien 'individu de race africaine n6 en
Haiti: Avec la disposition qui ne
(2) Nous trouvons une autre manifestation de ce senti-
ment dans ce faith que, de 1816 jusqu'a 1888, nos Constitutions
con'qinnA'rlent formellement que la naturalisation haltienne
i,.i: r ..':.:- .t.>,- 'I .' --" '", -' ii fingers de race africaine ou
de race ,.1-~-,i '' -i I'-,hrmin ,e Constitution de1888 qui,
la premiere, ouvrit notre nationalitO a toutes les. races. Celle
de 1889 a adopted cette excelleute disposition. A ce propose, .on
nesaurait trop repeter quo l'exclusion longtemps inscrite
dans notre droit centre les individus de la race non africaine
on indienne ne fut pas une manifestation d'hostilite et de
haine contre la race blanche en tant que race. La preuve en
est que, au lendemainn mnme des luttes acharnies dc l'Ind6-.
pendance, bon nombre de blancs furent declares htitiens.
Cette exclusion fut avant tout, d'une part, une measure de-
d'fense et de I'.,...I, ]t Il'.'. I]I .]'in certain clause
d'hommes, la\ r'-i .-,i'.. ', r, .i .i.- I". 1 H jt. qui n'avait'point
disarmi, qui inaintnait partout, avec rigueur, l'esclavage ds-
noirs. et don't 'attitude ne laissait pas que d'etre po, nous
une redoutable menace. Elle futd';titre part. i.,,. i .1', .
pel aux hommes de notrerace, enters qui t.,.-- 'iI .,, .,r.
notre sentiment do solidarity et A qui nous oflrions le refuge
de note sol libre, l'ombre de notre drapeau, le partage deo
notre destino.e i *.- ;i, l- i-.i-. I 1* i il-., i -l- Jt;-
parut; mais la -e...1.- 1 1.1 -1 -...- t' o t I *.-1-..-.--a-i,' .\,A:-"'i -
d'h ii que les r 1 ir.. i: iti .-i i',r ..ii 3a.:- : ~ L 1.:1r- I- e- rC i
des concessions et que la situation gnedrale des noirs en
A m .; *|r *- : i-lr l l.-ltd l. tl.. t l icl ri.i -.:-, ll l.- ll i.'-t- Jll.. .1. -
4 .Ji i|.l.:i j.'\ L..ri.tli.:.r,- nr..u..lh-;., J.'_-_ ..1 1 .ui t...lt .|ue I .'r
'ei. ulnr,.i,'l.l qii li I l''i,.lt, drlj ..._, ,h. _..:II'?e dl'- 01'l).ris
dlll].'- *q il, .cl,'i l-.ic- pl,., al i.]|lih r Se.l, .nl t ja n.'i iii
ii r ir l..'lllf. llllleirrinl" lie p il' iil Iln -inerilm .Itl. urn iDs-
tl.,-I a I'..'ulii..in pri.,ple;,"pelalnie-r, c .riAri-i'l edn pe.i-
pie d'lliati [i- I' li. -tiifq r- -iu.., *.tnpl'l-t dA 1 I'l t.'ir tinre el-
elusion.












REVUE DE LA SOCI801:T DE LEGISLATION


permet la naturalisation qu'aux indi-
vidus de cette race, Haiti continuera
d'etrepour elle la terre promise,- oi
elle essayera librement de prouver
son aptitude A la civilisation et au
gouvernement de soi-meme. Ces
paroles donnaientau jus soli restaure
son caractore traditionnel de bienfait,
de privil ge, en faveur de la race afri-
caine. L'article 3 fut vot6 sans dis-
cussion aucune. L'Assemble, il est
vrai, n'adopta pas ensuite la propo-
sition de ses Commissaires de reser-
ver la naturalisation aux seuls indi-
vidus de la race africaine. Mais, en
la rejetaht, en rendant notre natio-
nalite accessible at toutes les races,
entendit-elle abandonner le point de
vue special de la commission? Rien
ne le montre. M. A. Firmin, 1'auteur
meme de I'amendement tendant a
generaliser la faculty de naturalisa-
tion, prit a tAche, au contraire, de
fortifier le mime point de vue. Il
soutint que l'admission des blancs
dans notre soci6t&nationale ne pour-
rait que favoriser, par l'6mulation
qu'elle provoquerait, par la cons-
cience plus exacte que la concur-
rence nous donnerait de nos apti-
tudes, ( le rIsultat grandiose que
nous ambitionnons a la gloire de la
race noire. -,
.Ainsi, ni dans le rapport de la com-
mission de r6daction, ni dans les dd-
bats de la Constituante, nous ne vo-
yons se r6v6ler la pensde de protec-
tion, de s6curite national, comme
g6neratrice de notre jus soli. Et pour-
tant, disons-le, c'6tait bienplut6t a
cette pens6e politique qu'il et fall
se reporter. Si, en effet, notre jus soli
peut sed6fendre dans le droit inter-
national, ce ne peut 6tre par Tall6-
gation pure et simple du d6sir senti-
mental de ionnrni-r aux noirs une
sphere d'activit6 qui leur soit propre,
une terre promise oi exercer leurs
f.icultli's. Pour nobili. et haut que soit
le .lesiin et nous n'avons pas le
drit d,: l'tibaind- ,nnri il rl'airn-lit
pasla valeur dI'un argument p,-.itif
fuseaient de se o dl'si.tilr. o uxi dre-
fuseraient de se ,i'ter de ,,eux de


leurs membres que nous 6mettons la
lpreentiion de leur ehlever. L'idee de
security national offre un base bien
plus slide ; I,.t', id6e, et un interkt
economique manifest celui, par
example de l'augmentation d'une po-
pulation insuffisante- peuvent seuls,
il nous semble, permettre de recou-
rir- sous des reserves que nous in-
diquerons plus loin- au principle, en
soi arbitraire et violent, qui arrache
un.individu a la nationality de son
pere et de sa more, a la nationality
de sa chair et de son sang. En vain
dira-t-on que, s'agissant d'individus
appartenant a notre race, nulle na-
tion n'est plus intimement, plus pro-
fond6ment la leur que la nation hai-
tienne Cela n'aurait que just la
valeur d'une opinion int6ressde et,
qui pis est, d'une opinion contredite
par ce fait eloquent que nos freres,
repandus aux quatre coins de l'AmB-
rique, n'ont encore, j usqu'ici, presque
pas rdpondu & nos appols repte6s.
Tant il est vrai que ce n'est point uni-
quement en instituant des restric-
tions bases sur des differences de
race, que notre pays parviendra a
I'accomplissement de la glorieuse et
considerable mission que la Provi-
dence semble lui a\ o.ir a ,igni'-, pour
le bien general des noirs;mais plu-
t6t, comme le dit excellemment M.
Justin D6vot, par l'6laboratian in-
terne continue, incessante, du prug' rI-
-;niti,,nal, par le dcploiement et la
mise en action des energies vitales
de notre people. (1)

Essayons maintenant, apres ces
co 'n il',era;- t ,-n, gn.irllr., 1. de il.i.'riC i-
miner ce que la Constitution de 1889
intro:dul.t de nouveau dans la que1tiin
de la nationality d'origine et, :i :itt'
fin, in,:liqu,)r-ii l'etat d,1 ,.. t : q:l.t '-i'.-i,
sous l'empire de la Constitution de
1~479, qu'elle est venue remplacer.
L'nrimli:o 3 1l' alinea de cette
C:,n~ titul;io:in s'exprimaitainsi : Sont
liaitiens t'',u-i indiv\id. u- nes en H:ilti
[1] Voir Revue dela S.'...r,- .Jr i.'.-.lah.i...I, 2 avril 1893,
page 11.












20 REVUE DE LA SCCIETI DE LEGISLATION

ou.en pays stranger d'un haltien ou Constitution de 1889 et les fils n6s de--
d'une haitienne. o puis. Toutefois, en ce qui concern
C'6tait Ih le principle dujus sangui- 1'enfarit natural don't le p: e est ftran-
nis largemententendu. Le sang ha- ger, il n'cst lui-m6me etranger--
tien, qu'il vint du pDre ou de la mere, c'est du moins notre avis (2) que
faisait soul 'haitien. si son pore l'a reconnu avant sa me--
Etaient done de jure investis de no- re ou en m6me temps qu'elle. Pour
tre nationality : qu'il soit haitien et d6flnitivement
1 1'enfant l6gitime issue, m6me en haitien, il suffit que la reconnaissan-
pays stranger, non seulement de ce de la m6re ait eu lieu, soit seule,
tout marriage ou les deux epoux soit avant celle du.pdre. En effet, il
6taient haftiens, mais encore do tout faut remarquer que le cas r6gli par
marriage oO unseul d'entre eux avait l'article 3 2 est, exactement, ce-
cette quality, ce qui s'entendait, lui de ( l'individu ne ddemire hailienne,
par exemple, du marriage cledbrd sans etre ieconnu par son pere. I1 suf-
avant 1879 (1), sous l'empire de la fit done que cet individu n'ait et6
loi du 30 Octobre 1860. entire une hai- reconnu que par sa mere seule pour
tienne et un stranger ou entire une ir.,_, par le fait meme, invest de la
trvangere et un haYtien, car cette loi, nationality haitienne et pour que
relative aux manages entire ha'tiens l'article 3 2 se trouve ainsi plei-
et Strangers, laissait intact la natio- nement et littlralement execute. Que,
nalit6 respective des conjoints ; plus tard, le pere stranger vienne a
20 'enfantnaturel nd, mrme en pays son tour reconnaitre son enfant, le
stranger, de 1'haltien ou de l'haitien- texte constitutionnel ayant dedja td
ne, sans distinguer si le procrdateur appliqud, et appliqud dans sa lettre
stranger 1'avait reconnu avant, avee m'me, la vertu en est, en quelque
ou apres le procrdateur haltien. sort, 6puis6e, et la situation d6jh
Voila le systdme, tres simple, de la dl6erminde reste juridiquement defi-
Constitution de 1879. Voici mainte- nitive. Pour effacer cette nationality
nanteelui de la Constitution actuelle : une fois imprimde, c'est un text for-
( a) D'abord, premier principle, mel qu'il faudrait, un text sp6cifiant
en IPgitime marriage aussi bien que l'espdce. Et c'est, croyons-nous, avec
dans l'union naturelle, c'est le pere infinirment de raison que M. Aug.
Jiaitien qui faitl'enfant haitien. Inno- Bonamy soutient que l'opinion ad-
vation considerable L'haitienne ma- verse instituerait a l'egard de l'en-
ride a un (tl.i.tler avant 1879, et res- fant natural un veritable cas de per-
tde haitienne d'apr6s la loi de 1860, te de la nationality haltienne, rdsul-
ne procree plus dsormais que des tat absolument inadmissible, ces cas
fils strangers. 11 en est de mime de ayant etd limitativement noncess a
l'haitienne en liaisons naturelles avec I'article 10 de la Constitution.
un stranger. L'unit6 de nationality se Et pour renforcer noire opinion,
trouve done rompuc entire les fils qui ne faudrait-il pas rappeler que,d'ail--
leut' sont n6s ant6rieurement a la leurs, suivant une regle g6ndrale-
ment ai' ceptif:., le conflict sur la ques-
( ) Article5 d la Constitition de 1879: I. a femme ha'- tion douteuse de savoir si un indivi-
tienne marine a uin stranger suit la conditions de son maria. S
C'esten188' qu f.it adopt la disposition iuodificatriced t- (lU eSt regnicole ou o ranger doit se
clarant bhatiennt e 1'trangure marie)e l'haitica. tr
oir notre etude consacre a la loi de 1860. dans la Revue trancher d 1ns le sons r1pute le plus
dela Socilte de Legislation de Port-au-Prince, No dou 0 favorable, c'est-a-dire celui qui le
Mars 1893.
Cette loi se trouva modifiee en parties par Particle 6 de la rend regnicole? Avec combien plus
Constitution de 187s qui etablit que la femme haitienine ma- de force et combien plus-de -lret'l
riee ; tun stranger suivrait la condition de son mari. Mais orce com ien plu ( et
une loi du 6 Octobre 1876 ayant, d'apr.s une theorie con- cette r1gle ne doit-elle pas s'appli-
testable mais qui a dfinitivement prvalu AN.NUti. la s l-
Constitution de 1874, il est admis que l'haitienne mariate A t"n
i r.rin .-i i.,.u-* I'.-/ .pire .- I: ,....ti.i tItI rtII ..i- ', --lt I'.IU ,,-r :- '
..,, l.,...-.- ,l'trel. .i-r-.i.'. .,- I ..i..,~.j r~ Ij .. ,. (2 yCetavis est partag par.-a.* ai Br.mamy- ')rr R
td de L.~-i-ni.'r t (RELVI, ilA.R i ml..re I'. p.-,- I1 ... Ij1i de la g ilii ,i.- L-gislation, No 2 O.:t,:bre I a co. Ar .
voyez [,c' ..,t, article c.mn- l IItvE v ut t, I |-ia 1 'ii. Voir M. J..h li t, La natI ,rialite, pa.g 55.











REVUE DE LA SQCI!TRI DE LEGISLATION


quer quand la question, comme dans
le cas qui nous occupe, est desavoir
s'il faut enlever aquelqu'un sa quality
de regnicole !
( b)- Deuxieme principe-- et
deuxime difference d'avec la Cons-
titution de 1879 :
Tout individu n6 en Haiti et descen-
dant d'africain est haitien sans aucun
6gard a la nationality de ses pere et
mere, sans distinction entire la filia-
tion naturelle et la filiation 16gitime,
alors meme que les pore et more se-
raient entierementinconnus.
Nous I'avons dit, ce n'est pas la une
innovation ; c'est le rtablissement
incomplete dujus soli special de 1843
qui, lui, s'6tendait 6galement aux
descendants d'indiens.
De ce deuxieme principle, il resul-
tera, en fait, que les memes enfants
qui, nes hors d'HaYti des liaisons 16-
gitimes ou naturelles d'un stranger
et d'une haitienne, seraient 6tran-
gers en vertu du premier principle.
naitront essentiellement haitiens si
leur naissance s'effectue en Haiti,
saufle cas exceptionnel oi l'haitien-
ne et I'6tranger seraient tous deux
de race blanche ou de race jaune,
sans une goutte de sang africain dans
leurs veines.
III
Voila le system actuel. II a soule-
ve de vives critiques en ce qui con-
cerne le rItablissement du vieux prin-
cipe que nous appellerions volontiers
lejus africanum soli. Disons cue ces
critiques sont meritees. D'abord le
constituani n'a pas apport6 en cette
matidre les temperaments rationnels
qui eussent att6nu6 ce que le princi-
pe du jus soli comporte d'arbitraire
et d'excessif. Ce principle ne peut etre
legitimament applique que si, appuye
sur des motifs de reel interdt prati-
que, de security, de protection natio-
nale, il laisse d'ailleurs une certain
part A la libre volonte, express ou
m6me tlcite, soit du ddfunt. soit me-
me des seuls parents. C'est ainsi, par
example, que nous admettricns ique
V'on diclarat 1 i'' ien,a ren s'i ii.ti r nt


de la Ilgislation francaise, tout indi-
vidu nd en Haiti d'un pdre stranger qui
lui-mdme y est nd ou qui y reside depuis
quatre ans au moins. On est ici en pr&-
sence de quelqu'un don't la famille se
trouve, selon toute vraisemblance,
fixde en Haiti. II n'est pas contraire
A une 16gitime notion de l'interet pro-
bable des individus d'incorporer a la
nationality de notre terre une person-
ne incorporate en quelque sorte a cet-
te terre meme, par la volont6 de ses
procr6ateurs, qui yont librement 6ta-
bli leur foyer avec l'intention appa-
rente de I'y maintenir indefiniment.
II n'est pas non plus contraire A la
justice et A la raison de faire parta-
ger a cet individu les charges natio-
nales qui p6sent sur les haitiens avec
lesquels il est destine A vivre et ase
trouver ( en concurrence vitale ( 1).
De plus, I'int6rit supdrieur de la s6-
curit6 social et politique justified la
measure ; il imported, en effet, d'absor-
ber dans la masse national les ge-
nerations d'etrangers qui se develop-
pent parmi nous; leur accroissement
progressif contribuerait A pnultiplier
ces conflicts diplomatiques qui sont
g6n6ralement si d6sastreux pour la
dignity et pour le credit du Pays et
qui pourraient a la fin devenir poril-
leux pour son atitonomie. Aussi bien,
et pour ce dernier motif, nous serions
d'avis que 1'on completat la disposi-
tion prdc6dente par une autre, egale-
ment inspiree de la 16gislation fran-
caise, d6clarant haitien tout individu
nd hors des conditions sus-indiquees et
qui, a l','ol/ue de sa majority, reside en
Haiti, a moins que, dans 1'annde qui suit
sa majority telle qu'elle est riglie par la
loi haitienne, iln'ait decline la quality
d'haitien et prouve au Gan,'ri .'',,trli
d'Haiti, par une attestation en d0e forme
6manee du Gouvernement don't ii se r6-
clame, qu'il poss6de la nationality de
ce dernier ( 2).
( ) Voir Justin DBvot, Revue de la Soci6t6 de Legisla-
tion, 2 Avril 1893.
(2) Le .-:- I, i .1i : possedo la nationalit. DE SES
PARENTS; Init' Il ,ijrri'i, IJ*l l j .i.-ni. ..rli yons-nous, car ii
se pourrait qu'avant .liqrir t.:. J I niu.:- qui suit sa majo-
q .ue 'indi iC ,A ide j. ,i r AI. rn .iul nalqu:,r J .,'All












BEVUE DE LA SOCIETIR DE LEGISLATION


La premiere disposition se r6f6rait
a des personnel don't le foyer fami-
lial est fix6 en Haiti et auxquelles,
apris tout, il est permis de supposed
pour ce pays des sentiments do sym-
pathie et d'attachement puis6s dans
la vie commune avec les haitiens et
susceptibles de les ,-nrrtr- .,ptes au
droit de cit6. Mais il n'en va pas de
mime avec la classes d'individus vi-
s6s dans la deuxieme disposition. Ils
manquent dd l'l66ment qui permet-
trait de leur supposed des sentiments
de citoyens, c'est-a-dire la fixation
sur le sol. Et c'est pourquoi, tout en
les retenant comme haitiens jure soli,
cette deuxieme disposition leur lais-
se la.libert6 de repudier notre natio-
nalite, a 1'Age ou ils peuvent a leur
grd disposer de leurs personnel. Ce
qu'il faut en offet a un pays, pour sa
prosperity, .son honneur, sa dignity
dans le monde, ce sont des citoyens
qui le cherissent, qui soient disposes
A se d6vouer h sa cause, a lui consa-
crer leurs biens, leur existence mt-
me. Imposer la quality d'haitiens A
des individus qui -n'appartiennent
pas ou ne tendent pas A appartenir,
pour ainsi dire parler, it l'ime hai-
tienne, pourrait etre contraire A l'in-
.tir6t social et politique de la nation.
De la, la n6cessit6 de circonscrire
application du jus soli dans de stric-
tes limits,
Une consideration qui appuie les
deux dispositions que nous venons
de proposer, c'est clue, par elles, on
parviendrait, en fait, au mcme resul-
tat vis6 dans le rapport presented h la
Constituante de 1889. La plupart des
individus nds on Haiti et declar6s
haitiens appartieodront, en fait, i la
race noire ; ceux des,autres races no
representciont (ju'une try's infime
minority L'mu vre do solidarity que
l'on s'est propose ne sera done pas
entrav6e et on aura pu la r6aliser
sans recourir, comme le fait 'article
3, et c'est le second reproche qui
lui est adr,- 'S A tme consOcration
officielle, 16gislative, des differences
de race, consearation qui froisse los
t..nid.ine du progres modern et


qui ne s'harmonise pas avec la pen-
sie de fraternity universelle que le
constituent de 1889 a inscrite a l'ar-
'ticle 4, en ouvrant I'acces de la natu-
ralisation aux hommes de toutes les
races, sans distinction aucune.
IV
Achevons cette note en examinant
quelques" points important : (A)
Rdtroactivite. Les principles nouveaux
consacrds par 1'article 3 peuvent-ils
d6troagir, fire qu'un individujusque
1 haitien soit ddsormais stranger et
vice-versa ?
Indubitablement non. Ce serait de-
truire des situations juridiques cons-
titudes regulierement sur la foi des
Constitutions antdrieures ; ce serait
ravir des droits acquis. Et si nous
admettons que la constitution puisse,
en de certain cas, pour des raisons
d'un intdret social ou politique sup6-
rieur, ravir des droits acquis, c'est A
la condition, toutefois, que la volonte
du constituent spit exprimee d'une
maniere suffisamment precise. En
ce qui est.des haitiens, le respect
des droits acquis a etd express6-
ment consacri A leur 6gard : ( Sont
haitiens, dit I'article 3-4.0, tous ceux
qui jusqu'A ce jour ont 6td reconnus
comme tels ,. (1) Rien n'autorise a
soutenir que, a I'dgard des strangers,
il ait abandonn6 cette thdorie salu-
taire qui est une des garanties sur-
lesquellos repose l'ordre social tout
enter.
En ce qui concern les individus
de- sang africain nes en Haiti avant
1889, soitde parents 16galement in-
connus, soit de parents sans natio-
nalitd, le retablissement dujus africa-
nurm les a rendus tous i;-tie:;i ,',.',

( ) Nous insislons sur cette idiA .. *,- 1,- 1o de 'article 3
n'a faith que confirmer le Dnorr A la pI 'lli- d'haitien ant&-
I;.' a-.rr i, ... ,. par un titre 16gal. La simple r*---. r,
I ..I iI I ,, [ .' I'exercice plus ou moins long *,1- ,J .1 I-
de citoyens d'Haiti, n'ayant i .k. [. ,i '.,,- i. :; j j'...i ju I -
sition de la .al.,j iil.. I.a I.o-r1.1,:,1.,: .l ji ,1 .i r.I nlhi i Iu II-
dividu de dir .. n ..t. i .... 1., ...] h,,, ru ''.1 --, ..r -
peut 6tre RECONNU coumme tel hors des conditions rigoureu-
Sc. i Ij-lit,,i,,.e (u .ij id L'-L,,iiilu lii l,--ir. peut bien
I ,... ,1 I I -.. ." l, i T i I ..A' h .i- i., m ais ce
n'est pas la mnme chose, et noum r,: -.u i;...r. 1I i.. ri-j'l-cl
que la C.,Ii:lduI I .I1 h-. .' .. ll, t ,I i..I l .1-.:ut! : 1. ll [,l il.:.riT
littral I .ii. -- Ln r,..- :,.;r,-voir A. i jr, ni l,.'-e
..I, i I-,1 .l.., octobre 489i -- C CO taA, voir I Ii.i. -
1i .', .' p : 4.3 etc.











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


facto. I1 n'y a pas ici de r6troactivit6,
de suppression de droits acquis, car
il ne saurait y avoir pour quelqu'un
de droit acquis a I'heimatlosat, 1a
surtout ou la loi lui ouvre la natio-
nalitM dou pays; ce serait le droit de
vivre hors du droit, ce qui serait in-
compatible avec l'ordre public.
La nationality haitienne s'impose
done A tout individu de cette classes,
et il reste haitien alors mime que se
produise, sous l'empire de la Consti-
tution de 1889, une reconnaissance
de la part de ses parents naturels
strangers. Il est admis que le carac-
tVre declaratif et par consequent r6-
troactif de la reconnaissance n'est
pas absolu et qu'il cede devant les
faits 16galement accomplish. Or, I'en-
fant a recu du nouvel -article 3 la
quality d'haltien jure soli a un mo-
ment ou, ne pouvant se pr6valoir
d'aucune nationality 6trangere, il ne
pouvait l6gitimement se soustraire a
celle qui lui 6tait imposee; rien, par
consequent, ne peut plus changer
cette situation, si ce n'est une dena-
tionalisation en regle. La reconnais
sance n'aurait tout son effet rI't',iac-
tif que s'il s'agissait d'un enfant de
race non africaine; I'article 3 ne
s'est pas empar6 de lui, done pas
d'obstacle a la r6troaction de la re-
connaissance.
(B) A quel moment la nationality de-
1'enfanlt Idgitime se determine-t-elle ?
Cette question est encore discutee. A
notre avis, c'est au jour de la nais-
sance qu'il faut se placer (1); l'en-
fant 16gitime prend en naissant la
nationality qui, A ce moment, est celle
de son pore. Cela tranche toutes les
difficultis, toutes les controversies
qui pourraient r-.ult,:.r des cIhla rn:-
ments de initiunialiti' susceptibles de
s'effei'li.ir chez les parents pendant
la p'riode de g,?ioti.n.
En droit francais, ii y a des auteurs
Squi appuient cette solution; d'autres
-se r6f6rent- plut6t 1l'6poque de la
,:onl; epItio.,ln, mais ^-',.il;inr-irn t quand le

-lira [f,. .. L 4N",riL 1 '


requiert l'int6drt de l'enfant; d'autres
adoptent cette derniere p,,i:lur. dans
tous les cas; dans une quatri6me
opinion, l'enfant a la nationality fran-
caise si, a un moment quelconque,
de la'conception h la a nnin-nct. le
pere a eu la quality de francais.
* En droit lh:iti'in, la question nous
parait moins discutable,parce qu'elle
appartient, non au domaine du droit
civil comme en France, mais au do-
maine constitutionnel, oC regne sou-
verainement 1'interpr6tation littorale.
Notre article 3- 1o rend haltien I'in-
dividu NE de pere haltien. Si le 1.p''-
est stranger au jour meme de-la nais-
sance, comment peut-on dire, devant
lalettre < qui doit toujours preva-
loir, que l'enfantest NE de pere hat-
tien ? En vain dira-t-on que le
constituent, en employant l'expres-
sion NE, ne s' tait point, suivant toute
vraisemblance, proposed de determi-
ner le moment Gc l'enfant serait in-
vesti de laqualit6 d'haitien, mais
simplement d'indiquer la nationality
comme 6tant la i..ni-qiuence de la
filiation, et que sa :":- i''*' semble
avoir 't6 celle-ci, et rien de plus :
pere haltien, fils haltien. Encore une
fois, son expression lie I'iint.lrrr'-~ et
l'oblige a fixer la nationality au jour
oc l'enfant nait. Le resultat.en -sera
que si le pore vient a mourir avant
la naissance de l'-.intai, il ne sera
possible d'attribuer A celui-ci que la
nationality de la mere. En vertu de
quel texte se placerait-on, dans ce
cas, soit au jour du pr6ddeces du pere,
soit au jour de la conception de 1'en-
fant? Dira-t-on que l'enfant postliume,
ayant 6t concu dans le ma:'i:-i.l, est
indubitablement le fils l',4iiinri de
son p1re': r et que, des lors, i a i.ld ,it it
sa rnatiimliti.- ? Ce serait ti donner a
l'expression ne' le sens de I'expres-
sion issu ; ce serait done modifier la
lettre de la Constitution.
Ce r6sultat qui done la quality
de la mfre a l'e.rif-ini. issu du pere 16-
gitime pred6c6de est au demeu-
rant consid6r6 par qiil'lu.'-s auteurs
comm.e le. p1 .l cn :nt'i:,lme mlaix iiite-
rats du iiiinieur. .. La;i C:irn unuiaute de











REVUE LDE LA SOCIIET2L DE LEGISLATION


patrie. dit M. Andri Weiss, permet-
fra 2 la m6re de gerer plus utilement
les intr,6ts de I'enfant. (1)
Quoiqu'il en soit, la thdorie de la
Constitution touchant 1'enfant ldgiti-
me contrast avec celle qu'elle con-
sacre a l'6gard de l'enfant natural.
En effet, -- nous y reviendrons plus
loin ce dernier ayant la nationality
du p6re si celui-ci le reconnait le pre-
mier ou en meme temps que la mere,
suppose que le p6re vienne a mou-
ir apres avoir reconnu son enfant
implement congu (2). L'enfant na-
turel ainsi reconnu aura done pu re-
cevoir la nationality de son pere pr6-
d6cdd6, et l'enfant l6gitime ne le pour-
ra pas Cette difference, choquan-
to A premiere vue,se justifierait pour-
tant par cette consideration que, dans
les conditions d'inf6riorit6 social ou
vient au monde l'enfant natural, il
6tait n6cessaire que la loi facilitat
particuliBi'ement les moyens de lui
procurer une filiation et une natio-
nalit6 certaines.
( C) La ialionalite de 'enfant natural
se determine. d'apris la m6me r6gle
que nous venons d'etudier, au jour
de la naissance. L'acte post6rieurde
reconnaissance r6troagira a cette da-
te pour lui imposer celle des deux
nationalities, paternelle ou maternel-
le, qui doit pr6valoir suivant les hy-
pothiiees de'ja examines. Si la na-
tionalit6 actuelle du parent qui pr6-
domine n'est plus celle qu'il avait au
jour de la naissance, c'est celle-ci qui
s'inpose a 1'enfant.
Au cas oI le pere aurait reconnu
son enfant natural simplement con-
cu, la nationality paternelle devrait
toujours pr6valoir. ( Est haitien, dit
le texte, l'individu n6d galrment en
Haiti ou ailleurs de m6re lhatienne,
sans &tre reconnu par son pdre. ) Or
l'enfant en question nait reconnu par
son pire ; ii a done la nationality de

1] Voir Andre Weiss, manuel de Droit international
priv6, I'. !.
[2] I.. I.. reconnaissance, gCndralement adinise en droit
frangais, doit Wtre admise 6galement dans notre droit; la
forme de 'acfe, pour dir':i.i 'i..- .p .-i11,: r .l 1.,. notre 14gis-
lation, peut ne anmoins -' ..-1.. o.i -. I -i .i'. connaissance,
don't la necessilt pratique et le cuaractre moral sont mani-
festes,


ce dernier. Si le pere est pr6d6c6d6,
apr6s avoir, depuis la conception de
l'enfant, change de nationality, nous
pensions qu'il faudra s'attacher a sa
nationality au jour de la reconnais-
sance; c'est une date sOre qui tran-
che toute discussion ; ot si l'on con-
sidre que,- d'une part, la Constitu-
tion est muette sur ce point; que,
d'autre part. le calcul 16gal de la p6-
riode de conception constitute une
presomption pour'un cas d6termind
et ne peut done s'appliquer dans une
autre sphere, on voit qu'il ne reste
plus qu'un recours, 1'acte mime qui
constatela filiation paternelle et qui
est le titre de l'enfant. Si le p(re est
vivant, I'enfant devra recevoir la na-
tiknalit6 paternelle au jour de la nais-
sance. cette solution rentrant dans
le syst6me g6n6ral de la Constitution.
( D) Les enfants adultirins et inces-
tieux ne peuvent bheneficier d'aucune
reconnaissance. Elle serait nulle et
inop6rante. I1 en resulte qu'ils doi-
vent, en principle, etre traits come
s'ils 6taient n6sde parents inconnus.
Ils n'auront la quality d'haitiens que
si a leur naissance en Haiti s'ajoute
une descendance africaine.
Dans les cas exceptionnels ou, par
example, un jugement admettant un
d6saveu ou annulant unmariage in-
cestueux viendrait r6evler la filiation
adulterine ou incestueuse, nous cro-
yons que des distinctins s'imposent.
1'e Hypoth6se. Le j,,e/eini ne rdvle
que la mere. Si elle est haitienne, elle
done sa nationality a l'enfant. Si
elle est trangere, c'est sa loi person-
nelle qui decide si l'enfant prend la
nationality maternelle; mais quoiqu'il
en puisse Atre, I'enfant. est stranger
pour ia loi haitienne.
2mc Hypothi(.se Le junement rdvIle le
pore et la mere. Si le p6re est haitien,
sanationalitM s'im pose a l'enfant dans.
tous les cas. L'article 3 1 est for-
mel : Est haition tout individu ne
en Haiti ou ailleurs de pl'.'e haitien. ,
On le voit, nulle n6cessit6 d'une re-
connaissance, la simple cl.tnstatation
,1g.al,:, de la filiatien p.atrnpille, par
voice judiciaire ou volontaire, suffit


___~











REXVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


pour 'attribution de la quality d'hai-
tien.
Si le pere est stranger et la mere
haitienne, la question change. Aucun
texte ne nous permet d'attribuer A un
enfant naturel-la nationalit(I du pAre
stranger, en dehors d'une reconnais-,
sance formelle. Or, le jugement qui
revele la paternity adulterine ou in-
cestueuse ne peut ktre assimil6e A
une reconnaissance, celle-ci 6tant ex-
press6ment interdite en casd'adulte-
re ou d'inceste. ( Code civil, article
306 ). Force done est de donner A
cet enfant la nationality de la mere,
car "( est haitien tout individu n6 en
Haiti ou ailleurs de mere haitienne,


sans 6tre reconnu par son pere ; et
il est haitien, on le voit, par la sedle
constatation 16galede cette maternity.
Rappelons toutefois en terminant -
et cette observation domine d'un
bout A i'autre cette matiere de la na-
tionalit6 que l6gitime, natural or-
diin.ire, incestueux. adult6rin, de
parents strangers, de parents incon-
nusou connus, l'enfant est dans tous
les ca.i, haitien jure soli, si, descendant
d'africain, il nait en Haiti. En fait.
l'application de cette rAgle g6n6rale
supprimera la plus grande parties des
difficulties sp6ciales que nous avons
essay de r6soudre.
Louis BORNO.


A PROPOS DE LA QUESTION FINANCIER


Nous avons dans notre dernier nu-
mero consacri une court note A ,la
question financiere,,, nous reservant
d'y revenir plus A loisir. Personnel
ne s'en .tonnera, s'il est indeniable
que cette question domine actuelle-
ment toutes les autres et tient en
suspens l'existence mcime de la na-
tion. En pareille matiere, aucun 6l16-
ment d'appr6ciation n'est A dedai-
gner. Un de nos collegues, Me Maxi-


milien Laforest. a eu l'heureuse id6e
de mettre en regard dans un tableau
comparatif les sommes figurant au
total des divers budgets de la R6pu-
blique, depuis 56 ans, ainsi que les
variations annuelles de la prime sur
l'orjusqu'en 1871. Les chiffres,comme
on dit communmrnent, ont leur 6lo-
quence. Laissons parler l'l6oquence
des chiffres.


TABLEAU des lois de iull'el' de voices et moyens, et de celles des defenses,
pour chacune des anndes ci-aprIs ,.;'/':, ., par le Corps leyislatif ou par un
Gouvernement provisoire.
-I ______________________________________


DATE. DEs LOIS, DICRETS ET ARRtTES


26 Juillet. ..
15 Decembre.-

29 D6cembre.


10 N.:,~mll :



Voies ot moyens pour l'ex. 1848.
Depenses .
Le taux du change a varied de G.
le doublon d'2spagne.
Voies et moyens pour I'ex. 1849.
Depenses . -
Le taux du change a varied de G.
le doublon.
Voies et moyens pour 'ex. 1850.
Dppenses .-
Le taux du ii canie a i ari de G.
140 d .,tw' / i.a,, b'.iit, (1)


MONNAIE
FORTE

881.000
I.

925.300



'15 ')


MONNAIE
NATIONAL

4.849.400
4.974.840 53

5.898.550
7.092.835 58

3.363.100
5 t';'?? S37 88


(I ILe I- **t I. vat it CEl/do duihw,.


1847


1848


1849


~ __












26 REVUE DE LA SOCIITE8 DE LEGISLATION
I ________ I_ _


DATE DEs LOIS, DECRETS ET ARRRTES


1850 |


1851


1852


1853


1854


1855


1856


1857


1858


1859


Decembre.
a


30 Janvier .

26 Aoiit ....

30 Octobre..

27 Octobre...
D


1860 11


1861

1862

1863


1864


26 Decembre.


7 Juillet....


12 Juillet ...


8 Juillet ...


8 Novembre.


3 Decembre.


8 Juillet. ...










14 Juillet....
20 Juillet. ...


Voies et moyens pour 1'ex. 1851.
D6penses -
Le taux du change a varied de G.
140 a 250 le doublon.
Voies et moyens pour l'ex. 1852.
D6penses. .. -
Le taux du change a varied de G.
140d 250 le doublon.
Voles et moyens pour I'ex. 1853.
D6penses -
Le taux du change a varied de G.
220 d 280 le doublon.
Voies et moyens pour 1'ex. 1854.
Depenses. -
Le taux du change a varied de G.
220 & 260 le doublon.
Voies et moyens pour l'ex. 1855.
D6penses. -
Le taux du change a varied de G.
250 & 300 le doublon.
Voies et moyens pour l'ex. 1856.
D6penses -
Le taux du change a varied de G.
257 & 3 14 le doublon.
Voies et noyens pour 1'ex. 1857.
D6penses -
Le taux du change a varie de G.
266 d 310 le doublon.
Voles et moyens pour l'ex. 1858.
Depenses -
Le taux du change a varied de G.
208 & 240 le doublon.
Voies et moyens pour 1'ex. 1859
Depenses. -
Le taux du change a varied de G.
260 & 320 le doublon.
Voies et moyens pour 1'ex. 1860.
Depenses -
Le taux du change a varied
Voies et moyens pour I'ex. 1861.
Depenses -
Le taux du change a varied de G.
200 a 240 le doublon.
Voies et moyens pour l'ex. 1862.
Depenses -
Le taux du change a varied
Voies et moyens pour 1'ex. 1863.
Depenses -
Le taux du change a varied
Voies et moyens pour 1'ex. 186-.
D6penses -
Le taux du change a varied
Voies et moyens pour l'ex. 1865.
DBpenses. .
Le taux du change a va'ie


2.722.500
1.792.554


2.989.051
1.'95.580 01


NMONNAIE
FORTE


1.229.200
494.006

1.311.587 50
533.161 75

1.365.950
552.018 75

1.482.900
458.721

1.546.300
636.965

1.458.950
687.061

1.479.830
682.565

1.477.080
833.065





1.702.500
972.572 64

1.892.200
1.334.550 44


2.062.865 98
1.500.964 46

2.191.680 78
1.526.065 50


NIONNAIE
NATIONAL


4.085.180
10.486.371 32

3.623.080
11.045.096 42

4.320.150
11.546.468 20

4.657,000
12,655.562 32

1.221.050
7.680.564 96

1.499.950
7.908.714

1.758.500
8.040.317

1.690.000
11.486.161





1.657.500
11.075.658 96

3.477.000
11.289.876 66

2.191.079 01
10.034.951 41

4.479.458 91
1 .01', 92-'> 45

3.318.300
15.319.202

3.384.3f3
17.208.499 65













REVUE DE LA SOCIITIR DE LEGISLATION


1865

1866


1867


1868

1869

1870

1871


1872

1873

1874
1875
1876

1877

1878


DATE DES LOIS, DIRCRETS ET ARRITES


18 Aout. .....

25 Aoft. ..
5 Septembre










23 Septembre


16 Aott. ...







27 Aoft ....

11 Septembre

23 Septembre


1879 20 Decembre.


1880

1881


1883



1884-

1885


27 Octobre..

24 Octobre...
22 Octobre..
15 Octobre ..
16 Octobre ..
15 Octobre ..



10 Octobre ..

2 No:,V;:Rmb'II.
t Noveml're


Voies et moyens pour l'ex. 1866.
Depenses -
Le taux da change a varied
Voies et moyens pour 1'ex. 1867.
Depenses -
Le taux du change a ete' c.'i i,i.
d G. 15 lapiastre.
II n'y a pas eu de session par la
dispersion de la Chambre des
Representants lelO ,lt ~l.r*. a
l'occasion de la petition de la
dame du General Lon Montas.
Pas de session legislative. Pas
de Budgets.
Pas de session ii'i-1.it:iv.. Pas
de B.:.'-. t .
Voies et moyens pour l'ex. 1871.
Depenses .. -
Le taux du change a varid
Voles et mrn;.r:, pour 1'ex. 1872.
Depenses .
Le laux du change a varie'
Voies et moyens pour I'ex: 1873.
Depenses.
Pas de corps !li--l.ii.i. Pas de
budget.
I1 n'y a pas eu de 1 .I. t- I1 .1 vote.
Iln'yapas eude r-I t .1,-, votd..
Voies et moyens pour 'ex. 1877
Depenses -
Voies et moyens pour F'ex. 1 ._7
D -pii -r . -
Voies et moyons pour I'ex. -i 7'.
Depenses. .. -
Loi qui adopted le II]..!- It de
1'. ::,: ri..i. -. 1878-1879 come ba-
se des allocations accordees
pour la pbri .I. I .i-aI in i-1n fl *, i:
du 1er Octo !,. 1 '-7', .i.l :-,1 s |-
tembre 1880.
Voies et moyens pour l'ex. 1881.
Depenses .. .
Voies et moyens pour 1'ex. 1882.
D'epenses ..
Voies et moyens pour l"ex. 1883.
Deperses .. -
Loi adoptant les allocations vo-
tees au budget de l'exercice
1882-1883 pour la pbriode ad-
uiiii- ti li-,. i.i e1 Octobrel883
an :2) s pl-mrilnl-_ 1884.
v,-nies rt moyens pour 1'ex. 1885.

\'Vij" -s :t nil yens pour 'ex. 1886.
Dipenses -


MONNAIE
FORTE



1.895.580 01


2.805.218
1.855.411


3.384.872 65
'2 'S.'.*.;.' 19
? .7.2 ^-_I'l 19


4.118.062 20
3.784.501 54
4.308.766 10
2.772.013 61
i..i5 I -l.0I0
2.971.909 73





.* ".. 1 ; t.;t *
r.ii73 ti67 04
3.708.834
4.478.546 05

S.7,..713 34


2 .;S. it(:t
4.319.097
4.024,466
4.024 io;;


_k~~~- ____________________________________-~ -


NONNAIE
NATIONAL


3.384.313
17.208.499 65

3.498.400
16.407.330 65










697.394 65


1.862.226












q2 REVUE DE LA SOCIJETf DE LEGISLATION
I ___________________ _____________________________


DATE DES LOIS, DECRETS ET ARRTESS


1886 21
22
1887 11

1888 26


1889

1890

1891




1892






1893

1894


Ao t .
Aoit ....

Septembre


26 Septembre
30 Septembre
1 Octobre..

25 Novembre


3 Octobre..






21 Novembre

14 Septembre


21 Septembre
1895 29 Septembre


1896


5 Octobre ..




13 AoCtt.....


Voies et moyens pour 1'ex. 1887.
D6penses -
Voies et moyens pour l'ex-. 1888.
D6penses "
Decret du Gouvernement provi-
soire adoptant pour I'exeri i,_c
1889, le budget p6rim6 des
voles et moyens 'et celui des
depenses sauf en ce qui con-
cerne les indemnites allou6es
au President de la RWpublique
et aux employs de son cabi-
net particulier ainsi qu'aux
anciens sdnateurs don't la sus-
pension est de droit.
11 n'a 6te rien vote cette annee
pour l'exercice 1890, par l'as-
semblde constituante.
Voies et moyens pour I'ex. 1891.
D6penses .. -
Voies et moyens pour I'ex. 1892.
Depenses -
Avis du Secr6taire d'Etat des Fi-
nances, annoncant que, par
erreur, les depenses sont de
Piastres 7.998.02111 au lieu de
Arr6te du President d'Haiti met-
tant en iigueur le Budget 1891-
1892 pour 1'exercice 1892-1893
par la raison que le SBnat.
iaute de fcurml,', n'a pu voter
les budgets que la Chambre lui
a exp6dids A la derniere heure
de la cl6ture de la session.
Voies et moyens pour l'ex. 1894.
Depenses pour le meme exercise
Voies et moyens pour 1'exercice
1894-1895.
D6penses pour le meme exercise
Voies et moyens pour l'exercice
1895-1896.
Depenses pour le m6me exercise
auxquelles il faut ajouter :
montant de la
dette publique P. 1.423.685 06
montant de la
dette flottante P. 5.456.617 42
Arrete du President d'Haiti met-
tant en vigueur Ie Budget1895-
1896 pour l'exercice 1896-1897,
par la raison que le S6nat, fau-
te de temps, n'a pu voter les
Budgets que la Chambre lui a
expedi6s A la derniere Ilt:ure
-d 4a ol.t'Itm] d., la session.


MONNAIE
FORTE


4.167.230 60
4.1-43.823 28
4.136.670 30
4.134.497 78


5.183.481
5.230.933
7.886.632
7.967.516
i


7.967.516 11







8.132.453 40
8,415.283 70
8.149.279 09

9.662.791 88
7.940-440 66

7.882.065



6.880.302 48


MONNAIE
NATIONAL


~












REVUE DE LA SOCIIET DE LEGISLATION ,29
i, IIrsa_ ~1 ~e


DATE DES LOIS, DICRETS ET ARRTESS


13 Aoit. ....

14 Aoit.. ...







16 Septembre

17 Septembre
7 Octobre ..

16 Octobre ...

31 Juillet ....

16.Octobre...

30 Septembre


Arretd du President d'Haiti, di-
minuant du susdit Budget 1895-
1896 de la some de . .
Arrete du President d'Haiti, aug-
mentant le susdit Budget 1895-
1896 de la some de . .
chacun des departments mi-
nisteriels.
Voies ct moyens pour l'exercice
1896-1897.
Depenses pour le m6m- exercise
(Dette publique et dette floltante )
Voies et moyens pour 1'exercice
1897-1898.
Depenses pour le meme exercise
Voies et moyens pour 1'exercice

Depenscs pour le meme exercise
Voies et moyens pour l'exercice
1899-1900.
Depenses pour le meme exercise
Voies et moyens pour 1'exercice
1900-1901.
Depenses pour le m6me exercise
Voies et moyens pour l'exercice
1901-1902.
Depenses pour le m6me oxercice
Decret du Gouvernement provi-
soire adoptant le budget de
recettes precedent pour l'exer-
cice 1902-1903.
Il n'a 6td pi-is aucun d cret pour
le Budget de dcpenses.


MONNAIE
FORTE


732.958 521

471.747 27


7 940.440 66

7.882.065
4.625.423 73
5.365,198 43

5.627.260 151
5.633,067 71

4,516.096 40
4.499,067 14

4.198.336 61!
4.200.264 40'

4.409.318 07
S4.422.516 43


MONNAIE
NATIONAL


1896









1897

1898

1899

1900

1901

1902


Par ce tableau on peut constater penses augmentent. Une claire d6-
quelle a Wtd Ja progression des dd- monstration peut en ktre tire du bi-
penses de 1'Etat sous les diverse Ian annuel de notre situation finan-
administrations qui, depuis- 50 ans, ciere, dress au 31 Ddcembre 1902
ont gOres notre fortune publique. par la Banque d'Haiti (service de la
Pour les dernieres annies l'examen tr6sorerie et de la dette publique.)
est particulierement 6difiant. Plus Le r6sum6 des dettes de 1'Etat pre-
les recettes diminuent, plus les dd- sentait :


Au 31 DNcembre 1890 un t


, 1891
, ); 1892
, 1893
, 1894
S 1895
1896
S..- .- ... X897 1


de


total de Or P. et G. 15.899.311
S15.757.011
,, 16.993.347
S 18.175.198
S,) 19.037.130
S21.122 036
S26.875.784
Or- P-- 46.779,094 35 ,t. de G.


80
28

13
31
88
82
9.789 I07 61


6.880,302 48

2.968.661 06
2.223.715 71

2.337.204 73
2.325.283 73
-'.'. 1 2. .!-- 22
2.913.593 28

2.536.099 76
2.536.224 76

2.917,434 85
2,911.490 12













REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Au 31 D6cembre 1898 de Or P. 17.548.805 45 et de G.
1899 19.076.732 90
1900
1901 23.223.465 79 -
) 1902 26.154.993 79 "


( II faut ajouter a ce chiffre, (c'est-
a-dire au total ci-dessus 6tabli pour
1902) fait remarquer la Banque, P.
700.000 environ en or am6ricain,
montant de la consolidation a effec-
tuer pour les cr6ances acceptdes par
les deux dernieres commissions. ,
Depuis, il a 6td contract (10 jan-
vier 1903) un emprunt de G. 900.000,
remboursable dans le de1ai d'un an
en or am6ricain, a 80o/o de prime,


9.227.713 28
9.372.183 31

4.737.782 91
5.062.840 93


soit P. 5i.)i.ii.i( or, produisant int6rets
de 1 o/o par mois et garantis par la
moitid des droits d'importation a par-
tir du Icr Mai 1903.
La dette ne manquera pas de se
grossir encore du montantdes indem-
nit&s alloudes pour reclamations di-
plomatiques, qui, apris chacun de
nos bouleversements politiques. re-
pr6sentent la carte a payer aux resi-
Sdents strangers.


Or, les revenues de l'Etat ont 6t6 (du ler Janvier au 31 Decembre de chaque
anne) :


En 1890
1891
1892
1893
1894
1895
1896
1897
1898
1899
1900
1901
(1) 1902


de Or P.
I)

1)
I)
1)
I)
I)
I)
I)

))




n




3.306.447
3.102.456
3.164.960
3.301.868
3.007.084
3.310.435
2.500.419
2,993.337
3.212 238
2.811.847
3.332.000
2.863.996
2.36S.895


ot G.

1)

1)
I)
I)
I)

I)
I,


5.694 273
5.063.544
4.526.619
4.421.372
4.246.739
4.256.072
3.625.285
3.957.897
2.640.574
2.t 66.559
4.448.505
3.456.348
1.922.213


Nou-s aurons complete le bilan
quand nous aurons dit que 1'Etat, qui
au 31 Dkcembre 1902, ne pouvait dis-
poser pour toutes resources que
d'une fraction infime 2/8 du pro-
duit de la surtaxe en or de 25 o/o sur
les droits d'importation, a recouvre,
par suite d'un arrangement avec ses
p1.,'':r- don't les creances ont 6td
consolidses, la disponibilit6 de ses
droits d'importation a partir du 15
Janvier 1903. Nous venons de voir
qu'il s'est empress d'en ali6ner de
nouveau la mioiti ad partir du 1"' mai
prochain pour !e service .de l'em-

!1) II convient d'observer que le chiffre des recettes pour
1902n'a pu 6tre flx4 que par .il...,..y' al...,n ,. ..au... il. i
derniers bv6nements 'aqui ont jp ,.- ,i ra' .Itiil,.atl.:,ri
dans les services publics. )


prunt de G. 900.000. De la surtaxe en
or de 25/0 il ne lui revient toujours
que les 2/8. Quant.aux droits d'ex-
portation, ceux qui present sur le ca-
f6, Ie cacao, le campeche et les raci-
nes de caiiip.--,:e,- autant dire la
totality de nos recettes. a l'exporta-
tion diminu6es h peu pros du trentie-
me, --restent engages pour- le rem-
boursement de certaines dettes pri-
vildgi6es, savoir : la dette Domingue,
I'emprunt c-etl.ri.'iu de 1896(50 mil-
.lions de francs), les emprunts conso-
lid6s 12 /o et 6 o/o et la dette intdrieu-
re 5 0/,, qui absorbent le produit des
dr Octobre 1902 80 /o et la creance G.
Keitel et Co 20 o/0 (chemin de fer de
la plaine du Cul-de Sac ) jusqu'ici


___~











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


inexpliqude, que garantit le pro-
duit des droits sur le cacao, le cam-
pecheet les racinesdecampeche.
Quel home de bon sens, apres
un tcl expose, refusera de se rallier
a h,..ir- conclusion: L'Etat haitien
doit d 6j pr&s de 29 millions de dol-
lars, son revenue annual ne depasse
plus guere 3 h 4 millions de dollars
en parties hypothdques. Aucune me-


sure financi6re n'aura la vertu de
nous retenir sur la pente de l'abime
oi nous courons d'un ccur 16ger, si
elle ne s'accompagne de la rdsolu-
tion 6nergique de ne plus augmen-
ter notre dette publique, c'est-A-dire
de r6duird les d6penses en propor-
tion des recottes disponibles.
G. S.


Une loi d'exception devant le Sena[


Le Sdnat en sa seance du 26 Mars
a rejet6 un project de loi pr6sent6
par M. le Secr6taire d'Etat de laJustice-
et tendant a reliever les justiciables
des decheances, forclusions, proemp-
tions, pit.-'irllrtions ou amendes en-
Scourues du 28 Juin 1902 ( i ce jour ,.
Soumis d'abord h la sanction de la
Chambre, le project avait tte adopt
sans opposition. Au Senat, il a reuni
centre lui 1'unanimitd des votants:
on l'a condamnne pour attentat a la
la Constitution. Il nous a pairu int~-
ressant de signaler dans le remar-
quable Rapport du Comit6 de L6gis-
lation du Senat lds principles invo-
quds en faveur du rejet.
Le Rapport fait observer d'abord
que la loi proposed n'a pas pour fon-
Sdement ((un ftat de fait g6ndral, for-
mellement affirmed, une ndcessitM
social reconnue mais des supposi-
tions vagues, s'appliquant A certain
irit6rets priv6s qui ont pu se trouver
compromise par les derniers troubles
politiques. Ces troubles interrompre le course de la justice
dans les villesdu Cap-Haitien,dePotit-
GoAve et dans les Departements
du Nord-Ouest et de I'Artibonite, on
demand aux Cli:itrnlre, d'y avoir
6gard en pregnant une disposition qui
s'6tende a toute la Rdpublique. Pre-
miere inconsequence. Si la loi pou-
vait 6tre vote, il en faudralit restrein-
dre l'application aux seules parties
du territoire o I' interruption du


course de la justice aurait Wt6 rdelle-
ment constat6e. Cette constatation
n'aurait eu d'aillours la vertu d'ar-
rtter I'effet des lois que si elle
avait dt6 faite durant les 6v6nements
qui y auraient (.l.,ii' lieu et si elle
s'acconmi,: I i;t d'une declaration
publique de l'autorite competente
stipnlant que touts prescriptions,
p6ircm ti, in etc. (1.ii! i,,eraient sus-
["iil-w- jusqu'h telle 6poque dl'l,.-
min6e ou jusqu'a l'accotnplissenient
de tel .vnnement.
Mais la loi ne peut ,'i.: vote, parce
clue son principle est contraire a l'art.
17 de la Constitution. L'article 17
'pose en principle qu'aucune loi ne
peut avoir d'effet rctroactif etil ajou-
te que la loi rdtroagit toutes les fois
qu'elle ravit des droitsacquis. (( Or, si
des p6remptions, prescriptions, dd-
cli,:,inier.-, etc., ont itt encourues par
certaines personnel. du meme coup,
d'autres personnel. par Il',:-te des
lois prononcant ces d6ch6ances,
prescriptions, prremnptions, etc., ont
acquis des droits desormais inatta-
quables, que la Constitution protege
contrc le danger de toute loi r6-
troactive. ,
( Ce principle de la non r6troactivit6
.des lis, de la prohibition des lois
rdtroactives,.poursuit le Rapport, le
constituent haitien n'a jamais perdu
l'occasion de le proclamer, de le for-
muler .expressmxaent. Ainsi, avant
article 2 du code Civil portant queo











REV U. DE LA SCC(ThTJ DE ULGH31SLATION


la loi ne dispose que pour l'avenir et
n'a po-int d'effett retroactif, les Cons-
tituti:ion (de 1805 (art. 2), de 1807 (art.
51) et.de 1816 (art. 15) avaient. pos6
ce plrin,'ip tutelaire, don't I'.oubli oiu la
violation entrainerait les pl LIu grave 'es
et Ie-; plus d6plorables conLsi uenceO.
Depuis le C:ode civil. les Constitutions
de 1843 (art. 22), de 1846 ( art. 24 ), de
1849 (art. 23), de 1867 (art. 19), de
1s74 (art. 21), de1879 ( art. 19) et de
1889 (art. 17) l'ont ci n..ri en ter-
mes express, encore que l'article 2 du
code civil n'ait jamais 6tW abrog6.
D'ailleurs a supposed que le Corps
LUgislatif, m6connaissant son r6le,
allh'it j'-iqu'a voter une loi qui ddroge-
rait h la Constitution, elle n'oblige-
rait pas les citoyens et devrait 6tre
ri'puilire par les Tribunaux, en vertu
de I'art. 147 de la meme Constitution
qui leur prescrit de ( refuser d'ap-
pliquer les lois iiic:,n-lntiutiin ,nelle.-. )
L'oeuvre dii I,'gi.-lateur s'erait dine
vaine: (maiselle serait tout de meme
daingereu-,. en ce sens qu'il pourrait
prendre f;ntai.sie a certain juges de
s'enservir pour froisser et mecon-
naitre des droits acquis. Et alor-s
quelle incertitude, quelle ins6curit6
de tous les droits, quelle intolerable
pert.urbatiin dans le corps social,
quelle diminution d'autorit6 morale
pour le Pouvoir L6gislatif
L'on ne peut en cette circonstance
que filiciter le S6nat de la Republique
de sa vigilance a sauvegarderlesprin-
cipes sur lesquels reposent la force et
le prestige de nos institutions. Nousne
saurionstrop yinsister: l'elaboration
des lois est chose delicate, qui de-
mande en tout temps une attention
soutenue et une r6elle competence.
Divers et complexes sont les inti.rlts
qui peuvent s'y trouver impliquis. A
n'envisager les questions que sous
un seul aspect, on court le risque de
couvrir de l'autorit6 de la loi des so-
lutions batardes et parfois de rivol-
tantes iniquites. L'honorable Rap-
lprteur de la commission du Senat,
M" Michel Oreste. a eu raison de le
dire : une loi mal faite est un danger


social par le trouble qu'elle introduit
dans le, rapport juridiques.
Le Piu\oir Exc'cutif se manque a
lui m'mne toutes les fois qu'il prend
l'initiative de presenter aux Chan-
bres des prorjets de loi hitivernent
elabori-s, plut6t propres a gener qU'A
servir l'actiion de la justice.


DECISIONS DU DESXIE CONGRS
IDES
REPUBLIQUES AMNIRICAINES
que le Dilegud d'Hati a signdes (Suite).

RESOLUTION

Le Musde Coininefrcia! de Plahidailphie.
Les soiis.i gni.,, D61igut~s des R6-
publiques rIpreli ie tle dans la se-
conde Confdrence Internationale
Americaine, duiment autorisds par
leurs Gouvelrnn-iimnts, ont approuv6
la RWsolution qui suit:
La second Conference Ilterna-
tionale A mi ricaine recommande aux
Gouvernements de.sRepubliquesquiy
sont repr6sent6es l'utilit.' de prendre
les measures necessaires au prompt
achievement et au prompt renouvel-
lement'des collections de leurs pro-
duits exposes au Mus6e Cominercial
de Philadelphie et la remise A ce
Musie, comme institution -d,'intdr'it
public, des donn:ei-t, reineignements
et publications officielles de carac-
tere g6n6ral, tendant a 'fivori.-er et
a augmenter le traffic commercial.
Fait et signed en la ville de Mexico,
le vingt neuf du mois de Jan\ier
mil neuf cent deux, en trois copies,
rnldigi-. respectivermen t en,11epagnol,
an _lais etfrai.-,ais, lisquellosdevront
6tre d6posees au Depar)'tement, des
Affaires Etranglres des Etats-Unis
Mexicains, afin d'en aiire des copies
certifli-es, qui devront -tre transmisets
par la voie diplomatique it chacune
des Puissance.- signataires
Le Ddl/iui d'Hfait a ..lnP.


_ _










/^ ''.-*?*


~~~~C74''.e 6i1~~,L~g-L


0.
~ $
Lr 1'


REVUE DE LA SOCIETY DE LftGISLATION


Avec ce numero noire Revue repreid le course rqgulior de quelquele temps contrarie par les veinemetl politiquei. Ell/e Iirhera. conmme par
le passe, de les rendre leplus utiles possible, afin de meriter du piiblii la mdme
bienreillance. .



COMMUNICATION
A LA
SOCI-ET DE LEGISLATION
(Sdance du 93 Avril 1903.)


MIESSIEURS.
Notre Socidt6 ayint l1i'id,; de por-
ter a l'ordre du jour de. ses d6libera-
tions la reprise de cette question de
, la reforme (conomique ,, d laquelle
nous avons cru devoir donner tous
les developpements qu'elle compor-
tait, vous ne trouverez peut-etre pas
hours de propos que, au p-,i'llabl1i je
resume l'objet et le plan de la dis-
cussion, et precise le point ou elle
s'6tait arret.e.
Vous vous rappelez comment nous
en avons Wt( saisis. La Chambre des
Comptes, dans un Rapport public au
Moniteur Officielsurl'exercice budg6-
taire 1890-1891, avait agit6 la question
de savoir quel est le moilleur -) --
me economique ':ipp1 .;1'll ha notre
pays. Le p1ulic-, interess6 aux con-
lusii:ni du Rnppl'iv li, se deman-
dait lequol serait le plus profitable a
1'Etat haYtien, du libre ,i ,.:, ou de
la fi,, r:/-l:/ ,, quand la Soc;,i.,- de L(-
gislation futtcon\.:.i' aln dl1:l::t, a titre
d'arl it re.i
En accordant que le system de la
libre con.-u ri'.ii:.- conomique est un
id6al de civilisation auquel tous les
peuples devraient s'cf'r, i .v-.r d'attcin-
dlr,, la plupart d'entre nous jugerent
neannioins qu'ily aurait imp, il i-ni',
dans l'6tatactuel d'inf6riorit6 de la
production haYtienne, a I. i'--.r entror
librem nti -,i, l:. ,,ti, n ,l', .-u e
sorte, Ih- [. .i itil- 1,. I ,.t:ri :'. Com -
m ent pI: rl .-l ,:1,i h. n e 1/l oi l il y
a..n: i-,. 1 r(' si peu de chose tt :li 11 : i '
O n ",p i'ri. en c ,'.l. .i > ,',:-ei -. ,11.'l
fa. ir i. ,r; rli-,-.rl d'c'al.,r'l, prote-


gerensuite le travail national, avant
de penser a 1'6manciper ,. ( Sances
du 27 Avril et du 4 Mai 1893, 2e annde,
No 3 de la Revue. )
Mais par iu ll- moyens realiser
cette protection don't nous reconnais-
sions l'opportunit6? 'Un nouveau et
vaste champ d'etude se decouvrait,
oui resolument vous vous ites enga-
g6s. Pour en faciliter 1'exploration,
vous avez adopted le plan trace par
notre colligue Louis Borno. ( S,'.-ice
du 27 Juillet 18U3, 2! annie, N" 6, pr:-
aE, 94 )
TRAVAIL AGRICOLE. 10 Etant don-
nde la n6cessit6 du ddgrevement de
nos denrdes, ,ri i,,.. d'un nouveau sys-
tome d'impots. Etude sur les revenues
domaniauix.
20 Moyens de d6velopl r et de pro-
t6ger lI -'-, ; lll I e : ( a ) measures fisca-
les; ( aquoi je vous proposerais d'a-
jouter: ( conventions avec les Etals Otran-
gers ). ( b) routes publiques, ,i;i /I.'
il,/,,,rnit r. .. ( autres additions ne-
cessaires ) encov .,j. 1,, ....t,, ,.i..'7 ag 'i-
cole;, nt.iim;iii ri t agricole.
TRAVAIL INDUSTRIAL. 1 Pe'termina-
tion ,'. *industries a proteger.
2 Moyens de developer et de pro-
teger ces industries : ( a ) esures fis-
cales, dlude du 1.;, /'. ( b ) encourage-
im en ts, ill/ti, ,r,' de ,",, ';-. '*'r.'. ,. lt -
mnent professionnel.
Le 1Iprtl-ier point de ce programme
l..,ri.:ii sur la r.f-i ,ri ,' de notre sys-
i t,--1- d'impositions. L'impB t fin.i:'r
-irvi de texte i un i.rilc, -t change
d'arguments. ( S6ances Iles- JuillPt,












REVUE DE LA SOCIgTIR DE 'LEGISLATION


10 Aott, 31 Aofit 1893, 2e annee, No 6 l'6tat actuel des mceurs de nos
et 7 ; seances des 4 Mars, 2 Juillet paysans.
1894, 3" ann'e, N 1 et'4 ). I n'est pasjust, d'ailleur.; s'il tend
Quelques-uns des controversistes, A infliger une sortede pdnalit6 aux
parmi lesquels il faut citer notre re- propridtaires rurauxquilaissentleurs
grettd collIgue Thoby, sans d6nier terres en friche, car ce ddlaissement
la justice thdorique du principle de la tient moins a leur negligence ou a
gendralisation de l'imp6t, tenaient leur d6dain de la. terre qu'a notre
pour 1'etablissement de l'imp6t fon- mauvaise organisation agricole. don't
cier sur les seules propridtds urbai- estresponsable lasocidtdtoutentiere,
nes, son extension aux propridtds ru- on, si l'on veut I'Etat.
rales n'etant pas, d'apres eux, ac- Plus lourde en rdalite qu'un inp6t
tuellement praticable. Notre So- foncier de 5 6/o sur le revenue net, la
ci6td, en majoritC, decida qu'en at- taxes de3 /o sur la valeur vnale, ab-
tendant- l'abolition total des droits sorbant chaque annde une parties du
d'exportation, l'impr t foncier peut capital, aboutirait en peu de temps
etre utilement etabli sur toutes les a une expropriation par 1'Etat, qui
terres, sauf sur cells don't les pro- ainsi decouragerait, empecherait m&-
duits sont dc'ja taxes A la sortie: ce me tout, progres agricole.
qui 6tait une facon d'emettre le voeu Pour toutes ces raisons, si nous
que la loi de 1826 visant au mime croyons devoir .tenter l'expdrience de
objet entrAt on application. I'imp6t fonoier, il faut l'asseoir sur le
Restait i determiner quelle assiette revenue net immobilier et so conten-
donner a l'imp61, les uns soutenant ter d'abord de le reorganiser dans les
avec Thoby qu'il doit reposer sur le ville et bourgs, ofl il exists djia sous
revenue net de la terre; les autres sur le nom d'imp6t locatif. Actuellement
sa valeur v6nale. Cette derniere opi- il est do 1 /o de la valeur locative
nion 6tait surtout celle de notre col- desterrains urbains occupds par les
legue Devot qui calculait qu'a 30/0 propridtaires et de 2 0/o de la valeur
l'impotfoncier pourrait rapporterjus- locative des propridtds loudes. Il est
qu'h six millions do gourdes par an porgu par la command et a son pro-
pour les proprtie6tsruralesseulement. fit. L'Etat ferait cuvre utile en re-
Apres avoir demontr6 l'exagra- pregnant des communes l'imp6t loca-
tion des calculs de Ddvot, et l'impos- tif pour y operer les rdformes ndces-
sibilit6 pour le systime parlui pr6co- saires, sauf A restituer aux commu-
nis6 de rdaliser ses provisions. Tho- nes une parties des r:.eette qui en pro-
by rappelait que l'impot foncier sur viendraient. La taxes pourrait etre
eI revenue net a pour lui d'avoir dlij:L porte e 5 o/o de la valeur locative des
fait ses preuves un peu partout. 11 est proopi6tis urbaines, N]iltie-. et non ba-
pratiqu6 chez p:esque tous los peu- ties. Par un mode rationnel de per-
ples civilises, au lieu que l'imp6t 'sur ception, on reussirait peut-{tre A ha-
la valour courante des terres n'est bituer nos populations urbaines au
usit4 qu'en on petit nombre de pays, payment des contributions directed,
oi on le confond d'aillours dans un et ce serait un acheminement a la
systeme g6cneral d'imp6t sur le capi- creation de l'imp6t foncier dans les
tal mo nier mode d'imposition a-t-il du A celaDevot r.'pindaitqre es va-
moins le merite d'etre mieux adapt luations produites par lui pour justi-
nux conditions 6conomiquesde notre fier du rendement lprob.:ble de l'im-
milieu ? Non,-concluait Thoby. p6t foncier ne l'6taient qu'g titred'hy-
Frappant a la fois les terres culti- pothse, personnel ne pouvant se flat-
v6es et les terres incultes ou inculti- ter d'avoir en ces matieres une base
tables, cells qui ne donnent aucun certaine de cal:ul. Etabli sur le re-
revenu, il nest pas praticable dans I venu net de lr terre, l'imp6t prIete le.-









REVUE DE EA SOCIETY DE LEGISLATION 35

flanc A une double critique: ii ne toutes les proprite6s, qu'elles soient
compete pas comme mati-re imposa- ou non occupies par des locataires.
bleles propriets rural;.s laisses en Arrivant aux q(lui'tiuins pratiques
friche; il rend difficilement r6alisa- souleves par la perception de I'im-
ble une taxe qui est deja d6clar~e pt sur les propriet6s rurales, c'est-
d'application impossible dans nos Ai-dire 4la forme dans laquelle se fe-
campagnes. Comment. en effet, cal- raient. les evaluations des revenues
culer chez nous le revenue imposable imposables et au quantum A prelever
de chaque parcellede terre, en tenant sur ces valuations, plusieurs de nos
compete des differences, de cultures, .coll6gues ont insisted sur l'opportunit6
de situation, etc? En France mime,' de la confection d'un cadastre, oft
ce calcul donne prise a beaucoup de toutes les terres du pays seraient me-
recriminations. Au surplus, I'imp6t surges, classes et 6valu6es suivant
francais sur les propriet6s rurales leur culture et leur rendement. En
n'est pas un veritable imp6t sur attendant le cadastre, M. H6rard Roy
le revenue : ce n'est, au fond, se serait d'avis, sous la reserve formu-
lon le mot de L6on Say, que la pa- 16e plushaut, que l'on confilt le soin
tente de l'agriculture. Le principal de reliever toutes les proprietes de
616ment devaluation est la parcelle chaque commune A des commissions
de terre elle-m6me.- L'imp6t sur locales, composes d'agents de l'ad-
la valour v6nale est d'une appli- ministration central, de conseillers
cation plus simple, plus aisee que communaux, de proprietaires ruraux
I'imp6t sur le revenue. Les calculs y et urbains, d'arpenteurs. Les proprid-
seraient plus A laport6e de nos admi- t6s seraient d6sign6es selon leur
nistrateurs et de nos agents. II ne culture, leur rendement approxima-
frapperait pas d'ailleurs plus lourde- tif, le'prix et 1'6poque de leur acqui-
ment le proprietaire rural, si le taux sition; on mentionnerait cells qui
de l'imp6t, la quotite rclaim6e a ont des usines, celles qui sont affer-
chaque proprietaire, 6tant fixee a m6es, avec le prix du fermage. Les
1'avance et la some a verser deter- rapports des commissions locales se-
minme par la valeur meme dusol, raient centralis6s au chef-lieu de l'ar-
cette quotit 6 tait calculde de facon A rondissement entire les mains d'une
ne cofter qu'un sacrifice nod6re au nouvelle commission, compose de
contribuable. -Enfin, dans ce syst6- I'administrateur des finances, du di-
me, les terres incultes, quand il serait recteur de l'enregistrement, du ma-
reconnu que leur etat est du A la n6- gistrat communal, de deux pruprie-
gligence ou A la faute de leurs pro- stairs ruraux et de deux notables de
priOetaires, deviendraient matipre a l'arrondissement. Cette second com-
imp6t. On userait pour euxdu meme mission 6valuerait chaque parcelle
stimulant reconnu efficace pour les de terre en pregnant pour base les rap-
propri6taires urbains. ports des commissions locales, con-
Ainsi, messieurs, se pr6sente A vo- tr61Bs par les donn6es du Bureau de
tre vote l'une et I'autre :hi--:., relati- I'enregistrement, lesbauxaferme ou
vea I'assiette del'imp6t foncier. a loyer, les actes de vente ou de par-
M. H6rard Roy, convaincitcomme tage; et rectifi6s A l'occasion, confor-
Thoby, de l'impraticabilit6 actuelle moment aux observations des con-
de l'imp6t sur les proprietes rurales, tribuables. Le travail achev6 serait
proposait quant aux propriet6s urbai- transmis A administration central
nes: lde l'rtabli sur la valeur v6nale qui le pr6senterait aux Chambres,
de la terre'pour les terrains nus, et pour ktre traduit en loi et pour la fixa-
ensemble sur la valeur v6nale de la tion du quantum de l'imp6t A pr'6le-
terre et de la construction pour les ver, ce quantum ne devant pas de-
terrains bAtis; 2o d'en augmenter la passer, dans tous les cas, 12 o/o du
taxe; 3 de la rendro uniform sur chiffre total des rovenus publics.










REVUE DE LA SOCIiTE DE LEGISLATION


LA s'est airri.t'- une des plus im- visions d'abor-d au possible come
portantes discussions sur lesquelles acheminement h tout le mieux desi-
se soit exerce 1'examen de notre So- rable; et dans la' pratique, choisis-
cietd. Elle vaut la peine d'etre pour- sons les systemes les plus simples,
sui\ ie, maintenant surtout que quel- s'ils sont les plus propres a r6aliser
ques-unes des id'1, agitees par nous cet ideal de justice fiscal, auquel
semblentobtenir un regain de faveur. doivent tendre les effilrts des gouver-
En aucun pays et en aucun temps, nants et des gouvernes, 6galement
la rIforme d l'imp6t n'est une ques- interess6s au bon 6quilibre de la for-
tion 16gere. On ne saurait donc 'en- tune publique.
tourer do trop de lumieres et de r6-
flexion. Pour 6viter les mecomptes, GEORGES SYLVAIN.




A LA SOCIETY DE LEGISLATION
PORT-AU-PRINCE
M\ESsIEUrR, Le Repr6sentant snussign6,
L'objet de cette communication est PROPOSE :
double. 11 s'agit, d'abord, de vous en- Qu la Chambre mette a son ord'e
tretenir d'une motion de la plus haute du jour 1t'tude s.rieuse et conscien-
importancc administrative produite cieuse de 1'organisation administrative
autrefois au Parlement; ensuite, d'a- de la Republique et qu'a cet effet il soit
voir votreavis sur un-point douteux former une commission d'enquete Idgis-
do notre droit public interne. lative, cr., ,''.-. d'eclairer la Chambre,
Premier point. -A la suite d'un plar un rapport circonstanci6 sur les six
I questions suivantes :
ng discours sur la decentralisation 1- Quelles sont, avec la legislation
administrative, le D6pute H. Price existante, les attributions des diff rents
formulait. Il 8 Aott 1876, la proposi- I :..-,, de administration intdrieure
tion suivante: ( Considerant que de la Republique ?
hIonneur rnme de la Chambre des 2 Quelle est l'etendue de la respon-
Representants lui fait un impdrieux sabilite respective de chacun de ces
devoir, sans parler des exigences re- agents ?
latives h 1'... i K..-. du mandate de D6- 30 En quoi les lois sur l'administra-
putdi, de so mointrer soicieuse dro la tion intsrieure de la R5publique sont-
t s elles in-uffisantes oU inexdcutables?
misere l1i --, -i don't gamissent nos 4 Par qcuelles dispositions l6gisla-
populations ; tives pourrait-on olvier a I'insuffisanco
( Consid6rant le relclhement in- ou a I'inexocution de ces lois ?
contestable de toutes nos lois sur 5"- Y a t-il lieu de decentraliser tout
administration interieure et F'influ- ou parties des services publics actuelle-
ence considerable que cette faiblesse lenlt a la *iI ,' de Etat ?
doit exercer sur l'etat de prosp6rit6 6u En cas d'une response affirmative
ou de nise ueurple. pc sur la cinquieme question, comment,
dans quelle measure, sous quel-fes r&-
Tenant compete du vomu exprim6 serves, cette decentralisation pourrait-
a notre connaissance par' un nombre elle 6tre admise dans notre legislation ?
considerable de citoyens de diverse
localitis de voir d6centraliser tout La l]p'Illit'ion du D6put6 Price,
oupartiedes services publics niglig6s appuye par plusieurs de ses col-
par I'administration central; lgues, entre-u i res, Boyer Bazelais,











REVUE DE .LA SOCIETEDE LEGISLATION


A. Thoby, Sylvain. Ovide Cameau,
E: Paul, fut adoptee et, conforimment
a la procedure parlementaire, ren-
voyee a une commission sp6ciale do
seize membres.
Les choses en resterent lI, ou plu-
tot, pour, 6tre plus exact, les Moni-
teurs de 1872 A 1879 ne contiennent
rien a ce sujet.

Reprenant A trente ans d'intervalle
la pens~e paternelle, je viens vous
demander, Messieurs, de porter h
,l'ordre du jour de vos ddlib6rations
.1'tude des questions ci-dessus et c'est
parce que leur solution imported A la
communaut6 que vousvoudrez bien
- j'en suis certain accepter de
vous en occuper.
Deuxieme point.- En ce qui con-
cerne les etablissements publics et
priv6s en Haiti, leur situation juri-
dique n'est-elle pas autre que celle
des institutions de meme nature en
France? C'est, du moins, mon opi-
nion. Je vais done essayer de I'expli-
quer par quelques considerations
d'ensemble sur la question.
D'apr's Duverdy, on designe sous
le nom d'6tablissements publics des
etablissements qui ont pour but l'a-
mdlioration des interets moraux ou
materials de la sociWt..
La nature de ces etablissements
varie suivant leur destination : tels
sont les h6pitaux, les etablissements
relatifs i l'enseignement et au culte.
D'autres sont fond6s en vue d'un but
-6conomique, come par example la
Banque Nationale d'Haiti.
(( Qu'ils appartiennent a laI pre-
micreou a ladeuxieme cat6gorie les
6tablissements publics presentent ce
caractere common qu-'ils participiLnt
a la vie administrative du Pays et
qu'ils sont places sous lo ci(inirrle de
l'Etat. ,,
D'une fagon g6nerale- il n'existe
dans notre legislation aucun texte
qui exige pour la constitution des 6ta-
blissements publics une autorisation
du Gouvernement, sauf en matiere
d'enseignement. L'Haitien ou l'Etran-
ger qui veut ouvrjr. un 6tablissement


scolaire doit obtenir l'autorisation
pr6alable de l'autorit6 universitaire.
Me fondant sur la definition don-
nee par Maurice Block, (( on entend
plus patticulierement sous le nom
d'etablissements d'utilite publique les
institutions d'origine priv6e qui, a
raison des services qu'elles rendent,
obtiennent l'autorisation d'acqu6rir
par donations et testaments. ,
Cette definition est exact, 6tant,
en effet, base sur I'article 910 du
Code Napol6on.
Mais ici et c'est li que je vou-
lais en venir se pr6sente une no-
table difference centre notre l6gisla-
tion et celle de la France. Cet article
910 n'a pas 6t6 reproduit dans notre
code civil, ni dans l'aricle 937 qui
lui sert de corollaire.
En vertu du principle que tout ce
qui n'est pas def'endu est permits, les
institutions d'ordre privet, en Haiti,
jil.iu,- it, sans immixtion aucune de
I'Etat, acquOrir par donations et tes-
taments. Etant des pcrsonnes mo-
rales, ellesjouissent de la plenitude
des droits civil attaches L cette qua-
liti, sauf, si elles sont 6trang res, la
restriction impose par l'article 7 de
la Constitution eu igard aux biens
immobiliers.
Par vole de consequence, une ins-
titution privee n'a aucun inti6rt A
adresser au Gouvernement une p6ti-
tion en reconnaissance d'utilite pu-
blique.
Exemple. I1 n'y a pas longtemps,
la Polyclinique Pean avait adress6
aux autorit6s comp6tentes une piti-
tion de ce genre. Je dis que rela n'6-
taitpas nicessaire pour arriver au
but poursuivi par le Dr Audain, ce-
lui de se fire allouer une subvention.
La m' me rcmarque pourrait s'ap-
pliquer, le cas Ocheant, i la Socitt6
de LAgislation de Port-au-Prince. A
cepropos je tiens a .:in l- InIr i'i une
constatation, c'est (,,', lFr.I.'.e la
reconnaissance d'utilit6 publique no
donne pas ipso facto, droit a une allo- -
cation budg6taire au profit de I'cta-
blissement priv6 qui est I'objet de
cette reconnaissance, toute sortie d1-











REVUE DE LA SOCIETk DE LEGISLATION


fonds 6tant subordonn(e a la deci- Au demeurant, veuillez agreer,
sion des Chambres. Messieurs, les assurances de la con-
Sous le ]"',e'fi,.,: des observations sid6ration distingue avec laquelleje
precedentes, je laisse A la Soci6t6 de vous saldfe.
Legislation le soin de statuer, me re- H. PRICE FILS,
servant de revenir, s'il y a lieu, sur Avocat, professeur d l'Ecole Nationale de
cette iiitdressante question. I Droit de Port-au-Prince.


La Societe de Ldgislation a eu la bonne idde de s'adjoindre comme Secrdtaires particu-
liers deux jeunes avocats du barreau de Port-au-Prince, signals c son attention
par leur mdrite. Me Hannibal Price est dejd un des families de la Revue: Nous-
souhaitons aujourd'hui la bienvenue a Me Elie Curiel, recemment nomme profes-
seur t i'Ecole national de Droit, oi Me Price occupe depuis plus d'un an la chai--
re de droit administratif.



CONFERENCES
DE L'ORDRE DES AVOCATS DE-PORT-AU-PRINCE


Tout le monde connait les difficul-
tes qui s'dlevent depuis quelquetemps
entire nos mii,.:.'i in et leurs clients
ia propose do notes d'honoraires. Les
voCtes de nos tribunaux ont plus
d'une fois retenti des d6bats passion-
nis que provoquent ces contestations,
malheureusement encoun.l,-l'- par
l'incertitude de la 16gislation sur la
maticre. En presence de deux vieux,
textes, tour At tour invoques avec une
gale nadeur par la resistance ingo-
nereuse des uns et les pretentions
exageres des ,(11 i.--, une 6tude s'im-
posait i attention des hommes de
loi. Le Conseil de I'Ordre des avocats
qui, par institution des conferences
contradictoires entire lesjeunes avo-
cats du barreau, a voulu, en mime
temps qu'offrir d'utiles exercices h
leurs talents, aider ia la solution des
qui.: i i j u ridiques d'utilit6 g','nd6ra-
le, no pouvait manquer do s'emparer
de hi qlwl-iii, pour en fire le sujet
d'une these..C'est ainsi que jeudi 26
Ma rsdernier deuxjeunesetdistingu6s
avocats du bnrreau attiraient au local
du tribunal civil un public nomDreux
et choisi. depuis longtemps deja ha-
bitu6 & go.uter le charge et l'utilit6 de


ces petites fetesjuridiques, mais d'au-
tant plus all6ch6 cotte fois-cique la
conference avait ete annoncde devoir
ktre orale.
Le sujet a discuter ctait done celui-
ci: ((La loi du 12 Mai 1826 qui fixe la
taxe des mddecins el chiarorgiens ext-ellt~
abrogee par l'article i2 de la loi da 17
juin 1847 sur lejury medical, ain.li con-
cu: L, jury Imid;ral esl apple' donner
son aris sur les contestations en matidre
de notes d'honoraires de bidderr t11 et de
compiles de pharmacies ? ,
M s Jules Rosemond et Edmond Al-
cindor qui doivent -iiutoniir, le pre-
mier I'affirmative, et lesecond la ni--
gative, donnent successivement lec-
ture des conclusions qu'ils vont d--
velopper, et font ainsi 6prouver i
I'awuliiiric un avant-goit des ddbats-
qui prepare agrablrement les ':'pi i's.
M" Rosemond obtient alors la p. role,.
et. au milieu d'un silence solennel,
il commence la discussion desa these.
II faut le dire tout de suite, il prO-
sente ses arguments en faveur de
l'abrogation avec une lhaleur de-
conviction et une exubNi',r.ice d--
monstrative qui ne tardent pas a ex-
citer une li'g'i're .;in; r iii:fi'n dans l'is-












REVUE DE LA SOCIIETE DE LEGISLATION


distance. C'est un plaidoyer abondant,
consciencieusement documents, qui
-dedaigne de se renfermer exclusive-
ment dans le cadre 6troit des raison-
nements juridiques qu'exigeait sur-
tout le sujet, et qui d6~boide en des
considerations hli-toriqute- et sociales
qui ne manquent cependant pas d'in-
l,.r'lt. Voici, A peu pres, le plan de de-
monstration que 1'entrainante elo-
quence du conferencier nous a per-
misde saisir:

Il expose d'abord I'origine dela loi
du 12 Mai 1826 : c'est une loi de cir-
constance, n(e d'un ca-price interes-
s6 du president Boyer la suite d'une
contestation personnelle qu'il eut A
soutenir centre un m6decin de 1'6po-
que. Son tarif d6risoire pouvait tout
au plus convenir a la- mrdecine rudi-
mentaire de ces temps. ,Mais le4
grands progrs accomplish, le perfec-
tionnement des modes detraitements,
les d6couvertes de nouvelles mala-
dies, le changement des mceurs le
rendent aujourd'hui inapplicable. Ses
motifs ont cess6. 11 ne se peut.pas que
des 1847, le 1egislateur n'ait pas eu
intention formelle de I'abroger par
1'article 21 de la loi sur le jury me-
dical, car son absurdity pratique ktait
depuis lors manifesto ;- et le confe-
rencier d6montre avec force cette ab-
surdit6 par des considerations trs j u-
idicicuses, etpar un intdressant exa-
men com):IIr-- des divers tariffs etran-
gers sur la' ratibre. -- II -1 vrai,
poursuit-il, que la loi de 1847 no com-
porte aucune clause abrogalive ex-
presse mais l'article 21 ayantappelI
le jury medical a connaitre des eon-
testations touchant les notes d'honu-
raires des medecins, a enlev6 la r6gle-
mentation de la matiere a la loi de
1826, et 1'a tacitement abrog6e, con-
formnment a I'article 4 du code civil.
Me Rosemond fait r ---lrtir d'ailleurs
que cetteloi n'a i.-i r ii- e6teappliquee;
et, malgr6 les terms formels de i'ar-
ticle 3 du code civil, il -i,-iii ;: i \.,l
courage, par de longues et laborieu-
-i:el. ril.,l,--.. que le non-usage ;u In
,i'-. t,]i tud I une cause d'.lir,, r,;,.n. I


et une cause d'abrogation necessaire
des lois dans notre pays,
Apres cette chaude et vibrant con-
f6rence, oh le jeune avocat voulut vi-
siblement passionner et convaincre
tout a la fois, la parole est accord6e a
M" Edmond Alcindor. don't les con-
clusions precises et bien motives
ont d6dj 6t6 particuli.-,r-inient remar-
qu6es. Un changement sensible se
produit dans l'assistance. A 'anima-
tion joyeuse de tout a l'heure succi-
de un silence profound, une attention
sympathique et recueillie que domine
seule une petite voix Idgerement flt-
tee. On eat dit que le Conseil, par le
choix des deux confdrenciers, voulit
produire un effet de contrast. 1"- Al-
cindor soutient la non-abrogation
dans un language m6thodiq.ie, plein
d'une noble simplicity. Son came, la
douceur uniform de sa voix symbo-
lise. pour ainsi dire, I'in6branlabilit6
fr.e,.iie et et serene de la loi don't il
1' fi-n:d l'exi-tence.
Dansunedi- ..i--i' .! purementj uri-
dique, il etablit d'abord piremptoi,'e-
ment, par arguments des articles 34
et 35 de la Constitution, 3et 4 du code
civil, que tant au point de vue cons-
tititi innel cqu'au point de vue du droit
civil, l'usage ne saurait avoir de ver-
tu ,l, ,I-, : tive dans notre I6gislation.
Passant ensuite i l'examen des deux
lois en question, il demontre que la
loi de1847 sur le jury medical n'a ni
express6ment ni tacitement abri(:.'
celle du 12 Mai 1 '?2,; su.r la taxes des
medecins. D'abord, pas de clause
abi .ii\ .-. Et ensuite, aucune incom-
patibilite dans les di i,.- ii:,ns: ce
sont deux lois -p'...: .-Ii.- qui statuent
-i Il,.l- m atieres (lff;.'l-. ; l'article
21 de la loi de 1847 s'accorde parfaite-
ment avec la loi de'1826, les contes-
t-,tin i qu'il privoit se rapportent h la
qualification des:n-i i,1 li:.-, la i .-I:,rii .
des traitements, toutes choses sur les-
quelles lejur i medical est appel6,
comme arbitre rapporteur, a four-

nii des avis d-- t ii r, a 6clairer lap-
plication du tarif de 1.>2 qui, d'ail-
leurs incomplete, a 1i',:.1.i r' laisser les
cas non pi'''\u- a un calcul do pro-











REVUE DE LA SQClIP-1% -DE 'LP.GISLATION


portion. Le syrrpathique orateur fi- vexment d'int('i'-t qu'on se dispose 6
nit, en reconnaissant l'olpplrtunitel' counter Me J. B.N. Valembrun.D'une
d'une loi plus en rapport avec les. voixlenteet grave, il opine nettement
progrgs de la m6decine, mais en 6ta- pour la non-aH.Irg-ui.tin de la loi du
i.li-miit par une solid argumenta- 12Mai 1845. Rel(-,i'n:llt les arguments
tion,comme poLur ;-itliinj'lr la. decision deja pr6sontds i;nr M" Edmond Alin-
du tarif, que contrairement a cc que dor, il les r.-i ,' du cachet prestigieux
fait penser la loi de convier--ijn de de sa magistrale parole, et les cou-
1872, les taxes pr6vues par ce tarif, ronne d'apercus nouveaux, de consi-
parfaitemento ll:pplicables.doivent-tre, durations jiridi' Ilis qui emportent
percues en monnaie forte et non en I'approbation gdn6rale. L'auditoire
gourdes nationals. sale ses co:inlliii.ins par les plus vifs
Les regards sont maintenant tour- applaudissements, et chacun se reti-
nes vers le siege du Commissairedu re, conlentd'avoir procure g son est
Conseil de 1'Ordre. Malgre l'heure prit un agreable passe-temps et un
avancee, c'cst avec un grand mou- utile exercise.
-------.-----.zx/q U--',.r---


DECISIONS DU DEUXIEME CONGRESS
DES

REPUBLIQUES AME RICAINES
QUE LE DIELRtGUlk D'HAITI A SIGNIES SITETE'


RESOLUTION

Au sujet des little Con/'rences inler-
nationales Americaines.
Les so 1.I--i;rn'-. Dc1' i,.'- des Rpu-
bliques reproscnthes dans la Seconde
Conference Internationale Amdricai-
ned ment a ll,- i-,'-,par lIurs Gouver-
nements, ont approuvi la Resolution
qui suit:
La Second Conference Interna-
tionale, Arnricaine,,
)DECIDE :
Que la troisiSime coiic r ,n i e interna-
tionale Amrricaine se rdunira dans
cinq ans, l'endroit que les repr6sen-
tants diplonatiques des R1publiques
Americaines ;i.. .1.:lites i WVashing-
ton et le Secr6taire d'Etat des Etats-
Unis d'Amirique designeraient cet
en,'.t, et d'accord avec cc q.uiserait
arret6 en reunion par eux tous, au


sujet du programme et nutres details
n6cessaires; pour tout ce qui prcelde
ils sont express6ment autoris.s a
agiren vertu de la pr6sente I'rsolu-
tion.' i, pour quelquc circonstance,
il n'cfait pas possible quo la troisie-
me conference se rCunisse dans cinq
ans, les Repr6sentants diplomatiques
accreditis h Washington et le Secre-
taire d'Etat des Etats-Unis d'Ameiri-
que pourront fixer une autre date de
reunion.
II est r6solu, Cgalement, de reconm-
mander Achacun desgou vernements,.
de pre-senter A la prochaine ( I iIl,- ii-
cc n rapport complete de tout cc qui
aurait etd faith dans lebuos pays res-
pectifs, relativement aux recomman-
dations approuvees par la premire-
et la second Co nfr' n ir..:.
Fait et -i n' en In ville de Mexico,
le vingt neif du mois de Janvier mil
neuf cent leu .\, en trois copies, ridi--
.'5 r e- spectiv'mein t 'n e pagr,.,l]. an-












REVUE DE LA SOCllETEL DE LEGISLATION


glais et francais, lesquelles devront
6tre d6posdes an d6partement des af-
faires etrangeres des Etats-Unis Me-
xicains, afin d'en fire des copies cer-
tifides qui devront etre transmises
par la voie diplomatique a chacune
des puissances signataires.
Le dle'glte' d'Haiti a signed.

TRAIT"
pour le rHglement par decision arbitrate
des reclamations de ,l,'oniiiijtiy, pecu-
nia res.
Leurs Excellen, es le President de la
Republique Argentine, celui de Bolivie,
celui de la Colombie, cclui de-Costa-Rica,
celui du Chili, celui de la Rdpublique Do-
minicaine, celui de l'Equateur, celui .du
Salvador, celui des Etats-Unis d'Amenri-
que, celui du Guatemala, celui d'Haiti,
celui de Honduras, celui des Etats-Unis
Mexicains, cclui du Nicaragua, celui du
Pai ui- L.', colui duPdrouet celuidel'Uru-
guay,
IDsirant que leurs pays respectifs'
soient represents d la Seconde Confe-
rence Internationale Amiricaine, y ont
envoy, d.ment autorisds pour approu-
ver les recommendations, decisions,
conventions et traits qu'ils ji-'.-.ti litI.
utiles aux int6rdts de l'Arnrique, Mes-
sieurs les Dledguds suivants :
Pour l'Argentine. Son Excellence Anto-
nio Bermejo. Son Excellence Martin Gar-
cia Merou, Son Excellence Lorenzo Ana-
don.
Pour la Bol-ivie. Son Excellence Fer-
nando E..Guachalla.
Pour la Colombie. Son Ex,-11. 1, Car-
los Martinez Silva., Son Excellence Ra-
fael Reyes.
Pour Costa-Rica. Son Excellence Joa-
quin Bernardo Calvo.
Pour le Chili. Son EI\.-ller.:r' Alberto
Blest Gana, Son Excellence Emilio Bello
Co.locido, Son Excl!ence Joaquin Wal-
ker Martinez, Son Excellence Augusto
Matte.
Pour la Republique Doi inicaine. Son
Excellence Federico Henri'quez y Carva-
jal, Son Excellence Luis Felipe Carbo.
Son Excellence Quintin Gutierrez.
Pour I'Equateur. Son Excellence Luis
Felipe'Carbo. .
Pour le Salvador. Son Fxc.-ll.:n,. Fran-


cisco A. Reyes, Son Ex,.,-llhnc.- Baltasar
Estupinian.
Pour les Elats-Unis d'Amdrique. Son
Excellence Henry G. Davis, Son Excel-
lence William I. Buchanan, Son Excel-
lence Charles M. Pepper, Son Excellence
John Barrett, Son Excellence Volney W.
Fosler.
Pour Guatemala. Son Excell nce An-
tonio Lazzo Arriaga, Son Excellence
Francisco Orla.
Pour Haiti: Son Excellence J.N.Le6ger.
Pour les Etats-Unis iMexicains: Son Ex-
cellence Genaro Raigosa, Son Excellen-
ce Joaquin D. Casasus, Son Excoll. Inr:.
Pablo Macedo, Son5 EX., ll,;-.:, Emilio
Pardo ( Jr ), Son Ex._l..r. .. Al'r.l.. Clha-
vero, Son Excellence JosO Lopez Portil-
lo y Royas, Son Excellence Francisco
L. de la Barra, Son Excellence Manuel
Marmol,Son Excellence Rosendo Pineda.
Pour le Nicaragua : Sun Excellence
Luis F. Corea, Son Excellence Fausto
Davila.
Pour le Paraguay : Son Excellence Ce-
cilio Baez.
Pour le Pe'rou: Son Excellence Isaac
Alzamora, Son Excellence Albe'rto Elmo-
re, Son l':,. ll1.-. ,i ,iiim l Alvarez Cal-
deron.
Pour l'Uruguawu : Son Excellence Juan
Cuestas ;

Les-uels, apres s'6tre communique
leurs 1p1-in- pouvoirs et los avoir trou-
v6s en bonne et due forme, it 1'excep-
tion de ceux exhibds par les reprc-
sentants de leurs Excellences le Prd-
sident des Etats-Unis- d'Amerique,
celui de Nicaragua et colui du Para-
guay, qui agisserit ad referendum, ont
convenu de conclude uii trait pour
soumettre it la decision des arbi-
tres los rclahmatioons d d dommages
p6cuniaires,dans,les series suivants:
Art. l.- Les Hautes parties con-
tractantes s'obligent it sou1nettre i
l'arbitrage,. routes les riclamations
pour dommanges et p:rl'-: pecuniaiires
qui seraieiint pisentses par ieurs na-
tionaux respectifs et qui ne poiurraient
,'t..i- rigles a l'amiable, par la vole di-
plomatique, Il.iorvii que les dites re-
clau:ln ii,-,li s'alini t s i.i T-.imm ent im-
pl.iolrtait- pour justifier les frais de
l'arbit 2 ge .
Art. 2. En vertnlu do la faculty












REVUE DE LA SOCIET 1 DE LEGISLATION


que reconnait 1'art. 26? dol la conven-
tion de la Haye, pour le riglement
p ,-':'i fiHq 1 u.i' d,-i conflicts internationaux.,
les Hautes parties contractantes con-
viennent de soumettre a la decision
de la court permanent d'Arbitrage
que la dite convention ktablit, toutes
les controversies qui font I'objet du
present trait(, a~ moins que les deux
parties rie preferent qu'il soit organi-
s6 une jurisdiction sp6ciale conform6-
ment a l'article 21 de la convention
precitee.
Dans le cas oi elles s'adresseraient
A la cour permanent de la Haye, les
Hautes parties contractantes accep-
tent les preceptes de la convention
pr6citie, en ce qui a trait l' organi-
sation du Tribunal Arbitral, A la pro-
cedure A suivre et a I'obligation
d'ex6cuter la sentence.
Art. 3. Le present Traite ne sera
obligatoire que pour les Etats qui au-
raient sign la convention pour le
rIglement pacifique des conflicts in-
ternationaux, sign a la Haye, le 29
Juillet1899 et pour ceux qui ratifie-
raient le protocole adopted a I'unani-
mit6 par les Republiques represen-
tees a la Seconde Conf6rence Inter-
nationale Amnricaine, pour l'adh&-
sion aux conventions de la Haye.
Art.'4. Si pour un motifquelcon-
que, la court de la Haye ne s'ouvrait
pas i l'une ou A plusieurs des Hautes
parties contractantes, elles s'obligent
a consigner dans un trait special
les rIgles d'apres lesquelles serla ta-
bli et fonctionnera le Tribunal qui
devra connaitre des questions aux-
quelles se rdfere l'articlel-o' du prI-
sent Traitl.
Art. 5. Ce Trait6 scra obligatoi-
re pour les Etats qui le ratifieraient,
a computer de la date otf cinq gouver-
nements signataires 1'auront ratified,
et il restera en vigueur ,durant cinq
ans. La ratification de co Traiti par
les Etats qui le signeraientseratrans-
mise au Gouvernement des Etats-Unis
Mexicains qui communiquera aux
autres les notes de ratification qu'il
recevrait.


En foi de quoi, les pl6nipotentiai-
res et D61Cgu6s signent le present
Traite et y apposent le sceau de la
Secon e, Confrence Internationale
AmSricaine.
Fait en la ville de Mexico. le tren-
teJanvier niil neuf cent deux, en trois
exemplaires dcrits, respectivement,
en espagnol, anglais et francti-,
lesquels seront d6poses au Ministwre
des Affaires Etrangeres du Gouver-
nement des Etats-Unis Mexicains,
afin d'en faire des copies cert-ifi es
pour ctri: envoyees par la voice diplo-
matique 4.chacun des Etats signa-
taires.
Le ddligudd'Haiti a signed. -

TRADUCTION
du Protocole d'adhe.sion aux C, ,.''" ., '.
de La Haye.
Considorant que les Dl66gues a la
Conference Internationale des Ropu-
.i.h lues A !r! .-!i.:s croient que l'o-
pinion publique, chez lesnationsqu'ils
,reprssentent ici, au.m- ir t d'une ma-
niere constant dans le sens de favo-
riser vivement application plus vas-
te des principles de 1'arbitrage; que
lcs RepubliquesAmnricaines dirigees
par les mimes principles et les res-
ponsabilites du Gouvernement d6-
mocratique, li6s en outre par des in-
i.l 't- croissants mutuels, peuvent
par elles-mmmes conserver la paix du
continent; que cette paix dtablie en-
i. r, l sera le propulseur le 'plus ef-
ficace de leur d6veloppement natio-
nal, corner egalement du bien-dtre
et de la L.i.tndeur commercial des
peuples;
En consqu i:ri'-',, ils conviennent
ce.qui suit:
PROJECT.
ARTICLE 1.---Les R6publiquesAmd-
ricainl; representdes dans la ConfS-
rence Iii'iria:tiilo le du Mexique,
non signataires des trois conventions
sign6es laI Haye, le 29 Juillet 1899.
re.'i, ,li--:In.t les principles qui y sont












REVUE DE LA SOCITEI DE LEtGISLATION


consigns comme faisant parties du
Droit Public International Am6ricain.
ART. 2. L'adhesion, en ce qui
touche les conventions qui ont le ca-
ractere de ( ouvertes, une fois rati-
fiees par les Gouvernements respec-
tifssera communique par ceux-ci et
par la voie diplomatique au Gouver-
nement des Pays-Bas, pour en appli-
quer les effects.
ART. 3. Etant donned qu'il est
d'un notoire advantage g6n6ral que
-les differends pour lesquels il est con-
venu que la solution soit soumise i
la jurisdiction d'un tribunal d'une im-
portance aussi grande comme 1'est
la court d'Arbitrage de la Haye, et
aussi que les Nations Americaines
non signataires de la convention que
cette institution bienfaisante cr6a,
puissent y avoir recours en faisant
usage d'un droit reconnu et accepted ;
pregnant, en plus, en consideration
l'6ffro des Go.uvernements des Etats-
Unis d'Amerique et des Etats-Unis du
Mexique, la'Conf6rence charge les
dits Gouvernements du travail de
traiter avec les autres puissances si-
gnataires de la convention pour le
Ri-leniierint pacifique des conflicts in-
ternationaux, de 1'adhision des Na-.
tions Americaines non signataires de
la m6me convention, qui le desire-
raient-
ART. 4. Afin de pouvoir arriver
de la maniere la plus satisfaisante et
la plus rapide a I'application la plus
ample et la moins restreinte des prin-
cipes de just arbitrage, et pour que
l'on connaisseavec toute 1'exactitude
n'-,e -; ire lc moyen le plus certain
et d'un advantage mutual, avec lequel
le dit principle puisse 6tre exprimrm
dans une convention qui devra Wtre
signee entre'les R,'.,l1:li (ues Amnri-
caines, ii a 6tc (d.:cie de d prier res-
pectueusementle I residentt du M,-\.-
que, de vouloir bien fire constater,
par une ii\:'-l -t i on rigoureuse:, les
resolutions des diff6rents Gouverne-
ments r-pris i-i t ,' h 't Co,. ii Frerice.
Cette inv\,.Wtiaition est relative i la
rnii i 're: la mreilleure, au miiyen de
Liq uelle on pourrait se con-c

une convention gndrale d'arbitrage,
ca1lipable de.rdunir le vote approbatif
et la rectification finale des Nations
r':.lpr'' e'n tie'' i la Confirence. En ter-
iiin.iint ir i dite investigation, M. le
President voudra bien preparer pour
la dite convention gdrierale un project
qui remplisse les aspirations do tou-
tes les 6:;publiques, et que, si cela
est possible, il forme des protocoles
parties, afin de mettre en pratique
le dit project, ou que dans Ie cas ouL
ce project ne serait pas pratique, il
pr6sente i la Ci''fiTn-'n p)-ochaine
cette correspondence ave c rapport
respectif.
Mexico, ce 15 Janvier i'.1:,2.

TRADUCTION
De la proposition que les (Gouernements
des idpubliques Anme'icaines sous-
crivent la some de 210,000 francs,
pour une edition conmpl(te du ( Diction-
naire de la Conslruction et du RByi-
me de Lan que E'/i. ..;,.!'. don't M.
Rufino J. Cuervo est I'luteur.
Les D616gues soussignis,
Considdrant :
Que la langue Espagnole, d'apres
1'unanimc dc-laration des philolo-
gues am6ricains et europdens, posse-
de, dans le ( Di.tionnaire de la Cons-
truction et du R6gime de la langue
E-'p-,- .w ,)) par l'crivain colombien
M. Rufino, J. Cuervo, un mn1'ln.t4l-itl,
qui faith grand honneur it In science
ameri:_.;ii1. destiny( comrme il 1'est a
.contribuer d'une puissante maniere it
I:-, meilleure .' ini I .i--..- ? ,(e et au per-
fectionnementde la.langue elle-rne-
me; que I'ouvrage a i6t entrepris et
co(nl-j 11'*' avec une adresse. une rudi-
tion et une perseverance admirable,
par un am( icain don't le norm est de-
venu illustre, A cause de no mbreux et
cI.,-,'i-n'.-'- ?u;N travaux -n linguisti-
que; que nonobstant la favour avec
quelle l'ou.vrage a 6t6 recu. seule-
ment les i..ux premiers volumes ont
pu 6tre publi6siit '-'ui- : du coit qui '.i-
teindra l'6ditioncomnplkte de cette cmu-
wv, ; que les trois u lui es it publier


~











REVUE DE LA SOCIb:TE DE LEGISLATION


- ddjit prits- fo:rmer,.nit. en com-
pl6tant I'ouvrage, un repertoire lexi-
:coiIr;pliiq'ue d'une plus grande va-
leur, plusample et plus m6thodique
.que n'importe quel a utreexistantdans
la mmemo 1;ri .ule ; que I'auteur de ce
Ditiii-i i.irii en fait cession avec plai-
sir, et s'engage a veiller, gratis, A
son impr,::-iii'n extr6mement labo-
rieuse ;
Ont convenu cc qui suit:
1. Recommander A leurs Gou-
vernenjents respectifs de souscrire
la some de 210.000 francs, pour
subvonir aux frais de l'odition com-
pll''.t il. 1.2o0 exemplaires du ( Dic-
tionnaire de la Construction et du R&-
gime de la langue Espagnole. La
some ci-dessus de 210.000 francs.
que cottera 1'('lilii.ij, d'apri s le cal-
cul fait par son auteur, sera distri-
bude entire les pays qui accepteront
cette con vention. come suit :La Rd-
publique Argentine, les Republiques
de Colombie, du Chili, des Etats-Unis
d'Amerique et du Mexique, contribue-
ront en proportions (:..:I- 2 de 22.000
francs chacune, jusqu'A concurren-
ce de 110.000 francs; et les republi-
ques ci-apres, la Bolivie, le Costa Ri-
ca, Saint-Domingue, l'Equateur, le
Salvador, le Guatemala, le Honduras,
le Ni ;rlragua, le Paraguay et l'Uru-
guay, contribueront, aussi, en pro-
portions egales, a raison deo10.000
francs chacune, jusqu'a concurrence
de l n1 I I '111 francs.
II. Prier le Gouvernement Mexi-
cain de vouloir bien se charger de la
ri(. I- iii. do ce project, en touchant
le montant des souscriptions, four-
nissant les fonds n6cessaires a l'au-
teur du Dictionnaire, et faisant distri-
buer les exemplaires aux Gouwverne-
ments contriipuables.
i'( .i*'l-'. "I'uence: Les D616gt+Cs
i-ll-,i. r'.o ecommandent a la Cou-
fdernce de vouloir bien fire parvel'
cette requote au Ministii.re des AffaL-
res Etrangires du Mexique par
l'entremise d-e son secr6taire general
- dans e but ci-dessus indique.
Mexico, cc 28 Janvior 19(-..


BIBLIOGHB.1PIIE. M. Elzer Vi-
laire, Commissaire du Gou.ver nlernt
pros le Tribunal civil de Jr.rmie, a
eu la gracieusete d'offrir A notre So-
cidt6 un exemplaire de ses publica-
tions poetiques, comprenant en une
premiere srie: Page d'anmour, Les Dir
hoines noirs; et on une second s6-
rie: Le Flibustier, Homo.
Aucune des manifestations de I'in-
telligence haltienne ne saurait-6tre
irndiffc'-r.intr notre ceuvre. Aussi,
bien que la mat (re de ces voluns,-
ne rentre pasdans le ,' cl: ordinaire
de nos (tudes, ne r.sistons-nous pas
au plaisir de dire tout le bien que
nous pensions de ce vigoureux et
brilliant effort intellectual. M. Vilaire
a 35 ans. Sauf uneanne et demie au
college S-Martial et un mois de se-
jour i\ Port-au-Prince pour les exa-
mens de la licence en droit, il n'avait
jusqu'a ces jours derniers jamais
quitter J6rmnie, sa ville natale, ou il
cumulait avec l'exercice de la pro-
fession d'avocat los modestes fone-
tions de directeur d'6cole primaire.
Pour qui salt combien peu la plu-
part de nos villes de province of-
frent de facility au labeur de l'esprit,
en I'absence de biblioth(que pu-
blique, de salle de lectures, de tout
centre d'etude, le m6ritede ces vers
qui allient at une forme ordinaire-
ment chAtide une 616vation soutenue
de pensee, p;lrilit(; d'autant plus
0 1.-I i'l ii.
Dans la Pr ..'i.i- do Page d',li.a ll.,!
et des Dix .',,,. '-enoirs, 1'auteur ren-
dant compete des obstacles centre
lesquelsil a di bien souventseheur-
ter, ,1-pl.l'r.,it que dans le conflict
-. il,. les aspirations de la jeunesse
cultivde ct les conditions deprimantes
de notre milieu social, Haiti perdit
|in nombro incalculable do talents
i.ii.:,rs, capablesde jetersur elle le
seul lustre qu'il lui soit possible et
d .'-,i-ri.,le d'avoir: le plr i:-lige de l',-.-
prit. L'botbsrvation est jr-i-.. Nous
devons done, chil;u'llrn an- notre
sphl re d'action, e:mn l I,. iIn,-, jIn.110n-.
gloiresde sollicitude etde syin-ii :,n i-.
Pati',l(i-nii, oblige. G. .S.


~I;___










REVtE DE LA SOCIIETI DE LEGISLATION


VARIED TES


La prparatzon du Centenaire de noire independence national done un inte'rt d'actualitd d toutes les re-
cherches propres t faciliter l'etude de notrepasse historigue. Aussi sous la rubrique VARIAT]S, riser-
verons-nous desormais une place dans la REVUE aux documents de cet ordre. Nous commenpons par
la public atiin ila Tableau des Chefs d'Etat, Secretaires d'Etat, Membres des Gouvernements provisoi-
res, Conseillers, qui depuis la constitution de notre nationality ont exerce le pouvoir exdcutif. Cet inte-
ressant releve est tire des statistiques de notre collogue Maximilien Laforest, qui, dans notre milieu si
souvent trouble, a su clever l'art du collectionneur a la hauteur d'une vertu social.


TABLEAU GENERAL des Secrdtaires d'Etat qui ont for me les differents Cabinets de nos Chefs d'Etat.
depuis 1804 jusqu'd cejour, avec la date de ler nomination, de la rdpartition des portefeuilles, de
leur dd'cs et le lieu di ddc&s.


NOMS ET PRENOMS
G


DATE
de la
NOMINATION


ATTRIBUTION
de
DEPARTMENTS


GOUVERNEMENT DTI GfENfEnAL JEAN-JACQUES DESSALINES,
GOUVERNEUR GENERAL A' VIE, le" Janvier 1804.


1 Andre Vernet ..... 1" Janv. 1804
2 Juste Chanlatte.. .


Finances.
Secr6taire GBneral.


Cap-Haltien
Pt-au-Prince 1" Oct. 1828


EMPIRE DE JEAN JACQUES DESSALINES, sous LE NOM DE JACQUES 1r.
Proclamb a Marchand, par la 4e demi Brigade le 2 Septembre 1804
Los actes de cette proclamation portent la date du 25 Janvier 1804.
1 Andr. Ve-net .... .2 Sept. 1804 Ministre des Finances Cap-Haitien
2 Etienne GCrin ...... Ministre de la Guerre Anse-a-Ven 18 Janv. 1810
3 Juste Chanlatte ..... S...-r..'.;iil. Gen6ral, rem-
plissant les fonctions de
Secr6taire d'Etat. P'-au-Prince 1er Oct. 1828
Blanchet ain6, nommd par fe Senat Secrtaire d'Etat de la R[publique apr6s le meurt'e de DESSALINES
(1807) charge du Pouvoir Exdcutif pendant la vacance de la Prdsidencc.


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT ALEXANDRE PiTION


Bruno Blanchet ...... 19 Janv. 1807
Cesar Thilemaque Octoh.
Bruno Blanchet. .
Jean Chrysost6meImbert 26 Juillet 1808
Bonnet . .... 30 Nov. ,
Jean clir',;:,st 'iti':, Imbert 9 Mai 1810
Joseph Balthazar Inginac 10 ,
Andre Dom. Sabourin 12 Octob.1816


Secretaire d'Etat

Secretaire G6neral
Secretaire d'Etat

Secretaire G6neral
Grand Juge


Sto-Domingo
Pt-au-lrince
Sto-Don ingo
Pt-au-Pi since
Saint-Marc
Pt-aw-Prince


15 Avril 1822
Juiflet 1808
15 Avril 1822
21 Octob. 1855
9 Janv. 1843
21 Octo). 1855
9 Mai 1847
10 Janv. 1819


LIEU
de
DACASC


DATE
du
f cIcS











46 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


NOMS ET PRENOMS


DATE
de la
NOMINATION


ATTRIBUTION
de-
DtPARTEMENTS


LIEU DATE
de du
DACAS DSC-S


PRtSIDENCE DE CHRISTOPHE, (1808-1811)


1 Andre Vernet.......

2 Etienne G6rin.......


Ministre des Finances, Cap-Haltien
(maintenu)
Ministre de la Guerre et de
la marine, (') Anse-A-Veau


18 Janv. 1810


S,) Etienne GERIN garden sontitreenexergant dansle Gouvernementdel'Ouestlesfonctionsde Snateur.



GOUVERNEMENT DU Rol CHRISTOPHE, sous LE NOM DE HENRI le.


1 Andre Vernet, Prince des
Gonalves ........
2 Paul Romain, Prince du
Limb .. ,........
3 Joseph Rouanez, Due de
Morin ........ .

4 Jean-Baptiste Juge, Com-
te de Terre-Neuve .
5 Julien PrOvost, Comte
Sde Limonade, .

6 Pierre Formani, Comte
de la Taste . .


8 Avril 1811 Guerre et Marine:
S Finances, Intdrieur.

S Ministre d'Etat, Affaires
Etrangeres.

S Justice.

S Ministre d'Etat, Affaires
Etrangeres, aprs lamort
du due de Morin.

Finances. Interieur (apres
la mort du Prince des Go-
naives.)


Ldogane


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT JEAN PIERRE BOYER
A son av6nement au pouvoir, il maintient les trois Secr6tairos d'Etat du Pr6sident Pktion.


1 JeanChrysost6meImbert
2 Joseph Balthazar nginac
3 Andre Dom. Sabourin .
4 Jacques Ignace Fresnel..
5 Voltaire ....... ..
6 Andre Pili. .........


31 Mars 1818

5 Mai 1819
20-Fevr. 1827
20 1842


Secritaire d'Etat
Secr6tairie Grneral
Grand Juge

Secrdtaire d'Etat


Pt-au-Prince 21 Octob. 1855
S9 Mai 1847
S 10 Janv. 1819
17 Mars 1836
S22 J.u11il it 1843
Jacmel 12 Mai 1851


Les restes de BRUNo BLANCHET reposent dans la Cathdacrale de Santo-Domingo.
Les rt- t.-, de ANDRE DOMINIQUE SABOURIN reposent dans la Cath6drale de Port-au-Prince.


CONSE1LLERS DU GOUVERNEMENT PROVISOIRE DE 1843


1 Charles H6rard an6 .. 17 Avril 1843 Presidentaux dliberations
Gendrales.
2 Segrettier . n Interieur et Agriculture.


Kingston
Jdr6mie


31 Aott 1850
3 Avril 185:


18 Aoit 1821














REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 47
i I I I _


N)NIS ET PR9NOMS


DATE
de la
NOMINATION


ATTRIBUTION
de
DtPARTEMENTS


LIEU
du
DECES


DATE-
du
DtkCS


CONSEILLERS DU GOUVERNEMENT PROVISOIRE DE 1845.


3 Voltaire. . .

4 J. C. Imbert .......
5 Philippe Guerrier. ....


S Justice, Instruction publi-
que et Cultes.
S Finances et Commerce.
S Relations exterr", Guerre
et Marine.


Pt-au-Prince


Saint-Marc


22 Juillet 1843
21 Octob. 1855

15 Avril 1845


Tous cinq forment le Gouvernement provisoire.
Par arrete du Gouvernement Provisoire en date du 19 Aoft 1843, le General de Division LAZARRE
a 6ti nomm6 Membre de ce Gouvernement.


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT CHARLES HIRARD AINE


J. Sylvain Hyppolite ...
J. C. Imbert ........
Honored Fery........


7 Janv; 1844
))


4 IHrrard Dumesle . .

5 Laudun . . 1" Fv. 1844


Intcrieur et Agriculture
I iii,:,.: et Commerce
Justice, Instruction publi-
'Iiu' et Cultes
Relations exteres, Guerre
et Marine
Finances et Commerce


Pt-au-Prince


Kingsto n

Pt-au-Prince


S30 Janv. 1857
21 Octob. 1855

4 Avril ,

22 Juin 1858
16 Avril I;4'


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT PHILIPPE GUERRIER
A son avenement au pouvoir, il maintient trois des Secretaires d'Etat du Pr6sident CHARLES HtRARD
alnC. II replace Herard DUMESLE par J. Sylvain HYPPOLITE et Jean PAUL ost nomm6 Secr6-
taire d'Etat de l'Intcrieur a la place de J. S,-' :iII HYPPOLITE.


1 J. Sylvain Hyppolite .

2 Jean Paul . . .
3 Honor F4ry ... .

4 1 .i i . . .
5 Beaubrun Ardouin.....

6 D6tr ............ .


6 Mai 1844 Relations extCres, Guerre et
Marine
,, Interieur et Agriculture
> J -ti--ii, Instruction publi-
que et Cultes
Finances et Commerce
18 Ftvyr. 1845 Justice, Instruction publi-
q.ue et Cultes
,, Finances et Commerce


Pt-au-Prince


Kingston
Pt au-Prince


S'-Thomas


30 Janv, 1857
10 Mars 1872

4 Avril 1855
16 Avril 1848

30 Aoft 1865
7 Aoait 1856


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT JEAN LOUIS PIERROT
A son avinement au Pouvoir, il maintient les Secretaires d'Etat du President Gui RRIL ;l UX l mlei'
departements qu'ils occupaient.


1 J. Sylvain Bypipolite.. 16'Avril 1';.5 Relations extd'er, Guerre et
Marine.
2 JeanPaul ... . IntePieur et Agriculture
3 B,-aulirun Ardouin. Justice, Instruction p[ulbli-
que et Cultes
4 Dltl'. ........ Fil'ariL.: et Commerce


Pt-au-I prince
)>


30 Janv. s.'.7
10 Mars 1872
30 Aott l';..


,- -nial-: 7 AoCtt 1856


- -- I 9001001IM"Y














48 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
3 -I--


NOMS ET PRINOMS


DATE ATTRIBUTION
de la de
NOMINATION DEPARTMENTS

___ I


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT JEAN-BAPTISTE RICH


1 Lazarre........ . 2 Ma

2 Alexis Dupuy .... ..
3 A. Larochel ........

4 Celigny Ardouin.......
5 Jean Elie .....
6 Detr6e .............. 9


rs 1846 President provisre du Con-
sell, Guerre
Marine et Relations ExtBre"
Jiu-dlice. Instruction publi-
que, Cultes.
S Intirieur ,Agriculture.
S Finances et Commerce.


Plaisance (N.) 2 Janv. 1851
Pau (France) 22 Nov. 1870


PL-au-Prince
CX-DES-BOUQUETS
P'-au-Prince
St-Thomas


3 Dec. 1856
7 Aoft 1849
3 Janv. 1870
7 Aoft 1856


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT FAUSTIN SOULOUQUE
A son.avenement au pouvoir, il maintient les Secretaires d'Etat du Prisident Rich6.


1 De tr . . .
2A. Larochel . .

3 C6ligny Ardouin . .
4 Alexis Dupuy. ....

5 Jean Paul . .
6 Alexis Dupuy ......

7 Lazarre . .
8 Jean Elie. ... .

9 David Tro . .
10 Joseph Franois. .

11 Jean Paul . .
12 Alexis Dupuy . .

13 Etienne Gabriel . .
14 Damien Delva . .

15 Louis Dufrne . .
16 Louis Vaval . .
17 J.-Baptiste Francisquo.

18 Salomon jeune . .

19 Louis Dufrene . .


20 Jean BaptisteFrancisque

21 Salomon june. .


3 Ma


6 Av


26 Ju


30 Se


9 Av




31 D


rs 1847 Finances-et Commerce.
S Justice, Instruction publi-
.- que, Cultes.
S Interieur, Agriculture.
S Guerre, Marine et Relations
exterieures.
ril 1847 6ii, 1. i et Marine.
S Finances, Commerce et Re-
lations cxterieures:'
ill. 1847 Guerre et Marine.
S Finances, Commerce, Rela-
tions exterieures.
Interieur,.Agri.;ultui e.
.Justice. Instruction publi-
que, Cultes.
pt. 1847 Guerre et Marine.
Finances, Commerce, Re-
lations exterieures.
Interieur et Agriculture.
S Justice, Instruction publi-
que et Cultes.
ril 1848 Guerro et Marine.
S Interieur et Agriculture.
S Justice, Instruction publi-
que ot Cultes.
Finances, Commerce, Rela-
tions exterioures.
c. 1848 Secrctaire-( ,:'ir i, l i..irr.-
de la Guerre, Marine, Re-
lations Exterieures, Inte-
rieur et A s I i. i.i ltui-.
Grand Juge, i.1]-.- .i.l- la
Justice, do ;'I'no uclion
publique et des Cultes.
S Finances et Commerce..


St-Thomas

P'-au-Prince
Cx-des-Bouq.

Pau (France)
Pt-au-Prince

Pau (France)
Plaisance

Pt-au-Prince
))


7 Aofit 1856

3 D6c. 1856
7 Aoiit 1849

22 Nov. 1870
10 Mars 1872

22 Nov. 1870
2 Janv. 1851

3 Janv. 1870
22 Juill, 1848


S 18 Avril 1863
S 10 Mars 1872


Pau (France)
Pt-au-Prince

Paris(France)
Pt-au-Prince


Cx-des-Bouq.

Paris(France)


Pt-au-Prince


22 Nov. 1870
14 Sept. 1951

25 Mars 1867
6 Nov. 1883
10 M.ai 1849

20 Mars 1851

19 Octob, 1IS8


6 Nov. 1883


Cx-des-Bouq. 20 Mar' 1951
Paris(France) 19 Octob. 1888


LIEU
du
DEASs


DATE
du
DgClS


I








-!w;


REVUE DE LA SOCIIETI DE LEGISLATION
I f


ASSEMBLEE GENERAL


KEUNION DU 2I FPEVRIER 1903. gnage des memibres presents: qui est
-- favorable i .sa redaction.
Presidence de M. Solon Menos. Apris u n 6t( kI.i, I: d'ohservations,
-- la reunion decide, su' la proposition
Presents: MM. F. L. Cauvin, Ed. de M. le president M\nls, ([q l10
H6raux, Laforest, Bonamy, Sylvain, proces-verbal sera tei pour sanc-
Lcspinasse, Bouzon, Audain. tionne on son entier-, ~ la reserve
forrnulec par M., Sylvaivi en ( c qui
M. BOUZoN donned lecture de la par- concern sa participation it l stancee
tic non encore sanctionnee du pro- du 2iAvril, mais que Ia Lseconde par-
ces-verbal de la stance du 24 Avril tie du dit proCes-vehrbl ne sora pas
1902. publide.
M. SYLVAIN fait observer que pr's
d'une ann6e s'est cdoulee depuis
cette seance, dont certain details SEANCE DU 5 MARS 1902.
ne lui ont pa.s paru fid('lement repro-
duits par le proc(es-verobal de 1'an- Pre'sidence de M. Sol.)n Me'nos.
cien sec~rtaire. II avait pris soin d'in-
diquer les points inexacts dans une SSoln
note (qu'n a jug l-6 ii (1b de dtruire. Solt presents. Messieurs Solon M-
Vu I'implossibhilite pouri los membres i nos, F. L. Cauv.in, Edmoind Heiraux,
alors pesnts it il seance de s'ell Georges Sylvain, Maximilien Lafo-
rcme nio eri les i incidents a s un si rest, Flavius Baron, CI.eio Dominique
long intervalle, il conviendrait d'an- et Camil Saiit-RInmy.
nuler plrement et implement cette MM A. Bonamy, Audain, A.
parties du proces-verbal. Comme on Poujol, A. Dyer et H. Hoy,.empe-
ne s'y est occupy que de (d terminer chs d'assister iAla stance. ou o envoy
les questions A tirer do sa commu- sous plis cachietes au president leuIrs
nication du 24 Avril 1I':-' pour 'exa- votes concernant ios diffcirelnls points
men ulteriur de la Societd, pesonne portes A Il'ordre du jour. Le (quorum
autre que Nii n'a int6rit it se plain- statutaire est consid 'r1v aliors come
tdre de i a mesurN propose. atteint, d'apris un usage depuis ong-
N LISIINASSE, rappe1ll les divers; temps admis par la Sr i "r,', et M. le
viInements )po litiques qui ont -i:telr- president dWclare la sMance oiuvcote
rompu los drunions do la Societk. enAssembl60 GOnCariale.
Quand le cnompto-rendu de la since Onprocedeatl'dletirond'un membre
idu 21 Avril de l'annee derniero a pu actif en rem placement de M. Justin
tre soumis i la sanction. on a di en Dovot qui, usant du droitque lui ac-
rcserver la parties finale, en raison de corde un article des Statuts, a obte-
1'absence du colligue Sylva;in. nu d'echanger son titre de moenbre
M. Bouzox explique, de son cote, actifcontre celui de membre associ.
qu'il n pu croire ta a tfeneurde la no- I LcCture est alors donnie do la de-
to de M. Sylvain, qu'elle lui tait per- made d'admission de '.!. Lamarti-
sonncllomentadrosse.Il insisted pour niere Denis, juge au tribunal de Cas-
que le proces-verbal soit tout enter station de la Republique, et des bul-
sanctionn", en s'autorisant du t6moi- letinssont distributes aux soci6taires.


T~ Al~ ~.


1 ....


t

t
)












REVUE DE LA SOCII T1 DE L1GISLA' IRN


AI. L. Dominique, d(2sign6 pour d62- I init(2 des suffragcs, et Al. le prc',-ident
poojiller Ie scrtin, alnnone trei le lproclame enl consequence de ce
bu r I is, n5prillS lIeux eCOVoYCS vote. v no SpI le assciSOCL do In SociMld
pAIM NII. Bolali y, Audain, PoujolU (i1 !- -. iiioll.
Dyer et Boy, &nftniwiii,6cmnt 00 troisiP(!lC 1)oint
I\ LLl flli tiiiie re Denis obdtint I'u no- de l'ovlclr( du jour, Ai. lo Screatnire
nirnito des suffrnges do, I'AssoefAlMlil .I ;WI do1 dlfl(' (ucceivt'sivl01t Iec-
et Al. le president Ic proria me merm- tore des cofptC5 rendus de' r6ou-
Ijie acif de la SociW2 (dC Legisiation. nions du 5et du 19 f(2vr-iei- 190:3.
SelWi du 5 CA.. iar ( AJs~olsew e G&-
NA. LAFOREvs'r J tiJP-dens Ai 1oihreo i nviade ) est LtpprohiV(2 50 snns aucuO 11
Ulle obsprl~llon h propos des vn\OftSs
qu'une COeiP5n)0i)(l0I)(O. 5 P1s i souhlS ia i l la actiolli des llniebires
tj'ourse docrutio. leWOslM (hic mms censves prp"enls.
toors~ (IC shltin. l Ic bohl liii dii Po17 IA: (loild do 1VA fWierW ( r011union
bre absmM (m( 11COmll-ill A to1is Wis 01(1] Hir i et 'Igaleenl tadoj)to'. Seu-
toUrs (o0 nost-il valll o q ou'ino loS hi nent, ap ,i's un7 17cll-ahlge do \'Hcs
('1015 qro I 'A,,s-m ( fCernit. L on doe s i p1 ln parb 1c, co conIq tCe 1 u in-
sc fiHer supl lii) tcliti(n ImismniP du i a\ u 0d 0Cl ti~it onu airriI'l'c5s. ]a
voIpnt h cO stijlt. ifuHion eide (ue )Ot( iie
KI. SYLY VlN IN 11 we swlble (UC Iqu a easer ps pillu iWci dns In flel'oP.
'olontdu do t ahimta i 0 a hsevt de voter Le qiatinic p(Aint (de II Adre du
Ai tolls los Ies to.s (t 0 11ifin (d 011nn W I j our est en71 deilibeti-i : Propo Isi tionl
sulte i m aivitonweri do es tron dAgig. (1 (leideidr, en imodifica-tion des sta-
luot, qi'apiY'i deiix c(1)11vocottions de
MI. BARooxN: Mok jo 0uisabs0 umont l'AsseinblcI (2 i-a Ic etoslees liltroC-
oh)I)oso a cet UI -C, (li0s Votes it d(i;- tuellsOs, Ie071 mc01bros prisenils it la
tlilce. Oil lie v iet pas at I 0 Suiill0ii tIoisi(`u delib,6rero e l t 1 01ront
on mie vnoe 11115. I vnlihablO]Ciln.
PLUislEU, I 5 \ : 11 ISPlpidt 11cj') 011- COW lt pmildn-,oii ne ioIsunivO nu-
vent difficile do rcuni iIC 1P ([0001111, si culne (ldislmacskm1, Ct 1a l'Onlionl, von-
nous alloptions 01)0 teln he 11ig(0iooi. SO ti'i', INldopte 171inilQ t.
Apr's uIIC (u(ne r me 0110 POil'Istif AL LAE N. iA, PRESIDENT :Uim (pn-loll se
senm e s'ci tsont Ai 1 osagoe etablii, et pjJ()50 fllo Iteitom hlq. i eI a jihitti ic
adniet quo leh b)1letil de vato cii XL Fatftent171 de IAssernh 11. VouloIIS--
sous pli cn(vt5ltOL p 10 0Lin1) bie A1 nlis dire (JO Oplt-s dtLIX 0071V(ICLI llos
pec-lie dWissislerI 1i1 in [(' 1-,111). (om-71 ij nfrortuuses do IrAsse mlW 1100 (2iid-
pteh toL bus los tours qu( p Halt lie rale, los mnib reis pro scms it Ia n. 0i-
cessiter he scrlin. sllnl 010 (i 0111)0lo ('1t Vt 10ot1ront vail-
1h)Assornbl~h( pas ('115011 A IS hemiit, (1110 (111 noit 10111 no1welhC,
leetion dWon mlembrlhhoi llssocTi(. nuo hiWon dohitl y axyilvl tRIC 1Ma71e10 ?
MI. le, IJI'osiddIlt chIrmuni([00 "i In
MOWi2 In (101110 de (lidt(11055017 do Al. LEi SECRl~',pA1RE II 111 in(, snbh e.
AlonsicuIr Dciiiw Su-A 11(10, n1voC;it du (10i'((:1 00 dcVil njamai 5 desI011nd(11 nui-
baliOaUl dO IN)PI do-I'naIX\, et at1nlout-o1 dessoiis (Ill (JIoruiH fiX(2 101i les Atn-
qu( p011. cIotte (1 oCtth trVois 11M tus pour 1 11no l'Y:nnilnsi old1din)1reS.
bros 00 (nos lii Ot 0 101[Sans In P10-c(-'nCi dli tiers au0 m10ins
votes sous plis(efi("ws, \IJNI. Hr'(,c- dces mofiblres actifs, ii ny a pas do
rard Roy, Bonarny ct Atidojn. rIlunioln possible.
Des HOLD hetirs iyclit 6(21( (listriltics Al. SYLV JO pnltgC 01111-
et recemiHlis, Nl. L. Doinidque pro- ment cette opinion.
c8dp au d'p ''I ii] lii Ii du scrutiny, et La proposition, ainsi intorp'et~e,
111 imlulvl omnze votan s. I I s 117 pp[ou vk2e par tos 1(5 lesoc i';*1 .
A. Denis St-Aode Wbnt lo111 i et (bunch Ie Hdopt(e.












REVUE DE LA SOCIETET DE LEGISLATION


11'rEUNION nu 21i 2 I6\i Nw, 1 est clftid' (J quo M. P'aulii Ji va HOvie
et' Eliz'e Reclus sont foinrne's mcnm-
Pre'sidence de AH. le Dr Solonl J e I)res bs ci osponda nt,. con fo em('nc uat
aux dispositions dos Stiatuta.
$'ont jn'e'.sents : ''NJ. NL-t'ra x. Lespi- MI. SOLON AlKNOS. j)rl'("sid'L t: T'C I
naise, Audnin. 3ouzc.ii), Sylvain, p.)oint dForlidie du ]out, ntr ,ne ]a
Viard 0f L. Don s. snndh10ini tldi piwocesil-veal (de notro
Iritlc-,nin,'r All~ X,,.1 l ti i i r,


M. SOiLON Mf:Nos. president : MM.,
la majoritoe t1ant constati', jo dlia!;-
re la seance ouvOite.
Yu I'absencie du Sece itair e-GCo ira]l.
je pic le colligue Viard tde tonir ln
plume.
M. LamartiniPre Denis r'cel1ent llt
61i merfbrl)e (iteia Soci1 ( en renpa-
cement de M. Justin ID(vot, preond
part Ai la s('ance.
M. LF PHi'uSIDENT : Pe tnwti''/-moi,
MM., avant d'aborder l'ordri' dujour',
de souhaitePr ia Iinvenuei piarni noust
h M. L. Deuis qui a su miriter par
ses lrirs quality's le:-s sull' io. do
l'Assemblele GOdeirale. JO suis heu-
reux, (chc colligue. do v1ous adres-
set' 7mes plus vives f'liciiations a i'oc-
casion devote elction- come mn ti-
bre de la. Soci&te de II' islation.
Nous savons quels hons services
vous allez lui rendre et qu'en touted
cilronstance elle pout computer sur Ie
concourse que vous pouvez ]ui pri-
ter.
M. DLNIS : JO vous remercie, .0 -- i
sieurs, d'avoir bien voulu m'aecor-
der une place dans vote associatioLn
et je vous prior do croire lue je sau-
rai pleinement justifier votre con-
fiance. Tout mon concourse vous east
acquis. Veuillez .tre persuadds que
je m'efforcerni die remplacer digne-
ment M. Justin Di)vot dont los bril-
lantes quality intellectuelles vous
ont toujours servis it souhait.
Lecture est ensuite donnOe l'une
lettre par laq(uelle M. Paul Jovanovic
sollicite la faveur d'itre admis com-
me membro honoraire do la Soci6td.
M. BOUZON, inmmediatenment apres
cette lecture, propose d'elire mem-
bre correspondent M. Elizee Reelus,
Ge,)gri, phe.


LtL, 1 t l .. 1 V to. 1 V/J *l I.r Its- 7 LI L (L1J i 'e .-'lIL. L;
do note Secrlt:aiie-Gn;i':n', ce point
est rserv polur la proclailn stance.


ItiON i s'.o [i '? Avrnin 1903.

PrIsi'dencTe (td M. SOLON MIf:os.

Son'/ pdsten/lxt.: MM. Solon M 16nos,
I[on Audain, C. Saint-H6my, F. L.
Cauvin, Edamnond HWlraux. Llio Do-
mninique, Poujol et Georgcs Sylvain.
I,a promiire parties di ain reunion
e, 0(.(.nsi- { ( (' LaI la lecture lt e la lasanc-
tioni (dii pi'W-c'es-verbal de la s'oance
du 5 Mars.
Puis M. Georges Sylvain fait hom-
I-mag1e it Ia Soci i. de la part de l'au-
teur, id'ut excmplaire de l'ouvrage
de M. B1'nito Sylvain : Df sort des in-
tdiu hnes ini:s le 01;onies d/'exploitation.
En retoiu de cc gacieuex envoi, le
President prie le coll Ogue Sylvain do
hien voloir tlransmettre i son fP're
loe complimients do la Soi"t6 et a
cette occasion i confie it M. El ie Gu-
'iel, qui consent it s'en charger, le
soin d( ftaire Ie clompte rendu de l'ou-
viage.
Sur ce AM. Poujol ob)tient In parole
pour (deander que la Soci'te, imi-
tant on cela. i SoWciit de I1, gislation
compare) de Paris, public, en outre
de la Revue, un annuaire oiu seraient
reprodu)(ites, ar ordre d( date, les
loiNs rendues pa:r hos Chan brhOes pen-
dant l'anilu expire.
Mise (ux voix, cctte proposition est
adopted.
A la favout de cette innovation, M.
Georges Sylvain, s'appuyant sur la
d(. i i- ii' I 1d prise it lendroit des inoti-












REVUE DE LA SOC,'ITF DE LEGISLATION


ces i iI i .igraphiques d feu Duracin6
Pouilh, propose que ces notices figu-
rent dans la Revue sous la rubrique
Varidties.
La proposition est adoptie.
Et avant de se scparor, la reunion
entend lecture de la conference que
sa qualii6 de membre nouvellement
Mlu fa:t obligation an Dr Ieon Audain
de prononcer en seance de rIception
officielle. Le sujet traite a pou r itre :
Le lte l la vied ie t Haili.


R Ei-ioN r: 23 Av II.i 1903.

Presidence de M.'SoIN MEiNOS.
Sont pre'senfs : M'. F. Cauvin,
Edmond Heraux, Maximilion Lato-
rest. HIrard Roy, Bouzon, Sylvain.


10 M. HIRARD RoY sur I'nmpositio? n
des mulations de propriled.
20M. HIRAUX S ir cette question : y
aurait-il advantage d supprimer le resu
me des ddbats faith par le President des
assises aux jurl s ?
3 M. BouzON sur la taxation des aL-
cools et sur I'organisation du contrdle
pr'veni.tif df l/a C'hambre dps Comptes
relatirement au.r defenses publi/ques.
40 M. F. CAUVIN sur cette ques-
tion: Un Secre'aire d'Etal en exercise,
auteur d'un d'lit, peut-il etre poursuivi
directement decant les Tribunaux ordi-
naires par lapartie lesee, c'est-?-dire sans
que celle-ci ait I attendre le verdict du
Senat ou la mise en accusation de la
Chambre ?
5o0 M. SOION MiNOs sur celle-ci: Un
ninistre a presented uix Chambres unf
loi demandant un credit supplenntaire,.
In inJr ds Pfralirnl/f d4i'jI ec.Tp e1i.s s.n.xs .n


Sanction du pr ic(len proc(s-ver- predecesseur en deho:rs d budget e
ba parlant non ordonnancees. Les Cham-
M. le Setcretaire commliunique a la bres ont refuse te credit. Quelle est &I
reunion le don des trcis pIublications position des /burnisseurs ris-a-vis di
suivantes offertes par le, intdressos : '.Etlt e cis-a-cis da nniis'tr? Sur I,
10 Une notice sur La Pem:ocralie et queestion de responsabilile mninistrielle,
POrgamnisalion des par/i- politiIques IpM i;, n'y a prs, de double. Le mninis/re qCui I
Ostrogorski ; 2 Un faitscicul, on an- f/i cter le7' iar'u:x. devient civile-
gue allemanide : Internatlion(aI Vrci- menl responsible. ..,,:- i/ s'agit de sail
'.;.i /fi 'e:i'hr/nde Bechtswicxsens- xi, les Ch/'mbres. ayant refuse /le credit,
chaft und olk.i w'irlscia/lso/tre. ( S- Etal /ne peai 're' r)ndlu. i-nmdme res-
ciete de droit international et d'co- ponsable.
nomie politique compr('re. ) 30 un
exemplaire de introduction au Cours Go MI. LAFOREST: Lsur le prlt a inter t
de droit admninistrlti/ pr Hanii- *(1guis sous a fo;im' (1e ventle it 1';-
bal Price fils. avocet, Professeuir nl m're; t mesures a prendre en faveur
1'Ecole national de droit de Port-au- du pri'teur de bonne foi privo du ga-
Prince. ge special sur lequel ii a compete.
SM. Price retCoit, i) ce propos, los Dnis un mnmeordre d'iddes, a r6u-
compliments: t les remerciements de union decide que la grande discussion
la reunion, qui extend ensuite lecture ouvert dans le temps str la liedorme
d'une lettrc do M. Denis S-Aude. ecIoo'iqueseIr reprise aupoint oflelle
Cornmissai'e du Gouvernement a (tait reste ot Iqe 16 u isumu oral pr -
Port-de-Paix, remerciant la. Society se"t i cc sujel par 1?I Sylvain sera au
de sa nomination conrnme membre prealable public dans la Revue .li.
associe. cl but de irtablir l'etat de.la question.
Sur la proposition du President, on Avant de se s6parer, le President
.._rIl\irit. de reprendre la suite des fait part Ai la reunion d'un appel de
questions rest-es en souffrance oet 'CEuvre nouvelle du Centenaire, en
on decide que des I ,-,..rt. seront demandant A ses colldguees de -,I.u-
ais A la Socitate -,:. crire a cette oeuvre.


t













REV UE DE LA SOCIEATE LDE LEGISLATION 53


LES CAFES


(( TRIGWES)


DEVANT LES CHAMBRES.


Parmi les lois de finances recemment
d6posees devant le Corps Lgislatif, il
.en est une qui concern 1'exportation
des -:i'. triages. ,,
En attendant que, pour fair suite hnos
6tudes sur la situation financiBre, nous
r0sumions dans un tableau d' ensemble
nos observations sur l'avenir du caft, il
ne serait pas hors do propos de dire un
mot des cafes triages. ,
On salt a quoi rdpond ce term. Les
cars tri..-r. sont les dechets.du cafr
tried, tout ce qui rest des cafes doiit on
a extrait et isole pour 1'exportation les
bonnes frves. Au lieu do les rejeter" a'
rebut, on s'est avisd qu'ils pouvaient
etre encore utilis6s pour la vente et on
a obtenu du Ministre des- Finances (ceci
remote ai quelque t-ril ..1'-i'i, au temps
of les, :li..i '- ne pi"Il:.a'-ii.t pas, ou si
peu!...) qu'un tariff de favour leur fit
appliqud iu la sortie.
Tandis quo les cars de bon aloi patent
3 dollars par 100 livres, les droits d'ex-
portation sur les cates ( triages ,; furent
abaissds t 2 dollars.
-La measure avait le tort, &manant de
l'autorit6 administrative, do modifier
une loi existante. Une resolution du S6-
nat, votee a, la fin de la dernibre session
extraordinaire, y ..,l,:,. court en prohi-
bant 1'exportation des caf6es ( triages, ,
tant qu'elle n'aurait pas fait l'objet d'une
riglementation lOgislative. C'est pour oh-
tenirla I ;. a,.i i .-ii. nl de 1'ancienne pra-
tique ainsi suspendue que le Secretaire
d'Etat des Finances a prdsentele project
de loi i '1 n Lii.- .u nous occupons, et qui,
dejia voto par la Chambre des Ui,' (II.;
attend au Senat la discussion procaine
du Rapport de Ia Commission des fi-
nances.
A enjuger par le Tableau de la Ban-
que Nationale -d'Haiti, arrete au 31 De-
cembre de i'annie passee, l'exportation
officielle de cas cas l r.ia..i -:, du-le Oc-
tobre 1901 au 30 Septembre 1902, *a dt( do
1i ;.': ',11; lives : ce qui donnerait p,'iii
cetto 1"- il, o'l ..1.s 1,..liar- de -drti:.i t.- -


caiss0s par le Tre'sor. C'est quelque clio-
se, et I'on :romprend que 'lionorable Se-
cretaire d'Etat des finances y tienne, sur-
tout si l'on se rappelle que (,e nos droits
d'exportation ce south les souls qui no
servent pas de d ,-.- aux cr'eaciers do
1'Elat.
Mais Ion soulbve centre le prci. i uni
double objection : lN'est-ce pas lavori-
ser a I'etranger la depreciation deo nocre
principal denrde que d'encour'ager par
un tarit de '.:a. ~ r I 'exportation de nos
caf0s de rebut, confondus avec. les au-
tres sous la denomination de ( cards
d'IH'aiti? 2" N'est-ce pas, en outre, don-
ner, au detriment du fisc, un n.uvel ali-
ment h la fraud, la substitution du bon
au mauvais cae' ( et vice versd, (Iu mau-
vais au hon ),6 tant i j 1.1 dienrant'pour
I 1 I .1' HI-
Les deux objections out leur valeur. II
est certain qu'au point de vue de sa pre-
paration, notre calf a longtemps joui
sur les marclis d'Europe d'un asfez ft-
cheux renom. Ce n'est gilroe que'depuis
I'installation des Usines a.,n, r.t. cette
preparation qu'on a commence A 1'esti-
mer plus favorablement. Les prix d'achat
se ddterminent, en effect, par la quality
qu'on attribute aux diverse sorts, et
pour l'appreciation de la 'i litll I'etat
dans lequel le cafe est livre n'est pas un
el6ment n 1i_.- ,] Il y aurait, par coi-
sequent, recul pour nous, si, en previ-
sion d'un profit fiscal don't l'importance
rest al6atoire, nous donnions aux ache-
teurs 1 .ii.,I .-- unel prison hI ii .-llr de
suspected nos products. '
Certos, au ,,i r :o nos finances sent
tombies, nous n'avons ,l droit'de'd dai-
,.,.--. aucunesourcetd.. I ,iii-. si 'fai-
ble. qj'elle soit, mais il ne faudrait pas
que nous perdissions d'uni ,'I plus.que
nous ne semblerions .- ,In-r de -t''tr-.
A mooins done qu'oti e tri.o : 1
rn. .l." ii de rendre I:1 .i:'Iu-.or'I ii 'lll 1-" i
ble-entr: e l ic i, et; ,. li i jl, i i-.' i-.:I ett
,ld:.l,,i r' I "i i 'ii. I',\I,'' ta',i.- 1 ii ie '1 -.'i-
ri .'.a; ii,,l i (g o _iri --.1 .- I f'l \'A A T ( 'rin e- ai


~~~. ifii
" i












54 'REVUE DE LA SOCIETlT DE 1.:GISLATION'

qui s'inmposerait aux iori'i-'n atairi-i.i chain : ce qui est une fa;on equitable de
rangersr, je serais. en priucipe. contre sauvegarder l'inteirt do nos exporta-
tout encouragement accordle a la sortie. teurs, qui pourraient 6tro surprise par
du mauvais cafe. et plus ,li-|1.,, A un trop brusque abandon do I'ancienne
le surtaxer au profit du crf6 triTiqu'ai lo pratique. A partir du 30 Septembre, on
gratifier d'un tarif moindrol. rentrerait dans les terms de la loi de
Le proi de loi prcvoit des p'rcau- 1891 qui sonmot tous les calrs a. une
tions multiples contre la fraud. La taxation uiiiforme.
Clamrre los a encore renforcees de Comme amendment a ces conclu-
sanctions plus rigoureuses. Mais se- sions, je serais volontiers d'avis que
ront-elles bien ?.ti. .:.-. ? II est permits l'application de la loi nouvelle pendant
d'en douter, si l'on en juge par l'expd- la pieriodo interimdiaire, qui serait
rience d'un passe rceint et par les pro- prolong jusqu'au commencement de la
codes qui continent de predominer I pro'haine session legislative, soit au 31
dans notre control administratif. Mai ou au 30 Juin 1904, constitute une
S'inspirant de ces considerations, ain- exprinientation mothodiquo des avan-
si que du vmui expriim sous forme do tages et des inconveniens de l'exporta-
'rsolution au C' .i-'e de Mexico par tion des cates "triages ,. Sur les donn0es
les Deligues des Repulliques americai- re(cueillies dans F'intervallepar le Ddpar-
nes on faveur de la prohibition des cafes theme nt des Finances, les Chambres dd-
Striages ,. le Rapport de la Comrnis- cideraient d6tinitivemenl.
sion des finances du Snat conclut,
nous dit-on, au maintien de la taxes de GEORGES SYLVAIN.
,2 dollars jusqu'au 30 Septembre pro- 2 Juin 1933.






JURISPRUDENCE DES TRIBUNAUX


.ee mime que la (Constitution a pris
soin de pr'voir ( art. 82 i la publication
d'un Bulletin Officiel, o les lois et
autres actes du Corps LAjgislatif, april .
leur p'omulgation au Moilte-ur, doivent
etre inseres et classes a leur date. de
meme la loi de 1868 sur l'organisation
du Tribunal de Cassation met a la charge
duSecretaire d'Etat de la Justice un
Bulletin .i, .lit i. r, titre : u Bulletin des
Arrets dui '"i ,iii.il de Cassation. Par
cette double prescription le 1 gislateur
a voulu sans (oute faciliter l' lji1.1i :Ii; ,.i
de la loi, en en pi. ..-' ,l. le texte et en
en xul- -i-i I'interpr6tation juri itiue.
Mais depuis plusieurs annios nos mi-
nistres et nos Clamltres, don't on con-
nait l'esprit habituel d'economie, esti-
mant que nous no sommes pas assez
ricles pour nous payer le Iuxe d'un 're-
cucil nri:i. I des lois lhatiennes et d'un
repertoire de la jurisprudence( de notre
Cour Supreme, ont rayd du budget cette
ddpense superflue, sans prondre d'ail-
leurs la pine de rapporter la disposi-
tion constitutionnelle ot F'article de. la


loi de 1868 qui leur font I'obligation im-
pirative d'y pourvoir par une allocation
pe-rmanente. Hien ne symbolism mieux
l'6tat d'esprit de la plupart do nos horm-
mes politiquels i. l'gard de Fa.utorit6 de
la loi!
En attendant qu'il y ait changemelnt
sur ce point, notre Recue,, qui, it co6t des
lois nouvelles. s'est toujours donned
pour tacie. de publier' les lois anciennes
,Illi:il,.'' h trouver, se propose d6sor-
nmais do signaler, (lit iiI. l'occasion s'en
rencontrera, quelques decisionss intiees-
santes (de nostrilhunaux, I'; ''i -, i clai-
rer les homes de loi sur' orientation
de la jur isprudence.

Au Tribunal de Cassation il a ,:'- rte-
cemment juge que la realisation de
11 Ip Ii. q'I-t consontie par un debitour
a son creancier n'epuise pas le droit de
ce dernier de r'clamer enjustice le paie-
ment du solde de la dette; si le produit.
de la vente du bien bypotbhqud, apres
l'accomplissement de toutesles forma-











REVUE DE LA SOCI'Ti DE LGE ISOLATION


litis Cdictes par la loi reste inferieur A Nullement. Astreint a vous defendre,
la some poutr laquello la sireto, 6tait vous n'avez fait qu'user d'un moyen de
consentie. (Aff. Hoberts Dutton- Maia- defense, sans perdre le b]dnfice des re-
chi, 5 Mai 1903.) serves primitivement produites.
L'errpur a laquelle cot arrft coupe Ainsi en a dOcide le Tribunal de Cassa-
court est assez commune piarmi les dO- tion. ,.\ .111- Guyot-Velten, 12 Mai 1903.)
hbiteurs, qui volontiers s' 1 I ii -i i,,qu'en Le nmerre arret prtoononce la dechiance
constituent hypothleque sir un bien don't dl'un pourvoi fait en ver-tu d'une pro-
la valeur estimative dGpasso la sommef curation sous seing prive, non timbree.
don't ils sont redevablos, ils se .-oont par On s'est demanded parfois si de telles
advance lihlres, quel que soit le re'suzltat questions ayant trait i( la validity d'un
de l'adjudication. mandate i eleveriaient plas ph1u, tdu Tri-
Pour que I'llyplftll*'.- prodiuise uin bhunal civil. Mais la, jurisprudence de no-
tel effet, il faut qu'une clause form lle tro Couir :.!i ,.'-.. est que, in de la.va-
en ce sens ait Otr insor&e dans le con- liditC de la declaratio de pourvoi,' le
trat hypothecaire, qu'il y ait eu OII-des- Tribunal de Cassatior no peut s'emp6-
sus une convention special entire los cher d'otendre son appreciation aux ac-
parties. Dans lo cas contraire, c'est le tes (ui ddtcrminent la r'gulariti de l'ac-
droit commune qui prevaut : si le prix te docla.ratir.
obtenu par la vento en justice, apres l'ac- La declaration de pourvoi doit 6tre
complissementdes formalities legales.Ost faite par le (I pourvoyant en personnel
ili-iirri- ait pour couvrir le Imontant. de out en son absence, par le porter de sa
l'obligation, augmented des frais judi- )procuration special. Cetto procuration
ciaires, le diteurteu este tOenu p01our le .sp)ciale pi~Out-elle s'entendre d'un man-
surplus sur tous ses bins mobiliers et dat verbal ? En principle, rien ne s'y op-
immobiliers, 1.,i-. ,t-, et a yenir. ( n-i- poserait; mais en fait, la facon la plus
ments des articles 1859 et 1977 du code simple et la plus pratique do justifier
civil. (*) ) d'une manifestation express de volonte,
II a Ote 0galement juge qu'un plaideur c'est do la fare constater par un ecrit.
qui, ddbolutet d'un declinatoire d'ineompe- Aussi arrivera-t-il rarement q(u'un man-
tonce par le Tribunal de premiere ins- dataire, cliargd de faire une declaration
tance, est appointed A )produiro ses con- de pourvoi, se content d'exciper d'un
clusions an fond, peut faire valoir, en mandate verbal, cette forme de mandate ne
guise de defenses, une demand recon- comportant pas sa preuve ell ele-mmne
ventionnelle, sans par la renoncer aux et une simple all.. di.,i no pouvapt
reserves formulees surlacompetence du pa.s tre admise en pareille matiere.
Tribunal. c I n'est pas nocessaire que 1'derit re-
Vous Otes actionn6 devant ia juridic- vte la lorme d'un acted autlihntique,
tion commercial en i'--1. 1,.it. de comp- mats s'il est sous-seing privd, il dolt sa-
tes. Avant touted autre rdplique et en fai- tisfaire aux prescriiptions de la loi sur le
sant toutes vos reserves de droit, vous timl)re. La loi du 10 Avril 1827, qui fait
soutenez que le tribunal de commerce encore autorit0, dispose, en effect, en
est incompetent pour' jugeride la cause. son art. I, que le droit du timbre est
Le tribunal, statuant sur vote excep- 6tabli sui tous les papers destinds aux
tion, se d:iaare competent et vous or- actes civil etjudiciaires.et aux deritu-
donne de eonclure au ford. res qui peuvent 6tre produites en justi-
Vous concluez, en excipant contre vo- ce et y fire foi; t en l'art 23. que les
tre adversaire de l'obligation de payer decitures prices qui auraient etc faites
un sold de compete en votre faveur. sur paper non timbri ne pourront 6tre
Par cette demand de payment avez- .produites en justice, sans avoir 6tc sou-
vouis 1,. .itilm.'iil renonce an droit de mises au timbre et au contrile. Defense

fair vider par le Tribunal de C:.--,i t. est faite aux.jugis,sous pinre d'amende,
la question de competence que 1le juge- de prononcer aucun jugement sur de
ment ex- I' thlll-l des juges commer- tels actes.
ciaux avait provisoirement tranchee ? Mais s'il s'agit d'un mandate fait en
: --: : pays otra:ingipr par un stranger don't la
* I Art. 1859. Quiconque s'est oblige .ersonneilemeit loi nc'o ,lll. ,i I1 I'pas les midmesexigences
(I. noI SeS boileus -no-
.', ,; 'n i ,ousses es m- quoe la n4tre? --Telleotait precisement
SArt. 1977. Le cr6ancier ne pett poursuivre la vente des .'espee SOUrrisO au tribunal I decassatlOn,
immeublis qui ne lui sont pas hypothtques- qUt dans le cas i a c le mnt pvit a-
d'insrfflsance des biens qui lui sent hypothequms. qui a ddeide) que le mandate nie pouvait Va-










56 REVUE DE LA SOCIETiT DE LEGISLATION


loir en justice, tant qu'il n'aurait pas sa-
tisfait aux I:rini, I ti,-, de la loi:sur le. tim-
bre, ct,comme le demandeur n'ktait plus
dans les-ddlais pour refaire sa dclara-
tion do pourvoi, celle-ci avant kt6 faite
en vertu d'un mandate ih ,-2li' r, le
pourvoi fut reconnu dn c-- I' rece-
vablc.
On a trouv6 r i;..ri..,i --. cette sanction
d'une loi liscale, qui pour I'inaccomplis-
sement de formalities assez facilement
rIparables, peut paralyser a i'occasion
dos intorets tris important. Ii est cer-
tain qu'ici la consdquencee dudefaut d'un
timbre de dix centimes paralt penible.


On nut ait aim voir introduire dans la
loi un amendment qui permit, par
example, comme c'est de jurisprudence
pour les demandeurs astreints a la pa-
tente, de produire jusqu'au moment du
delibOid le timbre prescrit ou la quittan-
ce justificative du pavement de l'amende,
cette production devant avoir pour effet
de conforer a un acte, d'ailleurs valide
par lui-m6me, 1'admissibilit6 en justice.
Mais tant que la loi n'aura pas 6te mo-
difie. le juge est oblig6 de 1'appliquer.
Aux plaideurs income le soin de se
mettre en r6gle avec elle.


DECISIONS DU DEUXIEME CONGRESS
DES

REPU BLIQUES AM RICAINES
PIECES ANNEXES ( SUITE ET FIN )


TRADUCTION
du Trailed d'aibitrage obligatoire


MEXICO, CE 29 JANVIER 1902
Minist&'e des affairs 'trangqr'es.
Mexique, Bureau d'Amnrique, d'Asie
el d'Oc(a,~nie.
Afin qu'elle soit public en m6me
temps q ue d'autres documents relatifs a
la Conference, et conformdmeont h votre
demand, j'ai l'honncur de vous remot-
tre, ci-joint, cng,ie du trait6 d'Arbitrago
obligatoire, si-gne par quelques unes
des D 1',:-.ili. is. Ce trait, redig(o en
former di projet.avait et envoyci a cc Mi-
nistere dans le but d'6tre dlev au rang
de Convention Internationale.
Veuillez agrOer mes salutations res-

(Signe) MARISCAL.
A. Monsieur le Secretairte general do ]a
Conference international americaine.


ART. 1. Los Hautes partiescon-
tractantes s'obligent a soumettre a
1'Arbitrage tous les litiges qui exis-
tent ou cxisteront entire elles et qui
ne pourraient se rdsoudre par la
voie diplomatique dans le cas oO,
suivant I'apprdciation d'une des na-
tions intcressees, les dits conflicts
n'affecteraient ni l'independance, ni
l'honneur national.
ART 2. Los litiges qui concer-
nent les privileges diplomatiques,
les limits, les droit-, de navigation,
et leur validit(, l'interprctation et
l'accomplissemenot des traitdes,ne se-
ront pas consid(eres conmme compro-
mettant l'ind6pendance et 1'honneur
nationaux.
ART. 3. En vertu de la faculty re-
connue dans 1'article 26 de la Con-
vention pour le reglement pacifique
des conflicts internationaux, sign a
la Haye, le 29 Juillet 1899, les Hautes
parties contractantes ont convenu
dr. siin In-tit r ;'t la d. vision de la court











REVUE DE LA SOCIETY BE E LEGI-SLATI.ON


permanent d'Arbitrage dtabli paar la
ditch (C. 11 i, Ition, tous les conflicts aux-
quels se ra pI'IIi leI present traitO, a
moins que l'une des parties pT ''.',i
qu'unejuridiction special soit tablie.
En cas de recourse it la Cour per-
manente de la Haye, les Hautes par-
ties contractantes a'cceptent les con-
ditions de la sus-dite Convention
relative plant it I'organisation du tri-
bunal arbitral qu':1 la procedure qu'il
faut y observer.
ART. 4. Dans le cas ot, pour un
motif quelconque, on itablirait une
Juriidiction sp'citale, soit parce que
ainsi le desire l'une des parties, soit
pace que la Cour permanent die la
Haye ne strait pas ouvertet pour elle,
en signant le compromise les parties
indiqueront la voice i suivre. Le tri-
bunal dktermineva la date, le lieu
de sps sessions. la langue don't it
sera fait usage: et il sera a touie
(venutualite invest de la faculty de
rcsoudre toutes les questions relati-
ve i a sa. propre juridiction et aussi
celles qui se rapportent i la procddu-
re sur les points non privus dans le
compromise.
ART. 5. Si, en organisant la ju-
ridiction spuciale, les Hautes parties
contractantes n'dtaient, pas d'actcord
sur le choix de l'arbitre, le tribunal
serait form' de trois juges.
CIhaque Mtat nommera un .arbitre
et ceux-ci d("ignleront !e troisieme.
s'ils ne peuvent sc mettre d'accord
sur ce choix, les arbitres nommes
par les parties d(I'signeront le chef
d'un troisieme Etat qu i.nommera le
tiers-arbitre.
Si elles ne peuvnt s'enltendre s-ur
le 'lix d'un chef d'Elat, chaque par-
tie dcsignera une puissance diffiren-
te, et l'election du troisirnema bicre
sera faite par les deux puissances
ainsi d.', i n.-e, s.
ART. 6. Les Hautes puissances
contractantes en cas de dissentiment
grave ou de conflict entire deux on
plusieurs d'eutre elles, qui- rendent
la I -,,i,.ii inmminente. co:uiiceiienit


d'avopirr ecnurs, en tant que .les cir-
cii'- Li nces le pelrmlettront, aux bons
offices ou it la mediation d'une ou de
plusiturs puissances amies.
ART. 7. Ind6pendnamment de ce
recoulrs, les Hautes puissances con-
tr. It. ntesj ugent utile qu'une ou plu-
sieurs puissances tr'angraesa au
contlit, oftrent spontaniment en
tant quc !escirconstances s'y pietent,
leuris Ibons offices ou leur mitliation,
aux Etats en litige.
Le droit d'offrir les hons offices ou
la mediation appartient aux puissan-
ces Mtrang'Ires au conflict, m-me pen-
dant le course des hostilit6s.
L'exercice de, ces droits ne peut
jamais tire considdrc par I'une ou
i'autre des parties en litige comnme
un acte peu amical.
ART. 8, Le rl6e de m(diateur
consiste 'i concilier les pireientions
opposes eL. apaiser les ressenti-
ments qui peuvent s'etre products en-
tre les Etats en conflict.
AnT. 9. Les functions de media-
teur cessent du moment ot it est
constate, soit par l'une des parties en
litige, soit par le m6diateur lui-mi-
me, que les conciliatioins proposes
par lui ne sont pas acceptees.
ART. 10 Les bons offices ou la
mediation, soit sur le recourse des
parties en conflict, soit sur l'initiative
des puissances 'i.:, ei'res au contlit,
ont exclusivemnent le caractere de
conseil et n'ont jamais force obliga-
toire.
ART. 11- L'aceptation de la mn-
diation nepeutavoir pou- effet, sauf
convention co ntriaire. d'iiiter; ompreo,
dc rotarder ou d'entraver la mobilisa-
tion et autres measures prep ratoires
a la guerre. Si elle intervient apr0s
I'ouverture des hostilites, elle n'in-
terrompt pas, sauf convention con-
traire, les operations militaires en
course.
ART. 12. -- Encas dedli ffi''-.r-i gr'a-
ve, qui menace dcie cormpriomettr'e 'a











R11EVi E DE 'LA SOCIE TI DE LEI ISOLATIONN


paix. et da;n- Ie eis o0 les puissances
iitl,.-c--i:r,. ne p, .i -.U t se rnetire
id .,iI:...In i oup choisir .ou Iaccepter
come midintrice une puissance
.amie, il est recommando aux Etats
en conflict le cho!x d'une puissance
dWsignee par 1'autre nation int i'ressee,
afin de privenir la rupture des rela-
tions pacifiques.
Pendant la dur(e de ee R andlat
don't les termies,.- .s stipulation con-
traire, 1n pe)t ex.ctdepr tren.te jours,
les Elatse;L liLige cessent tout rap-
port direct au sujI t du cc i'lli, lequel
est consid(-i comne01 dfi'r(1 exclusi-
vement aux puissances in dintrice's.
Si les puissances naies 'armi-
vent pas a ol)tenil, d'un coimun
accord, une solution accelp)able pour;
cellesqcui sont o('i c(nflit. lles ien
choisiraient un11 t"oisii'nw i lIqu l-
le serait confide la nUldialion.
Cette troisnime )puissance, on cas
de rupture effective dqs relations pa-
cifiques, aui a en tout temps lIa mis-
sion de profiter de toute occasion
pou rrtablir la paix.
ART. 13. Dans les litiges d'ordre
international provenant d'une diver-
gence d'appriciation sur des points
de fait. les R publiques signataires
jugent utile que les parties qui n'au-
raient pu se mettre d'accord' 1. r la voie
diplomatique instituent, en tant que
les circonstances Ie per)imettront, un1e
Commission international d'lenquite
chlar'g6e de.facilitor la solution des
litiges en dclaircissant par un 'exa-
men impartial et consciencieiux les
question do fait.
ART. 14 LesCommissions inter-
nationales d'enquete sont constitutes
par convention spc-:iale entre1 les
parties en litige. La convention prpi-
cisera les faits I examiner, l'6tendue
des pouvoirs des commissaires. et
elle rCglera la procedure que ceux-ci
doivent suivre. L'enqucte aura lieu
,_-, lli, itld CtiremeCnt. La forme et le
delai a observer, en tant qu'ils ne.
sont pas fixes par la convention d'cn-
q'Q't.-, sont determines par la Com-
miissibn elle-imime.


ART. 15 Les Comnmissions Inter-
nationales d'Enquete serynt fi, mI''-e,
sauf stipulation contrai re, de la mIt-
me maniH're q(ue le tribunal d'Arbi-
trage.
ART. 16. Les puissances en litige
s'engagent ai fournir ai la Commis-
i sion Internationale d'Enqqi,'i, dans
la plus large measure qu'elles juge-
ront possible, toqs les moyens et tou.
tes les facilites necessaires pour la
connalis;snce complheo et l'appre-
ciltion exacte des f. its on ques-
tion.
SART. 17 !,s Cnommissions sus-
menlltionn hlco so' lirmitront a la recher-
che de la v'eitO sur les points de
I fait, sans (meltre d';atres apprecia-
I tins qlue celles d'un caractore abso-
luimient technique.
ART. 18.- La Comnmission Interna-
iiona.le d'Enquite prisentera aux
puissauces qui l'ont constituOe, son
rapport signO par tous les membres
de 1l commission. Co rapport limits
a la constatation des faits n'a nulle-
nment le caract6re' de sentence arbi-
trale, il laisse aux puissances en liti-
ge une libelt0 entierepour la suite a
donner a cette constatation.
ART. 19. La constitution desCom-
nissions d'Enqu te pourra avoir lieu
dlans le compromise relatif a 1'Arbi-
trage come procedure pr'Oalable,
afin do fixer los faits qui doivent ser-
vir de base au jugement.
ART. 20.- Lepresent traite ie cehan-
ge rien h ceux qui existent de.jA en-
tre deux ou plusieurs parties contrac-
tantes on tant qu'ils donnent une
plus grande extension L l'arbitrage
obligatoire.
11 n'annle pas non plus les sti-
pulations sur l'arbitr;,i'- relatives a
des questions d6terminres actuclle-
ment pendantes, pas plus qu'il n'al-
t're les procedures d'arbitrages en
course i l'occasion des ( 0q.-tiii-.
ART. 21.- Ce trait entrera en vi-
gueur, sans bosoin de ratification,











-REVUE DE LA SOCIE


ds .que trois Etats pour le moins de
ceux qui l'ont sign,, aui-ont notifil
leur approbation au Gouvernement
du Mexique. Celui-ci en fera part aux
autres Gouvernements.
ART. 22- Les nati ns (qui n1 ont
pas sign le present trait pourront
y adherer lorsqu'elles le voudront.
Si une des nations signataires -ou-
lait reprendre sa liberty, elle d6-
noncerait le traits, mais cette dinon-
ciation no produirait d'effet qu, pour
la Nation qui l'aurait fait et cela sou-
lement un an aprcs la d6nonciation
formelle. Quand la Nation ddnoncia-
trice aura quelques affairs d'arbitra-
ge pendant i l'expiration de I'anp, Ie,
la renonciation n'aura pas d'cffet en
cc qui touche le cas non encore re-
solu.

DISPOSITIONS GENERALES
I. Ce traits sera ratifi le plus tit
possible.


JIE DE LFGISLA'LON 59


/I, Les~rati H. I i,- 1-1 ~ 111

res, a MAexico. o, elles icroft lro
)Csees.
III. 1,e Goncveirierent nwcrnexieai
en expedierai une c pie ce rtifilee it
chacun (des Gyonvernlelents (ontrqc,-
t'Ints.

El fPd (iC qpl o, ils (ilt, signO le pV'6-
Sent Trait(: ell y appiosanlt ](eurIs,
sce(aux respectifs.

1-a i ft Mexico, Vc vi gt-tleief Jarmvicr
V.)W!, ell UII tl exemplolire. (Jui -
ra (iepo()S an tuNiniit~ie des Affaii'cs
Etrinng oe(s des Etats-Unis mexicains
dont tnie c0ie co(lrtifi e seria expedike
par ia voice diplolfati(ue, a clticun
des Gou verleoments contractan ts


BIBLIOGRAPHIE


La Doctrine Monroe ou le Droil natural qui n'a pas moins de pl us d 100 pages
des peoples. (Ch ExM. KERNIZAN. est une inteiessalite ( contribution
-o-o- aux id(es d(6ji 'mises'sur ia doctrine
Monroe. Conmme tous ceux qui ont
Ils deviennent de plus en plus (crit la-dessus, il s'attachie a i(en d6-
rares, ceux-lii qui surmontant I'apa- gager la portui et pour cela, il ,s'ttaie
thie g6nerale, trouvent le moyen de sur les rapports des Etats-Uni.- avec
produire quelque ecrit d'un peu long l'Europe t les autres Etat.-i du con-
et surtout consciencieux. tinent am ricain.
A cc point de vue, unIe mention Au (ours d'une confIr(nce faite
toute sp6ciale reviCntit M. le d6pu- dans Ie teinps au Cercle (:Cthlliquee
to Enmmanuel Kernisan, un des fer- de Port-au-Prince, jc disais: L.'Eu-
vents de la Presse pl-ri.i liqll. rope manifesto depuis lor-'ii p )sdes
Sa premiere brochure I'Avenir Po- tendances colonisatrices, non pas
litique date de 1' I-,. Tout r6cemment, pr6cismrnent dans la pensee gone-
au mois de Mars dernier, il s'attelait reuse de civiliser certain peuples
t la besogne et consacrait une pla. arric6rs, mais plut6t en vue dassu-
quette aux R'formes urgentes en ma- rer des d&}bouches a ses products. ),
ti_'-r, dI. finances.:. Dans ( ces Cnditionts, on !-'explique
L'6tude don't il a bien voulu re- pourquoi. les Etats-Uniis s'opposent
mettreeun exemplaire a. la Societe et tant I, 'i.lnsion en Am nrique des












E S, J N s


peuples de l'ancien continent. C'est
que s'ils venaient A s'accaparer des
centres de consommation aussi im-
portants que nombreux du Nouveau
Monde, le commerce des Etats-Unis
diminuerait au detriment de leur
prospirite industrielle, privde ainsi
de leurs d6bouches naturels, tandis
queles chances de conflict avec l'Eu-
rope s'augmenteraient sensiblement.
Tant que les gouvernements am)-
ricains ne donneront pas une fausse
interpretation a la doctrine Monroe,
elle ne sera qu'une garantin ( i, .,,".
de I'int6rkt bien entendu de.s Itats-
Unis, en mime temps que la :'.uve-
garde des autres Republiques aneiri-
caines; mais du jour ou ils enir e-
prendraient de conqueir et de colo-
niser, cetto doctrine doviendlrait un
veritable dangelpourceos orpubl iq ues
qui seraieni peut dytre alors obligoes
de se liguer pour so defend re, voire
mime d'en appeler it la protection
des nations europfennes.
II faut esp0irer que le people amc-
ricains, fort de ses devoirs, soucieux
de sa dignity, saura toujours conser-
ver une conduite sage autant que
just, et pour tout dire, conformeaux
iddes de son fondateur.
Distancant nos vues personnelles,
]'auteur en question incline en fa-
veur d'une alliance politique et com-
merciale entire los Etats-Unis et les
autres Etats de l'Am6rique: ce qui.
d'apres lui, serait la plus belle con-
ception politique qu e emonde cat
jamais vue.
Mais j'aime mieux renvoyer le lec-
teur aux commentaires qu'en afaits
M. Kernisan dans sa brochure qui,
sans doute, eft (et d'un aboard plus
attrayant si, au lieu d'avoir 6td dcrite
tout d'un trait, elle avait et(, seion
l'usage, divisde en chapitres.

H. P.



Nous extrayons de la Jurisprudence Gd-
nedale de Dalloz, 5e Cahier, la note
suivante consacree d I'etude de M. H.


Price Apercus sur l'in.- itution
Con mmuna le :
Apres un si6cle d'Iniii' l.'p-inin -', on
voudrait voir i la Rlepublique d'Haiti des
institutions slides, comparable a cel-
les des Etats Europeens. Ce n'est, mal-
heureusement, qu'un souhait ; -l'tude
de M. Hannibal Price en estl'expression
developpee. I1 ne semble pas.que son
auteur ait voulu exposer un project d'or-
ganisation communaleo; es institutions
existantes, sagvnment modifidcs, peuvont
6tre exce!lentes. Mais il faut des ri~foi-
mcs ; on nle saurait mi:!ix aplprendro
dans (fuel sowis les dirii;,-r (qu'en lisant
ce s ,. *
Des qiuetiui n-;s fortdi ve:'-~e- V sont tirai-
t.':-. M. Pri.'e tir!. ve abI usive c t dis-
Sposiion (h la. l'io! ;i 'iii,' qui soumet
a I'atItorisatioii pri'alal)e du, pouvoir
central tiout iirIticilier plaidant centre
unet co mniune. II vouidrait aussi que I'on
fix, de faon plus n 'tte i mos tit's de
dlissolutliol .on de susjilision (los con-
soils municipaux, que 1on .i.,~.l.',t m ,-
Ime. pour plus de s'mplicit". un systime
qui a fait scs prouves, le note par exem-
ple. Le recensoement ne s'effoctue pas
de facon veguliBre : i importe d'etablir
des.-p rides fixes, de pI I.'I i' d eon-
nales, et do confier co travail de di'nom-
broment a ,I-, f.' i i.i. l. i;. es speciaux.
I1 im porte.,;- -... s.1. ru i .-r lee. ittlribu-
tions do la police municipal; t ..i aboard,
il faudrait donner aux maires, non un
pouvoir dilegui, mais un pouvoir pro-
pre qu'ils tiendraient de Jeur qualitO de
maires. La commune, ainsi, s'airl :ii, ,i-
rait un pou de la tutulle of elle l Il-.i ;
ct ]'extension accordie aux institutions
communales deviendrait, selon M. Price,
un dl6mentessentielded' .lt .i.li- i0i,,i,
done de progres. ( DALLOZ )
( Jurisprudence general, ) 5 cahier.


P. S.- A F1'gard de la Polyclini-
quo Iean, !e D" Ldon Audain m'a dit
n'avoir pas sollicit en faveur de cet
etablissement une subvention au
Gouvernement, ainsi que je l'avais
announce dans ma derniere commu-
nication.
Je m'empresse done de retifier en
consequence cetto parties de mon ar-
tide.
H.P.













AtVUE DE LA SOCIl TV DE LEGISLATION


VARIETIES


TA4LEAiU GENERAL des Secrdtaires dElat qui out form les diffe'rents Cabinets le nos Chefs d'Etat.
depuis 1804jusqu'd cejour, aver la date de leur nomination, de la repartition des portefeuilles, de
leur de's et le lieu d ds drs. (Suite). (*


DATE
NOMS 'ET PREINOMS dc !;
NOMINATION


ATTRIBUTION
de
DEPARTEMENTS


EMPIRE D'HAITI. --- FAUSTIN I". EMPERECU D'HAITI.


22 Louis Dufrnt'e, Due de
Tiburon ........ 20 Sept. 181.9 Gutere et Marine.
23 De Jean-Baptiste Fran-
cisque, Due do LimbO. n Justice
24 IL. E. F. Salomon jeune.
Duede S'-Louisdu Sud Finiace.
25 Le mhme. ... 14 Fevr 1851 ( !,..: -. cos portefouilles de
la Justice. d!e I'Instruction
publique et des Cultes.
-26 J. Sylvan d'llyppolite.
Due de la Bande (du
Nord. ... .. ..... -23 Fevr. 185t Inttrieur et Agriculture.
27 G. dot Pi'o)lite. CU te
(d Te-rrier iHoug 3 Fivr. 1.-:..' lutilrio r Agriculture.


Pt-au-Prince

Cx-des-Bouq.

Paris(Francee)




Pt-au-Prince


6 Nov. 1883

20 Mars 1851

19 Octob. 1888




30 Janv. 1857

25 Avril 1880


Pai or'doina.ice Impiriale di te dut 2. So me;." ,lS9:
L.de inist la Guerre et do !a Marini eMst c -ar g'', des portet'euills des relations Ext6rrieures,
do 11 I I t. it de 1'A riculture.
Ie lMinit, ri. do la .ustic.e est chargigc du portol:f'uille d-s Cultes ct de 1'Instruction publique.
Ie Ministry des I'iiai.,ies et carg a du porti t'euiile dcu Commerce.
Soulouque a. faith jugier ct exe,'uter troi d it -e: inniistres: David Tioy, C;'ligny ARDOUIN et Jean-
'.i pti -t, IFRANCISQUE.


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT FABRE GEFFRARD


1 Jean Paul . .... 17 Janv. 1859 Pi'dsiden;t du Conseil des
Seeritai-es d'Etat.
2 (Guerrier Propliete .. r, ntorieiur, Agriculture.
3 Thlodate Philippeaux n Police Genarale.
4 Jean-Francois Acloque. Justice, Cultos
5 Andret Jean Simon. Relations Exterieures, Ins-
truction publique.
6 Thimol6on Ddjoie. ... Guerre et Marine.


Pt-a:-Prinee



Miragoane
Cap-Haitien


10 Mars 1872
25 Avril 1880
21 F 'vr. 1872
7 Mai 1875

6 Fevr. 1876
10 Juin 1865


('*) Dans la parties du Tableau publide le mois dernier, ii s'est gliss6 deux fautes d'improssions.
(( GoUYERNEMENT DU Ror CHR15TOPIE. o C'est ANDRo VEuNlET, mort en 1821, qui a eu les attributions de Secr4taire
<'Etat des Finances et de 1'Interieur, et PAUL ROMAIN, le d6partement de la Guerre et de la Marine.
Pliis loini. pagf 147. ii faut lira ,, Cornic-ller dil Gouv,;rnt'ment provisoire de. 1843 ) et noi k de 4845' a


LIEU
ide
DECtS


DATE
du
DECEs


-----;-------------------












, IEV- VUE DE LA S"CIl;"T' DE LEGISLATION
.a~~~-.. .. .. -: : ; ., g ; ... !


NOMS ET PP.i'.Nl\IS


DATE
de la .

=\IM~ ro


ATT'IBUTIONS
d e
DI PARTEMENTS


GOUVERNEMENT iw Prl:sbi:XNT FABRE GEFFRARD (SITE'")


7 Victoria Pliiance .
8 Joseph Lamothe ...
9 Francois Fi.' Dubois .
10 Fraucois Elio Dubois.
11 'Francois Joan-Joseph. .
12 Franctois i .ii Dubois..
13 Victorim Plisancc. .
14 Oban; jouno. ......
15 Airmn Log.oss ....
16 Valme Lizair .

17 O()as jen e. ...

18 Juloe iBanlc . .

19 Alexis Dupuy... ...
20 Thl'odate Philippeaux .
21 Joan-Bapti:e Daniie'..
22 Thliodate Pliilippeaux
23 Alexis Dupuy . .
24- A. Ca;rrii'.
25 Au!gust Elic 1 .

26 Jean-Baptiste D)alniur..
27 -R. Arsace Deslandes..
28 Jean-Baptistl Damier.
29 Jean-Baptiste Damier..
30 Thomas Madion.....
31 Jean-Pierre Hector .
:;. J.-J. Dasny L.ubomut. .
33 Thomas Madiou .
31 WVo\lelon Wol.\ .
35 i Ir .., a Madiu .....
36 J.-J. Sait Victor. .....
37 Dorfeuillo Laborde. .
38 Linstant Pradines .

39 Septimus hameau ..
40 Jean-Baptiste Damier..
41 Exilien tleurtelou. .


17 Jai
19 Jai
2. Ma
28 Jui
3 So


10 Ak



28 No



8 JuiI


31 Jai

30 Seq
25 ini

6 Jai
20 E1'
20 FRo
2 Av

13 Ao


26 Oc

, 7 Ma


Iv. ..', Finances. Commerce.
iv. I i Police G(n' imrle.
rs 1859 J utice, Cultes.
1i '.." lnt ieii Agricun tunre
:t. 1' '" !Int(riic r. .Agriculture.
i. 1 l ist" iiu titn p nii '.




Sltclaatiolls Extori"iures.
it I''l (} '- M'I-ine.


S. i tsii i c it s, li strluc.tion






VI.. 1866 Jtl3i'kce.
Ipusliiin pblic lCultes
v.i 1-,! iitI'ier ,t :A rinelt Po-
ltico' G rae.
Irlatric,. AgExtriclte, Po-
lice (G'-in






l. 18( Finainc!s, Commerce.
Ri'elations Exthrioures.
iin u'.ni,,o)i publique.







i.' 1:86- iPeri'v!e 't Marine.

Ii. I. Finances, Commorce, Re-
nations Extrieures.

i. 1860 J t i i.ic i






JI!r. 1 ., C nlt.elts.
ril I IntItriour. Agriculture.
,> Instruction publique,Cultes
Lt l-.,. Guerre.et Marine.
,Justic'e.
, Relations Exti'ieures.
t. 1866 Financers, Commerce.
>> llc'lation:s Extcrieures.
.rs 1867 Guorr' ct Marine.
, l~Finances, Commerce..
, Justice. Cultes, Relations
Exterioures.
,, Ii4stru.ictioni publique.
,, I) rieiulr, Agriculture.
Inlerieir. Agriculture.


pt-au-prince
Gonaives
P'-au-Prince

Cap-Ha.tieni
P'-L i-Prinlce

Ca p-naitieni
Saint-Marc

PLaln-Prince

C(Jtp- lai tien

Pt-an-Prinllce
Pau "'lFance
P'-au-Prince
Gonalves
Pt-au-Prince
Pau (France
Paris IFrance(,

a la Gonave
Gonaives
Pt-au-Prin(ce
Gonaives
Gonayves
Pt-au-Prince
Jaemel
PL-au-Prince


JParem
Pt-au-


1)
ie
Prince


Paris (Fr.)
Pt-au-Prince
Gonaives
Saint-Marc


De(. 1869
Aofit 1891
J: i I 1 'N7i .
Juillet 1874
Mai 1879
Juil I let 874
)D(c. l ,.'
Avril 186(1
Juin l-i 1...


17 Aofit 1878

17 Avril !II,;


AoLt 1865
Nov. i1 7t
Fiv. 1872
Oct. 1884
Fev. 1872
Nov. !-.7o
F' v. 1869


2 AA il 'I l ;')
30 Oct. 1- :
13 Janv. 1872
30 Oct. 1 ,.
))
26 Mai 1884.
6 Oct. 1868
11 Sept. I -s:
26 Mai 1884
31 Mai 1.-;7
26 Mai 1884
7 Aout 1877
19 Fev. 1878

12 Nov. 1883
15 Avril 1876
30 Oct. t',i.
23 Sept. i;'i


1i) Son cadavre a ,tc transport a Port-a -Prince ot ont ou lieu ses funrailles.
GEhFElnRD a fait juger et executer i'un de ses Secrdtaires (d'Ftat: AIMf: LEGROS,


GOUVERNEMENT PIROVISOIRE DE sI'.;1
Distribution des Dcpartements entire les Membres ci-apres dinonmms.


1 GeneralSylvain Salnave 21 Mars 1867 ) Guere et Marine.
C. A. Preston u e t Marine.


P'-au-Prince 15 Janv. 1870
S 17 FPv. 1869


LIEU
du
D fCfES


DATE
du
DIECES













REVUE DE LA SOCIETY' DE I FTiLATION' 6(3


DATE ATTRIBUTION
NOMS ET PREiNOMS do la I d
NOMINATION )DEPIARTEM'ENTS


GOUVERNEMENT PI1OVISOIRE, m 1867 i(SrtnE


2 Thaly pre ........
Ovide Cameau ......
Omer iMerccron .
3 Andrc Germain .....
Ultirmo Lalontant .
Saint-Aud re .
Demesvar Delorme .
'r Saladin Lamour. ....
Jean-lFrancois A.cloqu .
P. A. Florent . .
Septimus Rameau. .


21 Mars 1867
h Intdrieur ot Agrictllure.


Filna'IcE(., (Commlnlrce'. TRe-
lations Extirioroes.


S Instruction publliqu. Cue
, tes.


SMaint-MMar
P-au-Priinlce
Jd rmio
PLau-Prtincre
Jlacmel
P'-au-Princer
Paris ('Fr.)
pt au-Prince

Gona.ives
Pt-au-Prinlce


1''" Anout 1-'i:
7 Nov. 1895
27 Nov. 1890
2(') Juilo t 1871
3t Juillet 1897
1i Mai 1881.
25 DIe. 1901
22 F6'vr. 1876
7 Mai 1875
21 Sept. 1881
15 Aviil 1876


Le Gc6nral LoUis JACQUES GERRIEI: dii T-riENNE., remplace le G(ci('ral SArLN.AVE i In Gutrre.


GOUVERNEMENT Du G(iNHAIxL S'I.Vl' x V SALNAVT c(iarg( du P~oivoi Ex('cnttif


1 M1enelas (l-ii:. .
2 AndrC Germain . .

3 Ovide Cameau ......

4 Linstant Pradines .. .
5 Ultimo Larontant ....


8 Mai I.'' Guerre et Marine.
Finaiices. Commclrco. Rela-
tions ExterieL'es.
S Intc'rieua, Agricultur', Po-
lice Ginraale.
Justice et Cultes.
Instruction pul)lique.


Cap-1 i 11 i

Pl-au-Prin' c


Paris (' Fr.
Jacmel


20 Mars 1873

2i Juillet 1871

7 Nov. 1896
12 Nov. 1883
31 Juillet 1897


GOUVER EMENT i.r PREISIDNT SYLVAIN SALNAVE,


1 Amndr Gemin . .

2 Demesvar Delorme ..

3 Ovide Cameau . .
4 Menmlas Clent .
5 De) csvar Delorme .
6 D)aguesseau Lespinasso
7 Niuma Rigaud . .

8 M 'In(las Cl ,ent .
9 De)emsvar Delorme ..
10 Pierre Alex. Florent i' ;.

11 Dagueoseau Iespinasse

12 Numa Rigaud . .
13 Ml6nelas Climent .
14 Hilaire Jean Pierre .


21 Jui




5 F''
10 F6



26 Ma


3 Ao


llt 1867 Justice. Finances et Corm-
merce
HRelations ExIfrioures, Ins-
truction publique, Ctlts..
IntOrieur, Agridulture.
L Guerre et Marine.
v. 1868 IntOt(riour ot Agriculture.
v. [ *; Filnances ct Commerce.
Justice, instruction puibli-

( Guerre tl Marinie.
Inttrieur, Agriculture.
-i 1.;' Justice. Instruction publi-
que. Cult6s.
Finances, Commerce. Re-
lations Erxtur'ieures.
Intrieur, Agriculture.
S Guerre. et Marine.
Ut 1sl' Justice, Instruction lpubli-
que et Cultes.


P' -au-Priuce

Paris Fr.
Pt-au-Prince
Cap-lli tieln
Paris Fr.
Pl-aul-Irince,



Paris Fr.r

Gonalives

P t-au-Princel

Cap-l Haitient

P- au-Prince


26mJuillet 1871

25 D(c. 1901
7 Nov. 1896
20 Mars 1873
25 Dec. 1901
28 Avril 1892

18 Juin tl''
20 Mars 1873
25 D1(c. 1901

21 Sept. 1881

28 Avril 1892
18 Juin 1880
20 Mars 1873
1" .Jaadv. 1876


(1) Monsieur Pie'rre Alexaindr, FLORENT Ina pas accepted cette nomination.


LI',EU
dui
DECES


DIAT

DFiC: s


-----I-














REVUE DE LA SOCIT.:E DE LEGISLATION


NOMS ET PRINOMS


DATE ATTRIBUTION
de la de
NOMINATION IDPARTEMENTS


LIEU DATE
du du
rDnCfS DsCES


GOUVERNEMNI 1NT DU PlRESII)ENT SYLVAIN SALNAVE SUITESK


15 Alexandre Tate .....

16 Numa Rigaud ......
17 Minelas Clement .. .
18 Hyppolite Cadet (Floiv.)
19 Cassius Daniel . .
20 Excellent . ...
21 Ch( I .- Archin. .. .

22 Lamy Duval. . .

23 Hyppolite Cadet (Florv.)
: Victorin Chevallier .
25 Dasny Labont . .

26 NodIlus Saint-Amand.
27 Lamy Duval (1) . .

28 Hyppolite Cadet (Floir.)
29 Ilyppolite Cadet (Florv.)

30 Dasny Labont . .
31 Innocent Coco . .
32 Morin Montasse. .

33 Alfred Delva . .


3 Aofit 1-:'s Finances, CIommeroe. Re-
lations [ !. 1, -.
Inttrierii Agricultui'e.
S (Guorre et Marinoe.
16 Oct. 1668 Policoe Ci;nrale.
Fin'~; 'in cct. ; (c'. I nii l ,li ''e.

qi9 F, H;lae ioS i xtie".

P Inio ieur, Agri lture. C l-
tes.
Police G'i(ira'ie.


6 Sept. 1869


Guerre et Marin'ie.


Justice, Ins.tr'.-tioni publi-
que, Relations Exteir"'.
Fillances. C(_mn!lere('.
Interieur. Agriiculture, Cul-
tes.
S Police G(ri'niale.
9 Sept. 1869 Intirieonr, AgricIrtiure Po-
lice G(n(erale.
Cultes.
8 Nov. 1-'.;' Guet r er t Marine.
19 Nov. 1869 Iintrieur, Agrin lture, Pli-
cc GinOrale
25 Nov. 1:.I," Finances, Commerce.


BuenosAyres
P'-au-Prince
Cap-Haitien.
P -an-Prilnce


22 Aoft 1871.
18 Juin 1880
20 Mars 1873
2 Mars' 1i '

1 1ept. 18I;,

!) F-vr. 1890;


21 Oct. 1876


PLau-Pr'incee
I Forl-B3izoton


IGonaives

P'-au-Prince
))


-UES-BOUUETS
Cl-DES-BOUQUETS


S23 Dc. 1.-':"

11 Sept. 188:3
31 IOc'. 1876

21 Oct. 1876
2"' Mars 1"I .


11 Sept. 1883
12 F(vr. 1886


7 Dec. 1-'i
15 Janv 1870


CONSEILLERS DU GOUVERNEMENT PROVISOIRE DE 1869


1 PierreMomplaisirPierre
2 Montmorency Benjamin
3 Thimag'ine Ramea. .
4 David Fils-aim . .
5 Septimus Rameau. .

6 F. Sauveur Fauber. .


29 Dec. 1869


Police GeuOliile


P'-an-Prince


S Guerre et Mari;o.
, Fil!nance-s, Co!]mmerce.
, Interieur, Agriciulture.
S Interieiur, Instruction pu-
bliique.
S Relations Exl iieures, Cul-
tes.


1"- Mai 1875
25 Juill, 1891
290 tob), 18'0
4 Juill. 1879

15 Avril 1876

29 Avril 1886


GOUVERNEMENT DU PRflSIDENT NISSAGE SAGET


PierreMomplaisir Pierre
Paulcmon Lorquet. .
B6nony Lallemand .


29 Mars 1870 Guerre et Marine.
> Interieur, Agriculture.
S Finances, Commerce, Rela-
tions Extdrieures.


Pt-au-Prince


Ije Mai 1875
16 Avril 1876

9 Aofit 1888


(1 )Monsieur Lamy DUVAL n'a pas accept cette nouvelle nomination.


~I~X~-I ~ ilm=_iYI~Zzma1~










,/ C -, C ,-


REVUE DE LA SOCIETI5: DE LEGISLATION


R APPORT
A LA

SOCIETY DE L GISLATION


On doit dire a la louange de notre
Sociedt que, se preoccupant sans
cesse du bien public, elle saisit tons
les sympt6mes rdvelant un malaise
quelconque, pour provoquer l'Mlabo-
ration denouvelles loisou la modifl-
cation des lois qui ne r6pondent pas
aux besoins sociaux.
C'est ainsi que lesfinances de l'Etat,
sous l'empire des fautes accumulees,
se dlabrant de plus en plus, elle a-
cherch6 quelle autre base on pour-
rait leur donner, quelles autres sour-
ces de revenues pourraient venir ali-
menter le tresor public. Deja, l'imp6t
foncier a t6 I'objet, ici-m6me, d'in-
t ressantes controversies et se tradui-
ra, bientot sans doite en fait da.ns
notre legislationn fiscal; c'est main-
tenant I'imp6t sur la mutation d 's
proprieetos qui est it 1'6tude; espdrons
que cette source si ftcondede revenues
viendra, elle aussi, augmenter les
moyens de l'Etat, et permettre la
rdalisation des cu vres d'utilit6 gind-
rale.
Mais, justice une fois rendue aux
louables.intentions de la Socit6 de
Legislation, n'est-il pas permis, en
constatant que malgre les lois et les
decrets, la situation va toujours s'om-
pirant, de se demander si li mal est
dans llois ou dans l'inapplication
des lois, et si cc ne sont pas plut6t
les moeurs qu'il convient de modi-
fier. Car il est evident que. si au lieu
des lois, ce sont les meuurs qui sont
mauvaises, l'action de legiferer res-
tera aussi vaine que I'art du mode-
:cin reste inl:ti'-ace s'il s'applique it
I.. i.iir sur de faux di;i. [i-ti-.: -
La n6cessit6 6tant impiricuse de
connaitre.les:causes pour( 1 I'-r,"r v;.vec


sfiretd, pour savoir quelle reaction
s'impose, il me semble accomplir un
devoir, avant d'aborder le sujet de
mon rapport, de rechercher quelles
peuvent etre celles du deplorable
6tat dans leqil! le pays so debat et
s'6puise.
Sont-celes lois ou sont-ce lesmceurs
qui sont mauvaises ? ou est-ce l'inap-
plication des lois la cause du mal?
Voijit ce qu'il s'agit d'etudier.
Oh! n'ayez crainte, MM. cette di-
gression, n'en est pas une au ;fond.
La conclusion quisortira de l'examen
de ces propositions sera aussi bien
cellede mon rapport. Je ne mettrai
done pas votre esprit A une 1ln,,''
torture en me laissant entrainer loin
de mon sujet. Au rest, sachant com-
bien, sous notre ciel tropical, l'atten-
tion de 1'auditoire doit etre :i'. iri,:,i
je m'en remettrai, pour captive la
v6tre, A l'intdret de la question qui
est dans le tour des occupations ha-
bituelles de vos esprits et je tache-
rai d'etre bref.

I
Si l'on jugeait un people par le
nombre deses lois, et si les lois exer-
gaient une influence determinante
sur les mceurs, on pourrait dire de
nous clue nous sommes parvenus a
l'apogde de la civilisation. Car ien, en
effet, n'est imprevu dans notre 16-
Sgislation : ni la declaration des droits,
ini les devoirs correlatifs des droits,
ni les rapports des inclividus avec
I'Etat, ni :le rs rapports centre eux, ni
les lais civiles, ni les lois: pdnales,
qui contraignent a l'accomplisse-
tihent: des dvoirs et maintionieont les












REVUE DE LUA. SOl: I1.:T- DE. LEGISLATION


individus dans la limited de leurs
droits. %
Cependant il nest -pas- besoin de
loupe, point n'est b.-,,iin d'aller nu
fond dos choses pdur s'alp.l.,',\.'l. '
qu'il n'y n aucune logique entree no-
tri U' ._'".i-l., oi ':I ,: not .* I li i 'r d'1*0 i tre,
n ot ,_' ,'iv ilxi- ii,.,IF" i Ilr i., in .ip ,, i I ri
te que delle.
Qu'est ce que la civilisation en fait,
si ce n'est la jouissanee com plte, en-
tie:re. dans l'ordre scientific, de ce
que i'lhomme a conquis sur la natu-
re: dans I'ordre politique, des droits
qui sont indispensable it son 6volu-
tion come etr'crimol? Pout-on dire.
*malgvd ita mulJip'iciti do nos lois,
que nous avons la liberty do penser,
-d'agir, de -travaiiller? La possession
est-ellc garanlie do e qucle nous avons
acquis par nos efforts et par rios pei-
ne ; notre vie est-elle A nous? N'est-
elle ps i la inerci des caprices ou
del fureur denos adversaires?
Porquoi ?
C('est que co n'est pas l'existence db
la loi qui cr:; la civilisation Ia loi
p (s:1 ,., on effet, ne priexiste pas
ai a sociAt ; e ll nait d'elle, du be-
soin qu'elc a d: si conserve: elle
suit son divoloppeom nt, max'(ue ses
progris ; o le esl barlba-e ou humni-
ne, selon lue !es espri:n sont rests
dans I'ignorlnc:; ou so :ont ldevos it
la lumiere. scAil que les rnmu cs res-
tent gross '.res on s'adoucissent. Mo.i -
b h)ar1_iarc ou hl j1ainie, la loi doit o tre
l'inmage de I't at d'avalncleen- t des
esD'its; elPi n'exerce une influence
salutaire, que si elle est la r6sultante
de la vie sociale,au lieu d'6tre l'effet
d'une ilngilieuse compilation.
Or si los lois ne nmanquent pas, si
rnalgr6 u1:0 comrnpendi use lgislOa-
tion, nous somm11(e-s qnS cfsse ballot-
tcs ontre 'des pieriudes de liblerto et
d'asservisseno ent. ii if lr- il pas cher-
cher autre part que dans les lois la
cause de cette perpetuelle oscillation ?
A prior, Jo repousse tout repro-
clh i-ue l'om voudrait dresser A la
legislation. En r6alitM, que nos lois
soient ou non en concor'd.,i n avec
nosm:oeurs, qui peut l'affirmer? Elles


n'ont jamnis dtd consciencieusement
appliques. Etcomme c'est par ine
.applili" Ii r-constante, intelligence et
loyal seule, qu'on pout s'apercevoir
de teurs d.fauts et arriver A les mo-
difier, il serait pour le moins tmed-
ra.ire de les ;ic',:'-ri d'un tout au're
.\iw,., que.cel n dI r,-tvr .-;ins ex ,cu-
tion.
11 y aurait plut6t lieu h de fortes
presomptions en leur favour. et la
preuve que la legislation rd;pond it
des besoins essentials de notre soci&-
ti' so rotrouve dans Ia lutte incessan-
te qui so livre pour l'affirmation des
droits consacrds par elle. Souvent
vaincue, p.'i,.r 'i ass (e, mais jamais
convaincue, la society n'abdiquo point
ses droits, droits qui, dirivant de:son
existence : mime, sont inseparables de
cette existence. On .nc peut conce-
voir en effet, uno society sans droits,
pas plus qu'on no peut concevoir des
animaiux vivant on doors de leurs
elements, par example des poisons
hours de I'eau. des oiseaux hours do
Fair.
II
Est-ce 'ilnappli,:'tion des lois qui
nous rend it de certain moments Si
veules, ot si facilement enclins i nous
designer a l'asservissement ?
Certos, si notre 16gislation tries avan-
c6e, n'est pas le signed auquel on peut
reconna.itre notro etat de civilisation,
l'inapplication des lois a pour effect
aussi de nous fair paraitro pires
que nous no sommes. L'opprission,
a-t-on dit avec raison, enfante des
hdros ou incline it la servlito,. Mai-
au fond des consciences ne subsiste
pas moins le sentiment que la des-
tinde de l'homrme, cc n'est pas l'es-
clavnge. Ainsi, il n'est pas vrai que
nous Uous co Olplaisionfs da ns [a pos-
ture humiliate oi nous somnes; il
n'est pas vrai que nlous soyons sans
goit pour l beau, sans horreur pour
le vice ; que nous pr6ferions le regi-
me de l'arbitraire A celui de la loi;
rien dans notre histoiro ne demontre
que nous aurions m4,Qi e de la libertO;
Set Tl'honneur du people, on peut af-


'-..66











REVU.IEP D& 'LA SO(I:T'T i BE LEGISLATION


firmer que la vie humaine, la per- L'inapplication de la loi, au desa-
sonne humaine, la propriety, n'ont vantage de nous fire apparaitre ri-
jamais 6te plus en s6curit6 que dans fractaires au bien, d'amollir notre
la periode of la souverainet6 ist 6nergie morale, de nous plier a l1
tout entieredans lep)euple. Repor- servitude, ajoute encore le danger
tons nous aux raresjours ou par suite des convulsions de l'ordie social,
dul delpart insp6r6, de la chute ou provoqu6es par les reiendications
de la mort d'un Chef d'Etat, et avant l' i,'diqucs du droit meconnu, et
qu'une personnalite audacieuse ou rend de plus en plus douteux Ic m6-
qu'un group avide du pouvoir se Aite de la legislation..
ftt empar e de 'autorit( publique. Maisce n'est pas l'in application des
le people 6tait sans gouvernement. lois qu'il fautdire, c'est application
Eh bien, nous constaterons que c'est loyaleet intigrale des lois. Car ce ne
dans ces moments que le citoycn en sent pas toutes les lois qui sent sans
montre le plus respectueux desdroits application. COlleos qui ont pour but
de sessemblables. C'est dans ces mo- d'assurer 1'existence du pouvoir so-
ments que la skcuritiest la plus par- cial, d'6tendre ses moyens d'action
faite;sur do l'impunito, en l'absence d'affirmer son autorite, sont ex6cu-
de toute autorit6,do toute force coer- tees, agriment6esd'aillours de beau-
cible, 1'individu ne comment pourtant coup d'arbitraire, tandis que cells
aucun acte punishable ou ne comment qui prot6gent 'inlividu. favorisent
que des. d6lits relevant tout Lu plus l'essorde ses facultes, garanitissent
de lanloi morale. N'est-ce pas la jus- sa libehrt, permettent la libre mani-
tification de note ;tmour de l'ordre, festation de lapens6e, assurent la se-
n'est-ce pas la preuve que nous ne curit6 de la proprieti, security sans
sommes pas ennemis cdu bien, que laquelle le travail ctant une pine,
nous som mes dignes de toutes' les sans esperance de profit, est ( :laisse,
libert6s? Et si, au contraire, lespou- r,.-ni a 1'6tat de lettre more. On
voirs publics. la legislation 6tant de- voit bien prelever l'imp6t, m6me
bout, li society est Il-,iurs en cffqer- qunand il n'est pas legitimement do,
vescence, la s6curit6 incertaine; si la force publique fait bien sentir sa
c est liincluietude au lieu de la. traI- presence et In lourdeur do sa main,
quillit6 qui est dans les esprits, n'est- le cadre ost bien rempli des.,fonc-
cc pas la preuve que cost la priva- tionnaires et employes publics, les
tion des droits don't nous avons lin- lois p'nales, cells du moins qui
tuition et qui sont indispensable sont limitatives de la liberty, res-
notrebien-etrec,quicroecetteinstabili- trictives du droit individual, ont leur
t', cette vie inquiete et desordonnOe ? pleine application. Par. contre, il ne
Oui, le sentiment est inni du just s'agit jamais de savoir si l'inmpt est
et de l'injuste, du bien et du mal, dans just, si le motif pour lequel il ost cr6e
la conscience do clhque individu : rdpond t un besoin social, s'il est em-
chacun sait clue le droit d'autrui est ployd conformmeonti. sa destination,
aussi sacr6 que le sien lpropre, et s'il sert i remunerer des services uti-
c'est tonjours sollicit6 par le besoin les ou ireellement rendus, s'ilne pe-
de jouir de ses droits, qu'il se laisse se pas trop suri les uns, lpsassez sur
entrainer par coux qui lui on promet- les autrcs ; on nes'inquietora pas de
tent la conqute ; les convulsions p6- recrutcr l'armoe, en tenant compete
riodiques de note socidtd n'ont point de o'I',-, de la sant6, des infirmit6s
d'autre cause, et c'est li, n ii tort, si P /'.', i ,u de la force de resistance.
dans la pom suite d'un bien qu'on des causes rationnelles d'eIemptiop,
.: .tina .lui-efuser,- ole se-livre etsurtoutdu nombre d'liommes qu'on
p'rf K'li-, .1,. xces, qu'on lui.rxepro- peut retenir sous les hl .,.:I I\. -,II
che come I'A1 ,t sa e;cn tri-iiij :- ii rl :' itt,-int, a l',''ri i---inant ;d9
,_riginell,. la fortune publi1qu- ; les r:.-'''lt'











8 REVUE DE LA S.Oc;i:l:T4.: DE LI:Y;I[LATION


flnriliil- r I 'i i..'ti qui devait servir g '.urd1es pour 'I.o d ppI : intermnPn s di
'a I';, ,'.li,, t'lion du sort '1,- contri- personnel des hi reailx;i a t d~ la p6li-
bualables, sont l,-.irl,'.-.s ant t d'ar- ie rurale. Les frais g6ndrhux deper-
ri\ r.r. leur desttniti,,n piar suite d' ception de 1'Imp6t cofitentaul depar-
l'organisation d6fectueuse des servi- tement des Finances eiviron dix
ces publics; lesfonctions de l'ordre- pour cent, le rewte a l'av\in:It.
administratif, au lieu d'etre un des Le mal git done bienmoinsdansJ'a-
'toyens de I'Etat pour assurer le adaptation t nosmceurs d'une 16gisla-
bien-etre de la communautd, sont tionqui neleurseraitpas ;i ,1-li;iqteque
plut6t ,ine'charge ecrasante. A part dans l'inapplication des lois protectri-
certaines institutions ou le service cesde la socikte.Et lacausde d 'inap-
est pour ainsi dire incorporP a la plication de ces lois est tout entire
function, telles que l'armene, la police, elle-mijme dans la fausse conception
don't le r6le de chaque agent est de qu'on a du r6le de l'Etat. Pour lui,
garantirla s6curit6; telle.queola Ma- il n'y a que des droits, les devoirs
gistrature judiciaire, don't la mission n'incombent qu'aux indli\idIu-, qui
est de distribuer la justice par les restent taillables etcorveables tmer-
tribunaux, le personnel, partout dans ci, constraints ~ des obligations que
les autres-branches, coutte plus cher le plus souvent la justice reproeuve;
que le service qu'il rend. Ouvrez un l'Etat procede, on effet, come si la
budget des d6penses, et vous serez soci6t( n'existe que par un acte de
etonno de constaterque les depenses sa volontW, comme si c'est parce
sont absorb6es par le personnel, tan- qu'il y a un pouvoir social qu'il y a
dis que les services pour lesquelsils un 6tat social, quand c'est pourtant
ont 6t0 imagines sont peu ou pas du l'inverse qui est vrai.
tout dots. II y a certainement Ia La realift, c'est que les droitssont
une anomalie dans I emploi de inherents la nature de l'homme,
limpot; on a fini par prendre les comme l'association est unfaitpcrma-
omoyens pour le but, car, en some, nent de son espkce. De maime qta'u-
ce n'est pas pour entretenir des fonc- instinct irresistible le pousso t la
tionnairesou des employs que l'im- rechrclie do la soctit do son sem-
p6test pr6lev6 par l'Etat, mais pour blable, de meme un instinct natural
procurer au corps social des avan- lui fait sentir que la conservation de
tages par les services utiles qu'il ses droils, depend de association
lui rend. des forces individuelles. Or. c'est
Pour ne citer que quelques:exem- I'existence des droits individliil.-, le
ples, je relive au budget des 'dpen- besoin de leur conservation qui don-
ses que pour les h6pitaux 1'Etnt af- nent sa raison d'etre a la. puissance
fecte mille gourdes ai l'en, iir.ii des publique et qui a necessite son orga-
malades et vingt cinq mille au per- nisation; loin de lui donner. la vie,
sonnel I'entretien des prisonniers elle la regoit de la society et son ac-
coute vingt-mille gourds ct le per- tion n'cst 16gitime quo si elle s'em-
sonneldes ge6les, sCizze mille; il n'est 1pi;e A lf.1-ilitr le libre exercise des
fait aucune mention des services taculles de I'individu, a garantir les
qui consistei'tnient en travaux d'ir- droits, les libert6s naturelles- do
rigantion, ou\erture ct election de I'hiomme.
r',ii-,, creation-- de, ja-rdins bota- A iii n a,-i 1i *,--. ..-',al fi sm f--
niques, d'6colesd'agronomie, enpros- vivrait pas a toutes les atteintes
sections mini res; et pourtant, les qu'il regoit, it l'incitation au mal, au-
deux departements des Travaux pu- funesto example de pouvoirs abusant
Ili,.s et de l'Agriculturc, institute de la force sans aucun souci de li.r
jpiiui. e diveloppement des riclhesses responsibility Elle survit la conf-
du sol et AiI'ilI .iiIr I Iin it lagri- I l i-,n de- ses i.l it-.,..parcei que
culturee;, ;abs'..rlent I.oivai te dixmille chacune de ses indivi(dualiti- a iaA
.i












REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


nation du just et de l'injuste, du
bien et du mal. s est un rf-iiltait ic-'-:-;,-aire de- cau-
t ses natutre- le squi ,i-'i'l.,'rn t toujours,
a tandisque le mal ne se produitque
< par accidents et par intervalles, il
< arrive que le bien 1'emporte. C'est
pourquoi, mal1 r;,' les vicissitudes, la
soCiet6 emerge des abinmes oui on la
plonge s ins cesse et finira, esperons-
le, par triompher des entraves qui pa-
ralysent ses l6gitimes tendances.
III
II n'yaurait.donc dans l'etat actuel
des choses, aucune loi A fire, excep-
tB cependant, dirait un humorist,
celle qui obligerait I'Etat a rentrer
dans le sentiment de ses devoirs vis-
a-vis de ses administres. Mais com-
ment I'y coritraindre ? Il en serait.
comee de toutes les lois d6ja exis-
tantes, come de toutes cells que
dans une pens6e de bien public, la
Socitd de legislation voudrait voir
laborer, elle resterait sans excu-
tion.
Mais a defaut de la force qui con-
traint, ne parviendrait-on pas, par
une action morale habile, A. fire ou
a changer I'Mducation politique de
ceux qui seront appeals au gouver-
nement de -'Etat ? 11 est bien acquis
que tant que 1'idde erron6e oi l'on
est du devoir de 1'Etat persistera,
nouscontinueronsa pidtinersur place,
perdant chaque jour un peu de notre
dignity morale, descendant au lieu de
remoter 1'6chelle de la civilisation,
jusqu'a ce qu'enfin, les resorts du
bien s'emoussant entierement, le mal
1'emportera definitivement.
Ce r6le d'6ducateur income a tous
ceux qui non seulement ont I'amour
vrai de la patrie, mais comprennent
l'utilit6 d'une Haiti civili-4.-, comme
centre de civilisation de toute une
race. Ce role s'impose aux esprits
-claires,, nourris de l''i:ll1.- des lois,
aux homes d'lite for Ii- ni-iit tei nts
Sde civili.-al'tin, 5 :la press, A Jha. tri-
bune, aux aseiimbll'-'-i dl'iberantes ;
c'estla ni- i il. l -uI ro-- iito di e 'd Egli-
se et de 'la riiagitr;aturt judiciaire.


On y parviendra. en -igitianrt les
abus, en I'renaint c- rau-,m-int la
defeins- de I; lib ,-rli, du droit de la
personnel humane, non point en pro-
voquant, car I'injure. l'ii.'rr.-vi,.-.ii. '
n'ont jamais about, en aigrissant le
pouvoir, qu'a une plus outrageante
oppression, mais par les conseilsqui
persuadent, par la fermete et la per-
sistance dans l'oeuvre d'education so-
ciale, par l'autoritO de l'exemple
qu'on.donne soi-m0me du riI.- 't des
droits qu'on proclame ; on y parvien-
dra en instruisant de leurs devoirs
civiques les jeunes generations qui
viennent A la vie publique; en rap-
pelant A tous, qu'au-dessus des int -
rets individuals ou de groups, il ya
les intreIts supdrieurs de la sociktd,
que s I' l-;ilili' est le principle domi-
nant de la dltmocratie et assure Ie
gouvernement du people par lui-
mmee, la justice est le principle fon-
damental de l'humanit6 et veut le
respect du droit de chacun ; que cc
n'est pas le triomphe du nombre qui
fait la force des d6mocraties, mais
l'association de toutes les forces qui
sont dans la society: forces intellec-
tuelles, forces morales, forces indus-
trielles, force des capitaux; clue c'est
par la conciliation des inteirts per-
manents do lasociet6, et de ceux de
1'individu, en faisant participor toutes
les forces sociales au gouvernement
de l'Etat, que l'on organise une de-
mocratie vraiment digne de ce nom,
que Ie -'ill'Lr;n universal. moyen su-
prc'me don't disposent les democra-
ties pour assurer le triomphe des
majorities, peut, doit ktre redg16 do
fagon A tenir compete des intce,-ts des
majorities qui toujours reprisentent
une force social ; que enfin, 1'6galit6
civil, l'6galito 'levanit la oi, n'impli-
que pas l'dgalit6 des conditions, que
si tous en droit sont admissibles aux
functions, tous n'y sont admissibles
que dans 1'ordre du mdr'ite, car ce
n'est pas dans: l'interet d'un gno,.pi,
oa d'une clAsse que I0- fr.tii u.t-ins exjs-
tent, mais dans l'int6ret de la -,'..:i't
t. t.t ntiiii',re ; que par 4e contours
pour l'bti-enti,''n des liri,';s et par












REVUE :DE LA, .SOCI'TIET DE Ll 'GISLATIION


la s-Iection.dans le .choix des fonc-'
tionnaires, par le respect de; la 'hie-
rarchie dans la formation des person-
nels, on feracontribuer toutes les for-
ces, celle du nombre come rel-
le des capacitts, la direction des
affairs.
Je pourrais indiquer d'autres cau-
ses d'arrit de notre march ascen-
tionnelle, tells par example que ole
manque d'instruction thlorique des
personnel administratif et de police,
*mais je ne veux pas abuser de votre
bienveillance.
Elh!le jour que par cette action
bienfaisante, a la fois courageuse et
habile, la direction politique sora
change, que 1'on comprendra enfin
que le bonheur public est la fin pour
laquelle les gouvernements existent,
que l'on fora converger tous les ef-
forts vers le bien de I'individu : oh !
alors si ce n'est pas un fait acciden-
tel, mais un novel etat d'ame, on
s'apercevra que ce n'est pas 1e nom-
bre des lois, mais leur application in-
telligente, constant qui donne la
just ide de o l('tat d'une civilisation.
Maisj usqu'a.ce que cette esperance
se r alise, a quoi hon do nouvelles
lois? a quoi bon augmenter les en-
gins d'oppression entire les mains de
1'Etat.? Ne savons-nous pas que de
routes les lois quif viendront encom-
brer notroe legislation d(1ja si volumi-
neuse, cells qui n.uront pour but de
dxvelopper les mnyens d'action de
1'Etat, seront les seules appjiquees,
et la loi sur l'imp6t des mutations i
des proprintCs est dans ce cas, tan-
dis que les autres vont dormir dans
le lit poudreux deleurs devancires.
Au reste, ia loi sur l'imposition des
mutations des propriets n'existe-elle
pas d( ja ?
IV
En parcourant la loi sur l'enregis-
trement, nous trouvons que la pro-
prietd est saisie d'un droit, tant6t fixe,
tant0t proportionnel, selon qu'elle se
transmit par vente, donation, succes-
sion c'est bien 1a ce qu'on.appelle
l'imp6t sur la mutation des biens.


II s'agirait done de savoir-quelle,
modification heureuse if conviien-
draitd'yjj.i irter. aukiiint poi w la rap-
proch6ir de 'ideal dejustice qpui en
doit t.tr le fondement.que pour ine-
pas.,in ritler le -reproche de n'avoir
pas indiqu6 les sources :1gitimes
d'oui doivent sortir les revenues pu-
blics.
Des longtemps.. j'ai dit que notre
legislation fiscal mal assist. 6tait. a
modifier profondoment. Dans un rap-
port au conseil des Secretaires d'Eta -
alors que j'avais l'honneur d'etre mi,
nistre des finances,je disais; il y a
lieu pour ramener I'ordre et I'cquili-
bre dans les finances de l'Etat de
prendre des measures 6nergiques, do
career de nouvelles impositions. Et
l'ordre et I'equilibre ont une telle in-
fluence sur la stability politique et
l'essor 6conomique d'un pays, qu'il
nest point de sacrifices qu'on ne doi-
ve fire pour obtenir ce grand resul-
tat (1).
Parmi les impositions nouvelles a
cr6er, je visais les di'oits d'enregistre-
ment, I'imp6t A prilover par la mu-
tation des biens, pare que c'est un
des plus juspts et des plus faciles a
percevoirl. Atteignant la propriote, il
peut etro aisement ctabli sans gner
la circulation du capital et n'a pas
I'incidonce fAch euse des droits de
douane de fire peser, si ce n'est pas
plus lourdement, mais autant sur les
classes ndcessiteuses que sur les
classes riches, les charges de l'Etat;
il a en outre l'avantage de no don-
ner lieu h aucune grosso-d6pense
pour sa perception, venant de lui-
m1me s'acquitter a 1'enrcgistrement.
Mais il ne faudrait pas qu'on n'v vit
qu'un moyen d'augmenter les reve-
nus publics, sans songer que l'imp6t
n'est pas soulei entinjuste, mais est
un mal, s'il ne consist qu'a pr(elever
des sommes pour satisfaire des dG-
penses'improductives; dans ce cas,
ii paralysee les faculties productive
du travailleur et le dncourage. Car,
ditM. Paul Leroy Beaulieu; si losim-
(1 ) Voir ma brochure, i Mes comptes, mes paroles e
mes actes page 44-47.


* 70











REVUE DE LA SOCIETY DE LLEGISLA'PON


p6ts sontaugmentds au delh du n=-
cessaire ou de F'utile, simplement
pouraccroitre le nombredes fonction-
naires ou faire des travaux fastueux,
il est evident que le contribuable pie
retire pas une compensation suffisan-
to p)our la some qu'il a paye ; il est
evident q'ue dles- capitaux ainsi dis-
traits inutilement par l'imp6t, s'ils
serviraient au' dveloppement de la
richesse publique ou du bien-ktre g6-
n6ral, auraient. piroduit plus de puis-
sance pour les individus et. proba-
blement aussi plus de projects et d'oeu-
vres durables pour la society. Lapre-
-occupation premniire devra 6tre de
deplacer I'assiette fiscal actuelle, les
douanes ne pouvant ct ne devant pas
4 l'Etat et l'iniquite ne devant pas per-
sister de faire contribuer les seules
terres qui produisent les denrees
d'exportation i fournir la plus grande
parties des ddpenses du budget.
SPuis, une fois la justice observe,
c'est-i(-dire les resources produites
par l'enregistrementappliquecs ad d6-
grever l'exportation, i abolir les ta-
xes oppressives qui existent par
:ailleurs, on pensera A lI refonte du
budget des d6penses pour y fire fl-
gu'rer plus de services utiles e.t moins
de dotations inutiles. Alors, si. les
products. de la nouvelle imposition
laisse des plus values, on pourra 6ten-
dre les depenses de 1'Etat A des ceu-
vres-d'-rtilit6sociale, car il serait vrai-
ment absurd de pr'tendre que les
besoins.sociaux s'arritent aux sordi-
des provisions de nos budgets actuels.

V

Envisageons maintenant quelles
modifications on pourrait apporter A
;la loi sur l'enregistrement.
On peut dire quo les taxes d'enre-
gistrement sont trop ou pas assez ele-
vies. suivant qu'on les considerre.
Elles sont excessives, si elles ne
sent quoe-'e prbix d'un service rrendn
par 1'Etat, qui par l'enregistrement
des actes, confirm leulrautienticite,
leur donen' unebIl:. 1- certainn, gaidri-


tit la fidlliri' des transactions, ,isuri-,
la conservation de.ces Actes, en ce
sens que J'on pett ravoir un extrait
d'un ace'detruit, valant a.utant que
l'original. A ce titre, les taxes de-
vraient etre tres moderees, l'enregis-
trement devrait 'tre facultatif et son
defaut ne point entrainer de nullit6,
car l'imprudence de ceux qui nggli-
geraient cette salutaire precaution
emporterait dejA avec soi le chAti-
ment, puisqu'elle exposerait les int6-
resses h la perte sans retour des ac-
tes qui constituent la .6gitimite de
leurs propriet&s et qui en cas de con-
testation peuvent se uls affirmer leurs
droits.
Considreetes comme resources fis-
cales, comme un des moyens de l'Etat
pour fire contribuer les biens aux
d6penses publiques, les droits d'en-
registrement sont it.la fois iniques et
derisoires.
Iniques, en cesens, qu'ils assujet-
tissent a une mime taxes les actes qui
sont simplement conservatoires et
ceux qui revelent un movement
profitable de valeurs, ou encore sai-
sit egalement le mouvernent de ces
valeurs. D6risoires, parcel qu'ils four-
nissent t peine la 200e parties de la
recette g6nerale, ,< quand dans tous
les pays civilis6s, c'est une des princi-
pales sources des revenues publics.
En France, il produisent le quart des
resources du l.il.-,t. ,
Tout d'abord, il conviendrait de dis-
tinguerles actes qui ne doivent pas
'tee soumis au droit fiscal et don't
1'enregistrement doit etre facultatif,
des actes non soumis au droit fiscal,
mais don't 1'enrlegistrement est obli-
gaoi-re; et classer dans une s6rie
spkciale les actes assujettis au fisc.
Dans la premiere cat6gorie on
rangeraittous les actes g6neralement
quelconques qui ne revilent aucun
movement de valeurs susceptibles
d'-imposition, ou qui attestent la lib6-
ration de valeurs sur, lesquelles le
droit fiscal a' 6t di:j',. pr6lev .,.
Dans la deuxiemco,';,i' .'rit- figAre-
raient les actes judiciairie's -''.:-''r:il,-
ment quelcohnqiui.- uui-i, can..j :1ur














REVUE DE kA. SOCIiF:T'lDEJGI'SLATION


ceux qui ,i'iiti'ir;iiei,.r'il les cas o~ le
droit fiscal n'aiutit pas il acquittt~,
les tribuniaux, avant tout jugement i
intervenir, seraient tenus d'en exi ,
l'acquittement, sans pn' li.idic,'e des
peines a pr6voir pour fraud des
droits de l'Etat piar dissimulation de
valeurs, ou defaut.d'enregistrement,
ou de. toute autre maniere.
Les acts de la troisieme categorie
seraient ceux qui ont trait a. mouve-
ment des valeurs par laniint-n 111 des
b:ens meubles ou immeubles, sur les-
quels e droit fiscal s'appesantira en
raison directe de i, rich, -e q i'ils re-
presentent : ceux-ci seraient regis
par des dispositions p6nales rigou-
reuses pour empkcher la fraude par
,1,-Pit. d'enregistrement eligible de
cette cat6gorie d'actes. On pourrait,
par example, refuser toute force pro-
bante en justice aux actes don't I'en-
registrement est eligible et qui n'eu-
raient pas rempli cette formality.
Lataxe i prilever surles actes des
deux premieres categories devrait'
6tre fixe et assez minirmepour que les
interess(s n'aient aucune raison de se
soustrairoe a une formality (qui procu-
re de la s6curitdit leurs conventions,
assure la conservation de leurs actes
et les entoure de toutes les garanties
par l'authenticit6 qu'elle leur done.
La modicit6 de la taxes s'mposerait
encore par cette autre consideration
que nul ne devant se rendre justice
ia lui-m:eme, le premier devoir du
pouvoir social, c'est de rendre facile
F'accs des tribunaux, en reduisant
le plus possible les frais de justice ;
de favoriser la solution, par la justi-
ce, des diffdrends qui s'elovent entire
lesindividus, en rendant. cette justi-
ce accessible a toutes les bourses.
Au contraire. le droit fiscal devra
etre ktabli de 1l.ion a fair contribuer
.la portion de.la richesse national.
qui 6chappejusqu'ici au fise dans la
proportion des revenues qu'eHe pro
dure. Ainsi, 1.p ir rester dans tla I, ,i-
que de. ce raisoanement, on pi ',uirr ,i
prelever un droit fixe de vingt-cingt
centiii,,.- sur totls es actes'ces deuxK
premieres cat.gorieL et un drlit pro-


portionnel variablle sur les actes Od
'la Inmi-it.me categorie.
Ce droit I.'r p,i ,rti' nnii l pu.r i'rait.-tre
-d-e un pour cent sur les :actes de
vente, sur toutes les transmissions ,
titre oncreux, sur les contracts ou
con\ 'litii Is- -lip lantl amise en ati-
vre de valeurs prodqctives de revere
nus, les successions en ligne directed
et au premier degree. II pourrait s'aug-
menter-de un pour cent pour cha-
que degr6 successible, dans la ligne
directed, de deux pourt cent pour cha-
que degr6 dans la ligne collat(rale;
la mreme proportion' serrtt observe
dans les actes de mutation de pro-
pri(te,l par donation, testament, suc-
cession ab intestat, en tenant conipte
de la ligne et du ldei',,41.e parent
exislant entire Ie dorateur, le testa-
teur ou celui de qui on hirite, et le
bh6nficiaire. En dehors de la devo-
lution advise par le code civil et qui
s'arrcte au 6e degree, Ie parent loi-
gn6 ou .1'6tranger serait sou mis au
droit proportionnel de 15 %/. Tous ces
Staux d'ailleurs ne sont pas absolus;
on pourrait, aidd de la statistique du
bureau de l'Enregistrement, des lu-
mieres et de I('exprience pratique de
I'un de nos disinuies colligues, tries
riche par dessus le march en do-
cuments, laborer un project de loi
ot I'on Otablirait la just proportion
qui conviont.
Ici, Messieurs finit ma tache; re-
montant le cours de note vie natio-
nale, o( I'on c6toie tant de hideurs,
j'ai voulu montrer qu'elles ne pro-
viennont ni de la l'.'-l-l;ti. ii, ni des
mmurs individuelles, mais des ten-
dances des pouvoirs publics, de leur
fausse conception du r61e de l'Etat.
J'ai essay, en y mettant toute ma
consciencee oet ma, bonnea volont6,
d'indiquer quelles rfformer on poUir-
rait introduire' dans les moeturs so-
siales, me pr(0occupant bien moins de
l'augmentation'des recettes que di
d6placement de l'assiette actuelle de
l'imp6t. J'ai 4-i ral Is'.- resourcese,
,quo- 1' In p tiri anit. liver .de- 'i:mposi-
lI.-ilJ n cr nation;' ds mloplava i s.nit
.-Je ne cropis pas mon. travail, exempt











REV1J.ELa J S,.OCJRITR DE,,LRGISLATION


dexeproches. ;Lide qui m'a domine,
c.est, tout en restant d' .cc[rdi' avec
Ja ju-tic,-., d'obienir les resources
qui. pIerinettent. de dgrevernos den-
r6es d'exportati-on, cette branch
ir l., irint.Iinr-n : de :la richesse national
qui d6fraye p- 1i.iii..' seule toutes les
depenses publiques ; si par surcroit,
l'imp6t surila mutation dos proprie-
l'~-. f'iiriis-nit les moyens d'ajouter
au 1Il..i' at d'autres d6pensesd'utilit6
generale, .il faudrait s'en rjouir,
mais telle n'est pas, je le r tpete,
mon idee dominant.


Aiy-je-eu-le- bonheur d','-iii,-:lt e des
vues qui vous parai _n't i,1plicables?
A x\ iu-. Messieurs de d6cider, ha i..u'
qui possedez la science des lois, de
depouiller mes idees de cc qu'elles
peuvent avoir de contradictoire avec
le droit et avec les dispositions de la
16gislation actuelle et ta leur donneic
la forme qui les rendra praticables:
HIRARD ROY.
Juin 1903.


CROISADE A REBOURS


En un temps ou. les relations entire les Or, voilhi que, jaloux d'imiter, selon
peuples se d6veloppent de plus en plus ; notre usage, rnos aliis en civ.li-~in.ii
oft les iddes de justice et de t'raternite, dans lours actes les moins recomman-
traduites enlois, recoivent, notamment dables, nous parlons delbannir de notre
en France, dans 1'ordre des rapports so- territoire toute une race d'liommes, les
ciaux une sanction si etendue, il peut Levantins, ounde leur on interdire sans
sembler strange de conistater clrez les distinction l'accs, pour punir quelques
nations les plus fires de leur culture negocians venus d'Orient du crime
intellectuelle comme un retour violent d'etre nos concurrc(ns heureux dans la
d-s institnts. ego@lstes qui jadis pous- lutte economique! La premiere propo-
saient les unes centre les autres les hor- sition se trouve, en effect, formulie dans
des barbares. On dirait une revanche un project de loi soumis par un dputd a
des parties basses de I'humanite, a me- la sanction de la Chambre. La second
sure que leur champ d'action se circons- est un des chefs d'une petition actuelle-
crit davantage. ment pendant devant le.-Scnat.
C'est, aux Etats-Unis, la tendance N'y aurait-il d'autre raison pour re-
chaque jour plus marquee dans quel- prouver ces measures que l'esprit retro-
ques Ftat- du Sud, de mettreles citoyens grade don't elles t(moignent, une cons-
negres hours .I. droit common ; c'est, ciencesaine de i.r,'inr :serait par cela
lors de l'Affaire Dreyfus, les exagAra-. m6mejustifiee d'y Otre redrnctaire.
tion d'une certain forme de nationalis- Abandonner a. des iaines de races
me francais ; c'est. apres le succs du l'inspiration de sa conduit, nos compa-
sanglant accaparement des mines d'or triotes y songent-ils vraimcnt? Persecu-
de l'Afrique australe, la c.ii'i._- en- tes aillours on la personnel d(1 nos con-
treprise par le leader de l'imperialisme genres, nous nous lerions iCi Iersecu-
triomnhlant pour convertir a un system tours ? Nons mettrions nous-mimes une
de lr-t.ection outranciere la vieille An- arme pareille aux mains des ennomis de
gletorre libre-echangiste; c'est, plus r' la race noire ?...
remnent encore, 1'ardeur d'une parties Puis, bannir le Levatin, c'est bient6t
des populations russes au massacre des dit! Chass6 par une porte, noe. rentrerait-
trafiquans juils. il.pas ais6ment par I'.;.iitre ? Le"- ',yrirnr
Quant A I'All,1mri,-n-, il est inutile de naturalli-r:s, qu'ils, soient dVja couverts
laciter, si 1'on se rappelle que :la gloire de notre nationalist ou qu'ils se dispQ-
.lui re-vient en popopre cd'atir ri; en sent a nous revenir sous les espces. de
d'"_tri :. 'apl.ic tilin ie. lama xime :. rorce'. prime le dr it .. maids;:auraielt viteT.:it Ideo !as ,:'












BEVUE DE LA SO('lITI: DE f1.TR$LATlON


travers les mailles de la loi nouvelle.
Dangereux et irinffirace, 1'acte de vio-
lence qu'on nous propose ne changerait,
au fond, rien A notre sort.
Si l'on me disait que nos gouvernans,
pregnant souci de l'etat miserable oi lan-
guit le commerce haltian, se pr6occu-
pent de lui veuir pratiquement en aide;
qu'emus du vice d'un system politique,
out toutes les charges, .tutes les vexa-
tions, sont pour le travailleur national,
toutes les garanties, tous les encoura-
gemens, toutes les complaisances, pour
l'6tranger, ils se decident enfin A reliever
F'haltien d'une inferiority qui est en
grande parties leur propre ouvrage, j'ap-
plaudirais d'autant plus volontiers que,
depuis quinze ans, je ne me lasse pas de
solliciter des Pouvoirs Publics cet hom-
mage au bon sens et A !a justice !
Mais autre chose serait unra ri'forme
d'ensemble, qui tendrait a ass'uer. une
protection reelle aux derniers survivans
de I'industrie et du commerce haitiens.
A organiser le travail national, autre
chose est la proscription en masse don't
it est presentement question.
Non, neproscrivous, -si nouscroyons
devoir proscrire, que dans la measure
oti nous oblige 1'int6ret incontestable de
notre security. Ne faisons pas des Syriens,
Levantins ot Orientaitx,une ( .i '-;g,: i, dis-
tincte parmi les etrangerls. II y a de bra-
ves gens dans toutes les races, dans tou-
tesles socites d'hommes. Reglementons.
d'une faqon general, sans acception de
nationality, la condition des strangers qui
viennent s'etablir en notre pays. Faisons I


large I'accbs pour tous ceux qui nous ap-
portent le concours de' leur science ou
de leurs capitaux; qui nous arrivent
pourvus d'une profession, d'un metier.
d'une industries utiles. Soyons plus ri-
goureux envers les aventuriers sans
etat defini. les ra les f:ait ls relons.
Pour nous prrmunir centre les fAcheu-
ses consequences de I'envahissement
don't nous nous plaignons, commencons
par.respecter et fire respecter les lois
de protection qui ne nous manquent
pas; prerons, en outre, toutes les pr,-
cautions compatibles avec notre position
de petit Etat ng'gre, tole(r. plut6t qu'ac-
cepte dans ce q(u'on est convenu d'appe-
ler le concert des nations.
Mais procddons avec la decision came
et tenace d'un people qui entend exer-
cer.son droit de sauvegarde 1Ugitime, et
nr.i ,:i di- une effervescence de gens ai-
gris, qu'on dirait en quote de victims
expiatoifes sur qui faire retomber le
poids de leurs deceptions!...
Quant au bien que deja nous avons
accompli, ne le r'egrettons pas. 11 est
beau de semer le bien, mime sans es-
poir qu'il fructifiera.
Savons-nous ce que l'avenir reserve A
nos fils. aux enfans de nos fils?
Peut-etro qu'un jour, errans A travers
le monde, seront-ils tout aises de trou-
ver au loin la main d'un Syrien secoura-
ble, en qui aura persistO le souvenir de
l'hospitalite haltienne !
GEORGES SYLVAIN.
4 juillet 1903.


NOTE SUB LES CAFES TRIAGES


Notre article sur les cafds ( triages ,,,
quoique la publication en ait 6td re-
tard6e un peu an-dela de nos privi-
sions, a dtd l'objet d'une attention
favorable de la part de quelqcues
membres du Corps Legislntitf. Appe-
lee A se pronolncer sur les amende-
ments apportes par le Senat au pro-
jet de loi du Gouvernement, la Cham-
bre a admis ces modifications, sauf
celle qui a trait au delai d'application
de la taxes de deux dollars. 11 lui a et6
propose, n.os dit-on, conformcment a
'os conriclisiont;' qcue le d'lai, au lieu


de se clore au 30 Septembre prochain
fit prorog6 jusqu'au 30 Juin '1AI,
nous ignorons encore A quelle deci-
sion elle s'arrktera.
Ceotes le D6partement des finan-
ces, en tolerant la perception do cette
taxes de faveur sans la sanction du
Corps Legislatif, avait outre-pass6
son droit legal, etil semblerait 6tran-
ge qu'on it'tlulrll tirer de -sa told-
rance un pr6texte la perptu-er.
XMais il n' --I I:,s mpins vrai que nos
exportate rs iv.:,i1-t i l '' n -i ter sur
le maitiien d-- ';Ia.nci.ii l'ii lui e,












REVUE DE ILA SOGNI1,T1 DELPGBSLATIQN,


au- npin poinntlilt quclquo temps; et le, caf6 d'Haiti, perdra graduellp-
leur-',rt,%vi-iii i- s'etaie enitxcrces en 'ment sa bonne tennue sur: fes mar-
cesens; le-ursIri\d'ac.hatenavaient chs d'Europe. Ils ajoutent que la
ete influences. specification d(--.caf6s.< triages ,s'o-
i.lls.auraient e6t fondest, a se plain- pere d6jt aux ports de destination :
dre, si ]adni-nishtration se fut avisee, les consignataires,'trangers y sont
sans \.-ii--.m lnt prialable, deo mo- autant que personnel int6resses.
differ son tarif, infligeFnt ainsi 'une Tous ces dices'sont A contr6lor, et
porte seclhe a ceux d'entre oux qui on ne pourrait Ic faireavec certitude
n avaiett pas eu le temCyp,'exporter qu'en constituent pour les Cl i:i nI es,
leurs tri.';'-, au moment ouf il s'agira de voter le
S.Ie commerce vit de.stabilit ; tou- budget de l'exercic 1904-1'.n,,. tin
te surprise lui est contraire. L'Etat, dossier conplet d'i formations.
en prenant les measures qu'il croit Nous devons i ilobligeanceamIica-
propres ai augmenter ses resources, le de Me Hannibal Price, qui pirpare
doit s'arranger toujours de f ,on a ne un travail important de codification
pas dcconcerter par la brusquerie de de nos lois administrative, de pou-
son action ceux qui contribuent .- voir publieri ci-aprIs la loi du 13 no-
alimncnter ses douanes. vembre 186 sur l'inspection des den-
Le i.' dl.i prevti primitivement par r'e. d'exportation. Cette loi semible
la commission des finances du Scnat avoir ichapp ih attention des au-
i.t,,it d'environ cinq mois. Mais il so teurs du project soumis aux Cham-
trouve, en fait, rdduit it moins do bres. Jusqu'au vote do la nouvelle
trois mnis, par suite des circonstances loi, clle continue pourtant do.rigir
qui ont retard6 le vote de la loi. En la matiere qui nous occupe.
le prorogeant au 30 Juin de 1'annie 2Juillet 1'.i
prociaine, on ne s'ecarterait pas sen- .
siblement des provisions du Rapport.
T~ift:fois cette prorogation man- Ciii. note 6tait djait imprimee,
qerirait son Iprincipal objet, si elle quand on m'a appiris que la Clihmbre,
n'avait pas ''"ii effect d'(clairer nos apreisavoir rejete le dlai adopt par
gouvernements, par une experimen- 1 S6nat, s'y est finalement rallide
station mithodique, sur les inconve- pour mettre fin it la promienadede la
nients et les advantages de l'exporta- loi entire les deux Assembl6es. Les
tiondu mauvais caft. C'c-r surtouten exportateurs ont done jusqu'au 30
matiibre de r6forme fiscal qu'il im- Septcmbre prochain pour jouir du
porte de no se d6cider qu'en connais- hbenfice de la taxes do deux dollars.
sance de cause, touted erreur pouvant Pass ,i date, tous les cafes seront
etre payee d'une diminution de re- soumis au tarif uniform de trois dol-
cettes. lars.
Les partisans du double tarif font Nous aurions sans dcute plr'fI''';
observer que la taxes de deux dollars voir admettre la solution de pruden-
est, en r6alit', une prime accordie it ce que nous preconisions. mais main-
Ia bonne preparation ducaf. Tantque tenant tque le Corps Legislatif a tran-
l'exportateur, disent-ils, sera assure chi d6finitivenment la question des
(de irer profit des (1 .l.i du cafe trio, i afes triages ), inous sou!aitons
il s; donnera la peine de trier; dujour jsincirement que la loi nouvelle pro-
qtre. cet intdrit fui manquera, il ex- duise fous ls bons effots qu'enatten-
pdiera le plus souvent tells quelles dent ses auteurs.
les denrdes achetees des habitants, G. S,













76 REVUE DE LA SOCI-ETE DE LMGISSIATlON


ITBERTE EG'ALITE FRATERNITt
REPUBLIQ'E D'HAITI.
LOI relative a l'Inspection de degrees
d'exportation.
LE PRESIDENT D'HAITI, de l'avis du con-
*seil des secr6taires d'Etat, a propose, et
le Senat, apri-s avoir reconnu et decla-
re l'urgence,
A rerlidu la lii suivante :
Art. 1r. A\uii,.- denree d'exportation
ne sera embarquee sans un certificate de-
livre gratis sur un paper timbre, de vingt
cinq centimes, constatant que cette den-
ree asubi la verification voulue,et qu'elle
est pure de tout nril:;ii-, susceptible
d'en fire deprecier la valour.
Art. 2. Le cafe de bonrne qualitO doit
etre separe et livrw au ,..liinn r.*r.', ,li-tin,.-
tement du triage, c'est-a-dire dl caf:ae a
graines noires, blanches et brisees.
Art. 3. Toutes contraventions aux dis-
positions qui prdcident, entrainent de la
par du contrevenant, le pavement d'une
amende de cinq pour cent sur la valeur
de la portion de denrees trouvees en con-
travention, sans que cette amende dis-
pense del'obligation de nettoyer ou de
diviser les qualitds de la dite denrce.
Art. 4. L'inspection des degrees d'ex-
portation se fera en douane, au moment
de leur pesage. La quantitCe a peser sera
prdalablement declaree a I'inspection.
Lorsque le gouvernerent le ji,'-r.,',
convenable, ou, sur la requisition d'un
expediteur, il pourra etre fait des visits
d'inspection dansles magasins des spe-
culateurs en denrees.
Art. 5. Si 'inspecteur reconnait que la
denreeinspect@e ruunit les conditions
voulues, il en dolivre un certificate. Le cer-
tificat enoncera les marques des colis et
le numero de la s.rie inspected et apres
le pesage, la quantity pesee, inspectee,
y sera Ononceeparlepeseurde ladouane.
Art. 6. Les certificates de chaque car-
gaison accompagnecont la feuille d'ex-
pidition.
Ces certificates, retenus par 'adminis-
trateur des finances, seront par lui adrles
ses tous les mois au secretaire d'Etat de
I'Interieur et de l'A -rii-lil iI -.
Art. 7. Si l'inspecteur reconnalt que la
denree soumise in Finspection ne r6unit
pas les conditions voulues, il appellera
pres de lui le directeur et le peseur de la
douane: proces-verbal du tout -s.oa.
dressed et sign, la denrte pr6alablement
pes6e. Ensuite deux nhgociants seront
appeles pour constater le prix courant


de la denree adi moment de I'inispioptioin.
Le procis-verhal sera imm,'ldiatcmnent
adressi au minist6re public pour les
poursuites de droit.
Art. 8 Le triDunal saisi de l'affaire.
statuera, toutes affairescessantes..
La denr6e verifiee et ainsi trouvee en
contravention sera envoyde dans le
magasin de l'expdditeur.pour y Stre net-
toyee et soumise a une nouvelle inspec-
tion au-moment de son rrnbarlqui.i ent.
Art. 9. Tous les mois, I.. i-o,'lliil rI .'
notables des villes don't les ports sont
ouverts au commerce ext.L Iioir nomme-
ront pour l'insplection des denr'e d'ex-
portation, un certain nombre d'inspec-
teurs.
Ce nombre sera determine en raison
des besoins .dv chaque locality par un
ri,-lin..-n t. administration pullique.
Art. 10. Les functions d'inspecteur
sont obliges. Elles ne pourront Otre
continues qu'apres un intervalle de
trois mois.
Art. 11. Un agent ou un offlcier de po-
lice accompaguera ]'inspecteur dans sa
visit.
L'inspecteir en tour de service sera
munid'une dl6igation du ministere de
l'IntOrieur, contresign6e par le directeur
du conseil des notables, et indiquant
l'epoque durant laquelle 1'inspecteur
exercera ses functions.
Art. 12. La present lot ne commence-
ra a Otre execute que trois mois apres
sa publication.
Art. 13. L'execution de la present loi
est confiee aux secrstaires d'Etat de
l'interieur, des finances et de la justice.
DonnO a la Maison national du Port-
au-Prince, le 13 novembre 1846, an 43".
Le vice-president du se'nal,
V. PLESANCE.
Les secretaires,. D. DELVA, SALOMON jeune.

AU NOM DE LA REIPULIQUE.
Le President d'HaYtiordonnne que la loi
ci-dessus du Senat soit rev6tu du sceau
de la republique, publiee et ex6cutee.
Donnn au Palais National de Jacmel,
le 28 novembre I ;s, au 43c.
RICHER.
Le Secrdtaire d'Ettt.de l'interieur et de
I'agriculture, C. ARDOUIN.
Le secrdtaire d'Etat des finances et du
Commerce, DETRE.
Le secretaire d'Etat de la justcie, de
instruction publique, A. LAROCHEL.













REVUE DE LA SOCI1ITIL DE LEGTILATION


VARIED TES


TABLEA U GENERAL des Secretaires d'Etat qui out formed les difflrents Cabinets de nos Chefs d'Etat,
depuis 1804. i',i''ad ce joiur, avec la date de leur nomination, de la ,l ,pi /lT',i de porte/euilles, de
lear dddcs et le lieu du d'cds. (Suite).

jM-r~aB~ngM a ____---_-__-_-_----_'-_'__ I__ _


NOMS ET PRKENOMS


DATE
de la
NOMINATION


ATTRIBUTION
de
DEPARTMENTS


LIEU
de
*iDECES
I -- ----


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT NISSAGE SAGET.( SUITE)


4 St Ilmont Louis Blot.. .

5 Paulemon Lorquet .

6 BWnony Lallemand. ,

7 F. Sauveur Faubert ..

8 Benony Lallemand.

9 Volmar Laporte.. .

10 Cauvin ..........
11 Turenne Carri .
12 Septimus Rameau (1) .

13 Thomas Madiou .....

14 Normil Sambour.....

15 Charles IIaentjens .

16 Darius Denis ......
17 D6silus Lamour. ..

18 Saul Liautaud. . .
19 Darius :Denis .......
20 Jean Baptiste Damier..
21 Liautaud Ethart. .

22 Octavius Rameau .. .

23 Joseph Lamothe. .
24 Octavius Rameau .

25 Charles Haentjens...


2

2







2

2


1

1

1


1


9 Mars 1870 Justice, Instruction publi-
que, Cultes,
4 Ma .l 1870 Int6rieur, Agriculture,
Guerre et Marine.
n Finances, Commerce. Rela-
tions Extre, Justice, Ins-
truction publ)ique, Cultes.
7 Mai 1870 Finances, Commerce, Rela-
tions Exterieures.
n Justi-ee, In< r,,.t i,,rl T i | ilii-
que, Cultes,
3 Juin 1870 Finances, Commerce, Rela-
tions Ext&rieures.
7 Avril 1871 Guerre et Marine.
S Interieur. Agriculture.
Finances, Cqmmerce, Rela-
tions Exterieures.
Justice, In.truction publi-
que. Cultes.
.1 Mai 1871 Finii.-~_-..Commerce, Rela-
tions Exterieures
9 Juin 1871 Filii, i. -, Commerce, Rela-
tions Exterieures.
:9 Juin 1871 Finances, Commerce.
S Justice, Instruction pubii-
que, Cultes.
5 Juillet 1871 Guerre et Marine
2 Juillet 1871 Relations Ext(rieures.
2 Janv. 1871 Inilrieir, Agriculture.
S Finances, Commerce, Rela-
tions Exterieures.
S Justice, Instruction publi-
que, Cultes.
9 Ma.i 1873 Interieur, Agriculture,
iii.'iiw.-', CQmmerce, Rela-
8utions Il-cs, Cri.-reo.
8 Juillet1873 Fifiances, C:,mrn-rerLe.


Cap-laitien

Pt-au-Prince


S3 Aoit L1T

16 Avril 1876


S9 Aoit 1888

S 29 Avril 1886

S9 Aoitt 1888

S 20 Fevr. 1889
S 21 Octob.,1887


Pt-au-Prince


Kingston


15 Avril 1876

26 Mai 188i

17 Nov. 1872

21 Juillet 1874
14 F6v. 1884


Pt-au-Prince 1" Juillet 1879
18 Avril 1875
Kingston 14 Fevr. 1884
G. ;v. 3'0 '.' I 884


Pt.au-Prince


21 N :\. 1888


.* .. I 7 Mars 1903
Gonaives. 31 Aofrt 1891


Pt ..'u iPrin cc
A


(1) Mon-icear Septimus RAMEAU n'a pas ace-pth cette nomination,


7 IMatrs0 10
21 Juillet 1.7
,,3


DATE
du
DECES


~ ~













78 RE\'V U E DE LA S >Cl[:Ti:; DE 'LEGISLATION


NOMS ET PRENOMS


DATE
dela
NOMINATION


ATTRIBUTION
de
DEPARTMENTS


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT NISSAGE SAGET (Suite)


26 Joseph Lamothe. 8 Juillet 1873 Relations Exterieures.
27;ExetHent~.... ....... 13 Mai 1874 Finances, Commerce.


Gonaives.
Pt-au-Prince


31 Aott 1891
11 Sept. 1893.


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT MICHEL DOMINGUEI


1 Excellent .........

2 Chevert IHeurtelou ..

3 Jacques Boco ......
4 D. Pr.'-i'"I Faure .. .
5 Thomas Madiou .....

6 Septimus Rameau .. .


15 Mai 1874 Finances, Commerce, Rela-
tions extorieures.
Police. G6ntra.le, Intericur
--et Agriculture
SJustice.
S Guerre et Marine.
S Instruction publique, Cul-


10 Sept. 1874


tes.
Secretaire d'Etat, Vice Pr&-
sident du Conseil.


P'-au-Prince

Ldogane
P'-au-Prince
Kingston

Pt-au-Prince


11 Sept. 1893

11 Mars is..:1
14 Sept. 1891
4 Juillet 1877

26 Mai 1884


CONSEILLERS DU GOUVERNi-.\lENT PROVISOIRE DE 1876


1 Hannibal Price.. .... ..24 Avril 1876 Finances, Commerce et Re-
lations extirieures.
2 Ovide Cameau ... Interieur; Agriculture, Po-
lice Gcndrale.
3 Morin Montasse . Guerre et Marine.
4 Thimogine L.il'f.-tlt. Justice, Instruction publi-
que et Cultes.


New-York

Pt au-Prince


1"' Janv. 1893

7 Nov. I.'. I
7 Dec. 1894


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT BOISROND CANAL


1 Cassius Daniel .....
.2 Auguste Montas .
3 Liautaud Ethl(art.. .

4 F. Sauveur Faubert..

5 A. Thoby. ..... ..
6 Auguste Montas ..
7 A. Thoby . ..

8 Dalb6mar Jean-Joseph
9 Dalbemar Jean-Josepli

10 Felix Carri . .


20 Juillet lsTi
D


. 2 Nov. 1876

. 25 1876


. 1. Aott 1877

. 23 Aoot 1877


Guerre et Marine.
Intirieur et Agriculture.
Finances, Commerce, Rela-
tions exterieures.
Justice, Instruction publi-
que, Cultes.
Interieiur, Agri::ultul e.
Guerre et Marine.
Int(rieur, Agriculture, Ins-
truction publique.
Justice, Cultes.
Justice, Culte;, Intirieur et
Agriculture
Finances, Commerce, Re-
lations exterieures.


3 Juillet 1--,7


21 Nov. 1:- .

S 2) Aout 1886
S 7 AoOt 189)9
3 Juillet 1879


12 Avril 1898


LIEU
du
DECES


DATE
du
DECtS


, 15 Avril Is7c;


Pt-au-Prince













:REVUE DE LA. SOCl(:T'Il: DE I.1GISLATION 71
W r


DATE
NNM'O, ET.PREINOMS de la
NOMINATION


ATTRIBUTION
de
DEPARTMENTS


LIEU DATE
de .du
DICES DICES


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT BOISROND CANAL (Su-i:)


11 Ann6mon Guttierez ..
12 Dalbimar Jean-Joseph .

15 l'uri iv' Carri . .
14 St Ilmont Firmin Blot(l)
15 Ernest Roumain .

16 Charles Archin . .

17 J.(-'I r\i ti-- IiFrancois
18 A. T oby . . .
19 Liautaud Ethiart .

20 Charles Archin ......


1"' Sep


16 Nov


Interieur et Agriculture.
Justice, Instruction publi-
que, Cultes.
t. 1879 Guerre et Marine.
Intericur et Agriculture.
S Finances, Commerce, Re-
lations Exterieures.
Justice, instruction publi-
que, ClIltes. *
r. 1878 Guerre et Marine.
Interieur et Agriculture
Finances, Commerce, Re-
lations Extdrieures.
Justice, Instruction publi-
que et Cultes


P -au-Prince



Cap-Ha'tien

Pt-au-Prince


3 Nov. 1896


3 Aofit 1878

21 Octob. 1895

9 F6vr. 1896
30 Juin 1879
7 Aofit 1899

21 Nov. 1888

9 Fevr. 1896


(1) Au moment de se rendre a son post, Monsieur St-Ilmond Firmin Blot est venu a decOder.


DEUX GOUVERNEMENTS PROVISOIRES DE 1879.


Les Membres de cliacun de


1 IIeriston H-risse .. .
2 Tiresias Simon Sm...
3 Joseph Lamothe .


4 Adelson D :u',-i ....

5 Diogene Serre (2) ..


1 L. E. F. Salomon ....

2 Richelieu Duperval .
3 Tir(sias Simon Sam. .
t Florvile IIyppolite ..

5 SMide Thlemaque. .

6 Numa Rigaud . .

7 Surpris Laurent ....


ces deux Gouvernements se sont partages
MinistOriels.


1"W Sept. 1879
)


Guerre et Marine.
Interieur, Agriculture.
Police Generale, Finances.
Commerce, Relations Ex-
terieures,
PrVisident du Gouverne-
ment provisoire.
Justice, Instruction publi-
que.


30ctob. 1879 Finances, Commerce. Ro-
lations Exterieures.
S Police Gendrale
IntOrieur, A,2 i' illtul .
S PrIsideln't du Gouverne-
ment provisoire.
S Guerre et Marine.
Justice, Instruction publi-
que, Cultes.


le service des Dopartements


Saint-Marc




Gonaives

Cayes.



Paris France)

P -au-Prince


25 Avril 1891




31 Aoft 1391

28 Dec. 1894



19 Oct. 1888

8 Oct. 1880


S 24 Mars 1896
S 28 Sept. 1888

18 Juin 1880

Saint-Marc 1P Juillet 1886


(2) Monsieur le'Genaral Diogene SERRE n'a jamais siOge dans le 1' Gouvernement Provisoire.












80 REVUE LD: LA SOCI:TlE DE LEGISLATION
_________________________ _____________ I


NO.MS ET PRIENOMS


DATE
de la
NOMINATION


ATTRIB
de
DTPARTE


UTION LIEU DATE
du dU


MENTS


DEC.S


DECkS


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT Louis ETIENNE FILICITI SALOMON


;1 Henri Pi.liinalt ...... 3 N.\
2 E' ri tle Lar._,rh. .
3 Charles Laforestrie ...

4 Thimog-ne Lafontant..

5 Charles Archin. ...... .23 Ja


6 Evariste Laroche .

7 Charles Archin . .

8 Francois Deus L6gitime

9 Francois Deus Legitime
10 Brutus Saint Victor .

11 Francois Deus Legitime


12 Jean-Baptiste Damier..

13 Innocent Michel Pierre.
14 Edouard Pinkombe .
15 Francois Manigat .

16 Thomas Madiou . .
17 Ovide Cameau . .
18 Calisth6nes Fouchard. .

19 Ovide Camea. . .

20 Brenor Prophlte.....
21 Brenor Prophte .
22 Innocent Michel Pierre.
23 Francois Manigat .

24 Calisthenes Fouchard..
25 Brutus Saint Victor .

26 Innocent Michel Pierre.
27 Brenor Proph6te .

28 Francois Manigat ..

29 Brenor PI-p1.' ld I ..

30 Innocent Michel Pierre.

31 Brenor Prophete .....


1r Ac


9 Dke

9 Jui
26 Ao



31 DOc

31 Dec
)


31 Mai
20 Aol



14 Ma


28 Avi


20 Sep

7 Mai


9 Juil


\. 1I7,. Guerre et Marine.
S Interieur et Agriculture.
A 'iinail;.'-, Commerce, Re-
lationr-, Exterieures.
> Jul.1i..- Instrudtioni publi-
qtIlI. I.iit,, .
nv.1880 Justice, Instruction publi-
que et Cultes.
fit 1880 Interieur, Agriculture, Fi-
iIlinces et Commerce.
1 Jusico, Instruction publi-
q.ui-. Relations Exterr'.
1880 Agriculture, Finances et

a 1881 Interieur, Agriculture.
it 1881 Finances, Commerce, Rela-
tions Exterieures.
Intirieur, Agriculture. Jus-
tice, Instruction publique
et Cultes.
. 1881 Filiaii -, Commerce, Rela-
tions Exterieures.
. 1881 Guerre et Marine.
Interieur.
Instruction publique. Agri-
cuature.
S Justice. Cultes.
i1882 Interieur.
it 1883 Finances, Commerce, Re-
lations Ext6rieures.
Justice, Instruction publi-
que, Cultes.
Interieur, Police Gendrale.
rs 1881 Guerre et Marine.
,, Justice. Cultes
S Interieur, Instruction pu-
blique.
> Finlances, Commerce.
Relations Extir"", Agricul-
ture.
ril 1884 Justice, Cultes, Int(rieur.
I Giirri, et Marine, Instruc-
tion publique.
t. 1884 Interiour, Instruction pu-
blique.
rs 1885 Guerre, Marine, Relations
E t(rieures.
Justice, Cultes, Int&rieur,
.\A ic. Ill i re.
1. 1885 Relations Ext6r"t, Agricul-
ture.


P t-au-Prince
Cap-Haitien

Paris (Fr.)


P t-a-Prince

Cap-lHatien
pt-au-Prince








Gonaives
Pt-au-Prince

Paris(France)

PL-au-Prince



PL-au-Prince


3 Oct. 1883
22 Nov. 1899

20 Avril 1897


9 F6vr. 1896

22 Nov. Ix.'I'

9 Fiv. 1896








30 Oct. 188'
12 FOvr. 188f
28 Avril 1882
3 Juill, 1900

26 Mai 1884
7 Nov. 1896


7 Nov. ls'.;


S12 Fevr. Is ,.


Paris (Fr.)


PC au-Prince



Paris (Fr.)


Pt-au-Prince


3 Juillet 1900


12 Fevr. lssr.


3 Juillet 1900


12 Fwvr 1886


( A CONTINUE. )








/ ~


^- .3- ^
f. /


REVUE DE LA SOCU1TE1 DE L1RGISLA'fION


RAPPORTS
A LA

SOCIET- DE LEGISLATION


BAPPORT sur le pr9e/ a inte'rt ''lfyii'' p6, par la raison qu'il n'existe dans
sous la forme de vente a rdmdre'. nos lois aucun article qui le lui oc-
troie. Et le vendeur, magrd sa bon-
MEs CHERS COLLA,(UES, ne foi, ne pourra opposer A ses crd-
anciers garantis par une inscription
J'ai I'honneur de vous presenter le o 16gale ou judiciaire, aucune ob-
rapport que vous m'avez charge de jection basee sur les actes annul6s.
vous fire sur la vente A irm6re de- De ce qui precede il r'sulte clai-
guisantun pret. recent que le prleurW n'est en toute
La vente definitive come la vente s6curitd que lorsqu'il accepted une hy-
avec la reserve de la facultede reme- poth6que conventionnelle pour le
re sont des actes parfaits, quand ils prit qu'il fait et qu'il est sCirement
sont consentisselon los prescriptions expose quand ii consent A accepter
exig6es par la loi. ou une vente definitive ou une vente
La seule difference qui existe en- A r6mer6, susceptible d'etre Aittaqu6e.
tre cesdeuxsortes d'actes est que le Je m'estimerai heurouxd'avoir vo-
vendeur se reserve, pendant un d0- tre sanction sur la conclusion du pr6-
lai convenu, de rembourser A 1'acqud- sent rapport, aprlis discussion, afin
reur le prix de la vente et de rentrer d'6clairer le preteur qui abandonne
.alors dans la pleine propridtd etjouis- la vraie voie de la conservation de ses
sance du bien come s'il no I'eit ja- droits pour s'engager dans celle qui
mais vendu, et de mnme, s'illaissait peut exposer ses plus chers int6rets.
expire ledit delai sans exercer cette
facultM, il en serait d6chu, de droit, MAXIMILIEN LAFOREST.
:sans aucun acte de procedure, et I'ac-
qudreur deviendrait d6finitivement
propri6taire du bien venidu. RAPPORT ur le contr6le prventif de
Mais si une action est intent6e en
justice contre 1'une ou l'autre des sus- la Chambre des Comples
dites ventes, tendant A prouver que M,.-, ~
leur existence provient d'un pret, et
qu'un jugement vienne A en pronon- A la suite de la discussion ouverte
cer l'annulation, le bien vendu re- sur la communication que j'eus 'hlon-
tourne, A l'instant, au vendeur et se neur de faire A la Societe de Legislation,
troutve frapp6 des inscriptions l6gales A propos du contr6le preventif de la
ou judiciaires qui peuvent peser sur Chambre des Comptes, M. Menos, au-
lui, depuis la subscription de I'un ou1 jourd'hui note president, avait pose
de autre acte, et F1 c- 6 deux qun stions a la stance du 8 Fe-
de 1 autre acte, et 1,l,.,' ,:.r evIinced vrier 1894: Le contr6le preventif existe-
ex.Irc.r;i. son action centre son von- t-il dans notre olegislation actuelle ? Si
deur, en restitution dtI lpi \ de la ven- non, est-il hon de l'AlI.llr ?
te, sansconserver auiI-n.- pri-ifi~iI-ce Vous connaissezmon opinion sur le
ni privilege stir le.bien.qui lula-eeftai- -if'emier point t 4.t j-- persste encore A












REVUE DE LA SOCII:TIt DE LEGISLATION


croiro que ec control prOventif a 6t~t
tr'd, car lemot veiller queje vois daans la
loi et dans la Constitution. pris dans son
sens littoral, veut dire : prendre garde,
fair allention. C'est done privenir. Je
convions quo la C j;iiliei e des Comnptes
un s'est pas donned la peine d'interpre-
ter la loi come il lc faut et ne s'ost pas
souciee d'exercer ce control ; il fant le
]ui imposer.
Cr11 -. de fire un rapport sur l'orga-
nisation de la Cliambre des Comptes,
c'est i la deuxibme question do Mi. Md-
nos cue je viens repondre.
Dans l'etat actual de nos mceurs finan-
cieres, la nieessit6 du contrile proven-
ti' de. la-Chambre des Comptes so fait
do plus en plus sentir, il deviant indis-
pensable. I1 est bon de mettre un( Ilar-
ridre i ccs abus que dos faits recent ont
signals. 11 convent pour la strict ob-
siervation d.os prescriptions legislative,
-avant trait aux dlpenses budgetaires,
qu'une autorit6 soit interposeoe -ntre le
ministry ordonnateur des ddpenses et
Ia eaisse publique. Cctte autorite, c'est la
Chambre des Comptes.
Si Faction de la Chambre des Comptes
laisse a d0sirer, le Hlgislateur cependant
a entourd ctetto institution de toutes les
garanties d'indOpendance pour qu'elle
puisse veiller sans faiblesse i lia bonne
gestion des revenues publics.
Les membres de la Chambro des
Comptes sont des fonctionniaires 'lectifs,
nommes par le Sinat sur une double lis-
te de .- iii.i1i '-, presents par la Cham-
bre et par le Pouvoir Exdeutif. Ce ne
sont pas des employes rwvocab)les, quo.
1'on peut remercier selon son boa plaisir.
Si 'action de la Chambre des Comptes
est plus ou moins nulle, nous le devons
au recruitment de ses membres. 11 est
:dfecctueux. On ne tient pas toujours
compete du merite et de la capacity. On
recommande, sur ce que nous appelle-
rons la petite lisle, des individus inca-
pables de remplir leur devoir avec cons-,
cience, ind.plendance et loyautd. II faut
des hommes faciles, disposes a complai-
.re au Pouvoir tout pui-sant qui ne veut
pas etre -,,I,'- dans ses op-rations" Ces
complaisances se payment en faveurs. II
est tort lucratifde ne pasaller it hl'' ii-..ii-
tre des fantaisies des gens haut places.
Mais pendant cc temps la nation est
saignee a blanc.
Si les membres de la Chambre des
Comptes comprenaient I'importance de
leurdevoir, ikauraient Cux-i,-,ini.s r6-


clami ce control preventif quoe n us
voulons voir (tablir, ils auraient mis
I'ordre dans Fadministration publique.
Do cet ordre depend I'avenir du pays.
Aucuno some ne dolt plus pouvoir
sortirdu tresor qu'apres le control de
la Chambre des Comptes otsur son Bon
i payer ellc s'assurera que la caisse
publiclue ne puisse s'ouvrir qu' lhoon es-
cient deviant des titres i,:-d ii'. ii].i tt
Omis, quand il n'y a ni d6passement de
credit, ni fausses imputations ou dopen-
ses fictives.
Loe contrle preventif sera une digue
opposee it la touted puissance rduministre
des finances qui no pourra plus autoii-
ser des sorties de fonds non prOvues
dans le budget.
Aucune depense effective ne so fait, on
cc moment, que sur un ma'ndat do paic-
mert dlivrw par le ministry des finan-
ces residant i, Port-au-Prince, lieu du
siege de la Chambre des Comptes ; ce
mandate ne devrait avoir son execution
que sur le visa de la Chambre des Comp-
tes. C'est de cette faconw que nous forons
une application efficace d'une prescrip-
tion constitutionnelle : notre droit pu-
blic privoit que la Chlambre des Comptes
veille ce qu'aucun article diu Ild.,- t ne
soit de'passe et qu'aucun transport n'ait
lieu.
Le r6le de la Chaml)re des Comptos. ne
doit pas so corner it signaler des abus
qui ont eu lieu At qu'aucune sanction n'a
frappis jusqu'ici. Son r6le doit tre d'em-
peciher les abus de naltro. II n'est pas
nicessaire do dire que des scandals out
It6 perpOtres, il faut, les arreter .'t 'origi-
ne. Le control preventif de la Chambre
des Comptes mettra fin A. ces irregulari-
tbs qui consistent fire payer deux ou
trois fois les mrmes criances.
D'apris ce que nous constatons, les
ministries et la Clh.imli des r.'.ml' s
marcelent parallel meant; les uns font
des depenses, I'autro vient, 1.,,- ni1.s
apres coup, voir si elles ont Wt. regulie-
rement faiths. Mais les ddpassements de
credit ont eu lieu. Comment v remd-
dier ? En d6noncant le fait au Corps Le
gislatif.- Alors un dderet de dicharge
en sort, Le, remde e -t pire qup le
mal, il y a e vice et corru fin I-|i'lui-
1870, c'est-ta-diro depuis 33 ans quo lIa
Chambre des Cr-impl t s foliliiii I,-.it--
lierement, quels sont les illiiii-tr. pol;iIr-
suivis pour malversation ou tout autre
fait malheureux ? II faut qu'une junction
ait liou, que le ministre des finances et













REVUE DE LA SOCIIETE DE LEGISLATION


la Chambre des Comptes aient un point
de contact. On arrivera a ce r6sultat par
le control pr6ventif. II doit Otre effectif.
C'est en contr6lant les d6penses avant
que l'argent ne sorte du trisor que nous
verrons prendre fin des d6sordres fi-
nanciers qui augmentent outre measure
nos charges.
Le .lgislateur dolt armer la Chambre
des C, rrIIIII de tell sort qu'elle puisse
refuser d'apposer son visa sur tout ef-
fet qui lui paraitrait douteux, et ce serait
sous la responsabilit6 des caissiers de
I'Etat s'ils faisaient des payments non
autorisis par la Chambre des Comptes.
Au commencement il eut (et difficile
avc odes administrateurs ordonnateurs
de la province, ayant sous leur ordro les
tr0soriers particuliers, d'exercer avec
fruit ie (c. ii.i priventif; tandis qu'au-
joird'lhui, avec le ministry des finances,
avant soul le pouvoir d-ouvrir la caisse
de la Bainque, faisant notre service de
Tr('-i ii .-, ce contr61e devient hien fa-
cile.
II n'y a que quelques additions it fair
it la lot ld Septembre 1870 pour bien
preciser ce control pr6eventif: aucune
Sordonnanie d.-' i, i ~ ne sera acquit-
< toe par le tresor public qu'apres avoir
o did visuo ct approuvee par la ( i-.mi.i .
u des Comnptes.
Tout payment fait en dehors du
contrl6e de la Chambre des Comptes
restera it la chargee 10 la B.i lpi na-
tionalo clhargie de notre service de
tlrsorerie, sauf son recours cetre le
n ministry .qui Faura ordonn6. ,
C'est on organisant les measures prd-
ventives de contr61e que nous assure-
ropfs 1'observation des decisions l6gisla-
tives h propose du Budget des d0pensOes.
JusTIN BOUZON.
Port-au-Prince. lo 9 Juillet 1903.


M. le srnateur Nemours A -t. et M.
Ie ddputt Murat Claude ont bien voulu
communique it note Sociedt trois im-
porta.its prol I de lois qu'ilsontrospec-
tivement prdscntes i la lChambre et au
SBnat.Nouslesel ii tr:'i ii et aurions
aimin voir leur initiative suivie par tous
les aut-u.rs de propositions de lois.nou-
velles! II nous est, en effect, arrive ] plus
d'une fois de nous demander pourquoi
nos I, sgei-lat 'ul, d-.e. inbl It, d'ordinaire.
si peu soucieux de saisir l'opinion des


projects don't ils ont la paternity, avant
le vote des Chambres. Passe encore pour
des Ministres, ayant peut-6tre de justes
raisons de redouter la lunmiire ; mais
les mandataires du people n'ont-ils pas
tout intereta provoquer les observations
du public sur les measures don't ils espe-
rent une amelioration pour la commu-
nautd?
Nous ne savons pas s'il nous sera
donn6 de dire ce que nous pensions des
trois projects qui viennent de. nous 6tre
remis, avant que le Corps Lt6gislatif no
soit appele6 t les discutoer. i)j le Senat
a vote la lot sur I nimrl-I ,i. .i11 syrienne.
Mais j'ai eu I'occasion de donner mon
appreciation sur le principle de cette loi,
dans lo dernier numerode la Revu(e.
Nous nous contentons pour rester
d'accord avec nos traditions d'impartia-
litM, do publier a ,iiuiil hui le Rapport
de !a Commission que le SOnat avait
,ii i.r,:i e l'examiner t don't il a.vot6 les
conclusions.. On- onstatera, at la lecture
du Rapport, que e1 project sanctionnC
par le Senat laisse subsister. les princi-
paux reproches faits i. la petition don't il
est inspire. C'est 1. i1,urs ttneo loi de re-
cul ot d'exception qui, dirigie control
des strangers d'une race dmiterminde, ces-
sora pourtant de leur etre applicable.
des que, par I'effet d'une simple fiction
l6gale, ils so seront mis 1 covert en
changeant de nationalite.
Nous nous proposons d'appricier plus
implement los pi- 'i t- sur le service de
la Trd sorerie et sur les ti .,liri.- ii'l-11-
aux chapitres VI et VII dn code d'ins-
IrUction criminel!e pour la garantie
do la liberty individuelle, lqui,
come on en j" ,,, par loin oci, I,
repondent trop bien aux p'eoccupa-
tions iabituelles do notro Soci6td pour
ne pas moriter d'elle un examen favora-
ble. G. S.


BRAPPORT au Seunal p'r la Commission
S'r.harge d' ..*,',, r Ie projel de loi su
Si'inmmigration syriemie.

,M'ESSIEURS L ES SIENATEUHS,
La Commission special i" laquelle
vous avez renvoyd I'exa t mon u pro-
i' '.'-loi, depos6 par Utn.de ios colle-
gues sur lesdeour des Syriens en Hai-
ti, a l'honneur de: vous soumettre; l,
resultat- deo ss d(l-lill I l Itions.


~












REVUE DE LA SiI:.'l';T DE LEGISLATION


Apre!s avoir entendu Messieurs les
Secretaires I'E[i.r. de l'Int(rieu!-, des
Relations Exter-ieures, des Finances
et du:Commerce, etde la Guerre, qui
tous nous ont donned I'assui'ance que
le Pouvoir Exdcutif approuvait nos ef-
forts p orencourager, pour ressusci-
ter meme .le commerce national,
nousavons adopt le project de loi
que nous soumettonsi vote sanc-
tion et don't tous les articles ont 6tc
acceptss par tous les Secrctaires d'E-
tat. Ce n'est pas, MT,--iii. rs, qu'il n'y
ait eu d'abord quelque hesitation
parmi nous. Un de nos colleagues
avait pens6 que le moment dtait in-
opportun d'agir, d'autres jugeaient
qu'au lieu de rendre une loi sp6ciale,
il serait plus sage d'introduire dans
la loi surles impositions directs les
dispositions qui ne visaient que les
Syriens et de nous ramener i la loi
de 1876 qui protggeait assez le com-
merce national.
Mais la majority de votre commis-
sion a pens6, etles arguments prd-
sentds par les representants du Pou-
voir Ex6cutifn'ont pas peu contribu6
a assurer son jugement, que pour un
mal special il fallait un remade spd-
cial, et que le nombre dos Syriens,
leur envahissement jusque dans les
plus petites communes, le tort qu'ils
font au commerce national, leurs
mceurs qui refusent dose fondre avec
les notres, mdritaient une attention
particulikre. et que ce n'etait pas trop
faire que d'adopter A leur dgard une
loi qui r'.gle leur s.jouren Haiti.
Tout a 6t6 dit sur la concurrence
qu'ils font depuis quinze ans a tous
coux qui tiennent boutique sur les
diff6rents points du territoire haitien.
Partout otd ils ont passe, dans les
grandes villes comrne dans les cam-
pagnes, I'haitien a 6td 6vinc6, puis
ruined; et i la place de ces rn.ii-ins
vivantes et confortables qu'il embel-
lissait ou ornait du fruit de son tra-
vail, on ne voit plus que des habita-
tionstristes, vides de leur premier
comfort, signed evident que la pros-
perit ena pour jamais disparu.
Le premier devoir d'un Gouverne:


ment est l',I,,'i 1:r. sa protection aux
files du sol, et de les aider dans leur's
efforts do relevement materiel et
mo cral.
En d'autres pays. cottC probtctiin
so trl,- it, par des r -v:-'s multiples,
*closes sous cette poussee d'un son-
timent national attentif i tout.
On protege et on assure les ouvriers
centre les maladies, centre les ac-
cidents du travail ; on hospitalise leso
malheureux la nuit, on accord des
secours aux vicillards et aux infir-
mes. Non content de ces lois qu'une
large humanity a provoqudes, pres-
que tous les peoples protdgent par
des dispositions specials le produit
du travail national, et par des bar-
ridires douaniiroes se forget une arme
centre la concurrence d'ouvriers pi us
habiles, on de pays plus fortunes, ou
don't la terre est plus feconde.
Les peoples no so sont pas arret.s
dans cette voie et no se sont pas con-
tent6s de protger le p'roduit du sol
ou de l'industrie. L'homme a voulu
protdger I'homme meme. On a done
assure des traitements de faveur A
ceraaines categories de nationaux;
on a stipulO que c ertaines professions
no pourraient 6tre exercees quo par
eux ;et pour d'autres qui paraissent li-
bres, on a some des restrictions et des-
formalitds jusqu'a on rendre l'exer-
cice illusoire aux Etrangers.
Qu'est-ce que tout cela, sinon la
protection pousseejusqu'h l'extr6me,.
jusqu'a l'abus, de tout ce qui, chez
une nation, pourrait redouter une
concurrence etrangere?
Qu'cst-ce encore que tout cela, si-
non l'affirmation d'un droit, droit, dit
cette petition, qui s'est couverte de
signatures, d'un ( bout a l'autre du
, pays, droit supdrieur qui depasse
o tous les autres, droit pour un pou-
p ple qui vit., il iiini, et comm-ande
, sur une portion de terre, de se pro-
, teger contre toutes les atteintes do,
, dehors, le droit de I1' -I.,'-rer et de
, vivre, de voir ses efforts r,'.,',>i-
a penses par le sucees et la Iii'lii-.se,
, et, si des l,'ln.' t- contraires se
" dressent qui metten:. obstacle; a












4REVITTE DEI LA SO.(1'.,lfT'. DE I;ILIO


o< cite expansion, naturelle, le: droit ,,,,Pour? ceux qui so;nt. d6jat tablis ep
< de les repousser et d., losbriser. Haiti, la loi s;li.il. qu'ils:ne pourrqqt
N'teos-vouspasfrappis, MI-; ii..,'s. plus desormais exericer le commerce
de 1'unanitnit avec laquelle tous les qu'en quality deilL.-:,,i',ilk consigna-
peuplesreconnaissent ce droitet I'ap- taires. Toutes les boutiques de detail
pliquent; et pout-on dire qu'un cri- o ocupees par eux -..i-it liquidoes et
ie 'est commis contre Ie sentiment ferm.es dans le dilai de six mois.
d'humanit6 qui veille au ceurt de Nous avonstrouve que ce temps tait
tout home, lorsqu'on demanded ia suffisant pour.transformer les mai-
ua Gouvernement de prot6ger ses sons de detail eni maisons de consi-
nationaux centre un envahissement nation, et opDrer le recouvremerit
dangereux, de les sauver de la mise- de totites les dottes. Votro commis-
rp, de lcur rendi r.mciins difficile la sion opinait i'-1i',- pour le terme-d'e
lutte pour la vie ? trois mois. C'est it la demand de M.
Los peuples, Messieurs. ne so sentI le Secretaire d'Etatque ce term a 6ti
Spas crus assez dofendus quand ils se prolonged.
protegeaient chez eux et qu'ils so rd- Vous savez, Messieurs, qu'it l'ori-
servaient l'exercice de certaines pro- gino, un grand nombre de Syriens
sessions. Ils ont itde la limited ex- s'etaient naturalises haitiens et ob-
trime du droit; et loin de consid(- tenaiontainsi la patented de marchands
rer I'univers come un champ clos au dtsail, reserve ax seuls Hhiitiens.
oft los homes etaient con vis ai lut- Nous avons poense qu'il fallait r'-
ter i arms (gales, ils ont, dans dos glementer une natturalisatioi aussi
circronstances mimnorables, oxclu des iit. --.. r ., Et. puisque la Constitution
limits do ce coin de terre qu'ils ap- reconnait l'aptitude do lout stranger
pollent ( Patrie los autres homes t la nat uralisation en ajoutant qu'elle
ndsailiours qu'ils ontappLoles s( etran- sera riglemonte par utn' lo nous
gors, ) ot out refuse6 de pali I-, avec vous demandons de decider on at-
eux les bienfices que ce coin do ter- tondantqu'unh loi plus etendue r'gle
re plus 6troit leur assurait. complitemont la nmatiere, que la na-
On a chass6 du territoire national turalisation ne sera accordie au Sy-
l'etranger qui y prospirait au d tri- ricn qu'aprs un sejour de dix ans suor
ment des nationaux; on t ferm6 les le territoire. haitieni
portes du territoire national a I'Et;ran- Le Pouvoir Ex(cutif nous a promise
ger on qui on reconnaissait un con- *son concours ; c'st loneC on connais-
current dangereux. sance de cause que !'art. 2 dit :( qu'il
Emus d'un priil qu'ils ne savaientt i no sera ddsormais accord( part le
comment 6viter, les Gouvernorments in P- esidontd'Halti aucune licence A
n'ont connu d'autro rigle que l'int(t'rt l un Syrien pour exercer in autre
de leurs peoples; et common le salut commerce que celui de n6gociant
du people est partout la loi su prime, consignataire ,.
c'est le souci do ce salut qui a inspire La licence est l'autorisation an-
les legislateurs dans los lois qu'ils nuelle qu'accordo le Priesident de la
ont faites pour se protdger. Rdpublique h tout stranger qui desire
Un grand nombre de nos concito- fonder ici un etablissement indus-
yens avaient demand Messieurs, triel ou commercial.
l'expulsion en masse des Syriens de Rien no fait a u Chef de l'Etat l'o-
notre territoire national. Votre com- bligation de 1'accorder; sa lil,,cit-
mission n'a pas cru devoir vous re- rest entire; et nul n'a le di ,it d,e
commander cotton measure extreme. remontrance lorlque la demand est
Ell : s'est conter-rt6e d'kictet--quI';' repoussee.
1'aveniraucun Syrien.neseraadmis i On avait fi it q'uequc bruit, M.l'-
-d'l.:arquer sur le territoire de la Re- sieurs, d:s obser\i.ti.,,ii q uiipu ;i'in
Spuliqu.. t, -nous t1e d rV--., ile- pi.liu an-












REVUE ITElIJA,;SOI:I linTl] DE LRGISIATION


ees 0trl.; I,.';l- si nirr iiu entrepleniions
crf:tt'o e.1i di prote.-ti n ii ,itr, -les Sy-
riieis. Les' explications que nous a
dinn-.'.- M. le S,-.r:-tire d'Etat des
!Affaires Et i-nigl" "-''* .ont pleinement
i .(ri.i r' votre commission.
Le Syrien est un plt.'i''.' francais,
c'est-it-dire que chaque fois que de
mauvais traitements lui sont infliges,
.l ,ul''.-fois que des injustices ou des
i11,.-. I Ites sont con m ises it son prej u-
dice, il s'adresse au ReprIsentant de
la R6publique Francaise pour en de-
mander' le redressement, et pour ob-
tonir que la loi du Pays of il vit lui
soit applitque. Maisil n'est pas sujet
francais. et c'est par i ne tolerance
coupable que nous lui permettons
d'arborer sur sa demeure, en certain
jours -de fte, ou en cas de peril pu-
blic, le pavilion franca is.
Le Parlement n'a done .i,-; h se
preoccuper des objections que le gou-
vernement francais pourrait fair i .
.la loi vote, il n'a pas a examiner
si le trait franco-lhaltion s'tend aux
Syriens, si par c(e trait nous avons
accorde, sans reprocit6 possible,
aux citoyens Turcs venus de Syrie
ou d'ailleurs les advantages que nous
avons r1ser'v0s aux souls franc(ais
Des Syriens, dit-on, sont naturali-
s6s Italiens, Francais, Americains.
Ccux-la ne sont done plus Syriens;
et la loi ne s'occupe pas d'eux. Elle
n'aura qu'i v6rifier leur etat civil;
et si, par hasard, quelques-uns d'en-
tre eux presontent nux autorites hai-
tiennesdes documents faux, ils seront
punis conforml-Iment anx dispositions
du Code penal, ct expulss du terri-
toire haitien.
SQuelq ucs-u ns auraient, assure-t-on,
recu, ici mome, leur acte de naturali-
sation, sans avoir fait dans leur
pays d'adoption le s(jour que la loi
e xige, t 'is y avoir reompli les so-
'v&ires formalitcs qu'elle impose, nous
nous refusons aC croire que des Re-
pr'sentants des puissances I'h I ig';-
res aient consent, do gaite de ecour.
A' violer,.au profit des Syriens,: les
':ii- d&e leur pays: et nous no pren-


idr6nsi pa& 1Ia peino it, disiu tei 'la va-
leur de part-ill o,'naturalisations;
* Vous :le-voyez,l Mpi'-..'ilur-, auiune
objection d' application oub de : pinci-
pe ne s'inscrit contie la loi que vous
inous avez soumise, et que nous
nous recommandons d'adopter. :Le
I people l'attend; pour recommi.n-
cer avec d'autres chances .de 'succs
la lutte pour la vie; et nous vous
demandons de examiner sans re-
tard, pour que la Chambre des Re-
prisentants en soit le plus t6t ;possi-
ble saisie.
Le Pouvoir Executif a fait A notre
Commission une declaration grave,
lorsqu'il lui a dit, par l'organe du
Secretaire d'Etat de l'Interieur que
cette loi Mlait d'une n6cessite absolute
pour le maintien de l'ordre; vous ne
lui refuserez pas le moyen de l'assu-
rer.
Voici, Messieurs, les modifications
que la. Commission a proposes it la
loi qui avaito t6 deposeo sur le Bu-
reau du Senat.
A l'article premier, clle a ajoutl
un alinea :
( Tout Chef de movements du
Port qui aura contrevenu aux dispo-
sitions du present article, en permet-
tant le dhbarquement it des Syriens
non munis de passport, ou merme
munis d'un passport irr6gulier, se-
ra puni de la destitution. ,
A I'art. II, ia la place do ces mots
fonder un 6tablissement commer-
cial", la Commission a propose la ri-
daction suivante:
Pour fonder un autre talblissc-
ment commercial que celui de nego-
ciant consignataire. ,
A l'article III, nous avons modifi6
la redaction pour la mettre d'accord
avec lo text precedent, et nous avons
dlit:
( Les licences dclivries jusqu'i" ce
jour i des Syriens pour exercer .le
commerce en une autre qualite6 que
celle do n6gociants consignataires ae
seront pas renouveldes.
Au lieu d'((un. d la i de trois mois,;:
Snous avons accori6 un delai ,de six
mois pour la liquidation de.tout 6ta-












REVE: DE LA SOCIL;1T DE LEGISLATION?


Jlil-simrreiit c(iinomerlial de gros ou corder< qu'apres un :II ',"i de dix
.lo dl'tail. ans sur' l territoire haYTtien,
A Al'article VI, :au 2! alinda ncus Art.VIII. Confii-rant ie priiirilr,'
avons substitu6 le texte suivant:: 6tabli aux articles I et VIJ 1.,i C:m-
<< ...tout commandantde commune, mission, au .lieu d'une suspension
.qui aura laiss6 s'etablir et circuler momentanee a jug6 utile de frapper
-dans l'ktendue de sa commjune des le Directeur coupable de la pine de
Syriens, pour exercer un commerce la destitution.
qui leur est interdit par la loi, seront
pas.-iblM, de la destitution., Fait et depos6 a la Maison nationa-
Art. VII. La Commission a prdefde, le, le 23 Juillet 1903, an 1t)l0 de l'In-
au lieu de n'accorder de naturalisa- d6pendance.
tion que par une loi, ne Ia leur ac-
------------"Pf I Tx^'--------

JutLr'ispriCuden ce des 'TT'ribuinaux


Une question assez interessante a 6to dre que des sommes existent en esp6-
produite devant les sections r6unies du cos au moment du vote de la loi et ne
Tribuaal de Cassation. I pouvait comprondre cells qui st trou-
Le 24 aout 1872, pour viettro fin aux vaiont alors r,' ir,'-,-iit. 's par des tires
abus qui pIendant.la guerre civil de 1868- do creance, car comment eut-il (to pos-
is,.' avaient signal la fabrication et la sible do les porter aux bureaux du re-
circula tion de nos ;.a-i-.l.-, une loi de- trait pour Otre (.I.iII-.,-, centre des
monetisa le paper en course et en ordon- piastres fortes ?
na oI retrait. L'article II de la loi fixait Lo texte meme de la loi de 1872 corro-
les conditions du retrait au taux inva- bore cette opinion. C'est le taux du re-
riable de trois cents gourdes ( monnaie trait du papier-monnaaie qu'il a fix6 A
rationale ) contre uno piastre forte. Au 300 gourds pour 1 piastre forte.
mois de docembre 1872, un arritd du II n'est done pas etonnant que memo
President d'H-lai yoi a qu'Al partir du penchant les operations du retrait, co
1"I'l'vrIier 1873 le papier-monnaie n'au- taux n'ait pas etO celui dcs transactions
rait plus course dans la Republique. priv6es.
Quoique dans la pratique, on se ftt Le Tribunal de Cassation s'estpronon-
halbitude considered le taux du retrait co en favour do la th-ese adverse.
prevu par Ia loi de 1872 come devant Los deuxconsiderants qui consacrent
s iii it,.-er au 0i'..- li, ditdes conventions desormais ce point mdritent d'Otreeitis.
entire particuliers. qui existaient r la da- << Attendu qu'en priesnce de la per-
to du 24. ...ii 1872, en fait jamais la turbiation cause par la depreciation du
questionn'a.vait dte portee par les inte- nt plpier-monlaie, la Ioi monltairel' dtu 24
ressis devant le. i rilii.. I.. de Cassatio-n. aoutt 1872 (io a dcr(l'rte retrait au taux
La decision de notre court suprimo pre- do 300 gourdes papier pour une piastre
nait des lors une importance doctrinale forte ; que cette loi s'applique tant au
exceptionnelle : l'arirt qu .i ranch !e1 paplier qlii devait 6tre portd 7i I'echlange
Ilr!, I I rtI ormera, urisprudence, qu'aux ii. _-. ii', lH-I entri. particuliers
Voici comment le I ib n1 i, I 'st e'ffo- I contracts O n cette monnaio ; Attendu,
ci (d'dcarter application do la loi d 1-.T.' 1 en II r, tqu'il f'en pouvait (trte autre-
danrs 'esp(ce soumtise au Tribunal de meant dans a pens- pnc (Inu legisateur, puis-
Cassation ( Affaire des heritiers Fan- que par I'venement du retrait, ios en-
bert control Joseph Moise ). La loi de gagements contracts on papier-mon-
1. .'. affirmait-il, no s'est pas occupIe naie entire particuliers ne pouvaientplus
des li.bili ,ini ouetre particuliers, on (tre executes, si ce en'st -par la con-
quelque m!onnaie qu'elles aient 6te cou- version de ce paper en Ia monnaie qui
tract cs. Son ,,iiu. 1 -I i .li l I I i.,illi -. i'a r. r1 i11.; i.t. au taux fixo l: irlin loi...
c'est le retrait it..i l.,i..r-in .i l 11 ,-t -: R '.' ii,.i--'-, que l l 1 _: i-i-l't-iir au-
6vident qui le reirt r ll i- i".'\,It 'enten- rail imiit- l fait de -f'.ili.r iu.. les












88 R EVTE rL.: LA S(i-:.1iTIl: DE /LI.GIT.LATION


rapii..rts de.d.roit e(ilr- parti.i \li s, ac-, On ne -;tiir;iit t o trop pr'-kii-.;ins
tions, cdii\ iji i-, i a i -, .:Iini-, de- l l.i ;Iati. I de's 1is, e (oest -lrtrio t ;'i
yaient:,'-ftr I: ;.l au taux du 'retrait. propos des ois transitoires, desfiridPs
Aibsi in'eut-il pas mis les juges dans la paier' des circondtanees exceptionnel-
i,,,. -.it d'inrirterpter sa volont6 : ce les, qu'il faut preVoir les difficult d'ap-
qiii offre toujours imi.ill',:- a controversy. plication.


Nous avons beaucoup d'excellentes
lois, c'est incontestable : nous les execu-
tons... lil I-.j.F.i .; puis, comme nos
iddes sont mobiles, en faisant de la poli-
tique il nous arrive de les oublier.
A titre documentaire, nous signalons
a attention do qui de droit la
LOI
Qui consacre des temoignages de reconnaissance
wi tionale a la mnmoivre des fondateurs de lan-
dcpendance, et des ;i, ...i. .,,;, dans l'exercice
de l( i'nro Mliuistralu, i. r, ontbien mnd'itd
(d la patric.
LIBERTY EGALITE
REIPUBLIQUE D'HAITI
Le President d'Hlaiti, de 1'avis du con-
seil des Secretaires d'Etat, a propose. et
le Corps i.-;-i iii ;
Considera.it qu'il est de la justice et de
la dig-niti. national d'honorer la mrnmoi-
re des fondatours de 1'Independance, et
des citoyens qui, dans 'eoxercice do la
premiere magistrature de 1'Etat. ont bien
meritd de la patrie,
A rendu la loi suivante :
Article 1er. Pendant trois ann@es
cons6cutives, le 27 fevrior, un service
solennel sera chantO dans toutes les
Eglises de la R6publique, on commemo-
ration de la mort de J. 1. Riclie.
Art2.2. Un Eglise et ses dipendan-
ces scront cities sur I'emplaeoment des
petits quarters sur la place Pdtion, en
cette ville
Art. 3. Les restes d'Alexandre PO-
tion et ceux de J. B. Richi y seront dd-
posis dans des chapolles distinctes de
cette Eglise.
Art. 4.- Les restes de P. Guerrier
seront depos',.s ,tans une chapello qui
sera erigee daus l'enceinte de l'Eglise do
la ville de Saint-Marc.
La place d'armes de cette ville prendra
le nom de place Guerrier.
Art. 5 La ville fondue h Marchland
reprend le nom de Dessalines, qui lui
avait Wte donno par son fondateur.
Un iiiiiiii-nt destiny a recueillir les
restes de pe heros y sera rigd.'i -:i .loire.
11 sera 6galement erig4 dans la ville


Ides Gonaives une colonne sur laquelle
sera inscrit Y'acte de 1'lndependance
d'Haiti, avec les noms des hiros qui Font
sign : mention y sera faite du numdro
de chacun des corps de troupes qui ont
combattu daus le guerre de l'Inddpen-
dan'ce et des principaux combats livr6s
dans cette guerre sacree.
Art. 6. Les fonds necessaires pour
ces constructions, seront dernands, en
temps at lieu, au Corps Ldgislatif.
Art. 7. La loi du 14 Juillet 1840 et
toutes autres contraires a la present
loi demeurent abrodees.
Art. 8. Les Secretaires d'Etat, cha-
cun en ce qui le concern. sont charges
de 1'execution de la prdsente loi.
Donni a la maison national du Port-
au-Prince, le 28 avril 1847. an 44".
Le President du Sinal, AUG. ELIE.
Les Secretaires,
V. PLESANCE, P. F. TOUSSAINT.
Donno a la Chambre des ReprOsentants,
au Port-au-Prince, le 21 Mai 1847, an 4'".
Le President de la Clambre,
A. LAM OTHE DUTHIERS.
Les Secrdtaires,
BOUCHEREAU, JN. JH. CASTOR.

AU NOM DE LA R1EPUBLIQUE.
Le President d'fIaiti ordonne que la loi
ci-dessus du Corps Ligislatif soit rev6-
tue du sceau de la Rdpullique, publide et
execute.
Donne au Palais national du Port-au-
Prince, le 27 Mai 1847, an '4e.
SOULOUQUE.
Par le PrOsident :
Le Secrdtaire d'Etat de la Guerre et de
la Marine, J. PAUL.
Le Secre'taire d'Elat des Finances, du
Connmerce et des Relalions Exte'rieares,
A. DUPUY.
Le Secretaire d'Etat de l'lhnterieur, et
de l'Agriculture, C. ARDOUIN.
Le Secretaire d'Etat de la Justice, de
lInstruction Publique et des Cultes,
A. LAROCHEL.













REVUE DELA SOCIETE'.DE LEGISLATION


LA QUESTION NEGRE AUX ETATS-UNIS


Ce n'est pas d'aujourd'hui qu'aux Etats-
Unis de 1'Amirique du Nord le a peril
1i.-,1 I:- alimente les controversies des
ptlliy i,-t I-. Du jour que dans une de ces
operations dlectorales qui transforment
en une vaste foire aux i ..illiii..-, tout le
territoire de l'Union, il fut av6re que le
parti vainqueur devait son success a l'ap-
point des voix des citoyens colors ,,,
le periln'gre etait nO... pour les vaincus
du camp adverse. Il n'a fait depuis lors
cue cirQtre et embellir, au point que des
gens tris-graves en sont arrives a pro-
lesser comme vdrite courante dans les
-_a:.: f les plus renommres que l'attri-
bution du droit de suffrage aux anciens
esclaves a et l'erreurcapitale de Lincoln
et des abolitionnistes de la guerre de Sd-
cession. De la a affirmer que pour repa-
rer cetto error tous les ni,... -I solnt
bons, il.n'y avait qu'une hyperbole a
franclir : ello l'a etc. Dans certaines lo-
calites et dans certaines regions oui la
preponderance du nombre permettait
aux negres de se reserve une part de
direction a Fadministration publique, on
s'ii I~.!i. de .l.' i ad rendre impratica-
ble l'exercice du droit de vote, que con-
tinue de leur garantir platoniquement la
Constitution :,.i',ih. Pour supplier a
1 ,-i -inI .i.. des proc(des ordinaires
d'ii iI, .it i ,11,, on n'h6sita pas ai user de
I'assassinat individual ou collectif. La
Caroline du Sud s'est acquis en ce genre
une celb1rite particulidre. II serait injus-
to de dire que les crimes don't cet Etat
est pdriodiquement le theatre n'ont pas
6tc parfois d6noncos aux autoritds com-
petentes ; mats soit que la plainte des
victims n'ait pas eu un retentissement
suffisant, soit que les acts incriminds
se fussent products hours de la sphere
d'action du Pouvoir fdd0ral, la repression
en a etc molle et plut6t propre t enhar-
dir qu'a i, .i..-. les coupables, qui par
ailleurs ne manquaiont pas de trmoi-
gnrges d'encouragement.
Aiguillonnde par l'intirit de parti, la
champagne de press pour l1abolition de
l'ogalite politique du negre et du blanco a
pris avec les annees une consistance de
plus en plus grande. La simplicity de la
th6se don't on se sort en favour de cette
p] ;,i .l.id.' A sa Ilil.l-fi- l: .n Le i, .-
gre est un type iifr 'i .ir W'li, rlii-. inca-
pable d'exercer convenablement le d r';it


de suffrage. Evilniil: les nrgtres hal
tiens qui, au bout de cent ans de self go-
vernment, retournent a l:a barharie afri-
caine. I1 faut done, pour leur.propre sure-
te, enlever aux a colors a desL. l -- Unis
une faculty politique, oft ils ne voient
goutte et don't ils n'ont.que faire. ,
Tel est le thlme invariable des articles
que la plupart des journaux consacrent
a la question :-'-. ILeur e,spoir est,
semble-t-il, que l'opinion, satureo du
meme argument, iriddfiniment ressasse,
:iin-.. par 1'accepter it titre de dogme.
Je serais assez embarrassed de deter-
miner exacterent en quelle measure le
calcul s'est rdalise pour la masse des po-
pulations de la Republique etoilde. Mais
cette s-, .- l.-.n1 persistante a eu le cu-
rieux effect d'agir sur I'esprit de ceux-1l
nmeme centre qui elle s'exerce; et au-
j. I !iii. la dogme do l'inrleriorit irre-
mddiablo du negre haitien n'a pas de
pros6lytes plus fervens que les nr.' r,-
des Etats-Unis.
On l'a bien bprouve, quand, l'Universit6
Yale ayant fait l'honneur aux calembro-
daines de 'anglais Spencer ~S-John (1) de
los mettre au concourse, le prix du con-
cours fut rcmporte par un jeuie n6gre,
William Pickens.
Nos congoneres no se contentdrent
pas de se rengorger avec complaisance,
a la tempete de bravos que suscita l'ex-
ploit de Pickens parmi leous insulteurs
habituels : ils fond6rent line Ligue pour
la conquete militaire de la Republique
d'Haiti. out ddsormais ils projettent de se
deverser et d'implanter Aette souverai-
neto des Etats-Unis, don't ils se trouvent
si bien. selon leur aveu, qu'ils ne con-
coivent pas uin ideal de civilisation meil-
leur.
De tels faits ne laissent pas de career
une situation assez delicate au mi-
nistre plipnipotentiaire qui re'presente
l'Etat haitien aupres du cabinet de Was-

( ) R Je suis naintenant d'accord avrc ceux qui nient que
r,, .1 .. -- ,r ., i .. .. .. ..... .... type in -,
,Tant qu'il est influence par le cohlact direct des blanes
commedans la portion mirlidioni I. ..-- I Ij -I ... 1 d
che tr&s-bien. Mais qu'il soil .. .. i i ,
comma Haiti, il ne montre plus aucun signed de progress
a ,l conltraire, ii I..... .. -. 1. .I .1 .; les coulumes
afi-icaineS, et; ..... .. ., i, ,,. ii tombera a
l'etat des habitants du Congo. .
( Opinion de Spencer Saint-John. )












REViUE DE LA SOCIi TR DE LEGISLATION


liin it. m. Que, 1-min i- dernier, notre di- avons tenu surtouti, antir.r attention
gne'-illpuu, et anii L 4,'," si attentir ia de nos compatriotes sur le danger tres-
ne pas aventurer le credit personnel rdel qui resulterait pour notre nationa-
dont il dispose la-bas dans le monde of- lit& de toutes nouvelles complications
ficiel, ait jug6 necessaire d'i(tei venir di- politiques.
rectement pour relevor ]e sempiternel Un people fort et rdsoli, don't une per-
reproche de barbarie inflig6 sans contr'6- fide piI' .1 n.i'a a su exploiter les senti-'
1-,i la nation haitienne, cela indique ait mens-contre notre.unique patrie noire ;
quel degr6' est ir l.iil.' l'opinion don't installation :i PuI -rto-Rico, -la prO-
Aussi bien, 1'adversaire n'6tait-il pas, dominance A Cuba, expansion lente et
cette fois. de ceux don't on puisse dedai- sfire a Saint-Thomas, ii la Jamaique, -
gner los atteintes. 11 s'agissait d'ane sans parler de l'imminente appropriation
etude publioe dans la North american du Canal de Panama,- Ipuvent Otre
,review, une des plusimportantes revues consid'res Ipar no-ns comrme des tra-
politiques et litt'eraires dos Etats-Unis, vaux d'approhlie, so tient pret A nous
jouissant, m6me en Europe. pour toutes demander complex de la moindre offense
les questions amBricaines, d'une autori- aux principes do civilisation, que lioen
to universelle. On s'en fera une' idWe, pcu de pouples olservent do nos jours !
quand on saura qu'elle compete au nom- Protester de la IeautOi do nos aspira-
bre de ses collaborateurs M. Pentield, tions, de la drn iulli-de notret taclie. pour
qui, au d6partement d'Etat, est le juris- oltenir le I. 1 I' i. de cirlonstarnces at-
consulte charge des negotiations relati- t0nuantes, In nous sera plus d'aucun
ves aux reclamations diplomatiques. secours, si nous persistons a dementir
La grande revue americaine a accueilli- nos .ii- ....-; et nos ecrits par une
come elle le devait, avec une impar- conduit incohlirente ou d(dsordonnIi'('e.
tiale courtoisie, les rectifications de Fan- 'jii que nlous visions desormais, co.
cien President de notre Societ de Legis- sont nos actes qui nous jugeront:
]ation. En les reproduiisant dans cc RO- I >) uillet 1903.
pertoire de controverses juridiques qu'il
a si souvent Oclairi de sa pens6e, nous i, ii'-.. SYLVAIN.




LA VERITE SUR HAITI
( Ex trait de, la NoAlth a(in e ican Revietw e


De temps ix autre il parait, dans les
journaux, des histoires i sensation aui
sujet d'Halti. Pariois des gens qui ne
connaissent mrmen pas l'exacte situation
geographique de File pensent q('il:.
pouvent avec comptrn),tnc(e parler deis 11ii-
tiens ct de leur pays: ii. vrai dlien, les
histoires qui i'maneint de cette source
no meritent pas de reti-nir I'attention.
Mallieureusement il semrble que les
etrange ies inventions relatives au N Vau-
dou,,, ( Papa-loi, etc., commenient it
etre prises au serieux par les meilleiurs
esprits aux Etats-Uiis. Jo viens de lirea
dans la North American RevierwC coCquo
M. Colquhoun, dans un article sur I'ave-
nir des noirs, dit au -n i, I d'T,ili Je ii'
suis pas en libeirt de discuter la ques-
tion des noirs aux Etats-Unis. Pour le
people americain, c'est une question.
d'interet politique et social; et il ne se-


rait pas convenable pour inoi d interve-
nir dans une pareille controversy; je
n'ai non plush aucine envie de le fire.
Cepoendant, je ne peux m'empecher de
remarquerl que plus d'une fois H!aiti a ctW
transform)le oln bouc-enmissaire par des
iiomnes et des journanx qui ont. leur
but ,propri' it atteindre : d'ofi touts leP
persistantes et grossieres calomnii's au
-,ii,.L d'un pays qui lutte peniblement
pour Ie lprogr(:s At la liberty. M. Col-
(qulioun, don't la bonne foi est hours de
*I'i ', a. (td sfrement induit n enrreur
par ces calomnies, quand il a derit:
les nations, et qu'il est incontestable
que depuis la cessation du contrdlL' des
blancs. les noirs sont retournes ai une
situation voisine dcla :-ai\:,i--ri- ). En
d'autres terms, c'est an siii--t d'Haiti. la
meme histoire qui ost ,'-,n ririi1lenruit












REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


'r.--a-;.l p.: :]r ji:.,ljI uiux I I -nsl:1iiL,, plantations avaient.t& Atoutes detruites
ai savoir: ( Haiti est moins civilisee qu'il pendant la guerre. Les haitiens se trou-
y a un sieclo; Haiti retourne a la bar- virent en possession d'une terre entie-
barie. ,, recent devastde. En outre, dans les prb-
Tous ceux qui aiment la v'ritd pref- mires annees de leur ind'pendance,
reraient des faits substantiels a detelles alors qu. le pays etait encore en cen-
Sallegations. Les peuples, comm-e les in- dves, iis'consentirent I ;i \- I "ii. lourde
dividus, ont leur honneur, leurlliiitr,'. a indemnity A!a France. De plus, Haiti
detendre; ilk ont le droit do demander etant la premiere nation qui eOt aboli
des preuves h leurs accusateurs, quand 1'esclavage, fut. au commencement m6-
une atteinte ost portie i leur hon renom. me de son existence, en butte au mau-
Pour 6tre une derision parmi les na- vais vouloir de toutes les grande puis-
tions, Haiti doit 6tre en verite le pire de sancesalors possesseurs d'esclaves. Ces
tous les pays du monde. Pourtant, tout Puissances ne on-'-livr ,.tt lien pour
olservateur impartial, tous ceux qui etrangler au berceau le jeune people
prendront la peine d'(tudier a fond lo don't L'entr6e dans la vie politique 6tait
people, ses habitudes et son gouverne- une energique rIfttation d'absurdes pre-
ment, n'arriveront qu'a une conclusion: jui.i-.. A leurs yeux, le nouvel Etat etait
Haiti n'est pas pire que les autres Repu- un mauvais example pour leurs si.i-t -.
bliques de l'Amerique Centrale et de de la Jamaique, de Cuba, de la Guade-
l'AmCrique du Sud, et est bion loin de loupe.
retourner it la barbarie. Aussi Haiti ne put computer sur au-
Pour retomber dans une situation voi- cane aide exterieure pour constituer son
sine de la ni :I- -.. ii., pour retourner.a gouvernement et former ses citoyens,
ia barbarie, une nation doit etre, A I'epo- don't la majority Otait compose d'hom-
que oil le reproche lui en est fait, dans mes qui sortaient i pine de 1'esclavage.
un etat de civilisation moins avance Les iii i i; eurent done A creor tous
qu'autrefois, elle doit retrograder au les organs de gouvernement et d'admi-
lieu de progressed. De sorte que pour nistration, depuis les liommes d'Etat
savoir si, depuis la cessation du contr6- jusqu'aux homes de police. Leurs de-
le des planes, les noirs d'Haiti sont ou tracteurs ne semblent pas avoir jamais
non retombls dans une situation voisi- pensa aux oltacles qu'ils eur'nt a sur-
ne de la sauvagerie, I'on doit neessai- monter. An contraire, *ils ,i. ..!. it de
recent compared leur condition actuelle croire que mes compatriots pour prou-
a leur condition a l'd:pque du contr6le ver leur capacity a se gouverner, de-
des planes. I1 v a un siecle, quelle Otait vraient se conduire come des saints et
la condition des noirs it Haiti? Ils etaient devenir do parfaits modBles de vertu:
dos esclaves. Ils Otaient traits come oulliant intentionnelloment que des
des bItes. For'cs de travaillor come nations dut Vieux Monde luttent encore
des machines, ils ne savaient ni lire ni pour arriver A la meilleure fo"me de
ecrire. Ils n'Otaient meme pas do bons gouvernement ot sent de temps a au-
artisans, car il leur etait dtlfendu de tre en proie A d'affreux scandals.
rien apprendre. L'on ne faisait aucun Quniqu'il enpuisse 6tre, des le debut,
cas de la saintet de leurs foyers: leurs la responsabilitt des haitiens fut gran-
filles. leurs femmes etaient de simples de; la reconnaissance de cette responsa-
jouets pour los maitres planes. En un bilitO les a neanmoins aids a accomplir
mot, leIur degradation etait complete, leur destinke. Loucs villas ont Wt6 reba-
Telle etait la condition des noirs a ties. ls cultivent maintenant leurs pro-
Haiti sous Ie control des blanes; con- preschamps; carprosquechaquie habitant
edition que l'on trouvera minutioese- de 1'lle ost un propri0taiIr de Iliens fon-
Inent decrite dans les nombreux lives Iciers. Aujou 1. I ini 1 chaque lioimme est un
sur Saint-Domingue pulli-ss a la fin du homme. Actuellement les di. '..'i il-t
dix-huitieme si6cle ou dans los premiers des anciens esclaves soit des avocats,
jours du dix-neuvieme. desmedecins, des chirurgiens, des archi-
II est inutile de dire que la condition tectes, des ingenieurs, des sculpteurs,
des noirs a Haiti est tout-a-fait diff6rente des chimistes, Il. iIi.-- artisai s. de fins
aujourd'hui. hommes d'affaires, de bons travailleurs;
Quant les lt.i it, -, proclamerent leur quelques-uns d'entre eux, sans 6tre plu-
independance, tous les Francais furent sieurs foismillionnaires, vivent de leurs
expulses de 1' ,:-I. L -. uiii- -,- l.es -ii. 1i il.'nt. I Les haltiens 1ossedentleurs pro-












REN, ClE DE.LA S IuO(1_TIL' I}E. If.ISLATION


press lirn. t-.'l:--iraphiques. Ils ont aus- | te de nouvelles sensationnelles pour un
.Ai lvii proples telephones. ls construi- livre ou pour unjournal trop c(ribil.t. Ce-
ent leurs chemins de for sans secours pendant, aucun d'eux n'a jusqu'ici fait
de l'extrieun. le moindro recit de-ce qu'il aurait per-
.,_,l-l llecatr6le des blancs, il n'y sonnellement vu an -ij-. du a Vaudou ,
avait meme pas une bonne ecole pri- ou du cannibalis.me. Et, comme M. Bas-
*mn -ir. dans 'tile. A iji,. -1 l Iiu.i, Haiti con- sett, un ancien MIini-lr. des ]Ei-ii,-li- i-.s
acre presque le-sixibme do sos revenues I Haiti, I'a fort bien dit dans un article
tAl'Instruction publique. Toutes les 6co- sur la question: ( Comment sefait-il que
Tes sont gratuites, les primaires come cetto histoire soit en gdndral racontee
les suprieures. II y a des ecoles de Droit, .seluement par des visiteurs de passage,
-une cole de M6decine et de Pharmacie, qui ne vont jamais, nu pen s'en faut, au
une. ecole de sciences appliqnies, meme milieu deo gons de la campagne,.et qut
une ecole de peinture; tous y out lilHe savent peu on vin do lenr iangeue ? -
acces. Non contents des coinnaissances La verit6 est, qji'il n'y a pas nlus de
acquises clicz eux, Ieaucoiup d'halticns I Vaudou-cannil" lisn s it. Hai i quo
vont on France i Medea in d1 nuit, ") aWd..-l*iii -Ihi.
traction spiciale ou encore plus elevoe : La security personnelle est partout as-
et ils ont beaucoup de suncCies ldans les sure; 'on pieut voyager d'un bout do
6coles franchises des. Mines. d'Agricnul- 'Plle A lFautre, sans danger come sans
ture, des Sciences mioraleo s ct 1 p.liltiqies, ennui. Dans les montagnes les plus re-
etc. cildes. un O.tanger trouvera des honm-
La religion ct F'inistruction unissent ines paisilbes. l)ons ot hospitaliers. 11
leurs efforts pour Ie progres moral du n'y a ni i.;_.'. ni haine de race. Les
people. Depuis i.', ii y a un Concordat I Fian:ais. les Allemands epousent des
avec le Saint-Siege. ,e Pape a un agent I aitiennes; et l)eaucoup dtlhations ont
diplomatique it Hlaiti, nn Igat ; et Haiti des femmes blancles; tous vivent tres
envoie un Ministre au Vatican, sans hletureux.
parler de ses autres Lgations ai IELtran- A la lumini1re de ces faits don't le con-
ger. Dans chaque commune de ]a i1)pu- trole est facile, les haitiens peuvent on
blique, il y a au moins un pretroe atho- touted confiance en appeler au lectour
lique. Prosque tous ces pritres sent des impartial et intelligent, afin de d(.cider
Euronens; et aprls avoir vicu dans la si les asserti-,ns frequemment faites, ia
plus etroite intimito aver les lhatiens de savoir qu'ils rctournent a la arbarie. et
toutes les conditions, ils retournent en retomlent dans ulne situation voisine de
Europe sur leurs vieux jours. N'est-il i aa .-: 7. ii.. sont I;-ii' d( ftoi. o1i ne
pas etr.i. qu'aucun d'eux n'ait i.,:.a-. sontque des calomniesinjustes etglratui-
mcme faith allusion at 'existence du t tes 'un peuple (lui, depuis son 6manci-
aVaudonu ou duci c;nihalismne ai Hait.i? nation du control des blanes, -.I. erce,
La mmee observation pout i Ltre fite au avec des chances de succes proportion-
sujet des Pasteurs de 1'Eglise Protes- ndoe aux circonstances, d'atteindre a
tante. Tous doivent connaltre 1e pays 1'iddal 6lcv6 de la civilisation moderne.
mieux que le voyaageur qui ne passe que
qulques jours it Polt-an-Prince 'n qu- J. N. LEGER.

(*) M. Colqhoun avail pir enih qtie Iev pip1 ha!iLieti sa-
.1 ,i. ,i ... i. .. i.. ... lu Vainuon, i jqui a pour fon- (") ID'apir'i une ligende attcddilte dans le people, ciux
,,I ,, I a celtt assertiu n, aiiplliomniiit qI s'aveiini e iin t la nuit hour's de d e1s omiilels, riqlient
i ,. i. Hannibal Price, quo s'adresse le dolmenli de l' te enlevr s et tulls par in matvanis genie appel ( nLimdecin
de niuii, v( (the night doctor. )





Gerant-Responsable F. L. Cauvin, 88, ,ue Pavee.



Imprimerie de 1'ABEILLE, 410; Rue du ]i,..-ervir0.'l.













REVUE DE LA S(CI': I:F, DE LEGISLATION 93


VA


RIETES


TABLEAU GENERAL des Secretaires d'Elat qui ont fornmd les diff'rents Cabinets de nos Cheft d'Etat.
depuis 1804 jusqu'd ce jour, avec la date de leur nomination, de la repartition des porteteuilles, de
leur dices et le lieu du ddcds. (Suite).

-- -- ---~- araesr~waa. I -Il~~l


NOMS ET PRENOMS


DATE
de la
NOMINATION
I


ATTRIBUTION
de
DEPARTMENTS


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT Louis ETIENNE FL1CICITE SALOMON (Suite)


32 Francois Manigat .

33 Brenor Proph6te ....

34 Brenor Prophete. .
35 Francois Manigat.. .

36 Lelio Dominique. .
37 Hugon Lechaud . .
38 T. A. Simon Sam .
39 Brutus Saint Victor. .
40 CalisthBnes Fouchard..
41 Chrysost6me Arteaud .
42 Hugon Lechaud . .

43 Despuzeau Daumec. .
44 Chrysost6me Arteaud. .
45 Morin Montasse. .


3 Oct. 1885

26 D6c. 1885

23 Janv. 1886
7 F6vr. 1886

16 F6vr. 1886
9 Juillet 1886
15 Mai 1887
)>
)>

19 Mai 1887
23 Janv. 1888


Interieur, Instruction pu-
blique. Guerre, Marine,
Justice et Cultes.
Guerre et Marine.
Guerre, Marine, Intbrieur,
Instruction publique.
Interieur, Instruction pu-
blique.
Justice, Cultes.
Justice, Cultes.
Guerre et Marine.
Relations Ext6rieures, Cul-
tes.
Finances, Commerce.
Instruction publique, Jus-
tice.
Finances et Commerce.
Justice, Instruction. publi-
que.
Int6rieur, Agriculture.


Paris (Fr.)



Paris ( Fr. j







Pt-au-Prince

P'-au-Prince


3 Juillet1900



3 Juillet 1900







12 Aoflt 1901

7 Ddc. 1894


GOUVERNEMENT PROVISOIRE DU 24 AOUT 1888
Les Membres de ce Gouvernement se sont partag6 le service des divers departements ministeriels.


1 Boisrond Canal ..... 1" Sef
2 Side Tll'l-1ni que.. ....
3 Charles Archin .
4 S. U. Saint Amand. .
5 Francois Deus Ldgitime

6 Erystale Claude .....


7 Hyppotte (Florvile) .


t. 1888 Pr6sident du Gouverne-
ment provisoire.
S Guerre et Marine.
Interieur.
Finances, Commerce.
S Relations Ext6rieures, Cul-
tes.
S Justice, Instruction publi-
que.
Agriculture, Police Gen6-
rale.


Pt-au-Prince




Aux, Cayes.


28 Sept. 1888
9 F6vr. 1896



12 Avril 1894


Pt-au-Prince 24 Mars 1896


LIEU
du
DECES


DATE
du
DECES













94 REVUE DE LA SOClITIE DE LEGISLATION
-_____________________________________________ wr


NOMS ET PRENOMS


DATE
de la
NOMINATION


ATTIBUTIONS
(ie
DEPARTMENTS


LIEU
du
DECtS


DATE
du
DECES


GOUVERNEMENT DU GENERAL Fr: \NI II. )IUS LEGITIME, Charge du Pouvoir Executif.


1 Anselme Prophete 17 Ocl
2 Euii-irl- Margron .

3 Osmane Piquant.....
4 Alix Rossignol. .
5 Massillon Lauture (1)..


t. 1888 Guerre et Marine.
S Justice, Instruction publi-
que, Relations E1xttres.
S Interieur.
S Finances, Commerce.
Agriculture, Cultes..


Kingston

P'- au-Prince
Kingston)
P'-au-Prm ce


13 F6v. 1895

18 Nov. 1890
17 Sept. 1894
28 Mai 1891


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT FRAN;cOIS DK's LLEGITIMTEl


1 Ansaelme Proph6te .
2 I'. .i-,.-t M ..ir- i i. . .

3 Osmane Piquant.. .
4 Alix Rossignol. ...
5 Roche Grellier. .....

6 Solon Menos . .

7 Eugene Margron .
8 Solon Minos .. ....
9 Jerdmie... . ..
10 S&neque Pierre .
11 Maximilien Momplaisir
12 S6neque Pierre . .
13 Alix Rossignol . .

14 Solon Mnos . .
15 Nier Numa . .

.16 Maximilien Laforest .
17 Solon Menos . .


19 Di





25 Av


Av
Ma
Ma


20 Jui


c. l'.x IGuerre ot Marine.
S Justice, Cultes, Relations
Exteirieures.
Interieur.
S Finances, Commerce.
Agriculture, Instruction
publique.
ril 1889 Justice, Instruction publi-
que.
S Ag'iiculture.
,, Int&rieur.
ril 1889 Guerre et Marine.
i 1889 Intirieur. Police Generale
i 1889 Intoirieur, Police G6enrale,
S Guerre At M-o liiil
Instruction pub]lique, Jus-
lice.
Finances, Commerce.
n 1889 Agriculture, Instruction
publiqu '.
Justice, Cultes.
Finances, Commerce, Re-
lations Ext0rieures.


Kingston

Pt-au-prince
Kings on
Pt-au-Prince



pt-au-Prince





P'-au-Prince


CONSEILLERS DU GOUVERNEMErNT PROVISOIRE FoaMi AU; CAP-HAITIEN,!
don't le Gendral FLORVII.E HYPPOIITE est lc soul Membre, avec le titre de President Provisoire
de la Rdpublique.


1 Monpoint jeune .....
2 Narcisse Bottex .....
3 Alfred William ..... .
4 Titus Pdlissier ....

5 Antenor Firmin . .


Nord Alexis .
S.-: ilt-\:irtin Dupuy,
AntBnor Firmin. .


Ie Dic. 1888 Guerre et Marine.
Interietur,
S Agricuifture, Cultes.
S Justice, Instruction publi-
que.
SFinances, Commerce, Re-
lations Extirieures.
Ser FOv. I94'. Interieur.
25 Mars 1889 Finances, Commerce.
-Relations Extedr", Agricul.
ture, Cultes.


Quart. Morin 22 Mai 1892
SAINTLOUISDUINORD 22 Sept. 1895


Gonalves


30 Oct. 1899


(1 ) Monsieur Massillon LAUTURE, n'a pas .,.:,ept,' cette nomination.


Nov. 1890
Sept. 1894
Mai 1891


18 Nov. is' l





28 Mai 1,1'


13 Fev. 1895












REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 9!
- na ia TI __________________________________


DATE
de la
NOMINATION


ATTRIBUTION
de
DEPAR'TEM ENTS


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT Lou s MONDESTIN FLORVIL HYPPOLITE


Monpoint june ...
Saint Martin Dupuy.
Leger Cauvin .....
Dantes S. Rameau..
Ant6nor Firmin. .


6 Clement Haentjens .

7 Hugon Lechaud . .
8 Dantes S. Rameau .
9 Hugon Lechaud . .

10 Hugon Lechaud .....

11 Belliard jeune ... ..
12 N. Pierre Louis ain...
13 Duverneau Trouillot .
14 Hugon Lechaud . .


15 Jean Joseph Chancy .

16 Hugon Lechaud . .
17 Dantes S. Rameau .

18 P. A. Stewart . .
19 Jean Joseph Chancy. .

20 Charles Archin ...

21 N. Pierre Louis aine.
22 Morin Montasse .....
23 P. A. Stewart . .
24 Dalbimar Jean Joseph .

25 Macdonald Apollon .

26 Macdonald Apollon .

27 Turenne Jean Gilles. .
28 Saint Martin Dupuy. .
29 Frdtlric Marcelin .
30 Edmond Lespinasse. .

31 Fabius Ducasse . .

32 Macdonald Apollon .
33 Fabius Ducasse . .
34 S. Ultimo St Amand. .

35 Adelson Verne . .


28 Octob.1889 Guerre et Marine.
Interieur.
S Justice, Cultes.
S Instruction publique.
,, Finances, Commerce, Rela-
tions exterieures.
Travaux Publics. Agricul-
ture.
18 Fevr. 1890 Justice, Cultes.
8 Juillet 1890 Instruction pubiique, Inte'.
1"j Aott 1890 Travaux publics, Agricul-
ture.
12 Aotlt 1890 Travaux publics, Agricul-
ture.
> Guerre et Marine.
S hInterieulr.
S Justice, Cultes,
3 Mai 1891 Travaux publics. Agricul-
culture, Finances, Com-
merce, Relations extre".
1 Juillet 1891 Travalux publics, Agricul-
ture.
S Justice, Relations Exterres.
S Instruction publique, Cul-
tes.
Finances et Commerce.
11 Aoit 1891 Travaux publics, Agricul-
cuiturn I lth', ,.iur.
19 Aoit 1891 Relations Exterieures, Jus-
tice.
Interieur.
,, Guerre et Marine.
S Finances, Commerce,
,, Travaux Pullics, Agricul-
ture,
S Instruction publique, Cul-
tes.
10 Mai 1892 Instruction publique, Cul-
tes, Intirieur.
11 Aout 1892 Guerre et Marine.
SJ Interieur.
S Finances, Commerce.
S Jutice, Relations Exterieu-
res, Inst. publique, Cultes
Travaux publics, Agricul-
ture.
7 Oct. 1892 Instruction publique,Cultes
5 Octob. 1893 Interieur, Guerre et Marine.
S Travaux publics, Agricul-
ture.
24 Oct. 1893 Guerre et Marine.


Aux Cayes




Aux Cayes




Jean-Rabel
Pt-au-Prince






Aux Cayes.



Pt-au-Prince
Jean Rabel
Pt-au-Prince












Pt-au-Prince


13 Mars 1894




13 Mars 1894




28 Sept. 1897
5 D6c. 1901






13 Mars 1894



9 Fdv. 1896
28 Sept. 1897
7 Dec. 1894












17 Juillet 1895


NOMS ET PRENOMS


LIEU
de
DECAS


DATE
du
DECES












96 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


NOM'N ET PRENOMS


DATE
de la
NOMINATION

1


ATTRIBUTION
de
DEfPARTEMENTS


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT Louis MONDESTIN FLORVIL HYPPOLITE (SUITE)


36 S. Ultimo St Amand. 19 Ma

37 Frdrdeic Marcelin ....


Calisthines Fouchard.
Tirisias Simon Sam..
Brenor Prophite .

Labidou. .. .
Papillon . .
Pourcely Faine. .....
Tancrede Auguste. .
Pourcely Faine .


27 De





12 No'
28 D&c


i 1894 Travaux publics Agricultu-
re, Justice.
S Finances, Commerce, Rela-
lations Exterieures.
c. 1894 Finrn. -,, Commerce.
S Guerre et Marine.
S Travaux publics, Agricul-
ture
S Instruction publique,Cultes
S Intriieur.
SJuiistice, Relations Ext(ere".
v. 189 5 Int6rieur, Police g6nerale.
. 1896 Justice, Relations Exter"s.
Travaux publics, Agri-
culture.


P'-au-Prince


27 Fivr. 1898


GOUVERNEMENT DU PRESIDENT PAIUL AU USTIN TIRIfSIAS SIMON SAM


1 Monpoint jeune .
2 Buteau fils . .
3 J. C. Arteaud . .

4 Calisthines Fouchard. .
5 Pourcely Faine. ....
9 Jean-Joseph Chancy..

7 Septimus Marius ....
8 Antenor Firmin . .

9 Solon Menos. ..
10 Jean-Joseph Chancy .
11 J. Chrysost6me Arteaud

12 Valdrius Douyon .
13 Solon Menos . .

14 A. Dyer . . .
15 F. Lux. Cauvin ...
16 Pldsance .. ..
17 Vilbrun Guillaume .
18 TancrBde Auguste .
19 Cincinnatus Leconte .

20 J. Carmcleau Antoine..

21 Brutus Saint Victor. .
22 Stdphen Lafontant. ., .
23 H1rard Roy ... .
24 Vilbrun Guillaume. .


6 Av






17 D6e





26 Ddc
26 Jui


13 DOc


a)
17Jan
17 Ao:


ril 1896 Guerre et Marine.
, Interieur.
S Travaux publics, Agricul-
ture
S Fjinances, Commerce.
S Justice, Relations ExtCre.
Instruction publique, Cul-
tes.
.1896 Guerre et Marine, IntBrieur.
Finances, Commerce, Rela-
tions Exterieures.
Justice, Cultes.
S Instruction publique.
S Travaux publics, Agricul-
ture.
. 1896 Interieur.
11. 1897 Finances, Commerce, Re-
lations Extirieures.
Justice, Cultes.
S Interieur.
c. 1897 Finances, Commerce.
Guerre et Marine.
,, Interieur
Travaux publics, Agricul-
ture.
S Justice, Instruction publi-
,.111 ,.
BR.lati,:ins ExtBr"e, Cultes.
v.1898 Finances, Commerce.
tit 1899 Finances, Commerce.
Guerre et Ma;iiiw.


Pltau-Prince 7 FCvir. 1902




Pt-au-Prince 24 Avril 1900


LIEU
de
DECESS


DATE
du
DECAS









r > .e' -.,.


,REVUE DE LA SOCETIE DE LEGISLATION


Question posde 4 la Societe de Leqisla-
tion par le Journal le Moment

Port-au-Prince, le 31 Juillet 1903.
Aux MEMBRES DE LA SOCIETY DP
LEGISLATION
En-Ville
MESSIEURS,
Nous avons ouvert un plebiscite dans
le but do fair la lumiure, par la discus-
sion sur l'importante question constitu-
tionnelle soulevee autour de la durc'e du
mandate 1Lgislati'.
Le Corps Legislatif a proclame que
cotte session est la premier' de la 24V
Legislature. Un message recent du Pre-
sident de la Rdpublique vient de consi-
dider cette session comme la 2(' deo a 23c
Legislature, donnant ainsi fondement it
une grave controversy.
Nous venons vous prier, Messieurs, de
nous fire avoir vote avis sur la ques-
tion qui est a I'heure actuelle d'une hau-
te importance.
Veuillez agreTer assurance de nos sen-
timents ii-tin .;u.-.
CH. L. ORIOL,
Directeur du Moment.
CI..EMENT MAGLOIRE,
iedacteur en chef.

RAPPORT

MM.
Par une lettre collective, date du
31juillet dernier, MM. Cih. L. Oriol et
ClIment Magloire, le premier di rec-
tour et le dernier redacteur en chef
du journal << Le Moment, vous ont
saisis d'une question relative i la
dureo constitutionnelle dun mandate e6-
gislatif des ddputds dlus le 28 Juin
1902 sous l'empire d d dcret du Gou-
vernement provisoire qui avait pris
la suite de administration du gdnd-
ral Sam.
Disirant donner t la question la so-
lution qu'elle comported, vous avez
bien voulu, dans votre stance du 6
aout courant, me designer pour en
fire une etude prdparatoire et vous
en faire rapport.
Selon les donnees continues dans


la lettre de MM.Oriol et Magloire, la
controversy en face de laquelle nous
nous trouvons pr!oviendrnit du fait
suivant en procedant it 1'ouverture
de la pr6sente -,-.--iin legislative,
1'AssemblWe national l'aurnit procla-
mieo laprem.itre session do la 2i-' l6-
glslature, et un recent message de
M.le Prdsident de la Republique au-
rait considered cette session come .la
I I, / ,''id,, de la 23" 16gislatuce.
La question de savoir si la session
actuelle est la premiere de la 24e ld-
gislatutre ou la de(uxietle d la. 23c 16-
gislature ne me scmble pas pedsen-
ter un intiret pratique, susceptible
de determiner la durde du mandate 16-
gislatif, cette duIrde n'dtant pas su-
bordonn6e au nombre de sessions
accomplices, mais d6pendant unique-
ment du temps 6conul entire 1'dlec-
tion et le term assigned par la Cons-
titution au mandate ,I-l; 1, iif'.
NManmoins, puis([u'on semble at-
tacher un certain intdre't it savoir si
nous nous trouvons en presence de
la 23e ou de la 24" legislature, je con-
sons volontiers i examiner la ques-
tion au point do vue purement thdo-
riq ae.
Auc.un text ne r(iglemente la ma-
ti6re, en sorte qu'i va fa'lloirt consul-
te' I'liistoire parlemenitaire, afin de
resoudre la question dans Il sens des
traditions.
En s1:7, la Chambre des represen-
tanis dlue en vertu de la Constitution
votc le 14. juin d( la m'nic annoe,
prit la denomination de 12" Idgisla-
ture. Bien qu'ello n'ait eu qu'une du-
Ir'e phemi('o. n'ayant si6g6 que du
3 au 14 Octobre 1867, elle no conser-
va pas moins ce qualificatif dnns nos
annales, ot la Chambre qui Iui suc-
clda en 1870 s'intitula 13" legislature.
En 1876, t la chute du Gouvernement
de Domingue, le pays 6tait icpresent6
par une Chambre, dlue pour trois an-
nies, etqui revendiquait le-tit rode 15
16gislature quoique la 14" legislature
n'eet pas atteint I tertme constitution-
nel de son maudat. Cette Cliambre
fut remplacee,. nt Ir 'e1xpi.ration de
son mandait mgl'I. if en' vrtu d'un












REVUE DE LA SOCIE TE'DE LEfGISLATION


d(cret du Gouwernement provisoire
qui avait pris la direction des affai-
res, -- par une assemrblde qui wpit
rang sous la denomination de 15e lI*.
gislature que parce qu'nne loi du 6
Octobre 1876 avait ajnnuld, comme.
n uls dIs leur origine, tous les Iates
issues du coup d'6tat du 14 Mai 1874.
En 1888, la 170 16gislaturn, ilue
pour une p6riode de cinq annies,
no comptait qu'une existence de
dix-neuf m0ois lorsque les ev'ne-
ments du 10 Aoit renvers.rent le
Gouvernernent du g6n6ral Salomon.
La Chambre qui lui succcda prit le
titro do 180 legislature.
Ainsi done, pas plus en 1870. en 1876
qu'en 1890, on n'a vu les assembhlIes
parlementaires issues do diff1 rents
revolutions prendre la suite des as-
sernbl'esqui les avaient prici'does
et se conltndre avoc elles. Les der-
ni'wros venues ont toujours consideit'
cells qui les avaiont prcidde(s com-
m1 1yan t vOecl, encore qu'ellos n'eus-
sent pas iourni lour c1arrii re, t ont
senti (q'ulne line de dnmarcation
devait exister entire lles.
Ces ti;nditions invariables n'auto-
risent-elles pas 'i consid r 1Ier la legis-
latureo at;olle omrnme la 2' '. les eve-
noments du 12 Mai ayant mis fin an.
mandate I gislatif de ceux quii l'xer-
;aient n1upi1avant ? C'cst ce que je
p)ense.
Maini;nant en face de quelle ses-
sion lI(gislative nous trou)vns-nous ?
Le dc(ret du Gouvernement provi-
soire en date du 22 Juillet 1902, dispo-
so dans son allicle3 que : ( Aussit6t
apres la I institution du S6nat, les
( doux Chambresse reuniront en as-
senmblIo( national pour Mlire le Pro-
s sident do I; 1R]'publique selon los
( ftlmes trades par la Constitution
de 1-''. t l'rt.icle 4 ajoute : ( Le
a Gouvernementidfinitifainsi form,
l les Clhambres continueront A sid-
g getrpour la durdo' ordinaire des 16-
o gislatures 1.
11 resort do cos textes que la vo-
lontC do pays, expririn4 par le Gou-
vernement provisoire, dtait que, sans
d6semparer, la Chambre des repre-


Vsentarts, aussit6t apr".'s in Tfirin,;tion
du Gouvernement dAnititf par I'Olec-
tion des snateurs et du President do
lna 6dpublique, abordait los travaux
l1gislatifs quientrcntdans les attribu-
t lions des sessions or'dinairves.
La Chambre etnit done moralement
et 1.galcment obligee do so cpnfo:-
mer au d criet qui I'institnait. Et si.
apres avoir procddo I'cOlcction du
Scnat ct du Prisidentde la R6publi-
que, elle s:est volontairernent abste-
nue des travaux ldgislatifs que lui
presc'rivait Ietle du Gouverne-
mont provisoire, cette abstention,
cal('ulo oil non, 1no saulrit crecr tiln
droit on sa faveur. C'cst on vain, so-
lon moi, qtuelle cihercherait it s'en
prva'loir pour donnerau mandatl1-
gislatitf tune duroe (u'il no comporte
pus. La situation do la Chamnbre a(-
tuello est identique a c(elle d'une as-
scmblee qui. aipr('s ,s'"tre Irunic le
premier lundi d'avril on vertu die la
Constitution, so serait dispe'rs(e sals
nvoir a]bord(16 Is triavaux (qui entront
dans ses attributions essintielles. La
session compto, bien q[u'olle air avor-
tW par le fait des diputs eux-mnines.
Dans (cm c:nditiona j'e-tii7m1 ([ie
Ia session actuolle est la 2" session do
la 21' 16gislature.
Quel ect maintenant le term du
mnandat des d6put s '1lus le 2S ,Juin
1902 ?
(( Les reopi'isentants du people,
porte 'article 4i de h1 Constitution,
sent 6ius pour trois ans. ,,
Voilit le principle. D'gageons-en les
consequences applicables it I'espece
sur laquelle nous sommes appelOs i
nous prononcer.
Le 10 Janvier est la date adoptee
par la Constitution pour servir de
point de depart aiLf manddat legislitif,
come I le 15 Mali st ceile fix(e( pour
point de d6part du mandate presiden-
tiel. Los articles 9,) et 151 de la Cons-
titution sont absolument positifs A cot
guard Lorsque les elections Wlgisla-
tives s'effectuent aux Opoques doter-
mindes,-aueune ritiffinil+t- nte saurai-t
se produire Mais quand, sous I'em-
"pire de ci ronsta nces i m1 prpv ues, elles


~~~_ _~











Hh:\U[*: DE LA SOClfTf; DE LIRGISLATION


ont lieu en dehors du cadre consti- que la septi-me ann6e de son exer-
iut.iinnl, on entire en plein dans le cice neserait pas rivolue. C'est dans
champ de la controversy. le mnime ordre d'iddes que 1'article 45
Comment resoudre la difficult ? dispose qu'en cas de mort, admission
En I'absence d'une disposition ex- ou dich6ance d'un representant du
press de la Constitution, il me sem- people, I'assemrbleo primaire pour-
ble que le seul proc6d e qui puisse voit a sonI remplaement pour e1
permettre 'd'arriver i une solution temps seulement qui rest t courier.
conforme it I'esprit general de la Enfin nou, retrouvons la mCnme pon-
Constitution, c'est do chercher la s6e dans 'article 53 i propose du s6na-
pens.e du lV'gislateur en analysant tour mort, ddmissionnaire ou dechu.
les textes et en consultant les prede- Ces considerations me paraissent
dents historiques. decisives. Autant pour conserver la
C'est ce qu jo vais fair. date du 10 Janvier. appelde va ssu-
En etudiant la Constitution de 1889. rer Ie renouvellement p6riodique de
on constate que ceux.qui l'ont Mlabo- nos assemblies parlementaires, (qu
r(e ont priL un soin tout particulier it pour faireprivaloir lesystinmrestric-
donner une date fixo aux actes les tif adopt par laConstitution, il faut
plus important ot les plus solennels fire temontcr les elections r(gislati-
de la vie publique. C'est le 10 Jan- ves, lorsqu'elles ont (tC effetctu6es
vioer ue doiventse runi r les assem- apres I'epoque con ;titutioi-nnlle, au
bl6es primaires, le 15 Mai que le 10 Janvier precedent.
President de la H1ipublique entire en Les traditions parelementaires ap-
fonctions; 1. 1''" lundi d'avril que s'as- puient-elles cette maniBro de voir,?
semble Ie Corps eIgislatif; le 15 fM- En 1870, la Revolution qui venait
vrier qu'a lieu la tenue des assem- de triomphlr et don't le programme
blies 6lectorales, etc. 6tait la restauration de la Constitu-
Partout une re'gle fixe, invariable ; tion de 1807 vio-le par Salnave dans
in point de depart m6ticuleusement la pertonne des representants du
etablli; uno allure periodique inmpri- people no rta)blit pas sue leurs sii!-
me it Il machine gouvernementale. ges les dloputes 61us apres le li juin
C'ost don tin principle don't il va fal- 1837. Elle considera aveO raison que
loir tenir compte.chaque fois que I'on leur mandate remontait au 10 janvier
so heurtera a desdifficults sdan l'ap- de l'ann6e de leur election et avait
plication d'un texle constitutionnel. par consequent pris fin, le 10 Janvier
Mais come les 6v6noments lhu- 1870. Les assemblies primaiies fu-
rnains no s'adaptent pas toujours rent en consequence convoquCes et tj
avec docilit( aux cadres sa1vammen1 ft fit procd(' ia de nouvelles elections.
prdpatres i 1'avance, il a fallu songer Le 10 Mai 1876, les assemblies
au nmoyen de les y fire rentrote lors- primaires se reunirent en yeortu d'un
qu'ilss'en seraiont .cartos. LesColrs- ddecet emnlandI du gouvernement pro-
tituants de 1',.'-.'. y ont pard en faisant visoire qu i dirigeait les affairs apr('5s
pri'sider le sys-riie restrictif A I'or- In chute de Domingue et 6lircnt les
ganisation des pouvoirs publics. II d6lputes q ui devaient former le Corps
semblerait que nos homes d'Eta-t L.gislatif et donner un chef i1 la naa-
nient toujorurs oe preseente .t lesprit tion. Cos d(-'putos s'offac(erent le 10
la cdlibroe pensce de Montesquieu : janvier 1879, dl-i\ annees et demie
<( que tout ihomnme qui a du pouvoir Iap r'is leur election. faisant ainsi re-
Sest porti6 a en abuser ) et qu'ils m1onter leur maIndat au' 10 janvieir
aient agi en consqclueince. C'est ainsi 1876.
que 1'article 93 de la Constitution por- 11 me semble que l'on peut lg6giti-
te, en ce qui a trait au Prisident de moment inferer de ces precedents,
Ia Republique, que ses fonctions-ces- ainsi que des conside'atious que nous
sent toujours le 15 Mai, alors mnme avons prt6c6demmentfait valoir, que











RELVUE DE LA SOCILETI, DE LEGISLATION


le imaiidat de ,'-i .ii- .lus: le 28 .... Losque aBque I ue fut fondue,
juin 1902 doit inivit 1.,1 -im.nt et cons- etque fut promulgu6 ce riglenientque
titutionnellemeint prendre fin le 10 nous 6tudions, 1'homrne qui s'6nor-
janvier 1905. gueillissait d'cn tre l'auteur, ses col-
Et, en r'arrentant it cotte conclu- laborateurs, quelques-uns mrmes
sionl, je no vois pas' cuels inilI.'-.-l des adversaires de sa politique, pen-
pourr i ientetre froi.sses. L,; Charmbre serent qcue Ie regne des 'iregularites
repri6sente 10 pays ct pulse I'autorit6 prenait fin.
(qu'elle exerce daris Ia confianee de ,, Ils proclamaient qu'un frein (tait
ses ma~idants. En appelant, come enfin mis an gaspillage et au desor-
jc le propose, les assembles primai- dre de nos finances ; que la loi,
res a se prononcer le 0) janvier i '.ln non-seulenment ne serait plus une let-
S-ur le sort des mandataires 6lus aux tre morte, mais qu'olleaiderait au re-
dernieres elections generales. on pro- 1lvement de nose-c'urs, si relnc'he~s
cuurera unos d6put6s l'incstiniable I au chapitre des raplports financiers
advantage de souinettre leur conduite entire 1'individu et 1'Etat, et que le rI-
4 la. sanction de opinion et de pui- glement pour Ile service de In Treso-
ser dans les suffrages du pays unee reie Ctait une digue centre laquclle
force nouvelle pour nl defense dos se briseraient, desormnis impuis-
int erel sacr's de lI patrie. saints, les efforts de tous les peclihurs
Aussi, cst-ce la solution que j'ni en cnU trouble.
l'honneur de vous proposer come ,I Plus d'ernprunts sur place, la
conform t I'espritde la Constitution, Banque avanQ'ant de l'argent a des
aux traditions parlementaires et aux conditions avanlageuses ( art. 62 );
vr6itablesintrects diu pays. Plus do deficits des tursoriers
EDMOND H1;RAUX. remplaces avantageusement par des
panyeours ( art. 56 );
SPlus d'ilrrCgularit6s dans l'ordon-
3Expose de s IVTotifs nancclement des( pieces (art. 48 );
DU ( Plus de paiements pour nutre
PBOJET DE LOI sur le Service de la chose (que des services faits( n;tt. 19 )
Trdsorerie ddpose par M. Ie sinalemur Ex'cution reguliere du Budget lt,
Nemours Auguite. par voice de consequence, paiemern
r ', ,rlier des fonclionnaires ( art. 37);
EncDre qu e ls derniers num rosdu i li, du contr par le cll a-
Monier /,,;-, ., contiennent in exlen- ti linn enentl mcn.ucl dos clriures do
so le pro.jet de loi s le service don l banquet e inistu e (aritus 53)d
Trisororio et l'Expos6des Motifs, don't li Banqu1e et du \Iinistt-re ( art. 53
son auteur, M. le sInateur Nemours Impossililite pour un Secrktairu
Auguste,n eu 'excel lente ide de l'ac- (dEt;at do vien obteilindo la Banque en
compngner, nous croyons utile de lehors des fonds vot6s au Budget(art.
fire uno place dans notre Revue a 8. )
ces deux pieces capitals, on regret- C'"'tit, Messieu rs, l' ge d or pour
tant seueme-nt d't re obligesde nous o ls finances hliiticnnes... Helas pas
limiter. nrnison des d '.i.Cnces de un do ces mrots ne fut une v6rite.....
notre publication, a ht I atie de -On s'enldormitpIlein de conflance.


l'Exposl de s Motifs lqui a trait it I'ana-
lyse directed du reglement sur le ser-
vice de la Tresorerie et du nouveau
project tde loi. Ce document, d'une
haute ct patriotique inspi ration, d'une
tenue de style tout-i-fait remarqun-
ble, csta' relire intgraulement.
E r ,0 des iiulif[ ( Extrait )


Un triste r1veil nous a d(6montri
qu'un government nrbitraire peut
tourneri les lois les plus sages. 11
fausse les rapports ls plus harmo-
nieux; etrien ne lui ost plus facile
cue dce so j oer de touts Ies ent.ravs,.
Ilorsque c'est. lui qui les avait serne.es
isu'r sa route, et qu'il comialt les points-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs