• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Decembre 1901
 Janvier 1902
 Fevrier 1902
 Mars 1902
 Avril 1902
 Mai 1902
 Juin 1902
 Juillet 1902
 Aout 1902














Title: Revue de la Société de législation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080974/00006
 Material Information
Title: Revue de la Société de législation
Physical Description: v. : ; 29 cm.
Language: French
Creator: Société de législation (Port-au-Prince, Haiti)
Léger, Jacques Nicolas, 1859-
Publisher: Impr. H. Amblard
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1892-
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Law -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1. année (le 2 avril)- 1892-
Issuing Body: Publisher varies: 1892-1894, Imprimerie de la jeunesse.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080974
Volume ID: VID00006
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001109456
oclc - 18691953
notis - AFK5956

Table of Contents
    Decembre 1901
        Page i
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Janvier 1902
        Page 18a
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    Fevrier 1902
        Page 34a
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    Mars 1902
        Page 52a
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    Avril 1902
        Page 68a
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
    Mai 1902
        Page 84a
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
    Juin 1902
        Page 101a
        Page 101b
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
    Juillet 1902
        Page 117a
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
    Aout 1902
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
Full Text


I)'-k' ann6e, No 1.


Port-au-Prince,


D6cembre 1901


REVUE
DE LA

SOCIETY DE LEGISLATION
PARAISSANT TOUS LES 2 MOIS.
COMITF DE DIRECTION ET DE REDACTION:

MM, EDMOND LESPINASSE, PRESIDENT
JUSTIN BOUZON SECREITAIRE-GIENIERAL
A. BONAMY TRISORIER
SOLON MENOS
J. L. DOMINIQUE M
ED. HERAUX EMBRES
CAMILLE St REMY.



SOMMAIRE

Sdances de la SocietW.
Assemblee Gen6rale du 21 Novembre 1901.
Rapport de M. A. BONAMY.
Question Pratique : Nationalit& Haitienne, par M. FERRER :
Observations de M. JUSTIN DEVOT.
Commissions des frontieres. G. S.

ABONNEMENT DE 12 Nos : P. 4 Le Numi6ro P. 0. 40

Adresser la correspondence, rue du Centre, No 128,
chez le PrIsident de la Societi.

PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE H. AMBLARD
136, Rue du Centre, 136







REVUE DE LA SOCIETY DELEGISLATION


.i .a ...m... .i .. a.... ..en.,* .t. . m. .r. .,t,. .n..ej a, re assE he rsm*m l a it ,m. i :s Ialim ,me tl a l ance nowo mmimaI


SEANCES DE LA SOCIETY

Reunion du 16 Octobre 1901
Presens : \31 Laforest, Sylvain, He-
raux, Lafleur, St Beimy, Cauvin.
Prisidencede M. lMtximilien LA FOREST

Le proc6s-verbal de la dcrniire reu-
nion avant Wte sanctioned seance te-
nantle,Ajc Secrelaire donne lecture de
la letire suivante,adress6e a la SociWte
de Ldgislalion par M. Denis Saini-Aude,
avocat du barreau de Port-de-Paix.
Port-au-Prince, lc to Octobre 1901
Messieurs Ics nmcnbres de la Societe
de Legislation
En Ville.
Messieurs,
Un fait viritablenment inoui vient de se
passer a Port-de-Paix.
Les ,i.;_.., du tribunal civil, tandis qu'ils
delibcraient le 9 du couraut, en Chambre
du conseil, sur une .i'.dt,: qui leur n tait
soumisc, ont recu chacun une lettre du
Commissaire du Gouvernement les infor-
mant qu'aux terms d'une depeche du Se-
cretaire d'Etat de la Justice, et en vertu de
1'art. 25 de la loi sur l'organisation judi-
ciaire, ils itaient rdputns demissionnaires.
En imeme temps, Ic Substitut du Commis-
saire du Gouvernement, :I .'i., ,.'- de la
force armie, procidait A la fermeture du
local, apres s'en etre fait remettre les
clefs.
Dans le mois cui a pri &de celui ou a
eu lieu cette scene regrettable, un des
juges, M. Alix T'i; l.i,; notoirement ma-
lade, avait di demander un conge d'un
mois au Doyen qui le lui avait accordU.
Un autre, MN. D. Thomas, 6galement at-
teint de ill ni.i..- sollicitait un congI ; mais
le Doyen crut sage de ne pas fire droit
a cette nouvelle demand, dans : ii t.r...
du service, tout en constatant l'emp&che-
ment. Des deux juges restants, 'un, M.
Laurent, admis i la retraite nest pas en-
core, en -.i11t, !i.., i 1 I .-,. et le quatriime,
M. Lobo, se trouvait absorb le plus sou-
vent par instruction des affaires criminelles
En fait, pendant le mois de septembre


dernier, le tribunal, en l'absence de toute
sommation d'audience de la part des, par-
ties ou de leurs avocats, n eut i si6get
qu'une fois pour rendre un "Lr_._n..nir_.
Mais le local fut toujours ouvert aux heures
d'audience; les juges, sauf les deux legiti-
imement enmpeches, ont toujours et6 -pre-
sents au moment de la pointe ;les audiences
de ref6res regulierement tenues par le Do-
y en et le service de l'instruction par le juge
Tiphaine expire, les audiences civiles et
correctionnelles ont et6 normalement re-
prises.
C'est dans cet 6tat des choses que, sans
autre forme, on a cru pouvoir enlever a
tout un Tribunal, au mepris de la Cons-
titution, son mandate legal
L'expose qui precede 6tait necessaire
pour i',cll,_-.ac.. des questions sur les
quelles je vais avoir 1'honneur de solliciter
vote appreciation. Je n'y ai tant insisted
que pour mieux cliairer votre religion.
Je vous serai done oblige, Messieurs, d'e-
difier Ie public sur les points suivants :
i Quelle est la port6e precise et le
champ exact d'application de l'art. 25 de la
loi du 9 juin 1835 sur ', _' .ir: ju-
diciaire au regard de lart. 134 de la Cons-
titu'tion, qui consacre l'inamovibilit6 des
juges ?
20 L'empechement legitime don't parle
cet art. 25 ne r6sulte-t-il pas avec evidence
d'un cas de maladie attested par un certi-
ficat de m'rdecin ?
3 N'est-i, pas legitime d'inf6rer de la
combinaison des art. 22 de la loi du 9
juin 1835 et 15 de la loi additionnelle du
19 ';Ill. 1847 que seuls les Doyens des
Tribunaux civils et. du Tribunal de Cas-
sation ou l'asscmblke gtnerale des juges
out le droit d'accorder des congas aux
juges de ces tribunaux ?
4 Le droit reconnu aux doyens par l'art
75 de la loi sur l'organisation judiciaire
de maintenir la police intdrieure des tribu-
naux qu'ils pr6sidentet d'y fire appliquer
les lois et reglements n'inplique-t-il pas pas
pour ces magistrates le droit d'Ctre it tout
le moins entendus, prialablement i toute
decision du pouvoir ex&cutif, tenant A la
discipline int6rieure des tribunaux ou a
1'inobservation de la loi par les juges ?
5o Quel serait le cas des juges que l'on
aurait dans les conditions ci-dessus relates,







2 REVUE I)E LA SOCIETY DE LECISLATION

rI V I I al I L t 11 1 l IU u- 1 ,1 I ;: 1 1II11. I I II 1, I ,I I I I I I II I I I ,I I I II I I I I I I I I I I I I I I I I I I F 1 1 1


depossAdes induiment de leurs siiges, s'ils
venaient i etre remnpaces ?
Cessseraient-ils d etre des juges ?
Les nouveaux commissionnes pourraient-
ils valablement singer en leurs lieu et place ?
Quid, si un justiciable, invoquant le 2C
alinia de I'art. 193 de la Constitution, re-
fusait de reconnaitre aux jugements ema-
nes d'eux l'autoritt de la chose jugde ?
La solution de ces questions pai.'itsi sim-
ple au premier aboard qu'on ne s'explique-
rait pas qu'il ait fall recourir pour Is tran-
cher, a votre autorite doctrinale, mais les
notions les plus claires ne sent pas toujours
les moins contesties. La science, la !- -
teur de vues, F'impartialit do'nt 'inspi-
rent vos deliberations, men persuadent par
advance que je n'aurai pas cu n cvain reco)ur
A vos lumieres.
Ve'uillez croirc, Messicurs, ~A lp'cxpission
sincere de mes sentiments reconinis ants
et d6vouis.
D. St AUDE.
;.4'oca! du ]irrcain J Pdr-u,-PP.ai, Liccaic
en droit de la Fiacui d4 Parn.
31. le Presidem. No!re colidgueC
DeOot, conformminent aux usages deI
notre Socild, a did charge de fair un
rapport suri celte coI'n:ninicaltion Le
colligue Sylvain va avoir lIol)ligunce
de nous en donner lecture
Rapport fait aux /it.,,'1 s cc la 1 oci.' ,/*
Liisflaltio, l. I s -oilr s o! :
Messieurs,
Vous avez bien \vouli '>,;uilettre a m1onIi
appreciation I. 1 i... questions rel atives 'a
l'organisation et a la discipine judiciaire,
sur lesquelles votrc attienion a etd appeled
par la lettre du 1 Octobre courant de
Mr Saint-Aude, licenic ci droit, avocat
du barreau de Port-de-Paix.
Je consigned ci-apris les resultats du ra-
pide examen auque! je nm suis lixvrd a Icur
sujet, en me dispensant, f:atec de temps,
de les reproduire cn rapport.
1 Sur la 1pretnire question. L'art. 134
de la Constitution,pour garantir l'inddpen-
dance du Corps judiciaire invest d'un
des trois grands pouvoirs constitutionnels
de I'Etat, consacre I'inaniovibilitc des juges
du Tribunal de Cassation et des tribunaux
civils de la Rdpublique, lcsquels, en dehors


du cas oi ils sc mcttraient sous Ic coup
de la loi penale, nc picuvent 0tre dessaisis
de leurs functions qu'en vertu d'un acted de
leur propre volonte. IIs nC peuvent non
plus etre l'objet d'une measure de mutation,
alors imemie que cette measure devrait en-
trainer pour eux une 6elvation dans la
hidrarchic judiciaire, sans que leur con-
sentement ait 6td au prealable obtenu.
- Cependant, en ne reconnaissant que la
d&mission, la retraite volontaire, come
cause idgalc de cessation des fonctions ju-
diciaire>, Ie ldgislateur indique, dans F'art.
25 de la loi d'organisation du 9 juin i183,
un fait. I'abstention du jnuge de sc rentdre a
ses devoirs tin certain nomnbre de ,ois ( trois
lois ) sans motif valuable, coimme pouviant
s'interprdter dans Ic sens d'un actc de de-
n, mission.
C'csc done une presumption de vo-
lonti quec cet article 23 dtablit ct, comnme
toute presomnption de cctte nature, celle-ci,
avant de produirec ses consucIInscs IU -
aales, doit: tre rattachiec a decs fcaits rIgu-
liercmentc constates et prouIvs. Si tn juge
aldlgue une cause d'empeclemcn t iindtpen-
dante de sa volotd, s'il pu proi .er,
par les procddis !h'I ilx ircqu pour Ma prclve
dies aits constatables, I'existence de cette
cause, il riste, par cc'a mrnme, Ibors de la
portec du texte ci-dessuLs rappji1. Que si
I Pouvoir prepas a la haute 'urvcil lance
et au bon tonctionn11em1en t tluI service judi-
Ciaire alli gu, a el'ncontrce dc sa diclaration
appuy~e sur des tdmr ignaocs certain, 'i-
nlex:actitud de ccLUC dicIaration, ct venille
lui faire applicationn die l'art. 25 de la loi
d'or-ganisation judiciaire de r835), la Idgiti-
mniti de ctte prevention ne pourra rIsul-
ter que d'une cnqrete Iuir e rouliur toutes
les pcr'soiecs ilteressees, a commencer par
les imembres td tribunal auquel apparticnt
le juge menaci dcsvront etrc entelnduis.
Hours dc la, on tombera dans l'illdgalitd,
'inconstitutionnalie ; ct le principle pro-
tecteur de linamovibilitc judiciairc sera at-
teint.
Ces considdrationrs rdsolvent, du mimne
coup, ]a 4- question pose a notre Socidtd.
2.-- La second question ne solve pas
l'ombre d'un doute.
La r6ponse est oui, evidemment.
3".- -A propose du 3 point, il est cer-
tain qulele doyen d'un tribunal civil ou le







REVUE DE LA SOCI TIE DE LEGISLATION


Iribunal en son ensemble ont le droit d'ac-
corder des cong6s aux juges qui component
ie Tribunal.
Qu'ils 'aient seuls et d'une facon exclu-
sive, c'est ce qui ne resort pas assez net-
tement des deux textes cit6s dans la ques-
tion, lesquels, cependant, permettent de
decider qu'un conge ne saurait etre vala-
blement accorded sans leur participation. II
imported qu'ils soicnt, au moins, prealable-
ment consults.
5". Les juges dcposs6dds de leurs sie-
ges, en violation de l'art. 25 de la loi du
9 Juin 1835 interpretd dans Ic sens que
nous avons plus haut essav6 de d6gager, en
tenant compete de la correlation existent
centre lui et I'art. 134 de la Constitution,
en violation done de c.1k-cii, seraient tou-
jours des juges et les nouveau comimis-
sionnes ne pourraient pas valablement sie-
ger en leur lieu et place, puisque les jugces
soit inamovibles tout t la fois en ce qui
concern la function et en ce qui est du
lieu ol ils ont etd appelds A l'cxerccr, au
moment ou ils en ont recu l'investiture.
Si un usticiable, fort de l'art. 193 de la
C.., tm.ui;;,i! rcfusait a un jugement ren-
du par de tels juges, en de tells condition<,
toute vertu ltgale, et v ;' ;,. It, c'est
lui qui strait dans Ic vrai et le tribunal
de Cassation a qui ce jugement serait dd-
fir6 n'aurait, cela va sans dire, qu'a en
reconnaitre la nullit6 radical et foncikre.
Quant aux jugeiments d'ordre plnal por-
tant la signature de juges ;IL:- i1i .,i
nommes et intronisds, ceux qui, deposi-
taires de la force publique, en mesuseraient
pour obtenir executionn des condanna-
tions que ces jugemens edicteraient, seraient
coupables de l'infraction ainsi fate aux con-
ditions fondamentales de l'ordre et de la
sirete publiquc.
JUSTIN DEVOT.
M. le Secrdaire. \iessieurs, en me
remettantce Rapport, notre ami Devot
m'a pride d'appeler votre attention sur
deux points auxquels ii n'a pu, fate de
temps, consacrer lui-m me une atten-
tion suftisante. C'est d'abord ce qui a
trait a la conciliation entre l'art. 25 de
la loi de 1835 et Ie principle constilu-
tionnel de I'inamovibilite des juges.
II s'agissail de savoir si ce principle est
formulddansla Constitution de 1816qui


en 1835, r6gissait le pays : dans le cas
contraire,il se comprendrait que les au-
teurs de la loi de 1835 ne se fussent
pas preoccupds de faire concorder les
prescriptions de la loi avec le principle.
Sous le regime actuel consacrd par la
Constitution de 1889, it n'y a, selon
L'opinion de D6vot, qu'une seule inter-
pretation de I'art. 25 oi cette concor-
dance puisse se trouver rdalise, en d'au-
tres terms, il n'v a qu'une interpreta-
tion de I'art. 25 qui laisseintactle prin-
cipe de l'inamnovibilitd des juges et soit
partant constitutiontelle ; et c'est pri-
cisement celle qu'a adoptile Rapport.
Eh bien, Messieurs, j'ai fait pour
notre collogue les recherches aux-
quelles il nous conviait.
La Constitution de 1816, sans for-
muler d'une facon aussi nette que la
Constitution de l.'a,7 don't le constituent
de 1889 s'est approprid le texte, le prin
cipe de l'inamovibilit6 des juges, dis-
pose dans son art. 173 que ( les ju-
ges ne peuvent etre destituds que pour
forfailure 16galement jugee ni suspen-
dus que par une accusation admise. ,
C'est d6ji I'inamovibilit6 dela function.
La second observation de Divot
s'applique au droit exclusif qui appar-
iiendrait au Tribunal de Cassation et
aux Tribunaux civils, reprisentds dans
la pratique par leurs doyens, de dd-
livrer des tui,.a aux juges de ces Tri-
bunaux. Le Rapporteur n'ayant pas eu
le loisir de v-. iier si dans notre id-
gislation il n'y aurait pas un texte
attlibuant aussi le mime droit au Se-
crdtaire d'Etat de la Justice, a df, par
scrupule, consigner une rIserve A ce
sujet. Sur sa demand, j'ai encore com-
pulse les textes et lui ai faith part du rd-
sullat n6gatif de mes recherches.
II se rallied done, en fin de compete,
sur la S3 question a l'opinion de notre
correspondent.
Telles sont, Messieurs, les courts
explications que j'avais' A vous pre-
senter an nom de notre collkgue, em-
pech6 d'assister A nos reunions. Je
m'abstiendrai de vous donner mon opi-
nion personnelle sur les points en de-
bat, car en ma quality de juge en Cassa-
tion, je puis dtre appele A en connaitre.








4 REVUE DE LA SOCI]


Al. leraux.- Je fais la nimne d6cla-
ration que mon collkguc Svlvain.
Al. F. L. Caiuvin.- Pourun motif de
convenance personnelle,je serais bien
aise d'etre aussi dispense de prendre
part h la discussion.
Ml. le Prisident. Nous sommnes dcs
lors en nombre trop restraint pour
d6lib6rer utilement. Eu consequence.
la discussion du Rapport est renvoyce Si
notre prochaine seance.

Reunion du 28 Octobre 1901.
Pr'ens : IMM. Laforest, Sylvain, Do-
minique, Heraux, Bouzion, Lalleur,
Cauvin.
Prdsidencc de M3. la.rimiiliin Laborest.

Sanctimn du proccs-verbal de la sW-
ance du 16 octobre.
M1. le PrisideLn. La discussion est
ouverIe sur le Rapport de notre col-
lgue Ddvot.
AI. Dominique. Somnms-nous en
nombre utile pour delibder ?'
AI. le Secrdlaire. Certainement.
Pour ma part, (qioi(lqe j'eusse prefer
ne pas avoir i! interveni ( dans la dis-
cussion, comime les questions posies
sont des questions de principles ; que
l'absence d'un grand ino r))ie (di nos
colligues rend tIres res i tini nolre quo-
rum et pourrait retarder indeiiniilent
l'examen du Rapport, je me ir sous ai
en ddbaltre avec voun ls conclusions.
IMM. Hllraux et (auvin dei cllren
maintenir leur albsention a la discus-
sion et an vote pour I's raisons ddja
prodiites a la derni're s'anice.
31. Bouzon. Les juges du Tribu-
nal civil de Porl-de-P aix ayant d61 re-
intdgrds dans leur charge, y a-t-il lieu
pour nous de )poirsuiive ia discussion ?
11, Dominique Indepenidammnent
de la solution a:lninistrative donnie 6i
cette affaire ct don't nous n'avions pas,
dans lous Ics cas, i coninaitre, lle com-
porte des solutions de (cclrine de la
plus haute importance.
L'on ne coY'nprendrail pas qu'en C avant
etc saisis, nous eln l0'il'ns l 'exa-
Ill 11.


La reunion consultOe opine eCn ce
sells.
Af. le Prdsident. Sur la 1lre ques-
tion pose par notre correspondani,
voici mon opinion :
Le juge est un fonctionnaire public,
astreint conmme Ious les ftbntionnaires
aux obligations de sa charge. La Cons-
lilutiuon. pour assurer I'indcpendance
de ses (decisions, 'a couvert d'une im-
nuiniti spiciale, I'inamovibiili e. D'ou
'art. 1;I. Mais elle n'a pas entendu
lui octrover l'iimpniht( quarnd it man-
Ique a ses devoirs. I[)'oi 1'ar. T25 de la
loi sur M'ong.i i- ,ino judiciairc. Les
d(ux texles ne se heurten! pas, hien
qu'ils garantissent des inli dristincls.
L'arl. -32 r&gle la condition du juge,
qui doit 0tre assidu i son posted, sault
empechement consarre par le permits
du D)oen, ou cas tie force mnaji re
que cha cun pourra ctonstaterl : cl[ ar-
ticle no porle point atleinto au principle
de l"inamovibilikie.
.1. le Secr'laire. .e crois que sur
ce point nous sommlles lous: d'accord.
Mais il a une nuance te doctrine i:'
pricier : comment le tIgish!teur a-t-il
pu opOrer la ciicili;itioin dte Fart. 25
avec le princii)pe constiltuionnel '? Le
liapporteur, d'accord avec Ie texte de
Ia Constitution, formule ninsi Ie droit
a I'inmnovihilil : En deiors des cas
d'applicalion dot la loi penale. le juge
nc peui iOre desliitu on mime dlplac0,
sans u1n ncte de sa volonte.
Commentli faut-il des lors entendre
'art. *'
11 fault lencntdre en ce sens Ique si
le judge manque ti trois audiences con-
s6cutives sans (co1g on sans iolif ii-
gitime d'empechement, dtneniit consta-
td, ifl est p i)dsime n' plus vouloir cxer-
cer ses 1'onelions. Ia concitialilin entire
les deux lextes result d'une 1pr1somp-
lion de volonte dc la part du juge.
Me Dominiqit. 11 faudrait done cn
conclure que c'est Ic juge on faute qui
veut bion se retire et non pas la loi qui
le ftappe. La this est inadmissible.
Il est bien evident qu'il n'existe
aucunc antinomiu C ntre le text
constitutionnlrl t L'art. 25 de la Loi orga-
nique. Ni lerapporteur ni Ie secr6taire de


f',Tf,' E LEG;ISLATION~







REVUE DE LA SOCIPTLE DE LEGISLATION


la SociLtd ni personnel ici d'ailleurs n'ont
pr6tendu que la Constitution a abrog6
i'art. 25 de la Loi sur I'organisation judi-
ciaire de 1835. Sans doute Ie privilege de
l'inamovibilite est digne d'etre respect,
conserve. C'est certes une garantie efticace,
necessaire tant aux juges qu'aux justicia-
bles pour assurer l'impartialite de leurs
decisions. Mais cette immunity ne sau-
rait s'tendre jusqu'A etre une cause d'en-
trai-ve a 'a.L;iii' rl;. de la Justice. A
cdtr de cette prerogative et des autres don't
jouissent les magistrats, il y a a tenir
compte de leursdevoirs et obligations tracks
dans Fint:ret suparicur de la bonne et
rdguliere march de la Justice, et en pre-
mimire line i I'eilct d'assurer -'.:r'vement
cc service, 'obligation d'assister avcc re-
gularitC aux audiences sauf es cas dfiment
justiies et constates demplichement.
En France, g:alemcet F'inamovibilite
existe et a etd depuis longrimnps proclamle
en favor des juges des tribunaux de Cas-
satio:n, d' '1 et de premiere instance.
Mais en France aussi, la Loi sur F'organisa-
tion de 1'ordre ju.iciaire en vigueur de-
puis 18io consacre et pravoit come me-
sure disc plinair e re emplacement des ju-
ges cshid;s coin.: iJi'.nsriiran'r.s par
suit d'absencc sans congi de leur siege !
Je n.. .:..' qu'en I. .., alors Secre-
taire 1 1.' .I, ia Justice, je me trouvai
dans la necessity de faire frapper ainsi un
magistrate du Tribunal Civil de Port-au-
Prince et de demander au Chef de 1'Etat
son remp!a;ement. C'ltait un juge qui,
sous ditiTrents pretextes, avait deserted ses
functions. Les e-traits du registre de po-nte
im riin i ( qu'a mon entree au Departe-
ment j'waais fait preparer ad hoc) qui
m'itaient adressis rdgulierement, avaient
accus I plusieurs absences non motivess de
ce juge, Ccpendant, des doldances et plain-
tes parvenaienit a cc moment an Minis-
ter de la part de prevenus et d'accuses
qui patissaient en prison, encore que fins-
truction de leurs ahlires fit achevLe, sans
pouvoir connaitre leur sort. Je finis, apres
avoir pris les .i....,ii.. utiles a savoir
que c'6tait l'absence pcrsistante et injustifide
de ce juge, quiavait en la Chambre du Con-
seil si6ge dans ces alaires correctionnelles
et criminelles, qui en en faisait retarder la
solution. J'allai moi-meme A la prison(Li la


Conciergerie ) et i la Chambre du Conseil
m en assurer. Apres cela, le juge, sur ma
demand, fut remplacL. Pouvait-il venir
dire ensuite que c'6tait bien sa volont6
de quitter mais qu'il en. tait revenue apres
reflexion ? Certainement non La sanc-
tion de discipline portee par la Loi eLt 6td
alors un vain mot, une plaisanterie II ne
manqua pas ( le defunt ) de recriminer,
d'ess.lcer de se disculper 6loquemment mais
il avait Ltc bien et diiment remplac6, en
dLpit de sa volonte de rester juge et celle
non moins averee de ne pas venir exercer
es fonctionsm fire son service
A man avis, les dispositions de l'art.
25 de la Loi organique ainsi appiquies,
ne portent aucune atteinte au principle de
I'inamovibilitL. L'abstention des juges
constitute uie infraction dis:iplinaire, une
sort de d6lit, puni par la suppression de
]a charge.
M. L'ifl'ur. Noo, le Icgislateur n'a
pas ici le dessein de punir. It se con-
tenic d'dcartcr l, juge, si celui-ci n'a
pas la volonti de faire son devoir.
31. l SecreCaire. Revenons aux ter-
mes du 1apport. II me semble bien que
notre colligue Dominique s'v est nd-
pris. C'est le fait de I'abstention, lelle
que les conditions en sont pricisces
par la loi, qui determine la pr6somp-
tion de volonte, et non les pretentions
du juge. En vain, le juge s'acharnerait-
i! ai deniontrer apris coup qu'il en-
tend toujours rester en charge, si 1'in-
tention contraire rdsulte manifestetment
de son mnnquoment an devoir. Los
fonctions, do juge s'exercent dans tells
conditions d(cermindes. \ous ne irem-
plissez pas ces conditions, c'est que
\ous ne voulez plus Stre juge. En cc
sens, il scrait plus just de dire, selon
le mot d'un de nos colleagues, qu'ici
la prisomption d1gale de volonti, une
fois 6tabli le faith des trois absences
consecutives sans motif 16iitime, ne
supporle pas la p'reuve contraire,
Sous le ibndfice de ceite explica-
tion, le premier point du Rapport est
volt par la reunion, sauf les deux mem-
bres qui ont ddclard s'abstenir.
M. le Sccrdairte. Le IRapporteur
pense que la solution de la 4 question
est continue dans colle que nous venons


I((i iiUill 1111ii('11 11(1111111111)11((111111111 1' :1:1111111







REVUE DE LA SOCIETIE D)E LEGISLATION


d'adopter sur la lire. II s'agit de ddci-
der si le droit reconnu aux doyens en
I'art. 75 de la loi sur l'organisation ju-
diciaire de maintenir la policeintdrieure
des tribunaux qu'ils president et d'y
fire appliquer les lois et riglemens
n'impliquo pas pour ces magistrates le
droit d'6tre a tout le moins entendus,
pr6alablement a toule decision du Pou-
voir exdcutif, tenant ai la discipline in-
terieure des tribunaux ou a l'inobser-
vation de la loi par les juges. n
M. le Prdsident. Si le Doyen fait
la police interieure du Tribunal, son-
registre de pointe doit tre l1'expression
precise et complete do son droit de po-
lice. Le Doyen est oblige de connaitre
1'etat de ses collgues. Quand ils sont
hours d'etat de l'avertir, il doit prendre
les devans et s'enqudrir du motil de
leur absence. Le registry de poinltefait
foi de tout cela.
M. Lafleur. Le Doyen peut ignorer
un cas fortuit qui appelle precipitam-
ment un juge hors de son siege. Un
juge, don't la femme se trouve an Pc-
tit--Goave, regoit un telegramme l'ap-
pelant en toute hAle aliprcs d'ellc. 11
n'a pas le temps de prendre un per-
mis ni de voir aucun de ses colleagues,
elt part. Quelques jours apris son arri-
vie an Petit-Godive, sa Ifmmc meurt.
(2Q e iiul siniiriier contre lui le regislre
de poinile ?
il. Ie Sccr';,i'iire. Ies enonlciatiot ns
tdu regislre dei pointe sont necessaire-
ment somnaii'es et no sauraient impli-
que"r linultiliit du recours au doyen
poulr plus ampl informed. Ia consulta-
tion du Doyen ne determine pas ellc-
imuime la solu ioln a inltrvenir : ce n'cst
qu'ulin 'II' rl d'enquete qui ne prejudi-
cie pas aux autres.
AM. le Presidenl. L'expression ( dti-
ment consa-talt cmployde par le 1gis-
latcur decide dul cas. On ne pent pas
rapper le juge, sans s'6tre entourd de
toutes les iumicres nIcessaires.
Me Dominique.-- Sans doute il s-rasouvcInt
utile de ne pas s'en rapporter a de sim-
ples informations et menme aux donnies
du Registry de pointe.
Ainsi, dans le cas que je vous ai cited, je
ne me suis pas borne a Ccrire au juge-Do-


yen, ni content de vdrifier ct rev6rifier
les extraits de la pointe ; Je vous l'ai dit,
je me suis livre moi-memie a unc enqucte.
La conviction acquise du fait pr6vu par
1'art. 25 m'autorisa a fair frapper te juge
et je demandai son rimplaccment, sans me
soucier de savoir quelle 6tait sa volontd.
Coux qui pensent qu'il n'y a dans cette
abstention rcprime par 'art. 25 qu'une
prisomption de volonte du juge de se dd-
mettre, prdsomption cddant a la preuve
contraire,feraient,a mon humble avis,micux
de conclude, cat6goriquement quo cet art.
25 dc la Loi organique a eti abrog6 par
1'art. I37de la Constitution : je ne ferais
peut-etre pas ..lJirl ui t. de me ranger alors
a lcur opinion, contrairicmnt I ce quc }'a-
vais d'abord exprime.
MI. Ic Secrdeaire. Messieurs, la con-
duite si correcte de no!re col1igue at-
teste it quelles minuticuses precautions
dolt recourir. en ces matieres ddlicates,
un Ministre de la justice, quand it con-
nait la loi et qu'il a conscience de son
role. Notre collogue C:m un. pendant
son passage au Ministire, a eu cgale-
ment a provoquer I'applicalior, de lart.
25 5a M. C. )., nommd juge au tribu-
nal civil de .. .... Mais M. C.
D., apres son installation, 6tait rest
deux ans sans vouloir mettre les pieds
au tribunal.
A toutes les injonctions du Ministrc.
il se conlentait de i" prl.lre qu'avant
et6 antdrieurement premier juge, il ne
pourrait plus singer qu'en quality de
I)Doen.
Pour im'en tenir a Ia question en
ddbat, je ne serais pas Mloignu do
croire que les terms don't s'est se'vi
notre correspondent out un pen dtpas-
sd sa pensdec. Les )ovens ne sauraient
lirer de l'art. 75 Ie drott d'etre consul-
t1s par le Pouvoir Exdcutif, routes les
fois qu'il s'agit d'appliquer a un juge
les dispositions de Part. 25. Sans doute
il no sera gu6re conceivable qu'une
enquite sur ce point s'effectuu sans
leur participation. S'dclairer de leur
avis, c'est do bonne prudence, c'est de
haute convenance, mais cc n'cst pas
strictement obligatoire.
Cetle opinion rallic les suff.'ages de
tous les votans.


1.11- .......... .... .. .. 11.1-4-1IL IIIII1 I1111(11I~l~ lili(( 11((111 ill~l rl ( jylii







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Sur la 2' question: a l'cmp6chement
lkgitime don't parole l'art. 2E ne rdsul-
le-t-il pas avec evidence d'un cas de
maladies altest6 par un certificate de me-
decin ? )> la riponse est unanimement
affirmative.
11 en est de m6me de la 3 question,
ainsi fornmule par le correspondent :
( N'est-il pas h1gitime d'infrer de la
combinaison des art. 22 de la loi du 9
juin 1835 et 15 de la loi additionnelle
du 19 juillet 1817 que sculs les Doyens
des Tribunaux civil et du Tribunal de
Cassation, ou 1'Assembl6e g6ndrale des
juges, ont le droil d'accorder des con-
ges aux juges de ces Tribunaux '.
Sir la proposition de NMM. Bouzon
et Doim;,iijic. la discussion de la 5e
question est rci, .i'. t la prochaine
seance.

Rdunion du 30 Octobre 1901

Presens : MM. Laforest, Bonaimy, Syl-
vain, Heraux, Bouzon, Laflcur.
Presidence (de. MMaximinlien Laforest.

Sanction du proccs-verbal de la sd-
ance du 28 octobre.
On reprend la discussion du Rapport
de M. Juslin DWvot. M. Bonamy dd-
clare s'abslenir come ayant occupy
en Cassation pour les juges de Port-dc-
Paix.
31. Ie Secrdlaire. Nous devons res-
pecler le scrupule de notre collgnue.
mais qu'il me pernietle de dire que
ses dclaircissemens nous seraient d'au-
tant plus pricicux qu'il a fait une
etude particulire, sinon de 1'espkce,
qui n'est pas celle don't s'est occupy
Ic Tribunal de Cassation, du moins
des points do droit qui s'y rattachent.
M. Bonamv maintient son absten-
tion, de mine que M. Heraux.
Monsieur Georges Sylvain, Secr'laire,
demand l'addition au 3e point, vot6
par la reunion, de la declaration sui-
vante :
( Les Tribunaux, represents dans
la pratique par les Doyens, sont souve-
rains appr6ciateurs des cas qui justi-


fient de l'octroi des cong6s et des n6-
cessitis de service qui peuvent en limi-
ter 1'oblention. Un juge, qui a b6nefi-
cid d'un congf d6livr6 par le Doyen
de son tribunal statuant dans la pl6-
nitude de son pouvoir d'appreciation,
est entikrement covert contre tout re-
proche on touted reclamation relative a
son absence.
L'addition est vote. On aborde le 5e
point :
< Quel seraii lI cas des juges que Ion
(arrait, dans les conditions ci-dessus re-
latees, depossdds ind(Iment de leurs
sieges, s'ils venaient a dire remplacs ?
Cesseraient-ils d'dlredes judges Les nou-
eaux.v commissionnles pourraient-ils va-
lablcment sic'fer en leurs lieu et place?
QClm, .i mn justiciable, invoquant le 2e
alinea de Fart. 193 de la Conslitution,
refusal dc recoulailre aux jugemens
imalnds d'eux l'autorilt de la chose
jug(e e ,
M3. le Secretaire. L'invocalion de
I'art. 193 semble priter a une equivoque,
que, d'accord avec le Rapporteur, je
tions toif de suite a dissiper. II ne sau-
rait v avoir do doute sur la penste de
notre correspondent, pas plus que sur
la n6tre.
Nous sommes Socidet de L.,I.-'- 'n.
Nos ddbats ne peuvent porter qne. sur
dessituations purement juridiques. II
est bien enten in que dans la sphere
oi ils s'., u-j -,t. le principle general qui
les domine est que nul'ne peut se
fire justice a soi-meme. La resistance
don't il est. par consequent, question
ici est la resistance juridique, fortifide
du texte constilulionnel qui 1'autorise
et la justified, et sanctionnce par le re-
cours an Ponvoir 16gal, proposed a la
connaissance des ahus d'autorite et
des violations de la loi. Le Rapport ne
laisso place sur ce point A aucune me-
sinterpr6tation...
Mr BDou:on. L'invocation de i'art. 193 de
la Constitution n'a rien qui m'cffraic, aucun
sentiment de craiite ne m'a domine, lorsque
dans notre dernicre reunion, je vous disais quc
touted satisfaction avant itt donnte au Tribu-
nal Civil de Port-le-Paix, je ne croyais plus
utile de nous occuper des questions que MU
Saint-Aude a soumises a notre cxamen.








8 REVUE DE AI SOCIL'ET DE LEGISLATION
anteenna......................w mnsoesi ma eao t t a sne~ sa............nunelesase*..t,, a.anvns. O


Les faits exposds par M' St Aude ont cu
lieu en pleine session legislative, la Presse
s'en est occupce, l'opinion publique cn a et
61mue ; pas une voix ne s'est elevce, soit A la
Chambre, soit au Sinat pour demander une
explication sur ces faits tres graves qui ont
6t6 signals. Quand ceux qui sont censsl
appeals A fire respecter la Constitution sc
sont montr6s si indiffirents, je pensais que
notre intervention n'avait plus aucun intlrdt
pratique.
Je me suis ravise cependant, aprs -avoir
suivi la discussion du rapport de Divot et
entendu surtout les explications presentees
en son nonm, par le C. li1.'.. Svlvain.
Quand le principle de I'inamovibilite des
Juges est attacqu, c'est Ie desordre, c'est
l'anarchie, c'est arbitraire mis en lieu et
place de la loi, ct, Messieurs, au bout de :out
cela il v a les relations internationalcs et
alors ce sont de grosses indemnites A payer
aux etrangcrs. Ils surveillent tous nos acts,
les notent soigneusement pour en tirer part
au bon moment. Chaquc fois que nouis n'obscr-
vons pas nos lois, c'est l'dtrangcr qui nous v
rappelle sous forme de rdclamations diplo-
matiques. Cette scule consideration doit
nous rendre circonspects et prudents. Circons-
pects dans le choix de nos agents qui doivent
etre toujours A la hauteur de la mission
qui Icur est confice ; prudents dans lcs mo-
yens employs lorsqu'il y a un but a attein-
ire. II appartient a administration supe-
rieure de mcttre dans ses resolutions assxc de
tact et de sagesse pour nous partner Ic re-
t iur d'incidents semiblables a ceux qui ont doin-
ni naissa:nce a ia consultation don't nous avons
etc saisis.
En demandant, A la derniere seance, de rc-
servi.r le 5' loint du rapport, c'tait pour
m'en renldre un compte exact et donner m0on
vote a\vc connaissance de cause. ---
Apries en avoir pris communication, je nc
suis pas tout a fait de I'avis de )Dvot en ce
qui concern les agents de la force publique.
Je pense qn'on ne peut dire que les agents
de la lorce publique appelds a executcr un
judgment rendu par des jugcs inconstiution-
nellement nommes, peuvent etre poursuivis
ils ne minist'nl pas quand ils rcpondcnt Ai
un mandenicnt de justice rendu par des Ju-
ges sans quality, on peut, appuv\ sur la Con-
titution ]eur resister, on peut refuser de diif6-
rer a leur injunction, mats on cn puet les
rendre responsables de ricn du tout.
Ils agissent, avant sous les vcux les m0mcs
f)rmules don't se servant eIs jugcs rogulicrs, ils
sont couverts par les ordres qu'ils ont recus,
mnime viendraicAt-ils de Juges incomptcnts.
IIs leur obdissent, car ils savent qu'ils sont


nonm s par le Pouvoir Exccutif, or les agents
de la force publique ne contr6lent pas les
acts du Pouvoir Exccutif qui seul pourrait
nommer illdgalcment des juges.
I Hormis cc point, je suis tie l'opinion du
rappporteur. ---
M. Georges Silvciz. Nul nest cen-
se ignorerl laoi. La responsahilit6 est
atlacheCc i tout acle d'un fonctionnaire
public. S'il en est ainsi, on peut ilre
poursuivi pour s'Otre associ4 it des ac-
tes illigaux...
Mr Bouzon. --- Les agents die a force pu-
bliquc ne pcuvent etre tenus pour com-
plices de ces jucgs inconstitutionnellement
nonmmns ; ils nc participant pas A Icur l...
ration. --- On ne peut ctre rendu responsa-
ble, si on ne fait qu' xccuter un mandcement
dc justice. Comminent voulcz-vous qu'un
officicr iinistdriel ou un agent dc police
solcnt juges de dCcisions judiciaircs ?
Le 5e point du Rapport est vodt
avec F1amendement de M. Bouzon,
concernant lirresponsabilit6 des agents
de la force publique. (1)


Assemble gn rale
du 21 Novembre 1901.

Sont presents : M. M. Laforest, Bo-
namy, Lespinasse, MAnos. Dominique,
Baron, Bouzon, Ethdart, St Ietnm, et
Viard.
En l'absence du Scil-laii,: Mr Ethe-
art est ddsignd pour le remplacer.
Monssieur le President. --- Lordre
du jour est le renouvellement du Co-
mitl de direction et la modification
des slaluts.
La society decide de proc6dcr aux
dleclions.
MAr L,/:I;:.1., prIidenl. Mes cheers
C,,ll'pitL-. pendant deux ans vous avez
bien voulu ni'accorder la faveur de
prisider iI vos dlibhraiions. II est 6-
quitable qu'a tour de role chacun pre-
side et conlribue a I'cnvre commune.
C'est pourquoi je vous prie, aujour-
d'hui, de choisir un autre college
pour diriger vos travaux. J'espere que
que celui que vous aurez ddsigne r1-
(i) Voir observations de M. Justin Ddvot A
la page 17.







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Sfl.,*,pb, 1 111 11 ~i ii~l l ~~l 11 .(ii: ~ .III ~ 11111111


unira routes lisqualites ncessaires pour
conserver l'existence de notre society.
Les bulletins sont distribuds et re-
cueillis.
M. Laforest, President. Nous som-
mes dix presents, la majority absolute
est six.
Le d6pouillement du scrutiny donne
le resultat snivant :


Lespinasse
Dominique
Laforest
M6nos


6 voix
2 voix
1 voix
1 voix


Mr le Prlsident sortant proclame Mr
Lespinasse President de la society, il
lui adresse quelques compliments et
lui cede le fauteuil.
M.Le. piinasse, Prsident.- Messieurs,
je vous remercie de 1'honneui que
vous venez de me faire. Vous auriez
pu certainement trouver dans notre
Socidt6 un representant plus autoris6
de la science juridique. J'acceple ce-
pendant la marque que vous venez de
me donner de votre sympathie et A
ddfaut d'autre chose j'offre le concours
de ma bonne volont6.
I1 est proc6d6a il'elction du Secre-
taire et du Trdsorier.
En ce moment Mr Sylvain, Secr-
taire-gindral, arrive A la lrLnl)ion et
est suivi de pris de Mr. Heraux, Mr. E-
thdart cede la place an coll6gue Syl-
vain. Le Prisident met les nouveaux
arrives an courant de cc qui vient
d'6tre fait.
M. Sylvain. Je prie mes collogues
de ne pas voter pour moi en quality
de secrltaire. J'ai assume cette charge
pendant assez longtemps pour en tire
aujourd'hui dipi;en'-.
Le r6sultat du scrutiny donn :
Bonamy, tresorier 9 voix
Bouzon, Secrdtaire 5 voix
Etllhart, Secr6taire 3 voix
Sylvain, Secr6taire, 2 voix
Eth6art, Secretaire voix.
Mr le Prdsidenl.-Le collogue Bona-
my ayant obtenu la majority des suf-
frages est proclam6 trdsorier pour 1901-
Ii.I-J Notre coll6gue Bouzon a eu 5
voix, je consulate la soci6et A savoir si
les membres du comity, sauf le Prdsi-


dent, seront nommds a la majority ab-
solue on a la majority relative.
La socidtl, ayant t6 consulate sur
la nomination des membres du comi-
te, decide qu'ils pourront Otre nom-
mrs A la majority relative.
Mr Hliraux.- Encore que la soci61i
ait d6cid, que les membres du comi-
te peuvent dtre nomm6s A la majority
relative, je crois qu'il convient de pro-
ceder a la nomination du secretaire.
Mr Ie Prisident.- Convient-il de vo-
ter de nouveau pour le secr6taire.
La reunion decide dans ce sens.
Mr Eheart. Je prie ceux des mem-
bres de la reunion qui ont vot6 pour
moi de reporter leurs voix sur le col-
legue Bouzon.
On procede de nouveau an vote.
Mr le Prdsident.- Le nombre des
membres presents est douze, la majo-
rilt absolue est sept.
Au d6pouillement le scrutiny done :
Bouzon 8 voix
Sylvain 2 voix
Ethbart 1 I
Vote blanc 1 <
M. le Prdsident.- M. Bouzon, ayant
obtenu huit voix, est proclam6 Secre-
taire-gdenral pour 1'exercice 1901-1902.
On proc6de A la nomination des
membres du comitd de redaction"
Le resultat du scrutiny est le suivant:
Solon M6nos 9 voix
Heraux 8 voix
Dominique 8 voix
St Icuimv 4 voix
Viard 4 voix
Laforest 2 voix
Mr le Prisidenl. Messieurs Menos,
Dominique, HEraux sont proclaims
membres du comit6 de redaction. II y
aura ballotage pour le 4e membre
entire les colleagues St Rdmy et Viard.
Sur la proposition du collBgue He-
raux, la socidtd consulted decide qu'il
n'y aura pas de ballotage et qu'elle est
libre de proceder a l'lection du 4e
membre du comit6.
Des bulletins sont distribute.
Messieurs M6nos et Bonamy proce-
dent au depouillement du scrutiny, le
le college St Remy ayant obtenu la







VUE' Mi [,A SOC;IET'E D)E LfCISLATION'


14 I 1 1 1 i A 4 1a 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 U a a a a a I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I f I I I I


majority des suffraioes esf pi'oclarni -le
membre du comintcde Jr t(aciion.
3h- le Picsidlcnt. Jr perise qjnc
c'est nu1 devoir pO1)o ladoliinislaaiOnll
que vous venrz tifirie c remccrcicc,
an no iie Iin Sociie. notre ancuen
Pricsidcni c nolce anaido sceitaOir.
Nous !curi saxvoos gri drs couslans et'-
forts quits oat his Ioor hi cont-inua-
tion des invaux \. Noh (A gu UK 'i Ll o
rest Wa ja mais rceaub tircvn i a nICr
sacrifice, cn, a\ CC nile Coi i qni
WIOLunne point lor1.) ulle \Went iJ luni,
a su, jqsqu 'I cttleit lidur, ronduiriicc 1
dcbaits, dans Son i a iai cl. SvMn-
i)alliiirI leurll'r, diiino '.:! tonicte
par-ticuliikeren unlr aiIn at a sc NotIr' col-
Qiuon (Teoi'es SvV a. Or Son ST,
slcs ciniCvmcni (iMu od'' > IA loa i iW de
l .gifa lion.n ct a con! I sq A
nmaintrai dans seA WTious ;ci
part dr cava il cl coni'c dc. Ar me
p1)is A es)i''rer (jhil coI ri'imcra [nit-
joas A~ aier Aj I(un\iv unrimuone c
quo soni coOcnwi' li e !ftai point
0 "I. La 11011'' I ti
CoHnpIe clJu tonas Wi mewh (iC ii laS


Clio ; se 'ldc-ci ]11:~
mehr q'zuih1ns 'orr an sr.

pnirt doIWWL ,Iii '

des staits..
loa so.A no' 1'ou'J a X U son wi~i

SrlpI)0; nQ W iM.n

fvoncs Jpwicn .1, ,avoa > ir Yenc
,irt'e ion~O[iit' (1.5pue inaidifca-:0
piosn et, A n'.. ILI nusinmil' V1''x Co


Cseh]esjs : C i i




Je a cpri Uic n:voiUVUH

dt~j pr~'vues dar\is iws: shims. A, ces
tiiouieauix neintlcs cmW dioi i dij le ti-
tive do membic~ aundK C~elte MIA--
gorie sei3t fu'ri~i J tie no 1 s ajitieisI
Ilili l V~il>N0
llct's~r iCYHC do-, pies c



sunnesqui, enrs idh, piades s. Areosn
lanecs parlicueii.rus tie pi'r(1re Li ne


part active A nos ti'avaUX ct S'iOi'CS-
san ll aC'anini i uS i nol c av0i-CON c pOur'-
ricaii c\cpl~ioaacll cauV0Cn assistcr MuIX
scancrs de la socitihi. ('cs llctnibcrs as-
socucs lie comipteu'aici I pas dans Ic
q{uoruam snttutiiircc, nuinis contcibuc-
cairnt an rdsiiit at cic q 1ous vounoHns
oblen ic par Irs communications q ii'i s
pouiirrairat fhicr c par le pairment all-
Snuct di'me colhatio Iion de dix goun rcs.
I Cerains nicnibres actuactirni lt ac-
oIrs poui cii iecat, sacr Icr dc'sisk, dcveni'
nirmincs associ~s.
Pour arriver Li la ec',tiion dr ceici
tiotvinci I: Wb j~. Ouiv proposed Ai In sw-
ciW. lo to',r ili cntli lon de's articf(c" 2, ;)"
10. t18 (iA iols antics ott la rlldiiiratiillo
srr'ii nr.'ssail'c tpour IW rnicordiancc.
NOi SYi\'S il'i (bunt.' trttt'i'u des an-
ciens ainfuts avecr l(s imodifiriiions.
Awi a un Mango dc 'tvutc sal' Ics nuo-
thfcabuuiis pcoJ)os`c' Mir St Blr'iui Lic-
na ad Line ires non n 'cccl eri r q
IAni so r aoposc dr CI'rr, Went1, Mros
dr Ouii c presence ALW socicbii, vd\- Ili-

aiWn ia Mlitiricais p iniis do vue pa c
Atussicur1s Syivain, a-,
tin's so)inLciid iC ip Mes"sieuii's 1nos
TialoesI Iti'Broi idiiiti iqia'.







J'a soci \ c[6, zlpr:il.,; nvoir an~ii if qtw fes
Ici Siou ntij)i's i Ol ,ii(t juWeiln Irs
biir,2adrf's trcon'c ]'IliIn"ac mIli :ii'i-







CfLi 04. t rs aa \l iLh~ 'cin lrr- a cli t s.
LO P opr ie Sy'v oJn est voL aecr ItCs
1o-niM 'I'i's sup livants

IN losb~ a';olit C

Dets ii'Illembis C'),oi'C' t il, I (P


assii l, l('ill t 5i ti'l\%1i\'ix d oi Li so-
Ott d's. des curnan ain'ius iou do Went au-


tre jwlni--re
Ad. T 3. e ubr' ilns lilonll 'es s actiN est'
ixi' a1 25 celui des's iiioi )ITiiiS liiii'l-jiil''S Ci
deisililciiS',oCii ni caihin swouS et WOOL
A ir G, Penvent clue "inb'res aictils 00 fS
soci'fs tol' sci'd5 qnl i (1d's Iiti's dIivr V 'Sjus
tifieraoit Tune longuegn pimth'lte des~ que~stos,
Ar. .7 U ali ni'a ls meiii'iilis fl5so(i,i sort
(to'a~ o cefto ot)Iig~ionfdllliis Lis doivt'ni
to i;, chlaqoc 'I,> Ial caiSSc'. Lill cuti-
'Wtun (tK diix goduid i,,







REVUE DE LX SOCI1Tl DE LEGISLATION I
.J/.r' /:~I I.'.x .~, d / ,1~:://'r d /A A A i A AA A A AA A iA/i A A A A A'A/ A A' Z'.% J'4l/A~#,


Art. 10. Les resources dt la soci6ei so
composent :
lo )Des cotisations des mnaibres actifi et
des mlembres associes.
20 D)es dons et legs des socidtaires.
Article transitoire.Ne compteront pas pour
le quorum des reunions les meinbres actifs
absents de Port-au-Prince oumnurmentanndment
cloignds du pays, qui n'auront pas opit pour
Ic titre de membres associes.
Mr Bouzon, secrdtaire-general pro-
pose, puisque on est aux modifications
ct que t'art. XV, 4e alinea prevoit un
secretaire-adjoint qui pourrait etre pris
en dehors de la society ) de modifier
ainsi cet art XV : sera choisi parnri les membres de la so-
cidld. La rdu ijn n'a pas adopted cette
proposition.
Bionatm, irsorier, demand qu'une
conlllimission soil lnotmmie pour v6ri-
lier ses cnmnptes. Le president nom-
mc Ies colleges IIraux et St.-idmyv
pour proceder Ai celte verification.
Le President attire I'attenlion de la
socitdd sur le lieu oil elle se r6unira
ddsormais, ii ne doute que Mr Lafo-
rest continue i offrir son salon et d,-
sire que la socidte prenne une d6ci-
sion it cet dgard.
Mr Liaforest. 3 1 salon est a la
disposition de la socidt.
Mr Minos L'usage est que le siege
social so [rouve chez le Prdsident.
La socidtd decide le transfer de son
-i,';. social provisoiae chez Mr Lespi-
nasse, 18, rue du Centre.
La stance est levde i' 6 1 ,2 hlures du
soir.

RAPPORT

Prpscntl la Socilt:i Iai sJilanceid 2S No-
emnibri 1i0o, par M. BONAMY
,eossicurs,
Yoici la question solunise A nolh'o exa-
men : A., lils natural, iourt laissant dies
li'ros et swtursnaturels el dos tdscetianits
16gitilmns d'uni frire natural prildcdldds : cos
derniers peuvent-ils reprcseni r leur pire
et concourir, daus la sutccOssion de A.,
aveo lturs oncles et plant es naturels ?
Noire Code civil etablit la reprasoala-
lion on faveiur do l''enfint natural collie


en favour de l'einfnt 1,'-liri ( !'t. 610 ).
La question p)s:e -n,'iP 'i..' devoir
"tre resolue dans le seas do I'affirmative.
La representation 6tant adinise, en favour
des descendants, soit ltgitimes, soil na-
ltries, les descendants 16gitim0s d'un en-
tfat natural deFt-rS)ouvoir le represen-
teo on toul ttat de cause.
L' question n'est copendant pas aussi
simple qu'elle le p.irait an premier abord.
Notr Ce ode as-imile, to pius souvent, la
situation d' 'ernfant natural A eelle do l'e-
fauit legitime. Elle 6:ablit, en quelque sorte,
deux fatmilles paralliles, (qui ne doivent
pas so toucha-, on du imoins qui ne peu-
vent se toucher que dans des cas spciale-
ment indiques par un texte. Voici, en ef-.
fet, les teines de W'arlicle 58:3 du Code
civil, disposition particuiire it notre 16-
gislation :
La loi distingue d(eux series d'heritiers, les
heritiers legitimes et les heritiers naturels.-
Chaque scrie role EXCLUSIVExiui r sar elle-
ncme; et il n'y a concourse des deux series
a une succession, ou devolution d'une strie
a l'autre, que dlunis les cas spCciclement ex-
prilm. A default d'h.riiiers djas 1'une oa
I'autre serie, les biens passent I l'Ipoux sur-
vivant, et, s'il n'y en a pas, a l'Etat.
11 faut donc une disposition expresso
pour que le coucours des deux series a
une me n succession soit admise. Le Code
on indique unne premiiire dans I'art. .I ':
dans to premirl' ordre do succession,
l'ordre tdes descendants, les doscoadauts
naturels concourent avec los descoadauts
legi i rnes.
Nous trouvons on second cas prxvu par
l'article 625 : les frires et sa:irs 16gitimes
de I' .~rinit natural roecuillent los Iiens
donnis A celui-ci par ses pire elt inre,
lorsque cos hiell rlet)ovenlt en nature
dans la sucossion. IIs coilcourtl avoc los
frites ct smeurs :naturels (iul roen'illent.les
autres biens.
L'articte 610 qui alinot la represeonta-
tion en favour lant des oeniants le6ilines
que des enifanls nauiirels autorise-t-il une
exception an priucpo gdtiral pose par
l'article 583? \'oii;, it me semnbl, A quels
lennes se rainine la (iqustion qpue nous
devous disclter.
liapp lons-'ous boiei let principles qui
rIgissent la reprsionltalion. Elle est une
exception, nil flio i dit It lot : c cui







REVUE E E LA SOCl(i''IE DE LEGISLATION


indique que les rigles y relatives sont de
stricte interpretation. Que:l on est le Iut '?
C'est de permneltre ti un parentqui, quoique
appartenant d Fordre habile d stuc(-
der, aurait dit exclu par un parent d'un
degr6 plus rapprochi, de renonter au de-
gr6 de ce dernier, en 1,,., ii.,n! I a l ii'.
qu'occupaitson p're priductiit'dd. Ainsi, la pre-
iiti 1"- condition requisec est quo e e reprd-
senlant soit lui-meme habile d succler,
c'est qu'il apparlticne : I'of.rdrc applc ai
recueillir la succession. IE!n d'aulei's tetnes,
le represenlant qui htirite doit O[re per-
sonuellement capable e d succMider an dd-
fut : le sPul obstacle qui LIarr'lt', c'est
que, dans le 1ome ordre, quit Ilii, se trou-
vent des parents d'unt degr,; pli;s rappro-
cht. C'es[ cel olItacle soul ([q1 la rept(e-
sentaiion l.I lever.
A ',ipi ~ ,p.i.., cus prinfcipes a noltri'I hypo-
tllhse. Le dci;'lt, enflant inllturcl, laisse
des i s e1 st'rt s nei t rs i attl dels e sl des'ttl-
dants Wl'-il).-,- d'lt ''b're uainIri l p ir ,CLd-
de. GCe.t-ci sonl-ils per'somnnircilettl 1c-
riliers.? Le seal ohti lace pour' eux pro-
vient-il de la ptcsencu de ieurs onciles et
lait[es ? Aulant de .;i-. -:' qiuoe f'on ne
"' i' resoudrL que pa1 r I, n ,';ivi' Los ne-
vI x l.-'. .lin es du .*1',1- i, e fita l ntli-
rel, no sonl'pas pest',ila l tt hi"riiin'rs :
l'actric leu 3 leIs ea ipjppo.-fls, en e'If-
fet, pour nn insi;nt, qi'ils s inlt stiuls,
tous les fr i'ress c1 so. rs di' -:,Ln[ Iia ti
I .'' -: enli'aniC t li;iiiiin e iii n i'ri. 're. InIa-
ti0' pridceddL, pourrntl:^ rclabuer
la succession '? on ; ils sonL coll .tl'-
rainx legiiiines, ce la tucc'.-siuni sera dr(vo-
lue ''xsclusivemnti aux collatiranx naita-
ruls, s'il y li a, ou Lble au ...z I I i
suNivant, ouu enliin A i'Eli; mais jaltinis
attx collail;raux lgiiinme. I:;ar ici, ces col-
lao-raux liigilimes in, pi'ivenlt pas invo-
quer Ic ui ice de a ,.' .i n ... ; il
leur lthdrait pouvoir veair' i leir cIlIe',
tl ils ne Ie peuveniii pas, Cnl ve i de F'ar-
;'-le 583. Its sont iiicapabtls re.ialivcoeiut
au defl'nt. Le seul obstacle pour eux no
vient done pas dt la prscttnct dcL leurs
oncles ot tarnls. Ils ap;i iieictint a uno
.iiir1.' serie, la st'ice IFl iim.ii
Cette -.[aliliin parail drCe Ct conlraire
it 'esprit du Code, qui, en gIt'!iral, favo-
rise les lefants 16gitiiies, en vue d'lhono-
rei le, in ii.i; -basede la iinmille. Mlais, non


set flernen ii fant prendre Ia loi idele qu'elle
est e( Uti pas subsliftnor ses 1d6sirs, sa vo-
1onttl A cen (xit l('g islaktenr, on doit, en
outred, se, rnppel rq eti iit Ic tie sue-
eession, it est Un III)i *l'cip 'mi II[ii ce-
lni die la rtkci proci[e. Ce qne, rions avons

nalurit s'a p)liquet neanssi LielnlI Ix ksctnl-
tfati is nat urels tl'un I'i'r-e fiigi i me, en con-
cours avec des oncles (tAt atle ie
ItI nonS rested, Si v'OItS IC x'o~tlez lien.
('\pritner litin vwu : (est qtie ic lfgislateur
intervitjenne p)ouri retiidri pins claitf'e.. plus

hit i\venient a Ia siPtIcCIon dtes (ititiF'1

nlurttie PleltI4ini, itpourIinm tielVle snn'>'1
u )If tin 111-' 1111. i ert' -1`1011 1 (I fi I li, i t

druit nis tinction, 111 poillf(I luens titl'InrSu
vl'etIi'nt toi cuIrnlinetti ole nitite Ila
n'e4 ontslfi I( 11111c Inttll',1)'







QUESTION PnATI1UE

NATIONALITY HAITIENNE

Qni est ha'i1tieni
A cette question, ha C(tonsti! 101 tie
Is ;' (11i noOtis It 41 acetuc elliu, sui-
vanl icii cela lonices cells ([Ui font
precec oc, rcjpond J) 'r son a r1 id-Jefe-)
lo. TwI'oil uii 1n e HaN oil

(Lirilt'tU lirlls ti"i rJ'' hila'r, nilrn rr.
11(1/i O ti1b'("r. dmle n": r ia a

1'lc ~onnnlr p:it' S )t pi~l'C

20. Ti o 'di'P. iv, it l flies! (105 l J ('O

quI'il o 'cucale de ma acre ha/:icinmwe
3o. Tous cii, qui jzsq'd c c1 'oarJ,
o011 61e reconnuills collmnnie hailiens.
A cette nonicnclatui'c (de j' assez
su~bstantielle, ii faut ajou.er 1'individi
cleevearr hnilicl par naliomitlisat'on (art-
ticle 4 ), el I'01 fimy,'i I flmic'e 6 tll hati-






REVUE DE LA SOCIETY DELEGISLATION 13

.........................................................'I i i I i iii iil,. I -r rl ...I.


lien ( article 5. ) Mais !a maliere de la
naturalization, joint a cell de la na-
tionalitd, exige un ddveloppement que
ne co:nporte pas le cadre n6cessaire-
ient restreint que nous nous sommes
trace ; c'est pourquoi nous nous con-
tenterons, cette fois, de parlor, seule-
men de la nationalist ( nationality d'o-
rigine et nationalild de naissance, )
nous rcservant de fire de la natura-
isalisain une lude dltachee qui fera
l'objct d'un article special.



Le premier alinoa de 1'article 3 pri-
citC consacre en ses terms le principle
du jus sranuinis g6iuralLement adopted
dans toules les l6gislations et fiisant
rdsulter la nationalist exclusivement
des rapports de filiation. Ce principle,
don't nous retrouvons F'origine dans le
I'Ioil romain, esl plus nature et en
mdme temps plus conform A la rai-
son quo celui du jus soli qui attache
la nationalitL au cas fortuit de la nais-
sance dans tel on tel lieu ; mais tous
les deux, quoique absolument diff&-
rents, peuvent neanmoins figure con-
curremmenet dans la mime legislation,
a preuve que nous les rencontrons
F'un a cotd.de l'autre dans le mime
article de notre pacle fundamental.
Ainsi done est h 1iii'. I jurre sanguinios,
haitiin d'origine, cclui qui nait dans
n'importe quell pays ( en Haiili on ail-
leurs) de pcre haitien, quelles que
soient la nationality et la race de sa
mdre. Celle-ci d'ailleurs ne pent elle-
mi.'.-n qu'nlrc haitienne, si elle est ma-
rice ih Iha'tien pere do son enfant. Par
li. note loi-m 're est rL.- ti- conform
aux / rincipes geiedraii.r du droit qui
font toujours deconler la nationality
de I'enfant de celle de son pere. Ob-
servons de plus qu'aucune distinction
n'est failed dians le texte entreolcs entants
Lgitiin,.-. et les infants naturels, cc qui
indique que Ics uns et les autres pen-
vent 6galement invoquer le b6Cnfice
du premier alinda de l'article 3.


Est encore haitienjure sanguinis ce-


lui qui nail, oil que cc soit,. de mere
haitienne non mariCe : celui-la, enfant
nature, ne doit pas, pour conserve la
nationalild de sa mere, etre reconnm
par son pore si ce pore est stranger,
car n'oublions pas que la reconnais-
sance du pere confere cu meme coup
sa nationality it lenfant. De sorle que,
pour I'enfant natural vis6 dans le deu:-
ieme alinda, le baeneice de la nationa-
litc hailiehne lui est assured sans une
condition que les prdjuges sociaux en-
visagent come une d6ch6ance on une
tare morale : a condition qu'iln'ail pas
de piece I
SProclamons de suite, pour notre
compile particulier, que nous n'accor
don anucune allention a ces distinctions
sociales, et que no're estime est ac-
quise i toute honnCte pe "rn-e, sans
qu'il soit besoin pour nous de savoir si
on est enfat lgitime ou enfant natural,
reconnu ou non de son pore ou de sa
mren,. Nous nous empressons egale-
ment de dire, en manihre de cii-',,..i-
tion, qu'il n'y a pas que chez nous que
la loi consacre cette thIorie: bien i'-,
Idgislations. notamment cells de la
France et de l'Angleterre, n'en d6cident
pas diff'remment. La cause en est pro-
bablement, a part la question d'en-
couragemen! au mariage,- dans c que
chaque people regardant sa nationality
come un hien, don't il ne doit pas
laissor perdre une parcelle, tons les
minmbh'es de la nation sont tenus, de
g6ndrations en generations, de conser-
ver et de transmettre intact l'heritage
common ai leurs descendants.



An troisiamne alinta nons vovons ap-
paraitro le principle du jus soli, restraint
il est vrai A une seule classes d'indivi-
dus et sensiblement mitig- par la ques-
lion de race. En effit, cct alinda incor-
pore dans notre nationalile des indivi-
dus nas sur le sol d'Haiti, mais ne se rat-
tachant ai nous que parce que, comme
nous, its descendent de la race afri-
caine. 11 est facile de comprendre le
mobile qui a guid6 nos 16gislateurs en
accordant ainsi la nationality haitienne







REVUE DE LA SOCIETY DE I) LEGISLATION


a tous ces descendants (Ie la race op-
primde A laquelle nous appartenons,
et Dieu me garde de napprouver pas
le sentiment d'une si genercuse soli-
daritt 1 mais faut-il aussi ([ue nous lie
prodiguions pas trop un bien si chere-
ment acquis par nos p(res. II y a cer-
tainement des measures ai garder sous cc
rapport, et dans les pays oi. comnmeici,
le jus soli est en honneur, on ne man-
que pas toujours de prendre certain
precaution destinde A 6viter les conflits
avec d'autres pays adoptant le svstime
contraire. Celte precaution est le droil
d'option laiss6 a ceux auxquels Ic
hasard de leur naissance a atlibudi une
nationalist autre que celle de leurs pa-
rents. L'option consisle dans la li-
bertl accordde a l'individu de cloisir
a sa majority entire deux pays, don't iun
leidclame parce qu'il a vu Ic jour,
et laulre parce qu'il est la pairie de ses
anctlres et que fort souvent ji y a nli-
meme ses aflections et ses inerflts. Ce
n'est assurdment pas en le retcnant de
force dans l'une ou l'autre nationality
qu'on lui inspirera 'amour de ses con-
citovens et les sentiments que tiut
ihomme cprouive natur'licnenit pliour
son pays. Qu'il soil libre an contrairce,
que sa conscience, sa volonte, ses in-
i'-rces le ddterminent dans le choix ide
s! iitioailiC, et alors le pays aLuquel
il aurY dt)ion'( ses prl)I'rences sera lon-
dt a aiceh eiC dCe lui les sacrifices qul'i
es !endroi (i exiger dc tons ses enfants.
HIors de la, c'est-A-dire sans le droit
d'oltion, 1nous ne pourrons jamais fire
quie tous les iils de Ima lminiquais, de
guani eloupcnis, de jamaicains, etc. des-
cendanits d'africains que le hazard i t'ait
naitre chtez nous, soient de vrais, de
bons haiiiens. D'ailleurs, cn fail dc des-
cenldants dl';i'ficaius, ne sommels-nolus
pas dians !e iimonde les scults iindcl en-
danis'' tous les aulres replisenlanIts li-
I)res de la race ne fonl-ils pas partie
d'uiie nationaliltd que!conque qu(i les re-
clanme; et don eux-niimes sc ; i chiment
voln tiers ? Comment alors r)ouITl'Is-
nous les assimiler sans leur conisenite-
ment express, sans la liblre manil'esiation
ic Icur volontd ?...
Dans L'dat actual de la legislation


univ erselle, on pent dire qi'il est im-
possible a aucune nation d'appliquer
dun jus soli, te les Elats don't la ldgis-
lation ne prcvoit pas le droit d'option,
s'arrangent c,tlre CLI par des accords
diplomuattiiqe's pour eviter les difilillls
pouvant nailre de la difference de leurs
lois.
Malgr'd ces prcceples de la lthorie,
les individus visds dans le troisicme
alinda de I'article 3 sont Iiaiiens jure
soli, haitiens de naissance, bien que
lenrs parents soient strangers ; mais
oes mines individus, au regard des lois
des pays respectifs de leurs parents sont
aussi stjets francais, anglais, etc, (l'oi
conflil entire nous et ces auties pays
(uand il s'agit de la condition de ces in-
dividus.
It est a remarquer que la silualion
i'est pas plus fausse pour les Etals Ique
pour les individus don't la nalionalid
csl ainsi dispute, car tout cetemps que
la question n'est pas definitivement 1r-
glce. ces mallieureux se trouvent cn
faith avoir deux patrics, et, comnme rnul
ne doit avoir deu.x pastries, pas )lus
qu'on ne peut servir deux maitres a
la fois ", autant vaut les detacrcla swis
pawlric, ce qui, en droil international,
est qualitic t','. qlindj, inhir nutioial.
Voilai o t conduit i'absence du droit
d'opliou de nos lois: it fire tie ces con-
gendres que nous voulons specialcment
privilegier, des tlres louchis et dou-
teux, sans aliache patriotique, ((.jouis-
sant de tous les advantages el cvitant
louLts ls charges, t issi )ien en Iaili
que dans leurs pays d'origine o, prets
Iimc (inelqlue fois a tout entreprendire
centre I'un oun 'autre des diux pays,
suivant (lue l'intlert du moment les
pOiussC e 1' un ou de l'autre c6td.
Nous avons trop it',.'1t chez nous
de la situation cquivoque de cerlains
individus, descendants d'(afiica(ins (i
cou)p sur don't nous n'avons pas pris
soin de lixer la nationalild, ct it est A
ce sujet tel fail assez recent encore
don't le souvenir ne doit jamnais s'cftbr-
cer de notre minmoire.
11 scrait b1on que(, soil par des traits,
I soil par une revision dc nos lois, nous








REVUE DE LA SOCIITIE DE LEGISLATION


-- --I-- m. ---------E .'"wmenn lia l s ici -5-- me----- -- ---.- -- -- -


parvenicns mietlre, sous cc rapport,
chacun ct chaque chose a sa place.
C'est unIIe fate grave de la part d'un
Etatde laisser subsister dans son sein
des individus sans nationalild dcfinie,
lesquels. tantot 6trangcrs, tant6t regni-
coles, sont capable ai un moment don-
n6 des cous les plus inattcndus. Ces
individus de nationalist hybride,- vrais
)on0strosi les sociales,--sol un danger
pour le pays qui les tolee, car so mne-
lant d& tout ce qui constitue la vie na-
lionale, leur role considke le plus son-
venl i tout emlirouiiller alin ile tii'e
profit dte leur double quali t d't ranger-
et de nalionaux.



Le uuntarire et dernier ali- i'a est
une ricoapitulation de lous coux qui,
jusqu'i la da:e de la Constitution,
etaient comnus pour hiliiens : de tous
ceux, blanc., niegres oin individus, qui,
depuis 18i 1 ont tid aidmis i se fixer
co ime t els dans le pays ; ad tous ceux
qui. par naturalisalion on aulrement.
avaient (cquis pour eux et Icurs dets-
cendit ni.s in naionaliti Ihanienne : c'est
la confir:"nation de leiar pi.)is'cssiol? d ei tl.
- D)ns cell caligorie, ii convent de
classcr aussi ceux qu si soi ns sons
l'e inpire diendos aiicienncL lois de femmi es
ha'itienplns n11rides oi non marides,
reconnlll on inon de lenrs pil'es itran-
gers : car dl.s la fonldaion de la Pairin .
routes nos lois ont ild d'accord pour
declatirer aippiar nir A no 'e nationalist
ceux qui naitraienl de p6res on de
mires haitilens dans cl p1yson ailleurs.
On dira penit-tre q(ue ces nnciennes
lois onlt de alrogdes par cellesmainte-
nant ci \igueur, nais n ''"- ".. :t
qu'on doivC quand mime recou rir i
elles li les les fois qu'il s'agit de doler-
miner la Inationalie des individus nc-
tuellement vivants iqui ont plris nais-
sance sous lour emp]ie, ainsi que des
descendants do ces individus. On com-
prend iien, qu'A moins d'une cause
quelconque de decheance. ccs indivi-
dus, avant acquis la nationalist ha1i-
lnn,. p)ar le tail des lois existan! t
l'dpoque do leur naissance, n'ont pu,


mnalgrol tout changement survenu apres,
quco conserve cette nationaili(e et la
fransnil etie ii 1011rs enfan ts. C'est le pr1in-
Cipe In non-rliroactivit6, applicable
aussi bien en moliere de nationalt6
qu'en tonte antire matic~re.



*Iusqn'en it in, to marine entre hal-
li ons ci tr .w ,lal it Oiron d6flencht
parI' nos' lois, du mili ns flofl aldmlliS dons
rons cnwzncl e. t ISlorsqul cetle do-
(que HO Vi, dile Ifoii Dribois, du nom
tin son "Iour Vint <(auturiser Ces 5sot-
toY'i;ioni en Ins r6dglcnentank elle
m~int nt cbicun des dcpon\ d(ns sa na-
15MRS* ponpce et d6cInra h'iliiens les
t o d'eux- ,'e n'esl quen
1871 u'nurp n''''lle clhile consiiin-
eilcll fl xolke qui consacra le
p in aa I'iu en xin pen 0 for-
106 dl'upiis pac ia Constilution de 1S7M)
1mr ui 1PA deI phicineil dlopris Ic-
pul H 1 i Inio bait il Pe maicl Ai till
Xn;gn;- 11,r Ida 10 nlionalilde hblionne
N --4 o a;vc Ole Ins enhials, fruits

Pa. wnrl-K:-ii)wnt, H -n'v a nuenne tif

(I ---
'~cI ]an cc ond ition des
iw ix Ns t"187i :8r; its sant haY-



ciu -, ii unoit pil11 6tr LaC~ uitl~ OflO
EN d-'' r p"res. Quant "' CeLI'Kc1U
tont prii s nnissnnco 1(ipuis 187,i/- jasiu
son't n16s d ~illitiliencs ila

tI .1 Jo pre (ion sl0 its s ont
ci a :n 'at v A i so b o d i git& rw iitsnon ti L
din ff1 eocoest lorSqL'ii faa td"obl la
AlPo dei d s indi kititis 11, A 015 snYe1.-
rdc In a Gnsli i [tlion actue]l cq, on
11 v. out toen so coi~nl l aldtil aK print-
cm",:l (:Tf IH di' tdroil, fail enl 1110
temlps Wrand d1at do Ih question (do
w. Ainsj, cite attrihne 0~ nalioAid
1ini jn 1eii tons Los desco nala ts, Wi'ari-
cr'uns 16 (10115 IC ltlay5 Cl ArCi11ii501
des, 11 tindi us dics autPOrestlOcs, lecsqtwls,
hi en qo'- piac&.s cans les rn16ni' Con-
MI~ons' qjuoin 0 premniers, Kann1 eu1\.
c(ae I a- !'oan-111 Ac so nato I'llisel*. Ce

T& doi a'in io lhorioi, dojhiloars conto-s-







REVUE DE LA SOCIETY' DE LEGISLATION


tee de la formation dcs nulionalil&,,
introduire dans note sslt0me les prin-
cipes connus dans la matiere, ou en-
tendait-il seulement faire une applica-
tion partielle du jus soli ?
Il n'entre pas dans notre cadre d'ap-
profondir la pensee du lgihlateur : tou-
jours est-il que de la combinaison du
troisihme alinea de l'article 3 avec le
deuxiime alinda de l'arlicle 5, il i ti-uli
une anomalies tris curieuse que nous
gallons essayer de faire ressortir.
Supposons une haitienne ( de des-
cendance africaine ) marine un dlrau-
ger. le deuxikme alinda de l'article 5 la
ddclare inmmdiatement depouillee de
]a quality d'hailienne. Vient-elle ensuitc
a donner le jour a des enfants sur le
lerritoire d'Haiti, quelle sera la natio-
nalild de ces enfants ? Seront-ils dtran-
gers come dtant issues de parents
dOrangers, ou haitiens come nes de
mrie descendant de la race africaine 2?
Situation bizarre! D'un c6cl la loi d6cla-
rant d6chu de la nationalist haitienne
la femme haitienne qui spouse un dtran-
ger, d'un autre e6te la meme loi a'lri-
buant la nationalist lii.,iL II-e aux en-
fants nes dans le pays de parents de
couleur quoique elrangers. Notez que
Ic raisonnement serail a fortiori si le
pCi cra irnger descendait, lui au-si, de
!a race a;iicaine : l'e:'ant liendrait
alors de dcux c6tis a 1'Afrique.
Que d(cider dans I'occurrence ?
Personnel, que nous sachions, n'ayant
jamais abordi la question sous cellc
lace, il nous est impossible d(e nous
player sur aucune opinion pour baser
la n6tre. Le sujet cependant vaut bien
la pine que quClque aulorit6 en la
traitant avee loule la competence vou-
lue, lui done la situation qu'il rd-
clame.
Pour notre part, nous n'hisilons pas,
en attendant, a d6clarer que les indi-
vidus places dans les conditions que
nous venons de decrite solnt hailens
tout anssi bien que ceux expressiment
mentionnes au troisieme alinca de Far-
ticle 3, puisqu'en fait ils sont nis en
lHaUi de mires edrangcres descendant
de la race oricaine.!


En r6sunm, la question : qui est
hailien ? pose an commencement,
nous repondons, Ia Constitution en
nain :
Sount halicl :
a lo. Tous les individus, enfants 1-
a gitimes de peres et meres haitiens,
Squelque soit le lieu de leur naissance;
a 2o. Tous les ind.l, idl-., enfanls na-
a turels reconnus par leurs peres hai-
a liens, quel que soit encore le lieu de
a leur naissance ;
a 30. Tous les iii,; idius. enfants na-
a turels reconnus sculement par leurs
a mnres hailiennes, lonjours quel que
a soil le lieu de clur naissance;
l l.o. Tons les individus, enfants ld-
a gitimes ou ,. if.jills naturels, nes en
a Haiti de pores ou de mrces ilr: niiLri,
a pourvu qu ils descendent do la race
< africaine : e, pour voice de consd-
< quence, les individus sans peres ni
a mei es n6s ou trouvds en Haiti et se
a rattachant a la race afrir caine;
< 3o. Tons les individus naturalists
a li.niiii.n- scion les former 6tablies par
a nos lois, et leurs descendants depuis
a leur naturalization :
a 3o. Toutes les femmes d'origine
dirangere marines, a partir de 1871,
a h des haitiens ;
a 7o. Tous ceux qui ont tnirjinurs
< joui de la quality d'lailiens, savoir
a les descendants des anciens blancs
a allemands et polonais admis i. I'dpo-
a quCe de I'Indipendancc a so fixer dans
a le pays A lirie d'lh.ili en ; les individus
a de race aifricaine ou indienne n6s en
a Haiti sous empire de nos anciennes
a constitutions de ., 186, 18-19, ain-
a si que leurs descendants; les indi-
( vidus nds avant 1874 de meres hai-
t liennes, peu imported la qualild d'd-
h rangers de Icurs p6res ( ceux nes
a apris cetle dpoque jusqu'en 1889 sui-
a vant la nationalist de leurs press) ;
a 80. Enfin ious les individu nes de-
a puis 1Ss'i, en Haiti, de parents tran-
a gers d'origine, ou de phres haitiens
a naturalists tl .ingero, on de nmres
a hailiennes revenues 6trangcres par


(11(ii111.11111ill~llIllllit I~.iillli (1lllii I(i.( ) 1; i 1111ii111..(ililii( ili~ iilllrl/ lii~ II ill 1.1111







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


i leur marriage avec des Airangers,
t pourvu quC tous ccs individus aient
s une goulle de sang africain dans les
o vines 1,.
Saul erreur ou omission,- ce don't
nul mortel ne peut se vanter d'etre
exempt,- nousI. (Tl, (i1 a avoir rassem-
bil dans ces liuit paragraphs routes
les categories d'in ridus pouvant se ran-
ger sous I'egide de nationality hailienne.
A cliacun maintenant dc trouver sa
place dans l'une quelconque de ces
diverse categories, lesquelles, quoique
a deis titres ,ll.' :1i.1t-, torment par leur
cohesion ce qui s'appel!e la Nation.
La Question do nationality est une de
ces questions vitales don't ['importance
ne doit echapper A aucun de ceux qui
se mnilent dtI gouvernement des Etats.
Aussi ne crovons-nous pas trop nous
app)esanlir, a Ia f in de cetle dlude, sur
in nicessit6 de inett'e, sous cc rap-
[pol(, n ('re lidgislateur d'accord avec
les progress realisds par les autres peu-
ples, ne serait-ce que pour n'avoir dans
noire sein (iue des individus sincere-
mient nderes el sur le concours des-
quels Ie payspeut ldgitimement omp!er.

M-tlv .i.t: EREIlE.


0', .r: .!ts t rP setiPre s la ha Soci-it dei
L is,-i-: ) s(Vict S des d.:isions p.r e!'e
a.l:,/'cs rc!iliv.'i::ct aux conclusicos ide inou
r,'ppari dU i) O:toire Igor.

o. A pi.- s dc !i IAr cd ilh J ll 4;n c ques-
tion. -- Avant !.: Ie principle de solution :
1; savoir que 'art. 25 de la loi d'organisation
judiciaire de IS35 trablit une presoimption de
voloInt, je n'ai pas rechIrchi (avais-je A le
fire ?) si cette prisomption comnporte ou non
la preuve contraire, car il v a on le sait des
prisomptions egailes qui admettent cette pre-
luve- En general imcmne elle est receivable
centre elles.
L'opinion adopted i cet dgard a done un ca-
ractcre plutot ampliatif que modificateur a 1'e-
.1 du rapport.
Celui-ci diniontre la nicessite d'une enquete
rgulihire pour i'Atablissement des faits d' oi
pout resulter la presomption ci-dessus. 11 va de
soi que cette eiqucte doit Atre contradictoire


ct entourde de toutes les garantics d'impartia-
lite exigdes en pareil cas.
Les membres et le doyen du tribunal auquel
appartient le juge en cause doivent-ils obligatoi-
reient v figure ? 11 a etc d6cide que non. II
me semble pourtant que la solution contraire
s'impose, au moins dans un cas, celui oh Ic
juge menacA il- .... un conge, d&livrd par le
tribunal ou son president, comme cause va-
lable d'empdchement. La presence, A 1'enquete
dc cclui ou de ceux don't a il obtenu ce conge
apparait ici avec un caractere d'indluctable nc-
cessite.
Au surplus, la question peut s'elargir et em-
ncr ccux qui 1'examinent a rechercher si certe
enquete n'est pas attaquable par le juge int&-
ressd et meme si la decision qui frapperait celui-
ci en vertu de l'art. 25 sus cite resterait en
dehors de toute voie de recourse ?
En ginral a loi organise des procidds de
recurs a 1'Agard de toutes les decisions ju-
diciaires, et il v en a meme ponr les measures
purement disciplinaires. Serait-il raisonnable
d'admettrc quc le juge place sous la menace
de 'art. 25 restat dinue d'une parcille arme
de difcnse ? Si notre legislation la lui refuse,
c'est qu'clle est irrationelle en ce point. Si
clle ne fait que se taire A ce sujet, il v a lieu
de provoquer au plus tit la reparation d'une si
grave lacune, soit par le vote ligislatif d'un
text spAcial, soit en mettant A contribution les
principles existant pour trouver et fonder, a
Paide d'un travail de coordination, une solution
doctrinale susceptible de proteger les juges
centre certain dangers qui les peuvent at-
teindre.
Dans le cas concrete qui s'est pr6sentc ricem-
ment et A propose du qncl les questions reso-
lues dans mon rapport ont 6te soumises a
note etudc, les juges du tribunal se trouvaient
en harmonic. Ils se sont unis pour soutenir
le bon droit de quelques-uns. C'est tres bien
et il n'y a qu'A applaudir a ce spectacle d'union
ct de bonne entente. Ne pourrait-il pas se
produire telle circonstance oi les membres
d'un tribunal, se faisant complaisamment les
serviteurs des priventions ou des rancuncs
d'un secretaire d'Etat, se ligueraient au con-
traire centre leur college pers&cutd, au lieu de
le soutenir. Oh done, en cette hvpothese, ce
dernier trouverait-il une suffisante protection
de son inamovibiliti et de sa consideration,
sinon dans 1'examen impartial auquel donne-
rait lieu un recours l1gal. Est il possible,
en Fl'tat actuel de la legislation ct du droit, de
faire admettre ce recourse ? C'est la une recher-
che des plus intiressantes a effectuer; des plus
inportantes aussi, puisque, aboutissant A une
solution favorable, elle aurait-pour risultat








REVUE DE LA SOCIIETE' DE LEGISLATION


d'dtaver plus solidement le principle de 1'inam:- n'est pas I'orciment avancer que Ics :iiour,
vibilit6 judiciaire et de contriibuCr accroitrc immidiats en soet ligalclment resp onsabil). II
le prestige de notre justice national. v a en droit p'nal des irrcsponsables, ls com-
20- Comne deuxiOime suite d'observalions, imettent quelueinois des acts dClictuel. Is
j'ai a fire constater que je ne nm'tais pas propose nen soot pourltat pas puns. -- cc qou n' e -
d'klucider, a propose de la dernikre hypotsec piche que. A considrcr les chose di'une laco
solutionnee dans mon rapport. une question toutc objective, c.c, individus n'ailit conlnis'
de responsatabit, 'i utailiti pniale. o. ii- une infraction pc talc ct quc Icur actc co>n id -;-
lique ou administrative. J'ai parlc des d i- en soi, constmtitucin ui imauvais usI dsac.' d !.
taires de la force publique, cntendLint indiquor libertA d'action. nc soit rdprouvsblc. D'o;c il
par lI les motcurs, les directeurs dc ccttc iforce, rcssort qui ii1mc i ja.lis eu 1 coi:si.di'r
ct non leurs auxiliaircs. ceux qui sot mus au la situation proicre des simtols au.iirc,.
lieu de mouvoir cls autrs. dS instru I'acti ccrctic d: I'lr
C'est A ces derniers qu'un de mes colleagues la dCclaratiolln 1a ie dc min rapport cui pi
a fait allusion pour les ddclarer non rcprochia- subsister, tille quclle. Cc i'cst tout dc mL';i
bles au cas oh ils so prteraicnt a l'exicution pas cux qlc i avals ci viuc.
d'un jugemrnnt rendu par des jugcs inlconstitu- I sx DIVOTI
tionnellement introuisis. Cc sont Ics Iauctrs, ----------
'les prciniers que j'ai voulu indiqucr ct je per-
siste a croire que, en usant dc la torce ora- ("';'; i i < / 'i, -, No .1: s
nisoc de I'Etat pour fire inmttre a xc ution hiureus dc rcci!ier une lI'cre errc r c.mmn '.
un jugement entachi du caraciere illIga ct JT O t:e dernier inum 0i props de, l:K '
inconstitutionncl privu au rapport, ils cn te-
raient un emploi blhiable. qu'iis en m susce- r Co:mnl';s:o de inito s
raient done ct que leur initiative A cet ecard tiercs.
suivie de l'execution effective des condanin- NIM. Athm,:tlc Ia.ifor-" et F. Mai'. i-
tions, constituerait une infraction aux condli- i ,
tions d'dquilbre de la socit, don't les imm- n ava t ps t si ement .t.1chs i
brcs ne so sentiraicnt plus suffisammnIt pro- Commission hailticnnc .1 titre de mncm~l's tec!-
tigys dans leurs persomces. Da reste, constatcr niques. minis no'nm1ns memnbresr d la Com-
qu un mauvais usage est faith d'unc force quel-
conque et que dc cet usage il result une at- s m e c rpaementde Dr
teinte a la suretC gienrale des individus, cc ct TIhals Ianiat. G, S.



Membres Honoraires de la Socit6 :
P. M. Appolon, ancien Secr6taire d'Etat del 'liitruction Pullique. --Mr Ch. VVeyian n.
M. U. St Armand, ancien Secrdtaire d'Etat das Travaux Publics,

Menibres Correspondants ;

MM. C. D. Durand, Doyen du Tribunal Civild (i Capi)-HIitien. A. lean-Pierre. ( Port-
de-Paix ) T. Polissier, ( des Gonaives i e)pas-Mdlinia, Ancicen Doyen du Trili-
na Civil des i Cayes ) E. Bellande, ( Jacimel. ) D).Delorme, ancient ministry plunipo
tentiaire d'Haiti. J. N, Desroches, ancient consul d'llaili .i Bordeaux. louis Jh.
Janvier, Ministre resident d'Haiti a Londres. (Gragnon Lacoste, Consul honoraire
d'Haili a Bordeaux. ---S. Viard,Consul honoraire I 11 I a St Etienne. --- Ioeyaerts,
Consul honoraire d'IIaiti a Bruxelles. --- Ch.Preston. --- C Villevaleix, Ancien Ministrc
d'Ilaiti a Paris. --- B. Sylvain, ancient Secretaire de la Legation d'lailti a Londres. -
Robert Lafontant, avocat, ( Jacmel ) --- Cdlicour,. Leon avocat d6puti du people, -
Ed. Corvinton, avocat, ( Cayes. --- J. M. Grandoit, ( Anse-d'Hainault. ) A. Cldrid -
C. Chassagne, avocat, ( Jir6mie ) --- F. Desert, ( Gonaives ), Saint-Cnme,c avocat
( Saint-Marc ) Alfred IIenriquez, avocat. Turenne Sylvain. ( Port-de-Paix,
T. Guilbaud, Sdnateur de la Ripublique, ( Cap--Iaitien ) J. Adhemar Auguste, avocat.
Cap-Haitien.







9O) annee, N, 2. Port-au-Prince, Janvier 1902.




REVUE
DE LA

SOCIlETIE DE LEGISLATION
PARAISSANT LE 2 DE CHIAQUE MOIS.
COMIT'I DE DIRECTION ET DE RIEDACTION:
AMM EnMoxn ILESPINASSE, PRiRSIDENT
JrtSTINx OI ZON SECRETAIBE-(IENHALX
A. BONAMY THESORIER
SiLoxN MENOS
.1. L. DOMINIQUE'
En. HIEAUX 1EMBIES
CAMILLE St REMY.




SOMMAIRE

Sc dances di e la SocicLt.
i)Droit Administratif: Happo-rt doe M. HERAUX.
Droit Inlernational: Rapport de M. DOMINIQUE.
PIroc'durd e ivile: Rapport de AI. ETHEART,
Ordre de's Avocits : Conclusion de M. ETHIEART.
Vari6ls: Ecole des Sciences appli(qui's.
M. Pierre ,Lallcur : Necrologie.

AI )NNEMIENT : I'n at : P. 4 Le NIunPro P. O 40

Adre-ser la correspondence. rue du Centre. No 128,
ch:cb I" President de la Socici;.

PORT-AU-PRINCE
1:IPIHIMERIE 11. AMInAlB i
136. Hir ('h1 Cenr.c, 1:16








BEVUE )E LA SOCIETY' DE LEGISLATION


SEANCES DE LA SOCIETi la discussion sera reprise ult6rieure-
... ..M.J.4 ment.
Le president declare que le but de
Reunion du 28 Novembre 1901 l'Assembl6e g6n6rale avant 6te atteint,
PRESIDENCE IDE M. LESPINASSE. la society est en reunion ordinaire pour
poursuivre l'ordre du jour.
M. le president. Je vai3, Messieurs,
Sont presents Messieurs Lespinasse, vous donner lecture d'une lettre du
Bouzon, Bonamv, liraux, D)ominique, I)octeur Lebrun Bruno demandant A
Laforest, St Remy, Svlvain, Baron, na socidte son opinion sur le cas de
Baussan, Ethliart, Viard. Monsieur Boyer, etudiant en Mede-
1l. le Secrdeaire donne lecture du cine.
proces-verbal de 1'Assembl4e gandrale M. Laforest. Depuis .la reception
dui 21 Novembre. de cetle lettre, le 4 Novembre courant,
M. S!lvain fait observer que son ar- nous n'avons pas eu de reunion or-
rivie a en lieu avant I'lection du Tr&- dinaire, je n'ai pas pu done la com-
sorier et le )premier vote donned au muniqueri la society.
Secretaire-genueral, et que c'est a ce Lecture est donnee de la lettre sui-
moment qu'il a prononec les paroles vante du Docteur Bruno
portCes au proces-veral. -- La rectifi- Port-au-Prince, le 4 Novembre 1901.
cation a iht file dans ce sens. Messieurs les membres de la Soci6lt
M1. Hei'rMn.. Puisque nous modi- de LUgislotion.
]liIC les stltuts el que nous croons
toute une nouvelle categorie de mem- Messieurs,
bres.je propose qu'il soit ajoutd a l ar-- Je vous prie de vouloir bien m'excuser
tice ii que la sociiet est compose d de vous distraire de vos interessantes oc-
membres fondateurs : on donnera ce cvpations. Si je le fais, c'est que je pense
titre I ceux qui out eu 'initiative de la que les questions que je me permets de
society, les premiers en out eu Fidde. vous poser rentrent dans le cadre de vo-
Le president prie le colligue H~raux tre programme et que I'autorit6 don't
de reserver sa proposition pour la vous jouissez en matiere de droit, ni'au-
prodnie aprs la saiclion d orise dans le cas actuel a m'dclairer de
vrai. ali dup s- vos lumieres. 11 s'agit du faith suivant
que je crois devoir vous exposer bri&ve-
Le proc0es-verlal, apres quelques ment, vous demandant ndanmoins dans
modifications, demeure sanctioned. votre jugement de faire abstraction de
Le president announce a l'Assesmblee toute personnalile, etde ne vous en tenir
que I burleauL a donnd connaissance quaau principle. Pour la bonne march
au Secrdlaire d'Etat d(e 'lntirieur du gtnerale de notre jeune soci6td, je crois
renouvecllementl du Comit6 de Direc- qu'il imported que les citoyeus, quel que
tion et communique la rdponse du bi- soil leur rang et quelle que soit leur au-
nislre. torild, se courbent devant les loisqui nous
regissent et n'y substiluent point leur
31. II';r(ux revient sur sa proposi- vo!ontr. Voici le faith qui mla emu et qui
tion relative aux membres fondateurs, me pousse a avoir votre haute appr.cia-
it est soulenu par Monsieur Sylvain; tion :
its sent comballus par Messieurs Lafo- Mr Victor Boyer n'a plus qu'un exa-
rest, Bonamy, Baron, Domrinique. mer a subir pour I'obtention du grade
31. le secr ielire fail observer que les de Docteur en MNdecine L l'EcoleNatio-
motils de la convocation de ce jour nale de Mldecine. It doit subir ce der-
etant arrdtis, on ne pouvait pas sta- nier examen l la rentrle des classes.
uer sur lIa motion 1u6 college 11rux. Le jour de l'ouverture de I'Ecole, il se
er sur la moon d oll'gne llerx prsente et recoit I'ordre du directeur
La socield consullle decide, -- toute de cette Ecole de se retire avec notifica-
question de principe reservee,-qu'elle tion immediate d'une exclusion d'un an
n'examinera pas, pour le moment, la de l'Ecole lo pour avoir as-it.,. a des
proposition du collgue HIraux don't reunions ol 'Ecole de Medecine n'dtait









REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


point mnnagee 2o pour avoir tait une en-
quete sur la liberty de la collation des
grades. J'ajoute que M. Boyer est aig6 de
29 ans et qn'il est professeur et directeur
d'un journal medical, aLa Lanterne Me-
dicale). Mr Bover 6crit a Mr le Secre-
taire d'Etat et le prie d'intervenir dans
la question, Mr le Secrtlaire d'Etat ren-
voie Mr Boyer a 1'Inspection scolaire.
Celle-ci sans avoir vii Mr Bover, sans
avoir pris de renseignements, sans au-


ment les course, le droit de prendre seS
inscriptions ?
Parmel-elle, en l'absence d'un text ex-
prcs de loi, de lui enlever ainsi le hinc -
fice de la --. ,l.n ilI' n cessaire a la soute-
nance de ses examens et de reculer l'e-
poque oi il pourra jouir du fruit de son
travail ?
Vcuillez agr6er, Messieurs, mnes trbs sin-
ceres salutations.
Dr LEiamu BRUNO.


cune enquete, fait au Ministre de Ilns- I le president. Pour rpondre t
traction publique un rapport qui conclut
au maintien de la peine prononcee par usage de la Societe, je vous demand
le directeur de 1'Eeole de Mddecine. s'il v a lieu de nommer une conuniission
Le Ministry de [lnslruction iubliquc, pour nous faitre un rapport sur I'o)bjet
Le Ministre de Finstruction publiquedu DP0ocCcl- Bll' *ro. 1otre!
se basant uniquement sur ce rapport et dC ] ]etrc (i 1)ocleur Brno. Jattire
sans aucune enquete personnelle ratilie parliculiOreimnet votre allenlion sur cc
la condemnation de M. Boyer. point; nous ie deevons Inouti occuper
Avec votre appreciation sur cette ma- que de l'appricialion des questions dc
niere d'agir, je vous serais hien oblig droit itqi nouls sonl soumiscs. Qiuant
de m'6clairer et d'6clairer 1'opinion puI- aux decisions administi'lives qui sont
blique que la question interesse au point rappiel)es dans la letire, nous I'avons
de vue du droit, sur les questions sui- paIs le jilcr.
vantes : lo (a) comment s precise et o il M. tonInI]. Quand 0 no avons
s'arrite la jurisdiction des autoritks sco- cu a donner notre opinion sur la ques-
lairessur les 6leves ou 6tudiants des eco- lion (e collation ties grades ([qiI nous
les nationals, en matiere disciplinaire ? vail s mise le Iocteiir L. Auiulill,
(i) La conduile d'un 6tudiant en Ilde- .
cine hours de l'Ecole national de \Iede- 'nous ne I avons examinile (u point
cine releve-t-elle de la discipline d 'E- '-- lCe vue des principles. Nouis In diono s
cole ? pas notre attention La routes les consi-
2o L'art. 63 de la loi de 180 sur 'Ins- 'd rationls de nos correspolndlnls. -
truction publique ne prevovant pas 1'ex- (C'cs la constant facon de faire de la
clusion temporaire d'un leve des kcoles society.
nationals, mais seulemient l'exclusion M I B1Sssn. Je propose de conlier
definitive d'une cole pour cause d'insu- le rapport l unie commission de deux
ordination habituelle et I'inteirdiction memnbres qui seronti choisi au scruinl
d6linitive de toules les 6coles en cas de secret .
faute grave on d'immoralit6 ; et I'art. 18 A Bonamin. .e suis contre la pro-
de la loi de 1870 sur la reorganisatioan position Laussan cCes' toLIou.rs Il
de I'Ecole national de MWdecine se con-
tentant ide dire que les inscriit)ions des president qui lesigne iunl college pour
61eves, I'uniforme et la discipline sont ('ul(ier cls queIstions soilnmises at la so-
r6gl6s par le Conscil de Surveillance et les cidt1.
course par le directeur de I'Ecole, sons 3I. le secrfldlr. I't puis 1non10 ner
I'approbation du Secretaire d'Elat, la dis- deux 1rapporleurs, c'est perdre (I temps
position des reglements de 1890 sur 1'E- on ne pouIrra pas toujours se voir p0ourt
cole Nationale de \Mldecine et de Phar- conflrer.
macie qui prevoit (art. 24) qu'en cas de M. Ic pr sidenl. -- La question pose
faute grave de la part d'un etudiant ou pr l I i
d'un boursier, I directeur peut lui in-par le oct Bruno est asse dlcate
terdire provisoirement les course est-elle et 'trs importltate pour la jeunesse de
1lgale ? nos ecoles, nous devons nous en occu-
3o Dans I'hypothse de la 16galitc de per le plus l6t possible.
cetle disposition. autorise-t-elle le direc- AM. Boussan. Cest parce que la
teur de lEcole Nationale de Mddecine ou question est ddlicale que je propose
les autres autorites scolaires i refuser (ie inolmmer dcux'ralppor telurs ; ils pour-
I'dludiant qui se voit interdire provisoire- ront dilibdrer en1re cux, 6tudier ia fond








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


la question et nous presenter un tra-
vail complete.
M. Sylvain. Ce ne sont pas seule-
ment les deux membres de la commis-
siou qui ttudieront la question, mais
cc sont tous les membres de la Sociedt
quand ils en out le loisir.
La society, consulate sur la propo-
sition Baussan, decide que, selon l'u-
sage, le presiAent choisisse un mem-
bre pour faire un rapport sur la lettre
du Docteur Bruno.
M. le prCsident. Je prie le collogue
Hdraux de vouloir se charger du rap-
port et de nous le presenter, si c'est
possible, i la reunion du 5 DIcembre.
( Le prisidcent continuant ). Voici
la question de droit civil qui nous a
iet pose : k Un enfant ligitime peut-
, il reprdsenter son pere dans la suc-
, cession diun once natural, le pridd-
< c6de et le de cujus elant tons deux fils
(( naturels, el concourir avec des freres
i ct sceurs naturels du detfunt ?
Le collgue Bonamy a la parole pour
presenter son rapport sur la question.
M. Bonamy lit son rapport.
(Voir le ler numero de la Revue,
9eme annee. )
M. le president. Ne conviendrait-il
pas d'attendre que le rapport soit irm-
primn pour etre discute dans la pro-
chaine seance. De cette facon chacun
sera a mn1me deltudier la question et
de presenter un travait complete.
La reunion decide dans ce sens.
M. le president. Le colligue Eth6art
soumet a la socidt6 la question suivante
dc droit international.
(< Est-il nccessaire, pour penetrer
chez un stranger habitant le ter-
r ritoire de la Republique, que le
i juge de paix et les officers de police
( soient assists d'un representant de
< la ligation ou du consulate de cet
. stranger ? ~>
M. Eth&ert. Messieurs,j'ai lu dans
les journaux quotidiens, que le juge de
paix et les agents de la police, pour
denrtrer chez des strangers qui avaient
commis quelques delits, out demand
l'intervention des legations et des con-
sulats pour remplir leur mission. Le


fail me parait tellement normal et im-
portant, que j'ai cru devoir m'adresser
a la Socitte pour m'6clairer sur ce
point. Voila pourquoi je vous pose la
question a savoir si cette immixiion.
des consulats et 1egations ne comporte
pas un 'danger.
M. Ieraux propose de discuter et de
resondre immn diatement la question.
M. Lespinasse. Les questions inter-
nationales, quelque simples qu'elles
Sparaissenl,sont grosses de consequences
quand on les examine de bien pres ;
c'est pourquoi, je propose a la Soci6te
de suivre, dans la circonstance, son
usage habituel et de nommer un rap-
porteur.
Cette proposition a 6td agr6de.
M. Dominique, sur la pri're du pre-
sident, a bien voulu se charger de fair
un rapport sur la question de Droit in-
ternational pose.


tRUNION DU 5 DEGEMBRE 1901
Presidence de M. Lespinasse.

Sont presents : Messieurs Lespinasse,
Bouzon, Bonamy, Dominique, Heraux,
Laforest, Sylvain, Poujol, Ethdart.
Le Secretaire donne lecture du pro-
c@s-verbal du 28 Novembre qui de-
meure sanclionn6, apres quelques mo-
difications.
Mr Lespinasse demand a la sociMte
de revenir sur la decision qui a 6t&
prise de changer le formet de la Re-
vue, attend que ce changement occa-
sionnera une augmentation de d6-
penses.
La reunion decide que l'ancien for-
mat sera conserve,
Mr le Secrdlaire-geizdral. -- En pre-
nant administration de notre jour-
nal, notre Imprimeur, Monsieur Am-
blard, m'a remis, parmi les manus-
crits ddja en composition, un article
de Mr D6vot pr6sentant A la Socidte
quelques observations relativement au
vote donna sur son rapport du 15 oc-
tobre dernier. Ces explications n'ont
jamais ete produites a la Socit1 ; j'en
ai faith la remarque au comity.
Mr le Prisident. Avant de per-


'~' "~' ~ 1.............. ........ ........: 1111 1








REVUE DE LA SOEIETE DE LEGISLATION


&'.- ,v.,-'A L A"A A A A :' A A-I-/ AAA A/ /A A//A/ /A/ // AA/.AA A/A A A A / // A L A A / A A


meltre l'insertion de ses observations,
le comilt pense qu'il y a lieu de vous
les communique'r.
Mr S!jlvain. Mr Devot avail fail
remellre directement scs noles 6 1'imn-
primerie, bien apris la crdaction du
proces-verbal. Je. ne pouvais done en
donner connaissance A la Socidld ct,
depuis, administration du journal a
passe en d'aulres mains. .Ie demaude
pour notre collgue Devot qui est em-
pech6 de prendre parl a nolre rdunoion
que ses observations paraissent dans
le prochain numoro de la Revue.
La Socitd dceidee que les observa-
lions de Mr Dtevot paraitront taaus'le
numero du mois de Dleembre.
MrI I Prsident. -- La parole est au
colligue Hruaux pour lire son rapport
sur la lettre du Docteur Lelbrun l3ru-
no et ensuile nous discuterons Ic rap-
port de notre collguce Bonamy.
Mr iHraux done lecture du rapport
suivant :
Messieurs,
Par une retire ate cdu 4i Novemubre
dernier, Mloisitur lIeDr eIblrul Bruno;' no! usi
a saisis de plusieurs queslion:-' relatives a
l'exclusion, plendanit unti an, le Mr Victor
Boyer, liudiant en miedociie'. des course l
de I'Ecole i laquelle il applarient..
Cotlc exclusion, id'apres les rcenseigne--
ments fournis par Alousieur le dclceulr
Lebruin Bruno, serait basie sutr sc que'
Monsieur over 1o aurait assis1t1 A deis 1-
unions oft I'e'ole de MAdecine n'tlail pas
Ifi"', I-.,',' et -2o aurn it faith une esnqui let sirt
la liberty dc la collation des glradc s.
Nous sommrnes appel6s a doluier iiolie
opinion sur la legalilt de la inesuir e t
vous avez Iien voulu iime designer pour
en fire nile etudo prialable.
Avant d'aborder Ic fond do la question,
je crois nicessaire de c dgager quciclues
principles geS6nrasnx qui illuinerouit Ie d(d-
bat el, facilileronl sans double la solution
des questions proposes.
T 'ele qu'elle se degage de la clitbre
< declaration des droits de I'hoimme el
dii citoyen ), la conception des drolls
individuclsot des garaulies isccssaire s ai
leur exercise W'est plus qtt cel!e que 1'on
avait au Moyen age. D)e ins jimsi, 1'appli-


cation des poine s i'est p[)ls aliaiidonii e' all
caprice el ;i l'arlitraire do person' ; el,
plourl qu'till chliti )ient soil 1,gii" 'e, it fauit
que s l' i i lit dhilt la ri'pres' ion t st ponr-
suivie ;it ctii class daints une des cat go-
ries pri'vuoes par les lois rt'pressiv s cl ,I'iq
la peine aliachite a l'iifr'acsliu iin nit c;
pri'ala eiei ntl el explicilet'e nt idiiqui''
;par Nl'lWilri&c rigulairice. c' irincipe r-st
I' tmoisIe qu'il s'gisse de srime, de idlif,
de conltriaveNtiin on itl simple ti1surv"s,
discipfliniaires. v. Nullb prime, proalauI
a. d'uMine mani'ere gn''r'al el also.lu, 'mar-
a richl 18 d' l;i Constitulini, no. p'il Wire
q 'taibli(e qsu pir la loi, ni aippliiQ u,'' ili'
S ans il; is s qu' lt' hile'rmini V'. >
Coi prlili lip' acceti:p i'ltlttlll i is' ilnn d
garain'tie les Pilss ntll s' iid nt ltr
dr il ilblic, il s'agit, pwi nr cr s-i v1'' lsi
qu'esltio( i 'l'', t's i lnr txan l sl, d!; re-
chi'rwIlc)ir t i dtnl tis pl'oirl 'git lin 'i, k faith
a d'avoir a sist~ ;'i ds 's rs't i it < cole do' Mtl' chiie i 'i r ail [it is ;ipa iiii;is,
<< el d iav toi'r t l ll e eS i i l l,'lt s i !' lia Ii-
b ])erlr d1t la ..is ji iii des raiiitL r I 's-
tilu.' iIll i l'tiaction, I t, dalls in cias de,
l'af irin t'liv( el t ls i a p lt;n li l;d li!,
ida s I' schell s sales piii.ls in ir 's s' c 'ls
de co itravriilioiois.
I.Es 'l[alliss tlllents d'eolsigsoil'Ii 'Ills pri-
nai'e, scon.lairc et s'iiult' r dI a la lri-
pujli|ine s nt ri'gis parl la lii
  • Septilnln)l' 1860 sur I'lusttrucrion pl' iqut e,
    qui a 'n larnaliri'e g]iisiral ainsi qe A itc-
    tirgislai't r a pris suinl di l'tinlidint ri! daus
    t'artic e s hoivant :
    q Arlichl 2. la irbseile loi s'appli-
    Sque :'I a [IS ('.alisblisse niils puillics on
    Sl'oil elseignce a l il jctuiiesse l, lSettrs,
    Sales science s 0;l les l-eau ix-arl.s, D
    Des lois splo ciales, t lels qii c llsI dll
    3) Sopltulbr 1861, relatives aux s o'les s,-
    condaires, et cello du 1I Sptelinlire 1870,
    sur la .',.i '_- s li.s Io de iEScole doi 3M de-
    chi e, dI i. 1, t-t i ,i t d 'lhiari Incie; soul.
    enuiiis, il est vrai, abroge-r tcertaines dis-
    positions d(i la loi sur I Iislr1mclioll publi-
    que, miais colmme ill. ne lendent qin'A
    chlange''r K mode de recrutoment Ldes 6le-
    ves et i imuliorer les conditions ide fonic-
    tioin mental de cos 'I d i-..- 1 m ,lK, eles
    oil laiss6 subsislter sans chaiingentel.s ap-
    pri'ciables les it i ip f I 'l t's~gles cooilenues
    dans la loi L







    REVUE DE LA SOCIIETIE DE LEGISLATION


    Uii cc quPi a Wai spjciafolnent la qies-
    lion1 (jIll IIIJus omil)pe, le Iogi~loleur 5cVst
    idc5ssnisi iul l' ;ihlikle 18 die a Woi do 1870
    st1 Ilicoli (1(2 30It'0~ci10 (iI sss ir iyogaliveil
    coiistititioiji'llffes et ell a 1'xi:i* clr cic",
    a ill roips crCOO >01) Ia ilu'iiNolinatiodI!
    o. onlsf'il (1o S:,rveilfoucc i: l)out co, (uli


    igM par~l [)lOe WWil('I dt' Surli\1lllnci.P
    Susi{lf "an olu1(uit tt0bo
    I'' d11 it d I t' il 11li e plla I ii' (e s's Pon-


    ,msiu> io & iri'l. Altis Imtinlhovte St deI OR's
    call cimme i' fiiis fdis I ioiis i'ts dR tIW
    Ill ulreiul a,(1Iiiliojjs iei fides Nf in-


    I i iip1) 01O p r1 1111ii1 ii t i '\C3 I I \C111.'I li H p rG r
    SI Oliii s, it toah(1l

    Diins lo-.po, v'4st oH IUndi ido Sun-
    iciloit goIc mlaiyr it, Nii loecuine lei (it-
    elt or,-, iI u'lot_, le lar d do tie Nliii ur
    ha Ill title, (11W10 ll0I(',SaelrliH ;I INiS&~ 1
    soude noi'ld (tk iuls>riptioll 1a cl
    q udisicilne. "


    OtnI svaii lo 1" ms,, it do Surveillance



    -1)ifil ihi do I1i l i*aoi t qi !nt i )0 los Iflis
    Hirli 0115 it le OH Iwun ii nind pui dc que
    j(o Gmiii~il [ion s W, du i.I miii qmif Hni

    1)0 j)0Sit tti intoar al Ira
    Qiaioi Jlls il It s -II, lo 11s iIpw.' 11 VNOS-
    P001)1 iOSl It.L l ti L Oli hif ll Iiili Iil2
    sa pait dl)os, loiisiJa[,i do' 187olliw ellp0

    volt lo S~l iud sil, los[ Mosuues d'o Ijis-
    llU~iiOII pasili ItA.Leiinudlilav e

    Le Cousoil 1ie 11 oufla(1 pas agir oil no
    Ic p((uvoit. part suite ildo at didomoa1u,
    1(2 linitUSro do lusatrUetiOll pllbluiqiu a pJel-
    stA (10Im 000051011n 6tai[ VenueHf pour1 I tli do
    monT ror sou zt'xic dal bien public. So subs-


    [tiinant done au Conseil de Surveillance,
    il Welabora. le 1 ecclnbre 1890, des reglt-
    iments illdiqnlant les rfgles qlui, solon liii,
    Nilv;ii-t lprl- idr :in fontlionriinelnt de
    1'.,oleo die 1i decine et deo ['i ,, 11 wi, .
    Mlais I'acle miniislriel, interveilu dalns
    cos conditions, est i ndubitabloemenll incons-
    tiliitionnel. Le Minlistre n'avit pas, on effet,
    reit de delegation ) cette fin et it nie
    tennit alucn pouvoir. oe la loi pour agir
    proprio 1molt. Car il n'y a pas do doute
    lque Io ponvoir rigloimentairo don't le piin-
    cipe ce trouve dans I'article 97 do la Cons-
    littlionl est personnel an Chef dle 1'Etat et
    qui'il ne consiste, on re'alit6, qie dans le
    dirit attribu6 an Premier Magistri de la
    Ripublique de pourvoir a I'ax6cution Ids
    lois p)ar des proscriliions de dltail, des
    dispositions secondaires app'eldes A orga-
    niser I'applicalion d1is principle fonda-
    miontlaux poses par tI ei leislalour. I1 ne va
    pI-i jistlq';i confl't "r al Prciel r \ Magistral
    de la Itlpubliql le droit de proclaimr des
    rit'g,!,s de condhilte, d'6dicter des puinalitts,
    d'ixercer eu uia mot la puissance le gisla-
    ti\v. allribulion essentieIle lde; Chambres
    1- ii'.1 ,. Or, ce qui nest pas tennis
    au Chef supritme de la nation. L'est bien
    moins encore A ses Minislres. It dlemintre
    doue tl:al)li iq e la i i decision ministerielle
    dll I,' lceimblre I 'i I I i st enltaclice d'exces
    de p \ouoiir et (que, dciilnted'autl riild 1gatle,
    elc no sa(irait avoir force obligatoiro pour
    les cioyeiis.
    La conclusion A en tirei est que, en
    iumliire de p6enalit6 ct do discipline, rien
    i1';>a 1 lhtgaleme nt ..ii -i,,': dans la l6gisla-
    ii:Oin scolaiir, e o 860 ct que c'est sous son
    empire, (lite nlOs nons trouvons encore en
    ce milent.
    Cherchoiis done queiilles sont les infrac-
    tions prI'dvues par la loi tdu 26 Seoptemlb!re
    1816i) cl detl1'ernlillons, pour en diduire les
    conlsequences 1ga:los, los llp6nalitis ltablies
    en vue do chl nquo cas parlionlier.
    L' iIII I i plus attentif de cellt loi in
    nous a perinis d'y rloever (que Irois cat6-
    gories d'inifractiols : 1I I'iusubordinationi
    habituelle ; 21 la faulo grave ; 3 1limmno-
    ralitM La preniiire ost -punie doe la radia-
    lion do 'i ve 'lvodu tableau de 1'Etablisse-
    metil anquiel it jopartieit et les doux autres
    donnent lieu A I'exclusion do l'eluve de
    I'ule ecole national.


    - --- ------ --------- m-m -mI. I I,-1 m m m -----1i111111(i 1111i iI 11); Ill(rl lli 11. 11!1I.i








    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    Ni e faith d'assister A des reunions oi pour lui refuser le droil de prendre ses
    1'Ecole de medecine ne serait pas Ii'i:i:,'.--, inscriptions. Car, aux terms de I'article 18
    ni celui de fire une enquete sur li Iilir- de la loi sur l'Ecole de Inedeciner lout ce
    tB de la collation des grades, nesont ran- qui concern l'inscription des c;lives est
    g6s au nombre des infractions punissables, oe la competence -*\.l-ii, du Conseil de
    et aucune p6nalit6 n'a 6t1 6tablie en vaiae de Surveillance.
    pareilles iilnl lits. II s'ensuit done quo, Telles sonl. MM.,les solutions que je crois
    faute de r6glementalion, ces fails, en ver- devoir vous proposer pour les questions
    tu des theories p6nales que nous avons que vous avez daigne confier a nion exa-
    indiqu6es on commnencant, achappent a men. EDMoND HERAUX.
    toute repression. AM. le president. Ce rapport sera
    D'ailleurs, it serait malaise de leur assi- discute a une prochaine reunion.
    gner un caractere d&liciueux en presence M Silvain pose la question suivante
    des textes constitutionnels qui octroyent de procedure civil
    aux citovens le droit de reunion et leur n Quand sur une action possessoire
    garantissent la liberty de leurs opinions enl le ddlendeur, a la premiere audience,
    toules mati6res. Et cela avec d'aulant plus ( et avant routes exceptions, a deman-
    de raison que la c'ntravention reprochle a dd i mettre son vendeur ien cause
    et punia consisterait dans on r6le pure- ., < litre de grant ; peut-il, A I'au-
    ment passif: celui d'auditeur b6nevole a(') dience fixde par le Tribunal et avant
    A une conference publique et de sollicitclr toute defense nu fond, proposer une
    d'avis sur une question purement theori- exception tendant i la nullite de
    que. La condition d'etudiant ne saurnit l'acte d'instance du demandeur au
    changer ce point de vue. I! n'v a, en ellet, possessoire.
    rien d'inconciliable avee les devoirs d'un En d'autres terms, la d6cheance
    6Budiant envers ses maitres. Que dans ses x encourue par le garant pour n'avoir
    rapports quotidiens avec ceux qui deve- < pas, prealablement a exception di-
    loppent son intelligence et faco nent son i latoire de garantie, souleve l'excep-
    esprit en linitiant aux fruits de leur savoir lion de nullite, peut-elle Otre oppo-
    et tie leur experience, Ieludiant soit lenu a see au grant i son intervention pos-
    de montrer du respect et de la soumission < terieure dans la cause. )
    nous I'admietlons sa')s difficult. Mais cela Le president nonmme M. Elh6art pour
    n'implique pas I'alieanatiou de sa liberal, fair rapport sur cetle question.
    1 abdication du droit de s occuper de ques- M. Svyvain se retire, apres avoir pris
    tions d 'intret general et F engagement de cong6 de la reunion.
    uir des reunions ou des opinions et des La discussion est overle sur le rap-
    appr6ciations peuvent dtre librement emises port de M. Bonamy.
    .e innocemme.nt .coulees de tout le monde. M. le president rappelle en quelques
    Car ce -erait '1 ._l_.n,,. nni complete de sa meots a la SociOtd la question qui lui
    personnalile, uine sore de mort morale est lI,.'s.e et attire son attention sur
    incompatible avec la dignity humane. Tout son importance. D'aulant plus que les
    cc que t'on peut moralement exiger d'un lumires de la jurisprudence franchise
    6tudiant, en dehors de l'Ecole, c'est que ne peuvent elre utiles dans la circons-
    ses discours et ses actes ne sccartent pas tance ; les extes qu'il s'agit d'exami-
    du respect dO a ses maitres et des i -l' er tanl propres au droit haitien.
    que la bienstance impose aux hoinmes on M. Hdraux. Je ne partage pas l'o-
    g6n6ial, et en particulier a ceux qui ont pinion de l'honorable rapporteur. Elle
    contract envers autrui une dette tternelle me semble, en effect, contraire t I'es-
    de reconnaissance. prit general de notre legislation, en
    11 s'ensuit que la pine piononcee centre matidre de succession, et je crois qu'on
    I'Ntudiant Victor Boyer ne repose sur an- pourrait, sans torturer le sens d'aucnn
    cune base gale. llligale, ses eflnes texte, mais au contraire, en s'appiiyvant
    sont n(cessaircment nuls ; el c'est n sur les textes exislants, arriver A des
    vain qu'on chercleriait i s'en prevaloir conclusions diamntralement opposes.








    REVUE DE LA SOC1ETE DE LEGISLATION


    r:,lliS .5 S ; .I, I ,.,,.,,,.,,.,.. i,I~ i~ ., I.~ ...,,,.,~.;,.,.. ..., .:, ,.,,.


    Le principle de la representation pose
    dans l'article 509 du c-de civil et re-
    produit dans la 1'article 610 come
    une affirmation de la volont6 du 16gis
    lateutr a cet cgard, permit de fair re-
    vivre une person e d6cede dans lhi
    personnel de ses infants on de ses
    petils-enfants. Voyons done quelle ap-
    plication de cc principle pourrait 6tre
    faite dans 1'espkce. Pierre, enfant na-
    lurel et frdre de Joseph, dgalement en-
    fant natural, imeurt en laissant des en-
    fants naturels et des enfants l6gitimes.
    Ceux-ci. en vertu de la rIgle rappelhe
    ci-ldi.-i,. viennent dans la place et
    dans les droits de Pierre et sont aptes
    par consequents a exercer lui-mime,
    s'il vivail encore. Or, it n'v a pas de
    doute que, vivant. Pierre ecut recueilli
    la succession de Joseph, son frre :
    done les infants de Pierre, en la per-
    sonne desquels revit cc dernier, sont
    apples, en vertu de la vocation herd-
    ditaire crdee par la loi naturelle et
    consacrde par notre code, a recueillir
    la succession de Joseph, come Pierre
    'efit faith lui-mdme. On obtecte, il est
    vrai, potr arrive i une1 conclusion con-
    traire, que l'article 583; cree deux series
    d'hdritiers : les h6ritiers legitimes et les
    ihritiers naturels, principle don't la con-
    siquence scrait de fire router exclu-
    sivement chaque sdrie sur elle-niOme,
    sault de rares exceptions. lais ce text
    est loin d'avoir 1'etendlne ct la portee
    qu'on \'eut liui attribuer. II crde, sans
    nul dole, une distinction entire les
    .~ni.ii I1gilimes ie les infants natui rls.
    Mais le but. vise pjair le Ict( 4il.llinc
    en 6tablissanl co.ite distinction, est d'en-
    courager le imariagc et de fire rechcr-
    cher, en accori;ant 1un situation pri-
    vildgide l'eni'anl idgiline. (C ltte pen-
    s6e se traduit assez clairement, selon
    moi, dans la disposition de l'article 525
    qui fait revenir a l'enfant d1gitime la
    part du patrimoime paternel attribute
    A l'enfant nalurel pendant le course de
    son existence. Elle se redvle encore
    dans les dispositions de 1'arlicle ';2i
    qui excluent I'enfant nIuirel de la suc-
    cession des collatdraux S htuhels de leur
    pere ou mere. Au resale, ii suffit, pour
    resoudre la question, de se rappeler


    les dispositions des articles 616 et 625.
    L'article 616 n'attribue la succession
    de I'enfant natural a ses pere et mire
    que lorsqu'il est ddo~ed sans posterit6
    1egitime on naturelle et sans frere, ni
    sewur nalurels, ni descendants d'eux ;
    et l'article 625, apres avoir rlgl6 !a suc-
    cession des biens ordinmires des enfants
    naturels passent a leurs fr6res et soeurs
    natme!s legalement reconnus, on a
    leurs descendants. Le mot descendant
    employee dans ces textes d'une maniere
    indifinie a 6videmment un sens g6ne-
    ral et exclut l'idde de toute distinction.
    Legitime on naturels, les descendants
    des freres on soeurs naturels doivent
    itre aupelds a leur succession. Done
    les enfants de Pierre venant dans ses
    droits, abstraction faite de leur quality
    d'enfants naturels on 16gitime, distinc-
    tion qui i-e trouve de base ni dans les
    articles sus-vises, nii dans article 610,
    plus special h l'espCce,- il s'ensuit que
    la succession de Joseph doit leir 6tre
    ddvolue.
    .V. Lespinasse. Je n'acceple pas
    non plus la solution que proposeM. Eo-
    namy a la question qu'etudie, en ce
    moment notre Socidte.
    L'errnur de celle solution rssulte, se-
    lon moi, d'une fausse application des
    terms de l'artic-le ;I du Code Civil.
    It semble, a la lecture du rapport de
    M. Bonamy, que, pour savoir dans
    quell serie successoriale, ii faut pla-
    cer une personnel determine, il y a
    eu lieu simplement d'examiner le lien
    qui unit cette personnel a ses auleurs
    directs; de telle sorle que, si elle est
    Idgitime, eu igard ia ses pere el mere,
    elic appartient, de plein droit, i la se-
    rie l1gitime de la famille, tandis que,
    si elle est naturelle, c'est-A-dire enfant
    naturelle de ses auteurs, elle se trouve,
    de plein droit, classde dans la catego-
    rie naturelle.
    Celte facon de comprendre les series
    ne saurait Otre la veritable ; elle con-
    duit a de tries nombreuses contradic-
    tions. Suivant nous, ce qui indique la
    sdrie, la situation d6terminde d'une
    personnel, ce n'est pas le lien qui unit
    cette personnel a son auteuir, mais celui
    qui unit auteur de cette personnel au









    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    de cujus, En appliquant ce principle ;i
    la question pose, la reponse ne sani-
    rait 6tre douteuse: A a trois fits : B,
    C. D, tous les trois naturels. B pr6d&-
    cede, laissant des enfants hlgitimes ;
    quelquetemps apres C vient, i son tour,
    a mourir ; les fils de B viennent a la
    succession de C concurremment avec 1D.
    Les fils 1egitimes de B sont, en effet,
    les neveux naturels de C et de D, en
    ce sens que le lien qui les unit a leurs
    deux oncles est un lien natural, celui
    de leur p6re B qui etait le frtre natu-
    rel de C et de D.
    Cette solution, d'aillcurs, ne r6sulte
    pas seulement de la facon de compren-
    dre la constitution des series, mais elle
    est, come le disait tout tout-a-l'heure
    M. Heraux, consacr6e, de la facon la
    plus formelle, par le tex'e de I'article
    602 qui precise que la representation
    est admise en lignc collat6rale, en fa-
    veur des enfants et descendants des
    freres et soeurs du defunt, sans qu'on
    puisse trouver, nulle part, une r6gle
    visant le cas qui nous occupe et faisant,
    dans cc eas special, une exception au
    qrincipe general.
    Un autre texte, celui del'article 625.
    vient encore confirmer cette facon de
    resoudre la question posee. Apres avoir,
    en effel, d6cid6 que ( contrairement a
    la rigle dc l'arlicle5S3 ) des frires legi-
    limes )pourraieiit rIcueiilir dans la suc-
    cession de leurs freres nalurele cer-
    taines categories specialee de biens,
    'article (i2 ajoute : tous tes autres
    b iiens assent aux fr6res tl soeurs
    Sniaturetl Igalement reconnus on ai
    ( leurs descendanls. ) ILe legislateur a
    bien soin d lie pas dire ici t. i leurs
    descendants naturels. )
    La facon don't je comprendsl'arlicle
    583 du Code Ciuil et la rdponse aflfir-
    mative que je fais a la question posec
    sont absolument conformes ai I'esprit
    du i6gislateur, don't la constant pr6-
    occupation a d6e de prot6ger la 16gili-
    mit6 et de ne jamais en fire in grief.
    Raisonner autrement, c'est arriver
    dans la pratique, aux plus grande
    immoralitis. Prenons un example :
    A a deux fils naturels : ] et C. B et
    C, (qui out in plus grande esIiine 'un


    pour 1'autre, ont cu, dans la vie, des
    chances indgales: B est devenu tres
    rice, C est tres pauvre. Pour que B
    puisse assurer aux enfants de C l'avan-
    tage de sa succession regulire. ii est
    oblige de prier son frere C de ne pas se
    marier et de ne procreer que des en-
    fants naturels. Comment peut-on ad-
    meltre ine semblable consequence avec
    une 16gislation qui, ii est )on de le r&-
    p6ter, n'a qu'un but : proteger la 16gi-
    timit6 et encourage le marriage.
    Le temps manque pour developer
    les arguments qui viennient i l'appui
    Sde la th6se que je siuiliens ; mais ii
    me semble, cependant que ceux que je
    vous ai soumis, suffisent pour expli-
    quer pourquoi je ne me range pas a
    l'opinion de M'- Bonamy.
    M3. Dominique. Avant que notre
    colligue, M BIonamy prenne la parole
    pour soutenir son rapport, je tens a
    fair savoir, qu'a l'encontre des opi-
    nions qui viennent d'Otre 6mise par les
    different estimables membres de la
    Socited, je partage absoluenict les con-
    clusions du rapport.
    J'estime, en effect, en retenant surtout
    le principle rappele par notre colltgue
    Heraux que n'a pas sembld voiiloir en-
    visager M. Lespinasse, que ce qtii a
    princil)alement domine le lgislateur
    Haitien dans 1'economie de cette dd-
    marcation qu'indiquent si fortement
    les articles 58;, ct suivants, si singu-
    lieremeni l'article 625 du Code Civil
    pour l'espLce qui nous occupe, du
    moins par analogies, entire les deux fa-
    milies issues de naturels e de 1, giti-
    mes, c'e1 la nicessit6 de tfavoriser le
    marriage. Je m'appuic 6galement pour
    6mettre cet avis conforme au rapport,
    sur le principle dela r6ci)procitl en ma-
    hiere de successibilite. II ne strait pas
    just elt quitabl)e quedes en fants Igitimes
    a la succession desquels des oncles on
    neveux ou cousins naturels ne peuvent
    pretendre aucun droit, pussent eux-
    mmecs,se riclamer de l'hier'dilt de ces
    naturels. :Te pense come Me Bonamy,
    en depit des lo(quenls argumenlalions
    de MM. Hiraux et Lespinasse. N6an-
    moins, je dois confesser qu'il y a.,pour








    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    meltre fin A foute controversy au su-
    jet de cette distinction entire les droils
    4es infants naturels'et des enfants 16-
    gitimes, it v a des modifications neces-
    saires a porter dans notre Legislation
    qui n'est pas claire ii cet egard.
    Mais juS(iqu la, it faut entendre ii
    condition juridique des enfants natiu-
    rels et des h'-illtes, telle que le si-
    gnate le rapport de MeBonamy en cc
    qui concern l'espece indiquee.
    Mr Ethdart.- Je pense qu'il y a une
    question geniraie qui domine toute la
    mati&re des successions 1Pgitimes. Une
    fois la question rdsolue, les difficulties
    s'applanissent, je la formule ainsi:
    Comment convient-il de former les
    deux series d'hdritiers prevues par I'a t:
    '.-; du code civil? Quel va atre le
    point de depart des deux series?
    Pour composer les stories prevues par
    l'art: 583 du code civil, je crois qu'il
    faut remonter au imoln.l-l precis oni
    naissent, d'une m6me personnel, des
    enfants legitimes et natnrels. La des-
    cendance des e-nriiFnt nalurels forme
    la series naturelle. celle des enfants 14-
    gitimes, la series 1':gilime.
    La sdrie ainsi former, mnon opinion
    est que les neveux peuveit recueillir
    la succession du frdre nalurel; car its
    appartiennenl. oncle et neveux, i la
    mneme scric naturelle.
    Je suis done d'accord, sur ce point,
    avec notre Pr6sideni.
    A continue.

    Reunion du 12 Dc~ambra 1901.
    PRESIDENCY!' D'> Mr LESPINASSE.

    Presents: :M'.sieurs .espiinasse, Bou-
    zon, H-raux, Da.ninique, M6nos, St-
    Remy.
    Mr le President.- Vu I'absence de
    M. Bonamy qui est venu s'excuser de
    ne pouvoir assisted a la reunion d'au-
    jourd'hui, voulez-vous, avoir une s6-
    ance extraordinaire lundi, 19 du cou-
    rant, pour la continuation de la dis-
    cussion du rapport de notre colltgue.
    Je vous prierai de vous reunir en
    plus grand nombre pour donner votre
    avis sur cette intdressante question de


    droit civil que nous Mtudions et qui
    est toute particuliere A notre Logisla-
    iiou.
    La proposition du Pr6sident est a-
    grece pir la reunion.
    Mr le Secretaire.- Le rapport de
    notre collgue Htraux est a l'impres-
    sion, je pourrai le fire distribuer pour
    Otre aussi discuterAL la stance de lundi.
    Mr le President. Le rapport du
    collhgue Hdraux sera aussi porter at notre
    ordre du jour de lundi. La parole
    est a notre college Dominique pour
    nous fire son rapport sur la question
    de droit international qui lui est confie,
    Mr Dominique a fait le rapport sui-
    vant:
    Rappelons la question telle qu'elle a
    et6 pose: <(Est-il n6cessaire, pour pe-
    n6trer chez un 6trangcr habitant le
    lerritoire d% la R6publique. que le juge
    de Paix et les officers de la Police
    soient assists d'un representant de la
    1egation ou consulate de cet stranger ?
    Ainsi formulde, la proposition i exa-
    miner pourrait paraitre un veritable
    conlre-sens, une sorte de renversement
    des principles connus du libre, souve-
    rain et inddpendant exercise dn Pou-
    voir Judiciaire dans chaque 6tat et de
    ceux du droit public de noire pays
    relatif a la condition des strangers qui
    v rdsilent. Mais l'honorable colligue
    (lui a cru devoir provoquer l'atlention
    de la Soci6et par cet int6rrogat ci-des-
    sus reproduit, connait aussi bien que
    clacun, les rggles de droit internatio-
    nal a propose du Pouvoir juridictionnel
    des Etats, ainsi que les forces protec-
    trices traces dans nos lois pour les
    arrestations et visits domiciliaires, eLc.
    S'il a voulu faire faire la Inmiere sur
    cc qui fait 1'objet de la question et
    en solliciter une solution 6difiante pour
    le public, c'est qu'il a 616 patriotique-
    ment 6mu, nous a-t-il expliqu6, d'un
    fait relate tout recemment par les
    gazettes quotidiennes de la Capitale
    affirmant que pour pouvoir proceder
    A l'arrestation en sa residence d'un
    stranger ddlinquant on d6biteur, it
    avait fall que les agents haiLiens,
    officers de police et judge de Paix,
    so fissent assisted on eussent requis la








    REVUE DE LA SOCInlTE DE' LEl".U.LAT ION


    presence et assistance d'un represen-
    taut (secr6taire on chancelier ) de la
    ligation on du consulate de cetl tran-
    ger. Cette anomalie sans precedent,
    -tait bien faite pour impressionner
    tout bon haitien et surtout un home
    de loi. Si elle a eu lieu, une tell in-
    terpr6tation dans ces circonstances
    n'est rien moins que choquante ct
    subversive des principles qui viennent
    d'tlre rappeles. Mlme dans les Echelles
    du Levant, dans les Etals Barbaresques
    et l'Extreme-Orient oh les consuls sont
    encore de veritables juges dans les li-
    mites ddtermindes par les Capitulations
    sp6ciales A ces Pays, ce south les auto-
    ritls locales qui come agentsde la force
    publique et de la justice procedeut a
    l'execution des decisions de ces juridic-
    tions consulaires. Les droits et pou-
    voirs de jurisdiction don't sont investis
    les consuls chez ces nations ne s'den-
    dent pas jusqu'A les eriger en officers
    de police et de justice. Ainsi, l1 et
    dans d'autres pays. en confoimit6 de
    conventions international et en ce qui
    conserne le ddlitde desertion de ma-
    rins, les consuls recevant les plaintes
    des capitaines, les adressent aux auto-
    rites locales pour obtenir l'arrestation
    et la premise des d6serteurs: notre !rait6
    avec les Etats-Unis d'Amirique con-
    tient justement une clause semblable.
    It est clair que le droit de protection a
    leurs nationaux qui est une des prin-
    cipales attribulions des agents diplo-
    maliques et des consuls, ne saurait au-
    toriser leur intervention on assistance
    A c6t[ des autorites ligales et compe-
    tentes du pays dans les visits et sai-
    sies domiciliaires utiles et conformes a
    la loi. Notre droit public proclame que
    tous ceux qui habitent le territoire de
    la Republique sont obligatoirement
    soumis a ses lois de police et de sfire-
    t&, et en outre que les agents 6tran-
    gers accredites en Haiti sont r6gis par
    le droit des gens, les usages des na-
    tions ou les irait6s poliliques. Ce mine
    droit public preserit des forces suffi-
    samment protectrices en faveur de
    tous pour assurer, a l'aide de l'action
    de nos sculs magistrates, le respect du
    domicile de chacuu HIaiticn ou tran-


    ger. La loi d6fendet punill'inlti ld, Ilii
    d'un officer de justice ou de police,
    d'un juge ou officer du minister pu-
    blic dans tn domicile quelconque en
    dehors des cas prdvus par des disposi-
    tions 1dgales et sans les formalilds edic-
    tes par celles-ci.
    D-fiiiis.nit les conditions d'indcpen-
    dance et de souveraineto, ndcessaires
    et indispensables de 1'exercice du pou-
    voir judiciaire dans chaque Elat, Mr
    Calvo s'exprime ainsi: k Attribut de
    a la souverainet6 des peuples, condi-
    t lion essentielle de son exercise, le
    a pouvoir judiciaire ne peut ddpendre
    (< d'lin autre, puisquce lacceplation de
    ( cet autre pouvoir impliquerait une
    a veritable sujilion D.
    Ces considerations t motifs suffisent
    a monr avis, pour rdsoudre sens abolument ndgatif, la question de-
    f6rde ai noire appreciation.
    La reunion ai 'unaniinitl et saus dis-
    cussion a adopld les conclusions du
    rapport de Mr Dominique.

    Extrait du proces-verbal.
    Reunion du 16 D6cembre 1901.

    PRESIDENCE DE M. LESPINASSE.
    Sont presents Messieurs Lespinasse,
    Bouzon, Hdraux, Laforest, Poujol,
    EtLhart, Sylvain, puis S' Remy.
    Le President communique i la Socid-
    td une invitation de Monsieur Bona-
    my, Baitoniier de 'ordIre des avocals,
    a une conference contradictoire du
    jcune Barreau, qui aura lieu Mercredi
    16 I)eembre, ai quatre heures du soir,
    au local du Tribunal civil de Port-au-
    Prince.
    Leclure est donnde du proc[s-verbal
    du 12) Decembre qui demeure sanc-
    tionud.
    M. le president fait un rdsum6 de la
    lettre du )octcur Bruno, objet du rap-
    port de Mr le6raux sur le cas de l'6tu-
    diant Victor foyer. Ce rapport est mis
    en discussion,
    M. le .v r, loire general. A mon
    avis il est difficile en etudiant au point
    de vue juridiqulele cas soumis A notre
    examen de ne pas porter un jugement








    REVUE DE LA SOCIETIE DE LEGISLATION


    sur le faith administratif qui a eu lieu.
    M. le president. En priant notre
    collkgue Heraux de vouloir bien faire
    un rapport sur la leltre du Docleur
    Bruno, j'ai dcdja attire I'attention de la
    Socidte sur cc point : nous nc nous
    occuponsque des questionsde principle.
    Nos apprtcialions ne portent que siur
    le c6te juridique des communications
    qui sont faite-; A la Societi ; les d6ci-
    sions administrative nous echappent
    compltOement.
    M. le Secr;taire ienl:r.dl- -- J'accepte
    dans toule sa teneur le rapport de no-
    tre collTgue IHtraux.
    Come corollaire j'y ajoute qu'il y
    oil rcours contre I'arbitraire (dont
    MI. Over a 6ie la victinme
    It peut en appeler devant les Tribu.
    naux el meme reclamier des dommages-
    inltrt'ls pour le prejudice qui lui est
    cause. Si le citoyen prend I'habitude
    de reclamer son droil aupris des juges
    que la loi lui assigned on verra le re-
    dresseiment de bien des torts.
    A ce propos laissez-moi vous rappe-
    ler on arrOt du Tribunal de Cassation
    dn 23 juillet 1840 rendu sur le requi-
    sitoire du Cominissaire du Gouverne-
    ment Boisson.
    Le Tribuinl condlnlamn.ll M. Vincent. Com-
    missaire du ;Gouvernement d(es (;onaives, a
    ouze cent quatlre-vingt gondeirtcs de dommages-
    intidrcts, par detention arbitraire du citoven
    1). Catilina et le ddc'ra pour dtre juge au
    Trtbuuil correcliennel de Port-au-Prince.
    Si nous nous reporlons 18 09,
    dpoque sombre dans I'hisioire d'Haiti,
    et que nous v,)voni l1s cilovens rdcla-
    mer leurs droits dic\ant la justice du
    pays, est (que apr-ys 52 ans, nous
    avons tellement recule que nous ne
    puissions voir pareille chose se faire ?
    Je ne crois pas ique nous ayons retro-
    gradea ce point. llfaut quelescitoyens
    prennent l'habitude de reclamer leurs
    droits devant les juges compteenls. De
    cette facon chacun aura appris a res-
    pecter la loi soit pour solliciter la pro-
    tection que nous devons trouver sous
    son egide, soit pour courber la Idle
    quand elle nous frappe.
    M. le prdsident.- Nous ne donnons


    aucun conseil. C'est aux parties l1sees
    a savoir teur line de conduite.
    M. IHraix. Je me rappelle que
    lorsque le DocteurAudain s'etait adres-
    s6 a la Socilte et qu'il avait demand.
    son avis sur les dommages-interets
    qu'il pouvait reclamer, nous n'avons
    pas examine sa lettre sur ce chef, par
    ce que cettequestion sortait du cadre
    de nos 6tudes.
    M1. Laforest.- Et puis, ce n'est pas
    i la Societe a indiquer h personnel com-
    ment agir.
    A1. le secrieaire gydnral.- Quand on
    saura que 1'on peut tonjours s'adresser
    aux Tribunaux, on ne saisira plus la
    Sociktd que des questions d'interet g&-
    neral.
    L'addition propose par le secretaire
    ge6nral n'est pas accepted.
    ;M. S'y. ain. Je suis d'avis de ne
    voter le rapport qu'apres avoir exa-
    nin6 si toutes les questions de droit
    poses a la Sociote ont 6t6 r6solue par
    le rapporteur.
    Le president examine, avec M. Syl-
    vain, la lettre du Docteur Bruno, et
    apres avoir vu que le rapport a donned
    une solution a tous les points juridi-
    ques sonmis A la Societd, met le rap-
    port an vote ; il est adople a l'una-
    miti .
    211. le pisident. Je consulate la So-
    ciete a savoir si elle entend r6pondre
    par une lellre i M. le Docteur Bruno
    on sila publication du rapport dans
    la Revue servira de reponse.
    J1. La/orest pense qu'on pent don-
    ner in-exlenso le proces-verbal oh le
    rapport a W e voti, cela servira de re-
    ponse.
    ,1. Sylvain signal tout l'inconv6-
    nient de donner le proces-verbal in-
    evienso, it pense que l'on ne pent pas
    non plus attendre la publication de la
    Revue ; A son avis une leltre du pr6si-
    dent doit mettre e Docteur Bruno an
    courant de la decision de la Soci6td.
    La reunion decide qu'il sera envoy
    A M. le Docteur Lebrun Bruno apres
    correction des 6preuves, un exemplaire
    du rapport imprim6, avec la decision
    de la SocitL6.








    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION v


    Extrait du proces-vcrbal.
    Reunion du 19 D6cembre 1902.

    PRESIDENCE DE Mr LESPINASSE.

    Sont presents: Messieurs Lespinasse,
    Bouzon, Bonamy, Poujol, Heraux,
    Ethdart.
    Les proces-verbaux des 5 et 16 De-
    cembre apres lectures ont tdi sanction-
    nis.
    M. le president -.Devons-nous met-
    tre an vote aujourd'hui les conclu-
    sions du rapport de Monsieur Boiramy
    on devons-nous attendre nne nouvelle
    reunion ?
    La Socid6L decide que le rapport
    sera voted A ude prochaine seance.
    M. Ethdarl obtient la parole pour
    lire son rapport sur la question de
    procedure civil, pose par M. Svl-
    vain :
    Messieurs,
    Je soumels A votre examen le rapport
    que vous m'avez fait I'honneur de me de-
    mander sur la question que notre collogue
    Sylvain a det charge do transmettre A no-
    ire Societe.
    Question.- Quand sur une action pos-
    sessoire le d6fendeur, i la premiere au-
    dience et avant toules exceptions, a de-
    mandde a wieltre son \endeur on cause A
    litre de gariut, peut-il, iA audience fixce
    par le Tribunal et avint toutes d fenses
    au fend, proposer une exception tendaint
    a la nuslit6 de I'acle d'instance du de-
    mnandeur an possessoire '?
    En d'aulies terms, la declihance en-
    courue pa;r le garanti pour n'avoir pas,
    pr6alableienot ai exception dilatoire do
    garantie, soulCve a I'exceplion de nullite,
    peut-elle etre oppose au garaut A un in-
    tervenlion postdrieure dans la cause ?
    Et d'abord, avant d'examiner la ques-
    tion ainsi formulee, il convent, ce nous
    semble, de rappeler les principles rggles
    de la maliire.
    Les nulliles d'exploit sont couvertes, si
    etles ne sont proposes avant routes de-
    fenses ou exceptions autres que celles de
    1'incompitence personnelle et de la cau-
    tion du jug6.
    II resulle de cc principle que I'excep-
    tion dilatoire de garantie doil venir apres


    ces ditffrentes exceptions, imais avant tou-
    tos defenses an fond. Done, le ,i.. imli quii
    vent exciper de la nullitt de 'acte intro-
    tdctif d'instance du demandeur, originaire,
    est oblige, prealablement A la ddnoncialiou
    de la demand en garantie, de iiili,.r ses
    iiiuM',in exceptionnels tendant ;I iinllilt. oi
    de les poser en concluant au renvoi pour
    mettre -'i r.ml en cause. S'il ne le f il pas,
    les nullilts don't pout etre entach F'ac!e do
    procedure, sont couvertes. Le i,,r nli, en
    un mot, est frapp6 de ddchdance.
    En quel tdal done le garani va-t-il pren-
    dre la cause du garantii Pourra-t- a son
    arrive dans la cause, exciper des defenses
    que 1Ic garalni a ndglige d'invoquer ? Les
    dichi;iinces encourues par le garailti Ini
    sont-elles opposables ?
    L'imiportance de la Iquiestio)n nO \ous -
    chappera pas, si vous volus ralpt'lez, qu'en
    -' ii'i. c'est le garant qui souovnt jouera
    le role principal ; c'est sur luii que retom-
    hera la condemnation. La ddfetlse lui ap-
    partiont done bien plus qu'ani d(fendoiclr
    originaire qui peut demnander el olbenir
    sa mise hours de cause.
    Decider, I'aftirmative, c'est lui lier les
    bras, c'est lui enlever quelquefois le moyen
    d':it i'1. r comnplilement le procis ; ainsi.
    on faisant annuler t '\[,linil d'i ill in.iT.l
    donned au dcfendeur originaire, il pourra
    opposer la prescription qui n'aura pas
    cesse de courier et ldejouer, par ainsi, peut
    etre, une collusion entre le defender ori-
    ginaire et It deiandeur.
    Mt l-'1i ces motifs, absolument graves, la
    jurisprudencofrancaise, appelde a rancher
    la question, P'a risolut, tans le sons de
    Il'aliti l ni.ii dans deux .ii ris des eIr Mars
    1824 et 14 Fevrier 18lii
    La court considerant que les exceptions
    de nultite des exploits, lorsqu'elles u'ont
    pa ete proposes in limine lilis sont
    couverles ; que le garant, ne pouvant user
    d'un moyen que le garanii n'etait pas re-
    cevable A fair valoir, en deux fois, a
    rnaintenu les decisions qui tranchaiont la
    question dans le sens de I'affirmative et
    qu'on avait soumise A sa censure.
    Cette jurisprudence peut, dans certain
    cas, nuire anx interets dn garanti, mais
    elle Jst, nous sommes obligds de le re,
    connaitre, base sur la loi.
    Em. ETIl:AMiT.


    1111,.,,,. '...,....." ,.,.11.1 1...'...".I.I..".,."..11.11.1.,., ...,.'..,., .,..... I...,...' .".I.(11111 I"(ili .l IIII(1 1. (.ii .i I iiil I :I I. I








    IIEVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    .;. le IPrsident. Le rapport sera
    iniprim6 pour Otre distribu6 et discuti
    a une prochaine reunion de la Societ6.
    M. Bouzon, secrtaire general sou-
    met h I'etude de la Socidt1 la question
    suivante :
    ,< Est-il n6cesaire dans l'tat actuel
    a de notre civilisation de conser-
    A ver dans notre 16gislation Iarticle 6
    ( de la Constitution et les articles 450
    c et 479 du Code civil ?)(1).


    ( I ) Dpuisun peu plus de vingt ans ec pour-
    suis une idce, celle de voir relorner notre
    '.l ii :a guard de la mnfiance que nous
    a.vons de I'n....'- ..r; si nos lois, la Cons-
    titution d'abord, Ic Code Civil ensuite les ticn-
    nent en suspicion ; en fait, nous nous ad3rs-
    sons A lui pour tous nos besoins.
    Nons lui disons vous ne pouvez pas 6tre
    proprictaire du sol en Haiti et nous lui confions
    Fd'ucation de nos enfants; la direction spiritu-
    elle de nos families et de nous-memes ; la ma-
    nutention des deniers et des revenues publics.
    G'est une anomalie qui m'a frapph et c'est
    pourquoi je demand que nous revenions A
    quelque chose de plus senst et j'ai pens que
    nous ferions un grand progres par la r&-
    formn que je signal.
    Si j'ai attaquc le fameux article 7 aujour-
    d'hui 'article 6 de la constitution ., njr1 ,
    I'avaient fait avant moi.
    Ce ne sont pas nos lois d'exclusion qui ga-
    rantissent notre Independance, c'est notre sa-
    _.. notre, tact dans les relations avecc: .i
    ger qui nous permettront toujours d'etre un
    people libre et autonomy qui pourra faire
    avec bonheur sa partic dans le concert des
    nations civilistes.
    C'est le respect des lois, ie respect de Fau-
    toritd, Ic respect de la vie et de la liberty
    des citoyens, en un mot le respect de nous-
    mlmes qui est la plus shre garantie de notre
    Ind6pendance.
    Lors du vote dela Constitution de 1889 le
    moment htait bien venu et bien choisi pour ne
    plus y mettre les prescriptions de l'art. 7 de
    a Constitution de 1846, dcjja continues dans
    le Code Civil art. 450 et 479. On pouvait
    les laisser subsister simplement dans le Code,
    d'oi il aurait etc mille fois plus facile de
    Ies iliminer de notre legislation par une
    loi, le cas chantn. Les redacteurs de la Cons-
    titution de i889 avaient-ils peur d'y toucher
    alors, le pays 6tant encore en 6bulition ? Je
    ne le pense pas.


    Sur la priere des membres presents
    le president s'est charge de presenter
    un rapport sur la question pose.
    Le present proces-verbal a 6t6 r6di-
    ge et sanctionn6 seance tenante.

    Ordre des Avocats.

    I! y a eu une conference contradictoire
    au Tribunal Civil de Port-au-Prince le 18
    decembre dernier sur la question : Lana-
    luralisalion du pare de famille, influe-


    Les constituents de 1889 auraient d'autant
    plus raison d'effacer de la loi mere l'art. 6
    qu'en le transcrtvant, ils savaient ne pas trans-
    crire un verite.
    L'etranger s'il n'est pas propritaire en
    droit, l'est en fait sous les former diverse des
    antichreses et des emphythtoses. Ces actes de
    pure fiction cachentun danger, c'est qu'ils per-
    mettent a l'etranger dans nos commotions po-
    litiques, de fire des r&clamations diplomati-
    ques quand le gage de leur creance simulke
    vient a disparaitre. Ain-i donc proprietaire
    de fait l'i. .ii.,.I jouit de plus d'avantages
    que le regnicole, lhaitien proprietaire de droit.
    Tout le temps que I'esclavage etait A nos
    portes, existait dans les Antilles, l'art. 7 6tait
    utile, il s'tmposait et come Ic disait notre
    distingue et regrett6 college Thoby le
    C blane avait mis l'homme noir hors de l'hu-
    a manitd blanche, Dessalines ayant mis l'hom-
    g blanc hors de l'humanitC noire don't le
    people Haitien venait de se proclamer le
    t premier representant. D Tout le temps
    que F'esclavage avec ses hoireurs; etait 1
    quelques lieues des c6tes d'Haiti il y avait
    des precautions a prendre. Mais les precau-
    tions des premiers jours qui avaient leur cau-
    sc sont-ciles necessaires aujourd'hui ?
    Personne ne le croit pas. Ainsi nous avons
    vu attaquer l'art 7 de toutes parts, soit dans
    le Moniteur Officiel, soit dans la press qou-
    tidienne ( T.Modd ) et en dernier lieu Mr
    Marcelin dans sa brochure a Une Evolution
    necessiire ,
    Nous avons l'air aujourd'hui de nous re-
    veiller, en roite pour le progres. Certaines
    industries nouvelles s'implantent chez nous,
    nos plains commeneent & tre cultiv&es, quel-
    ques Ltrangers qui ont foi dans la stability de
    l ordre public sc sont memes ktablis dans
    nos campagnes a la tate d'exploitations flo-
    rissantes pleines de processes.
    Nos forces demandent livrer toutes les ri-
    chesses qu'elles contienneni, nos montagnes








    REVUE DE LA SOCllETE DE LEGISLATION


    I-elle sur la nationality de la fnimee
    et de ses enfonts nIs et d naitre.
    Me Dennis soulenait '.ll'lirilln!l etc M-
    R. Elie, la negative.
    Voici les conclusions de Me Etl1heart qui
    occupait le .i.-', du miinislere public.
    Conclusions.
    Qu'il plaise an Conseil,
    Atlendu qu'aux terms de I'art. 10, ler
    alinua de la Constitution, la qualil( de
    ,il'e lii d'Ilaiti se perd par la naturalisa-
    lion acquise en pays stranger ;
    Attend que la naturalisation est un
    contract ; que cecontrat suppose, confor-
    mment it la loi, I'accord de deux volon-
    tes, celle de 1'Elat qui accord el celle Idu
    particulier qui sollicile la naturalisatio :
    Que la naturalisation est, p1ir co!si-
    quent, personnelle a cclui qui I'otient
    Attend que la femme ot les IlnI i du
    naturalist, n'dlant pas parties ians la
    convention le peuvent ni soulTrir ule scs
    consequences, ni beinlicier de ses Ill, :
    )u'antcnn lexte de notrie Li'gislation no
    done a 1'epoux et phre le droit de iodi-
    lier, a son gri, nl nalionalite de so fetmene
    et des entants;
    Que la volonti( de changer de nationa-
    liH1 ne pout 6itre supple ;
    Atteadu que ccs principes sont absolll-
    ment conformes a 1'art. 5 dte la Consti-
    tution ; que si ses deux prescriptions --
    la perle de la nationalil6 inposee a 'lhai-
    tienn1e qui 6pouse on stranger et I'ilncor-
    poration A 'Elat hailion de I6trhaog0re qui
    epouse un citoycu d'llaili sout dicldes
    en vue e I'nnit die conditions dans le
    offrent une terre presque vicrge a ccux qui
    voudraicnt les exploitcr.Ilfaut que Ics chemins
    de fer le plus grand facteur du la civilisation
    moderne s'6tablisscnt chlz nous.
    Pour touts cos entrcpriscs nous avons bc-
    soin de grands capitaux, pouvons-nous nous
    montrer mIfiants envers les capitalists quand
    ddja nous nous sommes address s a cux pour
    le bien-6tre tant moral que materiel de notre
    jeune R6publique.
    C'cst en faisant ccs considerations qu'il
    m'est venu la pens6e de saisir la Societ3 de
    Legislation de cette question, sur la n6cessiti
    dans l'6tat actuel de notre civilisation, de ne
    plus conserve dans nos lois l'art. 6 dc la
    Constitution ct les arts 450 et 179 da Code
    Civil.
    B


    manage, elles ne froissent pourtaii, en :in-
    cune taiconI, le principle 0ie la liberal i nio-
    rale.
    )Qu'eln CI i, ces prescriptions supposcnI
    tonjours le conseullimenot, car la conliision
    logique quii rdsiile du consenteomnnt idon-
    no au miariage est la suumiission l a tuoles
    ses conise!qiuIncis.
    Attellnce i (e cet arlidle o'a pas d'app1li-
    cation ilaiit le cis de( (li.ire 'i.li'l do na-
    tionalitc de d 'Lpoux prieant i mllariage ;
    Par ces motifs, dt;cider que lt c i-i_.i -
    me tii de nationalile d( pb'rc de f uullr l 'a
    aulnine i IlIue, .- sur la lltiom olil(' de la
    feuieie et des eufatnls miners iis ant'rieia-
    remielil A la naturalisation.
    IEn. ETHKAI; I.
    .. 1.7...t. -- !.. .. ...

    Ecoles des S,'ieniiU \plqilfeilip
    Nous ne croons I p)as sorlir doe l'sprit
    general de la Revue on publlianl ci-apr&i
    les Slatuts de 1'Ecole des Sciences
    appliques quei viennent (I cicer
    Messieurs Jacques )urocher, (havincau
    )Durocler, iFr'deric Dorel, Louis lov,
    ingeinieurs, Mr. Horace tlihdart, proofes-
    seur du cotir.' sIup erieur de Mal-thdma-
    tiques au Lycde Nalional de Port-au-
    Prince, avec Ie contours de olire col-
    i6gue, Mr. A. Bonainv, lBitonnielr de
    l'olrd e des avocats. prolf'csso ur de 1'Eco-
    Ie National de Droit.
    Un parcil 6tablissmnint d'("i-i. :l! -
    ment supIdrioet inanquaient h notre
    pays, il r6lpond tin dlesidral'uln depuis
    longtemps signaled. :.est cncore l11 vide
    (quc initiative privee vienltde combler.
    D)s institutions de cc genre sent ~
    soulaiter pour le developpemeni in-
    tellectnel do notre jeune I{cpubliquc :
    elles minritent i tons les points de vue
    le coucours et I'cncouragement de lous
    cenx qui veulent voir le Pays cntrer
    dans la voice du progres.
    En for:mant le vcei que l'cffort de ces
    niessieurs soit couronne du plus heu-
    reux success, nous leur assurons dores
    et deja le concourse de tous les mem-
    bres de la Sociele de Legislation.
    STATUS
    l.-L'Ecole des sciences applique'esa pour









    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    but de d6velopper dans la jeunesse
    haitienne le gfit des 6tudes scientifi-
    ques, en lui donnant les moyens d'en
    tirer part par I'accession aux carriers
    auxquelles elles s'appliquent.Elle forme
    des conducteurs de travaux publics,
    des mdcaniciens ct des agronomes.
    II. Le systeme d'instruction de
    1'Ecole se compose de deux parties :
    to. Des lecons orales donn6es par
    les professeurs ;
    2o. Des exercices pratiques consis-
    tant en dessin, projects, levers de plans
    et nivellement, travaux d'atelier, ma-
    nipulalions de mdcanique et de chi-
    Ini, nii Lv.,ra.llii. visible de chantiers,
    d'usines et d'exploitations agricoles.
    111. Les chairs conslituant 1'ensei-
    gnement oral sont celles de : Mathe-
    matiques, Strt'eotomie, Mdcanique ge-
    nirale et applique, arpentage et ni-
    vellement, Routes, Voies ferrdes,Ponts.
    Constructions civiles, Hydraulique,His-
    toire naturelle, Gdnie rural et agrono-
    mie, Chimie industrielle, Physique in-
    dustrielle. Ces course sont compl6tds
    par des lecons sur la Gdologie appli-
    quee aux travaux publics et a 1'Agri-
    culture, 1'Economie politique, le Droit
    administralif et la Legislation industri-
    elle ct rural, l'Hygiene publique, la
    con ptabilitd ind ustrielle.
    IV.-La duree des etudes est de trois
    annes : la premiere annde est princi-
    palement consacrde-aux connaissances
    thdoriques necessaires pour border
    1'( ii.,i i.'ins'n l special ; en second an-
    nie commencent les course techniques
    proprementdits, en troisinme annde les
    61eves se specialisenl dans l'une des
    branches d.signoi. en l'article I.
    Les course oraux sont communs A
    tous les 6leves ; mais les exercises pra-
    tiques different avec la sp6cialit6.
    V.- Les Ol&ves sont tenus de suivre
    tous les course de PEcole et de parlici-
    per A tous les exercices pratiques de
    leur specialit6.
    VI.- Nul est admis a 1'Ecole si cc
    n'est a la suite d'un concours qui se
    faith Port-au-Prince. Le programme
    des connaissances exigibles pour 'ad-
    mission a l'Ecole sera rendu public.Le
    classement des candidals admis est ar-


    r6td par le Conseil de 1'Ecole suivant
    Ie nombre des points obtenus dans les
    examens.
    VII.- Le passage d'une ann6e a l'au-
    Ire n'a lieu que si I'eleve a obtenu 60
    olO du total des points qui peuvent 6tre
    acquis dans l'annee. Une moyenne in-
    ftrieure a 40 olo entraine l'exclusion.
    Nul ne peut itreadmis airedoubler plus
    d'une fois l'une quelconque des trois
    annies d'etudes, la durde de la scola-
    rite ne pouvant exc6der quatre ans.
    VIII.- Les diplomes de 'Ecole sont
    ddlivrs aax 616ves qui ont obtenu 60
    olo du total des points qui peuvent etre
    acquis dans tout le course des 6tudes, y
    compris le concours de sortie. Ceux qui
    n'oint pas salisfait a cette condition re-
    coivent un certificate d'etudes.
    XI.- Les peines disciplinaires qui
    peuvent etre infligdes aux 6elves sont ;
    lo la reprimande, 2o I'exclusion tem-
    poraire, 3o l'exclusion definitive.
    X.- Des rdglementsultirieurs fixeront
    les details d'applicationde toutes les dis,
    positions qui piecident.

    t'-


    N CROLOGIE.
    La Soci6td de Legislation vient de voir
    un vide se faire dans son sein.
    Monsieur Pierre Lafleur, un de ses mem-
    bres des plus assidus aux stances, avocat,
    ancien journalist, ancient administrateur
    et Commissaire du Gouvernement de la
    Grande Anse, ancient depute du people a
    Wtd subitement enlev6 A l'affection de sa
    famille et de ses amis le 23 DNcembre
    dernier, A l'age de 41 ans.
    La Socidt, 16pondant a ses constarttes
    traditions a offer une couronne a M. P.
    Lalleur et presqu'au complete a assist A
    ses funerailles.
    Monsieur Dominique, Doyen d'ige du
    Comite d'administration, ( le president
    ..miii.'.i*' ) a portl la parole sur la tombe
    de notre college au nom de la Societ6
    de LUgislation.
    A Madame Vve P. Lafleur et ses en-
    tants la Societd de Legislation exprtime ses
    plus sincires condoleances.











    34 REVUE DE LAtSOCIETE 1)E LEGISLATION


    Membres Honoraires de la Soci6t :

    P. M. Appolon, ancien Secretaire d'Eat del'Instruction Publique. -- Mr Ch. Weyman.
    M. U. St Armand, ancien Secretaire d'Elat das Travaux Publics,

    Membres Correspondants ;

    MM. C.. D.:Durand, Doyenjidu Tribunal Ciyi du Cap-Hnaitin. A. Jean-Pierre, ( Por-
    de-Paix. ) T. PClissier, ( des Gonaiycs.) D)pas-Mddina, Ancien Doyen du Tribu-
    nal Civil des (Cayes) E. Bellande, ( Jacmel.) D. Delorme, ancient ministry p1leni-
    potentiaire d'Haiti. J. N, Desroches, ancient consul d'Haiti a Bordeaux. Louis Ji.
    Janvier, Ministre resident d'laiti i Londres. (Gragnon Lacosle, Consul lhonoraire
    d'Haiti a Bordeaux. -- S. Viard, Consul honoraire l'Haili, A St Etienne. --- loevlacrts
    Consul honoraire d'HIaiii L Bruxclles. --- Ch.Preston. --- C Villevalcix, Ancien Mi inis-
    tre d'Iaiti A Paris. --- B. Sylvain, ancien Secretaire e la L6gation d'IInali i I.on(dre.s
    - Robert Lafontant, avocat, Jacmel ) --- Cdlicour, Lion avocat depute du Ipeuple.
    Ed. Corvint.on, avocat, ( Caves. i ---J. M. Grandoit, ( Tiburon ) A. Cleri -
    Chassagne, avocat, ( JCremie ) F. )Dsert Gonaives i. Saint-Comec avocat ( Saint
    Marc ) Alfred Henriquez, avocat. Turenne Sylvain. ( Port-de-Paix, I'. GuillaMud, S6-
    nateur de laIRe3publique, Cap-Haitien )J. Adhemar Auguste avocat. Cap-Iailien.









    Justinr BQUZQN, Redacteur-Gerant, r.16, Rue dii C:cntri .


    Inlprimeric H. Amblard, 136, rue du Ceutre.






    Ime ann6e, No 3.


    Port-au-Prince,


    F6vrier 1902


    REVUE
    DE LA

    SOCIETY DE LEGISLATION
    PARAISSANT LE 2 DE CHAQUE MOIS.
    COMITf DE DIRECTION ET DE REDACTION:

    MM. EDMOND LESPINASSE, PRESIDENT
    JUSTIN BO ZON SECRIETAIRE-GENERAL
    A. BONAMY TRESORIER
    SOLON MtENOS
    J. L. DOMINIQUE
    ED. HERAUX MEMBtES
    CAMILLE St REMY.




    0OMMAIRE

    Sdances de la SociWt6:
    Rdunion du 5 Decembre 1901 : Discussion du Rapport de M. BONAMY.
    Rdunion du 16 Janvier 1902: Rapport de M. Edmond LESPINASSE.
    Bibliographie.

    ABONNEMENT : Un an : P. 4 Le Numero P. 0. 40

    Adresser la correspondence, rue dtu Centre, No 128,
    chez le Prdsident de la Socidt.

    PORT-AU-PR I NCE
    IMPLRIMERIE H. AMBLARD
    136, Rue du Centre, 136









    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    SANCf DE LA SOCIETE Pierre, et sont aptes, par consequent,
    ANtS U LWr SUI It A exercer tous les droils que Pierre eut
    pu exercer lui-inme, s'il vivait en-
    Quelques erreurs s'dlant glissees core. Or, il n'y a pas de doute que, vi-
    dans la partie du proces-verbal re- vant, Pierre ict recueilli la succession
    latif (a discussion du rapport de de Joseph, son frere; done les enfants
    Mr Bonamin public dans le 2e No de Pierre, en la personnel desquels re-
    de la Revue, nous reproduisons ce vit ce dernier, sont appel6s, en vertu
    procs-verbal avec la discussion en- tde la vocation hireditaire cie6e-par la
    ..ie qi a et lieu loi nalurelle et consacrde par notre
    tie l a e lieucode, h recueillir la succession de Jo-
    RBunion du 5 D6cembre 1901. seph, come Pierre l'edit fait lui-
    Eai! pr L a mme. On objecle, ii est vrai, pour ar-
    river di une conclusion contraire, que
    Presidence de M. Lespiinsse. l'art. 583 crie deux series d'hdritiers :
    O Sont presents : Messieurs Lespinasse, les hlriters legilimes et les hrritiers
    xouz:on, lionamy, Dominique, Hl'raux, naturels, principe don't la cons quence
    Laforest, Svlvain, Poujol, Ethdart. strait de fair rouler exclusivement
    chaque strie sur elle-m:nme, saun de
    rares exceptions. Mais ca texte est loin
    1,a discussion est ouverte sur le rap- d'avoir 1'6leiidue et la porite qu'on
    port de AIr Bonamy. veut lui attribuer. I1 crde, sans n1i
    Monsieur le President rappelte en double, une distinction entre les enlants
    (Iqlques mo's I la Sociiti la question lgiitimes et les infants naturels.
    qui lui est pose, et altire son atten- Mauis le but, vis" par le Idgislateur en
    tion sur son imiportance,d autant plus, stablissant celte distinction, est d'en-
    que les lumieres de la jurisprudence couramger le mariage ct de Ie faire re-
    francaise ne peuvent tire utiles dansla chercher, en accordant une situation
    circonstance, les texiesqu'il s'ngit d'exa- priviligide i I'enfant 1egitime. Cette
    miner 6tant pro)pres an droit haitien. pensde se Lraduit assez clairement. se-
    Mr Hlerait.. Je ne parlage pas fo- Ion moi, dans la disposition de l'art.
    pinion de l'honorable rapporteur. Elle 625 qui faith revenir i l'enfant 16gitime
    me semble, en effet, contrairce a l'es- la part du patrimoine paternal attri-
    prit g6ndral de notre Logislation, en buIe ha 'enfant natural pendant le course
    matierea de succession, et je crois qu'on de son existence. Elle se rt6v&le encore
    pourrait, sans torturer le sens d'atcun dans les dispositions de lart. 62 qui
    texte,niais, au contraire, en s'appuyant excluent 1'cnfant natural de la succes-
    sur les textes existants, arriver ~t des sion des collatdraux !6gitimes de ses
    conclusions diamntra3nement opposes. pere ou nemre. Au reste, il suffit, pour
    Le principle de la representation pose0 rtsoudre la question, de se rappeler les
    dans l'article 51'9 du Code Civil, ct re- dispositions des articles 617 et 625. L'ar-
    produit dans I'article 610 come une ticle 617 n'antribue la succession de
    affirmation de la volonti du ldgislateur l'enfant natural .A ses pore et m6re que
    A cot regard, permit de fire revive lorsqu'il est decde' sans postlritii iegi-
    une personnel dcidde dans la personnel time ounaturelle et sans frcres,ni sceurs
    de ses enfants on de ses petils-enfants. nalurels, ni descendants d'eux ; cl I'ar-
    Voyons done quelle application do ce ticle 623,apris avoir'regl6 la succession
    principle pourrait ctre faite dans l'es- des biens ordinaires et des biens ve-
    pce. Pierre, enfant natural et frare de nus des auteurs de 'enfant natural, dis-
    Joseph, tegalementenfant natural, meurt pose que les biens ordinaires des enfants
    en laissant des enfants naturels et des naturels passent h leur. frtres et soeurs
    enfants I.:ilini.,. Ceux-ci, en vertu do naturels l6galement reconnus, on it
    la rigle rappelde ci-dessus, viennent leurs descendants. Le mot descendants
    dans la place et dans les droits de employ dans ces textes d'une maniire









    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    .- I. I -..- I. I.., -... I.. ......................


    ind6finie a 6videmment un sens *in.-
    ral et exclut I'idde de loute distinction.
    L6gitimes ou naturels, les descendants
    des frcres ou scours naturels, doivent
    6tre appel6s a leur succession. Done
    les enfants de Pierre venant dans ses
    droits, abstraction faite de leur quality
    d'enfants naturels ou Idgitimes, distinc-
    tion qui ne trouve de base ni dans les
    articles sus-vis6s, ni dans F'article 610,
    plus special i l'espcce, ii s'ensuit
    que la succession de Joseph doit leur
    etre devolue.
    Mr Lespinasse.Je n'accepte pas non plus
    la solution que propose MIr Bnamnv
    la question qu'etudie, en ce moment,
    note Socidte.
    L'erreur de cette solution rdsullte, selon
    moi,d'une fausse application des liit i -
    del'art.7,.'. du Code Civil.II senible,h la
    lecture du rapport de Mr Bonamy,
    que, pour savoir dans quelle serie suc-
    cessoriale il faut placer une personnel
    d6terminde, il y a eu lieu simplement
    d'examiner le lien qui unit cette per-
    sonne a ses auteurs directs ; de tell
    sorte que, si elle est I-.il;ll .. eu regard
    a ses p6re et mire, elle appariient, dti
    plein droil, a la seriC legiiime de la
    famille, tandis que, si elle est natu-
    relle, c'est-a-dire enfant nalurel de
    ses auteurs, elle se trouve, de plein
    droil, class'e dans la categoric natu-
    re1 le.
    (ctte f,-,. de coniprendre les series
    ne saurnait ire la voritablle ellet con-
    duit t de ires nombreuscs contradic-
    tions. Suivant nous, cc qui indique la
    sirie, la situation dcdermninde d'une
    personnel, ce n'est pas Ie lien (qui unit
    celle personneC a son auleur, mais celui
    Squi unit l'autcur de ceto pe rsonne au
    Sdei clijus. En appliquant cc principle i
    la quetiOon posCe, la rdpons e lne surail
    troe douteuse :A a trois fiis : B, C, I),
    lous les trois naturels. B preddc&de,
    laissant des infants l gitimes; quelque
    temps apres C vient, ta son tour, a
    mnourir; !es fils de B viennent i la
    succession de C concurremunenut avce
    1). Loes fils legitimes de BI sot. en ef-
    fet, les nevenx naturals de C et de 1),
    en ce sens que te lien qui les unit a
    leurs deux oncles est un lien natural,


    celui de leur p&re B qui 6lait te frIre
    natural de C et de D.
    Cetle solution, ~d'illr.i -. ne rdsulle
    pas seulcinent de la facon de coii-
    prendre la coni.lilulilon des series, nfis
    elle est. come le disait tout-;i-l'licre
    Monsieur Hdraux, consacrce, de la fa-
    con la plus formelle, par le texte de
    l'art. (60 qui precise tque la repr6senta-
    tion est adinise en ligne cill.,it(.il-,
    en Javeur des enfants et descendants
    des frrecs ct soeurs du d eftnt, sans
    qu'on puisse trouver, nulle part, une
    r'gle visant ie cas qui nous occupe et
    faisani, dans cc cas special, une excep-
    lion an. principle g6ndral.
    Un autre text, celui de l'article (62i,
    vilnt encore confirmed celte f.I" I) d(
    resoudre lai question pose. Apres avoir,
    en effel, ddcidd que ( contrairement fi
    la rgcole de 1'art. .' d) des freres ',-I;-
    tinmes pourraient recucillir dans la suc-
    cession de leurs frcres naturels cer-
    taines categories specials de biens,
    'art. 06 5 .ij,.le : t tons les autres
    Abiens passent aux frires et swturs na-
    < turels ldgalnment rcconnus on t leurs
    < descendaits '. Le ldgislateur a bien
    soin tie ne pas dire ici U i leurs dos-
    cendants naturels F.
    La facon don't je comprends far-
    ticle 583 Idu Code Civil et la riponse
    aflirnmative que je fais a la question
    pose sont ahsolumennt conforms a
    I'esprit dcu Idgislateur, don't Ia constant
    pI)rocicupalion a c l doe pi,:.-.i' la ld-
    gitiilnde ldc nc jamais en hlire un grief.
    Raisonner auntrenint, c'est arriver,
    dans la pratique, aux plus grades
    nimmloralitds. Pretnous unr example : A
    deux lils ntlurels : B et C. I ct C,
    qui ont la pilsi grande eslimne 1'i ponr
    1'aulre, ont eu, dans la vie, des chan-
    esC inigales : B est devenu tIrs riche,
    C est tris pauvre. Pour qae B ipuisse
    assurer aux entrants de C l'avanlage de
    sa succession rdgulirec, il est oblige de
    prier son reroe C d nlie pas so marier
    et de ne procrier que des infants na-
    turels. Comment pout-on admcttre une
    senmblable consequence avec une 16gis-
    lation qui, il est bon de le rto 1'L,-r, n'a
    qu'un but : protlger la idgiliinild et
    encourage le marriage.








    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    Le temps manque pour d6velopper
    les arguments qui viennent a l'appui
    de la these que je soutiens; mais ii me
    semble, cependant que ceux quo
    je vous ai soumis, 'uf1i-,int pour
    expliquer pourquoi je ne me range pas
    i Opinion de MX Bunamvy.
    Mr Dominiqiue. Avant que notre
    collkgue, -Me Bonamy, prenne la
    parole pour soutenir son rapport, je
    tiens i faire savoir, qu'ai I'encontre
    des opinions qui viennent d'6tre i6mise
    par les difftlrents eslimables membres
    de la Socielt, je partage absolument
    les conclusions du rapport.
    .'estime, en effect, en retenant sur-
    tout le principle rappel par note col-
    legue lHi raux que n'a pas semrhi von-
    loir envisager Mr Lespinasse. que ce
    qui a principalement dtomine le 16gis:la-
    teur llaitiendans l'tcono:ic de cecte dtd-
    marcation (u'indiquent si fortement
    les articles 5S3 ct suivants, et singulie-
    rement 1'art i: 62 du Code Civil pour
    'espdce qui nous occupy du moins
    par analogies, entire les deux families
    issues de naturels el deo lgitimes.c'est la
    necessitO de favoriser le marriage. Je
    m'appuie dgalement, pour Omettre cet
    avis c nirrlmIin. au rapport, sur lc prin-
    cipe de la i 'i l,- I 'iil'- en nmaliere de
    successibilitd. I no serait pas juste et
    I-I;l.t i l, que des enfants lIgitiines a
    la succession deiqiels deo onctes on
    neveux ou cousirns n'lturels ne penvent
    pretendre aucun droit, pussent eux-mo-
    mes, sc rclaimer doe I'liCrdil6 de ces
    naturels. J. pe pense come Me Bonamy,
    en d6pit des 6loquentes arniumentations
    de M.M. I 6raux et Lespintsse. Nean-
    moins, je dois confc-ser qu'il y a, pour
    mettre lin A ioute controversy au su-
    jet de celte distinction cntre les dioits
    des enfant ii e.a :els ct cx ties enfants
    legitimes, il y a des modifications n6-
    cessaires h porter dans notre 16gisla-
    tion qui n'cst pas claire ai cet guard.
    Mais jusque 1a, ii faut entendre la
    condition juridique des enfants natu-
    rels et de- K'.,iiino', telle que le si-
    gnale le rapport die Me Bonamy en cc
    qui concern 1'espdce indiquee.
    Mr. EthLuart.- Je pense qu'il v a une
    question p nerale cui domine toute ila


    matidre des successions 16gitimes ou na-
    turelles Une foisla question r6solue,les dif
    ficult6s s' ippl.i i- .--:n-!.e laformuleainsi:
    Comment convient-il de former les
    deux series d'heritiers prevues par l'art:
    5S3 du code civil ? Quel va 6tre le
    point de depart des deux series?
    Pour composer les series pr6vues
    par l'art : 583 du code civil, je crois
    qu'il faut remonter au moment precis
    oi naissent, d'une meme personnel, des
    enfants 1dgilines et naturels. La des-
    cendance des enfants naturels forme
    la serie naturelle, celle des enfants
    legitimes, la series l6gitime.
    L'l serie ainsi formine, moa opinion
    est que les neveux peuvent recueillir
    la succession du fr&re natural ; car its
    appartie:nent, oncle et neveux, a la
    .nII .n'- sine naturelle,
    Je suis done d'accord, sur ce point,
    avec niotre Prisidenl.
    Mr I:)ia inj. Mlessieurs Ir.aux,
    LespinassOe el Ei'thart oat coinb.ltu les
    conclusions du rapport. Je oomnmn-
    cerni par les arguments products par
    Messi6ars ,Lepinasse et Elheart. D'a-
    pres eux il faut remonoer a l'Fori i I
    de la sdrie ptur savoirc quelle scie
    appartient un enfant. Un pere done
    naissance a deux entrants, 1'un legi-
    time, l'autre nature : a ce moment
    coemmence :nt les s ries : To at
    descendant lIgitime ou natlrel
    tdu fils lgilime appartient a la seric
    legitime ; ct, par contre, tout descen
    dant du ills natural, qu'il naisse I6gi-
    time ou natural, fera p.rtir de la sd-
    rie naturelle.
    Je tie pense pas que telle ait did la
    pens6e du l6gislateur. Cete interprd-
    tation est absolument nouvelle. E)le
    n'est base ni sir le texte ni sur l'es-
    prit de la loi. Le point de depart in-
    diqui pour la sdrie est d'ailleurs abso-
    lument arbitraire. Quant argument
    tired de l'art. 602, j'y ai d'avance rd-
    pondu dans le rapport. Si ce texte
    existait seul, si nous n'avions pas la
    rdgle de l'art. s'. it n'y aurait pas
    de question. Avec l'art. 583, le fils 16-
    gitime est incapable, it lui manque la
    quality essentielle requise pour repre-
    senter son p6re.


    "~itlill(lli 11111.11:iiIli(ll)lll.li( L Ir Ill(L illii I(I. ii I D i.liDI. .iCII.i. l..l.IDi i:: : I' II1I








    REVUE DE LA SOCIETY DE LfEGISLATION


    L'art.625 ne me semble pas favori-
    ser davantage la solution prdconisIee
    par Mr Lespinasse. La premiere par-
    tie de 'article est unede ces exceptions
    au principle pos6 par l'art. -,,, La-
    fin de 'article, au contraire, est une
    confirmation du principle. Quand Ic ld-
    gislateur dit : les autres biens rcvien-
    nent aux freres et soturs naturels et
    A leurs descendants, il ne me parait
    pas douteux qu'il ne s'agisse lit que
    des descendants naturels et non de
    tous les descendants. Le lexte de I'ar-
    ticle 626, qui explique et corrobore
    celui plus general de I'art. 7i ;. ap-
    puie cette thoi ie d'une facon ind6-
    niable: ((Du reste, les dispositions des
    articles 618, 619, 610, 6-1, 6-29, et
    623, sont applicable aux freres, scutrs
    ou autres collat6raux naturels, vc-
    nant, soit entire eux, soit avec des
    ascendants natlrels, a la succession
    d'un fr6re, sceuI ou autre collateral
    natilurel.))
    Je reviens a dire que pour savoir si
    une persne e appartient h la sdric ld-
    gitime ou naturelle, il faut considd-
    rer sa quality propre, celle que lui
    donneson tat civil.Tous les textes favo-
    risent celte facon de voir qui a tou-
    jours e6l adoptee. La jurisprudence
    est en ce sens.
    On rd pond que celte solu-
    tion est contraire a une des prd-
    somplionsles plus constantes du !d-
    gislateur, celle de protiger la Idgiti-
    mild. C'est possible. 11 faul prendre la
    loi tel!e qu'ellc est et ne pas la chan-
    ger, sous prdlexte de I'inlerprdier. Mais
    on ne rdflechit pas aussi que, en ina-
    liere de succession, le principle de la
    r1ciprocitl dormine. Si vous accordez
    hi I'enfant Ihgitime, dans I'hypothlse
    pose, Ic droit d'hdrddilt, vous dles
    forced de Ic reconnaitre, en renversant
    les terms de 1'hypothcsc, ih 'enfant
    natural ? Alors que devient 1'argument
    lird de Il nicessild de favoriser la 16gi-
    timild ? Ainsi : A, B et C sout trois
    fires legilimes. C meurt, laissant d(es
    enfants naturels, puis A de6cde a son
    tour, sans proslCritd. Admeltrez-vous
    les enfants naturels de C i reprdsenter
    Icur pdre et i concourir avec B ? Non,


    parce que I'art. 583 ct l'art. "2', qui
    n'en est qu'une confirmation, les re-
    poussent. Je troupe une autre confir-
    fnation de la rgle dans les articles
    606 et 617.( Les enfants naturels n'hd-
    rilent de leur pore on mire, ou de
    x leurs ascendents naturels qu'autant
    qu'ilsont tdd l6galement reconnus. Its
    a i'hdlritent jamais des ascendants Ie-
    e gitimes de leur plre on mere c.
    Art. 617. a Les ascendants ldgi-
    a times de 1'enfant natural. mui-e re-
    < conll, n'ont aucun droit a sa suc-
    q cession. ))
    Mr Lespinasse. Mr Bonamy pen-
    se que ma f.,ii-o .de comprendre la for-
    mation des series n'cst base ni sur le
    texte, ni sur I'esprit de la loi et que
    Ie point de ddpart que j'indique pour
    la sdrie est absolument arlilraire ;
    mais il est permits de lui demander,
    en quoi it trouve que eet interprdla-
    tion nest hasde ni sur le textc, ni sur
    i'espril dela loi. L'arl 583du Code Civil,
    se contentant de declarer que la loi re-
    connait deux series d'liritiers, il faut
    hien qu'il y ait une facon de former
    ces deux series, et Ic code ne l'.:int
    point indiquce,c'est a la doctrine qu'it
    apparticnt de la ddterminer. Or. la
    facon don't je comprends la formation
    des series me parait p)lus logique dans
    ses consequences que cell indiqude
    par notre honorable rlppe li t-Ir, la-
    quellc consiste i mettre dans une fa-
    mille d'un c6td, tous les membres qui
    portent 1'dliquette lgitime, de F'autre,
    tons ceux qui portent I'ltiquette na-
    lurelle ; et i fire tons les legitimes
    hdriter inuluellemenit les uns des an-
    tres ct tous lcs naturels hiriter les uns
    des auires, sans tenir complex des
    liens qui les unissent Iniiiuctlement.
    Cette thdorie amcnerait aux consd-
    quences les plus bizarre.
    II n'esl point necessaire de revenir
    sur ce que j'ai ddjii d(it, louchant I'art.
    6952 du (ode (Civil. Quant aux disposi-
    tions des arlicles 618, 619, 620, 621,
    622, 623, clles ne s'appliquent pas au
    sujel que nous traitons ; ce sont des
    dispositions gimdralcs I)lacies sous la
    ru)brique : des successions collatira-
    les, soit ldgitimies, soit naturelles, et








    REVUE DE LA SOCIETY' DE LEGISLATION


    qui ne r6solvent, en aucune fagon, la
    question posee. L'honorable rappor-
    teur a, tant dans son rapport que dans
    sa repliquc, parlde ce qu'il appelle,
    en matiere de succession, le principle
    de la rdciprocite. II me semble qu'il se
    trompe lorsque, dans la malitre qui
    nous occcpe, it indique cc principle.
    Non seulement, en matiire successo-
    raole, le lgil ilitui n'a pas 6tabli la r6-
    Sciprocilt, mais encore dans le but de
    i 'i',il-gec le in i'i:t it a frapp6 1'en-
    fant nalurel de certaiees exclusions
    ( qui lui sont propres et don't les enfants
    ligilimis n'on [ point a souffrir.
    L'irt. ,if. dCdicte que les enfants naltn-
    rels n'heritent jamais des ascendants
    1egitimes deleur preou mere ; c'est 1l
    une sorte de peine qui frappe l'enfant
    nature et que le ilgislateur a creCe dans
    i lebut de pousser a la procreation 16gi-
    time. Naturellement il n'y a pas.
    at i'gard des enfants l1gitimes, rdcipro-
    citd dte ce principle, car it est hors de
    d.,il e iq-: les eifants ligitimes heri-
    tent de leurs ;Isc..il: lunfs naturels, ce
    qui ne devrait point rltIe, ti 1.. vraie
    facon de cil,.)lmnIlre les series 6tait
    Scolle indiquee par miuli';IIeuir h3n111imV.
    L.', 1L\Ic' des article., I;lii, 2t24 crent
    des exceptions aax regles generales
    faites par le Idgislateur; ces exceptions,
    je Ie rdptle, n'ont qu'un seul but:
    jpr,,' .:;- la legitime et eloigner
    desi liens nii luII Elles mon-
    trent qine, sans les textes for-
    mels qui les prdcisent, la formation
    des series serait constamment com-
    prise, come je lai indijquce. Je peux
    done dire d'elles qu'elles confirnment
    ma thdorie sur la forniation des series,
    puisqu'clles montrent que pour fire
    exception a cette theorie, i faut une
    rigle particulirce.


    Mr Bonamy. Je persiste '
    que les regles des articles 606
    sont des confirmations de 'airt.
    non pas des exceptions.
    Mr Etheart. Revenous a
    question de la formation des
    series d'hiritiers. Elles se


    croire
    ct 624
    583 el

    notre
    deux
    for-


    ment dans mon opinion depuis, mnais
    sans y comprendre F'auteur, common.
    L'cxemple que j'ai choisi d'un p6re


    donnant naissance a deux classes
    d'enfants 16gitimes et naturels, n'est pas
    le seul mode de formation des series.
    Dans celui choisi par Mr Bonamy, de
    trois freres 1igitimes, don't l'un donne
    naissance a des enfants naturels, je
    ne vois ricn qui soit contraire a notre
    facon d'argumenter. Les enfants natu-
    rels de B ne pourront pas concourir
    avec C h la succession de A, parce
    qu'ils n'ont aucun droit A la succession
    de A, its sont de la sIrie na-
    turelle commence avec C, tandis que
    A et B sont de la serie legitime.
    Renversons I'hypoth6se : L et N
    Ssont deux fr'res, lun L 1 '.gitime, lau-
    tre N nature. Dans notre syst6me, its
    sont les points de depart de deux s6-
    ries d'hdritiers qui vont roulec exclusi-
    vement sur elles-mimes.Pourtant,le fils
    natural de L, serait uans le systime de
    note c;i 1'-;e, habile a recueillir la
    succession dji N. Tandis les fits ilgiti-
    mes du nm6me L ne pourraient point
    le fire. Donc-Tenfant nature est plus
    favoris6 que t'enfant l6gitime.
    M. Bonanmy. Je suis oblige, pour
    repondre aux nouvelles objections de
    MM. Etlhart et Lespinasse, de retablir
    cerlains principes poses par le ldgisla-
    teur en matiere de succession et qu'ils
    me semblent avoir comnpltlement per-
    dus de vue;
    M. Ethdart mainlient son syst6me de
    la formation des series, en indiquant
    un autre example. J'ai dit que cette
    facon de voir n'est pas conforme aux
    texts du Code. Partout ofi ii est ques-
    tion d'enfant natural ou d'enfant 14gi-
    time, le 16gislateur, cela me parait hours
    de double, envisage l'individu en lui-
    mime, avec sa quality propre, et non
    come membre, comme parties d'nn
    group, marque a l'origine de l'eti-
    quette naturelle ou h1gitime Voyez,
    par example, les articles 625 et 626, ou
    encore Fart. 624. Arretons-nous a ce
    dernier texte et a ces mols : collatlranx
    1egitimes de sespire ou mnre(de l'enfant
    naturel).Ne faut-il pasconsulter l'tlat ci-
    vil do ses collathraux pour savoir s'ils
    sont 16gitimi s ? Oa blic, faudra-t-il,
    come dans le syst6hle pr6eonise par
    M. Ethiart, rechercher do qui des-


    W 1 M I I., I I. I . . . -.. 1. -- ...... ..... .......









    40 REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION
    .a .j* f5 y: .f% : *JJ 'f, l.I 1 i. f f J f .' A .'F >A~a" A '' A I A A "A. J L Y: ; l. f:.. AF:.' f. .J A'", A ;f A "',


    cendent ces collatdraux, s'ils sont d'u'ne
    souche 1igitime on d'unc souclh natu-
    relle ? Je pourrais citer plusieurs
    autres textes.
    Quant a l'objection lirde des conse-
    quences qu'entraine l'interprctation ge-
    neralement admise, clle s'adresse an
    16gislateur. Elies ne sont pas d'ailleurs
    aussi bizarrcs qu'on vent bien Ic dire.
    L'exemple cited par M. Ethdart est rien
    moins que concluant.
    Je le reprends, L et N sont issues
    d'un mdme I.i'-r. L en L' ililn' ma-
    riage et N d'une union librc. Les tils
    nalurels de L pourront-ils h6iiter de
    N? Rien dans ma ['r- .I d'interpridter
    'art- ;'. n'aulorise a repondre affir-
    mativement, come le croit notre col-
    lcgue. Son errcur provieut dte ce qu'il
    fail Ii des principes g6ndralement en-
    seignas en matiiree de reprdsentalion.
    Le reprdsentant exerce l's droils
    qu'auraient eus le reprisentd s'il avail
    survd'u an de cujuts. Si le represented
    n'a pas de drois en perspective, il n'y
    a pas lieu I I'application de la fiction
    de la representation. Dans I l'( .L,] m'1-
    ( i-.hl---, L, frere d1gitime de N, sur-
    vivant a celui-ci, n'aurait aucun droit
    a sa succession ; par ,. ; ,'! II ni ses
    enfants, Idgitimes ou natuirel -, ne peu-
    vent Ie repirdsenter, c'cst-H-dire exer-
    cer des droits qui n'a;,,. ii,.i jamais
    pu exister.
    SJ'ajoute que les Iils naturels de L
    recueilleront la succession de leur
    once natirel, N. s'ils peuvent veniri
    de Ieur chel, sans invoquer le bdndiice
    de la reprdsentation,par exemiple,en cas
    de 1pr6d6cis de ious les frOres et soeurs
    de N : ils apparliennent on ef et i la
    sdrde naturelle. Dans le premier cas,
    leurs oucles et tantesles dcarctenl,dlant
    d'un degr6 plus rapprochd, et il leur
    est impossible, pour les motifs ddja dd-
    dults, d'invoquer la fiction de la repre-
    sentation, qui leur aurait permis de
    concourir, avec leurs oncles ct tantes,
    en remontant a leur degrd:
    J'ai cit6 l'art. 626 a 1'appui de I'opi-
    nion que j'ai 6mise relativement anux
    mots et lears descendants de l'art. 625.
    D'apres moi, Ie d6gislateur entend par-
    ler des descendants nalurels et non de


    tous les descendants : Part. 6,-; precise
    le sens de la loi.
    D'apr s M. Les3inassle principle do
    la reciprocity n'existe pas en nmalire
    successorale c'est l unc opinion iso-
    Ide que je n'ai pas i refuter. 11 .ioulC
    que l'art. 606 fiappei 1'enfant nature
    d'une pine, le but du ldgislateur 6lant
    de prolgecr lc im.iri:lg. Si cela tlait
    vrai, le Idgislateur, pour dire conse-
    quent avec lui-mime, aurail h bornd la
    peine l'enfant natural Mais loin d, .
    le, faire, it a Ldli.t.' 1: di-p-. ilioit de
    l'art. 617, Jer .iliii,'- et cela, pour-..
    ir 'ichi r, je le ,i"ji'-l ., I' i I .l dei
    Tla-rY iprocit e, i i(it. du syslile succes-
    soral, -uoiqu ea pense nolre presti-
    j..-nil M. Lespiinasse :Ij-iilh que l'arl.
    ;I:, est parliculier a l'enfalii nature. 2
    Moi, je soutiens que cct article confirm
    la rtgle d(e 'art. -, i El je crois que
    F1enfaTn Idgitime ne pent liiriter do ses
    a;cendants naturels, en l'absIence d'un
    texte slipulant line exception it la I,'-;1 '
    de 'art. 5-i.' Pen de gens admettront
    celte solution qui, cependlanI, a un ap-
    pui indbranlable dans le lexte. Dans
    le svstimee des adversaires du rapport,
    onl met complitemeut de c6ol 1'anricle
    -'i. pour s'en tenir aux dispositions
    du Code qui. pour eux, constituent des
    exceptions, des rdgles spdciales, alors
    que, d'apres moi, cesont des confirma-
    lions d'un principle gdndra. Je recon-
    nais iqu'on arrive (quelIuefois 8 des
    consequences dures, que repousse l'd-
    quild. (Cesl pourquoi j'en reviens a
    riclaimer Fintervention du legislate.ur.
    Finterpr)ele n'ayant pas quality de rd-
    forii r la loi.
    Jo termine, en rdpdlant ce que j'ai
    soulenu dans le rapport- a propos de
    la reprdseltation, et cela pour 1repondre
    At une objection dlu d.l'.l-,1- Heraux.
    Le represcntani, ai-je dit,d'accord avec
    tous les auleuis, doit dire personnel
    element capable. Ainsi, par example,
    Ic lils stranger pourra-t-il reprdsenter son
    pere haytien dans une succession pure
    ment iln nll ili-rii L''Ncn,notre Idgislation
    le declare incapable.Ce qui prove que
    le reprdsenlant n'exerce pas les droits
    du represented. 11 prend la place du re-
    prdsentd, ii occupe son degree ; mais,


    k,








    RE\T I. DE LA SOCIETY DE LEISLGATION


    pour hlriter, la condition est qu'il soil
    personnellement capable.
    Mr I-ruux. II s'agit d'une excep-
    tion, d'une derogation au syst&me ge-
    naral ttabli par le code, pour la r6-
    glmtentation des droits des personnel
    appelees a concourir a une succession.
    Le fils de l'6tranger don't parole Ic
    praopinant n'hirite pas des bins im-
    meubles de ses parents haitiens, non
    pas parcel que les conditions de succes-
    cessibilitd lui manquent, non pas parce
    que 1'effet de la representation n'est
    pas de fire enter Ie representant dans
    les droits du repr6sentd, mais parce
    (qu'uit principle de notre droit public
    dcnie a l'dtranger le droit d'acquWrir"
    dies inimeuObles en Haiti, soil par suc-
    cession, soil autrement. C'est une rvcgle
    tout a faith exceptionnelle et qui, conmme
    routes les i; lid.- de celte espece, ne
    pouvent Otre appliquees que dans les
    cas prdvus par la loi. Et cela est si
    vrai que sous 1'empire des l6gislations
    qui ne prononcent pas 1'exclusion de
    l'6tranger du droit de poss6der des
    immieubles, nous l .\*nIIs les ilts ran-
    gers .pp ltl IL- IndCr la succession immo-
    b.iliere de leurs parents ,d_1, -, on con-
    courir t son pjrai.g,: avec les citoyens
    du pays ayant la pl6nitude des droits
    civil,
    II n'en est pas de nii:.ne des enfants
    Snaturels on legitimes tenant par reprte-
    s mentation a la succession de leur oncle
    Sdccdd. Ils ne se trouvent dans aucun
    Scars d'incapacitld ,nutn16rds dans les ar-
    tides 7:i'0 et 5,s7 de notre Code et
    tiennont, par contre, leur capacili de
    Faticle 618 : < En cas de predeces des
    a pire el mere d'une personnel d(ecedee
    k( sans posteritd, porte cet article, ses
    frres, es s seours ou leurs descen-
    < dants sont appelds a la succession, ).
    Je ne crois pas ndccssaire de m appe-
    senlir sur le sens Ijbrnli-i.' qu'a 1'ex-
    pression < ,il:.'. e (/(t.u ) employ63 ici
    d'une maniire ind6finie, de mime que
    dans les articles que j'ai dej'i citls, et
    je pense qu'il me tl'li de m'cn r6f6-
    rer aux arguments que j'ai faith valoir
    a l'appui de mon opinion au d6but de
    cette discussion.
    M. Bonamy. L'argument tiri de


    I'art. 618 qu'invoque M. H6raux est
    sans portee. II est certain qne ce texte
    ne concern que les frires et soeurs
    l1gitimes ainsi que leurs descendants
    ldgitimes. II en est de nime des arti-
    cles suivants jusques el y comprise far-
    ticle 023. La preuve en est que le 16-
    gislateur, dans l'article 626, a cru de-
    voir viser particulirement la succes-
    sion collat6rale de l'enfant natural,
    qu'il assimite en tous points A celle de
    l'enantn l6giime, telle que la rvgle-
    mentent les articles 618 et suivants.lnu-
    tile d'insister.
    Mr Ie P:' .'l it. Si la Sociit6 se
    sent suffisamment 6clairie par les dis-
    cussions qui viennent d'avoir lieu,je vais
    mettre les conclusions du rapport de
    Mr Bonamy aux voix.
    Mr Dominique. Nous ne pouvons
    pas clore la discussion sur cette inti-
    ressante matiure. Beaucoup de nos
    colleagues n'ont pas donn6 leur opinion.
    Je demandrai done de *i--.in,:d e sim-
    plement le vote du rapportpour que les
    discussions reprennent a notre pro-
    chaine reunion.
    Cette proposition de Mr Dominique
    reunit les suffrages de tousles membres
    presents. --

    Reunion du 16 Janvier 1902.
    Extrait du procis-vcrbal :

    PRESIDENCEDE Mr LESPINASSE

    Sont presents ; Messieurs Lespinasse,
    Bouzon,Bonamy, liHraux, Dominique,
    Laforcst,Baron, Syivain,Poujol,Ethdart.
    La sIance s'ouvre ai 4 heures 45 mi-
    nutes.
    Le p.i l-1.nL donne lecture de la
    lettre de Mr Ilugoa Lechaud, president
    du Tribunal de Cassation, membre ac-
    tif de la Socidt6 de L6gislation, qui aux
    terms des status niu .liit.. demand
    a changer son litre contre celui de
    membre associ6.
    Le President, continuant: Par cette
    resolution de Mr L.-hi ill,. un des
    membres fondateurs de la Soci6tl, il








    REVUE DE LA SOCIETY DE LiEGISLATION


    y a deux vacancies a combler. Nous
    avons recu diverse lettres de personnes
    tres honorable qui veulent faire patr-
    tie de la Soci6t6.
    Aux terms de l'art. VII do no< sla-
    tuts et par suite d'une entente avec les
    membres du Comild, je no vous done
    communication que de In llelre de ,Mr
    Jerdmic qui demand it reinplacer Mr
    Lafleur.
    Mr Sylvain vent savoir s'il a 61i fail une
    demarche aupris de Mr Lechaud A pro-
    pos de son option.
    Le President. Aucune d(imarche
    n'a edi faite aupr6s de nolre collogue.
    Sa leltre a dld spontance.
    Mr Sylvain fail observer qu'il elait en-
    tendu quo le Comile dott fire une dd-
    marche aupres de tons les menmhres de
    la Socitdl pour savoir quels sont coux
    qui veulent rester membres actifs on
    devenir membres associes.
    Mr XBonamy. Le comild verra
    s'il ya lieu de fair une circulaire h
    ious les membres de la SocieV pourt
    savoir quces sont ceux qui voudraient
    prcndre une nouvelle quality.
    AIr Lespinasse, prd'sideif. -- Nous
    gallons proceder an renplaciemen de
    Mr Lafleiur, ddeddc. Mir Jdrmie ([que e
    recommando i vos sulihages viendra
    apporter I la Socieli un novel dilment
    de force et d'dtude.
    AIr Bonanut. Pour ne pas paerdre
    de temps, je propose de vNoler par mains
    leaves.
    Mr Laforest .le deniande que
    les forces soient obscrvdes et (q il soil
    proceed a un scrulin riguNlier.
    Des bulletins sont dislribuis.
    Mr Lespinasse.- Les coll&gu.es Baus-
    san et Menos, eimp6clis d'assister i la
    seance, m'ont pride de voter pour eux.
    Mr Sylvuin. Ont-ils deritl
    Mr Lespinatsse. Mr iaussan soul a
    envoyd une lettre oN il exprime son
    vole. L'assembl c accepte-t-clle que je
    vole pour tl college absent ?
    aMr Laforest. La Socidit a toujours
    procede ainsi; les colleagues absents
    peuvent envoyer leurs votes. Mr HIrard
    Roy m'avait pride de voter pour lui, mais
    il a oublid de nmecrire.


    MIr Bonamv est designed pour le dd-
    pouillement idu scrutiny.
    Mr ,.lremic r6unit tous lcs suffrages
    exprimes.
    Mr le President. Mr J.ridmie avant
    obtenu tous les suffrages,est ia 'unani-
    mitd io:rn:m16 membre de la Soci6t dte
    Legislation.
    Mr LaflUrest. En faisant part a notre
    nouveau eollegue de sa nomination
    comme membre actifde la Socidt6 de
    LNgislation, je prierai le bureau de
    lui rappeller quellessont ses obligations
    enters la Sociidl. J'aurni un gi.i n
    1plaisi r I'tFteendIre nous fire sa con-
    f1rience de reception.
    Mr lc IPrsident. Le but doe 'As-
    sembIde g0ndrale avant idt aiteint,
    nous passons I noll're reunion ordi-
    naire. L'ordre du jour amine la lecture
    de union rapport sur la question pose
    par iMr Bouzon suir Fart. 6 de la Cons-
    tittlion el les articles 450 et 'i7) d(u
    Code Civil et la conlinuatinon 1de la dis-
    cussion tdu rapport dot Mr Bonamv.
    Mr Si,'lraii Je desire savoir, puis-
    que vous donnez lecture de vote rap-
    port, quand on devra i dvr isculer.
    Potur des riaisons que j'ai donnees .lC'i,
    je ne veux pas prendre paIrt i lai dis-
    cussioln dtlu taplport de Mir Illainmyv.
    Mr le President. Jo done lecture
    de mon rapport, il no pourra pas Oire
    discutid i cetle sd:ace.
    IMr Lespinasse done lecture du ra'p-
    port suivant :

    .M1ssiculus,
    I..Sqll'ell I .'.l 1o1 S p ''S I. t ', ll
    Line C0onstilt lil ;in N1l iino vel It t t1ii1, ils
    avatint lireni'eiiint f''ieri l'Ie isicnc(. 1 1'n
    Jaiivicer 18UJ, ils crilrciit devoir porlt r
    dlins laliclo 12 in pa:icto Ionlstitiutioniiin
    qu'auancii BLANC c ponurait, inleti're los
    pi'ds sur to le rrioiro hai ienl, Ai tite do
    iia Ire on de propridlaire.
    Ie pelit Elat iq i vonail de so consliluer
    so tronvu il, il fant le rCo conni itire, dans
    ;dcs conditions uniques. ravers I'histoire
    Neo d'un puissant souffle de libertA, ve-
    nl dIo la France jusqu'a .elle, la nation.
    Ih iii, !iI',cele lo lile de la ihivolution f'ran-
    ruise, qui n'liait quie 'incarnation (des


    ....... .....1 Iil ..... -1-1. 1 11'(( 1( 1 1 i111111., -------- ---------- -- -------- --.~l~i l. (--.







    REVUE DE LA SOCIETY DE LEISLGATION


    principles do liberal proclaims par l'im-
    mortelle Assembl6e de 178'S, ne pouvait
    computer, dans le monde, sur aucune sym-
    pathie. Autour du jeune peup!e se trou-
    vaient des colonies ou le ri:iiije de I'es-
    clavage dtait applique avec routes ses ri-
    gueurs : sir aucun point du inonde Ic
    sang africain no coulait dans les veines
    d'une :i.--' iiii'.ition him tine, aspirant,
    avec les dtats civilises, ai l'.- .;lilk interna-
    tionale, et sauf poir quelques penseurs,
    proclamant lesdroilsde oI'ternelle justice,
    existence dlu nouvel I.I.t ditit, par ses
    voisins et, par tons considIer' common un
    fail normal qui, pour le bon ordre des
    choses, detail cesser au plus t6t.
    11 est done natural que les houinies d'E-
    tat qui jei'trent les bases de noire I6gisla-
    tion, petnsreint d'abord A se prltiunir con-
    tre les torieatives du deliors ct no vouilu-
    rent point perimettre aux personnel ap-
    partenant A d'autres nationalits, presque
    touted I.-:.; Ii, de mIetre le pied sur notre
    territoire, A litre de mailres ou de pro-
    pri6taires.
    Ce n'6t;it pi-, come on a bien vou-
    lu le croire, u ne question do haine de
    race, car dans cette meme Constitution
    qui proclamait 1'exclusion, on trouve im-
    mtdiatement, aprs s lesdispositions de l'ar-
    ticle 12, 'article 13 qui adnmel a la na-
    tionalite lhaltieulne et, sans aucune restric-
    tion, les Allemands et les Polonais qui se
    trouvaient alors sur le terriloire. L'exclu-
    sion do 1'art 12 esl, eu rdalitt, une mesu-
    re de prudence politique, c'est aussi une
    ill1 iiI.ii.,I, des droits quo les esclaves
    d'hier viennent do conqu(rir. La double
    expression de maitre et de propridtaire
    employee dans l'art 12 miontre bien ce
    double point de vue,
    Par consequent il faut bien que tons,
    loyalement, reconnaissent qu'en proclaniant
    cc principle, nos aioux avaient raison et
    que la grave mesure i i tli' par eux it I'o-
    rigine 6iait juslifide. Depuis, de la Cons-
    litulion de 1805 h celle de lS,;.1 qui nous
    r6git actuellement, le memo principle de
    1'exclusion de l'6trangor an droit de pro-
    pridte isunui.iliiliL. se rencontre constam-
    ment ; la r6daction de la disposition varie
    Ai pen de chose pil'e. le principle reste de-
    bout et on le trouve port dans I'article
    27 de la Constitution de 1806, 38 de 1816,


    8 de cello de 1813, 7 des Constitutions
    do 1846, de 1849, et de 5 de cell do 1874
    1867 et 6 de cell de 1879, 3 de 1888,
    6 de 1889.
    II est a noter cependant que :ldin.. dans
    la p6riode ded6but, un des h6ros de 1'ln-
    dependance don't la ,'o-.ioi.i.i.. special
    attire et retient I'atteltion, le G6neral
    Christoplie ou Ie Roi Henry ler, come
    on voudra l'appeler, ne crut pas necessaire
    dans la Constitution de 1807 on dais celle
    royale Je 1811 de proclamer le principle de
    'exclusion. Ce corveau qui sort de l'ordi-
    n:iire t qui eut sur la civilisation mate-
    rielle des vues qui tranchent sur cells
    des hoinmes de son epoque, ne voulut
    Soint s'embarrasser d'une precaution qui
    lui sembla superflue. S'il comprit quel
    parti il pouvait lirer de la presence de
    I'dtrangmr et fit porter, dans les lois
    de son Elat, que la personnel et les biens
    des strangers seraient pI'i":--"
    .Je iii. Messieurs, pour ex6cuter la tA-
    che que vous avez bien voulunme confier
    recherchler si l'exclusion de l'article 12, de-
    venue lj.I.niTl'hui l'exclulion de l'article
    6,est encore nucessaire dans 1'tat actuel de
    notre civilisation et s'il y a lieu par consi-
    quent d'en maintenir les dispositions dans
    la C.ire.itlii.il de la Republique.

    De I i aI i nos jours, les circonslances
    out singuli6rement change. Eu 1825, par
    l'ordounance royale du 17 Avril, la France
    a reconnu l'Indpendance du people hal-
    lion ; le trait de lSJs, entire les deux na-
    lions, est venu dissipor toutes les incerti-
    tudes et meltre lin, 'une facon definitive,
    a la period des n6gociations. En leur
    lemps, l'Angleterre et les Etats-Uuis d'A-
    nierique avaient reconnu la R6publique,
    l'E:,.r-,iii de son c6t6, non seulement
    n'avaii plus contest son existence, mais
    apres 1'dchec de la mission de Castro, en
    1830, elle avail cess6 de r6clamer les ter-
    ritoires de 1'Est. Des lors It people hai
    tien, p ii-ilil possesseur do son ile en-
    ti[re, dtait entri dans la --I m, l.d falni[ll
    des nations civilis6es-et n'avait plus a crain-
    dre pour son independence que les pro-
    pros fautes qu'il pouvait commeltre ; d'au-
    tres *il-.l-.ll.llllt, avaieo t encore contribud
    a lui donnor toute securit,.









    REVUE I)E LA SOCIIETI DE LEGISLATION


    En 1.-2.1 la grande R61publiqne du Nord
    proclamait par le message dti Prisident .lon
    roe, la cellbre doctrine qui so rslume en
    ces mots ( L'Amhciq[ue aux Ani. ii,., a
    la terre am6ricaine cessait dl' t'e une 11rr0 e i
    colonisalion. Dans un ordrc aailre d'idies,
    les droits do la race noire )parltot sonI
    reconius : en I1866 le triomphli des Elats
    du Nord sur les Elats dti Sud, dans la
    guerre de Secession, avait doniianxl nirs'
    et aux derivTs du sang africain I r;ang,
    de citoyens de la Re6pulique des lEtats-
    Unis. Depuis 184.8, la France par l'('lo-
    quente voix de Lainartine avail Nholi l' vage, imilant in cela I'Anglelerre ili avail
    parlout proclam slle dlroit des Nulirs.
    Das cs cs conditions htla p)iiraini prise
    jadis est-elle nil ssaire mi,,l lhi '>
    J'a i n a t me dematliider coimllmniii la son-
    verainet b ,li i.iin*, pourrait lioe cminpro-
    mis~e par le droit qu'aur'aint i ils lrilang rs
    do possider des Iiens immobiliers ; mtn
    esprit no troiuve pas de riponise a celte
    question A, i.. ,'hui quot la sonver'ainel'dL
    est dlachee tie la terre el que lta propri-
    6tie n done plus de dolls seiigeuriattx.
    en tquoi la parcelle le ltrr' o:ccupie par nn
    tranig' pent-elle nons causar ln inqnie -
    tude ?' Pelnse-i -oll qle s ts l propl'i'l('s lui
    donneraiet t in dlroit d'inmmixiiou dians les
    affairs poes policies dui Puays .
    Mais oc serait le princ;pe )par ti lieir d'
    droit public sur lqiuel reposi railt r-lle
    immhixtion ? En clierchanti ;dns 'hi .i'
    des peoples, je no trouvt n ulle parl, lin-
    terveinion dtoe l'i'[rai g rll ainll t'e, pal Ie
    droit do propri6dl immolbilire. Si tElyyp-
    le a vu sa doiii-souverainhiiil ineonacs'r vt
    si clle a abouti l')occupn)liol anglai c'cst quo ses finances ctaient l al adminis-
    Itrues el nu'ello n'tait plus on ,att do fair
    face A s't dell. Si I'Algtiie a h
    occupl6 par ln France el esl devenlieo oe
    de ses colonies, c'West qu'Algor ('Alait
    un repair de brigands ol qpto son ]ey
    avait donnm des coups d'evenlail
    au Consul tie France. II semlble que
    les interventions brutales, loin de nailro
    de 1'accueil faith aux .'I,.i i-, so lt plultl
    la consequence do l'hostilit6 qu'on Icur
    m ontre et des lois d'exclusion qu l'on
    cr6e contre eux. El entro une Haili
    largement ouverte a I''-1 ri-ii r et
    1'Haiti aux lois restrictive quo nous con-


    tnislms" je petse In pienni ii'to ttltoinls int'-
    itacke que In sec0imtI.
    l'alticurs I'oi n O iitt ntitcniie no peInt
    pinspour oire o~vosll 6h urrv
    caeit50 IittIlIIIy. o : de d'vetoppioitel dtbi-
    nil paI' a'ns l EtaIs-Iiis d Xtr'ncrii itsi laI
    dooctine, Monrao, ltlil [10115 garaitir

    sailto Arn t'icai ne, elle tnnellcv,
    ss, itms'ttalllt A ses lt'utitionis, ole se' toltaiAL
    A Elkot K, vontputtels1, ii taut avosltlut qIul'
    pibilesdI dit' plu)s 11 i de moinsl no sl'tai s
    111 f'leii It' affi. lim.


    OIhs knittls aanios' H' me \ni'Ato qm t,





    lii' lut ''i t tt jour itt st:1 ldo


    Iatli iov lipals v ts' ltttiloit' Monsipr'i si lo



    Win a sdita aissiz AtilNOiti=!' ii di m a
    Ihms IN.. inho eL nlt huny imvia do hir a- rlo











    si tllCineljw lie] Ii'tills 4llitta-Tlrdlr si noits

    Idiliotis 10 I iatllva 6, i Ctuil suisct l (Inn-

    ilVlO as ills 111d itoitl filire. Clnrst cpu

    1S11 alons csatl1ii1cp
    III
    Dpnri e rcciii nts doetivi 1iti qn t do s)11ont










    ve Iid ns itidolts didavn l lul ii facuilt
    nalure A faQ 1 ro d 111:111toni r ;111i'. da11 l1.11 1s








    REVUE DE LA SOCIETIE DE LEGISLATION


    que n 1.idI, 1'ordre mal'riel, il i'a fait que
    peu do progris; sos cultures sont reslthes
    a l'61at stationnairo, ses routes publiques
    a poino out tdi conserves, le delabre-
    incit des villes a -i inli. et dans len-
    quele relcinto qu'un joiurtal de I'ort-an-
    Prince entreprenait A I'occasion du pro-
    chain ccntenaire, un patriot avisW dlisait,
    si j'ai bone mnnmoire : k Ne pourirait-oni
    atn moiitns, poor te cintenaire, donner A
    P'ort-ia-Prince 1'aspect d'une Capilale. )
    Si on rapproche les st;tistiiqu s 'antlre-
    floi s Ideimenls de statistiques d'aujou'r-
    d'itii, oil constate, saus .I'i i.. I|ue la
    population a a iglmlellt a penu pros do
    ,00.t)O nies, rio copei-dant bien que not re
    hIrrTihir', par son lotendne et sa riichess.
    liuism' is ai'nit nouriir des millions
    d'hi iiutles', depui. une trentaiiie d';unn(es i'a
    inis 1e t des -lt'am lies a cle t 'n e '111. il.rl
    halnIgr. la bonne vowlout d'une jeunesse
    ' A-P.ii et intellig ntle, suflisainment ins-
    truile, l'abse'ict do travail fail, ai h irh'e
    on nous ocr'ivntls cos lignes, la profolund
    dttresse de pre:que tous Ics foyers.
    l'our porter reminde A tous ces matix
    qui, plus que tont aulre chose, monacent
    nolie ualionii let i t aut an peupil i ll,,-n
    des pit 'ii tqu'il na point ; uno seculite
    qui en dipit 'efforts louables est encore
    iin .i-.,i. ; des exerples d'dnergie te do
    pi rtott is nouveaux de culltre qui puissent
    ra\iver son courage en lIi montra.t les
    reels avauanges que peut donner te travail.
    Sans doute, Messieurs, do nombreuses
    relormi's peuvent Olre entreprises pour ar-
    river A ce dcsideralum, mais parmi elles
    une qui me senicle ptuissante, e'est e conu-
    lact de ir) s populations avec I'' Ii.A r .-, la-
    borieux c'.est I'encourage:ncet qui doit lui
    .'ti, dolunud venir parnni nous, non pas
    a lile- de passant qui arrive ct s'en va,
    mais dans des conditions de stabilitM qui
    'Fintlcessent 4 noroe vie social, qni 1e
    contraiguentl trouver dans notrhe propro
    security un avantage pour ses travaux, en
    uu mot, jiii fassent que sa presence parni
    nous soit tell qu'il no pnisse coucevoir
    d'autre int6rdt que le nolre, parceeque le
    u6tre serait le sien. C'est a une i miniu; .,-
    lion de celle nature que la Grande R1dpu-
    blique Jo l'Amirique du Nord doit sa
    ,i m iiiiIr et sa prosperil6 ; c'est aussi a
    cotte immigration qu'ello est rodevable de


    sa puissance mililaire qui va grandissant.
    Les autres Etats secondaires de I'Amerique
    se diveloppent en raison de la protection
    qu'ils accordent a fl'tranger et jo ne vois
    pas pourt uoi la Ritpublique liaitienue ne
    Ib nelicierait pas des m6me s I..I1i .._o:,i si
    elle savait i'atlirer et 'intAresser economi-
    quement ct loyalemnent ses :iilii I... Or,
    je no connuais (qu'une seule facon qui
    pourrait fire quie les rangers qui nous
    viennonl, s'iniilressent comlpleiemeut A nos
    progr2s presents et sulrtout a nos progress
    Sfulurs, e'estl de leur donner Ie droit de
    propriiol. On pent dire que les families
    tirangr~~is imporlantes qui out autrefois
    liabit notre territoite et qui out 60e plus
    lard i ,iit do lours fortunes dans leurs
    pays, nouts sepraient resldes si clils avaient
    on le droit de prourietd foncitre ; car le
    sol retient.
    Les fils de cos 6ti i..,- tous miltis de
    sang hailion appart'iendraiont peut-etre a
    note nationality et contribueraient par
    leuts efforts A son relivemnet, tandis que
    leurs terres exploities, grace A leurs capi-
    taux, contribueraient d'autre part au dd-
    veloppoment de sa richesse. Plus la valour
    de l tterre -,-ni-.l. plus la fortune na-
    tionale grandit ; an point do vue tco-
    nomique !a richesse du sol est cell qui
    no se deplace point. Pea inporte ceux
    qui en possedent les parcelles ; cette
    richlsse appartient A la nation qu'elle en-
    riclit par son d6veloppement.
    '1l11anger qui p.i -.'.' noitre dette se re-
    tire dans son pays, percoit les intierts
    que lui compete le Trtsor haiitien,et, par le
    fait du phtnomieo dde 1'.I'h i -m.n augmente
    I'aisance de sos compatrioes en jouissant
    iargeoieut de la vie. Si cello richesse 6tait
    I crre au lieu d'etre en titres de crtance,
    c'est, dans son ensemble, le people ha'tien
    qui bindticierait des salaires i'.''- pour
    le d6veloppeinent des cultures, c'est l'Etat
    haltien qui par son trlsor percevrait les
    imp6ts.
    Dans la proclamation que to Prisident
    de la l1ipublique adresse tons les ans aux
    populations haltiennes, le Gentral Sam a,
    Ie ler Janvier de celtl auiie, parl en
    ces terms : Y Par suite des concessions
    Sfaites par le Gouverneinont, des groups
    c d'industriels, composes d'hailiens et
    a d'tirangers so sont forms pour l'ex-


    I. I l i I ----------- mm-m--m-m-mm ----------- mm--m mm -------1 IIi11: IIIIiI II~l: ( I~l III( II1I:;II il~i I11I I11








    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    E/77'777777 72' 7 7777 77777777 7 7'77 7 777777 7 7 j7 ~ 7 .'7 7 7 7#


    ( ploitation des terrcs et des voics ferries
    f et parmi ces exploitations on pett re-
    % marquer les plantations d'llaili i B:a-
    a yeux etc- etc..... Quelle consolante pers-
    a pOctive ......... On pent par la ni l_,'
    ( qu'avant longtlmps nolre bau :p i,; de-
    ( viendra prosptre et que nous sortirons
    < enfin de notre dtat d'inftriorild :;a point
    < de vue industrial et kconomiqmno. .
    Le President de la Itpubliqlie a reason ;
    c'est par la creation de l'itndisli'ni agricole
    par le d6veloppement des voices de coinmmu-
    nication quc nous pouvons sorltir de nolle
    etat d'infcrioritl iodusriol e ,cono niqlu .
    Le veritable sauvetir do notro .: d i ili;l
    et de noire soci iti est ce!ui iii sa:iur
    fournir dn travail Ai nos bra; inu-cup s et
    .a nos cervenau inactifs.
    Sans double, j e le repLle, 1po'1or arriver a
    un semblal)!e rIsnlat il faut 11n aonsembl
    de liesures ; inais panni los miestures A
    prendre celle qui me i).r! t l ia plus .I,' '-,
    c'est le droit de prop;idi 6 A accoler anx
    elrangers.
    La 6piublique d'Ialli, forcho par ls cir-
    conslances lde son origin Ados lh s d'excop-
    lion, doit aujourd'hui, les circo:slancnes
    s'Tlanti n codisifies, -l e ;iris it e e esl is.
    I1 no pent phls, an c.On nllite.'ient!l duI XI v'
    sicle. v avoir de conlcriI's tfetrnnles. Los na-
    tions qni s'altardent et no veniefntl points
    evoluer coiopromieltnt leur exislCenice 00'Io-
    noiniiqou t ipoliiqii I)Ahs El'ilx'tme-
    Orient i 'histoire de tdel pde ('iples ti W0mine'
    race et do manlne civilisalion iious inonl're
    les dangers de la politiqn I' execllsion etl
    los avantages de l'autrl. Le .Japl n ouvre
    ses portes routes graMdes a l'dlraniter, a)-
    prio't d do I ii A d6iveloppeci ses vois d(i
    C(' ni lli l 'il;,, 'l Ill, ; I .Ii s0) arlt 'l o il
    n'li -ii pas sur sa vieille civilisation oen
    grofflr nne nouvolle ; la Chini e, ll, soi fige
    en quelque soril, dans soin p.ass. Qu'ad-
    vient-il do tons les dcux ? Ai-je b;soin do(
    le dire ?
    A cOl6 do nous, lia Domniniranie ouvre
    touts grades ses portes ; je no s;die pias
    que ses 0 .llil, i diplomnaliqIues soinnt
    plus grandes que los notres, ot, bien qu'ePol
    n'ait pas encore certainement nolre ri-
    chesse, l'action modificalrice so fait seniir
    dGjat. Mais pour plusieurs il y a des ombrtes
    a ce tableau el plus d'uno objection est
    faite. Je vais lacher de los parcourir rapi-


    demont car je rains de lasser volro pa-
    tience par ni' rapport trop long.
    J lite feral pas 1 injure a noltre i' .li'-,
    11MM, de m'areiler aux i,.lij'n., qui oe.
    reposenit qlel surl des Ip'-i'':, t sur des
    considerations de race. Les questions de
    cetle nature conticone t en gernic, par les
    dissentimennls qn'elles violent fire n liir,,
    la perit' do note nationalist. Elles nuns
    oct d1 ja cals Irop de torls pour que je
    vienne los raviver ici et insisltr 'sur ce
    point. NM.is quelques personnes disent qu'it
    est danlgereiux d'accorder ie tiruit de pro-
    plridt aiix traigey.s liiarc qtie, mi < ta!
    ide liisere oil so trou1vent adttielleinmit les
    nl)'pritidlaires liilienlls, oen pe .I,. temps li
    plus graitid plwlie du sol iWiItliln cesse;.itt
    de liur appj arltrt lir ; les I 1 11,,-. imourailt
    lroesqi'o de mlis'ro se iuleraienl d'ehiianger
    elMrs ter, collro qleloiree d.l!'>lrs. VoiliD
    11110e objei'lion qui scrait (te nilnure Ai 1',0-
    in1o!voi\i s'il y avait qulonlq' li hose e ;i'l
    dains 1,' M .. ..r qu'elle signt-e. M;ais la r -
    I'lxion 1 1 il fait ia )ideil ent l oni il!'.
    Elt d'aboni, 'eost ltn erlOrear doe t roir
    (que l'tlr ;.. r va s' piri'cioiler r nos pro-
    t'ilI'i s counii' to carnassii'r sitr si prloi,.
    \y)Vez A c'.le de InoIs, lo sol dliimiicain
    est loin de 1 ven lir 1 it pi(lprll' excllIsive
    i de l'trtango'.;. Je voux bieii amiieltfre qufil
    y ;ai des denindes dans le 1h-!ii. je le
    Ocris et je conptle sur elles, mais si (qel-
    (jq es faiilles vende t il n prel ieri lien lentr
    lerre A lri's lion iialir,, nil phieiombne.nt
    ic"nii uiqile h1%ien simple et liqe lout le
    wiiiido connal se o paroduira i nir 'diatleiell t:
    la valour dl la terIe taina ente'-i on r aison
    Sdo la tdoiiande ilni eo sera aile el les
    crd)ies niaiifi s'i's ('alrOln plS h ir ra ti-
    soui'i d'i roi Vi mI q 'o rtl ft pro fairie( dli
    sol, I'hai'lin ne Ie vendra ]lons qu':l sa
    juste valo r, iJ'ailienrs, croit-oi quio le
    playsan qui dans illes les direelions a
    acquis la trre le sir' laquelle il lravaille s'em'i-
    pressora do la vendre ? It faii blon pen,
    lo .1 o" AiilN. paoir le penser. Si un grand
    donaine ,'i ]il.,, s't'lablit Nt proximihl do
    Ini, il examninera les nouveaux p)rocdehs de
    critire il essaiera do so les assimiler car
    il est fort int, lii.O.ii, mnais soveoz certain
    qu'il no vendra pas sa terre ou qu'ii la
    ve(ndra i bon escienti; ot alors, s'il lire un
    vantage do la chose, quo i'imiporte qu'il
    !a vende.








    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    A d'autres 6poqnes on disail : nos po-
    pulations do I'intirieur ne verront pas sans
    defiance l'l6ranger s'tablir parmi .II--, it
    y aurait .-ii.'.ir i le permeltre car des
    rixes peuvent 6clatcr. C'est calomoier nos
    paysans; les 6irangers qui pi~ti rent au
    milieu de nos ..i; I._=p peuvent attester
    que leurs families paissent des semaines
    cntieres, -.*rl-, an milieu de nos popula-
    lions les plus dloignces sans avoir besoin
    d'tlre pridl.'l'-., par qui qua cc soit et sai:s
    jainais subi r uine insulle.
    -ueclque.s ecivains out ,i,,.,l : .il faudra
    nn jour accorder It droil de propriile6
    aux i'., i-, ; mans l'lmiire n'en cst point
    ellCorl' vol- t), Inc venlent-ils done que
    nouss alledions? Si ha measure est bonne
    il fll ia nei fis rt'olnment Il'adopter; nous
    l'a\vons guire le temnps d'alletdre, car
    o110Ls siuines dans uni si'lce to tolt mar-
    cihera bienlot a1 I'C'etricit.
    lais ii est temnps qtue jo m'arril'e,
    11M, je ino vonx point lasser vutre
    attenli)on ; laissez-inoi cepii(ldant jeoir un
    simple couip di'cul sur lai ilresliou de tldrit
    civil quli nest on quelielli sorie qiln'ine
    conis)qience do 1i question de droil cols-
    til. iliiii I quo je viens d'exaninier.
    IV
    ()u;ind noi ,:*-I- ,l iir. votievnt nolre
    Code Civil, its durent, prtr so confur-
    m er ;' a disposilion il l; Jii,,,.-ilr. qui
    faith l' .li, r de cclthe iludt', diltarer qul
    Il'raingir ine pourrait pas hliriler des bions
    imnobiliers quo ses pairenti haitiens lais-
    seoaient sir le trrriloire de la lepiduli-
    que. Le :code Civil rut [i | |i, ;!,.'- le
    27 Mai's 1825,. laii n'Olai pas encoe ;A
    CC momnlit 'rco)nnUe par la France, et nos
    1i'.-.ill ,11 qu( i ln'a\aiCnIl so mnlol) er
    bionveillans s envers qui que ce soit, coi-
    sacrbrent 'exclusion i.wii ili.ii in, I1. sans
    rien tloeler pour 1'a1l'lnior.,
    Depuis, nousnsavons diit ddii, lcs cir-
    conslances d'alors so sont singulierumeint
    modiflies. Sur luls ls points dun lobe
    I'llaitien hicilO sans restriction do cc quo
    peuvent lui laisser sos parents et nous en
    sommes encore a exclurc I'll.ill.liiui, qui
    a dpouse un 6eranger, de la succession
    immobilibre de son pore. 11 y a Ih quel-
    quechose de conlraire anx lois naturelles
    et a mon avis, notre droit public heurte
    ici la Justice.


    Nos gouvernants et nos Iribunaux le
    conprenuent. On a vn, ii y a de cela une
    quinzain, d'anni es, je crois, la .I I, .,.~-i n
    iminobiliire e ol Madame Filoche, sage-fem-
    me fl, ii, i- -, naturaliste haitienne, choir
    a son nevou francais, et conlrairement au
    lexle du Code Civil, Jo domaine hailien
    an lieu de s'approprier les biens immobi-
    liers,les tire vendre el en computer la va-
    leo r i L I ,_i i r .i ii ..' .
    Dlorniirement, ldans non exercise pro-
    fessionnel je fhis consult sur un juge-
    mncnt du tribunal Civii du Cap-hlaition qui,
    rfcrus;ti d'exclute une jeune fernme d'ori-
    gine ao i'n.,, marie a un stranger, de
    la succession i dt son p 'oe i ,l.l:.1, avait
    (.oI l!! ,i la licilation des bicns iminobi-
    liers, pounr l valeur de la part de I'h-
    rilii:re lii cdre coinplico en especcs. Je dus
    tdilaorer, avoe d'aulres, de mes confreros,
    que jug.litleni du l ribun: l Civil dn C:tp-
    i ,i n avail vioA! les articles 450 ot 479
    du Code Civil et plus particulirenoent
    I'arlicle 587 du minme Code el quo la Cour
    dte Cissaiion nol maniquerait point de re-
    foriner I ur decision. 11 est -'.-ii. i quo
    dans colle circonsl;nce les jnges avaient
    mis leur conscience a la place de la loi,et,
    si macnosu nation fnt centre leur jugement,
    c'est quo je dus me rappeler que quel
    (que dure que soit la loi, ellS est toujours
    la loi.
    Si les l;-. i-;-ll; n.i dte 'art. 6 de la
    Coiislituion doivent disparaitre, ii est plus
    qiu'dvid iut que les i i ... qui, Idans notre
    Cole Civil, en sont la cousdquence, dis-
    parailront avcc elles. Mais en attendant
    que la ;ii .'iiI .liIi constitl ionnelle puis-
    so avoir lieu, i serait jusle, je crois, que
    la pro'l ,i .I,'. ;.I l l dI M admelte Ics elran-
    gers A hiriter de la contrevaleur des im-
    nmiubles quo leurs parents haltiens leur
    laisseorient sur le territoire, uine proc6-
    dunr rcglmeioiaiit Ie mode d'estimalion
    des immoubles.
    Telle est 1\l1. l'opinion qne je me suis
    faile sur l'importante question que notre
    socidld a bien voulu ime charger d'etudier.
    ,le ous propose de d6cider qu'il soerit heu-
    reux que les .pouvoirs publics, dans les
    forces vouluts par la Couslitulion, abro-
    =-ril puremen t el -ini,1m nlt I'arlicle 6 de
    la Constitution ot les dispositions du Code
    Civil qui on d6coulent et, qu'oe








    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    attendant celle abrogation quii nc- pcut tre I
    immediatement faite, la disposition de l'ar-
    licle587 soil modilike ians le sens quoe
    j'ai indiqud plus haut sequel me 1,.ii it
    conform : la justice et Aila riciprocild
    internalionale.
    LESPIN ASSET

    Mr Sylvain faith observer quc la So-
    ci6t6 a depuis longlemps coimenice
    une elude de la question coonomique
    et qu'aucunc decision n'a dtc prise a
    cet regard. II propose de rattacher la
    discussion du rapport de MIr Lespi-
    nasse a la discussion gonorale di la
    question economique.
    Mr Bonamy. Je propose do discu-
    ler ce rapport apres qu'il aura paru
    dans la Revue qui sera prtce dans une
    quinzaine de jours.
    Mr le Prdsident. Je demande que
    la discussion du rapport no d6pende
    pas de la publication de la Flevue.
    3Mr Bonamy. La question est im-
    portante, je propose de renveyer a
    trois semaines la discussion du rapport,
    chacun sera ai mime d'dtudier la ques-
    tion qui en fail 1'objet.
    MAr Eth&urt. II me semible que le
    rapport pouIra ctrc public apres que
    la SociCld 1'aura discult et pris une
    decision i cc sujet.
    21r Iomtiniu:e. -Je reprends la mo-
    lion de Mr Sylvain pour la iliscusion
    de la retoerme economique.
    Mr lIIcraur. Une question a 6tc
    pose i la Socitd par un do nos
    co Ilegues, eile a decide qu'u n ra' p-
    port lui serla pedsenld; je ne crois pas
    ljue nous ayVons a discuter ai savnir si
    le rapport sera rattache 5 la discussion
    d'autres questions antdricurciment po-
    sdes. Je pro pose que le rapport soil
    ('iscutc i une de nos prochaines se-
    ances.
    Mr Si'rlih',in insisted sur le rallache-
    ment de la discussion du rapport i la
    discussion gdnral e de la question dco-
    nomique.
    Mr Ie Prdsident. Notre irle con-
    siste a montrer ce qui peut 6ire fail,
    quels sont les il. r'l, que nous pou-
    vons tenter. La Sociee li e vient rd-
    soudre aucune question. Eloigner la


    discussion de ce'rapport'ne serait pas,
    je crois digne de la Soci6le.
    Mr Ie Secrlnaire-G&fdnral. Accep-
    ter de aill icI' lr la discussion du rap-
    port I une question que nous iiavons
    pas fini d'examiner n'est-ce pas 1'enter-
    rer ?
    3Mr Syiluin. Poor moi il ne s'.igit
    pas d'enterrer cc rapport ni de L'a-
    journer. JTc e suis appeal& qu'it v a
    une question pendalte devant i So-
    ciedl je propose d'en linir avec ell
    dans l'intirt dte nos tIravatix a venir.
    Nous avoid; uLine question it ciderr :
    du lil)e ichlange ou du )Iprotectionfnis-
    ine qu'elleest lc svstleine ;:pr|iconiiser en
    Haiti.
    3Ir Ic S'ecrltire-G(;nral. -- II v a
    anssi la questions do e 'imunt i ncier ".
    C'cst ajourner iindfl niment la ques-
    tion que nous avons ia I'tude.
    3Mr Poujol.- Oin ne pent renvoyer
    In discussion d'une intressante ques-
    tion pour la rattacher a d'autres ques-
    lions entanmes. Je dmiande que le
    rapport soit discule at une des pro-
    chaines sdances.
    Mr Sijlvatin. Puisque nous avons
    Ln si beau niouvement en faveur de
    nos discussions, je demanded de re-
    prelndre 1'6tude guni'ralc de toutes les
    questions dejh poses.
    La socicle consulted a ddeide que la
    discussion du rapport de Mr Lespinasse
    aura lieu I unc des prochaines seances.
    Mr Svlvain pi)end cn-'I dto ses col-
    Slggues.
    -. Mr le P'rtdsidetli.- Nous a)ordons en
    cc moment la suite de la discussion
    dIu rapplort de Mir Bonanmy
    3r i'rtur.. --T ous les nnmlbes ici
    pri'ients, sauf le coliegue Baron. oni
    6mis leur opinion sur le rapport diu
    colligue Bonamiy.
    .JVr Baron. Je declare que je n'ai
    aucune objection a fire au rapport
    de Mr Bonamv.
    Mr le 'Prds(lldent. Le rapport est
    mis aux voix. Ceux qui sont d'accord
    avec Mr 3Bonamy sont prids de fair
    c'i.) n iilr:. leur oilinion.
    Mr Laforest.-Ily a deux partiesdans
    les conclusions du rapport de Bonamy:
    uine question juridique et un vcu.


    1111 111)1 iI I ,1.11 1III Ililiil..i.i)li ilI I-i.liil. -.,(. ....I i .lii .i-.illil ...~ ~11(








    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    T 'l A ".j'j i ',?' : Al .; 7, ',; ,//A'; A %4, '/AA'1A;'A'/ A'' / ,/A// A' : A' l A '/l 'A' A', A'A'A' A' 'A'/^ A',/,'A'/4' ;'A'


    Le IPrsident met aux voix la question
    juridique avec priere it chacun des
    membres presents d'exprimer son vote.
    a. Mr Poujol.- Je vote en favour du
    rapport, ses conclusions juridiques me
    paraissent conforms it la loi.
    a. lMr Bron. Le rapport est con-
    forme i la loi ; je le vote.
    a. Mr Dominique. Pour les rai-
    sons que j'ai exprim6es dans la dis-
    cussion gdenrale ; je vote le rapport.
    i. Mr Ethlalda1. Quant aux princi-
    pes,je suis d'accord avec Bonamy, non
    cependant pour la formation des sae-
    ries ;je vote control le rapport.
    a. Mr lrBonam!l. Mon opinion dtant
    connue, je la maintiens.
    r. Mr IHf'rmt.r apres avoir rappeld
    la question posee :. J dis que les ne-
    veux 1igitimes d'u.i once natural, plar
    representation, peuvcnt hi6riter de lui;
    je votl centre to rapport.
    a. Mr Larforesl. Je suis d J:i le
    sens du Code, chaque line role sur
    elle-mnme ; je votele rapport.
    r. M.1 B'r ion. Le (Code d'un bout
    a l'autre protege 1e marriage, dans la
    quesiou quin ous occupe il n'ya pas de
    texte centre l'enfant l-.i;lin : ; je vote
    conltre le rapport.
    r. Mr Lespiinsse. Pour les raisons
    que j'ai adduites;je vote centre oe rap-
    port.
    La parlie juridique des conclusions
    du rapport est vote par la maijoritd.
    Mr Btnuma Pour le ve:i il ftaut
    le diviser on deux parties.
    o Y a-t-il lieu que le 1 gislateur in-
    tervienne )pour rendre plus claires,plus.
    concordantes les rigles du Code sur la
    succession des enfants naturels ?
    MIr le Prdsidcnt met ce vccu aux voix:
    11 est void a I'unaninimit.
    Mr Poujol so retire.
    :lir Bonamy. L'enfant natural est
    frappe d'unc sort de pine. Co n'est
    pas lui le coupable. Je demand que
    'on regularise so situation et qu'il ait
    les mdmes droils que 1'enfant ldgitime.
    Telle est la second parties du voeu.
    Mr Laforest. Pourquoi no pas de-
    mander la m6me faveur, le mneredroit
    pour 1'enfant adullirin. Dire que l'en-
    fant natural aura les memes droits que


    I'enfant l6gitime Ce voeu froisse l'ifis-
    titution do marriage.
    Mr B, i rl.- La discussion actuelle
    no porte quesur la situation des enfants
    naturels, il ne s'agit pas du sort des
    enfants adult6rins on incestueux, -
    mais seulement de la succession
    des enfants nature els. Messieurs,
    il no faut pas so miprendre sur. mes
    paroles, je crois que la h6gislation hal-
    tienue peut accepter ce que des pays
    bien civilis6s out deji admis.
    Mr le Pr&'ident. Voici hien le vceu
    nmis par le collhgue Bonamy: que la
    lg isolation reform i les droits successo-
    ri :ix des enfants naturels, qu'ils aient
    les inlmies droitl que les enfants 16gi-
    times.
    lhr Elhi' ari. Tout Ic temps que- e
    chipitre du nmariage exislera daii le
    codeje voterai coante cc voea.
    La seconale parties du vuL a 6t .re-
    pousse ptr Messigur Laforest, Heraiux,
    EtheIart B:mzon et accept par Mrs Bo-
    tlany, B iron et Dominique, ce dernier
    avec reserve n'ayant pas, dit-il, assez
    approfondi la question.
    Mr Lespinasse reserve son vole.
    Le second voen est rejetd par la ma-
    joritd.
    La discussion du rapport de Mr
    Etheart sera mis it l'ordre du jour de
    la proehaine reunion.
    La s6ance est levde.


    --- ---- -
    Bibliog raphie


    M. Justin DJvol : LE TR wVAIL. IN-rTELLhC-
    TUEL OU; LXA.MInIOltE; S:CIaLE. 1901.

    LE DEVOIa ELCAcroaxL. 1901.
    II n'est pas b1soin de recommander
    longuement aux lecteurs de la Revue
    les deux nouvelles publications do notre
    eminent collogue.
    Le Travail iniellectuel on la Mlemoire
    Social. M. Devot nous d6montre que
    ceux qui ignorant les lois (d travail
    ii'l]:.ll, 't:.l et soientificlue font prcuve







    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    de pr6sonmpion quand ils s'y livrent
    sans preparation. Ils ne produisent que
    des oeuvres values et dtnuees de pr6-
    cision. Avant de rien produire, it con-
    seille de d6fricher le vaste champ des
    diverse sciences, cultiver son esprit
    pour fire une ample provision ency-
    clopedique, orner sa mnmoire ce bi-
    bliothdcaire qui peut 6tre si utilement
    consul ia l'occasion.
    Mais pour arriver a ces fins ii faut
    avoir a sa disposition les instruments
    intellectuals, les matiriaux ; ici il fait in-
    tervenir i'action du Gouvernenint qui
    doit installer les grandes bibliotheques
    publiques, les d6p6ts d'archives, les
    laboratoires, les muses.
    Si ces grands atefiers intellecluels
    sont institute, certainement it y aura une
    lite qui les frdquentera et atlircra par
    ses travaux l'estime sur le pays, la con-
    sideration sur ( notre jeune people
    don't les aptitude; intellectuelles sont
    encore contest6es. ),
    Monsieur Ddvot souhaile voir 6ta-
    blir un jardin botanique, des muses;
    ces 6tablissements de premieres utility'
    viendront comme pendant i l'Observa-
    toire meteorologique du Petit-Smiinaire
    qui rend de grands services. IM.Devot nous
    rappelle que (( lesdirecteurs des peuples
    a n'onl jaln:ii altendu pour protdger les
    , letlres, les arls et les sciences que les
    forces intellectuelles de leurpeuple aien t
    at lleint un grand degrd de ddveloppe-
    t ment.
    C'est sous l'dgide des chefs d'ltat pro-
    gresaistes que s ouvrent les premieres
    floraisons de la civilisation, et I'auleur
    se reserve de nous dire quelle est le
    r6le de l'iniliative privee quand le
    Gouvernement est inerte devant le bien
    qu'il peut fire.
    Cette petite brochure de 3i p.i'l,
    avec ses notes, est a lire, nous la re-
    coinmandons surtout iI nos gouvernants.
    Le Devoir deecioral est une plaquetle,
    publide au moment des dernidres Mlec-
    tions g6ndrales ; elle content des con-
    seils que .nous devons mddiier. Lh
    pent 6tre le salut. Et fesons comme
    nous le dit M. Ddvot, noire devoir ( la


    plume on le bulletin de vote a la main
    mais bouche close.v B.

    La politique inlernationale du Chili
    p:ir Anibal Alanrlua. Lima. Inprimerie E.
    Aloreno B3unco del llerrador- 118 et 1-,i.
    - 1901. vol. de 193 pag.


    La question diu P'1wifilur' par
    Maurltui; m. mmine iimpriieric
    1 vol. XXXIV 356 pag.


    V. M.
    NaOl.


    Voila deux lives bien iintreesants qui
    vienneut de paraitre sur la question pal-
    pitanle d'a; n i,, i i: la liquidation de la
    Guerre du Pacifique. )
    Nos lccteurs savent qu'en 1879 surgit
    ientre le Chili, d'une part, nla olivio, et
    le Nerot, d'autre part, uine grave qu estion
    do f .nii'.- qui motiv a la gutlrr de
    1881. Les deux derni'rcs Ri'publiqucs se
    liL.,,,'-.nl pour rcsister A la premiere.
    La liulle fit sanglante, mais le Chili,
    don't I'orgiauisation imilitaire ltail supd-
    rihure a celle de ses : .l\.- ii '.l 'eiporti
    sur ses .deux redoutablles livales, qii fu-
    rent obligCes de it-'ni lo 9 Fdvriei I SS;
    un trairt de paix des plus onereux.
    Par ce traift, !e Pdrou ctda au Chili la
    province de Tarapaca ( I ) et lui recn-
    nut ; litre d'indemnii it de guerre 50
    I It du proidui nt net d la vente 1d'un mil-
    lion rde toltes de guano s6cquestr r lar
    ie Chili pendant les tli tlil -.
    D'un auie c t t rt i Itiarret6 d'ii uni con-
    inun accord que les provinces pdruvien-
    ines de T;icta et Arica ( 2 ) resteraient au
    pouivoir du Chili ( art. 3 dii trailed dt
    [aix ) pendantl dix aus duraui lesquels le
    Chili po iurait I 's admnlislrer ft en liii i
    tout lc pIIIll possible. A 1'expiration de
    ce ddlai un plt'biscile devait dicider i qui
    - du Chili ou dn Pirou, -- reviendrait
    ddfiiilivemientt la souverainetl de cos
    deux provinces. La R3publique a qui le

    ( 1) Sa Supercifie est de 50. 000 kil. car. et
    sa population de 46. 860 h. Sa capital Iqui-
    que a 15, 391 h. ( Atlas de Elias Zerola Gar-
    nier Frircs Paris )
    ( 2 ) Ces deux provinces ont uue superflcie
    de 22. 500. kil. car. une population de: 30. 000
    arnes. La capital Tacna a 14. 183 habitants.
    Elles out dtc rdunics en une seule province.
    Ouv. cite.


    11111 I~ 11111(1 1)111 1~11111.................... ......... 0 (111i( -- 1.11-.1- 1.1-1.1-1 -- .~(i~ rII1I11 I1 i~l~ll~ i~i









    REVUE DE LA SOCIETE- DE LEGISLATION


    pllclscis U' serail I Ivorable les garderait et
    pa erait i tl'autre 10 niiilions do dollars A
    lii nm de dbdoitn inagernont
    DIans I Iotolva le do riches gisome n L
    IIIW Qalitu', de iode et de gmm1no Wii'ent d6
    convek et is c1 xploitationl par les
    (Thilb'nls. Les, dix 1iil.lzl l1s se' soft
    Ac o u l c1 l le Ip lldli s cit e nia p n a wvdi r lie N.
    Ixe (:liili, US qi A ten possess-iion, vou-
    1;ij1 pai'ail-il, ga"Je1r Is dcu. pFro\ inces
    e-I pae libdlll'liUitO dei i) millions~ do
    loll ;ri. IDe sonii cte le Ilfrou1 r'clilu Inca-
    c-,oinp~l s-cment du pI1 Ilildsicile cnnmiti liour
    rontwr, s. 'il y a lieu, en poxst~essilonl de

    MY M& doubt lol~le quistiton rlIn 'expo-

    Imb sta iv ('U, I'l[) id



    (;odoe Ir"'I itelerp Pc/e iiTalJ)rs les
    solurccs 1la doctirie efl lapijriuspF)lrudenc e
    ave 1'C(JC/i'011, mix (/1 ] !I I wi, .'i projets de
    Ir?!Wision Imr Mr Joao NONj('10 dl \raujo,
    docteultr i-,.rt droil. dltpi6, ;ancion in;
    Qi Pf pnioloss-'ur dle' dloi-l criiminol A la
    TAicllllbdo Ie h~ifeI I npiitlci'ie xatio-
    ldfo I kio dc J UleilO 2 tollies XV

    1j, n~ouvea; u roide p~c-nacl hiteelrpi~t g st
    lUin' (1.aVr Ie do tgi're valoil i i. 11 uohuors
    sile c('u flhl-lljtOS 1 0lacils A I: suite
    'Ps artclks ('I N 1111 t le plus Of
    iubtsr't, olil ipet consultor avce fruil los
    dji-i t isilimll abol8liine'til Iiou'c'llo', idIls
    t~illi poines ;ippflqujes~c aux atlentaN~ corn.
    uliiz' 05) Ire It tibon exercice des Itloils po-
    lilt Il'S. contlre In floine dlu gouvnernrment,
    Ies Etat> c('1rainiilts el lours represoutants.
    1 )D)'auti-es cri' ins peruviens, eArie au
    ires M. A k (Garland I contiictos sur-amir-
    Cams0 (.. Q'o I ('eru v Chile ) Plai'lo Xi-
    nnLnoz Esltudios sobre el pl16biscito de Ta-
    cna ) et l)anidn Mendtez ( Cue-lion des Li-
    mites con Chile, ) ont 6cCiit sur le in1me SU-
    jet.
    l)es pulllicist(s (Chiliens ont aussi Iraitl In
    itnic delicate question, on peut citer Luis
    Al(Inate-c Los tatrados Ic 1881-44, ) G. B.ul
    nes ( sarrolto diploniahco de Ia cnestion
    J. Vial Solor Reminiscencias diplomaticas
    PMginas (HilOinvitlcas RemildisCenins
    historas, ) I'tiiiez ( Chile y Bolivia; et
    Rapha&I Ego ha Ia Cuestion de Tacna y Anricn


    contre la liberty individuelle, l'inviolabili-
    t de s ,1..i;ilI.-;k la iiberlt du travail.
    Les dispositions relatives au duel, a
    l'abandon des mineurs, a la contrefacon
    des marques de fabrique, a I'usurpation
    des noms dce ( 111111 -., aux jeux de ha-
    sard ( loterie, paris etc) aux mendiants
    et aux ivrognes u':uraient rien de depla-
    c dans le meilleur code penal.
    Les duellistes ct los tlmoins sont frap-
    pts d'une amende de 100 a 200 dollars
    et d'une detention cellulaire de I A 4 mois
    suivant qu'il y ait mort ou blessure grave
    occasionnant la mort, penalitls graduAes
    tout.fois de facon A diminuer les rencon-
    Ires, sans rendre impossible le r6glement
    des questions d'honne sur lsI terrain.
    L'abandon des miners, de -I a 14
    ans, -est pu.i d'ane detention de 6 mois
    A 7 ans suivant les circonstances. L'expo-
    silion des nouvmau-nes est 6galement pu-
    ni0.
    Les pdnalilds appliques aux jeux de
    hasard sont assez considerable. On voit
    bien que lc tlgislateur a voulu les abolir.
    Ainsi ceux qui tiennent des maisons dejeux
    sont fraippis d'une amended de 200 A 500
    dollars et d'une detention de 1 a 3 mois.
    Les appareils de jeux sont saisis at les
    joucurs frappds d'une amended de 50 A
    100 dollars
    Est frappLe d'une amonde de 100 A 200
    dollars et punic d'une detention de I A 6
    mois touted personnel qui aura port les
    miners A si liver aux jeux de hasard.
    Lamendicite est punie de 8 jours A 3
    mois, qu e l mondiant soit apte ou inap-
    tc a un travail quelconque, qu'it soit ac-
    ..IIIul''.-' O' U ou non d'une miieure de 14 ans
    'ivrognerie publique est punie de 15
    A 30 jours de prison. Quand clle est ac-
    coinpagne' d'actes deshonorant', la pine
    est portde de 2 A I mnois de prison. Est
    frappie d'une amended de P. 50 a P. 100
    et punie de 1 A 4 mois de prison toute per-
    sonne qni aura vendu des boissons eni-
    vrantes a un ivrogne.
    Nous recommandons la lecture du tra-
    vail do Mr de Araujo aux membres des
    chambres i ,'iii -iiii.. Ils ytrouveront plus
    d'une disposilion qu'ils pourraiel int nro-
    duire ,-. m- l 1. .. n I dI.j. l dans notre code
    penal. A. P.















    L'abondance des matieres nous oblige a renvoyer au prochain
    No une Itudefortinteressante: NOTES SUR LA CONSTITUTION DE 1W S 'I extrait s
    d'un ouvrage que prepare depuis d(ja quelques ann6es under no4
    colleagues de la Soci616 de L6gislation, avocat distingui du Bar-
    reau de Port-au-Prince.


    Membres Honoraires de la Socit6 :
    P. M. Appolon, ancien Secr6taire d'Etat del'Instruction Publiquc. MrCh. Weyman.
    M. U. St Armand, ancien Secrdtaire d'Etat das Travaux Publics,

    Membres Correspondants ;

    MM. C. D. Durand, Doyen du Tribunal Civi du Cap-Haitien, A. Jean-Pierre, ( Por-
    de-Paix ) T. Pdlissier, i des Gonaives. ) Dpas-M'dina, Ancien Doyen du Tribu-
    nal Civil des ( Cayes) E. Bellande, ( Jacmel.) J. N, Desroches, ancien consul d'la-
    iti A Bordeaux. Louis Jh. Janvier, Ministre resident d'llaiti a Londres. Gragnon
    Lacoste, Consul honoraire d'Haiti A Bordeaux. -- S. Viard, Consul honoraire d'Haiti, a
    St Etienne. --- Hoeylaerts Consul honoraire d'Haiti a Bruxelles. --- Ch.Preston, --- C
    Villevaleix, Ancienl Ministre d'Haiti a Paris. --- B. Sylvain, ancient Secretaire de la Le-
    gation d'Haiti a Londres. Robert Lafoutant, avocat, i Jacmel ) --- C6licour, Leon
    avocat d6put( du people, Ed. Corvinflon, avocat, (:Cayes. ) --- J. M. Grandoit, ( Anse-
    d'Hainault. ) A. CleriC C. Chassagne, avocat, ( Jdremie ) F. Desert, ( Gonaives
    Saint-Come, avocat ( Saint-Marc [) Alfred lHenriquez, avocat. Turcnne Sylvain. < Port-
    de-Paix, F. Guilbaud, Senateur de la RBpublique, i Cap-Haitien ) J. Adhemar Auguste
    avocat. Cap-Haitien.'






    Justin BOUZON, Redacteure-Ge&rant, 146, Rue du Centre.


    Imurinierie II. Amblard, 136, rue du Ceultre.






    9me annee, No 4.


    Port-au-Prince,


    Mars 1902.


    r/ I -' / .. /./ /* /./*-/./ /-b- /. I' .. # I o. # ,' ., ," &^ I # # # / # #,' // J// ,^/ l/j/,,//// / /// //l//llf///


    REVUE
    DE LA

    SOCIETY DE LEGISLATION
    PARAISSANT LE 2 DE CHAQUE MOIS.

    COIIT E DE DIRECTION ET DE RIDACTION:
    MM. EDNIOND LESPINASSE, PRESIDENT
    JCSTIN BOGZON SECRETAIRE-GENERAL
    A. BONAMY TRESORIER
    SOLON MENOS
    J. L. DOMINIQUE
    ED. HEBAUXEMBES
    CAMILLE St REMY.




    SOMMAIRE

    Seances de la Societe :
    Reunion du 23 Janvier 1902 : Discussion du Rapport de M. ETHIART.
    Reunions du 13 et du 20 Fivricr 1902: Discussion lu Rapport de M. Ed. LESPINASSE.
    Necrol, gie.

    ABONNEM1ENT: Un an : P. 4 Le Numero P. 0. 40

    Adresser la correspondence, rue du Centre, No 128,
    chez le Prdsident de la Socidtd.

    PORT-AU-PRINCE
    IMPRIMEBIE H. AMBLARD
    136, Rie du Centre. 136








    REVUE IDE LA SOCIITI DE LTGIGSLATION O3
    i i I .11(1i~li1111i~iil(.llii~l11ii 1 1111 i 11I: II11...........11 1


    SEANCES DE LA SOCIETY

    ( Extrait du Proccs-Verbal. )
    Reunion du 23 Janvier 1902.
    Presidence de Monsieur Lespinasse.
    Presens : M\I. Lespinasse, Bouzon,.
    Dominique, St RWmy, S\ '. iin, Lafo-
    rest, Ethdart, J6remie.
    M. ie President. Vous me permet-
    trez, Messieurs, d'exprimer a Monsieur
    ,J6rmie, la satisfaction que nous 6prou-
    vons de Favoir parmi nous.
    Nous sommes heureux,cher collgue,
    de voir un hommen de votre valour
    devenir des n6tres et nous savons que
    vote divouteenet ne nous fera pas
    defaun.
    .. J.dr!nie.i Messieurs, vous m'a-
    vez accord vos suffrages ah 'unanimi-
    tie Joe presence done ici avec le sen-
    liment de la reconnaissance que je dois
    it chacun de vous et avec le sentiment
    de. la responsabilite que a'impose mon
    litre de !lim.mllec de la Societe de Ld-
    gislation. Vous donnez an pays un en-
    seignement, vous lui dites que ceux qui
    ainment la discussion peuvent s'enten-
    dre pour le bien. Ehi bien j'aime la
    discussion franche et libre,, c'est pour-
    quoi je m'ihonure d'ete des v6lres.
    Laissez-moi saluer la mlliuilir de M.
    Pierre Latleur. Je ne peux pas oublier
    (qu Monsieur Pierie Lafleur avait tid
    citl une fois eu Police correctionnelle
    pour avoir d6t'endu la liberty, le droit
    do reunion. Sa conduit lui a value
    vol'e estime. Cette estime, je dlcherai
    de la m6riter a mon tour.
    Le SecrtLaire-g16nral done lecture
    du proces-ver'baldu (li fdu courant qui
    demeure sanctionnO apr6s ine rectifi-
    cation demandde par M. Sylvain.
    Lecture est donnie d'une lettre de
    M ,il ou'tI Juslin Divot adressie au Se-
    critaire-G ."'Ir.il faisant quelques ob-
    servations relativement i sa brochure
    sur le k Centenaire a qu'il avail offerte
    a la Socildt el donW aucune mention n'a
    et6 failed ni dans le compte-rendu des
    stances, ni dans les notices biographi-
    ques de la s Revue t.
    M. Sylvain. D'hli!iilu lic nous fai-


    sons une mention do tousles ouvrages
    qui sont offers a la Societe. Je n'ai
    pas recu pour la Societe la brochure
    de Devot.
    M. le Secrdtaire-gcneral. Le coll6gue
    Ddvot dit l'avoir envoyee a Monsieur
    le President de la Societe.
    M. Laforest. Je n'ai jamais rien
    recu de la part de notre collogue De-
    vot pour la Soci6te.
    M. le President. Monsieur Ddvot
    fait une proposition: de nommer dor6-
    navant un membre pour faire un com-
    pte-rendu des ouvrages qui seront en-
    ,i\i. a la Societe.
    M. Dominique. C'est une proposi-
    lion que nous n'avons pas A discuter.
    Le comid de r6daction fera une notice
    pour les ouvrages qui seront offers a la
    Socidld-; nous n'avons pas ah l'-'.iner
    une commission pour s'occuper de ce
    soin.
    .! B.o i, 1i,. I1 sera fait un compte-
    rendu analytique, s'il y a lieu, des ou-
    vrages qui seront offers, quand its
    presenteront une certain importance.
    A1, Sylvain. 11 y a lieu de voir
    comment Devot a formula sa proposi-
    tion.
    M. le Pr6sident,- apres avoir donnd
    une nouvelle lecture de la lettre de
    M. )Dvot,- a propose de laisser au co-
    inite le soin d'examiner les ouvrages
    qui seront envoys a la Societ6.
    M. Le Secerdaire-Gendral. -- Voici
    deux nouvelles publications que Mon-
    sieur Ddvot a offertes a la Soci6te : < Le
    Travail intellecluie on la Mmnoire So-
    ciale f et ( Le devoir dlectoral, )
    J'en ai fait une mention dans la no-
    tice hibliographique de la Revue. Voi-
    ci le deuxie~me volume du Codigo Penal
    que l'auteur, Monsieur de Araujo,
    diputi de Rio-de-.aneiro nous a of-
    fert. J'ai price le Collegue Poujol de
    fire une notice bibliographique de
    cet ouvrage. 11 y a aussi un fascicule
    de Monsieur Dulcind Jean-Louis :
    & ExcuasIoxs de Powr-Au-PRINCE a JAC-
    M:NL ) que m'a remis Monsieur Syl-
    vain.
    Monsieur Sylvain dueirndi. qu'il
    soit donnu connaissance a notre nou-
    veau collogue, Mr Jer6mie de ses obli-








    REVUE DE LA SOCIETEi DE LEGISLATION


    nations envers la Sociltd. 11 a une collgue Ethcart, la Jurisprudence fran-
    confirence a faire. caise ne s'est pas modifide sur Ie point
    M. le PrIsident. On rappelera qui nous occupy. Je Ic regirtcle, car
    a tous les membres nouveaux lears j'ai peine it adopter la solution qu'elle
    obligations envers la Socit6. consacre et qui me parait beaucoup
    trop rigoureuse. Cest celle de la
    loi, nous dit notre coll&gue. West avis
    La reunion a ddcidd qu'il sera rap- qu'on trouverait aiscment des motifs
    pel1 par lettre a tous les menmbres 16gaux pour jniiilir-r I'opinion con-
    qui ont une conference a fire, de traire, et je nai pas besoin de me
    fixer l'fpoque a laquelle its pourront refdrer au texte des deux arroes d'appel
    satisfaire a cette prescription des sta- qui avaient donn6 lief anx arrets de
    tuts. Cassation des ler mars et 14' fevrier
    M. Lespitiwsse. --- Revenons a I'ordre I182, )pour ctre certain que les .lugs
    du jour : Vous vous rappelez Mes- d'appel les avaent fortemnent motives
    sieurs, la question pose par notre La dilficullt est ici de concilier le
    collogue Svlvain ct sur laquelle M. droit supdrielur de la dr6fense qui ne se
    Ethdart avait 0dt charge de faire un spare Ipus de 1'inti iet d'ulne bone jus-
    rapport don't il vous a ddja donn6e ice, avec la logle de procedure qui dd-
    lecture, dans une de nos precidentes terrine le rang des diverse exceptions
    sifnces. I s'agissait de savoir si le alin de e pas tlerniser les procice au
    grant appeld en cause par It garanti profit de la chicane.
    pouvait exciper des exceptions que NCe pourrions-nous pas trouver Ic
    ce dernier n'avait point prdsentles ct fondement d'une solution plus Equi-
    nolamment de celles, come les nul- table que celle a laquelle senmble se
    lilts d'exploil, par example, qui doivent rallier le rapport dan(s une distinction
    6tre presents in liminie ilis. (ue Ie lgistlaleur a pris soin d'dlablir
    Notre honorable rapportIur, d'ac- et qui est de principle constant cn na-
    cord en cela avcc la Jurisprudence liire de ,garantie '? Les efelts te I'inter-
    francaise et la regle de pro'edure que vention ,iu1 g:trant en fcaveur du garanti
    je viens dte rappeler, tnous a propo- sont different, selon qu e l gaaint dd-
    sd de d6cider que tI grant ne pou- clare prendre fait ct cause pour le ga-
    vait proposer, de son chef, I'excep- ranti, ou qu'il s'alstient de fai're celtt
    tion de nulliti d'exploit quc Ie garanti, delcarlaion.
    avait n' ..',_l; de presenter a l'olver- Appliquons le principle a I'espzcc.
    de I'instauce. Cependant il u'a pas hi6- Io Le grant, mis reguliLrerment en
    sild a nous indiquer que cette sonl- cause, a-t-il pris fait ct cause pour Ic
    lion base sur leis cxtes du Code dIe I garanltii l'n cc cais, sa ldetaration
    Procedure civil lui pa:rissaient ri- !;it 'pour dclet uni'vrsellement recon-
    goureuses, en se sens Cqu'(elec nc P'':- de le silbstiier a: garanti, e de
    meltaielnt pas an grant qui c : ,!;'"! changer ,, selon 0i forte expression de
    pouvait avoir un int6irt capital de Boitand, it la ip)sonne du Idefi licr I,
    presenter une defense complete. it se coniprendra (q u'il puisse fire Olat
    Pour plus de clarld, je crois qu'il d'une exception don't n'a pas uis Ic
    convient que Monsieur Etlhart done gairanti. I1 prenld poili la cause, I'a
    nne nouveile lecture de son rappo,. fait sienne: il a plCnitude d'action.
    Une nouvelle lecture du rapport est Son droit de dditnse doit tire complete :
    faite par Mr EthMart ( Voir le rapport la dechdance encourue par le garanti
    dans le No 2 de la Revue, mois de n' lui est pas opposable.
    Janvier. ) 2e Le grant intervient-it dans F'ins-
    M. Sylvain. Je n'ai pas eu le Ioi- stance sans prendre fait ct cause pour cl
    sir do verifier si, depuis l'aunce '1826 garanti, se contentartt dejouer le r6le
    date du dernier a.inti de la Cour de d'n figurant, lid i l'affaire par sa pre-
    Cassation de France, citd par noire sence ; uais n'y ayant pas lne part







    REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION


    dirccte. En ce cas, it sera mal venu A
    exciper de n1mo10 U que le garanti a n&-
    glig'',-. C'est le garanti qui rest le dd-
    fendeur principal : il est rationnel
    qu'il subisse les consequences de ses
    fautes.
    Voila, Messieurs, de quelle facon je
    croispossible de sauvegarder le droit de
    defense du garant, tout en restant dant
    les terms des prescriptions 6dictles
    par le Code de Proc6dure.
    M. Dominique. Cette observa-
    tion est tellement judicieuse que le
    rapport l'a prcvu.
    M. Ethlur. Depuis 1826, d'apres
    mes recherches, les Tribunaux fran-
    gais n'ont pas eu a se prononcer stir
    la question que nous examinons. La
    doctrine actuelle franchise est absolu-
    mnent opposee a la solution consacree
    par la ties vieille jurisprudence que
    nous avons expose. Aussi dans la
    premiere parties de mon rapport ai-je
    pris soin de fire ressortir tous les in-
    convenients et les prejudices consid&-
    rables qui peuvent resuller pour le ga-
    rant, si, a son arrive dans t'inslance
    et alors qu'il declare prendre fait et
    cause pour te garanti, on est admis A
    iui oppose les decheances encourues
    par ce dernier. Je ne suis done pas
    oppose a la solution que propose notre
    collIgue Sylvain, quand le garant dd-
    clare prendre faith et cause pour le ga-
    ranti. -- Laissez-moi vous avouer ce-
    pendant que je m'y rallie domino plu-
    t6t par un sentiment de justice que
    par aucune argumentation de lexte.
    M1 le iPresident. Je me rallied ega-
    lement a la solution de Monsieur Svl-
    vain. Lorsque le garant prend fait et
    cause, il est just qu'il puisse exciper
    de routes les exceptions qu'aurait pu
    presenter le garanti ; car il peut ainsi
    b6ndficier d'une prescription que l'ex-
    ploit interrompt et qui sera acquise,
    s'il est declare nul.
    M. Bonainy. A l'appui de I'argu-
    menlation de Monsieur Sylvain, on
    pourrait citer 'art : 1425 du code civil.
    La situation du garanti serait passa-
    blement curieuse, si le garant ne pou-
    vait opposer h 1'action toutes sores
    d'exception, lorsque la demand en


    garanlie est formee dis le debut de
    I'instance. Le garanti, qui ne veut pas
    rester en cause, qui s'empresse, d&s
    qu'il est assign, d'appeler son garant
    se Ironverait sous le coup de l'art:
    14-25, sans qu'on quisse lui reprocher
    aucune faule. It me semble que la
    cause, lorsque le garant est appel6 in
    limine litis, lui arrive abso ument
    come si le garant lui-mnme avait 6te
    directement assign par le demandeur
    11 pent opposer a celui-ci une excep-
    tion quelconque.
    M. Sylvain. C'est le garant qui
    esl le ddfendeur principal, le garanti
    n'avant pins aucun r6le actif dans
    l'instance.
    M. le President. Je mets au voix
    les conclusions du rapport modifiees
    par la proposition de M\oi:.-iui Syl-
    vain.
    Le rapport modifi6 par la proposi-
    tion Sylvain est vot6 par tous les
    membres presents, sauf Mr Bouzon
    qui declare d'abslenir.
    La stance est levie.

    Extrait du proces-verbal :
    R6BAnion du 13 Fevrier 1902.
    Presidence de Mr Lespinasse.
    Sont presents : MM. Lespinasse,
    Bouzon, Bonamy, Sylvain, Poujol,
    Ethdart, Jeremie.
    Le Secr6taire-Gindral donne lecture
    du proces-verbal du 93 Janvier qui
    demure sanctionn6, apris quelques
    observations de Mr Sylvain.
    Mr le Prisideut donne lecture de la
    lettre suivante de M. Arthur A. Isidore :

    Port-au-Prince, 29 Janvier 1902.
    Aux M1embres de la Socild de L6gislation,
    En vil!e.
    Messieurs,
    Je viens vous prier de bien vouloir me
    renseigner sur les points suivants :
    lo t-st-ce que la Compagnie des Thld-
    graphes sous-marins n est pas tenne, a
    I'instar des CompMgnies similaires d'outre-
    mer, d'afficher quotidiennement dans ses
    bureau les d6peches ayant trait aux laits








    REVUE, I)E LA SOCIEATE DE ,UUIGSIATI'ON


    et gesles de I -'.] iijr. et de Ics mettre -it oi'!i I itt1 1-' An ta ll de (Iue stiois (fne tiontIs
    ainsi i Ia disposition du public. auroisi Aexaminer peiit-'tlre, rmnis (ple jo
    2o.Ces depdches d'intdrcAglencrr n tera velit-no eiviils pas 6tuiier avOec vtlls en lC 111)-
    elles raire [objet d'un nionopoe '? men It.
    En attendant volre r~ponse,je deoneure, La 1Wi diu 28 FVvrior I sur ls ',on-
    Messieurs, votre dov-ou6 serviteur. cessi i tio a expliito-
    ARTHuR A. ISIDORE, ineiit le droit do pi'opriolh! auk C rangers.
    Journrliste, qand e tlle dii daus son article V \: aQu
    Ancikn Adnkihislratcnr Alz jcumrn Le .Jnunal a hs KiCs fo s pour hi rpnara on
    K des denrd's, les ic'jJ'tis anonyino's i' Ic
    Mr le Pirdsident II est do mon jroirnt (in Ink iio d' N ialnralilt
    devoijr de savoir si Ia SociMt r trelndr ra R autaiijf (Pie f)p'(Ts01"II ma1raots I).
    une decision sue IN letwre (Jue ja Wiens r Les [1.2 jro Q de c's Ai-
    de ii commu niqwer tie ne sonl-iIs cts piopri't aire' du sol,
    Mr Sijlvain. I'outes Ics quosueons par te set fut ilssont i ii -, des lx-
    d'in teert general (jui sont sonuniikcs A WtNil'ltall\ rotllellll'.t5s sulidos t'jnYoiguti
    la SociWAR d oivent `i re Mud ices. c usines '? oin pl rc ino coni-
    Mr Ie Pi'esirb'iiI. I college Svl- ("u V111 u ')i5W'tll' Ilui~ll' thets nwe-
    vain venti-il avoir IN conpipkiisamice de e qliiis mtu -b ll o n iitgI a jent fe
    faire u n ra pport stir Fbljt) dAc 'a Ilefre it' it do posSltf'tr on i iii. I lliiti i 14'
    de Alr Isidor.dsuiese ola.;d'Innwis ict
    11r Sijlvain. Ae ifes pas la. com- ce pas5 'In proprid" iahs INth IMT p iarjt
    plaisanc qui me manuaeI ma is to lIC 511 Ile dr rit U no session '! Ni r le
    temps, je snis Icilenient peis qac je colra'iretil 0 1' wi w, 10 Ia tiN i do
    crains de noe ouvoir tprcisc at [ ii rap- Awb On ; est incstitiltionuljj ; M
    port d'ici Ai quei'nes s mOnh. cs. loi initittiut 1,, HWntpIic Nztio-
    Suti In jlibe A(i Pr6sinii. .Mr J~r&- nale le seitit mIi~si. eal. JI. Sofit'( -
    WUc vCnet so charger dto fa iir ui rap- tati muinyme CeixIoaitami t IM IlwIIIto'
    port sue ja lietre de Mr Isidore. Ndtionldte, m'U hint 41114e p s' o
    S iuwnIw:tle, poss-ede il tpi Ii-le Itiemix
    111' 10 JPr(sHicli. Je loc ll, Li (is- Co (Ill' 11 Illi 1 CiI 521')I~iII0, comll~it, Sit-
    cussion les concusin; de50W mi titerp- AN ti ~alVlimy prikenivtail ninins It I iti-
    port sur j'iar. ( de N IA Uen- ger (Ill pi'ls Hindiviiljtl'llCt *!
    Mr IBouzon, *Secrpelaur-&onlozy Von XX oz, Mo' :ioflr i'- e lion 10 111 1 ,
    2Iossicurs, I 1" A one 5 eiSK

    silntn dtu brhi~atale',q Twr IW 1 s HA TIIl00 ", tnlis
    MAO, anl a-sinK, corntiist d'lipis. nn emi Il'r dvsiiC Ws qu

    1,11 lioti n~rhI nl0115 le ( Sur Il solloe[t dos jii tjl lbfl h do1 2iroSiill ltli %~ "11W5Ii'

    a iuesieio )I les Psi\ so'iltllIIIiir K S I)Pt cnvoll do I :iOiv i -1 011q1 tiill des lllit (t'!
    InolIjuns cix SEi l onl' vw (jplt' ll'trl', Ililhf's, eill avoir les avan-
    nnostcoiuiAtisons ppranlulii' illill s----'t bye& Vaiseis anotlennent ce ileti non,
    pour 1ltlllltio Iux textes desll'ois qui ex- CMI M 10Jtliitll Ic p prjI hmt aei. Wa-. G est
    AtMui Iflunliler dii droit dopi [I I I nnobLierir i haidltlcui.uniicit Afi AV pai-
    flons o.I rcyoiis a cos S)ucioefs Il I nlO prlrtticuier, elle AMs polus une san-
    It !1'i!~! (l 1it atlrairn Ii v egoti'l0 pll[- 11011s, elie 1 ''ioi~re I Vo~lli-
    (oniiait-on (,otu cco qoi twilt cetro (lie- fion inottons-ta at bas.
    rielo ces Societt(s's? t. it it -on Iour corn- oI nons parle des Pominicains
    position? Pout-on dire (j11et1 01S I ten i coin- IlOS vinS, Sits itineCliot CSi I a Van a









    REVUE I)E LA SOCIETY DE LEGISLATION


    i m In I +I..... ,.. I.l..all s.. i -I --- -II-- (- l-- -l m ------1-I I-r e I


    une population moins dense,-dissdminne
    sur une vaste surface,- plus pauvre que ia
    notre, c'est qu'ils n'ont pas de lois td'.x-
    clusion centre I' ranger. Is n'en out pas
    peur et s'en trouvent bien. Ilslirent padri
    de I'eilanger pour le d6veloppement taut
    moral que inmatriel de leur pays, snrtout
    pour augnmentlr lcurs ressources, pour
    augmienltr let'i population.
    Pourquoi ne feronll-nons pas tde nemne.
    Nous n'nuriions rien it craindre dte dtllan-
    gelr si IIous nous iiinonroits moitls ine-
    tiants ervers lui.
    Toutt le temps tqui nous Io liendrons A
    distance, stranger. sera I'ehnmi. It cUn-
    lourne'ra noS lois, il prendra des prt':i~n-
    tions colntre' notus o raison dirccto de
    i(ios -. 11' -
    Mais il sra r'htfp, 1'ami le joYir qlc
    lnous le taisseroi ls vpinir h IluUs '-aso s 'r-
    ribre-l' -i'.' sa vie se(r a l nltre, nos
    inl6r0ts sct'rl lI s sicns.
    Me-sieurs, idepuis Pl"s'' si nous jouis-
    sons dei lt patix. )pensez-vous3 rIleelleilt
    qu'elle est e fruit de la sI'gesse do nos,
    gotuvern;llts,? -- .... (WCie paix est le
    fruit tie I''. ,,'. .' doe nos populaiiuons
    d'un c&t'. ) 1 l'aulre, lious la devous
    it l'action de il'tranger qui depuis
    quetlue t.-cu coiiimmencie a deve., ii'r pro-
    prilaire, sons Ini.m ,l'ehmpunti il est vrai,
    mais it est p(ropri'hlaire. C' ait Il' r inger
    le principal ag lent i de i s i1 ',uleverneilnli its:
    c'etait lui quPi plI, ssail la gu 'erre c ,ivil,
    n mell anti i de lrl en A n ltr disLpositi i
    il Ir'laiI el aux insurgis cl ian gouverneit
    inent. Quand, au moment di reglementl i
    ne tronvail pas suion complex, il nulons ,S-
    citail des a\c! ehan ti'jn avec l'l;ppui e lah
    paIrticipation d' ets di loi!u :li. ues coil-
    plaisanls.
    Le s|iecnualeair tin i'',-uitioi s devi- nt
    plus rare, bientil ilt X : ai do: nos pa-
    rages.
    Quelques htrangTrs suit aujiourd'h1i pi)'opri-
    laires (precaiieos)di n!s'nos :0 -. i 1 yv lalis-
    sent.co n'est phuspour' exposer leurs )bics.
    L'-'lr I r- imi anilcste l'inlenlioii dti
    s'ltabli' dans nos iami):agtes. II est pons-
    sd vers les exploitation a.&I ,. Nous
    lo voyons A 1iyeoux, lians eo Nordl a 1'as-
    cher, a Dessouit'es, doas la Commune do
    la Croix-des-BIouquets ; a Caradoex, dans
    il plane de Port-ai-Prince.


    Des cultures mdlhodiqnement taites don-
    nant un umiieller roedementlcommennenti
    s'intro duire.
    Poujrquni ie pas faciliter un movement
    qui porierait l'aisance parmi nous et don-
    .in il du Iravail a taut do personnel re-
    pouisses des burealux publics.
    A Bizolon quieltues Italiens out com-
    ineucd, d'une itcon systdmatique, la cul-
    ture mat aichlre, et 'introdaclion de la vi-
    ,gue.Nos paysaus les regardent fair el les
    imilenL.
    iquini vicnt d'ouiivir une vole nouvclle
    av"c se; palliations de labac et sa ma-
    nnultctiirore cigars. C'eAt la vie pour
    hbo'cmoup 1.c', gens du Qaarlier du Trou-

    Piisicurs champs die tabac soot on pleino
    actvii. l leurs recultos bhutes trouvent
    un pl: :.ment m>'ir daus la gr n ,. fabriquo
    dlie iquini.
    1 yla aussi Gioredans acoinunedoTho-
    ,,,, ,, ,,i .'I, ne scicrie est entrain d'itre mnon-
    hec pour 'oxptloitation do nos fortls. Trois
    cents iha'tici;s sunt employs ldanscet dta-
    liissineil. Los priprii'taires de 'usine
    ic Gloire olt ichetld en leur noi en-
    viron 4(. cavaleries de terre en Domini-
    canie, (on picinu epploilatioil.
    Pour avoir con ifi tani de capitaux i la1
    leTre .i a ftl'!n une ferme tcroyanco dans
    l'ordr!e pjii!iic e surtout Ine ftoi dans 1a
    slahilil a d: piVys :ifaltrfois nous o'au-
    i0onis pas vnes.
    t'i")i1 I)OS N-tieS.
    .I'ai considreini f:ait coming nn hi;no-
    mine' donjt 'aic herchi la cause e je n'ai pas
    e" lcti iugt'i.l)ps A la troiuver dalns t'6tranger
    quii ieo !pluis ni plus mii, >' nos poipila-
    Iions 1l ;' : lh;!r esprit vors 10 travail et
    cellos-ci soym uirat apris lerii bio -ditre,
    n'ont plis d'oreilhls pour les fauleurs de
    rublese.
    Les -'- i ,-,'s (qui s'iablisseni dans nos
    plains, dans nos mnornes avec lour fa-
    niile, cherichnt colle attachol au sol qui
    fail lts tfanililes stables ot prosperes. Its
    onl done inl6rdtt a noul aider, a mainle-
    nir la paix, ils sont forcdmoent conserva-
    tours. Us 111o i :. ofliclccncem t A raf-
    fermi'ii cc bon esprit public s'ils conslatentt
    que par nos lois nous vouloU s los laisser
    se rapprocter do nous en leur accordaut
    It droil do propridth'.







    REVUE IDE LA SOCIELTE DE LEGISLATION


    Its le demandent, accordons-le leur pour
    le plus grand bien de la Rh6pblique.
    Si 1'elranger sollicite de voir effacer do
    no're legislation l'oxclusion don't il est
    frappA, notre devoir est do consciller Ie
    plus hautement possible la radiation de
    l'art. 6: par 1H nous ferons euvro de pa-
    trioles clairvoyants.
    Nous devons ouvrir large nos portes ai
    tout le monde, !A est le salt.
    C'est l'teianger qui a conlribud an grand
    developpement de Ia laHpublique Argen-
    line. C'est pourquoi jo puese que nous
    ne ponvons pas marcher tout soals.
    Conseiller I'abrogation de I'art. 6 c'est
    al;'p I, chez nous dcs iniltres divers qni
    so contreoalanceront sans pripondLrance
    d'aucune sorte pour personno. Nuns fc-
    rons preuve de I p'' \'.ii .' en coiiseillant
    ceeli radiation et nous ferons priuve de
    bon sns on Iaccordant. Nous s devlnsii-
    ter d'avoir la main force.
    A cc prolpo pernellez-moi doe metlre
    sons vos yeux 'cextrait d'un irlicle a scn-
    salion paru le 20 novembre dernierdans
    un important journal europten : ( 1 )
    a aspirations voni vers la paix. Non la
    paix s'appliquant A qunieues pays, imais
    W bieu !a paix universelle.
    ( Nous voulons aussi ]';Cccroiu.nisment
    I mniximum dhl la richesse publiWlue ct
    (k du bielin-oiro, doe lTl,...!n ,iilldl. a,-, Ians
    a la populati entire 11011 pas soule-
    I1 mjent pjouni que!ques pays mais bisen
    I pour lous is pays. C'est la difu-
    u sion uiiverselle de lout cc qui consti-
    Stue Iclbicn-ctir aussi bin iilellectul nque
    % matlriel do S'! ''i.= que nous oentn-
    a dons favoriser de tous nus efforls ; ce
    a qui revienit A dire queloule noirevolonul
    K lendra vers expansion la plus napide
    o possible de la civilisation par loute la
    K terre. En unl mot, pour employer uue
    e expression qui devient a la mode, nous
    a sroint produclivislcs daus toute la force
    o du lermec.
    a El si, par malhcnr, il fallail, pour
    a assurer ce to paix on pour aoltindre Al
    q( cc biei-dtre unive-sel, on enqiloi localisB
    Sinlomentan ct1 brutal do la force, de-
    n miaiii ouls In' lsilerions mime pas a
    (1) tlidcpendance Belgec,Rldexamen de Con-
    science.


    a le pr6coniser. Nous no sonmmes pas
    a altlint de sensibleric an point de sacri-
    { fier Ic bien (d'un people pour celui d'nune
    a classes, n Ic bien de A'liIumii.iiii pour
    a celui d'nne nation.
    P'ourquoi laisserait-on fire obstacle A
    < 1'expansion universelle diu progris hu-
    a main par un droit acquis, rien que
    t parce qu'il est sculairc '? Si un people
    a possihde tds richesses minicres on autres
    ( ce qu'il ne sait les fair frctlifier au
    a profit du monde, s'il refuse n6anmoins
    a( drait pour qu'il puisse en tirer parti.
    a. nous estimons qu'ui ptent nettre ces
    a ricliesses A fruit, inmine ,, il'I. i'opposi-
    ( tion du people propril'iire.
    I e Nous n'otublierons jamais (lue la terr
    C so people de plus ion plus, de tell fa-
    ( (o 11 qine dans :'.01 on 100 ans, d'apris
    I les cal rules savants du gieniral i.lii.iunpld.
    a clie scra peuplOe a l','l rl' iir l.rinli-
    ( q(ue la -'l ii i lerreslre ne s' -nr it
    n. aiucuiiinent. II en riiollte qu'ii faut
    a dCvclopper sails ccsse les mloyens de
    a production dans lousles I.. si l'on
    a vent accroitre I le i n-iI-1r del humanitti.
    ,' El si une nation s'oppose ai la march
    a dui !. ,i'i' '. -, il fant qu'on lui force la
    a main anom do 'lhumln.lml'
    Aussi vous vooz, Messieurs, qu'au nom
    doe liiii Mil' on peut force hl main au
    people qui vent laisser 1non 1 roducives les
    ricliesses qu'il possile.
    II 'iy a plus de pays petit ou .rr. md
    qui puisse se foinmer aujourd'ui, s'il est
    peltit uie -i inii' million le violcntera an
    Inn d tie ul ii ; s'il est puissant, il y
    a la coalition pour le force iA ccorder
    cc quil refuse.
    Nus lois d'excluisioln nOcessaires a une
    aulltro (poque, sont en co momiient une
    pierre t'acihoijppementl don't nous devons
    noius dlu alrrasser al plus 16t pour mar-
    clier (n avant el surlout pour assurer
    noire r'i-ii 0..: come nation indepen-
    danle.
    Le droit de proprifot :i ....i.r.A'i fi'ttran-
    gger nous forcera,- il u'y a pas de doute
    sur cc point,- A changer notre faCon de
    fair ; un contact plus inlime avec I'etran-
    gcr nous apprendra le respect de la loi,
    Ic respect de la liberty et de la vie de nos
    semblables. Nous acquerrons par IA le res-








    R~EVUE D)E LA SOC:1fTft DE LfCISLATION


    pecl des autres. Nous changerons nos pro- uine idde que nous laissons A la meditation
    cedes et scrons obligIs d(avoir des forins, de nos o ns omistes ; un probl6me don't
    co qui loignera les chances do :l!li.uln. les vrais demociates doivent chercher la
    Le contact plus intime Ide l'tranger nous solution.
    apprendrace c que est ue 'ordi'e, la i Accorder le droit de proprite ai 1'6tran-
    paix fconde. 11 nons apportera l'instrue- ger, cc sera, dit-on, la disparition des pe-
    lion et I'industric. lits propri6taires P.
    Tonics closes qui. ne sont pas A dtdai- Quelle errour Cette objection prend
    guer. L/'tranger nous apportera un slimn- les proportions d'un paradox pour qui
    tnt nceessair tre tr avancernent. Ilinous coonait lespotits propri6taires de la ville
    tdonlera I'esprit de concurrence par le- et nos paysans. 11 ne faut jamais s'imagi-
    quol se divelopplenit niijt.Ii'i les pen- nor qn'on peut leur arracher, mndmo an
    pies. It nous tforcerea a seconer noire lor- poids de F'or, un.l pircello do leur patri-
    peur et, Mlessieia. vons save( z toit co que mine on do la proprit6e qu'ils ont ac-
    nous dpolrrons gypagiier par la comparai- quisec. Its giolldront : cc un amour jaloux,
    sIu entire les nrilh tles s. 'lililu.p de ciimno its gaident aujourd'hui, leur terre.
    Iravail qu'emploiina strangerr el 'aunitique Snr ce c chiaitre ii no faudrait pas insisted,
    roiulitne qIu nouns' onseis ons encore, Itreti; ati iis d'exercice protessionnel, un
    11 faut que nious passions savoir que conltct d1d c(hque jour avee I'homme du
    Inis 1:'avons pas seIulCe ent ine tein- lpeuplo, et le paysan propriltaire, me per-
    iure de civilisation, mais que nous inttlent de ptarler aiusi.
    1sounnes u1ie nation civilisel. I):s int [piauple, a mrntins quo ce soit
    Radier 'art. i dto ai Constitution, c'est pour s' -s '' aillcurs, home
    metire 'Ctr,:nge suru le moime pied 1que qui ve\ hi simi lien est 1lu iii'.
    'lhiliii Cc i'sl pas ceite radiation quni Ellii. it y a I'objection dn sentiment au-
    aungmeitera ces famnuses questions d'in-; quel it faint rpondro. On dlit qlu'accorder
    deinnitis, an contraire. iteo les diminiue,. le tlrooil dlc prt'pritic aux strangers, c'est
    Mt'ailleurs dansla loi A intervenir on pourra renier lI'co:vie de nos p'res.
    i~eis:r' certain clauses dej t contenucs Nous sonmme-o en co moment A un tour-
    dans notre driit .i lii giant dit notre histoire, i ftaut franchement-
    On croit q u'acconeir to droil de pro- cvoluer pour conserver ctcle muvre don't
    p)ril a I'trai il aheM.la teonles les lnonl sommes si liers. Nous devons regar-
    torrs. Le rappl't a fdilt d i'j tfominer coeli der co qui se passe autonr do nous.
    ij.- et j'ajounto queo les setles p'r- L' inmoui o nia'c~e ct routes les nations
    sonnes qui veoliront leurs hiens soul cellos s< coni'fodenit. Tant pis pour nous si nous
    qui pratiqutinl 'ahscnh ismoe. Ont en seriit sommes slationunair's.
    le iial si I'ltrangor achlAle elt va loir C'e sl agir on patriotes avises que d'ap-
    de vastes domaices on friche et iiictillts peler loti eI monde h nous aider centre
    parcel qu'il no plait tpas a lours proprhe- ls conivoilis's dwe fexl'triour.
    taires indolentts d'on tire pa i i. (On eon se- II tunt iqu dans la mie des Antilles,
    rait to ma1 l si l't'I lngr s'Clahlissant dans ntre11 Ctiba, pr ,'' :!; 'i;:i' et Porto-
    nos plaines nous able At en assurer lico amiric nisle, notre silttion soit
    l'irri-.i:li.uii; si son iii ilni. l ;i vient avoc celle id'nne Suisse don't l'existence repose-
    ta nOltr pour assurer les voices dle commu- ra sur des interts coulradicioires.
    nicatiou entire lis hourgs do l'int6rieur Mt 11 tfut qun'ils pIissent s'etablir par une
    les ilNl., du litioral. Au contraire, 'est la sort de groiuprmnt qui empeche cfticace-
    richesso nalionalo qu i,.- ,,l i par un nont aucuno predominance.
    plus *.inrd nombro do cultures introdni- Doun suppriinr' l'art. 6 de la Cousti-
    les ; par des industries nouvelles qui s'im- lution qui interdit le droit de propriLt6 a
    planteront. Avce cos moyens nous arrive- I'.'l.tii.t-1. ', C'est une vie nouvelle que nous
    rions a rcparer une grande inin:tiro par donnerous Ai notre jeune nation. C'est un
    uie d(quitabic rdpartitioii de l'im- siag nouveau que nous Ini infuserons.
    p6tqtui ne reposerai plus sur les Maintnir cette interdition, c'est pout-
    seuls pro(lucteurs de cafr. Voilai Oire la mort a brevo Mehiance, autrement








    REVUE DE LA SOCI1ETE DE LEGISLATION


    dit, c'est la disparition dl'l;iti de la carte en articlee 6, aucn doute ne subsisle
    du Monde commie Etat lilrc. dans 'esprit des II.iitii' n cultiv6s.
    C'est en faisant ces considerations qu D)'abord, il est bien certain que plu-
    je vote le rapport, sieurs des circonstances de faith qui, a
    l'origine, avaient justifi6 Ietablissse-
    Mr Sylvaini: ment de la regle conslitutionnelle, ne
    Peu de questions out fail cooler plus se retrouvent plus ;ij',urd'hui.
    de flots d'encre que celle de F'abroga- II est non moins certain que la civilisa-
    tion de 1'article 6 ( ci-devant art. 7) de tion moderne, dans son expansion na-
    notre Constitution elle preLe encore tlrelle, vise au .i.pilOCleni.-nI des
    a de brillans ddveloppemens oratoires. peuples, a la mise en common des res-
    II n'est done pas tonnant qu'aprcs sources universelles pour le hien-itre
    avoir suscilt tant de controversies, celte general de humanityt : ce qui c\pliique
    question se pose i nouveau devant qu'on measure si souvent le degree de
    nous. culture social des pays neufs A 1'ac-
    Parmi les dcrivains haitiens qui, a cueil qu'ils font a 'ld ranger, envisage
    une date relativement recente, out eu comnme agent de civilisation.
    I'occasion d'en fire un rapid examen, Ajou!onu que l'efflrt des penseurs,
    vous m approuverez sans doute d'ac- des gens de cceur de tous le:I pays tend
    corder ine mention special a deux de I fa'ire de plus en plus large la part
    nos coll6gues, notre feu Pi dsi(dent Tho- des principles de justice et de fraternity
    by, don't la Retve de Legivslalion (I 1re (dans les rapports internationaux. Ces
    annde, No 10 ) a public une tlude sous principles, qui sont la sauvegarde des
    ce titre IAlrticle 7, et mon ami Justin Ipeuples faibles, nous avons un int6rdt
    Devot, a qui le mime sujet a inspired moral, non seculment it ne pas encou-
    quelques-unes des considerations les rir la reproche d'y Pire contraires,
    plus p6nutrantes de son trail sur la mais a manifesler que nous en conm-
    Nationalit ( page 141, 151 et suiv. ) prenons la noblesse et la portde.
    Une complete parity d'idees m'auto- Autant de vtrilts, revenues banales
    rise a m- rdelamer gatlement des fortes A force de bon sens et qui n'ont plus
    conclusions formuldes par M. LHanni- besoin de longue demonstration : a v
    bal Price dans son rapport sur les tra meltre trop d'insislance, nous aurions
    vaux dt l (I Congres pan-andricain l'air de suer in.iet eau pour enfoncer
    ( It et suiv. ) une porte ouverle.
    II ne semble pas que noire colltgue Aussi bien, 1. n'est pas le ntcud de
    Lespinasse nit done une grande at- la discussion que souleve l'abrogalion
    mention a cetie triple expression d'une de I'article 6. Le vrai ddbalt ne parait
    opinion dilffrente de la sienne. Ce quti d(evoir se precise eli ces terms: Con-
    lendrait i me le fair accroire,c'est la vient-il, dans la pdriode acluelle de
    rapidity avec laquelle il glisse sur l'ob- notre evolution nalionale, d'accorder
    jection fonadamentale soulevxe par sa aux 01rangers sans distinction ni re-
    these. Peul-ttre l'dloquent rapporleur, sCerve, le droit de propri0le fontcire ;
    dans son desire passionn6 d(t nous con- oi celte imesure doit-elle concorder avec
    vaincre, a-t-il et6 dupe d'une illusion. un ensemble details propresaen garan-
    Si i d'auIres 6poques, on a pu con- tit l'efficacildet i en prevenir led.llgL '
    tester I'ex-cellence tihoriqu de la ine- Serrons d'un peu plus prlos si
    sure qui conlisterait it reconnaitre aux vous I'aiimez micux, les terms mi-
    6trangers, dans les mrmes conditions mes du rapport : L'abrogation pure et
    qu'aux haitiens, le droit de propriddt simple de I'art. 6, l'abrogation imni-
    fonciere, je crois qu'aujourid'hui i'ac- diate, telle qu'elle est propose par Ic
    cord s'est fait la-dessus. Sur la ques- Rapporleuir,serait-elle opportune, j'en-
    lion de principle, c'est-a-dire sur le tends : les avanlages en l.il:inw ri:ieni
    point de savoir si cc serait chose bonne ils les inconvnlients L? Ctte abrogation
    en soi d'abolir la prohibition ddictle au point de vue special oil l'on se place,








    REVUE DE LA SOCIETY !IE LEGISLATION


    qui est de favoriser par l'afflux des
    capitaux strangers ou A l'aide de l'im-
    migration 6trangere, le d6veloppement
    de la nationality haitfenne, serait-elle
    efficace ?
    En r6pondant a ces deux questions,
    j'aurai du coup 6nonc6 les raisons
    pour lesquelles je ne partage pas l'opi-
    nion de notre Pr6sident.
    Sans croire i une main mise pro-
    chaine d'une des grandes puissances
    6trang res sur notre territoire, j'ai
    quelque difficult A considerer come
    slides les fondemens que Ie Rappor-
    leur donne a son optimism. Si nous
    n'avons, pour nous garantir contre les
    convoilises de FEIurope, que le sens
    plus ou moins extensif, attribu6 ces
    temps dernierslpar les Elats-Unis A la
    doctrine Monroe, on contre les entre-
    prises de l'imperialisme anmbricain que
    Ie sang noir coulant dans nos veins,
    m'est avis que notre existence national
    tient at un fil aussi tenu qu'une toile
    d'araignde !
    Le Rapport aura beau ajouter, en
    guise de consolation philosophique,que
    t quand on est fermement decide aux
    (.,:,ul.t -, un pretexte de plus ou de
    moins nest pas une affaire 11 est bien
    concevable qu'a ce compete, Ic people
    haitien ne se soucie guere d'augmen-
    ler d'un pretexte nouveau le riche rd-
    pertoire des puissances conquerantes.
    a En cherchant dans l'histoire des
    peoples, pursuit notre colkigue, je ne
    trouve nulle part intervention de l'e-
    tranger ameni e par le droit de pro-
    pridet immobibiliere... II semble que
    des interventions brutales, loin de
    naitre de I'accueil fail aux strangers,
    sont plut6o la consequence de l'hosti-
    lit6 qu'on leur monte etdes lois d'ex-
    clusion que I'on crde contre eux ).
    Est-ce le Transvaal qu'on accuser
    d'hostilit systimatique envers les lran-
    gers ?
    Les Anglais ont cru pouvoir, en ef-
    fet, exploiter cc grief contre les mal-
    heureux Boers,pour l6gitimerleuragres-
    sion. Mais la verit6 est que le Trans-
    vaal avail fini par accorder aux uitlan-
    ders, non seulement le droit de pro-
    prietd fonciere, mais la totality des


    droits civils. Mis en app6tit, ils r6cla-
    mereut d'avantage, I'egalit6 politique.
    D'of, en ses motifs avoues, la
    guerre actuelle, une des plus monstru-
    euses qui aient jamais 6t1 entreprises,
    i la honte de l'humanit6 civilisde.
    En faith, la foundation autoris6e de
    comptoirs de commerce, I'acquisition A
    titre gratuit de vasles domaines d'ex-
    ploilation, l'obtenlion de grandes en-
    treprises industrielles, par des etran-
    gers, particuliers on compagnies,-
    out presque partont preced& la de-
    possession violentes ou sournoise des
    primitifs cccupans du sol, l'extermina-
    lion ou l'asservissement des indigenes.
    J'admets qu'un sort pareil ne nous
    menace pas actuellement. Mais les
    examples historiques qui, quoi qu'en
    pense le Rapport, abondent en cette
    matiere, si elles ne suffiraient pas h
    justifier l'exclusion des strangers, ex-
    pliquent que des gonvernemens pr6-
    voyans, places en des conditions par-
    ticulieres, entourent 'de certaines pr6-
    cautions I'adoption de toute measure
    propre a fortifier la position de l'etran-
    ger et i augmenter par la f leur d6tri-
    ment les occasions de conflicts interna-
    tionaux.
    Je cite ici M. Price:
    a Lorsqu'il s'agit du statut person-
    nel de l'etranger vivant an milieu de
    nous et appartenant aux grandes na-
    tions civilisces de notre 6poque, nous
    nous trouvons dans une situationdiff6-
    rente de celle des autres peoples de
    1'Amirique. L'etranger en Haiti jouit
    non-seulement de toute la protection
    d&-irable, mais d'une situation verita-
    blement privilkgiie, comparativement
    a nos propres nationaux.
    ( Cc' deplorable 6tat de choses s'est
    d6veloppd an point qu'il command
    aujourd'hui la s6rieuse attention du
    Gouvernement et du pays Ainsi le
    Gouvernement nous montre dans son
    dernier Expose de la Situation (1890)
    que des citoyens du pays, n6s a la 5e
    on 6e generation de parents haitiens,
    recherchent, sans songer le moins du
    monde, A quitter le sol natal, nn
    semblant de naturalisation qui leur
    contere les privileges allach6s,parail-il,


    Ili ii.rl -.- I- Illlllillli;~111.111.1-1 I.i ( 1:(1 111.1 1 i ( II i ..-li I)illl)








    RVEDE IA SOCIAL I)E, LE1f'GISLAT ION


    a la qnalit6 de residens strangers : cc
    qui ne s'est jamais vu nulle part.
    ( Taut que nous ii'aurons pas sur-
    mon1t cette situation, tant que 1'Otran-
    ger qui s'est definitivement fix6 sur
    notre sol ne sera pas idenlifid niu pays,
    n'y aura pas confondn ses intdrets
    avec I'intdrit public, ii n nous est pas
    permis de lui accorder Ic droit de de-
    venir proprietaire foncier. Ce serait
    decupler, mime en pleine paix les
    occasions de rdclamations entrainant
    l'intervention tde gouvernemens dtran-
    gers dans nos affaires intcrieurs ...
    A cela le Rapport rdpondra : D)on-
    nez a 'itranger le droit dte propriitd.
    C'est la seule facon de I'intlcirsser a
    nos progress ,
    El plus loin:
    ff On peut dire que les families
    (tranghres importantes qui out autre-
    fois habile notre territoire et qui out
    dti plus lard jouir de leurs fortu-
    nes dans leurs pays, nous seraient
    restkes, si clles avaient eu le droil de
    propriety fonciLre ; car le sol relient.
    Les iils de ces lrangers,tous mIlts de
    sanghuitien, appartiendraicint peut-eitre
    A nolre nalionalid et conlribueraient
    par leurs efforts a son relivement D,
    etc.
    Ce qui m'empeche, Me'.sieurs. (I'tlre
    sensible A cet argument, c'est le grand
    nombre ('c families tira"'f:U'r<'s impor-
    tantcs qui, sous le covert d'une fic-
    tion juridique, exercent en f1it depuis
    longtemps sur la terre hanlienue tou-
    tes les propagatives des pioprilairie;,
    sans s'etre jamnis avisdecs de postfulr
    note nationalild, sans s'Otre jamais
    souci6es de nos progres passes, ]prsens
    on futurs Pense-t-on qu'uaii clange-
    ment de qualification lIgale dans lcs
    titre thntiqs qaulicui coinsacrent leurs
    droils in:mobiliers, aurai lan vertu dc
    modifier leurs sentiments anu poiiil de
    les actiil.ir sur leur intlrdt veritable ?
    Au vrai, le resident stranger, sous-
    trait par son cxtrainitid aux plus fii-
    cheuses consequences de noire instabi-
    lilE politique, protedg dans son travail,
    respect dans ses biens, ne saurail
    consider come enviable Ic sort de
    l'Haitien. II semble paradoxal de pr6-


    tendre to gagner ,i notic natioualibt en
    lii liW'ant 11 ties rreos Fi\'iidgc{s qui
    restent attaches ii Ia I ualit6 de citoveli
    (itilaiti..
    Voulez-vous que nos, h6ics Oraniiger
    aient in tret ai O~re vraitnent III,,! I c,
    Commencons par reliever la condition
    de nos nationaux f;fondons, avec Ic r&-
    gue ICs lois, ( lFordre, Ia panix, I'ins-
    trcti'con et In hiberle daons nos campa -
    gues (I) ) :nanifetons pair des actes
    notre terine propo (to doniner a nos
    cultivatcur.s I'attention et ], 1)rotLection
    necess:nres pour1 len,' iCtIflleltlC dtc li-
    CI'e tin mci lleu F profit Ide letir lahlmn ;
    soyons sljles enversno Ii>-uiim hon
    t'on' Ic ItaIcIen, I ien Ict In venrtu, qiua ti
    1111 les L'CtICOIIll'O1S cII en ns coinci1o-
    vens: t Ic litre t lo aHit ic n se- So lianssera
    de tout Io lepcssige dont noti-5 l'anronIs
    cannobli.
    'Toul se tient daiI~elltts dans lordre
    des fGils socidau. eirne pout' attirel It,
    tt'a'vailleur, ics capitaunx trangres., cc
    sei'iii I p en de (1ecucter q tie ictranger
    nur1 Id isorimliai s le (I oii to 51llAji'OIl'm
    otivcttemniit nos teri'es, Ai not Fe cr"61i1
    ni titriel et moral via it null ii an liol's,si
    ]1015 ne savions pitl> i tispi rcr cotlh"Ilce l'
    Le IxomoIIme parait bon A (ucpIues-
    tins (I euile nous pwir enI touter It'-

    gar'de an pri dont (01serai pay6'. en cas
    de sucecis, rafccroinsernew appar;tent doc
    nioitie bien-Oire inatiriei !..
    Tau (IU' 11011 1 '; 1'a1 OIlS 1)1as iCCO III
    p'li cI1V'. Icn vetl'c- t il WL notre devoiri
    (ic jdic-tce et (i prIcsserva iotln socialCS,
    it uInlu (st dleh'ndui tIe peInserI at orni-
    iet' centre CUX, Soil',s (JIICi(jue fornuw
    Lilne CC Soil ,' ]I ('OtICn 'I'CIICc de I'iF1i It1-
    'el', dFjOt Ininit e de- notre comnmerce Ct
    soutiva in nlrbitre dc' nos finaciccs.
    Lsw-'ee a dliic ("ilil I'ailie reculer idlit-
    ii iimC) I ieL In WaCimi ol (rune) rcf'orne
    dKonr nous ve nons de I)oclanrne rin-
    coniesiatlde uliliH' '? Telle n'est certes
    pas ina peCns': l'admissbon legsale des
    etrangifc a ton tles C rOits civils qui
    appartiennent L l'I -aitien est un pro-
    gr'&s autjnel nous devons tendre et 10ous
    acherninci' par 6tapes successlvcs, dans

    I) A\ot. .i IRLtiOhtull itU ct son illfrtIn etIC


    ~~~~~~~~~~~~,,.,,. 'l .,,, .... ......... ... ............ ..............'








    REVUE I)E LA SOClETFE DE LEGISLATION


    la measure exactc oil nous pouvons le
    fire sans danger.
    Des mainlenant, il ne serait pas im-
    possible de temperer la riguenr de la
    regle 6dicted en I'article 6 en faveur de
    cerlaines categories d'Otrangers plus
    particulinrement ulilesa la commuautd
    haitienne, tels que les instiluteurs et
    les ministres du culte. Dans le .mnme
    esprit j'adhire pleinement a la propo-
    sition d'admettre l'hdritier Ltranger a
    recueillir la contre-valenr des biens
    inmmobiliers laisses par son parent hal-
    lien.
    Elargissant encore d'avantage le do-
    maine ouvert aux strangers, j'estime
    Lq'ol P'in p rI:il sans inconvenient leur
    accorder une certain participation aux
    aflaires communales, les faire enter
    dans la composition des jurys mdrni-
    caux, des commissions scolaires de
    surveillance. Je ne serais pas opposed,
    en principe, I cc qu'il leur ftt permis
    de participer a la composition des Tri-
    bunaux tde commerce ; la question est
    pourtant delicate et mdriterait d'dtre
    eludide d'un pen plus pr6s.
    Mais plus IirgelntlL, encore que les
    dispositions de cette sorte me parais-
    sent cells qui auraient pour eflet de
    favoriser I'adjonction I notre nationa-
    lit6 des strangers ayant donned des preu-
    yes d'at'achement a la terre lh.Ilicin' .
    Mr le Prcsideut.-Qiuels sont les autres
    niembres qui desirent prendre la pa-
    role dans cette discussion.
    Mr .ii ni..--Je propose, vu l'heure
    advance, de renvoyer la discussion de
    cette inldressante question la pro-
    chaine seance.
    Mr Poujol. .1aplpui Ie collgue Bo-
    namy pour le renvoi de la discussion
    a jeudi prochain, d'autant plus que
    j aurai i repliquer at la motion de Mr
    Sylvain qui, venant combattre lo rap-
    port, a 6td beaucoup plus bien que
    notre honorable Pr6sident.
    La s6ance est levee.
    .. ... ..... ........ ..1. ..1"-........ .
    Reuniondu 20 Fevrier 1902.
    PRESIDENCY DE.Mr LESPINASSE.
    Sont pri~ents : MM. Lespinasse, Bouzou,
    Sylvain, Poujol, Ethlart, Jdr6mie.


    Mr le Prsident. La seance est ou
    verte; la parole est hi Monsieur Poujol,
    Mr A. Poujol:
    Permelloz-moi, M.1 de dire a notre col-
    lfgue Sylvvin qu'il se trompe en soule-
    iant que MM D6vot, Tlh '1'. et Price sent
    on faveur du niaintien radical de l'ex-
    clusion doe 1''1I..II.,I de la propri6td ter-
    rienue. Autaut quo je mo rappelle M1. D6-
    vot voudrait au coutraire voir l'art.7(art.6)
    abrog6 en favein des professeours,des agri-
    cultiurs et autres strangers qui auraient
    rendu des services a la communault na-
    tionale ou qui auraient manifesto liuten-
    lion d'adopter li patrie hailienne ( V. Na-
    tionmlitd, pag. 1iS ). S'il est vrai que M.
    DIvol est encore travaill par la crainte de
    voir, apr's I'abrogation de article en
    question, de grades companies 6tran-
    gures s' jeler snr Haiti et s'accaparcr des
    terres des proprioiaires halliens qui pro-
    fessent l'absenltisme, ce, qui est une chi-
    unbre, il u'est pas moins vrai quie to sa-
    vant I'g;lt.: comprend l'urgence qu'il y a
    d'accorder, en atitndant, le droit de pro-
    priilt aux categories de personnel d6si-
    gneCs plus haut.
    Quant A M.A Thoby, cit6 par l'orateur
    pour appuyer son argumentation, it n'a
    jamais avance d'une facon radical ce que
    lui fait dire son connmentateur.
    Voici comment s'exprime l'6m1inellt pu-
    blicitf ;ii,' Du 180i4 1897 l'art.7 a dt6
    Squcljue pen iodifi6 dans la formne Ces
    a modifications qui u'en n'ont jamais al-
    Stlere le fond, moutreut cependant les em-
    a barras de I'esprit lhaitien et son desir
    t d'atltnner les riguours dune exclusion
    revenue chaque jour d'autanl ,oins
    ((ncessairs que l'esclavage colonial s'affai-
    blissait de pins on plus pour 11i.1 i ,il1
    enliitrement des deux Amrn6iquesus ( art.
    a 7. Revue de I '-;.-itli.i; Ire annee, No
    S(10, pag. 167).
    Et plus loin : o 11 est impossible, ce
    nous semble, de conserve 1'art. 7 dans
    son immutabilitd ot d'Iechapper A ses
    ( conUs6 qences logiques par une interpr&-
    a station, une riforme lib6rale des lois ci-
    <, il. qui s'y raltaclient. ). Parla t de
    a la loi d'Octobre 1860, il continue : .,..
    par la femmte, it ( stranger ) possede la


    i) .i II( Ii.iiil I1'I11I1I') ~)- I.li(iilri 11111(111'111111il~-.. 11:111 ii ilil il:ll I1II1II.1I1I:III il:-i I illlliU








    REVUE )DE LA SOCIETY )DE LEGISLATION


    < terre, mais la posscdant d'une d'une fia-
    ( gon ditournie et precairo, il exploitede it'
    a outrance et jusqu'T dpuisement do sa
    ( fertility, i n ai no i la fconde dce cit
    " amour que seul le vrai propridlaire
    ( connait. Alieux valait lui ouprir .,, e n-
    a tiirement les voios de la proprtidt )v
    ( pag. 169, ouv. cit ).
    En analysant les travaux de .M. Tlhoby,
    il no fat ot po pnerd't de vue sa situa-
    tion d'homme politique, qui le portrait i
    ne point preter le 1lanic ses adversaires.
    C'e&t ainsi qu'il est amencd A dire plus
    loin qu'il adherait pour lo moment it 'ar-
    ticld qui rIserve le droit de pri'olpii~l ;ux
    liaitions ; pace que, dis:it-il, dans co ei
    a: question (l droit do propritl li accor-
    a der Ai 'ltranger,quelle quosoil sa nuance,
    f( il n'y a qiu'unc question d'utlihi'
    a dconomique et de convli'lnanilc poll-
    a liques ct s)ciales Ai exauninlr... D (pag.
    173).
    Cela no I'cmplohait pas de reconi;ilae-.-
    car il 6tait do bonne fi,-. qu'il no Cons
    <( est pas permis de nous isoler ot do
    a toujours former dans l'Arhlipel ldes An-
    a tilles une (Chine minuscule f'rotbes Ai
    a toules los saines influences ln dihors P.
    Puis, a I'appui de celle opinion l ';nt ur
    fait ressorlir que noirs of intlis a douni-
    nent par lo noibre dans lss iles -i ,. .. i i-
    sinesmaucun article 7ne lesjprol'je conlre
    Sla concurrence -(du blwnc dants .'ordre
    a dconomique ni dans Iordro polilique.
    e Et cependai t ils grandissent en richels-
    ses, on luniibres, en influence.
    Et il cite dcs exinples I'alppui de sa
    lhise : A la Mairinique otl la iGuade-
    Slou pe,aris du 'l iy-l i universel, i!s (Ies
    < noirs et les mllis ) so sont IL'j'i .inmpa-
    a res do toutes los administral.ius loca-
    ( les et iis envoient lers coingc'niires los
    a reprlsenter i aI Chliainbr des Ilcipr;seii-
    < tants el au Sinal do la Mi3 ropole ...
    ( page 171 ) D.
    a Quo de trenl)lears, continue I'ancour,
    < exgi'rant la puissanrc do propaganda
    a do certain l' iii .-..'i -. i 'muIr uri l l lout
    a has que 1'abrogalion de Iarticle 7 froisse
    a umI prijug6 national qu'il est do bonne
    a politique de nlnager, co strait mentir A
    < notre conscience que do fire chorus avec
    a coux-ci on avec c.oe.x-]al .( [p '-. 171-17-2.
    Notre colll6gue Sylvain n'a pas itd6 plus


    ihnrenx d;rs la citalion qu'il a failed ide
    M. Price. It a pertln de vue to role di-
    plomatique dui Di)gnu 6 dui Gouvernement
    haitien i la Coinfercnce inlernationale de
    W ihlilir -'ln : it va sans dire que cclui-
    ci no pouvail,- la CoiInstitution nC le per-
    imeltanti as,--ingl i'i son Gouverinemcnt
    en : ,ii-i..,iul aux i,,pn',ili,,s fails an
    sein des Comilts de la l.,iiiu Iii rela-
    tives La cerlaines facilil s a accorder aux
    lirangors, ilre anutres It do1it de pro-
    pri6lh imnnobiliere. ( Le -,a-.ir,.'', c'esl
    u M, Plice qui parole, luino fitI-i d'avis
    (qlue cclle restriction constitultionlle p)t
    i etre i rlapporlte saots .1 iur. ne sotirnif
    v s' ip d ians ne conlf'rne inter-
    a nutionale, a recoimnaniidir A son (on-
    a viiruinment r'adoplion T'un princip fior-
    S i llit'nll i t coiltr ir,' noloi; consIil1-
    Sliin .. ( pIag. I'1 lu rapport hi' ci ).
    Alais it 'hliisite pas--i titre ip rs iitI-l-
    i rcotuiilnanlder an ('Goulverenteiiinit iai-
    lien cetraines nlisur'e indispe, sal)lc s i d'a-
    pn's i i Ipour pr(Iparir lo pays a la niodi-
    ,- ,I.,,i ( 'do laI i'gislalio l it v, -1IJ, i. (C'est
    niusi qu'il a ('6 anilei i parlor des ier-
    soilnn do sang lhaition qul rnoient lour
    pays tout oln conlinuanil I 'htiiler, et
    coniitir leos Iullies il colln eill' des lietsurli'
    soveres. .Mais ,t, lh LA dire qi'il est Ipour
    hl. m aintien iindllini ide i rt .7,( art.l )il y i
    loin.
    Ecoullns M. Price hii-iiinOne : l, re-
    SfIus a;inx oti 1 d -il-il, dii droit do
    Spiropritl'ic foucirire iin Haiti ve s' li've
    o point d(lans 'opinion dui soussig l' ( In
    o hitlielr d'un prinlip de droit public
    I ire voeihble. Ci'st pi 1hit uii i, aiol
    n ini' suill'e de I rol eili On do sn i-iiinie. l
    to lil ellk a dfil rncintrir la iialhti lin ai'iiiuI',
    a dans I'exelrciec dt so siiuveraiiiel' e't in
    o vin1 do certailes circonslltaces parlicou-
    a li'res. C('lle mnsurr est done essen-
    K tielement tIanisitoire come les
    a circonistancs quii y ont donni taimssanii
    a ETll disparailra i oessairement, a-
    voc cos circonsltancs ] pag. '19 ouv
    cil6.
    "Le soussigii, continue M. Price, est
    "d'avis que nous no saurions prendre des
    "minesures trop 6nergiques pour hater le
    momentt heurenx of'il nous sera permits
    "d'effucer de noirie conlititution cell dis-
    '' position restrictive. 1. plissant inti'it








    REVU E DE A SOCIETY i)E LEGISLATION


    ,. / I I i/ II 1 1 II Il I Z-: I / I I I I I I I I I J I% 1 1 I rir? X


    4 que nous avons -A snivre, cunlne ii
    t( vicet d'Ore dit, to courant des idt'cs li-
    e bWales diu siAcle. nons commnande do
    o detrarhe an plnitl font obstacle 6 no-
    a Ire fraternisaotuu avec les autrCs poil-
    q pies civiiis~is, tout cc qui tend A faire A
    a notre nation nne sinlion exception-
    o nelle dans le rmonde. A pag. ll oc1 .
    te itt~.
    Et Ih'miincnt dipiloniate termine en invi-
    lant Ic goutvelrneolentI haulien Ai accorder
    toot dbabor le droit de propri)it6 aux ca-
    pitalisles t" ran gers qui viend raicnt creer
    dans I pays dies intl tstrici s on enot r dj ri-
    ses, coinine Ic Prtmident Sawomun ra tAs-
    ji accoi'dt, :a o cajlitiallstes on[I l'l~ti do.-
    usines agricoles. UQie ties craitialtki s
    (( i'i dit-it, soient appetlis A ta-
    itblip ct a c)ploiter cliez nous, des cwi-
    e miins tde for, ties lJcks, die grand i1P
    o Mhen Ai Sucre. do graui~ies Iiantues do
    R cottolo n e, 'liii Ti! s prenlittrctnt-its
    a poor foi'irmIrh granlut, ,nWn
    n Jui seuiOI Ies cow t coltrop ctrir I 0 ces v'as-
    i ten expsotiationtl, si cOs .iilljli ,
    K doivent IcIrdr Ila IprotlrRi c di c ca-
    itpitaux ou iloicel oi~dl iles lc~dOl'urIt inves
    Stis sU noSu te sotl ... Leo soussigllt,; S e
    ; conlcntcl d'observer (pione conmpa;'.2n
    q rcelkI, bona tide, bien qwc tit\an oweli
    ct e1tlosiltirec Cool Il e11 am1' J)CF.L)1lb'CiU
    a a n annio ns nu crund T hri asn W
    v I(mouinrite, quli dtI u in, a" IIt tians
    t 0e hisc grautt e hime=Il Ies tla
    v (rue N tastitiio se twl) te dco-


    o en3 u r se r i stahitcit 1) fas iic



    k( 6 qi fil pai n-tIout la J~ rce (ic., E'sqals
    npar sulik, doc Ia sttti'ti Illis MUs J~IMli
    (qu 110pcurraicot Faire dc Ic(it I dos a -
    q venturiers sans SMPAUl l0 .i c. I.-.-
    at 26unv, o ite. tlkins In tti AI in [orvcnlr
    A cc sojel los ttlcelila llcrsOires
    scraieot praises Ai ll I' cga rt.
    C~ette rt'soolt)I--eelk tdte l~ iacgelice
    otde \'VAQi .1III4 I vra dre exalii iec, ca -
    dlotit Ipr nos5 ImiloO('y itldlics ;tllquel~s
    li)Ientiu n tiiiTlItQ6 ll ialadi At In Con-
    ti~honco no rfCire I nuteoieInt It I ictltu2
    d'y adh!Wrer- pap 0n IC&eilartio for01-
    niche, s'its Icjle .1 convenattlce, nias
    enlrainant 0110 lntttitcatiolI Ml's"Flrc A
    la Colistitlitiun .% ( Oil~mc pnge in Jfttc)


    II semble que notre co!lgue Sylvain
    n'avait pas n l en lier le rapport de MI.
    Price.
    Nous avons vi quelque part dans l'his-
    toire d'tlaiti d'Ardouin que celui-ci 6tait
    d'opinion d'abroger l'arl. 7 dtis que serait
    aboli l'esclavago en Amerique et surtout
    aux Antilles. Une fois cc grand aclp de
    justice ct d'hflumrauil accompli it n'y au-
    rait aucun inconvenient, disait-il, a oc-
    trover le droil do propridl6 aux etran-
    ,.' I 1 .
    Mlais arrktons nos citations, car je ne
    snivrai pi;s le sysmtie de notre coliugue
    Sylvain leliant Ai 6tay'er son opinion sur
    cellc de ses dovanciers en celte mati6re.
    Si j'ai parlt dle M~1. DIvot, Thoby et Price,
    c'est qu'il nous a sembld que l'oratour
    avait im itllerprel leur peuisie. L'homnme
    n'est pas i.II'liii ce qu'il a cru hier
    ut)m, pent Otr( domain reconnu inauvais et
    i doit y reid\ dier.
    Je rappellerai loutefois qu'en 1806- au
    lendeminA d;t I'iindpendance le General
    B13:nt et quelques autres gin(raux, mem-
    bros doe inore premiere Constillante, n'6-
    taicnit pas en faveur d'lne exclusion radi-
    cale : les coluls francais, les anciens
    ptropri;taires d'esclaves, seuls devdient
    0ire excius do la lpropridti foinci're d IIli-
    ii, ainsi qutl les fra inai qui viendraicnt
    s'5lablir d1ins 1e p:iys et cela ju.squn' la re-
    co naissanc.' do l'iuidipendance par la metro-
    pole. Ie Ge611ral Bonnet et ses col-
    ligues quti i ; Wi l celte ou)iion tanient
    lo n d'ttre suspects : ils venaient de con-
    tribuier i nous cr,er une patrie. En 1843,
    lors de ia discussion de la Conslitulion,
    plusicurs d6pulp s proposrent l'abroga-
    lion de l'arlicl I ilI il est question :I, '.
    qui prirent la parole pour demanider L'a-
    ln t' ;In s'appelaient Alcius Ponlhieux,
    Dtamni i Lesphiasse, Anson Valcour, Picard,
    Panayoli, Fresnel, etc. ( Lois cl Actes -
    Linstant Pradines, pag. 8 ).
    Si les parties poiliques 6eaient moins viu-
    dicalifs ot moins enclins A suscitr des
    dfficultls inl6ross6es sit6t qu'un gou'ver-
    nement iil, II;.'il oet pr6voyaut aborde la
    question, depuisassez longtemps cet ar-
    tice aurait disparu de notre Constitution.
    ( V. Uic Evolution nece.,saire de F. Mar-
    celin, p i-. 16, 17, 18 ot 19 ).








    REVUE DL LA SOCIUIi' DE LCISI.TIAON


    Eu efet, en 1860, lo Prisident li.-rll '1
    tite le terrain. On assure qu'il saisi mumce
    Ics Chambres de la question. Tout de suite
    les adversaires politiques raccusent do
    vouloir vendre le pays aux blanks. Pour
    conjurer Forage la pi' ...-iii n, est trans-
    formic en cette loi d'Octobre sur tI ma-
    riage entire Haitiens ct clrangers qui a fail
    couler tant.te fiols Id'ncre. D'apris Ils
    articles 2, 3, 4 et 5 I'c ranger dlail pro-
    pri6taire de biens fonds sous le nom de
    sa femmine, il est vrai. Quc nous sachions,
    pareil diat de chose n'avait pas inii 'nt '' !s
    diflicultls iniornationales di pays.
    Bref, les adversaires d'un pi:ril itnta do
    choses iniulii llt. La femp haliilienne
    suivra A l'avenir la na;i(onalit du n mari.
    (Const. de 1871). C'!'ait une fIonl di-
    louirn6 d'eimpicher le mari stranger iae-
    qumrir des imnieubles.
    Le President Boisrondl--Ca nd, arrive' au
    pouvoir,d6clare dans iune do srs ,rocin;ma-
    lions qu'il y a urgence A accor(ilr le droit
    de proprictJ ; il en saisit mimen les Ghain-
    bres de la question.
    II descend trop t6t du pouvdir sans avoir
    eu le temps do consacrer la r'lofrmn an-
    noncie.
    Le G6n(ral Salomon arrive A a I'rinsi-
    dence de la Ripublique.
    \Apis avoir elnployd lIo premni rs nn-
    ii'ts do sol mandate a aflTrinir son pon-
    vuir, il ii'hsi'l pasdain ses proclamations
    :'i pr.'plror I'oiiiion pIbdlique A t',i,.,- .i-
    tion do l'arlicl3 vista. p)roposi-
    li i d'abrog.iiiu fut-ollo lailt aix Chaim-
    bres ? On ia'ssrie. Matissurvinrent des 6v0.-
    n'inants qui l'impiil)ch-' t d'y donnir'
    snie. La proposition prl'ofondii'iit mnodi-
    Rlio: st inlroduile ihhidnunent (an"s la loi
    de 1,' ; sur la concession coudilioinerlo
    des terres du domaine. A inotir avis loar-
    Licle 5 dlt cotle loi idlj cilh par noire
    colligue Bouizon va aii-deli do qui'il faut.
    Pour certiains esprils il y aurait plus
    doe danger inos n'eni voyons nuclll --
    d'accorder le droit do ptropri6i' aux socid-
    tis annnymes par actions, litres : Ia por-
    tde des gouvernlcnents 6(rangers qui vou-
    draienit los acqudrir devonant p)arainsi
    co-propijdlaires du sot haition, qu'aux
    siinimps p:tliciliers qui no eventt jaumais
    traliiuer do la sore de leurs drois et.
    actions.


    Une forte parlic de la Constituante de
    1888 dlait aussi en favour de l'ahrogation.
    Les devnemntls qui se ddroulaient dans
    to pays I'empdclhirnt de consaeror la rd-
    forme :-ig;n.dl..' par la I iiin .-ii ,ni charge
    tie rdiger Ie project deo Cinslitution.
    Gounvernants co gouvcrnis seitent la na-
    cessitd d'arriver aune d6tente deo l ten-
    sion de relations qui existe centre haitien
    otl Oranger a ctl ." adi.
    C'est a tort cerlainement quie notre col-
    iguoe Sylvain a invoqud I'epinple du
    Trainsval. L'autonoinie de elt Etat I'. -i.il
    pas ,npl'a. au0 dire dle 1.\ +q-l. l' son
    tancieinn metropolc. D'aprIt's elle 1ei Trans-
    vial (lait O n Elt iii -.. i ,i place sous
    son prilclorat, cc. qui auilorisait A ses
    yi'ix l'intervenlion du prolteltur dans
    Iadminhii.lralion inllGric r dn proitgi eit
    vil d'olitenir nti a wi icissoiii t aux lois
    vo\ii'e contrle ses r'ssorlissants. En lout
    cas si lis Boers av:iiall foitrmn lours porles
    anx 'l' nl,.'ri eot A lirs capitlia x, its sc-
    raient certes r-slihs un lpeuple deo pasleurs
    inis loux quo Ite pIremier venue, Ic Dr
    .Jaiesn on u tout autre, aurail dtppossn-
    d' do son terriloire sans 'r, ln,., i li la
    nicindlre risistance.Los capitaux desVillan-
    ders et autirs 'li iI H i-0 out conlriull
    pour bleall coulp, il pi I e n1 "111iile,, a
    divelopper la puissance pulblique des II i,
    suil-ailicains et par suite lta vive rosis-
    tancet qulo le troupes Inlll ir -, y out trou-
    v\ec partoul.
    SMa is j vouls prie. MM\ ., de roinarnue
    Sque' I'trteur llii viint do writer nest pas
    en principle conlire t'airog.ation : setloneint
    il fail iiine dislin ltion entlro 'Ir rm et
    i'rangers ; pour line certaine ,catigorie d't-
    tlageors (los miniistres dii Cullto, les profes-
    sears, etc ) il y a lion, dit-il, d';il'-.i
    sans i )nconv n tiiiit 'r. 7, arl. 0. If'orateur
    va plus loin, iiiscitsibliement, it finit par
    accorndr jlus qu'oii nolii demanded: it
    son avis 1':Fi ii .- pourrait t rc, et cola
    Ssalns inconvlfnient, appeld a fire par tie de
    nios tribinaux dIe I iIaI ia'' el d nos
    (Coiseils colnluinalx conunle A St Thomas
    et dans la dpuhilique I)oiniiiicaine Mais
    i'est-co pas lui octroyer les droits poli-
    liqiues, c'et-ai-dire bien plui qu(u no de-
    liando e rapport eon discussion ? El com-
    Ientt soulonir (quo l't ranger, jouissant des
    droils poliliques, soil moinls i craind'e








    REVUE DE LA SOCIETY DE LEIGSLATION


    (Ie 1'1i i ri'i -ant seulenuent Na obins-
    samuc des droils civils, dont Ic dioit de
    p(rop'ic 6 terrionnune o s. Lhistoire en-
    seigue lino c'ost le confraire qui Ist "ati.
    EIn lorminvan!, MM., laissez-nmoi aippeler
    vQII'O attention sudo s faid s qui se pas-
    sent A nos [poits et que nolie insouciance
    a toil de ne pats Wen orcIIper ii H'alot do
    ha 116pulibuo Dominicai ne. Je no seli pas
    long.
    Si nons F'11'i' '1K ls hudgos Idtni-
    itLtd ical IIous Irolnverons (Ilen I esleI
    reventus dui voiin Etat 'elovienlSt A inins
    de 1P. 1-21 1 'il Apf'!s Ia g erre ron1te
    I'trspaigre, iHs m=nleult A 1P. 25& .74 I imon-
    nan' ilationale. piti h'Waient so Suniue it
    p11s de 1516im iiidhlar. A la miu('e
    6ioilui' !a Ia plalion nWtait inui'te sutu.-

    taijac, 2 iniIliwtoz de i~cacao, {juetijins inil-
    Jims de CinnI)uipoi. dacajon, dte giaac.
    Alaii jIms unn ie Wrin & smiv. (Voiri Lois o1
    Actes d~u Gouvrtionient dondidi s;.lt~llain, t. 4t.)
    fle cello dale ,I I :- le to[ rS~avcen-
    tiu'. IEln celtte .rneii w OHe Iu' los reeele'
    glitnttes ( it'ij1 o dioanoet t SpiltsI
    K&W 4 IWAS1"Y

    ~opuice pul ic ,. I1.0-7.7'iA
    de Ia dtliepub .i 1K 43.43 ( notv. KU

    do li'11!1 11111-I- ifaou i ) .. Builllt it Si' d -

    on: on fit it d" sucre. u tafi, etc'.
    Enl VHW a pni A~ So. 'I tdibt 5 p1l- dteii
    5d~009 MO ses. e1 Ia priixdtli'iiin
    ai 108 lHHOW. de lit i slO dslitti'
    a 11 11r2 inii'in de oivres ttcai
    A17 11 ui1nioti d' Iivresidelalar
    Ai 4 Wilhiotit> do Jivres de cmi?'
    :3 o de livrtis ile campkl)CCel
    Sanscoinmplot IA coinso:innnation intLriyu ro.
    Les recelles out q uiniup' a wo
    point qne tons IA ,l rik A rexpoitafllnt
    ont pu Olwe alicagcs en I 1901 sails granle(
    perturbalion ecoinon'inlOu pour cc( pays:
    les droils do donane ( importation et ex-

    [Voir Listin Niarn (In 27 mars 1901
    NOTE. D'apri-s Ie q I;. j.i i ii EcIcs. ) In po-
    pulation scrait de do mis (IC t 'IiiI. t 70 i Ibaits
    en 1892.


    portation ) et los inp6ts locaux ont pro-
    duit en 19100 P. '2 Rlin.i.'ll` or am.
    ainsi rdpartis : serv.
    pub. 1. p 1 1 Iill| or am.
    dettepub. ..-,,.1.111 or am .
    L'abolition des droits i I'exportation
    joint A la cruise actuelle du sure ont nh-
    cessairiment ameOn, une 16gere diminution
    dans I retndement des imp6ls : la crise
    ayant ralenli lexportation, I'imporlation
    s'en (st ressentie, de 1a la diminution des
    receltes.
    UYici d' 'i.'"'. o Message du Prtsident
    ,Jiminits ( (azeott officielle dn lor fdvrier
    1'l.1K') les derniers clhifres :
    Ponu le scrv. puli. P. 1 .I '1 .043 or am.
    ouiir le service des
    deletles puliques ex-
    terionros P. 100 00!)
    iii i'fieirost 83.875
    P Ih serve.
    d'alio iil.
    lBanque 142.0s.
    ------ P. 525.957 or am.

    P. 1.715.000 or am
    Si un art. 7 parci ai n6tre avait ~Al in-
    trodui.t e coonserv dans l: Igislalion do-
    miniicaine pendant uno pcriode plus on
    moins longue, l'iat dominicain n'aurait
    certaiinoment pas altlint et degree de pros-
    [i'rilc cl IhI puissance relative aniqt el il
    esl parvenu gr ice 't iniroduelion des ca-
    plRitx etirangol's. 1Consid~rez par cet aper-
    cn ....p ii ii i-quel serail .ij,''. i .ihbui noiro
    silnalion coinmme people et come Etat
    si I'accession de la propritd inmmobilibre
    avait i(' permnise it l'dtranger comme dans
    I'Etat voisin.
    Si l'exclusion s maintl"nt encore chez
    nous pendlant ine ptriode. d'an moins 15
    ans, It rAsnitat sera dlsaslreux ponr note
    pays : sa situation itconomique et agricole
    ailst que sa population resteront ',:,ijl i 'ii
    stalioilnaires, tandis une la Riepublique
    voisine vorrait dans t'iniervallo sa popula-
    tion monler a pins d'un million ii '!ii-
    lanis, ses resources economiques. s chif-
    frer a pius do 5 millions de dollars et ses
    productions agricoles atteindre nn dive-
    loppement imerveilleux.
    Los consiqulences pulitiques d'un pareil
    klat dot hoses sonll 'aciles A d6duire.


    11llI 1 I I- I i~i,~ I1 1 ri- ---------- 1 1.:' .'.111









    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    L'exemple do la Chine Nc dui .apon de-
    vrait nous servir d'uin grand 'enseignement.
    L'une, fig6e dans une o.(-' 11-1i 1'I. suran-
    nee no vent pas on sortir pour son plus
    grand malheur, I'aulro punr son plus
    grand bien ouvre routes grades ses portes
    A tous les proprSs mlodernes. La prini6ire
    malgr6 sos 500 millions do sijets esl
    vaincue par tI Japon qui n'a cpcendant
    que 40 millions d'habitaits. Tant it est
    vrai qu'une population iinmbruse o n'est
    pas un bien grand facleur de puissa;nce,
    si elle persist A no pas s'assiiniler les
    progr6s moderns rdaliss dians ce sie'le.
    J'appelle la stricuse attention deo ues
    colleagues sur cCs dernieirs considuirations
    qui pronvent (lite, dans un axvnir plus on
    moilis rapprochi, nuos nous tlrou)lrolnVs,
    si nous rcstons exclusivistes, da;is un i(lat
    de tres grande intfriorih vis-a-vis il'un
    Etat linitrophe qui granilit ct dlvioinl
    puissant. C'est fair :n'le di'iimn ri' Ivo anie,
    ce [nous senllble, qule de li pas pIenslPr
    an lendemain c t doe ne las parer aiux
    dventualit s possibles entire deux EItas vi-
    vant dans la mime ile.
    Je vole en favour du rapport en dis-
    cussion.
    A Continuer.


    NVecrologie.



    Depuis quelques semaines la ville de
    Port au-Prince est allristde par des deuils
    nombrenx. Des haitiens d'inconteslables
    valour ont disparu. Les manifestations
    de regrets out det unanimes ha Ioccasion
    de la mort ie deux de nos veterans Mrs
    Iuracind Pouith et V. Pldsance et de
    deux de nos jeunes gens de grand avenir
    POtion Jdr6me et Louis Doret.
    Plusieurs membres de notre socidte
    ontdt1aussi frappsis dans leurs affections
    les plus vives ; Monsieur Laforest notre
    ancien Prdsident a eu le chagrin de per-
    dre son petit fils;
    Mr Solon Mdnos quelques jours plus
    lard conduisait au cimnelitre sa chlre
    lillette Marcelle etentia Mr Poujol per-
    tlait subitement sa strur.
    A tous trois la socictd de Logislation
    a temoign6 la grande part qu'elle pre-
    nait a leur douleur.
    Nous prions les fiamilles- Laforest, Md-
    nos, Poujol, et routes cells qui ont etO
    Idprouvdes de recevoir ici l'expression de
    nos sympathiques condoldances.


    lembres Honoraires de la Soci6t :
    P. M1. Applolon. ancient Secr6aire d Elat det linstruclion Publique. Mr Ch. \Veyman.
    M1. U. St Ar:iiAind, ancien Secrdtaire i'Elat das Travaux Publics,
    Membres Correspondants ;
    1MM. C. 1). Durand, Doyen tdu Tribunal Ciyi du Cap Ilailien. A. Jean-Pierre, ( Por-
    de Paix ) --T. Pdlissier, des Gonaiycs. ) I)cpas-Medina, Ancien Doyen du Tribu-
    nal Civil des i Cayes ) E. Bellalde, ( Jacmel. ) J. N, )esroches, ancien consul d'lIa-
    ii a Bordeaux. Louis Jh. Janvier, Ministre resident d'lHaiti A Londres. Gragnon
    Lacoste, Consul honoraire d'llaiti u Bordeaux. --- S. Viard, Consul honoraire d'Haiti, i'
    St Elienne. --- Iloeylaerls Consul honoraire d'Haili A Bruxelles. --- Ch.Preslot. --- C
    'illevalcix, Aiicien Ministre d'llaiti A Paris. --- B. Sylvain, ancient Secrtairc de la LI-
    galion d'llaili i Londres. -- ,obert Lafontant, avocat, ( Jaccl )--- Culicour, Leon
    avocat dipulc du people, Ed. Corvintlon, avocal, ( Caves. --- J. M. Grandoit, (Tibu-
    ron ) A. Cleric -. C. Chassagic, avocat, ( Jrcnmic ) r. Desert, ( Gonaives
    Saint-Cime, avocat ( Saint-Marc i) Alfred IIenriquez, avocat. Turenne Sylvain. (Port-
    de-Paix, '. Guilbaud, SCnateur do la RCpublique, ( Cap-Haitien ) J. Adhinmar Auguste
    avocat. Cap-IIailien.


    Justin BQOUZQON, R&dacteur-Gerant, 146, Rue du Centre.

    Iniprimerie II. Amblard, 136, rue du Centre.






    I)mc ann6e, No 5. Port-au-Prince, Avril 1902.




    RVUE
    DE LA

    SOCIETi DE LEGISLATION
    PARAISSANT LE 2 DE CHAQUE MOIS.

    iCOMII'Tfi DE DIRECTION ET DE REDACTION:
    MM. EDMOND LESPINASSE, PREtSIDENT
    JL'STIN BO ZON SECRITAIRE-GIENEiRAL
    A. BONAMY TRIESORIER
    SOLON MIENOS
    J. L. DOMINIQUEf
    ED HERAUX MEMBERS
    CAOMILLE St REMY.




    SOMMAIRE

    Sdances de la Socikt6 :
    Rdunions du 20 et du 27 Fevricr 1902: Discussion du Rapport de M. Ed. LESPINASSE.
    Errata.

    ABONNEMENT : Un an : P. 4 Le Numiro P. 0. 40

    Adresser la correspondence, rue du Centre, No 128,
    chez le President de la SocieOt.

    PORT-AU-PRINCE
    IMPRIMERIE H. AMBLARD
    136, Rue du Centre, 136







    REVUE DE LA SOCI TIET DE LEGISLATION


    SEANCES DE LA SOCIETY.

    R6union du 20 fevrier 1902.
    Presidence de Mr Lespina.se.
    (Suite du Proeds-verbal)
    (Voir le No du 2 mars)
    Mr Sylvain :
    M11.M.,je regrette que notre collogue Pou-
    jol n'ait pas enu e temps de prendre com-
    Imiinication de 1'opiniun que j'ai soutenue
    a la derniere stance. Un examen plus at-
    tenlif des terms pr6cis don't je me suis
    servi lauraient peut-etre dispense dt'une
    bone parties do ses reproches. Que I'on
    puisse Irouver dans les ouvrages de 1MM1.
    Tliby, Price et DIvot des passages en
    faveur de I'admission des etrangc'rs an
    droit de propriet6 foncieire, ce nest cer-
    tes pas moi qui y contredirai, car en pro-
    colant a mon igard come notre collh-
    gue a 1'egard des trois 6crivains dout j'ai
    invoque le tumoignage ai cause de leur
    libiraiisme bien connu, il no serait pas,
    sans doute, difficile A un partisan du
    Happort d'aflirmer que je ptl i i. entie-
    remenit Son opinion.
    I lui .fiii lit do no retenir de mon ar-
    gumenlation que la premiere parties, oil
    je donnais les raisons pour lesquellesl'ex-
    cellence tlhorique de la measure propose
    par le Ilapporteur ne me parait pas con-
    testable. lais j'ai soutenu, en outre, je
    soulions encore que hi n'est pas le veri-
    table intirdt du dtbat. Ce stir quoi les
    bons esprits resent divises, c est sur la
    question d'.ftlii,- .1... et d'opportunil,.
    Or, sur la question d' ri.i- iI je suis
    force, de citer inl .-' I i 11, ,.l la conclusion
    de I'arlicle de Thoby.
    ... < Le principal advantage ( atlachb
    iA la qualil d'hailien ) ce sera, disait
    Thoby, do pouvoir iOtre propridlaire de
    biens fonciers on laiti, et voilA pourquoi
    nous adhdrons pleinement a Fart. 3 (!)
    qui reserve le droit do propri6td aux hat-
    liens.
    (Dans cette question du droit de propridlt
    a accorder i l'dtranger quelle que soit sa
    nuance, il n'y a pas une question de justice
    [1) Ces mots terminent la phrase prkec-
    dente.


    inlernationale et de morale publique A vi-
    der, cornmeon a l'air de le penser et de le
    dire ; il y a une question d'utilite ecouo-
    mique et de convenance politiques et so-
    ciales A examiner ; et c'est ainsi que I'An-
    gleterre jusqu'en 1870 et plusieurs Etats.
    de I'Union americaine n'ont pas accord
    Ie droit de propri6t6 A l'6tranger, tandis
    que la France l'accorde, sans que I'octroi
    on le refus de ce droit prdoccupe plus
    de raison I'opinion publique.
    a Nous terminons cette 6tude par quel-
    ques lines que nous 6crivions a uu ami
    en 1881.
    Qu'un stranger veuille se faire haitien,
    tant mieux. II pensera, jouira, souffrira
    come nous; it n'aura pas ses regards
    tourndcs vers un autre point. Qu'il veuille
    conserver sa nationality, ii ne faut pas
    pour cela le repousser, mais it faut es-
    saver de moveus tout autre et plus -effi-
    caces que la concession du droit de pro-
    pridtd pour l'attirer, le fixer sur notre
    sol, et ie faire contribuer par ses capi-
    laux, par sa science, au grand ceuvre de
    la civilisation noire. >
    Sur la question d'opportunile, jellvous
    ai ddjA signald l'opinion de M. Price.
    Je n'y reviendrai pas. Mais puisque je
    suis accuse d'avoir trouqud sa pensee, vous
    me permettrez de vous donner 6galement
    sa conclusion.
    <( Avant de quitter ce sujet, le soussigne
    croit devoir insisted en r;sumant come
    suit sa pensde :
    Nous avos le plus puissant intrdet
    pour ii ,., vancement dans les arts uti-
    les et le development de notre fortune
    publique : lo A altitrr chez nous des tra-
    vailleurs 1i;,.H -, i, instruits, en aussi
    grand nombre que possible, de tous les
    points du monde ; 2o A restreindre dans
    los linites les plus itroites, comme nom-
    bre et come 4.1i lil., la class des resi-
    dens dirangers.
    ( Pour atteindre ce but, en apparence
    contradicloire, le maintien du droit exclu-
    sif des Haitiens A la propriety du sol dolt
    produire les r6sultats les plus satisfai-
    sans, a la suite de l'applicalion rigon-
    reuse d'une politique sage, faisant deux
    parlsentre los strangers : les vrais travail-
    leurs, cultivaleurs, industries, n6gocians
    honnetes, formant tous son 616ment con-







    REVUE I)E LA SOCI1,TIE DE LECISLATION


    Ir:~i%:%:'7 .'F F#F j/l: F'# l ': if r 7 I f F F F F F F F F iF F F F FiF F iF; F 'I r/ F F F i F z iZ


    servateur qni, encourage, protege, pros-
    pdrant A l'ombre do nos lois, s'altacchra
    au pays et adoptera notre drapoau pour
    jouir de la propridlI du sol oh i s'iin-
    plante, et les aventuriers do loute race,
    de toute nationalitO, qui no doivent etre
    ni accueillis ni toltres sur notre territoir',
    classes A' il ',,.'l, ,' fa tous egards, q(ui nt'a
    que trop contained notre nltMhurease so-
    cidtd trop pronmptle ac a1cillir les non-
    veaux venus, classes malsaine centre la-
    quelle do svWres lois de rprrssion, d'ex-
    pulsion, doivent agir sins cessc ave~; uneI
    energies toujours croissait' ,. ( lR:ipport
    au government d'llaili, p. 27 ).
    M. Price tait done 1 )0por Ie maintihn
    temporaire ldu droit exclusif des Itiliens
    it la propridi6 du sol, m:iis ii rIcoi:mm' n-
    dait l'adopt n une srin s i e d' i' riils pro-
    pros a facility I't ladjoiclion A niw!re nalio-
    nalitl de cerlainos catlgorig s ld''t raiLers
    et A htller Io inomy.'nt hcurmnx o'i il nous
    sera permis d' II do iilr' Colistitu-
    tion la restrictiioi dot l'art. i. Cost aussi
    la conclusion dt Drvol ( La nalionaliti, p.
    141 ).
    ... Le problem e st donel coinp!exe et
    prote a de mnAires ir'lexiois, : 0l prml'eniiis
    reserves. Pour noire part, nouls mI, sawit-
    rions, au 1w)int oA n1ons son:unes doI noire
    existence, de people, Inou, rn 0'iio.''r pourl)"
    l'effaccnent pur et simple de lat ri g.l
    1nous .r'n I'll dl'accord,, l c iLl, o'' 'ou-
    pinion gnd'ralc et ol seniilmul inllIo de
    nos compatriots.
    a Mais it imports d'imprimer, d'ores el
    ddjA A notre idroit une tendence vers ce
    rdsullat, d'y visor to d'y ina'chrdr p:ir (;a-
    pos successives et par I nesures gradu5l-
    les, restreignant de plus en lus la por-
    tio getdrale do la prohibition, 1'aloucis-
    sant dans co qu'elle a de rigide et d'ab-
    solu ...
    Et it part de la pour dllerminor A
    quelles conditions nous ponurrions dcs
    maintenant, sans nous mellre on opposi-
    tion avec l'intdrdt national, ouvrir lo droit
    de propril61 foncib'ro A < cerlains 6tran-
    gers V.
    Fe n'ai pas dit autre ciose, no pensant
    qu'il fMt necessaire de fire prouvo d'origi-
    nalit6 dans une conlroverse qui n'est pas
    nie d'hier.


    Joe linissais on sig nalant i nciioernlnnt
    font1 nui ordre dto faits, ofi Ia collabor
    tion)do 4,1,91, t''rnOr oA it pIns lutilo, que dan-
    geirensp1, IA h comlition1, 104n enteflill (ipOf
    ht1 I -h igIiil oIn des ilniItis Imiisou11[lai)IO
    G'cst Aiihi, yorsiisa is-ji, qu11o jO VITOIS
    s:ans inlcolovnient. accorIder A 11'trangor
    11 Oi_:lrtino pari3O~ticipation1 aux aITire corn-
    1latImlmak, o1n 14)111, par1 ex01111)le qlllesI
    441 Wrait 'I I hgihe ot ;I li stiubrit6 1pu-
    bli)if1s.
    C:'o-o, a11140 (f je HSOIeS 410
    cmuiiiIlo ronidItioill,A Voter p4)41 r ls juges

    J ajoutais fi1o' Ii mall 04r'e West p-S

    hit approwl'~l~ ndi.
    11 nI'l~it 410110 pa~ ~s WA nbs inkn~l10Vl

    13 4' do praaw snr0~14l co pn i o ld31 Ii'

    01iy t 4411o or
    N)tnni' ;'I lnoire Ty si:Iss ar OXt er ,t-
    tention.ii


    Mecssieur;,
    Lill iii c1)01141 Loltinalml: (11 a 41111O,
    Uml a" point do vm prIM rpw (Qu p~n
    410 NIt' O' f 3lt mi%([1 oi 41,1141. scllotI Ia
    it no poIult r~ tl l do 4 I I :. rs'l i n i n!*;t
    ti Id l Gs t44111 01a 10 410 1 tlt I ion i: 41 dotllige





    lIliml'iour I'ai-'0l1 1411o ( t1iiio d Ors'4l iO11
    lIa r ', li 141 1414'd 01150a1 tlo r 5111)5isIO
    011 10114 414,5 011054's 'l tilt p1Il ils" p1 o-
    gnol'0e [Iv013s 110ons di 1 l ns Ilirdit
    tralea t1'1101 n i ton4 j terse d4a ion laco
    les liii iotios(to3 410 c el,0 do 41 ationafite.
    Pour fWire li41 r141 dos roCac prlt1lt S
    ininioue 101IoS n les 501)11130 A la c0IlnI (4,
    011 exiylii ottels somanciomilt pen A p( u
    j041311) si. cites Utajent noes sans droit.
    Cha41lno pOLple tioit. 1 saivegortor' son inl-
    di"peniance et son aUt~flllli. Us plus
    fWrts Iin seconlemnent pas do c q(u'ils oWt,
    its voulent s'6[endre any dtpcns des plus
    faibles. Its mettent laipuissance Il 'l m







    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    la violence, tanlot dans lour faculty de centre toute idWe d'annexion. C'est i une
    production. question politique de haute importance.
    Si un Etat constitu6 sur un petit terri- L'admission de tI'tranger au droit de pro-
    loire est incapable de repousser I'invasion priete immobiliBre ne peut pas produire
    ai main arm6e, il n'est pas pour cela con- en Haiti et dans la R6publique domini-
    da:nu6 A subir l'absorplion 6conomique. caine les mnmes effels imm6diats. Nos voi-
    C'est ce qu'ils ont compris nos pbres, sins s'entendent pour mener indistincte-
    lo:'s qu'iis proclamaient ce principle : meot leurs bestiaux A travers les vastes
    a Aucun blanc ne foulera la terre d'llaiti planes oil ilstrouvent un fourrage abon-
    a tire de maitre ou de propri6taire. > dant. L'i.iii.g. r qui se pr6sente chez eux
    Mais notre savant collfgue fait ressortir ne tient pas non plus A la culture du
    avec justesse que dans leur pensde le sol, il lui est plus facile de faire des tran-
    blanc, c'ktait I'6tranger. Ils ont done r&- sanctions commercials, en achetant, en
    servo au profit de leurs descendants ex- vendant des boeufs et des chevaux. Ici
    (.l ,iriii ut le droit de propri6tl foncibre. au contraire, le sol mesurd demand a
    II y a des droits que n'exercent pas tous 6tre cultiv6 pouri,_.m u:ii -r le travailleur.
    ccux qui habilent ua territoire, ce sont Le dominicain ne s'apeLcevra qu'il a
    lcs droits poliliques. A leur point perdu le sol que lorsqu'il ne trouvera plus
    de vue, to droit politique essenliel, c'6- devant lui un space immense a parcon-
    tait le droit de propriitd iinmobiliore. rir. L'hli i s'en apercevra d6s que son
    Ils out voulu que chaque citoyen soil petil enclos sera occupy par un autre.
    uoi pulissauce en pronant racine dans le Aujourd'hui les Etats du Nouveau-
    sol. Ainsi, chez nous,la propritt errieineo Monde font appel A l'immigratiou pour
    a un caractere qu'elle n'offre pas allleurs. augmenter leurs populations et leurs ri-
    II faut que chacun soit inltrcssde la chesses. Le droit de propried" immobitiere
    ,pi..i,-il,- national, it fau ltque chacun ait accord aux ,:'r.,si .-.i suffirait pour favo-
    son lopin de terre. liser Fetablissemeot de nouvelles indus-
    On object que chez nos voisins de tries sur leurs territoires. Alais une im-
    'Est la possession du sol n'est pas un inIl;.ltiiii lente ne leur donnerait pas
    droit politique. On ne tient sansdoute pas cette activity qu'ils attendent pour mar-
    comp.ede la difference de minurs qui existed cher vite vers la civilisation et le nrogr6s.
    et qui a toujours exist entire nous et les lIs sentent done la necessity d'appeler
    dominicains. Quand les flibustiers sont en quelque sorte officiellement des immi-
    venus daus notre ile, ils out trouv6 des grants. Its leur font des ofrles t"es avan-
    terresabandonudes. En quittant leursbar- tageuses, ils leur donnent la terre a bon
    ques, its se sout fails .,riiltrlnr; loin de march, presque gratuitement. L'agricul-
    suivre les costumes des espagnols qui ture n'est pas come firilri.. elle veut
    s'staient adonnss ai 1'exploitation des mi- que l'on compete avec les agents hiilur'--l:
    nes et l'dlive des bestiaux. Deux modes- elle e\il des avances et les rend dansu
    d'existence se trouvaient dis lors en pr6- un dl1ai plus long. 11 est reconun
    sence: d'un c6te, un people pasteur, lque le colon envisage avant toute chose
    de l'autre, .une population .uli,.. Et lerendoment dans un temps prochain.
    vous savez, .messieurs, d'apris l'observa- La possession A perptuit6 ne le tente
    tion des meillours 'i|huwii. ilph, que les pas, le domaine utile lui suffit. It
    peuples pasteurs n'envisagent pas la pro- fait ses calculus, suppute les C1h:n'lis,
    pri6dt aux mines points de vue que les et it ne volt le profit possible que lors-
    peuples cullivateurs. Lo pasteur estime qu'il acquiert la terre a boen marcth6. Com-
    surtout la propri id mobili6re, I'agricnl- me on dit dans t'Am6rique du Nord, le
    tour attache le plus grand prix A la pro- colon fait boomer la terre, la ievend en-

    pritdl du fonds. Cette difference de ca- suite et passe dans un nouvel Etat- de
    ractere devait rdsister A Itoutes tentatives L'Union. Ce r6sulat est certainement mer-
    ayant pour but l'uuit6. Et s'il est une veilleux, et toute nation voudrait l'obte-
    chose qui milite en faveur de la posses- nir. Mais dans le nord de l'Am6rique,
    sion du s3l, c'est qu'elle nous proltge come dans le sud, les terres incultes,.







    REVUE I)E LA SOCIETY I)E i KGISI..\TION


    les i.l.i del)oiser, sont A l'hti. IWAsuffi cnowci'd. L'Etait igonvisagi' pas to profit
    de irodi e on dtcret pou00 x piopoior los In- do nuomniw, ii a IN pr'lAoit ion do prjpa-
    diens. On dit (1(10 Ia terme n ost pas A ou x, i'er tin avenkii hlieuxO pour los gConera-
    quis sont simplemnent toli~rcs. Les ex*'ii- fionrs fultures. Si los pairticiliers vPiitIcnt A
    ples qu'ofrent los Fltais do rAinriqoolu do tivi prix. C'ost tlt'jltA uni prevo' (pi lit
    Noid o lcs t16publiqucs doi sud-airri- 11n1 F'' OxiS tl 0 Ipie ltos paIrticliti'is lie
    cain ne sont done pas h imileIoi' no pen- titii4"nt pas A ICis tluitoi ines. Ii ne rieste
    vent pas Wtre imiliws. C'AsM In pollion tie done poulr justifiei' Is conrclusions doe Ia
    A'ELat haiion visA-v is tdcs Imricr Iicus qui prernmilre parli do In rap rt qle IS do
    est l'olbslact ifiranchissalhe'. UII'at hai hIt IttiC ie. Mali i s Ia cori~t'iociI no co-
    tien est 110 grand plIopliitnial ', unqa is it -; adiril pas a but (pue Ion so propti"se
    connait pas los liAiido% do P00 Maiiisine. ()itn otiu dit qel i' lltitfiei [4ilt acqilw'ir'
    Au centre et anx x tr6 iil's, la h lt''re est dos Iiorres dan,; Lou s lto p:avs dli ino tul,
    occu[)o par dJos huoinnes tlibres ot qiii et quil 04 invoist. dormer A 'r trai-
    Sont jaloux do ]car (roit dto lpropinituth. 'acd' do itp nqrii:i thniWAH
    Oil no pent pas 'os expu ser coain ties Qllw in1,1ai'aito do ''tiin
    lIndions, ?,om avonis n di! fio It!to ithohoi't l o lln !. :i II I I lx l'a'IIO it;oa-
    cadastrliet, pr1 si'oj toutes Iom p tiotis rait pro54er. 1 ost lin1o Itnse cependant
    tie I'I'thit sowii tdes 11ions tilLoii \ tot Hijuit A411)1 ME1q)i''i4l' Ai b'oinI '') Iin
    moii)lma oil ciipieio aul' 1i, el )111's los no 'sexliluo t1iiiititft jO OttO tl'44'ire li's
    twoov-es it so tdteiniiado si dalwB 'trajils in 'ii ''s ;aiali1riiOS do'l s'1 part 'a1tr. ho
    enlois ties wi'cipaus saniii H Hiti jii'aii- ri iie 11 tldoni,' tin ctI'irruli dIo toite 41011
    rawnt pas prescit cont' !i. Son 4o asutit'ent moins tpin lo paivrl dc'i i
    olain' othanit pas h tc! iadstrli'o. it 111i it aii stili'rfrto df, ;orrain. .\lloirs I2liii-
    ser'a Fhi ii.. do ['lire des avaticc' ', 4tI ar- 11iniiralit ,'C'stillit tliiIeii\o didniltuei' Ina
    gesses A l'drangCr. Adin'tbt qWH Not; i litt" du p A it s'hitlit. Ain'i
    Lll co incc5Sufs;lo jnlnc 141111) nzim A a no all.\ FLtais-Lni, Io jl'uii5 1frx 4 k litais. I'e
    anglais ti't (j1w dan> to coors 1h- : iand 114 iciioit In favulaut 11'etre r'etn-





    toln un voisin I, W w 1wolosto cantre "it ams Wycias tie Rur pays Ww clifill5irlll (i~pI;ma.
    emnpkotinenl p'rSisKti t Ii lir d1' tao- 146 an contlohv Si~'ngeroI Ali 4111 v44
    gla s. tllt e +1J i'i goi'sO 414' p'lVei hit4 cu it 41o At \ois
    sOI'gira de it tancllne. LY'ti'itanor ap p el> i'Ollr'i Kos roovaIbl0S en04'1 flait, 11 4'ontoildl
    ilaMt on g1I'i1nti0o esanIs iwl ire ltiono Iws eIoncer A sa aa&Wk dm rigiw q
    du pri'0Cks, it s'utresora A sotin Pi'4IV vA 1114 garnati4 pu L La rocintit
    It dira At soni 'w,,i : qi t in l vi an y)'' s .olfi'it tone pas I;tdiiiog \ti
    confianco dtians adininisiatit'i 4 tIitaill e ii''d, t jou ui. c i, 501n1o s pasi 'llet1(1 II-
    A toile. 6potlue elle inma fail toll' (wrev" dosceidas tAlrit on d'idit'n> ii
    sioni dItus to1l4 00111int104'. JI/ jai paxonts tool1e d14' A1 a In naltilallkt iid-
    ifloln acl=tiv ic Ct in01 argent to; e i us biby Homo ;Iha 41 IIQ dloutieti t TII; '
    coininengiiont A nifirir lo1siluo J'ti appris 1(tmi 05s Ii jIlilil's ,;Ills tdi'tille~itntie 4 r0ace1.
    (uo1YA Welsuht 5111' I ila ldtathi Ghlal Mitg'e bes n in!t w atlach4s A't 1a nalura-
    rn'a cnlust tes torts W es i'jalvids hutuvt lisationlu et aiitl' s In i1 tti(t do jlwibi'tl
    des ov ,iW i~p '. itis la floombie a lDo 1A DmuiS', (41 writ mt4'St'1 tco 4111u tims, un
    une acton d itlonialique. Xni ildes con- oisoall de passti '. K prtlm'Ili4'l 4111 044115
    11ts rogretiabtes cMe It' Wiueiriement wd' -n i~ml 't'' '' q~ ~ '' iflds ttImu
    Waten of los pu issancos A'liangihes stint. 1' iw cI' vile nl'ot I'st l'l inoycr tie. Iran-
    A pio6voul P01 on (1, Ce oliceile1O 'iiinini sactioui.
    gI'ation oliciol lo. CeponTlan 1 thns ido Jo Lai'(s avoir WlItNi des raistlna Sot'
    Mctel des pays neut's cNot cc qWui faut Hsautes pour' I'l'i 1 '4tl60g6n~itale don
    envisageri r port. Mon opinionl copoiidant nie srAit
    L'imningration porte tons sos fruits lors- pas coinapitto si je mie r' 'iil'' Ik i( il't1diel'
    qu'ette esi nonibreuse ; elte ost nomhibease hi qtteston sons lo rapport 'I p i Ah0 rWit
    IA ob ]a terre est A bon rnarcht3 ; In terre quetionIOI pi'thonlat 11 anlre Wtt at)Stltiiflit;
    est A bop inarctn quand Coest, I'Fl at qui. pralirju Wpi Wasi NH11 tail mi'rie pleingi-Pd







    REVUE DE LA SOCIETET DE LEGISLATION
    rY ~'7/ *^/'^ :~~/.*/'y^/^/^yrw//^/^^//^'/' ^-y/^^^wI~//^'//^/l^//^//^//^^^^^^ l


    dani to domaine doti conomio social. DWs
    qu'on Ratudie ta science des riiliesses, on sc
    troDYe enl presence do I'agricullureo et do
    Findustrie.
    Au lendonvain dela proclamation do noire
    In dependance, nos pires redoulaient d'uno
    ifi~w absolue l'influfnco do strangerer sur
    noitr sot. L'dtArbown rme devait pas "tir
    Wadk isA itre do maitre on do propridtaire,
    hil, jo me fplTnv do donnar une accep-
    uIhrn plus large aun mot maitre. Lo mnvitro.
    re n't*dait p[AlS SIIlOuleIont It possesseur
    WeIcia oaves ( nons aihins aboR %'os-
    claugo) c) ait Wo patron, to dircleur
    i'nno i idustrie exigeaut la fiRiUN d'nu ci-
    ~itrl dans te sot. tIHeri Ctristoph,cimm'w
    o rapI[pelle notrIe savant tollgrue Lespi-
    ia~on, na ins parta.1't'opiniown des autros
    %dniteurk do Il'ii-Upolil 1n.-i lmy
    Yeoslinioe )0u1 ma parl, (uo1 cU SO01[u. 11'a-
    vitit Ipas 'intention do Uiveer p0
    fwwi$'ro'i Ftdrangvr. II faisAilt tout simple-
    mplit one distinction ontro doux lmo)des
    di' "I, Wii, I'activitd in lustdiello et 1*acti-
    v iti' .2' ii t SOS vues Matient ineoutesta-
    hh'~nie[ut profoudes i[a culinro simple Wen -
    richit pas ua pays.Riar q':1 I':-.-d- I 'p [a
    rich'oit mi IS f l concourse de l'inpus-
    trin. En 1 S17, iorsqiuie GIistophe fWiiait
    i c' n stit itiou ,nous nWavioi fs p hIWh'l1om-
    aiso pnruii nons qni funsecit vC p iiit' a l
    I"4itir Iins a tiio ison mI \imii 107
    tivit2 1 hlii falinit doiw rc convir Solws d 1




    1)0iSe.\ 1i'npoui tcl:I V02 :~i: )l, ii Iict~l~ f

    vailuppoanteio unieani, or Wo ht-iQMtO-iN
    Went dox tale. L'.' .h polri qQ doN


    d~s cello 6poque, possdel' on Iluh, et
    coell pertsko bion (iI'Mlt n2 setovIiva N 0or
    fliulae daus autiounO do nos C(ibstiltlttii
    so rotiouvo (llns 1 I i., i et. dans li in )nirs.
    I ii m [Ii it i PIcOp dans Indislror.
    It -"iI it'i il ~' Icomnilo formieir sur nos
    grandos habitations. It MaRil fiblicant deo
    sucre eh d'alcool. Go droit do propriMth
    no iM a jamais c eont64ti'. S1i a ablml-
    dofln6 les Clrmpuiznpq pour entrer dlnls lNs
    villes, c'est qu'il it utVf le Iconliirco plus
    lucialif.


    Depuis que la propri6t6 mobilibre est
    devenue la rivato de la propri681 immobi-
    liere, ii n'est plus permis de dire qu'il
    est trait en ennemi la oh it n'a pas le
    droit de possider le sol. Avec ses capi-
    faux il so transporle partout et jouit dn
    produit de ses 6pargnes. 11 fail travailler
    pour lui le cultivalenr et sans courier le,
    risques d'une mauvaise saison, it attend
    toutes los chances qiii peuvent lui sourire.
    L'exclusion qu'on nous reproche n'em-
    pdche pas le 1,'-..1.. I ..-n t' de Iindustrie
    SAli,. n.-. Nonus devons notri situation
    pea favorable a des causes profondes inh6-
    rentcs 4 notra 6tat politique. Le capital
    n'a pas de nationality, il va pairtout oK
    I'appelle un emnplace:neit im'cile et sfir.
    S'il en 6tait antrement, un Etat ne trou-
    verait pas credit chez un autre Etat, un
    fabricant de H1 imiborg n'eno errait pas da
    mnrchaudises A un commercmnt de Port-
    au-Prince. S'il en tlait antre'nent, nous n1
    versions pas tous cos ateliers 'h I '.'i.
    cqi prospireii dans nos villes. Parce
    qu'un llatien ne pwut pas itro proprietaire
    d'ine nimison a Port-au-Priince, refuserait-
    il de venir dans ntroe r i;i1 I' aver ses on-
    tils ? C'est le co iNtaire qli se constate
    Dire (qie l1'trangeLr r.A traitW eon ennmini
    i't o it peut I1 '. ,;i e librom nut et fire
    1vaiir ses aptitndes et ses connaissances
    ei ililln!ric'est tdire ingrat e:nvers l'indus-
    Strie, c'0ct 4i onnai re le rile important
    Squ el'l joue. Si I' i-' -1 i l,'e est dans un
    Sd it do' miarasmn chlez nous, c'est grace ai
    1no phlaomhne qui so product parlout. Le
    capital argniti fail. plitOt ses avances a l'in-
    d'lstrii A son 11'l.iti, avuns-nous appris,
    la BIinlue d, France laissait concevoir de
    gran K. s %&I 'i = anx -._,i r ii -ir's, mais
    on n'a p:is t:rdl a reconnaitre que sa sol-
    licitude n'etIit pas pour te labourage. Le
    CrP lit foncieti qui est venu plus tard no
    pairait pas plus favorable h la eniltre' des
    torres. En Al. V-..i ,- j,, ce sont les Banques
    populaires ftno de ( .rl.. i l'initiative des
    travailloirs qli somblont rcsondre to pro-
    bllino. L'industrio est done pli.i -'ii l ;
    lorsque 1'!r i .-1ir a la faculty et le droit
    d'entrer dans ce domain, on ne peat pas
    dire qn'on est injuste envers lui, qu'on
    le traite ea paria. Les nations fermies
    ce ne soit pas cellos qui g ln Ilnt poir leo
    r':- .i'l,:L la propritlt toncirea nais








    74 REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION


    cells qui, come la Chine, out une reli- apparences. Copendant c'est le travail par
    gion national jalouse et farouche, une in- soi-mnie qui faith aimer la terre. i'est cc
    duslrie national don't ellcs cachent soi- travail qui fail de la snour du travailleur
    gueusement les secrets.Les nations fcriees, el de la poussiire du sol un ciment qui
    c'est cells qui refusent d'etendre leurs rsisle au temps. C'est cc travail iii; em-
    relations commercials. pechc l''"n ii- l el qui fail aimer la
    Notre collhgue Bouzon nous a donnd palrie. Avec te droit de proprihtT 1'ctran-
    lecture d'un passage cexrait d'un ger prendra la position de bailleur et lais-
    article de I'INDlPENDANCE LIEkGE oil 1'al- sora Ah 'lh:a ce Clle dc prencur. Yous
    teur soutient qu'on peut penltrer violem- verrez naitre alors ces sorts dc, ionllr:d
    ment sur uniterriloie qui cache des minesA ininomnies qui font parlout Ie inalher du
    exploiter. C'est 'apologiede 'e.xpropriation 1..iV\-i,. Vous aurez en Haiti, re que vous
    elduvol.C'est ce queles puissants ontton- croyez impossible, une race conquise et
    jours pratiqu6 sous pretexte de civilisation. une race conquerante.
    Vous souhaitez que les capilaux &lran- li je ne prends pas lo niol race dans le
    gers abondent dans Ie pays, je le desire sens des trois grandies divisions de .la fa-
    comme vous, car j'appelle id tous mes mille humainai. .he I'appliqut aui point de
    vceux le d6Yeloppement do I ,',ii lii.. Ca ",-** dts rapporls (ii existent entre le
    donnere plus d'aclivild nultre exilstence travail et le capital. Vonis aurez la race des
    nationale;miais j'avoue quje je n e ilfaispas renlirs et la race des Iravailleurs.
    trop d'illtisionsur ce point. le nouvel essor Oiii, jo prtlsulll que la colouisation qui
    pris par l'itndustrie provoquera iune nou- se fera sera pluotl uine colonisation base
    vellc cruise, car dans toul pays on l'indus- sur des transactions. Les capitaux pleuve-
    hlie se d6veloppe on se otrouvo en pitsen- ront en laili ; nais its auront pour Miltl
    ce de deux questions formiidables, le pan- do melttre toule la supPrioritt d'(tm c6ti6
    perisme et le salarial. Nous ii''.-l i 1 p i n' et tontei 'if;l ii il'H de 'aultre. Une insti-
    pas A celtte crise qui est dans l'ordre econo- tution, de credit s'installera qui fera des
    mique. Veillons du moins Ace que nos comr- advances A une parties de l'agricullure. Les
    patriotes puissent trouver la security d'es- denres d'exporlation scront t'unique objet
    prit quelque part. \eillons 6 ce quc Ie des sollicitudes du capital, parce que
    sol no fuie sous leurs pas. 11 commie je l'ai il out to A t'heure, c'est Ie
    est utile qu'ils resent dans It pays commerce qu'cnvisage 1'olranger. Nous
    natal loin d'L.'i'n La place qu'ils 'ais- avons des tlerres incites qui ell ce no-
    serai'nit Ie reslerait pas vide ; elle scrait ment ne valet I pas plus do dix piastre,
    occupee pliultt par des .'.,1', qui dedaigL.et le carreau. On conimencera par I'hypo
    uotre ualionalild On r'plique que c n'est thliltque. Coinme Ie crdi st est mide, o[
    pas seulenent I'iuduslrie qu'il faut voir, eslimera cello terre au quart de sa valeu
    imais pilutot I':i'- I l ii-, puisqu'll s'a- reelle. Snr Ie carreau qui ne vaut qu
    git do propnriut i nmobiliere. Vous voulez dix piaslres, on avancera deux piastres e
    accorder ce droit a l'aerangeir dans nos dcnme. Mais avec un11 pareille sommn e I
    I .i1ni "-''-. savez-vous quel usage it en fe- cultivaleur scra dans limpossibilitl de s
    ra? eli bien, I'iconomicn p, litique lmcon- procurer un instruinent pI [-lf,.lin i,. I
    taire vous ripond qu'il y a deux thfons sentira done la incessitd de donner oe
    de lirei iI.llt de la terre : lii demander gage plusicurs carreaux afin d'en pouvoi
    une renle ou la fire valoir par soi-meme. cutliver convenableenint un seul. Mallieu
    PoIur cclui qui demand la renle A la reusement it ne connait pas la cullur
    terre, c'est la grande exploitation qu'it lui -i irlilpliliju,. et il est imprievoyant. Avan
    faut. S'il vient de loin, s'il est co- longlemnps i perdra, soil par la venti d
    Ion, ce qu'il rove, c'est la colonisation rece, soit par I'hypoth&que, sonI modest
    conmerciale. Toute sa tendresse est pour domain. Cell perte, selon vous, aur
    les denrees d'exportation. 11 n6gligera les fait son experience ? mais A quel prix
    denrdes de consommation locale. Vous II tombera dans la foul des declass6s,
    n'aurez aucun reproche A lui fire puis- se fera journalier, il commencera ai dev
    que vous attached un prix d6mesure aux nir economy, alors qu'il n'aura plus I


    r
    0
    t



    I-
    t











    a
    1

    r
    -
    t
    i-
    e
    a
    ?
    it
    i-







    REVUE DE LA SOCIETIE DE LEGISLATION


    chance de reconqurir son domaine ahlun.
    Ce ne sont pas A1 des arguments tie com-
    mande. 11 est un fait qui parole haut en
    faveur de ma th6se, c'est la ruine du
    commerce national. Quand une maison
    haitienne se ferme, c'est une maison 6tran-
    girte qui prend sa place. Pen imported que
    cc soient les mimes transactions qui con-
    tinuent. Peu imported qu'on introduise cha-
    one annde la mime quantity de marchan-
    dises tie consommatiou. Pen imported que
    les mii6esdenres figment A I'exportation.
    11 est regrettable de econstater I'impossibi-
    litti pour l'l..ii:;ii de rester dans Ic com-
    merce et d'y gagner le pain de sa famille.
    Nous rendons responsable de ctl Mtat de
    chos~ts la loi sur la liquidation judiciaire.
    \1 n, 1'7lr ""',e coinmne I'haitien jouit du
    bmilice de M::.i' loi qui n'a pas 616 vote
    ii;'1il "-, I uit en favour de l'hailien, mais on
    vt':tveur de lous les commercants. Ce ui'st
    done pas ee qui explique la disparition
    des maisons h iili.'ii-, et la foundation des
    imaisons It.i_,'i', ;. Notre faiblesse faith
    que nous accordons plus de protection
    a li'ranger qu'l nos comnpatriotes. Un
    viL'nieent late, I't ranger est sAr
    d'rire iidemnise, tandis que l'hailien com-
    merygnt come lui essuiera pertes et dTboi-
    r'i. sans ine compensation n en argent. Dans
    iuS caiupagues la situation sera la Uint .
    Dins lei pays ls pl us avanY.. 1L
    0u l'immii rtlion 'st noumbr'use, la jl)';i, ,
    du goivernmei c nlll ii sufiit pas po.i pro-
    !tit' er los vastels exploitaliso!i agiric' igi' On:
    done anx (.,ainmpagriis iui s'il;iblisse ttl,
    aux partienliers, le droll doe faire i lr pm-
    lice. Go droit de police q(u'oM aneorie anux
    colons, ia statisliqbte des crimes vient vous
    dire quel U)i..i.- ils on font. A.x ElaNs-
    Unis la loi du Lynch fait le respecti des
    propridl6s, miais c'est anssi une cause do
    perturbation. Tous vos gouvernomeinis se-
    rout dans l'impossibilit.i de maintenir
    F'ordre come I'exigceut coux qui s'Itablis-
    sent dans uii pays nomuf. Ils awront leur
    police, ils auront inein leour juridiclion
    qu'ils placeront au-dessus de vos Iribn-
    naux, au dessus de I'opinion publique. Si
    vous attended l'imin ixtion de I'lr..I- i.r
    dans vos lois pour donner A I'agriculture
    la stcurit6 n6cessaire, cette scduril6 vous
    ne l'aurez pas. Si vous I'avez du moins,
    tc sera aux prix de votre ind6pendance.


    Avec le temps, je peux l'admettre, vos
    routes seront r6par6es, les chemins de fer
    sillonneront en toussess vos plains, mais
    tout cela no sera pas votre ceuvre, car
    vous aurez perdu Ie gofit do la propriety.
    Vous scrcz dans la bataille social avec
    une armed brisie. Vous aurez la s6curite
    du serf qui .oi:Pilt1I tout sans se plaindre.
    L'idee qui -domine le rapporteur est su-
    bordonnee A une condition. Il nous dit po-
    sitivement que nous devons prendre de
    sages measures pour privenir les malheu-
    reuses consequences qui pourraient naitre
    de la radiation de r' ai ;:1, 6. Mais ces me-
    sures nons devons les prendre d'ores
    et dija. Nous u'avons pas besoin d'atten-
    dre qu'on vicrne nous les dieter.
    Pour dalruiri mrs objections, on repous-
    sera L'idie de la rente, on voeis dira qu'il
    ne sera admis combine iii ,', ,i!:. qun des
    honmmes pouvant travailler, pouvant fire
    valor la terre par cux-mimnes. O.i
    accepted done ids i;i'n.i;-' t-_ p pauvres.
    Comment pouvez-vous exiger qu'un hom-
    me qui apporle avcc lii des : ip il ni,
    qui a droit de propritit6 lerrienae,
    qne cet hoirne preno la position de
    Iravalieur rural. ? Comment pouvez-vous
    exiger qu'il soit un patron cultivateur ?
    11 sern patron crom,-n it 1'entead. II au-
    ri des Ihommas iravaillant sous ses ordres,
    ct !O:s hS!lmln s ce sonti i -'!lul :'n 1 ceux-li
    iq 'ii alurla dI osst d s l !.,-nii r finances.
    Si an contraire des immigrants achl:ent
    la Ier-e ipar polite parcelle pour s'y atta-
    clher, vons anrez la w'aie conqulte, celle
    qui so fait leniement mais a laquelle rien
    no rdsiste. I.e propriltai're du sot est un
    tapitaliste. Tons ceux qui sympathisent
    avec les travailleurs duemandent qu'ils
    soient. propriOlaires. Ce probltme qui se
    pose aillours, vous l'avez deja rsolu, gri-
    ce A la (,,i..- de vos premiers constitu-
    ants. Vous re devez pas perdre en un jour
    le fruit d'une si precieuse conqu6le.
    L'histoire do ia propridit est 'histoire
    de tons les peuples.
    Ils tombout en ruines des qu'ils n'ont
    plus de bases profoudes dans le sol.
    Monsieur Lespinasse a invoque a I'appui
    de sa Ihlse los fails contemporains. Mais
    cos fails sont plut6t des ,!i : lq'irii.'- que
    de fuliles pretextesfont clatcr an grand jour
    N'altribuons pas a une inconvonance diplo-


    . ----------------- mw --- m MMM ---1'11







    REVUE DE LA SOCIIETE DE LEGISLATION


    matique la conquile doe 'Algdric par la
    France. La France est alice on 1833 mieltre
    fin A la domination trois foissdculaire des
    Turcs. Cette domination, r iin. llll.i.lun--l ,'
    Mtait une injustice greffde sur une auire
    injustice, Ic mdpris des musulmans ara-
    bes pour les tribus sddcntaircs. Si les a-
    rabes avaieit compris le rMle de la proprid-
    td, ils auraicnt conserve Ie fruit de lcurs
    victoires ; ces noinades, uno fois trans-
    formis en agriculteurs, auraient uni leur
    sort A celui des Kabyles.
    Ils loinbent partout sons la domination
    des Europdeus et des Turcs, parce qu'ils
    n'aiment pas la proprilet foncidre.
    Qu'esi-co qui aianen lat f illil. de l'Ad-
    ministraIion khedivale et :'*- ii 'IInr, ? com-
    ment cctte administration a-t-elle about
    A I'ocunpation .n -lI ii,, ? A cola rupond lc
    manque d'inldrdt qu'o t les ildi._.'-.i-- a
    a fair valoir les terres. Le fellah i'est
    n'est que lenancier. I'en hli importe qune
    les inolndatlions du Nil soienti ddvastatrices
    on ficondantes. II sait qii'i n'cst pas un
    vrai producteur, mais un itre soumis it
    la corvde. L'Etat so charge d'entretenir
    les canaux et de distribuer la forlilitt dans
    les champs. Depuis la chule i ds I i.Ii,-.-,
    la masse dee cultivateurs subit les plus
    cruelles avanics. Les dominations se suc-
    c'denti siu celtt terre d'Egyple- et le sort
    des indigines n( s'amdliore pas.
    La suibstiliulon des imp6ts payables en
    argent it la ro.ievance on nature paraissait
    clever Ie iflIlah A la dignity deo propridtai-
    re. lais pouvait-il payer d'avaice six
    aini'ees di' tribute ? An contraire parce qu'il
    n'dlait pas en ine.ure d'acquiller la taxes
    i! a dli expulsk de sa Lerre. II fAllait don-
    ner iA .El;a ls noyens td payer les deltes
    qii'i avail conitracteos pourt l'enlrelicn des
    caianx. ILes ing iieurs europl ec s iq l,,..I l
    aux grands travaux publics rcclainaient le
    paiciient lds indemnilds dues. C'est ainsi
    qu'on a conlract6 de nouvelles obligations,
    c'est aiusi que le royaunme a di6 mis sous
    la dependance des crianciers strangers et
    qu'il a subi la dernidre lhumiliation (que
    1'on sait. Si on avail conserve la race des
    ouvriers du nil, si on avail fil des pay.
    sans des propri'aires, i'anglais ne fou-
    lerait pas .iij'ii,, 1l'hni en maitre la terre
    des 'Paraons.
    Toule souveirincel dltachde du sol est


    passagerc. Ce qui soulient un Etat, c'est
    la masse des propridlaires nationaux. Que
    cos propridtaires viennent A Oire vaincus,
    liute de preparation, dans la lutle deono-
    mique ; qu'ils cessent d'dire des occu-
    pants stables, ils n'auront aucun4 part il
    1'exercice de la souveraineld.
    ,Ie no suis assurdnent pas centre I'd-
    tranger, inais je veux que dans cette fle,
    I'i iloin.i soit vis-a-vis de lui ce qu'est le
    Yankee vis-a-vis de tons ceux qui vien-
    nent lui demanded ;-il,. .Ie tdssire que
    I'haitien soil le plus entreprenant, le plus
    energique. Et pour trouver la solution du
    problime o6conomiiquie et social, nous o'a-
    vonis lqui'a envisager le premier pointt du
    problime, l'dduc:tlio. Enseignons la cul-
    ture scientifique. Foidons des ecoles d'a-
    gricult tre, des 'ermne-modt'les. La France
    I':Angletceir, I' llmIrin I-,i n sont ips ot-
    vertes a I'irnmiigration. Elles envoientt leurs
    fils partout a:,q. ris des connaissalcees nou-
    velles par la niii 'l,,.- d'obs Irvation sciin-
    hii-il'u Si nous n'avons pas assoz d'ar-
    gent pour envoyer nos boursiers sur (on-
    tes les parties du globe, nous pourrons
    tii inoins appeler des pratriciens dirangers
    pour les instruire chez nois. Sans ra-
    dier note article 6, nous avons louv,
    des homines coimpdlents pour notre ensei-
    gnement secondaire. Cominutent cot article
    nous empecherait-i de Irouver des hom-
    rues spIciaux pour l''.i i' n ilM profes-
    sionnel -ril, Ol C'est li le point de dd-
    part.
    Pour le moment la radiation de l'article
    6 ne s'impose pas. Je vole centre les
    conclusions du rapport.
    3Mr Ethiart : Je me reserve de don-
    ner mon opinion sur la question cn
    discussion i la prochainc stance.
    Mr Svlvain fail la communication sui-
    vante qui lui a dit confide, il en prend
    la responsabilitl vis-a-vis de la Socid-
    d1 :
    L'art. 2 de la loi du 16 Juillet 1857,
    qui remet en vigueur la loi du 9 Octo-
    bre 1830, portant amendment i la loi
    No 4 du Code de Commerce, est ainsi
    conu :
    a Dans los loc:litls oi il n'y aura pas pos-
    sibilith d'organiser des Ti' iin iii\. do Com-
    merce, les Cours impdriales connaftrout


    ------ m --- m- m ---- M --- m --- m --- -------- ---- -m --- -111( 1 111.I ii~l,l~ 111111 111. 1(1i 111: (li -







    REVUE DE LA SO(Cll-Al DE LEGISLATION 7


    des mnatiwes mariliines et commercials.
    Ncanmoins, la Cour imnpciate de Port-de-
    Paix continuera `i connaitre spdci.nment
    des matieres commercials et maritimes >.
    Les tcrmes de cet article autorisent-
    ils le DOparlement de la Justice, pour
    un motif tel que l'impossibilitW d'orga-
    niser actuellement le Tribunal de Com-
    merce, en l'absence d'tn nombre suifi-
    sant de commrercants payant patentes
    des trois premieres classes, a d6cr6ter
    par voice d'arret ministeriel qu'en lieu
    et place d'une des jurisdictions consu-
    laires etablies par I'art. 6 .; du Code de
    Commerce, le Tribunal civil du resort
    connailra des mati6res maritiimes et
    coimmerciales.
    Un tel iril[, meme en admelltant
    q(t'il eit un fondement reel dans les
    fails alli,-l'- nie serail-il pas en con-
    tradiction avec les art. 35 et Ii0) de la
    Constitution de I ss'i et ne tomberait-il
    pas sous le coup du 2e alinea de I'art.
    17 de la dite Constitution ?
    Mr Ie President : A la prochaine s6-
    ance je nommerai un rapporteur pour
    tludier la q(Illuotio que nous soumet
    le colltguc Svyvain.
    La seance est IL'VLe.

    It6union du 27 F6vrier 1902.

    Prdsidence de 11. Lespinasse.
    Presents : 1MM. Lespinas,'e, Bouzon,
    St Pi llnv. Sylvain, Baussan, Poujol,
    Etheart, Jer6mie.
    Le Secrtaire-G6neral donne lecture
    des proces-vorbaux des 13 ct 20 Fivrier
    qui demeurent -.atiuAi'nnI '
    M. Ie President donne commnunica-
    tion d'une lettre d'invitation a une
    messe de Requiem qui sera chantde le
    8 F6vrier en mi6moiree de Mil Anna
    Firmnin, adressde a la Sociitd ; puis dd-
    signe M. Bonamy pour presenter un
    rapport sur la question que M. Syl-
    vatn a 6t6 charged de soumeltre oa la
    Society sur lesTribunauxde Commerce.
    M. le President. Nous allons con-
    linuer. a discussion du rapport sur
    I'art. 6 de.la Constitution la parole est
    a M.. Ethdart.


    Mr Etheart :
    AMI,Partisan de la radiation immndiatede
    l'art : 6, adversaire sincere de toutes les
    vieilles iddes r6trogrades, de tous les pr6-
    ju. '., qui out value a notre malheureux
    l ,Ia-. lia .: i n l .l,*'.nh eur des nations civi-
    lisdes, jo vole les conclusions du rapport
    dans touted leur teneur.
    11 n'est pas nucessairo, cc me semble,
    pour soutenir le vote que j'emets, de' re-
    prendre. pour los examiner de nouveau,
    ls ..,..iil.'.i.-i.i puissantei que notre
    honorable rapporteur nous a i1.I'j rappe-
    16es ct qui out form son opinion dans le
    sens que vous connaissez.
    Copeidant qu'il mi soit permis d'en
    retenir nua ; d'essayer de vous montrer
    comment, d'apris moi, l'exclusion de 1'e-
    lranger m dlroit de proprietn immobiliroe
    nous a fait du tort dans to pass nous en
    lfit encore, et quels avantages le pays peut
    retire de la radiation d'un texte qui a
    faith son temps.
    I-iiti,rephtle-t-on depuis tant6t cent ans,
    est in p:ys esentitiellement agricole ; pour-
    taut, disons-le en toute sincerity, sans de-
    tours, s'il est une chose dont,A aucune 6po-
    que do notrevienationalp, on ne s est guere
    :.- I, i ', :'est I'agriculture. 1I est certain que
    ie n'aurai pas de contradicteur quand je
    dirai que les circulaires minist6rielles don't
    fonnnillent nos collections de lois et actes,
    les journaux officials, n'infirment en au-
    cune facon mon assertion, malhoureuse-
    ment trop fondue.
    Lai politique, ou nmiux le soin de de-
    fendre la p -;ili.' n acquise est tellement
    absorbant qu'il devient, en Haiti, Ie but
    principal de la function.
    Pourtant, Alessieurs, vous savez ce qu'e-
    tait noire ",". avant I'inoubliable evtne-
    montqtiu nous donna une Patrie.
    laiti, to plus buau, le plus rice fleu-
    roa colonial de la France, a clle seule
    fournissait A la mniropolo pr6s des cinq
    sixicme des revenues qu'elle trait de ses
    colonies dos Antilles. Encore, an chiffre
    do ce qu'elle donnait A la France, pour
    avoir une idde de sa prodigious produc-
    tion, it fandrait ajouter ce quise consom-
    mait sur place et qui sortait en fraude
    du monopole.
    Qu'avons-nous fait do cette terre riche-
    ment dotde par la nature ? Qu'est deve-






    REVUE DE LA SOCIETY I)DE L'ECISLATION


    nue cette immense prospitritd ? Saus doute
    la succession n'a pas passe ah nos phres
    dans toute sa splendeur ; la tourinento rd-
    volutionnaire on avait dttr uit un; on n
    parties. Mais faut-il mettre toul au couple
    des 6venements minorables de la guerre
    doe l'lnd6pendancee? Si les plantations et
    habitations ont pa 6tre dlcimluos, sent
    revenues la proie des liim:n H y, il y a do
    corlaines richesses sur lisqujells poirtant
    ni le fun ni le for n'oit pu avoir d'aclion.
    OQ sound los routes, oA sout lse canianx
    d'irrigitions qui exislai.nt :t coicte o-
    que ?
    Tout a disparu nous in';vons pas pi,
    ino seulemient rdlidiA r, inm &is c, cor -
    scrver. El, sur cille te ri'r t'l lo Ir avAil d i
    I'esclave, Ic travail den)s p:''r; av it po 'i
    l'agriculture 'i in degr,' tl qiu la FraI'tu
    ctait jaloiirSe pour s:a Ri'iin dts Antilles
    1'hliailien libre mounrt aljourI'hii illera-
    lement de mnisire.
    Celto tmtie lail li qui exp rlail dli'scn-
    laiues de millions de lives die s 'tcre n
    imporio aujourd'lhi do m.uIivaisI quality
    qu'c lle paye juslti'ja 10 conlitimis 'or la
    livro. Sur ce sol privilhgid ni criiiss'nl A
    peu pres sans culture til d'air es fi'ti i-
    tiers, tant d'arbres A sullan. cs inUctlri'-
    les ; sur ce sol ioir et gras d ni 'rli-
    lilt qui liint du prodigni ol l'exubl)-
    rance do la seve stl r.osqu'l'tr'',rle ; sur
    cc sol silloiin d'une' inli.ii' do C(ours
    d'eau, on so rencontre td's tIeilraini s i 't dI;:
    altitudes propres A outhes les cuilrets,
    des planes hnuniles u s l s virii':s cmu-
    vroe t de limoo fIcon .lan I l, i ii'n vit tri-
    but:iire dc Ie'tranger pour I' iiz, l's p:.);n-
    mnos do terrc, voire Wiinie l's p is qu.l--
    quefois,
    Notre pays assez vasle, as us ferlile
    pour tiourrir dix tois plus d'ri ilaita s,
    qu'elle n'en0 rconrfi'ne, asscx sp.ci'.oux \poor
    prcmeltre l'dlevago vii daus I" servage g:co-
    nomique des Etals-Unis pour1 les produitsl
    alimentaires sales doit Ic' peupo' s'em-
    poisoune quotidiennecment.
    Les habitations sotl tl'.-arltes 1)po los
    villes oi grouillent une innonbrablle ar-
    m e de meurt do fain, de sans travail.
    Faute de bras, car dix-huit A vingt
    mille homes valides sont dislrails des
    champs pour Otre prCts A difoeidre notre
    .territoire centre les convoilises trangres !


    fate do capitaux-car I'a:gocnt a on ren-
    dei lent si lp',lriolii et )liis '., inl. dans
    d'autres op'rallons,-dos )roprit'6s imn-
    iini'ls s sont *ii ii'l ,:,'.. it c lles ol
    l'ou travaille no soul pas an quart iculi-
    vdes.
    Tolte la population vil Ai pen pri: sur
    Ic renll:nent des iS millions de cafd qne
    le p iys prodlnit a;milliemnit.
    Toute l'inidslri cionsisto dans la fa-
    btricalion d(I taLfia deslin6 i a ,l',li[, d<'-
    inoralisi de plus n p lus le p-uple.
    (.Unlmlnlt expliqiuer ctotte situation plus
    qmiU d'solaIue. Poiirqiiai la produiition
    6tlail-ell' ce que1 no1 avnos essayt," do
    ni mir1r pedant la pi'rii.e franiise
    piomr.li i est-ille si nulle s'oni. 'aO lmiui. -
    tra'li n i i i itii ii'e "
    I ';l/asiis ;di'.ito \oiil:'i o11 mo t qn 'o a
    vint i'tl viti prini onl c'. Siuppixljn qltua

    taliois al. ndonni's l dii id'it d'all r les
    r:iri vil oir par oi x--mme'io, Cini d'ision
    sile 1- Ire .P-elo r i': mli r a itl u n chian-
    golwtilt appreciable ?
    II lu'eir f' udrail. ia lt ur dti :siii jiindre
    les cvipitanx, lWs br;s, la s, cnrili.
    .Anssi croyon- n iusfrm' niit qiueltla pro-
    hibitio d&h possi' lJt lla [wpri'h iano-
    ciiire iqni fra lpa l'lpurang dmis hs ln i-
    lliPrs dac le's so ilchsse ('itItipali coi c st
    ipout'l ds casiol els od la Ihecs l i
    la riiine d',o 'indiis 'ri! agricol ?'
    n excluiant l''ltran er de la: propritii,
    im ,dilit"re, toul en l'admlilaf t ia r'si-
    dt'l l A trav il. r str uoItr' l'iritoireo,
    ''' itai as-igi 'r tnill ch:lla p 'I son activil ,
    ; su'! indilt4rie, :A ss collnnaissanlce a ses
    tpit:aux. Ci',lail lIni dire: nous aIce;>.)-
    tols voiro iniunigralioti, mnais A la condi-
    tlin qi'lle noI soit pas pour hloujours,
    co :srrvez I'esprit d-. r'eltollr, ,car nous

    vow is re'fu-'ons le driit d'Iequfirir co qui
    ralLiche. Nons nou, consiJ.'-n i i, ,i [,11j.. u .1 ,
    c.o' ine Oin oissau thi passage, la braclhel
    on vous reposorz p)enldant Ie temps de
    vorve -.'"ii noi sera pas 'i vous uon tolwte
    propriht.(, ello vous sera loude.
    Or, Messieurs, il est lresqut certain
    qu'il t'exisle, la situalioll du pays saine-
    meot envisagthe, (que deux contres d'Wlivil,.
    chez nous, la terre pour la mise on OBu-
    vre de loutes sos richosses et Ie commerce
    pour l'.17'h in,' des produils.


    A.l/el l I.III.f/:I ZII.1Ie 11 z z ZlZ/l z X I I A X"Ww z ZY w z j zw v/ A"",, z z w zYZ








    REVUE DE LA SOCIETfE DE LEGISLATION 79
    .I .. ..... ......,.,,ti*ml+.suu1a1ennsnnd I., i a.l. ., ..,. ..,i II ,JIif,,. ..Lm.ill i .l tll,,I,.mlliul tl


    Or,par la measure qui retirait le droit de
    possdder la propri6et immobiliere aux 6-
    trangers nous fermions A leurs capitaux,
    connaissance et activity l'uu de ses con-
    tres, le principal, celui qui en avait le
    plus besoin ; ils les portirent done au
    second dans los villes, dans la seule indus-
    trie commercial on ils pouvaient les fire
    valoir par eux-mtnmes.
    Nous enlevions done a la terre ce qui
    lui 6tait le plus necessaire, los capitaux.
    L'6tranger prit done Ic commerce ofi,
    grace a noire incurie, a nos bouleverse-
    iments politiques, it ne tarda pas 6 devenir
    preponderant. Il.1.l- qu'il croissait en
    puissance et en richesse dans les villes,
    les hailioens propri'iaires terriens, n'ayant
    ni capitaux pour fair valoir lenrs iribi-
    talions, ni routes pour s'y reitdre ni suecu-
    rile pour y resid r, Irs dpserlaient pour
    rentrer cherclier dans les villes, soil dains
    Ie commerce, soit dans l'adminiistration
    le pain de chaqne jour.
    A cetto 6poq pe -1i' lointaine, toute
    Iactivilt de I'.'li.ii.-'r so portrait dans son
    negoce ; it ne se relirait pas die chez nous
    apres nn court srjour come actuelle-
    iment ; ce n'tait qu'apris tn long temps
    qu'il partait cherchelir sur d'autres plages
    le repos le c:dme et les jouissances que
    pouvaient Ini procurer ces vingt A trente
    anijnes de labeur.
    Taut lqu'il y cut encore nn rose d'acti-
    vilt daus l'.,.- I';: lt II tlant que coltt in-
    dustrie put fourniir il aliment au conm-
    merce, les choses all6rent encore assez
    bien.
    Mais voici venir le moment oil, la for-
    tune publique ayant diminud par suite tde
    la decadence toujours croissante de la
    culture par suite do notre turbulence, de
    nos dissenssions inlestines et de hoiteuses
    dilapidations, le commerce ne donn:int
    plus des 1s li'-I i d'alutrefois, los grades
    liaisons d'liiipl [ liiiw., 1 nl'i i'..i[t line
    autre direction A leurs capilaux.
    Ces capitaux qui auraient pu aller vi-
    vifier la terre fureul ports dans d',tiuiii
    transactions beaucoup plus remunidra-
    trices beaucoup plus rapids n6es de I'am-
    bition et de la mauvaise foi.
    Et los choses marchlrcnt si bien
    qu'Ilaiti devint le pays ofi le capital dou-
    ble triple, en pen de temps si I'on sait


    6viter de le confier A Ia terre ou au com-
    merce.
    La faute ea est A nous, nous seuls m6-
    ritons des reproches ; nous avons 6t6 pas-
    siones, .i'uIgl.,. ignorants, oubliant que
    dans la lutte pour la vie la victoire res!a
    a: ccx qai; adroits et clairvoyants, savent
    pr..iii-r des circonstances du milieu, et des
    fautes des autres.
    Nous avions trac6 it l'6tranger son
    role chlz-nous travailler et vons en
    caller ensuite, il l'a fait en employant
    les .t .,i:, los plus exp6ditifs les plus
    certain.
    Jo pease cqu le r6sultat que nous avons
    oblenii apres cent annues d'existence,
    n'aurait pas 6 -6 si pI.'., il'Ie si lamenta-
    ble, si rous avions su employer au pro-
    lit de notre pays toules les forces qui
    s'oiTraincut a nous.
    II y a wlI'.21-ip-, que nous aurions dft
    euiever doe tos constitations cotte prohibi-
    tion dic[lo i i:i'i. par des couvenances
    pouitiques, mais qui n'avait plus sa raison
    d tre, une fois que les causes avaient
    cess6.
    Ouvrons done tontes grandesnos portes;
    laissons venir les bras, les capitaux, ins-
    iruments indispensables pour notre pays
    h le ;euil et vrai travail a entreprendre
    est la mise en ceuvre des richesses du sol.
    Soyons plus sages a l'avenir, les capi-
    taux irount das la terre le jour ou ils ne
    trouverout plus les placements scondaleux
    qni ont _.,ii. taut de fortunes et caus6 tant
    de misere.
    Jo ne pense pas que l'effet immodiat
    de collt suppression sera l'envahissement
    des terres ; que come une avalanche,
    les capitaux et los bras vont innonder
    nos planes et transformer on une situa-
    tion prosp6re cell si d6solante si altris-
    lanti que nols constalons.
    Non, loin de IA ma peus6e ; je ne me
    dissimule pas que cos 616nmnts de pros-
    perit6 r6clamnout certaines certitudes, cer-
    taines garanties avant de se mettre en
    imouvement.
    Alors commmncucera le le r6ellement
    important de nos gouvernants attirer
    par des measures sages l'616ment 6(i.ni-,i-r
    l'int6ressor a notre sort-le pousser A en-
    Ireprendre de grades exploitations en-
    rayer par une conduit absolument hon,







    REVUE DE LA SOCIETY 1E )E LEGISLATION


    nDte Il mal rongeur des operations linan- aurons-nous fini d'attenrire ? Quelle nic-
    cieres. sure a-t-on prison en vine do cotto garantic.
    Alors, I'haitien h qni I'exenplo a cons- .Messieurs, Imalgro ilnoi, iqu II I j'entelds
    tamment manqu6, connailral I'usage des 'inetltre cclle opinion iqe la meInsure est
    instruments aratoires, les pi I... ,-1: scien- bone, unis qu'il convient de prendre du
    tifiques de culture,aura le goAli du travail, temps,--dans Il'mtal d plorable on so trouve
    A'id6e de l'dpargne ; sous l'incessnto pons- le pays, je crois enle dre in mi1decin
    see du progrts, les voics rapids tie con- recinaissa, aprs srieux examen,
    munications seront parloul crti'lees ct son iniadie est tds plus bas, qu'il Iui
    Hailti aura conquis dllidtiivemiint la place fIaut do nimvelles forces, conciure pour-
    t laquelle elle a dr'iit. tant, qu'il convient avant l'enlreprendre
    Faut-il craindre qu'avec I:a radiation auciun Iraitement, doe 1 dlh(arrasser de
    toutes les propriitds de cultlur no soient qulqiues dlrillons qui le frrai'.nl 16gere-
    sous pouaux mains des strangers qui s'tm1- I'nl b )iWer quand il sera str pieds.
    pareront de I'. 'iri ., Co) :U i 'illes s' .J vote doltn les conclllsions du rap-
    sont emparies du Cotlelorr'me ? port.
    Si le commerce de AIMntiquI si le :o- Mr l PrI'sident arcorde la parole :'
    merce d'importation, d'exporlation. n1'w Mr 1a iussain.
    celui de dMtail so tronve prtosu'exclusive- .11. IBlussanI -- Messieurs, nos peres,
    ment anx imins des ,'Irangiirs.I: fautl eon apres la guerre doe l'lndpendmice, do-
    est at nous et par nous j'en'ifids surloul minds par la collie et la criainitv, avaient
    ceux qui ont en charge de niotito xl'istencei jl ur qiu'aucn; blanc no serait posses-
    nationale. seour de lerres en Ilaiti. I'article 6 de
    Quand dans nos tourmentiies rivolilion- notre Constitution anctulle consucrant
    naires le vent de la destruclimo entasse celte mesurre, passablement miodifiie,
    ruined sur ruine, nolre pays ne reli'tve d1 preoccupe les esprits r1i'chis dui Pas,
    la dCvastalion plus aise.- q i'avant, qu aftliges de nos mistress et do nos dd-
    ceux qui out des Ilgations pour pi)ise- tresses.
    ter la carte at payer. Apr i's un sicele d'iuliles cffrorls dce
    No faut-il pas aussi ra;plj elr ue si 1 lutles sldiriles ct de fautes siccessivcs,
    commerce iitaionaAl n'existle pIl, 'i-t'sl nons voici stir le b!ord d'un abiaei, de-
    nombre de coimmen nt;ll so'! wortis T' mLIandantl ia dre salve's si c esl nccore
    lotr r6le de conmmeniorns, po ur ,,' ilr avr, possible. Des cris de dd(espoir soit
    des valenrs qui detcviiot se'irvi: a lours pouiss-s do totes parls ; clictun. en
    remiss des opiratious de Baliniut.. et face tde la deior-anisation social. dc
    que beaucoup aussi n'ont ips Otd 1- Ii la perle de ce quce nous avons arrach6
    sanmmenit respeclueux d'i cr'ildit. par la voie des arnmes, cherclhe, au-
    Cc sont des lemons que gomvlrn;ints ol jourd'hlni, le mnoyen de pouvoir sub-
    gouvernsiis devront constmmli nt aoirit sisAri......
    l'esprit. afin d'i'dviter, ctri'uii d:1s s1 Snous pein de de prici it faut so pres-
    sph6)ie, la r'p6itiaon iles metim's f uties, des sor de souvenir cetl e Patri qui nous
    mimes errcur's el des mnities in:jiislics. Cclhappe. Tout est t faire.
    BeIaucoup de nos ihommnis t(iniiirn re- C'est ainsi que, fatalemiet, nous
    connaissalt ponil')lut I'excrellctic dr la ml- lot:rnerons nos regards as dan a direc-
    sure, pensent nie nUtins qu r I'holi di tion de cOtux qti, avonons-le, person-
    la radiation compile 'est pas venue on nilen[ la luminiire la droiltur, la jus-
    core. twice et la force.
    ( Donrons, disent-ils, gradtell cement, Ne repoussons pa s les rangers. Ce
    garantissons les cnampagnuads avant do sont leurs capitaux qui, intelligcmment,
    leur donner la concurrence de U'tranger v. employs, ramn neront le travail el l'ai-
    11 y a plus de cinquanteans qu'on nous sance dans les families. Cc sont leurs
    dit d'attoedre, qu'on nous dit do garan- capilaux qui front fruclifier nos terres
    li' le I.imip li..r.1 avant de lui dotner la mis6ralblement abandonndes. Com-
    concurrence de l'-'l iingi Quand done nient avoir es capilaux ndcessaires







    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION.


    ---------------.-I----------. ------.--- .Am..- memw.............i.....an........... .,.,......li.nsauim am- ae l -


    si nous persislons a refuser le droitde
    propri6te a l'Etranger ?
    Iompons done avec ce pass ridi-
    cule et tendons franchement la main
    A lous ceux qui viennent A nous, sans
    distinction de nationality.
    Nos lois protgeront les bons et
    frapperont les michants.
    Rappelons-nous que ce n'est pas 1'd-
    tranger qui st I'ennemi ; ct, sans ar-
    riere-pensee, ouvrons-lui nos portes. Ce
    contact salutaire contribuera puissam-
    ment A nous civiliser ct A augmenter
    nos resources.
    Aucun pcuple, vivant dans le dd-
    sordre, n'a le droit de s'isoler.
    Je vote les conclusions du Rapport.
    MVr P.'i'j. :
    Sans vouloir fire V'apologie de qui
    que co soil, je dirai i mon eminent
    colltgue Jdrdmic que le dominicain no
    constitue plus un people pasteur dans
    Ic sens scientifique et hislorique du
    mol. II peut bien se liver encore ia 'd-
    levage, nais it fait aussi de I'agricul-
    ture. D'aprds les statistiques que j'ai
    soumises a la Societd, it est prouv
    qu'une profonde transformation s'est
    produite chez nos voisins: ainsi ils
    produiscut plus de sucre que nous ne
    produisons de ca'it : 10S.:'I .11 .1 de li-
    vres de sucre conare i50).()3)000 e li-
    vres de cafd qui, a P. 3: Il1 les cent
    livre pour Ie sure et Ai P. 8 ies cent livres
    pour le cat, reprdsente une valeur mar-
    chande de T.. lO.Oi4. dollars pour la
    premiere denrde et de 5.2T30. I'I dol-
    lars pour la second.
    Ils produiscent ph!.u de cacao que
    nous : notre rdcolte de caao d'dpasse
    rarement 2 'I. .i i i lives, cell e do nos
    voisins on a product pris de 11.530.(1'i
    en 'i I cc qui fail respectivement a
    P. '2 les cent lives P. 31S.0))D dollars
    pour nous et 1.3"1.41 l: dollars pour
    cux.
    L'Etat voisin product en outre
    17.3i 111.1i) lives de tabac qui, a P. 10
    les cent lives, fait P. 1.730.030 ; 4
    millions de lives de cafi qui, a P. 8,
    reprdsentent P. 32;11..10'11
    It est vrai que nous produisous
    172.000.000 de lives de camnipche,


    tandis qu'il n'exporle que 2.526.500
    livres qui, a P. 2 le miller, font P.
    34M.000 dollars pour nous et, pour eux
    P. 5.053 dollars.
    11 est vrai aussi que nous exportons
    pres de8 millionsdelivres de cotton, soil
    A P. 5 les 100 livres, P. 400.000 dollars.
    Mais rdsumous ces donnoes pour
    mieux 6tablir la comparison :
    REPUBLIQUE D'HAITI
    Sucre 72.550 dollars
    Caf6 5.2)0..000
    Cacao 34'S.I 1I )
    Tabac 10.000 <
    Campdche 311.000
    Coton ';i 1.00 s

    P. 6.371.550 dollars
    RIEPUBLIQUE DOMINICAINE
    Sucre 3.410.000 dollars
    Cafp w.0:
    Cacao '1 .39.i11.1 ,
    Tabac 1.77,.i h I1
    Campeche 5.033 <
    Colon ndant

    P. 6.:10:. i., i dollars
    El jevouspriederemarquerquejen'aipas
    fail iention,n'enconnaissant pas les p'rx
    exacts, dcs .1.003) pieds d'acajou et des
    't n i lives de cuir exports de la
    Rdpublique dominicaine,contre 4,( 0I'-I;
    pieds d'acajou el 3 1.m111 lives de cuir
    einmarqudes aux porls baitiens ; pas
    plus de 28 -.90)0 regimes de figures ba-
    nanes, des o .273.1' ':1 livres de bois de
    gaiac et des 691.009 lives de dividivi
    et moraexp dii es des ports do:; iii. it ,'
    contre 4 millions de lives de ga'ac,
    ainsi que d'autres menus articles qui,
    6valu6s de part et d'autre approximati-
    vement it 2 ini i, I eo ijou, e,, aux chif-
    fres sus hnoncds, feraient un total de 8
    6.574.51.0 pour I'une et de 7.065.033.
    pour F'autre. It est vrai que nous nous
    rattrappons dans la consonimation in-
    tdrieure, car notre population dtant
    plus nombreuse doit nicessairement
    consommer plus de denrces que la po-
    p ulation voisine.
    En tout cas, ces chiffres font tomber
    la lIgende sur los habitudes pastorales







    REYUE DE LA SOC1 'IiEE DE LEGISLATION


    du dominicain: it est planteur tout aus-
    si bien que l'haitien; mnme si l'on
    faisait la comparison des deux popu-
    lations 1.250.000 habitants pour la
    Republique d'Haiti, et 5ii-.ii,,O pour la
    Republique dominicaine on verrait
    sans peine de quel c6t6 se trouve la
    productivitC du travail agricole. Ainsi
    grice aux proc@dCs scientifiques, aux
    outils perfectionnes, aux capitaux in-
    troduils dans ce dernier pays, la force
    productive d'un homme est triple.
    Le dominicain a-t-il cesst pour cela
    de s'attacher I son champ, a-t-il 06C
    asservi ou d6pouille de ses terres ? Les
    statistiques repondent niigativetnent :
    ain-i la valeur de l'imporlation a quin-
    tuple dans une periode de 10 ans, elle
    s'elIve aujourd'huiA plus de 4 millions
    de dollars; preuve que les habitants
    des campagnes out acquis tn cerlain
    bien-6tre et constituent un facteur in-
    tiressant dans la consomnmation inte-
    rieure de 1'Etat voisin.
    II me semble qu'il n' a a ucun
    rapport entire les Indiens des Etats-
    Unis et le people haitien. Si Fin-
    dien vend facilement sa terre au capi-
    taliste qui la desire, c'est qu'il n'en
    connait pas !a valeur. Nous savons
    trop combien le cultivateur haitien est
    atlache qu sol qu'il a ddirichd pour
    craindre le nimue ephenoniene.D'ailleurs
    1'Elat hailien a suffisanmuent de terres
    el pourrait en vendre dans ceitaines rd-
    gions sans craindre les conflicts prove-
    nant du nanque de cadastre don't
    parle notre colltgue Jer6nmic.
    Dans l'appr6ciation faite du paysan
    cdgplien, ii me semble aussi que notre
    eminent colligue u'a pas eu sous la.main
    des renseignements de fraiche date.
    Une transformation heureuse s'est
    produile en Egypte depuis que 1'ilran-
    ger peut acquCrir et faire valoir la
    terre. Voici comment s'exprime M. Re-
    clus i cet dgard : ( En pregnant a la
    < lettre !a loi musulmane, c'est la com-
    n munaute des lidcles represents par
    e le tresor public qui est le seul pos-
    << sesseur de la terre : le particulier(in-
    w digene ou stranger) ne peut Otre que
    a delenleur temporaire, un usufrui-
    s tier auquel l'usage et non le droit ac-


    a corde I'hdreditt. Toutefois ce prin-
    s cipe a perdu depuis longtemps sa
    T valeur absolute, et la propriet- fon-
    c cirre personnelle s'est constitute,
    come en Europe, pour une grande
    a parties du territoire ; depuis cette e-
    c evolution qui pern:et la libre transmis-
    Ssion des terres la valeur dIn sol s'est
    proprictaires qui desormais ne patient
    a plus I'inipt en nature. ont gagnd en
    a bien-lre. (XX. GCog Universelle pag.
    518 ).
    Plus loin il faith savoir que la moitid
    du territoire, divis6 en petits lopins,est
    entire les mains de petits-cullivateurs
    ( X.X. pag. 520, -Je line ).
    La race indigine a-t-elle ddgin&re
    depuis' M. Reclus constate le con-
    traie. a Les EI ;vpliti. n actuels, dit-il.
    , ressemblent beaucoup I leurs ance-
    r tries, quoique depuis 4 mille ans bien
    < des dldmenls rangerss se soient
    molds aux habitants orignaires, du
    . moins dans le Delta ct la Moyenne
    a Egyple : le type primitif se retrouve
    a partout malgre le melange des sangs>.
    II cite le Delta t la Movenne Egvpte
    parce que ce sont les parties les plus
    peupl6es d'elrangers et celles qui ont
    eu le plus it soutirir des invasions.
    a Les Coptes, surlout, ajoule-t-il,
    (c doivent etre consid(rds conim e rela
    a tivement purs... Les laboureurs on
    SfellAihins appartiennent come les
    copies a la race indigene, legerement
    a modilie par lcscroisements...Comme
    a leurs ancltres, copies ou fellAhins
    n out en gdnicral la taille moyenne ( I
    Sm. 60 a 1 m. 62) ,le corps souple, les
    n membres adroils el forts. Leur 16te
    ( est d'un bel ovale, Ie front large, le
    nez ,igulicr, arrondi a l'cxtrnmidles
    a marines dilates, les 1evres fortes,
    0i mais d'un beau dessein, de grands
    y yeux noirs veloutes, don't la pau-
    p piere est legirement relieve a 1'exte-
    < rieur D.
    On volt bien que la race indigene
    n'a pas dlgniir .
    Si l'Egypte se trouve en quelque
    sorte sous la main mise de 1'Angle-
    terie, il ne faut pas s'en prendre au
    i-droit de proprildt accord aux 6tran-






    REVUE DE LA SOCIlTIT DE LEGISLATION


    . .*..m. ..l.Ial.I-IsuanIeo iueI eaoeniall nnnI a s I isIl nl II u i IIIm tis t Ia aIaI m r.....;I'- I.l.......1....... I I .. ... ... II lI..I II I I i


    gers, mais bien aux fautes du Sultan
    et du Kidive.
    Et si la France a fait la conquete de
    I'Algirie le droit de propri6t6 n'v a Mtd
    cc'li, pour rien notre eminent col-
    legue le sait.Oui,nous savons que c'e-;t
    le soufflet du Dey d'Alger au Consul
    de France et son refus obsline d'ac-
    corder les reparations demand6es qui
    portirent cette Puissance a fire la
    guerre an haulain musulman qui l'of-
    fensa sans penser aux graves conse-
    quences d'une conduit si peu louable.
    Mais revenons a notre sujet.
    Nous avons tort de croire que le patri-
    otisme command de taire la stagnation
    de notre agriculture ettoutappel pour v
    remndier,en presenced'un Etat voisin qui
    progress et qui devient fort. La prcuve
    la plus convaincante de la prosperitl de
    cdlui-ci surtout en agriculture est I'abo-
    lition des droits d'exportation qu'il vient
    d'opdrer sans a,:LI..I ver .;a situation 6co-
    nomique et sans augmenter l'in!ensit6
    de la cruise qui s6vissait chez luii.
    Pareil Olat de chose ne doit-il pas
    solliciter les honimes d'etudes et nos
    honines d'lEtadl
    Que vous adoptiez on que vous reje-
    tiez le rapport en discussion, Ie inmu-
    vement de la Ripublique I)ominicaine
    que je vous ai signaled doit appoeer da-
    vantage notre attention a to'li
    Si file entire diait encore place sous
    uine admlinistralion; unique, petul-tre
    pareil ap)pel eiU di inicmpestif; n'avant
    pas de voisin immidial, I'EDat haitien
    pourrait bien, sans danger, peut-dire,
    conlinuer A demeirer ferm6 aux pro-
    gres de la civilisation mnodcrne. Mais
    considcrons que nous ne somnies
    plus seuls maitres de la belle Antille,
    Aussi bien si nous nous rappelons les
    miodestes debuts de I'Eiat ,.i-i, conm-
    pared ses rapids progress, je crois
    qu'il y aurait lieu de nous hater d'altrap-
    per le temps perdu sous peine de voir
    se d6placcr A notre d6savantage 1'6qui-
    libre 6conomniquc ct i6neo politique
    dans cette ile qui a Ct6 notre berceau
    comnmu n.
    A notre coll&gue Sylvain je r6pondrai
    qu'il s'est hiite de modifier l'opinion
    misee a la s6ance pr6dedente ofi ii di-


    sail qu'il ne vovait pas d'inconv6nient
    d'accorder A l'etranger la faculnt de
    faire parties de nos tribunaux de com-
    merce et de nos conseils communaux.
    Nous avons deja faith ressortir que c'6-
    tait conceder plus que ne deman-
    dait le rapport. Or, qui vent plus,
    doit vouloir moins.
    Je lui r6p6terai que les citations
    qu'il vient de fire nous semblent tron-
    quies, I'opinion de MMi. Thoby, Price
    et DIvot au sujet de la question en
    discussion n'6tant pas rapport6e en son
    entier. L'6quite cependant commandait
    de ne pas taire les passages des ou-
    vrages de ces savants publicists oil ils
    out exprim6 le veu de voir les pou-
    voirs publics hAter I'abrogation de l'art.
    6, soil en favear d'une certain cat6-
    goric d'6trangers, soil en faveur de tous
    cenx qui habitentle pays.
    Notre collogue Sylvain advance que les
    Etats-Unis n'accordent pas le droit de
    propridet a l'diranger. 11 se trompe. En
    these g6nerale l'dtranger jouit aujour-
    d'hui aux Etats-Unis du droit de pro-
    priet0. Autrefois quelques Etats de I'U-
    nion subordonnaient 1'exercice de ce
    droit a la condition d'une residence
    6iablie sur le territoire I- lI.r il. Cer-
    tains Etats ( Arkansas, Delaware, Ma-
    ryland, New-York ) ne permettaient
    aux drhangers acquisition des immeu-
    bles, qu'autant qu'ils manifestaient 'in-
    tention de so naturaliser A I'avenir,
    mais ne faisaient point de la naturali-
    sation, une condition sine qua non.
    D'aulres ( Alabama, Vermont, Ca-
    roline du sud ) avaient jusqu'en 1870,
    come l'A,'l, elerrle, refuse le droit de
    proprid0 A litre dfinitif: jusque-la,
    commeen Atngleterre,1'6tranger pouvait
    dire propridtaire pour une period de
    temps ddtermine6 par letire patent
    ( Voir Calvo, Diction, de droit intern.
    au mot Denizacion ).
    En 1837,on reglementa le droit depropri-
    eld:le Congrss des Etats-Unis, pour emp-
    clierlesgrandes compagnicsde s'accapa-
    rer des terres dans un esprit de specula-
    tion, vota une loi defendant a tout in-
    dividu qui n'est pas citoyen des Etats-
    Unis on qui n'a pas 16galement d6cla-
    r1" son intention de le devenir dans la







    REVUE DE LA SOCIETE I' DE LEGISLATION


    sui'e, A toute association don't le capi-
    tal est ou peut 6tre pour plus de 20 oio
    entire les mains d strangers, d'acqureir
    (sicen'est par succession ou sur venlejui-
    diciaireh fin de paiementdedettes antdri-
    eures A la loi) certaines quantilts d'im-
    meubles danslesG Territoires de l'Union
    ou dansle District de Colonibie,mais non
    dans les Etats. Du rest, kcelle prohi-
    bition ne s'applique point aux llran-
    gers auxquels le droit de Ipropri)ld est
    assure par des traits diplomaltiqties,).
    D'apres cette loi,toute association(autres
    que celles organisdes pourla construction
    de chemins de fer, canaux on routes)
    pourra etre propriltaire de5.000 acres,
    soit pros de 1.569 carreaux de terre dans
    tn lerritoire, mais ne devra pas ddpas-
    ser ce chiffre. Quant aux companies
    de chemins defer, routes, canaux,elles
    pourront acqudrir uniquement les terres
    reconnues n6cessaires a leur exploita-
    tion on celles qui leur auront 6td
    conceddes a titre de subvention. (Voir
    Annuw ire de 14gisl. etrangire, XVlle
    annee, pag. 839 ).
    Comme on le voit, ai loi de 1:. s7
    n'a pas exclu l'etranger de la pro-
    pridtd terrienne dans l'Union: elle
    n'a faith que determiner la quolit qu'une
    grande compagnie pourra acqud-
    rir anns les Terriioires fdderaux
    uniquement, et les conditions im-
    posees a I'dtranger qui veut ache-
    t ter des immeubles dans ces mdmes
    Terriloires. Et remarquez que ces res-


    frictions ne sont pas tdablies contre
    tons les strangers : elles ne sont pas
    applicables aux strangers don't les gou-
    vernements out sign avec les Etats-
    Unis des trails d'amiti6 on d'6tablisse-
    ment et conced le droit de propridtd
    aux Aii-ric:-:ns.
    Dans ces conditions it semble que la
    citation,faile par notre coilleguc de la1 h-
    gislation aminricaine pour appuyer son
    argumentation, n'est pas fondue.
    ,A sui're.

    ERRATA
    Page 63. lre colonne A la fin au
    lieu de plus bien, lire plus loin.
    Page .63. ~eme colonnc 17e line -
    au lieu de apres lire a
    <( 61. 1 ere colonne 25e line -au
    lieu de pas, lire phts.
    4 (( f 2e ligne- a-
    pros le mot circolvoisines, ajouter oti
    t 2e colonne 9e line apres le
    mot conference, ajouter el.
    < 5 -- le colonne e lignu au
    lieu de pluait, lire plus tdl.
    S 65 le colonne 16e line apres
    capitalists, ajouter qui.
    lire n'a.


    iirre


    Uillanders
    68 et
    re.


    San lieu de Viflluners,

    < an lieu de pas lire


    ( a !.3e line apres elle
    persisle d ne pas, ajoulcr vouiloir,


    Membres Honoraires de la SociBt :
    P. M. Appolon, ancien Secrdtaire d'Elat de I'Instruction Publique. Mr Ch. Yevynan.
    M. U. St Armnand, ancien Secrdtaire d'Elat das Travaux Publics,
    Membres Correspondants ;
    MM. C. I). Durand, lDoyen (d Tribunal Ciyi du Cap-Haitien. A. Jean-Pierre, ( Por-
    de-Paix ) T. Pilissier, i des Gonayves ) Depas-Medina, Ancien Doyen du Tribu-
    nal Civil des Cayes ) E. Bellande, i Jacmel. ) J. N, Desroches, ancien consul d'tla-
    iti i Bordeaux. Louis Jh. Janvier, Ministre resident d'llaiti a Londres. Gragnon
    Lacoste, Consul honoraire d'Haiti i Bordeaux. --- S. Viard, Consul honoraire d'Haiti, A
    St Etienne. --- Hocylaerts Consul honoraire d'llaiii a Bruxelles. --- Ch.Preston. --- C
    Villevaleix, Ancien Ministre d'IHiti a Paris. --- B. Sylvain, ancient Secrdlaire de la Ld-
    gation d'lai'ti a Londres. Robert Lafontant, vocal, ( Jacnel ) --- COlicour, Lon
    avocat deputy du pcuple, Ed. Corvintlon, avocat, ( Cayes. ) ---J. M. Grandoit, (Tibu-
    ron ) A. Clerie C. Chassagne, avocat, ( Jeremie ) F. )Dsert. ( Gonaives )
    Saint-Come, avocal ( Saint-Marc i) Alfred Henriquez, avocat. Turenne Sylvain. ( Port-
    dc-Paix, 1'. it.ill..u.i, Senateur de la R6publique, ( Cap-Haiticn ) J. Adhemar Auguste
    avocat. Cap-Haiien.
    JuStin BQOUZON, R&dacteur-G&rant, 146, Rue du Centre.
    nimprimeric II. Ainblard, 136, rue du Ceulre.


    1111111 iI 1111(11111 I.1iII 111111111 )111111:11 1il )1 11ii111111111 Ili' Illii:i lltllllii 11 11I11III)II1Ii )(''illllr )' Ci' '












    REVUE
    DE LA

    SOCIETY DE LEGISLATION
    PARIAISSANT LE 2 DE CHAQUE MOIS.

    COMITE )E DIRECTION ET DE REDACTION:
    MM. EuDOND LESPINASSE, PRESIDENT
    J USTIN BO ZON SECREITAIRE-GENERAL
    A. BONAMY TRiSORIER
    SOLOX MIENOS
    J. L. DOMINIQUE
    ED. HERAUX MEMBRES
    CAMILLE St REMY.




    SOMMAIRE

    Seances de la Socidtd :
    Iclunions du 27 Fevrier 1902: Fin de la Discussion du Rapport de M. Ed. LESPINASSE.
    iun ioin du 3 Avril 1902 : Question de droit civil.
    Itdunion du 10 Avril 1902 : Rapport dc M. J1r6mie.
    lilhliographie.

    AlONNEMENT : Un an : P. 4 Le Nuniuro P. 0. 40

    Adresser la correspondence. rue dui Centre, No 128,
    che: le President de la Socide.

    PORT-AU-PRINCE
    IMPILRIEBIE H. AMBLARD
    136, Rue du Centlre, 136


    )men ann6e, No 6.


    Port-au-Prince,


    Mai 1902.









    IIE\VUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    SEANCEST DL SOCI ETE globe, ce qui frappe surtout 'attention,
    OLi L._L- LA. ....U L 1 u c'est le movement qui porte an dehors
    -- activity6 productrice d'une nation. La
    t6union du 27 F6vrier 1902. superiority de l'exportation sur 1'im-
    Suite du Procis-verbal. portation parole done en faveur des
    (Vor le n o i s dominicains. Nous n'avons pas le droit
    (Voir le num(ro du mois d'Avril) de meconnaitre un fait de cette na-
    i re. Au contraire, ca nous engage a
    Prdsidence de 31. Lespinasse. d6ployer une some de force plus
    considerable. Mais avant de confessed
    Sont preents : MM. Lespinasse, Bou- notreinferiorili sur ce point, rappelons
    zon, Saint Rimyv. Baussan, Sylvain, tous les facteurs oubliks.
    Poujol, Eihdart, JTdrinie. D'abord, reconnaissons que contrai-
    31. JIdrmie : rement a cc qui se passe ailleurs, nos
    Su products d'exportation sont lourdement
    Messieurs, taxds. Cette circonstance fait obstacle
    J'auirais voulu vous demander de ai une statistique franche. Un tel
    renvoyer a un e prochaine seance la inconvenient n'existe pas chez nos voi-
    continuation de la discussion, pour ine sins. Ils sont inoins interess6s a catcher
    permetltr e repoustser en tous points le chiffre de !eurs exportations. Cepen-
    les nouveaux arguments de mon 6mi- dant, ils ne se c oient pas dans l'obli-
    nent contradicleur M. Poujol. Mais gation d'accuser le chiffre des denries
    d'autres orateurs sont diej inscrits, ce qu'ils recoivent de nous et qu'ils exp6-
    vous avez le plus vif interit a les en- dient, sans de nouvelles preparations,
    tendre aujourd'hui. Je rdclame cepen- sur les marches de 1'Europe et des
    dant quelques minutes pour une r&- Etats-Unis. Les denrees de provenance
    plique urgent. haitlenne entrent au moins pour un
    M. Poujol a montrd la statistique tiers dans l'exportation dominicaine.
    dominicaine come une menace qui C'est a nous que le d6partement du
    nous vient de I'autre c6td. < Voyez, Cibao doit son relevement ;, c'est
    dit-il, cc que cc people produit. Con- encore grace a nous que l'Etat do-
    pirez sa population actuelle a ce qu'elle minicain defraye en parties son bud-
    etait d'il y a cinquante ans. ) Et it ne get. Les arrondissements du Fort-
    manque pas d'attribuer la prospdrile Libertd, de Valliere, de Saltrou en-
    de nos voisins a l'absence d'une regle voient leurs denrees dans l'Est.
    d'exclusion. Je respect la franchise Pour obtenir un centime de plus,
    des chiffrcs, mais je sais aussi que la l'habitant entreprend un voyage de
    statistique n'est pas toujours l'argu- quarante huit heures. II voyager
    ment 'e plus concluant en laveur d'une mdme un mois pour 6chapper a l'iui-
    those sociologique. L'Mtude des socie- pot Ainsi, Messieurs, ce n'est pas Par-
    tes organisees exige que lon tienne tide 6 qui fait passer la frontiire a nos
    compete de toutes les influences qui se producteurs.
    manifestenldans les diffcrents milieu. Est-ce encore l'absence d'une loi res-
    Un pays pent s'enrichir par ses mo- trictive quant a la propridt6 territo-
    yens de transport sans Otre, dans le sens riale qui favorite 1'exportation des bois
    strict du mot, un pays de production. de diverse essences qui passent par
    C'est ainsi que la plupart de nos po- les douanes dominicaines ? Rien ne
    pulations c6tlires jouissent d'une ai- me portera a le croire. Pour mettre
    sance relative en servant d'interme- une fort en coupe on n'a pas besoin
    diaires entire les differences communes d'dtre proprietaire du fonds. Des com-
    dont les habitants ne se dpplacent pas. pagnies pourvuesde capilaux exploitent
    Mais quand on envisage la production la surface. Leur droit d'exploitation
    direcle, l'echange qui s'opere entire sera ferme plant que, dans le course
    Ios pouples divers qui occupent le ducontrat, un seul arbrerestera debut.









    REVUE DE LA SOCIIETI DE LEGISLATION


    La coupe des bois sur un territoire
    tris 6tendu appelle des travailleurs
    nombreux, mais elle ne les fixe pas
    au point de les transformer, d'dtran-
    gers, en nationaux. La population
    reste flotlante, tant que son activild est
    seulement soutenue par le d6boisement;
    elle ne voudra la stability que lors-
    qu'ellc aura commence A fire un en-
    clos, A tracer des canaux, A scmer des
    grains, A planter des arbres. La sta-
    tistique ne m6rite une attention s5rieuse
    que lorsqu'elle present une popula-
    tion sedentaire bien ddveloppCde grace a
    1'aisance et au bien-elre. Que des capi-
    taux Itrangers mettent en ce moment
    en exploitation toutes nos iles ad-
    jacentes, de tous les points du monde
    viendront des ouvriers sur ces terres
    a deboiser. Les ouvriers, attires par
    des salaires dlev6s, augnmenteront sans
    nul doute la population d'lIaii. Mais
    que par un de ces retours si ft'rquents
    dans la prosperile industriellc et com-
    merciale, les companies entrent peun
    A peu en decadence, la main d'oeuvre
    baissera graduellement, et finalement
    toute la ruche s'env6lera. M. Poujol
    ne me convaincra que lorsqu'il m'au'ra
    dit: ( Voici comment 'le sol domini-
    cain a dtd partag6. Vovez tous ces pIc-
    tits propridtaires qui forment une po-
    pulation dense. ) Toutes les entreprises
    qui out des rapports avcc le sol doivent
    tendre a son amelioration. Je ne me
    content pas du mot exploilation agri-
    cole qui s'entend de difflrenles fa-
    cons. La coupe des bois non roglce et
    qui 6puise le sol est nne exploitation
    agricole. Je demand l'emploi d'un
    mot auquel le cultivateur donne un
    sens precis, la culture. Le cullivateur,
    ce n'est pas lebucheron, mais Ic semcur.
    Cette vue n'a pas Otd obscure pour
    le fondateu rdel'i ndependancehl haiticinne.
    La question 6conomique, sous 'as-
    pect qu'il 'envisageait, fu la vraic cause
    de la premiere guerre civil qui suivit
    notre emancipation politique. 11 esti-
    mait que le premier devoir du ciloyen
    etait de remuer la terre pour la fire
    valoir.
    Dessalines, empereur, voulut as-
    treindre tous les occupants, tous les


    proprietaires A la culture du sol. Pour
    lui, la coupe et l'exportation des bois
    n'tlait pas un travail. Ccrles, il m6con-
    naissait la liberty du commerce, et
    presque tous les l conomistes lui don-
    neront tort. Mais 1'6conomie politique,
    A elle seule, ne constitute pas la science
    des societds. Au ddbut de notre nalio-
    nalitd, il tlait indispensable d'entrete-
    nir une passion dans les times, Pla-
    mour de la propritid stable. Celui qui
    achite une fort pour la ddboiser ne
    s'yarrdtequ'un moment. La coupe faite,
    il va plus loin, achlte une nouvtele
    terre et recommence la nimne opeda-
    lion.
    Anjourd'iuii nous somines 1 -.'l1,000)
    habitants, et nous avons encore des
    terres incultes. II esl dvident qu'en
    plus petit nomnbre alors s les hailiens ne
    pourraicnt pas remuer toute s es erres
    ddhoisdes. It est en outre une conside-
    ration qui i'est pas de mince impor-
    tance dans le d6bat. D)is qu'on coupe
    les arbres qui sont dans une terre, cette
    terre perd de sa valour. C'est pourquoi
    it vaut mieux la laisser couverte qie
    de la d6boiscr pour la hisser nue.
    Les habilants du sud aimaient la
    proprielt, mais le procedd qu'ils sui-
    vaient n'dtail pas do nature ic asseoir
    dtinliivement la jiprponderance indi-
    gene. Les meilleurs delntre eux, ou-
    bliant le role du patronage, s'dtaient
    arritds i cetic consideration : qu'il
    faut unl pays une classes interm6-
    diaire entire Ie plroducleur et le con-
    somint'ai;r. Entrer dans Ic commerce
    c'clait lne facon do sorlir de la con-
    dilion sub alterne. Lorsqu e cux qui
    ddliennent la inijui. paltie diu do-
    mai ne cultivable se 'ont spdculateurs
    en denrees, sans awoir souci dt sort
    de 1'agriculture, ils bh tissent sur le sa-
    ble. La ruine du regime colonial A St
    Domingue le d6montre suffisamment.
    Les colons devenus riches s'dlaient
    retires en Europe pour s'occuper du
    commerce de la colonieavec la m6tro-
    pole. C'est eux qui onl circonvenu Bar-
    nave ct qui out faith prendre centre les
    affranchis les measures les plus d6testa-
    bles. La muraille qui les s6parait de la
    colonies leur masquait en mEme temps







    REVUE DE LA SOCIETI DE LEGISLATION


    Sit11. .*I# ........ -"M ............ -- ..... ......01 SX tIRLII


    les besoins du moment. S'ils n'avaient
    pas abandonn6 leurs exploitations ils
    auraient reconnu que les esclaves r1-
    clamaient un peu de justice afin de
    travailler mieux.
    Pour subordonner le commerce L l'a-
    griculture, l'empereur fit broiler les
    campcches entasses sur le littoral du
    sud. II y a une part d'erreur dans cette
    conduit militaire. La rigueur du fait
    ne repond pas h l'excellence de I'id6e.
    Si le souverain vivait de nos jours,
    nons ne trouverions pas tous sa con-
    ception alsolument fausse ; mais les
    6conomistes de son cole lui conseille-
    raient de taxer la coupe des bois an
    profit de I'ensemencement des terres.
    Ce n'est pas que j'aic I'intention de
    proposer cette measure les temps ont
    marchd.-- Aujourd'hiiau contraire nous
    devons encourage I'exportation sous
    routes ses forces, mais a la condi-
    tion de penser la I reproduc-
    tion des bois de teinture. Pour cela
    enseignons la sylviculture. L'article 6
    ne s'y oppose pas.
    II n'v a pas de colonisation sans
    commerce, il n'y a pas non plus de
    stability sans agriculture. Prenons par
    example une population minifre qui
    recoit du dehors tout cc qui lui fail
    besoin, ses instruments, ses v6tements,
    sa provision alimentaire. Elle ne sera
    jamais une nation. Etrangere i toule
    idee politique, elle sera indiffirente
    aux traits qui ont pour objet de la
    transmethe come une chose. Elle
    passer insensible sous toutes les do-
    minations, pourvu qu'elle conserve son
    droit de vivre en travaillant.
    On m'accusedevouloirsortir de la dis-
    cussion. J'entendais seulement offrir un
    exemplesaisissant pour vous montrer,
    Messieurs, combienilest important qu'un
    pays produise cc qui est de premiere
    necessity pour sa nourriture. Ce n'est
    pas seulemen: n6cessaireA la prosperity
    d'un Etat, c'est encore indispensable A
    la reussite d'une entreprise agricole de
    quelque etendue. Les grands planteurs
    eux-memes ne travaillent fruclueuse-
    mentque la oh ils ont leurs places A vivre.
    L'agriculture nourrit l'esp6rance,
    car elle est un 6ehange perp6tuel


    entire l'homme qui laboure et le champ
    qui donne ses products.
    Un beau movement s'annonce, des
    voices ferries s'6tablissent dans nos
    planes. Les concessionaires ont le
    privilege de deboiser sur une cer-
    taine distance les terres de l'Etat. Je
    suis sir qu'ils ne manqueront pas de
    mettre ces terres en culture. Ils retin-
    dront par ainsi leurs ouvriers et 1'ex-
    portation n'aura que la surproduction.
    Les dominicains nous ont devances
    dans la voice ferrie, c'est ici que nous
    devons les admirer.
    On product dans I'Est plus de sucre
    que nous ne produisons de caf6. Je
    l'admels, tout en me rappelant cepen-
    dant qu'on a plus d'une fois surprise au
    Cap-Haitiendusucreintroduit 1-lafaveur
    du trait de 1874 et qui n'6tait pas de
    provenance dominicaine. L- encore la
    statistique ne me satisfait pas. Je
    desire savoir si les cannes apportees
    au moulin ont 6td plantees et soignees
    par le propridtaire dominicain. Je de-
    sire savoir si le vesou convert en su-
    cre turbine a 6t6 pay6 apris une li-
    bre discussion entire le vendeur et l'a-
    cheteur.
    Je veux que l'homme de la plane
    soit ouvrier a l'usine et proprielaire
    dans son champ. Sous ce rapport il
    m'est permis de dire que nous mar-
    chons lentement mais silrement. Dans
    les centres of l'on travaille avec m6-
    thode a la fabrication du sucre on se
    repose an moins quatre mois dans
    1'annee. On laisse A la canne le temps
    d'6tre a point.
    Ce moment c'est le ch6mage pour
    I'ouvrier. Alors, s'il est propri6taire, il
    s'occupe des travaux qu'exige la saison.
    Jesais qu'il pent 6tre appel6 moyennant
    salaire dans le champ de son voisin ;
    mais le paysan ne se sent pas heureux
    quand il est oblige de travailler pour
    un salaire du ler Janvier au 31 Di-
    cembre. C'estpourquoi, lorsqu'il n'oc-
    cupe pas pour lui-m6me,il aime mieux
    s'Mtab!ir de inoiti sur une terre
    quelconque. Comme moi, vous avez di
    faire cette remarque. Si 1'Est pers;ste
    dans le double system de la grande
    propri6t et du salariat, avant cin-







    REVUE DE LA SOCIETY )DE LEGISLATION


    quante ans sa population ne sera les valldes t la recherche des sources'
    qu'une population d'emprunt. Ses fils des travailleurs obscurs out fondd des
    naturels passeront la frontiere et vien- villages. des centres commnerciaux pros-
    dront nous demander un fraternel a- peres aujourd'hui, tels que Thomonde,
    sile. Ici nous connaissons la propriety Thonlassico, Maissade, Cerca-la-Source.
    parcellaire qui est la propriti de l'a- I Mon collogue PIoujol fait observer'
    venir. D6s que nous aurons fond6 j que dans l'Amrnique du Suld 1'lndien
    chez nous des ecoles d'agriculture, des i nest pas expulse come je le crois,
    que nos concitoycns de la plaine et qu'il vend au contrai'e sa lerre. Je ne
    des mornes seront des cultivaleurs ins- m 'airrele pas devant les exceptions.
    truits, exp6rimentis, nolte prosp6rit6 Q(ielques-iin-l d'entrie ex peulvent
    sera indeniable. survive t Ia def'aile de leur race et
    Lcs cppitaux que nous emlnlovons aii ip rvenir mieme I la fortune; cela n in-
    la construction de n o s chemins fire ps le faith general quee doinai-
    de fer ne tarderaient pas a dtre im I n inculle qu'ils occupent est reptiul
    produclifs si les locomotives devaient l ien de I'Etat el que I rI'1al le droil
    lire affectles uniquement au transport de lc disltibuter comment iil Ilntend.
    de nos bois de teinture i det construc- I)ans fe Nord conmme fans le Stu de
    lion. Vous n'aurez pas oublli dtjit 'a- I'Amnrique les arri les d expropriation
    animation qui rennail naguere encore a les retoulent en masse, et on dit Iqu ils
    Aquin, an Fort-lLibert6 et dans IA.\rti- reculent devant la civilisalion...
    bonite. Sur ces trois points I'exporla- Je ne nm'appesantirai pas outre me-
    tion du campOche atliiait lots les hon- surie sut cel latl de chofss, mais je sou-
    mes aclifs qui voulaient fire fortune. liens qu'en Haiti I; dlistribltion des
    J'ai vu le Fort-Libert6 en 1885 au mo- lerres aux migrants ne se fera oas sans
    ment oi sa prosporiil commnencait a difficulty. Le domain alitnable de
    d6croire. On dirait un enirepot. La l'llat nest pas P ieni conii, etl l oi
    une population varice parlait avec une ne le mel pas en toute circonstance ;'
    gale aisance le francais, langlais [ I'es- l'abri de la prescription acquisitive.


    pagnol. Eh hicn, lI'heure oif je vous
    parole, Messieurs, Aquin et lc Fort-Li-
    herl- sont moins riches que !ien des
    centres qu'ils semblaient devancer.
    Pourquoi ? Iarce que pour rover le
    campiche il faudrail mainlenant s'en-
    gager dans des chemins difficiles. Si,
    loin de s'en retourner an Cap, aux
    Cayes. a Jacmel, it Port-au-Princle, les
    commercants s'etaient fait planteur's,
    ils auraient enrichi les localilts oi ils
    avaient honorablement gagnc l'aisance.
    L'Artibonile souffrne moins en raison
    de sa surface lieu accidentle ct dtes
    eaux qui l'arrosent. Si je suis partisan
    des chemins de fer, c'est que j'ai 'es-
    poir qu'ils faciliteront la culture des
    c6rales, toutes les entreprises qui fon-
    dent la stabilitV. Alors ce que nous
    autres de I'ouest, nous ignorons par'p-
    tra a tons los yeux. L'hailien a 1'esprit
    d'initiative. II y a dans le DIparlement
    du Nord des centres important qui
    sontd'origineabsolumenthaitienne. Gra
    vissant les montagnes, descendant da.is


    on minlinelnt collgune m reooind en
    outre cque depuis li substitittion de
    Fimp6tl e arge'nt a1; recdevance en nfa-
    [ure le sorl tid fcllah s'esl sensible-
    iment amiliori Ils ne sont pas nom-
    Il)rux cCs tr'availlcrs a ssez for-
    tundis pou" payer p)ar anticipation
    six amiines (o relevance A lEtat. Metme
    lorsqu'ils arrivcilt 'i celic fill ils n'ob-
    tienilent qu!e la fi:cnll" de vendrel leur
    droit de culture. L'lEypte esl perd ien
    sans retour )pou l' igylplien.
    Nous n'avon)s pas hesoin de renoii-
    ter jus(tu'lI a coniiquite roniaine i pur
    Irouver les causes de cocte perle irre-
    mddiable. Un mot explique lout : la
    classes la plus irlitelssanei du pays n'est
    pas propri6taire. C'est la prise de pos-
    session de la terre qui a donn6 en
    I..1'iph. la dernierc victoire aux Anglais.

    Plusieurs races so rencontrent dans la
    val 'e du Nil. Le Francais, I'llalien,
    l'Alleinand cnlrent dans l'administra-
    lion publlique; ils obtiennrnt ir6me dti
    IKhdive des poses diploniatiques. L'An -








    REVUE DE LA SOCIlETIE DE LIC1SLATION


    glais va droit au paysan ct met la main
    sur lui : < Tu travailleras pour moi ,.
    Le maitre, le souverain, c'est l'homme
    qui posside la terre et qui lui confie
    ses capilaux.
    Vendez tous vos biens immobiliers
    et convcrtissez voire argent en tires de
    rente, volre souveraincte ne sera plus
    que nominate
    La doctrine Monroe s'oppose i la con-
    qu(lte violence et Ai la transmission par
    trailed d'uIa Eltat de 1'Amdrique, mais
    ellle n'est pas une planclhe de salut
    pour ceux qui par imprudence font
    naufrage dans la tourmente econo-
    mi que.
    Je ne redoute pas la rencontre des
    races tdans mon i.i'. ', care ne crois
    pas Ii notre inferriorit native.
    En I's',, j'tdais membre du comild
    de constitution. Le constituent Girard
    Labastille p)roposa la radiation du prin-
    cipe cousacrId par 'art. 6 du pact ac-
    tuel. Je repoussai sa proposition par
    les mm1es raisons que j'essaie de fire
    valoir ici. Pour sauver cc principle je
    'ai degag6 de la question de race.
    Je vous propose, ai-je dit A mes col-
    ltgues, de fire adietire les strangers
    de toute oi ;.i.: a la nationalile hai-
    lienne. Le constiuant Solon Menos, (que
    nous pouvons appjeler le pire de la
    constitution de 1.,os, a po1rl celte mo-
    lion a la tribune.
    Qu'un million d'lEuro)dens, d'Afri-
    cains ou d'indiens viennent travailler
    en Haiti, je leur dirai: Failes-vous hai-
    liens et vous aurcz droit de peopri'"ic.
    Qu'un ilranger achlile, malgid a i
    praoiibiiion, une villa daus mon voisi-
    nage, ce n'est pas ce qui m'inquiete.
    Ce qui m'iniquite. c'est I droit qu'il
    aura remain de meltre i la porte tous
    les tenanciers hailiens. A quoi sert la
    tranquillity des villes quand les canm-
    pagnes sont bouleversees ? La radia-
    tion de l'art. 6 ne vous donnera pas
    la paix. Nos revolutions jusqu'ici sont
    de,' orages qui grondent i la surface.
    Nos freres des champs ne so mlent
    pas de nos querelles, parcequ'ils ont le
    pied fermement pose sur le sol. Du
    jour qu'ils i'auront plus do stabililt,a
    lutle agraire commencera avec ses fu-


    nestes consequences. Voyez 'Irlande
    oil l'echo rpdle encore la protesta-
    tion d'O'Connel. Depuis que cette ile
    est devenue la proie des soldats
    victorieux de Cromwell, elle est
    sans repos. Les paysans n'ont qu'un
    droit de culture toujours congeable et
    mille fois morcel6. La faim d6cime la
    population de cette ile, et depuis la fa-
    mine de 1847 c'est par centaine de
    mille que les Irlandais dmigrent en A-
    mIrique. Les homes d'Etat d'Angle-
    ferre, ceux qui out du cceur, ne trou-
    vent qu'un remide i cc mnal, I'expro-
    prialiou des landlords ingl.i,; au pro-
    fit des paysans irlandais.
    En face de Particle 6, ne circonscri-
    vons pas nos vues dans le pr6sent.Por-
    tons-les plus loin. Que les generations
    qui viendront un sickle apres nous ne
    subiseent pas les tristes effets de notre
    imprevoyance. L'Angletei're est rice,
    elle pent indemniser ses landlords. Mais
    qui indemnisera les grands propridtai-
    res rllangers a l'avantage des cultiva-
    teurs haItiens ?
    On ajourne sans cesse la radiation
    de cc qui fait l'objet de 1'article 6, et
    cela excite notre impatience! Avouons
    que c'est tin aveu contre nous qui
    sommes la ciaSie dirig2aute. Nous, fils
    ct petits-lils d('oficiers suprienu's ; nous
    don't les pries out oblenu, au .jour du
    parlage, les plus vas!es domiaines, nous
    sommes (des citadins riches en terces,
    inais inditlerents aux occupations cul-
    turales. Les homes de 1805 avaicnt
    le sens clair des chooses. Puisque la sin-
    cerit doit pr6sider aux travaux de la
    Soci6td de Legislation, je fais ma con-
    fession devant vous. Mon grand lpre
    avail recu a litre de don national la
    moitie de a Blanchard i,. It est
    mort sur son habitation. Comme tous
    ceux qui veulent diriger de loin, je suis
    rest infaricur a mon grand-pere. Le
    petit cultivaleur travaille, il est cou-
    rageux. La decroissance de la prospd-
    rilt national est imputable a ceux qui
    croient les initrets des villas distinct
    des intdr~ts des campagnes.
    La radiation de l'article 6 strait un
    faux remide.
    Comprenons mieux les devoirs de la








    REVUE I)E LA SOCIETEl DE LEGISLATION


    propri616. Ne laissons pas a nos fer-
    miers le soin de tout faire. Les travaux
    d'amodiation exigent le concours de
    ceux qui occupent et de ceux qui pos-
    sident. Ne laissons pas dans la routine
    et dans l'imprevovance les habitants
    que nous accusons d'dere en retard.
    Allons prendre contact avec eux. Fai-
    sons de nos fils des agronomes. Et
    lorsque l'6tranger viendra dans nos
    planes, il sera un cullivateur plut6t
    qu'un rentier.
    Mr Poujol "
    L'heure Mtant advance, je n'abuserai
    pas de votre attention, c'est vous dire
    que je ne reliverai que certaines par-
    lies du discours de notre collhgue Je--
    remie.
    D'abord c'est i tort qu'il announce
    que la petite propriete n est pas cons-
    titune dans la R1Apublique dominicaine.
    Bien que je n'ai pas sous la main de
    note relative a la repartition exacte de
    la propridte dans 1'Etal voisin, on pent
    soutenir, sans crainte d'etre contredit,
    que la petite propriety y est implanted
    sur une vaste superficie du territoire :
    le domincain n'est plus nomade.
    Dans les provinces de Puerto-Plata,
    Monte-Crisli, Samana, la YVga, Espail-
    lat, Seybo et dans la parlic occidenlale
    de la province d'Azua, c'est la petite
    proprnid qui domine. La grande pro-
    priete,- les usines h sucre -,sont dta-
    blies dans la vaste plaine de la pro-
    vince de Santo-Domingo el de Maco-
    iis.
    Je m'abstiens de vous presenter des
    chiffres, car mon collgue a recus6 la
    valeur de la statistique : elle est men-
    songdre, a son dire.
    Je ne m'arrelerai pas davanlage a re-
    futer cette pensee qu'une population
    miniere ne sera jamais une nation ).
    Je ferai uniquement remarquer que les
    faits vont A I'encontre d'une pareille as-
    sertion. Pour le prouver point n'est be-
    soin de remonter a l'epoque ro-
    maine, les examples modernes ne man-
    quent pas.Les Boers du Transvaal nous
    en offrent un plein d'actualitl.Des qu'ils
    pfirentse liver Al'exploitation desmines,
    graceaux:capitaux Otrangers, une heu-


    se transformation s'est op6re chez cux.
    De peuplade, ( ils laaient moins de
    dix mille quand ils emigrerent de la
    colonies du Cap ) ils se sont dlev6s au
    rang de nation et m6me de puissant
    Etat: its en donnent une preuve bierM
    eclatante.
    Mr, JMremie ( desire savoir si A Sto
    Doming3, le vesou, converti en sucre
    turbine, est pave apris une libre dis-
    cussion entire Ie vendeur dominicain et
    I'acheteur stranger ). Avant de r6pon-
    dre a cette question ainsi pose, je
    Youdrais lui demander a mon tour si le
    cafe, produit par les proprid1aires, fer-
    miers et mdlayers hailiens, est pa-v
    aprCs libre discussion entre acheteur et
    vendc.ir. Le sucre turbiln, come le
    c .f', est line denrie d'exporlation, c'est
    1'acheteur qui fail le prix : on n'extor-
    que pas pour cela de vive force le ca-
    fe au producteur haltien. 11 peut ven-
    dre ou garder sa merchandise, il en
    est de mmne pour eI sucre a Santo-
    Domingo.
    On s'explique difficilement que la
    population qui se livre a la grande
    culture puisse devenir i la longue
    une population d'cmprunt, ainsi que
    1'avance I'orateur. Les fails, en tout
    cas, vont l'encontre d'une pareille
    tlhse. Des pays, tels que le Chili, le
    lexique et le Brtsil en Amnrique,
    lel que la Russic, la France et l'Alle-
    magne en Europe pour ne citer que
    ceux-lii, oit 1'exploitation agricole se
    fait sur une vaste dchelle, oil la grande
    propri`te pi odomine, ne dnotcnt guere
    que leur population ait une tendance
    a devenir, oni soil djja une population
    d'emprunt.
    Quant au salariat,nous l'avons depuis
    longlemps. El quel pays peut se dire
    en ,tre affranchi Nous I'avons it la
    champagne, a la ville. En tout cas, cc ne
    serait pas la culture en grand qui I'au-
    rait introduit chez nous. La Socidt6
    anonyme belge qui mei Bayeix ( ha-
    bitation de 300 carreaux ) en exploita-
    tion regul'ire, refuse de nombreux ma-
    noeuvres, tant il y en a d'inoccup6s
    dans la region, ce qui prove que le
    petit propridtaire a des loisirs don't il









    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


    pourrait tirer grand profit A l'usine voi-
    sine.
    Notre collhgue nous apprend qu'en
    Egypte l'Anglais va droit A l'Egyptien,
    met brutalement la main sur lui et lui
    dit : ( tu travailleras pour moi '. D'a-
    bord M. Jerdmic sait tout aussi bien
    que nous que le fait ne peut Ctre
    exact, en supposant qu'il soit rapport
    par quelque auteur francais on autre
    qui saisisse touted occasion de decrier
    la domination anglaise que nous n'ap-
    prouvons certainement pas. L'egyptien
    peut bien travailler pour 'anglais, mais
    son travail sera libre, car aucune loi
    A notre connaissance ne le contraint
    it le fair me meo prix d'argent,encore
    moins gratuitement.Si lc Kddive done
    des poses diplomatiqties, militaires ou
    civil i des silrangers, ses favors, c'est
    une question qui relieve des traits qui
    le placent sons une certain d6pen-
    dance de 1'Angleterre, de la France,
    etc. Mais je ne vois pas comment un
    Etat jouissant de sa pleine souveraine-
    to interne ct externe, pourrait, s'il oc-
    trovait a l'`tranger le droit de proprie-
    te, dtre contraint i donner des posted ;
    dil)lomatiques on autres, si lelle n'tlait
    pas sa volontd.
    II nest pas question d'immiigralion
    dans ma precddentce rdpos : on peoi ut
    bien ne pas la favoriser.
    Notre collogue nous fait une confets-
    sion cependant. II est propriclaire de la
    grande habitation Blanchard qu'il tient
    de ses anctres et qu'il desire naturel-
    lement liguer i sa postdritd. Noble
    souci de pore de famille Ciaint il par
    hasard que l'octroi du droit de pro-
    prildt A I'etranger ait la vertu d'en opd-
    rer l'expropriation violence au profit
    de celui-ci '? Nous ne pouvons vraiment
    croire que notre eminent colldgue soit
    travaille par uine pareille apprhllension.
    Jo m'aperCois, MM., que malgre ma
    promesse d'ctre court, je me suis laiss6
    entrainer.Je m'prrite, bien qjue d'aulres
    parties de l'exposition de M. J6r6mie
    sollicitent une refutation. C'est ainsi
    qu'il me tait dire que la Rdpublique
    dominicaine produit plus de cam pche
    qu'llaiti. J'ai dit le contraire, j'ai dit
    que nous nous rattrappons sur les


    bois de teinture, notre production 6tan
    de 172 millions de livres et celle de
    nos voisins de 3 millions pr6s. Le point
    de depart etant faux, toute I'argumen-
    tation de mon estimable colligue i ce
    sujet ne peut plus tenir.
    M. St Reimy. Je n'ai pas suivi les
    diverse discussions qui out eu lieu sur
    la question de la radiation de l'art. 6
    don't nous nous occupons en ce mo-
    ment. D'ailleurs quelles que soient les
    opinions enises, concernant le rapport,
    je viens en soutenir les conclusions. J'ai
    loujours pens6 que parmi les r6formes
    necessaires, la radiation de l'article 6
    vient en premiere ligne et que l'heure
    est venue oui nous devons, sans
    retard, nous d6barrasser de cette
    pierre d'achoppement qui gine notre
    march on avant. C'est pourquoi je
    vote les conclusions du rapport.
    M. le Prsident. -- Les longues dis-
    cussion-, Messieurs, qui ont eu lieu
    dans les deux dernieres seances de
    notre Soci6tk et encore a cell de ce
    jour me dispensent de vous presenter
    de nouveaux arguments a l'appui de
    l'opinion que j'ai emise dans mon rap-
    port. Deux seolement de nos collogues
    out MLe avec moi en diversity dz' vues
    et it a etd d(6eja rpondu par plusieurs
    d'entre vous it une parlie de leurs ar-
    gu ments.
    Notre collage Sylvain m'a reproch6
    de n'avoir pas assez tenu compile de
    la facon de voir de plusieurs de nos
    devanciers, notamment d'Armand Tho-
    by, nolre ancien president, de regrztl6e
    nmemoire et de feu Hannibal Price don't
    tout le monde a d6plord la mort.
    J'ai profond6menl respecld, Messieurs,
    non-seulement ccs deux morts, mais
    encore d'aulres illustres disparus qui
    pensaient conime eux sue la question
    qui nous occupe ; mais j'estime, con-
    trairement ht quelques-uns, que le res-
    pect et l'admiration que 1'on a pour
    ceux qui ne sont plus ne doivent pas
    nous empceher do discuter leur opi-
    nion. Si, en science, en politique,
    on devait conserver constamment
    le meme sentiment et les m6rnes
    id6es que les savants illustres
    et les homes de bien nqi out pr1eced









    REVUE DE LA SOCIET 1 DE LiEGISLATION


    la g6n6ration a laquelle on appartient,
    l'esprit human s'arreterait dans sa
    march et le progres ne strait pas
    possible. Qui me dit d'ailleurs que ceux
    don't on invoque les noms n'auraieut
    pas pense aujourd'hui autrement que
    hier, et que, s'ils etaient ici pour le
    plus grand bien de la society haitienne.
    ils n'auraicnt pas, an grand 6tonnement
    de plusieurs, voti, eux aussi, les con-
    clusions de mon rapport.
    M. Sylvain veut qu'on attended en-
    eore avant d'accorder le droit de pro-
    pritel aux strangers 11 y a plus de 56
    ans qu'on nous dit la meme choce et
    nous ne voyons pas qu'on ait realis6
    jusqu'a present aucun de ces progress
    qui doivent Ctre obtenus, suivant quel-
    ques-uns, avant d'accorder la modifi-
    cation constitutionnelle.
    Je pense que retire la prohibition de
    1'article 6 c'est, pour nous, faire un
    pas vers l'amelioralion desirde de notre
    6tat dconomique. Je sais bien que cette
    modification, a elle seule, ne suffira
    pas pour nous sauver, qu'il faut pour
    eela tout un ensemble de measures, je
    1'ai dedj dit dans mon rapport ; mais,
    dans cet ensemble de measures, celle
    que je proposed a son importance.
    Notre colligue Jdrdmie faith une dis-
    tinction entire l'indus!rie proprement
    dite f-t l'industrie agricole il veut ou-
    vrir la premiere A 1'ldranger et garder
    la second i l'haitien ; it trouve A lIa
    terre une importance splciale.
    J'ai le regret de ne pas parlager ses
    vues. La distinction qu'il 6tablit entire
    les deux sores d'industrie ne pent
    pas, i mon avis, pr6valoir en Hailli. Je
    ne concois pas dans notre pays une
    industries qui ne serait pas agricole et
    3ui pourrail se d6velopper on dehors
    e Faction directed des capitaux et des
    bras sur les terres.
    A mmn avis, Messieurs, notre pays
    est tres mal ; de nrombreuses anndes
    d'efforts inutiles, de passions d6sor-
    donnees, de pr6jug6s stupides, exploi-
    t6s souvent par des intelligence vi-
    cicuses, nous ont conduits presqu'au
    fond de I'abime. Pour conserve notre
    nationality 11 faut aller carrdment, A
    face d6couve te,* centre routes ces


    choses mauvaises du pass. Ne ful-ce
    qu'a ce titre et en dehors des noim-
    breuses raisons que j'ai donnees et que
    d'autres aussi ont donnes, je main-
    tiendrais toute entieres les conclusions
    de mon rapport.
    Jc suis heureux. Messieurs, qu'une
    question de cette importance ait tt
    agitee par notre Socilt et j'espere que
    les loyaux et patriotiques ddbals que
    nous ayons cus ici attireront I'attention
    du public sur I'opporlunilt des measures
    proposees ct qu'il pourra en resulter
    quelques closes de bien, de bon pour
    notre pays.
    Je vais mainienant, Messieurs, metire
    aux voix les conclusions de nion rap-
    port.
    M. Sylvain. Je demand que It
    vote des conclusions du rapport soit
    ajourne et renvov6 a la prochaine sd-
    ance. 11 me semble que les niembres
    de note Societc n'ont pas tous expri-
    mr leurs opinions : i n'v aurait aucun
    inconvenient a ce que la solution soil
    premise pour qu'elle puisse 6tre donnde
    d'une facon plus complete.
    M Jdrznie. Je suis cnti&rement
    de I'opinion de notre colligue Sylvain,
    11 me semble aussi que la discussion
    n'est pas suffisamment complete.
    1. Ethdart. Je suis, pour ma part,
    d'une opinion dianmtralementopposee;
    voilih trois seances que nous discutons.
    Si d'autres membres de la Societ vou-
    laient 6mettre Icurs opinions, its au-
    raient largenent le temps de Ie faire.
    3I. le President. le vais mettre la
    question aux vcix. Ceux qui sont d'avis
    que la discussion doit .lre prolongie
    voudront bien le faire savoir
    Messieurs Sylvain, Jer6mie, Baussan
    et St Rdmy sont d'opinion de prolon-
    ger la discussion; Messieurs Bouzon,
    Etlhart, Poujol ct Lespinasse sont d'a-
    vis de passer an vote.
    M. le President. Nous sommes
    quatre contre quatre.
    M. Sylvain. La voix du Pr6sident
    est prIpoudrantc.Messieurs, vous venez
    de decider que sur la delicate question
    ouverle devant nous, les debats sont
    clos. Permettez-moi de le regretter.
    Ponr ce qui m'cst personnel j'aurais


    rU ill ~*irn IiHi, ~111 ~ 11, II~,I 1"' Ill I111 1I))'i ''. I .~ l................ il~i~iI I i. ) I









    REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 9
    9.z'I ;^^/^^^;^/ %:X^ ^^% ^yKi^'-^'Ki^^^


    aimed pouvoir rpondre ai loisir aux
    quelques objections qui m'ont 6t6 indi-
    rectement failes. Pour tout le monde,
    peut-6dre eit-il elf hon de ne metire
    aux voix les conclusions du Rapport
    qu'apris la publication des proces-
    verbaux relalant I'ensemble des opi-
    nions exposees ; car on se fit ainsi
    mieux rendu compete, non-seulement
    de la parole gd6nrale du d6bat, mais
    des points de detail qui ont pu nous
    6chapper en course de stance.
    La majority a pense autrement, je
    m'incline devant son opinion, sans y
    dtre converli.
    M. le Prisident. J'ai vote dans ce
    sens parce que je crois sincercment
    la discussion epuisde. Les reunions de
    note Societde depuis nombre d'annees
    n'ont gure eu lieu a une majority
    plus complete que celle que nous avons
    eue dai:s nos trois dernieres seances
    Les niembres qui ne se sont pas pre-
    sent6s n'ont pas jug6 n6cessaire sans
    doute d'exprimer leurs opinions on
    ont cu des empichenients individuals
    qui ne leur ont pas permis de le faire.
    Monsieur Edmond Hdraux, retenu
    par cerlains devoirs, a envoy son avis
    par 6crit en faveur des conclusions du
    rapport. Je pense qu'en prolongeant
    la discussion nous n'obtiendrons rien
    de nouveau.
    Un seul d'entre nous, notre college
    Minos, se trouve dans des conditions
    sp6ciales qui ne lui permettent pas de
    venir; un deuil recent 1'emp6chera de
    prendre part h nos travaux pendant
    quelques seances encore. J'ignore ce
    qu'il pense actuellement dela question;
    mais les actes publics de la consti-
    tuante de 1888 Mtablissent qu'a cette
    epoque il avait propose ah cette Assem-
    biee d'effacer de la Constitution la dis-
    position restrictive centre l'6tranger.
    Je mets done, Messieurs, les con-
    clusious du rapport aux voix. Elles
    vous propqsent ce double voeu : l'abro-
    gation formelle de l'article 6 et la de-
    mande de modification immediate des
    dispositions du Code Civil, en ce sens
    que l'6tranger serait admis, en atten-
    dant, a recueillir la contre-valeur des
    biens immobiliers que p6urraient lui


    laisser ses parents haitiens, la loi fixant
    le mode de 1'experlise. Je mets d'abord
    aux voix cette derniere parties du rap-
    port. J'agis ainsi parce que certain
    d'entre nous qui ne sont pas d'opinion
    d'abroger la disposition constitution-
    nelle peuvent cependant d6sirer voir
    s'opirer la modification du Code Civil.
    Le voeu relatif A la modification du
    Code Civil est vote A I'unanimit6. M.
    Jtremie demand cependant que le dd-
    lai dans lequel 1' tranger devra intenter
    l'action en partage soit limits.
    M. le President. Je mets mainte-
    nant aux voix la parties des conclusions
    du rapport qui a trait a l'abrogation
    pure et simple de l'article 6.
    Ont vote pour Messieurs Bohzon,
    Baussan, Eheart, Poujol, St R1my, Les-
    pinasse.
    Ont vot6 contre Messieurs Jer~mie
    et Sylvain.
    Les conclusions du rapport sont done
    votes par la Soci6et.
    M. le President. Monsieur H6raux
    a 6crit qu'il votait en faveur des con-
    clusions du rapport ; ii demand que
    son vole soit porte dans la seance.
    Je consulate la Soci6t6 sur cette de-
    mande qui est d'ailleurs conforme a
    nos usages.
    La Socitde admet que le vote de M.
    Heraux figurera dans la seance.
    M. Jeremie fait observer qu'il serait
    bon, a l'avenir, que des collgues qui
    n'ont pas assist a une discussion ne
    puissent exprimer leur vote.
    A la suite d'un dehange de vues a ce
    sujet, ii est admis que ce point sera ul-
    terieurement examined par la Soci6te.
    La seance est levee.


    Reunion du 3 avril 1902.
    PRESIDENCY DE Mr LESPINASSE

    Sont presents : MM. Lespinasse,
    Bouzon, H6raux, Laforest, Poujol,
    Eth6art, J6remie.
    Le Secr6taire-General remet au Pre-
    sident la listed des ouvrages oflerts a la
    Societe :









    REVUE DE LA SOCIIPTEL DE LEGISLATION


    Mr Georges Sylvain, un volume de
    posies francaises, un volume de fables
    cr6oles.
    Mr le President. Je vous present
    aussi un exemplaire de la belle carte
    des frontirres haitiano-dominicaines
    avec nos possessions en 1874 que Mr
    Bouzon, notre Secertaire-G6ndral, a
    dressde et qu'il offre A la Societe.
    (Le President continuant)Notre collngue
    Sylvain, malade, n'a pas pu assisted at
    la seance de cc jour, il m'a prie, come
    suite a son opinion sur la discussion
    de 1'art. 6, de vous fire la cominuni-
    cation suivante :
    Messieurs,
    Je vous disais. A la fin do nolve grande
    discussion sur I'article 6 de la Constitu-
    tion, qu'a co6d et au-dessus de la ques-
    lion tranchie en notre dernikre since,
    j'en apercevais une beaucoup plus large
    et plus important, don't la solution serait
    autrrement ficonde en resultats piatiques,
    puisqu'avec des inconveniens inoindres,
    elle tendrait A nous assurer Its mImes 16-
    gitimes avantages qu'une partit des ad-
    versaires de l'art. 6 croient trouver dans
    la concession imicdiate d ddroit do pro-
    prie6t fonciore a lous les strangers. Jo
    vous ai proruis d'y revcnir apr6s le vote
    du Rapport. C'est done rlheure do m'en
    expliquer et de donner ainsi sa plcine si-
    gnification A I'opinion que j'mneltais l'autre
    jour.
    Pour beaucoup de gens In question de
    i'article 6 so simplilie en ces lermes :
    Coux qui sont en faveur do l'ahrogation
    radical et immediate sont pour les Otran-
    gers ; les autres, conlre.
    Vous vous rappelex l'exclaimation d'nn
    de nos c'IllSgii s'dlonnant quo je pusse
    en minSe temps combattre les conclusions
    du Papport et agranlir au-dela des limiles
    posees par le Rapporteur, Ic domain rd-
    serve aux strangers C'est qu'A mon sens,
    MM., la question du droit de propridte
    fonidre est une question particulire, im-
    pliquant, solon le mot de Thoby, drs so-
    lutions de convenance et d'opportunuit6,
    plutlt que des solutions de principle. La
    question g6ndrale avec laquelle on tend A
    la confondre, est celle-ci : en qulle me-
    sure et sous quelles conditions pouvons-


    nous nous aider dui concours deo l'tran-
    ger dans l'cmuvre do noire civilisation na-
    tionale ? Et si cette question ainsi posOee
    vous paraissait trop ambilieuse pour itnre
    utilement soumise i vos deliberations, je
    la restreindrais aux terms sniivans : a En
    quelle measure et sous quells conditions
    pouvons-nos nous a r ds taidr d rangers dans
    I'organii;tlion de nos services publics ? >
    A considt err le fond des choses, pour
    qiii tieut A ne pas so p, i..r d mots ni d'il-
    lusions, le plus clair dl prlil 'lu" les lani-
    litns pouvet\ t raisonnahbleinnt espIrer do
    cetle sort de regu larisation ii, ll ,i' do
    la condition civil des titrangers qi!e serait
    II'bl i- iit do l'article 6, Wcest, en soiime,
    in efl't moral. Nou vis visons siiout imn-
    pecher qui'oit ne continue d'exploitcr coenire
    nous unie precaution coi oiqie, uine
    m inesure do prl'voya;nct social, failnssonlent
    iuiterpprelc come la prnuve do senti-
    inens et de tendano's Ilsliles A In civil-
    sation. 1E bien Messieurs, c otle riolique
    don't je suis loin do Iruncouinitrie l'impor-
    tancce, n'y aurait-il pi;s nioyen de l;
    donner, en inltressant f'lItrl;iigr plls fran-
    clieinent, plus direrlement q1111 nous n'a-
    vons coulume doe le fire. a;: fonctionine-
    ment de quelqucs-ons de nos services pu-
    bllics ?
    Queii nous puissions lont souls, sans 1idu-
    clatlawrs d'aucine sort, utiliser les Mlemeons
    de civilisalion dont dispose notre pays, qui
    oserN;it le soutceir ? fEn tms ltemps, les
    gonveriieiin 11s li ii out reconI nl Ilt
    ne-ssitc dIie reccurir A t'rtranger pour -
    vangSliser nos popilations, iiintrire nos
    enfuins, appreidre l'exercice A uns soldats.
    11 y a des strangers dans noire marine
    it y on a paruti los ii.'i.-,nIs de E a;it. Ce
    sont des -'li i, ,- qui lwij ini l'hni foot tl
    service do notre Trsor~i rie. NoSs n'hcsi-
    Ions done !pas, i I'aOccmion, a nous aider
    de l"lr' 'i r- r. .Mais, cetto matiere, come
    en tait d'alntes, nolus n'apportons aucnn
    mnlliodle, autcun esprit de suite, si bicn
    qu'on so conntento l plus solvent de nons
    reproclher avec aigrour notre e.xclusivismo
    do proprielairos fonciers, sans le moindre-
    ment nous tenir complex do tout co qui
    dans nos minputs publiques on dans nos
    lois est favorable aux strangers. N'esti-
    miue-vous pas (que 1'tude a laquelle je
    vous convie aurait, entire autres avanta-




  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Last updated October 10, 2010 - - mvs