• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Juillet - Aout 1899
 Octobre 1899
 Fevrier 1900
 Mars 1900
 Juin 1900
 Septembre 1900
 Janvier 1901
 Mai 1901
 Membres actifs de la societe














Title: Revue de la Société de législation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080974/00005
 Material Information
Title: Revue de la Société de législation
Physical Description: v. : ; 29 cm.
Language: French
Creator: Société de législation (Port-au-Prince, Haiti)
Léger, Jacques Nicolas, 1859-
Publisher: Impr. H. Amblard
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1892-
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Law -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1. année (le 2 avril)- 1892-
Issuing Body: Publisher varies: 1892-1894, Imprimerie de la jeunesse.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080974
Volume ID: VID00005
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001109456
oclc - 18691953
notis - AFK5956

Table of Contents
    Title Page
        Page i
    Juillet - Aout 1899
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    Octobre 1899
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    Fevrier 1900
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
    Mars 1900
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    Juin 1900
        Page a-65
        Page a-66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
    Septembre 1900
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page a-1
        Page a-2
        Page a-3
        Page a-4
        Page a-5
        Page a-6
        Page a-7
        Page a-8
        Page a-9
        Page a-10
        Page a-11
        Page a-12
        Page a-13
        Page a-14
        Page a-15
        Page a-16
    Janvier 1901
        Page a-17
        Page a-18
        Page a-19
        Page a-20
        Page a-21
        Page a-22
        Page a-23
        Page a-24
        Page a-25
        Page a-26
        Page a-27
        Page a-28
        Page a-29
        Page a-30
        Page a-31
        Page a-32
        Page a-33
        Page a-34
        Page a-35
        Page a-36
        Page a-37
        Page a-38
        Page a-39
        Page a-40
        Page a-41
        Page a-42
        Page a-43
        Page a-44
        Page a-45
        Page a-46
        Page a-47
        Page a-48
        Page a-49
        Page a-50
        Page a-51
        Page a-52
        Page a-53
        Page a-54
        Page a-55
        Page a-56
        Page a-57
        Page a-58
        Page a-59
        Page a-60
        Page a-61
        Page a-62
        Page a-63
        Page a-64
        Page a-65
        Page a-66
        Page a-67
        Page a-68
        Page a-69
        Page a-70
        Page a-71
        Page a-72
        Page a-73
        Page a-74
        Page a-75
        Page a-76
        Page a-77
        Page a-78
        Page a-79
        Page a-80
        Page a-81
        Page a-82
        Page a-83
        Page a-84
        Page a-85
        Page a-86
        Page a-87
        Page a-88
        Page a-89
        Page a-90
        Page a-91
        Page a-92
        Page a-93
        Page a-94
        Page a-95
        Page a-96
    Mai 1901
        Page a-97
        Page a-98
        Page a-99
        Page a-100
        Page a-101
        Page a-102
        Page a-103
        Page a-104
        Page a-105
        Page a-106
    Membres actifs de la societe
        Page a-107
Full Text


7*. ann6e N- 1,.


Port-au-Prince, D6cembre 1899.


REVUE
DE LA

SOCIETY DE LEGISLATION
Paraissant le 2 de chaque mois.


COMITE DE DIRECTION ET DE REDACTION :
MM. M. LAFOREST President
GEORGES SY-LVAIN Secrdlaire
A. BONAMY Tresorier
EDMOND HERAUX
J. L. DOMINIQUE
SOLON MENOS Membres
ED. LESPINASSE




Sommaire:
Lettre de Mr le Secretaire d'Etat des Relations
Externeres.
Seance d 14 aout.
Seance du 17.
Lettre du Pr6sident de la Soci6t de dLegislation
a Mr le Secr6taire d'Etat des Relations Exterieures.
Loi sur la consolidation de la dette flottante arrieree
Loi sur la surtaxe de 25 0[0.
Loi sur les effects 6mis du ler octobre 1897 au 30
septembre 1899.
Loi operant une reduction de 20 0[0 sur appoin-
tements et pensions civiles.
Loi sur I'armre.
Loi de sanction du contract de Mr Doret.
Contrat de Mr Doret.


ABONNEMENT: 4 an P. 4 Le NumEro P. 0.40


Adresser la correspondence rue des Casernes, N
Chez le President de la Societe.

PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE AMBLARD
136, RUE DU CENTRE 136,









REVUE DE LA SOCIETEP DE LEGISLATION


La maladie nous a empdchds de fire
,paraitre d sa dale ce numero qui ouvre
la collection de la 7e ann6e denotre RE-
VUE. II a 61e dkcid6 ladernidre reunion
de la Societe de Legislation, que cdorena-
vant la REVUE paraitrait norma/ement
tous les deuxmois. Des num6ros extraor-
dinaires pourront dtre publi6s, routes les
fois que la necessity en sera reconnue.
I

IEPUBLIQUE D'IAITI


SECRlTAIRERIE D'ETAT
des
Relations Extkrieures
<-
Port-au-Prince, le "29 Juillet '1899.
Mon cher Concitoyen,
La L6gation de la Rdpublique d'IHaiii A
Paris ayant jug6 convenable de consulter
le Gouvernement sur un cas de revendi-
cation de la nationality hailienne qui lui
a W6t present par Monsieur Streitberg
pere en faveur de ses deux fils sous la
forme d'une demande d'immatriculation,
je n'hesite pas, avant de prendre une de-
cision sur un sujet aussi delicate, a fair
appel aux lumieres de I'Association que
vous presidez avec tant de haule distinc-
lion, en vous priant de soumettre cette
interessante question Ai Messieurs les
Membres de la Socidth de Legislation.
A cet effet,j e vous remets, sous ce pli,
avec priere de renvoi, la d6peche par la-
quelle Monsieur le i\inistri 'l"',nipil: ii-
liaire de la Rdpublique A Paris expose la
question, en vous demandant de vouloir
bien me faire connaitre, aussitlt que pos-
sible, I'avis de la Soci6dt de L6gislation
A cet 6gard.
Veuillez Otre, aupr6s de vos estimables
C.:iIli'.us, l'interprile de mes sentiments
de vive gratitude et agr~er, mon cher con-
citoyen, les nouvelles assurances de ma
haute consideration.
Le Secrdtaire d'Etat des Relations E._itrir'itr',
(Sign6) B. ST.-VICTOR.
Monsieur le President de la Sociele
de Legislation,
A Port-au-Prince.


SAINES DE LA SOCIETY .
Assemblee general d i 14 aobt 1899.

Sont presents : MM. Laforest, Bo-
namy, Sylvain, Dominique, Heraux,
Lespinasse. Viard, Bouzon, St-Rdmy,
Poujol, M6nos.
Presidence de Mr. M. Laforest.
M. Maximilien Laforest, doyen d'Age
du Comit6, pr6sidant la stance. done
un souvenir h M. Thoby, le regrettW
President defunt et fait part a l'Assem-
1ble de la necessilt oi s'est IrouvL Ie
Comiln pour ripondre a une commu-
nication urgente de M. le Secr6taire
d'Etat des Relations Exterieures, de
provoquer une reunion gendrale des
membres de la Socidte avant 1'expi-
ration de leur deuil, afin de leur donner
connaissance d'une question de droit
soumise au Conseil des Secrdtaires
d'Etat par la Lgation d'Haiti a Paris
et transmise i la Societ6 de L6gislation.
II s'agira 6galement en cette seance
de proc6der an renouvellement des
pouvoirs du Comit6, ce pour quoi
une precdente convocation avait 0t6
deja faite sans rsultat la semaine
passe.
M. Georges Sylvain rappelle aux
membres presents que la Socikti, a
sa derniere reunion, avait charge le
Comitte e faire un suprdnme appel aux
Soci6taires que leur longue negligence
a accomplir les obligations sociales
pouvait taire i bon droit consider
come d6missionnaires. Ne devaient
prendre part A la stance de ce jour
que les membres qui se seraient pra-
lablement soumis aux conditions com-
munes. Mais par suite de circonslances
ind6pendantes de sa volontW, le Comit
n'a pu donner A temps cet avertisse-
mert. Dans l'intervalle, le concours
actif des membres retardataires aux
funerailles du Pr6sident ddfunt, come
a la pr6sente A.'emIblde, est venu af-
firmer, ce semble, leur ferme intention
de continue A participer aux travaux
de la Societd en s'acquittant des chat-
ges don't ils resent redevables. La So-
ci6 t doit leur donner acte de cetle in-


__ I_










REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION


pere et ies siennes propres, iiIarncuie
comme citoyen haitien ala Legation d'Haiti
a Santo-Domingo, et le 19 Mai 1898, la
mIme formalht6 s'accomplissait a son e-
gard au consulate d'Haiti h New-York.


( 1) Voici la fornmule de ce texte : Tout A-
tricain ou Indien et leurs descendants sont habiles
a devenir haitiens.
La loi regle les fornialites de la naturalization. *-


tention, qui implique pour eux l'enga- S'appuyant sur ces deux actes et sur
gement de se mettre en rggle. 1'article 3, 3eme alinia de la Constitu-
Apres ces paroles, appuydes par M. le tion de 1889, actuellement en vigueur,
President Laforest, on procede a la Mr S. a produit en faveur de ses deux fils,
nomination des members du Comit. a la Le nation Haitienne h P'aris, une
demand d immatriculalion, comme re-
M. Maximilien Laforest avant reuni levant tous deux de 1'Etat Haitien.
la majority absolne des voix est pro- La question se pose done de savoir si
clam6 Pr6sident de la Soci6t& de L6- une telle demand peut~tre admise, mais
gislation pour la p6riode de 1899 a pour l'examiner juridiquement, il con-
1900. vient, croyons-nous, 6tantdonneeladiver-
sit, desprincipes qui outsuccessivement
Sont ensuite l6us : MM. Georges Syl- rgi cheznouslamatiere delanationalite,
vain, Secr6taire, ; Bonamy, Tresorier ; de la diviser en deux autres se rappor-
J. L. Dominique, Ed. Heraux, Solon plant chacune au cas particulier de F'un
M6nos, Ed. Lespinasse, membres du et de l'autre fi's A surtout de preciser
Comile de direction et de rddaction. avec soin le regime constilutionnel sous
Une commission, formne de MM. Do- lequel s'est accompli le mariagede Mr S.
minique, H1raux et Bouzon, est char- C'est cette dernibre indication qui doit
gi1 d .e, vd s- servir h fixer, de facon non equivoque,
gee de verifier les competes du Treso- la nationalist de Mme S. au .regard de
rier pour l'exercice 1898-1899. I'Etat haitien.
Puis l'on passe a la question posee De la loi du 18 Octobrel860 a la Cons-
par M. le Secr6taire d'Etat des Rela- titution de 1874 le marriage entire un 6tran-
tions Ext6rieures. Pour I'dtude prea- geretune hnitienne n'entrainait pas, pour
lable de cette question, le Comit6, vu la femme comme conusquence juridique
I'urgence, a pris I'initiative de nommer se produisant de plano, la perte de sa
une Commission, composer de MM. 'lualite national. Elle la gardait et la
D6vot, Heraux et Sylvain. Cette Cor- communiquaita sesenfants (Art. 2. Art. 5
mission depose le Rapport suivant, etArt. 6 de laloi du 180ct. 1860 etArt 3
don't lecture est donnne par M. le Se- de la Constitution de 1867. )
crelaire: Ce fut la Constitution de 1874 qui mo-
difia, a ce point de vue, la 16gislation
RAPPQRT, preexistante et fit renlrer parmi les effects
16gaux de l'union matrimoniale le change-
u ment de condition national dela femme
Messieurs et Collegues, lhaitienne 6pousantun Ctranger(Art 4) (1).
Voici, tels qu'lls se d6gagent de la dd- On voit ais6ment, d'apris cela, que
pdche de Mr le Ministre Plinipotentiaire 1'.tat des deux jeunesgens, en ce (ui con-
d'Haiti a Paris. en date du 8 Juin der- cerne la nationality, est sous la depen-
nier, au Conseil des Secritaires d'Etat, dancedeceluide leurmLrequi, lui-mime,
les fails d'oft rdsultent les questions de depend de la date du marriage.
droit que, sur la demand duSecr6taire La d6piche du Ministre d'Haitii Paris
d'Elat 'es Relations Exterieures exprinee dit bien que c'st sons I'empire dela
en salettre du 29J,;iil:--i-.i'-,vousnous Constitition de 1874 que cet acte s'est
avez charges d'examiner et de rdsoudre, accompli. mais d'autre part on est en
conforin6ment aux textes et aux princi- droit d'infrer de la teneur du certificate
pes de notre legislation. d'imnmatriculation a Slo-Domingo pour
Un llranger epouse en 1876, Melle L. 1'obtention de laquelle Mr S. avait in-
haltienne et de descendance africaine. voqu6 l'article 6 de la loi du 18 Octobre
Le 25 Octobre 1878 L Port-au-Prince, ,;, et I'art. 3 de la Constitution de 1867,
unfils leur nait. Mr Th. S. qui, en 1883, quele marriage a eu lieu conlormiment
est suivi d'un second garcon, Mr Ph. S. aux rPgles advises avant 1874 c'est-h-dire
Au mois de Dicembre 1897 ( le huit ) A une date posthrieure a l'abrogation faite
le ler garon fut sur les instancesde son le 15 Avril 1877 de laConstitution de 1874.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Noustrouvant, par lh, dans l'ind6cision
au sujet d'un renseignement de premiere
importance, de nature a influer si pro-
fondement come vous l'avez vu, sui
la solution de nos questions, nous soinr
mes foredment amends h faire de nou
velles distinctions en faisant intervenii
dans I'examen de chaque espece : pre-
mierement, la Constitution de 1867 e
les principles qui r6gissaient la matire
avant 1874, et ont etk avec elle r6tabli,
le 15 Avril 1876 pour rester en vigueui
jusqu'au 18 D6cembre 18i79; deuxinme
ment, la Constitution de 1874 visee pai
le d6p&ehe du Ministre d'Hatti a Paris
II nous faudra aussi utiliser, en ce qu
concern le second fils, I'art. 3 de 1,
Constitution du 18 Deceimbre 1879, e
faire concourir avec tous ces textes 1I
principle de la non-retroactivite des loi!
don't vous ne trouverez peut- tre pas uni-
tile, MM. que nous tlablissions, des main
tenant, aussi rapidemeut que possible
le caract&re exactet le champ d'applica-
tion.
Les lois positives ne sont pas chose,
immobiles, lixees une iois pour toules
elles changent au contraire et se modi-
fient, suivant, en cela, le mouvemenl
inmne des moeurs, des id6es, les besoins
sociaux et les necessitds politiques et in-
ternationales. Mais, pour le maintien
m&me de l'ordre social, it n'Wtait pas
possible desoumettre I'Ntat des persotwes,
leurcapacitd, les multiples rapports de
droit dans lesquels elles peuvent se trou-
ver engages soit entire elIes soit avec la
collectivilt repr6sent6e parl'Etat, i toutes
les fluctuations qui pourraient r6suller
des changements successifs de h6gislation.
II fallait faire regner la stability dans les
rapports juridiquement 6tablis, donner a
chaque individu la certitude que ses
droits acquis seraient constamment et
toujours respects, que les actes par lui
contracts produiraient les effels en vue
desquels ilsavaientite faits, que son dtat et
sa capacity resteraient A I'abri de toule
atteinte, de toutedisposition 16gale pos-
tdrieure venant les modifier contreson gre.
De cette necessite social est n6 le prin-
cipe de la non-retroactivit6 des lois, ac-
cueilli, cornme vous savez, par notre code
civil et par nos Constitutions.
L'art. 2 du code civil dit : i La loi ne
dispose que pour I'avenir : elle n'a point
d'effet retroactif. et l'art. 17 de la Cons-
titution porte : Aucune loi ne pent avoir
< d'effet retroactif :
% La loi retroagit toutes les fois qu'elle


k ravit des droits acquis. )
e La place donnae a cette rcgle dans le
corps inm e de la Constitution lui con-
Sfre une force touteparticuliere en vertu
de laquelleelle lie lel6gislateurlui-m6me.
SPrincipe tutelaire, applicable a tons les
r ordres de rapports juridiques, prives ou
publics. Le Pouvoir Consiituant seul v
1 pourrait deroger et par une disposition
e xpresse.
r Mais pour la just application de ces
deux textes, il imporle de distinguer en-
r tre les effects directs et les effects indirects
d'un acte juridique. Certains actes ne
i produisent leurs effects que .successive-
Sment, si bien qu'il peut y avoir lieu de
t rechercher, par suite d'un changement
Sde legislation, si l'eflet qui se d6gage a-
Spros un certain laps de temps etsons 'eim-
. pire de la nouvelle loi, est une cons6-
Squence directed de l'acte, une de cells
que les parties avaient principalement
Senvisagees, sur lesquelles elles avaient
droitde compiler, outseulement une cons6-
Squence indirecte, qu'elles avaient bien
* pu prevoir, mais qui ne constitute pas
' 'objet ou 1'un des delments de l'objet
Squ'elles avaient eu surtout en vue et qui
les avait d6terminees a aagir. Aux effects
directs on applique la loi ancienne, aux
effects indirects qui le plus souvent ne
donnent lieu qu de simples esperances,
it des expectatives de droit, on peut appli-
quer la loi nouvelle.
Quant aux actes don't V'ellet suit I'ac-
coinplissement d'une facon instantande,
se realisant pour ainsi dire en mime
temps que la cause, il n'y a pas a se
preoccuper de la distinction prece-
dente. La loi ancienne les rdgit et seu'e
elle les regit.
La fixation de la nationality, soit par
I'effet legal du marriage ( en ce qui con-
cerne la femme ) soit par l'effet de la
naissance ou mine de la conception,
puisque en cette matiereinfans concepts
pro nato habetur, est un fait indecom-
posable, se realisant en un instant de
raison, et sur lequel aucune loi a venir
ne saurait avoir prise. Elle donne lieu par
sa nature, h la strict application du
principle de la non-retroactivild de la loi.
Apres ces considerations, nous pou-
vons passer a la parlie concrete de notre
examen, qui, ainsi que nous vous l'avons
annonc6, ncessite les deux interrogations
suivantes :
10 Mr Th. S. est-il haitien d'origine,


_ ____ __










REVUE DE L. SOCIETE DE LEG1SLXTION


on peut-il tLre considered come tel ?
2 Quid, en ce qui concern Mr Ph. S?
Premiere question. -
Ensupposant que Mr etMmneS. ontcon-
tract6 marriage en 1875, aprds le 15 A-
vril, c'est-h-dire aprds la restauration de
la Constitution de 1857 et I'abrogation
de celle de 1874, il resort du rapproche-
ment de l'art. 3 de la Constitution de1867
et de l'art. 6 de la loi du 18 Oct. 1860,
puis de leur combinaison avec la r6gle,
suivie antdrieurement h 1874 regle dd-
duite de la loi ci-dessus de 1860 et notam-
ment deses articles et 5 et qui permettait
a l'haitienne 'pousant un stranger de
conserver sa nalionalitd, il resort de ces
divers textes et principles que Mr Th.
S. est nd d'un pere stranger et d'une
haitienne, haitien par consequent.
L'art. 3 de la Constitution de 1867, con-
forme en cela au ler alinda de'l'art. 6 de
la loi du 18 Oct. 1860 dit en effect : Sont
haitiens tonis individus nds en pays 6tran-
on en Haiti d'un Haitien ot d'une Hai-
tienne set M. Th. S. venuau InondehPort-
au-Prince en Oclobre 1878, c'est-a-dire
a une date oii cclte Constitution n'avait
pas encore ktIabrogee, prenait ndcessaire-
ment place parmi les regnicoles. Ancun
doute, nous semble-t-il, ne pent tre
soulev6 sur ce point.
La Constitution de 1879 qui avail re-
pris, puis compdlte, en une formuleplus
heureuse, la reglede l'art. 4 de la Cons-
titution de 1874, n'a pu avoir, en pareille
matidre qui concern l'dlat d'une per-
sonne, aucun elTetrdtroactif. Encore moins
la Constitution de 1889, venue dix ans
apres i'autre.
Posons maintenant le faith, qui rdsulle
de la d6pclhe du Ministre d'Haiti h
Paris, du marriage contract sons l'em-
pire de la Constitution de 1874.
Mme S. cesse alors d'etre haitienne
d&s le jour de son marriage et Mr Th. S.
nail, en Oct. 1878, de pere el mere strangers,
elranger lui-meme. La Constitution
de 1867 et la legislation hnterieure a
1874 relative a I'haitienne marine a un
stranger, reslaurdes en Avril 1876, n'ont
pu effacer rOeroactivement un effect de
droit ddfinitivement produit par la Cons-
titution de 1874.
Ce mnme principle, rdpdtons-le, qui est
chez nous d'une efficacilt toute particuliere
par suitede la place qu'iloccupe et qu'il
a constamment occupee parmi nos textes
constitutionnels, nous otlige a repousser


I'application au revendiquant du 3I me
alinea de 1'art. 3 de la Constitution de
1889 qu'il invoque egalement, comme
nous Fapprend la depeche du Ministre.
La regle consacree par cetalinda, base,
comme vous savez, sur lejus soli restreint
a une cat6goriede personnel, cells ayant
du sang africain dans les veines, n'est
pas nouvelle. On la retrouve, lour ne pas
remonter plus haut, dans la Constitution
de 1843. Mais elle avait depuis subi une
eclipse assez longue pour ne pouvoir 6tre
aujourd'hui consideree comme une regle
traditionnelle, en coiformitd continue,
quoique non exprimee formellement,
avec l'esprit de notre legislation. A ce
point de vue, elle peut passer pour une
innovationdu dILgislateur de 1889, ne
touchant done pas ceux qui, de 1860 a
1889, sont nes dans les conditions qu'elle
prdvoit.
Reste maintenant a se demander, tou-
jours a l'egard de Mr Th. S :
Si, en vertu des deux immatriculations
par lui oblenues, et en dehors de toute
attribution 16gale, il ne serait pas apte a
jouir de la quality d'Haitien par suite
de la possession td'Mat.
Ici encore des renseignements nous
manquent, qui seraient necessaires pour
rdpondre. II s'' ;.,i! de savoir si, dans
routes ses rrl.itli, m d'affaires, dans les
actesjournaliers dd sa vie civil, it a det
toujours et constamment tenu pour hal-
tien et trait come tel.

DeuxiBme question.
Nous arrivons au cas de Mr Ph. S. ne,
lui, en 1883 (1), la Constitution de 1879
6tant en vigueur.
La mine distinction pr6alable est a
refaire ici
Le marriage d'ot il est issue, s'est-il ef-
fectue avant on a)prs !e 15 Avril 1876,
sons la Constitution de 1874 ou sous celle
de 1867, la substitution d'un regime cons-
titutionnel a l'autre ayant eu lieu juste-
ment a cetle date du 15 Avril?
Si c' st i la Constitution de 1867 qu'il
se faille rdfdrer, son silence sur la ques-
tio du changenient d'etat de la femme
reme tait debout la rbgle antdrieure h
1874 qui, rappelons-le, maintenait sa na-
tionalit d origin a l'haitienne 6pousant
un diranger.
Mr Ph. S. serait done nd de mere hai-
(1) Toujours a Port-an-Prince, semble-t-il. Mais
cola n'est expr6ssement dit nulle part dans les do-
cuments que nous d6tenons.


I _I









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


tienne etl'art3(1)de laConstitutionde 1879 ] finitifde la Revolution, ont cess6 d'exister
en vigueur a la date de sa naissance, les actes nulsdes 1'origine, qualilids lois,
( 1883 ) lui attribuerait la nationality de dderets, arr8tes, rendus a partir du coup
sa mire qu'il aurait gard6e, le principle d'Etat du 14 Mai 1874; et a de fait repris
de la non-retroactivite des lois agissant loute sa force et vigueur la legislation de
jusqu'a present. la Rpublique telle qu'elle existait an 14l
Si. au contraire, c'est a la Constitution Mai 1874 D.
de 1874 que l'ondoivese soumeltre, pour Ce texte, come vous voyez, ne vise
determiner la nationalist de l'Cp use, e pas, d'unefacon distincte, la Constitution
jeune homme, n6 de pere et mire etran- de 1874, qu'il serait peut-etre difficile de
gers serait, de naissance, stranger au Pays, ranger sods la denomination genCrale
le 3e alinCa de l'art 3 de la Constitution de lois, qu'il emploic. II est vrai que le
de 1889 n'ayant pas de prise sur le passe. considerant qui le pricede rarle de la ld-
Les deux piiees ( nous voulons parler galitd constitutionnelle violemment inter-
des deux certificatsd'immatriculation)qui, rompue par le coup d'Etat du 14 Mai 1874.
dans l'espece precedente, servent de point Mais ces expressions, pour energiques
d'appui et d'attache a la question relative qu'elles soient, suffiraient-elles a motive
a la possess on d'tat, faisant ici dfaut, extension delamnesure-- une nullitd opd-
il n'y pas lieu de se poser cette question. rant rdtroactivement--- a la Constitution
Nous resumerons notre examen, MM. elle-mime de 74? Un considdrant peut
dans les conclusions qui snivent servir a degager esprit d'une loi, I en
lo Le marriage de Mr S. avoc Melle preciser Ie but et les motifs, mais ne serait-
L. R. ayant eu lieu sous Fempire de la ce pas aller trop loin que de vouloir y
Constitution de 1867 et par consequent chercher de quoi supp!eer au silence ou
des rCgles antcrieures a 1874 remises sur aux lacunes du texte merne adopted par
pied par suite de l'abrogation, le 15 Avril le 16gislateur ?
1876, de la Constitution de 1874, les deux Quoi qu'il en soit, en cc qui concern
jeunes genssont en droit haitiens d'.,rl:'li-.' l'intluence que pourrait avoir celte me-
et peuvent Etre en cette quality immatri- sure sur les questions qui font I'objet de
cules h la 16gation d'Haiti i Paris. ce rapport, nous pensions que les terms
20 Le manage s 6tant fait ant6rieure- de l'art 2, la rendent coinpl6temnnt ino-
ment I la reslauration de la Constitution perante en cc domain.
de 1867, sous la r'gle de 1'art. 4 de celle
de 1874, les deux jeunes gens nes de pere (t En ce qui concern, (lit I'art 2, soit les
et de mere strangers, sont eux-nmimes e- t operations intervenes entire les tiers
rangers et ne peuvent invoquer, cor me ( sous l'empire des actes de Doming e,
applicable I leurcas, le 3e alina de l'art. k soit cel!es qui out 6td accomplies par
3 de .a Constitution de 1889 qui ne dis- ces tiers en obtissance aux prescriptions
pose qe pour o'avenir et ne peut r6tro- < de ces mlmes acles durant leur exis-
pose quo pour l'avenir et no pent retro- i teinc de faith, ii ne sera en aucun terps
agir (Art. 2, C. civ. et art 17 de cette mlme m teice di fait, il ne sea en aucun temps
Constitution). a invoque centre les int6ress6s des nul-
3o En ce qui concern le ils aind, Mr < litds tireesdau iceorigineldes dits actes. ,
Th. S. il y a I se demander si des circons- Assurmnent il nes'agiraitpasd invoquer
tances de fait, Mtablissant qu'il a 6te, la nullit6-ab initio de la Constitution de
depuis uu aps de temps assez long, tenu 1874 centre Messieurs S. puisque cc
pour Haitien et trait come tel, venant sont eux, au contraire, qui auraient in-
s'ajouter ax certificats d'immatriculation ter&t i Ifinvoquer et qua, doa.ut donned le
qu'il aproduits, ne devraientpas le mietre but oui ils tendent, ettle nullito serait
a meme de fire valoir cette possession tout a leur advantage.
d'etat come lait attributifde nationality. Mais pourrait-on adnettre que nulle a
Subsidiairement, MM, nous croyons de- leur 6gard, la Constitution de 1874 ne 1e
voir vous rappeler qu'il a ele rendu le 6 filt pas a l'6gard des personnel qui nces
Oct. 1.i7. une loi, promulguce le 9 du du marriage d'un stranger et d'une hal-
meme mois don't l'art Ier porte :tienne, pendant qu'clie 6tait en vigueur,
t Avec le retablissement de la Constitu- se sont rI-,-.a-i.- come 6trangeres ? Et
tion de 1867, effectue par le triomphe dd- si on admettait d'une facon g6ndrate cette
nullit6, les r6clamerait-on comme hai-
(1) Art. 3. Sont haitiens tous individus nes en tiennes, en s'appuyant sur l'l.ll..n:il-nt
Haiti ou en pays stranger d'un haitien on dune pur et simple du texte constitutionnel de
haitienne.
Sont 6galement haiiens tous ceux qui, jusqn'd 1874, dans le passe come pout' les an-
ce jour, out ete reconnus en cette quality. nees qui se sont 6coules de 1876 ( Avril








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


I 1879) DWcembre) ? On entrevoit, sans
que nous ayons a insisted, dans quels con-
fits de lois nous jetterait 1'adoplion d'une
pareille maniere de voir.
Maintenant, Messieurs, avant de clore
ce rapport, nous sera-t-il permis de vous
convier a emetlre avec nous un voeu:
C'est que le- rigles r6gissant 1'ilat et la
capacity civil des personnel, celles sur-
tout ayant trait aux questions de natio-
nalitd, soient enlev6es de la Constitution,
inscrites dans une loi sp6ciale annexde au
Code civil et qui pourra e6re incorporde
h ce Code A l'poque, qui ne sera pas trop
lointaine, esperons-le, oui il sera juge ne-
cessaire d'en entreprendre la revision.
Elles echapperont par lh aux vicissitudes
de nos lois constitutionnelles et acquer-
ront une slabilit6 relative qui rendra les
problemes que soul6ve la naLionalit6
.moins complexes, plus faciles h trailer
qu'elles ne le sont actuellement.
Port-au-Prince, le 12 Aofit 1899.


-GEoRGErs SYLVAN,


Eom HIRAUX,


JUSTIN D1VOT,
rapporteur.
M. le Trdsorier Bonamy opine, en
raison de importance de la question,
pour l'impression du Rapport et la de-
mande au Ministre de 1'acte de ma-
riage de Mine S. Aucune des pieces
soumises ne permit, en effet, A son
avis, de delerminer d'une fagon for-
melle si cette dame 6lait haitienne A
l'epoque de son marriage.
M. Ic Secrdlaire Sylvain pense qu'il
sulfira de viser, a la suite ou en marge
du Rapport, l'hypothise oft Mime S.
aurait dt6 6trangdre lors de la c6l6bra-
tion de son marriage, encore que la
prdsomption contraire semble rdsulter
des divers documents products. En ce
cas, la seule question qu'il resterait i
discuter serait celle de savoir si les
enfans peuvent exciper de la quality
d'Hailiens, sous le bdndfice rdtroactif
de l'art. 3, 3" alin6a, de la Constitution
de 1889.
Pour rdpondre au scrupule mani-
fest6 par M. Bonamy, M. Sylvain fail
le r6sum6 des points de doctrine sou-
levds par le Rapport :
1o. Quel est la portee precise et quel
est le champ d'application du principle


de non r6lroactivit6 des lois, inscrit
dans l'article 17 de la Constitution en
vigueur et dans 1'article G2 du Code
civil? Doit-il 6tre considdr6 come ne
s'appliquant pas a la disposition de
l'art. 3 de la Constitution de 1889 in-
voqude dans l'espce ?
2o. La lei du 6 octobre 1876 decla-
rant nuls !es actes du Gouvernement
de Domingue a-L-elle pu abroger et
a-t-elle abrog6 en fait la Constitution
de 1874 ? Dans tous les cas, cette dis-
position ne doit-elle pas etre 6cart6e
en 1'esp&ce, de par les reserves mnmes
qu'elle formule ?
La prochaine reunion est fiu:e a jeu-
di 17 du courant, 10 heures du martin.
REUNION DU 17 AOU7 1899.
Sont presents : M. M. Laforest, Bona-
my, Sylvain, Heraux, Saint-R6my, Pou-
jol, M6nos.
Pr6sidence de M. M. Laforest.
M. le Secrdiaire donne lecture du
proc6s-verbal de la derniere Assembl6e,
qui est sanctionne par la reunion.
Puis ii fait part a ses collogues de la
composition du prochain numero de
la (( Revue ), consacre a M. Thoby.
On ldecilde de reprendre a frais re-
duits la publication de la x Revue > et
la perception des cotisationsmensuelles.
Le Tr6sorier est autorise a prendre
des arrangements avec les colleagues rc-
tardalaires pour la liquidation de leurs
arridres.
Le Rapport de MM. Hraux, Sylvain
et Ddvot est mis en discussion.
M. le Secretaire. Messieurs, come
a toute discussion il faut une me-
tlode, voici les divisions du sujet sou-
mis i vos deliberations, lelles qu'elles rd-
sultent du Rapport que nous avons eu
1'honneur de vous lire B la derniere
seance.
Deux points de doctrine se degagent de
l'dtude de la question. De leur solution
doit driver celle de I'esp6ce don't l'exa-
men nous est d6ferd. Permettez moi de
vous les rappeler.
10 Quelle est la portie precise et quel
est le champ d'application du principle de
non r6troactivile des lois, inscrit dans










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


I'article 17 de la Constitution de 1889 et
dans 1'article 2 du Code civil? Doit-il
etre considered come ne s'appliquant
pas a la disposition de 1'article 3 de la
Constitution de 1889 invoqude dans l'es-
pkce ?
2 0 La loi du 6 octobre 1876 qui declare
nuls les actes du Gouvernementde Domin-
gue a-t-elle pu abolir et a-t-elle aboli en
fait la Constitution de 1874 ? Dans tous les
cas, cettedisposition ne doit elle pas etre
dcart6e en 1'esp6ce, de par les reserves
i6rnme qu'elle formula ?
Si l'on admet que la Constitution de
1889, article 3, 3e alinda, doive rdtroagir
au cas de Mr Th. S. nd en 1878 et de Mr
Ph. S. ne en 1883 la question se r6sout
du coup. Les fils S. sont Haitiens, des
lors que leurs actes de naissance 6tablis-
sent qu'ils sont n6s en Haiti et qu'on
prouvequ'ils descendent parleur mere de
la race africaine. -- Peuimporte, dans cette
hypoth6se, que la m6re fft Haitienne ou
6trang6re a 1l'poque de son marriage.
Si I'on juge, au contraire, que le prin-
cipe g6ndral de non r6lroactivit s'appli-
que aux prescriptions constitutionnelles
et specialemnent a celles qui d6terminent
la nationality, la question se subdivise
en plusieurs hypotheses.
1" hypothise. Mere etrangere, lors
son nma;'age. Les enfants 6tailt n6s
avant le regime de la Constitution de 1889
d'un p6re stranger et d'une mere 6tran-
gere, sont strangers tous deux.
2' hypoth6se : HMre haitienne, lors de
son marriage.
Selon la solution qu'on aura adoptee a
1'egard du second point de doctrine, les
solutions particuli6res seront elles-m6mes
modiliees.
Consid6re-t-on comme abolie par la loi
du 6 oct. 1876 la Constitution de 1874?
La Constitution de 1867 tenue pour n'avoir
jamais cess6 d'"tre en vigueur, de 1874 a
1876, et la loi de 1860, r6glent le cas de
Th. S. qui, nd en Haiti de m6re restee
haitienne, est Haitien.
II en est de nmme de M. Ph. S, n6 sous
l'empire de la Constitution de 1879, mais
de mere restie Haitienne.
Admet-on, au contraire, que dans 1'es-
pece, la dispositiotfde la loi de 1876 ne s'ap-
plique pas? Nouvelle subdivision, reli-
tive h la date du marriage.
a ) Mariage cuntract6 sous 1'empire de
la Constitution de 1874, c'est-h-dire avant
la date du 15 avril 1876 of la Constitution


de 1867 a 6td r6tablie. MNmes conclu
sions que dansla le hypoth&se.Mire deve
nuedtrang6re par le marriage, pEre 6tran
ger : enfans strangers.
b ) Mariage contract sous I'empire de
la Constitution de 1867 restaurie, c'est-a-
dire a partir du 15 avil '1876. Memes
conclusions que dans la 2 h1ypoth6se, ler
alinda. M~re restie haitienne, malgre son
marriage avec un stranger : enfans ns en
Haiti, haitiens, 1'un en vertu de la Cons-
titution de 1867 encore en vigueur en 1878,
date de sa naissance, l'autre en vertu de
la Constitution de 1879 en vigueur en 1883.
Subsidairement et en dehors de ces ( -
verses hypotheses, les rapporteurs esti-
nent que la possession d'6tat, qui sem-
b!e resuller en quelque measure pour M.Th.
S. de ses deux actes d'iminnatriculation,
pourrail trc invoqu6e en faveur de ses
pretentions h la quality d'Haitien, 'si les
elemens en 6taient ldfment 6tablis.

M. Solon MAnos. Dans l'interkt
d'une bonne m6thode. il serait, selon
moi, pri.'-f--1iih- de commencer la dis-
cussion par la second des questions
en d6bat, qui surtout imported au point
de vue pratique.
M. le Secr6laire. Erreur La ques
tion de rltroaclivitk doit 6tre examine la
premiere comme 6tant la plus g6nd-
rale. Si on la resout dans le sens de la
rdtroactivill, l'espece soumise se trou-
vera du coup resolue.
La reunion consulate, decide d'a-
dopter pour la discussion 1'ordre indi-
qu6 par les rapporteurs.
M. M1inos. Je pense, Messieurs,
que, d'une facon g6inrale, le principle
de non-retroactivit6 des lois, ne r6git
pas les lois constitutionnelles. Ce qui
m'autorise a le dire, c'est que d'abord
cette disposition n'a pas dans les le-
gislations dtrangfres la port6e genirale
que le Rapport voudrait lui attribuer
dans la n6tre. Pour ne parler que de
la legislation francaisc, don't nos lois
sont en grande parties inspires, les lois
constitutionnelles, comme les lois de
procedure, r6troagissent en France. II
e~.t vrei que 1 une distinction est A
faire. Le 16gislateur frangais a retire
de la Constitution les dispositions qui
reglent 1'6tat et la capacity des per-


I;I II II l 191! 11:1 l l I I I ll C11 tMIl 1111 IIII]IIIIN IIIII l l IIl l 11] 111111111gl l I l l !IlRilIlI IlIIl 1 l I1A III 11










REVUE DE LA SOCITI TDE LEGISLATION


sonnes et les a ranges, i bon droil
d'ailleurs. parmi les matieres de
droit civil. La plupart des auteurs ad-
mettent la ritroactivit6 pour les lois
sur la capacity et la non-retroaclivite
pour les lois sur I'etat des personnel.
Chez nous, il n'y a pas lien a de
semblables distinctions. Le legislateur
hailien en inscrivant dans la Constitu-
lion les regles sur la nationality a en-
tendu leur attribuer I'autorit6 des lois
conslitutionnelles. Or, je le repete, ces
lois 6chappent an principle de non-re-
troaclivit6. Decider autrement, c est
decider que le l1gislateur constituent
a pu se lier, limiter par advance son
action : ce qui est inadmissible. En cc
qui concern l'art. 3, 3e alinea de la
Constitution de 1889, la volont6 du 16-
gislateur d'en 6tendre l'application au
pass r6sulte des termes monies de l'i-
ticle qui sont p6remptoires. Ne le fus-
sent-ils pas autant que cette intention
pourrait ilre considered come tacile.
La Constitution, don't la lettre doil pri-
valoir, n'ayant pas distingue, la r6tro-
activile s'impose.
M.. Georges Sylvain. Avant de
r6pondre d'une fagon precise a l'ar-
gumentation de notre college M&-
nos, je liens A vous donner lecture
d'une leltre de Devot, diveloppant en
vue de la pr6sente discussion cette par-
tie du Rapport.

Messieurs,
Ayant appris que quelques doutes, si
nondesobjections fermement pr6sentees,
se sont levees a la seance de lundi der-
nier au sujet de 1'etendue du champ d'ap-
plication du principle de la non-retroac-
livite des lois, lelle que l'dtablit le rap-
port, dat6 du 12 courant, de la commis-
sion don't je suis le rapporteur, je crois
utile de vous presenter quelques consi-
,darations supplemenlaires et speciale-
ment destinees h montrer que, dans notre
Pays, le principle en question tend son
empire aux dispositions constitutionnelles
relatives a 1'ltat et a la capacity des.
personnel.
Revenant sur la nature propre et la
force de prehension de cette regle,
vous ne trouverez pas mauvais, je l'es-
pere, que je rappelle tout d'abord I'o-
pinion sur ce point de quelques-uns


des coinmentateurs les plus autorisds du
Code Civil francais, opinion qui, trans-
port6e du droit francais au droit haitien,
acquerra en ce dernier domaine une
efficacit6 encore plus grande, 6tant donni
que la legislation haitienne confire h la
non-retroactivitM de la loi le caractere de
principle constitutionnel que ne lui donne
pas ou plulot que ne lui a pas maintenu
la lIgislalion francaise.
Voici premierement Mr Demolombe,
que nous dit-il 1
< La retroactivity des lois ( et il prend
Sle mot loi dans son acception la plus
( large ) strait tout a la rois illogique
a dans son principle et dIsastrense dans
a ses rdsultats ; illogique, puisque la loi
a ne saurait ilre obligatoire avant d'6tre
a connue /Art. 1 ) puisqu'il n'est pas
a raisonnablement possible de d6criter
a des commandments, des defenses ou
( des permission pour des actes passes,
a pour des fails accomplish ; disastreuse
( surtout, puisque la soci6t6 serait ainsi
s livrde a l'instabilitW la plus d6plora-
a ble, au plus effrayant arbitraire ; puis-
s que les interets les plus precieux et les
< plus sacres des citoyens et des fa-
a miles ne reposeraient plus sur au-
a cune base, sur aucune garantie. < Cette
v6rite, ajoute-t-il, est incontestable et
chacun la comprand come par ins
tinct. ) (Tome I. N O 37 ).
11 dit plus loin (( notre maxime s'ktend
a et plane sur toute la legislation ; elle
(. touche a toates les malieres du droit.
Et passant aux principles matieres du
droit, il montre comment le principle s'ap-
plique a la naturalisalion, a I'itat et a
la capacity des personnel, etc, etc.
Les lois constitutionnelles franchises se
sont allegces,on le sait, des dispositions
relatives h eel ordre de fits juridiques
( nalionalitU, etat et capacity civiles des
personnel ) que reliennent rt r~glemen-
tent encore- au moins partiellement -
nos Constitutions. Aussi comprend-on
aisenient que celles-ci aienttoujours con-
sacrd, dans un texte special, un principle
qui, sous peine d'dbranler 1'ordre social
lui-minme, doit maintenir sous son em-
pire des taits juridiques que nulle legis-
lation rationnelle ne peut songer a y
soustraire. Les autres' dispositions cons-
titutionnelles, celles d'un caract6re
plus sp6cialement politique--nesont guere
de nature A mettre en jeu de principle
de la non-rdtroactivite. Lt c'est en envi-
sageant cette cat6gorie de lois, que Mr
Th. Hue, conseiller h la Cour d'appel de


~,~;//IN/-rn-










REVUE DE LA SOCIIETIE DE LEGISLATION


II a~*lrss d~srrrs ~ fJ~ ffr~bflg,,3J'mrrfsas pVpw


Paris et Professeur flonoraire des Fa-
cultts de droit, dit dans son recent com-
mentaire ( 1892) du Code Civil ( Tome I
page 64) : a Pour les lois politiques le
Sprincipe qui s'impose est celui de I'u-
nitd et de I indivisibilit6 du regime quo
ces lois ont pour but de constituer. ,
Quant aux lois civiles, que cet auteur
prend dans leur acception la plus large,
par opposition, dit-il, aux lois penales et
aux lois politiques ( et a ce compete nos
dispositions constitutionnelles sur la na-
tionalit6 sont lois civiles )voici les regles
qu'il pose : ( page 66).
10 Une loi nouvelle s'applique tout
naturellement non seuleinmnt aux faits
futures qui se prodluiront sans aueune
relation avec un fait anterieur, mais en-
core aux faits futures qui soit la consd-
quence de fails anterieurs (on s3 rappelle
que notre rapport soutient qu'il y a lieu
e distinguerh cet egard entire les con-
s6quences direcles et les consequences
indirectes du faith antdrieur. )
20 Une loi nouvelle ne peut rtre ap-
pliqude pour porter atteinte h des droits
definitivement acquis a ceux qui out agi
sur la foi de l'ancienne lo ; ce qu'on
exprime par ces mots : elle n'a pas d'effet
rMtroaclif.
30 ( mnme sens que le 2 )
40 Maissi une loi nouvelle se bornait
A diminuer ou h amnantir de simple; dven-
tualitis ou expectativeo n'ayant pas le
caractere dci droit acquni avant sa pro-
mulgation, on ne pourrait pas dire qu'elle
retroagit.
Puis, apresavoir precise cequ'il faut en-
tendre par droit acquis et arrivant aux
solutions d'especes, ii applique le prin-
cipe de la non-retroactivite desloish cells
qui d6terminent la nationalii6, etc.
11 y a lieu d'y insisted MM. en tout
&lat de cause, le principle n'ett-il pas Wte
solennellement proclaim chez nous par
la Constitution, ilefit encore fallu I'appli-
quer en matiere d'etat. Un .tat social, oif
il ne rdgnerait pas en pareille matiere,
ne serait pascompatibleavec les conditions
fondamentales d'ordre et de stability qui
permettent d'asseoir solidement les so-
cikt6s politiques, ne serait done ni sta-
ble ni bien ordonnd. La loi NO 1 du
Code Civil Haitien, correspondent an
titre preliminaire du Code Civil francais,
est une loi contenant des dispositions
gdndrales ddict6es, on le salt, en vue de
de la promulgation, de I'application et de
I'abrogation de toute r6gle l6gale, quel-


qu'elle soit, de quelque division du droit
qu'elle releve. Le l1gislateur constituent
a jug, utile de recueillir quelques-unes
de ces r6gles dans la Constitution, leur
d)nnant encore plus de vigueur. bien I
Mais, s'il n'avait point tait cette adoption,
s'aviserait-on de soutenir-que les dspo-
tions d'ordre constitutionnel echappent
toutes a la loi NO 1 du Code Civil? Et
pour ne citer qu'un example, refuserait-
on de fire etat pour l'application de
regles constitutionnelles relatives a la
capacity civil, de l'art. 7 du Code Civil ?
Et n'est-ce pas ce texte et I'art. 5 qui le
precedent qui seuls peuvent chez nous
servir de fondement a la thdorie des
status, sur laquelle q son tour, reposent
celles du droit International prive.
Vous voyez done, MM. que je vais
jusqu'd coucevoir come parfaitement
rationnelle l'opinion que, mime en I'ab-
sence de l'art. 17 de la Constitution, les
regles des chapitres I et II du Titre II de
cette Constitution ne devraient pas retro-
agir. Encore moins le doivent-ils, en prd-
sence de cc texte qu'il est impossible de
ne pas faire intervenir dans l'application
des autres textes constitutionnels.
En prceisant le sens et la portee de
l'art. 17 ( Constitution ) un constituent
disait : < Non ; ce n'est pas seulement le
c Code Civil, cesont toutes les lois civiles,
a pdnales, commercials, administrative
< et autres qui ne rdtroagissent point.
( Edition du Code Civil par L. Borno
page 6 ).
c;ette declaration est bicn large, et
tout a faith exclusive, il me semble, de
I'interpretationque voudraient faire pri-
valoir quelques uns de nos colleagues.
Revenant, avant de clore cette note,
aux opinions emises. au sujet du point
en discussion, par les jurisconsultes fran-
cais, vous me permettrez de citer celle
de Mr le Comte de Vareilies-Sommirres,
doyen de la Faculte libre de Droit de
Lille.
Dans une tres remarquable 6tude.
dcrite avec une grande autorit6, oft il
cherche A renouveler la thdorie m6me de
la rdtroactivite des lois et insr6de dans
les Nos de Juillet-Aofit et de Septembre
Octobre 1893 de la Revue Critique de
Legislation et de Jurisprudence, ii s'ex-
prime ainsi :
( L'art 2 du Code Civil signifie que,
a routes les fois qu'il n'est pas certain
( que la loi veut itre retroactive, on doit
a commandementqui s'adresse auxjuges,










SOCIETY DE LA REVUE DE LEGISLATION


z a tous ceux qui sont charges d'ex6-
( cuter les lois, a tous ceux aussi qui
, les interprktent. )
Etplus loin, pricisant sa pens6e, i dit
Pour nous, lejuge et l'interprkte n'ont
< qu'i refuser d'appliquer la loi, des
( qu'en l'appliqnant, on raviratt oux sui-
( jets an droit dans le passe on des qu'on
Sleur ravirait un droit pour 'avenir a
< raison d'un fait passe. ( pages 492 et
493 ).
Ces derniers mots montrent assez com-
bien l'auteur voudrait rendre notre prin-
cipe energique et large. Pour iui, c'est
plutot le faith gandrateur du droit qu'il
'aut envisager, pour voir s'il est ante-
rieur ou posltrieur a la loi nouvello.
En ce qui est des lois politiques enfin
il ajoute : ( et n'oublions pas qu'il 6crit
en France oi lec principle n'est pas cons-
Litutionnel cmmeic ici ) :
( On trouve clhez beaucoup d'auteurs
S( l'trange a'Ii .. i, que s leslois poli-
Stiques rdtroagissent. Les lois politiques
I( ne retroagissent pas plus que les au-
t Ires. a ( page 516 ).
Je n'ai pas le temps de laire voir, par
desexemples, quelle perturbation jeLterait
dans l'dIla d'une caldgorie assez nomnbrCese
de personnes ndes 6trang6res en Haiti
sous I'empiredes Coistittionss antLrieures
a '. application qu'on leur vou-
dr:iit retroacliveient faire du 3'ine ali-
uda de I'art. 3 de la Constilution.
Mes collgues de la commission prc-
senteront, a cetl guard, les observations
ndcessaires et lit l mi'i!. i. convain-
cantes, je crois.
JUSTIN DEVOT.
|17 Aofit 189.).

M.' Georges Sylvain, poursuivanl la
discussion Je no m'altarderai pas,
Messieurs, apr6s ces judicieuses consi-
drations, a vous demontrer l'uliit6 du
principle de non-retroactivit6 des lois.
Si celui qui, sur la foi d'une 16gislation
et sous les conditions qu'clle ACicte, ac-
quiert un certain 6lat, se done un cer-
lain droit, devait voir ce droit paraly-
se, eel 6tat sans cesse modified, an gr6
des opinions changeantes du legisla-
teur, c'en serait faith de la stability des
rapports sociaux !
Un example entire mille Supposez
quelqu'un qui, ne stranger sous le r6-
gimerd'une Constitution antirieure a


1889 et marid par consequent selon les
conditions de la loi Mtrangere, se trou-
verait du jour au lendemain baptism
haitien par la Constitution de 1889.
II est cense, dites-vous, n'avoir jamais
eu d'autre nationality. Mais la loi 6tran-
gere, plus facile que la n6tre, n'exigeait
pas pour le marriage tell condition
que notre Code civil pose comme es-
sentielle. Voila done le marriage qui
tombe avec tous ses effects Les biens
acquis a la faveur de cette union font
relour a leur ancient proprietaire ; les
enfants 16gitimes deviennent bAtards,
el ainsi du rest La notion meme de
la famille ne r1sistorait pas a la possi-
bilite de troubles semblables!
C'est pricisement pour y obvier que
le l6gislateur a pos cetllte regle : Les
lois ne disposent que pour l'avenir,
regic qu'i a inscrile dans la Constitu-
tion, aiin de bien marquer toule l'in-
portance qu'il y attache, les prescrip-
lions constilutionnelles ne pouvant etre
abolies que par le pouvoir constituant ;
et afin d'en indiquer aussi la portie
gndrale., s'6tendant a la Constitution
elle-mdme.
On conleste que Ie principle de non-
rdtroactiviti s'applique aux lois cons-
iitutionnelies. Mais sur ce point 1'in-
tenionl des auleurs de notre Constitu-
tion est indiniable. Non-seulement iele
r6sulle des terms tout L fait gdneraux
de i'articl 17, mais encore des d~bats
qui en ont pricdc I' adoption. On
ajoute : Le 10gislaleur de 1.-,.'. n'aurait
pas eu le droit de lier ainsi le pouvoir
constituant. Mais en quoi le principle
est-il attentatoire a I'exercice du pou-
voir constituent '? Nous concevons fort
bien, dans notre opinion, que le 16gis-
lateur constituent, qui est souverain,
en des cas exceplionnels don't il garde
I'appreciation, puisse ravir des droits
acquis; mais encore faut-il que son in-
tention se soit la-dessus forniellement
exprim6e, on qu'on puisse lout au
moins l'induire sans contest du rap-
prochement d'autres textes constitution-
nels.
En dehors de ces cas, la non-r6tro-
activit6 est de r&gle.
gArrivant a 1'article 3, 3e alinea de la









REVUEDE LA SOCIE'TE DE LEGISLATION


Constitution de 1889, je cherche en Evidenment cette rdtroactivite s'exer-
vain, soit dans les d6bats preliminaires, cera dans des conditions limitics...
soit dans l'ensemble des dispositions M. Sylvain. Sur quel fondement
4dict6es par le legislateur constituent, vous appuierez-vous pour faire cetteli-
la preuve qu'il ait entendu en cette mitalion, si elle n'est pas dans la Cons-
occasion d6roger au principle de non- titution ?
r6troactivitI. J'en conclus que la r6gle M. Minos. Je pose en principle
g6nerale doit trouver dans 1'espice son que s'il ne resort pas d'une facon for-
application. melle ou implicile d'un texte constitu-
L'argument qui consiste a dire qu'en tionnel que le 16gislateur constituent a
cas de disaccord d'interpr6tation la enoendu disposer seulement pour l'a-
leltre de la Constitution pr6vaut est ici venir, la retroactivity est de rigueur!
hours de propos. L'article 17 ne s'oppose Sans parler de l'art. 5 que la jurispru-
pas a l'arl. 2, 3e alin(a, il le complete. deuce de nos Tribunaux est unaninme
C'est la restriction normal, l'amende- A faire retroagir, le 3e alinda de l'ar-
ment obligatoire, qui s'adapte a routes tile 3 qui ne comporte pas de distine-
les dispositions l6gislatives, qu'elles tion, dispose pour le pass come
soient ins6rdes dans la Constitution on pour 'avenir. Y a-t-ildoute a cet dgard,
ailleurs, sauf exception voulue par le la lettre de la Constitution doit preva-
16gislateur constituent. CompldtLe par loir.
'article 17,la rigle pose par lec alinda En opinant ainsi je ne suis pas sus-
de 'article 3 peut 1tre ainsi formulde : pect ; car je trouve que c'est il une
South hailions.... les individus nds en imprudence du constituent haitien.
Haiti etc. Susciter des occasions de (c .illil, in-
ternationaux, quand on n'est pas assez
( Cette disposition ne porte pas at- to'ationaux, ic prdvaloir sa volonpa est
teinte aux status acquis sous l'empire d'une 1<,.; ine. contestable. Mais peut-
des Constitutions pr6cedentcs. W cotsal. 1
dess re nos 16gislateurs ont-ils cri qu'en
M. Solon Minos. Sans m6connaitre g6ntralisant la measure, ils Iprcvien-
la force de ces observations, j avoue draient les reclamations parliculieres.
qui'elles n'ont pas rfussia chi ii ( i mon S'ils l'ont cru, ils sc sonit troinpds. Qnoi
opinion. qu'il en soil, le texle est former.
Les considdratiojis morales que nos Rlevenons au principle meme do non-
deux (.L' :.-. ont faith valoir en faveur rdtroactivitl. Iln'a pasdtd Ioujoulrs for-
de l'extension du principle de- non-1'd- muld dansnos Constitutions come il
activist ne sauraient venir A Fen- Iest dans la Constitution de 1-.40.'. Avant
centre du fait juridique a determiner. 1843 it ne s' Ip(!il1 ii6 qu'aux lois ci-
Dans l'exemple cite par Sylvain, les viles. C'est la Constitution de '183,
troubles qu'il prevoit ne seproduiraient copies en ceci par les Constitutions
pas, en raison de l'application de la posterieures, qui la premnire a dit
regle Locus regit actuii aux formaiitis Aucune loi n'a d'.:11 .1 rdroactif, sans
du nariage... q que rien nous ait dclairts sur les ino-
M. Sylgain.---Ce n'est qu'un example. tits de ce changement de redaction.
M'e4t avis, d'uillh'-iir que la rigle Lo- N'ost-il pas d6s lors rationnel de penser
cus regit aclum s'applique aux forces que la r.'-41-' ne vise, comme autrefois,
du marriage et non aux conditions de que la loi civil?
fond. M. Hdraux.--En ce qui concern
M. Mnos. --- I ne s'agit pas de re- Particle 5, je crois pouvoir aflirmer
chercher quels effects ont pu produire que la jurisprudence du Tribunal de
dans le pass des actes conclus sous Cassation a plut6t tendance a le con-
l'empire de telle ou telle Constitution, sid6rer comme ne disposant pas pour
mais implement de savoir si une dis- le pass. Quant a l'article 3, le 1lgisla-
position constitutionnelle determinant teur de 1889 n'a pas eu certainement
les cas de nationality peut r6troagir. l'intention de le faire r6troagir. ..








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


M. Bonamy. Je dis plus : ( n'a
pas pu le faire rdtroagir ). Ces indivi-
dus, nes strangers sous 1'empire des
Constitutions precedentes, 6chappaient
A son action, en raison m6me de leur
quality d'6trangers.
M. Poujol. -- II y a eu cependant
dans notre histoire une 6poque oi le
le legislatear constituent a d6clare Hai-
liens en bloc les strangers r6sidant
dans le pays.
M. Bonamy. Pas centre leur grI !
La Constitution de 1805 disait : Les
blancs ne peuvent 6tre admis a la na-
tionalit6 haitienne. En 1806, on fit
une exception en faveur des pharma-
ciens, des m6decins et des Polonais
residant a Bombardopolis. En 1841,
un stranger du norm de Smith, voulut
se rcclamer du bindfice de cotte dis-
posilion. Le Pr6sident Boyer consult
une commission de jurisconsultes qui
fut d'avis qu'elle ne devait s'appliquer
qu'aux strangers ddji admis a la natu-
ralisation et qui avaient legu des leltres
de naturalit6.
Le S6nat de 1812, oft les ridacteurs
de la Constitution de 1806 6taient en
majority, consult dans une circons-
lance analogue, avait 6mis le mime
avis.
a. St-Re'ny. Mon opinion est que
la Constitution ne rdtroagit pas, a moins
que, d'une facon formelle ou tacite, le
pouvoir constituent n'ait exprim6 une
-intention contraire. Dans l'espice, ce
serait porter alleinte aux droits acquis
de faire rdtroagir le 3e alinea de 1'art. 3.
M. Men os.- Vous considered comnme
exorbitante l'idce qu'une Constitution
puisse retroagir. Mais s'il avail fall
appliquer la rigle de la non-rktroacti-
vilt aux dispositions de la Constitution
de 1805 sur la nationality, les auteurs
m6mes de la Constitution n'auraient
pas ecl Haitiens !
Lorsqu'un Elat s'empare d'un terri-
toire, est-ce que du jour au lendemainn
la nationality des habitans de ce terri-
toire ne se trouve pas change ?
M. Bonamny 11 s'agit alors d'un
f it extraordinaire,la conquete; et mime
en ce cas, le droit moderne admet la
faculty d'option. Quant i la premiere


objection, elle ne porte pas. A touted
r6gle il faut un point de depart. Leq
auteurs de la Constitution de 1805 ont
6td des fondateurs de nationality.
M. Menos. Enfin, est-il bien just
de fire de l'attribution de la natio-
naliltd un droit acquis ? ) Au regard
du 16gislateur, c'est un privilege, une
faveur, a laquelle il ne suppose pas
qu'on puisse se ddrober.
M. Bonamy. On n'impose pas une
faveur sans dire gare a qui ne la de-
sire pas. En disposant pour l'avenir
que les individus qui naissent en
'Haiti d'un pire haitien on d'une mire
haitienne sont haitiens, le lIgislateur
ne surprend personnel : les rdsidens
strangers sont pr6venus.
M. Sylvain. J'ajoute que des droits
peuvent dicouler d'une faveur. Tout
ce qu'on peut dire, c'est qu'ici la con-
cession est demanded par ceux qui
doivent en hc6nClicier. Mais nous dis-
cutons un point de doctrine; 1'hypo-
thcse du silence on du refus du bhin-
ficiaire est la plus friquente.
M. le Pr6sident met la question
aux voix. La reunion, sauf MM. Me-
nos et Poujol, vote dans le sens du
Rapport.
Le second point de doctrine est
mis en discussion.
M Georges Sylvain.-Il est pour moi
bien certain que les auteurs de la loi
de 1876 ont voulu abolir la Constitu-
tion de 1874; mais jusqu'a quel point
une loi peut-elle poser come inexis-
tante uue Constitution?
M. Botamy. On s'est autoris6 du
principle de la souverainect populaire.
Le 16gislateur est parti du faith du ( ren-
I .,iinnlt )> de la Constitution de
18741 et du gouvernement qu'elle avail
elabli pour d6cider que les rcgles 6dic-
tIes par cette Constitution et les
ac -es de ce Gouvernement n'avaient
jamais eu d'existence 16gale. C'est un
peu la situation de Louis XVIII datant
en 1815 son regne de 1793, date de la
mort de Louis XVII.
M. Menos. On a consid6r6 qu'il
y avait eu de 1874 A 1876 une sorte
d'interregne des lois. Lejus postliminii









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


qui s'exercait en faveur du
captif a sa rentree dans Rome
sur une fiction semblable.


Romain
reposait


M. Poujol. Les Chambres de 1876
ont 6td si loin dans cet ordre d'id6es
qu'elles ont etendu la measure a une
convention international.
M. Sylvain. -Ce sont de curieuses
pratiques qu'il serait dangereux d'en-
courager.
M. Bonamng.-Quoiqu'il en soit, 1'ar-
ticle 2 de la loi de 1876 reconnai'
comme valuables les marriages contrac-
tes entire strangers et Haiiiennes sons
l'empire de la Constitution de 1874.
Resle hse demander quelseffets doivent
produire ces marriages eu egard a la
nationality de la femme et a celle d .s
enfans. Je crois qu'ici, les effects sont
regis par la Constitution de 1867 res-
tauree, car 1'article 2 de la loi de 1876
s'est content de declare le marriage
valide, sans rien de plus. Done la
femme estrestde haitienne, et l'enfant
no en 1878 est haitien.
Survient la Constitution de 1879, et
la question change, Sur ce point spd-
cial de la condition de la femme
haitienne marine a un stranger, je
suis, en effect, d'opinion que la Cons-
titution de 1879 rdlroagit. Le l6gis!a-
teur a voulu par cette measure prevenic
les r6clamations des strangers marids h
des Haitiennes pour leus propridt6s dd-
truites pendant les troubles civils.
M. Hraux. II 1'a voulu pour 1'a-
venir.
M. Bonmny. -En ce cas il aurait
derit une disposition inutile, puisqu'a
partir de cette 6poque la femme ne
pouvait plus avoir d'immeubles. Non !
ce qu'i! a entendu rdgler, c'est la situa-
tion des femmes, marines sons 1'em-
pire de la loi de 1 s, et rest6es hai-
tie nes.
It y eut a ce sujet progression dans
la loi. En 1879, les Constituans, dans
un esprit d'dquit6, admirert la non-
r6troactivit6 quant aux immeubles.
Mais en Isi, 1'abus des reclama-
tions diplomatiques fit ktendre la rd-
troactivitd des personnel aux biens.


M. Syluain. J'avoue que je ne
trouve pas dans les textes invoquds la
preuve que le l~gislateur de 1879 ait
entendu ddroger au principle de non-
r6troactivit6 en ce qui concern la na-
tionalit6 de la femme Haiticnne marine
a un l6ra iger et celle des enfants
n6s de son mariag6.
Dans ces conditions je suis pour
['application du principle.
La reunion consulate decide que
dans l'hypotlhse ofh Mi S. se serait
marine sous ['empire de la Constitu-
tion de 1874, son marriage se trouve-
rait valid& par I'article 2 de la loi du
6 octobre 1876,mais resterait regi quant
a ses effects par la Constitution de 1867
restauree.
En consequence, le premier enfant
n6 de ce maria'g en 1878 serait ddi-
ment Haitien.
Par cinq voix contre deux, on de-
cide que le second eaiant, ne en 1883,
est aussi Haitien, les dispositions de
la Constitution de 1879 relatives a la
condition de 1l'aitienne marine A un
stranger ne r6troagissant pas au cas
de sa mnre.
Sur la proposition de M. le Secr6-
taire, le Comit6 est autoris6 a trans-
mettre au Rapporteur, J. D6vot, les
renmrcimens de la Socite.
Sclonla tradition consacre, MM. Syl-
vainet SL-Rmnysonnt charges d'aller por-
ter les compliminns deleurs colleagues A
MM. F. L. Cauvin et H6rard Roy. pro-
mus aux factions de Secrdtaires d'Etat.
Une coi:n:isiion, Fornmie de MM. La-
forest, Menos et Poujol, ira, au nom
de la Soci6te, rendre une visit spd-
ciale do condoldances A MAII, Veuve
Thoby et a sa famille.

Port-au-Prince, le 22 Aoflt 1899.
Monsieur le Secr6taire d'Etat,
La mort subite de notre regretted col-
ligue et ami, M. Thoby, President de la
Society de L.i:i l iltt',, ne lui a pas per-
mis de r6pondre la diipche par laquelle
vous avez bien voulu le prier de soumettre
h 1'appreciation de notre Socidte une con-










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


sultation demandee au Gouvernement par
la L6gation de la Republique d'Haiti a
Paris, a proposde la nationality de M. M.
Th6odore et Charles Strcitberg.
Voici les conclusions qu'au nom de la
Socidtd de Ldgislation, j ai I'honneur de
vous transmettre sur la question pose.
Certains renseignements necessaires a
la solution precise ducas n'rtantpas con-
tenus dans les documents qui ont etC
produits aux deliberations de la Societ6,
ell a 616 amended a formuler les distinc-
tions suivantes :
1' hypothise : M"e Streitberg Etait-elle
e6rangere de naissance on par naturali-
sation I'e6poque de son marriage ?
SEn ce cas, ses enfants etant nes I'un
en 1878, sous le regime de la Constitution
de 1867, I'autre en 1883, sous le regime
de la Constitution de 1879, d'un pere
stranger et d'une miere dtrangere, seraient
strangers tqus deux.
2e hypothsse : M "' Streitberg etail-elle
nee ou devenue haitienne en 1876, ppoque
de son marriage ?
En ce cas, elle a, nialgre son marriage
avec un stranger, gard6 sa nationality
haitienne, soit que cc marriage ait 61e
conclu apris le 15 avril 1876, sons le rd-
gime de la Constitution de '1:''7 restaurne,
soil qu'il doive Otre range parni les acles
contracts sons le regime de la Constitu-
tion de 1874, que la loi du 6 octobre 1876
a consid6rCs coirme valides, mnis r6gis
qu;-nt a leurs eflels par la lIgislation an-
qdrieure a ~ 14 mai 1874. Les fils Streit-
tberg, dans cette hypothese, nes en Haiti,
l'une in e : ,Ptienie, seraient haTtiens.
La Sociiet de I..',- I li.i comine vous
I'avez constalt, a ainsi icarld I'applica-
lion, par voice relroactive, de la Consiitu-
tion de 1."i, art. 3, 3e alinea, an cas de
M. M. Streitberg fils et de l'art. 5
de la Constitution de 1879 aux effects du
marriage de Mme Streitberg coutractd en
187l~.
Nous serious bien aises, Monsieur le
Secr6taire d'Etat, si par cet avis juridique
nous concourions a facililer la tiche du
Gouvernement ; et dans cet espoir, je
vous prie d'agr6er les assurances de note
respectueuse consideration.
M. LAFOREST,
President de la Socidit de Legislation.
t Ci-joint les documents communiques.
M.le Secretaire d'Etat des Relations Ext6rieures
Port-au-Prince. )


Nous commengons aujourd'hui la publica-
tion des lois votees cette ann6e par le Corps
L6gislatif, nous riservant, a propos de celles
d'entre elles qui nous paraitront plus parti-
culi6rement m6riter des observations, d'y
joindre, a l'occasion, quelques commentaires.
Loi.

TIRESIAS AUGUSTIN SIMON SAM,
President d'Haiti,
Vu I'artcle 69 de la Constitution et la loi
du 20 Scptembre 1899,(1)regularisantles effects
de celle du 10 Decembre 1897 qui demneure
rapportee.
Considirant qu'il y a lieu de proedder uni-
formmnent pour la consolidation de la dette
flotiante arriurie don't les provisions 6dic-
tes en monnaie d'or des Etats-Unis d'Amd-
rique le pourront pas etre ellicilu.i. ;
Sur le rapport du Secretaire d'Etat des
Finances et du Commorce,
Et de l'avis du Conseil des Secretaires
d'Etat,
SA propose,
Et le Corps Lgislatif a vot6 d'urgence la
loi suivante
Article clr. Sont et demeuirent rapport6s
les articles 4 et 5 de la loi du 10 Dcermbre
1897 sur la consolidation de la dette flot-
tante arrieree.
Article 2. Des obligations de la dette in-
tericure dite d'amorlissement, remboursables
en nonnaic national et au pair scront d&-
tlivrees aux porteurs des ei'els vfrifiCs et ac-
ceptes par la commission administrative de
1889-1890 et par la commission de v6rifica-
tion institute le 27 Avril 1895, et 6galement
aux porleurs des effects valables 6mis du ler
Octotjre 180) nu 30 Septenib-ie 1897 et non
encore pnays. Ceux des d's erets dresses
en or an)iericain ser'c nt c ,:.'.'rtis cn 1lO1 :-
naie national a 150 olo.
Art. 3. La i)rsente li;i ;abl oge lto ies
lois ou dispositions de oloi qLi i sont contia;-
res. Ellee sera cxcutlee la .;:!4igice du Secre-
taired'Etat des Finances et do Commerce.
Donn6 a la Maison Nationale, a Port-au-
Prince, le 28 Septembre 1899, an 96e de 1'In-
ddpendancc.
Le president du Sdnaf,
GUILLAUME.
Les Secretaires,
S. ARCHFR, REXAUD HYPPOLITE.
Donn6 au Palais de la Chambre des Re-
pr6sentants, a Port-au-Prince, le 29 Sep-
tembre 1899, an 90e. de l'Ind6pendance.
Le president de la Chomnbre,
HENRY N. PROPHET
Les Secretaires,
D. DEST IN ST.-LOUIS F. P. PAULIN.

(1). Sera publiie dans notre prochain numero.


_I _______U~UUIII______-1-__^___11










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que la loi
ci-dessus soit rev&tue du scean de la Repu-
blique, imp.imee, publide et execut6e.
Donned an Palais National, A Port-au-Prince,
le 33 Saptembce 1899, an 933 de 1'Inudpen-
dance.
T. A. S. SAM.
Par le Pr6sident :
Le Secredaire d'Elat des Finances el da
Commerce,
HEARD ROY.
Loi.


TIRESIAS AUGUSTIN SIMON SAM
President d'Haiti.
Vu l'article 69 de In Constitution,
Considerant que les voices et moyen' dis-
ponibIles pour 1'exercice 1899-1903no suffisent
pas pour le service des d6penses pre-
vues dans le 1,i 1- i de cot exercise ;
Considdrani. cI est urgent de parer h
coite insufiisance dans le but ('it, .1..'- I' le
UdgeI ct d('assurer d'une fagon rigulirre le
paiemient des valeurs poriees an bulJget des
depenses
Stir l rapport du Secrdlaire d'Etat des
Finances et du Commerce,
Et de I avi:i du '1onseil des Secr6taires
d'Etat,
A propose,
EI le C rps Ldgislatif a votd la loi suivante :
Art. l1r. Le Secr6taire d'Etal des Finan-
ces et da Commerce est autorise, pour cou-
vrir !'insu'kisauce des voices et movens de
1'exercice 1399-1900, a-t disposer, a partir du
ler. October prochain, de la surtax de 25
o0o I)rdvue dans la loi dn 2 Oclobre 1 .i".
Art. 2. La prdsento loi sera execute a
la diligence du Secritaire d'Elat des Finan-
ces et du Commerce.
Donnd t la Maison Nationale, au Port-au-
Prince, le 26 Septembre 1899, an 93e de l'In-
depeudance.
Le president da S&4nl,
GUILLAUME.
Les Secrdtaires,
S. AR2HER,RSNx.UD- IHYPPOLITE.
Doian au Palais d( la Chambre des Reprd-
sentants, au Port-au-Prince, le 27 Septem-
bre 1899, an 96e. de 1'Ind6pendance.
Le president de la Chambre,
HENRY N. PROPHETE.
D. DESTIN ST,-LOUIS, F. P. PAULIN.
AU NOM DE LA RIPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que la loi ci-
dessus soit rev&tue du scoau de la Ripubli-
que, imprimee, publiee et execut6e.
Donne au Palais National, a Port-au-Prince,


le 29 Septembre
dance.


Le Secretaire
Commerce,


1899, an 96e de 1'Ind6pen-

T. A. S. SAM.
Par le President :
d'Etat des Finances et du


Loi.


HEARD ROY.


Tlii',I ? S AUGUSTIN SIMON SAM,
President d'Hali.
Vu 1'article 69 de la Constitution.
Considerant que les resources du Tr6sor
no perniottront pas d'acquitt'r cn mieme
temps les ellets publics ddls an 30 Septem-
bre 1899 et les depenses budgetaires de
1'exercice 1899 1903, et qu'ii imported de fixer
dis maintenant un mode (do reglement qui
assure la liquidation de ces i. :
Sur le rapport du Secretaire d'Etat des
Finances et tdu Commerce,
Et do 1'avis du Conseil des Secr6taires
d'Etat
A propose,
Et le Corps Ldgislatif a vote n la oi sui-
vante :
Art. ler. Sera consol:i- et porter au compete
de la Dette iatrieure, ua.p)is verification, et
le rdsullat de la vricRication approuvd par
le Corps Lgislaii', len montant def ordonnan-
ces de : 1 mandate et pavement, contre-
bons et autres pi-coes, imii dIu ler Octobre
1-"7 -:1 '0 Spl'"Idm)l>r] 1899.
.... ,i ., I t d litai dCis pendant
cette period sur les ecoles publiques et
privecs o' I'Etat entretient des boursiers,
ainsi que 1e sold dj sur les mois de Juillet
et Aout 1898, seront acquittes, au fur et I
measure, selon les dispouibilitds du Trdsor
public.
Art. 2. La prdsente loi sera ex6cutIe aI la
I,, .. -o -ecr6taire d'Etat des Finances
i I i ,i,.rce .
Donn6 hla mason Nationale, an Port-au-
Prince, le 25 Septembre 1899, an 96e do 'In-
d6pendance.
le president du Sdnat,
GUILLAUME,
Los Secrdlaires,
S. ARCHER, RENAUD HYPPOLITE.
Donne an Palais de la (.Ii.IiI!r..l des Repre-
sentants, le 29 Septembre 1899, an 96e de

Le president de la Ghambre,
HENRY N. PROPHET.
Les Secrdtaires.
D. DESTINY Sr LOUIS, F. P. PAULIN.
AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que la loi ci-
dessus soit rev6tue du sceau de la Republi-
que, imprimne, publide et executee.
Donne au Palais National, a Port-au-Prince,











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


le 30 Septembre 1899, an 96e de 1n dependance.
S. A. S. SAM.
Par le President :
Le Secre'aire d'Etat des Finances et du
Commerce, HfRARD ROY,
Loi.

TIRESIAS AUGUSTIN SIMON SAM,
President d'Haiti.
Vu 1'article 69 de la Constitution,
Consid6rant que, par la diminution consi-
d6rable de nos recettes d'importation, bien
des d6penses qui, par leur nature privilegiee,
doivent Wtre acquitties mensuellemeat, res-
tent pourtant en soufirance, et qu'il imported,
pour arriver a effectuer, du 5 au 15 de cha-
que mois, le service des pensions et appointe-
ments d'y apporter une reduction a titre
provisoire ;
Considerant d'autre part que les droits
d'exportation sont exclusivement affcct6s a
la liquidation des emprunts locaux, au rem-
boursement de la Defte Intdrieure et de la
Dette Ext6rieure et qu'ainsi 1'Etat se trouve
dans I'impossibilitd absolue, en attendant que
ces droits soient en parties d(gagss, de faire
le service des subventions inscrites au bud-
get ;
Sur le rapport du Secr6taire d'Etat des
Finances et du Commerce.
Et 1'avis du Conseil des Secretaires d'Etat,
A propose,
Et le Corps L6gislatif a vote d'urgence la
loi suivante :
Art. ler. Du ler Octobre 1899 au 30 Sep-
tembre 1900, une reduction de 20 opo sera
oper6e sur le montant des pensions civiles
et le montant des appointments des fonction-
naires et employs d l'ordre civil.
Art. 2 Sont suspendues, toutes les sub-
ventions generalenment quelconques, alloudes
suivant coutr:is voids par le Corps L6gislatif.
Cettt miesire n'aura d'effet que pour la duroe
de l'Exercice 1899-1900.
Art. 3. La present loi sera executee A la
diligence du Secretaire d'Etat des Finances
et (lu Commerce,
Donn& an Palais de la Chambre des Re-
prsentants, le 13 Septembre 1899, an 96e
-de 1'Independance.
Lepresidenl de la Ghambre,
HENRY N. PROPHITE.
Les Secrltaires,
D. DESTJN ST LOUIS, F. P. PAULIN.
Donne A la Maison Nationale, A Port-au-
Prince, le 28 Septembre 1899, an 96e de i'In-
d6pendance.
Le president dit Sinat,
GUILLAUME.
Les Secretaires,
S. ARCHER, REN-UD HYPPOLITE
AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que la loi


ci-dessus soit rcvutue du sceau de la Rbpubli-
que, imprimne, publide et ex6cutde.
Donne au Palais National, a Port-au-Prince,
le 80 Septembre 1899, an 96e de 1'Ind6pen-
dance.
T. A. S. SAM.
Parle Pr6sident :
Le Secrltaire d'Etat des Finances et du
Commerce, HPRARD ROY.
Loi.

TIRISIAS AUGUSTIN SIMON SAM.
PrIsident d'Haiti.
Vu 1'art 69 de la Constitution,
Consid6rant que la situation financiere du
pays oblige de rdduire autant que possible
les charges du prochain exercise budg6taire;
Sur le rapport du Secrdtaire d'Etat de la
Guerre,
Et de I'avis du Conseil des Secretaires
d'Etat,
A propose,
Et le Corps L6gislatif a vote d'urgence la
loi suivante;
Art. ler A partir du ler Octobre 1899 et
jusqu'au 30Septembre 1900, le tiers de chaque
regiment, bataillon, compagnie de toutes ar-
rnes, fera le service chaque mois.
Nbanmoins, la revue de sold sera passee
en faveur d*un bataillon.
Art. 2 La present loi sera execute pen-
dant 1'exercice budg6taire 1899-1900, a la di-
ligence des Secretaires d'Etat de la Guerre et
des Finances, chacun en ce qui le concern.
Donne au Palais de la Chambre des Rc-
prbsentants, A Port-au-Prince, le 13 Septem-
bre 1899, an 96Wme de 1'Independance.
Le President de la Chambre,
HENRY N. PROPHET.
Les secrdtaires,
D. DEsrTI ST LOUIS, F. P. PAULIN.
Donnd a la Maison Natiio'nle, au Port-au-
Prince, le 26 Septemnire 190), an 966me de
1'Independance.
Le President dIn Senat,
GUILLAUME.
Les secredaires,
S. ARCHER RENAUD HYPPOLITE.

AU NOM DE IA REPUBLIQUE.
Le President d'Haili ordonne que la loi ci-
dessus soit revbtue du sceau de la Republi-
que, imprimee, publide et executed.
Donne au Palais National, a Port-au-Prince,
le 27 Sep'embre 1899, an 96eime de I'IndC-
pendance.
T. A. S. SAM.
Par le Pr6sident :
Le Secrdlire d'Eltt de la Guerre,
V. GUILLAUME
Le Secrdlaire d'Etat des Finances et du
Commerce,
HEARD ROY.
A continue.
Imp. H. Amblard.


_ _








REVUE DE LA SOCIETI1 DE LEGISLATION


Liberty,


Egalit6,


FraternitO.


SECTION
DES FINANCES.
Port-au-Prince, le 11 Janvier 1900,
No 923 an 97e del'inddpendance.
Le Secretaire d'Etat
Al Ddpartement des Finances
A la Soci6td de Legislation.
Messieurs,
J'ai I'honneur de vous envoyer, sous ce
pli, copie d'une leltre que i'ont adressce
Messieurs Roberts Dulton & CO, des
Gayes, sous la date du 2 Janvier courant,
pour me demander l'autorisation de fire
rentrer dansle Pays une certain valeur
en monnaie national d'argent que leur
maison de commerce avait expedide A
New-York, a 1'epoque oh l'exportation de
cetle monnaie s'effectuait, disent-ils, sur
une grande 6chelle.
Suivant la decision prise dans le temps
par le Gouvernement, decision portie a la
connaissanne du public par I'avis du D&-
partement des Finances insere dans le
< Journal Officielb du 16 Mars 1898, la
demand pr6sent6e par Messieurs Ro-
berts Dutton & C o ne peut 6tre prise en
consideration.
Cependant, le Conseil des Secretaires
d'Etat, A qui la dite lettre a il communi-
qude, serait heureux d'etre fix6 d'une ma-
niere definitive sur cette question qu'il
m'a charge de soumeltre a votre 6tude.
II s'agit done de savoir si cette decision
est on n'est pas contraire A la loi ; si elle
doit ou ne doit pas 0tre relevee. Dans 1'un
come dans l'autre cas, mon Deparle-
ment recevra avec empressement, pour etre
transmises nu Conseil, vos appreciations
6clairces.
Je vous prie d'agreer, Messieurs, les
nouvelles assurances de ma haute consi-
d@ration.
(Signd) HIIRARD ROY.


S ances de la Socieif
P6union du 16 Octobre 1899.

Sont presens : MM. Laforest, Bona-
nmy, Sylvain, Poujol, Bouzon, Lespi-
qlasse.


RESIDENCE DE \M. LAFOIEST
Sanction du proces-verbaI de lar6u-
nion (du 17 Aofit 1899.
M. le Secr6taire propose que le cadre
de la Revue soit un pen 6tcndu et que,
sous la rubriquce < Variates ) on puisse
y fair rentrer, par example, des 6tudes
historiques.
La reunion opine en cc sens, mais a
la condition que ces 6tudes prscentent
un caractAre scientifique
MM. Bonamy el Poujol demandent
que l'on public avec commentaires le
texte de la legislation haitienne, telle
qu'elle est promulgude chaque ann.e.
On decide de fire paraitre normale-
ment la Revue tons les deux mois,
pour 6pargner les frais et assurer une
publication plus riguliere.
M. Lespinasse propose i la Sociele
de mettre A l'6tude les moyens propres
A amnliorer la situation dconomique
du pays.
M. le Secr6taire rappelle que la
question dconomique n'a jamais ce-se
d'ltre a I'etude. 11 suffira de reprendre
la discussion au point ofi elle a det in-
terrompue.

Reunion du 17 Janvier 1900.

Sont presens : MM. Laforest, Bona-
my, Sylvain, Minos, Lespinasse, La-
fleur, Poujol.
PRESIDENCY DE Mr M. LAFOREST-
M. Bouzon, etmpchd, a envoy son
avis A la SociWt6 sur l'objet de la reu-
nion.
M. le Pr6sident donne communica-
tion de la question posee au nom du
gouvernement par M. le Secr6taire
d'Elat des Finances sur la 16galit6 d'un
avis du d6partement des finances
et du Commerce prohibant la rentrde
dans le pays de la monnaic national
d'argent exportee a l'etranger.
La reunion, A l'unanimit6, et d'ac-
cord avec l'opinion emise par M. Bou-
zon, adopted les conclusions suivantes :
Le gouvernement n'est autoris6 par
aucune loi A prohiber la rentrce de la
monnaie national. qui a course forc6
dans toute la RWpublique.


_ ~ I








REVUE DE LX SOCIETY DE LEGISLATION


La loi sur le tarif des douanes dit de signe de l'echange, 1'argent, etant une
la facon la plus claire quelles sont les merchandise comnie une autre, pour
marchandisesprohibees al'importation. qu'il pfit 6tre prohib6 il taudrait une loi
Le signed de 1'6change, 1'argent, est une spciale. II nest d'alleurs pas concevable
merchandise congme une autre. Pour qu un Etat puisse prohiber sa propre
merchandise pcomme une autre Pour n onnaie, a moins de vouloir la deprd-
qu'il pt Lre prohib6, il faudrait une cierJui-mnme. Toutau plus pourrait-il, au
loi sp6ciale. II n'est d'ailleurs pas con- cas oft it craindrait une importation de
cevable qu'un Etat puisse prohiber sa monnaie de mauvais aloi, d6criter h l'en-
propre monnaie, a moins de vouloir tr6e certain modes de contr6le et de
la d6precier lui-inmme. Tout au plus verification. >
pourrait-il, au cas oft il craindrait l'im- Dans I'espoir que ces conclusions ai-
portation de monnaiede mauvais aloi, deront le Gouvernement a prendre en l'es-
decreter a I'entree curtains modes de p6ce telle decision que de raison, nous
dcntrAle et de r vriflains mo vousprionsd'agreer, Monsieurle Secretaire
contre et de v6riication' d'Etat,les assurancesde notrerespectueuse
Sur la proposition de M. le Secre- consideration.
taire, on decide de former des collections
de la Revue ) pour un d6p6t A effec- Le President de la Societ,
tuer dans la Bibliotheque du Petit- ( Signd) MAXIMILIEN LAFOREST.
Seminaire-College. P.-S. Ci-joint les pieces communiquees.
Le proces-verbal de la reunion est A Monsieur IERARD ROY,
sanctioned, stance tenante.


Port-au-Prince, 16 janvier 1900.
Monsieur le Secr6taire d'Etat,
Nous avons I'honneur de vous accuser
reception de votre dep6che du 11 janvier
courant, accompagnant la copie d'une
letire adressee a votre Departement par
MM. Roberts Dulton et Co, des Cayes,
pour obtenir I'autorisation de prendre
livraison d'une certain valeur en mon-
naie national d'argent qu'ils avaient, il
y a quelque temps, exportec a New-
York el qui sur leur ordre, leur a ere re-
tournde. Vous nous mandez a ce propos
qu'un avis minisltriel, insdrd dans le
( Moniteur ofticiel )) du 16 mars 1898
s'opposant h la prise en consideration
deladema nde des sieurs Roberts Dutton et
Co. vous en avez cependant r6t'drc au
Conseil des Secretaires d'Etat, qui vous a
charge de nous soumetlre la question de
savoir : 1 0 si la decision consacree par
I'avis du 16 mars 1898 est ou n'est pas
contraire a la, loi : 20 si clie doit ou ne
doit pas eire rapporlee.
La Society de Legislation,dans sa seance
de ce jour, a adopted sur le point soumis
a son examen les conclusions suivantes :
< Notre monnaie national a course force
dans toute la Republique. II n'y a dans
nos lois aucune disposition qui autorise
le Gouvernement h en prohiberla rentrde.
La loi sur le tarif des douanes dit de la
facon la plus claire quclles sont les mar-
chandises prohibbes a l'importation. Le


Secrdtaire d'Elat des finances et du commerce
En son H6tel.


Los Consiitutions haitiennes

Et leurs metteurs en Muvre.
(Suite /

XI
Michel Domingue.

L'impudentcoupd'Elat dii 14Mai 1875 con-
fia A une AssemblCe constiluanle, nommie
militairement et a 'aide d'une loi electo-
rale forgee pour la circonstance, l'61abo-
ralion d'une nouvelle Conslilulion qui fut
promiulgude le 14 Juin 1874.
(Euvre confuse de l'esprit confuse de
Septimus ihamenu, la charge de Michel Do-
mingue est un amalgam des deux Consti-
Intions de 184,3 et de 1846.
A la Constitution de 1843 elle emprunte
le principle de la presidence temporaire
et de la non-rddlection immediate, mais
elle prolonge le mandate presidential de
quatre a huit annees.
A la Constitution de 1846 elle emprunte
presque tout le reste, non sans quelque
changements.Ainsi le SBrat, avec la m~me
organisation et les mrnmes attributions que
le Senat conservateur de 1846 est compo-








REVUE DE LA SOCIETY DEA LEGISLATION


s6 de 30 membres, au lieu de 36, N1us
pour six ans, au lien do neuf ans, et re-
partis en tant de S6nateurs par DNparie-
ment. Le mandal des Repr6sentants des
communes est triennal et non pas quin-
quennal.
La Constitution de 1874 consarre nl
principle de la dissolution anticip6e de la
Chambre des communes, mais elle ne con-
fWre le droit de dissolution ni au Senat,
ni au Pouvoir Ex6cutif ; elle impose A la
Chambre elle-meme un veritable suicide en
ces terms :
Art. 78.- < Lorsque dins un cas de
c conflit grave entire la Chambre des Re-
< pr6sentants et le Pouvoir-Executif, le
Senat n'aura pu les rainener a une na-
a tente, la Chambre des loprlsentants sera
Sleniie td se dissoudre imm'6diatement.))
Et si elle ne se dissoul pas ?... Le Pou-
voir Executif I'y forcera, cela va de sui en
Haiti. C'6tait plus logique, et surtout plus
loyal, de conftrer une bonne fois A celui-ci
le droit de dissolution. Le Senat n'est point
armed du droit de voter la dissolution sur la
proposition du Pouvoir Execulif : comment
serait-il unarbitre entire lesdeux pouvoirs,
s'ilne pent prononcer daus la nccssitt d'un
nouvel appel an people ?
L'article 136 crce un Conseil d'Elat,
mais sans la moindre conception du role
et des attributions de ce llaut Tribunal
administratif. 11 ne s'agissait de rien moins
que d'altribuer douze sinecures A douze
favors qui n'ont jamais fourni tl'aulie Ira-
vail que celui d'aller percevoir chacun
trois cents piastres par mois dui TI-,ir.
La Constitution de 1874, malgrd la large
part qu'elle fait au principle d'autoriti,
n'a pas moins ,6 le ttre more pour oin
gouvernement don't la course existence II
vingt mois n'a 6ta remplie que d'assassi-
nats, de proscriptions et de li m., i l ,-,,'
financiers. Brice et Pierre attaquis oe tlus
chez eux, des citoyeas des plus impor-
tantes villes de la Republique bannis sans
jugemunl, un emprunt A lv'-i.ll I.r- de 36
millions de francs don't pas in centime
n'est entri dans la caisse de 1'Etat, une
detto interieure de quatre millions de
'piastres, les d6penses publiques plus que
doubles, parlout le gaspillage, le vol, la
.la confusion, I'arbitraire, tel est en rac-


courci le tableau du gouvernement des Do-
mingue-Rameau.
Ce qui m6rite le plus de fixer 'atten-
lion dans lenr Constitution de 1874, c'est
l'article 7 qui a.lmet, pour la premiere
fois en Haiti, la naturalisation du blanc.
Art. 7.- Sur la proposition dlu President
t'Haiti, le Corps LCgistatif pourra accorder
des lettres de nationality A tout Otranger de
bones moeurs, qui, aorns sept annces de
rCsidence dans le pays, y aura introduit un
art ou un nmtier utile, former des Clives, ou
rendu des services rdels et efficaces a la RC-
publique. La loi r6gle les formes de celte na-
turalisation.
Cot article no c'il.'.re nulloment le droit
de propriety IA f'tranger, ainsi qu'on l'a-
vait donna A entendre.
L'6traiger signife le blanc qui, sous
certaines conditions est apte a deventr
hailien, ce dont it ne se soucie guere, (ld
moins quant A present : it vent rester
stranger et devenir propri6taire foncier, ce
que no lui accord pas 'article 7 de la Cons-
titution de 1874.
Le mot ( 6e.iii.c > d.signe si bien le
blanc que la imnen Constitution reconnait
ine autre naturalisalion (qui est r.L'-,:', par
I'arlicle 5 ainsi conCu :
Tout africain ou inden et leurs descendants
sont habiles A devenir haitiens.
La toi regle les formnis de cette naturali-
sation.
L'arlicle 7, ainsi nommne de la Consti-
lution de 1846, prtoccupe tellement les
esprits en Haiti qu'il n'est pas inutile do
montrer tontes les modifications qu'il a
subies dans la formne, de 18105 A 1874,
quoique ces modifications n'aient pas eu
pour *ll.1t ainsi que nouis l'avons dit,
d'cn changer le fond.
La Constitution impiriale de 1805 et la
Constitution rdpublicaine deo 1816 pro-
noncent toutes les deux l'exclusion du
blanc, sans menlionner I'africain ni I'in-
dien come seals habiles A devenir hai-
tiens. Entre elles, it n'y aura pas moins
uno difference.
La Constitution de 1805 mentionne desalle-
mands, des polonais et des femmes blanches
reconnus cmnme haitiens. La Constitu-
tion de 1806 dit simplement, article 28 :
Sont reconnus haitieus les blancs qui tont
parties de FarniCe, ceux qui dxercent des
functions civiles, et ceux qui sont adinis dans
la R6publique a la publication de la present
Constitution.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Par cette redaction, on faisait cesser un
mensonge, puisque les blancs francais, re-
connus haitiens, passaient 16galement pour
d'anciens allemands ou polonais, et l'on
monlrait en nieme temps que 1'exclusion
visit principalement le blanc possesseur
d'esclives, a quelque 1io iii..Idl' qu'il ap-
partint, et non pas le fiancais en tant que
francais.
C'est la Constitution de 1816 qui, la
p'i-i'ii. "-, elablit l'aptitude special de 1'a-
fricain et de l'indien A devenir haitiens
dans son article 44 ainsi concu :
Tout africain, indien et ceux issues de leur
sang, n6s des colonies on pays strangers,
qui viendront resider dans la R6publique, se-
ront reconnus haitiens, mais ne jouiront des
droits de citoyens haitiens qu'apres une annee
de residence.
Les articles 38 et 39 de la Conslilution
de 1816 prononcent aussi 1'exclusion du
blanc du droit de ciloyen et du droit de
propriety, mais I'article 44, loin de border
et de pri~ciser la pens6e politique que l'on
vent exprimer par les deux preckdents ar-
ticles, semnble au contraire ouvrir la porte
a plus d'un compromise. Ainsi l'indien des
Indes Orientales, qui est de race aryenne
colmme 'europeen, ct l'africain de l'Afri-
que Septentrionale, qui est de race s6mi-
tique come le juif et 1'arabe, seraient
fundrds a reclamer la nalioualit haitlienne.
Tout de mome, nous reconnaissons que
dans l'espril do nos 1I'L.i..11... ., I 'indien
s'entend de tout :1,.. i-_.,'r des deux Air6-
riques et 1'africain de tout individu noir
on jaune appartenant a la race ir,'-.r.
Le Code civil promulgu6 de '1820 a 1826
visit renforcer le point de vue exclusif da
la Constitution de 1816. Ses articles 13
el 155 sont ainsi conus :
Art. 13.- Tout individu, n6 en Haiti on
en pays i'h i..-i' d'un haitien on d'une hai-
tienne, est haitien.
Art. 155-- Le marriage contracts en pays
stranger par un haitien sera valuable, s'il a
cte celebre suivant les forces usitees dans le
pays oh it a 6de fait, pourvu que lhaitien
n'ait point contrevenu aux dispositions du
Premier chapitre de la present loi.
Ainsi le marriage de l'hailien, en pays
'11 il ,:-i pouvait etre valuable, non pas de
'hailienne. Et si colui-liA pousait une
femme blnclie, ie Code, sans le dire lbr-
mellement, semblail admneltre que la nemme


dfit suivre la condition de son mari. Mais.
contrairemenet a ce principle de droit admis
par pirsque tous les peuples civilises,
I'hailienne, marine en pays stranger, ne
suivait pas la condition de son maria, puis-
que leurs enfants etaient ou pouvaient etre
hailions du faith de la nationality de leur
mere.
Pour Haiti, son ii.,ri is. n'6lait pas
minme :' i. car le 'Prisident Boyer, con-
formrment a 1'esprit des articles 13 et 155
du Code civil, prohiba constamment les
marriages entire les haitiennes surtout et les
blanes, ce qui n'eut d'autre effect que de
perpetuer, au detriment des bonnes mceurs,
1'ltat ficheux do concubinat.
La Constitulion de'1843, qui innove en
tant de points, respect I'arche sainte de
l'article. 7. Ses articles 6 et8 reproduisent
la pens6e des articles 38 et 39 de la Cons-
tilulion do 1816, et son article 6 celle de
l'arlicle 13 du Code civil; il est ainsi conci :
Art. 6.- Sont haitiens, tous individus nes
en Haiti et descendants d'africains ou d'in-
diens, et tous ceux nes en pays stranger d'un
haitien on d'une haitienne. Sont egalement
haitiens Itous ceux qui jusqu'a ce jour ont
ete reconnus en cette quality.
La Constitution de 1845 ne change rien
a la legislation en vigueur. Ses articles 5,
6 et 7 sont analogues aux articles 6, 7 et 8
de la Constitution de 1843. II est bon de
reproduire I'arlicle 7 qui, quoique num&-
rote autrement dans les autres Constitu-
tions, a toujours 6t1 d6sign6 sous le nu-
iero 7
Aucun blanc, quelle que soit sa nation,
ne pourra mettre le pied sur le territoire
haltien, i titre de maitre on proprietaire, et
ne pourra, l'avenir, y acquerir aucun im-
meuble ni la quality d'haitien.
La Constitution imptriale de 1849 ne fut
nt plus ni moins exclusive que ses de-
vanci6res.
A la chule de Soulouglue, le Prnsident
Gefl'rard remit en vigueur la Constitulion
de 1816, sans apporleraucine modification
a ses articles 5, 6 et 7, mais il songea ia
m udilier la l,'- .il. s.ii du l i :.i entire
l tiin. i et 'lli .nI._ ainsi que 1'article587
du Code civil qui reodait ceux-ci inaptes
A hlriter des biens immeubles on Haiti.
La loi do 30 Octobre 1860, par son ar-
ticle premier, autorise le in ii i i- entire
haitiens et strangers. Par ses article. 4 et 5,.


_ ~ ~I_ ~I_ ___







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


si l'6lranger ( home ou femme) herite pr6valut en faith, quoiqu'aucun gouverne-
des biens-fonds en Haiti, soil conmme con- meant ne voulift la reconnaitre en droit.
joint par la dissolution de la coinnnautd, Par une contradiction, qui s'explique pour-
par mort ou autrement, soit common h.ir- tant, au moment ninme oh les .ifiint-,
tier de ses enfants li'-iliii ou nalurels, miles devenaient rangersr, leur sours
les biens-fonds seront vendus et il en re- consanguines ou germaines conservaient
cueiller la contre-valeur en argent L'ar- soigneusement leur quality d'hi iiiie,
tide 7 dit que <( le pere stranger on la par la force du mdmei principle qu'ils re-
in mre Ntrang&re aura la tutelle .."- I,. de niaient eux-mnmes, c'estl-A-dire du fail de
< seo enfants 1K-Jiliini, ; par lI, la fern- la naturalit6 de leurs miros : de cette fa-
me blanche marine A un haitien ne suit pas c.on la famillo euti6ro continuait A jouir
la condition de son mari, ainsi que sem- du droit de propridte terrienne orr restant
blait Io vouloir la 16gislation de Boyer ; elle dans l'indivision, sauf A ses mombres A
rest elrangere ; mais par une nouvelle passer entire eux des actes simul6s.
contradiction, l'article 6 dit que q< les en- La Lgislation de Boyer, aussi bien que
e, fants qui naitront du manage d'un hal- cell de G.l i ii.1, avait abouli i cAtte
( lien avec un stranger on de lours liai- conslquence-ci : tout etraner cowcuibi-
Ssolts naturelles seront ossentiellement naire ou 16gilime d'une hailienne, part-ge
Shaitiens ; ici le mot ,..li,. -r sa famille en deux nationalilts, soon le
comprend aussi bien le blanc qui spouse sexe les fils sont 6traugers et les filles
une haitienne que la blanche qui spouse restent haitiennes.
un haitien. I est impossible, c- nous d el,,.-, de
De la sorte le venture de 1'haitienne natu- conserver 1'article 7 d&ns son immutabi-
ralisait ses enfants ayant un pere stranger, lit6 et d'dchapper A ses consequences lo-
comme eI ventre de certaines femmes no- -;,1, par une interpretation on une
bles anoblit les fruits de lour union avoc rfoine lib rales les lois civiies qui s'y
des individus non nobles, tandis que oe cattaclient. Au blanco a laoi Gieffard refuse
venture de la fomne, blanche, quoiqu'elle la terre et done la femme haititenn : par
restdl tirangerhe, n'avait pas la mdme ve;- la femme il possdde la terre, mais la pos-
It a I' gard de ses eulnants qui 6taieut hal- sillant d'une facon detourndo et pri:eaire,
liens du fait de la natioualit6 de leur pi~re it I'exploite A outrance et jisqu'A dpuise-
Tout le temps que la quality ('hatltieu ment de sa fortilit6, it ne l'aimo ni ne la
pouvail conif oer des honneurs et dos pro- feconde de cet amour que seul le vrai
Iits, it ne s'dleva aucano contestalion, au- propridlaire connait. Mieux valait lui on-
cote difficult sur le principle do notre vrir on former onli"rement les voices de
Droit Civil, qui voulait que 'lhaitienue, la propridt6.
macrie a un .'I 'i r, ( 1 ) rostit haltienne La Consiitution doe 1867 ne fait pas fire
ainsi que ses enfats ; mais quand vint un pas 'I la question; cependant elle
I'Empire de Soulouqiue avec son -I'""", marque dans la fsorin un chai gemont (u'il1
d'hum:lialion ct d'abaissemeut des classes faut ,otoi le mot blrac est ray, d(I far-
suprieures, quand les ills des promiures ticle 7; mlais ie 16gislateur-conslituant
families du pays, traquds dans les rues n'os rominproc en visier avec I'id;li d'ex-
c'Mnnm des bites 'III. enr6ols de vive cilsion qui subsiste ~; .,s. O lit:
force, flusret soumnis un rvgiime iiiil.,-i-,
des plus idg-.adaits, on vit des jcunes descendants south habiles a dovenir lhatiens.D
gens so reclamer desormais de la nationa- < Article 5. Nul, s'il n'est haitien ne peut
lite do lours p6res *1i 1i., -, et les rcpre- dtre -:...,l,,;.:-.iv, do bicus fanciers -n Haiti.s
sentanits des puissances ktraingeres appuyer L'idoe qui perre dans la Constitution
less I .:Inn lao L'iddo qul pee dan l Constitution
leus I,.:l,,i la nouvelle t,,,:i" Iii, d 'de 1867, c'est de fire driver ledroit de
Sproprietd de la quality, d'Haitien, mais on
(1) Le mariago, prohibit par Boyer, se no va pas jun, i'a y poser to principo de
contractait par-devant les Consuls et se c- la nlaturalisatio du blanc.
lebrait a I'dglise, mais il tait nul et de nul
eifet aux ycux de la loi haitienne qui main- It lait risernY ai Geniral Domingue
tenait les epoux dans I'cat concubinaire. d'ouvrir la plremiire birchlie la muraille


I









sociE-rl DE LA REVUE DE LEiGISLATION


de I'arlicle 7 de la Constitution de 1846
par I'article 7 (djah cit6) de sa Consti-
Aution de 1874.
Le General Salomon, I'imitant sur ce
point, a consacr6 en terms presque iden-
tiques (1) et par consequent avec les
memes restriLtions, le principle de la na-
turalisation di blanc dans 'article 4 de
sa Constitution de 1879. Ces deux Chefs
d'Etat, come s'ils reculaient devant leur
oeuvre, n'ont pas os6e tre consequents
jusqu'au bout, et proclamer en quelque
sorte la franchise d'entree du blanc dans
le giron haitien. Leur audace s'est bornee
i slipuler deux modes de naluralisation.
L'africain et 1'indien sont habiles a deve-
nir haitiens du fait seul de leur origin.
Dans le nzois de leur arrive en Haiti,
ils peuvent manifester le'ir intention ai
cet Cgard pai-devant le Juge de Paix, as-
sist6s de deux t6moins, puis, avec I'ex-
ptdition du proces-virbal dress a e t
elfet, oblenir du Pr6sident d'Haiti leurs
litres de naturalil6. ( Article '14 du Code
civil). Quant au blanc, i d(oil r6sider
cinq ans dans le pays, aveir u tlitre
quelconque a la consideration publique,
movyennant quoi, il sera propose par le
President d'Haili A l'Assemblee national.
Aussi los cas ne sont-ils pas rares chez
nous de la naturalisation des gens issues
d'africain ou d'indien, tandis que la na-
turalisation du blan par voie v 1'o I'i t
est un phl~ni.n'ne qu''il ne .nous a p;s dte
donn6 tie constatoer jusqu'ici.
L'articlr ( die ii Constilution de .1874
et l'arlicle 3 de la Constitution de 1879
formuleut enfin le principe ( que la fenm-
.me suit la condition de son mari ). Cetle
ni! lili.ii .'liij constitutionnelle, qui est en
harmonic avec le Droit civil des autres
peuples. tend surtout river 1'l6ranger,
quelle que soil sa couleur, de la jouissance
du droit de propri6dl qu'il possddait de
fait, soil sons ic covert de sa femme
haitienne, tout le temps que durail la com-
munaute, soit sous le covert de ses filles
haitionnes. A notre avis, la reform tent6e
par les D mi'.lii' llmi.an et le Gdn6ral
Salomon n'a produil et ne pioduira au-

(1) Mr. Salomon a exigd seulement cinq an-
nees de residence au lieu de 7, et c'est I'As-
semblee Nationale et non le Corps LIgislatif
.qui statue sur les demands de naturalisation.


cun resultat s6rieux. II est meme doutenx
que ces homes politiques fussent sin-
cares dans leur repudiation partielle du
principle fondamental de la Constitution
de Dessalines, et ce 'n'est pas les calom-
nier que de penser qu'ils visaient plut6t
a jeler de la poudre aux yeux des phi-
lanthropes et de quelques blancs residant
en Haiti, en leur faisant accroire qu'eui
seuls 6taient assez forts de la confiance
des masses populaires pour se placer im-
punement au-dessus des prejuges natio-
naux.....
A. TIHOBY

LOI
Sur les Consolid6s.
TIRSIAS AUGUSTIN SIMON SAM,
President d'IHaiti,
Vu l'article 69 de la Constitution,
Considerant qu'il y a lieu de r6gulariser les
diverse dispositions de la loi adoptees pour
le remboursement des obligations de la dette
int6rieure converted et consolidde en monnaie
d'or des Etats-Uiis d'Am6rique, lesquelles
n'ont pas pu ktre effectuees selon les previ-
sions edict6es dans la loi du 10 Decembre 1897,
Sur le rapport du Secrtaire d'Etat des Fi-
nances el du Commerce,
Et de l'avis du Conseil des Secretaires d'Etat,
A propose
Et le Corps L6gislatif a vot6 d'urgence la
loi suivante.
Art. ler. Est et demeure rapport6e la loi
du 10 Decembre 1897 autorisant le rembourse-
ment des obligations de la l1ett-Interieure,
converlie et consohldce, en nionnaie d'or des
Etats-Unis d'Ameriqu".
Art. 2. Le service des intirels et de 'ani-r-
tissement des obligations de la D)ette Intdrieure
dite d'amortissement continuaera i etre effec-
tue en monnaic national, conform6mient
aux prescriptions de la loi (du 8 novembre
1887.
La pr6sente loi sera ex6cutde b la diligence
du Secretaire d'Etat desFinances et du Com-
merce.
Donne ai la Maison Nationale, au Port-au-
Prince, le 15 Septembre 1899, an 96e de l'IndC-
pendance.
Le President du Senal,
GUILLAUME.
Les Secrtaires S ARCHER, DUSSECK.
Donne au Palais de la Chambre des Repr6-
sentants le... Septembre 1899, an 96me de
1'Independance.
Le President de la Chambre,
HIENn N. PROPHETE,.
Les Secrdlaires, '
D. DETsTIN ST-LOUIS, F. P. PAULIN.


r~*av-r~ur/c~wa~au~4u~~nr///~urnr*~;~0









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President de la Rdpublique ordonne etc.
Donn6 au Palais National, a Port-au Prince,
le 20 Septembre 1899, an 96me de l'Inddpen-
nance.
T. A. S. SAM.
Par le President :
Le Secr6taire d'Etat desFinances et du Com-
merce,
HEARD ROY.


Loi.

TIRESIAS AUGUSTIN SIMON SAM,
President d'Haili.
Vu le contract passe sous la date du 10 Juil-
let 1899 entire le general Tancride Auguste et
Monsieur Fr6deric Doret pour l'etablissement,
dans I'arrondissement de Port-au-Prince,
d'une fabrique de poterie et faience,
A propose,
Et le Corps 16gislatif a rendu la loi suivante
Article ler. Est approuv6 et sanctioned le
contract ci-dessus cite, accordant A Monsieur
Freddric Doret le privilege exclusif pendant
une durbe de quinze ans, d'exploiter son in-
dustrie dans 1'arrondissement de Port-au-
Prince, avec les modifications ci-apres por-
tees aux articles ler, 3 et 4 du dit contract.
Article ler modified ( Monsieur Doret s'en-
gage a 6tablir dans l'arrondissement de
Port-au-Prince, except pour la Gonave,
a conformement au 56me paragraphe de 1'ar-
< tide 2 du contract y relatif, une fabrique de
fai'ence et de poteries communes, compre-
nant lef articles de manage, les carreaux
i ceramiques et les tuyaux de drainage et
Sd'irrigation. s
Article 3. modified a I est bien entendu
Sque les products similaires qui se .abriquent
a ou qui se fabriqueront sur d'autres points
a du pays auront libre aces sur le.march&
d de Port-au-Prince, sans que Monsieur Fr6-
a d6ric Doret puisse se baser sur le present
, contract pour en faire interdire la vente sur
a le dit marclih. )
Article 4. niodifi6 Les machines et ap-
pareils, et les products chimiques n6ces-
i saires seront admis en franchise de droits.
Sapres que la liste aura 6t6 pr6alablement
a arrelee centre le concessionnaire ct le De-
a partement des finances. P
Article 2. La present loi a laquelle sera
anne) 6 le dit contract, sera execute a la di-
ligence du Secretaire d'Etat de l'Int6rieur.
Donn6i la Maison Nationale, au Port-au-
Prince, le 26 Septembre 1899, an 966me de
1'Independance.
Le President du Sinat,
GUILLAUME.
Les Secrdcaires',
S. ARCHER, RENAUD HYPPOLITE.


Donn6 au Palais de la Chambre des Repr6-
sentants, au Port-au-Prince, le 27 Septem-
bre 1899, an 96e de l'Independance.
Le President de la Chambre,
HENRY N. PROPHETE.
Les secretaires,
D. DESTINY Sr LOUIS, F. P. PAULIN,

AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que la loi ci-
dessus soit revetue du sceau de la Repubiqde,
imprimee, publi6e et ex6cut6e.
Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince,
le 29 Septcmbre 1899. an 96e de I'Ind6pen-
dance.
T. A. S. SAM.
Par le President :
Le Secrdtaire d'Etat de l'Intdrieir,
T. AUGUSTE.
X
Port-au-Prince. le 10 Juillet 1899.
CONTRACT
Entre les soussign6s :
M. le Gne6ral Tancrb le Auguste, Secretaire
d'Etat d l'Int6rieur, dciment autoris6 par
le Conseil des Secrdtaires d'Etat, dans sa
seance du 25 Mai 1899.
Et M. Fr6d&ric Doret, Ingenieur (du Gou-
vernement, demeurant et doticilid a Port-
au-Prince.
Ii a eL d6cidd ce quisuit
Art. clr.-- M. Doret s'engage a etiblir dans
1'arrondissement de Port-au-Prince une fa-
brique de faience et poteries communes,
comprenant : les articles de manage, les
ca reaux ceramiques et les tuyaux de drai-
nage et d'irrigation.
Art. 2.--Dans le but d'encourager l'dlablissc-
ment dans le pays de cette industries de pre-
mire n6ecessite, il est accord a M. Doret
le privilege exclusif d'exploiter la dite in-
dustrie pendant une period de quinze an-
nees consecutive.
Art. 4.-- Le present privilege exclusitf ne
s'etend pas aux poteries sans glacure ni e-
mail, briques, cruches et pots dejardia don't
la fabrication se fait deja dans le pays.
Art. 4, -- Les machines et appareils ct les
products chimiques necessaires seront admis
en franchise do droits. La facture en sera
soum:se dans chaque cas an dtpartement
des Finances.
Art. 5. -- La fabrication devra &tre com-
menc6e dans un delai de dix-huit mois &
partir de la sanction des presentes par le
Corps L6gislatif, et ce, sous peine de d6-
chdance.
T. AUGUSTE, F. DORET.
Pour copies conform;
Le chef de bureau de la Ghambre des Re-
presentants,
E.MILE NELSON.


ul 'IIIIIIIIJL,,-------,,,,,,,









REVUE DE LA SOCIETY DE LEfGISLATION


LOI
Qui proroge pour l'exercice 1899-1900
les lois des 27 et 31 Octobre 1876 sur la
regie des impositions direcles et la fixa-
tion des quotites de l'imposition locative
et de l'inmpt des palenles.

TIRESIAS AU;l.USTIN SIMON SAM
President d'Haiti,
De l'avis du Conseil des Secretaires d'Etat,
A propose,
Et le Corps L6gislatif a vote la loi suivante :
Art. ler. Les lois des 27 et 31 Octobre 1876
sur la rdgie des impositions directed et la
fixation des quotits de l'imposition locative
et de l'imp6t des patentes sont prorogues
pour 1'exercice 1899-1900.
Art. 2. Les;Secretaires d'Etat des Finances
et du Commerce et de l'Interieur sont char.
g6s, chacun en ce qui le concern, de 1'exe-
cution de. la prbsente loi.
Donnde la Chambre des Repr6sentants,
le 22 Septembre 1899,an 96e de l'Inddpendance.
Le president de la Chambre,
HENRY N. PROPHETE
Les Secr6taires,
D. DESTIN St.-LOUIS, F. P. PAULIN.
Donne h la Maison Nationale, an Port au-
Prince, le 30 Septembre 1899, an 96e de Fin-
dependance.
Le president du S&nat,
GUILLAUME.
Les Secr6taires,
S. ARCHER, R. HYPPOLITE.
AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President d'liaiti ordonne que la loi ci-
dessus soit revenue du sccau ae la RCpublique
imprimee, public e eexcutee.
Donne an Palais National b Port au-Prince,
le 16 Octobre 1899, an 96e de l'Independance.
T. A.S. SAM.
Par le President :
Le Secr&taire d'Etat des Finances et du
Commerce,
HEBRARD ROY


LA SESSION LEGISLATIVE DE 18
AU POINT DE VUE LEGISLATIF

Pour qui voudrait se donner la peine
de fire le complex des lacunes quo prsoente
I'ensemble de notre I'-i l.lii..,, des refor-


mes ,,nlliil,.-, par I'opinion et quri de-
puis longtemps n'altendent pour dtre r&-
alisdes que la bonne volonte du l,'.Zi-l.il ikir,
1'oeuvre de nos Chambres, j entends
I'ceavre b entreprendre, apparnit enorme.
S'il faut s'en lenir i quelques examples,
nous n'avons pas encore de loi organique
sur I'adminisration geanrale, definissant
d'une facon precise la -.ubi. liii.ilion hie-
rarchique et les attributions des foiction-
naires de I'ordre adminisliatif ; le Code
de la medecine 16gale est i crder presque
de routes pieces ; la protection de nos fo-
rets et de nos course d'cau n'est .,.11 inrir
que par deux ou Irois principles, poses
come au hasard dans le Code civil et
dans le Code rural ; les regles sur la
grande voirie sont laissqe it la discretion
des Conseils communaux ou des officers
militaires.
Quant aux imperfections dedtdail, textes
a compl6ter it modifier on A 6lucider, la
matiere en est, pour ainsi dire, presque
inepuisable : ele suffirit Ai la vie d'un
homine.
Rendre la justice plus *\[,i''l- i\i'. et
moins cofiteuse, dans ces seuls mots tien-
drait toule une r forme du Code de procd-
dure : qui s'en soucie?
Nous avons public dans no're priecdent
et dans le present numdro les huit lois
qui, avecle budget el'exercice 1899.1900,(1)
conslitnent le labeur du Corps- Ldgislatif
pendant la session de 1899. II faut ajou-
ter A I'aclif ldes Chambres (qiclques r(so-
lulions que 'oun n'a pas ou it Iraduire on
lois.
Ainsi. la Chambre des conmmines a saoge-
ment re.jete la proposition dr frapper d'u i
droit prohibilif I'exporlatlion des hoeufs
nalionaux. Elle a refused. dnls l'inl6ret des
pauvres gens, d'auloriser la Compagnie
de la Gla!cire, par une modificalion de
son contral, it lever de de,,x centimes le
prix de la livre de glace.- De son cOlt,
le Sdnat a refuse l'abrogalion de la loi sur
la liquidation iirl.ili.,.i eta ':, '. '- a no-
Ire dneocralie. deji lant denigr6e et rail-
lee outre-mer, I'inslilulion d'un novel
Ordre de chevalerie. Mais ce sont lit des
measures plul6tim'-,-iIi'.,.. Examinons d'un

(1 ) Nous nous occuperons de lois bud-
gtnaires dans notre prochain numdro.


II~I~1 i-lllilliiiii1111111111 II11III111III1~:i~!!llllllllli ill i-I








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


pen plus pris cells qui out et6 jug6es
dignes d':aiimii-lei le fonds poudreux de
notre Bibliotheque 16gislative.
La proposition de rednire,- si m ideste
quo dlt 6tre celte reduction les clir-
gos mililaires qui pBsent surtout sur nos
cultivateurs, a soulev6 parmi les deputc's
des acclamations enthousiastes. En est-il
result une diminution rlelte des d6penses
public ies, ainsi qce semblait le promettre
l'uniqueconsidrant de laloi?Et danscelte hy-
potheseacombiense chifflre, noncce? Fauteo rili ,.. I -.i.i.ri '1., sur cos
mailires, it nous est impossible tde dtinir
le vWritable caract6re dela court loiqu'ou
a pu lire dans notre numuero dIu 9 1.cem-
bre, d6cidant que du ler Octobre 1899
an 30 Septembro 1903, le tiers de chaque
1.:i-i'ii'l, bataillon, compagnie, fera Ie ser-
vice chaque mois, mais quo n6anmoins,
la revue de solde sera passe en faveur
d'un bataillon.
La loi de sanction du contract qui auto-
Srise M. F. Doret a dtablir dans l'arrondis-
ment de Port-au-Prince une fabrique de
faience et de poterie ne soulive aucrune
ijI.:li n1 doctrinale. Nous voudrious pou-
voir accorder le meine bill de correction
aux autres lois, ses contemporaines.
L'dtat embarrass, des finances publiques
a impose aux delibdrations du Corps
Legislatif une sdrie (10 measures, destianes
dans l'inlention de leurs promoters A
pourvoir aux n6cessites les plus ai -11ril.-,
de notre situation l -''l Jt ,ii. Qu'il nous
soit permis de les rappeler. Go sont: la
loi du 20 Septembre 1899, dicritant Ie
payment en nionnaie national ties obli-
gations de la dette d'amrortissement, con-
solid6es et converties en or par la loi du
I0t) Dccmbre 1897 la loi du 30 Sep-
tembre 1899 qui rapport les articles 4 ei
5 de la mrine loi de Isi.7 et convertit en
obligations de la detlle d'amortissement
les efflets sur I'Etat v6rifi6s et accepts par
les Commissions administrative de ls:i-
1890 et les effets valables encore impayds,
dmis du ler Octobre 1890 au 30 Septem-
b-e 1897 ; une autre Ioi du 30 Sep-
lembre 1899 autorisant le Secr6laire d'E-
lat des finances et du commerce, pour pa-
rer A l'insuflisance des voices et moyens du
budget de 189!-:i-1900, A disposer de la sur-
taxe de 25 o/o sur toutes les merchandises


a l'importation, surtaxo elablie par la loi
du 2 Octobre 1898 en vue du retrait gra-
duel du papier-monnaie et du service d'un
crnprunt qui n'a pas Wtl contract ; A
la mine date du 30 Septembre 1893, la
loi qui porte an compte do la dette inte-
rieure consolid',e, aurs leur verification,
leosefets publics non pays, 6nis du Ier Oc-
lobre 1897 au 30 Septenmbre 1899 ; etcelle
qui roduit de 20 o/o le montant des pen-
sions civiles et des appointemens des fnmc-
tionnaires et .:lnllo':~ s civils de 1'Etat, et
suspend Ie pavement des subventions dies
pour contracts votis par los C1irinires.
De cos lois de circonstance, qui valent
d'ordinaire, en raison directed do leur op-
portunit6 et de lenr efficacity, nous n'au-
rions rieon dire, si par leur fr6quence et par
l'arbitrairo des dispositions que pair'ois
elles' 6dictent. elles ne tendaient A miner
les principles qui Kr.gissent la matibre des
obligations conventionnelles, foundes sur le
di-oit de propri6tc, droit inviolable et sa-
cre, aux term is do notre Constitu-
lion ( art. 19. )
II est facile, en offet, de con evoir que
quand I'Etat convent de corlainos condi-
tions pour la liquidation de sos dettes, it
est li6 par sa parole et ne saurait, s:ns
se nuire it lui-mmnLe et sans lser lo Jroit
d'autrui, revenir sur les .:n ,.',.irii,,, qu'il
a spontaniment offerts pour imposer i ses
cr&anciers dos conditions moins avanta-
geuses. Que do lels procddis se ronou-
vcllent plusieurs fois dans un laps do temps
pen considerable, et voilit los rapports
entire 11''.,1 et les capitalists sensiblement
al 6rds ; la .,iil il. ,. disp:'rait ; les tran-
sactions sur les effets publics perdant lout
caractere do ii i1,, un malaise I'- !.I af-
fecto le march finandier... Nousnecroyons
pas trop nous avancer en lln li I q (l'a ce
regime 1:'-iI lif qui procede uniquoment
par a-coups et qui rested, d'une facon cons-
tante. subordonut aux etroites proocei pa-
tions du moment, incapable, dirail-on, de
provisions mtme prochaines, est dt'e pour
une bonne part notre fichouse situation eco-
nomique, si lI.Ii r2ilI ,-, Caract6ris6e par '616-
vation anormale du taux du change !
Les droits de douane qui chez nous
frappent les marchandises importees do
l'Ntranger sont-ils con(,as de maniere A m6-
nager et A concilier les interets des con-


_____ __






REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


sommateurs, dn fise et du commerce ? La p l'' i-i exercice budg6laire le monlantdes
qui-liir.j est int6ressanle. Elle a fait, il y pensions civiles et des appointemens des
a quelque sept ans. I'objet d'une remar- fonctionnaires et employs civils, etc.
quable Etude, sounise ti la Chambre, sous empruntent aux circonstances actuelles un
la forme d'un project de loi, par le Secre- caractere d'exceptionnelle gravild.
taire d'Etat desm iniii.. Une Commission, On n'ignore pas que, depuis trois ans,
compose d'lommes speciaux, rompus 1'Etat se trouve r6dnit A ne plus pouvoir
pour la plupart A la pratique des affairs, fire qu par intermittence le 'service des
avait pendant plus d'u n a travaillA payeuens publics. C'est ainsi que sur trois
A ce plan de tcforme m6thodique de exercises Ii,',1.'l i.'s, separ6s par une an-
notro Tarif douanier ; 1'opinion y etait n0e de payemens rigaliers, de Septem-
favorable, le Gouvernneent I'avait faith sien bre 1896 A Septembre 1899, on est resle
en le deposant devant le Corps LAgislatif. levoir aux fanctionnaires, einploycsel pen-
Qu'en esl-il advenu ? I dort encore, apres sionnaires, Ireize mois d'6molumens. DejA
sept annes, au fond des oubliettes parle- atleints par la ldprt ciaiion .i.,libil ,ill. do
mentaires. papier-monnaie et par le nouvel imp6t
En revanche, no s'est-on pas iin m-iu'i presque prohibilif 6labli sur les articles
que dans notre otat d'appauvris- d'iimportation, q'li, en levant le prix des
segment et de misdre, sans capitaux, objets de premiere necessitl, ont augmen-
sans credit, sans 'i...- ,.u, sans induslrio, t6 sur tout noire lerritoire'la cherlt de la
ayant pour unique ressource uone produc- vie ct amoindri la valeur rdelle de leur
tion ;--. ii ..l, incohl rente, depourvue de salaire, les malbheueu x '%\il,.' do 1'E-
toulc direction scioutifique, amoindried'ail- tat ont vu en mine lemps reculer A uine
leurs par la concurrence, il nous suffirait Ach6ance indelerminne le payment des
d'augmenter au hasard de 25 o/o les taxes mensualilis don't on leur alait redevable
qui pesaient sur los objels imports du et diminuer de 20 o/, leurs trailemens
dehors pour j ....ill d'autant les recttes futures !
de l'Elat ? Cela d6notait une conception Sans doute, en droit strict, le Corps Le-
assez folilre des principles de la science gislatif n'excede pas ses pouvoirs en di-
economique. minuaut, pour un exercise budgatnire a
Mais on avail cru trouver une excuse A venir, les appointments des fonction-
la paunreled dii moyen dans opulence naires publics ; mais sonmoetlre des di-
dn resultat poursuivi. 11 ne s'agissait de lais de grace A pen pris indefinis et a
rien moins, ei i-'' que de rtIaliser le re- in mnode de lilberation si fragmenil,'e
trait gradiil du papier-mion; ie, agent qn'elle eni devic.nt prosqlii' ill'soire on sa-
responsabir d's caprices dn change, ct laire diOj, dl'i Ipour n Ul rvaiil rielleinli
de relablir ainsi dans les opcraiions fourni, in'sl-ce pas en vri'HilI -- lon
coninierciales inesostbilitd don't nous avions cher :a un1 drloil acquiis el c u'vrir do I'au-
per'lu I'hiabitlde. torilt do a loi lne spoli A ctele tin et aussi pour unified, disail- Au 'este, celte I -. itin I 'uil situa-
on, la detle irinticte ure, onn6gociaita l'lranc a lion plus que pr' ,ire. ni'ali-i -elle pas,
ger un empriunt auquel le produtit de la dans les conditions oi elle s est produile,
surface devil servir de garatlie. destructive pa"ir elleo-mme dei loute notion
Au bout du compete, 'emprunt n'a pas d'ordre et d'equit6l..
itc obtenu ; le papier-monnaie nous est Vainemeont voidrail-on inllinpr6telr A
rest, of la surtaxe tout de mine. I'encontrce tid note opinion le silence des
La 2,e loi tdu 3t) Septembre 1899 no si- fenctioilnaires et les coimpjlitions de plus
gnific pas autre chose. en i)lus nombrcuses qui entourent les va-
La 3O loi, qui porle a comipte dde a deltte calnces alux emplois publics. N''ayanlt pas
intdrieureconsolid6e, aiprlis, i Ir ili li i, ltI consul s. les f.lnctionl air' s n'ont pas
les .l,-i., publics non :.ii ,'-feAnilles d'ap- en A ma.ifi ster ler i sentiment sur la A6-
poinlemens et autres kmis tin 'Ic Oc- sion don't its sent viclimes : le principle
tobre 1897 au 30 Septembre 1899, et la minme de la reprdsenlation legislative n'6-
4 "e, qui lldduit die 20 o/o pour la durte du puise pas lour droit. Quant la ; iavenr ex-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


cessive qui continue de s'attacher, malgr6
tout, a l'oblention des emplois salaries
par le Trdsor, e'est un de; tristes effects de
la mis6re publique et des hilii -.l:.-* qui pa-
ralysont 1'organisalion du travail national.
L'Etat serait criminal, s'il pouvait jamais
concevoir I'idWe do speculer sur ce mallheiur
des temps pour larifer au rabais Ie dd-
vouemeut de ceux qui le servent !
On insisted : ( Mai quoi Le gouverne-
ment n'avait plus de resources suffisantcs
pour fire face aux d6penses publiques.
Devail-il pourtant se laisser mourir d'ina-
nition ? Des sacrifices de ce genre, et de
plus grands encore, s'imposent, lorsqu'il
s'agit de sauvegarder un int6rkt de salnt
- 'r.i'-,l .- J1'enlends ; mais daus une colm-
munaut6, les sacrifices exig6s par le salut
connmuiu ne sont legitimes que pour
autant qu'ils obligent tous les members de
I'association commune.0r,que penserau point
de vue du principle demnocratique qui r6git
notre droit public, de ce classement injus-
tifie entire les citoyens, les uns jug6s dignes
d'etre pays rieguliereienLtet ;,iil,., I'-i!i. l
de leurs services ; les autres, couidannes
au sacrifice des paycinens parties, de l'a-
mortisscment ,5 I iir-o c 6hlianc et do la di-
minution dui cinquieme ? ( 1 ) Faut-il rap-


S1) On a afrecte dans toute cette affaire
de considered le Corps judiciaire comnme
quantity parfaitement nigligeable, sans sF
rendre compete que 1'6trato1;Pr a bon droit
d'ailleurs, measure notre Io.'-c de culture
politique et social au degree de considera-
tion oil nous tenons notre iagistra-
ture. Mais en quoi le juge, ( puisqu'on m'a-
mnene a parler sp6cialement de lui ) qui d6-
fend la society centre l'injustice, la violence
et le crime, sauvegarde les droits de tous les
citoyens et maintient l'integrite des lois, a-
t-il moins besoin de vivre que les aulres gar-
diens de la sdcurit. publique ? En quoi le
Pouvoir propose i 'application (dla loi est-
il moins respectable et moins necessaire que
le 'Pouvoir qui 1'edicte on qui la fait exe-
cuter ? Et si I'on admet, avee les juriscon-
sulles de tons les temps et de tons les pays,
qu'a l'exercice dela souverainet6 est attache
le droit de juger, et qu'un Etat, pour &tre re-
connu come tel, no saurait se passer de
juges, Iind6penOance, que cette condition
preeminent impose a la Magistrature ina-
movible come un devoir essential, n'exi-
gerait-elle pas, au rebours des pratiques usi-
tees chez nons, que la subsistence du juge
cessat d'etre subordonnee au bon vouloir
des agens de la puissance executive ?


peler A la reprobation de pareilles measures
que les membres du Corps 1..'.-1 l il' qui
out vote la loi n'ont pas cru pouvoir s en
appliquer les charges et se sont pour la
plupart autorises du respect df au texte
constitutional fixant leurs indemuitfs, pour
continue A percevoir la lotalit des va-
leurs qui leur sont allou6s ? ( 1 )
En some, nous croyons en avoir assez
dit pour dnmontrer qu'a la solution des
embarras actuels les moyens ne sauraient
Otre ii lilrrii- ,.
Cer!es, notre voen le plus cher serAit de
voir le gouvernemento do notre [R publique
par des mrsures d'ordre et d'economie,
conformes la pratique rationnelle des
nations policies, sorlir A son lionneur de
la iii iliin I..'nilile oh it se dG bat.
lais il est des expediens don't un Etat,
mime en danger d mort, n'a jamais us6
imptinement. Puisque I'experience a etW
faite des lois d- 30 Soptembre 1899 et
qu'elles n'ont irneo tpas re pondu aux ne-
cessitis pour lesquelles on les avail imagi-
rides, ayons la sagesse de borinr celto ex-
perience A I'eoxrcice 1', i- 1900.
Encourager, d6velopper, augmenter note
production agricole; trouver A nos pro-
duils un placement rmuniuurateur sur les
narchis etraugors, quoi que nons passions,
quoi que nous visions, It salut est l pas
ailleurs ...
GEORGES SYLVAIN.


APPENDICE.- Parini les -,ii.1, d'd-
tude, proposes celte aniide aux dtlibuira-
lions des ChL:mbres, la loi sir la linuida-
tion j,,,i -; ii a 61.6 1'un des plus longue-
ment discutes.
A la suite des (dsastres 'retentissans
qui out mariqu, h i licadence de notre
commerce d'implortalion, on s'est de-
mandA si les I wilil-. accordries par
cetle loi aux .,1, i rn, ,l, n'avaient
pas contribute daus une Lrop II-'
mesurte a dttruire la ..'l.i in-' des
commissionnaires et des fabricans 6tran-
gers, et ne constituaient pas, en lout

( 1 )11 est just de noter qu'nne vingtaine
de d6put6s ont, a litre de don volontaire,
decide d'abandonner a la caisse publique
pendant la prochaine session le cinquinime
de Jeurs iademnites,


---------------rr raa~r~w r w ar








REVUE DE LA SOCIIETE DE LEGISLATION


cas, pour l'avenir un obstacle invincible A pIirn-lj. aurait viol la Constitution, en 'nt.
la reslauralion de notre credit commercial. conservant pas au l'r6sident de la In.pu-
De la a consider la loi comme un ins- blique la delivrance de la commission d'a-
trument de fraude au seal profit des dd- vocat, les avocats Mtant, dans l'opinion du
biteurs de mauvaise toi et a en reclamer Ministre, ties fonctionnaires publics, el A
1'abrogation, it n'y avait qu'un pas. Ce pas ce tire, ne pouvant itre nommes que par
a WtI franchi par la majority des membres commission presidentielle.
de la Chambre. ,e crois, au contraire, avec Antantde propositions, autant d'erreurs !
les defenseurs de la liquidation judiciaire, En dehors des cas fix6s par un lexte cons-
avecle Senat et M.le Secrtaired'Etatde ia litationnel, ce sont les lois particulieres
Justice actual, que.cette institution, con- qui, en vertu de l'arlicle '100 de la (ons-
Cue en vue d'6pargner aux commercans tilution, d6terminent express6ment les fonc-
malheureux et de bonne foi les rigueurs lions ou emplois publics anxquels nomme
de la faillite, comme lontes lesinstitutions lo PrPsident d'Haili.
humaines, vaut surtout par l'application. Pas plus d'ailleurs que sa licence ne fait
Loin de liver le crdancier sans defense le'pharmacicn, la commission de l'avocat
auxentreprisesd'un ddbileur sans scrupule, ne saurait suffire i le transformer en fonc-
laloi l'arme delouleslesgaranties piopres A lionnaire public. Si par cerlaines de leurs
sauvegarder ses droils, comment la liquida- attributions et par le caraclrie .ilili,...Iii,
tion a son contrle et lui permnet d'en de- de .leur mandate nos avocats peuvent iere
cider le sort par I'oclroi on le refuse du en quelque mani6ie assimilds ai des offi-
-concordat final. ciers minist6riels, il est conform aux
Ces garanties sont-elles suffisantes ? De principles de no're jurisprudence de con-
bons esprits le pensent. Pour ma part, siderer leur profession comme une profes-
j'estime que, sans avoir a revenir sur les sion purement civil, A laquelle tons les
progress une fois acquis, il serait facile de citoyens accedenl librement, sous les seules
corriger les ddfectuositds que, A les d6- conditions de capacity et de morality ddler-
tailler, on peut trouver dans cerlaines dis- mines par la loi. Depuis surtout qu'A la
positions de la loi. On aurait, par example, faveur de la rdorganisalion de I'Ecole na-
avantage A limiter les cas of Ile .'iinp I.-r- lionale de Droil, ( don't la loi i-r._.iniqu
cant pourra 6tre admis-au benfdice de la datant de 1860 aurait besoin d'etre rajcu-
liquidation et a laisser a tout crdancier nie) l'Etat a enlouri des garanties desi-
ayant fail la prove de osa quality pI1l d'i- rables Ie recruitment des min res du Nar-
niliative i'ior lprovoquer I'Cction de Ia jus- reau, la d(!ivrance td la commission d a-
lice, nol:ii;inuet Ic droit de former oppo- vocal no se coneoit plus gr'.'e q(ue commiii
siticn an j.uencut qui admet la liquida- une sorii' de contlirle sulirni,,rie exerce sur
lion judiai. ite. Des amendemens de cetle les litres ide I'imp6traln. Quiii de plus ra-
sortl front utileinent I'objet de la revision, lionnel. des lors, quo de charger d'un Icl
dont Mr F. L. Cauvin, Secritaire d Elat examen, sons I autoriih' Id I. ipartemejit
de la Justice, a promise an Senat de four- de la Justice, le Conseil dt discipline de
nir le texiee la session procaine. I'Ordre ties avocals, a qui la loi confie
di'i.'i la mission g6nerale de veiller au main-
tien des traditions d'ii ,ii. l de ddlica-
Ce n'est pas sans regret que nous avons less et tie probild, atlachies A I'exercice
vu enlever au vote de la Chambre par do rctte estimable profession ?
I'avant-detnier tilil..i:ii du dparlement Ai.si I'avait compris Il Conseil des. Se-
de la justice un project do loi sur I'Ordre crl6aires d'Etal, qui, sous la presidency
des avocals, df A I'inilialive d'un de ses de feu le President Ilyppolile, sanctionna
pr6ddcessours et d1pos6 avec I'approba- le project de 1892.
tion du Conseil des Secr'laires d'Elat, de- Au surplus, la ndeessit6, mcme[reconnue,
puis l'ann60e 1892. de quelques modifications au texte primi-
Le molif do.celle decision, Ielle qu'elle lif d6 ce project n'auriit pas (In retarder
semble r6suller du proc6s-verbal de la sd- selon nous, apres un si long delai d'at-
ance ofi elle a ,tl consacr6e, cst que le tente, la rIforme de la loi du 18 Octobre








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


1881, don't de recenles divergences d'iu-
terpretation entire le DNpartement de la.Ins-
tice et I'Ordre des avocats de Port-au-
Prince venaient d demontrer l'incontes-
table insuffisance.
G. S.


Questions do Nationalite

a propos de la loi du 6 Ociobhr 1878.

D)sirant presenter quelques considlra-
lions touch'mrt la; loi re:duIe e 6 Otobre
1876 par le Corps L6gNialif et promnl-
guie par le Pouvoir Excutif le 9 suivaiit,
au point de vue spicialernent de l; re-
percussion do la measure qu'elledlicto daas
une des plus importantes regions du droit
international priv6. nous pronons la pro-
caution de reproduiroii'i le text dln con-
sid6rant et des deux articles do cott loi,
le troisibme article ne contenant quela for
mule de styie abrogalive des lois el actes
conlraires.
Ins6ree, sousle No 51 dans le B,,IIiii
des Lois d'laiti do I'anndei 1876, (No 7);
elle porle :
LE CORPS LEGISLATIF,
( Usant dn pouvoir que lui coinfere
1'article 82 dte la Conslitution,
Conisidirant quoi la l galite constitution.
nelle violenement iiilorroinpue par le Coup
d'Elat du 14 Mahi 1874, ayant repris son
course par le r6lablisseniiit de la Consti-
tution de l867, it y a lieu pour le Corps
Legislatif de fire cosser les incortitudes
(qui pourraient subsister sur lo\ ellets ot
consequences du pouvoir de fait qui a
exi-t6 dins le pays jusqu'au Irionmphie de
la IlRvolution,
A rendu la loi suivante :
Art. ler Avec le rdtablissement de la
Constitution de 1867 effect e par le tri-
omphe d6linitif de la RIvolution, out
ccssd d'exister de fait tous les actes, nuls
dis i'origine, qualifies lois, decrets, arre-
t6s, rendus I partir du Coup d'Etat du
14 Mai 1874, et a de fait repris toute sa
force et vigueur la legislation de la Ri-
puhlique, telle qu'elle existait au 14 Mai
1874.


Sont frapp6s de la mnime nullit6 les
contracts dans lesquels les intderts de
1'Etat auront 6te manitestement l6sea.
Art. 2.-En cequi concernesoit lesopd-
rations intervenes entire les tiers sous
l'empire des actes de Domingue, soit
cells qui ont 6dt accomplies par ces
tiers en obeissance aiux )prescriptions
de ces mnmes actes durant leur existence
de faith, it ne sera, en aucun temps. in-
vogu6 centre les inleresses des nullites
tires du vice original des did's actes. *
I
L'examen de la question que nous soule-
vons Iln pent so presenter qu coninme uine
consequence o la nullite radical de la
Constitution de 1874,qui contenait, comime
la Constitution actuelte et toutes nos
Constitutions, les principles rIgles rela-
tives a la nationality. L'opinion commune
sembol 6tre en favour de cette nullite,
qu'on fait rnsulter de I'esprit de la loi,
du sentiment rgiiant I'endroit des Pon-
voirs publics qui out exist de Mai 1874
at Avril 1876, et de 1.1 gislation 6mande
d'eux, plutit que du texte former de la
loi ci-dessus ir.nll-. il. -
Le mot loi a un sens plus oumoins 6tendu
(mnnie en le restroignant an seul droil po-
sitif revil) suivant l'intention d(e colui qui
l'emploie, intention qui le plus solvent
resort dn lexte, oun toutle nmoins du
context. La Consliittion politique elle-
mnmne, qui dans la classification juridique
occupe un rang A part et lout au somuiet
de I'clhelle, pout a l'occasion so Irouver
comprise dans I'expression loi (ou lois).
< La loi oblige dgalement tout leio mndle.
La loi ne dispose que pour l'avenir. La
loi positive a sa source dans la loi na-
tutrelle. Le respect des lois, tel est le prin-
cipe Jondamental des socidl6s avancees.
etc. Voila, culre autres, des phrases oil
le mot loiest pris dans son enliere g6nt-
ralitl.
Mais on parlant dans I'art. I d'acles
qualifies lois, decrots, arri6is et ldns le
2e, article. des actes Ide Donmingue, it
semble difficile d'admeltre que le Igisla-
teur de 1876 ait eiitendu viser cot acted
tout special, qui fut l'muvre d'une Assemn-
ble Constituante, et qui est la Constitu-
tion de 1874.
Celte Assembl6e agissait, nous in le sa-
vons que trop, sous la pressioai de Do-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


mingue et de ses soldats, et c'est le sys-
thme politique de ce dernier que traduit la
Constitution de 1874.
C'etait peut-6tre, en pregnant les pre-
cautions voulues a l'eudroit des disposi-
tions d'ordre civil qu'elle renferme, une
raison de I'annuler partiellement ce n'en
6tait pas une de ne pas la designer spe-
cialement, come si pour tons, mime
pour ceux qui ignoreraient les dessous,
les coulisses et toule la machinerie de la
politique despotique des usurpaleurs de
1874, il allait de soi que l'muvre .''.- l:,-
tive de cellto poque ne fOt que la riise en
ceuvre des idWes de I'Exdcutif. La for-
mulation des lois iriclame plus de rigueuri
et de precision Les auteurs de celle du 6
Octobre 1876 nel'ignoraient pas, et n'ayar,t
pas nettemeut indiqii leur pensde sur
un point de. I'importance de celui-ci, it
est au moins perCis de dtouter (qu'ils vou-
lussent tlendre la mnesure A la Constitution
clle-mime. On en double d'autant plus que
la loi anthrienre diu 5 Septembre 1896
(:,;iiil.-,,'., le 2-), dtablissant une com-
mission col rale fdenqucte, s'abstient 6ga-
leinent de faire mention de la Constitution
de 1874.
Une Adresse au people, du Gouverne-
mout provisoire (in 122 Mlai 1876, qlj il ;i
bien ie mnensougers la ll, l,' ct le gou-
vernument sorts de 'arrtel du.20 Maii 187/4
rendu par le Conseil d's Secrtdaires d'Etat
oxercant provisoiroment le Pouvoir Ex6-
cutif, et la dernihre loi prkcitie tnumire
avec soin les faits arbitraires qui avaient
vicie a leur source et les leoclions de
1874, et l'Assemblee iqui en 6tait le fruit,
eo I'VFuvre m!ninO de celle-ci, conisislani,
pincipalemient (das la nomination dii
Clef de I'Etat, I'6laboration, puis le vote
d'une Coustitution ; mais aucun de cos
deux actes ne didilo la[ peuns6 de declarer
nulle celte Consliluition et de ail tenir pmur
non avOenue. On y dacouvre, at] col0traire,
la tendance a n0e pas tout elfacer on bloc,
sans Ihulle distinction entro les actes utiles
et prolilables et ceux manifeslement con-
traires h 1'titilile publique. Or, d'actes
utiles et profilables (ou pouvant I'Otre) il
n'y en a guere on de lMai 1874 it Avril
1876, si ce n'est precis6ment quelquos-
unes dos dispositions constitutionnelles
concernant la nationality, cell notamment


Squi ouvrait pour la premiere fois A 1'e-
Iranger, sons certaines conditions, I'accs
do la nationality haiticnne ; celle encore
de o'arlicle 4 qui mettait, quoique encore
incompltlement, notre legislation en har-
monie avec les principles lIgislations
I'[ i I .11 _' I i .
Les raisons de renverser une Conslitu-
lion, marque du vice original de lout le
regime, &taiint certes sdrieuses, imp6-
rieuses mame, et le people d'ailleurs, dans
un sentiment prosque unanime de rdpro-
balion, ne manqua pas de le faire, d6s la
premiere heure. Mais cells de 1'effacer
retroactivement, en totality, mimem dans sa
parties ayant trait aux relations d'ordre
civil, n'apparaissaient pas au mnimn de-
grd, el rdpelons-le, il n'est pas prouvd
qu'on 1'ait fait. (1)

( 1) Voici quelques indications suppl6-
mentaires an s.ljet des deux documents men-
tionnes plus haut.
Dans I'adresse au Peuple du 12 Mai 1876,
le Gouvernement provisoire qualillait en ces
terries le regime etabli en 1874:
i Une Lcdgalild mensongere, un gouverne-
u mensonger connie elle, e'aient sorts de
a 'Arrete0 du 23 mai 1874 ,. Et l'expose des
motifs de la loi du 15 Septenbre 1876 enu-
merait commune suites griefs dleves centre cet
arrete :
lo Son art. 3 formiait arbitrairement Ie bu-
reau electoral ;
2o L'arLicle 4, empichant I'inscriplion prd-
alable faisait le bureau juge de la capaeite
dlectorale des votanlt e autorisait les mili-
taircs ai voter en dehors (le leurs communes
ct l. oi ils etaient en garnison.
3o L'arl. 5 chatngcait les conditions d'eligi-
bilite.
4o L'art. 11 n'admottait ancun recours.
centre les decisions du bureau.
5o I'art. 2 restreignait la mission de I'AB,-
semblee constituaine ii la nomination du PrP-
sident de la Republique et i la confection
d'une nouvelle Constitution, mais fr[anchis-
sant los limits do ce mandate, cette assemble
a sanctionnel tous les 11, _..i-. ni l contrac-
t'.s, routes les inesures i,,n i... j o,. prises par
Ie Gouvernnemnt du (ienural Domingue.
Quant aux considerants de cette loi, en
votci un assez caracltristique et qui se rat-
lacthc A notre sujet :
a Considerant que si la nation a le droit
a ind6niable de rejeter les charges finan-
c cieres qui present indCiment sur elle, la
, probity lui fail n6anmoins le devoir de re-
a counaitre on principle celles qui resultenl
r d'operations effectuees ayant tout caract6re
a de loyaut6, ainsi que les actes du Gouver-
b nement du General Domingue qui ont pu


_ _







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Le pouvait-on d'ailleurs, sans se metlre tablisse:nent I de la Constitution de 1867.
en contradiclion avec les principles ? -
Le Pouvoir Constituant (on le pouvoir Il
r6volutionnaire qui, aux moments decris: 'Tnons. c.p.n1iill, pour etabli que la
en lient momentandment lieu) a seil qia0- loi dii 6 O;,tbre 1876. doive s'appliquer
lit6 pour modifier, abroger, et a fortiori ila Constitution id 1874 et recherchons
annuler nune Conii itutioii pl'.xisi;l '. I, ( (1q l e. t, nl (i c( cs le so:'t d, i;;::c rili
Corps LMgislalif d'ordinaire ie jouit pas sis dais l'or .l civil de 1874 i 187G,
d'une telle prerogative. (15 Avril) sons I'empire des rizles conto-
Or, en 1876, on ne crut pas iuiessaire ines dans la dito CGinstitution nt Idifti-
de convoquer une Assemblie constitnante, irete. de celle.s 1dicces par la Con-il itu-
puisque le people avait, proprio imotu, tioln dli 1837. Noils envisagoons. comma.
remis sur pied la Constitilion te 1867. nois ['avons dit, Ins dispositions ayant
D'autre part, la voloni6 r.'voliutionw ire tra it la I i ili.m i11, snuscptil!ei par ton-
agissant soit directmenet, soit par l'e;- sj [lent de s mivecr doe questions do droit
premise do ses organes habitnouls (comiths, international prive. (1)
,'ii0,' iii.iii.m nL povisoire) s'abslint d'effeIC- i) in; los question; do c'tte nature, il y
tuer ['annulationi dt la C islititioi) d( a, i nie fut jamais l'oublier, trois init6rts
187-1, qu'elle se contentta dt ren,.erser. en prIsece : c:lii do l'Etat hiiiien, co-
Le Corps L6gislatif cot done Iui-mema lui de I'individu dent il s'agit de d&termi-
franclhles limilesi delalegalile, en uiurpmit nor la coudilion national, cclui, en troi-
uu droit rdserv -i ii aitre; es pI!voirs. situme lieu, de 1'Elat rangere, )ouvant, los
III rest, est-il possible d'aldm'itol un jails s'y pretant, reveuidlquer cet iudividu
hIl. I -' i constitulionnel d pr( o de deux pour le compirendre an nombre de ses
annes ? En considCraint la (Coislitiition rossortissants.
de 1874 comme n'ayant pas exist, ii eut Et o'estjusternent cc c aracltre Irilateral
falln, du mimne coup, adineltre quo cclle qui fait la i;rli.lh- des probiemes de na-
qu'on lui substituail n'avait jimnis ccss6 ti, lii., don't la solution, aI point detvue
d'exercer son iniluei'ce dans la splihre des des relations exterieures, consisterait '
fails politilues d1 ; pays. Ce si. nii il fta t inG Ire les diverse I6gislations d'accord
en convenir, aller un poe loin dans la fic- eutre elles.
tion et contredire, en mmin 1:mips, len II es viai que le principelo la; souvo-
do(laralios s des actes revolulionnairos et rainue! des Etals rend chacni d'eux seol
de la loi du 6 Oldobre 1876 cile-mOme jnge de la convernuiic do tie l on tel sys-
qui, tons, parlaient t( d'inlerruplion do Lie juridique ,lans l'tendne di son ter-
la lidglild constiltionnelle et d t r riioinr' vait lien d; e tte


a avoir un caractbre d'utitit, pubhlqune, ou
ai desquels it est r6sultI un profit pour elle ;
a de reconnaitre les dits actes dans la limited
a de cette utility ou de ce profit, etc ).
Ce fat moins d'un mois apre-; que fureant
annules tous ces actes. On n'en avait appare]m-
ment trouve aucun presentant les derniers
caracteres indiques.
Mais en suivant la genese et la mise en
action de cette id6e d'annulation retroactive,
on reconnait que ce sont principaleuent les
actes financiers ou' comportant on effet ti-
nancier quelconque, qu'on avait en vue. Les
actes politiques, qui en fait laissent de si d.e-
plorables traces, mais qui juridiqueminnt
s'accomplissent de facon a ne pas donner
lieu a une nullite retroactive, restent le plus
souvent intangibles sous ce rapport. -- Qant
aux actes juridiques d'ordre privd, il est pen
probable que la pensde des lgislaleurs s'y
-soil arrdtde,


,7 i --- .
nIlltip!citj ot la non-c:lmcordance des
systenies jusqu'ici adopts q(i dmnein t
souventi linea des conflicts doi lois prosqiu
tonjonrs in'olubles. (2)
\lMis le' priiiipe de souveraincet6 (n
po[t s'enltendre el n sells (l r'il colli're-
railt fi n Etat le droit de modifier, a son

( 1) On est i peu pris d'accor,l aujour-
d'ihu pour considerer les questions de na-
tionalite come parties intergrante du tdroit
international prive, et noa com:nr do pures
questions prelitninaires, servant dte preface
ou d'introduction a 1l'tude de cc droit.
(2 Nous croyons devoir indiquer, pour
coux de ios lecteurs non familiarises aver le
vocabulaire juridique, que le mot conflict a en
droit int. privs un sens special et qui ne
compare rien d- bClliqcuux.-








REVUE DE LA SOCIETEr DE LEGISLATION


gre, par suite de measures rltroactives, la
condition national des strangers rdsidant
sur son sol.
La legislation sur lanationalit6 pr.senle,
a un moment donnA, un ensemble de dis-
positions connues de I'6tranger ou qn'il
pent facilement connaitre. Quand it vient
s'Alablir dans le pays, ou continue d'y rd-
sider, c'est sous la garantie quo les condi-
tions 16gales par lui acceptees, scrontres-
pectees, qLant A li, par' 'Elat qui les
pose; dans le present comme dans l'ave-
nir. Non pas que cet Etat, si des raisons
ie convenance on d'utilite l'y poussent,
ne puisse les changer. Mais ces change-
ments, egalement connus de l'ttranger,
seront common des conditions nouvelles
auxquelles il lui sera tonjours possible de
se sonstraire, en s retlirant du pays. Ces
rigies nouvelles no r_;c-i- ml que I'avenir,
laissent sauf et cnier I'6tat antirieur de
P'hOte stranger.
Toute autre serait sa situation, si lesdis-
posilions du nouveau i.'-.in i. I'1- 0i devaient
I'alteindre. II serait alors menac6 dans sa
liberty, sesintlrets et ses sentiments patrio-
tiques. 11 u'anrait on aucune lfaon prrlicip6
A la fixation de son nouvel e~at, car, qu'on
veuille y prendre garden, son dloignement
du pays lo laisserait sous le coup de la
r Gceute 16gislation qui, i.'-lr, '- il. se-
rait censte 1'avoir saisi dis son 6tablis-
senmert.
Voici un example propre A nous fair
fire bien comprendro.
Un elranger do race on do descend:ance
africaine salt qu'en veuaut, avant -1889,
vivre dans le pays. oe fils qu'il pourra
metlre an jour restera comme lui 6tang. r,
ct lenant a I'uniformii t de nationally entire
co fils et lui, ii y vient en toute quibiude
d'esprit. Survient I'art. 3, 3e alinda de la
Constitution de 1889 qui inlroduit lejus
soli pour les descendants d'africaiu nds
en Ilaiti. Libre a cel .'11 iiPr pour sous-
traire a I'avenir ses nouveaux-nes a I'ap-
plication de co texte, do transporter ail-
leurs sa residence. L'Elat llaitien n'aura
pas A son .:-4 1.1 procMdd par surprise. Mais
que l'on fasse rItroagir cet article 3, 3e ali-
nia, de facon A retenir come haitien le
Iils nI a une 6poque antArieure h 1889, et
voilA cc gargon soumis, mal-gr6 lui, en
depit de la volontl de son pere et de ses


l6gitimes esplrances, A utn changement
d'6tat imprevu.
La plainte la rAsistance 16gale meme, en
pareilcasseraient approuvables; etcomme,
en matiere international. la defense juri-
dique ne se pout produire que sous la
forme d'un recourse A la protection du
gouverncmenl dont on relive, une pareille
conduile legislative donnerait lieu A une
intervention de celui-ci, naturellement in-
tiress6 f la solution de pa-eilles ques-
tions. (1)
Eh bien, que l'on r6fl6chisse tin ins-
tant A l'effet d'une nullita radical portant
sur un ensemble de dispositions 1.'-:dik
concernant la nationlilH, et l'on se rendra
corpte qu'il se raminee celui d'une loi
retroactive. La menace de conflict est la
mame dans les deux cas.
Ill i : r rltroactivement en 1876 la Cons-
litulion de 1874 pour y substituer celle
de 1867, c'est comme si a la date de
1876 on adoptail cette dernibre Constitu-
lionn lui imprimant une force r6troac-
live. (2)
La distinction enlcr I'acte im e aeccompli
sous la Consliutlion de 1874 et son effet,
surlout quand cot effect lui est concomi-
tant, et on est poir ainsi dire inseparable,
cette distinction nous semble peu admis-
sible.
L'I'-Iii -'. qui a 6pous6 une llaitionne,
apris le vote de la Constitution de 1874,
sail. que son spouse suivra ipso jacto sa
condition national, la loi haitienne lui
enlevant, en ce cas, sa nationality d'ori-
gine. II le sail et il v compete, eunant a 'u-
nitt de nationality dans la famille.
La Conslilution de 1867 qui viendrait,
par suile de la nullilt prononcee par la
loi du 6 Octobre 1876, effacer dans le
passed ceole naturalisalion, changeant du
meme coup la nationalitL des enfants, don-
nerait .'- li.t1iI.- liou, come dans la pre-
miiee (la[', l..'--, A une resistance moti-
vc do la part des personnel intlressecs,
( 1) Ici encore nous n'envisageons qu'une
reclamation et une discussion faites dans les
former pacifiques et r6egli& es --- &carlant
1'emploi de la force brutale qui est la ndga-
tion mhme du droit. ---
(2) --- E l'on salt que serait chose im-
possible, le principc de la non-r troactivitd
ie la loi atant inscrite dans la Constitution
de 1867 ( art 19).








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


et a uine revendication, non dcnuee de on dire, d'une fi ,'ii genrale, les questions
fondement, 6manee de l'Etat aluquel d'6tat -, do;t 6tre repoussoe, en tout 6tat
Illes appartiennent. de cause.
Si, laiss int d; c.te les circoustances oh Mais, en presence de l'art. 2 de la loi
l'attribution de la natio.ialit se fait direc- du 6 Oetobro 1876, elle peut l'6tre avec
talent par la loi e!le-m6 ne, nous nous beancoup plus de force, letexte de cet ar-
reportons A celle ot elle resulte d'une me- icih vciant ai 'appui des considerations
sure-2 I.i i I. de naturalis.tion, volo.itaire- pr ., ~ui es, les renforgaut mnme, s'il en
nmen conflir& par uin acti sp,'ciil de l'au- itait besoin.
lorit6 compete ite, notis trouvons des Ayaut agi 16galement en conformity,
exemples venant conco rir avec les prc6- come le pr6voit eel article, avec les pres-
denles A 1'appui de la thle ique nous vou- criplions constitutionnelles elles-memes-
Ions dcmontrer : A savoir que, mieme en l'individu, quelqu'i[ soit, haitien ou etran-
faisant abstraction de I'art. 2 de la loi ', i, a droit a la validity de son acte ot de
du 6 Octobre 1876, cette loi resterait inef- tous s's effe ts juridiques directs, surtout
ticic .' pour le r-ll ie I[ des questions so quand ces i-l.I+, sont de la nature de coux


rattachant au droit international priv4.
* La Coustilulion de 1874, on le salt, in-
uovail, en instaurant la r'gle en vertb de
Liquelle I'i i,,.-,So, sous certaines condi-
tiotis spaciales qu'elle fixait elle-meme,
pouvait ac :J lr', coi no it le peut encore.
mais d'une Ifaon beaucoup plus large, a
ia nationalit6 hailienne.
Au deibut de I'aniiao 1875, je suppose,
un resident stranger, ayant realise les con-
.lil;in, prevui's, obtient la naturalization.
La C:jnstitatio, de 1867 est restaurie
ensuite et, presque en meinme temps, celle
tdo 1871 esl inisd sous le coup d'une an-
uulation, opdrant ab initio.


qui, se r6ilisant instatananment, s'incor-
porent pour ainsi dire A l'acte et n'en
peuvent Otre d6taches. Sous peine de
comnettre une inelegantia juris, on ne
saurait ici adopter une solution A double
delenle, affirmative dans un cas, negative
dans l'autre.
Ihtlressant au plus haul degr6 la sfret6
des rapports juridiques, non seulement
entire l'Elat et le national, mais encore
centre I'Etat et I'6tranger d'une part, et
eutre les Etats de l'autre, la question sur
laquelle nous avons cru devoir presenter
ces rapids et braves considerations est
d'une importance qui n'6chappera pas A


Quel sera le sort decette naturalisation, os juristes.
en -iip[j.-i- i, ,i. in il a 6t dit, 'art. 2. Certes, au course de ces deux ann6es
de la lot du 6 Octobre 1876 elflac6 ? pendant lesquelles s'estexercle pouvoir de
L[I tenir elle -mmne pour effacee ? Mais Domingue, it n'a pas du se crier beaucoup
ce serait cruelleineut porter lloeinle A in de situations de droit de nature A donner
droit acquis. La maintenir douc, et lieu A l'application du principle de solution
c'ejs la se.le solution d6fJida.ble. Mais quo nous avons essay de d.1'A;.!'r ot de
alori, on vortu de la distinction entire mettre en lumiero. 11 a pu s'en produire
['acle et ses i'.i, i., faudrait-il considerer quelques-unes pourtant. Mais lA n'est pas
le fits de ce naturalis, n; A la fin de l'annec le haul intlrdt du sujet qui reside plu-
1875. ou an ".n n'iiin:,,iit1t de 1876, tOt dans la leoon do conduit et de m6-
comme 'Li ,!_., car la nation;lit6 hai- thode legislative qu'il est permis d'en
lienne du ni II serait qu'une consequence faire sortir.
de la naturalisalion de son pere. ? Trop souvent, emports par le courant des
II n'y a pasd'hdsitation possible, etla dd- faits purement politiques qui, presque seuls
cisionqui s'impose enuncas s'impose aussi jusqu'ici, avec certainsphAnomenes Bcono-
en t'autre. Par o 1l'oa voit quo la rbtroacti- miques, affectent la conscience national,
vile de la Ciuio';: i I do 1867, de 1874 et n'envisageant les questions que par un
a 1876, et dte a li' il:uli.,n qu'elle re- soul aspect, nos 16gislateurs et nos poli-
mettait en v gueur, ou ce qui revient au tiques adoptent precipitamment, sans r6-
mime, la i..iu-,: .ij1 .-,I. droit de la Cons- flexion et sans 6tode prealables suffisantes,
titution de 1874 en ce qui concern ces des inesures don't la repercussion se fait
questions de nationality, et m6me peut- sentir en d'auties domaines sociaux, oh,




:34 iLh UE UDE LAI t 'l..lrit L LETW :LA llu N


avec une sage provision, it eat Wt( pos- mnelte tout au haut de la classification ju-
sible d'en anortir loe effels. ridique les lois d'organisation politique,
Unoe loi de circonstance, faite dans ii qui se, iii ii. :nii v6ritablement des autres
mn..noilt d'ei raini:me it rovolutionnaire, r et doivent, a ce tit re, former un group a
o(, so'us ['empire de pr'oxcupatlions pas- part. lais au point de vue sociologique, les
sagdcir.e.il[ dI) n in les el. Irop etrang6irs vraies lois ,. iimi,'S sont celles qui se
;a di.it, pol't pre.ilra., Iransportho d ins rattachent at l'etat des personnel, A la fa-
rI a;lrs spheres auxquAllo on n'avaitt mille, A la propriety, qui constituent lesfon-
i;s pens3 el oi c po il :i ell do:t for- dements mdme delasociUt6, ce que A. Comte
ceent iio..'.. i r, n:1 'aractr lortot-a- appelle, avec la religion et le language, les
f:it hidroclile, ainormnal, en complit. bases sociales. (1)
disco'riante av:c dos priin;ip.is certain C'est par ces lois que se determine,
et parloul conaacrds. se mainlient t se d6veloppe la vraie
IUn pireil rsultaLt nest 0 acres p1s fail constitution social. Elles appellent
ipouir roitu .sen >)trlc pros!ig. iii ioad ol done, i ce titre, la plus haute considera-
diii ne,' I I',riau w 1n1r id, e biion av.inta- tion de coax qui out la main dans les af-
is I li rilarle d: nos affa res 16- fairies dl pays ou qni sont appel6s A les
til iv,.4 i; l' I elli. a laqueOllO y avoir. Lear 6tu le, leur harmonisation,
oll s snit Ii enIes. luar perfietionnement sont un but des
Qaion veuill.: bion y rtcliir Dins le plus patriotiques t so proposer et re-
irviil i3gisltil', plus a i: paritou ail- petons-le, ayant dedj eu occasion de le
i.lur:, l' iin,ovisalliii eii sied p is et con- dire, (2) la revision rationnellement en-
ititl !s 11ta lloi nat's, a des e:roeurs, a( treprise et scieotifiquement r6alisee de
l' fi. in a n I ).. ; is.t ini- noire 16gislation civil enfin ramenee A
vitiie.n!it t0 lie ieo public. I'unite et A une coordination aussi par--
La p,'ttra io l pr l'1'la i, l'e\ imn, failed que possible de ses diffurentes par-
la discussion .i.-., d:ls homines con.0- ties, est une ou1vre qui vaudra A ses
pIAleils, qi save la I complexity des anlteurs les suffrages de l'histoire, comme
cli.-) soilales, tle'rs 'alrecrois.minots rI- vont nos louanges a ceux qui out edifie
ci ).l us, eil, ainsi averiis pouvent 1neu u. c tte 16gislation, a ces homes de la pre-
rir 1t: o). ir, -coui i t 1, rkitleaili;semini ;sur n i6urn epoque de notre Republique qui,
divers p ilts a Ii t'.is des pres:criplions aI ict,, d'autres ontreprises tout aussi me-
lgles, telle eisl la condition pinremire, ritoires, foud6rent d6finitivement notre
li n, disip'ne ; p isd'autres,-- dout ce n'est etablissemenot civil et politique.
ps ici te lii'a d., fire I'uii ui.ratioin,- JUSTIN DEVOT.
;nais sans laquI ilell Ions les t ,sii ., quand
o!i so il6i:eirai ,en faire do seriiiox, seront --o
vAins ot d'.ivain:i frapps d, ,st&riliti, car, ERRATUM
c, q li soelnble Il pils iman[quer, c'est bil D)ans notre num6ro du 21 D6cembre 1899,
Ii p.. is or is i lC, ci ic d I'a. le texte insedr en note au bas de la2e colonne
t, l i i c a iso dde la page 2 nest pas celui de article 4 de
iran iI ll td c .io ds es la Constitution de 1874.
et loes pri'il;lpe0. Voici le texte exact de cet article vis6 par
Pur t ii revenir 'i notrie -'jl, i irn- le Rapport :
Art. 4. Sont Haitienstous individus n6s en
pore qul'onu 'otubilo jainis que jus- Haiti on en pays stranger d'un Haitien ou
qi ici et mialgr,- des recl itit)on plusiiiurs d'une Haitienne.
lois reprol allies, nus oUnstiluliolns rei- Sont 6galement Haitiens tous ceux qui, j us-
'e-lluta !!im suile (de dispositions tenant ;i qu'a cejour, ont 6td reconnus en cette quality .
co qle 1'exi steiice oationale a do plus iIn-
G onet I'istls l.. :,soe a de ipo i sl ( 1 ) 11 entend par la que ce sont les ins-
litli'et o plus prolon.i. C- so!it les disposi- titutions essentielles, celles qui, sous des
tioiis dot nous avonsenvisage. uparlie eon forces diverse et A des degres inegaux de
cotle in.le : cells rteg nt I'1l1 et la ca- d6veloppement, se rencontrent dans toutes les
pacii, des personu-es; cellos sur la na- socidt6s, .quelqu'etat rudimentaire qu'elles
se trouvent encore.
1i maliltu so tout. O, a conlract6 l'tabi- 2 ) )ans un article public en 1888, dans
lud, il'appeler conslitutionnelles et de le 2&me num6ro dujournal ( L'Union s.







REVUE I)DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


S ~ance e Ia ocit ti. RBglementation des Socidt6s a-
S dances de la Soci3et. nonymnes.
R6union du 22 t6\rier 1900. 7. Organisation du contr6le pr6ven-
fl tif de la Chambre des Comptes sur
Presidency de M. Maximilien Laforest. toutes les depenses publiques.
-- 8.- Dans quels cas un Etat pent-il
Sont presens: M.M. Laforest, Bo- 6tre lenu pour responsible des d6ci-
namy, Sylvain, Lespiiasse, Bouzon, sions de ses Tribunaux on des faits de
Lafleur, Saint-R6mv, Poujol. ses agens ?
M. le Secr6taire rappelle que la So- On decide que les s6ances ordinaires
ciWte avait decide de publier dans la de la SociMte auront lieu tons les jeudis
Revue la statistique trimestrielle des comme par le passe.
naissances, d6c.s, mariages et divorces, M. HWrard Roy sera charge de r&-
la statistique penale des assises et le summer pour le vote les argument pour
relev6 des principles causes plaiddes et contre products a propose de F'as-
devant nos Tribunaux. Puisque la siette de l'imp6t foncier.
Re'.ue a repris le course rdgulier de sa M. Bonamy promet un rapport sur
publication, ii serait utile que l'on se la transcription obligatoire et sur 1'im-
r6parlit entire Soci6taires ces diverse position des mutations de proprit& ;
informations. M. Bouzon se charge de la taxation des
M.M. Laforesl, Bouzon et Lafleur se alcools et des measures de pr6serva-
chargent des releves de l'etat civil; tion contre les logemens insalubres,
M. Saint R1my de la revue des Tri- auxquels on ajoute, sur sa proposi-
bunaux et de la statislique p6nale. lion, ( les eaux servant i I'alimenta-
Quant i la statislique des strangers tion publique. )
r6sidant dans le pays don't on avait d1- r it leen-
cide egalement la publication. e Co- AMr Lespinasse echoit la rcglemen-
cid6 6galement la publication, le Co- 0
mite s'occupera des dimarches nces- tatioa des Societes anonymes, I M. St
R.my le contr61e pr6venlif de la
saires aupres des legalions 6trangeres. R(hai des contrmles, p-t Rli d afl
M. le Secrdtaire. II ne nous i- Chambre des Comples, et a M. Latcur
porle pas moins, maintenant que nous la question du prt dt in tert.
nous sonmmes resolus a poursuiv're nos Reprise d la discussion sur la res-
travaux, de clore par un vote les dis ponsabilit de 'Etat a raison des d6ci-
cussions pendantes, avant de mettre a sions de ses tribunaux.
l'T6ude des questions nouvelles. Voici M. Poujol:
le tableau de ces dcbats en souffranee :
S.- Rforme conoiique e l En principle, la Sociedt dCelgue le droil
Riforme d onomique : D)e l'op- de juger au Ponuotr judiciaire, ( art 34 de
portunit de modifier, en vue d'un la const. ) et par cela mmne, rend ce
meilleur rendement et du degreve- pouvoir indpeindant du Pouvoir LCgis-
ment graduel de nos denrdes a 1'ex- latif et du Pouvoir ExTcutif dans ses at-
porlation, notre syst6me d'impositions. tributions souveraines qu'ii exerce s&-
2.- Du pr&t ai inldrlt'. deguis6 sons parement ( art. 35 de la const. )
la forme de vente i r6mrd : measures Mais les tribunaux n'ayant pas la fa-
a prendre en faveur du preleur de cult de se recruter eux-memes et leur
bonne foi priv6 du gage special sur recrutement n'etant meme pas chez nous
lequel il a compt6. assujetti i des regles fixdes par la loi,
3.- Y aurait-il avanlage a suppri- (ce qui est une lacune regrettable de
mer le resume des dcbats fait par le notre legislation et ce qui n'et pas sans
.Pr6sident des assists aux jurs 9 inconvenient pratique au point de vue de la
.iidentdes assists a uis ? question endiscussion),(I )eurs decisions
.-- De la necessitl d'adopter le sys- bien que, souveraines peuvent entrainer
time mntrique en Hati.
5. Des mesures a prendre par I'Etat
,5. Des et A prendre par i F E (1) C'est le President de la R publique qui nornme
Sl'gard des logemens insalubres. aux functions de justice. ( Const. art. 133.








REVUE DEI LA SOCIETIE DE LEGISLATION


la responsabilit6 de 1'Elat dans les cas
suivants : quand ii y a deni de justice ;
complicity morale ou matlrielle, conni-
venlce.
Dans le cas de deni de justice, le juge
rdpondra de sa faute, il poarra tre
poursuivi et puni d'une amended et de
1'interdiction des functions publiques de-
puis un an jusqu'a cinq( art. 146, c.p6n).
La la responsabilit6 de 1'Elat n'apparait
pas d'unemani6rebien precise, puisque le
juge peut 6tre pris A, parlie et appele a re
pondre de sa faute.
Mais, quand il y a dans un d6ni de jus-
tice, preuvc e ccmplicite soit morale, soit
matdrielle d'un fonclionnaire autre que
les juges, I'Etal pourra 6tre tenu pour
responsible. II va de soi que cette
responsabililt ne sera encourue qu'alors
que le fonctionnaire en cause ne pourra
lui-meme r6pondre des dommages qu il
aurait portesaux partiesintdressees. L'Etat
viendra en concurrence pour r6pondre
des dits donmmages.
( Quand il s'agit de connivence, c'est-
A-dire d'une complaisance coupable que
l'Etat pourrait avoir pour une action
mauvaise qu'il aurait pu empecher, mais
qu'il aurait laiss6 comnmetre en feignant
de ne pas s'en apercevoir; ou lorsque
par son inaction, il parait prot6ger ou
favoriser I'injustice; ou bien quand dans
une action intent6e a un citoyen d'un
autre Etal, ou a un de ses propres ci-
toyens coupable d'une offense envers un
autre Etat, les juges ou les juries se sont
laiss6s entrainer par la passion politique
ou par d'autre sentiment, dans cc cas I'E-
tat peut aussi 6tre tenu pour responsible
des consequences des decisions de ses
tribunaux, car ii est de son devoir de
veiller au respect des lois et au chatiment
de ceux qui les violent. a ( Calvo-Dict.
au mot connivence. )
Cette responsabilitd de 'Etat apparait
plus :lairement en mati6re criminelle,
car en cette inatiere, c'est surtoutles a-
gents relevant direciement du Pouvoir
Ex6cutif qui mellent la procedure en
Inouvemeniit.
Plusieurs traits out specifid les cas oui
1'Eiat peut etre lenupour responsible des
decisions de ses tribunaux.
Ainsi le trait conclu entire 1'Espagne et
la R6publique du Honduras expose en
son art. 3 que les Elats contractants sont
reciproquement responsables a dans les
e casd de di de justice, d'infraction a la
< loi dans la procedure, ou d'injustice no-


toire, c'est-a-dire toutes les fois qu'il y
< aura violation manifesto des lois du pays
a oh le crime, le d6lit ou la contraven-
c tioa aura e6t commis .
Mais il ne taut pas perdre de vue que
cet article 3 envisage surtout I'hypothese
oif un espagnol aurait pris part aux luttes
civiles en Honduras; et celle oh un
Hondurien aurait pris part aux guerres
intestines en Espagne.
Ce principle pos6 par le'traile hispano-
houdurien est du reste en harmonies avec
la constitution du Honduras qui s'ex-
prime ainsi en ses articles 14 et 15 :
a les strangers r6sidant en Honduras ne
Spourroni lever des rclamations centre
Sl1'Etat, ni exiger aucune indemnity,
a except dans lecas et en la forme que
Spourraient le fire les Honduriens. ( ar-
Sticle 14).
( Ils ne pourront recourir a la voie
<< diplomalique, si ce n'est en casde di-
( ni de justice. On ne doit pas entendre
a par ddii de justice une sentence execu-
s toire d6favorable au r6clamant.
( Les strangers qui contreviendront a
( cette disposition ei causeront du preju-
a dice au pays, perdront le droit d habiter
t le Honduras. a ( art. 15 ).
D'autre part, plusieurs R6publiques a-
mericaines, par Iraite, out obtenu de
quelques Etats Europeens renonciation
complete a toute demand d'indemnit6
pour dommnages que pourraient subir
leurs ressortissants pendant les troubles
int6rieurs. D'apres les principles du droit
international, les gouvernements ne sont
pas responsables, en ellet, des perles et
des prejudices 6prouves par les residents
indigenes ou strangers en cas de guerre
civile,a condition qu il n'y ait pas faute de
la part de ces gouverneiments.
Le principle de 1'irresponsabililt des
gouvernements a eel dgard. a ete notam-
ment declare dans les traits conclus par
le I'roii avoc la Bolivie ( 1863), avec la
Coloinbie ( 1870), avec la Republique
Argentine ( 1874 ), et par Ie Vendzudla
avec le Salvador ( 1884 ). Plusieurs puis-:
sauces europeennes out consent a l'ins-
criie 6galement dans les traits conclus
avec les Republiques americaines : la
France a reconnu ce principle dans les'
traits conclus avec le Mexique (1888) et
avec l'Equateur ( 1888 ); I'Pspagnc, I'Al-
Slemagne et I'Italie l'ont dgalement adop-
I t dans les traits conclus avec 1'Equa-


__C _ss ~__~____;_ _I_~








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


teur, le Honduras, la Colombie et le Pa- pliqud, ne pr6sente pas moins un v6ri-
raguay. ( 1 ). table intlert.
Ce principle a 6td consacre par la cons- Je me propose de lui signaler, avec
titution de 1839 ( art. 185 ). Mais il est mention de la measure propre a v reine-
a souhaiter que de notre constitution ii dier, une lacune de notre code penal
passe dans nos traits internationaux. militaire et j'e prendrai occasion our
II va sans dire qi'p j- n'envisage pas la solliciler so haute appreciation sur 'op-
responsabilit6 de I'Etat rraison des faits portuni1 d'une rlforme qu'il convioe-
des agents relevant directeineut de lui, drait, je crois, d'op6rer de ce c6td.
ce point n'etant pas en discussion. En I y a quelques mois, un conseil spe-
tout cas. pour 6viter toute confusion je cial militaire, convoqu6 pour se pronon-
crois qu'il conviendrait de fire les dis- cer sur un d1lit se trouva infirmit par
tinctions suivantes: I'absence du juge d'instruction. Pour
I.- Dans quels cas la responsabilit6 de obvier a cette eventualitl non prevuepar
I'Etat a raison des decision souveraines la loi, L'autorite militaire d6signa d'of-
de ses tribunaux peul-elle 6tre encourue ? ice un orficicr pour le remplacer.
a ) au point de vue civil. Ce procede constitute un fficheux pri-
1) au point de vue p6nal c6dent don't il importerait de privenir le
c ) au point de vue militaire en temps retour par la modification de la Idgisla-
de guerre; et en temps de paix ; ion sur la matiure : sans quoi, toutes
d ) au point de vue du droit internatio- les fois qu'un cas de ce genre se predsen-
nal. tera devant un conseil militaire, on ne
II.-Dansquels cash raison destroubles pourra le r6soudre que par des ill6ga-
civils ? litis.
IlI.- Dans quels cas i raison des fails La procedure a suivre pros les tribu-
des agents relevant directement de lui. naux militaires est tort simple. Aus
terms de l'article 11 du code p6nal rela-
Stif l 'armre, nul ne peut ktre poursuivi
(que par une accusation dans les tormes
prescrites au titre 4 de ce code. Voyons
Reunion du 8 Mars 1900 ces formalits.
Presidence de M. Maximilien L:aorest. Le soin de rechercher les contraven-
tions, d6lits ou crimes appartientau Com-
Sont pr6sens : MM. Laforest, Bo- imadant de la Place qui, charge de
namy, Sylvain, Lespinasse, S-t.-Rmv, netUre les prevents en 6lat d'arrestation,
Viard. dresse les actes proliminaires et les trans-
met a son superieur hi6rarchique, le
Commandant de l'Arrondissement qui
Sanction du pvaocs,-verbal d la s6- lui aussi peut recvoir les plaintes et les
ance du 22 fIvrier. d6nonciations.
Lecture d'une communication de DWs la reception de ces actes, c'est-a-
M. Hannibal Price i propose des jus- ire des proc6s-verbaux constatant les
ties militaires. circonstances et le corps du dIlit, ce
h Iiut fonctionnaire les renvoie, avec les
Question de Justic3 militaire. pieces ; conviction et l'indication des
Stmoins, a laccusateur militaire qui,
npris s'Otre bien rendu compete des faits
Toute question juridique pouvant don- de la cause, a pour devoir, come
ner mati6re h interpretation doit elre son litre 'indique -- d'accuser le )prve-
6'lucid( e en vue (d double rdsullat d'd- nu devant le conseil et de requerir centre
larger le cercle de la jurisprude nce et de lui I application de la peine prevue en
-donner d'utiles indications Ia coux qui, punition du delit don't it est reconnu
appelds h appliquer la loi, ne sont pIs coupable ; mais le role de l'accusateur
Ious en ineure d'en saisir les subtililts. est snbordonn6 L celui du juge d'ins-
C'est sous l'empire de cette considera- truction, appel6 an pr'alable i prendre
lion que je n'autorise a attire l'allen- connaissancede l'acle dnonc et A dd-
tion de la Socitd de L6gislation sur un cider s'il y a lieu de d6f6rer 1'accus-
point de droit qui, pour n'6tre pas com- en justice.
-II va tie soi que les fouclions de Juge
(l)Voir Revue de droit inter.public de Paris 1895. d'instruction ne penvent etre excrcees









REVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISLATION


que par l'officier dflment commissionn6
h cette fin et asserment :cela rdsulle
d'ailleurs de la combinaison des ar-
ticles suivants de la loi militaire :
Art. 19. -- Chaque conseil special sera
compose de : un colonel ou un adjudant-ge-
n6ral, president ; un chef de bataillon ou
d'cscadron, vice-prdsidenl ; deux capitaines,
don't an est charge de l'instruction, un lieute-
nant, un sous-lieutenant, un sous-officier, un
accusateur militaire et des adjoints au be-
soin, -- choisis par le President d'Haiti, soit
dans In classes civil, soit dans la classes mili
taire, et un greffier au choix du Pr6sident
du conseil.
Art. 3,2ealinda. Les membres des conseils
sont au choix du President d'Haiti.
Art. 4. -- Les nembres des different con-
seils pr6lent le serment entire les mains des
commandants d'Arrondissement de bien et
fidlemnent s'acquitter de leurs devoirs : il
en sera dressed proces-verbal.
Excipant maintenant de l'article 31
qui prevoit les cas ou le jugements des
conseils speciaux sont susceptible d'etre
annules, entire aulres celui ofils auraient
6td renlus en violation de la loi, j'in-
cline a penser que I'affaire en question
ayant did instruite par un officer sans
quality pIour cela, ne l'a pas 6td dans
les forces 16gales et que par voie de
consequence, le jugement qui s'ensuivil
est vicid en principle.
En supposant meime que ce serail le
President du Conseil special qui aurait
pris sur lui de charger, en vertu de son
pouvoir discretionnaire, un membre tde
ce conseil du soin de proc6der h cette
instruction, je n'hesiterais pas non plus
a declarer la measure illegal, en in-
voquant L l'appui de mon assertion 1'au-
toriti de la cour de Cassation de France
qui opina dans cesens.--appertun arr&t
en date du 27 fdvrier 1834.
Le caractlre d'exception qui s'attache
aux tribunaux militaires exige que leurs
decisions soient bases sur des textes
pricis ; dou aussi opportunity6 de prd-
voir toutes les parlicularitis susceptible
de se prPsenter en nmalire dejustice mi-
litaire. Aussi bien it ya lieu et c'est
lM que" voulais en venir -- de rdviser
'article \9 dans le sens d'un amende-
ment qui Nisserail au Chef de l'Etat la
faculty d'adjoindre aux conseils mili-
taires quelques olficiers supplants, ap-
peldsA remplacer au besoin les titulaires
de grades equivalents.
Cette 6ventualit6 est prvvue par la loi
militaire francaise en son article 2( ; il
stipule, en effect, qu'en cas d'empiche-


ment accidental du president ou d'un
juqe, le general commandant la circons-
criplion le replace provisoirement par
un officer du meme grade.
D'ailleurs I'amendement en question
ne saurait avoir le caractire d'une in-
novation, puisque le President d'Haiti
a deji le droit de nommer des adjoints
a I'accusateur militaire, ce que je sou-
haite, c'est l'extension de ce droit pour
ce qui concern les autres membres des
conseils. Mais tel n est, pas le but unique
de celte communication, qui m'a dtd
aussi inspire par l'idee d'une institu-
tion qu'il conviendrait, je crois. de crdeir
et qui fonctionne dejh en Allemagne :
je veux parler de la nomination pres de
chaque conseil special ou de revision
d'un on deux auditeurs pris dans la
classes civil.
En vue de mettre la Socidtd h mrme
d'apprecier la veritable port6e de la rd-
forme que je preconise et sur laquelle je
la prie de bien vouloir se prononcer,
qu'il me soil permis d'exposer a grands
traits 'organisation de la justice mili-
taire dans 'Emipire germanique ; la loi
miliiaire allemande promulguee le 2 Dd-
cembre 1898 content des dispositions
que le I1gislafeur haitieri terait peut-61re
bien d'adopter.


Chez nous la justice militaire est ren-
due par trois jurisdictions : les conseils
d'administration, les consells spdciaux et
les conseils de revision.
Lts premiers siegent dans chaque rd-
giment, corps, bataillon ou compagnie
d6tachds ; le nombre des conseils spe-
ciaux correspond a celui des arrondis-
sements, landis qu'il n'existe qu'un con-
seil de revision par ddpartement. La dis-
tinction deces conseils repond en quelque
sorte a 1'organisalion des tribunaux de
droit commun. Sur ce point on remarque
une demarcation tr6s-nette centre notre
Idgislation et celle de la France, out les
conseils de guerre remplissent ie triple
r6le de cour d'assises, de tribunal cor-
rectionnel et de tribunal de simple po-
lice. La justice militaire allemande, au
contraire, se rapproche de la n6tre el est
distribute par plusieurs categories de
Iribunaux : les Slandgerichte, les Kriegs-
gerichte, les Oberkriegsgerichte et le
Reichsmilitcergericht.
Le Standgerichte est etabli dans chaque
corps de troupe, come le conseil d'ad-


l--M--~r-r-----~-lr-urri-l-------.l___










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ministration, don't il differe quant h sa Ides le dDbut de l'enqueAte ;et c'est un autre
formation. Chez nous le Chef de 'Etat auditeur qui soutient 1'accusation h l'au-
nomme les membres de ce conseil ; le dience ; ce qui prdsente toutes les garan-
choix des officers a composer le a stand- ties an point de vue de la connaissance
gerichle a -- qui ne connait que des cas de la loi.
de minime importance appartient au ( De plus, quand on recueille les voix
chef de corps. pour application de la peine, c'est tou-
Quant au Kriegsgericht ou tribunal de jours un autiteur qui donne son avis le
revision, sa competence est plus 1lendue; premier. Enin, c'est le juge auditeur le
il est apte h se prononcer sur les faits plus ancient qui a la conduite dcs ddbats.
raves et peut reviser les jugements ren- L'officier, president de droit, a la place
paus pa les Standgerichte -- attribution d'honneur, la preseance, mais, a part
que n'ont pas nos conseils speciaux les queIques altributions insignifiantcs, on
sentences des conseils d'administration ne lui reconnait que le droit au silence.
ent ens des c eils d Nous trouvons done, dans les Kriegs-
tant sans appel. gerichte, les auditeurs coMnie magistrates
Au-dessus des deux tribunaux susdits instructers, come miuisteres publics
instructeurs, coinue minis publics
se trouve le Oberkriegsgericht qui rem- et enfin coinime juges, et dans ces der-
plit h l'6gard du tribunal de revision le neires fonctions,comme directeur des de-
role de cour d'appel. Mais tandis qu'ici bats; en un nmot, danstoutes lessituations
le conseil de revision ne statue point sur om utie connaissance approfondie de la
le fond des affaires don't la revision lui loi et une connaissince pratique de la
est soumise, en Allemagne le a parquet procedure sont, non pas utiles, mais ab-
requis par voie de recours peut se pro- solument indispensables.
noncer aussi bien sur une question de Aussi, est-on moins telnten Allemagne,
fornie que sur le fond mnme de la cause. de contester I autoritd de la chose jug6e.)
De plus la constaataion par un aditeur On le voit, les chances d'erreur seront
d'une irregularit6 dans un dossier peat dininudes dans une large proportion par
donner lieu a revision, alors meime qu'n la presence au sein de nos conseils spe-
pourvoi n'a pas ktd former. ciaux et de revision de quelques audi-
A la tIte de la hiirarchiejudiciaire est te.rs on juges, comp6tents etinamovibles,
plac6 le Reichsmiilta'rgericht ou tribunal pris dans la classes civil et pourvus du
mililaire d'Elupire, qui remplit le r6le de dipl6me de licencid en droit, sans computer
cour supreme. Semblable en cela a notre que la justice militaire y gagnerait en
tribunal de Cassation it se divise en prestige, par le fait lmtie qu'elle offrirait
sections, appel6esSJuawts. comprenantcha- plus de garaities d'impartialit6 et d'in-
cun 4 officers superieurs et trois audi- dependance.
teurs. H. PRICE, avocat.
Une notable difference encore a signa-
ler ;enAllenagne. lesseances des conseils J. L. Dominique est (dl.ig. I pour
speciaux sont publiques ; inais elles fire in rapport sur cette communi-
peuvent, pour raison majeure, avoir lieu cation.
ia huis clos ce qui n'est pas permits ici. L'ordre du jour am6ae la suite de
Dans le tribunal de revision, on voit la discussion sur la responsabilit6 de
apparaitre les auditeurs, don't je souhai- I'Etat en raison des decisions do ses
terais l'tablissement chez nous. Ces ma- Trib .
gistrats dit le journal auquel j'em- Tribunaux. (
prunte ces informations doivent M. le Secrelaire :
remplir routes les conditions requises
pour 6tre admis au'x fonetions de juges Avant pos6 la question sur laquelle
dans les tribunaux de droit commun ; nous sommes appeles a ddliberer, je
absoluinent sp6cialises dans leur r6le, crois utile de vous commiuniquer, au
ayant de la loi une connaissance appro seuil de notre discussion, la formule de
fondie, ils jouissent, en outre, d'un pri- la solution que je serais biea aise de
vilege qui est pour eux la supreme ga-
rantie d'independance : ina movibillt. vous voir pr6f6rer.
S. L'e6ranger qui vient en Haiti est pre-
t Les parquets des Kriegsgerichle sont
exclusivement composes d'auditeurs. C'est
un auditeur qui instruit chaque affaire (i) Revu2 de Legislation, 53 annie No 2.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


sum6 savoir, d'une facon g6ii6rale, en cause, se retrouvent dans pres-
quellees sont le rigles qui prlsidentau que toutes les 16gislations. Mais en ma-
fonctionnement des institution; hai- tire purement civil, lorsqu'il s'agit
tiennes. En se soumetlant i notre ju- de deux strangers, les Tribunaux doi-
ridiction, il ne pent exiger autre chose vent-ils juger on peuvent-ils decliner
de nous que de lui appliquer loyale- leur competence et renvoyer aux juri-
ment notre loi. dictions 6trang6res ? Les avis sont par-
Nos erreurs doctrinales, nos fautes ages sur ce point. En France, jusqu'a
d'interprrtation, a moins qu'elles ne ces derniers temps, la jurisprudence
d6rivent d'un parti-pris delui nuire, ne posait en principle l'incompetence des
peuventluiservir de motif A r6clama- Tribunaux francais dans les contes-
lion. Car nous ne saurionsluigarantir la stations civiles entire ti angers. II en
justice ideale qu'il n'est pas donn6 a est de meme, et je crois qu'il on
l'humanit6 do r6aliser, ni mmie une a foujours l6t de mime chez nous.
conception de la justice identicue a la Sans doute, l'ideal serait que le devoir
sienne. Ilsuffit que, dans notre concep- de rendre justice s'exercat indistincte-
tionpropre, l'ensembledesprincipesqui ment envers tons ceux qui se r6clament
forment la base dudroit public, adopt de l'hospitaiite de. la terre haitienne.
aujourd'hui par les nations civilisdes, Mais il faut avouer que la jurispru-
soil sauvegard.d dence actudlle, a quelques objections
theoriquesqu'elle se heurte,se trouve sin-
Je conclus : gulierement fortifiee par la tendancequi
Pour que l'tlranger soil admis A se porte un trop grand nombre de nos
plaindre par voie diplomatique des d6- l6ltes etrangers a chercher dans 1'in-
cisions do nos Tribunaux, ii faut qu'il tervention d e leurs gouvernemens un
puisse se pr6valoir d'un dommage, pro- Inoven detourn6 de provoquer la ri-
venant d'entraves apport6es a l'exer- formation de tout jugement contraire
cice de son droit de justiciable, soil a leurs int6rits. Notre position d'Etat
par l'ingtience illgale d'autoiites 6- faible nous impose a cet regard une r6-
trangcres a administration de la jus- serve que les rangers auraient mau-
tice, soil par la fate negligencee in- valse gice a qualifier d excessive.
lentionnelle parti-pris d'illdgalit6) des Autant dire que Ic principle ge6nral.
fonctionn:iires d l'ordre judiciaire. pos6 plus haut ne comporle pas de d1-
Srogation. Permellez-moi de le rdsumer
Il fauLt e. ottir, qu. c" domn:age i nouveau : licours diplhn-atique ou-
soit even ) i iraiorable par limpossi- vert, routes les bfisquel'e 1anI r pourra
bilite d'u i nouveau receurs ou dun d ( a dmon an in-
recours plas prlonge6 aux Tribunaux combe rigoutr'useemt ct qiia'il a tl mi
hailiens. regard de li juLridictioii hi tienne el
Une question spciale est celle de sa- en raison de la faute intentionnelle
voir en quelle mesuirtv l'dtranger peut des fonctionnaires haitieas, paralyse
6tre admis a se plaindic du refus de dans l'cxeruice de son (d,-oit 16gal de
juger oppose a sa demand par un justiciable et qu'il en est rsulte pour
de nos Tribunaux. I lui in dommage. A cos conditions une
La doctrine international n'est pas autre s'ajoulc, (qui n'est qu'une cons6-
encore unanime sur les limiles de la Iquence de la souverainel6 de noire ju-
comp'Mlence de la jurisdiction territo- ridiction natiionale, c'est que le dom-
riale dans les conteslations centre 6- "mag no soit plus susceptible de re-
trangers. Le principle que les lois de course devant nos Tribunaux, toutes
police et de scireld o),igent tous ceux les voices 16gales de re6pAration ayant
qui habitent le terriloire d'un Etat etM tenl6es et tous les degrees de juri-
et celui qui consacre o a conlmptence diction rigulilremeit 6puisdes.
de la jurisdiction d'un Etat, toutes En dehors de ces cas, aucune rcela-
les fois qu'un de ses nationaux est mation diplomatique n'est recevab!le







REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


contre les decisions de la justice hai-
tienne.
Si vous croyez, Messieurs, que la
doctrine ainsi formulae rdpond bien h
votre opinion, consacrons-la par un
vote. Si rion, adoptons-la quand mime
comme point de depart de notre dis-
cussion et eclairons-nous en pour trou-
ver une definition meilleure.
M. Lespinassc. Les principles que
je viens d'entendre sont absolument
rationnels ; je les adopted volontiers :
j'aimerais cependant, en raison de
F'importance de la question, que pour
un d6bat plus large, une 6tude detaill6e,
l'examen en fut renvoyd a une seance
oit nous serons plus nombreux,
M. Bonamy. on mieux en measure
de discuter.
M. le Prisident. Soit notre opi-
nion est bien IL, mais nons voulons
lui donner plus de solennit6, plus de
poids. .
L'arrivde de MM. Poujol et Lafleur
permet I'ouverturie de 'Assemblee g6-
nerale, MM. Bouzon, Dyer et H6rard
Roy ayant envoy leurs votes sous plis
cachetes A la Soci6tL.
11. le President. Nous allons voter
pourl'admissiond'un nouveau membre
actit en replacement de notre tres-
regrett6 college et ami Thoby. Deux
deman(des ont 1te produites devant
nous par Me Emmanuel Ethcart et Mr
le Dr Louis Audain. L'une mnane d'une
de nos illustrations midicales, d'un des
v6dlrans de nos Asseml)lees politiques ;
I'autre. d'une des jeunes autorites tde
notre Barreau, d'un ancien professeur
a 1'Ecole de droit. Vous d ciderez,
Messieurs, selon vos preferences.
M. Poujol est d6signe pour servir de
scrutaleur.
Le dlpouillement des votes donne
la majority A Me Elhdart qui est pro-
clamne membre actif de la Societd de
Legislation.
Lecture est donnde du proc6s-verbal
de la reunion, qui estsanctioinn stance
tenante, apris I'adoption de quelques
measures concernant le fonctionnement
inutrieur de la Socidtd.


La session 1 islative de 1899. (1

Dans notre dnumeration des lois votIes
au course de la session derni&re, nous
avons fait tort aux Chambres de d'eux lois,
cPllesqui on trait h l'agrandissementde la.
villedePort-au-Prince et A l'adoption du
contract passeavecM. C.Vieux pour la fa-
brication des bougies sltariques. La 1'
n'a fait que sanctionner, pour la com-
moditl des services administratifs, une
situation relalivement ancienne, le dd-
veloppement progressif te la population
de noire capital, ddbordant de ses li-
mites primitives, par suite de l'affluence
de plus en plui nombreuse dea families
venues de tous les points du pays et des
iles avoisinantes.
Riena dire ducontrat Vieux et de la loi
qui le sanctionne. Encourager les indus-
tries nouvelles est une obligation gouver-
mentale, surtout dIans les pays neufs.
La loi du 16 Octobre 1899, publide !ans
nolre dernier number, proroge hl'exer-
cice budgdtaire 1899-1900 l'organisalion
legale des impositions directed, del'imp6t
des patents et de l'imp6t locatit, confor-
mement a I'article 159 de la Constitution.
( Les imp6ts au profit de l'Etat sont votis
annuellement.
a Les loisqui les tablissent n'ont de force
que pour un an, si elles ne sont pas re-
nouveldes. )
Quant aux lois de finances proprement
dites, lois portant fixation du budget
des recettes et du budget des ddpenses,-
nous nous proposons, dans la 2e partic de
cette etude, d'exposer les circunial,.illn 'c
qui en out accompagne le vote, et l'esprit
gdndral de ddbats auxquels elles out
donn6 lieu.
Au point de vue la forme, ces lois ne
laissent prise a aucunei ritique. Les dis-
positions traditionnelles qui r6glent le
contr6le de notre administration finan-
cire, admirables de sagacitc et de prd-
',. \.an,'-, sont miinu!ieusementcombinees
on vue;d'assurera cecontr6le toute F'eflica-
cit6 desirable. Si elles ltaient ex6cutdes,
nous aurions les finances les mieux ad-
minisrdes du inonde, niais sont-elles
toujours executees ?


Le budget
Aun mois de juillet 8 i ,,
put6 Morel s'6criail, aux


M. le de-
applaudis-


( J)Voir nlotre mu~ncro de fetvri,r 19,Y).)







REVUE DE LA SOCIIETI DE LEGISLATION


semens de la Chambre : e Cc qu'il
nous faut pour ramener la confiance,
reconstituer le credit national, restaurer
nos finances delabries, c'est un pa-
triotisme budg6laire, c'est le courage
de prendre A la gorge la Vermirie de
nos abus et de I'6touffer 1
Ce programme en valait un autre;
il avait le m6rite d'etre court, clair et
expressif : oute la Chambre exulta
d'aise a l'entendre. Reslait A l'appli-
quer.
On se lappelle la situation. Apr6s
diverse tentatives failes pour oblenir
de l'dlranger un emprunt qui permit,
en liquidant la dette inltlil ure, de de-
gager les receties de I'Etat affeclies a
la garantie des emprunts iocaux,
Monsieur Stephen Lafontant, Secr-
taire d'Etat des Finances, s'etait d6cid6
a aller de sa personnel negocier i Paris,
au siege social de la Banque d'Haiti,
le credit n6cessaire au fonctionnement
des services publics. Fatigue de corps
et d'esprit, il s'6tait embarque sous
une interpellation imminent, promet-
tant de revenir au plus vite. Ce fut
sa admission qui revint, priecede de
la nouvelle d'un complex insucces.
(( Sans hesitation, sans condition s,
M. H6rard Roy, Administrateur des
Finances de Port-au-Prince, accept
r l'oeuvre gigantesque ) d'dlaborer et
de fair voter par le Corps LUgislatif
le budget de l'excrcice 1899-1900.

II definissait sa tAche en ces lermes:
(( Jusqu'au 30 septembre prochain, le
Gouvernement ne dispose de rien, mais de
rien comme moyeis pecuniaires... Ce ne
sera qu'h parlir de 1'exercice prochain
que le Gouvernement pourra disposer de
certaines resources, bien r6duites d'ail-
leurs. Dans ces conditions il est de toute
necessite que le budget que nous aurovs
'honneur de souiettre a vos delibera-
tions soil rdduitdans de notables propor-
tions... Vivre avec nos propres. oyens
et parvenir a degager nos douanes, sans
frolsser ni 1lser aucun intert : voilh le
resultat atteindre II en coutera pendant
quelques mois des sacrifices mais ils ne
sont pas au-dessus des forcesdu Gouver-
nement, ni du palriotisme de tons les
haitiens. )


C'taient les mmnes iddes qui, pen
de jours auparavant, avaient inspire
les conseils judicieux du project de
Reponse a l'Expos6 de la situation;
( II imporle que le budget de la R6pu-
blique soit desormais la fiddle expres-
sion des besoins reels de nos services
publics indispensables, Mlablis sur la
base des senles resources nationals. )
Comment se traduisirent-elles dans
les actes ?
Le d6p6tdes lois budg6taires eut lieu
le 30 Aofit h la Chambre et le 31 Aofit
au S6eat.
D&s la lecture des projels minist6-
riels, on cut, cc semble, l'impression
g6ndrale que le budget de reformes,
promise et attend, 6taitencore a naitre.
II apparut aux deux Assemblbes que les
essais de reduction, entrepris dans les
depenses publiques avec plus de hate
que de discernement, et surtout les
measures proposees pour accroitre les
recettes de l'Etat, ne suffiraient pas i
r6soudre les difficultis d'une situation,
don't on avait a l'envi dinonc6 le
danger.
Au fond des adjurations patriotiques
du d6put4 Laudun Francois cette in-
qui6tude se faisait jour :
( Personne n'ignore la situation d(plo-
rable dans laquelle se troupe actuelle-
ment lepays Le people sou fre. Messieurs.
et vous appvlle a son secours. 11 flcliit
sous le poids de la misere et est prOt i
succoinber, si nous ne venons pas a soi
aide. Est-il dit que nous devons nous
croiser les bras et le voir p)erir? Est-il
dit quenous devons faire li sourde oreille
et ne pas entendre ses cris lamentables
qui dechirent le ceur '' Non Messieurs,
car nous somniesses inandalaires directs.
Et vous, Ministres, en qui le Chef de
1'Etal a placed sa conliance, vous avez
aussi pour mission de travailler a son
bien-ktre. It s'agit done de nous entendre
tous, de nous nrettre d'accord, et, par
des combinnisons mithodiques, d'arriver
a trouver un inoyen quelconque pour
soulager la miserp du people, de ce bon
people qui attend, espere, et compete for-
tement sur le concourse du Pouvoir Ex6-
culif et sur la 22e Legislature !
Le S6nateur D. Ddlinois 6tait plus
pressant encore. Avec une franchise
de language qu'on ne saurait trop loner,


Illil(l l~l iii:l:i IIi:~l~ iillilll~l~l~l ~ i~iiilltI~l~iIIl ill~l1..........11 :I








IIEVUE DE LA SOCIETY DE LE(G;'.;..ATION


il 6tablissait sur des chiffres incontes-
tables qu'une parties des voies et mo-
yens, prevus par le budget de I'exercice
precedent, n'avaient pu dtre rdalisdes :
ce qui avail empich6 i'Etat d'acquitter,
mimeela moiti6 des valeurs portees au
budget des defenses., Allait-on per-
sister dans les mOndes errenmens En
pregnant pour base le tableau des re-
cettes des six premiers mois de 1'exer-
cice 1898-1899, public dans I'Expose
general de la situation, l'honorable
orateur trouvait commce valuation de
receltes probables pour 1'exercice 1899-
1900 : ;3.:.;.1;.i-':'.40 gourdes et 2.913.
143,28 dollars.
Or, le budget des voices et movens
presented par le Gouvernement s'dlevait.
d'une part, a 4 527..096,40 gourdes ; de
1'autre, i I I.7..;'..1,4,22 dollars ; celui
des ddpenses ai 4..2..'ij1,40 gourdes et
1.( .'..Ji.' i.,22 dollars. D'of--en pers-
pective-un deficit de prssd'un million
de gourdes, d6elcit inevitable avec le
mainlien de ces provisions exag6rdes,
k puisque aucine measure n'avait etd
prise ni proposed encore pour faire
baisser uupeu le change et nous donner
les moyens de premises necessaires A
une augmentation d importation.
Devant I'eloquence de ces chiffres, Ic
S6nat s'dmut et demand des explica-
tions au Secretaire d'Elat des Finances.
Celui-ci r6pondit par des assurances,
assurance dans le concourse des Sena-
tours, assurance dans son propre cou-
rage, assurance dans la vitality du
pays, assurance dans l'appui du Chef
de 1'Etat.
... a S'il fallait s'arreter il l'numnera-
lion prisenlte par le .Senateur D6linois,
que fadrait-il direetque faudrait il faire?
11 faudrait ou bien renoncer a aller de
I'avant, ou bien porter denouveau la ha-
che au budget de. ddpenses, deja dimi-
nue dans de fortes proportions. I1 n'en
serait pas sans la ddsorganisation du
service public. 11 faudrait en un mot,
former la moitid de nos ecoles, jeter sur
le pav6 la moilie des tonctionnaires. De
la sorte, on suppriinerait du budget les
d6denses les plus indispensables Le Gou-
vernement, pour vous presenter le budget,
a fait, non ,.ini. sacrifices, beaucoup de
reductions. 11 a nmeiisupprim6 lesbourses


do nos 6coles. Votre Commission des fi-
nances, qui vous a presented un travail
consciencieux, a opere aussi des reduc-
tions. Le Gouvernement les accepted bien,
ct ie vous donne I'assurance que les pre-
visions du budget permetlront de satis-
faire aux d6penses de l'exercice. Je met-
trai a contribution mon 6nergie et le peu
de talent que j'ai pour fire rendre a la
caisse publique toutes ses recetles.
( Est-ceparce que nos ressourcesont di-
minue que nous devons ddsespdrer de les
voir reprendre, et que nous devonscroire
que les provisions du budget ne pour-
ront se realiser? Non, j'ai une foi grande
et profonde dans la vitality du pays, et je
crois que nos douanes. avec une adminis-
tration scrieuse et energique, nous four-
niront les recettes prdvues. S
Le Senateur D6linois, relranchi sur
son terrain, le terrain solidedes chiffres
insist :
~ Je contest les prIvisions du Secri-
taire d'Etat, mais je iaisse le Senat libre
cependant de juger la question; seule-
ment, je fais remarquer que c'est
dans le but dt ne pas voir encore ren-
voyer l'arririd les appointemens des
employs publics, contrairement i ce que
vient de dire Monsieur le Secrdlaire
d'Etat des Finances. Car, Messieurs, il
est temps que la justice r gnc, qu'elle
soil une pour tous, (que les employes
touchent rugulirement leurs appointe-
mens; it est temps que le systlme de
daux poids et deux mesures cesse d'exis-
ter...
Et il conclut en demandant que l'on
voait un b1uld_ -.- bien dquilibrd, soit
par la reduction des ddpenses, soit par
la presentation de voices et movens
nouveaux.
On lui oppose la fin de non-rece-
voir des malades qui no croient plus
a leur gut6rison i 11 est trop tard v
a Vous ne voterez pas la proposition-
Delinois, opina l'rn des membres de la
Commission des finances, le senateur Re-
naud HT!ill.li!, .( pour la bonne raison
que nous n'avons pas le temps neces-
saire. Une proposition semblable devait.
6tre vote d'abord par la Ohambre des
Repr6sentans. Renvovons la proposition
Delinois pour une autre occasion, et vo-
tons le budget tel qu'il nous a Rite prt-
sente par le D6partemen' des Finances!








44 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Ainsi en fut-il, a bien pen de chose,
pros.
En vain, quelques protestations d&-
soldes s'dlevirent-elles a I'aspect des
ddbris du budget de l'Instruction pu-
blique, r6duit L 594.128,80 gourdes et
a 9.125 dollars, sur lequel s'6tait plus
particulierement acharnic la chasse
aux economies conduile par le Secretaire
d'Etat des Finances. (1) Elles n'eurent
que de timides echos. Et comme Pho-
norable Secr6taire d'Elat ne cessait de
repdter qu'" l'aide des sacrifices im-
pos6s A la nation, il se faisait fort
de rdtablir la regularity dans le
service des pavemens publics, on
vota sans Irop de tiraillcmens, avec
des modifications 1kgercs, qui laissaient
intact le fragile edifice de l'equilibre
ministdriel, le budget present par le
Poivoir Ex6culif.
On fit meme plus.La Maison centrale,--
1'un de nos Irois seuls Elablissemens
publics d'apprenlissage professionnel,--
consacr6e aux jeunes vagabonds et aux
enfans envoves en correction patler-
nelle, fut, d'un trait de plume econo-
misde par le Senat. Pour ne pas ktreen
reste de g6nerosit6, nos d6putis s'oc-
troyvrent le facile plaisir de manger du
pr6dre, en rognant 2.376 gourdes sur la
maigre prebende des missionnaires at-
taches au service des communes neces-
siteuses. II est vrai que, dans leur res-
pect du Pacle constitutionnel, ( ) si
j'ose m'Lxpieimcr ainsi, ils s'empres-
serent d'altribueir celte valeur, a litre
de gratification on d'appoinemeens
surplemenlaires, auxemployvs des bu-
reaux du Corps LUgislalif!
Apris cela, M. Henry Prophdte, I'ai-
mable President de la Chambre, aura

( ) Les deux budgets les plus ileves sont rests
ceux de la Guerre et de 'lnteriieur. le budget de la
Guerre: I.128.61-1,44 oondrr et 5.5(M dollars; celui
del'lnterieur et de ., Il .:... ge(i erale : 753.415,78
gourdes ct .500 dol. (Budget du departerment de
la Guerre.-Ce budget, relatirement r6duit, a 6tU
vote sans modification par la Commission ,... ( Rap-
port de la Commission du Budget ).
( 2) Art. 16 d la Constitution,2e alin6a:... oTou-
lefois, aucune proposition, aucun amendemrent ne
pourra tre introduit a 1'occasion du budget, dans
Ic but de reduire ou d'augmienter les appointemens
des fonctionnaires publics et la solde des militaires,
d6ja fixxs par des lois speciales. v


beau, dans une effusion lyrique, ou e-
clatera surtout la joic de sa jeune pre-
sidence parlementairc, se decirer sa-
tisfait des autres et de lui-m6me, le
President du S6nat, M. Grandjean Guil-
laume, blas6 depuis longtemps sur les
success de ce genre, paraitra resumer
mieux le sentiment g6ndral, lorsque, a
la cl6ture de la session, il exhalera de-
vant ses colleagues assembles cet aveu
d'impuissance m6lancolique :
(Avant de clore la premiere session
de la 21e legislature, je vous disais que
si nos efforts n'avaient etl couronnes
d'un plein succes, nous avions n6an-
moins, par de sages measures, apport6 un
soulagement au sort du people qui place
en nous ses plus grandes esperances......
( Aujoird'hui, en feimant cetle session
sons des auspices sombres, hien que nos
sentimens se rechauffent au souffle d'un
patriotism pur. pou ons-nous continue
h nourrir ces mnmes esperances ?..........
(a Nous constatons chaque jour la dimi-
mniion croissantede nos recettes,et nos con-
linuelles preoccupations ont did de trou-
ver le remede appliquer au mal don't la
conse luence 6treint routes les couches so-
ciales ; mais notre inergie s'est constam-
ment heurtde contre des elemens htirogenes
qui, par lear existence, constintaront ton-
jours une cause certain d'insucces a la
realisation de toutes saines idees. ........
L'epilogue de toule celle adventure,
c'est qu'au mois de janvier, epoque de
la admission de Monsieur le Secretaire
d'Etat Hera d Boy, le se vice des pave,
means publics, auquel il disait avoir
tout sacrifi, ltait dejit en retard de
deux mensualit6s. Pour acquilter les
deux premiers mois de I'exercice bud-
getaire en course ( deux sur quatre )
les derniers du precedcnt exercise
ayant det renvoyvs a l'arrimr6, le Mi-
nistre avail dft recourir de nouveau an
systime oncreux des emprunts sur
place, et engage un semestre des reve-
nus disponibles du 'Trdsor Tel dtait le
fruit de sa triste victoire ...(1)
GEORGES SYLVAIN.

(1). Depuis lors, M. Faine, successeur de M. IIe-
rard Roy, aid6 par une hausse inesperee du prix
du cafe sur les marches d'Europe el. par la Lonne
voloatV des cr6anc.ers de l'Etat, a reussi a d6ga-
ger une partie des recettes publiques, de faBon A










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


LOI
TIRESIAS AUGUSTIN SIMON SAM,
President d'Haiti.
Considerant que l'accroissenient de ha po-
pulation de Port-au-Prince doit attirer l'at-
tention des Pouvoirs Publics et qu'il y a lieu
de 1'encourager en donnant une plus grande
extension A I administration de la ville.
Considerant que. par le d6veloppement de
plus en plus considerable que presentent les
environs de Port-au-Prince, il y a lieu de
donner de nouvelles limits A la ville ;
Consid6rant que cette nouvelle ddlimita-
lion doit augmenter les resources de la com-
mune et lui permettre, en touchant de nou-
veaux revenues, soit en droit locatit, soit en
droit de patente, d'ameliorer les travaux de
voirie que reclame la ville de Port-au-Prince ;
Vu la loi du 27 Octobre 1876 sur les im-
positions directed ;
Vu la loi du 6 Octobre 1881 sur les con-
seils comimunaux ;
Sur le rapport du Secretaire d'Etat de
l'Intericur et de l'avis du Conseil des Secr&-
taires d'Etat ;
Vu l'article 69 te la Constitution,
A PROPOSE :
Et le Corps L6gislatif a vot la loi suivante :
Article ler. Les limits ou barrieres de la
ville de Port-au-Prince sont ainsi fixes :
Au Nord, le pont Magny, en suivant vers
l'Ouest la line jusqu'au Fort Dimanche ; a la
mer vers le Nord-Est, la ligne jusqu'au
morne de Delma, de ce point a 1'Est du Fort
National, a un quart de lieue comprenant
inclusivement les Dannaux, Lalue, la Passe-
Lalue jusqu'aux Bambous, A Turgeau ; au
Sud-Est, la proprieLt Thezan jusqu'au che-
iin de Bussy, la propriete Boute Doizon ;
au Sud,les habitations Leprea, Pen de Chose,
Baulosse, la Source Leclerc et la Source Sa-
lee.
Article 2. Toutes les parties qui s'dlendent
de ces nouvelles limits, jusqu'a un quart de
lieue, constituent les banlieues de la ville
qui seront administr6es par le conseil com-
munal, conformdment A la loi sur les conscils
communaux et aux lois sur les contributions
directed.
Article 3 Cette nouvelle d6limitation cons-
tiue l'enceinte de la ville de Port-an-Prince
oh devront s'6tablir desormais les fortifica-
tions qui defendent et garantissent la Place.
A cet effet, le Gouvernement est autorise
A prendre, quand l'opportunit6 s'en fera sen-
tir, toutes les measures necessaires a la cons-
truction desdites fortifications.

rtaliser la regularit6 dans le service des payemens.
Que repreriantainsi A son compete, sur des bases
moins artificielles et moins arbitraires le pro-
gramme bbanchb par son prcdeesseur, it retrouve
le secretperdu ldexecuter, sans emprunt nouveau,
nuo Ili;. i r.sellernent bquilibr6, et il aura faith oiuvre
Sl It I. d- bhon financier et de bon politique.


Article 4. Le plan de cette nouvelle deli-
mitation et celui pour le cadastre parcellaire
de la capital seront leves par les soins du
Secr6taire d'Etat de l'Interieur et aux frais
du Gouvernement.
Article 5. L'execution de la prisente loi
est laissee A la diligence du Secretaire d'Etat
de l'lnt6rieur etde la Police g6nerale et du
Secretaire d'Etat des Finances.
Donn6 a la Maison Nationale, A Port-au-
Prince, le 23 Septembre 1899, an 96e de I'In-
d6pendance.
Le president di Sinat,
GUILLAUME.
Les Secrtaires,
S. ARCHER, RENAUD HYPPOLITE,
Donn6 b la Chambre des Representants le
29 Septembre 1899, an 96e de I'lnd6pendance.
Le president de la Chambre.
HENRY N. PROPHET.
Les Secretaires,
D. DEsrIl ST.-LOUIS, F. P. PAULIN,

AU NOM DE LA RIEPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que la loi c "
dessus soit revetue du sceau de la Rdpubli-
que, imprimee, public et executde.
Done au Palais National, a Port-au- Prince,
le 30 Septembre 1899, an 96e de l'Indtpen-
dance.
T. A. S. SAM.
Par le Pr6sident :
Le Secrelaire d'Elat de I'Intirieur,
T. AUGUSTE.
'.e Secretaire d'Etat des Finances el du
Commerce.
HI'RARD ROY.

Loi
Portant sanction du central pass entire le
Secrdtaire d'Etat de l'Intierieur et Monsieur
CONSTANTIN VIEUX, pour l'dtablissement d
Port-au Prince, d'une fabrique de bougies
stiariques.

TIRESIAS AUGUC, F N SIMON SAM,
President d'Ha'ii.
Vu le contract passe sous la date du 21 Sep-
tembre 1899 entire le Secretaire d'Etat de I'In-
terieur et Monsieur Constantin VIEUX ;
A PROPOSt,
Et le Corps L6gislatif a rendu la loi sui-
vante :
Article ler. Est approuv6 et sanctionn6,
avec les modifications porties aux articles
3, 2bme alinea, 4 et 7, le contract passe le 21
Septembre 1899, entire le Secretaire d'Etat de
l'lnterieur, d'une part ;


(19








46 REVUE 1)E LA SOCI;TE DE LEGISLATION
...........i...,nlm iu ql ,lu nn al u~n un l ...............U, ,It ,UU qI nu n~~n n ....~iu~m tm nI a .ni I l m 4 q a 'l


Et Monsit ur Constantin Vieux, d'autre part,
pour I'dablisscment, i Port-au-Prince, d'une
abrique de bougies st6ariques.
Article 3, 2e alilla nmodiii6. -- ( Le Gouver-
c nement s'eng'ige a ne pas accorder, pour
t la ville de Port-au-Prince, pendant la p6riode
Sides dix ann6es, les mmnies advantages que
ceux accords au concessionaire. L'im-
i portation des bougies ktrangcres reslera
c permise en payant les droits de douane.,
Article 4 nodiliL. ( L'installation devra
ca tre achev6e et la fabrication devra commen-
cer dans le delai d'un an, au plus tard, a
a partir de la (late tie la sanction du Corps
( L6gislatif. Pass6 ce d6lai, et faute par le
4 concessionnair" de remplir cet engagement,
il sera de plein droit dechu de la present
( concession. D
Article 7 nodifie. -- Ncepourra, dans nu-
a cun cas, le concessionnaire, ce6er ses droits
t et privileges aux stranger.. II est bien en-
a tendu qu'il ne pourra non plus le faire en
faveur d'un ou plusieurs nationaux, sans
SI'agrdment du Gouvernement.
Article 2, Ledit contract sera annexe a
la prdsente loi qui sera ex6cutee i la dili-
gence des Secretaires d'Etat de l'Intdricur et
des Finances, chacun en cc qui le concern.
Donne au Palais de la Chambre des ReprC-
sentants, au Port-au-Prince, le 27 Septembre
1899, an 96Pm e de l'Inddpendance.
Le president de la Chambre,
HENRY N. PROP)IlETE,
Les secretaires,
D. DESTIN ST. LouIS, F. P. PAULIN.
Donned i la Maison Nationale a Port-au-
Prince, le 30 Septlemlre 1899, an 96ce (1 1in-
ddilendance.
Le president du Sinail,
GUILLAU.ME.
Les secrelaires,
S. ARcHlii, IIENAUD IHYPPOLITE.


AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
Le President d'Itaiti ordonne que la loi
ci-dessus soit revkItue du sccau de ia Rle-
publique, imprimee, public et ex6cutee.
Donn6au Palais National, a Port-au-Prince,
le 30 Septembre 1899, an 96e (ie 'lndepen-
dance.
T. A. S. SAM.
Par le President :
Le Secretaire d'Ellat dr I'tlldrieur, etc.
T. AUGUSTE.
Le Secr;laire d'Elat des finances el
dll commerce,
IHERAID ROY.


IProjel de control pour I'lablissement
d'une fabrique de bouqgies sleariques on
d'aulres compositions.

Entre le gdndral Tancrdde Auguste, Secr6-
taire (dtElat de l'IntCrieur et de la police g6-
ndrale, agissant pour et au noni du Gouver-
nemient de la Republique d'Haiti, en vertu de
la decision du( Conseil des Secretaires d'Etat
en late du 14 Septembre de la present an-
nee. d'une part
Et Monsieur Constantin Vieux, n6gocianl,
demeurant et domicilihc Port-au-Prince,
d'autre part, les conditions ci-dessous out
Iet arrdtees et conclues comme suit, sous la
reserve de la sanction du Corps Lgislatif.
Art. ler. --Monsieur Constantin Vieux s'en-
gage a Pltblir, h Port-au-Prince, line usine
pour la fabrication des bougies steariques
aux clauses et conditions qui suivent :
Art. 2. Le Gouvernemeit s'engage a ac-
corder au concessionaire 'entree en fran-
chise de tons droiti de douane : 1 des nma-
teriaux pour la construction lie l'usine, don't
la nature et la quanltit seront arretees con-
tradictoirement entre un Ingenieur du Gou-
veruement et 'IhIignieur du concessionaires
et approuCves par les Ministresdes Finances
et de l'Intdrieur ; 20 des machines et appa-
reils; 3 des outils pour montage des ma-
chines ct des mati6res premieres teller que
stearine, paraffine, cardsine. nimches, paper
pour emballage et 6tiquettes. La lisle de ces
objets sera chaque fois envoyee au Ministre
des Finances et au Ministre de l'Int6rieur
pour etre contr6lee. Les bougies filbriq(ueC
h la lite usine pourront ettre export6es en
pays strangers sans acquitter de droits La la
sortie.
Art. 3. La prisenle concession est file
pour une periodle lie dix annies h complex
du jour die 'installation de I'ilsie officielle-
ment notified au Gouvernii:ie'nt lpar le cJoi-
cessionnaire.
Le GouvernieenI s'engangeI ne )as accor-
der pour la vil! dede PoIrt a.-1 'riicc pendant
la period des dix aimies, les min mes avan-
tages que ccux accordiess au concessionnaire.
L'inportation des bougies Ltra;gures restera
perniise en payant des droils iie douane.
Art. 4. -- La fabrication d\eva commencer
dans Ie dc Ii li de un an, au jpi.is lard, a 1)artir
de la date dt la sanction du Corps Legislatif.
Pass6 ce dllai et faule par le concession-
naire de remplir cet engagement, il sera de
plein droit d6ichu de la present concession.
Art. 5. -- Les trois quarts des ouvriers ou
employes de l'usine seront haitiens.
Art. 6. Toutes conteslations qui pour-
raient s'dlever centre Ic Gouvernenient et le
concessionnaire i apropos de l'executioni d'une
ou de plusieurs clauses du present contract,
ne pourront .tre reglecs que par les tribu-
naux ordinaires de la I dpublique.
Art. 7. 11 est bien entendu que le conces-
sionnaire ne pourra ceder ses droits el pri-










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


vileges i une ou plusicurs personnes qu'avcc
agreement idu Gouvernement.
Art. 8. -Pour l'ex6eition (in present con-
trat, les parties elisent domicile : le Secre-
taire d'Etat au bureau du Minist re de l'ln-
terieur et Monsieur Conistantin Vieux, en sa
dcmneure, i Port-au-Prince, 203. rue Repu-
blicaine.
Fait en double, a Port-au-Prince, le 21 Sep-
tembre 1899.
(Sign6e : T. AUGUSTE, C. VIEUX.
Pour copie conrorme:
Le secrdlaire-archivisle de la cluunbre,
C. GANTHIE1R.
Pour copie conforime :
Le Secrdtaire-archiviste du Sdnal,
DIOGI&NE LEREBOURS.


Loi

Portant fixation dit Budgel des dd-
penses de 1'exercice 18S!i-1'".
TIRESIAS AUGUSTIN SIMON SAM,
PRESIDENT D'HA'TI i,
Sur le rapport du Secr6taire d'Etat des Fi-
nances et du Commerce,
Et de 1'avis du Conseil des Secretaires
d'Etat,
A propose,
El leCorps Legislatitfa rendu laloi snivane :
Art. ler. Des credits sont ouverts aux dif-
ferents Secr-taires d'Etat jusqu'I concur-
rence de


Relations Ext. G.
Finances & Com.
Guerre
Marine
Intdricur et Police
general
Travaux publics
Agriculture
Inst. publique
Justice
Cultes
Service de la
Banque
Dette publique

G. 4.


M. Nie.
24.124,00
522.513,56
1.128.611,44
203.799,20

753.456,78
175.561,76
220.294,00
594.128,8,;

32.532,00

120.0)0,09
322.500,00D

499.067,14 P


Or Am.
P. 82.521,50
16.257,56
5.500,00
50.380,00

6.500,00
5,403,00

9.125,00

53.714,52

2.634.719,70

2.2."1'1. ".0~ .I


Art. 2. II sera )pourvu auxd6penses ien-i
tionndes a articlee ler de la presence loi cti
suivant les 6tats ci-annex:es, par les voies et
moyens de l'exercice 1899-1900.
Art. 3. 11 sera, sons la responsabilitt6
personnelle du Seerdtaire d'Etat des Finances
et selon les dispositions du Tr6sor, imput6d,
,chaque mois, sur le montant des. recettes,


un 12e du chifrre allou6 aux divers ddparte-
ments ministeriels. Ce 12c ne pourra 6tre
depass6e (uen vertL d'une decision du Con-
seil des Seeretaires d'Etat et pour un cas ex-
traor dinaire et urgent.
DIans aucun cas et pour quCelquCe cause Iquc
ce soil, auIcua Seeretaire d'Etat ne pout ira
dipenser au-doel des credits l.,l .1,1ii ou-
verts par la prlseCile loi, ni engager aucuine
defense nouvelle, avant qu'il nit 6t6 pourvu
au moven de 1'acquitter par iun supplement
de rerdit.
Art. 4. Aurun paienent ne scra ell'ec
tud par le Tresor public que pour l'acquitte-
ment d'un service port au Budget, prevu
par un arrt6i du credit extraordinaire, dans
le cas indiqui par l'article 7 tde la pr6sente
loi.
Aucune ddpense faile pour le compete de
1'ETat ne pourra Ltre acquitted. si elle n'a
6td prealablement ordonnancee et Fordon-
nance converiie en mniandat de painement, con-
formdment aux articles 45 a 50du (iL i. ii,.nt
pour le service de la Tr6sorerie.
Toute ordon nane die defense doit, pour
ht e payee i li'une des caisses dtt Trdsor pu-
blic, porter sur uin credit lgalement ouvyert,
se renfermer dans les limits des distribu-
tions mensuelles de fonds et itre appuy6e de
pieces qui conslatent que son effect est d'ac-
quitter, on tout, ou en parties, Line dette de
l'oitat r6gulierement justifide.
Art. 5. Les dispositions qui precedent
s'appliquen' ai toutes les categories de de-
penses, qu'elles appartiennent au service cou-
rant ou au service de la dette publique.
11 sera, pour cette dernibre catdgoric de
detLes, ouvert, dans les lives de I'admninishra-
tion des Fiiances de Port-au-Prince, nli
complex special.
Pour faciliter l'ordontincement, la Banque
National d'Haiti, charge de faire le service
de la dette publique, expedieri. IC ler de
chaque mois, au Secretaire d'Etat des Fi-
nances qui les transmettra a' ladministrateur
des finances, les pieces comptables justifl-
catives des rdpartitions faites on des
remboursements op6ers le mois priecdent
aun compile de la dite dette.
Les intertets pays seront ordonnances en
dpense, separement du capital renmboursd
Les pieces seront I!. io.l-. a chaque divi-
sion et subdivision (di cette dette etindique -
ront separement les inter&ts et le capital a-
morti.
Pour ce qui est de la Delte Intdrieure ( con-
vertieet consolidee) et de la Delte Extdrieure
( Emprunts de 1875 et de 1898; ) dont les in-
terels se reglent tous les six mois et I'amor-
tissement tous les ans, il sera, a l'6poque de
chaque rdglement, remis, par la Banque Na-
tionale au Secretaire d'Etat des Finances qui
les fera parvenir a l'administrateur des fi-
nances, les pieces justificatives des ddpenses
faites pour le paiement des inl6rkts et d; I'a-
nmortissement du capital.
Les ordonnances de d6penses relatives a










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


la dette publique et h-s pieces A lFappui se-
ront, come toutes les ordonnances de dd-
penses,achemin6esi la Chambre des Comptes,
conformement i l'article 17 du reglement
pour le service de la Tresorerie.
Art 6. Estaccorde au Prdsident d'Haiti,
en cas de graves atteintes porties A la s6cu-
rit6 publique, la faculty d'ouvrir, par ar-
ret6 contresign6 de tous les Secretaires
d'Elat. des credits extraordinaires pour sub-
venir aux d6penses n6cessit6es par des cir-
constances imprevues.
Art. 7. Le Secr6taired'Etat des Finances
pourra, avec l'avis du Conseil des Secr6taires
d'Etat et seulement dans le cas d'urgence
pr6vu h I'article 6 ci-dessus. contractor, si
les fonds du Tresor 6taient insuffisants, des
emprunts reglables au mieux des int6rts de
l'Etat.
Ces emprunts ne seront valables qu'autant
qu'ils seront ouverts par arrdt6s du Pr6si-
dent d'Haiti, cdntresignds de tous les Secr6-
taires d'Etat.
Art. 8. Les arrites relatifs aux credits
extraordinaires et aux emprunts don't il est
parle aux articles 6 et 7, seront appuy6s des
pieces justificatives, transmises par le Se-
cretaire d'Etat des Finances a la Chambre
des Comptes, quinze jours apres leur publi-
cation.
ls seront, dans les mnmes former et con-
ditions, soumis a la sanction des Chambr-s
legislatives, dans la premiere quinzaine de
leur plus prochaine reunion.
Art. 9. 11 sera, tons les quinze jours,
expedi6 directement par la Banque Natio-
nale d'Haiti a la Chambre des Comptes, un
extrait, certifli et signe, du compete des rc-
cettes et paiements, tel qu'il est tenu 5 la
Banque,presentant les recettes et les depenses
generals de la '6ptiblique,en or et en mon-
naic national, pendant la quinzaine precd-
dente.
Art. 10. Ont force de loi, les articles 3,
5, 9, 23, 58, 59, 60, 61 du riglement pour le
service de la Tresorerie en date du 26 Juillet
1881.
En consequence, le Secr6taire d'Etat pre-
sentera, avec les comptes gen6raux, d6s lou -
verture des Chamnbres la loi qui rgle d(li-
nitivement 1'exercice budgetaire. Cette loi
fera connaitre la balance en recettes et en
depenses.
Art. 11. Dans la huitaine de chaque
mois, les payeurs des departments ministe-
riels et les payeurs des difldrents arrondis-
sements financiers enverront au ministere des
finances et A la Chambre des Comptes .
lo, un 6tat general des mandates de paie-
iicnt et des cheques touches par cux a la
Banqne Nationale d'Haiti ou dans ses suc-
cursales et agencies pendant le mois prece-
dent.
2o. un 6tat general, appuy6 de .outes les
feuilles, quittances et autres pieces justitica-
tives des depenses acquittles dans le course
du nmeme nois.


Ces etats, qui seront dresses par exercise,
ministere et service, indiqueront les chapi-
tres et sections du budget, auxquels se rap-
portent les ddpenses payees.
Les pieces justificatives, quelle que soit
leur nature, seront dressees en triple original,
don't 'un sera remis au ministtre des fi-
nances, I'autre a la Chambre des Comptes et
le troisieme retenu par le payeur a l'appui
des operations de sa caisse.
Art. 12. A Port-au-Prince, un fonction-
naire du ddpartement des finances, del6gu6
par le ministry, et, dans les autres arrondis-
sements financiers, les administrateurs des
finances verifieront, dans les premiers jours
de chaque nois, la comptabilit6 des payeurs
et adresseront au Secretaire d'Etat des fi-
nances un rapport indiquant:
lo. les sommes rescues et inscrites sur les
lives des payeurs pendant le mois pr6c6dent
avec mention de la date du numero de chaque
mandate de paiement ou cheque tire sur la
Banque, ses succursales ou agencies ;
20. les depenses acquittees dans le meme
mois au moyen des valeurs encaissees avec
detail des paiementk par department minis-
tlriel et par service, la nature des justifica-
tions produites a l'appui de chaque cat6gorie
de d6penses;
30. la balance en caisse au moment de la
verification.
Art. 13. Les dispositions de la loi du
26 Aoft 1871 sur la responsabilitl des fonc-
tionnaires et employes de I'administration,
sont applicables aux payeurs come comp-
tables des deniers publics.
Elles sont 6galement applicables aux comp-
tables du Dock et au service tdilgraphique
terrestre.
Art. 14. La pr6seule loi sera publiee
avec les etats annexds qui I'accompagnent.
Elle sera execute A la diligence des Secre-
taires d'Etat, chacun en cc qui le concern.
Donn6 au Palais de la Chambre des Re-
pr6sentants, le 25 Septembre 1899, an 966me.
de l'Indtpendance.
Le president de la Chambre,
HENRY N. PROPHETE.
Les secretaires,
D. DESTIN St. LOUIS, F. P. PAULIN.
Donne h la Maison Nalionale, a Port-au-
Prince, le 30 Septembre 1899, an 96 ime de-
I'Independance.
Le president du Senal,
GUILLAUME.
Les secretaires,
S. ARCHER, RENAUD HYPPOLITE.
AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que la loi
ci-dessus soit revktue du sceau de la Repu-
blique, imuprimne, publide et execute.


_ __









REVUE )DE LA SOCIIETE DE LEGISLATION


Donn6 au Palais National, a Port-au-Frince,
le 16 Octobre 1899, an ~&Gme de l'Ind6pen-
dance.
T. A. S. SAM.
Par le Prdsident
Le Secrdtaire d'Etat des Finances el dn Com-
merce,
HIRA l) ROY.
Le Secrdlaire d'Etat de la Guerre et de la
Marine,
V. GUILLAUME.
Le Secrdtaire d'Etal de l'Interieur et de la
Police general,
T. AUGUSTE.
Le Secretaire d'Etal des Travaix publics
el de l'Agriculture, par interim,
T. AUGUSTE.
Le Secrdtaire d'Elat des Relationm lrie-
rieures et des Culles,
B. ST-VICTOR.
Le Secrelaire d'Etat dc l'Instruclion pt-~
blique et de la Justice,
F. L. CAUVIN.
--~------ ---
Loi
Porlant fixation da Budget des Recettes pour
l'Exercice 1899-1903.
TIRISIAS AUGUSTIN SIMON SAM,
President d'Haiti
Sur le rapport du Secr6taire d'Elat des
Finances et du Commerce,
Et de l'avis du Conseil des Secr6taires
d'Etat,
A PROPos9
Et le Corps legislatif a vot6 la loi suivante:
Art. ler. La perception de limpit pour
1'Exercice 1899 1900 sera faite conform6ment
aux dispositions des lois existantes.
Art 2. Les voies et moyens applicables
aux d6penss du Budget 1899-1900 sont eva-
luees conformenient au tableau annex6 a laa
pr6sente loi A G., 4.546.096, 40 c. nioanaie
national et A P. 2.912.984, 22 c. or americain.
Art. 3 Tons les droits de douane gen6ra-
lenient quelconques percus au titre de 1'ex-
portation, A l'exception des droils d'dchelle
et de pilotage, sont payables en or amnricain
ou en traites appuyees de connaissements en
due forme.
Le Secr6taire d'Etat des Finances est et de-
meure autoris it les r6gler, soit en esp6ces,
soit en traites dans les inti6rts du fise et selon
les besoins de 1'Etat.
Ces traites seront centralisdes t la Banque
National, d'otf elles seront exp6dides pour
ctre employees au besoin du service public .
Art 4. Le Secretaire d'Etat des finances est
autoris &i op6rer, chaque mnois, la vente en


monnaie nalionale au taux du course d'une
parties du produit des droits d'exportation dis-
ponibles, pour le service des depenscs pu-
bliques paynes en nionnaie national.
La vente se fera de preference aux petits
(c.il' iii. i ;haltiiens et chaque mois, une
note du Departement des finances inseree au
, Journal Officiel fera connaitre ia some
vendue, la date de la vente, les noms des
acheteurs, les courtiers employes h I'opera
tion et le taux aqucel elle a eu lieu.
Aprbs chaque vente, le montant de la prime
sera ordonnanc6 en recettes, couformnment
aux dispositions du r6glement pour le service
de la Tr6sorerie.
Art. 5 Dans le cas o6 le Pouvoir Ex6cutif
sc trouverait dans la n6cessit6 de contractor
des emprunts autorises par 'art 7 dte la loi
portant fixation des depenses ou de faire
d'une facon quelconque appel au credit pu-
blic, au course du present exercice, les sommes
provenant de ces operations seront ordon-
nancees en recettes sous la rubrique des
Ressources extraordinaires. ),
Art. 6 Toutes les contributions directed ou
indirectes autres que cells autoris~es par les
lois ( xistantes a quelque titre et sous quelque
d6no nation qu'elles se pergoivent, sont
formellement interdites, a peine, contre les
autorit6s qui les ordonneraient, contre les
employs qui confectionneraient les rbles et
tariffs et ceux qui en feraient les recouvre-
ments, d'etre poursuivis comme concussion-
naires, sans prejudice de I'action en r6pe-
tition, des dommages-interels, et sans que,
pour exercer cette action, les tribunaux ateut
besoin d'autorisation pr6alable.
Art. 7 La pr6sente loi avec son 6tal annexed,
sera publiUe a la diligence du Secretaire
d'Elat des finances et du Commerce.
Donnd au Palais de la Chambre des R&-
presentants. le 22 Seplembre 1899, an 966ne
de 1'Independance.
Le President de la Chambre,
HENRY N. PROPHETE.
Les Secrdtaires,
D. DESTIN Sr-LOUIS, F. P. PAULIN.
Donn6 It la Maison Nationale, le 33 Sep
tembre 1899, an 96rnme de 1'Ind6pendance.
Le Presidenl du Snait,
GUILLAUME.
Les secritaires,
S. ARCHER, RENAur HYPPOLITE.
AU NOM DE LA RIEPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne etc.
Donn6 au Palais National A Port-au-Prince
le 16 Octobre 1899, an 96e de l'lndepandance'
T. A. S. SAM.
Par le President:
Le Secrdiaire d'Etat des Finances el dii
Commerce,
HEinARn ROY.


..,. .,...,,.,.,,,,.,,,,. ..,.,.,,.. ......... 1. -. 1. .- .. 1.". 1. 1 .- -1.1-1-.1- -.1- 111(11 !( 11 .Hl.l.li. l I: -1 1-. :









REVUE I)E LA SOCIEITE DE LEGISLATION


CORRESPONDENCE


Sur la demand de noire college Bouzon,
el pour fire suite d tl s(anee du 17 Janvier
d laquelle ii n'eut pas le loisir d'assister, nous
publions ci-nprs l'opinion qu'il adressa d notre
Sociele d propose de la question posee par M.
le Secrdtaire d'Elat des Finances ( voir le n0
du mois de fevrier dernier.


Port-au-Prince le 16 janvier 1900.
A la Socidet de Ldgistation.

Mes chers Collggues,
Mes occupations professionnelles me
forcent a monter i la campagne, je ne
pourrai pas assisted, LI mon grand regret,
a la reunion qui doit avoir lieu aujonr-
d'hui, a notre Siege Social, pour prendre
une decision sur une Communication
que nous a file le Couvernement par
F1intermediaire du Secretaire d'Etat des
Finances. Noire President a bien voulu
me donner connaissance :es pieces qui
nous sont soumises. Je viens done vous
formuler mon opinion sur la question
posee.
Le Ministbre des Finances par un avis
du mois de Mars 1898, public dans le
Moniteur, interdisait la rentrde dans le
pays de notre monnaie mdtallique qui
serait exporlte.
Celte measure avail pe'lt-&tre pour but
d'empecher la sortie do notre monnaie
mdlallique, mais etait-elle lIgale ? C'est
ce qu'on pourrait examinertout d'abord.
Je ne trouve dans note 1cgislation au-
cun ailicle de loi qui defende de fire
rentrer dans le pays notre propre mon-
naie qui aurait etd exportie.
Tout arretd ou avis pris ainsi, non en
execution de la loi, a mon sens n'a aucu-
ne valeur et tout le monde le pense aussi'
D'un autre c6td, le commerce est libre
dans la Republique d'llaiti, toute dispo-
sition administrative qui peut I'entraver
dans son action porte une atteinte a cette
liberal que nous lui recunnaissons. Celui


qui exporle la inonnaie mitallique tait
un acle de commerce. Si nous ne pou-
vons pas empicher cetle exportation,
comment pouvons-nous en prohiber la
rdimportation?
La monnaie mltallique hailitnne n'est-
elle pas une merchandise? -- Le devoir
de l'Administration est de surveiller
quand elle sort qu'elle e n nous revienne
1alsifi&d.
Notre gourde mitallique, la monnaie
divisionnaire argent, ne sont jamais ex-
porlees que lorsque la prime sur l'or
prend ces proportions exagerees que nous
conslatons depuis deux ans environ.
Tout le temps que le change serait au-
dessous de 125 010, le negociant n'aurait
aucun iinldrl a faire scs remises en mon-
naie mlta'lique.
Or d'apris les ldernieres Revues du
March de New-York, notre guide ar-
gent vaut sur cette place 45 cents or et
la monnaie divisionnaire 40 cents envi-
ron: ce qui met la prime sur 'or dans
une moyenne de 131 010.
Nous verrons cc ph6nomene tout natu-
rel que notre monnaie netallique sera
drain'ne quand le change aura d6pass6
125 010 et qu'elle nous reviendra en abon-
dance quand le laux du change descen-
dra i moins de 100 010.
Pour conclude, la France on les Elats-
Unis peuvent-ils dil'endre la rentrde de
leur propre monnaie qui aurait d61 ex-
portke ?
Je ne le croispas. -- A moinsde vouloir
co: rir au-devant des difliculles et des
reclamations, nous no pouvons interdire
la reimportation de notre propre mon-
naie exporlie.
Done F'avis de la Secritairerie d'Etat
des Finances du 16 Mars 1898 n'a aucune
valeur ldgale pour eminpher la rentrde
do notre monnaie metallique.
J'ai I'honneur, Messieurset Chers Col-
l6gues, de vous presenter ines cordiales
civilitis.
BOUZON,
A rpenleur-Gdomalre.


Imp. Amblard, 136, ruedu Centre.









REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION


kSances de la Societ

Reunion du 15 Mars 1900.
Presidence de M. Maxinmilien Laforest.

Sont presens : MM. Laforest, Sylvain,
Lespinasse, Bouzon, Poujol, Etheart,
Menos.

Mr le President, au nom de la So-
cidt6, souhaite la bienvenue i M. Em-
manuel Etheart, recemment nomm-i
membre actif, qui remercie ses nou-
veaux colleagues de leur bienveillante
sympathie. -
On reprend la discussion de la com-
munication de M. Bouzon sur la n6-
cessit6 d'etablir le systemne matrique
en Haiti, communication don't lecture
est donn6e par M. Lcspinasse.
(cL'uniformiti des poids et measures s'inm-
pose dans un pays rnguiier come une
obligation d'ordre public et toute admi-
nistration soucieuse des charges qui lui
incumbent, n'y manque jamais.
Nos constitutions out toujours consa-
cre le principle d un sysltme uniform des
poids et mesures,- depuis longtemps il
a ete constant la diversity des measures
qui existent en Haiti. L'article 186 de la
Constitution en vigueur prdvoit que la loi
regle la matiere. Je n'ai pas connaissance
de cette loi, encore que je I'aie cherchee.
La prevoyance de la Constitution dans
bien des cas frappe, tant elle est minu-
tieuse. Mais on a toujours n6gligt de
fire les lois organiques don't elle a dict6
les grandes lignes.- Cette negligence vient
de ce ddfaut d'esprit de suite dominant
chez nous. De nmee qu'ii nous manque
une loi sur la voirie, nous avons besoin
d'une lIgislationsur les poids et measures.
Nous sommes census avoir jusqu'ici
conserve les anciennes measures que nous
avait laissees I'administration coloniale.-
Dans la pratique, c'est tout autre chose.
On pouvait bien en ces temps-lh, avoir
des etalons qui servaient de types, au-
jourd'hui, nous ne trouvons nulle part
une measure pouvant servir de base de
contr6le.

Le soin d'6talonner les poids et me-
sures est une des attributions des con-


sells communaux ; if n'y a pas une ville
de la Republique, une commune qui ait
des talons dans de bonnes conditions.
Oi ii en existe, il ne valent rien.
Aujoqrd'hui un trop long usage les a
fauss6s, et les conseils conimunaux n'e-
tant pas controls sur cc point, laissent
le soin d'6talonner les measures h l'arbi-
traire d'agents incompetents.

Voici la nomenclature de nos measures :
La toise,
Mesures de longueur Lepiedet ses divisions.
Le pas
L'aune.
Msures de apcite Pourlesliquides:le gallon
Measures e capacity barrique ou le point,
La corde,pour le bois A b,'uler
Mesuresdesolidite La toise cube,
Le baril.
Mesures agraires: Le carreau.
Poids : La livre, 1'once et ses divisions
La toise devrait contenir six pieds
francais, soit 1 949 ; entire cent toises
qui soient present6es au contr6le, j'af-
lirme que bien peu r suniront les condi-
lions de justcsse voulues. On trouve ici
le pied anglais, le pied espagnol, par ex-
ception le pied francais qui est notre
pied 16gal.
Ces measures ne varient pas d'une loca-
lil. h une autre, mais dans une m6me
villa.
Mes observations dans l'exercice de ma
profession m'ont lait constater que bien
souvent certain de mes collogues se
servent du pied intrique qui est de
0 m1, 3333 au lieu dupied francais qui est
de 0m, 3243S. D'aulres tois ils se fervent
du mitre au lieu (in pas d'arpenleur, --
l'ancien pas de St Domingue, qut est de
3 1/2 pieds soit 1", 1368.
Ce sont !a des abus auxquels il im-
porte de mettre ordre.
L'Etat doilt s6curit aux citoyens en fai-
sant larir ces sources de difficulties d'ot
ddeoulent souvent des process ruineux
!pour les families.
Chez les marehanils d liquides on
trouve des gallons don la faussetd est
revoltante. Qu'est-ce que ce gallon ?
Quelle doit ltre exactement sa capacity ?
Le gallon est de 4 pintes de Paris on 4
litres 53. Quelquefois on donne une me-
sure qui porte le nom de gallon et con-
tenant 4 litres, le plus souvent on ne
sertleclient que dansun gallon de3 !itres
70. Habituellement il y a deux jeux de


______PdddUIBI~)YBlddnBbOJIS~BB*1~6








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


gallons, l'un pour les achatj, I'autre pour
les venues.
Le defaut d'un contr6le sdrieux per-
met de pratiquer des vols bien qua-
lifids.
Quant au baril, personnel ne pent le
d6finir. Quel calcul pent 6tre certain avec
des measures qui varient selon le caprice
des fournisseurs ?
Le marchand de chaux on de sable.
de carbon, de mais ou de pois vent
vendre dans le baril qui lui fait plaisir
et, d'un autre co6t I'acheteur, lui aussi,
vent acheter dans la measure qui lui con-
vient. De ces pretentions contradictoires
il r6sulte des difficulties on des contesta-
tions qui ne peuvent 6tre r6gl6es que par
le jugede Paix.
Pour le bois, la corde doit 6tre un cu-
be de 5 pieds de ct6 : on ne le donne
pas.
Les m6mes abus existent pour les poids.
Quand on achtte, on vent se servir
d'un poids de 18 onces et on vent vendre
avec celui de 14 onces. Peu de personnel
mettent en usage, dans le commerce de
detail surtout, la livre francaise de 16
onces.- Sur la place de Port-au-Priuce
bon nombre de maisons croient etre fort
honnites quand elles present avec la livre
anglaise ou livre americaine.
En parlant des poids, je ne veux pas
manquer de signaler ce fait. Tandis qu'il
arrivait a Port-au-Prince que les expor-
tateurs de carl trouvaient dans les diuanes
franchises un pourcentage en plus du
.poids accuse par nos douanes, les expor-
tateurs de Juwmeel 6prouvaient une perle
de 3 ou 4 o,) qui etaient la difference
entire les poids de la douane de Jacmel,
et de ceux des memes douanes fran-
caises. Sur la plainte des n6gociants de
Jacmel, don't les poids etaient rdguliere-
ment etalonnis par la Commune chaque
annee d'apres une MESURE TYPE, on
v6rifia cet Mtalon : il 6tait devenu trop
faible par un long usage et ii lui man-
quait un anneau. (?)
II y a aujourd'hui une telle confusion
dans la question de inesures que nous
voyons les marchandes ambulantes por-
ter un paquet de r6gleties en bois variant
entire deux pieds 1/2 i trois pieds, ce sont
tout aatant d'aunes qu'elles ont au lieu
de l'aune de 43 pouces 8 lignes.
II est du devoir de administration de
mettre un trein a tous ces abus.
Memes observations pour les measures
agraires. Souvent on confond le pas g6o-


m6trique qui est de 5 pieds avec le pas
d'arpenteur qui est une measure toute lo-
cale, comme je I'ai dit plus haut.
Dans une question aussi important
que celle des poids et measures, nous au-
rions souhait6 la voir regl6e d'une facon
definitive. II taut arrkter ces desordres
que je signal.
Pour y obvier ii n'y a qu'un moyen,
c'est d'introduire chez nous le system
m6trique.
En 1875, lors de la reunion de la con-
f6rence diplomatique du metre, la Repu-
blique d'Haiti fut invite a prendre part
a ce Congres qui se reunissait h Paris.
C'aurait 6td un pas en avant que nous
aurions fait. Mais le Gouveruement de
I'6poque ne rdpondit pas memeh I'invita-
tion. D'autres soins preoccupaient alors.-
La periode d'administration chez nous a
toujours etC sacrifiCe a la politique. Je
pense maintenant qu'il ne doit plus
en 6tre de mime avec les voies ferries
qui vont sillonner le pays, les r6seaux
tdlegraphiques qui se reglent en kilo-
melres :e system mttrique s'impose.
Nous pouvons fire admettre le sys-
time metrique dans notre legislation,
l'introduiredansla R6publique, et ce sera
bien plus facile que ne le pensent les
gens de routine que toute amelioration
teonne.
Le systeme metrique est enseign6 dans
nos ecoles et nos measures n'y sont pas
connues. Nos entrants sona familiarisis
avec les terms de rnotre, kilomitre,
gramme, litre; d'aucuns pourront fire un
course raisonnd la-dessus et restent ton-
n6s devant les mots de toise, pas, pied,
once, grain, corde.
Nos pharmaciens ont laiss6, pour la
plupart les anciens poids et ne pisent
plus qu'en grammes, nos midecins ne
prescrivent qu'en measures m6triques.
Quelques conimercants se servent aussi
de ces measures mais en faisant des con-
versions arbitraires.
En attirant I'attention du Gouverne-
ment sur l'objet de cette petite etude, je
crois rendre un service h mes concitoyens.
Nous sommes aujourd'hui dans l'union
postal, nous avons pris part B la conf&-
rence de Berne sur la propridt6 litt6-
raire no-is pouvons done fair des d6-
marches pour avoir un delegu6e la con-
ference generate du mntre, et les res-
sources de la Republique lui permettent
de pourvoir aux frais d'entretien du Bu-
reau international des Poids et mesures


- C- Ilg ~u------~u-u








REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION


qui lai fournira des talons m6triques
ayant les garanties ddsirables.
Port-au-Prince, 26 DWcembre 1893.
BOUZON,
Arpenteur-gdomnOre.

M. Bouzon.-ll en coite enviroa 1.500
francs pour entrer dans 1'Union du
mrtre et 250 francs par an pour l'abon-
nemeni et les frais d'entretien du Bu-
reau international du m6tre.
M. Eth6art. Les Etats qui n'ont
pasencore admis le syst6me mktrique
comme measure obligatoire, 'ont adop-
t1 comme measure facultative, h titre
transitoire, pour habituer le people
au changement de regime. I1 nous sera
d'autant plus facile de prendre la d6-
cision indiqude par la communication
que le system m6trique est enseigne
dans nos 6coles.
M. Bouzon. II tend aussi de plus
en plusit Atre employed de pr6f6rence
par nos artisans.
M. Sylvain. Tous les pays de
langue francaise don't les livres servent
on peuvent servir a notre enseigne-
ment ont adoptl le systime mdtrique.
Le dernier No du (< Bulletin des Rd-
publiques americaines ) rend compete
d'un grand movement d'opiiion qui
se produit en ce sens aux Etats Unis. (1)
M. Lespinasse. Voici done une re-
forme qui aurait le triple advantage de
nous meltre en harmonies avec le pro-
gres des iddes dans les nations civili-
sdes, d'dpargner des riclamations a
nos gouvernans, do rendre service a
nos artisans, a nos professeurs, a nos
&coliers, aux arpenteurs, aux proprid-
taires, aux acheteurs de detail, c'esl-
a-dire, en some, a tout le monde, et
qui ne coiterait qu'une valeur insigni-
fiante a la caisse publique. Commencee
ddja dans la pratique, elle ne se heur-
terait m6me pas a tne forte routine
ant rieure. II suffirait, pour qu'elle se
generalisat, d'une simple disposition
legislative.
La reunion, h l'unanimit6 6met le
vceu que le gouvernement, des la pro-
chaine session des Chambres, rende le
system m6trique obligatoire en Haiti.


(1) Le syst6me m6trique.

Le movement en faveur de l'adoption
par les Etats-Unis du systime mntrique
des poids et measures a recu la cordial
approbation d'une haute autorit6, le Mi-
nistre des finances, l'Honorable LYMAN J.
GAGE qui, dans son rapport sur la situa-
tion financirre du pays, soumis recem-
ment an Congres, attire attention des ld-
gislateurs sur 1'importance d'avoir aux
Etats-Unis le innme system employed au
Mexique, dans les Republiques du Sud
et du centre de l'Amdrique, aux iles Phi-
lippines, h Puerto Rico et dans les autres
pays. Le ministry faith remarquer que la
grande rivalite commercial des nations
devrait faire sentir au Congris la n6ces-
site d'adopter le system metrique, dd-
montrant qu'une telle measure diminue-
rait sfirement les difficultesdu commerce
ext6rieur. II ajoul que les Etats-Unis se
sont ddjh engages a adopter ce syst6me,
et maintient que l'accomplissement de
ces promesses facilitera considerablement
les transactions comierciales internatio-
nales.
Un puissant argument en faveur de
l'adoption du systIme metrique s'est prd-
sent6 recemment ; jusqm'ici les raisons
principles sur lesquelles on a insisted,
out Mtd que le nouveau systhme est beau-
coup plus simple et plus uniformne que
l'ancien. II existe actuellement deux sor-
tes de livre, deux sortes de tone, deux
sortes de quarter, deux sortes de gallon
et deux on trois genres de baril. Lesys-
trme mntrique 6vite non seulement cette
incertitude confuse, mais encore, en subs-
tituant les fractions d6cimales aux moi-
ti6s, aux quartes, etc., rapproche davan-
tage le system des poids et measures de
l'Htalon des valeurs courantes.
Quoique les inghnieurs et les manufac-
turiers des Etats-Unis ne soient pas en-
core d'accord sur l'adoption immindiate
de ce syst&ine, it esiste n6anmioins un
grad mnouvemntl et probablement une
pr6ponderancede sentiment en sa faveur.
11 y a 30 ans que 1.: ciangement s'est
operh en Allemague avec tune facilitL sur-
prenante. Une ou deux ainaes furent em-
ploydes h preparer et a discuter ce project
avant que le systnme devint obligatoire,
et quand la loi Cut mise en vigueur, on
s'y soumit sans contrainte. Un des prin-
cipaux manufacturers d'Allemagne d6-
clara qu'il n'avait eu besoin seulement
que de deux semaines pour appliquer le
systime dans ses travaux, et qu'actuelle-








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ment les ouvriers le prdferaient, le trou-
vant plus facile que l'ancien. Les attes-
tations de ces homes ainsi que cells
d'autres personnel produiraient I'ilnpres-
sion que le systeme m6trique pourrait
ktre adopt aux Etats-Unis avec moins
de difficulties qu'on ne l'a suppose.
(Bulletin du Bureau des Ripubliques amn-
ricaines, No de feurier 1900.)
~__-- I -- ------ i
RBunion du 21 Mars 1900.

Presidence de M. Maximilien Laforest.

Sont pr6sens : MM. Laforest, Sylvain,
Dominique, Bouzon, Lafleur, Poujol.
Sanction duproces-verbal du 15 Mars.
Lecture est donnce de l'opinion a-
dressde par M. Bouzon a la Societd
sur la question portte a l'ordre du jour
de la seance :
Port-au-Prince le ler Mars 1900.
A la Socidtd de Ldgislation,
au Siege Social.
Messieurs et chers Coll6gues,
Je viens vous formuler mon opinion
sur la question qui est a l'ordre du jour
de, cette stance : ( De la responsabilit6
de l'Etat a l'6gard des decisions des Tri-
bunaux. .)
Le pouvoir judiciaire etant une des
branches du Gouvernement, ii est esseu-
tiellenment ind6pendant dans ses attribu-
tions.
En vertu des articles 34, 35, 39, 40 et
147 de la Constitution les decisions des
tribunaux prises conform6ment aux lois
en vigueur en Haiti ne peuvent.nullement
engager !a responsabilit6 de l'Etat. Je
crois mime que penser ditffremmnent c'est
commettre une inconstitutionnalite.
S'il s'agit des strangers qui critiquent
les decisions de nos tribunaux et en ap-
pellent h leurs gouvernements quand its
ne sont pas jug6s selon leurs pretentions,
la sagesse seule du PouvoirExecutifpour-
ra nous 6viter ces desagr6ments en choi-
sissant pour coop6rer avec lui dans le
Gouvernernent, commemnembresdu Pou-
voir Judiciaire, des hoinmes comp6tents
et de haute morality6. Ce choix sera une
garantie. Dans tous les cas le principle
de I'art. 35 de la Constitution doit tire
toujours d6fendu : ( Chaque pouvoir est
a ind6pendant des deux autres dans ses


. attributions qu'il exerce stparement ...
( La responsabilit6 est attachee a cha-
(c cun des actes des trois pouvoirs. )
Agr6ez, Messieurs et colleagues, mes sa-
lutations les plus cordiales.
BOUZON,
arpenteur-geo .r,
M. le Secrdtaire. Le moment est
venu de d6cider quelle ,methode de
discussion nous gallons adopter. Outre
les dveloppemens que j'ai cru utile
de donner A la question pour mieux
preciser le champ du d6bat, vous avez
entendu l'opinion de M. Poujol. Voici
qu'un autre de nos colleagues 6met
aussi son avis. Les points de vue sont
divergens. II s'agit de savoir bien exac-
tement sur quoi nous allons discuter.
M. Dominique. Je trouve que notre
collngue Poujol, en amplifiant la ques-
tion, a par trop compliqu6 notre dlude.
Quant d Bouzon, il fait, selon moi,
une confusion : c'est l'Elat, -- la na-
tion, qui est responsible, quand
les fonctionnaires haitiens sont en
faute. L'ind6pendance du Pouvoir ju-
diciaire ne saurait empOcher, le cas
echdant, le recours contre F'Etat.
M. Bouzon. Mon opinion est que,
malgr6 des erreurs individuelles, don't
la loi permet d'obtenir le redressement,
nos Tribunaux ne sont pas si mauvais
qu'on vcut bien le dire : ils out plut6t
mauvaise reputation. l)ans une affaire
recent entire MM. Simmonds et M6-
renti6, on a procede en France d'a-
pres les premisses posees par les juges
haitiens. Dans l'affaire Alexandre, le
Premier Prisident de la Cour de Cas-
sation de France leur a rendu publi-
quement homage. L'etranger, sit6t
qu'il est condamne ici, veut rendre
1'Etat haitien responsible. Voilh la v6-
rit6.
M. S~l'iii. Nous aurons, cc me
semble, advantage a nous en tenir pour
le moment a l'examen des questions
posies telles qu'elles ont &t6 p3sees,
c'est-A-dire au point de vue du ;droit
international : notre discussion en sera
plus claire et plus m6thodique, sauf
pour quelques-uns d'entre nous, s'ils
en out le loisir, a reprendre par Ic dd-








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


~ ....LI. A ~ e.0 elwY.w ".P." 0 0 0." jd- j '..' -I 1 r e'111101911AO~ _


tail d'autres questions s'enchainant aux
premieres et apnler-u- chemin faisant,
et A en fire l'objet de communications
nouvelles.
La reunion se rallie a cette opinion
et renvoie la suite de la discussion an
jeudi 29 Mars.


union du 29 mars 1900.

PRHISIDENCE DEM. MAXIMILIEN LAFOREST.

Sont presens : MM. Laforest, Syl-
vain, Lespinasse, Bouzon,Lafleur, Pou-
jol, Etheart.
Sanction du proces-verbal de la s6-
ance du 21 mars.
M. le Secretaire.- La Socidt6 avait
ddcid6 a l'une de ses prec6dentes se-
ances, d'altendre, pour statucr sur la
question pendante : ( Besponsabilit6
de l'Etat en raison des decisions de
ses Tribunaux ) un concours plus
nombreux de membres.
Maisil s'est produit depuis lors cette
circonstance que, sans arriver a
obtenir dans aucune de nos reunions
I'imposante majority d6sirde, nous y
avons vu defiler a pcu pr(s tous ceux
d'entre nos cllk'iLu'. qui ont coutume
de piendre part a nos deliberations.
On peut done consid6rer notre 6lude
comme faile, et border sans plus de
retard la discussion de fond que nous
avons ajourn6e.
La reunion ayant opine en ce sens,
la discussion g6nerale est ouverte.
M. Georges Sylvain ( poursuivant )
Sur la question qui nous occupe j'ai tach6
de poser les principles. Pouvons-nous
et devons-nous faire ici autre chose ?
Je ne le crois pas.
J'entendais dire l'autre jour a l'un
de nos colleagues : (( C'est fort beau,
les principles Mais sont-ils toujours
appliques dans les differends interna-
tionaux ? ) II n'est que trop vrai, Mes-
sieurs : le droit international, A .1s
consider come une 16gislation po-
sitive, r6glant obligatoirement les rap-
ports d'Etat a Etat, n'est encore qu'un
id6al de civilisation. On peut meme


dire, a la ihonte des temps ou nous
vivons, que loin de tendre a la rdali-
sation de cet id6al, I'humanit6 semble
s'en d6tourner de plus en plus et vou-
loir reculer jusqu'a ces epoques de
complete barbaric oil la violence deci-
dait de routes les contestalions. Mais
c'est 'honneur des times tr6s-hautes,
qui r6vent pour le genre human d un
avenir meilleur, et c'est en tout cas Fin-
teretdes peoples faibles,-- voire m6medes
autres de demander sans rehiche
l'application de ces principles de jus-
tice et de paix, n6cessaires a l'entente
et A la prospirite communes, n6ces-
saires aux grands comme aux petits,
car la force esl 6ph6mere, et l'oppres-
seur d'aujourd'hui pent 6tre l'opprim6
d e demain.....
Au surplus, je reconnais que pour
pr6tendre au respect des autres, il faut
commencer par se respecter soi-meme.
Dire qu'il n'est rien d'absolu en ma-
ticre de droit international, c'est dire
que dans les litiges internationaux,
tous les el6mens d'appr6ciation con-
courent en faith a determiner les solu-
tions adopt6es. Plus done nous met-
trons de tact et de discernement dans
le choix de nos magistrates, (1) plus
nous entourerons de sollicitude l'ad-
ministration de la justice et les fonc-
tionnaires qui en out la charge, plus
nous.deciderons avec correction, avec
gravity, avec competence, des affaires
don't le jugement nous est d6fE6r;
plus aussi nous aurons chance de voir
notre justice accept6e sans protesta-
tion par les jasticiables strangers.
Tout cela, certes, ne doit pas 6tre
oubli6, tout cela n'est pas sans impor-
tance dans le r6glement pratique des
lditll'c--ir' l intcrnationaux. Mais s'ensuit-
it que notre SociMt6 de Li.'.iklatio, en
se contentant de formuler les principles,
fasse une oeuvre insuffisante ou vaine ?

(1) La SociWt6 de Legislation, au course de
ses travaux, a dUjiA 6mis le voeu que la loi
organique,.reglant les conditions de nomi-
nation et 1'ordre des candidatures aux fone-
tions judiciaires, loi promise par la Consti-
tution de 1889, art. 133, soit vote par nos
Chambres. C'est le cas d in-.ioi ici pour la
realisation de ce voeu.








56 REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION
LEILAIO


Non Messieurs. A chacun sa tAche !
Continuous a remplir, m6me au risque
de n'6tre pas toujours compris, notre
mission desintrressde d'6ducateurs po-
pulaires, et laissons A l'intelligence de
leurs devoirs ceux qui out la respon-
sabilit6 des affairs publiques !
M. le President.-Notre coll6gue Syl-
vain a propose la formule suivante :
<( Pour que l'6tranger soit admis A
se plaindre par voie diplomatique des
decisions de nos Tribunaux, il faut
qu'il puisse se prevaloir d'un dom-
mage, provenant dentr ntaves apport6es
a l'exercice do sn' droit de justiciable,
soit par l'ing6rence ill6gale d'autoriles
6trangeres a administration de la jus-
tice, soit par la faute ( negligence in-
tentionnelle, parti-pris d'ill6galit6 ) des
fonctionnaires de l'ordre judiciaire.
II faut, en outre, que ce dommage
soil devenu irreparable par l'impossi-
bilit6 d'un nouveau recours on d'un
recoars plus proloiang aux Tribunaux
haitiens.
Nous avo:ls a nous prononcer sur
l'adoption de cette formula.
M. Lospinasse.- Pour ma part, mon
opinion est djai connue : je trouve la
fornule convenable en tons points.
Atin pOLirtant qu'il n'y ait aucune 6-
quivoque sur note penliec, j'y intro-
duirais ce membre de phrase :
(< Neanmoins le recurs diplomatique
ne pourrait ltre accept, si le juge-
ment n'dtait devenu d6finitif que par
le fait de l'etranger lui-mmne, qui au-
rait n6glige volonlaireinent d'user des
voices 1lgales de reeours judiciaire.
1I. Georges Sylvain. La second
formula que j'ai soumise au choix de
la Socidte est plus comprehensive:
< Recours diplomalique ouvert, toutes
les fois que l'6tranger Ipourra d6mon--
trer ( et la demonstration lui income
rigoureusemet ) qu'il a 6 6 au regard
de la juridiction haitienne et en raison
de la faute intentionnelle des fonction-
naires haitiens, paralysed dans l'exer-
cice de son droit legal de justiciable,
et qu'il en est resulted pour lui un dom-
Inage.
a A ces conditions une autre s'a-
joute, qui n'est qu'une consequence


de la souverainet6 de notre juridic"
tion national, c'est que le dommage
ne soit plus susceptible de recours de-
vant nos tribunaux, toutes les voies-
16gales de reparation ayant W6t tentses
et tous les degr6s de jurisdiction r6gu-
lierement 6puis6s. )
Je me rallied cependant bien volon-
tiers a l'addilion proposed par notre
collogue Lespinasse, addition grace a
laquelle la premiere formu!e se trouve
heureusement compl6tee.
Sous le b6nefice de cet amendment
et des considerations generales expo-
secs plus haut, la reunion adople la
doctrine formul6e par Ie Secr6taire de
la Socikl6, et porte a l'ordre du jour de
la prochaine stance la question de la
responsabilit6 de l'Etat en raison des
fails de ses agens.


nlptinion du 23 Mai 1AD

PIIESIDENCIi oF M. LkFOREs~r.


Sont pr6sens :
vain, Lespinasse,
Eth6art, Viard.


M. M. Laforest, Syl-
Hiraux, Bouzon,


Sanction du procs-verbal du 29
Mars. M. le Secr6taire done lecture
du Rapport de M. Lateur sur la ques-
tion pose par M. H Price.
Vu I'absence de M. J. L. Dominique,
charge primitivement de l'examen de
cette communication et celle de MI. La-
fleur qui lui a 6tc adjoint pour la
ridaction du Rapport, la discussion
est ajourn6e.
On passe A la question de la respon-
sabilil6 de l'Etat en raison des faits de
ses agens.
Ml. Syluain :
Je disais dans ma communication de
d6cembre IS 1i (Rev. 53 an. no ) : Les
rincipes poses a props de la responsa-:
biiti de 1'Etat sont les mnmes, qu'il s'a-t,
gisse des decisions de ses Tribunaux ou
des fails de ses agens.- J'ai 6t6 heu-
reux de constater, a I'issue de notre
seance du 29 mars ou la prenmire parties
de la question a 6ti diseutle, que cette








REVUE 1)E LA SOCIETE DE 1,P.G[SLATION


opinionest partag6e par plusieurs de nos
collgues.
C'est, dans un cas comme dans I'autre,
sur les fautes intentionnelles des fonc-
tionnaires haitiens, sur les abus d'au-
torit6 don't ils sont accuses, sur les ill6-
galit6s de parti-prisportes h leurcompte,
que peuvent se wonder uniquement les
reclaa maions etrang6res.-Mais tandis que
pour ttre admis a se plaindre par voie
diplomatique, des decisions de nos Tribu-
naux, les strangers, entravds dans I'exer-
cice de leur droit de justiciable, de-
vaient, nous l'avons vu, epuiser toutes
les voies de reparation 16gale et tous les
degr6s de jurisdiction, ici, ils devropt de
meme avant derecourir i l'action di-
plomatique, d6f6rerl 'agent qui leur a
port grief i la jurisdiction compktente,
oule dinoncer aux memes fins aux au-
toritls hidrarchiques don't it relieve : car
notre legislation pr6voit et r6prime les
infractions des agens de laforce public. e
et-- d'une facon gendrale-- les infractions
de tous les fonctionnaires publics. (1)
Que si les autorites. au lieu de laisser
traduire r6gulierement en justice le fonc-
tionnaireincrimine ou de le dedfrer elles-
m&mes aux Tribunaux dans les former
d1gales, sur la demonstration qui leur
est fournie de la r6alit~ mat6rielle du
fait mis-- tort ou 4 raison-- sa charge
le couvrent de leur protection ou se font
ses complices par eur abstention calculee,
elleseendossent cela n'est pas douteux,
la responsabilit6 de son acte, et pour pen
qu'il s'agisse des representans directs du
Pouvoir Exicutif, soit que l'affaire ait 6td
port6e devant eux, on qu'ils se trouvent
personnellement en cause, la nation tout
entire peut etre ainsi exposee h l'iater-
vention des Gouvernemens strangers.
En r6sum6, pour me servir d'une for-
mule analogue a celle que notre So-
ccit6 a dejh adoptee, je dirai :
Vis-h-vis des Puissances ktrang6res la
responsabilit6 de l'Etat en raison des
faits de ses agens est specialement et
uniquement encourue, quand les agens
de l'Etat, argues de faute intention-
nelle, d illegalit! de parti pris, an pre-
judice d'un stranger, sont soustraits aux
poursuites judiciaires par l'action for-

(1) La responsahilitC individuelle est Cormelle-
ment attached a toutes les functions publiques,
{ Constit. art. 40 ). A defaut de la loi spceiaLe promise
par le 2e alinea de 'article 40 de Ia Constitution
et quitarde a venir, cctte iesponsabilit6 est sanc-
tionnee par les principles generaux pos6s dans le
Coje penal et dans le Code Civil,


mell ou par l'abstention calculde d6s
representansde l'autorit6 ex6cutive.-Par
centre, les Tribunaux une fois saisis, on
retombe dans le cas que nous avons pre-
c6demment examined.
Cette formula, soumise au vote de la
reunion, est unanimement adopt6e.
M. le Secr6taire donne lecture d'une
lettre revue d'un correspondent de
Port-de-Paix.
Port-de-Paix, 16 Mai 1900.
A la Sociedt de Ligislation,
Port-au-Prince.
Messieurs,
.Ie viens soumettre h votre haute appre-
ciation une difciult6 resultant du rap-
prochement des articles 4 et 108 de .a
loi sur administration et la direction des
Douanes de la Rppublique, lesquels sont
ainsi concus:
Art. 4. < Tout batiment, soit du com-
merce de long course, soit du cabotage,
ou toute autre embarcationqui aura servi
a fire la contrebande, soit en recevant
a son bord des marchandises ou denrdes
qui n'auraient pas passe regulierement
par les Douhnes, soit en d6barquant de
son bord des marchandises on denr6es
ailleurs qu'aux Douanes dlablies, seront,
les embarcations ainsi que les denrdes et
marchandises, saisies et confisqudes, et
les batiments passibles d'une amended
gale a la valeur de l'objet saisi, si cette
valeur n'excede pas huit cents piastres.
Art. 108. Tous batiments taisant le ca-
botage sur les c6tes de la R.publique,
qui auront dte employes ou qui auront
servi t faire on aide a faire la contre-
bande, soit en denries du pays, soit en
marchandises 6trangcres, soit sur les
c6tes on en mer jusqu a vingt-cinq lieues
au large, seront saisis et vendus judiciai-
rement. Apres le prdlvcminent des frais
et des drotts dus h l'Etat sur les mar-
chandises on denr6es, la moiti6 du net
produit appartiendra auxcapteurs, l'autre
moitie a 1'Etat ).
J'aimerais bien savoir si, aux terms
de l'art. 108, un bhtiment d6aonc6 pour
avoir d6barqu6 des denrees dans un port
stranger, a plus de vingt-cinq lieues de
nos c6tes naturellement, sans que l'on
soit convaincu qu'il ait charge ces denrdes
dans un port haitien, peut etre saisi.
Agr6ez, Messieurs, ines respectueuses
salutations.
D. SYLVAIN,
nolaire.


.,,~di~.~l~L~M*U~N~ILljrPiJLrjVjmWNA~*Y~








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


IVII UUT; VI F I '.1 I I u:.I:l, 1:1 Ir ,U1141U311 Alii Ii IP, VI VF V VIA It AT! 1 1 'l i : 11 3 1 1 I I: rv I I,


M. le Prsident : Notre collhgue H1-
raux a bien roulu, A ma demand,
preparer un rapport verbal sur cette
question.
M. Hraux : Le corresppndant fait,
a mon avis, entire les deux articles un
rapprochement qui n'est pas dans la
loi: ii s'agit de deux cas distincts de
contrebande, celui de tous navires on
embarcations en general et celui du
batiment caboteur.
L'art. 10S, qui seul se rapport exac-
tement A la question pose, aggrave la
situation du batiment caboteur et le
frappe de p6naliles plus fortes que le
navire au long course, parce que la loi
lui conf&re par ailleurs des avantages
speciaux.- La distance de 25 lieues
don't ii est ici question, a propos des
baleaux de cabotage exclusivement, se
rapporte A la perpetration de la con-
trebande, et nona sa constatation. D&s
P'instant qu'une contrebande existed,
elle pent 6tre constalte n'importe ofl.
Or, pour qu'elle existe, il suffit que les
marchandises ou denr@es aient 6L6 em-
barqunes ou transborddes par le cabo-
teur, en fraude de la douanre, sur les
c6tes haitiennes ou dans un rayon de
25 lieues distant de ces c6tes.
Quant A la preuve, c'est une pure
question de faith. IL est evident que si
les 66lments du delit manquent au judge,
la contrebande n'Otant pas 6tablie ne se-
ra pas punishable.
M. Laforest : J'ajoute que les bati-
mens prtpos6s au cabotage, les sculs
que vise l'art. 108, n'ont pas le droit
de recevoir des denrdes ou marchan-
dises pour &tre transportees dans un
port stranger. Done le simple fait par
un caboteur d'aller debarquer des pro-
duits destines A l'exportation ailleurs
que dans un de nos ports ouverts, cons-
titue une pr6somption de fraude qui,
aprds constatation du ddlit dansles for-
mes M1gales, entrainera l'application
des p6nalites 6dictdes ci-dessus.
La suite de la discussion est renvo-
yee A la stance prochaine.
Lecture est donn6e du proces-verbal
de la reunion qui est sanctionn6 se-
ance tenante.


RAPPORT

A la Sociot doe Lgislation.

lMessieurs,
Je viens rdpondre A la question posee A
l'examen de la Socite de L6gislation:
Quelles measures doit prendre I'Etat A l'd-
gard des logements insalubres et des eaux
servant a I'alimentation publique ? Ques-
lion que vous avez bien voulu confier a
mon 4tude.
Avant d'en chercher la solution je me
fais cette r6flexion : administration fait-
elle dans notre pays tout ce que lui impose
la salubrit" publique? L'6lat deplorable de
nos rues, routes, places 1Ihli'ii'I,1 sans
parler des 6tablissements do stationne-
ment, t6moignent de l'inditffrence pro-
fonde avec laquelle on regarde l'hygi6ne
publique en Haiti. On ne sait pas ici pro-
teger la vie diu .'iiloii. ni in nager sa
sant6 et respecter sa liberty.
Si nous coiisid6rons cette indif'rcence
ou cette negligence que je vous signal,
peut-on demander a I'Etat de prendre des
inesures A l'6gard des logenents insalu-
bres et de donner dans de bonnes condi-
tions 1'eau qui sert A l'alimentation pu-
blique? Oui, nous devons, en y mettant
los forces nicessaires, essayer de rappe-
ler a ceux qui out accept la mission de
npus diriger lout ce qu'il-, peuvent fair
pour notre bien-itra, note coimmodit6 et
notre security.

Dans tons les pays'civilis6s la san6t pu-
blique a toujours 6et l'objet de la sollici-
tudo la plus grande de la part des L6gis-
latcurs, surtout cos derniwres annces.
Dans t'ancien regime, en France, on lais-
sait les propri6eires ,de maisons entiere-
ment libros d'en disposer l'interieur A lour
gr6 ; les. rIglements de police prescrivaient,
seulement d'avoir des latrines. Plus tard
on d6fendaitde gird..r aucune ordure ni
eau croupie afin que l'air ne fAit pas in-
fect.jd'exhalaisons malsaines. Des mesu-
res furent prises dans la suite pour It'lI:.'u-
lement des eaux. L'agglomeration des mai-
sons dans les villes industrieuses rendait
les logements ..,:al.,cx pour la vie-des







REVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISIATON


habitants ; les pouvoirs publics s'occupo-
rent alors do reforms pour protege le
citoyen: sur la proposition de Mr de Mo-
lun fut voitc la loi du 13 avril 1850.
Cette loi tout en laissant aux proprid-
taires qui habilaient leurs immeubles la
plus grande liberty, leur faisait certaines
injonctions pour le llogements qu'ils lou-
aient an public et prescrivait cerlaines con-
ditions de salubrit6 aux locataires.
C'6tait au conseil I unicipal qu'incom-
bait le devoir de rechercher ct d'indiquer
les m esures d'.i, iii--,.ila. ,i.
EnAlt. Ii- ri'i,., pa runeloi du29 Juin 1875
sur l'amelioration des logements desartisans
et ouvriers, it ,,~ ril ,'l aux autoniies lo-
cales le devoir d'am3liorer et au besoin
dodedetuire los logements insalubres pour
les remplacer par des logements saints,
dussent-eiles exproprier et conlracter des
emprunts ponr les reconstructions.
Dans d'aulres pays,qu'il s'agisse de mai-
sons de location ou d'habilation du pro-
pridtaire, aucune maison no pout etre cons-
truite ot habitue avant que le plan n'en ait
el approved par la police locale pr6posce
Sla salubrilt publique.
Messieurs, peut-on logiquement dans
1'dlat actuel de notre administration soim-
munale lui laisser le soin de la salubrite
publique ? Ne donne-elle pas I-.- x,.'i i, le
plus condamnable ? Considerez la salet6i
do nos rues, ruisseaux, places illiiq ,
marchds, don't l'entretien est confide au con-
seil coumunnal ? Si nous constatons quo
I'administration communal amnliore les
rues avec de la paille et des iimondices
d'ecurie, qu'elle fail des remblais sur le
littoral avec des fatras et des detritus de
toute nature, on ne pent scnsement luii
demander de s'occuper d'Ir,;iil'-. publi-
que. Si nous voyons administrations
communal, lorsque ces tas d'ordures sur
to littoral et dans la mer ont atteint un
certain niveau au-dessus de la niIIIvini
des mnarces, s'emprosser de fire des "ter-
rains ainsi forms pour los affermer aux
malheureux, on ne peut.lui ..iilir le soin
de surveiller la safubritc publique.
Ces quarters a fond de fumier, vYrita-
ble iou.il ,ni de culture, contiCnenut
toute une population A Port-au-Prince :
depuis le Fort Ste Claire jusqu'a la nue


Bomii-Foi, depuis la Rue du Bel-Air jus-
qu'au Foort Dimanche, ces quarters iu-
fects so nomiment Fort Ste Claire, I'Eau Ca-
re0co, les Pisquelles, et march St Louis.
le warff Bois B.anc, la Croix-des-Bossales
et la Saline. Bien que l'epidemico de la
variole en I .'ait rfit boanucou!pdol ravages
dans ces endroits, I'aidministration commnin-
nale ne continue, pas moins a marcher
dans les errements du passe; elle ne fait
rien pour aminliorer cus parties insalubres
do la ville. Si nous la voyons si peu sou-
cionsede la via et de la sant6descitoyens,
c'est a I'Administration Superienre a d-
tendre sa ,llii.ili; et sa surveillance sur
ce point. Elle doil former des commis-
sions I'HinLi'-i ., des commissions do sa-
lubrl ll' 'lI;' i. ,'' i signaleront Ic danger
partout ou ii sera, prescriront 1des me-
sures de salubrilt ct v'-,l-.cont A leur
execution.
Nous avons, on pnutle dire, d.ins le Jury
Mlddical Central l'embryon d'un conseil
consultatif d'hygiene publique, dans les ju-
rys nmdicaux des chefs-lienx de diparte-
nient des 61lments de commissions d'hy-
giene.
II
D'une facon c genralo, nous pouvois dire
que les logements insalubres, dans le sons
exact de co mol, n'existent pas cliez nous.
La disposition des maisons est t'.ii~ iij.]
boone et leur ventilation ou aeration assex
complete. LIeur inslubiirit6 vient bien plus
des lieux oii elles sout situ6es.
Ces observations : 1.1, ,i1 plosieurs
villes de la Rdpublique, entire autres Port-
au-Prince, les Cayes, Ie Cap-llaitien,
l'Anse-A-Vean, Petite-Ri viBre-de-Nippes etc.
Dans certaines villes, soit prejuge, soil
habitude, los maisons ne sont point pour-
vues de fosses d'aisances ; i y a un peu
partout des depots stercoraires,- 'air est
litt6ralement infect6 d'6manations mal-
saiies, surlout apris les pluies qui i'ont
pas 6te abondantes.
Un riglement d'administration publi-
quo serail de toute utility sur ce sujet.
Pourconclure, au point de vue des loge-
ments insalubres, il n'y a que des quar-
fiers ilasalubres et 1'administration su-
pirieure doit :lo faire proc6der a I'l'ssai-
nissminent des localit6s insalubres, mOrne







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


- - - - - - - - - W A IN


en prlevant certain droits qui entrent
dans la caisse communal (1)
2e Faire defense aux conseils commun-
naux qui font des remblais avec des fa-
tras et ordures de n'affermer des terrains
du littoral qu'apr6s qu'une commission
aura jug6 de leur etat de salubrit6.
3o Nommer des commissions d'hygiene
composers des membres du jury medi-
cal auxquels seront adjoints des citoyens
notables qui veilleront A la salubrit6 pu-
blique. Dans les localities ofi c'est possi-
ble des architects et des ingenieurs fe-
ront parties de ces commissions a titre
consultalif.
4o Pour les constructions nouvelles que
l'on voudra Blever, il sera ordonn6 aux pro-
pridtaires de les pourvoir de latrines. La
commune en donnant le recollement d'a-
lignement, veillera a ce que les fosses soient
dtablies; elle pourra fairesuspendre lescons-
tructions jusqu'ia executionn de cette pres-
cription. On pent exige" aujourd'hui quue
les latrines soient convenablement 6ta-
blies, ktanches et pourvues de desinfec-
tanls. Dans les localities oh on ne peut
avoir des fosses 6lanches, exiger l'usage
des tonneaux ou fosses mobiles.
5e Les commissions d'hygiene, eu at-
tendant I'dlablissement d'une police sani-
taire, sigualeront au ministre de l'Int-
rieur les measures do salubriled prendre
et celui-ci doit avoir des agents pour leur
execution; en cas de negligence il no doit
pas hesiter a les remplacer par des agents
plus aclifs et plus vigilants.
II est l souhailer qu'une loi soit prdsen-
tne au Corps Legislatif sur la Salubrit6
publique.
III
Pour ce qu'il s'agit des eaux, per'mel-
tez-roi dte resireindre cette etude la dis-
tlil!lii.iit de Port-au-'rince ; je ne connais

(1) ( Dans le journal des Praticiens du 7
avril 1900, No 14, il est rapport ce fait :
Le Gouvernement du Japon vient de d6-
crrter la destruction de la vlle de Teck-
ham ( lie Formose ) parce que les mede-
cins experts ont declare cette ville insalubre
A cause de son substratum de marais.
Un autre emplacement a et6 choisi pour
la nouvelle ville. Le.Gouvernement se charge
des frais de transport des maldriaux et de
construction des locaux de la nouvelle cit6.)


pas assez le systlme des villes qui sont
pourvues d'eau, pour en parler d'une fa-
ron convenable.
En nous occupant des eaux servant
l'alimentation publique a Port-au-Prince
un court historique ici n'est pas superflu.
En 1873 I administration des eaux de la
Capital relevait de la Commune. Vous de-
vez vous rappeler que nous yavions acette
epoque une eau fort peu polable. Dans les
families ofi l'on n'avait pas la faculty d'a-
voir un domestique yvec un ane pour aller
qu6rir l'eau A Turgean, on se servait de
l'eau de puits. Dans les quarters oil it
n'elait pas possible d'avoir des puits po-
tables, on etait forc6 de s'alimentor de l'eau
detestable desfontaines publiques. Co n'est
pas que les eaux de Port-au-Prince ne
soient de bonne quality, au con-
traire, mais le vieil aqueduct en bri-
ques de la Colonie 6lait bris6 partout et
la Communne ne so souciait pas d'y fire
des reparations. Considerant A un haut
point de vue le devoir de I'Administration
Superieure vis-a-vis de I'hygiine publique,
Mr le general Jli Lamothe, alors Secri-
taire d'Etat de l'Intriour, -nII.l l'id e de
relirer les eaux de Port-au-Prince du ser-
vice communal et le premier pensa A nous
donier une distribution d'eau A domicile:
il fit un appel aux entrepreneurs pour ce
travail ; malheureusement on repoussa l'of-
fre seriense que fit un de nos .iIi';l.,,,--
Mr Liou Laforestrie, ingdnieur, qui venait
de rentrer dans le pays, pouraccepter celle
d'un aventurier inconnu qui so posait en
hydraulicien et n'elait en some qu'un
plombier qui avait Iravaille ai la distribu-
tion d'eau de Kingston.
Mr Lon Laforestrie avait demand un
million de francs pour fair la captation
des eaux de Turgeau et sa distribution et
Mr Stevens seulement .49.s11 et quelques
livres sterling pour fire le mnme travail ;
le million de Mr Laforestrie elfraya et les
49 1iillo livres de Mr Stevens plurent
mienx.Les- operations do lacanalisation de
Turgeau commnenc6rentalorsdans de mau-
vaises conditions ; le contract ne fit pas
execute et voUS savez comment it prit
fin.
La distribution des eaux de Turgeau
cofla trois fois sa valour et nous fumes
forces de payer unc forle indemnity pour








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


nous d6barrasser d'une mauvaise ll ir ii .
que nous mirent sur les bras la concus-
sion, l'iguo: ance et la rapacit6.
M. Laforestrie eul en I '; l'adminiis-
tration des eaux de Port-au-Prince ; ii
ret-iii les conduites de Tiir ,' et prd-
voyant que celte seule source ne pou-
vait iiiii l'alimentation de la ville,
surtout pour une distribution a domicile,
il capta la source Leclerc, dite source Cha-
Tannes, dout les i213 appartieucont Ai Port-
au-Prince ; depais environ 25 ans, Les eaux
de la source Leclere no coulaient plus
pour la Capitale.
Bient6t fat ij.i/1il': l source des Si-
vannettes dite source Pldsance, dout la ca-
nalisatiou ost faite parties en ni:.icounerie,
parties en tuyaux de fonte : m. Lafores-
trie .uI ii il prendre encore la source
de La Co:lpe. (Les eaux de li CGupe, ain-
si que cclles de 'i.-- ,,, forment les sour-
ces de la -.h ,irwuoii.-i qui appartionneit
en entier A Port-au-Prince, en vertu d'une
nidI! ;wi ,, ,- des administrators de la Co-
lonie de St Domingue, en date du 10 Sop-
temrbre 1787. j.
Les 6veaemrenls de 1:'. ne per-
mirent pas i M. i. ir.i -ib; do met-
ire son project A execution et principale-
inent dle compl6ter son travail par deux
grands reservoirs don't I'un au Petit-Flour
et devant servir a l'alimeutation de la par-
tie base de la ville avec les eaux de Tur-
gcau, et I'autre prds du Fort Evcillard de-
vant recueillir les eaux de la Coupe et de
Plesauce pour la partie haute, le Pont-
f:o-11.-. ot St.-Martin. Dura t son trop court
p-...i-' an Minist6ro des Travaux publics,
M. Cl6ment Iaentjens avail repris le pro-
jet de M. Laforestrie: it fit faire des etudes
pour ie rAservoir du Bel-Air par M. l'ln-
genieur Burgy ; mais M. fTliiij-.n- venant
a laisser le minister on ne donna pas
suite a ce travail qu'il avait mis en train.
Port-au-Prince est pourvu d'eau
par trois sources, la source Cha-
vannes, dile source Leclerc, la
source de Turgeau et la source Pl-:,r1-.
Le bureau hydraulique de Port-au-Prince
releva du d6partement de ['lnt6rieur on
de celui des Travaux publics jusqu'en '1897,
poqune A laquelle le service ut .idlii,-
nellement rernis a la Commune.


Messieurs, sans vouloir critique la Corn -
mune de Port-au-Prince, nous devons re-
.:, ,,i, ili (qi'elle ne fail rien pour con-
duire a bonne fia ca service des eaux de la
ville, elle n'y apporte aucaue amelioration.
0:1 lui avail remis Ic service hltydauliqie
a condition de fire I'Aclairage doe la ville;
cette condition n'itant pas rcmplie, ii
importe que I'Administration Sup,'rieure
reprenne le service: des eaux de Port-au-
Prince : a moins, les revenues de celto
branch de recettes serviront aux repara-
tions de la canalisation ot A son entretien.
Les eaux de Port-au-Princa sont ldoe
plus purest, mais dans I'6tat of so trouvent
les conduites maitresses, au lici d'etre uu
i,;,.,,;, les eaux de Pbrt-au-Prince nous
mettent en face d'un veritable 1 iii -., par
lenr pollution.
La conduite de T, l- ii est encore pas-
ii..-, les eaux couleut dans des tuyaux
en fonte fermis, c'est presque line securi-
td. IL en est autrement pour Leelerc, pour
l'aqueduc de Plesance ; les parties en ma-
.'ii.'. i;,* sont soavent brisees par les rive-
rains pour y puiser de t'eau avec des seaux
d'1one propretl plus quedouteluse; d'autres
personnel s'y livrent a des ablulious. Dire
que ces eaux servent A I'alimentation du
rest de la population Dans les moments
de plaie, ces eaux sont polluIs encore
par des detritus animiauix, l vgtaux el dt
toutes sortes ; on voit alors tomber dans
les parties bris6es de veritables riviercs
d'eaux 1iii. qui tolt des depits dins
l'aqueduc de Pt6sance surtoul
Quand on 2.il dtes reparations ur-
iil,--i,. le Conseil Communal no pouvant
les entreprendre, on est contraint de oes
fire d'unn facon somrimire avec des bran-
rl:I-i.' reconverts d'un pen de terre pris
A mAme sur la route.
Si les mAdeciiis ddcouvrent tant de ma-
ladies nouvelles don't l'existence nous 6tait
inconnue, nele devous-nous pas A lamau-
vaise quality des eaux qui servent A notre
alimentation ?
It y a lieu done de refaire 'iiliir-'in' ti
la canalisation des eaux de Plesance et
cell de la source de Leclerc. No.u ne
pouvons reclamer cette infections de la
Commune ; ilt, ne peut la faire. C'est I'E-
tat qui doit la prendre A sa charge. Lo
Dpartement dos Travaux publics doit re-


V V I IIIA I ;I T IV E 1011111111V IIIIIII II I IHIII II 111 1 V 1. 1:1, 11 I II U III [:I CIVIC 1111; V IA 1111 1 I'Il111i11lll 1l 1111A








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


prendre le service hydraulique. Lo person-
nel lii iii:.,il est competent, il peut conti-
nuerA le conduire. maishors du contr6le du
Conseil Communal. 11 est a remarquer que
le service de 1'6clairage n'est pas faith, et
cependant tous les abonn6s payent leurs
droits d'eau. Sur co point la rigneur de
la Commune ne laisse pas i disirer, elle
supprime tout alounement en retard de
trois mois.
Pour notro plus grand bicn, l'Etat doit
garder sons son haut control les enux seer-
yant it 'alimenlation llili,.f- Non-seu e-
ment on .. i i beaucoup au point de vue
de l1'I) 1;,!1. mais encore an point de vue
de la s6curil : nous _. I-1i 1u,, encore par
1'eclairage de la villa, et il I -in 1il lelrd-
sor public y trouvera son compete.
BOUZON.
Arpenteur-gdomilre.
Port-au-Prince, 1o 21 Mai 1900.


Tableau rOcapituiatif

des lois volies par le Corps Legislatif
pendanl Ia session-de 1'.YJ' et classes
d'apris la date de leur promulgation
par le Pouvoir E6cicuif.

1. Loi du 20 Septembre 1899 qui rapport
cello du 10 decembre 1897 sur les obliga-
tions de la dette interieure consolidCe.
2. Loi du 27 septembre 1899, reduisant le ser-
vice des regimens, balaillons et coinpa-
glies, du ler oclobre 1899 au 30 septembre
1900.
3. Loi dn 29 septembre 1899, qui sanctianne
le contract pour 1'etablissement d'une fabri-
que de faience et de poterie, en faveur de
M. Fr6d6ric Doret.
4. Loi du 29 septembre 1899, qui autorise le
Secr6taire d'Etat des Finances A disposer
de la surtax,. de 25 olo sur les droits d'im-
portation.
5. Loi du 30 sptlembre 1893 qui agrandit les
limites de la ville de Port-au-Prince.
6. Loi du 30 septembre 1899, r6duisant de
20 olo les pensions civiles et les appointe-
mens des tonctionnaires et employs civil
cl suspendant le payment des subventions
pout contracts avec 1 I I..-- pendantla durde
de 1'exercice 1899-1903.
7. Loi du 30 septembre 1899, qui consolide,
apres vdrificatioon a approuver par le Corps


.,:..il:Lili les effects publics mis du ler
octobre 1897 au 30 septembre 1899, sauf
les frais de table des boursiers de l'Etat et
le sold dGi surjuillet et aoit 1898.
8. Loi du30septembre 1899, qui substitute un
nouveau mode de consolidation de la
dette interioure a cell de I'ancienne loi du
10 decembre 1897.
9. Loi du 30 septembre 1899 qui sanctionne
le contract tie Mr C. Vieux pourl'eLablisse-
ment d'une fabrique de bougies sleariques.
10 et 11 Lois du 16 octobre 1899, partant fixa-
tion duI budget des recettes et (du budget
des depenses de exercisee 1899-1900.
12. Loi du 16 octobre 1899 qui proroge pour
l'exercice 1899-1903 les lois des 27 et el 31
octobre 1876 sur la rdgie des imposittons
directed ct sur la fixation des quotitds do
I'impGt locatif et de l'impot des patents.

11 existe chez noul ne loi .,s-', ;.l
sur la responsabilitd les coriplables des
deniers publics. Nous la reprodnisons a
tire documnenlaire.
LOI
SUR LA RESPONSABILITi- DES FONCTIONNANIRES
ET EMPLOYES DE L'AMNI STRATIO-.

LE CORPS LEGISLATIF
Usant de l'iniatiive que lui accord
Part. 82 de la Constitulion, A vont d'ur-
gence la Loi suivante :
Art. ler. Tous les hiens, meubles et
immeubles des fonetionnaires et em-
ployes dte 'Administration ides Finances
et de tons coiptables en general, sont
le gage privil6gie de l'ECth, h computer
du jour de leur entree eni function.
Les imineubles appartenant aux fonc-
tionnaires, employs et 'complables sus-
parlds, du jour de leur entree en exer-
cice, sonl frappes d'une hypothique 16-
gale, encore qu'aucune inscription n'ait
ete prise.
Ndatinoins. il n'est pas ddroge aux
dispositions des articles 1865 et 1888 du
code civil.
Art. 2. Dans la quinzaine de la nomi-
nation d'un citoyen a l'une des charges
suivantes : Secrtaire d'Elat. Trdsorier-
g6n6ral, Administrateur des finances,
Administrateur des domaines, Directeur
de douane, Tr6sorier particulier, Garde-
magasin, Directeur de 1'Enregistrenent
ettous comptables, en g6unral, de de-
niers publics, le Conservateur des hy-
potheques de F'arrondissement finances


~(O~YII~UH*U16~.~00~BNUlltra~~r/~n~tr~C~ y: C 'L*Si~.~n/~~.~c~:~~_r.v








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


of il exerce ses functions, est lenu, sou-
peine de quatre cents piastre; d'amende,
de prendre d'office inscription hypothd-
caire sur tous ses biens presents et h
venir.
A cet effect, tout fonetionnaire ou em-
ploye sus-d6nomm6, avant d'entrer en
tonction, soumettra sa commission au
Conservateur des hypotheques pour tre
enregistre. Tout citoyen est d'ailleurs
habile requerir la dite inscription.
Art. 3. Le ministcre public, sous peine
de destitution et d'etre personnellement
rcspinsable, poursuivra la rentree de
l'amende etablie en article 2. Cette con-
damnation sera prononcee par le tribu-
nal civil, apres avoir appeld ou entendu
le Conservateur des hypotheques ; et,sur
la simple constatation du dcltaut d'ins-
cription dans le delai ci-dessus vis6 le
jugement rendu en cette matiere em-
portera de plein droit contrainte par
corps, pendant un an a trois ans, et exe-
cution provisoire sans caution.
Art. 4. Que l'inscription soit prise ou
non, elle existe par la seule force de la
loi, a partir du jour de l'entrie en ionc-
tion du fonetionnaire, employed ou comp-
tlble.
Art. 5. Dans le cas oi l'hypothieque
g inrale sur les immeublesd'un tonction-
naire exc ,lerait notoiremient les suiretds
I.1:i, 1.l, plur sa gestion, de l'avis du
Canseil des Secertaires d'Etat, le fonc-
tionnaire pourra, en justifiant d'une
nicessit6 absolute, demander que l'hy-
potheque g~'neale sur tous ses immeu-
bles soit radide sur telles de sespropridt6s
don't ii voudra disposer.
Cette radiation sera proononcee, s'il v a
lieu, par le tribunal civil de la situa'lon
des biens, sur les conclusions du minis-
tere public et contradictoirement avec lui
le tout comme en matiere somlnaice.
Art. 6. Le ministcre public pourra se
pourvoir en cassation, dans les forces
et ddlais traces puir le Code de procedure
coutre le jageinent qui ordonnerait la
radiation.
Le pourvoi en ce cas est suspensif.
Art. 7. Le jugmnijt qui ordonne;a la
radiation designera clairement, ~peine de
nuhlit6, celles des propridtes du onection
naire sur lesquelles elie devra etre operee.
Celuiqui requiert la radiation, deposera
an bureau du Conservateur l'expodition
(du jugement qui l'ordonne.
Art. 8. La radiation de l'inscription
opere sur un inmneuble non d6signe par
un jugement ayant acquis autorite de


chosejugde, est nuile de plein droit, et
le Conservaleur des hypoth6ques qui a
opDrd la dite radiation, sur les poursuites
du minister public, sera destitu6 et
condamnn h quatre cents piastres d'a-
mende et a des dommages et intdrts en-
vers l'Etat s'il v a lieu.
Art. 9. La radiation ordonn6e n'en-
trainera aucuns frais contre le fonction-
naire qui I'aura obtenue.
Art. 10. Les inscriptions prises en vertu
dtc Particle 2 de la prieente loi ct celle
resultant de l'article ler., conservent
l'hypothique et le privilege pendant tout
le temps que le fonctionnaire rest en
function.
En cas de admission, de destitution ou
de mort du fonctionnaire, les inscrip-
tions subsistent tant que sa comptabilitd
n'a pas dt6 vdrifide par qui de droit.
Art. 11 DNs qu'il y aura imputation
centre un tonctio: naire on employee de
I'Administration des finances, soit par
la clameur publique, soit par une dd-
nonciation en forne, son superieur im-
mediat dans la hierarchies administrative,
sous pine d'etre rdpute son complice,
est tenu de requdrir du minister pu-
blic qu'une inflornmaion immediate soit
ouverte centre le fonctionnaire on em.
ployd sus-parld.
Art 12. Dans le cas des articles 3) et 31
du Code instruction crirninelle, et
chaque fois qu'il y aura des in-ices graves,
le Iinistere public dcdernera contre 1'in-
cuilpe un mandate de dlepo t et requerra le
juge d'iustruction de proedder, toutes at-
faires cessantes.
Art. 13 Le jugs d'icstruction, ainsi
saisi, est tenu, sous peine de forfeiture,
de se transporter immndiatement dans
les bureau et autres lieux oh il pourra

constater le corps du delit. Si le minis-
thre public ne i'a pas dejh fait, le juge
instruction, en cas d'indices graves,
dcde:'-er ie mnci:lidit de dedp t con tre
i'ini.'alp ei conitre t)ons coux qui lui pa-
raitront avoir particip5 niu crime.
Art. 1- Si lin'-SiOl p o ses compilices
:'ltaient justiciables de 1.i Chambre des
ReptrcsentIo nts ou du ';.init, sur l'expos6
du ministire public, le Pouvoir IExcutif
convoquera mmnmediatement le Corps
Legislatif.
Art. 15. Si l'inculpd est dans le cas
d'oblenir sa inise en liberty provisoire
.sous caution, ii sera proc6dd a son dgard
contormrnent aux articles 95, 96 et sui-
vants du Code d'instruction criminelle.


al'1511001_0-1~ V dh~ Xl%~~R I I~








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Art. 16. Tous les fonclionnaires et
autres employs de 1'Administration, qui,
dans l'exercice de leurs functions, auront
fraud, soustrait, d6tourn6 on concouru
a taire frauder, soustraire on d6tourner
les droits, taxes, contributions, dep6t,
deniers ou effects en tenant lieu, apparte-
nant h 1'Etat on a la Commune. seront
punis des peines 6tablies aux articles 130,
131, et 133 du Code penal.
Art. 17. Tous les fonctionnaires et
autres employs de l'Administration qui,
dans 1'exercice de leurs functions ou
hors, auront, par suite de desobeissance,
imprevoyance, incurie on autrement,
lese, sans crime ni delit, les interlts de
I'Etat, seront revoquis de leurs functions
ou emplois, et seront de plus condamn6s
par le Tribunal civil au remboursement
de la some don't le Tresor a ctd l1s6.
Ce jugement emportera de plein droit
destitution du fonctionnaire, execution
provisoire et la conlrainte par corps pen-
dant trois ans.
Art. 18. Les coupables de prevarication
seront toujours condamnes aux restitu-
tions envers l'Etat, d6clares incapable
de remplir a l'avenir aucune function ou
emploi public.
Art. 19. La pr6sente loi abroge celle
du 27 Mai 1834 et routes dispositions de
loi qui lui seront contraires, et sera exd-
cnite aJa diligence des Secr6taires d'Etat
des Finances et du Commerce, et de la
Justice.
Donn6 a In Maison national. au Port-
au-Prince, !e 24 Aofit 1870, an 676me de
l'Independancc.
Le President du S&nat,
DUPONT.

Les Secretaires,


CAUVIN,


ST-Louis ALEXANDRE.


Donn6 a la Chambre des Reprisentants,
au Port-au-Prince, le 26 Aoft 1870, an
676me de l'Ind6pendance.

Le President de la Chambre,

T. CHALVIR9I

Les Secrdlaires,


EUG. MAGRON,


AU NOM DE LA REPUBLIQEE
Le President d'Haiti ordlonne que la Loi
ci-dessus soit rev6tue du sceau de la Re
publique, imprimne, publide et exdcut6e.
Donn6 au Palais National, au Port-au-
Prince, le 7 Septembre 1870, an 67fme de
I'Inddpendance,
Par le President :
NISSAGE SAGET
Le Secrdtaire d'Etat des Finances, etc.
V. LAPORTE.
Le Secrciaire d'Elal de la Justice, etc.
B. LALLEMAND.


Status
DE

L'Union international
DE DROIT ETD'ECONOI!E POLITIQUE COMPAlIES
de Berlin d !',iu.lll, la Sociddt de
Legislationi est affilie.

1.
But de 1'Union.
Le but de l'Union est de cultiver la
science du droit et de l'dconomie poli-
tique compares, d'etendre les connaissan-
ces sur les legislations et l'conomie
politique, de frayer la voie I un commerce
scientitique pLrtni les juristes et les eco-
nomistes des difierens pzys.
2.
Discours. Publlhl::;icint.
Une assemble aura lieu ;:,uli'. ieicl t
Schaque mois, dans laquelle des discourse
seront prononces dans le but don't il est
parl au par. 1. Les confIrences ainsi que
les travaux scientifiques des menbres et
ceux de la soci6ti designs au commen-
cement du par. 1. seront publi6s dansl'Ain-
nuaire de l'Union internalionale de droit
et d'economic politique compares a Ber-
lin -.
3.
Membres. Division. -
Receptions.
L'Union sera ainsi compose :
Sa) reguliers
membres b) correspondans
c) honoraires


P. MICHEL.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


11- ......... ........ ....... .... ... ..IS.l ll.ll.i.iS, i.-i- ..l.... ...


Chaque juriste ou 6conomiste profes-
sionnel, ainsi que celui qui a prouve son
interet pour les desseins de 1'Union par
ses eludes et ses travaux scientifiques,
peut devenir membre rdgulier.
La proposition au sujet de la reception
d'un nembre r6gulier doit etre prdsentie
a la direction. Celle-ci doit donner con-
naissance du nom du candidate, le plus
vite possible, aux membres reguliers de
la society. Dans la semaine apres la prd-
sentation, chaque membre peut s'opposer
par ecrit aupres de la direction centre cette
reception. La direction decide de la rd-
ception d'un membre r6gulier ou d'un
membre correspondent. Celui qui de-
meure A Berlin ou dans les faubourgs ne
pent pas devenir membre correspondent.
Ceuxqnise sontdistingus enconcourant
au but de la Soci6td peuvent etre choisis
par exception comme membres hono-
raires.
Les membres correspondans et les
membres honoraires out tous les droits,
mais pas les devoirs des membres regu-
liers.
4.
Fin de la quality de membre.
La quality de membre prend fin par la
deinission present6e a la direction, ou
par 1'exclusion d'un membre qui ne satis-
fait pas aux devoirs de l'Union,
Les membres qui n'ont pas paye au
moins deux fois la cotisation annuelle
peuvent i6re d6clar's dechus par la direc-
tion de leur quality de membre.
5.
Cotisations.
L'annde court a partir du le Avril jus-
qu'au 31 Mars. La cotisation annuelle des
membres est fixie A 10 (dix) marks = 12
francs 50 centimes. Ceuxqui entrent com-
me mnembres apr6s le i'r Octobre sont sou-
mis an payment de 5 (cinq) marks = 6
francs 25 centimes pour I'annde courante.
6.
Etrangers.
Chaque membre peut conduire aux as-
semblees de la socidtl des strangers, qui
doivent etre pr6scntes au president.
7.
IDir lion = : Composition. Dur6e
des functions.
La Direction se compose de cinq mem-
bres reguliers, a savoir:


1. le premier president,
2. Ic deuxieme president,
3. le premier secretaire,
4. le deuxieme secretaire,
5. le caissier qui est repr6sent6,
en cas d'empichement par un
autre membre de la Direction.
Les membres de la Iirection sont 6lus
pour trois ans.
La sortie de la Direction pendant la durie
des fonctions s'opere,d'apres lesstatutsa, la
suite d'une explication cerite adressde au
president on a son repr6sentant. S'il n'y a
pas de membre de la direction cette ex-
plication doit 6tre notifide dans une as-
semblie aux membres pr6sens. Si un
membre de la direction d(misiionne avant
le term. la Direction nomme une autre
personnejusqu'a la prochaine assemble
gdnerale qui choisit dCfinitivement un
remplacant.
8.
Droits et devoirs de la Direction.
La Direction repr&sente l'Union au de-
hors. II 'aut que les declarations qui
doivent &Ire valables pour 1'Union soient
faites par un membre de la Direction se
basant sur uu arret6 reglementaire de la
Direction. Pour prouver un pareil arr&te
il sutfit d'un certificate donne par le pre-
sident et le secretaire.
Pour que la Direction puisse prendre uai
arretd, il faut la presence d'a' moins trois
de ses membres. Les arretes sont pris
Sla majority des voix presentes. En
cas d'dgalitd des voix, celle du president
decide.
9.
Droits et devoirs du president.
Le president, ou son representant, Idi-
rige lesassemblces, convoque la Direction
s'il le juge necessaire on si trois membres
de la Direction ou entin si les 2/3 (deux
tiers) des membres ri-:ail-r le demian-
dent. II lix le tlemps et I'ordrei des as-
sembles, il convolque l'assembl e glnd-
r'-le, fixe I'ordre di jour, surveille les
publications privues ;ai par. 2. Le pr6-
sident et le secrt!in i, signent les proccs-
verbaux qui duivent ir rddig6s h cha-
que assemble, h chaque stance de la
Direction et a toutes les assenibles gd-
nerales.
10.
Assemblee gjenerale Convoca-
tions. Comiilieinie.
Toutes les anndes, rdgulierement au









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


mois de Mars, a lieu une assemblee g-
ndrale ordinaire.
Une assemble extraordinaire doit etre
convoquie si la Direction le juge neces-
saire ou si au moins les 2/3 (deux tiers)
des membres reguliers le demandent avec
un ordre du jour motive.
L'assembl6e generale est exclusivement
competente pour :
a) le choix des membresdelaDirection;
b) le choix des membres honoraires:
c) tout changement dans les status ;
d) la ddchargedes op6rationsde caisse ;
c) l'exclusion d'un membre ;
f) le changement duchiffre des cotisations;
g) une imposition extraordinaire ;
h) la dissolution de l'Union.
11.
Vote.
Les arrctis de I'assemblec generale son
pris a la simple majority, le changement
des status par les 2/3 (deux tiers ) des
voix pr(sentes.
En cas d'egalit6 des voix, celle du pr6-
sident decide.
Le mode de vote est fixs par le prdsi.
dent. Pourtant le vote doit etre fait par
bulletins ad hoc si an moins 1/3 (un tiers)
des membres pr6sens le demandent.
12.
Dissolution.
En cas de dissolution, si l'assemblie
gendrale ne fixe rien d'autre, les fonds
de la socicit ainsi que le prix des objets
de valeur seront constitues en don pour
la Bibliothl q-:e Royale de Berlin.
21 Fvrier 1894.


Berlin 29 Mars 1895.


13 Mars 1896.


CORRESPONDENCE.

Monsieur Maximilien Laforest,
President de la ( Societe de Legislation

En son H6tel.
Mon cher Pr6sident,
Les membres de la Socidt6 de Legis-
lation ayant admis que Monsieur Georges
Sylvain dirigat contre moi une attaque
personnelle dans la a Revue de la Soci6td )
ce qui est une derogation formelle aux
bones traditions de ce journal, je vous
prie de vouloir bien leur offrir ma d6-
mission qui demeure irrevocable.
Ve,:illez agree, mon cher Pr6sident,
l'assurance de ma consideration distin-
guee et ines salutations les plus cordiales.
signn) HIIRARD ROY.


Port-au-Prince, le 10 Mai 1900.
Socit1e
de
LCgislalion.
Mon cher Colligue,
La Socited de Legislation regretted qu'un
article insdr6 dans la ( Revue ait donn(
lieu entire deux de ses membres a une
poldmique qu'elle deplore.
Aussi a-t-elle, dans sa seance e de ejour,
refuse votre d6mission et c harg son Pre-
sident de vous remettre li pr6sente.
Veuillez agreer, etc.
Le P'r.dsident,
(Sign6 :) MAXIMILIEN LAFOREST.


M. Il-6rard Roy, memnbre
de LUgislation.


de la Soci`td


AVIS


Nous publierons dans-notre prochain numdro ine invitation au

Congres de droit compare ( Paris Juillel-Aoilt 1900 ) adress6e aux ju-
ristes haitiens par la SociWte francaise de legislation compare.


I_ ___ _II__I__IIXX____I__U___UN~%






REVUE DE LA SOCIIETIE DE LEGISLATION


Sances de la Socite.

N. B. A la seance du 28 Mai publide dans
la Ievue ldu 2 .luin, Ie nom de M. Poujol a
etC omis par erreur parmii les membres pr6-
sens :

Reunion du 27 juin 1900.

Prdsidence de M. Maximilien Laforest.

Prisens: MM. Laforest, Bonamy,
Sylvain, Dominique, Hfraux, Bouzon,
Lafleur, Poujol, Saint-RImyv.
Lecture du Rapport de M.M. Domi-
nique et Lateur sur la communica-
tion de M. Price ( question de justice
militaire ).
RAPPORT.

Messieurs et chers collgues,
Elle peut etre pose ainsi, la question
soumise a notre Socidte par Mr Han-
nibal Price :
Le replacement d'ofl'li e eI'un des
Juges composant un Conseil special mi-
lilaire, vicie-t-il, en droit, le jugemin nt
rendu par cc Conseil ?
Nous ne pouvons, d'accordavc M, Price
lui-m6me, rdpondre quoe par l'affirma-
live.
En effet,d'apr's l'analyse sommaire de
notre hIgislation nilitaire, c'est l'inves-
titure settle du President de la Repu-
blique qui institute les juges militairespres
les Conseils speciaux.
En I'absence de cette investiture prd-
sidentielle, pas de juges militaires.
Le serpent prktd par un o,'ich.-r en
quality. de juge nonime d'office, devant
le Commandant d'un arrondissement oi
si&ge le Conseil, ne peut, en aucun cas.
avoir la vertu de supplier la commission
du Chef de 1'Etat.
Aussi dans la pratique de proceder
devant les Conseils speciaux, l'Accusa-
teur militaire qui remplit l'office de
Minist're public, a-t-il pour devoir de
d. m:i.idI r toujours la premise de la cause
a prochaine audience, apres la constata-
tion de.l'absence de 1'un des juges.
Elle est, en consequence, heureuse
l'idee emise pa r Mr Price d'avoir pros
les Conseils speciaux militaires des juges-


suppleans coninissionnes par le Presi-
dent de la Rlpublique.
Celle creation de nouveaux Magistrats
miliaires obvierait, sans nul doute, a
l'inconv6nient du renvoi d'audience.
Passant mainlenant h la parlie la plus
important de la communication, olf est
appelee ioule l'attention des Membres de
notre Socidtd, nous regrettons sincere-
ment de n'6tre pas de l'opinion de Mr
Price, quand celui-ci, dans la reform de
la Legislation p6nale mililaire qu'il pre-
corise, demanded a ce que nos Conseils
speciaux soient organisms conformement
aux tribunaux militaires de I'Empire
d'Allemagne.
Quelque cel et savamment agency que
soit le role d'auditers pres les diffdrens
Conseils spdcianux militaires de 1'Empire
germanique, il ne pent etre d'aucune uti-
lile chez nous.
A notre humble nvis, les interols de la
justice sont suffisamiment garantis et dans
le r6ie de l'Accusaleur qni veille a l'ob-
servance des lois cl Imns le droit qu'a
1'accusC, (levant le Caiseil special mili-
; (ir, de choisir son d6fenseur ou d'en
recevoir un d'oflice.
Cependant, nous sentons, combine Mr
Price, que l'heure a sonne pour nous de
porter t l'ordre du jour de nos reformes,
cell de notre Legislation militaire, en
effeuillant au vent lespages draconiennes
de notre vieux code militaire de Geifrard.
L'Humanilt et le Progres le veulent
ainsi.
C'est pour nous l'occasion opportune,
si cc n'est pas sortir de notre modest
mission, d'appeler la meditation du Gou-
vernement de la R6publique sur le tra-
vail soignd et dludic dans cc sens, qui a
6tL, ii y a de cela que!cque temps pre-
senti au Conseil des Secretaires d'Etat
par d'eniinens jurists au nombre de
qui figurait le norm de feu Mr B. Lalle-
m11andl.
Tel est. Messieurs et chers colltgues,
le rapport ecourlt, (Iue nous avwns I'hon-
neur de vous presenter et que nous sou-
nettons a votre agre:,enIt.
P. LAFLEUR,J.L. DOMINIQUE,avocals.
M. le Presidenl. Les conclusions
du Rapport sont en discussion.
JM. Bonamy. II y a un cas oh des
juges militaires peuvent etre nommis
par un Commandant de corps, c'est
quand dans une troupe en march, il
se comment un crime on un delit. Le






REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Commandant du corps forme alors un
Conseil special militaire, mais pour
juger seulement l'infraction commise.
M. Dominique. Ce n'est pas le cas
pos6 par la communication.
M. Bonamy. Bien entendu.
M. le Secrelaire. La creation des
juges-suppl6ans, preconisee par 1'au-
teur de la communication et les rap-
porteurs, me parait bonne a recom-
mander,
M. le Prisident. Je serais aussi
pour la cr6ationd'un adjoint civil place
aupres de I'accusateur militaire et qui
le supolkerait en cas d'empichement.
M. Dominique. Nous avons trou-
v6 que I'institution des auditeurs civils,
telle qu'elle fonctionne en Allemagne,
dans l'6tat acluel de nos mceurs, ne
serait pas opportune.
La reunion consulted adopted les
conclusions formuldes par le Rapport.
On reprend la discussion de la ques-
tion posee a la derniere seance par
un correspondent de Port-de-Paix A
propos de l'interpr6tation des articles
4 et 108 de la loi sur administration
et la direction des douanes.
M. Bonamy!. La question a &t6
r6solue par nos colleagues Heraux et
Laforest A notre derniere stance. Elle
ne se pose pas en droit.
M. le SecrYlaire. Les terms de la
lettre du correspondent, quoiqu'ils
visent sp6cialement Iart. 108, se rap-
portent a un bdtiment quelconque. Je
crois qu'on pon rait compl6ter le Rap-
port en rappelant que quelque soit le ba-
timent on l'embarcation, il sera pas-
sible de la saisie, des lors qu'il sera
convaincu d'avoir fait de la contre-
bande, s'it en relevant a son bord
des marchandises on denrees en
fraude des douanes haitiennes, soit
en d6barquant de son bord des mar-
chandises ou denries ailleurs qu'aux
douanes 6tablies.
Avec cette addition on adopted l'opi-
nion exprimee A la stance du 28 mai
par M.M. H6raux el Laforest.
Le Rapport de M. Bouzon sur les
logemens insalubres et les eaux ser-
vant A l'alimentation publique est mis
en discussion.


M. le Secrlaire. Le Rapporteur
preconise pour les logemens, don't I'in-
salubrilt tient, sclon lui, moins A leur
management interieur qu'aux lieux ott
ils sont situes : lo. I'assainissement
des quarters reconnus insalubres
2o. la defense aux Conseils commu-
naux ( qui font des remblais avec des
fatras et ordures, de n'affermer des
lerrains du littoral qu'aprcs qu'une
Commission aura jug6 dt leur 6tat de
salubrit 6);3o. la nomination de Com-
missions d'hygiene formies des mem-
bres du Jury medical et d'un certain
nombre de notables, avec adjonction
d'architectes et d'ing6nieurs a titre
consultatif ; 4o. l'ordre aux propri6-
taires de constructions nouvelles d'y
placer des latrines 6tanches et pour-
vues de desinfectans, on desservies,
a d6faut de fosses 6tanches, par des
tonneaux ou losses mobiles; 4o 1'ex6cu-
tion rigoureuse par les agents du D)-
partement de l'Intdrieur des measures
de salubrit6 signaldes par les Commis-
sions d'hygiene.
II finit en encttant Ie voeu qu'on prd-
pare une loi ou un riglement sur la
sa!ubrit6 publique.
M. le Pr&sident. Pour plus de
commodity, je propose de commencer
la discussion par le second point : Ie
service hydraulique.
.MI. le Secrtaire. Le rapporteur
s'est limited a l'Ctude du service de
Poi t-au-Prince, ne connaissant pas suf-
fisamment celui des antres villes. II
propose de refaire la canalisation des
eaux de Pldsance et de Leclerc et sou-
haiterait que I'Etat prit a sa charge le
service des caux servant a l'alimenta-
tion publique en lieu et place de la
Commune.
M. Dominique. La question, telle
qu'elle est pose, ne rentre pas dans
les attributions de la Socidt6 de Legis-
lation. Je declare notre Societe incom-
p6tente pour d6cider de la canalisation
des eaux de Port-au-Prince. Nous som-
mes une reunion de juristes, qui s'oc-
cupe de traiter des questions de droit et
de jurisprudence.
La premiere parties du Rapport, qui
concern les logemens insalubres, con-


............... l~ ~ill1 1 1 1 .11 (111111..11.11..1 .111. .:. .111.1".:'.,".I" ...II." .. ..11.1.11.,.11.1









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


clu a une loi,'a un reglement, d'ad-
ministration publique, d accord !
Mais laseconde partie echappeA notre
examen. Tel est mon sentiment.
Mr Bouzon. II s'agit ici d'une
question d'hygione :je ne vois paspour-
quoi des juristes ne s'en occuperaient
pas. J'ai accept de faire une rdponse
a une question pose a la Soci6tc, c'est
avant de la metlre Ia l'tude qu'il fal-
lait voir si oui on non elle entrait dans
le cercle te nos attributions.
Pour ma part, j'ai dit mon opinion
sur la question des eaux de Port-an-
Prince. J'ai did oblige, de conclude
mon rapport dans le sons que je l'ai
faith : il y a lieu pour 1'Etat de repren-
dre le service des eaux de la Capitale.
Nous savons tons qucc'cst conditionnel-
lemeni que ce service a dtI remis au
conseil communal de Por-au-Prince-
la condition d'eclairage de la ville n'c-
tant pas remplie, 'Elat peut done re-
prendre les caux pour notre plus grand
bien.
Mr Lfleur. Jo c ois aussi qu'il
y a des questions de droit qui peuvent
so poser a propos de la canalisation
des eaux, par example celle qui a trait
a l'altribilion du service hydraulique
I I'Elat on A la commune.
31. Bonamy. Cc point est rdgl6
par la loi sur les conseils communaux
qui met le service des eaux dans les
ali il,'ilti.ini. de la commune.
M. Heruux. Nous l'avons reconnu
nous-mmines. Tant qu'une autre loi lie
sera pas venue en d6cider autrement.
la question ne pourra se poser.
M. Bouzon. Je suis d'avis que, les
conseils communaux 6tant maintenant
hours d'etat de fair la canalisation des
eaux qui servent A l'alimentation pa-
blique, nou, 6mettions le voeu de voir
rapporter le texte de la loi sur les con-
seils communaux qui attribue le ser-
vice hydraulique i la cominune,
M. Heraux. Sommes-nous appe-
Ids ia 6meltre des u(xi\ de ce genre?
Je ne Ie crois pas.
La reunion consulate decide que le
second point du Rapport ne rentre pas
dans t'ordre des dtudes autorisdes par
les status de la SociWtd.


Sur le premier point dlle dmet avec
le Rapporteur levoeu qu'une loi vienne
reglementer les questions so ratlachant
A l'hygiene et a la salubrit6 publi-
ques.
M. le Secrtcaire. Messieurs, en re-
passant dans la collection de notre Re-
vue les questions anciennenmet sou-
mises a notre examen, j'ai encore de-
convert pour I'ann6e 1896 deux Rap-
ports de notre colldgue Hdraux sur les-
quel aucun vote n'est intervene. L'un a
etd d6pos f la seance du Ii fdvrier
s'i:, ( Revue, 3e annde, No 12 ). It re-
pond A la question : L'elranger pos-
sede-t-il le dcoit d'hypoth~que en Haiti ?
-Aprds avoir ddfini le caractere spd-
cial du contract hyp ,lhecaire qui, se-
lon lui, constituerait plut6t un droit
de poursuite, ju, adV: remi, qu'un veri-
table droit immobilier, jus in re, le
Rapporteur reconnaissait a l'dtranger
l'exercice dc ce droit clez nous, lors-
quc l'!hypotheque sell de garantie a
uie creanie d argent ( argument tirds
des art. 491I da C. de Com. et 710 du
C. de pr. civ. )
Quant a l'hypotheque d6coulant de
certain droits incorporels immolibi-
liers, il ne pensait pas que l'art. 6 de
la Constitution quiddnie A l'dtranger to
droit d'dtre propriktaire de biens fon-
ciers en Haiti, a que!que litre que ce
soil, et d'y acqunrir aucun immeuble
doive avoir cet ettet rigoureux d'en en-
lever l'exercice aux strangers d'une fa-
Con absolute.
Notre collogue concluait i permel-
tre Aa 1etranger de fire valoir son
droit d'hypotheque, mdme quand ce
dioit no ddriverait pas d'une cr6ance
d'.i--t n ut, dans cerlains cas qu'il rcste-
rait a preciser, car lc Rapport n'en
cil qu'un, celui de 1'art, 823 du code
civil : 1'tranger lidgiltire de l'usu-
fruit ai temps d'un inmaieuble.
Le second Rapport, public dans la
< Revue du 2 Ddeembre 1895 ( 4e an-
nee, No 9 ) avait trait a une question
posee par M. Emile Pierre, qui, trou-
vant obscur le sens des art. 28 et 38
de la loi sur la pension civil modifi6e
en 1894, demandait a notre SociRte si
une interpretation de cell loi, tiree de









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


prdcedens administratifs, ne pourrait
pas permettre d'en 6tendre le bn-en
fice aux fonctionnaires. don't la pen-
sion avait 6td liquidee a la date du 10
aofit 1894 et deji inscrite au Grand-Li-
vre de la delte publique. -Non, rd-
pJ(ld le Rapporteur. L'art. 38 de la loi
du 10 aotit 1!I-I1 dit formellement:
(( les pensions acquises a la date de la
promulgation de la pr6sente loi seront
liqfii id :-. conformniment aux regles mo-
dificatives ci-dessus. ) D'ailleurs l'art. 1
de la Constitution qui limile la force
obligatoire des lois en g6ndral, ct cir-
conscrit leurs effects a l'avenir ne com-
porte d'exception, aux termesdu Rap-
port, qu'en faveur des lois politiques
et des lois interessant l'ordre public
el les bones moeurs. Les precddens
administratifs n'ont, dans 1'espLce,
qu'une valeur purement historique.
Ind6pendamment de ces deux Rap-
ports, notre collogue Louis Borno, a
la seance du 10 janvier 1895, posait la
question suivante: ( Un secr6taire d'E-
tat en exercise, auteur d'un delit,
peut-il 6tre poursuivi directement de-
vant les Tribunaux ordinaires par la
parties l6s6e, c'est-a-dire sans que celle-
ci ait A attendre le verdict du S6nat
ou la mise en accusation de la Cham-
bre '? s
Cette question vaut la peine d'6tre
discutle aprcs avoir Wtd remise au rap-
port.
Les deux autres pourraient dtre rd-
solues a notre prochaine seance.
La discussion des deux Rapports H-
'raux est, de l'avis g6ndral, renvoyde a
la prochaine stance.
(Sign) : M. LAFOREST, BONAMY,
SYLVAIN, DOMINIQUE,
HERAUX, BOUZON, LA-
FLEUR, POUJOL, St-RE-
MY.

'Veux ismi par la SociWi de Legislaiion
depuis sa foundation.

Determination dans le lexte de la
Constitution de la date precise A laquclle il


faut fire remonter le n riAl.l des sena-
teurs. (Addition h I'art. 48.)
Loi r6glant les f.r ii,' dte l:naturali-
sation et amendant les dispositions trop
large de 'art. 14 du Code Civil (promise
par la Constitution actuelle.)
Loi ',lii I toe mode d'expropriation
des biens immobiliers de la fermme hai-
lienne marine ia n stranger ( promise par
la Constitution do 1889. )
Convention a conclure par le .,i'\I.-
nement avec les Compagnies de navigation
dtrangeres pour prevoir los measures sani-
taires i prondre en cas d'6pid6mie. Postes
iil iiw -, diaablir i Il'entrd e des princi-
paux ports.
Loi r6glant les conditions de nomina-
tion aux functions judiciaires -t I'ordre des
candidatures ( promise par la Constitution,
art. 133.)
SLoi r6glant les conditions de s(jour
de l'dtranger en Haiti.
Loi modifiant I'art. 253 du Code de
procedure civil et fixant les dlais de
l'opposition en matibre de divorce.
Modifications au mode actuel d'elec-
tion desjuges des Tribunaux de commerce;
stage de 2 ans au moins dans les fonc-
tions de jnge pour Otre nommti Doyen et
de 1 an pour Otre romm6 juge. Dispense
de stage pour les anciens membres de la
magistrature et du barreau.
Plan d'organisation du travail natio-
nal
lo Creation et r6fection dtes routes pu-
bliques.
2o Creation d'6coles praliiques d': .i ii, 1-
ture. Chaires d'economie rurale dans
les 6coles de la Rlpublique, notamment
dans les 6coles primaires.
3o Creation d'ecolesd'arts et mntiers, d&-
veloppemeni des institutions analogues exis-
tanles ( L'Ecole professionnelle, devant for-
mer des mailres 6s-arts, la .I io,,ni central,
des artisans. )
4o Creation d'un Conseil d'agricltlure
souch6 au D6parlement du mome nom.
Missions des conseillers i travers le pays.
5o Perfectionnement do l'outillage ara-
toire, organisation d'un systeme de pri-
mes aux produils agricoles ot aux ouvra-
ges ayant trait A l'agriculture, a la suite
de concours regionaux.
60 Encouragemens A I'exportation de








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


tous nos products :,-'., ..,I particuliere-
ment de nos fruits exemption des droils
de douane pour les bateaux affeclds an
transport de nouveaux prodnits d'expor-
tation tels que les fruits, ou subvertions
aux Compagnies de Iransport.
7o Creation dans chaque commune ( d&-
pense obligatoire pour Ie Conseil conmmu-
nal ) d'un batiment de dpt convert pour
les decnres et provisions a .,1''l par
I'agriculieur ot restles invendues.
80 Organisation effective d'une gendar-
merie rural.
9o D6grivement graduel de nos products
a l'exportation.
10 Reforme de l impit. Elablissement
de l'impot foncier, saute exoneration des
propridtes rurales produisant des denrees
frappecs ddjA d'un imp!i'i. A I'exportation.
Confection du cadastre.
Modifications a introduire dans la ta-
xation des timbres mobiles et dans la 16-
-i-' dliii des agents de .*II mi, et court tiers.
Chambres syndicales des a::_:li do change.
( Revue, 2e anne. )
Loi rIglant la procAdure t suivre A
l'dgard d'uu accuse qui refuse de compa-
railre, on qui apris avoir compare trouble
i'audience au point de rendre impossible
les debats.
Loi tlendant le contr6le de la Chamn-
bre des complex el orianisant le contr6le
preventif de toutes los d6ponses publiques.
Rorganisation de la Maison central
en taut que maison d'6ducation correction-
nelle pour l'enfance vicieuse ou abandon-
n6e. Crtalion d'un dtablissement similaire
pour les lilies.
Rdforme de la police administrative.
( Revue, Se annCe N 7.)
Modification de la loi sur la press.
Renvoi an jury des delits politiques corm-
mis par la voie de la press ; delits do
press non politiques attribu6s aux Tribu-
naux correctionnels sans assistance du jury.
Reforme de la 16gislation des 'trau-
gers dans le sens de la loi de 1860 plus
favorable aux 6erangers.
Loi sur les Socidtis anonymes.
Adoption du syst6me mn;:riqnl


M. le Secrdtaire d'Etat de ITale-
rieur a bien voulu,avec sa gracieuse-
id ordinaire, transmettre a noire
Sociele l'appel suivant adressd par la
Socidet francaise de Legislalion corn-
paree aux savans el jurisfes de tous
les pays.

REPUBLIQUE FRANCHISE.

Paris, le ler janvier 1900.

CONGR3 INTERNATIONAL
DE

DROIT COMPARE.
(PARIS, 1900).

MESSIEURS,
La Socidt franchise de 16gislation corn-
parte a pris I'initiative d'uu Congr6s in-
ternational de droit compare, qui so lien-
dra f Paris, pendant I'Exposition de 1900.
Co Congris ne doit pas 6tre restraint
aux membres de la Socidt ; c'est nn Con-
gres ouvert. pour lequel il est fait appel
A tons cenx qui. en France come A 1'6-
tranger, s'intdressent aux questions de 16-
gislation compare.
II aura pour but, non seulement de
rapprocher et de metre en contact rAci-
proque des savants et des jurisconsultes
venus de tons les points du monde, mais
surtout de chercher a fournir A la science
du droit compare une formule precise et
une direction sure, don't elle a besoin
pour assurer son developpement.
Les buts assez divers, thloriques et
pratiques, que les promoleuri du Congr6s
ont pu avoir en vue, ont 6t6 exposes dans
un rapport pr6sent6 A la Commission d'or-
ganisalion, et don't les conclusions out 6dt
approuvees par elle.
On trouvera, joint A la pr6sente circu-
laire, le programme des questions qui
seront traitAes et 6tudiees, taut en commis-
sions sp6ciales qu'en s6ances g6n6rales.
La Commission d'orgaiisation du Con-
gr6s adresse un appol trbs pressant aux










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


savans et aux jurisconsultes *'l.i.ngii r-;
le succ6s de 'ceuvre qu'e!le entreprend ne
peut etre assure quo si la plupart des na-
lions dans lesquelles la science do droit
a pris un large d(veloppement, se trouvent
amplemcnt representdes.
C'est afin de facilitcr cc concours inter-
national que 1'on a fix6 la date d'ouver-
ture du Congr6s A la premiere semaine du
mois d'aoit, 6poque A laquelle les membres
des university et coux des course judi-
ciaires, A l'l1ranger, peuvent le plus faci-
lement s'assurer leur libertP, sans qun,
pour ce qui est de Paris, le mime public
special se soit dejA disperse. Le Congres
commencera le mardi 31 juillet pour so
lerminer le samedi 4 aofit. 11 tiendra ses
s6ances, tant dans les locauxde la Soci6t6
de legislation compared ( rue de( Rennes,
41 ), que dans ceux de la Facultd de droit
de 1'Universiei de Paris.
Un avis ulttriour indiquera aux membres
adhiirenss du Congris l'heure et le lieu d(o
la s6ance d'ouverture ; do mnmo qu'an
exemplaire du lKeglement lour sera adress6
au recu de lenr adhesion.
L'muvre A laquelle nous vous convions
es' une o'uvre d'aclualit6 scientilique au
premier chef ; iidiil .i:l'1:nl'. aussi cc peut
Otre une oeuvre de paix et do concorde
internationals. A co double litre, nous
croyons, Messieurs, pouvoir compiler sur
volre adhesion.
Le montant de la cotisation a ddt fix6
A la some de dix francs. Vous trouverez
ci-inclus un bulletin d'adh6sion que nous
vous prions de signer et do renvoyer 6
Al. IIRON DE VILEFOS-E,, rlsorier de
1'Universii6, 29 iA Paris.
To.t cc qui est relatif aux communica-
tions devra 0tre adress6 Ai F. DAGUIN,
secretaire irl'-:i I, 6galement, rue de I'U-
niversit6, 29, i Paris.
Veuillez I Mr.'-i. lessieurs, I'assurance
de noire ;ii:i. ,,i. lii, la plus ili-li .i'.
Pour la Commission d',i .- ii!- i i Ii :
Le President, GEORGES, PICOT,
Membre de l'Inslitut,
President dela Socict6de legislation compare.
Le SecrCtaire general FERNAND DAGUIN,
Avocat a la Cour d'appel de Paris,
Secrdtaire general de la Socitd de legislation
compare.


PROGRAMME

'Ire SECTION.
Theorie g6jnirale et imthode.
Ire QUESTION.
Conception g6nerale et definition de la
science du droit compared.
Sa m6thode ;
Son histoire;
Sa fonction par rapport aux differences
branches du droit :
droit international priv ;
droit commercial
droit civil ;
droit public ;
criminologie '
procedure civil ct crimi-
nelle ;
16gislalion economique at
social.
2e QUESTION.
Le droit c'w.o' '. et l'enseignement du
droil.
Seo QUESTION.
Des modes d'information relatifs Fa la
connaissance et A l'applicalion des lois 6-
trangeres : statistiqiies, communications
internationals, preuve du droil stranger
au cas de conflict de lois.
2me SECTION.
Droit international privY.
4e QUESTION.
Des moyens a employer pour aboutir A
une entente entire les .Iil'i.r-ns pays, soit
par voice d'union inlornationale, soil par
voice de traits particuliers, au sujet de la
competence judiciaire et de 1'execulion des
jugemens.
3e SECTION.
Droit commercial.
5e QUESTION.
De la situation juridique faite, dans
chaque pays, aux socitils de commerce
elrangeres.
Ge QUESTION.
Des moyen, a .mile..r pour rdaliser


1111111 1111 11l i~i/// iil 1111.111 1) 1 )1 11 I~l~il~t ~ l~ll~l 111.... ..........il1~ 1







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


l'uniformit6 des lois el ties usages en ma-
tiere d'elfets de commerce.
A4e SECTION.
Droit civil.
7e QUESTION.
L'6volution des doclrines et des lii .,
degislations en cc qui touche la theoric
de la Personnalite civil et son application
aux associations, 6tablissemens et fonda-
lions.
8e QUESTION.
Le l'"; i,-' matrimonial de droit conm-
mun : des difflrens regimes admis dans
los diverse Idgislations ; et de l'dvolution,
sur ce point, des u.,-,. et du droit cou-
lumier. Les tendances et les consequences
qui so d,' -_ .'n de celte 6tudo.
5e SECTION.
9C QUESTION.
Le gouvernement parlementaire : ses
transformations et son fonctionnement
dans les divers pays. La theorie du rdgimei
parlementaire, telle qu'elle se d1' i.-. de
l'volution comparative des institutions.
10e QUESTION.
La representation proportionnelle, ses
progres, ses rdsultats, dans les dilflrents
pays.
6e SECTION.
Criminologie.
'11e QUESTION
Les tendances nouvelles en matlire p e-
nale; leur influence sur le movement
des differents pays ; la part faite, on par-
ticuier, A 1'cole mixte qui voit dans la
16gislation criminelle surtout un proced6
de politique social, et que l'on d6signe
en Allemagne sous le nom de Kriminal
Politik.
12e QUESTION,
Les progrts du regime penitentiaire ;
de l'inlluence exerc6e par la comparison
des lois ktrang6res sur les modifications s
apporties au regime penitentiaire sous ses
formes diverse metropolitaines et colo-
niales.


CONGRESS INTERNATIONAL
DE DROIT COMPARE
DE 1900


RAPPORT
PRESENT A LA COMMISSION D ORGANISATION
Swtr l'Uliliit, le but et le programme du
Congrres.
Messieurs,
A unmnoment o l'oun organise de routes
parts de si nombreux Congres touchant
a des matii-res du domain scientilique
qui Eont depuis longtemps dcflnies et
precisees, don't les methodes n'ont plus
guere a soulever de discussions, et pour
lesquelles it n'y a plus qu'a aller de l'a-
vant dans le sens de l'orientation tradi-
tionnelle, il pourra sembler plus ndces-
saire encore de provoquer, entire savans
francais et strangers, des changes de
vues, et come une sore dc consulta-
tion international, en ce qui concern
les sciences qui sont en voie de forma-
tion, cells qui se detachent, chaque
jour, pour se constituer a titre ind6pen-
dant. Et c'est le cas du Droit compare.
Pendant longtemps on nel'a concu que
come une sorte de conslatation des di-
versites 1egislatives entire pays d'une ci-
vilisation similaire. Mais il est arrive tor-
c6ment que de cette constatation, et par
suite, de cette comparison on a voulu
tirer des consequences. L'esprit human
est ainsi faith, et c'est son honneur. II ne
peut enregistrer les faits de la vie social
sans se demander quel profit doit en re-
sulter pour le progress de la science et
celui de la civilisation g6ndrale.
La premiere application qu'on ait en-
trevue dans cot ordre d'idees est celle
qui itait de nature a se traduire dans le
lomaine de l'enseignement. Le jour, en
effet, oi I'enseignement du droit com-
nencait A se degager de la pure ex6egse
des textes, it deevenait impossible de ne
uas tenir compete, non-seulement Ides so-
utions differences qui, pour un m6me
probl6me juridique, se trouvaient four-
lies dans les diverse 16gislations, mais
iurtout des doctrines et des conceptions
cientifiques qui s'en dtgageaient sur le
terrain des theories, des systems et des
principes. De la diversity des solu-
ions pouvait ressortir une critique plus


I I I I I. II. I I . . .1 .1-.11.11-1- . .. -. -. I z I ......... ......... .... .. ....







REVUE DE LA SOCIITIE DE LEGISLATION


approfondie, plus pen6trante, de la loi; l'influence du droit stranger, estcelui qui
mais du rapprochement des doctrines et se rdalise dans le domain 16gislatif, par
des principles pouvait resulter, ce qui est voie d'emprunts volontaires et reflechis,
bien autrement important, une fusion des et d'imitations discuties, raisonnees et
iddes et comme un renouvellement de accept6es par la loi. Mais, deja, a nous
conceptions pour l'interpr6tation mime en tenir a ce premier point de vue, le
du droit national. droit compare nous apparait come une
Ces m6thodes nouvelles, qui ne pe- science nouvelle qui se constitute avec son
n6traient peut-etre qn'assez lentement domaine propre, ses lois et se methods.
dans 1'enseignement du droit civil, s'd- Car cc procede lIgislalif en suppose tui-
taient faitjour assez vite dans d'autres mime trois aulres qui, le plus souvent,
branches de la science juridique, cells s'appliquent d'une facon purement em-
qui touchent a la criminologie, au droit p irique, et qui sont, en ce qui concern
public et, d'une facon gcndrale, aux Ilesloisetrang6res, la constatlaion, lacom-
sciencessociales.Lorsqu'ils'agit, parexem paraison et I'adaptation.
pie, d'institutions politiques qui se sont On croit, en effet, avoir suffisamment
greffees sur le dIveloppement des Iradi- constate le droit stranger lorsqu'on con-
lions nationals par voie d'emprunts faits nait les textes qui le resument. Or, tout
a l'histoire de pays voisins, n'est-il pas d'abord, les textes ne sont rien sans l'in-
naturel de remoter, pour expliquer le terprclation ; et au point de vue de la
m6canisme du regime, aux examples quii critique 16gislative. l'interpr6tation elle-
en sont donn6s dans le pays d'origine? mer n'est rien sans les r6sultats. (e
Si cette mithode, quelque dangereuse sont ces derniers, en definitive, qu'il
qu'elle puisse ~tre parfois, est cependant imported de connailre.
d'un emploi force, n'est-ce pas une rai- Une fois cette constatation faite, rest
son prdcisdment d'en rechercher et d'en la comparison, c'est-h-dire le rapproche-
preciser les conditions d'application ? ment rationnel des diverse ldgislations,
De sorte qu'a ce premier point de vue, prises dans leuis formules juridiques et
et A considerer tout d'abord le droit corm- leurs rsultats pratiques, afin de recher-
pare comnie nmthode d'enseignement, il cher et d'dtudier si, de cette interpreta-
y a toute une serie de recherches qui tion raisonnie,se degage un type prddo-
sinmposent, en vue de preciser la partqui minant qui puisse servir de module, au
doit lui 6Ire faite, mais en vue surlout moins approximatif.
de determiner a quelles conditions les Mais toute cette analyse n'est encore
consequences qu'on pent pretendre en que purement ilheorique ; et, si le 1dgis-
tirer seront ldgitimes, et sous quelles rd later veut faire oeuvre utile, it doit se
serves elles se trouveront justifies. garder de transporter ainsi dans l'ensem-
Le domainede l'enseignement ne tou- ble du droit national un type d institu-
che qu'aux questions de doctrines : mais tion pris sous sa formula abstraite ; it
il n'y a pas de doctrines qui ne tendent doit I'adapter aux traditions des pays.
a se traduire par des rdalitls et h se for- aux moeurs surtout, aux conditions de
muleren solutions et en rCsultats prati- races et de milieux ; et si, pour cette
ques. De sorte que la science du droit adaptation, il est diilicile de tormuler a
compare, apres s'itre pr6senlde sous son prior des lois g6ndrales, il pent 6tre ex-
aspect th6orique, come methode scien- trimmeent utile cependant de s'6clairer
tiigque d'enseignement: se revile sus un par l'histoire,et d'essayer, en se reportant
c6te pratique d'un intirEt considerable. a curtains exemples d'imitations un peu
I s'agit en effect de rechercher l'influence hativesetd'adaptations purement factices,
que l'lude, etl par suite, la comparison de dlI liIir quelles conditions les con-
des lois etrang6res, peut avoir sur le de- clusions-fournies par le droit compare
veloppement di droil national. lui-m Ime peuvent penetrer d(finitivement
Celte influence peut se traduire detrois dans le droit national et dans la vie d'un
falcons qu'il imported de distinguer, si l'on people.
vout se rendrecompte du rle et dela one- A c6t6 de ce procddd purement l6gis-
tion'du droit compare, et si I'on vent latit, il en est un autre, plus inconscient,
surtout rechercher les mdthodes ration- plus imponderable peut-6tre, mais d'une
nelles d'apres lesquelles cette influence application p us universelle encore, c'est
dolt s'exercer. celui qui se rdalise par voie d'importa-
Le premier procede, et le plus simple lions coutumiires et doctrinales. En de-
d'ailleurs, par lequel puisse se traduire hors des emprunts accepls par le 16gisla-








REVUE DE LA SOCIIETE DE LEGISLATION


teur, il y a ceux impoi par les usages in:,ii\L In n plus n,.ral, qui, sur cer-
et par les moeurs ; et les i meurs devan- taines matieres faisant I'objet des rap-
cent les lois ; i y a 9eux don't ii 6tait ports universels des peoples et des in-
qluei-liioi aI 'pr' p le 'enseignement, et I .ii'iilui et se refdrant plus pa -iriculi'lit-
qui r.zsulent de la fusion des doctrines. mient a la question des c-haliig, inter-
Ce ne sont ih sans iloute que des faits, nationaux, amenera insensiblement les
et des f-its iiji lelbvent plut6t de la so- 16gislations on 1.-- c inliin h s'unifier.
ciologie encore que du droit. Mais ii au moins p.rtlill.: min, de facon a for-
arrive un moment ou ces faits se tradui- mer, par delh les diversites -n liion:lI.--.
sent par des procedds- juridiques, car une sorte de droit communde I huianile
I'inLerplt:lliII judiciaire ne peut rssis- civilis6e ? Dans quellemesure cc mouve-
ter longlemps' h la pression des usages, mont existe-t-il ? Dans quelle measure est-
non iplus qu''i la rigueur des doctrines; il possible, et d'apres quelle oriril.-ilon
el c'L.- a'iii que, sur le terrain de l'in- scientifique doit-il Mtre secondltou limit6?
terprttation du droit national par les Autant de questions nouvelles pour, les-
.ribunaux, ii se fait unle ;ilapttli'in 'des quelles on ne peut avoir, assurement, la
doctrines qui, loin de deri v r i,- I: lettre pretention de fournir une rcponse f.rii-'e,
dyie t.'\ies, se present come une evo- mais au stijt i.le ii'uel i iimporte cepen.
lution des textes eux-iniimiis surleterrain dant de rechercher des mnithodes d'in-
du droit compare. ~tisl.liiln -,uireli et d ilinllter les direc-
Dans ce donmatre, a ce point de vue, tions qui aideront h la'solution du pro-
iln'y a plus a parler de constatation, de blWme.
comparison et d'adaptation ; car leder- Tels sont les different points de vue,
nier terme de cette ,an ilse le seiul qui et coinme les an..les diver., sons lesquels
traduise le r.sIlt.il final, f'.d.ptlalon, est doit etre envisagee la science du droit
cense ou presum0 nivii~a. : -[In ql ueilioii compare, si l'on veut arriver i en d6linir
se pose sur un anire lerr;in, I.-clusiv\e- 1'objet, les conditions propres et les md-
ment juridique. ctclui de la leLgilimil de thtliit.
Pinterpretation judiciaire, en ti l qu'elle Sur tous les points, rien n'a etc fait, on
coniacre. a in-i les r-isuliala st:iinliriutecs h peu pros. Les nombreux et inmp.rl:lnts
et pratiqui-s. presents par la couture travaux qui existent sur cette matiere ne
ou pep.ires par la doctrine. se sont places jusqu',alrs qu'a deux
A ce point de vue encore, ne peut-on autres points de vue tres dif.'llrens de
pas tirer grand profit de l'histoire ? N-tre- rcu\ qui vienient d'lre indiqus. On
ancien droit a vu se former, en presence bien il s'agit d'lludes de giklations Wtran-
de nos d'versites coulumii-'re.. une sorle gores, sans que la uoiiiip:Jrjison qu11 s'el
de droit comiuniiu subsidiaire, accept6l dIg.ige soit autre choe qu'un simple rap.
come ayant uiie \ileur juridique ; et prochement, ou une kimplie ,i xiapositlio
l'Allemagne, dans I enchevelir-menl de ir'inslitutiions. et s.ans qu il y all la moin-
plusieurs legislaliiins codiliees r hlsai I dre lentalive laite pour pr .-senilerune ana-
aussi, avant son nouveau Code chiil, une I lyse des lois scientiliques qui doivent
sore d'unite doclrinale. qui se Iraduisail, presider I eelle cornm liaison, ou -i celI-
en pramtlue, par voice d'inlerprnlation ju- sorte de pinet ral ion rt'clproiiot. Ou bienl
diciaire. De sorte que, la encore, I'his- et c'est surlout le cas. il s'agil de Ira.vaux
toire peultiou', prts.enter certain pro- historiques appliquani :t I'ttude du pass;.
cedds d interprelation juridiqte dont la rggle -,i pr eieuse, inais si delicate, de
I'applicalion. au Inoins iiodere,. et faite la m6thode comparalive, sans que, de
avec beatcoup de reserves I reserves qu'il cette reconslituli o de cc qui a etk, on
s'agirail de reclherher et de forniuler ), cherche ;i deiluire les lois qui doivenl
peit n'itre pas en conlradiclion avec le ipresider A I'tvolutiot de ce qui sera.
principle mime d'une legislation Lcodiliec. 11 est done vrai de dire que, si l'on se
Heste enlin le dernier procedd par le- place non pas au point de vue sociolo-
que! peut se traduire cette influence du logique toi historique, ianis uniquement
droil lIranger. Apies ls les lois et api au point de vue juridique, tuut est a fire.
I'interpretation jLudiciaire.considerescom- Et alors. n'est-ce pas le cas, A I'occasion
me inslrutnent de penetration rcciproque de ce concourse amical ds peopless les
des legislations les tines par rapport nux plus divers. d'essaver de soulever, dins
aulres, viennent les enlentes internatio- ce domain el utr Lous ces points, Iquel-
nales, laciles ou expresses ; en ellel, ne ques idees nouvell s, d'eclanger quelques
pent-on pas pressenlir a cet regard un propositions, de poser peut-etre les pre-








REVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISLATION


Iniires bases d'une science don la nPHI
cessi sc lait peun i pen recoi nitre RA
A cole des ides i e des thtor;es. il v
nura lienu aiie-,n,.'nl de projquer (des )DE LA IDEMIOCRATIE IIEPILSENT T1I E
nciloens c-l dtes procedds lnoiieaux d'in-
vesligalion juridique de pays ii pays, de Hisloire el Principcs.
I'acilit r In conlli issance sI o11 des lois
elr;.i ngeres. ce Iqui tsl tn point ;I peu press PAR M N. J. B. LO,'IS.NVIL.
acquis. nni- de leurs rei-ullals, ce qui atn
fond, importe le plus, et de crder entin --
co011inme des inllltri ll llentls d'il-Iin nge scien-
tilifqu s. en B it dc-res re hrcl s re proquei .' i -..i r .I. B. h-,i ;:iin il, ;iil;iili tPr,'-
el inlernationa le it liirc dans le domain l .e--w l ir :tl iin dili 'i:-li.r lni Lv',mt do
du droil. Ir' l-a; i-'iini'. ,1 c l.i r.i-itlnse allen-
An.isi, l'e i c|c pns setul-menil un moui li ii ;iiliiest l' $i Iil [_\- i f 1 II lII I' Fil-
Venlll nt d ihes h+ nature 3i Psqotli" deI I |ll,|,i d,1. Sol-n .I l ii.'ri r 1.111 I'' -.'- ., I, i
celle cola r.lla r tioln com mun01-I i i le c s ,tn ,,,t'' lic r l,. su liv., hisl ire ,.l
ichlianoes inlerlnaionaux que nous avons
en x..i Im a-i aus i. el surtoul. Iout e une Ill i'i -P's.' ,JtIsjtl'i II t'se l, l ji., sitl-
s -i-e die ini uir.-s di'unc ai pplic.;ltion p i-ra il s'1 il Il 111 1 'i uill i' le
lique et iin ledl i ile, dII.,nl Ict he.oiii coin- t_'l"'il Iilil' ll, li h slolihlln). i qll .i |i. '-
Il Ll 1 t l'ii uni l:ersell n eill sentil. Ii it'I' i ri S orii; l ll jl i .I '' dIL' I
Si nous V'ouliiiis ri -unier Ioule celle si '- lIl'l- --. oI ,I I fI i ]l kliiitll.1i- 1. Oi l ; :iit
lite i u'ohserv: ilioi ns, nlIIus Io lrlOil S classer ir i i'lil s'i .i_'iiiJil IJe Itei il" O Ills ia '-
:;insi les Iunils a-scz divers, m iia s tiespi-r cis, i:il\ i ,: ''tll!: l hi ,ii'r i i l i, ,Iti, I',1 t1,
qu iln Congrl's Jd droit complex devrait ,i.,_uir ,|r1 I1'.;imr: pI1.ir e '.-n. :rI !i.illsi
; Ioi- e C i vt l -. ic-lsiive ., Ii iia pi;ur ti l'nir inill',s'ibll e
lo An point do_ vute de la conception die i S ill
la science du dioil conmpare.i dctinir .i *, .s livi S..
d apri's- quelles iNiin hodes il v ani-ail lie ili,1 r lu'iu l Oriun'il- ill:i hle;ll lln swS. I'r-
de proi)eder au i trois liunclioins iqui n in ll.ii,.i \.- rs It- scihn'', i:..lilin-ilUs. CO
consliluenil 'otijel prolpio. el qui sont, Il'i' I s nI l. f i i u11.1s o'n ipliltiironis.
par rapportl nti\ di,. -ises o legiislalions en lili'i.it l iliss l t- i il lo h Ii i ui',il ir i'r par
preseiice. In ctoillsl:N liuion. nl coniparaison l .i Ic i 1ni111 i ii. :s diiscL sioSi sll habii-
1 I 'a.aplalionl. luellPs.
(2o uI l points de \ue doclrin:al, ipreciser Les Il l ix ol I-
Ie 1r le l du droil coli1p.lr', commlle m tllhodte l-t's i s nT-leiit ei x ii sl [nu-a
d'elnseigineinunt. jiI.'' I11ls a i l1 Il i i,.r i Oll le .'i lr1ill-
30 Au ptOiil tie t le dC-s solutions juri- L'tul' iP n 1'1: g; -ll'iilis i 11 '-. I eill'fi' ti ll
diliutrs, clhierher ans quelle inesure les -l n son ii ri'. lite 1:issr.' ntl |is. lie 'li Ir -
conclusions liredes dlu Idroit compln ar-e pi,.u- rIu l- i-r .. 11. [itl lilltil Illn tL ll:in di-
vent ei l tdoixent -ire itliliei; ,s. soiil par voice l ut l ti ln, 1 lil 11. iii l'.' rl i i.' ul r cl tie
legislalive. sit pa.r vuie conluinii ro et hilil i ,J;n il r il it P\t..It lenie~it Iles ItP-.-
doctriciril e se Ilr.dluil.- ,in par It procedlt e Ii,,,s pli-'te-s. L'.ii.INv t 0 Co ipOll,i lIr,>is
tie l'i ntrpri alioni jud .icn aire. soil lpar \oie -1ilis. 11i s lit biein trl is eluI- lis-
d'el-ll ile inlorn alionale. ii ,ijs m t n nru li*
-lo AL point id vuet d la pirali iue s ti'es, llrunls stilS i l.*m i'lii q E' .
affaires, clih rcheir el origaniiser des liovenis l- i pI't'llhtt' Iua''lii l I'til 'ihlefile ili
d entente pour I'inlorini,Iion et li con- a;i (lIn! 'c' -.ililti'oni l i l .1 i !ilir;il; ri-
lnaissance tid d ro l r.iiiger. v'illUi l;iai s il-,,11lih ,' I. i t'LIll ie' l.oliti'Uiie.
'Telle soutl ls raisoni qui -nots ont L.I Ir'ii- iiin ,i ui p rl e' e t soni -liltrL :
par1i ,uslilicr 1 organi nation a Paris pour I, Ic'oitn -n Ii itliliquo ot 1 i111j lue',s g'runljld
Sann ee 1911( d( ii' C iongre's de droil comn- Mini-tlr, itle lilnii: ces I,. ''esi qIll'lu' cf l-
pare. Ce sera I'hoiin tin r de la Socile le,lion d_' noltij-,s liot.raphi|ii'IS. Sully,
riit:lanise td. L gislaiion culinp:r'e den .olbil l m l ilahin iitt ii'n d _ll .il 'u l,
avoill eu I'idee et tl'n avoir pris I 'ini-
lialive. Extra// sl'1 qui, Slvn In pronlwsse Ittlilteur,
R. SALEILLES, corlpie'll ,i dix portr;ils dijs une nou-
Professcur i la Faculte dc droil ltJ I'Untm'crsile; lle dili n.
de Paris. I On peril tii pen tie vuo, i' Iravers cos







REVUE [)IE LA SOCIETY DE LEGISLATION


1 s i. ':rli ai'itis" lf ji ti. iIl.iiit -
ii i lil li ii il i i'.. iill. l. lI I 1 It i l-
I [li l'ill I .lle i. LI I i i ll l 1:- tiisl llti i' II i l II--
li ll huli 1c Il'l II 1 )111 1i 'c. 01 1 i l m-'li. 'rl,-.




IIt ii lilluiil ii. i f. [ lil i 'i!11; i ii cI1i iii iI
Il';l ,,ll'l~'i; 111~.I":. I ,,r I' b111\' 11~"","'. tll il,,1,

fLUi II ,111 1 1 vi ,- '. l i lo tl li' ,ilu t,' 1 -I]
yI j li -g *li l l % -i ;il lie Il U lli i.fll I l jiIlr -
illl:si. ll il [11 l l 'l i I' liil l l ll i l i'. ,-
1 ,I'.-I I11 [ n ,l ,ll l|.- l .l ll\li, I |_ r :- iljill, U. i l I








'I? *[li.cli 'iI U ii i; pii 'i ssP u [ '.tlu j0 tlritittsr-
s ., lal0' Iri h C s Mis 'llv t .. 0 I% llr.hil'l -
liti n il r l i..ii .i l 1'e t ilI' r .1 Ilor .





Sll'll Ilrl l'l I2 i. l li_-lt Ill's ll lt 'll I l l OiN lli -
\e reli! l l I ,li sl l.|i I. ili.s\l ai lt l i tissue


niall lie u 'is IIl vtI.e |-.r1i. l'i\ Ii. il ll .' i'l
\ ie l li |ll i ,lo ,ul ie nll.,. d oli: ,' .- ll-. ,, l





iilis ili ll i t liil Itl i' l l ti 11 l i'i : 's ll ) :i el: l' l
tIo'i ? I li'[ i ll-rI a I f-, UIinv ; rel'.

'i; ,Ii :' i ii.~ii1 'lii ,i.r il i s i miids' s iiir ,, ,-
diiin i-i u Ill t i lle ii n llu iillrs cl \.Iell IlIn .4i ip lilm -




I i' flle li l l elt ;.Illl; i I l h l.' Illili. il I.,1 -
peunl ljoij 16,urs t'elle ,h:.e ,Iiuner ,iin_, oar-
ri.iiis-tl n cr i i l';:d C iille hi lil, rlen et I'icli-
\ilh i d, ptl-. Ui,'lill;'?5.
oi.ce llmt lnl i liue : sru till'.' itlle I .;ld llsi I-s





alcuii ? des obrt .u-i is l a |is i I illl;i ls I- cilio -
ue i.,:lui s ll'rivip t ile i'etI l e iie s in' lit linus
I:noilii l es_ 1 ?t t I .ilio IrCitn ll is ri',i olllii ll0 i -'

i.'.si t poiir ;li)ir i-?nI lrs I 'e 'lds ilihidlre
de iL"'-'li..er OU l'iaii,',, r t.',.-16 a lib Ip rillle i -
Iii le i.|tie 'ro Stilll' i nil i, i F',' l li i'
hionunes polilirtues I, tii'ren ,illns le vide- !
C'l-at ['our iivoir i_', touiours iJl' ,liqu ;iu
relo.urs ie ci's pri'iiip,:^ quh nllir? el:d-
blisi nement politique et l eni'o':re, \alli_'. plusi
lie 0 a) ns, r si g ernl'lleh enl insl-ble lioulit
roles.er |lilt. to t l n i i pI;i.s poiir le
ieiux sous e n il ur le, m ll '.II- Is r ll., I -
ciherclier la '.u.I e l i-il- a.le al ils el iotre- '
iillhotn Osil 1n prIU'.ie, el cell, t 'Ellln_ aEi ir--
;ue, l'al|leler de sol w rai nomn, I'enmpi-
rism. e poliltlue ; proclhniier ,.[u'il y a porlll
noire til l dU es iiesures tile l[ri\ .-il lce u ls
prenidre, qul'oin I'llri'; i r l. In.iil d>:' s. l -iril
et de- dUrable, tlint qtu'oln nii les aiilr', pa' -
priAses ; r.nppele'r que dla ll s l .|iqueilions
de cel orJl'e, loule eeneur, toul dilratul dle
calcul des goiiverlrnis a son c-Ontl'?-cinoup
dlir.-rl s.ur I'fxisleii,'e mialt_>eri,:,ll, di plus
humble lles governs. el qu'auci1n de
ulIlous U' done le dro-il de s'en ddsintleres-


'i;. I.'lr l l 'l lliill :; js ri 'l i : i' s I' I'i'l'lll 1 :'.1 IL
'ii: .I II I .' .'I I I Iii ll l '. i
S 1. ip t ii t' li l ,i 1 4 :'.il .ih llui lilUlcii .'t ,, I t
N I. I it \ I | lll 11 li dill!, .I'll[
I l iii ',. _'i ril, sl l'iie .110'. 1h'l.1' Ii.? i' .ils
It's'llit' 1 i; i 1iii. I I rils R ia l 11ili sl i 1111 1i -
l .'. 111_' \ ll ,,, [ .] i li I, I l. ,\|' .I l l. -.I I li l ,IIII


. \ I.'i' I- I I, il | i. ~ll 'i Il' i ll s ; i III lli'il i; p -i



r : 11 : ; l lt 'lil. i\ i1 I; 11 i. iin 11' il ii 111' 1.i1i
I, ~( h I.'i llhlliil l', l 'll. h il l, lia.,i l


Iii'~ Ii-l in il I ,ons||iLioi. l














tille consulion i'si El otI
,, n e ;ii rlei Ill'l II ilr tillie j lil l i illt
t[rilq u i i cohi.iu, e l .'l s i, l siI'. l I'i lm-














\11arailc qo'e Ill se mutidri e a in dtiei ppe-
mi'ill des i ibll iil l*i l .,l il 'le s i11i ,- l ul ilq










g rni cs qn'elh, ltls c ,io i',-. e ilie ii-
cierun s1ili inene sdir a 1, s nilrurs
pall i\r e i Is Iills lesi. 11 i i.e i n i it iii n-
Inr iiie. irr t'ih lin li ri, I ln rg int .' Ini e











tonics Ies? inii'ilieostiions publiqucs. in|)
'uslge ilu'on in.ullli, elk o ile siul i-
voill ni;ili' ver I i i Ln ;i .t I'rilsta.?i e
ri i.eI pliuliirte, rci lite SI prol I ls. lI
trieninroral ci. niaI riel lespril ein-









dspcndunc' qul se drunu Iinus lie F1ulion
ETri les mnlrac'llrs liniiles s'eone e
I'aeltion Reste la (lonsetiluiion.
.vioe dnCOls sliltiiion Is oiidanvn'l loU
(|u'uine (.tvu\re I'ieslril nill te jueliilll.
.Quelque hien concue qu''elle sil, si fIa-





itlrl qu'elle se I iioulr nisi drelop pe-
menl des liberal spubliqu'set ,le quelques
a Tranlies qu'el'te les enlourel elle n 'ex-
e1terem nucune intrfience sur les iima'urs






police iqeous les desotires soiue etio
qupell reqs, I'l ep nch Ii In d rimagogle-
inenll che celloe l tioiili, Il rei uintricp de
(onles les n:inifeslalions publiques. Un.
conslitllion ii'n" done de valeur que plir
I'usa'ge qu'on on fail 1 elle nie solurait
o\voir de verlU irlliinseque. Aplpliquee,
suivi,1 religieusemnenl, elle :i'ranlil la se-
curilte publique, facilile Ie progress, le
bien--ire moral et. materiel ; I'esprit d'in-
depend:,nce qui se lol'ne dans la n'ilion
I'c.levat'ion. Restee sans application on
violhe dans ses dispositions f'olldamen-
talas, elle se I'lit pour ainsi dire com-
plice de tons les d.sordres sociaux et
politiques, n'empeche ni la demagogie


1,


..-I. ..... I..I..... a..... .......









REVUE DE LA SOC(JTEI:7 1I LEG;ISL \TION


de se decliainer, ni lt, despolismie de l'ita-
blir. ni la dicademn,. d'arriier premalu-
ri'-i. enlt. C'esl la tore social qui derive'
de I I'llue:ili, o polpul.ire et ile la \al Iur
morale dis liho:minis de gouvernement
qui assure le libre jiu deh instiltiioi ns.
'il su 'liaai l i: .1 nation d',\'ir lune
bo0 I e co ili l tiIIII I "ur viv e \ i l.,dan. I orJrIe
el t pr sp.'rer. il I aii i.in. lre qu'il suffi-
rail .' un Liiii.ii de p ,s', l-der n hion
Iraidlr ii? morale pIour pJuvIir loujours
Se bien coiluirie.
SLes lois, coi)mme n I m.rai, sont
inlTiiciac's pi-r ellIes-niln e, lIeur inll-i-
ence resullt e le Iur,lapplic.illon. La rai-
son hlim.fine Il'a si bien ominpris qu'elile
Ia cl'vi'- :u ran liniin poiivoir souverain,
inil-p-iin l nI i Linam )vible I'rilnre til fonc-
li iniires, l-s o-lrrpo.rlioins civile, char-
rei.'s 1ii I'applic.iliin 'ls Ilis. tout en pla-
cant. 1 I irle clnisllltiit .l m niii sons la
s.luve gir.l, diJ p iIriolismne it du courage
tant Je .le r.in'l Corps de I'Etat que de
tous les c;iv'ens-...
LiliertL ...Dans un :I-viilme de pollil.ie oil tous
les cilovcui- sent accessible au\ plus
lilmiul' coimme aux liumIIle funcllions
pul liquL-s. et oh d'autres diltfrenLcs,-nl I
cu.l\ Ie sjonl advises que ce-lles (qu I r'-
sullii t tde la capa1iild cl de la iiniralitt,;
il a Liune iimiori-itnce calitlale ilans I,'
choix do ceux qui loi'ent hegil'rer et
conrI',1ler co1luie diainsle Ie cloi\ de (ceu\
q i onil piur lclitc d -m.xi'uter les i,,solui-
tions du Corp's lgislatilt u d'alitminis-
Irer ; car de Ia sagt-,.e el de Ia maluril
des decisions, prices au parlmeniil et de
l.i bioine :uid ini lris.lliiiinI i nit3rtis do' la
nation dpendent son d,-eloppement nor-
inal aussi bien Ique son inltuenCe p)')-
lilii-que. I.e choi\ doit done itrc i clairt. liibre l d.''iIg-g. d,'
toulcIs preoccupaitions personnelles loi les
conditionii qu4 i ne peuvcIntl ti1resatisf'.ies.
aultnt qu'il e-.t possible, q.ue par la pra-
liqie sincere de la liberll de voter Poulr-
quoi ? Parce ucl qiluand c'est la nation
etlle-nitiie qui cliosil ses min.l i .id, ires,
en tuule securile eln IoLole liherle cl en
touted cou',tdileic.e, I.;'proccu palion qui
domine, c est .ssuremt-ent Finilirct nalio-
nal. Lorsque, an conlraire, c'est un par-
li poililique ou Ie pouvoir execulif q'i
agit soul, I'inlerot qui pre\aut est ou ce-
luide ce part politiqueou celui del EI 6-
cutif. L'un et I'autre peueiit n'etre pas
i'iunler du pays, ee qui arrive tori sou-
vent. l'inliret du pays, on le sail. est de


\oir les Chaiinres .:gisiliaties st.. compo-
SIr d'(honimls iclairds, integrus, m,:,d dres,
eIrmes el patriots. L'intdr t dlu pouvoir
serail di i. mplir le Corp, Igislalif de
gens coinplp issInls et I-an inllu'nce poli-
Iique. alin d'aller au-di-tiil le lItul' rI -
sistainte qui iendrail I-troubler sa securi-
I i el I'lobliger peut-iliri dte i dill erI ses
habitudes. Sanus doule, le io u\oir e\ecu-
lif el .idml inis lralil' ne sauril dtre indif-
I'r.ent :a intune ninllfl'sltaliiin de la vo-
loniit nlion ile Dans I'acle politique du.
vole. iI v esi int Ire-sc comimine parties intd-
grante i l uo *oi) ilu\ernementI II p't1 avoir '.e
prLt'i'rtnci-s. il poul inum,.l les avouer
in iiN si se s rvir de s.i I'urt-e I.- de si n inuliI-
Inee [pour diri-_er les elections, c'est une
im miliiin de l]a plu- haute gravity etrdlnt
Il's con s,-queiiiL' is peuviit Irire luni' escs at
Line nation. D'ailleurs ne p'it on pas lui
dtiil.inlder q(,it. inlt rel il a de vouloir
citissir s,-ul s-e jugtes el control1eiir-?2..

C:r;atho d'l l Conseil l 'EMl et
d'iiai BJPr lljlir .in.i.lre, PI-'4si-
lit'nil du do alillet mliniisl'riel.
...DJnI ie pays" t ot'l iiislri lion special
est si p.-i pri)op.tg|ei oi le, arTiilires pii-
bliqtuI Ies ., Ira:iLili avee t:nil do negligence
et d'iiin ipe, --lenice, I'insliluliion d n con-
seil d Elal est tie ndi-es'-ildt ahiolue,. Ave
le couniouis te les niniires (d'ui Conseil
dEiral. compL'lnt,, il y aurait plus de ga-
rant Ie pour l s i nt'''ri-', cmn imuns et moins
de clinlte dt'rreuri d.(i, les IdIcisions.
I seoraitau-si i ddsi r L-ir ue le Chefde 'E-
tat se bornat a clioisir un seul Secr6taire
d'Etal lqui dlsig.nerait lul-intinme ses col-
lIgues, cu0111111 u ne codis.ct'lion de l'ar-
licle 106 e la Coinstilition ldnt on corn-
pIcltralt la r'e', cliolidi ins ie sens de cell
I'r-lor'lne. I .'el I'unique moyend'a\oir des
cabineii hlomog-cnes. Souvent avecle sys-
Ilme aclutl, on voit fire iparlie- d'un
ineme inini-ster des liporsonines qui n'ont
p.as seulement Ids vues ,i dier'g ntes, mais
qul sil tl ellnnemill Loin les une-- des autres, elles passent leur
-llemlps a se p.l'rter desI Coi ips d ll'S' I'olnl bre,
e, (lui ine peultque co irihuer a ravaler la
vie publique L -I -ll aiti.
D autre parl, ilfaut avouer que
I'aclion du Corps It'gislatil ne se .lit
pas assez senior. Cela tient a plu-
siours causes la principle, k coup
sur, c'est que la loi eleclorale. le prin-
cipe du sull'rage universal, est fausse
dans l application. Le pupleh ialien n'a
pas le chois ilc s-is inndalLiires ; ii ne










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


sen preoccupe gurre, etant si pen prdpa-
pare a exercer c: droit politique. Le
pouvoir executif qui agit pour lui, guid6
par des considerations de personnel, est
le plus souvent malheureux dans ses
choix. C'est ainsi que la rdpublique noire
a eu ces Chambres sans importance' et
sals, influence qui ontlaissI passer bien
des abus. Tout cela client un dilaut ca-
pital do race centre lequel les haitiens
n'ont pas assez reagi, parce qu'on n'a pas
pris la peine de le leur sigoaler souvent;
c'est le refus de la soumissi .n sans con-
trainte h une discipline, i une loi, base
principal de tout ordre public, de tout
progris social et politique. La volontd
humane est trop capricieuse, trop chan-
geante et surlout trop d6fectueuse au mo-
ral pour que, livrde a elle-memne, elle
puisse toujours fire bonne besogne.
Nous ne pouvons individuellement nous
bien diriger qu'en nous faisant les esclaves
d'une raison supiricure. Cette raison su-
perieure, chaque home la Irouve en lui-
maine ; la socidtd qui n'est pas un hom-
me, mais qui est fornide d'Otres humann.
la met dans les lois et les institutions don't
elle entend faire la r&gle de sa conduit.
Peut- tre qu'aux yeux de la plupart de
nos concitoyens, cc n'est qu'une simple
coutume que nous avons bien voulu sui-
vrepour ne pas paraitre ridicules? Erreur!
c'est pour les nations le secret de bien
vivre et d'etre heureuses.
De 1 iniii it
En matidre d'imp6t, on ne
peut espdrer atteindre a la perfection,
conmme en aucune autre chose. L'impor-
tant, c'est d'6tre just et raisonnable an-
tant qu'ii est possible. L'imp6t doit t're
multiple ; il doit porter sur toutes les
sources de richesses pour ne pas itre une
entrave pour certaines branches de l'ac-
tivit6 national ; partant ii doit 6tre gd-
ndral, pour tdre equitable, et it doit 6tre
faible; il doit dtre productif d'ulilites pu-
bliques, pour se rapprocher, dans la me-
sure du.possible, du phlenomene econo-
mique de l'dchange, car l'imp6t ne doit
servir qu'a assurer la bonne march des
services publics, le maintien de l'ordre
inidrieur et de la sdirel interieure de
1'Etat; enfin, il doit dire proporlionnel
au revenue de chaque contribuable.
Or, toutes les personnel qui habitent
un pays, les nationaux come les 6tran-
gers doivent contribuer aux charges que
support ce pays, puisqu'elles toutes bB-
ndicient de l'organisation et du fonction-


nement des services publics. Ce ne
sont pas les individus les plus aisds,
cc ne sont pas les gens du monde qui
cultivent en Haiti les denrdes destinies
a l'exportation, cene sontipas eux non plus
qui consominent la plus grande quanti-
td de salaisons amiricaines. II en rdsulte
quelesimpdts, tels qu'ils sont dtablis dans
le pays, sont pays par les populations
pauvres, ce qui va a I'encoutre du prin-
cipe economique qui vent quo chaque
contribuable acquitted l'imp6t dans la
measure de ses facults. II est done ndces-
saire que nous completions el corrigions
notre syslinle d'imposition par l'dtablis-
sement de quelques taxes direclcs, attei-
gnant surtout ceux qni benefiicient de la
mauvaise assiette de Iimp6t des douanes
d'une tacon que je dirai illicite, car i'ex-
ception u'est pas dans Ia loi, c'est la chose
r':-. nI i. p!:.- parelle quiestmal6tablie (1).
Les contributions directed ont aussi
leurs inconv6nients don't un des plus
sdrieux est caused par la pdrequation qui
se derange si taut est qu'on arrive a
I'dtabtir -- a mnesure (Ie des fluctuations
so proIduiscnt dans la fortune ou dans
les revenues des contribuables. Quelque
grands qu'on suppose ces incoTnvnients,
les nations sont obliges de rccourir a
l'inmpt direct, a cause de la multiplicity
de leurs besoins. L'ltablissement d'une
taxe foncidre corrigera, chez nous, l'ind-
galit6, l'exceplion don't nous avons parl6
plus haut, et sera un puissant secours
accord au fisc, don't les embarrass ne
peuvent pas ctre plus grands. ( 2) Elle
pourra consister en une contribution lixe
de cinq pour cent par an qui sera prele-
vde sur les revenues rdels on presumes de
do toutes les proprietis particuli6res, tant
urbaines que rurales. Les terrains urbains
non batis et les biens ruraux au-dessous
d'un carreau de terre en seront seuls
exempts, de mrmne que les terres qui
produisent le caf6, le coton et le cacao,
comme dtant imposes ddjh.
La situation qui est faite, en Haiti, a la
propridtd fonciire, Fi:nproductivild de
masses considdrables dte e rrescultivables,
1,'.,p.ce' de speculation qui se faith sur ces


( 1) Ces questions ont tdi dejh ample-
ment d6battues par nous.
Nous renvoyons A la Revue pour I'Ipininii
que notre Soci6t6 a exprimue sur ce point.
(N. D. L. R.)
(2) 11 faudra ou abolir la taxe locative
ou la combiner avec le nouvel imp6t.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


.,,,,,,,,,,,!, U U U S *I U N U*. 010 0..,. 1,.1.,, uiill 'Ollio lS 'SlO 5110115 5 10i~i IS'S i IS i S in li ll~. l~ll~ll~l ,SS&,S'ItS,,SII0 i~


terres qu'on achIte et qu'on garde, sans les
mettreen valeur, en attendant, pour les re-
vendre, qu'une plus values produise dans
leurs prix; tout cela command qu'on ne
laisse pas les terrains vagues et en friche
en dehors de la contribution fonciere.
C'est sans doute une erreur de quelques
iconomistes de ne pas consider la terre,
m6me sans culture, conine une richesse
productive.
C'est d'autant plus une richesse produc-
tive qu'une certain rente foncire est
assure a quiconque poss6de des terrains
ruraux, lors m~nme qu'ils ne sont pas
cultives. Ne peut-on pas, en elfet, abattre
et fire vendre les bois qui s'y trouvent,
soit pour la construction, soit pour le
chautfage ? Ne peut-on pas exploiter les
carrieresdes pierresqui Deuvent y exister?
Ne peut-on pas r6colter et fire vendre
les fruits qui y croissent sans culture,
comme cela se voit si souvent dans nos
campagnes ? Ne peul-on pas enfin picher
dans les eaux qui arrosent ces terrains en
friche ?
Tous cela constitute bien des l6nments
de richesse, ct la chose qui les produit
est necessairement unerichesse productive.
Cet impSt deviendra h coup str un
stimulant pour les propri6taires ruraux
qui laissent leurs biens en friche. Ils
sentiront la necessity de les mettre en
valeur, ne serait-ce que pour payer la
taxe fonciere, soit par eux-m6mes, soit
par des fermiers on par des de-moitie.
Come notre imp6tfoncier sera un impSt
de quotit6, il faudra etablir la cote de
proprietes lerriennes. Mais le pays ne peut
pvs, pour le moment, entreprendre de
fire dresser le cadastre g6ndral des biens-
fonds, h cause du soin, du temps et des
sommes que reclamera ce travail ditficile
et considerable. 11 pourra se contenter de
feuilles cadastrales ktabliespar commune,
sur lesquelles on inscrira, avec les noms
des propridtaires, chaque immeuble et le
montant de son revenue annual, rdel ou
,presuime
Pour les personnel qui habitent en
Haiti et qui, par une disposition consti-
tutionnelle special, ne jouissent pas du
droit de propridet immobilibre, il sera
de toute justice qu'on cr6e une taxe per-
:sonnelle, equivalent i trente-six heures
de travail, sous la former d'un imp6t de
repartition, la journ6e de travail ttant
,fixee un dollar. Le total de ce dernier
impBt sera, chaque annee, vot6 par le
Corps legislatif et ce total sera reparti
ig tlen.'nl entre tons les contribuables


de cette cat6gorie, exercant le commerce
ou une industries quelconquc dans les
villes, bourgs et banlieues du territoire
haitien. Un emploi sage et approprid aux
besoins du pays des resources linan-
cidres qui seront fournies par les deux
contributions nouvelles, facilitera Ie (de-
grivement des droits de douaine el per-
mettra de donner un grand essor a l'a-
griculture et d'organiser s6rieusement
I'instruction publique, surtout an point
de vue de l'enseignement professionnel.

Du credit public.
... La majeure parlie des resources li-
nancieres de l'Etat lui sont fournies par
les contributions genurales qu'il pr-leve
directement ou indirectemant sur les in-
dividus nationaux et strangers qui
vivent sur son territoire. Parlant, la for-
tune publique consiste sartout en reve-
nus; ce qmui tablit une diii. irv.ico assez
sensible dans la nature de la richesse
d'une nation et dans la nature de celle
d'un particulier quelconque. De plus, les
revenues publics, comptes pour une an-
nee, sont relativement faibles si on les
compare au credit que peut poss6der un
Etat. Mais en revanche, ils sont conti-
nus, progressifs avec l'accroissement des
richesses nationals et participent de la
p6reiinit6 des Etats. Qu'un gouvernement
fasse appel au credit, il n'aura pas de ga-
ranties reelles,, maltrielles, a offrir aux
capitalistes preteurs, tout comme le ferait
un particular. ne disposant guere de ca-
pitaux fixes alidnables. Dans ces condi-
lions, i ne peut raisonnablement ol'rirque
des garanties morales et hl remuniration
du capital argent qu'il se fait avancer.
Mais ces garanties morales, oh peut-
it les trouver et comment peut it lesdon-
nor ? I ne pent les trouver que dans le
libre jeu des institutions qui regissent
1'Etal et dans la sage gestion de la fortune
publique it tie peut les oltrir que par
la bonne foi qu'il met dans ses relations
et par la precision et la regularit. avec
lesquellesil s'acquitte de ses engagements.
Tout le gagequ'il peutdonner- si gage il
y a-est dans I'affectation d'une parties des
revenues du fise an remboursement de la
dette. La garantie du creancier repose
beaucoup plus sur la bonne foi du d6bi-
teur que sur une affectation que celui-
ci peut dltourner, s'il leveut, et employer
A contractor d'autres emprunts. Cette ga-
rantie tdant doncessentiellement morale.
oblige A plus d'une reserve.








REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION


Mais si l'Etat ne considire pas ses en-
gagements come sacris, s'ilestassezha-
bile pour donner del'Mlasticit6a l'alfecta-
tion en 1'employant en couverture de
nouveau emprunts, la confiance s'6-
branle, le credit se resserre et c'est le
lour des capitalistes de se montrer in-
trailables. Non seulement !e taux qu'ils
veulent obtenir pour donner leur argent
est usuraire, ils pretendent dieter les
conditions. lis stipulent des garanties dd-
terminees, specials, et lesaffaires qu'ils
acceptent de fair n'embrassent qu'un
courtespace tie temps. Cette restriction du
credit, cette espice de mainmise sur la
garantie, qui devient un veritable gage
consent en nantissement de la dette con-
tractee, I'ardente vigilance avec laquelle
ils en surveillent et en poursuivent la rea-
lisation, tout cela ne denote que trop le
degree de confiance qui est accorded h 1'ad-
ministration et combien le credit de I'E-
tat est compromise par elle.
Le nisme rdsultat malheureux peut tre
obtenu par la facon don't sont employees
les valeurs provenant des emprunts et
par des appeals trop rdilrcs fits au crl-
dit. Oncomprend qu'enpareil casle pou-
voir finisse par ne plus avoirlibre jeu ;
il doit se sentir un chainon borne. De
faith, il est g6n6, paralysed. Mais tout cela
n'est que la consequence torce d'une
mauvaise gestion et de fausses combinai-
sons. A moins d'une circonstance extra-
ordinaire, un gouvernement qui emprunte
pour le service courant des affairs pu-
bliques, s'il est sage et bon manager des
intirits de l'Etat, ne peut le fair que
dans la measure de I'appoint nPcessaire h
compleler le. douzieme des allocations
budg6taires. Lorsque I'imprdvu le sur-
prendra, il m'en sera pas accabli, car ii
aura eu une situation a peu pres a jour.
Dans le cas ot I'administration, par des
affectations successive, sedessaisit de la
presque totality de ses resources, il
arrive un moment oh la forte tension des
affairs l'oblige a un digrevement des
revenues engages, cc qui d'ailleurs ne va
pas tout seul : en d'autres terms, ce qui
amene une majoration de la dette en
principal par la necessitl de selivrer -
en raison desarr6rages- au jeu de l'in-
tlrLt compose au profit des preteurs et
de sonscrire a de nouveaux engagements
pour en obtenir une prorogationdu terme
de leur crdance.


Du credit foncier.

...Cela a et0 la grande erreur des fonda-
teurs de cettebanque ( la Banque d'Haiti)
de croire que la personnaliti civil pour-
rait entrainer le droit de propriete im-
mobilidre qui, en Haiti est place sous
un regime special et est nEcessairement
un droit politique.
En France, par example, le droit de
propritelt n'est as different des autres
iroits civils. Toute sociLtd do credit a
laquelle la loi reconnait le privilege de
la personnel morale et civil peul acquerir
ou vendre des immeubles, qu'elle soit
national, on 6trangire II n'en est pas
de meime en ce pays, oi les strangers ne
jouissent pas du droit de propriete im-
muobilire, et cela en vertu d'une disposi-
tion constitutionnellc.
Comme la terre salique de la Gaule-
rranque, don't les seuls guerriers pou-
vaient hiriter, la propri6te fonci6re ne
peutitre rdgulicremenl acquise chez nous
pque par les seuls Haitiens. Il y a lh un
obs tnel constitulionnel que ne peut le-
ver ni une simpleconvention, ni un dd-
cret qui n'a trait qu'indirectement a cet
obstacle etqui, au contraire, enlend le
respecter. La loi d'ailleurs ne se particu-
larise pas sans devenir une exception, utr
privilege, et aucun privilege ne peut 6tre
regulierement etabli en depit d'une dis-
position constitutionnelle. La Banque,
en tant que personnel civil etrangere.
ne pett done jonir que des droits qui lui
sont accords par I'organisation publi-
que du pays. Elle la si bien compris
qu'elle n'opere que sur des affairs tries
restreintes ; e en effet, elle ne fait pas
de prets hypothicaires, elle ne fait pas
non plus d'acquisitions de biens fonds, si-
non que pour s'installer ; elle ne facilite
enfin aucune entreprise industrielle ou
agricole. Elle procede' avec la reserve
d'une Ctrangere, se contentant tout sim-
plemen: de speculer sur le change et de
gagner ses pourcenlages comme treso-
riere de l'Etat. Depuis la constitution de
notre nationality, la prolmriele immobi-
libre a 6t6 place sous un statut special,
le statute constitutionnel, a cause de la
forte prevention qu'on avail pour le nom
etra nger, prevention issue desatrocitis de
1'ancien regime colonial. II serait a desi-
rer q'e -les Hailiens eussent'j dja [a-
vaille a enter dans le droit common.
Mais aujonrd'hui cela ne peut 6tre que
I'oeuvre du temps, qui viendra donner








REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION


........... ........... m ............... - -. .. .. -


h la proprietd fonciere la garantic des
capitaux nationaux et celle d'une ad-
ministration rdguliere et stable.
Un pays, don't les principles ressour-
ces consistent en cultures et en indus-
tries agiicoles, ne saurait se passerd'une
banque fonciere sans dprouver de tres
grands embarras. It est done de toute
necessity que les gens d'affaires et les
homes publics qui veulent le releve-
ment et le developpement du pays, se
meltent d'accord pour le doter d'un eta-
blissement de credit foncier et agricole.
C'est la seule institution qui puisse ai-
der sdrieusement etfficacement a la
prospirite de agriculture en Haiti. Elle
viendra donner, en outre, de la valeur
aux domaines ruraux, et, en faisant
jaillir de nouvelleset multiples richesses,
par le developpement des cultures et les
industries agricoles, elle imprimera un
sdrieux movement aux alfaires et fera
abonder beaucoup d'argent dans notre
circulation monetaire. Autant de choses
que la Banque d'Haiti devait faire et
qu'elle n'a pas faites parce qu'elle a etd
d6tournee de son veritable but.

Du credit mutuel.

... Aucune disposition de notre Code
de commerce ne s'oppose f la creation
d'une socidtl de credit mutual sous la
forme de society en commandite simple
ou par action.
Tant que nos producteurs et nos corm-
mercants auront a s'adresser au credit
individual pour fire aller leursaffaires,
ils verront accroitre leurs embarras, car
le capital, on 1'a d&jh dit, ne profile qu'au


travail qui possede du capital. II faut
qu'ils organisent du credit pour leur
propre compile ; il faut qu'ils se crkent
un capital solide, en associant leurs
epargnes et en faisant appel au crCdit
collectif. LA est I'avenir de l'industrie el
du commerce national...

De I'enseigneineitprofes-
sionnel ct special.

... Nous avons pour devoir de fire
large, tres-large, la partdel'enseignement
technique dans 1'organisation de l'ddu-
cation national, si nous voulons rendre
sire et prochaine l'anmlioration Ccono-
nique de notre soci6te. Mettons done '
la portie de nos jeunes concitoyens des
villes la theorie et la pratique de l'archi-
tecture, du travail des mdtaux, du tissaged u
colon et de tout ce qui pouvant (tre ma-
nufactur6 dans le pays, doit diminuer le
colt de la vie, en offrant a chacun les
resources d'un travail varied, assured et
remunerateur. Le commerce et la naviga-
tion ne doivent pas (tre non plus neglig6s
afin de voir diminner, autant qu'il est pos-
sible, lesfraisque supportent nosimporta-
tions et nos deportations. Et pour que la r&-
forme,dans cetordre de choses,soitcom pl-
te, multiplions dans les grandes villes les
6colesd'agricullure,desciencesappliquies,
de construction navale, de sciences
dconomiques, morales et politiques.
Donnons le million que nous consacrions
a l'instruction publique aux choses pra-
tiques et utiles de l'enseignenient, les
seules pouvant concourir a nous pI-e-
parer une organisation social, solid et
compact, heureuse par 'instruction, le
travail et I'ordre.


Imprimerie H. Amblard, 136, Rue du Centre


_. I.L., -
lvl








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ASSEMBLE GENERAL
du 6 Septembre 1900.

Presidence de Mr M. LAFOREST.
Prdsels: MM. Laforest, Bonamy,
Sylvain, Heraux, M6nos, Bouzon, Saint-
Remy, Viard, L6ger, Poujol, Elh6art.
M. le Pr6sident souhaitant la bien-
venue l M. Liger, ancien President et
membre actif de la Societd, lui dit
toute la joie que ses colltgnes 6prou-
vent a le revoir au milieu d'eux. Le:
vceux de ses amis 1'accompagnent an
poste brilliant oh il sert avec tant de d6-
voneinent et de distinction les intrdLts
d'IHaii.
M. Ldger remercie en terms dmus:
Je n'ai jamais dout6, dit-il, de vos
sympathies. Cest grace a ces sympa-
thies, aux nombreux t6moignages que
vous m'en avez prodiguds, tant a la
Socidte de Lgislation qu'au Barreau
que j'ai pu attire l'attention du Chef de
1'Etat et 6tre l;-';:.: pour represented
le pays a rdtranger. J'ai toujours en
pour principle de vous confondre dans
les succs que j'ai pu obtenir....
<( Je n'ai qu'um regret, c'est de vous
quitter. ial consolation est de voir que
notre oeuvre vit toujours, qu'elle est
en bones mains, sous la direction de
notre cher doyeu et continue a pros-
perer pour Ic plus grand bien de nolre
Pays, fiddle a sa devise, Pro Pallia.
M. le President : Nous allons mainte-
nant proceder au renouvellement des
pouvoirs du comild.
Sur la proposition de M. Ldger, M.
Laforest est renomm6 par acclamation
President de la Socidt de L6gislation.
On vote pour le Secr6taire et le Tre-
sorier.
MM. Sylvain et Bonamy avant reuni
la majority des voix sont proclam6s
Secretaire et Trdsorier pour I'exercice
1900-1901.
MIM. M.-\,,, tHdraux, L' .pina:'.., Do-
minique sont ensuite rddlus membres
du comile.
Lecture est donnde d'une question
pose a la Soci6dt par. M Fromageot,


secrmtaire-adjoint de la Socidte de L-
gislation compare de Paris.
Monsieur le President,
M'occupant en ce moment d'un travail
sur les conditions requises dans les dil-
f6rens pays pour la nationality des na-
vires de commerce, j'ai cru pouvoir m'a-
dresser A vous pout oblenir le petit ren-
seignement suivant :
10 Quels sont les textes actuellement
en vigueur en Hai tisur a nationality des
navies ? Oh purrais-je me les procurer'?
2 Existe t-il un recueil otliciet ou pri-
ve contenant les lois relatives an com-
mcr-.e munritime, en dehors du Code do
cou:nerce '?
Jespire, Monsieurle Pr6sident, que vous
voudrez bien excuser la lihecrt que je
prends de mi'adrcsser ainsi directement ii
vous, cornme Presidenit d'une Socildt scmur
de notre Societ fr'an.-lise df' L6gislation
Comparee, et, en vous remerciant d'a-
vance, je.vous prie d'agr6er I'expre'sion
de ma consideration i.i plus distinguee.
HEUNm FROMAGEOT,
SecreUai'e-a (jobit tie la Socidtd de ld-
gislation Comparee.
29 imai 1900.

M. Hdraux est charged de I'examen de
cette question pour on faire rapport a
la Socitde.
MM. Bouzon et Ethdart out mandate
de v6rifier la comptabilite du Tresorier.
Le proces-vcrbal de la stance est,
apr's lecture, -. ,i,!li' i.i' stance tenant.
ORI 011-----I--q
LEPO i 1 m SNONRIT.


D)ans une 6tude sur le diroit posilif envi-
sagt, dans son caractkre essontiel, ses sour-
ces, sa foruo ext6tieuro ct sos conditions
d'existonce, nous avons pr6sent6 des consi-
d6rations se rI'6raat lprincipalement a l'une
ides deux UI_.IIi'., divisions de cc droit :
le droit 6crit. (1)
Nous voudrions .,iiiiMi,.Tlii produire
quelques I,'.I., '11. ']:.n sur le droit non
ecrit (qui, consider soil historiquement,
soit it I'6poque contemporaine, se pr6senle
(1) Cetle 6tude a 0te publiee dans lenume-
ro du 2 Aocit 1894 de cette Revue.









REVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISLATION


sous la former de costumes, d'usages nes
spontan6ment au course de 1'exislence na-
turelle des soci6t6s humaines.
Nous nous maiiutiendrons aux memes
points de vue que dans 1'6tude ci-dessus
rappol6e, c'est-a-dire que, sans examiner le
contenu inme de la coutume juridique,
uons nous efforcerons d'en presenter unc
d6finitio: suffisaliment nolle, d'en indiquie
le mode do formaiiion et, ensuile, d'eni
marquer la onuction social, soil hislori-
que, soil actuelle.


On peut d6finir le droit coutumier on
distant que c'est celtt parlie du droit pu-
silif qui so former spontandment par le li-
bre jou des forces sociales, so coosolide
par F'assentiment public, s'implanite et so
transmet par la tradition.
Ce mode de genise juridique nous per-
met de saisir I'un des ph6uomBnes socio-
logiques lcs plus inulressans, celui du be-
soin social pourvoyant do lui-mine ai sa
propre satisfaction, cr6ant l'institution
propre a cetto fin.
Un example, quo nous offre l'activit6 ju-
ridique en notre pays, servira a illustrer
cell definition.
11 suffit de rappeler dans quelles condi-
tions et sous l'empire de quelles circons-
tances a pris naissance chez nous l'institu-
lion de la liquidation judiciaire.
Notre vici!le loi sur la faillite, surchargdo
de formalids inutiles et dispendieuses qui
ralenlissent et alourdissent la march des
op6ralions, se monlrail tout i faith impropre
a fournir, dans les cas oi elle 6tail appli-
quee, les resultats les plus avantageux aux
parties en presence. Le bosoin se fit sen-
tir d'une organisation plus simple, allege
des rouages encombrans cr6es par la
vieille loi, reconnue, rep6tons-le, plutot
compromeltante que r6ellement protectrice,
pour les interts en jeu.
Eli bien sous le coup de la necessity et
dans un champ (celui du commerce) qui
se prete mieux que tout autre A la crta-
tion, A c616 de la loi 6crite, de coutumes
et d'lia,-cs particuliers. on a vu surgir
spontan~ment, sur l'initiative des princi-
paux acleurs qui figurent dans le petit
drame de la faillite (cc sont les cr6anciers


que je veux dire) la pratique de la liqui-
dation judiciaire.
Voili, certes, une inslitulion qui repon-
dail A un besoin collectif certain, bien cons-
tate, puisque ne trouvant pas a so satis-
faire par l'application des lois existantes,
force lui fut d'y ii:r,.j_. pour adopter un
usage plus conforme au bien de tous.
L'organe l'.i-. lif ost intervene. on le
sail, peu d'anunes apres et a traduit en
loi ccrite, l'enveloppant dans des formulas
pr6cises, I'institution naissante qu'il sous-
trayait du miime coup aux ilnerprtlations
divergences et peut-6lre arbitraires qui,
avcc un pur usage, toujours quelque pen
ind6cis en ses contours, eussent pu so
produire.
Ce rdsultat a 1et obtenu parce que nous
somines A une epoque ofi I'action du Ie-
gislaleur (j'entends Io ldgislateur sous la
forme d'un organe public special) est la
rggle, son intervention so produisant pres-
que toujours, i bref delai, sur les points
ofi tendent iA se fair des formations cou-
tumibres. (1)
Mlais reportous-nous, par la pens6e, aux
temps priuilifs of I'action 16gislalive (itllo
que je vions de I'envisager) n'exishlii uas
encore.
Que serail-il arrive ? L'insli!tulion, par
1'elfet d'uue pratique de plus ei plus gd-
n6ralisde, se serait d6fiuiliveineni assist
dans ois habiltdes, en mnmo temps qu'elle
so serait consolidde par un assiiniment dei
plus en plus fort du monde dcs affairs e;
les points encore obscurs, va;gues (u i id-
cis se seraient dclaires et pricisis, dcs pre
c6dens judiciaires se seraient crldes qu'ou
eft pu invoquer pour la solution des es-
peces ; en un mot une vraie costume, mu-
nie de la force obligatoire, elt eit trans-
mise aux gnderations a venir.
Cot example est, il me semilde, assez to-
pique et de nature i bien fire comprendre
ce qu'dlait la costume, aux tempnpq passes,
ce qu'clle est encore, de nos jours, dans
beaucoup de pays on la loi 6crito ne s'em-
pare pas, pour les reglementer et les plier
a ses pi Il'r i' li iin-, de I oules les questions
qui rentrent dans la splihre du droit.
(1) Cette observation, on le sent, est tres
gen6rale et s'applique .itou' lespays o fonc-
tionnent des assemblies charges soit (te fire,
soil de preparer la loi.








RE1V \E DE LA SOCItTE DE LEGISLATION


II
La notion de droit coulumier positif une
fois 6tablie, rmniunion'l,: un pen dans I'or-
dre chronologique dl.s 6poques pour essa-
yer d'assister i la iapr'mit're apparition do
I'e-pril juridique el, Ipar .uite, de la cou-
lume qui en ful la pri tni, i c inl.ifil.'t:rlii:n.
Le premier besoin d'une socidtd en voie
de formation, c'est d'acqudrir ce qiu'.in
P,,i:iurT.il ;i pelie ;ivec R.i hIl. la fibre ld-
gale, c e-l-i-.lir: un go: i \iri,:em:iln qui
puisse concentrer les forces sociales, les co-
ird.n:!,i.nr de facon en ltirer, piiur le bi'n
commune, leur maximum de puissance.
C'est surtout ,iu\ debuts de l'liihim,lil.',
alors que chaque tribu (1) se Ir'.uv\, en
lutte avec les hril.i- prochaines, c'est a
ielli. 'lI'I""'I ,le violence, de difficulties, 'de
pi,-nille' i-.ll l sans cesse renaissans que la
ndcessitdd'uneloi, loi < rigide, precise, coo-
cise ) suivant les expressions de I;,ng-hiol,
se fail sentir. (c Co qu'il.faut, c'est une
<( r6gle gnerrale qui attache les hommes
< les uns aux :milhI... qui los oblige a fair,
Sa peu d'exceptions pres, les mndues
<( choses, qui leur dit ce qu'ils doivent
t attended les uns des autres, qui les fa-
( conIne sur un in:,I1,'l et entretient cette
( rossemblance. )) (2)
Sans cel; il n'yanraitparmices 11. mini',
chez qui n'a pas encore surgi la notion de
i'1l.i, ,'ni ne comprennent pas encore ha
inc-.s :il,_ d'un apparel ,:-:,riin:,t,:mr; qui
Iris.'IIliil, d'autre part, avec une force
|pliiili.: tris develop ee une .-iiiliilioni
mental mal affermie, c'est a-dire qui sent
m obiles, f,,,il, m :., ii l]. s, i.i im, il.I,.s, et
I,-'.,.iil, avec cela, et dans leur plus
haut degr d'iniil'iili',l- I p -penchans 6goisles
du primitif, non encore disciplines par
1'empire des sentiments altruistes I lI.-"ml
ces iiIIl.,il]f-, il n'y ,u.unil, dsi,_n--n,'-i,.l .
sans cet ors i s.lle '_, ': 11 i l d' l.u[ IlI' 'IllelI-
tration et tie coordination, Iqu.'insibiilil
ill.,'iIhr-rvnL, et, p1 ii linf. faiblesse, inf6rio-
rit' dans la lutte avec les autres trilius.
Un- l noyan de o: tiilui.iisi, r -Il:It toutes
les actions, tant i:.llvidiiu ~llis que collect_

l, :Nuus no pouvons encore emploJer le
inut I:- nation, ni celui d'Etat qui inmrquentl
un degir beaucoup plus l1evW de civilisation.
(2) Bagehot. Lois scietli/irqines du dcdvell[-
penient des Nations.


tives, en vue d'un objet unique, voilI done
la premiere,.'1e ',iiisilion lri'-:ieLnse I I'es- "
pace humaine A son aurore, celle qui lui
permit de passer de e l'in.lal.iililb- la sta-
bilitl. )
Les juifs, fait-on r1,:'arI, lner, avaient 616t
la plus (( unstable de- n ilioni. )) (1) lls so
soumirent a une loi et ipoisi:..k1''nl, dis.
lors, 1'l6inent social qui leur pI.rmil de
se fixer et de durer! J'ai eu ailleurs occa-
sion de ciler I'opinion d'.I uilf. roi des
Gots, qui ne croyait pas pouvoir fair
1'cu\ iil. lion. parce qu'ils ne savaient
pas obeir aux lois. (2)
l.\ais ne nous cartons pas trop, pour le.
moment, de l'homme primitif, de ce que
Mr Kinglake appelle ( le monde simple et.
violent des premiers ages ), (3) et essa-
yons d'expliquer comment prirent nais-
sance dans ce miieiu les premieres cou--
tumes, les premiers in-:;.:,; fixes.
Dans notre luile (sous forme de con-
f~'ence) sur le Droit natural, ins6ree dans
I'uai des premiers Iulnit'ros do il- l_ [F;eviu.
(.\iii' 1892), nous avons cit6 un passage
de 1'eminent sociologiste l',iui ni'.i,, re-
.iri,-.il-iil :I.i lecteur ce que durent tre les
premiers .'~L Ill li"*ilmrr hliui ins.
11 nous mii inir-. I i .iiinie vivant a l'dlat.
grdgaire. sans lien piolililu'-, ni juri-lill ,',
les einle llir' s l troupeau cherchant seule-
meut, par la creation d'une force collective,
a se mettre i l'abri des c.uII-', destruc-
liv\', qui les monacent.
D'aiilNu', sociologisles i.'liisiil. que la so-
ciabilil I r6sulte d'un instinct primordial,
aussi n.dilirri- a 1'homme qu'i c (-il .iii.s es-
pices :riiiii.il' (Ifuriiiki, castors, etc.) deo
sorte qu'il est init.i.i-,l-ilh.',' aussi haut lu'
I'on remote dans le temps, de ne pas trou-
ver des .s.':"i1<&. humaines se ili ...ail
des ;,iiiil.li' troupeanx par le senli-m-nut
plus ;.II mIl.in. net, plis ou moins i.umiplle
de la s,_li l.rill qui les unit.
Dans l'une on l'autre ;poih'lis'e. il est
permis deo prBsnier la furni;liill:i, ins
ces groups rdulienuil.einr-, de cerliines ha-
(1) Notis aurions, pour nutre part prlit, 1
I elipltu)li Itn n l euple, car e'est juslcmeni
sous 'linluence el par I effect de in Igislation
que leur donna Moise que les juifs parent
de\enir une nation, aant-un but et une or-
ganiatiion religieuse, polilique el sociole.
S2I D)ons la prtelace de .I N'uliontalilh.
13, Cil par Bagehol.








REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION


bitudes de vie, communes A tous, de cer-
taines r6gles de conduite collective. Qu'il
y ait egalement exist un systlme de rela-
tions juridiques, des coulumes ramenaut
sons leur empire et r6glant los rapports
individuals, c'est une autre question ct que
sa nature semble condamner a rester tou-
jours insoluble. (1)
Si de cos temps prh-1 i;. ;i. ',.-. on ldos-
cend a dos 6p):..'Equs sur lesquelles il sub-
sisle des renseignemens, A l'dpoque d'A-
braham, par example, ou A cello imoiis
Gh'ig iin,,, don't les muvres d'llombre pr6-
sentent des vestiges, on conslale, d'apr6s
les indications que nous livrent la Bible
et 1'0l ,.-', indications confirmees du
rest par les recherches niodernes, que les
collectivites humiaines u'avaient point d'as-
smnblees pour d6libe6rr sue les inthrits
communs, point de lois g-6nra!es, chaque
chef de famille se bornant A donner la loi
anx siens, loi basio sur les usages ances-
traux, qui se conservait, so transmtt-
t.it par la tradition orale, r6unissant,
par consequent, les caractlres que nous
avons reconnus eire ceux de la coulume.
C'est done dans la famille, qui se pr6-
sente A ce moment sous sa forme patriar-
cale, que- nous trouvons la premiere mani-
festation bien certain d'. --, -., de cou-
tutnes qui, par leur continuit,, devinreln
une rdgle de conduit uniform pour tons
et don't le chef de famille, le patriarch,
lait le J ; I: !ii et le dlfensear.
Alais, A nm stade plus avanc6, apparait
la tribu qui n iit dr la reunion mime .et
de extensionn des groups pr6cedens. Les

(1) Au stujet de la nature du group primi-
tif, Mr Kowaleusky icrit (dans la Revue Inter-
nalionale de Sociologie e J uillet-Aoit 1893,
page 298) : Plus nous nous enfoncons dans
les t6nebres de nos origins, plus nous p6-
netrons dans les details de l'existence des
savages modernes et plus nous arrivons a
cette conclusion que la a confraternite a, a la
gens D . . . . .
ont ete le seul milieu dans lequel s'est ecou-
le l'existence de l'homme primitif. a
D'apres un Compl2-rendu par Mr Collinet
de l'ouvrage du mcme auteur intitul Cou-
tame contemporaine el Droit ancient (Revue
Critique de Ldgislation et de Jurisprudence de
Mai 1894, page 316, ) l'unit6 social primitive
qu'il maintieni6 lre la famille est aussi une
united religious Mais A ctd6 de ce groupe-
ment existed partout, d'apres lui, une unite
secondaire d Ie clan. a


tribus sent entire elles, nous I'avons dit,
en un etat de guerre perpituelle, (1) et,
dans ce conflict de forces brutales, une su-
pdrioriti marquee revient A cells qui re-
ussissent A s'astreindre i certaines regles
et A se conformer A quelques usages fixes.
II est probable que cette subordination a
des regles uniforms de conduite, cette ac-
quisition d'une discipline social s'opdre-
ra d'une fagon presque inconsciente,
sous l'empire des necessitds prdsentes, Ai
pen pros de la meme faCon que, dans nos
socidk6s policies, l'individu contract des
habitudes.
L Les premieres counumes furent done,
suivant la bfrmue e de Bageho, des ha-
bitudes sociales engendrees par les cir-
constances et le milieu dans lesquels les
homes Nlaicnt appelIs d vivre. ))
Ainsi l'organisation despotiquedes tribus
guernrires (2) s'explique par la ndcessite
oil elles se trouvaient d'accepter 1'impul-
sion et I'autoritd d'uu senl chef, qui les
conduisait A l'ennemi.

(1) Voici les recseignemens que fournit
sur les tribus arab2s, Mr Besson, ( dans le
Bulletin de la Socidld de L2gislation comp.irJc
d'Avril-Mai 1894, page 279. ) a La tribu est la
base de la socidte. C'est, a proprenieni parler,
une agr6gation de families apparentdes par la
communaut6 d'origine qui vivent rdunics sur
le m6me territoire, sous l'autorite du plus
noble ou du plus ancien. II n'existe gdn6rale-
inent ni cohesion, ni lien politique entire les
diverse tribu ; ce sont des groupCs auto-
nomes, souvent en guerreles uns centre les
autres, qui n'oublient leurs rivalites quie pour
courir sus a l'infidele, ( c'est-a dire ceusx qui
n'appartiennent pas B la Religion mnusuInane.)
Mais une forte solidarity rogne entire les fa-
milies et les membres de chaque famille.)
Ces renseignemens corrobo.,ent, ce que
l'on savait dedj sur la constitution des socie-
tes ot 1'unit6 politique ne s'est pas 6tendue
au delh de la tribu. Lh oh elle prit plus
d'extension. elle devint d'abord la Cile, nee
de la fusion des tribes centre elles el, ensuite,
1'Etat, cr66 par le rapprochement t t 'union
des cites.
(2) Cette organisation despolique n'dlait pas
un fait aussi g6ndral que le supposent curtains
auteurs. Ainsi. dans son Evolution Polilique,
Mr Letourneau nous montre, presque parlout,
parmi les fornes primitives d'organisation
politique, ct qu'il ap .'*ll.II le a clan r6publi-
cain ), ou les principaux pr,.~r.n n_..*, da
group etaicnt appeles a Ihlclvi.-r- et a
prendre des decisions sur les alfaires com.
munes: D'autre part, on ne saurait douter
que, en cas de guerre, la n6cessit6 ne dut









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


if'
Ayant assist6l 1A.i I.~ 'sr des coutumes
primitives, it fant maintenant so demander
comment ces costumes, qui durent etre
tout d'.I.,rdi assez fllit unl-., prirent-elles
quelque fixit6 ct I;.ir'ili..r-nrit rfis ; Ie ru i-
ment du droit. )
Cola s'explique, suivant Mr Emile Gan-
thier, par Faction predominante des chefs
que nous venons de mentionner, des honm-
mes proposes h la direction des soci6tes
et qui, sous le n-m de roi ou sous tout
autre nom, rainnaiient a I'observation de
la coutume ceur qni s'en ecartaient. Its
6taient, en quelque sorle, ( les organes
nalurels > do la coutume. On concoct fa-
cilement, dit cet auleur, quelle dnt etre
'imporl.ance, le pir -ili'- de cos i''liin."ll'
souls depositaires de la coutume, i-!hi _.,
d'en rivtler les regles anx autres '*.1 d ,-.i
assurer 1'execution. Cetll mission, loute-
fois, pensons-nous, no dut acqnerir toute
son importance qu'apres que les tribus,
s'6tant fusiounees entire elles pour pro-
duire la Cit, la connaissance du droit
coutumier, devenu plus ii- et plus comi-
pi'i.l,', fut, par cela meme, rendue plus
Illi-il,-, moins a lai portie de tous. )Dans
les groups pen nombroux, dans la tribu
par example, la coutume so revelait, pour
ainsi dire, d'elle-mmeo. Elle ill'l ''..il en
qi.ll. ..i -i 1 .i de son esprit tons les mem-
bres du group, continuellement il,,.I.'I'.
dans son atmosphere.
.\piu les rois, Ie r6le social que nous
venons de caracteriser 6chut, dans les Etats
antiques dent on a pu suivro I ,'n.ill .
a une classes lu iiII --- qni r'iiu-lil ll ,il
l'aristocratie : los I11i.iAr;1l-' i Athencs,
les Patriciens A Rome et dans les pays a
castes, dains l'Indr par ..-in..ipl- o en
Egypto, aux corporations de pretres, c'cst-
A-dire it la caste ..ri. I 1.i I.Ih. (1)

s'iinposer de remettre toute l'autorit6 a un
chef unique. La guerre, quelqu'en soit Ie
c.ii ci' i,.. .terieure ou interne, favorite le
de'lili i.-et l'on ne peut espiher mettre fin
:I c l-li-ci I 0 e t-il[ :nutant que l'on s'est, au
lic !lil, delbirr.i.-e dela guerre..
(1) La question de savoir si, i un moment
liini.i 1'Inde et FllE;.-pl eurent un gouverne-
ment vCritaulemnent theocratique, ( en enten-
l.int pI.r 1' un systime l[.,liiiiiile et social oil
li cl-.i, qui se Irir .ui\ speculations intel-


On comprond du rest, faith encore re-
n ill -'i Mr Gauthier, combien il 6tait
iilil- ivant I'invention de l'.lihiri:, ,' qu'uno
class dI'inrlividus fElt spcialement char-
g@e de la connaissance des traditions et
des costumes et de leur application dans
les debats que sonlevaient les intArlts pri-
ves. II n'efit 6dt gure possible, autre-
nent, d'en assurer la conservation.
Malheuroesement, il est dans la nature
des aristocralies de vouloir perpe~tuer lour
,'I ,. historique, en le prolongeant jus-
qu'a des temps oh le cot6 utile et sociale-
iill 1 i i\ it i.ill\ s'en efface, pourP n'l
plus laisser apercevoir que les inconve-
niens.
Ceux qui ttaient ainsi constitu6s los d6-
posilaires du droil en reliraient certaine-
ment des privilBges enviables, une pr6-
ponderance marque6 sur los autres classes
du people. Aussi mirent-ils tous leurs
soin., voulant conserver pour eux seuls
une science si pi.',ii ,,i, a l'Ientourer de
mystlre, A lI derober a la curiositO des
classes iaferioures lesquelles, a la la l11.:,
\,i'ni,,i, en avoir la communicatiion et
firent, duns ce but, de grands et perseve-
rans 'll,.i I
Ainsi, pour nous on ienir at 'un dos
peuples don't 1e droil, Oans son evolution
historique, a 6te le mieux .'Illii et est
bien connu, ce n'est qu'a la suite d'une
longue lutte entire les patricieus et los pl6-
beiens que la victoire de ceux-cil amni, a
Rome, la divulgation et la vrdaction de la
coutumi. ( 1 )
lecluelles, et qui est en m&me temps vouee aux
choses religieuses, exerce le double pouvoir
temporel et spiritual) cette question est con-
troversee, surtout en ce qui concern 1'E-
gypte, ct Mr Stuart Mill, dans son ouvrage
intitul : Ag. Come et le Positivisme tient
pour la negative. On ne sairait nier cepen-
dant que, sans d6tenir directenimnt le gouver-
nenient polilique, la caste sacerdotale n'ait
eu, en ces p i' -. dans 1Inde principalement,
une influence consid6rabte sur la caste guer-
riera et sur le roi lui-mnene. Elle avait cer-
tainement dans ses attributions, et ici la con-
troverse n'est guere p,_I,.iile croyons-nous,
la connaissance de la loi.
(1) Les dernieres ph.i-;,; de cetta lulte qui
ne prit jamais un caractere violent s3 derou-
1rent pendant les annaes place es e;atre -i,
et 333 avant 1'ere chrelieniue. Les pl6beiens
current dIe lors acas. a touted les foactions
pabliques.


..............1111) *!1








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Ce r6sultat obtenu, on entra, par la
suite, dans 1'6re des lois 6crites, des codes
qui appellent l'intervention d'un l gisla-
teur, et on passa du m6me coup, de la
premiere p6riode de la civilisation, oil le
besoin predominant est le besoin de per-
manence, a la second periode qui so ca-
ract6rise surtout par la variabilit6l
Et ce progr6s si difficile A obtenir, 6tait
des plus necessaires, car, nous dit Bage-
hot. ((arrive cepoint oit I'organisation
hiriditaire est dded fortifide et fixee, oil
l'esprit malleable et les passions vio-
lentes des nations ( 1 ) dans I'enfance
sont faconnis, contends, guidds par de
puissans instincts acquis, ce qui frappe,
ce n'est plus la necessild de conquriri
une loi durable mais celle d'en sortir,
ce n'est pas d'dlablir les premiers usages
conservateurs, c'est de s'en affranchir
pour atteindre a qelique chose de meil-
leur. )
L'acliondul6gislateur devint n6cessaire
surtcutlorsque degrandes units poliliques
sefurent formiees qui comprenaientcommen
l'Empire remain, come la France apres
la fiodalil6, des peuples de races, d'ori-
gines diff'i i,. :-, ayaut par suite, en ma-
tiire de droit, des coulumes ct usages
dissemblables.
En ce qui concern la France, l'unit6
politique, oeuvre de la monarchie, puis-
samment aide et soulenue des ligntes,
cut pour consequence I'unitl 16gislalive,
acuvre do la Revolution franchise.
Elle ne s'oblint pas d'un soul coup,
celle unit6 de 16gislation. Elle lnu prepa-
ree par loute ulne serie d'entreprises et do
Les choses suivirent lne marclhe a pen
prIs semblable A Athenes. La classes noble
( les eupatrides ) dut se resigner A relnplacer
les lois non ecrites par une 1Jgislation
susceptible d'etre connue de tous. On cut de
cte facon la lDgislation, si connue pour sa
severite, de Dracon.
(1) Bagehot emploic le mot nation assez
souvent et sans en prcise'r le sens. Nous
aimerions niieux, pour notre part, le mot
people ou le mot Etal, celui de nation indi-
quant, suivant nous, le plus haut degrd d'6-
volution politique et social, celui on la con-
science de la solidarild collective, tant dans
le temps ( continuity social ) que dans l'es-
pace, se troupe avoir acquis chez les mem-
res du group, une nettete et une intensity
trWs grandes, ou le lien psychiqae qui les lie
entire eux atteint toute sa force.


travaux oft priront part non-sculement la
royautl francaise, mais encore ces grands
jurisconsultes don't on a -dit qu'ils
Mtaient les viais auteurs di Code Civil :
Dumoulin, Domat, Pothier, etc.
Le roi de France Charles VIII, par le
fameux 6dit de Monlil-les-Tours, rendu
en 1453, ordonna d'abord la redaction
des coutumes qui ltaient an nombre de
360 environ, si bien que Voltaire a pu
dire que, en voyageant en France, on
changeait aussi souvent de coutume que
de cheval ( 1 ). II fallout un peu plus d'un
si6cle pour mener ce travail a bien et ce
ne fut que deux cens ans plus tard, a la
fin du XVIlle si6cle,que la Revolution fran-
..ii-', come nous venons de le dire,puis
le Consulat,rdals'irent l'unitdpar de grande s
lois 6crites applicable dgaiement dans
toules les anciennes provinces, recemment
divisdes en D6partemens. Quelques ann6es
plus lard eut lieu, comme on sail. celle
grande oeuvre de codification qui procura
successivement i la France les codes qui,
modifies parlicllement an course de cesiecle
par des lois spiciales, out maintenu, en
cc pays, l'ordre et la r6gularit6 dans les
rapports juridiques.
Nous avons eu, pour notre part, A b6-
ndficier iudirectement de cette oeuvre, car
cc sont les codes francais qui, moyeunait
certain ,:1 ii_' iil- et remaniemens
proprebs les adapter a noire 6tat social,
out 6td adopts par les fondaleurs de
l'Elat lhalion pour y fire regner, dans
l'ordre civil, commercial et pinal, les
principles do lill". Iit etC de justice. ( 2 )
Aufuret t mesureques'ecoulaitll siicle,le
mouvenient ue codification s'est poursuivi,
en s'aclivant mirne sur cerlains points (du
globe t I'un des grads Elats Europtens,
don't I'unild politique s'est le plus tardi-
vement faite, I'Empire d'Allemague, 'iicil
a son tour de recevoir ( en 1898-1899 )
un code civil iuuli, applicable a Loutes
les parties de l'empire.

(1) On comptait 60 costumes g6ndrales on
provinciales et 300 costumes locales de
moindre importance.
(2) Sur nos codes, on pourra consulter
l'dtude sur le Droit positif ecrit que j'indi-
quais plus haut, et celle consacr~e a l'his-
toire et i la description g&nerale du Code
civil parue egalement dans I'un des num6ros
de cette Revue ( Anne 1592 ).








REVUE DE LA SOCIETY DEJ]LGISLATION


Nouspouvonsdonedirequelespeuplossont coulinm dans le pass, d'indiquer la nd-
et p6netrcnt de plusen plusdans l'6re non cessite de se mettre en iir,.k' centre tout
seulement des lois 6crites, mais des coies, sentiment do dedain a l'endroit des pre-
en comprenant sous ce mot des colloclions miers siicles do I'humanit6. Soyons, an
6tendues de lois 6crites, ordonades, clas- contraire, dirons-nous avec Bagehot.ploins
sees avec mathode et regissant toute une de reconnaissance envers ces Ages primi-
cat6gorie de rapports juridiques. tifs < pendant lesquels le monde s'occl-
La costume, minme dans les pays, pail a diablir, pour ainsi parlor, la
come les Elats Anglo-Saxons, oi elle a consisiance inicllectuelle, les habitudes
conserve un large champ d'application, continues et eohdrentes, la preference
voit son domuaine se ressorrer de plus en des jouissances uniforms aux jo1ils-
plus devant l'onvahissement de la loi sances violentes, la Iaculte durable ide
6crite. preferer, alt besoin, 'avenir au pre-
11 no manque pourtant pas d'auteurs sent, les conditions prialables sans les-
pour la proner et en vanter I'excellence. qnelles la civilisation ne pouvail com-
Ainsi, le c6l6bro juiisconsulle allemand, mencer a exisler, et sann lesquelles, eul-
Savigny, et son kcole ( l'cole Ihistorique ), elle commence, elle aurait bienitil cesse
voient en elle << la forme la plus parfaite d'exister a. (1)
du droit, la sole national, parce qu'elle IV.
est la seute spontanee a. Pour eux, ( I'd-
nergie de Fesprit public so measure, dans Das les tsemps Imofernes, la coultimo,
chaque pays. a I'aclion laissoe A la cou- cn sus ot Ai cold d la loi 6crite, tient,
tunie ct a la puissance iqu'elle exerce )).(1) nons I'avons dit tout t l'houre, beaucoup
(. Le droit priv6 remain, dit Mr Ch. moins de place qu'autrefois.
Beudant, dans l'ouvrage pr6cile ( pages Cependant co serait une errear de
52 et 54), a 4t6 l'ceuvre spontanIe et n6- crolre que mtnme aujound'hui, et dans les
cessaire du temps; ii s'est form par 1'u- pays oiu :1 codification s'est 6tendue ai
sage et la tradition, il a 6t6 drigd en sys iresque louto es ls branches do la l.] i-,-
time par les jurisconsultes conmme oeuvre lion, elle no fait pas loi dans cerlains cas.
do pure raisou ). Et ii ajoulo ensuite : II a 6tW miniles fois jugden France, que
q Ulpien penche a voir, suivant la pro- la reconnaissance d'un Ini- ., par un tri-
pension de son temps, dans la manifesla-
lion spontande du droit par 'a couture,
l'expression minie du vrai [. [1] Cette citation est encore tire du savant
n soil, t os ouvrago intitule : Lois Scientifiques di De-
Quoiqu'il en soil, Ct sais nOUS .*,,o'.,,' vcloppement des Nations [ Alcan, 6diteur ];
dans line discussion sur les avanlages et plusicurs des iddes 6misespar l'auteur, dans
les inconvdn;ens respectifs du droit 6crit ce beau livre, ont 6Ld, depuis, reprises, ela-
et du droit coulumier ( 2 ), il suffira pour borees a fond et rdduites en svstlmes. Ainsi
Sle grand fail de limitation social a dte dtu-
le moment, appr6ciant, come ii convient, did,' i n'y a pas tris longtemps, par Mr
la fonction \.ihl.irnI qu'a remplie la Tarde, profondement examine en lui-mime
et dans ses rapports avec d'autres ph6no-
(1) Consulter sur ce point, Ch. Beudant : mnnes de psychologie collective, et de cet
Le Droit individual et I'Elat ( page 191 ). Mr examen Mr Tarde a tire les lois sociologiques
Beudant est un des plus savans civilistes que qu'il a appelces L Les lois de l'imitalion ,. 11
la Faculte de Droit de Paris ait possedCs. n'en rest pas moins vrai que Bagehot avait
Son livre former une excellent et substan- bien apergu le phenomene ct en avait fail
tielle introduction i l'etude du Droit. Nous ressortir touted l'importance.
n'aurions de reserves a faire qu'en ce qui Nous ne saurons trop recommander aux
concern certaines appreciations touchant la jeunes gens qui suivent nos etudes la lec-
ture attentive de son ouvrage, don't ils reti-
Sociologic. reront les meilleurs fruits. Ses indications,
(2) On trouvera dans notre 6tude dejh plu- come on l'a vu, nous ont 6Lt fort pr6cieuses
sieurs fois rappel6e sur le Droit positif quel- pour la composition de notre elude. Nous
ques indications au sujet des avantages du devons aussimentionner Mr Emile Gauthier
droit 6crit, surtout au point de vue e l'ap- qui nous a fourni d'utiles renseignemens,
plication de la rigle : nt n'est cense ignore qu'il nous a fall cependant rectifier 16gere-
.a loi. nment, sur un point ou deux.









REVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISLATION


bunal a la mtme importance que cell heurlent A une prescription formelle du
d'une loi. Code civil don't I'article 3 porte : < aucnne
Plusieurs dispositions de notre Code ci- loi ne peut Htre abrogCe ni suspendue
vil se reftrent aux usages locaux qui se que par lne aulre loi. )
trouvent avoir I' l'ii"i mAme de la loi. Le besoiu social acquiert cependant,
Citons, entre autres, les articles 488 et en certaines circons!ances, une si grade
1507. ( L) intensity, il reclame si ilmlpiI i._-i.i'iit-
En droit commercial, los usages jouent lill.tio': que, lorsque la loi se moutre
ua r6le assez marque et foule de points insuffisanto a cet i-4 11 ou mOme s'oppose
sont regl6s par cux. ( 2) au risultalat church[ que nous supposons
Ce n'est pas seolemeat dans le cas naturellement I:,-qil :,I: ct dnue6 de tout
d'un renvoi former faith par la loi t la cou- caract6ro subversif, il peut so produire,
tume que celle-ci faith autorild. II y a des pour obvier aux lacunes de la legislation
usages qui, en dehors de cetle espice d'a- 6crite ou- ourner les obstacles qu'elle sou-
doption in.li;j :i.. faite par ta loi, comn- 1eve, de virilables creations coutumieres
pl6tent cell,-ci, y ci iil.ii[ et don't on peut qui, soutenues p:r I'assentimnont gdneril,
dire qu'ils out en quelque sore une force obtiennent la force 1,,;.L I I.ice.
obligatoire plus grade que cell do la loi C'est le cas de rappeler l'exemple,mis on
elle-meme. lumni re au debut do cel article,do la liqui-
Ainsi l'dpouse prend le norn de son datiou judiciaire don't les forces, avant
epoux et y a droit, sans que, cependaut, toute consecralion 16gislalive, s'imposaient
cela soit quelque part kcrit dans la loi. assez uniformulment au monde cominer-
C'est du pur droit coutanier. cial de Port-au-Prince. ( 1 )
Beaucoup Il'autres mati6res pr6senlnt ,
des eoemples analogues. Celui-ci suffit Poou fixer une coulume, eu cechera
pour monlrerol loul la force 1'* ,I, que le sens exact, on recourail, dans I'an-
I'usage peut avoir on certain cas. cileue Fr n:.,. a des euqueles spiciales,
Du poit de vne ou nous sommes ici conues sous le nomde enquites par tar-
plac6 les usages be peuvent diviseo on be, per turbam. La m~meo habitude s'est
trois classes conservet e aujourd'hui en certaines ma-
o. Ceux que la laoiteri!e consacre: soil ties, surtout dans To commerce. Quand
direclement, auquel cas ils sorlent. du un point est douleux, pour l'dlucider, on
domain coulumier, ayant fail l'objot d'une fait inltervoul dos consultations de nego-
decision special du lIgislateur ; soil in- cians des pardres, comme on les ap-
directement, par simple -,.r;,rw,.' on ren- pelle. Notre commerce connait peu cet
voi, ce qui lour enlive, d'apr6s nous, non ".,' croyons-nous, mais il u'est pas
pas complitement, mais on partie du dit (quil u'auajamais A y recouilr.
moins, leur caracltro de r6gles puroment 11 nous resto donner brivement quel-
coutumi eres. qIuesi i.,li. i;,.. sur .10 rle et 'iimpor-
2o. Les it i'-, qui ne sont pas consa- lance de la costume dans 1.3 droit il lii,
crs par la loi; qu'elle ne vise pas non et dans le droit amricain ( colui des Et ts-
plus, mais qui n'y sont cependant pus Unis ), qui on drive.
contraires.. Eux souls pouvent, sans dis- Toute une grand ,1 li;i do la l: -.; -
cussion possible, ,in to i *les .:i dtie lion anglaise ( la plus large peut-on dire )
verilables lois coutumtnires obligatoireos. t1at priv(ie que publique, celle' qu'on ap-
30. Les usages cilin qui sont contraires polle le droit coimmnu ( common law )
Sla loi dcrieo el qui,. par consequent, se reDose sur des coulumes don't. l'ori-ine


(1) Voici d'autres articles du Code visant
des usages locaux ct autarisant les juges A
en tenir compete : 590, 591, 593, 663, 671, 1135
1159, 1648, 1736, 1753, 1751, 1758, 1759, 1762,
1766.
[21 II y a uue loi des 16-20 Juin 1866 sur
les usages commcrciaux.


remote aux premiers sidcles de I'llioi1,-
d'.\n'l_'l.rr :, bien plus haut, suppose-t-

[1] Nous no savons si l'application de l'ins-
titution, encore rev6tue de son c.r.i.lt-Ir,: cou-
tumier, avait 6te trendue aux autres localities.
du pays.









REVUE DE-LA SOCIIETIE DE LEGISLATION


on, que le onziime sitcle. A cit6 de la
coutume g6nerale, on y tronve anssi des
coulumes plus restreintes, localisees sur
une parties du territoire.
)ans l'ordre politique et constitutionnel,
l'organisation des pouvoits publics, leurs
rapports entire eux, le role et la function
parlementaire du cabinet, que- ir Boutmy
appelle Ie <( pivot a du syst6me gouver-
nemnental a;11' ,, tout cela, toutes ces
grande questions de droit politique re-
lvvent du droil couturier et ne sont pas
r6glOes par le droit statutaire.
L'absence de codes no laisse .pps que
do crder, taut pour l'6tude du droit que
pour son application, d'assez ga.iind. dif-
licult6s. Aussi des voix autorisOes n'ont-
elles pas manqu6 de s'6lever en faveur
de la codiication. Nous nous contente-
rons de reproduire, en l'abrlgeant, la
conclusion qn'un juriste m-I ii Mr A.
Pavitt, a doanue a son livre, paru on
18.-l.;, sous cc titro : Le Droit anglais
codified. ) ( 1 )
s( Ui ensemble, dit-il, ( pages 229 et
< 2.1i ) fornmi de costumes tellemint an-
( cienues qu'on no connait plus exacte-
(( mnit leiar t,1iii.. t leur etendue pri-
a m:ti\os, costumes don't q(pi'lli:---iii.
( t. rrSgiss !nt (q'e tel ou tel comai, d'a-

1 ) Pour bien comprendre cette con-
clusion, it faut savoir que, a part
la coutume, le droit positif anglais a
encore pour source lo. la FIodalite, mot
qui design un ensemble de regles remon-
tant a 1'6epoiue ftodale, 2o. i'equili, compre-
nant les decisions rendues par les
juges speciaux, fonctionnant depuis 1603.
( Auparavant ces judges avaient un
caract6re religieux. ) Is ont eit institu6s pour
tcmprecr,adoucir la coutume dans les cas o0i
clle se montre trop rigoureuse, en appliquant
des regles dicl6cs par la raison, par I'Cquite.
C'est done la jurisprndence qui est ici le
dCp6t du droit, A cctte occasion, nous ferons
observer que la jurisprudence, dans tous les
pays, est une sorte de coutume,lacoatumnI
des tribunaux ct, quand elle 6mane d'un
tribunal supdrieur comme le tribunal de
Cassation, par example, et qu'elle est inva-
riable, elle s'impose. dans une certain
measure, sans faire loi cependant, aux tribu-
naux inftrieurs et par suite aux particuliers.
Une f-is bien fixde sur un,- .jtii. 1.:n, la ju-
risprluence devient le c(miplI--ii;i di ila ioi
6crite:3o.La troisime source du droit .n-'l.Li-
r6side dans les status( lois 6crites vot6s
par le parlement, promulgues par la Cou-
ronne.


Stages foodaux absolument antipathiques
a aux idees modernes et insuffisantes pour
a rppondre aux necessitos do no're temps;
de ois innombrables promulgunes dcpiis.
. l I:.,, uno grand parties ayant .,' i.I, ';.
a partielleinnt par des lois snbsiqueutes,
o on servant A oxpliquer des lois nnt6-
< rieures; niiii de milliers de decisions
(< de juges, remontant aussi A plusieurs.
< sikcles, un tel ensemble n'6tablit pas un.
a corps de lois di;n ', de la nation an-
(< glaise. a
SUn jour viend'-a, ajoute-t-il, it n'est
< pis 6loignui- oh means compalriolos s'O-
a< Ioreront avec calmo et avec lorce control
<< la .inl i.:i actuelle.
Ce jour lt, a iu diu du hos, I'Anglo-
( terre aura iun code o.
Aux Etats-Unis lJ dlonnine de la <( com-
n( mon law a est pins restraint.
L'esprit amiricain.pias.ivort aux ilJui-
vations, plus soucieux de mettre les ins-
tilutions juridique a,e niveau des idees
inm.lernes a, par des slatuts sp6ciaux, pra--
tiqui dans ci(haqu[ i : It. do nombrouses
breches dans la coulume.
En outre, chaque Elat de I'Union, sans.
avoir tde codes proprement dits, au sons
quo les juriscousultes attaclhent a co mat,
out cependant reuni les lois, en los clas-
sent par ordre de matibres, dansde, :ii'. -,
collections imprimoies en .volumes, des es-
peces o o di--lsp qui facilitent les re-
cherches et '. t'il .. Quclques Etats, parait-
il, (Louisiane, New-York, elc,)possedent de
viritables codes. ( 1 )
QOant au droit constilutionnel, it est
formula, cornme on sail, pour la fc.hiration,
dans unn constitution gindrale dcrite, et
pour les Etals, par dos constitutions par-
ticulieres, 6crites ogalement.
N~anlnoins il s'e.t fortne latlralement
en co qui concern la .,-li!Ilt'iu fdi6rale,
par voie 1.-gh- n.' ni ir.- on par I'n- ',:2 sim-
plement, des i*...-; secondaires, des pra-
tiques fide1ement suivios, 'r .ai auxquelles
les Amnricains, ainsi 1q' ile fait nettement
ressortir Mr Boutiny on ses Eludes de
(1 ) N a-u puisons nos rn, i_,i ,:a'in 'n sur
ce point daus l' r,-' de Mr Amiaud :
Apergn des legislations chiles datant de 183M,
Nous n'avons pas eu le temps de les controler,
mais on peut suppos2r que, depuis, le mou-
vemeni de codifcation a d' ,;-i..-r d'autres
Etats.


'I"" ''' '" '''............... ........ ........ I ... ......... ........ ....... Il~i li~.ls iIsl~l llilllr I~ l~lr lI~l~ l~ llr~








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Droit Constilulionnel ( 1 ) iront du fonc-
lionnement de leurs pouvoirs publics, thdo-
riquement mal agenc6s, des r6sultats avan-
*tageux A la march reguliore de clurs
pays. Its ddploient a celte fin, un esprit
de moderation politique et une i:: .'
pratique peu communes.
V
Notre ttude seimb!e appeler, come
conclusion qnelques considerations .'-.I:-
rules. Ellcs sfroul d'ordre sociologique,
mais Ai leur place ici, ca leo droit, surtout
quand on l' 'ii, i- historiquement, et la
sociologie ont plis d'un point de contact.
Nous avons vu los socials humaines,
aprbs avoir traverse une p6riode d'exis-
tence ofi tout y est mobile, instable, in-
consistant, parve;iir i un second stade of
4'ordre social, reposant sur des institutions
sucolaires, acquiert un degr6 de solidity et
de permanence qui, i la longue,devient un
obstacle an d6veloppement, A la march
en avant.
Cependant, sous la forte pouss~e des
forces sociales ascendantes, I'osprit de rou-
tine, de conservation A outrance, fli',il et
le progr6s, par le jeu des causes modifi-
catrices, peut se manifester. C'est le troi-
sieme age, caract&risM par le desir parfois
immod6d'6 du changement, par la variabi-
lite.
N'est-il pas, d'apr6s cela, permis de pr6-
voir et d'affirmcr que l'Age adult d'une
socit-', son 6tat normal, doit presenter la
sJnlls'., des ielmiens civilisateurs fournis
par le passe, syntll'se d'oui r6sultera la
conciliation de l'ordre et du progress ; 1'or-
dre se rattachant i des idBes de structure,
d'organisation, de fonctionnement r6gulicr
des organs sociaux; le progres r6pondant
a des notions de d6veloppement, de ppr-
fectionnement de ces organs, c'.l-'I-il ii
pour preciser,dos institutions fondamentales
etaccessoires qui assurent et facilitentl'exis-
tence collective.

(1) Un volume, don't la deuxi6me edition
a paru en 188S etdont nous conseillons forte-
ment la lecture a ceux qui veulent se fire
une idWe exact de la constitution anglaise
et de la constitution amnricaine. Ce volume
renferme, en outre, une etude tres pinetrante
sur la nature de I'acle conslituant en Angle-
terre, en France et aux Etats-Unis. Mr Boutmy
est l'eminent directeur de l'Ecole libre des
sciences polit,'i;tl ( .


Colle-ci, d6s lors, sc trouvera oriented
vers le point ofi, les facullts inlellectuelles
et morales de l'rnlmi ii ayant acquis toute
la puissance dont- elles sont susceptibles,
I'espice hnmaine alteindra A la some de
bonheur compatible avec les conditions
physiques et cosmologiques de la planule
qu'elle habile, avec celles aussi de sa
propre constitution organique.
Parvenues A cet etat normal d'equilibre
tonctionnel et oi le moaveenet vors Io
mieux, movement regulier, continue,
sera rationnellement dirig6, les so-
cidtAs humaines verront so r6aliser, dans
leur sein, la belle formula de philosophic
social concue par Aug. Comte el que nous
avons miseen exergue a notre cours d'Ins-
truclion Civique : I'ordre pour base, le
progrrs pour but, amourr pour prin-
cipe.
JUSTIN DEVOT
22 Septembre 1900.


N6crologio. Tandis que nous
nous prdparions a complimenter noire
distingud concitoyenM. Dantes Dujour,
chef de division au Minist6re du Com-
merce, de son opuscule traitant de l'dla-
blissement de I'imp6t sur l'alcool en
Haiti, une mort tragiqueest venue 'en-
lever anix esp6rances de son pays, a
1'estime do ses amis et A l'atfection tdl
ses proches. Nous nous associons
d'un coeur sincere aux regrets qu'a
provoquds cette perte dans toutes les
classes de notre society. A cOtd de quel-
ques critiques sur la pralicabilite et
l'opportunit6 du novel inmpt prdco-
nisd par notre ami, on avait rendu
universellement hommage a la cons-
cience don't 1imoignent le solide ex-
posd de sa th6se et les rdf6rences nom-
breuses don't il l'avait fortifide. Ecrite
d'un style clair, congruent au sujet,
cette brochure avait fait beaucoup
d'honneur i son auleur. Nous pouvons
done dire que Dantes Dujour est mort
en plein succs.
Dans un de nos prochains num6ros
nous publierons,comime homage a sa
memoire, un extrait de l'Impdt sur l'al-
cool.


- .. .... .. .. .... .. .. ..._ ...... .. .. .... .. .... .. .. .... .. .. .. .... .. .. .. .. .... .. .. .... .. .. .... .. .









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Bulletin des Lois et Actes Lgislatifs

promulgues en l'a ne 1900.

ARRE UE.
TIRESIAS AUGUSTIN SIMON SAM,
President d'Haiti.
Vn les articles 29 et 37, 40 et 45 du
Code de Commerce,
Sur le rapport du S'cr6taire d'Etat de,
Finances et du C:ommerce,
Et de I'avis du Coaseil de; Secretaires
d'Etat,
ARRETE :
Art.- La Soci6tt anonymn forme sons
la denomination de (K Socitd .iL'ii' I1' et
indnstrielle de Port-au-Prince > ayant
son siege social en cette ville, suivant acte
sign au dit lieu, Ie 20 Mars 1900, est et
demeune autorisde.
Sont approuv6s le Statuls de celte S)-
citti, lesquels, ainsi que le dit acte, ros-
teront annex6s au present arrWtd.
Art. .- La presente antorisation pour-
ra dtre rIvonquJe en ca- de violation on
de non-extcution de; Statuts approuves,
sails prejudice des do wn i ,I'-iiit'i ':l des
tiers.
Art. 3.- Lo Secretaire d'Etat des Fi-
nances et da Conimmrce cst charge de
l'execution du Present arrete qui sera
imprim6 et public.
Dt)onn au Palais National, ti Port-au-
Prince, le 23 Avril 1930, an l9 doe 'lu
dpcendance.
T. A. S. SAMI.
Par le President :
Le SecrJtaire d'Etat des Finances et da
Commerce,
P. FAINE.

LOI

Il;Il.i.\' AUGUSTIN SIMON SAM,
President d'Haiti
Us nt de l'initiative que lui accord
l'article 69 do la C(in-linlin.ii.
Considerant que le service public se res-
sentailde la liquidation A courses 6ch6ances


des emprunts locaux et qu'il important
de degager les revenues A l'tlmporation et
une portion raisonnable de ceux A l'ex-
portation, affeelds a leur romboursemenlt,
on adoptant d'un conmmun accord avec los
porters do titres de crean::es g.aranties
par les droits de douano, un mnde uni-
forme de reglement qui en assure le paic-
ment dflinitif a unoe poque ddterminie ct
en m6m, temps la ri'-il. il' di service
des allocations budgelaires ;
Vu la Convention conclu:e le 27 .linvier
1900 entire le SecrBtaire d'Etat des Fi-
nances autoris6 par le Conseil dos Secr6-
tailes d'Etat et les porteurs de Bons d'em-
pruuis,
De l'avis du Conseil doe Secretaires
d'Etat,
A PROPOSE,
Etle Corps -; I i!if a vote la loi sui-
vante :
Art. 'ler. S )t c isolidos et uniitis
les emprunts localu' g6n6ralement qul-
coi'lues ,- ri'!; par les droits de douane.
Ces -w*ii il- r.pporltnt un intr t an-
nuel de 2 o/o ;i partir du lor Mars 1930.
Celui du 12 DScombre '1833 romboursa-,
ble ei mounnic nation:le ost converting or
americain au taux de 21) o/o soit cent dol-
lars pour cent vingt g)urdes, i i,,aiunuat
1 o/o d'interet par m)is ai conlpter du
premier F'vrier de la prisbnle ani6e.
.rt. 3. Sont ,'*.- 11n .1O consolid(ls on
veriu de la Convention du 27 Nov inI, .
1899, les Bous a clchdances iiv., les sub-,
ventions accordnes el lIc. travanx ex6cutds
par controlts. l)s intdlrts de 6 o/o a'un a
computer du ler. DCaeinbro 'l i seoont
servis sur cette catglorie deDeltes. Mais
1' IIIIIli- i..i 1n ne cominencra que cinq
ans apres la date fix'e pour la consolida-
tion ,;.' 'r i.'
At I .. I-.n minjoration de 10 o/o est
accorded sur lcs B ns. d'emprunts dits
consolidis et une aulre de 15 o/o sur les
Bons d'emprunts du 21 Fdvricr 1899. Le
montant des majorations allou6es sera cal-
colu sur les balances restantes au 28 F6-
vrier I'l i, et les inltr&ts dis a la mrnme
date sur la b.ise des contracts primitifs et
non pays fate d'aftlctations seront ca-
l ii ;,li,,.,.
Art. 4. En g.rantie du rembourse-
meat, capital et intri&tsdes emprunts con-







REVUE DE LA- SOCIETIES DE LfGISLATION


solids et des chances mentionn6es en
I'article 2, il esl d6legu6, h titre d'affecta-
tion special, G. 1.331/3 or am6ricain
par chaque cent lives de caf6 exported.
Pour quelque cause que ce soil, il est for-
mellement interdit de toucher a cette affec-
lation qui demenre, a partir do ler Mars
1900 jusqu'A la liquidation complL:e, des
cr6ances advises a la consolidation, la
propriWle absolute des porleurs de litres de
cette consolidation.
Art. 5. Soni iedevenus libres, pour
.tre employes aux depenscs du service
conraDt des te ler F6vrier 1900, les droils
d'importalion et, i computer du ler Mars
de la mnme an:iee, G. 0,50 sur le cacao,
et les bois et racines de campeche.
Neaumoins los Bons compensables 6mis
Ie 31 Octobre 1898 seront couverts au
moyen du produit des droits affects A
leur remboursement.
Art. 6. La present loi avec la Con-
vention anncexe sera ex6coute A la diligence
du Secretaire d'Etat des Finances et du
Commerce.
Donne au Palais de la Chambre des Re-
pr6sentans, le 2) Avril 1900, an 97e de
1'Independance.
Le President de la Chambre,
HENRY N. PROPHIfTE.
Les Secrdlaires,
D. DESTIN St-LOUIS, J. B. LAURENT,
Donn6d la Maiison 'Nationale, le 26 Avril
1900, an 97e de 1'Ind6pendance.
Le president du Snnat,
GUILLAUME.
Les Secrdtaires,
L. MALEBRANCHE, DrIARCH. DESERT
AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President d'Haiti ordonne que la loi
ci-dessus soit revenue du sceau de la Re-
publiqe, impimubliqe, ip, bliide et ex6cut6e.
Donn6 au Palais National, i Port-au-
Prince, le 27 Avril 1900, an 97e de 1'ln-
dependance.
T. A. S. SAM
Far le President :
Le Secretaire d'Elat des Finances et
du Commerce.
P. FAINE.


LOI.

TIREISIAS AUGUSTIN S\I:I'N SAM,
President d'Haiti.
Vu 1'article 69 de la Constitution,
Consid6rant que les motifs quiont don-
n6 naiss:'nce a la 13i du 26 Septembie
1899 existent encore aujourd'hui et qu'il
convient, par consequent, de proroger
cette-loi pour le prochain exercice budgi-
taire en vue de faciliter le paiemeni des
d6peases du dit exercise :
,'ur le rapport du Secrttaire d'Etat de
la Guei're,
Et de lavis du Conseil des Secr6taires
d'Elat,
A PROPOSE,
Et le Corps Legislatif a vot6 la loi sui-
vante
Art. ler. Est prorogie pour 1'exercice
1900-1901 la loi du 26 Septembre 1899
r6duisani au tiers de chaque regiment,
bataillon, compagnie de toutes armes, le
service de chaquue mois et portant que n6-
anmoins la revue de solde sera passe en
faveur d'un bataillon.
Art, 2. La present loi sera execuntl
A la diligence du Secr6taire d'Elat-do la
Guerre et de clui 'des Finances, ch:icuu
en ce iqui le concsrne.
Donn6 an Palais de la Chambre des Re-
pr6senlans, ce 9 \lai 1900, an 97o de I'ln-
d6pendance.
Le president de la Chambre,
HENRY N. PROPHETE.
Les secrdtaires,
D. DESTINY ST LOUIS, J. B. LAURENT.
Donn6 A la la lii.r Nationale, au Port-
an-Prince, le 11 Mai 1900, an 97e de l'In-
d6pendance.
Le president du Sinat,
GUILLAUME.
Les secrdeaires,
RENAUD HIYPPOLITE, L. MA\LEBRANCHE.

AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
Le President d Haiti orJdomin que la loi
ci-dessus soit r evtuedu .',i u de la Rd-
publique, imprimnde, pubiiee et exdcutee.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Donn6 au Palais Nalional, A Poil-au-
Prince, Ie 12 Mai 1900, an 97e de I'lnd6-
pendance.
T. A. S. SAM.
Par Ie Pr6sident:
Le Secre&aire d'Elat de la Guerre,
V. GUILLAUME
Le Secrdtaire d'Etat des Finances,
P. FAINE.

LOI

TIRESIAS A['G':ITIN SIMON SAM
President d'Haili.
Vu I'article 69 de la Constitution,
Considi'rant que les raisons qui avaient
d6termini la reduction de 20 olo ope ,e
sur les pensions civiles et les appointe-
meos des functionn;ires et employes de
1'ordre civil subsisient toujonrs, et qu'il
imported, en vue d'enrayer d6finitivement
la crise financii'e qui s6vit encore dans
le pays et d'asnr'er le service r1gtlier des
dites allocutions, de diminuer les charges
de 1'Etat en prorogeant pour l'Exercice
10'`1-1901 la loi du 28 Septembre 1899 ;
Sar le rapport du Secretaire d'Elat des
Finances et du Comamerce,
Et de 1'avis du Coiseil des Secretaires
d'Etat,
A PROPOSE,
Et le Corps L'i.i-I dir a vot6 la loi sui-
vanto :
Art. ler -- Est prorogoc pour .1'Exer-
cice 1900-1901 la loi du 28 Septembre
1899 autoris:nt une reduction de 20 olo
sur les pensions civiles et les appointe-
mens des fonctionaaires et employs de
I'ordre civil.
Art. 2. La presence loi sera ex6cnt6e
A la diligence du Socr6iaire d'Etat des
Finances et du Commerce.
Donn6 au Palais de la Chambre des Re-
pr6sentanis, le... Mai 1900, an 97e de l'li-
d6pendance.
Le President de la Chambre,
HENRY N. PROPIIIETE
Les Secrdtaires
D. DESTINSt LOUIS J. B. LAURENT.


Donn' i la Maison Nationale, au Port-
au-Prince, le 22 Mai 1900, an 97e de l'In-
d6pendance.
Le president du S&nat,
GUILLAUME.
Les Secrtaires,
RENAUD HYPPOLITE, L. MALEBRANCI1E
AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President d'llaiti ordonno que la loi
ci-jlessus soit revetue du sceau de la Re-
publique, imprimne, pvblie ct evacutee.
Donn6 au Palais National, A Port-au-
Prince, le 29 Mai 1900, an 97e de l'Hnd6-
pendance.
T. A. S. SAM.
Par le Pr6sident :
Le Secrdhaire d'Elal des Finances et
di Commerce,
P. FINE.

LOI
TIREiSIAS AUGUSTIN SIMON SAM.
President d'Haiti
Vu 1'article 63 de la Constitution,
Considtrant que, pour parer a l'insuf-
fisance des Voies el Moyens de l'exercice
1900-1901 et effectuer avec r6gularite
les d6penses inscrites au Budget du dit
exercise, il imporle de proroger la loi du
26 Sptembre 1899 :
Sur le rapport du Secretaire d'Etat des
Finances et du Commerce.
Et de l'avis du Conseil des Secr6tcires
d'Etat,
A PROPOSE,
Et le Corps Legislatif a rendu la loi sui-
vante
Art. lci. E4t prorogie po:irj'exer-
cice 1900-1901, la loi du 26 Septembre
1899 autorisant le Sacretaire d'Etat des
Finances et du Commerce a disposer, pour
couvrir l'insuffisance des Voics et Moyens
de 1'exercice I'l.ri-1901, de la surtaxe de
25 olo prvuoe dans la loi da 2 Octobre

Art. 2. La pr6sente loi sera execute
a la diligence du Secretaire d'Etat des Fi-
nances et du Commerce.








REVUE DE LA SOCITIE DE LEGISLATION


Donn6 a la Chambrt des Repr6sentans,
a Port-au-Prince, le 11 Mai 1900, an 97e de
1'Ind6pendance.
Le president de It Chambre,
HENRY N. PROPIHETE
Les secretaires,
D. DESTIN St LOUIS, J. B. LAURENT
Donn6 i la Maison Nationale, au Port-
au-Prince, le 22 Mai 1900, an 97e de 'In-
d6pendance.
Le president du Senat,
GUILLAUME
Les secrdtaires.
RENAUD IIYPPOLITE, L. M.\LFl; \NCHl'II
AU NOM DE LA RIEPUBL[QUE
Le President d'llaiti ordonne que la lot
ci-dessus soit revotue du sceau de la Re-
publique,imprim6e, public et ex6cut6e.
Donn6 an Palais National a Port-au-
Prince, le 29 Mai 1900, an 97e de l'Ind6-
pendance.
T. A. S. SAM.
Par le Pr6sident:
Le Secrdiaire d'Elat des Finances el
du Commerce,
P. FAINE.

LOI.
TIRIiSIAS AUGUSTIN SIMON SAM,
President d'Haiti.
Vu I'article 69 de la Constitution,
'Connaisaaut (lu'en raison de 1'6tat ac-
fuel des finances du pays, lo Gouverne-
mnent se trouve dans I'inpossibiilil d'ins-
crire au budget aucune allocation pour
1'-,..ii ,-,; des principals villes de la R6-
publique ;
Consid6rant qu'il imported copendant
de donnler une solution ddiiilive aux dif-
li;:i. ih reclamalions adressees a ce sujet
au D6partement de I'lnl6rieur; que le
meilleur moyen de rdgler toutes ces ques-
tions est de racheter les divers controls

Sur le Irali lIr du S..:lli.,ii' d'Etat de
1'Int6rieur.
Et de 1'avis du Conseil des Secr6taires
d'Etat,


A PROPOSE
Et le Corps L6gislatif a vot6 d'urgence
la loi suivante:
Art. ler. Le Gouvernlmont esl au-
toris6ti racheter les contracts d'dclairage des
villes suivantes aux conditions et pour les
valeurs ci-apr6s indiqu6es :
Cap-Hailien. Concessionnaires, Louis
Andr6 Fils et Ch6ry Hlyppolite, P. or
50.000
Cayes. Concessionnaire, Jo-
seph R;ameau 50.000
Gonaives. Concessionnaire
Flolte Barbot 50.000
J.remie. Concessionnaire, La-
raque 40.000
Petit-GoAve. Concessionnaire,
Tancr6de Auguste 40.000
Saint-Mare. Concessionnaire,
Estime jeune 40.000
Aquin.- Concessionnaire, C6sar
Ducasso 36.000
Art. 2. La some de trois cent six
mille dollars, it laquelle se sont 6levoes
les diffBrentes valeurs convenes entire le
Gouvernement et los concessionnaires sera
consolidee et renvoyce i la caisse d'amor-

Art. 3. Par suite de la transaction ci-
dessus mentionn6e, les contracts d'6clai-
rage d6siguns en l'art. ler de la pr6sente
lot seront nuls et de nul efflt ; ot les lois
des 6 et / Dcemnbro 1893, 12, 13 et 14
Septembre 1895 qui los sanctionnaient
demneu'eront de plein droit 1il',II...
Art. 4. Les Secrt[aires a'tlat do I'ln-
t6rieur et des Finances sont, chacun en ce
qui le concerned, cliargs de l'ex6cutiou de
la prescnle loi.
Doiin, i la Maison N lii.ii i1:, au Port-
au-Prince, le 12 Juin 1: I'I, an 97e de
l'rnd6pendance.
Le President.
GUILAUME.
Les Secrdiaires,
RENAUD [IYPOLITE, L. MALEBRANCIIE.
Donn6 au Palais do la Chambre des Re-
prisentans, ce 15 Juin 1900, an 97e de
I'lndependance.
Le President,
HENRY N. PROPHITE.
Les Secretaires,
DESTIN St-LOUIS, LELIO ROC.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


AU NOM DE LA REIPUBLIQUE.
Le President d'Hlaiti ordonne que la loi
ci-dessus soil rev6tue du sceau de la RI-
publique, impriinid, publioe et execute.
Donned au Palais National, a Port-au-
Prince, le 46 Juin 1900, an 97e de 1'In-
d6pendance.
T. A. S. SAM.
Par le Pr6sident:
Le Secrdtaire d'Etat de l'Inlirieur,
T. AUGUSTE
Le Secrdlaire d'Etat des Finances
P. FAINE.

DECRET.

La Chambre des Communes.
Vu les articles 167 et 169 de la Cons-
titution,
Considdrant que les d6penses faites par
les Secr6taires d'Etat qui out ger6 les af-
faires du Pays durant 1'exercice budg -
taire, a partir du ler Octobre 1894 au 30
Septembre 1895, sont justifies ;
Usant des prerogatives quo lui accord
1'arlicle 69 de la Constitution,

DECRITE :

Art. ler. Est ddclard primn6 l'exercice
budgetaire du ler Octobre 1894 au 30
Septembre 1895.
Art. 2. Les citoyens C. Fouchard, P.
Faine, Labidou, T. A. S. Sam, Papillon et
Brenor Prophlte, qui out gdre l'adminis-
traticn publique, chacun dans une bran-
che sp6ciale, sont et demeurent ddchargis.
Art. 3. Le present ddcret seraimnprime
et public A la diligence des Secretaires
d'Etat, chacun en ce qui le concern.
Donne a la Chainbre des Communes, le
21 Juillet 1897, an 95ede l'Ind6pendance.
Le President de la Chambre,
V. GUILLAUMIIE.

Les Secrdtaires,
SUDRE DARTIGUENAVE,
D. DESTIN ST LOUIS.


Donnd i la Maison Nationale, le 15 Juin
1900, an 97 de l'Inddpendance.
Le president du SMnat,
GUILLAUME.
Les Secretaires,
RENAUo IIYPPOLITE, L. MALEBRANCIlE.

AU NOM DE LA REPUBLtQUE
Le President d'lIaiti ordonne que le Do-
cret ci-dessus du Corps L6gislatif soit im-
prim6, public et executl.
Dounn au Palais National de Port-au-
Prince, le 18 Juin 1900, an 97e de l'lo-
ddpeudance.
T. A. S. SAM.
Par le Prdsident :
Le Secrdtaire d'Etat des Finances et
dii Commerce,
P. FINE.
LeSecrYlaire d'Elatdes Relations Ex-
tdrieures et des Cultes,
B. ST VICTOR.
Le Secrdlaire d'Etat de la Guerre et
dela Marine,
V. GUILLAUMiiE.
Le Secrelaire d'Etat de la Justice et
de 'Instruclion publique,
F. L. CAUVIN.
Le Secrdtaire d'Elat des Travanx pu-
blics,
CTUs. LECONTE.
Le Secredaire d'Etat de l'Intrieur,
T. AUGUSTE.

DE]CRET

La Chambre des Communes.
Vu les articles 167 et 169 de la Cons-
titution,
Consid6rant que les d6penses faites par
les Secr6taires d'Etat qui ont g6dr les af-
faires du pays durant l'exercice IIuI'd-
taire a partir du ler Octobre 1893 au 30
Septembre 1894, sont justifies ;
Usant des prerogatives que lui accord
articlee 69 de la Constitution.


-...i....m. --r .m...m.rl i .......ll..m l. ..i...m.l..l. I l l- -l- ..m...l I...li......l. ti mi ...ll....I. ....m. m l .......ll Ii m t Im i im m ti m im i i








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


DECRItTE :
Art. ler. Est declare p6rim6l'exercice
budgalaire du ler Octobre 1893 au 30
Septembre I s.r 1.
Ait. 2. Les citoyens F. \.II':'lii, Ed.
Lespinasse, P. M. Apollon, A. Verne,
F. Ducasse, Ult. St Amand, qui ont g&r6
l'administralion publi.que chacun dans
une branch sp6ciale, sont et demeurent

Art. 3. Le present Decret sera imprim6
et public i la !il;il.r'.-L des Secr6taires
d'Etat, chacua en ce qui le concern.
Doun6 au Palais de la Chambre des Re-
pr6sentans, le 28 Sepiembre 1895, an 92e
do l'Ind6pendance.
Le President de la Chambre.
V. GUILLAUME.
Les Secrdtaires,
J. ADAM fils, P. CALIXTE.
Donu6 i la lMaison h wui;li h,, A Port-au
Prince, an 97e de l'Independance.
Le President du Si at,
GUILLAU \I:.
Les Secrdtaires,
RENAUD HYPPOLITE, L. MALEBRANCHE.
AU NOMJ DE LA liEPUBLIQUE.
Le President d'Hfaiti ordomne que le d6-
cret ci-dessus soil revelu du sceau de la
Republique, imprirmd, public et execul:.
Donn6 au Palais National, de Port-au-
Prince, to 18 Juin 1900, an 97e de l'n-
d6pendance.
T. A. S. SAM.
Par le Pr6sident :
Les- Secrdtaires d'Etal etc.

LOI
Consid6rant qu'il est jusle ct equitable
de netltre-I'Ecole N:tionale de Iodecine et
de Pharmacie sur le mnimo pied d'-: ililt'
que l'Ecole Nationale de Droit ; que, par
consequent, il y a lie de modifier la loi
du 16 Septembre 1870, portant roorganisa-
lion de 1'Ecole Nationale de Medeidne et
de Pharmaci ;
La Chambre des Repr6sentans, usant
de l'iniiiative que lui accord l'article (i1.
de la Constitution.


A PROPOSE
El le Corps L6gislatif a vo16 d'urgence
la loi suivante:
Art. ler. A partir du ler Octobre 1900,
le personnel de 1'Ecole Nationale de M6de-
cine el de Pharmacie sera ainsi compose :


Directeur
Professeurs
Pr[para;eur
Aide preparalcur

.T ol' iI or
IHoquelon


G. 130
UiO
a 50
: 30
S 50
a 50
< '15


Art. 2. La prBsente loi .lir. toutoles
lois on dispositions de lois qui lui sont
contraires et sera ex6cutee a la diligence
de3 Secr!,li'es d'Eiat de I'lnslrnciion Pu-
b'ique et des Finances, chacnn en ce qui
le concern.
Donn6 A a lMaison Nationale, 5 Port-
au-Prince, le 21 Juin 1900, an 97e de
'lnd6pendance.
Le Prisidentdu Senal,
GUILLAUME.
Les Secrdtaires,
RENAUD IYPPOLITE, L. \ l.El!;i \NICHE.
Donn6 au Palais de la Chanbre des Re-
pr6senlans, ai Port-au-Prince, le 22 Juin
1900, an 976me ef I'lndOpendance.
Le President de la Chambre,
HENaY N. PROPHITE.
Les Secretaires,
D. DESTIN ST LOUIS, J. B. LAURENT.
AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
Le President d'Haili ordonne que la loi
ci-dessu- soi re /tuo du sceau de la R11-
l.dilil iii:, imprimre, publi6e et exeecutce.
liDini. au Palais National, a Port-au-
Prince, le 29 Juin 19JO, an, 97e de I'ln-
ddpeudance.
T. A. S. SAM.
Par le President : *
Le Secrdtaire d'Etat an Dptarltement
de l'Inslruction publique.
F. L. CAUVIN.
Le Secrdtaire d'Etat des Finances,
P. FAINE.
Imp. Amblard, 136, ruedu Centre


.111 - ................ -, MI.-I11)11 I1111111)1 Ii~l~ii l~ i111i1i l11 II(1IIIll~l~ YI~l~iI~ l~ II11










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Questions de Droit et de Jurisprudence.


RAPPORT.
6 la Socitd de Ligislation.
Messieurs,,
Le sieur Henri Fromageot, secrdtaire-
adjoint de la.Sociele de Legislation com-
par6e de France, s'est address ha nous,
en notre quality de Soci)6t sceur de la
Sociedt franchise de Legislation compa-
r6e, a 1'effet d'avoir les renseignemens
suivans :
a) Quels sont les textes actuellement
en vigueur en Haiti sur la nationally des
navires '?
b)) Oi peut-on se procurer ces textes ?
c) Existe-t-il un recueil official ou pri-
v6 contenant .les lois relatives au com-
merce maritime, en dehors du Code de
Commerce ?
Ces questions, a mon avis, peuvent
Mire rdsolnes de la mianiire suivante :
) Depuis I'abrogation du d6cret d'i 12
Aolt 1843 qui riglementait la naturalisa-
lion et la navigation des batimens de
commerce, une loi du 9 Oclobre 1880 et
une loi du 20 Septembre Iss.., interprei-
tative de cette derniire, sont les seuls
textes qni r6gissent actuellement en Haiti
la nalionili!~ des navires.
b) Le Bi'llltin Officiel des lois de la
R publique cri- par un articlede la Cons-
titution renferme le texte de ces lois.
( Annes 1880 et 1883 ) Cetexte se trouve
6galement dans le recueil general des
lois sur les douanes de la 11R:[',ililuiii
c) En dehors du Code de Commerce,
il existe un recueil official des lois sur
les .,l-iI nl>. dil' i ci par l'Imprimerie Che-
net, 4.-, Ki-h lIlumnn-foi, lequel content
des lois relatives au commerce maritime.
Tels sont, Messieurs, les renseignemens
qui me paraissent de nature a satisfaire
M. H. Fromageot, et que j'ai l'honneur
de soumeltre a votre appreciation.
EDMOND HEIRAUX.

II
Cayes, le 19 Septembre 1933.
A la Socide'i de LIgisllaion,
Port-au-Prince.
Monsieur le President,
Messieurs les inembres,
Je viens soumettre h votre 6tude une la-
cune qui existe dans notre jurisprudence,


laquelle occasionne de graves prejudices h
la cause de 1'HumanitC. .
Actuellement, a la prison des Cayes, un
malhureureux y est encore, bien qu'il ait purge
la peine a laquelle it a W6t condamne.
Pourquoi y est-il jusqu'ici '? C'est parce
qu'il est retenu par la parlie civil en faveur
de laquelle lejugement de condemnation a
accord des dommages-inter6ts.
Pourquoi lc Code est-il muet snr cc chef,
quand ailleurs, tant pour deftes conmnercia-
les que pour anmlnd-' Pn faveur dc 1'Etat.
un delai dc .d6tention y est fix6, et ici
laisse-t-il le detenu A la l meri d'une partic
dans Ie coeur de laquelle bien souvent aucun
sentiment d'huinanitd n'a janiais penctr '?
En soumettant a votre etude ce point
d6l',,'ueux de notre Code, je crois que de
granles lumniires vont bient6t surgir et par
une loi, rt tirer aux parties Ic droit d'dter-
niser les victims du malheurdans leur Bas-
tille perpetuelle.
En appr6ciant la comiipetence de votre
Soci6t, je nme souscris votre serviteur et
concitoycn,
EUE fNE -RAYNAUD,
Officer de .I'Etal civil.

Si nous avons hien compris I'expos6
dti notre correspondent, il s'agit d'an in-
dividu condamnd par le Tribunal correc-
tionnel ou le Tribunal criminal a une
peine important detention temporaire et
a des dornmages-inle[6 ls envers la parties
civil.
Apres avoir purge sa peine, il se irou-
verait, faute de pouvoir payer le mon-
tant des dommages, retenu en prison in-
d6finiment par la parties civil, la loi
n'ayant pas pris soin, a cc ue ce roit
I'honorable c'.n rsmp'iJ I nil, de limiter la
duree maximum de la contrainte par
corps dnos ce cas special.
Que notre correspondent s' reassure !
La lacune qu'il nous siguale n'existe plus
depuis deux ans dans notre 16gislation.
La loi du 21 Juillet 1898, moditicative
des art. 37 et 388 du code penal, regl6
dtfinitivemeint le cas.
Voici la teneur de ces deux textes mo-
diliss:
t Art. 37. Lorsque ltes amendes et des
rrais seront prononces au profit de 1'Etat,
si apris 'expiration de la peine afflictive
et infamante, 'ernprisonnement du cou-
damnn pour I'acquit de ces coodamna-
tions p6cuniaires a dure une ann6e com-
plete, il pourra, sur la preuve acquise,
oar la vote du droit, de son absolue in-
solvabilit, oblenir sa liberty.
< La dur4e de l'emprisonnement sera
reduite h six mois, s'il s'agit d'un d6lit.


........... .... .. ......... ...... ................ .... ......




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs