• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Fevrier 1895
 Mars 1895
 Avril 1895
 Decembre 1895
 Juillet 1896
 Novembre 1896
 Octobre 1897
 Decembre 1897
 Juin 1898














Title: Revue de la Société de législation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080974/00004
 Material Information
Title: Revue de la Société de législation
Physical Description: v. : ; 29 cm.
Language: French
Creator: Société de législation (Port-au-Prince, Haiti)
Léger, Jacques Nicolas, 1859-
Publisher: Impr. H. Amblard
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1892-
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Law -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1. année (le 2 avril)- 1892-
Issuing Body: Publisher varies: 1892-1894, Imprimerie de la jeunesse.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080974
Volume ID: VID00004
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001109456
oclc - 18691953
notis - AFK5956

Table of Contents
    Title Page
        Page i
    Fevrier 1895
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    Mars 1895
        Page 17
        Page 18
    Avril 1895
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 33a
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
    Decembre 1895
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
    Juillet 1896
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
    Novembre 1896
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page a-210
        Page a-211
        Page a-212
        Page a-213
        Page a-214
        Page a-215
        Page a-216
        Page a-217
        Page a-218
        Page a-219
        Page a-220
        Page a-221
        Page a-222
        Page a-223
        Page a-224
        Page a-225
        Page a-226
        Page a-227
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
    Octobre 1897
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 315a
    Decembre 1897
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
    Juin 1898
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page b-1
        Page b-2
        Page b-3
        Page b-4
        Page b-5
        Page b-6
        Page b-7
        Page b-8
        Page b-9
        Page b-10
        Page b-11
        Page b-12
        Page b-13
        Page b-14
        Page b-15
        Page b-16
        Page b-17
Full Text



Quati6me ann6e No jr Port-au-Prince.
". \ ', .>


2 Avril 1895.


REVUE

DE LA

SOCIETY DE LEGISLATION
Paraissarit le 2 de chaque mois.

Siege social: chez MH .. N. LN GER
16, Rue du Fort Per.

COMITE DE DIRECTION ET DE REDACTION :
MM. J. N. LEGER, President
GEORGES SY LVAIN Secre'aire
A. BONAMY Tresorier
JUSTIN DEVOT
A. THOBY embres
Louis BORN
J. J. CHANCY



Sommaire-:
Avis.
Sdances de la Socidte:
21 F6vrier 1895.
20
21 Mars
Assembled g#ndrale du 7 Mars 1895.
Conference de 1'Ordre des Avocats, Conclusions de Me F. L. Cauvin.
Extrait du Manuel d'Instruction Civiquc de M. Justin Devot.
Loi sur le Notariat.
Bibliographic.
NWcrologie,

ABONNEMENT : 1 an P. 4 Le NumYro P. 0. 40

Adresser la correspondence au siige social.

PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE H. AMBLARD
136, Rue d1 Centre, 136,








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
/,/.//- /r /*!//*/ A p f f f f-If -o f. s fo .' /< / ./,/."-/ f/ ** I-. '** -f L. '


AVIS
Avec ce No commence la 4e an-
n6e de la Revue de la Soci6tE de
Legislation. Nous prions nos
agents de vouloir regler avec le
TrBsorier ce qu'ils restent devoir
pour abonnements.


SBancs de la Societ
(Extrait des proces-verbraix)

REUNION IU 21 FEVRIER 1893.

Sont presents : MM. Lger, Sylvain,
Bonamy, Chancy, Borno, Thoby, Lafo-
rest, Baussan, Bouzon.
PRISIDENCE DE M" J. N. LEGER.
Lecture du rapport de M. Borno sur
la question pose par M. Baussan a
propos du pret a intdrkt deguis6 sous la
forme de vente i rimere..
RAPPORT
Notre college Baussan disait A la seance
du 29 Novembre dernier : o Depuis quel-
que temps, nous sommes envahis par I'a-
giotage et par l'usure. L'usurier s'est emn-
pare de la clause du r6mer6 pour spoiler
sans danger !es malheureux. N'y-a-t-il pas
pourtant une distinction i fire entire une
vente a r6emere reelle et.un pret A interkt
deguise sous la forme de vente A remtir6 ? ,
Charge de presenter un rapport sur la
question. Mr le tresorier s'est trouv6 pris
lout enlier par uu autre travail de la plus
hlaule importance; jo v ais essayer de Ic
remplacer, lout en in'.ili.I IIII d'eire tries
1)red.
Yous savez Ito s I que I0 la x (de l'iili(r'tl
conventional n'est- nullemenlt limild en)
Haiti. Par cons6(i entl, tI'surie ( an se'ns
tlgal ) n'existe pas on llaili. Or, supposed
qu'iin individual, vouiilant Wprter deo 'argent
a un tax Iries leovd, ais pris d'un cerlailn
scrupule, s'entende avoc l'eilprntniur ipouIr
diguiser le pret sous la In ri'Ui d'unle' vele
a rImere, quelle pile t e(re li> valeiiu de
c l acle?


Et d'abord peut-il 6tre annulk come ca-
chant un prit usuraire ? Evideinment non,
puisque l'usuro n'existe pas dans intre
droit. Vaudra-t-il conmme vente A rinln'T ?
Telle est, a notre sens, la seule question
qui puisse so poser. Elt ell no soutfre pas
do difficult.. Un acle ne se dmnomme pas,
pour un tribunal appel6 a l'apprecier, par
le titre quc les parties lui donnent, mais
par la nature, le caractere inlime des clau-
ses quiy sont contenucs. Utn aco a beau re-
v6tir I'apparence d'une vented, si oi ses dis-
positions et des circonstanccs necessaires
qu'elles impliquenl, il r6sulte que ce n'est
pas une vente, le juge peul et doit le dcla-
rer en appliquant A l'acte les scules rigles
relatives au caraclre qu'il lui a reconnu.
Si done, en se basant sur certaines cir-
constances, ( vilild du prix, relocation du
bien achett faite au vendeur apparent, ha-
bitude do prIter ichez le pritendu acheleur )
le jnge reconnail qu'il n'y a pas eu vento
a reinere mais pret; ilfera produire ill'acte
routess los consequences du pri' et il n
I'annulera quo s'il ne raalise pas les con-
ditions 16gales en matiire de prit.
Plusieurs voix.- Ces conclusions ne
peuvent qu'dtre adoptees.
M. Baussan.- Messieurs, permettez-
moi de fortifier d'une considt'rationnou-
velle celles qui viennent d'dtre 6niises
par le rapport.
Le code civil decide qu'on ne peut don-
nd en garantie, vendre un immcuble, on
un objet mobilier donnd en gage, sans
avoir obtenu un jugement des Tribu-
naux, sauf convention special. N'est-ce
pas violer ces dispositions protectrices de
la loi que d'admettre qu'une propriltd
puisse, sansautreforme, passer desnmains
d'un eilprunteur dans cells d'un lpr-
tour pour simple (dtlaul (de remnlourse-
mnent ? (voir C. civ. art. 1855).
31. Milnos. 11 no s'agit p)as ici de
gage, Ic gage ie porLta1't comin e le' 1e-
connail lni-nieime notre colligue, (liue
siur des valours mobilieres.
31. Borno. -- Oui, niaisla mia nice dis-
position existe ploun laulichri e, quii por-
le sur des imnieiubles.
3l. Me nos.- 11 ne s'agit p)as non plus
d'anliclirse, carla coniotition essenlielle
doe Fanliclicelrse c'e-I la rem ise dc 1'im-








2 REVUE DE LA SOCIETEDE LEGISLATION
jag /I"I^YiarfMM-ai-twafM-iaiaaMa11^^---~1


meuble entire les mains ducr6ancier. Or,
ici, le vendeur a rem6rd garden la propri-
6te jusqu'a l'expiration du delai con-
venu. Si vous annulez l'acte de r6mnre,
le cr6ancier n'a plus aucune garantie.
L'immeuble est libre.
M. Laforest.-Onpeu tie vendre. Ecou-
tez! Voila une propriety qui vaut P. 1200.
Le propri6taire, embarrass, va trouver
un capitalist etemprunte de lui P. 1000,
au taux de 2 o/o d'intlret, en donnant
come garantie l'immeuble, qui se trou-
ve ainsi engage pour sa valour r~elle :
P. '1200. On donne a l'acte la forme d'une
vente a ridmir. L'ichdiance arrive; l'em-
prunteur ne paie pas; les tribunaux inter-
viennent, annulentla vente. Le vendeur
rentre dans la pleine propriety de son
immeuble...
M. Bonamny.- Qui est consider com-
me n'ayant jamais 6et vendu.
M. Laforest. Cela pourrait ne pas
dtre. On peut vendre, par example, sous
reserve d'usufruit.-Le vendeur a rem6ire
a done le droit de disposer de nouveau
do sa propriedt ? Quelle peine le tribu-
nal prononcera-t-il contre lui ? Quelle
garantie reconnaitra-t-il au preteur?
Celui-ci n'aura qu'" se risigner ai per-
dre son argent ?
M. Minos.-Pour moi, toute la ques-
lion est de savoir si la convention par
laquelle un capitalist a fait un pret ai
interet et donn6 A ce pr6t le caractire
d'une vente a remered est une convention
illicite. A celte question jerponds hardi-
ment que non. Une obligation illicite,
c'est une obligation qui est contraire a
l'ordre public et aux bonnes moeurs. Mais
ici, l'olligation a une cause licite, qui
suffit a' donner toute sa force a la vente
ai remiere. Ah si nous etions en France
oh ii y a des dispositions 16gales contre
l'usure, la vente etant reconnue catcher
un pret usuraire, onaurait pu l'annuler
et le pr6t serait ramen6 au taux 1egal.
Mais le delit d'usure, de quelque repro-
bation qu'il soit frapp6 par la morale pu-
Ilique, n'existe p:is dans notre legislation.
Un intiret superieurau lauxlhgal ne suf-
fit done pas a entacher de nullild la vente
a r6mer6, dans l'espkce que nous dis-
cutons. Et voyez les inconv\nients de
1'opinion contraire. Une personnecrovant


que la vente A remere est possible dans
les cas de ce genre pr6te P. 400 a une
autre, avec l'ide d'avoir en garantie une
maison. Vous pourrez trouver la chose
excessive, mais il est defait qu'elle n'a en-
tendu se defaire de son argent que con-
tre bonne et valuable garantie. Et vous
l'en diposs6deriez sous pretexte que la
vente n'a pas ete reelle!
M Borno.- Elle n'aurait pas dfi tour-
ner la loi.
M. Baussan.-D&s les temps les plus
recules, le contract de r6mird a toujours
6td suspect d'usure. Dans une conven-
tion passee entire deux personnel, ce qu'il
faut d'abord rechercher, c'est la com-
mune intention des parties. Attaquede-
vant lestribunaux, le contract sera main-
tenu, si l'on reconnait qu'il y a v6-
ritablement en face un vendeur et un
acheteur. Mais toutes les fois qu'on se
sert de la clause de rimere pour mas-
quer un pret a int6ert, le tribunal doit,
mime par la preuve testimoniale, cher-
cher a r6tablir l'intention du pretendu
vendeur, autant que du pretendu ache-
teur. Et quand il reconnait que I'acte de
rdmn r6 n'est pas reel, il a le devoir de
lui restituer son veritable caractlre. Or,
quel est ce caractere ?
C'est celui d'un pr6t. Dans ces condi-
toins, le Tribunal doit dire que le debi-
teur a entendu seulcmentfournir aucr6-
ancier une garanlie suflisante. Le contract
sera, des lors, consider comme contract
pignoratif. II subsistera a titre d'engage-
ment. Le bien, selon moi, restera tou-
jours engage ; mais le cr6ancier n'aura
pas le droit de se l'approprier, sans une
decision des Tribunaux permettant de le
vendre. Telle est l'opinion des auteurs
francais, a laquelle je me range.
M. Minos. La simulation en elle-
mrme n'est pas prohibde par la loi ; elle
ne l'est qu'autant qu'elle cache un faith
illicite. II faudrait donccommencer par
prouver qu'il y a ici un fait illicite.
Dans la loi franCaise, je le rep6te, ii en
est autrement. II y a une disposition
d'ordre public qui prohibe l'usure. Or,
en France, quand on deguise, par exem-
ple, certaines donations sons la forme
de vents, la jurisprudence est arrive
a admettre la validild de ces actes.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
.. :- -__ ^^^y.i^^,^y./^^^a^,^^/*~:'y-^^^i^^^^^ ^;^;^?-^^^~~'~y


II s'agit pourtant de donation, d'un
contract solennel,, entour6 de plus de
formalitis qu'une vente t remere.
C'est assez dire que, pour les juristes
frangais eux-mimes, l'acte, quelle que
soit la simulation don't ii est l'objet, doit
Mtre consacr6 s'il: a one cause licite.
M.Baussan.-Et moi,je soutiens que,
dans l'espece, cettecause est illicite, car
en disposant d'un bien qui vous est en-
gage sous la forme de r6merd, sans une
decision judicaire, vous violez les arti-
cles 922, 923, 1845, 1855 du code civil.
31. Laforest. Notre colligue Bans-
san nous a apitoyes sur le sort de l'hom-
me quivend son hien dans un moment
de grand besoin pour une valeur telle-
ment vile, quecela fendlecoeur de voir
ce malheureux perdre pour si peu le
patrimoine de ses ancetres. Mais suppo-
sez, come jel'ai dejh fait, que l'enga-
gement represente la valeur rdelle du
bien, etqu'un incendievienne iadtruire
la maison, noire pauvre propri6taire
ne dira-t-il pas b son pr6teur: < je ne
vous dois plus rien. Gardez le fonds.
II vaut maintenant beaucoup moins que
l'argent recu de vous ; mais tirez-en
parti come vous l'entendrez. ?... ,
M. Borno. Messieurs, il me sem-
ble que la discussion s'6gare. La seule
question qui se pose- est celle-ci : Un
Tribunal a-t-il le droit de changer la
denomination d'un acte mal qualified,
quelle qu'en soit d'ailleurs la qualifica-
lion ? Oui. -
On arrive a 6tablir, en fait, qu'une
vente A rdmrnrd cache un pr6t a intr6.t.
Le Tribunal restituera h la pretendue
vente son veritable caract&re etdkcidera
que la propri6td est toujours reside aux
mains du vendeur. Le prctlendu ache-
leur n'est plus qu'un cr6ancier pur et
simple.
J1. le President.--II pourra d'ailleuIrs
prendre inscription hypothecaire, en
vertu du jugement qui reconnail son
dlroit de crdance.
le incts aux voix les conclusions (d
Rapport : Un Tribunal peut-il, en fail,
restituer Ai une vente ic remere son ca-
racte're veritable d(e ])rOl inlt6rl. a"


condition que l'on d6couvre que c'est
un prit d6guis6 ?
M. Minos. II faudrait plut6t dire :
Peut-on annuler sous pr6texte de simu-
lation une vente a rd6mr6 '
M. le President.- Ce ne sont plus les
terms poses par le Rapport.
MM. Chancy, Brun, Bonamy, Borno,
Thoby, Bouzon votent les conclusions
du Rapport.
MM. M6nos et Laforest votent contre.
M. Baussan d(sirerait voir insirer cet
amendment an Rapport: que l'immcu-
ble engage rest la garantie du crean-
cier, tout en dtant reconnu propriMtC
du d6biteur.
AM. le Secretaire. Messieurs, j'avoue,
pour ma part, qu'il y a dans la solution
rigoureuse donnee par le Rapport quel-
que chose quine me satisfait pas enlic-
rement. L'equit6 se refuse a admettre
quelepr6teur debonne foi qui, croyant
contractor une obligation permise par
les lois, -- et il a pu vraisemblablement
le croire, puisque nous-mnmes ne nous
entendons pas encore hien la-dessus-
soit d6pouille par les Tribunaux de la
garantie contre laquelle il a consent i
donner son argent. N'y-a-t-il pas quel-
que chose a faire pour sauvegarder cet
interet? Et la loi laisse-t-elle vraiment
les prcteurs d6sarnis en face de celte
sorte de spoliation? C'est un autre c6td
de la question qu'il nous appartient, je
crois, d'etudier avant de nous decider.
M. Baussan. -II faut en faire l'objet
d'une question sp6ciale.
LM le President declare s'abstenir,
pour les raisons donnees par le colkl -
gue Sylvain.
IMM. -Thobv et Laforest se rallient 6ga-
lement a ce point de vue.
En consequence, le Rapport (Icmeure
vot6, mais aver celleriserve quela (qus-
tion sera reprise dans le sens indique par
le Secrtaire.

1RETNION DU 28 FIEVHIElt.

Sol pr)l.se( s : MM. Lger', Bonamny,
Svlvain, (Chancy, Thoby, B.orno, H-e-
raux, Iloi'zoni, B'Iru, Lespinasse, Menos,









4 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
^giif//aKam-^< a awtcaB^aft^aga/Ki-y!^^^


Lafleur. M. L. Lefrvre, membre cor-
respondant, assisted i la stance.

PRISIDENCE DE Mr J. N. LEGER.
Lecture du rapport de Mr M. Laforest
sur la question pose par M. Robelin,
pharmacien au Cap-Haitien. La dis-
cussion, vu l'absence du Rapporteur,
est renvoyee h une seance ult6rieure.
RAPPORT
Mes chers colleagues,
Je viens vous presenter le rapport sur
la question que nous a pose Monsieur Ro-
belin, pharmacien an Cap-llaitien.
AprOs avoir examine les lois des -24 et
30 Octobre "1876, sur les patentes, je me
suis formI I'appriciation suivanle :
En verlude ces lois, celui qui desire exer-
cer un intier, une profession, une indus-
Irie, un commerce en gros, un commerce en
detail, etc, est oblige d'acquitler la taxes de
'iinp6t appelI patente suivant le tarif an-
nex6 .i la loi du 30 octobre, pour le but
qui'il se propose.
La mime personnel a Ie droit d'exercer
plusieurs industries, professions, mitiers,
genres de commerce, etc, a condition de
paver la patenle fixde pour chacune des
professions, industries, etc, qu'elle veut
exercr'. Mais elle no pourra jamais pr6-
tindrtl qu'enl so munissant d'une scule
patented, ellc pent exercer La la fois plu-
sicurs industries, professions, etc.
Un patent imporltalur no peot venhdre
q(u'en gros, el s'it lui conviclnt de d6tailler
los articles de son impoirl; lion, il ldei lloel
oblige de so nltlir d'( loiii pateinle de d -
laillait,ot nolez-le, cello ilhciulhl n'est accir-
dee qu('it I'lhaition.
Ceci expliqui'', il demwilo e o'vidi(lol q[ue
le palenhl d tltaillait n'a |>as e druil ide
jouir le I'avmatl tI, dI huilenlt importlai ur,
pol' r Crevoir it I' i'a -IIger dlivecr etinll l el
person iellem ntl, les arliclhs inerssaires ;
son l 1tail e s'il v ult I'in'liciernle re droil,.
il devTa, colmnUU Ie )aleln impi ortaLeu'r,
acquiller la p)alteie do] colke i';Isse. -
le palen inalleiir doil jumir exclu-
sivoine ll dut pivii'g6 e r1sillant d0 l'ac(Uii,
pair lui, de l'imp;'i l exig(", e'l In l dhW;millatl; l
ne petul pnrelendre le par[lagr avo,< liii, el1
s'il (in l il a11Ilr'meinI il n'v ull raij ;In!-


cune raison pour lui d'acquitler cet imp6t,
pnisqu'avec unc patente de d6taillant, ii
aurait eu la faculty d'importer directement
et personnellement.
Done, si quelqt'tin desire avoir i la
fois le droit d'etre dl:taillant et celui d'Otre
importateur dos articles ndcessaires i son
detail, il devra acquitter le montant de
chacunedes deux taxations pr6vues par
la loi : le pharmacien, come tout autre
commercant, industrial, artisan, etc, pour-
vu qu'il soit haitien. Et s'il est -tranger,
it devra so inunir de la patent de n6go-
ciant consignataire.-
II n'est pas exact de dire que devenu pa-
tente importateur, Ic d6taillant ne puisse
plus d6tailler ppurla plus modique valeur :
oI libell6 seul de la patenie du d6taillant
repousse cette interpretation.
Je desire avoir iempli mon devoir a
votre satisfaction ct contribnd quelquepeu
a la veritable application do la loi sur les
patents.
( Sign6 ) MAXIMILIEN LAFOREST,
25 FHvrier 1895.
Sur la proposition de M. le President,
les elections pour le renouvellement des
pouvoirs des membres du Comitd sont
fixes au jeudi 7 Mars.
MM. Hdraux et Bouzon sont charges
de v6rifier les competes du Trdsorier.
M. Mienos. -J'ai une question h poser
i la Societd au sujet de 1'article 929 du
Code de procedure civil. Le ddlai de
distance prevu par cct article doit-il
dtre considered entire le lieu de la de-
claration du pourvoi et celui de la si-
gnification au dcfendeur, ou b1ien entire
le lieu de domicile du tdemandcur ct
celui du domicile d ui dlfendeur ?
MI. Icspinasse est d(signe poiur le rap-
port.
Al. Lespiinasse. J'ai aussi tine Iques-
tion a~ soumnettre i 1'exanmn de la So-
ciltd, c'est d'&dudier (quels sont les mo-
yens qui seraient dc nature it reliever
le commerce haiilien.
3M. T7obi,.--La question est bien gd-
ndrale pour 6ire I'objet d'un examen
uti!-. It ftau la sp6cialiscr.
.3. 'sl)sin('sse. I1 est presque cer-
tain quLaujourd'hui, surtout it Port-au-
Prince, le commerce de tddail est dans










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
;^;>^*f*;r/k wPi;%^^^/^^a5K^-<.l^a*w^'-!li


une situation tres pr6caire. Peut-on, par
une measure 14gislative ou 6conomique.
quelconque, arriver i amdliorer son
sort ? Ainsi formulerais-je ma proposi-
tion.
M. Thoby. La situation actuelle du
commerce haitien tient h des causes po-
litiques et sociales. Je ne crois pas qu'-
une loi suffise i la resoudre.
M. Lespinasse,.-- Sila SocietM nomme
une commission, cette commission pour-
ra dtfinir les causes du mal et propo-
ser des remides. Je pense que nous fe-
rons oeuvre utile en nous occupant de
la question.
M. le PrIsident. Nous devons, en
tons cas, cette marque de sympathie
au commerce national.
Je vais nommer une commission avec
mandate de faire une enquite sur le ma-
laise don't souffre notre commerce.
MM. Hdrard Roy, Lespinasse, Thoby,
Chancy, Borno, Brun sont designs pour
faire parties de la commission.
M. M6inos est charge de la conference
a la seance anniversaire.

ASSEMBLE GENERAL
Du 7 MARS 1895.

Sont presents : MM. Leger, Sylvain,
Bonamy, Chancy, Thoby, H6raux, Bou-
zon, Menos, Baussan.
MM. Borno, Brun, Lespinasse, St R&-
my, emipechs d'assister it la seance, ont
envoy leurs votes sous plis cachetes ai
l'Assemnible.

IPllsEID:NCE DE-: M. J. N. LEGE(Ell.
Ia C(onimission charge de verifier
les couplets du Trdsorier pr6sente ai la
Sociied le Ilapport suivanl:
Messieurs,
Votus lnous ive'z (dsignis I ,'ur vdrifier
la complta iliti de nolie I'risorier, (t vous
Iaire rap])orl sur l' dta d(e nos finainces.
Pour repondre au double but que com-
polre lnoire mission, nous nous sonl 1es
livers avec l'altention la plus sciruuleuse
Sl'apuiremenl dates comlipes qu( norIe col-
ligue Bonainy nous a prsenlts )pour la
)periode annuelle (de sa geslioin.


II r6sulte ce qui suit de t'examen de ces
conlptes :
Au 10 fevrier 1864, la balance en caisse
etait de P. 1.022.30
Les valeurs recouvrtes du 10
Fevrier 1894 au 7 Mars 1895
s'l66vent i 1.262.30

Le total desrecettes est done de 2.284.60
Les depenses effectuees du 10
fevrier 1894 au 7 Mars courant
se chiffrent a P. 1.301.91
La balance en caisse a cette
date est de P. 982.69
Les valeurs dies par divers et
a recouvrermontent a la some
de P. 718.00
En sorte que l'actif social est
actuellement de P. 1.700.69
Ce n'est pas sans regret quc nous avons
constat6 que la plupart des valeurs a
recouvrer se component d'abonnements it
la ( Revue ) et de quotitds dies pour un
temps plus ou moins considerable par des
membres de la society. Car, si un tel Ctat
de choses se prolongeait et que l'exemple
des retardataires etait suivie, l'existence
de la soci6dt serait mise en peril. Nous
nous contentons de vous signaler le dan-
ger, en vous laissant le soin d'y aviser
selon que vous le jugerez convenable.
Les comptes du trsorier ayant t trou-
v6s reguliers, nous vous proposons de
donner decharge notre college Bonamy,
et de lui voter des felicitations pour sa
r6gularitd.
Fait a Port-au-Prince, le 7 Mars 1895.
.1. D. BOUZON, EoNmo HIERAUX.
Les conclusions dn Rapport sont a-
dopltes. -
On 1procede "it I'lection du Pr6sident
ct des autres nmemnbrcs du Comnit6.
Le (Coinit6 sorlani est mlainltenu dains
son integralitd aiux a)pphlIdissemene s ide
l'Assenibl)le.
La' Societe, sensible i lai perle ide M.
Pdlion Roy, lchar'ge IM. Sylvain, (:lancy
et Boiuzol (d'aller piresenlli au1 college
IIerard Blov, ainsi (Iqu' M,,,' V' Peltion
l1'v, l'Ip)ression sympathiquie de ses
regrels.

IE:'NION D)lI 21 MAllS I185.
Sonl pr'e ,ls: 31. Le.ger, }oiimiINy,
Sylvain, .Chanvcy, Borno, L.espinasse,
L.Iforesl. Hloussain, M('nos.









6 REVUL DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION
-M*r'ry'y-i-yw-rerw'^ir^^"A~'y''v'y"_~'y'y'^~'y''j-v~~''r'T'y^


M. Poujol, membre correspondent,
assisted h la stance. M. LUger preside.-
Sur la proposition de M. Borno, la
reunion decide que le comit6 pourvoira
i la construction d'un local pour le
siege social.
L'ordre du jour appelle la discussion
du Rapport de M. Laforest sur la pa-
tente de pharmacien.
M. le Prisident.-- M. Robelin, phar-
macien au Cap, important directement
ses drogues, depuis plusieurs anndes, en
usant de sa seule patente de pharma-
cien. Aujourd'hui, le conseil Commu-
nal exige de lui qu'il prenne, en outre,
A cettefin, unepatente de n6gociant con-
signataire. Que d6ciderons-nous de son
cas'?
M. Lespinasse.-La question est dou-
ble, selon moi, et se decompose ainsi :
1" En rigle g6nerale, le pharmacien, chez
nous, peut-il, avec sa seule patente de
pharmacien, importer directement ses
drogues? 2o. Au cas oft ii serait recon-
nu que les pharmaciens sont obliges de
prendre une patente de n6gociant con-
signataire pour importer directement,
un stranger peut-il etre pharmacien,
c'est-a-dire etre autoris6 a vendre au
detail, quoique consignataire'?
La reunion, consulate, adopted celte
division de la question, et sur le pre-,
mier point se prononce pour la nega-
tive, en presence des textes formels de
la loi sur les patentes.
M. le Prisident.-Le second point est
en discussion.
M. Menos. Je soutiens que l'Mtran-
ger ne pent etre pharmacien dans le
sens oi la question se pose. Faire de
la pharmacies, c'est fire du commerce.
Le pharmacien achete pour revendre,
M. Laforest. Je pense, moi, que la
pharmacie est une industrie spdciale.
Le pharmacies ne dbeile pas seulement
la mati6re premiere, ii la transforme,
el il n'cxerce qu'en vcrlu d'un diplome.
M. Lespinasse.- Messieurs, cette se-
conde partic de la question esl d'une
importance distinct de la premiere. Je
delnanderais (qu'elle Hitl f'objel d'u(n ilp-
port special.
Ie second point esl reserve, el IM.
Borno charge d'(en fair l'examen.


Lecture du rapport de M. Lespi-
nasse sur la question pose par M.
M6nos.
RAPPORT.
Messieurs,
Dans une de nos dernieres s6ances, M.
Solon Menos a propose A notre soci6t6 l'exa-
men de la question suivante: < Dans quel
sens doit-on entendre e delai de distance
prevu parl'arlicle 929 du code de Pr. Civ.?
Doit-on envisager la distance entire le lieu
di domicile du demandeur et celui du do-
micile du d6fendeur, ou bien entire le
lieu de la declaration de pourvoi et celui de
la signification des moyens ? >
Pour formuler une opinion A cc sujet, je
pense qu'il convient de prendre une esp6ce.
Xet Z sont domicili6s a Port-au-Prince : par
suite d'un arri t de renvoi, la contestation
qui les divise est jugge par le Tribunal
Civil de Jacmel.- X se pourvoit en Cas-
sation, il fait naturellemelt sa declaration
de pourvoi A Jacmel ( art. 96 C. P. civile.
Si le delai de distance pr6vu par I'article
929 doitse computer du domicile dudeman-
deur au domicile du d6fendeur, X n'en
pourra b6n6ficier et sera tenu de signifier Ia
Z ses moyens de cassalion purement et
simplement dans les huit jours de sa d6-
claralion de pourvoi,-si au contraire, le
dMlai doit etre compt6 du lieu de la dd-
clarationau domicile du defendeur, X aura
pour fire signifier ses moyens: 'lo les huit
jours prevus par le texte de I'art. 929-
20 un jour par chaque cinq lieues de dis-
tance entire Jacmel et Port-au-Prince.
De ces hypotheses, la 21e me parait la
plusjuste. II me semble evident qu'en pri-
voyant le d6lai de distance dans l'art. 929,
le 16gislateur a voulu tenir comnpl e de;
difficult qu'aura le dlemiandeur a signifier
ses moyens de cassation an Idl'endeur dains
les hlit jouL's de la declauation, si le do-
micile de celui-ci est (l1oignic dIn lieu oil I
dic'araliou a 616 faile.- Soil qui'oni suppose
l" deIII.in deour en cessation se rendald t 'n
pIersonnie au ; ''II d Tribunal oi doil
so fire la dlelai'ilion de pourvoi, soil
(1q'on1 admielie (Iq 'il nil envoy\ ses pleins
Ipo n( irs i que(iehlt'nI n d'allendre les nouvelies ;a nIul de fai're si-
,Lnilier s's Imoyens: on coni'iltie e irelrrdl









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
,-- -im-iijiijiii-i-T-r----~------ '"1"-"-- I'"--- ----rT~nnr~~friMi


dansla signification doive rlsulter de la si-
luation respective du greffe du Tribunal
don't le jugement est attaqu6 et du lieu ou
se trove le domicile du defendeur en cas-
sation.- II estbien entendu que, le texte
permettant la signification des moyens i
personneou a domicile, si le d6fendeur etait
rencontr6 dans une autre ville que celleouf
il reside, le delai devrait Btre compt6 du
lieu de la declaration de pourvoi au lieu
de la signification des moyens. Cette opi-
nion est d'ailleurs celle de Mullery, le seul
commentaleur que nous avons de notre
Code de procedure civil; vousla trouverez
formulie dans son catechisme deprocddure,
tome 2, page 357.
Je vous propose done de dtcider, Mes-
sieurs, que le ddlai de distance prevu par
l'art. 929 du C. de P. civil doit se computer
du lieu de la declaration de pourvoi i celui
do la signification des noyens.
LESPINASSE.
Ce rapport est mis immddiatement en
discussion.
M. le Prdsident.- II y a une question
que le rapport n'a pas privue, ce me
semble. Supposez que le demandeur
habite Port-au-Prince, le d6fendeur les
Cayes, et que la declaration de pourvoi
ait lieu a Jacmel, comment calculer les
delais?
M. Lespinasse.-De Jacmel aux Cayes,
c'est-a-dire du lieu de la declaration au
lieu de la signification.
M. MPnos.- On doit toujours pren-
dre pour base le lieu de la declaration
de pourvoi.
M. le President.-Le delai, en ce cas,
peut 6tre moindre pour le demandeur.
M. Minos.- Vous ne pouvez ermpe-
cher cela: la loi ne prdvoit pas de dou-
ble d(lai. Si le demandeur habitat
l'6tranger, est-ce qu'on lui accorderait
un delai de 200 jours, ind6pendamment
du ddlai de distance entire le lieu de la
declaration et cclui de la signification.-
Non, certainement! II faudrait qu'il
se contentat de cc dernier ddlai.
M. Bonamyi.-II y a plus. I1 peut ar-
river qu'il n'existe pas mime de ddlai
du tout; c'est le cas oft le d6fendeur
est domicilid dans la ville ofi se fait la
declaration de pourvoi.


M. MInos. La mime personnel char-
gde de faire la declaration pourra alors
etre charge de la signification.
Les conclusions du Rapport sont
adoptdes.
-- M. Lespinasse, force de quitter la
stance, prend cong6 de la reunion.
Discussion du Rapport de M. Borno
sur la question pose par le correspon-
dant de la Petite-Riviere-de-Nippes.
M. le President. Vous vous rap-
pelez, Messieurs, les terms de la ques-
tion. Doit-on attendre un an avant
d'abattre un bceufcaptur6 par la commu-
ne et vendu i la criee publique?
La reunion se prononce pour la nd-
gative, conformement aux conclusions
du Rapport.

Pour faire suite an compte-rendii de
la conference de l'ordre des avocats idu
9 fevrier, ins&rd dans le prIec&ent N'o de
la Revue, nous publions ci-apres les sa-
vantes conclusions de A[" F. L. Canvin,
l'dloquent avocat, qufia rempli les fonc-
tions dii ministlre public de cetle seance.

Ordre des avocats de Port-au-Prince

CONFERENCE DU 9 FIVIIER 1895.


Conclusions (lid soussignl, remplissantl les
functions du minislire public, sur l question
de savoir si I'dlranger peul dlre, en Iaiti lu-
leur de ses en/lans on die tous antres mincurs.
Attend que les lois sur la tutelle ap-
partiennent au statut personnel ; -que,
partant, pour tout cc qui se rapport
a la tutelle, le mineur est soumis aux
lois de son pays, quelque soil le lieu
de sa residence actuelle ; qu'il s'cn-
suit que, pour decider qui.est ou pent
6tre son tuteur, ii faut djstinguer d'a-
bord s'il est haitien ou stranger.
a.- MINEUR HAiTIEN
1-Attendu que l'article 7 de la loidu
30 Octobre 1860 sur le marriage entire
Haitiens et Etrangers dispose que < Ie
pare stranger ou la mnere 6trang6re aura
la tutelle l6gale de ses enfants lIgili-
rues ), et que < le pere natural on la









8 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLAITON
W~I^<^<*I//It^^atIBa %at

mere naturelle pourra 6tre nomme tu-
teur de ses enfants naturels l6galement
reconnus ) ; que, dans les deux a-
lin6as de cet article, il s'agit bien d'en-
fants haitiens nes de pdre ou de mnre
stranger (art. 6 de la minie loi ct 5
de la Constitution de 1846 ) ; que
cette situation ( pere ou mere stranger,
enfants haitiens ) est encore possible
aujourd'hui, en vertu de la Constitu-
tion de 1889 (art. 3, 36me et 4-nme ali-
n6as ) ; que l'aptitude de l'6tranger
a la tutelle legale ou dative de ses en-
fants haitiens est done incontestable.
2. Attendu que si 1'6tranger peut 6tre
tuteur de son enfant haitien, 16gitime
on natural, c'est que la loi naturelle
le veut ainsi ) ( Expos6 des motifs de
la loi du 30 Octobre 1860 ) ; que,
en effet, la tutelle des pares et meres
drive du devoir qu'ils out, selon la
nature et ind6pendammnent de la loi
positive, de prot6ger, de surveiller,
d'entretenir et d'elever leurs enfants; -
qu'il n'est pas possible d'en dire autant
de la tutelle deferee a d'autres que les
peres et mires ; que celle-ci, insti-
tude dans le but de remplacer aupris
des mineurs les protecteurs que la na-
ture leur avait donnes, est une pure
creation du droit civil ; que, en outre,
le code la consider come une sorte
de function publique, puisqu'il l'im-
pose a des citoyens qui n'ont avec les
mineurs aucun lien de parents et ne
permit de la r6pudicr que dans des
cas qu'il prend soin de determiner ;
que les functions publiques ne sont pas
accessible aux6trangers ; qu'ils sont
done exclus de la tutelle des miners
haitiens autres que leurs enfants; --que
si cette exclusion n'est pas prononcee
par un texte special, elle r6sulle hien
cependant, coinme on vient de 1'indi-
quer, de l'ensemnble des dispositions
du code -sur la matibre : que d'ail-
leurs elle est la consequence nccssaire
de l'arlicle 7 de la loi du 30 ()Oclobre
1860 ; que, en elifT, si 1'itranger
lpouvail, en gii'nral, ire tule ur de
miners liailiens, il n'ei'it pas e16 besoin
de lui Iecomnnailr cc droil ldas Ie cas
p 'irliculier oil les dits !nineurs soul ses
enfanl s : (que. poiur tonules lerai-


sons ci-dessus, il faut d6cider qu'il ne
peut etre tuteur de miners haitiens
autres que ses enfants.
a. MINER STRANGER.
Attendu que les lois du statut per-
sonnel suivent l'individu partout ofi ii
reside ; que la question de savoir qui
est ou peut 6tre tuteur d'un mineur d-
tranger doit done ~tre resolue d'apres
la loidu pays de ce mineur ; qu'il s'en-
suit que l'etranger, quand il est inves-
ti de la tutelle d'un mineur stranger,
d'apris la loi personnelle de cclui-ci, a
le droit d'exercer en Haiti sa function
de tuleur ; que cependant, il ne
peut etre nommi a cette function en
Haiti, parce qu'il pourrait alors se faire
que le mineur efit h la fois deux tu-
teurs investis h titre d6finitif, 1'un dans
son pays et l'autre h l'etranger ; -que
si un mineur stranger rdsidant en Haiti
se trouve sans tuteur et a des droits
A exercer, des instances a soutenir, l'in-
teret de l'ordre public, auquel se rat-
tache la protection due aux niineurs,
commander d'organiser provisoire-
ment sa tutelle ; qu'6tant donn6,
d'une part, que la tutelle dative est as-
simile h une tonction publique et que,
d'autre part, il s'agit, dans l'hypothese,
de l'organiser provisoirement, en vue
de l'ordre public, qui est ind6pendant
de la loi personnelle du mineur 6tran-
ger, cette tutelle ad hoc ne pourra 6tre
confie qu'a un Haitien ; qu'il va
sans dire qu'elle prendra fin, si le mi-
neur vient a etre pourvu d'un tuteur
conformnment a son statut personnel.
Par tous ces motifs, il plaira an Con-
seil de l'Ordree de dcider : lo que, en
Haiti, l'6tranger est luteur edgal de son
enfant lcgitime mineur id nationality
haitienne el peut 6ire nominm6 tuteur
de son enilani nature mineur' de na-
tionalil[ lialienne : 2o (Iu'il ne pi eut
lre nomni en Haiti lutucr di'un mli-
ncur lIiatien aulre ([iue soin eCnan : 3o
ique tblen (i 'il puisse exercer en Haiti
la fonction de tuleur (d'un mineur c-
iranger, lorsq(u'il en est invest d'lpres
le slalul p)ersoinnel dc cc mineur, il nc
])pc'l tlre nollni 'i cellc fonclion en
Hai i.
IU. .. CAL'VIN









REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION
^^jj,-,^ij^^i^^--^iiji^,tmri-- rrr'i'""iT^i~ifWrT^'^


Nous detachons du remarquable ouvra
de notre coll6gue Justin D6vot, intituld: Cours
ldmentlaire d'instruction civique et d'educa-
tion patriolique, le chapitre suivant:
CHAPITRE I.

La Patrie --- Les devoirs dl Citovenl.
SECTION. I. L'idde de Patrie. L'amoour
de la Patrie. Le drapemi.


1.-Vous appartenez, jeunes amis, A un
pays privilegic sous le rapport des beau-
tes, des advantages, des richesses natu-
relies, envers qui la nature s'est mon-
trde prodigue de ses dons et qui n'a qu'a
le vouloir pour que la prosperity, la joie
le bonheur viennent le visitor et s'as-
seoir-l son foyer.
Consid6rons-en, pendant quelques ins-
tants, la configuration, I'aspect extirieur,
et faisons ensemble un relev6 sommaire
des resources gratuites que notre terre
reserve a ses habitants et de celles qu'ils
en peuvent tirer par leur travail.
D'un c6td, notre pays, fragment d'une
grande ile montagneuse comprise dans
le group des An'illes, se trouve limited
par la mer qui baigne ses c6tes et permit
de le mettre facilement en communica-
tion avec les pays strangers d'oi il tire des
products pour sa consommation et aux-
quels, pour leurs besoins, il en apporte
des siens, entire autres son caf6 si recher-
che partout, quand il est bien prdpare.
La majeure parties des villes de notre
pays, situ6es sur les cetes, jouissent done,
pour entrer en relations non seulement
avec l'dtranger, mais encore les unes avec
les autres, de ce grand moyen de loco-
motion qui s'appelle la -... ".'.;l..I pan-
voi e imer, et beaucoup de villes de I'in-
t6rieur, actuellement priv6es de d6bou-
chs par suite de 1'insuffisance des voices
de communication, pourront un jour bd-
ndficier du meme advantage quand, utili-
sant a cette fin nos grands course d'eau,
les endiguant, y-faisant les travaux d'art
necessaires, on arrivera A organiser la
navigation [Ir,.l. qui permettra de fire
aboutir les products i la nmer pour les
diriger ensuite, par cetle voie, vers leur
point de destination. Les chemuins de fer
aussi, qu'il est question d'introduire chez
nous, les canaux de transport qu'on y
pourra crier par la suite, contribueront
au rapprochement des localities centre


elles, au facile dcoulement de leurs den-
rees.
Notre pays, d'un autre cetd, par une
longue line de separation, line fronti're,
touche a un autre pays, une rcpuhlique
voisine, la RepubliqueDominicaine, don't
les possessions territoriales embrassent
tout le rest de 'ile. Mais l'dtendue de
c6tes baigndes par la mer est beaucoup
plus d6velopppe que celle des terres si-
tudes sur cetle line fronlire.
Vousconnaissez l'inconmparable ferlili-
tW du sol haitien qui devient production
d'aliments sans grands frais de labour
et sans exiger de l'homme le travail pa-
tient et dur que le labourcur est force
d'executer sous d'autres climals. Ce sol
de plus reiele en ses prolondeurs des
gisements miners, inetaux, metalloides,
pierres prdcieuses, etc., qu'il est possible
d'en extraire et qui deviendront, au jour
de leur exploitation, une source de ri-
chesse pour I'exploilant coimme pour
1'Elat qui coneddera le droit d'exploiter.
Joignez i cea la vari6ld des products
agricoles, des arbres fruitiers don't quel-
ques-uns, en leur haute stature, deploient
majestueusement leurs branches charges
de fruits savoureux; I'absence d'animaux
feroces, dangereux et nuisibles, si abon-
dants en d'autres pays ; nl douceur d'un
climate qui pernmet, a la lettre, la vie 5
la belle lolle ; des sources et des rivie-
res don't lFeau par sa limpidite et sa pu-
rete eloigne toute idee de comparison ;
un air sain, salubre, pen propice aux
maladies epidlmiques, a la n)ropagation
des germes infectieux; uni printenips
plein d'agriment alternant avec un l6t
toujours vert, rafraichi de lig'res bruises
bienfaisantes, et vous aurez a peu pris
le compte des advantages que votre pays
vous offre et qui sont iddjhi autant de rai-
sons de I'aimer et de vous v attacher for-
emnent.
Ne laissez done pas dire, en votre prd-
sence, que votre ays ( n'est pas )on ).
Quand vous entendrez 6meltre cette in-
juste appreciation, protested fortcment,
et faites ressortir que le pays line se refuse
pas a ses habitants, qui n'ont qu'd le
vouloir pour y vivre paisibles et heureux.
2.-- Mais h part ces considerations d'or-
dre physique et materiel, il y en a d'au-
tres, d'une nature plus elevce, pour vous
porter A aimer votre pays et i vous y
deviouer.
Ces considerations decoulent des grands









10 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
,//py/w//^/lY/^//^/^^^Ayy//^//f/y//^/^//^


souvenirs historiques qui planet sur sa
naissance et serattachent a un fait uni-
que, admirable, sublime, inoubliable :
celui d'un group d'hommes, apparte-
nant a une race jugec meprisable et in-
firieure par d'autres homes, tenus a ce
titre dans I'opprobre et l'abjection, voues
par leurs exploiteurs ha a misere, a l'i-
gnorance perpetuelle, a une existence
grossidre et toute nmcanique, d'une tris-
tesse infinie, qui un jour se soulivent,
rdsolus et courageux, pour conquerir leur
liberty et leur titre d'hommes, et parvien-
nent, livrds a leurs seules forces, sans aide
et sans soutien, h vaincre leurs oppres-
seurs, h se rendre maitres du coin de
terre tdmoin de leurs soulfrances, i 1l'dri-
ger en pays libre, a s'y organiser en Eta
indpendlant et autonomy, au milieu de
1'hostilit ouverte ou sourde des autres
grands Etals charges dc sibcles, et fina-
lement t leur imposer, a tous, la recon-
naissance et le respect du faith accompli
par leur energique volonte, au nom du
droit human, dela liberty, de la dignity
hunmaine outrageusemnent violds. Cela est
,dmnirable et quelles que soient les des-
tincds de votre pays, ce fail, jeunes amis,
restera grav6 d(ans la mnmoire des honm-
Ines et dans les fastes de l'6ternelle his-
toire. II fault vous en souvenir sans cesse.
y apporter souvent vos pensees, pour y
puiser le desir et le courage de remplir
vos devoirs patriotiques, et de travailler
a 1'avancement de votre patrie. Nos peres
eurent L d6ployer surtout les mhles vertus
ldu soldat : le courage, 1' energie, la ri-
sistance a la i aitigue, l'endurance, le cdd-
dain de la mort et des tortures physi-
ques, el, grace h elles, ils out pu cons-
tituer e' nous ldguer une Patrie, mati-
riellement ct moraleinent, car leur" legs
ne so compose pas seulement de cette
rice et belle terre dlont nous vous par-
lions plus haut, il comprend aussi ces
gloricux .souvenirs d'une ind6pendance
conquise par l'effrt de la personnalitl hu-
maine comprimi e et tendant I la liberty.
('est un legs indivisible que nous devons
garder tel, en y ajoutant d'autres souve-
nirs gloricux, pour le transmettre a nos
descendants qui, a leur tour, le garderont
indivis et en accroitront Ia valeur pour
leurs successeurs.
3. Et ici, jeunes compatriotes, appa-
rait I'ide e t Patrie. It ne s'agit plus seu-
lement d'une terre, avant ses limits et
ses qualities propres, que nous habitons
tous ensemble, sachant que nous y som-


mes fixds pour la vie et que nos eafants
et arriere-petits-enfants h 1n'inii y seront
fixes comme nous, il s'agit en outre d'un
ensemble de souvenirs se rattachant h des
dvdnements don't nous avons le droit d'itre
fiers etde tirer gloire devant l'univers entier
ct qui se trouvent lids i cette terre come
1'Ame au corps, I'animant et lui donnant
son caract&re special dans le monde. Par
suite de ces souvenirs communs, des faits
qu'ils rappellent, de l'dvocation qu'ils pro-
voquent de nos annies de ddbut, des luttes
titaniques de nos ancetres et de leurs stoi-
ques souffrances, nous tous : vous, jeu-
nes gens, qui vous instruisez a 1'6cole, vos
camarades de tons les coins du pays, vos
pere, mire, oncle, parents t tous les de-
gres, le professeur qui vous explique ce
livre et le refait en quelque sorte pouren
mieux fair pin6trer les enseignements
dans votre intelligence ainsi que dans
votre coeur, nous qui 1'dcrivons pour vous,
tous les Haitiens en un mot oniune cer.-
taine facon commune d'itre, de sentir
de penser ; ils savent qu'il y a entire eux
un lien indestructible de rapprochement,
ct que tous ensemble ils concoivent et don-
nent ia strangerr, it propos d'eux-mdmes,
1'idde d'une collectivild qui est une et in-
divisible par cerlains sentiments et qui
ne pout lre, sous ce rapport, confondue
avec aucune autre : q'ils ont une patrie
en i( mnot et formcent une nation.
Ainsi done, jeunes amis, le mot Patriec,
si vivant, si doux ia prpnoncer et qui s'in-
sinue si agrdablement dans le oeCur, ce
mot dveille I'idde d'un group d'honmmes
rtunis sur un mime territoire, soumis
volontairement aux miemes lois qu'ils se
sontldonnies ou qu'ils ont acceptdes de
leurs priddcesseurs, decidds a continue
la vie en common et i partager les memes
destinies, L garder ct I transmettre in-
divis it leurs descendants le dep6t de sou-
venirs, de traditions que leur out l1gud
leurs peres h eux et leursancitres, et qui,
par cela seul, possident un fonds com-
Inun et inalterable d'iddes, de sentiments,
une facon d'dtre commune, une manidre
gdndrale de concevoir .les ndcessitds de
I'existencc et d'y pourvoir. En un mot, il
y a dans la Patrie un dldment psychologi-
que, une ame don't 1'inlluence est gdndrale
et se fait sentir a chacun de ceux don't ]a
reunion constitute cette patrie, au point










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 1


de vue physique et extdrieur. L'dine na-
tionale, t'ame de la Patrie sont des expres-
sions fort employees et tris exactes, ayant
une signification bien precise. Que de-
main, ce qu'il depend de nous d'eviter
par notre entente et l'exercice de notre
raison, l'dtranger, puissant et arni d'au-
tant de convoitises que de canons, vienne
menacer notre autonomie el fasse mine
de s'emparer d'un coin, le plus petit pos-
sible, de note territoire, et vous la sen-
tirez fr6mir et s'agiter d'indignation, celte
ame ; elle deviendra visible h tous les
yeux et vous la reconnaitrez en bien des
choses que vous regardez aujourd'hui d'un
oeil distrait peut-etre ou indifferent. Ainsi,
a l'heure imminent d'un p6ril national,
le petit drapeau rouge et blen qui flotte a
bout do sa hampe en tote du regiment
qui passe, ce petit drapeau, fait d d deux
morceaux de toilc, sera bien oI symbol
palpitant de la Patrie menace et, en le
contemplant, vous croirez voir voltiger
autour de lui, vous indiquant le devoir
a remplir, tous les beaux souvenirs de
1'6popde grandiose de 1'Independance. Sa-
luez toujours avec respect, jeunes amis,
le petit drapeau bleu et rouge, en qui
s'incarne l'honneur du regiment et oit
vient se poser, aux heures de danger, I'anme
de I'a Patrie.
4. --- Rien de plus complete, d(e plus enla-
cant que le sentiment national, le sentiment
patriotique ; on n'en coniprendra bien touted
la force et 1'empire qu'en certaines occasions
exceptionnelles, et plutit dans le mallieur
que dans la joie.
Ce sentiment, pour ainsi dire, des la nais-
sance s'infiltre dans l'Aime de l'enrant avec
les doux chants et les tcndres paroles don't
le berce sa mire; it y tend ses possessions,
a measure qu'il grandit, s'en empare et impri-
me, sans qu'il y songe, un cachet particulier
A ses actions ct a ses pensdes. On croit etre
libre, pouvoir, dans une heure de ddoura-
gement, s'dloigner de la Patrie, se dtsinte-
resser de son sort, ne plus penser i elle,
mais voila que l'heure d'apres, I'ou se trouve
tout ressaisi par les soucis patriotiques don't
l'on croyait s'&tre ddfait. On est le patriot
qu'on a toujours 6td, prct a souffrir des souf-
frances de la Patrie, a se rejouir te ses joies
A lui souhaiter de longs jours heureux et a
en esperer fermement la venue. Le patrio-
timne, une- fois qu'il a pris racine dans tun
cetur d'homme, ne s'en arrache plus qu'avec


Ic cecur lui-mnme, et un parcil arracheomnt
cause la mort. Et c'cst tant mieux qu'il en
soit ainsi, jeunes amis, car vous ne vaudrez
en noblesse et en elevation d'inuie, qu'aulant
(qe vous aimerez bien vote pays el que
vous vous intdresscrez solidiiient a tout ce
qui en pent faire le bien.
Vous voyagerez pout-Itre tun jour; vons vous
transporterez loin du pays natal pour votre
agrLement, vos allaires on votre instruction.
Sur la terre 6trangere, anu milieu des occupa-
tions les plus attachantes, des plaisirs s lesplus
captivants, vous serez peat-otre surprise de
voir vos penl.ses roprenidre soudaiil leur vol
vers In terre lointaine on votus avez laisse
parents, anis, compatriots, onti outes clo-
ses vous tlaient connues, faimilires, o i elles
formaicnt I encadrenient habituel tie voire
existence ; el si de niauvaises nouvelles vous
en arrivent, si vous apprinez (1qe vos con-
citoycens, tonjours p)eu sages, onl recolmmence
une de ccs cruelles luttes civiles o6 s'pl1ui-
sent le plus pur du sang et I p lus claii des
rcssources du pays, cc in sera pas setcciler enl
uine distraction uie vous a rMez, mais 1ine
tristesse invincible descendra stir vous, voi-
lera votre physionomin, et votre 'imne, repline
sur clle-mlnie, n'.u'ra plus dec g;,it aux plai-
sirs raffin6s qui s'o[lfrent l i elle. File sera
toute h Ia Patrie, A Ia atrie absentee, inais
mallieureuso et soullrante.
C'est qu'enI cefl la Patric nous tient, et par
la puissance et la inultiplicit des liens don't
cile nous enlace, influe, meOne il longue dis-
tance, sur nos bonheurs, nos joies, les dispo-
sitions les lus intimens de iiotre eire. Aiioiis-
la done, scrvons-la, contribuons -i Ia Iren-
dre lheureuse, pour que, aree, el', nous arri-
vions aussi a goltter un pen de bonlicur
en ce iionddc.
5. --Que fire p)our cela? La question est
sdrieuse, car en y rdpondant nous nous trou-
verons ainencs a vous indiqtuer vos (de'oirs
envers la Patrie, vos devoirs civtiques. Vous
aurez aussi des droils, des droits que la loi
vous assure t que tous sontl tenusde respecter.
Mais avant de vous les revdler et de vous les
expliquer, il imported d'insister sur les devoirs.
Nous no niritons nos droits que par le sen-
timent que nous avons de nos devoirs cl'inten-
tion de ne pas liillir i leur accomplissenient.

Justin D6vot.



Nous publions plus loin deux ap-
prdcialions de l'o uvorage de Monsieur
,Justin Devot, parues l'une dains
la Revue de Sociologie, et l'autre, iz
la Gazette des Tribunau.x (de Paris).









12 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


La loi sur le NOTARIAT -lant devenue
tres-rare, nous croyons rendre service
d nos lecteurs en la publiant ci-apres :


Liberty,


Egalitd,


Frafernit6,


REPUBLIQUE D'HAITI

10

SUR LE NOTARIAT
FIABRE GEFFRARI), President d'Haiti.


Sur le rapport du Secretaire d'Etat
au Departement de la Justice,
De l'avis du Conseil des Secretaires
d'Etat, a propose,
Et le Corps LUgislatif a rendu la loi
suivante :
Art. 'r Les notaires sont des fonc-
tionnaires publics etablis pour recevoir
tous les actes et controls auxquels les
parties doivent ou veulent fire donner
Jc caracterc d'authenticilt attache aux
acres de I'autoriti publique, et pour en
assurer le dlept et en deliver des gros-
ses, extraits et expeditions.
Art. 2. Ils sont nonimds par le Prdsi-
dent d'Haiti, sur la presentation du Se-
cretaire d'Etat de la Justice, dans les
attributions duquel ils demcurent q uant
a leurs acdes; ils sont sous la surveillance
du commissaire du Gouvernement, et
justiciables du tribunal civil de leur res-
sort, ct ils n'ont droit d'exercer qu'a
partir du jour oui ils ont pr0td serment.
Art. 3. (haque notaire est oblige de
rdsider dans le lieu qui lui a dtd fixd
par le, Gouvernement, et qui est dcsignd
dans sa commission. En cas de con-
travention, le notaire sera considdre
come ddnmissionnaire, et il est pourvu
a son replacement.
Art. 4. It est expressement defendru h
tout nolaire d'instruinentcr hors du res-
sort du tribunal civil oei it a pretd scr-
ment, sous pine (d'tre suspend lde ses
functions pendant trois mois, (d'tre des-
titud en cas de recidive, et de supporter
lous les dommages-interts.
Art. 5. Le nombre des notaires est
fixed comme suit :
1 Six pour la Capitale ;
2 Quatre pour les chefs-lieux tie d&-
partement ;


3" Trois pour les villes don't le port
est ouvert au commerce stranger ;
4 Deux pour chacune des autres
conmmin es.
Art. 6. Les functions de notaire sont
incompatible avec celles-de juges, com-
missaires du gouvernement pris les tri-
bunaux, leurs substituls, grelfiers, huis-
siers, fonctionnaires de I'administratiou
financiere, commissaires de police et d'i-
let militaires.
Art. 7. Pour ktre admis aux functions
de notaire, il faut:
1o Etre Haitien on naturalist haitien,
jouir de 1'exercice des droits de citoyen ;
2" Etre aig de( vingt-cinq ans accom-
plis ;
3o Produire un certificate de morality
et de capacity delivri par unc commis-
sion de not;ires designs a cet effet, apres
l'examen pr6alable de 1'impdtrant qui se-
ra, en outre, lenu de justifier d'un stage
(ld'n an au moins dans I'6tude d'un no-
taire. L'examen doil porter sur les fone-
tions et les devoirs des notaires, sur le
droit civil, sur la rddaction des actes. -
Un proces-verbal motive sera adresse
par les examinateurs au Secr6taire d'E-
tat de la Justice, qui statue ddfinitive-
menl, en presentant ou en refusant de
presenter e cn;mdidat a la nomination
du PrIsident d'Haiti.
Art. 8. Le Gouvernement peut dispen-
ser du stage les individus qui justifient
d'une capacity incontestable, joint a des
services judiciaires ou adnministra tis
bien etablis et d'une durec notable.
Art. 9. Les notaires sont tenus de
pr0ler leur ministry lorsqu'ils en sont
requis, mais ils ne sont pas obliges de
recevoir des acts injurieux et diffama-
toires centre des tiers, ni ceux don't les
enonciations out 6tc prepares dans un
but frauduleux et ilticite.
Art. 10. Is ne pourront recevoir des
actes dans lesquels leurs parents ou al-
lies, en line directed i tous les degrees,
et en ligne collaldrale jusqu'au degree
d'oncle ou de neveu inclusivement, se-
raient parties, ou qui contiendraient quel-
ques dispositions en leur faveur. II leur
est 6galement ddfendu d'instrumenter
pour les individus qu'ils ne connaissent
pas personnellement, ou don't deux cito-
yens qu'ils savent dignes de foi ne leur
attesteront pas les noms, lat et demeure,
ainsi que pour les personnel qui ne se-










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
,11 I -- ----^ --*--"_-- 2 1 m, aBf a i-- t71 -


raient on qui ne leur apparaitraient pas
saines d'esprit, ni jouissant de la pleni-
tude de leur raison.
Art 11. Les notaires ne peuvent ins-
trumenter qu'en presence d'un de leurs
confreres, ou de deux citoyens ma-
jeurs, sachant signer, et domicilids dans
I'arrondissement ou l'acte est pass, sans
deroger a ce que prescrit le code civil en
matiere de testament. Ils ne peuvent
prendre pour temoins les parents on al-
lis aux degres ci-dessus, tant des par-
ties que d'eux-mdmes, leurs clercs ou
serviteurs.
Art. 12. Les notaires ne pourront pas-
ser vente d'aucune proprietL urbaine ou
rurale, qu'au prealable cettepropriet6 n'ait
t6 ar pentie. Le contract devra comforter
les designations coiitenues au proces-
verbal d'arpentage et mention d'icclui ;
le tout, sous peine, pour le notaire qui
a reccu l'acte, d'tre personnellement res-
ponsable de tous les donimages ct autres
consequences qui pourront rdsuller de l'i-
nobservation des pr6sentes.
Art. 13. Les actes des notaires seront
6crits sur du paper timbrd, en un seul et
mIme contexle, lisiblement, sans obser-
vation, blanc, lacune ni intervalle ; ils
contiendront, outre les noms et lieu de
residence du notaire qui les recoil, les
noms, quality et demeure des parties,
ainsi que des tdmoins instrumentaires ;
ils dolvent fire mention de la patent
des individus qui y sont sujets ; ils tnon-
ceront, en routes lettres, les noms ct les
dates; les procurations des contractants
seront annexdes h la minute, qui lfera
mention que lecture de I'acle a 6td faite
aux parties: l le tout i peinc de cent gour-
des L'amende centre le nolaire contre-
venant.
Art. 14. Les actes seront signs par les
parties, les Ltmoins et les notaires, qui
doivent en fair mention it la fin de
1'acte.
Art. 15. Les renvois et appostilles ne
pourront, saul exception ci-apres, etre
ecrits qu'en marge ; ils seront signs et
paraphes, a peine de nullite des renvois
et appostilles. Si la longueur du ren-
voi exige qu'il soit transported i la fin
de l'acle, il devra etre, non sculement si-
gne ou paraphi come les renvois derits
en marge, nais encore expressement ap-
prouve par les parties, a peine de nullite
du renvoi.
Art. 16. II n'y aura ni surcharge, ni


interligne, ni addition dans le corps de
l'acte, et les mots surcharges, interlignes
ou ajoutes, seront nuls. Les mots qui
devront' tre rayds, le seronf de "maniere
que le nombre puisse en 6tre constant6 a la
marge de leur page correspondante, on
a la fin de l'acte, et approuve de la me-
me manimre que les renvois dcrits en
marge ; le tout a peine d'une ainende de
cinquante gourdes centre Ie notaire, ainsi
que de tous les dommages-interets, imnme
de destitution en cas Ide fraud.
Art. 17. Tous les acLes notaries front
foi en justice, et seront exdcutoires dans
toute l'Mlendue de la Republique. Nean-
moins, en cas de poursuite en faux prin-
cipal el incident, executionn de I'acte ar-
gud de faux sera suspendue jusqu'apres
l'issue du proc6s.
Art. 18. Les nolaires seront tenus de
garder minute de tous les acles qu'ils rc-
cevront.
Ne sont, neanmoins, comnpris dias la
prdsente disposition, les certilicals de vie,
procurations specials, quittances d'arrd-
rage de pensions et rentes, et autres ac-
tes simpiles qui, d'apres les lois, peuvent
Otre d6livres en brevet.
Art. 19. Le droit de ddlivrer des grosses
et des expeditions n'appartiendra qu'aut
notaire possesscur de la minute ; et, nean-
moins, tout notaire pourra ddlivrer copie
d'un acte qui lui aura etc depose pour
minute.
Art. 20. Les nolaires ne jpourront se
dessaisir d'aucune minute, si ce n'est
dans les cas prcvus par les lois et en ver-
tu d'un jugenint.
Avant dles'en dessaisir, ils en dresseront
et signeront unie copic conl'orme, qui,
apres avoir et dcertilite par le doyen et
le commissaire du gouvernenient idu Iri-
bunal civil de leur residence, sera suls-
titue la minute, don't elle tiendra lieu
jusqtu' sa rdintegration.
Art. 21. Les notaires ne pourront cga-
lement, sans l'ordonnance du tribunal
civil, ddlivrer expedition ni donner c(yi-
naissance des acts it d'autres qu'aux per-
sonnes intdressdes en nom direct, heritiers
ou ayant droit, a pine de dommages-
interets, d'une amended de cent gourdes,
et d'6tre, en :cas de recidive, suspendus
de leurs functions pendant trois mois, sauf
ndanmoins I'exdculion des lois et regle-
ments sur le droit d'enregistremenl, et de
celles relatives aux actes quidoivent Otre
publics dans les tribunaux.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Art. 22. En cas de compulsoire, le pro-
ces-verbal sera dressed par le notaire dd-
positaire de l'acte, A morns que le tribunal
qui l'ordonne ne commette un de ses
membres, ou tout autre juge, ou un autre
notaire.
Art. 23. Les grosses seules seront dili-
vrtes en forme ex6culoire ; elles scront
intituldes et terminies dans les mimcs
terms que les jugements des tribunaux.
Art. 24. II doit otre fait mention sur la
minute de la dtlivrance d'unc premiere
grosse, faile a chacune des parties inte-
ressdes: il ne peut lui en itre ddlivrd d'au-
tre, t peine de destitution, sans une or-
donnance du tribunal civil, laquelle de-
meurera joint h la minute.
Art. 25. Chaque notaire sera tenu d'a-
voir un sceau particulier, aux armes de
la Rdpublique, porlant ses noms, quality
et residence.
Les grosses, extraits el brevets porteront
l'empreinte de cc sceau.
Art. 26. Quand il doit etre fait usage
d'un acte notarid hors de l'arrondissement
du notaire qui 'a dtlivrd, la signature de
ce notaire a besoin d'etre lkgalis6e par le
doyen du tribunal civil dt ce resort.
:' Art. 27. Los notaires sont tenus d'avoir
un registre special, appeld repertoire, vis6,
ctd ec paraphe i chaque feuillet, sans
frais, par le doyen tdu tribunal civil du
resort, sur lequel ils inscriront, jour
par jour, et sans blanc ni surcharge, la na-
ture et I'espcc de l'acle, les noms des par-
ties et la relation de l'enregistrement, tous
les actes en minute on on brevet qui se-
ront passes dans leur dtude, mrnie les
testaments des personnel vivantes.
iArt. 28. Tous los six mois, ils seront te-
nus toe fire viser, gratis, leurs ripertoires
par le receveur ou directeur de 1 enregis-
trement de la commune, ct doivent so
conformer, en cc quii les concerned, aux
dispositions de la loi sur I'enregistrement.
Art. 29. Ils devront aussi faire arriter
leur repertoire, tous les six mois, par le
nfinist6re public qui, en cas de prdvari-
cation, ou tous autres ddlits ou crimes,
dolt les poursuivre d'office pardevant les
tribunaux compelents, sans prejudice du
droit qu'ont les parties de les d6noncer.
Art. 30. En cas de destitution, dtimis-
sion, mutation ou dt(ces d'un notaire, le
juge de paix du lieu est tenu d'apposer
immedialerenlt les scellts sur ses minutes
et repertoires.


Le notaire, qui sera appele h le rempla-
cer, requerra la lev6e des scell6s, et pren-
(dra possession, sous inventaire, don't un
double sera remis au greflfer du tribunal
civil du resort, des minutes ct r6per-
toires trouv6s dans l'etude vacant, et d&-
livrera, lorsqu'il en sera requis, toutes
expeditions des dites minutes. Le no-
taire successeur tiendra compete a son
predrcesseur, on aux heritiers de celui-ci,
de la inoili,? du benefice sur les exp(di-
tions des acles qui n'auraient pas encore
tld ddlivrdes lors du replacement.
Durant la suspension d'un notaire, le
Secrelaire d'Elat de la Justice ddsignera
celui q,:i pourra dhlivrcr aux requerants
les expeditions des minutes du nolaire
suspend, aux mines conditions que des-
suS.
Art. 31. Ils sont assujettis, pour leurs
actes, h la taxes fixie par le tarif ci-an-
nex le paper timbre non compris, sans
pouvoir s'en ,carter, sauf le cas pr6vu
par la prcsente loi.
Art. 32. Les inventaires, les actes de
partage, les compiles de gestion et d'admi-
nislration venduspar un mandatairc, d'ex-
ccution testamentaire, de bIn6eice d'in-
ventaire, dt tutelle, cahier des charges et
tous autres actes d'une grande etendue,
seront payCs a raison die soixante-quinze
centimes par chacune des heures emplo-
yees a la passation de l'acte, et ie la
moitie pour le temnps employed a l'expedi-
tion.
Les notaires seront tenus d'6crire eux-
memes; en toutes lettres, tant sur la mi-
nute qu'au has de 1'cxp6dition, le temps
quils y auront employee ct la date de la
delivrance ie chaque expedition.
Art. 33. Lorsque les nolaires seront
appeles hors de leur etude pour la con-
fection des actes de leur ministire, il leur
sera alloud, si c'est en ville, soixante-quin-
ze centimes, en sus du prix de 1'acle fixed
an tarif et s'il y a transport a la champagne
jusqu'a deux lieues, il leur sera accord,
en sus du cofit de l'acte, deux piastres ; ct
au-delti de deux licues, soixante-quinzc-
centimes par chaque lieue, pour tous frais
de transport. Le nombre des licues sera
dcrit de leur main come en l'article prd-
cident.
Art. 34.- Tous les actes pour na ridac-
tion desquels les notaires seront appelds
de unit, c'est-i-dire de huit heures du
soir i cinq heures du matin, seront pays
moitid en sus du prix port au tarif, outre
les frais de transport.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLAITON 1
-(idirij~f^S^ wjj .f.,' ~n f^.. -Wa~~ v;/*^. /3 *> / .,* r. i V~, ;rr-.s^*^'^**^^'^r!*f^vlrJlv^/*^n/*,w'. Mr^ -^*^w^^.*u^v ^- j~I~njm- cnMI y .C,/*


Art. 35.- Lorsque deux notaires seront
appeles pour passer collectivement un
acte, le notaire depositaire de la minute
aura pour ses honoraires le total des dmo-
luments allouds par le tariff, le notaire en
second n'aura droit d'exiger du requerant
quC la moitid des dits emoluments.
Art. 36.- Les notaires seront tenus d'e-
crire de leur main, en toutes lettres, la
some par eux percue, au has de toutes
les expeditions qu'ils delivi-eront, sous
peine d'dtre suspendus de leurs functions
pendant trois mois.
Art. 37. Les notaires ne pourront dd-
livrer 1'expedition des acles rests impar-
faits, h molns d'etre autorises par le doyen
du tribunal civil de leur resort, cjnfor-
mdmenl au code de procedure civil, sous
pine d'une amended de quatre cents gour-
des pour la premiere fois, et, en cas de
ricidive, d'interdiction de leurs functions
pendant un an, sans prejudice des dom-
mages-interels envers la parties poursui-
va ntc.
Art. 38. Toules contraventions aux
dispositions des articles 10, 11, 13, 14, 16,
31, 32, 3 3 34 et 35, seront punies d'une
amende de cent gourdes pour la premiere
fois, et en cas de r6cidive, d'interdiction
pendant six mois, lesquelles pines seront
prononcces sur une simple assignation
qui leur sera donnde a la requete du
comlmissaire du gouvernement ou de son
substitute, avec les pieces i l'appui, sauf
i la parties intdeisse ai se nourvoir en
reduction de la taxes, s'il y a lieu.
Art. 39.- Toutes suspensions, destitu-
tions, condemnations d'amende et lde
dommnages- intirts, seront prononceas con-
Ire les notaires par Le tribunal civil (de
leur resort, sur la pours-,:ite des parties
intdressees on d'office, sur celle du com-
missaire du gouvernement.
Art. 40.- Los notaires sont tenus, avant
d'entrer en functions, de deposer au greffe
du tribunal civil de leur resort, et sur
un registre ai cc destined, la signature et pa-
raplie dont ils doivent se servir dans 1 ex-
ercice de leurs functions.
Ils apposeront on mnme temps cette si-
gnature et paraphe sur une fcuille de pa-
pier, pour &tre, par le minisLtre public,
expedite au Secretaire d'Etat de la Justice
I1 en sera de mime do l'empreinte du
sceau mentionn6 en l'article 25.
Art. 41.- Dans les ceremonies publi-
ques, les notaires portent le costume


noir, l'habit carrd avec boutons de soic
noire, le claque orni de plumes et de flo-
ches noires; avec la cocarde national, et
I'6pde.
Art. 42.--- La present loi abroge touts
les dispositions des lois anteriures et tout
tariff concernant le notariat.
Donnd la maison Nationale de Port-
au-Prince, le 11 Aoit 1862, an 59e de 1'In-
dependance.
Le Prlsidlnt du. Snitnt,
SN. LAMOUIR.
L!'s SecCr tai.eis,
CELESTIN, ANTOINE LAFOREST,
Le President dte la Cha(mbe,
RI. A. DESLANIDES,
.Le(s S cc.;laires,
DELORME, S. RAMEAU.

.AU NOM DE LA Ilii;'BLIQUEI

Le President d'-Iaiti ordonne clque la loi ci-
dessus (du Corps LUgislatif soil revclte du
sccan de la 116publique, publie et ecxdcultc.
Donnm au Palais Nalional du Port-au-Prince,
le 26 Aoilt 16(2, an 59 ,de 1'Ind6peindance.
GEFFRARI).
Par le Pr6sident d'Ilaiti :
Le Secrclaire d'Elat de It Justice,
V. LIZAItI E.
TARIFF DES ACTS NOTARIES
(Loi di S Aoul 1877).
lo Pour toute recherche d'acle don't la date
est cerlaine P. 1.00
2o f l'aniuid )i est cerlaine 1.50
3o n n est incerl aine .1.00
4o Mention on 6imargeent .... .0.50
5o Procurationl en lrevet . 2.00
60 Tous autrs actes en brevet 1.50
7o Contrals divers, donation et tous
autres aces ou minutes non (ldsignus par
la prsente . .00
So Exlp)dition des miines dilnnntl col-
lationn s . 1.50
9o Note de prott. 1.50
10o Etension de lirolet ..... 5.00
11o Expldition dlxleiition de prott 3.00
12o Protestatioi do billets A ordrc et
lettres de change ... .. 4.00
13o Testament . .. .8.00
14o Expddition de testament 4.00
15o Contrat de marriage . 4 00
16o Expedition de contract de marriage 2.00
17o Pour chaque depot de pieces 1.00
18o Pour verification des pieces, par
here 0.50
19o Droit pour l'argent ddpos6 en l'6tu-
de, quelle que soit la dur6e du dep6t 0.50 0/0










16 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
F -/~..

BI LIOG AP IE



Le nouyel ouvrage de notre collogue
JUSTIN DEVOT a 6 [ lobjet de divers
comptes-rendus tr&s dlogieux faits part
des Revues et Journaux de France.
Nous publions les deux extraits sui-
vants :

Extrait de la Revue de Sociologie
( No de Janvier 1895.)

JUSTIN D)EVOT. Cours 'ldmenitaire tl'instruc-
tion civiqtie et d'&ldcalion patriolique.

Monsieur Justin D6vot a crit ce manuel pour
repondre au novel enseignement que le dte-
partement de instruction publique d'Haiti a
voulu introduire dans ses ecoles.
Cc course comprendra deux volumes.
Le premier vient de paraitre.
Dans les deux premiers chapitres, I'auteur
d6veloppe 1'idce de Patrie et les raisons pour
lesquelles on doit l'ainer.
II dtablit ensuite les devoirs que' les citoyens
ont it remplirA son regard et aussi lcurs droits
vis-a-vis de la soci6te. Le troisieme chapitre
est un commentaire chaleureux des trois ter-
mles de la formule gouverneinentale d'Halti
Liberty, Egalite, Fraternite.
Chacun de ces chapitres est suivi tde ques-
tions et de reponses et de citations qui con-
tribueront Li rendre plus facile la tache des
professeurs et des bleves dans eel enseigne-
inent nouveau.
On trouve dans cc livre la mime chalcur
d'mie, le mine enthousiasne que la Revue
a ddjit coiistat dans les deux precedents ou-
vrages de M. I)evot. L'auteur ccrit avec son
coeur. C'est Ic plus bel Cloge que I'on puisse
lui adresser. L'ardent ddsir qu'il a eu de coin-
vaincre sera certainement recompense.
I1 ne sera pas non plus hors de propose de
le ftlicitbr d'avoir contribucd L la creation mime
de cct enseignement qui est une cois&quence
directed du movement d'ides don't il est un
des plus actits repr6sentants.
Nous n'avons pu nous empecher, it la lecture,
de penser combien M. Justin )Devot se trou-
vail aldnirablemcnt plac6 au milieu de cc
people haitien pour y dlablir quelques-uns des
1)robl6mes qui int6ressent a un si haut degrd
la Sociologic.
Dans cette fie lointaine se forme une soci6et
nee i l'origine d'un sentiment de revolte con-
tre uine race de couleur different.
D)epuis cette epoque, elle est restie pres-


que s6parbe du monde par sa situation g6o-
graphique et aussi par sa crainte de l'6tranger.
Quelle march a suivi 1. formation de cette
nationality ? A quel degree est-elle aujourd'hui
parvenue? Quels services les lois nouvelles
de la Sociologic peuvent-elles lui rendre ?
II nous semble que M. Justin )dvot nous
doit sur ces sujets un ouvrage qui lui inmritera
les remerciements de tous ceux qui s'intdres-
sent a ces questions.
H. RAPPIN,


De la Gazette des Tribimuna,, de
(No du 6 Janvier 1895. )


Paris


11 est consolant et doux, i l'heure of les dd-
clamations sacrilbges de ceux qui lie rougis-
sent pas de sc qualifier eux-memes de Sans
Patrie, irritent nos oreilles par une decevante
propaganda de 1'Internationalisme, d'entendre
chanter par une voix ardente et pure un hymne
A la Patrie, et proclanierhauteinent contre les
theories de l'ecole qui a pris pour devise: ubi
bene ibi palria, l'amour du sol que nous ont 16-
gue nos ancetrcs, le culte des souvenirs, des
traditions, des sentiments communs a la nation
tout entire, et le devouement au drapeau que
les meilleurs des nOtres out tant de fois teint
de leur sang.
Bien qu'il nous arrive d'laiti, cette petile
Republique oif le frangais est deineure langue
national, le livre de M. Justin Devot offre
une lecture singuliereinent reconfortante. 1)e-
di it la jcunesse des ecoles, ilvise a lui mct-
tre au coeur avec le courage de vivre, de tra-
vailler et die letter, un prolond amour du sol
natal, une foi agissante ldas les destinies de
la patrie, pour le plus grand progris de sa
gloire. Enseigner ce quest le Pays, coninent
et pourquoi on doit l'aimer, de quels devoirs
on est tenu envers Ii, quels droits on en re-
coit, quelle intelligence il faut avoir de la belle
devise national : Liberte, Egalitd, Fraternitl ;
tel est le programme que M. Justin D)vot a
rempli avec une rare elevation de sentiments
et une tres-communicative chaleur de con-
victioi.


NECROLOGIE
Ia R ivue se fait un devoir de s'associer an
deuildui collbgue HiiRatn) ROY et de sa famille
douloureusement frappes avec tout le pays,
par la mort d'un des plus fervents amis de
note teuvre, M. PiYTION ROY, de tr&s regret-
tec miemoire.


I1Rmprilflrie AMBII, 1,36. rut dlC~tr.







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


SEANCES DE LA SOCI STE,
( Extraits des procls-verbaux. )
REUNION DU 28 MARS 1893.

Presents : MM. Leger, Bonamv, Syl-
vain, Chancy, Borno, IHraux, Minos,
Baussan. --M. Poujol, membre corres-
pon plant, assisted a la stance.
PRIESIDENCE E Mr J. N. LEGER.
L'ordre du jour appelle la reprise de
la discussion sur la question de la vente
a remere.
M. Baussan. Je vais vous mettre,
Messieurs, sous les yeux, un aictit I: a
Cour de Cassation de France, rapporle
par Dalloz, qui s'applique exactement a
l'cspece que nous 6thldions.
Espice: Berquer centre Vatel.
( Attend que le control notarit du 17
Avril 1834, sur lequel Berquer base sa de-
mande, est attaque come infected d'im-
pignoration ;
Atlendu que, dans les conventions, on
doit rechercher quelle a etd la commune
intention des parties plut6t que de s'ar
reter au sens littdral des terms du con-
trat; d'ofi il suit que ce n'est pas par le
titre qu'on a donned I i'acte qu'il faut ju-
ger de sa nature, mais par la volontle
qu'ont cue les contractants ; qu'ainsi la
qualification de vente a r6emer donnee ai
la convention n'en fait pas un contract de
vente, si des stipulations et des autres fails
dte la cause il risulle qu'il s'agit d'un
pret d'argent d&guis6 sous la forme d'un
contract de vente a reinlre ;
Attendu que la parties qui a slipuld au
contract et ses representants out quality
pour opposer la simulation, lorsqu'elle a
pour but de fire ce que la loi prohibit,
et pour demander P'annulation de -'acte
faith coltre les prohibitions de la loi(c. ci-
vil, art. 1131 ct 1133 )
Attend que la loi permit 1)ien au prl-
tcur de recevoir en gage ou en antichr6se
Ic bien de son emprunteur, mais (que les
articles 2078 et 2088 annulent touted clause
par laquelle le crdancier deviendrail pro-
pri taire du I)ien engage par le seul dtd-
faut de payment de la dette au lertie
convenu ;
Attend quo e e prlteur qui, pour se sous-
traire L cotle prohibition, invented et se
fail suscrire un acte par lequel il recoil


le bien de 'emnprunteur, pour srclre diu
prOt et en devient proprietaire a dcfant
de payment au term convenu, fail par
un moyen d6lournd ce que la loi defend
de faire; qu'il agit contre les dispositions
de la loi ; qu'un pareil acle doit done etre
annuld ;
( Attend qu'il est constant, en fait,
cqe le prix de vente inonce dans I'acte
du 17 Avril 1834 est de beaucoup infrieur
Sla valur valeur n du hicn dit vendu, puis-
qu'il n'est que de 700 frs, landis que Ie
Lien a 6et loud en 1836, publiquement
aux enchbres, 65 fr. de relevance, ce (qu
portrait la valeur v6nale i environ 1,801)
fr., tant de notoridt publique que ceite
valeur so calcule d'ordinaire sur plus de
trente fois Ie revenue ; que celle dillerence
entire la valour rIclle du bien et la som-
me port6e dans I'acle rend done peu vrai-
semblblle que les parties qui connaissent
bien la valeur des terres dans le pays,
aient entendu faire une vente relle ;
Attend qu'oin peut d'autant monis
crolre que telle a did la volonlt des con-
tractants, qu' la In vilct se joignent, d'au-
tre part, que cette veute est die failed
sous la faculty de rdmric6 pendant trois
,ans, et, d'autre part, que les parties sont
convenes dans cet acte menl c que, pen-
dant cc temps fix6 pour Ie rdmin6r, la
venderesse conserverait la jouissance du
hien a titre de location en payant uine
relevance qui a eit calculde non d'apres
la valeur locative des biens, mais lixce
i 35 fr. qui est l'inldritl 5 p. 100 de la
sommne indiqude combine prix (d la vente ;
Attend que, de ces diffrecncs stipula-
tions, il resort lue la veiuve Vatel n'a pas
rdellelnent livrd la chose tlite vendue ;
qu'elle en est restde saisie coiinu aupara-
vant; qu'elle n'a voulu s'obliger qu'h
payer l'inrnlrt de 1'argeut recu et I reiu-
bourser le capital ct les frais ; (lu'elle n'a
employee la forme du control de vente i
rei6mer que pour donner plus de garanlie i
sonpreteur, et qu'elle n'a conscnti le di-
laissement de sa propricli (que pour Ie
cas of clile ne pourrait pas ct dans I'es-
perance de paver avant le jour lixe ; q(u
die son cute, Berquer in'a enlendtu q(uil
v aurail venle rdellIe que dlans Ic cas o
11 ne serait pas rembourse tdu capital, par
lui 1)prOt ; qu'ainsi, dans l'intention cotm-
mune des contractants le droil te pro-
priol6 confdre ai Berquer n'ltait en reality
que P'engagemenit du bien de la veuve
Valel, faith au profit (de Bc'rquer, pour
suiret6 el garantie die h sonime par lii
pride :









18 REVUE DE LA SOCIETE DE LIEGISLAITON


(< Attend que 1'acte exprime que les
700 fr. don't it est donni quittance n'ont
pas 6t6 verses en presence du Notaire; qu'il
resulte des pieces jointes au dossier que
sur cette sommne es parties out df prd-
compter 400 fr. provenant d'un pr6t fait
le 18 Avril .pric6dent, et dot n il a et
donned quiltance le jour de l'acte, quoique
la some ne ft-t pas eligible, et 20 fr.
pour les int6rets d'un an de ces 400 fr.,
ce qui vient d6montrer de nouveau que
I'acte de 1834 don't il s'agit, n'a 6td lait
que pour assurer le remnboursement Wt'ar-
gent pretc ant6rieurement; qu'il ne s'a-
gissait done pas entire les parties de vente
et d'achat, mais de prit it interet et de
suret6d dlonner au priteur qui parait
avoir, depuis cet acte, fait m6me de nou-
veaux prits t la veuve Vatel, ainsi qu'il
result d'un billet joint aux pieces, enre-
gistrf i Saint-Valery -sur--Somlne, le 5
DWc. 1833.
< Attend que de ces fails constants il
rdsulle que l'acte du 17 Avril 1834 est en
reality un contract pignoratif deguis6 sous
la forme d'une vente a remnred; qu'il se-
rail usuraire et consommerait une spo-
liation illicile s'il produisait, on justice,
d'autre ellet que celni d'obliger l'emp)run-
teur a rendre le principal, les int6rets et
frais ; que, commne vente, cet acte est nul,
parce qu'ayant pour objet de conf6rer iun
gage au preteur, il est un moven fraudu-
teux employ pour dluder les dispositions
de la loi qui ddfend au cr6ancier de s'ap-
proprier le gage it lui donnd par sqn de-
biteur. ))
Appel -Arril.
La Court: adoptant les motifs des pre-
miers juges ; -Confiine.-- 8 Juin 1839.
C. D'AMIENS.
---\oici naiitenant l'opinion (d'Aubry et Rau.
( sous lesquelles le 'pret it inter6t so d6guise
le plus fr6quemment. On appelle ainsi
un contract par lequel le propridlaire d'un
immeuble, qui veut se procurer ides de-
niers ou s'acquitter d'une dette, vend cn
apparence cet immeuble au preteur ou au
creancier, sous la condition de pouvoir
en exercer le retrait pendant un certain
temps, et d'en rester pendant cet inter-
valle en possession, a titre e d bail, moyen-
nant un fermage destine h representerl'in-
trirt de la some qu'il devait ou qu'il a
recuc.
Les princi pales circonslances auxquelles
on peut reconnai re l'impignoration son :


la faculty de relrait, le maintien du ven',
deur apparent dans la possession des biens
a titre de bail (relocatio in instanti, la vi-
LETE DU PRix.-Le concours de toutes ces
circonstances n'est cependant pais indis-
pensable pour qu'un contract de vente
puisse etre d6clard pignoratif etc.))
II parait que c'est ainsi que I'opera-
tion se pratique en France. Dans notre
pays, ilen est autrement. On calcule les
int6r6ts et I'on s'engage dans un certain
ddlai a computer la valeur du pret et des
inler6ts ajoutCs au capitalpour racheter
le bien.
II faut done, en r6stum6, ramener l'acte
a la commune intention des parties. Pas
de vendeur, pas d'acheteur. La venle est
annul6c. II resle un nantissement sur
le hien.
M. Heranx. Jo no puis me ranger a
cette opinion, el voici pourquoi. II y a
en France 'action en rescision, quand
le prix d'un immeuble vendu est inf6-
rieur aux 7/ 12 de sa valeur. II v a, en
outre, le ddlil d'usiure prdvu dans la ld-
gislation francaise, oft la viletd du prix
a toujours jouI un grand rdle, el cons-
litue un des dl6menls de la pignoration.
Or, chez nous, il n'en est pas de mdme;
pour qu'on puisse revenir sur une vente,
il faut qu'il y ait eu fraude i la loi. En
matiere de venle i r6dmrd, le prdteur
francais a on main un veritable nantis-
Feinent. II centre en possession du bien
qu'il garden s'il n'est pas payv. Le ven-
dcur hailien garden, an contraire, son
b1ien et n'est tnui de le remeltre que s'il
ne paye pas. Concluons que les dissem-
blances sont trop profondes entire les
deux legislalions pour qu'on puisse leur
appliquer les m6mes rlgles.
M. Mdlos. Je suis absolumIent de
1'avis de mon collogue Hdraux. J'ai dit,
lors de la premiere discussion, qu'on n-
peut annuler un contract, sous prdlexte
qu'il a une fausse cause: il 1aul prouver
ou qu'il n'y a pas de cause ou que la
cause est illicit. 11 v aurait fraude ia la
loi si on avail voulut par la vente con-
trevenir i unie disposition d'ordre pu-
blic. La discussion esl porlie ici sur le
terrain tiroit de la vente a r6merd.
Elargissons-la, el disons ique lout contract
doil dirCe annule s'il a 11une cause illicit.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
1/iy-i.y.f /1'1f/' J/ I////iJ / / / I / .


Maintenant si vous dites que la vente i
rem6r6, dans l'esp&ce que nous analy-
sons, par le seul fait que Femprunteur
stipule la clause de rachat, cache une
cause ilticite et doit tre annulee. il vous
faut rayer du Code les dispositions qui
concernent cctte former de vente, car je
soutiens que dans tous les cas et dalns
son essence mLme, elle repose snr in
prIt i interdt. Dela part du proprietaire
qui vend, il y a l'intention de racheter:
il a besoin d'argent; t6t on lard, il'espcre
en avoir pour racheter son bien. Mais de
la part du pr6teur qui achlet, il y a l'in-
tention d'acqudrir definitivement, si la
valeur engage ne lui est pas rendue.
Deux intentions diffdrentes, come vous
voyez.II n'y a done pas lieu de recher-
cher ici une commune intention des par-
ties, qui ne saurait exister stricto seiisu.
I1 s'agitde fair produire seseffets it une
forme d'obligation pr6vue par nos codes
eth oblenir que les provisions du 16gisla-
teur ne restent pas l'6tat de lettre more.
1Rservons, bien entendu, le cas oil il y
aurait, par example, une contre-lettre
slipulant, avec le consentement des deux
parties, que la vente est simulde. Je me
resume: Si 1'on peut prouver formelle-
ment que la communmcintention des par-
lies 6tait de faire un simple contract de
prIt, le vendeur, en fournissant cette
prcuve, pourra ojoujours obteir que la
vente tombe. Mais qui ne volt qu'en de-
hors d'une reconnaissance forinelle. celte
demonstration est impossible? S'il n'y a
rien de semblable; que mon intention, ia
moi acqudreur,6tait d'acheter,---mnd&me si
vous, vendeur, vous conserviez i part
vous l'espdrance de reprendre le bien
en en restituant la valeur, la vente avant
une cause licite devra 6tre maintenue.
Cest d'ailleurs lajurisprudence qui a 6te
admise en France, de 1789 i laloide 1807.
La suite de la discussion est renvovde
ai une stance ultricure.

IEUNION IU I-AVRIU.

Acette seance sont presents: MM. Le-
ger, Sylvain, Bonamy, Chancy, Thobv,
Borno, Lespinasse,Brun, Heraux, Viard,
ainsi que M. Poujol, mlenmre corres-
pondant-.


Monsieur le president J. N. Ldger
donne communication, en son nom ct
au nom de M. Laforest, de deux lettres
6crites i leur adresse par M. Nemours
Auguste, d'apr&s lesquelles une seance
aurait eu lieu h la date du 12 mars 1895,
stance don't la publication aurait dit
omise dans la Revue. La reunion, apres
avoir pris lecture de ces lettres, consi-
dirant quei la Socid1 de Legislation n'a
pas tenu dic stance le 12 inars 1895,
passe i l'ordre du jour.
M. J. J. Chancy commnluique, ii son
tour, une leltre d'un correspondan[ de
1'Anse-it-Vean qui demand la suppres-
sion idu' rsumIe des debals fail aux ju-
r's, confornmdment i la loi, par Ie Pre-
sident du Tribunal criminal. La reunion
decide d'examiner l'opporlunild de la
measure ct charge Mi. Lespinasse du
Rapporl.

LE COIDE CIVIL HAITI N
DANS SES DIFFERENCES AVEC LE CODE CIvIL FRANC4IS

(Voir la Revne 3" annnd n"- 3 6 et 7)

Sur cette question: Qti esl Hailien ?
nous avons vu qu'il y a it distinguer
l'acquisition de la nationality haitienne:
a. par la naissance,-b. par un fait poste-
ricur i la naissance.-I)ans notre dernier
article, nous avons etudic 1'acquisition
de la nalionalit6 par la naissance (1) ;
nous abordons aujourd'hui la 2me. par-
tie: acquisition de la nalionalilc par 11l
faith posteriecur (i la naissancc.
I
ACQUISITION 1)E LA NATIONALT'rI~: P A
IN FAIT POSTERIlEUIR-a LA NAISSANCE':.--
I.e mot naltralisation, dans son soen
le plus large, d6signe tout moyen par
Ictquel un stranger acquicrt la nationa-
lit~ dans un Etat.
Les aulcursdistinguent Iroisespices de
naturalisation: a. La naturalisation pro-
prement dite ; b. la naturalisation par
le bienfaitde la loi ou naturalisalion

i!l Voir la IRevuc 3me :aL c-lpae 98.








20 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
yaw~,n*iwia^-^^^^^~;4-;i.B^x:y:ru^;^K


de faveur; c. la naturalisation in globo
qui r6sulte de l'annexion i un Etat d'un
territoire stranger.
a. NATURALIZATION PROPREMENT DITE.-
La regle est pose en ces terms par
l'art. 4 de la constitution en vigueur:
Tout stranger est habile d devenir Hai-
tien, siiivant les regles etablies par la
loi. -
Jusqu'en 1875, les seuls strangers qui
pouvaient, par la naturalization, acque-
rir la nationality haitienne, 6taient ceux
descendants d'Africains ou d'Indiens.
Celte exclusion des 6trangcrs de race
blanche s'explique par lescirconstances
dans lesquelles notre pays a pris nais-
sance. N'dtait-ellc pas.naturelle cette
defiance des Haitiens, devenus libres
et ind6pendants, i I'dgard de ceux qui,
hier, les opprimaient et les consid6raient
come un vil betail'?- La constitution
de 1805, tout en excpltant de cette ex-
clusion les blancs qui avaient donned
desi preuves non 6quivoques d'attache-
ment i notre race (1), contenait la
disposition suivante.--
-ART. 12. Aucun blanc, quelle quoe
soil sa nation, ne inellra le pied sur ce
ierritoire a tilre de nmailre oni de pro-
priolaire el ine pouii'rral l'avenir y ac-
qldlir aicicune propridle. -
L't mime r&gle est reproduite dans
les constitutions de 1806 et 1816. (2).
Celle de 1813 est plus precise encore
sur ce point: At cuin blanc, dit l'art. 8,
jiepoUrra acqt1rir la quatlilM d'Hai.ien ni
Sl droil de posslder (iauciin imnieuble enl
fHiii ~ (ette dis.posil ion iisce trouvedans
les constitutions dte 1815 (art. 7) et dc
1819(art. 7). -- a constitution de 1867
ne l'a pas conserve ; elle ne pronounce
I'exclusion du b)lanc (que (I'une ftaon
inplicite: car elie no reconnail, en son
art. 1, qu't I'Africain et i 11indien la
tfaculle (e devenir Haitien.-Cola iindi-
(que de a un certain progresss dans les
iddes. ILe danger de la presence de 1'Eu-

11) Art. 13 (le la conslil. de 1805.
(2) Un fail a signaler. Ia coinsiliiion (de
1807 Iii celle tie 1811, ( les constititions lde
Chrisloplhe ) nie coniiennciinl I)as l'(arl. exclu-
ant les tilancs de In terre d'Haii. \roii au
contraire art. -11 de la constitution de 18)7.


ropeen au sein de la patrie haitienne
n'est plus aussi grand; car ses prdjug#s
contre nots ont de beaucoup diminue;
on ne nous m6prise plus comme autre-
fois. A notre tour, et dans notre propre
interet, nous devions, dans ine certain
measure, meltre de c6te les precautions
des premiers temps.-
C'est ce que la constitution de 1874
fit en terms assez heureux.- Nul, s'il
n'est Haitien, ne peat O~re propridtaire
d'immeiubles en Haiti.-Nianmoins, siir
la proposition di president d'Haiti, le
corps legislatifpourra delivrer des tires de
naturalist tout elrangerdebonnes inceurs
qui,apris sept annees de residence dans le
pays, y atura introdilt in art on in me-
tier tile, bfrme des lives on rendu des
services r'els et efficaces a la RIpublique. -
La loi rigle les formalitMs de cette natu-
ralisalion. En 1879, mdme disposi-
tion, sauf la reduction a cinq ann6es au
lieu de sept de la residence imposee a
l'6tranger; de.plus, les lettres de nalu-
ralitd sont ddlivrees par l'Assemblde
national au lieu de 1'dtre par le Corps
l6gislatif.
C'est done successivement, et non par
un changement Irusque, que 1'on est
arriv: a la regle de I'art 4 de la cons-
titution de 1889 qui nous regit actuelle-
ment. On est peut-dtre all trop loin:
on se demand, en effet, s'il n'eiit pas
det ndeessaire i d dterminer cerlaines
conditions de rIsidence on autres. II
est vrai (que la constitution renvoie it la
loi )pour unec reglenentallion ddlaille de
la maltiere. Cette loi est irgeiite car, en
son absence on esl l)ien obligi d'appli
quer la disposition de l'art.. 11 du code
civil, eldictle en iue d'une silualion tout
autre. Cet article ne conccrnail que les
Africains et Indiens et leurs descendants
qui, sous lempirc e e la constitution de
1816 en vigueur lors du vote 0du code
civil, 6laient reconnus d'emblee Hailiens
par Ie seul faith de lenur arrive (dans le
pays. Voici Ie texte primilitf de 'arl. 11:
7 ous ceua.r (quii, en vertt de( la constitu-
tion, soln habiles a acquerir la qualiie
(1d ci!oyein d'Hlilit, lderon, io leur arriv'o
dans le pais, fair, ii. devani le.jiige depai.
de leur residence, en presence de dedur cio-
iyens notables, la d'cltraliaon qui'ils vien-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
,.L ; .i .

nent avec l'intention de se fixer dans la
Rdpiublique.-Ils seront. tenus, en outre,
pour constater leur residence non inter-
rompue pendant le course d'une annie, de
fire viser tois les mois, par le juge de paix
dela commune, I'expedition de celte dcla-
ration; et ce ne sera qu'apres avoir rem-
pli ces formalies qu'ils pourront prteer,
devant le doyen du tribunal civil du res-
sort oi celui qui le remplacera, le serment
qu'ils renoncent a toute autre patrie
qu'Haiti.--Munis d'un certificate du doyen,
its seprisenteront ensuite d laSecretairerie
gdnerale pour y solliciter un acte reOdtii
de la signature du President d'Haiti, qui
les recomnaisse comme citoyens de la
Rdpublique.)
Ainsi, quelque facility qu'on voulCit
accorder ai nos conginkres, on ne pensa
pas moins, ct avec raison, qu'il y avait
certaines measures de precaution indis-
pensables t prendre: telle est la condi-
tion de la residence non interrompuc
d'une annee imposee a tous ceux qui
pouvaient devenir Haltiens. En 1860,
on trouva cette condition inutile, et on
la supprima: n'itait-ce pas agirun pen
trop hitivement'? On lit dans l'expose
des motifs (1): Ces difficulties (la ne-
cessit6 de faire viser tous les mois l'ex-
pdditiondela declaration); cc long temps
( 'annee de residence) se concevraient,
s'ils'agissait d'etrangers proprementdits,
sollicitant la quality de ciloyen haitien,
si cette quality p)ouvait leur t-re conf6-
roe.-Mais ii s'agit tout simplement d'ac-
corder la jouissauce (d'une quality q[ue
nos constitutions ont retonnuc a tous
les homes de note race, on qIulqeI1
conlrc qu'ils sc htouvent. II fallait
done leur rendre faccilte 'exercice de
cc droi It lenur arrive dans le pays .
D'oui la disposition aclelle de l'art. 11
du code civil : a Tons cruX qui, en i'frlu
de la constitluion, sont habiles 't arcquerir
la qualili de cito!lens h(iiliens, tderonlt
dans le mois de leur arrive e da(ns le pa/ys,
]tire devtan le judge de pai.v le serment
qu'ils renoncenl ai toule autre patrie
qu'Haiti.
Munis de I'e.rpedilion (idu )roc()s-evr-
hal du jl(Je de paix, conhstlalan lein de-
11 Den.r ans el demi ta Mlinisl;vre par F. 1E.
l)ubois. p. 90 2e edit.


clatraion qii'ils vieinent se fixer dans la
Republique et leur prestation de serment,
ils se presenteront dans les bureau.x du
President d'Haiti pour recevoir un acte
du chef de l'Etat qui les reconnaisse
come citoyens de la Ripublique.))- Loi
du 6 septembre 1860.
Analysons cet article et voyons
quelles sont les fornalitcs de la natu-
ralisation :
1) Dans le mois de son arrive( dans
le pays, 1'6tranger qui vent se 'aire natu-
raliser pre serment, cntro les mains
du juge de paix, de renoncer d touleautre
pairie qu'Haiti.--Cete ifo rnali t pe ut-elle
etre encore remplie si i'6tranger a
plus d'un mois de residence en ILLii? Le
texte semble bien dire non, et telle est
l'opinion de notre colligue 1D)vot (1).
Nous croons cependant quc telle n'a
pu 6tre la pensdedulegislateur del860.
II a voulu faciliter I'acces de la natio-
nalit aux descendants d'At'ricains on
d'lndiens, rendre plus promlptc leur as-
similation an r6gnicole ;-d'o~f la pos-
sibilite pour les impdtrants de devenir
IHaitiens en quelque sorLe au lendemain
mimie de Icur arrive dans eI pays. Le
e1gislateur a-t-il voulu dire quc, passe
un mois, la naturalisation no pouvUait
plus s'obtcnir? Ce seraillui fire mnanquer
Ic but qu'il voulait alteindre ; cai lc plus
souvent, 1'etranger de race africaine on
autre cqui arrive dans Ic pays devra
bien lprendre au moins un mois 1pour
r61ll&dcir, peser le pour et le contre,
avant de se ddcider ;'i demanded sa an-
luralisalioni. Coiimmnt s1 ppl)oser (qu'il
agisse du jour au Iendemain ?-- )Dns
la pratique, on ;admt I'dtlanger qui a
rdside1 mnnite )plusieurs annCes dans Ic
pays i pr6Ler C I sermeinl. El, a' notre
avis, on lie viole nullemeni l loi, on
rcesle dans son esprit:
2o La preslalion de serment faite, Ie
juge de paix on dresse ]Iroc.es-verlal,
don't ii remet une expclilion i lI'dtran-
ger. (2)
3" Colui-ci so i)resente muni de c( tle

1) La Natioimn lt.--p. (il.
2) La lot sur Ic larif des I'rais jiuiciaires
In'alloun aucun droi aC j< duge d paix pour cC
proci-s-verbal iarl. 8H.









22 REVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISLATION
*^r/K/f/~/iy//////K///^y////^^^lN///C/


expedition dans les bureaux du Presi-
dent de la R1publique pour recevoirun
acle du Chef'de I'Etat qui le reconnaisse
comnme citoyen de la Rdpublique.--C'est
done lePr6sident de la Republique qui
delivre les lettres de natiraliid. Est-il
teni, une fois les tormalit6s ci-dessus
observes, de dtlivrer la lettre de natu-
ralite, on bien un droit d'examen lui
est-il reserve?-Le texte, i premiere vue,
se pronounce pour la negative: is ( les
strangers) se prIsenteront dans les bu-
reaux du Prisident d'Haili pour rece-
voir.... Et ce qui fortific cette interpre-
tation, c'est que l'ancien article 14 di-
sail : pour solliciter an acte...
Mais ii est certain qu e le gislateur
de 1860 n'a pas pu vouloirrelirer lafa-
cult an Premier Magistrat de la R6pu-
bliqne de-rejeter une demand de natu-
ralisation prcsentle par un stranger
qn'il serait manifestement dangereux
d'admettre dans notre sein. Les cons6-
quences scraient trop d'sastreuses pour
nous. (1)
Enfin, bien que la loi ne le dise pas,
l'etranger, pour etre admis, doit avoir
une double capacity: il doit 6tre majeur,
capable e e contractor, et d'apris la loi
haitienne, et d'apres sa loi personnelle.
Telles sont les seules conditions im-
posees it l'tranger.
Elles sont vraiment trop simple et
il est urgent, repltons-le, d'elaborer une
loi plus complete et plus prdvoyante
sur cette maliere si delicate.
L'etranger naturalise jouit-il de tous
les droils accords it l'Hailien'? -Pour
les droits civils,oui; le naturalist est as-
simile complltement au rignicole.
En est-il de meme des droils politi-
ques ?- Ici, la loi faith une cerlaine res-
triction. L'arlicle 9 de la Constitu-
Lion dispose: --Toit ciloyeni (ci de 21 ans
accomplish e.rerce les droils poliiqtues,
s'il rtunit d'aille'urs les (ltres conditions
delermines par la consliiluioln. Les
Hailiens naturaliseis ne sont admis (i cel
e.rercice qui'a)es cinq amnnes de r dsidence
dans la Republique.
N'eilt-il pas mieux value imposer cette
condition de residence avant d'amet-

(1) V. La Nationalit p. 65.


tre l'tranger h la naturalisation, et
cette naturalisation, une fois accord6e,
confirer au naturalist la plenitude des
droits de citoyen ? Ce serait bien plus
logique.
La naturalization d'un individu im-
plique-t-elle cellede ses enfants ? Quant
aux enfants majeurs, la question ne se
pose m6me pas : ii faut un acte do leur
volonld pour entrainer leur changeinent
do nationality. --Nous deciderons de
nime, avec la grande majority des au-
teurs, pour les infants miners. Leur
nationality constitute pour eux un droit,
don't il ne peut appartenir it leur pere
de les depouiller. II faudrait, pour ad-
mettre le contraire, un texteformel,
come nous en trouvons un dans la loi
fran.aise du 26juin 1889 articlee 12,3e
alinaa.) (1)
Le mime raisonnement s'applique a
la femme de 1'6tranger naturalist.
b. NATURALISA'rION PAI ILE BIENFAIT
)E LA LOl.
Ici, aucun acle de la part, soit du Pou-
voir exceutif, soit du Ponvoir 16gislatif:
il suit que les conditions imposes par
la loi soient replies pour que, deplein
droit, la naturalisation soit acquise.-
Nous ne trouvons dans notre droit qu'un
seul cas certain de ce mode de natura-
lisation (2) :c'esl celui pr6vu par l'article
5, 1Jr al. de la Constitution, aux terms
duquel Ia femme dirangere qui pouse
un Haitien devient Haitienne.- C'est
le marriage qui confere la nationalist,
ipso facto.- Nous retrouvons cette dis-
position dans I'article 12 du Code civil
francais.
a Ceette maxime, a dit Boulay, orateur
du Gouvernement an Corps 16gislalif, est
fondle suria nature mnme du marriage,
qui de deux 6tres n'en fait qu'un, en

(1 L'art. francais ajoute que, dans l'annee
de leur inajorite, les cnlants minicurs pcuvenlt
decliner la quality de Francais.
(2' Voir cependant la loi du 28 janvier 188'i
qui accord le privilege de naturalit6 aux
usines et ctablissements f'ondes dans le pays
pour la preparation des denriC es nationals.
(:'omme personnel morales ils peuvent acque-
rir ies imnicubles, mais seulemncnt en vue du
but de leur crdation.- J. I)dvot : La Ntlio-
nililk. p. 71








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGJSLATLON 2


donnant la preeminence I 1'dpoux sur
l'epouse. Aucune declaration n'est
requise de la femme; le marriage opere
n6cessairementsa naturalisation, et une
manifestation formelle de volontd par la
femmede conserver sa nationality 6tran-
g6reserait sans valeur.- N6anmoins la
volonl6 de la femme entire pour uequelque
chose dans ce changement de nationa-
tionalit6; car, en consentant Aa pouser
un Haitien, elle consent par li m6me i
adopter sa patrie.
En sera-t-il de mrme si, pendant le
marriage, le mnari change de nationality:
la femme suivra-t-elle cette nouvelle con-
dition du maria ? Question tres-contro-
vers6e. Elle est d6cid6e n6gativement
par la grande majority deoi auteurs. It
faut, en effet, en principle une mani[fe-
tation de volont6. La femnme 6trange6re
qui spouse utn Hailien est pr1sumle
consentir it devenir Hailienne ; dans tous
les cas la loi lui impose cette nationa-
lilt. Et elle doit le savoir. Mais le cas
differe, lorsque, apres la celebration du
marriage, le mari change de nationality.
Tout ce qu'ilserait desirable de faire,
cc serait de faciliter la naturalisation
de la femme. C'est ainsi qu'on a proce-
d1 en France (art. 12-2' al. du cod. civ. )
Pour l'opinion contraire,l'on invoque
le texte de la loi et son esprit, d'apris
lequel le legislateur semble vouloir que'
les deux 6poux aient toujours la mime
nationalit6-Nous retrouverons bient6t
cctte e Ie question envisagee sous une
autre face. (1)
L'art. 5 de la Constitution est dte droit
relativement nouveau. -Jusqu'en 187;),
la femme 6trangere qui 6pousait un
Haitien ne devenait pas Haitienne ipso
facto. La Constitution de 1879 lui con-
f6ra ce droit, come corollaire du prin-
cipe pos6 par la Constitution de 1874
( art. 6), it savoir que la femme hai-
tienne qui 6pousait un stranger per-
dait sa quality d'Haltienne. Avant celte
dernicre 6poque, et sous l'empire de la
loi du 30 Octobre 1860, chacun des
epoux conservait sa nationalild.

(1) Pour la negative: V. I)emolombe, L.au
rent, Baudry Lacantinerie, J. IDvot, etc, etc'
Pour 1'afi'rmative: V. Felix. Trails de Droi
international priJ d. --- I


c. NATURALIZATION in globo.
Elle r6sulterait de l'annexion i Haiti
d'un territoire stranger, en vertu do la
conquete on d'un trait de cession. Tous
les habitants du territoire annexed seraicnt
ainsi naturalists en masse, de plein
droit. L'int6rkt politique de l'Etat c n-
querant on cessionnaire comnmande une
telle solution.--
La mnme situation pent se presenter,
lorsque, par suite d'une revolul.ion, un
Etat est d6membrd pour form 'r plu-
sieurs Etals distinct. Nous en avons
plus d'un example dans notre histoire:
la scission du nord en 1807, celle du
sud en 1811, celle de la I)ominicanie en
1811: cette dernirce seule e result it
1'6tat de fait accompli. Ici, encore, la
mmne solution s'impose : le changement
de domination entraine celui de la na-
tionalil6 des habitants. Faisons une appli
cation de ce principle it la l)ominicanie.
Lors de la reunion de cc pays it la
Rdpublique d'Haiti. tous ses habitants
6taientdevenus Haitiens. Par habitants,
nous entendons, d'apris Pothier, tout
d'abord les naturels du pays, puis les
strangers naturalists au moment de la
reunion, en un mot les citoyens. La
separation faite, ces menmes individus
out repris leur nationality domlniciaine,
cux et leurs descendants.. -
Quid des Haitiens d'origine qui, a la
suite de la reunion, dtaient allds liabiter
le territoire dominicain et y sont rests
depuis la sepa-ration? Sonu-ils devenus
Dominicains, ont-ils perdu lsur natio-
nalitd haitienne ?N.)n, assurmnent ; car
la seule residence sur un terriloire
stranger n'est pas une catise dci la perle
de la quality d'Haltien.
Les traits peuvent apporter des chan-
gemenis a ces principles. -
II
Avant d'ahorder l'6lude des diffi6ents
cas dans lesquels l'Haitien prd sa nuaio-
nalit6, nous nous arrcterons I l'examen,
en deux mnots, des deIux hypotheses sui-
vantes quipresentent un certain initert
pralique :
a L,'individ a deu.r pastries ;
b. 11 est salns pjlmrie.







REVUE DE.LA SOCIETY DE LEGISLATION


a. L'INDIVIDU A DEUX PA'TRIES..--
Cette liypothlse se pr6sentera plus
frdquemment qu'on ne lepense, surtout
depuis le r6tablissement dans.notre droit
'du principle du jus soli consacr6 par
1'art 3-3 de la Constitution.
Ainsi, un enfant nait en Haiti de deux
Martiniquais, descendants d'Africains :
1'enfant est Haitien; mais, en mime
temps, il est Francais, en vertu de la loi
franchise, qui declare Frangais tout en-
fant n6 d'un Francais, en France on a
l'Ftranger.
Quelle estlacondition de cet enfant?-
En Haiti, ii jouira de tous les droils ci-
vils- et politiques, sans restriction; car
il est Haitien d'origine; par confre, il
sera aussi soumis a toutes les charges
et obligations imposeesaux r6gnicoles.--
D'un autre c6tl, en France, il aura
tous les droits, toutes les prerogatives
des naturels francais, et sera astreint i
toutes leurs charges et obligations. -
Done, et c'est la une des consequen-
ces les plus graves de cette strange si-
tuation-cet individu aura deux status
personnel. Et remarquez quele textene
laisse mdme pas I celui-lh, la possibi-
lit6 d'une option : non, la loi lui impo-
se necessairement une nationalist, soit
qu'on se place au point de vue de la loi
haitienne on a celui de la loi franchise.
L'on voit done 1'imp6rieuse nicessitd
d'une r6glementation plus precise, plus
uniform de cette delicate mnatifre de
la nationality. La question ne peut rtre
resolue qu'au mnoven d'une entente en-
tre les diff6rents Etats.
b.- L'INDIVII) N'A PAS DE PATIE.I'i.
Situation singuliere pouvant parfai-
tem-'nt exister, ainsi que nous l'avons
vu. (1) Quelle est la condition des heii-
imalhlosen'?- L'on admet, sans dili-
cullt, qu'ils joniront, en Haiti, de tous
les droits donl jouissent les strangers
en gindral. Sculement, comment arri-
ver a savoir qnel est leur slatut per-
sonnel'? Ils n'en out certainement pas;
p)uisque le statut personnel derive de
la nationality. La seule solution possi-

11 V. la Itevue 3r ann6e p. 101.


ble est done de leur appliquer la loi du
pays de leur residence.
III.
PERTE DE LA QUALITIES DE CITOYEN.
Nous arrivons an chapitre II du code
civil (art. 18 et suivants), A compldler
par l'art. 10 de la Constitution. II y a,
entire le texte de l'art. 18 du code civil
et celui de l'art. 10 de la Constitution,
certaines differences ; ainsi l'art. 18 men-
tionne, come une des causes de perte
de la quality de citoyen, tout etablissse-
ment fait en pays Nlranger sans esprit
de retour (art. 18-5o), tandis que la
Constitution est muette sur ce point.
Cette disposition de l'art. 18 est-elle
encore en vigueur? Je crois, avec mon
savant collguce Divot, que l'6numnra-
tion de l'art. 10 de la Constitution est
limitative et abroge la disposition du 50
de 1'art. 18 du code civil.- ~.C'est un
point reglementd i nouveau. > (1)
Une observation, avant d'aborder les
causes de perte de la qualitdd'Haitien.
Le texte de la Constitution dit: ((La
quality de CITOYEN d'Haiti ...., au lieu
de dire simplement : LA QUALrE D'HAI-
TIEN. Nous avons dija fait observer
qu'il n'y a, dans notre droit, aucune
distinction i fire entire le citoyen hai-
lien et 1'Haitien. Quand done e lexte
dit citoyen, c'est come s'il disait
Haitien. (2)
Abordons l'article 10 de la Consti-
tution : -
La qualil de cilolen d'Haili seperd:-
1o Par LA NATuI'ALISATION acqulisc ('e
pays ltranger.
Consdquelnce du principle quel'on ne
peut avoir dleux pastries; car on se
trouverait souvent en presence de deux
ordres de devoirs contradictoires. La
naturalisation doit dtre acqu(ise. 11 faut
une demalnde, un fait volontaire de la
part de 1'Haitien,-- et il ftaut, de plus,
que la naturalization soil accordde. II
ne suf'irait pas d' ine naturalisationim-
posic par la loi d'un pays stranger.
il) La Nationu litl p1. 8i.
,2) V. la RlevIue 3. ann' -- ) p. 98
.1. D)vot p. 87,








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 25
^ >i7,77 77/ 777 77 7/77,7,'/7777777 7777/ 777' / 77 '77'>777 777, 7777777 ,7777i7' /i .' 7 7


Par example, le fait par un individu de
creer un etablissement de commerce en
Espagne implique I'acquisition par cc-
lui-li de la nationality espagnole. Un
Haitien qui- se trouverait dans ce cas
ne perdrait pas sa quality d'IHaitien;
car la naturalization lui est impose,
elle ne rdsulte d'aucun acted de sa vo-
lont6; et, en outre, d'aprcs la loi hai-
tienne, un dtablissement de commerce
on autre (1) fait en pays stranger n'en-
traine pas la perte de la nalionalitl
laitienne.
Dce mdme, l'Haiticn qui obtiendrait
l'autorisation d'etablir son domicileen
France ou en Belgique, ne perdrait pas
sa qualile d'Haitien; car l'dtrangcr
admis a domicile en France ou en Bel-
gique n'est pas naturalist Francais ou
Beige, il a seulement, quant i la jouis-
sance des droits civils, une situation
privildgide sur les autres strangers et
son aces a la nationalild franchise on
lelge est facility. Telle serait encore la
situation pour l'Haitien qui acquerrait
la denization en Angleterre. Le denizen
rest stranger ; car la denization est
accordde par lettres royales, tandis que
la naturalization ne peut ktre confdrfde
que par une loi. De plus, le denizen
est loin d'6tre assimild ni l'Anglais pour
la jouissance des droits civils: ainsi it
ne pent pas heriter de ses parents 6tran-
gers. Mais il pouvait, avant 1870, ache-
ter des biens-fonds, ce qui dtait refuse
i l'etranger en g6ndral.
L'Haitien peut done librement chan-
ger de patrie, si tel est son bon plai-
sir. II lui suffira d'itre capable, d'apr&s
la loi haitienne, c'est-a-dire d'avoir 21
ans accomplish. Cependant la loi atta-
che a ce changement certaines ddch6-
ances qui constituent de v6ritables pei-
nes. Ainsi, aux terms de I'art. 22 du
code civil, I'ex-Haitien perd la pro-
pridtd de tous ses biens, sa succession
est ouverte. Disons tout de suite que
cette disposition, beaucoup trop rigou-


(1) Sous l'empire du 50 de l'art. 18 du
code civil, un dtablissement fait en pays
stranger sans esprit de retour, entrainait la
perte de la quality d'Haitien.


reuse, n'a jamais etd applique. Ne vau-
drait-t-il pas micux l'effacer de notre
code ? Car rien n'cst plus funeste que
habitudee dene pas exdcuter les lois. (1)
Une autre disposition moins rigou-
reuse, et croyons-nous, aussi inappli-
quce, c'est celle de l'art. 7 de la Cons-
titution: Tout Hailien quii se fait nait-
raliser stranger en due fbrme, ne poirra
revenir dans le pays qu'apres cinq an-
nees.
Qu'arrivera-t-il si cet ex-Haitien re-
venail en Haiti avant l'expiration des
cinq anndes'? Quelle est la sanction de
l'arl. 7'?- Le lIgislateur n'a pas prdvn
le cas. Nous croons, avec note col-
lgue I)dvot, que Fart. 7 n'impose pas
une condition it la naturalisation de
1'Haitien; de sorte que, avant l'expira-
tion de ces cinq annecs, l'Etat haltien
ne pourrait pas le rdclamer connme na-
tional, s'il iettait le pied sur le terri-
toire de la Rpulblique, ct consider
ainsi come nulle sa d6nationalisa-
tion. (2) Tout ce qu'on pourrait faire
ce serait de l'expulser du pays.
Quant a l'art. 21 du Code civil, ain-
si concu : Les Haitiens qui resident ac-
tuiellement en pays stranger, sans per-
mission du President d'laiti, el qui, ln
an apres l'epoque fix.e pour l'execii-
tion dt present code, i seront encore
residents, perdront la qualild de cilo-
yens d'Haili, c'est encore une de ces
dispositions qui n'ont jamais cu d'ap-
plication et qui.doivent disparaitre de
notre code.
Notre lIgislation n'est pas seule i
se montrer s6vire envers ceux qui a-
bandonnent leur patrie pour se ran-
ger sous d'aulres lois. II existed encore
en France un d6cret de Napoleon ler.,
en (late du 26 Aoilt 1811, qui fait en-
courir aux Frangais don't la naturali-
lation en pays stranger n'cst pas au-


(1) La Constitution de 1805 se montrait
encore plus rigoureuse a l'endroit de 1'Hai-
tien qui se faisait naturaliser; son art. 7 le
d6clarait possible de la peine de mort et de
la confiscation de ses propri6tis.
(2) La Nationalit6 p. 83.







26 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
f--Mii---C---i----a--------


torisee la confiscation de leurs biens et
la privation du droit de succder en
France (art. 7, 8 et 9). (1)
Quelle est, au point de vue de 1'E-
tat haitien, la situation de l'ex-Haitien ?
Il est d6sormais considered come e-
tranger. Ainsi, veut-il relourner au gi-
ron national, reprendre sa nationali-
td premiere ? II devra remplir toutes
les formalitds imposes i I'dtranger d'o-
rigine ( article 7 de la Constitution ),
noussavons djit queces formalits sont
celles de l'article 14 du Code civil (2).
La Constitution apos6 le principle d'u-
ne loi speciale devant r6gler le cas :
(( La loi rigle les cas oi l'on peut re-
couvrer la quality de citoyen, le mode
et les conditions a remplir a cel effect.
Art. 12. > Cette loi esl a faire.
La naturalization en pays etrangera-
t-clle toujours eu pour effet, dans no-
Ire droit, de fair perdre i 1l'Hailien
sa nationality? Si l'on en juge par le
seul text de l'article 18 du. Code civil,
on no peut que r6pondre par I'affir-
mative. La qualild de citoyent se perd,
dit le texte. Or, qu'est-ce qui consti-
tue la qualild de citoyen'? L'art. II du
mdme code repond : La reunion des
droils poliliquies et des droits civils cons-
tilic la quialilt de citoyen. Quality de
citoyen signific done quality d'Haitien;
c'est la quality d'Haltien qui sc perd.
L'art. 22 du Code civil in fine ne laisse
aucun doute a cet igard: L'Haitien
qui aura perda sa qutalite de ciloyen
par tne des causes eXrprimdes aux No,
..3 (NATURALISATION) ..... sera, di l'ae-
nir, considered come iETH'ANG(;ER.
La Constitution de 1816, il est vrai,
ne mentionnait, comme cause de perle
de l'exercice des droits de citoyen, que
lat condamnation it des pines afflic-
tives et infamantcs. Le texte tait cer-
lainement incomplete. Le Code civil est
venue combler la lacune.
La Constitution de 1805 -tait plus ex-
plicite : La quality de citoyen d'Haiti se

(1) La question est controversy; entire les
auteurs frangais, a savoir si cc ddcret est
encore en vigueur.
(2) Voir aussi le 2e. alinea de l'art. 23 du
Code civil.


perd par I'immigration et par la NA-
TURALISATION en pays etranger, et par
la condemnation d des peines afflicti-
ves et inf]amantes. Le premier cas em-
porte la peine de mort et la confiscation
des propridtis.
La Constitution de 1843, elle, se con-
tente, en son art. 12, de parler de la
perle des droits politiques qu'entraine
la naturalisation acquise en pays 6tran-
ger. (1) )e telle sorte que le natura-
lis6 conserverait la jouissance des droits
civils. Est-ce bien la le sens qu'il faut
attacher i cette disposition ? Ne faut-
il pas, pour la completer, recourir aux
articles 11 ct 18 du Code civil ? Et
d'ailleurs I'exercice des droits politi-
ques conslitue ce qu'il y a de plus es-
sentiel pour le regnicole ; c'est li sur-
tout ce qui le distingue de l'ctranger,
notammient dans le svstdme de ceux
qui souliennent que l'etranger jouit
en Haiti de tous les droits civil qu'un
texte fornel ne lui refuse pas.
A partir de la Constitution de 1867,
la question ne se pose meme plus
L'art. 9 de cette Constitution dit for-
mellement : La quality de citoyen d'Hai-
ti se perd.... (2)
20 La second cause de perte de la
quality d'Haitien est, dit le 2o de 1'art.
10 de la Constitution, I'abandon de la
patrie au moment d'un danger immi-
nent. C'est une just punilion. Le pays
n'a que faire de ceux qui refusent de
le d61'endre, alors qu'il a besoin de
leurs bras Aux terms de l'art. 23 du
Code civil, l'individu qui se trouve
dans ce cas ne pourra jamais recou-
vrer la quality d'Hailien.
3o L'acceptation non autorisee de fbloc-
lions publiques on de pension confries
par an Gouvernement leranger fait aus-
si perdre la quality d'Haitien. Art. 10,
30 de la Constitution.
C'est que. la nationality ne donne pas
seulement des droits ; elle impose aus-

(1) Les Constitutions de 1846 (art. 6), 1849
(art. 14) reproduisent la mime disposition.
(2) Notre eminent coifrcre Devot soutient
tres brillamment qu'avant 1867, Haiti pou-
vait etre range parmi les pays ayant 'atlle-
geance perpetuelle. V. La Nationalit7, p. '7
et suiv.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLAITON 2
v/y//K,^/^/^/^////^'//N//^//^-v^^^//;I/


S si des devoirs, et parmi eux l'obliga-
lion pour le citoyen de consacrer au
service de sa patrie sa vie, son acti-
vit6, ses talents. Lors done que l'Hai-
tien remplit a l'Etranger une function
publique, it frustre la patrie, puisqu'il
se met dans l'impossibilit6 de lui itre
utile. C'est une sorte de renonciation
tacite a sa nationality. L'Haltien pent
alors se trouver, dans telle circons-
tance donnee, en presence de devoirs
contradictoires: ceux qu'il doit an
S pays stranger come fonctionnaire, et
ceoux don't it est tenu envers son pays.
Ne sera-t-il pas condamn, a mgihir
les uns ou les autres ?
Ces considerations indiquent que
lorsque les functions sontacceptdes avoc
l'autorisation du Gouvernement hai-
tien, la decheance ne saurait etre en-
courue. C'est qu'il est, en effet, des
cas on l'exercice de functions a 1'E-
tranger peut ,tre utile au pays par
example, it fournira i 1'Haitien l'occa-
sion d'6tudier une administration 6tran-
gore pour venir en essayer I'application
ici. Le texte de l'article 10 est d'ailleurs
former sur cc point. (1)
40 Tous services rendus par un Hai-
tien aux enneinis de la Repuiblique,
totes transactions faites avec eux en-
trainent la perte de sa quality d'Hai-
tien. (Voir les art. 57 et 58 du Code
penal qui punissent de mort 1'Haitien
qui aura porter les armes contre son
pays, ou qui aura pratique des manoeu-
vres on entrelenu des intelligence avec
les ennenzis de I'Elat, etc.....) II s'agil
6videmment, dans ce texte, des enne-
Smis ext6rieurs.
5o La quality de citoyen d'Haiti se
peid par la condamnnation contradic-
toire et definitive d des pines perpe-
tuelles d la fois afflictives et infaman-
les. Art. 10, 5o, de la Constitution.
Nous 6tudierons, dans un prochain

(1) Le fait d'accepter sans autorisation une
decoration d'un gouveruement stranger tom-
be-t-il sous l'application de l'art. 10, 3o ? Bien
certainement non. Ce n'est pas 1i exercer
une function publique A 1'Etranger, ni tou-
cher une, pension. Les lois qui prononcent
une peine, une dtchtance sont de strict in-
terpr6tation.


No, les autres consequences resultant
d'une telle condemnation, et la der-
niere cause de perte de la quality
d'Haitien : le marriage d'une Haitienne
avec un stranger.
A. BONAMY.

Bourses de Commerce ; agents de change
et courtiers
( Code de commerce, lilre IV; loi du
25 Septembre 1890 sur les agents de
change et courtiers. )
Ila 6td question recemment de crier
h Port-au-Prince une bourse de com-
merce. Peut-itre ne sera-t-il pas sans
intdrit pour les lecteurs de la RIli'e
d'avoir sous la main une etude,- d'ail-
leurs sommaire,- du titre IV do notre
Code de commerce.
Qu'cst-ce quo c'est qu'une bourse de
commerce ?
L'art 71 nous rdpond : La bourse
de commerce est la reunion qui a lieu,
sons l'autorit6 du Prdsident d'Haiti, des
commercants, capitaines de navires,
agents de change et courtiers.
Pour donner un definition un peu
plus precise, nous dirons : La bourse
de commerce est une reunion de com-
mercants, ayant pour objet de conclude
des operations relatives aux effects de
commerce et effects publics nationaux
ou strangers, aux marchandises et
denrees, ainsi qu'aux affriciments des
navires et aux assurances naritimes.
Elle ne peut dtre crdce que par un
acted du chef d'Etat et ne fonctionne
que sous le contr1le et la surveillance
de 1'autorite.
11 n'y a pas de Bourse en Haiti. En
France, oh il en existe dans routes les
villes de quelque importance, on donne
aussi le nom de bourse au local mnme
destine par le Gouvernement i recevoir
les rduniions de commercants. Dans
une troisikfme acception, ce mot sert a
designer l'ensemble des Qoprations qui
se font dans ce local; c'est dans ce
dernier sens que l'on dit : (< La bourse
d'hier a 6td bonne, ) pour exprimer
l'id~e que les affaires trait6es la veille
ont ete avantageuses.








28 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION.


La loi a consacr6 l'institution des
Bourses de commerce dans un but d'u-
tilit ; elle a jug6 fort justement que
donner aux commercants un endroit
special oft se rencontrer, c'ktait rendre
les operations plus fr6quentes et plus
rapides ; celui qui desire conclureune
affaire sur tel effet public, sur telle
merchandise, n'a plus besoin de cou-
rir de porte en porte pour connaitre a
quel prix, dans quelles conditions il
pourra contractor ; il n'a qu'a se pr6-
senler h la Bourse ; c'est a qu'abou-
tissent, que se donnent rendez-vous
toutes les offres et toutes le demands ;
il y constatera cone facilement l'6tat
du march touchant tel effet public,
touchant telle merchandise, ce qui lui
permettra de voir imm6diatement s'il
peut contractor, dans quels sens ii de-
vra accepter ou presenter des propo-
sitions.
L'ulilit des Bourses a 06 de tout
temps reconnue ; on trouve dans plu-
sieurs villes de I'antiquit6 des lieux sp&-
ciaux destines aux reunions de com-
mercants.- Mais c'est dans les temps
modernes que l'institution prit une
grande importance et un vaste d6velop-
pement.
En Belgique surtout. C'estde cc pays-
lh d'ailleu rs quevient l'acceptionsp6ciale
du mot bourse.Ilparait, en effet que, dans
la ville de Bruges, les commergants s'as-
semblaient pros d'un h6tel seigneurial
- l'H6tel des Bourses,- don't le fron-
tispice 6tait orn6 d'un ecusson charge
de trois courses. On prit I'habitude d'ap-
peler Boursco l'endroit ofi se r6unis-
saient les commerants. Et ce nom resta
pour s'appliquer i tous les lieux ser-
vant au mime objet.
En France, la plus ancienne bourse
est celle de Lyon ; elle date du com-
mencement du 16e sitcle. Celle de Pa-
ris n'a Rt6 fondue qu'en 1724.
En Angleterre, la plus ancienne
Bourse, ( celle de Londres, I'Exchange-
House, ) date de 1591, 6poque du
regne d'Elizabeth.
En Haili, nous I'avons dit, il n'e-
xiste pas de bourse. Les operations surl
effects et marchandises seffectuent soit
dirucclemiient entire les parties, soit par


des intermdiaires ; mais ces intermi-
diaires,- qu'on trouve aussi a l'6tran-
ger, et qui sont les agents de change et
les courtiers, a ddfaut d'un local
commun oi se centralisent tons les ren-
seignements necessaires sur le com-
mcrce int6rieur et exterieur, sont obli-
g6s de courier chez les uns et les au-
tres, perdant du temps, mal renseign6s
souvent, et arrivant assez difficilement
parfois a etab!ir d'une maniere pre-
cise le course du change, des marchan-
dises ou effects.
11 n'en a pas toujours 6t6 ainsi, ce-
pendant. La terre d'Haiti a vu nai-
tre .. et mourir quelques bourses de
commerce. La premiere, h vrai dire,
n'est pas nee sur la terre d'Haiti, c'est
plut6t sur la terre de St.-Domingue.
C'est, en effect, a l'6poque colonial
que cette Bourse fut cr66e. Le com-
merce de la ville du Cap ayant pris,
vers 1761, une- tres-grande extension,
on sentlit la n6cessit6 de donner aux
negociants de cette ville uu lieu de r1-
union pour faciliter leurs nombreuses
n~gocialions.
Voici, dans sa r6daction fort pen aca-
d6mique, telle qu'elle a 0tl pullide
dans un ouvrage de Moreau de St Miry
devenu rarissime et intilule: Lois et
Constitulions des colonies francaises de
l'Amdriquie sous le vent, l'ordonnance
des administrateurs de la colonie, ren-
due au Port-au-Prince, en dite du 13
Mai 1761 :
Philippe-Francois Bart, etc.
Jean Elienne Bernard Clugny, etc,
Adminislraleurs de la colonie.
S Sur ce qui nous a &t6 represented par la
Chanibre mi-partie d'Agriculture ct de Com-
merce Ctablie au Cap, en consequence de sa
deliberation du ler du mois d'Avril dernier,
de l'utilitd de I'etablissement des Bourses
6tablies dans les diffdrentes villes du com-
merce du Royaume,. et des advantages qu'd-
prouveraicnt les negociants et habitants du
Cap d'un semblable ctablissement, s'il nous
plaisait y donner les mains, en attendant que
la Cour (c'dlait le Conseil superieur du Cap)
jugeat a propos d'y pourvoir: Nous, ayant
regard a la dite demanded, et attend les avan-
tages proniis de 1'dtablissement propose,
avons permits et permettons aux negociants
de la ville du Cap de sc choisir dans la dite
ville un lieu propre A s'assembler entire eux,
pour y conferer des affaires du Commerce,









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
*<', A i J >^^?;.^:j"^? A/i' /i. .


t l'imitation des Bourses etablies dans les
difftrentes villes commerantes du Royaume,
a la charge toutefois par eux de nous adres-
ser les status et reglements .qu'ils pourront
fire entire eux a ce sujet, pour etre par
nous homologu6s, s'il y a lieu. Sera la prd-
sente enregistree, etc, etc!... ,
Ce qui advint de la Bourse du Cap,
c'est ce qui est advenu de toutes les
choses utiles de l'6poque colonial.
L'esclavage les avait marquees toutes
d'un signed fatal ; elles disparurent avec
lui dans la grande et terrible tourmente
Sd'of sortit notre independence.
SEn 1829, une tentative fut faite par
le Gouvernement de Boyer pour 6ta-
blir une bourse dans chacune des places
oft il existait des tribunaux de com-
merce. It n'y eut probablemcnt qu'un
commencement d'ex6cution.
En F6vrier 1858, I'Empereur Faustin
reprit l'idde; il rendit un arrdt6 par le-
quel il autorisa l'dlablissement d'une
Bourse a la Capitale. Le 25 Mars 1858,
un nouvel arrlt eon vint r6gler l'orga-
nisation. Mais ces efforts n'eurent pres-
que pas de suite.
Le 22 Juin 1867, troisieme tentative.
Salnave 6met deux arrdets; 1'un auto-
rise l'elablissement d'une Bourse dans
chacun des ports ouverts ; l'autre en
organise le fonctionnement. Nouvel in-
succes.
Depuis lors, 1'exp6rience n'a plus t6L
reprise; et malgri le developpement
des transactions, l'indicalif present de
l'article 71 continue d'6tre le plus sinm-
ple des futures.
Il semble, par consequent, que nous
n'ayons rien a dire sur cette question!
Oui, cependant; nous n'avons pas de
bourse, c'est exact ; mais nous avons
les operations de bourse, les ventes et
achats d'effets publics, de billets de com-
merce, les ventes et achats de marchan-
dises trangfres ou indigenes, etc. Tout
implement, ces operations, au lieu de
s'effectuer dans un lieu d6termind, s'ef-
fectuent partout, la oil lIon peut se ren-
contrer, dans les rues, dans les maga-
sins, dans les maisons privees. I)Desorte
que, h ce point de vuc, on pourrait
assez justement considerer la place de
Port-au-Prince, par example, come
une grande Bourse de commerce. II


est vrai qu'une vWritable Bourse n'exis-
terait qu'avec l'autorisation express du
President d'Haiti et serait soumise a des
reglements de police speciaux; mais
cela ne toucherait en rien h la nature
et aux conditions g6ndrales des ndgo-
ciations, qui resteraient les mimes que
dans l'elat actuel des choses.
Tout cela nous amine i cette ide:
que cc qu'il nous imported de connai-
tre, ce sont les operations diles de Bour-
se et c'est comment elles se font.
Ces operations sc divisent en deux
classes tres distincles:
10 les n6gociations des effects pu-
blics,- titres sur la Caisse d'Amortis-
senient, titres d'emprunt, etc,- les nd-
gociations des lettres de change, de
tous billets et papers comniercables.
Les agents de change out seuls le droit
de fair ces ndgociations pour le coniptc
d'autrui.
20 Les operations commercials ordi-
naires, ventes et achats de mirchandi-
ses, contracts d'affr6tement, etc.
Les intermidiaires obliges de cette
second classes d'opdrations sont les
courtiers.
DIe l1, i diviser notre 6tude en deux
chapitres:
lr chap. Des agents de change et de
leurs operations.
2e chap. Des courtiers et de leurs
operations.
CHAPITRE PREMIER.
Des agents de I- .,,,'i, el de leurs operations.
( Loi du 25 Septenibre 1890 sur les
agents de change et courtiers.)
PREMIERE SECTION.
Nomination et attributions.
I. Toute n6gociation est susceptible
de se conclure de deux falcons ; d'abord;
directement, par les parties intrressees
elles-memes ; ensuite, parole moyen d'un
interm6diaire.
Lorsqu'un individu veut vendre ou
acheter in effet public ou un paper
commercable, s'il ne peut on ne veut
fair l'op6ration personnellement, il
n'est pas libre d'en charger n'importe
qui. La loi l'oblige h confier cette mis-
sion a un intermediaire official, i un








30 REVUE DE LA SOCIETY DE LEG ISOLATION
A A; A A AA A A.j.^A-' A// A?'iA'A/ A AA AA/A ;i A A A A// Ai A/ll ^^/' ?/' l^^^/^i.l^l ../ y. /. A' l': yA


officer minist6riel qui s'appelle l'agent
de change.
L'art. 76 du Code de Con. est bien
precis la-dessus.
Et la loi du 25 Septecibre 1890, sur
les agents de change et courtiers, s'ex-
prime dans son article 6, de la manirec
suivante:
I1 est dcfendu, sous peine (d'une
amende qui ne pourra excider la som-
me de 500 gourdes, i tous individus
autres que ccux nommis par le Gou-
vernement, de s'inmmiscer, sons quelque
pr6eexte que ce puissc dtre, dans les
functions d'agents de change ou de
.courtiers. )
Vous voycz done que la loi a institu6
lit un veritable monopole.
Les agents de change sont nomin6s
par Ic President de la 1Rpublique.
Pour etre agent de change, quatre
conditions sont requises:
il faut : 1o Etre haitien
20 avoir 25 ans accomplish
30 justifier avoir exerce la
profession decommergant ou avoir tra-
vaille come commis, pendant quatre
ans, dans une maison de commerce on
de banquet, ou avoirdtd employee de l'or-
dre administratif durant trois ans;
4o n'6tre sous le coup d'aucune cause
16gale d'exclusion ; par example n'etre
pas failli.
Mais cc n'est pas tout ; le nombre des
agents de change n'est pas illimiti, et
il n'en existe que dansles ports ouverts.
II y en a 6 pour la Capitale, 4 pour cha-
cun des ports des Cayes, JMr6mie, Jac-
mel, Cap-Haitien, Gonaives, et 3 pour
chacun des autres ports ouverts de la
Republique.
It ne suffit done pas, pour dtre agent
de change dans une ville, de remplir les
quatre conditions que j'ai unum6rees;
Smais it faut aussi qu'il s'agisse d'un port
ouvert et que le nombre d'agents que lui
a assigned la loi ne soit pas encore atteint.
Une question sc pose ici.
Un agent de change a-t-il le droit de
vendre sa charge, sauf, bien entendu, A
presenter son successeur L' l'agrement


du President d'Haiti, qui a seul le droit
de le nomnner ?
En France, sous l'ancien regime, la
la vente des offices 6tait d'un usage cou-
rant. En 1791, routes les professions
ayant Wt ddclardes libres, ildevint loisi-
ble i n'importe qui d'exercer celle d'a-
gent dechange. Puis en 1795, une loir&-
lablit le corps des agents de change et
leur ddfendit absolumnent de vendreleur
titre ou de presenter un successeur.
Enfin, arriva la loi du 21 avril 1816 qui
autorisa a venle et la prdsenlation, dans
le bul de done r line compensation auxa:
agents de change, parce que le Gouver-
nemenit avail augigente de becaucoup le
chiffre des cautionnemnents qui'ils avaient,
avant d'entrer en Ionciions, ddepOSes ani
trWsor public.
Ainsi, actuellement, en France, la
charge d'agent de change est une vdri-
lable propridet; elle fail parties du patri-
moine du titulaire et passe aux mains
de ses h6ritiers, qui peuvent en dispo-
ser tout come le pouvail le d6funt
tilulaire.
En est-il de mime en Haiti? Non;
aucune loi ne le decide: l'agent de
change exerce une function publique,
et il est de principle qu'une function
publique ne peul titre dans le commerce.
Pour qu'il fMt possible de vendre cette
charge, il aurait fall un text express.
Ce texte n'existe pas dans notre 16gis-
lation.
I'ailleurs, le motif qui a fait, en Fran-
ce, consacrer la v6nalite ne se trouve
point chez nous. Nous venons de voir
que q'avait Wtp pour donner une com-
pensation aux agents de change, par
suite de l'augmentation du chiffre dit
cautioRnement exig6 d'cux. Or, en
Haiti, ce chiffre est relativement mini-
me. Aux terms de l'art. 2 de la loi du
25 Septembre 1890, les agents de change
doivent verser au tresor public, avant
d'entrer en function, un cautionnement
don't la valour est : pour Port-au-
Prince, de 2000 gourdes ; pour les Cayes,
Jeremie, Jacmel, Cap-Haitien, Gonaives
de 1500 gourdes, et pour les autres villes,
de 1000 gourdes. (S'ils neveulent verser
la valeur en especes, ils peuvent encore
se cautionner, tant par eux que par des








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


tiers haiticns, en dcposant a la Banque
des tires de propriety, valantla moiti6
en sus de la garantie exig6e, et dega-
gee de toute hypothkque. )
En definitive, nous devons decider
que le titre d'agent de change est ex-
clusivement personnel, et ne peut etre
ali6n6 sons aucun prctexte.
Autre question: Pent-on valablement
constituer une soci6~t pour l'obtention
et l'exploitalion d'une charge d'agent
de change?
Voici comment, chez nous, la chose
pourrait se presenter, enpratique. Une
charge vient Ai tre vacant. Et le citoyen,
iersona grata, qui peut l'obteritr du Chef
de L'Etat, n'a pas la some n6cessaire
pour realiser le cautionnement. Afin de
sela procurer,ils'associe quelques per-
sonnes, sous les conditions siuivantes:
ses associes lui fourniront les fonds nd-
cessaires; il sera le titulaire exclusif de
la charge, et tous le:; b6ndfices en se-
ront partages entire lui et les associes,
dans la proportion de leurs mises et
sans que ces derniers soient jamais te-
nus des dettes quc dans la measure des
mises. (Dans l'usage courant, enFrance
*ces associds sont appel6s quarl d'agent
de change, cmzquinmed'agent de change,
hiitieme d'agent de change, suivant la
quotit6 qu'ils percoivent dans les Wbne-
fices de l'exploitation.)
Ce genre de soci6td est-il valuable?
La jurisprudence haitienne n'a pas
en l'occasion d'dmettre son opinion la-
dessus. Maisla jurisprudence franchise,
jusqu'en 1862 oil le ddtat fut 16gislati-
vement tranche, a toujours admis la nul-
litR de la socidtU don't nous nous occu-
pons. Sa facon de voir nous semble devoir
etre adopted dans notre droit. Autoriser
une pareille soci6t6, ce serait admettee
qu'une function publique puisse &tre
dans le commerce, ce qui n'est pas pos-
sible, come je viens d'en fire l'obser-
vation. -
En France, depuis 1862, une double
solution 16gale a Wt6 donnue a la ques-
tion. Certains agents de change ont 6t6
autoris6s a exploiter leur office en as-
sociation; d'autres se sont vu refuser
ce droit. Voici pourquoi: Les Bourses
d'effets publics et autres se divisent,


e;i France, en deux classes : les bourses
qui sont pourvues d'un celles qui n'en sont pas pourvues. On
d6signe sous le nom de parquet lun
endroit special oil se tiennent les agents
de change pendant la durde d'une rdu-
nion ; cet endroit plac6 en evidence
est s6par6 du public. On ne trouve de
parquet que dann les Bourses d'une
grande importance, oif ii y a un con-
sid6rable movement d'affaires; dans
les autres bourses, les agents de change
vont et vienncnt partout, so melant au
public. Or, dans les bourses ) arquet,
Ie chiffre du cautionnement ct le prix
d'une charge d'agent atteignent, cela se
comprend fort bien, des proportions
6normes. Comme une seule personnel
n'a pas ordinailement les grades res-
sources n6ccssaires pour fair de tlles
ddpenses, la loi a permis que, dans les
bourses i parquet seules, on pilt s'ad-
joindre des baillcurs de foinds, inldres-
ses, participant aux bIndeices et passi-
bles des pertes jusqu'a concurrence des
capitaux engages. Dans les bourses non
pourvues de :parquet,, rien nc nhccs-
sitait une faveur semblable.
Rien ne la rend n6cessaire, non plus
dans notre pays. Outre que la charge
d'agent de change ne s'y vend pas et
que les negociations n'y out pas encore
une intensity quelque pen remarquable,
le chiffre tdu cautionnement n'est pas
si formidable qu'il faille se meltre ia
plusieurs pour oser I'alfronter.-
Nous savons quelles sont les condi-
tions exigdes de celui qui veut devenir
agent de change, et qu'avant d'cntrer
en function, il a l'obligation de diposer
un cautionnement, qui est une garan-
tie, gardde centre la mauvaise foi pos-
sible, en faveur des citoyens auxquels
son ministe-rc est impo)s6.
Ajoutons quesa commission,- l'acte
de nomination,- doit etre presentee et
enregistree an Tribunal de Commerce;
et qu'il doit, avant d'cntrer en function,
prater devant ce tribunal le serment de
remplirconsciencieusement ses devoirs.
2 Quelques mots maintenant sur les
attributions des agents de change.
C'cst l'art. 76 du Code de commerce,
qui les determine. En restart dans les








32 REVUE DE LA SOCITIE DE LEGISLATION
^f ^ 'y f .. '%.%%:%:%- --x;^i; < I//;I/A. /II/1< 1 I/I I I I I'.% #11 I Z'I


ternes de cet article, d'ailleurs assez
mal r6dig6, nous dirons que les agents
de change ont seuls, pour le compete
d'autrui, le droit:
10 de fair les negociations des effects
publics... el antressusceplibles d'Ore cotds.
De fire les negociations des effets pu-
blics; ces expressions n'ont pas besoin
d'etre expliquies; on les comprend sans
peine. Mais que signifient celles-ci: cl'
autres i effs ) susceptible d'etre cotes ?
En Haiti, actuellement, ces expres-
sions n'ont aucun sens intelligible. On
appelle effect cold un effet don't le course
est officiellement constat6.
En France, (il faut toujours y reve-
nir, puisque noire droit est copi6 sur
le droit francais,) les agents de change
de chaque ville sont constitute en cor-
poration; chaque corporation a, a sa
tte, ce qu'on appelle une Chambre
syndicale, une espece de commit conm-
pos6 d'agents de change Mlus par leurs
confreres. Cette Chambre syndicale est
charge d'une double mission. D'abord,
une mission d'ordre intdrieur: elle doit
veiller A maintenir la discipline dans
la compagnie des agents de change ; a
ce litre, elle a le pouvoir d'infliger la
censure, la suspension; elle peut aussi,
it l'occasion, demander a l'autorit6 su-
perieure la destitution d'un agent de
change. Ensuite, une mission d'ordre
exterieur: c'est elle qui est appel6e i.
constater le course des valeurs, a dC-
noncer aux tribunaux les individus qui
s'immiscent dans les functions d'agent
de change, qui pratiquent le marron-
nage; c'est elle, enfin, qui est appel6e
a d(libhrer sur le point de savoir s'il
y a lieu de constater officiellement le
course de tel effet, en d'autres terms,
si tel effet sera admis i la cote offi-
cielle. Une fois, qu'un effect est admis
a la cote, on dit, (d'apr6s une theorie
dominance) que cet effet est susceptible
d'(tre cot6, c'est-A-dire qu'il peut dd-
sormais faire l'objet de n6gociations
don't le course sera constat6 chaque jour,
officiellement.
De toutes ces choses, il n'existe ab-
solument rien en Haiti. Nous n'avons
pas de chamby es syndicates; nous n'a-
vons aucune cole officielle. De sorte


que les mots de l'art. 76: et aulres
effects ) susceptible d'etre cots, n'ont
pas leur raison d'etre, et restent, pour
nous autres haitiens, d6nues de tout
sens. Aussi pour mettre cet article d'ac-
cord avec la rdalit6, nous conclftrons
simplement, enreprenant, que les agents
de change out le droit:
1o de fire les n6gociations des cliels
publics.
Continuous maintenant, en 1'6clair-
cissant, l'6nunimration de l'art. 76. Ils
out aussi le droit:
20 de fire le courage des lettres de
change on billets ct de tous papers
commercables, (c'est-a-dire les traites,
billets a ordres, cheques.)
3o de faire le courage des ventes on
achats de matieres nmtalliques,-- mon-
naics et lingots d'or ou d'argent:-
(J'attire l'attention sur cc point que
les agents de change ne sont pas, pour
les operations sur matieres m6talli-
ques, les seuls intermi diaires ; ilsjouent
ce r6le en concurrence avec les cour-
tiers de marchandises. I
4o Ils out seuls le droil: de constater
officiellement le course des valcurs, course
des effects publics, course du change;
et voire m6me le course des matieres
m6talliques, bien que les courliers s'oc-
cupent come cux des operations con-
cernant ces matieres.-
Voila done, expose sons les yeux,
le champ oi s exerce le monopole des
agents de change. On avouera qu'il n'est
pas bien vaste. Cepandant nombre de
braconniers y out faith irruption, s'v sont
6tablis et s'y maintiennent clandestine-
ment, en d6pit et au grand prejudice
des vrais propri6taires. Actuellement,
sur la place de Port-au-Prince, par.
example, on pent affirmer avec quelque
v6rit6 que tout le monde est agent de
change....., except les agents de change.
La plupart des operations, en effet, se
concluent en dehors de ces derniers,
au mipris de leurs droits et de leurs in-
t6rkts, au mipris de la loi, au d6tri-
ment du tr6sor public qui y perd,-
d'apr.s cc que nous affirme un agent
de change authentique,- plus de 50.000
piastres par an. Voici comment l'Etat
y perd :







IlEVE DEI L. SOCIETY DE LEGISLATION


: II v a une loi du 7 octobre 1880 qui
Itspol.,,. qu'un timbre mobile dolt 6tre
op'e-c sur tous les effects de commerce.
\al'eur de ce timbre varie de 10 cen-
.(, a 10 piastres, suivant le montant
I dltet. Or les conmmercants, les par-
.li. i'. violent journellemcnt cette loi;
.- i, Il -ii I t le plus possible de fire
dl-.i i-,- .lu timbre exigd. Aussi, lors-
.I'il- w!it lirn operation de bourse I
X t'cull ., ils iF-,iI.lll it en charger un
dit. ii jlualI.0nque qui ne les forcera
*as ,, il. >1, i le timbre, plut6t qu'un
'deni dtl li.iing, ih qui la loi de 1890
.,lit I IlII -.li ii pcrsonnelle, sous peine
I'annk-id, 1 in exiger l'apposilion.
aI l',.,- 11nie que l'lE at perd la vente
L 'C- e I- III mlic-, et qu'il est plus avanta-
eu\ .t li.- .-.nt de change nmarron,
n 1 t n- .!.i I iesponl)ilitlsa icunes, que
'. el, n Ili, ii]"te agent de change, as-
'.erncunl.. I'._I.uliiermenmtt etabli, moyen-
t. nt I.i .I.titil. et le cautionnement.
EL ii:,ntlLi la loi n'a pas oublid de
:re ) '\ ii I .1- a-., elle n'a pas manque de
.;) rotI. .t I I iiinopole des agents de
*.'ian inn --.ulement elle a diclarlt
Iull .-I uii', i.,'gociations commercials
iailce I'.'' 'I'-- iitermidiailes sans quality,
mai- i -I't.t donned la peine de mena-
cer i1 noi.- n',nde, allant jusqu'a 50()0
gounli .. I'-- individus qui, sais title,
s'iimni i.t. Il dans les fonclions d'a-
gent ha t.i:iue. Micux encore! Elle
a nuit.it ,.ll itne amended gale le bani-
qg.lLr 'u I.i ,mminercant qui auraitsimple-
jneiil ,:,nil. lne operation, pave un
droil i l t Iii mission a une personnel
atlii- (I.l Lill .i -cii. tde change.
c1t -'l pj-I tout.
i in di.hi- i de cette peine, qui doil
'ti', pi1,n iL n, ei' par le tribunal correc-
lioniinl. il c>xile contre les delinquants
et iii it'.ieuv des agents de change,
:une action civil en dommages-inmtrls.
-.A\ .-tte occasion, une question d'une
grjdi. I .importance pratiquese prdsente.
L'action en dommages-intirdts contre
un ii-liquant appartient-elle 1i chaque
:agent de change pris isoldment ? Expli-
qunuin notre pensie: J'admetsqu'unne-
.gociant, ayant besoin de se procurer
un effect public, fail excutetr la n6gocia-


lion par un intermediaire sans quality.
Un agent de change intent 'action ci-
vile contre le ndgociant on l'intermi-
diaire, ou contre les deux ensemble,
et oj)ticnt du tribunal line condamna-
lion i des dommages-int6rits. Est-ce
que chaque agent de change pourra, it
la suite l'un de l'autre, venir sc faire
accorder aussi, personnellemcnt, des
don miages-i ntri(rts '
En droit, laquestion me semble assez
difiicile itrancher, tr's delicate. Chaque
agent de change peut dire au tribunal
SLa loi olligeait le negociant en cause
a confier l'opdralion soil l'un de Ines
colltgues soit La moi. 1 me l'aurait
peut-etre confie ; il a pri'iLre appeler
un tiers sans tire; done, j'ai sunli nn
prejudice personnel qui demand rd-
paration personnellc. ))
Celle argumentation parait logi(que.
Cependant, n'est-il pas evident qu'un
tribunaldep)asserait la pensec tde la loi et
les limiles raisonnables de la sdvdrite en
condamnant Ie delinquant a paver des
ldonnages-interdts autant de fois qu'il
y aurail d'agents de change ?- En rdalit6
cc delinquant n'a caus6 det tort qu'a nn
seul agent, celui qu'il aurait appele, s'il
avail voulu oleir l la loi. Eh hien cct
agent-la, ce sera celui qui inlentera le
premier l'action, qui sera le plusdiligent.
Cette solution est, a notre sens, la
plus dquiiable, jusqn'a ce que lcs agents
assermentds, conmprenant leur vrais in-
tirets, etal)lissentj)armi eux une cliaml)re
syndicate, qui puisse inentetcr ne action
collective, qui soil charge de didendre
la coiupagnie centre l'imniixtion (id-
lovale des tiers et de recueillir dans une
calisse( comm ,lune lis donmmages-intlerts
et indemnitls accords par suile d'une
violation de leur monopole on pour
autres motils.
( A suivrc ).
Loris BORNO.

NIECROLOGIE.- La Revue ) s'associe aux
regrets 6prouves par notre collogue Ed. Les-
pinasse au sujet de la perte de sa mere, Mine.
Ve. U. Lespinasse, et lui renouvclle, celle
occasion, l'expression de ses synialthiques
condoleances.
o~B~lass~ea.Anafilm~namr









Ieinbres honeorxaires de In SocitC-:


S. Exc. le PRrSIDENT de la Republique (President d'Honneur de la Societe)
M. P. M. Apollon, ancien Secretaire d'Etat de l'Instruction Publique.
M. S. U. Saint-Amand, ancien Secr6taire d'Etat des Travaux Publics.
M..Ch. Weymann.

Menembres correspondents :

MM.
Delord Etienne, Doyen du Tribunal Civil du Cap-Haitien.
A. Jean-Pierre, de Port-de-Paix
T. Pelissier, des Gonaives.
St.-Louis Alexandre, de Saint-Marc.
Maignan, -I'Anse-a-Veau.
Dpas Medina, des Cayes.
Vilaire, anciel --- JerAmie.
By, ----- --- d'Aquin,
E. Bellande, --- --- --- de Jacnel.
Alfred Box, Ministre Plenipolentiaire d'Haiti A Paris.
D. Delorme, --- --- ) Berlin.
J. B. N. Desroches, Consul d'lliili a Bordeaux.
Louis Jh.-Janvier, Charg, d'affaires d'IIaili i Londres.
A. Poujol, ancien Secrelaire de !a Legation --- Santo-Domingo.
Gragnon Lpcoste, Consul honoraire d'laiti a Bordeaux.
S. Viard St Elienne.
Hoeylacrts, -- --- Bruxelles.
Ch. Preston, Ancien Commissaire d'Haiti A I'Exposilion de Chicagp
C. Villevaleix, Ancien Ministre d'Haiti A Paris.
C. Laforestrie, -- -
P. Latortue, Senateur ---- --- 5 Londres.
B. Sylvain. --- Secretolire de la Lgation Id'Haiti a Loidres.
MM. Labibou, Secretaired'Etatde l'Inslruction pulblique et des Cultes, Robert Lafoni
avocat, Direcleur du Lyceo Pinchinat (Jacnel) Louis Lefivre, publicisle, (Jacmel). Er
Adam, juge au Tribunal civil (Aquin), Celicour Laon, substitute 1du Cornmissairc
Gouvernement, Ed. Corvinlon, avocat ( Cayes), Grandoit, depute (Tiburon), A. ClG
Commissaire du Gouvernement, C. Chassacne, avocat (Jaremie), Provost, Commiss
du Gouvernemntl, (Anse-a-Veau), David, Commiissaire du Gouvernenent, Saint-Ci
avocat, ( Saint-Marc ), E. Desert, avocat (Gonaives), Alfred Henriquez, avocat,
renne Sylvain, substitute du Commissaire du Gouvernement (Port-de-Paix), T. Guilbl
avocat, direclcur do libre 'Ecole de Droit, J. Adhminar Auguste, avocat, C. R. D.urn
Substitute du Commissaire du Gouvenerment, (Cap-laiticn.)

AGENTS BE LA EBVIUE :


( Autres que les membres correspondanls. )


MM. Marius Jean Simon, Senateur ( MiragoAne ), Jh. Lacombe, ancient del
(LUogane) ; O. Tessier, officer de l'eta civil (Pelit-GoAve), B. Gauvain (Grand-God
J. B. Durand, (Aquin), Michel Desquiron, (Jeremie).
S'adresser, pour tout ce qui concern la Revue, en province et A I'tranger, aux ag
et aux imembres correspondents.


Agence central a Paris:


Bureau de La Fraterniti, 50, Rue de Lille, 50.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 3-1
y~y^/Zf/ A VAy'# #k/'/ f//A ////jA/^//A/,/// *-' / ,A A K',e'A A'A4^!K


LA QUESTION MONETAIRE


Poursuivant un but plus fiscal qu'6-
conomique, le gouvernement d'Haiti
s'est propose, depuis l'ann6e passee,
de faire frapper et d'6mettre 1.500.000
gourdes de monnaie divisionnaire d'ar-
gent a 835/1000 de fin et 150.000 gourdes
de monnaie de bronze.
II 6tait pr6voir,-laRevue de Legis-
lation du 2 Juillet 1894 a traits la ques-
tion-, que ces1.650.000 gourdes, v6ri-
tables assignals metalliques, viendraient
depr6cier encore une circulation mo-
netaire deja deprkciee, dontlapartie en
or, 6valude a 3.000.000 de gourdes,
avait, de Janvier l Juillet 1894, une
prime de 14 3/4 A 17 3/4 pour 0/0 sur
les gourdes nationals 6valuees come
suit : 4.040.000 gourdes do papier-mon-
naic; 100.000 a 200.000 gources de
monnaie d'argei t A 900/1000 de fin (1) ;
2.052.000 gourdes de monnaie division-
naire d'argent a 835/1000 de fin ;
100.000 gourdes de monnaie de bronze.
Mais le Secretaire d'Etat des finances


d'alors, qui repondait A tout sans r6-
pondre de rien, faisait miroiter aux
yeux Le b6n6fice que la baisse du m6tal
argent permettait au Tr6sor de reali-
ser sur la frappe, b6ndfice qui devait
servir a solder un comptede la Banque
s'6levant h 781.291.20 gourdes en or
au Cle Avril 1894. Ce b6infice sera d'un
chiffre moindre de 300.000gourdes, ain-
si qu'on le verra plus loin. Quel qu'il
soil, il ne fallait pas perdre de vue
qu'il sera rTalis6 aux d6pens de la com-
munaut6 qui so sert de la Inonnaie
dans ses changes et transactions et qui
perdra, par la depreciation des gourdes
nationals, beaucoup plus que ne ga-
gnera le Tresor.
Les compiles publids dans le Journal
official sur l'opdration de la frappe
nous mettent a mime d'en conslater
les consequences dconomico-fiscales
djha privucs et sur lesquelles nous
avons depuis longlemps ap)eld l'atten-
lion du public. Voici un lal)leau, tirl
de ces competes, qui done les quanti-
tes de monnaies expddides ct les dates
de leur expedition de France ia Port-
au-Prince.


Num6ros des Mo-
nileurs contenant
les comptes.

1894
29 7iteibrl
3 Novembre
21 ,
1895
9 Janvier
16 Fdvrier

6 Mars

17 Avril
24 k(


Dates des
expeditions


50/100. 20/100 10/100. 2/100 1/100. Totauix.


8.000. 300.000.
80.000. 36.000.


88.000. 4.000.
110.000. 6.000.

118.000.


197.133.40 905.60


30.000.
20.000.
25.000.


338.000
136.000


10.000. 102.000
'116.000

118.000
10.000. 10.000
50.000
20.000. 398.000


1894
lo16 Aoilt
20 13 7temlbro
3015 Octobre

40 17 9vembre
5o 17 I)eembre
1895
6ol2Janvier
7 26 (
8o12F6vrier 50.000.
91l3Mars 180.000.


230.000 601133.40 346.905.60 75.000 40.000


1.293.039


l1) 11 a tC e6mis sous le gouIverCneIlnII du general Salonion 900.000 gourdes de monnic d'ar-
gent a 900 /1000 de lin, que la Banque compete toujours dans la circulation mon6taire, mais il faut
lenir coinpte de ce fait, que le I apier-monnaie, enis en 1884, s'dtait (iprldci jusqu'a (60 pour 0/0 de
sa valour ct avail chass6 dc la circulation ecs gourdes metalliqucs (qui s'exportaient et s'dchangeaient
sur les marches strangers en niison de la baisse du mdtal argent, an taux de 15 a 20 pour 0 ) de
prime en faveur de Ior. Les quCelqCues pibccs d'lune gourde, reparlues depuis peC dans Ia civc action
monltaire, ne font ias presumlinr i'il en exisIte plus de 100.00)0 i 200.000 gourdes ldain 1 pnay,








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Du 16 Aotit 1894 an 13 Mars 1895,
it a d6' ainsi exp6di6 1.293.039 gourdes
de monnaies divisionnaires d'argent et
de bronze et ii ne rest plus pour par-
faire l'operation de la frappe qu'une
balance de 356.961 gourdes i exp6dier
don't 100.000 seront en pieces d'une
gourde ia 900/1000 de fin selon une rd-
cente decision ministirielle.
La Banque, on Ie conceit sans peine,
n'a pas laiss6 s'accumuler tant d'argent
dans ses caveaux. Au fur ct ai measure
de I'arrivde de ces monnaies i Port-an-
Prince, clle s'est preoccupe6 de conver-
tir les gourdes en francs pour payer
d'abord le compete en francs de la frappe.
Or, la seule apprehension de ces con-
versions quijettent de nouvellesespeccs
monnaydes dans la circulation, devait
influer sur le taux du change. Le ta-
bleau des fluctuations du change public


Spar la Banque dans sa brochure (Situa-
tion au 31 Ddcembre 1894, page 43 )
nous montre que le taux du change,
qui 6tait en Janvier 1894 de 14 3/4 et
en Juillet de 17 3/4 pour 0/0, 6tait en
Aotit de 18 1/4, en Septembre de 19 3/4,
en Octobre de 20 1/2, en Novembre
de203/4, en D6cembre de 213/4. Lahaus-
se continuait en Janvier, F6vrier, Mars
1895 tatteignail280/0 enAvril,quoiquele
commerce flt,d'Octobre 894 aiAvrill895
dans la saison de Ila recolle, c'est-a-dire
dans la p6riode d'aclivit6 des affaires
oil les besoins mon6taircs so font le
plus sentir. Le taux du change marque
ici le taux d ddpreciation de la gourde
national (mdtallique ou de paper) que
chaque emission dIpr1cie davantage.
Voici un tableau des conversions faites
)ar la Banque, de Septembre 18941 A
Mars 1895:


Montant en francs des trails
Ire remise 958.000
2me 0 1.225.666,66
3me c 1.230.422,29
.4me & 133.999,99


Taux (Iu change
19. 20 0/0


Montant en gourdes nationals.
215.788,12


20 0/0
191/4. 221/4. 223/4. 231/41. 233/4.0/0.
23 3/4 0/0


3.548.088,94
Les 3.518.088,94 francs, monlant total
tes traites expedides jusqu'en Mars, ont
cofild 810.083,71 gourdes nationals,
lesquelles deduites de 1.293,039 gourdes
montant total des gourdes nationals
arrives i Port-au-Prince jusqu'en Avril,
laissentune balance de 182.935,29 gour-
des it convertir en or. Nous ignorons
si de .tlars it Avril, la Banque a con-
verti tout ou partic de cell ba-
lance ; le comp)le en fraIncs arfrctli a
30 Avril, qui n'esl Ip1 encoreI p)ubiid,
nous renseignera sur ce point : ce qui
mnous parait certain c'es qu(e la conver-
-.mo)1 oufl'ipprlidhesion dce la conversion
Sis I2. .2 10 golir'des a fail passer l.'
lx c;i ngc ) de 2 : 28 0 0 dte
Sin ;'n iveuIr dle 'For..
t Poi i'ifv Oc la hauisse clhallge,
S alli;q! (t, i-onl, s'ah.stienl de toule
,1 id '.I !!i.' r,;'. version, 1o' Inroeddd, qui
i,; ':' muii s lo s il nest pl s
;'n, .'i 'n'il; absoluc el engendre.


276.349,51
284.533,58
33.412,50


810.083,71
d'ailleurs, tin autre inconvenient : l'im-
molilisation dans les caveaux de la
Banque d'une monnaie drpr6cide qui
s'augmentera des 336.961 gourdes qu'il
rest it expd:licr, de facon at former un
bloc de 839.916 gourdes toljours pr6tes
it fair irruption sur le marched mond-
taire et exercaut, par cela seul, une in-
fluence d6primante sure taux du change.
Ajotoiis encore quc les nouvelles
mounaies division nnaires,idc'j introduiles
dauns hl circulation, dlj)pssen les ,besoioms
speciaun anq(uels clles doi(vent slis--
lailre et device ienn t e nciomr 1,, 0ts et
g inatlles. Le comilnmel'l se relranche
derri e l'a!'!icle 7 de la ioi Imoon taire
du :21 Sepoemibre 1830() q( i permnl do
rei!'scr danls ln paiemnent la 1ion nnaioC
divisionnaire darglenl alu-dIi de 10
gl'(ourds el la mounnie del )ol ( 'c 1 z u-
delai de gourdes. Les ven(dlurs dti.' Iri-
lles lipule ilimim des Ip)aieinellts en
gour'tlos lppier soetlenonlt, de soNte


35


Y.:ZZ,*1Z_1/Z Z. / ,









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 31
y/~^ w-^ .w^/~Y 7 '/7',7 / 77 77 A77 7.77 ^ 7 A 7/ 777 ^7^7^W


que le papier-monnaie a en ce moment-
ci une prime de 3 A 4 0/0 sur la mon-
naie divisionnaire d'argent.
L'Etat, 6metteur de la monnaie divi-
visionnaire d'argent, ne saurait se pre-
valoir de 1'article 7 pour la refuser en
paiement de I'iimpt. La justice autant
que l'inter t bien entendu conmandent
qu'il la regoive pour n'importe quelle
some, car son refuse pourrait precipi-
ter la d6pr6ciation de cette monnaie
jusqu'a la limited oil chaqne piece n'au-
rait d'autre valeur que la valeur du me-
tal qu'elle contient et pourrait 6tre ainsi
export6e et refondue. Par on s'dvanoui-
rait le b6ndfice que l'on espire raaliser


et qui est l'unique motif des missions
exag6rdes de la monnaie divisionnaire.
A l'heure actnelle of l'dmission des
nouvelles monnaies divisionnaires n'est
pas complete, le taux de d6preciation
auquel la moitie en a 6et converlie en
francs, d6montre asscz que le bdndfice
sur lequel on comptait sera considdra-
blement rdduit. Essayons de Ie ddter-
miner d'apres les donnees que nous
avons.
Les traites expddiees en couverlure
du compete en francs de la frappe ( achat
de matieres premieres, frais de f)abrica-
tion, de fret, d'assurance el autres me-
nus frais, intlrit des capitaux) s'hlevent


...... ... ........ ...... ..... .. .f 3
Au 31:Mars 1895, il restait au compete du Gouvernement
(voir lejournal official du 24 Avril) un solde debiteur de frs 373.147.10
Come il reste 356,961 gourdes i expedier de France,
il faut tenir compile pour cette valeur des frais de fabri-
cation, frdt, assurance, etc soit ... ........ 26.853.90
et au taux de 30 o/o une nouvelleremise h fair de.. frs 400.000
Pourcouvrir les dlpenses necessities.


par la frappe . . . .... .frs 3.948
il faut prdlever sur les 1'650.000 gourdes. . . .
auxquelles la Banque ajoute sa Commission rigalienne (1) de
5 o/o sur les 1.650.000 gourdes . . . . .
Total des prelevements .. . ........ .......


Les 990,083,71 c/ gourdes, deduiles
des G. 1650,000 laissent une balance
en gourdes nationalesde 659.916,29 c/
don't la conversion, au taux de 30 o/o,
done 461.911.41 c/ en or, bindfice rda-
lis6 sur la frappe, qu'il faut mettre en
regard du compile d i la l Banque,
soit 781.291.20 c/ en or, qui est sold
a 319.849.89 c/ gourdes pros
11 est vrai de dire que ni le Seer0aiire
d'Etat des finances, ni la Banque ne
cronaient ai lout Ie bhnefice qu'ils you-
laient fire accroire pour justifier l'opd-
ration de la frappe. En meme temlps
que le Secrdtaire d'Etat des finances
passait avec la Banque Ie control mone-

;1 La Commission de 5 o/o etait due sur
les valeurs ldcbouirse.s par la Banqmlii ouri
compete dtl (Gouverneinnt, sur Ie coCiit de ha-
bricalion des nino uiiaics y conllpris lous les
frais accessoires, soil ici suri. 3.) 8.0X88.91


.54S.0SS.94.-G. 810.083.71 c/





100.000 G. 97.500


.088.94
(. 9,)7.533.71

G. 82.501)


(. 990.083.71
taire pour la frappe, il affectait ihi li-
quidation de la mime dettc, du Ile
Avril 1894, une parties du product dates
droits d'exportation, soit30/100degour-
de en or par 100 livres de caf'. M.iis
come elle est frappde d'un inter(l de 1
1/2 o/o par mois, intredl qui so capita-
lise chaque mois en cas de retard dans
Ic paiement, la dette n'dlail pus dimi-
nuCd deC beaucoup au 31 DIwe 18i)1,
malgr6 les valeurs affeclees a sa liqui-
dation. C'est ce ([ui ressorL des chiffres
suivants que nous avons d6duits des
soldes ports it la fin de chaque mIois
dans les ( Situations de la Bnanique J pu-
blides dans le journall official :

francs, et non pias sur le produilt (t la 5i''ppe,
sur 1.630.000 gourdes nationals (qui onl en
Haiti une valour convenlionnelle ])lus iliv
que la valcui diu netal (iqu'ells contij'nie l .
Voir le journal Iulrie qui a elucide c!i p it,









7 REVUE DE LA SOCItT~i DE LEGISLATION
^/--^^^;/^^^;j^^;^c%^'0^^ -^,^


C :,-':. ', ,.i celui qui cst lixd dans la
ati[oa i dt.' Il nque publide dants le
M',nal (i' -" du 27 Avril 1895. maisla bro-
rc (! d k t.. aque I D)tail des soldes des
Srii 's ai c, ui"rs anu 31 i ccdlembrve 189)1 Page
Slie KC e soldt a 7(i9.572.52. La Ban-
v .. iin expliquer cclte difference.


-z
rC.


z 00
. 2



S-
00 0
* C v
CC





t'O






* c,


,


Q W


Ainsi, par les forts int6r6ts pr6lev6s
don't une parties rest6e impayee pendant
cinq mois a Rt capitalise chaque mois,
il se trouve que 108.944.44 c/ gourdes
en or du produit de l'imp6t, appliquees
pendant neuf mois a la liquidation de
la dette dite du 1er Avril 1894, n'ont pu
la r6duire que de 2.927.72 c/ gourdes.
II est probable que, pour les mois de
Janvier(1),F6vrier, Mars 1895, le produit
des 30/100 de gourdes en or sera assez
considerable pour faciliter le pavement
integral des interets et un fort amortis-
sement. Supposons que.la dette soit r6-
duite de 778.363.48c/ gourdes, sold
au 31 D6cembre 1894, i 730.000 gour-
des, solde au 31 Mars 1895, elle n'en
sera pas moins sup6rieure de 268.158
gourdes au montant du benefice qui
sera realis, par la frappe. Malgri tant
d'efforls et de sacrifices, on n'aura pas
liquid dans le course d'une annie la
dette du. cr Avril 1894, et ilfaudra pour
l'eteindre recourir encore au product de
I'imp6t pendant pris de deux ann6es.
C'etait donc bien inutile de bouleverser
les transactions commercials, de faus-
ser les engagements, d'infliger des perles
incalculable a tout le monde par 'e-
(1) Cos pages 6taient deja 6crites quand le
Journal offioiel du 22 Mai 1895 a publiC ( la
Situation de la Banque au 31 Janvier 1895. )
A cette date le solde debiteur 6tait de 771,233.21
gourdes,d'o6 il resort que le produit des 30/100
de gourde en or par o/o livres de cafe a 6td
de 18.805.71 c/ gourdes dkcomposies come
suit :
Interets A 1 1/2 o/o par mois sur le sold
ddhiteur au 31 Dbre 1894 /778.363.48, 11.675.44
Amortissenient ........... 7.130.27
Total des valeurs appliquLes la ---
liquidation edo la dette . 18,805.71
Si 'on fait addition des valeurs appliques
tant au paiement des int6erts qu' I'anmortis-
senient du capital, pendant les 4 mois du ler
Octobre 18)-0 an 31 Janvier 1895, on trouve
qu'il a (it tird du p)roduil des 30/100 de gour-
de en or par o/o lives de cafd 72.044,43 c/
gourdes ; nlis d'alprs un tableau de la bro-
chur e de la Baque, -exporlation des cafes,
diniant la nmime pdicriodle dt lr OctoI)re 1894
an 31 Jllnvier'" 1895, i1 dct' de 315.4193899 lives.
de sortequIe Ic product des 30/100 de gourde en
Or par o,'o lives tie cfal doit tire de 1 li.487,(i)
c/ goutrdes. Inlqucle soIuIm, lmiise n regard
des'72.041. t1 c gourdse, accuse une dillerence
de 44.443."26 c 1, gourdes lqu l B tanque au-
rait ni glig dIuapli(oucr Ci la li quidation d( hi
dette du 1r Avril 1P1!.







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 38
F A A/A.'7 A Ay i A. d/AJ/SiA A/A /' ;A 'AiF/9/ /A AA AA /A.% 'A AA//iAA' A; / / A '


mission d'une monnaie A bas titre, d'a-
vance d6precide, pour rester en dech
du but que l'on visit. Apris la faute
de se liver a des d6penses hors de touted
proportion avec les resources budge-
taires, c'cn est une plus grande que d'i-
maginer d'alleger le fardeaude sesdet-
tes par la falsification des monnaies.
Qu'on ne s'abuse pas sur le role qu'on
jouc en cette circonstance.Au point de
vue 6conomique et dans la rigueur des
principles, on serait un faux-monnayetur
toutcomme le particulier qui tombesous
le coup de la loi penale, si l'on ne difft-
rait de lui par la sanction legislative
qui souvent l1galise des exactions a
peine deguisecs et assure l'impunite,
mime quelquefois des recompenses na-
tionales a nos monnayeurs officials.
A. THOBY.


Bourses de Commerce; agents de change
et courtiers
(Suite)
2e SECTION
OBLIGATIONS PROFESSIONNELLES DES
AGENTS DE CHANGE.
Avant d'entrer dans l'6numnration de
ces obligations professionnelles, vidons
tout d'abord une controversy qui a son
int6r6t.
L'agent de change est-il commercant
D'abord, on a soutenu que les agents
de change, 6tant des officers publics, ne
peuventa ce titre etre des coiimmercants.
Cette raison n'en est pas une; la charge
d'agent de change doit 6tre consid6ree
comimeune function publique, c'est-a-di-
re cqu'elle ne pent etredanslecommerce,
faire lobjet mlnimed'une speculation; cela
est vrai, mais n'cmpeche nullement que
le litulaire soil un coninercant. I1 v a li
vrailpent unt oflicier public, mais c'est
tin officer public colnnlercant, jouissaulI
d'une situation special en vertu de la
Ini. L'agent do change exerce le coim-
inerce all imoen d'unCe fonction qui n'est
pIasdans Ie commerce. II n'existe dans
ctlle situation rien de coiilradictoire. -
On a-dit aussi: les agent. de change


ne sont pas commercants, parce que
l'art. 9 de la loi de 1890 et l'art. 81 du
Code de Com. lour d6fendent cxpress-
ment de contractor des operations de
commerce pour leur compete personnel.
-Ce deuxidme argument n'a pas plus
de valeur que le premier. S'il pouvait
avoir quelque consistance, il faudrait
aussi declarer que le commissionnaire
n'est pas un commercant, puisque le
commissionnaire est un individu qui
agit pour le compete des tiers. Cela ne
support pas l'examnen.
En rdalit[, 1'agent de change est com-
mercant, de par les terms des articles
l' et 621 du Code de Commerce. Sunt
commercants ceux qui exercent des ac-
tes de commerce et en font leur profes-
sion habituelle. La loi rdpute acle de
commerce toute opOration de courta-
ge, de change; 1'agent do change, faisant
de ces operations sa profession habi-
tuelle, est done commergant.
Par consequent, ii est astreint I tou-
tes les obligations qui resultent de cette
quality : il devra tenir les trois livres
ordinaires; et non pas seulement un
livre-journal, comme pourrait le faire
croire l'art 83 ( C. de Coin. ) Cet article
est ainsi concu:
L Les agents de change .et courtiers
sont tenus d'avoir un livre revetu des
forces prescrites par l'art 8. Is sont
tenus de consigner dans ce livre, jour
par jour et par ordre de dates, sans
ratures, interlignes ni transpositions, et
sans abreviations ni chiffres, routes les
conditions des ventes, achats, assuran-
ces, nugociations, el, en g6ndral, de
toutes les operations faites par leur mi-
nistire. )
L'agent devra avoir non pas cet uni-
que livre-journal, mais aussi un co-
pie de lettres et un livre d'inventaires.
II sera justiciable des triblunaux con-
sulaires, contraigna ble p!:r corps, sus-
celtible ld'etre mis en faillilc. Toltefois
une exception doit tldre faitc: on sail
que les billets soscerils palr il co'nM-
nercant sont pr6sul6mes fails pour' son
comminerce ( art 625 ); il ne pourra pas
on 6tre ainsi pour les billets souscrils
)par F'agent de change, plarcc qu'il Ilii
est ldefenldu d( s'elgager personlnelle-








39 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
* ifftf~-U~V/HAr/^^lilY/a^^^fir

ment pour 1'exercice de sa profession;
la loi ne pouvait en effet 6tablir vis-A-
vis de lui une prdsomption qui im-
pliquerait l'idde qu'il peuts'engagerper-
sonnellement: c'eit dtdun contradiction.
Mais la ne s'arritent pas les obliga-
tions imposes aux agents de change ;
celles que nous venons de signaler leur
sont communes avec tons ceux qui
exercent un commerce. II y en a d'au-
tres qui leur sont particulires: en
voici I'6numdration :
lo Outre les trois livres exigds de tout
coninercant, l'agent de change doit
avoir, d'aprds la loi de 1890, un carnet,
sur lequel il est tenu de consigner tou-
tes ses operations i insure qu'il les
conclut; cc carnet replace pour lui le
livre-brouillard ; les operations qui y
sont inscrites doivent 6tre transport6cs,
jour par jour, sur le livrejournal. Mais
ce carnet a cet advantage qu'il est armed
en justice d'une force probante que n'a
point le brouillard, livre simplement
facullatif aux commercants.
20 L'agent de change est, en principle,
obliged de preter son minister a tons
ceux qui le requiierent. S'il s'y refuse
sans motif Idgitime, il pouirra tre pour-
suivi et condamnd ii des doimmages-
interdts.
Toutefois, I'art. 13 de la loi de 1890
lui defend, sous peine de destitution
et de 100 gourdes d'amende, de faire
aucune negociation pour les personnel
don't la faillite serait connue. -- II doit
aussi refuserson service aux personnel
notoirement incapable.
3" II est interdit a l'agent de change
de fire des operations de commerce
pour son compete, de s'intdresser, direc-
teiient on indirectement, sous son nom
on sous un noni interpose, dans aucune
entreprise conmmerciale. ( art 9 icr alin.
loi de 1.'.I1, et art. 81, 1,'r et 2e al. Code
de C(om. )
Cette prohibition a dtl edictde dans
I'inir0et supericur du public; la loi
creatt uni monopoly, un privilege qui
froisse les libres droits dCe lous, il ilait
iecessaire au moins lu'elle i)ril e.n C ii-
me lemps des measures p)ou remiipecherdes
alus possilles el Iproldger Ie public.
Or, il ltail forl ai craindre (que I'aigenl


de change, possedant le secret d'un
grand nombre de negociations, ne fit
tent6 de les contractor pour soi-m6me
plut6t que pour le tiers qui lui aurait
confide ses int6r6ts; l'agent de change
arriverait ainSi .A garder, a accaparer
i son profit les bones operations. On a
craint aussi qu'en lui permettant d'en-
treprendre le commerce pour son comp-
te, ii n'allit hasarder sa fortune per-
sonnelle dans des affaires aventureuses,
compromettant ainsi gravement les in-
terets, peut-6tre considerables, que les
tiers auraient remis entire ses mains.
Des considerations aussi importantes
mnritaient d'0tre soutenues etsanction-
nies severcment.
La loi n'y a pas manqu6. Elle n'a pas,
ilest vrai,-- et cela doit &tre soulignu,-
elle n'a pas d6clard nulles les opera-
tions effecludes par l'agent de change en
ddpit de la prohibition don't nous nous
occupons. Ces operations resent vala-
bles. La loi ne les a pas frappdes ; mais
clle a frapp6 l'agent lui-mime.
L'art 86 du Code de Corn. lui infli-
geait ( la peine de destitution et une
condemnation d'amende ) qui ne pou-
vait exc6der 600 gourdes, sans prejudice
de l'action des parties en dommages et
intdrdts.
La loi de 1890 est venue renforcer le
Code de Commerce.
Le dernier alinea de son art 9, deci-
de: < Toute contravention aux disposi-
tions duprdsent article entrainera la pei-
ne de destitulion et une amende qui sera
prononcde parole tribunal civil dans ses
attributions correctionnelles, ct qui ne
pourra 6tre au-dessus deM LLEgourdes,
ni moindr' de INQ CENTS gourdes, sans
prejudice de l'action des parties en dom-
mages-intirdts.
Cette disposition dlant aussi rigou-
reuse, on ne saurait mettre trop de soin a
en pr'ciser la porlde. Pour cela it im-
porte de bien prefer attention aux ter-
mes de la prohibition 16gale. II est dd-
fendu it l'agent de change de fair ims
o'!-tiI.rloNS D)E COMMN1EI(CE pour sonil con]p-
le. Qu'on remar(ie Ibien les mots ol)'-
rilions de commineircel :i ils impli1quen
I'idde (de speculation, d'achat pour re-
v ndre. II suit de fi qu(t un agent de clhan-







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ge peut parfaitement acheter pour lui-
m&ee un effect public, un titre sur la
caisse d'amortissement et tous autres
titres, si cetachat n'a pas lieu avec l'in-
tention de revendre, mais dans le sim-
ple but de placer son argent. It n'y a la
absolument rien de commercial, aucu-
no speculation dans le sens du droit
commercial.
En revanche, je crois que I'agent de
change ne pourrait pas acheter pour
lui-mnme une action dans une society
industrielle ; la raison, it me semble,
ei est bien evidence. Avoir une action
dans une society, c'est a coup stir, s'in-
t6resser a une entreprise commercial;
or, it est ddfendu i l'agent de change
de s'v intdresser directement ou indi-
rectement.
4o Les agents de change devront gar-
der le secret Ie plus inviolable aux per-
sonnes qui les auront charges de leurs
ndgociations. Ainsi, il nedoitfaire con-
naitre i personnel le nom de l'individu
qui 1'a charge, d'un achatou d'une vente.
Le 16gislateur l'a voulu ainsi, afin
d'assurer la rdussite des combinaisons
qu'on peut avoir formies et qui, si elles
etaient divulgudes, si le nom de leur
auteur 6tait connu, pourraient aboutir
a un uchec.
Pour se conformer a ceprincipe, lcs
agents de change doivent conclude les
affairs entire cux, en leur nom, pour
lc compete de leurs clients, ainsi que fe-
raienlt te vrilables commissionnaires.
Vous charge l'un d'cux de vous ache-
on titre sur la Caisse d'amortissement;
il s'adresse tout bonneiment a un tiers
lqui eeut en vendreO on ien a celui
(10 ses collogueo; qui, de son cold, a Mtd
charge d'en vendre: et l'opdration s'ac-
conmplit directlemeintentreeux, sans que
volrc no1m soil )prononcd, sans (que vous
aNvz 8 intervenir ein q.uoi que cc soil.
Aiissi, les clients n'ont les uns contre'
les aulres, aucune action : ils n'ont ipas
coiltriacl ensemble: ils s'ignorien. L'o-
Iligalion qui a pris naissance n'exisie
entirei les contractlants souls. Bien
eniClndu, j e ne parl pas de I'obligalion
(lii exisle entire chaque client el son
genl ell n drive p1 di as de l'op)eration
<41 lioursc; elle dtri(ve du Inandat que


le client a donnie son agent, mandate
de vendre, mandate d'acheter; chaque
agent est tenu d'en rendre compete i son
client, de vous liver le titre que vous
luiavez ordonnedd'acheter, devous payer
le prix du titre que vous lui avez ordon-
ne de vendre. Mais, vous-minme, client,
vous n'avez aucune action contre la
personnel, connue ou inconnue, qui a
charge son agent de contractor avec le
v6tre on avoc vous-mimne.
J'ai dit la personnel connmu. EIn ef-
fet, l'obligalion an secret n'est pas ab-
solue. Le secret peut dtre viold, la n6-
gociation ex6cultd au grand jour : 1" Si
les parties y consentent; 2o si la nature
de l'op6ration l'exige ; par example,
quand l'operation porte sur u1ne traits,
une lettre do change, parce que la traite
contien tnICcessailrementlc hionm tie celui A
l'ordre de qui elle est passe et qui a
scul qualild pour en souscrire l'endos.
Jo m'c:npresse d'laouter que, d'ail-
leurs, la loi n'a sanctionn6par aucune
peine l'obligation au secret. Au cas ou
un agent de change noe 'a pas respec-
tde, il sera seulement possible de dom-
mages-inldrdts envers la partic 16ise,
par application du principle g6ndral con-
tenu dans 'article 1168 : Tout fait
quelconque de l'homme qui cause a
autrui un donmmage, oblige cclui par
la faule duquel ilost arrive ti let rcparer.
5u I1 est interdit aux agents do chan-
geo d payer ou de reccvoir pour leurs
clients, de sc rendrce grants tel I'execution
des marches, sous peinc de destitution el
d'une amended (de 50() a 1()00 gourdes,
sans prejudice tde dommnages-intlerls
lpayables aux parties. -
Apr0s cc qui vient d'dtre dit touch1an11
I'olligation du secret, it est difficilement
compli'hensible qu'(un ageil de cliange
ne pulisse pas payer oi recevoir pour
son client.
De deulx choses I'une: ou 1'agent de
change, concluan1 uLine opeation pour
son client, ricevVr on piiera lui-me-
me; et alors, il pouIrra iojours gi order
le secret, laire le 1nomr de ee client :
mais it aunra viold la oi, en p)ayailn on
en recovant lui-monlme. ()O bien, I'agenil
ne pourrla Ias p ayer on recevoir lui-
m111me1 et alor 's. it n1 poiirra plus gar-








41 REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLAITON
~z 'a~ T#/aZf/A.KZ^'/ dK'Ad f,^ K^'#' A#1 44^II I4 ?44 4 4 444


der le secret; il sc trouvera force de rd-
v6ler le nom de son client, afin que
celui-ci puisse lui-meme payer ou re-
cevoir; mais it aura viold la loi, en d6-
voilant le nom de ce client.
Par oiF l'on voit que dans les deux
hypotheses, la loi est viole. Comment
sortir de l1'? Comment pent-il arriver
que l'agent de change, qui vous char-
ge de vendre un litre, taise votre nom
et ordonne de vous verser le prix de
vente? II est evident que, pour vous
faire remettre l'argent, ii doit dire vo-
tre nom. Comment resoudre cc pro-
blime ? La chose semble impossible.
Pourtant rien de plus aisd. Ladifficult6
n'cst qu'apparente; il suffit, en effect,
d'expliquer le sens que l'art 84, 3e alin.
donne aux expressions: Recevoir ni
payer. -Signifient-elles qu'un agent in-
termiediaire no peut recevoir lui-meme
d une tierce personnel le prix de l'objet
qu'il lui a vendu pour son client; qu'un
agent intermediaire ne peut payer lui-
m6me a une tierce personnel la valeur
de I'objet qu'il achite d'elle pour son
client '?
Assurdment non, c'efct kt6 illogique.
C'est une regle 61ementaire de droit
qu'il faut toujours entendre les dispo-
sitions 16gales dans le sens oft elles va-
lent quelque chose, of elles experiment
quelque chose de raisonnable, plut6t
que dans le sens oil elles sembleraient
consacrer une absurdity.
Aussi, est-on g6neralement d'accord
pour ne pas reconnaitre b la disposition
de l'art 84, 3" al, la signification pricei-
demment indiqude. Voici tout ce que
la loi a voulu, en defendant auxagents
de change de payer ou de recevoir pour
leurs commettants : ces agents peuvent
avoir dans leurs caisses particulieres
des valeurs disponibles leur apparte-
nant a eux-memes ; eh bien! 1'art 84 a
voulu les empecher d'employer ces va-
leurs i des negociations pour le coinpte
des clients. Cet article, Boistel I'dta-
)lit clairement,-- veut direde plusqu'en
dehors de I'.ex.ccriion mime des mar-
ch6s, les agents ne petuventpas se char-
ger d'oplOer des ccovrIIr'cnls pour
leurs comnieltants, ni de payer des licers
avee les fonds (qu'une ne(gocialion a pro-


duils, ni de recevoir pour eux des som-
mes ou valeurs autres que celles des n-
gociations; en un mot, un agent de
change ne peut itre le banquier de quel-
qu'un.
Mais la loi-ne s'est pas bornee h d6-
fendre aux agents de recevoir ou de
payer pour leurs clients; elle leur a
aussi d6fendu, (2 alin. de 'art 9, loi de
Septembre 1890, et art 85 C. de Comr.)
de se rendre grants de l'execution des
marches dans lesquels ils s'entremettent,
ct cela sous peine de destitution, et
d'une amende de 500 5 1000 gourdes,
sans prejudice des dommages inter6ts.
Cette prohibition parait aussi inexpli-
cable que l'autre. Les agents contrac-
tent en leur nomn; par suite, ils doivent
6tre grants de l'ex6culion du contract.
Comment done la loi pent elle leur d-
fcndre de so porter grants '? Mais ils le
sont ddjanicessairement, naturellement!
Cela est si vrai que la loi le consacre.
L'art 11 de la loi de 1890 decide, en
effet: < Chaque agent de change devant
avoir recu de ses clients les effects qu'il
vend ou les sommes necessaires pour
payer ceux qu'il achete, est responsible
de la livraison et du paiement de ce
qu'il aura vendu ou achet6. ) Et l'ar-
ticle 12 ajoute encore : ( Les agents de
change sont civilement responsables de
la v6rit6 de la derniire signature des
lettres de change ou autres effects qu'ils
negocicront. ,
Les textes consacrent done un luxe
de responsabilitis, de garanties. D&s
lors, comment, je Ic r6pete, s'expliquer
la prohibition don't il s'agit ?
Lemystere seraitimpenetable, si l'on
ne s'accordait pour entendre la dispo-
sition 16gale danscesens, que la ddeense
faite aux agents de change de se por-
ter grants est relative aux garanties
qui seraient autres que la garantie na-
turelle, tacite, a des garanties volontai-
res expresses el speciales que les tiers
pourraient vouloir exiger d'eux.
Une seule exception a 6tW apporlte A
cette regle: la voici: la loi de 1890 re-
c nnaiL aux agentsla faculty de garan-
lit exp)ressemenit les effects de commerce
(quils negocient, leltres de change el
billets a ordce: ils peuvent, pour cos








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


effects seulement, donner cc qu'on ap-
pelle un aval, c'est-Aidireun cautionne-
ment. C'est tout ce qui leurest permis.
6' Obligation personnelleimpos&ea c ti
agents de change. Is ne peuvent prd-
ter leur nom, pour des negociations,
a des personnes non commissionndes;
cela igalement sous peine de destitu-
.lion, d'amende, de dommages-int6erts.
7 Aux terms dela loi du 7 Obre 1880,
des timbres mobiles doivent etre appo-
ses sur tousles effects decommerce.Pour
assurer autant que possible l'ex6cution
de cette measure liscale, la loi de 1890
decide que tout agent de change qui
aura accepted, pour (6.re negocies, des
effels NON revilus du timbre obligatoire,
sera possible d'une amended de 10 gour-
des pour chaque effet non timbre.
( A suivre ).

Louis BORNO.


Conferences do i'ordr dos avocats do
Port-au-Princo
h Jigement rendu par le conseil de
discipline.

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE
L'ORDRE DES AVOCATS DE PORT-
AU-PRINCE, rduni en Assemble sp&-
ciale pour r6soudrela question de savoir
s< si l'dtranger pent 6tre, en IHaii, tu-
teur de son enfant ou de tout autre ni-
neur, ))
Vu les arguments pour l'affirmative
developp6s par M' A. Champagne ;
Vu les arguments pour la negative
ld6veloppds par Mo P. Hudicourt;
Oui les conclusions de Me F. L. Cauvin,
reprcsentant le Ministtre public;
Vu les articles 329 a 386, 7 et 1156
du Code civil, l'article 3 de la Consti-
tution, I'article 7 de la loi du 30 octobre
1860 sur les marriages entire Haitiens et
strangers ;
Apres en avoir ddlibhrd, a d6cidd ce
qui suit:
Attendu que, pour donner i la l ques-


tion une solution complhle, il imported
de la diviser;
Surla question ainsi pose : l'6tranger
peut-il 6tre tuteur de son enfant mineur
Haitien ?
Considdrant que l'article 7 de la loi
du 30 octobre 1860 n'a 6c1 abrog6 par
aucune disposition postdricure, formellc
ou implicit; qu'il est done hours dedoute:
10 que 1'etranger a la tutelle Iegale
de son enfant 16gitime haitien ; 2" :ue
1'etranger pent tdre noinmm tuleur de
son enfant natural hailien ;
Sur la. question ainsi posde : L'dlran-
ger peut-il 6tre 110111111n tuteur d'un mii-
neur hailien autre que son enlant ?
Considdrant que1 I 611anger, en prIin-
cipe, doi jouir en Haiti de tous les droits
civil qui no lui sont pas ddnids par les
textes;
Consid(rant qu'endroit haitien acun
texle de loi ne refuse la tutelle i l'a1tran-
ger; que si, en droit remain, la lutelle
6tait consid6rde come une charge pu-
blique, aucun texte de nos Codes ne per-
met.de dire de mcme en Haiti ; qu'il
n'estpas logique de soutenir que, de ce
fail que I'arlicle 7 de la loi de 1860con-
cerne seulement le p(2re lr'anger, it re-
suite quele ligislateur a entenduchanger
le caractfre juridique de la tulelle et
en exclure tous aulres strangers ;-L'ar-
gumnent a contrario n'a pas de valeur
quand il fait sorlir ldu priiicipe.
Consid6rant que la lo i n'exige point
que, pour itre tuteur, l'on soil posses-
seur de biens immnobiliers;
Considdrant qu es,d'aill'urs, l'organi-
sationet le fonclionnementde la tulelle
ne peuvent en aucune maniere se trou-
ver paralysis par la nalionalilt dtran-
gere du tuteur, puisque le pere stranger
exerce la tutelle de son cen'ant hailien;
Consid6rant que, en faith, les senti-
ments naturels de ceux-lia qui noniment
le tuteur, pere, mire, conseil de fa-
mille,-ne permetlent pas de supposed
que le choix d'un stranger puisse 6tre
fail dans aucun autre but que l'inlt6rt
mnme du mineur, intdedt pourlasiuve-
garde duquel la tutelle est precisement
organic ;
Consid6rant que, pour touts ces rai-
sons de droit et de faith, un stranger peut







3 REVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISLATION
,/ ./. A / A/ A/ / : A,'A.A.A' AA:' AA' .:AA.':y. A./A,,A:.:A: AAAI'A'AAAiAAA/ / AiAlAlA// AA,. AA.A/AIAAA// /AA ,AAAw A'A(/ /yl//, A. A; i A//'/.A.,:w//M.


t6re nomm6 luteur d'un mineur haitien.
Sur la question ainsi pose : L'etran-
ger peut il 6tre, en Haiti, tuteur d'un
mineur eirangeir ?
Consid6rant que les lois quiregissent
'dtaL et la capacity suivent en tous lieux
les individus pour lesquelselles ont etd
faites et doivent leur 6tre appliques
en tout ce qu'ellesn'ontpas de contraire
a l'ordre public dans le Pays stranger
oil se trouvent ces individus ;
Consid6rant, par consequent, qu'un
stranger ne pourra, en Haiti, etre tuteur
d'un mineur eiranger que si la loi de
cc dernier l'autorise ;
Par ccs motifs, le Conseil de 1'Ordre
decide :
o L'etrangerpeut ntre tuteur d'un mi-
neur haitien, que celui-ci soit on non
son enfant ;
20 Tout stranger pent etre, en Haiti,
tuteur d'un mineur stranger, si la loi
de cc dernier l'autorise.
Donnt de nous, J. N. L6ger, Baton-
nier, Louis Borno, Secr6taire, ; Michel
Oreste, A. Bonamy, Camille St-Remy,
Em. Ethdarl, T. Laleau, Membres du
Conseil; ce jour huit avril mil huit cent
quatre-vingt-quinze.


DEUX LOIS DE J. J.ESSALINES

Sur le divorce
ct siur les efanits n16s 01ois nllarigje.
(Loi sur le divorce, Icr Juin 1805.
Loi sur les enfants nes hours marriage
28 Mai 1805. )

Les haitiens de 1804, tout en procla-
mant l'Independance d'Haiti, avaient
conserve, come un triste legs du rI -
gime colonial, des moeurs tres-licen-
cieuses. Qu'on ne s'en dtonne pas. An-
ciens libres ou affranchis de fraiche
date, nos peres ne pouvaient 6tre que
ce que les avaient fails leurs 6ducateurs
blancs. Rien ne.peint mieux le libertiria-
ge de nos premiers temps que les deux-
lois de Jean-Jacques )essalines sur le


divorce et sur les enfants nds hours ma-
riage.
Ces deux lois, quoiqu'elles fussent en
rapport avec les moeurs, elaient en con-
tradiction avec les iddes qui avaient
course et qui s'6taient deja affirmees
dans la derni6re legislation colonial
en vigueur, oeuvre civilisatrice d'une
metropole rdvolutionnaire et republi-
caine. Un 16gislateur moraliste, au lieu
de s'incliner devant une pratique hon-
teuse, devait au contraire consacrer
dans la loi des idees morales, pr6cisd-
ment en vue de la reforme des moeurs.
Ce n'est point ce que pensa Dessalines.
En pareille matire, il est just d'ex-
onerer l'Empereur de tout reproche.
Son ignorance l'empechait d'dtre un 16-
gislateur eminent, et son entourage d-
tail peu propre a guider son instinct
dans la bonne voie. Boisrond-Tonnerre
et Juste Chanlatte, le dernier plus que
le premier, sont pris a partic et tenus
pour responsables des deux lois que
nous allons examiner. En effet, les Se-
cr6taires del'Empereur, s'ils s'6tudiaient
a lui complaire dans la 16gislation poli-
tique et a lui r6diger une Constitution
selon son ideal, ne couraient aucun
risque de se fair les champions du
Droit dans la legislation civil, surlout
dans les parties qui reglent les relations
de famille. Ici la legislation devait Otre
ccque vcut la Morale. Non pas une Mo-
rale abstraite qui ne s'accommode ni aux
temps, ni aux milieux, mais une Mo-
rale pratique qui reconnait la n6ces-
site des temperaments et des compro-
mis, par of se pose une question de
measure, souvent difficile h pr6ciser, don't
pourtant on ne saurait poursuivre la
solution aux d6pens du vrai et du bien.
Boisrond Tonnerre etJuste Chanlatte
ne scront pas accuses d'avoir trop exi-
g6 de la nature humane ; cc ne sont
pas des fanatiques qui decrelent la ver-
tu coimme Saint-Just : ils aiguisent la
concupiscence de la chair, ils encoura-
gent l'adultere de I'homme et ils font
de la fmmnie un 6tre inf6rieur, presque
un simple instrument de plaisir. II est
temps de les juger sur leur e(uvre.









REVUE DE LA SOCIITE DE LltGISLAITON 4
^^;;^^;?^-^/^^^'^^W-;^A^/.^^;,^>;^.-.:.;^^;;^- .y^ / ^ ^^ ^y ^^ ^^ f^ ^ // // / ^ ^ ^// ^


Loi sur le divorce.

TITRE I
ART. 2. Le divorce a lieu par consente-
ment mutuel des dpoux.
ART. 3 L'un des epoux peut fire pro-
noncer le divorce sur la simple allegation
d'incompatibilit6 d'humeur ou de caract6re.
Comme aucun tribunal ne connait
des motifs d'un divorce et n'a quality
pour y mettre opposition, la procedure
est d'une simplicity qui lve tout obs-
tacle a la rupture du lien, conjugal. (1I

TITRE II.
Art. 1. Le mari et la femme qui deman-
Sderont conjointement le divorce, seront te-
M nus de convoquer une assembles de six,
i au moins, des plus proches parents, ou
a d'amis a ddfaut de parents : trois des pa-
a rents ou amis, au moins, seront choisis par
k le mari, et trois par la femme.
( Art. 4 -- Les deux 6poux devront se pr6-
a senter en personnel i l'assenble ; ils y
exposeront qu'ils deinandent le divorce.
Ls, parents et amis leur front les repre-
stations et observations qu'ils jugeront con-
v enables.
< Si les deux 6poux persistent dans leur
dessein, il sera dressed par ie juge de paix;
t un acte contenant seulement que les pa-
rents ou amis ont entendu les epoux en as-
semblde diiment convoquCe, et qu'ils n'ont
o pu les concilier.
(.La minute de cet acte sera signed des
4 membres de 1'assemblec, des 6poux et du
juge de paix, avec mention de ceux quii
n'auront pu ou su signer, et sera tdeposee
au greffe du tribunal de paix ; il en sera
delivre expedition aux 6poux.
Art. 5. Les p)oux, munis de 'acte e-
nonce dans l'article precedent, pourront se
presenter devant l'offcier charged de rece-
voir les actes do marriage dans la com-
mune of le mari a son domicile ; et sur
Sleur demand, cet officer public sera tenu
Sde prononcer leur divorce, sans entrer en
Sconnaissance de cause..
Les thboriciens de l'amour libre n'au-
raient pas autrement l1gifere pour ouvrir
un vastechiamp a la papillonne de Fou-
rier. Mais voici ce que le phalanstlrc
meme efit trouve de tris papillonnant

(1)L'article 4du titre premier enumure 7 cas
de divorces pour motifs determines, mais
il est a noter que l'adultere ne figure pas an
nombre des cas determines: il faut le sous-
entendre, ou dans le 3e motif crimes, se-
vices ou injures d'un epoux envers l'autre :
ou dans le 4e motif dereglement dte meurs
notoire.


o ART. 6. Dans le cas oft le divorce se-
rait demand par l'un des 6poux centre
I'autre pour cause d'incompabilit6 d'hu-
Smnur ou de'caractere, sans-autre indica-
Stion de motifs, il convoquera uine assem-
a blec de parents, ou d'amis a ddfaut de pa-
i rents.
f ART. 7. La convocation sera faite par-
s devant Ic juge de paix du domicile du mari
aux jour ct here indiquds par cet officer;
Sl'acte en sera signifi6 at l'epoux ddfendcur,
avec declaration des noms et demcures des
parents ou amis, au nombre de trois an
moins, que 1'epoux demandeur est tenu de
Sfaiire trouver a l'assemble6, et d'y trouver
< egalement, de sa part, trois au moins de
a ses parents ou amis.
i AnT. 8. L'6poux demandeur en divorce
Ssera lenu de se presenter eni personnel a
a 1'assemblce : il entendra ainsi que 1'cpoux
d6eendeur, s'il comlparait, les reprselnta-
i tions des parents ou amis i I'effet de les
a concilier. Lejuge de paix sera tenu te sc
a retire pendant ces explications et les dd-
a bats de famille ; en cas do non-conciliia-
tion, il sera rappeld dans l'assembl6e pour
a en dresser acte dans la former prescribe
par la loi sur les tribunaux de paix ; expe-
< petition de cet acted sera d6livree i l'dpoux
< demandeur qui sera tenu de le fire signi-
lier A l'dpoux d6fendcur, si cclui-ci n'a
a pas comparu a l'asseibl)lc.
a ART. 9. Huit jours apris aI signilica-
4 tion faite a l'epoux dtfendeur, l'd)oux lpro-
0 voquant pourra se Iprsenter pouIr faire
k prononcer le divorce (lvant l'officier pu-
< blic charge de recevoir les acres d( ma-
riage dans la communelU oil le Inari a son
Sdomicile. s
La loi sur le divorce accord a la
femme conime i l'lhoiine les minmes
facilitis pour dissoudrc le marriage,
mais cette 6galild de droil n'est-elle pas
plus apparent que reelle ? Elant
donye la laiblesse de la fenime, failles-
se d'autant plus grande relativement
i l'homme q'l'clle ctait aggrav6e a celle
epoque par une ignorance plus gendrale
et plus profonde dansle )beau sexe que
dans le sexe fort, les facililcs de di-
vorce tournament au profit presque ex-
clusif de l'homme. D'ailleurs I'inten-
tion du 1igislateur sir le r6le infime
assign a la femme dans le marriage
s'ctait d(jai netlement rdvdl6e dans la
loi du 28 Mai 1805 sur les enfants nes
hours marriage. L'arlicle 12 du titre 1''
(dc cette loi est ainsi conCu.
( Art. 12. Un pire, mime engage dans les
aliens du marriage, peut reconnaitre uni e-
, fant natural nu pendant le course du (lit ma-
, riage s.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Par cet article, 1'adultre est legalise,
c'est-i-dire qu'il n'existe pas. Erreur !
l'adult6re existe comme crime, mais de
la part seulement de la femme marine.
Au titre.V : De l'enfant adult6rin, on
lit :
a Art. 1. L'cpoux a le droit de d6savouer
a l'cnfant adultlrin qui, dans cc cas, n'hirite
,x que de sa mure )).
II ne s'agit pas sculement dans cet
article du desaveu de paternilt fondi
sur l'absence on le defaut td cohabi-
talion durant un certain temps. Si telle
avait 616 la pensee unique on domi-
nante du c1gislateur, ii aurait fix6 des
ddlais et olabli une procedure pour la
constatation du crime. Tout faith sup-
poser que le droit de l'homme allait
jusqu'a rejeter le fruit d'un adultore
commis pendant la cohabitation mme
des Dpoux. II est vrai, qu'il lui incombe-
rait, dans ce cas, de fournir la preuve,
souvent tris dilicile, de la non-pater-
nite.
On a pu penser, en se placant an
point de vuc des principles du code civil
de 1826, que l'article 12 de la loi du
28 lai 1805 vise le cas d'un enfant
concu avant le marriage et n6 pendant
le course du dit marriage, mais une telle
interpretation ne sesoutient pas, si l'on
vent se reporter, comme on doit le fire,
aux mceurs de l'dpoquc pour bien sai-
sir la pensde du l6gislateur de 1805. La
reserve-- conct avant le marriage ---
n'existe pas dans l'article 12 ni ailleurs
dans la loi, et il aurait fallii qu'elle y
fil formellement stipulde, on ne peut
pas la supposed au l6gislateur de 1803.
)Du rest, sur cette maticre, dans un
arrit du 28 Juillel 1846, le tribunal de
Cassation a forlnul une opinion qui a
d'autant plus de valour qu'elle mane
de juges appartenant a la g6ndration
de 18014 a 1826el plus a mnme que nous
d'ilre exactement renseignes sur le v6-
ritable sens de la legislation de cette
epoque.
(( Allendu, dit l'arrdl, qu'il resullede
c 1'enscmble de la 16gislation qui a r6gi
l' le marriage en Haiti de 1801 a 1826,
t et specialement des lois des 28 Mai
S1803 et 4 Novembre 1813 stur les en-
( eni/ants nes hours m,iii, i''. qu'il n'dlait


pas 16galement interdit i des person-
< nes marines de procr6er des enfants
c en dehors du marriage, et que de pa-
a reils enfants n'dlaient nullement r1-
< prouvis commune les fruits d'un com-
c merce criminal ...................
................. que d'ailleurs on ne
saurait clever aucun doute raisonna-
S)ble en presence du texte former de
, l'article du titre 1', de la loi du 28
< Mai1805ainsi concu: un plre, mime
a engage dans les liens du marriage,
a pent reconnaitre un enfant natural
(< ne pendant le course dudit marriage.
( Qu'il ne serait pas vrai do dire que
i cet article ne soil, s'entendre que d'en-
fant concu avant le marriage el n6
( depuis; qu'une tell interpretation
( tombe a la simple reflexion que l'en-
( fant concu avant le marriage elant,
( mInme dans Ic systime du code civil,
a un simple enfant natural qui pent en
tout temps dtre connu, sans qu'il
~( soit besoin d'une autorisation expres-
se de la loi, le sus-dit article 12 efit
Se6t6 tout a la ibis inutile, s'il n'avait
c en pour but que de porter une pa-
( reille autorisation ; mais que le sens
a grammatical du dit article, rappro-
( ch6 du titre V. de la mmem loi
& qui ne comprend sous cc titre spd-
a cial d(en/ant adlterli que l'enfant
o de la femme marine, desavoud par le
c mari, r6vile, do la manirre la plus
( express, la pensde dui lgislateur d'au-
a toriser la reconnaissance des enfants
( me durant son marriage, d'une autre
(f femme que de son spouse, avec la
simple qualification d'enfants natu-
( rels.
Bien que l'article 12 ne fcTt rigoureu
segment applicable qu'a l'enfant, qua-
lifid d'enfant natural, qu'un homme
marid aurait eu pendant son marriage
d'une fenmme autre que son spouse et
non marine, on pensait alors que l'en-
lant, qualilid d'adulterin par la mnme
loi, c'est-a-dire l'enfant qu'une femme
marine aurait cu pendant son marriage
d'un tout autre home que son epoux,
desavoud par celui-ci, pouvail 6dre re-
connu par cclui-la. C'est ce qui ressoir
du passage suivant d'un Message adres-








REVUE DE LA SOCIETI DE LEGISLATION


.s6 par Alexandre P6tion an S6nat de
la R6publique, lors de la presentation
de la loi du 10 Novembre 1813 sur l'-
tat des enfanls nids hours marine :
( Pour cc qui est des enfants adul-
t terins, ils ne doivcnt pr6tendre qu'a
( un quart de cc A quoi pourrait anin-
S(ider nn enfant 16gitimc, et ce scule-
a ment dans les propres de leur mere:
ces sores d'enlants pourront Otre re-
a connus par le pare qui voudra les
a adopter, et dans cc cas, si ce pere
estli par le maiiage, 1'enfant recon-
( nu pourra, sur les propres biens de
t ce pire, amender pour un quart de
( cc it quoi amendera un enfani l1gili-
t me ; et si le prec n'est point marii,
et qu'il eult des enfants nalurels, l'en-
a fant adult6rin reconnu par lui, pour-
r a i sa mort, partager par 6gales
( portions avec ses enfants naturels.
N'est-ce pas un spectacle attristant
que de voir la haute raison de PNtion
faillir devant cette question come le
bon sens de Dessalines! A la chute de
1'Empercur, toutes lesmauvaises choses
de l'Empire sont entieirement rfornimes
on fortement atltnu6cs, saul les deux
lois sur le divorce et sur les enfants
nes hours marriage.
Il est permis de penser que PItion
n'efit pas lui-mnme propose de telles
lois, mais elles 0laient deja edictees,
elles s'appuyaient sur les moeurs, et
certes, il y avait moins de d6emrite ai
h6sitcr i les abroger qu'iI les 6dicter.
Du rest, POtion, qui ne manque jamais
d'expliquer ses actes, s'exprime ainsi
dans le message djha citl du 28 Avril
1813 au S6nat de la R6publique, relatif
ia la loi du 10 Novembre 1813 sur l'6tat
des enfants n(s hours marriage. (1)
( I1 a Iet de tous les temps ct de tous les
( pays un systine lien dangereux l la pros-
peritd des nouveaux Etats: c'est celui die
( vouloir fire disparaitre tout d'un coup de
a vieilles habitudes pour en substituer (de
a nouvelles. >


1) La loi du 10 Novembre 1313 statue surl
1'6tat des enfants nCs hors nariage et lixe
Icrs droits de famille, mais clle n'abroge
ni no modific nl loi du 28 Mai 180.).


Ces r6flexions si justes, si profondes,
n'ctaient pourtant que sp6cicuses dans
la circonstance ; elles n'y 6taicnt pas
applicable. Les habitudes don't parole
POtion n'etaient pas seulement vieilles,
elles ctaient profondement corrompues,
elles 6taient un dissolvant social. La
Idgislation colonial de la vieille mo-
narchie no les avail pas sanc!ionnces;
fes lois ct actes de la R6evolution fran-
(aise y 6taient positivcmnio t contraires,
temoin le noble langagc de lolvdrel el
de Sonthonax, Commissaires delaCon-
venlion, aux noirs (niancipes le 11
Juillet 1793 :
L'esprit de faiille est le premier lien des
< soci"elds politiqucs. Tout peiul le rcigein6 re
(I ui a conquis sa liberty' et quti vent la con-
(t server tloil commencer par 6l)tLrc'l ses
i menurs. La picte liliale, la tendresse con-
jugale, 1'amour paternel, i'esprit dte famille
( en un mot, n'cxistent point dans les c'on-
a jonctions fortuites ce momenilandes qIue le
i liberlinage former et c' e le degoit et Flin-
( constance dissolvent. L'amour de la palrie
< devienldra d'autant plus cncrgique que les
s citoycns auront plus de tendresse pour euirs
Slemnimes ce leurs enlahnts. )
PMlion 6taittrop hommie dec )ien pour
penser au tremcnt que les Commissaires
de la Convention sur institutions dtu
marriage, mais il pratiquait lui-minie
le concubinage, et sur la foi de qcul-
ques propose, on a prdtetndu (qu'il ne
crovait guirc I la veru di la femme.
Sans doute un concubinaire, doul)l
d'un sccptique en amour, sera toujours
gene dans le r6le de 16gislateur rigid
de l'hymenee ; pourtant les examples
sont-ils rares, ie sont ils pas au con-
traire assez frequents, oi l'homme po-
litique est force de conformer les lois ai
des maximes de vertu qu'il ne prati-
que pas rigoureusement, mais (qu'il
croit n6cessaires a la stability de la fa-
mille ct de 1'Etat?- Chrislophe, don't
les ddbauches rempllissent la chroniq(uc
scandaleuse du Cap-Haition, n'avail pas
moins ediclt dans son code Ilenri doe
bonnes lois sur l'institution du marriage.
Loin do nous l'intention de prIco-
niser uine Morale Ipul)li(lue diftldrente
d'une Morale privcec. Notre pensde,
c'est que, sauf les cas oil l'oblitiralion
(du sens moral abaisse l'homme it un








47 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
oo ~w11w;ow- ~w ** 'li t>tt. #ZB #AZ#,#/. Y, A A #


tel ddgrd de cynisme qu'il faith parade
de ses vices, il sera assez faible pour
courir apres des jouissances inavoua-
bles, assez fort pour ne pas proposer
sa faiblesse comme un example t sa
famille et a son pays. Le concubinage
de Pktion n'entra done pour rien dans
les motifs determinants de sa conduite
politique. On sait que la Constitution
de 1806 est en grande parties son oeu-'
vre. Voici les maximes qui y sont anon
cees :
< Art. 18. Nul n'cst bon citoyen, sil n'est
bon fils, bon p&re, bon frre, hon ami, bon
< epoux. )
SArt. 38. Le marriage, par son institution
c:vile et religieuse, tenant a la purete des
< Inmeurs, les 6poux qui pratiquent les ver-
tus qu'exige leur 6tat, seront toujours dis-
t tingues et specialement prot6g6s par le
SG(ouvernement.
Et confornmment a l'art. 38 de la
Constitution de 1806, 1'article 15 de la
loi du 20 Avrii 1807 sur la police des
campagnes s'exprime ainsi:
( Les pIres et meres qui auront 1c plus
a d'enfants provenant de marriage legilime se
a roit distingues par le Gouvernement, et en
a obtiendront des encouragements, des grati-
f llcations et meme des concessions de ter-
< rains. )
VoilS tout ce que les meilleurs esprils
du temps osent formuler en face de la
legislation de la debauche et en faveur
de institution du marriage. Is auraient
osd davantage, si Petion, don't l'inllu-
ence Mtait prepond6rante, les avait se-
condes. Sa sagesse fit "i tort une part
trop grande aux mauvaises moeurs de
son temps. II ne s'agissait pas de les
fletrir par uine reprobation trop dcla-
lante, ni de les attaquer de front par
des pines trop sdveres. C'Mtait l'(eu-
vre du temps que de les changer: il
fallait pousser ai ce changement en d6-
sapprouvant et en supprimant les faci-
litds trop grande de divorce, et les en-
couragements trop directs donn s a
l'adultere d 'lihomnc. La femme aurait
kt6 ainsi plus respeclte dans ses droits
et dans sa dignilt d'@pouse, et sa fid&
lilt, si essentielle i I'honneur et i la
perpetuity de la famille, n'en aurait tc6
que plus forte et plus constanle.
Boyer, qui pratiqua come Petion
Ic concubinage, accomplit la rtforme


qu'exigeait la Morale. Des 1818, il nom-
mait une Commission pour la r6forme
et la codification de nos lois, et en
1826, le code civil d'Haiti, calqud sur
le code Napoleon, 0tait promulgu6 et
abrogeait les deu.X lois de Dessalines.

A. THOBY.


Nous publions ci-apris la loi du 17
Juin 184,7 sur le le Jury medical, de-
ventue iIajourd'hui si rare.


LIBERTIi,


EGALITE,


FRATERNITY],


REPUBLIQUE D'HAITI.

LO0
Sur l'institutio d' un Jury medical.


LE PRESIDENT D'HAITI, de 'avis du Conseil
des Secr6taires d'Etat, a propose, ct le Corps
Le gislatif

A RENDC la loi suivante :
Art. ler. II y aura un jury medical dans
chaque chef-lieu de department.
Art. 2. Le jury nmdical sera compose dans
la Capital de cinq membres : qualre docteurs
en mnedecine et un pharmacien; dans ies chefs-
lieux de d6partenent, il pourra etre composed
('autant de membres, on de deux docteurs
et d'un pharmacien.
.Art. 3. Le jury medical sera preside par
un de ses memlbres, nommne i la inajorite des
membres presents.
Art. 4. Le jury medical adresse an Secr6-
taire d'Etat de I'Intlrieur un rapport trimes-
triel de ses operations.
Art. 5. Un local est aflect6 aux stances du
jury medical.
Art. 6. Le jury medical de Port-au-Prince,
ie concert avec le conseil de sant6 militaire
tLabli dans ccette Capitale, examine les can-
didats haitiens qui demandent a oblenir le di-
plOmie de m6decin ou de chirurgien.
Art. 7. Sur l'invilation du Secrltaire d'Etat
de I'lntCrieur, le jury medical du Port-au-
Prince prend connaissance des litres, brevets,
diplimes et certificates des m6decins, dentists'
oculistes et plharmaciens strangers qui solli-
citent une licence, dans le but 'exercer leur
profession en Haiti. II les interroge, et quand
il le judge convenable, leur fait subir un exa-
men regulicr. II ait 1111 rapport sur la vali-









REVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISLATION


dit6 des titres et sur la capacity des candidates.
avant que le Gouvernement accord ou refuse
la licence.
Art. 8. Toutes les questions d'hygiene pu-
blique, de police m6dicale et de medicine 16-
gale, sont du resort dujury medical.
Art. 9. Dans les questions d'empoisonne-
nent, de meurtre, de 6iessures, d( s6vices
quelconques exerc6s contre les personnel, un
ou plusieurs enimbres de ce corps de niede-
cine, ou le corps tout entier, peuvent 6tre
reiquis, par le ministire public, d'examiner
les personnel contre lesquelles it a 6t6 exerc6
des s6vices de quelque nature que ce soit,
on les cadavres des indlividus qui ont succoni-
b6 it des violence on i des blessures.
Art. 10. Lorsque les Tribunaux ne se trou-
vent pas suffisamment eclair6s par le rapport
d'un m6decin prinitivement requis, le Coni-
missaire du Gouvernement pent fair exami-
ner cc rapport par le jury medical' qui devra
donner son opinion conlirmative on contra-
dictoire, et meme pro(duire un second rap-
port, s'il en est requis.
Art. 11. D)ans Ic cas oli le Ministere public,
soit d'oflice, soit sur la demanded du juge d'ins-
truction on de touted autorit judiciaire ou mi-
litaire, ordonnera l'exhumalion d'un cadavre.
il adjoindra al me6decin qui a d(lJa fait un rap-
port, un niembre du jury medical, et lorsqu'il
s'agira d'un cmpoisonneinient, le pharmacien
de ce corps.
Art. 12. Le jury medical peut 6tie consult[
par l'autorite, sur toutes les questions de viol,
de grossesse, d'avortement ; sur tout cc qui
tient a l'accouchement et a ses suites, sur la
viability du foctus et infanticide, sur la mort
apparente et l'asphyxie, le suicide, les affec-
tions mentales, les maladies simules ou im-
pute6s. Toutes ces questions sont du resort
du jury medical, taut sous le rapport de l'hy-
giene publique que sous celui de la crimi-
nalit6.
Art. 13. Le corps de mndecins jurds 6claire
le (ouvernement sur les moyens de pr6venir
la mortality tes enfants dans les premieres
ann6es de la vie.
Art. 14. Ind6pendamment des avis et des rap-
ports que l'autorite peut demander au jury me-
dical, sur les causesd'insalubrit6 des villes et
des autres centres de la population, sur la qua-
lit6 des aliments, des eaux, sur les dpidemies
regnantes et sur les moyens d'y mettre un ter-
me, surtout lorsqu'il s'agit de maladies conta-
gicuses, le jury peut, dans ses seances, traiter
d'office toutes ces questions importantes, et en
fire un rapport adressd au Secretaire d'Etat
de l'Int6rieur, dlans le but de provoIquer des
measures de salubrit6 publique.
Ai-t. 15. Le jury publiera A chaque trimestre
un article d'hygiene, atin d'cclairer la popula-
tion sur les moyens de conserve sa sant6 en
,loignant les causes qui )peuvnt y )porter at-
leinte, et de lui signaler les erreurs. les pr&-


jugds et les n6gligences qui peuvent la comn
promettre.
Art. 16. Dans les cas d'epidemie, tde maladies
graves on contagieuses, il fera connaitre, par
la voie desjournaux,.son opinion sur la nature
tie la maladie, sur les moyens (de la reconnai-
tre, sur sa terminaison probable et sur les
rcmides don't l'usage a 6te suivi (te succs.
Art. 17. Deux fois par an, les pharmacies
de la R6publique scront visit6es par uni des
miedcins et par le pharmnacien faisant partic
du jury medical.
Cette visit aura pourbut d'examiner les mi-
dicaments, leur tlat de tcd61rioration et de
sophistication, le classeicnet et Ic placement
dtes substances vn6Ieneuses.
Le nmddecin cl le pharmacii u cd6sign6s pour
fair la visible rce vroIlu d tl trsol pubti ic ine
indemnile6 qui sera fix6e par nii riglement d'ad-
ministration.
Art. 18. Le Commissaire du Gouvernenelnt
assistera it cette visited. Les substances dil6rio-
rees seront tdtruites immi6diatement, cells qui
scront sophistiquees sciemment seront sai-
sies, ec le Commissaire Ldu (;ouivernenent fera
dresser uu proces-verbal qui servira tie base
aux poursuites qu'entraine cc dclit.
Art. 19. Les erre-rs comiises par les plhir-
maciens sont du resort (du jury medical, qui
en fera connaitre la- gravity l'autorit6 com-
p6tente.
Art. 20. Si le pharmacien faisant parltic du
jury est proprictaire (l'uiie pharniacie, son 6ta-
blissement sera visit 1ar un auire pharma-
cien d6sign6 par 1'autorit6.
Art. 21. Le jury medical est appeld a donner
son avis sur les contestations eii natiirc (e
notes d'honoraires de mn6decins et de coniptes
de pharmaciens.
Art. 22. Le jury medical est aussi institu6 en
comit6 de vaccine.
Art. 23. Le conile a pour attributions d(
propager la vaccine sur tous les points de la
Rdpulblique, et surtout dans les campaigns ol
ce bienfait n'aurait pas encore p6n6tre.
Art. 24. 11 propose au GouvernemeCnt les
moyens de repandre la vaccine, elt te la faire
apprdcier par tous les habitants du pays.
Art. 25. II conserve la vaccine, se charge de
I'inoculer, et d'en tenir gratuitement a lia dis-
position de tons les praticiens tie la IRdpubli-
que.
Art. 26 Le comit tie vaccine recueille tous
fails relatit's a la petite v6role et la avaricelle,
fait I'histoire de ces deux maladies, et en con-
serve le souvenir dans ses annales.
II fait connaitre au public la nature des 61i-
d6mies de ce genre, les causes qui les out
amendes, les moves d'en abrgcer le course el
d'cn prcvenir le retour. Dans cetle circons-
tance, il agit soil d'ofice, soil sur I'invitatioin
te l'autorite.
Art. 27. I1 indiquce aut (ouvernemient les me-
sures les plus (11 iti;-I ; "a prendre pour arri-








49 REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION
v('# .d 'di Z'jY

jtr les progris de l'6pid6mie, et aux praticiens
la meilleure mdthode de traiteinent, pour que
1'issue de la maladie soit aussi prompted et aussi
heureuse que possible.
'Art. 28. Le jury medical s'assemble, dans le
lieu de ses stances, deux fois chaque mois.
Le president de ce corps pourra le convoquer
i l'extraordinaire, lorsque le cas l'exigcra.
Art. 29. Comme jury medical, il s'occupe de
touts les questions ci-dessus d(signdes et de
la r6daction de l'article d'hygibne qui dolt &tre
public dans chaque trimestre.
Art. 30. Riduni en comitC de vaccine, il or-
ganise un service alternatif d'inoculation ct de
propagation g6nerale de la vaccine, redige
sous forme ide journal, les observations recucii-
lies sar ce sujet, et faith les proces-verbaux qui
doivent e6re adress6s an Gouvernement.
Art. 31. Le jury sc constitucra, s'il v a lieu,
en socie6t mCdicale. Dans cc cas, ses functions
consistent ai reunir et h presenter ions les fits
de la pratique, publics et particuliers, a dis-
cutcr et a mettre en evidence les opinions et
les methods qui ont le plus de success.
Art. 32. L'obligation de fire parties du jury
medical est attache a l'cxercice de la profes-
sion de m6decin et de pharmacicn dans la I.e-
publique.
L'exercice de ces functions dure deux ans,
sauf nouvelle nomination.
Art. 33. Les functions dc meninbre du jury
medical ct du comitl de vaccine sont gratuites,
it l'exception de 1'examendes blessures et des
coups, eimpoisonnements, ouvertures de cada-
vres, qui sont retribus come suit:
Pour chaque requisition suivic de la consta-
tation de l'6tat des blessures, services de tons
genres, etc, et le rapport, douze gourdes.
Pour l'autopsie d'un corps faile par gleux
medecins, et rapport, cinquaintc-quatre gour-
des; c'est-i-dire vingt-sept gourdes pour cha-
que m6decin.
Pour l'ou.-' re d'un corps avec examen
des matieres continues dans 1'estomac et les
intestins, dans les cas d'enpoisonnement, soi-
xante douze gourds ; c'est-a-dire, trente-six
gourdes pour chaque m6decin.
Pour le pharmacien adjoint come dlevant
fair l'analyse des InaliCres, lorsque l'oppe-
ration aura lieu la nuit, la retribution sera
double.
Lorqu'ils devront se transporter a la campa-
gne, i lecur sera alloud quatre gourdes et dec-
nie par lieue.
Lorsque les membres d'un jury medical se-


ront requis par le miniistire public d'un autre
resort que celui du chef-lieu de son depar-
lement, il leui- sera alloud six gourdes par
lieue, et la retribution sera double.
La miime retribution est due aux officers de
santa militaires requis par le Commissaire du
Gouvernement; alorscesofficiers de santo sont
considers commne des. praticiens exercant les
professions dans le liqu qu'ils habitent. Apris
la constatation des blessures, coups, cadavres,
etc., et la remise du rapport, les inmdecins
on les pharmaciens prCsenteront Icurs notes
d'honoraires au Commissaire du (ouverne-
ment qui les visera. Lorsque les requisitions
sont faites par le ministIre public, la caisse
du grelle en acquitted les honoraires, sauf son
recours contre les parties qui succombent.
Art. 34. La pr6sente loi sera ex6cutle a la
diligence des Secretaires d'Etat de 1'Intiricur
et de la Justice, chacun en cc qui le concern.
Donne6 Li la Maison national, au Port-au-
Prince, le 2 Juin 1847, an 44e de I'lndCpen-
dance.
Le President du Sinal, JN FRAN COIS.
Les Secrdtaires, DETRIE, P. F. TOUSSAINT.

Donn6 a la Chambre dos Repr6sentants, an
Port-au-Prince, le 7 Juin 1847, an 44e de l'In-
dependance.

Le president de la Chambrc, F. Jx.-JOSEPH.
Les Secrdlaires, Jx. ISIDOR, DAvm St. ROME.
AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President d'Haiti, ordonne que la loi ci-
ci-dessus du Corps Legislatif soit revctue du
sceau de la lepublique, publi6e et ex6cutCe.
Donneau Palais National du Port -au-Prince,
le 17 Juin 1847, an 44c e i lnd6pen dance.


SOULOUQUE.

Par le Pr6sident :

Le Secretlire d'Eitl de l'Inderie.r et de 'A-
gricillture.
C. ARDOUIN.

Le Secrliaire d'Elat de la Justice, de I'Inslruc-
liou puiblique el des Culles.

A. LAROCHEL.


Imprimeri IH. Amblard, 136, rue du Centre.










REVUE DE LA SOCIfTE DE LEGISLATION 50


LE CONTRAT DE Mr LE Dr AUGUSTE

Monsieur Nenours Auguste, Docteur
en mddecine, est concessionnaire d'un
contract de chenin de fer i etablir dans
le Nord.
Ce contract oblige-t-il la Rdpublique
d'Haiti h verser dans les coffres deMon-
sieurle Docteur N.Auguste, sousforme
dte garantie d'intcr6l, la some an-
nuelle de 374.217. 12 dollars ? En d'au-
tres terms, cette some est-elle fixde
f orfaitetdoit-elle tre payee parl'Etat,
sans tenir compete des ddpenses rdelles
de 1'entreprise, quelque derisoires
(qu'elles puissent etre ?
Monsieur le DocteurAuguste ne per-
met pas qu'on en doute un seul instant.
II est;intraitable la-dessus. Si vous avez
l'audacede lui conlester son (( forfait, a
il daigne, tout d'abord, vous passer un
avertissement amiable, par lettre close.
... don't il envoie copie it l'un de ses
amis. Lui rdpondez-vous que vous
n'etes pas convaincu, et lui en fournis-
sez-vous les motifs ? II faith imprimer
sa lettre dans unjournal, tout en ayant
1'exquise loyautd de garder votre rd-
ponse par devers lui. Apris une pa-
reille ( correction a rdsislez-vous en-
core ? II prend sa leltre, sa lettre ven-
geresse; il luidonne la forme solennelle
d'une brochure orn6e d'un 6pigraphe,
augmentde d'un supplement d'explica-
tions subtiles au course desquelles il
d6figure vospensdes etsert des citations
imcomple.tes dontil asoin d'6carter tout
ce qui pourrait justifier votre opinion;
etpour vous foudroyer h tout jamais, il
vous lance ce terrible anath6me, qui de-
voile a tons les yeux votre ignorance,
votre parti-pris, votrejalousie, vos pr6-
jug6s de locality, et qui prend, venant
deMonsieur Auguste, les proportions de
l'excommunication mnajeure : ( Edmond
Paul vous condamne a) Si, apris cette
execution en r6gle, vous n'etes pas en-
tierement convaincu, si vous n'6prou-
vez pas l'imp6rieuse n6cessit6 de faire
amende honorable, la corde au cou,
en chemise, un bout de rail i la main,
devant la porte principal du cabinet
de consultations de Monsieur le Doc-


teur Nemours Auguste, c'est que vous
n'6tesplus bon qu'a pendre on a laisser.
Horrible situation !
Quoiqu'il en soit, la Soci6t6 de L6-
gislation l'accepte. Elle vient d6clarer
trLs humblement a Monsieurle conces-
sionnaire du r6seau Nord qu'elle per-
siste a croire:
10 Que le point de depart dela con-
cession c'est lejour de la mise en ex-
ploitation nondu ri-seau complex, p0otr
des 20 premiers kilometres ;
2" Que le chiffre de 175.000 par ki-
lomitre n'e.i t pas un chiffTce forfaitaire,
mais un simple chifire limitant I'en-
gagement p[cuniaire de 1'Etal.
3' Que le rachal serait absolumenti
d(iavantageux pour le pays.
1') Qu'il n'est pas serieux de deman-
der c I 'Etat de fixer d'ores et dija la
quantity dc terres domaniales at livrcr
i Monsieur Auguste.-
La letlre du president de la Soci6td
a Monsieur le Secr6taire ld'Eata des
Travaux publics s'cst ddja' expliqu6 li-
dessus.
De plus, Me J. N. Ldger a ddja four-
ni pour son compete personnel des
motlis qui justilient ces quatre propo-
sitions ; nous renvoyons at sa letlre pu-
bliec plus loin, nous bornant i insisted
sur deux de ces propositions.
I Point de ddpart de la concession. -
L'article 34 1r' alin6a du cahier des
charges s'exprime ainsi:
Art. 34. La dture de la concession com-
mencera h courir de la date de la mise en
exploitation du rdseau complete. Celle-ci pren-
dra flu au bout dela 50" ann6e.
Voici ce que dit l'article 4, ler alinea
du contract :
Art. 4. La durce de la concession est de
cinquante annees a pariir de la mise en ex-
ploitation des vingt premiers kiloimtres.
Ainsi, deux points de depart dif-
f6rents. II y a la uine erreur; c'est 6vi-
dent. Ou trouver des lumieres ? La
premiere pensde qui vient a I'esprit
c'est de chercher parmiles textes de la
concession, contral ct cahier des char-
ges. S'il s'y trouve quelque condition
essentielle incompatible avec I'un des
deux points de ddparl, c'est celui-lli
qu'il faudra rejeter, en vertu de ce









51 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
^ i-y A di^^-^"^^' Ad .,A' J^ i i"^* A^^^ d'd 4 4 Add A.^^^^;;^',d?^^/' 4 4 4'4 4,Ai'4^ ^AA''A4i#4,~4 ~


principle vulgaire qui n'est peut.-tre
pas dans les livres de m6decins, mais
qui domine toute la l6glslation et qui
est dans le sens commun, a savoir que
la loi 6tant faite pour etre ex6cutee,
doittoujours Atre interpreted de maniere
a produire un effet.
Or, voici que nous nous heurlons au
2e alinda de 1'article 4 du contract:
Toutefois et en attendant que par le deve-
loppement du traffic, et la mise en valeur
des terres conckddes, la garantie d'interet
tombe a la moitid du taux conscnti, c'est-a-
dire 3 1/2 o/o, le nombre des kilomitre A ex-.
ploiter n'excedera pas 250 kilometres et la
garantic d'interet ne commencera a courier
que sur l'exercice 94-95.
Done voici qui est ien net : Tout le
tcmps que la garantie d'intdrdt ne tombe
pas 3 1/2, le concessionaire n'exploi-
tera pas plus de 250 kilometres.
Dans ces conditions, comment appli-
quer I'article 34du cahier des charges ?
Eh quoi, voici un article qui dit
que les 50 annees de concession doivent
se computer i partir de la mise en ex-
.ploitation du reseata complete ; complete,
enlendez le lien, c'est-a-dire mesu-
rant plus de 2510 kil. Et voici un
auItre arlic!e, capital celui-'i puis-
qi'ii louci'. ii ;une chose; sans ilquclle
ilv n'y a pi'ls de( chemi1in dte ier, la
garanie i' inleret, qui vient dire:
Le r6seau c)!mple nie sera jamais ex-
ploit6 si la garantie ne tombe a 3 112.
Supposed que la garantie ne tombe
jamais a ce taux, qu'arrive L-il ? Le
reseau reste perp6tuellement 2 250 kil.;
done le beau jour de la mise en ex-
ploitation du reseau complete ne luit
janiais; et lorsqu'apres avoir exploi-
t6 les 250 kil. pendant 50 annees, M'le
Docteur Auguste ( suppose qu'il vive
jusque la, ) recevra du Gouvernement
haitien l'ordre de deguerpir et de liver
l'exploitation Il'Elat, cet excellent
home se redressera dans la plus fire
des attitudes, et s'dcriera, apris une 6lo-
quente invocation a l'ame d'Edmond
Paul: t Que me veux-tu, Gouverne-
ment? Tu pretends que j'exploite de-
puis 51) annues Erreur Illusion i Ig l-
rance Prdjug6 de localilt Ma con-
cession de 50 ans n1 commence que du
j our de l'exploitation du reseau complete.


Or, jusqu'ici, le taux de la garantie
n'etant pas lomb6e 3 1/2, mon rdseau
est resid incomplete ; done ma con-
cession n'est pas encore commencee. )
Et I'on aura assist a ce phenomene
renversant d'une exploitation qui existed
depuis 50 ans, sais avoir jamais com-
mence d'exisler!
La perspective d'une pareille etran-
geld suffisait pour faire consid6rer l'art.
34 comnme non avenue.
M. le Docteur Nemours Auguste, si
pen ingenieur qu'il soil, n'ose pas y
contredire. Mais ii insisted cependant
pour que l'article 34 soil maintenu en
face du 20 alinea de 1'article 4. Et sa-
vez-vous quel invaisemblable procedi
il imagine a l'appui de cette pr6tention?
II cite un article (art. 5 contract ) (1)
qui constate que le concessionnaire
s'engage a construire en 6 ans le riseait
en son enter, et il declare que rdseau
en son enter ne veut pas dire tout le rd-
seau, mais seulement 250 kil. Tres
bien. Qu'est-ce quecela prove ? Oh !
beaucoup. Si irseau en son enter ( art
5 ) veut dire 250 kil., riseau complex
( art 31 ) signifie goialcment 250 kil.
I):ne c singalier ph01ieno1n1ip.e dont
InoIs pa1Mioin-; Sout a I ie re s'evaiiouit.
Vive I'articie 31!
Mais qui lie voil que, pour eu a;rri-
ver la, l'ing(nieux docleur a etd oblig6
de mnuiler le sels loyal, Ie. sens bru-
tal des mots, et de ddclarer ue le Ilout,
c'cst 6videmmcent la partie. iL chose
est bizarre; 11. le Docteur N. Auguste,
pourtant, habitue, on s'en apercoit fa-
cilement, aux artifices de la rh6torique
qui permet de fprendre la parties pour
le tout, estime qu'elle est ( claire et
n'exige aucune lumiire sp6ciale, pour
6tre comprise. >
Nous le filicitons, mais nous regret-
tons de ne pouvoir comprcndre com-
me lui. Pour nous, en mature de loi
et de central, on ne fait pas usage de
mdtonymies; le Lout signifie lc tout; la
parties signifies la parties.
(1) Art. 5. Le Concessionnaire s'engage a
construir le i rseau en son enter et hle lvrer
aux Irnfic, nu bout de six annucs a computer
du jour de l'incceptation du trace ddlinitif par
le (;ouverlienent haitien.









REVUE DELA SOCIETE DE LEGISLATION
~~~F~~~~~/.~~~~~~~'F~~~~~~~'F~~, F' or dVF Z' /FAFFFFiF FFFAF//FFF / FFFF.^FFFFFFFF iFF i


Mais, dira-t-on, cet article 5 qui exi-
ge que 1- r6seau complex soit construct
en 6 ans, constitute une nouvelle con-
tradiction avec le 2t alinda de articlee 4
qui defend d'exploiter imm6diatement
plus de25 kilom!
Oui, c'est une nouvelle contradiction
qui apparait dans le contract de Mr Ne-
mours Auguste. Mais rendons justice au
concessionaire ; ce n'cst pas de sa fau-
le,si les terms des deux articles 4 et 5
ne s'accordent pas. Le proj-t de con-
tral r6dig6 par lui ne contenait point
Sl'articie -1 le malencontrcux alinea
d'apres lequel il ne pent Otre exploited
plus de 250 kilom tout le temps que la
garantie ne tomnle pas a 3 1/2. Le pro-
jet embrassait l'exdcution pure et sim-
ple du rdseau tout enlier. Par malheur,
le Corps 16gislatif, introduisit l'alinea
en question ; mais il ne s'aperqut pas
qu'il devait par suite modifier l'article 5;
il le laissa tel qu'il avait etc fail pour
le rdsea'c en son entier.. Voila l'exacte
v6ritd. Elle diff6re, on le voit, de la fi-
gure de rh6torique imagine par le Doc-
teur Auguste. -
II Diu colit kilomntrique. L'article 7
du contract s'exprime ainsi, nous le
reproduisons int6gralement, car Mr le
Docleur Auguste a cu la constant pru-
dence de n'en citer que des fragments:
Art. 7. Ce capital de premier etablissement
est arrtal au chifre ci-dessous pour l'en-
semble du rescau en pregnant coinme base les
depenses effectuCes :
( a ) pour l'execution des lignes
( b ) l'acquisition des terrains.
( c ) pour les Ctudes d'avant project d6finitives.
( d ] Ics travaux et fournitures pour ( l'in-
a frastructure et la superstructure des lignes,
(e) les batiments, le materiel fixe et roulant,
n icessaire i la construction et a la mise en
exploitation des lignes concedes.
Sf )les int6erts pendant la construction, les
frais de constitution de la socidt6 et du ca-
pital.
LC total de ces dtpenses augmentb de 25 o/o
pour frais d'administration ct les bednfices,
former Ic montant des depenses de premier
elablissemeut.
Toutefois ces depenses de premier etablis-
sement ne pourront depasserle chiffre moyen
de 175.000 francs par kilometre et c'est sur
cc chiifrc que sera calcule I'intdrit de 7 o/o
garanti par le Gouvernement.
Voici comment le concessionnaire
traduit cet article: Ce capital est arr6te


au chiffre forfaitaire de 175.000 francs.
Pour notre part, plus respectueux du
texte, nous le traduisons ainsi: Ce ca-
pital est arrMtC an chiffre don't suivent
ci-dessous les delments de formation,
soit les d6penses reellement effectlues,
augmentces de 25 o/o; c'estsur le chiffre
ainsi former que se calculera l'intdell
de7 o/o, et si cc chiffre depasse 175.000,
c'est alors sur ce chiffre, mais sur ce
chiffre scul, que sera calculd l'inltrdt,
sans lenir colnpte du surplus que Il
concessionniire pourrait avoir dlpense.
La-dessus, M1r Auguste se fache. Et il
sc done le plaisir, tr s innocent, a la
portie de tous les plaisants, de printer i la
Socidtecertaincs absurdites, don't tout na-
turellement il triomphe a grand fracas.
Nous ne pouvons qu'en sourirc.
La Socidtl de Legislation a vot6 que
le prix moyen de 175.001) francs n'est
pas un chiffre forfaatire et elle a based
son opinion sur Ie paragraph suivant
de l'article 7: LE T'OTA'r DE CES DEI:PN-
sEs, AUCMENTEl ilD 25 o/o pour frais d'ad-
ninistration et les )benefices fbornera le
montant des ddpenses de icpremier lcablis-
sement. Totlelobis, ces defenses do pre-
miCer tablissement ne I)pourront d(pas-
ser Ic chillre moyen de 175.000 francs
par kilome tre et c'est sur cc chiftre que
sera calculd l'intdret de 7 o/o garanti
par le Gouvernement. Notez ces ex-
pressions :i louebfis ces depensesne pour-
ronl D-i)PASSFr le chiffre moycn de 175.000
francs; cela peut-il signifier que les dt-
penses sont fixes au chiffre borfaitaire
de 175.000 francs ? Nous ne Ipouvons
pas le croire.
Le chiffre forfaitaire ne pent pas se
presumcr ainsi du text de la loi ni 6tre
lir6 du rapport du Comild de la Cham-
bre: il aurait fall qu'il fit exprimn6 en
terms formels dans 1'article 7 ainsi
que l'a fort hien dit Mr Bonamy. ( Je
< trouve, dit-il, un argument de texte ai
& l'appui de cette opinion dans l'arli-
( cle 50 du calier des charges qui (lit
( que les defenses d'cxploitation sont
Sflix6es au chiffre forfaitaire de 11.000
p piastres. Si l'on avait voulu considd-
a rer 6galement le chiffre de 175.000
< francs come un chiffre forfailaire,









REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION


< on n'eit pas manqun de le dire en
< terms formels.b'
Le Docteur Nemours Auguste, qui
trouve le sens forfaitaire tres nettement
indiquc dans les articles 6 et 7 an point
de nous accuser de mauvaise foi parce
que nous pensions autrement que lui, ne
s'est pasdemand6 comment le Pouvoir
Ex6cutif qui a discutd, redig6, et sign
le contract avec lui, qui en a suivitoutes
les phases d'examen, de discussion et
de vote dans les comitds et dans les deux
Chambres 1lgislatives, a cru devoir
ndanmoins consulter la Soci6td de Ld-
gislation sur le sens deces articles 6 et 7 !
N'est-ce pas precisdment parce qu'il ne
pense pas, devant le texte de ces arti-
cles, que le Corps legislatif ait voti ce
forfait.
Monsieur Firmin, dans un article qui
a paru dans l'Opinion Nationale, et que
nous recominandons au lecteur, a prou-
vd que le chiffre de 175.000 francs par
kilomltre est troisfois plus dlev6 qu'il
ne devrait ltre et constitue un danger
national par l'impossibilit6 oil se trou-
vera la lRpublique de payer h une
Compagnie anglaise substitute on a
substituer h Mr Nemours Auguste, une
garantie d'intdret de 574.217.12 dollars
par an. Et Mr Firmin s'6crie: ( Qu'il
(Nemours Auguste) rdussisse a vendre
ce contract et devienne archi-million-
naire sans ( etre accuse d'abuser de
I'ignorance de ses compatriots en pa-
reille maliereo nous ne pouvons nier
quece nesoit d pen pres son droit; mais
aussi est-ce le devoir de la Republique
de bien peser ce cas de conscience a
savoir si pour enrichir royalement
un de ses fils, si remarquable et supd-
rieur qu'il soil-, elle doit s'exposer au
danger national que nous avons indi-
(que dans un precedent article. )
La Socidt6 de Ldgislation, en 6mettant
l'opinionque le chiffre de 175.000francs
par kilometre n'est pas un chiffre forfai-
taire, permet au Pouvoir Exdcutif, mis
en 6veil, de contr6ler les d6penses de
premier dtablissement de facon a les
rdduire au tiers de 175.000 francs par
kilomntre ; par oh pourrait Mtre ecartd
le danger national que signal le pa-
triotisme ~elair6 de M2 Firmin. Cette


I consideration puissante, qui n'a pas
determine I'opinion de la Soci6te de ld-
gislation, ne vient pas moins la corro-
borer et la justifier pleinement. -
Nous ne croyons pas necessaire de
nous attarder ilps longtemps sur le
contract de Mr Nemours Auguste. On
lira plus loin la lettre de Mr J. N. LUger.
Quant a rdpondre aux comiplimenls.
aussi nombreux que ddlicats, que Mr le
concessionnaire du r6seau nord adres-
se dans sa brochure a la Soci6et de 16-
gislation, quant i reliever les pueriles
insinuations, prejuges de locality et
autres, qu'il a cru devoir y glisser,
c'est li une besogne qui est au-dessous
de nous.
Le Comitd.


Correspondance

Cap-llaitien, 23 Mars 1895.
Me .1. N. LEGER,
Port-au-Prince,
Cher Monsieur Ldger,
Je viens do lire Ic rapport que vous avez
adress6 it M. le Socrtaire d'Elat des Tra-
vaux publics sur certains points de mon
contract de chemins do for, et Ic compete
rendu do la discussion q(ii a on lieu le 14
Fivrier, au sein do la Socjdc1 de 16gisla-
tion. Voulez-vous me permerfre do vous
Mclaircr sur un point particilicroment dur
de volre rapport, et sur un texto que vous
auriez appricid difflremmenI, j'cn suis con-
vaincu, si j'avais Wtd appcld it donner soit
ai vous en porsonuc, soil ai la Socidtd rdu-
nie, des explications indispensailles ; ou
s'il exislait parni vous, a cotl des homines
d'Etat, des avocats et des publicists, un
Commit conssultatif d'lngiuieurs.
Un cahier des charges est toujours af'-
faire d'homnmes techniques. Les connais-
sances ordinaires du medecin et do I'aca-
cat ne conferent aucune autoritl pour en
connailtre, el pour en faire une eritiquo
:,u pied level ct sans examen ; et lorsque,
comme dans le cas actual, il a d6t ridige
par les homes les plus comp6tents, les









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 54
n -^ ^.j% ^''/ <#. # /Z''/# 4A##i


Ingdoeioursles plus savants et les plus illus-
tres (e France, n'est-il pas malheureux
qu'on le condamno sans meme I'6tudier;
et qu'une voix aussi autorisee que la votre,
le dcnonce an patriotism de nos conci-
toyens.
\Vous avez tcrit ceci dans votre rapport :
< Le Gouvernement dolt s'en tenir an
text de l'art. 30 du cahier des charges,
dIji ondreux pour le pays.
Et dans la discussion vous avez qualili
cot article de ( lexte absolument d6savan-
tagoux pour le pays. ,
On6reux et desavantagoux pour Ic pays
Savez vous, chor Monsieur Lg'cr, qui
est le redacteur de cet article vou6 par la
Soci6te de Legislation A 1'ex6cration de
tous ? Le Corps des Fonts et Chauss6es
do France. II existed on IFrance un cashier
tes charges type, redig6 par loe Ing6nieurs
on chef des I'onts ct Chausse6s, fonction-
naires du ;Gonverinemnt.
Quel que soil 1fconcessionnaire qui pour-
suit la realisation d'une concession de che-
mins doe fer d'interot local, cc cahier des
charges lui est imposed.
Or, pour n'oire pas accuse d'abuser do
l'ignorance de mes compatrioles,en parcille
mailire, j'ai eopi6 ce cahier des charges
mot A mot, et cet article particuliiremenl,
sans en oinetre une virgule, sans yajou-
ter une letter, servilement, commcj'cnai Mte
accuse. Et c'est le lomee article que vous
dunoncez A nos coucitoyens !
Qui pent croire que Io gonvetrnem nt
Fi ni i1, iiait rIdigo, a son usage, ui calier
S des charges type, qui fit on6roux pour la
nation Qii peut croire que ses fonction-
naires les plus intelligent, les Ing6nionrs
on chef des Ponis et Chauseos, tois ancions
Elves de 1'cole Poly technique, et de 1'6-
cole des Ponts et Chaussces, 3lcvis depuis
1'FAge de vingt ans dans le respect absolu
des droils del'Etat, aient a ce point man-
qun A lours devoirs, qu'ils aient inscrit
dans ce document conli6 A leurs lumiires,
A leur patriotisme, A leur honneur, un ar-
ticle si I,,. ir.inl.., pour leourpuys ) q el-
P quo interprelation qu'on lti donune,) )pour em-
ployer vos propres expressions! Et cot ar-
tide aurait paru inoffensif pendant un quart
do siccle Pendant un quart de siscle il
aurait pass inapercu ; et ce.ne serait que
le 14 Fevrier que l'on aurait dkcouvert on


Haiti, sans 1'avis d'aucun ingenicur, que
les ing6nieurs des Ponts et Chaussies de
France avaient sacriti6 les intldrts sacr6s
confis A leur garde, et livr6 I Etat, pieds
ct poings lies, aux Compagnies A venir,
non senlement en France, mais dans la
ltpublique d'Haiti !
Mais cet article, mon cher Monsieur
Ldger, est si a' nl i--'ii\ pour l'Etat, si
ondreux, au rebours de ce que vous dites
pour los C.iii p.1gni,',qn'ellcs essayent tou-
tes ou de s'en aIlranchir dans des conven-
tions particuliiros, on d'en rcculer o lter-
ine Ic plus possible. El la raison on ,st
bien simple : L'Etat ne rach6lcra jamais
que des lignos prosproes on don't il cnice-
voit la prospiritt daus un avenir prohclain.
Et en effet pourquoi rachoter les autlres,
puisque rien no I'y oblige, et que son in-
tr(et y esl contrainr ?
Et 1lqu'offlr-t-il en rachetant ? Ie iiinoi-
mium de cc que doit rapporter la ligne,
c'est-a-dire tI montant de la garantic !'ii-
tdret.
Si, pendant lanunte du rachal, los hb.ni'-
fices de la Compagnie out Idepasse cotlu
garantie d'int6ret, cc scra le Iiontant di
ces b6ntfices, que devra 1'Elal.
Voili on gros, et on deux mots, la signi-
fication de cet article, quo los Meumbres
de la Societd u'ont pas Ions bion comprise
l'un demandant, c'est vous. si jo o mnic
trompe, cc q(u I'on entetnd par subvon-
lion; un autre cc que reoprsentnl I'annuiht,
nil troisimne n'elait pas certain d'avoircolm-
pris la pensde du concessiollnaire.
Supposez done lne C:ompagnio (qui ai '1es
20 annees d'offorls, de sacrifices, nltrevoit
dcs heures prosperes.
Ello va bien!lt dire recomipensoc de ses
Ilttes, de ses pines ; et voit de jour en
jour monster et course de ses actions. L'Etla
qui settle aussi la plus value des course,
se prIsente alors, faith valoir les drolls que
lui confire l'art. 36, et rclitle.
Qui done est frustrc de 20 ans de labour
opiniatre '? qui done cst frustr6 do toulos
les perspectives d'avenir que lui rscorvait
enfinune gestion intelligent elf prvoyanet ?
N'est-ce pas la Compagnie ? Qui vient au
contraire jouir du travail d'autri, de I'cx-
p6riencc acquiso sans peite, ct touchera
remain los gros dividends ? N'est-ce pas
I'Elat ? Et qne donnera-t-il pour cela? Une









55 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


annuity qui 6quivaudra aux b6nefices de la
derniire. ann6e, si cette ann6e a et la plus
prosper, et la plus productive. N'aurait-il
pas 616 just qu'en dclors do celte portion
congrue, qui ne represent qu.e 'ilnter't du
Capital depenseel son amortissemenl, I'Etat
parlageft avec la Compagnio, dans une me-
sure quelconque, les b6ndfices (que cello-ci
lui anrait prepards ?
Mil.s c'est l'Eulat qui a imposed l'ar. 36;
ce sont les Ing.nieurs des Ponts et Clha-
sees qui l'on .../.,':, et In Compagnie qui
le subit.
N'avais-je pas raison ld'crire plus haul,
que si javais 0i6 invite 5 vons donner des
renseigi cmenilts, on s'i y avait e n n inge-
nicur habileoi dclaihrcr les discussions do la
Socicot de Ligislalion, \ous auriez eolace
de volre rapport celte phrase si dule qui
n'y avail pas sa place.
Poisque me suis tlen ldu sur cco ,,!int,
vouelz vous avoir la palience do m'icouter
encore queliques instanls.
J'avais on 'lionneur do vous inlerroger
sur la double redaction de l'art. 4 du con-
trat el de l'arl. '34 du cashier des charges,
tons deux relalifs au point de depart dte la
concession.
Je vous avais demanded si, hlant donnees
deux interprItalionsdans un mimei contract,
Ia loi, ou la jurisprudence, on la simple
equil n'indiquait pas une milhode pour
r6sondre la lifficullt[. a Le cas est prIvu,
m'avez-vous rdpondu sans hisiler ; le con-
ccssionnaire, c'est-a- lire celui quis'engage,l
doit avoir le binegfice de I'interprltalion la
plus favorable.
Vous avpz ajoulf un argument de fait A
cot argument de droil.
Quel a dti I'ordre de la discussion ?
m'avez-vous demand. Le central a-t-il i66
vote avant Cl cahier des charges? II l'a
eld. On pourrait doncldgilimemnnl soute-
nir que le dternierexte vot6, celui du cabier
des charges, corrige et modifie l'article du
conlrat.
Volre savant confrire, M. le Dr Solon
Mlnos, fit de \olre avis au point do vue
du droit.
J'aurais (16 satisfait de constater la ma-
nifesatlion do cotte opinion dans le procis
verbal do la reunion. Le proces-verbal estf
muet. Le discussion n'a pas did longue ;
et la SociWld, contrairement a la loi, con-


trairement au jugement des deux plus mni-
nenls 16gisles qui assistaient i la reunion
(jo puis parlor ainsi sans froisser la suw-
ceptibilite de vos colleagues, et sans irriter
vote modestio ) a adopl6 I'interpr6tation
la moins favorable au concessionaire.
Vous avez interpreted autrement que la
Compagnie et moi 1'article relatif anx d6-
pinses de premier otablissement.
Permoltcz moi do m'otonner que dans
la discussion qui a eu lien, pas un menm-
lir' deo a Soci6ld n'ait song, pour s'dclai-
rer, a recourir aux texts. Personnel n'a
demand, ce qui Mtait eldmentaire, quelle
6tait la pensde du Corps L6gislatif, el si
elle s'6tait manifestle ('une flaon quelcon-
que. N'6dail-co pas par 1a qiu'il lallail conm-
mencer, puisqu'il s'agissail d'interpriter ?
Et n'enseigne-t-on pas A l'Ecole que pour
comprendre et htarduire les intentions d'au-
trni, il faut rechercler comment elles so
sent developpecs en son esprit, et quelles
sont les raisons qui en out amene l'ex-
pression a une former ou A une autrec. Ce
travail (ine j'a.rais facility it la Socitd,
ayant en mains tin dossier complete. vous
aurait d6montr& que l'article on question
a 6t, inodifie, non pas an course de la dis-
cussion, el par surprise a la Chambre des
Plepresenlanls, mais surla proposition ldu
Comild des Travanx publics, qui a ecrit on
toutes lettres, le mot que l'on a vainemicnt
chorclh do k ClilIfro forfaitaire.
Lisez en enlier cetli parlie du rapport,
ct vous verrez que l'annuitl primitive 6tait
de frcs : 1M.000 ( 6 ,/o d'int.riot 2 o/, d'a-
morlissement surun chiffre tde frcs 50.000)
J'ai demand, et le Conmiit a recommand6
i la Chambre de porter i 7 o/o I'inlt6rl et
l'amorliss'emenl, ct it 175.000. frcs, le chi'-
fre for/fiilaire. L'annuild dlitl alors de frcs.
122.250. lMais j'accordais I 1'Elat une pnrt
dans les bdhnfices I raliser; et oI Comilt
a estim6 que la difference ininime te 250
frcs par Kilomitre serait largemrnt conm-
pens6e par la participation que l C(on-
cossionnaire accord A l'Etat dans les bW-
n6fices.
La Chanmbre a done vot6 en connais-
rance de cause, sur Lu rappo'r imprimnd
et dlistribui, et oiI les mols a CGliiffre for-
faitaire de '175.000 frcs : O soul c erins en
routes lettres.









REVUE DE LA SOCITE DE LEGISLAITON


Oserai-je enfin vous 4crire ce qu'il y a
de plus grave en lout ceci ?
Pourq.ioi pas, puisque vous Mtes hoinme
d'honneur.
Le voici ?
La reunion de la Soci 6td laquelle je
'ais allusion, a eu lieu, si j'en crois la Re-
rue, le jeudi '14 F6vrier. Oi le mcrcrerdi,
13 Fivrier au martin, Me Maximilion Lafo-
rest m'a d6clard que la reunion s'dtait
tenuela veille, mardi 19 Fivrier, que son
rapport y avail eld approuv, dans loute
sa teneur, et qu'll ne resthit plus qu'unne
formialite iremplir, la rIdacli in d'nne lei-
Ire d'cnvoi au Secrdtatre d'Etal. Et pour
que je pusse retourner K content t satis-
fait ) chez inoi, il me donna lecture (1e
son rapport, adopt la rcille par hl SocidtO
Ce rapport contenait sur le I"n point un
paragraplie rlatif aux 175.090 frcs qui no
ligure pas dcans e1 rapport iinprin-1 dans
le num6ro du 2 Mars de la Reuve de la So-
ci0d .. Ce strait done nuo omission de
I'imprimour! Mris colmnient expliquer cello
reunion du 1 a linnuloe, sans quo mention
en soil faite au pro-os-vcrbal ? JI vous
serais Irs- reconnailssanl. mOin cler Mon-
sieulr L, 'geI, si vois vouliz In'eciaiirr' siiir
cotderi er poinJ..l o .Ic troi v0, allssi grave,
el alw:s! liigne d'allenlion iue Ions los
auntres.
,o Ile resu1ne :
I' Sur lo premier point: du(ri de la
COlncession, le soul (qui r[il do I:I c'nimpi,-
ltnc e do la Socidlte d' [egislati pn, puis-
lI'i! y av'ail nii point do droitl a clucider,
je vois av'ec regret que la Sociese a void
conlrairentent a la lei,
2u Sur Ic prix de revient kilom6trique,
la Sociltd no consultant ancun document
qui puisso I'eclaircr, declare que I prix
de fir '75.000 n'st pis un prixforfaitairc,
alors quole l Comile des Travaux publics,
qui a eleven Il chillre do fics 150.000 A
175.000 a d1clari de la facon la plus lfor-
Inelle, en omployant expressionn mnmec,
(que ce prix itait un prix fo' aitaire.
3 La Societl trouve oneroux pour le
pays un article du caiiier des charges im-
pose en France par le Gonvelrnoment aux
Compag:unie~ qui le subisscnt.
Cclarlicle fail parties du caliier des char-
ges dress par les Inginieurs des Ponts et.


Chaussdes francais, of le Concessionnaire
Haitien l'a copies.
40 Vous itablissozque Ic Gotivernement
ignore l'6tendue de son donmaine .
Quand done le connaitra-t-il pour se con-
former A l'art. 9 de mon contract ?
Vous voyez que jo no suis pas d'accord
avec vous sur i'inlerpritation que vous
avez done, it la demanded du Ministre des
Travaux publics.
Vous le saviez sans doutc. Jo m'eu aftlige
ct le regrette.
Veuillcz agreer, clier Monsieur Leger,
avuc mes excuses pour vous avoirim)pose
la lecture d'un aussi long plaidoyer, I'as-
surance do lines sentiments de haute eslime.

(Sign6i') Dr NEiIoUiS AUGUSTE.


Port-au-Prince, Ic 13 Avril 18!5.

Cher Monsieur Auguste,
Ic vons accuse rIceplion do la lolre, si
plcine Id'intierl, que vous iinadressez an
ujet du rapporl) priseol6h an Ser(tlaire
(1'Elat des Travaux publlics palr la S i('l
fle L '' is!alioli, o!' relalil' a I ri'liiius poiiits
il1 voii'y conlril de Aine ins ido I'i'r. J,
l'ai coinin nilt iqi e : 1i s coAllI-gies Al j'ai
Ie regrel de vous lire qu'elle 1'a en rieli
I"",iili leurs opinions, parfai nement, ri-
sonnees, d'ailloiurs, hie ( i lln ingeiIienlr
des PonIs el Chatissees nol Il'l pas pilsonli
I la seance duii 1 Mars.
?lWis d'abord, permiltoz-imoi do ne Ipas
cherclicr t conltmiendre co qu'il I)ourrait y
avoir do blessant pour la Socihl6 dans les
rflcexions quo vous a i.'',-r's loe lit irm-
pulte a Mle Laforest. La Societe ii'a on ii
supprimer ou annuler aucun proceh.-verbal
dn '12 mars; et cela, pour la neilleiur
raison du monde : ii n'y a eu absoll-
mLuin aucone reunion le 12 mars.
Aissi hion, Me Laforest a qui la Socih16
s'en est r6feree au sujet des assertions
(ql vous dites mnan es de lui, y oppose
ne dcnogatlion des plus cat6goriques. 11
n'a I)is cru devoir s'cn conlenter ; il a
fail, appel 'I un liagistral, honorable qui
avait assist a vote cl' trlicn ldu 13 iimars,
At notre collogue Edmond llbraux, et celui-









57 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ci a d6clard, on olert, complitement ine-
xact co fail, articuld par .vous, qp;e Muo
Laforest vous aurait annonce, le 13 mars,
qu'un* s6ance ayait ou lieu iI la Socidl6,
la veille, 12 mars, ot qu'on y avait adopted
puremont et simplement son rapport. Mie
Ed. lhtraux affirmed qI'il a entendu 1"
laforest, eu vous donnaut communication
de son rapporl, vous dire que la stance
aurait lieu le lendemain, 1. Nous pen-
sons done qu'il y a ou do votre part uin
maleniiendu, et rien do plus.
Au demeurant, cheir \ Auguste, -
veuillez m'excusc r de vous adressor co re-
proceo,-ce n'esLpas le soul malentendu,
don't vous ayez a mnrilor le p;rdon. 11 y
en a plusieurs autres ; :.'i, : que je les
enlumnre :
1o Vous m'aviez demand, si, etant don-
n6 les deux texts .qui fixaicnt differem-
ment lo point de depart (tl volre conces-
sion, il dtait possible do s'en tenir fi colui
du contract plutlO qu'ai celui ldu caliir des
charges. Or, vous devoz vous rappeler
que vous ne m'aviez point mis les textes
soas les yeux. J'avais repondu etj'aurais
soutenu encore qu'il no fallait consider
quoe i point de depart indiqu6 dtans le
etexte vote on second lieu.--Mais vous aviez
oublid de me fire connaitre une chose ca-
pitale: c'st que le e alida die l'art. 3
( contract ) d6cidait qu'il ne sorait pas ex-
ploit6 plus do 250 kilomi!res, c'est-h-dire
que le rIseau ne serait pas complete, lout
Ie temps qne la garantio d'intlret no tom-
berail pas i 3 12 du taux consent. LU, rd-
seau risquant ainsi de roster incomplete.
pendant nombre d'ann6os, indltiiinimnl, il
s'ensnivrait, on adoptant 1'article 31 (ca-
Iier), que l'exploitatioi pourrait s'clfec-
tuerpendant tout ce temps, ind6liniment,
sans cependant avoir un point do depart.
Ce n'etait pas possible. Aussi, n'avions-
nous pas hdsild, Mlnos et moi, a nous
rallier t l'article 3 du contract, nous sou-
vcnant, clier Me Auguste, que s'il est vrai
de dire que los texts ambigus se doivent
inlerprlter dans un sons favorable au de-
biteur, it ne faul pas oublier cependant
que l'on no doit adopter qu'une interprd-
tation susceptible do produuirc un elfet rai-
sonnable. Or, vous lees vraiment un lomline
de trop grad sens pour n1o pas reconnlailro
combieu serait strange uun exploitation,--


ne sorait-elle que de 250 kilom~lros,-qui
s'effcctuerait pendant 10, 20, 30 anndes,
et qui pourtant ne commencerait jamais.
2o malentendu. I1 cst parfaitemneli
exact qu'il exisle on France un cashier des
charges type pour la concession dcs che-
mins do fer d'intdrot local. Je f'ai sons les
yeux. Et it me semble que celui-li a 06t
injiiste envers vous, qui vous a accused
d'y avoir copi6 servilement votre article
31 rolalif au radial.
L'article ldu cashier fran'ais faith porter le
calcul de l'annuitd6 Ioyonnu sur SEPT an-
nies; vous 1e failes porter sir CINQ. Ol !
je I avoue bion volonliers, la difflreuce de
texte n'ost pas formidable. lais, chlr Mr
Augusto, vous laissez daus I'onbreo cer-
tains points essentials.
En France, la garantie d'intre6t no de-
passe pas,-que je sache-, 5o/o ot secal-
culo sur los deponses rdellement elfecluics
et sdrhieusement contolrdes. Tandis que votro
conlral vous reconnait une garantie de
7 o/o, sur uine valeur qui peat s'elover
au chiffro dnorme do 175000 francs par
kilometro, etqui, on fait,- la Compagnio
d'exploitation sera assez intelligent pour
cel;, s'dlveora toujours ai ce chif're Et
vous vous eltolinlroz qu( jo trouvo oiie-
reux et dsavanlageux pour- le Pays le
faneux article 3 !
3c malentendu. L'Elat, dites-vous
no rachitera jamais qcue des lines pros-
pires, on don't il entrovoit la prospiril6
dans un avenir prochain. )>
'ensoz-vous, cher i onsieur Augusto,
quo Ie riseau tdligraphique 6lait prospere
ou doit Ore prospere daus un avenir pro-
chain ?
4o mialentendu L'on doit recherclhr,
pour bien interpreter un toxie, quelled a
pu Oere la pensed du e1gislalour. c:'ost dl-
menltire, solon votro expression. Mlais
qu'cst-ce i dire '? Pensez-vous sincero-
mont que le rapport du Comilh des Tra-
vaux publics de la Chambre sufliso pour
dlablir que 1l chillie do 175.000 francs
est uui chiffire forflailaie i
Oubliez-vous que la Chambre n'est pas
le Corps L.'i,;l.if ? EsI-ce que le Senat,
on adoptant I'article, a du nccessairemnent
y lire Ie mot forfailtire '? Personne
n'a le droit de Jo soutenir. Et alors
mdme, on dMfinilive, que cc mot out 6tW










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
9 iy^^^^X, r y ., A, 9,, A A A/A A A A AA A A A A /A ^ A^*^:"^,.y A***.^.-.^--/ AA A^ AA A; Af A A^ A AAAAAAA


proononc dans les deux Chambres, qnu'st-
cc qui prove que la majority, votant
I'article tel que nous to voyons r6dig6, n'a
pas agi eno connaissance do cause, dans
la plcine certitude que le chiffre n'6tait
pas i forfait ? Car, vous avez beau dire,
on ne peut pas comprendre i quelles tins
l'article 7 serait entr6 dans It detail des
depenses. si le chiffre tail, francliement
forfailaire L'ingdnieur qui a i'1i-t cet
article a-t-il eu l'intenlion de d6router le
Corps L6gislalif aun oyoe d'ine r(ldaclion
artilicieuse, qui slipulAt Ie forfait, sans on
avoir l'air, pour Ic fair voter plus sere-
ment? Jo n'ose le croire. Quoiqu'il on
soil, it se serait trom,)t, et Ie simple rap-
port d'un comitl no pourrait changer It
text adopll par les deux Cliambres.
50 Malentendu -1-I'ai demanded cc que
l'arlicle 36 enlendait par subvention ? Et
vous en Otre surprise Pourlantl rien de
plus legiliine que ma demand, ainsi (que
vous l'allez voir. Vous n'tles pas sans .sa-
voir quo, dans Ie langIago e ds conrats-
(qli n'est pas tout ih fait.lo mi'me que ce-
Ini des gons du nionde, subvention ct
gura lie d'interNt sont deux choses dis-
tinetes. La garantie d'intdrot est ine sortl
de subvention, en r6alit6; et it est permis
de lui donner cc nom, quaml d'ailleurs, il
ne peat y avoir d'equivoque. lais voici le
malleur : dans votre contract, it est ques-
lion lo. d'une garantie de 7o/o, 2o. d'une
subvention it prilcver sur le produit d'une
exploitation du domain. (art. coulral.)
Eh ien, n'est-il pas important desa-
voir a quoi s'applique o minot sbuvention
de volio article 36, si c'est it la garanlie
,1'inl'6t ou an product annuel de la sub-
vention '?
II faul, vous rendre cette justice que le
mot subvention se trove dans ltc cahicr
des charges lype ) qui vous i servi de
modIle; mais les ingcniours francais, au-
leurs de cc cahior, n'avaient pas consi-
d6r6,je crois, la coexistence, dans le con-
Irat, d'une garanlie d'inldrit et d'une
subvenlion ; et ils ont pii employer ce
dernier mot sans cr6er d'6quivoque.
Est-co lout cc que j'avais I vous 6crire
au sujet de votre letir3 ? 11 me semble
n'avoir rien omis ; vous n'avez pas in-
si~l1 sur cc qui a traitan domain( art.
9, contract, ) et vous avez bienfait. Comn-


menti voulez-vous, cher Mr Auguste, que
le Gouvernement vous fixe des maintc-
nant l'6tendlue des terres qu'il aura a
vous c6der ? Vous savez bien qu'il n'y
a pas do cadastre et qu'il est impossible
d'inditqur avec quelque assurance les
domaines ruraux de I'Etal. )'ailleurs, je
n'y vois pour vous aucun inconvenient s6-
ricux. Les tcrres devant 6clre prises, do
prd6frence, lo long des voices, l'Elat vous
fera les cessions ii mnsuroe iue les tra-
vaux s'cflectueront, lacilitaut, i)ar le con-
cours m6ime e vos agents, la dtilermi-
nation des biens donianiaux.
Un dernier mot. La Soci6ti de L6gis-
lation n'est pas un corps politique, une
branch de l'Admlinistration publique. Sos
decisions ne lienl personnel. Elle accord
des consultations graenits t lolls coux
qui les Ini demandent, Gonveornenent ou
parliculicr. Elle apporto dans l'examien
des questions lqii lii sont sonmiises la
plus entire bonne foi, la plus parfaite
loyaul6, etsi, par hasard, los avis q[u'lle
done viennent froissor certain inlt-
rels, elle Ic regretlte cordialemenl, dtso-
16e de ne pouvoir consider qIu'un soul
inl6r6t, l'inlt~t do co qu'elle croit etre
la justice et la verite.
Vcuillez croire, etc.

( Sign6 ) I. N. LIKGER.


Conferences du Barreau de Port-au-Prince


Conclusions de I'Avocat chari!' du Minis-
tere Public.

Sur la comnpetence des Tribuinautr, hlieus
datns les contestations civiles centre elran-
yers.
Attendnu (q les dispositions lde(. arts. 15
16i eto17 :u1 Code Civil dttcrminent les con-
ditions ldaus lesquilles les 6tranigers eon ma-
liere civil peuvent etro jugfs par Ics tri-
bunaux haitiens ;-Qu'il resort do la com-
binaison de ces Irois articles qu'il fant en
g6ndral la presence dans l'instancc d'un










REVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISLATION


haition pour cntrainer la competence des
Tribunaux de la Rlpublique;
Attendu n6aninoins que lajurisprndence
francaise a apportW aux dispositions simi-
laires du code Napoldon des temperaments
qu'il convient d'cxaminer alin de voir s'ils
doivont Mtre adopt s par la jurisprudence
hlaiiionne;
Alleudun u'un', premiere exception est
admis aux riglejsde(.s articles prdcitts dans
le cas oui d[ux tli i ': ., so presonlant tdc-
vant les tribunaux fraucais l'un d'eux an
molis est domicili' oi France ;
Attend quo la jurisprudenO crc de dans
celte cspece paricliurioe no pout pas avoir
d'q(iivalnt en Haiti, aucune loi n'anlo:-i-
saut lI'tranger At Olredomiciliu sur lo ler-
ritoire de la R1publique ;
Attend qu'aino nulre exception existed
on favour des strangers discutant ldva'it
los Tribunaux fr;ani:ais an d rioit rdsull[ant
de la p)ropriL'1 d'immoubl sis on IFran ;
Altondu (qul coltclseoonid exception pas
plus quie la premibire no peut W0re consa-
cr.c on l laiti, l'arl. ( do ia constitution
doe la lRi"publique refusant aux ltranugrs
le droit de propridl iminmobilirce;
Attend qu'il n'y a pas plus lieu, peinsc
lo concluant, d'admettrc comnine le font
los Tribunaux francais la competence des
Tribunaux de la R6publilque entire deux
dlrangers lorsqune l'exceplion t'incompi)-
1.nce n'a pas did soulevie in limine litis
par i'6tranger dtfentducr ; que cotle .Juris-
prudence rend la 1Juslice facultative lors-
qu'il est deson essence d'itre obligatoire;
qu'elle lui retire quelqnuechose de s:t ma-
jestd en Ini faisant joner un rdle d'amia-
ble compositeur qui i'est pas dans l'esprit
de sa constitution souveraine ;
Attend qu'il tesulle de ces diffrcntes
considerations quI'en gndral les Tribunaux
1, lI;i i ne sol, pas conmptents pour juger
des contestations civiles entire strangers ;
Que, copendanl, il y a lien de consentir
une drogation A cetle rigle lorsque la
contostatlioi civil exislant re n rangers
petu avoir n centre coup sur t'ordre pn-
blic et los bones miurs ou lorsqu'olle
dcoulo de ela violation d'uane loi de police
on do sWtrelc gOnerale.--
Que c'est ainsi qut Ie o conclun:lt Cstiime
qu'une feinme drangire, dIlaisso par 1111
nmari q4i, conimo clle, s trouve sir le


territoire de la Rdpublique, pout, parde-
vant un Tribunal civil haitien, lui deman-
dor des aliments. Qu'une femme 6tran-
gore, frappde par son 6poux rangere, peut
aussi, sans prejudice do ['action repressive,
obtenir, en rdfd6r ol par demand au
principal, ledroit d'habliter provisoiremeni
d;ns nn autir lieu que celui de la resi-
dence dot son mari ;- ot Qu'enfin il eslab-
solumient incontelstable que les Tr;bunanix
l iri ii. sont comprielVns pour connailtr
entre deux ',Ii mo.w.s de I'action on donm-
mages intirits resultant d'ln Ntlil perpl-
tre sur Ie territoire de la Rldpublique.
Sur la competence entreo elrangers lpr-
ticuliirement on matiire do divorce.
Alteondu que les lois sur l'itat des per-
sonnes appartiennont au slant persolune!;
que lii soul rIgle les conditions tlans les-
quellcs Ie marriage pleut s:! dc',f;iire; quie le
staut personnel suit la person!e partout
of clle reside et (que mime A I'dtiranger
le regnicole n'a pas d'auitre lo pour rieir
son 6tal;
Atlendu l qu'il rdsulte de cc principle qui
ne pent htre contest que la rupture du
lieu conjugal entree strangers no pent dtre
prononce0 que dans les conditions Iprcvues
par letur propre legislation ; mais a'llndu
que los Tribunaux iaitiens nc sent insti-
liics qu pour applilqu(er los lois haitien-
nes; que s'il est vrai, q[ue tdns contains
cas il peut leur arriver d'examiner acces-
soirement des conditions d'dtat rsulttanl
td'uiin loi itrangetr, ils ne pouvont janais
an principal decider directcment do col
dlat ou statuer sur des questions y relati-
ves; qu'il on decoule que los Tribunanx
haitiens sont radicalement incomp6tcnts
pour connaitre du divorce e entire rangers
rmme si la loi do ces Otraugers admet
celte institution;
Atlendu q no to IC egislateur I'a bion for-
mcllnment indiqud, lorsqu'il (lit, (Art 2 21
du CodeCivil). < ( qule, divorce no ponrra
Oire poursMivi q(u'au Tribunal civil dans
le rossort diiluel les epoux out leur do-
micile; )
Que d'aillcurs on so dcOliMant d'oftice,
on pareillOes circonslances. Ie Tribunal hai-
lieui vitera u I. niI des conflits do ,lu-
ridictions susceplibles tie fire naitr des
diflicult6s internalionales;










REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION


Attendu entin que-les diff6rentes r6gles
6noncces doivent flechir dans lo cas de
trait polilique stimulant des conditions
qui ysont contraires.
Sous le li'iii-li, 1 de ces considtliations
lo concluant pense quo le conscil de 1'or-
dre doit d6clarer : 1 qu'en gdn6ral les
Tribunaux haitions sont incompteonts pour
connaitre des contestations civiles entire
,Iir.-l ,i sanlf It cas oh ces conteslations
peuvoint avoir iun contre coup sur l'ordre
public ot les bones inicurs ou lorsqu'el-
les dicoulent de la violation d'une loi do
police on de sirctc g6n6rale.
2o Qu'ils sont I. mi11 iii -; incompetents pour
i'n in ,i! dn divi force entro, ltrangers.
30o Q(e niranioins cos denx rigles pou-
vent llichir par suite dte l'existence de
Irails ps )oliliques entire la RI publique et
des puissances 6rlmangires,
LESPINASSE.


Documents

Nous avons d(ja public ici plusicurs
documents publics qui no figurent mal-
heureusementpas dansla collection des
Lois etActes de Linstant Pradines. Nous
en continuous la sdrie par les pieces sui-
vantes qui ne manquent pas d'intedrt :

LOI
Suir I'erction d'ulie Chapelle pour
recevoir les resales d'Alerandre Pelion

LE PRESIDENT D'HAirT a proposed et LA
CIAIIMBRE DES REPRESENTANTS DES COM-
MUNES, apres la premiere lecture, a de-
clard l'urgence, ct a rendu la Loi sui-
vante:
ARTICLE,- PREMIER.
II sera clev6 une Chapelle oil scront
deposis les restes d'Alexandre Pltion.
ART. 2.
Cette Chapelle sera balie sur l'empla-
cement oft naquit Ie Fondateur de la
R1publique, ct don't la propriety a clt,
pour cet objet, abandonnee, au profit
de 1'Etat, par sa famille.


ART. 3.
Tout ccqui regarded l'ktendue, la for-
me et la magnificence de cc monument,
est laisst a la haute direction du Gou-
vernement.
ARTi. 4.
La pr6sente Loi sera expedied an Sd-
nat, conforndnmet ai la Constitution.
I)onni en la Chambre des lReplrsen-
tants des Communes, au Por-au-Prince,
le 27 juin 1810, an 37; dte 1'lndtpen-
dance.
Le President de la Chamnbre,
(Signe) PIAxon1 DUPIN.
Led's Secrdeaires,
( Signed ) E. CASTAING, KENscovI fits.
Le Sntat decrite I'acceplation de la Loi suir
c'dreclion dI'lmr Chalpelle pour recevoir les res-
les d'Alexandre PLIONx ; laquelle scra, (tats
les vingt-quattr heures, expedice au Prdsi-
dent d'Haiti. pour avoir son excention suivanl
le mode elabli par la Co:islilution.
Donnd en la Maison national ; an Port-au-
Pricec, le 13 .uillet 1840, an 37' de l'Ind(c-
Le President du Sniual,
B. AIRI)OUIN.
Les S'cr;e tires,
BAZulAIS, PIl; ANDnIn'.

AU NOM DE LA RIIEPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que la Loi
ci-dessus du Corps Legislatif, soit revItue (du
sceau de la lRpublique, publide et ex6cutde.
Donnd an Palais National, du Port-au-
Prince, le 14 juillet 1840, an 37' (te I'lndd
pendance.
BOYER.
Par le Pr6sident d'Haiti :
Le Secrelaire-GCinral,
B. INGINAC.


L01
Sir" la Rdgi le 'e l'Imnpl labli sur le
le Tafia el le Rhiini par la Loi du
25 Jilillel 1841.

LE I PRESIDENT D'lIATI a propos(, el la
Cliambre des lKeprisenlanls des Comninn-
nes, apres la premiere lecture, et alpws
avoir d6clart I1'urgence, a reCndu ah Loi
suiivante ;











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ARTILCE PREMIER.
Tout Fabricant de Tafia ou do Rhumn de-
vra tenir un registre oh seront portdes les
qlantites de Sirop qu'il aura ireues dans
sa guildive, ainsi que les q(uantitos de Ta-
fia ou (de Rlim qu uil aura confectionn"es;
el dans les huit premiers jours te clhaque
mois, ii devra fire aa Conscil des Nota-
bles do sa commune la declaration, sign-eo
do lui ou de sol Agent, de la quanlil de
I)arriqucs do Tafia ou de Ilhnm qu'il aura
livries i la consonmmation dans le comraant
idu mois precedent.
ART. 1I.
Le Conseil des Notables portera, sur un
cashier a cc destine, I'extrait de cette dd-
claration, mentionnant le nom du Fabri-
cant, le lieu ou sa gildive est etablie, la
quLantite de barriques dlclaree, et la na-
lure du liquid y contenu.
Ensuile il remeltra la declaration au
Fabricant, qui, dans les luit jours suivaiils,
deva ll'iiii.r, it la caisso publique du
lieu, 10 versement des dr(ois revenant a
1'Etal, a pi p de payer une amended dou-
blo dIu montant desdits droits.
ART. 111.
Aucune barrique de Tafia ou die Rhum
no pourra ire trranslortee par le cabotage,
si l'Expdditeur ne juslicie d 'acquittement
des droits pour la tulalile des barriques i
Iransporter.
A cct ef'el, I'lFxl-iditour sera lenu de
relpri)senlr lIa Iuillanie des droils an Con-
seil des Notables, (lii, apres I'avoir enre-
gislrde dans un cabier Li cc deslinee, la
visera en y apposanl le num6ro de.l'cnre-
gistrement, et la rendra Ia 1'Expddileur.
.ART. IV.
L'Expddileurfera remise de la quittance,
ainsi visde, it 1'Agentd'administration char-
g du service du cabolage, sequel la Ir-
dera devers lui et en fera mention sur la
feuille d'exp6dilion.
ART. V.
Tous les Irois mois, les Conseils des
Notables enverroit ia la Chamlro des Comp-
les I'dtnt des declarations el des quittances
qu'ils auront enregistrces.
ART. VI.
Le Tafia et le Rhum ne pourront itre


d6bits par los Fabricants que dans dos
barriques de 60 iO16 gallons, ou dans des
demi-barriques de 30 ai 3 gallons.
ART. VIl.
Toute futaille contcnant moins de 30
gallons, paicra le mcme dioit quo la demi-
barriquc.
Toute fulaille contenant plus do 32 gal-
lons, et moins d( 60 gallons, paiera le
mnume droit que la bariique,
Toute futaille excedant 61 gallons, paie-
ra, i litre d'amende, par cliaque gallon
en sus, savoir : pour Ic Tafia, cinquanto
centimes ; et pour le Rhum, uno gourde.
Awr. VIII.
Le Secretaire d'Etal fora les lKeglements
necessaires ipour I'executien de la prdsente
Loi.
ART. IX.
La plrsento Loi sera expedite an Senal,
conforiminenl I la Constitution.
Donni en la Chambre des Repreisentanls
des Communes, an Port-au-Prince, cl 2
Aofit 18-l, an 380 die 'Independa nce.
Le President de la Chalubre,
PHA.NOn DUPIN.
Les Secrdlaires,
L. de G. LATORTUE, .. I\IBERT.
Le S6nal dccrete l'acceptation de la Loi sur
la Regic de 1'hinplt ctabli sur le Tafia et le
Rhum par la Loi (du 25 Juillet 1841; laquellc
sera, dans les vingt-quatre hcures, expedite
au President d'Haili, pour avoir son exdcu-
tion, suivant le mode elabli par la Constitu-
tion.
I)onne en la Maison national, au Port-au-
Prince, le 5 Aoiit 1841, an 38 de l'Indepen-
dance.
Le lPrdsident dit Senal.
P1. AIRDOUIN.
Les Secrdlaires,
MICIIEL, J. CIIARDAVOINE,
AU NOM DE LA RIfPUBLIQUE.
Le President d'llaiti ordonne que la Loi ci-
dessus (d Corps L6,gislatif soit rev6tue du
sceau de la ll6publique, public et exccutCe
I)onne an Palais national id Port-au-Prince,
le 6 Aofit 1841, an 38 de l'Inddpendance.
iO0YEli,
Par le IPrsident :
Le Secr"ldire-Gndrail,
B. INGINAC.









REVUE DE LA SOCITft DE LEGISLATION 62
*Ms

Le billet de Banque en or americain.


Le d6partement des finances s'ex-
prime ainsi dans l'Expos6 de la situa-
tion de 1895, page 24:
r Suivant une proposition pr6sentee
& au Gouvernement (par la Banque )
, d'emetttre des billets en or americain,
r le pret statutaire serait porter a 600.000
< dollars. Maisjusqu'ici aucune entente
t n'a pu avoir lieu de ce chef. Ce pret
Sn a done pas d(epasse le chitfre-de
< 300.000 piastres fix6 dans le contract
( de la Banque. )
En vertu des articles 17 et 18 du di-
cret du 15 Septembre 1880, le prCt sta-
tutaire porte un intrikt de 6 o/, l'an, et
une commission de banque de 1/2 o/o
tous les quatre mois, soit au total 71/2 /o
l'an. C'est pour emprunter dans de
telles conditions une nouvelle some de
300.000 dollars, remboursable a volon-
td, que le gouvernement accorderait a
la Banque le privilege e l'r6mission des
billets en or amiricain.
Mais le gouvernement ct la Banque,
s'ils ont suppute tous les advantages qu'ils
peuvent tirer financi6remnent de l'dmis-
sion d'un tel billet de banquet, se sont-
ils donned la peine de consider le
r6le commercial qu'il jouera dans la
circulation monetaire ? Nous pensions
qu'il faut envisagerla question au double
point de vue financier et commercial
pour mesurer toute la portLe de la pro-
position de la Banque. Cir, si le bil-
let ne peut jouer aucun rdle conmmer-
cial important et utile, son role finan-
cier ne sera que perturbateur et d6sas-
treux, devant consister h fournir au
(oouvernement d'alord l'avance statu-
aire e :;;ii.0iii dollars, ensuite d'autres
advances extra-statutaires au tauxde 1 1/2
pour O/o par mois on 18 o/o l'an. Or, le
role commercial du billet de banquet
pent etre deduit de la pratique de la
Banque depuis son installation, le I 1
Octobre 1881.
Reproduisons ici quelques articles du
Decret du 15 Seplembre 1880, consti-
tutifde 1 a Ba nque:
(

( sif d'6mettre des billets au porter,
< remboursables en especes a prCsenta-
( tion. Ce remboursement ne pourra
* tre demand qu'a l'6tablissement du
< Port-au-Prince ou de ses succursales h
o Haiti, s'il en est cr66. Ces billets,
t considIrds come monnaie, auront
( course 6lgal dans toute l'dtenduc de la
< Rdpublique, et seront requs dans
( toutes les caisses publiques.
Arr. 11. Le montant des billets en
t circulation ne pourra, en aucun cas,
( exceder le triple de l'encaisse mntal-
lique.
, Ces billets pourront ire 6miis en
c< coupures de 10 gourdes, 20 gourdes,
100 gourdes et 200 gourdes.
a Toute latitude, d'aillcurs, est laiss-e
. la Banque pour fixer la qua(lild de
SchacunC de ces coupures.
Awlr. 1. En delhors du service tde
la Tresorerie don't il va dtre parid, la
a Banq(ue pourra faire toutes les opcra-
< sion, de dep6ts, de prels e d'e;,-
couples, et routes les opralionis de
( l)anque en g6ndral.
Malgre ces articles, la Banque n'es-
compte pas de paper de commerce,
elle n'a pas un portefeuille (de v\.IliiCrs
coninierciales don't ses billets en circu-
lation soient la representation. Aussi
peut-on dire qu'elle n'exerce Ips sa
faculty d'dmission. Sil'on constate Ious
ses hilans mensuels, du ler O(cl bei'
1881 jusqu'au 30 Septembre 1887, on y
consulate qu'aprl s 18 mois d'exi:s la Banque s'itai fail si pIe conutiire
au commerce que la plus forte circu-
lation de ses billets s'est dleve~ par
mois a 91.985 gourdes, de Mars Aonit
1883; qu'elle est ensuite descc'.:lue i
78.785 gourdes de Septenmbre I18SSi
Avril 1884.; a 14.285 gourdes de '-1ai
18841 Octobre 1885; enlin i 1125
gourdes en Aotti 1886.
On objectcra peut-6tre que la man-
vaise monnaie chasse la bonne, ct que
c'cst le papier-monnaic, 6mis par l'Etat
I partir de F6vrier 1884, qui a empe-
ch6 l'emission du billet de banquet;
cctte objection ne serait pas fondee. Le
papier-monnaic n'aurait pu agir qu't
partir de son mission en 1884, et en-








63 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
v,.v ~ ~ I~j y--.^-y-.y 'yyy yl.y',.^;,y Ul ^ .'yy^:s:yf'>.^y' ^^^J;;<-~ ,i^^^~w /;';/-^/^^^y.'^'^is


core come. cause concomitante et
tout-u-fait secondaire; mais la cause
efficient de la non circulation du bil-
let de banquet, c'est que la Banque
n'escompte pas de paper de commerce
et que le billet de banquet n'inspire pas
encore confiance. Ce billet ne circle
pas non plus come warrant mdtal-
lique, c'est-A-dire come la repr6sen-
tation d'une valeur en monnaic me-
tallique on en lingot d(posce dans les
caveaux de la banquet ; meme cc mo-
deste r61e, il ne lejoue pas encore.
La Banque, ne faisant presque rien
en-dehors de son service de tresorerie
et de ses lucratives operations finan-
cieres avec le gouvernement ou pour
le compete du Gouvernement, n'avait
l'occasion d'offrir son billet de banque
convertible en esp)ces sonnantes
qu'aux servileurs et aux fournisseurs
de l'Etat, tous gens plulto occupis it
acheter qu'a vendre a credit. Ce billet,
quand il sortait des guichets de la Ban-
que, y 6tait rapport du( jour au len-
demain pour 6tre convert en espices
sonnantes. II n'en cfit pas 6tcd ainsi, si
la Banque avail su se creer une clien-
tele de vrais gens d'affaires. Ceux-ci
auraicnt present a l'escompte du pa-
pier escomptable c'est-i-dire des lettres
de change et des billets a ordre resul-
tant d'une opPration commercial ef-
fectu6c, et ils auraient recu en retour
d'un paper escomplable des billets de
banquet qui auraicnt penerhe dtans la
circulation avec d'autant plus de facility
que les sonscripteurs et les endosseurs
du paper escompte auraient eu de
bonnes raisons pour s'cn servir, pou-
vant les employer i se libirer envers
la Banque, le jour de l'McI6ance de
leurs lettres de change ou de leurs bil-
lets L ordre. Dans ce cas, les billets de
banque auraient Wtd adoss6s ii un
portefeuille de bones valeurs commer-
ciales a court echeance, a 90 jours de
vue tout au plus, et la Banque, ayant
1'usage gratuit de loute la monnaie
mllallique que ces billets auraient 6co-
nomisee, aurait faith jouir le public d'une
parties de cette gratuit& en abaissant le
taux de l'escompte.
On est loin d'un tel r6sultat; il est


mnme permits dedire qu'on a un resul-
tat tout oppose. Le taux de l'int6rit, fix6
A 6 pour o/o l'an pour le pret stalu-
taire est au minimum de 18 / Fan pour
tout pr6t extra-statutaire. Et le porte-
feuille de la Banque, vide de valeurs
commercials, n'est garni que de valeurs
d'Etat h longue 6chdance ou ia chance
inddterminde. Elles se sont leaves, en
Oclobre 1882,jusqu'a 1.069.456 gourdes ;
elles out oscill ensuite assez longlemps
enlre 6 et 800.000 gourdes et ne sont ja-
mais descendues au-dcssous de 500.000
gourdes; clles sont portees, dansla situa-
tion de la Banque au 28 F6vrier 1895,
a 1.410.309.06 gourdes, decomposes
come suit:
Avance statulaire-300.000 ; Delte 1,e
Avril 1894, 740.843.37; pour divers em-
prunts 378.465.19. (voir le journal
official du 22 Juin 1895.) (1)
Ainsi done la faculty d'dmeltre des
billets de banque, payables a vue et au
porter en especes metalliques de notre
sysltme monetaire, ne suflit pas celle
seule pour constiluer un portefeuille
de valeurs commercials ni une cir-
culation de monnaie fiduciaire ados-
see a ce portefeuille. A forliori, il en
sera de mime de la faculty d'imettre
des billets payables en or amiricain.
Le changement de systeme monetaire
ne modifiera pas les causes qui empe-
chent l'escompte du paper de com-
merce et la constitution d'un crdIit
commercial par la banque. Ayons la
franchise de le dire. La principal cause
est la concurrence que le gouvernement
lui-meme faith au commerce dans le
march des capitaux. La Banque, Otroite-
ment unie aux Syndicats financiers,
trouve dans le Gouvernement un client
toujours besoigneux, toujours avide
d'emprunter, et a des taux l'intdret
ruineux et inabordables pour le com-
merce regulier et honnkte. Les affaires

/1/ Ces pages Rtaient ddjA ecrites quand la
Banque a public 4 sa situation au 31 Mars
1895 ) dans le Journal official du 24 Juillet.
La dette du Gouvernement d'Haiti y 6tait de
1.374.722.39 gourdes, decomposdes come
suit: Avance statutaire : 300.000. Dette ler
Avril 1894: 751.274.52- pour livers em-
prunts : 323,547.87.









REVUE DE LA SOCIETIE DE LEGISLATION
C L *'i:^# i#/.''^^^ -'^AJ^*# l Z I #Z^I '"A' '#A^


qu'elle fait de ce chef, combines avec
son service de trdsorerie, suffisent a son
activity et h sa legitime ambition de
distribuer de gros dividends a ses ac-
lionnaires.
Le billet en or amdricain, ddpourvu
do tout role commercial, rdduit au r6le
financier qui est bien sa vocation, n'ap-
parait plus que come un moyen
commode et peu cofteux pour la Ban-
que de satisfaire pleinement aux de-
mandes inccssantes d'argent du Gou-
vernement en battant monnaie d'or
americain avec quelquesranmes dc paper.
La consequence en sera que les em-
prunts, qui ne se redptcnt deja que
trop, prendront une activity plus grande
encore, et que la dette publique, dedja si
lourde et si 6crasante, deviendra sur
les dpaules du people hailien un far-
deau qu'il ne pourra plus porter.
Le billet en or anmricain, consid6rm
come monnaic, sera rcCu en paimennt
des droits d'exportation dejia pavables
en or amdricain, ct le Gouvernement
qui le recevra tout d'abord dans la
negociation de ses cmprunts s'en ser-
vira pour solder les dettes de plus en
plus considdrables qu'il contract en
or americain. II est aussi probable que
le billet aura course 16gal dans tous les
paiements i faire en or amdricain. Tel
est le champ d'exploitation qui sera
ouvert a sa circulation. Pourra-t-il
s'y introduire et surtout s'v main-
tenir avantageusement? L'6chec du bil-
let de banquet payable en gourdes mld-
talliques nationals nous portrait a
en douter; mais supposons que la
Banque et le Gouvernement reussissent
i jeter dans la circulation mon6taire
un nombre assez considerable de ces
billets; ils y joueront un rdle perturba-
tour, come ils ne r6pondront pas a
des besoins monetaires nouveaux et qu'il
auront uine tendance a d6passer les
besoins monetaires speciaux auxquels
satisfait l'or amrricain.
L'article 11 du ddcret du 15 Septcm-
bre 1880 permet A la Banque d'6mettre
en billets le triple de son encaisse md-
tallique. Qu'on ne s'imagine pas que
le lgislateur ait formula li une loi
economique qui rdgissej souveraine-


ment la circulation du billet de ban-
que. Cette prescription est une rigle
qui n'est ni applique ni applicable a
toutes les banques et a tous les pays.
Le rapport de l'encaissc min6tallique
l'minission est determine par les habi-
tudes banquieres d'une population, par
la confiance qu'inspire le hillet de ban-
que et par la nature des operations qui
ont donn6 lieu h son emission et cons-
titud un portefeuille bon ou mauvais,
commercial ou non commercial.
A quelque point de vue qu'on so
place, le billet en or amnricain ne sc
recommande pas dans les conditions
prdsentes de notre situation mon6taire,
de nos finances, et de nos rapports
avec la banque.
.A. THOBY.

(PiTces quii ne se trouvent pas dans la col-
lection des Lois le Actes de Lutstant Pradi'es.l

DOCUMENTS

PROCLAMAT I ON
Pour la con location des Aiss IIembhiei
Commnunales
J.EAN-'IERRE BOYEIi,
President d'Haili.

Citovens Electcurs,
C'est pour la sixibnm fois ([ite vouis clc.s
appclcs par la Constitution ai clirc l"s 1incu-
bros de la Chanmbre des Itopr6scnlants des
Communes. Je no vous retriacidii )a;s vos
devoirs, vous les conumissez. Votri exl)d-
rience vous prlmuniiia contre l'ospril di'ii-
Iriguo et do coterie; et l'amour dlu biein
public vous porter Ai no donner vos sul-
ifages (lu'a dcs citoyens vertucux, et qui
saCchent qu le premier titre dt I,dgisla-
tour A la conliance de ses coitoyons est lI
d6voue]nclt la l Patric. Jo fais des vcuux
pour Iquela proctiaine Lgislaturo necompte
lqu des 1)dputis aniim6es du d6sii do con-
courir, dats los voices constitutionnelles,
a tout cc qui pent prIomouvoir l'am6liora-
tion de notre Ldgislatioi, la prosp6rit6 de
la Republique et le bien-Ofre de la Nation.








65 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
*r/. A, ^^/ I,.y> ,f^^ .^ vw.' f/. d"^//w : 'ff ~ )' ^ '. f ', 7 'V '# .V


Eu vertu de l'ariicle 61 de la Consti-
lution, les Asscmblehs conmnunales sc rni, -
niront du WI1 an 10 Fi'vrier prochain, pour
nommer, chacune, le toinmbre de dputis
prescrit par 1'article 50.
Les 1)6puts clus se rendront on celle
Capi;ai, pour s'asscnmblr le lcer avril,ldalns
oI local qui leo r esl deslinli.
Palais national du Port-an-Prince, le 5
.an vier 1842, an 39i do I'l di'pndancc.
li)YIR

Port-au-Prince, 24 Mai 1842, an 39 '
Le' SecrItaire (I'Elat pr oisoiir, (aui
Ad(niillistraceurs des finances (des rron-
(diissemeni ls (de la Republi(qc.
l1n daesr sullal.lue j'avaii en vue d'ob])e-
nir, ciloyens Adminiihlrai'urs, on vodus
adressan'iil a circilaire dut 2 levrier der-
nier, sous le No 3, Si llail suIloil i e ile
procurer des dolnnies ccll;ailes sur la 111o-
ralih' ainsi que sinr l'aplilude ol. le zi',l de
ceux (qui compioseni le personnel dtes dil-
frelleo' admin islralions die la t lhpubliqune.
C'esl, l point sur letnuel le bien du tcir-
vice cxigc (le 'on appor'ie uno allenlion
sr;'i!:: ie el ceo Inoinetli, parlticuli oreinenl,
oi la slricle economic quo l'[al est(. con-
Iraint A ilelltr danls ses dip('eoises, es., nll
noIuveau mltif pour lOe(uel ceonx qui aideunl
a la march des allaires puilliqncus dtlivenl
iredlu l)ler d'el'ors dans I'a'coi )plissemOI nl
deleurs levoirs. C'est p)oiur alleindre, au-
laii;l [ie possible, co but (qu je jo vius re-
conlll;ande de vous i(Sitiiii a; conolllllissairl'
dn gouveriemeiint p le tribunal do volr
ressorl., ai trIrsorier particilier, au direc-
toiur de la douane ainsi ui'au direcleiur
dtl conseit d(es notables de vuI'r ville,
pour appeler pris de vous coux dcs emn-
phloyis do 1'ordrc adiininishalif donl la
conduile ordinaire vous parailt riprt'litoln-
aille, ctl inlimeriner de s'acquilter cornve-
nableoiment do lers obligations. Si colle
rprimanude no produitli aulln effe[ slrlCes
omployes qni l'auraicnt m6rit6e, el s'il y
on a qui se livren halbihualleimenit a la (d6-
ba'che, vous [les autoris6s A suspended
ceux-IA de leurs functions. Dans co eas
vousm'adressercz, concurreimmnl avecles
fonclionnaires pri'd'siginis, un rapport on le
motif de la supension sera consign(m, et me


proposerez, doconcerl, dos citoyens probes et
et capable pour occuper la place de ceux
ar, ii.iD 1. Celte measure de s6vWritW, et de
justice ii mlme temps, ne pourra pas
ianqiiuer do produire des effeis don't Ie
service public se ressenlira d'une nmaniiire
avantageuse pour la ltche A remiplir par
cliacun. Joe vos ireconllinande done d
vois hien pite itrer de touted l'ulilite (ui
en pourra r1suller, et d'y lonir strictt'-
ment la nain dans l'i ntret do toules lIs
al'rties du service confines votrcdireciion
el A volre surveillance.
,0e vols sale avoc consideration,
I iaI


EGA,1 TIi-. FilA 1 LON,


iEPUBLIQUE ID'HAITI.

LOI

Sur 'les Successions V(acadls.
LE PERISIENT I'.HAITI A PROPOSE- E
LA CHAMBRE DES REPlRISENTA NOT'S DES
COMMUiNES, apres les trois lectures
constilulionnelles, a renduN la loi sui-
vante :
ARTICLE PIEMiIEI.
II y aura, dans chaquc coinmune de
la Rcpublique, un curateur aux suc-
cessions vacantes, lequel sera specia-
lemennt charge de rechercher les suc-
cessions 6chues i la vacancy dans 6-l-
tendue de la commune de sa residence;
de laire ia 1'gard de ccs successions,
tous les acles conservatoires ; de pro-
eCder a la vente du mobilicr en de-
pendant ; enlin de suivre, sur les lieux
m6mes, le recouvrement de routes
sommes, lovers, fermages et autres re-
devances qtui seront dues aux autres
successions : e tout dans les forms
6lablies en la presented Loi.
Art. 2. Dans les chefs-lieux des ar-
rondissement financiers, les Curateurs
conserveront le titre de Curateurs par-
ticuliers ; et dans la capital, celui de
Curateur principal.
Outre les fonctions assign6es aux
autres curateurs, les curateurs parti-
culiers en ont qui leursont propres.


L u E i TI-';n









REVUE DE LA SOCIITE DE LIGISLAITON 6
***oHi~uilWU~lvA*W*7WrWf/fW^V/YlMW//MfwWW^/^wy ^^


Le curateur principal a toutes les
obligations des curateurs particuliers
ct quelques autres encore qui lui sont
personnelles.
Art. 3. Aussit6t qu'un curateur aura
connaissance d'une succession dchue
I la vacance dans la commune oil il
reside, ii requerra lejuge de paix de se
transporter sur les lieux, et de dres-
ser en sa presence, inventaire dcsbiens
Lilres et papers en ddpendant.
Si l'inventaire ne peut Oire com-
mence immnd(ialement, le juge de paix
apposera los scclds sur les effels mo-
bilieis de la succession.
Art. 4. Le curateur ct le juge de paix
choisiront un ou deux experts pour
estiner ehaque mobilier, au fur et a
nesure qu'il sera inventoried.
Art. 5. Toute personnel qui decou-
vrira une succession vacant, dcvra en
faire la declaration au juge de paix qui
lui en ddli vrera certificate, et sera tenu
d'en iustruire le curaleur.
Le ddclarant pourra, s'il le desire,
Oire present i l'inventaire.
Art. (. It sera alloud an d6clarant
une prime do cinq pour cent sur le
montant du numdraire trouve lors de
l'inventaire, ainsi que sur la valeur
du mobilier et dCe immneubles de la
succession; le tout, ainsi qu'il sera rd-
gld aux articles 8 et 16 ci-apres.
La mdme prime de cinq pour cent sera
accord sur la valeur de tout objet mo-
bilier ou de lout immeuble, i celui qui
aura denonce6'existence de la manidre
ci-dessus dtablic ct qui en aura faith
connaitre le lieu de ddpAt et dela situa-
tion.
Dans l'un come dans l'autre cas,
si la ddcouverle est due i .un curateur
autre que celui qui est charged de la
succession, ce curateur aura droit aux
primes ci-dessus dnonedes.
Dans le cas oil la d6couverte aurait
did faite par le curateur charge de la
succession, il recevra une prime de
dix pour cent sur la valeur de tous
les immeubles en faisant partlic et si-
tuis dans la commune de la residence,
outre l'6molument qui lui est attri-
bu6 par l'article 8 ci-apris sur les
biens mcubles de la dite succession.


SArt. 7. Huit jours apre la confection
de l'invcntaire, le curateur requerra
le juge de paix de proceder, en sa prd-
sence, a la vente du mobilier, sur
criee publique, april s publication
au son du tambour ou d'une clochette.
La mise a prix de chaque objet ne
pourra dtre au dessous de l'estimation
porlee en l'inventaire.
Art. 8. Sur le numdraire trouvi' d(ans
la succession et sur le produit de la
vente du mobilier en dipelndant, le
curateur acquittera d'abord les frais
de cells, s'il v en a eu, ceux d'in-
ventaire ct de vente, ensuiteles primes
qui seraien! dues enverlu de l'article 6.
Aprds le pavement de ces crdances,
il retiendra, pour ses dmoluments, dix
lpoMr cent sur le surplus de fonds don't
il aura pris charge pour complex de la
succession, et versera le rest, atu plus
tard, dans huil jours apres la venle du
1mobilier, mnoveinnant quittance ;, dans
la caisse publique du lieu.
11 rcmettra dans le meme ddlai, a
I'Administrateur on Prdposd d'admi-
nistration, quilui lu endoinnera dtcharge,
l'expddition de I'inventaire, celle idu
proces-verbal de vente ainsi quie tous
les litres de proprield relatifs aux im-
meaubles de la succession et ports dans
l'invenlaire.
EnLin il adressera aa cu.aleur un
double des sus-dites quittance et rd-
charge, apres l'avoir certified v6rital)l
el l'avair fait viser par I'agent admni-
nistratif.
Art. 9. Cotte premiere liquidation
effectuce, le curateur invitera sans dd-
lai, par un avis public, les ddbileurs
de la succession A verser, entire ses
mains, dans le ddlai d'un mois an plus
tard, le montant de ce qu'il doivent, 5
peins d'y etre constraints par voice de
saisie et mrme par corps.
Art. 10. Dans les huit jours qui
suivent l'expiration du (dlai fix' en
1'article precedent, le curateur devra
rendre complex a l'agentiaildministralif du
lieu de sa residence, de tous les re-
couvrement par lui fails, e versera dans
la caisse publiqude e 'endroit les som-
mes en provenant, apr6s deduction du
pr6levcment de dix pour cent pour ses








67 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
,/:*mllY^^w.^i^

emoluments ;et tousles mois, ilroglera
de la m&me maniere pour les renlrees
qu'il aura effecludes, en justifiant A
1'agent administratif des diligences par
lui faites relativement aux creances non
encore recouvrees.
Art. 11. A chaque versement, le cu-
ratcur en retirera quittance don't il
adressera un double au curateur prin-
cipal, dans la forme prescrite en l'ar-
ticle 8.
Art. 12. Si, parmi les dettes actives de
la succession don't le paiement n'aura
pas etd optie dans le ddlaifix6 par l'art.
9, il s'en trouve qui, en raison de leur
nature, ou de leur quality, ou mime
du domicile des d6biteurs, ne sont pas
de la comp6lence du tribunal de paix
de la commune oil reside le curateur,
celui-ci en expddiera les titres au cura-
teur particulier du ressor[, et en reti-
rera dicharge, dout il enverra un dou-
ble au curateur principal dans la
forme prescrite en I'article 8.
Art. 13. Le curateur particulier pour-
suivra le recouvrement de cells de ces
creances qui seront de la competence
soil du tribunal de paix, soit du tribunal
civil de sa residence; et il enverra aux
curateurs de son resort, les titres de
celles don't la connaissance appartien-
dra aux tribunaux de paix de leurs re-
sidences respeclives.
Si, parmi les litres de creances qui
lui out did adressds, il s'en trouve
don't le recouvrement doive 6tre pour-
suivi devant les tribunaux situes dans
I'etendue d'un autre arrondissement
financier, ce curateur les fera parvenir
au curateur particulier du (lit arrondis-
semen financier, lequel procidera com-
mc il est dit ci-dessus.
Au surplus, toutes les dispositions
des articles 9, 10 et 11, seront appli-
cables aux curateurs particuliers.
Art. 14. Toutes les fois qu'il s'agira
de porter une demand au tribunal ci-
vil, on d'y d6fendre, le curateur par-
liculier pourra occuper pour la suc-
cession vacant, ou charger de I'affaire
le Ministere public pros ledit tribunal.
Art. 15. D)s que le curateur princi-
pal aura recu avis qu'une succession


est 6chu a la vacance, il invitera par
un avis public, tous les crdanciers de
cette succession ailui representer, dans
le ddlai de six mois au plus tard, leurs
titres de crdances centre ladite succes-
sion; il prendra note de ces titres, au
fur ct a measure de leur presentation,
et les rendra revitus de son visa.
Naanmoins, tout creancier aura la
faculty de remettre, s'il le prefcre, ses
titres de creances au curateur du lieu
de I'ouverture de la succession, ou a
tout autre curateur; et dans ce cas, le
curateur A qui il en aura faitla remise,
sera tenu de lui en donner recipisse,
et d'en fire l'envoi au curateur prin-
cipal qui, apres en avoir pris note et les
avoir vises, les fera remettre a la com-
mission don't il va Oere ci-apris parle.
Art. 16, Le ddlai de six mois Mtant
expire, tous les tires vis6s du curateur
principal sei'ont soumis a 1'examen
d'une commission compose du Direc-
teur du conseil des notables, du Direc-
teur de la chambre des complcs, et du
Commissaire du Gouvernement presle
tribunal civil de la capital.
Cette commission apposlillera ceux
de ces titres don't la validilt sera re-
connue, et les adressera au Secr6taire
d'Etat, qui les fera ordonnancer eu
pavement sur une caisse publique au
choix de chaque creancier.
Art. 17. Si le chiffre des creances
reconnues excide le montant net du
numdraire trouv6 dans la succession et
de la vente du mobilier en dependant,
le curateur principal en avisera le Se-
cretaire.d'Etal, quifera mettreenvente,
selon qu'il sera ndcessaire, tout ou par-
tie des immcublles de cette succession.
Art. 18. II sera toujours loisible au
Gouvernement de rdserver pour 1'Etat
tout ou parties des immeubles mis en
vente en faisant porter au credit de la
succession une some gale au mon-
tant de l'ench-re la plus clevie qui au-
ra tdi mise sur lesdits biens.
Art. 19. Si lactif de la succession
se trouve insuffisant pour satisfaire au
pavement integral de touts les cre-
ances reconnues valables, le curateur
principal ouvrira un proc6s-verbal
d'ordre et dresser un etat de distribu-









REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION 6
AA/^/^^ A AAAA'AAA/A'Ak A.'iAA'A/A'i' A^^. A AAl.,A AAAA J'/ AA A -^.IW ,


tion par contribution entire les cran-
ciers ; le tout amiablemeent.
Mais s'il s'eldve, a cct 6gard, des
contestations entire les creanciers, ceux-
ci les front regler par les voices judi-
ciaires.
Art. 20. Tout cr6ancier qui ne pro-
duira ses tires qu'apris I'expiration
du ddlai de six mois fix6 par l'article
15, on qui, dans le mois qui suivra,
ne les aura pas pr6sentes a la commis-
sion d'examen, nesera payd, quelque soit
le privilege attache sa creance, que
sur les fonds restants, s'il y en a eu,
apres l'acquittement des creances prd-
sentles en temps utile.
Art. 21 Lorsqu'il s'agira de porter
ou de repousser un recours en cassa-
tion, le curateur principal occupera
pour la succession vacant, on char-
gera de 1'afaire Ie Mlinistire public
prI le dit tribunal.
Art. 22. Si, avant que la prescription
ne soit acquise IT'Etat, il se pr6sentait
des hbritiers rdclamant une succession
jusque li r6putec vacant, le Secr6taire
d'Etat, apris qu'ils auront justified de
leurs droits, leur [era fair la remise
de la succession dans 1'etat oft elle se
trouvera alors, sans qu'ils puissent
pretendre h aucune indemnitW ni a au-
cune rdpetition d'int6rits centre l'6tat,
Art. 23. A la promulgation de la
pr6sente loi, les anciens regissenrs et
curateurs devront apurer,dans lesformes
ci-dessus 6tablics, les comptes de ges-
tion des successions vacantes qu'ils
n'auraicnt pas encore liquiddes.
Art. 24. La pr6sente loi abroge toutes
lois et dispositions de lois qui lui sont
contraires et notamment la loi du 29
Mai 1 832.
Donna en la Chambre des Reprd-
senlants des. Communes, an Port-au-
Prince, Ie 24 Mai 1841, an 38e de
I'Ind6pendance.
Le President de la Chambre,

PHANOR DUPIN.

Les Secretaires,

E. CASTING, KENSCOFF Firs.


Le S6nat decrete l'acceptation de la Loi
SUR LES SUCCESSIONS VACANTES, laquelle sera
dans les vingt-quatre heures, expC(dice au
President d'Haiti, pour avoir son execution,
suivant le mode etabli par la Constitution.
Donned en la Maison Nationalc, au Port-au-
Prince, le 14 Juin 1841, an 38e. dte lIndd-
pendance.
Le President (du Snutl,
B. ARDOUIN.
Les Secrdtaires.

G. CHARDAVOINES, MICHEL.

AU NOM DE LA IEPUBLIQUE.

Le President d'IHanti ordonne quc la loi
ci-dessus du corps Li1gislatit soil reiTlue dIt
sceat de la Republique, public ct executec.
Donne an Palais National du Port-au-Prince,
le 15 Juin 1811, an 3Se. de I'Indlpendance.

BOYEIR.
Par le Pr6sident d'HatLi :
Le Secr'daire-Genrral,
B. INGINAC.



Des droils politiques


(ExTRAIT DU Manauiel d'l[(striclion civique )
31. La Constitution n'accordie I'llai-
tien l'exercice do la plipart des droits po-
liti(uoes, no lui permit d'ii user d'une fa-
con active qu'a I'tige do 21 ans, inais il en
est plusieurs qui lui sont ouverls avant cet
Age, common il en est d'autres qu'il ne peut
exercer qu'a tiu ige plus avanc.
A 21 ans, I'homme devient major, il
est cens6 avoiracquis le discernement nd-
cessaire pour ne point compromeltre, par
ses actes, ses int6rets proprcs et ceux des
autres, priv6s on collectifs, don't le manic-
nent lui serait confic. La loi est bien for-
cdc do s'arreter a un chiffre d'annles, de
marquer une limited entire la miiorite, 6po-
que de la vie oi l'homme a besoin d'une
protection 16gale plus intense, d'un tuteur
qui giro son patrimoine, et la majority,








O9 REVUE DE LA SOCIIETE DE LEGISLATION
0 Ie V W. J I F ^0 e ."


dpdque of il entire dansla p6riodede plcine
capacity civil et de capacity politique on-
core restriente. Mais it ne surait y avoir
l rien de rigoureux. Teljeune home d'es-
prit vif, de raison pr6coce, de caracl6re
bion tremp6, come nous souhaitons que
vous soyez, poul se trouver en dtal, avant
21 ans, de bien dnimler ses vrais inlitrts
et do les adminisfrer d'une main sire,
landis que tel autre moins him doue sous
Ie rapport inlellectuel, en possession de
faculnts plus bornies se Irouvera, m 1inme
apris 21 ans, gnii, embarrassed dins lai
conduit d( ses affairs et capable de les
compromettre. Si bien qu'il n'y aurait unt
inconvenient ii devancer pour le premier
eL ;i reciiler ponrle second, Iage e i la ma-
joritl. Mais li loi qui procide par disposi-
tions geneiales ino pouvait s'arreter aux
c;Is particuliers ct excep)tionniels. Tout ee
qu'elle a jii-.' utile de faire, c'est de per-
mettre aux pi:reits, soni cer'tines restric-
tions, de prcilpiter pour le mineur precoce
d'espiit I'epoque de la capacity civile par
nne inesure qu'on appelle l'dmancipation
AMais au point de vm1 des droils politiques
dout l'exerc :ci esI reporl(e a laiis on
apr6s cot age, elle n'a pas idict dto inesure
.In Il.,-m A l'emnanciipation. II y a penlt-tre
Jl unii lacune a coinbler. Nons gallons tdone
divisor votroe vie en deux p)riodes, celle
(qui pr|iicede et cellO qui suit 21 ans, pour
rechercher le.o droits poiiliques ;.ll, n ,I, a
clliacune d'elles.
32. -Arant 21 (s.. L- Le june I nlaithn
(uii a liiii son temps tde scolarile el (lui (dc-
bute dans la vie social a e drol di 'occii-
)er certain eiiplois te charges de I'Elat,
civil on imililaires, qui le foul parliciper
a I'exercice e I'activite civique. II peut l.re,,
s'il est nuni des connaissances exighes a
cet offel et sous les conditions d'diiiission
lix6es par la loi, emniploy dans line admi-
nistralion publique, cnri1ol dans les ra ngs
du personnel enseignant, ou dans ceux de
I'armcc; il y peult ire' pronmu a des
grades suprienrls a celui de sous-officier :
it peut prendro part al des assemblies
41'llailiens oil se disCeuniiI des questions


d'intidrt gdndral, s'associer A d'auires llai-
tiens dans tn b.it d'action collective, toutes
choses qui impliquent une certain capa-
cit6 civique et que, en rgle gtnerale, en
pourrait fire un Otranger.
Mais quoi pqu'il en soit, ce n'est qu'a la
majority que Pon centre dans la vraie p-
riode d'aclivit6 civique et qn'on se Irouve
recllement intvesti des droits politiques
proprement dils.
33.- Apres 21 ans. Le jeunellaition
;t:,- de 21 a asa le droit de prendre part
aux assemblies primaires et l'y voter com-
nme electeir pour le candidate qu'il veut
charger de te representer soit au Conseil
communal, soil a la Chambre des com-
munes (dite aussi Chambre des d6putt s ).
I1 a le d.roit aussi de voter pour les cito-
yens qui scroll charges de prisenler t leur
tour au choix do la Chainre des com-
mls un ts es candidals pour le Stnat. Dans
ce dernier cas, an lien de Inorlmer directe-
ment les sinaleiirs, les cilovyens elecoeurs
noimmen i seulieent ceux (qui (disignoront
les candidates p;iami lesquels la Chamnbre
des communes les choisiri. L'tlection est
au troisimie ldegr, tandis qu'elle se faith au
premier degree lorsque, come cola a lieu
pour les (161put1s, les telecteurs choisissent
eux-mnmes et dircclemeent ceux qu'il veu-
lent revieir i du caracttre derepresentaunt du
pcuple.
Vous connaissez dltja volre devoir ou
nieux vos deioirs A cet e'gard. Vous avez
en iliime tlemps le droil correspoidant.
(Ce quirevient ia direi qu nul no p1ieul gi-
limement vous enpeclier de miiit'ester
votre opinion et volre 1l"' I, I. '. poliliques
iar le vole. La loi exige qu'on vous
laisse pleino liberal d'action sir ce terrain,
S:ilus pressioin e sais IImaiienvres fraudlu-
Jluses. Ellc punit mnie6 s6virement ce-
lui, autritH pul)liiiue ou 1101on, qui par son
dol, une conlrainto quelconque, opprime-
rail cliez vous la liber/li electorale, garan-
tie de tounes les antres.


( A sitire. )

JUSTIN DEVOT









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 7(


La liberte provisoire sous caution

La liberty, on 1'a dit bien souvent,
est F'un des -plus precieux biens du
citoyen. Nous ne sem)lons pas y atta-
cher une tris grande importance. Des
pratiques contre lesquellesil faut reagir
tendent Ia never les energies, it briser
les caracleres. La d6sinvolture avec la-
quelle un Haltien est jet6 en prison,
p1)is !6argi, fail raver. Pourtant, pres-
que p:aroul, les l6gislateurs se sont
preoccupies, avec un soin jaloux, de
garantir la liberal individuelle. Is n'ont
pas dcedaign6 d'clendre leur sollicitude
aux d(l&inquants ; et la Soci6td ne veut
nmenic pas que 1'on cmprisonne inutile-
ment ceux qui enfreignent ses lois.
Toutes les legislaitons plnales, a peu
d'exceplions per's, tendent ai fair dis-
paraitre cc que l'ono avait toujours
considtrd commei une in. justice Ieccs-
saire: la ddlention preventive. Aussi
bien, point n'est l)esoin d(e fire l'his-
torique de la lil)ertd provisoire. Elle.-a
existed dans les temps les plus recules.
Et le droit remain comporte, ai ce
sujet, des enseignements precieux.
( La (a) d(6tention prealalle ne pou-
vait avoir lieu a Rome que lorsque le
crime dlait (lt nature Lt tire jug par'
jugements publics; mais alors mime
on dislinguail si, lors de sa comparu-
tion devant le pr-leur, I'accus6 confes-
sait le crime, il devait dtre arrt6L
jusqu'aujour du jugement; si confessIus
fiuerit rers,.do(ec de eo proiiiiiitiaretur,
in vinculn puiiblica clnjiciendis esl (b.);
s'il ddclarait au contraire l'accusation.
fausse, it pouvait demander d'etre laiss6
en liberal sous caution. ) Ainsi ce n'e-
tail pas un simple soupcon, mais l'a-
veu, c'e;t-a-dire la preuve du faith in-
crinmine qui 16giimnait l'atteinte a la
liberty, et encore cette rigueur neces-
saire elait-elle Lemperde par le droit
d'dlargissemcnt prealable en fournis-

(a) Rapport de la Commission charge
d'examiner le project de loi de 1865 relatif A
la mise en liberty provisoire.
(b) L 5, Dig. de custodia et exhibition
reorznm .


sant des cautions. Le droit, disons-
nous; et, en effect, a Rome cc n'dtait
pas une faculty, mais un devoir pour
le juge, et l'on peut juger a quel
point cc devoir clait dtroit, puisque
Salluste nous apprend que les com-
.plices de Calilina furent laisses en li-
berle dans les mains de leurs r6pon-
dants in liberis custodiis. (c.)
*
Nous ne nous occuperons de la li-
herld provisoire qu'au point de vue de
la lIgislation haitienne, et nous essaie-
rons de demontrer quei les texles qui
lui sont consacrls miritent d'lre ire-
foi'res. Telle qu'cllc est actuellementc
organisde, celte institution va t l'en-
contre du bIut )propose. Nos ldgislateurs
ont mnalhieuresement adoptL les dis-
positions du Code d'nstriuction (CHimi-
nelle francais, sahs tenir compile des
differences de millieu et des conditions
spdciales de notre evolution. El nous
ne songeons nullemcnt a hlarmoniser
nos lois avec les progress accoml)lis.
La legislation francaise, relative .i la
liberty provisoire, que nous avons co-
pide, a i61 plusieurs fois modilide; et
nous conlinuons centourcr d'un saint
respect des texles do10 le 1)rincipal ol)-
jet consist, sclnble-L-il, t river deslien-
faits de la lilbeirt provisoire la majeure
partic des citoyens.
D'aillcurs, notre code d'lstruction
criminelle est incomplete quant aux
regles a suivre, aux forces a observer
au sujet des demands d'clargissement
sous caution. Les juges d'Instruction,
les Chamnbres du Conseil, les triluinaux
Correclionnels sont obliges de suppler
a l'insuffisancce du code. Et la jurispru-
dence adoptle n'est pas toujours a
l'abri de toute critique.
La loi Beige du 18 lfvrier 1852 a
comble bcaucoup de lacunes. Adaptde
avec discernement a notre legislation,
elle aiderait A resoudre bien des dilli-
cults qui peuvent surgir dans la pra-
tique et que nous indiquerons dans le
course de cetle dtude.
Notre voeu serait de voir simplifier
les formalites d'une part; ct de rendre,
(c) Salluste, Catilina.
(c) Salluste, Calilirna.








71 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
A' Z;A/J /I A' AZYA/##1e"d'K1 A A Z A' A' A //' //' A'/A' A'A, A' A


d'autre part, autant que possible, ac-
cessible i tous, une measure qui, tout
en assurant la repression des delits,
permit a un p6re de famille de con-
server sa liberty d'action.
Haiti ne d6rogerait cerles pas si elle
essayait de marcher sur les traces de
I'Angleterre, le pays classique de l'hJa-
beas corpus)>, oil la liberty sous caution
constitute la rrgle et la detention pr&-
ventive, l'exception & Lorsqu'un cou-
able est arrOt6, le juge devant qui
il est amene est tenu de s'enquerir
<< imm6diatement des circonstances du
< crime, de proceder A l'examen du
, prisonnier et aux depositions de ceux
a qui 1'ont amene, et cela par 6crit:
Si les charges paraissent tout i fait
< sans fondement, cc prisonnier doit
< etre a l'instant relache ; dans le cas
a contraire, il doit Otro commis (com-
i mitted ), ou donner caution de com-
paraitre pour r6pondre a l'accusation
( porlee contre lui, aux prochaines
( retarder de recevoir caution est une
atleinte contre la loi et contre le droit
a commune. (a)
La procedure est des plus expddi-
tives. C'est devant le juge de Paix que
le delinquent est conduit; ct c'est gdan-
ralement le juge de Paix qui recoil la
caution.
**
L" Code d'Instruction criminelle in-
vestit le juge d'Instruction du terrible
droit de disposer de la liberal de ceux
que la fatality on de mauvais instincts
amrnent devant lui. I1 emprisonne on
n'emprisonne pas les inculps, suivant
les inspirations de sa conscience. Rien
n'empclihe non plus le Magistrat de se
laisser guider par sa bonne ou sa mau-
vaise humeur; d'oblir aux suggestions
de son estomac. Dis le debut de I'Ins-
truction, l'inculp6 se trouve en prd-
sence d'un fonclionnaire arnmc d'un
immense arbitraire. Arbitraire ncces-
saire, dira-t-on! Mais arbitraire tout
de mtme. Est-ce que certain homes
don't le pass est irreprochable et qui,

(a) A. Laya. Droit anglais. Procedure
Criminelle.


par entrainement, commellent, pour
la premiiire fois, un delit, ne devraient
pas avoir le droit absolu ide computer
sur leur liberty jusqu'h la fin de l'Ins-
truction etjusqu'au moment du juge-
ment? Quelle que soit votre situa-
tion, pour le moindre dClit, vous d6pen-
dez du caprice du juge d'lnstruction.
Les articles 77 et 80 du Code d'Ins-
truction Criminelle sont ainsi concus:
Art 77: ( Lorsque l'inculpc sera domi-
cilii, et que le faith sera do nature a ne
donner lieu qu'a une pine correction-
nelle, le juge d'Instruction pourra, s'il
le juge convenable, ne d6ccrner centre
l'inculpd qu'un mandate de comparution,
saul, apr&s 1'avoir interrog, a convertir
ce mandate en tel autre mandate qu'il
appartiendra.
Si l'inculpe fait d6faut, le juge d'ins-
truction d6cernera centre lui un man-
dat d'amener.
11 decerne 6galement mandate d'a-
mener contre toute personnel, de quel-
que quality qu'clle soit, inculpee d'un
fait important peine alflictive on infa-
mante. >
Art. 80. ( I (le juge d'Instruction)
pourra, apres avoir entendu l's prd-
venus ct le Commissaire du G(ouver-
nement, dceirner, lorsque le fail em-
portera pine afflictive on in'amante,
ou emprisonnement correclionnel, un
mandate d'arret, dans la forme qui sera
prescrite ci-apres. a.
Apr's avoir interrog6e 'inculp6, le
juge d'lnstruction peut le laisser en li-
berle on le fire emprisonner. Trop
souvent malheureusemennt le juge d'Ins-
truction fail incarcdrer un prevenu
avant inmme de l'avoir entendu. Nous
ne saurions trop prier ce Magistrat de
n'user qu'avec la plus grande circons-
pection de l'enorme pouvoir discre6-
tionnaire que lui confie la loi. II ne
devrait jamais oublier que, dans le
systl6ne de notre code d'Instruction cri-
minellc, s'il peut, a son gre, priver un
dc(linquant de sa liberty, il n'a pas qua-
lilt pour fire cesser I'emprisonnement
qu'il a ordonnd. En ddlivrant le man-
datde dep6t ou d'arret, il a, sur ce point,
6puis6 son droit. Et l'incarc6ration de










REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION
/7.7 7 7 .777 7 7- 77 7 7 7, 7, ^ y,.y 7 7 7 7,. 7y7 7 7 7;;, ; ^ '.7 7 7-


l'inculpe doit, en principle, durer jus-
qu'i l'ordonnance de la Chambre dti
Conseil.
C'esl pour tenmp6rer la rigueur de ces
dispositions que 1'largissement provi-
soire sous caution a 6td organism. Et
c'est i la Chambre du Conseil qu'il
appartient, avant la fin de l'informa-
tion, de fire cesser l'emprisonnement
autoris6 par le juge d'Instruction.
En Belgique, en France, Ic juge
d'Instruction qui peut decerner le man-
dat de ddp6t ou d'arrel, a aussi la fa-
cultd d'accorder la liberty provisoire
avec on safns caution.
Notre code enlve ce droil au Magis-
tral Instructeur. Lors mn'me que, dans
Ic course d'l ne information, il aurait, par
inadvertance, fait dcrouer un inculpe,
il n'a plus Ic loisir de rdparer son er-
reur. La Chambre du Conseil pcut
seule meltre in term i l'emprisonne-
ment et encore sur la lemande du prd-
venu ([ui doit fournir caution solvable.


A Haiti, la detention preventive est
trop souvent, helas une veritable pine'
Elle ddpasse pariois les plus fortes ri-
gueurs du Code Pdnal, le maximum de
l'emprisonnement a appliquer. Cette
situation n'avait pas manqui dte frapper
un des brillants avocats de notrebarreau.
Me Ed. Lespinasse, nomm6 Ministre de
la Justice, lit voter la loi du 4 Dcem-
bre 1893 qui permet d'imputer la pri-
son preventive sur la durec de toute
pine temporaire. (a) 11 n'eut sansdoute
pas le temps de penser i la liberty
provisoire.

(a) LOI
HYPPOLITTE.
President d'HIaili.
Consid6rant que si la (ldtention prdvetivCe
est un tribute que chacun pCeut payer a la secu-
rit6 de tous, it est just, neanmoiiis, quand clle
est tropi prolonged, de limputec sr la durde
des peines temporaires.
Sur le rapport du Secr6taire d'Etat de la
Justice, et de l'avis du Conseil des Secr6taires
d'Etat
A propose
Et le Corps L6gislatif a vote d'urgence la
loi suivante :


L'emprisonnement prualable peut
avoir des consequences tres graves. I1
porle parfois une irreparable atteinte
au credit et t la consideration de celui
qui l'a subi. Une ordonnancee d non-
lieu ou uni jugement ld'aquitlement ne
suffit pas toujours pour en effacer les
effects.
La detention preventive ne devrait
pourlant dtre autorise ([ue ([uand elle
est indispensable a l'instruction ou
necessairce a l'ordre public.
Quand l'on est convaiucu que l'in-
culp6 ne cherchera pas ia se soustraire
aux cTlts du jugement I i inltervenir,
l'orsqu'on est persuade q(u'il sc prsecn-
tera i iouns les acels de la procedure,
pourquoi Ic retenir inutilement en
prison?

Art. er --- Pass6 Ic dilai td( deux nois, la
detention preventive scra imputlde sur la
dure de l ulc pe pcitempnuoraire c'rreclioin-
nclle oil criiiiiellellc, Ii'-11:i:)ills, elle lie
complera (lue pour moitid en ce qui touche
la liinie (10e traivaux forces i tlemps.
Art. 2. La liberal lrovisoire lie compile
pis uoninimc (d!enltion pii)veitive.
Art. 3. La presciile loi, (qui ablroge Loulcs
les dis)osilion: tie loi (nli lui soul (coltraircs
sera executs e a" la 11 ..I .-. du Secrclaire
d'Etat de la Justice.
Donn6 I la Chambre de;s RIeprdscintants, Ic
27 Novcembre 1893. au n90 de l'lliudpenidalnce.
Le PrIsident de la Chambre,
STEWART.
Les Secrdtaires,
V. GUILLAUMIE. P. LARAQUE.
Donnd i la MaisonNationaleau Porl-au-P'rince,
le 4 )ccmbre 1893, au 90e de Il'ndependance.
Le President dn S'nat,
B. MAIGNAN.
Les Secrietires:
A. DfIRAC, G. GUILLAUME-VAILLANT.
AU NOM DE LA LREPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que la loi
ci-dessus du Corps Legislatif soil revi:Ae du
sceau de la R6publique, imprimiec, publice et
exdcutic.
Donn6 au Palais National de Port-au-Prince,
ce 5 Deccmbre 1893, au 90e de l'Ind6pen-
dance.
IIYPPOLITE.
Par le President:
Le Secrdtaire de la Justice,
LESPINASSE.









73 REVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISLATION
A.-^:.' A. /" -' ^^^>*-' A /. '' .f .' A."^'., AA A AA A A A A^/l^^ A AA A


Le Code d'Instruction Criminelle a
cherche li obvier a cette injustice. Et
l'on a adopt d'une facon incomplete
le system de la liberty sous caution
que nous gallons ntudier en detail.

Le lecteur me pardonnera de lui
mettre sous les veux le texte meme de
l'article 96 du Code d'Instruction cri-
minelle. Art. 96. <( Si le faith n'emporte
pas une peine afflictive ou infamante,
mais une peine correctionnelle, la
Chamlbr du Conseil ordonnera, sur la
demand du privenu, et sur les conclu-
sions du Commissaire du Gouverne-
nment, que le )prvenu sera mis provi-
soirement en liberal, moyennant cau-
tion solvable de se presenter A tous les
actes de la procedure, et pour l'ex6cu-
tion du jugement, aussit6t qu'il en sera
requis.
La mise en liberty sous caution
pourra Otre demantdee en tout 6tat de
cause. i)
Tout inculpe d'un fait important une
peine correctionnelle, quelle que soit
d'ailleurs la nature de cette peine, est,
en principle, admis ii demander son
elargissement sons caution. Le b6ndfice
de cette measure est absolument refuse
aux inculpes de fails pouvant entrainer
une peine afflictive on infamante.
La loi prive aussi de ce bdnefice une
categoric d'inculpis, mmne quand il
s'agit de faits important une peine
correctionnelle. Ainsi ne pcuvent dtre
mis en liberLt provisoire:
lo. les pr6venus de vol (art. 95, code
d'Instruction criminelle );
2o. les vagabonds ( art. 97 du mime
(ode);
3o. les repris de Justice (loc. ci. ) ;
4o. le prevenu qui aurait laisse con-
traindre sa caution (art 108 ).
Par vagabonds 1'article 229 du Code
Penal d6signe les gens qui n'ont ni
domicile certain, ni moyen de subsis-
tance, ct qui n'exercent habituellement
ni metier, ni profession.
C'est a la Chambre du Conseil d'ap-
precier si l'individu qui demand son
l6argissement doit dtre ou non com-
pris dans la definition donnee par l'ar-
ticle 229 du Code PInal. II n'est pas


n6cessaire quoe I'tat de vagabond ait kdt
constant par un jugement ant6rieur.
C'est I'elat actuel du prevenu don't il
se faut preoccuper. (a).
Le 16gislateur n'a pas, come il I'a
faith pour les vagabonds, defini ce qu'il
entendait par repris de justice. La juris-
prudence et la doctrine ne considerent
come nrepris de justice que les con-
damniis a des pines afflictives ou
infamantes. L'on ne peut done com-
prendre dans cette catlgorie ni les
intdiidus dejL condamius pour contra-
vention, ni menme ceux qui ont dedj
suYi la peine d'emprisonnement.
A part les quatre exceptions qui
viennent d'etre indiquees, la voice de la
liberty provisoire est ouIverle i tout
prevenu de d(lits pouvant dtre frapp6s
de pines correctionnelles; elle est ac-
cessible mnme au pr6venu de delits
poliliques. (b)
D'apres I'article 95 dui Code d'Ins-
truction Criminelle, il faut consulter
le titre de la prevention pour savoir
s'il y a lieu ou non d'accorder l'dlar-
gissement demand. L'on doit, avant
tout, rechercher si le fait impult au
dltenu est de nature a provoquer une
peine afflictive ou infamante, ou bien
s'il n'emporte qu'une peine correction-
nelle. Mais, qu'est-ce qui doit delermi-
ner le titre de la prevention? EIst-cc la
plainte? Est-ce le rdquisitoire du Mi-
nistere Public? La question est contro-
versee.
M. Legraverend enseigne (c) (( que
la plainte, s'il y en a, les proces-ver-
baux, les divers actes de procedure,
le resultat des informations, servent a
determiner le titre d'accusation et A
fire reconnaitre que la mise en liberty
peut ou ne peut pas etre aulorisde >.
M. Carnot (d) ajoute ( que si le pri-
venu est sous le poids d'un mandate
d'arr0t, c'est par ses 6nonciations que
--
(a) Fautin-Hlie.
Dalloz--Instr. Crim.
(b) Art. 4. Loi 6 Septembre 1870.
(c) Faustin--dlie.- Instr. Crim.
(d Loi. cit.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


~#A~A/JYA~~ h##d/#J7W~/A6i' ~


la Chambre du Conseil doit juger quel
est le titre de l'accusation.
M. Mangin pense c que la demand
est on n'est pas recevable, selon que le
Ministere public a imput6 an prdvenu
des faits qualifies crimes ou simple-
ment delits. La loi ne pouvait fair
d6pendre l'admission de la demand
du r6sultat d'une instruction le plus
souvent incomplete au moment oil les
mandates sont d6cern6s, et obliger les
magistrates a qualifier une prevention,
lorsqu'ils n'ont pas encore sous les
yeux les informations et les actes qui
peuvent seuls fair apprecier son veri-
table caractere ).
Nous croyons, dit Faustin-HMlie, que
ce n'est ni la dinonciation on la plainte,
ni les mandates decernes par le juge
d'Instruction, ni le r6quisitoire du Mi-
nist&re p-iblic, qui doivent servir a
fixer le caractire de la prevention. Ce.s
mots de 'article 113 (a): le litre de
I'accusation, sont clairement expliques
par les terms de l'art. 114 (b), si le faith
n'emporle pas line peine affliclive ou in-
faunante, la Chambre du Conseilpourra,
etc. Qu'elle est done la mission de la
Chambre du Conseil? C'est d'examiner
si le faith emporte on n'emporte pas une
peine afflictive on infamante, et, par
consequent, s'il rdsulte del'information,
telle qu'elle se trouve au moment de la
demand, que cc faith a tel ou tel ca-
ractire. Elle ne pent etrelide, en effet,
ni par la plainte de la partic lI6se, ni
par le requisitoire public, ni par les
ordonnances du jug~e d'instruction.
Investic du pouvoi- de statue sur la
mise en liberal provisoire, ii lui ap-
partient ndeessairement de v6rifier les
conditions de celte mise en liberty; it
lui appartient done d'examiner le ca-
ractere du titre de la prevention, et les
elements de cet examen ne peuvent ktre
que les dl6ments mmnes de la p oce-
dure au moment ofi la liberty provisoire
est demanded.

(a) L'ancien article 113 dtl Code franqias
correspondait, a peu de chose pros, a l'article
95 de notre Code d'instruction Criminclle.
(b) Aucien article 114 du Code francais
C

C'est aussi l'opinion de Dalloz (c)
< La Chambre du Conseil, selon lui, ne
peut plus etre lide par le r6quisitoire
du Ministlre public qu'elle ne l'est par
la plainte de la parties civil ou les
ordonnances du juge. Cette Chambre
doit avoir le pouvoir d'appr6cier sou-
verainement les conditions de la mise
en liberty provisoire, et de determiner
le titre de la prevention, c'est-h dire de
declare si le faith emporte on non pine
afflictive ou inlnamante, apres exanen
des elements de la procedure et sans
s'arrdler ni aux plaintes, ni aux proces-
verbaux, ni a l'opinion exprimee par le
minist&re public dans son rdquisitoire,
si elle lui parail inexacte. >
Nous nous rallions sans reserve a
l'inlerpretation donnec par Fauslin-
H6lie et Dalloz et nous ne saurions
trop reconinander a nos chambres du
Conseil de I'adopter. L'on ne peut con-
tester aux Magistrals charges de statue
sur la demand d'dlargissement Ie droit
d'examiner le caract&re de la iprven-
tion. Les lier par Ie requisitoire du Mi-
nistire Public ou par l'opinion du juge
d'instruction, c, serait porter ai leur
pouvoir d'appreciation une entrave qui
qui ne se trouve pas dans les textes.
*-
Une dissidence non moins delicate a
surgi de la question suivante. L'in-
culp6 qui a oblenu de la Chamibre du
Conseil la mise en liberty provisoire
peut-il, avant Ie jugement de condam-
nation, etre arrete de nouveau ?
Au moment ofi la Chambre du Con-
seil statue sur la demand d'elargisse-
ment et l'acceuille favorablement, il est
evident qu'clle examine et appr6cie les
faits tels quels. Parfois l'information
n'est qu'a son debut et tous les Ole-
ments de conviction ne sont pas en-
core recueillis. II se peut tris bien fire
que des charges nouvelles soient d&-
couvertes ; que des circonstances ag-
gravantes viennent modifier le carac-
tire de la prevention. L'on est g6nira-
lement d'accord qu'en cc cas l'inculp6
peut etre arrete et reintegr6 en prison.

(c) R6pertoire.---Instruction Criminellc.


.~(l/mYIIY~/IY/U/MYI~JYYm/*U~IIIY/~LWYYI









75 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
K#Z'awyif^ 'Fa^^/' A A A A.^^ 'AA^^ ^^' A/A^ A '.A^ZA~ /Y' '~ ,A' f4 ^"'J A A A A A A A A' ^


Mais la difficult nait de la question de
savoir qu'elle est l'autorit6 competente
-pour ordonner cette arrestation.
La loi belge de f6vrier 1852 et la loi
francaise de juillet 1865 out coupe court
a toule controversy en ddsignant Ie
fonctionnaire autorist ai rvoquer la
mise en liberl't provisoire. L'article 115
du code francais modified par la !oi de
1865 est ainsi con;;u :ctL l mise on liber-
l6 aura lieu sans prejudice du dioit que
conserve Ie jnge d'instruction. dans la
suite e l'inforniation, de dCceiner un
nouveau mnndat d'amener, d'arrit ou
dte dlp6l, si dcs circonslances nou-
velles et graves rendent celIe measure
neccssaire.
Tou!l'ois, si la liberit provisoire a-
vait did accordeo par la Chanmbre des
iiscs en accusation reformant l'ordon-
nance du juge t'insrluction, le juge
d'inslruction n2 pour'rait dicerner tin
notuveau mandate jq'antant que la
(out', surl les rdcquisilions du miniistire
public, aurnilt retired a l'inculpde Ie I-
ndfice d( la decisionn
Nos lcg:islateurs ni sc solt pas en-
core pr'orcutp)Cs (to modifier sur cc
point Ic coie d'Instruction criminellc.
Et, dans la pratique, 1'on se peut Lrou-
ver emblarrass6.
Lorque la Chaimbr2 du conseil, saisie
par Ie rap'poIl dui juge d'instruclion,
reconnait que Ic ait que l'on estimait
devoir e:trainer uinc pine correction-
nellc, est de nature a 6tre puni do
pines aiilictives ou infamantes, elle est
autoris6c par l'article 120 du code d'Ins-
truction criminelle a dccrner centre Ic
prevenu une ordonnance de prise de
corps. Cette ordonnanc e de prise de
corps doit tire ex6cutec nonobstant
l'ordonnance dti mise en liberty provi-
soire. En cc cas, ii n'y a pas de diffi-
cult. En verlu de la decision de la
Chlambrce Idu Conseil, le prrvenu qui
avait obtenu son l6argissement, doit
6tre remis en dtat de detention.
La solution est egalenment facile
quand le Tribunal correctionnel, saisi
de l'affairc, trouve que le fait merite
une peine afflictive on infamante. L'ar-
ticle 169 du code d'Instruction Crimi-
nelle lui confere, selon nous, le droit


de rdvoquer la mise en liberty provi-
soire. Le Tribunal Correctionnel dd-
cerne un mandate de dp6ot ou un d6-
crt de prise de corps ; et le pr6venu
est r6inld6ggr en prison.
Mais il se peutfaire que le juge d'Ins-
truclion n'ait pas encore soumis son
rapport i la Chambre du Conseil ; que
information ne soit pas achevie.
Dans cette hypothisc, si les revelations
obtenues necessitaicnt 1'arrestation do
l'inculp6 en liberal provisoire, qui au-
torisera son incarceration?
( II nous parait, tdit Faustin-Hdlie,
que l'ordonnance, fondce stir I'deat des
faits au moment o celle a did rcndue,
n'a d'autorilc que rclativement h cet
OlaL de la cause ; que si l'inl'orinati*on
reivile tes circonstances nouvelles qui
attachent a la measure del'dlargissmnent
des pdrils qu'elle n'avail pas, il peut y
avoir lieu tie ri'cablir le prdvenu en
ktal de detention, Mais comment et par
quelle antoritd cette reintegration peut
tlre operde ? Il ne peut appartenir au
ministire public de fair 6crouer de
nouveau le privenu en vertu du ipre-
mier mandat, car cc mandate a perdu
sa puissance coercitive ; l'ordonnance
de mise en liberty lui a enlev6 l'un de
ses effects ; il est frappc d'inertic. 11 ne
pent apparltenir au juge d'instruction
dc diecerner u'n nouveau mandate, par-
cc qu'il no pe)t annaler indirectement
l'ordonnance de la Chambre du Con-
seil ; par cc que Ic titre de la prdven-
tion, lorsqu'il a ct6 fixd par celte juri-
diction, ne pcul tire mnodifie ni par le
minister public, ni par le juge d'ins-
truction. II suit de li que c'est A la
Chambre du Conseil elle-mime qu'il
appartient de statue de nouveau : sai-
sic pour prononcer sur la mise en prd-
vention, apirs avoir provisoirement
prononce sur la mise en liberal, elle
pent, en constatant que les nouvelles
charges de l'inf'ormatioon ot aggrav6 le
caractdre du fait, deerner une ordon-
nandance de prise de corps, qui apres
avoir 6t6 confirmed par la chambre
d'accusation, deviendra ex6cutoire no-
nobslant l'ordonnance de mise en li-
berte provisoire ; car cette dernicre or-
donnance, rendue dans le course de








REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION 7


information, no pent avoir pour ef-
fet de frapper A l'avance d'inex6cution
une prise de corps rendue post4ricure-
ment et sur des fails nouveaux. La
mise en liberty a faith cesser l'effet du
mandate, l'ordonnance de prise de corps
fait a son tour cesser l'effet de la mise
en liberty. Ce sont des measures provi-
soires qui so succedent en se fondant
sur 1'6tat des fails constat6s par la pro-
c6dure ; elles n'ont 1'autorite de la
chose jugec que dans leur rapport avec
les fails constat6s, au moment oi elles
sont intervenes. )
Selon Dalloz, trois cas peuvent se
presenter :
1o ( L'instruction so trouve encore
dans ses premiers errements, c'est-5-
dire que le juge d'instruction n'a
a point encore faith son rapport a la
Chambrc du Conseil. II nous semlle
a que dans ce cas les charges nouvellcs
k l'autoriseni, sur requisition du mi-
, nistlre public, de deliver un man-
a dat d'arret contre le privenu, soil
a que celui-ci se troupe seul sous le
< coup des charges nouvelles, soit queC
d'autres individus non encore mis en
p prevention sc trouvent compris dans
, les nouvelles incriminations. C'est hi
aussi l'avis qui nous parait rdsulter
d de la doctrine expose par M. MAan-
a gin.
a Un second cas est celui oi lejuge
d'instruction a fail son rapport et ofi
la Chambre du Conseil on la Chaim-
o bre d'accusation sont saisies. II re-
, suite de la doctrine de MM. Legra-
verend,Manigin ct Hl6ie qu'a ces Chani-
o bres seules appartient le droit de d6-
a liver une ordonnance de prise do
corps.- Mais il peut 6tre d'une ex-
< tr6me urgence de mettre les prve-
t nus hors d'dtat de se soustraire aux
g graves rtevlations qui out 6t6 faites
< centre eux, et, tout en recommandant
, soil au minister public, soit au juge
Sd'instruction, une circonspection tou-
t te particuliere en presence de 1'or-
e donnance de mise en liberty provi-
< soire, nous inclinerons a leur re-
< connaitre le droit d'arrestation, Et
, notre raison pour le decider ainti,
<. c'est que, d'une part il pent etre in-


< dispensable de saisir imm6diatement
f et les l66ments nouveaux et les indi-
< vidus centre lesquels ils se sont rd-
< v.l6s; et que, d'autre part, si ces
charges amenaient d'autres pr6venus
< dans Ic dlbat, ii scrait par trop bi-
o zarre que ceux-ci puissent 6tre arr6-
( tes en vertu d'un mandate d6cerne
< par le juge d'instruction, et que ceux
qui auraient oblenu leur mise en li-
a bertd et qui pout-6tre seraient leplus
gravement compromise, ne pourraicnt
c l'Ytre qu'en vertu (d decisions 6ma-
(i nies de la Claminbre d'accusation.
( Enfin dans une troisieme hypo-
(( thIse, la lqustion peut se presenter,
a alors que le tribunal correclionnel est
< saisi. Qui ddlivrera l'ordre d'arrcsta-
< lion ? It nous scinle que cc sera en-
< core le juge d'instruction sur la rd-
0 quisition du ministire public, si ce
< dernier magistrate no croit pas devoir
t< attendre que 1'affaire soit porte a
< l'audience 1)ou0r y proposer l'incompd-
( tenice id trilbunal fondue sur les fails
O nouveaux qui ont change en crime
Q ce qui n'dlail pIl'sentd que come un
< simple delit i
Ainsi, qund la mise en liberIt a did
accordde, Faustin Holie donne I la
Chambre du Conseil competence exclu-
sive pour la rdvoquer. Dalloz, au con-
traire, ne reconnait qu'au juge d'ins-
truclion le droit de remettre l'inculpd
cn 6tat de ddtenlion.
Nous avons, il est inutile de le Ipro-
clamen, la plus complete ddefrence lpour
l'opinion de cos eminenets jurisconsul-
tes. Nous nous permeltons cependant
de trouver leur interpretation trop ab-
solue. II y a, suivant les circonslances,
des distinctions it dtablir. Si notre fai-
ble voix pouvail etre entendue de ceux
qui disposent des destinies de notre
pays, nous conseillerions de se ranger
a l'avis de Dalloz ; il nous paraitrait
logiqiu do confrerr au juge d'instrue-
lion, arm6 dut droit de dfcerner le man-
dat tie dpe6pt ou d'arret, et la faculty
d'accorder la inise en liberate et le pou-
voir de la rdvoquer quand le cas l'exi-
gerait.
Mais, en attendant les reformes tant
desirtesil faut bien interpreter les textes








7 REVUE DE LA SOCIIETIE DE LEGISLATION


tells qu'il.; sont. El 1'on ne peut en in-
firer, ni pourl le judge d'instruction, ni
pour la Chambre du Conseil, le droit
exciusif de ri'voquer la mise en liberty
obtenue par l'inculpd.
L'article 107 indique un cas oft le
juge d'inslrnceion peut faire crouer
l'inculp6 dija en liberlt provisoire.
Quand celui-ci a fait defaut a l'un des
actes de la procedure, cc Magistrat est
autorise, outre les poursuites centre la
caution, a rendre une ordonnanee en
vertu de laquelle le pr6venu doit 6ire
saisi et incare6rd de nouveau.
Mais hours cc cas ct en absence de
texles formels, nous ne pensions pas
que le juge d'in s;ruction puisse rendre
inefficace, annuler I'ordoiinace de la
Chambre du Conseil. II peut y avoir,
nous n'en disconvenons pas, des in-
convdnients graves a disarmer le juge
d'instruction, et a empcher l'arresla-
tion immediate du prevent. Pourtant
il nous parait exorbitant de laisser a
un magistrate isold la latitude de defaire
I'oeuvre de deuxde ses pairs, d'enlever
tout effect i l'ordonnance de la Cham-
bre du Conseil, pour des raisons don't
il serait le souveraii appreciateur. Le
juge instruction ne peut autoriser la
mise en liberal provisoire, et il aurait
le droit de la revoquer it sa convenan-
ce Ne serait-ce pas rendre illusoires
les prerogatives de la Chambre du Con-
seil ? I)ans !'ltat de notre 16gislation,
nous estimons que c'est a la Chambre
du Conscil, tani qu'elle n'a pas rendu
l'ordonnance indicative de jurisdiction,
qu'il appartient de d6cider s'il y a lieu
ou non de reintegrer l'inculpe en pri-
son. Quand la Chambre Idu Conseil
s'est dessaisie par le renvoi de l'affaire
au Tribunal Correctionnel, c'est i ce
Tribunal qu'il compete de 'porter ou
non atteinle a l'ordonnance accordant
l'61argissenient provisoire.
Les juges appeals h connailre du fatt
imput6 au prevenu, peuvent aussi exa-
iiner et appr6cier les circonstances
qui en alt6reraient lecaractire au point
de fire changer le titre de la preven-
tion.
Du principle qui vient d'6tre admis et
qui autorise a faire 6crouer de nouveau


I'inculp6 qui aurait obtenu sa mise cn
liberty, il r6sulte, par voie de consd-
quence, que celui a qui 1'dlargissement
provisoire aurait 6tc rfussd, peut, sur
une demand postdrieure, se le faire
accorder. Quand l'information a pr6-
cis le titre de la prevention, rien n'em-
peche la Chambre du Conseil de reve-
nir sur sa premiere decision. (a)


La jurisprudence et les commenta-
teurs francais out longlemps 6t6 divi-
ses sur le point de savoir s'il v avait
pour l'inculpd un droit absolu a i mise
en liberty provisoire on si la Chambre
du Conseil pouvait refuser l'Olargisse-
nent dans les cas ofi la loi 1'autorise.
Le texte de 1'ancien article 111 du
code francais prdtait a l'6quivoquc et
expliquait les variations de la juris-
prudence. La Chambre du Conseil
pou'rrai, 6tait-il dit, accorder la mise en
liberty. L'on a pu Idgitinement infirer
de cette expression qu'il 6tait laiss ita
la Chambre du Conseil la faculty d'ac-
corder ou de refuser I'dlargissemenl de-
mande.
L'arlicle 96 de notre code d'Instrue-
criminelle n'a pas reproduit les terms
de l'article du code franqais. Le ldgis-
lateur haitien a ainsi nettement mani-
fest6 l'intention de dissiper tout malen-
tendu. 11 faith a la Chambre du Conseil
l'injonction d'ordonner la misc en li-
bert6. Les terms de l'article 96 sont
imp6ratifs. Quand le fait emporte seu-
lement une peine correctionnelle, la
Chambre du Conseil ordonnera que le
pr6venu sera mis en liberty. Elle n'a
done pas le droit de refuser 1' largisse-
ment a l'inculpd qui r6unit les condi-
tions prescribes. *
Nous avons prectdemment indiqud
l'autorit6 competente pour rdvoquer
la mise en liberty. II n'est pas inutile
de fair connaitre celle qui a quality
pour 1'accorder. A ne consulter que
le premier alinea de l'article 96 du Code
d'Instruction Criminelle, la Chambre
du Conseil devrait etre seule, et dans
(a) Faustin-HClie.
Ialloz.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 7c
A 2w/' ^^-<, ^. ~ -A -w^ a A ^ ,x A -. y f. /, A- Af. A' A' A-^^'A A?


tous les cas, appel6e h statucr sur les
demands de mise en liberty. Notre
16gislation n'a design aucune autre
jurisdiction. Le silence qu'eile a garden
est de nature h provoquer les memes
controversies que la loi beige de 1852
ct la loi franCaise de 1865 ont fait ces-
ser.
D'apris le deuxicme alinia de l'ar-
ticle 96, la mise en liberty peut etre
demanded en tout etat de cause. L'in-
culp6 est done autoris6 a r6clamer son
elargissement soit avant l'ordonnance
de la Chambre du Conseil, soit apres
l'o'donnance qui le Ienvoie au Tribu-
nal Correctionnel, soil meme apris le
jugement du Tribunal Correctionnel
(art. 328 C. Inst. Crim.)
Notre jurisprudence n'a pas pense
que, dans touts ces hypotheses, la
Chambre du Conseil avait competence
exclusive pour statuer sur la demand
du prevenu.
Dans l'6tat de notre legislation, quand
l'inculj) a r6clamel son ilargissement
avant l'ordonnance de la Chambre du
Conseil, ii n'v a aucune difficult. Par
application de l'article 96 du Code
d'Instruciion Criminelle, c'est la Cham-
bre du Conseil qui est saisic de sa de-
mande et qui decide.
Mais quand la Chambre du Conseil
a rendu son ordonnancee, a jurispru-
dence admet quc c'est au Tribunal
Correctionnel que l'inculpe doit s'a-
dresser pour obtenir sa mise en li-
berlt provisoire. L'on soulient que la
Chamlbre du Conseil, par l'ordonnance
de renvoi, s'est dessaisic de 1'affaire
et ne peut plus connaitre des incidents
qui s'y rattachent.
Si ce principle 6tail rigoureusement
vrai, il faudrait aussi, come conse-
quence rationnelle, refuser au Tribu-
nal Correctionnel qui a prononce son
jugement le droit d'accorder la liberty
provisoire au condamne qui vent se
pourvoir en Cassation (art. 328 C. Inst.
Crim.). Une fois la decision pronon-
c6e, le Tribunal Correctionnel est,
come la Chambre du Conseil apres
l'ordonnance, 6galement dessaisi de
l'affaire. Notre jurisprudence n'a pas
os6 tirer du principle qu'elle a adopted


toutes les consequences qui en dt-
coulent. Le condamn6 qui veut se
pourvoir en Cassation doit, pour a-
voir sa liberty, s'adresser au Tribunal
Correctionnel qui a rendu le jugement
de 1condamnation (Arrits des 9 Mars
1852, 21 Juin 1856).
Que faut-il dceider quand le jugc-
ment mane d'un Tribunal Criminel '?
En vertu de !'article 297 du Code d'Ins-
truction Criminelle, le Tribunal Cri-
minel est autorise it prononuer des
pines correctionnelles.
Aucun texte ne defend a l'accus6
condam nea une pine correctionnelle
de demander sa mise en liberty s'il a
fait son pourvoi en temps utile. D'a-
pros la thdorie du Tribunal de Cassa-
tion, c'est au Tribunal Criminel qu'il
devrait s'adresser pour obtenir son dlar-
gissement. Mais qui ne sent tous les
inconv6nients qui r6sulteraicnt d'une
pareille ianiere de procedcr. Gene-
ralcment, ii n'y a, dans l'annne, que
deux sessions criminelles. Faudrait-
il, dans l'intervalle, rliunir le Tribu-
nal Criminel uniquement pour recce-
voir la demand de mise en liberal du
condamnt ? L'arlicle 8 de la loi belge
de 1852 a resolu celle difficult que
n'a pas tranchde la loi frawnaise (d
1865. Cet article 8 dispose qi'en tout
6tat de cause la mise en liberal provi-
soire pourra Itre demandie;.... ( au
tribunal ou it la cour qui a ira pro-
n nonce la peine d'emprisoinemnent,
( lorsque le condamnd, pour rendre
S son pourvoi admissible, voudra so
s faire autoriser L rester en liberte6...
< Toutefois, dans ce cas, si la condam-
n nation a 6et prononeie par une-cour
s d'assises, la demand sera porlie
< devant le Tribunal Correctionnel du
lieu oui siegeait celle Cour.....
En l'absence de textes formels, nous
pensions que nos tribunaux pourraient
adopter le systrme belge. Celui qui
aurait i6t, par un Tribunal Criminel,
condamn i a une peine correctionnelle,
pourrait, en exercant son pourvoi, de-
mander sa mise en liberty au Tribu-
nal Correclionnel. D6cider autrement
et vouloir que le condamn6 r6clame
son dlargissement du Tribunal Crimi-









79 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


nel nimlle, strait, en faith, lui enlever
le bndelice de la liberty provisoire.
Cetle incertitude, dans nos codes,
est regrettable. N'est-il pas temps d'd-
tablir une rogle fixe ? Le prdvenu ou
le condamnd ne devraient-ils pas con-
naitre d'une ,a;on positive la juridic-
tion ai laquelle s'adresser pour dtre mis
en libeirl provisoire ? Quand luira le
jour si impatiemment attend des vrais
partisans du progreSs (t oil l'on s'a-
donnera lai rIdfornie de note 16gis-
lation, nous Pscrions hleureux de voir
confier i la Chanmbre du Conseil, par
des texts formils, le droit exclusif
d'ordonnler la mise en liberty provi-
soire, soil aipr).s son ordonnance de
renvoi, soil apres le jugement de con-
damnation prononc6 par un Tribunal
Correclionnel ou par un Tribunal Cri-
minel appliquant uine pine correction-
nelle. La- procedure est .plus expddi-
tive devant la Chambre du Conseil el
le prevenu on le condamnd oblien-
draicnt plus vile leur 6largissemniet.


Le Code d'Instruction Criininelle n'a
pas indiiqu de forme special pour
l'introduction de la denande en ilar-
gissement. La procedure peut varier
suivant la juridiction oil 'on se trove.
Quoiqu'il en soit, les forces adop-
tdes sont des plus simple. Dans la pra-
tique, 1'inculpe qui veut obtenir sa mise
en liberty adresse au Juge d'Instruc-
tion une requOet sur timbre de dix
centimes. Celte requete pent dtre in-
diff6rcmment signde du prcvenu ou de
son avocat. La requtte est remise
au Juge d'Instruction qui la fait com-
muniquer au Commissaire du Gouver-
nement. Le Minist&re public met 'ses
conclusions an has de la piece qu'il
retourne au Juge d'Instruclion. Celui-ci
la soumet i la Chambre du Conseil
qui rend son ordonnance. Devant le
Tribunal Correctionnel, la miise en li-
berte est demanded par des conclusions
en former de requ6te poses a l'audience
par le pr6venu ou par son avocat. Le
Ministcre public donne ses conclusions
et le tribunal decide.
Loin de nous la pensde de blAmer


les magistrats qui simplifient les for-
malitds afin d'6tre en measure de statue
plus rapidement sur la liberal d'un ci-
toyen. Aussi c'est dans un intdrdt pure-
ment thlorique que nous nous deman-
dons si la procedure que l'on suit est
strictement conform a l'esprit et aux
textes du code d'Instruction criminelle.
Nous ne le pensions pas. Quand it y a
une parlie civil, l'article 93 du code
vent que la demand en liberty lui soit
notifiCe. L'original de cette notification
devrait done accompagner la requ0te
de l'inculp et itre transmise au Minis-
tere public come piece justificative.
A defaul de cetlle notification, la Cham-
bre du conseil a le droit de d4clarer
la demandee de mise en liberit non re-
cevable, quant a present. Elle ne pour.
rait l'accucillir favorablement que dans
le cas oil la parlie civil ne demeu-
rant pas dans la commune oi se fail
I'instruction, aurait omis ou ndgligd
d'y elire domicile par acte passe au
greffe. La parties civil qui n'a pas elu
domicile ne peun, aux terms de l'article
55 du code d'Instruction criminelle,
opposer Ie d6faut de signification des
actes qui doivent lui dtre notifids. L'in-
culpl devrait done joindre i sa requllt
ou l'exploit de signification de sa de-
mande de mise liberty ou un certificate
du greffe constatant que la parties civil
n'a pas dlu domicile dans la commune.
IDcider sans se preocuper de la partic
civil, n'est-ce pas lui enlever le droil
que lui confere I'article 99 du( code
d'lnstruction criminelle de discuter la
solvabilit6 de la caution offerle ?
Sur la notification de la deniande,
la parties civil peut intervenir pour la
sauvegarde de ses iint0rits. Rien ne
l'empiche de presenter des observations
sous forme de m6moire ou de requ6te.
Et la Chambre du conseil statue sans
qu'il y ait lieu a plaidoirie. La parties
civil peut intervenir mime si la de-
mande ne lui a pas 0di notifide.
Quand la demand de mise en liber-
td est produite au Tribunal correction-
nel, les conclusions sous forme de re-
quele qui sont prises a l'audience au
nom du pr6venu devraient au prealable
dtre notifies a la parties civil. Celle-ci








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 8(
jiiMCIU.YY' '- L *uiifini/JI r"^"T ^ I-'. ir^T-'^^ & 'WAK AWWMk#AWW


peut r6pondre par un memoire ou par
une requete. Le Tribunal doit 6gale-
ment statuer sans d6bat.
Les conclusions du Ministire public
ne lient ni la Chambre du conseil, ni
le Tribunal correctionnel. Contraire-
ment a son opinion, la mise en liberty
pent etre ordonnie. L'article 96 n'exige
pas, en effet, que la Chanibre du con-
seil decide sur les conclusions CONFORMES
du commissaire du Gouvernement.


L'ordonnance on le jugement accor-.
dant ou refusant la mise en liberlt peu-
vent-ils etre attaques? Par quelle voie
et dans quel dclai ?
Comme pour la procedure a suivre,
notre L6gis!ation a garden sur ces points
un silence deplorable. La loi belge
de 1852 el la loi franchise de 1865 ont
pris soin d'indiquerles voices de recourse
ouvertes contre les decisions accordant
ou refusant l'l6argissemtent, designer
lesjuridictions qui doivent en connaitre,
et de fixer-les ddlais dans lesquels les
recours doivent Itre exerc6s. Toutes
ees lacunes sont encore a combler dans
notre code d'Instruction criminclle.
Aucun de ses textes n'autorise ou l'op-
position ou le recourse en cassation soil
centre l'ordonnance de la Clhanbre du
conseil soil contre le jugement du Tri-
bunal correctionnel.
Pourtant si la Chamlbre du conseil
ou le Tribunal correclionnel ordon-
naient l'dlargissement de l'inculpl ou
du prevenu d'un fail pouvant etre pu-
ni d'une peine afflictive ou infamante,
le Ministlre public restorait-il impas-
sible et devrait-il laisser cosommer
cctte violation de la loi ct cet exces de
pouvoir'? Serail-il enti6rement desar-
m1e ct n'aurait-il aucun moyen de faire
reformer de pareilles decisions?
L'inculpd n'aurait-il pas le droil d'at-
taquer l'ordonnance qui, en lui accor-
dant son 6largissement, fixerait un cau-
tionnement excessif, au-dessus de celui
autoris6 par la loi ?
Et la partie civil don't les intdrdts
auraient 6t1 sacrifics.
L'article 115 du code d'Instruction
crimintlle autorise le Ministere public


et la parlie civil a s'opposer A la mise
en liberty de l'inculp6 en formant op-
position a l'ordonnance par laquelle
l'on aurait d6clard qu'il n'y a pas lieu
a poursuivre.
L'article 320 du mime code permit
au Ministcre public et a la parties ci-
vile de so pourvoir on cassation m6me
centre le jugemeut qui aurait acquitt6
le prevenu.
Ainsi, il est loisible an Ministere pu-
blic ou A la partic civil de retenir on
prison l'inculpd contre lequel on n'au-
rait relev6 aucune charge on le pr6ve-
nu absous par jugement Et le com-
inissaire du Gouvernement n'aurait pas
le droit d'allaquer une ordonnance on
un jugement qui int6resserait l'ordre
public ca elargissant I'inculp6 d'un
crime !
Nous pensions qLu la voice de l'oppo-
sition est ouverte, dans les d6lais et
suivant les formes prescrites par l'ar-
ticle 115 du code d'Instruction crimi-
nelle, au Ministere public, a la partic
civil, a I'inculp6 contre l'ordonnance
de la Chambre du conscil accordant
ou refusant la mise en liberty. Les
m0mes parties peuvent, par un re-
cours en cassation, altaquer le juge-
ment du Tribunal correclionnel qui
aurait status sur une demand d'6lar-
gissemenl.
s Le jugement rendu sur la demand
i en 61argissenIentpelut 6tre attaqud par
t le prevenu, s'il lui a refuse la liberty
I provisoire, ou s'il no la lui a accorded
a qu'a la charge d'un cautionnement
a xcedant le taux fix6 par la loi.- I1
5 peult l'trc par la partic civil, si le
q cautionnement impose an prevenu ne
lui parait pas suffisant pour garantir
s ses interests. -- II peut l'6tre par le
Minister public, si le jugement a ac-
cord6 la liberty dans un cas oui celui-
ci pense qu'clle cut dt, d'aprL s la loi,
a ctre refusc6e, ou Si lc cautionneient
a fixe dans l'inthirt de la vindicte pu-
s blique parait an Minisltre public n'a-
( voir pas d6t port a un chiffre assez
<< l1eve. Mais la parties civil n'est
( pas recovable a attaquer le jugement
come ayant inal a propos accord
Shla liberal au prevenu ; car I'exercice








81 REVUE DE LA SOCItTIE DE LEGISLATION
Of...'4'^.y.^wy.^-Hfi L^''Y w *sT~flr~i~y^~~yyy.^-^ ^ ^.^^^^i/^^^^ .iy?;^.-^'^ ^^ !


a de 1'aclion publique ne lui appartient
pas.- El, rdciproquement, le Minis-
a I1re public, Mtranger -i 1'action inten-
o t6e dans I'intdrdt de la parties civil
<< serait parcillement inadmissible i at-
.a taquer le jugcment, sous prctexte que
t( les droils de celle parties nie sont pas
< suIfisanlment garantis par le caution-
a nementi impose au prevenu. ) (a)
*
Quand l'ordo'nance de la Chambre
du LCoseil a edi rendue on le jugement
du Tribnial correccionnel prononce,
l'inculpd nle peul elre mis en liberty
qu'aplros avoir 1 fourni caution (art 96
c. Instr. Crime. ) ; 2o ilu domicile dans
lc lieu on siege le Tribunal Corroction-
nel, par un acle recu au greffe de cc
Tri'bnal ( art. 106 c. Instr. Crime. )
Notre legislation ne reconnait pas le
pri)ncipc do la nmise en liberty sans cau-
tion. Pas tde caution, pas d'dlargisse-
ment. II n'y a qu'un cas on la Cham-
bre du (C_'onseil est aulorisee a fire met-
tri I'iiiculp6 en liberle sans exiger la
caution : c'est ceui oi le delit n'est
pas de nature a cntrainer la pine d'em-
prisonnement. Dans cette hypothse,
1'article 117 du Code d'Instruction Cri-
mineli vent (que Ie pr'Cenu soil mis
en liberty, it la charge do so represen-
ter, i jour fixed, devant Il tribunal com-
pdtent.
Quelle (qu soit la minimit de 0 'in-
fraclion, si ellC doit 6tre punic de l'em-
)prisonnement, la loi veut que l'inculi)p
l'ournisse caution pour etre remis en li-
berte. 11 est regrettable que nos 16gis-
lateurs n'aient pas adopt le principede
1'ancienne caution juratoire. Quel dan-
ger y aurait-il a laisser an juge d'lns-
truction on ai la Chambre du Conseil la
faculil d'accorder 1'dlargissement avec
ou sans caution ? Les rddacteurs de
notre Code d'lnstruction Criminelle
n'ont pas, selon nous, tenu suffisam-
ment compete du milieu of ils dvoluaienl.
A Haiti, l'epargne est chose presque
inconnue et tout le monde, ou p1e s'en
faut, vit au jour le jour. Un pere de
lamille, de morality incontestable, peut

(a) Dalloz.--- Istruction Criminelle.


ne pas trouver, du jour au lendemain,
les quelques gourdes qui lui permet-
traient d'avoir sa liberld. Quant aux
journaliers, aux proldtaires, quelque
garantie qu'ol're leur bonne conduite,
ils sont, en fait, exclus du bundfice de
la misc en liberty provisoire. Si le Mi-
nistere de la Justice faisait publier des
statistiques, I'on conslaterait que les
mises en liberty provisoire ne sont pas
bien frequentes et que qIulque(s per-
sonnes, disposant d'une certain aisance,
peuvent setles l'oblenir. Le taux du
cautionnement est, en elfet, excessif,
exorbitant. Aux terms de I'article 101
du Code d'lnstruction Criminelle, mo-
dilil par la lot du 10 Aofit 1877, le can-
tionnement ne peut lere au-dessous de
deux cents gourdes. COe miniimumn n'est
pas A1 la portic de tout le monde. Que
de gens passent pour riches ct qui sont
dans l'impuissance de rdunir tout de
suite deux cents gourdes Nous devons
rendre cette justice auIx Chambres du
(;onseil que, dans la pratique, elles tem-
p),rent les rigueurs du code. La loi nc
leur permel pas d'abaisser le cautionne-
ment au-dessous de deux cents gour-
des lais elles ne vont pas 1non plus
au-ldel de ce taux. Que le fait emporle
ct 1'emprisonnement et l'amende ; qu'il
v ait on non parties civil, lecautionne-
mnent est invariablement fixd I deux
cents gourdes. Nous n'avons pas lo cou.-
rage de reprocher i nos Magistrats cette
interprelation abusive de 1larticie 101
dui code d'Instruction Criminelle. Si
quelques rares privilcgids peuvent, sans
se giener, ddposer deux cents gourdes
an grefle, combien de braves gens n1
posstdent pas m1me un litre de pro-
priet !
( Le taux du cautionnement doit
Setre une garanltie sans dtre un obs-
a lade ic la liberld ; il doit Otre un ien
pour tous el non un privilege pour
< quelques 1uns. 11 faut qu'il soitpropor-
< tionn6 aux resources du prevenu.
SIL'dgalite de la some conduirait a l'i-
a negalite de la loi ; elle crderait par-
Snmi les inculp6s des classes qu'elle
< admettrait i participer it ses bienfaits
a et des classes qu'elle en dloignerail.
a Elle serait pour les uns inaccessible,









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 8
, /y', '''d.r ^ r/, -: I; '#'VA # 'F#;.#-' ;;- ;^;.",, .; ; ,,.


< pour les autres inefficace. M. Livings-
C tone, dans le code de la Louisiane, a
< parfaitement precise la difficult :
, Le montant du cautionnement ne sau-
rait 6tre proportionn6 par la loi aux
circonstances de chaque cas particulier,
c'est un des points les plus imporlants
et les plus delicats de l'exercice du pou-
voir judiciaire. 11 doit etre balance de
maniere c ne pas permettre qu'un dd-
linquant riche echappe i la loi miyen-
nant le pavement d'une peine pecuniai-
re, ni qu e e privilege soit en dehors
de la porle du plauvre. Alin d'en fair
une garanlie certain de la comparu-
tion de la parties, ii doit itre ddtermind
par les considerations suivantes : 10 la
nature de la punition A infliger en cas
de condemnation ; 2" la situation pdcu-
niaire de la personnel accuse. ............
...... ,e pauvre pout etre surcharge par
l'imposition d'un cautionnement qui se-
rail de nulle garantie pour la comparu-
tion du riche. 11 est de l'essence dui
cautionnement d'dtre variable ; c'est sa
mobility qui faith son 6galit6 et sa puis-
sance. (a)
Ces sages considerations avaient mal-
heureusement echappd ;A l'altention des
redacteurs de notre code d'Instruction
Criminelle. Le minimum du cautionne-
ment est uniform dans tous les cas et
pour tons les inculpes. Qu'il s'agisse
d'un ouvrier ne gagnant que cinluante
centimes par our ou d'un banquier opu-
lent, le caulionnement ne peut 0tre au-
dessous de deux cents gourdes Et il
pett itre plus 1cevd. Si l'on appliquait
a la lettre l'article 101 du code d'lns-
truction Criminelle, le cautionnement
atteindrait souvent le maximum. Voici
le textl de cet article. t Le cautionne-
ment ne pourra etre au-dessous de qua-
tre cents gourdes (deux cents) (b). Si la
peine correctionnelle Mtait :i la fois 1'em-
prisonnemen t et une amende don't le
double exddLt quatre cents gourdes
(deux cents), le cautionnement ne pour-
rail pas Otre exig6 d'une some plus
forte que le double de celte amended,

(a) Boitard. Legous de Droit Criminel.
(b) Laloi du 10 Aoit1877 a fixed le minimum
a deux cents gourdes.


s'il 6tait resulted du delit un dommage
civil appreciable en argent, le caution-
nement sera triple delavaleur du dom-
mage ainsi qu'il sera arbitri pour cet
effet settlement par le juge d'Instruction;
sans n6anlnoins que, dans cc cas, le
cautionnement puisse 6tre au-dessous
de quatre cents gourdes (deux cents). i
La chambre du Conseil ne pent dimi-
nuer d'un centime le minimum dui cau-
tionnement ; elle ne pett non plus d(-
passer le maximum fix6 par la loi. Ainsi
si la peinei appliquer tlaitl'emprison-
nement et une amended e cent cinqiuate
goiurdes, le cautionnement ne peut ilre
exige d'une some plus forte que trois
cents gourldes qui serail le double dt
l'amende. Dans 1'esp'ce, la sommue de
trois cents gourdes est le maximum que
la Chambnre du Conseil ne doit pas de-
passer. Mais elle n'est pas oblige non
plus de l'atteindre. C'est une faculty qui
lui est laissee de fixer le c:utionuenmein'
an double de l'amende; ce n'est pas
une obligation qui lui est impose.
Quand ii est rdsultd tdu ddlit un dom-
mage appreciable en argent, la fixation
du maximum est un peu livrde h l'ar-
bitraire du juge. Le cautionnement doit
etre triple de la valeur du domnmage.
Et c'est le judge d'lnstruction qui apprd-
cie et indique la valeur de cc domnage.
S'il lui plaisait d'dvaluer le donunage
a mille gourdes, le cautionnement se-
rait alors de trois mille gourdes. En cc
cas, c'est le juge d'Iistruction qui fixe-
rail le taux du cautionnement.
A notre humble avis, nous pensions
qu'il rIsulte de l'esprit de notre code
d'lnstruction Criminelle que le droit de
fixer le taux du cautionnement compete
a la Chambre du Conscil ou au Tribu-
nal appel6d statuer sur la demand
d'6largissement. Le juge d'Instruction
ne pent ni accorder ni refuse la Mnise
en liberty ; cc pouvoir appartient a la
Chambre du Conseil. Pour decider, cctte
chambre n'est lide ni par les conclu-
sions du Ministre Public ni nmeme par
l'opinion personnelle du juge d'Instruc-
tion qui la preside. Elle nest done pas
obligee d'adopterles indications du juge
d'lnstruction qui a arbitrt le dommage.
L'article 101 veut seulement que le cau-








3 REVUE DE LA SOCIRTE DE LEGISLATION
exe X,, e e eel, 0 e X e e e w / e e / e e e e e---e e I Ie e / e / / / le / / e I a d. e ..,


tionnement ne soit ni au-dessous de
deux 'cents gourdes, ni plus 6lev6 que
le triple du dommage arbitr6 par le
juge d'Instruction.
L'on sera peut-Itre tent d'objecter.
que le droit du judge d'Instruction d'ar-
Lilrer la valeur du dommage devien-
drait illusoire si la Chambre du Conseil
pouvait n'en tenir aucun conpte. Mais,
pourrait-on repondre,si la (Chambre du
Conseil 6tait lenue d'adopter Ic chiffre
indiqu6 par le juge d'Instruction, elle
abdiquerait le privilege qui lui est con-
firt d'accorder la mise en liberty et de
fixer le taux du cautionnement ; une
evaluation exagori de de la valour du
dommage rendrait, en effet, tout 61ar-
gissenient difficile, sinon impossible.
D'ailleurs c'est par inadverlance que
1'ancien article 119 du code francais
avait laiss6 au juge d'[nstruction le soin
d'arbitrer la valeur du dommage. Dans
le project du code francais, c'6tait ce \la-
gistrat qui Mtail autoris hl a ccorder on
it refuser I'61argissement; cc pouvoir,
lors du vote du code, lui ful cnleve et
conf6-e i la Chambre du Conscil ; mais
1'on omit de modifier l'article 119 qui
est devenu l'article 101 de noire code
d'lnstruction Criminelle. C'est done par
erreur qu'il a 6tc laiss6 an juge d'Ins-
truction la faculty d'arbitrer la valeur
du dommage civil.
En rtaliti, nos juges d'Instruction
n'usent gu~ie de ce droit. La Chambre
duI Conseil en statuant sur la demand
d'dlargissement fli e ellc-mmec, et dans
la mnme ordonnance, le montant (du
cautionnementt. lais ily a, datnsle texte
de l'artice 101, tine cause deconflit pos-
sible ; et si cc conflict eclatait quelquc
part, c'esl l'inculpe qui en patirait.
Quand le dWlit doit 6trepunidel'em-
prisonnement, de l'amende ct a caus6
un prejudice appreciable en argent,
commentddlerminer le taux du caution-
nement ?
Faut-il le fixer seulnment au double
de l'amende ou an triple de la valeur
du donmmage ? Ne doit-on pas pluL6t
determiner Ie montant du cautionne-
str la double base de l'amende et du
dommage? D'apris 1'article 103 du code
d'Instruclion Criminelle, les espices do.


posies et les inmmubles servant de can-
tionnement sont affects par privilege
lo au paiement des reparations civiles et
des frais avanc6s par la parties civil ;
20 aux amendes.......Le cautionnement
doit done repondre au double but que
vise cet article 103. Si pour le d6ter-
miner, I'on ne tenait compete que de
I'amende it encourir, il sc pourrait faire
que les droits de la parties civil fussent
insuffisamment garantis.
e II nous parait que la loi, en cher-
chant la base du cautionnement, a vou-
lu prendrc les difflrents l6tments, ap-
preciables en argent, qui pouvaient con-
courir i son evaluation ; ces dlimen/s,
qui sont l'aniende et le doinmage, peu-
vent etrc separis ou rdunis. Or, faut-il
admlttre que, dans l'une ct l'autre hy-
pothOse, la base de 1'evaluation soit la
mnmem ? Que l'emprisonnement colmbi-
ne avec l'amende et le dommage ne doi-
ve pas entrainer un taux plus elev6 que
s'il n'est joint qu'it un seul de ces deux
edlments. L'arlicle 119 (1) est redige de
mani6re que les deux bases de maxi-
inum qu'il 6tablit peuvent etre prises,
soit isolement l'une de l'autre, si le faith
n'est pas possible d'amende on n'a pas
caus6 dedonmnage, soil cumulativement
si ces deux circonstances coexistent a
la fois. ) (2)
Adoptant l'opinion de Faustin-Hilic,
Dalloz ajoute que le cautionnement
ne doit plus tlre seulement de l'une on
de l'autre dtes deux sommes, mais bien
de ces sommes rdunies, car la loi a
voulu garantir tout it la fois et l'int[ret
de la vindicte publique et celui de la
parties Ids6e. Cela d'ailleurs a ktC recon-
nu dans la discussion au Coneil d'Etat :
Quelque argument, a dit M. Berlier,
qu'on ait voulu tirer de l'6normit6 des
caulionnements exiges en Angleterre,
on ne saurail attaquer le project actuel
come insuffisant sous c rapport,
puisque, independamment du caution-
nement pour les anmendes, ce cautionne-
ment s'il y a des inlidrts civil Idsss,
doit (lre Iriple de la vItle r dii dom-
minge. )
(1) 101 du code hailien.
(2) Faustin=iH elic.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
w-^ -/ Y / / r: / 1 */ /:.I / y / y /E /J -^ y,/ f "/ / /- I ; /-y /Y ,y y / ./ // / y 7 ," / 0,'*y-' ,


Quand le ddlit, i part l'emprisonne-
ment, doit lire puni de l'amende et a
entraiin un dommage, la chambre du
Conseil devrait done, pour sc confor-
mer i l'article 103 du code d'Instruc-
tion criminelle, adopter, en lixant Ie
taux du cautionnement, la double )base
de l'amnende et des reparations civiles.
Mais, si le plaignant ne s'6tait pas en-
core conslitue partic civil aut moment
oi lan demand d'dlargissement dtait
produite, la chambre du conscil pour-
rait-elle faire entrer la reparation du
domnnage dans Ie taux du cautionne-
ment ''
I! convient de fire observer que l'ar-
ticle 101 (du code d'Instruction crimi-
nelle n'a ctalli aucune distinction. L'ar-
licle veut que, pour fixer le monlant
du cautionnement, l'on tienne compile
du dommage resultant du dtlit et ne
se preoccupe pas de savoir s'il y a ou
non p1artic civil en cause. Le legisla-
teur n'a, sur ce point, mis aucune res-
triction au pouvoir de la Chambre du
Conseil. En l'absence e tme de oute
partic civil, elle peut decider que I'in-
.culpd d6posera une some suffisante
pour garantir les droils eventuels de
cette parlic. II ne faut surlout pas ou-
blier que 1'article 54 du code d'Instruc-
tion criminelle autorise le plaignant i
se porter parties civil en lout 6tat de
cause, jusqu'a la cloture des d6bats.
A Saivre.
J. N. LEGER.


Histo riquedes Frontiirs dominicano-
haitiennes

SPour fire cettc etude nous nous ba-
sons uniquement sur les documents
6pars dans les ouvrages dominicains.
Qu'on nous- permette de remonter i
1'origine de la question.
L'ile d'Haiti, que Colomb appela Es-
panola ol Hispanola fut jusqu en 16:30
colonis@e exclusivement par les Castil-
lans. Vers cette 6poque quelques aven-
turiers francais et anglais chassis de
F'lle ( St Christophe ) s'emparent de la


petite ile de a la Tortue ) ct plus tard
de la cote seplentrionale de la k grande
terre ).
L'6tat de misere oit se trouvait la
colonies espagnol e n permit pas ai ses
gouverneurs de la d6lfendre avec grand
succes contre les nouveaux envahis-
seurs ; anssi le gouvernelent de Ma-
drid s'alarma-t-il quand ii apprit ol'li-
ciellement la nomination d'un gouver-
neur pour la naissante colonic rival.
11 se hlita de ddepIcher i Sanlo-Do-
mingo don Pedro Carvajal en quality
de capitaine-gendral (1(i66). Celui-ci,
iune Iois debarqud, s'empressa de pi-
parer (1663), ine (< e(.r-pd(itioIn (d 5')()
hommnes qui p1'inlra" har'diment danis les
possessions franlcises par' les f/ontlic(res
(du Cibao. (1) (\oir stir la care la po-
sition des months Cibao.)
Tandtis que Pedro Carvajal agit en
personnel, un de ses lieutenants, parnti
du Cotui, atlaquait la pre s'Ill'ile de Su'-
1mnitrc ( qi etait au pouvoir des fil)is-
tiers ct des colons francais depuis 163).
(2)
La guerre entre Flrancais el Espagnols
fut sanglante, barbare. Mais de I'aveu
de l'historien dominicain Garcia, ccs
derniers se bornaient it detruirCe les
points qui tomibaicnt en leur iouvoir
et a les abanldoiiner al)r's avoir ac-
compli des acts de vandalisine : aus-
sitt leur ddpart, Ices Francgais les rd-
occupaient.
En 1667, Carvajal est rcmplac6 par
Ignacio de Zayas Bazan.
Celui-ci n'a rien de plus press que
de demander ai Madrid des troupes
pour repousser les Francais (qui s'a-
vanmaient dans l'inl6rieur des terres et
menacaient ddja les elablissements es-
pagnols situds dans la parties Sud-est
de 'ile.
azxan depecha un de ses lieutenants
qui pinetre dansla colonies rival, s'em-
pare de quelques positions, mais en-
~------------- -
1/ J. G. Garcia Conmp. de Historia de( St
Domingo. page 107. tome I.

(2) Boletin Eclesiastico. Apunles para la His-
toria ec. de la Arq. de Sto Domingo. page
535, No 67.








85 REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION
i%/^?. /,yy-y;.y/:x.w^ .^'^/,^..y^lr~l/^//^/^/ ^//^//^.-^y^:w^^wy.;^^^^^^~~ jg


velopp6 de tous c6tes, paye de sa
vie sa folle tI6mrit&. A sa mort, ses
troupessont tallies en pieces et livrent
a I'ennemi une grande etendue de
territoire.
Les Espagnols affaiblis par des revers
trop souvent repdtes se rdsigncnt a fair
la guerre de partisans. Ce system ne
laisse cependant que d'etre fort dlsa-
greable aux colons francais, qui, tout
en se livrant aux travaux champktres,
out i riposler a un ennemi le plus sou-
vent invisible, ct cela quand ils s'y at-
tendent le moins.
Pour obvier ti un tel 6tat de choses,
le gouvcrneur francais d'Ogeron rdsout
de conquerir la colonies espagnole.
En 1666, il 6quipe une expedition
de 500 homes qu'il confie au Capi-
laine Deslile, officieir de grand courage.
Celui-ci d6barque a Puerto-Plata, se di-
rige vers 1'intdrieur, e, malgr6 la r6-
sisfance qu'il rencontre, s'empare de
Santiago, la Capitale dn Cibao ; mais
n'ayant pas asse de nionde pour gar-
der le pays, il abandonne sa conquite
apres avoir fail Ie plus de mal pos-
sible aux plantations et aux popula-
tions.
Toute la cote septenlrionale jusqu'il
Samana tlait au pouvoir des Francais
(1673).
D'Ogeron visible la presqu'ile de Sc-
mana en 1674, reconnait I'importanca
de la localild et se ddeide it la coloni-
ser el it la conserve quand m0me. En
effel, il y < fonde un etablissement,
crec une administration rtgulire, a
laquellei il imprime une forte organi-
sation
(< A cette epoque, sous le rapport spi-
d rituel, Samana est gouvern6 par des
pr1lres francais entifrement inddpen-
( dants du prelat de la colonies espa-
gnole. > (1)
En 1675, d'Ogeron passe en France
solliciter du gouvernement les moyens
necessaires pour meltre i execution son
project favor : la conqudle du reste de


(1) Boletin Eclesiastico -- loco citato.


File. Malheureusement il ne lui est pas
donn6 de rtaliser son rove : I'anne
suivante, il rend le dernier soupir L
Paris (1676).
La paix de Nimegue est conclude entire
la France et 1'Espagne. Robles, gou-
verneur -pour 1'Espagne, s'empresse,
sit6t qu'il en recoit la notification,
d'envoyer Don Juan Bautista Escoto
au gouverneur francais de Pouancev lui
annoncer 1'existence de la paix entire
leurs m6tropoles respective et lui pro-
poser un accord (deinilif touchant la
ddlimitation de leurs possessions.
Mais au grand etonnement til gou-
verneur francais, l'envovy espagnol
lui propose de reconnaitre possession
francaise seulement le territoire qui s'e-
lend i 1'ouest de la rivi're Rebouc
(Guayubin). D) la source de cetle ri-
vi(re, une line droite, conventioinelle,
aboulissant it la BWate d(limilerait les
les deux colonies vers le Sud. (2) Ce-
pendant la c6te septentrionale et la
presqu'ile de Samana continuaient d'etre
au pouvoir des Francais.
Sur ces entrefailes arrive dans File
la declaration de guerre entire la France
ct 1iEspagne.
La marine franCaise inflige bien des
dommages aux colonies cspagnoles.
Monsieur de Cussy, gouverneur de la
parties franchise de File, recoit I'ordre
de conquerir la paric espagnole. )e
concert avec Mr de Franquenav, il
1'envahit en 1690 i la Iae de -100 hom-
mes de cavalerie, 400 d'infanteric, et
150 porteurs. Le 6 Juillet il s'empare
sans coup fdrir de Santiago, qu il rd-
duit en cendres.

[A stivore]
ALEXANDRE POUJOL.


(2) I. G. Garcia. Hist. de St Domingo page.
112. tome I.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


La liberte provisoire sous caution

( Suite et Fin )
Les formalities concernant le ddpot
du cautionnement ne soulevent pas de
grades difficulties. Si 1'inculp6 d6pose
des espices, ii les remet au greffe; et
sur la quittance du greffier, les autres
prescriptions observes, il doit etre mis
en liberild.
Quand le cautionnement consist en
immcublles, ces immeublles doivent 0tre
libres d'hypothequle et valoir le non-
tant du cautionnemnent et une moi'ie
en sus ( art. 99 et 100 C. Instr. Crim. )
L'inculpc doit done joindre aux tires
de propriety i d6poscr au greffe un cer-
tificat idu conservateur. des hypothe-
ques attestant que l'immeuble est libre.
Le Ministere Public et la partic ci-
vile )euvenl, sans attendre le jugement
ddlinitif, prendre inscription hypothd-
caire sur l'immeutble qui sert de cau-
tionnement ( art. 103 C. Instr. crim )
L'inscription prise par le Commissaire
du Gouvernement profit I la parties
civil et reciproquement.
La caution offerte pent itre discutde
tant par le Commissaire du G(ouvcrne-
ment qu(e par la parties civil ( art. 99
Instr. crim. ) Le l6gislateur ii'a pas in-
diqud devant quelle jurisdiction la dis-
cussion se devrait faire. Cette discus-
sion ne peut avoir lieu que devant la
jurisdiction qui a status sur la demand
d'elargissement. Le plus- souvent c'est
done devant la chambre du conseil que
les parties seront appelees si la caution
est contestic.
*'

Nous ne pouvon:, terminer cetle trop
longue etude sans resumer les modifi-
cations que nous serious heuircux de
voir apporter a note code d'lnstruc-
tion Criminelle.
10 ,'on pourrait, sans danger aucun,
laisser au juge d'lnstiruction, arm6 du
droit de d6cerner le mandate de ddpit
ou d'ai'rrt, la facultW d'accorder en toute
maliere, la mise en liberty provisoire.
Mimne pour crime, Ic juge, quand il
trouve, dans la personnel de l'accusd,


de suffisantes garanties, devraitpouvoir,
sur l'avis conform du Ministere Public,
le laisser en liberty. On ne ferait ex-
ception i ce principle que pour cerlains
crimes; on quand l'dlargissement de
l'inculp6 serait de nature i froisser la
conscience publique.
Par centre, pour certain ddlils, I'in-
culpd devrait avoir le droit, sans inmme
avoir Iesoiu de Ie reclamer, de n'itre
pas mis en etat de ddlention. 11 va sans
dire que le juge d'Instruction scrait,
suivani les circonslances, autorise a
rdvoquer l'dlargissement qu'il aurailt ac-
cord&.
20 11 devrait 0ire aussi facuIlltil' an
juge Id'lnstruction d'accordar lI'largis-
secnlel anec ou sans caution
3" 1)tuand lc juge croirait devoir exi-
ger une caution, il devrait pouvoir la
proiporionneraux resources de l'incul-
pd. 11 fandrait, par co.nsdquenl, adop-
tant le dderit dtu (ouvieriementl fran:-
cais du 23 Mars 18IS8, suppl)imcer Icmi-
ninmum tout en limianit Ie maxinmuin
du caulionnemenl. ())liger l'inculpe,
quelle que soil sa situation pecuni irice,
a dtposer un cautionnemeni quli ne peiut
Otre moindre de deux cents go.urdes,
c'est le plus souvent l'ecarter du Ibind-
fice de la liberty provisoire ; c'est en
river toute unc categoric de ciloyens ;
c'est en exclure le pauvre !
4o A)prs le rapport du juge d'lnslruic-
tion, ilserait honde donner it la Clham-
bre du Conseil competence exclusive
pour staluer sur les demands d'dlar-
gissement. Les condamni s menme qui
.voudraicnt rendre lcur pourvoi admissi-
ble, s'adresseraicnt i elle pour obtenir
leur 1largissement provisoire.
5 Le taux du cautionnement serait
fix par le juge apple it statue sur la
misc en liberty.
6" Autoriser, par des textes formels,
le recourse contre lesdecisions relatives
i l'ilargissement provisoire ; indiquer
les delais oui cc recourse doit-dtre exer-
c cet la jurisdiction appelde ai en con-
naitre.
*

Ces rdrormes se peuvenl rdaliser. II
surfit de vouloir. La detention pr6ven-








87 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
. ~ A.

tive est, h Haiti, une sorte de calamity.
L'instruction de la moindre affaire peut
durer fort longtemps, sans qu'il y ait
aucun reproche a faire aux juges ; car
les moyens de communication ne sont
pas des plus faciles et I'on ne trouve
pastoujours comniod6ment les temoins
don't on abesoin.Le Ministre de la Jus-
tice, les chambres, qui se d6cideraient
a modifier notre code d'Instruction Cri-
minellcpour faciliter les mises en liber-
t auraient certes bion mnril6 de la R16-
publique. Us auraient, a c6td d'un pro-
gras accompli, faith un acte d'humanite.
A l'oeuvre, Messieurs ; de petites rd-
formes immortalisent parfois un nom.
Port-au-Prince, 20 Aofit 1895,
.1. N. LiECEI1.

HISTOflTQUE
ds Fr0ntiEres dominicano-haitiennes

(Suite)
L'annce suivante, c'cst la coloniefran-
caise qui a a souffrir des ddpredations des
Espagnols. Le Cap est pris et incendi6.
M.Du)mas, apr&s ledepart des Castillans,
rebl)tit la ville ot v ramine les families
qui l'avaient albandonnee. Quelques
temps apires, M. Ducasse pensese ven-
ger de la prise du Cap, mais il est ar-
r6td dans ses projels par le. d6barque-
ment des troupes anglo-espagnoles sur
les coles septenlrionales : 21 vaisseaux
de guerre anglais jettent 400() soldats
sur diff6rents points du littoral coin-
pris entire Montecristy et Port. de-Paix
1695). Apres avoir enlevi uin rich lbul-
(tin, les allies retournent a Sto 1omingo.
Tandis que Francais et Espagnols so
disputaient avec tant d'acharnement la
possession du pays, la France, 'Espagne
la Hollande et I'Allemagne signaient
le trailt de Iyswick, le 20 Sepltmbre
1697. Par ce trailt 1'Espagne rentrait en
possession des places et territoires que
la France lui avait enlevds depuis la
paix de Nimdgue, et cidail en retour
a celle-ci touted la parties seplentrionale
et occidental de I'ile de St )Doiniigue.


La nouvelle de la conclusion de la
paix de Ryswick ne tarde pas a arriver
dans les deux colonies. Le gouverneur
espagnol d(peche d(on Pedro Morel, en
quality de commissaire pros de son col-
lguc pour fixer avec un comminssaire
francais les limits qu'elablil le dit
trait : la nouvelle ligne front re part
du Cap-La-Roca, a l'ou.est de la pres-
qu'ile de Samana, passe entire la VNga
et le Cotui, traverse la Vallee de Cons-
tance et va abouir a la pointe e a
Bea1e, sur la c6te miridionale. (1)
Cependant malgr6 le trait de Rvswick
le President doe 'Audience Royale don
Severino de Manzamida some, le 6
Fdvrier 1699, Mr Ducasse, gouverneur
de la parties francaise de retire ses
gardes ou vigies des positions occupies.
Coelui-ci repond en envoyant Monsieur
)Duquesnot, qui consent a cc que jus-
qu'a la decision de Icurs gouvernements
respectifs, les posters soient maintenus
a la riviere IRcbouc (Guayubin), cc qui
est L)eaucoup accorder quand on a droit
a tout le territoire qui s'etend de cette
riviere au Cap-La-Roca pris de Samana.
C('est vers cette 6poque, (1700) queparait
une carte de 1'ile de St D)oingue, gra-
vec par Mr N. de Foer, gdographe du
roi d'Espagne, on les limiles (comlmlCen-
cent ia 'Est de Portl-Plate, (Puerto-Plata)
sur Ia cote nord, iraversent lile et vien-
nent se terminer d l'embouchure de la
rivirde de Neybe. /Bilbliothlique de Ma-
drid. )
Le trailed de Ryswick est mnconni
de part et d'aultre, car les Presidents
de 1'Audience Royale se permettent de
leur seule autoritd d'intimer l'ordre aux
gouverneurs francais de reculer leurs
postes vers l'ouest ; ceux-ci, a leur
tour, ne se croient nullement obliges
d'6vacuer la presqu'ile de Samana et
ses d0pendances reconnues territoire
espagnol par le dit traite. El ce n'est
que le 13 Janvier 1700, que le gouver-
nement francais so decide, apres une
attaque des indigines du Cotui, en re-
pr6sailles des incursions de ses ressor-
tissants, i abandonner la presqu'ile ct
la baic.

(1) J. G. Garcia, loco citato, page 123, t. I.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Cependant cette evacuation ne parait
pas intdresser beaucoup le gouverne-
ment espagnol, car il y delneure indiffe-
rent jusqu'a 1756, 6poque a laquelle,
sur les instances du President de l'Au-
dience Rubio, le cour de Madrid sc dd-
cide i s'assurer ce territoire.
Les gouverneurs espagnols persistent
a ne pas respecter le trait de 1697. Ils
ne cessent de demander aux govcer-
neurs francais de reculer leurs poses.
Le 7 Novenmlre 1701, Ic Prdsident de
l'Audience, Manzameda, faith an gouvce'-
neur d(e Galifet, une nouvelle somna-
tion de ramener ses vigies jusqu'i Cn-
racol, on tout anl Ioins jusqu'a Yac-
quesi Galifet repond en sommant
a son tour le Prisident dt se tenir ia
la leltre de la convention faite parl'en-
tremise du procurour DIuquesn)t en
1699.
L'av&evnemnent au tr6nA de Philippe
V aplpaise les querellcs. Mais les vio-
lences el les envahissements nle ardent
pas a recomnmencer des deux col6s,
on brfile, on ddvaste, on pille.
Le gouvernour tde la colonic franchise,
M. Charles de Bldnac, concoit un hard
plan de conqnute. II charge M. Charilc,
lieutenant du roi, dti se rendre it Santo-
Domingo accompagni seulement de
quelques piqueurs afin tie laisser croire
qu'il s'y rend pour une mission pacifi-
que pres du gouverneur espagnol don
Pedro de Niela y Torres, qui lc recoil
chez lui avec tous les dgards dus i son
rang. Tandisque M. Charile entire i
Santo-Domingo, une flotille do biti-
ments lIgers scpresento ai l'embouchure
de I'Ozama. Les troupes qui sont i
board sous uu dcguisement, debarquent
sans trahir le but de l'expddition. Le
plan est sur le point de rdussir: uine
indiscri'ion le fail echouer (l).
Monsieur Charite n'ayant pas tout
son monde sous la main se voit oblige
de s'cmbarque pOr pour la parties franchise.
Le gouvcrneur de Niela et le IPrsi-
de l'Audience Royale dtpechent : Mr
de Blenac, qui se trouvait alors i Ld-
ogane, Senor Ramirez, commandant
d'Azua et aux autorites du Cap don

1) .1. G. Garcia, loco citato, page 129, tome 1.


Pedro Morel, commandant en titre de
Santiago pour se plaindre d'une pa-
reille donduite et les summer de retire
leurs gardes des positions occupies.
Mais les r6ponscs dnergiques des an-
torites franchises qui s'appuient sur le
trails de Ryswick, restent sans clTel.
En 171-4, nouvelle consonmation du
President de l'Audiencc, nouveau re-
fus inergique de Mr de Blnac.
En 1715, Fernando de Constanzo rem-
place de Niela dans Ie gouvernemenlt
de la colonieespagnole. Le 20 Mai 1715,
le nouveau gOLuverlneur 1re-.oi de la
court de Madrid l'ordre formal de lais-
ser les Francais en possession des po-
sitions qu'ils occupant. (1)
Sur ces entrefailes la guerre est d(t-
clarde entire la France et l'Espagne.
Vite les autorites espagnoles proplosent
et oientienno la nuutraliId de l'ile
d'apris l'accord iiilervenu, clles n'iront
pas an delia du Rehouic ((G ayabin), le.o
Francais no dopasseront pas Capolille.
Cet accord tie tarde pas 'i ir'e violet
( 1727 ). Les Espagnols classent de
Hinche e ties localilds avoisi nan Lts Icurs
rivaux qui les occupaient depuis 1698((2)
Puis un corps tde garde espagnole va
s'installer sur la rive droite de la ri-
vidre Dajalon ou Massacre. De 1728 a
1729 les Espagnols ravagent T'rou-Gens-
de-Nantes, tdpendaniccede Ouanaminlie.
Seize ans plus tard, en 1730) don
Gonzalo Fernandez de Oviedo, com-
missaire d( guerre de la partic cspa-
gnole ct Mr de Nolinos, commandant
des fronli6res de l'Ounes pour Ic roi
de France convicnnent de no pas id-
passer an nord la riviere Massacre et
au Sud la rividre Pedernales et de s'ar-
reter dans la plain de Goave aux en-
virons de Hinche.
Ccpendant on 1736, le nouveau gou-
verneur 1'rangais Mr de Favet iarche
conlre les Espagnols et les cliasse de
leurs retranchements. Le colonel don
Nicolas dte Guridi propose au noin dtu
gouverneur espagnol une nouvelle d(-
limitation qui est acceptco.

(1) G. Garcia, Hist. page 129, t. I.
(2) Garcia, list page 131, t. 1.









9 REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


Mais cette proposition n'a pas de
suite, car le gouvernement francais re-
fuse de reconnaitre les concessions
faites par Mr de Fayet. Les milices de
Hinche, de Banica et de St Jean sont
mobilises pour tenir en respect les
Francais des environs.
L'annee suivante (1737) les Frangais
s'emparent de Hinche, de Dajabon, de
Monte-Cristi, de Porte-Plate, de las
Matas, de Neybe.
c(Les Espagnols au nombre de 6000
< sont dissOmines (1737) dansles ruines
, du Cotui, de Santiago, d'Azua, de
k( Banica, deMonte-Plata, de Bayaguana
( de Higuey, de Santo-Domingo et du
(( Seybo, confesse J. G. Garcia (Hist,
page 134. t. I).
En 1756, Monte-Christ tombe au pou-
voir des Espagnols qui le d6clarent
port franc pour dix ans. La monme
annee ils s'emparent de Porte-Plate, et
occupent Samana et Sabana-la-mar(1)
La paix de Fontainebleau (1763) per-
met L la France ct a l'Espagne de re-
prendre les negotiations relatives a
une nouvelle d6limitation definitive de
frontieres. Le come d'Estaing est char-
gc de se rendre a St Domingue pour
rdsoudrc la question avec les autorites
espagnoles. Mais sur sa declaration
formelle que les droits de la France
s'etcndent sur toute la c6te septentrion-
nale jusqu'; la presqu'ile de Samana
inclusivement ct sur tout le bassin de
la Rividre Yaque du Nord jusqu'a la
Vega, (Trailt de lRyswick) le gouverne-
ment espagnol rompt les n6gociations
(1764). (2)
C'est en cctte annie (21 Octobre 1764)
que la court de Madrid insisted prcs du
President de l'Audience Royale, Senor
Azlor, pour qu'il s'efforce de ddloger
des montagncs Bahoruco, les lngres
francais marrons, ou de les gagner A
sa cause en leur promettant la liberty
et toutes lesgaranliespossibles. (3) Alais


(1) Garcia --- His. page 142. t. I.
(2) Garcia --- Hist. page 145, t. I.
(3) Hlolelin Ecclcsiastico de Sto )omiingo,
page 535, No 67.


toutes les tentatives d'Azlor restent
vaines.
Ce n'Mtait pas du reste la premiere
fois qu'on essayait par les armes et
par des promesses fallacieuses d'enle-
ver ces malheureux es'laves fugitifs de
leurs retraites inexpugnables. Depuis
1690, les troupes espagnoles ltaient
venues se heurter sans succ6s contre
le Bahoruco, ce boulevard de la liberty.
Enfin aprls bien des n6gociations et
des accords conclus et meconnus, est
signee A St-Michel-de-l'Atalaye, le 29
FIvrier 1776 entire Mr d'Ennery, gou-
verneur de la parties franchise et Senor
Solanogouverneur delapartie espagnole
uneconvention qui fixe les limites des
deux colonies. Les commissaires charges
de la pose des bornes terminent leur tra-
vail le 28 Aoiit. L'ann6e suivante, le 3
Juin 1777, le trait d'Aranjuez rend
definitive la convention de 1776, et an-
nule le trait e vde swick.
Le mecontentement des colons fran-
cais monte Ai son paroxisme. Is pro-
testent 6nergiquement centre la conven-
tion de 1776 et le trait subsequent
qui diminuent la colonic de plus de
deux tiers du territoire auquel, elle a
droit. Ils parent pendant un moment
de manifestation armie centre la md-
tropole ; mais craignant d'cveiller la
torpcur des esclaves, ils reviennent L
d'autres sentiments, tout en se promet-
tant de saisir la premiere occasion de
dIchirer le traii manlencontreux. (1)
On sait les evenemenls qui se preci-
piltrent a St Domingue et qui empi-
cherent cette intention de se manifes-
ter.
(ependant si les limits sont bien
marqudes par l'iii-possidetis vers le
nord (Massacre, St Raphail, St Michel,
Lascahobas, les dtangs), elles ne sont
point fixes vers la cite Ineridionale ;
car bien que le trails d'Aranjuez re-
connaisse pour limits dans cette par-
lie du pays la rivinre des PIdernales,
toute la montagne Bahoruco est oc-
cupec par des esclaves fugilifs qui d&-


(I) Moresa dC St.-,dry.








REVUE DE LASOCIlTI, DE LEGISLATION 9(


pendent de la jurisdiction francaise. (2)
Ainsi done pas plus que le traits de
Ryswick, le trait d'Aranjuez n'est ri-
goiireusement execut6.
Les possessions espagnoles vers le
sud se riduisent A' Neybe, i Barahona
et a Pctit-Trou (Enriquillo) (1777-1795).
Mais comment prennent fin les traits ?
La clause du trait de Ryswick (1697)
relative A St Domingue a-t-elle Wt1 an-
nulee par le trait d'Aranjuez (1777) ?
Si, oui, cc dernier qui est exclusive-
ment une convention de ddlimitation
de frontieres, peut-il a son tour 6tre
dttruit palr ine convention subsequent
relative au mime sujet ?

(2) x Ily avail plus d'un sibcle (1675-1790)
V depuis que Cquelques esclaves de la colonic
, francaise, pour se soustraire anx traitlinents
Sinhumains et cruels de leurs maitrcs s'd-
talent enfuis de leurs habitations ct rufugics
Sdans les innaccessibles et dcsertes ( elles n'd-
Staoiet done pas occtipc(cs par les EspagTnols!)
n montagnes Bahoruco, autrclfis tnmoins
" des processes des Indiens qui y cherchrent
a la liberCt don't ils etaient priv6s. Les nou-
, veaux fugitits s'y 6tablirent et virent tous
i les jours leur nombre s'aungmentiier
a La presence de ces honines dans ces
a montagnes intimidait beaucoup les habitants
a des localitds avoisinantes qui avaient cu sou-
( vent a subir leurs depredations, bien que
a leurs incursions se dirigeassent plus freque-
Smonnt sur Ic tcrritoire frangais, oi ils com-
' mettaient des actes barbarcs en reprdsailles
1 sans doute des nauvais traitements don't ils
a furent victims et des cruautes inouies don't
, les Fraunais continuaient L a cable leurs
t freres, soumis encore an joug dlespotique
Sides colons.
s Pour d6truire done tons motifsl. le crainte
, ct purger ces niontagnes d'aussi terrible
" habitants, le President (de I'Audience roya-
" Ic ) Azlor prepara tine expedition, en prit
" le commiandement et march centre les in-
" dlependants du Bahoruco. Le mar6chal ne
" russi pas a les placer sous sont autorit6.
"Ayant informed le gouvernement de la Mc-
Stropole de l'insuccs de son expedition,
Scelui-ci l'autorisa le 21 Octobre 1764 iA
Sproposer a ces farouches marrons d'aban-
"donner leurs montagnes, de revenir it la
Svie normal, de fonder des villes planss les
' ndroits qui leur seraient dcsignes, pro-
" mettant qu'ils y jouiraient des droits recon-
" nus aux hommes libres. Mais soit qu'ils
" n'eussnt pas confiance en pareilles pro-
" messes, soit qu'ils prdferassent la vie libre
" du savage aux devoirs qu'imposent les
" lois de Dieu et des homes, ils se refluse-
'rent toujours a abandonner leurs florts,(')
(*) Dans ces mfontagnes existent encore lde


Calvo nous rdpond :
Les traits prennent fin, dit-il. (Dicl.
de Droit int. page 269) soit naturel-
lenent, quand ils arrivent A leur term
o ou quand leur but est atteint ; soit
k violelllent, quandl ils sont rompus
o ou d6nonc(s avec leur ccheance.
( Les traits s'dteignent naturelle-
< ment : lo... ; 2o... ; 3o... ; 4o, par
( une renonciation express de la parCie
SinMtressee d leur n2inieti ;
; 5o par I'an6antissement complex, for-
W tuit et non premeddit6 de la chose
, qui forme l'objet de la convention,
G Go par la rIsilialion niluellle (01 de
a connm n accord entire les conlt(racllntls
i pourvii q(u'tin iers n'ait pas acquis
s le droil de s'y opposer ; 7o cnfin i
( moins do stipulation for*ielleinnt
< conlraire, pac inle declaration de
guerre. ))
Or la Rlpublique franchise tdclare la
guerre l'Elspagne,on Mars 1793.Les trou-
pes i'rancaises envahissent l)ienl6t Ic ter-
riloire espagnol. Les autoriti s colonials
des deux fractions de Si )Dominigue
ne ardent pas ai s'hostilisci'. I'cxis-
tencc du trait d'Aranjuiez comimence
i dire compromise. ( Car, dit Calvo,
(Didt. de Dr. inter. L. I), In la dlclara-
u tion de guerre prolduit d(s ellets im-
, medials sur les trails (lui liaient les
parties bel!ig6rantes an moment de
( ]a cessation des relations paciliques.
i On s'accorde a aldmcllre la rupture
& definitive des liens conventionuels
a conclus express6innl en vue (de
a l'6lat de paix, de ceux qu(i out pour

ces homi'nes... C('pendanl depnis q/elqlues
(( Cleip)s ils ne tdo inelti pl) ,s si(cw die vie, iltdis
( c'est parce (I'ils se soul inlerltc(s (dc1ns l'des
a bois impineltrubles. On assure Imel(' qn'ils
s out choisi colntoe refite l'endroit deilnonmn
, Giualorenzo qui esl tn des pIlus retires el d(-
a serls de celie region. Anierieuriement ils des-
i cendaient de letirs rctrailes aiux jardins de tl
p plane enlever des vilres el des bcslinu.r. Aussi
a les a-t-on sotventl vus pendant plusieurs mtilts
i consecttives, se rdc(nir act sotninel du ont-
SPar'adis qui domine Pelit-Tron (dinto:nmt
a cljourd'hlti Enriquiillo) jeler leturs cris de 1m'-
Snace t la poptilalit. Cel arrival qiuand ils
!retmacrqtuient queo qulqu'tt qui in'tlail pas
s des lerIrs, ctavil pl)enlr'' dans ce que nous
, ponvons appeler leurs domaines.,'
(Extrrail cti Bolelin ecclesslico de Slo.-Do-
mingo, page 535, No 67.








91 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
K' '~j ~'F^i^^^^^?-?-^^'A#/# F ^^^^. A^/A^: FF'iFf/'^ FFFFF


a objet special de favoriser les rapports
d de bonne harmonies de nation a
nation. )
La guerre devient terrible, sanglante
a St Domingue. St.-Michel-du-Nord,
St.-Raphael, Hinche etBanica, Dajabon
(Laxavon) et Lascahobas tombent suc-
cessivement au pouvoir des troupes
franchises (1793.) (1)
Dejla en 1790 avant la declaration
de guerre contre 1'Espagne au conm-
mencement dcs troubles de St Domingue
les Francaisoccupaient plusieurs bourgs
de la fronlitere. Ainsi nous vovons dans
Garcia, hist. de Sto Domingo, a la
page 162, t. I., que Hinche et San-Juan
ltaient les points limitrophes de la co-
lonie espagnole. (2)
Sur ccs entrefaites 1'Espagne et
1'Angleterre, par convention signde en
1794, s'allient pour s'emparer de la
parlie francaise. En cffet tandis que la
marine anglise se rend maitresse de
Port-au-Prince el d'autres points de St
Domingue, les troupes espagnoles, comn-
mandles par Jean Francois ct Biassou,
occupant apr&s une vive resistance une
parties des provinces de l'Ouest et Idu
Nord.
Mais la defection du Colonel Toussaint
Louverture, qui itait an service de
l'Espagne, fail pencherla balance tdu cotld
des Francais. Le 4 mai 1794, Plaisance
ct Gros-Morne sont enlcv6s aux troupes

(1) a Cuales fueroin los resultados que 1ro-
( dujo la guerra I que nos re'cfrinos ? La
S(ICstLrucion I hlas lloreieints poblaciones
(k de San-Miguel do la Atalaya, San Rafael,
a Iincha, Banica, D)ajabon y Las-cahobas v
( la perdida total de las grandes risquezas
( que pioseian los habitanles de las fronteras;
(r pIr que si bien estuvieron al principio las
vecntajas de la lucha de part (le los Espa-
i noles quet se hicieron duenos de la p)rovin-
% ciafrancesa del norte, luego reflueron sobre
a ellos grades perjuicios y les malos clemen-
c los de que hicieron uso. los dieron al fin
a resultados regativos ,. (Garcia, hist. p. 168.
" t. 1.)
(2) Og6 ct Chavannes pudieron pasar las
a fronteiras y asilarse cn los pueblos limi-
c trophies de la parole espagnola. Las auto-
c ridales limiitrofs de Hincha redujCeron i
, prison a Oge y va 21 de sus coilpaneros cl
a dia 20 de noviembre 1890; las ( autoridates
( limitrofes ) de San-Juan cap)ttraror i Cha-
. vannes el 25 ,


Castillanes. La Marmelade, Ennery,
Dondon, l'Acul-du-Nord et Limbd ne
tardent pas a passer au pouvoir des
Rdpublicains.
Apr&s line rIsistance hbroique, les
garnisons espagnoles de St Raphael et
de St Michel en sont dilog6es de nou-
veau par les troupes franchises sous
les ordres de Toussaint. Pen de jours
apris Foit-Liberld est enlevi d'assaut
aux E-pagnols (fin 1794). Hinche. Las-
Caobas, Banica, Las-Matas et St.-Jean
sont successivement rdoccupes par les
troupes franchises (1795). Quant aux
Anglais, on les jette Li la mer.
Sur ces entrefailes, la France et l'Es-
pagne signent la paix le 22 Juillet
1795, et Ie Iraild de Bale, qui s'en suit,
confirmed non seulement les conquites
des armes rdpublicaines i St.-)omingiue
mais cide i peirpetuited a la France la
parice de la colonic espagnole non
conquise pari ses troupes colonials. (3)
Co trait (4) annule celui d'Aranjuez
son article est explicit : (lo en com-
a sensation de la a restitution don't il
a est parld Ai 'article 1, le roi d'Espagne,
( pour lui et ses successeurs, cede et
( abandonne, en loute propridel, a la
( Rdpubl)ique franchise, la partic espa-
a les Antilles.
( 2o Un mois april's l'arrivde, en celte
H ile de la ratification du present trait
a les troupes espagnoles se tiendront
< pretes h cvacuer les places, forts et
( deablissements qu'elle y occupent ct ia
a les remettre aux troupes frangaises
a qui se presenteront pour en prendre
( possession. (5)
a 3o Les places, forts et tablissements
a sus-inonces seront remis ai la R lpu-
a blique francaise avec leurs canons,
t munitions de guerre ec autres effects

(3) Garcia -- Hist. page 16S A 174, tome I.
(4) Cc trait fut puiblidc Sto Domingo Ic 18
Octobre 1795 (Garcia).
(5) Toussaint-Louverture, au nom du gt
frangais prit possession de Santiago le 12
Janvier 1801 ct de Santo Domingo le 26 Jan-
vier 1801. Il trouva les postes-fronlirres espa-
gnols (au nord) -i G(uayuibin, et (au sud) a San
Juan et i Azua.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 9
"y 1 IX-'. I,'/^^ ^ ^? y. .% ^;.^^. i7/al /^';-^-^.'/w.`^^i^ l //a /*' : l '.5,!',Ea"" ,d4l 'l Z /l


< n6cessaires i leur defense, qui existe-
r ront dans les dits places, forts ct 6ta-
a blissements, a l'Fpoqueoft la nouvelle
4 dela ratification du present trait par-
a viendra a Sto Domingo (ville).
( 40 Les habitants de la parties espa-
* gnole qui, pour leurs int6rrts on au-
a trees motifs prrdfrent se transporter
4 avec leurs biens dans les possessions
a de S. M. C. pourront le fair dans
k l'espace d'un an a partir de la date
a du present trait. Les gendraux et les
a commandants respectifs des deux na-
Stions s'entendront quant aux mesu-
a res i prendre pour l'ex6cution du
<< present article. ( Recueil de trails
d'Al. de Castillo. (1)
oLes conditions (du traitlde Bile), dit
, Lemoonnier-Delafose(2) 6taient la res-
titution de totes les conquites que
, la France avait faites sur 1'Espagne
o (en Europe), et en equivalent, la ces-
( sion en notre faveur de la parlie es-
o pagnole de St Domingue. Aiantagce
, bien illusoire alors, car elle (File de St
o Domingue) n'dlait plus a personnel,
a c'est-a-dire ni aux Espagnols, ni aux
c Francais, puisque les revolles (les Hai-
Stiens ) l'occupaient. Mais une partiede
< cette colonies espagnole detail encore
< bien d la France par la conquiete file
1i silr les Hailiens venius (1805) pour s'en
, eimparer.
Depuis le trait de Baile il n'y a plus
de limits, plus de frontikres. Les ter-
ritoires cspagnol ct franCais so conton-
dent. II n'y a plus qu'unI scule colo-
nie a St Domingue, et ell est it la France
Toussaint-Louverture convoque utne
assemiblee central au Port-au-Prince
composeede mandataires del'ile entire.
Ies d6put6s du Deparlement du Cibao,
Don Carlos de Rojas ct don Andres de
Munoz et ceux du D6parlement de I'O-
zaina, don Juan Mancebo et don Fran-
cisco Morillo, ldgiffrent au mime titre
que les d6putes des autres ddpartements
de la colonies. Et ces mcmes d6put6s
^---------------
(1) Cit par le Boletin Eclesiastico-pag' 595
No 74, du 15 Octobre 18S9.
(2) Seconde campagnei de St Dominguce, page
189, Lemonnier Delafosse servit sous Leclerc
et sons Ferrand (1803-1809).


ktablissent la delimitation suivante :
pour le D6partement de l'Ouest, ( la
< limited est i I'ouest celle qui touche au
D6partement du Sud, elle suit la c6te
Sdepuis i'embouchure de la Grande-
Rivilre des Cotes-de-fer jusqu' la ri-
( viere de Neybe, qu'elle remote jus-
( qu'a la rencontre d'une petite riviire
<( l'ouest de St Jean. Elle suit cetle
< petite riviere jusqu'aux montagues
a d'oi celle parcourt une ligne sud et
( nord jusqu'it la riviere de l'Arlibo-
& nite prs de Banica ; elle descend cette
<4 riviere jjusqu'a son embouchure ;
Pour le dtpartement de Loiuverture,
Sla limited part de l'cmbouchure de
a I'Artibonile. remote jusIqu'I Banica,
( d'oi clle se read le pIlus directemuti
Sp)ossille au point (d jonction de la
( Capotile avec le Massacre ; de cc point
< elle s'dl6ve sur les crates de la Mine
Set de Valli&re etc;
Pour le department du Nord, a la
( limited suit cell du dc(parlemcnt de
& Louverture depuis l'emt!)), :*hurc de
( la petite riviere des ctles-de-f'cr jus-
( qu'it Banica, d'ofi elle s- dirigi au
( NordNord-Ou-st pour aller cliercher
les sources du lReboue (Ganyu)in) en
i suit le course ct va so teniminne, par
( une line a pen piM'rs su:i et 1n,)d iI
[ la mer i environ 12 lieues it l'est de
a Montecrist et de ce point jparcourt
a la cdte de 1'est I l'ouestjusqu'au point
& d'oi elle est parties. (1)
Les limites orientales des DI)parte-
mcuts du Nord, de [,ouiverture et de
l'Ouest sont communes iI colle des Dc-
partements de l'Ozama et du Ciban.
Mais la cession failed Ipar le trait de
de Bile est-elle valuable etc ;
Pour qu'une cession de territoire
s soit valuable, dit Calvo, (Dictionn. de
droit int. page 135, f. I ) it faut l'ac-
( cord de l'Etat cedant et de l'Etatccs-
( sionnaire et une prise d(I possession
Effective par l'Etat acqudreir; (Toutcs
< ces conditions sont relmplics).
a On a mis encore en avant une au-
a Ire condition : c'est la reconnaissance
< de la cession par les personnel qui,

(1) La question dominizaine par Jean-.oscphi,
Hist d'laiti par Ardoin.










93 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
e~ny//y9Wru wt'Ju'^ ^r^W~x'if*^?^^*^^^^^^?^^^^^^^?^^


< habitant le terriloire c6dd et y jonis-
a sant de leurs droits politiques, pas-
< sent au novel Etat; mais cetle con-
' dilion ne saurait 6tre regard6e comme
a admise d'une mani6rc g6dnrale et dd-
t finitive et formant d6sormais une des
< rigles du droit des gens; dans cer-
tains cas, il est vrai, on a consult le
a sentiment des populations au noyen
reconnaitre que ce mode de proceder
i n'a edi applique qu'a des cas de ces-
( sion amiable et jamais un vainqucur
, n'a encore consenii a sulborlonier sa
( prise-de possession an vote des po-
p pulations des territoires qu'il a con-
s quis on qu'il enlend s'annexcr parole
. droit de la force.
a L'unique concession qu'on 'asse a
f ces populations, c'est de leur laisser
Sla la cutite d'opter pour la conserva-
Stie leur ancienne nationality ou pour
f l'acceptation de la nouvelle que la
( cession leur impose.
Le Le choix entire l'ancienne et la nou-
( velle nalionalit6 se prejuge p)ar le fail
a que quiconque ne declare pas vou-
< loir sa nalioualilt primitive est con-
siddrd come ayant accepl) ]a nou-
velle, par contre les personnel qui
f font la declaration requise, sonl re-
( garddes commit des iSlrangers dans
a cas extremes 6dre contraintes i 6mi-
( grer.
Le 4c paragraphe de l'article 9 du trait
de Bi1le prevoil ce cas ; en efet pour
6viler toutes conirarietls aux autorilds
franchises, il v est expressement dd-
clare que les habitants de la parlie
aC espagnole qui, pour leurs interets on
autres molifs pr6ferent se transpor-
ter avec leurs biens daus les poses-
t sions, de S. M. C. pourront le fire
( dans l'espace d'un all partir de la
a date du present traitL. )
Or la grande majoril6, la masse des
populations du territoire ctdd accept
la nouvelle nationality que leur donna
Ic trailed de 1795. 11 y cut, il est vrai,
un pelit nomlre qui emigra, nmais
memne parnri ces derniers plusieurs ne
tardtrent pas ia retourner i So Domingo,


acceptant ainsi le novel ordre des
choses (1)
Mais. nous dira-l-on, le trait. de Paris
de 1814 en retroc6dant i 1'Espagne la
parties espagnole de St. Domingue en-
tendait la lui retroccder avec ses an-
ciennes limiles. Erreur capital. Les
traitCs s'dleignent, dit Calvo ( loco ci-
tato). par rIsiliation mutuelle et de
coninun accord entire les contractants,
pourui qu'mn liers n'ait pas acquis h'
droil de s'y opposer.
Vallel, en parlant de retrocession.
est encore plus pricis. t( Aussiltt qu'un
v souverain, dit-il, par le trailed dtfinitif
. de paix a cIdd un pays au conque-
a rant, il a abandtoitd lou le droil qu'il
*" i avail, el il strait absurd qu'il put
Sr(edeman(der cepays aun nouveau con-
( quirant qui I'arrache an premier on
f aL tout autre prince qui I'aura acquis
a i prix d'argent, par change et ai
( quelque litre que ce soit-l (Livre III,
198- Droit des gens.
Or de 1804 La 1814, nous avions ac-
quis, par conqutle, une large zone de
territoire. Nous avions le droit de nous
opposer au trait de 1814. Les autorilds
espagnoles le comprennent t' ce point
que jamais elles n'ont tent6 la moin-
dre r6clamalion relativemeni aux terri-
toires que nous occupions.
Mlais relations les faits ct voyons qu'el-
les 6taient les fronti6res lors de la con-
clusion du trait de 1814.
En 1803 les FranCais dvacuent le Cap,
Les Anglais notifienl au gdndral Fer-
rand, commandant de Monlechrit, pour
la France, la capitulation de Rocham-
ileau. Ferrand se refuse ai ol)tempdrer
aux injunctions bl)ilanniques. Mais com-
prenant.que la place de Montechrist no
lui offre aicun move de resistance en
cas d'un siege des HIaitiens ct d'un blo-
cus des Anglais, il I'6vacue et se r1"nd it
Sto Domingo, qu'il met en tdal de dd-
fense privoyant qu'il sera attaqud.
a Tandisque Ferrand prend ces dis-
t) positions les habitants dn Ddparte-
<( ment du Cibao, qui n'dtaient pas trop
a attaches a administration frangaise
( ( i celle de Ferrand ) envoydrent ai

(1) Boletin Eclesiastico.








REVUE DE LA SOCIIET DE LEGISLATION 9
.Stt 4fl -1: I ; /1 .1/ i I /; '1 ?^1 //li/ g/ : ;'/l"- / /II";L5 /I !rl i,(^./lUI/.I/;I,' IO gI 'cll'l^k


( Dessalines ( chef de 'Etat d'Haiti ) au
<< mois de D6cemhre (1804) une d6pu-
, station de trois membres qui se rendit
a au Cap lui offrir au nom de popula-
Slions dii ddpartemenl dii Cibao leur
Sadh&sion d son aiutorit. Les D6put6s
c dtaient le pore Juan Ricardo et les
4 capitaines Domingo Perez Guerra et
a Jos6 Campos Tavares ( Bolctin Ecle-
( siastice, page 714. No 89,15 Mars 1891)
Dessalines prometd'envoyer des trou-
pes en assez grand nomlbre pour pro-
tdger ses nouveaux eoncitoyens.
Garcia relate le m6me fait. I Ferrand
o. r6tablit ( en 1807), dit il, avec l'iide
( du clergy son autorite dans le Cibao,
k don't les populations avaient suivi Ic
a torrent revolutionnaire d'Haitien s'at-
, tachant h l'autorit6 de Dessalines v..
< (t. I. page 206. Hist. de Sto Domingo).
(2).
Apres avoir organism 1'Etat qu'ils ve-
vaient de fonder, les Haitiens se prepa-
rent a la champagne de l'Est. Ferrand,
ayant 6t6 inform de ccs preparatifs de
guerre, a depeche quelques detache-
c ments vers les bourgs limitrophes
a avec l'ordre former de se replier a
a l'approche de l'avant-garde haitienne
( Garcia). Ces bourgs limitrophes, trou-
vons-nous i la page 213 (Hist. de S. Do-
mingo, f.. I) sont San-Juacn el Aziua(F6-
vrier 1805). Hinche, Banica, Neybe,
Las-Matas sont an pouvoir tes haitiens.
Les troupes de Ferrand neles ont jamais
occup6s.Les Haitiens trouverent (1805)
imeime San-Juaninooccupd, soncomman-
dant Viet 1'avait abandonne depuis
quelque temps pour aller se fortifier a

(2) M. Garcia n'est pas toujours explicit dans
ses appreciations historiques quand il s'agit
d'Hfaiti. A la page 209, nous lisons : (P. Como
< denostro (Dessalines) esta intention ( tde
o s'emparer du reste de l'ile ? )-R, Acojiendo
* primero el acta de adhesion que le hicieron
" los pueblos limitrofes del Cibao (") por me-
" dio de los capitanes don Domingo Perez
" Guerra y don Jos6 Campos Tavares, y tra-
" tando despues oponerse al restablecirniento
" de la domination francesa en las comarcas
" del norte (de Ia parties espagnole).
(') Le Bolelin dit les populations du Depar-
tement du Cibao. Pour Garcia ce sont seulement
les populations limilrophes du dit Dparlenmenl
qui s'offrenl i Dessalines.


la position d6nommiee tombeau des in-
digenes, pros de la riviere Neybe, po-
sition que Dessalines emporte d'assaut
le 28 F6vrier 1805.
En 1808 la population indigene, di-
rigee par quelques officers espagnols
venus de Puerto-Rico, se souleve con-
tre les Francais. En 1809, ceux-ci eva-
cuent Santo-Domingo. La portion du
territoire espagnol que les Franrais
conservaient, passe au pouvoir des
troupes dominicano-espagnoles.
Voyons maintenant comment la me-
tropole espagnole accueille la nouvelle
de cetle reintegration.
L'espagnol Juan Sanchez Ranlivcz,
le promoleur du movement centre
les Francais, dedpche a Madrid un
agent pour annoncer au gouvernement
1'evacuation de Santo-Domingo. Ion
Domingo Mlunoz del Monte est recu
froidement par la Junte de Sdville, re-
presentant alors la Nation espagnole.
Apris avoir longlemps hdsit6, clle se
decide I charger don Fra.i;i co Javier
Caro en qualild te (comminssaire' de pas-
ser a Santo-)omingo orgaiiser I'ad-
ministration. (1) Ne perdons pas de
vue que l'Espagne s'dtait engage avec
I'Angleterre par trailtd ne pas cder
a la France la moindlre Ipricelle deses
domaines; aussi si elle hisile A repren-
dre possession deSanto-)omingo, c'est
qu'elle sait pertinenmment n'y avoir au-
cun droit depuis la cession faile it la
France par le trait tie Bale.
Le commissaire Caro arrive a Santo-
Domingo : ii s'occupe dti tout, excepcl
des fronlires. II retourne A Sville
sans avoir touched A cttel question. Et
les autorit6s colonials de Santo-Do-
mingo nous suscitent-elles est dificul-
(1) Como recibio la junta central (dc Sevilla)
la notice de la reincorporation de Sanlo-Do-
minho '? Recibio friamenle al comisionado, y
sin resolve nada accrea de la reincorpora-
tion verilicada, se limito despucs de miu-
chas dudas y vacilaciones i coilferir plenos
poderes l donl Francisco Javier Caro, que
representaba en el senio tie ella i las colonies,
americanas, para que con el character, de co-
nisario region pasara t Santo-Donmingo a or-
ganisar todos los ramos de la adninistracion
1ublica y previo un studio especial de las
necesitades mas perentoria, propusiera los
medios de remediarlas (Garcia)








95 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
':i'^^^//#~A'/A"#/f A~'f A' #/##/i/# /.%/ -*. ./.- .


tcs ? Au contraire. Elles cultivent l'a-
mitid de Christopheetde Pition. Quant
aux indig&nes proprement dits ils ma-
nifestent de grandes sympathies pour
nous. .D. Munoz Del Monte, Juan Ca-
tano, originaire du Venezudla, les ca-
pitaines Fauleau, Persi; les officers
Ugarte et Mojica, en travaillant a l'in-
dependance de leur pays, s'appuient
sur nous; chez eux il n est point ques-
lion des fronlieres. Le capitaine-gendral.
Juan Sanchez Ramirez,gouverneur pour
I'Espagne, conscille avant de mourir,
dans sa proclamation du 5 fevrier 1811.
la soumission a 1I'Espagne et ( la paix
(acc les voisins d'occident. s P-ourtant li
cctte poquce e I territoire de l'Ancienne
audience espaglnole est largemcnt dimi-.
nu6 au nord et au sud ; St Raphael,
S Michel, Laxavon (Dajabon,) Hinche
ct Banica sont au pouvoir de Chris-
lophe, Lascahobas, la -region des
elangs el les montagnes Bahoruco sous
la jurisdiction de P1lion.
Les nouveau gonverneurs de Santo-
D)omingo jusqu'cn 1811 garden tous la
Indme atiilude a notre dgard.
Enfin le trailed de Paris (181.4) vient
rdtroccder i lI'Espagne son ancienne
colonies. Et notions que ce n'est pas
l'Espagne qui insisted dans les negocia-
lions qui anminent la conclusion de cc
trail, pour rentrer lelgalemenl en pos-
session de sa colonies de Santo-Domingo:
c'est l'Angleterre qui, agissant par jalou-
sie centre les Francais, rdussit a obtenir
pour l'Espagne la retrocession de son
ancient elablissement.
Cependant le roi 16gitime de l'Espa-
gne monte au trdne. R6clame-t-il les
'rontieres de 1777'? Nullement. (1)
Et nous trouvons dans Garcia (Hist.
pag- 268, t.II) qu cetteepoque (1815)
les fronti6res meridionales de la colo_


(1) Garcia. ( como centinuaron las cosas
cl 'SaIno-Dominlgo despius (Iue subio) al
trono Fernando VII ? En peor eslado de lo que
estabam desde la reincorporacion porque si las
regencias fiucron indiferentes d la reslauracion
por Esnana de si. soberania en Sanlo-Domilngo
no lo fid inenos don Fernalndo VII, etglo ab-
solntismio, asi, en EIuropa como en America fule
perjwidicialc al eslremo t la monurquia.


nie espagnole s'arrktent a Neyba et ai
San-Juan ( mines dejh, dit-il, par les
influences qui depuis longtemps dtaient
mises en jeu par les Haitiens ? > (2)
En 1820, quand le gouverneur Kin-
delan se plaint a Boyerde la presence
d'un officer haitien a Las-Matas, San-
Juan et Azua et lui demand a quel
litre celui-ci se trouvait sur le ter-
riloire espagnol, le dit goutverneur ne
faith aucune reserve sur la question des
frontifres ct ne demand que Ic res-
pect du statii quo. (3)
En 1820 cl en 1821, les populations
du Nord surtout (de la colonic espa-
gnole) el pime les habitanls de la Ca-
pitalc (Sanlo-Domingio) envoicnt i Bo.
yer des agents secrets ponr solliciler
leur admission au sein de la Rlipubli-
que Hailienne. Don Jose Justo de Silva
est le commissaire que eeux qui ddsi-
rent a Santo-Domingo la irunion avec
Haiti depichent 'i Port-au-Prince. (1)
(DIeemnbre 1820 Juillet 1821.) Monte-

( (2) Huboc conatos de revolution durante
el gobierno del brigadier Krindelan '? Los
hubo en Samana v en las fronteras del sur.
En cl primer punto los hizo abortar la acti-
vidad conquer obrara el primer mnandatario de
la colonial, quicn impidio el movimiento de
los pueblos confiando cl gobierno de Neyba
al tenientc coronel don Pedro Pcrez Guerra.
I cl de San Juan de la Magnana, al tenientc
coronel don Jose Lasala los cuales lograron
con s liabilidad en cl mando disilar sin
fusion (dI sangrc el torbellino poliLico (que
amenezaba aquellas comarcas minadas va
por influencias qua de viejo venian poniendo
en juego los haitianos. s Garcia.
(3) Boletin eclesiastico, no 120.
(1) Otros consideraban que uniendose i lai
RBpnblica de Haiti, hallarion bajo el amparo
de sus inslituciones v i la sombre d t su go-
bierno, las mejoras a q(ue aspiraban. En los
p)eblos del Norte sobre toto, y a aun en la
pital, germinaban estas ideas. Los que les
daban calor trabajaban activaniente, aunque
con mucha reserve para que se llevaran it
la praclica, y con tnl objeto se dirijieron al
President Boyer, exponiendole sus deseos,
e'instandole a que les prestase ajuda. (a) Bole-
tin eclesiastico, page 937, no 121 du 15 octo-
bre 1893.
(a) Don Jos6 Justo de Silva fu6 el comisio-
nado que de Santo-Domingo enviaron h Bover
los-que querian su reunion con Haiti. (Bolctin
eclesiastico.)









REVUE DE LASOCIftTft DE LEGISLATION 94


christ et Dajabon (2) de leur c6te pro-
clament leur incorporation a Haiti et
arborentle pavilion bleu-rouge : Di6go
Polanco a Montechrist et Andres Ama-
rante a Dajabon dirigent ce mouve-
ment. (3) (15 novembre 1821.)
Le part hispano, compose exclusive-
ment des crdoles espagnols, qui ne
voulait pas l'incorporation i Haiti, crai-
gnant que tout le pays no suivit le
movement de lonteChrist, de Daja-
bon, de Las-Matas, de San-Juan et de
Neyba, se hite de proclamcr l'ind6-
pendance du territoire oriental de la
colonic espagnole (provinces de Santo-
)Doningo et du S;ybo) et de so placer
sous le protcclorat de la Colombic (ler
d6cembre 1821.) Cette revolution ktait
frappoc de mort. Pen de jours apres
(le 5 janvier 1822) on apprit dans la
ville de Santo-Domingo que Sauliago,
La-Vega, Porle-Plate, Macoris et le Co-
tui avaient faitsavoir a Boyer qu'ils en-
Iendaient se placer sous la jurisdiction de
la Rpliblique Hailienne. (Bolelineccle-
siastico, page 939.) Santo-lomingo
mmeo no tarde pas a arborer nos cou-
leurs nationals. Nunez de Caceres, le
chef du parti hispano, announce aux
habitants leur incorporation dans la
Republique d'Haiti par sa proclama-
tion du 19 janvier 1822-
Le 9 fevrier suivant, Boyer entrait
dans la Capitale de 1'ancieone parties
espagnole.
Come on Ie voit il n'v a disormais
en Haiti que des haiticn'. La Rdpub!i-
que n'a pour limits (qui la mer. Les

(2) Quelques espagnols essayerent, it la
mort de Christophe, de replace )ajabon sous
la juridiction dc Santo-Domingo.
(3) El primer sintoma verderamente alar-
mante del estado de la opinion public, fud
el alzamiento del 15 de noviembre de 1821
efectuado en Montccristi y Dajabon, cuyos
peucb[os ploclamaron su union h les pueblo
de Haiti, enarbolando su pabellon y anviando
misaries al general Magny gefe del Guaricos
(Cap-Haitien) (b) noticiandole el hccho y opi-
diendole auxilios para resistir en caso de ser
atacados loco citato. )
(b) Los comandantes Diego Polanco en
Montecristi y Andres Amarante en Dajabon
dirijieron el movimiento en aquellas locali-
dades. (loco citato.)


deux fractions dc l'ile confondent leurs
destinCes. Et chose a remarquer pas
le moindre mccontentement ne se ma-
nifeste sous lanouvelle administration
Tandisque sous les gouverneurs espa-
gnols, les complots ctles conspirations
se succidaient ia peu de jours d'inter-
valle, on sclmble 6tre g6ndralement sa-
tisfait dI nouvcl ordice de chose. II y
cut bien en 1812-1843 des rumeurs a
Santo-Domingo, mais cc sont les agents
de la revolution des Cayes qui le. pro-
voquirent. En 1830, (quand Ie roi d'Es-
pagne essaya de rdelamni?' la parlic de
l'Est, nos concitoyens de l'Ozama ct du
Cibao protesterent centre les preotn-
tions du Monarque espagnol, qui de-
mandait la restitution de la partic cs-
pagnole tell qu'elle i la'il constitute
lors de son incorporation ia la il{epl)li-
que d'Haiti.
A partir do 1822 un nouveau droil
prend naissance, la souverainel anti-
rieure est andantic.
< Lo(rsqne deux Elats sc c mfond:lnt,
( dit Calvo, dan; line IUI itio r'eclle, cons-
<( lituent nil corps oliliq e' coIIunInl ct
( en quelquesorte uinc nalionalilt uni-
( que vis-a-vis des autreo nations, itl st
6 evident que ce /alil sal ddirN'uil lit
( souveraineile andirieuIce et pIarticu-
lir'e de tous les d'ux (I):ci' ,in- (d
Dr. inter, page 305), t. I.1
1)finissant FI'nion rdelle, (llv) (lit:
( L'union des Etals, uniic cioilaltnm,
sous un mime chef suprimen est trdlle
( lorsque la souveraintel individuille
( de chacun se perd dans la souveraine-
6 I6 g6ndrale qui rdsulle (e l'union.
SCelltte espice d'tuIion s'accomnplit
( quand les deslindes des peuples unis
< se fusionnent coml)lttement. loco
citato page 289 t. 11.
Tel ful Ie cas des deux portions d(
1'ile on 1822.




ALEXANDIRE POUJOL.


(A sli're.)









'97 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
f Z., F, z F Z,- "Z Z Zy Z y'y. F.. FF--~F. ; :F F F'F F F F F F F F F F)

La doctrine de Monroe

Nous extrayons de la ( Revue du Droit
public) (1) linteressant compte-rendu de
l'ouvrage de M. Jose Maria Cespedes,
cLa doclrina de Monroe),paru I la Ha-
vane.
La doctrine de Monroe ( La doc-
trina de Monroe), par .osE MAuA C(-
PEWis. La Havane, 1893, vi-511 pages.
Livre curieux, qui emprunte aux
6vcnetmnts don't Cuba est le thLeatre,
un intertl d'actualild. L'auteur est un
patriot culiain. II porte un noln qui
rappelled celui du heros de la grande
insurrection de 1868. Lui-mmnie ne dis-
simule pas ses regrets ; it laisse enire-
voir ses esperances ( p. -28. ) Mais,
entire le mainltien de la domination es-
pagnole et l'annexion aux Elats-Unis,
il n'hcsite pas, A la pensee que Q la
perle des Antilles ) pourrait Otre in-
corporde A la raipublique anglo-saxonne,
l'antagonisme tie race sc revolt. C'est
en termics severes ( la Ialange de los po-
bres de espirilu, ) qu'il qualilie ceux de
ses compatrioles qui, en petite minoril,
sont favorable a I'annexion ( p. 454.)
Les convoitises manifestoes en pleines
Chambres amiricaines a l'endroit de
Cuba, ce fruit qui tot on tard doil
tomber aux mains de ses puissants voit
sins ) ( p. 8, ) lui font jeter un cri d'a-
larme. Ainsi s'explique le ton dans le-
quel le livre est ccrit. C'est avant tout
une ceuvre de poldmiiique. Ce que son
auteur se propose, ce n'cst pas tant
d'ecrire une elude hislorique, que de
denoncer la transformation que les Etats-
Unis out fait subir a la doctrine de
Monroe, l'habiletd avec -aquelle ils la
font servir i la rdalisation de leur am-
biticux desseins.
II faut, pour se rendre un complex
exact de la portde des deux d6clara-
lions continues dans le message tdu 2
d6ccmbre 1823, ne pas perdre te vue
les circonstances dans lesquelles le prd-

(1) Revue du droit public et do la science po-
litiquc en France ct a 1'Etranger. )ireclcur
Ferdinand Larnaude, (Paris.)


sident Monroe avait 6td amend i les
faire. La Russie, sous Ie convert d'une
companies privildgihe pour le com-
merce des pelleteries, avait pris pied
dans le Nord-Ouest du continent am6-
cain. Elle l6evait des prelentions qui
pouvaient, ii un moment donnd, gnter
l'expansion des Etats-Unis vers le Paci-
fique. L'Angleterre, de son cotd, avait
profit des difficultls avec lesquelles
l'Espagne 6taitaux prises, pourchercher
a translornmer en un 6tablissement ter-
ritorial les droits de simple exploitation
commnerciale, que les trails de 1763,
1783, 1786 reconnaissaient a ses natio-
naux sur la garlic de la cdte oriental
de la presqu'ile ldu Yucatan comprise
entire les rivires Bdlize et Honda. D)s
le 22 juillet 1823, dans deux notes re-
inises aux cabinets de Pitersbourg et
de Londres, Johlt Quincy Adams, alors
secrefaire d'Elal, prolestait contre ces
pr6tentions, et declarait que le conti-
nent americain devait dtre dorPnavant
considered come fermd aux luissances
curopecunes pour la creation d'dtablis-
semcentscoloniauxnouveaux(p. 169,170)
C'est cette these que Monroe reprend
dans son message, dont it fail l'olbjet
te l'une des deux declarations conte-
nus dans cc document : ( Le moment
( est venu d'affirmer come un principle
( touchant aux droits et interels des
f Etats-Ultis. que le continent amdri-
( cain, par suite de la condition libre
a et indipendante qu'il a acquise et con-
( serve, n'est plus susceptible d'6tre
, dans l'avenir l'objet de colonisation
a de la part d'unEtat europden (p.178).)
La second declaration, de beaucoup
la plus d6veloppde, se rapporle i un
tout autre ordre d'iddes. Elle nous ra-
miene a ces conceptions retrogrades
qui ont. au lendemain du congris tie
Vienne, inspire la politique de la plu-
part des grades Puissances europe-
ennes. On sait comment la Sainte-
Alliance etait arrive ai fire du prin-
cipe de legitimite un lprincipe a portde
tout it la foi constitutionnelle et inter-
nationale, comment, apris avoir dini6
aux peuples le droit de r6gler par des
garanties constitutionnelles la measure
de 1'aulorilt du prince, elle en 6tait ve-









REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION 9
^y;^'A- iA.^' A A^ A A^ A A AA A A A AAAr AA A A AA^A' AA^# A A^A-A-A A^ ^


nue, par une deduction logique, i leur
denier le droit d'apporter des modifica-
tions an cadre territorial dans lequel
cette autorit6 s'exercait. II e6ait tout na-
turel qu'elle se preoccupat de la situa-
tion des colonieses pagnoles en insurec-
tioncontrela mere-patrie, qu'ellesongetit
a lemu appliquer, en mime temps que le
principle de legitimite, son proc6dd de
sanction, a savoir l'intervcntion. Dcs
janvier 1818, 1'idee de measures collec-
tives a prendre centre les colonies in-
surges est lancee parleczarAlexandre.
Elle est reprise et discutce en novembre
1822 au congress de Verone. On ne par-
vient pas, it est vrai, i se met!re d'ac
cord. Quelques mois apres. an milieu
de l'annle 1823, le gouvernement fran-
cais saisissait i nouveau les Puissances
allies d'un project de conference pour
regler en common la question tes colo-
nies espagnoles.
Parmi les Puissances curopcennes, ii
y en avait une, toutefois, 1'Angleterre,
qui avait refius nettement d'cntrcr dans
ces combinaisons. Quels claient au just
les mobiles de sa politique, sympathies,
calcul commercial, crainte dte 'influ-
encce francaise, c'est la un point que
je n'ai pas a rechercher ici. Toujours
est-il que, dis 1818, elle avait conimen-
ce i prendre position, en declinant les
propositions d'action collective conte-
nues dans le memorandum russe. Avee
1'arrivde de Canning aux aflaires, son
attitude d'oppposition s'accentue. En
plein Congris de Vdrone, le 26 no-
vembre, clle d6clarait, par la bmuche
de Wellington, qu'elle ne pourrait in-
definiment s'abstenir de reconnailre les
nouveaux Etats. Sapolitique sc precise,
au fur et a measure qu'augmente, avec
le progress de notre intervention e Es-
pagne, I'influence du gouvernementdcs
Tuileries sur celui de Madrid. II y a
come une gradation de ton, qu'ou
suitdans lacorrespondance de Canning
( p. 170, 172.)
Dans sa note du 31 mars 1823, il se
content encore de rdpeter cc que Wel-
lington avail d6ja dit a Verone, que
l'ind6pendance des colonies hispano-
amnricaines est un faith accompli, et
que leur reconnaissance come Etat,


parl'Angleterre, n'est plus qu'une ques-
tion de circonstances. Dans une con-
munication adress6e le 19 aofit au gou-
vernement des Etats-Unis, it fait plus :
it declare nettement que, dans le cas
ot la France preterai son concourse a
1'Espagne dour ramencr ses colonies
sous son autorilt, le gouvernement an-
glais n'hisilerait pas s'entendre avec cc-
lui des Etats-Unis pour s'y opposer. Le
lendemnain, dans une note confidentielle
premise au ministry amdricain a Londrcs,
Richard Rush, il s'expliquait sur une
eventualitl hien file pour preoccuper
le gouvernenient anglais, celle ot le
gouvernenmnt de Ferdinand VII so dd-
ciderait, on relour de l'assislance ma-
tirielle et morale (qe lui preLait la
Sainle-Alliance, a cdder "i une Puissance
euCroplenne quclquli'une do ses colonies :
l'Angleterre dlait d6cidiec i ne pas lais-
ser uue pareille cession s'Ol)prcr. Enlin,
dans un eniretien qu'il av iil, le ) oc-
lobre 1823, avec note ambassador it
Iondres, Ic prince de Polignac, Can-
ning laissait clairemenit nentndre la
conduit inergique qu'au hesoin ii
dtait decided i tenir : le government
britannique est coivaincIu lqute toun te n-
[alive pour replace les colonies sous
la domination de l'Espagne est inulile
quant au concourse preld par une Puis-
sance quelconque i la metropole, le
gouvenement anglais y verrait n ino11-
vciia conflict, da(ns sequel ii so rescrvait
de prendre l'attitude qu'il croirait la
plus confborme i ses intdrdts.
C'est sur ces entrelailes, Cque Ic gou-
vernemuent des Etats-Unis crut devoir
fair connaitre i son tonr, publique-
ment, officiellement, sa manierle de
voir. D6s avril 1822, il avail reconnu
come Etats les colonies insurg6cs. II
n'avait done pas L s'cxpliquer sur leur
situation international, mais sur la
pr6tention de la Sainte-Alliance d'ap-
pliquer aux rapports des colonies espa-
gnoles et leur mderopole Ic principle de
ldgitimilt, de fire renter le conflict
dans son svstcme d'intervention. De li,
cette second declaration que le pr6si-
dent Monroe consignait dans son nmes-
sage. t Nous devons, disail-il entire
a autres ddveloppements, a la franchise




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs