• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Avril 1894
 Mai 1894
 Juin 1894
 Juillet 1894
 Août 1894
 Septembre 1894
 Octobre 1894
 Novembre 1894
 Janvier 1895
 Février 1895
 Mars 1895
 Table des matières
 Membres actifs de la société














Title: Revue de la Société de législation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080974/00003
 Material Information
Title: Revue de la Société de législation
Physical Description: v. : ; 29 cm.
Language: French
Creator: Société de législation (Port-au-Prince, Haiti)
Léger, Jacques Nicolas, 1859-
Publisher: Impr. H. Amblard
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1892-
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Law -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1. année (le 2 avril)- 1892-
Issuing Body: Publisher varies: 1892-1894, Imprimerie de la jeunesse.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080974
Volume ID: VID00003
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001109456
oclc - 18691953
notis - AFK5956

Table of Contents
    Avril 1894
        Page i
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 16a
    Mai 1894
        Page 16b
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 33a
    Juin 1894
        Page 33b
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 49a
    Juillet 1894
        Page 49b
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 65a
    Août 1894
        Page 65b
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 81a
    Septembre 1894
        Page 81b
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 97a
    Octobre 1894
        Page 97b
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 113a
        Page 113b
    Novembre 1894
        Page 113c
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 129a
    Janvier 1895
        Page 129b
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 161a
    Février 1895
        Page 161b
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 177a
    Mars 1895
        Page 177b
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
    Table des matières
        Page 194
    Membres actifs de la société
        Page 195
        Page 196
Full Text




Port-au-Prince, le 2 Avril 1894.


REVUE

DE LA


SOCIETY DF LEGISLATION


Paraissant le 2 de chaque mois

Siege provisoire: chez Me J. N. LEGER
16, rue du Fort Per.


DE DIRECTION ET DE
J. N. LEGER,
GEORGES SYLVAIN,
A. BONAMY,
JUSTIN DEVOT
J.-J. CHANCY
A. THOBY
Louis BORNO


REDACTION
P ri.- IEN T
SECRETAIRE
T RSORIER


MEMBRES


PRO PATRIA


SOMMAIRE:
S6ances de la Soci6te
Les Con: tilutions republicaines.- A. THOBY
La Naturalisation ( droit maritime ) Louis BORNO
La Naturalization ( Article 14 ) JUSTIN DIVOT
Errata.--
Avis-
SBibliograplie.--

Aoonnement 1 an P. 4 Le num6ro P 0.40

Adresser la cortrespoidance au siege provisoire de la Societd.


PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE iDE LA JEUNESSE

1894.


COMITE
M.M.


31e Annee N ier














ANES DE LA SKTiM


EXTRAITS DES PROCES-VERBAUX

Reunion du 8 Mai's 1894

Sont presents: MM. Leger, Sylvain,
Boarnmy, Chancy, Thoby, Botno, Lafo-
rest, Bouzon, Viard.

Presidence de Mr J. N. Leger

Lecture d'une lettre de Mr Justin DAvot
renierciant 1la Soeitd de sa noomination,
coimine membre du Comiti de direction
et communiquant II demand faitede la
Revue par le Stcr6laire de l'Ecole des
sciences politiques (Paris) et par MhM
Marehal et 3illard, d liters de la de droit international prive.~)
La Commission chargee d'6tudier la
question posee par Mr D. Viard done
connaissance de son Rapport,

RAPPORT

Messieurs,

Notre honorable collgue Viard nous a
faith, A l'une de nos dernieres reunions, une
communication sur laquelle vous avez bien
voulu nous charger de vous presenter un
rapport.
Voici la question tell qu'elle nous a Wte
pose par notre collogue : Un accuse, fit-il
stranger, peut-il refuser de se laisser juger 9-
Une telle hypothAse se presentant, la proce-
dure criminelle, telle qu'elle est organisee,
permet-elle aux tribunaux de passer outre
et de juger l'accus6, malgr6 son refus ? Ou
bien, y a-t-il lieu de crber, pour ce cas, une
procedure special ?
Commeccons par carter le point relatif A
la nationality de l'accus6. Est-il, en effet,
besoin de rappeler ce principle qui n'a jamais
ete contestA, et qui, d'ailleurs, est consacre
formellement par la 1Igislation de tous les
pays : les lois de police et de siret6 obligent
tous ceux qui habitent le territoire d'un
Etat ? Les lois penales et d'instruction cri-
minelle font parties de ces lois de police et
de sfrete. Done, la nationalit(de l'accuse ne
pent en rien modifier la solution a donner
aux questions ci-dessus pos.s.
Un accuse peut-il refuser de se laisserjuger?


II nous semble que poser la quei.sli.:on,
c'est la resoudre. La march de la justice
ripressive pent-elle dependre do bon plaisir
d'un prevenu ? C'est, en d'aulres termnes,
reminder si l'on petit impunmenttroubler
I'ordre public. Evidemment non. On ne jiige
pas un individ parce qu'il le vent bien;
mais parce qu'il a commnis une infraction,
pace que I'in'eret social exige que cette in-
fraction soit r6primie : la volonit du delin-
quant ne pent en rien entraver 1'action pu-
blique. Force doit rester A la loi.
Mais on object : Coinm ent, dans 1'6tat de
la procedure criininelle en Haiti, juger un
accuse qui refuse de se soumettre au juge-
ment ? Au moment de la formation du jury de
jugement, ii refuse, par example, d'exeretr
son droit de recusation oh bien, a 'ou-
verture de l'audience, il refuse de repondre
aux questions tendant a 6tablir son iden-
tile ; plus tard, ii declare ne pas vouloir se
d6fendre ; en un mot, il oppose a ses juges
la force d'inertie : peul-on passer outre? Ou
encore, cilt a comparaitre au tribunal cri-
minel, il refuse de comparaitre volontaire-
ment ; que faire dans celte occurrence, que
lecode d' ii r :..n, criminelle n'a pas prevue?
Nous n'avons pas a examiner la question
a ce point de vue gVneral. Nous nous borne-
rons a 6tudier l'espece particulibre qui fait
l'objet du jugement du tribunal criminal
signalA A notre attention parlecoll6gueViard.
L'accuse ayant comparu volontairement,
la formation du jury appel6 A le juger com-
mence. A Au moment de proceder au tirage
au sort < ici nous citons textuellement
le procs-verbal d'audience < Me X., ayant
(< declare, pour et au nom de l'accus4,
c qu'il entendait r6cuser le jur6 N., I'accus6
< lui a fait observer qu'il n'avait le droit
< de faire aucune recusation, ayant lui-mime
a protests et comme ii protest encore centre
< tout nouveau jugement de la justice bail ien-
< ne, et refuse, par consequent, de se
< laisser juger. ) Sur cette prolestation, le
tirage au sort est suspend. A notre avis,
rien ne motive cette suspension du tirage au
sort. La loi, il est vrai, accord A l'accus6 le
droit de faire des recusations ;mais s'il ne
veut pas I'exercer, c'est son affaire : la justi-
ce lui ayant accord toute latitude d'en user,
la se bornait sa mission.
Mais poursuivons. Le tirage au sort sus-
pendu, le tribunal prend s.ie-, et l'accus'
renouvelle sa plil-i.i?:iion et son refuse de se
laisser juger. a Cousiderant. dit le jugement
: rendu par le tribunal ,i';ni-i)'l, que, s'il
(. -I .i.i, d'une part, que la conduite fenue
Spar 'accuse pent Wtre consideree comme
< une rebellion aux ordres de la justice et au









- 2. .,


e vu de la lo ; mais, d'autre part, les
< debats devant &tre suivis avec les former
< que la loi a d6termindes, il est evident
qu'en l'absence de toute disposition 1gaale
r rgglant le mode de procder A I'eard d'un
s accuse qui refuse, soil de comparaitre
devant le tribunal, soit de se defendre
< et de se laisser juger, s'il comparait, il
Sy a lieu, comme dans I'espece, en ren-
K dant I'accus4 seul responsible de la pro-
Slongation de sa detention preventive, de
s sur-eoir au jugement de son affaire, jusqu'A
o ce qu'une decision legislative vienne
< r6gler les forms de cette procedure excep-
tionnelle. > Si I'on se rappelle I'espece
precise sur laquielle le tribunal avait a se
prononcer, on ne peut giire comprondre
ce considrrant. L'accuse a voloittuireinent
comparu: done, pas de nec4ssit6 de parler
du cas d'un accuse qui refuse do comparal-
tre. II ne veut pas iser de ia faculty iqu'il
a de recuser des jurs : nous -vons dit ce
q e, dans notre opinion. on devait fire.
Enfin, il n'acceple pus de se soum nltre A la
jurisdiction hailienne, it refuse de se laisser
juger par ell. C'est un veritable declinatoire
bas6 sir la quality d'elranger de I'accuse,
decliratoire que le tribunal devait rejeter,
sans h6siter, en vertu dii principle que nous
avons rappel an d6but de ce rapport. II est
d'ailleurs de regle qu'on ne peut pas poser
une exception d'incompdtence devant la cour
d'assises.." II suffit, ditFauslin Helie, qu'elle
soit regulibrement saisie : la plenitude dejuri-
diction don't elle est investie lui attribue une
competence g6nerale pour juger tous les faits
ettous les accuses qui sont renvoyds devant
elle... Aucun declinaloire ne peut 6tre pro-
pose devant la cour d'assises... et ses arrets
ne peuvent, en aucun cas, etre attaques
pour cause d'incompetence, quelle que soit
la cause de cette iucompotence, qu'elle soit
rationse loci, persons vel materie."
Pourquoi done reclamer une procedure
spdciale, lorsque les forms ordinaires suf-
fisaient ?
En France -et c'est li, peut-6tre, cequi
a induit le Tribunal en erreur, il y a bien
une loi special reglant le cas d'un accuse
qui refuse de comparaitre volontairement,
ou qui, apres avoir comparu, trouble I'au-
dience au point de rendre impossible les
c1bats : c'est la loi du 19 Septembre 1835,
rendue a l'occasion du jugement des insur-
ges de Lyon par la Cour des Pairs. Mais tel
n' tait pas du tout le cas qui s'6tait prdsente
devant le Tribunal criminal de Port-au-
Prince. L'accus6 avait librement comparu ;
puis, avait pos6 une sorte de d6clinaloirc,
goulev6 une veritable suspicion legitime con-


tre la justice haitienne tout entire. II n'etait
pas necessaire, pour decider sur ces points,
de reclamer une loi special. Tel est aussi
l'avis du Tribunal de Cassalion qui, sur
le pourvoi exerce contre le jugement du Tri-
bunal criminal, I'a casse et a ordolnn de pas-
ser outre.
Ajoutons qu'avant la loi de 1835, l'avis
general l1ait qui'on pouvail, mrime dansles
hypotheses prevues par la dile loi (refus de
comparaitre, troubles de l'audiencc ), hypo-
lheses, il faut insister la-dessus, qui ne'
sont nullernent cells smr lesqurlles avavt a
statuer le Tribunal qu'on poivait ju-
ger I'acciis, en suivant les foriies ordi-
naires. L'accuse refuse de comparaitre; on
l'amone de force an Tribunal. Le code
d'InsIruction criminelle, dil toI savant juris-
consulte que nous avons d4ja cile, n'avait
point prenu une lelle rs.isiance, oi plut6t
il avail suppose, en ,e .I.- n- l i d'ainciei-
nes pratiques, (i'ellr serait n cesswirement
vaimcu' ptir l'appllication de memures co rci-
tives, et que, suirant la maxi ne quo force
doit demeurer & justice, la presence force
des accuses remplacerait leur comparution
volontaire."
Q'il y ait cependant lieu de combler la
lacun- existant dans notre code. d'Instruction
criminelle, lacune combl6e en France, com-
me nous venons de le dire, par la loi du 9
Septembre 1835, c'est ce que nous ne sau-
rions contester.
Nous concluons done : to qu'il nous sem-
ble que le jugement du Tribunal criminal ne
fait pas l'application des vrais principles
20 qu'on peut attirer I'attention de qni de
droit sur la necessit6 d'une loi spdciale iden-
tique a celle rendue en France en 1835.

A. THOBY, J. J. CHANCY, Louis BORN,
A. BONAMY, Rapporteur.

Les conclusions de ce Rapport sont
adoptees sans discussionparl'unanimitd
des membres presents.
Puis on reprend la suite de ]a discus-
sion de M. Bouzon sur les attributions
de la Chambre des Comptes,
M. Bouzon. Messieurs, depuis notre
derniere discussion, j'ai compuls6 de
nouveau etattentivementlestextes,et voi-
ci,en definitive, quelleest l'opinion que
je me suis faite.Parles terms employs
il est certain que c'est lecontr6le prdven-
tif qui a Wte etabli. Sans doute, s'ii faut
chercher 1'esprit de la loi, 1'intentiondu
lkgislatear, on peut dire que ce contr6le








-3-


n'existe pas. Mais d'apresle sens littoral
des motsemployes par lelIgislateur cons-
tituant, nous avonsle contrilepreventif;
a peupr6s delamOmefagon que Mr Jour-
dain faisait de la prose, sans 1 savoir.
Pour donner suite A l'idde 6mise dans la
Constitution il eut 6tin cessaire depr6-
ciser -a quel moment ce coitr6le doit
dtre eflectu6. C'est une loi A faire; voila
tout.
M. Thoby. Messieurs, it est inutile
de prolonger le dtbat. Bouzon n'est pas
loin d'etrede mon avis. Vous reconnais-
sez que l'intention du le6islateurconsti-
tuant n'6tait pas d'dtablirle contrle pre-
ventif.C'est cette intention qui doit pre-
valoir
Voici le texte exact de l'art 1 de la loi
du 16 sept. 1870 sur l'organisation dela
Chambre des Comptes.
oLa Chambre des Comptesest charge
de l'examen etdela liq uidation des Comp-
tes de 1'Administrijuion g n;ir;aie et tde
tous coinpl;bles envers le Trdsor public.
Elle veille a I e qu'aucun article des d&-
penses duBulge tie soi tiiepass6 et qu'au-
cuin tran-sport n'ailt lieu. Elle arrele les
comptes des dill rentes administraotions
de l'Eilt, et est charge de recueillir, a
cet elret, tout renseignement et toute
pice comp.able necessaire. Le compete
gineralde 1'Eta est soumisauxf;hamibres
avec ses observations D ..
Cet article est la reproduction litt6-
rale de fart. 182 de la Constitniion de
1813, de l'art. 183 de la Coustitution de
1867 et de l'art 169 de laConstitution de
1u89 aujourd'hui en vigueur.
Le control qu'il prescrit s'exerce sur
les conptes, c'est-a-dire surles 6tatsdes
recettes et des depenses ordonnancees
et payees. Si ces competes rdv6lentqu'un
credit a ite d6passe ou qu'un virement
a 6t6 operi, la Chambre des Corn ptes si-
gnale le faith au Pouvoir ex6cutif et au
Corps LUgislatif. Voila comment elle
veille. On peut critiquer ce terne de
veiller, trouver qu'il a dtd employee
tort; mais ii n'implique pas que dans la
Constitution ni dans la loi organique, le
contr6le preventif existed, c'est-a-dire un
contr6le devant s'exercer sur les ordon-
uances de depenses au moment de leur
emission -et avant qu'elles devienItent


des pi6cescomptablesbonneset valables.
Tel n'a pas ti6, tel ne pouvait pasetre
le contr6le 4tabli par nos 16gislateurs;
car a l'dpoque of l'article a 6et rddig4,
ce contrdle prdventif n'existait m6me
pasdans leslegislations 6trangbces.
Mr Chancy.- Nous aurions pu les
devancer
/Mr Thoby Sans doute, mais alors
nous eussions organism le contr6le pr6-
ventif. Ce contr6le doit consister A faite
intervenir 1'action de la Chambre des
comptes avant 1'ordonnancement de
I'Administrateur des finances. Or, que
lisons-nous A 1'article 9 de la loi de
1870 ?
c Les agents administratifs et tous
les comptables des deniers publics ex-
pedieront dans la quinzaine qui suivra
1'expiration de chaque mois les comptes
de la gestion du mois expire, avec tous
les documents qui s'y raltachent, soit
direclement. soit indireclement, et que
pourra imdiiiuer la Chiambre. Aussit6t
que la Chaimbre sera en attente de quin-
ze jours pour la reception de la comp-
tabilil6 d'un fonctionnaire, elle sera
tenue d'en donner avis an Secr6taire
d'Elat des Finances,et de signaler le re-
tard sur le journal official, )
C'est un contr6le a posteriori qui est
clairement organism par cet article. II
ne saurait done y avoir de doute sur la
pens6e du L4gislateur de 1870. Si au-
jourd'hui nous voulons adopter un sys-
tame different et rdaliser, ensomme, un
progrbs en eaablissant le co tr6le d
priori, il faut 6videmmeut remanier de
fond en comble eelte organisation.
Mr. Bouzon.-Que devient avec votre
argumentation le principle qui vent que
la lettre de la Constitution doive tou-
jours pr6valoir ?
Mr. Chancy.- Je vois, dans cette dis-
cussion une question de fait et uneques-
tion de droit.- Le contr61e pr6ventif
est, d'aprks les textes, il doit 6tre, c'est
le point de droit. En faith, nous dit-on,
il n'est pas. Mais si j'adopte l'opinion
de Thoby, j'arrive A constater-- que mon
coll6gue veuille bien me pardonner l'ex-
pression,- une pu6rilite A la charge du
lgislateur.
L'action de la Chambre des competes








-/4 -


devient inutile, si elle intervient, apres
que les defenses ont et6 eftectudes,
6tant donned que la Chambre des comp-
tes n'a mime pas d'attributions judi-
ciaires;
Mr. Thoby.- Nous tournons autour
de la question: Le contrdle prdventif
pour moi n'existe pas. S'il existait, on
n'aurait pas mis le mot < veiller ) a la
suite de cette phrase ( article 1 ) La
Chambre des competes est charge de
l'examen et de la liquidation des comp-
tes de I'Administration gen'rale et de
tous comptables envers le tresor public.
On ne l'aurait pas fait suivre de I'ar-
ticle 9.
Mr. Bonamy.- On a voulu par le mot
< veille D dire : la Chambre des comp-
tes t s'assure. G C'est uu term impropre.
Mr. Viard.- Si les complex sont en-
voyds chaque quinzaine a la Cbambre
des competes, c'est pour 6tre examines.
Mr. Bonamy.- On ne les envoie pas
dans la quinzaine du mois en course,
mais dans la quinz.ine da mois siivant.
Du ler au 15 mars, sont expddies les
comptes de fevrier.
,Mr. Viard.- Ce n'est done pas un
contrdle proventif ?
Mr. Bouzon.- C'est le contr6le tel
qu'il existed en France.
Mr. Thoby.- Parfaitement. C'estbien
celui que le 1egislateur a etabli.
Mr. Max. Laforesl.- L'article '5 du
Rgeglament sur le service de la treso-
rerie dit : < II sera, sous Ih responsabi-
liei personnelle du SecrBtaire d'Elat des
Finances, impute chaque mois sur le
m,,iitant de la recetle un doiizinie du
chilf!e allou6 aux difleronls departe-
ments.~
Ce sont les legislators qui fixent le
chiffre des depenses. Ce chiffre [ixe, le
tresor est teiu d'en payer le douzibme
chaque mois.
L'article J2 dit, d'autre part: a Le
Secr6taire d'E'at des Finances ne penl,
soussa responsabilite,autoriser les paie-
ments exeddant les credits l.'.;- ilir, et
mensuels ouverts a chaque ministbre. o
Or, s'ily a une precision tell dans le
service de la tresorerie que l'Adminis-
tration supdrieure ne peut ddpasser son
4o4.zi6me, que viendrait fair ici le con-


tr6le pr6ventif de la Chambre: des
comptes '?
Mr. Thoby.-- C'est une autre ques-
tion.
Mr. Laforest.- Pourquoi? En se ren-
fermant dans les dispositions J'.-le-imei-
taires, le Ministre des Finances ne peut
ddpasserle chiffrevote parles Chambres.
Mr. Chancy.- Et s'il le d6passait?
Mr. Laforest.- II est, dit encore le
R6glement, imputd par arrte ,pr6siden-
tiel, des credits snppltmentaires, votds
en conseil des Secretaires d'Etat, crd-
dits qui, a la reouverture des Chambres,
doivent etre sanctionn6s par le Corps
LUgislatif.
M. le Secretaire Si j'ai bien com-
pris les diverse opinions emises sur
la question en debat, il semble que le
contrile de la Chambre des Comples,
tel. qu'il fonctioune actuellement, s'e-
.-,i.- il a posteriori sur des depenses
deja eftectuees et ddpourvu de loute
sanction, soit inutile. Emellons alorsle
vceu quiela loi soit refaile.
M Thoby -Si l'on devaitltablir lecon-
trule preventifil faudrait auparav. realiser d'autres prortsJ dans le sys-
t 'me de notre comptablit[ publique, qui
esi t,, l-a faith iiicomplet.
31 Laforest Le contrdlede la Cham-
bre des Comples, meine dans l'organi-
sation actiuelle,, oit s'execere ulilenent
sur l'execulion de la loi )budet'ire. La
Chambre des Co.niples examinne sidtout
a Ie rIguliBremeient praliqud.
L'iiiaccoinplissemont des prescrip-
tions legales avant ele relevi a lat char-
ge l'u(n miniislre qui aurait (depassd
son bu)gelt. sans se coiv'ir d'un arrote
du conseil des Secretaires d'Etat,.il peut
6tre exerce centre ceministre telrecours
que de droit.
M. le President Je crois qu'il con-
vient de rdsumer ici la discussion : II
y a une question de principle A Olucider
en m.ine temps qu'un vceua Aemeltre.
Je ne pense pas,comme notre secretaire,
que- le control actuel de la Chambre
des Comptes soit inutile. Je trouve:
qu'elle a encore un rl6e d'avertissement
trbs r.cessaire.
C'est I'analogue de celui que remplit
le Commisaire du Gouvernement, par








- 5-


exermple. La Chambre des Comptes exa-
mine l'admiiistration gen6raleet siIIl.,-
a ceux qui doivent appliquer Ia loi, si
les comptables.des deniers publics ont
observed les formalities I1gales. Done
le contr6le estndcessaire'.Est-il pr6ventif
en faith ? Non. Faut-il desire qu'il le
devienne ? Oui. Voil mnon opinion
Je mets d'abord aux voix la question
de savoir s'il resulte des textes que le
contrdle pr6ventif existe actuellement
dans notre 16gislation,
La majority consulate se prononce
pour la negative
M le Preisicent -- Est-il besoin que
la SociWtd emette un vceu pour I'Pta-
blissement du contr6le pr6ventif?
MA Thoby Quelle que soit la d6-
cision de la Societe, il serait mieux
pour le bon oidre Je la discussion, que
Bouzon pr&entat un project de loi.
d II est clitir qu'il faudrait, duns le cas
oft I'on deciderait d'etablir le contr6le
prdvenlit, etudi'er a t6te reposee toute
note legislation financere, alin de voir
comment reorganiser le syslbme en
'adaptant a ce principle nouveau"
Sur la proposition de Mr le Trisorier,
une co mmission,composede MM Bouzon,
Thoby, Boiiamy, Chancy et Borno est
charger de preparer un project de r6for-
me surle contrdle de la Chanbre des
C.mptes

Reunion du 4 Mars 1894.


('Presents MM. LUger, Sylvain, Bo-
namy, Chitncy, Borno, Thoby, Ileraux,
Laforest. -- Assistent 6ulement a la Se-
ance M. Poujol, membie correspondanrt,
M. Gomes Pin'ado, ancient consul d'Es-
pagne a Sto-Domingo. )

Prdsidence de M. J. N. LEger.

Reprise de la discussion sur la ques-
tion Bconomique.
M. le President. Nons 1- in-,, voter
sur la question de praticabilite de l'im-
p6t foncier.
M. Borno. J'estime que, en principle,
I'imp6t foncier doit ktre Btabli:sur tou-


te- -s8 pI)opii4i ,,m ai: i- u'ii est just
.d'I;n ,i ,itI ei Ie ,,:,rop] i ts ru.ii':des pro-
duisant des denrees frappdes dtdjt d'un
imp6t A l'exportation..
M. B,:,,iiroi met la mbme opinion.
M. Chancy. Dans 1'dtat'de notre agri-
culture, je ne puis voter I'imp6t foncier
sur les propridt6s rurales. J'en vote l'a-
doption sur les propriet6s urbaines.
M. Laforest. Je voterai F'inlpit sur
Loutes les propri6tes, gqand-rin i i.:das-
tre- m'ara 6difie sur- a valeur v6nale
de ces propribids.
M. Borno. Ce n'3st qij'iine question
d'organisation.
M. Laforest. C'est assez vbus dire que
je reserve Mon vote. '
M. Thoby. Je sui's d'avis qte .toutes
les propridtes doivent, en principle, etre
im-posees; mais je vote, quant'a pVesent,
'inmpbt sur les propri tes *urbaines,
1'irnpot sur: les propriebIs turales i'tant;'
selo-i mloi,1 inapplicaible: .
M H6raux vote aussi dan'rce sens.
M. Bouzon. Je vote 'lFimpbt f-onier
sur routes les proprietes, d'aulant plus
que le Code rur;il a dji itab i ce priin-
cipe: les pronri6tes rurales sotit ou-
mises a un impot territorial. '-1
M. le Secr6taire vote dansle sens
de MM. Borio et Bonamy.:
M. le President. Je voterai aussi de
i;, n,-, avec celle reserve :a jusqu'au
jour out les droits a I'ex-portation. second
abolis )) ': .
M. Bonamy. C'est bien ainsi que nous
'avoiis entleidu:
Le'vote est dcquis eti faveur de
'opinioit de MM. Borno, B,..i iIn'P, Bou-
zoo, Sylvain et Ligor; '
M. le President. Quelle assielte don-i
rer a l'impOt ? Doit-il reposer sur le
revenue ou sur la -\v.leir venale de la
te.re
-M. Bonamy propose l'ajournement,
de cette parties de la discussion pour un
nouvel examen des .t.-,,ii r:nts products
par MM. Ddvtetl T l,.
La reunion vote' en faveur de"l'ajour--
nem ntc .








-6-


NOS CONSTITUTIONS REPUBLICINES
ET LEURS METTEURS EN OEUVRE
(Suite. Voir la Revue du 2 fdvrier 1894 )
ALEXANDRE POTION
( 806-1818 )

Apres la petite propridt6 une des
plus belles creations de Pdtion fut le
Lycde national qu'il fonda au Port-au-
Prince en 1816.
Que 1'on se report A ces temps trou-
bls oi le sabre occupait le premier
rang dans le gouvernement et dans la
socib6. La plupart des officers sup6-
rieurs, jusqu'aux gendraux, dtaient tout
a fait illettres, et ils veillaient ainsi
avec un soin jaloux au salut de la pa-
trie, ils reglaient le sort de l'Etat, ils
d6signai, nt, si le S6nat 6lisait, le Presi-
dent d'Hditi. C'6tait une nicessit6 so-
ciale et po.itique de premier ordre qne
d'assurer les bieinfaits d'une instruction
supdrieure aux tils de nos timoniers
inculles du vaisseau de 1'Etat, aussi
bien qu'a tous les jeunes gens vouds
aux dtudes classiques par une inclina-
tion nersonnelle ou par le vceu de leurs
families. Ils 6eaient tous appelJs A rem-
placer les hommes instruits de la g6-
neration de 1804, deja en trop petit
nombre et souvent moissonnPs a la
Ifeur de l'ge dans nos tourmentes re-
volutionnaires. L'oeuvre 4tait ardue,
car le nom frangais etait alors en hor-
reur:en Haiti, et il fallait des Frangais
pour composer le personnel enseignant.
Potion, qui admettait d6ja dans nos
ports des navires frangais sous pavilion
neutre, n'hdsita pas a faire ouvertement
appel a des professeurs frangais, et le
Lycde put ouvrir ses portes a deux bat-
tants a une jeunesse, jaune et noire, cu-
rieuse de toutes choses et avide de sa-
voir. Pdtion y placa comme boursiers
plusieurs enfants des militaires morts
au service de la R6publique.
Aussi soucieux du role de la femme
dans la famille, que de celui de l'homme
dans l'Etat, Petion cr6a egalement un
pensionnat de demoiselles sous la direc-
lion d'uneanglaise, MadameDrury, qu'il


fit venirde Kingston .Elle poss6daitpar-
faitement le francais. Get dtablissement
recut les files jaunes et noires des pre-
mieres families de la R6publique.
Il ne nous semble pas que le v6n6ra-
ble Monsieur Schoelcher ait bien 6tudid
la vie et les muvres de Petion, car il ne
l'aurait pas accuse d'avoir assassin in-
tellectuellement la race noire I
Quelle que soit I'autorite de Victor
Schoelcher dans les Antilles frangaises
et en Haiti, on peutsourire de sonaccu-
sation contre Alexandre Pdtionet ne pas
s'en occuper autremeiit. (1) L'illustre
President voulait sans doute meriter de
plus enplus l'anathmne de l'illustrephi-
lanthrope, car dans le budget qu'il pr6-
senti auCorpsLgislalti en 1817, il avait
inscritdes fonds poui la fondationd'un
Lycde aux Cayes et de huit dcoles pri-
mnaires, mais la loi budg6taire, quoique
vote, ne fut pas exkcutee par son suc-
cesseur.
La politiqnu de Petion avait oblenu
des rsultatts heureux el visible aux re-
gards les moins penetranls. A .artir de
1312, ses adversaires les plus achainds
reconnaissaient I'ascenlaiit deson genie
came et patient. I.es vieilles querelles
du S nat et-du Prisi lent avaient cesse.
Le people, duresle, n'yconmprenaitrien,
si ce n'est que plus d'unefois Petionlui.
voulait du bien malgr' l'Assemblee, et
sansdouteil donnait raisonau President,
mime quand celui-ci avail constitution-
nellemen t tort.II n'es pasetonnant qu'on
voulit 6tendre ses pouvoirs et qu'on re-
visat dans cebut laConstitution de1806.
Elle avaitdur6e neufans. Une Assembe.e
de revision, siegeant au Grand-GoAve,
elabora la Con.litution, dite de 1816,
qui fut promulgude le 2 Juin de cette,
annee.
L:- Republique rest le trait commun
des dclux Conslitutions, mais elles ont,
clacune, leur physionomie propre qui
les distingue et les spare nettemenl.
La Constitution de 1806 proclame la
Pr6sidence temporaire pour quatre ans
avec le principle de la rdelection.- La
Constitution de 1816 proclame la Presi-
(1) Monsieur Schcelcher fait peser !a mime ac-
cusation encore plus fortement sur Boyer; elle
sera plus loin l'objet d'une refutation, -









-7- -


dence A vie.- Pdtion dlu troisfois Pre-
sident: en 1807, 1811, 1815, fut nomm6
a vie apr6s le vote de la Constitution.
Dans la Constitution de 1806, une As-
sembl6e unique, sous le nom de Senat,
a la plenitude delay p ;issancelegislative,
le droit de nommer aux fontcions publi-
ques sau [L eel le, deCo mnmissai resdiu Gou-
vernemeuntprs les tribuuaux, d'elire le
President d'HAiti, de dirigerles relations
exierieures, de fair oflice de Cour des
competes, deTribunal decassation,d'accu-
ser le Pi .iident d'Xlaiti, les Secritaires
d'Etat, les S6naterusquisont alorsdetf'ers
pour 1-jii-elelientai uneHjoueCour dledus-
tice. --D ns la Constitution de 1816, le
Corps legislttif estdivise edieux Chlam-
bres ,Lt S ,latel la Chambre des Repre-
sentans des Communes. Le PrPident
d'Hdii a l,t pl6niiuda du pouvoir exe-
cutif, la direction desrelationsextdrieu-
res, l'initiativede, lois, excptdl en ma-
tiere d'inmp6t, le droit defaire touttraitl
de paix, de commerce, d'alliance avec
les nations etrangres,. ainsi que les dd-
clarations de guerre, lesquels ne valide-
ront qu'aprs. la sanctiondu Senat. La
Chambre dcsRepresentants a I'initiative
daslois d'impot. Et c'est le Senat qui d6-
crkte le budget des d6penses. C'estencore
an Senat qu'est echu le droit de sanc-
tionier les traits, d'ordonner la trans-
lation du si6ge de la Capitale, depropo-
ser la revision de la Constitution(l),
d'dlire le President d'Haiti, de le decre-
te d'accusation ainsi queles autres grands
fonctionnaires (2) qui seront juges par
une Haute-Cour de Justice.
Dan' la Constitution de 1806, le S6nat
est de 24 membres nommos pour 9 ans
et serenouvelant par tiers tous les 3ans.
Ce tiers est choisi par le Sinat sur des
listes. de candidates presentWes par les as-
semblies electoralesde Departement.(3)
(1) La revision ne pouvait avoir lieu que dans
1'espace de neuf ans, sur la demand du Sdnat, re-
nouvel6e Atrois 6poques Bloigndes 'une del'autre
de 3 annees. Cet article est le m~iae dans la Cons-
titution de 4806.
(2) Excepti les Rep/r&sentants du people qui
doivent 8tre mis en 6lat d'accusation par la Chain-
bre don't ils font parties.
(3) L'article 50 dit que le S6nat choisit, dans
les listes qui lui sont envoydes, la quantitdde ed-
nateurs qu'il a ddsignes pour reprdsenter le DA-
partement; "mais aucune loi ne vint determiner


Dans laCon'.titution de 1816, le Senatsd
compose toujours de 2/, membres, mais
le renouvellement du tiers disparait, et
au fur et a mesuredes vacances, chaque
Senateur est nomme pour 9 ans sur une
liste de trois candidates proposes par le
President d'I[iti. (4) Les Represen-
tant, des communessont elus pour cinq
ans par le suffrage direct et universal et
au scritin uninominal. Ils out en outre,
chacun, un supplant qui devient Re-
pr6sentant en casde mort, de dchdance
ou de admission. LaChambre se renou-
velle integrallement. -
Dans la Constitution de1806, le Sinat
esltp.ermanientet s'assembletoLiteslesfois
qu'i, Ie jugeapropos. 11 s'ajourneetlaisse
un Comite.permanent qui leconivoqueau
besoin.- Dan, laConstitution de 181-',
leSiatquuique ddpouillede toute attri-
bution executive, estaussi permanent, car
ilexerce encoreseul, et i- m -a ia ticipa-
tionde la Chambre des Communes, cer-
taines attributions 16gislatives et I'ini-
le nombre de Senateurs attribuds A chaque Depar-
tement. Cependant le premier Sdnat, former par
l'AssemblAe Constituante mmeneenvertu de I'arti-
cle 44, 6tait compose de 24 membres a raison,de 6
pour chacun des quatre DApartements dl.:,i -:. -
(4) En 1839; A I'occasion de l'Nlection de cinq
Senateurs, la Cbambre des Repr6sentants adressa
au President d'Haiti un message oif elle soute-
nait les trois propositions suivantes commeressor-
tant des textes mime dela Constitution:
"10o Le Senat doit 6tre renouvelt come la Cham-
Cc bre des Representants.
20 En cas de mort, de decheance ou de dinis-
Ssion, les replacements ne doivent avoir lieu
que pour achever la pdriode de neuf annies de
Sl'6lection primitive.
3 S'il s'agitd'Iire plus d'unSenateur, le Pou-
voir-Executif est tenu de fournir, non pas urie
liste sp6ciale de trois candidates pour chaque Sd-
Snateur, maisuneliste g6nralede trois foisautant
Sde candidates que de Senateurs A 6lire, entire les-
Squels candidatslaCh. ,i .i. 't 1. ii !1~ ue ...1. "
Une controverse des plus animdes s'engqgea
antre le Pouvoir-Exdcutif et I'Opppsition don't H-
rard L)umesle dtaitle chef parlementaire Le Sdnat,,
charge du dp6t de la c::on.ti ,ri a rl]7, 4-13,re-
jeta les trois propositions di'la Chambre et donna
ainsi gain de cause au Pouvibir-Executif.
-- La premiere etla deuxiAme p~.|;..-i ;.lii:o de
la Chambre etaient erronees, en ce sens qu'elles
n'6taient en accord ni avec 1'esprit de la Constitu-
tion, ni avec l'esprit de la jurisprudence constitu-.
tionnelle. La troisieme proposition 6tait soutena--
nable et meritait d'6tre plii- e-u .:o,1 il ,: .L1i1u
Nous renvoyons P'examen deci'-- io.i- ipiii:,iPjl'lns
au hapitre intituld "Questie:. n C::!iu II innll.:"
public comme annexe.










portante function electorale de nommer
le President d'Haiti: A cet effet, it s'a-
journe et laisse un Coinite permanent.
La :'C:li ubre des conrnunes, n'est pas
permanent. Elle s'assemble leler' lunli
d'Avril de ch:,que ann6e et sa session
dure trois miis. Le President d'H.i'ti
peut laconvoquer al'extraoi'd inaie dans
1'interva'lle d'nne session a I'au!re.
Dans la Conslitution de 1806, ii va un
Secr6taire d'tat nonmmn par le eSinat
qui fixe ses attributiolset pourra etablir
d'autres Secrdtairesd'Elat, si es besoitns
du service l'exigent.-- Dans la Con tuthon de 1816, il y a un Secretaire d'E-
tat, un Grand-Juge et un Secretaire-Gd-
ndral. Le Secrdlaire d'Etat est charge
des Finances et semble poss6eer cons-
titutionllellement une certain preemi-
nence sur ses deux autres cTilleges. Ses
appointemrents sont d( 6 000piastrespar
an et les lours de 4.000.- La loi du 4
AoLt 1817, qui regle les attributions de
chacun, les faith marcher despair dansles
cirm.onies publiques. Le Grand-Juge
est exclusivement charge de la Justice.
Le Secretaire-Gendral travaille sous les
ordresdirects duPresident d'Haiti.Il est
le moins inddpendantet leplus puissant
des trois.I1 contresignetous lesactesqui
n'ont rapportni auxfinances ni a la Jus-
tice. II est charge des Departements de
laGuerre, de laMarine.des Travaux-Pu-
blics. Dans la Constitntion de 4816, il
est dit d'une part (article 158) queles
Relations Extirieures et toutcequi pent
les concerned appartiennent au Presi-
dent d'Haiti"; d'autre part (article
167) "qu'il y aura pros du President
d'Haiti un Secr6taire-Gdndral charge du
ti. aail personnel": done le Secrdtaire-
Gdndral 6tait 4galement charge d'es Re-
lationsExt6rieures. Mais toutesles pieces
sortant de ses mains ne seront point
"obligatoires dans la Rdpublique si
" ellesne sontrevetuesde lasignature du
" President d'Haiti",ditla loidu 14 Aoft
1817. Une telle disposition rend le Se-
crtaire-G6nnral politiquement irres-
ponsable et la m6me foi veut que les
Chambres l'interpellent sur le service
don't il est charged. II est come le Secre-
t aire d'Etat. etle Grand-Juge, orateurdu
Gouvernement et comme eux respon.a-


ble devant lesChambres.- La Constitu-
tion de 1816 et la loi du '1., Aoat 1817
embrouillent la queslion minisldrielle,
mais ponvaoi-on en lirer le Gouverne-
menlt parlementaire?
L'article 2 de la loi tdu 14 Aoit 1817
prescrit formellemnent la prIsenIlalion
du Bniuget g ;ntral aux deiIux Chambres,
mais les arlicles 13, 221, 222 de la
Conslilution ne prescrivent quw la pre-
sentalion des compll.es gde6raiux a la
Chambre des Repp sentants, c'est-a-di-
re des etats des Recettes ef des Dipen-
ses effectue'es. L'article 126 de la Cons-
titution parole d'un etat de Ddpenses
presumdes a presenter an Senat, et l'ar-
ticle 153 conftre a la Chambre des
Represent nts I'iniliative des hlis d'im-
pot ; de la combinaison des articles
126 et'153 de la Constitution, il r6-
suite nkcessairement la pr6senlalion
d'un BnAljet de orduision, c'est-A-dire
d'un Etat de Recettes et de D6peness
pre'sumaes. Ainsi pensait Pktion qui
present en consequence a la sanction
du Corps-L4gislatil le Budget des dt-
penses, le 14 Aout 1817 ; cela fait d'au-
tant plus d'honneur a son libiralisme
qu'il agissait selon 1'esprit et non se-
lon la lettre de ]a Constitution. Boyer
ne 1'imitera pas sur ce point.
La Constitution de 1816 ne permet
pas au Prisident d'Haiti de dissoudre
la Chambre des Reprdsentants : elle
etablit si bien la prepotence du Pou-
voir-Executif qu'aucun cas de conflict
ne devait 6tre possible qui necessitAt
une dissolution de la Chambre des Re-
pr6sentants et un appel au people, en
quoi 1'on se trompait. (1) Par centre,
elle autorise le Prdsident d'Hiti, s'il sb
trame quelque conspiration centre la
sftret6 de l'Etat, A ddcerner des man-
dats centre les conspirateurs et leurs
complices, mais il est oblige, sous
les peines portdes centre le crime de
detention arbitraire, de les renvo\.yer
dans le dlai de deux jours paidevJnt le
tribunal habile A les juger. (article 159.),
La Constitution de 1816 proclame'

(1). La Constitution n'accorde pas non plus le
droit de veto au President d'Haiti, puisqu'il. a,
seul 1'initiative des lois. -* -'.. ...' '9 l









-4 -


le mneilk droit public, la mmne j 6 s--
tice civil et criminielle que la Consti-
tution de 1806. Elle complete I'organisa-
Lion judictaire par 1'etablissement du
Triuunial de Cassation. La loi du 15
Mai 1819 au prime les tribuiaux d'ap-
pel qui existaient conformement a la
Constitution de 1806. Le cole d'ins-
truction criminelle, public en 1826,
institute le Jury en mati6re criminelle.
Deux articles biz-.rres de la Contitu-
tion de 1816 sot P'article 164 accor-
dant' au Pr6sident d'tIaiti le droit de
designer son successeur dans un pli
cactietd qui ne sera ouvert qu'A la va-
cance de la Prdsidence ; et l'article 166
doanant au Senat le droit d'admettre
on de rejeter ce choix. (x) En fait, aucun
chef d'Etat n'usa de ce privilege.
La dualite aulien del'unit6du Corps-
Lgislatif, le systkme des deux Cham-
bres, taitu-ne modification constitution-
elle tres important et tres heureuse
qui, depuis lors, n'a jamais 6te premise
en question.
La presidence A vie n'apasjoui dela
mmme inviolability. II n'y a pas de dou-
te qu'elle ne fft A l'origine un hom-
mage rendu au merite incontestable
et au, services eclatants d'Alexandre
P6tion. Elle fut encore davantage l'ceu-
vre refl6chie de beaucoup d'hommes
influents, entire autres de Borgella, qui
avaient dt6 frappds des dangers que la
Rppublique avait courus, de 1807 a
1812, par le faith des ardentes compe-
tions politiques auxquelles la peur me-
me de Christophe n'imposait pas de
trove. Quoi que l'on pense de ses cau-
ses et motifs, la prdsidence a vie n'est
pas une royaut6 bAtarde reculant de-
vant son titre, ni une magistrature
elective incons6quente au principe re-
publicain. Elle peut servir de traiisition
A la pr6sidenc"e temporaire, mais ce
n'est pas, l4 son principal objet. La
viagerete du pouvoir convient aux longs
dessefis en politique, aux grands tra-
vaux d'utilit6 publique ; elle est nmi-
nemment propre a fonder le regime

(x ) .La Constitulion]de 1807 donnait & Chris,-
tophe le plroit, non de designer mais de se choi-
sir isk ladcaseur. Article 9.


parlemrentaire, elle doit logiquement
y aboutir. DWs 1817, Pition entrait
d6ja dans la voie du parlementaris-
me, quand ii prdsenta un Budget A
la sanction du Cotps-L;-il..ilif,' mais
il mourut le 29 Mars 1818, etla R6pu-
blique parlementaire fut ajournee.
Mort a 48 ans, et d6ja il s';ppelait le
vieux Petion, ce qui vovlait dire le sa-
ge. Quelle fin premature !
Potion aimait le people d'un amour
sublime, de I'amour qui trouve! sa r6-
compense en soi et n'attend:pas-la re-
connaissance et la bniddiction des heu-
reux qu'il fait. II jouit ndanmoins de
ce qu'il ne recherchait pas. Le people
ne fut pas ingrat envers lui, et jusque
de nos jours bien cher est son souve-
nir a la classes si nombreuse des petits
propridtaires ruraux.
Les sentiments d6mocratiques de Pd-
tion sont d'autant plus dignes-d' 6o-
ges qu'ils ne procedent chez lui d'au-
cune poursuite de revanche et de re-
vendication populaires. Il est le repr--
sentant des harmonies sociales. II prend
en main l'intdret des masses laborieu-
ses encore plongees dans l'ignorance,
mais ii en faith decouler l'interkt de le
minority dclairBe. II a une conception
tres dlevee du rl6e de celle-ci, de ses
droits et de ses devoirs dans la' d&-:'
mocratie haitienne. II est et il veut'
qu'on soit avec lui l'avocat du peiiple,
pour qu'un tel role ne puisse choir a:
la d6magogie ni au cesarisme. II favo-
rise et it veut qu'on lavorise avec luii
1'egalit6 pour emp6cher le nivellement;
social.
Par ses idWes, Pktion dtait fort enir
avant de ses conltemporains, mais il
n'efit pas exercedune action durable;:
son oeuvre edt WtO 4ph4mere, si sa hau-
te intelligence ii'etait pas rehaussee 7et
secondde par de slidesds vertus. Pitiont
':lait inligre et de~sintgressi4. Quel ar-
Sdent patriote il 6tait, routes les pages-
de notre histoire en t6noignent. Son
patriotism ne diflerait pas moins duw;
patriotism de ses rivaux de gl6ire el
de puissance : il tait exempt de chaut 4
vinisme.
A une 6poque ou le cri de mort
aux blatics" marquiit l'InergieLdu sen-









-- 10 -


timent national, Pdtion ne le poussa ja-
mais, et ii osa rester human au milieu
d'un dichainement inoui de passions
sauvages et de vengeances implacables.
Au Haut-du-Cap, le 13 Octobre 1802,
au moment oi ilse d6tache de la France,
admirez sa conduite envers les canon-
niers europeens et d'autres blancs qui
faisaient parties de la 13e demi-brigade
colonial; it les disarme et les reuvo-
yant sains et saufs: Cette cause n'est
"pas la v6[re, leur dit-il, vous retour-
" nerez aupris du general Leclerc, c'est
" la qu'est votre drapeau." Apris la pro-
clamation de l'Independance, quand la
tuerie des blancs est ordonnee, sa mai-
son devient I'asile sacr6 d'une foule
d'hommes et de femmes don't ii f.tcilite
I'avasion. 11 parDit que c'est en celte
circonstance qu'il merita l'ep:lhtie, lant
soit peu dedalgiuelse- dans lii bouchie de
Dessalines, de Pap:t onii boin cCeur. "
II ne lut pas le seui qui eil des entrail-
les, mais pour (lie aluitres ;gissent
come lui, peut-eiie fa ll:iil-il que la dd-
sob, issance aux urilres reitlres de Des-
silines partit de si Laut et reslat iminm-
nie. Parmi le. i il s et les jaunes erni-
neitIs qui sauvui ,,1 des blancs, on cite,
ontre Petinii. G(;,lr.rd, Ferou, Uonniet,
Jean-l.ouis Fl'r tois,T'homas Durocher,
BIzile, Borgciio. 'Vrinont, CUsar ThMel-
mique, Giraiui, Theddat et Berg6rac
Trichet, Voltai r, Al'in, Gaspard. Beau-
ccup de gens obctcus, snr presque tous
Il's points dn pi.ys, se iioiiitreciilt Ogta-
lement pleins de ch;iiile el de ilv.outi-
ment pour les persec:les. Aii: i, ;i coil
dos farouches guerriers ii ci ri u ntcon-
solider notre natioiialile iinissa'ieparles
hdcatombes de tant d'61VI'es innocents et
inoffensifs, il est consolant de placer
des guerriers plus doux, el non moins
fameux sur les champs de bataille, qui
penserent que le sang frangais, versd au
mepris de toute justice et de toute hu-
manit6, ne pouvait 6tre pour notre sol
une rose f6condante. POtion, le plus
illustre de ces derniers, est aussi celui
a qui il ktait rserve, comme chef d'Etat,
de formuler une politique de rappro-
chement des races, des peuples et des
individus.
J1 ne pensait pas qu'Haiti dfit s'isoler


comme une Chine minuscule, car il con-
siderait l'isolement comme un obstacle
au progress et une cause de faiblesse.
Non qu'il fat centre certaines measures
temporaires, telles que 1'exclusion du
blanc de la i:ationaltd haitienne et du
droit de propriet6 lerrienne : aucune
puissance, ni l'Angleterre, ni 1'Espagne,
ni les Etats-Unis d'Amerique, n'avait
encore reconnu notre independance, tou-
tes pratiquaient I'esclavage et la France
n'avait pas renonce a reconquerir sd co-
lonie. Mais tout en prnmunissant le
people hailien centre cerlains dangers
possible alors, Pdlion voulait qu'il fit
aupr6s de l'Europe et de 1'Ameriique
blanches le representant civilise de la
race noire et lavocat de abolitionn de
l'esclavage colonial. 11 dblerminiail ainsi
note place, nos droits et nos devoirs
dans la grande faiuille des natiuns ci-
vilisees. Elt ou r qu'HIUiti l'a blen ac-
cueillie au-deleors, ne faliait-il ps qu'elle
ffit accueillante au-deda i,'? Anils Pelion
accueillaitl Iel'anger, le comblait d'al-
tention l'~e cl:u i aiui nii e par des bien-
faits i o r lui fire aiia r Haili et seivir
la causal des nois. '.'oil certes une po-
lilique g~ranle, g inrcu.ce, humanitaire.
Bolivar suten pi ofi! l .
Le heros tie lA n, i uie d en Haiti, aux C,.~ \c- ui lis derniers
jours de DBceimbe 181Il. vai.ncu, d6ses-
pere. PWtion le reguit a\vec bnte et sans
craindre l'Espagne, sans la braver non
plus, il ouvre au proscrit nos trdsors,
nos arsenaux; il periiet aux huitiens de
s'eii6lersous si, bainiere. Giaje a nous,
Bolivar peut organiser une expedition et
recommencer la lutte qui abuutira a
l'Ind6pendance des r6publiques hispa-
no-amdricaines. Dans 1'exaltation de sa
reconnaissance, Bolivar ecrit a Petion
le 8 Fdvrier 1816:
(< Monsieur le President, je suis acca-
l bWi dn poids de vos bienfaits............
Dans ma proclamation aux habitants
d de Ven6zudla et dans les decrets que
K je dois expddier pour la liberty des es-
< claves, je ne sais s'il me sera permits
,de t6moigner les sentiments de mon
ccoeur envers V. Ex. et de laisser A la
a posterit6 un monument irrevocable ae








-11 -


< je devrai vons nommer come l'auteur
ti de notre liberlp! Je prie V. Ex, de
Le 18 Fdvrier, P6tion respond a Boli-
var de Laire son nom et de proclamer
I'abolition de 1'esclavage des noirs.-
L'esclavage ne fut pas tout de suite
aboli, mais Bolivar, plus reconnaissant
que le congr6s de Panama, affranchit
ses propres oes.lves a:n nombre de '1500
et inscrivit Ic non lde Petion a codt du
sien. (1)
C'est ainsi q i'uii l nos gloires les
plus pures Wei't p is s.-.ileLnentunegloire
haitienne, elle esl iine gloire aineric;ine.
Nous devonls ,i rIssenlir j une legilime
fierte nation.le.
Quand nous av.mn ainsi p:rrl d le la
profit leur de ses tessieins qui ouvraieiit
au pitriutisme h:ilien latlt d'horizons
nouveaux, et de sa haute morality aui
foi ail le respect de ses adveraires me-
mres, avons-nous tout dit sur P.tion?-
UnJe hmneur philosoihiilue, iinsensible
aux injures et aux caloninies, sobre de
mots, mais langint parfois un trait aed-
rd, toujours just, toujouts apropos; une
gidnrosit6 qui guarissait vile, a la fin de
la scission du Sud, jusqu'a des blessu-
res d'amour-propre profondes et saignan-
tes; une simplicity pleine de grandeur, un
abandon sans familiarity, qui attirait et
imposaita la fois voila tant d'autres
qnalitds qui valurent au fondateur de
la R4publique 1'affection des grands et
des petits.--
A.THOBY
(A continue)

NATURALIZATION
(DROIT MARITIME)

Tout batiment construct en Haiti, ap-
partenant a un haitien etmontd par des
naitiens, est, d'apr6s le ddcret du 10
aoit 1843, rdputd haitien; cependant, ce
Datiment, apres avoir 6te jaug6 officiel-
lement, est oblige de se munir d'unadte
de naturalization. Qu'est-ce a dire ? Exi-
ger d'un bdliment haitien un acte de
(4) ItI tait question d'dlever une statue A Pition
en Bolivie.


naturalization haitienne! Naturalise-t-on
11 nlitural ? ToItiau pls, peut-nn exiger
de lui qu'il fiss, constater son dtat de
natural; et ulors, ce n'est pas un acte de
naturalisation! qu'oii lii demand; c'est
plo1it 1111 acte da I)aturalitd.
Et c'est pr&eisdment ce que veut la
loi; elle exig-' q" in bdtinmeit hiitiea
so ft>-', ddiiivrer un dcrit qui coistate
sa qoaiill d'ntit i1 i ,:onst.te e droit
ponr ce batiment eu i ,. ler le pavilion
national et d'en invo;lier tons les bine-
fices; on voit done q[-i'l no s'agit p-rs l
de naturalisation c iniin. ce serait lourl
un navire stranger. ., i. ett-il ete dlri-
rable de fire dis;, i';i;:T, Ide la loi it
conl'usion que cette esxin--sion jetted.,dis
lcs ei[n, its, etant appliiquee a deux situa-
tions differences.
Ce not de naluralibalionemployd par
le ddcoret de 18K3 a donni lieu a une
singili6re min prise. Le dcret, qui com-
porle une IrentaineW d'articles, traite des
navires etrangers beaucoup moins que
des navires haitiens, a l'dgard ilesquels
ii contiert des measures de police, des
prescriptions de contr6le.
Or, le 9 Octobre'1880, pour cette rai-
son, plus ou moins contestable, que la
naturalisation des bateaux strangers
prdlait a des fraudes prdjudiciables
au fise, --- le Corps L4gislatif rendit une
loi par laquelle il abrogea tout le dA-
cret de 1843, d'un bout a l'autre. Au
lieu d'en supprimer simplement ce qui
y 4tait relatif a la naturalisation des na-
vires strangers, leur appliqnant ainsi le
principle d'exclusion qui s'appliquait d6-
ja aux blancs, le Corps LUgislatif sup-
prima tout le ddcret.
(( Considdrant quelanaturalisation des
batiments strangers voyageant sous pa-
vilion haitien prete a des abus prejudi-
ciables au fise;
ax Considdrant que la faculty confdrde
aux acquereurs de batiments strangers
par le dceret du 10 aofit 1843, ne tend
a rien moins qu'a favoriser le commer-
ce interlope;
a Considdrant qu'il imported de sauve-
garder les intdrdts de 1'Etat 6videm-
ment exposes par les effects du ddcrAt ci-
dessus;
Art. 1.r Est et demeare rapport le










dcert rdu. i0 aoCit 18i3 sur la naturali-
,.5ation et la navigation des batiments
du commerce haitien.
( Art. 2. A partir de la publication de
la prdsente loi, les batiments haitiens
construits hors du pays et destines a
voyager au ongcours, sont assujettis aux
droits de tonnage.
L'art. er quirapportele dicret, rendant
d6sormais impossible ol naturalisation
des batiments strangers, I'art. 2 ne pou-
vait s'entendre que des batiments cons-
truits hors du pays et devenus haitiens
avant la loi. Mieux encore: le decret abro
g6, un batimenthaitien 6tait, d sormais,
libre d'avoir ou de ne pas avoir de nom;
s'il en avait un, il pouvait le changer a
volont6;jl'autoritd n'avait plus le droit de
jauger un navire haitien; I'obligation
de l'acte authentique pour la vente
desnavires n'existait plus. VoilA quelles
6taient les con-equences logiques de
l'article Ier de la loi du 9 octobre 1V80.
Ce n'6tait pas tout: il etait devenu im-
possible desormais de savoir si un bti-
ment dtait haitien ou non. Par quoi le
reconnaitre,en effect? 11 n'yavaitplus au-
cun acte pour le constater; le seul texte
qui indiquat cet acte, ce decret de 1843,
6tait aboli. Des lors, un batiment ktran-
ger n'avait plus Iour trafiquer sur nos
cotes comme hailien et btenficier des
avantages de ce titre, qu'a voyager sous
le nom d'un compatiriote complaisant.
Desorte que, endefinitive, laloi del880,
au lieu d'enrayer la fraule, la facilitait
a merveille, allant ainsi coutre le but
mime qui 1'avait fait crier.
Devant un resultai pareil, il n'y avait
qu'une chose a dire: c'estque, tres pro-
bablement, le 1gislateur de 1880 avait
oubli6 de prendre connaissance du dd-
cret de 1843. On teaitvenu luidire qu'il
ne fallait plus permettre ]a naturalisa-
tion des bitiments strangers; et comme
le ddcret est, malheureusement, intitu-
16: Dicret sur la NATURALIZATION
eete, le legislateur avait pensd qu'il n'y
etait question que desnavires strangers.
Et il l'avait supprm . .
C'est seulement en 1883 que I'on rd-
para cette nimprise. Mais comment? Le
20 Septembre de cette ann6e, le Corps
legislatit rendit une loi pnrlaquelle, sans


abroger,express6ment la loi de, 1880, il
l'dtouffa sous une prl6endue interpreta-
tion. Illui encofitait, semble-t-il, dere-
connaitre qu'i] avait commis une petite
inadverlance. II d6clara que les navires
:li ''',geis pouvaient ktrenaturalises hai-
tiens et que le decret de 1843, en som-
me, devait 6tre -poservd, Et il appela
cela: interpreter 1,a loi de 4880, de la-
quelle ii r6sultait netlement que le
secrett de1843 etait supprim6,que la na-
turalisation n'6tait plus possible! .
Disons, pouretrejusle, que les deuxlois
de 1880 et de 1883 6manaient de l'ini-
tiative duPouvoir Exdcutif. Etait-ce une
excuse pour les Chambres?

Louis BORN

LA NATURALIZATION.

L'ARTICLE 14. (1 )


Addenda..

Mon distingud coll6gue Me. Louis
Borno a eu I'amabilite de me commu-
niquer, I'ayant pu decouvrir, un No du
MoniteurHaitien (du15Septembre 1860)
contenant deux lois du 6 Septenibre
1860, I'une sur l'immigration dans le
pays de personnel de race africaine ou
indienne, la secit nde po.lant modifica-
tion d l'article 14 du code civil. Nous
jugeons utile, vu leur rarely, ( ne pour-
rait-on pas dire qu'elles south introuva-
Lbles et ftliciter Me Borno de sa bone
chance? ) de les reproduire ci-apres.
La loi modificative de I'article 14 du
code civil est celle que nous avons men-
tionnee dans la derniire parties de notre
6tude sur la naturalisation, publide ici-
meme dans le No du z Decembre 4893
et don't nous avons comment les dis-
positions, d'aprbs le texte qu'en donne
Linstant Pradines dans son Code civil
et que Borno ( il n'avait pas encore faith

(1 ) .- Voir la Revue de la Socidtd de Ld-
gislation, No du 2 Decembre 1893. ; -:


-- 2 -









--43 -


sa.precieuse deconverte) aiatssiodon .~
,:Ildakns tlesle.iri- lI| n:':y a:ien' a: rieprenaris
quant au fond m6me des dissiositionw,
mais-en rapprochant les articles 1 et 2
de cette loi del'article 14 tel qu'il existe
d.ais les deux Codes sus-ciAds, unre dil-
fdrence matdrielle entire ces textes est
bienyyite..siisie. En faisant passer l'art. 1
de ja loi du 6 Sep.tebre 180 dans son
Code, Linstant Pradines n'en a passcru-
puleusempnt respect lalettre A laquelle
il a ajoutd. Les additions ont,6td,. cer-
tes, 'intelligemment faites ; on .peut
meme dire qu'elles elaient necessaires
et que le legislateur ecit di lui-meme
co:ipitler ce premier. article ; mais il
n'est pernis a.personne, on le sail, de
toucher a son oeuvre, meme pour L'a-
m6liorer: Tout depi.mme, quand on con-
sidere que 1'art. 2 de la loi fait allu-
sion A.. une. formality ( la declaration
de l'dranger aujuge de Paix qu'il vient
se fixer dans la RBpublique ) regarded
come qbligatoije etque la'art. l1 passe
sous silence, on est force de se deman-
der si, A I'impression, il n'y a pas eu
une erreur maltrielle, une omission
que Linstant Pradines aurait reparde.
.Auquel cas, il aurait fait non pas une
addition, mais une restitution, chose
permise et tout fait legitime.
Nous mettons tout de suite ,pour le
lecteur les deux textes en face l'un de
I e'ai u e s en soulign.iiil l es- pi ie del'ar-
,ticle 44 ( lexle Pradines ) ninexitsanles
duins li: ticlet:i. (A.texe du Monii tir
de 186() .
Art 14---(Code:civil de ..Art. 4.-, Loi du 6
.Linstant P.radipes. ) Septembre 1.860. (Mo-
Tous ceux qui, en ver- niteur ) .
tu.d e la C..nlilutiLirn, L'arlicle I I .du Code
sInt habhi.l' a acqu ir'. ci'il eS it II Jli c:rii e
.la ,(Udldi ,i e >il,:,ens suit
ai Liens, dje\i ont, dJns 'l, T iis ceix qui, en
le :lnos de l[iil a'irrite vertu de la Conilstu-
aans Je. pays,.faire. de- tion, sont habiles h ai-
vant le juge de paix de quirir la qdaliti de ci-
,lemr risid i e, en pre- toyens haitiens, de-
Sscice de deux citoriens lyrQo t, dans 1 ri-iis de
iw.,able' la (eclara- ,Jleur _arrivke i.liin le
tion qi'ds ,'e'nt e t L pays, fare le.i l Ij-
a,,ec 1'itretnloi de se i-.' e 'de pi\x Is, serment
xer dar ts la R .'publtqute q.,i'il r uin,,,-nt Le'ute
11s pr~tleront en Ina, e rniie paali c qu'Hlli.
StenI.s, eulre. les -mains
dujuge de paix, leser-
a .enLi u'il3 lenocfrnt
itollte u rpQatrieqq;Haili ;: ,/ ,: ," -'-


.I[uni ; de I'dxpdition
du pxoces-verbal. du ju-
ge de-paix, constatant
leur declaration qu'ils
viennent se fixer dans
la:I Rw ublique. et leur
Sprestatioa Ade serpent,
ils se vprsenteront dans
les bureaux 'du Prsi-
dent d'Haiti pour rece-
voir un acte du chef de
1'Etat qui.les reconnais-
se come citoyens de
Sla )Rpublique.


,;Art. .a.-r'wMnis de
I'expddition et ( exac-
tement comm e.l& deu
xieme alinda ci-contre
de l'art. 14.


:Ainsi.Linstant Pradines aurait enri-
chi le texte deo 'article 1 ( si addition ii
y a ) .de i,-t menlion .concernant la,r6si-
dence du juge, d ele ,co.Ie ceiQu gnt la
presence ,de deux tno inside: celle con-
cernant Ja d6claration:de r1sidenae, ii
.aurait reuni les deus, articlesi.de a loi
de' 1830 en un seul, faisant de l'actiale 2
le deuxi6me alinda de 'art.: 14,-etpuis,
sans prescription formelle du egisla-
teur, it aurait incorporele tout ar Code
civil, S'il n'y a pas u pen ee sensrepe-
tons-lre, i-ueiuel eci.ioit legislativeigno-
r eede nous,ou si la lO'rmue le de laloi n'a
pastst t,mutilde.par l'i ruip irneur diu Jour-
nal Officiel, ii faut aovouer que I'dmi-
nent annotateurdes Codes H'itiens.saest
livre a des manipulations-qui lui itaient
interdites, dtant du resort exclusif du
Corps Legi-ilalif. Ceci montre combien
est chose delicate, le maniement des tex-
tes Ii.lailfs et q.uelle precautions
doivent ,I ei lre l les f'onirlio n.aI es pre-
,poses a leur garden pourienmassureri im-
pression et la parfaite conservation dans
les recueils officials. Si cette petite me-
saventure arrivee a "art. 4 de la0loi du
6 Septeml)re 1860, ainsi mise en lu-
.-: iere, pouvail :;lliir la, srieuse atten-
iion ilu Di .pallemenl, de la' Justice sur
la ndcessit6 d'avoir de bons recueils de
lois, notamment un Bulletin des lois
1.ieln 0:rll0ni,. '.etfaitavec exa:lit.idle, la
d6couverte de ce vieux .Moniteul, tout
jauui,que m'a appprt6 Borno aura eu
une suite heur:euse- on serait tentd de
dire inaltenrdue, en- songeant-que la pu-
blication du pau-vre Bulletin tout ne-
glig6 que, lit 1iaent les presses de 1Etat,
suspendue dppuis 1885. n'a pas dtl re-
pi lse jusqu'a present. Maais il ne faut
,desepeOer' de tien! 1J.sTIDEVOT.









*- 14 -


Loi sur l'immigration dans le pays de
personnel de race africaine ou mndienne,


FABRE GEFFRARD, President d'Haiti, de 1'a-
vis du conseil des Secr6taires d'Etat, a propose,
et le Corps Legislatif, apres en avoirreconnu etl
declare 1'urgence,
A rendu la loi suivante :
Art. ler. A partir de la promulgation de la
presente loi, il sera accord une concession
gratuite de cinq carreaux de lerre A toute fa-
mille de laboureurs ou cultivateurs, de race
africaine ou indienne, arrivant dans la Repu-
blique. La concession sera reduite a deux
carreaux de terre lorsque le laboureur ou cul-
tivateur sera seul.
Art. 2. Ces concessions seront delivrdes,
sans frais, A titre provisoire, A toute famille
qui aura faith, pardevant le Magistrat comp6-
tent, les declarations voulues par la loi aux
fins d'obtenir la naturalisation, et elles se-
ront converties en concessions definitives,
apres le sejour d'un an et un jour dans le
pays.
Art. 3. Les concessions definitives ne se-
ront donnees en change de concessions pro-
visoires qu'autant qu'il aura WtB constat6 par
les agents du Gouvernement qu'il existe d6ja
sur la propri6td conc6d6e un commencement
d'exploitation.
Art. 4. Le concessionaire ne pourra ali-
ner sa concession avant 1'expiration de sept
ann6es consecutive d'occupalion. Neanmoins
il pourra 6tre autorise a changer sa conces-
sion centre une autre propri i6, mais aux
charges, clauses et conditions ci-dessus.
Art. 5. La presente loi sera execut6e A la
diligence du Secretaire a'Etat de l'Interieur
et de l'Agriculture.
Donn6 A la Maison Nationale, au Port-au-
Prince, le 4 Septembre 1860, an 57me de
l'ind6pendance.

Le presidentdu S6nat, F. LACRUZ
Les secr4taires, CILESTIN, J. Y. MENDOZA

Donn6 A la Chambre des Repr6sentants, au
Port-au-Prince, le 5 Septembre 1860, an 57e
de l'independance.
Le president de la Chambre, W. CHANLATTE
Les secr6taires, J. THRBAUD, F. RICHIEZ

Au nom de la R6publique.
Le President d'Haiti ordonne que la loi ci-
dessus du Corps L6gislatif soit revitue du
sFeau de la Republique, publiee et executee.


Donned au Palais Nationnal du Port-au-
Prince, le 6 Septembre 1860, an 57e. de I'in-
dependance.
GEFFRARD
Par le President
Le Secrdtaire d'Etat de l'Interieur et de
l'Ag riculture.
F. Jn.-JOSEPH
Le Secrdtaire d'Etat de la Guerre et de la
Marine.
T. DEJOIE
Le garde des sceaux, Secretaire d'Etat de
la police gendrale.
Jh. LAMOTHE
Le Secrdtaire d'Etat de la Justice etc.
F. E. DUBOIS
Le Secrdtaire d'Etat des Finances, du Com-
merce et des Relations Extdrieures.
VN. PLESANGE


Loi portant modification d l'article 14
du code civil.


FABRE GEFFRARD, President d'Haiti, sur le
rapport du Secr6taire d'Etat au d6partement
de la Justice, et de l'avis di conseil des Se-
crdtaires d'Etat, a propose,
Et le Corps L6gislatif apres avoir reconnu et
declared I'urgence.
Considerant qu'il est urgent de faciliter 'A
ceux qui ontles conditions requises pour deve-
nir haitiens, les moyens de jouirimm6diate-
ment des droits attaches A cette quality.
A rendu la loi suivante :
Art. ler. L'article 14 du code civil est mo-
difid comme suit :
Tous ceux qui, en vertu de la Constitution,
sont habiles A acqudrir la quality de citoyens
lai'tiens, devront dans le mois de leur afriv6e
dars le pays, faire devant le juge de paix le
serment qu'ils renoncent A toute autre patrie
q u'Haiti.
(Art. 2. Munis de 1'expedition du proces-
verbal du juge de paix, constatant leur decla-
ration qu'ils viennent se fixer dans la R6pu-
blique et de leur prestation de serment, ils se
pr6senteront dans les bureaux du Pr6sident
d'Haiti pour recevoir un acte du Chef de
l'Etat qui les reconnaisse-comme citoyens de
la RBpublique.
Art. 3. La presente loi abroge toute loi
ou dispositions de loi qui lui sont contraires









*-- -15 -


et sera execuf6e a la diligence du Secr6taire
d'Etat de la Justice.
Donned t la Maison Nationale, du Port-au-
Prince, le 4 Septembre 1860, an 57e de l'in-
dtpendance.
Le President du Sdnat, F. LACRUZ
Les secretaires, CRLESTIN J. Y. MENDOZA
Donn6 A Ia Chambre des Representants an
Port-au-Prince, le 5 Septembre 1860, an 57e
de l'ind6pendance.
Le president de la Chambre, W. CHANLATTE
Les secretaires, J. THEBAUD, F. RICHIEZ

Au nom de la Republique.
Le President d'Haiti ordonne que la loi ci-
dessus du Corps L6gislatif soit revetue du
sceau de la R1publique, publi6e et executee.
Donn6 au Palais National du Port-au-Prince,
le 6 Septembre 1860, an 57eme de l'indepen-
dance.
GEFFRARD
Par le Pr6sident
Le secr6taire d'Etat de la Justice etc, etc.
F. E. DUBOIS


ERRAT A


No de la REVUE du 2 Decembre 1893.

ARTICLE; La Naturalisation, par Jus-
tin Ddvot.
Page 168, 2me colonne, 53c ligne: au
lieu de :jouissansepublique, lisez: PUIs-
SANCE PUBLIQUE.
Page 169, Ire colonne, 36me line: au
lieu de; 25 Septembre 1860, lisez: 5
SEPTEMBRE 1860.
MWme page,2me colonne, 3e ligne, au
lieu de: loi du 5 Septembre, lisez: loi du
6 SEPTEMBRE 1860.
Page 170, Ire colonne, 17e ligne, r6ta-
blir ainsi: ce serment ne peut avoir
qu'une valeur purement morale, au
point de vue de la rupture du lien d'al-
ldgeance; sous le rapport juridique, en
effet, il sera le plus souvent ddnud de
toute vertu.
MWme page, 26me colonne, a la no-
te, 10me ligne, au lieu de : imagine,
lisez : IMAGfE.


Page 171, l6re colonne, 586me li-
gne, au lieu de ; obscurcissent, lisez:
OBSCURCISSAJENT.
Page 173, l~re colonne, 36me ligne,
,xu lieu de : se trouverait, lisez: SE
TROUVAIT.
ARTICLE : Condition juridique des
Etrangers (EXTRAIT DE ((LA NATIONALITED)
par Mr. Justin Divot.- No de la Revue
du 2 Fdurier 1894.
Page 210, 2me colonne, 29e et 30e li-
gnes: aulieu de: dans les ddbats des con-
clusions decisives et surtout, dans le sens
de l'abrogation, lisez: dans LE DEBAT
des conzcusions decisives et surtout AB-
SOLUES, etc.
Page 209, Ire colonne, 7me el Sme li-
gnes: au lieu de: base sur la rec-iprocitd
legale, lisez: basee sur la RiCIPROCITE
DIPLOMATIQUE OU LEGALE.
Page 211, 2me colonne, 54e ligne: au
lieu de: ceil assured, lisez; ceil RASSURE.
Page 212, Ire colonne. 26e ligne : au
lieu de: ddcombre, lisez: ENCOMBRE.
M6me page, meme clonne, 27e line:
au lieu de : ils barquent, lisez : ILS
DEBARQUENT.
M6me page, mme colonne,30e ligne:
au lieu de: d pouvoir se passer, lisez A
POUVOIR PASSER.
M6me page,meme colonne,59e ligne:
au lieu de; au moyen, lisez: AUX MOYENS.
M6me page,'2me colonne, 17e ligne,au
lieu de: de la liberty, lisez: ET LA LI-
BERTE.
Page 213, a la note, 6e ligne, au lieu
de: moratild dtrangere, lisez: NATIONA-
LITE ETRANGERE.
M6eae page, 2me colonne, 19e line, li-
sez: que si la necessity, une NECESSITt
impdrieuse command etc.


AVIS
ORDRE DES AVOCATS


Bureau de consultation gratuite pour
le mois d'Avril.
Mes Emile Deslandes, Ch. Hdraux, S.
Vincent; chez Me Deslandes, rue Pavee,
les mercrediset vendredis, de3,a 4 heu-
res 1/2 de 1'apres-midi. "


--'~"------- Y~-_~i-,n -i-~---- ~ 'i..
















Nous r6parons aujoul rd'hui a vec grand
plaisir un oubli involontaire, en recom-
mandant A nos lecteurs la conference
qu'a publiee notre college, Justin
Bonzon, sur certaines manifestations
de l'esprit d'association en Haiti. Cette


conf~eetice de'rdception sera luet avec
d'autant plus d'empressement et de cu-
riosit6, qu'ell en'a pasd'abord paru lansla
( Revue ). Les id6es:quiepreconise note
collAgue, particulirement sur la reor-
ganisation des Cunseils Communaux,
sont de celles qui attirent et miritent
l'attention.


GEORGES SYLVAIN, RMdacteur-Ghrant


-










Membres honoraires de la Soci6t6:


S. Exc. le Pr6sident de la Republique (President d'lonneur de la Societ6)
Mr. P. M. Apollon, SecrBtaire d'Etat de l'Instruction Publique.
Mr S. U. Saint-Anand, Secrilaire d'Etal des Travaux Publics.
Mr. Ch. Weyiiann.

Membres correspondents

MM.

Delord Elienne, Doyen du Tribunal Civil dn Cap-Haitiei.
A. Jean-Pierre, de Port-de-Paix.
T. P&eissier, des Gonaives.
St.-Louis Alexandre, -- de Sainl-Marc.
Meignan, I'Anse-j-Veau.
Vilaire, .lJrrie.
Depas Medina, des Cayes.
By, d'Aquin.
E. Bellande, -- de Jacmel.
Alfred Box, Ministre Plenipolentiaire d'Haiti a Paris.
D. Delorme, Berlin.
,1. B. N. Desroches, Consul d'Haili A Bordeaux
Louis, h.-.lanvier, Seciltaire de la Legation d'H-aiti Londres.
A. Poujol, ancin (Sanlo-Domingo.
Gragnon Lacosle, Consul honoraire d'Haiti a Bordeaux.'
S" Viard, <( St-Elienne
Hoeylaerts, -- s Bruxe!les.
Ch. Preston, Ancion Comtnissaire d'Haiti A I'Exposilion de Chicago.
C. Villevaleix, Ancien Minisltre d'Haili A Paris.
C. Laforesleric, ---
P- Latortue, a Londres.
B. Sylvain, --- Secrelaire de la Legion d'riaiti a Londres.
MM. Labidoi, ancien com!iiissaire dii Gouvernement, Robert Lafonlanl, avocal. L. Lefevre,
publicisle, (.la:inel), Ernest Adam, jiige au Tribunal civil ( Aquin), Celicour Leon, substi-
tut du Conirnissaire du Gouvernement, Ed. Corvinton, avocat ( Cayes ). Grandoit, deput6
(Anse-d'Haynault), A. (.1- -, corn missaire du Gouvernement, C. Chassagne, avocat (Jeremie)
Provost, Corntnissaire du Gouvernement, (Anse-A-Veau), David, commissaire du Gouverne-
ment, Saint-C6me, avocat (Saint-Marc), E. Desert, avocat (Gonaives), Alfred Henriquez, avo-
cat, Turenne Sylvain, substitute du Commissaire du Gouvernemeut (Port-de-Paix), T. Guil-
baud, avocal, directeur de l'Ecole lil)br de Droil, J. Adh4mar Auguste, avocat, C. R. Durand,
Subs'itut du Commissaire du Gouivernemclnlt, ( C i-Haitien.)

AGENTS DE LA REVUE:

( Autres que les membres correspondents. )

MM. Marius Jean Simon, ancien Senateur ( Miragodne), Jh. Lacombe, ancien deput6
Ldogane ); O. Tessier, officer de l'etat civil ( Petit-Goave), B. Gauvain (Grand-GoAve ),
J. B. Durand, (Aquin) Michel Desquiron, (J&r6mie.)
S'adresser pour tout ce qui concern la Revue, en province et l'6tranger, aux agents
et aux membres correspondents.

Agence central a Paris

Bureaux de la Fraternitd, 50, Rue de Lille, 50.







Port-au-Prince, 2 Mai 1894


REVUE
DE LA

SOCIETY DE LEGISLATION
Paraissant le 2 de chaque mois.

Siege provisoire: chez M* J. Ni LGER
16, Rue du Fort Per..

COMITtE DE DIRECTION ET DE REDACTION
iMM. 3. N, LfGER, President
GEORGES SYLVAIN SOI ,t/.iie
A. BONAMY Trdsorier
JUSTIN DEVOT
A. THOBY Membres
Louis BORNO
J. J. CHANCY




SOMMAIRE
Seances de la Socidle
Avocats Stagiaires Louis BORNO
La baisse de lPargent J. J. CHANCY
Jean-Pierre Boyer (1818-1843) A. THOBY



ABONNEMENT : 1 an P. 4 Le Numero P. 0. 40

Adresser la correspondence au siege provisoire de la Societe,

PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE H. AMBLARD
136, Rue dun Centre, 136.


Troisieme ann6e No 2









REVUE DE LA SOCITITE DE LEGISLATION 1i
.t^B ^!t^K%i^ !t!^


SENSES BE A SOCIETY

(Extraits des proces-verbaunx.)
Assemble g6nerale du 12 Avril 1894.

Presents :MM. Lger, Bonamy, Sylvain,
Chancy, Thoby, Borno, Laforest, Brun,
Lafleur, Bouzon, Menos.
Pr6sidence de Mr J. N. Leger.
M. le Pr6sident communique a l'As-
sembl6e la lettre de ddmission de M.
Ed. Munier, que le Comit6 n'a pu qu'ac-
cepter, tout en exprimant a l'ancien So-
ci6taire ses regrets d'etre desormais pri-
ve de sa collaboration a 1'euvre com-
mune.
Lecture d'une lettre de M. H6rard Roy,
juge au Tribunal de Commerce de Port-
au-Prince, qui demand h faire parties
de la Soci et en quality de membre actif.
M. le Secretaire, au nom du Comit6, re-
commande le postulant aux sulfrages
de l'Assembl6e. On procede au vote.
MM. J. Ddvot et Camille St Remy ont
envoy : la reunion leurs votes sous
plis cachet6s.
A la majority des voix, M. HIrard
Roy, est elu membre actif de la Soci&t6
de Legislation.
La seance anniversaire annuelle est
fixee au dimanche 13 Mai, a 3 heures
de l'apris-midi. Le programme com-,
portera, avec le Discours du President
et le Rapport du Secr6taire, une con-
ference de M. J. J. Chancy.


AVOCATS STAGIAIRES

On n'est pas, en France, aussi s6evre
que nous a 1'gard des avocats stagiai-
res. En principle, le stagiaire francais,
quoique non inscrit au tableau, a le
droit g6enral de plaider.
Quant a nos stagiaires, ils ne peu-
v'ent art. 39 de la loi de 1881, -
dcrire ou plaider dans ducune cause civil.
-Cette prohibition m6rite d'etre prd-
cisee.


I
Que veut dire la loi par i'expression
dcrire? Veut-elle dire que, en matiere ci-
vile, le stagiaire ne peut, d'une facon
absolue, donner de consultation? Exa-
minons.
Qu'est-ce qu'une consultation? Rien
qu'une opinion. Quel effet juridique
produit-elle? Aucun. Quelle valeur a-t-
elle devant un Tribunal? Aucune. Le
Juge ne se decide pas sur une consul-
tation. Evidemment, il peut admettre
I'opinion qui y est propose. Mais s'il
l'adopte, c'est parce que cette opinion
devient sienne, parce qu'il la croit just,
en un mot parce qu'elle est pour lui
veritd, et non point parce qu'elle est
consultation.
Dans ces conditions,le simple fait de
dire a un individu votre sentiment sur
une question de droit, le simple fait de
constater par 6crit et de signer votre
facon de penser, ne peut constituer une
prerogative de la profession d'avocat.
La liberty etant, pour ainsi dire, de
droit commun, il ne vous est pas pos-
sible,- si vous n'6tes arm6 d'un texte-
de vous opposer h ce qu'un simpleparti-
culier signed une consultation. II est vrai,
la loi sur le tarif judiciaire accord a
l'avocat un 6molument (de P. 2) comme
droit de conseil, de consultation. Mais
qu'en r6sulte-t-il? Que l'avocat seul peut
donner des consultations? Jamais! II en
rdsulte tout bonnement que, pour son
conseil, il n'a droit de se faire payer
que P. 2. Et encore, la loi precise-t-elle
dans quel cas ce chiffre est perqu. (Sur
touted demand principal, dit-elle, inter-
vention, tierce-opposition, requete ci-
vile. D Si done vous consultez un avocat,
- par example, sur les regles a sui-
vre, dans telles circonstances donndes,
pour la formation d'une soci6et de com-,
merce, pour la conclusion d'un contract
de vente, d'hypotheque, etc, il estlibre
de vous fixer le prix qui lui convient;
si vous ne voulez pas, bonsoir. Tout
comme avec le premier particulier venu
a qui vous demanderiez de vous louer
son service. Est-ce 4 dire que, en ma-
tiere de consultation, les avocats soienf
sur le meme pied que n'importe qui '








8 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Pas tout h fait. Voici un porte-faix.
Vous l'appelez pour vous aider h soule-
ver un fardeau. Saus qu'il y ait eu be-
soin d'une convention pr6alable ex-
presse, vous etes tenu de le payer; et
:si, sur votre refus, vous dtes poursuivi
injustice, il vous incombera la charge
de prouver que le porte-faix avait ac-
cept6, tacitement au moins, de vous
rendre un service gratuit. Mais suppo-
sez qu'au lieu de porte-faix, vous avez
appeld votre voisin, un cordonnier. La
situation change; pour se faire payer
de vous, il devra prouver qu'un prix,
-dtermind ou indetermind, avait 6td con-
venu entire vous deux. Pourquoi cette
difference? C'est que, daus le premier
cas, il entire dans les occupations nor-
males du porte-faix de soulever des far-
deaux moyennant finances, et que, en
1'appelant, vous devez savoir qu'il fau-
dra le payer; cet homme est la qui of-
fre constamment pour de l'argent son
travail musculaire ; en l'employant,
vous .tes cens6, par un contract tresnet
quoique tacite, avoir accept de lui
computer son salaire. Quand done vous
refusezde le lui verser, il est just que
vous prouviez qu'il avait consent a tra-
vailler pour rien.
Dans le deuxieme, cas, au contraire,
ce n'est pas l'occupation normale du
cordonnier de soulever des fardeaux:
il doit savoir que si vous I'appelez, ce
n'est pas comme cordonnier, ni comme
porte-faix, mais h titre officieux, pour
rendre service: et s'il se rend sans con-
dition a votre appel, c'est qu'il accepted
de ne pas reclamer de salaire. Vous de-
mandant plus tard ce salaire, il est tout
naturellement oblige de prouver qu'il y
avait eu de votre part engagement pr&-
alable de le remunerer.
En un mot, simple affaire de prIsomp-
tion. De mnme pour l'avocat. En sa
quality d'hommede loi, ilest cens6 nor-
malement offrir des consultations a prix
d'argent. Si vous lui refuse ses hono-
raires, son salaire,vous aurez prouver
qu'il avait accepted de travailler gratis.
Tandis que pour l'individu quelconque
qui vousfournit son conseil, il ne peut
yous forcer a payer qu'en prouvant


qu'il y avait eu de votre part engage-
ment pr6alable.
Voila toute la difference, d'ordre
tres g6ndral et tres ordinaire, on le
voit,-qui se peut reliever sur ce point
entire l'avocat et le particulier. Sauf ai
en tenir compete, tout citoyen, sans dis-
tinction, peut, en principle, donner des
consultations juridiques. Est-ce un bien?
Est-ce un mal? C'est une question que
je n'examine pas pour le moment. Ce
qu'il y a h retenir, c'est que la loi sur
Ie tarif ne permet point de conclure
que les avocats ont le monopole de ce
genre de travail intellectual. Au demeu-
rant, nous avons des textes qui impli-
quent cette idWe.
Tout le monde s'explique, aisement,
que les juges, leurs suppleantset le mi-
nistere public ne puissent donner des
consultations aux parties. On eflt pu
se dispenser de le dire, tant la chose
allait de soi. Cependant, le l6gislateur
n'a pas pense que ce fMt suffisant, et il
a cru devoir le d6clarer daus un article
formel, l'article 92, Proc. civ., come
pour bien marquer qu'il entendait po-
sitivement d6roger ai ce qu'il sentait
constituer un droit natural, la liber-
td de consultation, comme s'il crai-
gnait que son silence n'autorisit des
magistrates a user de ce droit!
Mais serrons de plus pros la question,
et voyons le texte mime ofi se trouve
contenu tout le role de l'avocat, I'article
85. Comment l'avocat y apparait-il'?
Qu'est-il appel6e faire ? II occupe pour
la parties qui ne vent ou ne peut occu-
per en personne.Voilh quel est son r6le:
il ne va pas plus loin. L'avocat occupe':
cela vent dire qu'il fait les actes de
procedure, conduit l'affiire, plaide. Pas
davantage. Or, qui soutiendra que don-
ner une consultation, c'est occuper. Mais
il n'y a rien a occuper! II n'y a peut-
6tre pas de procs Peut-6tre, du ren-
seignement qu'on vous demand rdsul-
tera-t-il qu'aucune action ne sera in-
tente II ne s'agit done nullement d'oc-
cuper. DIs lors, on le voit, le texte de
l'art. 85 ne dMfend point de consulter
n'importe qui. D'ailleurs, cela n'est-il
pas rationnellement just? Si 'on ar-










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION 1
V /U'f45/#.iAYY^ A1'# i Al/#AY//7/J// "


rive, en effet, a justifier le privilege, re-
servd i l'avocat, de servir d'intermi-
diaire au particulier qui ne veut pas
< sons d'inter&t gaenral,-tres contestees
d'ailleurs,-veulent que l'on ne puisse
confier son proces qu'h un homme de la
profession, susceptible qu'il est de ne
pas embrouiller une procedure, embar-
rasser les magistrats, paralyser par des
inexperiences, la march, deja si lente,
de la justice; rien ne saurait expliquer
que le meme privilege comprit aussi le
droit de fournir une opinion, de signer
une interpretation personnelle, denude
de toute portde judiciaire, n'ayant pas
d'autre influence pratique que celle
d'une page quelconque d'un ouvrage de
droit.
Mais quoi? I'article 39 de la loi de
1881, en defendant aux stagiaires d'd-
crire dans une cause civil, aurait-il en-
tendu precis6ment leur enlever la pos-
sibilit6 de donner des consultations?
Aurait-il voulu priverles stagiaires d'un
droit qui appartenait et qui appartient
encore a tout le monde, aux haltiens
aussi bien qu'aux strangers ? Qui ose-
rait soutenir une semblable those?
II n'est m6mepas possible d'argumen-
ter ici de ce qui pourrait exister en
France. C'est, en effet, une chose re-
marquable que la divergence de vues
qui apparait, en matiere de- consulta-
tion, entire les deux l6gislations haitienne
et frangaise. Contrairement au n6tre, le
l6gislateur francais, en de certaines cir-
constances, timoigne de son respect
pour ( l'avis du jurisconsulte u. Exem-
ple: L'article 467, le' alinea, du code
Napoleon ne permet au tuteur de tran-
siger au nom du mineur qu'apres au-
torisation du conseil de' famille <( et de
I'avis de trois jurisconsultes dcsignis par le
procureur de la Ripublique pres le tribunal
de premiere instance ). Que fait notre
eIgislateur? II adoptecet article, maisil
en supprime I'avis des jurisconsultes !
Code civil haitien, art. 377, ler alinea:
((Le tuteur ne pourra transiger au nom
du mineur qu'apres y avoir ete autori-
s6 par le conseil de famille ).


dure civil frangais,jart.495, exige, com-
me condition pr6alable a la demand
en requite civil, une consultation de trois
avocats c..i '.,ilt depuis dix ans au moins.
pros l'un des tribunaux duressortde la
cour d'appel dans lequel le jugement a
t6 rendu.
Que fait notre legislateur? Ilsupprime
purement et simplement cette grave
consultation, art. 431.
Autre example: En 1872, la delib6ra-
tion d'un Conseil municipal francais,
relative a une transaction, ne peut 6tre
prise que sur l'avis de trois jurisconsultes
d6signes par le prefet.
En 1872, notre loi sur les Conseils
Communaux, adoptant l'6conomie de la
legislation francaise sur cette matiere,
supprime cependant cet avis prealable
des jurisconsultes.
Voilh done l'inportance des consulta-
tions dans l'opinion de nos lIgisla-
teurs! Comment, apres cela, pourrait-
on voir, dans l'article 39 de la loi de
1881, le souci de les prot6ger, de leur
assurer du credit, de leur donner du
poids, en empechant les stagiaires de les
delivrer, comme si, en r6alitW, les sta-
giaires ne pr6sentaient d6jL bien plus
de garantie que tons les particuliers
non avocats, a qui, cependant, on ne
peut contester, nous croyons l'avoir
d6montre, -le droit de fournir les m6-
mes consultations.
II


En fin de compete, quel
lation haitienne, le sens
mot ecrire? Le voici:


est, en l6gis-
technique du


On salt que la situation de l'avocat en
France est sensiblement diff6rente de
ce qu'elle est en Haiti(1). En France,
la procedure ne pent 6tre conduite que
par un officer minist6riel, I'avoue, qui
seul ale droit de postuler et conclurepour
la parties; mais on est libre de plaider
soi-mime ou par un avocat.
Le 16gislateur haitien, adoptant le
Code de procedure francais, n'adopta


Autre example : Le code de proc6- I (I)VoirActaet Verba, parJustin Dvot,p.71.










20 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
< j~' w //*^^ Y'* i^^^^ .y:/' 77 ^'Y' f. ^ I^ ^*;/7I 7^^' # 7 ^7 /7V~l


pas le dualisme de l'avou6 et de l'avocat.
Rdunissant leurs deux roles en un seul,
il cr6a le defenseur public ( aujourd'hui
avocat) auquel il donna le nom d'offi-
cier minist6riel, sans toutefois,- il faut
le souligner,- faire de lui un officer
A ministare absolument force, le lais-
sant libre d'accepter on de refuser les
causes, mais lui confiant, exclusivement
A d'autres, (1) le soin d'occuper pour les
parties qui ne voudraient pas occuper
elles-memes, la mission de postuler, con-
chire etplaider pour elles. Mais quelque
complete que puit 6tre dans le ddfenseur
haitien la jonction th6orique des deux
classes d'attributions, il n'dtait pas pos-
sible que la demarcation ne s'aperC.it
pas, et que ne se r6v6lat, en quelque.
facon, la ligne dejsoudure,- qu'on nous
passe l'expression. -
Le 16gislateur nepouvaitpas, voulant
empecher le stagiaire d'exercer la pro-
fession en matiere civil, et se mettant
en frais d'indiquer en quoi consiste cet
exercise, s'empecher de laisser apparai-
tre la division originaire, de caracteri-
ser dans sa prohibition le c6t6 avouw et
le c6t6 avocet. C'est ce qu'il fit par ces
expressions ecrire et plaider. Plaider, c'e-
tait l'avocat, nullement difficile i recon-
naitre; ecrire, c'6tait l'avous ; qu'est-ce,
en effet, que postuler et conclude? C'est
, faire des actes d'instructions des pro-
cedures et formuler les pr6tentions sur
lesquelles les magistrats doivent sta-
tuer)) (2); en un motc'estecrire. Quand
doncl'article 39 de la loi de1881nous dit:
< Les avocats stagiaires ne.pourront
dcrire ou plaider dans aucune cause ci-
vile, ) nous devons lire, nous ne pou-
vons pas lire autre chose que : ( Les
avocats stagiaires ne pourront ni con-
clure et postuler ni plaider, dans une
cause civil. o
Louis BORNO.

( 1) Curieuseincons6quence de la loi! Vous
m'empchez de choisir qui je veux pour me
-representer en justice, vous m'imposez I'a-
vocat. Et quand je m'adresso i lui it a le droit
de me refuser
(2) Dalloz, Avouw, 54.


N. B. II suit de ce qui vient d'6tre dit
qu'il n'y a aucune erreur on inadver-
tance, comme quelques personnel 1'ont
cru, dans ce fait qu'un avocat non en-
core inscrit au tableau de l'Ordre figure
dans le bureau de consultation gratuite.
Dans tous les cas, alors mdme que
l'on n'accepterait pas notre theorie, ce
fait se justifierait encore par une raison
p6remptoire. En effet, si 1'on estime que
les stagiaires n'ont pas le droit de don-
ner des consultations, cela n'est vrai
que dans les causes civiles. Mais que
fait-on des affaires correctionnelles, cri-
minelles, commercials ? Ne serait-ce
qu'a ces divers points de vue, la pre-
sence d'un stagiaire au bureau de con-
sultation s'explique, on le voit, parfai-
tement.
Ls. B.
---------- ------i

LA BAISSE DE GET

Les dcrni6res communications qui
nous arrivent des Etats am6ricains pr6-
sentent la gravity de leur situation fi-
nanciere don't l'origine est la baisse de
l'argent.
Depuis quelques ann6es, le metal ar-
gent est devenu excessivement abon-
dant, grfce aux perfectionnements chi-
miques employes hsonextraction,reduite
a des frats insignifiants. C'est done en
vain que les miyens financiers les plus
6nergiques out %te employs pour main-
tenir le course et la valeur de ce m6tal.
Aucin d'eux n'a r6ussi, pas m6me
le Sherman Act qui obligeait le tresor
ambricain h acheter, chaque mois,.
4.500.000 onces d'argent, payables en
bons du trdsor, remboursables A vue,
soit en especes d'or, soit en especes
d'argent.
II a fall abolir cette loi du 14 Juillet
1890 qui avait pourtant rench6ri sur
celle du 28 FCvrier 1878, imposant l'a-
chat et la frappe, mensuellement, d'une
quantity d'argent quine devait pas dtre
inferieure a 2 millions de dollars, ni
superieure f 4 millions de dollars.
Les faillites ont succed6 aux faillites,
aux-Etats-Unis du Nord. On ne compete









REVUE DE LA SOCTETIT DE LEGISLATION


plus les Banques ayant saute dans le
pays de l'or.
Protectionnistes et libre-echangistes,
monometallistes et bi-metallistes luttent
depuis des mois a la recherche de la
meilleure solution du problem pose
par l'Angleterre, qui a fernn les hotels
de monnaies des Indes A la frappe de
I'argent, comme les Etats de 1'Union
latine avaient fermi lesleurs, il ya une
vingtaine d'annees, dans le but d'6ta-
blir la stability du change et de rendre
normal le regime monetaire.
Cette situation, jointe A i'emploi si
restreint del'argent dans l'industrie, fait
prevoir quece m6tal pourratomberjus-
qu'autiersde sa valeur primitive, si exa-
g6r6 quecela paraisse au prime abord.
D'ailleurs, cette provision parait si
certain qu'on remarque partout les
efforts inergiques, et si personnel, du
President Cleveland pour affranchir d6-
finitivement le commerce et l'industrie
de son pays des attentions trop int6res-
sees de ses nombreux producteurs d'ar-
gent. Leur Apret6 grandit avec !'inten-
sit6 de la crise, et, aujourd'hui, leurs
app6tits sont tels, qu'ils sont prits A
rompre la cohesion de leur parti pour
assurer le triomphe du dieu dollar.
ur.
C'est leMexique qui estle plus frappe
par Ie discredit de l'argent, parce que,
grand propriktaire de mines argentife-
res, toutes ses valeurs sur l'6tranger
sont a base d'argent. Aussi, s'explique-t-
on que les fonds d'Etat mexicains aient
support un recul allant jusqu'A la pa-
nique.
Cependant, ce pays ne s'est point
-d&courag6. II n'a pas tard6 a inspire
confiance, la plus grande confiance, A
ses cr6anciers d'Europe don't les plus
important sont desbanquiers anglais.
I1 a refuse de se derober a aucun de
ses engagements. Pour ytenir et prou-
ver son incontestable bonne foi dans la
d6bicle, il a mieux aimd r6duire son
budget jusqu'L concurrence de plu-
sieurs millions.
De cette fagon,l'honneur national est
sauf a l'tranger. Le respect des enga-


gements pris et de l'argent recu dvite
ainsi toutes sortes de complications fi-
nancieres et politiques.
Tranquille sur ce point important,
l'opinion publique envisage l'avenir
avec came et assurance. Elle se rap-
pelle les progris 6normes r6alisis en
moins de quinze ann6es par le Mexi-
que, sans se lancer pourtant dans les
honteuses speculations financi6res, qui
ont d6shonor6 beaucoup d'autres Etats
amiricains.
M6nageant son credit et ses revenues
comme doit le faire toute nation qui a
le moindre souci de son avenir, le
Mexique, jusqu'ici, n'a jamais fait un
emprunt sans definirau pr6alable l'usage
des valeurs a emprunter et sans qu'elles
aient &t6 employees aux lins pr6vues.
Cettepartie de l'Amerique nous attire
particulierement a cause des points de
resemblance qui existent entire elle et
Haiti: pays essentiellement agricole et
rice, agit6 par les troubles civils les
plus anarchiques, jusqu'a la pr6sidence
de Porfirio Diaz, il march aujour-
d'hui de manibre ah tonner le monde
entier.
La soudaine baisse de 1'argent, avec
toutes ses desastreuses cousequences,
devait tuer a tout jamais le continent
mexicain. Mais ce people ayant vite
compris que l'influence du credit est
sup6rieur A toute la quantity' de m6tal
circulant actuellement, n'a pas tard6 a
faire les sacrifices exceptionnels que
commandaient des circonstances extra-
ordinaires.
II faut, a-t-il dit avec resolution, de
la bonne foi, de l'honnitet6, une eco-
nomie severe et quelques measures
habiles, pour sortir d'une cruise finan-
ciere. Mais, il faut du genie, pour sor-
tir d'une ( cruise de credit. >
Le Mexique a eu ces qualities. 11 a
employee ces moyens. Ses facultts sont
arrivees a la hauteur de ce g6nie.
Son credit se relive, et il devien-
dra un grand people.


J. J. CHANCY









22 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
w y w ^ y //f / /y / / / / // /n //^^ // // / / / / / / /


JEAN-PIERRE BOYER
(1818--1843. Constitution de 1816.)

Le President Boyer, qui succeda i
Potion, ne devait point heriter de son
prestige ni de son influence, et cepen-
dant, tournant le dos au Gouvernement
parlementaire, il s'dvertua A fonder le
Gouvernemlent personnel. Rien ne jus-
tifiait cette tentative.
La paix assuree a l'interieur par la
pacification du Nord en 1820 et par la
reunion, en 1822, de la parties orientale
de File A la Rdpublique; la paix assure
A l'exterieur par la reconnaissance de
notre Ind6pendance par la France en
1825; 1'esprit d'une g6ndration nouvelle
en contact avec l'Etranger; I'esprit, si-
non la lettre de la Constitution de 1816;
le precedent de Petion en 1817 touchant
la presentation annuelle du Budget de
provision: que de raisons pour convier
un Chef d'Etat 6clair ia 1'6tablissement
du Gouvernement parlementaire! Boyer
fut sourd a tous les avertissements, me-
me a ceux de ses entours.
Il n'entendait pas 6tre conseill, encore
moins contr61l, et combien c'6tait nd-
cessaire qu'il le fit' pour sa gloire et
pour l'avancement d'Haiti! II n'avait
as les grades qualities qui mettent
Option hours de pair, son talent qui n'd-
tait pas de premier ordre, quoique r6el
et tres-appreciable, lui commandait d'd-
re moins autoritaire. Gardons-nous ce-
pendant de juger Boyer avec les passions
qu'iI avait L'art d'exciter an plus haut
degr contre iui. II avait des hauts et
des bas, mais il avait du patriotism,
des lumieres, de l'integrit6. On ne lui
assignera sa vraie place qu'en le d6dou-
blant. Il y avait en Iui le percepteur du
revenue public et l'homme politique.
Le percepteur fut bon. Et ce sontses
qualit6s fiscales, poussees A l'extrnme par
une certain etroitesse d'esprit, qui font
faire a Boyer une sibelle figureparmi les
Chefs d'Etat corrompus qui sont venus
apres lui. I1 r6tablit I'ordre dans les fi-
nances, et il merita d'etre qualifi6 d'a-
vare'des deniers publics, Apres avoir


reconnu une indemnity A la France en
faveur des colons expropries(1), ils'ap-
pliqua i en payer r6gulierement les ter-
mes et i obtenir une reduction sur le
montant de la dette, et il reussit plei-
nement dans cette double tache. Apres
avoir 6mis le papier-monnaie en 1826,
il voulut en op6rer le retrait en 1842,
et dans cette question il raisonna mieux
qu'une Commission qu'il avait nommde
et qui fut d'un avis contraire au sien.
Quand il abdiqua le pouvoir, le 13 Mars
1843, il laissa un million de piastres au
Tresor public.
Mais le rigide percepteur, I'honn6te
caissier avait la manie de l'6conomie
sordide, il n'avait pas l'art de la d6pense
utile et reproductive. Les opinions, du
reste, peuvent etre partagdes sur les
avantages et les inconv6nients de son
systeme d'administration. Ce qui est in-
deniable, c'est que Boyer accapara et
voulut exercer toutes les hautes fonc-
tions de son Gouvernement: guerre,
marine, finances, .relations ext6rieures,
justice, police, etc. II pr6tendait tout
voir et toucher h tout: il fut son pre-
mier commis. Et quel commis paperas-
sier! Inginac, le Secr6taire-General, qui
ne manquait pas demalice, le bourra et
l'empitra de paperasses. Mais Imbert,
le Secr6taire d'Etat, qui ne manquait
pas de bile, le bouda pendant vingt-
quatre ans. Seul le Grand-Juge Voltaire
fut correcteta sa place aupres de Boyer:
I'incompktence du Ministre de la Justice
6tait assez connue pour qu'on n'attri-
buat qu'au President d'Haiti les bonnes
mesurcs judiciaires qui pouvaient 6tre
prises.
Voici un trait de la judiciaire du
Grand-Juge. Des jeunes-gens du Port-
au-Prince avaient fait une manifestation
politique, le 14 Avril 1831, aux fun-
railles de Fruneau, jeune professeur du
Lycee, tue en duel par Duton Inginac,
le fils du Secr6taire-G6neral. Boyer, 1le-
vant cette manifestation a la hauteur


(1 ) L'indemnitW etait de 150 millions de
francs. Par d'habiles ngociations qu'il' en-
gagea de 1826 a 1838, Boyer parvint i la
fair rtduire de 60inillions de francs.








REVUE DE LA SOCIftT DE LEGISLATION 2
'ipgwi~~igf~ieaR


d'une sedition, convoqua au Palais les
fonctionnaires civils et militaires et leur
demand gravement leur opinion sur
les measures de rigueur qu'il important
de prendre contre les seditieux. Le
Grand-Juge opina pour leur deportation
a l'Etranger, (sic) et Dieudonn,. le Doyen
du Tribunal de Cassation, appuya le
Grand-Juge pour qu'on ne jugedt pas !
Les S6nateurs Lespinasse ct Audig6 fi-
rent observer qu'on ne pouvait mettre
le code penal de c6te, et Boyer se ran-
gea a leur sage avis de deferer I'affaire
aux tribunaux. Grand fut l'embarras du
Commissaire du Gouvernement pour
trouver qui assigner parmi ces 6meu-
tiers tout frais 6moulus du Lycee. On
se rabattit sur leurs pretendus chefs po-
litiques qui furent assigns, an nombre
de huit, a comparaitre devant le tribu-
nal correctionnel: ils furent tous ac-
quittes, le Ministre public ne pouvant
pas mnme prouver que des cris s6di-
tieux avaient 616 pouss6s. Le general de
brigade Voltaire, notre Grand-Juge, n'd-
tait pas moins un fort brave home,
mais que comprenait-il aux six codes
prepares avec soin sous l'impulsion
dclairie de Bover meme et promulgues
de 1825 A 1826 ?
L'esprit fiscal de Boyer devait natu-
turellement l'amener a l'etablissement
d'uncontr6le srieux des finances, mais
sa marie de vouloir tout diriger par
lui-meme amoindrissait, quand elle ne
gAtait pas, ses meilleures intentions.
Par la loi du 27 Juin 1823, il cre une
Chambre des Comptes. Elle verifiera
les comptes qui lui seront indiques par le
President d'Haiti ou le Secrdtaire d'Etat
(art 6) et elle signalera A l'autorite ex&-
cutive tous les abus qu'elle aura d6cou-
verts en reglant les comptes des compta-
bles (art. 7). Ainsi la Chambre des
Comptes n'a aucune competence judi-
ciaire; son contr6le, purement adminis-
tratif, est subordonn6 a l'action de l'Exe-
cutif. Les deux lois du 7 Avril 1826 et
du 27 Mai 1834 d6velopperont ce point
de vue. La function ne sera plus gra-
tuite mais rdtribu6e. Le travail augmen-
tera jusqn'i embrasser la comp.tabilit6
des Conseils des Notables. Les attribu-
tions s6ront plus dtendues: la Chambre


des Comptes aura sur les comptables
un droit de reprimande en cas de n6-
gligence, et d'information en cas de mal-
versation, saufa en r6efrer A l'autorite
executive qui exercera les poursuites
(article 16 de la loi du 27 Mai 1834).
Mais enm me temps, pour une besogne
successivement augmentde, le nombre
des membres de la Chambre des Comp-
tes sera successivement r6duit de 7 i 5
et de 5 A 3! Mesure d'6conomie, dit
Boyer, dans son Message du 19 Mai 1834
a la Chambre des Repr6sentants. D'ail-
leurs le President n'est-il pas un Argus
qui voit tout ? Le 18 Juin 1818, une cir-
culaire :du Secr6taire d'Etat announce
aux administrateurs des Finances que
le President d'Haiti ( se reserve le droit
de faire la verification et l'apurement
< de leurs comptes pour le second tri-
(C mestre et qu'il continuera de meme
( de trimestre en trimestre. ) Et en ex6-
cution de son arrLt6 du 25 Septembre
1826 sur les emissions de papier-mon-
naie, Boyer lance au Secr6taire d'Etat
sa d6peche du 26 Octobre 1826, laquelle
content ce qui suit: ( les billets impri-
< mes vous ont 6et et vous seront ex-
a pedies sous vos recus que je ,i.'rlJr,li
e en dip6t au fur et i measure qu'ils sor-
tiront de l'Inprimerie, afin que vous
< les fassiez signer par le Trnsorier-Ge-
a neral et par la Chambres des Comp-
( tes, ensuite par vous meme. > (1)
Ainsi le President d'Haiti est le d6posi-
taire des recus que fournit le Secr6taire
d'Etat pour des papers sortis des pres-
ses de l'Etat. A quelles fins ? Le con-
tr6le de Boyer 6tait si peu efficace que
lors du retrait, en 1842, des derniers
billets de la quotit6 de 10 gourdes,
1'Etat fut oblige de rembourser 179.000
gourdes en sus des quantities emises,
sans qu'on eftsoupconnn l'existence de
faux billets dans la circulation, ni su
comment ils y 6taient entr6s.
Tout en s'occupant d'administrer ou
de faire administer, un Chef d'Etat doit
s'occuper de bien gouverner. Boyer, per-
du dans mille details administratifs, ne


(1) Voir la d6p~che dans Linstan.t Pradines,
Recueil des Lois, tome IV, page 507.









24 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


sut pas toujours se maintenir a la hau-
teur de la belle tache politique que lui
avait 16gu6e P6tion. A la v6rit6, il eut
le talent de ricolter ce que celui-ci avait
sem6. Par exemple, ii reunit a la Re-
publique, de 1820 a 1822, les deux d6-
partements du Nord et de i'Artibonite et
toute la parties orientale de l'Ile. II y au-
rait d6ni de justice a lui refuser une part
de gloire dans l'accomplissement de ces
deux ceuvres. Le reproche m6rit6 qu'on
peut lui faire, c'est de n'avoir rien
fonde, c'est surtout de n'avoir prepard
aucun group d'hommes, ni meane un
homme, a l'exercice du pouvoir apr&s
lui. Les d6fauts de son caract&re, plus
que la faible portie de son esprit, expli-
quent une facon d'agir si diam6tralement
oppose A celle de son prd6ecesseur.
Potion, le pregnant par la main, lui avait
fait gravir rapidement, et mime avec
une 6vidente partiality, tous les degrfs
de la carriere militaire qui, seule, don-
nait alors un titre a la pr6sidence. Boyer
n'associa personnel h l'oeuvre gouverne-
mentale, ni parmi les vieux, ni parmi les
jeunes. Par lui personnel n'avait grand
en politique. Personne autre que lui ne
devait 2tre en evidence, ni h l'interieur,
ni a l'ext6rieur. On dirait que cc soleil
refusait de se coucher pour empecher
les etoiles de briller.
L'excessive et ridicule preoccupation
de ne pas se laisser 6clipser mettait Boyer
aux prises avec tous les hommes, a la
fois ind6pendants et 6claires, qui vou-
laient peser de leur propre poids dans
les affaires politiques: il ne les em-
ployait pas, fussent-ils jaunes ou noirs.
II est done faux de pr6tendre, come
Monsieur Schoelcher, que la plupart des
noirs 6clair6s 6taient syst6matiquement
kcart6s des emplois publics, surtout des
hauts emplois. L'illustre philanthrope a
fait un calcul don't les donn6es ne sont
pas acceptable: il met d'un c6t6 la mi-
norit6jaune, del'autre lamajorit6 noire,
et il demand si Boyer distribuait les
emplois publics proportionnellement a
la force num6rique des deux nuances. -
Non, r6pondons-nous, maisen ceci Boyer
.e montrait aucune partiality en faveur
des jauues. Les emplois publics exigent
kertaines connaissances, si 616mentaires


qu'on veuille les supposed pour Haiti et
pour l'epoque de Boyer: force lui fut
d'agir come Dessalines, qui avait pour
Secrdtaires, a c6t de Mentor et deDia-
quoi, noirs, Boisrond Tonnerre, Juste
Chanlatte, Char6ron, Dupuy, Carbonne,
mulAtres; comme Christophe qui, mal-
gr6 la tuerie de 1812, conserve et ano-
blit certain mulatres indispensables au
fonctionnement de son administration,
tels que Pr6vost (Ministre), Vastey, Pr-
zeau, Juste Chanlatte, Dupuy, Ferrier;
Rouanez. Si l'on pouvait ranger d'un
c6t6 la minority jaune 6clair6e, de 1'au-
tre la minority noire 6clair6e, ct6tablir
sur ces nouvelles donn6es, les seules ra-
tionnelles, la loi deproportionnalitd, Mon-
sieur Schoelcher aurait donn6 peut-6tre
un bon point a Boyer.
II imported, au point de vue haitien,
de bien determiner quel homme politi-
que, quel despite fut Boyer, car, de-
puis 1843, presque a chaque crise r&-
volutionnaire, on sonne le glas fun6bre
de la soci6t6 avec le r6quisitoire pas-
sionn6 de Monsieur Schcelcher.
La pauvret6, la paresse et l'ignorance,
dit le philanthrope francais, sont de-
s venues des moyens de Gouvernement
a dans les mains de cette administration
a sacrilege (de Boyer)......... Avilir et
c ddgrader un people pour le dominer,
a c'est la conception la plus hideuse qui
a se puisse imagine. Eh bien! c'est ce
a qu'on voit en Haiti. Christophe assas-
( sinait comme un barbare, Boyer in-
a filtre le poisson comme un bourreau
a raffin6.y
On voit par cette citation, nous en
passons et des pires, que tous les 6ner-
gumnes qui, depuis 1843, ont d6nonc6
Boyer coimme ayantvoulu abetir les noirs
au profit de sa caste, n'ont fait que copier
Monsieur Schoelcher. Serrons de pr6s la
question.
Boyer, nous l'avons d6jA dit et prou-
v6, continue le grand oeuvre de P6tion
sur la constitution d6mocratique de la
propri6t6. De 1818 A 1843 ii cr6a beau-
coup de petits propri6taires parmi les.
campagnards surtout. Par sa circulaire
du ler Septembre 1823, il fait estimer
des caf6yeres en faveur de ceux qui les
occupent. Par son arrdt6 du 25 Novem-









REVUE DE LA SOCIET- DE LEGISLATION 2
,,,,^/iaIanr^4a^'iim~w/ftsAc^


bre 1825, il donnc des concessions de 5
carreauxdeterre i ceux qui out faitdes
6tablissements sur les terrains del'Etat.
Par unavis de la Secr6tairerie d'Etat du
17 F6vrier 1836, il declare que l'ali6na-
tion des domaines nationaux dans les
campagnes n'aura lieu qu'en faveur des
fermiers de ces habitations. Et apres avoir
mis la terre dans les mains capable de
la fire valoir, il prodigue des encoura-
gements aux agriculteurs, propri6taires
et non proprietaires.
S'agit-il de recrutement dans les cam-
pagnes pour les diff6rents corps de trou-
pes et la gendarmerie, Boyer ordonne
que l'on recrute seulement ( les jeunes
< gens de 16 a 25 ans qui ne sont.pas
< Chefs de famille et qui ne cultivent
e, pas la terre de leurs propres mains ))
tels sont les terms formels de sa cir-
culaire du 3 D6cembre 1823. Dans sa
circulaire du 16 Fevrier 1824, il ajoute:
k j'ai deji expliqu6 que le recrutement
< ne doit porter que sur les jeunes gens
< non attaches h la culture; si on devait
a degarnir les bras attaches a la culture,
i .il vaudrait mieux ne pas faire de re-
crues.> L'article 6 du code rural du 6
Mai 1826 et l'article 2 de l'arr~t& du 26
Juin 1826 reproduisent la mnme pensde
en des terms presque identiques. La
loi de 1841 sur l'organisation del'armie
&numkre 7 cas d'exception du service
militaire, don't deux en faveur des agri-
culteurs: 10 si l'on est propriktaire d un
bien rural que l'on faith valoir soi-meme ;
20 si l'on est cultivateur pourvu d'un
contract synallagmatique conform6ment
au code rural. (1)
Que toutes ces measures aient it6 im-
puissantes a faire revivre en Haiti la
splendeur cultural de Saint-Domingue,
cela n'est pas discutable, mais il ne
s'ensuit pas qu'elles aient 6t6 ineffi-
caces. Sans elles, la culture de la terre
serait tombde encore plus has ; dans



(1) Pour la loi do 1841, voir B. Ardouin.
Histoire d'Haiti, tome XI, page 138; pour les
butres lois, arretes, avis et circulaires, voir
Linstant Pradines, Recueil des lois et actes,
tomesll, III, IV,


tous les cas, elles timoignent haute-
ment de la sollicitude de Boyer pour
les classes rurales. Le chef d'Etat qui
agissait ainsi ne pensait pas a eriger la
pauvret6 et la paresse en moyens de
government.
Le paysan haitien est encore tr&s
arrier6. M' Schcelcher soutient, et nous
admettons avec lui, qu il 6tait possible
a Over de le lancer plus rapidement
dans la voie du progris ; mais ce qui
est indeniable, c'est que sa position
s''tait ameliorde, c'est qu'il 6tait mieux
trait, plus hcureux mat6riellement et
moralement, plus respect, plus libre
sous Boyer que sous Toussaint-Louver-
ture, Dessalines et Christophe : en voilh
assez pour rejeter les deux premiers
chefs d'accusation de Monsieur Schcel-
cher.
Pour vaincre la paresse, il n'dtait
plus permits aux autoritis militaires de
passer les cultivateurs et cultivalrices par les
verges de bayaonde. Or, sans la flagel-
lation et la bastonnade, moyens avilis-
sants, degradants, don't usait royalement
Christophe le barbare, que A'P Schcelcher
prefere pourtant a Boyer, le bourreau raf-
fine, sans ces moyens, touted la parties
inquisitoriale du code rural croulait.
D'ailleurs elic etait inapplicable aux pe-
tits propridtaires ruraux don't le nom-
bre augmentait chaque jour. Quantaux
non propridtaires, fermiers de moitid
et simple journaliers, ils riaient sous
cape des fameux contracts synallagma-
tiques prescrits par la loi, (1) sachant
tres-bien comment 6chapper aux re-
cherches de la police rurale, quand -ils
ne composaient pas avec elle sur le dos
des propri6taires. Que de dol6ances A


(1) Mr Ed. Paul fait observer avec raison
que le contract synallagmatiqiie tait la partie
rovatrice di code, la plus respectueuso des
droits du fernier et la plus favoral)!e a ses
inter6ts, mais les campagnards l'envisageaien t
sous un tout aulre pdint do vue, sous celii
seulernentdes obligations auxquelles ils dLaient
astreints par dcrit envers les propribtaires
at ils disaient du contract : papier-ld marrd
mains moin, mais ii pas miarrd pieds moin
(ce paper mie lieles mains, mais non lespieds.)








6 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ce sujet L'opposition se mele d'encou-
rager agriculture par des discours.
Herard Dumesle et David St Preux ar-
rondissent leurs plus belles p6riodes
pour regretter que le code rural soit tom-
bd en disutdude. Ici nos deux grands li-
beraux sont inconsdquents A leurs pro-
pres principles.
Quoi ce paysan a le droit de voter
aux assemblies primaires,par consequent
d'exprimer une opinion politique, d'ex-
ercer par ses Repr6sentants une action
sur le Pouvoir-Exdcutif, et ce Souverain,
politiquement ind6pendant, sera civile-
ment d6pendant d'un gendarme quis'in-
troduira danssonchamp et, comme cen-
seur de son travail, comme tuteur de sa
famille, gourmandera sa paresse, deman-
dera m6me qu'elle soit punie......Mais
la paresse est une infraction a la loi
morale, un des sept pech6s capitaux de
1'Eglise ; elle relieve de la conscience et
de I'opinion, elle lie tombe pas direc-
tement sous le coup du code p6nal :
le gendarme n'est ni pretre, ni mora-
liste. Aussi le ldgislateur du code ru-
ral, sentant l'objection,force-t-il le sens
des mots vagabond, gens sans aveu, pour
atteindre le soi-disant paresseux de la
champagne, mais helas il s'avise de
rendre ce paresseux justiciable du tri-
bunal de paix. Quand l'autorit6 mili-
taire decidait du cas, elle-minme arretait,
jugeait, condamnait, fiagellait. C'6tait
brutal, energique, expeditif; on traitait
I'homme comme un ine rdtif, et cela
produisait un puissant effet imm6diat :
c'etait christophien. Maintenant il faut
se rendre compete de ce qui constitute la
paresse delictueuse et punissable, illa faut
constater dans les forces, il faut enten-
dre 1'accusd, et I'autoritd qui :d6nonce
n'est pas l'autorite qui juge. Les choses
n'6tant pas mendes tambour battant,
qu'est-ce-que le code rural ? Une loi
mort-nde. ( 1)


(1) L'intervention du juge de paix annu-
lait tellement le code rural qu'une loi du
15 Novembre 1839 remet I'exercice de, la
justice aux mains des autoritIs militaires,
mais ce fut en vain : le code rural ktait dBji
n ort.


A cela il n'y avait pas grand dom-
mage, mais il fallait tenter autre chose.
Pourquoi done Boyer n'a-t-il pas pro-
pag6 l'instruction dans les masses ? Tel
est le troisi6mne chef d'accusatiou de
Monsieur Schoelcher.
Boyer 6tait preoccup6 du bien-6tre g6-
n6ral, mais il le concevait a sa facon.
II voulait assurer le pain du corps a-
vant le pain de l'esprit. L'idee etait in-
complete, elle n'6tait pas machiavdli-
que. I est certain que Pktion, eu pleine
paix, eilt mene de front l'une et l'autre
chose.; en 1817, il avait deja propose
de crier huit ecoles primaires et un
deuxi~me Lyc6e. Boyer 6tait incapable
de devancer son temps, et il avait le
d6faut capital de repousser toute idee
qui n'6tait pas sienne. Or, c'6tait se
mettre.en avant, non seulement d'Haiti
mais de la France, la patrie de nos i-
dles, que de concevoir alors la diffu-
sion des lumirres A la facon ddmocra-
tique d'aujourd'hui. L'erreur de Boyer
fut celle de la grande majority de ses
contemporains. ( 1 )
L'opinion que Boger ne fit absolu-
ment rien pour l'instruction publique
est tellement accreditee que personnel
ne s'est donned la peine de consulter sa
loi du 4 Juillet 1820 antirieure a la chute
de Christophe, (2) On y trouve quel-
ques iddes justes que Boyer cut seule-
ment le tort d'appliquer d'une facon
trop restreinte. Citons-en quelques arti-
cles.
Art. 11. I1 sera 6tabli aux frais de 1'6-
( tat quatre ecoles primaires destinies


(I) Nouis devons n6anmoins dire, 1'hon-
neur de l'Assemnblee Constituante de 1816,
qu'elle consacra le principle de la graluite
de l'instruction primaire comme suit :
Art. 36; ( Constitution de 1816. ) II sera
cr16 e; organism une instruction publique
commune a tous les ciloyens, gratuite A 1'e-
gard des parties d'enseignemeut indispensa-
ble pour tous les, homires. don't les 6tablis-
sements seront distributes graduellement
dans un rapport avec la division de la Re-
publique.

(2) Voir Linstant Pradines, Recueil des
lois et actes, tome III, page 290.









REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


< hl'instruction gratuite dl6mentaire des
< enfants des citoyens tant civils que
a militaires, qui auront rendu des ser-
a vices i la patrie.
a Art. 18. II pourra 6tre 6tabli par
a la suite de nouvelles ecoles primaires
<( dans les autres communes de la R&-
c publique, si l'utilit6 en est reconnue.
c I1 en sera de mime pour des ecoles
c speciales aux frais de 1'etat, ofi sont
Sadmises les demoiselles don't les pores
morts au service de la patrie en se
< signalant n'auraient pas laiss6 les
a moyens de les lever convenablement.
( Art. 19. Le Lyc6e fond6 par Alex-
A andre P6tion, au Port-au-Prince, est
k conserve aux frais de 1'Etat et main-
< tenu dans la capital ; il est par son
< institution consacr6 h l'dducation des
a fils des citoyens qui auront rendu
< d'6minents services a la patrie et qui
< sont morts sans avoir laiss6 des mo-
< yens pour donner une education li-
< b6rale hleurs enfants.
( Art. 20. Le nombre des enfants re-
< cus au Lyc6e aux frais de 1'4tat sera
<( ixe par le President d'Haiti.
a Cependant, pour rendre cet 6tablis-
segment g6neralement utile, des pen-
( sionnaires et externes particuliers
a pourront y etre admis aux frais de
( leurs parents qui, A cet effet. pren-
(< teur.
<< Art. 27. Le President d'Haiti aura
< la faculty de faire suivre les course du
<( Lycee, comme un moyen de rdcom-
pense national au m6rite, par un
(( des enfants des autres ecoles don't la
< famille n'aurait point de moyens et
Siqui, par ses dispositions naturelles,
( pourrait devenir un sujet utile pour
c le Pays. )
La collation des bourses aux fils
des citoyens qui auront rendu des ser-
vices eminents a la patrie, encore une
id6e de Petion consacree par Boyer, et
il y ajoute mnme une idee d6mocrati-
que : rechercher l'enfant pauvre don't
la precoce intelligence annorice quel-
que talent et lui donner pour ie bhnn'
fice de la communaut6 uine instruction


classique qui lui ouvre les carrieres li-
berales. Nous ne savons pas au just
jusqu'a quel point Boyer realisa ces deux
ides ; nous affirmons cependant qu'il
placa des boursiers au Lycee.
En vertu de l'article 15, quatre ecoles.
6tablies au Port-au-Prince, aux Cayes,
a Jeremie et a Jacmel, devaient distri-
buer un enseignement primaire gratuit
aux enfants des serviteurs de l'Etat,
mais en vertu de l'article 18, d'autres
ecoles primaires furent 6tablies dans
d'autres villes, et nulle part on ne s'est
arrkt6 au sens littoral de 'article 15 :
les citoyens de toutes les conditions,
qu'ils fussent ou non serviteurs de 1'E-
tat, pouvaient obtenir l'admission de
leurs enfants dans ces ecoles. D'apres
une excellent note que nous a fournie
Mr Eugene Bourjolly ( un citoyen ins-
truit qui a 6te instituteur, chef de divi-
sion au Ministere de la Justice ), Boyer
avait fond jusqu'au moment de sa
chute dix-huit 6coles primaires dans les
quatre villes d6ja cities et dans les
suivantes : Santo-Domingo, Cap-Haitien,
Gonaives, Lfogane, Petit-Goave, Sain-
tiague, Saint-Marc, Port-de-Paix, Aquin,
Miragoine, Puerto-Plata, Grande-Ri-
viere duNord, Anse-h-veau, Mirebalais.
Ce nombre si restreint d'6coles pri-
maires accuse un-esprit peu progressiste
mais ne t6moigne nullement d'un plan,
d'un systume d'abdtissemeit poursuivi
contre la majority noire. Du reste, Bo-
yer ne genait pas l'essor de l'initiative
privie dans la foundation des maisons
d'~ducation. Bien des villes et des bour-
gades, ot le besoin de l'instruction se
faisait le plus sentir, comptaient, cha-
cune, une ou plusieurs ecoles particu-
lieres qui suppl6aient dans une certain
measure ha 'insuffisance ou au d6faut
complete de l'enseignement official. Mr.
T. Chalvire, ancien d6put6 des Cayes,
nous a fourni aussi de precieux rensei-
gnements sur l'etat de l'instruction pu-
blique dans cette ville du temps de Bo-
yer. Sept 6tablissements scolaires y dis-
tribuaient l'instruction a la jeunesse
comme suit:
lo L'Ecole Nationale primaire, de 380
A 400 l66ves. Elle avait mime d6pass6









S REVUE DE LA SOCIE DE LEGISLATION
Z# #^'d Z A.' -? Z'76 .........


le programme de l'enseignement pri-
maire.
20 L'Ecole particuliere dirigde par
MM. Martin et Prosper Lemoine. L'en-
seignement y 6tait sup6rieur h celui des
autres dcolcs.
3o L'Ecole particuliere dirig6e parM.
Elissagaray, francais come les deux
pr6cidents instituteurs. Elle comptait
250 d61ves.
4o L'Ecole particuliere dirig6e par M.
Nadeau, haitien. Elle comptait 100 dle-
ves environ.
5o L'Ecole particuliere dirigde par M.
Hyppolite Roux, francais. Elle comp-
tait 100 l6lves environ. L'enseignement
y 6tait le meme que celni de l'Ecole
Martin.
60 L'Ecole mixte dirigee parM. Am6-
-dde Lhdrisson. Elle comptait 150 gar-
cons et 60 filles.
7o M. Dalencour, un franiais, tenait
dans la plaine de Torbeck un pension-
nat ofi furent 6lev6s plusieurs jeunes
gens des families des Cayes.
L'Etat de 1'instruction publique au
Cap-Haitien, h Jacmel, a Jdremie 6tait
h peu pres le m6me qu'aux Cayes. Le
Port-au-Prince occupait naturellement
le premier rang avec son lycee et d'au-
tres etablissements scolaires.
Combien de noirs et de jaunes, sor-
tis des 6coles publiques ou priv6es sous
Boyer, ont fait honneur au Pays par
leurs luminres et leur talent, il imported
que tout haitien le sache, afin que la
critique sur cc Chef d'Etat ne s'dgare
plus dans la d6moniaque agitation
des questions de couleurs. Une prodi-
gieuse m6moire a permits i M. Eugene
Bourjolly de nous retracer les noms des
Lyceens, de 1816 h 1843, quisont par-
venus, 6tant hommes, a quelque noto-
rietd dans les diff6rentes branches de
1'activit6 social. Nous reproduisons sa
note au has de ces pages. (1). Selon M.


(1). Depuis sa formation jusqu'en 1843,
le Lyce national du Port-au-Prince a eu
pour Direcleurs: Durive Lapr6e, Balette pare,
Delille Lapree. Docteur Fournier Pescay,
Jonathas Granville, Victorin Plesance, Lhou-
aneau Saint-Macary et Pierre Fauberl.


Bourjolly, un cinqui6me de noirs sui-
vaient les course du Lyce du Port-au-
Prince. La forte proportion des jaunes,
eu regard a la force numerique de leur
nuance, s'explique: lolaminorit6 jaune
occupait h cette 6poque plus qu'aujour-
d'hui les hauteurs sociales ; le gouit de
1'instruction, et surtout des 6tudes clas-
siques, y 6tait plus repandu que dans
la majority noire; 20 cette minority,
6tant presquc concentrate dans les prin-
cipales villes, avait l'6cole primaire ou
sup6rieure plus a sa portee que la ma-
jorit6 noire rdpandue partout et formant
presqu'entierement la masse rurale.
L'Ecole est un puissant agent de pro-
gres moral et materiel. Rien n'est plus
propre a operer chez nous le rappro-
chement et mime l'union de toutes les
classes sociales. Ce fut un grand mal-
heur pour Haiti que Boyer ne comprit
pas cette v6rit6 suffisamment pour don-
ner une vive impulsion a l'instruction

Les delves les plus distingues de cet ela-
blissenient ont etC, parnmi les jaunes:
Cauvin, V. Pl1sance, Andri Jn. Simon,
David-Troy, Mcy. Benjamin, Andre Gernain,
Excellent, Bny. Lallemand, L. Etheart, Ch.
Heantjens, D. Delva, Saul Lianthaud, P.
Lorquet, Exilien Heurlclou, Ovide Cameau..
Alexandre Tate, Lami Duval, Darius Denis,
Anemon Guttierrez, R. A. Deslandes et David
fils aine, ancient ministres. N. B.- L'ex-
ministro Dag. Lespinasse etait bien 616ve au
Lycee, niais il a termine ses Mtudesen France.
T6lismon Bouchereau, A. N. Gateau, Alex.
Benjamin, J. P. Dauphin, Aretus Duval, A.
Henriquez, 11. Granville, )r Louis Audain,
Mcy. Daguerre el Brnni Maignan, anciens
senateurs :
Panayoti, Dec. Nagere, Kenscoff, Dot'-
celly, Armand, Emile Manucl, et M. Perpi-
gnand, anciens deputes;
Trichet, B Laroche, Vaucresson Laroche,
Aristide Lespinasse, Ten. Poitevin, J. Mar-
tineau, Coriolan Louis-Charles, Saint-Lau-
rent Leblanc, Lamontagne, Blanchel, Pec.
Doncet, Gme. Duchatellier, J. J. Lilavois,
Coulanige Nelson, Llio Dominique et Bar-
bancourt, dans la magistrature.
DolcE Laroche, Barabe, Fen. Lespinasse,
Bonnecaze, Jh. Robin, M. Cullen, Leo Har-
moniere, Astrel Months, Dutervil Ducha-
tellier, Chapuzet HarmoniBre, Romano Ro-
mane, Celicour Nau, dans l'lnstrnction pu-
blique;








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 29
^^^%^/^.^*Al^W^-

publique, mais lui imputer crime une
erreur qui lui 6tait commune avec bien
des noirs iminents, oser soutenir qu'il
futdans cette question lerepr6sentantd'un
int6ret decaste, c'est lh le language d'une
passion aveugle ou d'une insigne mau-
vaise foi. II n'a jamais exist& de castes
en Haiti commeenEgypteet dans l'Inde.
Ce mot ne d6signe cliez nous ni un or-
dre special, ni une classes particulirre de
citoyens jouissant 16galement de privi-
leges dans 1'Etat. La Constitution de
1806, article 5, 2e paragraph, et la
Constitution de 1816, article 7, 2o para-
graphe, s'expriment ainsi: a l'Egalitu6
n'admet aucune distinction de naissance,
aucune h6r6ditL de pouvoirs. ) Qui ren-
versa ce principle et 6tablit des distinc-
tions de naissance, l'hdr6dit des pou-
voirs ?- Christophe et Soulouque qu'on
ne saurait donner comme des repre-
sentants de la pretendue caste jaune.

Pollux Flon, Dumai Lespinasse, Camille
Nau, Valcin et R. T. Nau, au Barreau du
resort ;
Mass6iia Per, Flo ian Landais, B. Laroche,
Cyrus Greffln, Berthaud, Siephen Decatrel,
Pre Miltiade Bouchereau, Arislide William,
U. Decatrel, Portalis Pierre Andr6, J. M.
Oriol, dans l'administration ;
Lysis Fresnel, Felix Paret, A. D. Marchand,
Astrel Duval, Eiisee Duplessis et Myrtil Bru-
no, dans le service de sante
Normil Dubois, Petion Faubert, Jh. Lila-
vois, Bienaime Riviere, C. Charpentier, Taui-
crede IMorisseau, dans l'armde ,- Basquiat,
Baude, Rinchire, Tullus Laborde, dans I'ar-
me du Genie;
M1rov6, Numa, Charles et Linn6e Miot,
Louis, Oscar et Ption Rivire, Pompilius
et Fenelon Faine, A. E. Bazanac, Nemours
Grandclhaip, Nelson, Clala et Luzincour
Duchatellier, dans le N6eoce;
Professions diverse : Steven Preston, Mi-
nistre Pleaipotentiaire i Washington, Otha-
ris Rividre, Consul d'HY-ti au f ivre, Louis
Oriol et Max. Laforest, liotaires, Silmnon Da-
guerre et Riboul aine, agriculteurs, J. B.
Romain.et Emile Mau, homes de leltres,
Eugene Nau, agronom'e, ayant acheve ses
ltudes en France, Thsede Pouponneau. phar-
inacien, Louis Nelson Frangeul, chirurgien
dentist, Beauvais el Massillon Lespinasse,
commergants, Mahotiere et Rodney Lafiiteau,
teneurs de livres, les frires Arnoux.


- Scrutons done avec ind6pendance les
problemes politiques et sociaux de notre
pays, et dans l'int6rkt de la masse po-
pulaire, ne voilons la v6rit6 devant au-
cune peau noire, jaune ou blanche.
IDu reste, si Boyer par son ignoran-
tisme entendait favoriser sa pr6tendue
caste, elle envisageait elle-mnme la ques-
tion d'un tout autre point de vue, car
les voeux en faveur de I'instruction pu-
blique 6taient formulas par l'Opposition
qui se recrutait dans les hautes classes
de la society, d'oil partaient toutes les
iddes nouvelles. Quant a la masse popu-
laire don't les soi-disant avocats se sont
toujours tus sous Boyer, elle voyait cha-
quej our s'all6gerlefardeau de sa misire,
surtout le fardeau militaire; elle t6moi-
gnait sa satisfaction du bien-6tre relatif et
de la liberty& civil don't elle jouissait,
et, pour tout le rest, elle n'ktait pas


Parmi les noirs:
Phi;ippeau et Dasny LabontO, anciens mi-
nistres, Brutus Jean Simon, Tibere Toussaini,
J. E. Celeslrn, Pierre Azor, Hippolyte Lucas
et F. St.-Victor, anciens S6nateurs, Ocean
Ulysse, Senateur en exercise; Dorcelly E-
tienne, vice-prdsidcnt, et Marcellus Fr mont,
juge au Tribunal de Cassalion; Dalg6 Phi-
lippe. mernbre de la Chambre des comptes,
Miilien .n. Jacques, ancien commandant d'Ar-
rondissoment; los docteurs Chrisphonte et
Etienne fils; General Baron, directeur de
l'Arsenal; Mars, directeur du conseil des no-
tables du Pt-Goive, Michel Lafargue, direc-
teur du conscil des notables de 1'Arcahaie
et Alcindor, I'un des meilleurs Olves da
Lyc6e apres les Cauvin, les Plesance, les
Andre Jean Simon.
Des 6l~ves qui suivaient les course du Lyc6e
il n'y avait qu'un ,:inquiBme de noirs.
N. B.- M. Bourjolly n'a pas parley de L-
remond Jn.-Jacques, noir distingue, sorti du
Lyc6e et mort trop tdt pour la gloire de son
1pys. It s'annonQait come poRte. Mr. L.
EthPart lui a consacr6 quelques pages dans
ses Miscellanies. Nous n'avons pu savoir si
Mr. Jeanty, in noir qui 6tait Secrdtaire de
la L6gation hailienne a Londres sous le Pre
sident Geffrard, Blait un 6leve au Lyc6e. Is
avait, du reste, acquis son instruction sou
Boyer,
Les deux freres Salomon et les freres Ra-
meau de la ville des Cayes 6taient des eleves
de Mr Dalencour, un frangais.










:30 REVUE DE LA SOCIftt DE LEGISLATION


bien exigeante avec le President. C'est
precis6ment de ce sentiment que Boyer
s'empare pour d6clarer qu'il sait ce
qu elle veut mieux que quiconque, et
qu'il lui octroiera tel ou tel progress,
quand il le jugera a propos. Boyer ai-
:me son pays, mais il ne se croit pay6
de retour que si le Pr6sident est incon-
tr61:l c'est un tuteur qui ne veut pas
de conseil de famille ind6pendant. Du-
rant ses vingt-cinq annues de Gouverne-
ment, s'il refuse de presenter un budget
de provision a la sanction des Chambres,
ce n'est pas pour faire de folles d6penses,
-ce n'est pas non plus dans une pensee
de p6culat: il soumettait les comptes
g6neraux, c'est-a-dire les competes des
recettes et des d6penses effectudes a la
Chambre des Repr6sentants qui les v6ri-
fiait et en donnait decharge au Secrd-
taire d'Etat.
Dans la question budg6taire come
dans beaucoup d'autres, Boyer d6passe
sciemment la limited, djhA si ktendue, de
son droit constitutionnel. Et avec quel
ton de commandement, de hauteur, de
confiance absolue en soi, en son armee,
en sonpeuple!
Boyer ne lutte pas, ou il ne croit pas
Butter avec le people; avec des voeux et
des besoins populaires. Une g6ndration
nouvelle a surgi, qui n'a pas fait la
Patrie, qui n'a pas fait la Rdpublique,
qui n'a combattu ni Leclerc ni Rocham-
beau ni Christophe. Et celte generation
ose se poser en face des PNres Conscrits,
des Maitres de cans, et leur en remon-
trer! D'oi sort-elle? De ces Prres
conscrits. ( Done halte-lh, Messieurs
. nos enfants! Vous n'avez pas come
< nous, homes d'Age et d'experience,
c v6cu dansle people, vous ne save
< pas lui tater le pouls, vous ignorez
< combien de pulsations constituent son
< 6tat de sante ou son 6tat de fire,
< vous risquez de lui administer de la
( quinine a forte dose, quand il se porte
- bien,etvous lui d6traquerezlecerveau.
< Nous ne vous permettrons pas de rui-
n ner la sant6 publique et de bouleverser
SI'Etat quest nous, quil'avonsfond6,
d avant d'etre a vous. Puisque vous
. n'etes pas sages, nous vous mettrons


< a la raison. Le salut du people, c'est
a la loi supreme. )
Boyer, le S6nat, la portion mouton-
niere de la Chambre des Repr6sentants,
s'inspirent de ces idees dans leurs
actes liberticides; et de l'enceinte 16-
gislative, i la pointe des baionnettes,
ils expulsent trois fois, en 1833, en 1839,
en 1842, H6rard Dumesles et David
Saint-Preux trois fois Olus. D'autres
Repr6sentants, qui avaient successive-
ment grossi la phalange de l'Opposition,
sont u galement expuls6s.
Ces coups d'Etat, don't la rdpetition
minme d6montrait I'inefficacit6, avaient
Ut6 prec6des d'un acte encore plus
odieux, don't le souvenir semblait effac6
en 1833: nous voulons parler de l'ex6-
cution de Darfour.
F6lix Darfour 6tait un noir civilisd, dit
B. Ardouin. Arrive de France en Harti,
en 1818, et naturalist Haitien, il s'ktait
fait journalist, arpenteur, d6fenseur
public. I1 ne tarda pas A se miler de
politique et a se jeter dans l'opposition
contre Boyer qui lui avait pourtant ac-
cord6 quelques favours. II critiquait
non-seulement les actes du gouvernement
ce qui 6tait d6jh criminal, mais notre
6tat politique et social; en un mot, il
renmuait, selon le language (du temps, les
questions de coule/urs, ce qui 6tait un cas
pendable aux yeux de Boyer.
Le 2 Septembre 1822, Darfour fut
fusille pour avoir pr6sent6 une petition
a la Chambre des Representants! ....
Cette petition qui fut qualified de pamphlet
infernal, de mdmoire incendiaire, tendant a
pervertir l'esprit public, a detruire nos ins-
titutions, a, bouleverser l'Etat, A jeler la
discord et 1t e, citer une guerre civile parmi
les haitiens, Boyer la fit disparaitre en-
tiirement: il ne voulait pas la conserve
pour le jugement de 1'histoire. Tant de
precautions ne sauraient etre consid6-
r es come des circonstances attenuan-
tes de la conduite du President. Les
moeurs et les idWes dominates en 1822,
la preoccupation excessive de nos hom-
mes d'Etat d'endormir les questions de
couleur, au lendemain de la chute de
Christophe, voilh toutce qu'on peut dire
pour expliquer, non pour excuser la








REVUE DE LA SOCI1TE DE LEGISLATION 31
y~/i/~/^n//^//^///^////^//^//^/u/^//^^


rigueur du chlitiment infligt a Darfour.
Boyer, le S6nat, la Chambre des Repre-
sentants proclament audacieusement que
le people incdignd arreta Darfour et ses
complices, tandis:, qu'il est av6rd que
c'est la force armee qui opera ces ar-
restations. (1)
La oif Boyer est le plus condamnable,
c'est d'avoir livre Darfour au jugement
d'un Conseil de guerre sans avoir eu en
main la petition )mJme, tout le corps du
ddlit. Le 30 Aoilt 1822, la petition est lue
a la Chambre, et elle y souleve des pro-
testations centre Darfour. Un aide-de-
camp du President, present a la seance,
court au Palais et raconte h Boyer ce
qui se passe dans l'Assembl6e. Surune
telle d6nonciation, Darfour et ses com-
plices sont imm6diatement arretIs: lui,
quatre Repr6sentants du people, quatre
Inviolables, le Doyen du Tribunal civil
et un jugedu Tribunal de Cassation. Le
31 Aouit, Darfour seul est livr6 au tri-
bunal militaire qui le juge sur quoi?
sur une dep6che de Boyer, qui declare
que des t6moins comparaitront pour d6-
poser sur le contenu de la petition que
I'indignation populaire a fait disparaitre.
Le tribunal militaire., jugeant sans d6-
semparer, condamne Darfour a mort le
31 meme; mais le meme jour, la Chaim-
bre des Repr6sentants se reunissait et
envoyait la petition h Boyer. ( Nous
s ignorons, dit B. Ardouin, si l'ayant
& rescue de la d6putation de la Chambre,
lePresident l'aura transmise L ce g6n5-
< ral (le General Thomas, qui prisidait
( le tribunal militaire) pour &tre place
( sous les yeux des juges, mais cela
< est presumable. s Non, cela n'est.
pas presumable. Boyer, apres avoir af-
firme dans une piece officielle que l'in-
dignation publique avait fait disparaitre
la petition, devait 6prouver un grand
embarras a se donner un dementi en
envoyant au course du jugement, non de
l'instruction de l'affaire, la petition me-
me. S'il l'avait envoyde au tribunal mi-
litaire, il est presumable qu'il l'eCit ac-

(1). Voir Linstant Pradines, ( Recueil des
Lois et Actes ) Tome III, pages .482- 490,
pour toutes les proclamations, proces-verbaux,
articles de journaux, sur l'affaire Darfour.


compagnde d'une second depeche an-
nulant ou rectifiant la premiere qu'il eit
redemandle. Et le tribunal militaire,
ayant la petition sous les yeux, 'efit vi-
sde dans son jugement. Or, B. Ardouin
qui etait deja, en 1831, Chef du parquet
pres le tribunal civil de Port-au-Prince,
et en outre tres au courant de la politi-
que de Boyer, n'a pu parler du prices
Darfour que sur les pieces du dossier
judiciaire. Si la correspondancede Boyer
ou le jugement du tribunal militaire ne
font pas mention de la petition, et B.
Ardouin ne le dit pas, il n'y a pas seu-
lement presomption, il y a certitude que
Darfour fut juge et condamn6e mort
sur la premiere depeche de Boyer, en
definitive sur la simple narration faite
par un aide-de-camp des la lecture de
la petition h la Chambre des Repr6sen-
tants.
L'Assembl6e ne sut d6fendre ni la di-
gnit6 ni la liberty de ses membres ac-
cuses qui furent sacrifids sur l'autel de
la paix publique et laiss6s h la merci du
Pouvoir Ex6cutif!
( La voix publique les a signals, dit
. la Chambre, comme des citoyens don't
les lumieres ne se tournament que vers
c l'innovation et en opposition avec la
march deja 6tablie et consacree par
< nos institutions pour consolidernotre
< Gouvernement....
( Compatriotes, exempte de tout bla-
< me, la Chambre des Communes doit
( l'etre aussi de tout soupcon, et des
(( lors que quelques-uns de ses mem-
< bres sont accuses par l'opinion ma-
< nifest6e du people, ils doivent n'6tre
plus admis dans son sein, En cons6-
<( quence nous d6clarons que les ci-
< toyens Bdranger, Laborde, Saint-Mar-
( tin, Saint-Laurent ont cess6 de faire
parties des Repr6sentants des Com-
munes et que leurs supplants sont
a invites h venir singer h leur place et
<( venir concourir avec nous au bon-
< heur de la Republique. ) -
Boyer, satisfait sans doute del'attitu-
de humble et abaissee des Representants
des Communes, mit en liberty les Re-
presentants eliminds, ainsi queles deux
juges, Noel Piron et Pierre Andr6, (ta.t










32 REVUE DE LA SOCIETTE DE LtEGISLATION
'--, K -. -.. .;.^I^i~iC:^lc<-j^^

en leur imposant pour quelques jours une
sorte de bannissement lI'intdrieur, dit Ar-
douin. )
L'affaire Darfour, plus que toute autre
peut-6tre, a value h Boyer les dpith6tes
de despite, de tyran. Cet acte sanguinaire
le montre au-dessous de lui-mime, au-
dessous de son r6le de Chef d'Etat;
Smais il 6tait mal h l'aise au milieu des
supplices. il n'aimait pas d'ordinaire A
verser le sang. Boyer 6tait rageur, ct ii
ne fallait souvent que le came d'une
nuit pour qu'il passat de la plus violent
colkre a des actes de bont6 et do g6n6-
rosite. Ses inigalit6s d'humeur 6taicnt
connues. Aussi il avait beau se montrer
redoutable, il n'6tait pas redout6, du
moins come les despotes qui l'ont pre-
ced6 et suivi. II trouvait dans son edu-
cation un certain frein ct jusque dans
ses entours une resistance qui avait,
nous en convenons, le ddfaut ou le tort
d'etre trop passive, trop muette. II n'est
pas moins vrai que si loin qu'il alldt
dans 1'arbitraire, les ames energiques
conservaient leurs resorts: comprimnees,
elles rebondissaient sous la pression et
enflammaient l'opinion publique de leurs
prrotestations indignees. La Presse 6tait,
ibre et ne m6nageait pas ses critiques.
Le President d'Haiti etait publiquement
chansonnn. (1) HIrard Dumesle, chass6
de la Chambre, recevait de J6rdmie une
m6daille frappee en son honneur. Et la
ville des Cayes le rt6lisait d6pute en le
doublant de Laudun. Aquin relisait
aussi David Saint-Preux. Port-au-Prince
elisait Dumai Lespinasse, Emile Nau et
Cauvin; d'autres Communes, d'autres


(1) Voici une petite chanson creolo qui
n'est pas, il est vrai, tne des meilleures de
cetlo epoque, mais qui montre bien l'ilde
qu'on so faisait dn despolisme de Boyer.
Rhum qui rhum
Femme boit li sans d'l'eau
Tafia blanc,
ga to croais to yd.
SLe rlum. tout rhum qu'il est, les ferm-
mes le boivent sans ean; tafia blanc, quo
penses-tu etre? Ie rhum, c'6tail Christo-
phe; le tafia blanc,. Boyer.


Repr6sentants de l'Opposition qui, cette
fois-ci, en 1842, se trouva en majority
a la Chambre des Repr6sentants.
Quelle vie pullique pleine d'animation
et de promesses pour lavenir s'6tait d6-
gagie des elections de 1842! II y avait
neuf ans que Boyer et l'Opposition
6taient en regard l'un de l'autre, en
champ clos, et le bulletin de vote avait
seul rdpondu a toutes les brutalities dut
sabre. Vus d'ensemble et de haut, Boyer
et l'Opposition pr(sentaient jusque-la
un beau tableau, oil les ombres du des-
potismc ressortaient d'autant plus qu'el-
les 6taient toujours 6clairdes des vivcs
lumieres d'une rdelle libecrtC politique.
Dc tells luttes donnent la trempe aux
caractcrcs, la virility politique h unjeune
people, t la condition, toutefois, qu'elles
aient un denouement pacifique ct legal.
II n'a manque qu'une chose aux n6tres,
sons Boyer, pour Otre salutaires et fruc-
tueuses, c'est que Boyer voulfit y mettre
un terme raisonnable, qu'il consentit
quelques concessions et op6rat quelques
r6formes, qu'il ffit un liberal h la mode
du journal ((Le Temps ), c'est-h-dire
comme B. Ardouin ctInginac. Ce n'6tait
pas se transfigurer. Boyer, qui enrageait
peut-6tre trop qu'on l'ctl si sottement
accuse de vouloir se fair Roi, n'avait
qu'A etre Louis XVIII an point de vue
du temperament, an lieu d'etre obstin6
come Charles X.
II cut pourtant une vellcit6 parlc-
mentaire. Nous venous de dire que 1'Op-
position 6tait en majority dansla Cham-
bre des Communes de 1842: 1'dlection
de MM Laudun come president de la
Chambre en fut la prcuve eclatante.
Boyer voulut r6parer cet 6chee et il con-
fia 1'ex6cution de son project h Inginac
qui se piquait de quelque strat6gie par-
lementaire. Tons deux en quete d'un
chef de la Cohorte gouvernementale a
la Chambre, d'un leader parlementaire,
aviserent le d6put6 Lafortune, africaiii
de naissance, ( brave homme, dit B.
a Ardouin, qui avait su apprendre h lire
a et a ecrire, mais don't le parler trahis-
< sait l'origines). En sa quality de Doyen
d'age, Lafogtune avaitpr6sid6 le bureau
provisoire: qulimagine Inginac? -Le 12
Avril, Lafortune et les Ddputds gouver-








IEVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
y":-.r /-^7,;,.; .,'/^-'L-;6; / 2 -;`^ y 'V/, 5": .5, i .;,^',<^'I/% Z a /'^-> "eY ;f.); ./J,: *,,/ ^^f; '.l/,/,;a/ /'2;)r2* ;1. ,1,". ;,ff. .e/


mentaux se rendent a la Chambre plus
tit que Laudun et les D6put~ s de I'Op-
position. Le Doyen d'age, feignant d'i-
gnorer que son r6le de Pr6sidentprovi-
soire etait fini, s'assied au fauteuil pre-
sidentiel et refuse de le c6der au presi-
dent elu, quand celui-ci se pr6sente.
Mia .tete Za mes pieds, ze n9d edderd pus la.
faiteuille, (1) s'6crie Lafortune! Et ileut
raison de Laudun qui fut force de sor-
tir de la Chambre avec ses principaux
Collegues de l'Opposition. Les baion-
nettes de Boyer 6taient accourues au se-
cours de Lafortune, et la mime Cham-
bre don't la majority avait 6lu Laudun
President vota a l'unanimit6 deux reso-
lutions qui l'6liminaient de son sein
ainsi que les diputes H6rard Dumesle,
David St Preux, Lochard, Lartigue, Du-
mai Lespinasse, Covin ain6, Emile Nau,
Dorsainville I)autant, Benoitet A. Pon-
thieux.
Ignoble com6die! Troisinme victoire
a la Pyrrhus qui devait 6tre la derniere
pour Boyer.
II eut d'abord un grand succs de ri-
dicule. Le JlMnifeste, journal de I'Oppo-
sition, public les paroles de Lafortune, et
d'un bout l'autre de la RPpublique, ii y
eut un immense 6clat de rire! Boyer ne
pouvait reprendre son serieux et .son
prestige qu'en nageant dans le sang
comme Christophe: il en 6tait incapa-
ble et il disparut, le .13 Mai's 1843, de-
vant la R6volution qu'il avait provoqune
par ses coups d'Etat.
Tout de m6me, n'oublions pas cet
6clat de rire qui precidasa chute: c'est
ledernierquela liberty ait os6 pousser

(1) (( Ma tte? a mes pieds, je ne cederai
p;as le fauteuil. )


en face du despotisme. Depuis Boyer,
quelsdespotes sesont donnetant de peine
centree ce qu'on appelle d6daigneuse-
ment le caquetage parlementaire ou les
indiscretions de la Presse?- Le jour-
naliste se vend. Le D6pute, qui veut
conserver un reste de dignity, donne sa
admission,. et il se garde bien de se re-
presenter devant ses 6lecteurs:il estd'a-
vance convaincu de quelque chose de
pis que d'etre &limine de la Chambre,
et il se le tient pour dit.
Le despotisme de Boyer cut un con-
tre-poids et une limited quelconques.
C'Utait un despotisme mitige, rigoureu-
sement pariant un gouvernement illib6-
ral. -
A. THOBY.


NECROLOGIE.
Nous nous associons de toutcoeur an
deuil de nos deux colleagues D. Viard
et Solon M6nos, quiviennentdeperdre,
l'un sa sour moree i Paris) l'autre,
son frDre ain6, et les prions de trans-
mettre a leurs families 1'expression sym-
pathique de nos regrets.


AVIS
ORDRE DES AVOCATS
BUREAU DE CONSULTATION GRATUITE

Mois de. Mai.
Mes Baussan, Ch. H6raux et S. Vin-
cent, chez Me Baussan, rue du Centre,
les lundis et mercredis, de .3 hs i 4 hs
de l'apris-midi.


Imprimerle Ii. AMIBLARD, 136, rue du Centre.


~









Menmbres Itoneralres de I& SNcikb ;-


S. Ex. le PRIESIDENT de la Republique (President d'honnour de la Soci6~t)
Mr P. M. Apollon, Secr6taire d'Etat de l'Instruction Publique.
S. U. Saint-Armand, Secretaire d'Etat des Travaux Publice.
,Mr Ch. Weyman.

MeYnlubres correspondatso :

MM.
Delord Elienne, Doyen du Tribunal Civil du Cap-Haitlen.
A. .ean-Pierre, -- --- --- de Port-de-Paix.
T. Pelissier, -- --- -- des Gonaives.
St.-Louis Alexandrd, --- ---- de Saint-Marc.
Maignan, --- -- --- 'Anse-A-Veau.
D6pas M6dina, ---- -- -Jrmie.
Vilaire, ---- --- des Cayes.
By, ---- --- d'Aquin.
E. Bellande, ---- -- --- de Jacmel.
Alfred Box, Ministre Pl6nipotenliaire d'Haiti a Paris.
D. Delorme, --- --A --- Berlin.
J. B. N. Deroches, Consul d'Haiti Bordeaux.
Louis Jh.-Janvier, Secretaire de la Legation d'Haiti A Londres.
A, Poujol.ancien --- --- --- Santo-Domingo.
Gragnon Lacoste, Consul honoraire d'Haiti A Bordeaux.
S. Viard, --- --- a St-Etienne.
Hoeylaerts, --- -- Bruxelles.
C. Preston, Ancien Commissaire d'Haili A l'Exposition de Chicago.
C. Villevaleix, Ancien Ministre d'Haili A Paris.
C. Laforestrie, -- -
P. Latortue, --- -- --- Londres.
B. Sylvain, --- Secretaire de la Legation d'Haiti A Londres.
MM. Labibou, ancien Commissaire du Gouvernement, Robert Lafontant, avocat. L.
Lef6vre, publicists, (Jacmel), Ernest Adam. juge au Tribunal civil (Aquin), CWlicour Loon,
substitute du Commissaire du Gouvernement, Ed. (onvinton, avocat (Cayes), Grandbit,
d6put6 (Anse-d'Haynault), A. Clri6, Cominissaire du Go uvernement, C. Chassagne, avocat
(J&ermie) Provost, Commissairo du Gouvernement, (Anse-A-Veaul, David, Commissaire
du Gouvernement, Saint-C6me, avocat (Saint-Mac), E. Desert, avocat (Gonaives), Alfred
Henriquez, avocat, Turenne Sylvain, substitute du Commissaire da Gouvernement (Port-
de-Paix), T. Guilbaud, avocat, directeur de I'Ecolelibre de Droit, J. Adhbmar Auguste,
avocatC. R. Durand.Substitut du Commissoire du Gouvernement, (Cap-Haitien),

AGENTS DE LA REVUE :


( Autres que les membres correspondents. )

MM. Marius Jean Simon, ancien Snnateur [Miragoine], Jh. Lacombe. ancien d6pute
[LBog0ne], O. Tessier, Officier, de l'6tat civil [Petit-Goive], B. Gauvain [Grand-Goave],
J. B. Durand, [Aquin] Michel Desquiron, [J6rminie].
S'adresser, pour tout ce qui concern la Revue, en province et A l'Ntranger, aux agents
et aux membres correspondents.


Agence central a Paris:


Bureaux de La Fraternitd, 50, Rue de Lille, 50.







Port-au-Prince. 2 Juin 1894.


REVUE

DE LA

SOCIETY DE LEGISLATION
Paraissant le 2 de chaque mois.

Siege social: chez M) J. N. LEGER
16, Rue du Fort Per.

COMITE DE DIRECTION ET DE REDACTION :
MM. J. N. LEGER, P
GEORGES SYLVAIN S&
A. BONAMY T
JUSTIN D VOT
A. THOBY Membres
Louis BORN
J. J. CHANCY




Sommaire :
Seances de la Soci&t6
Le Code civil haitien dans ses differences
avec le Code civil francais A. BONAMY
Nos Constitutions rdpublicaines (Suite] A. THOBY
Legislation de 1'Instruction publique
Avis.


ABONNEMENT :


I an P. 4


Le Numdro P. 0. 40


Adresser la correspondence au siege social de la Socidte.

PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE H. AMBLARD
136, Rue iu Centre, 136.


resident
ecrtaire
rdsorier


Troisi6me ann6e No 3







RlEVUE DE 'LA SOCI1tTE DE L1tGISLATION


SEANCES DE LA SOCIETY
[Extraits des proc-s-verbaiux
REUNION DU 26 AVRIL 1894.

Presents: M. M. Leger, Bonamy,
Sylvain, Chancy, Borno, Brun, Lafo-
rest, Roy.
Pr6sidence de M. J. N. Leger.
La Soci6t6 fixe comme suit le pro-
gramme de la seance anniversaire : 1.
Discours du Pr6sideut. 2. Rapport du
Secretaire. 3. Conference de Mr. J. J.
Chancy sur les droits de la femme.
4. Reponse par le Pr6sident.
Mr. Borno pose cette question a la
reunion :
Il est dit dans la Constitution (Art. 78)
que le droit d'objection reconnu au
President d'Haiti contre les lois votes
par le Corps Legislatif doit s'exercer
dans le d6lai de 3 jours pour les lois
d'urgence et de 8jours pourles autres. -
Supposons pourtant que le Pr6sident
n'exerce pas son droit d'objection et ne
promulgue pas la loi dans les d6lais
d6terminus par la Constitution. La loi
ne doit-elle pas 6tre r6put6e promulgune
et partant, ex6cutoire, des l'expiration
de ces d6lais ?
La reunion, consulate, se prononce
pour la discussion immediate de cette
question.
Mr. Roy. Il est certain qu'alors la
loi existe ; mais peut-elle obliger ceux
qui ne la connaissent pas?
Mr. Bonamy. Letexte constitutionnel
fait 6videmment au Pouvoir Ex6cutif
1'obligation de promulguer la loi. -
S'il ne la promulgue pas, il encourt
une certain responsabilit6 vis-a-vis du
Corps L6gislatif. Mais peut-on dire que
la loi est alors obligatoire pour tons les
citoyens ? Je ne le pense pas. Et il n'y
a pour s'en convaincre qu'a rappro-
cher les dispositions de l'art. 78. de
celles de l'art. 189 de la Constitution.
( Art. 78. Le droit d'objection doit tre
.exerc6 dans les d6lais suivants, savoir :


lo Dans les trois jours pour les lois
d'urgence, sans que, enaucun cas, 1'ob-
jection puisse porter sur l'urgence ; 2o
Dans les huit jours ponr les autreslois,
le dimanche except. Toutefois, si la
session est close avant l'expiration de
ce dernier ddlai, la loi demeure ajour-
nee.
( Art. 189. Aucune loi,aucun arret6ou
reglement administration publique
n'est obligatoire qu'apres avoir 6et pu-
bli6 dans la forme d6terminde par la
loi. )
D'autro part, l'art. I du code civil fixe
le d6lai dans lequel la loi devient ex6-
cutoire dans les diverse communes de
la Republique. La combinaison de ces
trois textes rious perimet de resoudre la
question. La loi existe des qu'elle est
votee ; elle n'est ex6cutoire qu'au mo-
ment de la promulgation, et elle ne de-
vieut obligatoire qu'apres la publication
about d'un certain d6lai.
Mr.Brun. Done. dans l'espece sou-
mise, la loi existe ; elle estr6putee pro-
mulgu6e, par suite ex6cutoire ; mais
elle n'est pas obligatoire, n'ayant pas
&t6 publi6e.
M. Chancy, De quelle facon pra-
tique sortirait-on de cette difficult '?
M. Roy. Les chambres pourraient
mettre le Ministre responsible de lapu-
blication de la loi en demeure de la
publier.
Les solutions proposees sont adoptees
par la reunion.
.----^----e

LE CODE CIVIL D'HIAITI
DANS SES DIFPFIENCES AYEC IE UIE CIlIL FRANCAIS

A peu de choses pros, notre Code
civil est la reproduction du Code civil
francais. Cependant certaines diff6ren-
ces, existent entire les detdx codes qu'il
est important d'6tudier. Elles sont
quelquefois, en apparence, insignifian-
tes : c'est un simple membre de phra-
se, un mot seulement ajout6s ou sup-
primes. A premiere vue, cela semble
sans consequence. Ce n'est qu'h la


' 34








35 REVUE DE LA SOCIJET DE LEGISLATION
<(^aiiiixaii6!^iea(i^^Kiiaai<%ait^


suite d'un examen approfondi que l'on:
s'apergoit que la modification ne doit
pas etre d6daignie et pr6sente, pour
6tre interpr6tee, de strieuses difficulties.
J'ai eu souvent l'occasion d'en faire la
remarque en ma quality de professeur,
de droit civil a 1'Ecole de Droit. Je me
propose, dans une serie d'6tudes, de
signaler ici ces differences et d'en ex-
pliquer, autant que possible, la raison
d'6tre. Je n'entreprends done pas une
6tude complete du Code civil : ce tra-
vail serait trop au-dessus de mes forces.
A quoi bon, d'ailleurs, en presence
des excellent ouvrages des maitres
francais don't nous disposons ? Je ne
vise qu'a un but d'utilit6 pratique :
guider dans leurs etudes les el6ves de
i'Ecole national de Droit, leur ren-
dre la tache plus facile (1).
I
J'exposerai, tout d'abord, en quel-
ques mots, l'historique de notre Code
civil (2).
Des l'anne .1805, c'est-h-dire peu
apres la proclamation de notre ind&,
pendance, lan6cessite d'un Code civil
se fit sentir. Nous lisons dans la loidu
7 Juin 1805 sur l'organisation des tri-
bunaux, litre III, art. 10 (3) : Les lois
civiles seront revues' et rIformees, et ii
sera fait un code gindral de lois simn-
ples, claires et approprides d la Consti-
itution. De quelles lois civiles? Certai-
Snement de cells qui 6taient en vigueur
a l'6poque colonial. La constitution
impdriale de 1805 prevoyait l'6labora-

(1) De,;a mon college Louis Borno, dans
son Code civil annotd, a mis entire les mains
des 6ives un" excellent instrument de tra-
vail.
(2) Pour les sources, v. L. Pradines : Lois
,It .\ :, B. Ardouin : Etndes sur l'His-
toi, e .'Haiti.
(3) Les lois de cette 6poque ne contien-
nent pas une seule series d'articles. Elles
sont divisees en tilres, les litres en arti-
cles; a chaque litre, la sCrie des articles
recommence: d'ofi la n6cessitC, dans une
citation, d'indiquer a la fois le titre et le
No. de l'article.


Stion d'un Code penal (Dispositions g6-
ntrales art. 18), et ne parle pas du
code civil; elle content cependant plu-
sieurs dispositions relatives au droit
priv6 (voir notamment : Ddclaration
prdliminaire art. 10; Dispositions ge-
n6rales art. 14, 15, 16, 24. -Voir
aussi la loi du 24 Aoilt 1808 sur l'orga-
nisation des tribunaux qui, au titre III,
art. 5, parle aussi du code civil.)- En
attendant l'elaboration de ce code, di-
verses lois concernant le droit priv6
furent rendues. Mentionnons : la loi
du 28 mai 1805 sur les enfants nes
hours marriage; celle du ler. juin 1805
sur le divorce; celle du 3juin 1805 sur
le mode de constater l'Ftat civil des ci-
toyens (1); le d6cret du ler. sep-
tembre 1806 relatif aux testaments et
autres actes portant donation de biens
fonds; la loi sur l'organisation des tri-
bunaux du 24 aofit 1808 art. 4, 5 et
6 du titre II; la loi du 10 novembre
1813 sur les enfants naturels;- la d6-
p&che du President Petion en date du
22 Mars 1816 mettant en vigueur le
Code Napoleon pour tous les cas non
privus dans les lois de la Republique
(2); la Constitution de 1816, art. 10
et 11.- Jusqu'en mars 1816, date de
la d6p che du President Petion, don't
il est ci-dessus question, le droit com-
mun, c'6taient les anciennes lois et or-
donnances de l'dpoque colonial. Et il
parait que meme h la suite de la deci-
sion de Petion, les tribunaux ne se d6-
cidaient pas toujours a suivre le Code
Napoleon. C'est ainsi que le 31 aoit
1817, le Grand-Juge Sabourin adressa

(1) Voir aussi le d6cret du 30 aoOl 18405
portant tarif des actes de l'otat civil. Lins-
tant Pradines, t. I, p. 116.
(2) Dans le Sud, le Conseil departemen-
tal, a la suite de la scission op6ree par Ri-
gaud, avail dUja, dLs 1811 (15 juin), mis en
vigueur le Code Napoleon. Et dans le
royaumne de Christophe, un code general,
le Code H enry, proinulgu6 les 20-24 fT-
vrier 1812, comprenait toute la legislation
civile et penale). D. Jn.-Joseph : Des Insti-
tutions judiciaires, etc., p. 42.
Avec le Code Napoldon (code civil), on
avait aussi adopt les aulres codes fran.aist
notamment le code de procedure civil.








REVUE DE LA. SOCIETt DE LEGISLATION


aux membres du tribunal d'appel de
Port-au-Prince la d6peche suivante
pour leur indiquer I'esprit de celle du
President de la Republique: ( II parait
que 1'esprit de la lettrdede S. E. le Presi-
dent d'Haiti est de se servir du Code
Napoleon dans tors les cas oil nos pro-
pres lois ne se sont pas clairement ex-
pliquees, de prdference aux anciennes
ordonnances. Mon opinion est que cela
doit fire regle generale, et que le code
doit supplier t ce qu'on entend par lois
anciennes en usage dans le pays. -
Nous n'examinerons pas si la decision
de P6tion 6tait l6gale et obligeait les
tribunaux; elle n'en constituait pas
moins un progr&s. Mais les progres
s'implantent difficilement dans un pays.
Jusqu'en 1822, apres la presentation
d'un project de Code civil, on ne pou-
vait trop se d6cider a adopter franche-
ment le Code Napoleon et les autres
codes francais. Le 22 septembre 1822,
le President Boyer, revenant sur la
louable initiative de son illustre pr6dl-
cesseur, ecrivait au Grand-Juge : <~De-
puis quatre ans, citoyen Grand-Juge,
je n'ai pas discontinue d'6tendre la
plus vive sollicitude sur les moyens
de rendre, dans la Republique, Fad-
ministration de la justice aussi simple
qu'efficace, afin d'ecarter entire les ci-
toyens les aliments du schisme ct de
la discorde, en leur 6vitant tout le mal
qu'occasionnent ordinairement les pro-
ces qui tournent en longueur. Tout le
monde sait les peines que je me suis
donnmes pour procurer a la Nation un
code de lois adapt a ses mocurs, a ses:
usages et A la port&e d'etre entendu et
concu de tous ceux 4uxquels il est des-
tine a servir de boussole dans leurs
transactions privees et publiques; mais
ce travail doit embrasser une si vaste
6tendue d'idees, par rapport aux rami-
fications don't se composent tous les
cas qu'il faut essayer de prevoir, qu'il
ne peut 6tre que le fruit du temps et
de la mod6rativn. J'esp6rais qu'a la
pr6sente session de la legislature tous
les lois civiles auraient kt6 confection-
nees; mais voyant, h mon grand re-
gret, l'impossibilith que cela soit ainsi,
je suis dans la n*cessit6 de chercher


un remede temporaire pour arreter les
progres du mal qui s'opire dans nos
tribunaux de justice, au detriment de
nos concitoyens, d cause de l'effet des
lois etrangeres, qui ne peuvent etre
plus longtemps ni les guides des juges,
ni les foyers de discordes et de calami-
tis publiques. Je veux parler, Grand
Juge, du Code Napoldon qui, en vertu
de la lettre de mon pr6ddcesseur au
Commissaire du Gouvernement pros
les tribunaux du d6partement de l'ouest,
en date du 22 Mars 1816, a 6tM admis
pour supplier tous les cas oil les lois
de la Republique ne se seraient pas
encore prononc6es. Avant que la mort
n'efit enlev6 le Prisident P6tion, il s'e-
tait apercu qu'au lieu d'avoir diminud,
le mal qui existait avant l'admission de
ce code dans les tribunaux civil et
criminals, ii l'avait au contraire em-
pire, et ii m6ditait deji les moyens de
rapporter son ordre, pour fair usage
du dit code, lorsque le fil de ses jours
fut tranchl. D'apr&s tout ce que l'ex-
perience a faith sentir -d'inconvinients h
ce que les articles trop compliqu6s du
'Code Napoleon continent, dans beau-
coup de circonstances, a *.er'.ir de re-
gle aux tribunaux, il devient important
aux inter6ts des citoyens, aussi bien
qu'h ceux du commerce en ge6nral,
,que ce code soit retire de l'usage que
les dits tribunaux ont 6td autoris6s,
dans le temps, a en faire. En conse-
quence, je vous autorise a notifier a
tous lcs Commissaires du Gouverne-
ment et antres officers de l'ordre ju-
diciaire, faisant functions de minist&re
public, que la lettre de mon prid6ces-
seur, en date du 22 mars 1816, aux
Commissaires du Gouvernement pres
les tribunaux de l'Ouest, est rapport~e
et demeure nulle, come si elle n"'-
tait jamais avenue; que, d'apris ccla,
on ne devra plus se servir davintyage
du Code Napoleon dans aucun tribi-i-
nal, ni dans aucuncas ; qu'en :-ttcndant
la promulgation du Code haitien, les
tribunaux se r6gleront sur les lois de
la Republique, snr l'usage qui preva-
lait avant le 22 mars 1816, -et que,
dans le cas oii aucun ancien reglement
ni mime l'usage ne laisserait de traces









37 REVUE DE LA SOCITEI DE LEGISLATION


pour guider lesdits tribunaux, ils pro-
nonceront d'apres 1'Fquit6, ou prescri-
ront aux parties contendantes l'arbi-
trage, et m6me leur nommeront d'of-
fice des arbitres, afin d'abreger les res-
sorts de la chicane, rendre la justice
prompted et pen dispendieuse a tous
ceux qui seront forces d'y recourir. )
La tentative de reaction n'eut pas de
suite : cette d6peche rest lettre more
(1). Le Prdsident Boyer finit, sans
doute, par se rendre aux conseils des
hommes eclaires de l'6poque, et l'appli-
cation du Code Napoleon par nos tri-
bunaux continue jusqu'en 1826 (2). -
La ddp6che ci-dessus de Boyer, que
nous avons tenu A citer tout an long,
indique dans quel esprit 6tait conCu le
nouveau code qu'il avait fait preparer
et qui, au moment oh it ecrivait au
Grand Juge, avait det ddji en parties
vot6 par le Corps legislatif. Depuis le
6 octobre 1818 une commission avait
6et form6e pour laborer ce project,
ainsi que celui des autres codes hai-
tiens (3) : une circulaire adressee par
Boyer a la commission renferme les
instructions qui devaient lui servir de
guide. Nous y trouvons d6jh les iddes
de la ddpeche du 22 septembre 1822.

(1) Linstant Pradines. Tome II, p. 355.
(2) C'est 1'opinion gdnerale. Cependant,
nous voyons les idries de Boyer coisacrees
16gislativement par 'art. 8, litre .1 1de la
loi du 15 mai 1819 sur l'organisation des
tribunaux : Les tribuuaux civils connai-
tront de routes les affaires...; ils procede-
ront d'apres les lois de la Rdpubliqne, et,
dans tous les cas imprevus, conformdment
aux coutumes, lois et ordonnances y rela-
tives et en usage dans lepays. -- Jo crois
neanmoins qu'en general le Code Napoleon
etait applique. Voici ce qu'on lit, en elfet
dans un rapport adress6 le 2 octobre 1819
par le Grand Juge an President Boyer : Nos
lois n'ont pas decide le cas; mais pace
qu'elles (?) ont renvoyd aux lois franchises
pour tout ce qu'elles n'ont pas prdvu, cette
question est it decider par ces dernieres.
(3) Elle 6tait composee de ThBodat Tri-
chet, Bonnet, Daumec, Granville, Dugue,
Miil-.enl, Pierre-Andre, Colombel et Chan-
Jatte. -- Linstant Pradines, Lois et Actes,
4. III, p. 87, a la note.


La march du travail de r6daction
des codes fut lente et mesurde, come
l'exigeait une ceuvre de cette impor-
tance. Le project de code civil, pr6sen-
te h la Chambre des Communes dans
la session de 1820, (1), fut adopted en
parties dans celle de 1821. Puis, dans
la session de 1823, et enfin, dans celle
de 1824, le code civil fut entierement
vote par les deux Chambres : il comp-
tait 36 lois. Les onze premieres lois
adoptees en 1821 furent mdme rev6-
tues .de la formule de la promulgation,
ainsi que le constate la ddpeche du
President Boyer adressde a la Chambre
le 18 janvier 1825 (2); mais elles ne
furent pas publides et mises h exdcu-
tion. Le President attendait, et il avait
raison, que le code fut complete. Les
autres lois du code civil eurent le me-
me sort. Le code entierement vote,
nous venons de le dire, dans la ses-
sion de 1824 et exp6did au Pr6sident
de la Rdpublique, celui-ci sentit la nd-
cessite d'en soumettre 1'ensemble une
commission de revision. La commis-
sion, entire autres choses, adopta une
seule s6rie de numeros pour les arti-
cles des diff6rentes lois. Ce travail fut
de nouveau expddid, des les premiers
jours de 1'annee 1825, au Corps 16gis-
latif qui lui donna sa sanction defi-
nitive.- Mais un dernier retard fut
apport6e la mise h execution du code
civil. (Monsieur Blanchet, dit Linstant
Pradines, avocat, arrived la meme an-
nee a Port-au-Prince, fit sentir au Pre-
sident Boyer toutes les imperfections
de ce premier travail, et il n'eut pas
de peine h lui faire adopter le .Code
Napoldon avec les modifications que
reclamaient nos moeurs et nos institu-
tions politiques, modifications, dureste,
pen nombreuses. Le Corps e1gislatif,
qui avait ete convoqud di s le mois de
janvier, adopta, sans longues ddlibd-

rations, le code civil qui part a sa
date en 1825, pour dtre exdcutoire a


(I) B. Ardouin. Etudes sur l'Histoire
d'laiti, !. VIII, p., 425 in fine.
(2) LinstantPradines, t. IV, p. .135.








REVUE DE LA SOCIETt DE LEGISLATION
W/I/MK/U/^^//^///^/////^/////^//^^^////~/


partir du ler. mai 1826. ) (1) Circons-
tance des plus heureuses qui nous pro-
cure l'avantage de posseder le code
le plus parfait qui ait jusqu'ici 6te ad-
mis par les peuples civilis6s. Voici, en
r6sume, quelle etait notre situation, au
point de vue l6gislatif, avant la mise
en vigueur du code civil. l6re. pd-
riode : de 1804 A mars 1816 : lois vo-
t6es par les l6gislateurs du pays, et, A
d6faut de ces lois, les anciennes lois,
ordonnances, coutumes, etc., de 1'd-
poque colonial; 2e. p6riode de
1816. i mai 1826 : lois votes par le
Corps l6gislatif, Code Napoleon et les
autres codes francais.
Le Code civil est done en vigueur
depuis le ler. mai 1826 (2). II a recu
depuis quelques rares modifications. -
Nous laissons de c6td la grande loi du
15 juin 1840, qui avait profondement
modified le code civil, loi abrogee par
le decret du 22 mai 1843 (3). -- La
loi No. 2 a d6t modifide avec nos cons-
titutions qui, depuis 1843, fixent les

(1) Linstant Pradines. Lois et Actes, t. IV,
p. 138.
(2) La d6peche du 28 mars 4826 du
Grand Juge aux Commissaires du Gouverne-
ment a prescrit come suit le mode de
publication du code civil : <(Attendu que le
code civil d'Haiti dont je vous ai fait l'envoi
par ma letlre dale duo7 courant est d'une
trop grande etendue pour atre public dans
les forme.s d'usage, il a ete decide par le
Chef do l'Etat que les tribinaux et justices de
paix front, pendant luit audiences cons6-
cutives, eten public, une publication pour
announcer que ces lois, en vertu .u dernier
article dudit code, seront mises ea vigueur
le clr. mai prochain de la pr6sente annee.
Le code civil, votl par la Chambre des
Represeutants le 4 mars 1825 et par le S&-
nat le 26, fit pronulgue par le President
de la R1publique le 27. -- Le long inter-
valle entire le vote du code et sa mise a exe-
cution s'explique par la necessitI de le
fire imprimer au:,aravant. Or, l'impres-
sion, avec les moyens primitifs don't on dis-
posair alors, devait prendre un certain
temps. La date du ier. mai dtait rnmem
laissde en blanc, dit Ardouin (tome XI, p.
314).
(3) Voir cette loi publiee dans la Revue,
2e. annee, p. 32, 72, 92, 107, 163, 180.


cas de perte de la nationality ;- la loi
du 15 juin 1841 sur les successions va-
cantes a, en parties, modifi6 la sect. IV
du chap. V de la loi No. 16 sur les
successions; la loi du 6 septembre
1860 sur les formalities de la naturali-
sation a modified l'art. 14; enfin la loi
du 30 octobre 1860 est venue comple-
ter le code civil sur quelques points
marriagess entire Haitiens et strangers
et consequences qui en d6rivent (1). -
Une revision du code, en quelques unes
de ses parties, s'impose h l'attention
des gouvernants.
II
Quelques mots sur le classement des
matirres. Le code haitien n'a pas suivi
la division en trois livres du code civil
francais. Nous ne savons trop pour-
quoi. Ardouin rapporte cependant (tome
VIII, p. 425) que, dans le project prd-
pard par la commission nommee par
Boyer en 1818, on avait adopt leplan
du Code Napoldon et sa division en
livres, titres, etc. La division en ti-
tres du code francais est remplac6, par
,celle en lois dans notre code, qui com-
prend 36 lois (2) subdivisdes en cha-
pitres,les chapitres en sections et quel-
quefois les sections en paragraphes.-II
compete 2047 articles, soit233 demons
que le code francais qui en a 2280.
Notre code a supprim6 le titre VIII du
code francais intitul : De l'adoption et
de la tutelle officieuse; le chapitre V
du titre VI: De lasdparation de corps;-
la sect. II du chap. VI du titre ler. du
livre III : Des rapports. Telles sont
les differences importantes. Nous signa-
lerons les autres au fur et ai measure que
nous les rencontrerons au course de
cette 6tude. Les lois No. 2 a 10 for-
mentle ler. livre du code francais: Des
Personnes;- les lois No. 11 h 14 leIIlle.
Livre : Des Biens;- enfin les lois No.,

(1) Voir sur cette loi Pl'tude t.is com-
plete de mon collogue Louis Borno. Pevue,
lere. annie, p. 212 et suiv.
(2) Nous avons deux .lois porlant 'le No.
8 : la loi No. 8 sur la paternitd ct la filia-
tion, et la loi No. 8 bis sur la puissanee pa-
ternelle.








39 REVUE DE LA SOCIETY, DE LEGISLATION


15 A 35 le IIIe. livre : Des differentes
manieres don't on acquiert la propritP. !
III
Loi No. 1 sur la promulgation, les
effects et l'application des lois en g-
ndral. Elle correspond au titre pr6-
liminaire du code civil francais. Les
dispositions de cette loi ne sont pas
exclusivement du domaine du droit
privd. Elles dominant toute la 1dgisla-
tion. La loi No. ler. a 10 articles,-
le titre prdliminaire francais n'en comn-
porte que 6.
Art. ler: Les lois sont exdcutoires
dans tout le territoire haYtien, en vertiz
de la promulgation qui en faite par le
President d'Haiti. Elles seront exdcu-
tMes dans les differences communes de la
RMpublique, da moment oil la promul-
gation en pourra 6tre connue. Lapro-
mulgation sera rHputee connue, dans
chaque commune, vingt-quatre heures
apr6s la publication faitepar les autorites
locales; et dans toute la Rpublique
an mois an plus tard apres la promul-
gation faite par Ie President d'Hafiti.-
Cet art. est a pen pr&s conform A l'art.
139 de la constitution de 1816; il dif-
fire sensiblement, en son dernier ali-
n6a, du texte de 1'art. ler. du code
frangais modifi6 par Ie d6cret du Gou-
vernement de la Defense Nationaledes
5-11 novembre 1870.
Il y a h distinguer, dans la confection
d'une loi : lo. initiative, 2o. le vote,
3o. la promulgation et 4o. la publica-
tion.
lo. L'initiative de la loi. Elle ap-
partenait, sous l'empire de la Consti-
tution de 1816, exclusivement au Pou-
voir Executif, except pour les lois
concernant I'assiette, la durde et le
mode de perception des contributions
publiques, leur accroissement ou di-
minution (art. 55 et.153). Aujour-
d'hui, l'initiative des lois appartient A
chacune des deux Chambres, ou, plus
exactement, aux membres de chacune
des deux Chambres, et au Pouvoir Ex6-
,cutif (art. 69, 2e. alinia de la Consti-
tution de 1889).
20. Le vote.- La loi, pr6sent6e in-


diff6remment a l'une ou h l'autre Cham-
bre (cependant les lois budg6taires,
celles concernant 1'assiette, la quotit6
et le mode de perception des imp6ts et
contributions, doivent dtre d'abord sou-
mises h la Chambre des Communes -
art. 69, 3e. al.), la loi present6e, di-
sons-nous, i l'une ou h 1'autre Cham-
bre et votee par elle, doit 6tre ensuite
vote par l'autre pour devenir com-
pl6te. Le vote a lieu, article par arti-
cle, ct a la majority absolue (art. 72,
75). la loi vote, le Pouvoir Ex6-
cutif peut y fire des objections, savoir:
dans les trois jours pour les lois d'ur-
gence, sans que 'objection puisse por-
ter sur l'urgence, et dans les huit jours
pour les autres lois. Si la session etait
close, avant 1'expiration du d(lai, la
loi demeurerait ajournee. Le rejet des
objections ne peut etre prononce que
par une majority des deux tiers des
voix et au scrutiny secret (art. 77, 78)-
Le delai pour fair objection expire,
ou les objections rejetees, la loi est
parfaite. Elle prenddate dujour oi elle
a 6te d6finitivement adoptee par les
deux Chambres (art. 82). Mais, quoique
parfaite, elle n'est pas encore execu-
toire ni obligatoire pour les citoyens;
il faut pour cela qu'elle soit promul-
guee et public (82, 189).
3o. La promulgation.- Dans ledroit
remain ct, d'apris Merlin, dans Fan-
cien droit frangais, on ne faisait aucune
distinction entire la promulgation et la
publication : elles formaient un seul et
mnme acte. Et nos premiers 16gisla-
teurs non plus, ne faisait pas la dis-
tinction (1). La Constitution de 1816
confond la promulgation et la publi-
cation (art. 139). Mais, d6s 1789, la con-
fusion avait cess6 en France, en vertu

(1)) Cependant les id.es dl President
Boyer sur ce point soit clairerment expri-
rnees dans l'extrait suivant de sa depeche
du 18 janv. 1825 adress6e A la Chambre des
ltepr6senlants : ( La promulgation suffit-elle
pour fire connaitre la loi aux citoyens et
la leur rendre obligatoire? Non; il faut
que la publication en soit faite, afin queper-
sonne u'en pretende cause d'ignorance. ) --
Linstant Pradines : Lois et Actes, t. IV,
p. 135.








REVUE DE LA SOCIEIE DE LEGISLATION
uf/~/f//f///U//w/i//f//I/////f///wjy^^^^


du d6cret du 9 novembre, qui definit
ainsi la promulgation : un acte solen-
nel, par lequel le roi atteste au corps
social l'existence de la loi, ordonne aux
tribunaux et aux corps administratifs
de la publier et de l'exdcuter. Le roi si-
gnait la loi et la faisait contresigner
par les ministres, et on y apposait le
sceau de 1'Etat. L'art. 138 de la
Constitution de 1816 donne la formule
de la promutgation : ((La promulga-
tion des lois et des actes du Corps l6-
gislatif est faite en ces terms: Au nomr
de la Republique, le President d'Haiti
ordonne que (loi ou decret du Corps
16gislatif) ci-dessus, soit revItu du sceau
de la Republique, public et excute. ))
Cette formule est reproduite dans plu-
sieurs de nos Constitutions, mais ne se
trouve pas dans celle de 1889, quinous
rIgit. Cette Constitution semble meme
confondre la promulgation et la publi-
cation. L'art. 96 dit : Le President faith
sceller les lois du sceau de la Ripublique,
et les fait promulguer inmmdiatement
aprbs leur reception, aux terms de l'art.
189. Or, cet article 189 ne parole que de
la publication : Aucune loi, aucunc ar-
retd diu reglement administration piu-
blique n'est obligatoire qu'apres avoir
eid public dans la forme determinde par
la loi. Cependant dans la pratique
la formule de la Constitution de 1816
est conserve. La loi promulgude est
exdcutoire; mais elle ne peut pas en-
core etre ex6cutde : il reste h remplir
la formality de la publication.
40. La publication.- Voici la ddfi-
nition qu'en donne Portalis : La pu-
blication a moins pour objet de faire
connaitre la loi que de fixer une epoque
ou elle sera censee connue.) C'est la
publication 16gale, qui est une veritable
prdsomption; il y a, en outre, la pu-
blication de fait : c'est la publicity
donine A la loi. La loi dtant obli-
gatoire pour tous, il imported qu'eile
soit port6e A la connaissance de chaque
citoyen. II faudrait pour y arriver effec-
tivement une notification individuelle,
qui est 6videmment impossible. D'oi
la ndcessit6 de la pr6somption : La pro-
mulgation sera rdput&e connue..., dit
l'art. ler. Apr6s un certain ddlai, cha-


*cun est cens6 connaitre la loi: _ce dd-
lai, aux terms de l'art. ler, est de vingt-
quatre heures apres la publication faite
par l'autorit6 locale : on entend ici la
publicity& donn6e h la loi. Comment a-
t-elle lieu ? Dans la pratique, la loi
est lue aux citoyens assemblts sur les
places publiques au son de trompe et
de tambour. L'art. 81 de la Constitu-
tion prescrit l'insertion de la loi au
Moniteur et au Bulletin des Lois (1). -
Ainsi vingt-quatre heures apres la pu-
blication de la loi par l'autorit6 locale,
la loi pent etre ex6cut6e dans la com-
mune. Il y a de plus un d6lai general
pour toute ia Rdpublique : un mois au
plus tard apres la promulgation, la loi
peut 6tre ex6cut6e partout. I1 peut
done arriver cette chose singuliere que
la loi, obligatoire pour les citoyens de
telle commune, ne le soit pas encore
pour ceux de telle autre commune;
deux portions du pays peuventse trou-
ver r6gies en m6me temps par deux
,regles diffirentes. La mime anomalie
existe aussi en France. En Angleterre,
la loi peut etre ex6cut6e aussit6t son
adoption par les deux Chambres et la
sanction royale. (Baudry-Lacantinerie,
t. I, p. 22) En Belgique, il y a un
systeme plus rationnel : la loi ins6rde
au journal official, qui parait tous les
jours, est obligatoire pour tout le pays
apres un d6lai fixe, uniform de dix
jours.
Notre mode de publication laisse done
beaucoup a d6sirer. En France, les in-
conv6nients en sont moins grands, par-
ce que, des qu'un project de loi est sou-
mis aux Chambres, de nombreuxjour-
naux s'en emparent, le discutent, et
mettent ainsi les citoyens a mnme de
la connaitre. Chez nous le Moniteur
seul public les lois, et seulement lors-
qu'elles sont parfaites. Et, d'ailleurs,
aurions-nous des journaux faisant ici la
mnme bonne besogne qu'en France,


(1) Lo Bulletin des Lois est trIs irr6gu-
librement public. Le dernier que nousavoits
est celui de 1886. Quant an Moniteur, pen
de gens le liseat. On ne conalit pas chez
nous Faffichage.








41 REVUE DE LA SOCIITf DE LEGISLATION
f/f/. f `/ /*/ f f f fr IFf/;.-


que nous ne serious pas pour cela plus
avanc6s. Le people ne lit pas, parce
qu'il ne sait pas lire. L'art. 24 de la
Constitution qui proclame le principle
de l'obligation de l'enseignement pri-
maire est malheureusement rest jus-
qu'ici lettre morte. De sorte que, en
fait, la prisomption l6gale de l'art. ler.
du code civil sera souvent contraire ha
la verit6.
R6sumons. La loi est parfaite par le
vote des deux Chambres : elle prend
date a ce moment. Elle est ex6cutoire
par la promulgation, et obligatoire
pour les citoyens a la suite de sa pu-
blication.
Les m6mes r6gles sont applicables
aux d6crets de 1'Assemblke Nationale,
qui sont de veritables lois (art. 60 et
96 de la Constitution). Quant aux ar-
ret6s et reglements que le President de
la Rdpublique a le droit de faire pour
l execution des lois (art. 97, 2e. al. de
la Constitution), ils doivent aussi 6tre
rendus publics dans la forme ordi-
naire.
A partir du moment oh le delai de
l'art. ler. du code civil (vingt-quatre
heures apres la publication faite par
l'autorite locale, ou, pour toute la R&-
publique, un mois apres la promulga-
tion), a partir du' moment oi ce delai
est expire, la loi est obligatoire pour
tous, personnel ne pent s'y soustraire
sous pr6texte d'ignorance. La pr6somp-
tion de l'art. ler. est absolute et n'ad-
met pas la preuve contraire. L'int6rkt
de la socikte command qu'il en soit
ainsi. Et cette r6gle sera plus rigou-
reusement appliquee, si l'on se trouve
en presence d'une loi d'int6ret public;
mais l'avis gi6nral est que si la loi a
trait a de simples intirets priv6s, I'i-
gnorance du droit pourra etre invo-
quie et admise.
D'ailleurs, tout le monde admet que
la pr6somption de I'art. ler. sera sans
application dans les cas de force ma-
jeure: par example, l'invasion de tell
portion du pays par une arm6e 6tran-
.gre, une inondation, qui interrompe-
raient toute communication avec le
reste du pays.


Terminons l'examen de cette ques"
tion, en disant un mot de l'autorite de
la loi.- En -ce qui concern les tri-
bunaux, ils sont enchains par la loi,
en ce sens qu'ils n'ont pas mission de
la soumettre a un contrl6e; leur role
consiste h l'appliquer tell quelle. Cette
r&gle recoit cependant un tempera-
ment. L'art. 147, ler. al. de la Cons-
titution, prescrit imp rativement aux
tribunauxde refuser l'application d'une
loi inconstitutionnelle. Si la question
d'inconstitutionnalit6 de la loi est sou-
levee devant eux, ils sont done tenus de
1'examiner. Et ils pourraient m6me le
faire d'office.-Nous ne nous attarderons
pas davantage sur ce point qui est plu-
t6t du domaine du droit constitution-
nel.
Si la loi lie ainsi les tribanaux, et, g6-
neralisons, les pouvoirs publics, a plus
forte raison, les particuliers sont-ils
tenus de s'y soumettre, quelque inique
qu'elle puisse leur paraitre. Sans cela,
il n'y aurait plus d'ordre social pos-
sible, cc serait I'anarchie. Imitons les
Anglais pour qui le respect de la loi est
un veritable culte.
A. BONAMY.



RIVIERE HERARD

OU CHARLES HERARD AINE

(1843---1844. Constitution de 1843)


Voila le people haitien lance tout-a-
coup dans un tourbillon d'iddes nouvel-
les et d'hommes nouveaux. Ses anciens
guides officials sont dechus, et il apprend
qu'il avaiteu tort de croire en eux. En
qui et a quoi va-t-il subitement croire ?
Car il lui faut A tout instant un credo
politique, et sa foi, si changeante qu'on
e suppose, ne sait pas 6chaniger une
i'die mauvaise contre une idWe obscure.
Son sens pratique saisit l'idee maitresse
parcequ'elle offre de pratique. Qui don't








REVUE DEILA SOCIETEDE LEGISLATION


pourlui tirera au clair les principles de
1843, 6cartera l'utopie, formulera le
possible, et constituera une majority de
gouvernement autour d'un programme
de gouvernement ?
La Revolution a ses enthousiastes,ses
penseurs, ses ecrivains, ses orateurs, la
plupart de talent et de conviction ; il
lui manque un homme superieur, capa-
ble de la preserver des exces de ses
amis come des pieges de ses'ennemis,
de la diriger A travers les 6cueils du
pr6jug6 et de l'ignorance, et de la faire
penttrer jusqu'aux dernikres couches
sociales,jusqu'aucccur de la masse po-
pulaire. Riviere Herard est un vaillant
soldat, H6rard Dumesle, un tribune lo-
quent: ni 'un, le bras, ni 1'autre, le
cerveau de la Revolution, ne se reve-
lent homes d'Etat. Du rest, i tous
les deux, la bonne foi faith d6faut, autant
que la capacity politique.
L'Opposition sons Boyer avait d6cla-
md centre le regime militaire, et toute
une jeunesse rdvolutionnaire, qui n'avait
jamais appartenu aux cadres de l'armee,
s'affuble d'paulettes Et qui lui trace
ce mauvais example? Herard Du-
mesle, le tribin, bombard g6ndral de
division! Un instantil h6site a se mon-
trer sous son travestissement de divi-
sionnaire, mais reprenant son aplomb
et se levant: ( Eh bien la m6tamor-
phose est faite > et il court recevoir les
honneurs militaires an bruit du fire et
du tambour. (1)
(1) II n'a pas manque,a cette 6poque m6mne,
de protestations conlre cetto profusion de
grades militaires. Dans la stance du 20 DB-
cembre 1843 de I'Assemble national cons-
tiluante, oI Constitulnt Donat lit la motion
Ssuivante : ( Jo propose A l'Assemblee, 1'inser-
< tion dans la Constitution, d'un article ainsi
v conCu : Tous los brevets ddlivrds par la rd-
< evolution a des hommnes de I'oriro civil sont
< nuls et non avenues aussitdt aprBs l'ins-
< tallation du Gouvernement definitif. -
La proposition Donat, d6veloppde par son
auleur dans un long discours, appuyee forte-
ment par les Constituants Dumai Lespinasse,
David-Troy et Bazioi, fut votee par 1'Assem-
blIe, mais le 2' Decembre elle .revint sur
son vote qu'elle annula, en renvoyant la
question, it la premiere legislature, attend
qu'elle doit prononcer sur l'organisation de
I'armnie.


Neanmoins, pr6neurdu regime civil,
il faut qu'il tienne ses promesses de
grand liberal et alors apparait,. le 9 Mai
1843, un d6cret qui crie des municipa-
litds et des maires en lieu et place des
conseils des notables. C'est Imbert, Vol-
taire, S6grettier et Guerrier, deux Mi-
nistres et deux g6ndraux de Boyer, qui
signent le d6cret comme membres du
Gouvernement provisoire : aucun d'eux
n'est en faveur de la liberty communal.
Le Chefd'Ex6cution de la R6volution
s'occupe, lui, de faire avec son Etat-
Major et l'arm6e dite populaire, une
march triomphale dans toute la Rpau-
blique. Du Port-au-Prince jusqu'A Santo
Domingo, en passant d'abord par 1'Ar-
tibonite et le Nord, on parade, on fes-
tine, on danse. IPviere H6rard ne cesse
de goiter toutes les joies de la popula-
rite. La chanson qui, un an plus tard,
ridiculiscra son ceil vairon, admire ses
bottles qui crient ia! ia! et ses 6paulet-
tes qui etincellent au soleil ian! ian! -
On se grise de paroles comme de vin,
on ne prend pas garde aux nuages qui
s'amoncellent a l'horizon. Le voltairia-
nisme des revolulionnaires froisse le
bigotisme des dominicains d'ailleurs
deja d6saffectionn6s et prets h op6rer
leur scission. A l'autre bout de l'ile,
dans la ville des Cayes, berceau des
H6rard, la lutte entire Mrs Salomon pere
et fils et les Rivieristes, souleve les
passions populaires, les prejuges de cou-
leur, et le piquNtisme s'apprete a enter
en scene.
On a cependant le temps de rediger
une Constitution et d'6lire un Pr6sident
d'Haiti, par quoi l'on espere sans doute
r6aliser le bonheur du people, et s'ac-
quitter de touted obligation revolution-
naire.
Le Peuple, convoqu6 dans ses corni-
ces, nomme ses mandataires, et ceux-ci
forment l'Assembl6e national consti-
tuante de 1843. Jamais Assemble hai-
tienne n'a contenu un plus grand
nombre d'hommes 6minents par la
sagesse politique, par les lumieres, par
le patriotism. Donnonsles principles
dispositions de la Constitution sorlie de
leurs d6lib6rations et vote le 30 De-








13 REVUE DE LA SOCITEt DE LEGISLATION
,,,w/f///^:^y5^y/w///fynfyKS:lK'xfw/


cembre 1843, an 400 de l'Ind6pendance
et le leI de la Regendration.
La Constitution de 1843 n'est pas la
modification, elle est l'antithese de la
Constitution de 1816.
Celle-ci 6tablit la pr6sidence a vie. -
Celle-l, la presidence temporaire pour
4 ans, avec le principle de la non-r&l6ec-
tion.
Dans l'une, le Pr6sident d'Haiti peut
designer son successeur que le S6nat
peut elire ou ne pas elire. Dans l'au-
tre, le people nomme des electeurs qui
s'assemblent en colleges electoraux et
votent pour un candidate ; si aucun
candidate ne reunit la majority absolue
des suffrages, l'Assembl6e Nationale,
c'est-a-dire le S6nat et la Chambre reu-
nis, choisit le President d'Haiti parmi.
les trois candidates qui ont obtenu le
plus de suffrages.
Dans l'une, le President d'Haihi desi-
gne, pourchaque Senateur a elire, trois
candidates entire lesquels la Chambre 'des
Representants choisit un Sdnateur. Dans
l'autre, le people nomme les electeurs
qui se r6unissent en assemblies 6lecto-
rales, une ou deux par d6partement et
comment les S6nateurs.
Dans l'une, le President d'Haiti a
seul l'initiative des lois, except en ma-
tiere d'imp6t.- Dans l'autre, les deux
Chambres ont, comme le Pouvoir-Exe-
cutif, initiative des lois, et la Chambre
des Repr6sentants a la priority de la
proposition et du vote des lois de finan-
ces, du contingent militaire, de l'orga-
nisation de l'arm6e de terre et demer,
de la garde national, des elections, de
la responsabilit6 des Secr6taires d'Etat
et autres agents du Pouvoir-Ex6cutif.
Dans 1'une, le Sinat, creature et cr6a-
teur du Pr6sident d'Haiti, est le d6po-
sitaire et l'interprete de la Constitution,
le seul competent pour en proposer la
revision, pour approuver ou rejeter les
traits de paix, d'alliance ou de com-
'merce, les declarations de guerre, pour
decider de la translation du siege de la
Capital, pour d6creter d'accusation le
President d'Haiti et les grands fonction-
naires sauf les R6presentants du Peu-


ple. Dans l'autre, le Corps L6gislatif,
c'est-a-dire les deux Chambres delib6-
rant s6par6ment, a le droit de declarer
qu'ily a lieu h une revision de la Cons-
titution sur la proposition de l'une ou
de l'autre Chambre, et alors l'Assem-
blWe national, h la session suivante,
adopted ou rejette la revision propose.
Le S6nat juge le President d'Haiti sur
1'accusation de la Chambre des Repre-
sentants, mais il ne peut prononcer
d'autres peines que la decheance et la
privation du droit d'exercer toute fone-
tion publique. L'Assembl6e Nationale
exerce toutes les autres attributions
extraordinaires du S6nat de 1816, plus
le droit de grice et d'amnistie, celui
d'autoriser les emprunts et l'6tablisse-
ment d'une Banque.
L'une n'accorde pas le droit d'objec-
tion ni de v6to suspensif an Pouvoir-
Ex6cutif par la raison qu'il a seul l'ini-
tiative des lois. L'autre accord au
Pouvoir-Ex6cutif le droit d'objection h
l'6gard des lois don't l'initiative n'appar-
tient pas exclusivement a la Chambre
des communes. (1)


(1) Le droitd'objection forme la matiere des
articles 90, 91, 92, 93, 94de la Constilution de
1843. Ici nos Constituants so sont altaches a
prendre le contre-pied de la Constitution des
Etats-Unis, ce qui ne fait pas honneur A leur
bon sens. Le President des Elats-Unis a le
droit d'objection ou le veto sispensif juste-
rnent parce qu'il n'a pas I'initiative des lois et
que les Secretaires d'Etat (head departments)
u'ont pas le droit d'entree dans les Chambres;
le President d'Haiti n'a pas le droit d'objection
justement danssles cas ol il en aurait le plus
besoin, pour les lois dontil n'g pas 1 initiativee.
Les objecljons du Prisident des Etats Unis ne
peuvent [lre rejetles qu'A la majority des deux
tiers des votants; les objections du President
d'Haiti, quand il a le droit d'en faire, na
peuvent e readmises qu'A la majority des denx
tiers des votants, de lelle soi te que des Secr.-
[aires d'Etat, iucapables de faire prevaloir
l'opinion de l'Execulif dans les deux Cham-
bres, alors qu'ilsuffit de la majority absolue,
c'est-a-dire de la roiti6 plus un des suffra-
ges, sont forces, par le droit d'objection, de
ruhdir sur le m~me sujet, les deux tiers des
suffrages: c'est la suppression du droit d'ob-
jection.









REVUE DE LA SOCIiIt DE LEGISLATION 4
N/~/~/K%

L'une ddfere les membres du Corps
LUgislatif au jugement d'une Haute-
Cour de justice sur lamise en accusa-
tion de l'une on de l'autreChambre.--
L'autre les difere au jugement du Tri-
bunal criminal avec assistance du Jury.
Ni 1'une, ni 1'autre n'accordent au
Pouvoir Executif le droit de dissoudre
la Chambre des Repr6sentants.
L'une crie un Comit6 permanent du,
Senat. L'autre le supprime.
Dans l'une, le Pr6sident d'Haiti nom-
me aux functions judiciaires et com-
munales, aux grades d'otficiers dans
la garde national. Dans l'autre, le
people.
Dans l'une, l'institution du Jury, po-
sde comme facultative, est dtablie en
1826, seulement en matiere crimi-
nelle. Dans 1'autre, elle est formel-
lement d6cret6e, en matiere criminelle
comme pour les ddlits politiques et de
la press.
La Constitution de 1843 abolit la peine
de jmort en matiere politique et elle
institute, comme aux Etats-Unis, le ju-
gement politique, mais seulement a 1'r-
gard du Pr6sident d'Haiti. Les Secre-
taires d'Etat sontjug6s par le tribunal
de Cassation, sur l'accusation de la
Chambre des Communes ; il est vrai
que ce Tribunal est le produit d'une 6-
lection au 3e degr6. Les Tribunaux ont,
en outre, le droit de refuser d'appli-
quer une loi inconstitutionnelle, autre
principle emprunte aux Anglo-Am6ri-
cans, et dout jusqu'ici nous n'avons
pas mesurc toute la portde pratique.
La Constitution de 1843 cree une v6-
ritable Cour des Comptes, les libertis
et les franchises communales, et avec
des maires et des prefets, elle inaugure
administration civil des communes
et des arrondissements.
M3..1grc quelques contradictions, elle
veut positivement le regime parlemen-
taire, voulant la responsabilit6 politique
des Secr6taires d'Etat. Ceux-ci, quoi-
qu'ils ne puissent faire parties du Corps
16gislatif, out leur entr6e dans les deux
Chambres pour soutenirles projects deloi,
et les objections du Pouvoir-Ex6cutif.


Ils* sont responsables tant des actes du
President d'Haiti, qu'ils contresignent,
que de ceux de leur d6partement et de
l'inex6cution des lois, et ils peuvent 6tre
interpellessur tous les faits de leur ad-
ministration.
La Constitution de 1843 introduit
presque partout le system &lectif, sur
la base du suffrage universal, puisque
peut voter aux assemblies primaires
tout citoyen de 21 ans qui exerce une
profession, un emploi ou une industries
quelconque. Par des elections au ler
au 2e, au 3e degr6, sont nommr s:
Tous les deux ans, le tiers des S&-
naleurs et les Conseillers communaux;
Tous les trois ans, la Chambre des
Repr6sentants et les juges de paix ;
Tous les quatre ans; le Pr6sident
d'Haiti;
Tous les neuf ans, les judges des Tri-
bunaux de 1re instance, d'appel et du
Tribunal de Cassation. ( 1 )
La Constitution de 1843 ne pouvait
6tremise en oeuvre que par une D6mo-
cratie sage, eclairee, exempte de pre-
juges niflitaires et en pleine possession
d'elle-mnme. Ce que valait cette sup-
position, plus d'un fait le prouva.
La RIvolution de 1843 abolit les droits
percus sur les products agricoles et on
r6agit centre elle au nom et dansl'in-
t6ret des paysans. ( 2 )

( I ) Art 149. Les judges sont Blus, s;1voir:
Pour les tribunaux de paix, par los as-
semibles pri iaires,
Ponr les tribunaux de premiere instance
et d'appol par les assembles electorales de
leur res4orl re:pectif ;
Pour le tribunal de Cassation par le Senat
sur la presentation d'nno listed triple de
candidates' par chacune des assembles elec-
torales du resort des tribunaiix d'appel.
I es tribunaux d'appel, supprimes sous
Boyer, n'ont jamais ete rtablis, quoique
plusieurs Constitutions en aient fait mention.

( 2 ) Apres quarante ans, le meme fait
dovrait se reproduire. La Revolution de 1883
abolit tout droit de douane A l'exportation,
et elle succomba h Jacmel sous les coups, du
piquetisme qai pretend toujours representer
l'intiert des paysans. -








15 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
^^.^/-as^ 2 / BaaB2^ IId .^s//////^/A//ea/B///MKS^//^


Le droit de s'administrer est recoii-
rinu toutes'les communes existantes, et
toute agglomeration rurale de 3000 A-
mes'doit etre 6rig6e en commune. Li-
bert, comminunale bloc enfarin6 qui ne
dit rien qui vaille, s'ecrient de vieux
rats empanach6s, et maires, pr6fets, mu-
nicipalites sont denonces comme des
nouveautds perfides et anti-nationales,
sentant leur syst&me colonial et pr6-
sageantl la ruine de la patrie.
Les municipalities, creation de la R-
volution francaise, s'6taient effondrees
dans les bouleversements de la guerre
de l'ind6pendance, et le regime mili-
taire les avait entierement remplacees
jusqu'h la loi du 21 Juillet 1817 qui
cr6a les conseils des notables; mais
ceux-ci, quoique leurs attributions fus-
sent successivement l6argies par d'au-
tres lois, ne rappelaient que tres impar-
faitement les mnnicipalit6s, carils 6taient
nommes par le Pouvoir-Ex6cutif etsu-
bordonnes dans chaque locality h I'au-
loiit(l militaire. La Rdvolution de 1843
avait, en effet, ressuscite une institution
que la colonie de Saint-Domingue seule
avait connue; mais il y avait quelque
chose de plus colonial que les munici-
palites, c'ktait notre regime .militaire
mime auquel on les sacrifiait, regime
qui 6tait celui de Saint-Domingue avant
1804, et qui n'avait Fair national que
parce que syst6matis6 et applique avec
rigueur par Toussaint-Louverture de
1800 h 1804, maintenu par Dessalines
et par Christophe, il n'avait guere 6et
modifi6 par PRtion ni par Boyer.
I1 incombait au Pouvoir-Executif d'e-
clairer .les masses ignorantes sur les
avantages de l'institution communal,
mais a la honte de Charles Herard aine
(Riviere), 6lu Prisident d'Haiti, ii ne
fit rien pour d6fendre des institutions
qui n'itaieut que la consequence rigou-
reuse des principles ultra-d6mocratiques
d'une Revolution don't il 6tait le chef
peut-6tre inconscient. II ne lui fut pas
donn6 de jouir longtemps d'un pouvoir
qu'il ne savait pas exercer. Tandis que
nos concitoyens de la parties oriental
de l'ile se s6parent de nous en 1844,
Jean-Jacques Acao, generall en chef)
des r6clamations de ses freres, a la tdte:


de l'Armee des Piquets, dite Armde
Souffrante, se 1eve dans la plaine' des
Cayes; la ville du Cap-HIaitien et le rest
du D6partement du Nord se pronon-
cent dgalement centre Charles Herard
ain ; de toutes parts sa decheance est
prononce. Pour le salute la soci6t6 qui
avait le couteau d'Acao sur la gorge,
Charles Herard aine accept cette sen-
tence formula, du reste, par le mou-
vement r6volutionnaire du 3 Mai qui se
couvrit du nom de Philippe Guerrier,
A la capital (x) Charles Herard aine et
H1rard Dumesle presque sans le sou,
c'est tout ce qui honora leur chute,
prirent le chemin de l'exil.

( x ) Le Recueil des lois et actes de Lins-
tantPradines, lorme8,ne reprodni aiiun des
actes de Jean-Jacques Acao, mais l'arre&1
du 21 Mai 1844, qui bannit Rivicre Hierard
et Herard Dunesle dt lerritoire de la R-
publique, contient le consid6rant suivant :
< Attondu quo d'apres le vceu formel-
a element prononce par les d6partemenis du
& Nord et du Sud, 1'Ouest, en consacrant a
a 1'Ex-Prisident Riviere Herard sa pension et
a son grade; de general de division, donne
c< lieu A un dlsaccord qui pourrait empecher
& la fusion des Sus-dits departments.
Art. 2. Lescitoyens Riviere HIrard et H6-
a rard Dumesle sonlbannis du territoire de la.
a R1publique.
Sign : GUERRIER.
a Par le President de la Rupublique.
a Le Scr6rtaire d'Etat des Relations Ext6-
< rieures, de la Guerre et de la Marine.
Signd : HYPPOLITE
La protesfalion du Nord, date du 15 Mai
a et adressie au PrLsident de la RApuhlique
( haitienne, s'exprime ainsi : quand I'eone-
( mi commun, ce seul homnie et son per-
a fide conseiller seront exclus de la sociRt6,
a nous rentrerons en conference avec nos
freres de I'Ouest et notls dirons avee
eux a nous executons les opinions, les
a croissances et les besoins politiques ; et
( sous uneconstitution sage, a venir nous r&-
( tablirons le faisceau de la Republique. ,
< Jusque-lI le General Pierrot est autorise a
a dCfendre nos limits, maintenant I'arimee
c ,sur pied, pour empecherl'entree de l'Ex-
i President Herard.
LePr6sident du Conseilpar interim.
Sign : F. DLJOIE.








REvUE DE. LA, SOCLtTE DE LtGISLATION
a) ,IIIIIIII ,*,.,///IY /'/'Y///// ,, I A AA /JA j


Et ainsi, 6choua avec eux la R6volu-
tion de 1843. Toutde meme, nous pen-
sons que leur reniement n'ebranla le
nouvel ordre de choses que par ce qu'il
y existait d'autres causesplus actives de
dissolution et de ruine. La Revolution
posa des probl6mes qu'elle ne pouvait
r6soudre, surexcita des ambitions qu'elle
ne pouvait satisfaire, souleva des pas-
sions qu'elle ne pouvait contenir, et elle
disparut sous le d6bordement de tous
les instincts sauvages que les propres
liesses de ses promoters, autant que
lesmachinations de sesennemis, avaient
mis en rut.
A. THOBY.



La reform de la 16gislation

De I'Instruction publique

Les lecteurs de la Revue se rappel-
lent que, dans notre Numero de Novem-
bre 1892, h propos de la publication
des Modifications a la loi sur 1'Instruc-
tion publique notre distinguish collngue,
Me Auguste Bonamy, annoncait une
prochaine s6rie d'6tudes sur les diverse
parties de ce project, soumis alors h la
sanction du Sdnat, afin de mettre en
lumiere les importantes r6formes qui
s'y trouvaient preconisdes.
Mais voild que, au bout de deux ans,
les Modifications vont faire-sous une
autre forme, le voyage du Senat a
la Chambre, sans que nous ayons pu
nous acquitter encore de notre promesse.
En effet, le Stnat-avec quelque rai-
son d'ailleurs,-estimant que les amen-
dements pr6sent6s par M. le Secr6-
taire d'Etat Apollon au project de loi
deja vot6 par la Chambre des Repr6-
sentants, sur l'initiative de. son pr6d&-
cesseur, 6taientassez radicaux pour faire
Ia matiere d'une loi nouvelle, 1'a invite
a les soumettre d'abord en cette quality
h la discussion de l'autre Chambre. Il
est certain que M. Apollon n'avait adopted
pour son project le titre modest de(mo-
difications ) qu'avec l'id&e d'en hater le


vote. Si j ce point, de vue, ses calculs
ont 6t6 dejous. par, flevieneenlt, ie
long temps &could depuis le dep6t des
Modifications a profit du mbins au
plan de r6forme, qui, mfiri par la re-
flexion, va s'offrir h l'examen du Corps
LUgislatif avec un caractere plus mar-
qu6 de cohesion et d'ach6vement: Une
loi g.neratrice, pr6voyant dans ses
grandes lignes l'organisation de 1'ins-
truction publique ; des lois partiic-
lieres, sanctionnant et d6veloppant les
principles poses dans la loi g6enrale, ou
reglant le mode de fonctionnement des
institutions qui y sont consacrees; des
rgglements d'administration ayant trait
A tous les detaits pratiques de I'enseigne-
ment qui nesont pas vises formellement
par la loi,- tell est 1'6conomie de ce
plan, don't la parties la plus consid6ra-
ble a ete dejh 6laboree.
Avec la loi sur l'instruction publique,.
i.,nt tre, en effet, d6poses : la loi sur
la Direction generale de l'enseignement
et-.la surveillance des ecoles; les deux
lois sur Penseignement primaire obli-
gatoire et sur la gpatuit6 de 1'enseigne--
ment; les deux lois sur la pension de
retraite et les cong6s et sur l'avance-
ment des instituteurs ; la loi sur les
Ecoles normales sup6rieures ; les trois
lois sur la Facult6 de lettres et de scien-
ces, sur la Facult6 de droit, et sur la
Faculty de m6decine.
II nous a semble qu'il appartenait a
la Soci6et de Legislation, don't quelques
membres ont eu l'honneur de collabo-
rer a cette oeuvre, d'en degager l'esprit
et la porte, et d'en expliquer le mica-
nisme, pour la clart6 m6me des discus-
sions a venir; et nouscommengons d&s
aujourd'hui la publication des nou-
veaux projects de lois, que nous ferons.
suivre de commentaires appropries.

LOI
Sur 1'Instruction publique.
HYPPOLITE, PrSident d'Haiti.
Vu l'article 69 de la Constitution,
Consid6rant qu'il imported de mettre
la legislation de l'Instruction Publipue
en harmonies avec les progres r6alis6s









47 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
%x^5" //B/ //!%Xiia^^K/aiaHxi iffa^%^^^s^^


depuis 30 ans dans l'enseignement de
la jeunesse.
Sur la proposition du Secr6taire d'E-
tat de 1'Instruction Publique et de 1'a-
vis du Conseil des Secr6taires d'Etat,
A propose,
Et le Corps LUgislatif a rendu la loi
.suivante
CHAPITRE I
Dispositions gendrales.
Art: I. L'Enseignement est libre.
I1 est confie dans toute la Rdpubli-
que h 1'Universit6 d'Haiti.
Art. II. Les maisons d'enseignement
.sont publiques on priv6es.
Les ecoles publiques sont a la charge
de l'Etat et sous la d6pendance absolute
de ses agents.
Les ecoles privies sont a la charge et
sous la discipline de ceux qui les ins-
tituent. Ellesdoivent n6anmoins se con-
former aux dispositions de la loi qui
leur sont applicable.
II pourra etre 6tabli h la charge des
communes prosperes, des ecoles com-
minales, soumises au regime des ecoles
publiques.
Art. III. Aucun 6tablissement quel-
conque d'instruction ne pourra etre for-
m6 hors de l'Universite, et sans l'au-
torisation de son chef qui est le Secrd-
taire d'Etat de l'Instruction publique. Les
strangers admis L enseigner dans l'Uni-
versit6 sont astreints a toutes les dis-
positions des lois, arrites on rkglements
de l'Instruction publique qui obligent
les instituteurs nationaux.
Art. IV. Le titre d'instituteur est com-
mun a tous ceux qui dansles ecoles sont
proposes i l'Fducation et A l'instruction
de la jeunesse.
La g6ndralit& des instituteurs forme
le corps enseignant. Les membres du
corps enseignant sont dispenses d'etre
juries.
Art. V. La jeunesse des Ecoles et
Facult6s, la g6enralit6 des instituteurs,
les fonctionnaires charges de la direction
generale de l'enseignement constituent
I'Universit6 d'Haiti.
Les membres de l'Universit6 sont ex-
empts de tout service militaire.


Art. VI. Les 6coles se divisent :
lo En 6coles primaires, rurales etur-
baines, pour les garconset pour les filles.
20 En ecoles d'enseignement secondai-
re, comprenant : les ecoles secondaires
sp6ciales de garcons, les ecoles secon-
daires de jeunes filles ; les lyc6es et
Colleges.
30 En 6coles sup6rieures et Facultts.
Art. VII. II pourra itre accord des
bourses dans les etablissements d'En-
seignement secondaire et sup6rieur de
la R1publique, dans les ecoles et Fa-
cult6s des pays strangers, selon que
le Gouvernement en reconnaitra la n6-
cessitl.
Les conditions d'obtention de ces
bourses seront d6termin6es par la loi
sur la matirce.
Les etablissements d'enseignement
prive qui, en Haiti, jouissent d'unetelle
faveur sont assimilds, sauf en ce qui
concern administration int6rieure, au
regime des 6tablissements d'enseigne-
ment public correspondent.
Art. VIII. Pour avoir la direction
d'un etablissement d'enseignement pu-
blic on privet, ou pour y professor, ii
faut justifier pr6alablement des condi-
tions suivantes :
lo Etre de bonnes vie et moeurs.
2o Etre pourvu du titre de capacity
correspondent an degr6 d'enseignement
que 1'on veut pratiquer.
Les strangers devront, en outre, pro-
duire un certificate contenant l'indicalion
de leur domicile rdel, des lieux ois ils
ont rdsidd et des professions qu'ils ont
exerc6es. Ce certificate est sign, soit
des autorit6s du pays auquel appartient
le postulant, soit des autorit6s du pays
oh il a r6side.
Les strangers qui ne sont munis quo
de titres de capacity strangers, doivent
obtenir du Secr6taire d'Etat de l'Instruc-
tion publique la declaration d'dquiva-
lence de ces titres avec les brevets de
l'Universit6 d'Haiti. .
Art. IX. Les candidates qui r6unissent
les conditions ci-dessus pr6vues sont,
pour les 6coles publiques, proposes au
choix du Chef de F'Etat, selon l'ancien-
net6 de leur demand, par le Secr6taire







REVUE DE LA SOCIEft DE LEGISLATION
/N/

d'Etat de l'Instruction publique, sur une
liste comportant trois noms au plus
pour chaque emploi vacant.
Art. X. Le Secr6taire d'Etat fera li-
quider les pensions de retraite de tout
membre de l'enseignement qui aura at-
teint l'Age de 60 ans revolus, conform&-
ment aux prescriptions de la loi sur la
matiere.
Il pourra, en cas d'infirmit6 du titu-
laire, provoquer d'office sa mise h la
retraite.
Art. XI. Tant que I'6lve reste A l'6-
cole, 1'autorit6 des parents, en ce qui
concern la discipline scolaire, est su-
bordonnee a celle de 1'Etat.
Art. XII. Tout el6ve inscrit L une
cole est tenu d'y achever le course des
6tudes r6glementaires, a moins qu'il
n'ait atteint 1'age oil il ne lui est plus
permis d'y rester.
Les parents qui contreviendraient A
cette disposition, s'exposeraient h &tre
poursuivis et frappes des peines qui at-
teignent ceux qui negligent de donner
ou de faire donner instruction a leurs
enfants.
Art. XIII. Les programmes d'ensei-.
gnement et les reglements des 6coles
s'appliquent uniform6ment h tous les
6tablissements de 1'Universit6 auxquels
ils s'adressent.
Ces programmes et ces r6glements
seront 6tablis par arr6t6s miuisteriels
deliberes en Conseil Sup6rieur de I'Ins-
truction publique. IIs auront trait
au detail de l'enseignement, et notam-
ment a la duree des etudes, aux ma-
tieres d'enseignement, aux conditions
d'admission dans les 6coles, h la r6par-
tition des course, au service du person-
nel enseignant, a la comptabilit6 et a la
discipline intirieures, au montant des
frais universitaires, aux sessions des Fa-
cultes, aux examens g6neraux et parti-
culiers, aux inscriptions, aux grades et
aux certifi cats.
CHAPITRE II.
Direction gcndrale de l'Enseigicmennt.
Art. XIV. La direction g6nerale de
l'enseiguement et la surveillance des 6-
coles sont confines: lo. au S6crdtaire
d'Etat de l'Instruction publique, chef


de la hierarchie; 2o au conseil sup6-
rieur de l'Instruction publique, si6geant
a c6te du Secr6taire d'Etat, 30. au Corps
des Inspecteurs. Les attributions et les
appointments de ces fonctionnaires
ainsi que l'organisation de leurs ser-
vices respectifs, sont d6termines par la
loi surla matiere.
CHAPITRE III.
Enseignement primaire.
Ecoles rurales et urbaines.
Art. XV. L'instruction primaire est
obligatoire pour les enfants des deux
sexes,h partirde l'Age de 6 ans r6solus.
Elle est donnie, soit dans les 6coles
publiques, soit dans les 6coles privies,
soit dans les families, dans les condi-
tions et sous les sanctions 6dictees par
la loi.
Art. XVI. Au centre de toutes les
sections rurales oii il sera possible de
de faire fonctionner une cole rurale, il
sera pourvu a 1'6tablissement de cette
cole par les soins de l'autorit6 scolaire.
Art. XVII. Au chef-lieu de cliaque
commune, il y.aura au moins une cole
primaire urbaine de garcons et une de
filles. -
Art. X VIII Outre le directeur, toute
cole primaire a droit L un professeur,
si le nombre de ses il&ves est de 40 6-
l6ves a deux professeurs si le nombre
de ses 616ves est de 70 ; a trois profes-
seurs pour 100 616ves, a quatre profes-
seurs pour 150; a cinq pour 200.
Art. XIX. Les ileves sont r6partis
dans ces 6coles par les soins de l'Ins-
pection, sous les conditionspr6vues par
les r6glements.
Art. XX. Chaque 616ve est oblige de
parcourir le programme de l'6cole pri-
maire jusqu'au certificate d'6tudes pri-
maires inclusivement.
CHAPITRE IV
Enseignement secondaire.
Ecoles secondaires speciales, colleges
Lycces.
Art. XXI. IL sera 6tabli un Lyc6e dans
chaque chef-lieu de d6partement, et des
colleges et ecoles secondaires sp6ciales
des deux sexes dans toutes les villes









19 REVUE DE LA SOCIiTE DE LEGISLATION
, ,/ s / ,/y ,,f /r;^ /' / s/ s// // .// //Y //// s/ s// / // ///// / / ^ // -' I


de la Rdpublique oh le Gouvernement
en reconnaitra la n6cessit6.
Art. XXII. La direction de chacun
de ces ktablissements est confide h un
Directeur ou a une Directrice qui, se-
lon 1'importance de l'6tablissement, ad-
ministre seul ou avec des aides, sous le
contr6le de l'autorit6 scolaire.
Art. XXIII. Outre les directeurs, le
personnel se compose de professeurs,
r6petiteurs et autres employes d'admi-
nistration, Les rep6titeurs sont choisis
de preference par le Secretaire d'Etat
sur la liste des boursiers qui ont a-
chev6 leurs etudes et restent tenus de
trois ans de service dans l'Universit6.
Les employes d'administration sont dd-
signri& par les directeurs.
Art. XXIV. Indlpendamment des vi-
sites du personnel prdpos6 h la surveil-
lance des 6coles, il y aura A la fin de
chaque annee scolaire, des examens de
passage dans toutes les classes.
A la fin de la derniere annee, il sera
d6livrd par le Directeur et les profes-
seurs forms en jury, d'apris les notes
d'examens speciaux et sous le -controle
de l'Inspection, aux l66ves qui auront
satisfait aux conditions de ces examens
un certificate d'6tudes secondaires sp6-
ciales on classiques, selon le program-
me de l'i-.labli-.mIent, certifidat qui sera
enregistr a l'Inspection dellacirconscrip-
tionet A la Secretairerie d'Etat de 1'Ins
truction publique.
La Faculty de lettres et de sciences
pourra exceptionnellement delivrer le
certificate d'6tudes secondaires speciales
ou classiques aux jeunes gens elev6s
dans les families qui satisferont aux
conditions exigdes des l66ves des 6ta-
blissements d'enseignement secondaire
et aux formalitds prevues par les r6gle-
ments.
Art. XXV. Cinq ans apres la pro-
mulgation de la pr6sente loi, nul ne
pourra plus 6tre nomm6 i un emploi
dans une administration publique, s'il
n'est pourvu du certificate d'6tudes se-.
condaires speciales on classiques.
CHAPITRE V
Ecoles supdrieures. Facults
Art. XXVII. Les ecoles sup6rieures
.comprennent : Les Ecoles normales


Sup6rieures, 1'ecole de dessin et de
peinture, 1'6cole de pharmacies, et tous
les autres 6tablissements similaires don't
l'Etat aura d6cid6 la creation.
Art. XXVII. Les Facult6s sont de trois
ordres : la Facult6 deDroit, la Facul-
t6 de M6decine h laquelle est souchde
l'ecole ,de pharmacie, la Facult6 de
lettres et de sciences.
Art. XXVIII. L'organisation des 6-
coles sup6rieures et des Facult6s est
regl6e par des lois speciales.
Art. XXIX. Les grades delivrds par
la Faculty de lettres et de sciences sont
de trois degrs : le baccalaur6at es-
lettres on es-sciences ; le certificate d'6tu-
des sup6rieures ( section des lettres
on section des sciences) ; l'agr6gation
des lettres on des sciences.
A cette faculty est aussi r6serv6e la
collation des brevets d'instituteur et
d'institutrice de L'cnseignement primai-
re et de l'enseignement secondaire,
ainsi que des certificates d'aptitude h
l'enseignement des langues vivantes et
h 1'enseignement du dessin.
Les grades ddlivres par la Faculte de
Droit sont de quatre degrees: le certifi-
cat de capacity, le baccalaur6at, la li-
cence ct l'agr6gation.
Ceux de la Facult6 de M6decine sont
detrois sortes : lo le Doctorat, au ler
degr6 et I'agr.4gation au 2e degr6 ; 20
le dipl6me de pharmacien; 30 le di-
pl6me de sage-femme; -
CHAPITRE VI
Disposition special.
Art. XXX. La pr6sente loi abroge tou-
tes dispositions de lois ant6rieures qui
lui sont contraires. -
Ellesera exdcut6e A la diligence du
Secr6taire d'Etat de 1'Instruction Pu-
bliqu e.

AVIS
ORDRE DES AVOCATS
BL'nE\L*DF CONSULTATION GRATUITE
Mois de Juin.
MfI Emilc Deslandes, Aug. Rameau
et Edmond Valin, les mercredis et ven-
dredisde 2 a 4 h. P. M.








Members heneralres de Ia S~eek6:


:S. Ex. le PRESIDENT de la Republiqne (President d'honneur de la Societd)
Mr P. M. Apollon, Secretaire d'Etat de l'Instruction Publique.
S. U. Saint-Armand, Secr6taire d'Etat des Travaux Publics.
Mr Ch. Weyman.

Menbres correspondents :

;MM.
Delord Etienne, Doyen du Tribunal Civil du Cap-Haitien.
A. Jean-Pierre, --- --- --- de Port-de-Paix.
T. Pl6issier, --- -- -- des Gonaives.
St.-Louis Alexandrd, -- -- --- de Saint-Marc.
Maignan, -- -- --- I'Anse-A-Veau,
D6pas Medina, --- --Jrmie.
Vilaire, --- des Cayes.
By, ---- d'Aquin.
E. Bellande, --- de Jacmel.
Alfred Box, Ministre Plenipotenliaire d'Haiti d Paris.
D. Delorme, --- --- Berlin.
J. B. N. Deroches, Consul d'Haiti ) Bordeaux.
Louis Jh.-Janvier, Secrleaire de la L6gation d'Haiti A Londres.
A, Poujol,,ancien -- --- Santo-Domingo.
Gragnon Lacoste, Consul honoraire d'Haili A Bordeaux.
S. Viard, --- --- St-Etienne.
Hoeylaerts, -- --- Bruxelles.
C. Preston, Ancien Commissaire d'Haiti a l'Exposition de Chicago.
C. Villevaleix, Ancien Ministie d'Haiti A Paris.
C. Laforestrie, --
P. Latortue, --- --- : ---- a Londres.
B. Sylvain, Secretaire de la L6gation d'Haiti A Londres.
MM. Labibou, ancien Commissaire du Gonvernement, Robert Lafontant, avocat. L.
Lefevre, publicist, (Jacmel), Ernest Adam, juge au Tribunal civil (Aquin), C6licour L6on,
substitute du Commissaire du Gouvernement, Ed. Convinton, avocat (Cayes), Grandoit,
-d6put6 (Anse-d'Haynault), A. Cliri6, Commissaire du Gouvernement, C. Chassagne, avocat
(Jer6mie) Provost, Commissaire du Gouvernement, (Anse-a-Veaul, David, Commissaire
du Gouvernement, Saint-C6me, avocat (Saint-Mac), E. Desert, avocat (Gonaives), Alfred
Henriquez, avocat, Turenne Sylvain, substitut du Commissaire da Gouvernement (Port-
de-Paix), T. Guilbaud, avocat, directeur de l'Ecolelibre de Droit, J. Adh6mar Auguste,
.avocatC. R. Durand.Substitut du Commissaire du Gouvernement, (Cap-Haitien).

AGENTS DE IA REVUE:


( Autres que les membres correspondents. )

MM. Marius Jean Simon, ancient Stnateur [Miragodne], Jh. Lacombe, ancien d6put6
[LBogAne], O. Tessier, Officier, de I'6tat civil [Petit-Goave], B. Gauvain [Grand-GoAvel,
J. B. Durand, [Aquinj Michel Desquiron, [Jernmie].
S'adresser, pour tout ce qui concern la Revue, en province et A 1'dtranger, aux agents
-et aux membres correspondents.


Agence centrate a Paris:


Bureaux de La Fraternitf, 50, Rue de Lille, 50.




- i


Troisibme ann6e No 4


Port-au-Prince. 2 Juillet 1894.


REVUE

DE LA

SOCIETY DE LEGISLATION
Paraissant le 2 de chaque mois.

Siege social: chez Me J. N. LEGER
16, Rue du Fort Per.

COMITE DE DIRECTION ET DE REDACTION :


IV


IM. J. N. LEGER, Pr,
GEORGES SYLVAIN See
A. BONAMY Tr
JUSTIN DEVOT
A. THOBY Membres
Louis BORN
J. J. CHANCY
^^^^( S^^^^S'^.Q^.


Sommaire :
Seances de la Soci6t6
Communication de Mr Herard Roy.
Rpplique de Mr J. Divot.
La question monetaire en Haiti
Avis.


A. THOBY


ABONNEMENT:


4 an P. 4


Le Numrro P. 0. 40


Adresser la correspondence au siege social de la Socidtd.

PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE H. AMBLARD
136, Rue du Centre, 136.


isident
,rdtaire
sorier









REVUE DE LA SOCIftt DE LEGISLATION 50
/l/,df//l .gf~d~iaffiil/tl/^!^'l/^^-,i/


32ANCES DE LA SOCI T1
[Extraits des proces-verbauxl
REUNION DU 7 JUIN 1894

Sont presents : M. M. L6ger, Bonamy,
Sylvain, Borno, Thoby, Brun, Bouzon,
Viard, M6nos, Roy.
PRESIDENCE DE Mr J. N. LEGER.
Lecture du Rapport de M. Brun sur
les questions posies parM. C6licour Leon,
membre correspondent de la Societe
aux Cayes.
RAPPORT
Messieurs,
Vous avez bien voulu confier A notre
examen la solution de trois questions que
vous pose un membre correspondent de
notre Societ6, aux Cayes.
Tout en sollicitant notre opinion, notre
correspondent 6met son avis sur les dif-
f6rents points qu'il nous soumet et ses re-
ponses sont, sauf sur la premiere question,
cells que nous adoptions comme confor-
mes aux principles et aux textes.
1o ( Quelleest l'Ntendue du sens de l'art.
a 25 de la Constitution, qui 6tablit le jury
< pour dWlit de press, ou, A proprement
( parler, que faut-il entendre par dWlit de
< press, dans le cas surtout de diffama-
< tion, (par les journaux ).
Disons tout d'abord que c'est dans la
Constitution de 1843 qu'apparait pour la
premiere fois l'ktablissement du jury en
toutes matiBres criminelles et pour d6lits
politiques et de la press.
Cette r6daction, qui est identique celle
de notre article 25 est, A mon avis, d6fec-
tueuse, car ellefait une confusion qui certes
n'6tait pas dans l'esprit des l6gislateurs
constituents.
L'art. 25 par sa teneur, par ce dernier
membre de phrase ((delits politiques et de
lapresse)) pourrait fair croire que l'assis-
tance du jury est necessaire pour les d6lits
de press, ind6pendamment de leur carac-
tere politique, ce qui serait une erreur.
C'est le cachet politique qui seul, appli-
qu6 aux delits de press, determine la com-
peience eI rao rd i n i re don't il est parle A l'art


25. Aussi, efit-il 6t6 pri:ftrabll-, lors de la
discussion de ce texte, en 1889, d'adopter
l'amendement de Mr L6ger Gauvin qui pro-
posait le libell6 suivant:
cLe jury est 6tablien toutes matibres cri-
minelles et pour delits politiques commis
par la voice de la press ouautrement. )
Cet amendment, le seul rationnel, le
seul conforme aux principles qui r6gissent
cette matirre, 6tait d'ailleurs ins6r6 dans
la Constitution de 1879 ( art 31 modifi1 le
27 Juillet 1883. )
Particularit6 A noter, en 1879, les ddlits
de cette nature 6taient d6efers auxtribunaux
comp6tents, sans assistance du jury.
Quoiqu'il en soit, ce fut, en 1889, le
sous-amendement-Rameau-Firmin qui pr6-
valut et passa dans letexte d6finitif de notre
Charte actuelle.
En vertu delar6gle que nous avons pose
et qui veut une empreinte politique a tout
delit de press pour ressortir au jury, nous
r6pondrons A notre correspondent que la
diffamation, meme commise par la voie de
la press, n'est punie et ne peut Otre punie
que par le Code P6nal oft la matiBre est
reglementee aux articles' 313 et suivants.
Les d6lits pr6vus par l'art. 25 et commis
par la voie de la press sont par example
les attaques centre le pacte constitutionnel,
1'excitation A la haine ou au m6pris du Gou-
vernement, etc, etc, et en general tous ceux
qui sont compris dans les chapitres 1 et 2
du titre Icr de la loi No 4, aux paragraphes
2 et 3, 4 de la section III, aux paragraphes
et 2 de la section 4, et en la section VII
du chapitre III des memes loi et titre du
Code Penal, ainsi que cela r6sulte du de-
cret du 22 Mai 1843 sur la. r6forme du
droit civil et criminal, qui repute ddlits
politiques les faits-6numbr6s aux points
sus-mentionn6s.
C'est la loi du 7 Septembre 1870, qui
regle le mode de proceder devant les Tri-
bunaux correctionnels en matiere de ddlits
politiques et de press.
La necessity du jury, pour les delits
politiques commis par la voie de la press
ou autrement se justified ais6ment, Les
delits de cette nature, dit Faustin Elie
(to i page 12) sont vagues et ind6finissables
et ils puisent le plus souvent leur caractrre

dans les circonstances qui les envi ronnent.
1 y'a a1, dit Mr. de Broglie cite par








REVUE DE LA SOCIftt DE LtGISLATION
W AYA4 Z0Z~''/K9A~,Z Z/AjZ/AY7/Y#NZ',l' /A7/A'M.


Glasson (Illi6nients du droit francais), une
appreciation trWs delicate sur laquelle les
regles de la jurisprudence seront toujours
muettes, tandis que l'opinion du public
eclairi se trompe rarement. C'est done de
I'opinion surtout que la press est vrai-
ment justiciable et le jury pris dans la
masse des citoyens est l'organe natural de
cette opinion commune)). En France, c'est
la Cour d'Assises qui est comprtente pour
ces d6lits sp6ciaux. De plus, la 16gislation
permit a 1'auteur d'une diffamation par
la voie de la press ou autrement de fire
la preuve des faits imput6s, quand ils sont
reproch6s A un fonctionnaire public.
Mesureutile, r6formesalutaire, qu'ilfaudrait
singer au plus t6t A faire entrer dans notre
Code Penal.
La vie publique des fonctionnaires est
soumise au control de tous les citoyens.
S'ils commettent des abus dans l'exer-
cice de leurs functions, c'est un droit pour
tous de les rev6ler, quelquefois meme un
devoir.
D'ailleurs les articles 15 et '16 des disposi-
tions gen6rales de la loi haitienne sur la
press tranchent souverainement la ques-
tion.
Continueront, dissent ces deux textes, A
6tre r6gis par les articles du Code Penal
en vigueur (tous crimes ou d(lits commis
par la voie de la press ou par tout autro
moyen de publication, comme diffamation,
calomnie, )) etc.
L'art. 17 ajoute: continuera aussi A cre
suivie pour la poursuite et la repression
de ces crimes, d6lits, etc, la procedure d6-
cr6tee par les lois en vigueur.
En r6sunm, dans les deux cas prevus
par notre correspondent, A savoir qu'elle
est la jurisdiction appel6e A connaitre du
d6lit de diffamation quand it a 6t6 cor
mis par les r6dacteurs d'un journal ou A
l'adresse d'un fonctionnaire public, c'est
le tribunal correctionnel statuant sans as-
sistance du jury, qui seul est competent,
conformement aux principles g6ndraux.
2o question; I'art 151 de la loi sur l'en-
registrement ( defendant aux juges de
c rendre aucun jugement sur des acts
. soumis A l'enregistrement et qui ne
1 seraient pas revOtus de cette formality,
< un tribunal peut-il d6clarer une demand
k irrecevable dans la.circonstance ?


A mon avis, le tribunal ne le peut pas;
il doit se borner a frapper I'acte des
< peines 6dict6es par la dite loi et surseoir
a( au jugement de l'affaire jusqu'A l'accom-
< plissement de la formality d'enregistre-
a ment.
( En effect, 1'art, en question no dit pas
, qu'aucune demand ne sera repue, mais
Squle les juges ne doivent pas rendre de
a jugement, ce qui etablit une difference
< sensible.
(( 3o. question. La demand en paie-
a ment d'un bon a ordro, par citation,
( devant les tribunaux, doit-elle ctre rejetde
l parce qu'aucune mise en demeure extra-
a judiciaire n'aurait 6td faite?
X J'opine pour la negative, parcel que la
a citation donnee a a parties dobitrice pour
, s'6ntendre condamner I payer ost une
< mise en demure judiciaire; seulement
dans ce cas les frais (de la condamnation
a doivent etre supports par la parties de-
a manderesse qui pouvait s'en dispenser, en
(( employant la voie extra-judiciaire, et
aucuns dommages-int[rets ne lui sont
dfs, n'ayant pas 6td oblige par le refuse
du d6biteur, de recourir aux tribunaux.
Nous partageons l'opinion de notre cor-
-respondant sur les deux dernieres ques-
tions, on faisant toutefois cetto reserve, que
dans la malibre des billets i ordre, si la
parties defenderesse, par sa resistance, nd-
cessile centre elle un jugement de con-
damnation, les frais seront A sa charge.

Amddde Brun.

Les conclusions du Rapport sont mi-
ses en discussion.
lo a Quelle esl l'6tendue di sens de l'art.
25 de la Constitution, qui 6tablit le jury
a pour delit la press, ou, A proprement
p parler, que faut-il entendre par dilit de
press, dans et cas surtout de diffama-
< tion, (par les journaux).
M. Borno.-- Je ne suis pas de cette
opinion. La loi sur la press a 6td faite
sous l'empire de la Constitutiondel879.
Cette Constitution d6claraitque tous les
delits politiques et tousles dWlits de press
seraient d6f6r6s auTribunal correction-









REVUE DE LA SOCIETt DE LEGISLATION 52
/'^ 7Z'^ / Z'A'.ZyAK 1/ A'4' # Y/ 'W# I R'4'1 j '. y


nel sans assistance du jury.- Au point
de vue de la critique pure, l'opinion du
Rapport est rationnelle. On ne voit pas
la n6cessit6 que des d6lits de diffamation
soient dd6f6rs au jury.
Mais le texte dit: < ddlitspolitiques et
de press. ) II en r6sulte que lejurydoit
connaitre des ddlits politiques et de tous
les ddlits commisparlavoiedela press.
M. Brun.-- Mais les articles du Code
Penal, traitant de la diffamation?
M. BORNO.--Ils restent debout, car
on peut diffamer autrement que par la
voie de la press.
Mr le Prdsident.--Tout ddlit commis
par la voie de la press, politique ou au-
tre,- doit tre d6f6rr au jury. Telle est
la loi. Nous pouvons adopter, h titre de
vceu, l'opinion du Rapport, a savoir que
les delits politiques commis par la voie
de la press soient seuls renvoyes au
jury. Les delits depresse qui ne sont pas
politiques seraient d6slors renvoyds aux
Tribunaux correctionnels sans assistance
du jury.
La reunion, consulted, adopted ces
propositions.
M. le PrIsident. Le second point
vis6 par le Rapport est celui-ci :
2o question; I'art 451 de la loi sur I'en-
registrement defendant aux juges de
o rendre aucun jugement sur des actes
o soumis a 1'enregistrement et qui ne
a seraient pas revktus de celle formality
un tribunal peut-il declarer une demand
< irrecevable dans la circonstance ?
M. Bonamy. Je crois qu'il y a une
distinction a faire. La situation n'est
pas la meme devant le Tribunal de
Cassation que devant les Tribunaux
civils. En Cassation, un acte non en-
registr6 fait encourir une dechdance,
tandis que devant le Tribunal civil et
le Tribunal de commerce on peut sur-
seoir au jugement definitif jusqu'd ce
qu'on ait rempli la formality omise.
M. Menos. La jurisprudence du
Tribunal de Cassation est gendrale. -
R6cemment, une demand sur requete
non enregistr&e a 6t6 ddclarde irrece-
vable par le Tribunal de Cassation. II


n'y avail pas cependant de decheance
a encourir.
La soci&t6, au point de vue doctri-
nal, adopted les conclusions du Rap-
port.
M. le President. Voici le troisieme
point du Rapport:
& 3o. question. La demnande en paiement
d'un bon a ordre, par citation devant
lestribunaux, doit-elle Wtre rejet6e parce
(c qu'aucune mise en demeure extra judi-
< ciaire n'aurait L66 faite?
M. Minos. Si sur le premier acte
la parties assignee croit devoir faire des
offres rdelles et payer, elle ne peut
6tre tenue des frais; mais si elle se laisse
conduire h l'audience, l'assignation
6quivalant a une mise en demeure,
elle doit etre condamnee aux frais.
Sous le b6ndfice de cet amendment
auquel se rallied M. Brun, les 3es con-
clusions du Rapport sont voltes.
L'ordre du jour amine la suite de la
discussion surla question economique.
M.HdrardRoy donne lecture dela com-
munication suivante :

Communication de M' Hrard Roy

M.M.
Je ne faisais pas encore parties de la
society de lIgislation, lorsqu'est venue
en discussion la question de l'imp6t
foncier. Je le regrette, car je n'aurais
pas vote avec la majority qui en a ad-
mis le principle. A mon avis, dans l'6-
tat actuel de notre organisation publi-
que, cet imp6t n'est pas praticable et,
disons-le tout de suite, il ne sera pas
just.
L'imp6t en g6ndral n'est just, que
s'il profit, soit directement, soit indi-
rectement, a ceux qui le payment. Par-
mi les grandes d6penses qu'il sert h
d6frayer, on doit computer en premiere
ligne le service de security. Or, il n'y
a pas de doute que la propri6t6 fon-
ciere et surtout la propri6te rurale
manquent absolumentde securit. Vien-
nent ensuite les d6penses de viability,
Tout le monde sait que les routes n'e-
xistent pas et que c'est avec la plus









53 REVUE DE LA SOCIIf1E DE LEGISLATION
-%^,3Xma/Sa(S-R- i5a/iiaCRS^^


grande peine, que le cultivateur par-
vient a transporter ses products sur les
marches pour les 6couler.
On pourrait objected a cela que qui
veut la fin veut les moyens et que 1'e-
tablissement de l'imp6t foncier permet-
trait a 1'Etat de raaliser ses obligations
vis a vis de la propri6t6 fonci6re, puis-
qu'il en retirerait de nouvelles ressour-
ces. Cette hypothese nous laisse sans
enthousiasme. Car rien ne nous affir-
me qu'il n'en sera pas pour le produit
de cet impot ce qu'il en a toujours et
pour les autres, et qu'il ne servira pas
a payer des d6penses don't la proprid-
td fonciere aura le moins a b6neficier.
Au surplus, en admettant mrme que
les nouvelles resources fournies par
'impot servent a d6grever les proprie-
tes qui supportent les plus lourdes
charges de l'Etal, cc sera sans doute
un acheminement vers la justice dans
la repartition, mais non vers la justice
mime de cet imp6t, si ces resources
ne doivent pas servir a ameliorer la
situation de la proprietd fonciLre en
g6niral et a lui assurer toute la sdcu-
rit6 n6cessaire a son d6veloppement.
Mais il est inutile de s'attarder A ces
considerations, puisque vous avez dejai
admis le principle de cet imp6t.
Qui sait ? une administration 6qui-
table et prdvoyante n'est peut-6tre pas
introuvable chez nous. Qui sait si,
munie des moyens que lui fournirait
l'imp6t foncier gendralis6 et assis sur
des bases rationnelles, clle ne s'empres-
serait pas de career une bonne police
dans les campagnes, de faire des rou-
tes, des canaux d'irrigation, de jeter
des points sur nos riii-r:,s et nos fleu-
ves, d'6tablir des voles rapids de com-
munication et de transports pour re-
lier les centres producteurs avec leurs
debouch6s, de fonder des 6coles, des
fcrmes-modeles pour instruire les po-
pulations agricoles, les initier au meil-
leur mode de culture, les mettre en
measure de lutter en faisant vite et bien ;
de comprendre que le temps est un
puissant instrument de production lors-
lqu'il est employ utilement, que toute
perte de temps est une perte effective
de capittux; qtuil n'y a pas d'intfrets


antagoniques et que l'int6rkt de tout
producteur est intimement li( 6 l'in-
t6ret des autres producteurs don't la
prospdrit6 rejaillit necessairement sur
lui.
Une administration semblable reali-
serait sans nul doute cette justice qu'il
fallait rechercher d'abord, et il ne s'a-
girait plus maintenant que de 1'assiette
a donner a l'imp6t foncier et do sa pe-
requation.
Doit-on l'asseoir sur la valour v6nale
de la terre on sur le revenue net ?
Thoby a 6lucide pleinement la ques-
tion; il I'a pour ainsi dire 6puis6e. II
n'y aurait plus qu'a so ranger a son
opinion, sans rien y ajouter, si, dans
cette important question, il n'.tait pas
utile de tenir compete des arguments,
si futiles qu'ils puissent paraitre, si
surtout, h cause de l'impraticabilite
que nous signalions plus haut, je n'a-
vais pour devoir, dans le cas oh l'on
voudrait tenter l'entreprise, d'indiquer
le mode que je crois plus facilement
realisable par rapport a notre milieu
social et nos mceurs publiques.
D'abord, Messieurs, je crois qu'il est
bon do s6rier le sujet et de distinguer
I'imp6t foncier proprement dit, attei-
gnant laproprieth rural, de l'inmpt sur
la propriel6 urbaine.
Ces deux imp6ts n'ont point la meme
incidence et l'on peut dire que chez
nous la proprield urbaine peut plus
immndiatement 6tre visde par le fisc,
car elle profit tres directement, et plus
directement qu'aucune autre matiere
imposable, des services publics. II con-
viendrait done d'lairgir le mode d'im-
position sur la propriety urbaine; de
l'etablir sur la valeur venale de la terre
pour la propri6td nue et ensemble sur
la valeur v6nale de la terre et de la
construction pour la propridte bitie,
d'en augmenter la taxes qui est rielle-
ment ddrisoire, de la rendre uniform
sur toutes les propriedts, qu'elles soient
ou non occupies par des locataires, sauf
a en repartir le net produit entire l'Etat
et les communes.
Cet imp6t a cet advantage qu'il realise
le d6sideratum recherche, qu'il estjuste,









REVUE DE LA SOCIlIT1 DE LEGISLATION. 54


qu'il peut etre d'une facile perception:
la matiere imposable ne pouvant pas
etre soustraite A la vue du percepteur;
qu'ilpeut etre facilement 6valu6; qu'il
atteint facilement le revenue, qu'il est
support plus gineralement par le lo-
cataire qui, a moins d'imprevoyance, ne
se loge qu'en raison de ce qu'il peut
payer de loyer, et qui faith le prix du
loyer par l'intensit6 de sa demand de
maisons.
On peut en outre ajouter que l'im-
p6t sur la propriete urbaine non batie
sera reellement un stimulant pour le
propri6taire qui, ne voulant pas payer
sur un fonds improductif, y fera cons-
truire des maisons pour en retire des
revenues on le vendra a des capitalistes
qui y 61lveront des constructions, ce
qui, dans I'un ou l'autre cas, contri-
buera a augmenter l'offre des maisons
et a abaisser par consequent le prix
des loyers.
Quant h l'imp6t foncier t dtablir
sur la propriet6 rurale, il faudrait
y apporter la plus grande circons-
pection. On ne doit pas perdre de vue
qu'avec l'ins6curit6 qui fait abandon-
ner l'exploitation de la grande proprie-
te, les difficulties d'apporter les products
sur les marches, les proced6s rudimen-
taires qu'emploient les cultivateurs dans
1'ceuvre de la production, qui les met-
tent dans des conditions d'inftrioritipour
la lutte et mille autres causes qu'il se-
rait trop long d'dnumirer, ii serait
imprudent d'atteindre encorele capital.
Lecapitalest l'agent parexcellence dela
production; il ne faut ni le d6truire ni
le steriliser. Et dans l'Ftat actuel des
choses en Haiti, il faut manager tout
particulierement le capital terre et faire
en sorte que l'imp6t porte plut6t stur
le revenue que sur ce capital meme. Dif-
f6remment on aboutirait sirement a
des deceptions.
Oubienlefisc ne percevrait rien, les
contribuables 6ludant, par tous les mo-
yens en leur pouvoir, le souci d'acquitter
une redevance qui les ruine, et 1'on au-
ra fait oeuvre vaine; ou bien, le fise
usant impitoyablement des moyens de
contrainte mis A sa disposition, se fera
payer quand meme, et alors le propri-,


taire d6couragO abandonnera la terre
on sera soumis a une expropriation
*forcee par 1'Etat. Ce qui n'est pas as-
surrment le but que vous poursuivez.
En effet, quel est le proprietaire foni-
cier, qui consentira jamais h aban-
donner an fise plus qu'il ne paierait,
si son capital 6tait employee ailleursque
dans la terre ? N'entrevoit-on pas ais6-
ment, que si l'imp6t prelev6 sur son
fonds, devait absorber plus de la moi-
li6, la moiti nmee du revenue* du
fonds, il abandonnerait bien vite la
terre pour aller chercher un meilleur
placement de son argent, quand sur-
tout notre system general d'imposi-
tions porte tr&s rarementsur le capital?
En r6sum6, c'est done le revenue que
vous devez seulement viser dans l'6ta-
blissement de I'imp6t foncier sur la
propridte rurale. Cet imp6t, nous le ri-
p6tons, n'a pas la meme incidence que
I'imp6t sur la propri6te urbaine. II
doit etre support exclusivement par le
proprietaire qui ne pent le rejeter sur
le fermier nii sur le paysan, celui-ci ne
pouvant pas davantage le faire suppor-
ter par le consommateur dans les p6-
riodes ordinaires de la production.
Cette assiette adoptde, il resterait A
determiner la forme dans laquelle se-
raient faites les evaluations des revenues
et le quantum a pr6lever sur ces 6va-
luations.
IIva sans dire que ce sont desvceux
que nous 6mettons, car nous ne cro-
yons pas, quelque mode qu'on choi-
sisse, que l'imp6t foncier soit realisa-
ble, et nous sommes d'autant plus in-
clines A le croire irrealisable, quant i
present, que nous voyons toute la dif-
ficultC que l'on 6prouve a percevoir les
autres imp6ts directs qui existent chez
nous, timoin les droils locatifs, la pa-
tente et les autres imp6ts directs don't
les rendements sont nuls.
J'incline pour ma part h penser, qu'en
attendant la confection d'un cadastre
parcellaire, on pourrait, h l'aide de com-
missions locales, composees d'agents de
administration central, de conseillers
comniunnux, de propri6taires ruraux
et urbains, d'arpenteurs, reliever toutes
les propridt6s de chaqiue commune,









55 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


les designer selon leur culture, indi-
quer celles qui ont des usines, men-.
tionner leur rendement approximatif,
le'prix qu'elles ont coitt, l'epoque de
leur acquisition, si elles sont afferm6es,
le prix de leur fermage. Les rapports
de ces commissions locales seraient
centralis6es au chef-lieu de l'arrondis-
sement entire les mains d'une nouvelle
commission compose de l'administra-
teur des finances, du directeur de 1'en-
registrement, du magistrate communal,
de deux propri6taires ruraux et de deux
notables de l'arrondissement. Cette 2me
commission aurait pour mission d'6va-
luer chaque proprid6t en se basant sur
les rapports de la premiere commission,
contr6l6s par les donn6es du bureau
de l'enregistrement, les baux i ferme
on A loyer, les actes de vente ou de
partage qui feraient foi en justice et de-
vraient 6tre obligatoirement dresses par
des officers minist6riels et enregistr6s.
Ellepourraitentendreaussilescontribua-
bles et s'inspirer autant de leur propre
experience que de celle des notables de
l'arrondissement; elle ferait les 6valua-
tions de chaque parcelle aprs avoir fait
parvenir son travail ainsi achev6 h I'ad-
ministration central quile pr6senterait
aux Chambres, pour qu'elles lestradui-
sent en loi et fixent le quantum d'un
imp6t A pr6lever.
Toutefois, ce quantum ne devra pas
produire plus de 12 Oi0 du chiffre total
des revenues publics. Et si I'on admet les
chiffres de Thoby, en tenant compete
des imprevus, c'est environ un mil-
lion de gourdes que cet imp6t produi-
rait. C'est i peu pris dans cette pro-
portion qu'est 6tabli I'imp6t foncier en
France par rapport i l'ensemble des
revenues de ce pays. Et Monsieur Paul
Leroy Beaulieu dit qu'il ne serait pas
intolerable s'il 6tait bien r6parti et si,
rendu mobile, il suivait le d6veloppe-
ment de la richesse immobiliere -D'oif
il faut conclude qu'il serait excessif
ici m6me dans un rapport de 12 00,
si l'on songe qu'Haiti n'est pas dans
les m6mes conditions de prosp6rit6 que
la France et que nous sommestres bons
princes en pregnant ce pays comme term
de comparison.


Mais un million n'est pas ai d6dai-
guer. Souhaitons, pour finir, que si
on parvient a le d6crocher, on le fasse
servir, sinon a am6liorer la situation de
la propridt6 fonciere, ce qui serait just,
i d6grever, dans une certain measure,
celles qui sont trop charges, ce qui
serait equitable, mais i exon6rer l'Etat
de ces emprunts on6reux qui se suc-
cedent sans relache, et don't, dans un
avenir peu 61oign6, la recette g6n6rale
de la R6publique ne suffira pas a payer
les intdrets, ce qui serait au moms de
la pr6voyance.
La discussion de cette communica-
tion est renvoy6e A la prochaine s6-
ance.


L'IMPOT FONCIER


REPLIQUE DE M. DEVOT

Messieurs,
Je croyais 6puis6e la discussion rela-
tive a l'imp6t foncier, mais puisqu'elle
se pursuit, il ne sera peut-6tre pas inu-
tile d'insister i nouveau sur les id6es
que j'ai d6ji eu l'honneur de vous pr6-
senter i ce sujet.
Certes,si la terre rurale 6tait compl6-
tement rest6e en dehors du domaine de
la fiscalit6 en Haiti, on pourrait s'abste-
nir de poser la question de l'imp6t
foncier. On pensernit bien, s'appuyant
sur l'exp6rience de presque tous les
peuples, que la terre, dtant la matiere
imposable la plus facile A atteindre, il
y aurait peut-6tre lieu d'asseoir sur elle
un impot comme pa-itout ailleurs ; on
le penserait, mais on n'6prouverait pas
la n6cessit6 de le dire, au moins publi-
quement.
Mais est-ce li la constatation qu'il
nous est donn6 de faire ? Loin de lt.
Nous voyons laterre (parlons seulement
de la terre rurale) atteinte par l'imp6t
entire les mains d'une cat6gorie de pro-
pri6taires, quand, par leurs soihs, elle
produit desdenr6es frapp6es de droits a








REVUE DE LA SOCIITIt DE LEGISLATION
'^'ea~!*!iai!a<%*>

I'exportation, et rester libre de toute
charge fiscal quand elle appartient a
d'autres categories de cultivateurs ou a
des particuliers qui ne la cultivent pas
du tout. Un pareil spectacle produit un
double froissement. II blesse le senti-
ment de la justice social et aussi le
principle de l'6galit6 d6mocratique qui
doit trouver son application en matiere
d'imp6t, comme en toutes autres.
De sorte que pour tous les esprits qui
ne consid6rent pas la solidarity social
comme un vain mot, la question de la
g6enralisation et de 1'6gale repartition
de l'imp6t foncier se pose et se posera
tout le temps que durera la situation ex-
ceptionnelle oft se trouvent places les
producteurs de caf6s et autres denrees
frappees de droits d'exportation.
On exprime des inqui6tudes i 1'en-
droit de l'emploi qui sera fait des re-
cettes provenant de l'imp6t foncier ru-
ral g6ndralise, mais s'est-on pose pa-
reille question et, si on se l'est posee,
n'a-t-on pas fait taire ses inquietudes
quand il s'est agi de frapper, a l'exclu-
sion des autres, une seule classes d'a-
griculteurs. I1 y a, sur ce terrain, une
grande injustice social a rdparer, et
cette reparation ne pourra sortir(non pas
aujourd'hui ni demain, mais en un ave-
nir donn6) que de 1'extension de l'imp6t
foncier a toutes les proprietis rurales
indistinctement. Et c'est ce qu'a compris
notre soci6t& en votant le principle de
l'impdt foncier, applicable h toutes les
terres, sauf celles plantdes en caf6s, etc,
don't les products sont tax6s h I'exporta-
tion et qui, par ce fait, patient deja et
sont les series b payer leur part d'imp6t.
L'exception allait de soi, car si on veut
aller au fond des choses et rechercher
la vraie nature des droits d'exportation
sur les products agricoles, 6tablir leur
incidence, on est force d'admettre que
c'est un imp6t sur la terre qui atteint
propri6taire et cultivateur, une sorte
de dime d6guisee, revetant des formes
polies, mais don't les coups, pour etre
porter d'uue main qui ne se montre pas
n'6n sont pas moins durs.
Quelques-uns de nos collegues vou-
draient, cet imp6t 6tant admis, lui as-


signer pour assiette le revenue de la terre.
J'ai propose, de mon c6td, de l'asseoir
sur sa valeur v6nale, ce dernier system
devant avoir l'avantage, selon moi, d'a-
bord de faciliter l'etablissement, l'orga-
nisation, je ne dirai pas du novel im-
p6t, mais de l'imp6t deji existant appa-
raissant avec un autre nom et sous une
forme nouvelle, ensuite de permettre
d'atteindre le proprietaire rural n6gli-
gent qui s'abstient de faire fructifier sa
terre. On trouve ce systeme bon pour
stimuler le proprietaire urbain qui con-
serve son terrain sans y faire de cons-
truction, pourquoi ne pas lui reconnai-
tre la m6me efficacit6 A l'6gard du pro-
prietaire rural qui laisse son capital-terre
improductif? L'inconv6nient social qui
r6sulte de l'inaction de ce dernier est,
il me semble, plus grand et plut6t de
nature a preoccuper le 16gislateur que
le mal que peut produire la negligence,
l'insouciance ou 1'impuissance da pre-
mier.
Le premier effet de l'imp6t sur le re-
venu de la terre serait done de ne pas
computer comme matiSre imposable les
propriet6s rurales laiss6es en friche.
Le second effet du system de mes
adversaires serait de rendre difficile-
ment r6alisable une taxes qu'ils out djha
d6clarde d'une pratique presque impos-
sible chez nous. Impraticabilit6 sur im-
praticabilit6, complication sur compli-
cation!
Car comment en v6rit6! dans l'6tat ac-
tuel del'organisation de laproprite fon-
ciere et de I'industrie agricole chez
nous, parvenir calculera pett pres ex-
actement le revenue imposable de chaque
parcelle de terre, en tenant compete de
la difference des cultures, de situation,
etc. En France oil 1'on dispose de
moyens autrement puissants et perfec-
tionnes que les n6tres, on n'a pas pu
arriver A dtablir ce calcul d'une fagon
a pen pres satisfaisante. Ii y existe des
terres qui, toutes proportions gardees,
patient trois, quatre et et meme cinq
fois plus que d'autres. D'autre part,
il faudrait se garder de croire que
I'imp6t foncier rural francais, que
l'on cite comme example d'apres Paul-
Leroy Beaulieu, soit v6ritablement un









REVUE DE LA SOCIEtTE DE LtGISLATION


impdt sur le revenue. Un financier et
6conomiste, don't certes la competence
en ces questions ne soulvve pas de
doute, Mr Leon Say, dans une bro-
chure publide en 1881, et que je prends
la liberty de vous envoyer en commu-
nication, n'ayant pas le temps de l'ana-
lyser, a montr6 nettement que cet
imp6t n'est autre chose, au fond, que
une patente, la patent de I'agriculture,
et que le principal l66ment d'6valuation,
l'616ment pour ainsi dire le plus voyant,
6tait la parcelle de terre elle-m6me.
Calculer le revenue des terres en
Haiti, quelle entreprise! L'on propose
de recourir a cette fin aux baux, aux
actes de vente et de partage.
Les actes de vente et de partage, en y
ajoutant ceux d'echange, de donation,
qui seraient d'un bon secours pour
l'6tablissement de la valeur v6nale des
terres, seraient de nul effet pour celui
des revenues. La 'terre est-elle travail-
lee, labourde r6guli&rement et sans in-
termittence, quels fruits lui fait-on pro -
duire, etc., comment s'6coulent ces
fruits et a quel prix? etc, etc. Voila sur-
tout les donn&es positives qui facilite-
raient l'appr6ciation des taxatcurs.
Les baux a ferme seraient plus com-
mod6ment utilisables. Mais combien
rares sont-ils !
Avec le systime que j'ai propose, les
calculs, quoique restant difficiles caree
ne m'imagine pas que l'organisation de
cet imp6t serait chose tries aisee et allant
comme sur roulettes) seraient plus a la
port6e de nos administrateurs et de
leurs agents. Les differences de valeur
entire les terres nesont ni si nombreuses,
ni si cond6rables chez nous qu'en
France. Les connaissances pratiques
des estimateurs i cet dgard les aideraient
beaucoup. Les actes de vente, de par-
tage, etc, pourraient 6tre ici consults
avec fruit et en vue d'un r6sultat po-
sitif. Puis il ne serait peut-6tre pas
nicessaire d'6tablir autant de categories
de terres, que dans l'autre systime.
Les op6ratio ns administrative de classi-
fication et de classement seraient ainsifaci-
Ihtes. Par oft I'on voit que l'imp6t
foncier, calcul6 d'aprs la valeur vnale
des terres, a le m6rite d'une plus grande


simplicity (ce que nous recherchons,
je crois) que I'imp6t sur le revenu-le
quel, Mr. Say I'a prouve, au moins
pour la France, nest pas toujours
veritablement ce qu'il a la pr6tention
d'1ere. Du rest A Mr. Beaulieu, que
mes adversaires citent avec complaisance
en faveur de leur opinion, sans assez
remarquer les reserves qu'il fait A
I'6gard des pays nouveaux oif la culture
n'esl pas intensive,--j'ai deja eu l'occa-
sion d'opposer d'autres 6conomistes,
entire autres Mr. Yves Guyot, favorablesa
l'id'e que je soutiens et qu'ils pr6sen-
tent comme pouvant etre adopt6e, meme
en France.
Reste une question. L'imp6t foncier,
assis sur la valeur v6nale du sol n'at-
teindra-t-il pas le proprietaire rural
plus cruellement (l'imp6t ne parait ja-
mais doux a qui le paie) que le meme
imp6t prdlevant tant pour cent de son
revenue net annuel ( a supposed que ce
revenue pit etre connu et fix6)? Mon
Dieu tout d@pendra du taux et de la
nature de l'imp6t.
Si c'est un imp6t de r6partition,
comme l'imp6t foncier francais, le sa-
crifice demand au propridtaire se me-
surera h l'importance de la some d'a-
vance fixde que l'Etat voudra obtenir
par ce moyen. Dans le cas d'un imp6t
de repartition, en effet, le montant du
principal de l'imp6t, le chiffre d'argent
qu'il doit rapporter au fisc, est d'a-
vance connu, 6tant determine par la loi
budg6taire. Ce chiffre est r6parti (pre-
nons le cas de la France) entire les
Ddpartements qui rdpartissent la part
leur advenant entire les Arrondissements;
ceux-ci font la repartition entire les
Communes et dans chaque Commune
l'imp6t se repartit entire les contribua-
bles.- Chez nous, il faudrait (en atten-
dant l'organisation des Conseils d'Ar-
rondissement) que la premiere repar-
tition se fit directement entire les com-
munes.
Mais j'ai propose un imp6t de
quotitd. Ici ce qui est connu c'est le
tant pour cent qui sera r6clam6 de
chaque propri6taire, la quantity in-
connue c'est la some total que 1'im-








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 58


p6t fera rentrer dans la caisse publi-
que. Et bien, on peut fixer le taux de
I'imp6t, tout en l'asseyant sur la valeur
mdme du sol, de fagon a ce que sa per-
ception ne cofite qu'un sacrifice rela-
tivement leger. Car, au bout du
compete, qu'il soit assis sur la valeur
du fonds ou sur ce qu'il rapporte de
revenues, a quoi se r6duit l'imp6t, pour
le contribuable ? Au paiement d'une
some d'argent; et cette some, qu'il
preleve toujours sur ses revenues, son
seul interet est qu'elle ne soit pas trop
6levec et qu'elle soit 6galement deman-
dde A tous ceux qui se trouvent dans
la meme situation que lui, proportion-
nellement a la fortune dechacun, c'est-
A-dire, dans l'hypothese qui nous oc-
cupe, proportionnellement h la quan-
tit6 de terre possedde par chacun et i
la valeur de cette terre. Quant A- 1'Etat,
son devoir sera, entire deux systimes
indgalement compliquds, mais rdalisant
tous deux la justice sur un point ofh
elle n'existait pas, de choisir le plus
simple et, partant, le plus praticable.
On fera observer qu'avec l'imp6t sur
le revenue du sol, les terrains incultes
ne seront pas exposes aux reclamations
peu aimables du fisc. D'accord. Mais
mon intention serait justement de faire
de ces terrains matiere himp6t, quand
il serait reconnu que leur 6tat est dft
A la negligence ou A la faute de leurs
propri6taires. Je voudrais user pour
ceux-ci du mime stimulant reconnu effi-
cace pour les propridtaires urbains.
JUSTIN DEVOT.
14 Juin 1894.


NOTE ADDITIONNELLE.

P. S. J'aiindiqu6 les actes d'echange de
biens-fonds commepouvant aider faire
l'6valuation des terres. Il va sans dire
qu'il s'agit de ceux de ces actes portant
estimation des biens 6chang6s, comme
cela arrive dans les cas d'6change avec
soulte ou quand, pour dtablir la sincd-
rit6 de leur acte et sa valeur morale,
les co-6changistes croient devoir y
faire figure la valeur v6nale de ces


biens. La m6me observation s'appli-
que aux actes de donation, qui peuvent
ne pas contenir 1'estimation du bien
donned, mais qui bien souvent aussi,
surtout dans les cas de donation par
contract de marriage, la contiennent. -
I1 y a encore les actes d'expertise, d'ad-
judication, etc, etc, qui pourront servir.
J. D.

LA QUESTION MOI TIRE EN HAITI



D'apr&s la statistique de la Banque Na-
tionale d'Haiti, notre circulation mon6-
taire 6tait, au 31 D6cembre 1893, de
10.515.795 gourdes se d6composant
comme suit :


Papier monnaie.
Especesnitalliques argent.
do do de bronze.
Or americain environ.


4.540.795
2.900.000
.75.000
3.000.000


10.515.795.
Ce chiffre de dix millions de gourdes
doit 6tre accept avec quelque reserve.
Ainsi, de 1881 a 1887, il a dt6 frapp6
et emis 900.000 gourdes en pieces me-
talliques d'argent d'une gourde. Le pa-
pier-monnaie, emis a partir de 1884,
s'est d6prkci6, en 1886 1887, jusqu'h
60 o/o de sa valeur nominale et a chas-
se de la, circulation les pieces m6talli-
ques d'une gourde qui se sont presque
toutes exportees. I1 est impossible d'd-
tablir par un calcul plus ou moins pr6-
cis combien il en reste dans le pays ;
le fait certain, c'est que les pieces md-
talliques d'une gourde ont disparu de-
puis quelque temps devant leurs subs-
tituts en paper de meme quotit6. Il y
a done lieu de ne tenir compete que de
la monnaie divisionnaire d'argent h
835/1000 de fin, don't la frappe et '&-
mission, de 1881 a 1890, s'delvent au
total de deux millions de gourdes
(2.000.000.)
La monnaie de bronze, frappe et
6mise de 1881 h 1886 pour 75.000
gourdes en pieces de deux cent. et d'un
cent., doit treaugment6edu montantdes









59 .REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
,, : A. J d, J ,. v e ,# ,e 'r, ,r 0 X, e


anciennes monnaies de billon ( Sou-
louque et Geffrard ) qui sont restees
dans la circulation, montant d'ailleurs
qu'on n'a pas d6termin6 exactement
mats qui est infmrieur de beaucoup a
celui de la monnaie de bronze ; nous
l'6valuons, un peu arbitrairement il est
vrai, A25.000 gourdes.(1)
L'or americain en circulation doit
itre, selon la Banque, de trois millions
de dollars environ ; cette affirmation
ne s'appuie pas sur des donnees suffi-
santes. La Banque a public < les ta-
bleaux des importations et exporta-
Stions de l'or americain dresses d'a-
a pros les donnees fournies par le bu-
e reau de la statistique du d6partement
des Finances de Washington i la date
< du 30 Juin 1893, ) d'of il resort
que, de 1880 au 30 Juin 1893, Haiti a
import desEtats-Unis 5.525.767 dollars
et export aux Etats-Unis 316.779 dol-
lars. La Banque reconnait elle-meme

(1), Monsieur Ed. Roumain nous a fourni la
note ci-apris de la quantity de monnaie de
billon regue dans sa pharmacie du 5 Octobre
au 5 Novembre 1891, et s' levant pour un mois
A 123 gourdes 48/100 ddcomposPes come suit:
Soulouque pieces de 3 cts. P. 21.90 cts.


( ( 1 ct.
S1/2 ct.
Geffrard a 1 ct.
< < ( 1/2 ct.
Monnaie de bronze,
(Banque) t 2 cts.
6 : 1 ct.


- 56.14
- 28.49
P. 123.48 cts.


La pharmacie a ainsi regu 84 gourdes 63/000
de la monnaie de bronze 6mise par la Banque
et 38 gourdes 85/100 des monnaies de billon
(Soulouque et Geffrard). Ces dernieres se-
raient done lI un peu moins du tiers du mon-
tant total et plus du tiers de la monnaie de
bronze.
Il n'est pas possible de calculer le montant
en circulation des monnaies de billon (Sou-
louque et Geffrard) par le total des quantitls
frappees et 6mises, carla depreciation de notre
papier-monnaie retrait6 en 1872-1873 6taittelle
qu'il avait chassis de la circulation meme la
monnaie de billon. Le retrait s'est effectu6 au
taux de 300 gourdes-papier pour une gourde
forte, 3 gourdes-papier equivalent & un cent,
et l'on 6mettait en dernier lieu des papers de
la quotit6 de 4 gourdes, soit de 1 cent. 1/3; qui
faisaient office de monnaie de billon avec es
anciens: papers des quotites de 1 et de 2
gourdes.-


qu'il faut tenir compete des sommes ex-
port6es ( d'Haiti h destination soit des
s colonies voisines, soit d'autres pays
a que les Etats-Unis ; des sommes
( payees pour fret aux voiliers, impor-
t tees par les voyageurs....etc, etc, qui
(( dchappent A toute statistique. ) C'est
pourquoi elle a ajout6 plus de deux
millions dc dollars aux 316.779 de l'ex-
portation aux Etats-Unis pour trouver
un chiffre qui, deduit des 5.525.767
de l'importation, donne la balance sup-
posee de trois millions de dollars en
circulation. Mais tout fait supposed que
le chiffre de 1'exportation est trop fai-
ble. L'invasion du march monetaire
par le dollarmexicain, le replacement
du dollar mexicain par la gourde md-
tallique national, puis l'6mission du
papier-monnaic, ces trois causes ont
pu provoquer des exportations d'or
americain qui ont rdduit le stock en
Haiti h moins de trois millions de dol-
lars.
Le papier-monnaie est 6valu6 d'une
facon moins inexacte h 4.540.795 gour-
des. Le montant de la circulation au 31
Ddcembre 1892 en 6tait de 4.040.795
gourdes, desorte qu'ily aeu enl893une
augmentation de 500.000 gourdes qui
constitute en fait, ainsi que l'a bien
pens6 la Banque, une nouvelle emis-
sion de papier-monnaie ; mais pour le
gouvernement et d'apr&s la loi du 2
Octobre 1893, cette some de 500.000
gourdes est unemprunt fait par le gou-
vernement h la Caisse de la substitution
charge d'op6rer 1'6change de 4.040,795
gourdes de billets neufs centre les an-
ciens billets en circulation. L'emprunt
est remboursable sur les recettes de
l'Exercice 1893-1894 (de Janvier A Mai
'1894, ) et en cas d'insuffisance des re-
cettes, le gouvernement, a l'ouverture
de la session, demandera au Corps Id-
gislatif les moyens necessaires de le sol
der. L'insuffisance des recettes est cons-
tatee, la session est ouverte, et jusqu'ici
le gouvernement n'a propose aucun
moyen de solder l'emprunt. Au fond,
on pense que le montant des billets dis-
parus ou perdus par accident, s'l66vera
au -moins a 500.000 gourdes, et qu'une
fois achev6e operation d'echange qui









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


est en c6urs d'ex6cution, laCaisse de la
substitution aura de disponible une
some de 500.000 gourdes don't le gou-
vernement a dispose par advance. ( 1 )
Les parties constituantes de notre cir-
culation mon6taire 6tant ainsi connues,
nous allons border l'examen de quel-
ques questions dconomiques et finan-
cieres qu'elles soul&vent.
Le dollar d'or des Etats-Unis n'est
pas la monnaie 16gale d'Haiti, et cepen-
dant il joue un r6le prepond6rant dans
notre circulation mondtaire; c'est la
monnaie par excellence, celle qui est
employee dans les gros paiements et
qui sert de base aux contracts a long
terme. L'Etat exige le pavement en or
am6ricain des droits d'exportation, don't
le montant s'dleve annuellement i trois
millions de dollars environ.
La monnaie Idgale, qui se compose
de la monnaie m6tallique blanche na-
tionale, de la monnaie de bronze et de
papier-monnaie, remplit les functions
moyennes et inf6rieures de la circulation;
elle sert principalement aux transac-
tions du detail et aux petits paiements,
elle est employee pour tous les changes
a l'int6rieur, elle joue un r6le plus
6tendu que le r6le du dollar d'or des
Etats-Unis, en raison de cela, elle peut
quotidiennement porter de graves at-
teintes aux intdrdts du commerce et du
public en g6ndral, si elle ne jouit pas
d'une condition essentielle de toute
bonne monnaie: d'unecertaine stability
dans sa valeur d'dchange.
Or, la monnaie 16gale d'Haili a une
valeur instable qui est d6prdciee par
rapport h l'or. La depreciation se ma-
nifeste et se traduit par le course du
change, don't les fluctuationspourl'annme
1894 out 6te de 11 a 17 pour o/o de


(1) Lapensee du Secretaire d*Etat des finances
est assez clairement exprimde dans les lignes
suivantes de l'Expos6 de la Situation de 1894,
(page 22);
aI1 est presque certain qu'A la liquidation
((de la substitution, cette some (les 500,000
( gourdes) pourra venir en grande parties en
( deduction des valeurs disparues et dutruites,
< a moins que le Corps Legislatif n'adopte un
( mode plus avantageux de remboursement. D


prime en faveur de l'or ou des traites
exprimant de l'or.
Le tauxde d6pr6ciation de la monnaie
national (11 a 17 pour o/o) ne laisse
pas que d'etre fort inf6rieur au taux
de d6preciation du dollar d'argent par
rapport au dollar d'or sur les marches
strangers. Le dollar mexicain d'ar-
gent, par example, ne vaut que 0,50
cent. d'or environ et il pese 27,073
grammes au titre de 9027/1000 de fin,
tandis que notre gourde m6tallique na-
tionale, qui vaut sur notre march 80 A
90 cent. d'or, pese 25 grammes au
titre de 9000/1000 defin. La sup6rioritd
de valeur de notre gourde m6tallique
sur le dollar mexicain ne provient done
pas d'une superiority de titre et de
poids: elle tient aux conditions spdciales
de notre march mondtaire.
Nous n'avons pasd'H6teldes monnaies
of les particuliers puissent apporter
des lingots d'argent et faire frapper A
volontd la monnaie pour leur compete.
Le m6tal argent, surabondant et bais-
sant de valeur par rapport h l'or, ne
provoque pas ici le monnayage libre
des pieces m6talliquesblanches quivien-
nent s'ajouter a celles qui sont en cir-
culation pour les d6pr6cier; de 1h il
r6sulte que notre monnaie m6tallique
blanche qui circle pour une valeur qui
d6passe de beaucoup la valeur du m6tal
qui la compose. (1) II y a profit a
monnayer le m6tal blanc. La Banque
est chargee, par son contract du 8 Avril
1894, de faire frapper pour le compete
du gouvernement 1.500,000 gourdesde
monnaie divisionnaire d'argent a
835/1000 de fin et 150,000 gourdes de
monnaie de bronze. Si 1'6mission des
1650.000 gourdes s'effectue aux taux
actuels du change (de 11 i 17 o/o), le

(1), La R1publique Dominicaine a fait frap-
per a l'Hotel des monnaies de France une
monnaie d'argent don't la gourde a exacte-
ment le poids et le titre de notre gourde md-
tallique, mais la gourde dominicaine a subi la
depreciation du dollar mexicain, parce que
celui-ci a envahi le march monetaire domi-
nicain et est admis dans la circulation come
instrument d'echange sur le pied de la mon-
naie national. Le dollar mexicain est exclu de
notre circulation monetaire.









REVUE DE LA SOCIPTEI DE LEGISLATION


b6n6fice A realiser ne sera pas moins
de 6 a 700,000 gourdes.
Mais il imported qu'onsache bien que
tout b6n6fice quelconque sera r6alis6
aux d6pens de la communaut6 quidoit
seservir de la monnaie dans ses changes
et transactions. La circulation mon6-
taire peut se ddprdcier davantage, dis
qu'elle sera surcharge d'une monnaie
qui n'a plus qu'une valeur convention-
nelle, qui a perdu son titre de soldeur
universal. Meme que la d6pr6ciation
ne se fasse pas sentir tout de suite,
qu'elle soit lente et insensible, il suffit
qu'elle soit possible pour que les appr6-
hensions naissent et que le march mo-
ndtaire en soit trouble.
Notre circulation mon6taire sera
charge, apres l'6mission, de 3.500/000
gourdes de monnaie divisionnaire d'ar-
gent h 835/1000 de fin, proportion trop
forte sur la circulation total quicompo-
tera en sus de cette monnaie 250,000
gourdes de monnaie de billon, plus de
4.000,000 de gourdes de papier-mon-
naie, et comme seule monnale expor-
table pour solder les comptes avec
1'Etranger, 2 a 3 millions de dollars
d'or. (1) En vertu de article 7 de la
loi mon6taire du 24 Septembre 1880,
nul n'est tenu de recevoir dans le mme
paiement plus de dixgourdes en mon-
naie divisionnaire d'argent et plus de
deux gourdes en monnaie de bronze.
Aussit6t que la monnaie divisionnaire
d'argent deviendra encombrante et
ginante, ne va-t-on pas s'armer du
droit de la refuser au-delM do dix
gourdes ? Il en r6sultera de grands em-
barras 6conomiques qu'il sera du de-



(1), Le stock mon6taire de la France de
1878 A 1885, d'apris un calcul de Mr de For-
ville, 6tait;


En pieces de 20 francs.
( q 10 .(
d'argent de 5 francs.
Soit un total de


4.000.000.000
600.000.000
2.800.000.000
7.400.000.000


Monnaiesdivisionnaires d'argent 600.000.000
La proportion des monnaies divisionnaires
d'argent aux monnaies d'or et d'argent A
900/1000 de fin tait au moins d'un doizieme.


voir du Gouvernement 6metteur de
faire cesser.
1I est vrai que dans la p6riode d'ac-
tivit6 des affaires, dite de la r6colte, la
monnaie divisionnaire d'argent est tres
recherch6e et qu'elle a m6me obtenu
rdcemment une prime de 5 a 6 0/0 con-
tre la gourde-papier; ceci s'explique
parla masse plus considerable ici qu'ail-
leurs des menues transactions, ventes
et achats, n6cessitant des paiements ef-
fectifs en monnaie au-dessous d'une gour-
de. Peut-6tre aussi que les paysans, vu
la disparition presque complete de la
gourde m6tallique blanche, font des r6-
serves d'argent en monnaie divisonnaire
plut6t qu'en gourdes-papier. Mais on
ne saurait invoquer ni l'un ni l'autre
de ces considerations pour justifier une
emission exageree de la monnaie divi-
sionnaire A 835/1000 de fin, don't une
gourde est inf6rieure de 6 1/2 pour o/o
a la gourde m6tallique 900/1000 de fin,
inftrioritW de valeur d6coulant de 'in-
f6riorit6 de titre et qui est distinct de
la d6pr6ciation pouvant r6sulter de la
baisse du m6talargent, dis que la mon-
naie sera en exces dans la circulation.
II faut prendre garden que 1'exc6s dans
la circulation mon6taire et, par suite, la
d6pr6ciation dela monnaie ne provien-
nent pas seulement des missions exa-
g&r6es de papier-monnaie : la mon-
naie m6tallique blanche, qu'elle soit a
835/1000 oua 900/1000defin,dumoment
qu'elle circle pour une valeur tris-su-
perieure h la valeur du metal qui la
compose, n'est plus qu'un assignatme-
tallique soumis a la mime loi de dd-
pr6ciation quele papier-monnaie. Pour
nepasjouer unr6le malfaisant, la quan-
tit6 en doit etre rggl6e sur l'importance
des besoins mon6taires qu'elle satisfait,
Or,cesbesoins mon6taires ont unelimite,
inconnue mais certain, qu'il ne faut
pas d6passer. Le Secrdtaire d'Etat des
finances est-il bien pen6tr6 d'une tell
v6rit6d conomique, quand, apr6s avoir
sign avec la Banque le contract du 8
Avril 1894 pour la frappe de 1.500,000
gourdes de monnaie divisionnaire d'ar-,
gent, etde 150.000 gourdes de monnaie
de bronze, il venture un autre project
de frappe de monnaie d'argent dans les









REVUE DE LA SOCIETt- DE LEGISLATION 6
]//i^^Ka<

lignes suivantes de l'Expos6 de la situa-
tion de 1894 ( page 22):
a C'est peut-6tre ici l'occasion d'ap-
a peler attention de l'Assembl6e sur la
a baisse absolument prodigieuse que
subit en ce moment-ci le m6tal argent.
a Ne serail-il pas habile et sage de pro-
o fiter de cette situation qui ne saurait
a durer pour 6tudier une operation de-
Svant amener le retrait de notre papier-
a monnaie par une mission en m6tal ?
a On convient que notre circulation fi-
a nanciere est trop restreinte pour 1'6-
a tendue et l'importance de nos affaires,
a mais personnel ne songe A l'augmen-
a ter, sachant quels perils porte en lui
a ce dangereux expedient du papier-
i monnaie. La situation actuelle faite
a au m6tal argent pourrait nous per-
a mettre, sans imposer aucun sacrifice
a au tresor, de nous dbarrasser du pa-
pier-monnaie en doublant notre cir-
& culation mondtaire. >
Nous ne perdrons pas de temps a ana-
lyser une circulation financi~re trop res-
treinte pour l'6tendue et l'importance
de nos affaires, circulation que cepen-
dant personnel ne songe a augmenter,
et qu'il faut distinguer de la circulation
monetaire que l'on pourrait doubler.
Le papier-monnaie fait assur6ment par-
tie de la circulation mon6taire. Faut-il
comprendre que le Secr6taire d'Etat des
finances recommande la frappe de 10
millions de gourdes d'argent ? Cela dou-
blerait, en effet, notre circulation mo-
n6taire qui serait alors A 20 millions et
mmme a 22 millions, si la nouvelle com-
binaison ministerielle n'annule pas le
contract de la Banque du 8 Avril 1894.
D'aucuns pensent que le Secretaire d'Etat
des finances s'arrete a une frappe de 8
a 9 millions de gourdes d'argent qui ne
coilteront, 6tant donn6e la baisse du
m6tal argent, que 4 millions de dollars
d'or, d'oi un bendfice de 4 millions et
plus qui serviront au retrait integral de
notre papier-monnaie, sans aucun sacri-
fice pour le Tresor. Nous insistons sur
cepoint-ci: le b6nefice qu'on espere r6a-
liser ne sera realis6 que si les 8 A 9 mil-
lions de gourdes achltent en Haiti des
products ou desservices 6valu6s en mon-
naie d'argent aux taux actuels du change


( 11 A 17 o/o ). Quel effect produira dans
le commerce l'annonce d'une frappe de
8 h 9 millions de gourdes d'argent, don't
4 millions serviront au retrait du papier-
monnaie, de telle sorte que la circula-
tion mon6taire qui doit 6tre surcharge
de 1.500.000 gourdes de monnaie divi-
sionnaire d'argent aura A supporter une
nouvelle surcharge de 5 millions de
gourdes ? Ne va-t-on pasprovoquer des
le d6but de l'6mission une hausse con-
sid6rable du taux du change, par con-
sequent une d6pr6ciation plus forte de
la monnaie m6tallique blanche et la
hausse des prix de tous les products
values en monnaie d'argent? -Passons
sur cette premiere difficult et suppo-
sons que les 8 h 9 millions de gourdes
d'argent, comme les 1.500.000 gourdes
de la monnaie divisionnaire, penetrent
dans les canaux de la circulation aux
taux acluels du change, elles ne s'y main-
tiendront pas dans les mimes conditions,
parce qu'elles ne repondent pas A des
bcsoins monetaires normaux, elles se
d6pr6cieront et deprecieront toute la
circulation mondtaire d'argent. Et le
sacrifice que le Secr6taire d'Etat des fi-
nances se flatte de pouvoir 6pargner au
Tresor, il l'aura inflige6 la commu-
naut6, qui poss6dera un instrumentmo-
ndlaire de plus en plus d6pr6cik et ins-
table.
II n'est pas inutile de rappeler que
le Secr6taire d'Etat des finances s'6tait
de lui-meme interdit la faculty de rem-
bourser le papier-monnaie en gourdes
m6talliques blanches en faisant voter la
loi du 29 Septembre 1892 sur la substi-
tution des billets neufs aux anciens bil-
lets, loi actuellement envigueur qui
oblige le tr6sor de rembourser le pa-
pier-monnaie en or au pair..Alors, le
Secretaire d'Etat des finances agissait
en bon et magnifique prince envers les
d6tenteurs de papier-monnaie, puisque
le papier-monnaie 6mis pour la valeur
de gourdes m6talliques blanches, 6tait
remboursable tout au plus en la meme
monnaie, et la loi du 5 Novembre 1887
sur le retrait parties en stipulait le rem-
boursement en especes sonnantes au
taux du change, c'est-A-dire au taux de
d6preciation des Gourdes d'Haiti ( ar-









3 REVUE DE LA SOCIITIT DE LEGISLATION
wf^^/l/l//,/.r//f/^//^ /,//uPr/f/u/,,/////ff


tide 9 ) (1). Aujourd'hui le bon et ma-
gnifique prince seretourneet devientun
financier retors et subtil qui s'avise de
veiller sur l'interet du Tresor, non pas
en le ddliant simplement de l'obligation
de rembourserle papier-monnaie en or
au pair, mais en imaginant d'inonder
le march mon6taire d'une monnaie
m6tallique d6pr6cide qui se d6pr6ciera
encore davantageparles quantities 6mi-
ses. L'int6irt du Tr6sor et l'int6ret de
la communau't doivent s'harmoniser,
et c'est malcomprendre et servir l'int6-
r6t du Tr6sor que delui sacrifierl'int6-
rdt de la communaut6.
La fabrication desmonnaies n'est pas,
dans les mains de l'Etat, une industries
monopolisee et productive d'un reve-
nu pour le Tr6sor commelafabrication
des tabacs en France. En matiere mo-
n6taire, le r6le plut6t 6conomique que
fiscal de l'Etat consiste A certifier le ti-
tre et le poids des pieces d'or et d'ar-
gent frappdes A l'H6tel des monnaies,
sauf l'exception concernant la monnaie
divisionnaire d'argent et la monnaie de
billon qui sont frapp6es et 6mises en
quantit6s limit6es pourlecompte del'E-
tat. Nous avons 6noncd IA des princi-
pes souvent m6connus et violes, mais
gn6ralement admis.
Un des points en d6bat, sur lequel
quelques explications sont n6cessaires,
parce qu'il est ignored de bien des gens,
c'est celui qui a trait au rapport de
valeur entire l'or et l'argent, rapport
fix6 pardes lois positives et quise trou-
ve fauss6 par suite de la baisse de l'ar-
gent, r6sultat d'un accroissement extra-
ordinaire de la production du m6tal
blanc depuis 1871. A ce propos, nous
6crivions dans lejournal Le Commerce,
du12 D6cembre 1890, No 6:
K La loi du 24 Septembre 1880 aau-
(a toris6 l'6mission d'une monnaie d'or

(x), Loi du 5 Novembre 1887, Article 9:
( Les billets sortis au tirage seront rembour-
as6s en esp6ces sonnantes, aux guichets de
((A cet effect, les fonds accumules en or am6-
wricain dans les caisses de la Banque seront
(convertis en gourdes d'Haiti, au course du
ajour.-


Squi n'a pas 0t6 frappde, mais elle a
< adopt entire 1'or et l'argent le rap-
Sport fixd par la loi du 7 Germinal
an XI (28 Mars 1803), d'oft il r6sulte
qu'un gramme d'or en Haiti vaut 16-
a galement 15 grammes 50 centigram-
< mes d'argent, et c'est ainsi que notre
< pi6ce d'or d'une gourde, qui n'existe
r pas, pese un gramme 6,129 dix-mil-
a limes, et que notre piece d'argent
a d'une gourde, qui n'existe presque
plus, pese 25 grammes.
( On n'est pas sans savoir que lera-
a port de 1 a 15.50, consid6r6 comme
t invariable par la loi de Germinal,
a varie au contraire ; tant6t I'argent
a hausse par rapport h l'or surabondant,
< tant6t l'or hausse par rapport a l'ar-
a gent surabondant.
a Orencemoment-ciet depuiis trente
q ans environ,l'argent surabondant bais-
o: se par rapport a l'or, ce qui revient
Sa dire qu'un gramme d'or vaut plus
< de 15grammes50 centigrammes d'ar-
< gent, d'ofi la prime dlevde en faveur
a de la monnaie d'or etcontre la mon-
< naie d'argent, ce que l'on a pu cons-
tater en Haiti par le taux du dollar
< mexicain (argent) au change centre
Y l'or on contre des traits. >
Nous donnons a la fin de ces pages
le tableau du rapport de valeur entire
l'or et I'argent de 1851 A 1889. De 1889
A ce jour, I'argent a encore baiss6 de
valeur. Nous extrayons de 1'Economiste
francais du ler Juillet 1893 les lignes
suivantes :
Le course de I'argent (depuis lesme-
< sures prises par le gouvernement des
( Indes) est de 31 pence l'once ; sa va-
< leur normal d'apres nos tarifs mo-
<< netaires est de 62 pence l'once. II
( perd ainsi i l'heure prdsente 50 ojo
de sa valeur officielle.
Nous avons ddja expliqu6 pourquoi
notre gourde m6tallique blanche qui
vaut de 80 h 90 cent. d'or n'a pas subi
la d6pr6ciation du dollar mexicain qui
vaut 50 cent. d'or. La vWritable ques-
tion qui se pose pour nous, c'est de
savoir non pas s'il y a profit pour le
trdsor mais s'il y a advantage pour la
communaut6 a augmenter notre stock









REVUE DE LA SOCIETt DE LEGISLATION (


monetaire d'argent dans la measure des
besoins monetaires. Or il est evident
que les besoins monetaires n'exigent
pas du tout 5 millions de gourdes m&-
talliques blanches en sus des 4 millions
qui doivent remplacer le papier-mon-
naie en circulation. Quant A ces 4 mil-
lions de gourdes-papier, emises pourla
valcur de gourdes m6talliques blanches,
1'Etat aurait le droit de les rembourser
en la m6memonnaie sans I'articlede la
loi du 29 Septembre 1892 qui en a sti-
pul le remboursement en or au pair.
Assurdment le Secr6taire d'Etat des fi-
nances se reserve de fire abroger cet
article de loi pour r6aliser son project.
Au point de vue ecqnomique, la subs-
titution de gourdes m6talliques blanches
aux gourdes-papier n'aura pas neces-
sairement pour effet de d6pr6cier la
circulation monetaire, les deux mon-
naies circulant pour la meme valeur
et jouant le m6me r6le dans les 6chan-
ges. Au point de vue financier, le re-
trait du papier-monnaie imposera au
Tresor, A l'Etat, et par consequent a la
nation un sacrifice de 2 millions et plus
de dollars d'or. Un emprunt pour-cette
valeur pourrait 6tre contract, rembour-
sable, capital et intirets, sur les fonds
de la caisse du retrait du papier-mon-
naie, cr6e par la loi du 5 Novembre
1887 et don't le produit annuel est au
minimum de 300.000 dollars d'or.
La substitution de la gourde m6talli-
que blanche h la gourde-panier consti-
tuera un progris 6conomique relatif
don't il ne faut pas exag6rer l'impor-
tance.
On se sera d6barrass6 du papier-mon-
naie au moyen d'une monnaie qui lui
est superieure mais qui ne r6unit pas
depuis quelque temps toutes les con-
ditions d'une bonne monnaie, ne pos-
s6dant pas, comme la monnaie d'or,
la meme puissance d'achat au dehors
qu'au dedans. Notre stock monetaire
aura ainsi:


Or am6ricain G.
Mon. d'arg. a 900/1000 de fin
Mon. d'arg. A 835/1000 a
Monnaie de bronze


3.000.000
4.040.795
3.500.000
250.000


G. 10.790.795


7.540.795 gourdes de monnaie m6tal-
lique blanche sans puissance d'achat
au dehors, circulant au dedans pour
une valeur beaucoup plus 6levee que
la valeur du m6tal qui la compose,
c'est, centre 3 millions d'or, une pro-
portion trop forte qui nous met, au
point de vue mon6taire, dans un 6tat
d'inferiorite 6conomique vis-a-vis des
autres peuples avec qui nous avons des
relations commercials et qui poss&-
dent une situation mieux r6gl6e de
monnaies d'or et d'argent.

A. THOBY.

Rapport de valour de 'or a I'argent.

(Extrait du Dictionnaire de l'Economie
politique de Leon SA Y.


1851
1852
1853
1854
1855
1856
1857
1858
1859
1860
1861
1862
1863
1864
1865
1866
1867
1868
1869
1870
1871
1872
1873
1874
1875
1876
1877
1878
1879
1880
1881
1882


. a
a
a
((
(3
a




(C
(3
a
a
(3

(3
a
((
(3


a(
: ((
S.
(C



(C
(c
a(



<

<(
.((


-15.46
15.58
15.33
15.33
15.36
15.34
15.27
15.36
15.21
15.30 -
15.48
15.36
15.38
15.39
15.43
16.44
15.57
15.61
15.60
15.60
15.58
15.64
15.43
16.16
16.63
17.80
17.19
18.96
18.39
18.06
18.24
18.27








REVUE DE LA SOCIETY DE LtGISLATION
>6^iiat%%!iia~aiB'/a/~i!!iea%IIIia *


1883
1884
1885
1886
1887
1888
1889


18.65
18.63
19.89
20.84
21.19
22.06
22.09


AVIS

Sur la demand de M. le Secretaire
d'Etat dela Justice, la Soci6te de L6gis-
lationa accept6de publier tous les mois
le Bulletin des arrits du Tribunal de
Cassation. -L'abonnement a cette pu-
blication est de G. 4 par an: les abon-
n6s de la Revue recevront le Bulletin
come prime, moyennant un supple-
ment de G. 2 par an.
*

La Societd de L6gislation, profond6-
ment &mue del'assassinat deM. CARNOT,
President de la Republique Francaise,
a pris l'initiative d'une Adresse Mme


Carnot, Adresse qui sera transmise par
la L6gation de France, au nom de la
population de Port-au-Prince etdes no-
tables de la ville. Les signatures seront
rescues, sans distinction de nationality,
A partir d'aujourd'hui, au siege de la
Socikt6, 14, Rue du Fort-Per, et 1'A-
dresse sera close le vendredi, 6 Juillet,
A 5 heures de l'apres-midi.


L'abondance des matieres nous force
a renvoyer au mois prochain la suite
de notre publication sur la r6forme de
la Legislation de l'Instruction publique.



ORDRE DES AVOCATS
BUREAU DE CONSULTATION GRATUITE.


Pour le mois de Juillet. MMcs Aug.
Rameau, D. Viard, Francis, lesmercre-
dis et vendredis, de 31 h 4h de l'apres-
midi, au cabinet de Me Rameau, rue
Bonne-foi( pr&s la Pharmacie Centrale.)


Imp. H. Amblard, 136, rue du Centre.








lemhresl honoraires de la SociCt6 :


S. Ex. le PRESIDENT de la Republique (Prisident d'honneur de la SociBte)
Mr P. M. Apollon, Secr6taire d'Etat de l'Instriction Publique.
S. U. Saint-Armand, Secretaire d'Etat des Travaux Publics.
Mr Ch. Weyman.

Mllenbres corresponlants :

MM.
Delord Etienne, Doyen du Tribunal Civil du Cap-Haitien.
A. Jean-Pierre, -- de Port-de-Paix.
T. Pelissier, --- --- des Gonaives.
St.-Louis Alexandrd, --- -- --- de Saint-Mare.
Maignan, -- --- -- -- I'Anse-A-Veau.
D6pas Mdina, ---- --- Jrmie.
Vilaire, --- des Cayes.
By, ---- -- d'Auin.
E. Bellande, -- de Jacmel.
Alfred Box, Ministre PA1nipotenliaire d'Haiti a Paris.
D. Delorme, -- -- A Berlin.
J. B. N. Deroches, Consul d'Haiti ) Bordeaux.
Louis Jh.-Janvier, Secretaire de la Legation d'Haiti A Londres.
A, Poujol,,ancien --- --- --- --- Santo-Domingo.
Gragnon Lacoste, Consul honoraire d'Haiti A Bordeaux.
S. Viard, --- a St-Etienne.
Hoeylaerts, -- --- a Bruxelles.
C. Preston, Ancien Commissaire d'I-Iili A l'Exposition de Chicago.
C. Villevaleix, Ancien Ministre d'Haili a Paris.
C. Laforestrie, -- -- -
P. Latortue, --- ---- a Londres.
B. Sylvain, Secr6taire de la Lgation d'Haiti A Londres.
MM. Labibou, ancien Commissaire du Gonvernemrnt, Robert Lafontant, avocat. L.
Lef6vre, publicist, (Jacmel), Ernest Adam, jiuge au Tribunal civil (Aquin), Cdlicour Leon,
substitute du Commissaire du Gouvernement, Ed. Convinton, avocat (Cayes), Grandoit,
depute (Anse-d'Haynaull), A. Cleril, Commissaire du Go uvernement, C. Chassagne, avocat
(J6remie) Provost, Commissaire du Gouvernement, (Anse-A-Veaul, David, Commisair.-
du Gouvernement, Saint-Came, avocat (Saint-Mac), E. Desert, avocat (Gonaives), Alifed
Henriquez, avocat, Turenne Sylvain, substilut du Commissaire da Gouvernement Port-
de-Paix), T. Guilbaud, avocat, directeur de I'Ecolelibre de Droit, J. AdhAmar Aui.i.~re,
avocatC. R.Durand.Substitut du Commissaire du Gouvernement, (Cap-Haitien).

S AGENTS DE LA REVUE:


( Autres que les membres correspondents. )

MM. Marius Jean Simon, SBnateur [ Miragoane ], Jh. Lacombe, ancien dpput-
[LeogAne], O. Tessier, Oflicier, de I'6tat civil [Petit-Goave], B. Gauvain [Grand-Gouive].
J. B. Durand, [Aquin] Michel Desquiron, [Jre6mie].
S'adresser, pour tout ce qui concern la Revue, en province et A 1'tranger, aux agents
et aux membres correspondents.
4genParis:
.4
Agenee eentrale a Paris:


Bureaux de La Fraternitd, 50, Rue de Lille, 50.







Troisieme ann6e No 5


Port-au-Prince. 2 Aott 1894.


REVUE
DE LA

SOCIETY DE LEGISLATION
Paraissant le 2 de chaque mois.

Siege social: chez M1 J. N. LEGER
16, Rue du Fort Per.

COMITE DE DIRECTION ET DE REDACTION :
MM. J. N. LEGER, Prdsident
GEORGES SYLVAIN Secretaire
A. BONAMY Trdsorier
JUSTIN DEVOT
A. THOBY ,,,,
Louis BORN
J. J. CHANCY




Sommaire ;

Le droit positif J. DEVOT.
Travail et Libert6 Louis BORNO.
Le Project de loi sur 1'Instruction publique.
Avis.


ABONNEMENT : I an P. 4 Le Num6ro P. 0. 40

Adresser la correspondence au siege social de la Societc,

PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE H. AMBLARD
436, Rue dl Centre, 136.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 66
aV:~C^K*A^^t4?a^^5'i^^^'^^^

LE DMOIT POSITIF



Nous allons en determiner le carac-
thre, la forme extdrieure, les sources,
les conditions d'existence, et en 6tablir
ensuiteles diversesparties ou branches.

I

1. Le droit positif est I'ensemble
des r6gles de conduite ktablies et im-
posecs a l'homme par l'autorit6 com-
p6tente, pour le maintien de l'ordre
social, en vue de l'utilit6 g6nerale et
du progres de la nation.
Ce qui le caract6rise et le distingue
essentiellement des principles de justice
enseign6es par la morale, c'est la sanc-
tion social qui y est attache, l'ap-
pui d'une coercition extirieure que lui
donne la force publique et qui en as-
sure l'observance.
11 pr6sente, en outre, un degr6 de
certitude qui manque a la loi pure-
ment morale, puisque, d6coulant de
textes formels ou d'usages constat6s
et uniform6ment suivis, son existence
ne saurait etre discutee ct mise en
doute comme il peut arriver pour les
pr6ceptcs moraux, a l'6gard desquels
l'homme ne relive que de sa cons-
cience.
Done, toute regle de conduit, skit
individuelle, soit social, 1'accomplis-
scment de laquelle l'homme peut, se
voir constraint par une peine effective
on une measure d'ex6cution force l'at-
teignant dans son corps, sa fortune ou
sa consideration, ou par l'annulation
judiciaire de l'actc accompli au m6pris
de cette regle, fait parties du droit po-
sitif.
2. Les regles de cette nature sont
continues dans l'ensemble des lois en
vigueur, et se manifestent exthrieure-
ment, tant6t comme le produit conve-
nu, discut6, arrWte de la volont6 du


l6gislateur (1), tantot comme le pro-
duit spontand du besoin auquel elles
repondent.
Dans le premier cas, la regle est de
droit 6crit, dans le second, elle est
coutumiere, s'6tant 6tablie par l'usage
et transmise par la tradition.
3. De lh deux sources imm6diates
du droit positif, la loi ecrite et l'usage,
don't l'importance relative est loin d'd-
tre la m6me.
De nos jours, la loi 6crite a une
importance bien superieure a celle de
l'usage. Elle pr6sente l'avantage d'une
stability plus grande, d'une fixit6 plus
complete. La formula en est habituel-
lement claire, express et laisse peu
de place, sauf en de rares occasions,
Sl'incertitude.
II

4. Rccherchons on done les sour-
ces actuelles, c'est-h-dire les documents
officials qu'il faut lire, examiner, in-
terpr6ter pour connaitre le droit qui
nous rigit.
Ce sont principalement les lois, les
decrets, les- arretis. Nous avons eu des
Ordonnances sons ie premier empire,
celui de Dessalines. On relive aussi
des actes portant cette denomination
sous le second empire, celui de Sou-
louque (2). Nous nous arreterons quel-

(1) On dit habituellement que la loi est 1'ex-
pression de la volonte glenrale. II faut s'en-
tendre a ce sujet, car cette volont6 eUt domi-
nee par certain principles sup6rieurs de jus-
tice existant dans la conscience national ct,
quelquefois, par des n6cessitds resultant de
1'utilit6 social. Elle ne saurait done tre ar-
bitraire. Ces principles de justice, principles
acquis et non primordiaux, tempre6s par I'u-
tilit6 social, constituent done, en un sens, la
source la plus dleve du droit. On les designe
sons le nom de droit natural. Ii n'en sera pas
ici question.

(2) Cette denomination 6tait consacree par
la Constitution de 1'dpoque (1849) don't 1'art.
119 portait: (L'empereur fait executer les
< lois et autres actes du Corps LUgislatif pro-
( mulgues par lui. II faith tous reglements,
< ordonnances, ddcrets et proclamations n6-
cessaires a cet effet. Pour Dessalines, on
trouve des ordonnances de lui dans le rc-









$7 REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


ques instants sur chacune de ces sour-
ces.
5. La Loi. C'est une decision
qui 6mane du Pouvoir l6gislatif et qui
a force obligatoire pour tous, apres
avoir 6t6 promulguee et publide par le
Pouvoir Executif. On dit aussi qu ~l-
quefois, pour la caract6riser, qu'elle
porte sur des matiires gienrales et se
rapport a un objet d'interet common.
Ces derniers caracteres se pr6sentent
habituellement dans les lois, mais ils
ne leur sont pas essentials. II en est
qui n'ont qu'une port6e locale; d'au-
tres pr6sentent surtout un int6r6t in-
dividuel. Ainsi la loi qui erige un quar-
tier en commune; celle qui ouvre un
port au commerce stranger; celle qui
accord une pension; le d6cret de 1'As-
semblbe Nationale qui, sous la Cons-
titution de 1879, conf6rait la natura-
lisation h un stranger europ6en; le de-
cret qui a accord h la Banque Natio-
nale le droit de propriety foncicre en
Haiti, etc., toutes ces lois ne presen-
tent pas le caractere de g6neralit6
que quelques-uns voudraient toujours
reconnaitre dans les actes de cette na-
ture. Elles ont bien une force obliga-
toire gendrale, ce qui les distingue des
jugements, mais elles sont speciales
par leur objet. Cette distinction est bien
marquee dans le droit anglais oft les
lois expresses se divisent en lois d'in-
teret gqndral et lois d'interet local ou
individual.
6. I1 est des lois d'une 6tendue
plus grande que les autres qui, soit
seules, soit reunies h d'autres de mkme
importance, pr6sentent un systime
complete de legislation sur une matiere
donn6e. Ces lois on cet ensemble de
lois s'appelle'nt des Codes, mot qui n'a
pas de signification bien precise, inva-


cueil des lois et actes de L. Pradines. Ainsi
ordonnance du 22 Octobre 1804, defendant
aux Haitiens de sortir du pays ordonnance
du 15 Octobre, du 25 Octobre, du 22 Decem-
bre, etc. Ses ordonnances, ainsi que ses de-
crets et arr&t s, 6taient de vtritables lois;
quant A Soulouoque qui ne pouvait exer-
cer seul le Pouvoir legislatif, ses ordon-


riable et qui, dans le droit remain, d6-
signait la reunion des Constitutions
imperiales. Les lois qui r6glementent
la famille, la propriett, les rapports
conventionnels centre les particuliers,
cells qui ont trait aux malitres com-
merciales, a la procedure civil, com-
merciale ou criminelle, celles qui con-
tiennent les regles du droit de punir,
etc., forment les parties du droit po-
sitif sur lesquelles se porte tout d'a-
bord l'attcntion pour l'oeuvre de codi-
fication.
En France, 8 lois on plut6t 8 series
de lois ont officiellement regu le nom
de code.
Ce sont : le Code civil. Le Code
penal. Le Code de Commerce. Le
Code d'Instruction Criminelle. Le
Code de procedure civil. Le Code
Forestier. Le Code 'de justice mili-
taire pour l'armde de terre. Le Code
de justice militaire pour l'armee de
mer. Un neuvi&me code est depuis
longtemps en preparation : ce sera le
Code Rural. On vient d'y voter, an S-
nat, un Code de justice maritime.
En Haiti, nous avons 7 codes qui
sont:
Le Code Civil, du 27 Mars 1825, ren-
du ex6cutoire a partir du ter Mai 1826.
Le Code de Commerce, du 28 Mars
1826, rendu ex6cutoire a partir du 1er
Juillet 1827.
Le Code d'Instruction Criminelle, du
30 Juillet 1835, promulgu6 le 31 Juil-
let 1835, et ex6cutoire a partir du 1er
Janvier 1836.
Le Code Penal, du 10 Aoft 1835, pro-
mulgu6 le 11 Aoit, et rendu ex6cu-
toire h partir du ler Janvier 1836.
Le Code de Procidure Civile pro-
mulgu6e le 18 Juillet 1834, rendue ex6-

nances ne pouvaient avoir que la force et la
valeur d'un arretd de nos jours, pris pour as-
surer l'ex6cution de la loi. On a aussi attribud
le nom d'ordonnance a des avis ou arr&tds d
simple police, faits par l'autorite militaire.
Ainsi : Ordonnance de Police du 10 Janvier,
du 17 Janvier, du 31 Janvier 1843, etc.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


cutoire A partir du 1er Janvier 1836. (1)
Le Code penal militaire.... du 26 No-
vembre 1860.
Le Code Rural, devenu ex6cutoire a
partir du 1er Janvier 1865, et rempla-
Cant celui du 4 Mai 1826.
Nous n'avons pas encore de Code
Forestier.
La majeure parties des lois particu-
likres, civiles, commercials, indus-
trielles, p6nales, etc., se groupent au-
tour de ces codes.
7. En dehors des Codes et au-
dessus d'eux, il est une autre loi qu'il
faut d6tacher et classer h part: c'est la
Constitution, qui renferme les regles
d'organisation politique du pays et
don't les prescriptions enchainent le
Pouvoir Idgislatif lui-mime. (Art. 32.
Const. 1889) (2).
On reconnait en effet une plus grande
autorit6 aux lois oun la loi Constitution-
nelle, qu'aux lois ordinaires.
D'abord la creation d'une constitution
ou la revision d'une constitution preexis-
tante met en jeu la function constituante
qui nous apparait sup6rieure a la function
legislative et la domine. Ensuite la regle
constitutionnelle, tout le temps qu'elle
existed, lie comme il vient d'etre dit, le
pouvoir l6gislatif, pouvoir constitute, qui
n'y peut d6roger par aucune decision. Et
voici un example qui met bien ce point
en lumicre: Le principle de la non retro-
aclivitd de la loi a pass en France dans
les lois ordinaires (au Code Civil) depuis


( 1) Nous conservons le terme executoire
don't le lgislateur s'est lui-memc servi dans
une disposition special mise a la fin de cha-
cun des codes, sauf le Code civil (Art. 2047)
don't la formula finale est plus cxacte, mais
nous devons faire observer que la promulga-
tion suffit a rendre la loi executoire,. c'est-A-
dire susceptible d'etre ex6cut6e et que c'est la
publication (diuulgalio pronmulgationis) qui la
rend obligatoire. C'est done ce dernier terme
qu'il ut fall employer, puisqu'on fixait un
dl6ai special de publication, c'est-a-dire un
d6lai a l'expiration duquel les codes et leur
promulgation serait censees connues.

(2) Art. 32 : La loi ne peut ajouter ni ddro-
ger a la Constitution.


la constitution de l'an VIII, avant laquelle
il figurait dans les lois constitutionnelles;
ce d6placement a rendu facile une dero-
gation 16gislative A ce principle, car une
loi ordinaire peut d6roger h une autre loi
de m6me nature, tandis quo la constitu-
tion rest pour elle incommutable. Chez
nous, au contraire, par la place qu'il oc-
cupe dans la constitution (Art 17) le princi-
pe de lanon-r6troactivit6des lois acquiert un
caractere de solennit6 et d'importance qui
empdche le 16gislateur d'y porter atteinte,
a moins que la constitution ne soit au
pr6alable modified sur cc point. (1)
A cot6 des lois constitutionnelles pro-
prement dites, ii existe aussi des lois qu'on
appelle organiques et qui pourvoient au
fontionnement des principaux organes des
pouvoirs publics don't la constitution dd-
termine l'existence et la forme. En France
par example, les lois organiques se distin-
guent et sont s6par6es des lois constitution-
nelles; chez nous elles u'existent pas d'une
facon distinct et font corps avec la cons-
titution elle-meme qui renferme, en outre,
foule do rbgles don't, logiquement, la place
devrait6treailleurs. Si bien que de cot en-
tassement de dispositions dans la constitu-
tion ii r6sulte que, en Haiti, plus que
dans certain autres pays, la limited n'est pas
toujours tres nette des matieres constitu-
tionnelles et des matibres 1dgislatives ordi-
naires.
C'est i la constitution que se rattachent,
come des rameaux a une branch, les
diverse lois administrative.
8. La loi est done une creation du pou-
voir t1gislatif, sauf quand elle a le carac-
t (re de loi constitutionnelle, auquel cas
elle amane du pouvoir constituent.
Los constitutions qui out r6gi le pays.
depuis le20 Mai 1805, date de la premiere,
ont organism diff6remment le Pouvoirligis-
latif. Toutes, h partirdecelledel 181 (1806
rivisie) out admis la participation du peu-
pie, par l'entremise de ses representants,
a l'6laboration de la loi. D'apris cell de
1805 (Art 30), 1807 (Art 14), 1811 (Art
2 et 34) c'6tait le chef du Pouvoir execu-
tif lui-mmln e qui faisait et promulguait les

(1) I1 est 6galment exprim6 dans 'art 2 du
Code Civil.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


lois. I1 y en a une qui investissait de
la function 16gislative un S6nat 6lu au
3me degrd: c'est celle de 18(06.
Aujourd'hui la constitution en vi-
gueur (du 9 Octobre 1889)confie le pou-
voir de fair la loi au Corps 16gislatif
qui se compose, come chacun sail,
de deux Chambres, la Chambre des
Communes et le S6nat, d6lib6rant et
votant s6par6ment.. Mais la proposition
d'une loi (1) peut 6tre faite par chaque
membre du Corps 16gislatif et par le
principal organe du pouvoir ex6cutif,
le President d'Haiti qui, par l'entremise
des Serdtaires d'Etat, participe h la dis-
cussion et a la prise en consideration
des projects de loi. En outre, le Prisi-
dent d'Haiti a le droit de fair des ob-
jections a la loi vote qui lui est envoyec
pour etre promulgude, droit qu'il ne
pent exercer qu'une seule fois et dans
des ddlais pr6fixds, a l'dgard de chaque
10i.
De sorte qu'il serait inexact d'enten-
dre le principle de la separation des
pouvoirs dans un sens trop absolu. En
rdalit6, il faut voir la function 16gisla-
vive don't l'exdcution met en mouve-
ment trois organes qui y participant
d'une facon plus ou moins 6tendue;
de mdme on ne saurait dire que les
chambres, organes principaux de la
function 14gislative, restent conplete-
ments 6trangires i la function executive,
car elles apprecient, discutent, jugent
lesactespolitiques, et; administra ifs des
Secr6taires d'Etat, et par ce moyen, in-
fluent sur le pouvoir ex6cutif. La v6ritL
est qu'il y a concours des organes pour
accomplissement de chacune de ces
deux grandes functions de l'Etat.
En ce qui regarded la function consti-
tuante, eile a 6te maintes fois accomplice
dans le passe par un organe special,
une assemble qui surgissait dans des
temps de crise, investie, plus ou moins
vWritablement, du pouvoir constituent.

(1) Voir l'art 69 de la constitution et la res-
triction faite par le dernier alinea en ce qui
concern les lois de finances. Voir aussi les
articles 77, 78, 79 sur le droit d'objection et
I'art 76 sur le droit de proposer des amende-
ments. -


Mais aux epoques rdgulieres, 1'exercice
de cette function a 6td le plus souvent
attribu6 i un organe, distinct il est vrai
du Corps 1dgislatif ordinaire, mais don't
les 616ments composants dtaient les
mdmes: nous voulons parler de 1'as-
semblee national qui se forme, dans
les cas privus, (1) par la reunion des
deux branches du Corps l1gislatif agis-
sant ensemble et d6cidant de m6me.
Tel est encore aujourd'hui le system
adopted par la constitution de 1889 pour
sa revision, (Art 194. 195. 196, const).
Le systdme de revision que renferme
la constitution et don't 1'exposition
d6taill6e n'entrepas dans le cadre de cette
dtude, n'cst certes pas des plus simples,
ni d'une mise en oeuvre bien commode.
Cependant on ne saurait blAmer les
constituents de 1889 d'avoir song a
assurer a leur oeuvre une certain sta-
bilit6, en la mettant b 1'abri des en-
gouements, du caprice, d'une revision
precipitee.
Dans les pays d6mocratiques, des
precautions sont toujours prises en cc
sens. Alors mnme qu'on ne confie pas
le soin de la revision a un organe
special et qu'on veuille s'en remettre
pour cc travail au Corps d1gislatif ordi-
naire, on lui impose presque toujours
certaincs forces d'apparat et une pro-
cedure propre a empecher toute preci-
pitation. On peu' aussi parer au danger
de l'instabilitd eonstitutionnelle en met-
tant dans la constitution le strict n6ces-
saire. C'est ce que fit le 16gislateur fran-
gais en 1875 et, a son example, l'As-
semblee constituante si6geant a Port-
au-Prince, en 1888, proceda a un
travail d'dlagage et donna une constitu-
tion moins surcharge de details que
les pr6cedentes, compldtie par deux lois
organiques.
Entous cas, il imported, croyons-nous;
de ne pas confondre la function consti-
tuante avec la function 16gislative
ordinaire. La premiere est intermittent
et l'organe, quelqu'il soit, qui en assure
le jeu, est la manifestation d'un pouvoir
dgalement intermittent.
9. Q'adviendrait-il d'une loi inconsti-
(1) Art 60. Const.









REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION 70
i?/j a /! d......f/...`.i^ '..//i/


tutionnelle? Les tribunaux en de-
vraient-ils faire l'application?
En general le juge n'a pas le droit de
juger la loi. II est oblige par toute loi
rendue dans les formes rnguliires.
Cependant, la constitution Haitienne
(Art 147), reproduisant sur ce point un
principle de droit public americain (1),
I'arme du pouvoir d'apprdcier le fond
meme d'une disposition e1gale, au
point de vue de sa constitutionualit6.
,(Les tribunaux, dit le texte, doivent re-
tuser d'appliquer une loi inconstitution-
nelle). Mais ii faut bien s'entendre sur
la portde de cc principle: Ce n'est que
dans le cas d'un process et par une
decision n'ayant force qu'inter litigan-.
tes que la justice peut imettre son opi-
nion sur la non conformity d'une loi a
la constitution, et la condamner de ce
chef en la tenant pour non avenue,
inexistante. Cetti loi subsistera tout le
temps que l'abrogatiqn n'en aura pas
c6tr faite par le Corps. Lgislatif, sauf ai
6tre dcart&e dans les cas particuliers oil
l'application en serait r6clamie en jus-
tice.
Hors de 1i, et toutes les fois qu'une
loi n'aura pas porter atteinte a un prin-
cipe on une rigle constitutionnelle, la
mission dujugese bornera en constater
l'existence et la force obligatoire resul-
tant des formalitds de la promulgation
et de la publication, puis a en faire
I'application a l'espice portiedevant iui.
II n'a pas le pouvoir de substituer des
r6gles d'6quit6 a celles 6dictes par la
loi et qui lui paraitraient blessantes pour
la justice.
Arrivons aux ddcrets.
10. Decrets Ce mot n'a pas ac-
tuellement la m6me signification en
droit Haitien qu'en droit Francais.

(1) Const. des Etals-Unis, du 17 Septembre
1889:
Art sixieme.-2. Cette constitution et les
lois des Etats-Unis qui scront faites en conse-
quence, et tous les traits faits ou qui seront
faits sous l'autorilt des dits Etats-Unis, com-
poseront la loi supreme du pays; les juges
de chaque ltat seront tenus de s'y conformer,
nonobstant toute disposition qui, dans les lois
de la constitution d'un Etat quelconque, seront
en opposition avec cette loi supreme.


En France il sert a qualifier les actes
du Pouvoir Ex6cutif tendant h assurer
l'extcutimn dt.:s lois, tandis que ces m--
mes actes prennent chez nous le nom
d'arrkt6s, comme nous le montrerons
plus loin.
L'expression decret semble plus sp-
cialement r6serv6e dans notre vocabu-
laire juridique aux actes de l'Assem-
bile Nationale, cc point resort de l'art.
96 de la Constitution : <( II / le President]
fait egalement sceller les actes et DECRETS
de l'assemblee nationale,) mais ces d6crets
ici vis6s sont, il ne faut pas s'y tromper,
de v6ritables lois et different essentielle-
ment des actes de m6me nom rendus
en France par le pouvoir ex6cutif.
L'art.11 delaloi des l4Juin, 4Juilletl 872,
sur les conseils communaux parle de la
revocation possible d'un magistrate com-
munal par un decret du Corps Legislatif.
On aurait pu dire i loi.- Voir aussi
art. 97 de la constitution.
Cependant, en remontant dans le pas-
se, on retrouve dans les documents
legislatifs le mot d6cret pris dans l'ac-
ception d'acte du chef du Pouvoir Ex6-
cutif ayant pour but I'application de la
lot. Ainsi I'art. 119 de la Const. de 1849
portait : (( L'empereur iait ex&cuter des
lois et autres actes du Corps L6gislatif,
promulgu6s par lui. II fait tous regle-
ments, ordonnances, decrets et procla-
mations nicessaires h cet effet. ) Le
terme ici 6tait bien employee, et on a
eu tort d'v substituer le mot arr6tM pour
designer les actes de mrme nature ren-
dus par le Pr6sident d'Haiti.
Sous Dessalines, le mot d6cret 6tait
aussi friquemment mis en tete des actes
de l'empereur, ( 1 ) mais celui-ci pos-
scdant seul le pouvoir 16gislatif, ces
actes 6taient le plus souvent de veri-
tables lois. On se servait indiff6rem-
ment, it ce qu'il semble, des mots de-
cret, arrete, ordonnance, sans dtablir
de distinction entire eux.
Le S6nat, lors qu'il exergait seul la
function legislative et pour beaucoup
aussi la function executive, en vertu de

(1 ) Voir ddcret du 28 Juillet 1805 fixant les.
circonscriptions militaires etc,etc... .









71 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
y,,,,,,rr/r/,,v/~f,,/f//f//,w^^///^


la const. de 1806, rendait des dd--
crets, tout en employant 6galementlemot
arretd. ( 1 )
Enfin on a dans notre histoire fri-
quemment fait usage du terme decret
comme appellation d'actes rendus par
les gouvernements provisoires organisms
entire la chute d'un gouvernement r6gu-
lier et la constitution d'un gouverne-
ment nouveau. Ces d6crets out toujours
eu, au moins temporairement, force de
loi.I1 en estmdme qui subsistent avccleur
force obligatoire et font parties du droit
positifen vigueur; citons, parmid'autres,
le d6cret du 22 mai 1843 sur la contrainte
par corps. Ces gouvernements provi-
soires out choisi aussi bien souvent le
mot arretd pour 6tiqueter leurs d6ci-
sions et m6me quelquefois, la matire
r6glementee par l'arret dtait plus im-
portante que celle faisant l'objet du dd-
cret de la veille ou du lendemain. (2 )
Quant aux comit6s dits rdvolutionnaires,
ils se sont toujours modestement con-
tents d'appelerleurs actes des arretds.(3)
Ainsi done rien de plus vague, de
plus indecis, de moins arrete, que le
vocabulaire du droit Haitien en cette ma-
tiere.
Quoiqu'il en soit, et les temps de
bouleversement social et politique
mis. part, nous croons qu'aujour-
d'hui il n'est permits d'appeler l6gale-
ment ddcrets que les decisions de 1'As-
sembl6e Nationale, ayant force de loi,
et lesactcs subsistants desgouvernements
provisoires institute dans le passe, com-
me par example led6cret sus-citd de 1843.
(1) Ainsi, le 18 Janvier 1807, il rendait un ar-
r&et nommant Petion commandant du Depar-
tement de l'ouest.
(2 ) Exemple : Le 12 Avril 1843, le gou-
vernement provisoire prend un decret pour
1'inscriplion des citoyens sur les registres de
la garde Nationale ; le mime jour il prend un
arre~l declarant libres les relations maritime
et commercials d'Halti avec les autres iles de
l'archipel.
Onvoulait peut-6tre varier les denominations,
mais encore taut-il ququee fixitd dans le voca-
bulaire du droit, mcme celui employ en temps
de revolution.
( 3 ) L'art 192 de la Constitution, 2me alin6a,
porte : . neanmoins, les d6crets et actes
rendus par le comit6 central revolutionnaire de
Port-au-Prince, et le premier Gouvernement


11. Quelques mots des ArrItds. -
Nous d6signerons d'abord par ce mot,
conformement 1l'art. 97 dela Constitution
les actes 6mands du President d'Haiti
pour <( faire ex6cuterles lois, actes et d6-
crets du Corps L6gislatif et de l'Assem-
bl6e Nationale. ))
L'article parole aussi de rIglements i
fair a cet effect, mais ces r6glements se
confondent avec les arretes don't ils
ont la forme.
Ces arritks pr6sidentiels correspon-
dent, nous l'avons dit, aux d6crets du
president dela IRpublique francaise et
devraient s'appeler du- mnme nom, pour
les distinguer des arrntes pris par les au-
tres autorites administrative.
Il v a lieu de rechercher quel est le
domaine propre des arrites a cote de
celui de la loi.
Thdoriquementla distinction est assez
simple. Elle ddcoule de 1'art. 97 : la loi
pose une rigle de conduite obligatoire,
l'arret6 intervient pour assurer, faciliter
l'application de cette regle.
Mais ce n'est la qu'une indication g6-
ndrale. Au point de vue de la pratique,
il n'est pas toujoursfacile d'6tablir net-
tement la demarcation. On peut tout de
mime en poser le principle rationnel et
faire comme qui dirait une d6limitation
abstraite de frontieres.
Un des principles constitutionnels, qu'il
faut entendre cependant d'aprcs nous
fort moddrdment, c'est la separation des
pouvoirs. (Art. 34 et 35 de la Const. )
Il en r6sulte que 1'Ex6cutit n'a qu'un
pouvoir purement r6glementaire on tant
que rendant seul des decisions. Les or-
dres qu'il donne, doivent avoir pour fon-
dement une disposition d1gale pr6exis-
tante. II a pour mission d'assurer le res-
pect et l'ex6cution des lois, de les fair
ptentrer dans les habitudes sociales,
d'emp&cher qu'elles no restent lettre-

provisoire ( 24 Aoit au 28 Septembre 1888, )
par les comites revolutionnaires de 1'Artibonite,
du Nord et du Nord-Ouest et par le dernier
gouvernement privisoire ( 2 Octoble 1888 au 9
Octobre 1889 inclusivement ) continueront a
subsisterjusqu'h ce qu'il y soit 14galement d6-
rog6.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 7
VWf^WVWKW ^uJY^^^^^/^^ 9


more et il fait des arret6s ( d6crets en
France) h cette fin; mais ces arretes, qui
sont comme le diveloppement, le pro-
longement de la loi, et qui envisagent
les difficulties de la mise en oeuvre, ne
peuvent ni ktablir des regles nouvelles
de droit, ni abolir des regles anciennes,
ni mmne en suspendre l'application. Une
loi seule peut modifier, suspendre, ou
abroger une autre loi.
Cette distinction est considered com-
me essentielle a la liberty politique.
Mais en fait, il peut se presenter des
cas, nous 1'avons dit, oif la limited assi-
gnee au pouvoir reglementaire de l'Ex6-
cutif est discutable.
C'est alors a l'autorit6 judiciaire (1)
qu'il revient d'appr6cier si l'arrMt6 em-
piete ou non sur le domaine de la loi.
Le texte de la Constitution ne laisse au-
cun doute i ce sujet, car le mime article
147, don't nous avons cit6 la premiere
parties, continue: ( Ils (les tribunaux )
n'appliqueront les arret6s et reglements
generaux administration publique
qu'autant qu'ils seront conformes aux
lois. ) (2) Mais meme en France oil
se fait remarquer l'absence d'une rggle
sp6ciale a ce sujet, on admet qu'un pa-
reil droit d'examen et d'appr6ciation
doit 4tre reconnu au profit de l'autorit6
judiciaire.
Remarquons qu'alors meme qu'il s'a-
girait d'assurer la sfiret6 de 1'Etat, les
actes du pouvoir ex6cutif doivent etre
conformes a la loi. (Art. 102. Const) (3).
D'autres autorites administrative,
placees a un rang inf6rieur h celui du
President d'Haiti, peuvent aussi prendre

(1) Nous disons autorild judiciaire, mais ii
faut remarquer que la Constitution. (Art. 34)
consacre formellement l'cxistence d'un pou-
voirjudiciaire. Ce serait un point h examiner,
au point de vue rationnel.
(2) Voir aussi Art 97, 2dme alinda, Const.
(3) La Charte francaise de 1814 donnait (Art
14) au roi le droit de fire des ordonnances
pour assurer l'excution des lois et la siretd de
l'Etat. Ces derniers mots n'existaient pas dans
l'art. 44 dela Constitution de 'an VIII, et c'est
en se fondant sur eux que Charles X pretendit
pouvoir deroger aux lois, toutes les fois que
la siret6 de l'Etat l'exigeait. I1 y d6rogea effec-
tivement, et 1'on sait ce qu'il en advint.


certain r6glements et arrites, les Se-
cr6taires d'Etat, par example, les Con
sells Communaux et leurs Magistrats,
ceux-ci en vertu des articles 37 et52 de
la loi sus-citLe de 1872. Le mot ici re-
trouve le sens propre qu'il a dans la le-
gislation franchise.
Lepouvoirreglementairedes Secr6taires
d'Etat est moins 6tendu, moins g6enral
que celui du President d'Haiti, mais il
nous parait incontestable. Sans parler de
la loi sur les attributions des Secr6taires
d'Etat, des 25M ai-17 Juin 1817, qui met
positivement i leur charge l'ex6cution
des lois, chacun pour ce qui le con-
cerne, l'art 118 dela Constitution ne les
rend-ilpas responsablesde l'inexecution
des lois, etle Corps L6gislatif ne prend-
it pas soin de designer un ou plusieurs
ou tous les Secr6taires d'Etat, a la fin de
chaque loi qu'il rend, pour leur re-
mettre nominativement le soin de l'ex6-
cuter ? Comment s'acquitteraient-ils de
cette mission, s'ils n'avaient le droit,
dans les cas ofi cela est n6cessaire, de
faire, sous forme d'arrites, les regle-
ments d'administration publique sans
lesquels la loi ne sortirait pas son plein
effet'?Le r&glement necessaire faith quel-
quefois l'objet d'une provision explicit
de la loi et rentre dans les attributions
non douteuses du Secretaire d'Etat d6-
sign6.
Quant aux arret6s des Conseils Com-
munaux, ils peuvent, exceptionnelle-
ment, 6tablir des regles nouvelles, le plus
souvent des defenses sanctionnees par des
amendes. Certes l'administration, nous
l'avons 6tabli, n'a aucune autorit6 le-
gislative, mais elle en peut avoir une,
en certain cas, par d6lgation, la tenant
d'une disposition de la loi elle-m6me.
C'est ce qui a lieu pour les Conseils
et Magistrats Communaux, Ainsi; il di-
coule pour eux de l'art. 390 du Code
p6nal et de l'art. 42, 19 de laloi de 1872,
le droit de prendre des arrit6s de po-
lice municipal obligatoires. ( 1)
(1) Nous ne reparlerons pas des ordonnan-
ces, bien qu'il y en ait qu'il faille encore con-
sulter, come, par example, les ordonnances
des 9 Aofit 1854 et 16 Janvier 1855 qui fixentle
costume du personnel judiciaire. II y aurait a
rechercher aussi s'il n'y a pas quelques or-
donnances de Dessalines, encore debout.









73 REVUE DE LA SOCIETY DE LE GISLATION.


III.
12. Done c'est dans les actes stic-
cessivement 6num6rds jusqu'ici, et
non abrogis, qu'il faut rechercher les
regles du droit positif; mais est-ce
a dire qu'on doive toujours les con-
Isid6rer en eux-mimes, isolement, sans
penser a les rattacher au passe'? Nul-
lement. Ce n'est souvent qu'h la lu-
mitre de lois, de coutumes, de tradi-
tions disparues, mais ayant laisse quel-
que trace dans les institutions du pre-
sent, qu'on peut retrouver la vraie va-
leur, la signification et la portee exactes
d'une regle actuellement existante. Et,
A ce point de vue, on peut aussi consi-
direr, et onconsidere comme des sour-
ces, les usages et coutumes du passe,
les legislations qui ont servi de mod&-
les, les travaux des jurisconsultes qui
'ont comment les lois, en ont precise
le sens, ont recueilli la tradition et
l'ont transmise. Ainsi, les coutumes de
l'ancienne France, les anciennes ordon-
nances royales, quoique abolies, les tra-
vaux des Domat, des Pothier, des d'A-
guesseau, le droit remain, le droit in-
termidiaire, sont des sources mediates
du droit francais positif actuel; mais
nous qui avons puise presque toutes
les regles de notre droit dans la lPgis-
lation franchise, qui avons emprunt6 a
la France son Code Civil tout entier,
pouvons-nous faire fi de Pothier et de
ses traits, des ordonnances de 1667, de
1673, de cells de d'Aguesseau sur les
Donations, les Testaments, des coutu-
mes de Paris, de Normandie, d'Orldans,
etc, don't bien des dispositions, par Po-
thier, ont pass dans le Code Civil, du
droit remain mime? On ne le saurait
soutenir. Il y a 1t pour nous, come
pour les frangais, des sources du droit.
(1.)


(1) I1 n'y a pas lieu de mentionner le re-
gime colonial qui preceda notre ind6pendance,
car ce regime fut renverse irrevocablement
avec ses lois, reglements et usages speciaux.
Notre legislation a fait pour ainsi dire un saut
par-dessus le regime colonial pour se relier,
par 1'intermediaire de la 16gislation francaise
moderne, a celle de l'ancienne France et au
,droit remain, ---


Ainsi, notre Code Civil, tout come
le Code francais, ne suffit pas toujours
A 6clairer le juge sur toutes les ma-
tires qu'il renferme. 11 faut remonter,
pour application de certain textes,
auxanciennescoutumes, l'anciendroit
francais ct m6me au droit remain. Pre-
nons par example son article 957(1167.
C. Fr. ) qui accord a un cr6ancier le
droit d'attaquer les actes faits par son
debiteur en fraude de ses droits. Cette
action est connue dans la doctrine sous
le nom d'action Paulienne, nom qu'elle
avait dans le droit remain ofi se trouve
son origine. Pour l'application de cet
article 957, il faut recourir h des distinc-
tions et sous-distinctions, a des r6gles
relevant d'une th6oric assez delicate
que le Code ne content pas. II ne li-
vre au juge que cet unique article et
quelques dispositions 6parses. (1) Eh!
bien, pour retrouver cette thdorie, ces
regles, il est n6cessaire de recourir h la
jurisprudence romaine, et la rigle d'in-
terpretation qui domine en cette ma-
tiere est que, tout en tenant compile des
quelques dispositions du Code, il faille
s'attacher i la tradition romaine.
Par oi l'on voit qu'un code ne se suffit
jamais a lui seul et que pour expliquer
les textes du Code Civil haitien et en
mesurer la veritable portee, il faudra
bien souvent les rapprocher du Code
Sfrancais, ce qui est tout natural, mais
encore de l'ancien droit francgais et aussi,
quelqueois, d d d roit remain. (2.)
13. L'ancien droit francais com-

(1) Les articles 440, 441, 442, 443 et 444 du
Code de Commerce se rapportent aussi l'ac-
tionPaulienne, mais pour quelques-uns des ac-
tes prdvus la fraude est prcsumee,tandisqu'en
matiere civil, c'est au creancier demandeur a
prouver qu'il y a eu fraud de la part du d6-
biteur, c'est-a-dire qu'il a sciemment crd6 ou
augmcnt6 son insolvabilit6 au prejudice de ses
creanciers. Si l'acte attaqud est a titre onereux,
le demandeur devra prouver en outre que le
tiers qui a contract avec le dbditeur connais-
salt l'insolvabilit6 de celui-ci.

(2) Nous ne parlous pas des travaux prepara-
toires, rapports des commissions, exposes de
motifs, discussions auxquelles donnent lieu 1'-
laboration et le vole des lois. Ce sont lI de pr6-
cieuses sources de renseignements, pouvant
aider ih lucider une question douteuse.









REVUE DE LA SOCITEI DE LEGISLATION. 7
- ;/ ./;^a/i.. ai!K


prend les coutumes nies des usages lo-
caux pendant l'immobilisation fodale,
les ordonnances et Mdits royaux, d6ci-
sions l6gislatives prises et promulgu6es
par le roi pour 6tre exccutees dans tout
le royaume, les declarations, actes
royaux 6galement interpr6tant oi mo-
difiant une r6gle preexistante, les lettres
patents delivrees parole roi,mais relatives
seulement i un intret individual (1) puis
les arrits de reglements emanes des parle-
ments, .mais ayant force de loi dans le
resort du parlement qui rendait l'arret.
Les parlements 6taient surtout des ju-
ridictions judiciaires. Ce droit, droit
exorbitant, qu'ils avaient, a 6te enlev6
aux tribunaux modernes don't les juge-
ments et arrets ne font autorit6 qu'en-
tre les parties plaidantes et ne peuvent
ni nuire ni profiter aux tiers. L'art. 5
du Code Civil francais, exactement pa-
reil a l'art 8 du n6tre, est tres explicit
a cet 6gard. II faut citer enfin les arrets
du Conseil qui n'eurent guere d'impor-
tance qu'en matirre administrative.
En dehors de ces monuments de 'an-
cien droit, le droit 6crit en France a
actuellement cinq sources: Les lois (y
compris les codes et lois constitution-
nelles) les ordonnances et decrets (il y
s'y trouve quelques decrets-lois) les Se-
natus-Consultes, les Avis du Conseil d'E-
tat, certain arretes oi reglements 6ma-
nes des autorites administrative.
L'ensemble de ces decisions compose
le bulletin des lois.
Les actes de ce genre, rendus de 1789
d 1804, forment ce qu'on appelle le droit
interm6diaire. D'ofi la division tripartite
en droit ancien, droit intermediaire,
droit moderne.
IV.

14.- Les actes qui contiennent les
regles du droit positif haitien sont pu-
bli6s dans le Journal Officiel de la Rd-
publique et centralis6s dans le Bulletin



(1) On cite des examples d'imp6ts dtablis par
simples lettres patentes.


des lois don't la creation a 6td faite sous
Boyer, vers 1826, croyons-nous. (1)
Ce bulletin parait par numeros, en for-
mat in-8o, et chaque No content les
lois et actes d'une annie. Depuis 1871,
la publication s'en faisait assez r6guli&-
rement. La s6rie des Num6ros part de
l'annde 1870, pour laquelle il y a deux
num6ros. On s'est arretd au No 16 oi
17, annee 1885 ou 1886. Les documents
y sont ins6rds l'un A la suite de l'autre,
par ordre de date, sans aucun classe-
ment. Quelques-uns des Nos de ce bul-
letin s'achevent par une table des mati6-
res qui facility un peu les recherches.
Cette table fait d6faut dans la plupart.
On voit combien il deviendra difficile
de s'y reconnaitre apres un certain nom-
bre d'ann6es.
En France, on a successivemeut essa-
y6 de plusieurs proc6d~s de classement
sans pouvoir obtenir un r6sultat tout-
a-fait satisfaisant. En 1835, on s'cst ar-
reth a ceci: dans une premiere parties
considered comme principal, on faith
rentrer tout ce qui pr6sente un carac-
trre d'int6rkt g6n6ral; dans une second
parties on met tout ce qui n'a qu'un in-

(1), Const, Art. 81: ((Les lois et autres ac-
tes du Corps LLgislatif sont rendus officials
par la voie du Moniteur et ins6res dans un
bulletin imprim6 et numerot6, ayant pour
titre : Bulletin des lois ). On y met aussi,
comme de raison, les actes et arr&tes du Pou-
voir Executif. Le 16 Mars 1812, le Sinat arrata
de faire un message i l'administrateur genIral
des finances, l'invitant it donner ses ordres
pour faire imprimer des collections de totes
les lois de la Republique, A partir de 1806.
Cette nouvelle decision du Senat, dit Linstant
Pradines, eut le sort des pric6dentes et leslois
et actes de la second legislature ne furent pas
plus reunis en corps que ceux de la premiere.
Le 23 Septembre 1816 une motion dans le mrme
sens fut faite par un Sdnateur conformniment a
l'art. 78 de IL Conslitution de 1816, et accueillie
A Funanimit6. Suite n'y fut point donee' et le
19 -Mars 1817, le grand-juge Sabourin 6crivait
au President d'Haiti pour se plaindre de I'ab-
sence d'une collection complete des lois et
fair ressortir la necessity de ce recueil. .. Cela
aura le double advantage, dit-il, de fixer la
jurisprudence un peu incertain e denos tribu-
naux, et d'6tablir une espece de code prepara-
toire qui nous sera de la plus haute ulilite dans
le travail qu'il y aura A faire pour l'applica-
tion des codes de l'empire francais At la RBpu-
bliques. (VoirLoiset Actes, t, II, p. 114bet1t5)-










75 REVUE DE LA SOCIEiTt DE LEGISLATION
J'5Rd^7/ ^Y .P, r-.iY F/iF4^ F /F FF/F /F/ F FF'.^ F ;F FF F


teret plus restreint, soit local, soit indi-
viduel. Le Bulletin des lois francais,
compose d'environ 400 volumes in-Oc-
tavo, n'en reste pas moins, a pu dire un
eminent professeur, un veritable chaos.
II est tr&s avantageusement remplacd,
dans la pratique journaliere, par des
collections dues a l'initiative privde.
Nous pouvons citer, entire autres, les
Codes Tripier. Ce volume content dans
une premiere parties les 8 codes que
nous avons indiqu6s et dans une par-
tie supplkmentaire, tout aussi 6tendue
quela premiere, mais imprimes en pe-
tits caracteres, par ordre alphabetique
et chronologique, les lois usuelles et
les textes anciens encore en vigueur. (1)
Nous avons une collection de ce
genre, mais concue et ex6cut6e d'apres
un autre plan. C'est le recueil (devenu
rarissime) desLois et Actes de M. Lins-
tant Pradines pare. La collection, du
vivant de son auteur, comprenait six
volumes contenant, sauf les codes, A
peu pr&s tous les actes legislatifs et les
principaux actes administratifs rendus
du ler Janvier 1804 (proclamation de
l'Ind6pendance) a l'annie 1839. Chaque
volume content une table chronolo-
gique des matiires, tr&s bien ordonn6e.
La conference entire les actes a t6 e6ta-
blie. Le Gouvernement, apres la mort
de M. Pradines, a fait l'acquisition des
manuscrits non encore publi6s des Lois
et Actes qui s'6tendent jusqu'h l'annie
1877. Il n'a encore fait paraitre qu'un
seul volume, pr6sentant les actes de
1840 A 1843, 6dite sous la direction de
notre regretted confrere, feu Emmanuel
Edouard. M. Pradines a aussi donn6
des editions de nos cinq principaux co-
des (Civil, P6nal, de Commerce, de
Procedure Civile, d'Instruction Crimi-
nelle) avec des annotations de Juris-
prudence, des renvois aux lois modifi-
catives et la conference des articles en-
tre eux. Ces Codes sont terminus par
des fables analytiques, dressees avec
beaucoup de soin. En l'ann6e 1892, no-
tre coll&gue, Me Louis Borno, a pro-


S(1). Oh recourt aussi aux Codes Riuidre, faits
Sur un plan avantageux.


duit une nouvelle edition du Code Ci-
vil qui, outre les avantages ci-dessus re-
levds dans celle de Mr Pradines, pr&-
sente en regard de chaque article le No
de l'article correspondent du CodeFran-
cais. avec des notes marquant les chan-
gements, modifications ou suppressions,
effectu6s par nos legislateurs. On a ainsi
les deux codes, en nn seul volume don't
la disposition facility grandementl'6tude
comparative des deux lgislations.

JUSTIN DEVOT.
Juin 1894.
A continue.


TRAVAIL ET LIBERTY

Tout individu est libre de choisir et
d'exercer la profession qu'il veut : tel
est le principle de la liberty du travail.
On pourrait y faire entrer cet autre
principle : tout individu est libre de ven-
dre et d'acheter sur touted l'6tendue du
territoire. Liberty du travail, liberty du
commerce; la science classique les en-
visage divisement; mais y a-t-il 14 deux
choses distinctes ? Si je suis vraiment
libre d'exercer une profession, vraiment
maitre de me livrer a n'importe quel
genre d'industrie, c'est tout autant que
vous me permettez de vivre de cette
profession et de disposer desproduits
de cette industries. Ne serait-ce pas
une chimere, une singulire derision
que le travail libre don't je ne pourrais
vendre les products ?
D'ailleurs, qu'est-ce que le commerce,
si ce n'est une des forces du travail ?
Aussi, dans ce rapide expos sur la,
liberty 6conomique en Haiti, laissant
de c6te la terminologie orthodox et
restituant au mot travail son sens int-
gral, nous comprendrons, dans 1'expres-
sion liberty du travail, toutes les liber-
t6s industrielles, par consequent, celle
du commerce qui n'est que 1'une d'elles.
I.
Le principle de la liberty du travail a
Wte reconnu, en Haiti aussi bien que









REVUE DE LA SOCIfETE DE LEGISLATION 4


dans toutes les soci6tss modernes, com-
meun des fondements de l'organisation
industrielle. Laisser l'individu libre de
l'emploi de ses capitaux, maitre absolu
de decider i quelle entreprise il louera
son travail, a quelle profession il s'a-
donnera; laisser les homes, capita-
listes et travailleurs, se livrer ensemble
a la production en s'unissant. a leur
gr6, soit par un contract de soci6t6, soit
par un simple contract de louage d'ou-
vrage ; ne point entraver l'6change des
products et des services, en un mot,
abandonner les arrangements indus-
triels et le choix des occupations A la
libre action des int6r6ts individuals,
voilh le principle sup6rieur que la rai-
son et I'experience ont nettement con-
sacre.
Toutefois si la liberty du travail a 6t6
proclamie presque partout, on a aus-
si, generalement, reconnu la necessity
d'y apporter quelques temperaments
que semblait exiger plus ou moins l'in-
terkt social. De la, certain monopoles
et certaines interdictions sp6ciales ; de
1A, notamment au point de vue des re-
lations internationales du travail, cer-
taines restrictions ou prohibitions prises,
dit-on, dans un but de protection des
nationaux. Nous ne nous occuperons
pas, cette f6is, du point de vue inter-
national, c'est-a-dire d'une facon pre-
cise, de la question du libre change
et du protectionnisme. Nous ne consi-
dererons que le point de vue national.

II
Et d'abord, les monopolies.
Il serait inutile de discuter ici Ia va-
leur 6conomique du monopole. Cette
institution, assez ancienne, a 6ti et est
encore violemment attaqu.e. Proud'hon,
ce paradoxal et redoutable guerroyeur
de l'idee socialist, l'appelle un atten-
tat anx droits des citoyens, aux droits
inprescriptibles d'une nation. Ce re-
proche est merit6, si 1'on considere que
les soci6t1s humaines doivent tendre
de toutes leurs forces h la plus grande
extension possible des libertis et que
le monopole est la negation de l'idde
de liberty. Mais, quoiqu'il en soit, on
ne peut nier que, dans de certaines


hypotheses, tr&s rares d'ailleurs, le mo-
nopole riponde a 1'utilit6 publique
alors il est certainement 6Igitime.
C'est ainsi que l'Etat haitien exerce,
A just titre, les monopoles suivants ;
10 Le servicepostal. Onn'aurait pas
pu, sans danger, abandonner cet im-
portant service a la libre concurrence.
Le monopole du transport des lettres
se retrouve d'ailleurs chez presque toutes
les nations etest approuv6 par presque
tous les 6conomistes.
20 La fabrication des monnaies. Ce
monopole 6tait n6cessaire pour eviter
les fraudes du faux-monnayage et don-
ner aux changes la sicuritW qui leur est
indispensable.
30 L'importation la fabrication et
la vente des poudres et armes (1). Ce
qui justifie ce monopole, c'est 1'inter&t
de la paix publique. Dans un pays
comme le n6tre, il eut 6t6 particuliire-
rement dangereux de laisser libres la
production et le commerce des armes.
Toutefois, nous pensions qu'une excep-
tion eit pu 6tre faite en faveur des
armes de chasse ou de luxe. Il n'y au-
rait pas d'inconv6nient s6rieux A en au-
toriser, sous des measures de surveil-
lance et de contr6Ie,la libre fabrication
et le libre commerce. -
Mais ce ne sont pas 1A les seuls mo-
nopoles qui existent en Haiti ; la loi en
aconsacr6 quelquesautresmais-plus on
moins critiquables,-- au profit de cer-


(1) Loi du 9 d6cembre 1879, art. 2. ( L'Etat
reste seul charge de l'importation de
toutes armes, poudres, capsules et autres pro-
jectiles, et se reserve le droit exclusif de les
ceder aux commereants dilment patents et
munis d'une autorisation sp6ciale a ce genre
de negoce, pour et d'apres les besoins du pu-
blic, conformiment aux reglements h inter-
venir,
Art. 3. Les individus qui voudront importer
des armes de luxe pour leur usage personnel
devront en fire la declaration au Gouverne-
ment et lui demander une autorisation pr6a-
lable, sous peine, en cas de contravention, de
la confiscation des armes et engines imports
et d'une amende de cent ai cinq cents piastres
sans prejudice, s'il y a lieu, des peines por-
tees au code penal centre les auteurs ou com-
plices de complots ou d'attentats centre la
sfiret6 de l'Etat.









77 REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


tains particuliers. C'est, par example,
le privilege des agents de change et
courtiers, le privilege exclusif, accord
A la compagnie fluviale d'exploiter sur
l'Artibonite un service public de ba-
teaux a vapeur, porteurs et remor-
queurs......
En some, le nombre des monopolies
n'est pas bien considerable en Haiti.
Pas plus que celui des interdictions.
Si l'on met de c6te I'article 84 du code
de commerce, qui defend aux agents de
change et courtiers d'excrcer toute au-
tre profession commercial, de s'int6-
resser, dit le texte, directement ou in-
directement, sous leur nom ou sous un
nom interpose, dans aucune entreprise
commercial ; si l'on s'abstient de
mentionner les tris rares professions (1)
que la loi declare incompatible avec
l'exercice de certaines functions ; l'on
ne trouve qu'une seule interdiction qui
m6rite d'etre -signalde, comme 6tant
une grave atteinte a la liberty du tra-
vail. Elle se trouve formul6e dans la
loi du 24 Octobre 1876 sur la r6gie des
impositions directed. Cette loi, apr&s
avoir d6cid6 (article 6) que l'6tranger ne
peut exercer AUCUNE'industrie sans une
licence du Pr6sident d'Haiti, (2) ajoute
en son article 8 : K Les strangers ne
sont admis h faire le commerce qu'en
quality de ndgociants-consignataires et
seulement dans les ports ouverts.D Es-
sayons de preciser l'idee continue dans
ce texte : la question est assez impor-
tante pour que l'on s'y arrete un peu.
Tout d'abord, qu'entend-on par nd-
gociant-consignataire ? En nous aidant
de l'article 14 de la loi des patentes, (3)
nous pouvons dire que c'est un com-


(1) En France, les avocats, notaires et ma-
gistrats ne peuvent 6tre commerCants. Cette
interdiction n'existe pas en Haiti.
(2) Art. 6, 2me alinea: Cette licence ne ser-
vira que pour l'annee oi elle aura dtd accor-
dee.
(3) Art. 14. Nul n6gociant-consignataire,
haitien ou stranger, -ne pourra debiter des
marchandises de toutes sortes au-dessous de
la valeur de 100 piastres.


missionnaire en marchandises, un com-
mercant don't la profession est de d6bi-
ter A un prix de cent piastres au moins
les marchandises qui lui sont envoy6es
en consignation.
Ce n'est done qu'h ce titre, dit la loi,
que l'6tranger peut fire le commerce.
Fort bien.
Mais qu'entend-on par < fairele com-
merce? 9
D'apres l'article ler du code de com-
merce: ( Sont commercants ceux qui
exercent des actes de commerce, et en
font leur profession habituelle. )
Qu'est-ce qu'un acte de commerce ?
Aucune definition n'en existe ; il serait
difficile, sinon impossible, de saisir
dans le moule d'une formule toutes les
nuances si varies des operations com-
merciales. L'article 621 du code de com-
merce, 6vitant la difficulty, procede
par enumeration, non limitative,
d'ailleurs. L'article est long, nous y
renvoyons en nous bornant a signaler
qu'il en rdsulte que,
Sont commercants:
Les restaurateurs et cabaretiers. Ils
achktent des denrees et marchandises
pour les revendre soit en nature, soit
apres les avoir prdpardes ( art. 621) Et
(pour le meme motif) les tailleurs, cor-
donniers, colporteurs, pharmaciens.
Sont 6galement commercants, les ban-
quiers, les entrepreneurs de transport,
loueurs de voitures, de buss, etc .
Le texte les vise directement. Nous en
passons, et nous demandons comment
il se peut que 1'autoritd communal
admette des strangers comme cabare-
tiers, restaurateurs, tailleurs, voituriers
banquiers, etc, devant le texte qui re-
fuse ha 1'tranger le droit d'exercer au-
cune profession commercial autre que
celle de n6gociant-consignataire? Ce fait
est-il 16gal? Pourquoi pas,-pourrait-on
dire, en s'appuyant sur I'art. 9 de la loi
des patentes (1) ? II semble en rssulter


(1) Art. 9. Les strangers qui seront ad-
mis a exercer TOUTE AUTRE INDUSTRIES QUE LE
COMMERCE, paieront un droit double de celui
exig6 des haitiens exercantla mnme industries.











REVUE DE LA SOCIETt DE LEGISLATION
i d,'Z~/J" ~/J'/ d #%/ ~ /.d A'/~ I~'I''r//I /d.I #/ I/{A


que le 16gislateur de 1876 a entendu, en
employant 1'expressionfairele commerce,
s'en r6f6rer non pas au code de com-
merce, mais a l'Economie politique.
Or, d'apres la classification 6conomi-
que devenue banale, il y a cinq classes
d'industries (agricole, extractive, ma-
nufacturiere, commercial, voituriere).
Voyons si la pratique administrative
a su faire les distinctions exactes.
1o Elle admet l'6tranger a 6tre tail-
leur, entrepreneur de transport, cor-
donnier, photograph, forgeron. C'est
parfait ; il n'y a pas lh industries com-
merciale. Mais
20 Elle admet l'6tranger comme ca-
baretier, c'est-h-dire d6bitant des liqui-
des, soit sous leurs formes simples, soit
sous forme de coktails, punch, etc, etc.
Sans dofite, estime-t-elle que le caba-
retier est un manufacturer !
3o L'6tranger, d'apres elle, peut 6tre
pharmacien. Le pharmacien, il est vrai,
vend de l'ipeca et de la limonade pur-
gative, mais s'ensuit-il serieusement
qu'il ressprte h l'industrie extractive?...
40 Elle permet que l'etranger soit
colporteur, banquier.
Le colporteur, dvidemment, trans-
porte, colporte ses marchandises ; et il
arrive bien a un banquier d'effectuer
des transports d'argent! Mais, en cons-
cience, sont-ils voituriers pour cela ?...
Nous ne pouvons nous d6cider A le
croire.
Somme toute, nous declarons ne pas
comprendre la Commune, quand elle
tolere que des strangers soient pharma-
ciens, banquiers, cabaretiers, etc. A
moins cependant que la Commune ne
veuille soutenir que ces messieurs res-
sortent tous A l'industrie extractive,
parce qu'ils extraient de leurs clients
des metaux precieux, sous forme de
pieces sonnantes .. ou de papier-
monnaie ; ce qui serait p6remptoire,
irrefutable, mais aboutirait a faire en-
trer dans I'industrie extractive tous
ceux qui gagnent de l'argent, a quel-
que titre que ce soit, voire m6me les
n6gociants-consignataires
Eh bien non, voyez-vous, tout cela


n'a pas le sens common. Convenons
que la loi est violde, lorsqu'on permit
a un stranger d'6tre banquier on phar-
macien. Convenons que la loi est viol6e
parce qu'elle est mauvaise et ne r&-
pond A aucune n6cessitd. Convenons-
qu'il est temps aujourd'hui de faire
disparaitre de notre legislation une pro-
hibition qui a pu s'expliquer dans les
premieres ann6es d'Haiti, mais qui, de-
puis longtemps n'a plus sa raison d'etre.
Continuez de reserver i l'haitien la pro-
priet6 du sol ; continue de frapper 1'6-
tranger d'une patente plus 6lev6e ; fort
bien. Mais laissez libres, ouverles a tous,
toutes les voices du travail; laissez agir
la libre concurrence interieure. C'est
ainsi que nait la stimulation, l'effort de
chacun vers le mieux; c'est ainsi que
I'esprit industrial se developpe, que les
professions se perfectionnent. Que tout
individu, haitien on stranger, soit libre
d'exercer toute industries ; qu'il soit, s'il
le veut, speculateur en denrees ou dn-
taillant de marchandises ; aucun inti-
ret politique ne s'y oppose, l'int6ret
6conomique et social le r6claine.
Louis BORNO.
A suivre.


LE PROJECT DE LOI

Sur l'Instruction publique.


Pour nous acquitter de la promesse
faite a nos lecteurs, nous consacrons
aujourd'hui un rapide examen au project
de loi sur l'Instruction publique, pr-
sent6 par le Chef de ce d6partement et
reproduit dans notre No du mois de Mai.
Ce project se distingue d'abord par sa
brievet6 relative. Un consid6rant uni-
que, le consid6rant de style : con-
sid6rant qu'il imported de mettre la 16
gislation de 1'Instruction publique en
harmonies avec les progris r6alis6s de-
puis 30 ans dans l'enseignement de la
jeunesse; ; trente articles, et c'est tout.
Au point de vue pratique, cette discr6-
tion a son importance pour les repr&-








79 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
z.Mf//j/ r//-i.^.>it/a, i^ f / i//^!i /,/J 4/JX'J/f/ Y J ai J4fYJ/t/- I/J/atJ//J////.asaiKl; ,f / / 7 .. 1


sentants du people appeles a voter la
loi, qui ne se trouveront pas forces d'6-
parpiller leur attention sur une multitude
de dispositions parasites. La tendance
actuelle est, en effet, d'alleger les lois de
tout cet encombrant appareil d'articles
qui, sous couleur de prevoir les moindres
details de l'administration, contribuent
au bout de quelque temps,. h paralyser
les tentatives d'amelioration reconnues
necessaires par l'expdrience. Combien
de prescriptions, tomb6es en desuetude,
n'existent plus qu'A I'6tat de souvenirs
dans la loi de 1860 !
Pour ne citer que ceux-lh: I'art. 53
d'apres lequel ( les dcoles doivent dtre
6tablies dans des emplacements sains et
dans des maisons bien aerees. La plus
grande propret& doit y regner ; D I'art.
73 qui s'occupe de la composition de la
Commission charge de presider a la
vente des products confectionnes dans les
ecoles primaires; I'art. 97 qui dispose
que, a chaque 6colerurale (( il sera at-
tenant un jardin module of les enfants,
de 5 heures du matin a 9, devront s'i-
nitier, sous la direction d'un cultivateur
experiment, aux proc6d6s agricoles en
usage dans les pays civilis6s ; I'art. 79
qui attribue de pr6f6rence les places
d'6lves nationaux dans les lyc6es 10
aux fils, freres ou neveux des citoyens
qui out rendu des services 6minents a
lapatrie, ou qui se sont distingu6s dans
les armes, les lettres, les sciences, les
arts, ct particulieremcnt agriculturer;
20 aux fils, freres ou neveux des offi-
ciers militaires et des fonctionnaires pu-
blics; 3o aux orphelins ; 40 aux enfants des
autres 6coles qui se sont distingu6s par
leur bonne conduite et leur intelligence.
Cependant la loi est toujours debout.
Et il serait certes desirable que tous les
articles d'une loi continuassent a etre
appliques, tantqu'ils n'ont pas Wtel'ob-
jet d'une abrogation formelle. Aussi le
project renvoie-t-il sagement h des re-
glements ministeriels pour tout ce qui a
trait au detail de 1'enseignement.
Les divisions de ce project sont sim-
ples et rationnelles: Chap. I: Disposi-
tions gendrales Chap. II: Direction
g6nerale de l'enseignement. Chap. III.
Enseignement primaire. Chap. IV. En-


seignement secondaire. Chap. V. Ensei-
gnement sup6rieur. Le Chap. VI con-
tient dans un article unique la formule
ordinaire de salutation adressee par les
lois nouvelles h celles qui les ont pre-
cdd6es: ( la present loi abroge. ) etc.
Au chapitre des dispositions g6ndra-
les, il est trait: des conditions dansles-
quelles s'exerce la liberty de l'enseigne-
ment confi6 a l'Universite d'Haiti; du
principle de la foundation des 6coles com-
munales ; du titre d'instituteur; de la
constitution de l'Universit6, et des pre-
rogatives qui y sont attachees; de la di-
vision des 6coles; du principle de la
creation des bourses; des conditions nu-
cessaires pour diriger une ecole ou
pour y professor ; du principle de la
pension de retraite des instituteurs ; de
la subordination de l'autorit6 des pa-
rents h 1'autorit6 scolaire; de 1'obliga-
tion pour l'6leve d'achever ses' etudes
dans I'6tablissement oif il est inscrit.
Quelques-unes de ces dispositions
sont deja formulees dans la loi de 1860.
Cellesquiconsacrent des principles nou-
veaux (art. 3, 2e alinea, art. 7, 3e al.,
art. 8 et 9; art. 10, 11 et 12) tendent
a assurer l'unit6 de l'enseignement, le
prestige de 1'Universite et l'Clevation du
niveau general de l'instruction. A si-
gnaler plus particulierement les articles
qui r6glementent le droit des strangers.
a enseigner dans l'Universit6 d'Haiti.
L'article 14 classes les fonctionnaires
charges de la direction de l'enseigne-
ment et de la surveillance des ecoles et
renvoie a la loi sur la matiere pour la
determination de leurs attributions et
appointments et pour 1'organisation
de leurs services. -
De meme, au Chap. III, I'art. 15, en
reproduisant le principle de I'instruction
primaire obligatoire, pos6 dans la Cohs-
titution, se rf&re A la loi sp6ciale pour
les conditions et les sanctions applica-
bles a ce principle.
Une simple decision budg6taire avait
sous le Gouvernement Salomon presi-
de A la creation des 504 ecoles rurales;
l'art. 16, r6gularisant cette situation et
la restrcignant dans de justes limits,
prdvoit l'etablissement d'une ecole ru-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
s/at/^^^iriZ/^^i^ /^// if /i^?//l/^ /// //I //


rale au centre de toutes les sections ru-
rales oii il sera possible de la fairefonc-
tionner. C'est une pierre d'attente jus-
qu'L l'organisation de ces fermes-6coles
que, comme Sceur Anne, nous nevoyons
pas venir.
La loi actuelle donne droit aux di-
recteurs d'6coles primaires urbaines a
1 aide par 50 616ves; le project, plus
equitable et plus conforme A la prati-
que existante, decide que l'6cole aura
droit' 1 professeur pour 40 616ves; A 2
pour 70 61lves; a 3 pour 100 616ves; a
pour 150 et A 5 pour 200.
Une cole primaire pourra-t-elle con-
tenir au-delh de 200 616ves ? Oui sans
doute, en faith; mais la limitation posse
par l'article nous permet d'affirmer que
dans l'esprit du project, le maximum re-
glementaire sera de 200 616ves. Il sera
done toujours desirable qu'on se tienne
a ce chiffre, pour la bonne administra-
tion des soins que le personnel devra
donner aux 616ves.
L'art. 20 6dicte l'obligation de pareou-
rir le programme de l'6cole primaire
jusqu'au certificate d'etudes primaires in-
clusivement. Innovation n6cessaire, pour
le couronnement des etudes primaires
et la sanction de l'instruction obliga-
toire. Aujourd'hui, les programmes
s'executent au hasard. Au bout de ses
efforts, l'l6&ve ne voit aucun grade h
conquerir, aucun dipl6me a meriter.
Quoi d'etonnant qu'apres avoir acquis
le minimum de connaissances indispen-
sables pour gagner sa vie, il s'empres-
se de quitter l'ecole, of souvent il est
venu trop tard pour 6tre encourage a
y prolonger son sejour.
Le project ne dit pas, et c'est peut-
itre une lacune, quels sont les avan-
tages mat6riels attaches h la possession
du certificate d'ttudes primaires. Mais il
apparait d6jh clairement qu'il sera exige
comme justification des 6tudes primai-
res a l'entree des course de l'enseigne-
ment secondaire. Done plus. de ces
boursiers de 16 i 17 ans qui, sachant
a peine lire et ecrire, se rencontrent
parfois sur les bancs de la septieme de
nos lyc6es, faute de pouvoir etre cases
ailleurs! La r6torme s'imposait.


De meme, au terme des 6tudes se-
condaires, les auteurs du project ont pla-
ce le certificate d'6tudes secondaires spi-
ciales (pour les ecoles secondaires sp&-
ciales) et le certificat'd'etudes secon-
daires classiques (pour les colleges et
les lyc6es), donnant un droit exclusif a
ceux qui en seront pourvus, cinq ans
apres la promulgation de la loi, A etre
employes dans les administrations pu-
bliques. La measure se justifie assez par
elle-meme pour que nous soyons dis-
penses d'y insisted.
SL'enseignement sup6rieur, qui est
bien prevu par la loi Dubois, mais n'a
jamais regu depuis 1860 une organisa-
tion coh6rente, est reconstitu6 par le
project. Il est confie d'une part, aux
Ecoles sup6rieures, ( Ecoles normales,
Ecole de dessin et de peinture et tous
autres Etablissements similaires crer),
d'autre part, aux trois ordres de Fa-
cultes: Droit, MWdecine, Lettres et
Sciences.
Nous aurons l'occasion d'6tudier cette
organisation a propos des lois qui en
traitent.
Mais nous avons d6ej fait une suffi-
sante analyse du project, de loi sur l'Ins-
truction publique pour montrer l'im-
portance de cette oeuvre et les progress
qui doivent d6couler de application
des principles qu'elle preconise. Ces pro-
gres sont-ils irrialisables?
Bien des gens l'affirmeront sans s'dtre
m~me donn6 la peine d'examiner de
pres les questions soulev6es. II semble
qu'on ait tout dit chez nous quand pour
condamner des r6formes qui blessent
nos prejug6s et notre routine, on de-
clare d6daigneusement que les institu-
tions des pays civilis6s ne sont pas fai-
tes pour nous. Mais le lecteur conscien-
cieux se convaincra qu'avec un peu de
bonne volont6, et en nous d6cidant a
faire un emploi plus judicieux des som-
mes que nous consacrons chaque an-
nde a perpetuer un system d6fectueux,
il ne serait pas impossible de restaurer
graduellement notre Instruction publi-
que.








81, REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
inaY/aiK/UKc/i'^

Nous y d6ciderons-nous? Voilt toute
la question. Tant d'intdr6ts tiennent aux
anciens abus !...
P. S. Toute oeuvre humaine est su-
jette aux imperfections. Nous aurions
aimed voir mentionnds d'une facon plus
complete dans le ler Chapitre du pro-
jet les avantages attaches A la profes-
sion d'instituteur ( droit d'avancement,
droit A pension, etc. ) -Un autre article
manque, comme nous l'avons ddjA si-
gnald, pour les avantages confers par
le certificate d'6tudes primaires.
Enfin, dans la disposition des articles
du chap. I, nous pensions que les arti-
cles XI et XII seraient plus logiquement
places a la suite de 1'art. VI.


ERRATUM.
Le compte-rendu de la s6ance du 7 juin
m'attribue, par megarde, une erreur qu'ilim-
porte de rectifier. ( Revue du 2 juillet. )
Page 51, au bas de la 2e colonne, il faut lire
ce qui suit :
Mr.Borno. Sur cette premiere question, je
ne partage pas I'opinion du rapporteur.
J'estime, contrairement a lui, que I'article 25
defere au jury tous les delits de press, poli-
tiques ou non, La Constitution de 1889 n'a fait


surcepoint, que reproduire l'art. 30 dela consti-
tution de 1867 don't le sens ne faisait doute pour
personnel. Le text n'est-il pas suffisamment
explicit ? a Le Jury, dit-il, est 6tabli en ma-
tiere criminelle et pour ddlits politiques ET
de la presse)
Au point de vue critique, 1'opinion du Rap-
port me paraittres rationnelle. On peut com-
prendre, en effet, que la loi d6f6re au Jury
les ddlits politiques commis par la voie de la
press; mais il n'existe aucune raison serieuse
de soustraireauxtribunaux ordinairesles delits
d'ordre priv6, de droit commun, les delits
de diffamation commis par la press.

Ls. B.


AVIS

ORDRE DES AVOCATS

BUREAU DE CONSULTATION GRATUITE,

Mois d'Aott.


Mes Mes F. L. Cauvin,.D. Viard et
Rimpel, les mercredis et vendredis, de
2 A 4heures de I'apr&s-midi, au cabinet
de Me Cauvin, rue du Centre.


Imp. H. Amblard, 136, rue du Centre.








Membres honoralres de la Socitt6 :


S. Ex. le PRISIDENT de la Rupuhlique (Pr6sident d'honneur de la SocietY)
Mr P. M. Apollon, Secr6taire d'Etat de l'Instruction Publique.
S. U. Saint-Armand, Secretaire d'Etat des Travaux Publics.
Mr Ch. Weyman.

Mead kbres correspondants :

MM.
Delord Etienne, Doyen du Tribunal Civil du Cap-Haitien.
A. Jean-Pierre, -- --- de Port-de-Paix.
T. Pelissier, --- -- des Gonaives.
St.-Louis Alexandrd, ----- ---- de Saint-Marc.
Maignan, --- -- -- --- 'Anse-i-Veau.
Depas Medina, ---- ---- -- --- Jrmie.
Vilaire, ---- --- des Cayes.
By, ---- -- d'Aquin.
E. Bellande, -------- --- de Jacmel.
Alfred Box, Ministre Plenipotentiaire d'Haiti a Paris.
D. Delorme, --- --- --- Berlin.
J. B. N. Deroches, Consul d'Halti Bordeaux.
Louis Jh.-Janvier, Secretaire de la L6gation d'Haiti A Londres.
A, Poujol,,ancien --- --- -- Santo-Domingo.
Gragnon Lacoste, Consul honoraire d'Haiti A Bordeaux.
S. Viard, --- --- St-Etienne.
Hoeylaerts, -- --- Bruxelles.
C. Preston, Ancien Commissaire d'Haili A l'Exposition de Chicago.
C. Villevaleix, Ancien Ministre d'Haiti A Paris.
C. Laforestrie, -- --
P. Latortue, --- --- ---- Londres.
B. Sylvain, Secretaire de la Legation d'Haiti a Londres.
MM. Labibou, ancien Commissaire du Gouvernement, Robert Lafontant, avocat. L.
-Lefevre, publicist, (Jacmel), Ernest Adam, jugeau Tribunal civil (Aquin), CWlicour Leon.
substitute du Commissaire du Gouvernement, Ed. Convinton, avocat (Cayes), Grandoit,
dpute (Anse-d'Haynault), A. Cl6ri6, Commissaire du Go uvernement, C. Chassagne, avocat
(J6r6mie) Provost, Commissaire du Gouveraement, (Anse-A-Veaul, David, Commissaire
du Gouvernement, Saint-C6me, avocat (Saint-Mac), E. Desert, avocat (Gonaives), Alfred
Henriquez, avocat, Turenne Sylvain, substitut du Commissaire du Gouvernement (Port-
de-Paix), T. Guilbaud, avocat, directeur de I'Ecolelibre de Droit, J. Adhbmar Auguste,
avocat C. R.Durand.Substitut du Commissaire du Gouvernement, (Cap-Haitien).

AGENTS DE LA REVUE :


( Autres que les membres correspondents. )

MM. Marius Jean Simon, Snanteur [ Miragoane ], Jh. Laeombe, ancien d6pute
[LBogAne], 0. Tessier, Officier, de I'etat civil [Petit-Godve], -B. Gauvain [Grand-Goave],
J. B. Durand, [Aquin] Michel Desquiron, [J6reinie].
S'adresser, pour tout ce qui concern la Revue, en province et $ 1' stranger, aux agents
et aux membres correspondents.

gene entale Pari
Agence eentrale a Paris:


Bureaux de La Fraterniit, 50, Rue de Lille,. 50.







Troisi&me ann6e No 6 Port-au-Prince, 2 Septembre 1894.


REVUE


DE LA

SOCIETY DE LEGISLATION
Paraissant le 2 de chaque mois.

Siege social: chez Me J. N. LIGER
16, Rue du Fort Per.

COMITE DE DIRECTION ET DE REDACTION
MM. J. N. LEGER, Prest
GEORGES SYLVAIN Secre
A. BONAMY Treds
JUSTIN DEVOT
A. THOBY
Louis BORNO Membres
J. J. CHANCY

TPTLACD TP^LPI.STRA


Sommaire:

Rapport A la Socidt6 de Ldgislation J. DEVOT
Arret et Consultation-' J. N. LEGER et E. LEON
Le code civil haitien etc. A. BONAMY
Bibliographie


ONNEMENT: I an P. 4 Le Num6ro P. 0

Adresser la correspondence au siege social de la Socidtd

PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE H. AMBLARD.
136, Rue diu cetr, 4361


.40


1


dent
rtaire
7rw7r


AB







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Iappori a la So1ei6 de Loislatioi.


Messieurs,
Vous avez bien voulu me charger d'6-
lucider trois questions de droit que vous
a sonmises un de nos correspondents, ha-
bitant la ville de l'Anse-a-Veau. Ces ques-
tions se rattachent a uno mime mati6re,
mais la premiere se pr6sente sous une
forme un peu complex et n6cessitera des
distinctions. Jevais done les prendre une
ai une et essayer d'y porter quelque lu-
miore.
lo Une personnel en mourant fait des legs
immobiliers et mobiliers a un stranger,
legataire universal devenu haitien, par na-
turalisation, apres le ddces du lestateur,
y-a-t-il lit une question d'ordre public, au
point que le ;,in ;I .. public se trouve dans
I'obligation absolute d attaquer le testament
en nullite, it l'exclusion des hdritiers du
de'cujus ou dans le silence de oeau-ci ?
Tel st, dans sa formule litt6rale, le pre-
mier probl6me a risoudre.
Je crois utile de rappeler, it cet 6gard,
les principles gineraux de notre droit.
Nos constitutions se sont toujours ac-
cordees i refuser A l'6tranger le droit de
propriete fonciere et le dernier texte ohi
se trouve" reproduite la prohibition est,
vous le savez, l'art. 6 de la Constitution
en vigueur qui vise les immeubles en gd-
n6ral. Mais le Code Civil de 1825 avait
aussi consacre cetto rigle traditionnelle
sous la forme suivante: o Nal ne i.oatli ,
propridtaire de biens fonciers, s'il nest hai-
tien' ) et 'art. 740 du meme code en fai-
sait une application, en disant : ( L'hai-
tien ne pourra disposer qne de ses biens
meubles au profit d'un stranger. G Co der-
nier texte est toujours en vigueur, etant
en harmonies avec I'art. 6 de la Constitu-
tion.
Remarquons tout de suite qu'il ne s'agit
pas 1A d'une meconnaissance complete du
droit de l'6tranger d'acquerir des biens
par succession ou par legs. Le droit de
succession, ab intestat on testamentaire,
n'est atteint en sa personnel que dans la
measure of y met obstacle la regle cons-


titutionnelle, c'est-A-dire, ce qui me sem-
ble assez clair, quand ce droit porte di-
rectement sur un ou plusieurs biens immo-
-biliers d6terminds, constituent des corps
certain.
Prenons des examples. C'est n6cessaire,
et en les 6tablissant je me refererai au cas
d'une Iransmission h6r6ditaire par testa-
ment, pour ne pas nous carter de la
question pose.
Primus institute Secundus, stranger et
qui n est point son parent ( j'6limine par
la les hypotheses specialement privues par
la ioi de 1860 ) son 16gataire universe,
sous une forme quelconque. Ce legs fait
naitre en la personnel de Secundus un droit
h I'universalit6 des biens laissis par Pri-
mus, droit qui pourra 6ventuellerent s'e-
xercer sur la totality du patrimoine h6re-
ditaire. Or cette universality de biens cette
chosede raison, cette entity juridique, com-
prenant l'ensemble des droits actifs et pas-
sifs du d6funt, peut-on, A priori, dire qu'elle
a le caractereimmobilier, alors mime que
des immeubles en nature s'y trouveraient
compris, et s'appuyer sur cette apprecia-
tion pour river Secundus du b6n6iice du
legs fait en sa faveur ? Ce serait temerai-
re, et pour ma part je ne pense pas qu'il
serait 16gal de le faire. Tout au plus pour-
rait-on clever la prevention de distraire, au
profit de qui de droit, la parties immobi-
libre de la masse de bien l1guee.
Mais si cette mas;e est considerable et
que les immeubles y figurent pour un3 mi-
nime portion ; que d'autre part il y ait des
charges successorales, et que Secundus al-
1egue sa volont6 d'affecter le prix des im-
meubles a l'acquittement de ces charges:
sera-t-on encore fond6 a vouloir infirmer
1e legs, mIme partiellement ? 11 a recuilli
une universality, don't font parties los dettes
du d6funt ; c'est son droit d'organiser la
liquidation et de pourvoir a sa guise au
pavement des dettes. L'Etat devia se bor-
ner a veiller a cc qu'il no conserve pas
l'un des immeubles compris dans le patri-
moine de Primus.
Ce premier example montre come quoi
il eut 6tW bon de rencontrer un peu plus
de precision dans 1'espice soumise.
Elle concern bien un legs universal, le
mot y 6tant en toutes lettres. Mais un doute







REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION


/ A RfA'J A// ////'/A/j/A~i//f


vient A 1'esprit, quand on volt qu'il y est
fait mention de legs immobiliers et mobi-
liers. Pour ramener cela A une forme ra-
lionnelle it faut comprendre que le de cujus
a employ l'une des formules suivantes:
Je 16gue a Secundus tous mes bins, meu-
bles ou immeubles ; ou bien: je 16gue A
Secundus tous mes meubles et tous mes
immeubles.
En e c s m6me, et sans rechercher si,
dans la masse hereditaire, 1'ensemble des
immeubles ne pr6senterait qu'une faible
importance en comparison de la parties
mobiliere et s'il n'y aurait pas des letterss
A acquitter avec les valeurs provenant de
la vente des immeubles, j'estime que Sc-
cundus ne saurait 6tre totalement cxclu
du b6nefice de la disposition. En admet-
tant l'interpr6tation la plus rigoureuse de
la regle constitutionnelle et de son corol-
laire exprime par I'art. 740, on est con-
duit a decider qu'une fraction seulement
de ce qu'embrasse Ie legs, la fraction im-
mobiliere, lui doitdchapper, que,par con-
sequent. le testament qui I'intistue, partiel-
lement entrav6 dans ses effects, ne saurait
6tre annual et judiciairement an6anti, pour
le tout.
Aussi- bien, mon opinion est qu'il y a
1a plut6t un cns de caducitl que de nullitd,
car lI legs, en ce qui regarded les immeu-
bles, tombe, non point parce que le tes-
tateur n'avait pas la cap;:cit6 de loguer l'u-
niversalite de ses droits, mais parcel que
la loi met obstacle, en la personnel du
legataire, A son entibre'exAcution. L'inca-
pacite se trouve du cote de celui-ci.
Comment alors et sons quelle formese
produira l'empechement A 1'exAcution to-
tale ?
Ici encore des distinctions s'imposent:
Si le d6funt laisse des bhritiers r6serva-
taires, ceux-ci ayant de droit la saisine,
le 1egataire universal devra s'adresser A eux
pour obtenir la dAlivrance de ce qui lui re-
vient. :e sera done A eux A retonir les
immeubles. Le d6batjudiciaire ser la por-
tee etlavalour du legs aura done lieu sur
demand introduite par le lgataire, si la
valour des meubles n'6puise pas la quotit6
disponible et qu'il pense avoir doit A une
indemnity complementaire on argent.
S'il n'y a que des hiritiers non reserva-


vataires, le l6gataire universe se trouvant
alors saisi par I'elfet de la loi, c'est A eux
qu'il appartiendra de s'opposer A ce que
le testament produise effect A 1'6gard des
immeubles.
Dans le casenfin ou, en l'absence d'h6-
ritiers haitiens ou d'un conjoint survivant,
les biens rests en dehors de la transmis-
sion faite pas le de cujus, par suite de la
c partede son legs, reviendraient
A l'Etat, celui-ci devrait se faire envoyer
en possession, conform6ment A I'art 630
du Code civil, saui conlestation de la part
du legataire don't la rIsistance provoque-
rait le jugement du tribunal sur l'ttendue
du legs.
.Je ne vois pas bien l'hypothese ofi le
Minister public, agissant dans lintirot de
l'ordre public, aurait pour devoir d'atta-
querle testament en nullitd. Le legs, nous
I avons soulenu, n'est pas nnl. Le Minis-
tere public, adoptant une inlerprAtation tres
rigoursuse, peut tout plus au plus preten-
dre qu'il est inexecutable dans la measure
of ii porte sur des immeubles.
Cotte premiere question de notre corres-
pondant souleve encore, accessoirement,
une autre diflicultA qui se ramene A re-
chercher si ce 16gat;ire stranger, devenu
haitien par naturalization apris le dic6s
du testatcur, ne pourrait p;s tirer parti, au
point do vue do I'acquisition des immeu-
bles h6r6ditaires, dt sa nouvelle condition?
Autrement, s'il est toujours necessaire et
indispensable oru'un Idgataire ait, au mo-
ment' irme du deces de son auteur, la
qnalit6 juridique qui doit lui permeltre de
recueillir son legs.
Assurdment ii faut exister A ce moment,
c'est-A-dire 6tre n6 ou concu, la loi rdpu-
t;nt n6, en pareille circonstance, I'enfant
implement concu, si plus tard il nait via-
ble. Et s'il s'agit d'une personnel civileou
morale, sa formation et son existence .jt-
ridique doivent etre des faits accomplish.
Alais, en notre espce, ne concevrait-on
pas la possibility pour le 16gataire de se
rendre capable de bBnaficier de I'int6gra-
lit6 de son legs par un changement propice
de nationality ? Tout comme on concevrait
une disposition-testamenlaire soumise A la
condition' d'une naturalisation post6rieure
a l'ouverture de la succession du testateur,


rr/~%CI~X/IN//~/~:II~/i~Y~/~%i~'////~/~/








REVUE DE LA SOCITft DE LEGISLATION 84
*a^a//aaY/K///inaf/s<';z/ii.I%^/


par exeinple une clause faite en ces ter-
mes: je 1,gue tous mes biens meubleset
immeubles a X. . si dans U'anne6
qui suivra mon d6css, it sefait naturali-
ser haitien.
VoilA bien des questions ..... Ce
n'est pas l'occasion de les discuter toutes.
Elles sont neuves, d'un vif intdrit, et pro-
voqueront plus d'une fois l'dttention et 1'exa-
men de notre Societe. Nous les retrouve-
rons done.
20 A dIfaut d'hdritiers connus, si le tes-
tament est nul de plein droit, quant attU
legs immobiliers, le minist&republic doit-il
absolument le fire annuler; ou y-a-il seu-
lement A fire remplir les formality pres-
crites par la loi sur les domaines, par les
articles 629 et suivants du Code Civil, ou
privues aux articles 670 et suivants du
mnime Code ?
Un testament ou plus pr6cis6ment un
legs fait en faveur d'un stranger ne sera
nul que s'il porte sur un ou plusieurs
immeubles nommeinent d6sign6s ( legs par-
ticulier) ou en general sur tons les im-
meubles ( legs a titre-universel ). En pa-
reil cas, aucun h6ritier ne se pr6sentant
et en l'absence d'epoux survivant, les biens
h6r6ditaires passent a l'Etat. Si celui-ci
vent exercer son droit sur cette succession
en dshe'rence, il sera proc(de conform6ment
aux articles 629 et suivants du Code Civil.
L'Etat 6tant mis en possession, repoussera,
en se basant sur la nullit6 du legs, la de-
mande en delivrance qui lui sera faite par
le gratified, car, l6gataire particulier ou a
titre-universel, it n'a, en aucuncas la sai-
sine et doit necessairemeni p;isser par la
formality de la d6livrance ou d'une mise
en possession par decision judiciaire.
Si l'Etat s'abstient d'agir ou si le tri-
bunal refuse de l'envoyer en possession,
la succession deviendra vacant et l'on re-
courra a l'application des r6gles 6lgales
sur les successions vacantes, (loi de 1841
sur les sue. vac.). Le lgataire aura eu le
temps de produire sa reclamation et de
la voir repousser.
Ici, I'on est en presence d'une vraie
cause de nullit6, car, il y a incapacity de
disposer chez le testateur et, chez le 16ga-
taire, incapacity de recevoir.
I1 va sans dire que si le testament con-
tenait d'autres dispositions non critiquables
elles seraient maintenues. Serait seul sup-
prime le legs contraire a laloi.


3o Si le testateur lIgue A l'etranger, Idga
taire universal, la quotite disponible de ses
biens inmoboliers et mobiliers et que la
succession n'est coraposde que d'imnmeubles,
les hdritiers sont-ils obliges de se tliberer
envers lui en comptant une valeur gale A
cette quotite disponible ?
Posons des especes.
A.- Primus l6gue A Secundus'6tranger,
laquotit6disponible de sonlpatrimoine, for-
me de biens meubles et immeubles. Le
legs est universal, puisque dans l'6ventua-
lit6 de la renonciation des hiritiers rdser-
vataires le droit de Secundus s'etendrait A
la totality des biens, reserve faite, quant
auximmeubles, de ce quia e6tdit pinshaut.
Ce legs, A mon avis, doit s'ex6cuter in-
tegralement A la charge des reservataires,
car il est impossible de lui attribuer le
caractere immobilier --- Ceux-ci delivreront
des biens rnobiliers, on remettront une
some d'argent a Secundus, 6quivalant h
la portion disponible
B. Primus 16gue A Secundus, es-qua-
lite, sa quotit[ disponible, et sa fortune
n'embrasse que des immeubles It me
semble que Primus, sain d'esprit et qui
est cens( ne pas ignorer la loi, n'a pas pu,
tout ensemble, vouloir et ne pas vouloir
gratifier Secundus, donner et laisser A ses
h6ritiers la faculty de retenir. IL y a done
a rechercher son intention et A interpre-
ter L'acte dans un sens rationnel do faton
A ce qu'il produise l'effet voulu par son
auteur. L'intention qu'ou peut preter A
Primus, la seule, est qu'il ait entendu
imposer i ses heritiers I'obligation de payer
ASecundusunesomme d'argent repr6senta-
tive de la portion de biens don't la loi lui
laisselalibre disposition. Le droit du lega-
taire se traduit ici en une cr6ance centre
la succession dp testateur.
Je crois, Messieurs, avoir le plus rapide-
ment que possible et en m'abstenant de
citer les textes quevousavez tous presents A
l'esprit,satisfait avotre demand. J'eprouve
cependant le besoin, avant de clore ce rap-
port, de faire ressortir A vos yeux le co6t
injuste, et inutilemeut rigoureux, de la r6-
gle de l'art. 740 et d'une facon g6nbrale,
de tout le system de notre droit, etsur-
tout de notre jurisprudence, en ce qui con-
cerne l'acquisition gratuite par l'6tranger
du patrimoine immobilier d'un parent on
d'un bienfaitenr decade. II est en general
exclu du baenfice de la succession on du









5 REVUE DE LA SOCITEl DE LEGISLATION
mfffw~;/Y///Ncnc:Wj5WKy^/f//ww//w/^


legs, pour la valeur des immeubles herd-
ditaires. Est-ce bien lI le r6sultat auquel
ont vis6 nos l6gislateurs? Leur pens6e a-
t-elle Wt5 de priver '@6traiger d'un enrischis-
,in.wii bien l,.iliir. ou bieu n'ont-ils pas
voulu seulement empchier que des immeu-
bles en nature ne figurassent dans son
patrimoine ? J'inclinerai pour ma part a leur
preter cetie dernikre pens6e, depuis, sur-
tout, que la loi de 1860 ( 30 octobre) en
a traduit quelques consequences en r6gles
positives et formelles. Et si cela est, n'y
a-t-il pas lieu de souhaiter, avant minme
la realisation d'une rAforme li'-;l..li_, sur
cechapitre, quo noire Jurisprudence, aban-
donnant ses rigneurs, se metle A dvoluer
dans le sens de la loi de 1860, en s'ins-
pirant de l'esprit mod6ro et fraternel de
cette loi ? Ce souhait est de circonstance,
et vous le formulerez avec empressemeut,
jepense,sivousconsid6rezque lestribunaux,
meme pour les cas les plus favorables,
ceux oii le droit de succession est bas6
sur les rapports les plus directs do la pa-
renlt, ecartent I'application de la loi de
1860, qu'ils semblent tenir pour abrogbe.
Je me suis deja elev6 dans mon ou-
vrage sur la Nutionalitd( No 154,note 157,
158, 459) centre les severitesde notre 16gis-
lation et les dures solutions do notre Juris-
prudence en mali6re de devolution heredi-
taire de biens immeubles aux strangers.
Notre collngue Borno, dans les colonnes
de note Revue, quoique dans une measure
restreinte, est arrive aux mmems conclu-
sions que moi. .'estune qu'uu vau fait en
common et venant corroborer nos apprd-
ciations personnelles, aura le boun ffet do
pr6cipiter, sur ce terrain, le movement des
idWes vers plus de liberty, de justice et
d'humanit6. C'est pourquoi je vous propose
de 1'exprimer.
JUSTIN DIVOT Avocat.
I14 Juillet 1894.

ARRET ET CONSULTATION.

Consultation ecrite pour Monsieur Lu-
cien Hodelin, d la suite de l'arret ci-
apris rapport
FAITS
Par jugement du Tribunal Correction-
nel de Port-au-Prince en date du 9


Septembre 1890, M. Lucien Hodelin a
tde condamnid six jours d'emprisonne-
ment pour outrage au Gdn6ral J. A.
Coicou, Commandant de cette Com-
mune. Le m6me jour, M. Hodelin fit
au greffe sa declaration de pourvoi.--
Le 11 Septembre, le Tribunal Correc-
tionnel, sur sa demand, lui accordait
la liberty provisoire sous caution. Le
13 de ce mois, M. Hodelin deposait au
greffe la caution exig$e.
Le Tribunal de Cassation, par arret du
2 Mars 1891, a d6clard le pourvoi irrd-
cevable, parce que le condamn6 n'6tait
pas en prison au moment de la d6cla-
ration de recours.
Questions poses. En droit crimi-
nel, faut-il 6tre en dtat au moment ofi
l'affaire est appel6e au Tribunal de
Cassation ? La mise en liberty provi-
soire ne sufit-elle pas pour rendre le
pourvoi recevable ? Faut -il avoir dtd
emprisonn6, pour 6tre autorisde de-
mander sa mise en liberty provisoire ?
Reponse. La mise en dtat n'est pas
exigee dans le seul but de porter le con-
damn6e rendre homage au j ugement
prononc6 centre lui. Elle est aussire--
quise, d'une part, pour assurer l'exdcu-
tion de la condemnation en cas do re-
jet du pourvoi ; d'autre part pour re-
friner la td6mrit des demandeurs. Le
condamn6 dtant d&ja d6tenu ne peut, en
effet, esp6rer se soustraire A la peine si
son recours n'6tait pas admis ; et la nd-
cessit6 de subir le chatiment a lui in-
flig6 l'empephe d'attaquer sans raison
la sentence definitive.
< veau Denisart, afin que les condam-
a n6s n'attaquent pas inconsid6rdment
< les jugements, voyant que s'ils ne
a rdussissent pas, ils seront remis entire
< les mains de la justice, s'il n'y a pas
t< encore de jugement definitif, ou obli-
Sg6s de subir ce jugement s'il y en a
k un. )
Le rapporteur du Corps L6gislatif
s'esprimait comme suit: & L'article 421
( qui correspond A l'art. 328 du Code
d'Instruction Criminelle d'Haiti) empd-
chera les condamnds A l'emprisonne-
ment de se pourvoir en Cassation dans








REVUE DE LA SOCIETt DE LEGISLATION
av ZA ',-.' # .f ~//?~Yf/f ~A ; /'J4A~ V /. /' #/ AffZ/ AJ/',7i'


l'unique vue de sesoustraire auxpeines
contre eux prononcees. ) (Faustin H6ie,
Inst. Crim. tome 8 p. 415 citant Locr6.
Le Legislateur ne tenant pas a d6ployer
d'inutiles rigueursa estim6 que leresul-
tat pousuivi serait largement atteint
s'il permettait que la detention pr6ala-
ble fitt remplacde par un 6quipollent
de nature A donner toute garantie a la
socite. II a done institud la liberty pro-
visoire sous caution. Dans sa pensde
cette liberty provisoire est destinee a
supplier i la detention qui n'est plus
justified par les circonstances, a rem-
placer l'emprisonnement preable. Boi-
tard ( Droit Criminel p. 570), s'exprime,
en effet, comme suit : i Le caract6re
< general de la mise en liberty sous cau-
tion est de remplacer la garantie de
1'emprisonnement prealable par la
( garantie du cautionnement, de subs-
a tituer a la detention qui, applique
A aux prevenus, est une measure de sii-
a ret6, une autre measure de sfiret6, de
a changer le gage don't la justice a be-
a soin sans en diminuer la valeur. Ainsi
c cette institution n'affaiblit point l'ac-
f tion publique. Elle ne supprime une
a detention rigoureuse qu'en larempla-
< cant par une garantie non moins ef-
a ficace. D
Faustin Helie ( Trait6 de l'Instruction
Criminelle, tome 5 p. 833 ) professe la
m~me opinion.
L'on doit s'en rapporter i la lettre de
article 328 du Code d'Instruction Cri-
minelle avec d'autant moins de rigueur
que 10 la mise en 6tat est contraire au
principle de la suspensivit- du pourvoi
en matirre criminelle: principle formel-
lement admis par le l6gislateur haitien
qui 'a consacr6 dans l'art 305 du Code
d'Instruction Criminelle; -- 20 la mise
en Mtat est encore contraire au principle
proclamd par la jurisprudence d'apres
sequel en matiere criminelle, l'on nc
peut executer un jugement de condam-
nation qui n'est pas devenu irrevoca-
ble.
Carnot dit, en effet: nion l'art. 421 (328 du Code haitien),
'doit 6tre retranchd du Code ; car ii
t deroge au principle consign' dans tous


< les monuments de la 16gislation et de
< la jurisprudence, qu'en matiere cri-
a minelle, un jugement de condamna-
ation ne pent etre ex6cut6 qu'apres
( qu'il est devenu irrevocable ; ce qui
< est fond6 sur ce que 1'ex6cution serait
a irreparable en definitive. Ians larai-
< son come dans la justice, tant qu'il
a rest au condamn6 un moyen 16gal
a de faire connaitre son innocence, ii
K ne peut etre reput6 coupable, ni, par
< consequent, etre puni come tel. )
La n6cessit6 de la mise en 6tat, comme
semble le comprendre l'arret du Tri-
bunal de Cassation, serait de nature a
diminuer le nombre des pourvois. L'on
prdferdra certainement accepter une
condemnation injuste, que de se pour-
voir, s'il faut quand mime subir provi-
soirement une detention pouvant exc6-
der la peine que l'on doit purger.
En empruntant la mise en 6tat 5 l'an-
cien droit, le l6gislateur moderne a
aussi heureusement adopt le principle
de la mise en liberty provisoire souscau-
tion. Et cettemise en libert6sous caution
est, dans sa pensee, si bien destinee A
supplier a la mise en 6tat, que l'une et
1'autre sont placees sur le m6me rang
et procurent les mimes avantages.
L'art. 328 du Code d'Instruction Cri-
minelle n'6tablit aucune distinction.
Pour etre admis a se pourvoir, dit-il, ii
faut 6tre actuellement ei 6tat on en li-
bert6 sous caution. Du moment que
1'une de ces conditions se trouve rem-
plie, le recours est recevable.
Mais, dit le Tribunal de Cassation
dans l'arret que nous examinons, avant
toute declaration de pourvoi, ii faut se
constituer prisonnier. Et, ajoute-t-il
meme, a pour se qualifier avoir etd mis
< en liberty provisoire, il faut au pria-
Slable avoir 6t6 emprisonne. >
II r6sulte done de cet arret 1 qu'il
ne peut pas y avoir de declaration de
pourvoi sans la mise en dtat;- 20 qu'il
ne peut pas non plus y avoir liberty

provisoire sans mise en 6tat; par con-
s6quent, il faut absolument 6tre en pri-
son pour pouvoir faire une declaration
de poiur\oi. II y a 'l une double erreur
S'il fallail, dans tous les cas, se faire








7 REVUE DE LA SOCIRTE DE LEGISLATION
SX. X. XJ A X 0.. / 1 X e .' e., X If. e Z., e e X X X z f. IfX e11e


emprisonner l'on rendrait illusoire, et
m6me inutile la faculty accord6e par le
16gislateur au condamn6 qui veut se
pourvoir ; I'on supprimerait l'alter-
native consacrde par l'art. 328 du Code
d'Instruction Criminelle ; l'on ren-
drait souvent impossible tout recours
en Cassation. Ce ne serait plus inter-
pr6ter, ce serait faire la loi.
Le Tribunal de Cassation a donn6 aux
expressions ( actuellement en etat ) de
l'art. 328 une interpretation que la doc-
trine et la jurisprudence out 6galement
repoussee et qui ne s'appuie mnme pas
sur sa propre jurisprudence. II est
universellement admis que le condam-
nd qui se pourvoit doit justifier de sa
mise en 6tat ou en liberty provisoire
non pas au moment de sa declaration
de recours, mais bien quand le pourvoi
est juge, au moment ofi l'affaire est ap-
pelee. Pour contester cette doctrine,
'on semblait, en France, pouvoir s'au-
toriser de l'obligation imposee au con-
damn6 d'annexer l'acte d'6crou l'Pacte
de recours en Cassation. Le l6gisla-
teur haltien, pour couper court A toute
6quivoque, n'a pas reproduit dans l'art.
328 de notre Code, ce paragraphe de
l'art. 421 du Code Francais. II ne peut
done y avoir aucun doute sur son in-
tention. Exiger que le condamn6 soit
en 6tat au moment de la declaration
de pourvoi serait mnconnaitre sa pen-
see.
En France, oft la controversy sem-
blait possible, l'on n'a pas reussi h faire
pr6valoir un pareil syst&me; la doc-
trine et la jurisprudence ont d6finitive-
ment proclam6 qu'il suffit d'6tre en
6tat ou en liberty provisoire au mo-
ment ofi le pourvoi va ktre jug6.
Dalloz (Repertoire -' Cassation no
720) s'exprime ainsi : Si on s'en te-
nait rigoureusement i la lettre de la
& loi, c'est au moment de la declara-
( tion du pourvoi que la mise en 6tat
< devrait avoir lieu, puisque l'article
ajoute que I'acte d'ecrou sera annexed


(1) Nous avons deja dtabli que notre 16gis-
lateur avait supprime ce paragraphe.


a soit jug6e par la Cour de Cassation,
< il peut s'6couler un temps plus ou
( moins considerable, plusieurs mois.
D De telle sorte qu'en interpr6tant ainsi
( la loi, la durde de la prison provi-
(C soire exigee pour la mise en 6tat
C pourrait exc6der, dans beaucoup de
( cas, celle qui aura et6 prononc6e
comme condemnation par les juge-
< ments ou arrets attaquds; ce qui se-
rait d'une iniquity 6vidente.
Aussi, d'apr&s l'usage, est-il exig6
seulement que le demandeur se cons-
< titue au moment ofi la Cour de Cas-
< station doit statuer sur son pourvoi.
G C'est aussi l'observation de Carnot,
( t. 3, p. 183, fondue sur ce que la dd-
( claration de recours, qui doit 6tre
faite dans les trois jours du juge-
ment, serait souvent impossible, le
condamnn pouvant etre plus ou moins
< dloign6 du lieu oii il doit se mettre
< en 6tat. )
C'est egalement l'opinion de Faustin-
HMlie (Instr. Crim., t. 8, p. 419, no
3944) -Le demandeur en Cassation
est, dit-il, actuellement en 6tat, selon
l'expression de la loi, lorsqu'il se trouve
en la maison de justice au moment oih
son pourvoi est juge.
De ce qui prec&de, il s'ensuit qu'il
n'est pas n6cessaire d'etre en prison
au moment de la declaration de pour-
voi. Mais, faut-il 6tre ddlenu pour pou-
voir demander la liberty provisoire ?
Cette liberty provisoire, obtenue avant
l'6vocation du pourvoi devant le Tri-
bunal de Cassation, ne suffit-elle pas
pour rendre le recours admissible?
L'on ne peut repondre que par la ne-
gative a la premiere question, tandis
que affirmative s'impose pour la se-
conde. Pourquoi instituerait-on la :li-
bert6 provisoire, s'il fallait se faire em-
.prisonner pour pouvoir l'obtenir?
La liberty provisoire a pour but de
supplier A la detention, de remplacer
1'emprisonnement pr6alable, Quel in-
teirt aurait un condamn6 A deux jours
ou a un jour d'emprisonnement a de-
mander sa mise en liberty provisoire,
s'il lui fallait d'abord se constituer pri-








REVUE DE LA SOCIftTIt DE L1tGISLATION.


sonnier pour faire valablement sa d6-
claration de pourvoi ? II faut certaine-
ment plus de deux jours pour pr6sen-
ter la requkte, obtenir le jugement de
mise en liberty, d6poser la caution. -
La peine serait plus que subie. Aucun
texte n'oblige le condamn6 ou le pre-
venu i se fire emprisonner pour pou-
voir 6tre mis en liberty sous caution.-
Faustin-Hdlie (Instr. Crim., tome 5, p.
854) rapporte un arret de la Cour de
Cassation ainsi concu : < La liberty
( provisoire moyennant caution peut
& 6tre demanded et obtenue par lepre-
< venu en matiere correctionnelle en
( tout etat de cause, ce qui doit s'en-
(< tendre de toutes les phases de la pro-
cedure qui precedent le moment oit
a ii est intervene un jugement de con-
c damnation ayantacquis le caractcre de
( la chose juge ; que cette disposition
( doit s'entendre 6galement, soit de
< l'6poque qui pr6cide le jugement de
( premiere instance ou d'appel, soit
a de celle qui suit un jugement rendu
( en cause d'appel, tant que dure l'ins-
( tance en pourvoi devant la Cour de
c pas en dtat d'arrestation peut aussi
a bien demander la liberty provisoire
< que celui qui est detenu, puisqu'au-
K cune loi ne subordonne l'exercice de
( ce droit a la condition de la deten-
l tion prealable; qu'il a le meme intI-
a ret d conserve sa liberty qu'a la re-
couvrer apr&s l'avoir perdue. )
Le mime auteur (Instr. Crim., tome
8, p. 416-417, no 3942) s'exprime com-
me suit : ( Les condamnis h l'empri-
< sonnement peuvent mnme 6tre dis-
a pensis de la mise en 6tat .. .
(( 2 Lorsqu'ils ont obtenu leur mise
< en liberty sous caution . Cette
mise en liberty dispense de la mise en
a etat, soit qu'elle ait 6t6 accordde
< avant la condemnation, soit qu'elle
F l'ait kt6 depuis. ) A l'appui de son
opinion, il renvoie A sept arr6ts de
la Cour de Cassation. A ces sept d6ci-
sions, 1'on peut ajouter deux nouveaux
arrets rendus l'un en 1867, 1'autre en
1871, (Dalloz recueil 1867. 1-457-
458; 1871, 2. 135), d'apres lesquels
le prevenu laiss6 en liberty provisoire


sous caution n'a pas besoin, en cas de
condemnation, de se faire maintenir
en liberty provisoire par une decision
sp6ciale du juge correctionnel, pour
6tre dispense de se mettre en 6tat lors
du jugement de son pourvoi en Cassa-
tion.
II n'est nulle part question' de la dd-
tention pr6alable pour 6tre autoris6 a
obtenir sa mise en liberty provisoire.
D'autre part, l'obtention de la liberty
provisoire suffit largement pour la re-
cevabilit6 du pourvoi; et il n'est pas
plus n6cessaire de 1'obtenir que d'etre
en 6tat, avant la declaration de pour-
voi. Nous ne pouvons, a ce sujet, man-
quer de reproduire un arret ainsi con-
cu de la Cour de Cassation, en date
du 29 Mai 1873: ( Atendu que, par
a arret du 7 Mars 1873, la court d'appel
a de Montpellier, chambre correction-
< nelle, a accord, pour qu'il pfit etre
a admis a se pourvoir en Cassation, au
( nomm6 Giral, condamne h un em-
a prisonnement correctionnel, sa mise
( en liberty sous caulion; que cet ar-
a ret et le rec6piss6 du cautionnement
( sont annex6s h l'acte de recours en
a Cassation du dit Giral; que, des
lors, son pourvoi est admissible; -
a Attendu, en effet, que l'art. 421 (cor-
( respondant A l'art. 328 de notre Code
a d'Instr. Crim.) n'exige pas quela mise
a en Ciat du condamne precide sa dd-
a claration de pourvoi; Qu'il suffit
que le condamn6 soit 6crou6 ou mis
e en liberft sous caution au moment oii
< la chambre criminelle de la Cour de
( Cassation, qui, seule, a mission de
statuer sur le pourvoi, est appelee d
Sl'admettre ou d le rejeter ; que le texte
( de cet article ne laisse pas de doute
h a cet regard, pyisqu'il ne dit pas que
a les condamnes une peine empor-
< tant privation de la liberty ne seront
a pas admis a d6clarer leur pourvoi,
0 mais qu'il porte qu'ils ne seront pas
admis h se pourvoir en Cassation
t lorsqu'ils ne seront pas actuellement
k( en dtat. )
Mais, peut-on dtre tent6 d'objecter,
la jurisprudence de la Cour de Cassa-
tion de France n'est pas applicable aux
esp&ces jugdes i Haiti. I1 est facile de







89 REVUE DE LA SOCIIETI DE LEGISLATION
A7i 'St M l 'Y ?f BaKZ^'d'iY BI lB^


faire remarquer que dans le cas que
nous examinons, l'art. 421 du Code
d'Instruction criminelle francais dtant,
sauf un paragraphe supprim6 (suppres-
sion qui revele clairement l'intention
de notre l6gislateur de faire cesser une
dquivoque), identique a l'art. 328 de
notre Code,. les decisions concernant
l'interpr6tation du premier se peuvent
parfaitement appliquer au second. D'ail-
leurs, le Tribunal de Cassation d'Haiti
a eu, jusqu'A 1'arret du 2 Mars 1891,
une jurisprudence conform a celle de
la Cour de Cassation de France. Un
arret du 31 Mai 1.,i2 est ainsi concu :
a II ne r6sulte nullement des terms
a de l'art. 32'S du C. d'Instruction crime.
a qui subordonne la recevabilit6 du
a recours en Cassation a la condition
a que le demandeur soit actuellement
q en Rtat, que cette condition
doive tfre remplie au moment mWme
a soit iorsque la Cour de Cassation est
d di mime de prononcer sur le pourvoi.,u
< Lorsque, dit un arret du 18 Juin
< 1877, le Mini.t'ir,- Public s'est trouv6
a dans obligation, devant le texte for-
r mel do la loi, de demander la dd-
a chance du condamn6 au correction-
< nel pour n'avoir pas donned la preuve
a qu'il s'6tait mis en etat dans la mai-
c son d'n rrit, et si immddiatement apres
k la dicheance dlm.and.l e, le condamne
Sa jistiii,', par un acte valuable d6li-
vrd par le concierge de la maison
i d'arr6t, qu'il '!uait actuellement en
o elf.t cet acte agant I'lruit 1'effet de
< la d&chdanceproposde, le Tribunal n'a
< plus A s'arr6ter h la demand du
A lMnistel Public, et doit declarer le
a pourvoi recevable en la forme. >
Un arret du 13 Octob-e 1880 est ainsi
concu : Lor'sque. contrairement aux
( dispositions de 1 art. 35; du C. I. C.,
a non seulement aucun acte de proce-
a dure ne justifie que le demandeur en
( CaI.sation, condamne par le Tribu-
a nal correctionnel a l'nmpirisonnerment,
( se troupe actuellement on liblrh: sous
7,ctniion, mais encore que le certificate
. dtelivre par le concierge de la prison
< constate que ce diemandeur ne se


Strouve pas en 6tat dans la prison,
< poiir ne s'tre pas conform auxpres-
< criptions du dit art., le demandeur
< s'est rendu non recevable en son re-
, course. D
Il en r6sulte, a contrario, que toutes
les fois que le demandeur aura un acte
justifiant qu'il est en liberty sous cau-
tion, le pourvoi devra 6tre recu ; et il
pent produire cet acte meme apres les
conclusions du Ministere Public.
Ces arr6ts sont concluants et resol-
vent complctement la question de prin-
cipe.
En consequence, il rdsulte, de tout
ce qui pr6cide, que Mr. Hodelin, con-
damn6 t six jours d'emprisonnement,
n'6tait nullement tcnu de se mettre en
6tat au moment meme de sa declara-
tion de pourvoi. Le 11 Septembre 1890,
il obtenait rigulierement du Tribunal
correctionnel sa mise en liberty provi-
soire. Le 13 Septembre de la meme an-
nee, par acte recu au greffe, il d6posait
la caution exigee. C'est seulement le 18
Fivrier 1891 que l'affaire a &td enten-
due au Tribunal de Cassation; et 1'ar-
rdt n'a 6td rendu que le 2 Mars. Nous
disons done qu'au moment oii l'affaire
a tl aqj)ptelec. Mr. Hodelin, ayant regu-
lierement obtenu sa mise on liberty pro-
visoire et d6pos6 la caution, ne pou-
vait 6tre d6clare irrecevable en son
pourvoi. Le Tribunal de Cassation de-
vait examiner les moyens de son pour-
voi, sauf h les rejeter et a maintenir le
jugement atlaqu6, s'ils n'6taient pas
fondis.
En r6sum6, il suffit, pour que le
pourvoi soit recevable en la forme, d'e-
tre en 6tat ou en liberty provisoire sous
caution au moment oi l'affaire est ap-
peloe an Tribunal de Cassation. Et
pour obtenir la liberty provisoire, il
n'est nullement n6cessaire d'avoir 6t6
d'abord emprisonn6.
Telle est notre opinion sur les ques-
tions qui nous ont kt6 soumises.

Port-au-Prince, 12 Mars 1891.

J, N. LEGER.- EMMANUEL LEON.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs