• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Avril 1893
 Mai 1893
 Juin 1893
 Juillet 1893
 Aout 1893
 Septembre 1893
 Octubre 1893
 Novembre 1893
 Decembre 1893
 Janvier 1894
 Fevrier 1894
 Mars 1894
 Table of Contents
 Tableau des concessions de plus...














Title: Revue de la Société de législation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080974/00002
 Material Information
Title: Revue de la Société de législation
Physical Description: v. : ; 29 cm.
Language: French
Creator: Société de législation (Port-au-Prince, Haiti)
Léger, Jacques Nicolas, 1859-
Publisher: Impr. H. Amblard
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1892-
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Law -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1. année (le 2 avril)- 1892-
Issuing Body: Publisher varies: 1892-1894, Imprimerie de la jeunesse.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080974
Volume ID: VID00002
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001109456
oclc - 18691953
notis - AFK5956

Table of Contents
    Avril 1893
        Page i
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Mai 1893
        Page 18a
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    Juin 1893
        Page 34a
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
    Juillet 1893
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
    Aout 1893
        Page 74a
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
    Septembre 1893
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 110a
    Octubre 1893
        Page 110b
        Page 110c
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
    Novembre 1893
        Page 148
        Page 148a
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
    Decembre 1893
        Page 166a
        Page 166b
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
    Janvier 1894
        Page 184a
        Page 184b
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
    Fevrier 1894
        Page 198a
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
    Mars 1894
        Page 214a
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
    Table of Contents
        Page 229
        Page 230
        Page 231
    Tableau des concessions de plus de 5 carreaux de terre
        Page 232
Full Text





2me Annee No 1er Port-au-Prince, le 2 Avril 1893.


REVUE

DE LA

SOCIETE DE LEGISLATION
Paraissant le 2 de chaque mois

Siege provisoire: chez Me J. N. LEGER
16, rue dit Fort Per.

COMITrI DE DIRECTION ET DE REDACTION
M.M. STEPHEN PRESTON, PRESIDENT
GEORGES SYLVAIN, SECRETAIRE
J. N. LEGER, TaRSORIER
JUSTIN DEVOT
EDMOND LESPINASSE
FRIDERIC MARCELIN MEMBER S
J. J. CHANCY


PRO PATRIA


SOMMAIRE
S.iin'es de la Socidtd.
Etudems ,ur I code civil -- DEVOT.
Revue judliiaire A. BONAMY
Cuaise de secour,
Nderologic
Avis

Abonnement .... 1 an P. 4 Le numrnro .. P 0.40

Adlresser la ,correspoinal;icc au sidUj provisoire de la Soci6td.


PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE DE LA JEUNESSE
1893.








-4-


S9,NeES DE LA SOCIMT
/ Extraits des procks-verbaux.)
Assemblee gdndrale du 15 fwvrier 1893.
( SUPPLEMENT.)
A cette Assemblde (qui porte A tort la
date du 25 dans le No 12 de la Revue. )
M. A. Thoby, Ministre d'Haiti & Santo-
Domingo, membre correspondent de la
Soci6td, a dtd dlu membre actif, a l'una-
nimitd des voix.

Rdunion du 23 Mars 18983.
( Presents: MM. Chancy, LUger, Syl-
vain, Dyer, Hdraux, Borno, Bonamy,
Viard, Latorest, Baron, Dominique,
Bouzon.)
Prdsidence de M. J.-J. Chancy.

M. Laforest, rapporteur de la Com-
mission charge de vrifier la comptabi-
lite du tr6sorier, arrAtde au 31 fdvrier
1893, donne la mention des chilffres sui.
vants que la Commission a trouvds con-
formes :


Recettes :
Ddpenses:
Balance:


1680.28
881,12
829,26


En consequence, le rapport conclut A
la d6charge du trdsorier pour l'exercice
1892-1893.
Le vote sur ce rapport est renvoyd,
conformdment aux stanuts, a la prochaine
Assemble gdndrale.
La stance de reception de M. Amedde
Brun est fixde au dimanche 16 avril, A 8
heures du soir.
Une nouvelle lecture est donn6e du
rapport sur la ddnonciation des biens
du domaine a la vacance.

RAPPORT

La Commission que vous avez dedi-
gnde pour vous faire un rapport, sur la
proposition d'un de nos colleagues, tou-
chant I'accomplissement des formalitds
a observer pour la ddnonciation d'un
bien du domaine, conform6mdnt A la loi


du 4er Aott 4877, et d'un bien vacant,
cunformdment A la loi du 15 Juin 1841,
viint vous presenter le rdsultat de ses
appreciations :
La loi du lor aoit 1877, sur lavente, les
changes, les fermes et les concessions
temporaires des biens appartenant a
l'Etat, s'exprime ainsi en 1'article 67.
Article 67.- a Toute personnel qui
( dinoncera au president du conseil d'ar-
Srondissement, un bien du domain
a non occupy, mais don't I'existence se-
( rait ignore, ou bien qui serait indi-
a meant occupd par des tiers, aura droit
1 a une prime gale au produit d'une
a annde de fermage du bien denonod on
ai dix pour cent de sa valeur, apres
a qu'il aura etd constate que le bien est
a rdellement a I'Elat.
a Celte prime sera payde sur le pro-
a duit de la vente ou de la ferme du
a bien, denoncd au choix du Gouverne-
c ment.
a Le bien sera rdputd propridtd de
S'Eta et la prime sera acquire a celui
a qui en aura denonce l'existence un an
a apres qu'un avis rdpete chaque semaine
a dans le Journal Officiel et aflich6 de
a moist en mois au siege de la justice de
c paix et du conseil communal de la si-
t tuation du bien, aura announce la dd-
c nonciation faite A l'administration do-
a maniale, et si pendant ce ddlai aucune
Reclamation n'a det present6e. Dans
a ce cas, en outre de sa prime, la prefd-
Srence sera accordde au d6nongant A
iprix dgal, pour acquisition ou la
c ferme du m6me bien.)
Cet article, comme vous le voyez, ne
vise que les biens du domain, don't
existence est ignore par cette admi-
nistration.
Le ddcret rdvolutionnaire du 10 sep-
tembre 1879 ayant rapport la loi du I7
novembre 1876 sur les conseils d'arron-
dissement don't lesa presidents 6taient
charges de l'administration des biena du
domaine, par la loi du er aoot 1877,-
susvisee, il a dtd rendu une loi le 5 oc-
tobre 1880, crdant de nouveau, une ad-
ministration gdn6rale des domaines na-
tionaux, avec touts les attributions que
la susdite loi confdrait aux presidents
des conseils d'arrondissement.








-2 -


te 26 septembre 1885, il est rendn
une loi qui supprime la charge'd'admi-
nistrateur general des domaines natio-
naux et attribue aux admiinirl'atleuis des
finances et aux proposes d'administra-
teurs des finances, 1'exdcution do la loi
du lcr Aodt 1877.
11 resulte de ce qui prc6de que la loi
a idsign6 les deux categories d(e 'onc-
tionnaires ci-dessus pour I'administra-
tion des biens du domaine national, en
faisant ou relevant tous actes y relatifs.
Quant aux biens devenus vacants
lo par la mort d'une personnel, ab in-
testat et sans postdrite et 2o par la re-
nonciation faite par les ayant-droits d une
succession ondreuse il n'appartient
qu'aux curateurs aux sucessions va-
cantes, rl'en connaitre aux terms de la
loi du 15 Juin 1841 qui prescrit les for-
malitis a remplir a l'6gard des succes-
sions vacantes.
Votre commission s'estimerait hcu-
reuse si vous daigniez prendre on consi-
ddration le present rapport.
(Signd :) MAXIMILIEN LA.FOREST
D. JEAN-JOSEPH

Les conclusions do ce rapport sout
mises en discussion.
M. 1ouzon. Vous avez examine dans
le rapport autre chose que ce que j'ai
demand. Voici le texte exact de ma
proposition :
a Existe-t-il une prescription de la loi
sur les domaines qui permette de de-
noncer A la vacance un bien don't on ne
connait pas le propridtaire ?
t Quelle peut dtre ]a valeur de denon-
ciations du genre de cells que nous vo-
yons publi6es par le service des domai-
nes, section du ministAre de l'Intlrieur?
M. Laforest. La r6ponse a ces deux
questions est dans le rapport.
M. Bouzon. J'ai demand l'opinion
de la commission sur un point precis :
Existe-t-il une prescription de la loi ?
M. Laforest. Relisez le rapport, et
vous verrez que l'art. 67 de la loi sur les
domaines vous r6pond : a Oui, cette
prescription existed, et sous tell et tell
forme. a


M. Bouzon. Je suis de votre avis...
M. Laforest. Pardon Nous n'avons
pas, ni I'un ni l'autre, d'avis & avoir
lh-dessus. C'est la loi qui pale.
M. Bouzon. Messieurs, p6nitrez-vous
bioe. je vousprie,du sens de mes ques-
tions. Je pelends que la section du Mi-
nistLredel'Iniitdieurquichaque semaine
public au Moniteur des dispositions au
sujeldes biens vacants n'y a aucun droit.
Le Ddparlement do I'InlCrieur ne peut
dtre d la fois contr6lour et admininistra-
teur. Toules les dinonciations opeires
ainsi soul, d'apr6s moi, illgales et non
avenues. Est-ce l'opiniou de la Socidt6?
J'ii d6sird 6tre idilie sur le point.
M. Laforest. Quand le Rapport a dit:
Voii:i quels sont les individus qui doi-
vent, Eclon la loi, 6tre charges de ce
service, il me semble qu'il aassez dit.
M. Bouzon. En faith tout le monde ne
connait pas la loi. Je vois continuelle-
meot d6noncer des biens pr6tendus
vacants A Pdtion-Ville. Toutes ces pro-
pri6t6s ont des maitres. Ou elles appar-
tiennent A des particuliers, ou & I'Etat
lui-meme. C'est un veritable d6sordre
qu'il est temps d'arrtter. Comment ? En
6clairantle public sur lecaract6re illegal
de ces denonciations. Voili pourquoi
j'eusse desire que le rapport concllt en
terms plus formels.
M. Lgder. Discutons d'abord les con-
clusionsduRapport, etnousvoterons en-
suite sur les questions poses par notre
college Bouzon.
11 est certain que les avis du Moniteur
violent les r6gles de la prescription: on
ne peut, au bout d'un an, vous enlever
un bien que vous dtiez en train de pres-
crire, quand le ddlai le plus court de la
prescription est de dix ans.
M. Bouzon. Les biens d6nonces au-
jourd'hui no lesont pas commedes biens
don't l'Etatignorel'existence, parce qu'ils
ne sont pas inscrits au cadastre...
M. Laforest. Oui, il y en a.
M. Bouzon. Ce sont tout simplement
des biens don't on ne connait pas les
propri6taires.
M. Viard. Si on donne toutes les
designations n6cessaires, le veritable
propridtaire se reconnaitra.
M. Bouzon. Oui, a condition qu'il







-3-


fasse du Moniteur sa lecture habiluelle.
M. Baron. Quelquefois on donne
sciemment de fausses designations.
M. Bonamy. La question est assez
delicate pour itre dtudlie A fond. i1 y a
une contradiction, apparent au moins,
entire la loi sur les domaines t la loi
sur les successions vaantes...
MM. Laforest el Bouzon. Auenne.
M. Bonamy. Pourquoi faire une dis-
tinction entire les biens sans maitre et
les successions vacantes ?
M. Laforest. C'est un mot mis pour
un autre.
M. Bonamy Je me demand si par
successions vacantes le 16gislateur n'a
pas entendu parler des successions aux-
quelles des hdritiers auraient renonce,
et par biens sans maitre des biens qui
n'ontjamais eude propridtaires connus.
M. Bouzon. Les biens qui n'ontjamais
6t6 occupds, qui n'ont pas de maitre,
appartiennent de droit A l'Etat.
M. Bonamy ?. Et si l'Etat ignore ce
faith ?
M. Laforest. C'est alors qu'intervient
la necessity de la denonciation.
M. Bouzon. Pratiqude dans les formes.
M. le Prdsident. Le rapport pose bien
le principle et y repond implicitement;
mais ii n'est pas assez precis.
M. Laforest. Je soutiens que la SocidlB
de Legislation n'a pas pour mission de
critique les actes des individus, fonc-
tionnaires ou non, qui ne se confor-
mentpas A la loi: en dnongant quelle est
la loi, nous avons rempli noire rdle.-
Exirte-t-ilds prescriptions ldgales rela-
tives a la d6nonciation des biens a la
vacance. Le rapport r6pond par lacita-
tion des articles de loi qui s'y rdf6rent.
Ce qui se faith a ce propos au Ministere
del'Intdrieur est-il 1gal? Nous ne disons
pas : C'est illegal, ou : C'est legal, -
question que lestribunauxseulspeuvent
resoudre. Mais nous indiquons les
fonctionnaires designs par la loi et les
formalities d remplir pour la ddnoncia-
tion des biens a la vacance. Aux inte-
ress~s a tirer des textes toutes les con-
sequencels qu'ils comportent.
M. Bouzon. Nous voyons un abus.
Notre devoir est de le signaler et d'essa-
yer d'y porter remade.


M. Laforest. Ce nest pas Anous qu'in-
combe ce devoir.
A.L Ilraiu.c. II me semble que la ques-
tion die notre collgnue ost une question
de droit. II nous di.mande quelle est la
vadleir lig tle des denonciations prati-
quecs par le Ministlre de l'hetrieur. II 'y
a pus 1i de critique dos actes do I'Admi-
nistration, si ce 'est au point de vue
g6n ral des principles.
M. le P resident. Les conclusions du
Rapport sont mises anx voix.
MBonamy. Je m'abstiens deles voter,
en tant que rapport. Selon.moi, ce rap-
port n'a pas compl6tement 6lucid6 la
matiore. II y avait une question preala-
ble A trancher. Qu'est-ce que la loi en-
tend par biens vacants et par biens sans
maitre ? Le rapport n'en a pas parld.
M. Laforest. La question n'a pas 6BL
posee.
M. Bonany. Elle s'imposait.
Les conclusions du Rapport sont vo-
tees par la majority.
M. le Prdsident. Existe-t-il une pres-
cription de la loi sur los Domaines qui
penrmelle do dnoncer a la vocance un
bien don't on ne connait pas le proprie
laire '
M. Leger. Oui. -
M. Laforest. L'art. 67 s'explique tout
au long lA-dessus.
al. Bonany. C'est l la veritable ques-
tion. II suffit que quelqu'un dinonce
uno propriety quelconque, en remplissant
les formalities de la loi, pour que l'ins-
cription au cadastre s'ensuive...
M. lHdranx. Pas quelconque.... L'art.
67 dit: a bien du domain non occupo..
M. Bonamy. J'avise tell propri6td si-
tuWe dans telle rue. Le bien n'est pas oc-
cupd, ou il l'est indtiment; je le dinon-
ce a l'autoritd competente, en disant
Voici un bien don't on ne connait pas le
proprietaire.
Que dit la loi ? Si pendant un an, on
a affichd la denonciation, au bout de ce
temps, le bien est inscrit au cadastre
comme propridet de l'Etat.
Eh bien, il me semble que celte dis-
position de la loi sur les domaines est
en dsanccord avec le text du code civil.
M. Borno. On pourrait meme dire :







-4-


comporte une modification du code
civil.
M. Ldger. Sur la premiere question,
je crois que nous sommes a peu press
tous du mme avis. Les art. 3 et 67
combines de la loi sur les Domaines per-
mettent de d6noncer a la vacance des
biens don't on ne connait pas le proprid-
taire. QuantA la 20 question, il y a, selon
moi, une distinction A faire. Les pu-
blications, faites au Moniteur, A sup-
poser qu'elles dmanent de qui de droit,
n'ont de valeur absolue, au point de vue
Idgal, que pour les biens reconnus corm-
me appartenant au Domaine. Ceux-IA,
au bout d'un an, sont inscrits au cadas-
tre comme propridtd incommutable de
1'ELat, conformement A l'esprit de la loi
qui est de ne pas laisser trop longtemps
en suspens le droit de 1'Etat.
Pour les biens don't on ne connait pas
les propridtaires, et qui peuvent, par
consequent, appartenir a des tiers, au
boutde l'annee, 1'inscription au cadastre
vaudra, sauf le droit des tiers qui se
prdsenteraient munis de titres contrai-
res. A l'encontre des pretentious de ces
tiers, 1'Etat ne pourra invoquer que la
prescription ordinaire de 10 ou de 20 ans.
L'opinion de M. L8ger ayant rallied la
majortd, est adoptde par la reunion.
Lecture du Rapport de M. Hdraux sur
la question posee par Mr. Kenol.
(St. Marc. )

RAPPORT

Messieurs,
Vous m'avez d6signd, dans une de vos
precddentes seances, pour vous faire un
rapport sur les deux questions suivantes
qui ont etd soumises a votre examen par
un correspondent de Saint-Marc :
I
cL'ex6cution faite pour les dommages-
Sintre6ts et les depens ( rdputes acces-
c soires) d'un jugement par ddfaut, fait-
Selle acquerir I'autoritd de la chose ju-
SgEe A ce jugement, lorsque l'huissier,
L se prdsentant au domicile du condam-


c nd, n'a rien trouvd pour saisir, a dres-
Ss6 proces-verbal de carence, qui a 6t.
a notifi6 conform6ment A la loi ? -

II
L'opposition formde A ce jugement
a un mois et dix jours apres cette exe-
a cution est-elle recevable ?
La premiere question ne peut Wtre rd-
solue que par I'affirmative, en presence
du texte de I'article 162 du code de pro-
cedure civil. La connaissance de l'exd-
cution du jugement suffit, dans le sys-
teme du legislateur haitien, pour dtablir
la pr6somption que la partie condamnpe
accepted la condemnation prononcf e con-
tre elle et la reconnait just. Et la doc-
trine et la jurisprudence considerent lo
proces-verbal de carence, dressed en prd-
sence du condamn6 ou r4gulierement
nolifid A son dernier domicile, comme
un acte d'ex6cution qui fait acqudrir for-
ce de chose jugee au jugement par dd-
faut. II imported peu, come dans l'hy-
pothdse admise par notre correspondent,
que ce proc6s-verbal n'ait dt6 fait que
pour les dommages-intirets et los frais,
puisque beaucoup de jugements ne con-
portent pas d'autres condamnations ou
se bornent m8me A la condemnation aux
d6pens. On arrive forcdment A ce rdsul-
tat, quand on voit le paiement des frais,
suffire pour empecher un jugement par
ddfaut de tomber en peremption et
pour former la voie de opposition qu'on
serait tent6 de prendre.
La solution de la second question se
trouve toule indiqude parles pr6cedentcs
considerations. Si le proc6s-verbal de
carence, dressed comme nous I'avons dit,
suffit pour faire passer le jugement par
defaut en force de chose jugde, il est
evident que opposition faite postlrieu-
rement serait irrecevable.
Telles sont, Messieurs, les solutions
que ces deux questions me semblent
presenter et que je pense devoir vous
indiquer.
EDMOND HAiRAUX.
Les conclusions de ce Rapport soulnt p-
prouvies sans discussion par tous les
membres presents.







-5-


Nota. Nous nous empressons de
rdparer un veritable oubli en adressant
d M. Elie Bellande, Doyen du tribunal
civil de Jacmel, membre correspondent
de la Socidtd, nos remerciments et nos
compliments tres-sincares pour le beau
discours qu'il a prononcd le 13 fdvrier,
d la reprise des travaux de son Tribunal.


ETUDES SUR LE CODE CIVIL
Determination de la Nationalit6
Syst6me .du Jus Soli.

Nous savons deji, par quelques indications
produites au course de notre derni6re 6tude,
dansquellemesure et sous quelles restrictions,
quant aux personnel, le 1lgislateur de 1889 a
cru devoir rdintroduire dans-notre 'legislation
le principle du jus soli qui attribue au lieu de
naissance, en matibre de nationality, une in-
fluence decisive, faisant d6pendre la quality
national de l'enfant non de cell de ses au-
tours, mais du sol oi il volt le jour. D'apr6s
ce system, l'enfant ressortit, comme sujet,
i I'Etat sur le territoire duquel s'effectue sa
mise au monde.
L'aiticle 3 de la Constitution de 1889, qui
1'abrite et le revivifle, en fait une application
absolue, radical, mais en mme temps res-
treinte et limitee, en ce qui concern les in-
dividus saisis. La disposition en eflet ne touche
qu'une catdgorie d'individus, ceux qui des-
cendent de la lace africaine, c'est-A-dire qui,
& un degrd quelconque, ont en leurs veines du
sang africain.
II n'est peut-6tre pas inutile d'en rappeler
encore les terms: cSont haitiens... 3 Tout
individu nd en Hasti, de p!re stranger, on,
s'il n'et pas reconnu par son pdre, (1) de
ntere dtrangAre, pourvu qu'il descended de la
Race africaine. a
Mdconnaissant ici les principles si puissants
sur lesquels se fonde le syst6me du jus san-
gutnis, motifs don't elle-meme, par la large
conservation qu'elle donne ace sysleme (art. 3,
ler alinda. ), reconnait la force et la valeur,
la loi fait abstraction de la nationality du pere
de l'enfant et, sans se soucier de briser sur
ce point l'unit6 de la famille, attribue a celui-

(1) L'alinda vise aussi l'enfant natural, mais
nous avons ddja privenu le lecteur que nous
ne nous occupons, quant A present, que de l'en-
fant l1gitime, nous r~servant do presenter, dans
une etude d'ensemble, les principles r6gles de
notre droit sur les enfants naturels.


ci la quality d'haitien, par le soul fait de sa
naissance en Haiti.
Ainsi l'enfant nd sur le sol haitien d'un noir
ou d'un mulAtre (2) frangais, anglais, ame-
ricain, allemand, danois etc, est haitien et le
pays don't son pere relive, s'il le vent reven-
diquer pour sujet, se verra contester ce droit,
en vertu du texte constitutionnel ci-dessus.
Cedera-t-il sans protestation et ne s'effor-
cera-t-il pas A faire prevaloir centre nous
le principle de la determination de la nationality
par les rapports de filiation paternelle,
admis par sa legislation comme par la n6tre,
et sa protestation ne sera-t-elle pas d'autant
plus embarrassante qu'elle s'appuiera sur cette
double constatation: que lui, Etat reclamant,
rejette le jus soli, ou ne l'admet qu'attdnud
et adouci par des temperaments, tires du jus
sanguinis, tandis que nous, Etat contestant,
nous nous refusons a tout temperament le-
gal sur ce point, levant la double pr6tention
et de garder pour sujets, jue sanguinis, les
enfants d'haitiens nes a 1'dtranger et de nous
approprier, en la meme quality, jure soli, les
enfants d'etrangers n6s chez nous, de des-
cendance africaine.
Nous pensions qu'un pareil conflict se prdsen-
tant, nous nous versions amenes sRnon A
cder en droit, car il y va d'une question de
souverainete national, mais a regler la ques-
tion en faith, par un accord diplomatiquement
conclu avec l'Etat reclamant, surtout si cet
ELat se rencontre parmi ceux qni condamnent,
en le repoussant completement, le system
du jus solt, : tels, par example, l'Allemagne,
I'Autricho, ou le Danemark.
II no manque pas, pour rester sur le terrain
des fails observable, d'Allemands en Haiti qui,
venus dans le Pays et s'y plaisant, decident
de s'y dtablir, et s'y crdent une famille en con-
tractant manage avec une hailienne.
Les enfants issues de ces unions, se ratta-
chant par leur mbre A la race africaine, seront
haitiens jure soli. D'autre part ils seront alle-
mands, jure sanguinis, ceux qui naissent d'un
pbre allemand, meme A l'dtranger, 6tant al-
lemands, d'aprbs la legislation de 1'empire
d'Allemagne. De li un conflict de lois pour la
solution duquel I'Etat inthressa fera intervenir
sa diplomatic. (3)
(2) Nous employons ce mot comme term gd-
nd aque designant toutes les varidtds allant du
noir au blanc. II va sans dire que si le pbre est
de race blanche et que l'enfant par sa m6re,
descende de la race africaine, la regle s'appliquera.
(3) Nous cartons, cela va sans dire, etant
dans le domain du droit, l'dventualitd d'une r&
clamation brutal appuyde de menaces de coups do
canon. Alors il n'y a plus de droit qui tenne.
11 ne rcste debout que la fameuse maxima si ou-
trageante pour la Justice : la force prime le droit.







-6-


Nous opposerons notre qualit6d d'Etat sou-
verain oft nous luisons le droit de fair les
lois qui conviennentle mieux & notre situation
social et politique, et de les rendre obliga-
toires pour tous ceux qui resident en noire
territoire. A quoi le Reprdsentant de 1'Alle-
magne, tout en Ltmoignant de son respect pour
le principle de droit international mis en
avant, se retranchera derriere les considdra-
tions ci-dessus indiqudes: A savoir que son
pays reconnait pour sujet haitien l'enfant ne
d'un Haitien en Allemagne et que, vouldt-il le
retenir comme allemand, nous, Etat haitien,
ne manquerons pas d'elever la prdtention de
l'avoir comme national.
Certes, decides a user quand meme de notre
droit et de tout notre droit, la reclamation
produite par 1'Allemagne devrait flechir et
tomber devant notre resolution, Mais il est cer-
tain qu'en fait, les choses se passeraient au-
trement et que nous sentirions la necessity
de conclure un arrangement pour r6gler le
sort de ces individus ainsi revetus de deux na-
tionalitds.
Le conflict pourrait se presenter sous un autre
aspect, s'6levant, je suppose, entire Haiti et
un Pays stranger of existe, sons certaines at-
tenuations et mitigations, le systbme du jus
soli, la Fiance par example.
Un frangais de race noire se marie en Haiti
et y procrde des enfants, lesquels se trouvent
6tre, par suite du disparate existant entire
les deux I6gislations, haitiens et frangais i la
fois. Mais I'Age de I'appel sous les drapeaux
sonne pour le jeune home plac6 dans celte
situation, et la France le reclame, en meme
temps que Haiti, de son c6te, entend l'assu-
jettir aux devoirs civiques qu'elle impose a
ses nationaux.
Ici la Diplomatie haitienne se trouvera plus
forte et mieux armee que tout-A-l'heure vis-
a-vis de 1'Allemagne, car, dira-t-elle a la
France, bien que vous ne fassiez chez vous
qu'une application mitigee du jus soli, vous
reconnaissez cependant, sous certaines reser-
ves, l'avantage de ce syst6me et vous series
mal venue a vouloir condamner chez nous
ce que vous appreciez favorablement et admet-
tez chez vous. Vous dtes, nous le reconnais-
sons, sur ce point, moins absolue et moins
inflexible que nous, mais c'est affaire de me-
sure, de plus ou de moins. Vous retenez ir-
r6vocablement commit frangais 'enfant n6 en
France d'un haitien qui lui-meme y est na;
il vous faut deux g6ndrations sur votre sol,
nous nous contentons d'une seule. De vous a
nous, la distance n'est pas si grande.
L'argumentation, certes, ne serait pas sans
replique, maic elle serait bien solide et, ar-
rivant i la conclusion d'un trait pour la so-


lution des difficulties, noire Diplomatie se sen-
tirait en bion meilleure posture quo dans
l'au.re occurence, celle oif elle aurait & discu-
ter avec les Repr6sentants d'unEtat exclusive-
ment adoune au jus sanguinis.
Mais oi notre position deviendrait tout-&-
fait bonne, inexpugnable, c'est dans 1'hypo-
th6se d'une protestation dmande d'un Pays
oiu ragne et savit, dans toute sa teneur, le sys-
teme du jus soli
Toutes les Republiques de l'Amdrique du
Sud, pauvres en population et ;prouvant le
besoin d'augmenter le nombre de leurs natio-
naux, sont dans ce cas. Nous avons aussi ddji
cite l'exemple de la Rdpublique dominicaine,
nofre voisine.
II y aurait bien mauvaise grace A de pareils
Etats i s'en venir, trop exclusivement prdoc-
cupds d'eux-memes et de leurs interdts, blA-
mer une r6gle dlgislative qu'eu.x-mdmes ont
adoptde et utilisee, et revendiquer des enfants
nes en Haiti de 1'un de leurs nationaux et dd-
clards haitiens parla loi haitienne, alors qu'eux-
mimes se refuseraient i nous rendro des en-
fants nes d'haitiens sur leur territoire.
On ne peut d1gitimement se plaindre de 1'u-
sage rdgulier fait par d'autres de principles
don't on tire soi-meme parli et bBndfice.
Ajoutons, en ce qui concern la Rdpublique
dominicaine, que, consdquente avec'elle-indme,
sa Constitution ne reconnait comme domini-
cains les individus n6s en pays stranger de
parents dominicains et incorpords a ce pays on
vertu du jus soli, que tout autant que, cessant
de r6sider a l'dtranger, ils viennent vivre en
terre dominicaine. Elle s'abstiendrait done,
croyons-nous, de soulever aucune contestation
& cet dgard.
Mais telle n'est pas laconduite observe par
tous les autres Etats.
Rappelons, A ce propos, le conflict qui eut
lieu, en 1858, entro I'Angleterre et la Repu-
blique argentine, toutes deux faisant decouler
la nationality du sol.
Des Anglais de sang, nes dans laR6publique
Argentine, dtaient retenus par cet Etat comme
sujets. Ils rdsistbrent et reclamirent la pro-
tection et I'appui du Gouvernement anglais.
Mais, celui-ci qui lui-mdme, l'occasion, fai-
sait prdvaloir centre d'autres le principle du
jus soli, no put efficacement leur venr en
aide et dut se rdsoudre i les abandonner, no
pouvant les soustraire a la domination argen-
tine, tout le temps qu'ils r6sideraient en celte
R1publique. C'est li un precedent bon a rap-
peler et a retenir, notre pays, pouvant avoir
A s'en servir et a i'opposer aux reclamalions
dventuelles que suscitera peut-6tre dans l'a-
venir le texte que nous commentons.
Un autre conflict du meme genre s'dtait pro-










-7-


duit, en 1842 avec le gouveriement de Monte-
video, et nous trouvons, i ce sujet, dans le
trails deMr. deFolleville, (4) un passage des
instructions adressees par le cabinet anglais
au Consul anglais de Montevideo. On lui
Acrivait: Les enfants nds hours des posses-
a sions britanniques, de pbre ou mWme de
< grand-pere nd anglais, sont anglais en An-
a gleterre: mais ils ne peuvent pas invoquer
c cette quality centre le gouvernement du
a du pays oit ils sont nds, du moins tant
a qu'ils y demeurent. Par la commune loi
a anglaise, les enfants nds on Angleterre de
9 parents anglais on dtrangec s, sont anglais,
c et si la lot d'un Etat stranger est conpue de
a la mnme manitre, cet Etat a Ie droit de
c consider come sujets ces enfants nds
a sur son sol.
Nous aurions.plaisir a reproduire dgalement
un passage de la depoche de Lord Palmerston,
contenant les regles suivies pour la solution
du conflict avec le gouvernement argentin, r&-
gles tout-i-fait conformes, au fond, aux ins-
tructions ci-dessus, mais ce document nous
fait malheureusement ddfaut. (5)
Voici done, au moins pour ce qui concern
l'Angleterre, un point bien dtabli: on doit,
pour le r6glement des conflicts de lois inlerna-
tionaux en matibre de nationality, s'astreindre
a l'observance d'une equitable reciprocit6 et
tenir une conduite harmonique aux iddes quo
l'on prdconise dans sa 16gislation national.
Nous 6chouerions fort probalement, come
y out Achoud d'autres Etats, dans la tentative
que ferait notre gouvernement d'enlever i
un Etat comme la RIupublique argentine on le
Vdn6zul6a un enfant nd sur le territoire de
Fun on de l'aulre, de parents hailiens. Cet
Etat nous opposerait notre propre Legislation.
Seulement cet enfant resterait haitien aux yeux
de 1'Etat haitien qui s'en saisirait et le traite-
rait, en cette quality, du jour oa il viendrait
s'dtablir en Haiti I
A fortiori serions-nous d6sarmis en face de
la Rdpublique dominicaine qui, si elle ap-
plique, elle, le jus soli dans touted son dten-
due, met des limits A l'application du system
oppose et en restraint la port6e. L'enfant
nd i l'dtranger de pere dominicain, nous I'a-
vons dit, n'est pas ncessairement dominicain.
II rest stranger si le pays de sa naissance
le veut reconnaltre comme national, et ne
prend la nationality de son pere que lorsqu'il
se transport en terre dominicaine pour y sd-
journer.
(4) Trait6 de la naturalization p. 538, No 720.
(5) On le trouvei-a rapport en parties, croyons-
nous, dans le remarquable ouvrage de M. Go-
gordan: La Nalionalild et son influence au point
de rue international.


Il resort de ce court expose une conclusion
ddji brievement formulde par nous: A savoir
que le systame du jus soit abonde en incon-
venients. DBjA en d6saccord avec les ndcessitds
issues des rapports de filiation, il est en outre,
la cause et I'occasion de nombreux conflicts
de lois, de fr quentes difficulties internationals,
qu'un jeune et petit Etat a tout intdrdt A
dviter. (6)
Ce systame pourtant, malgrd ses defauls, a
eu comme un regain de faveur lugislalive et
sans computer les nombreux Etats qui y res-
tent fidbles, notons que beaucoup d'aulres lui
accordent l'hospitalitd dans leurs Idgislations
respective, a la faveur de certaines combinai-
sons juridiques qui lui enl6vent de sa rigueur
et de son inflexibility. Parmi ces derniers Elats
se remarquent: La Belgique, la Bulgarie,
l'Espagne, la Grace, I'Italie, le Luxembourg,
Monaco, Ja Russie, la Turquie, et aussi la
France qui y a fait d'imporlantes concessions
par sa loi du 29 Juin 1889.
II

Quelques mots au sujet de cette loi, pour
donner une idde des temperaments possibles
et rdalisables en cette matiUre,
Le Code Civil frangais avait brise compldte-
ment avec le syst6me du jus soli qui avait
r6gi d'une fagon absolue, dans e'ancien droit
frangais, l'attribution de la nationality. Seule-
ment, tout en rejetant ce sysitme, il rsser-
vait, par faveur spdciale, dans son article 9,
& l'enfant na en France de parents Atrangers,
le droit d'impdtrer dans l'ann6e de sa majoritY,
la nationality frangaise, A la condition d'Atre
domicilid en France ou, ne 1'4tant pas, d'y
transporter son domicile. II se rdalisait, en fa-
veur de cet enfant Atranger de naissance, une
naturalisation privildgide, ddpendant de sa
seule volontd, dispense des formalit6s do la
naturalisation ordinaire. II devenait frangais
par bienfait de la lot.
Mais en 1859 et plus tard en 1874 (7), pour
introduire un peu d'ordre et de stability dans
i'Ytat d'un grand nombre de personnel, de na-
tionalitd dtrang&re ou plutdt de nalionalitd

(6) L'iddal serait qu'il pat y avoir, en ma-
tibre de nationality, une Idgislation internatio-
nale ou A d6faut, un accord gdndral entire tons
les Etats, par I'elfet duquel un individu ne serait
jamais exposed a avoir deux nationalitds et, dan s
certain cas, A rester sans nationality. La fixation
de la nationality deviendrait done une question
de pur droit international positif.
[ 7 ] II y a des differences A signaler entire la
loi de 1859 et celle de 1874, mais nous n'indiquons
ici que les grande lignes, ne voulant que propo.
ser quelques terms de comparison.












inddeise, vivant en France, surtout dans les
d6partements avoisinant les frontibres, et fai-
sant une active concurrence aux frangais, il
fut decide que l'enfant n6 en France de pa-
rents strangers qui eux-memes y seraient nes.
serait frangaii de naissance, sauf & lui
d ddcliner cette qualitdpar laccomplissement
de certaines formalitds;
Le loi de 1889 a faith un pas plus mar-
qu6 vers le jus soli. L'enfant n6 en France
d'un stranger et qui s'y trouve domicili6 a sa
majornt, n'est plus Btranger de naissance,
comme sous 1'empire de l'ancien article 9 du
Code Civil. II est frangais ; seulement pour ne
pas faire violence a ses sentiments person-
nels et se montrer respectueux de sa liberty,
on lui laisse le droit de decliner la nationa-
litN frangaise, en prouvant, dans les formes
voulues, qu'il a conserve celle de ses parents.
L'enfant ne dans les mAmes conditions, et
non domicilid est stranger, jouissant a peu
prds comme sous l'ancien article 9, du droit
de b6ndficier d'une naturalisation privilegide,
sous condition potestative de sa part.
Quant aux enfanis nes en France de pa-
rents strangers nes eux-mAmes en ce pays,
ils sont, depuis 1889, frangaisjure soli, comme
des frangais de sang et, pour perdre cette qua-
lite, ii leur faut recourir aux voices ldgales,
ouvertes par la loi aux sujets frangais pour se
denaturaliser, c'est-&-dire qu'il leur faut ob-
tenir une naturalisation a 1'etranger.
Nous tombons tout-i-fait dans le jus soli,
avec cette dernibre hypothese, seulement la
r6gle sa tempere ici par cette consideration
que deux generations successives sur le sol
frangais sent n6cessaires pour en provoquer
application,
La base sur laquelle elle repose esf done, a
ce point de vue, beaucoup moins large qce
chez nous, bien que, sous un autre rapport,
elle offre plus de surface, car le lfgislateur
frangais n'est entrd dans aucune distinction
tenant aux qualitds ethniques des individus.
La France a et6 conduit & ce point par des
considerations qui, suivant le rapporteur de
sl loi au S6nat, se rattachent aux iddes de jus-
tice, i l'intAret frangais et i la sdcurite na-
tionale.
II n'est plus aujourd'huipermis i des fils
d'tirangers de s'etablir en France et d'y vivre.
SP'abri de la protection des lois, tout en
dchappant aux devoirs et aux obligations pa-
triotiques qui incumbent aux frangais. La jue-
tice, certes, y trouve son compete, ainsi que
lea exigences du service militaire et, par con-
s"quent, de la defense national.
Mais attachons-nous & bien montrer quo le
fait de la naissance, pris en lui-mime, en
dehors de toute autre circonstance, n'a pas le


pouvoir de conferer la nationality franqaise.
II faut qu'il s'y ajoute, dans un cas, le faith
d'un dtablissement de domicile en France et,
dans un autre, le faith de la naissance sur le sol
frangais du pbre ou de la m6re de 'individu
naturalist. Et encore laisse-t-on place, dans le
premier cas, a une manifestation efficace de
volonte de la part de l'intdressd.
Decomposant done et analysant le system
frangais on y trouve come 6elments consti-
tutifs: la naissance, le domicile et aussi le
jeu, reserve dans de certaines bornes, de la
liberty individuelle.
Un pareil sysleme, qui s'inspire du ju soli,
mais ou l'influence du sol se enforce des
sentiments personnel de l'dtranger assimile,
car naltre dans un pays et y resider, c'est, en
depit qu'on en ait, apprendre a l'aimer, un
pareil systbme se prdsente sous un jour asses
favorable et se peut ddfendre avec quelque
advantage,
Eh bien I c'est une combinaison legislative
analogue, sinon semblable, que nous aurions
desire voir rdaliser chez nous. Elle aurait ce
bon effet de servir l'interet haitien, dans la
measure utile, en mAme temps qu'elle ren-
drait moins nombreux et moins difficiles i re-
soudre les conflicts de lois signals par nous
comme possibles, mais qui se prdsenteront cer-
tainement dans un avenir donned, si on tient
la main i 1'execution du troisi6me alinda de
i'article 3.
III

Quelles sont les raisons qui ont pu deter-
miner le legislateur i etablir ce principle puise
dans les Constitutions de 1843 (art. 6) de
1846 (art. 5), de 1849 [art. 51, et qui, de-
puis 1867, avait dtd complbtement abandon-
nA? 18 ].
Un systAme juridique que la raison ni la
science ne recommandent, ne se peut justifier
et se maintenir quo s'il repond & un be-
soin social certain, que si, ne pouvant se rd-
clamer, en face d'un system rival, d'une
pr6cellence naturelle, il so trouve, au moins,

(8) Les Constitutions antdrieures i cell de
1843 n'en font pas mention, mais il so peut dd-
duire, par i fortiori, de l'art. 44 de la Consti-
tution de 1816 qui portait:. a Tout africai, in-
a din et ceus issue de leur saing, nes dans les
c colonies ou en pays strangers, qui viendraient
a rider dans la Ripublique SERONT reconnus
a haitiens, mais ne ouiront des droits de ei-
a toyen qu'apris une annie do residence. Si
done on semparait, bon grd mal grd, des individus
de sang noir nds ailleurs, A plus [forte raison
devait-on reconnattre pour haitiens ceux nas.
dans le pays de parents strangers.










-0B--N


dn dorrdlation avec des ndcessitds sociales
qu'il serait imprudent de ne pas constater pour
y donner satisfaction.
II est un fait qui a dd frapper beaucoup
d'observateurs. Un courant d'dmiigration, faible
d'abord, mais qai, depuis quelques annecs,
s'dtait grossi et accentu6, amenaitsur nos plages
un grand nombre d'individus venus des Iles
voisines, de la Jamaique notamment et de
St.-Thomas. Arrivds dans le pays, ces indi-
vidus s'y installaient, y vivaient, y prenaient
racine, croissant et multipliant, mil6s aux
haitiens, jouissant des mdmes avantages
qu'eux, mais ayant sur eux cette supdrioritd
de position que, strangers et toujours prdls a
exciper de leur extranditd, ils no couraient pas
les memes risques ct les mAmes plrils que
ceux A qui ils faisaient concurrence. Beaucoup
d'entre eux se donnaient carriere dans les
troubles et bouleversements politiques: au len-
demain de catastrophes que souventilsavaient
aid6e preparer et A precipiter, on les voyait
arriver avec une note A payer .. pour torts
et dommages 6prouvds par suite des troubles
civil. Et l'on payait !
Un tel dtat de choses se perpdtuant, que
serait-il arrive ? Tout bonnement ceci: que le
nombre de ces individus grossissant de plus
en plus, eux-mtmes procrdant des enfants,
devenus a leur tour procrdateurs d'autres en-
fants, et tous restant strangers, il se formerait,
au boutd'un certain nombre d'anndes, loute
une couche social composer d'dlements dlran-
gers, difficilement discernables, don't la prd-
sence en Haiti aurait une influence ndcessai-
rement perturbatrice, si le l1gislateur n'in-
tervonait pour y metire bon ordre.
C'est cet etat de choses, pensons-nous, qui
a attire son attention et auquel il a cherchd
A remddier par la disposition l6gale que nous
dtudions (. 9)
Mais n'a-t-il pas un peu d4pass6 la measure
et fait plier au-dela de ce qu'il tait ndces-
saire, le principerationnel du jus sanguinis?
C'est ce que nous croyons avoir d6montre.
Assurement rien n'est absolu en droit, pas
plus qu'en aucune autre science social, et
les circonstances ont pariois des exigences de-
vant lesquelles se courbent et fldchissent les
r&gles les mieux dtablies, les systAmes les plus
rigides. La politique, qui s'inspire plus par-
ticulirrement de l'interet social et des con-

(9) Beaucoup d'Etats voient dans Ie jus
soli, un moyen aisd d'augmenter leur population.
Mais je ne pense pas qu'il y ait pour nous A le
considdrer de ce c6td. Malgrd nos luttes inesti-
nes notre population nest pas en ddcroissance-.
loin de lA Et tout porte a croire que, avec une
longue pdriodo de paix la density de la popula-
ion ne laisserait rien A d6sirer.


venances patriotiques, rdelame des conces-
sions du droit qui est forced de lui en fair,
colmme lui en fait I'Economie politique pure.
Et nous sommes juscement dans un de ces
cas od la science juridique doit se prdter aux
accommodoments qu' imposent la prudence et
la prdvoyauce politiques.
Mais, il y faut insisted, on se justified ma-
laisdinent, quelle que soit la pression des fails,
de no pas tenir compete, fdt-ce dans une touto
pelite inesure, des droits de l'individu.
L'enfant a drolit A la memo nalionalite quo
son pAre, avec qui ii vit, don't il spouse les
preferences et les aversions, au sort duquel sa
destined A lui est intimement lide. La force
des clhoes vent que vous porliez alteinte A ce
droit. Soit I mais au moins chorchez et trou-
vez une combinaison qui permelle, tout en
pliant la loi aux exigences sociales, de fire
en sorte que 1'atteinte portie au droit indi-
viduel no soit pas trop profonde. En la ma-
tiAre qui nous occupe, une pareille combinai-
son, on le salt, est possible; puisqu'elle est
possible, on est dans obligation d'y recourir
et d'en user.
II imported que, d'une fagon quelconque,
'enfant retenu come hailien jure soli, mal-
grh la nationalild trangBre de son pAre, so
trouve sa majority, en measure do fire une
libre option etde fixer lui-mdme son 6tat. Gar-
dez-le comme national, A moins qu'il ne ma-
nifeste formellement sa volonte de se ratta-
cher au pays de son pbre et no remplisso les
conditions pour atteindre ce r6sultat.
Que si sa residence en Haiti se prolonge,
quo si, son pere y dtant nd, il vioune A son
tour A y donner naissance a des enfants, oh I
alors, emparez-vousd'eux, car, fixds en Haiti
et y vivant sans esprit de retour, dlevds dans
le Pays auquel les attachent les souvenirs
si vifs et les impressions si pdentrantes do
1'enfance, ces individus sent haitiens. Ils le
sont on le doivent Atre par le coeur, come ils
doivent 'etre par I'effet du sentiment dejus-
tice qui veut que, vivant avec les haitiens, sur
leur propre sol, en concurrence vitale avec
eux; ils ne puissent so soustraire aux obliga-
tions civiques qui incombent A ceux-ci : me-
mes avantages, mimes charges. Ce ne
sera que justice et aussi pour reprendre
les terms du rapporteur de la loi Frangaise,
1'interdt Hillien et la sdcuritd national y trou-
veront toute satisfaction.
Ainsi adouci et rendu moins rigoureux, ii
n'y aurait pas grand inconvenient A Atendre a
tous les strangers en gdndral l'application
alors mitigde, du jus soli, ce qui permrttrait
de se ddfaire d'une distinction qui s'explique,
mais qu'il eil mieux value ne pas fair, au
moment surtout ot, dans un domain avoisi-









- 10 -


nant celui de la naturalisation, on 6largissait
le droit en chassant de la Constitution touie
r6gle exceptionnelleou exclusive fondue sur
les differences de race. (10)
IV
Quelques reflexions finales sur celte dis-
tinction, don't l'id6e se relief A la notion de
race.
II faut bien se garder, pensons-nous, d'y
chercher l'indice et comme la manifestation
dernibre, d'un esprit d'exclusion A l'endroit
des individas de race blanch ( ou jaune, car
les Chinois et les Japonais, par example,
rentrent dans la mdme categories que les Eu-
ropens de sang pur ).
L L6gislateurs'est laisse guider par Ie spec-
tacle qu'il avait sous les yeux et que nous
avons signal : celui d'une grande quantity
d'individus, de race ou de descendance afri-
caine, vivant en Haiti, sans nalionalil bien
precise, et don't il important de regler la situa-
tion international, trop vague et trop indd-
terminde. II a done remis au jour une an-
cienne measure legislative, de nature, selon lui,
Sempdcher, au moins en ce qui regarded les
enfants issues de ces individus, cette espece de
vagabondage international .
Quant A vouloir accorder aux ressemblances
et aux differences ethniques entire les homes
une importance qu'elles n'ont pas, telle n'a pas
dti sa pensee, croyons-nous. II n'a pas song
& traduire dans un texte ldgislatif un prelendu
sentiment de repulsion du people haitien
pour une race on plutdt pour deux grandes
races humaines. Si telle avait tdi son inten
tion, il edt 6t6 facile de lui montrer qu'il se
faisait linterpr6to inexact d'un sentiment sin-
gulibrement affaibli, aneanti presque aujour-
d'hui et qui, du reste, A regarder les chases
dans leur fond, n'a jamais eu, au moinsau
point de vue l6eve de la philosophic de noire
droil, la signification qu'on a voulu lui don-
ner, et qui, hisloriquement, s'explique au-
trement que par l'antagonisme dos races.
On eot 6td amend, d'autre part, A opposer
au Ldgislateur sa propre conduit qui, sur
un autre point, a etc la negation meme de
I'ide d'exclusion. Quel reproche d'illogismo,
en effet, ne serait-on pas fondA a lui adresser
si, tandis que d'un c6te, en matiere de na-
Sturalisation, il rendait la loi favorable at ac-
cueillante aux strangers en general, sans
distinction d'origine, d'un autre cdte, il s'ap-

(10).-Const. de 1889. Art. 4 : Tout dtran
ger eat habile a devenir haitien suivant les rb-
gles dtablies par la loi. Et cette loi, jusqu'ici,
c'est 1'art. 14 du Code Civil qui facility Etrange-
ment I'accs de la nationality haitienne. -


pliquait A exclure systematiquement toute une
classes d'6trangers, en vertu d'uno sort de po-
litique elhnographique, comme s'il no pou-
vait y avoir d'affinitd entire le group national
d'IIaiti et les l6rangers de cette classes.
Certes, en suivant le course de 1'dvolution
de noire droit, on rencontre, en ce qui con-
cerne les strangers de race blanche, beau-
coup de dispositions ompreinles d'exclusi-
visme et de adflance; nous avonseu occasion
do les signaler ddjA el nous y roviendrons, en
6tudiant les modes d'acquisition de la natio-
naliti. haitienne par un fait posdlrieur la
naissance, mais ces dispositions s'expliquent
par des raisons de 1'ordrc hislorique ou poli-
tique plutbt qu'elhnologique. Elles ont dtd le
rdsultat force, indvilable de l'agencement des
chores et des evendments prucurseurs do no-
lielnddpendance, Ic produit dos circonslan-
ces qui ont pr&oide et concouru a la formation
e^ la nalionalit6 hailienne.
?'y cherchez pas, a l'instar do certain pu-
bliciee.-s dlrangiers, superliciels ou mal infor-
mds, on intentionnelleinent injustes, Ic tdmoi-
g'age d'un sentiment natural d'aversion et
d'incuralble defiance de i'hailien envers les
strangers de race caucasique. Ce sentiment
qui n'est pas natural, mais qui etait descen-
du an zcnwr des haitiens au spectacle des
souffrances et des miseres des temps d'es-
ciavage, dans 'lelreinte des dures necessities
de la guerre de I'ind6pendance et des rudes
commencements de leui nation, ce sentiment,
fruit amer de 1'experience, s'est do nos jours
affaibli, attlnud, n'existe plus. L'id6e de
1'antagonisme des races, qui, malgr6 les dou-
loureuses circonstances exceptionnelles ci-
dessus rappeldes n'a jamais et6 1'inspiratri-
ce, dcoutee sans reserve, de nos measures 16-
gislatives, a perdu toute influence et n'aplus
de place dans nos meditations patriotiques.
Nos Idgislateurs no s'y arrCtent pas et se ren-
dront de plus on plus compete do I'importance
secondaire, disons erfliaire, qu'il faut de nos
jours atlribuer a la race, comme e16ment de
fLrmation national. (11 ).-

( 1) .- Voici qui explique notre pensde; Pre-
nons trois individus : A. 1. do mime race, et
C de race different Toulcs choses dgales
d'ailleurs, il y aura tendunce de rapprochement
entire A et B A I'exclusion deC. Mais A et B
parent des lungues diffdrentes, et il y a commu-
nautd de lnguo entire A et C. Le rapprochement
en ce cas, s'effectuera plutbt entire A et C capa-
bles d'entrer en communication verbale l un
avecl'autre. Voici done un deuxibme Oldment.
la langue, don't intervention gdne, si elle ne
la paralyse entierement, !'influence de la race.
A. B. et C se servent de la meme langue, mais
B est inculte, tandis qu'il y a entire A et C une
certain conformity de culture intellectuelle.








- 11 -


Vivre ensemble, luster, sounfrir ensemble,
esperer ensemble on de; jours neilleurs et
travailler d'un commnun effort, a leo fair
venir, voici oft reside In priincipe irdsis[ant et
incorruptible d'nne nationalil6.
Que notre 16gislation, faile pour un pays 0oil
dos homrnens, les premiers hailiens, apparte-
nant a une des races humaines, rentt long-
temps opprimds par d'aulres hoinmmes, rangds
dans une race diff6rente, ait dd prendre cer-
taines mosures de riguenr, certaines prd-
cautions dicides par la prudence In plus
dldmenlaire, et comme des allures d6fensives
centre les oppressetrrs de la veille et ceux de
mdme souche ethnique qu'eux, quoi d'dlon-
nant a cela, et quel esprit philosophique ne
s'dtonnerait plutdt du contraire?
Si, au lieu d'dtro des noirs etides descen-
dants de noirs, les esclaves haitiens eussent
Wtd des blancs, do rnme race que leurs mai-
tres, come les esclaves de l'anticlue Rome
et que, las de souffrir, ils se fussent soulevds
et constituds en Etat independent, les choses
n'eussent pas pris une autre tournure, et il
n'est pas d'Etat naissant, moime quand sa
venue au monde s'opbre normalement, sans
commotion trop violent, qui n'dprouvo le
bcsoin, pendant le temps de sa formation et de
sa croissance, de prendre desdispositions d'ex-
clusion A 1'dgard de I'Etran-,er.
Haiti, nd dans les conclusions d'une guerre
sans merci, ne pouvait dchapper A ia loi com-
mune .
Maintenant, toute idde d'exclusion systdmna-

Ici encore A et C tendront A se rapproclier, et
A ira plus volontiers vers C que vers B. Nous
trouvons ici une autre cause d'attraction centre les
Otres humans, primant la race. Do mime si
nous mettons A et B de mmoe race, parlant la
mnme langue, de mime culture, mais ayant des
croyances religieuses et des sentiments moraux
diffdrents, si nous les motions en presence de
C, qui se rattatAhe n une autre race que A;
mais qui, outre qu'il parole la Amne langue et
possdde la mAme culture intellectuelle ue lui,se
trouve de plusassujetti auxmAmes croyances reli-
gieusesetaux mdmes principles de conduit, nous
verrons A, s'dcartant de B, s'associer de prdf6-
rence a C. Ainsi la 'langue, la culture intelloc-
tuelle, hl culture morale,la religion, autant d'd-
Idments qui, avec la race, mais en la primant,.
servant & grouper les homes et A les unir. Mais
rien ne vaut, come cause de formation natio-
nole, que la vie commune, longtemps continue,
traversee de revers, de souffrances d'heures a-
grdables, d'od naissent une longue chain de
souvenirs, d'intdrdts, ot d'espdrances communes
prenez des hlommes de toutes Tes races, pla-
ccz les dans cos conditions, et I'on verra, A la
longue, toutes les differences ethniques qui, au
ddbut, les separaient, s'attdnuer, s'effacer pro-
gressivement et finalement disparaitre tout-a-fait,


tiqrue mise id cotd et en admottant que notre
I'dgislation doive dire ddbarrassde de toute dis
timncLion lroite de races, est-il interdit, de
r3vr, en faith, pour Haiti, un rdle prdpondd-
rant ot bien en vue, qui forait d'elle comme
Ie port'-l6tindard do la civilisation noire, com-
e uiln cculre d oft rayonnerait sur le monde
noir I'amour du droil et de la Liberld Mon
Dieu! Un pareil rive est bien natural, bien
1dgilitne, et si nous no le faisions pas, d'au-
tros so chargeraient de lI faire pour nous.
Et des esprits gdndreux, strangers A Haiti, ne
l'ont-ilpas ps fai en rdalitl ?Sans vouloir rap-
pelor la belle parole sortie du grand cceur ai-
mnlt de Michelet qui a appeld notre Patrie, on
s'on souvient: a la France noire P, nous vou-
lons consigner ici une rdflexion de Philares-
to Chaslcs, bien caressante pour I'amour-
propre national et bien faite pour nous rap-
poler au sentiment do notre mission histori-
que .
a Apr6s quelquesconsiddrations surleosvoies
obscures suivies par la civilisation pour par-
venir A ses fins, Plilareste Chasles disait :
De moine, les noirs aujourd'hui sont destines
f en c groupant autour d'une Antille, qui
a est HIIli, A jeter un delment nouveau dans
a Ie monde (21 )
Voici un boau rOle tout trace pour nous par
un esprit 6dldv. Pourquoi n'y pas aspirer ?
Mais cc nest pas par l'eflet d'une legislation
restrictive, qu'on y pense bien, que nous ar-
riverons A une si haute destinde. C'et par
I'dlaboration interne, continue, incessant du

sauf, bien entendu, certaines differences physi-
ques, mais celles-il ne competent pas, au point de
vue Clevd oil nous essayons do nous placer. Si
bien que toutes les divergences ayant disparu,
on so trouverait en presence d'un group d'hom-
mesayant, enmoyenne bien entendu, mAme iddes,
mimes sentiments, mmec conception de la desti-
nde llumaine, d'une nation, en un mot .- La
Su'isse olt tant de races diverse se mdlangent,
offre de cela un exemple.bien convainquant. Qu'-
on remote, en France, au temps de I'invasion
ou, si l'on veut, de 1 infiltration germanique,
quelle diversity n'y observe-t-on pas dans la po-
pulation, au point de vue ethnique! Tous ces
delments divers se sont fondus ensemble et I'unitd
s'est faite sur se point, comme sur d'autres. -
Transportons-nous on Amdrique, aux Etats-Unis,
IA blancs, noirs et descendant d'eux vivent en-
semble, citoyens libres d'une m6me Patrie .
Mais des prdjuges persistants tiennent les noirs
at les muldtres a l'dcart de certain avantages so-
ciaux. II disparaitront sdrement et dans un sidcle,
onauraune nation homog6neodl'idde de raceaura
perdu toute influence social, come elle a ddja
perdu toute influence legislative.
( 21). -Psychologie social des nouveauxpeu
pies -- p. 275. .









Progrbs national, par le dpploiement et la mise
en action des energies vilales de notre people.
Si bien que, arrives & ce point de developpc-
ment et d'Wldvation, lout noir, tier et intelli-
gent qui, sur un point du globe, aura A souf-
frir d'nne inf'rioritd social injustifiee, vou-
dra s'agrdger A notre group national, et I'd-
tranger de race blanche lui-mbme, mild6 en
fait a noire vie social, n'h6sitera plus A ran-
chir, pour s'associer et s'unir a nous par les
liens d'uno naturalisation IIaitienne, la bar-
ribre quo la constitution de 1889 a ouverte
devant lui ,
JUSTIN DEVOT
Mars 1893
P.S. -
Erraltum -
Pribre de lire dans noire derniere Ctude,
No du 2 Mars 1892, page 211, Ic ligno,
aulieu de: qualitds plhystologiqucs- quali-
ids psychologiq es

REVUE JUDICIAIRE

Nous continuous I'analyse de quel-
ques arr6ts important du tribunal de
Cassation rendus pendant l'annre 1800
f Recueil des arr6ts publids par Monsieur
D. Jn.-Joseph. )
a. Ordonnance do rdfdrd: urgence.
Aux termes de I'article 704 du code de
procdcdre civil, le r6fird peut avoir lieu
dans deux cas: 1o Lorsqu'il y a urgence;
2o lorsqu'il s'agira de statue provi-
soirement sur les difficulties relatives d
l'exdculion d'un tilre on d'unjugement.
Dans le premier cas, l'apprdciation du
caraclro rl'urgence de la cause portde
en referd appartient exclusivement au
juge: sa decision, sur ce point, n'est pas
susceptible de recourse en cassation.
Ainsi a decided un arret du tribunal de
cassation en date da 11 mars 1890.
b. Saisie-arrt ; cr6ance liquid"
Des art. 473 et 480 du cod. proc. com-
bines, il rdsulte qu'une saisie-arr6t ne
peut ~tre opdrde qu'en vertu d'une cre-
ance liquid et certain : si la creance
n'est pas liquid, 1'6valuation provisoire
doit en etre faite par le juge. Mais si
le titre qui fait la base de la saisie-
arret a liquid la creance et que le
d6biteur pr6tende avoir des quittances i


proposer, quittances don't F'existence
rend incertaine la quolitd de l( dette,
celte derniere circonstance ne saurait
avoir pour consequence de rendre nulle
Ia saisie pour d6liaut de liquidation de
la crdance. a La saisie-arret praliquee
a dans ces conditions, en verl d'un
a titre authenlique, pour une crdance
a certain, liquid et exigible, est va-
a lable, bien que des acomples ayant WtC
a payds par le ddbileur, il y ait dissenli-
a ment, el, par suite, incertitude sur
( ce qui reste dit. II n'est pas nicessaire,
c en pareit cas, de faire prdalablement
at valuer !a creance par le juge. n Arrdt
du 11 mars 1890.
c. Serment decisoire.
Parmi los moyens de preuve qie la loi
met li la disposition des parties se trouve
le serment. II y a deux spices de sor-
ment, dit 'art. 1'143 du code civil: 10o Ie
serment ddcisoireou litis-ddcisoire, c'est-
a-dire celui dnfred par l'une des parties d
l'aulre pour en fire dipendre le juge-
ment de la cause ; 2o Ie sermeut appeld
par les auteurs supple'tif, qui est ddfdrd
d'officeparle tribunal, 4 l'une ou l'autre
des parties pour complete une preuve
qui n'est pas suffisante par elle-m,-
me [l153].
Pricisous, par quelques courts ddve
loppements, le caractere de chacune de
ces deux espices de serment.
Le serment ddcisoire est une sorte de
transaction, mais une transaction for-
ceo pour celui qui l'offie, comme pour
celui qui 1'accepte, en ce sens que celui
qui le dif6re n'agit ainsi que parce
qu'il n'a pas d'autres preuves a sa dispo-
sition, ou bien parce que les preuves
qu'il a produites ont 6t1 reconnues in-
suffisantes. Quelle est la position de ce-
lui A qui le serment est d6f6rt( ? II n'a
que deux parties a prendre : ou pr6ter
le serment, et s'aflranchir, ainsi, de
toute condamnalion, on le rdfdrer A son
adversaire; sinon, il doit succomnhr
dans sa demande ou dans son excIp-
tion.
En quoi consiste I. mission du liilm-
nal, quand une parties defere le sei mentt
a 1'autre? Est-il juge de la question de
savoir si le serment doit ou non 1ire or-
donna? La jurisprudence est h6sitante


-12 -







- 13 -


sur cell question; celle de notre tribu-
nal de cassalion dtait, jusqu'ici, pour la
negative. ( Voir arr6t du 20 Sept. 1852
cited par Linstant Pradines sous I'article
1143 du code civil); landis one les au-
teurs les plus important sont d'accord
pour la solution adopter. tEn autori-
a sant la ddlalion du serment dans toule
( espoee de contestation et en tout 6tat
a de cause, la loi attribue une faculty
a a la parties et non au juge. II en r6-
c suite que, lorsque le serment est va-
t lablement def6r6, ce dernier est, en
a gdndral, tenu de l'admettre o. Aubry
et Rau : The6rie du Droit civil fran-
gais. tome VIII, p. 191, 4e. 6diLion a Le
a j.ge doit-il ordonner la prestation de
a serment d6s que Pune des parties le
a demand ? L'affirmative nous parait
c cerlaine ; elle est ecrite dans la ddfi-
a nation que le code donne du serment
ct dcisoire ; c'est la parties qui ddfe.re
c le serment, ce n'est pas le juge; le
a tribunal n'intervient que pour sanc-
Stionner ce que les parties veulent et
Sce qu'elles ont lo droit de vouloir. Ce
Squele juge n'a pas ledroit d'ordonner,
t it n'a pasle droit de le refuser.Et l'on
t ne cor.goit pas qu'il refuse : le ser-
Sment est une transaction; or, les par-
e ties peuvent toujours transiger, la loi
a leur donne le droit absolu d'offrir la
a transaction sous forme de serment, et
a elle ne donne pas au juge le droit
a de s'y opposer. Cela est decisif. Le
a serment est encore une dernikre res-
c source que la loi offre a cell des par-
a ties qui n'a aucune preuve a I'appui
c de ses prdtentions : de quel droit le
Sjuge la priverait-il d'une voile gale de
a preuve?
C'est un appel a la conscience
Sque la loi autorise alors que l'une
t des parties n'a aucune preuve; c'est a
l elle de juger si cet appel est utile ou
a non, ce n'est pas au juge: il est in-
competent dans une question de cons-
c science qui n'est pas de son domaine.D
F. Laurent: Principes de Droit civil fran-
gais, tome XX, pages 291, 293, nu-
mero 258, 4e. edition. Ajoutons cepen-
dant que le droit de la parties de ddf6rer
le serment est subordonni i certaines
conditions.


Le devoir du juge est d'examiner si
ces conditions existent avant de laire
droit A la d emande. Mais lA s'arr-le son
pouvoir. Quelles sont ces conditions ?
lo II faut que les deux pirlies soient
capable de transiger: la femme ma-
ride, par example. ne pourrait pas d1-
firer le segment, ni accepted la dilation
de serment qui lui serait faite, sans 1'au-
torisation de son maria; 2o II faut que
la parties plaide en son nom personnel;
30en th6se gndrale, le serment peut etre
ddf6rd sur toute espece de contestation
(code civil 1,1444); mais, ii faut excepter
les contestations qui no sont suscep-
tibles ni de transaction, ni de renon-
ciation, ni d'aveu: par example, cells
qui interessent l'ordre public ou los
bonnes meurs[ cod. civ. 10, 1173, 41174,
etc. ] on cells relatives a des droits
places hours du commerce [cod. civ. 919)
etc. 40 le serment ne peut 6tre ddferd
que sur des fits, jamais sur la question
de droit (cod. civ. 1145, 1148 )* It faut,
en outre, que les faits, d'un edtd, soient
personnel a la parties i laquelle le ser-
ment est ddfere, de l'autre, qu'ils soient
relevants ou ddcisifs.
Personnels: l'art. 1145 est formel. II
n'en pouvait etre autrement, puisque le
serment est un appel a la conscience.
On ne pout affirmer des fails qu'un au-
tre aurait perpdtr6s. Relevants ou dd-
cisifs, c'est-a-dire de nature a motive
le jugement de la contestation, dans le
sens del'admission de la demand ou de
I'exception A I'nppui de laquelle ils sont
arliculds: ils doivent 6tre tels, qu'une
fois admis, ils terminent la contestation
d'une fagon definitive, absolue (1143).
En resume, sile serment est ddfr6par
une parties qui a quality a celle qui a ca-
pacitd de transiger, que la contesta-
lion soil succeptible de transaction, que
les faits soient personnel a la parties
el ddcisifs, si ces conditions sont reu-

nies, le juge est tenu de faire droit i la
requdle le la parties.
A quel moment le serment doit-il
6tre dtfidr ? On comprend a peine que
la question se pose, en presence des
terms clairs et precis de Tlart. 1146
coI. civ. ; II pout dire ddfdrd en tout
dtat de cause, etc., c'est-a-dire aussi bien







-14-


au debut de l'instance qu'apres qu'on
a propose d'autres moyens de preuve
qui auraient etd rejet6s: ot encore, ajoute
l'art. 1146, qu'il n'existe aucun cont-
mencement de preuve de la demand on
de l'exception sur laquelle il est provo-
qud. La question offre-t-elle plus de
doute, lorsque, au lieu d'atte.idre le re-
jet des moyen3 proposes, on d6f6re le
serment par conclusions subsidiaires ?
La jurisprudence frangaise decide, dans
ce cas, que le serment propose est sup-
pl6tif et non decisoire. La doctrine est
a peu pres unanime i repousser cette
jurisprudence. Ce qui distingue, en ef-
fet, leserment ddcisoiredu serment sup-
pldtif, c'est que le premier est d6fdre
par 'une des parties a l'autre, tandis
que le second est d6efer d'office par le
juge. Autre difference, le serment deci-
soire est defdre pour en faire d6pendre
le jugement de la cause; c'est la preuve
unique offerte de la demand ou de l'ex-
ception, a ddfaut d'autres preuves,. ou
en cas de rejet des preuves proposes ;
le serment supplitif est un supplement
de preuve (1153); ici, il y a com-
mencement de preuve, mais cotte preuve
est jugde insuffisante par le judge, qui
ordonne, pour la complete, le serment
suppletif. Toute la question revient done
a se demander si le serment offert re-
unit Ics conditions du serment decisoire,
conditions que nous avons dnum.rBes
ci-dessus. Qu'importe alors qu'il ait
te6 defdrd subsidiairement ?
Ces explications 6taient ndcessaires
pour nous permeltre d'analyser un ar-
r8t du tribunal de cassation de la R6pu-
blique en date du 17 avril 1890. Voyons
comment la Cour supreme a faith I'ap-
plication des principles ci-dessus.
Dans l'origine, I'altaire qui dtait sou-
mise a ce haut Tribunal avaitl e porlee
devant la Justice de paix, qui avnit eu
a decider surl'espece suivante: Primus,
se pr6tendant crdancier de Secindus,
avait fait citer celui-ciencondamnation.
Le Juge de paix, estimant les preuves
produltes suffisantes, condamna Secun-
dus a payer. Appel est interjet6 de ce
jugement devant le tribunal civil de
Port-au-Prince. Primus, don't la crd-
ance dtait vivement contested, soumet


une piece comma preuve de l'existence
de sa creance, et conclut, subsidiaire-
meut,t et n cas seulement de reject du
moycn dae preuve par lui propose, en
d6fdrant le serment d6cisoire A son ad-
versaire pour An fire ddpendre leju-
gement de la cause. Jugement du tri-
bunal civil qni annule celui du tribunal
depaix, dit qu'il n'y a pas lieu d'ordou-
ner le serment decisoiro, rejette come
mal fondue la demand de Primus. -
Pourvoi en cassation de Primus centre
lejugement du tribunal civil, don't ii
demand I'annulation, pour, entire au-
tres moyens, violation et fauss3 appli-
cationdes art. 114i, 1145etlt146 ducode
civil, touchant le serment dcdeisoire. -
Le tribunal de cessation n'a pas cru de-
voir admettre ce moyen.
a Attendu, dit I'arrit, qu'alors meme,
a et cela en d6pit d'uae jurisprudence
t s6i'ieuse et 6tablie, qu'il y aur;it en-
c core doute sur le pouvoir facultatif
a que possede le juge de refuser, selon
a les circonstances, d'ordonner le ser-
a ment i....
Nous avons 6tabli plus haut que le
juge n'a nullement la faculty d'ordon-
ner ou de refuser le serment dhcisoire.
Cette facultd appartient aux parties. La
mission du juge se borne A examiner si
le serment delfer reunit les 6elments
du serment d6cisoire. Celte constation
faite, it ne pout qu'ordonner le serment
olfert. La doctrine est a peu pres una-
nime en ce sens.
< .... il ne pout y avoir question, lors-
C que la dilation du serment est deman-
c d6esubsidiairement, comme enl'espoee,
c ..... quele tribunalcivil, trouvant dans
Suine piece Idgalement entree dans lo
a dossier, des elements suffisants pour
a former sa conviction a pu valablement
declarer I'inutilit6 d'une measure d'ins-
Struclion suppl6mentaire invoqude sub-
i sildi:irement, inutilitd de recourir &
c cette measure extreme r6servee par
t Primus lui-m6me pour le cas seule-
. ment od le tribunal n'aurait pas,
c come lui, trouv6 que la pi6oe pro-
a daite, jelait assez de lumiere sur la
c contestation. ,
II y a, en ellet, une jurisprudence en
ce sens ; mais it est vraiment difficile








-15-


de l'admettre, et il est A regretter qua
les juges se soient contents d'aflirmer
cette opinion sans 1'appuyer d'aucun
motif.
aNous repous:ons, dit Baudry Lacan-
Stinerie, cette jurisprudence d'apres la-
a quelle le serment, que l'on d6f6re par
c conclusions subsidiaires, ne constitute
c qu'un serment suppl6tif qu'il appar-
Stient aujugement d'admettre ou de
a rejeter. Celte opinion n'est pas seule-
meant contraire au texte de a loi ; elle
c m.connait aussi le but m6me du ser-
a ment decisoire. La loi l'a consacrde
a comme une resource extreme mena-
c gde au plaidenr qui, vaincu sur tous
c ces moyens, est sur le point de perdre
a son procAs. a i udry-Lacantinerie :
Prdcisde Droit civil, tome II,4e edition,
pages 925, 926.
La seule question que les juges a-
vaient A se poser 6tait de savoir si le
serment d6efr6 r6unissait les Bdlments
duserment d6cisire. Or, il nous semble
que ce point n'est pas douteux dans
1'espece. Que disait Primus dans ses
conclusions ? a Que ce n'est que subsi-
diairement nous citons I'arrtt -
< en cas de rejet seulement de ce qui
I est observe prdcidemment, que ( Pri-
s. mus ) a conclu A ce qua le serment
a decisoire soit lP tAr A son adversaire
c pour en fair d6pondre le jugement de
c la cause. a VoilA un serment d6cisoire
bien caractdris6. II dtait destiny A or-
miner ddfinitivement la contestation. Le
faith par Primus d'avoir produit une
piece A l'appui de sa demand, piee
qui a servi, au contraire, a la fire re-
jeter, lui retirait-il le droit de difdrer
le serment a son adversaire en cas de
rejet de la piece produite 7 L'art.
1146 cod. civ. repond : II (le serment
decisoire ) pcut dtre ddfdrd en tout dtat
de cause, et encore qu'il n'existe aucun
commencement de preuve de la demand
ou de l'exceplion sur laquelle il est pro-
voqud. Le serment, pour 6tre admis,
doit-il dtre le saul moyen proposed ? a Si
Sl'art. 135' ( 1144 haitien ) d6finit le
a serment litis-decisoire, celui qu'une
a parlie ddfere A l'autre pour en fire
Sddpendrelejugementde lacause, ce n'est
c point en ce sens que le sermen tdoive
A 6tre l'unique moyen que propose celai


c qui le dif6re, mais en ce sens que la
a dilation de serment doit avoir pour
c r6sultat de terminer n6cessairement
a et irrdvocablement le lilige, en enle-
r vant a celui don't elle 6mane toute
: possibility de rumeltre ult4rieurcment
c en question, uno fois qne le serment
a aura 6t6 prdtd, le faith qui en forme
Sl'objet (1). )
II est meme de doctrine que le ser-
ment ddcisoire peut rlre valablement
d6ferd, lorsqu'il y a preuve complale de
la demand ou de l'exceplion sur la-
quelle ii est provoqu ( 2 ).
Nous croyons done, pour toutes ces
raisons, devoir reponsser la jarispru-
dence de l'arret du 17 Avril 1890.

A. BONAMY.

sTATrrTs

DE LA

CAISSE DE SECOURS
DE LI

EAIISTIATURE ET ERREAU.



But de la Soci6t6.
Art. 1. It est formed, entire les soussignds
et tous ceux qui adhdrcront aux presents status,
sous lc nom do Caisse do secours de la Magistra-
ture at du Barreau, une association don't Ie siege
social est a Port-au-Prince.
Art. 2.-- Le but do la socidtd est d'assurer
des secours temporaires aux socidtiires ou A tout
membre de la Magistraturo ou du Barreau frap-
p6s d'infortune, et de pourvoir, s'il y a lieu, aux
frars de leurs fundrailles.
II
Composition de la Socidtd ;-- admission
Art. 3. La Socidtd comprend des members
actifs ct des mombres honorairos.
( 4) Aubry etRau tome VII, page 190, a la note
30.
( 2 ) Voir en cc sens: Laurent, tome XX, pages
202, 294 ; Aubry ct Rau, tome VIII. page 189 iu
fine; Baudry Lacantinerie : tome II, page 925.
Arrft du tribunal deCassation de laRdpublique
du 20 septembre 1852.









-46-


Art. 4. Les membres actifs sont tous les
membres de la Magistrature et du Barreau qui
adh6rent aux presents status, ou qui seront ad-
mis ultdrieurement, conformdment it 'article 6, et
qui paieront la cotisation mensuelle prdvuo ci-
apres.
Souls les membres actifs ont voix ddlibdrative A
I'assemblee g6ndrale et droit d'dligibilit, aux
functions de membres du conseil d'administra-
tion, sauf ce qui est dit it l'article 10.
Art. 5 Les membres honoraires sont ceux
ui, A P'occasion d'un don ou d'un service rendu
a la Socidt6, seront admis on cotte quality par
le conseil d'administration.-
lls peuvent assisted aux unions de i'assem-
blee gdndrale avec voix consultative.
Art. 6. Tout membre de la Magistrature et
du Barreau qui voudra faire parties de la Societe
adressera sa demand au president du conseil
d'administration pour etre soumise au conseil.
Art. 7. Tout membre nouvellement admis
versera A la caisse, outre la cotisation mensuclle,
la some de cinq gourdes
Art. 8. -- Le conseil d'administration prendra
telle decision que do raison a l'dgard de tout so -
cietaire qui, pendant deux mois consdcntifs, n'au-
ra pas payd la cotisation mensuelle.

Fonds social

III

Art 9. --- Le fonds social se compose :
lo d'une cotisation mensuelle d'une gourde A
payer par chaque membre actif.
2o Des versements i faire par les nouveaux
membres actifs, conformdment A l'article 7.
3o Des dons et legs qui pourront etes faits i
la Societd.
4o Du produit des f6tes qui pourront Otre don-
nees au bdndfice de association.
Art. 40. --- Tout membre actif pourra devenir
membre honoraire, avec voix deliberative a 'as-
semblee gdndrale et droit d'eligibilitd aux fone
tions de membre du conseil d'administration, en
payant, une fois pour toutes, la some de cin-
quante gourdes.
Art. 11.-- Dans les cas de grande necessity,
le conseil d'administration pourra ouvrir, centre
les associds, des souscriptions extraordinaire.
Art. 12. -- 11 et, en outre, laissd 6 la gdndro-
sitd de tout membre du barreau qui aura rAgle
une bonne affaire a'olfrir i la caisse un don
gracieux.
Art. 43. --- Si le fonds social arrive A ddpasser
la some de mille gourdes, le conseil d'admiuis-
tration pourra fair le placement, au mieux des
intdrdts de I'association, de tout ou parties du
dit fonds social.---
IV
Assembled gdndrale.- Administration.

Art. 44. --- L'Assemble gdndrale des associes
a lieu, au moins une fois par an, entire le eor et
le 31 Janvier Elle so rdunit, en outrc, cxtraor-


dinairement, toutes les fois qu'elle est convoqude
par le Conseil d'administration.
Elle est prdsidde par le president du Conseil
administration.
Pour diilbdrer, I'assembl4e derra computer au
moins le tiers des membres ictifs. ---
Los resolutions sont prises A la majority abso-
lue des membres actifs presents. --
krt. 15. --- L'Assemblde g6ndrale nomine les
administrateurs, examine les comptes d'adminis-
tration et en donne, s'il y a lieu, decharge aux
administrateurs, statue sur les modifications A
fire aux presents status ct sur toutes les ques-
tions qua le Conseil administration ou un so-
cidtaire juge a propose de lui soumetre.
Art 10. --- La socidtd est administrde par un
Conseil d'administration compose de cinq mem-
bres, don't un president, un secrdtaire et un
tresorier.---
lis sont elus pour un an -- du Jor fdvrier au
-34 janvier do i'annde suivanto.--
Is sont inddfiniment rddligibles.--
En cas d'empichement du president, il est rem-
place par le plus Ag- des membres du Conseil
administration.
Art. 17. --- Le Conseil d'administration est
invest des pouvoirs les plus etendus pour i'admi-
nistration de la society.
Art. 18. --- Tout acte engageant la responsa-
bilitd de 'association devra comporter la signa-
ture du president et de deux conseillers.
Art. 19. -- Le Conseil d'administration se rdu-
nit aussi souvent que les int'dr.ts de l'associa-
tion l'exigent. La presence de la majority abso-
lue do ses membres est necessaire pour la vali-
dite de ses ddlibdrations. Les ddlibdrations sont
constatees sur an registry et signees de tous les
membres qui y ont pris part,
Art. 20. --- Le Conseil d'administration prd-
sente, chaque annee, A I'assemblde gdnarale, un
rapport sur la situation de la society, ainsi qua
les competes de recettes et ddpenses.

V
Des secours.
Art. 21. --- Pour avoior droit aux secours, il
suffit d'etre membre de la Magistrature ou du
Barreau et se trouver dans les conditions prd-
vues en I'article 2.
Art. 22. -- Avec l'extension des resourcese,
le conseil d'administration pourra fonder des
bourses au profit d'enfants de Magistrats ou d'a-
vocats morts dans l'indigence.
Art. 23. .-- Les demands de secours seront
adressdes au president du conseil d'administration.
Art 24.--- Le conseil d'administration, s'il a
des delments suffisants d'information, statue im-
mediatement sur ces demands, sinon fait ouvrir
une enqu6te. L'enqutte est faite secrbtement par
deux membres du conseil ddsignds A cet effect.
Art. 25. -- En cas d'urgence, le president du
conseil administration est autoriPd A ordonner










- 17 -


une sortie de fonds, sauf a fair ratifier sa con-
duite, dans les vingt-quatre heures, par le conseil.
( Signs:)
Les membres da Conseil de discipline :
E. DESLANDES, J. N. LEGER, A. BONAMY,
N. St.-ROME, Georges SYLVA1N, Secrdtaire,
BAUSSAN, Btdonnier.
Le President du Tribunal de Cassation.
H. LECHAUD.
Le Commissaire du Gouvernement pres du
Tribunal de Cassation,
DAUPHIN.
Le Doyen du Tribunal Civil,
A. DYER.
Le Commissaire du Gouvernement prds le
Tribunal Civil,
P. LESPES.
Suivent les signatures des autres membres ad-
herents du barreau let de lamagistrature.
Port-au-Prince, 23 D6cembre 1892.


NECROLOGIE

Notre cher college et ami, Louis
Borno, vient d'6tre 6prouve, au debut
du mois denier, par la perte de sa jeu-
ne spouse.
Nous nous associons A cette grande
douleur; ainsi qu'A celle de Mr Ch.
Weymann, membre honoraire de la So-
cite, qui pleurait, il y a quelques jours,
la mort de sa fille ainee.

AVIS
ORDRE DES AVOCATS
Bureau de consultation gratuite.
Mois d'Avril 1893.
Mea N. St Rome, AmddBe Brun, A.
Chariot. Le mercredi et le veudredi, au
cabinet de Me St Rome, Grand'Rue, de
2 a 4 h. de I'apr6s-midi.


ERRATA


REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION DU 2
MARS 1892.
Article de Mr. Louis Borno, sur la loi du
30 Octobre 1860 relative aux marriages entire
hailiens et strangers.
Page 213, deuxi6ma colonne, note ( 2), au
lieu de : Voir note 1, page 24, lisez : Voir
note 2, page 221.
Page 217, tlre. colonne, 576me. ligne, au
lieu de : le mari stranger continuera, d'a-
voir droit, comme par le passed, a l'adminis-
tration etc, lisez : le maria diranger continue-
ra d'avosr, comme par le passed, I'adminis-
tration etc.
Page 219, 2e. colonne, 376. ligne au lieu de:
La constituante, lisez : La constitution.
Page 220, 16re. colonne, 37mne. ligne, au
lieu de : 2e. art. 3.50 ( nous y reviendrons);
2o les enfants etc, lisez : art. 3--3o, ( notU
y reviendrons ) ; So les enfants etc.
Meme page, aux notes 1 et 2, au lieu de :
page 19, lisez : page 219.
Page 222, 50e. ligne, au lieu de c Art. 7
I, lisez: c Art. 7.
Page 223, 2e. colonne, au lieu de; nds hai-
tiens des unions etc, lisez: nds des unions etc.
Mime page, mime colonne, 51e. ligne, au
lieu de: ENTIRE HAITIENNES ET STRANGERS, li-
sez : ENTIRE HAITIENS ET E TRANGERS.
Mmie page, A la note 2, an lieu de : PAGE
19, lisez : PAGE 219, et au lieu de: PAGE 21,
lisez ; PAGE 220.
Page 224, ltre. colonne, 55e. ligne, au lieu
de : ART. III 335, lisez : ART. 335,

Afin de favoriser la collection de la
premiere annde de la Revue, nous dis-
tribuons avec ce numro, comme prime
a nos abonnis et A nos acheteurs, une
table analytique des matieres traildes
dans les 12 premiers numeros.


GEORGES SYLVAIN, Rddacteur-Gv'ant.










Membres honoraires de la Socibt6:


S. Exc. le President de la Bdpublique (President d'honneur de la Socie6t
Mr. P. M. Apollon, Secrtaire d'Etat de l'Instruction Publique.
Mr. Ch. Weymann.

M* Membres correspondents :
MM.
Delord Etierine, Doyen du Tribunal Civil du Cap-Haitien.
A. Jean-Pierre, de Port-de-Paix.
T. Pl6issier des Gonalves
St-Louis Alexandre de Saint-Marc.
Meignan --- l'Anse-&-Veau.
Vilaire --- Jrmie.
Policard des Cayes.
By d'Aquin.
E. Bellande -de Jacmel.
Alfred Box, Ministre Pldnipotentiaire d'Haiti B Paris.
D. Delorme, -- Berlin.
J. B. Desroches, Ministre Resident d'Haiti c Madrid.
Louis Jh.-Janvier, Secr6taire de la L6gation d'Haiti A Londres.
A. Poujol, Santo-Domingo.
Gragnon Lacoste, Consul d'Haiti a Bordeaux *
Hoeylaerts, c Bruxelles.
Ch. Preston, Commissaire d'Haiti & l'Exposition de Chicago.
C. Villevaleix, Ancien Ministre d'Haiti a Paris.
C. Laforesterie, -
P. Latortue, & Londres.
B. Sylvain, Secr6taire de la Ldgation d'Haiti A Londres.
C. R. Durand Madrid.
MM. Labidou, commissaire du Gouvernement, Robert Lafontant, avocat (Jacmel),
Ernest Adam,. avocat (Aquin), Cdlicour Ldon, substitute du Commissaire du Gouverne-
ment, :C. St.-Rdmy, avocat, Ed. Corvinton, avocat (Cayes ), Grandoit, ddputd [Anse-
d'Haynault ], A. Cldri6, commissaire du Gouvernement, A. Roland, senateur, C. Chas-
sagne, avocat [ Jdrdmie ], Provost I Anse-&-Veau), David, commissaire du Gouvernement,
Saint-Came, avocat (Saint-Marc), S. U. Saint-Armand, sdnateur, E. Desert, avocat (Go-
naives) Alfred Henriquez, avocat, Turenne Sylvain, substitute du commissaire du Gou-
vernement (Port-de-Paix): T. Guilbeaud, avocat, directeur de l'Ecole libre de Droit,
J. Adh6mar Auguste, avocat (Cap-Haitien.)

AGENTS DE LA REVUE:
( Autres que les membres correspondants. )
MM. Marius Jean Simon, ancien Secr4taire d'Etat (MiragoAne), Jh. Lacombe, an-
cien d6putd (Ldogane); 0. Tessier, officer de l'etat civil (Petit-GoAve) B. Gauvain
Grand-Goave, J. B. Durand (Aquin).







2"' :Annee No 2 Port-au-Prince, le 2 Mai 1893.


REVUE

DE LA

SOCIETY Di LEGISLATION
Paraissant le 2 de chaque rnois
... r -- ..--.

Siege provisoire: chez Me J. N. LEGER
:16, rue dli IF'ort Per.


COMITE DE DIRECTION ET DE REDACTION
M.M. J. N. LEGER, PRESIDENT
GEORGES SYLVAIN, SECRETAIRE
A. BONAMY, TRESORIER
JUSTIN DEVOT
EDMOND LESPINASSE
FREDIRIC MARCELIN MBES
J. J. CHANCY


PRO PATRIA


SOMMAIRE :
Si.;nces It nl S cidle.
(I "1l,1or old ;i lt:t'i --
I1frorme adid niistrativ, ,1. N. L l. IR.
Loi doi 18401.
Nic'enlogi,:
Avis
--------
Abonnement ... 1 an P. 4 Le nurndro .. P 0.4(1


Adlresser la correspol))dasl e ;ie sii j prI)l'oVimv)ilre de l;i SI vciti'".


PORT-AU-PRI NCE
IMPRIMERIE DE LA JEUNESSE

1893.









-- 19 -


SAUCES HE LA SOCIMTE


( Extrails des proces-verbaux. )
Rdunion du 29 mars 1893.
(Prdsents: MM. Sylvain, HIraux, La-
forest, Bouzon, Brun, Borno, Bonamy,
Baron. )
Prdsidence de M. Syluain.
II est donn6 lecture d'une question
pose parM. Poujol, membre correspon-
dant a Santo-Domingo, question que la
reunion regretted de ne pouvoir exami-
ner, parce qu'elle est trop particuliere.
On prend 4galement connaissance
d'une lettre de M. Provost, membre cor-
respondant A 1'Atse-A-Veau, ot il est
dit :
ai Je viens vous prier de me donner
votre opinion sur le point de savoir si
l'officier de l'etat civil, requis de pronon-
cer un divorce, en vertu d'un jugement
contradictoire ou par ddfaut, signified rd-
gulierement, peut s'y refuser, lorsque
le ddlai du pourvoi en Cassation n'est
pas expired, bien qu'aucune opposition
ue lui ait 6td signifide. Quant A moi, je
penche vers l'affiinative, que j'adopte-
rais pour plusieurs motifs ; les uns sont
tirds de l'esprit de la loi sur cette ma-
tiere, qui veut que le divorce ne soit pas
trop hAtivement prononc6, afin de don-
ner aux 6poux le temps d'arriver A une
reconciliation; et les autres, de la com-
binaison des articles 252 et 253, desquels
il rdsulte que, tant que le delai du pour-
voi en Cassation n'est pas expire, celui
des deux mois donnes aux 6poux pour
se presenter devant l'officier de l'dtat
civil, a l'effet de prononcer le divorce,
ne peut commencer A courier. D'ailleurs,
A min humble avis, ce n'est pas seule-
ment le pourvoi en Cassation qui est
suspensif, le ddlai meme 1'est en cette
matiere... .
La reunion, tout en approuvant les
terms de cette communication, renvoie
le correspondent A la discussion sur l'op-
position en matiere de divorce (No 12
de la Revus ) ou la question pose par


lui a 6td incidemment touchee, et r6so-
lit. dans un sens conform a la rdponse
qu'il y fait lui-meme.
M. Bonamy est charged du rapport sur
une question posse par M. David, mem-
bre correspondent i Saint-Marc, et
Mr. Ed. Hdraux du rapport sur la ques-
tion de l'abrogation de lart. 648 du Code
de commerce.
M. Louis Borno donne lecture de son
rapport sur l'organisation des Tribu-
naux de commerce.

RAPPORT

Messieurs,
Vous avez bien voulu me charger de
repondre A la question de savoir si nos
tribunaux de commerce doivent ou non
dtre supprimds ?
II va sans dire qu'il ne s'agit point de
rechercher si, en ce moment, cette sup-
pression est possible. L'art 140 de la
Constitution s'y oppose. Cet article con-
sacre, en effet, l'existence de tribunaux
de commerce basds sur le principle d'd-
lection.
Cela est malheureux, d'aprbs nous,
car la meilleure solution qui puisse 6tre
donnoe A la question, ce serait, A notre
sens, de supprimer les tribunaux de
commerce, d'augmenter, au tribunal ci-
vil, le nombre des juges, et d'y cr6er
une section spdciale pour les affaires de
commerce. C'est alors seulement qu'il
serait permis de dire qu'il existed au com-
merce une. veritable jurisdiction prdsen-
tant toutes les garanties ndecessaires.
Done, a supposed qu'une revision de
l'art. 140 ft possible, nous serions d'a-
vis que l'on supprimit nos tribunaux
de commerce.
Mais nous n'en sommes pas lA. Aussi,
no pout-il s'agir quo de savoir si nos
tribunaux consulaires doivent etre mo-
difies actuellement. Sans hesitation,
nous rdpondons : oui.
Le Tribunal de commerce doit ,tre,
par essence, une jurisdiction rapide. Or,
rancher rapidement et convenablement
les litiges commerciaux suppose chez le
juge des connaissances certaines, sd-
rieuses, on droit commercial. Par cons6-









-20-


quent, ii imported surtout qu'on exige
de ceux qui doivent etre juges consIu-
laires ce qu'on peut appeler une condi-
tion intellectuelle. Existe-elle dans le
droit haitien ? Non.
D'abord, le doyen. L'art. 621 du code
de commerce decide implement qu'il
doit 6tre choisi parmi les anciens juges.
Un ancien juge, c'est peut-dtre celui qui
n'a exerce que quelques jours et qui a
ensuite donn1 sa ddmission. Quelle ga-
rantie peut presenter un tel doyen ?
Quant aux juges, c'est encore pis; on
ne leur demand aucune condition, si
ce n'est d'etre ag6 de 25 ans et d'etre
commergant patent de I'une des trois
premieres classes. II serait desirable
que la loi imposAt nettement ici un
stage. Par example, comme dans le sys-
tOme frangais, pour etre doyen, il fau-
drait avoir dtd juge pendant deux ans au
moins ; pour 6tre juge, il faudrait avoir
dtd supplant pendant un an au moins.
De cette fagon, les doyens et les juges
seraient census avoir acquis, sinon les
connaissances theoriques g6nerales que
doit avoir tout juge qui se respect et
qui respect ses justiciables, mais.au
moins cette connaissance pratique spe-
ciale, suffisante Ala rigueur, quedonne
1'experience des affaires.
Ce serait iA, en attendant, une solution
assez satisfaisante au problme de 'or-
ganisation des tribunaux consul:aires,
ans 1'dtat actuel du pays, avec l'insuf-
fisance des resources budgltaires.
Louis BORNO.
19 fdvrier 1893.
Les conclusions de ce rapport sont
mises en discussion.
M. Bonamy. Pour ma part, j'approuve
absolument les terms du Rapport sur
la question de principle, qui d'ailleurs
ne se pose pas actuellement. Mais je
trouve 'iue les conditions de stage sont
insuffisantes. It faudrait, je crois, exiger
cinq ans de stage pour le Doyen ot deux
ans pour les juges.
M. Hdraux. On se souvient que dans la
Gazette des Tribunaux j'ai depuis long-
temps demand la suppression radical
des Tribunaux de commerce; mon opi-
nion est done connue lA-dessus. En atten-


dant, je crois qne troisans pour les juges
ne seraient pas de trop.
M. Bouzon. Je serais d'avis d'imposer
un examneni ceux qui brigueraient ces
charges.
M. Borno. Ce seiait pue pratique.
M. Hdraux. 11 ne taut pas perdre de
vue que ce sont des charges electives et
;,honorairesp
M. Ponamy. Puis, 1'on devrait com-
mencer par exigoi cet examen des juges
de nos Tribunaux ordinaires.
M. le Sccrfdtaire. Messieurs, I'une des
ploecriptions les plus dangereuses de
la loi actuelle A propose l'organisalion
des Tribunaux de commerce est, a
mon avis, celle qui decide que le Do-
yen doilt tre nrcossairement choisi
parmi les a.ciens juges consulaires. Voi-
ci un hoIinme qui aura milit6 pendant
plI.sieurs anrnes dans la magistrature
come juge ou comme officer du Par-
quet ; en voici u1n autre qui se sera
sign;aiii come un ldes membres les plus
savanlt du barreau. Or, par un de ces
claiigements tie profession, comme il
s'en reucontre tant dans notre pays, oh
les coalitions sociales ne sont jamais
Slertemindes de facon irrevocable, ils
-viennent A quitter I'dtude des lois pour
la pratique du commerce, et il sera dd-
fenda au Tribunal consulaire de placer
d sa tlte cet-ancien juge du Tribunal
civil ou du Tribunal de Cassation, cet
excellent avocat, avant deux annmes
d'appreitissage! Mais peut-stre qu'aprs
10 ou 15 ans, le plus ancien de vos
juges consulaires ne vous prdsentera
pas autant de garanties de savoir et d'ex-
perience Ceci, Messieurs, revient a
dire qu'il conviendrait de demander
avant tocle chose l'abrogation de cette
regle ridicule et de diminuer les difficul-
t1s qui paralysent le bon recrutement
des Doyels de nos tribunau'x de com--
morce, en dlargissant la base de leur
dleclion, plutdt qu'en la restreignant par
un stage encore plus long que celui qui,
en fail, existed maintenilt.
M. lldraux. Nous pouvons poser le
principle du stage ; et ajouter qu'il ne
s'appliquera pas a ceux qui auront ddej
milild dans le barreau ou occupy une
charge dans la magistrature.-







- 24 -


M. Bonamy. II est de fait que la loi
actuelleprdvoit d lijin sange dedeux l ans
pour le Doyen, puisique c'est lI durBe 'iii
maudat des juges consulairis, et ilue le
Doyen doit t[re choisi parni los anciensl
juges. C'est precisement parce quo je
trouve ce stage iisuflisant quo, tout en
tenant compile de 1'exucptioni proposee,
je serais d'avis de fixer le stage, a 5
ans pour le Doyen, et 1t 2 ans pour les
juges.
M. Borno. En lait, actuellemenl, le
stage peut dtre inoindre de ileux ans.
Quelqu'un qui n'aura siedg que quel-
ques joiurs sera un anuien juge.
La seance est suspendue par suile de
l'arrivee de MM. Jean-Joseph, Viard, La-
fleur, Chancy.
M. G.rorges Sylvain, Secrdlaire, qui
presidait, ceda le fauteuil A M. J. J.
Chancy.
M, le Secrdtaire. Notre discussion
portait sur les conclusions du Rapport
de notre collgue Louis Borno. La ques-
tion peut se formuler ainsi : Est-ce
qu'il y a des modifications opportunes
et n6cessaires i apporter au mode ac-
tuel d'dlection et A la composition des
Tribunaux de commerce ?
Le rapport repond oui, et parmi ces
modifications desirables, propose do ne
nommer aux functions de juges consu-
laires que IPs commergants qui auront
fail un stage d'une ann6e come jugcs-
suppleants, et auxfonctions de Doyens,
que ceux qui auront 6t6 pendant deux
ans au moins, juges titulaires. A quoi
notre coll6gue Bonamy propose un amen-
dement : cinq ans pour le Doyen, 2 ans
pour les juges.
M. Jean-Joseph. Vous faites done plus
d'exigences pour les juges commer-
ciaux que pour les autres.
M. Bonamy.- Le mode de recrute-
ment n'est pas le meme. Le gouverne-
ment, pour les juges des Tribunaux ci-
vils, par example, est responsible de
son choix et dolt s'entourer de certai-
nes garanties.
M. Hdraux. Voici une objection qui
peut se presenter dans la pratique. Les
elections se font tous les deux ans ; et
vous exigez un stage de cinq ans poutr les
net ions de Doyen. Or, suppose qu'au


bout de chaque sdrio dedeux ans, les ju-
ges qui out sieg6 ne soient jamais r6-
lus, vous u'auroz pas d.e Doyen.
.11. Bonamyn. -- Ceci n'est qu'une
question d'organisation, A laquelle il
sO'ait facile de pouirv ir. Au surplus,
je me contenterais d'un stage de 3 ans
pour le Doyen et de 2 ans pour les
judges.
La q.uestlion mise aux voix, la majo-
rild tie li reunion vote, conform6ment
aux conclusions du Rapport, le stage
de deoux ans pour le Doyen et de 1 an
pour les juges.
Sur la proposition de M. le SecrBtai-
re, on mret le voou que !es anciens
meml)res de la mangistrature et du bar-
reau soient dispenses de tout stage. -


Assemblde gdndrale du 18 avril 1898.
(Prdsenls : MM. Chancy, Leger, Syl-
vain, Menos, Bonamy, Hdraux, Lafleur,
Baussan, Jean-Joseph, Baron, Borno,
Brun, Bouzon, Viard.)
Prdsidence de M. J. J. Chancy

Lecture du Rapport de M. Lafleur
sur la question relative aux concessions
ressortissant au conseil communal.

RAPPORT
Entre-t-il dans les att.ibutions de I'E-
tat, avec ou sans l'autorisation des Cham-
bres 16gislatives, de consentir A des
particuliers ou companies des contracts
pour I'dclairage des viIles, pour la crda-
tion de lignes de tramways, etc ?
Telle est la question, Messieurs, don't
vous m'avez charge de vous faire un
rapport,
A bien envisager la question dans son
ensemble, l'on se demand si 1'Etat n'a
pas des attributions qui lui sont pro-
pres, du ceccle desquelles il ne doit pas
sortir, sans froisser des interets qui, tout
en lui dtant subordonnes, ne sont pas
moins des interBts dchappant a son ac-
tivit6.
Ainsi la commune, tout en faisant









partiese de l'Etat dans le rouage adminis-
tratif,ne se trouvepas moins, dans I'Etat,
cette vaste communautd, un corps dis-
tinct, ne devant recevoir d'impulsion
.que de lui-meme, devant vivre d'une
vie qui lui est propre, partant, ayant
des responsabilitds auxquelles ii doit
lui-mmme r6pondre, des exigences aux-
quelles il doit lui-meme sousarire, des
besoins qu'il doit Ini-m~me satisfaire.
La commune est, dans une simple
expression, un Etat dans I'Etat. Si dans
1'organisation de nos diff6rentes branches
du service public, ii s'est laiss6 glisser
des antinomies qui jettent les esprits
sdrieux dans une espbce de didale, l'on
ne peutjamais oublierque l'affranchisse-
ment'de lacommune, c est-a-dire la com-
mune libre, la commune ind6pendante,
est une des plus belles et des plus salu-
taires conqu6tesdes temps modernes, sur
laquelle l'esprit se repose avec plaisir.
Pa. mi les attributions que l'on recon-
nait rlre du resort de la commune,
I'on comprend, en premiere ligne, le
service 'e la voirie.
Que les rues soient bien niveldes,
qu'elles soient toujours dans un stat de
propret6 de maniere a ne pas augmen-
ter le volume d'air mdphitique des lieux,
qu'elles soient bien celairdes la null; fa-
Ciliter la libre circulation des habitants,
en mettant A la portde de leur bourse,
a toule heure, des voitures publiques ou
autres moyens de circulation : telle doi-
vent etre les grandes preoccupations
d'une commune soucieuse de ses in.ti-
rets superieurs.
11 vq done sans dire, Messieurs, que
dans cot ordre d'iddes, il n'est pas ad-
missible que l'Elat, ddrogeant aux prin-
cipes d'affranchissement de la Com-
mune, avec ou sans l'autorisation des
Chambres legislatives, ait le droil de
consentir d des particuliers onu compa-
gules quelconques des contracts pour i'd-
clairage des villes, pour la creation des
lignes de tramways, routes choses d'ail-
leurs qui sonu du domaine du service de
la voirie. C'est A la Commune seule
qu'appartient ce droit, avec la sanction
bien entendu des contracts de cette na-
ture, qui est toujours r6servde aux
Chambres Idgislatives.


Voila en r6sume, Messieurs, le rap-
port que j'ai l'honneur de soumettre a
votre haute ddlibdration, ainsi qu'a votre
sagesse.
Je serai heureux, trAs heureux. pour
ma part de vous voir en approuver les
conclusions.
P. LAFLEUR.
Les conclusions de ce Rapport sont
mises en discussion.
M. Borno. Quelle est la legislation ac-
tuelle de la commune?
M. Bouzon. Ma foi, il n'y en a, pour
iinsi dire, pas.
M. Bonamy. Je vous demand par-
don. C'est la loi de 1881, moditide en
cerlains points par la Constitution ac-
tuelle.
M. le Secrdtaire. Prdcisons la ques-
tion. Je ne pense pas rencontrer de
contradicteur en disant que ies conces-
sions visdes par le Rapport rentrent
dans les attributions de la commune;
mais sont-elles exclusivement du res-
sort de lit Commune, ou bien, l'Etat
peut-il y pourvoir, le cas ichdant, a
ddfaut de la commune ? Tel est le noeud
de la discussion.
M. Ldger. L'alternative ne doit pas,
selon moi, se poser. Ou c'est du res-
sort de lacommune, ou c'est du resort
de 1'Etat.
M. Menos. Ici, c'est plut6t du resort
de la commune. L'Etat peut subven-
lionner, garantir ces sores d'entrepri-
ses. Mais c'est la commuue, et A la
commune seule, qu'il appartieut d'y
pourvoir, soit directement, si it par con-
trats passes avec des particuliers.
M. Jean-Joeph. Disons que ces entre-
prises sont du domain iiaturel de ]a
commune.
M. Bonamy. Pour cerlaines commu-
nes, n'y aurait-il pas lieu A des distinc-
tions ?
M. Menos. En France, ii y a pour
certaines villes, des derogations au droit
commun. La Ville de Paris, par exem-
ple, est soumise A une legislation spt-
ciale. Je crois que nous aurions avanta-
ge A en faire autant pour Port-au-
Prince.
M. Bonamy. Y a-t-il un texte qui rd-







-23-


serve exclusivement A la commune le
service de la voirie urbaine ?
M. Bouzon. D'aprBs la loi frangaise,
les rues qui peuvent 6tre consid6rdes
comme des prolongements de routes
nationals, font parties de la grande voi-
rie et ressortissent 6 l'Etat. La Grand'-
Rue, la Rue du Port rentreraient dans
cette catdgorio.
M.Bonamy. Notre 16gislation fait-elle
cette distinction ?
M. Bouzon. Nous n'avons pas a pro-
prement parler, de legislation sur la
voirie. Je n'ai trouv6 en cette matirre
qu'un rapport fait en 1847 sur un project
de loi qui s'y rdefrait.
M. Leger. La Loi de 1872 sur les Con-
seils Communaux dit que la reparation,
1'entretien, l'6clairage des rues sont du
ressortde la commune. Cesont ler m6mes
principles qui ont d1t adopts en 1881.
M. Bouzon. On b6nit l'Etat en ce
moment d'avoir pris en main le service
des eaux.
M. La/lewr. II revient A la commune.
M. Bouzon. II lui revient peut-6tre ;
mais nous souhaitons tous qu'il n'y
revienne pas.
M. Menos. LA n'est pas la question.
D'une fagon gendrale, on peut dire que
pour iviter des conflicts d'attribution, tant
qu'il n'y a pas une loi attribuant expres-
sement A I'Etat le droit d'accorder des
concessions se rattachant au service de
la voirie, ce droit appartient exclusive-
ment a hi commune.
M. Jean-Joseph. J'ai dit tout A 1'heure
que de tclles eltreprises rentrent dans
le r6le natural de la commune, mais je
ne dirais pas qnelles rentrent dans son
rl3e ex:lusif. Voyez On propose in
control auGouvernement.TouLle monde
saitquelacommunene peuts'en occuper.
Le government conclut 1'afflire et
resenle le control A l'assentimunt des
hambres. En definitive, c'est la Cham-
brequi deidle. Le gouvernement n'aura-
t-il pas daiir la circonstance agi dans la
pldnitude do si mission ?
M. Menos. Avec ia ratification de la
Chambre, ce sera une loi particuli6re
modifiant les attributions de la com-
mune?
M. Jean-Joseph.Soit.Remarquezd'ail-


leurs que, A mon avis, si la commune a
des recettes, on doit lui laisserila priority
sur l'Etat.
M. Menos. Eh bien non, le droit ne
saurait etre common entire l'Etat et la
commune: il faut qu'il soit exclusif. En
ce moment, la commune n'est pas bien
organisee, c'est pourquoiil y a tendance
A empietement de la part de l'Etat. Lais-
sez intacles les prerogatives de la com-
mune jusqu'au jour ou elle en pourra
user utilement.
M. Jean-Joseph. II est incontestable
que le gouvernement a int&ret A laisser
ce surcroit de ddpenses au compile de la
commune.
M. Botszon.Jeme souviens qu'enl877,
lors de la concession de l'eclairage des
rues de Port-au-Prince, c'est 1'Etat qui
a conclu, mais sur sa propre demand,
la commune est intervene pour signer
le contract.
M. Bonamy. Je ne suis pas loin,
comme notre coll6gue Jean-Joseph,
d'admettre que le droit de la commune
ne soit pas exclusif. Par example, la loi
dit que les 6coles primaires gratuites
sont du ressortde la commune. Or, pour-
rez-vous attribuer exclusivement aux
communes la creation des dcoles pri-
maires ?
M. Borno. Ici, il ne peut y avoir de
conflict. L'Etat fonde ses ecoles, et la
commune les siennes.
M. le President. En raison du mutis-
me de la loi, la commune peut avoir un
droit exclusif de conclure des contracts
relatifs au service dela petite voirie. C'est
ce qui resort de la discussion general.
Mais ce droit exclusif doit-il s'appliquer
A l'eclairage ? La question est aux voix.
M. Hdrauxc Le texte est formal.
M. Menos. Le principle pos6 d'unefa-
gon g6ndrale, toutes les concessions analo-
gues, etcelles visees par le rapport etcel-
les qui n'y sont pas designdes, qu'il y
ait un texte ou non, rentreront dans les
attributions de la commune.
A mon avis, il fauticiadmettre le droit
exclusif de la commune car accorder
un droit concurrent a 1'Etat, c'est, je le
r6pete. organiser un conflict.
M. Bonamy. L'Etat ne pent pas pren-
dre seul I'initiative de services pareils







- 24 -


Aceux don't nous Iraitons en ce moment.
Mais s'ils sont n6gligds, il peut s'adres-
ser aux Chambres pour y pourvoir.
M. Ldger. Toutes les fois que 1'Etat
sort de son role de surveillance des
intdrets g6n6raux ot descend, par exem-
ple, au contrOle de rl'clairage des rues,
il comment un exces de pouvoir. C'est A
la commune que reviennent exclusive-
ment ces attributions.
M. Jean-Joseph. Cela fait parties des
attributions gn-rhales de la commune ;
mais cela ne lui appartient pas A I'exclu-
sion de I'Etat.
M. Baussan. Je trouve, pour ma part,
abusif, quand la loi confere la commu-
ne certaines attributions, que 1'Etat ait
le droit de choisir parmi ces attributions
cells qui sont de nature A lui donner
du relief, qu'il s'en empare, et laisse les
autres A la charge de la commune. Si la
Commune a des functions qui lui sont
ddparties par le l1gislateur, qu'elle les
garde exclusivement La situation pre-
sente vous parait-elle defectueuse, amp-
liorez-la par une loi nouvelle.
MM. Bonamy et Baron se rangent A
1'opinion de M. Jean-Joseph, tandis que
les autres membres de l'Assemblde se
rallient a I'opinion adverse, qui demeu-
re ainsi votee.
On procede ensuite A 1'eleclion du Pr'
sident de la Socidtd. M. Justin D6vot,
emp6chd d'assister A la reunion, a on-
voyd sous pli cachedl son vote au Se-
crdtaire-gen6ral : ce qui porte A quinze
le nombre des votants.
M. le Secrdtaire. Messieurs, quoique,
en matitre d'dlections, je ne sois point
partisan du system des recommanda-
tions, je ne puis pourtant rdsister au
plaisir de vous dire pourquoi je vais
voter tout-A-l'heure pour notre coll6gue
et ami Ldger.- C'est qu'il rdunit, selon
moi, non-seulement toules les qualil6s
d'dlevation morale at intellecluelle, nd-
cessaires au Prdsident do notre Socidtd,
mais encore les conditions d'assiduild
et de ddvouement pratique qui ne nous
important pas noins pour sortir de la
p6riode difficile des debuts. On ne pour-
rait guere lui reprocher que sa jeunesse,
mais c'est un ddfaut don't, A I'ordinaire,
on se gudrit assez vite; el pour zna partl,


vous comprendrez que je n'aie pas
le droit i'en fire un chef de rdcusalion
Petit par Ia ltille, graLn par I'intelligen.
ce, ce ser;a e PI'sidelt de rno rives. -
M. le Trdsorier. MoAs.iieuirs, tout en re-
merciwat mon excellent coll.gue et ami,
Sylvain, du violent coup d'encensoir
qu'il vient dl; m'as.6s6r el qui inm laisse
encore etourdi, permei'Lz-m.i dJ ddcli-
ner le grand honneur que son indulgence
amitid vou.lrait me voir confrrer.-Pres-
senti dejA, je dois le dire, au sujet de
cette candidature, par notre colllgue Bo-
namy, je lui avais longuement expose
les raisons qui m'empehaident de I'ac-
cepter I'hospitalit6 que je done a la
Socidt6 et qui m'impose le devoir tde
meltre ma personae en delhors do votre
choix, -puis, le prestige d.e l'ge, tou-
jours puissant chez nous, et indispensa-
ble au Pr6sident d'ine Association d6-.
butante, prestige qui me manque abso-
lument. Je pensais avoir convaincu mon
interlocuteur, etj'av.is conclu en lui de-
signant nos colligues Dyer, Le:haud,
Larorest, Jean-Joseph, sur qui pourrait
plus utilement sa'rriter votre choix.J'in-
siste A nouveau Messieurs, pour vous
prier de porter sur 'un d'eux vos suf-
frages.--
M. Baron. Le savoir n'a pas d'Agc.
Au vote, M. J. N. Leger obtient -1
voix, M. Laforest 2 voix, M. Lechaud 1
voix et M. Jean-Joseph, 1 voix. En
consequence, M. J. N. Ldger, est pro-
clamd par M. J. J. Chancy, aux applau-
dissements de I'Assemblde, Prdsident de
li Socidtd de Ldgislation pour le rest
de l'exercico 1893-1894.
M. Chancy. Mon cher L6ger je n'ai
pas de felicitations A vous adresser. Ce
sont vos talents, c'est votre caract6re qui
vous out mdritd cetle marque incontes-
table d'estime. Nous ne doutons pas que
vous ne justiliiez notre conliance.
M. Ldger. Messieurs, je vous disais
tout-A-l'heure que je croyais prbfdrable
de placer A notre e tt quellu'un de nos
ainds. Vous n'avez pas tenu compete de
mes observations. 11 ne me rest qu'd
m'incliner devant votre decision ct A td-
cher de m'en rendre digne.
-On vote pour un nouveau Trdsorier.
M. Bonamy est dlu a l'unanimitd, rqoins








-a5-


une voix, accord6e A M. Louis Borno ;
puis l'Assemblee admet a l'unanimilt
comme membre actif M. Camille St-Rd-
my, membre correspondent aux Cayes,
resident acluellement a Port-au-Prince.
Avant la cl6ture de la seance, M.
Baron est nomm6 Rapporteur d'une
question pose par M. Bouzon, M. Bor-
no, d'une question pose par \[.St-COme.
La conference de reception de M.
Brun est renvoy6e A la stance solennelle
du 14 Mati.

Rdunion du 20 auril 1893.
Presents : MM. J. JP Chancy, L&-
ger, Bonamy, Laforest, Jn-Joseph, Viard,
Hdraux, Borno, Douzon.
Prdsidence de M.. J. J. Chancy.
En l'absence de Mr. Georges Sylv..in,
Secretaire de la Socidle, MM. Borno et
Viard south d6signes pour rddiger le pro-
ce s-verbal.
Mr. Louis Borno done communica-
tion de la note suivante :
L'article 12 du Code de Procddure
civil, Iler alinea, s'exprime ainsi:
L Les parties pourront toujours se
presenter volontairement devant un juge
de paix : auquel cas, il jugera leur dif-
fdrend, soit en dernier resort, si les
lois ET les par;iri' 1'y autoriseut, soil A
charge d'aplpl, encore qu'il ne soit
le juge inaiurel d.es parties, ni A raison
du domicile d du d6enleur, ui A raison
de la situation de l'ubjet litigieux s.
Le jor alinda de 'article frangais cor-
respondant est identique A celui de notre
article 12. Sauf sur un mot. L'arliele
content : v si les lois ou les parties l'y
autorisent. Et l'article haitien ; esi les
lois ET les parties l'y autorisent. -
Mrs. Mullery et Dalb6mar JO-Joseph
voient la uae dilleronce entire le droit
haition et le droit franQuis. Pour notre
part, nous pensions tout implement que
a conjunction et de note article est une
erreur de copie ou d'impression, qui ne
peut nullement etre inise A la charge du
Idgislateur,, et que notre texte doil ktre
lu exactement come le texte frangais.
En eflet, quel sens le mot Et donne-


t-il a notre article? Mr. Jn.-Joseph nous
le dit : c Le juge de paix jugera sans
appel, si les parties l'y autorisent et
qu'il s'agisse de matidres oil sa compd-
tence est en dernier resort s.
Mais puisque la loi veut que les diff&-
rends sur ces malieres soient jugds sans
appel, qu'est-il besoin de 1'autorisation
des parties? Elle est dvidemment su-
perflue, inutile.
Or, il n'est pas admissible que le 1-
gislateur haitien ait voulu porter ru
texte frangais une modification qui ne
dit absolument rien dire.
Mr. Jean-Joseph ajoute que notre ar-
ticle signifie, en outre, que le juge de
paix jugera a d charge d'appel, si les
parties n'ont pas formellenment renonce
d l'appel, mdme dans les matidres otl
ordinairement la competence est en der-
nier resort D.
Ceci ne nous semble pas exact. Pas
plus en droit frangais qu'en droit hai-
tien, cette interpretation ne peut
Btre reque. En droit haitien, encore
moins, si l'on garde la conjunction et,
caL la loi n'autorisant pas les juges A
prononcer A charge d'appel dans es ma-
tiBres de dernier resort, il ne peut so
comprendre que les parties aient le
droit de leur donner cette autorisation.
Revenons el precisons. Notre article
12 renferme trois parties :
'o Dispense de citation, si les plai-
deurs se pr6sentent volontairement;
20 Obligation pour le Juge de paix,
- dans le m6me cas, -de connaitre de
la conlestation, alors meme qu'il serait
incompetent ratione personae.
3o Obligation de juger en dernier res-
sort, si la loi, dit I'article, si la
loi ET les parties I'y autorisent.
C'est sur cette derni6re obligation
seule que porte notre communication.
Avec le mot ET, pour que le juge soit
oblig6 de pronoucer en dernier resort,
il fuut en m6me temps
lo Que la loi I'y autorise,
2o Que les parties l'y autorisent.
Mais dans quels cas la loi I'autorise-
t-elle A juger en dernier resort ? Dana
ceux oh la demand n'exc6de pas 100
gourdes. Or, ici, elle fait plus que l'auto-
riser; elle lui ddfend de faire autre-










ment. DWs lors, a quoi peut servir l'au-
torisation des parties? Elle est intem-
pestive. Mieux encore. Si vous conser-
vez la conjunction ET, vous enlevez aux
parties un drolt qui, de I'aveu de
tous, est presque un droit natural,
celui de renoncer a l'appel, de se fair
juger en dernier resort dans les ma-
tikres de premier resort. En effet, vous
dites: Pour que le juge prononce en
dernier resort, il faut d'abord que la
loi l'y autorise. v Or, la loi n'autorise le
juge de paix & prononcer en dernier
resort que dans les matieres ......
de dernier resort. Par consequent, il
suivrait de la, d'aprss vous, que les par-
ties ne pourraient jamais renoncer a
l'appel. Ce qui serait exorbitant; ce
que.tout le monde repousse, remplagant
ainsi, sans y faire attention, la parti-
cule et par la particule ou, sdparant la
volontd de la loi de la volontd des parties.
Concluons done qu'il y a, dans 1'ar-
ticle 12, une erreur matdrielle. Ce n'est
pas et qu'il faut lire; c'est ou. Et alors
interpretationn devient celle-ci:
Pour que le juge de paix soit oblige
de prononcer en dernier resort, meme
dans les affaires ot il est incompetent
rationed persons, il faut :
4o Ou qu'il s'agisse d'une demand
r'exc6dant pas 100 gourdes, (autorisa-
tion, obligation de la loi.)
2o Ou qu'il s'agisse d'une demand
excedant 100 gourdes, mais que les par-
ties l'autorisent A trancher en dernier
resort, ( autorisation des parties, a d6-
faut de celle de la loi. )
Voici en rdsumd les diverse opinions
qui ont 6td successivement dmises
surlacontroversesoulevde parcette note.
M. Jean-Joseph. Notre texte emploie
le mot ET. Nous autres, qui nous occu-
pons d'6tudes thdoriques, nous pouvons
fire de la legislation compare; mats
les justiciables, le public en gednral
n'est pas obliged de savoir si le texte fran-
gais se sert du mot ou. C'est aux Cham-
bres ldgislatives seules qu'il appartient
de substituer on a ET, si seles le trou-
vent necessaire. En attendant, je m'en
tiens A l'interprdtation que j'ai donnde
dans mon ouvrage sur c la Justice de
Paix, a et d'aprbs laquelle, lorsque deux


parties se pr6sentent volontairement de-
vantlejugede paixet lui demandent juge-
ment, le juge prononce toujours a charge
d'appel, alors mnme que la demand se-
rait de sa comp6tance en dernier res-
sort. Toutefois, dans ce dernier cas, il
est loisible aux parties de l'autoriser d
juger en dernier resort.
M. Bonam y. Le mot ET s'explique
parfaitement. En France, grace au mot
ou, les parties peuvent, la question
est du moins controversde, autoriser
le.juge a prononcer m6me sur une de-
mande excedant le taux de sa competence
en premier resort. A mon avis, le mot
ET supprime chez nous cette faculty ;
ls parties ne peuvent presenter au juge
de paix que des demands n'excedant
pas sa competence en premier resort.
M. Ldger. Le mot ET est certainement
une erreur de copiste on une faute d'im-
pression. Deux habitants de LdogAne prd-
sentent a un juge de paix de Port-au-
Prince un litige portant sur une valeur
de 150 gourdes. Le juge, d'apr6s la loi,
ne peut statuer qu'" charge d'appel. Les
parties pourront-elles ndanmoins l'au-
toriser a juger en dernier resort ? Avec
la particule ET, nullement ; il faut, dans
1'espece, pour que le juge prononce en
dernier resort, I'autorisation et de la
loi et des parties. Or, celle de la loi
manque.
Voila a quel r~sultat on aboutit avec
le mot ET ; pourtant nul de vous n'ad-
mettra qu'il soit d6fendu de renoncer a
I'appel. J'estime done que le mot et se
trouve la par le fait d'une erreur makd-
rielle que l'on peut, que l'on doit rele-
ver. C'est le mot ou qu'il faut lire.
M. Hdraux. La particule ET provient,
je le reconnais, d'une erreur. Elle nous
entraine Ades consequences impossible.
Cependant, je crois qu'il ne nous appar-
tient pas de lire ou, quand le Idgisla-
teur a mis et.
M. Bouzon. En raisonnant logique-
ment, il faut comprendre ou.
M. Laforest partage l'opinion de Mon-
sieur H6raux.
M. Borno. Mon opinion est suffisam-
ment expose dans la note que j'ai pre-
sentee. A mon sens, le mot et constitute
une erreur mat6rielle qu'il serait exces-










-27-


sif de mettre au compete du ldgislateur
de 1835. II n'est m6me pas n6 essaire
de demander aux Chambres d'y sub-
s'ituer le mot ou.Cette substitutions est
natwrelle, forced ( 1.
Sur la proposition de M. Chancy, la
majority de la reunion dmet le voeu que
le 1dgislateur intervienne pour interprd-
ter d'une fagon logique l'opinion qu'il a
voulu consacrer.


(1 ) Ce ne serait, d'ailleurs, pas nouveau en
droit.
Un example. L'art. 103, procedure civil, au
titre: des ddlibirds et instructions par ecrit. s'ex-
prime ainsi en son premier alinda;
a Dans la quinzaine de la production (des pieces]
du demandeur au greffe, le ddfendeur en pren-
a dra communication, et fera signifier -a. rdponse
Save dtat au bas des pieces au soutien ; dans
Sales 24 heures de cette signification, 11 rdtablira
Sau gref'e la production par lui prise en com-
munication, fera la sienne, en SIGOERA l'acte. .
Mr. Mullery rectifie: a L'art. 103 dit : signera
l'acte, mais i lest evident que c'est une erreur,
puisqu'il s'agit d'une instruction par dcrit et que
Particle 114 ne prescrit pas la signature des par'
ties sur Ie registre de production. v
Que taut-il lire alors i la place de signera ?
On doit lire !e mot qui se trouve dans Par-
ticle frangais correspondent, ( art. 97) le mot
signifiera. Tout le monde est d'accord Il-dessus;
personnel ne songe A demander intervention
des Chambres pour consacrer une interpretation
aussi rationnelle.
Un autre example. Si 'on en croit l'article 2023
du Code civil, le ddlai de 40 ans par lequel est
prescriptible l'action pour faire rdvoquer l'alid-
nation indue de l'immeuble dotal court a dater
de la separation de biens.
L'art. 2023, en effet, renvoie A 1lart. 1346 du
Code civil, et ce dernier article fait courier la
prescription A partir de la separation de biens.
Quoiqu'il en soit, cette interpretation doit ttre
rejetde. Voici pourquni: Notre art. 2023, cest,
exactement, l'art. 2255 du code francais. Or, il a
dtd prouvd an France, ave: la dermnire certitude,
et la jurisprudence frangaise reconnait---que
cet art. 2255 ne renvoie pas, en reality, At article
561 ( art. haitien 1346, ) mais A 'art. .1500 art.
haitien 1345, ) que c'est par le fait d'une erreur
matrielle, que le chiffre 4501 a dtd mis dans
1art. 2255 A la place du chiffre 1560.
Gette erreur ayant dti reproduite dans notre
Code, la rectification qui a dtd admits en France.
sansaucnueinterventionidgislative, 'i impose aussi
chez nous. Dans notre art. 2023, il faut done lire
1345 au lieu de 1346, la volontd certain, in-
contestable du ldgiflatenr hiitien ayant dit de se
conformer sur ce point B la thdor'e du Code Na-
poldon, c'est-A-dire de fire courir le ddlai en
question a partir de la dissolution du marriage.
(Note suppldmentaire de Mr. Louis Borno.)


Le Secrdlaire d'Etat au Ddpartement de
l'bIntrieur

A LA SOCIETi DE LEGISLATION

Messieurs.
Le Departement de l'Intdrieur fail un appel
A voire patriotism, pour vous prier d'examiner
certain projects de lois ressortissant A ses attri-
butions, que vous remetira le chef de division
dudit Ddpartement, sur lesquels il serait heu-
reux d'avoir vos appreciations.
En vous faisant cet appel, j'ai comptd sur
votre amour de la chose publique, sur vos
grandes connaissances des lois du pays, pour
les modifications indispensables A introduire
dans les lois et riglements qui rdgissent nos
dillerentes institutions, selon l'esprit de la
Constitution.
Je vous donne l'assurance que mon Dbpar-
tementvous tiendra compete du concours que
vous lui aurez donned dans la circonstance.
Les projects a vous expddier sont :
lo Loi sur les impositions direetes;
2' Loi sur I'organisation de la maison
central.
3o Loi sur la Police.
Vous dtes invites dgalement A me proposer
un project de loi sur le regime int6rieur des
prisons, c'est-A-dire une nouvelle organisation
qui rdponceo nos besoins, en lieu et place du
system ddfeclueux en usage.
recevez, Messieurs l'assurance de ma consi-
deration tr6s-distingude.
ST-MARTIN DUPUY.

Port-au-Prince, le 25 mars 1893
Monsieur le Secretaire d'Etat,
SNous avons l'honneur de vous accuser bonne
reception de votre lettre dalde du 25 fdvrier
dernier, don't la So-idtd de Ldgislation n'a pu
prendre communication qu'& sa asance du 2:3
mars, d'abord parce qu'elle n'a pas suivi le
coursordinairede notre correspondance, adres-
see soit au si6ge do laSocidtd, 46 rue du Fort-
Per, soit chez le Secr6taire-gdndral, 80 rue du
Centre, ensuite parce que plusieurs devils
successifs ont interrompu, au d6but de ce mois,
la r6gularitd de nos travaux.
Nous prenons note que le Chef de division do
votre Deparlement esl charged de tenir i notre
disposition certain proj ts de lois que vous
series heureux de soumeltre i notre examen.
Quant au concourse que vous nous demandoz
pour les modifications a apporter aux lois et
r6glements en vigueur qui sont du resort de
votre Ddpartement, tant qu'il nous sera donned









-28 -


do poursuivre notre oeuvre, nous ne saurions
le marchander aux citoyens de bonne volonte,
sinchrement prdoccupes du ddsir d'amdliorer
I'dtat social de notre pays. La Societ6 de Legis-
lation s'estdone empressee d'inscrire les pro-
jets que vous lui signalez dans le progrmnme
de ses 6tudes.
Persuades que votre Ddpartement nous tien-
dra compile de notre concours, comme vous
nous en donnez l'assurance, nous vous prions
d'agrder, Monsieur le Secr6taire d'Etat, 1'ex-
prtssion de notre haute consideration.
Pour le Comitt:
Le Secitatre-gdndral:
GEORGES SYLVAIN
Monsieur le Secrdtaire d'Etat de l'Intdrienr.
Port-au-Prince


IFORES ADBIIISTRATIYES (4)


INTRODUCTION.

D61ib6ration et action.


a L'organisation toute militaire qui r6git en-
a core le pays, resultat de nos guerres de
a l'lnd6pendance, avait dtd dtablic en vue sur-
4 tout de la defeuse du sol centre l'lrauger.
c On avait, dans le moment, tout sacrili at
a cette idee; et ce n'est certes pas ,noi .qui en
Sferai un crime aux guerriers sublimes qui
Sont rempli leur mission en nous leguant une
Sterre libre. C'est I leurs desceudans main-
a tenant de ne pas laisser p6ricliter ce legs
a prcieux et d'apporter a leur oeuvre les per-
fectionnemens qu'exige le temps. 11 y a dan-
a ger a persev6rer dans un systlme don't
Sales vices ne sent plus a d6montrer, quand
a tout se transform aulour de nous; un tel
c immobilisme empechera tout progrbs sdrieux
t et peut avoir des consequences graves. x (2)
Ainsi je n'exprimais, quand, proposant pour
la Constitution de mon pays des modifications
que l'Assembl6e Nationale et le Poiivoir Exd-
cutif me firent l'honneur d'accueillir favor;ble-
ment, je renvoyais a des temps meilleurs I'E-
tude queje m6dilais deja sur I'organisation
administrative.

(4) Voir la Revue du 2 Octobre 1892, page -110.
S2 / Haiti ot la Rdvision par J. N. Ldger.


C'est cc travail que je present aujourd'hui
au public, sans avoir la pretention d'avoir tout
dil ; je m'esimerais seulementheuireux d'avoir
attire I'attenlion de mes concitoyens sur les
rdformes A accomplir dans une branch oif
presque tout est a fire.
Lorsqu'll s'agit des intdrdts de la Pa-
trie, cliacun doit s'efforcer d'aider A les protA-
ger et i les dofendre; se taire quand on croit
pouvoir dire quelque chose d'utile, est plus
qu'un crime I De la libre discussion seule et de
I'dvolution pacifique peuvent r6sulter des ri-
formes durables. On ne peut rien fonder de
s6rieux par la violence qui entraine toujours
apres elle une reaction plus ou moins forte.
La violence A laquelle on recourt trop facile-
ment, laisse dans les Ames de mauvais senti-
ments, des rancunes, qui balancent n4cessaire-
meat les bienfaits des plus belles resolulions,
C'est un point sur lequel je ne saurais trop
insisted, puisque, dans la ch6re Haili, on sem-
ble avoir pris la malheureuse habilude de
rancher par lc sabre des difficulties qui, par
l'importance de leurs consequences, deinan-
deraient ii dre examines dans le came du ca-
binet et avec la plus grande serdnit4 d'esprit.
Et je ne peux qua rire des grotesques tyran-
neaux qui se croient de grands g6nies, parce
qu'ils ont reussi momentandment B tout faire
ceder i leur vouloir, a empecher les opinions
de se manifoster. Les fols I ls ignorant que
rien n'est 6ternel ; qu'il faut tdt ou lard
laisser le Pouvoir aussi bien que la vie. Par
une odieuse oppression, ils parviendront A
dtonufer les voix gendreuses qui pourraient s'd-
lever on raveur de la Patrie, I imposer silence
pour quelque temps Mais quand its auront
disp.ru de la scane, qiuaid I'heure du chiti-
ment, de l'expiation sonnera pour eux, qui
pourra contenir les col6res, qui d'entre eux se
pourra flatter d'en privenir on d'en arrAter
l'explosion '? Dans dix ans, dans quinze
ans, dans cinquante ans mnme, I'on vous dira,
gouvernans maladioits,, ce qu'on a Wt6 obliged
de faire, par peur ou par n6cessild. Et les ju-
gements qu'on porter alors soront d'autant
plus sav6res que la compression aura dtd plus
grande. Les hommes d'Etat, vraiment dignes
do ce onom, ont d'autre chose i fair qu'A mon-
ter la garde autour des consciences. Ils savent
qua la pensee est au-dessus de l'atteinte des
gendarmes. Si vast el solid que soit la pri-
son ofi on la voudrait murder, elle fnit toujours
par s'6vader. Elle fait dclosion A son here,
sans qu'aucune force humaine lui puisse bar-
rer le chemin. L'Ignorance seule, qui ne doute
de rien, peut s'aviser de la contrarier. Mats
I'homme sense essaie seulement d'en empAcher
ou d'en attdnuer la manifestation violent, en
lui laissant de grandes liberties. L'on dit avec








-29 -


came et sans einportement ce que 'on peut
exprimer sans danger t a tout mnenont. M-lis
I'on ne dit qu'avec rage et colere co que I'on
n3 peut crire ou exposer, selon sa volonli, et
sans peril pour soi ou les siens. Et celIi qui
peut, sans se g6ner, parler hautemenlt, a qui
toule latitude est laissee pour fire entendro
ses griefs et en oblenir le redressement, n'a
plus besoin d'empoigner la carabine pour
fire respecter ses droits meconnus. Gouver-
nans et gouvern6s ont done 6galement inl6-
rdt i ce quede sages liberties r6glent leurs rap-
ports respeclifs. Ces liberties seraient illusnires,
si elles ne reposaient sur de serieuses garanties.
Et il n'y en a aucune dans un pays oi le
Pouvoir liii-mrme affiche un souverain mdpris
de la Loi, qui est I'expression de la volonte na-
tionale, i laquelle pourtant tout le monde de-
vrait obdir, depuis Ic Pr6sident de la IRpu-
blique jusqu'au plus simple citoyen. II est
encore prefdrable de subir une loi, si dure
qu'elle soit, que d'avoir a so conformer au ca-
price d'un home qui peut varier du matin
au soir. El lorsque dans un Etat ddmocratique,
la volontd d'un seul devient la r6gle, il n') a
plus de sdcuritA possible. L'on est expose f un
arbilraire inoul. Le desir de plaire au maitre
devient la seule preoccupation; il suffit d'etre
dans ses bonnes grAces pour aspirer aux plus
hautes functions; son amitid tient lieu de me-
rite. Et ceux qui n'ont pas l'heur de lui
dire agrbables peuvent dtre impundment ar-
rachbs a leurs foyers, jets dans les cachots
oh ils se morfondent jusqu'A ce qu'on daigno
les libirer. Des citoyens sont emprisonn6s et
relaxds, sans qu'aucunjugement intervienne.
Et souvent it faut encore qu'ils aillent s'nm-
cliner devant le prdpotent et le remercier des
souffranccs parfois cruelles qu'il leur a fait
endurer I L'armde elle-mmme qu'en lout pays
on entoure de la plus haute consideration, qui
est comme le reflet de l'honneur national, don't
elle est la gardienne e la sauvegarde, n'est
guire mieux traitde.
Le dictateur on arrive A no plus compren-
dre qu'6tre soldat, servir la palrie eat une
chose honorable; il y attache, au contraire,
une certain infamie.
Et l'on enrkgimente un home pour le pu-
nir quelquefois de ses opinions, comme on
l'aurait incarcerd, On se reveille souvent civil
et P'on se couche militaire. Sans crier gare,
on met la main sur un pbre de famille et on
'alluble d'un fusil I Le voili soldat: proteste-
t-il, riclame-t-il quelques cas d'exemption 1..
gale, I'on s'en moque parfaitement I II peut
encore s'eslimer heureux si pour lui appren-
dre a invoquer la 16galit6, on ne 1'envoie pas
gemir dans les fers.
Ce tableau paraltra exag6rd. II n'est mal-


heureusement qui trop vrai qu'A diverse 6po-
qies do notre histoire, en plein XIXe siele,
d.5.o homines don't les ancetres se sont fait tuer
pour les affrnncbir de f'esclavage, ont eu &
sitbir los inanivais Iraitemons que je viens d'es-
quisser, et d'une main bien 16gere.
U(Je tclle situation est humiliante, d6gra-
dante poui tous. 11 imported quo chacun con-
n;aise et accomplisse scrupuleusement les de-
voirs qn'impose le patriotism ; mais aussi il
faut que Io dernier citoyen puisse exercer li-
hrement ses droits, sans autre entrave que
cell rdsollant des lois.
Pour atteindre un but si desirable, les ins-
tilltions qui nous r6gissent mdrilent d'etre in.
telligemment remanides.
II est de fait qu'on n'administre pas.
Les hoinmms qui parviennent aux affaires
publiques s'y mantiennent par toules sorts
d'exp6diens. Ils government sans m6thode,
sans programme, sans r6gles pr6cises. Une
inqui6tante confusion existed entire tous les
pouvoirs, bien que notre constitution en ait
proclam6 la separation. Les tribunaux empi6-
tent souvent sur les altributions de 1'Executif
don't ils jugent, appr6cient, critiquent et cen-
surent mmme les actes.
A sou tour, 1'Executif ne se faith pas scru-
pule d'arreter quelquefois le course de la justice,
Et s'il n'y avait heureusement des juges ind6-
pendans, la magistrature serait exposee & ren-
dre plus do services que d'arrhts. A vrai dire,
c'est I'anarchie avec une apparence d'organi-
sation, qui de prime abord peut faire illusion.
Quand l'on examine le trtfonds des choses,
I'on s'apergoit vite qu'en rdalit6 les citoyens
sont livres au bon plaisir de fonctionnaires
don't les lgislateurs n'ont jamais pens6 a d6-
terminer et a limiter les attributions. C'est
ainsi qne les arrondissemens sont mends avec
plus ou moins de rigueur selon le temp6ra-
ment soul des chefs qu'on place a leur tAte.
Chaque commandant de commune, que dis-
je, chaque chef de section meme est un po-
tentat a la merci duquel sont l'honneur, la vie,
les interdts des particuliers. Leurs actes les
plus extravagant chappent souvent a toute
repression, puisqu'aucune loi n'en precise la
portee et I'etendue. Ils peuvent tout fair, et
les citoyens sont absolument desarmes en face
d'une tant formidable puissance. Leur seule
resource est de recourir aux armes et I'on
peut citer maints examples de populations se
rebellant centre le Chef de l'Etat meme pour
se d6barrasser de dictateurs locaux don't les
excus ne se pouvaient plus supporter. Je ne
veux pas dire qu'il n'y a jamais eu de sages
commandans d'arrondissements. J'ea ai per-
sonnellement connu de trhs-honnttes, de trds-
consciencieux qui s'appliquaient i acqudrir








-30-


I'estime et l'affection de leurs administr6s.
Mais c'est leur caractbro seul, cl non la crainte
de la loi, qui leur inspirait une si noble con-
duite. Et c'est une garantlie plus qu'dplhmibre
q'le celle qui s'appuie sur la bonne ou la
mauvaise humeur des fonctionnaires. II vaut
mieux qne des lois bicn fates posent des linii-
tes A leur omnipotence et fournissent B tout
citoyen le moyen d'obtenir reparation de ses
intdrdts Ilsds.
Ce n'est plus un myst6re pour personnel que
le regime encore en vigueur est on puissant
obstacle au progrs : S'il n'est enti6rement
transform, aucune amdlioration ne sera pos-
sible. Nos commandants d'arrondissements
n'administrent pas cl ne peuvent pas admi-
nistrer. A part quelques rares exceptions, ils
ne sont que de braves soldats pouvant avoir
toutes les qualitis d'un bon militaire, mais
completement etringers A la science des af-
faires, qu'ils g&rent de la main lourde de
l'homme pliA a la discipline et habitud & obeir
a la consigne qu'ils veulent, a leur tour, im-
poser A tons. Leur manque do tact est fort
excusable; car le civil mmie le plus inslruit,
qui n'aurait jamais faith d'dtudes militaires,
serait fort embarra.s6 si on le plagail brusque-
ment A a l te d'un corps d'armie.
II berait aussi maladroit pour fire manoeu-
vrer ses troupes, que le g6enral qu'on bom-
barde administrateur.
La science administrative s'acquiert; lile
est compose de principles, de notions adven-
tices que l'dtude facilement fail connaitre;
mais l'inndild en est proscrite. L'on ne pulse
pas dans le sein de sa mere les aptitudes nd-
cessaires A la bonne conduit des affaires d'un
pcuple. On ne les peut avoir que par des
efforts individuals, souvent mnme par un tra-
vail opinidtre. Hdlas Tout s'apprend ici-bas,
voire I'art de bien gouverner que ne donne pas
la commission ddlivrde par le Prdsident d'HaTti
C'est une erreur grave, malheureusement tres
rdpandue parnii mes conciloyens, que celle
qui consist A croire qu'il suffit d'Afre nomme
A une function publique pour Atre de suite,
comme maipar une sorte de grace d'etat, A
la hauteur de routes les exigences qu'elle com-
porte. Et cette opinion n'est pas une des moin-
dres causes de I'immobilisme oA le pays se
ddmene sans pouvoir franchir les tapes suc-
cessives qui le doivent conduire A la civilisa-
tion. Materiellement, la nation n'a point pro-
gress6; au conlraire, il Femblerait qu'elle su-
bit un mouvement 'de recul tr6s-accenltd.
Les routes qui dtaient passables deviennent
de plus en plus impraticables, faute de soins
intelligent. La difficulld des moyens de trans-
port paralyse les efforts de nos cullivateurs si
dignes d'intDret pour les inonmbrables servi-


ces qu'ils rendent, et pourfant qu'on entoure
d'un sonverain d6dain. L'on ne pense A eux
que pour leur imposer d'6crasantes charges
on leur consacrer des phrases pompeuses et
ddclamatoires. Mais que tait-on pour assurer
u:i d6bouchd fructueux A leur pdnible labeur ?
Dans quelle ville est-il seulement question
d'etablir dej lialles centrales, des magasins
od ils puissent ddposer leurs denrecs, en cas
de mdvente. Les citadins ne sont gubre
mieux traits; le dLfaut de protection leur
rend le travail presque impossible. Aussi bien,
les fortunes priv6es s'dbrechent, s'ecornent
d'ann6e en annie ; et nicessairement la for-
tune publique qui en est, pour ainsi dire, la
synthbse, n'a pas manqud des'eu ressentir.
S'il rest encore quelques families dans I'ai-
sance, I'on peut predire qu'au train d-mt vont
les choses elles se rarfelront dejour en jour ;
et le temps viendra ot tous, homes des
champs ou habitants des villes, seront dgale-
ment ruins. An lieu de I'dgalitd politique,
de l'dgalitd Idgale don't tout ddmocrale devrait
poursuivre la rdalisation, nos gouvernants
reussiront A etablir la seule dgalit qu'ils re-
vent penlt-6tre : I'dgalitd dans la mishre. II est
plus quo temps de rompre en visibre avecd'ab-
surdes habitudes. Certain de nos pseudo-
hommes d'Elal, fdrus do vicilles iddes, croient
sdrleusement que, pour faire de la bonne po-
litique, il est indispensable d'avoir de famdli-
ques serviteurs et surtout de nombreuses mai-
tresses pouvant faire d'excellents rapports de
police. L'espionnage est dlevd A la hauteur
d'une institution et vient s'ajoulor A routes
les causes de ddmoralisation don't 1'esprit piu-
blic dtait ddji gangrend. De la sorle, Ion a
fait de la plus noble des carridres a le dernier
des m6tiers. ,
Essayer de rdagir centre une telle tendance
est un devoir pour tous coux que I'avenir in-
quiBte La facon empirique dont nos affaires
ont ddt conduites ne nousa gurre profit; elle
nous a caused les plus grands torts. II impoite
maintenant de revenir aux saines notions,
aux vrais principles, et de faire disparaitre la
regrettable confusion existant entire les. pou-
voirs civil ; il est urgent surlout d'organiser
sdrieusement ces derniers.
L'dlat deplorable de nos chemins et la len-
teur des communications ne permettent peut-
dtre pas de diviser le territoire de la Rdpulli-
que en circonscriptions do grande .tendu,!.
Tout en conservant la division actuelle, I'on
p ut placer A la tAte de chaque arrondisse-
ment un fonctionnaire civil exclusivemnnt
charged d'en gdrer les inldrdts.
Il imported pen que ce fonctiounaire s'appelle
prefet; shdrif, comme en Angleterre, landsho-
fing comme en Suede, amtmand, comme on








- 31 -


Danemarck, gouverneur comme en Belgique,
en Espagne, en Portugal. L'essentiel est qu'il
soit revdtu de functions sinon identiques, du
moins analogues a celles que representent ces
diverse denominations.
Nous devons profiter des lumieres de notre
epoque et emprunter aux Europdens tout ce
qui est compatible avec le caractlre, les tra-
ditions, lea mceurs du people haitien.
Je donne le titre de prefet au chef de I'ar-
rondissement, non par esprit d'innovation ou
d'imitation servile des institutions de laFran-
ce qu'on a parfois maladroitement singles chez
nous, mais bien pour empicher toute confu
sion entire le nouveau caractbre que je lhi cou-
f&re et les iddes enracindes qu'eveillerait I'ap-
pellation usite de commandant d'arrondisse-
ment. Le prefet haltien don't les attributions
sont definies au chapitre II, differera certai-
nement du prefet frangais. L'etat de notre ci-
vilisation don't il faut bien tenir compile ne
permettra pas de lui confier des pouvoirs aussi
Ueendus que coux qu'exerce le dernier. II faut
y apporter tous les temperaments conciliables
avec le caractere national qu'il imported de
profonddment 4tudier.
Mais, m'inspirant du principle qui sert de base
a toute l'organisation de la France, j'ai essa-
yd, I tous les degrds de la hidrarchie, de sdp'-
rer faction et la d6libdration. La premiere
appartiendra touiours a un seul magistral,
afin d'assurer I'unitl d'execution indispensa-
ble pour prendre vite les measures necessities
par les circonstances, et aussi en vue de prd-
ciser les responsabilites.
Lorsque tout le monde est responsible, per-
sonne ne l'est en rialitd; c'est ce qui a lieu
da s les corps delibdrans et c'est ce qui ne
permet pas d'adopter la polysymodie comme
moyen serieux de gouvernement.
A cotl du fonctionnaire unique, charge de
I'exdcution, je placeral une collectivite qui
aura pour mission de conseiller, de preparer
les solutions par des discussions calmes et ap-
profondies, de rancher certaines difficulties,
el surtout de surveiller et de contrbler.
C'est ainsi qu'on trouvera pres du Pr6si-
dent d'Haiti et des Ministres, la Chambre des
Deputls, le Sdnat et le Conseil d'Elat ; pres
du prefet, le conseil de Prefecture et la delga-
tion d'arrondissement ; du maire. le conseil
communal.
Ddsormais les agens de I'autoritl pour-
lont se mouvoir librement dansla sphere que
leur trace in Loi, ils n'auront plus i redou-
ter I'ingdrence d'un autre Pouvoir. Mais,
aussi, les plus grandes facilities et de s6rieu-
ses g;ranties seront accorddes aux citoyens. II
faut qu'ils puissent, sans aucun danger per-
sonnel, en appeler de totes measures dmandes


d'un fonctionnaire public et qui porteraient
atteinte i leurs droits acquis. II faut qu'eux
aussi aient la faculty d'exercer librement leur
recours et de fair r6parer le tort que leur
pourraient cause certain actes de l'admi-
nistration. D'oi la necessitL d'organiser une
justice administrative qui seule pout rendre
effective la separation des pouvoirs procla-
mee par la Constitution. Les Conseils de Pre-
fecture seront done comptens pour statuer,
i I'exclusion de tous autres tribunaux, sur lo
contentieux administratif. Et I'appel interjetd
centre leurs decisions sera porter devant sl
Conseil d'Etat qui, a part d'autres attribu-
tions importantes, sera 6rigd en Tribunal Re-
gulateur, place au seminet de la justice admi-
nistrative et remplissant, dans I'ordre admi-
nistratif, le memo rdle qi:e le Tribunal de
Cassation' dans la hierarchie judiciaire, avec
cette seule difference que le Conseil d'Elat
pourra retenir et juger au fond les affairs
dvoqudes .devant lui.
Les contribuables mdritent aussi toute no-
tre attention. Puisqu'ils se priveut d'une
parties de leurs revenues pour aider au fonc-
tionnement des services publics, ils peuvent
legitimement prdtendre & ce que le sacrifice
qu'ils font profile rdellement au pays et non
a quelques individus seulement. Et il est in-
contestable que le manque de contrdle rend
seul possible le scandaleux d6sordre qui dpui-
se nor finances. LB encore il faut une orga-
nisation puissante a la t6te de laquelle il y
aura un Corps charge de la haute surveillan-
ce de la comptabilit6 publique. La Cham-
bre des Comptes, pour etre vraiment utile,
ne se contentera pas d'examiner, de contr6-
ler. Elle conslituera i elle seule une juridic-
tion propre. Elle sera transformed en Tribu-
nal ren'Iant de v4ritables arr6ts; elle aura
une autorit4 suffisante pour contraindre tous
les comptables au respect des lois budgetaires.
Ce resume donnera un aperGu des matibres
traitdes dans le corps meme de l'ouvrage que
j'essaierai de mettre i la poitee de tous, en
en simplifiant le plan autant que possible.
Adoptant la methode enseign6e. par d'dmi-
nons professeur de Droit Administratif, j'ai
divise mon livre en quatre chapitres. Dans
le premier, j'examine les rapports du Pouvoir
avec- le pays tout enter, avec l'universalit6
des citoyens : c'est l'objet de administration
gcndrale. Le second embrasse touted les me-
sures d'exucution, la mise en oeuvre sur des
points determines du terriloire, des actes de
'autorite sup6rieuredans ses relations avec les
arrondissements, les communes, les citoyens:
c'est I'administration locale.
Le truisieme est consacrd au contentieux
adnministratif, Et dans le quatrieme je ne par-







-32-


le que de matieres administralives, m'effor-
gant .de s6parer les. domaines respectifs
de i'Etat, des arrondissements et des com-
munes.
Je iie miie fais certainement aucune illusion
sur les rdformes, qu e pr6conise. Elle pas-
seront difficilemicnt dans nos miturs-. J'aurai
centre elles ceux qui profitent des abus exis-
tans et. ceux qui caressent I'espoir d'en jouir
i leur tour M1ais ii faut savoir patienler
ivec les choses ineme iniques, les dbrdcher
petit a petit, si on. ne les peut d6raciner
tout d'un coup. Et j'aurai la persistance de la
goutte d'eau qui finit par creuser le roc : ce
qui ne vent nullement dire que je verrai la
r6alisatidh des chers vaeux que je former
pour mon pays, J'attends peu de choses de
mes contemporains, mais beaucoup des g6nd-
rations futures.. 1I s'en trouvera toujours une
assez instruite et partant asses hardie pour
mettre la main a I'euvre et accomplir ce
que les devanciers n'avaient pas osa entre-
prendre.
En attendant, travaillons, et advienne que
pourra.
Port-au-Prince, D6cembre 1886.
J. N. LEGER.

La loi que nous publions aujourd'hui
n'a vdcu que trois ans; promulgude
le 16 juin 1840, elle fut abrogde par
le edlabre dcdret du gouvernement
provisoire en date du 22 Mai 1843.
Mais elle occupe, dans l'histoire du
droit civil haitien, une place consi-
ddrable, elle constilue d 1'd9ard de la
femme marine notamment, une ten-
tative si original et si hardie, et elle
eat devenue si introtuable que nous
regardons comme un devoir de la re-
cueillir dans la a Revue.


LIBERTE


EGALITE


REPUBLIQUE D'HAITI


LOI
PORTANT MODIFICATIONS AU CODE CIVIL
D'HAITI (16 JUIN 1840)
LE PRESIDENT n'HAITI etc,
Les quatre-vingt-quinze articles du Code
civil d'Haiti portant les numdros ci-apres,
sont remplac6s par les articles ins6rds dans
la.prdsente Loi, sous les m6mes numeros ;


SSavoir; 14, 63, 70, 201, 204, 302, 304,
305, 324, 368, 369, 370, 377. 392, 395, 606,
608, 616, 624, 635, 670, 673. 676. 686, 692
096, 697, 698, 750, 751, 752, 758, 759, 760
761, 766, 916, 917, 1089, 1097, 1187, 1194,
1195, 1199, 1201, 1202, 1207, 1208, 1209,
1210, 1212, 1213, 1218, 1236, 1255, 1277,
1278, 1297, 1303, 1321,1338, 1339, 1342.
1343, 1344, 1315, 1355, 1361, 1734, 1737,
1868, 1873, 1874, 1875, 1876, 1880, 1888,
1889, 1894, 1896, 1901, 1915, 1920, 1922,
1925, 1933,1948. 1949. 1950, 1951, 1955,
1956, 1976, 2020 et 2024.
ART. II
Les quatorze articles suivans seront ajou-
tbs, tels qu'ils sont inserds dans la pr6sente
Loi, aux quatorze articles du Code civil d'Hai-
ti, don't ils portent les numdros, et ils en se-
ront distinguds par I'addition du mot bis;
savoir; 333, 576,686, 896, 1110, 1213,1255,
1874, 1879, 1900, 1916, 1948, 1949 et 1981,
ART. III
Sont et demeurent abrogds les soixante-six
articles suivans du Code civil, qui, dans le
course des modifications ci-aprrs, soot indi-
qu's comme supprimes; savoir : 71, 15;, 160
161, 199, 200, 202, 203, 206, 207, 208, 209,
210, 211, 371, 375, 376, 393, 394, 617, 625,
626, 671, 735, 753, 835, 1198, 1209, 1211,
1219, 1220, 1221, 1234, 1235, 1266, 1314,
1315, 1316. 1317, 1318, 1319, 1320, 1322,
1323, 1340, 1341, 1346, 1357,1358, 1865,
1902, 1903, 1904, 1905, 1906, 1907, 1908,
1909, 1910, 1911, 1912, 1960, 1961, 1962,
2023 et 2043.
ART. IV.
Suivent les modifications don't il est fait
mention aux trois articles ci-dessus de la pr6-
sente Loi.
LOI No 2
Sur la jouissance, la PerL' ou la Sus-
pension des Droils civlls et politiques.
ART. 14. Quiconque est habile, en vertu de
la Constitution, a acqudrir la quality de citoyen
d'Haiti, devra se presenter devant le juge-de-
paix de la commune de sa residence, et dB-
clarer A ce magistrate, en presence de deux
citoyens notables, que son intention est de se
fixer a Haiti
S'il y a lieu de douter que celui qui se prd-
senle, soit habile A acquerir la quality qu'il
postule, ii sera tenu d'en juslifier par un acted
de notori6t6, et meme, s'il est jug6 ndcessaire








-98-m


par titrcs etablissant son origine, avant que
sa d6claralion ne soit regue.
A partir dujour de la date du procs-ver-
bal de sa declaration, le postulant entrera en
jouissance des droits civils; mais ii ne sera
admits a exercer les droits politiques qu'aprbs
une ann6e de residence continue dans la Re-
publique.
Pour constater sa residence non interrom-
pue pendant le course d'une ann6e, le postu-
ant sera tenu de faire viser tous les mois, par
le juge-de.paix de la commune oi il se .trou-
vera, l'expddition de sa declaration.
L'annee 6tant revolue, il remettra ladite
expedition, aipsi visde, au doyen du tribunal
civil du lieu de sa residence, etil pr6tera,
entire ses mains, le serment qu'il renounce &
toute autre patrie qu'Haiti.
Muni de I'expeditiou du proces-verbal de
prestation de serment, il sollicitera du Presi-
dent de la R6publique un acte qui le declare
citoyen d'Haiti.
LOI No 3
Sur les Actes de l'dtat-civil
ART. 63 Aucun marriage ne pourra 6tre cd-
lebre, qu'au prdalable l'officier de '6tat civil
n'ait fait deux publications, & huit jours d'in-
tervalle, un jour de dimanche, devant la port
du bureau de l'etat civil.
Ces publications et l'acte qui en sera dress
enonceront les pr4noms, noms, professions et
domiciles des luturs epoux, leur quality de ma
jeurs ou de mineurs, et, autant que faire se
pourra, les prenoms, noms, professions et do-
miciles de leurs pbres et mbres.
Cet acle 6noncera, en outre, lesjours, lieux
et heures oUi les publications auront et6 faites;
ii sera inscrit sur un seul registre, qui sera
cote et paraph6 comme ii est dit en l'article 41,
et depose au greffe du tribunal civil, confor-
mement A ce qui est prescrit en l'article 45.
ART. 70 L officer de l'Ptat civil se fera re-
mettre I'acte de naissanco do chacun des fu-
turs epoux : si Pun d'eux ou tous les deux
sont dans l'impossibilitd de se le procurer, il
y sera supple par une declaration de leur
part dans I'acte m6me de la celebration du
marriage.
ART. 71 supprime.

LOI No 6

Sur e Miariage
ART. 153, 160, 161, 199 et 200 supprim6s.
ART. 201 La femme peut, sans l'autorisa-
tion de son mari, recevoir un capital mobi-


lier, s'obliger, hypoth6quer, acqudrir et ilie-
ner a titre gratuit ou on6reux, meme ester on
jugement, el g6ndralement faire toute esp6ce
d'actes et de contracts.
ART. 202 et 203 supprimes.
ART. 204 La femme ne peut etre marchande
publique, sans l'autorisation de son mari.
Les obligations que la femme autorisee A
etre marchande publique, contract pour ce
qui concern son ndgoce, engagent aussi le
maria, s'ily a communaut6 entr'eux.
ART. 206, 207, 20 200, 210 et 241 sup-
prims.
LOI No 8
Sur la Paternitd et la Filiation
ART. 302 Les enfants nds hors Wariage'
autres que ceux provenant d'un commerce
incestueux on adultdrin, seront legitim&e par
lefait seul du marriage subsequent de leur
pere avec leur mere, lorsque ceux-ci lea au-
ront legalement reconnus avant leur marriage,
ou qu'ils les reconnaltront dans l'acte meme
de la c616bration.
Chacun des futures 6poux pourra, avee le
consentement de l'autre, legitimer, dana 'acte
civil de leur marriage, les enfants naturels
qu'il aurait eus particulibrement, et qu'il au-
rait reconnus comme il est dit ci-dessus.
ART. 304 Les enfants l6gitim6s par le ma-
riage subsequent de leur pere avoc leur mAre,
auront les memes droits que s'ils 6taient uds
de ce marriage.
Ceux qui ne seraient issues que de l'un des
futures 6poux, n'auront droit qu'a la succes-
sion de celui qui les aura legitim6s, confor-
m6ment au second paragraph de Part. 302.
ART 305 La reconnaissance d'un enfant na-
turel sera faite par un acte authentique en
minute, lorsqu'elle ne 'aura pas dt1 dans son
acle de naissance.
LOI No 8 bis
Sur la Puissance paternelle
ART 234 Les dispositions des articles 314
et suivans jusques et compris le precddent,
sont communes aux pbres et meree des en-
fants naturels 16galement reconnus, avec cette
distinction que si le pere et la mere ne vivent
pas sous le meme toit, la puissance paternelle
appartiendra oxclusivement A celui des deux
avec qui demeureva I'enfant et qui en prendra
soin.
LOI No 9
Sutr la minority, la tutelle et l'dmanci-
pation.
ART 333 bis Les articles 330 et 331 sont
applicable aux pore et mbre de .l'enfant na-
turel 16galement reconnu.











Ndanmoins, si le pere et la mAre ne vivent
pas sous le meme toit, celui des deux avec qui
restera;I'enfant, prendra soin de sa personnel et
administrera ses biens, a 'exclusion de l'autre.
S'il y a contestation entire le pbre et la mbre
pour savoir avec lequel des deux restera I'en-
fant, le tribunal prononcera, sur le vu de la
delib-ration du conseil de famille, et aprbs
avoir entendu le minister public.
ART. 368 Le tuteur, meme le pbre ou la
mere, ne peut emprunter pour le mineur, ni
aliener on hypothdquer ses biens immEubles,
A peine de nullit de tous actes fails en con-
travention au present article, saufle cas prdvu
ci-aprbs.
ART 369 Si une succession ou une dona-
tion chue au mineur, est grevde de dettes,
le conseil de famille pourra autoriser le tu-
teur A alidner un ou quelques-uns de ses im-
meubles qu'il inidiquera, en etablissant toutes
lea conditions qu'il jugera utiles.
ART. 370 La vente se fera au comptant : il
y sera procedd, en presence du subrogA-tu-
teur on lui dfment appele, aux ench6res pu-
bliques reques par un notaire commis par le
conseil do famille, aprbs deux affiches appo-
sees, jpar deux dimanches consecutifs, & la
porte extdrieure de la justice de paix, i celle
de 1'tudeo"di notaire commis, et A celle de
I'immeuble A vendre, si c'est une maison.
L'original de chacune de ces affiches sera
vise par le juge de paix. et restera annexed A
la minute de la vente.
ART. 374, 375 et 376 supprim8s.
ART. 377 Le tuteur ne pourra transiger au
nom du mineur, qu'aprbs y avoir 6td autoris6
par le conseil de famille.
La transaction ne sera valuable qu'autant
qu'elle aura 61 homologude par le tribunal
civil, apres avoir entendu le ministire public.
La transaction sera nulle, si elle est con-
traire aux dispositions prohibitives de l'arti-
cle 368.
ART. 392 II ne pourra intenter aucune ac-
tion immobiliere ou y d6fendre, mtme rece-
voir un capffal mobilier ou immobilier, et en
donner d6charge, hypoth6quer ou alidner ses
immeubles, acqudrir A titre gratuit ou ono-
reux, ni fair aucun acte, autre que les actes
de pure administration, sans assistance de
son curaleur, ou son consentement par dcrit.
Art. 393 et 394 supprimes.
ART. 395 Tout mineur 6mancipd autre-
ment que par le marriage, qui administrerait
mal ses biens ou les dissiperait, pourra Aire
prive du benefice de I'emancipation, laquelle
Ili sera retiree en suivant les nmmes former
que cells qui auront eu lieu pour la lui con-
drer.
(A suivre)


NtCROLOGIE

A Mr. Athanase Laforest, Imprimeur
de la Revue, qui a eu la douleur de
perdre au debut du mois, sa jeune et
sympathique spouse, nous adressons
l'expression affectueuse de nos regrets.
--. .--
AVIS.
ORDRE DES AVOCATS.

Bureau de Consultation gratuite pour
le mois de mai ;
Mes. J. N. Leger, Am6dde Brun, U.
Ph. Noel, chez Me. Ldger, 16 rue du
Fort Per, les lundis et mercredis, de 2
i 4 h. de l'apres-midi.


ERRATA

Revue du 2 avril 1893, Etude de Mr. Justin
Devot, sur le systbme du jus soli:
page 5, 16re colonne, 40Ame ligne, aulieu de:
principles si puissants lisez : OTIFS si
puissants;
mime page, meme colonne, 43eme ligne,
aulieu de : large conservation lisez: large
CONSECRATION;
page 6, lere colonne, 144me ligne, aulieu de:
ne nanquerons pas-- lisez : NE MANQUERIONS
PAs ;
meme page, 326me ligne, aulieu de: du dis-
parate.- lisez : de la disparate;
page 7, 26me colonne, 426meligne, aulieu de :
en 1859 lisez : en 1851 ;
meme page, mAme colonne, 556me ligne, au-
lieu de : lot de 1859 lisez en 1851;
page 8, lere colonne, 316me ligne, auheu de :
se ddnaturaliser lisez SE DENATIONALISER
mAme page, 26me colonne, 66me ligne,
aulieu de: individu naturalisd- lisez : natio-
nalisd;
m6me page, meme colonne, 126me ligne, au-
lieu de: jeu reserve lisez jeu RESSERR ;
page 9, 26me colonne, 346me ligne, aulieu de:
conditions pour lisez : conditions REQUISES
pour ;
page11 4l6me colonne 31Ame ligne, aulieu de:

conclusions lisez : CONVULSION,.
mAme page, 2eme colonne, 526me ligne; au-
lieu de: descendant d'eux--lisez: descendants
d'eux.

GEORGES-SYLVAIN, Iddacteur-Gdrant.








2m Annee No 3 Port-au-Prince, le 2 Juin 1893.


REVUE
DE LA


SOCIETY DE LEGISLATION
Paraissant le 2 de chaque mois


Siege provisoire: chez Me J. N. LEGER
10, rue du Fort Per.


COMITE DE DIRECTION ET DE REDACTION
M.M. J. N. LEGEB, PRESIDENT -
GEORGES SYLVAIN, SECR-TAIRE
A. BONAMY, TRtSORIER
JUSTIN DEVOT
EDMOND LESPINASSE
FREDERIC MARCELIN MEMBRES
J.J. CHANCY


PRO PATRIA


SOMMAIRE:
Si'llnrcs de la Sotcidti .
Sdianr'.' solenncllc du 14 MIai
Corresipondance --
Nkcrolugio
Avis


Abonnement .... 1 an P. 4 Le numero .... P 0.40

Adresser la correspondence au sitgr provisoire do la Soci6b1.

PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE DE LA JEUNESSE
1893.








-85-


Aux membres correspondans et aux
A ens de la Revue, d tous ceux qui col-
borent, par leurs communications ou
leurs encourragemens, au success de notre
auvre, le nouveau Comiti de direction et
de Rddaction, officiellement inaugur le I14
mai, adresse le t~moignae public de son
afectueuse reconnaissance.

SAICES IJE LA S IVTE

( Extraits des procis-verbeaux)
Rdunion du 27 Avril 1893.
(Presents : MM. J. J. Chancy, L6ger,
Sylvain, Bonamy, Jean-Joseph, Borno,
Viard, Bouzon. )
Prdsidcnce de M. J. J. Chancy.
D6p6t par MBonamy de son rapport sur
une question pose par M. David, mem-
bre correspondent A Saint-Marc.
Rdponse faite par M. Borno a une
question pose par M. Kenol.
(Discussions reserves. )
Lecture du rapport de Mr J. J. Chancy,
sur le meilleur system dconomique ap-
plicable a Haiti.
RAPPORT

Messieurs et chers collAgues,
Vous m'avez fait l'honneur de me
charger de l'dtude de deux des ques-
tions les plus importanles actuellement,
et qui sont poses ou rdsolues provisoi-
rement, maintenant m4me, dans tous
les Etats du globe : A savoir lequel des
deux syst6mes 6conomiques convient le
mieux a lbaiti, celui du Libre Echange
on celiii idu Prolec.lionilii-int .
Nous nre o.uvuons. votius eachler notre
crainte d'envisrger, ici, ces lenx prob1e-
mes qui se dressent aujourd'hui, par-
tout, menagants. Cesjours-ci, ils servaient
de plate forme Blectorale A deux grand
parties politiques dans une confddera-
tion d'une prosp6rit6 sans gale. C'est


qu'a heree pr6sente, lea questions pu-
iemant financires sont renvoydes Al ar-
riere-plan. Elles sont revenues secon-
daires, parce qu'elles sont tontes la con-
sequence de la grande question dcono-
mique, parce qu'il n'y aura jamais de
finances sans travail.
Or le travail n'itant pas encore or-
ganise en Haiti, ce qui revient A dire
que les products d'6change n'existant
pas, il devient absolument impossible
de parler de libre-6change, lA oi il n'y
a rien a changer. Nous cartons done,
forement et d prior, le system libre
Ichangiste dans le regime economique
a app iquer i Haiti. 11 faut cr6er 'a-
lord, protdger en suite le travail natio-
nal, avant de penser i 1'rmanciper.

Nous allons nous ddgager de tout es-
prit de systmme pour rechercher oi se
trouve l'intdret imm.diat do la Patrie,
et quelle est la meilleure pratique dco-
nomique pour le sauvegarder ?
Avant tout, jetons un rapid coup-
d'ceil sur le minvtieux regime fiscal
qui resort de la nouvelle legislation
douani6re de l'Europe et de I'Am6-
rique.
En France, nous nous trouvons on
presence de toute une dchelle de tariff
applicables A tous les pays, salon qu'il
existe entire eux et le gouvernement
frangais des accords commerciaux : ta-
rifs minima, larifs maxima tariffs
conventionnels, tariffs de traitement de
la nation la plus favorite, tariffs do trai-
tement de rdciprocitd, enfin tariffs de mo.
dus vivendi. Ce sont ces derniers tariffs
que le Cabinet frangais a voulu appli-
quer i la Suisse, par suite d'une conven-
tion, que la Chambre frangaise vient de
rejeter a une tres forte majority, quoi-
qu'il fLt faith appel aux sentiments de
reconnaissance quo la France devait gar-
der ace brave petit people qui avait si
fraternellementaccueilli, en 1874,les di-
bris malheureux de l'armee frangaise. -
On voit quelle cuirasse de protection
s'est donnde la France.
L'Allemagne, l'Autriche, 1'Italie, 1'Es-
pagne, ont dgalement renforce leur |ld.
gislation dans le sons protectionniste.










Quia.zt A I'Amdrique du Nord, apr6s
avoir_6chou6 dans son essai d'dtablisse-
ment d'une Union douani6recomprenant
tous les Etats a m6ricains, elle s est ra-
battue sur Ie bill Mac-Kinley que vous
convaisez, trop pour que je vous en fasse
m6me le rdsum6,
0 1
Ainxi, partout, c'est le syst6me non
pas:seaulement de protection, mais de
reprdsailles, qui prdvaut.
Pendant ce temps que faisons-nons ?
Quel est notre systbme dconomique ?
Cost encore celux que perpdtue notre
trop demod6 tarif de douanes.
Nous n'avons meme pas su frapper
dedroits exceptionnels les principaux
products des pays qui prdl6vent sur no-
tre cafe, non pas des droits protecteurs,
mais ce qui est bien plus important,
des droits purement fiscaux.
II nous faut changer au plus t6t, car
tout change autour de nous. II nous
faut embrasser sans ddlai une pratique
dconomique protectrice de l'organisa-
tion du travail national, particuli6re-
ment du travail agricole. Ce syst6me
de protection sera moddrd, intelligent,
4nergique, pour Otre fructueux, et ne
doit pas aboutir A ce beau rave des pro-
t.etionnistes A outrance qui consiste a
vendre sans jamais acheter. 11 s'dtendra
surtout, et presque exclusiment sur I'A-
griculture, parce que grAce a notre cli-
mat; a la varidtd de. notre terror, aux
belles qualitds de notre sol, nous devons
6tre un people essentieliement rural.
En outre, a pour 6clairer A tous ces
stages l'ensemble si complique des faits
6conomiques, il convient de se placer
d'abord dans une region moyenne, cell
de I'Economie rural, 6galement dis-
tante.de l'dtat rudimentaire d'une socid-
t6. dans l'enfance, oi tout est concrete
et reel jusqu'a.la grossibret6, et de l'6-
tat d'une society avancee, od le signed,
l'abstraction et la fiction prevalent jus-
qu'i fire trop aismment perdre de vue
la chose signifide, la. constitution na-
turelle de l'homme, ses besoins, ses
desirs et leur satisfaction effective. (1)
(4) Counot. Revue sommaire des doetrines
deoneorquoi .


Mais sur quel concours devons-nou
computer en Haiti pour l'application de
ce system dconomique, tel que nous
l'indiquons ici ? Je Ie dis de suite : le
concourse de l'Etat s'impose en premier
lieu, dans la situation actuelle de no-
tre agriculture. L'initiative privde vien-
dra ensuite. Plus tard, elle se mettra en
lieu et place de celle de l'ELat, s'6tant
fortifide i ses c6tbs. II le faut, parce
que les sacrifices, devant Wtre 6normes
et imm6diats, ne peuvent etre consen-
tis que par la communautd des citoyens.
Abordons le rdle de l'Etat.

*
Le Droit des gens nous apprend que
1'Etat est compose de la masse des con-
tribuables et de l'ensemble des institu-
tions et des forces d'une nation. Cer-
tes, 1'Etat n'est pas une corne d'abon-
dance. II ne doit ni ne peut tout fair.
II ne saurait s'eriger a volontd en dis-
pensateur du bonheur, pourvoyant a
tout, pensant meme pour tous, ou, com-
me l'a dit spirituellement un celebre
avocat, (2) adebarrassant les citoyens de
toutes leurs affaires et de toutes leurs
vertus.,
Non, nous ne demandons pas A I'E-
tat de jouer ce r6le, car, souvent, c'est
la bonne on la mauvaise initiative de
l'individu qui le conduit A la fortune
ou A la misere. Et ne voyons-nous pas
cette initiative remplacer avantageuse-
ment l'Etat, partout, en Angletorre?
Mais ajoutons que c'est particulier A la
grande nation anglaise.
Cependant, 1'Etat ne peut pas non
plus a laisser faire et laisser passer ,
se bander les yeux pour ne pas voir les
plaies des individus, se boucher les
oreilles pour ne pas entendre leurs gd-
missements.
Quand les individus sont menaces de
grands pdrils. sociaux, provenant soit de
causes naturelles, soit de coalitions
spoliatrices, l'Etat doit intervenir dner-
giquement pour les secourir, les sauver,
s'il ne vent pas s'exposer lui-meme. Au-
trement l'individu devient dangereux,
d'autant plus dangereux qu'il est igno-

(2) Me Rouse, de 1'Acad6mie Fran gaise.








-37-


rant. L'Eat est force de s6vir contra lui,
de s'amputer d'an membre qui, mieux
entretenu, resterait utile.
En un mot, I'Etat doit etre initiateur
partout ou l'initiative privee ne se
montrepas.Et IA ou elle se montre, l'Etat
peut etre rdformateur ou protecteur
eclaird, qu'il s'agisse d'agriculture, d'in-
dustrie, de lettres, de sciences, d'arts
ou de commerce. II imported qu'il pren-
ne cette attitude, au plus t6t en Haiti,
car depuis quelque temps, grace A des
privileges inconscients, il s'est crdd
ici une nouvelle puissance : cell des
manieurs Id'argent. Cette puissance est
devenue si formidable qu'elle menace
de tout emporter, et constitute une nou-
velle servitude qui nous rend plus es-
claves que jamais. L'Etat seul est assez
bien arm6 pour la briser et nous con-
duire A notre salut 6conomique.
*.

Arrivons alors A nos conclusions, et
voyons quels moyens pratiques et im-
mediats peuvent 6tre employs pour
atteindre la fin que nous prdvoyons.
Nous le r6pdtons, nos vues doivent 6tre
portdes exclusivement sur notre agri-
culture et les ameliorations A y appor-
ter. Pour cela, I'Etat doit favoriser son
developpement de toutes les fagons, et
notamment :
lo par la creation et la r6fection des
routes publiques.
2o par la creation de chairs d'Econo-
mie rurale dans toutes les dcoles supd-
rieures de la Rdpublique;
3o par la creation de chambres ou
conreila d'Agriculture dans chacun des
Arrondissements de la Rdpublique;
4o par l'organisation d'un system
de primes A accorder aux products agri-
coles.
5o par 1'exportation de tous products
autres que nos denrdes, particulibre-
ment de nos fruits.
*.

Cependant, sans sortir des conditions
de ce regime agricole, cela ne nous
empechera pas d'organiser l'industrie,
afin de diminuer les products que nous


sommes oblig6s de deman ler A l'dtran-
ger, ou de crer des moyens d'dchange
qui nous permettent de nous procurer
en plus grande abondance des pro-
duits strangers.
On pourra me demander oi prendre
l'argent pour ces importantes amdlio-
rations. Eh bien, il est tout trouv6pour-
tant,sans emprunt niimpot nouveau. On
n'a qu'a y consacrer au moins la moitid
du produit des imp6th qui frappent
nos denrees A l'Exportation. Ce sera
de bonne justice parce que l'imp6t doit
etre toujours reproductif d'utilitd, c'est
a-dire que si je donne dix gourdes a
1'Etat, il doit me rendre une valeur 6ga-
le en services de toutes sortes. Ce sera
moral en m6me temps aue scientifique,
parceque l'Economie politique qualified
tries sevbrement 1'emploi deltoutelsom-
me payde comme imp6t, et qui n'est
pas transformed en une utility 6quiva-
lente.
Ces veritds 6conomiques s'appliquent
d'autant mieux al'Agriculturebhaitienne
qu'elle n'a jamais eu aucune compen-
sation en retour des dnormes charges
qui l'accablent. C'est elle qui fait pour-
tant tous les frais de notre budget, en
y contribuant, soit par des impdts di-
rects, soit par des imp6ts indirect.
Pensons-y, c'est la qu'est notre sa-
lut; car c'est s'abuser dtrangement
que de chercher la solution de notre
gene avec des donndes financi6res. Nous
ne la trouverons qu'avec des donnees
dconomiques et en cessant de nous
abandonner.
Pour mettre serieusement la main i
notre organisation agricole et social,
nous ne devons suivre qu'un seul sys-
t6me dconomique: celui de l'Econo-
mie rurale tel que nous le montrons.
Et nous ne devons avoir qu'une seule
devise : c Le travail par I'Economie ru-
rale, I'dconomie rurale pour le Travail.
J.J. CHANCY.
N, B. J',i lu, Messieurs et chers col-
l1gues, avec la plus consciencieuse at-
tention, le mdmoire anonyme don't vous
m'avez co nfid 'dtude. C'est un travail
trbs appreciable, nourri de faits A l -
fois 6conomiques et historiques, en fa-








-38 -


veur du libre 6change,et, particuli6re-
ment, de la libre pratique en ce qui
concern le ndgoce du tatia dominicain.
L'auteur n'est pas seulement parti-an
de la liberle commercial. II veut re-
meltre en honneur le alaisser faire et
laissez passer D des physiocrates. Ce-
pendant, envisageant le role de 1'Etat, ce
correspondent occasionnel pense qu'il
doit protdger l'indusLrie naissante, cell
de laquelle depend da stretd, l'inddpen-
dance du pays.
Nous sommes trop heureux de consi-
gner ici ce temperament fait A la doc-
trine physiocratique. II confirms plei-
nement notre rapport.
En rdsum6, ce m6moire, fait avec ta-
lent, souleve de nouveau une question
tries important, touchant de trop pres
au grand problem social, pour passer
inapergue. Je vous propose de le fair
rapporter ou de le faire imprimer dans
la Revue de. la Socidt6. Vous ponlvez
d'autant plus le fair que l'anonymat
en eat devoild.
J. 1. C.
Mi. Ldger. Nousisommes en trop petit
nombre pour entamer la discussion d'une
question aussi important.
M. I. Secrdtaire. Nous pouvons tou-
jours esquisser le plan general de la dis-
cussion, sauf a lui donner tout son dd-
veloppement et toute son ampleur A la
dance prochaine.
M. Ldger. Eh bien, je pense qu'en
matiere dconomique, on ne doit pas
avoir de system absolu. Les homes
d'Etat appelds A diriger un pays doivent
accommoder leurs theories aux besoins
et aux intdrets locaux. Les lines gdnd-
rales du rapport ne sont pas discutables.
Je crois pourtant qu'il donne trop &
l'industrie agricole, Que vous le vou-
liez ou non, il est.dans la logique natu-
relle des choses que les centres, d'abord
agricoles, tendent de plus en plus A
devenir manufacturers. II y a de cette
loi dconomique une remarquable appli-
cation dans le developpement de cer-
lains Etats des Etats-Unis du Nord.
Nous sommes en ce moment on pleine
pdriode d'dvolution. S'il est vrai qu'i
houre actuelle, la plus grande parties de


notre territoire soit encore agricole, on
peut pr6voir que, dans un avenir plus on
moins rapproch6, quelques-uns de nos
centres de production s'adonneront a
l'industrie proprement dite. C'est pour-
quoi nous devrions d6s majintenant prd-
parer, en une certain measure, cet avB-
nement de l'industrie, qiii sera pour
nous une condition el un signed du pro-
grbs.
M. Bonamy. II y aurait, selon moi,
erreur A soutenir qu'au systnme agri-
cole doit se substituer completement le
syst6me manufacturer. Ce sont choses
qui s'enchaiient comme tous los pro-
gres. Ce qui est vrai, c'est que le sys-
teme agricole n'arrivera A son perfec-
tionnement que par le d6veloppement
-du system manufacturer et par 'ex-
tension des changes, du commerce
en g6ndral. Aussi est-ce servir les inte-
rets del'agriculture que de preparer les
voies A l'indus'rie.
M. Ldger. L'expirience prove quo
IA oiu il y a progrbs industriel, l'agricul-
ture eat chassde.
M. Bonamy. L'industrie manufactu-
ri6re anglaise est la plus avancde du
globe, el pourtant I'Antgleterre est aussi
le pays don't I'agriculture est li plus per-
feclionnde. II semblerait just dis lors
d'affirmer que I'industrie manufactu-
ri6re, loin de nuire, en se ddveloppant,
aux progress de l'industrie agricole, est,
au contraire, pour elle un puissant sti-
mulant et un prdcieux auxiliaire.
M. Ldger. L'industrie manufacturiere
constitute aujourd'hui la vraie riches:e
de I'Angleterre.
M. Bonamy. Le rdle en est plus ap-
parent ; agriculture attire moins les
regards, mais elle tient bien sa place.
Sa mission s'est 6largie avec l'agrandis-
sement du march national.
M. Chancy. Le rapport n'est pas ex-
clusif et permet de rdserver tous lea
progrbs. Mais passez-moi une rdflexioi.
En faisant de agriculture scientifiquo
nous quintuplerions nos revenues. Pour
nos manufactures, quels ddbouch6s au-
rions-nous ?
M. Jean-Joseph. II y a des indus-
tries qui se rattachent a la fois A I'agri.
culture et a la manufacture.







- 39 -


M. Ldger. D'une fagon g6ndrale, sans
chercher bieni loin, on trouverait ai.6-
ment certaines industries ont il nous
serait utile de pr'i. V ;;er l'av6nement. 11
m'a sembld que il. erpport, en distant
que le pays est essoLi.icilement agricole,
ne fairtait pas assez li Vart tides industries
a venir.
M. Chancy. Non ; j-it fait tout expr6s
assez large les bases du Rapport pour
que tout notre avenir economique plt
y tenir.
M. Viard. C'est notre industries agri-
cole qui doit donner le branle aux
autres ; c'est A elle qu'il nous faut son-
ger d'abord.
*M. Bouzon. Jusqu'ici nous n'avons
rien faith pour introduire chez nous l'en-
seignement industriel. A ce point de
vue, j'approuverais fjrt la creation des
course d'economie rural recommandde
par le rapport.
La suile de la discussion est renvoyte
A la stance prochaine.

Reunion du 4 Mai.


( Prdents : MM. Leger, Sylvain, Bo-
namy, Chancy, Laforest, Heraux, La-
fleur, Brun, St.-R6my, Bouzon.)

Prdsidence de M. Ldger.
M. le Secr6taire rdsumeles arguments
et les conclusions du Rapport de M.
Chancy et le point oii s'estarret6e la dis-
cussion a la seance prdcedente.
Le principe du Rapport est toujours
en discussion.
M. le Prdsident. Quand une industries
pdriclite, il faut la prot6ger. Quand vous
avez int6ert A favoriser 1'entrde de cer-
tains products, il faut abandonner la
protection. Rien d'absolu en cette ma-
ti6re, surlout pour nous autres Hlaitiens.
C'est un sytslme mixte qu'il nous con-
vient d'adopler.
M. Brun. Qu'est-ce que voudrait
dire le mot libre-6change, au point de
vue haitien ?
M. le Secrdtaire. J'avoue que je ne
congois pas bien un systdme mixte. On


vous voulez du libre-6change, ou de la
protection. Or, le libre-4chauge ne rime-
rait a rien dans un pays, oi, comme le dit
le Rapport, il n'y a rien a dchanger.C'est
done le systmine protecleur qui est le
seul admissible. Cette sorte d'opportu-
nisme dconomique qui constituerait le
system mixte, n'est autre chose que de
la protection, plus ou moins rigoureu-
se, selon les cas.
M. Bonamr. Je crois que le syst&me
du libre-e6hange est le syst6me ideal
of 1'on doit tendre pour la facilitL des
rapports entire les peuples; mais il ne
peut rdsulterque d'uue longue serie d'ef-
forts, entire peuples A peu pres dgaux
en civilisation et en richesse. Som-
mes-nous mlrs pour ce progr6s ? Evi-
demment non. Tout ce que nous pou-
vons faire, c'est d'y aspirer par la
creation de I'industrie manufacturiere,
concurremment avec l'industrie agrico-
le. Nous n'y atteindrons que par le sys-
tlme protecteur.
MM. Bouzon et St. R6my se pronon-
cent egalement pour le protectionnisme.
M. Brun.-. Mon avis est que dans I'd-
tat 6conomique du pays, on ne saurait
se decider pour un principle. Ce qui
nous convient, c'est une legislation fs-
cale adaptde aux circonstances. Ainsi
congois-je le syst6me mixte, qui, plus
qu'aucun aulre, nous permeltra de cre-
er, non-seulement l'industrie manufac-
turi6re, mais m6me I'industrie agrico-
le qui n'existe, pour ainsi dire pas,
chez nous.
M. Lafleur.--- Comment s'exercera
votre protection ? La production pres-
que unique, c'est le caf6. Allez-vous le
frapper d'un droit ? C'est alors le peu-
ple, I'indigent producteur, qui en souf-
frira.
M. Chancy. II ne peut y avoir de dou-
te sur les principles du Rapport. C'est
le travail national que nous voulons pro-
t&ger. Tl ne saurait done 6tre question
de frapper le cafd. *
M. Laforest. Nous nous servons d'un
terme impropre, ce n'est pas protec-
tion, c'est creation qu'll faut dire. Je
suis pour que l'on crde, sans autre ex-
plicalion.
M. le President. Pour moi, je le re-







-40-


o6te, il faut Stre opportuniste; faire se-
on lea circonstances, tant6t du protec-
tionnisme, tant6t du libre-dchange.
M. Hdraux. L'opportunitd actuelle,
o'est la protection.
Le compete de ces opinions diverse
dtant 6tabli, il en r6sulte que ]a majo-
rite de la reunion est d'avis que le sys-
teme protecteur est celui qui convient
actuellement le inieux aux conditions
dconomiques de notre pays.
M. le Prdsident. II nous reste A exa-
miner les moyens de rdaliser cette pro-
tection don't :nous avons vote l'adop
tion.
M. le Secrdtaire. Le Rapport men-
tionne d'abord : c la creation at la r6fec-
tion des routes publiques. v
M. Chancy. Inutile, je pense. de d6-
velopper longuement I'urgence de cette
measure. A Hinche, par example, faute
de pouvoir transporter les bois prdcieux,
les-bois de construction, on les brle ;
le lait, on le jette...
M. Bouzon. A trois ou quatre lieues
de Jacmel, oi il y a des bois magnifi-
ques, pour tranporter un pin jusqu'a
la ville, c'est unluxe.
M. Laforest. I y a quelques annees,
on allait de Port-au-Prince aux Cayes
en voiture; on nele ferait plus aujour-
d'hui. Les routes nationals doivent 6tre
crd6es par l'Etat. C'est son premier
devoir.
A 1'unanimit6, la reunion se range,
sur ce point, A l'opinion du Rapport.
M. le Secrdtaire. La second measure
indiqude est a la creation de chairs
d'6conomie rurale dans les dcoles su-
p6rieures.--
M. Hdranm. Quelle sont ces dcoles
supdrieures ?
M. le Secrdtaire. II me semble que
les lemons de cet ordre seraient surtout
ndcessaires dans les 6coles pri-maires.
M. le Prdsident. Je proposerais alors
cetjamendement; 17a:partir des".dcoles
primaires. ,
M. Laforest. Non t dans les dcoles
primaires. a
M. le Secrdtaire. Messieurs, je crois
le moment venu do vous signaler une
grave omission du Rapport, c'est la crda-
tion des fermes-ecoles. Maintes fois, la


question a dt6 mise A l'ordre du jour :
c'est devenu une sorte de lieu commun,
A 1'usage des programmes politiques.
Jamais elle n'a eu de solution, parce que
jamais la rdalisation n'en a Ldt sdrieuse-
ment entreprise. Que de pays n'ont pas
Wte entierement transformins par linllu-
ence bienfaisante des religieux-agricul-
teurs !
M. Chancy. J'ai longuement rdfldchi,
moi aussi, sur celle questiondes fermes-
ecoles ; et si je n'ai pas cru devoir en
parler dans le Rapport, c'est que je
suis arrived a la conclusion que pour
nous, elle n'est pas mirre. II y a derrie-
re tout cela, une rivalitd entire deux Mi-
nistdres el entire deux dglises. C'est ce
qui a empechd jusqu'ici d'aboutir les
efforts tents en ce sens. Gardons les
fermes-dcoles pour l'avenir.
M. Laforest. Je voudrais, au contrai-
res qu'on cherchat, des A present, le mo-
yen pratique d'arriver a une solution.
Les fermes-ecoles proprement dies, a
mon avis, c'est une utopie. Mais les re-
ligieux-agriculteurs, c'est autre chose !
A ddfaut des Trappisles, A qui I'on
s'est, me dit-on, adressP, et qui font des
difficulties, il y a les Salaisiens qui don-
nent ]'instruction agricole et enseignent
la pratique aratoire. Pourquoi ne s'en-
tendrail-on pas avec eux? S'il m'est per-
mis de vous citer un fait qui prove
combien cette experience serait feconde,
je vous dirai que, sous Geffrard, le GB-
ndral Philippeaux, commanJant de l'ar-
rondissement de Nippes, avait fail inau-
gurer des legons de choses daus les
ecoles primaires de son arrondissement.
Cela avait merveillejsement rdussi.
M. le Secrdtaire. Nous ne faisons
qu'indiqner aux gouvernernens la voie
ou ils devraient s'engager. A ce comp-
te, les difficultls qui s'opposeraient ac-
tuellement A hl foundation des fermes-
6coles ne pouvent nous empecher de les
recommander comme moyen de restau-
ration de l'industrie agricole.
La majority se rallie a cette opinion,
et vote 6galement la creation de chairs
d'6conomie rural dans les diverse dco-
les de la Rdpublique, notamment dans
les ecoles primaires.
Le troisime article du Rapport por-









te 'sor. la creation die ehambres ou
conseils d'agriculture dans ehacun des
arrondissemens de ]a Rtpublique. -
M. Bonamy. Avant cela, je propose-
rais la creation d'ecoles d'arts-et-m6-
tiers. -- Jusqu'ici, nous n'avons guere
parld que d'agriculture. II serait-temps
de songer aussi auxautres branches d'in-
dustrie, don't il a et6 question- la der-
niere stance, au d6but de notre discus-
sion.
M. Ie Prdsident. Je vois dans I'Ecole
libre professionnelle un embryon d'Eco.
-le d'arts-et-metiers, qu'il s'agirait d'en-
couragei. On pourraix d6velopper aussi
on ce sens la Malson Centrale.
M. le Secrdtaire Je propose cette- rd-
daction pour I'amendement de notre
Trdsorier; ( la creation d'coles d'arts-
et-m6tiers, on du moins le developpe-
ment des institutions .analogues qui
existentddj 6 chez nous al'etat embryon-
naire. ,
M. Bonamy. J'accepte volontiers setle
formula. --
M. le Prdaident. D'aprAs cela, 1'6cole
professionnelle deviendrait une cole
d'arts-et-mitiers supdrieure, formant
des mattres es-arts, tandis que la mai-
son central, mieux organisde, forme-
rait des artisans. Quel r6sultat admi-
rable pour la socidt6 Des pires vau-
riens et vagabonds de la ville fire des
hommesutiles; reformer leur moral,
tout en leur mettant entire les mains
le moyen de soutenir victorieusement
la lutte pour 1'existence ; changer ces
non-valeurs sociales en agents de pro-
duction !...
M. Laforest. Ce serait, en r6alit, ren-
dre la Maison central a sa destination
primitive; car c'est pour servir d'lcole
d'arts-et-m6tiers qu'elle a 6td fond6e
parRichd.
M. Brun. Double gain, en .definitive,
que l'amilioration de 1'enfance comhi-
n6e avec le perfectionnement de la clas-
se ouvribre.
L'amendement de M.M. Bonamy et
Sylvain est vote, a l'unanimitd.
M. e- Prdsident. Latroisieme point
du Rapport devient aifsi Ie quatri6me :
Chambres ou conseils d'agriculture dans
nos diffdreai arrondissemens


*M. Bouzen.'Leg Conseifrd'agrcurture
ont exist une fois chez nous. Une loi
lesinstituait sous Soulouque. En voyant
les noms de ceux qui y figaraient, on
s'explique queces conseils n'aientjamais
renduaucun service. La v6rit6 estLu'on
n'a pas de sujets pour remplir les padres
d'institutions semblables.
M. Bonamy. On pourrait se conteiter
d'un Conseil Supdrieur d'agriculture
qui si6gerait pres du Secrdtaire d'Etat.
M. le Secrdtaire. Pour ma .part, ie
-rains que par la creation de ce Conseil
Supdrieur, nous ne fassions autre chose
qu augmenter d'un nouveau easier de
favors politiques ce fonetionnarisme
dontle poids nous erase. Nous avons
un Mimstre de l'Agriculture, un chefde
division, un chef de'bureau, quYentoure
un nombreux personnel d'employde. Et
cependant que fait-on pour amrliorer le
sort du cultivateur?
Des phrases an ler. mai 1'
II en sera tout de mmea avec un con-
seil d'agriculture. L'espritde prograset
la bonne volontd dbivent partir d'en
haut. Si ceux qui sent commit de par
leurs fonotions a la sauvegardedes irit6-
rets de l'agriculture ont conscience et
souci de leur mission,ils suffirontlarge-
ment a la tache. Si non, n'attendez pas
qu'ils se convertissent au devoir, par le
simple fait que vous aurez placid pr6s
d'eux quelques figuresnouvelles.
M. Bonamy. Je ne serais pas loin de
me ranger & ces objections ; mais je me
demand encore sila creation d'un con-
seilsupdrieur ne serait pas une faQon de
specialiser un peu plusle dipartement
de l'Agriculture, et de tenir en haleine
le personnel de ee d6partement.
M. Laforest. Je vois 1l unfdanger.. A
c6te du chef d'un ddpartement.minis-
tdriel placer un conseil, c'est organizer
un antagonism nuisible au progr&s.
M. PBriaum. Quelles que soient les
difficulties actuelles, il me semble qu'au
point de vue theorique oit none nous
tenons forc6ment ici l'on peut 6mettre
le vceu de voir order -un ou plusieurs
conseils d'agriculture, sauf B ceux. qui
sont au pouvoir i organiser ces conseils
de-la faeon la plus pratique et la glus
favorable aux int'rds C genraux.









-49-


M. !# Prdsident. C'est A pen pros ce
que j'allais dire. Avec les progr6s du
syst6me parlementaire, les Ministres ten-
dronr deplus en plus & devenir des hom-
mes politiques, et rien d'autre. D'oi la
necessity d'inslituer A c6t6 d'eux des
spdcialistes, qui survivront A leurs pas-
sages successifs, et maintiendront dans
les services publics I'unit6 de plan etde
direction necessaire. Ainsi avons-nous
tous applaudi au project de crdationou de
restauration d'un Conseil supdrieur de
l'Instruction publique. Le conseil supd-
rieur de 1'Agriculture aurait la mime
utility.
M. Bonamy. Les membres de ce con-
seilpourraient 6tre, au besoin, d6lguds
dans les ddpartemens.i
M. Laforest. Les intdrdts des d6par-
temens sont dissemblables.
M. Brun. Ce serait a eux de les con-
cilier.
La majority de la reunion, sous le
ben6fice de l'amendement Bonamy, vote
le 3e article du Rapport, develu 1'art. 4.
5e article : a organisation d'un sys-
tme de plimmes aux products agricoles.n
M. Hdraux. J'ajouterais ; et aux
ouvrages ayant trait A l'agriculture.
M. Bonamy. Et moi: a la suite de
concourse rdgionaux.
On vote 'article avec cette double
addition.
dearticle : c Exportation de tous nos
products agricoles, particulibrement de
nos fruits.
M. Bonamy. Mesure excellent I
Nous avons, pour nous y encourager,
l'exemple de la Jamaique. Le gouverne-
ment anglais a facility les navires qui
venaient prendre descargaisons de fruits
en les exemptant des droits de douane.
M. Laforest. C'est de la protection
bien entendue.
M.Hdraux. A Cuba,commea laJamaii-
que, 1'exportation des fruits est en pleine
voie de prosperity.
M. Laforest. Je proposerais l'addition
suivante : c la subvention des compa-
gnies de bateaux qui aideiont au trans-
port de ces produits.v
M. lePrdsident.J'dmettrais dgalement
un vceu pour la creation dans chaque
commune, A la charge des conseils com-


munaux,decertains batimens, dugenre
des halles centrales, afin que l'agricul-
teur qui vient vendre ses fruits ne soit
pas forced de lesjeter quand il n'en troupe
pas 1'6coulement.
M. Bouzon. Au lieu de s'en remettre
pour cette creation A la diligence des
conseils communaux,jeseraisd'avis que
ce ffit i'Etat qui y fit proceder, sous la
directionoule contr6le, si vousle voulez,
des conseils communaux.
M. Bonamy. Non ; la commune peut
en garder la charge ; mais on rendra
cette d6pense obligatoire.
M. Bouzon. Messieurs, croyez-moi, il
faut nous placer sur unterrain pratique.
Lacommune a des depenses obligatoires
qu'elle ne peut dx6cuter.
M. Hdraux. Encore une fois, nus
dmettons des voeuxthdoriques.Aux gou-
vernemens a tirer le meilleur parti
possible de ces propositions.
M. le Prdsident. II serait aussi utile
qu'une loi fit obligation aux conseils
communaux de chercher des ddbou-
chds pour nos products.
Le 6c article est vot, augment deces
amendments.
M. Laforest. Nous avons oublid un
point important, une organisation effec-
tive de la gendarmerie rurale.
Mr le Secrd tire- C'est affaire A votre
commission, charge du project de rdvi-
sion du code rural, de nous soumeltre
sur ce point ses iddes. Mais on pour-
rait dmettre un septibme vcu : le dd-
gr6vement de l'imp6t sur lous les pro-
duits nationaux, et notamment sur le
cafe. L'imptf qui pjAe actuellement sur
le caf6 est une hoite, on ne saurail le
crier assez haut. Le dtgitvement total
ne saurait etre sans doute realise du
jour au lendemain; mais ce progress
doit tendre I'effort constant denos gou-
i'rnans. C'est d'ailleurs le couronne-
ciiiu logique des mesur .s .lI protection
que noi.i venons d':;dolter.
Pluisiuras voix : Approuvd I
M. le Secrdtaire. J'aurais encore ddsird
que le rapport dit un mot du perfection-
nement de 1'outillage aratoire. Nos cul-
tivateurs s'ext6nuent A la besogne, et
n'obtiennent, en moyenne, qu un di-
xi6me des rsultats qui devraient r6com-








- 43 -


penser leurs efforts. Qu'on leur donne au
plus t6t des instruments pcrfectionn6s
en les initiant a la faion de s'en servir !
M. Laforest. Je crois 6ire fond & dire
que, dans l'esprit de la generation ac-
tuelle, la charrue r6veillerait encore
chez nous l'idde deplorable du servage
colonial. II y aurait done lieu d'en rd-
server introduction, si avec les progr6s
de la science, il n'dtait deja ddmontre
que les machines permellent aujourd'hui
de s'en passer totalement.
M. Bonamy.- Ce sera l'ceuvre des
fermes ecoles !
M.Heraux. Ou des conseilsd'agriculture.
M. le Secretaire. Quelque conscien-
cieuse et quelque fdconde qu'aura dt6
notre discussion de ce jour, je l'esti-
merais cependant imparfaite, si nous
n1'accordions, en.terminant,;un instant
d'examen & ce merveilleux moyen de
rdalisation du progres agricole, l'impor-
tation des travailleurs strangers. On
se plaint depuis longtemps chez nous
que agriculture manque de bras. Et
en faith, il ne sauratt en etre autre-
ment avec notre syst6me barbare de
recrntement militaire. Eh bie'i, tout
prs denous, alatGuadeloupe et;AlaMar-
tinique, I'importation des travailleurs
hindous a donned d'excellenls i1sultals.
Ce sont des laboureurs aemrites, et
que I'on engago & des prix d'une mo-
dicit6 sans egale. Pourquoi ne ferions-
nous pas, tout au moins, I'essai de cette
importation, a la Tortue ou 6 la Go-
nave ? L'isolement de ces lies, relative-
ment peu peupl6es.empAcheraitles occa-
sions de conflicts avec la population in-
dig6ne, et l'experience en aurait d'au-
tant plusde chances de r6ussir.
M. Chancy. La question est assez
important pour faire la mati6re d'une
discussion special.
L'ensemble du Rapport est voted par
la reunion.
Vu l'heure avancee, la seance est
levee.

SEANCE SOLENNELLE DU 14 MAI
Dimanche, 14 mai, la Socidle de L6-
gislation a fete, dans la salle du Petit-
Thd tre de Port-au-Prince, gracieuse-


meant pretee par I. Michel Sylvain, 1'an-
niversaire de son inauguration. Pour
ujouter a 1'delat de la solennit6, on avait
recul6 jusqu't cette date la reception
oflicielle de M. Amedde Brun.-
A 4 heures, les membres de la So-
cidtd, au milieu desquels on remarque
M. FrIddric Marcelin, Secr6taire d'Etat
dcs Finances et du commerce, prennent
place sur la scAne. Dans 1'enceinte, l'as-
sistance est ddji nombreuse.
Aux premiers ranges, le regard s'arr6te
avec complaisance sur un group exquis
et compact de dames, attirdes surtout
par le choix de la conference : c De la
condition de la femme en Haiti. Apr6s
quelques airs de musique jouds par deux
artistes italiens, de passage en notre
ville, M. Leger, President de la Socidtd,
ouvre la seance par l'l6oge de son inou-
bliable prid6cesseur, Mr. S. Preston.-
Puis, M. Georges Sylvain, Secretaire,
rend compete, dans un Rapport g6n6ral,
des efforts r6alisds par la Socidtd, pen-
dant la premiere annde de son exis-
tence, et de 1'accueil qu'elle a rencon-
tri aupr6s du public. M. Amedde
Brun dit le passe, le present et 1'avenir
de la femme en Haiti. Selon la prati-
que, inaugurde B la reception de M. D.
Viard, M. J. N. L6ger, en souhaitant la
bienvenue au recipiendaire, fait la cri-
tique discrete de sa conference. M. F.
Marcelin, A la fin de la stance, donne a
la Socidtd une nouvelle assurance du
concours sympathique du Gouverne-
ment.

DISCOURS DE Mr J. N. LPGER
President de la Socidtd de Ldgislation.

Mesdames, Messieurs,
Laissez-moi commencer par remercier men
colleagues de l'insigne honneur qu'ils ont bien
voulu me faire, en me plagant a leur tWte. La
reconnaissance est, dit-on, lourde a porter.
Vous allez sans doute croire que c'est pour
m'alldger de ce poids que je tiens A leur payer
tout de suite mon tribute de gratitude.
Ce serait une erreur. Car, pourquoi essaie-
rais-je de le dissimuler; le suffrage de mes
colldgues m'a d'autant plus touched, d'autant
plus flatt6 qu'il a 6td.en quelque sorte spontan6,








- 44-


imprnvu. Je ne m'attendais pas, mes chers
collgues, dans cette reunion od l'on complex
tant d'hommes comp6tens, je ne pouvais pas
m'attendre a dire Blu votre Prdsident. Vous
m'avez cependant faith cetto surprise bien douce
A mon coeur.
Pour no pas rester un ingrat envers vous,
je redoublcrai d'elforts afin de m'acquitter de
la lourde tiche que votre indulgente amitid
vient de m'imposer.
Tache lourde I non parce qu'il est pdnible
de diriger nos pacifiques et courtoises ddli-
b6rations. C'est, au contraire, un plaisir que
de vous entendre. De sinc6res eclats de rire
ont souvent 6mailld nos controversies les plus
graves. Nos discussions mdme les plus vives
revrtent loujours comme un cachet de causerie
intime; come un cachet de causerie de
frdres cherchant ensemble le meileur moyen
d'ajouler au bonheur de la grande famille a
laquelle ils appartiennent.
La tache me parait lourde, Mesdames et
Messieurs, parce que je me sens come dcra-
se par le souvenir de celui auquel j'ai suc-
cedd, sans que j'aie la prdtention de l'avoir
remplace.
Une pieuse tradition vent que dans toute
Assemble l'on fasse l'dloge de son prdddces-
seur. Voila pourquoi ii me revient aujourd'hui
encore le douloureux mandate de rappeler A
votre m6moire celui que tout rdcemment vous
accompagniez A sa dernirre demeure. J'ai ddej
parle ailleurs des principaux fails de sa car-
riere; je vous ai montrd son existence toute
consacree au service de la Patrie; vous n'avez
certainement pas oublid cequi s'est dit surcefte
tombe, oa a'ensevelissait une parties de nous-
mmmes; sur cette tombe oid 1on enfnuissait
une de nos eepdrances pour l'avenir et notre
plus smr guide pour le -present. Je ne veux
pas attiser des regrets cuisans pour nous tous.
Mais peut-on, sans emotion, longer A Mon-
sieur Stephen Preston, trop t6t ravi A notre
affection, Irop t6t ravi A son Pa3 s ? Son Pays I
Qui se peut vanter de 1'avoir plus ardemment
aim6 que lui ? Son long sejour a 1'dtranger
n'avait fait, semble-t-il, qu'aviver sa foi en la
Patrie. II retrouvait toute l'ardeur de la jeu-
nesse, quand il parlait de l'avenir d'Haiti; il
s'impatientait surtout de sa lente march vers
le progrbs, causee par nos incessantes dissen-
tions intdrieures. 11 ne s'expliquait pas que
I'on put prendre comme un plaisir d'ensanglan-
ter ce coin de terre don't il serait si facile
de faire un Eden. AI. Preston s'dtait dlevd au
dessus'des competitions de parties. II planait sur
les groups qui, sous le prdtexte de faire notre
boibheur, ne visent qu'A satisfaire leurs appd-
tits. II ne voulait pas 6pouser leurs querelles;


il ne voulait pas partager leurs rancunes. II
servait le Pays; et non les hommes I Aussi
bien, pendant quelque temps, il dtait A Was-
hinglon, en quelque sort, I'image meme de
la Patrie! Les gouvernemens se succedaient;
PrBsidens et Ministres passaient; lui, comme
le Pays, il restait. II poursuivait, avec un in-
faligable devotment, l'accomplisseincnt de la
mission que nous lui avions confie; il conti-
nuait do representer A l'extdrieur la dignity
national.
Et je peux dire, sans craindre do paraitre
exagerd, que le soin de sauvegarder notre hon-
neur au delors ne pouvait Otre livrr & de
ineilleures mains. Aussi bien, M. Preston oc-
cupera, jsen suis ceilain, une place special
dans l'histoire de notre politique trang&re.
On lui rendra sitrement justice. Des malheurs
immnrids avaient brusquement mis fin i sa
carribre. Mais M. Preston n'avait gard6 de
sa disgrAce, aucune aigreur. Rentrd dans le
rang, il ne recherchait que l'occasion d'dtre
utile. L'on tail d';vance sOr de son concours,
quand il s'agissait d'un service k rendre au
Pays. Et I'on dtait 6tonnd de ne point rencon-
trer en lui qui avait assisted i tant de spectacles
d6solans pour Haiti; I'on 4tait Ltonnd de ne
point rencontrer en lui ce scepticisme ddcoura-
geant qui entrave l'essor des moilleures iddes,
qui ankylose toutes les bonnes volontds I Au
contraire, il dtait toujours pr&t A empAcher les
ddfaillances, A rdconforter les Ames que pou-
vait attiddir le navrant tableau des choses
d'Haiti.
II accueillit avec enthousiasme l'id6e de
crder une Socidti de Ldgislation, A Port-au-
Prince. Des les travaux priliminaires, son in-
contestable autoritd s'imposait a tous. II dtait
d'avance ddsignd pour dtre noire Prdsident. II
fut done 6lu avec empressement. II lii dchut
ainsi la delicate mission de guider nos pre-
miers pas. Vous save tous combien tout ddbut
est p6nible; vous save tous ce qu'il faut de
tact pour Eviter les dcueils qui entourent tout
berceau. Le moindre froissement d'amour-pro-
pre suffit quelquefois pour faire ichouer les
meilleures entreprises. M. Preston consacra
les derniers jours de son existence a la So-
ci6td de Legislation qui est appelde, pardan-
nez-moi cette illusion ou ce manque de modes-
tie, A rendre peut-Atre quelques services au
Pays. Son nom restera indissolublement at-
tache & notre oeuvre.
Et s'il nous est donnd d'atteindre au suc-
cbs reve, d'accomplir tout notre programme,
nous n'oublierons certes pas 1'ouvrier de la
premiere heure, nous n'oublierons pas celu.
qui nous a puissamment aids a franchir les difl
ficultueuses tapes de notre venue au monde.-
Son souvenir restera profonddment grave en











nos coeurs. S'il vous est possible, Mesdames et
Messieurs, gardez-lui aussi, oh I gardez-lui
au moins suncoin dans votre esprit !
Ce sera pour nous une des meilleures preu-
ves de votre estime et un prdcieux encourage-
ment pour continue l'oauvre ardue que nous
avons jur6 de mener a bonne fin.
Est-il n&cessaire do vous exposer encore le
but que nous poursuivons ? Je ne voudrais pas
vous infliger le supplice d'entendre p&riodi-
quement l'un de nous vous faire part des chers
projects dont nous d6sirons la r6alisation.
L'anne derni&re, avec 1'esprit que vous lui
connaissez et auquel les ennuis du Pouvoir
n'ont porle aucune atteinte, il faut l'esp6rer
du moins, Dotre collhgue F. Marcelin vous a,
dans un brilliant language, indiqun noire pro-
gramme, qui a sansdoute peu de resemblance
avec celui que, comme Ministre des Finances,
it a dil soumettre aux Chambres.
Nous avons pris a tAche de fire sentir A
chtcun l'imperfection, les lacunes de notre
16gislation. Depuis la promulgation de nos
Codes, que do progrts acc.mphs autour do
nous I II faut done harmonier nos lois avec les
exigences modernes, avec les moeurs que mo-
difient strement les nouveaux besoins que la
civilization entralne & sa suite. Des measures
utiles, indispensables au moment oit nous
venions de relever le d-fique l'humanit6 sem-
blait avoir jetl la race noire, deviennent
actuellement moins efficaces quanr elles ne
constituent pas un obstacle a noire ascension.
II imported de reformer d'une main prudent
notre vieil outillage.
Et sans avoir la pr4tention d'Atre des sa-
vans, nous pouvons esp6rer que les etudes
spdciales auxquelles nous nous livrons facili-
teront les modifications don't l'expdrience a
d4montrd la ndcessit6. D'ailleurs nous nous
estimerions plus que r6compensds de nos pei-
nes si nous parvenions vulgariser les contro-
verses juridiques, si nous rdussissions a intd-
resser la jeunesse du pays a la science du Droit.
La pratique des lois rend tolerant. L'interprd-
tation des textes nous accoutume A voir dis-
cuter nos opinions et nous porter a ne pas con-
siddrer comme des ennemis ceux qui ne sont
pas du m6me avis que nous. Ce n'est certes
pas le sentiment predominant dans notre
chare Haiti. Quand un bomme ne pense pas
comme nous, ou contrarie nos vues, 1'on se
croit souvent autoris6 & le convaincre de fagon
telle qu'il ne fasse plus entendre sa voix. Et
les argument perforans dont on l'accable lui
donnent, avec le repos, le silence 6ternel. II
faut rdagir centre une telle tendance.
Nous ne nous occupons que de theories,
que d'abstractions. D'autres auront la mission


de chercher l'application des principles qui
font I'objet de nos discussions.
GrAce au bienveillant concourse du Pouvoir
Exdcutif, grace aux sympathies du public, nos
efforts n'ont pas &t6 stdriles.
Plus d'un sourire moqueur avait accueilli
nos premiers tatonnemens. Des proph6tes de
malheur pr6disaient i dcheance plus on moins
br6ve la dissolution de notre Soci6td. L'on
avait mime essay de transformer en concilia-
bule de conspirateurs les tranquilles reunions
o ddes hommes a qui il rest encore un peu do
foi ne cherchaient que lesmoyens d'am6liorer
la situation du Pays. Nous pouvons direaujour-
d'hui : Nous avons v4cu.
Les nuages qui paraissaient vouloir s'amon-
celer sur nost tes so sont dissipds, parcel que
M. Ie President de la Republique nous a loya-
lement prdtd son haut appui.
Dbs les premieres minutes de notre organisa-
tion, M. le Ge6nral Hyppolite a qui je suis
heureuxdetransmettre, au nom de la Socidtd
dontil est le President d'honneur, 1'expression
de notre profnnde gratitude, M. le G6ndral
Hyppolite a senti que nous no pouvions Atre
un danger pour son gouvernement. 11 a senti
que nous dtions des auxiliaires pour tous ceux
qui travaillent sincbrement au relbvement de
la Patrio.
Et pour nous temoigner sa confiance, II prit
l'initiative de nous consulter.
Le premier, II daigna soumettre A noire
examsen un projetde contract; et II nous fit,
avec le conseil des Ministres, l'honneur d'adop-
ter purement t et implement les conclusions
voldes par la Socidtd. M. le Secrdfaire gdenral
vous fern bientdt connaitre que les Ministres
out depuis suivi 1'exemple donned par M. le
President de la R'publique.
Nous nous plaisons i espdrer que nous n'-
chapperons pas a attention des autres Pou-
voirs publics ; a attention du Corps L gisla-
tif surtout.
La Socie6t est done sortie de l'enfance.
La meilleure prouve qu'elle a maintenant con-
fiance en ses propres forces, c'est qu'elle a ose
m'appeler Ai re son Prdsident. Elle a pense
que, devenue majoure, elle pouvait rompreavec
le prejug6 de l'Age. Et elle a bien voulu remet-
tre en mes frAles et jeunes mains le soin de
consolider, d'affermir les succ6s ddej obtenus.
D'ailleurs, comme lodisait derni6rement under
mes spirituels collaborateurs, la jounesse est
un defaut don't 'on se guerit malheureusement
trop vite.
N'est-ce pas aussi voire avis, Mesdames ?
Qnant moi, je voudrais pouvoir trouver pour
vous le secret de 1'6ternelle jeunesse. Avec
votre sens exquis de la justice, vous devez su-
rement trouver strange que 'on fasso aux








- 46 -


homes comme un crime de ee qui est un
charme pour vous.
Ne vous laissez doncpas effaroucher par nos
cheveux encore noirs, nais qui demain hdlas!
rev4tiront A leur tour I'embldme de I'innocen-
ce. Pretez-nous toujours votregracieux con-
cours et veuillez continue a rehausser nos
fetes par I'dclat de votre presence. Nous comp-
tons beaucoup sur vous pour fair passer dans
les moeurs les rdformes que nous precenisons;
car nous savons tous que ce que veut la fern-
me, I'homme le veut aussi. La Socidtd a pensd
qu'elle devait vous donner un t6moignage spd-
cial de sa respectueuse sollicitude ; eL,'Mes.
dames, elle vous a consacrd la conference de
ce jour.


RAPPORT

SUR L'ETAT GENERAL
de la Socidtd de Ldgislation.


Mesdames, Messieurs,
Voulez-vous avoir la recette de I'in-
terview ?
Prenez un sujet donn6. Rdduisez-le
au volume d'une question : faites bouil-
lir dans quelques cerveaux plus ou
moins hdtdrogenes; recueillez le pro-
duit- parfois indigeste- de ces opera-
lions successives; saupoudrez de sel fin
le melange ; agitez fortement, et serve
chaud !...
Rapporteur, reporter : le mot est le
mmem, avec un autre accent.
-Charg6 par la Soci6et de L6gislation
de vous dire ce qu'elle a faith pour
vous, j'ai essay d'y arriver, on cher-
chant A connailre ce que vonti pensez
d'elle. Et c'est le r6sultat de ces in-
vestigations, dont vous me permettrez
de vous donner ici l'expos6 fiddle et som-
maire.

Le premier que j'abordai, selon la for-
mule, avec ma question toute pendante
aux levres : ( Quel est votre sentiment
sur la Socidte de L6gislation? 9 dtait, A
sa mani6re, un home cedlbre dans le
monde des homes da loi. Mariant en


une pratique habile la politique a ]a
chicane, it dtait I'inventeur d'applica-
tions perfectionn4es de l'art du courtag3
A la conscience des hommes publics.
a La Soci6lt de Ldgislation, v me re-
pondit-il en haussant les 6paules, une
pure plaisanterie IIs sont IA cinq ou
six jeunes pontifes qui, parce qu'ils out
d16 prendre A Paris I'air des belles
phrases et des mots ronflants, s'imagi-
nent qu'ils vont rbgdndrer la socidt6
haitienne.
Bel franpai pas l'esprit
dll faut autre chose pour gouverner et
reformer ce pays, A savoir l'initiation
aux usages et aux moeurs,et la connais-
sance approfondie des hom Lies...
AIls proposent des changements A la
legislation; mais qu'est-ce qui doit voter
ces changements ?
La Chambre et le Senat.
Qu'est-ce qui nomme le Sdnat ?
Les ddputes.- Et la Chambre ?
Le people. Quel people ? Le
people souverain. .
Ici une pause : mon interlocuteur
riait silencieusement.
II reprit : a Faire des lois Mais nous
ne faisons que cela depui. '1804 La
confection n'est rien ; l'execntion, voilA
le difficile !...
4J'ai vii mourir des Socidels, compo-
sees d'liommes autrement competents
que celle-ci; car, au bout du compile,
combien de nos illustrations juridiques
(et le bon ap6tre se frappait ]a poitrine)
combien n'en font pas partie? La pro-
cidure, la procedure, monsieur, n'y est
pas reprisentde, ou si peu que ce n'est
pas la peine d'en parler !-
aDe temps en temps, laijeunesse se
done ainsi beaucoup do mal pour d6-
montrer au monde qu'elle vaut mieux
que les anciens, jusqu'A ce que, deve-
nu vieux A son tour, on constate que
rien n'est nouveau sous le soleil, Ipa
meme la prdsomption v
Et ramassant dans un mot toute I';i-
mertume de sa rancune :
< Poseurs, va a conclut cet hom-
me bilieu,.

Ma second consultation s'adressa i







- 47 -


un bureaucrate, employed supdrieur au
Minisltre de... au faith, le nom vous im-
porte peu! Gazette vivanle, il consa-
crait les nombreux loisirs que lui pa-
yait le government A colporter des
bureaux au bord-de-mer et du bord-de-
mer aux bureaux les divers bruits (do
la ville. Aucun potia no lui ldail 6tran-
ger. 11 avait du nouvelliste, ou si vous
I'aimez mieux, de l'audiencier le ver-
be fluide et convaincu, le geste aisd-
ment descriplif et les mains accrocheu-
ses de boutons.
Comme une cavale sous l'dperon, au
premier mot de ma question, qu'il enten-
dit 6 peine, ii partit d'un trail:
< Mais je les connais tons, vos Ldgis-
lationneurw. De gentils gargons, il faut
le dire, qui ont en sans doute une idde
bien bizarre, en ddcidant de se rdunir
toutes les semaines pour discuter sur
des textes de lois ; mis cliacun prend
son plaisir oi ii le trouve. Au surplus,
il est probable que ce programme 'un6-
bre n'est qu'une Bliquette, comme tous
les programmes connus. On les entend
parfois rire, de 1'autre eltd de la Place.
Ce ne p-ut 6tre, d coup str, du code et
de la jurisprudeuce.Je soupgonne plut5t
mes gaillards, .uandl ils se croient bien
seuls, de perp6trer de mauvais calem-
bours : ce qui serait un crimedee 16se-
austdrit. En revanche, ils publient cha-
que inois, une Revue sur des matires
graves, graves, graves! Aucunejeunefille
n'a encore eu, a ma connaissance, I'idde
d'en faire sa lecture favorite....
aCesont If, en some, des passo-lcmps
plus mnritoires que la pdche a la ligne,
et'lui n'empichout ni les alfaires d'aller
mal, ni les amateurs do I'assiette au
beurre, si j'ose m'exprimer ainsi, de la
nettoyer congrfiment. A
*
c Voyez-vous, mon ami, 1'deueil chez
nous pour le.s institutions se.niblables.
ce sera toujours la politique s Ainsi
parlait, en veine d'dpanchement, dans le
cabinet sourd, propice aux confidences,
un de mes meilleurs amis, diplomat
de gouits et d'instincts, interrogd A son
tour.- De sa voix nette, habitu6e A bien
peser la valeur des mots, il venait de


m'avouer quelle Otaitsa sympathie pour
l'oeuvre, vieilleddji d'uneannie,etquelles
espdrances leb hommes d'dtudeetde rlld-
xion se croyaient autorisds A fonder sur
eile. II me signalail la larger de vues
qui avait pr6sidd A la composition de la
Socidt6 et A la rddaclion de ses status ;
la diversity des questions traitdes: aEtu-
des sur la nationalitd; FrontiBres domi-
nicaines Opposition en mati6re de
divorce; Loi budg6taire. Rdforme ad-
ministrative ; Etat civil de la Banque
d'Hafii.--Loi Duhois; liquidationn judi-
ciaire; Article 7 ; Tribunaux d'ap-
pol. etc, etc. P)artout la preoccupa-
tion scientifique s'imposant exclusive A
l'esprit du juriste! A c6td du mal ou de
I'erreur ddnoncds, le rem6de prescrit ou
la v6rit6 devoilee! Etl'entente, l'entente
cordiale, se perpdtuant entire tous! On
avait certes le droit d'etre fier des rdsul-
tats obtenus. Mais devait-il en *6tre tou-
jours de meme ?
a Oui, la politique, poursuivait-il, 1'd-
ternelle ennemie, que l'on trouve ind-
vitablemnnt au travers de routes nos
tentatives de civilisation ; 1'osprit de
parti, qui dinature et trahit les r6solu-
tions les plus gdn6reuses, trouble les
relations, brise le lien de solidarity ;
l'envie tanace, qui, du success de tout
Hailion, 'ail comme un vol au ddtriment
de ses compatrioles, A cette Triple al-
liance do senlimentsperfides saura-t-on
rdsister jusqu'au bout ? v
II lisait, quand, par la porte cntr'ou-
verte, un nouveau visileur dmergea A
la lumikre. Notre hlte battit des mains.
a Voila qui est A merzeille! s'dcri.t-l-il.
Nous avons un membre de la Socitd dee
Legislation pour nous donner la rdpli-
que. -
L'interpelld dtait un de ceux -ui, sur
la sellette, affrontent aujourd'hui vos
regards. Libre A vous de lui preter la
physionomie qui vous plaira le mieux.
Initi6 au theme de la causerie, il y
prit p:rt de bonne grace :
a Ma foi! Notre Association n'appar-
tiendrait pas a 1'humanitd, si, au course
de son cuvre, elle ne devait rencontrer
de contradicteurs, ni d'envieux.
Etre contest, c'est faire preuve de
vitality. Qu'on incrimine nos iddes, et







- 48 -


m6ne nos intentions, qu'lmporte, pour-
vu qu'on nous 6coute ? Critiquer les
doctrines, en respectant les homes, tel
est notre plan. II n'est gubre probable
que la division s'introduise dans nos
rangs, tantquenousne devieronspausdece
principle. Or, i la garde de nos status,
un Comitd est spdcialement dtvou6, at-
tentif A entretenir le feu sacred des en-
thousiasmes primilifs. Ce sont les Ves-
tales de la Socidtd -
aLes censeurs qui, pour nous faire un
proebs de tendance, nous reprochent de
vouloir tout rdformei a nous seuls, nous
mdconnaissent, je vous jure Nous ne
refusons l'aide d'aucune competence, et
surtout, d'aucune bonne volonte, ne sa-
chantpas marchander nous-memesnotre
concoursaceuxqui se reclament du bien
g6ndral. Etde cetteabnegation nousavons
d6jla doucerdcompense. De partout, en
eflet, nous arrive l'dcho joyeux de I'in-
teret qu'on attache A nos travaux; A
I'envi, chacun se confess a nous de ses
doutes dans I'applicationdecette science
si compliqudedu droit. Ilsy viennent, its
y viennent, vous dis-je Un large cou-
rant de sympathie et de confiance, sans
cesse ravivd par nos mem.,res corres-
pondants etpar nos agents, nous permet
d'entendre palpiterlecoeurde la province,
qui se passionne A nos discussion ..
a Sur I'invitation de note grand ami,
le President de la Rdpubli..lue, les Mi-
nistres eux-m6mes, parmi lesquels nous
comptons trois des ndtres, nous appel-
lent, en terms louchants, A partager
avec eux le fardeau de l'elaboration des
lois. Conseil d'Etat au petit pied ont
murmur discr6tement les railleurs. Et
pourquoi non, si, en vdritd, cette insti-
tution nous manque? Mais conseil d'Etat
priv, libre dans son espritet dans ses aspi-
rations, dansson recrutement etdans son
attitude. Car nous lesaivons bien : notre
force, c'est notre inddpendance, capital et
fonds do reserve inalienable! -A quoise
r6duisent nos besoins ? Subvenir A la
publication de la Revue, en conservant
dans notre coffre modest les mille et
quelques gourdes don't se compose notre
encaisse actuel, garder le droit de nous
isoler des rumeurs extdrieures, afin de
poursuivre en paix la rdalisation de


notro programme pacifique, que tra-
verse, comme un souffle ardent, 1'amour
de la palrie qui tttonne dans les td-
n6bres! .
tDonc, quel que soit le sort r6servde
cette cenvre, n'eit-elle about qu'A pro-
pager autour de nous le gout des discus-
sions courloises ot dn labour desintd-
ressd, qu'il y aurait encore lieu dose fd-
liciter de la tLche enlreprise.
D'autros viendront ensuile qui front
mieux sans doute ; mais du moins notre
example leur aura persuade qis dans
l'effort commun est I'espoir du salut! *
*
Sur cette phrase vibrant, notre ami
s'arr6ta,et je m'apergus que sans le vou-
loir, sans y penser paut-6tre, il avait
compose mon Rapport.
GEORGES SYLVAIN.

CON F RENCE.
Mesdames, Messieurs,
Legouv6, le conidrencier don't le fauleuil de
cuir a son histoire et qui dans son discours dc
reception A 1'Acad6mie dvoque, pour l'immor-
taliser sans doutc, le souvenir de son vieux
pbre et s'enorgueillit ainsi d'acquitter sa della
de fils ayant eu peut-dtre l'heur d'ignorer les
autres, a marqud, par un example pris dans lo
moiade des oiseaux, la puissancn de sensibilild
de la femme, le courage special de ces orga-
nisalions d'dlite qui les fait se jeler le coeur en
avant, sur l'obslacle on le danger d'un dlan
brusque.
Par un de ces matins de soleil ct de pluic,
come on en voit dans l'oeuvre des pobtes, et
un peuaussi dans la nature, la fauvette male,
surprise dans I'ecarlement des branches vertes
oh se balance sa couvde au nid, n'hesite pas
devant l'imminence du danger elle fuit de ra-
meaux en r:,meaux jusqu'au sommet de I'ar-
bre, exprimant son angoisse par des cris de
douleur. Mais la mbre, elle, demeure en place,
couvrant le p6piement des oiselets deson petit
corps don't les plumes s'emeuvent. Une extra-
ordinaire emotion dilate ses yeux et elle qui
pourrait comme I'eclair disparaitre tout d'un
coup, se laisse prendre, victim de son ma-
ternel ddvouement.
C'est pourtant de la femme, de cet Aire
infiniment complex en son apparent
unite que M. de Bonald a pu dire qu'elle
n'est pas notre gale et ne saurait le devenir.
Car I'homme est une intelligence service par









-40-


des organes, ajoute le philosophy avec des
airs deJoseph Prudlomme.
Loin de moi, Messieurs, l'id6e de partir en
guerre pour la rcvendication des droits des
filles d'Eve et comma un preux attard6 en
cette fin de si.cle, d'attaquer du fer de lance
de ma plume les institutions don't l'acces est
momentanoment interdit k cells qui n'y out
d'autres droits que ceux qu'exercent sur les
coeurs le po6me de leurs capotes 1ieuries.
Al'heure prdsonte, il convent, & la porte des
assembldespolitiques, de modifier les formulas
de la galanterie de Flontenoy, et hommee passe
brulalement avant cells don't le poignet, tout
enjoliv6 et cercle d'or qu'il soit, ne pourrait
supporter longlemps ce qu'en bon style Von
nomme le poids des affiires.
Mon project Ltail aujourd'hui de vous parler
de la femme hailicnne, de ce que sa situation
dans le droit national pout avoir d'original,
de sa condition juridique, 6conomique, com-
pardeaux 1dgislations 6 rangrres dout les pres-
criptions sur ce point se rapprochent ou diffb-
rent des ndtres.
Mon intention do plus dtait de vous faire
remarquer que grace a une soudaine illumi-
nation, nos l1gislateurs en 1849, eurent le.
pressentiment du movement d'emancipation
de la femme qui semble caractlriser notre 6po-
que contemporaine. La fameuseloi qu'ils Adic-
teront alors el qui ne vecut d'ailleurs que trois
ans, rendait possible pour les femmes qui
6taient marines, des conlrats et des obligations,
inabordables autrefois, et depuis.
Songeant & la nduessitd de mettre nos codes
a la hauteur des rdformes pr6conisdes un peu
partout, et trouvant a bon droit qu'il est vrai-
ment injuste que la femme soit soumise aux
lois, sans participer A leur confection; qu'elles
acquittent I'impdt, sans pouvoir le voter, et
qu enfin elles obdissent A la justice, sans la
rendre, je me disais qu'il serait interessant,
dans la parthe de mon sujet concernant l'avenir
de la femme dans la socidt6 haitienne d'en dire
un mot, apres avoir constant les effects oblenus
deja en AmBrique par la mise en pratique de
cos nouvelles iddes, lorsque, par une pente
irresistible de mon tempdrament,j'en vins, de
rdfldxion en rdfldxion,& ne plus.considdrer que
le c6te descriptif, et pour ainsi dire plastique
de ma conference, si bien qu'aujourd'huije me
trouveavoir a vous parler du passe, du present,
et peut-Atre de 'avenir de la femme chez nous,
en essayant de la placer dans son cadre pri-
mitif ou actual, dans le mouvementd du ddcor
ot s'ecoulait jadis et o s'agitede nosjours son
existence paisible, dans 'aisance et le geste de
sa naturelle attitude.
Je ne sais pas si c'est un plaisir que je fais
aux abonnes de notre Revue que de r6server


i leur intention, pour une autre occasion,. la
parties pour ainsi dire severe de mon etude,
entire un article fouilld de mon savant college.
Ddvot et un compte-rendu de discussion co-
nomique. Mais c'est le parti auquel je me
suis d;cidA, lorsqu'dtant remonid jusqu'aux
antiques origins, je fus retenu au borceau.
de verdure autour duquel les fees sylvestres
prddisaient Hispaniola un avenir tourmentd,
tandis que dressant leurs grands corps tatouds,
les butios appelaient sur elle avec des gestes
annonciateurs de temps plus fortunes labdn6.
diction des Zdmbs supdrieurs.
Si 1'dloignement et la distance prdtent de la
podsie i ceux qui en sont ddpourvus, effacent
dans un lointain vaporeux la saillie des angles,.
et produit l'dtrange illusion d'optique de ren-
dre beau ce qui l'est a peine, combien digne
d'admiration doit apparaltre a nos yeux la nai-
ve et douce Eve indienne, la premiere habitante
dmue des bosquets de Quisqueya, que l'aube.
vAtait de la fluidity de ses jeunes ors,. et
don! les piles lignes de bronze s'enveloppaient.
des rayons de nos couchants tropicaux I
L'ame ouverte et bonne, come celle qui
chantait au fond de 1'exubdrante nature;sentant
melde qu'elle dtait a la vdgdtation. voisine, un
peu de son sang rouge couler dans les ar-
bres, tandis qu'entrait en elle la sOve vivace
des rameaux 6pars, son amour avait la fran-
chise d'un coin de ciel, au printemps, et Pap-
proche de 1'btre aimed mettait dans I'eau
lumineuse et noire de ses yeux 1'clair d'une
joie grandissante.
Combien sur ces creatures, don't les jour-
nees se passaient i regarder turner les vols
changeants de perroquets, dut Atre impression-
nante l'arrivde sur les flots,invioldsjusqu'alors,
d'un grand oiseau de mer, duquel dtaient
descendus des homes tout blancs I
Les recits des voyageurs nous apprennent
que, les premieres, elles eurent 'extreme au-
dace,. le long des rivages o0 leur besoin de
parure venait recolter les coquillages roses,.
d'entrer en relation avec les providentiels ma-
rins, certaines qu'il n'est pas de mortels qui
r6sistent i la grace innocent d'une nudity
qui s'ignore.
Colomb eut souvent recours a ces mddia-
trices, apergues derriere la ligne blue de la.
mer, sur les rivages emaillds de piroguea
echoudes, et les charge de porter aux indi-
genes la bonne parole de I'arrivde de la civi-
lisation dans les eaux hispanoliennes.
Le navigateur g6nois combla de presents
ces ambassadrices improvises, en emprison-.
nant le torrent de leurs chevelures noires en
des anneaux de cuivre, et en remplagant par
de grossieres verroteries le collier de coquilles
bigarrdes qui chantaient:t leurs oreillee, aux









- 50-


heures de reverie, la plainte tternelle des flots !
Nos premiers pbres, ces bonds aieux qui
se laissrrent alter, tant l'ile avait de prix
pour eux,i la croire illimitee, et qui placerent
mgdndment la naissance du soleil el de la
lune dans une caverne du Nord, eurent, au
sujet de la femme, une ldgende qui ne manque
pas d'une certain originality.
Au dbhut des temps, I'humanild no se conm-
posait qie d'hommes, et la vie d1ait fort dure
A ces malheureux, Quelques-uns eurent I'lieu-
reuse idde d'aller promener leur doldances
par les forts et de confer leur chagrin aux
solitudes fenries. Un jour, d miracle d'entre
les branchages, des chants d'oiseaux descen-
dirent sur leurs-fronts, mlds It des gouttes
de rose. Et ce fut, au fond de ceC ames primi-
tives, comme une surprise sous les grands
arbres, que l'6grbnement de ces voix incon-
nues. Et ils s'extasiaient, ravis, troubles. Et
une intuition divine les inclina a croire qu'lls
avaient entin affaire i J'objet de leurs ddsirs.
Ils se prdcipitlrent vers l'arbre de merveilles.
C'6taient en effet, des Ames, qui une fois sai-
sies, deviendraient femmes. La difficult 6tait
de s'en emparer. Aucun n'y rdussit.
Alors, le ddsespoir dtant grand, vinrent des
laboureurs aux mains rugueuses, pareilles
aux Acorces des troncs, qui apprdhendrrent
les oiselles fugaces et en firent des compa-
gnes. fiddles.
La Idgende, Messieurs, pour garder sa frai-
cheur, devrait dtre accepted et conserve tell
que la trrdit'on nous l'a transmise. II est toule-
lois permis d'observer que la moralild qui
en resort n'est gurre B l'usage des gens du
monde. On y pourrait ddcouvrir que plus
hommee est rude, plus il est assured de la sym-
pathie f6minine.Il est, en outre, incontestable
quo Martine, content d'etre battue, trouve ici
desantdcddents inattendus. Cette glorification
du lutteur de fire mettrait aujourd'hui les
homes bien loev6s dans I'impossibilitd d'a-
voir aucun commerce avec les femmes.
Si Las Casas, avec beaucoup d'autres, n'a
pas assez d'dloges pour les belles indiennes,
dont it vante le caractrre pacifique et les
douces manibres, il convient de dire que les
femmes caraibes dtaient loin de pouvoir s'at-
tribuer ces portraits.
Ornant leurs chevelures d'une diadbme de
plumes, aussi belliqueuses que les homes,
elles gardaient, armies, les villages en l'absence
de ceux-ci.
Tout le monde connait 1'histoire ide cette
Catalina qui se sauva de la caravelle de Go-
lomb, vers minuit, avec une dizaine de ces
compagnes. Sdduite par Guacanagari, le ca-
ciqueami des blancs, elle se jeta A I'eau pour
le rejoindre sur le rivage. L'alarme donnde,


on se mit vainement B la poursuite des inlre-
pides nalades. Dirai-je un mot de celle tant
cdlbre Anacaona don't le moindre m6rile est
d'avoir popularisd ol pokte Battier ?
Qui u'a admired le ddlicieux motif de bal-
let tropical qu'offre sa venue au-devant de
Vadolantado, des fleurs rouges piqueos
dans sa cheveluro, suivie de ses compagnes,
don't les bras nus agitaient des palmes, ce-
pendant qu'alentour du cortege se ddroulaient
les areyfos dvocalcurs des antiques processes,
et que l'Ame toujours fidBle des defunls ac-
courai t et sorait des rockers vcin6s d'or.
On n'a pas ici-bas tous los bonhcurs, et si
Colomb futl'heurcux navigateur que l'on sait,
Barthelemy, lui, put se ftliciter cc jour la
d'avoir faith la conqu6te de quelque chose de
plus grand qu'un monde, la conquOle d'un
coeur, de celui de la belle fille de Xaragua.
"Lorsque enfin, opprim6s par tes envahis-
seurs, accables de travaux de tous genres,
perdus dans les entrailles de la terre A la re-
cherche d'un filon de plus en plusrare, les in-
diens eurent lentement disparu dans les profon-
deurs du s6pulcre que par une derision du
sort, its creusaient de leurs propres mains,
lorsque de l'anlique peuplade ingenue,
candide, il ne resta plus un vestige un seul
survivant en qui ]e meurtre de la race eot
pu trouver, sinon un vengeur impossible, mais
un protestataire indigno, alors, sur notre fu-
ture patrie, St.-Domingue, de son noni
d'esclave, (1) se leva 1'ore souffrante 'des
inouies tortures.
Une randomo douleur traverse cette pdriode.
LA-bas, tout li-bas, dans les contreds vivaces
ofi les fleuves d'argent sont comme des glaives
immense passes au cceur de la vdgetation,
elles furent soudainement enveloppdes, les
inoffensives creatures, par des barbares
don't le navire, au large, attendait, toutes
voiles dehors, I'humaine rdcolte. Apres bien
des angoisses, bien des hontes qui durentjeter
en leurs Ames l'dtonnement d'un chliment
pour u. crime inconnu, nous les retrouvons,
dans ce passe of je m'attarde, sur les habi-
tations des maltres, obdissant en esclaves
soumises, aux caprices de ceux-ci, gagnant,
apris le coup de cloche du repos, I'humble
case oi ii est permis de songer aux vieux
parents, morts peut-dEre, mais don't on tait
le souvenir A ceux qui naissent, par charity,
pour leur partnerr la suppliciante pens6e
d'un pays de liberal don't on dtait le savage
citoyen.
Oubliant que chaine sur chatne ne vaut,
l'amour, plus tard, rdconcilia ces farouches
avec ses doux liens.

(1) Bergeaud,









--$--


Le temps pass.
Et voici que tout A coup, comme si l'auge
precurseur de la patrie ;ect embouch6 au-
dessus de I'll un clairon prodigieux, i'indA-
pendance chanta dans 1'ime sonore des lambisl
Combien serait intdressante, si elle atait pos-
sible par un historian artiste, la consignation
du r6le de la femme noire dans 1'auvre de
notre affranchissement;
G'est elle, la d6positaire des secrets des-
seins des conspirateurs, elle qui tempbre l'ar-
deur impatient des revoltes, qui passe son
niveau sur l'emportement des bouillantes co-
leres, elle qui, condensant la revendication
supreme, est la base du magnifique portique
debout A l'entree du siAcle et au couronnement
duquel le symbdle de libertA rayonne comme
un phare.
Mme Pareot save Dessalines d'un piAge
qui lui est tendu dans l'Artibonite, Marie-
Jeanne, splendidement caricaturale avoc le sa-
bre dnorme qui lui barre !e venture, au ris-
que de perdre l'amour du fougueux Lamar-
tinitre par son grotesque accoutrement, de
Lamartinibre qui ne l'aime que davantage, et
qui, en la serrant'dans ses bras, quand les
balles lui en laissent le temps, croit embrasser
sur ses l6vres, I'incarnation douloureuse de
la Patrie, la Jeanne d'Arc noire oppose un
rempart fait de jones mal nouns a ceux quo
I'ombre des Hautes Pyramides avail covert.
Dessslines meurt : une folle, la Ddfilde, qui
l'avait autrefois regarded avec toute son Ame,
de fagon A graver pour toujours en elle l'i-
mage du grand Libdrateur, le trouve, poi-
gnardd, saignant. Elle le ramasse, lui fait
un trou dans la terre, et l'y d6pose, en le
baisant au front. -
Mmes Inginac, Paul Louverture, Henriette
St-Marc, Sannite, Jacques Maurepas sont des
modules qui demeureront Blernellement
proposees a l'admiration 6mue des g6ndra-
tions futures. C'est l'epoque des grands dA-
vouements et des actions h6roiques.
Il'est passe pour toujours, le temps oi la paix
et la resignation s'etant faites dans lesaAmes,
lea negresses dansaient la calendar, a l'ombre
des bananiers.
A l'heure oa, la guerre fine, leso'maisons
d6sertees pour la defense de la Patrie ayant
retrouvd leurs h6tes de jadis, diminues seule-
ment en nombre, combien la vie nouvelle don't
l'aube se levait, melde d'etranges rougeurs,
dut etre attrayante alors, at quels soins les
bones menagbres durent meltre a apaiser le
courroux grondant parfois encore, de nos
terrible vieux grands-peres I
Peut-on dire ce que ce mot de liberty avail
alors pour; ce people hier opprime, de sons
heureou? ,..


Mais chest assez parler du passe, et faisons,
grace au privilege du narrateur pour qui le
temps n'existe guAre, un sautjusqu'& notre
p6riode contemporaine,
S'il eat des pays qui soient sorts comme
le ndtre des liens do 1'oppression avec cette
grace dans la violence, quiaient pousse du
pied les restes vermoulus des institutions
detestables d'autrefois avec cette ddsinvol-
ture dans la brutality du geste, il n'en est
pas don't lea progrbs dans les usages et les
moeurs aient Mt plus grands, en un aussi
court space de temps, dans une certain classes
de la socidtd. -
L'6ducation expdrimentale que la jeune
fille recoit de nos jours, au sein de la famille
haitienne est la meilleure encore que l'on
puisserever pour ces candidates au marriage.
A mon avis, les couvents et les pensionnats
d'Europe excellent afaire, en gdndral, des Ifil-
lettes et des demoiselles que leur sont confines
des poupees manidrees, de jolies statuettes en
cire molle, des figurines de biscuit, bones seu-
lement pour l'atmosphere de command des sa-
lons parisiens, et que l'ardeur de nos te npd-
ratures de bain russe ou l'abondanco de nos
diluviennes onddes transformeraient en quel-
que chose qui n'a de nom dans aucune langue.
II est hors de contest qu'en un tel milieu,
et avec les iddes que les homes se font de la
temme, il faut a celle-ci, pour ainsi dire, une
infiltration lente, I'intoxication necessaire
pour ne passetlouver en mauvaise posture
au foyer domestique.
Or, c'est cet apprentissage de toutes les mi-
nutes, depuis lejour oh son intelligence prico-
ce s'iveille al'inquidtude des choses, jusqu'au
moment oh petit A petit la mere laisse envahir
son terrain de direction par cettesollicitude an
quAte de manifestation, que lajeune fille fait
sous le toit de ceux qui lui ont donned lejour.
La maison paternelle devient de la sort
une cole d'existence pratique, une constant
legon de choses, dont les enseignements se
d6guisent et prennent mille fornies, s'incrus-
tant dans la memoire par leur re6ptition et
leur variety meme. La puissance de rende-
ment d'un pareil fagonnage est dtonpante.
Vous avez alors, au lieu de ces products
agagants de sensiblerie, don't I'organisme est
faith de paper machA, don't la sentimentality
pleurniche aux bons endroits dans les ouvrages
des auteurs & qui 9a rapport, des creatures en
qui l'exp6rience hAtive met cette douceurdans
le regard, dans les gestes, qui fait comprendre
de suite A nos fils de famille qu'elles les
d6sarticulent avec la belle precision d'une
operation Ide chirurgie morale.
Les espdrances fondees sur elles, disons-le
une fois, ne manquent que rarement de se r*a-








-5A-


liserjet ce n'est pas pour rien que leurs mAres
sont fires du travail a l'aiguille et a la chan-
delle de leurs caractAres.
L'homme qui les spouse march de ravissement
en ravissement : alors qu'il s'attend, au debut
de la lune de miel, a des titonnements, a des
hesitations dans l'ordonnance intime et la di-
rection du manage, c'est d'une main ferme
qu'elles en assemblent les renes, et qu'elles
font marcher Ie pot-au-feu.
Doit-on conclure de ce don de qualitds pra-
tiques qu'un pareil d6veloppement n'est
possible qu'au detriment de cet autre cdte de
F'esprit, que ne peuvent satisfaireles choses
du positivisme familial et don't les exigences
s'exercent dans ine sphere plus levee ?
J'entends parler de la l6gitime reclamation
don't Boirot s'est fait I'interprdle en voulant
qu'aprAs potage on put causer.
II serait certes, bien regrettable que cela ne
fit pas, car l'entente, quelque grande qu'elle
soit, de administration conjugale don't elle
sera plus tard l'ame, ne compenserait que dif-
ficilement le dfaut d'esprit chez la jeuue fille.
Comme la parisienne qui lit beaucoup, I'hai-
tienne don't l'intelligence est taut soit peu
eveillee d6vore surtout les romans. Que celui
qui ncen a pas e6t lalvictime me jette les pre-
miers tomes de Dumas pere I
Mais sur un point 6clate une difference en-
tre cells qui, bien que sApardes par deux
mille lieues, savent pourtant se rapprocher en
une second!
Tandis que la jeunefille i Paris ne lit que
les romans don't les pages ont passe sous le
lorgnon de sa maman, ct trouve en general le
moyen, malgrd ce systame preventif, d'etre tou-
chle des atteintes de la ndvrose, I'haitienne en
est prdservee par la salade russe de ses lectures,
don't le choix, Idgerement ndglige, est aban-
donnd au hasard de sos relations, prbser-
vee surtout par la culture du sons commun et
cetoptimisme de bon aloi que donne la pon-
deration dans l'esprit.
La preuve m'en a 6tl bien des fois fournie
par ces exercises d'imagination don't quelques-
unes sont friandeset qui consistent B former un
roman, apr6s en avoir parcouru une parties, puis
A rechercher quel denouement l'etat de l'intri-
gue permet de pronostiquer. It m'est rarement
arrive de ne pas entendre tomber de leurs
levres des solutions de santA, je veux dire
qu'obdissant a la tournuredeleur temperament,
elles trouvaient le moyen de faire vivreun per-
sonnagecondamne, dans l'intri t d'une conclu-
sion honorable, dbs les premieres lignes, par
l'auteur. Dans notre pays oi l'absencedes bu-
reaux de placement, une certain iudepen-
dance farouche, rendent les services domesti-
ques si difficiles, tandis que la mAre est occupde


aux menus soins da la mason, quel frbre ne
s'est trouve dans la douce ndcessit6 d'a-
voir recourse au travail de fee des doigts
d'une scour ?
Ot trouver un pays oi les scours soient plus
complaisantes.et remplacent mieux cell don't
l'action, pour Atre rdpartie sur tout, ne peut
reellement tout prevoir I
Tout le monde sait que la femme est doude
d'une merveilleuse faculty d'assimilation ;
mais nulle part come ici, elle ne salt, si
elle est d'un echelon social inferieur au mi-
lieu oil elle Avolue, disparaltre sans discor-
dance dans l'harmonieux ensemble.
Quel que soit le soin donnA i leur dduca-
tion, quelque d6veloppement qu'aient atteint
leurs faculties intellectuelles, elles ne font
jamais etalage d'un vain savoir, ce qui nous
dispense de jouir ici de cette chose invraisem-
blable que l'on nommo un bas-bleu. L'hai-
tienne a trop le sentiment de la grace don't
son sexe est comme envelopp6, dans nos cli-
mats ot la danse ne s'apprend pas, tant elle
est sparse et imprime son rythme au moin-
dre movement, pour faire abdication de son
rdle feminin, en affectant des allures pddan-
tesques qui la diminueraient dans notre sym-
pathie.
Les amateurs forcends de couleur locale ont
souvent devant moi formula le regret que la
jeune fille de nos jours ne s'en tint aux
modes nationals, aux fagons de s'habiller du
bon vieux temps, lorsque d'un rien artiste-
ment chiffonnd elles se vltaient, plus belles
que des reines envelopp6es de brocart.
A cela nous repondrons victorieusement
que s'il est vrai que, quand L'on est jolie, un
bout de ruban advantage, le mieux en matiAre
de toilette n'est pas ennemi du bien.
Aussi les bals d'aujourd'hui deviennent-ils
do plus en plus comme des salons de Paris,
reduction Collas, quelque chose de sembla-
ble i une sauterie du grand monde, vue
par le gros bout de la lorgnette.- Les jeunes
gens qui reviennent des boulevards d'of ils
apportent le dernier mot d'une coupe on d'un
nceud de cravate sont ahuris de constater
qu'il y a belle lurette que nos elegants con-
naissent pa.
Seulement les grandes fortunes sont rare
chez nous et ne permettent pas de ces constitu-
tions de dot, grace auxquelles, en Europe, des
tetes de mi-careme, transformees, montent
presqu'a des idedlites de madone.
C'est pourquoi, attifees, parades, luttant de
toutes leurs forces centre l'invasion de ee
prnjug6 de civilisation que veut que le bail A
vie se sold par du comptant, elles revent
d'amener la gent masculine & reconnaltre
qu'elles compensent leur defaut d'apport par








- 538-.


des manibres distinguees et unephysionomie
ohf les yeux sont comme des pierres pr6cieu-
ses aux tons changeants et oi la double ran-
gee des perles de la bouche months en corail
est certainement d'un prix inestimable. N'est-
ce pas ii, comme dirait un econoiniste, du
capital en movement ? Conclusion: t cette
escrime de salon, les plastrons blancs, bles-
ss au coeur, jonchent les tapis, criant grAce.
II en est parmi elles- pourquoi faut-il qu'il
yen ait-contre lesquelles, malgr6 les qualitds
don't je viens de parler, le deslin jaloux
s'acharne impitoyablement, et qui demeurent
sur la briche, dans l'attitude de defi d'un
combattant prdt A lulte. ...... Mais heree a
pass., et pas un plastron ne s'est prdsentd, et
voici que le geste provocateur est tomb le
long du corps, et que le double eclair de la
batteries des yeux a disparu: apres avoir fait
les dilices des salons, nous les retrouvons
dans ces companies pieuses, oh les alleluias
dolents montent parmi les lots d'encens, &
travers l'artifice des fleurs de mdtal, cepen-
dant que tremblotent, comme sur l'autel, en
leurs Ames, de petites lueurs qui naissent,
s'eteignenl, renaissent, dernibres phosphores-
cences d'un brasier qui n'existe plus. Sans
field, indulgentes d6sormais au monde profane,
ce sont, dans les occasions graves, des ma-
niares de petites smcurs grises, avec la modes-
tie de leur midaille blanche, a la place ofl le
coeur ne bat plus.
Plus heurenses, qui sait soot cells
que la maternity appelle A ses saints devoirs
et qui, au bras d'un Atre aimed, gravissent A
deux I'existence, le mari .ur la hauteur, elle
i mi-c6te, effacee parfois dans les plis de ter-
rain, I'aeil pourtant toujours fix6 en haut.
Tandis qu'en France Ie marine est pour les
jeunes files comme une ouverlure de cage
d'oi 'oiseau s'echappe pour aller s'ebattre
de rayons en rayons dans les magasins de
nouveaut6s, ici c'est l'acceptation d'une vie de
claustration, c'est 1'existence renfermie qu'i-
clairent heureusement les sourires d'enfants,
que secoue aussi l'orage de leurs colires.
Aujourd'hui que les progrbs de la civilisa-
tion lui ont fait un sort moins malheureux
qu'autrefois et que les codes lui out donnA, si
elle est fille ou veuve, les memes droits qu'aux
hommes, mais en 1'enfermantdans un reseau
de sevbres prohibitions, quand elle est en puis-
sance de maria, la femme doit tendre de plus
en plus A etre autre chose pour celui a qui elle
alid son existence qu'une compagne ordinaire.
L'education et l'instruction lui permettront
d'etre une collaboratrice intelligence de l'hom-
me, d'etre de moitid dans ses rdves eldans ses
espirances, de le soutenir de 'affectionde son
t4re moral et physique dans les difficulties de


l'existenee. La place do lafemme marie estau
foyer domestique et quelle quo large que soit la
part faite au course du vingliima si6cleaux droits
de celle ci, son rdle consislern A regarder agir
dans la sphere nouvelle oft se dtbattront les
intlrets f6minins, cells que le veuvage aura
rendues A la liberal ou que la tentation du ma-
riage n'aura pas siduites !
Les legislations A venir Blargiront, au fur et
A mesure,le circle dos attributions ofi se meu-
vent dans l'intirieur familial, les meres sacr6es
don't la function est de grossir les ranges de la
garden que les citoyens se doivent A eux-memes
de toujours monter aulour de la Patrie !
Les vestiges surannis des antiques concep-
tions, grace auxquelles se sont attarddesdans
les codes des prescriptions don't le bizantinisme
saute aux yeux, iront s'effacant dans l'agran-
dissement progressifde sapersonnalit civile.-
Les femmes out dans ce pays tant d'empire
sur les homes que l'on peut prevoir, sans
crainte de se tromper, un temps of il s'agira do
discuter s'il ne convient pas, Mtantdonnee une
revolution dans les maeurs, de retourner un
article du code et d'd licter que disormais les
maris doivent obeissance A leurs femmes.-
Libre alors A cells qui, n'ayant aucuneres-
ponsabilitd et mentant A leurs destinies, se
seront laissees sdduire par le reve d'dmanci-
pation de Mme de Valsayre, d'envahir toutes nos
professions et de se substituer A nous dans nos
carriers! Libre A elles d'emplir le barreau de
leurs crises de mots et d'kcraser d'une dlo-
quence que souligneront de subslantiels argu-
mentsles pauvres homines de talent que sont
les avocats !
Mais ce qui palpile at ce qui vit dans une
nation, I'Ilament qui en est I'Ame, qui circle
dans les'profondes arlires populaires et bat A
grands coups commeunirricusabletlmoignage
de sa vitaliht, ignorera toujours existence de
celles qui ne seront pas revenues des homes
pour en avoir seulement usurped les tires et
qui, de la femme, auront tout perdu, laissees
qu'elles seront pour mortes sur le champ de
bataille des salons oh l'on danse !
S'il est vrai que comme le dit Arnolphe i
Agn6s, du c6td de la barbe est la toute-puis-
sance, la femme, celle qui voudra demeurer
dans le rdle que la nature et notre tendresse
lui assignment, verra croitre i c6tb de I'autre sa
domination, d'autant plus irresistible qu'elle
sera faite de mille liens inapercus, d'une Irame
don't les fils insoupgonnds enserront I'humanit6
entire. Quand, dans le splendid dpanouis-
sement de toutes les forces vives de son ge-
nie hommee atteindrait ces limits au deli des
quelles il semble que les progrbs no soient plus
possibles, dressft-il,dans sa lutteconlre la na-
ture et les 6elments, une digne montant jus-








- 54


qu'aux d~oiles, la m6re ontourde du sourire
reconnaissantdeses enfants, n'endemeurera pas
moins grande etsainte, incarnant danssesflancs
le prodige des gdndrations futures. -


ReONSE AU RCIPIENDAIRE

J'avais tout a I'heure raison de vous dire,
Mesdames, que vous auriez les honneurs do
la seance. En souhaitant la bienvenue a Mr.
Amddde Brun qui prend place parmi nous
sous volre gracioux auspice, je ne peux man-
quer de le f6liciter du success qu'il vient d'ob-
tenir. II est vrai que le sujet qu'il a choisi
est des plus intdressans. La femme a toujours
eu le don d'inspirer les belles choses. Et
quand on la met de son cdtd, I'on est toujours
str de forcer le triomphe. Qui pourrait no pas
applaudir des deux mains, lorsqu'on vous cou-
vre de fleurs, mime de rhdtorique ?
Vous devez prdferer i la l8gende de votre
naissance que l'on vient de vous rdevler, le
touchant recit de 1'Ecriture. Ilest, dans tous
les cas, plus flatteur pour les homes de
croire que l'on a tir6 d'une de leurs cdles,
cette merveille qui s'appelle la femme.
Nous devons remercier celui qui nous a dd-
barrassds d'un os gAnant peut-dtre, pour nous
donner la compagne qui doit partager les
joies et les ennuis de notre existence. C'est
avec raison que l'on pout ainsi direque l'homme
qui vit seul est incomplete: il lui manque, en
effet, sa cdte. Et celle cote est d'une telle im-
portance que, quand, dans oI marriage, nous
Pavons retrouvde, elle devient, a elle setle,
notre chbre moitie.
Dans un bel 1lan poitique, le spiritual con-
fdrencier a 6voqu6 l'imago do l'Eve indienre.
II se:nlle regretter qua vous n'ayez pas con-
serve lo meme pouvoir qu'elle exergait autre-
fois par la migio de sos charmes. Vous Ates
certainement sans inquititude A ce sujet. Vous
savez que vous n'avez rien porcdt de votre
empire. Sans avoir besoin de vous affubler de
verroteries, "vous avez le moyen d'adoucir lea
plus farouches et de lea sonineltre A votre do-
mination. Le .confdrencier en fera tot ou lard
la douce experience.
J'aurais aimi l'entendre insisted plus long-
temps sur la situation de I'esclave.
Sans la femine, I'Apopde de l'inddp3ndance
serait-elle possible ? II est certain que la
femme sent plus profond6ment que nous et
est prete A tons les sacrifices pour dpargner la
noindre souffrance a ceux qn'elle aimed. Quand
I'on parole de I'esclavage, I'on a 'air de rap-
peler un cauchemar. Et, cependant, ces mau-
vais temps ont existed po;r nlos ancetres.


Et la femme d'alors devait sdrement avoir
la ravolte dans l'ame; elle no pouvait ne pas
la communique a coux qui I'entouraient.
Froissde dans sa pudeur de june lille, hu-
milide dans son affection d'dpouse, ello voyait
encore son alnour mnaternel conslainment sup-
plicie. Voir I'enfanl que l'on a porl[ dans "on
sein livrd au fonet du comnrudour, voir son
sang ruisseler sous leo lanicros, voir ses chairs
ddchir6es par la dent des chiens, quell tor-
turanto dprouve pour Ie ccur d'une mnEre!
El quelle ktait sa condition, A elle ? Des
plus infimes. Nos grand'mires 6taient consi-
ddrdes com:ne dos chose ; elles avaienit bien
I'aspect des dLtrs humans; mais les inaitres
ne pensaient pas que cos clhoss A forine hu-
maine pouvaient, comine eux, avoir une Aine.
Replide sur ello-m6mne, dissimulant son mar-
tyie, la femme esclave a tout endure jusqu'au
moment on elle a pu armer les bras vengeurs
qui ont faith do nous des homes.
Et quand Ie Iambi libdrateur rdsonna dans
nos mornes, il Iraduisait, pour nos sublime
guerrers, les angoissea de la feinme marlyre;
il 6tait I'6cho de sos g6missemnens, I'6cho de
ses souffrances. L'dme de nos minres passait
tout entire dans ce lambi qui jelait I'ardeur
do la lutte dans le ccmur des comballans.
Les tortures subies ensemble, le souvenir
des miseres supporters on commun, tout de-
vait contribuer A fire de la femme haitienne
l'6gale de I'homme. Cela n'est pas cependant.
Le confrcencier vient de vous montrer, dans
le manage, l'homme au sonmmet, la femme A
mi-c6te.
Les maris m'en voudront penit-6tre; mais je
no peux les encourager dans celle voie. La
femme est 'ange du foyer. Elle est le conseil
place auprAs do nous pour prdvenir toutes les
b6vues don't nous sommes capable. Vouloir
la trailer en infdrieure, c'est se montrar in-
grat, c'est mnconnaltre les services qu'elle
nous rend. Avouons. Messieurs, nos torts et
convenons que ceux qui refusent A la femme
la place Idgitire qu'elle doit occuper dans ]a
fanille sont des dgoistes qui se prdparent de
cruels micomptes. La femrme est I'dducatrice
par excellence. C'est a elle que revient la mis-
sion de fa$onner I'enfant et d'en faire un etre
utile. Et I'on vondrait trailer en demi-esclave
celle qui remplit un pareil rdle I Ce n'est pas
abdiquer votre autoritd, Messieurs, que de
faire A la femme la part naturelle qui lui re-
vienil dans le m6nage1. Nous porlons atteinte A
sa dignuitL, quand nous la rel6guons dans un
coin. Qii'elle soit notre confideute, la consola-
trice de nos ennuis Elle saira toujours avec
tact adoucir nos chagrins; elle trouvera le
moyen d'ensoloiller les heures, m6me lea plus
sombres de notre existence.









La condition de la femme haitienne, ai-je
besoin de vous le dire, n'est pas encore des
plus brillantes. Le conferencier a effleurd ce
ddlicat chapitre.
Permettez-moi de m'y attarder une minute.
Je rdve pour le sexe faible un avenir meilleur.
Si les situations de fortune toujours prdcaires
chcz nous obligent la femme a travailler, du
moins que le maria ne lui laisse pas tout le
fardeau. tous les soucis de la vie materielle.
Et surtout qu'on lui rende en affection, en
sinceres tendresses, sp6cialement en respect, le
mal qu'ello so donne pour qu'au foyer le pain
quotidien ne manque pas. La femme, instru-
ment de travail! Ce ne peut etre la vraie pen-
sde du Crdaleur.
La femme doit reconforter notre courage
defaillant; s'asseoir a notre cheeet quand nous
sommes malades sdcher nos pleurs. Mais le
travail est pour l'homme! c'est par le travail
que nous devons apparaitre come la Provi-
dence A la femme.
La femme doilt honorer strement l'homme
qui la nourrit *!e son travail et don't dependent
et son existence ct celle des enfans.
Tachons d'amdliorcr la condition de la fem-
me haitienne. Que l'avenir la trouve unique-
ment occupde aux soins du manage, a I'ddu-
cation des enfans. Et reservons le travail pour
nous, qui nous appelons orgueilleusement le
sexe fort I
Vous avez dd remarquer, Mesdames, que le
confdrencier ne vous a gubre parl] de votre
silt.ation juridique. Avec beaucoup d'esprit,
il vous a dit qu'il rdservait cetle parties pour
le cadre ausltre de la Revue. Il" ne trou-
ve silrment pas ce sujet trop sdrieux pour
vous. Car il sait que rien de ce qui int6resse
la femme ne peut vots ~lre indifferent. Je
le soupgonne de s'dtre tu par galanterie. II
n'a pas voulti vous revdler toute sa pens6e, et
il vous a caclih la veritd. D'ailleurs les hom-
me se croient toujours obligds de vous dorer
la pilule. Permeltez-moi de rompre avea
celte pratique et de vous apprendre ce que
l'on a voulu vous taire. Pour lea femmes
maridcs, la situation juridique se resume en
pen de mots ; elle est nette et simple: c Vous
les en lulelle, Mesdames. -
Et vors comprenez qu'un cindidat au ma-
riage, comme Mr. AmCd~e Brun, ne se soucie
pas ae crier sur les toils cette fdcheuse con-
dition. D6s que, Mesdemoiselles, vous aurez
prononed, duvant I'oflicier de I'dlat civil, ln
oui fatal, le jeune home don't I'unique souci
dtait de vous plaire, qui vous disail q(u'il se-
rait delrnellernient: votre enclave, ce Junee
home devirinl immedialement votre nmatre,
volre tuleur. L'esclave, c'est vous! vous re-
tombez dans I'enfance. ..Vous ne pouvez faire.


aucun acte sans I'assentiment de votre suze-
rain. Et vous avez encore de la chance que
votre Seignear vous laisse respireret man-
ger sans sa permission. II faut son consen-
temcnt pour tout, pour tout I
L'on vient de vous dire que l'education
europdenne fail de la jeune fille une poupeo
manidrde. II n'entre certainement aucun dd-
pit dans ce jugement que je trouvo trop se-
vere et mime un pou exagr-6.
Dans tous les pays, quels que soient les de-
fauts de 1'education, lajeuni fille qui aime
sincrement sail trouver dans son cour tout
ce qu'il faut pour devenir une vraie femme.
La poupde, ce sont les Iegislations qui la
crdent. Dans ['etat do nos lois, la jeune fille
que son education aussi experinienlale que
possible rend habile A se bien diriger, re-
devienL mineure aussit6t marine. Nos lois la
transforment en poupee mdcanique; et cette
poupee, au lieude dire: oui papa, oui maman,
passe son temps A rdpeter : consens-.u, mon
petit mari? ne consens-tu pas? On ne vous
suppose, Mesdames, aucun discernement ; on
vous croit incapable de faire le moindre acte
serieux. -
Vous serez done certainement avec la So-
ciele de Legislation pour nous aider A faire
rdformer.celte parlie de nos lois don't d'ail-
leurs, en reality, vous vous moquez parfai-
tement, Un soul de vos sourires suffit
pour faire oublier au maria tous les articles
d'un code qui est peu civil pour vous.
II y a malheureusement des homes qui
craignent trop l'effet d'un de vos regards. Et
its se croient suffisamment proteges par les
infranchissables obstacles qu'ils opposent au
libre developpement de votre esprit. Que de
precautions ne prend-on pas pour vous ren-
dre inaccessible certaines branches de l'acti-
tivite humaine!
L'homme qui se proclame si pompeusement
l'etre superieur craint cependant votre com-
petition ; il supprime laconcurrence.que vous
pourriez fui faire. Sa superiority risquerait
d'6tre serieusement contested et mise en pd-
ril, le jour oh la femme pourrait d6montrer
qu'elle peut aussi bien, si ce n'esL mieux,
remplir les memes emplois. Je dis, Mesdames,
quo vous vous acquitteriez mieux de ces fonc-
tions; car, a votre intelligence, a votre es-
prit d6lid, vous joignez cette grace attirante
que I'homme ne peut songer a vous discuter.
v Mais,A a quoi bon toutes ces restrictions,
routes ces measures qui denotent une defiance
injuslifido? On peut faire tomber lea entraves
et laisser les carribres ouvertes egalement.
aux deux sexes. La femme n'abusera pas de
ses droits. La vraie female -sait que sa place
n'est pas au forum, mais bien au foyer..Pour








-56--


elle, le berceau ot repose 'enfant, eat et sera
toujours le veritable autel dela Patrie.
Point n'est done besoin d'etablir des dis-
tinctions qua r6prouve notre philosophic fin-
de-sicle.
D'ailleurs la femme trouvera toujours, dans
lea tr6sors de son infinie tendresse, les mo-
yens de nous fair fair sa volonte. Entre ses
di6gantes et fines mains, les hommes ne sont
que des marionnettes, qu'elle fait mouvoir A
sa guise. En fait, I'homme se ddm6ne beau-
coup; mais c'est la femme qui gouverne.
Quant A la question de dot i laquelle le con-
firencier a fait allusion, elle eat peu r6pan-
due A Haiti. Ne vous en prdoccupez pas,
Mesdemoiselles. Deux beaux yeux et unjoli
sourire constituent un capital mobile qui
fera toujours beaucoup d'effet sur l'impres-
eionnable esprit et le coeur inflammable de
'Haitien.
Quoi cue fasse hommee, Mesdames, vote
rAgne n est pas pres de finir. Pour Haiti,
il eat a son aurora, votre empire commence
A pine. C'est dans la compagnie des fem-
mes qua lea maeurs s'adoucissent ; que lea
manires se policent. -
C'est vous qui nous ferez franchir lea 6ta-
pea de la civilisat!on. Quand, grace A votre
influence, le progrbs aura regu chez nous sea
lettres de grande naturalisation, nous di-
rons avec l'artiste : Gloria mulieribus I Gloi-
re aux femmes !
Merci, Mesdames et Messieurs, d'avoirbien
voulu rdpondre A notr, invitation ; et per-
mettlz-moi d'adresser un remerciment spe-
cial au represenlant du gouvernement qui,
en assistant A cette seance, nous donne une
nouvelle preuve do Iestime oii le Pouvoir
nous tient.
J. N. LeGER

DISCOURS DE M' F. MARCELIN,

Seerdtaire d'Etat des Finances.


Messieurs,
ee redpte ce que ehacun pense et je suis
hen reux de le r4pter : c.est un glorieux anni
versaire qua celui de la Soiedte de Legislation.
Dane une oeuvre mdritoire et absolument origi-
nale, vous aves cree une petite Acaddmie ouk,
animds de la plus noble ambition, cell de vous
instruire et d instruire les autres, vous commen-
tes avec sdrdnitc nos codes et nos lois. Combien
ee associations sont indispensable dans notre
pays I Ce n'est pas seulement par lea rdsultats
ebtenus et que la brillante pdriode que vous ve-
-nes de parcourir a sufliamment ddmontrds, c'est


surtout par cette affirmation, cette constatation
solennelle quo toutes les difficulties sociales peu-
vent se rdsoudre stfrement par la science et I'ana-
lyse, qua des socidtes comme la v6tre, ont droit A
touted la sollicitude des pouvoirs publics, don t
elles sont lea vrais allies. Yous demontrez que
l'esprit national, lass6 des agitations stdriles sans
profit aucun pour 1'enrichissement de la Patrie,
tend A se retourner vers les profitable et fWcon-
des discussions de la science juridique, laquelle
redresse le jugement, fortified la conscience et
pen A peu enseigne A tous qu'il n'y a qu'une sou-
veraine, la Loi!
Comiptez done, Messieurs, comptez sur toute la
bienveillance du Gouvernement. Vous rates un
eu son oeuvre, et une de ses plus belles, je me
ate de le dire, car c'est grace a la Paix qu'il a su
fonder en Haiti, que avez pu avoir votre plein
ddveloppement. On n'dtudie bien les lois, on no
disserte efficacement sur leurs mdrites ou sur
leurs ddfauts, que lorsque le came r6gne dans
la rue. Vous aves raison de parier, comme vous
venez de Ie fire, du Prdsident de la Rdpubhquo.
Personnel n'estime, ne prise plus votre Socidtd
que lui. II ne laisse dchapper aucune occasion
pour vous tdmoigner sa confiance et sa sympa-
thie, pour vous marqutr toute la haute estime
dans laquelle il vous tient. Et chaque fois qu'une
difficult se prdsente, chaque fois qu'un point
ohscur mdrite d'etre mis en evidence, c'est enco-
re lui qui nous recommande de nous adresser a
vos lumi6res et a votre patriotism I
Maintenant que le reprdsentant du Gouverne-
ment s'est acquitted de sa tAche, permettez, Mes-
sieurs, an socidtaire, a celui qui fut des v6tras d6s
la premiere heure, de souhailer A la Socidtd de
Legislation un long avenir et de nombreux, de
tr6s nombreux anniversaires. Absorbed par les
devoirs de ma charge officielle, je n'ai plus sou-
vent le loisir, hdlas de reposer mon esprit dans
ces luttes de In science qui firent nagubre ma
juie. Mais ma pensae n'a jamais abandonnd votre
Socidt.. .... Le voyageur, poursuivant sa
march dans In plain brilante et nue, oublie-t-il
les arbres ombreux, la source qui ddsaltrre si
bien, la fratche oasis ou il s'arrdla quelque
temps ?.. ..


CORRESPONDABCE

Conn. Gle No 356.
Le Secretaire i'Etat au Ddpartement
des Finances et du commerce
A LA SOCIf rT DR LEGISLATION.
IPort-au-Prince, 8 Mai 1893.
Messieurs,
J'ai Vhonneur, an nom du Gouvernement, de
vous transmettre, pour avoir votre avis, la Loi
sur les timbres mobiles actuellement en vigueur.
Le Gouvernement ddsirerait qua vous y appor-
tip toutes lea modifications eapables de rendre









."a w


(eile application de catte tel, et de fire srtout
de l'imp6t qu'elle cr&e une veritable branch de
revenues pnblics.
eJ ne vous dissimulerai pas, en rffet, Messieurs,
que la principal raison qui a port le Gouverne-
ment a en appeler i vos lumihres, c'est qu'il
s'est apergu que, malgr, le ddveloppement de
nos transactions commercials, malgrd la modi-
citi de la quotitd de la taxe fixde par cette loi, le
rendement des timbres mobiles est presque nul.
Permettez-moi aussi d'sppeler votre attention
sur ce fait que ce sont les courtiers et agents de
change qui sont, en quelque sorte, prdposds a
1'exdcution de cette loi, et quo cela m a amend a
arguer qu'il se pourrait bien que la difficult
d'application don't j'ai parld, r6sultit de lacunee
existent dans la loi sur les courtiers et agents
de change.
C'est, d ins tons les cas, i vous qu'il appartient
do ddnouer cette difficult, et me reposant sur
yos lumieres, je vous prie d'agrder, messieurs,
I'assurance de ma haute consideration.
F. MARCELIN.


Port-au-Prince, le 12 Mai 1893.

Monsieur le SecrBtaire d'Etat,
Nous avons l'honneur de vous accuser ricep
tion de votre lettre du 8 de ce mois, nous trans
mettant, au nom du Gouvernement, la loi sur
les timbres mobiles et exprimant le ddsir que
nous apportions A cette loi toutes les modifi-
cations capable d'en rendre l'application facile et
de faire surtout de I'impbt qu'elle crbe une vd-
ritable branch de revenues publics.b
Le ddsir du Gouvernement correspond trop
bien A notre programme d'amdlioration des lois
en viueur pour que nous ne soyons heureux
de lui donner, cette fois encore, le concourse de
notre bonne volontd.
En attendant quo nous pnissions vous faire part
du rdsultat de notre examen, veaillez agrder,


monsieur Ie Seerdtaire d'Etas, I'autranue de
notre haute consideration.
Le Prdaident do la Socidti
J. N. LIGER.
Monsieur le Secrdtaire d'Etat des Finan.
eea, etc.
En son HOtel


N CROLOGIE.


La mort ne so lasse pas de frappeo
autour des n6tres.
Qa Wet pour le mois de mai, l'6pouse
de notre coll6gue et ami D. Viard.
Nous lui renouvelons, ainsi qu'a sa fa-
mille affligde, 1'expression de notre
sympathie et de nos regrets.


AVIS.
ORDRE DES AVOCATS.
Bureau de consultation pour le moist
de juin :
Mes. Bonamy, Michel Oreste, T. La-
lo, a 1'Ecole Nationale de droit, les lun-
dis et mercredis, de 2 a 4 hs. de 1'apr6s-
midi.
a *
Une Revue littdraire et humorisli-
que vient de paraltre en cette ville. II a
pour titre ( la Jeune Haiti, P Nous lui
souhaitons bon succbs et jeunesqe 6ter-
nelle.


GEORGES SYLVAIN, R6daoteur4-rant.









2mq Anaee No 4 Port-au-Prince, le 2 Juillet 1893.


REVUE

DE LA

SOCIETY DE LEGISLATION
Paraissant le 2 de chaque mois
-- -----------~----

Si6ge provisoire: chez Me J. N. LEGER
16, rue du Fort Per.

COMITI DE DIRECTION ET DE REDACTION
M.M. J. N. LIGEB, PRESIDENT
GEORGES SYLVAIN, SECRETAIRE
A. BONAMY, TRtsoRIER
JUSTIN DEVOT
EDMOND LESPINASSE
FRItEDRIC MARCELIN MMBE
J.J. CHANCY


PRO PATRIA


SOMMAIRE:
Sdnnces de la Socidtd.
La question dconoinique -- J. DEVOT
Legislation compare -- A. POUJOL
Loi de 1840. (suite)
Avis


Abonnement .... 1 an P. 4 Le numnro .... P 0.40

Adresser la correspondance au sl6ge provisoire de la Socilte.


PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE DE LA JEUNESSE
1893.








-59-


Plusieurs de nos lecteurs, en voyant
le vote donned par la Socidtd aux conclu-
sions du Rapport de M. J. J. Chancy
sur le meillcur syslime dconomique ap-
plicable d Haiti, ont dmis la crainte que
nous n'eussions l'idde de couper court
ainsi d une discussion don't l'intdrdt
leur semblait exiger des deueloppements
plus considdrables. Qu'ils se rassurent I
Les discussions du 27 avril et du 4 mai
n'ont fait que constater le premier coup
de pioche enfoncd atu cour d'un terrain
que nous nous rdservons de sillonner
dans toute son dtendue. Nos lecteurs ne
s'y sont pas trompes ; pour nous come
pour eux, c'est de Id que doit sortir le
trdsor de notre renovation social. Tant
quo la question n'aura pas did rdsolue
par application, elle restera toujours
ouverte dans la Revue.


SEANCES DE LA SOCITP.
(EXTRAITS DES PROCES-VERBAUX )
Rdunion du 22 juin 1893.


Sont presents : MM. L6ger, Sylvain,
Bonamy, Chancy, Laforest, Borno, Bou-
zon, Viard, St.-R6my.
Prdsidence de Mr. J. N. Ldger.
M. le Secrtaire faith part a la reunion
du project du Comitd d'adherer, au nom
de la Socidt6, a I'Union international
de droit pdnal at a la Socidt6 de Legis-
lation comparee, de France. II adresse
aussi un appel aux membres da la So-
ci6t6 pour concourir i une collection
des ouvrages de droit haitien, destinds a
1'Exposition, que la Soci6td de Lugisla-
tion du Br6sil a imagine d'organiser
pour c616brer son cinquanti6me anni-
versaire, et a laquelle elle a convie les
juristes haitiens.
Lecture du Rapport de M. Louis Bor-
no sur deux questions poses par un
correspondent de St.-Marc. La discus-
sion qui souleve plusieurs pointsde droit
interessants, est renvoyee i la stance
prochaine.


Lecture du Rapport de M. Bonamy
sur une difficult de d6lail soulevde par
I'exercice du droit d'opposition en ma-
tiUre penale.

RAPPORT

MM.,
Vous avez bien voulu me charger de
vous fire un rapport sur la question
suivante que nous apos6e un denos cor-
respondants de St-Marc:
t Lorsqu'un prdvenu condamnd par
ddfaut A 6 mois d'emprisonnement for-
me opposition au jugement de condam-
nation, qu'il a -comparu i la premiere
audience, pris et depose des conclusions
sur sonopposition, a la suite desquelles
la continuationdel'affaire a td renvoyde
Ajourfixe, du consentement des parties;
si, au jour durenvoi, I'opposant necom-
parait pas, ni personnel pour lui, le
ininistere public, aux terms de l'article
164 du Code d'instruction criminelle,ne
peut-il pas prendre d6faut, et le tribunal
peut-il d'office ordonner une nouvelle
premise?
11 me semble qu'il y a IA une simple
question de r6glement d'audience. Que
di(l 'art. 164 (cod. inst. crim ? ) L'oppo-
sition empo, tera de plein droit citation
a la premiere audience; elle sera non
avenue si l'opposant n'y comparait pas,
et lejugement que le tribunalaura rendu
sur l'opposition ne pourra pas dtre atta-
qud par la parties qui l'aura formde, si
ce n'est par la voie de la cassation.
Cet article n'est certes pas applicable
A l'espece qui nous est soumise: I'oppo-
sant avait comparu a la premiere au-
dience ; il avait present ses moyens
d'opposition, et, pour uneraisonquelcon-
que, la suite de I'alfaire avait dtd remise
a jour fixe. L'opposant n'a done pas fait
defaut de nouveau. II s'est conform i
I'art. 164. S'il ne comparait pas au jour
fix6 pour la continuation de 1'affaire, le
minister public ne peut pab, amonavis,
requerir dffaut contre lui; il pourrait
tout au plus demander au tribunal d'or-
donner le dip6t des pieces. Le jugement
seraitalors rendu contradictoirement sur








-60 -


les pieces produites de part et d'autre ;
Ssinon sur les pieces du minister public
( arg. de l'art. 100 cod. de proc.-civile ).
Maintenant, quatat la question de savoir
si le tribunal pourrait d'office ordonner
une nouvelle- remise, c'est, je le rdpele,
une simple.question de r6glement d'au-
dience. Rien ne s'y oppose. Le tribunal
peut prendre toutes les measures qui lui
paraissent propres a la manifestation de
la vdritd. L'absence de l'opposant r6sulte
peut.-tre d'un empechement grave
don't les juges devraient Wtre informs
d'une fagon indirecte.La decision du tri-
bunal sur cette question de remise ne
peut etre valablement critique; car elle
ne porte prejudice A personnel.
Port-au-Prince, le 27 avril 1893.
A. BONAMY.
La reunion, ddcidant qu'il n'y a pas
matiere a discussion, adopted a l'unani-
mitd les conclusions iu Rapport.
Lecture de la communication de Mr.
J. Ddvot sur la question 6conomique.
M. le Prdsident. Je ne crois pas que
nous ayons le temps d'entreprendre au-
jourd'hui un ddbat aussi large.
SM le Secrdtaire. Je serais d'avis de
publier la communication dans notre
prochain numero. Cela permettra 6
tous les membres de la Soci6et d'eu
prendre connaissance, et cela indiquera
au public que nous sommes bien d6ci-
dds A ne pas clore, avant de 1'avoir 6pui-
s6e, cette question 6conomique, vitale
pour I'avenir de notre pays.
La reunion se range a cet avis; et vu
I'heure avanc6e, elle s'ajourne au jeudi
suivant.


LA QUESTION ECONOMIQUE.
COMMUNICATION A LA SOCIMTi
DE LEGISLATION.

Mes chers Coll6gues,
L'int6ressant rapport que; Mr J. J.
Chancy a present a la Soci6te dans sa
seance du 27 Avril dernier, et qui a


donnd lieu A des discussions non moins
interessantes dans cette seance et dans
la stance du 4 Mai suivant, me sugg6re
des rdflexions que je veux vous soumet-
tre et que je resumerai dans quelques
propositions finales, sur lesquelles je
vous prierai de vous prononcer.
L'organisation du travail national est
en eflet, apres celle de l'instruction et
de I'dducation publiques, l'ceuvre la plus
importance A entreprendre, oeuvre d'une
n6cessite impdrieuse, ineluctable, A l'ac-
complissement de laquelle ii n'est plus
permis de se soustraire, en presence de
la pauvret6 croissante des citoyens et de
l'Etat haitiens, du tarissement des res-
sources du trdsor public et dos procdd6s
Sempiriques dangereux, des expedients,
pour employer le mot exact, auxquels
on recourt pour satisfaire aux besoins,
pourtant rdduits, des services publics.
Ces expedients se multiplieront force-
ment, inevitablement, si l'on ne met la
main a une double rdforme, )conomi-
que et financi6re, faite d'une fagon ra-
tionnelle, d'aprks un plan d'ensemble,
et don't le premier effet sera, dans un ave-
nir done, pas trWs-dloignd, de doubler,
de triple peut-etre les revenues de l'E-
tat, de sorte que celui-ci, mis dans l'ai-
sance, se trouvera A mdme de faire face,
sans s'endetter, aux ddpenses qui sont
A sa charge. Quant a songer A une di-
minution de ces d6penses, c'est songe-
creux, car la force des choses nous pous-
se dans la voie des ameliorations mat6-
rielles, intellectuelles et dconomiques
oi s'accroitront dans de fortes propor-
tions les budgets de l'Etat- ceux sur-
tout des Travau. publics, de l'Agricul-
ture et de l'Instruction publique. Pour
ces deux derniers budgets, tout porte a
croire que nos gouvernants, A moins de
faillir leur tAche, ce qui n'est pas prd-
sumable, devront sous peu en tripler,
en quadruple m6me, s'il le faut, les
chiffres actuels. La culture de l'homme,
I'augmentation de sa puissance produc-
trice, son perfectionnement par les m6-
thodes pddagogiques rationnelles sont
choses qui, dans les prdocupations des
gouvernements modernes, occupent le
premier plan, et dans notre pays, oh
presque tout est a entreprendre et A fai-








- 61 -


re -de ce c6td, il va sans dire que les
premiers frais s'66lveront i des sommes
considdrables. Mais ce sera de l'argent
place, comme on dit, A gros int6erts et
qui se relrouvera plus tard, car les de-
penses de cet ordre sont 6minemment
reproductrices. Tant vaut l'homme, tant
vaut la prospdritb financiere du pays.
II s'agit done, comme l'a bien fait res-
sortir notre rapporteur, d'organiser le
travail en Haiti, reprenant A ce point
de vue la tradition 4e nos bons gouver-
nements passes, celle notamment de
Toussaint-Louverture et de Pktion, sauf
A se servir de procedds nouveaux et
mieux en rapport avec les progres ac-
complis depuis. II s'agit aussi,ce qui est
l'accompagnement ndcessaire du pre-
mier project et la condition de sa com-
pl6te rdussite, de developper et d'ddi-
ier sur des bases nouvelles l'enseigne-
ment public, l'enseignement primaire
surtout, destine au plus grand nombre,
et qu'il faudrait rendre, au moins dans
une parties des dcoles, professionnelle.
Mais pour de pareilles entreprises il
faut de l'argent, et l'argent de 1'Etat
diminuera d'un c6td si, comme on l'a
si justement et si dquitablement propo-
se dans le course de votre discussion, on
faith porterdes degr&vemen tssur les d roits.
exorbitant qui frappent, A l'exportation,
les denrdes et autres products agricoles
du pays. Force sera done de chercher a
l'augmenter d'un autre c6t6. Un syste-
me d'imp6ls plus equitable, plus ration-
nel que celui qui existe, capable d'ali-
menter.abondamment la. caisse publi-
que est done le premier progress A rdali-
ser- et A r6aliser sans perte de temps;.'
Je crois, Messieurs, sans avoir la pensee
de tracer ici un plan d'ensemble, me
contentant de presenter quelques vues
particulieres utilisables dans 1'Blaboia-
tion de ce plan, que l'Etat pourrait tirer
d'immenses. resources de l'imp6t fon-
cier, dtabli d'une fagon moddrde et dqui.
tablement reparti. J'entends l'imp6t por-
tant sur les. propri6t6s foncifres, urbai-
nes et rurales. Pour celle de ces.proprid-
t6s qui seraient. bAties, on ferait, i ladif-
f6rence de.ce qui se pratique en cer-
tains pays, la distinction entire le fonds
et les constructions, celles-ci 6tant frap-


pees d'une fagon special et separ6ment.
L'imp6t sur les maisons existed d6ja chez
nous, et le revenue en est, je crois, attri-
bud a la commune. J'envisage ici I'im-
p6t foncier proprement dit, qu'on n'a
jamais song a 6tablir. Que de cita-
dains possedent dans les planes et les
mornes d'Haiti de grandes 6tendues de
terre laiss6es A l'abandon, don't il no
font nul cas, pas m6me pour les affer-
mer ou les faire cultiver par des md-
tayers. Forces de payer un imp6t de
tant pour cent sur la valeur de ces ter.
res, calculbe d'aprAs les proc6dds usites,
ils tAcheraient de les mettre en exploi-
tation et d'en tirer profit, ou de s'en
d6faire. Par suite de quoi, la terre pas-
sant en des mains moins insouciantes
deviendrait une source de fortune pri-
vee et en meme temps, par l'imp6t, un
aliment A la prosp6rite publique. Eva-
luons 9200 000 000 (deux cent millions)
de gourdes ( chiffre bien modest et au
dessous du minimum certainement )
l'ensemble des propridt6s rurales appar-
tenant aux particuliers dans toute la
Republique, et supposons un imp6t de
3 o/o ( chiffre des plus modestes) pre-
leve annuelement sur ce chiflre ( nous
supposons 6galement que l'on prenne
pour base la valour courante dela ter-
re en friche par carreau, et non de la
terre cultiv6e, ce qui ferait profiter le
cultivateur-de toute la plus-value donnee
au fonds par son travail et constituerait
une sorte de prime indirecte A l'Agri-
culture,) voici deja 1'Etat en possession,
de.ce chef, de 6.000.000 (six millions.)-
Mettons qu'il y ait a Port-au-Prince
cinq mille emplacements imposables,
valant en moyenne chacun trois cent
piastres, et nous atteignons le chiffre to-
tal de un million cinq cent mille pias-
tres, rapportant au fisc,a 3 ojo, quaran-
te-cinq. mille piastres (tout le monde
reconnaitra que nous restons fort au-
dessous des estimations rdelles ; ] refai-
tes l'opdration pour chacune des villes
etbourgs de.la R6publique, et voyez A
quel chiffre vous atteignez vraiment;
meme a 2 o/o, cet imp6t rapporterait
au-del& de ce qu'il nous faut presen*
tement. --
Evidemment, l'imp6t devant frapper







-62 -


indistinctement tout le monde, I'dgalitd
devant l'imp6t dtant un principle essen-
tiel A toute democratic, l'impdt foncier
atteindrait aussi le paysan. Mais la sup-
pression d'una parties de la taxe mise
sur ses products A leur soitie, compen-
serait, et bien au-delA,le sacrifice direct
qui lui serait demand. Le laux maxi-
mum de l'impdt foncier n'irait pas au-
dela de 3o/o. Le paysan propiidtaire
n'aurait done a payer que trois piastres
par an ( au plus ) pour ses trois ou qua-
tre carreaux de terre ( en fixant a trente
piastres le prix moyen du carreau. ) La
charge n'est-elle pas pour lui bien plus
lourde qui r~ulle des droits fiscaux
( exageres ) frappaut -se products ? II y
aurait de plus cetlle difference, od l'6-
quit6 trouverait son zompte, que ce im-
p6t s'appesantirait dgalement sur tous,
sur le grand propridtaire pratiquant ou
non I'absenteisme, ou tout-a-fail dedai-
gneux de ses possessions rurales, come
sur le petit propri6taire rural, le paysan
cultivantdeses mainsson petitchamp. De
plus, sa terre Btant labouree, exploit6e
par lui-meme vaudrait plus que cell du
propri6taire negligent et ne paierait pas
plus, car nous voudrions ( bien qu'on
puisse y voir une derogation au princi-
pe de la striete 6galitd ]que 1'imp6t ne
fat prelevd qus sur la valeur de la ter-
re inculte, inddpendamment de la
plus-value que lui donne le travail
de l'homme. Toutefois l'imp6t ici dtant
dir-v!', se recouvrant d'une fagon per-
ce-iiilP a ses yeux, peut-dtre, ne com-
prenant pas blen les choses, le paysin
s'en offenserait-il tout d'abord? Mais il
serait aisd, avec un peu de raisonne-
ment et en faisant appel A son bon sens,
de lui faire sentir et apprdcier tout le
c6td avantageux du nouveau system.
Une chose qu'il comprendrait sirement
et apprdcieiait de suite, ce .serait l'ac-
croissement du prix de ses products, se
produisant A la suite de l'abaissement
du tarif douanier.
Seulement pour 6tablir l'imp6t fon-
cier et lui donner uneassiette sdrieuse,
il faut un cadastre, dtat descriptif et
dvaluatif des difidrentes parcelles de ter-
re et n6cessitant une double sdrie d'o-
pdrations : operations d'art confides aux


gdom6tres et arpenteurs ( triangulation,
etc;) operations'ad miiistiatives, relatives
au classement des terres suivant leur
culture et leur rendement. On pourrait
aussi les classer, conformdment au sys-
teme par nous preconise, suiv.'nt leur
valeur intrinseque. Qu'on se livre
done A la confection du cadastre. En
attendant, on proedderait d'apr6s les
donnees que i'on possede quaint a pre-
sent.
II est indispensable du resle, A un
autre point de vue, que les terres du
pays soient cadastrdes, ne serai -ce, tou-
jours dans l'ordre de preoccupations
financieres auxquelles nous voilA livrds,
que pour permettre A l'Etat de connai-
tre exactement ses resources domania-
-les et d'en tirer parli. Et vraiment, n'est-
il pas temps d'intro:luire un peu d'ordre
et de regularitddans celteadminislration
des domaineo, elpeiit-on plus longtemps,
quand un Etal rich en terres comme
le n6tre se traine, en maliere de finan-
ces, d'expddients en expedieuls, ne pas
accorder A son domain prive la some
d'attention et de soins qui lui est due'l
L'Etat hailien, d'aprAs un releve que je
suis en train de faire, possede au bas
mot, cent mille carreaux de lerre (100.000)
plans les diverse parties du pays, sans
computer les terres inoccupdes dans les
mornes et les parties inexplorees de
i'le, et sans meltre en line de compete
les emplacements urbains; le prix du
carreau de terre, au minimum, vaiie de
20 i 80 gourdes, d'oii une moyenne de
50 gourdes, prenons quaranle, soitqua-
tre millions pour les centmille carreaux.
Quand on devrait, pour le sortird'em-
barras et lui permeltre d'enlreprendre
les grandes reformes que les circons-
tances lui imposent, alidner la moiti6
de ce domain A des particuliers, serait-
ce trop ? A une epoque reculde de no-
tre histoire (1812) on alidna beauconp
de biens du domain prive pour pro-
curer au pays une monnaie mtlalliqie
national ? Quoi done empechernit de
recourir au meme moyen pour nous d(i-
barrasser de ce papier-monnaieque tons
condamnent et qui pourtant so main-
lient en circulation?A Jneautre epoque
(1814) 1'Etat se ddfit de beaucoup de seb







-63-


habitations pour reliever la culture et
augmenter le nombre des propri6taires.
(Voir Dictionnaire Gdographique d'llai-
ti par S. Rouzier anx mots Cul de
sac; plaine des David-Troy etc; etc -
Ce sont lI des precedents heureux, de
bons examples qu'il imported de se rap-
peler et d'imiter. II n'y a aucun avanla-
ge pour un Etat A conserve des biens
qu'il administre omal et don't le rende-
ment est presque nul :Ainsi l'Etat, anx
Cotes de fer, est propridlaire de '167 car-
reaux de terre rapportant annuellement,
seulement 120 piastres; les 108 habi-
tations et les 1770 carreaux de terre
qu'il a auBnrgne, donnent5381.2piastres
par an. N'est-ce pas ddrisoire ? (loco
citato) a La pratique g6ndrale des
c nations civilisdes, rlit Mr Paul-Leroy
aBeaulieu, a dl6 jusqu'ici plutdt d'alid-
a ner que d'accroitre le domaine prive
a de 1'Etat; On a fait de cs alidnations
a tantdt une resource rdgntlire, figu-
trant ponr unchiffre A peu pros sembla-
a ble dans tous les budgets, tant6t une
a resource extraordinaire devant tenir
a lieu de l'emiprunt et fournir, dans les
c temps de grande ndcessiLd national,
t des recettes abondantes. i (Science des
Finances. t. I. p. 67 ) .
Un impot sur les successions et les
transmissions hd6rditaires par testa-
ment est aussi A creer, tres modr6e ce-
pendanL ; 1112 olo en ligne directed des-
cendante, 1 olo en line descendante et
en ligne collat.rale privildgide (percs et
scours);2 oio en lignecollatdraleorldi naire.
Il so percevrait non sur l'actif brat,
mais str l'aclif net de la succession.
Dans les cas d'indivisiou entire plusieurs
co-hdritiers on co-18gataires, on pour-
rail, pour fI'vori'ier lescontribuables, et
en prenani certaines precautions, en
reculer la perception jusqu'aun moment
dupartage on de la licitation des biens.
Quant anx droils d'impoi:tation, je
ne pense iris, sauf peut-e6re sur quel-
ques rares articles, et d'une fagon toute
exceptionnelle et temporaire qu'on
doive les augmenter encore. Ils sont do-
ja considerables et tout accroissement
nouveau donnerait A notre tarif un ca-
racltre, non pas protecteur, mais pro-
hibitif.-La protection A accorder A no-


tre industries, dolt consister, on l'a ex-
cellemment faith remarquer, en degreve-
ments d'impdtssur les products indige-
nes sortant ldu pays pour l'Otranger; en
facilities accord.es aux producteurs par
des primes A la suite de concours rd-
gionaux, par l'organisation d'un ensei-
gnement professionnel thlorique et pra-
tique, par I'initiation des travailleurs
adults aux procddls perfectiontns des
p-ys plus avaneds etc, mais non en i'a-
doplion de droits prohibilifs sur les pro-
duits manufactured ou les substances
alimentaires venant du dehors. Les
droits exislants no sont pas seulement
fiscaux, ils sont ddjA protecteurs.-Notre
pays, au point de vue de l'induslrie ru-
rale, estbien a rm, mieuxarm qu'aucun
autrepeut-dtrepour la Ivt.te conomique;
il n'y a, en cette sphere, qu'a developper
sesaptitudes naturelles et Aproliterdes
donsgratuits de la nature. Le travail ot
l'instruction aidant, aucunproduitdusol,
d'importation 6trang6re, n'dvincera les
products indigenes similaires surle mar-
ch6 national ni meme, si l'on veut prd-
voir une pareille extension denotre pro-
duction, sur les marches strangers.
L'exemple de notre cafd si mal prdpard
en grande parties, et pourtant si recher-
ch6, le prouve assez.
Quant au travail industrial (dans le
sens restraint du mol) je ne pense pas
que, mnme sur ce terrain, il soit utile
de se laisser aller A des iddes exagdr6es
de protection. Quoi que nous fassions,
jamais nous ne parviendrons A rivuliser
d'une fagon s6rieuse avec les peoples
adonnds A la grande inilustrie : l'An-
gleterre, les Etvts-Unis, la France etc.
Nous serons toujours, dans une tr~s
grande measure, pour les products ma-
nufacturds necessaires a notre consom-
mation, forces de nous dresser A ces
peuples, mais qu'importe, si nous avons
cos products a meilleur march que ne
les fourniraient les producteurs natio-
na;nx. Nous sommes tous consomma-
teurs, et tous nous avons A gagner au bas
prix des objets de consommation gdni4-
rale. Ces peuples ne peuvent-ils pas de-
venir A leur tour, comme ils le sont
ddji' un peu, les clients d'Haiti pourles
products de la terre, que notre pays se








- 64 -


ddveloppant dans le sens de ses facultds
naturelles, fourtira A meilleur compete
qu'eux ? -.I1 est pourtant quelques pe-
tites industries appeldes a prospdrer
d'une fagon particuli6re dans le pays,
et qu'il ne faudrait pas n6gliger. Ainsi
pour les constructions, la fabrication de
certain ustensiles de menage, de cer-
tains meubles, etc on devra toujours re-
courir au travail local. Et 1'Etat, a ce
point de vue, doit assurer l'instruc-
tion professionuelle des futures ouvriers.
Comment se faith chez nous la pr6pa-
ration d'un ouvrier ? Le toiitjeune hom- .
me, qui plus lard. doit devenir ouvrier,
fait son apprentissageavec unl maitre
ou un contre-maitre qui ne s'occupe en
rien de son instruction theorique et
presque pas de son instruction pratique.
II est plut6t le gargon de l'atelier ou du
chantier, destine aux courses, aux tra-
vaux les plus grossiers, ceux d'un ma-
noeuvre, et rest longtemps on cet 6tat
sans recevoir aucune donnee tndoriqne,
aucune explication rationnelle de ce qui
s'execute sous ses yeux. En crdant I'en-
seignement primaire professionnel, I'E-
tat empechera cette ddperdition de for-
ces, cefte sterilisation des facult6s du
june apprenti. D'abord il aura reUt
'instruction primaire ordinaire-- qu'il
s'agira d'organiser suivant les der-
niers progres p6dagogiques puis
sur la branche d'industrie oi il s en-
gagera a la sortie de 1'ecole, il possddera
da,. outre l'habilete pratique qu'il y
aura acquise par suite d'exercices d'ap-
plication nouvelle, des principles, des
regles thdoriques qui faciliteront son
advancement et auront ce bon effet de le
porter A s'intdresser aux travaux qui
s'excuteront devant lui et auxquels, en
ce moment-ci et dans l'6tat actuel des
choses, il participe d'une fago.n toute
m6daniqube.De nombreux6tablissements
de la nature de ceux don't notre Sociedt
recommande I'adoption existent A l'd-
trahger et pour en acclimater quelques-
uns chez nous un at moins dans
chaque principle ville l'Ettt n' aura'
qu'a en fair dtudier sur place l'organi-
satibhet le fonclionneinent et A engager
A l'Etranger' (en Frince, en Belgi-
qub :ou en Suisse ) des maltres pro-'


press A donner cet enseignement pour
lequel les homes nous manquent,
comme hilas ils nous manquent pour
la rdalisation de tant d'autres bonnes
choses.
Pour l'enseignement profession-
nel que 1'on pourrait appeler secon-
daire- nous avons d6jA un dtablisse-
ment don't s'estoccupde laSncild etqui,
r6tabli sur des bases s6rieuses et
bien administer, pourrait donner d'uti-
les rdsultats : c'est la maison central.
LA se formeraient non pasdes Il&ves ap-
pelds apres quelque temps d'apprentis-
sage A passer ouvriers, mais de vdrita-
bles ouvriers et des contre-maitres ini-
tids A tous les secrets de leur metier.
Du rest, reorganisd et d6velopp6 de
maniere A pouvoir recevoir de cent
cinquante a deux cents didues, cet dta-
blissement se peuplerait surtout des
jeunes gens sortis des tcoles primaires-
professionnelles. Inutile de dire qa'une
part dans le programme y serait faite
a la. culture intellectuelle des jeunes
homes, quelque chose come l'ad-
jonction d'une cole dusoir pour adults
En ce quiregarde l'enseignement pro-
fessionnel supdrieur, je ne pense pas
que nous soyons en measure, avec nos
propres resources, de le fonder en ce
moment dans le pays, pour la parties du
moins qui concern l'industrie et I'agri-
culture, car cet enseignement, pour
d'autres branches, se donne ddja A
I'Ecolede Droit et A l'Ecole de Mdecine
at de Pharmacie. Mais pour los hautes
applications de I'esprit l'iindustrie et A
l'art agricole, il nous faudra recourir
aux ecoles supdrieures de la France:
I'Ecole Centrale des arts et mitiers,
I'Ecole des mines, I'Ecole des points et
chaussdes, l'Ecole de Grignon ( agricul-
ture) etc.... Et il y a a se presser, sous
pein- d'8tre surprise, envahis pour ainsi
dire par la civilisation, sans que nous
ayons de hommesspdciaux,compltents,
capable de prendre part au mouve-
ment et de le diriger. Un example :
l'Etat passe des contracts pour 1'6tablis-
soment de voies-ferrdes. II lui faudra
rdcrder les grandes voices de communi-.
cation et en pratiquer de nouvelles
( petites et grades, ) A-t-il les homes








-65-


qu'il.faut pour contrbler:les travaux.d'6-
tablissement des. chemins de fer, et ex6-
cuter ceux que n6cessiteront ces crda-
tions et r6fections de grandes routes et
de chemins vicinaux ? Nullement. Le.
peu d'ing6nieurs qu'il a son service
out ddjA I'emploi de leur travail; on ne
pourra pas led ddtourner des services
auxquels its sont attaches, pour les
consacrer a d'autres travaux. On enga-
gera des ingenieurs strangers. Mais
n'ett-il pas mieux value, prdvoyant les
ndcessits de l'avenir, preparer pour
ces teaches .de jeunes haitiens ? II faut
que 'Elat preine A sa charge l'entretien
a l'dtranger d'une cinquantaine de bour-
siers au moins qui seront dislribu6s
suivant leur vocation et leurs aptitudes
dansles Ecoles supdrieures frangaises :
Ecole Centrale, Ecole de Droit ( oi une
parties suivra les course du group d'd-
tude judiciaires, et une autre les course
du group .d'6tudes administrative et
dconomiques) *Ecole supdrieu'e d'Agri-
culture, Ecoles normales primaires oit
se forment des instituteurs pour l'ensei-
gnement primaire, des maitres d'Ecole;
quelques-uns suivront les course de lafa-
cul t6 de lettres ou de la faculty de sciences
etdevronton poursuivre les 6tudes jusqu'i
la licence, pour 6tre employs, de retnur
dans le pays, c,omme professeurs dans
nos lyc4es etc. Le principal obstacle
A 1l'tablissement des tribunaux d'appel
prfvus par la Constitution et don't, d'una
facon imperative, elle prescrit la for-
mation, nest-cepas lemanque d'hommes
spdciaux? Tenez, ce conseil d'Agricul-
ture dont la Soci6te vient de souhiaiter
la. foundation, reprenant sous une former
plus moderne et mieux appropride, une
ide de nos Gouvernements passes
( voir circulaire de.Boyer aux Com-
mandants d'Arrondissement pour la for-
mation des Chambres .d'Agriculture, du
29 Mai 1820. Lois et actes. t III p, 282,)
pour dtre utile et efficacy, ne faudra-t-
ilpas qu'il soit composed d'Agronomes,
d'hommes versds dans les chooses del'A-
griculture et possedant en ces matieres
une reelle competence ? Oi les prendre
actuellement ? A ce propos, je me per-
mettrais .d'amender quelque peu la
propQidtion adoptde .:;j'ajquterais 4 ce


ConseiLdont le.nombre .des ..membres
serait tres restraint, trois au plus, un
Corps d'inspecteurs civils d'Agriiulture,
trbs nombreux ceux-la, un au moins
par arrondissement, compose ,d'agro-
nomes et qui seraieut envoys en mis-
sion permanent, pour ainsi dire, dans
chacun deo arrondissements pour en
surveiller, contrfler, inspector,. avec
l'aide et l'appui des autoritds militaires,
chefs de commune et de section, les
cultures et les diverse entreprises se
rattachant A la culture: Blevige, fabrica-
tion de.sucre, de sirop, Ide.. talia etc.....
Ces agronomes, ii faudrait pour le
moment en fair venir la plus grande
parties de l'dtranger, maisdans quatre ou
cinqans, grace l'institution des bourses
don't je viens de parler, on aurait pour
ce service des haitiens tr6s-bien prepa-
rds. Ils auraient aussi pour mission,. par
leurs conseils, leurs recommendations
et m6me quelques lemons et experiences
pratiques, d'initier nos agriculteurs
adults aux procdd6s de culture perfec-
tionnds etau maniement.des instruments
aratoires, lacharrueparticulierement,qui
n'avait disparu de I'ancienne St.-IDo-
mingue que par.suite de i'importation
en masse d'esclaves pris sur la c6te d'A-
frique. La charrue est l'instrument du
travail libre, permettant l'dconomie des
bras ; le travail servile qui.,supprime les
outils, les machines et les animaux et'
les replace par l'homme qu'il.extdnue,
n'avait qu'en fair. II faut r6introduire
la charrue dans nos planes.
L'entretien A l'Etranger par 1'Etat de
cinquante boursiers haitions cotterait de
trente six d quarante mille piastres, par
an, petite ddpenoe, si l'ou envisage les
heu euses et fdcondes consequences
d'nme pareille,fondation. Et puis ne se-
rait-il pas ..possible a 1'Elat, au moyen
de contracts passes avec les boursiers
avant leur.depart, d'assurer le rembour-
sement A hi caisse. publique, dans les
cinq ou six ans qui suivraient leur re-
tour, des ddpenses ellectudes, qui alors
n'auraient td quedes prdts, des avances
faites par le Pays de jeunes citoyens I
En elfet ces, jeunes gens,. leurs di-
pl6mes obtenus et revenus dans leurPa-
trie, entreraient, cela vadesoi,, a4 service








-68-


du Gouvernement et jouiraient de suite,
en vertu de leurs connaissances spe-
ciales, de leur competence profession-
nelle, de traitements assez 6lev6s, allant
de 150 O200 piastres. Eu stipulant la
retenue mensuelle du quart de leurs ap-
pointements pour le remboursement des
sommes avancees, ils se libdreraient en-
vers le Pays au bout de quelques annees
et, par le faith, c'ost encore celui-ci qui
aurait faith une tr6s-bonne aflaire. Au
surplus, il ne faudrait pas, unefois trans-
portes enFrance, disonsA Paris, puisque
Paris est le grand centre intellectual du
monde, les livrer A eux-mdmes, sans
contrdle et sans direction. II y auruit
lieu d'organiser, AParis mrme, une pen-
sion, confide a un p6re de famille s&-
rieux, ou ils seraient tous rdunis et od
le logement et lanourriture leur seraient
communs.Ils poursuivraientleurs etudes
sous le contr6le imm6diat du directeur
de la pension, et le contrdle superieur
du Consul d'Haiti et de notre Ldgation
a Paris, quirenseigneraient leGouverne-
ment sur la marchedes choses. Etablies
sur ce plan, peut-6tre les d6penses, di-
sons les avances, n'iraient-elles pas au-
dela de vingt-cinq d trentemillepiastres.
J'aurai du rest l'avautage de proposer a
l'adoption de la Socidtd un project d'or-
ganisation d6taillee A ce sujet.
Revenons chez nous. Je parlais tout A
l'heuredes agriculteurd adulles. Pour ce
qui est des tout jeunes et de caux qui
naitront dans I'avenir, espProns qu'ils
pourront b6ndficier dans leurs cam-
pagnes meme d'une instruction pri-
maire ordinaire et professionnelle, ins-
truction theorique et pratique A la fois,
qu'ils puiseront dans des fermes-.coles
ou on lea rdunira par centaines. Cet
enseignement, necessairement gratuit,
devra de plus 6tre obligatoire, par les
soinsde ces mrmes inspecteurs d'agri-
culture et de ceux deji existants de
1'Instruction publique, qui signaleront i
l'autorit6 compdtente toute faute ou
toute ndgligencedesparents. On use bien
de coercition envers nos paysans pour
les astreindre A des corvies souvent il-
Idgales, pourquoi n'aurait-on pas la
main un peu ferme pour lee forcer A en-
voyer leurs enfants A 1'Ecole ?


Done lo. Creation de l'imp6t foncier.
20. Etablissement d'un cadaslre.
30. Creation d'un impot sur les suc-
cessions.
4o. Rdgularisation du service des do-
maines et, s'il le faut, alienation d'une
parties de ce domain pour faciliter le
retrait dL papier-monnaie.
5o. Rdorganisation et ddveloppement
de la maison central et foundation d'6-
tablissements semblables dans quelques
unes des grande villes du pays, dans
deux au moins ( Cap-Haitien et Cayes. )
60. Creation dans nos principles villes
( chefs-lieux d'arroadissement) et dans
toutes noscampagues d'ecoles primaires
professionnelles. Dans les campagnes
*ces 6coles seront, autant que possible,
des fermes-dcoles.
7o. Institution de bourses en grande
quantilt pour les hautes dcoles de Paris
( Ecole de droit, Ecole Centrale, Ecole
de Grignon ( en province) Ecoles Nor-
males primaires, Facultd de lettres, Fa-
cultd de sciences, Ecoles des mines,
Ecoles des Ponts et Chauss6es, -en ce
qui est de ces deux dernieres dcoles, il
n'y a que lea jeunesgens deja ingenieurs
qui y puissent entrer, mais a ddfaut
d ingenieurs des Pon ts el Chaussees, nous
pourrons avoir desconducteurs de Ponts
et Chaussdes capable de rendre des ser-
vices trs apprdeiables.) Fondation pour
ces boursiers d'une pension de famille
permettant par les frais g6ndraux une
notable reduction desddpenses.
80. Institution de course d'Economit
politique ou une tres large place sera
faite A l'dconomie rural, dans tous nos
lyc6es et nos dcoles secondaires. Dans
les dcoles primaires, on secontentera de
familiariser les enfauts avec quelques
notions simples relevant de cette science
et mises A la portde de leur intelligence.
9o. Revision des programmes de l'en-
seignemeut primaire ordinaire ou I'on
introduira les lemons de choses.
10o. Crdati >n d'un corps d'inspecteurs
civils d'Agriculture.
Telles sont, mes chers colleagues, les
propositions additionnelles A cells que
vous avez adopt6esdansles deux seances
sus-citdes, et que j'ai l'honneur de sou-
mettre i votre examen et A votre vote.








- 67 -


Passant maintenant A un autre ordre
d'iddes, car it n'est pas illigitimo que
nous nous occupions un peu de nous-
mnmes, apres nous ktre occup6s du
pays, voici quelques propositions ten-
dant a assurer la prospdrit6 de notre
Revue sur laquelle j'appelle votre at-
tention et votre vote.
lo. Appel d nos membres correspon-
dants et agents des diffdrentes localitds
de la Rdpublique pour obtenir d'eux des
relev6s trimestriels du chiffro des nais-
sances ( l1gitimes et naturels) deces,
marriages, divorces etc.... dans leurs lo-
calitds respective et aussi un relevd
de la quantity d'dtrangers,rangesearna-
tionalit6, habitant ces localities.
2o. Pareils relevds pour Port-au-
Prince faits par lee soins des membres
de la Socidt6 ces relev6s devant etre
publids dans la Revue.
3o. Insertion par les soins de nos cor-
respondants strangers d'avis dans une
ou deux principles publications juri-
diques dechaque pays, faisant connaitre
l'existence de la Revue, la nature des
matieres qu'elle renferme, lesconditions
et les moyens d'abonnement-Insertion
de pareils avis dans les principaux jour-
naux du Pays et dans la Fraternitd -
allocation d'une certain valeur pour ces
frais.
4o. Impression de la listed des abonnds
de la Revue et indication sur la couver-
ture des endroits oh s'en faith la vente au
No, etoi a l'Etranger onpeuts'abonner.
50. Consdcration tie la derniere page
de la Revue a des indications bibliogra-
phiques concernant lea ouvrages qui
touchent a Haiti, strangers et nationaux
Impression d'annonces concernant
les ouvrages haitiens rdcemment parus
( ces dernibres impressions moyennant
finances, quand l'ouvrage n'aura pas Bte
offert a la Socidtd. )
Notre ceuvre est en voie de croissance
et ses promoters actuels sont bien dd-
cid6s a tout faire pour la soutenir, mais
ils doivent travailler aussi a lui assurer
l'avenir de fagon qu't un moment donnd
elle se soutienne par elle-m6me et se
trouve doueo pour cela d'une suffisante
vitality. Sa prospdrit6, au moins au
noint de vue financier, "st liee a celle


de la Revue ; usons done de la public.
td pour faire counaitre celle-ci et la rd-
panilre le plus possible.
Recevez, Messieurs et collogues, 1'as-
surance de ma consideration laplus dis-
tingu6e,
JUSTIN DIVOT.

9 Juin 1893.


LEGISLATION COMPIA E

Le droit de propri6t6 et d'au-
baine en Europe et en Amerlques

a Tout Etat est maitre d'accorder ou
c de refuser aux strangers la faculty
a de posseder des terres ou d'autres
a biens immeubles de sonterritoire. S'il
a la leur accord, ces biens strangers
a demeurent soumis aux taxes, ila ju-
< ridiction et aux lois du pays comme
a ceux des regnicoles. L'empire du sou-
a verain s'dtendant sur tout le territoire,
t ii serait absurde d'en excepter quel-
< ques parties, par la raison qu'elles
c sont possddees par des Btrangers. Et
c puisque le souverain peut refuser aux
Strangers la faculld de possdder des
a immeobles, it peut bien ne la leur ac-
t border qu'd certaines conditions.
(Vattel. Tome I page 350.)
Dans I'antiquit6, comme dans le
Moyen-Age, I'dtranger ne jouissait pas
toujours dela faculty d'acqu6rir les biens
fonds dans 1'Etat. Quelques pays lui ac-
cordaient ce droit, mais lui refusaient
presque toujours celui de tester et de
transmettre;
Ainsi, ni i Rome, ni a Ath6nes, ni &
Sparte, I'dlranger ne pouvait Wtre pro-
prietaire, et seulement par faveur indi-
viduelle, ii rdussissait a obtenir le jus
commercii. Cependant, il n'entrait pas
dans 1'esprit des l1gislateurs anciens
l'intention de vexer 1 stranger qui visi-
tait leur pays et qui ddsirait s'y fixer.
Athenes et Rome l'accueillaient, au con-
traire, avec bienveillance, et le protd-
geaient pardes raisonsdecommerce et de









- 68 -


poiitique. (1) Mais leur bienveillance et
leur interdt m6me ne pouvaient pas
abolir les anciennes lois que la religion
avait 6tablies et cette religion ne per-
mettait pas A l'6tranger de devenir pro-
pridtaire d'une parties du sol religieuxde
Ia cite, parce qu'elle n'admettait dans
son sein que des nationaux. (2) Peu A
peu cetteriqueur centre l'etranger fut at-
tenu6e, et I empereur Justinien vint la
ddtruire completement.
Cependant Lies moeurs barbares de la
fdodalitd la firent renaitre sous la forme
d'un impdt, d'un droit qui prit le noni
de droit d'aubaine; ce droit fut, il est
vrai, une consequence du servage. Un
individu n serf ne pouvait passer sur
un territoire stranger et s'il y passait,
sa condition de serf le suivait: il ne fai-
sait que changer de maitre. Serf de
naissance, il restait serf et dtait (lit au-
bain, et si le seigneur prenait ses biens,
c'dtait parce qu'ilitait serf, et non parce
qu'il 6tait stranger. Mais apils la ,fdo-
dalit, la royautd s'attribue les mimes
prerogatives; alors le droit d'aubaine
change de nature: C'dtait aux dtran-
gers qu'il s'appliquait, aux strangers qui
dtaient declares incapables de jouir des
droits civils.Ainsi, d6s lafindu XIVe si&-
cle, ii 6tait admis que le roi succedait
aux aubains qui trdpassaient sans acon-
venable hdritiers. (3) En Espagne, sons
le regime fdodal, les strangers Mtaient
considdrds comme en dehors du droit
commun. Ils dtaient astreints Ades char-
ges exceptionnelles, outre le droit d'au-
baine qui leur dtait appliqud. Sous I'in-
fluence du clergy et par l'intervention
des papes:et des Conuiles, on permit aux
aubains de s'dtablfren France, mais sans
leur accorder le bdndfice d'aucun des
droits civils appartenant aux rdgnico-
les. Avec les progr6s des tempset 'adou-
cissement des moeurs, ils purent acqud-
rir et possdder, (4) tout en restant sou-
mis aux droits de chevage et de forma-
riage (5) et incapables de transmettre,
(1) Fustel de Coulanges La cite Antique.
(2) Fustel de Coulanges -
(3) Calvo, dict. de droit int.
(4) Ch. Vergd, commentaire sur Martens.
(5) Terme de droit fModal.- Le formariage
itait un manage contract contrairement la loi


soit par succession ab intestat, soit par
disposition teslamentaire les biens qu'ils
d(laissaient, come de recueillir une
succession, soil testlmentaire, soit ab
iiitestat. (6) Cependant dans quelques
pays, en Fraice notamnent, les rois
avaient consent certaines attenuations
A 1'exercice dui droit d'aubaine, et de
nombreuses exceptions furent faites en
faveur des commergants strangers qui
venaient trafiquer dans le pays. Pils
tard des cat-dgries :le personnel, des
villes, des provinces et m6me de sim-
ples particuliers purent obtenir cetle fa-
veni par a lettres de declaration v. C'est
enFrance et on Espagne que les aubains
.de minme religion que les regnicoles
dtaient le moins durement traits.
Dans les temps modernes, les conven-
tions, les pacles, les alliances, ont beau-
coup afflaibli ces coutumes: au moment
de la R]volution, seize Elats avaient sti-
pnl4 avec la France I'abolition du droit
d'aubaine; chez d'autres, tels que la
Prusse, les Etats Romains, la Turquie,
Genes, la Snude et quelques Etats d'Al-
lemagne, le droit d'aubaine n'itait ap-
plique qn'aux successions immobilikres.
Insensiblement ce droit a faith place au
droit de ddtraction (jus d6tractds), droit
moins rigoureux qui consiste dans un
prdl6vement de tant pour cent opd'r par
le Gouvernement soit surlesbiens meu-
bles exports hours de son territoire, (et
dans ce cas, il dtait qualifi6 de droit de
retraite, do sortie, de gabelle, d'dmigra-
tion,) soit sur le produit net des succes-
sions transfirdes A l'dtranger, soil enfin
sur les donations testamentaires: (7) Le
droit de detraction n'est pas encore aboli
dans tons les pays. D'apres le rapport
de Mr Roederer au Conseil d'Etat, ils

ou it la coutume ou au droit des Seigneurs. Un
serf qui se marinit sans le consentement de son
seigneur avec une femme libre on serve d'une
autre seigneurie, se formariait. Ledroit deforma-
ri'ge, c'dtait le t tque le serf payait a son sei-
gneur pour obtenir la permission de se formarier,
et I'imende que celui-ci le condamnait A payer
lorsqu'il s'atait formarid sans son autorisation.-
(Calvo, Diet. du Dr. int.) Ce droit s'appliquait dans
1'origine aux serfs, puis aux affranchis et ensuite
aux strangers.
(6) Calvo Diet. de Dr. int.-
(7) Calvo- Droit inter.


I --







- 69 -


dtaient au nombre de 80 les Etats qui
1'ont conserve jusque vers le milieu du
siecle.
*,
C'est A la France q:e revient I'hon-
neur d'ovoir la premiere modified sa ld-
gislation dans un sens tout a fait liberal
en faveur de l'dtranger. Le 6 Aotit 1790,
un ddcret de 1'Assemblde Constituante
prononga 1'abolitioude ces droits sans
condition de r6ciprocit6, et un second
decret du 13 Avril 1791 admi ttout etran-
ger, m6me non rdsidant en France, a y
recueillir kla succession d'un frangais.
Plus tard, le code Napoldon 'par ses ar-
ticles 726 et 912 fit un relour vers la 18-
gislation fdodale. Les anciens privileges,
si modestes pourtant,accordds aux mar-
chands et autres personnel de marque,
ne furent pas mrme rdtablis. (1) Get
dtat de choses ne dura pas longlerups,
la loi du 1 4 Juillet 18-19 vint abroger
ces articles 726 et 912. Par cette loi, tout
stranger avait le droit de succdder 't de
tester de la meme maniore que les fran-
gais, sans aucune disposition de rdei-
procit6, sauf toutefois le cas de partage
d'une mnme succession entire des hMiri-
tiers frangais et strangers; dans ce cas,
lessco-hdritiers frangais devaient, avant
tout partage, prdlever sur les biens siltns
cn France une portion Ogale A la valeur
don't ils seraient exclus, en vertu des lois
ou des coutumos du pays auquel appar-
tenaient les co-h6ritiers strangers.

L'Angleterre est un des pays de l'Eu"
rope oi ces coulumes fdodales se sont
maintenues le plus longtemps. Jusqu'aux
.temps modernes, alors que toutes les
nations europ6ennes avaient admis le
principle du a libre 6tablissements, 1'An-
gleterre se refusait 6 voir un ami dans
l'Ptranger. Si par faveur exceptionnelle,
le roi accordait le droil de propridt6 A
quelque favori ou serviteur, le b6n6fi-
ciaire ne pouvait a sa mort transmeltre
ses biens-fonds a ses h6ritiers, soit 6tran-
gers, soit anglais:le domaine publicren-
traiten possession de ses immeubles d6cla-
rds vacants. Cette legislation durajusqu'en

(1 ) Masse--- Code civil.


4870, dpoque a laquelle un acte office
elablit la dgnization, espece de demi-
natu alisation ou plut6t de permis de do-
micile. a La denization accord & 1'6tran-
a ger qui a form le dessein de rdsider
ta daus le royaume-Uni certain droits
a civil, notamment la faculty de pos-
seder par achat ou par succession et
a de Iransmettrede la m6me manibre des
a propridtls fonci6res.
a Ces droits peuvent 6tre accords
a pour la vie durant, ou pour un temps
t limile, (2) ou pour une cireonstance
a particuli6re, ou pendant..la residence
a du ddnizen, c'est-a-a dire de la per-
a sonne qui a obtenu la ddnization, et
a celle do sa post6ritL en Angletere ou
c dans les possessions anglaises.
t Les droits que donne la. denization
a ne rendent pas l'6trauger ap.te a deve-
a nir membre de l'une. ou de l'autre
a chambre du Parlement, ni A remplir
a aucune function civil ou militaire, ni
c a recevoir aucune dotation de la cou-
< ronne.
a La ddnization s'accorde par lettres
t patentes du Souverain, dans lesquelleB
a sont specifies les droits et privileges
t octroyes au ddnizen. ( (Calv, dict. de
Dr- inter).
*
Les villes ansdatiques de Lubeck, de
Hambourg et le Royaume dePrusse ont,
vers le milieu'du siecle, accord le droit
de propri6dt et aboli le droit d'aubaine
en faveur des strangers dont les Gou-
vernementsconcddaient les memes avan-
tages a leurs nationaux. En 1867, par
sa loi du ler. Novembre, la Confeddra-
tion de l'Allemagne du Nord t donna,-
c d'ure maniere g6nBrale, A tous lea
a Allemands le droit de s'6tablir libre-
Sment dans toute .'Allemagne; la loi
ne faith pas mention des strangers, mais
en fait, ils jouissent du m6me droit.
Vers le milieu du si6cle, tous. les Etats
de 1'Europe, y compris la Russie et la
Turquie, avaient adopt l'article 729 du

[2' Le Gouvernement haitien, sans 6tendre en-
core les b6ndfices de la dMnzation A tousles Otran-
ger;,, les a accords en 4q85 a hi Banque de Port-
au-Prince. Ddji sa loi du 26 Fdvrier 1883, les avait
octroyds aux companies ou socidtds dtrang6res qui
s'adouneraient i l'exploitation des denr6es.-









- 70 -


code de Napoleon qui avait dtabli le
principle de r6torsion.
Cependant la Russie, apres avoir oc-
troyd en 1890 le droit de propri6td aux
strangers, revint a son ancienne l1gis-
lation feodale. Mais elle se hita en mrme
temps de concluredes trails de r6cipro-
citd relatifs ~ la tenure desdes terres. (1)
La Suisse a aboli la Traite foraine, ou
droit de d6traction, tout en se r6servant
le droit de rdtorsion. Pour faire l'acqui-
sition de biens-fonds, il faut dans tous
lea cas s'adresser au Gouvermement
Cantonal et parfois au Grand-Conseil
f6d6ral. La defense existe encore chez
un on deux cantons, ou du moins elle a
exist jusqu'a 1881. (2)
La loi Ottomane du 18 Juin 18t7,
vint accorder aux strangers, dans les
terms prescrits, le droit d'acqudrir i
des immeubles en Turquie. Par cette
loi, les Otrangers francs, (3) c'est-a-dire
inoi musulmans,!qui devienuent proprid-
taires d'immeubles,doiventse soumeltre
aux lois et aux tribunaux tures sans
pouvoir jamais s'adresseraux ldga ions et
aux Consulats pour ls actions relatives
A leurs proprietds. Toutefois, la loi pro-
clame r'inviolabilild du domicile des
nouveaux proprietaires.
SCe droit ful dtendu d'abord aux fran-
gais ( convention du 8 Juin 1838, )
puis aux citoyens des Etats-Unis et a
plusieurs autres strangers don't les Gou-
vernements laissent les Turcs jouir des
memes avantages.
La loi de 1867 dtablit deux modes
d'acquisition : le Mulk et le Vokief. o Le
premier constitute un droit de propridtd
absolu et le second un droit de propri6td

(1 / La faute que commit la Russie en 1860,
en accordant le droit de propri4td aux strangers,
fat de donner i ces derniers le droit, en leur
qualili de propridtaires, d'etre l1us membres des
assemblies provinciales : elle pouvait bien accor-
der I'un, refuser l'autre et dviter ainsi des abus
regrettable. Dans la Dominicanie, tout diran-
ger propridtaire peut dtre conseiller communal.
[ 2 Nous ignorons si cette defense a dte abro-
gde depuis.
Malgrd tons les efforts de notre Idgislation pour
dloigner I'dtranger du droit de propridtd, elle I'a
laissd enjouir par le droit d'hypothkque
38) Noma gendrique des Europdens dans les
porto da Lvaut.


limited. ( 4 ) En 1876, par la loi du 3
Fevrier le Gouvernement turc fit cesser
I'incapacild pour les non-musuimans de
se rendre acqu6reurs de certain biens-
fonds (biens Vakouf on Imirid);( 5)
sis A la champagne, mais maintint cette
incapacity pour certaines proprie.6s ur-
baines. (6)
La Belgiquo abolit le droit d'aubaine
en 1863 par sa loi du 27 Avril et recon-
nalt aux 6lrangers la meme faculty
qu'aux Belges, d'acqudrir, d'hdriter et
de transmettre des biens-fonds. ( 7)
Dans leGrand-Duche de Bade, dansle
Wurtemberg et dans la Saxe, I'tlranger
est trait-quant au droit de proprit, et
de succession sur le meme pied que
I'indig6ne.
Les strangers, en Grace, peuvent de-
venir proprielaires, meme sans resider;
mais 1'acquisition et la transmission des
biens-fonds ne leur est permise que
conformement aux lois helliniques.
En Baviere, le principle est que l'd-
tranger jouit des mimes droils que le
regnicole, sauf les exceptions Otablies
par les lois et I'application des reprd-
sailles que peut edicter la couronne par
ordonnance royale centre tout stranger
don't ol Gouvernement aurait pr6sentd
certain inconv6nients aux sujets Bava-
rois dans l'exercice des m6mes droits.
La Hollande et la Subde out adopted le
principle de rItorsion. Mais dans ce.
dernier Etat, 1'dlranger ne peut devenir
proprielaire de biens-fonds, s'il n'est au
praalable muni d'aneautorisation royale;
copendantil n'v rouvepas, parait-il, d'en-
traves Idgales & la possession de l'usufruit
des propri6tes mobilieres et immobi-
liires sur contract de lounge ou autre-
ment.

( 4 / Lawrence-Commentaire sur Wheaton.
/ 5/ On entend par biens Vakouf les immeu-
bles que les families musulmanes ont cdde aux
mosques pour les mettre i 1'abri des vexations
des agents du fisc. Gette terre rendue sainte ne
paie pas d'imp6t et les anciens propridtaires no
jouissent que de l'usufruit, qui eat transmissible
aux membres ne la famille donatrire./ Reclus,
Gdogr. Univer-Turquie. L'immeuble lui-mAme,
avant la nouvelle 8Igislation, ne pouvait. jampis
dtre alidne.
6 Lawrence. Commentaire sur Wheaton,
7 Lawrence. Commentaire sur Wheaton.









- 71 -


AMIRrQUE DU NORD.
Plusieurs Etats de 1'Union sont encore
en plein moyen-Age pour co qui a trait
a la dlgislation agraire.
La tenure des terres a6tnt une ques-
tion purement domestique, interieure,
chaque Etat pout se donner la loi qui
convient le mieux a ses intlerts particu-
liers, et le Goiivernement fdd6ral n'a pas
le droit de s'ingdrer dans la que-tion :
c'est ce qui explique les reserves qu'il
fait toujours quand ii traite avec les
puissances dtrangBres sur des sujets tou-
chant de pres la Idgislation des Etals.
Dans tl Maine, le Massachusetts, le
Rhode-Island, le New-Jersey, I'Ohio, le
Minesota, le Nebraska, le Wisconsin, le
Kansas, le Michigan, 1'Illinois, I'Oregon,
la Georgie, la Floride, la Louisiane et
dans le t'erritoire du Colorado et le
district de Colombia, la Common law a
dti abrogde et les strangers peuvent
acqudrir, possdder et tran3mettre des
biens-fonds.
Dans la Pensylvanie, tout individu,
citoyen on sujet d'un Etat stranger est
apte, comme lescitoyens des Etals-Unis,
A l'acquisiiion ou a la transmission des
immeubles. Cependant a 1'dtranger doit
c d6clarer, au prealable, son intentionde
devenircitoyenamdricain,et nul 6tran-
a ger n'est capable d'acheter et de pos-
c s6der plus de 500 acres de terre avant
c d'avoir ailoptd la nationality amdri-
a caine. o ( Lawrence ). Par l'acte du ler
Mai 1861, tout dtrangerpeut6tre proprid-
taire de biens-fonds ne d6passant pas
500 arpents en dtendue et P. 20,000 en
valour : des fid4iconmnissaires instituds
.par la loi sont charges de ces sortes
d'acquisition : tout dlranger est plac6
sur le meme pied que le r6gnicole pour
ce quia trait a l'acquisition de ces biens.
Dans leNew-Hampshire, le Connecti-
cut, leKenticut, l'Iowa, leNevada, lesdeux
Virginie, la .'isi.lence dans I'Elat ou au
'mpius dais l.s Etats-Unis, est obliga-
toire A lout Btranger qui desire fire des
acquisition : Dans le Connecticut, la
residence i'est pas ndcessaire pour la
possession dates immeubles destinds 'a
'ex ploitation desmines oudes carriers.
Le droit constitutionneldelaCalifornie


accord le droit de propri6t6 aux 6tran-
gers residents, et le refuse aux non-
rdsidents, moins qu'iln'existe de stipu-
lation contraire par traitd.- a Les non-
residents peuvent acquerir des immeu-
bles par successionet il leur est accord
5 ans pour venir dtublir leur residence
dans le pays; si a l'expiration de ce
d1lai, la rdsilence n'est pas effective,
l'immeuble est vendu par l'Etat pour
compete de l'dtranger ou de son reprd-
senlant Idgal. L'Indiana, le Texas, le
Tenessee ont dans leur Idgislation des
dispositions pareilles. Ces deux derniers
Etats reconnaissent les obligations rdsul-
taut des trails conclus par le Gouver-
noment federal.
L'Arkansas, le Delaware, le Maryland,
le Missouri, le New-York, la Caroline
du Sud, n'accordent ce droit qu'aux
strangers qui ont declare leur intention
de devenir citoyens des Etats-Unis.
La loi a Dubois D a quelque analogie
avec la Idgislation du Rhode-Island :
c Toute propridtd immobiliere dans cet
Etat, appartenant ou qui viendrait a
appartenir ou a descendre & une cito-
yenne des Etats-Unis, de-ra, A sa mort,
malgre son marriage avec un stranger et
sa residence enpays stranger, descendre
aux enfants 16gitimes d'un tel marriage,
s'il y en a, et a leurs descendants, de la
m8me maniere et avec les m6mes effects
que si ces enfants et leurs descendants
talent des citoyens natifs ou naturalists
des Etats-Unis. ( Lawrence). Cette
disposition a d6t denuis modifi6epar la
loi du 7 Fevrier 1800, dans un sens plus
favorable a l'dpoux stranger..
Dans les Etats de New-York, du Ma-
ryland et dans le District de Colombia,
un dtrauger ne peut pas hdriter d'un
citoyen americain, mais peut bien re-
cueilir lasuccession d'un autre stranger.
c Le Missouri, le Vermont, 1'Alabama
et la Caroline du Nord permeltent aux
dtranlgers qui acqui6rent des biens-fonds
par heritage ou par testament, et qui,

comme strangers, ne pourraient en con-
server la possession, d'en disposer par
vente ou transport dans les trois anndes
ui siivent la cloture de la succession.
(Lawronce ). Le Missouri vient de mo-
ifier tout recemment cette disposition








- 72- -


Idgislative dans un sens plus liberal.
Dans le Mississippi, un stranger peut
acqunrir des biens immobiliers, mais ii
ne peut les transmeltre sans Atre natu-
ralis6. S'il meurt avant d'avoir obtenu
la naturalisation, ses terres passent a
I'Etat, at les products n'en serout pays
aux h6ritiers que si la reclamation est
faite a temps. (Lawrence). La 16gis-
lation agraire du Mississippi n'est autre
que la Denization anglaise modifide.
AMER1QUE DU SUD.
D6s que l'Inddpendance des Elats de
ce continent fut reconnue, ils s'empres-
serent d'accueillir tous les strangers,
meme les enfants de la Mdtropole. Seul
le Paraguay ne suivit pas cee example.
Sa position gdographiqueexceptionnelle,
ses antdecdents historiques, tout l'en
emppchait. C'est eni8H qu'il dclara son
inddpendance. Le Docteur Francia qui
gouverna le pays pendant 27 ans (1813-
840) ferma ses fronti6res A tout com-
merce, a loute relation exthrieure et ne
consentit pas i recevoir m6me des visi-
teurs strangers : c'est ainsi que le natu-
raliste Blonfland, compagnon de Hum
boldt, ayant osd p.Antrer dans le pays
pour en dtudier la flore,fut impitoyable-
ment emprisonn. Ces measures extremes
prises dans le temps s'expliquent : le
Paraguay est enclave entire la RWpu-
blique Argentine, le Brdsil et 1'Urugnay,
trois puissants voisins. A la declaralion
d'inddpendanc de e 'Argentine, don't il
faisait parties, il profit des embarras de
celle-ci pour s'en sdparer. Une fois
reconnu par ses voisins et par les puis-
sances europ6ennes, les relations com-
merciales furent reprises sous I'admi-
nistration de Carlos-Lopez ( 1840-1862),
successeur du Docteur Francia. L'dtran-
ger n'inspirant plus de ddfiance fut
admis au sejour, puis au domicile et
finalement A la jouissance des droits
civils,ycompris le droit de proprield. (1)

*"
CommeleParaguay, Haiti s'est trouvde
aussi dansdesconditions exceptionnelles
(1) Grdgoire et Danban. Histoire Contemporain.


apres son ind6pendance. De la les
inesures rigoureuses prises dans l'ori-
gine centre nos h6tes. Depuis quelque
temps (1830) l'dtranger ne nous inspire
plus de defiance :nous 1'acceptons pour
gendre, pour associd, et m6me pour
legislateur, (1889)apris natu ralisalion. Le
jourviendraqui n'est pas loin, osperons-
le, ofi nous lui permnolrons aussi de
partager notre champ, en lui accordant,
comma 1'Angleterre, certain droits
civils par lettres de denization.
A. POUJOL.


LOI DU 15 JUIN 1840. (1)

[Suite]

LOI No 15

Sur ls diffdrentes maniares don't on
acquiert la Propridtd.
ART 576 bis. Pendant vingt anndes, B comp-
ter du jour de la promulgation de la prdsente
Loi, lout trdsor qui sera trouv& dans un ter-
rain ayant primilivement fait parties des do-
maines de la Rdpublique, appartiendra moi-
tid I I'Elal, et mnoitid au propridtaire du fonds.
Si le tresor a dtd decouvert par on tiers, ii
scra'parliag en portions dgales centre I'Etat, le
propridtaire du fonds, et celui qui l'aura dd-
couvert.
Si le tr6sor est trouvd dans une propridle
do 'Etat, celui qui I'aura decouvert en aura
le tiers, et le reste appartiecdra A 1'Etot.
LOI No 46
Sur les Successions.

ART. 606 Les enfans nalurels n'hdritent
de leur pere on m6re, on de leurs ascendants
qu'aulant qu'ils out etd Idgalement reconnus.
ALT 608 S'il y a concourse de descendans
ldgitimes et de descendants naturels, la part
de I'enfant nature sera moitid de celle de
l'enfant lIdgitime.
Pour opdrer facilement le partage, on sup-
posera le nombre des enfans 1gitimes dou-
ble de ce qu'il est reellement, on y ajoutera
celui des enfans naturels, etl'on fira autant
do parts dgales qu'il sera censd alors y
4 Voir la Revue du 2 mai.








- 78 -


avoir de iftes. Chaque enfant natural pren-
dra une part, chaque enfant l6gitime en pren-
dra deux,
ART. 616 La succession de l'enfant natural,
decddd sans postlrit6, et saus 'frre, ni scour,
soit l1gitimes, soit naturels, ni descendants
d'eux, ebt devolue tout entire au p6re ou i la
mere qui l'aura reconnu, ou par moitie i tous
les deux, s'il a 6et reconnu par 'un et par
l'autre.
AnT. 617 supprim6.
ART. 6 4 Dans toute succession collatdrale,
s'il y a coucours d'hdriliers ldgitimes et d'hd-
ritiers naturels de la mmem ligne, le partage
s'opdrera entr'eux en observant la proportion
dtablie en I'article 608.
L'enfanl nature hlrite de ses collateraux
des deux lignes, lorsqu'il a dt1 l~galement re-
connu par son pere et par sa m6re; s'il n'a 416
reconnu que par l'un des deux, il n'herite
que des collat6raux appartenaut & la ligne de
celui de ses p6res on mere qui l'a reconnu.
Art. 625 el 626 supprimds.
Art. 635 Les successions echues aux mi-
neurs et aux interdits, ne pourronl6tre va-
lablement acceplees que conformement aux
dispositions de la Loi No. 9 sur la Minoritd
la Tutelle el V'Emancipation.
Art. 670 Lorsqu'i l'ouverture d'une suc-
cession, il no se prdsentc personnel qui la r6-
clame, ou qu'il n'y a pas d'hdriliers connus;
ou lorsqu'aprbs I'expiration des ddlais pour
faire inve..taire et pour d6lib6rer, les hdriliers
connus y ont renoncd, cette succession est
rdputde vacant.
Art. 671 supprime.
Art. 673 Tout co qui concern I'adminis-
tration et la vente des biens dchus a la vacan-
ce, est r6gl4 par les lois particulibres sur les
successions vacantes.
Art. 676 L'action en partage, 1'e4gard des
cohdritiers mineurs non dnancip6s, ou inter-
dits, est exercde par leurs tuteurs ou cura-
tours.
Al:_gard des cohdritiers absents, l'action
appartient aux parents envoys en posses-
sion.
Art. 686 Si les immeubles ne peuvent pas
separtager commod6ment, it doit 4tre pro-
ced 6 la vente par licitation devant un no-
taire choisipar les parties, ou nomm6 d'office
par le tribunal. si elles ne s'accordent pas sur
le choix.
Art. 686 bis Si une portion do l'immeuble
& partager se trouve elle-meme impartagea-
ble, et que cependant elle doive 6tre, apres
la division de I'immeuble, necessaire A l'ex-
ploitation ou a l'usage de chacune ou de plu-
sieurs de ses parties, comme des usines, une
source, une cuisine, une barribre, etc; cette


portion restera indivise entire tous ceux & qui
ell est utile, et la licitation n'en pourra 6tre
faite que de leur consentement unanime.
Art. 692 Les lots sent faits par I'un des
cohdritiers, s'ils peuvent convenir entr'eux
sur le cloix, et si celui qui a dt6 choisi, ac-
cPpte la commission : dans le cas contraire,
les lots sont faits par un expert que le juge-
commissaire d6signe.
Ils sont ensuite tirds au sort devant un no-
taire.
ART. 696. Si tous les coh6ritiers sont'majeurs,
ou miners dmancipds, mais qu'ils ne soient
pas tous pr4sens, le partage etla licitation
doivent tdre faits en justice, conformement aux
regles prescrites par les articles 678 etsuivans,
jusques et compris I'article pr6ecdent.
ART. 697. Si, parmi les hdritiers, il y ades
mineurs non dmancipes, ou des interdits, le
partage aura lieu dans les formes ci-apres
dtablies :
1- L'dpoux survivant, les heritiers'majeurs,
lee mineurs emancipes, assists de leurs
curateurs, les tuteurs des mineurs non dman-
cip6s, et les curateurs des interdits, se rduni-
ront en assemblee de famille, sous la prisi-
donce du juge-de-paix la commune.
20 S'il y a plusieurs mineurs qui aient des
interets opposes dans le partage, il doit leur
t6re donn4e chacun un tuteur particulier et
special.
30 Les cohdritiers absens, ou non presens,
seront repr4sentes par un membre du conseil
des notables ou notaire, nommd par l'assemblee
de famille.
40. Les dispositions des articles 338, 339,
340,341, 342 et 343 sont applicables a l'as-
semblde de famille.
50 L'assembl4e de famille estimera, ou fera
estimer par un ou plusieurs experts de son
choix, les immeubles dependars de la succes-
sion et ceux dependans de la communaute qui
aurait exist entire les 4poux.
II en sera de m6me des effects mobiliers qui
n'auraient pas tdi inventories, ou qui n'au-
raient pas tdi portes A leur just valeur dans
I'inventaire.
60. Si un membre de l'assemblee de famille
trouve insuffisante estimation d'un on de
plusieurs efflets, il pourra provoquer une exper-
tise enjustice ; mais si la nouvelle evaluation
est inferieure ou m6me gale i la premiere, il
en supporters les frais.
70 L'assembl4e invitera, par un avis public
affiched A la porte extdrieure de lajustice-de-
paix, et ins4er dansunjournal, s'il s'en impri-
me un dans I'arrondissement judiciaire od elle
se tient, les cranciers de la succession et ceux
de la communautd, i faire enregistrer leurs
titres au greffe de la justice-de-paix, dans un








- 74-


ddlai qu'elle fixera et qui ne pourra etre moin-
dre de trois mois ; et elle les informer par le
meme avis, ou par un avis ult6rieur public
dansla m6me forme, du jour et du lieu oi ils
devrontse presenter pour rdgler leurs comptes
& l'amiable.
Le greffier enregistrera tous les tires, au fur
et a measure de leur presentation, en mention-
nant seulement les noms du creancier et sa
designation precise, le montant de la crdance,
sa date et I'dpoquede son exigibilitd, enfin la
date de sa presentation au greffe ; et ilLremet-
tra & chaque creancier son titre aprbs l'avoir
vise.
80 Le crdancier qui ne se conformera pas a
ce qui est prescrit an No 7 ci-dessus, n'aura
aucun recours centre la succession ni centre
la communauts, mais seulement, et laprds le
partage consomme, centre les copartageans
mdividuellUment, et il supporters les frais que
n6cessiteront le r6glement et le recouvrement
de sacrdance.
9 Tout crancier qui ne serait pas satisfait du
r6glement amiable a lui proposed par l'assem-
blde de famille, pourra poursuivre en justice le
reglement de ses droits, et si les terms de ce
dernier raglement ne lui sont pas plus favo-
rables que ceux du premier, il en supporters
les frais.
400 Dans tous les cas de recours en justice,
les exploits d'ajournement seront signifies, a la
justice-de-paix, t l'assemblde de famille, qui
pourra ddlnguer un ou quelques-uns de ses
membres pour r6pondre A I'action intentee et
presenter ses moyens de defense.
11 Les droits de 1'epoux survivant, tant
centre la communaute que centre la succession,
seront r6glds conform6ment aux dispositions
des Nos 7,8, 9 et 10 ci-dessus.
120 L'assembl6e de famille indiquera les
biens de la communauth, qui, & ddfaut de
deniers, seront affects au pavement des dettes
de cette meme communautA; et si les cranciers
de la communaut6 y consentent, elle leur fera
l'abandon des dits biens, sur le pied de l'in-
ventaire on au taux de l'estimation.
130 Si plusieurs cr6anciers prdtendent a
I'acquisition du mAme objet, il sera vendu i
celui d'entr'eux qui en donnera le plus haut
prix au-dessus de l'evaluation don't il est parl6
an No 12 ci-dessus.
140 Si un crdancier refusait d'accepler
1'objet a lui offert en paiement, cet objet sera
vendu aux encheres de la manidre prescrite
par le No 21 ci-apr6s, si c'est un immeuble,
on dans la forme que d6terminera I'assemblee
de famille, si c'est un effet mobilier.
150 Aprbs le pavement des dettes de la com-
munaute, l'assemblee procedera au partage du
rest des biens qui la composeront.


A cet effet, elle former deux lots dgaux
desdits biens, et les tirera au sort, en obser-
vant los r6gles prescrites par les articles 690,
691 et 694.
16" si la part revenant & 1'dpoux survivant
devait Otre, d'apris le contract de marriage, plus
forte ou plus faible que celle revenant a la
succession du prdmourant, I'assemblee de
famille se conformera a cette stipulation du
contract, en subdivisant la masse de la commu-
naut6 en autant de parties gales qu'il sera
ndcessaire: ensuite on tirera au sort alternati-
vement pour l'un et pour l'autre un egal nom-
brede ces parties, jusqu'& ce quo lelot le plus
faible soit rempli: le reste servira de complA-
ment au lot le plus fort.
17'- Tout cequi est ci-dessus prescrit pour
le partage de la communaut6, sera suivi dans
le cas de partagede la soci6td d'acqu6ts.
180 Le lot dchu & la succession sera r6uni
aux biens qui lui sont propres.
19o Le pavement des dettes de la succession
s'opdrera de la maniere prescrite aux Nos 12,13
et 14 ci-dessus.
20o Le surplus des biens de la succession
sera partage entire tous les h6ritiers, par l'as-
semble de famille, qui se conformera, a cet
effet, aux dispositions des articles 689, 690'
691 et 694, pour la composition des lots, et
ensuite les tirera au sort.

ERRATA
Dernier No : Runion du 4 mai, page
42, 2e colonne, 5e alinda. Au lieu de:
M. le president. II serait aussi utile
qu'une loi fit obligation aux conseils
communaux de chercher des ddbou-
chds pour nos products, lisez : v
fit obligation a nos consuls d
I'ltranger, etc.
Mme page, le colonne, 1e alinda; le
propose atlribu6 a tort A M. Bonamy :
a Measure excellent. .. etc revient,
.en rdalitd a M. Bouzon.

AVIS
ORDRE DES AVOCATS.
Bureau de consultation gratuite pour
le mois de juillet:
Moe. GeorgesSylvain, N. Mitton et C.
J. Michel Pierre, 80, rue du Centre, les
lundis et les mercredis, de 2 a 4 h. de
I'apr 6s-midi.
GEORGES SYLVAIN, Rddateur-GWraut.







2mo Annee No 5 Port-au-Prince, le 2 Aoit 1893


REVUE

DE LA

SOCIETY DE LEGISLATION
Paraissant le 2 de ohaque mois

Siege provisoire: chez Me J. N. LEGER
16, rue du Fort Per.

COMITE DE DIRECTION ET DE REDACTION
M.M. J. N. LEGEB, PRESIDENT
GEORGES SYLVAIN, SECRETAIRE
A. BONAMY, TtasORIER
SJUSTIN DEVOT
EDMOND LESPINASSE
FRPEDRIC MARCELINMEMB
J.J. CHANCY


PRO PATRIA


SOMMAIRE:
Stances de la Soci6td.
T1Rdeption au Palais National
Etudes sur le Code civil -- J. DEVOT
Loi de 1840. (suite)
Bibliographic
Avis

Abonnement ... an P. 4 Le num6ro .. P 0.40

Adresser la correspondence au siege provisoire de la Soeiete.


PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE DE LA JEUNESSE
1893.







- 75-


SUANfC, DE LA USOKIMT

EXTRAITS DES PROCPS-VEBTAUX
Rdunion du 29 juin 1893

( Presents : MM. L6ger, Sylvain,
Bonamy, Chancy, Borno, Laforest,
Bouzon, Viard,St-Remy.
Prdsidence de Mr. J. N. Leger
Mr. le .Secrelaire communique A la
reunion l'invitation faite par I'Institut
de l'Ordre des avocats du Brdsild l'Ordre
des avocats de Port-au-Prince, et renvoy6e
par celui-ci a la Socidt6 de Ldgislation,
pour une participation 6ventuelle a une
Exposition d'ouvrages de droit. La Socidtd
ddcidede faire les frais de l'envoi d l'Ex-
positionde quelquesouvragesjuridiques
haitiens.
Discussion du Rapport de Mr. Louis
Bornosur laquestion poseeparM. Kdnol.

RAPPORT


Deux questions nous ont 61t posBes
par un correspondent de St-Marc.
Les voici ;
lo. Lorsque, dans une succession in-
divise, uu hiritier vend un bien deter-
mind, que le partage de cette succession
vient a s'eflectuer dans 10 ou 20 ans, et
que ce bien vendu est, par le tirage au
sort des lots du partake, ?chu A un hd-
ritier qui n'a pas vendu: celui-ci peut-
il le revendiquer ?
2b. L'acqu6reur peut-il prescrire ce
bien par le laps de 10 ou 20 ans ? -
Rdsoudre la second question, c'est
resou ire la premiere. Recherchons done
si I'acqur eu., peut prescrire le bien don't
il s'agit par un delai de dix on vingt ans.
La revendicalion ne sera possible
que dans le cas- oC la prescription ne
le sera pas.
Un hdritier vend un immeuble faisant
parties d'une succession indivise. Deux
hypotheses peuvent alors se presenter :


lo. le tiers, en achetant le bien, sait
qn'il est indivis et que, par consequent,
son vendeur n'a pas quality pour 1'alid-
ner; il 1'achelc ndanmoins. Pourra-t-il,
dix ou quinze ans apres, opposer la
prescription d celui des cohdritiers dans
le lot duquel le bien est tomb6 ? Non ;
parce que, pour prescrire par 10 ou 15
ans, il faut ( art. 2033 Civ. ) la bonne
foi et le just titre. Dans notre hypo-
th6se, la bonne foi faith ddfaut; I'acqu6-
reur a su qu'il achelait a non domino ;
la revendication du bien sera done pos-
sible.
Mais le sera-t.elleo encore apris 20
ans ? Non ; pour cette raison bien sim-
ple que la prescription vingtenaire est
victorieusement opposable par un pos-
sesseur, alors meme qu'il n'aurait pas de
itre et qu'il serait convaincu de la plus
flagrante des mauvaises fois.
2o. Le tiers, en achetant le bien, a
ignored son gtat d'indivis et a cru que le
vendeur en dlait seul propridtaire '
Dans ce cas, il y a just titre et bon-
ne foi; I'acqu4reur, apres 10 ou 15 ans,
repoussera l'action en revendication en
opposant la prescription.
Je ne crois pas, Messieurs, devoir exa-
miner si, lorsqu'un hiritier a vendu a
un tiers ses DROITS SUCCESSIFS Pt I'a
mis en possession d'un immeuble de la
succession, ce tiers, apres 10, 15 ou 20
ans, peut invoquer la prescription con-
tre le cohiritie. dans le lot duquel l'im-
meuble vient A Lomber. 11 va sans dire
que, pendant ces 10, 15 ou 20 ans, le
tiers, cessionnaire de droits successifs et
non point acqudreur d'un bien d6termi-
n6, n'a poss6dt qu'i tire prdcaire, au
nom de la communautd, el nullement
A titre de proprildaire ; par suite, s'il
n'y a pas eu interversion du litre, non
seulement il n'a droit d'opposer aucune
prescription, apres le partage, mais en-
core il peut Utre dcarle de ce partage par
1'exeroice du retraitsuccessoral. Cette hy.
pothlse, d'ailleurs, n'a point dtd envisa-
gde par notre correspondent.
En r6sum6, aux questions ou plut6t
A la question pose, il faut r6pondre :
Oui, I'acqu6reur d'un bien indivis peut
en prescrire la propribl6 par 10, 15 ou
O0 ans.






-76 -


Toutefois, il convient d'ajouter : sauf
si l'hdritier i qui le bien echet par par-
tage se trouvait, pendant l'indivision,
dans une situation ne permettant pas i
la prescription de courier centre lui,
(art. 2020, 2023, Civ. )
Ainsi, ( voir Sirey, sous I'art. 1561,
code civ. frangais ) lorsque, pendant
1'indivision d'une succession a laquelle
est appelde une femme mariee sous le
regime dotal, l'un des heritiers vend un
immeuble d6pendant de la succession,
s'il arrive que, par l'effet du portage,
l'immeuble vendu soit attribu6 a la fem-
me, en un tel cas, cet immeuble 6tant
reput6 avoir appartenu 6 la femme
des l'ouverture de la succession, ayant,
en consequence, A partir de cette 6po-
que, le caractlre de bien dotal, es-
sentiellement imprescriptible, le tiers
acqu6reur ne peut exciper, contre l'ac-
tion de la femme, de ce qu'ayant joui
avec titre et bonne foi pendant plus de 10
ans ( ou plus de 20 ans) avant le parta-
ge, it a prescrit la propridte a son profit.
LOUIS BORNO.
M. Bonamy. Je crois que notre cor-
respondant n'a envisage que les hypo-
theses vis6es par le Rapport.
M. Le Prdsident. La question est dou-
ble et doit faire l'objetd'un double vote.
En premier lieu, il faut se demander si
1'hdritier qui n'a pas parlicip6 Ala vente
d'un bien tomb6 dans son lot apres 10
ou 20 ans par suite du partage d'une
succession indivise, peut revendiquer ce
bien contre le tiers acquereur.
M. Borno. Pour moi, il n'y a pas
deux questions, il n'y en a qu'une.
La revendication n'est pas possible,
parce qu'elle se heurte A la prescription
de dix ans, si l'acquereur est de bonne
foi, et de vingt ans, s'il ne l'est pas.
M. Bouzon. A mon avis, le cohdritier
peuttoujours revendiquer. Voici une
hypoth6se. Iln'y a qu'un immeuble dans
la succession : un des heritiers s'en em-
pare. Sa prescription vaudra-t-elle au
regard de ses cohdritiers?
. M. Bonamy. L'hdritier qui occupe le
bien ne peut le prescrire, parce qu'il ne
1'occupe que comme co-propri6taire. Le
bien est indivis : la possession est dqui-


voque. Le coh6ritier est censd poss6-
der au nom de tous. Mais supposons
que vis-a-vis des cohdritiers il ait faith
acte Je propridlaire. On lui reclame des
fruits: il refuse, arguant qu'il est seul
propri6laire. Alors sa possession change
de nature : elle devient non 6quivoque,
et acquiert routes lesconditions exigees
pour la prescription. Done ce bien,apres
vingt ans, devient stranger A la suc-
cession.
Pour ma part, la question de prescrip-
tion est d'ailleursla seule qui se pose ;
celle de'larevendication se confond avec
elle.
M.St-Remy. Je trouvedans l'art. 675
le principle de la possibility de la pres-
cription entire coheritiers. Le cohdritier.
dans lelot duquel tombe le bien vendu
ne peut revendiquer.
M. Laforest. Le coh&ritier qui n'a pas
vendu conserve le droit de revendiquer,
s'il n'y a pas prescription.
M. Brun. L'art. 675, tout en admet-
tant la possibility d'une prescription en
faveur d'un cohdritier n'envisage pas
I'hypoth6se ou le bienvendutombe dans
le lot d'un autre. J'admets done l'impos-
sibilite de le revendiquer, si la prescrip-
tion n'est pas realis6e.
M. le prdsident.Jepensais tout d'abord
que le rapprochement decestrois priuci-
pesdu codecivil;o le partageest d6claratif
de propriktd; 2c les coheritiers sont
grants les uns vis-i-vis des autres des
objets qui tombent dans leur lot; 3a.
Pour l'exercice de cette garantie, les
coheritiers ont inscription hypoth6caire
sur les biens de la succession, imphquait
la possibility de revendiquer. Maisje me
rallie, en definitive, l'opiniondu rapport.
Cette opinionestpartagde par lamajo-
rit6 de la reunion.
M. le Prdsident. La second question
est de savoirsi l'acquereurpeutprescrire
au bout de dix ou vingt ans.
M. Bonamy. La prescription est, selon
moi, possible, au bout de dix ans, si
I'acheteur ajuste titre et bonne foi; au
bout de vingt ans, meme sans titre et
sans bonnefoi: en d'autres terms, dans
tous les cas, A moins que l'un des ele-
ments de Ila prescription ne soit pas
obtenu.









- 77 -


Tel est aussi l'avis de la reunion : les
conclusions du Rapport sont done
votes.

Rdunion du 19 Juillet 1898
(Presents) : MM. Bonamy, Sylvain,
Chancy, Brun, Bouzon, Lafleur, St-Remy,
Menos, Viard.

Prdsidence de Mr. A. Ponamy.

Mr. J. J.Chancy donne lecture de son
Rapport sur les modifications & apporter
a la lot sur les timbres mobiles et A la
lot sur les courtiers et agents de change,
signalees a l'examen de la Soci6t6 par
M. le Secrdtaire d'Etat des Finances.

Rapport fait d la Socidtd de Ldgislation.
Messieurs,
Vous avez bien voulu nous designer
pourchercher.des solutions aux deux
questions suivantes poses dans une let-
tre que nous a adressee 1'honorable
Secr6taire d'Etat des finances, A savoir
que : a malgr6 le ddveloppement de nos
transactions commercials malgr6 la
modicite de la q;olite do la taxe fixbe
par la loi du 26 Septembre 1890, le ren-
dement des timbres mobiles est pres-
que nul; b et, qu'ensuite, si des lacunes
n'existeraient pas dans la sus-dite loi,
puisqu'elle semble Wtre lettre more,
m8me pour les courtiers et agents de
change, A la fois pr6pos6s et int6resses
A sa pratique.
Disons tout de suite qu'on ne saurait
mettre en cause I'existence des lois du
II Octobre 1880 et du 26 Septembre
1890, cr6ant les timbres mobiles et de-
terminant les attributions des agents de
change et courtiers du commerce. Ces
lois sont bones. Cependant, on'pour-
rait bien frapper les affiches de routes
sortes d'un droit de timbre de 2 centi-
mes chacune. Et l'Etat, en vue de faci-
liter son contrSle, se r6serverait l'em-
ploi du paper blanc pour ses affiches,
sauf a frapper les ddlinquants d'une
amende de Dix gourdes devant etre pro-
noncee par le juge de paix, sur la sim-


ple denonciation des agents de l'autori-
td charges de constater la contraven-
tion.
D'autre part, il imported d'ajouter un
alinda a l'article 8 de cette loi de 1890,
alinda qui pourrait Wtre ainsi concu :
a Aucune action judiciaire en paiement
de traitS ou de billet A ordre ne sera re-
gue si la note de courage n'est pas pro-
duite.
c Sur cette note dolt etre appos6e un
timbre de deux centimes.
Cette disposition renforcera le privi-
16ge accord au vrai courtier tout en in-
diquant au client le seul chemin qu'il
doit prendre. Et celui-ci ne se trompera
plus de porte, quand il se rappellera les
graves consequences qu'il pourrait en-
courir en un jour de contestation.
Dans le m6me ordre d'iddes, et a
l'instar de la legislation frangaise sur la
m6me matiere, ii faut ajouter A la loi
sur les timbres mobiles un article frap-
pant de sdveres pdnalites et de tres for-
tes aamendes tous les btn6ficiaires de
I'Rffet circulant sans timbre. Cette pB-
nalitd doit etre plus serieuse, cette
amende plus considerable s'il s'agit dif-
faires engages par de faux courtiers,
autrement appeles courtiers marrons.
Pnurquoi, en effect, toldrer leurs tran-
sactions quand la loi est faite unique-
mentcontre eux? N'est-ce pas pour dta-
blir nettement les responsabilitds, par
voie de consequence, pour obtenir la
morality dens [i ndgoce, que les agents
de change sont protedgs par toutes les
legislations ? Et ii faut d'autant plus an-
nihiler l'action de ces faux courtiers
qu'il r6sulte de renseignements pr6cis
que nous avons eus qu'ils font plus
d'affaires que les courtiers commission-
n6s par cela seul que, sans responsa-
bilitd, ils n'exigent pas la formality du
timbre, ce qui est autant de gagn6 pour
le client.
Nous devons dire cependant que les
courtiers commissionnes pourraientres-
ter maitres de la place s'ils se grou-
paient en chambre syndicale, preside
par 1'un d'entre eux enqualitd desyndic.
lls feraient tenir a celui-ci, pour 6tre
centralisd, le chiffre de leurs affaires.
Et le surplus constatd dans les op6ra-










- 78-


tions du march indliquerait la fraude.
Le syndic serait alors charged derecher-
cher et de poursuivre les frandeurs.
Cette chambre syndicale 6tablie, le
Gouvernement pourrait remettre A &es
membres des timbres mobiles en comp-
te, el les obligera avoir, A part leur livre
journal, un carnet A souche parat)hd sur
ses talons dans la imhne fonme que le
livre-journal.
Mais ces dispositions ne peuvent va-
loir que si le ddparlement de.; finances
Btablit un contr6le sArieux en vue de
leur entier succs. Certainement I'Etal a
perdu des sommes considdrables par la
non-application de la loi sur les timbres
mobiles. IL serait meme intlressant de
savoir si, depuis treize ans qu'ils ont
dtd cre6s, il en a dtL assez vendu pour
couvrir les frais de fabrication. Si non,
il y aurait, en ce cai, economic pour
l'Etat a rapporter la loi.
C'est le moment de conclure, et de
tdmoigner nos regrets de constater que,
grace A la tolerance des agents de tous
ordres des diverse administrations pu-
bliques, nos lois restent sans applica-
tion aucune. Nous en avons de tr6s
bonnes pourtant Mais que peuvent les
meilleures lois si elles ne sont pas exe-
cutdes ou si elles ne sont pasappliqudes
avec sincerity et loyaul6 ? a Toutes les
lois, a dit un soldat. le president Grant,
et nous finissons ici, doivent 6tre lidlle-
ment ex6cut6es, qu'elles aient notre ap-
probation ou non. Elles doiveut domi-
ner tous ceuxqui les approuvent come
tous ceux qui y sont contraires. Jo no
connais pus do mode plus efficace d'as-
surer le rappel des lois nuisibles que
leur stride execution. D
Le Presidenr.tde la commission,
J. N. LEGER
Les Membres,
AMnaDaE BRUN, EDMOND HIFRAUX,
Le Rapporteur,
J. J. CHANCY.
M. Chanc/!.Ils'agitde trouver un mo-
yen efficace pour que le rendement des
timbres prolite A I'Elat, au lieu de lui
Otre a charge.


M. Laforest. I s'agit d'abord de savoir
si les lois qui nous sout prdsentees sont
completes.
M. le Prdsident. La commission trouve
que la loidu 7 Oct. 1880 sur les timbres
mobiles et la loi du 25 septmbro 1890
crdant les courtiers et agents de change
soul bones en elles-mnmes, mais pour
les rendre pluseflicaces, elle a cru ndces-
saire d'y adjoindre quelques amende-
ments.
M. Chancy. Avrai dire, loute la ques-
tion se resume i ceci : l'application
rigoureuse de la loi; et j'ai regu de mes
colleagues de la commission manlat for-
mel de le dire. Tout au plus y a-t-il
lieu d'aiilder A cotte application en ren-
forgant les sanctions actuellement prd-
vues par la loi.
M. le Prdsident. La commission pro-
pose, dans cet ordie d'iddes. de frapper
les affiches de toutes sortes d'un droit
de timbre de deux centimes. L'Etat,
comme moyen de contr6le, ferait ses
aftiches sur paper blanc.
M. MAdos. G6ensraemnent, pendant la
p6riode 6lectorale, on dispense les affi-
cbes du droit de timbre.
M. lePrdsident.Y a-t-ilchez nouq une
pdriode 16gale d'dlections ?
M. Bouzon. La pdriode dlectorale com-
mence virtuellement le ICr octobre et
finit au 10 Janvier.
M. Saint-Renmy. Ce ne seraient quo
les flichles relatives aux eleclions qui
seraieut dispensdes du droit de timbre.
M.IMdnos. On pourrail dire: Sont dis-
pensaes du timbreles a ffichesayant trait
aux(ilections legislative elcommunales.
Le premier amendment de la com-
mission, sous le bendeice de ce parara-
phe addilionnel, est voted par la reunion.
M. le Prdeident. Un second amende-
ment consisterailAne recevoir en justice
aucune action en payment de traite ou
billet a ordro, si elle n'6tait accompa-
gnee d'une note de courage sur timbre
mobile de deux centimes.
M. Chancy. Ceci se rapporte A la loi
sur les courtiers et agents de change ; et
doit permeltre de reconnaitre les opera-
tions pratiqudes par les courtiers com-
missionuis ct cellos qui sont pratiqudes
par de faux courtiers.










- 79 -


M. le Prdsident. Comme nous n'avons
pas en ce moment laloi surles courtiers
etagents de change, reservons celte parties
de la discussion pour laprochaine stance.
Vous avez dO remarquer que cet amen-
dement pr6voit que chaque operation
devra itre accompagnde d'une note de
courage, signde du courtier.
M. Mdnos. Je crois que c'est le'por-
teur immbliat qu'il faut rendre respon-
sabledela violation decetteprescriptiou.
M. Brun. Au moment de plaider
devant les Tribunaux, le porteur pourra
se couvrir en apposant le timbre.
M. St-Remy. C'est le courtier qui fait
l'opdration, c'est lui que doit 6tre rendu
responsible.
M. Mdnos. Le porteur a l'obligation de
contr6ler les effels ddjA ndgocids qui lui
sontsoumis.S'il les accepted sans timbre,
il se rend complice de lafaute commise.
M. Chancy.La loi haitiennea entendu
attribuer aux courtiers un monopole,
comme la loi frangaise a confdrd un pri-
vilege aitx agents de change. Nos cour-
tiers on agentsdechange commissionn6s
( car la foi de 1890 ne fait presque pas
de distinction entire les deux fonetions.)
M. Borno. Vous me pardonnerez, la
distinction d6rivedu code de commerce.
Les agents de change peuvent Wtre en
mme, temps courtiers; mais le nombre
des agents de change est seul limit par
la loi.
M. Jhancy, (reprenant).Nos courtiers
commissioners, disais-je, sont vis-A-vis
des faux courtiers absolument comme
les agents de change l has sontvis-a-vis
des coulissiers. C'estpourquoinousavons
tenu A prot6ger leur monopole.
M. Mldnos. Y a-t-il desagents dechango
cornmissionnds dans toutes les villes de
la Rdpublique.?
M. le president. La loi n'en prdvoit
que tlans les ports ouverts.
M. Mnos. Ehl bien, ilfaudrait queces
agentsde change fussentastreiints a ren-
dre complechaque mois deleurs op6ra-
tions. Si le chiffreporlt sur leur registre
no r6pondait pas au chiffre g6ndral des
atlaires, on saurait que le surplus corres-
pond a des operations frauduleuses.
M. Brun. Ce n'est pas Ires-pratique.
M. sl Prsident : La Commission


propose, en troisiemelieu, de frapper
d'une amende sphciale les eifets ndgo-
cids par un faux courtier.
M. Borno. Le faux courtier est
dj~j frappd par la loi de 1890. Aux ter-
mes de celle loi, celui qui s'immisce
dans les operations de courage est pas-
sible d'amendeet de dommages-intdr6ts.
M le Prdsident. Aussi la Commis-
sion est-elle d'avis de doubler amendede
pour les faux courtiers !
M. Mdios. Je proposerais qu'on
frappat 6galement de 1amende double
les maisons de Ianque qui seraient con-
vaincues de s',tre adressdes A de faux
courtiers.
M. Bouzon. Comment.les recon-
naitre ?
M. Mdnos.-Par 1'effet : s'il n'est pas
accompagn6 de la note de courage du
courtier commission, il y aura pr-
soinption qu'il a dtdn6gocid par un faux
courtier.
A un autte point de vue, je vous de-
manderai s'il est 1lgalement n6cessaire
de s'adresser a un courtier pour la nd-
gociation des effels de commerce !
M. le Prdsident:-C'estndcessaire tou-
tes les fois qu'on veut s'adresser a un
intermddiaire.
M. MWnos. -- Eh bien, A mon avis, il
faut interdire aux particuliers la facul-
td de contractor des operations directe-
ment, et dtablir l'intermediaire forc6
de l'agent de change, si vous voulez
garantir lefficacitd de la loi. Autrement
la maison de banque qui se sera adres-
sde a un faux courtier n'en conviendra
jamais, et vousdira: c J'aitraitl directe-
men t !
M. Borno. II y a des villes oh il n'y
a pas d'agent de change.
Dans ces villes ii faudra bien que les
particuliers soient autoris6s a ndgocier
les eflets eux-m6mes.
M. PI dsident. II est evident quo la
loi ne pent viser que les villes oi le
movement d'aflaires permet d'avoirdes
agents de change.
M. Laforest.-Il faut dire : Toutcom-
mergant qui aura fait une n6gociation
d'ell'es publics ou de commerce, sans
le ministlre d'un agent de change,
sera possible d'une amende. Et de plus,









-80-


il faut refuser tout access en justice
aux titres qui n'auront pas 6t6 rggu-
li6rement n6gocies par l'intermidiaire'
de l'agent de change.
M.Chancy Ce second point est dd-
jA dans la loi ( art 7.)
L'amendement de M.;Mdnos, restraint
aux maisons de banquet, est vot6 par la
reunion.
M. le Prsident. La commission
propose encore la reunion des agents
de change en chambre syndicale, afin de
maintenir plus facilementleurmonopole.
M. Chancy C'est un voeu que nous
dmettons.
Plusieurs voix : Adoptd.
M. le Prdsident-Le rapport conclut a
I'exdcution rigoureuse de la loi.
M. MInos II y a lieu d'infliger une
amended aux fonctionnaires publics qui,
dtant charges de ndgocier des effects
publics ou autres, violent. la loi en ne
s'adressant pas A des courtiers com-
missionn6s.
M. Bouzon II faut mettre: c aux
fonctionnaires publics, quel que soit
leur rang.
M. Mdnos- Il est evident qu'une dis-
tinction s'impose: si le fonutionnaire
veut faire une operation personnelle,
il tombe dans le cas d'un particulier
quelconque. Mais si c'est au nom et
pour le compete de I'Etat, it imported qu'il
soit frappe par la loi d'une amended spd-
ciale.
M. le Prdsident. J'estime qu'on ne
peut pas frapper d'une p6nalild le fonc-
tionnaire qui n'a pas observe la loi,
quand il y a ddjA des sanctions A la loi
sur la responsabilit6 des fouctionnaires.
M. Mdnos.- Cette addition s'impose,
on peut la formuler en ces terms :
C sans prejudice des autres p6nalit6s
prevues par les lois en vigueur v
IL est d'ailleurs bien entendu qne les
operations de 1'Etat ne seront pas dis-
penbes du timbre.
M. Borno.- L'Etat donnerait ainsi
d'une main ce qu'il prend de l'autre !
La measure est inutile.
SM. Mdnos.- Qui paye le timbre dans
l'dtat actual ?
M. le Prdsident C'estle ddbiteur.
M. Mdnos. Eh bien, 1'Etat tim-


brera ses effects, comme les autres d6-
biteurs.
Le novel amendment de M. MB-
nos est vote par la reunion et la cloture
de la discussion renvoyde a la s6ance
suivante.

Rdunion du 24 juillet 1898
( 4 l'extraordinaire. )


(Presents ) : MM. Leger, Bonamy,
Sylvain, Chancy, Vi:.rd, Thoby, Boino,
Laforest, Bouzon, Jean-Joseph, Munier,
Lafleur.
Sanction du proces-verbal de la sdan-
ce prdecdente.
On revient sur le second amendment
du Rapport rdservd pour une discussion
ultdrieure.
M. le Prdsident. Je crois qu'il ne faut
pas fire l'obligation aux parties de pro-
duire la note ae courtage, mais permet-
tre qu'on en demand I'apport comme
moyen de preuve, de meme que devant
les Tribunaux consulaires on peut de-
mander 'apport. des livres de commer-
ce. S'il fallait annexer les notes de
courage A chaque elfet, ce serait trop
encombrant.
M. Thoby. Quelle est alors l'utililt
des notes de courage ?
M. le Prdsident. Permettre de recon-
naitre l'intermddiaire qui a opd6ri la nd-
gociation.
M. Viard. Ces notes ne sont pas tou-
jours signee-.
M. le Prdsident. On les fait signer du
courtier.
M Jean-Joseph. II ne faut pas, sous
couleur d'atteindre les faux courtiers,
cr6er un inconvenient pire que le mal
que vous voudriez dLtruire.
C'est bien rude, interdire tout accbs
en justice aux effects qui ne seraient pas
accompagnes de la note de courage !
M. Bonamy. La sdvkritW existe ddjA
dans la loi actuelle, qui anaule l'op6ra-
tion, quand elle n'est pas faite par un
courtier commissioner.
M. Jean-Joseph. C'est peut-dtre ce qui
rend la loi pr6cisdment inapplicable.








-81 -


M. le Prdsident. Pour assurer 1'effica-
cite de la loi, il imported qu'on arrive A
savoir qui est possible des penalit6s
qu'elle ddicte. II faudrait pour cela on
rapport des lives des agents de change,
-- ce qui serait dteruire le secret ide
leurs operations ou l'apport des no-
tes de courage : ce qui est, en some
assez facile.-
M. Thoby. Conservez l'amende, si
vous voulez, centre celui qui ne s'est
pas servi de l'intermediaire d'un cour-
tier commisionn6 ; mnis vous no pou-
vez inventor des penalites qui autorise-
raient la mauvaise foi. II faut, quand on
a reconnu que l'individu qui se present
ei justice ne product pas la note ie cour-
tage, qu'il soil frappd d'une amended
sp6ciale.
Et voila tout !
M. Chancy. LA loi actuelle ne pr6-
voit-elle pas ddjai amendede ?
M. Bonamy. Cinq-cents piastres, chif-
fre assez rigoureux. Je trouve egalement
que annuler des operations qui peuvent
rouler sur plusieurs milliers de piastres
pour la non pro auction de la note de
courage, c'est excessif.
M. le Prsident. Je me rallie aux ob-
servations de nos collogues Thoby et
Jean-Joseph. Celui qui ne produira pas,
sur la demand de I'adversaire, la note
de courage, encourral'amendo A laquel-
le sont assujetties les operations qui ne
sont pas faites par des courtiers com-
missionn6s.
M. Laforest. 11 serait A mon sens,
meilleur d'dtablir une amende propor-
tionnelle au chifre de 1'effet ndgocid.
Tant pour cent sur la valeur de 1'effet,
par un systlme de graduation.
M. lf Prdsident. Nous proposons
done la suppression de l'art 8 de la loi
de 1890et la modification des art. 6 et 7,
conformdment aux amendments qui
viennent d'etre presents par MM. Jean-
Joseph, Thoby et Laforest.
M. Borno. Je suis d'avis de mainte-
nir tels quels les articles actuels.
M. Chancy. Moi de meme.
L'amendement est vote par la majority
de la reunion.


Reception au Pais Naflona

Le 6 juillet, la Soci6te de Ldgislation
s'est rendue au Palais National pour fe-
liciler Son Excellence le Prdsident de
la Rpublique de son heureux retour A
Port-au-Prince, apr6s une absence de
trois mois. La rAception a Wtd animde
de la cordiality accoutuindo. Mr J. N.
Ldger, a exprimd le sentiment de tous
ses colleagues en remerciant le Chef de
1'Etat de tout le mal qu'il se donne pour
le maintien de la paix publique, u'epar-
gnant rien, ne s'dpargnant pas lui-meme
pour faire jouir le pays de ce repos, in-
dispensable A tous, mais particuiifre-
ient A cette association de citoyens la-
borieux et ddvouds au bonheur d'Haiti,
qui continuera A aider le Gouvernement
A rdaliser les- progrbs ndcessaires. Le
President a renouveld A la Societd deLd-
gislation l'assurance du concours du
Gouvernement et de son appui person-
nel. Au course de sa tournde, ila trouve
le pays bien bas, plus bas qu'on ne pou-
vait s'y attendre, et qu'on ne saurait s'i-
maginer. C'est aux haitiens de bonne vo-
lont6e unir leurs efforts pour empdcher
qu'il ne passe en d'autres mains; ce qui
serait le rdsultat inevitable de nouvelles
commotions.

ETUDES SUR LE CODE CIVIL.

Determination de la Nationalite

LA NATURALISATION


Nous avons dans nos deux prdc6dentes
dtudes pr6cisd et .tudid dans leur nature juri-
dique et leur portde pratique, les r6gles de
droit parlesquelles se fait chez nous 1'attribu-
tion de la nalionalit6 au moment de la nais-
sance, de la nationalist d'origine, comme on
dit pour la distinguer de celle don't l'acquisi-
tion se fait postdrieurement A la naissance, par
un fait- distinct et diflfrent de celle-ci et qui,
d'une fagon large, -peut Wtre caractlrise par
le mot NATURALISATION La naturalisation sera
done pour nous, d6s maintenant et abstraction
faite des distinctions dans lesquelles il y aura









- 82 -


lieud'entrer plus tard, le moyen ou procedd
legal, 'acte juridique en un mot par lequel un
stranger d'origine est assimild au national, A
I'indig&ne d'un pays autre que Ie sien et sous
la sujetion duquel il sera d6sormais place. II
s'oprre done le plus souvent par la naturali-
sation un changement de nationality, car tout
individu, sauf de rares exceptions, devant, des
sa naissance, se rattacher A un Etat determine,
l'acquisition de la nouvelle nationality coincide
pour le naturalist avec la perte de celle don't
il dtaitjusque 1A investi.II y a abdication d'une
part et de l'autre acquisition. II peut cepen-
ant se presenter des hypotheses ot l'investi-
ture de la nouvelle quality n'aura pas 6td prd-
eddde ou accompagnde d'une denationalisation.
Ces cas se presenteront si on so met en pre-
sence D'HEIMATHLOSEN, d'individus sans natio-
nalht venant, par naturalisation, en acqudrir
une pour donner une assiette a leur condition.
De m6me il arrive quelquefois qu'un individu
naturalist continue d'dtre consid6r6 comme
sujet par 1'Etat don't il relevait auparavant ;
chose possible quand 1'Etat ddlaissd ne perniet
pas A ses 'nationaux de I'abandonncr, prati-
quant lesystAme de L'ALLEGEANCE PERPETUELLE,
ou quand il subordonne la perte de la nationa-
litJ a des conditions qui ont 6et n6gligees. En
pareils cas, la naturalization acquise A l'dtran-
ger ou qui s'est rdaliste d'une fagon irrdgu-
libre, non conform a la legislation de I'Etat
clamant, ne vaut pas aux yeux de celui-ci.
Ces premieres remarques suffisent A fire
ressortir la delicatesse de certaines questions
que nous aurons A examiner et la n6cessitd de
prendre toutes les precautions voulues pour
fire des principles qui r6gissent la matibre une
application exact, precise, et en meme temps
fermement prudent et mod4ere.

I

Les Etats, en l'dtat present d'organisation
et d'exploitation rationnelle du globe, no peu-
vent plus vivre dans l'isolement, Blevant
autour d'eux par des measures restrictives de
16gislation et de police, une sorte de muraille
de Chine, iddale et chimdrique. II se rencontre
dans les parties encore inconnues et inex-
plorees de la terre dos peuples, ou plut6t des
peuplades ayant une constitution politique
rudimentaire, qui n'ont de rapports avec les
autres peuplades que pour guerroyer avec elles
et qui soumettent l'individu stranger, qui ne
leur apparait-du rest que sous former de pri-
sonnier de guerre, A un regime des plus som-
maires. Elles le mangentou le rdduiseienenescla-
vage: ells sont encore A 1'tat de nature, on peu
s'en faut. Quant A la civilisation, elle n'existe
pas pour elles, du moins elles en ont une


conception analogue A leur nature, et leur
rencontre avec ellc se fail dans des conditions
ordinairement meurtiBres et violentes. Ecartant
done les portions encore sauvages, barbares ou
tres arridr6is de I'humanit, ou est en measure
d'avancer qu'il n'existe guere plus de people
qui, comme autrefois Sparte, repousse systd-
matiquement I'dtranger et lui refuse tout moyen
de se ranger au nombre des rdgnicoles, en
s'assimilant A eux, en fait et en droit. La x6nd-
lazie est un phenombne hislorique don't la
reproduction ne serait gubre compatible avec
les moeurs toldrantes et l'esprit liberal de
l'humanite civilisee du XIXe Siecle. Cependant
ii ne faut point non plus, se portant i des idees
extremes, perdre de vue que les hommes ne
sont point encore arrives A ce degree d'univer-
selle fraternity et de ddsinteressement patri-
otique oft, faisant abstration des differences et
diversit6s internationals, des divergences
et opposition de sentiments el d'interets entire
Etats, chaque people considdrerait comme siens
les enfants d'une autre Patrie, et leur roser-
verait les memcs faveurs qu'il accord A ses
enfants naturels. L'unitd de P'espbee et la
reunion de tous les humans sous une mAme
domination temporelle ne sont pas encore
faites. Beau rAve, ktincelant de lumibre I mais
don't les siecles A venir se chargeront de
l'accomplissement. En attendant, la division
de l'humanite en nations, en etats politiques
distinct et ind6pcndants les uns des autres
existed, se maintient et meme s'accentue de
plus en plus, au moins A certain 6gards.
L'6gnisme patriotique, sans pourtant Atouffer
lee sentiments de fraternity et de tolerance
mutuelle, est partout en croissance, se forti-
fiant de la rivalit dconomique et militaire
entire les vicilles et grandes puissances. Le
droit international est AdifiA sur le fondement
do la personaalitd autono e. de l'ind6pen-
dance, de la souverainetd des Etats, tous Agaux
devant la justice et le droit. Chacun d'eus vit
ou doit vivre par et pour ses nationaux et si,
a c6te d'eux, il admet l'dtranger sur son terri-
toire, c'est par tolerance et pour faire la part
des ndcessit6s de la civilisation et de la cour-
tnisie internatiodale. Un Etat, quelque liberal
et bienveillant qu'il veuille Atre pour 1'Atran-
ger, ne l'accueille done chez lui que sous cette
restriction, consacree par l'adhesion de tous
les jurisconsultes, qu'il rest libre de r6gle-
menter A sa guise, souverainement, les condi-
tions de son s6jour et de lui interdire ce sdjour
si, en quoique ce fdt, sa conduit lui paraissait
dangereuse A l'ordre public. Ce principle se
rencontre sous la plume de toutes lea autorites
scientifiques en matiere de droit public et j'en
retrouve Pexpression sous celle d'un des plus
Aminents auteurs qui aient trait des questions









-83-


de droit administratif, Mr. Ducrocq. t Un
C people, dit-il, a le droit de ne pc'rmL lre
a I'entre el lo scjour de son territoiro axi
ic individiis do nalionalild 61trningir't qlue sous
C les coindilions qlu'il lui plaid; dilcriuiner.)~
(DnOIT AIhMUNISTRaTIF. p. '190-1862 ).-
11 en va de inine on matiere do naturalisa-
tion. La fixation des iegles par I'applic;ation
desquellcs so r6alise la naturalisaliou est du
resort exclusif de l'Elat qui I'accorde; lui
seul, ayant A recevoir un stranger en sa coim-
munaut6 politique, est bon juge des precau-
tions a prendro, des conditions A 6teablir, des
formalitds a prescrire pour que cette assimila-
tion d'une personnel d'origine BtrangOre aux
membres prdexistants de l'Etat so fasso au
profit at pour I'utilite de celui-ci. Los ineurs
internationales sent on cee point peu pris uni-
fornes aujourd'hui. Partout la nationalild rest
accessible a 1'Ntranger par naturalisation. It
n'y a a ce sujet,.le differences et tie diversites
entire les l6gislations qu'cmn ce qui concern
1'exercice et la mise on action du droit. Nous
constaterons, en leur lieu, les particularit6s
propres aux principaux peuples civilises.
Chez nous I'6tranger n'ajamais di6 repousse
d'une fagon absolue ct complete du territoire
national. La natuialisation, daus une measure
variable, lui a 6t6 presque toujours accessible,
i tire exceptionnel il est vrai pour une certain
cat6gorie d'6trangers. On peut souvenir sans
donner d'entors A I'hisloire, que le people
haition, a aucun moment do son existence poli-
tique, ne s'est trouvr dans la classes rdes agglo-
mirations d'hommes qui 6cartent d'cux I6tran-
ger avec un soin jaloux et restent fidbles, le
sachant ou ne le sachant pas, au prineipe des
lois de Sparte.
N'ayaut pas l'intlntion de faire, m6meen
lignes ecou tees, un hiscorique general de la
naturalization, uous nous contonterons d'ins6rer
ici une remarque collective, reposant sur un
fonds solide de recherches et d'observations
historiques: C'est que partout, dans I'Anti-
quilt et chez presque toutes les nalious
modernes, en leur enfance, on relive une
grandeddliance do l'6tranger, un profound mdpris
de ses moeurs, de ses croyances, do ses fahons
de vivre ct de penser, et une tondance fort
caracterisee a la X6ndlazie, c-a-d a. le lenir &
1'cart du lerritoire national, oA, adinis, iit tait
rejetd au dernier rang social, vivant dans une
condition in Tfrieure, objet des dddainsdu rgni-
cole, des excessive rigucurs de la legislation
et des codes religious. Mr. de Folleville fait,
A ce sujot, les rfilexions suivantls : q La natu-
ralisation ne saurait 6tre conslitude a l'origino
dessocialts, qui sont toujours jalouseselexclu-
sives au moment de leur formation; aussi plus
on remote vers les premiers temps de l'his-


toire, plus on est frappd de la difficult avec
la.uelle I'dlranger 6tait admits dans la cite. Les
liLnslies de ddliance, ld'hostilit minme qui
ttaiennt prises A son regard, Otaient a I'origine
extrdrreinent ligoureuses. On ne les voit
s'adouciretse tempdrer que pen A peu et lonte-
mcnt, sous la double influence du progrbs des
lumircos et des besoins du commerce. ({Traitd
de la naturalisation, p. 11 ). Et plus loin il
ajoute : Ce n'est pas sans raison qu'on reprd-
sentocetteinstitution;comme offrant un tableau
fiddle des moeurs et des tendances de chaque
people et de chaque sitcle. L'orgueil, 1'4goisme
ou l'int6r6t rendent les nations tour.--tour
avares ou prodigues de concessions, ct chacun
de ces mobiles imprime A la naturalisation un
cachet particulier.s J'aime m'abriter derriere
les consultations del'histoire, surlout quand
elle sont traduites par des espritsaussi distin-
guds que celui que je viens de citer. On a telle-
ment pris l'habitude de nousjuger i un poids
et a line measure particulars, exceptionnels,
diffhrenls do ceux que fournissent la raison et
I'exp6rience communede l'humanit6, quel'id6e
mevient, i chaque bonne occasion trouvie, de
remettre les choses en leur vraio place et
lumibre, sous la main dece grand juge impar-
tial qui s'appelle I'Histoire.
Et pour chercher un autre example topique,
chez un people do formation moderne, nous
voyons, au dire de Mr. L. Ldger que, pas plus
tard qu'au sidcle dernier, les Moscovites se
mdliaient de i'6tranger et qu'ils avaient des
formulas inexorables pour condamner ce qui
venaildu dehors : ceci 'est point ntre ; ceei
nesefaitpoint clez nous,t (La Russi. p, 270).
Que l'on se garde done des jugements trop
absolus et des condamnations prdcipilees.
L'esprithum-in, dans son evolution, suit par-
tout des voices parall6les et il n'est point d'in-
torvcntion, si puissante soit-elle, qui puisse
modifier sa march et cello, en dtroite corres-
pondance avec elle, des institutions juridiques.
L'histoire suit son course et ambne naturelle-
mont les transformations nceessaires, renoave-
lant tout, homes et choses. C'est sous l'em-
pire de ces iddes qu'il faut considdrer quclques
unes de nos r6gles 16gislatives concernant
1'diranger ; et elles apparaitrontcomme le pro-
duit inevitable des circonstances, des fails qui,
dans l'ordre du temps, les avaint prceddees et
I'on se convaincra, en outre, qu'une trds large
party fut failed Al'humanit6et aux sentiments
gen6rcux. On rendra alors justice a ce petit
peuplehailien, que l'attitude encoreinqui6tante
et menagante de ses adversaires et oppresaeurs
dela veille devail effaroucher, irriteret pousser
dans la voice des exc6s, mais qui sut so montrer
mod erO, overt et accueillant dans la measure du
possible, se gardant de toute rigueur inutile.








-U-


C'est la demonstration qui ddcoulera, nous l'es-
perons, de l'exposd historique qui va suivre.
II

Presqu'au lendemain de la proclamation de
l'inddpendance, les organisateurs du nouvel
Etat interdisaient aux blancs, ce mot enleur
esprit servant surtout A designer les cong6-
nbres des maities et adversaries de la veille,
qu'il avait fall chasser de 1'Ile aprbs les avoir
vaincus dans une guerre d'extermination, le
droit de propriety terrienne, frappant d'avance
de caducit6 toute tentative que ferait un ancient
colon pour revendiquer ses titres et ses droits
perdus. L'art. 42 de la Constitution de 1805
(20 Mai) disait : a Aucun blanc, quelle que
soit sa nation, ne mettra les pieds sur ce ter-
riioire & tttre de maitre on de propridtaire,
et nepourra d l'avenir y acqudrir aucune
propridtd (1)
Cette disposition 4tait une consequence
forde de l'acte de l'Inddpendance. Toute vol-
litd de reclamer les prerogatives attachBes
A la quality de maitre, c-A-d. de proprietaire
d'esclaves, devait dtre dnergiqaement com-
battue et d'avance 6cartee comme impossible,
illicite, antinaturelle; quant i la quality de
proprietaire foncier qui se liait tres intime-
ment et d'une fagon presque inseparable i
la pr6ecdente, force atait de 1'interdire dgalc-
ment aux colons expropries par droit human,
en vertu de ce droit sup6rieur A tout autre
qu'a I'hommo d'etre libre et d'dliminer qui-
conque met des entraves materielles A sa
liberty. Concevrait-on qu'au lendemain de
I'abolition de l'esclavage et de la procla-
mation de l'ind6pendance politique de 1'Ile
obtenues 'une et l'aulre par la force et la
violence, on pdt admcttre un ancient colon a
venir reprendre possession de ses terres, ofi
perlaient encore les gouttes de sueur et de
sang de ses esclaves, devenus homes ? Cette
hypothbse serait inconceivable. Mais 'article a
une portee plus grande. II refuse A tout
individu A peau blanche, ancien colon on non,
ayant ou non de pretendus droits faire va-
loir, la faculty d'acqudrir en Haiti la propriety
(lisez : propridtd immobiltre ). Cette me-
sure s'imposait comme la precedente. Per-
mettre & letranger europden de se rendre

/1) -- II faut se reporter aussi aux articles 12 et
13 de la memo Constitution portent confiscation
des propri6t6s ayant appartenu aux blancs fran-
pais. Mais n'oublions pas que plus tard une
forte indemnity sera consentie en leur faveur
par l'Etat d'Haiti en 1825,si forte que, quelques
varies aprhs, la France sera force de la rdduire.
/18388.) --


mattre de la propridt8 foncibre, c'Atait lai
permettre, grace A ses capitaux, de constituer
A cdtd de la puissance politique de notre gou-
vernement indigene encore faible, inconsis-
tant et mal assis, une puissance terrienne
formidable, capable de contrarier notre for-
mation national, et qui n'ett pas failli &
cette tAche. Nous n'insislons pas, ce point
6tant en dehors de notre sujet.
Mais faisons ressorlir que ces hommies, enco-
re tout bouillants de la lutte titanique d'hier,
ne pensent pas interdire en principle et ab-
solument le sejour d'Haiti aux strangers.
Ils y peuvent venir sous les restrictions
formuldes par l'arlicle 12. Pourtant b cette
here pdrilleuse des premiers (Atonnements,
un peu plus de sevdrite de leur part ne serait
pas sans excuse. Maisils restent g6ndreuT
et elements; I'humanit6 chez eux a gardd
ses droits el leur Ame reste ouverte A ses
douces influences. De m6me que, au plus
vif des meurlri6res et indluctables ndcessi-
tes de la guerre, leur coeur eut, en diverse
circonstances, A dieter des' actes empreints
d'une gdnerosite admirable, de mnme ici,
dans la legislation qu'ils 6difient, ils ins-
taurent des regles marquees au coin d'une
fraternelle bienveillance; et de cette huma-
nitd blanche, don't ils eurent tant A souffiir,
ils admettent uue portion A la participation
des avantages et des prerogatives qu'ils doi-
vent recueillir dans leur nouvelle condition.
E: effet, A cet art. 12 deji si Aloignd d'un
exclusivisme outrd, I'art. 13 de la mAme

constitution ajoute ce qui suit: a L'art. prd-
" cddent ne pourra produire aucun effect,
a tant d I'dgard des femmes blanches qui
a sont naturalisdes haitiennes par le Gou-
a government qu'd l'dgard des enfants nds
oud naitre d'elles.
a Sont compris dans les dispositions du
aprdsent article les Allemands et Polonais
anaturalisds par le gouvernemont. a
Il resort de ce texte : 1o Que la Cons-
titution de 1805 admet la possibility de la
naturalisation d'individus de race blanche,
puisque nous y voyons cette faveur octroyee
A des femmes el des homes de cette race.
20 Que des individus blancs parent, en fail,
bendficier de la naturalisation haitienne et que,
dans le dispositif de la Constitution, rien
n'indique que d'autres europdens, venant en
Haiti et exprimant le ddsir d'etre naturali-
ses haitiens, n'auraient pu fair accueillir leur
demand. La Constitution en effect ne faisait
que ratifier les decisions deji prises par le
ouvernement; ce n'est pas elle, mais ce
dernier qui naturalisait.
3o Que des blanks, naturalists haitiens il
est vrai, pouvaient acqurnr le terre haitienne,








-85-


d'oiz la consequence que la propridtd foncirre,
& ces premieres dpoques de l'inddpendance
si voisines des temps de servitude, n'dtait pas
interdite au blanc, en tant que blanc, mais
A l'dtranger blanc, comme A tout autre
stranger. II y a une difference. -- (2)
La defiance de nos p6res, si Idgitime du
rest, dtait tempdree comme on voit par des
sentiments de tolerance politiqc.e et d'huma-
nitd et, a dire vrai, cette defiance ne dut
rdellement exister, A tout le moins ne se pro-
duisit au dehors qu'A I'endroit des strangers
chez qui l'on supposait exister des senti-
ments d'hostilitd contre le people haitien.
Puis, s'Alevant A une grande hauteur philo-
sophique, ces memes signataires de la Cons-
titution de 1805 recommandaient leur ceuvre
et en faisaient hommage aux. amis de lali-
bertd et aux philanthropies de tous les pays.
Eussent-ils hdsitd une minute A accorder
droit de cited A l'un quelconque de ces phi-
lanthropes, fAt-il frangais etancien colon venu
A rdsipiscence ?
Une autre conclusion se d6gage de cet ar-
ticle 13, que confirment des indications tex-
tuelles fournies par des constitutions postd-
rieures, cells de 1806 et de 1816: c'est
que, dans l'explication des dispositions res-
trictives ou exclusives de notre droit a l'en
droit des strangers, ii se faut soigneusement
garder de faire une place trop large aux rai-
sons puisees dans la notion de race et les idees
& cette notion. Cette parties de noire droit n'est
pas dominde par l'elhnologie, mais par la poli-
tique, gouvernae elle-mnme par les faits avec
lesquels se trouv6rent en contact nos idgisla-
teurs. La politique, qui procede de 1'entende-
ment plutdt que du cmeur leur dicta les mesu-
res necessaires A.laprdservation et A la ddtense
des intderts essentials, vitaux du people don't
ils avaient la garde Sa voix fut dcoutde,
mais ia mesurt ne futjamais d6passee; on ne
se servit pas de la loi comme arme de re-
prdsailles; on rest plut6t en dega des limi-
tes qu'eft poses un patriotism dtroit, trop
facile A s'alarmer et surtout, chose digne
d'admiration, on ne se laissa pas aller aux
antipathies, aux haines de race. Ces hommes,
en v6ritd, furent grands par 1'A16vation et la

(2) --- II faut noter aussi les articles 25 et 26
des dispositions gdndrales de la mdme Constitu-
tion. L'art 25 assure protection et sdretd aux
na tons neutres et amies qui viendront entre-
tenir avec I'ile des rapports commerciaux, sous
la condition du respect des r6glements et cou-
tumes du pays.
L'article 26 place sous la sauvegarde et la ga-
rantie de I'Etat les comptoirs et les marchan-
dises des strangers.


noblesse des sentiments, comme ils le furent
par l'dclat h6roique et la trempe solid de
leur couragecivique et de leur bravoure mili-
taire. Leur conduit est la condemnation,
ecrite d'avancc, de toute politique dtroite,
mesquine, voude A la st6rilitd et &
la ddroute, qui voudrail ddcr6ter l'dcarlement
sysltmatique des strangers et rdpudier leur
concours dans l'ceuvre de notre developpe-
ment national. Aux adeptes d'une pareille
politique, tel d'entre les hdroiques lutteurs
disparus, Henri Christophe par example,
n'edt pas manqud de dire, come quelques
patriots russes au.; Moscovites exclusifs du
XVIII. Sidcle, que le meilleur moyen de se
passer de l'6trangcr est d'apprendre d'abord
i faire aussi bien que lui (3) Mais conli-
nuons notre analyse,
aDe1805 A 1806 la reflexion fit son oeuvre
et modifia un pen les iddes. Les organisa-
teurs du pays estim6rent que la Constitution
de 1805 u'avait peut-6tre pas suffisamment
6coutd les suggestions de la prudence po-
litique qui voulait qu'on accentual les dispo-
sitions d6ji prises. Puis les dvdnements a
l'extdrieur n'dtaient gubre propres A amener
une detente et a faire croire a une modifi-
cation favorable au pays des tendances des
grandes puissances, de la France nolamment
oi s'organisaient des manoeuvres et des pro-
pagandes contraires a notre ind6pendance
national. Les sentiments de defiance, au
lieu de s'attinuer, persistrrent et la Cons-
titution de 1806 (27 )dcembre) edicta les ar-
ticles 27 et 28.
Art. 27: a Aucun blanc, quelle que soit sa
nation, ne pourra mettre le pied sur ce
territoire, d titre de maitre on de proprid-
tasre. D
Art. 28 : a Sont reconnus haitiens les
blanks quifont parties de 'armde, ceux qui
exercent des functions civiles, et ceux qui
sont admis dans la RMpublique d la publi-
cation de la prisente Constitution. Y
Ici encore, notre 1dgislation reste embl6-
matique el nous y voyons l'union dans a
mmme condition national, comme u n sign e

[3] L. Ldger: loco citato. p. 271. Une induc-
tion de mmme nature peut etre tirde des paro-
les attributes A Pdtion : qu'on me donne un hi-
ver, elje change le pays. Notre illustre chef d'E-
tat voulait dire quo si la nature se chargeait de
plier les haitiens au travail, ils dgaleraient bien
vite les peuples europdens en civilisation. Ces
paroles ddnotent chez leur auteur une haute
idde des facultds intellectuelles de sea compa-
triotes at une foi bien solid en lour aptitude au
progres. Seulement ces facultds et ces aptitudes
sommeillent, faute de culture et par manque de
stimulant.








- 86 -


pr6curseur de I'alliance fraternelle des aces,
d'une petite portion de 1'liumanitd blanche
et d'une portion de I'humanitl noire, res-
treinto en nombre, mais grande par los grands
actes qu'elle venait d'accomplir et par les
sentiments Alevdsdonl t6moignaient ses mo-
numents 1hgislatifs
Done la Constitution de 1806 mainlient les
decisions prises en 1805; n'admet les elran-
gers blanks a sojourner en Haiti que sur au-
torisation de l'autoril.d, et de plus naturalise
haitiens, par une measure collective, tous ccux
qui servent le pays plans les rangs de I'arndee
ou dans les administrations civiles;eo aussii;.
disposition d'une grande largeurd'esprit-- tous
ceux qui, dansl'intervalle des deux annies, so
sont introduits sur Ic lerritoire, admis au droit
de sdjour'par le Gouveorement-On ne les re-
pousse pas ces strangers; au conlraire on
manifesto pour eux l'inverse d'un sentiment
de repulsion; on se les incorpore, on so les
assimile, on en fait des haitiens. On n'est
pas hostile a la naturalisation; on en use,
et de la plus large facon; on proc6de par
measures gnd.rales, collectives, dispensant
d'une loi particuli6re r6glant les Iorinalilds
de la naturalisation. C'est la nation clle-
m6me qui adopted et elle prend soin de le
consigner dans sa Constitution. 11 scm-
ble que leddsir du legislateur ace moment,
soit que sur la terre d'Haiti il n'y ait que
des haitiens, sans distinction de raccet de
couleur, car toute acception de couleur en-
tre les enfants d'une mame patrie dcvant
ndcessairement cesser, les haitiens se desi-
gnent par le term g6n6rique de noirs. (Cons-
titutionde1805. Art. 14)
La combinaison el le rapprochement de
'article 28 que nous examinons et de I'arli-
cle 44 de la Constitution doe 1816 qui s'cm-
pare aussi, pour los naturaliser par l'eflet
de la loi, do tons les dirangers de descen-
dance africaine venus en Haiti, met cc point
bien en vue et flut saillir la pensee du Idigisla-
teur. De sore que, pendant cello pdriode,
il dut y avoir en Haiti bion pen de person-
nesayanljuridi.qumcnil la qualitld'diran ,ers.
Mais il y en eut lout do indme, admises
comme dtrangbres par I'autorilt dirigeantle
et dtablies dans lesdiverses localitds du Pays.
Leur condition, tant au point do vue de
la capacity juridique qu'au point de vue des
avantages sociaux pratiques, devait dire assez
precaire, cela va de soi. Les propagandos
subversives du nouvel ordrdpolitique et so-
cial 6tabli dans I'ancienne colonic devenue
Etat indpecndant allaient lour train, cl une
mission se prdparait, pacifique cn apparence,
mais don't les dessous dtaient plains d'em-
baches et de froides perfidies, qui allait venir


en Haiti, soi-disant pour n6gocier rcgulibre-
nmnt avee le gouvernement I6gal, mais en ran-
lild pour leoler de ressaisir la domination
polililque etdo r6lablir ls anciennes dlislinc-
tions et classifications colonials. Ces prepa-
ratils colnuS d'eux, ,i'n.laient gu6re faIils pour
apaiscr les ddliances ot Ies apprehensions des
haitions (4) Malgrd toul, le Gonivernoment
de Henri Christophe, si'geant au Cap, se
montre prodigue de processes bionveillantes
anx dtrangers, et la Constitution de -1807
contiont cotle formule solennelle en
son article 41i : t Le youvernement jurantit
soleinellement iuex tlruar (eirs la sirlel. de
leuris lpsonnes et de leurs oproprilas, et leuir
assure la protection lu plus eiffiace .
]Dans l'Oueslt e le Sud, in arrlte, dmanc
du Gouverneinent do .Pdtion est pris, rdglo-
mentant leur situation an point de vue de
I'axercice du commerce Lc indiquniat los ror-
inalilCs A romplir pour leur siour et leur
elablissooent.
*In Pours'inirodiire en Halti,, il leur faut
tne autorisation cfd Prasident d'IIuili. 2o.
ls ne poereant fire Ic conrnierce de cabotage
et le commerce st lIt td e. Se. Le conlm erce
de detail leur est interdit. 4o. Rls sont as-
treints, A parlir du it n anvier 4810, u rd-
sider danas un poit ouviort at commIerce
6dranger etc.
Ainsi, tans tons ces documents, ricn qui
sent l'exclnsion voulue, organisee systdma-
tiquement, ct rigourcuseiment applique. En
dehors des concessions inotrdiles par la pru-
dence la plus 6cid enlaire, la pllus striele-
mcnt mesurdo en ses injonclions, et qui, fli-
tes, cussent consliti.l uin dangereux et coi-
pable abandon des inIr6its patriotiqiius les
pluss pressants, on se montrcacncuLillani, lios-
pilalier plain de courtoise sympallic .
Quand je vois dos publicisles, qui dovraient
dire bion infbrrmiis, nons roprochcr anli're-
mclt nos sentinints d'aversion pour I'liran-
gler, ,jo me prondis doenir dtie l'quild cI de
la droiltre dtoleur atlpr cialion. N'entre-t-il
pas, peut-6l.re A leur iinsi, dans at senl.iinet
inspirateur ide lours critiques, un peu de la
rancuno ot do la mauvaise hunimuir suscildes
par I'dclatanle vicloire des arm. s hiitienncs,


4 !--Dans'u ne letilr it Pdtion, on 1814, Dauixion-
Lavaysso, envoy dlu ininistre de Ia marine flc
Louis XVIII, le rceiinniitra lui-mame, maisil re-
jettera la responsabilitd des propagandes et ma-
unmuvres combinies on France sur le dos du gon-
vernncminl tie Napoih)on 'le. Cnpendant lui-inAme
utait porteut' d'istiruIctions secrittes inq(u;liflables,
qu,on ipen lire dans les pieces :innexdes par Em-
manuel Chancy A sou dlude sur la reconnaissance
de notre indBpendance par la France.










- 87 -


au d6but di sibcle ? Pauvre do nous!..........
Cependant, jusqu'ici, pas do loi particu-
liBre sur in naturalisation. Le people so re-
serve le droit de la contererdaus se. Constitin-
lions aux strangers de raco blanche qi'il on
juge dignes. Quant A ceux de r.ce noire el d'o-
rigineindienne reconnus habiles on principo
A devenir hailiens ct saisis, en cattle qualitS,
par la Constitulion tie 1816. l'autorite ex6cu-
tive leur dAlivrera s'il on est besoin L'acto nu-
cossaire pour consttteri leur changement do
condition. Ie code Civil, n 1826, lixera les
conditions et f'ormalites parlict;liires doe eelit
naluralisation.--C'est l'arlicle 4- de la Cons-
titution do 1816 qui consacrel'ha!iiil6 ort-
ginelle do cetle classes d'inilividus A devenir
lihaiens et leIr fail. I'obligation d'on user :
c Tout africain, indien et ceutt issus de leur
sang, nCs dans les colonies ou en pays dtran-
gers, qt. viendraient rsidler dans la Rd-
publique, soront reconnus haltiens, mnis nE
jouiront de:: droits de citoUen qu'apr's tno
annme de rdsidence.s-- Nous etablirons plus
lard la corrOlation entire cc texle el I'arl. '1.
du code Civil.
Remarquons qu'il s'y rnllAte un haut sen-
timent do fraternild, do cominiseration phi-
losophique at de solidarild morale pour -Loule
une grande classes d'lires humains, partout
didaignds et lenus dans l'opprobre, sur qui
]a civilisation et la liberty n'ont pas encore
6tendu leur influence rudovalriwe, donl on con-
teste l'aptitude anx choses de l'intllligonco et
do la science, quisouffrent, en proie, dans pros-
que tonies los parties dii none, anx atteintes
tie la lyrannio et d'une domination oppressive,
don't le sort par cons'q(uent devait prdoccu-
per principalcment un people dte mime ori-
gine elliniqiie, sorti rgcenmmenl d'un dtat do
servitude ofi s'appesantissaient sur nli les
mmoms rigueurs el les mines crunulds W'une
deslinec inaudite, la mnme couche profond,'
el opaque do inisire et 'ignorance. D)u resin
on in' pascu A liiller conlre cucix-ld; jamaks
on ne les a rencontrds devani soi common Ic
rnmivais g6nie qui distribue les inallieurs ct
courbe I'hlomnme vers la terre, sous le Lbucl et
les labours epuisants. Dans l'esprit des hai-
tions ,'exisle A lourr .gard aucune prcsomp-
sion ddfavorable. On ne les croit pas, jusqu'&
preuvescontrairo, hosliles A la nalionalilt hai-
tienne. 11s W'v peuvent qu'dtre favorables, car
d'oh qu'il: Cicnnent, do quelqiie Enfer so-
cial qu'ils sor1lnl oft s6vissait la servitude
soit maldrielle, posant sur les corps, soit
morale, pesaiii s'ir les intelligence et les
Ames, ils :iecoivrcrtl en ouchant la trrae d'Hlaili
los droils el les prBrogatives de I'homme libre;
ils si nt classes parnii loe.; haitiens, ils de-
viennent des citoyens, des homes; ce qu'ils


n'6taient pas auparavant, at cc quo sonl en
gndnral leurs parcils de iace blanche. (5)
Cello sollicitude loute particuli6re manifest6c
pour les individus d'une grande race humaine
cases motil's 16gitimes dans les profondeurs de
'ame, et s'explique autrement que par une
preference due exclusivement aux ressem-
blances pliysiques ot A la conmmunautlt d'ori-
gine ol.huique. Resle, il esl vrai, A justifier
1'extension de la mesure aux Indians. Mais
n'avail-on pas en vue les populations de I'Inde
qui pourrissaient dans la misere et la decrdpi-
tude morale dans leur vieux pays immobi-
lis6 et n'espdrait-ou pas les attire, comma
bonds at patients Iravaillours, vers la terra
d'Halti ? Ne pwnsait on pas aux coolies indiens?
C'est une question A iclaircir.
A partirde ce moment et jusqu'a l'annne 1889
on rencontrcra toujours dans nos constitu-
tions, en matiore de naturalization, unc dis-
tinction entire les strangers de descendance
atricaine et ceux de descendance aryonne, i
peau blanch. Pour en mesurer la portCe,
adressons-nous A I'histoire, elle qui, suivant un
mot tid MA IIavel, donne la raison de tout
et alldgons le plus possible nos raisonne-
ments et nos explications d'arguments tires
en droite line tie l'ethnologie. Ils sont
d'importance minime, et du rest, A regar-
der les choses de Iris haut, la race elle-minme
n'est qu'un efft, produit par des causes plus
gne&rales qui sont les facteurs principaux des
nationalilis at des grades formations histo-
riques.
Pour en revenir A la-Constitution de 1816,
(Constitution de 1806 rdvisd le 2 Juin 1816)
constatons, en transcrivant son article 39,
qu'elle n'a pas rdpudid les sentiments i(d ses
ain6cs. Elle s'exprime avec la mndme lienveil-
lance pour les blancs, serviteurs at amis du
pays : a Sont reconnus haitions les blancs qui
font parti't de l'trmede, cCux qui exarcent des
q functions civiles ct ceux qui italen.t admis
a dants la lidpublique ti la publication do la
c Constitution dit 27 Ddcembre 1806, ct nul
Sautre, d l'avenir, aprbs la publication do
o la prCsente revision, nepourra prdlendre au
a 2Idmeo droit, ni 8tre employed, ni jouir du
( droit do citoyen, ni acqudrir do propridtd
c dans la Rdpubilique. P (6)
Ainsi sans songer A revenir sur les conces-
sions aiiles, les maintenant au conlraire et les
6tendant aux blancs employs, b sa date, dans
I'armeo et dans I'administration civil, le nou-

(5 .- N'oublions pan les serfs de Iussie qui,
A cc ianinent, n'dtaieut pas encore affranchis.-
() L'a rlit:cln 38est idenlique a Fart. 27 de la Cons-
titution do 1806.-











yeau text constitutionnel introduit cependant
un principle general enlevant A 1'etranger de
race blanche le droit de devenir dordnavant
employ ou fonctionnaire de I'dtat et de jouir
des droits de citoyen haitien. Il yavait, pour
les Idgislateurs del'dpoque, semble-t-il, un rap-
port de cause & effet entire le service de I'Etat
comme employ ou fonctionnaire et la jouis-
sance des droits resultant de l'indigenat. Pour-
tant, a considerer les choses d'un peu prbs, il
strait possible, avec les 'donn6es positives de
la legislation, d'etablir une difference entire
la quality d'hatien et celle de citoyen haitien
et desoutenir que I'art. 39, a lui tout seul,
ne permet pas de dire que la nationality hai-
tienpe, apres 1816, dtait devenue inaccessible
aux strangers blancs. Peut-Atre lear pouvait-
on confdrer, malgr6 ce texte, une naturalisa-
t;on comparable a la denization des Anglais,
qui les assimilerait aux nalionaux pour la
jouissance des droits civils, sans avoir la force
de lea ipvestir, mdmeapres un temps de rdsi-
dence, de la jouissance et de l'exercice des
droits politiques conlituant ce que les rddac-
tours de 1'article entendaient pas droits de
citoyen. Mais cette discussion, qui n'aurait
qu'up interet r6trospectif, uous entrainerait
pour le moment trop loin.
Cependant le code civil ne s'occupa de rdgler
les formalitds de la naturalisalion que pour les
strangers favorisds, africains, indicns et leurs
descendants, et la Constitution de 1843 (30 Dd-
cembre) plus precise et plus formelle vint, en
terms exprbs, enlevera I'dtranger europden
le droit de naturalisation. Art. 8: c Aucun
Sblancm pourra aqcndrirla quality d'Has-
lien nm le droit de possdder aucun immeuble
a en Haiti.j. (7)
II s'est done etabli un courant d'id6es en
sens inverse de celui qui semblait devoir en-
trainer vera plus d'ouverture des voies edgales
donpant accs a la naturalization. L'interdie-
tios ici tst radical et ne laisse point place
pour des concessions, meme a tilre exception-
nel.
Cette recrudescence des sentiments de ddfi-
ance et de circonspection des haitiens, dont
la Constitution de 1816(1806 rdvisee) porte
deja 1'empreinte, a ALA, croyons-nous, la con-
sequence de la conduit maladroite et rbelle-
ment peu g6nrreuse dii gouvernement Fran-
asis aevers notre petite Rdpublique, dans les ne-
gociations, les rapports inlernationaux, les
tentatives de r6tablissement d'une domination
Ajamais perdue, qui, de 1814 A 1838 prdce-
dbrent la reconnaissance de notre autonomie
rationale et de notre souverainele comme Etat

(7) -- On ne dit plus dr*oiLs de citoyens, mais
quality d'Hafin .-


inddpendant. On connait les ddmarches faites
par Dauxion-Lavaysse, d6s I'ann6e 1814, au
nom du ministry de la marine et des colonies
de Louis XVIII, et l'on sait de quelle oeuvre
16ndbreuseetcriminelle, muni pour cela d'ins-
tructions secretes etinavouables, il Blait charge.
On connait les pdripdties de la mission Fonta-
nes-Esmangart qui du 2 Octobre au 10Novem-
bre 1816 dchangea avec Pdlioa une correspon -
dance oi il n'6tait question de rien moins que
de la suzerainetd du gouvernement monarchi-
que de la France sur Haiti (8): on sait que les
n6gociations reprises sous Boyer, mendes avec
des rtlicences multipli6esdela part des agents
du gouvernement Frangais, aboutirent non &
un trait, mais A une ordonnance de Charles X
qui semblait nous conc6der ce que nous avions
conquis, et qu'il n'avait qu'A reconnailre en
droit, tout simplement.On salt qu'il n'y eut de
veritable reconnaissance de notre souverainet6
national que biendes anndesapres traite de
1838); que I'Angleterre qui ne nous avait
jamais tod oppose, n'adhdra cependant d'une
fagon positiveA noire inddpendance qu'apres la
France et que, malgrd le fait relevd par
Petion dans sa lettre du 2 Novembre 1816
aux envoys frangais, les Etats-iJnis d'Am6ri-
(8) P6tion dans sa lettre du 2 novembre 1816, a
propose justement des reproches que les commis-
saires frangais adressaient aux dispositions consti-
tutionnelles que nons rappelons leur disait avec
beaucoup de sens et de raison : a En me mettant
sous les yeux les articles 38, 39 et 44 do nos
s institutions, voussemblez nous jeterle gantetvous
SdBloigner de la question prdsente pour fire d'une
g cause particulirre une cause gdndrale avec tou-
a tes les puissances de l'Europe; ret appel A des
Sgouvernements qui sont si clairvoyants serait
a bien tardif, car i n'ont pas jugd de la mome
( manivre ce que vous appelez une marque d'hos-
a tilitd envers eux. Ces articles n'ont pour but
Sque note garantie, qui ne peut nous Otre dispu-
St e que par le Gouvernement [rangais, comma
c vousle faites aujourd'hui, lorsque los autres
Spuissances n'y ont aucun intdrot et qu'elles out
Seu des rapports constants avec nous; vous de-
a vez vous en convaincre par la presence d'unagent
Saccrdditd des Etats-Uns d'Amdrique 'ros la Rd-
publique, par l'ordre en conseil du Roi d'An-
gleterre, du 14 Docembre 1808, qui n'a jamais
a dtd rIvoqud, par les bAtiments strangers qui sont
a dans nos ports oi its sont admis comme les nO-
a tries Ie sont dans les leurs; et vous avez dd voir
Sdans cette ville beaucoup d'europdens faisant le
% commerce et la proscription de couleur ne frappe
sur aucun d'eux ....... a Emm. Chancy loco
citato.- pieces annexes. II no viendra A I'esprit
d'aucun Haitien de rendre le people frangais res-
ponsable des fautes et des erreurs de ses gouver-
nements, surtout de ses mauvais gouvernemeatse;
ses sentiments humanitaires sont universellement
connus, et c'est pourquoi les petits peoples I'ai-
ment et l'admirent tant .-











que ne conclurent avec nous un trait d'amitie,
de commerce et pour I'extradition des crimi-
nels que le 3 Novembre 1864. L'altitude de la
Francen'avait rdellement pas Met bien enga-
geante; elle nous donna m6me a un moment
(1823-1824) de vives inquiltudesetlePirsident
Boyer, en provision d'une aggression violent,
dut prescrire des measures et precautions mili-
taires dans toute I'elendue du territoire. Nous
sentant si peu surs de I'appui et de la con-
fraternitd Internationale de nos puissantes
devancibres, il nous a bien fall nous replier
sur nous-mdmes et redoubler de vigilance dins
la garde de notre nationality naissante, sur la-
quelle planaient encore des hostilitds et des
convoitises qu'on aurait pu croire complete-
ment 6teintes. Et cependant, malgr. tout, en
d6pit de l'espionnage organism et pratiqu6 dans
l'ile sur une vaste dchelle, pour comptedu gou-
vernement francais, plant dtaient grands le don
d'accueillance des haitiens et le souci de leur
goucernement de manager le renom du Pays,
que Boyer, en presence du mauvais vouloir non
deguise du gouvernement frangais et au mi-
lieu des prdparalifs guerriers necessites par
ses allures inquidtantes, pensa A la sdcuritd des
h6tes europdens du Pays et donna des inistruc-
tions formelles a ses agents pour la sireot de
leur personnel, de leur patrimoine et laprotec-
tion deleurs intirdts commerciaux (9)
Depuis 1843 jusqu' I'lann6e 1874, la prohi-
bition rdgna dans nos lois d'une fagon abso-
lue, bion que la Coustitution de 1867 ait sem-
ble marquer, mais par une nuance presque
insaisissable, un changement dans les iddes.
L'art. 5 de la Constitution du 14 Novembre
1846 la reprenait sous celte formule, oi se
trouvaient juxtaposes les articles 27 de la cons-
titution de 1806 (devenu Art. 38 aprbs la rr-
vision de 1816) et l'art. 8 de la Constitution
de 1843:.
tAucun blanc, quele que sozt sa nation, ne
pourra mettre le pied sur Is territoire hai-
tien d titre de maitre ou de propridtaire et
ne pourra, a l'avenir, y acqudrir aucun im-
meuble, ms la quality d'Haitien.x
L'art. 7 de la Constitution de 1849 fut en
parfait conformity avec ce dernier texte qu'on
y reproduisit sans aucun changement. -
Nous ne retrouvons plus les temperaments
qui adoucissaient les dispositions analogues
des constitutions de 1805, 1806, 1816, et en

(9) Voir Emmanuel Chancy, loco cfitto. II y a
dans cet ouvrage des documents trbs prdcieur et
d'ine lecture saisissante, empruntds en parties par
1'auteur & un ouvrage du Baron de Vastey at aux
Lois at Actcs de Linstant Pradines, et qu il a fort
utilement annexzs & son Elude.


modfilaieit la port4e philosophique. (1)) Quaii
a Ia constitution de 1867 ( 14 Juin) sans par-
ler des blancs, elle se contentait de dire:
(Art. 4.) Tout Africain onu Indin et eurs
descendants sont habiles & devenir. Haitiens.
La loi rdgle les formalites de la naturali-
sation.
Assurdment, il n'est pas permis d'inferer
de ce texte qu'll entrit dans I'intention des
16gislateurs de 1867 de permcitre la naiturali-
sation des europdens. Non, le passe lIgisla-
tif 6tail l1, tres vivant encore, et liour le
renverser il eft fall une formule tres nette,
en opposition bien Iranchle avec 'art. 7 de
la constitution de 1849. Mais dans Ia noutielle
redaction, le silence volontaire garden sur u.n
r6gle si vivace du droit haitien et jusque-li
accentude par des formules non ambigeies,
decele une reticence, come uh premier
doute sur le bien-fond4 et I'opportunit6
de cette regle; c'est le premier degree d'une
evolution qui se manifestera explicitement
dans la Constitution de 1874 d'abord, dans
celle de 1879 ensuite et don't la Constitution
de 1889, prcedee de celle de 1888, marque,
esp6rons-lf, le terme final.
En se taisant sur les strangers de race'
blanche et en s'abstenant d'incluie dans leui
oeuvre une clause prohibitive, formelle, les
auteurs de la Constitution de 1867 laissaient
d'abord la porte ouverte A une r6forme 16-
gislative accomplie par la loi, dans les for-
mes ordinaires, ne necessitant pas, par con-
sequent, une revision de la constitution. De
plus, ils debarrassaient la lettre de ce qu'on
appelle la loi fondamenlale de l'oxpres-
sion m:t4rielle d'une exclusion qui, procisde
ppr un mot se rapportant A une quality pu-
rement physique, la peau, avait je ne saia
quelle allure un peu trop vive, qui cho-
quait tant soit peu le sens philosophique et
soulevait une impression desagreable, passa-
gere, presque imperceptible, mais trbs rdelle.
Notre observation prend toute sa valeur, A la
lecture de 1'article 5de la meme constitution
portant come l'art. 450 du code Civil :.Nu,
s'il n'est haltien, ne pent itre propridtaire
de biens fanciers etc, o texte qui nous confir-
me dans l'idde que le ldgislateur de 1867,

(10)- Toutefois la Constitution de 1849, en
ses dispositions g~ndrales, contensit P'art. 198
portant : Tout Atranger qui se troupe st r ie
territoire de l'mpire jouit de la protection a1-
cordde aux personnel et aum biens, sauf les esa
captions dtablies par Ca loi. De plus, touted
ces constitutions, jusqu'en 1889, ratifiaierit t16
mesores prises aux dpoques antdrieures en di-
salt : Sont haitiens tous ceux qai jusqu'4 ec
jour ont itd reconnus en cette quat i, claute de-
venue do style, pour ansi dire.








- 90 -


- ppnsait, sans oser encore la r6aliser, a une
modification liberale, par les proc6ds legisla-
tifs ordinaires, du regime de la naturalisation.
Et ce serait une Blude Lien intdressante que de
suivre, a travers les forms litllraires con-
crAtes de nos constitutions et do notre Code
Civil, les diverscs manifestations 16gislatives
de l'idea de race en Haiti. (11) L'expression
se enforce matlriellement, s'accuse en li-
gnes plus voyantes, devient plus crue, quand
les sentiments de defiance et les iddes d'exclu-
sion prennent le dessus, sauf A s'attdnuer, A
so voiler, a s'adoucir quand ces sentiments
eux-mdmes et ces idWcs s'affaiblissent et ten-
dent a disparaitre. Et ce sera vraiment, A mon
appreciation, un Lbonheur pour nous quand,
ayant a &tudier et A commenter nos lois, I'd-
crivain ne sera plus oblige, si ce n'cst dans
la parties historique de son travail, d'alablir
des categoriesde personnel suivani tells ou
tells apparences physiques, n'ayant A voir que
I'haitien d'un cdtd, et l'dlranger, quelle que
soit sa nationality on sa race, de I'autre. II s'en
est fallu do bien peu, nous l'avons montrL
dans notre prechdente dtude, quo la Consti-
tution de 1889 ne realisit ce dernier pro-
grbs, qu'avait accompli, croyons-nous, celle
de 1888. (12)
Un premier pas, dans le sens de l'dgalitd
entire tous les strangers. fut fait par la Cons-
titution de 1874. (6 Aott. )
Art. 7 N:ul s'il n'est h ritien ne peut e8re
proprielaire d'immeublies an Haiti. Ndan-
moins, sur la proposition du Prdsident d'IIai-
ti, le Corps Ldgislatif pourra ddlivrer des ti-
tres do natwralitd it tout dlranger de bonn,"s
mturs qui, apres sept anndes de residence
dans le pays, y aura introduit ifn art ou ian
mdtier uttle, for-mA des dlbves ou rendu des
services rdels et efficaces A la Rdpublique.
La loi rbgle les formalitds d celltte natura-
lisation.
Cet article, en mnme temps qu'il ache-
minait le droit vers un dtat plus avancd et
plus conforme aux besoins et aux idees nou-
velles du people haition, r6accouplait, dans
sa texture, deux dispositions d'une commu-
ne origme historique, qui avaient pris nais-

(i1D.- Chose remarquable: le code civil n'em-
ploie pas une seule fois le mot blanc.
[12J.-Nous n'avons pas sous les yeuxletexte de
cette derniere Constitution qui n'eut qu'une vie
dphdmbre. Si ]a Constitution de '1889 avait
temphrd le jus soli et en dilt tend l'applieation
A tous les fils d'dtrangers, sans distinction d'ori-
gine, nous n'aurions pas oeu rormuler notre sou-
hait. Mais en matibre do naturalisation, ce der-
nier pas est franchi, car on ne rentrera plus,
pensons-nous, par une loi spdciale, dans les dis.
tinctions abolies.


sance en meme temps dans l'esprit des 14gis-.
I.teurs do 1816 et de 1843, I'uno, n'etant
que la consequence de l'aultr, inais que
les ann6 s, Ie progr6s des luinieres ct un es-
prit legislatil'plus melhodiquo avaicnt s6pa-
rdes, tant, en matiAre de droit, la tradition
a de force, et toujours, par quelque cOte,
s'insinue et s'inmpose! II y a en outre dans l'ar-
ticle une forle ellypse; Ie termon ndantoins ne
raltache qu'imparflaitement, dans la suite logi-
que des idees, la dernicre parties, special aux
Strangers blancs et A lour naturalisation, au
premier alin6a, relatif au droit do pro-
priite immobilibre et a I'interdiction de ce
droit aux strangers an general.
Le deuxiAme alinda introduit done une na-
turalisation exceptionnelle, ne pouvant dtre
conferde quo par uue loi, sur proposition du
Chef de 1'Etat, et aprbs une residence de
sept anndes revenue utile par des services
rdels rendus aa Pays. Cette naturalisation,
qui s'cartait d'aatant plus dn droit commun
quo Part. 14 du Code Civil facility outre me-
sure aux strangers favorisis l'acquisition du
droit de cited, ressemblait par un cdl a ce qu'au.
trefois en France on appelait la grande natu-
ralisation, et par un aulre a la naturalization
extraordinaire ou prWiildgide qui est accor-
dde sur services spcciaux rendus a la France,
par suite desquels le delaide residence or-
dinaire de trois annees est reduit a une seu-
le annie.
L'art. 4 de la Constitution du 18 Ddcem-
brc 1879, plus inl.ihorliquenient rddigA, main-
tient ce premier progrBs : Tout Africain on
Indicl ct leurs descendants sont habiles a de-
veim haitiens.
Ndanmoins, sur la proposition da Prdsi-
dent d'Haiti, l'Assemblde national pourra dd-
livrer des titres do naturalitd a tout diranger
de bones inceurs qui, aprs cinq anndes de
residence dans le pays, y aura introduit un
art ou tn mitici utile, formed des dlkves ont se
sera consacrd d un dtablissement d'Agricul-
turc.
La loi ragle les formalitds de ces deux mo-
des de naturalisation.s
La naturalisation des B rangers d'origine
europdenne garde son caract6re exceptionnel
et si elle est en quelque sort facililde sur
un point, car on n'exige plus que cinq an-
ndes de residence, sur un autre ou plutdt sur
deux autres points, elle asl rendue plus diffi-
cile a obtenir. En effel, la nouvelle constitu-
tion exige I'intervention non du Corps Ldgis-
iatif, comme I'autre, mais de l'Assemblde Na-
tionale dont les decisions ncessitent un ap-
pareil extdrieur plus solennel ; en outre, elle
precise davantage le nombre et la nature des
services A rendre : to Introduction d'un art









-91-


on d'un mdtier utile. 2o Formation d'dlves.
Cos deux premieres conditions sont commu-
nes aux deux, mais la Constitution do 1879
ajoutait: on qui so sara consacrd un dtablis-
senaent d'Agricaltu e, condition (que ne pr6-
voyait pas express6mcnt cello do "1874 mais
que renfermait implicilement sa formula fina-
le : ou qu aura rendu des services rdls et
efficaces a la Republique. C'est cette dispo-
sition finale do 'art. 7 de la Constiutlion de
1874, qui laissait uno grande marge a I'ap-
preciation des pouvoirs el auitorits coimpten-
tes, que la Constitution do 18790 plus pr6cise
et plus limitative, s'est abstenue do repro-
duire.
Quoiqu'il en soit, ces conditions, dans I'une
et I'autre redaction, 6taient choisies de facon
A operer la naturalisation en fait do lI'tran-
ger avant qu'il fut juridiquement invest de
la quality d'Haitien. Par ses services ct sia
residence prolongdo il se strait d',ja rendu,
avant le moment de son assimilation ldgale, pa-
reil atx naturels du pays. De leur accomplisse-
ment il r6sulterait uno prove certain, non
sujette & contestation, de son attachment a
sa Patrie d'adoplion. Apr6s leur r6alisation, ii
s'effectuerait forcdment dans i'opinion publi-
que un renversement de la prdsomti.n d6favo-
rable qui, jusqu'alors, avait tll oriquement pose
sur lui, eu dgard a la nature tes ses sentiments
pour Haiti. 11 deviendrait un membre utile tie
lacommunault.Dois-je ajouter quojamais I'As-
semblde national n'eut A se ruiuir pour ap-
pliquer ce texte ? Le lecteur l'a sanls done
d6ja devind. La condition prdcaire et misira-
ble, pleine de pdrils ct d'iucertitude, (i3) tie
l'haitien sur son sol national n'est. gu6re ten-
tante, et I'Ftranger n'6prouve aucuu bosoin de
changer d'dtat pour unirj uridiquement son sort
au ndtre. II tire advantage et profile de son
extranitd, pourquoi chaugerait-il ? C'est un
fait qui provoque des rdftexions peu rdjouissan-
tes; nous en produirons quelques unes dans
un autre parties de cos etudes,
Nous arrivons A la Constitution en vigueur,
celle du 9 Octobre 1889, qui d6finitivement
brise avec le passed, rupture rendue peu vio-
lente, on le suit, par des dispositions adoucis-
santos graduelles. C'est son article 4 qui pose,
en notre matlere, le principle directeur du
nouveau droit Haitien :
g Tout stranger est habile A devenir
haitien suivant les r6gles dtablies par
la lot.
Ainsi, pour reprendre et ranrasser les gran-
des lines de cet aperQu, nous diviserons en
quatre p6riodes l'histoire de l'int6ressante ins-
titution qui nous occupe.

(13). A cause des troubles civil.


lo.-- Pdriode de' creation et de formation
de la nationality haifienne, pendant laquel-
le l'6tranger de sang europden, quoique ex-
clu on rigle g6ndralo, jouit cependant excep-
tionnelloinent du bdndfice de la naturalisation
haitienne et se voit confdror cotte naturali-
sation par des dispositions constitutionnelles
procddant par measures collectives.- De 1805
a 1816.
2o.- P6riode do craintes ot d'inquidtudes pa-
trioliques ot lia defiance se revive ct pousse aux
iddes d'esclusion lotale. L'dtranger quoique ca-
pable, en tlthorie, d'acqudrir la jouissance des
droits civils, est exclu formellement de la pos-
session des droits politiques ( droils de ci-
toycn) par la Constitution de '1816. El fait
on ne rencontre pas, come dans la pdriode
prceCidonto, do mesures Idgales lui conferant
rnime cclle deiui-natuialisation ( denization
du droitl anglais ) qui lui reste accessible.-
De 816 1 8 18L3.- N partir de 1825 et sur-
tout do 1838 los alarines patriotiques sont
calmides, nmais on ne songe pas A reprendre
la tradition tes premieres constitutions (1805.
-1806. 18160.) -
36me. P:8imon.. Pdriode d'instabilit6 gou-
vernemnentale, aa dmbut, qui se caractdrise,
au point do vue de la naturalisation, par des
rfig!es d'exclusion rigoureuses, formelles et
absolus. --- Dc 1843 h 1807.
4imne. Pi'niuE. Pdriode d'agitations et
ile bouleveriseiments intdrieurs, oh, en mati6re
de naluraiisation, se dessine une dvolulion
limide d'abord, plus francliement apparent
ensuile et qui linalcment s'accomplit en 1889.--
Do 1867 it 1889. Seulement pendant cette
tdernire pdriode, au lieu de jouir du droit qui
lui est progressiveient ouvert, l'dtranger
s'abstient d'imnpdtrer la nationalild Haitienno.
)Dans les emnps dcoulds au contraire, de 1805
a 4i16, il recevait avec satisfaction les fa-
veurs constitulionnelles qui lui Meaient faites.
Le prestige du nom haitien 6tait alors dans
tout son dclat, et la nationality haitienne
confdrait des avautages enviables.
Uno dernifre remarquo : La Constitution de
1867 a inaugur6 1'Fre nouvelle a un moment
of noire Pays, reconnu de toute les puissances
etrang6rcs, n'avait plus A craindre aucune en-
treprise centre son autonomie politique et d6-
ji, des 1860, sept mois aprbs le Concordat du
28 Mars conclu avec lc Saint-sibge, une loi
avait autorisd et r6gularisd le marriage pntre
haitiens ot strangers, qui pr6cdda de peu d'an-
nees le Iraitd d'amitid, de commerce, et de
navigation pass avec les Etats-Unis d'Ani6ri-
que on 1864. Que conclure de '1, si ce n'est
que la crainte de 1'dtranger, de son immix-
tion dans nos affaires interieures, de ses con-
voitises et des dangers qui en peuvent d6cou-









- 92 -


ler pour notre Ind6pendance, entire pour boau-
coup dans les raisons qui nons on:tgge:! ;
maintenir encore dans notre legislation certai-
nes dispositions exclusives. Dn jour of.', ass.a-
.gis, devenus raisonnables et pacifilne!d, ayant
Introduit I'ordre et le calie duns nos affai-
res, consolide notre situation nalionale, nous
nous sentirons assez fer:nes et assez respe.:res
pour ne rien apprdhonder du c6Ot do l'dtran-
ger, de ce jour nous penscrons nalurelloment,
de nous-m6mes, a lever, en matiare do droils
rivds,toute entrave A la capacil6 juridique
e 1'dtranger r6guli6rement adllnis et ins-
talle sur notre terriloire. Quant aux con-
siddrations de race, il m'est avis qu'elles no
p6seront pas beaucoup sur nos dtl.orminations.
Nous poursuirrons noire elude par l'ana-
lyse et examenn do 'art. 44 de la Conslililion
del816 et de 'art. 14 du Code Civil quni
r6gle les conditions et formaliles do la natu-
ralisation et par l'indicatiun de (uiii:lques uns
des effects et consequences de ctc actor.

JUSTIN. DEYOT.
Mai 1893.
....- .-.........-.. --.--....--

LOIDU 15 JUIN 1840. 1 ()

[Suite]

21oDans tons les cas oh I'assombl6edefa-
mille jugerait qu'il y a lieu it licilation, :leo
ddldguera un ou plusicurs de ses membres
pour y fair proedder.
La vented ne pourra avoir lieu que de la mna-
nibre prescribe aux articles 3Xj9 et 270.
AmT. 698. Les partlags fits contfrm6ment
aux rbgles dtablies on Particle 697, sont dfini-
tifs: it ne sont que provisionnels, si ces r6gles
n'ont point 6td observes.

LOI No 17

Sur les Donations entre-vifs et les
Testamens:

ART. 735 supprime.
ART. 750. Tous actes portant donation entre-
vifs, pourront 6tre passOs, soit devant notaires,
soit sous signatures privdes.
ART. 751. La donation entre-vifs n'engagera
le donateur et no produira aucun effet, que du
jour qu'elle aura et6 acceptde en terms exprbs.

I Voir la Revue du juillet.


Si 1'acceptation n'a pas 0t6 faite dans l'acte
minaoe de donation, elle pourra otre faite, du
vivani. du donaleur, par un acted partiulier,
soil mlis a la suile do 1'aele de donation, soit
sdpar'i; inais alors la donation n'aura d'effet, a
I'degrd du donatlur, que du jour ot I'acte qui
consitatera cotte acceptation, lui aura 616
notilid.
Air. 752. Si le donalaire est major, I'ac-
ceptation doit t':re fite par lui, on on son nom,
par la personue fond6u de sa procuration por-
tant pouvoir d'accoplor la donalion faite, on
un pouvoir gndirail dk:ccepler les donations
qui :turaient 6d6 ou qui pouirraieint 6l.r iaites.
Ceti'U procnuratIoa dc'vrt dilre anncxde A
l'ncle do doiiilion on h l'acl! d'accepJtaion, si
ceill-ei ai eu lie;ut par un act.L .-.t'pai.
Air. 73:1. upprimi6.
'AIrr. 758. Lorsqu'i! y aura donation de
hions siis:.*eidibles d'liypollii;ques, et accepta-
tioin par acts -c dlisliuncts, !'.cl d'acceptalion
ainsi (q ilela it lifictal.io; ui ( en aurait d16 faite,
sl'ron:i, ci:u ine I'acIei ddo donation, soumis t ia
trans:crip!ion, dans les Fornes prescriles par
I'arlil., 1048.
A.r. 759. Loesque la donation sera faite a
des ilinieurs non 6mancip6s, ou A des interdits,
l:t tranc"cripltion -r! railoe t la diligence des
tuteurs ou curaleur.,
Air. 760. le ddeaat do transcription pourra
6tre o;;pos6 1)ti'r routes personnes ayant intdr6t,
exceplI loutefois cecius qui sono.chargdes de
fire tire ja tIranscription, ot e1 donateur, ou
leLur.II yauln-causu.
AiR. 7T1. Les miniours non 6mancip6s et les
interdil.sno sont point restituds contre le ddfaut
d'accoptation ou do transcription ; sauf lour
recourse centre leiur.-s uteurs ou curateurs, s'il
y dschot, et sans quo la restitution puisse avoir
lieu dans le cas m6me oi lesdils tuteurs et
curateurs se trouveraient insolvables.
ART. 766. Tout acted de donation d'effets
mobiliers ne sera valuable, que pour les effects
don't un dtat estimatif, signed du donateur et du
donataire, ou de ceux qui acceptent pour lui,
aura Wtd mis a la suite de l'acte.
Si le donateur ou le donataire, ou ceux qui
acceptent pour lui ne savent ou ne peuvent
signer, l'dtat estimatif devra Atre fait par acte
devant nolaire.
Anr. 835 supprim6.
ART. 896 bis. Chacun des dpoux pourra,
par testament, donner I'autre 6poux tout ou
parties de sa part dans la communaute, ou dans
la sociedt d'acqu6ts, sans que cette donation
soit rdductible, ni qu'elle diminue en rienla
portion disponible.









--93-


LOI No '18

Sur les Contrats ou les Obligations
conventionnelles en gdndral.
ART. 916. Les incapables de contractor sont
les mineurs non 6mancipes, les interdits, et
generalement tous ceux a qui la loi interdit
certain contracts.
ART. 917. Le mineur non 6mancipe et 'in-
terdit ne peuvent attaquer, pour cause d'inca-
pacit6, leurs engagement, que dans les cas
pr6vuspar la loi.
Les personnes capable de s'engager ne
peuvent apposer l'incapacithdu mineur non-
6inancipe on de l'interdit, avec qui elles ont
contracle.
ARm. 1080. Dans tous les cas oi l'action en
nullilt ou en rescision d'une convention n'est
pas limited a un moindre temps par une loi
parliculiere, cette action dure cinq ans.
Ce temps ne court, dans le cas de violence,
que du jour ou elle a cess6; dans le cas d'er-
reur ou de dol, que du jour ot ils ont tde
decouverts.
Le temps ne court, A l'rgard des actes fails
par les interdits, que du jour oC I'interdiction
est levee; et A l'Pgard de ceux taits par les
mineurs, que du jour de la majority, ou de
I'dmanci nation.
AnT. 1097. Lorsque les mineurs non eman-
cip6s ou les interdits sont admis, en ces qua-
lit6s, A se fair restituer contre leurs engage-
mens, le remboursement de ce qui aurait dte,
en consequence de ces engagemens, pay4
pendant la minority ou l'interdiction, ne peut
en Etre exige, A moins qu'il ne soit prouv6
que ce qui a dit payd a tournd A leur profit.
ART. 1110 bis. Tout acte translatif de la
propridtd d'immeubles ou de droits reels im-


mobiliers, qui sera fait sous seing-priv4
devra Wtre ecrit en entier de la main du ven-
deur, on donateur, A peine de nullite.
(d suivre)

AVIS.
ORDRE DES AVOCATS

Bureau de consultation gratuite, pour
le mois d'aott.
Mes. Mes. Emile Deslandes, Ch. Ifd-
raux, Emm. Ethdart; chez Me. Deslan-
des, rue Pav6e, les mercredis, et ven-
dredis, de 2 & 3 h. 1/2 de l'apres-midi.

BIBLIOGRAPHIE,

Mr. D- Jean-Joseph vient d'interrom-
pre le course de ses excellent6s publica-
tions juridiques par une monographie
tres-inldressante et tres-actuelle de la
question des frontieres dominicaines.
Cette question est ddej familiere aux
lecteurs de la Revue. Us en suivront
avec interet et profit le d6veloppement
historique dans l'ouvrage impartial de
notre savant collgue. On remarquera
surtout ; ia fin du volume un m6moire
du President de la Junte dominicaine,
Bobadilla ou en face de l'Espagne cet
homme d'Etal r6torquait,en 1860,prdci-
sdment... les m6mes pretentions quo
nos bons voisins voudraient soutenir
aujourd'hui contre nous. Le livre est
a lire en entier et a mdditer.


GEORGES SYLVAIN, Rddacteu-Gdrant.






2:,, Annee No 6 Port-au-Prince, le 2 Septembre 1893


REVUE

DE LA

SOCIFI'TE DE LEGISLATION
Paraissant le 2 de chaque mois

Siege provisoire: chez Me J. N. LEGER
16, rue du Fort Per.

COMITt DE DIRECTION ET DE REDACTION
M.M. J. N. LEGER, PRESIDENT
GEORGES SYLVAIN, SECRETAIRE
A. BONAMY, TRESORIER
JUSTIN DEVOT
EDMOND LESPINASSE MM
FREDERIC MARCELIN M RE
J.J. CHANCY


PRO PATRIA


SOMMAIRE:
Seances de hl Soci4td.
Loide 1840, (suite)
Avis
Nderologic


Abonnement .... 1 an P. 4 Le nu'nero *. P 0.40

Adresser la correspondence au siBde provisoire de la Socidt6.


PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE DE LA JEUNESSE
1893.






-95 -


SEANCES DE LA SOCIT .
Exiraits des,procas verbaux.

Prdsents : MM. Ldgcr, Sylvain,Bona-
my, Jean-Joseph, Borno, Brun, Bouzon,
Viard, Saint-Rimy.
Prdsidence de Mr. J. N. LUger
Mr. Jean-Joseph offre A la Socidid son
nouvel ouvrage sur i La question Domi-
nicaine :nos limits frontieres. i Avec
l'approbation unanime des membres
presents, M. le President transmit a
l'inl'atigible travailleur les remerciments
et les felicitations de la Socidtl.
Sanction de la sane ldu 29 Juin.
M. le Prisident ; L'ordre dn jour ap-
pelle la discussion de la communication
do notre coll6gue Justin Ddvot sur la
question deonomique.
M. Borno. MM., apres avoir pris con-
naissancede latrrs intdressante commnu-
nication de notre college Jnstin Ddvot,
je ne peux m'empecher de vous fire re-
nmarqner combien notre debat dconomi-
qne menace de prendre des prol)ortions
singulieres.
Parties ie cette question a, Lequel
des deux systlmes on du libre dehange,
du Inioteclionnisme convient le mieux a
Haiti, nous nous trouvons maintenant
A conistruire, presque de toutes pieces,
une organisation indastrielle et agricole,
& juger des mdthodes d'enseignement,
a nous prononcer sur dos bourses pour
l'enseignemont juridique, litt6raire et
scientilique. Je crois qu'il serait ndces-
saire pourtant de bien circotscrire nos
discussions.
Vous avez decided que a le system
protecteur est celui qui convient actuel-
lement le mieux aux conditions dcono-
miques de notre pays.i C'est aussi I'irld
Amise par le remarquable rapport de la
Chambre des Comptes sur I'exercice
90-91 ; i est just de le consigner ici,
car c'est A I'occasion de :o rapport quo
la qnel ion avait ctd sonulnve d Ia So-
ciBl dei Ldgislaliou. Ajonto:t)i iie,,
(ld'illtWi'is. le protec'.iniumsi Jn: avaii. trl
prdc donmiient soutenu par plasieurs
de nos publicisles, et qu'il avail trou-
vd,-- on ne peut l'oublier,- des ddfen-


seurs enthousiastes et 6loquents dans
MM. Annibal Price et Edmond Paul,
deux esprits 6minents trop t6t enleves
a la Patrie.
Mais ce n'est pas tout que d'6mettre
un principle, dans celre matiere dcono-
mique surtout. Mon college Chancy
1'avait bien compris; aussi avait-il 6td
amend a rechercher, dans son rapport,
par quels moyens pratiques it dtait pos-
sible d'arriver A l'dtablissement de celte
protection reconnue necessaire ; il
avait indiqud les grandes lignes d'une
organisation de l'industrie agricole, et
signaled, mais simplement comme devant
Wtre entreprise en meme temps, 1'orga-
nisation de l'industrie proprement dile.
C'6tait un programme assez vague ; il
etait desirable qu'on le precisat nette-
ment. Vous voulez protdger le travail
national. Tr6s bien. Mais de quel tra-
vail national s'agit-il? Quels products
strangers devrons-nous frapper de no-
tre tariff protecteur? Quelles industries,
en un mot, devra-t-on crder, encoura-
ger, ddvelopper? Par quels moyens
l'impulsion sera-t-elle efficacement don-
nde ? La Societ6 avait i indiquer tout
cela. Elle n'a pas entendu se soustraire
A ce devoir; elle s'y est meme attelde
tres allegrement, et, d.. -la premiere
discussion qui a pn lieu dans son sein,
discussion qui u'a etd qu'une sorte d'cs-
carmouche, il est result qu'elle a Blargi
le programme de notre collogue Chancy
de la fagon suivante :
Pour l'industrie: creation d'dcoles
d'arts et mdtiers.
Pour I'agriculture: to creation et
refection des routes publiques ;
20 creation de chairs d'Economie
rurale dans les diverse Acoles de la Rd-
publique, notamment dans les dcoles
primaires ; 3o foundation de fermes-dco-
les; 40 creation d'un conseil supe-
rieur pres du Ministre de l'Agriculture.
5o. Organisatioii d'un systeme de pri-
mes aux products agricoles, aux ouvrages
ayant trait a Il'griculture.
o6. Exportation dn tous nos products
agricoles, notammnent d e nos frits ; et
subvention aux Compagnies de bateaux
qui aideront au transport de cesproduits.
7o. Creation decertainsbatiments pour






S96-


servir de ddp6t de denr6es, A 1'usage des
a habitants )
8o. DdgrevementA I'exportation de nos
products agricoles.
I a td propose par M. leSecrdtaire
d'introduire dans nos champs un outilla-
ge aratoire perfectionn6 ainsi que des
travailleurs Otrangers; notre college Ma
Laforest a r6clam6 1'organisation de la
gendarmerie rural; mais ces questions
ont dtd ajourndes.
Eu definitive, constatons tle, bien que
la Soci6t6 ait touch a beaucoup do cho-
9es, on ne pent dire cependant qu'elle
ait trace un plan 6conomique complete ;
Ce n'a dtd pour. employer les terms
d'unenot6 ins6ree'lans ]a a Revue ) que
le premier coup de pioche enfoncd au
coeur du terrain. v
Aujourd'hui qu'il s'agit d'aborder sd-
rieusement le travail, il convient, MAi,
en rdservant ce qui a 6td ddji fail, mais
en le r6servant pour le classer plus tard,
il convient de bien 6tablir une mdthode
pour nos recherches, de composer, en
quelque sorte, la care raisonnee, prati-
que de nos discussions futures.
Ittant admits que nous devons accom-
plir unedoubleorganisation, industrielle
et agricole, voici le plan que js vous pro-
pose d'adopter, pour qu'il n'y ait aucune
confusion dans nos debats :
Pour I'industrie. 1o. Determination
des industries qu'il faut proteger en Hai-
ti.
2o. Moyens de r6aliser cette protection:
(A): Mesures fiscales; dtude de notre
tarif;
(B) : Encouragements, Institutions de
credit, enseignement professionnel.
Pour l'agrtculture lo. Le d6grevement
de nos denrdes dtant ronsacrd, fixer a
cette occasion un nouveau systemed'im-
p6ts. Itude sur les revenues domaniaux.
2o. Moyens de d6velopper et prltdger
I'agriculture;
( A). Mesures fiscales.
B )Encouragements, credit agricole,
enseignement agricole.
Voili MM., dans mon opinion, du
moins, le plan & suivre dans l'dlude si
vaste et si diflicile que nous alloris en-
treprendre.
Soumettrece plan& votre appreciation,


c'est vous dire que, A mon avis, notis
ne devons pas discuter une bonne fois
les propositions de notre coll6gue Devot,
mais plulit les reserve pour les abor-
dor ch i1icne, A rmesure qu- nous le. ren
cont erons sur I: route queje viens de
Stracer, ou sur l, rotut que vous aurez
tr ;ace vous-mmees.
Lecture d'une dtude de Mr J. Bouzon
sur-l'imp6t et le cadastre.
COMMUNICATION A LA SOCITE DR LEGISLATION
L,'lnpOt et le cadastre.

Parmi les questions soumises A notre exa-
men par Ie collogue D6vot dans la communi-
cation qu'il nous a faite, les deux premieres
meritent notre attention tout particulibrcment.
Klles sont d'une importance capital et j'es-
time que de leur application il ressortira un
hien immense pour la IRpublique.
II ne vous a pas .chapp6, je le crois, dans le
rapport do la commission du Budget de l'annbe
dernimre, cette rflexion : Au fur et A measure
que nos recettes diminuent, nos dppenses aug-
mentent. La deuxibme proposition est vraie,
mais la premiere est fausse.
11 est inexact dire que nos recettes dimi-
nuent, elles ont ete trds belles depuis cesder-
nieres annees. Le rapport de la chambre des
comptes, l'Expos6 de la situation aux chambres
dcdlarent au contraire une plus-value d'annde
en annde. 1887-1888:8 millions 47.760piastres;
1889-1890: 8 millions 517.716; 1890-1891 :
9 millions010.594. L'dloquence des chiffres dit
que nos recettes ne diminuent pas.-
Ce qui est vrai, c'est l'augmentation outr6e
de nos depenses. Cette augmentation n'est plus
en proportion avec nos resources, nos besoins
s'accroissent de jour "en jour. Comment y
faire face? En augmentant les resources du
tresor, non pas en crdant de nouveaux imp6ts,
mais en touchant tous les revenues du pays;
nous ferons par IA acte de bons administrateurs.
Nous devons reconnaitre qu'il faut a la tete des
administrations publiques des gens probes et
capable. Aux capacitds honndtes est reserved
le soin de reliever Haiti; de la faire sortir de
cetle ornibre out elle croupit depuis si long-
temps.
On recule devant certaines questions, parce,
que leur solution ne parait pas facile de prime
abord, quelquefois on ne les comprend pas,
ou, les comprenant, on n'a pas le courage de
Smttre de c6lB les errements des prdddcessenrs.
On prdf&re toujours recourir aux moyens
empiriques qui laissent tant de mecomptes a
leur suite.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs