• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Statuts
 Fevrier 1892
 Mai 1892
 Mars 1892
 Juin 1892
 Avril 1892
 Juillet 1892
 Aout 1892
 Septembre 1892
 Octobre 1892
 Novembre 1892
 Decembre 1892
 Janvier 1893
 Fevrier 1893














Title: Revue de la Société de législation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080974/00001
 Material Information
Title: Revue de la Société de législation
Physical Description: v. : ; 29 cm.
Language: French
Creator: Société de législation (Port-au-Prince, Haiti)
Léger, Jacques Nicolas, 1859-
Publisher: Impr. H. Amblard
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1892-
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Law -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1. année (le 2 avril)- 1892-
Issuing Body: Publisher varies: 1892-1894, Imprimerie de la jeunesse.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080974
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001109456
oclc - 18691953
notis - AFK5956

Table of Contents
    Title Page
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
    Statuts
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
    Fevrier 1892
        Page 12
        Page 13
    Mai 1892
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Mars 1892
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
    Juin 1892
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    Avril 1892
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
    Juillet 1892
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
    Aout 1892
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
    Septembre 1892
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
    Octobre 1892
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
    Novembre 1892
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
    Decembre 1892
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
    Janvier 1893
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
    Fevrier 1893
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
Full Text





Ire Annee No ter Port-au-Prince, le 2 Avril '1892.


RE V U E

DE LA

SOCIETY DE LEGISLATION



Siege provisoire: chez Me J. N. LEGER


COMITf DE DIRECTION ET DE REDACTION
M.M. STEPHEN PRESTON, PRESIDENT
GEORGES SYVAIN, SECRETAIRE
J. N. LEGER, THESORIER
JUSTIN DEVOT
EDMOND LESPINASSEI
FREDIRIC MARCELIN MEMBERS
EMMANUEL LEON



Abonnement ... 1 an.. P. 4
Le numn ro ............. ., 0.40


Advlesser la correspondence au si(ge provisoire de la Soci6t6.


PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE DE LA JEUNESSE

Jailon ATHANASE LAFOREST
1892.
MC-DONALD DUGUE & H. ARCHER
DMIIBxTRATEBVRS,


























Un ri,;'l de bone courtoisie auquel nous sommes heureux de nous conformer
veut en Haiti que tout novel organe de publicity debate par un salut d ses ainds.
\Lous adressons done notre salt cordial et sympathiquc d tous les reprisentants
de la press haitienne, comptant sur leur concours patriotique pour mener d bonne
fin l'ceuvre que nous avons entreprise.






















PRO PATRIA


SOCIETY DI II G SLTO



STATUS


Foundation. --- Composition.



Article. .-- [1 est former entire les soussig-ns, sous le nom do Socidtd de Legis-
lation, une association, don't Ic siege social est dtabli i Port-au-Prince.
Art. II. Cette association comprend :
Des membres actifs,
Des membres honoraires,
Des membres correspondents.
Les meinbres actifs sont ceux qui ont presidd a la foundation de la Socidte,
ou quiseront admis a en fire parties, coinforvmement aui.x r i. I I;lions statuilai Irs.
Les membres hoiioraires sont coux qui, upres services rendus A la Socitd, v
seront regus en cette quality.
Les membres correspondents sont ceux qui, rdsidant ailleurs qu'a Port-au-
Prince, tiennent au courant ]a Soci4te, par des communications periodiques,
des faits qui peuvent 1'interesser.
Art. Ill. Le nombre des membres actifs est fixte viiiit cini : celui des
membres honoraires et des membres correspondents est illimitd.










-6-


Objet. Admission.


Art. IV. La Socidt6 a pour objet I'etude des questions de droil t de juris-
prudence, l'examen des lois haitiennes et des modifications : y apporter, ]a
vulgarisation des controversies juridiques et econonii ies.
Art. V. Pour rdaliser ce programme, il sera public, par les soins de la So-
ei&t6 une Revue mensuelle, inlitul6e Revue de ia Socidle de L'i'. .,i; ,,,
11 sera dgalement donn4 des contfrences `t des 6poques ditermindes.
Art. VI. Peuvent dtre membres actifs tous .eux qui, at des litres divers, jus-
tifieront d'une longue pratique des questions de droit.
Art. VII. Pour tire admis en celle quality, il faut avoir 6te presented par le
Comite directeur aux suffrages des Sociktaires, reunis au nombre des deux
tiers au moins, et avoir obtenu la majority absolue des voix.
Le nouvel dlu sera tenu, le jour de sa reception, qui aura lieu en stance solen-
nelle et publique, de lirune e tude ou de fire une n.,iii,-i... surun sujet
agrid par le Comite.
Art. VIII.Pour 0tre membre honoraire ou correspondent, il suffit d'avoir dtd
agreed par la majoril6 de l'Assemblee, sir la proposition du Comiid.
Art. IX. Peut etre radid de ia lisle des members do la SociIle, d'a:;', e vote
de 1'Assembl6e, quiconque aura commis ane faute grave centre l'ho';i!ur.

Ressources et Charges Sociales.


Art. X. Les resources sociales se composent:
1o. des cotisations des membres actifs (*)
2o. des dons et legs des associs ;
30. des abonnements a la Revue;
4o. du produit des conferences et des fetes donnees an bIndlice de la Socidte
Art. XI. Chaque membre ;:til' paie une cotsatioa mneasuoile de P. 1 () Celui
qui ndgligera, pendant trois mois consecutifs, de verser cette cotisalioni, nu qui
ZD C5, 1------ -~'-"
aura passe ce temps sans faire acte d'associe, pourra, sur l'avis conirl'me de
1'Assemblde, 8tre consider come d6missionnaire.
Art. XII. Eu entrant dans la Soci6td, tout membre est tenu de verser le mon-
tant d'un abonnement a la Revue, abonnement qu'il doevr renouvoler d'avance
chaque annie.
Art. XIII. Dans certain cas exceptionnels, laissis i, I'appriciation des sociv-
taires convoques en reunion g6ndrale, il pourra 0tre proceide une souscrip-
tion extraordinaire parmi les membres de la Soci4t& mais dans aucuu cas, il
ne saurait y avoir plus d'une souscription extraordinaire par an;.


( ) 11 a 6te ddcid6 que les memibres nctifs, en entrant dans la Socidtd feraient. en dehors de la
cotisation statutaire, un apport de dix gourdes. ( RPunion du 29 Fwvrier 1892 ).









- 7 -


Direction.--- Administration.---Rev ue--



Art. XIV.-- La Soci6td est administer e par un Comite de direction et de
rddaction, comprenant : un Prisilent, un Secretaire gnidral, un Tr'dsoriet et
quatre membres, tous inomins pour un an et indifiniment reeligibles.
Art. XV-- Ce Comite a lia gestion et la defense des intlrits sociaux, et re-
pr6sente la Societe vis-a-vis des tiers.
Une fois consLitu, il decidera de Loutes les questions d'organisalion el pren-
dra tells measures qu'iljugera propres a assurer le succes de I'cwuvre commune
et A rjaliser l'objet de la Socite6.
Plus spdcialement, le P' isident preside les reunions et dirige les ddlibdra-
tions. S'il Otait empiche d'assister a I'une de ces reunions le plus tig, des mem-
bres du comitd presents, sauf le Secretaire et le Ttesorier, presiderait a sa
place.
Le Secretaire general tient ies archives, r&dige les comptes-rncduis des seances,
et a la charge de la correspondence.
II peut s'adjoindre, ai cet f'ei, en dehors de la Societe, un ou deux secritaires
particuliers.
Le Tr6sorier tient Jes competes d'administralionet a la garden des fonds sociaux.
Art. XVI.-Clhaiue amnne, le Comite, en r6signant ses functions, prdsente a
la reunion generaleo s soi:-itaires le compete do sa gestion.
Art. XVII. La Revue publiera tous le mois ls O l rapports presents a la
Socidte, les conmpLes-rendus de. seances, les communications des Societaires,
et en outre, ou:; les articles, soumis au Comitd et juges par lui conformes ;
l'esprit de la Societe.
Euinions.---Conafrences ct iWtes,--



Art. XVIII.- Les Socillaires se rdunissent au siege social le jeudide chaque
sernaine, Ai3 heures pricises de l'apres-midi, pour dlib6rer sur les questions
qui interessent la Soci'(e, s'eniretenir daus l'dtude et dans ]a discussion des
probl6mes juridiqueseteconomique;, preparer la matilre desarticlesdela Revue,
entendre loscommunicaLoius que tout associ6 voudra leur soumeltre a propose
de la Societe, et les rapports ayant trait aux sujets fixes par la derni6re reunion
Pour delibirer valablement, il faut au moins la presence de la moitie plusun
des membres actits, les membres honoraires on correspodants pouvant aussi
prendre part aux discussions, mats sans avoir voix d6lib6rative.
Art. XIX.-Toutes les discussions qui ne se rapporteront pas rigoureusement
aux points vis6s par le prec6dent article devront Otre arrdtdes des le principle
par le President.
Art. XX.-Une fois par an, le Comite convoque une reunion generale des
membres actifs pour entendre les comptes d'administration, prononcer sur les
cas de demission ou de radiation qui pourraient se presenter et proceder, s'il
y a lieu, a la revision des status.









-8-


Pour ces reunions gen6rales, it faut au moins la presence des deux tiers des
membres actifs.
Les votes ont alors lieu au scrutiny secret et ne sont valablemrent acquis
que s'ils 6manent des deux tiers des membres presents, sauf ce qui est prfvu
au chapitre de J'admission.
Art. XXI. Le Comite pourra provoquer, a l'extruordinaire, des 6runions ge-
nerales, toutes les fois qu'il le j,.;- i i ndcessaire.
Art. XXII. 1I pourra etre organism sur l'avis conform des Socidtaires reunis,
des confireices et des :-...-, ou sera donvie le public.
A la meme reunion oft une telle decision aura dtI prise, on disignera les
membres charges de l'appliquer.

Fondations Spieciales.


Art. XXIII. Avec 1'extension des resources sociales, ii pourra otre institud
une Bibliotheque publique de droit et des rdcompenses spdciales pour les tra-
vaux remarquables adresiss ; la Socidet ou composs sous son inspiration.

Port-au-Prince, le 29 Fevrier 1892.
(Signd ) S. PRESTON, President,
GEORGEs SYLVAIN, Secre'laire-gdndral

J. N. LEGER, Tre'so,'ier


EDMOND LESPINASSE )
FRnDIEIC MARCELIN f
JusTIN DEVOT Membres du Comite.
EMMANUEL LEON


D. JEAN-JOSEPIH
H. LECHAUD
A. DYER
F. BARON
IH. BAUSSAN
J. J. CHANCY
MAXIAMu1EN LAFOIREST
EDMoND IIEREAUX
BONAMY
LELIO DOMINIQUE
SOLON MENOS
Louis BOR.NO










-9 -


LA SOC1ETE DE LEGISLATION.


L'idee d'ou procede l'instilution que nous presentons aujourd'hui au public
est simple et naturelle. Elle result l'uiin 'ai que tous les esprits verses dans
l'6uude des questions juidiques ounit pu observer : a savoir l'iij,,lrf. 'liiin sur
baucoup do points de noloe legislation positive qui, etant restee stationnaire
et comme immobilis6e dans la former que !ii out donnee nos premiers lgisla-
!.eurs, ne se troupe plus en liarmonie avec les besoins nouveaux du Pays, les
idees et les sentiments nctuels (du lpeulle qum l'habite. D'oi la necessit6 d'une
modification, d:aus Ic sens de celle mime des maneus et los habitudes socia-
les, de la piupart des lois formant cette lIgislation.
Inliquer un parei travail, u'est du mime coup, en montrer l'importance, la
haute uiiliIe et aussi la diflicult6.
Des i'ocmes partielles accomplies sur tel o tel point, le pe'iles relouches
faites ici oi lI, sni v;t l'occasion et snivant I'inspiration du moment, rdpondraient
fort inpirfafltment au bul i atlein:dre.
Peul-ilro mimen compiiquer'aiert-elles les choses et serviraient-elles aI rendre
nos lois tout-A-lfail disparages.
Le ridultat ia chercher c es un remaniemeni gdndral de la I;gislation, rea-
lise non pas d'un seul coup, mais par des r6visious successives portant sur un
ensemble de lois pouvant se grouper et se rdunir par suite d'une resemblance
de nature ou de caractcre. 11 fandrait prendre nos codes, par example, un a un
et a tour de role, et les soumettre en le0ur enter au travail de revision indique.
Lie mime pourrait-on 'gir pour les lois administra ives et celles de l'ordre
Constitutionnel.
L'entreprise de r6forrnes lgislalives rdclamde par notre pays, ainsconvue,
presence done une importance considerable et, realisde, conslituera un veritable
bienfait national.
Mais quels ouvries peuvent ktre appelds a travailler A une pareille oeuvre.
Le Gouvernement d'abord, pris en ses trois parties constitutives, sous sa
triple forme de pouvoir' Ldgislatif, de pouvoir Execatif et de pouvoir Judiciaire.
Aux Chambres seront reserves la dliscussioi et le o.ote en dernier resort des
reni'mes proposees, mais la pintparalion merne de ces rIformes revient a l'Exd-
cutif aide el eclaird des !iinieres de la .1 Ii-tralture interivenant par ses avis,
ses observations et par 1,l participation de ses menbres aux taux tr ux pedliminai-
res, confines a des commissions sp6ciales et extra-parlementaires.
Mais en dehors et a c6t ,le d action gouvernementaleil y a place, et une place
honorable, pour celle de I'Initiative privee: c'est cetle place que va essayer de
prendre et d'occuper !a Socield de Ldgislation.
En effet, le travail official par lequel seul I'euvre revde peut enter dans I'or-
dre des faits reels, ne sera serieusement possible que grace aux elements d'in-
formation fournis par oies itudes, des rechetches, des controverses d'ordre pri-
v6. 11faut que ies ildes noi'velles don't F'adoption est reclamde se soient faith jour,
aient 6td examines, pesees, mesurees dans leur utility et lcur convenance, ail-
leurs que dans le sein des commissions ,l'iii -!Hes ou ids cliambres Lgislatives.
II faut que, predalablement iprseniites an public et jetoes ltans to coir int des dis-
cussions, des conversattions jouralwlii' s entire p;rticHli'rs intir'ess0s ]i leur
sort, elles arrivent devant le LUgislateur bien leslees Id poiids de l'approbation
qu'y aura doniie l'opirion publique. Aiusi patromnees, elles front sirement
leur chemin a travers les fili6res administrative et s'imposeront a I'altenlion
des Chambres, certaines de ne pas s'dgarer dans les plis et replis d'une longue









- 10-


session et de ne pas dormir, didaigndes ou oublides, dans les cartons d'un Mi-
nistere.
La Socite' de Legislation, exclusivement adornnee l'elude et a la discussion des
questions de droit, prendra done le publicc pour confident de ses travaux don't
les rdsultats trouveront place dans la Revue Mensuelle qu'elle faith paraitre en
cette ville.
Soit par elle-m6me, soit par ses membres agissant individuellement et sous
leur signature personnelle, elle doniIera des conclusions motivees sur tels ou
tels points de 16gislation paraissant avoir de 1'interel. pour le Pays. Le dioit,
dans son ensemble si vast et si varied, constituera le domaine de ses investiga-
tions qu'elle s'abstiendra de porter sur un au're terrain. Cette limitation de son
champ d'dtudes et d'explorations aura le bon eloet, lit maintenant loujours en
face de son objet, de son but, de rendre son activity sinon plus feconde, du
moins plus sdrieusement profitable au Pays.
Elle cherchera i enrichir son propre fonds des lonnees fournies par 1'expd-
rience lIgislative des autres peuples et, i celle fin, se mettra en communication
avec les societies de m6me nature existent I'itranger, Eile esp6re trouper en ou-
tre dans ces relations etablies au dehors une cause d'expansion et un solide
point d'appui.
Done comme moyen I'dlude des questions juridiques et des problems sociaux
et6conomiques qui s'y rattachent; come but la vul_- .ji -tion des solutions don-
nees A ces questions et, par voie de consequence, le perfectionnuineiit de notre
16gislation, sa mise en rapport avec les progress de la science et l'dvolution ac-
complie par notre sociMt6 depuis un demi-siecle el plus.
Ces deux indications precisent -Iiil- iii nI1 p ensons-nous, et de fa-
gon limitative, le caraclre de la Socidte de Legislation qui espere se concilier
dans le public des amities.et des sympathies don't elie aura besoin, malgre la
modestie de ses vis6es, pour remplic la t.che qu'elle s'est assign6e, en se cons-
tituant.
Ces sympathies joints a relles qu'elle croit avoir d6ja rencontrkes dans les
hautes regions de administration, seront par elle agreees comme une marque
de prdcieux encouragement.
Le sentiment qui la guide et lui donnera, espkre-t-elle, le resort nkcessaire
pour travailler avec continuity el per-ve&ra'nce, c'est I'espoir de contribuer i la
r6alisation du progris dans notre chere Patrie.
Le problime general, la solution duquel se lient intimement les destinies
d'Haiti, c'est I'introduclion de la civilisation sir cette terre que tant deluttes ci-
viles ont c (- 1I.-1 iilee et stlrilisee qu'on la croirait voune a de redoutables fa-.
talitds. Ses enfants auront-ils le courage necessaire pour s'arrachier aux etreintes
du passe et se mettre a la traverse da course de es hses ? Grave question. !
Dans I'intervalle de deux catastrophes, sans foi dans le present et pleins
de craint.,s pour l'avenir, nous passons le temps A gemir et a nious lamenter,
n'essayant meme pas de rem6dier a une situation social qui nous semble Otre
irremediable. Cependant quand la pdriode de paix se prolonge un peu, nous
nous reprenons a esprrer et a croire en des jours meilleurs. Nous consentons
mrme a en preparer et A en assure pacifiquement la venue, mais nos travaux
non soumis a un plan rationnel, manquent d e mellhode, d'liarmonie, de preci-
sion, d'a-propos et, partant, d'eflicacite. Dans la sphere des entreprises mate-
rielles comme dans celle des choses intellechtelles, nous procedons par sauts et
soubresauts, par elans vite eteints, par tentative 161 abanlonni.es, si bienqu'on
nous croirait men6s par une in r-'iii li:in capricieuse et rnml reglde plut6t que
par un ferme bon sens et une raiso I eclairde faisait nettement saillir a nos
yeux le point de depart et le point a atteindre, puis, ontre les deux, les milliers
de pierres blanches marquant les tapes de la route. Ce sont ces pierres blan-









- 41 -


ches qu'il s'agit d'atteindre unie une sans trop grande precipitati6n, maisavec
un effort toujous croissant, Lrlicoe auquel la march en avant, non coutrari6e ou
detruite par des h iltes trop prolongeos ou des retours en arriere, nous conduira
au term de la voie.
Qu'il peal paraitre simple et ais", L un observateur superficiel, mais combien
difficile en reality, li'orgaiiset Ie proi.. '. en Haiti, c'est-A-dire, degrouperd'apri s
leurs traits de ressembla:ne les leir mits de civilization ( etils sont nombreux )
qui s'y trouvent, de coorlouner entre eux ces divers groups, les faisant agir
chacun suivant sa spcialil et sa nature, et obtenant finalement le rdsultat vou-
lu : c'est-a-dire le Dmouvemeut progressif vers iIn itat nmeileur. L'eparpillement,
l'isoleime' It des forces socil!o,- en fait la fiiblesso. E lle. agissent sans entente,
sans cohesion, se iieulrailisaii l'une I'autre, et aboutissant de cette f, i, A des
resultats iuls, pirfoi~ uuisiblhe -- an point de -iie social. Tel individu biendoue,
bien outi ll, parfaitement min ii par mue pai ticipation eflicace A l'ceuvre du pro-
gres verra pourtant sa. vie s'P co(ier sa s fruits et sans utilil6 pour son payspar
ce que, pPnldaet cet!e vie, il n'au'a pas tronuved A fire l t.lication rationnelle
de ses facultes. Son iistructioGn: son inlelligence, ses luinieres, son energie lui
auront procure quelques satisfactions indiviueelles, unecertaine notoridte, un
peude prestige personnel, m;isaucune de ces qualil6s n'aura tourna ti advantage e
de la conmmun;iule. Cotte force pourtant, disciplinee, unie a d'autres mtehodi-
quement di. ; et engage, avec elles dans une action commune ect con-
couru Ai donner une impulsion fort appreciable la collectivite; elle eut 6t6 une
cause crdatrice de ,p .),' un facteur, dans une measure quelconque, du d
veloppement n :iional. Le mal est dvidcnt el. los esprits r6flchis ne songe-
ront guere i le nier.
Heureiisement, et o'est lA unI indice coisolant, que des groupements sponta-
nds commentcent A s'operor : premiers et precieux fruits de la paix et surtout
du dCsir de voir cette paix diueret devenir, aulieu d'un fait exceptionnel, une
chose normal, habituelle, A laquelle les esprits une fois qu'ilsy seront faoonn6s,
auront de la peine a renoucer.
Chaque soci6te constitute est une force soiale capable d'agir utilement pour
I'arnliorAlion dr-s hoses, si elle rest en conformity avec son principle de vie et
travaille dans le sens lde sa nature et de ses facults.
Celte force collective, lout ern dtlermninant le progr s sur un point special, dans
une sphere particuliro, sort en rnmie tcmlo s ;u progris general, d'abord par
ie bon example donned, tonjours contagieux, ensuite parce qu'elle devient dans
le milieu o ll ells xiste et se developpe un foyer stable, d'oi rayonne cons-
tamment l'idec mme dce PIe. '
La constitution d'associtaions a caractire scientifique, litt6raire, artistique,
industrial ou commrnercial est done un phenomene social que les patriots hai
tiens doivent noter avec satisfaction.
Profundcmnent peuntrees du sentiment national et de la necessit6 d'unn! paix
durable, C.',l 1i.. par le travail, elles forment un centre poids considerable
aux lendances desorganisatrices de ceux qui ne prevent que secousses et boule-
versem6nis sociaux.
Puissent routes cells dejA fond6es vivre, croitre, prosp6rer et atteindre leurs
fins, amenant pour la Patrie une augmentation de gloire et de prestige : nous
entendons celte gloire, de beaucoup preferable a toute autre, qui r6sulte de la
consideration et de l'estime des autres peoples conquises par le travail, seule
cause de l'accroissement indieini des ri,-hesses mat6rielles, intellectuelles et
morales d'un Etat.
LE COMITE.
23 mars 1892.








- 12 -


REUNION DU 29 FEVRIER 1892.


PRISIDENCE DE M,. MAXIMILIEN LAFORIEST, DOYEN D'AGE.
M. Georges Sylvain, Secr6laire provisoire, explique i'objet de ]a reunion. 11
s'agit de constituer une Societe de i.'.-i ,l;,, Un ptojet des status qui doivent
regir cette Societd a ete dejl prar par p 'iniiative de ceux qui out provoque
Ja reunion. L'Assembli e en prendra communication et adoptera a eel egaurd tel-
les decisions qui lui sembleront uliles. L'Assemrble decide de passer la lec-
ture et a la discussion des articles de ce project.
L'article I et I'article II sont votes sans discussion.
L'article III ainsi concu : Le nombre des membres actifs est lixd a vingt-
cinq; celui des membres honoraires et des menmbres correspordants est illimi-
td solve la question de savoir s'il ne conviendrait pas ld'dtoen:le le nombre
des membres actifs, ain de s'assurer un concours plus important parmi les avo-
cats et les magistrats de Port-au-Prince. L'Assemblhe s'aitrie a la r&ddiction du
project, afin de conserver A la Socildt plus de prestige. Snu les vingt-ciiq mem-
bres stalutaires, dix-huit ont ddj i adh ed i la C onsliulioni de la Sociuet; il y au-
ra lieu de procededr A sept aulres admnisions. Si plus tard. ia necesssiii s'impose
d'augmenter ce nombro, l'Asseimbir(e gen('rale en serao juge.
L'article IV s'exprimit ainsi : La SociRte a pour objet I'6tude des question s
de droit t de jurispruiience, i'examc n des ois liuaitic'ioues e0 des modliicalions
a y apporler, ia vulgarisation des controversies juridib ies 'ton y ajoute "et dco-
nomiques. u
Le troisinme alinda de l'article tXV diant
Plus spdcialement, le Prilsident prs-ide ies redanion s do la Socide el dirige
les deliberations. ,'il S tait enmpdlchS d'assistler A l'ine de cos reunions, le plus
aigf des membres presents presiderait i a islace a est modii con ne suit .
xt le plus aSg des membres du Comid pmrsenis, sauf le Scretaire oat le TIesorier
presiderait. a sa place. )
L'art. XVII soulkve Uri court doat a !ropos du di d de periodicit e do la Ic-
vue. Quoique ]e ddeii de deux mois, proI)ose par ~il.quAeques-an~ 1 in es e 'e
la reunion, doive permettie d'augmi:enter It format do la Hevm, on dec le di'
s'en tenir A Ia redlacion du projel, afin d'eiitreenir .r ,ne nc pullictlion plus
frdquente I'inlhldt du pVblic e!, le ze!o (ds Associ:-.
L'art. XVJII du project io!lant 1 :' I" s Socielajires so 'uai.issent au siego (social,
toules les semaines, an jour lixe par le proi'es-\verbal) do la demniero union,
pour delibedrer sur les questions q aii iniieressent la Socitl;, s'entretenitr dans Id-
tude el datsi la discussion des probldmes puridiques e!t coItomiques, iie;parecr
la matidre des articles de la Romue, entendre les rapports et les communica-
tions, est moditid en ce sens;
Les Socidtaires se runtissent au s&i-e social, Jo i .; do chaque semaine, a
3 heures iprcises de I'apris-midi, pour e . entcndre los communica-
tions que lout associe voudra leur sonnmett e A propos de la Socidtd et les rap-
ports ayant trait aux sujets d6signds par la detrnithe rdunion. ,
Les autres articles du project sont votis, sans discussion.
On procede alors i l'dlection des membres du Comite de direction et de rd-
daction. L'appel des noms permet de constater la presence de douze Associes,
M. FREDERIC MARCELIN s'dtant retired au moment du vote.











Le resultat de ces elections done, au d6pouillement des bulletins de vote:

POUR LE PRESIDENT :

S. PRESTON: 11 voix
M. LAFOREST: 1

POUR LE SECRETAIIE GENERAL:

G. SYLVAIN: 11 voix
L. BORNO: 1

POUR LE TRESORIER:

J. N. LEGER: 10 voix
F. MARCELIN voix
ED. LESPINASSE: .

POUR LES 4/ AUTRES 31IEMBRES DU COMWlTI :

ED. LESPINASSE: 9 voix
F. MARCELIN: .
J. DEVOT: .8
EMM. LEON: .
,. J. CHANCY: .. 4
BARON: 4 :
BAUSSAN: 3
1. LECHAUD: 3
J. N. LEGER: I

En coiusc' nence, Mr S. PiestoW e-t prouclian P!rsilenl, M. G ..... -. Sylvain,
Secrtitire gdeidrl. Mr J. N. L ger, T'r ornit ; cl M. M. Ed. Le.-.piasse, F. Mar-
celin, J. Drvol, Emmi. Leon so:il proilins inmemres du Comile de dire.lion
et de redtlion [oirr l'exer( ice !892.
La rdnu ionl diecile qu'uio leL:e serir a res r; e i S )n Excellence et Prisident
d'laili qui s'est Iril iii 'eetenit inl, resSoJ a' I fub n tilion le la SocidlA6 poar lui
faire pari d cette formnalion elt lii dem ind l 'e de vouluir bien recevoir tous les
membres en audience [W ivee.
On fixe ensuit a P 10 I'apport social, ponr permeltre la Coi;stitution d'un
fonds de reserve et pour fire fLce anx premieres 0tipenses.
( sign ) STEPHIEN PRESTON, GEoRGEs SYILVAIN, J. J. CHANCY, MAXIM -
LEN LAFOREST, H. IEC:IIJUD, J. N. LEGER, EDMONO) IlIERIUX, ED. LES-
PINASSE, F. MARCELIN, D. JN-JOSEPH, EiMMANUEL LEON, F. BARON,
BAUSSAN.


- 13 -










- 40 -


SANtCES DE LK SOCIM

(ExrRAIT DES PROCES-VErBAUX )

REUNION DU 2 MAI,
Tenue i la place de la reunion sta-
tutaire du 28 avril.
Presidency de M. S. PRESTON
PristsIs : M. M. Preston, Sylvain, Le-
I er, Leon, D. Jean-Joseph, Lechaud, La-
orest, Mnos, Chancy, Bonamny, Mulier,
membres actifs ; et M. A. Thoby, mem-
bre correspondent.
La premiere parties de la reunion est
consacree A I'organisation de la seance
publiique du 8 Mai.
Puts Mr. J. N. Lger, Tr&Sorier, faith
a l'Assemblee la communication sui-
vante :
t Messieurs, d'apres la Constitution
b itie. n0 les Setnaiturs sont tlus pour
six a s, miis 'i quel:le ioque prdeise
lfui.-il fire crermotter leur mandate : del
la date de 'election, ou de celle de la
prestalion dle sermet nt.) Et ce mandate
expi'i .', puivent-ils encore sieger come
senaleurs, sons quelue motif quece soit?
La Constitution ne se prononce pos
clairement sur ces points. Je pense qu'ils
pourraient fair l'objet d'une discussion
int6ressante. )
AM. le Secret;aire donne lecture des ar-
tices dte la Constitution visits par la
communal ication.
Art. 48 Le Sinat se compose de
39 membres. Leurs functions durent 6
ans.
Art. 51. Le S6naL se renouvelle par
tiers tous les 2 ans :
En consequence, il se divise par la
voie du sort en 3 series ile 13 S6nateurs :
ceux de la lere s6rie sortent apres 2 ans
ceux de la 2e. apres 4 ans, et ceux de
la 3e. apres 6 ans, de sore que, at'
chaque p6riode de 2 ans, ii sera proce-
d6 A l'alection de 13 Senateurs.
Art. 53. En cas de mort, d6mission
ou dechdance d'un S6nateur, la Cham-
bre des Communes pourvoit a son rem-
placement pour le temps seulement qui
reste A courir.


La discussion est ouverte.
M. Laforest. II faut remonter ia I'o-
rigine. Le 18 Avril 1890, la Chambie
s'est constitute. Au bout de 10 a 12
jours on a nomme les 39 Sunaleurs. Le
26 Mai, ces Senateurs se soot reunis.
Pour 6tre corrects, nous devons dire que
leur mandate part de la date du dernier
proc6s-verbal d'election.
Un membre. Pourquoi du dernier
plutOl que du premier ?
A. Lcon. Plus exacteinent, le man-
dat part du moment de [1'lection.
M. Thoby. L'adoption de ce sys-
teme comporte uine solution de conti-
nuite. La Constitution a imposed aux 39
Senateurs d'abord nommins I'obligation
de sediviser en series par la voie du tirage
au sort. Or, un S6nateur peut avoir etj
nomme en dernier lieu et appartenir ala
serie dornt le mandat expire au bout de
2 ans. Si ce manlat part du jour de l'd-
lection, voili donc i st6riede deuxansbri-
sde par la pri..l.~i -, l. du mandate du
uernier Senateur ntl, apris que celui
de ses colleagues de la mnOme sdrie,
nomai.es a des epoques differentes, au-
ra empire Dans ces conditions, il faut
admettre qu'en 1'etat actuel, c'est le ti-
rage ;iu sort des series qui determine
l'epoque d'ou part le mandat des Sena-
tears.
M. Laforest. L'objection peut se re-
tourner centre vous. Trois sdnateurs onl
6te nommds a des 'poques difftrentes:
le sort les incorpore dans une meme sd-
rie de deuxannies. En faith, un seul aura
si6ge doux ans, et les autres davantage.
M. .\icai...- II est certain qu'il y a
nue lacune dans la Constitution. En
1'absence d'une date fixe, determinant
le point de d6part du mandate, celle
objection se representera dans tous les
cas. Aussi, convient-il d'aviser au moyen
le plus pratique d'en sortir. En France,
c'est aisd. Les S6nateurs sont nommds
le 5 Janvier. Les elections nouvelles se
reportent toujours A cette date, qui est
le point de depart immuable. Pour
nous, il me semble qu'on pourrait adop-
ter la date de la premiere nomination.
M. Thoby.-- L'objection qu'on m'op-
pose n'a pas plus de poids pour les s6-
nateurs que pour les d6putis. En fait,









- 41 -


tous les deput~s ne sont pas dlus le 10
Janvier; mais la sP1ie est lonjours de trois
anndes et s'6puise pour tous la maine
6poque.
M. Leon. En dehors des questions
de pratique, it y a la question de prin-
cipe. L'art. 85 de la Constitution fait
partir l'inviolabilit du jour de F'elec-
tion. Le mandate commence done a cou-
rir du moment du vote des dlputes.
M. Ldger.- II est de principle dans notre
14gislationqu'on ne-peut exercer certaines
functions publiques avant d'avoir prlet
serment. Le code pindl unit i'immixtion
dans unne fonetion pnblique avant. cette
prestation de serment.
M. Menos.-La prestation de serlment
ne crde pas la L nation: elle en permit
l'exercice. C'esl, pour ainsi dire, une
condition suspensive a laquelle so trouve
subordonne cet exeroice.
M. Jean-Joseph.-- La simple reunion
des sdnateurs en Corps pour la presla-
tion de serment est un acte senatorial.
M. Bonamy. Les d l-Ianl.i de la
Chambre et du Senat autorisent a porter
les insignes de d(lput ou de sdnateur ai
partir du jour de l'Flection.
M. Ldger.- Refdrons-nous i la Cons-
titution. L'art.85 dit dans son ler para-
graphe: <.Les membres du Corps legis-
latif sont inviolables du jour de leur
electionjusqu'al'expiration de leur man-
dat.
D'autre part, l'article 67 decide:
a Les membres de chique Chambre
pretent individuellement le serment de
maintenir les droits du people et d'etre
fidles a la Constitution. )
Rapprochez ces articles de la disposi-
tion du Code Penal que je vous rappelais
tout--l'heure, et dites-moi auquel croire.
M. Leon.- C'est l'exercice de la
function de senateur qui part de 1'ipo-
que de la prestation de serment. .
M. Menos.- Et non pas la jouis-
sance. La jouissance existe du jour de
1'election, 1'exercice, du jour de la
prestation.
Je le repete: il y a, sur ce point, une
lacune dans nos lois. Emetlons le vceu
que cette lacune soit combine. Notre
Senatestun Corps divis en trois trongons,
qui devrait Otre former et renouvelde une


epoque( pr-cise ie oi mee que serenouvelle
le niandat du Chef de 1'Etat. La lacune
n'existe p pour la Chamibre. Tous les
Ddpute- doiveni tre elis le '10 janvier.
Mine lius apris cette date, leur mandate
part du 10 janvier. 11 devrait en etre de
mnme des sdnateurs.
M. le President.- Aux Etats-Unis le
mandate de senateur commence a cou-
rir, a partir du 24 mars a midi.
M. Ilcraux.-- Si lemandat devaitpar-
tir dujour de l'election ou du jour de la
prestatiou de serment, les sdnateurs
qui seraient dlus ou qui auraient pretd
serment a des epoques difldrentes, de-
vraient sortir i des dpoques dilferentes.
Or, ce proced6 serait directement con-
traire at esprit et i ]a leltre de la Cons-
titution qui a voulu etablir les sorties
par series. Eudgard a cettedisposition de
laCenstitution, il faut fairedater eman-
dat du jour de la formation des series.
tl'est pourquoi je me rallie entitremcint
a l'opinion de M. Thoby.
M. Thoby. I1 faut reconnaitre d'ail-
leurs, que c'est li une measure transi-
toire et de pur hasard, qui n'infirme en
rien le principle.
M. Minos.- Au point de vue des
principles, la question est insoluble,
puisque nous n'avons pas de date; fixe.
M. Ldger.- Quedeciderez-vous, si le
tirage au sort des series a lieu en plu-
sieurs stances ?
M. Thoby.- La pratique n'aura pas
a en soultrir, si l'on admet que le man-
dat de toutle Sknat part du jour ol l'on
a commence la division des series.
M. Leger.-- Done votre proposition
peut se formuler ainsi;
((En principle, le mandate part du jourde
l'election. Transitoirement, le jour du
tirage au sort determine l'dpoque unifor-
me du mandate pour les diverse s6ries.D
M. Thoby.- Je ne dirais pas:
( Le mandate part du jour de 1'(lec-
tion, o mais: ( 1'election faith le sdna-
teur. : Et voici pourquoi.- Treize so-
nateurs nouveaux vont etre elus. Leur
mandate ne partira pas du jour de leur
election, mais bien de la date oftexpirera
le mandate des senateurs de la sieie sor-
tante. La second formula est done plus
exacte.









- 42 -


Ainsi amendee, cette proposition mise
; x voix, est adopt6e par I'Assembl6e.
1;. 1.', .-- Ma comaimuiicatior, por-
tait sur pinsieurs points. Le prejnier est
AciOd ; il en reste d'autres a r6-
soiudle.
Voici 1'hypolthse. On a tir" an sort
Il's :liverses shies, le 10 inai IS'Ki. Le
nantdat (dos 1:3 s~iataurs qui font partie
ide la s4Cii deleux ansexpire done le 10
mui 1892. \ais avant coln date, la
Chamb:t!re, pour uine raison ou pour une
anire, !i'a pas pa proceder :' l'6lection
des nouveaux senateurs. Quello est la
situation des 13 s6noteurs sortants ?
Plusieurs oix.- Ils ne sont plus se-
nalteus !
iM. Lde'er.-- Fort bien. Mais dans
l'inleivalle, un sinateur en exereice est
rnort. Pas moyen d'avoir la majoritM des
deux tiers, necessaire au Sdnat pour se
con-stituer.
M. La/'ores. -- Pas de Silal !
M. Lonp.- G'est un casseo-lte chi-
nois !
AM. le Presidert.- La Chambre,
avani la reunion de l'Asseomihle na-
lionale, peut elire les sinateurs.
M. Loforest.-- Pas de Chlamlin sans
la reunion prialable de l'Assemble na-
Lionalo!e
Lecture est doinne des articles 71 et
58 de la Constitution.
Arl. 71: Aucune des deoux Chambrea4
ie peut prendre de rcsolntion qu'au-
lant que les deux tiers de ses menbres
lixes par les articles 42 ot 'i8 so trouvent
rcunis.
Art. 58.- A l'ouvoiltoe' de chaque
session annuelle, la Cihambre des com-
munes et le Sina. so reunissant en As-
semblte national.
M. '.,. %.- Je spare ainsi mesdeux
nouvelles propositions :
lo. La series, don't lemandat est expire
peut-ellc prendre encore part aux ddli-
berations du Corps ?
Non, decide I'Assemblite.
M. Leger.- 2o. Une strie est epui-
see. Avant que l'l6ection des nonveaux
sdnaieurs ait pu se fire, un sdnateur
vient a mourir, le Senat peut-il se cons-
tituer en l'absence de sa majority des
deux tiers?


M. Thoby. La question ne me serm-
ble pas bien posee. Voici comment
ell se prdsente. II y a, dit-on, un prin-
cipe qui porte que la. Chambre ne
pent remplacer une serio sortante do
s&nateurs, lue si elle s'ost prealablement
riunie au Scnat pour former I'Assem-
blte Nationale. Admnettons ce principle,
qu'arrive-t-il '? C'est que l'Assemblte
Nationaloe ost. coodamne indefiniment
a ne pas ptouv oir s'ouvrir, par suite de
I'lirniini.tLion de sa majority des deux
fliers. Ce serait la conservation d'un
non-sens constitutiounel1. 11 est ration-
nel, plans ces conditions, do passer sur ce
pretendu principle, qui ne saurait ,tre
absoli,, puisqu'il nons conduirait tout
droit a l'absurde.
31. Le'qer. -- Nous esquiv ins l'absur-
tdo jour bomber dans I'arbitraire.
M. Jeam,-Joseph. -- Y a-t-il une dispo-
sition express de la Constitution qui
porte (que 10po fire l'ilection des stna-
teurs, on doit s'ctre prealahlemiant reuni
en Assemibde Nationale ? Non. Mais
ii ya une disposition express qui porte
qulele Sinat ne pout travailler, sans la
prsonce C ides denx tiers de ses menmbres.
Eh hi i:, c'Wst au texte precis que noun
de-vos tits conformer. L'article 71 ,
ratpprotittodi'article 58, implique, dit-on,
qu'aicuno lods deux Cliamnlres ne pet;t
prendro de resolution avant de s'ttre
formtes (t Assemblo e Nationale. Mais
est-ce ule rc solution que prendrait la
Chamnil'e en nominmat les seinateurs ?
Avant la reunion de I'Assemblee Na-
tionale, cbacune des deux Chambres so
constitute, c'est-i-dire qu'ello onvre la
session individuellement. Pourquoi n'en
profiterait-on p;s; pour el ire en mnme
leums les sinateurs?
M. B....,,.- i. La Constitution admet
implicitemrn t que la C'tamnlre el, tI Senat
travaillent avant I'ouvertur e de 'Assem-
blIe Nationale. Elle privoit, en effet, que
cette Assemblee sera preside par le
president du Seiat. Or, l'electinm des
bureau est un travail parlementaire.
3M. le president. Jl e e rois pas que
person;i contest que la Cliambre ne
pfissoe moditiier ses rglcmrents avant
I'ouverture de l'A'simb!de Nationale.
C'est encore un travail parlemen'aire.









- 43 -


M. C-li.-i'.I. L'artiele 58 est former.
M. Ldger. A partir de quelle date
eommence-t-on i payer les d6put6s?
M. Ch'i ,,;. Du jour oft la session
est ouverte.
M. Ldger.-C'est done dece jour qu'ils
commencent ldgalenment leurs travaux.
M. MCnos. Nous ne devons pas
nous ingdnier a sonlever les difficultls,
comme des espiees de chausse-trapes,
sous les pas du itgislateur. Interpritons
J'article 58 dans un sens rationnel. Ce
qui n'est pas dflendu, en droil, est per-
mis. On ne dil pas que la Chambre et le
Senat ne doiventrien fire avant 1'ouver-
ture de I'Assemblee Nationale. On dit
implement : A I'ouverture de chaque
session annuelle, la Chambre des com-
nmunes et le Senat se reunissent en As-
semjnblec Nationale.
S'il y a des travaux indispensable
auxquels il leur faut proceder, au pre'a-
ble, il eur est, par consdquent, permits
de s'y liver.
En quoi consisle le travail ordinaire
d'une session ? Dans la confection des
lois et le vote do l'imp6t. Voila l'ordre
do lesolulions visdes par 'art. 58. Mais
nommer les sunateurs, modifier les rA-
glements, se constituer no forment pas
le travail lgislatif proprement dit. A
mon avis, la Chambre a le droit de faire
tout cela avant sa reunion au Senat.
('est le seul moyon pratique de sortir de
1a difficult.
M. Charncy.- II nous appartient sans
doute de chercher a r6soudre les ques-
tions d'une facon rationnelle, mais pou-
vons-nous turner antonr de texles for-
mels de la Constilution?
M, MeMnos. Je ne trouve pas que
l'art. 58 soit A ce point former. 11 est
universellement admis (Iu'il y a des
travaux preparatoires que la Chambre
peutlaccomplir avant I'ouverlure del'As.
semblde national. Quelques-iis de ces
travaux, tels que se constiluer, vdrifier
les pouvoirs des nouveaux plus, sont de
pratique constant. L'art. 58 ne s'oppose
pas A e que la nomination des sena-
teurs y soit assimilie.
M. Laforest.- ': d mcrnis bien aussi
cette opinion, mais a titre de measure
exceptionnelle.


M. Loder. Co n'est pas tout. Le si-
nateur nommnf doit prfter serment. Qui
recevra son segment ? Pour recevoir le
sermcAt des nouveaux ilus, il faut que
le S6nat so constitue, et comment se
constituer ans lanmajorito des d:u x je rs?
M..BonnUmy.-- L'objection ne se pose
pas, puisqu'on ,- !:' seiatenr du jour e l
l'election.
M. Lecer Oui, mains nous avons
admis qu'on ne peut exercer le mandate,
c'est-a-dire fire acte de sdnateur, avant
]a prestalion.de sermenl.
D'autre parl, il se peut que lo Se nat
aitt a verifier les pouvoirs des nouveaix
elus. Comment le fire sans la majorie
des delx tiers ?
M. Chancy.-- Tout ccci nous prove
combien ]'adoplion dei cetle majority a
6td imprudente.
M. Thob?/. JIa nime l.i. clion se
poserait t ]a formation de toole Cham-
bre nouvelle. Si i'on n'olai pas senateur
ou depute avant la presation ide ser-
!neI t atavant Ia vmtictioon des ponvoirs.
aucune des deux Chambres no p)ourrail
jamais se conslituer. Cependant nous
voyons a chaque fois les nouve;ux elus
proceder sans embarrass i ces formalities
et se constitner valablemenl.
M. le president. La Constitution
n'a rien a voir dans tout cela.
Ce sont les rIglements du Senat ou de
la Chambre qui en dlcident.
-- La clOture de la discussion e;t ren-
voyee A I'une des prochaines seances.
La -'reunion du 5 mai, pFesidle par
Mr F. Marcelin, le plus age des mem-
bres du comite, en l'absence de M. Pres-
ton, empeche, a etc consacrde tout en-
likre t la seance lpublique d'inaugurna-
tion.

SEANCE PUBLIQUE DUI 8 MAI.


A 4, h. les miembres aclifs do laSociedt
auxquels ,ne sont adjoint M. M. A.. Tho--
by, Adhlmar Auguste et Sliint-C6mne,
membres correspondants, preiitent place
sur I'estrade iui leur a ite reservio (tai]:;
la salle des fOtes du Lyee national.
L'assistance est nombreuse. M. le Se-










- 44 -


cr6taire d'Etat de I'[nslruction publique,
P. M. Apollon, -'. i l'un des fautenils
destines aux membresdu gonvernriment.
M. le IPr'sident de la Rlpubliqle, enm-
peche, a charge M. le Secretaire WI'Etal
des Traivax imublics, le Iransmcltre A la
Socidt I'expression do ses regrets el a
mis gracieusement it a a di)spo0:iion d(,e
orgaulisateui's de la s(eance la musilno'
du Palais, qui nine la fMle de ses airs
les plus htillants.
Aux premiers iangs de la salle, ou
distingue beaucoup de deiplls et de sX-
tmaeurs, et des notabilitds du monde ad-
minislraiif, mredtic, commercial. .
M. Marcelin, re nplacant le Uresident
de la Soi'iel onive !a sinicee expo-
sant utilitytd et la portie lel'o'uvre conm-
mune.
II. Lechiaud, au nonm le la Magis!rta-
ture, inisisth sur la parties qui concern
plus paro icuilireneit' i'tude et la re-
forne des lois el la iixationl de la juris-
prudence.
Mr. u tsli DIvol. dans sa conference,
s';iatache d'iager la notion du droit
natural.
Mr. GeorgesSylvain prrdsente la Socie-
to et ses travaux au public.
Apres quoi, ]a stance est lev6e,


DISCOURS DE M. F. MARCELIN.
Measrames,
Messieurs,
Une indirsposition de notre president
me vaut ['iisi ii: honneur d'ounvrir la
seance d'inauguralion de .la Soci6tl de
LJgislation: vous y perdrez assurdment.
Jusqu'a la derniere heure, j'esperais
que Mr. Preston aurait pu vous dire
avec toute l'autorit de son experience,
lout le charge de sa persuasive convic-
tion, ie but que nous nous proposons,
I'effort que nous essayonsl
11 n'en est pas aini malheureusement
et ii faudra vous contenterd'une appre-
cialion sornmaire, lh of vous etiez en
droit d'attendre une e forte parole.
Co qui me reassure pourtant, c'est que
notre oeuvre n'a pas besoin d'etre trop
largement expliqude; c'est que sa ndces-


site se demontre toute seule et quie tous
vons sentez quels services clle pent ren-
dre et do quelle sollicitude, partant, elle
(loit dire eniouree. On pent dire sans
crainle de se tramper que sa crca'tilnn
rcponlait A un besoin public. ( est ce
qui explique I'acc'ieil sympathique qui
nnu1 s a 00e fiL[.
Une socite ide Igislailion, e elet,
nc s'imposail-elle pas en Haiti oi tant
de questions vialaes pour los intlrcts et
'honneur des citoyv~ns so:t souvent re-
soluies ave lia 6legete et la precipitation(
la plus deplorable ? A quoi devowls-nious
parfois ces conclusions el ri!ie;', e, t'u-
nestes qui attrislent et dCs:litL N'est-
ce pas at cette absence do notions posi-
lives,a A cet dloignement pour les discus-
sions approfondlies, n'e: t-c( I:s \ ces
opinions totes faiths don't uine minato
lc rllexion aurait r'ait voir l'inanit eol.
qu'on se passenon de cervnea it cerveau,
mais A pripremrent pader, de main en
main, et qui, p)oritas p.tr n'm'e indiffe-
rence, noire inonianc r, arrivent ut s'c-
riger eni dogmes danls 'Elat on dans la
Ioi? Au d(but, il eut suffi d'unlo piqure
d'epingle pour arinter dans leur ascen-
sion ces balloons cn hanilrutclie. Mainte-
nant il est trop lar'd, et o:n noi s'on d5-
barrasse qu'apris Ie mal commis et de-
monhre.
Qu'on ne s'y meprenne pas, toutefois;
nous n'avons, Mesdames el Messieurs,
nullement la prelention de rvsoudra
tontes les questions; nous n'avons pus
la science infuse; nous ne professions
pas excathedra. Non, nous somm estout
bonnemient, tout simplepmeit, de muodes-
tes travailleurs, cherchant le vrai de
cornpte a demi iaec le public auquel
nous faisons confidence cliaqune ois de
nos incertitudes et de nos doi tes.
Pent-Atre bien que des etudes pr6pa-
ratoires, une certainehlibitude des ques-
tions juridiques et economiques, notre
gotit pour les discussions thboriques
pourraient, nous inspirer queliuo con-
fiance en nous-rnfrnes. Nolte ambition
in seraitl pas absolument disproportion-
ine; mais c'estsuniIot dansiotre bonne
foi, dans notre amour de la science,
dans notre tolerance pour routes les opi-
nions,pourvu qu'elles d6montrent un ef-









- 45 -


fort intellectual quelconque, c'est daIns
cet orgueil national qui nous fait tres-
saillir d'aise quand un acte de note vie
publique, quel qu'cnsoit I'auteur d'ail-
leurs, est rendu avec precision, clartd ei,
logique, que nous sentons los meilleAui
et plus sirs 61ements de succes.
De lI notre devise: Pro patria! Noiis
avons peut-tree e tort de I'avoirdit en
latin; mais sinceremeni, loyalemen.
c'est pour la I'atrie que nous vonouns
travailler. Nous cn pratiquons pas
1'abstention, et la foi qui n'agit pas, selon
nous, est un mensonge quand ce n'est
pas un masque pour catcher I'impuis-
sance. Done si, pour quelque faille part
qu'elle soit, nous augmentons chez nous
le goit des discussions de principles,
si nous y inl6ressons quelques esprits,
si, meme, dans une limile reslreinte,
nous ldmontronsce que de bones lois,
bases su. la raison, acquiSnent de force
rdelle et de facile execution, n'aurons-
nous pas renipli une tache excellent et
meritoire ?
II me semtle que ce pays qui a tra-
verse tant de phases violenles et dou-
loureuses, qui est surtout. habituO aux
conversations, trop lruyaules, en veriti4,
oA Ia poudre parole si longucementet si
desastreusement, ., :i.rail quelqne pOn
si des Socidtes come la notre, conver-
sant uniquement de science. pouvaient
se dvelopper et prospdrer. L'dtude des
lois done i l'homme je ne sais quel
sentiment de reciprociltd suitable vis-
a-vis de son semblable quiempiche sou-
ventles actes mauvais. El quand on n'y
devient pas meilleu,, on y roundd tou-
jours un certain pli d'eispit qui vo0us
fail fuir les solutions violenlcs, les ap,-
pels au hasard des rdvolutions. C'est
vrai que quand on a appris a respecter
la loi, c'est a elle qu'on s'aliresse, le pri-
me aboard, pour redresser les choses.
Vous jugerez, je pense, que la devise
de note Socidte n'est pas ea;geree. Du
resale, quels q.:e soient ses destins, elle
pourra toujours dire si elle no reussis-
sait:
J'aurai du moina l'honn1eur de l'avoir
entrepris !
Mais nous ferons, soyez en strs, tout
ce qu'il faudra pour r6ussir. Ainsi, nous


n'avonis eu garden d'oullier, mnesdames
I'element de succ6s ,uar excellence, 1'd-
1Gment fmininl. (Cy ies, nous savons
qua le cerveau d1' la femine aussi .ieon
que celui t!e l'ho:inme si pe ianx dis-
cussions leos plus co icri'Ie.s. On !irait
mlm e (d1 n(o.- jouris par une sole dc
coquellecii et de char'ninte antidil sy,
(que la feonme veit im:!chv:r cOld de
1lomino daus les champs les plus di-
vers de la science, i0utl come elle a
march jusqu'ici a ses coils Id::s ses
douleurs et dans ses joies.
Pourtant, nous avons pensk qu'il fai-
lait vous inldresser au ddvelooppement, a
la vie te notre couvre p-ir quedque chose
d'une feninili plus personnelle. 11 y
;ura done des fIles, selon le vceu de nos
status. On dansera pour pi,.. -. les
etudes juridiques et economiques ea
H;aii. C'est qu'il yaaussi dans notre So-
cidtd ils jeunes qui n'ont pas abdique
leur droit a la jeunesse et au rire. Vons
nous ferez, mesdames, I'honneur de
nouls prendre' sous vote '.ct:i:!ix et 16-
get patronage' : Lun sourire atnotre adres-
se sera tonjours le bienvenu, soyez-en
convaincuo's.
Nous regrettons, niessiouns, que les
multiples occunpaions (d Ilre6ident dela
Bpublique ne lui aient, pas peris
d'assister a note stance (d'i tlu:.g ratioUl.
II applandit, nous en sommes suirs, a la
foundation d'une Societd qui est un signed
des temps e t qui rIvle u.i 'tat absolu-
ment normal du pouls populaire. Oui,
il fault que les temps soieut a la Paix
pour qu'un gronpe de citoyens doues, en
some, do qiul(q eittelligence, de quel-
que expol ri(nce, ait pu a. iune tell
creation. On iie songe pas a tudier les
lois, quand eiles peiuvenl otre d'un mo-
ment a l'auiro fouNles aux pieds.
Le President do la Repullique sail
aussi qu'a la SociA;ti de liislatiun oius
sommes (de ferventsadeptesdecette I cole
politique qui professes el, praique
qu'on doit 01outenir le gouverneenen
etabli, d'abord parcel que, on thseo g'-
n ruale, lai) iix ost. i pliuis precieux des
bieii, e uni!o i;n rc que, scion les inte-
rets bien e i',; !us de celte Ecole, la paix
seule peut ini donnler, A elle qui n'a
d'autre outil que son patriotism et sa









- 46 -


foi, quelque chance de rdaliser, dans
I'avenim, uin progrnmmn e re elivement
national. Cetle Ecole enseigne done
l'horreur de la guerre civil qui boule-
vurse toeus les rangs, delruit les pr6rga-
tives du mirite et de la veilrt, niv&le
les homines a rebours. que
dis-je? qui fait de l'incoUscient, du de-
classe, non seulement I'dgal, mais le su-
pe6ieur du citoven honnkte et patriot.
Grices dlonc, messieurs, soient ren-
dues i la aPix qui a permits a la Societe
de Legislation de nailre! Puisse-t-elle,
note Societ!, se odvelopper soi.; l'dgide
bien veillante des Pouvoirs s pbliset c.on-
trib.uer L inspirer a tous, gantlds ct pce-
tits, le respect, le culte de la Loi!
~~" ~ ~ "'` -----------"^"----

DISCOURS DE M.H. LECHA\UD
TPresident dn Tribunal de C.assation.

Messieurs,
L'ceuvro pourl'inauguir.tilioi de laquelle
nous som:..es reunis ici repowd, ainsi
que l'indiquent soi objet et son but, a
un besoini imperienx de notre temjps:
faire de nos lois iii elude approfondie,
signaler les modtilicalions qui'ei. ,s recla-
ment, les controversies anuxqi:i-lles leur
application a do'ine lieu, c'cst le mnovye
le plus cerl;,in de preparer li: rinrme de
notrelegislatiolu si arden meit.xsotllitcite.--
Eni- -'' seulelnent i co poiilt de vue,
She. a. la creation de la Societd de Legislation
S est opportune, eora ulilec.
Si, d'autre part, on la consider par
rapport a l'inlluence salutaire qu'elle et
appeloe L exercer sup la magistrature,
elle sera un bienfait.
Pour bien a;ppliqner la loi, le juge a
n6cessuirement besoin d'en connaitre
non seulement le texle, mais encore l'es-
prit: d'ou pour lui la necessity de ne
pas rester i ,!il.i ,i a la science.
II faut done qu'il Otudie, qu'il medite,
qu'il travaille le droit, eu. guard a la na-
ture des rapports qu'il r&gle, cornprenant
des branches diverse cependant,
dan, les conditions souvent d6favorables
oa il se trouve place par la force des
choses, it ne le peut pas toujours, il


a do le plus souvent s'en lenir aux no-
tions essentielles dudroit, aux traditions
du Palais, et cela ne sullit pas.
Le gouvernement !'a bien compris et
c'est pour cela que la reouverture de
l'icole national de droit a etL decidee.
L'enseignement qni s'y fait a profit a
beaucoup de citoyens et d'excellents rd-
sultats ont 6te constatls.
La Socit de l L-gislation s'affirmera
aussi, dans les etudes auxquelles elle
va se livrer sir les questions de droit
constitutionnel, de droit priv6, de droit
public, dangles discussions intressantes
qu'elle provoquera sur ces itiportantes
mal ires. Clacun,seloi la sphere dans la-
quelle ii voudra agir, trouvera, n'en pas
douter, de quoi le setluire, l'eclairer.
L''inLtrt qui s' ittachera ces ktudes,
A cesdiscussions, sera, pour le magistrate,
evident: 'unitW de la jurisprudence en
sortira.
La in ii-.lrature est done int6ressee a
un haut degree au d6veloppement de
l'ouuvro qui s'inaugure aujourd'hui;- le
gouvernemen et le pays en tireront aussi
d'immenses advantages, parce que quand
la loi est hien compriseet bien applique,
elle est effectiveinent une garantie pour
tons, l1 conliance renait, la paixse raffer-
init, la securitL s'etablit et le travail
devient possible.
En vue de resultats aussi important,
chacun doit apporter A l'ceuvre son con-
cours le plus sincere, le plus actif, et les
magist.ats contribueront certainement
d'une fagon toute spdciale a ses progress.
C'est A quoi, au nomn de la Soci6te, je
convie tout le monde.


CON FERENCE


Mesdames,

Messieurs,
Parmiles sciences qui 6tudient I'hom-
me el, ont pour objet de rigler sa con-
duite extdiieure, I'envisageant surtout
au point de vue de ses relations avec ses
semblables, il enest une qui se distingue









- 47 -


autant par son anciennet6 que par I'im-
portance dubut qu'elle aspire A r&aliser.
Cette science, Mesdames, Messieurs, est
le droit. Elle est placee.a cote des autr-es
sciences sociales, au sommet de la hi6-
rarchie scientifique. Elle se propose de
faire r6gner la justice dans les rapports
des hommes entire eux par la concilia-
tion del'inter6t personnel, qui relive de
l'dconomie politique, et du devoir qui
relive de la morale. Elle arrive ain-.i ai
maintenir l'harmonie au sein de la so-
ciete enj permettant a 1'intorit de cha-
cun, a la liberty de chaque citoyen, de
coexister a c6te de ceux de tous. En ce
sens on a pu dire, avec raison, que le
droit est l'appareil coordinateur de la
socidt4.-
Mais cette science, si d.lev6e ot si jus-
tement appreciee, ne repose pas sur des
v6ritis absolues, les mimes partout, en
tout temps et en tout lieu C'est surtout
li que se faith jour 1'id-e de relativity,
bienque beaucoup d'esprits, pour f,.ire
la part de I'absolu, de I'ideal, aient Ble
amenes a fair la distinction e Ire Ie
droit positif ( ensemble de rgles bases
sur une notion relative de la justice )
et le droit naturel qui ne serait qu'uIn
ensemble de principles absolus, eternels
etprimordiaux graves dans la conscience
du genre human.
Nous retrouverons cette doctrine et
nous aurons A en dire un mot, car nous
nous proposons justement, dans cette
conference, d'essayer de degager la no-
tion de droit nature des obscurites et
des nuages qui I'enveloppent.
Rendons-nous d'abord bienconmple de
la distinction entire Je droit positif et ce
qu'on appelle le droit naturel.-
Prenons une legislation queiconque,
]a legislation haitienne par example:
nous y trouvons une certain quantity
de regles, de principle, de decisions, de
formalities sur des objets divers, mais
ayant ce caractere commun de visertous
a 1'Ftablissement et au maintien des
bons rapports sociaux.
uls- sont positifs en ce sens que, repo-
sant sur des textesformels, ils prdsentent
un degrd de certitude que n'offrent pas
des rbgles et des pr6eeptes qui ne d6-
coulent pas d'une loi en vigueur, discu-


t6e et vote par les autoritds comp6-
tentes.- Ce droit positif cr6e pour don-
ner satisfaction aux besoins d'une so-
ciet, doit Otre en correlation intime
avec l'dtat de cette socidtd, son .I-~t
d'avancement, les iddes et les mceurs
qui y predominont. II r6alise la justice
mais dans la measure que comporte 1'e-
tat social qu'il faut r6gler.-
Mais l'lrominc, tout en s'assujettissant
auxpresct iptionsde la loi positive, c'est-
ai-dire do la loi en vigueur, peut conce-
voir un teat superieur de la legislation,
un iddal de justice qui, quoique non
rCalisable, existe pourtant comme con-
ception de son esprit. Pour les uns cet
ideal est absolu et est le mrme partout,
pour d'autres il est relatif et variable
Ovec la portion de l'humanit qiue
I'on envisage on le moment de l'his-
toire ou lI'ou se place.-
Ainsi (lais la famense plirase de
Pascal: a on ne voil piesque rien de
<< uste nu d'injinste qui ne l .. ._.- de
<< qudJild en clanmgeanit de climate. V. -
rite e!n die(; des Pyrenees, erreur au
Sde!a,,; 'not j stice est pris commne eX-
pressioi n itt. droit positif, des lois ac-
tuellement existantes dans une contre'e,
su'ra formation desquelles influent le cli
mat, i'esprit, les moeurs, le tempira-
ment, la complexion m6me du people
habitant ce pays.
Par centre, le mot cit6 de Confucius:
o, Le l roil ne saurait varier de I'epais-
seur d'un cheveu se relief a la notion
de la justice id6ale et absolue. 11 vise le
drioit natural compris d'une certain fa-
con.
Essayons doncde caract6riser ce droit:
On a dit pour montrer ce que c'est
que le tdroit iaturel que c'est, comme
le motl'indique, le droit qui r6git:'l,.:ni -
me a l'etat de nature! Voild qui est assez
vague et exige, pourBviter la confusion,
une enlente prealable sur ]a portde
exacte de ces mots: etat de nature.
Entend-on par 1A l'hommeerrant dans
]es bois, seul,isol6, come les animaux
(etencore pas tous) en dehors de touteso-
cidte. Cela est inadmissible; carsil'homme
n'apastoujours vecu en socirtd(lasocidt6
impliquant un concoursactif de forces
conscientes et intelligentes versunm6me








- 48 -


but) au moins est-il prouv6 qu'il n'a
jamais vecu dans un complete isolement.
L'Etat primilif de l'homme a dti l'etat
gre'gaire: il vivait en troupeaux coimme
certaines esp6ces animals.
Mr. le Dtr. Letourneau, un do ces pa-
tients chercheurs, un de ces travailleurs
consciencieux qui collaborent miodeste-
ment, sans bruit, a l'avanceiment scien-
tiliquete dleur pays, nous donne, dans
sa Sociologie, une idee de ce premier
slade de l'humanit < Tout d'abord les
q mammifi ires humaiis, dit-il, plus ISe-
h biles et plus mal arms que nom bre
<< de leurs competileurs du r6Ige ani-
a mal, sa reunirent inslinctivement en
,< petits groups, essayant de laire un
" pen de force collective en reuiiissanti
a en faisceau piusieurs faiblesses indivi-
a duelles. Ace moment l'ideal humaii
Sltait fort peu releve: manger et ne pas
< 6tre 1:1 i,-', se reproduire commune les
a bltes, voila l'unique objet de la vie.
k< Pendant cette phase si inflrieure,
t 'limn,, ,i erre dans les forits, nn,
a presque sans armes, ddvorant tout ce
(i qui est a pen pres comestitble, minme
a. an besoin ses fimelles et ses pelils.
, De petites hordes sans famille, sans
i minralite, sans lois, presque sans in-
a dhistrie, lelles sont alors les unites eth-
Sni, 1(es. ClUahiue petit group viL pele-
a !Lnei, em promiscuild,sonimis au male
(. le plus robnusi tou, t t fail i& lama-
ia ibre des chinjpanzds.
Vous voyez bien, Mi1-1a eltM',, qu'il n'y
a 1 rieon qui donne I'idae de la socidtl
elele que vous la ciompreo!ez et qu'elle
doit ire comprise, pas plus que cell
d'un dMtat de cornplel isoleinenl. EL c'est
a ces epoques pAi'iiniiv;'ii qiii'ou a vounin
placer 1'age d'or do lhicniunito: 'hom-
ime vivait alors d'apris cenu qui mettent
le bonheur au (delbu coiinme une chose
oclroyee, au lieu de I place'r an bout de
l'dvolution humaine cnme cle fruit dlu
lent et patient effort ide.; sidles, l'hom-
me vivait alors en pleine felicite, an
milieu de la nature qui lui fournissail,
mans travail, sans peine de sa part, tout
ce que rdclamaient ses besoins, si bien
que, pour lui, la vie devait 6tre une fete
continuelle.
Non, une pareille conception, ( con-


ception de poetes, d'id6ologues vivant
d'abstractions ) est tout-a-fait ddnude de
fondement t etla citation que neus ve-
nons de fire imontre combien elle s'6-
carte de la veritd historique.
Que despoetes ,'y soient attaches, cela
se concoit. H6siode a pu s'y complaire.
Lnamartine, dans un elant de lyrisme,
a pu s'ecrier :
L'houmne est un IDieu lomb6 qui se souvient
I des cieux! j.
Mais les revelations de la science an-
thropologique nous montrent dans
1 ,1'.111iiiiu primitif tout le contiraire d'un
lieu. Ce n'est que peu i peu, par suite
d'uine sdrie de perfeclionnements inlel-
lectuels et moraux que Phomme, se dd-
gageant de I'animal, a pu monter au
degrd de civilisation oh nous le voyons
aujourd'hui.
De sorte que ceuxqui tiennent aserrer
la realilt d'aussi pres que possible ne
sauraient se resoudre a reconnaitre le
droit natural dans ces habitudes gros-
sitres, immorales, violentes qui impri-
inaie't, corner nous F'avons vu, un ca-
ractere bien accentu6 de bestiality
aux re nations des premiers homes
entire eux. En faith de droit, il n'y avait
quo celui du plus fort.
Une deuximne doctrine, Mesdames
et Messieurs, prdsente te droit natural
come un ensemble de principles pri-
mordiaux, immnuables, universels, gra-
ves dans la conscience de i'humanite et
servant de source aux lois positives au
dessus desquelles ils planet.
C'ost une doctrine trds repandue,
qu'enseignent tous ceux qui resent atta-
clies a la philosophies spiritualiste. Le
legislateur 'fanc;ais (de 1804 l'avait for-
mellement consocrde dans te litre prlli-
minaire di Code civil par un article
qui en a 6te retranchd ensuite come
etant inutile dans une cuvre de 16gisla-
tion positive. Cet article disait: < II
< existe un droit universal, immuable,
source de toutes les lois positives;
< elle n'est que la raison naturelle en
StaLnt qu'elle gouverne les homes. o
Nous en avons trouvd un rellet dans
Confucius.
II y a d'abord a remarquer, 6 propose











de cette opinion que, ainsi envisage, le
droit nature a le meme fondement, et
aussi presque le mime objet que la mo-
rale don't les regles presentent les mi-
mes caracteres d'universalit6, d'immua-
bilit6 et de primordialitd. Pourquoi en
ce cas, A moins qu'on ne veuille se pa-
yer le luxe d'une complication inutile,
separer, dans la construction d'une th6se
philosophique, des choses qui, dans la
reality, se confondent?
Et puis, ces trois caracteres d'univer-
salite, de primordialite et d'immuabilite
que l'on attache aux principles du droit
natural comme a ceux de la morale,
sont assez contestables. Car, enfin, I'hu-
manite n'est arrive que graduellement
a la conception des grands principles de
justice qui forment le droit natural et,
meme apres y avoir atteint, beaucoup de
portions de cetle humanity, encore plon-
gees dans la barbarie, y restent 6tran-
gires. Tous ces principles de justice, de
liberty, de fraternity, ne sort eclos que
tardivement dans la conscience du
genre human, au lieu d'y avoir existed
ab initio. C'est l'experience, la suite des
temps, le perfectionnement des rapports
sociaux qui les y ont inscrits. UIs r6sul-
tent des faits et de cette longue et peni-
ble march en avant accomplie par I'hu-
manitd depuis son enfance.-Et ils iron I
se perfectionnant et s'dlevant, s'epurant
de plus en plus, a measure que se perfec-
tionnent les mceurs, la morality elle-
meme.
Le droit natural, pris comme expres-
sion de ces principes, est bien un ideal,
mais ce n'est pas un ideal immuable,
bien arr6td et bien d6termin6. II se de-
place et change avec le degr6 mIme de
civilisation de chaque people. Les mo-
difications survenues dans les condi-
tions economiques, politiques et sociales
d'une nation influent sur cette nation
et y determinent des changements cor-
respondants dans les institutions qui la
regissent. La 16gislation subit les m6-
mes transformations que le milieu au-
quel elle s'applique : si bien qu'une r6-
gle excellent aujourd'hui et rdpondant
assez exactement a l'idde rignante de la
justice peut demain devenirinsuffisante,
par suite des progres accomplish et d'une


vue plus 6lev6e de ce qui doit 6tre tenu
pour jusle. De sorte que l'id4al d'une
Opoque atiinti et traduit en foi mules de
lois positives, n'est pas celui d'une au-
tre epoque ayant d'autres aspirations et
d'autres besoins.-
Le ddveloppement et le perfectionne-
ment de l'id6e du just se pursuit done
d'une facon continue dans l'humanite
et la mission du Idgislateur consist jus-
tement a imprimer un movement ana-
logue, suivant la mnme progression, a
la legislation positive.
Qu'etaient en effet, d'une facon ge-
n6rale, les premieres lois? Des usages,
des costumes se distinguant surtout
par leur grossierete et leur ferocilt.
Mois controldes dans ln suite par la
raison humaine arrivee a un plus haut
degree de developpement, elles apparu-
rent avec leurs vrais caractires et
come indignes d'un etat social avance.
On les rejeta done et on chercha a fonder
les nouvelles lois, non plus sur la force
comme les premieres, mais sur la jus-
tice. La loi decoulera alors de 1'Itat so-
cial et sera envisagee comme une me-
sure d'utilite general, discutable, mo-
difiable et par consequent progressive.
Suivons quelque peu l'evolution du
droit en matiere penale et nous y ver-
rons la notion de justice s'y developper
et s'y faire une place de plus en plus
grande, de meme qu'une plus grande
attention est donnee a 1'interet general.
D'abord l'homme comme l'animal se
montre stranger a toute idde de justice.
Le droit du plus fort est son unique loi.
Il recoit un mal, il s'en venge, en usant
de sa force corporelle pour chdtier le
coupable, sans measure, sans songer a
6tablir aucune proportion entire l'ottense
et la vengeance.
Mais, au milieu et par le fait mhime
de ces violence individuelles et dtre-
glees, la notion de justice se fait jour
confusement, obscurement d'abord et

finit par se pr6ciser dans une regle qui,
aujourd'hui, noas apparait cruelle et
barbare, mais qui, A ce degree du deve-
loppement human, marquait un pas
vers la civilisation : c'est la loi du ta-
lion : ( ceil pour ceil, dent pour dent! )
I1 y a done measure, balance, 6quit6


- 49 -









- 50 -


(sens propre) dans la vengeance ; mais
c'est toujours la vengeance et encore
sous sa forme l plus grossiere, c'est-a-
dire s'exercant par l'individu oIfens6 lui-
mnme conire un offenseur don't le sort
preoccupe peu la soci6td. La loi du ta-
lion a son tour finit par disparaitre
devant l'idde plus 6levde, mieux en rap-
port deja avec nos vues modernes, d'une
compensation en b6tail ou en argent.
Mais toujours absence complete de I'ac-
tion publique; dans le r6glement de ces
conflicts individuals on n'entrevoit meme
pas la main de la society. Ce n'est que
bien plus tard qu'elle crut utile d'inter-
venir, progr6s qui amena l'organisation
de jurisdictions rdpressives. Le droit de
vengeance passe alors de l'individu A
la society qui i'exerce par l'interrne-
diaire de ses tribunaux. Mais cette idee
meme de vengeance quand disparaitra-
t-elle tout a faith des moeurs et par suite
de la loi? Le mot vindicte (vindicta) qui
revient sans cesse aux levres du minis-
tLre public montre assez que nous n'en
sommes pas encore tout Ai fait lA.
Mais ddjai, et c'est 1'indiced'un nouveau
progres, dans le choix des proc6dds de
repression on pense quelque pen A
I'amendement du coupable, a on retour
possible du criminal vers une ,ie rdgu-
liere el, conform, je ne dirai pas A l'hon-
n6tet6, mais aux exigences sociales.
Considerez le point de depart : absence
complete de justice. Tournez-vous en-
suite vers le point of 1'on est pret d'ar-
river, et vous y trouvez non seulement
I'application dea idees de justice, mais
encore un haut sentiment d'hunanite
intervenant pour adoucir les rigueurs
de la repression et conseiller de fair
subir au conda;nne un regime pour ainsi
dire curatif. L'i distance est immense !
Le droil est done en progrBs continue.
Les el1ments s'en ilaborent au sein
m.me de la society avant d'0tre saisis,
mis en pleine lumi6re par le l6gisla-
teur, qui n'esL pas, a propremett parlor,
le crealteur du droit, mais qui n'en est
que le traucteur ; ii est charged de me-
surer li sommie de raison et de justice
qui existed chez un people a un moment
donne de son histoire, pour la mettre
dans ses institutions juridiques. Le


droit doit Jone 6tre en complete corre-
lation avec l'Ntat social. Ce ne peut etre
une creation purement artificielle. Une
comparison tres exact a te faite entire
la formation du droit et colle d'une lan-
gue. Ceux qui se servent le mieux d'une
langue, n'en sont pas les cr6ateurs.
Ils usent d'un instrument qui est
'ceuvre de tout un people ; un grand
ecrivain peut contribuer A enrichir une
1II.-I, a la perfectioiner, a emplir les
mots d'un sens nouveau ou bien a en
creer d'autres propres a exprimer (de
idees, des sentiments nouveaux ou des
nuances nouvelles d'un sentiment prd-
exislant.
Mais le fond mrme de la langue est
'ceuvre collective de la socidtt entire,
se perpetuant et s'accroissant d'acquisi-
lions nouvelles a travers les si6cles. II
en est de meme du droit. Le droit, com-
me la langue, est comparable A un orga-
nisme qui se transform sans cesse. Il
r6gle la vie social, sous une de ses mani-
festations, en ramenant la conduit des
hoinmes a l'observance des principles de
justice. II participe done ce movement
continue de composition et de d6com-
position qui, suivant Blainville, caractd-
rise la vie, la vie individuelle come
la vie collective. Le l6gislateur ne
crie done pas le droit. II l'extrait de la
socite pour le traduire en loi positive
et le faire servir, en lui donnant I'appui
de la force publique, d'une coercition
exterieure, A la satisfaction des besoins
ge neraux.
De la, Msamesdames etMessieurs, en matiere
'. I l -ve, le danger des innovations pre-
cipitees. On ne brise pas, d'un setu coup,
avec le passe. Le present est issue du
passe. et il s'y rencontre necessairementia
plus grade parties de ses 6elments cons-
tituants. Le respect des traditions, con-
tenu dans de justes limits par le d6sir
du progress, est un sentiment n6cessaire
au legislateur. Quant on rejette brus-
qliement les institutions sur lesquelles
on vivait jusque la pour les remplacer
par d'autres qui, quoique en rapport
avec un ideal plus elev6, ne se trouvent
cependantpas en parfaite harmonies avec
les mteiurs nt les idces gdndrales du
people, on expose colui-ci, par suite de










- 51 -


cette disproportion entire sa civilisation
et sa legislation, s des crises, a des con-
vulsions, sans cesse renaissauiles.
Empruntons fi 'ihistoire d'un grand
pays stranger et ami, la France, leux
examples qui serviront a hien mettre en
lumienre ce point.
Le code ci\il frangais, don't Ic n6tre
est a pen pris la reproduction, e.'t rd-
pult Wtre une ceuvr., de grande ntiilii
social, de haute raison et de sagesse
pratique, bien que certaines de ses par-
ties demandent a eire mi-es en har-
monie avec des necessities nonvelles
issues du grand developpement (d tra-
vail industrial depuis 1804 et de 1'impor-
tance considerable depuis acquise par
la fortune mobilidre. Purquoi done
ce code, qui a acquis une si just re-
nommde et sur lequel lant de peoples
strangers out pris module, a-t-il pu si
bien convenir a la France'? Parce que
un dquilib'e, presque parfait, y existed
entire le passe de la France et son pro-
sent. Ses redacteurs i'ont pas Fit fi de
la tradition historique. En Bludliant le
passe ldgislatif de leur pays il y out
trouv6 des costumes oR s'dtaient Ira-
duites les rgles de droit des pays du
nlord, des principles du droit remain
auxquels etaient rests lid61es les fIran-
gais du midi, des regles ddcoulant des
grandes ordonnances royales. Du droit
coutumier et du droit remain is ont garden
tout ce qui etait compatlible avec les id6es
nouvelles qu'ils avaient A fair passer
danslaloi. Is on t puis6aux sources que
I'histoire leur fournissnit, usant de tem-
pdrament et de conciliation. Ilsse sont
attaches, faisant la part idu procrs, A
r6aliser la liberal et I'd.gai ile civiles,
prdcieuses conquetes ,le la Rvoolution
Frangaise. E ils ont r6ussi, parce qu'ils
sont rests dans la mesnre convene bible.
Dans I'oidre politique, au contiaire,
!es choses out march lout autrement.
Le": 1gislateur avait (dt' r pnlier le
passe en son enter et crder a nouveau,
de toutes pieces, le droit piulic de la
France en proclamant les grands prin-
cipes de libeLtd, d'dgalite el de frater-
nile, qu'on apptlle les principles de 83
et que le inonde enter semble vouloir
adopter. Esprits absolus, les homines


de la RBvolution, tout plains de leur ide,
n'envisageant quie I'on vro( id demp-
tion social qu'ils ait llaent :nompliOq, nu
su1reii pas user de minariemeit eorvei'
le pass historique de la Fran'.c. 1 iin
comprirent pas assex que lo people !ni
nime n'etail pas prdt pour ine appli-
cation aussi p!oine et aussi 0tendue des
principles quo la philosophic dii XVIlle.
Sidcle avait digagds. Le peuplo r;nIc.:i
voulait certes le reject des ancit s oa ns,
de cos pri-il:.'-1 odieux sous lo poid-
desqr els il dtait cour)hd, la f:ta centre
terre. Mais dte li ; concevoir la lib.'rl6,
politique et a en disirer la tIortiqle,
telly que Je legislateur vcnait de I. ni
donner, it y avait loin. A I'iiverse do
ce qui se constant en Angleterre, it
existait plus (d liberty! d(ans les iistiti-
lions que dans les mmicuts. D'oi des
tirallemne ts, des oscillations, des idtac-
tions. qui out durd jusqu'ft lta France
ripublicaine de nos jours ofi la libei't.
politique, par suite d'une pralique ; age
c' modlir(t co!urnim nc t clir er1 s rioil-
soemeinl t ptrofond6ment dans les hahi-
tudies sociales.
Seulerent un autre onseignlel0nit
decoule de ce grand fait liistoriq e : 'est
que si ei gndrai, Is instilnt ions doi-
vent dtre faites pour les besoiAii actuels
d'un people et ne pas (devancer I] I|ro-
gr6s des mcnurs et des iddes ; si ellcs
doiventaulant que possibles'acco1mm o1ter
t la civilisation de ce pnuple; on seis
inverse il peut s'oprrer t la liongue u!.e
accommodation du people aux inslitn-
tions. Ainsi s'explique ce mot : que los
instilulions faites d abotr pour les pen-
pies cie il, el nsuio In's peuples 'a leur
image. Mais une telle mdthole,. contiair'
a la science qui nons dit que si Ja nature
ne fait p:ar de saints, le droit non plun.
n'en doit pas fair, expose la society a
de Irts grands dangers, A des crises con-
siddrables. Elle arrive ra certes un jour
Ai eel id6al 14gislat i'qui, pouc le moment'
d passed de si loin ses aspirations, maih,
on allendanl, que d'inconvinienhs, de
perils, de souffranee.j qIni eussent etc
Qviles, en suivant une miarche lente et
progressive, cell qu'indiqne lt science!
En ce qui est des institutions civilesle
danger est moins grand, et I'adaptation










- 52 -


d'un code stranger ;a un pays m oins
advance en civilisation peut se fire sans:
inconvenient, s'il existed entire las de'ux
pays une certain conformnit d'i(ees et
de mceats. Notire pays nous en donne la
preuve.Nons avoens emprunti note code
civil a l1a France et ce code satisfait,
dans une bonne measure, a nos besoins
sociaux.
L'harmonie ent;e les-,mceurs et la hl-
gislation, voila dortc ce qui doit, avant
Lout, fairel. pirocc p;tion dn legislateur.
Or, ofu peut-il 1 .111.. r iun : 11 e d 1:.
plus complete harmonies, de plus
grande crguhlartid que dans la nalure oft
totes les forces en jeu se maintiennent
dans un dtat de pjrftit ,'iiil,,-.. ( De
( sole que, come le constale Mr.
l Emiile CGarthier, en modifiant une
< irrcgulibre, anormale, pe'en'i raipport
K avec leurs besoliiusactuols,les ho:inmes
K out dit qu'ils se rapprochaient du
a drioit tel qu'il a dtd dtabli par la na-
Slturie, c'est-a-diri d(u diroit natural. L'1
o droit iiaturerl a done etd pour eux uune
< sorle d'ideal dont its pensaient appro-
< cher toutes les fois qu'ils cherchaient
A( a corriger lear droit positif, de ma-
. niere a le meltre en accord aver des
t exigences socials nouvelles. .
l)dterminions les principles lines
de I'evolution de notre droit en ce qui
concern les dtranters et nous verrons
comment ii s'e*t peu A peu, sous 1'enm-
pire de necessitds nouvelles, r-tpprochd
du prin(.ipe de fraternity, en leur ou-
vraut de pli.t ea plas l'ace= de certain
droits que les circonslances historiques
avaient port nos premiers lagislateurs,
a leur refuser. II nous faut, en pre-
mier lieu, noter et signaler 1'esprit de
defiance qui tout d'abord rdgna chez
nous a l'egard de.l'6tranger cl trouvason
expression et son application clans des
dispositions de lois i r'-. i-..i refuses. Los
sentiments qui 1'atteigient et dictent, ad
son endroitces rigueucs et ces detlances
sont la consequence du sanglant et ter-
rible conflt qui s'est produitau ddbut du
sibcleeaitre ceex qui tenaientl'Ile d' Elaiti
dans leur ddpendatce et y voulaient
mainteuir 'le Irgime barba e de.l'escla-
vage et ceux qui vivaient dans la souf-


france et la nrisere, codrb6s, 6crasds
sauce cruel regime. Lespremiers 6taient
des Europdens, les autres, esolaves ou
al'ranchis, elaient des noirs et des mu-
latres issues d'eux et de leurs maitressr
le sol m6me d'Haiti. Ceux-ci, ; oirs et
mulatres, en presence de la dure obsti-
nation des propridtaires d'esclaves, se
souleverent, entreprirent la lutte pour
]a libertdet, vaincqueurs,brisrent comrnme
on adit leur' chainessur la tite deleursop
presseurs d'iiier. L'indepoupance d'Haiti
existait de fail a partir de cc moment
memorable. Mais de pareils venements,
des luttes si sranglantes, devoioul natu-
relleinem t ddvelopper et fortilier dansles
occurs les sentiments de haine qui ddj:i
y avaient pris naissance penondnt les
temps d'esclavage. De plus, o(n dehors
icmen des seoliments prives ct particu-
liers de chaqle haitien a cet dgard, aI
politique eftconseill de prendre des me-
sures, d es precautionss contre uL retour
agressif d.3 ['ennemi vaincu et chass6 de
I'lle. Uno nation naissant'ee sur le her-
ceau de laquelle plament des cupidites,
des rancunes, des laines, !es souvenirs
d'ine guerre rdcentle, ne sau-aitse mon-
trer trop avisee nii trop circonspecto
dans sa dleense persotnneill. Aussi
nos premiers 1Igislateurs jugtrent-ils
utile et convenable d'interdire comple6e-
ment le -.j,-,i' d'l-Iaiti ii x Eurbpdens,
n'admettant I1'ltr i,,er'' de celtte catgo-
rio y rdsider que par faveur adminis-
trative. Et encore une tell favenli avait
elIe pour consequence, d'apres la cons-
titution de 1809, d'incorpoer ipso faclo
I'etranger a la inu.sie des nationau,, dle
le naturaliser haitien par I'effetde la loi.
Cette natur'alisatio fore6e, resultant du
faith de la r6sidence,cessa bierntt d'avoir
lien et 1'etraanger put tro ad mis .i venir
en [aiti et a y habiter, sans ktre
exposed a perdre sa quality d'etranger,
nais la lot lui interdais it rigour .u-
sement le droit do devenir proprietaire
foncier. Ne pouvait-il pas, en accapa-
rant le sol grace a ses c ipilaux, recon-
querir, au moins economiquement, la
situation perldue ?
Plus tard les strangers eurent pieine
liberty de veiir cn Haiti mais la loi y
crdait autour d'eux des genes, des en-









- 53 -


traves, des restrictions assez conside-
rables. La nationality haitienne ne
leur 6tait pas accessible. Ils etaient to-
talement exclus du b6n6fice de la natoi-
ralisation et cela jusqu'en l'ann6e 1874.
La constitution de 1849, pour ne pas
remonter plus haut, contenait a leur
4gard une clause formelle d'exclusion.
Celle de 1867, sans les exclure formelle-
ment, leur interdisait, par d contrario,
le droit de se fire naturaliser. C'est
qu'il existait, dans l'esprit de nos 16gis-
lateurs, une pr6somption defavorable
aux strangers, prisomption nee, nous
le savons, dans les circumstances vio-
lemment douloureuses au milieu des-
quelles s'est d1-i r.:'- et constitute notre
nationality. Les id6es ont march depuis
ces premieres dpoques de notrehistoire
le temps a fait son ceuvre d apaisement
et de rapprochement. L'Etat haitien,
reconnu de toutes les puissances, a vu
s'affermir et se consolider sa souve-
rainet6. L'Etranger Europden n'insuire
plus cette excessive defianc qui aniinait
ios ancetres.II est aujourd'hui acciieilli
avec bienveillance. Nous lui demandons
le concours de ses lumieres, de son tra-
vail, de sa science et c'est en considd-
ration, sans doute, de cet 6tat nouveiau
du sentiment national a son ii1 que
les l6gislateurs de 1874 et, apr s eux,
ceux deI879 avaient cru devoir realiser
un premier progr6s, fair un pas assez
appreciable vers ui rginia lhgal mieux
en conformity avec les exigences de la
civilisation et les intprkts bien entendus
dupeuple haitien.Cesdeux Constitutions
tlablissaient en effet pour l'etranger de
race Europdenne la possibility4 d'acqu(6-
rir I'aptitude Idgale ala naturalisation et
les conditions d'exercice de celte ap-
titude. Ces conditions dtaient choisies
de mani6re a ce que de clur rdalisation
d6coulat poutr strangerr la preuvede son
attachment au pays. II n'dtait p'us re-
pousse d'unefaconabsolue. On l'accu6il-
lail au contraire, mais apresavoiracquis
la certitude de son amour pour Ile pays
qu'il voulait adopler; apris qu'il eft,
pour ainsi dire, renversepar sa conduit
la pr6somption d6favorable qui pesait
sur lui. Eh bien! Cette prdsomptionelle-
meme n'existe plus aujourd'hui. La


constitution de 1889 ( Art 4 ) l'a faith dis-
paraitre et etabli, snr ce point, l'ulit6
de condition entire tous les strangers in-
distincteineni, rdalisant compl4tement
la rifornme entarnm en 187 et 1879. Tous
les strangers, sans distinction d'origine,
sont aujo .' l'huiaples arlevenirhaitiens.
Bien regus dans le pays, ils y exer-
cent librementleur activitdetyjouissent
de la protection la plus large. C'est
ainsi, Mesdames et Mesieurs que so
manifesto le progres en legislation,
lentement par tapes successive
suivant le movement des id6es. II
en a toujours 6te ainsi, en tout temps
et en tout pays. Et rien ne peut fire
flVchir ces lois gindrales de developpe-
mentet de civilisation des soci6t6s, rien,
pas mime les attaquesviolentes, acerbes
et profond(ment injustes de certaius pu-
blicistes strangers ne voulant pas tenir
compete des ndeessit6s historiques, so-
ciales et politiqes d'un jeune people.
-Ce sontcesnecessit6squiiepliquent et
justilieut quelqties autrco.s positions
exclusives encore existautes do notre
droit, que je n'ai pas le temps de signa-
ler, mais qui disparaitroat a leur here
comme out disparu cells dont nous ve-
nons de nous occuper, relatives a la na
turalisation des strangers.
Le droit natural, apr6s ces quelques
d6veloppements, nous apparait done, au
regard du droit positif, cornme une
sorts de boussole servant a son orien-
tation, inliquant la voie a su:vre, le but
vers lequel il fant nar:cher.
Quel est -e but ?
Mr. Alfred Fouillee, dans son savant
livre sur l'il:le moderne du droit, l'in-
dique par une forunule nette et concise:
< La liberty humane con.ue come
< une prerogative supdrieure a tout. n
Mr. Emile A.czolas fait de son c6te
la m6me indication, avec un peu plus
d'ampleur : gLe plus haut terme, dit-il,
< auquelpuisseaspirer le droit technique,
a selon notre concept actuel, 1'ideal
x qu'il doit s'efforcer de rialiser, c'est
< de garantir i cihtonr Ie libre exereice
, et la libre evolution de ses facuilts,
e d'assurer it cl:tcun, sans distinction
Sd'aucune sore, son autonotiie, de
t fonder enfin pour chacun cette pleine









- 54 -


c le droit perpetuel de disposer de soi-
< me. P
L'autonomie de la personnel humane,
tel est done le principe direcleur du
droit. Principe non aprioristi,.ite mats
qui a pu 6tre deduit, a postdriori, de
I'ensemble des faits fo urnis pa rl'histoire.
L'histohe nous montre en ellet l'ln-
dividu pregnant de plus en plus posses-
sion de ses droits, 6largissant le cercle
de ses prerogatives, sed gagean tprogres-
sivementdesgroupes collectifs oisa per-
sonnalite Otait revenue et comnir absor-
bde. La droit ang!ais nous offre de cela
un example frappant et bien caracte-
ristique. Entre l'Etateti'individu, en An-
gleterre, s'interposaient des groups
puissants, des personnel morales i qui
la loi atttibuait les prdetcgatives de la
puissance publique, sau 'a elles les dis-
tribuer, de second main, aux citoyens
anglais. Leschosessur ce pointont chan-
ge depuis un bill recent, de 1838, etl'in-
dividu s'est posd en face de l'Etat qui
lui octroic directement les dioits des-
tinds a garantirsa liberty. Mr E. Boutmy
dans ses Eludes de droit constitutionnel
dit a cet regard : a Da's la sphere cons-
a titutionnelle le mot people n3 signi-
t fiait pas jusqu'a ces derniers temps
< l'ensemble des etres hiimainsqui sont
t membres de 1'Etat britannique ; ii
< n'etait qu'uin equivalent accepted pour
l'ensemble des I.ois grande corpora-
Stions dirigeantes, royaute, lord et com-
< mune. L'individus'efface,ldans sa mo -
biliti et sa petitesse devaiut cis large
c et solides li.- lr- Et it ajoute :
a Laconception l1gale ducitoyen, come
o le sujet actif des droits politiques, n'a
a commence a so ..14. s .e-r qu'en 1832. -
L'evolulion sc pursuit parlout dans
ce sens et tout pnirle d croire que au-
cune force contraire, pas m6me les ef-
forts persistants et si serieux d'-, collec-
livistes, ne rdussiront a en arrlter la
march.
L'homme, Mesdames et Messieurs,
voici done l'objet du droit. C'est pour
lui que la sociktl est constitute et c'est
A son bonheur qu'elle doit tendie. D'of
la haute necessil[ de perfectionner ce
premier objet du droit, cette unite so-


ciale, afin d'amenor un perfectionne-
ment correspondant des closes et, pat
suite, de I'Elat social lui-mime. Ce sera
1i, Mesdames et Messieurs, la conclu-
sion pratique de celte conference: diever
l'individu, le perfectionner sans cesse,
fire descendre dans les couches les
plus profondes du people les bienfaits de
I'instruction et de l'dducation morale et
civique, c'est l;i une niche souveraine-
ment patriotique et qui s'impose i la
conscience de tout people soucieux de
fire regner I'egalite parmi ses citoyens
et sincerement attach aux principles de
fraternitdet de solidaritequi se trouvent a
la base de toute vraie ddmocratle.
JUSTIN DIVOT.


RAPPORT
SUR L'IETAT GENERAL DE LA SOCIETJi

DE LEGISLATION

Mesdames,
Messieurs,

Siun jeudi soir, entire cinq et six heu-
res, il vous est arrive recemment de
traverser la petite rue du Fort Per, qui
conduit a la place Geffrard, vous avez
dL Otre a'rrtL sans doute devant une des
masons, qui ne sont pas au coin du
quai, par un bruit de voix insolite.
Mais les mots de principle, loi, juris-
prudence, science juridique, matibre dco-
nomique, revenant A lots presses dans
nne discussion animie, n'ont pas man-
qud de vous ddifier bien vite sur la na-
ture de la reunion.
C'est, en ef'et, li que si6ge, depuis
le 29 fdvrier de cette annee, la SociWt6
de Legislation, chez le plus aimaole des
TrIsoriers, en plein quarter de finance,
A deux pas de la Banque d'Haiti, evi-
demment pour donner le hon example
aux soci6taires. On y entend des com-
munications ; on y lit des process ver-
baux; on y i6dige des rapports (h6las!)
on y cause ; on y rit m me quelquefois,
oa plut6t, on y sourit -- discritement,--











comme il sled dans un sanctuaire de
debats juridiques.
Les hommes graves qai consentent at
sacrifier ainsi chaque semaine une apr6s-
midi a l''tude des lois et des questions
6conomiques, sont pour la plipart des
avocats, des magistrats, des professeurs
de l'Ecole de droit, cela va sans dire. -
Vous y rencontreriez, en outre, Ai cd61
d'un Ministre en exercicetout un joli lot
d'anciens ministres, represeiit; i la JIs-
tice, les Relations Extdrieures, les Fi-
nances, 1'Agriculture et les Travaux Pu-
blics ; et, entire autres souvenirs dan
temps passe marids agreablement au
pr&eent, des ex-diplomales, des ex-
d6putds, un ex-Doyen du Tribunal de
commerce, un notaire, un arpenteur.
La composition de la Sociatl iiidique
assez exactement la diversity de ses pre-
occupations.
Tons les mois, un recueil aux fautes
d'impression moddr6es, la Revue verte,
la Revue de ceux qui esp&rent i ivinci-
blement dans l'ameiioration morale de
ce pays, itaduit au grand jour les tra-
vaux de la Socit6,--- j'allais dire de
la Compagnie. -
La naturalisation des dtrangers
en Laiti, l'inlerprclation Id trait6
de '1874 avec ]a R(publique domi-
nicaine, la responsabilitd tde Eliat i
I'gaiird des marchandises d'dpose's en
douane, !e point de d16eart constitution-
nil du mandate des Sinuaeur's, out dans
le nombre des questions soulevees, fait
l'objet de 1i:,.-, et interessaints debats.
(hose curieuse les opinions, diver-
gentes au debut, se sont trouvies sou-
vent concilides a la conclusion. On par-
tait de points opposes del'horizon ; on
cheminait longtemps sans se voir; et
1'on elaii. tout elonne, au bout. de la route,
de reconnaitre qu'on tendail au mime
but. Tant il esl vrai qu'enlte geris sin-
c6ies et convaincus, I' tout est de se
bien comprendre ..
Prendre connaissance de ces diver-
gences apparentes d'opinion, qui nesont
que les aspects varies sous lesquels
l'immuable vdrit6 se r6v6le a des intel-
ligences heureusement mobiles ; les r6-


duire a des formules claires et pr6cises
qui les rendent accessible A tous ; et
lei r donner ensuite parmi les honmmes
de bone volontd F'oxpansioil necessaire,
tnlle est --- en que[lques mots --- 'ambi-
tion do notre Soci6et de L6gislation, tel
a 1et I'emploi de son temps pendant les
deux premiers nois do son existence!
Afin d'cloetiire sa sphere d'action, la
Society s'est adjointe quarante-deux
membres correspondanls et quaire mern-
bres actifs nouveaux, sur les six si6ges
qu'il restait a pourvoir pout compiler
le nombre statutaire le viingt-cinq mem-
bros. Tries prochainemeni, elle espire
enter en rapport avec quelques socie-
t6s savantes dtrang'6res, divou6es a une
cOmuro pareille. C'est n'tparigner, en
some, riei pour rialiser le programme
qu'elle s'est impose, et nous ne doutons
pas qu'elle ne parvienne a cet heureux
trsult.at, si toutes les bones paroles qui
ont flotte come un encens leger ( oh !
bien .'. _,' ) autour de son berceau, se
tradui~iei ---faut-il ldiredire vile prose?
. par de beaux abonneents comp-
Lants.
Or, I'empressement bienveillant quo
vous avez mis, Messieurs, i acconrir a
notre appel, et vous surtout, Mesdames,
\ rI'paintdre sur cette solenuite un pen
autstere d'une sance d'ii ". 1. 11.ionl
I'dclat toujours souriant de votre prd-
sence, est pour nous la meilleure p'o-
messe in'un avenir prospere elt durable.
Puissions-nous done, par un tel example.
convaii nre nos concitovens de cette ve-
ri l' ,i'exprieiice, eman:e d'un contem-
poivaIi, que dans loute ddmocratie mo-
derne, F'inlluencI pou]r le bien, poir ie
mieux, ;ipparlien it e plu s en plus aux
indiviILius, ne Iussent-ils que ;" "
lie fusseit-ils inmne que vingi, qui, dcans
un desseiin honniee et dssintOressed con-
sacrent resolument leti's forces a la
chose publique., ) UnepLo.ir i:.- d'hommes
d6terminis ti uni but defiii, c'est tout
ce qu'il 'fa!u, e!o effel, pour reussir dans
(uOn ps li brSL

G(Eo'GEs SYLVAN.


GEonGEs SYVAiN : R~dduener-G6,'ant.








- 56 -


St NCES E LA SOI T,.


( EXTRAIr m S PROCES-VERBA.U )
Reunion extrao rdinaire du'13juin1892.
Pr6sidence de Mr. S. Preston.
Presents: M.M. Preston, Sylvain, LBger,
Marcelin, Chancy, L:aorest, Dyer, Ba-
ron, Munbier, Lalleuir, Bonamy, H6-
raux, Minos, Jn-Joseph, membires ac-
tifs ; T. CGuilijbaud, inembre correspon-
dant.
En presence des difliculls qu'a
parfois soulevdes la reunion de la moi-
tid pins un des memnires actifs, exigde
par les status pour doliberer valable-
ment, Mr. le Pretsident proposeque 1'arl.
9 des staluls receive, (aus son 30 alinha,
I'adiil ion snivante:
(( Pour lesdiscussions ordinaires, qui
n'engagerout pas la respoi sabilit6 de la
Socidte, il suflira de la presence du lies
des membres actifs. )
Les r-solutio s importantes necessi'e-
ront toujours, suivant les cas, ia majo-
ritl absolue on la majority des deux
ti Is.
,c tte proposition, mise aux voix, est
adopted a I'unanirm-ite.
Sur la motion ile IMr. le Secrlaire,
on deci ensure dell cci ipl tlce! les votes
relatifs au principle de( la rei-.poisabilitie
de I'Etat en malimre do doutnes et anu
point de depart du mandate dcs sei.ri-
teurs.
( L'Etat en faute peut etre renduli res-
ponsable. Princiipe admis. Mais i quelle
epoque fair remotier cette responsali-
lit6 : avant ou apres la v6rificlhion ?
M. Bonamin. Question (de If',it! il faut
s'en r6ldrer an droit coimmn..
Mr. Marcelin-- L'idee a td i mise que
la Douane eat un commis au debaq',ie-
ment des marchandises pour en operor
le pointage, de concertavec les agents
des diverse lignes de bateaux de trans-
port. La responsabilite de I'Etat com-
mencerait, dans ce systmne, au moment
du d6barquement, et ne cesserait qu'a
partir de 'a verification, pendant le delai
accord par la loi pour l'acquittement des
droits.


D6s lors, le principle de responsabilitd
se poserait ainsi: Pas de responsabilit6
poOr les cas (!e d(etrioralion Iainrlle et
ie force inajeure. L'Elat ne repond que
des souslstr cio is et des varies, consta-
teesd'apres ie registre de debarquement
et surveiues depuis lc pointage des colis
an registry.
L'Assemnble enonce Ie vce qu ue ces
mesnres d'ortlie soient adoptees. On
vole ensuite sur la question posee par M.
le Secretaire, et on lombe d'accord pour
admel.tre que c'est une pure question de
faiL. La responsabilitu de (l'Eaut derivant
de sa fate, cette fa ue devra 1tre prou-
vde par le reclamant.
M1. e Secrlaire. ( I 11 ous reste une
aultr discussion a clore. Les points
laisses on suspenis so reiduisetit a deux
quesliols nouvelles; lo. a La Chambre
peut-ellie litr, de nouveaux sdnateurs
avant la formation do I'Assemible na-
tionale '? )
la reunion, consulate, se prononce
pour I'affirmative.
2o Les nouveaux 6lus peuvent-ils se
rdunir an S6nat pour constituer la ma-
jorite, avant la formation de I'Assem-
bide nalionale ?
Oui, decide encore la reunion.
C3S votes acquis, on fixe au lunili 25
juillet la seance publique de recep-
lion de M. M. Deslandes oe Lafleur, et
au jeudi suivant, celle de M.M. Munier
et Bouzon.
M. le Prdsident souhaitera la bienvenue
aux ricipiendaires,au nom de la Socidt6.

ERRATA:

( No 3)
Seance du 5 mai Parmi les membres presents,
M. Edmond lraaux a k1d omis par megarde.


Page 42,-
2e colonne, 39eligne, an lieu de: "Chacune des
deux Chambres se constitute, c'est-a-dire qu'elle
ouvre la session individuellernent, lire: cha-
cune des deux C(lanlrae so constitute individuelle-
ment. "


Af? 01









- 57 -


LE RALLIES PBNRA ILES D'EMIIAUEL LEON.


Un deuil cruel vient de frapper en
plein emur tous les membres de lIa So-
cidtd de Ldgislation. Notre cher Emma-
nuel Lona etd enievd, au boul de quatre
semaines de maladie, a notre ceuvre, a
son pays et aux siens.
La Revue, interprite des sentiments
de la famille du regret. di, liml, so fail
un devoir de tdmoigner sa sincere recon-
naissance A lous les amis qui or:. contri-
bu6 A fire de ces funderilles une inmpo-
sante manifesaltion de -.:i,, l'-ie; et
elle croit (tre particulieiremenl aigr able
a ses lecteurs en pnl)li;ilIt ci-anprs les
principaux discours qui ol. tel pronion-
cis en cette douloureuse circonstance.


DISCOURSDE Me H. BAUSSAN,
Batonnier de l'Ordre des avocats.

Mesdames,
Messieurs,
En presence de ce cercueil et des larmes
abondanles que nous arrache la douleur, ne
vous semble-t-il pas que nous sommes cons-
tamment en butte A un mauvais genie, se plai-
sent A faucher les meilleurs d'entre nous ?
Le sort de notre malheureuse patrie est-il
de voir grandir e s'dpanouir ses inteilences et
ses principles lumi6res, pour les perdre au
moment ob elle doivent lui 6ire uiiles ?
En effect, notre jeune ct \irile socit61 est
rudement dprouv6e. depuis quelquesannees,---
par des disparitions subiies et p6nibles, sem-
blables A celle que nous d-plorons aujourd'hni.
On dirait qu'une main invisible, mais de fer,
s'abat de preference, sur hls totes prdcieuses
de ceux qui, par leur savoir et leur termtelt
pourraient contribuer au releveiment et a la
civilisation de notre race et de notre Pays.
C'est une verilable fatalild.
Nous eonfions A la lerre, en cet instant, les
restes d'un honorable concitoyen, --- d'un avo-
cat dclaird et distingue.
Emmanuel Leon Otait une des gloires du bar-
reau de la Capilale, of chain se disputait
I'honneur de le consulter et de l'entendre dis
courir sur les questions les plus difficilesde
cette science du droit, don't il connaissait les
secrets.
II suffisait de s'approcher de la personnel


aimable de ce june home pour subir sen-
siblimennt celle influence synmpathique qu'il
exerlait sur ses amis.---
Errmanuel Ion, apparlenant A l'une des
'premires families de la ville des Caves, a en
le bonheur de passer sept annes A Paris, of
il acquit do solides connaissances, qu'il metlait
humblement au service de la Palric
Aussi Alions-nous en droit de fonder sur lui
les plus nobles esperances .. ...
Nous aimions A le voir engage dans une sa-
vante discussion,avec ces jeunes homes eclai-
res et liers,--- Aleves comme lui Al'ltranger,---
dont nous admirons le talent ct la morality au
barreau de Port-au-Prince.
Emlnnanuel Leon avait facilement gagn6 nos
cceur. par son caractlre, A la fois energique
et Ibon.
Comme membre du conseil de discipline de
]'Ordre, nous appreciions la force et la sagesse
de ses avis.
Conmme avocat, ili tait instruit et correct,---
incapable d'aucune faiblesse.
11 exercail la profession en home de bien,
Ja considerant comme un vrai sacerdoce.---
N'est-ce pas le moment de rappeler un trait
qui lui fait le plus grad honneur ?
Emmanuel Leon fut charge d'un proc6s lu-
cratif, mais injuste, centre un honorable vieil-
lard do notre cite.
Mais, instruit par quelques ddmarches,
de la bonne bfi de ce vieillard,--- il refusa I'af-
faire,--- aimant mieux fire le sacrifice de ses
intArets parliculiers que de sdvir centre une
respeciabilie.
Un tel example de desinteressement n'est-il
pis bien rare en ces temps d'argent et de ra-
pacild ?
lionorons la rnmioire de cet home de
valeur.
Couvrons de plours At de regrets le corps
aimn et venere de ce jeune haitien, qui n'a-
vait qu'un cult : la Fatrie !
Oui, il aimait vivement son Pays et ne revait
que aa prosperity et sa transformation immd-
diate.
Son desir ardent el. vif etait d'aller avec vi-
tesse, au sortir de I'orniere, en rompant avec
noire miserable passe.
Nous garderons Je souvenir de ce travailleur
en conjurant celtejennesse qu'il instruisait
si savanmment A 1'Ecole de droit, de suivre
son example; de marcher sur ses traces glo-
rieuses.
Ne nous laissons gagner ni parle decourage-
ment,--- ni par la crainte.
Notre foi robuste dans I'avenir d'Haiti doit
guider nos pas et nous fire atteindre le bu-
genOralement desir: --- P'ananissement de
la barbarie et ]a civilisation de laPatrie par les










- 58 -


Inmirl'es ct ie c ailmlcbre itiil'ijt"! t tim lrd s
hiom mes dto ii itit6.
SNonsnilt'iirons oh itbat ll de de In Ciptat rin
labt'rn (1 toltutil AH en !NhTis itn,- 011
tinwi'ioiis le nomn d~lOtmamm! IUioii
Nons piey-ons son Imirait dons in sat o de
nIos and ioncOs, a ('1 dC c00 C tide nos av0owals
dl'CIiio
tki iii6mjiic (-, to traits d),iii tot cito-ii

Fiinialnlotnl JLeoii tait ausdi lOspfii de sa W-
miltii, ii awf~ ttiitionisif adit05-flif nos-5 hoI ta-grs.
E[iirrimons n o 1 leO tino ic ooir in cnl o-
ier(i cefi' (01(1le'i irrep i-tio"".
(Oi I lC Iatn! flor'Tr"i ijn o W'n fts an,

CGs larnies sunl I n& ocst 1-os
CO sont ces l'rnmes, "T1s05 avec ahoodani
s-li los restos d'nn hoinoe doe vabiir qjii foiti-
tieronl s coruirs et Pipattlreroit nos esplits h
sto impp rochiio du sien.
oninen iiL ('ai IOirs Sillr 1-i& posid hid'oii-
bi~r Ai vto taut de avoir et. doie rtn 1coilcen-
ids dalln o n tn e t
(hi', cist le conrpis sOiellelni d'ini nul
LeOu Qn a WispIrui do cote o lorro: son
Ace esot p tt' nons: consullons In soutfIII A' p-
polons-la danrs nosa s~rieUSOcs dlelillhinionls. Ulaii
nons enleitim ct nois iiistrwra.
Gist Ili mId ijue d'oublkr los imorls.
C 'Ist ii n neil cpa de noils consOdr do Ia P 'ruo
des lioannis do lion, do no, o inodes !!
in eOii t iaeiC, pici ons-lo- ain~h'menrL
Ser-von u dons cus sprits sup&-ieurg qui
Ilotlent anton r do nons, pour nout evoct nor a
dovonir ,, ;It. m. tit rcoen&ror nutre -o'iNcK



IMSCOURS DIE PAUG. 13ONAM1-Y,
lb'oliciO dilL lI!tSI)C~ti~l)) ,SOCl2tii'C


Mesdames,
Messioumm,
II est ilaiis We. 110, td. dev~oh's Wien po-
Wiies h icin plir: to] ost colu i cQii n'eft d~x olti
dan s col oe trit o ci rconshnrio de porlor IN palo iy,
all io1n do I'tispection soulai"c, sn I celot ioln-
be Irop tBt, boaiicoutp troll tdt otiveute. Oui, cc
devoiv m'rnt, penible c:dest quil 6iait difLTiHEM,
i pros avoi r vcli quOqtioe p'o av'ec Emimamn neml
Liion de ne pa5 So sontit a tie00 xcs voiw pal' 11110
iWrtsistible sympatLie. Qunl catrvactr0 ainubloe,
avnaont ijuelle tophsiolo :nl fr liche, Otivertc !
Parnii tonis catx cIiii 'ont conni-t, it if'fl eii (uo
lies ainik ii imait cotiofli lostii' (1 d0 tons.
D'attros vous 1arileroni de ses qualites prik des, le


,litonnior do l'Ordre vient de rappeler son md-
rile comrme avocat. MIa tlchc se roduil it dire
deux Iols do; prol'sseuri, (du fonelionnaire.---
Emmannnel ,i!lo dhula dans l'enseignement.
A tl'lnshtlution do Madame Vouve B. Lpinl: i!
a ri'mpli, pendant quelques anndes, avec beau-
(cop d tac.l ces-modstes el delicales functions.
Mais il devaii blriller sir un plus grand theltrc.
;'est o ll 'I coonilt vons le save, pen avant
les incendies do jiiillot, que I'icole national
de Droit ful onverLct. ELunainuel on alait un d cs

't c'c l, iiii quiy lit ] LIprlniier, I'uniquccours
avant lis 1vne>'mv!lel ts Idu lix ao t0 : deux jours
aprks sa lc'ii>, c biatitlent oil elait l'Ecole
dovenail, la proie des Ilammes. A la reinstalla-
lion do I'Ecole on fevricerl:' ", Leon fut natu-
rolle;iient mainl.cin dans son important chair
de droit civil: oIn no pouvail, nieux choisir.
Tons coux iqui I'ont vu it l'ii.vre savent avec
qielle co:ni] tep nce il s'acquitatlt de salache.
Aussi sa inort laisso-t-elle un vide qu'il sera
bien difficile do combnlr.
n I.i i, M cdaims, Messieours, les ineilleurs
d'entre nons s'e1 vont, et nous ne voyons pas
tro coiminconi les reoiplacor. Et c'esI dans notre
prot'cssion surtoiu q(ue la mort sPmble vouloir
(chois:r sos wiilleurtes victims: Ihier, IEmmanuel
iEdou:ard, que nous no pouvousvi onblier,--- au-
jourd'hui, Ldon. Notre pays est hien malhen-
reux, en vo'il' Quello somanie d'activite cc
i .holinlio', pliin de de ie, n'etait-il pas appe-
1 a tiournir Si I'in peinslc I'dgoisinc profound
qui roneo note patvnr society, oil ne pent qlue
rosscntilr uni regret liien alme;, lorsqu'on voil
ainsi dtisparaitre tin de ceix--- ils south en nom-
bre si restroini !--- un dt ceux qui, common Em-
manuel LUou, gardont une Foi vive, malgr6toutes
les deceptions, dans I'avenir do la patrie C'est
pourquoi notre anmi laisse d'unanimes regrets.
An noinde l'Aidiniiilstation, j'ad resse de dernier
adieu it mIon sympathique cont'rre.


M.laitre .1 l. I)Doi ninquie, Procfsscur I' Ecolo
Nalionale dto Droit, clari 6 t de la DIirection de I'E-
otolc, so preiente atn board do la losse et au noin d
l'Etablisseiment, pronounce quelques paroles de
condoilances, et announce quie le june St6nio
Vincent dtudiant on droit va dire l'adieu supreme
a!i professCur disparn.-

DISCO IURS DE M. STENIO VINCENT,
Mesdamcs,


A la vive aflliciion, aux 'regts iilnmenses,
a i'..tgoisseo p)ulique, it cette poignant dou-
ciur universellement eprouve ia l'occasion de











- 59 -


]a mort de notre cher professeur Eiiiim uin.iel
Leon, I'Ecole national de droit-- elle sur-.
tout--- prend une Ires large part.
C'est qi'elle a le sentiment profound do tout
ceque ce trou bhant va lui ravir, c'est qu'elle a
-lilappi ,-le, pendant.long'leiiips'lemrite incon-
Iet alI,-, I'.ifabilit6 naturelie,-' 'exquise ame-
nile I.-,- iI1 nitres de celui qui fut un de ses
professcurs les plus dislinlguds.
Me.Emmanuel Lon laisse en effet, parmi le
personnel et les etudjants de nolre Facultd, un
vide incalculable.
C'est la sbci6td entire, c'est ]a palrie qui
souffre de la disparitiorn subite de cet honime,
hier encore plein de vie, appcle a desi belles
etde si hautes destinees. Car it fail 1'avoier
liien haut, lorsqu'un pays. (omne le indre---
toujours, hlas! au board de l'abime nu !':rlii;!
duquel ii resiste encore--- lorsque ce pays, di-
sons-nous, se trouve tout A coup prive du con-
cours d'hommes remarquables conime 'Em-
manuel Leon, il perd -ce'rainement autant de
chances de saiut.
Les brillanies qualiles de feu AM Leon n'ont
jamais Wti un doute pour person.
Ainsi nous nous rappellcrons bien -i.~,:rti
los admirables leCons qu'il nous a files avec
plant de clarl, tant de indlbode, laut d'esprit.
II rendait ses course accessible Atoutes los in-
telligences. I voulait que tous ceux qui l'Ncou-
taient en profiassent.
Exposait-il, devant son jeune, auditoire, les
lheorie's 61evyes, les principles abstrails qu'on
rencontre parfois dans l'tude du Droit, c'etait
toujours la meme netleft dans les ideas, le mi-
me attrait, le meme intaret.
Quelquefois, dans ses c6urs-- qu'il m6lait
toujours d'une sort d'-i- '.i 'i-I.,:It moral et
social-- il en arrivaiit nous parler du pays, de
son pays qu'il aimait d'un si grand amour.
Oh! alors, quelle verve: quelle merveilleuse
puissance de language! quelle bloquence cntrai-
nante
Les plus froids etaient icchauffes par sa pa-
role liaud,', sonore, incisive, toujours vibrant
du plus put patriotisme-
Avec quelleardeur il uous exhorlait au ira-
vail, 6 cette besogne solide et constant qui,
seule, peut nous faire acqunrir nos grades in-
versitaires!
SD'autres fois, c'etait chez lui: dans son etu-
de d'.Ir.,- t. Des etudiants y allaientassez scu-,
vent prondre des conseils. II se mettait A notre
disposition avee la meilleiro grace du monde;
nous sdduiisait par son dblouissalwe causerie,
debordan.e de jeunesse etde gait6. Nous etions
l.iii:,rt. a notre aise, la conversation allait son
tij:ini' finilier, toul come si nous avions
1'honnecir d'6tre comptes au nombre de ses
plus intimes amis.


Quoique d'un dehors reservi.. ijn.iiii. c .,irn.-
tcre plus doui, ja iais homile ,l'utn 11iii1 r1',e
plus agr6able. :
Voila-pourquoi nous garderons un pieux et
Simmdrtel souvenir de notre crl i maitre Eam-
manuel.Lon, voila les jusles raisons de Iim-
Sposante et consolante manifestation des 6tu-
a.i rlill de l'Ecole Nationale de Droil.
Les grands enseignlements ctqu'il nious doln-
nait en chaire, il les donnait aussi dans la
press.
disait-il derniterement A ses concitoyens, dans
un livre don't i1 a.6crit lapreface dans un Mlan
do patriotique -inspiration.- Aime toujoiurs
Ie coin i1e terre ofi tu es nd: 'Tu en a le droit et
occ'est une condition essentielle de ta liberty.
< 1M'1 Act dc do ce :1;. ;auguste, il ya aussi
le devoir de concourir detoutes les forces a sou
< advancement, a.son'Avolution vers le progres.
C'est i l'inlelligenco complete de cc devoir
au'il nousiniliait, l'orsque la mort est venue
brusqueniment I'enlever A iotre affrccion.
Au nom de 1 KE:...e NJtionale de Droil, cher et
regret[ maitre, recois celte couromie que nous
deposons sur :i l..iiil,., en lemoignage de nos
regrets el. de notre reconnaissance. Recoisaus-
si nos trisles adieux.
Tu vis encore, cher maitre, lu vivras iou-
jours dans le coeur afflige de tes hi'n airmds
disciples.--


M. Emile Deslandes, se fail i'inlerprtle des
regrets exprimes par Ie Cercle de Port-au-
Prince.
Puis M'. Stephen PIeston, en quelques pthra-
ses emnues, relrace le deuil de ta Socieli det
LUgislation, ol cede la parole ha .1. J. Chancy
pour dresser au defunt 'nadicu do ses col-
legues.

DISCOURS DE M J. J. CHANCY.
Mesdames,

Messieurs,

II me revient le pinible devoir do saluer,
une dernifre fois, Emmanuel Leon, au nom
de la S.:.'-IH l.1,r 16gislation. Ma lache serait
hien difficile si je devais in'en tenir seule-
%lent au tilre de Leon come membre de
notre SocitCl, qui est ,encore trop jeune pour
avoirune histoire. Ileurcusement que los ta-
lents .d'Emmanuel Loon me p1.- ii'rlli'..' il.
supplier a celte lac I ie.
SD6s notrepremiere r.,i-u nin, nous avonsnom-
meLdon, memibre de notre comnitd de direction,





.., & ,. ., -








honneur epviable don't il sesenlit Aier et qu'il entendons tNous manquous d'hommes Eh
port avec le Flus hant Wirite eA la plus Mien, 10 meilleur noyen d'en avoir, c'est
grand I... Quand pro ail p t d'en ire. our c a, il faul ouvrir la carri.re

a nos discussions, il y apportail une logique ,t a lohs lesdevouetenls ; il fnut les provoquer,
une Q10cit6 qu'aucune objection n' Varmail. les soiliciler, les faire nailte !
Les questions de hUgisation les pins aidues Mais Wtaent. on hailt. oWi un rait 1wi in t d'honnes ?Ne sont-o pas pluti6 des
nerveillnie son iiligence prime S: H !irr! : hmmines de caract:r1 qu'il ons fallt r am l.er,


temps -- u lyde national : I'heue de 'ou- Wriient pas an Dieu Argent en lui apportant
veorture de la Ouce approche, l "lHe no en holoaustl des lambeaux de la Pair eo?
d|senp it pus, ei, cepndpont notre distin:,u6 Somhailons esn pour la rQ&Qnei aion r&lle, do-
!,i .. ,...:har de Mi' e Na conftreio e, r,' a'de Wi[ iive d'l1 aiti et de loute la race nore"
.,a q. sontines dans des panss o ,deles. Quand viendra ce jour, la pl,;u de Leon se-
0hatahoneun esl t ien prec s de i ols t ;ii dre ra vide, inkis sa n nd:ive s r d'autanlt plus
Ui la nouvello 1o ie le conference est omffr;!o ivamlte qu'ii a lur'a j, ,a' d, plus intelligent
E'nmm1auiel jou n, e: quis-.ini son g..rnd sou',ire ouvriers eo la priAmi.vore htoue.
si narquois, r uus dii de .a plus grosse, el har- Par ma voix, la Soci&61 de h'gislation te
niuse voix : le l est ps ira !ramiile, fait sesdouloureupx adicux, nton chvr Leon.
Quoi fire, rdpliquimA;,-nous, d .w;ant e csde Ton soeni' scfea (laine! cxhez nous colmlme
force n iajeuire. ? -- EL vous croy z, rpo-a-t-il celui que laissent F'i ilid fid61e. le so \oir
queI nous allons oire Cello haie'? Alloens certain, Ione ardente etla conuvictionrobuste.
d Ionec! Jl'i proviserni uno co f i-'tr ice . Encore adieu !
l't il le faisait si le conf1 'en cier o' iit pas
elu Go jOu-l~it
,'ai par d6 s qualils et des l Odenis de.la on.
\i-jc Locoin de le paouser qudtant los as diSCOURC'S DE M''r ATHI LAFOREST
MAits one 1enoigncul, suiloul Fou dernier
de Maies hs coverilions de la R;poti'ique
d'Inhti, de Jacques Lger ? Ony \oil ioute l'e Miessieurs,
closion de son taleit. On cdirail qu'il a\ait pres-
seni qur eo strait soni chanlit r t qd'l ente. donst nom d'am qus jounalimtes eolla-



Quei parioisme, quello foi, quelle consvi horateurs d'EmnanuIel Leo que lous d rpo-
tion dansce s elloquentles pages! Quel courageet sons celle couonn.
quelle lueaidm no moil pas li I'examen de n l'ofl, ant h nove cher et regrenti, ami
louss Il prlobes soiux qui no ivisoi s s die oulons rnppeler it lous, ceIle ionfra-c



et condbien de tact el de frnieli ne montre-t- lernelle solidari qui n touours exish0 enlre
ic pas pour en troi ori la sluon Ait i I c t nous e qui devrit 'xisier entu lous i l es


iqu'l emprvi lo t anu ervic ie sla parie tout mniibres de la Pr'sse.
.eoi savoio et lout son savoir faire, 'elst q'iil Nons Evulons CsurhLo p i rQ I'uer danos I's-


s'dpuisut en combihisons intelligenies pour prit des g6norations :'1 vmi, la mdmoire
etre uile i eodin pays. l tonjour di gno d'ua t ciite e qui en rainpe aprt s
Comn e Emm ano Edolrd, Lco appippoare- sal rnlort out ce cortage d'alfection et de a sin-
tesai ceiie 6ns, racion qui vafo naiole tA la vie c6rii e os enllieres.
politique pratique. I 61 lai dlie es jeunies 'iestl qil u'en etffet, M:sc ti i dans le mi-
qiii i. 50010105 eii|!i(., (105 au 5ervic laiC'ialries. funul ticflolt CO 0th, 10 'Jot u do Eden so-

aon Ia1o0i0 tli 1lo son forieir i 5i1 cttst qiiil \ :volito qvulons OV i tit ii rpp'lus indelligeuts

























houinnes qui ne veuilent plus voir etl imi- lieu do d ieadence iorale ol noius lulions0 ie



depuis 180, et quid no permit Ait aucun de bliciste indopendant e loyal de conserve in-
nous d'erire noe histoire, pace que -ayons acts ces sentimenils gndreux du ijuslte, cet
le courage de avouer-- presque chaque anni- amour elev de la vrit.
versaire de noe ind6pendaneeest une ann& Eh bien, Emmantel Ldion, 6tai de ceux
die deuil et d ruines i qui ont fi planer le ju journalism dans les\i



Celt mor nous met une is de pleus in r gions it ininies du lib et alismeet de la jus-
priseuciie ce probl6mi e trop souvenl'ict ieiIit qui asset ae p-




vel6 d1puis queque temps : QuI'allons-nous dain, devant ce march scatdaleex, oo sans
tt*nI crepe dcjd-la

























devenir avec1 l disparition de tant d'homm u honte et sns lespet pour d'esprit humain, le
Icois on de 1li, Silr l (tillia ann- ai mdli
dent1ire lC. Seri iitdepeiidnnceiei t line 'aino bien, Emmanuel Leon, etqd ceuiil
QCuei pavicla smc, mriline foi .qiil Jo(Oic- hoItoroce etd Lnsilniaieiei pou quoe pious d(ipo-





















detudes, nous qui en manquions dej tanl?Voi- caracnlre s'aairse en vendant son savoi. et
la le cri general, souvent dqsesperant, que nous sa conscience.
i8 le enj g&niral, souverit d~sesp~rant, qluo noes sa conscience.









- 61 -


Nous devons profiter de cos inoments dou-
loureux pour affirmer ccs haIls principles de-
mancipation el de progrt?, pour glonriier ceux
qui comrne Errmanuet Ldon onl tr'avaiHl avec
autaul de dinild qu" d: routige, h cotlle o u-
vre gigantesque do r6gtndrmtlion sociale. --
Un tel example est hien dignie d'anirraion.
La Patric hailienno s'applmvrit de jour en
jour de ces homiines l i. I semiblhrui depuis
quelque lemps qIu'u e tilorid!le faia;lit s'a-
charne apris elle : la iorl enluve in i un ses
infants les plus d6voun s el leo plus lies ide
leur race.
Hier c'lai Ernmmanuel douard, i .... i.i,;
e'es Eimmanuel 1.on !d
Deux ciloyens qui ;e sont illust!.r par I'a-
mour du devoir, par applicationn dii bien.
La mort do tois hoimnies no p)et-quei nous
bfrlifier dans lalingne d conduit que nous
avons suivie jusqu'ici.
Loin de nous dl courager en ,1.i, i ., .1 les
pertes quo nous 'pro'll.ons, joions iun regard
sur la palrie couverlo de denil, ipreque aban-
donnde o resserrons nos rangs.
Travaillons toujours avec ardeur. avec foi,
mais aver dignity au releviement de I'hon-
neur national.


ConsidBrations sur la liquida-
tion d'une maison de commerce
faite par decision de Justice.



Notre colligue, AMe J. I,. Doniniqiie,
ad jt i siUgnae aI pu~ li!c id:ns 'L *'te' o lde
eltte Revue 'intelligeunle initi;live rise.
par les iribuna.tn Civil el de Commerce
de Port-ar-Prince eui pirdsonce dte la;
rise que traverse Ie commerce de colte
ville. II nous a monte la justice, devan-
gant lo igislaleur, fais:;nt, dans unte si-
tuation exceptioiinell applications d'un
( / ovmyeni de solution que l loi positive
S'. di pay-s no lui a pas encore foui ni, cor-
'. ;' ,. t cetle loi, I'anmeiidatii d;ns seons
S de l''quild et de la justice, ce hA minem
f1 non que le pietoar riumnin corrigenit
le vieux droit quiritAi;'t si dur et si ii-
ritlable sur beitnoup de do int. Les
Iriblaiiiix Civil ei, de Coinmmrce ont eon
elle't, dium (s is oCi .; k i l; tlem ent l; fail-
li[o s'i:!i)0:0 il, :s;Ib bi u an ',i Y iVY e ri-
gouroux, compliqu4 et si co0teux de la


loi No3 dui C(oue de Commerce, un r -
gime heanuoup plus doux, plus dquita-
!b l oi miex en rappo I a\vec les ncces-
sils ii oment:ol ce uideo la liquidation
Qiie ji diciaire.
Cette laidie el si ulil, r solution (,rise
i;ir no 1s Imagistr is d'intro'luire et d'i n-
ilaine:' choz nons nne instilnlion qui a
idja ren aiileurs lt conisc'ralion legis-
lalive, a obtlenu I 'apQrol)ation et, l'uP a-
nimiie aIt hsion, cs,croyon-nous, lds hom-
mes d';ffaires, des coin:, i .i ., et dos
juniislies.
Nos IcgisI eiii'urs i'auli Ol, t iu't le- sui-
vre sur ico terrain et devront s',appliquer
Ai Iransformer en loi kcrile un irsage qui
done salisfacliin A in )besoin social
iien accuse0 el ien dvident.
Mais e'n alleirnant celte ldsirable in-
lervelioan du Lgisolateur venant regle-
ionlier i'nistilution naissanie, en lien
dlermiiner ina nalure et cn priciser les
cfelTs e les sinles, i n'es pas inutile,
pensons-nonu, d'essaver id'dlablir le ca-
r;iclire jiridiique d'leiie maison de ido mn-
merce faite dans les conditions .dhtlises
Ipr notre justice co sulaire et (d meltre
en relief quelques unes des consequen-
ces necessaires ou possilIles de la me-
Su 1e.
I
Les conditions d'admission de la li-
quidalion failed par dOcision de justice
soull, pen prels les suiviailes:
ii Une demandie :l-l4arU. de la ma- / .Mne
jeure parlie dos ccdiinciers, en nombre
et ei: clii'fres. ,tendalit a lIa mise en hiqi-
dation do la maison dibitrice que la
manvaise forHune ompcice de coilninoe
ses !,aiemrn ts. (I)
o2 Li ret disation de celle liuidlat ion
:0vec aide et I'assis!ance dl'ul liq uid(a-
letir nom inr par les crleaicirCi's el, sons 1C
contrile d'in jage- 1 7.'.,e (on commis-
saire) ddsig'ii pa le tribunal.

(1) La (liemando'l ioirT;t gilemet' l t61PM4AWl r d(
ldditeur lui-mnmoe, soucieux de lfire cnslalm sni
lioune fLoi ot dte ic p s laiss;le s';t: i 'tr ; ill dti'i-
rient dt ses crn ancie's, 'edtSt dil ss alloM ires. En
Fl'ance d'n.otis la loi d .n 4iJ r i i3), itl ny a quo
0lui m le 1ltli pnisse ip'dsw. ut i5' rIe ton au ici
butial. I1 ie sinm le Imp uu reste qu'il y Ait until
d doctrine dans lsjuge e s jI Juusqu'ici rntius.
Leurs dispositifs ne sont pas toujours ls Inmses.










- 62 -


30 La mise sur le meme pied do lous
les creanciers chirographaires, come
en nmalfitre de faillite, c'est-a-dire la dis-
tribution entire enx, au prorata de leurs
crdances respeclives. des valeurs pr,3vc-
riaut le la vented des maichandises et dil
reconvrement des detles, oimpowsant
1'actif du ddbileur..
C'est en general dans ces liiites que
s'enferme I'auto'ite du I tribunal.
[I1 'absiient de fixer et de d6lerminer,
si ce n'est d'une f1'on ires gienrale -et
un peu vague, les pouvoirs du liquidla-
teur; d'ilndiquer avec quelque exacLi-
tude la silualioni dn debitour mis on
liquidation; d die qnels sont sos
droils ct dans quelle i ensure, la liquid.,-
lion faite., ii restera lid e vers les cr'an-
.ciers; et si ceux-ci, nonobstant cetle li-
quidation, pourraient encore user de la
faculty de rein6erir la mise en failtite:
tons [points Id'alie impo fMl nc:e considera-
ble, qni appellent l'exaimei et la clartd
et qui, laiss-; dans la vagqe et dans 'in-
decisiohn, se!'ail, do niiitare a prejudi-
clei aux intVrMts eing.itgs.
DI)gagooni tout d abo d le principle
qui nous doi t sedrvir dtglniile dins l'etade
rapidedeie ii(cli(iuos unes de ocs questions.
L.,i liquiil;tion reglie at organiseo par
le tribunal de Courinerce, sivan t les
c ioditions suis-in qI 's, elle qu'elle Re
pratique A Port-au-Prince, n'est pes une
institution 14gale. C'est, nons I'avous
ddja constant ti1n usaIge qui s'in odulit,
sous I'empire de la nicessite, provoque
et jstisfid par les circonstances, les bo-
soins du commerce at la sentiment dela
justice, d la satisfaction desauels ne suf-
fit pas notre loi sur la faillite avec ses
lacunes, ses imperfections et ses inutiles
rigneurs, peasant indistinclement sur le
colmmergallnt gligont ou coupable, com-
me suor Ie cornmelrcaut aclif et honnite,
mais malheureux, victim de circons-
tances sur lesquelles sa volonte et son
6nergie n'ont pu avoir aucune praise.
A voir done les choOes .dans leur r6a-
lile et au point de vue du droit, celte li-
quidation est plutOt conuentionnelle que
judiciaire. Elle result ou doit resulter
de conventions enlre Io ddbileur et ses
creanciers, prises deviant la justice et
consacrdes pour ainsi dire par elle. Elle


poise sa force dans ce contract judiciaire
et non dans la loi, encore muette A cet
regard. (2)
La justice inlervient pour assisted les
inlterssds (lo debiteur come les crdan-
c I -0,) e1r -duoner adco- de leurs dires
et dectlaralions respectifs, et prendre les
iprcauIions vuilues pour que les intedrts
en jou soientil. (iglement sauvegardes.
Ce qui sert dol fondement au system,
en I'absence 'uLne organisation Idgale,
c'st la volo1ntd de p ies parties inressees,
lear libre cortsentri enet. D'ou pour le
d. biltur le droil (lAiire enteidu, con-
suitdl snr loules crhoses, ayant intdrleit cc
que ien n so fas s ao s s sa participa-
lion.
La liquidation n'a pas pour consd-
quennce lhgale, come la faillite, de le
dessaisir do la gestion de son patrimoi-
ne. Son dessaisissemnent no pout rdsulter
que de sa volonte, el. on ne peut aller
c, itre cette volulne, se passer de son
consememoii' et le dessaisir malgre lui.
L loi seule le poutrait el nous saivons
qu'elle ne s'est pas encore o.u:upee de la
regiemoll tol.inu die cete inatiere. (3)
iLe ddbiteur ne disparait done pas de
ses affaires. II continue de s'er: occuper,
gerani, son cominorce, a cti d iiliqui-
datoir qui l'assiste, coacourt avec lui
aux ;ctes nicessaires et agit odas l'inte-
rel de-I crdanciers don't il est l':'erl. Ja-
mais ce liq.uidateur ne doit carter le
debiltor el substiluer son initiative a la
sienne. Son role pourrait etre rapproch6
decelui du cursteur donni au mrineur
emancip, avec toutefois cette notable
difference, quele curateur conseille et
assisle le miner dans l'interet propre
et exclusif de celui-ci, tandis que le li-
quidateur se Lrouve plac6 auprbs du dB-

(2) Peut-etie uourrait-on lui assigner un carac-
thee mixte, ini-partie conventional et mi-partie
judiciaire Car ii faut bien accepted, a moins de
renverser complitement le syst6me que la deci-
sion du tribunal prise conlboridment au vceu do la
Inajoritk des creanciers, lie s uutres crianciers.
Auitrement, il n'y aurait aucune sdcurit6 pour le
ddbileur, toujours expose a ti'r mis en faillite par
les crancieri formant la miniorit opposante.
(3) La loi frangaise de 1889 ne dossaisit pas le
commercant qu'elle fait binaltier de la liquidation
judiciaire.









- 63 -


hiteur plut6t comme un organe destiny
a prendre soin des intLrets des cr(an-
ciers. Au-dessus des deux (ddbiteur et l;-
quidateur) apparail le juge-commissaire
(ou dele"gui armr d'un pouvoir de suir-
veillance etde conltrle et du droi d'au-
loriser certain actes pour lesquelh la
seule assistance du liquidateur ne suffi -
rait pas.
Telles sont bien, nous semble-t-il, la
signification etla nature de chacun des
rouages qui interviennent dans I'org.ani-
sation du personnel de la liquidation.
Ces considerations nous conduisent a'
cette conclusion, que nous croyons mo-
tive, que le tribunal de Commerce, en
ordonnant,ou mieux,en admetlant la li-
quidation des affairs d'un coinmercan t,
dcartant I'application des regles de la
faillite, ne peut, sans l'acquiescement du
ddbiteur, attribuer, soil proprio molu,
soit sur la demand des crdanciers, des
pouvoirs tels au liquidateur qu'il en
puisseresulter le dessaisissement de faith
du d6biteur.
A fortiori ne le peuvent pas les cr6an-
ciers toul -eulk agissant sans entente
pr4alable avec lai debiteur.
Le jugli,-iti peut bien leur laisser le
cloix du Hiquidateur qui, some toute,
est leur agent,; mais quant a la deter-
mination et i la fixation des pouvoirs de
ce liquidateur, el!es doivent 6tre faites'
de maniere a rester en conformitL avec
1'esprit de la nouvelle institution, sa na-
ture propre et les raisons qui en, out
amend I'adoption. I1 ne saurait etre per-
mis aux crdaricters, de leur seule auto-
rit6, d'annuler, en reduisant son action
a presque rien, la personnalit6 commer-
ciale du ddbiteur. It est tonjours de-
bout, a la tAte de sa maison qu'il protl-
ge encore et defend, malgr6 la fortune
adverse. Le mauvais sort l'a vaincu,
mais il n'a pas failli.

II

Quelle est la situation du debiteur
dans le present et quelle-sera-t-elle dans
1'avenir, la liquidation une fois faite ?
Sa capacity ordinaire, cela va de soi,
se trouve gravement atteinte et modilide
par le jugement de liquidation. 11 n'a


plus cette pleine capacity que possAde
1'homme majeur en possession de tous
ses droits. D'autre part, it ne se Irouve
11-. ni'., 1.Il-, bous le coup d de l dech16an-
ce absolue, de J'incapacitd total dd-
coulant do la faillite. II est dans un (tat
interinm6tiaire eitre ces deux situations
extremes. Son activity commercial ne
peut plus s'exercer qrue dans des limits
necessairenment resserries.
Ildaliser son actif le plus vile possi-
ble, et pour cela, fire les ventes des mer-
chandises en ii g.t.in, recevoir les paie-
ments, exercei les:poursuites utiles con-
w'e les ddbiteurs negligents ou de mau-
vaise foi, centraliser les produits des
ventes et des recouvrements dans une
maison ad-igi,', (c'est ordinairement la
'Banque N.:tli.: I.) i la disposition des
-citan1ciers pour le partage au prorata,
toutcela avec I'assislance du liquida-
teur; teN l.-.i .it I[.1 1 pres et bribvement
6numndr-,, tle.- nici que le d6biteur a le
droit d'a.i...i li.ll Les transactions, les
actes de desistement, de rerionciation,
d'acquiescemenrt exigeraient en outre le
recours au Juge Coinmmissaire. Quant
aux achats de marchandises, it.n'est plus
possible d'en eltectuer, sauf si le cas y
ecnet, quelques achats d'assortiment
pour faciliter l'6coulement dLu stock.
D'une f'.... u ii .i ali. il ne peut. commer-
cialemient, contractor de nouveaux en-
gagements, augmenter son passif. II pa-
rait toujours la 6tie e -ses affaires
iais il n'est plus dans les affaires. Ses
operations sont suspendues; il y a un
temps d'arret l i. l'emploi de son acti-
vite6 11 lui est interdit pendant la liqui-
dation, de fair turner cette activitde
son advantage, de nouer de nouvelles re-
lations d'allaires, essay unt de recons-
truire, a son profit t celui des siens,
la situation perdue. II lui faut attendre
pour cea lla fin de la liquidation, nuices-
site de nature a paralyser son 6nergie et
son travail pendant un assez long espa-
ce de temps.
En attendant, pour vivre et subvenir
A l'eilrelien de sa famille, ii n'auia que
la maigre indemnity qui lui est accor-
dde i titre de secours.
Peut-il dchupper a celte situation, as-
sez ddsavantageuse come on voit, par










- 64 -


un dessaisissement volontaire, empor-
tant l'abandon de son actif aux crean-
ciers ?
Certes, mais encore faut-il que ceux-
ci y consentent.-Sinon, force sera bien
au mathereuux debiteur de consacrer
son temps et son travail, sans espoir de
relivement procliain, i une liquidation
souvent longue et penible.
Notons ici que sa situation,i a cel.- .
est moins favorable que celle du lailli,
quarid la faillite a ete lu consequence
de circonstances mnalbeureuses, que I' l-
tat des affaires du failli n'est pas des
plus mauvaises et que les crdeanciers ont
confiance dans intelligence, la problem
et l'habilete de leunr deibiteur. Celui-ci,
en pareil cas, quoique ei faillite, peut,
ia assez bref delai, obtenir un concor-
dat par I'effet duquel, retabli dans lI di-
rection exclusive de ses affaires, il autra
la faculty d user de son energie pour les
relever et les remetire en situation llo-
rissante. II n'aura pus eu L subir cette
perte de temps obligatoire et tdsastreuse
pour le d4biteur en liquidation non ad-
mis par les crdanciers a se liberer par
l'abandon do soi actil. (4)

i4) D'apris le mIkcanismn e Io l loi de 1889 (en
France) it interviont as(ez promiptement une so-
lltion qui lixe le I(',bituOL Su s on so rt La li-
quidation une lois dIclarde, l a loi j)lpresriiteertinesl
operations qui aliinenlt assez prompltei'ent ila
constatalion do l'actil'du d dcbieur, la vrification
Ae soi pajssif et part consequent I'dtabliss.ciLent
de la situation exacle A co moment les crd-
aiLciIorts Ieunris n0 as l iemln e geinrale statuent
sur lal solution it adopter. II pje t s'Cie pr)lsntC
quitre : 1" Le concordat, ,si/nple trait pi a Icuel
Iremise est faite au ddbilemir i'une parice do hes
dettes ct des dilais de paiement lui su l accorli (ds.
11 reprend la libre direction de scs alll ireis et sa
gestion est I.'_- .'. de toute cI ave. 2o Lecoin-
cordal par abandon d'actif. I :t ct onipliteLmenit
icartd do ses affairs, miais il so trouve par coItre
colmplctne ent libij1 alors mLdme ([LIOe iactifaln-
donn6 est infdrieur au i pssif. L: liquidia-
tion seo t o rsuit tar d'autrcs cL il jouiti de l I-
culte d'cntreprendre de nouvelles a'laires. 3" La
cloture par insuffisance d actif qui constitute
moins utle solution qu'une impasse et 40 La trans-
formation de la liquidation en faillite. Cette
derniire solution est vote quandles constatations
faites montrent le ddbiteur sous un jour peu fa-
vorable. --- Mais on volt que dans les deux pre-
miners cas il est, sans grande perte de temps, ou
bien retablidans ses affairs avec pleine liberty
d'action, ou bien completementlib6re


Mais la liquidation effectude, l'actif
realis6 et rdparti en:re les creanciers,
Ie debiteur se trouve-t-il, ipso facto, li-
bIJer, alors mnme que les creanciers
n'auraien'. pas obtenu pleine et entire
satisfaction, en d'autres teirmes, ceux-ci
conscrvent-ils leur action centre le ddbi-
teur pour obtenir pavement de 1'exce-
dent du pass' sur 1'actif et peuvent-ils
aller jusqu'A le mettre en faillite'?
Assurement, si l'on se laisse guider par
I'esprit qui a pr6sidde i'innovation de
la justice, si I'on veut se bien rendre
compete de son intention, pendtrer au
'onud du sentiment don't elle s'est inspi-
rde, ii paraitra excessif el contraire it ]a
logique d'adrnettre une solution autre de
la question pose que celle adoptee ei
imattiere e faillite dans l'hypothese d'un
concordat par abandon d'aclil', d'ol d(e-
coule la liberation du debiteur.
En elfet, celui-ci se serait-il soumis
i ce regime de la liquidation, moins ri-
goureux assurement que la faillite, mais
qui ne laisse pas encore de crder autour
de Jui un reseau de g-nes, d'rnunis ot
d'inconvenients tres s6rieux, s'il ne pou-
vait computer sur une compensation sufli-
sante? Et cette juste compensationquelle
peut-elle ,tre, sinon la remise i lui faite
par les cranciers de la fraction de leurs
creances respective rest6e impayee
aprds ia re8alisation er la repartition de
I'actif. Le bon sens et la raison, indepen-
dainment de la justice, compliternent
(d'ccord avec eux, sullisent a iindiquer
et t recommander Lne pareille solution.
Seulement si cetle solution est con-
forme ii la logique, l'est-elle i I'dtat ac-
luel des closes9 ? esulte-t-elle de la na-
ture et de la pratique de Ia liquidation
dile ]iudicuirTe i- P'orl-au-PLrince'?
Nous no le persons pas.
Le syst6me, avons-nous dit, a pour
base la convention des parties. En de-
hors d'un accord entire elles sur le point
en dtdbal, les creanciers restent investis,
apres la liquidation et en ce qui concer-
ne le reliquat passif du compile de liqui-
dation, des mninies droits qu'ils aur;Aielt
si cette liquidation n'avait pas eu lieu.
Sur (uoi s'appuyer en effect pour lLeut'
dire : Vos droilsdepoursuite sont6teints,
vous n'avez plus aucune prise soit sur









- 65 -


la personnel, soit sur les biens nouveaux
du d6biteur. It est libre envers vous et
cette liberation est la consequence for-
cde de la liquidation de ses affairs faite
dans les conditions de garantie et de
protection de vos droits que la justice a
admises?
Ils pourraient avec raison protester
centre une pareille argumentation que
la loi n'autorise pas. Leur volont seule,
dans le silence de la loi, efit pu ddgager
le d6biteur et cette volontd ne s'est pas
exprimde a cet 6gard.
Se livrera-t-on A une recherche d'in-
tention, toujours pleine d'incerlitude
pour arriver a 6tablir une manifestation
tacite de volonti dans le sens de la libe-
ration ? Un tel moyen de defense au-
rait, nous en avons bien peur, peu de
chances de succ6s. Tout au plus pour-
rait-il valoir centre une requOte des
crdanciers tendant a la mise en taillite du
d6biteur, apres liquidation. En recou-
rant A la liquidation, s'derierait le d6bi-
teur, moyen extra-16gal, au lieu de vous
servir de l'instrument r6gulier que la loi
vous fournissait, la faillite, vous avez
tacitement renonc6, pour 1'avenir, au
droit de requ6rir la mise en faillite. Pa-
reil raisonnement serait parfaitement
admissible, et le tribunal qui l'accueille-
rait resterait dans les limits de la loi
positive, tout en 6tant equitable. (5)
On voit done que, en acquiesCant a
une demand de liquidation faite en jus-
tice par ses cr6anciers, la prudence la
plus 6lementaire command au dbiteur
de faire des reserves formelles quant
aux suites de cette liquidation, reserves
qui auront pour etfet de provoquer en-
tre lui et les demandeurs uno entente
sur les consequences futures de la me-
sure. L'avenir, en ce qui le concern,
ne restera pas menagant ou, tout au
moins, vague et indetermind.
Le tribunal de Commerce, par ses dd-


cisions, admet et consaccr, le principle
de la liquidation, par d rogation illbgale
mr:is jusie a la loi sur la taillite. Cepen-
ldant !e,: ilispositifs de ces decisions ne
rl- !. pas e s points de d ,iail et lais-
eii nt Jaus I'ombre les eflfes ct les suites
de la mes:::'e aooploe. C'esL doiic aux
p:uiies i iitt'e.sees a coiiplieer sous ce
rapport 'cuavre de la jristice par des
stipulations faites conforiimeentau prin-
cipe et a e'csprit du jugement de liqui-
lduaioi. Quelques autres diflicultds sol-
liciteraietj notre attention et notre exa-
men. Mais il f'aut nous border.
Ausii i)eii on ne tardera pas, cro-
yons-nous, ; avoir sur la matiere des
donnees certaines, positives, resultant
d'une loi ecrile, harmonique aux vceux
et aux d6sirs du public. Les circonstan-
ces imposeuti I' ceux qui south charges de
pourvoir aux besoins gnercaux de la so-
cietd l'imperieux devoir de nous donner
cette joi. La liquidation sortica alors
du domainie de I'usage, (6) impuissant a
creer la loi chez nous, pour enter dans
celui de la legislation ccrite et sera, par
Ia, soustraite i l'arbitraire et aux fluctua-
tions des interpretations individuelles.
Nous fernons cette court etude sue
le souhait que les observations que.nous
a\ons cru devoir v consigner, ainsi que
cells deja prdsenties dans cette Revue,
sur le mame sujet, soient de quelque
utility a nos Irgislatleurs.
Nous avons assisle a ce phinom&ne
tr6s caractlristique et tris intdressant:
le besoin social cr6ant spontandment
I'organe propre a sa satisfaction.
Quant au pn: lectionnement de cet or-
gane, A la regularisation de son fone-
tionnement, cela regard e e egislateur
qui, esperons-le, repondra pleinement a
l'attente de l'opinion publique.


20 Avril 1892.


JUSTIN DEVOT.


(5) Mais ce raisonnement pourrait-il ktre tenu
dans le cas o0 la liquidation aurait Wtd provoquie
par une requite du debiteur lui nmme et serait-il
opposable auxcrdanciers non adherents, a ceux qui
n'ontpas concouru a la formation du contract judi-
ciaire?--Avouons qu'on aurait assez beau jeu a le
repousser.


(6) Un usage pourrait i la rigueur avoir force de
loi dans le cas oOt il ne serait pas contraire A la
loi existante, encore lui faudrait-il la consecration
du temps. Mais si cet usage, et tel est le cas, se
forme contrairement a une loi existante, il tombe
sous le coup de l'art. 3 du Code Civil : a Aucune
c loi ne peut etr abrogde ni suspendue que par
a une autre loi. )










- 66 -


LA LEGISLATION
DES STRANGERS.


Dans note precedent article nous
avons dtudie avec toute l'ampleur desi-
rable la legislation qui regle en France
le sijour des strangers. Voyois main-
tenant le plus succinctement que possi-
ble celle rIgissant les strangers qui re-
sident Villeurrs.
C'est la lot de la Conflde-ration de
I'Alemagne lu Nord du 12 octobre 1867,
et la loi d'Empire de i878 qui lixent les
rapports des strangers avec le Gouver-
nement allemandl. 'Des ordonnances de
police rendues en application de cetle
derni're loi surtout consacreait t'obliga-
tioil pour tout etrainger de notifier A un
bureau spIcial son arrivee, el indiquant
son lieu de domicile et sa profession.
La police allemande a en outre le droit,
d'exiger du nouveau venu soin liki!ii6.
Ces dispositions sont parliculi6rement
appliques i Berlin el en Als; ko Lor-
raine ou regne assez souvent l'obliga-
tioi du passe-port on de la carte-passe.
IEn o ite, la '-.-! .lin allemande ni'ac-
corde aucune gar iitie A l'etr. *i,.' an
point de vue de sa dilention preventive.
Le moindre souppon u uflit pour le 1\ire
jcter en prison.
En Aiglelerre, les non-ressortissants,
selon expression diplomatique, ne soit
astreiits ia aucune [formtaile e sejour.
La situation -_ .._ raphique exception-
nelle de ia, Grande-Bretagne lui permiet
d'agii'ide Ia sorte.Sa libe alitd va jnisqi'a
permettre a l'etr I 2 I d'i tre jPre: aipr.s
dix ans de sejour. Cependant, depuis
qaelque temps une eiqukte officielle est
ouverte en e pa-"s, a savoir s'i ne faut
pas restreindre legalement I'i ili i li,.,
iibre des ouvriers deiangers. L'opinion
publique se prdoccupe beaucoup de leur
presence au milieu de la classes labo-
rieuse qui vcit sans cesse augmenter sa
misere par une concurrence qui tend
de plus en plus a dcprecier la main
d'oeuvre.
En Autriche le passe-port rdgulier est
exigd de tout stranger qui se trouve sur


le territoire. II est dispense du permits
(e sejour, mais il est tenu A toute de-
mande de justifier son identity, et I'h6te
qui le recoit dolt en faire la declaration
a la police.
En Russie I'obligation du passe-port
et le permits de s6jour s'imposent a la
foisa l'tranger. Ce permis de s6jour doit
!tre renouvele annuellement sous peine
d'amende.
II serait vraiment fastidieux de con-
tinuer notre voyage a travers la legis-
lation europ6enne, car partout, en Bel-
gique, en Danemark, en Grece, en Tur-
quie, en Espagne, en Portugal, en Suisse,
I'etranger est astreint ;i l'obligation du
passe-port ou au permis de s6jour, a la
justification l'identite ou aux indications
prBcises au sujet de son 6tat civil.
Nous ne nous itendroiis pas sur les
capacitns civiles et politiques des etran-
gers parce qu'elles sont presque les
mines qu'en France, quand elles ne
sont pas icglpes par des conventions
sp'iciales conmme on le volt depuis ces
deriiers temps oft les relations entire les
puissances du continent europden sont
revenues si difliciles.

Si nous passions en Amerique, nous
trouvons les portes 1-,. nl,-. ouvertes
aux strangers de presque tous les pays,
mais Ious les voyons egalement se fer-
mer a la face d'une certain categorie
d' IAr.ngers. Ainsi, les Etats-Unis de
I'Amerique du Nord prennent les prB-
cautions les plus miuutieuses pour
empkcher de penetrer dans la Republi-
queles \,g. in ~l..d et les immigrants sans
resources que lui envoie particulibre-
ment I'Angleterre. Bien plus, aujour-
d'hui, le territoire de I'Union am6ricai-
ne est interdit a toute une race: les Chi-
nois.
Le Parlement du Canada avail ddji
voted un acte par lequel une taxe de cin-
quante piastres est 6tablie sur chaque
immigrant, surtout Chinois, des son arri-
vee dans le Dominion. Et une disposi-
tion de l'article 4 de cet acte interdit aux
navires a destination du Canada d'em-
barquer plus d'un immigrant Chinois
par cinquante tonneaux de jauge.









- 67 -


En Europe on trouve cette disposition
tres original. Pour notre part, toute
proportion garde, nons trouvons tries
inhumane celle assimiltion a uti colis
quelconque del'ctre organism, mIeinsous
la forme de l'homme jaune.

*k
Voyons maintenant ce que la Ropu-
bliqued'Halli exige de i'Eranger qui de-
barquechez elle.
On croit gSndralement qu'aucuno loi
ne rdgit les non-ressortissants qui nous
visitent. Les esprits mieux advises ne
connaissent que l'exisencce de la loi du
21 Seplembtre 1864. Copendant, I'intdr&6
historique nous commando de rappeler
ia loi fort important du 5A.Bot I828, surt
la police relative aux personnes arriuan t
de l'Etrawner. Nous ne nous arrdterouis
pas la-dessus, puisqu'ele a tle albrogee
par ht loi de 1861.,
L'article 2 de cette loi-ci oblige l'di an-
ger a unt declaration d';arrivioe qui dloil,
itre faite au comnilanl dit t 'Ic la place.
Celui-ci doit verifier son passe-port, con-
staler son identity et prendre les mesui-
res do sirete prescrites on 1'article 3. It
doit en outre dtclarer sot intention de
resider dans le pays ou d'y passer, sons
peine d 'ne amendedeP. 500 a P. 1.000
Comme on le voit, ces dispositions
forment 1'ensemble do routes les garan-
tics riclam6es en Europe et en Aimeri-
que pour le sejour des non-ressortis-
sants. Cependant un project de loi bien
plus important, repondant i Loutes les
necessitls actuelles, ne peut trouver, dc-
puis hientot lrois ans, uIll patriole (qli
veuille Ie fire aboutir. C'est 1'ewuvre de
Terlullien Guilband, cet esprit ed'lile si
generalement connu, par ses talents di-
vers.

Dans sa seance d 20 Novembroe 1889,
l'Assemblee constituante-legislative a
entonrd la lecture du rapport eit dI pro-
jet de loi ayant trait i ]a naturalization,
aul s6jour des dlrangers en lHaili et a
1'expropriation des immeubles possedis
dans nolre pays par les persoiins deve-
nues dtrangdres par leur manage oupar
la naturalisation.


Le titre seul du project en denoterait
l'inmporlance s'il n'elait cepmndant par
lii-mmine, lo 10 is complex t le plus
substaniel que :ous .. eu. Eu outre,
1'Expose de motifs qni le present est
vrairnent magisttal. Ce qui nous frappe
et nous pl;ait surtout dans ce travail,
c'est que le grand ( Principe des n;itio-
nalitis ) en faith la base. Base solide,
inebrainable, seule capable de garantir
a chaque people sa physioiomie propre.
On tie saurait trop s'appesanlir sur cc
caractireessentiel du project deGuilbauu,
ear c'est pour avoir trop imeconnu cc
systime national que nos htes, les dtran-
gers, no veulent plus nous consideror
que com u pe i pe ple d plaisants. Pour-
tant, l'Europe de 1780 n'a iet crede que
par le principe des nationalitts nms eit
opposition avoc la doctriil de la Rajison
d'Etat ou dn Salut Public, c'est-ta-die
dte l'interet re luit en Inaximno. e C'est
encore ce mmei principe des natioiali-
tes qui a refait l'Euirope, en 1.815, p tn
suite des traits de Vienne. C'est a lui
que !'ltalie doit de n'itre plus anjour-
d'liui <(uie expression geograpjhineie) ct
que les Etalt. des Balkans outi pu pten-
dre inaissance au detriment d: l'llomine
malerde, autrernent dit I'Empire ture.
lo Dans son project. Guilbaud preien
]'tlranger' ai son dobarq[uenent en liili.
11 le suit dans ses actes et dans si mo-
ralitd. Veut-il se naturalisar haitieni? 11
s'adresse au Conseil des Socrdtlaires d'E-
tat en excipant de citi( altnees do si-
jour. Ce du laii est ir.luit. i uine u anee s'il
s'agit d ('uti ranger de race at'ric.tile ou
de la femmed' uL e5traniger naturalise liii-
lien.
L-t race suivant la nationraliti, gra-
dualion scieo ltiiqtie, on le voit.
20 Si l'dtranger v''ut garer sa natio-
nalite, il suit a la fois son Statl Ue person-
nel et le Statut territorial. All qu'il les
observe, sans quoi le ministre de I'nlt-
rieur, par measure de police, lui onjoin-
dra d quitter iimmediatleimcnt notr'e
territoire. Oui, mlis s'il attrivuit a se
soustraire Ai cetta injonchtion, o0i s'il rcn-
trait dans le pays sans la ;ctintissioni
Idu Gouvernement? Alors, ii sei ti' livre
aux tribunaux et condainnd, puis ex-
pulsd de nouveau.












3o Lorsque la loi Guilbaud sera mise
en vigueur, I'etranger qui voudra risi-
der en Haiti, devra, dans les huit jours,
i partl.i de ,on arriv;o, fair conunitire
anu -i- i at Commurnal de la localitl
qu'il aura choisie come sa residence:
1o Ses nomn et prenorn, ceux de ses
pere et meore;
20 Sa nationalitd:
3 Le lieu et Ia date de sa naissance:
40 Le lien de son dernier domicile;
50 Sa profession ou sesmoyens d'exis-
tence;
6o Le nom, I'age et la nationalist de
sa femme et de ses enfants miners,
lorsqu'il 3era accompagud pat eux.
11 aura i ['ournir tontes prices juslili-
c idives A l'appui.
C:es mimes formalilds sont imposees
aix strangers resildat actuellement en
haiti, mais ils ol-t 1u111 dlai d'u-, mois
pour s'y cofoiil mer.
El si ces deux cal6gories d'dtraners
no sy conformed t Ipas, ils peuvent eire
expuilsrs di palys.
Passons mainltenait 1i la situation que
fait celle lo i a I'hal tienne devenue dtran-
igore et a l'haltien inaturalist. D'apris la
Conslit union. de 1879 revisse. I'lhallienne
revenue elrangere pat le marriage est
tenue de vendre les immeubles qu'elle
possede dans le pays, daus iun delai ixe.
Mais elle a toujours continue a les pos-
sWder, parco qu.'aucune clause penale ne
la portrait A s'en defaire. La penalitd
existera avec les nouvelles disposilions.
Elles sont formelles: pass e ocldlai de 3
inois a parlir du jour de son marriage,
avec un dtl 'i':-.-, la femme ihaitienne
qui n'aura pas vendu ses imrneubles, les
pelrra par ce fail. Ils serom t dvdolus A
la vacance et venlus conformnimemn it la
loi sur les successions vacanles. Ces inA-
r.es dispositions s'appliqueront a l'l1]i-
lien (lii se seir naluralis6.
Come on !e voil, la nouvelle loi A
tout pedvu. Son eceonomie est indiscula-
ile. Si elle ne perinet pis ia l't. -W...er
aveniiurier di nuire impunwdalnt, elle ne
prolige pas moins I'etranger lionnite.
Si elle n'entrave pas la natiralisalion de
i'haition, elle n'enrave pas moins 1'es-
prit de cosmopolitisme qui hante nos
compatriotes depuis quelque temps, et,


grace auquel ils conservent tous les
av ii....-, attaches a la quality d'haitien
sans en avoir aucun des inconvenennts.

Contrairement a nolr i attente-le su-
jet que nous avous choisi elant si entrai-
nant!-nous somles forces de reserve
nos conclusions pour le prochain nume-
ro de la Revue.

J. J. CHANCY.



REVUE DES TIII1IUNAUX



SOMMAIRIE. I. Lcos asisses: r1esumn
sltlislique.-II. Tribunal de C(ssation
Jurisprudence pendant I'aiu'c 1800.-
nImpot localif ; opposition d dtat dc
frais. III. Ordrc des avocats : -
R '/I, m. .t in tericur labor' par le con-
seil deidiscipliic.
Les assises ont commence le 25 avril
et pris fin le 31. Mal: elles out done
lure un n pn plus d'un mois.
21 aflaires out (le soumises au jury:
2 ont etd renvoyees Li la session pro-
cli:iine pour absence des timoins cites.
Le jury a ctendui en tout 19 allaires. 1.1
a rendu 11 verdicts d';ncquittement et 8
de culpability. Los pines appliquees
aux coupables out vari : La. plus forte
a dti cell des travaux forces a perpd-
luiti, a laquelle ont de condlamnds 4
accusMs.
On complex dans cetle session, 1 cas
d'homiicide volontaire. 3 cas de meurtre
avec predmlilitlon, 1!. cas de Ilessures
volontaires avaunt occasioniie la mort
sans intention de la donner ; 2 ens
deI blessures vol niaires ayant enlrainu
une incapacity de travail doe pls de
vint jours : -- 1 cas do tentative de
meurtro : cas de viol et altentat L
la pudeur ; 8 cas tie vols qualifi;s -
1 cas de faux en deriture publique et
privi e.
Signalons 1'indifferoirce montrie par
un grand nombre de jur6s dans les
derniers jours dela session: souvent il










- 69 -


fallait les qutLer par-ci par-l pour ar-
river au nombre do trente, neces-
saire pour chaque afaire. La lisie ge-
nerale du jury de la s:asion comporiait
cependant les noins de 73 jriids. Les
jurds des autres communes de Ja cir-
conscription sur'tout sesont presque tous
refuses 6 remplir leur fonction jusqu'au
bout. -
II

Tribunal de Cassanio : ju risprudence
pendant l'annede 1890. -
Nous avois dceji announced ici I'appari-
lion du Bulletin des arrils du trilinial
de cassation pour I'ainde Js'' recueillis
et pulics par Monsieur I). Jea-Joseph,
ancien Prdsident de ce lhauit tribunal.-
Certains points de ju ri uden ce nons
semblent lfixcs heeunusenmelt par qiuel-
ques-uns de ces arrits, entire autres les
suivants : -
1. [Ipot locati/. L'art 32 de la
]oi du 27 octobre 1870 sur les imposi-
tions direcles est ainsi coniiu Auciiunl
(c demaiide ne pourra Aire laite, aucine
a action ne pourrii 0ire iiilenlde par les
a personnes soumnisesandroit do paltenle
<< Ii A Ire admise par les autoritis cons-
I titudes ou par Jes tribunaux, si la pd-
K tilion, la requn te on l'xploil d'ajour-
a nemnenl ne porient le numriro de lear
(< patent pour I'aunde dan- le couns de
( laluelle la demanded est presentle onu
K 1Naction intlente.
a N,'.i ij... ins, ie cas d('misisioni do la
a formialiel ci-diesss indiique, Ja pro-
ductioli de la paenite de':;nti lo, tribin-
Sniaux on louies aultrs autorits cqni-
( vaudra A l'accomplissement do celte
a formalile. ))
Plusieurs ribul) aux, suilouL les i i-
buinaux de paix, ont constailmentL voi-
In i6endre les lerwnes de cct arlicle et
les appliquerau borlereau desdroits lo-
califs, exige;in la production le cc bor-1
dereaui ou la m iOnilioi d o sii iin1ne1 o,
quanii lune action el;iu inteinte par une
nerso!inne pregnant danis I'a;te la quality
de poprivlaire. -- Or, les termes de
]arlicle 32 s nt clirs el, no concernent
que ceux qui soil soumis A I'iinm6t des
pantnles ; ce qui suppose ntil lleocc, une
industries quelconque.


Les prohibitions sont de droit etroit.
Le tribunal de cessation a done decide,
par plusieurs ariois rapporids dans le
volulie de Mr. lin.-Joseph que l'art. 32
no conicerie njul!emient. 'impnit locati :
M'riSls die 13 mlii, 3 Juin, 10 Juin I 90
el.. Celle jurii pri; ence est suivie par
le tribunal civil de Port-au-Princd ( voir
le jugement du 8 fivrier "1892 citS dans
I e 2e nionro de la Revue. ) -
2 -- Opp1osition i etat de fraiis. Or-
dolnance du President du Tribunal de
Cassation. Voici les principles fixds
par cette ordonnance -
lo L'art. 173 du tarif des frais judi-
ciaires \ve't que l'opposilion a un etat
di frais soil faite par inn simple acte si-
gnifid A l'avocat de la parties adverse, et
non par une declaration failed sur l'ori-
giiurl e la signification de I'Mtat de
frais :-
2o. Selon le viru de l'art 170 du ta-
ri[, a dans aucune cilconsltance et on
y ai iiin prilextle juge laxalenine peut
K allon e les frais qui lu piaritait cn;it
a( excessifs, alois mimeloique ces i1'fis se-
a raieit .jusltiies par des actes rdguliers,
a et que jl'ott n'en serait pas altaqu6
a dans le delai de la loi > ;
3o. Par copies des pieces, qui seront
donne6es avec les d6penses, I'ait 83 dli
a tariff I entend parler des pieces comnme
a( celles menUtionnieen aux arliclies 75 et
a 87 dii code e pocedure civile, pieces
;aultres uIle cells qui sont I'uunvro dl
l I'avoc'. 0 1
4o. En cassation a la mise at. role
va st I'aile sais la prisoeunce el assisarice
Sdo i'avoo,,n t ( art 27 de la loi orgamii-
que (ii Tribunal de (:assaiion )
Voici d'ailleurs los motifs lu cet.:;
ordonnance :
a Attend quie, selon i'ar. i7 duI
a tirif, l'opposition a uLn clat le i'rais
A doit Otre faite par tlln silipl[' acic si-
( g'nilie, et 11011 par Lille iidC ra-
,q lion crite sur l'origirinal doI l: no ili-
a cation de I'tal, joe raise, cotle d ldana-
( tioln ne pouvant 6tre conii-ilr que
( colmmle un aiinolnce di o coquo 1'o(
( se piroposail de ['iire ct Ique i'oiu 'a
a pas pourtant realise, puisque dinls les
a vingl-quatre heures on n'a pas fait la
(< signification voulue ; --









- 70 -


(( Mais attend que selon 'art. 170 du
Smmrne tariff, dan.s aucune circoust4aince
a cl sous aulcu prdlecxte, le juge li:c'a-
( teur ne pentt alloucr les /'rais qu i 1'ui
y parailraient excessi/s, alors )nmdte
( q(u' ces /'rais sernien I usl i/ips par des
( actbIs r /.uliers, el qae l'c'tc i' en s''r iti
pa ps atllaqlu dans le ddlai de l(t oi.M
( En consequence :
a( Allendu que, par copies des pii(eo
a ull seroni rdolnntes avec les depenses,
a etc, (art. 83,) la Joi enteini palmer de
a pieces autres que celes qui sontlV 'in-
V vre de lavocal :
V Qu'itl y done ,i disliuiiner entre
Scoplies des pieces et copies des reo-
Slqutles ; -
< At iond, a que, par l'importance des re-
t quotes Pn Cassatiol, oni a pi los assi-
IV miler a ces goe!res de productions le
a plus iaut laril's, par excimple les re-
.. qutles en i nsruaction par criit (art. 8i.),
&. mais qn'on ne pent p1as on changer
(t a larilic;i'ion forinellement 6crite
v (p. 1.50), Ie do( ul!eeiin cassation/p. 3.),
K 1'ail. *55 ; --
(( Qu'il est vrai que h1 Litre du parta-
ft grape 3, chapitre IV est ainsi coiIci:
at Des ,'qutes Cet c dep enses qui peuveint
( tre p'r'osso yides. el des copies des pieces,
a mais ii est a noler Iue le '.'.. I ieur
Kt haitien en y ripi'opitisant les ternnes
a do t:ari fran.tis, n'en a pas tired la
Sdisposition cor'reipoindante, c'est-ia-
a dire n'a pas WAriid 1 es requ7tes par
k role d'dcritlure; qu'au contraire ii y a
tI formeilenenlt uIi dlrit lixe (g. 1.50)
q poour I'emonluenlt do 1'avocat, i la
a< dilIrenee des copiesde pieces allouoes
( par rile ded 25 lines lde12 syllabcs
f( Altendu que, daus la procedure en
a cassation, la mise au rdle (art. 27 loi
q oiganiqne dn Tribunal de Cassation)
a est faite sans la presence et assistance
( de l'avocat, etc. . .


III

OUniim: As Avocvrs : .leglement
int tiiier elabore par 1i Conseil de dis-
cipline.
Le Conseildo discipline de 1'Ordre des
Vocals doe la juriiiciion de Port-au-
i'r;icr vieun dLe ircaiser un desir depuis
longl'tmps mnanifesta : 1'Ordre poss0(de
auioir 'lli des ROeglments interieurs.
n2i01iies personn1es st' sont demlandies
si le (Conseil (do discipline avait le droit
(1' laliorr ces lrdglcments.
il n'y a I as de doute A cet regard.
a'i (oniseil pnise son droit incontes-
ltale ldns 'article 22 de la lot du '18
otoire 1881 sur 1'Olrdre des Avocats,
aiinsi co ': : Le conseil de discipline
state sur les dem/tads Ce les di/ficultis
relatives d l'isscription an tableau.
11 est charge' de ueiller d la cons e' va-
lion de l'hou1ncur des avocalts ; de main-
tbnir les principles de probity el d deli-
ci'tesse qul font la bas,' de lear profes-
sion; de repritner Ott fair p1 uitr, par
roi e di discipline, ls inaractions et les
aiutes, s'il y/ a lieu.
II porter' ulne attention particulirc
sur les n ''rs et lt conduit des avo-
cuts qui font learstage; il pourra, dans
les cas d'in iexactilude habiiu.elle na d'in-
conduite noloire, prolo nger d'utne annde
la duree de Icur sl(ae el eine refuser
l'adtission an tableaut.
Voila, cot tes, des attributions ex.es-
sivement large. C'est pour pouvoir les
rcnptli avec eflicacite que le conseil de
discipline actual a reconnu la necessity
des lRi{glemients qu'il vient (de publier.
Espeirns que cotte ltile initiative rd-
alisera pleirnment les intentions de
ceux quiti 1'ot assinumde, savoir, inain-
tenir le prestige t Ja dignity de l'Ordre
des avocats.
A. IJONAMY.


GEORGFS SYLVA IN -- /CIRe'dalcteluri-OO,'m-i(









4 4-


REUNION DU 3 MARS 1892.



(PRESIDENCE DE M" S. PRESTON.)
Sont presents: MM.S Preston, J, N. L6ger, Geor., Sylvain, Ed. Lespinasse,
J. Ddvot, F. Marcelin, H. Lechau J. ,I. Chtacy, Max. Laforesl., A. Bonamy.
Ldlio Dominique,- puis Emm. Lioii.
Sanction d(u proces-verbal de la stance precedente. Lecture de la lettre adres-
sde a S. Ex-le Presidlent d'Iaiti, conform6ieent aux dtcissions votee..- Depuis
la constitution de la Soci6el, olne dematnde d'a linission ,''est produite, celle de
Me. Munier, ,ivocat du barretu de Port-au-Prino 'L. Lig.'r, qui s'est charge de
la transinmetre a I riunuion, desire savor i \Ie. Mi t iier serat. aldmis a sister les
status en qualiqu' de Memabre fondaleur, ou s'il doit etre assujetti aux forma-
lites de l'admission.
L'Assemblee consulate decide que le vole des statluts dtant d4ja acquis, tou-
te demand nouvelle d'adnission devra passer par l fiiiires statutaires et
d'abord 6tre adressde par de'rit au comit'f de direction.
Faut-il fire enter dauis les status, tit.re d';article dilitionnel, I'apport so-
cial de P.40, vote ala finde la derniere reunion? interroge M le Secretaire. Non,
decide 1'assemblee. La decision re;tera simplenent r6glementaire pour les 25
premiers mernbres de la Societe. Si plus tard ii y a lieu de reaforcer le nom-
bre des membres aldhrents, ce sera I'objet d'une decision sp6ciale, qui porter
en mime temps augmentation de l'apport social.
La preparation de la stance publique d'inaugurations et du premier numero
de la Revue est mise ensuite en discussion.- Sur la proposition le Me. Ed.
Lespinasse, on adopted pour la seance la date du 3 avril, et pour la Revue, la date
du 2, a :n qu'a la fin de la seance, on puisse distribuer aux assistants le pre-
mier numero.
Le programme de la seance comportera : le discours d'ouverture, ou M. le
President expliquera l'objet et 1'utilite de la soci6tW, le Rapport sur les rIsultats
deja obtenus fair par M. le secretaire, la conference par l'un des membres.
Sur la proposition de Me. J. Dvot, on docile que 1'un des menbres de la
magistrature appartenant a 1'Associalion participera d'une fagon active a la
stance d'inauguration. M. Lechaud est d4signA comrne orateur.
Le choix du conferencier est un peu plus laborieux. Mr.F. Marcelin sur lequel
se sont portees tout d'abord les voix des Societaires presents s'excuse de ne pas
pouvoir assume cette I chA, a cause de ses occupations professionnelles : on
ddsigne a sa place, Me. Ed. Lespinasse, et subsidiairemrent Me. J. I)vot.
Le sujet de la conference propose par Mr. Lespinasse lui-mime est celui-ci:
i De ia condition de la femme, ce qu'elle a det, ce qu'elle est et ce qu'elle doit
6tre dans la society haitiene.
Pour le sommaire du '1r iulndro de la Revue, on arrete les disposition
suivantes :)
Article de fond : objet de la socidt6 par le Cornit. Les status. Les proces-
verbaux.---Article de Mr. F. Marcelin sur une question economique.--- Etude
de M. J. N. L~ger sur la naturalisation ---Article dci M. J. J. Chancy sur la
Legislation comrparee. --- Articl e de M. J. Divot sur la profession d'avocat en
Haiti.- Arlicle de M. Lelio Dominique sur la liquidation jidticiaire.- Article
de Me. Emm. Leon sur la faillite.- Revue des Tribhimnux par MM. A. Benamy
et Ed. HTreaux.
Les articles devront 6tre envoys signs au comit6, quinze jours au moins
avant la date de I'apparition de la Revue.










--15 -


L'impression de la Revue sera mise au concourse parmi les impritneurs de la
Capitale.-- On fixera le prix des abonnernents J'aptrs celui de 1'inipression.
Ordre du jour de la prochaine reunion. Sanction et signature du proces-ver-
bal. -Signature des status.
Communications des associ4s sur les sujels d'articles choisis pour le premier
num6ro de la Revue.

La seance est levee.



REUNION DU 10 MARS 1892.


( PRESIDENCY DE Mr. S. PRESTON. )
Sont presents: avec les membres du Comiit, MM Max. Laforest .F. Baron, Bo-
namy.
Sanction du proces-verbal de la derniere reunion .
Lecture d'unedemn mide d'a missionn Mr. P. L ifleur.- Les status prdvoyant
la presence des 213 des inembres aclifs, ponr quie I'ou uisse staluer valablement
sur les dem tines de c, genrie, on l1;ci le qlue 1' coinit6 convolqera A eel effect
les socitlaires at Ifera., da nii I'inlervi lle, lisi eniii etes ilcCess i res. En atlteidant,
Mr. le Presldent rI,e oiiidra ;iix lelit'es il allinissioi, en pi iut-[ les candidates depas-
ser au Secrol'lariatl porlt prii'e:iie conallisrsance des st;tills.
Mr. Leapinasse ainonce I-lie so.i depart est ltliuitivement fixe6 la fin du
mois de M trs. La coitltre.ice d'iiliugi'ration ecliuit ainisi A Mr. J. Devot laiss6
libre du choix ie son sujetl i:idis que Mr. Lespinasse gar,'e le sien pour une
des sances suivantes.
M. le Tresorier est aulorise a traiter avec un Imprimeur poui une Revue
mensuelle de 16 pages, I rie i 500 exempjlaires, at, prix de P. 30.- Le prix
de 'abo!ineiment sera de P. 4, el celui di N 0, P 0,40.
Mr. J. N. Leger comminu ique t la reunion le plan de son ltude sur la natura-
lisatioj en Haiti
II se propose de dem;i n er I'.l ,-''-, ion de I'art;cle de notre Constilution
qui impose aux Haitiens iitiiir alises it, i, i-,'s 1'Il. i i1;i':o de cintq ans de sejour
hors du territoire d'HaIili.
Je vois IA, dit-il, une cause incessante de conflicts et d'humiliations. Puis ii
n'est pas digne de vouloir retenir, malgr6 eux, des gens qui ont manifest l'in-
tention d'abjurer notre nationalist.
M. le PrIsident.-- Ceipenudant, [lusieurs Etats ont de menie frappe d'une sorte
de punition celui qui veut quitter sa nationality, tout en continuant d'habiter
son pays d'origine. Ainsi, ['Allemand naturalist doit rester ciiq ans hours du
territoire. Ce qui est vrai, c'est que des prohibitions pareilles ne peuvent 6tre
garnlties an regard des autres nations que par des traits de naturalization.
M. Marcelii.- L'abrogationi dem'rnd(re par M. le Tresorier entrainerait peut-
ktre des protestations du sentiment national.
M. Lespinasse.- Notee politique exterieure doit se rAsumer en ceci : 6viter
les conflicts. Cependant je ne crois pas que I'abrogationi serait opportune.
Mr. Lger.- L'article est dangereux. Ou ii fau. I'abolir, ou il fa it prendre'des
measures pour le fire reconnaitre des Etats etr II-i:1 c. Ce conclus a l'abrogation,
parce que, dans tous les cas, il n'est pas a sa place dans une constitution.









- 16 -


M. le President.- Autrefois, la loi anglaise n'admettait pas la naturalisation.
L'Anglais ine pouvait jaunais renoncer a a nationalist, et il 6tait difficile A un
stranger de devenir AI,-I l e- dil''ie i s internition: ix ain qiiels cete loi
a done lieu, surtout avec les EtaL,-ULi-s, oIl a otnei, IA- ees-is de- modifica-
tions. Un tIait dt iiatuiali.atiui a cdl : ig 6 ;vc les- E:;is Unis : il pouirrait
nous servir de base.
Aujourd hui encore, a in m iil .d i;:o e illo i f) n .1 I'-, .A l I terre te pro-
t6ge pas le naturalist centre les reve;idiic.iiiots do sojn pays t'originlIe.
M. Leger.-11 ii'y a que chez nous qnle I'on voit e ittutrali conblid de plus
de privileges que les tationaix dans soi p;ys d'origin.' renid par l'i.
M. le Presideil.- 11 y a le dioil naltuel d'expIlsioin dlni on pourlrait Lou-
jours user. Quoiqu'il soit presque universellement admits, il serait boui pour-
tant de reglermei ter la question, pour prt'v tilii toule o01ntestaion. ........
M. L6ger.- On a bien volt une loi en 1889; mais elle a et6, je crois, dd-
laiss6e iepuis.
M. Marceli .- Avant de lever la stance, je serais d'avis qu'on dcidiAt de met
tre A 1'6tude la question dor'inicaiie. Vous vois souveiez ie M. le P'rsident-
de la R6publique nous a prids presque ofliciellemett! de nous ent occuper.
M.le Pr6sident.- On peut, vu l'eteirdue de la quetioin, lii cons;icrer une ru-
brique special dans clitique numdeo de la RIevue. Pour mia ,parl, Prdisident
d'une commission officielle, cliarg'e de fire iun R;i;a orl a ce sujet, je ne
puis m'y devouer. Mais pour eI second Iluinlro de la Roevue, je vous promets
une etude sur 1'institulion des consulats.
On decide quo Mr. M. Laforest commencera la serie des articles ayant trait a
la question dominicaine par un court exposed historiquie de la s6pairation.
Ordre du jour de la prochaine reunion : Sanction du proc6s-verbal.- Cor-
respondance.- Demandes d'admissions.-- Communication sur les sujets d'ar-
ticles de la Revue.

La stance ebt levee.

(Sign ) STHEPIIEN PRESTON, EMMANUEL LEON, J. N. LEGER,
GEORGES SYLVAN, A. BONAMY, EuMOND LESPINASSE, JusTIN DEVOT Fr-
DERIC MARCELIN, F. BARON, MAXIMILIEN LAFOREST.-


REUNION DU 17 MARS 1892.



(PRESIDENCE DE Mr S. PRESTON)

Sont presents: M. M. Preston, Sylvain, Leger, Lespinasse, LUon, D. Jean-
Joseph, Lechaud, Bonanmy, E. Hereaux, J. J. Chancy.
Apr6s la sanction du piocf.s-verbal, M. le Secrtailre done lecture de l'arti-
cle de M. L. Dominique sur la faillite et la liquidation jidiciaire. A ce propos,
M. Emm. LBon rappelle qu'il avail dj; aj ;iinnonc un article sur la faillite, 1'etude
de M. Dominique ayant eu d'abord pour litre uniqjih : la liquidation judic:i;re.
II abandonnera son premier sujet pour donner loule libcr'te 6a son confrere.
M. Lespinasse propose d'dcrire aux Doyens des Tribiluaux de province pour
les nommer membres correspondants de la Socited.
La reunion decide que ces demarches seront faites apr6s l'apparition du









- .7 -


premier num4ro de la Revue. Un des soci6taires donne communication de son
opinion sur l'un des points de la question dominicaine: la prohibition du tafia.
Lo Gouvernement domin:i':a, :'a;i,;mya! t siu le Iraite do 1874, demand qu'on
aduiette en franchise de h',ls id t aii;, cui- iime les autres articles d'exportation
dominicaine; 't qu[oi le Ciivei'nlemeintI haitien repond excipant de 1'art.
30 du tarit' g4n1ral de' loien iltus q;ii proiiwo Ie talia A I'importation, Cet article
30 vise deux( o'rdres de mujc;,hLidises, los rnarchandises tarif6es, frappees de
droits plus ou mn ins loilr(ds, ec les nmarchandises prohiiee.s ; 1'importation. Le
trait de 1874 u'aI pi permne're l' eutre eon franchise de droils que des mar-
chandises ilrifies on a ariitac. lM(isn do naint menmo aux terms de ce trait
une interprelItktion il's-tcit e, qui airailt pour effect de comprendre des mar-
:hlindises dC la second calo- rie, i! roesieait so demander si toutes les mar-
chtiaiiises prohibe:s par la loi douani;'e !e sont au meme titre. Or il est certain
que liOi -i y; a de(1 marci;i'idises prolhibdees dan- un interdt de protection
en f;avour des produis nationanx et d'autres don't I'entree est completement
interdite danl;s on intirit d'ordi'e public. Dans cette derniere classes rentrent
les armes cacheeb, les lives elt gravures obcsenes...Peut-on y faire enter le tafia?
Sans nu! do ime. Le talia est un ;agent demoralisatei'r, au meme titre que
l'opiiuni, prohibL en cer'tains pays.- Le '.'i-l ,leur a-t-il eutendu fire cette
assimilation?- Oui certes. 11 est a remarquer que la loi haitienne u'est pas
favorable ila fabrication du tafia. Un impdt communal pese sur lui.
Mr. le Prsident.- On ne l'applique pas.
Un meenabre. -- Cest affaire aux conseils communaux : il n'en existed pas moins.
Sous Christophe, sous Dessalines, il y a eu des actes legislatifs de veritable re-
pression centre lafia. Le movement protecteur s'est maintes fois exerc~ on fa-
veur du suci'e, jamais en faveur du tafia. Il faut bien que nous produisions du
tafia, a cause des divers services qu'il peut rendre. Mais a un certain degri de
production, la prohibition est de haute sagesse.
M. Lcger.--- On pouria parfois avoir besoin du talia daminicain. S'il y a
prohibition absolue, lnous nous iF-.i ,I une vote de resource.
Au point de vue dconomique, ii est incontestable que cette concurrence tue
note induslrie.
M1. Ic Pre.sident--- II ulndrait frapper le talia d'un fort droit de rdgie: P. 0,20
to gallon. Ceia uiinerait 50 o/o en faveur du tafia haitien. Si avce cela une in-
dustrie no prospire pas, c'est qu'elle ne merite pas de vivre. Ce droit n'aurait
rieni d'anormal. A la Jamaique, on paie pour le rhum un droit de P. 2 le gallon.
Aux Etals-Unis tous les spiritueux sont ainsi frappes. Nous n'aurions qu'afaire
une loi taxant le talia pout i'avoir plus besoin (le nous prdoccuper des interprdta
tions du traite de 1874.
Un membrc.-.- Est-ce que la loi pourraitavoir ceteffetde detruire une des clau-
ses du traits ?
M. le Prdsident. t1 n'y a; pas le doute. La loi tiscale, c'est un attribut de la
souverainete national. On ne peut pas renoncer par un trait au privilege de
faire tons les ans des lois fisc Tes. Telle est d'ailleurs l'opinion admise par le
Gouvernement des Etl:ts-IUnis et par la plupart des autorites en matiere de
droit international.
Ordre du jour de la prochaine rdunion.--- Sanction du proces-verbal.--- Vote
sur demands d'admission:--- Communications.
La stance est levee.














RECEPTION AU PAAIS. NATIONAL.




Mardi 8 Mars. sur l'invitation de Son Excellence le Pr6sident d'Haiti, repon-
dant a la lettre d'audience du President de la SociWle de Legislation, tous les
membres de ]a Soci6te, presents A Port-au-Prince, se sont rendus en Corps au
Palais National pour presenter l'mcuve social an Chef de 1'Etat et lui offrir un
exemplaire des status.
La Soci6t6 a Wt6 rescue par S. Exc. le President d'Haiti, entourd de M. M. les
Secr6taires d'Etat des Finances, de l'Instruction Publique, de la Guerre, des
Travaux Publics, dans la grande salle des audiences privies.
M. Stephen Preston, portant la parole au nomr de tons, a explique en quel-
ques mots l'ohjet de la Socidte, qui est de rpa,.dre en notre pays le gouit des etu-
des juridiques et economiques; d'aider a la precision de la jurisprudence; de
signaler aux Pouvoirs pub,ics les lacunes de la 16gislation, afin qu'ils avisent
aux moyens d'y pourvoir; de relier le droil IHalien au movement scientifique
des autres peuples civilisds. Pour l'execution de cette patriotique entreprise, la
Soci6td se plait d computer sur le concourse de tous les citoyens, et particuliere-
ment sur le bienveillant appui du Gouvernement, intdress6 plus que personnel
au succ6s d'un tel programme.
Le President de la Ripublique, en remerciant la Societ6 de sa demarche et de
l'offrande quelle lui faisait de ses status, s'est filiciti de voir erfin r6alis6 par
sa Constitution une idWe qu'il caressait lui-mime depuis longtemps, et don't il
s'4tait ouvert i plusieurs reprises, notamment a M. Edmond Lespinasse. II a m6-
me fait part & ce dernier du d6sir qu'il avait de voir la Soci6te commencer au
plus t6t ses travaux. C'est lI unp ceuvre d'au.ant plus n6cessaire que le Comit6 de
Legislation, commission officielle sur laquelle le Gouvernement comptait pour
l'dlaboration et la r6daction de quelques projects de lois, ne lui a pas encore fait
aboutir le rdsultat de ses reunions. Le President a fini son allocution en applau-
dissant de nouveau a l'initiative des mnmbres de la Societe de Legislation et en
les assurant que son concours ne leur ferait i in-, I; d6faut.
Puis, s'asseyant, et passant a un ordre d'id6es plus familierement exprimees,
il a insisted sur l'union de tous les citoyens de bone volonte pour obtenir, par
des ceuvres de progr6s, la consolidation de ]a paix publique, car le pays 6puise
ne saurait supporter une nouvelle secousse. Le Chef de l'Etat efit d6sir6 que cha-
cun des Ministres prit A coeur d'associer ses amis personnel aux efforts du Gou-
vernement en les conviant A des reunions fr quentes. Ainsi attbrerait-on les ti6-
des et les indiflfrents, et r6chaufferait-on le zele des amis.
M. Emmanuel LUon a r6pondu qu'il ne croyait pas trop s'avancer, en affir-
mant que l'idde de Son Excellence le PrIsident 6tait approuvde par tous les as-
sistants. Mise loyalement en pratique, elle ne saurait manquer d'avoir un plein
success.
Le President a declare que cependant la plupart des membres de la reunion n'6-
taient pas envers lui prodigues de visits. Mr1 H. Lechaud en a donn6 pour excu-
se les obligations professionnelles. Mr Justin Ddvot a ajoutl que, par la nature
de ses prdoccupations,laSoci6t6 de Legislation devalt apporter au Gouvernement
une aide tr6s-r6elle: elle se ferait un devoir de participer avec lui A la diffusion










- 19 -


des lumieres, et etait toute dispose a s'inspirer de ses besoins dans l'ordre de
presentation des 6tudes qu'elle allail entreprendre.
Quant au Comit de Iegislation, il a acc:ompli toute la tiche pour laquelle il
avait ete co.,sttue. Les projels de lois qu'il a eu i etudier ont etd deja elabords
et rediges. -
M. le Secr6laire d'Etat D. Jean-Joseph, appuyant cette declaration, s'est port
- 11 ilI du z3le et de la conscience avec leslqels le Comite, don't il faisait parties,
s'est acquitted de sa mission. Les ...j, I. do lois ont 6t1, en effet, remis a M. le
Secr6eaire d'Etat te la Justice.
M. Georges Sylvain a pris occasion idu dsir de rapprochement et d'entente,
manifesto par Son Excellen !-e le President de la Republique pour exprimer le
regret que Ie Conseil de discipline de l'ordre des avocats qui, dans un sentiment
tout semblaible, s'estt alressi depuis plus d'un mois a M. le Secr6taire d'Etat
de la Juitice, pour obtenir sa presentatioi ofricielle au Che det I'Etat, ait 6td A
cet igard moins heureuse que la Soci6ti de Ligislation, et n'ait pu 6tre encore
favorise d'une audience. -
Le President a r6pondu qu'a vrai dire, it n'a pas 6t6 jusqu'A ce jour avis6 offi-
ciellement dle la d(mnarche du Conseil, a lailuelle it se serait faith un plaisir de
ripondre.
On lui avait apiris que lel Batonnier dle 1,01lre, M. Baussan, comptait s'adres-
ser directLe enit a I it. NMais il atteln encote sa lds.tre.
M. Sylvain a a mout que le Conseil venait de areadve la decision de rappeler,
encore uiie ois, A A1. le Secretaire d'Etl de la Justice 1'ex6cution de sa promes-
se. Ce n'estue que qunl cetre ma-rquet d tlfrenede cc aura et dounne, qu'il se croira
libre de s'adresser directemenot Son Exc. le Pr6sident de la R6pubiique, en
dehors du Chef hirarchilque du Corps judiciaire.
Le President a dit qu'il tfallait excuser le Secretaire d'Etat de la Justice. Sans
doute a-t-il 4t6 eteImpic de transneltre la demanded du Conseil de discipline par
suite de ses nomibreuse.0 occupations. Au departmentt des Relations Exterieures
it a dI avoir fort A faire.
Le President a recommande A ce propos A l'dtude de la Societd de Legislation
la question dominicaine.
Puis, il a faith gracieuseinent distribuer des rafraichissements aux assistants.
A ce moment est entrd M. le Secretaire d'Etat de la Justice et des Relations Ex-
terieures.
M' di dmonad Lespinasse a porter 1t santi de Son Euc. le Prosident d'Haiti, qui
a repondu en souhaitant de longs jours a la Socilte. M. le Secrdtaire d'Etat de
la Justice s'est associe d1 tout son ceur ta 1'expression de ce souhait, et a salu6
de ses encouragements une muvre don't il reconnait la grande uttlitd.
Sur ces bones paroles, les membres de la Socidtd oat pris cong6 de Son Ex-
cellence le Pr6sident de la Ripublique et de Messieurs les Secr6taires d'Etat.









- 20 -


OBSERVATIONS SUR LA NECESSITY DE MODIFIER NOTRE LOI
SUR LES FAILLITES ET DE RIEGLEMENTER L'INSTITUTION
DES LIQUIDATIONS JUDICIAIRES


Eun lgislation, de m6nme qu'en politique, il faut s'irspirer des besoins locaux.
Sans doute, pour fire ceuvre de bon 16gislateur, il convient di e e pas se de-
partir des principes du droil pur et de ne pas n;gliger de consuiler les lois des
autres nations civilisees. Mais I'et.a des mceurs, les aptitudes de ia I, i..it. des
citoyens du pays, leurs aspirations et leurs besoins, les fLil.s exislants coinsliluent,
a n'en pas donter, les fondements les plus ralionnels de e le saine legislation,
de toutes modifications legislative m6thodiques et utiles.
ties vritis n'ont pas besoin ld'tre demontr~es. N-! soiut-ce pis en effet des
axiones don't la constance saute aux yeux dte tois ? Cependauit chez nhous ii faut
reconnaitre qu'il n'en a pas etd tenu compete le plu souvent dans l'labhoralion
de nos Lois. C'est ainsi que, calquds pour ainsi dire sur les codes fi' i s tels
que ceux-ci se trouvaient en vigueur clans les premiere esannede co siecle, les
codes d'Haiti, sauf de 16geres et rares modifications, sont 'leme'nres presqu'cxac-
tement jusqu'aujourd'hui dans le mI me 4tat qu'au jour dce leC r pr0omilgation.
Bien des refontes out pourtant 6t raises depuis dans Ia LDgisal ion frangaise.
Que si les progris geniraux rdalisds la-bas, les glranies conqiules de Ions gen-
res obtenues par nos devanciers. Ie developpement rapi lte de lei's conditions
socialcs et ltlllt d'ai tires cav ses, ont n&eessairement dCi pr'o'.oqji'i ces 1i Ir...-
ments, tandis que do note cotW il n'existe pas de sernllables mdtifs do rd'foi'mes
legislatives, neanmoins n'avons-nons pas et amenes a noius apercevoir qno sur
beaucoup de points, les codes haitiens necessitentl des amnlionalions et des dis-
positions en rapport avec I'dtal actiel do nos mInurs et de nolro organisation
politique et social ? C'est bien ceatcat de choses et l'i!de d'essaye d!'y porter
remrde qui out -0 o .'i_ ,' la foundation de la SociWt. de L gisl:aioin. No n n'avons
pas dte les seuls a 6tre frappds is d defecnuosit&s de noi i, ligisa!iiJi L. Les Tri-
bunaux civil et de Commerc e de Port-au-Prince vifnlnt ioiit ':ei iriment de
fire decouvrir uue de cos lacunes qu'il iinmorte au pils tut do cnmbler. L'une
et 1'autre de ces deux Jiuidictions o-at inrolnit, par dilii'ronti'ls iOc =isions inter-
venues sur la demand de. crednciers de divers comma~nriiits dle no re place,
1'dtablissement des liquiiations judiciairaes. La iiesnre parai avoir ei genlra-
lement approuvee. Elle est on plein foi'lcioinnened on' exc,:('!ioa des jiuge-
monts renlus. DWs le 20 Novombro I 18, le Troil aiin!l do C inamrrce juste-
ment dmu de la Mcrie commercial qui s6vi! depais pi'r. de le ux 1anhnes dons
le pays, atlirait, pair une d(pichcl fortemnt motlide, !'atlleinion du Secretaire
d'Etat de la Justice sur I'opportunile de l'inhtroduction dans note Iegislalion
d'une loi sur la liquidation judiciaire. Peu apres le Tribunal civil, saisi succes-
sivement de deux requ6tes demandant des nominations de liquidatenrs judiciai-
res, prononga des decisions ordonnant ces liquidations et homologua ensuite ]e
compete de culture d'une d'elles prdsentd par le liquidatetir.
Devant les juges commerciaux, ces demands ne se presenterent pas sous Ja
mbme for'me qu'au Tribunal civil. Ce fut d'abord une assignation tendant A la
miseenfaillite d'un ndgociant de cette ville qui,convertie a labarre parsesconclu-
sions subsidiaires requerant une rdpartition gale de l'actif di ddbiteur entire
tous les cr6anciers en y comprenant ce que ddji, depuis la suspension, d'autres
creanciers avaient ddja pergu. Sur cette instance qui donna lieu A de vives plai-
doieries et attira dans la salle d'audience un nombre inaccoutum, de commer-
gants de tous rangs, intervint un jugement qui, ceartant la demand de faillite,










- 21 -


ordonna la rdpartitior generale an prorata demandee, ddl6gua un juge pour
assisteor A cette rdpartition et orlonna que le debiteur serait assisted Jans la di-
rection de ses affairs d'In adinnistratoWl an citoix de la nmajoritd de ses cre-
anciers.
A la suite de ce premier j ugement, et jus u'f la fin du mois de FAvrier, il en
a etd pronounce quatre autres. [is ont tons etd rendus f la requnte de creanciers
concluant ai cette mise en liquidation. t1s n'ont pourtant pas tous compo4rt lo
mPme dispositif que celui tdot la subsian:e est ci-dessus rapportee.
Les motifs en sout, a peu de variantes prns, les mOmes an fond ; molifs i'c-
quite tiris de la adeessit d'dpargner a des conmmergants malheureux frappi:s
par une cruise al i: elle tous ne sUccombeWtat pats, wmais ldot touts .sozt altueints,'
les rigielurs exctssives et iniinerites inhldre es 'le la situation des faillis. -
)Dans ids ciu'ronstances exceptioniells d'nn ordre sinHon in ientique du moins
assimilablo, I'o:U a va en France accorder seinblable facility a des coinmmeriants
don't la position Rvanit etd elrinice par suite d'dvdnements politiques on d'au-
tres motifs. En i1818 on arrival t foriulet pour la premiere fois In1 Dli6cret per-
nmetltnt d'accorder des suris jiudiciaires A tous ddbiteurs coiumercants. Par
suite do l'extension exorbitante donuie ai cett facilile, elle fuit abrog 'to in 12
Novembre 1849.
II y eut ensuite pendant et apres la Yo-i'. de 1870, le decret du 7 sepiembre
1870, atioriosaNt des concordats amibl onihl p our mieux dire, des liquidatons
non as-cimnles A la faillite. Le 2:2 avil ii871 fI el olii prornmulgudo ue lot cont-
p!'te sur la liquiilation judiciaire. Cetl, loi est aujourld'hui renmplacle par celle
du 4 mars J1889 actuellement, en vineur.
Ce unotivel i!nst'umnent juridiiq"ue asi nlilemcnt em)iloy daris d'aiutlrs pays
g tie n'17M. [I a p tout poU'r h 1! d'ei!over Ai- l: c:!ss: tion on suspension de paie-
mneut dlans des cas privus, on an milieu doe situations critiques et anormales,
les consequences rigides et desastreuses de la faillite.
Cependant en France, foul coonme dans ces autres pays o0i il a et jug6 pru-
dent, sage et tile de crier et de meitre on pratiqlue celte innovl.tion, Ic systime
commercial est organism su' des bases iies i autrement fortes et solides que dans
note mlliheureux pays.
Le commerce jonit datns ces centres d'outres mner de protection et de facilit.s
enrtirement inconiues sur nos Q.I -. D vastes institution de credit existent
sur ces marches strangers : Chez nous, helas rieu de cela encore !
Quelle sensible diftrence entire let aux de l'interA exislant en Europe el aux
Elats-Unis on aiileurs et le lover usnrairo te l'argent ici !
L'dcart entire ces deux tiux pent ktre 6valin solvent i 55 o/o ( cinquante cinq
por cent ) p iran, en mali'ere de pr'ts mIme lnypotlicaires et A 20 o/o ( vingt
pour cent ei mAtie puement cnmmerciale Les ruineuses fluctuations du
change, un des facteurs les pl ns actifs de la dibahacle coninerciale tctuelle, sont
absolument (eirangeres anx operations des veritatles indlstriels comminer;ats de
ces autres con trees. Les primes, commissions de renouvellement, inteiils de re-
tard, frais et faux frais si exorbitants qui present sur le petit commerce ,0il/;,,
( on entend communement ici par petit commerce cette int6ressante classes de
travailleurs qui font r6ellement le negoce, important et vendant des marcltandi-
ses) ne pourraient jamais s'acciimater ailleurs.--- Dans ces pays il y a des
entrepots, ii y a des magasins gdneraux. L'on attend encore ici, 1'on demand
depuis longtemps la crealion de ces itablissements offrant tant de resources et
de facilities aux commergants momentandment genes dans leurs affaires. Quand
arrive de ce ctde la saison des affaires, la recolte, le commercant pressed de reti-
rer de !a Douane ses marchandises, croyant toujours a la perspective d'une belle
rdcolte, qui souvent n'arrive pas, de rbalisations prompted qui ont fait complete-
ment defaut dans ces temps derniers, droit pourtant payer ses droits, tous ses










- 22 -


droits avant d'enlever la merchandise. Que de sacrifices alors u'est-il pas oblige
de faire ? Et les droits sont lourds, souvent 80, m6me 100 o/o du prix de fac-
ture !
Le remaniement du tarif est depuis longlemps sollicite.
Nous pourrions ajouter bien d'aulres traits a ce iableau et a ce parall6le d&jA
si sombres Comment dans des conditions aussi di:plorables arriver a rem-
plir ses obligations, a tenir aux chances ? .
II y a done de serieuses considerations qui certes motivent dans notre R4pu-
blique plus que dans les autres Elats, le tenmptr(ament apporte aux consequences
juridiques de 1'dtat de Faillite: la liquidation, lorsque surgissent des embarrass,
des cas de force majeure, de la nature de ceux qui se sont abattus sur la presque
generalit6 du commerce d'importation. L'experience u'a-t-elle d'ailleurs pas d6-
montrd combien les liquidations par suite de faillites out dei ruiueuses pour
tous les int6ressds ? II est en consequence urgent de r6glementer incessam-
ment, par de bonnes dispositions ldgislatives compatibles avec notre system
commercial, ce mode de liquidation consacre par les rdcentes decisions judi-
ciaires, ci-haut lappelees : En m6me temps et par la meme Loi il sera nices-
saire de modifier la Loi sur les failliles don't maintes parties sont aiijourd'hui
suranndes et don't la procedure est par trcp disperndieuse.-Dans un prochnain at-
ticde, nous nous proposons d'examiner cs modifications necessaires ainsi que
les bases et les details de la loi a laborer sur la liquidation judiciaire. -
J. L. DOMINIQUE.


ob01=5 'A~








- 71 -


SMANcES DE LA SOCIMlT


EXTRACTS DES PROCIS-VEYI: ALUX

Reunion du 30 juin 189O)

Presidence de Mri S. PRESTON
Sont ptesents : MM. PriesLon, S-lva!ii1,
Leger, Lesinhasse, CIancy. La'orest,
Borno, n,1ussa Bon, amyi, Desan des.
La reunion, sur lia pl'op)osilioln e M.
Bonamy, decide que, en signided ..,.;
on surseoira pendant un rmois an renm-
placement de feu Emmanuel Lion corn me
membre du cornite.
On priocade i la f'oirmalion d1e diverse
commissions cliariges de presenter des
rapports A la Societe sui des questions
porlees A 1'4tude par MM. Lespinasse,
LUger et Menos.
M. Iaussan obtient la parole pour
demoiuder si los titres de !a cai:;se i a:-
mortissement doivent We considries
come des billets au porteur on coming;
des titre:s ominf dtits,. -i jnuris[pruitdencei
no sembl:ntil pas s'I[re bien fix00e surC t
point.
M. La/orest.- Aujourd'hui, la i'orin
mlme dede ces s itres rpond A l. question:
ils sont au poiteur.
MA. Lc pinacsse. Les litres nomina-
tifs som t les anciens. )epuis I'unifica-
tion qui a etd operee, ies nouveaux ii-
tres sont tous au porLeur.
M. Baussni. EL les ordounanbces?
.M. Bona0m'.--.'... i Hlives. Elles doi-
vent dtre acquitlees par 1 e ibnliiciaire,
M..Laf'orest.- Ou plus excitement,
par le titulaire. II y a une Tffoctation
special pour les litres de la caisse d'a-
mortissement : 1 n'y en a pas pour les
ordonnances. Sons (Gelo'ard, un juge-
ment du Tribunal civil do Por-t-au-Prin-
ce a ddcidd formellemenl que les ordon-
nances elant nominatives, ne pouvaient
servir de compensation a un debiteur do
l'Elat.
3. le 'president. La commission
mixte i'ianco-haltienine a risolu recem-
ment que les ordonnances, emises au
noun d'Haitiens et presentles par des
Francais, seraient ecartees ipso fact.


M. Lfger. La question ne se pose
pas pour les ordoninances, puisqu'elles
doivent dere deposees an Minist6re des
Finances. Ce ne so:t que les mandates
correlatifs qui circulent, et nul ne con-
tesle qu'ils ne soient nominalifs.
31. Lespina:sse. Au sujet do la ques-
tion poseie par notre confr'ie, il ne se-
rait pas inulile d'& jou[er que I'assilmila-
Lion qu'on u'pourrait tile t len I' dei' blir
entire no- litires de lki caisso d'amortis-
sement eL les lii s dle rne nto ,in. i-,
n'esl. pas exact : G(o sontl des obligations
a ticagel,ce ne sond pas des liltes de ren-
te pr'opienentdits .i .


ReIonuio; di1N S j.iillet 1899

Presidence do Mn S. PRESTON

Sont presents : MM. Preston, Sylvain,
L'gor, (.i iBoniiany aron, Laforest,
13BIrno, Lallenret ; I dicut seulement :
M~I. M dios et ILes'inasse.
M. le s&cWretlire coimmunnique A la riu-
nion Qe don c Ii rect.ils de kodes espa-
llnois 1ait & la Socieli par AL U.-h. Du-
r',ail, licencie en druit, secrelireo ie la
.Legaliou d'HIaili a Mailrid. 11 propose
que M. Duranil soit nommin minemibre
corresl)on'0 dal n : ce qu est vote.
M. lionamy pose' la question suivante:
e( L'arii. I i' d Code civil trailant des for-
rnalilts i remplir pour at naturalization
est-il toujours en viguenr, ou a-t-il ete
abrogD par li Constitution de 1889?
M1. La/orest. Tons ceux qui 'son
habiles A devenir Hailiens doivent rcm-
plir ces formalitls.
M. le pre'sidet.1 La Consillution
nous avai, en effect, promise une loi nou-
velle qui n'est pas encore venue.
M. Bonamy. 11 y a lieu de prdciser
la portl o de ma question. L'arl. 14 s'ap-
pliquait primitivement aux strangers
auxquels la Constitution alors envigueur
lacilitail I'accession t la nationality hai-
lienno, c'est-A-dire les individus descen-
dant de la race indienne on de la race
africaine.
Or, aujourd'hui que la Constitution a
admis que tout 6ti '-.'-!' indistinctement
est habile a devenir haitien, ii imported









- 72 -


de se demander si les formalities 6dic-
t6es par P'art. 14 du Code civil no sont
pas trop simple, et si 1'.-1,,.,- lIion des
anciennes distinctions entire les etran-
gers n'implique pas I'abrogation d'uin
article qui e s'expliquait qui e sous I'eim-
pire de ces dislinctions.
M. le Secretaire. -- Et par quoi le
remplaceriez-vous '?
M. le president. 11 est cerlain qce
si un stranger demandtait nminteinan a
6tre naturalist, on serait bien force de
lui appliquer la ioi existante. C'e:.: une
faute de nos Chanibres de n'avoir pas
elabord les lois organiques, iminmeiale-
ment apres la Constitution.
M. Chancy. -- La loi Gutilbainti, iap-
portee par ia Constitua nte, se r 'ferait a
la question quoiqu'elle In': e- t ps
trait directement.
i3. Baron. La Conslitution de 1879
a, selon moi, dcroge aux fornmalitds .i'ap
simplifies de l'art. 4 l du code civil. 11
fallait alors que le Prsident ud'flaiti, :s'il
s'agissait d'un 64ranger dle race blanche,
le recommandat A la naturalization, pour
laquelle intervenait une loi.
Al. Bonami. Aujoutid'lm encore,
dans I'esprit du .'-_.-i teur, it y a Ies
precautions i prendre contre certain
strangers.
Lecture es' donnee des art. 4 de la
Constitution de 1879 et de la Constitu-
tion de i^'.-'~..
Le ter. est ainsi congu : a Tout afri-
cain ou Indien et leurs descendants Yont
habiles a devenir haitiens.
<( Nanmoins, sur la proposition du
President d'Haii, I'Assemblde Nalionale
pourra deliver des tires de naturaliti
a tout stranger de bones mcurs qui,
apres cinq ann6es de residence dans le
pays, y aura introduit un art ou un mie-
tier utile, form1 dles 6elves ; ou se sera
consacr6e un etablissernent d'agrcul-
ture.
( La loi rIgle les formalit6s de ces deux
modes de naturalization. a
De son .c6lO, I'art. 4 de la Constitution
de 1889 se content de dire : q Tout
stranger est habile i devenir haitien,
suivant les i_ I-. -, 6tablies par la loi. o
M. Lager. A qui s'applique le 2e


alin6a die 'art. 4 de la Constitution de
1879 ?
M. B.orno. -. .. 1 ;a lout el ranger I
signilfio i' : a i tout blanc -. La nou-
velle Consi itulion a conlsacre la diaspi t i-
lion dii vieux prj'inuc. Etrariners blancs
on ng!n (,s sont mis suri e I11me0 pied.
La rnmne loi, jusqu'a re qi'or la revise
eour est applicable.
Al. .Bron. Je me rallied a cette
opinion. Pas dit sli & tiiion a 6tablir,
quaind la lot ii'en fait p s.
Al. le Pi-rr'ident. D'aillenSr, dans
cet ordre de 'ujits, I'eni vlissement n'est
pas it maii dre. .
La ;'uniol! consulldc declare que
l';i 1 (iu ico e civil subsisle lonjours,
mais recoimait em n mrme [eiiips (qu'il est
tiirgee de Ie r;vise '.
M. le Pre'sidl t. ,i s is d'avis
qu'on ins~tlitue ds delis pour I'obldn-
tion dc ;i ql alitAR d'!lailiioi. Lta natn a-

residience.
1 '. LJ er. --- Hi n'y a pas lieu de fire
des dislinclions entre lks 6Irangers.
A.l../......... Non, mais it v a des
conditions de redSlence ct de morailtt
iqi'on ne pent negliger. Le code civil,
:ians I'etat actuel, faith lafaveur ile la na-
turalisation, stir une simple ldclarIation
devant le Jugce-de-paix, alpris un mois
de residence. II y a la quelque chose de
choIqunt.
A. Cha ncy. On pourrait 6tablir le
principle de cinq ans de residence, en
laissant a qui de droit la faculty de rd-
duiree ce delai.
1M. le Presideot. Non, cinq ans,
c'est trop long, trois annees suffiselt.
M. ,.I,...,.,, Une autre question
pleine i. .-. : est, de se demander quel
est le sort fail par la loi i la femme de
I'llaiien naturalist.
M. Lcger. Elle ganre la nationalte
haitienne :autremeni, vous la frappe-
riez sans raison d'une veritable poialite.
M. le Prdsident. Cette p6nalitd ne
frappe-t-elle pas l'enfant mineur ?
Al. Leger. Pas dutout: il rest Hai-
lien.
M. B',,ut.,. D'apres la Constitu-
tion actuelle, si les enfants sont nds en,









- 73 -


IHaiti et descend t de ia race africaine
ils sott Haitiens..
M. le Pre'si,:Jdet. Article fecond on
conilits I D'apres cla, tons s les fis de
Jama' chains, de M rliniquais, etc. tn s-
dauts e pay" se, ient [' laihons !
M. Chavcy!. -- e t siis d'avis qu'on
rondo elrangeie l'llailienne dlot rl mna-
ri, d'abord lIailien, s'est natural iste, ali
que l'etranger ne ipisse pas posseder la
terre par Vl'interm diaitre e sia femme.
M. /..' Quelleiniquitd! Vous frap-
perie.z que(!q 'un qui ne sei'ait pas
coupable, pour !'action d'un aut e!
M. Chanicy/. Que tm'importe? j*e me
protege.
M. Bo)r o. I en est ainsi "''; Cette
pdnalit f resort dle I'espriii geedra! de
la loi ailJiennoe.
31. lonaji y. ITout moytn dtdourttt qui
permiettrait i Il'tr:icttir (ioavoil des ipro-

vance reprouve pw. it loi lit a ienl e.
1Or, v aurai, -il u'i nio yo i pi:os coi`~ninnioi
que celui qui c()siste;at \ possidel'
sons l e noit do s0 a fo'm'ie tI a i.'i
La aranlie de ette pvroiibition doe
notce !oi, qP i esl d'rdre ipullic, exi ,
que la I'e dclie e l'io ltincl alturalise

31. Le'ort.I y a iez-le FIorst tumele-
menot das ns vore los- Taut qvu'i it'en
sern pus i nusi, nous barons lo drit a e
colnester le principle que vous enorgcez.
3M. le Pr'sident.- Nous ne serious
pas les seuls t I'adopter. La nouvelle
loi anglaise decide notammnont en note
seus.
1M. Ldger.- I y a en Francneune ju-
risprudence constante, fonlese sur le
droit des gens, qui repousse votre prin-
cipe. Prenez garde qu'en le consacrani,
nous ne nous meLLttions en deisaccor d avec
la plupart des Idgislateurs strangers.
,1. Chancy.-Laissezfaire le progres!
Les measures de preservation sunt des
measures transiloires.
M. Leger.- Je vois surtout lh une su-
pr6nime injustice.
S M. Laforest.- .. D'ailleurs inutile.
'"L'etranger a mainte autre fagon prati-
que de tower lat loi.
M. Ldger La femmo haitlienne qui.
spouse un Mtrauger sail a quoi elle s'ex-


pose-- La femme haitienne qui epouse
un hiatien a intention de rester hai-
tienue. Pouvez-vous sans danger ne pas
fairedo distinction entire les deux situa-
lions ?
11. Donaaty/.--Un idcretdol'Assemiblee
i;lionale ( 10 oct. 1881, ) modifiant l'ar-
Licle 5 de la Constitution dte 1879, rb-
llail, an point de vue des biens,- 'et at
civil dtant nottement ddfini---la premiere
do ces deux situations, qul pour nous
se confondent en droit, conftormnlment
a note opinion.
M. I '.. .-- La Constituiion de 1889,
revenantsurces dispositions, dit: a Une
loi rigt'rlea I mode d'expropritiion des
biens inmno!i i ers possldes par la femme
laitienne qui aura )pe'lu sa [ualite par
suit~ Ito son m'ari;ng'e avec un Mcdanger
( ari. 3, alinEa 5. )
M4. h' S:cr'daire.- Cttle loi n'a ja-
mais eted aitc.
M. '. ". ..'. ..- Voili le danger dt e pre-
voir trop dc c0hoses dants une Conslitu-
tion /
M. '.,. '.-- Le couple souveroain,
'rouvant trop dares :los c conditions faites
par le lic ret de 1881 fA la femme ha-
tietunc ldvenue 6tr'angre par son ma-
ragoe w:'c l un divanger,a 1)nsd a les mo-
difier. DonI, en I'dtalt acluel, on ne
pou'rrait nmIrme pas exiger de ceux qui
etaient \ vse par Ie d cro't dle 1 8 ,, avant
la constitution de 89, qt;'i!s accomplis-
sent les fOrntal its Mdicteos en 1884, si
on no los a pas rappelos en temp.- utile
a I'accomplissement de la loi.--
La suite de la discussion est ren-
voyee -d la seance suivante :

Assemblee (tu 18 juillet ( d l'extraor-
naire.)
PRNtuSIDENCE DE M. S. PrEsEroN.

Sont presoens: MM. Preston, Sylvain,
Leger, Lespinasse. Laforest, Menos,
Lafleur, [Ieraux,Munier, Baron, Baus-
san, lJean-Joseph, Bonamy.
L'Assem1llt e sanctionne le procds-ver-
bal de la reunion du 8 juillet et vote les
conclusions du rapport de M. EId. lid-
raux sur les questions poses parM. Pro-
vost, membre correspondent de l'Anse-
a-veau.










- 74 -


RA PPORT


Messieurs,
Vous avez bin vonlu me conlier l'exa-
men des trois questions de jurisirudence
qui vous out Old envoyeos par Alonsieur
Provost, note correspondent de 1'Anse-
a-Veau.
AnimD du dtsic de juslifier votre con-
liance, j 'on ai fil l'objeti dt'une serieuse
analyse, et joe me suis el'lf'c de les re-
soudre i l'aide des principes g-nerade-
ment admis par la doctrine e. la juris-
pruience.
Premiere question
prendre, cell deo i'ppel on de la cassa-
tion, contre une sentence de justice de
paix qui a condainn un iendeurt ;' re: -
tituer a l'acheleur mnie -omntme de :.A'I
piaslres, t coImploto ur epri de ven1 i
de six tc.'T .aux ( e 0 'l'eo, vento do~t' I;
rtsoiilion est jpronouceimplicil eitenti?
Response.
La loi 6tablit dtux categories do dd-
cisions de justices de paix : les decisions
en premier ressorl el, les d(leisions e
dernier resort. Pregnant pour base de
classification la quotitd do ia demand,
elle ouvre la voie de l'appi l aux reconrs
contre les decisions qui oit pour objet
une somime exctdant 100 iourdes, mais
ne s'tendant pasau-del do 15)0 _.. -'des;
et elleIermece tle voi aux recours con tre
les decisions gvan.t pour blt le paiemenit
d'u1ne some le :100 gourdes ou d'une
some infiriere.
Pour deLi niiner la categorie dans la-
quelle it Laut ranger une decision cma-
nee des justices de paix, i! suffit done
de coniailie la valeur de la demand.
Si on fait l'application de cc principle
dans I'esp6ce, on ne manquera pas de
reconnaitre que 'action intcni.e en res-
titution de la some tde 80 piastres (pa-
yee par un acheleur A son vendeur est
d(i noinbre e e elles qui reiAventt the la
premiere categoric de 1'artlicle 22 du
code de procedure civil, c'est-A-dire
qui ne sont pas sujettes a l'appel.


II n'y a done pas lieu de prendr'e cette
voie qui exposerait la parole, assez mal
avisCe pour s'y engager, 1t so hieurer a
une lin de non-recevoir p6remploire.
Y a-1-il lieu au recours en cassation ?
L'arlicle 918 du Codle do procedure ci-
vile 'ouvre la voi e la cassalion aux
dema ndi-; fornni'. con re les jugiements
diiniitiifs, l en deirnier resort des tri-
bitaux de paix qIu' pour causo d il-
com1pe nalei on d'excc: io jepouoir.
L'imporl';nt est don' de savoir si la
decision indiqiee so tr vue lnaios 'll i on
l'autre des olix cas nprivs.
Lo s tribullanx de p.ix, on r;aisonl do
lenur oi'ctire exceptional, ne pouvent
stiluer rqueii s'iif des colnltoslalions doni
la co0 naisi aice le r e::t fi'uinimelienmeit
al.tribuew e .pa" 1:lo diposilion sp ciale ,
inicoiii eiit its pour jugor los imatlires
qui ne len' sont pas noniiiineen ,d'"-
re parl I it i ils sortnlt dnl cercle de
leurs a .,lri utions lor.sp 'ils s'avisent do
trancliet d's, dli'iic litd qui o'. so:' issent
aux jii, s on!'di;ni -r' .
Or, par'ni l':s inll: eti, es c'! it. u 'eO l.
dais 'arlicle 8 dn code de pol;ddure ri-
vile ou plaodes ldais la jurnidicion des
jisiices de paix, ne sio trouvent pas ls
actions imiimohiliros pititKoies.
En p ... I ildone, commeil I'a faith,
la irsoiotion d'ulne vcuto imimobililee,
le judge (I paix: don't la dicisionu est sou-
misc 1 I 'exam'en do la Socie6d a 'ifrancii
le corcle do ses attlrii tions OL viol
d'une l'acon inmanifte es es rigles de lI
cominptenicc.
Sa di ision, sur eo point, se rdclame
dcs disposiiioils de i'article 918 dn code
do procedure civil, puisqu'elle est cld-
finilive el Cii dterinji ressoil, c le re-
cours en cassation est indiqud dans
I'espice.

Deuxiume question.

L'appel d'une sentence de judge de
paix est-il recevable quand lo deiendeur,
domicili6 dans une autrel comnli ne, a
o0)pos- v;ainomenlt I'except'ioo i d'incom-
ltelii':e t quo Ic judge de p.ix i l' co)n-
daminl a reAtiLtur uno mnat'mii d'ar-
geit evaluee a dix piastres et A 120
piastres de dommages-intlrAts '? n











- 75 -


Reponse.
Si la valeur de la demande est sem-
blable au montant des condamanations
pronouncoes, elle exceide le taux du der-
nier resort tixO a 100 gouries par I'ar-
ticle 22 du Code de procedu' e civil.
Dans ce cis, c'est la voie do I' 1ppel el
110on cello de la cassa5on qu'il faut
prendre.
11 import pen, on effect, qu'il s'agisse
d'incomin plcnce1 dn j uge. L'incompielence
1.ui doiiine lieu fi la censure du Tribu-
nal rLguilateir est cell des jugemenl.s
dei iniliis tI'eidi s on deonier resort par
los Iribuiaux do paix ; i'incoimpltence
de meime que lous aulres umoyes qui
poaurriel 0Ire relevds conre les jLuge-
ments renrids A chlii'ge d'appel p)ar los
mimics tribuiiaux ne ldonne lieu q iu'
'appel.
lais y a-t-il inoinicoeence dans
l'esp, ce ?
L'article 7 dui coie dol procedure civil
n!tribj e an ; up !ilde psix du dhniicile &I
dei'eliideur la connaitisanci- dh. li.ige, at
l'article 12 du mine code nl'admet I,
p .1. 'lon do juridiclion que, lorsque,
I.., j.. .. nux pirdrogatlives de 'article
13 de la Constitutioi, ijs parties Cn
ont fit la ldeclaaltiiiii formelle.
Le tribuinal ie paix dloi la idelision
est examine ici, I e pouvait done, sat
competence dtant contestoe a boa droit
par le tdO' indeai', releiir la cause et y
staluer comme it 1'a faith. 11 s'est coI pen-
dant an ogo, eI droil de le faire, ce qui
vice sa dl';cision et Lt rend susceptible
de l'Npenl, ainsi quoe nus 1'avons d-
montre.
Troisieme quesUion.
a L'appel de la mnme senltene esI-il
recevable quand le judge de paix, el re-
jetant la m1me exceipion, a condamud
le defender a la irestitltion de la mIome
valeursusdite et i ceintcinquante piastres
de d.-n ,;i -;es-inteirdle ? )
BRlponse.
Celle question, an dlire de notre cor-
respondant, a doun6i lieu dans la prati-
que a de grades difficulties ; etles nom-
breuses discussions qu'elle a provo-


qu6es, n'ont pu fire cossor jiisqu't oce
jour 1'incertitilde qui i1ioae a Son) sujet.
La (lifticltc esi. elle 1iomn sga'iouse, ce-
penlant ?
leJo iio Inns pay1M U15 Ogle I w Jj-VP1
tw'eineri a du' pri cn'i. ot,

Moe 22 d(i uo(1 doI pi'roctiii' k(ivilo, el
elle esI to[Ioiiiot Wayde1`011 q'I'Mig
pas de dtinunsLui~ ion. La and jonioo dlP
II: ill i Ie-;-i. a Ia dclauilado princi-
paie 10or1me ii Ps[ vl, linw; 1'espoce, mw
.sm-me qlui w c(,.de le titux du promel ier~'
resort amo is coninlae Ialoti[l de Ii
iztellialle a t-lluai s I'pv I" lIN (ILI
doenwhr I ossort el, a Wuin'ai pat ol 5111 i-
lpionilnci00 (1s gtalits s,'-iir iio Iul'Os ta
cellos dw-s dionlidcs 'a h'o'nit''i ''ort.wl
on Ro yl ait v Voil' ([u'ilil Ul ;tiil
do jut-idiction sal s don te ii eQade, aits
polaltalt mluiavzsil '. lavestli en ri! ''o

bainal a iioa'miol6.k (Ii ciliiihc lix6



toaNdol inki s, too Klu ijI"'P Ic :4l11 II
iouge0 jutis ollo no iii 1 a ,n paiS l a i
iadio Q (uii mi osti mi: p Ji. 'c, in Re dain'iit
pas pour cola tiiio, (1eci4iol) ol derniev
roSS011. Ch, Si cek i170A tiaS 11o1 toCiSio
Oi rori'iicr p.;in es --lo qIiW jae IA
agi W npeioiialmouiL iou lul -- Aollolit',
5(11101 oe~i 11000 p1'ailn- 918 tIa
CI ld I v io r pI 3K tti ivli cli iAei sowi'Mu
V'Plapii''' i du x'iv nili''iipli" do
Mrant Ii 22 1u a nino uodet qai la soumol,


tort's ct gyowl JiO beuyon it conLenlin d1es
(liJdslns ide co gelil.
Telles. souiL, Messieursi, los snltii ions
cae j'ai 1'loaiieui do ViiaS jiidi(uci 011' PL
opes iffdrelni1P qulestionls. A vous it les

El11roxo T[Ei~hIXJ











- 76 -


djunion dit Q2 juillet

Ph1I'SI1ENCEI) DE [.N PREISTON
Soul pl)'('.so~i is 44. 1-IT l I viSy:l
Io-ger. Aiac colin, Laforent, ITfau,ih

Jeani-Joseldih


Sur la piCposil7[ionih AL p.1 Pr~shlont,
on repreoo WL suite ]a Iscuiision sult
la co000i ion de IiiMit niin' iiiidid'o A rui
ia'Iiken naturaliso.
N. le Secwrlaheta .[o suia d(o lavi s fie
notie Trrtsoiier; ii nest pas &j oil able
(Is ltIIIre subir iL' m rne lrn ihem i',t ; la
feamne imIlamten qui epoteus 111 (18
ger el, at cello qui 6ponse Ii diea
deven u Mucn ger au con rs do mi ma.
Wage.
M.Deslaodes.llesl,YAessieuinsi o:kii
lve ntadrnisqw,1;tl~i oi rkrt),qgili (iinandll(41o

Or, siorit La cot, w-dir le -piprstions do.
tat et do capait[. Lat qwalit6 iioiveloe
quatcquicrl ILloi1 Toat LV')l 1< i (1iL dci1,
i'etroagir jimlliiu j0ur dto son inaiinge.
L 11 5:111 'nall OW1 LailiUms an tr'-
mont. Si \vois dcid'Iz I'ue l'i a fllfono
Ill8ienteiiO dout to inai Mivicl otoauici'
i'estetoujouri' hailienue, vous iroz A I'on-
contre des posi ionsimi csWt ole civil
pni pirecivt u e Ia lquo :ne, mqour
stereo n huisico, duit d v'iiu l'autoirisa-
[ion mari'i te.
Soi lnari est 6tcanunlo c, ii I'antob-
sea ?
Al. le Scce~dWiro [A' Ic ib[imnl civi.
M4. Deslaahus. C-es[ dtors mo si-
tuation ('Xceptioiinelle qjue \')us CIPUz.
Al. le Secctahi-c. Pou 0(1uo10 pas'? iLe
hegislateur tious indique lu i-animon cott
voie, A d6fautt (to I'autorisauiou iniri ak
N1. Leqer.-- Ua (XuslitnUlor Wi LW
Ioi rctroaiitA aoin, 1'altjii
des ulioits acquis. Or, ici, il y a prjci-
seriencit drioil, acqu~is.
Al. i aleiux E Ic 'rinca, Ii t'kimin !i
frangais Niaturaise rostoe i'vaa' iso.
Al. Bonoanq [;aia'% w-'nro les d=a
I egisltion u e.At inonin ple to. L'ti'AtngrI',
dl'apres li li fhl, I.ii h'* "1 d6e pino-
pnitaire d'airneubles. AU Surplus, no0-


toe opinion 8t, p0our' lnppiui' le texle
doe a ConstituLion do 1889, q11i dii : Lk Li.
foumo lae iiaititil, 110 ii Aiii, ti '!iIimige
sURit in cOwlitj d1e So il aii. i( I' 010
aia thloju do ditlotio. Qnlliqhir' sn
Icpoqne W K ri i e'd devim Mnq',
!a taiL SM du elIlge raw In. I amit

(lI t P p i [. d oi:t n 10 o Joi) s e q Joi d iii) -
inoimijes oin Ilit i.
Al1. fcai(-(J-eph. lit li Dubuiis atialt
MoiGM qte la fumm oa (Plimiiiii Data0-





r~tlise desinivneubles
We 'spit, ge'n'cii La ii a' i'gi uti
Weost (lonc juas as cuioi-taiitll quo 1

AL. Boro. --- La lio iloi pi it t

o.' )i~t-J0500/.- Ii me ilt i'lL.
alt, pu '10 el~ot po mL (toite lt'ah -4a












Iil.r Igc Sl ir 1;1 lno iii lu';itflei jou -
j~i~ii )ii( Iic 1'i p' ueiiwipe'fo














ut. LJoec. -- J'7 I ,Enoi' it ts-i idiit o
doi I macrime A i dl rcujer. ) 0, n ino-
i ant (In iawiage~, lemarii Wiustpa 1501' (1

Hi, di~lla ii Oieu.lui \stn'
Hi~ltOi'L'ik'Isai(, L'o siit?: I fl i tu tin' l ito& lnO ie

1u 'Lli 0111'oot poura~r tnreaic qlrrir Ia
noiouxelle MlitOWNu du, ir er'. Eit \'lul
vonidi'iezi (jil In suhouliiiatioi W lit
liOntine 811 nmnit ffC, pis 1)15traite (fio cedlo
(iu mineu in all C de farnti I! Cc so 'it
iionconcvnbld! 11 y a t A no argin ent par
a fortioriqu~i 'zr'ou m oi. est irinltaqllable.
M4. Des la,),,s. --- Aut moneni t oni le
p(0(0 acirig6 1'olil, les enfa itso iiavaient
pas~ encore do i18tionalt ti'.
U. J eP!Jrp -- .10 '0(111 (elimiV18 I 'pardon0:
Q;i awav Mu O(50'vlt, W 10115 gale'ma
IlliI, its no fN sent niie (LeI'aiition

Al. IDoslUmdnmlesa loi (iilstitlitil~ilnno'll
W Mrt no) 1 ui% ;1( : ai; lii j11r ofl
tole L'ost, cue s, siti 'ilnlividli (alaos son
651t et *.I w:pa" it. te ONIa est, on
1`000 Al Lurn 4u' Int&igislatoiii.
Al. Jean I osep --En1core faut-il qu-a
la~loi s'exprim~ a co sujet d'une fagoa









- 77


formelle- S'il y a un texte doutenx, ii
imported de se rtefrer a x pri nucies
geoii aux. Or, la disposition( que vous
iinoncez e>t si exorbitanite, qu'elle de-
vrait ltre i'umie clarlt purfaiE. Et lel
n'est pas ;,ssni(lAmeit le cas.
M.. Marcelin.- Pour mii, jo IIrouvp
li''!-,;itir 'l'ar'.icfle de l Con;is tititiuio .
a MariPe, ) c'est: e< qui esl marie b onl
a qui se maricra. Liw v lgisl,:;eur a vou-
Ia comprondro l[es deux cs,. Repotlez-
vous (d'aille0r1s anx cil'co(sti ices oi
cette disposilioni a ; e i i into o ii e ii;t is
1nos Constitulions. Lt !oi D!)ubois avait
done lieu it lo .e esp)sci dCie ('ficltes
diplomiadiqi.ues (JC's poior y : npor
court qu'oin l eida que lia'lilienle m1a-
ride i. un ihai oil!i. nalturalise :.rail nise
sur le in ne pied q(u'e 'lPiPienne miat-
riF e a ;i.n ciand er .
M. Laforist.- La rid('dtlion In lexte
de 790 s esl clMaiNr. p les di;sc i-.-ionsi ies
ig.islaculrs. L~eiir butl e6h it, autant il. u'ii
ni'enl souvieilt i mainltelnan, Ie repousser
tones les laitieiines mait'is on animar1i
avo'c de:s haili-us aid il i ises.
M. BoanuyU.- C'eost :oitrl'aire a l'opi-
tiion que vuous soulciiez.
M Lafore/st.- lPafaitmennl,- inais
Ima memoire pel., f;lre inid' .e. Je de-
mande t la Ala r'iuii d'ajoiurner sa (Id-
cision, jus ju'a; ce que je puisse vons ap-
porter les discussions des challbres, iors
du vote de la Constiultion de 1879.
La proposition est adloptIe.
co------ --

DE QUELQUES QUESTIONS
TOUCHANT LES LOIS DE FINANCES.


L'article 82 de la Constitution de 1867, S'
paragraphe, esl ainsi concu :
< Les lois i..L l..' .. celles concernant
l'assiette, la quotitd et Ie mode de percep-
tion des impldls ou contributions, cells
< ayant pour objet de crder des recettes ou
< d'augmenter les ddpenses de 1'Etat, doivent
K dtre d'abord votes par la Chambre des Comn-
q munes. a
Cet article 6tablit clairement la priorild du
vote des lois de finances par la Chambre des
Representants, et c'est la un point indiscuta-
ble qui a tout I'air d'avoir dans presque tous
lea esprits la valeur d'un axiome constitution-


nel. L'application n'en done pas moins lieu
a plus d'nno difliculltet h plus 'une discussion.
Dans lcs RFcpubliques parlementatres oil les
chanibres klgislalives procden'i toutes les
deux, dnu lli ', populaire, bien qu( ce soit
par des modes difflcents d'uelil on, tI Senat
pretendra lonjours representer la nation d'une
I'aioni a 'ure. miaiLs id'un f1;ou aLssi ligitimec que
i;! Chambrc d s lhipi.s('i tants, el dis lors la
priority quii'il l pas dii voui ies lois de fi-
nances ino compnlera pas a ses yeux u1n
amoidrisseeinit do son droit d'examen et de
contrdle, coimme cela est ablullion l ail, siion
en droil, coul're la Chlia(ibr des Lordls on An-
glleore. Di i, unC p'roniL'e source do con-
flils parlentoulaires. Mais, avant di'ahoder ce
poilli, ions allons fairo une disiincilion entire
lIs lois doe fin:!H ';s.
S'il esl des lois qui, par leur soul c unoinc(,
solt raullges sais Insitiiion panuii les lois do
fin mlis, i clL es1 d I'aul'ies ([ii i'oitl pas un
Ca' tu re i'O llL lien Ii 8l(l(nd qui pouverilt avoir
coim e cl'Ciiio Iqu ieH'(l l, i 1:a1 qli 11n' n1 pus [pour
hlbjet dc r ie d e dlipouse. Faul-il los con-
sih'Aer iassi concune dei ls lois do fiiiaiics ? La
jurispnrdence parliolriliire rcsonut pratique-
nient ces questions sur lIesquelles il n'a pas d'le
encoie frminule tile vtritil Ilhdorio. Nous
pouvons Ileamilloinls formniler cotte rbgleo-i :
loiut loi n'est pas lot deo finiaces, par cela
soul qu'tlle a comnne consLquence iune di-
pense lpublique.
Supposons quile SLeatl vouille reviser IC
code d'iunstructionI crimineille, ou soulement (ii
rendre certaines prescriptions plus iimptra-
ti'es. I esl parcaitenintc en droi de preidr
i'iniliative d'une loi dans ce sens. Done, la
loi porte defense abso1lu e confoudre la pri-
son preventive ei la prison pour pines, et
elle oe oo la separation comrplee des mrai-
sons d'arrot on de Justice d'avec les liaisons
cenitales de uorce ; tie la prison des lioinmes
d'avec la prison des feinmes. Les consequences
financieres en sont evidentes, el cependant
une tell loi ne sera pas une loi de finances.
La d6pense n'est pas necessairement lide ai la
loi, elle viondra apris sous la form d'umii de-
mande de credit a imputer ster un ou plusieurs
budgets, et c'est la demanded do ceddit qu
sera une loi de finances.
Voici les lois qui sont essentiellement lois de
finances :
ler Le li.l. I de 1'Etal contenant l'apercu
des recettes et des depenses g6ndrales.
2e Les lois sptciales portant ouverture de
credits suppl6mentaires on extraordinaires
afferents aux budgets des exercises courants ou
expires.
3e La loi des competes, c'est-a-dire la loi








- 78 -


du rgglement d6finitif du budget de l'exercice
clos.

4e Les lois d'iimpt.
5e Les lois aulorisanl les emprunls. ( Nous
avons dejh dit que c'est ai tort qu'une Ielle at-
tribution est devolue al'Assembiee Nationale.
Nombreuses, oil le ott, sont leC matieres
qui sont reglees sans conleste par les lois de
finances. Maiutenant demandons-nous si le
Senat a le droit d' I...- o' colnme de dimi-
nuer, de retablir come de irjele:- d pes dpnses
sur lesquelles la chamibre des I eprnisentants a
]a priority du vole '? Aucun doute n'existeen
Haiti sur ledroit enLier du Sieat d'augmenter
ce que la Chambre a diminue, de re'iablir cc
qu'elle a efface, el vice versa. En France, deux
esprits superieurs comine Messieurs Jules
Simon et Gambetla, ont et0 on desaccord sur
ce point. II ressorl d'un discounts de ~]onsiour
Gambelta que ]e Senat n'aurai pas cl droit
de reltalir des credits suppr iinls p]ar la Cham-
bre Mr. Jules Simon soutini l a Iltes conlraire,
et la Chambre donna raison i Mr Jules Simon.
Mri de Laveleye propose un moyen deja usile au
Bresil, qui contisterait ii tranciher en Assem-
blce naiionale totes diflictilt's pendaites eon-
tre les deux Cliambres sur le vole du Budget.
icon ne s'olppose chez nous ta 'adopttion do cc
imezzo-lermine, inais pour quI'll soit I ,,
itle autre measure prialable est neces-aire.
Le Pouvoir Ex(cutif a contracte chez nous
la mlauvaise habitude de deposer trop iard le
Iludlget. [La Chambre, a soi lour, ne so I'ine
pas pour -."'u' I'.' ntibirement l e droll de
voteldu Sdeialt en lui envoyant le BLudget dans
lets deriert jours de la session, si bion qu'a
minuit du jour forced de la cltiure des travaux
l4gislalifs, a la derniiie here, A la derniere
minute, on en est encore a s'entendre sur
certain chapitres de dlpenses.
LaConstitution qui exige que Ie Pomuoir
Execulit d6pose to budget dans les huil jours
de l'ouverture de la session, doit exiger uassi
aue la (Chmbre le vole au moin tsn mois, et
le Snoat au moils quinzo jours avant la closure
de la session. 11 restera ai nsi quiize jours pour
les sauces pleni3res en Assenmble Nationale,
et peut lire seronll-elles ltrs-rarea, du mo-
ment que ie budget sera vole avec moins de
hate et de laisser-aller. Riicn n'etmpcheraiL
les Chambres de nonmer d'abord des colmmis-
saires qtli essaiient id s'e'ilendre ~iur les
points litigieux, et de ne recouritr au vole de
I'Asseenblec Nationale que lorsque seaiit re-
jete lout. n- --i.-:0 a l'amiable.
Une autre question, toucllant de Irs-prIs a
la precedente, est celle-ci : la Chambre des
Ropresentants a-t-olle le droit de refuser d'ins-


crire au Budget les credits destin6s au service
des appointments d'un ordre de fonctionnaires
cree par une loi special? < C'est une question
t controversial, disent Pondra et Pierre, que
( celle de savoir si I'on peut, par un amendie-
<< meant additional au budget, appeler la
<( Chambre a modifier des lois de principe,
< par example, cells quii onl rIglel 'organisa-
< tion militaire ou admiinislralive du Pays. II
c a etc reconnu qu'en droit une disposition
S organique pouvait Ilet presentee au course
< de la discussion de la loi de finances, mais
o en fait la (.h.un.! ..e s'esi abstenue d'entrer
a< dans cette voie. 1
N'en deplaise a ces judicieux auteurs, la
Chamibre dees Representanlts, on France, ne
s'est pas abstenue d'entror dans cette voie,
elle a seulcnment tournd la question. Come le
dit tris-bien Mr Paul Leroy Beaulieu. I'dmi-
nent auteur de la Science des Finances, a la
< Chambre des Deputes i'aurail pas, a elle
t seule, sansl'asseniiment du Stnal, le droit
t de rapporter, ol m0me te d modifier ces lois
< ( cells d'organisation ) ; en rdalie, ccpen-
a dant, elle les .suppriinerait ou les suspendrail,
( par le refuse de voter les credits incessaires
pour les execuler. ) Et Mr Paul Leroy Beau-
lieu conseiile de fortifier le Pouvoir Execui f
dans ses ailributions naturelles. en etablissant
par les lois constilutiollelles t que routes les
< dpelnses relatives .u service de la dotte pu-
t blique, a i'ettectif militaire, et en general,
o a tous les services qui sont constitutes par
< deos lois organiques, no pourrotl-uore reduits
Sque uar l.'accord des deux Chandmres. a a II
(< est, d'ailleurs, manifesto, ajoute-t-il, que si
Sla Chlambre des doputis est absolunteni mai-
< tresse de require ou de supprimer, a elle
<< seul, tos les credits, la Chaimbre hautl
devient presque inutile : au moins faul-il
qu'elle soit constituee gardienne des set-
vices essentials a l'inddpendance et A la vita-
lit nationals ; or, leseui moyen d'atteindre
ce rsullat, e'est de limiler parles lois cons-
titulionnelles Ie pouvoir absolu de la Cham-
bre basse en ce qui concern quelques ser-
vices vitaux. L'exemple de I'Angleterre
pour la dette inscrite,. la list civil, les pen-
sions, et les traileients diplomaliques, jus-
tifierait cette disposition.
Nous sommes toul-a-fail de I'avij de Mr.
Paul Leroy Beaulieu, et ce qui vaut mioux
que noire adhesion, c'est que la Constitution
die 1' .' a I.'i', risolu ]a question d'une faco
tres nette, du moins en ce qui concern les
trailements des fonctionnaires.
Son article 180, 2e paragraphe, est ainsi
conr;. :
" Aucune proposition,aucun amendment ne
pourra Itre introduit a I'occasion du budget










- 79 -


dans le but de require ni d'augmenter les
;ppointements des fonctionnaires et la sold
des miliaires, dijt' lixes par tdes lois speciales.
Si I'ou ne pout pas rdduire, t forliorii F'on ni
peut pas supprimei'. Et puis, ii y a des traile-
iniets fixes par la Constitution ineoile, tels que
ceux du Prisident d'Haiti, des Secrdeaires
d'Etai, des S'naleurs et. des Deoputs : no p;);s
les inscriro au budget, no serait-ce pas violer
la Constitution ? "
Pourtant son article 181, 2', paragraplhe dit:
SLes Clhamnbres refusent la decharge de's
ca Stcrltaires d'Etat, elt mme 1l vote du L bdgeit,
S< lorsqueles comnples presents, (ceux de I'ad-
<< iiinistration g'iinrale), lie fournis-sein par pIar
e eux-m1lmes, on par les pieces it Iappui, toiu.
( les lcminents de verification et d'appriciation
inecssaires, .
(;eux qui aiment it interrel er judafqueminil.
laConstitution seraient flindds t dire qu'elle le
perinet Ie reCfus du vote dui budget qu'a l'occa-.
sion dela presentation des conmples genciaux.
C:otte interpret ion serait contraire et a la rea-
lite des fails, et au principle d'oii decoule le droit
de refuser le vole du budget. Un Miluistlre Tpeul
se presenter avec un budget et des couples go -
raux de la plus grande clarte, eloi ne lui voter
pas le budget par des considerations d'ordre
exclusivement politique. Par centre, un minis-
tere pent se presenter avce un budget et des
coinmpes gdndraux dans la plus; deplorable con-
fusion, et nieme sans aucuns competes generaux,
to oin lui voter le budget par les inmmes con-
siderations d'ordre politique. Le drLoit de refu-
ser le vote du budget ne s'exerce done pas uni-
quement, ni le plus souvent l'occasion des in-
fractions aux lois budg4taires; it repose sur 1e
droit de consentlir 'iipdt. L'un no va passans
l'autre. Pour comprendre et miesurer toule la
portie du droit de refuser l'impol, it faut rap-
procher l'article '181 des deux paragraphs sui-
vants de l'article 174:
s< Les imp6ts au profit de l'E.at sont votds
annuellement.
o Les lois qui les dtablissent n'ont de force
c< quepourun an, si elles ne sont pas renouve-
Ides.)
La Constitution dit tres bien: les lois d'impots
sont renouvelles annuellement ; en effet, elles
nesont,ni examines, ni mises en discussion et
aux voix, ni remaniees chaque annde: leur quo-
titd, leur assiette, leurmodede perception, sont
fixes par des lois spdciales. Et I'onrepousserait
toute proposition qui se produirait, ex abrupt,
au course de la discussion du budget, pour en
reinanier les plus importantes. On se borne a
dii'e dans la loi de finances portant fixation du
budget des recettes; .(La perception do I'impdt
pour F'annee sera faite conforminment aux lois
existantes. Grace a la loi des finances, notre


tariff des douanes, qui est eelui dte 'Empire de
Soulonque, est ldgalement appliqur chlaque an-

iofi'ser devoterle rlbudget, c'est done reIuser
an Pouvoir Kxc&ulif tI'tiorisation de percevoir
l'imipol, c'est anrmer;ieaqueicontriiualiled udroit
deLit.dst',r aux wiaget.s du iise, mtis ce n'est pas
abro.ger Ioe riicipe qp'ine redevanto ldgiltiime
et nIdcesL air est due it I'Etal. Un i tell abolition,
unie tell abrogation ne saurait, se concevoir de
nos jiours: elle est contiradieitoire it 'idde mo-
dernc te d'Elat, el lene strait que la consiquei.co
absurd, quiquiO 1ogique, d'uUn Iprincipe (qui esl
vrai !a condilioi de ii'tiir pas intelrprlih dans
tin 4sets ab isolu.
'iiine part, toule constitutionI libdrale doil
slipuler que loute pircet ption esl illigale, toll
imnp'l, indu, sans lei coiisentcerenI dos nept';-
sentants de la nation, sans le vole du 'i 1:
ce(la ; st tile, cela esl necessaire: iors ti ( c
point de ilue, il u'y ;a p;is degouveirinemoni ri-
presentatif, il n'y a pas de peuplc li re. Done,
pas dc budget, pas d'impll.
Mais d'iutre part, pas d'imipl, pas d'argent.
Pas d'argent, l'Etat fail baiqueroute it tous sos
creanciers et i tous ses servitours: I'Etat nieur.
t la lmort de l'Elat, e'est la lin de .l'existence
national!
Or ce n'est pas ce q;ie 1'on veul. On ne san-
rail voter la inortl do 'l'al, puisque c'est par I'E-
lat que laboiiefoi pubilique so mainlientet que
la vie naliona!e se conserve. L,, but que F'on so
propose, c'est au contraire la conservation dt
I'Etat, du moins la conservation dans l'Etal des
droits du people centre les usurpations des gou-
vernants, et le rofl's de voter le I.l-.L I, do re-
nou veler leslois d 'iupot, n'est qui'un moyen su-
prinme dot fire diech alu Pouvoir Exeicutif en
retenant pa"r divers soi utie forIceet des ressour-
ces don't il ne peut user egall'nlent que par tine
autorisalion express, donna( tonusles ans, par
los lois de finances.
Ainsi entendues et appliques dans les limi-
tes dtu bon sons, ces clauses constilutionnellos
out une grande valeur pratique. Le refuse de vo-
terlebudget ,.- .. ., lesli prsen-
tants de la nation n'iit pas confiacue dans Ic
Minisltre. tine telle resolution no manque ja-
mais son ellffet dans les pays ddjh rompus et ha-
bilues au rdgiiie parlementaire: elle amhlne la
retraite des Minislres.
La troisibne Republique frangaise nous a of-
tort uun temple et de l'efficacit6 Idu prinlcipe que
nous examinotns et de la measure daus laquelle it
doit dtre appliiqui. Pour obliger le Maridcal
Mac-1Mahon i se conformer aux traditions par-
leientaires don't il voulait s'dcarter, M'r Jules
Ferry s'exprima cornne suit, le 4 I)dcombre
1877, au norn de la commission du budget:
< Le vote des quatre contributions directed
< ne devait 6tre et n'est en ellft, dans le fonc-










- 80 -


a tionnement regulier des pouvoirs public, C
< qu'une question d'ordre adminiistratifel (inan- 1'
< nancier. Mais il est nianifeste que ce vote n
< engage aujourd'hui, come au mois de Juiin
Sdernier, la question politiqie tout entire, c
c'est-a-dire le principle mIme du gouverne-
ment constitutionnel et du regime parllmen n-
, taire. Pour nous, depositaires des droils de
I( la nation qui s'est prononcde souverainementl
lei4 Octobre, nous ne nous dessaisirons pas 1
,< de ce qui constitue le supreme recourse el la
< garantie des peuples libres. Nous ne donne-
a rons le vote des quatre conlribuLionsdirectes
<( qu'a un minisltre vraiment parlementaire,
< qui puisse oflrir au pays lesgaranties seiiI-
S ses de sincerity que rdclament tant d'inlerets
( gravementatteints dans le present, plu;s rn-
a vement menaces dans un proclain avenir. l'i)
s consequence, la commission du dl iedt ie
I, vous presentera jusqu'A novel ordr1e ;nc1n!l
s rapport sur lc budget tes conlribtliioIns di-
t rectes. >>
LeMarechal deiMac-Malonliselsouniit, ellati e-
nace n'eut pas te suite. Pesons bien les mnots.
On ne presenter aucun rapport, sur i Iudgelt1
des contributions directs, el dvidemin-nl, si
le contlit parlementaire n'avait pas cesst, on n1
les aurait pas voices. me dans e as cas, reiu-
ser de voter les contributions direcles, c' l4itl
refuser seulement le cionqucidle dcu onttl l
total de l'inmpit.
En Haiti, nous n'avons pas de contributions
directed importanles, el, cells que nous avons,
l'impOt locatif et I'impdt des patents sont des
taxes communales qui rapportent Ipe d'argent.
Les Chambres haitiennes ne pourraient done
refuser que le vote des impdts indirects. Eltsi
le Ministere passait outre sur leur resolilio n,
il y aurait coup d'Etat ou rIvolution, Imaisl'iin-
pit ne serait pas mioins percu sais eire vole.
Le contribuable ailtien paie toujours 'impltljl
ia 'Etat, que le gouvernement soil alabolu ou
constitutionnel, que les Chambres legislativces
soient services ou independantes, enfin qu'il y
ait ou qu'il n'y all pas tie budget volt. 11 nie paie
pas l'impdt en connaissancu e d cause, il Jl
paie, parce qu'il ignore (uielle quotl-part d'iim-
pot 11 pale, parce qu'il ignore mineme (u'il paie
un impOt quelconqule, soil dit on passailt. C'cLI
ainsi que de misLerables ... 1.... un1 lois oni
possession du pouvoir, n'ali egel I janiais Ie flar-
deau de l'imptl, l'augmeilent au conlraire,
font ripaill e tout le revenue public, et que ie
contribuable les benit tout de mnlame, quand ils
daignent luijetcr, comime en pAtire, quclques
miettes de leur bombance.
Serrons de plus pres la question, e pour cela,
supposons ce qui n'est pas, supposons que le
contribuable haitien soil parfailementi inslruit
de la valeur des articles 8, 174, 181. dte la


constitution de 1867. et qu'il soit dispose are-
userj'impo[ noni voti par les ('Chaimbres. Coin-
nent s'y pIrendra-t-il
Si nous avlio:!s des impOts directs come la
ontribution foncitre t mobiliere par example,
e conlribuable pourrait refuser la carte du per-
(epteur, et peIt-ftrc des tribunaiux indtepn-
lanls lui viendiaient-ils en aide en refusant de
e condalnt(Ior, e(n (condalmnant mo inel Ic percep-
llr.hl ans lons les cas, la rdsistaice du coiili-
mlalle cr'erait dej ji n grand embarras et don-
nirait a rellt chir au despotisine le plus brutal.
Mais nos inlmpts soul indircctset consistent,
rescuee en lotalitd, en droits de douane assis a
'i nporlitio come a I'cxporlation. Tout Ic
temps pque le Ponvoir ExecutifnIisera paschan-
i;, ii mainticidra les douancs on depit du re-
I'u.s e d voltr 'imnlpt, ct tous le temps que les
(louaInZi-s Scr nil im;aiitlenues, il n'y aura d'autre
lloyeul de refiiser I'iillll que de ne pas importer
et dlr nc pas exporter. La marine ct le porcamie-
licainsn'enireront pas, niles colonnadesanglai-
ses, ni !es souliar's ci! esvt-lements confection-
n is 'raimais, le cafe et locampiche ne sorliront
pas, ce quii (quivaut a dtire quelecontribuable,
pour refuse I'iiilpat, se [era mncur-de-laim,
sants elot tes, va-nu-pieds. I1 li isera moins dur
(l pius roiiintlode e d seIrovolter conlre un Pou-
voir con0cussionnaire.
Sipposons, pour la beautect la rarete du fait,
que lI concussionnaire soil abattu par rapport
a so concussion, et qtue le contribuable ait en-
gelidre un -ouvernemnent revolutionnaire qui
so dise: Percevoir I'implt sans l'autorisation
des mandaalires, de la nation. c'est la concus-
sion que ]a revolution vient de condamner:
nous ne poivous pas la renouveler. Attendons
les Mniidataires de la nation." Ce puritanis'ne
intelli',cint a pour consequence immediate l'abo-
lilioln des douanes jusqu'a la reunion et auvote
du Corps Liagislalif. Ne faisons pas trop durer le
jiiuile liscal et accordons-lui quarente-huit hliu-
res. Toiies les deinrIes, les cafes surtout, deja
vendus !par;( prtoducteur, sortirout branches de
droils, ei branches de droils aussi entreront tou-
te(sls I .c 1 1. .1c .I l.i depos es dansles
dotianes on a\rriv(ces dans les ports. Le gain sera
de lquiil(lles centaine-, d It mille piastres. AU pro-
lit de qui? Jlu ciltribuabJIl? Non!- Le gain
sera au profit des internmdiaires, elten grande
partic, des hautsconil crcants, c'esl-a-dire des
ltraungers, (Iiii avaieint deja retenu sur le pro-
ducleur le droil d'exporlalion pour routes les
deriires expedides durant les (quarante iuit
lieures, et qui conlinulront de rmctire sur le
consommlatliiLr lI droit d'impoi nation, pour tou-
los les mar.Ihandises importeiesdont les prix ne
sauraieni c etire elictuc s par une franchise de
quarante lhuit-heures.










- 81 -


Condluorn swi cc point qio da s IY't l 1wne1

tde dle limp ,l (lull-' li 0ci' i'dij uI! ti -



don ner chez onus, (IIi imoisiu qIuannt -t pri6unl
(uIconl iii oc


NOS FRONT!E YES

Cddait Iauc in -on fir's (' 1 q at'5 wi Aill1,
)tollts P'Tpl'ol-hi i50li5 mw 0 ale~s parnsl das(ll
ai .La~ W )i/O de u/C l'eu r 1888i Ai re/alqis
d /a qnestioa des !i'oU IdrS pal-
p/tan t d'inii /d! it do ,acluit"' Pow 11' i
H/aiienls.


ii 110(15 (us e rlo\ llin (jO l ioniin.
caits so ldeici it, 1e Oi51[i li 'p. Iii' IU ir
Iays la IDoiiitiicaaio. Its MenP ions cello

Lenu IC le Nor a pu aProsser. It'oirij'i
froisserin'is-ouis t_,raiituiiiit Wos ii
Goptibi 1it. s do voisuisrc Ve (,I' w ins 11'
s rions virour e parf'aito Io t iemnuc ?
Nos coin l-iri's to I'M so sont Iond'to
lWASAliss atooi ot oult Poit ; coI -iin[t-
LiAW, Uos iiltenltioins jiHos qI i nn liri
sent ol tntre. GlYiM ion MoU as di:io
tel)an(tao j its tuik s ineiiintenit.it l te i
inauvaiso iutnu a ois to ns piaiso as A
l'esperer, lie perintoria ps ilwoat; nos
aucies et loalos oxliLons.
Les [aLiens action t i'ii sinci-r-
ilent Ie people (1)lfliltedifl. EI pourlan
ii l'est pas5 Sur1 qu leur SOL11i p ~ as'
talice san1s 1050C\. 11 solmltle nirnlo qu~o
phis tus nous eloroiis de ~iO1st ressetrver
Les liens qni iono s dtortaici i coast in-
muwnti umr Sa nos rwiis ', plus roeitni so
inoiihwit, Wtalills Ae Dald a ons' Vs

dle [rourer la [01101 To nos initent ions.
Toutes les fois (Ino nos roi'isi ont I:-
dalaneiotte ,oioeoacs, 1005S Hols 50;10-
1005 onipressis do le to our auwir1,ir sions
rostrjctAioll, at "SISM alill I'll i Te-I)Ofi i'i'.
Lours IiOlltlune ii IEL it( pove fillllII iur
toute bcon roaloli qu ilk out renuotti


chcz nous. El cc in'st pas d'aujourd'lui
q'ue i ls 11nou vertl.uois A' tre agrea-
blos i ceux quie nous 1ie cessonIs do coIl-
silr;or cicoine des fries; !
:Malg' deos enlbarras financiers rdels,
nous i'avous jamais hesitld A moettre t
leur disposition les subsides don't ils
po;ivoient, avoil' Iesoin. EL ils avoueront
que nos g'ouvernianl, n'oil. guii'e pense
a ricciimer lds compensations, nos ua-
irifices ne nous ont rapport aucun pro-
lit ma-teriel. A vrai dire, nous n'en re-
clilorc.ions pas n11on plus. Leur amitid
nois sul'it, et nous estimonis avec Inison
1 '1an1' {:'0 voisitns il faut maintenir la
bone entente, mime a prix de grades
conc:es;ions. EL nous en avons 'ait!
i)u'!)is iine nous avons reconnu la Re-
piiq1ue Dominicaili comme Etat in-
d!'inl-itdanil, uouls n'avons rien tente qui
I'ilt do nIati'e a donner de l'ombrage A
ses lhaitn:'.ts. An contraire. Et nean-
mnins!. nous parvenons dillicilement a
v ui t:ii li'i'ncoimprielenlsiIle dlliance don't
noil-, owumnes I'objct. Nous avons beau
co1snt1l.it de.-os raild's OLi nous leur lais-
sons iI tsosrtLes d'avanttiges, il ne nous
oi vl il~ pas 1):poi'ur celai leur cc url. Nos
ra;!:ip':-' sonii el ppaIcC affectueux.
Snr la li;no; des fronti res, il sc faith un
Ilt ic acli!'. De part et d'autro, les pro-
Idilts s'.cngli eni. EL nous accordons
!a l. do, lacilit ls 'ux provenances domi-
nicainues qlue certain de nos industries,
inquiets, onii n"guere I'ait entendre des
doldances donl, nos Grands Corps out dd
l.finr compto. A voir co commerce fruc-
tnenx dort nos voisins lirent certaine-
inent nu profit qui n'est pas it t,'- 1, i.;1WIr,
a noe considered que ce contrat perma-
noil, cos ralpprochements quotidiens,
1'on scrait tenle de croire que les deux
peoples I'raternisent et s'aiment cordiale-
inenll.
Au loud, pourtant, 1'on sent un peu
do :'in"e. 11 y a quelque chose qui arrete
'elan. i)'inexpliceables preoccupations se
cac iio. sous- ces demonstrations don't un
stlatisle ,priudent ne e doit pss exagdrer
I'intpolrt' inc. L'un devlni qu'il y a, en-
tre les ld(ex voisins, un mnalenlendu que
iout )bo ceiloyel doit s'efforcer de dis-

Aucune question irritant e n les divi-









- 82 -


se. Leurs inlterts no sont pas forcdment
opposes. Au contrairo, ils sont exposes
aux mflmes convoitises, so trouvent a.ux
prises avec des difeiculld.s eimblables.
Tout devrait conlribuer A les rapprocleor:
une union profonde, inlire, serail avan-
tageuse A l'un et A I'aulre.
Ell ien en depit de nos avancees,
malgr6 les Jienfaits dvidents qui en ri -
sulteraient, iln'v a pas m.' t d'arriver
a une entente durable.
Pourquoi ? Parce quo, a note avis. eos
Dominicains so boicent dli cluineiiq(ue
espoir de rentrer a;i jour en po ;session
d'un territoire qui, d'apris eux, seraiti
leur propriJti. Voiil, en iralit6, ia veri-
table cause du malaise don't nos rela-
tions se ressentent. Tons les antres griel's
allOguds no sont que les protextes doia
nos voisius colorent leurs injusliliables
prelentions.
A preuve, c'es[ qu'ils onl conclIu aveC
Lous des lr;aids de corninerce, de paix,
l'aniti6; etjainais l'on n'apn passer une'
convey lnliO i ro liv, ;lux F'ro'li'.'',. An--
jourd'lii encore, ils desisreT siglter un
nouvean trlailt de com inerce. ELt a El Po!'-
venir, )l de Puerlo-Plala, en son 11 inu''ro
du 31 Diceonlbre 1887, (tout en sonliii-
lant quo ce trail- soit condli sans re-
tardi, conseille nianinoins de ne pas P[)r-
ler des fJroulilkes, de rdserver la solution
de celte question. E finralerent ce jour-
nal insinue ique I'Espagnie inons avait
reclame, en 1802, a pItarli du lerriloire
que nous occupo1is ati-de(io! (d:o c quion
all'ecte ('appoler nos uni'k-eunes li ie1 s.
Dans l'interirt nimem o I' Ju bone enriento
que nons desirons dinciw'%rent, it in-
porte d'exaninii r eos [i'(iil'ntiiois et 'I'enl
fairejustice uLne ois pour Wliites. El le
moment est plus ql'oppiortul.I Nons es-
saierons dedemot Irer qu'en cu qui coln-
cerne Haiti, les D)ominicains n'ont jainals
posseld, ni par eoux-intllte's ni p[ar' lps
Espagniols don! i!s so peuvniil eoire les
avant-cause, el s loui gs et villages qn'ils
cunvoicent il-pello. N,,aus exaininerons
done Ja question dles fronli6res an don-
ble point de vue historique et juridique.

*
il est inutile de rappeler que les Fi an-
gais et les Espagnols out longtemps v6cu


cite a c[te sans se soucier de d6terni-
ner avec pr6:ision la line siparalive de
leur donmaine respectif. Duns ces temps
i'cu!ds, 1, droit de la l'oice etait seil
respectable. Ci ... i"n daily l ce qu'il avait
conquis eL ossayait ti'elendre sa posses-
sion. Le lraile de Nimogue et celui de
Riswik qui, par la g6ndralite de leurs
terms, s.emblaient devoir w tre applica-
les A SLDo'ningue, n'etablissent aucune
demarcation. (A.) Ces deux documents
ne peuvent pat consequent servir d(e 'fon-
demernt anx pretentious que nous impu-
gnons. E' fail., I'on ne pense p)out-d.re
pas non plus Ai s'en prdvaloir. Mais nos
voisins font grand bruit du trait d'A-
ranjuez en date du 3 Juin 1777. Ce trai-
te, connu Cgi lement sols le nomde trati-
t- des linites, est Je premier et le seul
instrument diplonmatique oft la France el
l'lispag' n ont fixe les frontires; dle leir
possessionsn a Saint-)Domintgue. (B.)
Suins vouloiw, pour le mompen, fair
i emrnarquer (qu' cWte epoque Haiti, n'c-
xisM-ini jis eh'di'e comIme national, lio
po-isv;.i,, [ri'e eugg,''e [)plu une conlveintioni
qii, pour elle, est r,'s iitcr alios (arc, --
inoil nous borneronus a constiot[r ot'e C'
Itril6 ne nous peut Otre oppose. par la
onllie raison q([U'il adtd rapporle', aiunni
par les mimes nations quii i'avieii t con-
clu. En e!let, Wdix-hlit ans iprt'i' ', eoi
JAillit 17095, 'Espagne, par le MWlt doe
Baile, cPlait sa colonio de S -Domiiigue a
laFrancequi tdevieintainsi a l nu le iproprie-
himie, I'untique miiesse de H'ile (.-in'Vte.
1il est 6vilent qu'il ne poetl phis 0tlr
que tio; de fronitieres, 1I oi' lout oI leni-
toire appairtietii aln nime sonCveai:i. La

(. );l eIlu ;tdant, i l'|> 's N 'l cide Justini, hI rn i0l i iL
ouilwiali aii i'llt fix !h H i'; l-\ni'l.s dles lissiesiuat nii tiru -



ctjis't s n'a la | i t pintt tl, ci[ iose (oiseu la cotO -|)li'i-
si"c 'ainis, n arit ole Id con enAio n tonclue
lri'ioi la' c ;'A t ii j nl nte la i '-tto pour ci'anj e In -
ridionartue suN los n ou oposons i c puIlier ie h i-
tW ins la ili ou ,_ra l fhi[e que cLnus CO( is:;erols i1 IN
(ilmostio d fi m l .rjNous no nsw IOll en l'(rJo
dlo 'c |plu l:urd. (J. N. L.)
(NA) 1 li'hid, d'Arawi lje: n'esl, ei sonmiine, que lai
coniliri1ai ion du |i'poces,-verbal de ddliinilation dres-
s le 28 Aout 1770 par iMessieurs Joachim Garecia,
coMinissaire espa'nol, el de Choiseul, commis-
saire franiais, en vertu de la convention conclue
Atalaya le 29 [Fdvrier1776 entre A ] ... re-
prIsentce parN. D. J. Solano, el la France ayant
le iarqtliS d'En, nerr pour pltniilotenLilir .- N(1LI.,
reprGduirOs ugalient Ie raite d'Aranjuez dans
notre Etude sur les f'ontie rc.









- 83 -


consolidation s'est op6r6e et St-Domin-
gue n'a d'autres limits que celles que
Sales mers lui out traces. > Le trait d'A-
ranjuez a, par consequent, cess6 d'exis-
ter. Et ii a 6et compl6tement an6anti
par t'execution du trait de de Ble qui n'-
tait pas rest letire more. Le 22 fevrier
1801, Don Garcia, gouverneur de la par-
tie espagnole, s'embarquait avec ses
fonctionnaires et cc qui retail do la gar-
nison.
Dija, le 2ii Janvier, conforinment au
trait de d Ble. Toussaint Louverture, au
nom de la France, avail pris possession
de Santo-Domingo. Ce fail qui annulait
enti6rement le trait d'Aranjuez 1 6e
constate par une convention ratiftie le 22
Janvier 1801 par Je Premier des Noirs
et le 26 par Don Garcia.
Le drapeau 1' n. 1i lb lote done sur les
rives de I'Ozama aussi bien qu'A Port-an-
Prince. Nouis n'iiisisteiro s pas sur le
trisle allentat dontI Toussaint fut I'objel.
II nouns s ufira de rtppeler que I'ile en-
li'e ('lit ( ni ,)eon ['rain. .iise (juand nos
a;nc'lres emli oiI'ncrent le iousilucot et
bris6ren leurs chains. Nous n'etions en
guenrr, nous nI !itLions qu'avec la Fran-
ce. Apres (d'elalants succ6s, nous avons
Ipav e nolie oor le terriloire (itle inous
venions de co ouiLri r A ce doublle titre,
tout ce quie nous avons acqulis noilS ap-
paltieut ldgitimomienul. El St-Michlel, Las-
G;aobl s, oet t'o t parlie du territoir(l (ue
onions avons "pris : t France. Ces vill ._.
et leurs relpendlancesson t done note pro-
pridte aussi bien lque Port-ani-Prince, le
Ct[) ou les Caves. Qualn nous avons occu-
pe ces hoiirg-s, I'Espagne n'avait anucon
droit a St-D)o1nlingue. Comment pourrait-
elloen transmeltreauxDomiinicains? ,Lors-
(lu'en 0 ".. .,idre 1803, I'armi e 'r iln, ,I
evaca le Cap, c'est au gd,, ral Ferrand
qui etait a Monte-Christ que Rochiam-
beau transmit toe coinmaiidement des
troupes occupant la ,patie orientale ide
1'ilo. Le general Ferrand se rendit a San-
to-Domingo oi le drapeau f .:uii i;- con-
tinua de ilotter.
Haiti se constitute en Etat indepen-
dant. Elle est en presence d'un puissant
adversaire : la France. Dessalines mar-
che sur Santo-Domingo. possession f'ran-
Caise. L'Empereur ne s'en peut rendre


maitre pour les motifs que tous con-
naissent. Mais, Henry Christophe, I'un
de ses successeurs, s'empare en 1809
(alors que le g6ndral Ferrand d6tenait
encore, au nom de la France, la parties
oriental de File) du territoire que nous
possidons actuellement. (C.)
La situation devient de plus en plus
difficile pour les frangais. Juan Sanchez
de Ramires s'insurge centre eux. La re-
bellion trouve un fort aux;liairo dans
les troupes anglaises commanders par to
general Carmnicha6l. Le general Ferrand
vient comprimer la revolle; it est latlii.
Ce brave soldat se donned la mort. Etle
7 Juillet 1809, son successeut, to gene-
ral Barquier, est oblig dtie capituler.
C'est t partir de ce moment quIe la Fran-
ce a, en fail, perlu toute soin ancienne
colonies e drapeau espagno esest arbor
a San lo-Domingo.
L'Espagne qui trouve le territoire de son
ancienne colonie amoindri, nous adres-
se-t-elle des proclamations, fait-elle des
reserves? Anucnement. Juan Sanclhez,
son brigadier-gineral, ontretienl,a;u con-
trait'i les meilleures relations avec PI -
lion et Christophe. Metie aprtis la trait
de Paris signed on 181 4, et en vertu du-
(tq el la France retroceldait; a l'Est :igno lat
parties (!e St-Doningue qlu[ lui avait oet
donnic par lee rait4 e de ile, Haiti con-
tinuet a posseoer paisiblement le terri-
toire qu'elle avait conquis siir les Fran-
cais. De cc que 1t trait de Paris annu-
laiL celhi de Bale, it no s'enslivatil pas,
en effect, qu'il etit faith revive la conven-
lion dt'Aranjuez. Pour avoir cette conse-
quence, le nouvean trait devr it contte-
nir une clause express, forinolle, qu'on
y chercherait en vain. Les Espagnols so
trouvaient en presence do fails acoim-
plis qu'ils ne pouvaient ne pas respecter.
Ils n'avaient plus aucun cldoit sur le te r-
rain que nous posediolns. El, pour le
reventiquter, ils ne pouvaient iecouriri
qu'i la force, A la violence, le trait d'A-
ranjuez ayant cess6 d'exister des '1795.
Le traite de Paris regularise, en co sie-
cle-ci, la possession de 1'Espagno. En
vertu de ce litre, elle continue do gd-
(C) Nous examninerons de nouiveau ce point dlans
l'Etude sur les frontieres. Nous reproduisons nos
articles tels qu'ils ont dt6 publids dans le temps.










- 84 -


lyP ell ollC tIoIlO colunie Jie cq H aaidl
reprise \ tec ii Ics los of iucrgei I. 0 gre-
vaieotilll a10orrin de fi ilarior ssion.
Lois d(1 cetlo llleiliIi'o i'Oiflpiiloffi3
r~a 1po11 int n Ilotte joniss~bnoo. El,
1'on peut (1110 (00' cci tiltldo quo10 hlO[)ipis
11'idtpendaice Ma"lii ILtan VitiCn
point j)oY5s1 nos10'; ifrlull s C 05 UMtNtJ
sou lesqnellefs cle nAivat jas aucun
droit de proprieV;. BloIul, ell ;allahi
perdre tie ito uv ea0u LI Lusq t'd Sauto- I)u 01 ill-
go Male.
En Ocloboe iS,20, Boyer MLIunit suons5
soil auoMiSle I- wllt"i (tC DUMPSol1.
C'Utait u Iuln [1nier1 Ints \mrs lit 100(1(1 ti-
liaMion doe tous les cMuds WHOM EL i
allait 1 dc n (lull1 't eel o ieuru ox ( IT-ev i'll-
tall'insigiHL 0 io011eu1 I do faire Hlb[[ci
noutot drl'apeu sot' f'ilrue cliieinu.


lA Musc obro 1821 nos nfre's d e I s
pour' 1es Inolk tl'il est 110 lile oe re-
cliei'cheo ii, ill'giii oilu'ls
pagnlc. Celteo vulrkolu11 q(ll atVpit (0our
(J1'hr Jose Nun oez do Cacot's lot ';uron-
ride de sunkis. Adais nos v010ns so0 110on-
VOOCInt cii qo elu tc M sol eho011 (rl1'Onls5('5 dho
I'llhependatnieo poidlihiiOB tltils \'en;1i lit
de contquJri'i saisi I llehio gr'alids defo ts
its sougrilent lniii 1(151 lilta sA 1ni10 A Ia Go-
OfloinbC. PAI is ahodip[coortil 1170100, colt-
yons-llous, Ic Vt'vi~ion c('olonllhien. UA tel
Jffojcl. 3[oit irroalisafdel ci 1(0 jImnu~il
ilaiis Ions los (an, ATr d'aio'ne MlIfS
poiuri' les )omnhicalills. ifs lOecouinurl'eo
AWtt lour er~t11 Mi Inijicol loyalion-eit
Ia 17011111 AI lMs an-lis itil (ais: les flhi&-
titils. Sjioilkut~itucoil it-, boiioilen dto so
iuanger son0s lao [oiriokk 1n Il'i '10111 Bno-
yel. lEt 11(1110 (ltrtipe;ti fbI jl i !'i hadns
Ia ci-tie 01111 IiillciO espyiniiof', q(Jiad le
9 FAVoier 1822, IC suLI (anv-ur de 1'l ioI
lit soil 0110 tpi~ t SuantI-Doiiiningo
Ud'ie enAM ast cs soun-liscou mornegmp ~,II
v't'ieniewi. (Cominll1; en 180)1. fhaii ia
v'autlies iiniles quo' CAN. qn %0 h IA010-
re et les loCUs Lit uil o latwies.
PNous 00e sauriotl0 flop ilol' 511so
cicte unio0 paicilique, su5Ll t cl I' I isiOn
deoux peoples. (.4e do fe oU pro)ip ion-
seneleleIcl, eni. iOte lilb qul'e niiO
voisins Aloiet [iuos sois fu lili o
de nios Ilos.


Appeles a disposer de lour sort, ils
pireiit, saus pri'ssion doe noie Vpat, le
parti, avatagoeux pour tous; de cofon--
dre lJeus deshi;i1es avoc les nolies.
Lois rn iio (Iue le I r ait' d'Ai; ojiiez
existerail encore, il ne pourrait pl us
nous uh.e ?Joppos. L'uiioil qui vonj ai t de
s'opdrer laisailu tomber Lo1let les lebario-
r's, ainnullait outs les conventions ai-
tdrieures.
Nos nouveaux comnpali'iotes rie on-
.gaienlta se privaloir d'in us nnuienLs di-
pilomaligies qui ni'avaient plus d'iilterut
iour eux, puisqu'ils viv;ient de nolce
vie propi'. Les plus iaules loicl ions
clur itaient accessible. L'un d'eux pic-
sid; le Senat de la Rripublique d'liaili.
Lo,in de trouble no1re possession, ils
I'dtendirent suir l'ile cnltire. De Dame-
MALrie t Samanai, dte l BealeI Monte-
Christ, ii n'y avait que des Haitiens. 11
n'y a plus de parl'ti espagnole, plus do
parlie frlan c aise. Tii seul Elat c.iste : la
il)ublique d'Cllii. Los conventionss
avec l'Ellranger eniig'geai ut totis les ha-
Lilants du teo ritoire. El, lorsqu'en 1825,
cl President Boyer consentit i inldemniser
la France, il ponvait 1I'iniMementI comp-
Ite. sur les revenues de lout Ie pays pour
I'aire face i I loulde charge qu'il nous
imposait. Nous senoils done autorises it
reclanmer des Dominicains leur part con-
tributive :u puiement de cette delte con-
hract6e On common. Nous n'y avons ja-
nwis songe. Pouqurloi, de leur cMYl, s'a-
lieurtent-ils a convoiter 1 n !ern itoire qui
ne leur a pas appaltenu, qui no leur
a ppartient pus '?
lls s'insurg'5l'enti oI 18'1 conlre le
govern ent\ l hlilon. jLos mi llli e ie -
Wes dissensionls initeslines qui, depuis,
nous causoireni laIl do Lorit. ne nous per-
uiiiren pas de colmprilme de suite cell.e
revolle. Avec des cidaiccs livelses, la
flieo d(ur10 assez longtemips 1pour valoir
an1x 'oru lles la q alil d l) beli erants.
Des puiss:lnces e~tranigresqui se disaienl
nios a;nil s, enlcoui'ranei'' l ur resis'lai-
ce, iaralyssrentl os o-efforts. Finalcmient
n1 s nlcieins compiiriolos so constituent l
n, Etat Jilu{d6pnlhanl. C'esA done ulne
prtie dn pueplo alMlien qlui s s'parait
du. gouvernement d'Haiti. El la nouvelle









- 85 -


nation ne pouvait pretendre qn'an ter-
ritoire qu'elle occupant.
Loin de poilvoir fire la noindre re-
vendication, elle restait, an contraire,
exposee auxjustes proclamations que nous
avions le droit de lui adresser. Les Do-
minicains ne pounvaienrt et e peuvent
pas invoquer le trailed d'Aranjuez. 0i
puiseraient-ils le droit do s'appropriiei at
notre detriment, les conventlions pas-ees
entire la France et 1'Espa-gne' Vis-a-vis
de nous, ils i'avaient d'autre situation
que celle d'innurg6s heureux. Et A ce li-
tre, ils ne pouvaient conserve (ce la
portion du terril.oire que nous ne serious
pas en niesure de leur; re;irendre. Lors-
(ue nous avons reconinu leur indepeni-
dalice, nous leur avons imiplicitement
abandoned le terrain .qu'ils ;1etenaient.
Nous avons renonce. en leur faveur, a' n1o-
tre droil de propridt6. C'est de Itous qu'ils
liennent leur titre. Ils sont en que!que
sore nos ayant-cause. Comment aujour-
d'hui peut-In essayer d'intervertir les
Lrles?
Nos voisins se devtrientl rappeler que
nous n'avois coiisoleni a les Ieconlni tre
come people souvernin qu'ia la condi-
tion, cxpriUile on sous-ontendue, que
chacun gardirait ce q(u'il posseditl. Nous
avons done, enacceptant les faits accom-
plis, fixed les limits des deux Etats.
D'ailleurs,nos freres de 1'Est avaient bien
compris que leur possession n'ayant
d'autre fondement que la violence, la
force, ne pouvait s'eteiidro au-delI du
territoire don't ils s'6taient empares. Et
en se d6tachanit de nous, ils onteux-md-
mes design les frontibres de leur nou-
vel Etal.
Dans leur manifesto du 26 .Janvior
1844, ils indiquent, en effet, Neybe et Sa-
mana, Azua et Monte-Christ come les
quatre points extremes de la Republique
Dominicaine.
Cet aveu est concluant; et point n'est
besoin d'insister sur importance de
cette declaration.
C'est en vain qu'on objecterait, com-
me l'insinue El Porvenir, de Puerto-
Plata, qu'en 1862, 1'Espagne nous a de-
mande la rectification de nos fron'ieres.
L'Espagne n'avait d'ailleurs bas.. son in-
tempestive reclamation que sur ce mal-


heureux trait dIl'Aranijuez devetn un vd-
ritable dlada. On l'eut 'pas do1 poine a lui
dtmontrer que ce trait n'avant plus que
la valour dl'ui souvenir historique. Elle
ie maintint t pas son injusticiable pr6-
tention. Au contraire, elle aurail mime
eu recoiirs ai nos h)ons offices pour so
relirer d.' Sanilo-I)Domingo.
Du moment ique 1'on icarte du debat
cete convention I d'Aitranjuez (et nous
avous suraboindainmeidnt [roive qu'oU
n'en 'pouvail plus 'aire etal,) sur quoi
done nois voisins pouvent-ils fonder leu'
pretendu droit de propridte sur une par-
tie te niiote lerritoire Se r4servent-ils
un prelexte pour nous susciter des en-
nuis, pour provoquier 1Ui conllit A leur
lieure el selonl leurs contivInainces ? C'est
ce que nos homines tld'tal lie manque-
ront pas d'approfontdir.
Eu attendant, il est leemps que l'on
s'occupe de dissiper 1'tquivoque qui t'a
d6jai que trop dure.
Les Dominicains no nous peuvent
mieux tmnoigiierla sinedritd de leur ami-
tie qu'en sigiant u1e fois p:our toites la
convention relative aux details oe nos
limits respec.tives.
El. s'ils refuseiil, de trailer stir la base
dc Fuli possidelisi il Iet restera plus
qu'une solution. A nos gouvernants ,l'a-
viser !
J. N. LEGER.
-- ---A-"3d2 -

AVIS

La stance publique de rcelption de Mes-
sieurs Deslandes et Lafleur a edle renvoyee a
jeudi prochaiin, 4 Aoit.

Le Conseil de disciplinee de I'ordre des
vocals nois price d'annoncer an. public que
le bureau de considtalion yraltiie sera
lenne pour Ic nois d'Aoit par MM. J.
N. L,'. o, Ed. Lcspias.c el Em. Vallis,
aux jours et benres pricedeminenl fixes,
che ,"e. J. N. Lger.

GEOGES-- SYLVAIN R e------------Gant
GEORGES SYLVAIN, Rddacteuv-Gdrant.









- 23 -


Port-au-Prince, le 2 Avril 1892.


Monsieur le Secrelaire d'Etat,

Au nom d'un group de citoyens, forms en Soci6tl de Ldgislation pour
l'etude et l;i vulgarisation des questions juridiques et dconomiques, nous
vernous vous conlirmer la publication en cetle ville d'uue Revue mensuelle,
avant pour objet de concourir, sous le meme titre, ti la realisation tin pro-
giamme e la Socidte.
L'un des sous;ign6s, Secretaire-Gnderal de la Societd, deneurant on cette
ville, rue du Centre, est le Gerant-responsable de la Revue; t'autre, Prdsident
de la Soci6tl, represente l'ensemble des propridtaires do cette Revue. L'in-
primerie charge de la publication est celle die la Jeunes.e, rue des Miracles.
Dans I'espoir que vous ne mainquerez pas d'honorer de votre appui bien-
veillant ctte lo uvre d'utiliit patriotique, nous vous prions d'agreer, Monsieur
le Secretaire d'Etat, les assurances de notre respectueuse consideration.


(Signd1i STEPHEN PRESTON,

Prdsident.


6 EoR(i-- SYLVAIN,

Secre'tlaire- G&&a ,l.


Monsieur le Secretaire d'Etat de l'Int6rieur


En son i-ltel.


SEANCES DE LA SOCIETY
( IXTlA\ IT DES PRIOCR S-VEA.UX )

Dans la reunion u i26 mars 1892,
aprsavoir eentendu la lecture de 'article
de Mr. J. Dovot sur la profession d'avo-
cat en aluti, et celui de Mr- JI.J. Chancy
sur la condition ties stranger:;, articles
reserves pour le second inumero de la
Revue, I'Assembleo admet, snir I'obser-
vation d'un de ses membres, cette dispo-
sition interpretative des shiLtuts, que le
Comilt, charge de presenter it Li Socidet
les demands d'admissions, doit statue
prealablemen t sur l'ad m issibilitd des can-
didals.
A la reunion du 31 mars, on decide
que la publication sur la Revue des ex-
trails des proces-verbaux des s6ances
sera de r6gle, et les reproductions in-
extenso d'exception. La date de la seance
solennelle d'inauguration est fix6e au 8
mai.


A la reunion du 7 avril, sur la presen-
tation du comit6, M.M. Ed- Munier, Emi-
le Deslandes, Juslin Bouzon et P. La-
fleur sont nommes membres actifs de la
Socidtd. Sont nommes rriembres corres-
pondants: tous les chefs de missions a
1'tranger et tous les Doyens des Tribu-
naux Civils de la Republique; de plus,
M. M. C. Villevaleix, C Laforestrie, L.J.
J;lnvier, BenitoSylvain, Gl agnon Lacoste,
Iloeglaerts, Ch. Preston; M.M. Adh6mar
Auguste, T. Guillaud, (Cap-Hailien)
Alfred Henriquez, Tn renneSylvain (Ptde-
Paix) S. U. St Amand, Enoch Desert.
(Gtonaives) David, St C6me (St Marc);
Provost (Anse-i-veau);C. Chassagne, A.
Cldrie, Roland (Jiremie); Grandoit(Anse-
d'lIaynault); Ed.Corvinton, C. St Remy,
Celicour Leon (Cayes); Ernest Adam
(Aquin);Labidou, Robert Lafontant (Jac-
mel). On ajoute A cette liste, comme
agents de l. Revue: M. M. Marics Jean-
Simon (Mirago.nei); Jh. Lacombe (Ldo-
gane); 0. Tessier (Petit-GoAve); Beau


TY-UYP~U.YIIYSL~~YYYY~ULXTYI-II-*~.









- 24 -


brun Gauvain (Grand-Godve);J B. Du-
rand(Aquin).
A propos de la communication sur le
tafiadominicain, l'Assemblee mier Iapr6s
discussion, 1'opinion que l'article 0 du
trait de 1874 avec, la Rdpublique do-
minicaine a laisse debout la prohibi-
tion,. 4dict6e par 1'art. 30 du tarif des
douines contre l'importation du talia.
rrrr---- -~ lM -- -- V--------

REUNION DU 21 AVRIL 1' ,'
PRESIDENCY DE M. S. Plii.STox.


( Presents : MM. S. Preston, Sylvain,
L6ger, J. Ddvot, Jean-Joseph, M. Lafo-
rest, J. J. Chancy, A. Bonamy, L. Bor-
no, S. Menos, Em. Deslandes, Bouzon,
P. Lafleur, Emm. Ldon, F. Marcelin.
Apr6s que I'Assemblee a ,'._1 Il'ordre*
des matieres du prochain numiro de la
Revue et quelques details de l'organisa-
tion de la seance d'itii.ii..iii ttion, M. le
Secretaire fait la communication sui-
vante
Messieurs, A propos de fails regents
qui sont connus de la plupart d'entre
vous,-l'incendie de la douane de Port-
de-Paix, on s'estdemand6 dans lepu-
blic jusqu'a quel point l'Etat pourrait-
il etre responsable des marchandises de-
posees en doudne. C'est 16 une question
sur laquelle j'estime que nous pourrions
6mettre utilement une opinion.
M. le president. II y a une loi de
1878 qui dHgage la responsabilit6 du
Goevernement er: cas de sinistres. Telle
6tait d'ailleurs, bien ant6rieurement a
celtt loi, la jurisprudence du Gouver-
nement haitien. Je me souviens que,
sousi Boyer, lors d'un incendie de la
Douane de Port-au-Prince, I'Etat exi-
gea *rigoureusement les droits non en-
core pays sur les marchandises incen-
dides.
.,M. le Secretaire donne lecture de l'art.
2 de la loi du 10 septembre 1878. II
est ainsi congu : < II est accord un de-
lai extreme de 30 jours a partir de la
date .de la verification d'un colis pour
l'acquit des droits y aftlrents et pour
son enl6vement des dep6ts.


(( L'Etat lie r6pont ni des varies pro-
venant de la deterioration naturelle des
marchLanlises ainsi ddpos6es, ni des dd-
ficits ou domimages qu'elles pourront
subir par suite de cas de force majeure.
(( Pass6 ce d1lai, Ja merchandise sera
vendcue A la criOe publiqjie jusqu'A con-
currence du montant des droits dils a
1'Etal.
M. Marcelin. Que le Gouvernement
n'ait pas mis s les bitiments de la douane
A l'6prenve de l'incendie, ce ne peut
6tre, de note part, que l'expression d'un
regret ; mais on ne saurait voir la une
faute qui I, : -.- sa responsabilil6. En
ce qui concerr.e particulierement 1'in-
cendie de Port-de-Paix, il semble qu'il
rentre bien itans le cas de force ma-
jeure prevu par la loi : le feu nl'a pas pris
en douane. -
M. le President. EL. mnme si le feu
u;vait. piri en doline ; il y aurail encore
a irouver la culpability de l'Etat.
Ml. .Bonaay. Ce sont des questions
de faith.
M. Ie secre'taire. Aussi, n'en ai-je
parld que come example, come in-
dication. Notre discussion doit avoir une
portie bien plus g6nerale : il nous faut
l'- ,._- le principle de la responsabilit6
.1I:- I'l-i I, si lant est qu'elle puisse 6tre
invoquee a 1'.', di des marchandises dd-
posCes en doiane.
M. S. Minos.- 11 est certa in que l'ir-
responsabilite pose dansl'ar tide 2 com-
porte des limiles.
En dehots des cas de d6ldrioration
naturelle et de force majeure, quand la
i.,'.:_, .. des employs choisis par
l'Etat ou une mauvaise administration
de la Douane a amene l'avarie on la
perte de ]a merchandise, 1'Elat, A mon
avis, doit etre tenu pour responsible.
Comme depositaire, ii doit la garantie
d'une certain surveillance.
M. D. Jean-Joseph.- II restera alors
A faire la preuve que I'avarieou la per te
des colis est imputable a la mauvaisc
administration de la Douane.
M. Mnos. Evidemment, cela ne se
presume pas.
M. Ldger. La question se present
ainsi. : Un colisa6te depos6 en douane;
il est r6guli6rement verifid. Mais par la









- 25 -


negligence, par les lenteuts de l'Admi-
nistration, on n'; pas pu vers"e iimmre-
diatement les d(roils dce Idoia;me al T,_'-
sor public. Dans I'intervalle, on fait se
product, entlrailinan la dete'ionalioii ou
la perte de li marchaundise, s s is qu'on
puisse le faire contrer dai ls ls ,- I .t i-
ries visecs par I',a ticle 2. L'l ii ne
peut-il pas etre lenu pour responsible ?
31. B.E.,., i. En fail, apr5s la veri-
fication, la Dou ine prei id lii!! ouvent
trois, qualre jours et plus, pour dresser
le Lordereau qui auloiise le vrisoement
tdes droits LI la Ba3nque.
M. ilarceli. -- La loi in'impose pas
de ddlai.
M. ChancY. Elle no saura'it non
plus on impos in, en pr6eence de l'eun-
combrement qui result pai'ilois de i'ex-
ces tde: importations.
1. M1eno.s. Je ci'ois q(u la respon-
sabilitd de l'ia', peut 'lre e ,g.,ee,
mdme avant la vcihlication1. Si, par'
example, apris le diip it de lia marcalln-
dise en dounue, et avant toute verilfia-
tion, I'interpriu e tarde ( cela s'est vu)
A delivrer les actes qui ressortissent
de ses attributions, il n'y a pa's d( fIaute
de la part du prop) i0taire de la mar-
chandise : il s'est conlbrm'o e la loi.
Imagine Iqu'nn t', it du gene de ceux
que nous privoyons se produise, l'im-
porlateur aura droit a une indlemnnite,
pourvu que, bien entendu, ii arrive at
etablir 10. que sea colis sount tellement
cnti'es en douane ; 2" qie c'est I'aldmi-
nistration quii a occasionn-' le retard
ilans la verification 3o. qu'il 'y a pas
eu de cas de force majenre.
31. Leycr. -- Je nie suis pas de cet
avis. C'est la verificatioii qui tlieste la
sincecriit die la dIclaralian. Comment
rencdre I'Etat responsabhle avant cette
v6riicalion '?
M. Dkvot.- C'est le principe, et nonla
nature de laresponsabilite qui estencause.
Si I'on admiet le principle, il me pa-
rait impossible de ne pas admettre que
la responsabilite puisse s'imnpliquer, des
I'inslant ou la marchandise a 6di ddpo-
sec en doumin. La preuve sera plus dif-
licile, voilA tout !
Ml. LCon. Dc nos discussions par.
ticulie i's sur le caracltre jurudique de


nos III,_. ,i .i de douanes, il est result
cette- opinion qu'on peut les consideror
come des bureau dte perception d'im-
pits. Or, ces inmpts so lt tris elevs :
ils procurent I1i bdne6ice considerable a
l'Etat. De 1F d1coule pour lui uiie obli-
gation correlative, c'est de fournir toute
sOcuritd aux deposants t lYgard des mar-
chandises deposees. Mais, en faith, cette
stceriitd est compromise par la construc-
Iron dlefec uus edes batimen s tde dotinie.
11 s'ensuit que l'Administration dolt
veillera cc que les marchandises soient
tout au moiis premises 6 leurs destina-
taireis dans le plus bref ddlai possible.
Si par la faute de l'Etalou de ses agents,
le propriitaire de la merchandise qui -
etatit tout disposed A la retire de la Doua-
ne e, s;e conformant aux formalitls de
la Loi, a 6et contrarid dans sa diligence .
et ;: subi ainsi la perte de son bien,
l'Etat iltit tre rendu responsible.
31. le President.- Ce n'est pas l'af-
faire de I'Etat, maisbien des companies
d'assurances, dte garantir I'importateur
contIre les risques resultant de la cons-
tructionm des locaux de douanes. L'im-
portateir It'a qu'a assure ses marchan-
discs (i',posees en douane, come cela
se pratiqce eon d'autres pays, ou payer
t l'Etat, devenu assureur, de par une
disposition de la nouvelle loi qu'on
prepare, 2 o[o de prime, et il 6chappera
;i tous les risques.
M. Marcelin. L'Etat a tout inter6t a
fire percevoir l'imp6t dans les meil-
leurs conditions possibles.- Mais on
ne peut pas lui demander plus qu'on ne
demanderait a un particulier.
JM. Menos.- Aussi no s'agit-il pas de
lui en demander plus, mais aulant.
Prenons le cas d'un d6positaire ordi-
inairc. S'il est privoyant, ii fera d6poser
l'aroent qu'on lui a confide dans un en-
droit -t i'abri de l'incendie ; si non, il
le gardera chezlui. Qu'un incendieeclate,
cl brflle ces valeurs, le d6positaire im-
prdvoyant ne pourra-t-il pas etre rendu
responsible ?
M. )dvot.-- Non, s'il a gardd chez lui
d'autres valeurs quilui dtaientpersonnel-
les. Oui, s'il a pris soin de mettre en
lieu sur l'argent qui lui appartenait. En
d'autres terms, on ne. lui demande









- 26 -


d'agir envers les objets deposes que
comme il aurait agi envers les siens
propres.
M. Leger.- J'en reviens ;A ce que j'ai
dit: on ne saurail, fire remonter avant
la verification la responsabilil6 de 1'Etat.
Prenons un example. Un commercnt
d6clere O10 colis de soieries: tandis qe
]'incerpraet dressed le manifest, la niar-
chandise vient i tre enlevee. Est-ce que
l'Etat peut savoir si, i lai place des dix
colis de soieries, ii n'y aviit pas dix
colih de cotonnaldes ?
M. Lion.- Et votre declaration? Elle
est presunee vraie.
M. Ldger.- La prasomplion est en
faveur de I'Elat : la declaration du com-
mercant peut etre detruite par la veri-
fication.
M. Marcelin.- La loi fixe un delai
pour la confection du manifesto. Sup-
posons que cette formality n'ait )ps etd
rempli-, par la faute de administration.
Un accident arrive. Vous n'avez pas pris
soin auparavant l d protester dans les
forms centre le retard. Auriez-vous
quality point reclamer une indemnity ?
J'ein doute fort.
M. Minos.- Je ne vois pas comment
mou silence couvrirait le responsibility
de 1'E(at.
M. Ldger.- Pour ma part, je pense
que mime si le Gouvernement avait
--par extraordinaire- fail mneltre lefeu,
que vous soyez en fanle, vons importa-
!eur, vous perdez tout drloit i' formuler
des reclamations.
M. Borno.- Messieurs, un argument
de text qui, je espcro, va ilucider le
ldbat. 11 me semble quoe articlee 2 do
la loi Pst bien former. L'Etat esl irres-
ponsable, quand il v a eu d(leteioration
naturelle, ou doinmage par suite do cas
de force majeure. II pout done itr'e res-
ponsable, quand Ja etdlerioration ne
result pas d'une cause naturello, ou le
dommage, d'un cas de foice majeure.
M. Divot.- Tenons-nous cii au prin-
cipe. Je vous cause un tort : je dois le
reparer. C'est le principle. Sur quoi dva-
liier le dommage ? C'est Je fait.
M. Bonamy.- 11 n'est pas aisd de
separer: ici la question de faith de la ques-
tion de principle.


Al. Ddvol.- J'en conviens.
31. Laforest.- La conclusion, c'est
qu'on doit supprimer en douaine les
inesires dilatoires qui sont le plus
solvent inutiles.
M. Marcelib.- L'Etat est libre de
pourvoir a sa faiton au control des im-
positions. Si vous ie voulez pas vous
soumeltre aux formalitls diic[tes par la
loi, il ne 'aut pas importer.
M. Chancy.- En some, Messieurs,
I'Etat est responsible dans certain cas :
nous les avons passes en revue. Le rest
est affaire de mo3urs, plus encore que de
legislation. 11 nous revietit de fot muler
un vwu solennel, independammnent tio
celui qui s'applique t la reconstruction
de nos biliimeiis de douanies, c'est
qu'on s'attache a rdviser les lois dou.-
nirres dans un sens rationnel el [progres-
siste; a les unifier, t les religer cl;iiie-
inent; c'est que lesfonclionnairesappeles
a le-> ppliquer soient inilids aux ques-
tions du dioit administratif !
M. le Secrcdai re rsumn eni ces heroes
la discussion :
lessieurs, il n'a semble qu(e do l'en-
semlble do cette discussion, it ressortait
nettement ceci, c'est que dans cert,:ins
cas prvus par la loi, les cus de force
majenre et de ldetdeioralioai ilaturelle,
l'Etat n'est pas responsible ties mar-
chandises deposces en dloutune. Mais
dans tous les autres cas. on l'on peut
prouver qu'il y a eu Laute de la part do
I'Etat ou de ses agents, y a-t-il nmltire at
responsabilit6, '? Et en admetlant celle
responsabilite, it quelle epoque peut-on
la l'ire remonter : avant ou apris la
veri. cilion ? VoilH les questions qui
nous divisent. Scindons-les pourlcsvoter
par oirdre. Et d'abord meltons aux voix
la question de savoir si l'Elat est irrcs-
ponsable d'une facon absolute.
IM. D)jeo .- J'ajouterais a eel exposed
que pour qu'il n'y ait pas cas de force
majeure an regard de 1'Eta, il suftil que
le fail qui a dlternine la perte de la
merchandise soit inmpultalle a I Elat on
a ses agents. Dans ces conditions, F'irrc>-
ponsabiliti de l'Etat At 1'egard des mar-
chandises d6posses en doutne pour la
perceptiondes droits fiscaux est-elle illi-
mitee ?











M. Menos.- Ou, sous une forme plus
explicit, en dehors des cas prevus par'
I'art. 2 tie la loi (d 1878, c'est-Ai-lirc
plans leslimiles de responsubilite normal
d'unii p'artiunlier, l'a rsponsabilite do
l'Etat peuL-elle itre ngai e '?
M. Marcelin. --Mais I'Etat n'a jamais
entendu se derober acelte responsabilitd!
M. Laforest.- Bien plus, it y a uneo
allocation budgetaire pour parer aux
eventualits de ce genrte..
M. Le'er.- Messieurs, iI serait bon
d'a lopter pour le vote inefomniule gtne-
rate dount on no pit s'autoriser pour
engageri 1Elat an-deli de nos intentions.
M. Jean-.loseph. -lecrois que sil Ebtt
est en l'ute, sa respinsabililt d, couple
naturellenien deie sa fate. (ela so 'soutl
eni une question de fail. La i'niinule que
je proposerais serait cellu-ci : Toi)Uts
les fois que 1 Eltou n ni ilet leo 'Etat
n'aura pas enfreint Uneo dispusilioir de
loi peut-il ltre tenur pour 'res ,,,,. ii 1,.'
L'Asseimblbe so pronoice a l'uni;ii-
imile pour lah i.live. Vul 'heuieavancee,
le vote sur les autres propositions est
renvoyd a la seance prochaine.



LE TAFIA DOM INICAIN



A la suite d'une communin action faite i la So-
,iet6 pa;r un do ses mtemibres popos du tilia
dominicain, l'aisseiblco a odliis l'opinion que
I'nat. 6 dui lraii do 1874 avec la N1 ipublique
doiiiiicaine laisse dlebout Iart. 30 du tari' des
touicnes ct les prolibitions qu'l consic le. -
Nous ipubliois textuelleiinent les orines do cette
coiniiiiinincaioi :
Le Irait e 1874I aulorise-t-il I'im-
portation du Ltlia domiuicain n en laili
Cette question, conslant objet des
preoccupations du planter aussi bien
qude l'hominme poliliqu'e des doux pays,
a fit que e taia lominiiiicain a joud le
principal role dans les dificullts ide
1890.
11 est vrai que ces iifficultds out 6ete
aplanies pour le moment, au moyen do
la mission preside par I'honorable M.
S. Preston et de 1'accueil magnilique


don't elle a 6td l'objet de la part de S.
Ex. le Prisident Ulysse Hleureaux.
Les relations, alors [ris cordialement
reprises, ont etl continurdes depu)is sans
alteration, nous le conslatons avwc plli-
sir ; mais le point au loud li'a pas
dd decide.
La di[ficT ltd r'sidait et reside encore
dans l'iiterprelation des engagements
du trailed ie 1874, i cite d'une dispo-
sition prohibitive do 1nolre lot sur les
dol ianes.
On a vu ( Opinion national hl: Q2
fecrier 1899) comment l'exislen i, du
Iraite a edt elle-mdnme mHise o doute.
soil par Ie fail des Dolinicains depuis
1875, soil par celui des Haitiens depuis
1876.
Par snile de quoi, eon Il.'.", Ie Cabinet
haiiirn en tLait arrived ordoiner, pour
Ies produis dominicains, I'application
enliicre de la loi douanii re. C'est ii'aus-
si, nos differents marches dlaient de-
pnis 'quelque temps env;hlis par le lafia
venlu ld la RIepulique vosiiie et sorti
en partie des usines dominiicaines, en
parlie de Cuba on de IPrlo-Rlico, en
passant seulement pa' I'Est.
II y avait 1i evidemmnont un abus a
rodrtesser. Le Gouve lllniie t lhalien.
pasql donic sa circulaire. Les )Doini-
cains rdelamierocnt vivement. On discula
avee chaleur. La situation deviant lies
lendue, jusqu'i o moment oiu entii p1ar
la mission Preston fi'renl. t' tablies, a-
vons-nous dil, les relations onidiiiaiies,
e itnretii repris les pourparlers pour tun
accord difinili'. -
Et, en attendant le -,''snilitl dIs nl ,o-
cialions ouverles, 1c cabinet haitiel,
lidele d ses habitudes do conciliation,
modifia ses dispositions 1do f'; ao a Ipe'-
metlte la libre entree des pr'oduits do-
minicaiins, saul le talia, don't la prohi-
bition fut maintenue, h;asse ii'ello 'st
sur des motlis d'ordre publlic. -
C'est prec:smuent ce point que nous
nous proposons de melt.re en Iumic're.
Nous nois proposon;s ein ll'et de fair
Ilo. ressorlir que la loi sur les ldoi anes
content des dispositions distincles sur
les mar'ci;ndises tarifdes et sur les mar-
chandises prolibles.
2o. Que le trait, porte abrogation


- 27 -









- 28 -


des droits mis sur les marchandises ta-
rifes et non d(e !a defense d'introduiie
les :narchandiiscs [irohibees.
30. Que d'aiileurs daus les articles
prohibes mnmes, ii y en a lui &I sont
dans un iterit do liscaliti ou de pro-
tection a 'linduslrii iudigine, il y en a
qui le soul danis un iintitil dt stiret et
d' ordre publics.
40. Qu,'enliti le taIli,, counce agent
demoralisatenr, ap1parlient [)iu t ta la
cattgorie d'artiicles prohilIj-s ptuir causo
de morality publique.
Meltons d'abord en pirsenceae les dis-
positions de ia loi o i du tait sur les-
quelles roule Je detl t.
Loi sur les ldaunes. a Art. 30 Sont
a( prohibes l'imnportAiion les h)ois d'aca-
< jou et dl'espiniile, deo cLanpiche, deo
a gaiac; le bois jaune, dit fiustic, le cafel
a le colon en soie, le cacao, le sure
i brutet terre, le thium, le iltia, Ie sirop)
< de batlerie, 1a mtlasse, ies cuirs e;i
a poil, les canes, l'ouets et parasols
t renfermant des epees ou des styles on
c autres arnes ; les oreillers on les tra-
a versions en plumes, les lives, gravumes,
a lableaux, estampes ou antires i. i,. i. ,
a i'importeleur nature, quiseraient con-
c traites aux bones moeurs. a
Relcvons une fois la difflrionce qu'il
y a entire les marchandises larifees et
les marchandises prohibees.
Un pays ne peut pas albaidonuier le
droit et le devoir qu'il a de se dtfendro
centre tout ce quii lti est eininiemnent
nuisible et peut causer sa perte,
C'est pour'iuoi il ne consent pas a
laisser introluire toute espece queloon-
que d'objels qu le Ic comnmetrc;t voudrait
importer. 11 tpose des resuiictions ; i
prohibe certaines cohses qu'il a soin dA
specifier. Ces choses absolument prohii-
bees n'enirermnnt pas du tout, quelle
que soit la valeur que lenr impositioti
eit pu laire enter dans !a ciisse pu-
blique. 11 y va dt la sirele et de tla nmo-
ralite publiques, qui sont d'uii intriet
iniinimeni superieur l celui lu ise on
de la protection de l'industtri indig&ne.
C'est ce qui fait ia matiire de l'art. 30
prohibalt absolumnent les articles qui'il
enu intr e. -


P'or lta g(Ielleralilt des autres nmar-
chi'iilises, c'est-a-dire celles iq i ne sont
pu);s unoimmn ment ecurtes, illes resent
dans ie commerce et etirent moyennaut
nequil.l-ment d droils pllus ou moins
forls, i !oils qui sontl ou simplement fis-
caiix Ou pI)l'rl cleurs.
El ces derni.'s snnt qucellnfois lelle-
mieo l ileves (qii'il les appelle, it est vrai
prhiibilifs; mais ce i'est ias la prohi-
tion ioprement dlite et do.:t s'occupe
l'arl. 30.
Et quevoit-oni dans ls arl. 6et 10 du
traitde?
SA ri. (5 Les m arclhandises I ra n g&ures qui
serout intro uites par les ports ouverts
des tdnx parties contr:ctantes seront
assnujtties an paiement de tos les droits
liscoux etabllis dans cha(que Etat.
< Seront libres de ious droitsod'impor-
.(tlation les products territoa iaux et in-
aduslriels des deux RPpubliques, qui
< naux.
a Art. 10.Ai in d'acliver, aunil quepos-
asible, I'Agricultire, Ie (Commerce,
sldas routes les parties des deux terri-
Stoires, et d'exciter industriese des ha-
R bilants, les ,leux parties contractantes,
a pour ne laisser aicun doute surleurs
avues bienfaisanles et paternelles A cet
aedgard, sont convenes de ce qii suit:
aLes products du sol et de I'inilus-
< trie des deux liepubliques, passant par
ales fronlikres, n'y seront souinis a au-
< cun droit fiscal.
Inutile e reliever les lispositions de
I'art. 8 qui est sp icial A la navigation
dets rivi\ire, mais Vgalemenl. tlans le
se1sd_'un alfrichlissoment des marclian-
dises imporlables.
Nons soutlnois (que tIout cola no veut
pas dire du tout que les prohibitions
idicties sont lev'es,-- prohibitions don't
nous verrons plans loin la raison.
C'est toujours, cornme a l'art. 9 ldu
traitd de 1807 resl imparfait des droits
d'importationet des drnits tis::aux don't
oin r'omet d'ai''anfl~n i Its choses qui ne
sont pas ihors duii iotlnerce.
ARfranchisseCnW't .te droits no veut
p;s dire abrogation des prohibitions.
Le trait ne dit pas autre chose, si ce









- 29 -


n'est que tout product stranger don't
I'entr6e est permise, moyenuant acquit-
tement des droits, n'acquittera pas ces
droits, s'il est de provenance domini-
caine. Et rciproqunment
Mais quant aux produils awxquelJ
l'entree du pays est rsolu.ment fermde,
nousne saurions trop lerepeter, les 'er-
mes des arlicies cites du trait ne lcs
embrassent pas.
Que si maintenait les dominicainsse
sont auloris6s du commencement de
I'article 10 pour user d'une interprd-
tation extensive, pouvant comprendie
des marchandises prohliib6es par l'art.
30, et si le bon vouloir iailiein 'aac-
cepte, c e ne peult tre tout au plus qui'a
i'dgard des iroduits qui In sont ecarles
que pir ie seul iltrelt fiscal.
Qu'on veuille bienfaire attention que
deux categories disliiicles de produiis
soni t visees par I'art. 30.
10 Cetx qui sont p[ro1ib6es a cause de
la proleclioii que l'oni a vo'!u accorder
a Itravail indig'uIe, '2 (I oux conit la pro-
hibilion est proiio:i e illans uI illterit
de moralit.d et de sureti publiques, tells
que le laiia, les armes cachees, les ou-
vrages conl ii ies aux bolnies mcolrls.
Si a ia riguellr, on a voiu!i voir dans
le traite ue dUrogation a ia laoi dona-
niBre, quant auLX roilunits de a premiere
categorie, il est certain que c'e n'est pas
possible quant iA ceux do la second ca-
t 1gorie. L'ordre puiilic et !a securitle
general s'Y opposerlienlt.
'Pour appuyer notre affirmation, nous
n'avons guire besoin di'av\;ir recours a
des citations doctrinales. Non, la Cons-
hitnlion dominicaine pose en toules let-
tres que le droit des gens fait partie dela
legislationde la RItaublique. 11 ne serait
pas oiseux de reproduire ici les re gles
consaci es de 'ii lerpretation des trai-
tes, points de doctrine et de jurispru-
dence internationals qui nluront, sans
doute, pour nos voisins la valeur d'un
argumentde textes, tout come si c'dtait
une citation de droit positif et conven-
tionnel.
Supposons un moment que le
texte ne se prononce pas dansnotre sens
aussi clairement que nous avons dit,-
et que les terms, au contraire, soient


en apparence favoraldes au sens doml-
nicain, la doctrine nous done alors
les rigles d'interpretatioi suivanles:
((On use de l'interprelationl restrictive
Spou'r viter de tomberdans I'absurde.'.
((et lorsqu'il se lprsenfe un cas dans
(I equel a loi ou le t ra l6, pris a la ri-
Lgueur des terms, conduirait a quelque
S(chose d'illicle((.- Vattel.Liv. 1I 93,
irail a la a ruinio e la Nations 160.-
L Les charges imposes par le trait
((ne doivel t pas avoir la mort de 1'Etat
((pour conlsquence., Blunlschli. Obs.
((usui' 'art. 460.
(On s'accorde a reconnaitre come
o moralemenlt ilmpossibles les conditions
Llqui blesseraieiit I'ordre moral.- Ch.
((Vergle sur Martens 56.
s Si l'assistance et les offices qui sont
dus en vetlu d'uii pareil trait, se ti'ou-
venl, dans quelque reIcontre, incom-
patibles avec les devoirs d'une Nation
enverselles-inmme, le cas esttacitement
et n6cessairementl exceptL dans le trait.
El en cas de coillit de deux disposi-
tions, cell qui permei d(oil ceder d celle
qui defend Vat. liv. II 170. Car il faut
( obeir lia defense ; el ce quii elait per-
( mis en soi, ou en gen ial, se trove
Sinprlatic;ible quand on ne peut le I'ai-
0 re sans violet une defense ; la permis-
i sion n'a plus lieu pourt ce as-la 313
V. aussi Calvo 1657.
Voudrai1t-on dire maintlenant qu'il
reste a examiinr s'il y a dejustes raisons
pour classes le tafia parlii ies articles
prolibesdans un int ri t d'ordre public ?
La repn'se ni est que le tafia, dan-
gereux comme agent demoralisateur,
doit etre pour cela limits dans sa.produc-
tion.
Le tafia, sans contredit, estun product
dontla consoimnlnlion est plutdt nuisible
auxmneurs qu'ulile aux arts, et la mul-
tiplication duquel la loi refuse toute
faveur. Aussi voit-on continuellemeit
prendre des measures tendant a diminuer
la fabrication qui s'en fait dans le pays
meme.
Nous savons quo sous Christophe,
1'dtablissementdes guildives ktait limits
i un tr6s petit nombre. El auparavant,
une ordonnance du 22 decembre1804
d6fendait d'en restaurer ou d'en dtablir











- 30 -


de nouvelles par des particuliers pro-
prietaires, a moins d'obtenir prealable-
ment une permission special de l'Em-
pereur ou du Ministre des finances. El
un acte du 2 mai 1806ordonna la demo-
lition de toutes celles qui, malgrd. la
ddfense,avaientetdrdpar6es ou relablies.
EL de tout temps depuis, on a bien
cherche et imagine des nioyens d'en-
couragement en faveu- du sucre, mais
pas du tafia, sauf pour l'exportation,
toujours en vue de ddtourner de la con-
sommation intidieure, pouvons-nous
dire encore.
La ddmoralisation des individus par
1'usage rendu facile du t;flia, voila ce
qu'a voulu prdvenir le 14gislateur hailien
par une prohibition absolne i l'impor-
tation.
Qui pent blamer la Chine, persislant
i repousser l'opium que les Anglais
s'obstinent a introduire chez elle ?
C'est done avec jus!e raison que nous
disons que notre disposition est d'or.ire
public, et non pas seulement d'intlrt t
economique.
Ce qui nousamene a cetie conclusion
que 1'art. Odu trait6 accordant une fran-
chise dedroitsdedouanesaux productions
nationals des deux pays, a en vue de
ddgrever des products taxes, et nirnie
si l'on veut, de faire admettre des pro-
duits similaires, prohibs par le seul
motif de la concurrence indigene ; mais
non point de lever les prohibitions
centre des substances, products on mar-
chandises qui sont nuisibles a l'ordre
gdndral, oule deviennent d4s qu'ilR sura-
bondent ; products dontl'autorit6 pnubli-
que a, par consequent, ddlendu l'im-
portation, A raison de leur nature ct non
de leur provenance.
Ainsi encore, l'huile de kdrosine Mtant
prohibde, ne sera pas admise ici, lors
meme qu'elle serait extraite de sources
dominicaines; et dutalia haitien export
ne pourrait pas, une fois dehors, ren-
trer dans la Republique.


DU CAI ACTER1E JURIDIQUE
DE

L'AVOCAT EN HAITI.



L'avocat, en Haiti, est revetu d'un double
caractere. II fait la procedure et proonoce
des plaidoiries devant les tribunaiux. II reunit
en sa personnel des atlributions qui, dans
la plipart des 1egislations etrangeres, la
franchise nolamment, sont separees et dkvo-
lues A des personnes distinctes, I'avoudd'un
cte, l'avocat ( strict sensu ) do I'autre. En
me proposant de definir, la ramenant i ses
viris caracteres, la function de 1'avocat haitien
je me servirai surtout, ai-je besoin de le dire,
des indications que me fourniront les lois na-
tionales, sans pourtant me priver de la facul-
t6 d'eclairer certain points par des vues et
des considerations emprunltes a la litltrature
juridique des autres peuples
Je recourrai principalement aux textes fran-
cais dent le rapprochement avec les n6tres
est naturellemient indique par I'analogie et
souvent m eme, la conformnite des dispositions.
Je me relfderai aussi, en passant, a la loi
ld'Lnpire du ler Juillel 1878 instituant en
Allemagne des Avocals-Avouds, des Recht-
sanwaelte come on les v appelie.


Une premiere question se pose qu'il faut
tout d'abord r6soudre.
L'avocat haflien, en tant que procedurier,
c'cst-a-dire faisant ou dirigeant la procedure
pour les parties devant les tribunaux civils,
est-il un avour, au sens que cc mot recoit
dans I'organisation judiciaire de la France ?
Ma rnponse sera netle et negative
Non, I'avocat, en Haiti, n'est pas un avoun.
Qiels sont en effect les caracteres distinc-
tifs des avonus frangais ? 1ts se peuvent
classer sous les trois nuineros qui suivent
lo Its sent officers ministdriels.
2o. Leur minist&re est force, obligatoire
soit pour les parties qui ne peuvent. -_-n ...i
une instance, ester en justice sans avoueLs,
soit pour ceux-ci qui n'ont pas le droit de
refuser leur assistance aux parties.
3o. IIs ont le droit exclusif de postuler
et de conclude pour les parties dent ils sent,
devant les tribunaux, les representants le-
gaux.
Ces mimes caracltres se retrouvent-ils chez
l'avocat haitien ? Examinons











- 31 -


1o. II ne rentre pas cerlainement, mal-
g' 'r la rubrique de la Seclion III du Chap.
III de la loi .. II... de 1835, idans la ca-
St6gorie des officers miniisterieis lesquels sou:l.
des aenits judiciaires insituh s par la loi let
S'iizoinmids par le Pouvoir Exdcutif. Or, en lHaili,
,. pas plus qu'en France, le Preside..t do !a
',lepublique ioe nontn l'avocnal, ie Il'imers-
tit de sa folction.( 1) 11 nie faith que ii ddlivrer
MnI ,Comission doiit utlitiil est de !,' .d -
S"'mettre, apples la prestation de seriient, etl Ie
"stage (les dles doleu et iiceciCs oin droit d'uite
3J[aculi6i e6ramnere soInt dispenses du slage )
,, -'' son inscription ai tableau de l'ordre. Celle
d4, 1 ".'t-cotirtlmissiott prteente quelque anailogie av\ec
'-. l'autotristionz d'exerce' qui esl accordi-e atxi
in' medecil's stranger apres (qite leurs colniais-
sanies et -llcr apaitude a soi;gner les nala-
dies ont subi le contlr6l du Jurl'y Mdllical
Centra!. C'est une simple Corvnalit, une lpr-
canuionl qui pjivait avoir sa raisonl d'etre el
par consfquent se defender, qtuand Ic pays
eiait priv dcl'uine i'col te drioit dAlivrant des
dipl 6inies rituliers ; nmais qui ne tardera pas
it disparailre, il faut l'esp rer ptr :l suite d'ui ie
Ir't'orme ratio iin elle de !a loi sur l'O'rdrc ies

2o. Le minister de l'avocaL lit.iiien n'est
paJs forc commine cclui de l'a'voui francais.
Celle proposition rtsullt de Lunumtbreiuses
dispositio;s tdu cod e de ipocddure civil don't
je nole ici les plus importantes :
.r i. !l Les parties poiirront, atut en de-
lmaidantl qiu'en ddfendanii, occuper par elles-
Jindities ou ar le rniiisitee des ddltenseurs
publics. ( )
Art. '15U. S'it j t ad(l./''tfee nr Or cause, le
juemeinti ne pou!'ra ehie texecuid. etc.
Puis los articles 200, !26, 1i43, 34- 2semo.
alinea t O 3 ) e ,c, ie etc.
Cette sfi'le de textles et o;iimbro d'autres que
je pourrais invoquer prouvent, jusqu'Ah 'dvi-

(1 ) li existed a Pans une classes d'avocats qui
south en ineie temps otficiers minislericls et
prop el'lia;rs de leur ch:irl :e. (;. sotll les ave-
cats Ala Cour de cuasali:m it ;f u Conseil
d'tlat doni le nomibre est liiiril a ii"). -
2 ) Dans la tetiinolotie dtu code de pro-
celdure civil le mot dtileltsoatr ptubliic t v\eil
dire x avocat. a A une ceriiinie 'poIque enl
France, apres i'abolilion de leur (Ort e par la
Revolution franchise, on appelait les avocats
dedfenseurs officieux.
(3) Voir notamment les formalitis de la
saisie immobiliere don't l'accomplissement en
France exige l'intervention d'un avoue, landis
qu'en Haiti la parties peut y proceder en per-
sonne. -


dence, que la loi n'impose pas aux parties
l'lobli'aion do s'aIdresser aux avocals pour
conduirie lcur procedure. Elle.le ur perniet do
la diriger ciles-mtnies, en s'dclairaii dte letrs
oiprles luiIeres ou bien en s'aidant des
conseils d'un guide al courant des difficIul-
t's tde la ialiie e.
Q i'il iiie soit [pennis de conslaler ici, bien
i(ue ,i vnille ecarler dte (etile elude toutl
exaileii criiiquel, qi'un pareil sysmitie nc va
pas s tnsie o untioibeux iiicollnv6ientils (donl le
plrincipial et le plus digne id'elre )pris oe
contsidiatition se rlt're au pdril cique fail. coin-
vir I [eurtIs inter is I'inexpdrience ou I'in-
capacild des particuiliers proccdant oeu-mllinles
i 1'organisiaioin de leCus proeis.
( On n'a pas assez solnge, dit Boitard 1'e-
'* polIdant aiux atltlques dirigies centre le
' privilege des avoll(ues, oll ul'a pas assez sonlg
" qu'Inandonner a ux parties ellcs-nmeies la
" direction des alTaires, cc serail, d'abord
" les exposer a des eiTeutis, ades surprises
' sans tnonibre de la partly tl'un adversaire
" 1. 1- ... .I t I on mieux conseilld, de plus ren-
'" lit les coniunuIiciations juidiciaires plus
Slentes, plus hasardeuses et surtout plus
" cotleuses enfin ce serail, en rdalilt, a-
b handonner les plaideurs au patronage cupi-
i de td'inlrigaunts sans mission, sails caractire
( Procedture Cviie p. 43. ed. E. Glasson.
,is .,. )
Ces rellexiols sont excellentes. En rendant
obligatoire l'intervention do l'avocat pour
la colndiite de la procidurce, on remddierail
aux inconviilents signals, on raminerait A
'harnionie quelqules dispositions discordanles
du Code de Proctdure, enfin on tlablirait du
meinie coup une ceitaiiie similitude, non d6-
savantageuse suivant. moi, entire 1'avocal haitien
et ces xvocats-avouds d'Allemnagne auxquels
j'ai dej' fait allusion.
En elfet la ndcessite de l'assistance d'ni
av.nou dans les process civils devant les
tribunaux collegiaux esl un des principles
te la nouvelle procedures, ecrit Mr. Flach
Sa propose de l'iilsitulion creeo pal la loi
d'enipirle ide 178. L'avoud conslitud dolt
r'presenter le plhideur d'iune maniere pleine
t e entire et n'dtroe 6rang'er ni it ]a conduite
de la procedure, ni a la discussion orale
Sde o ddroitS de sa partii De li, le cnumul du
r'lo t oe Il'avocat et de celui te i'avout par
ce 'nmat dllaaire unique qiii s'appelle le
SReccl tsaun ual. )a (Georges Flach. Le Barreau
Alleniand. p. 5. )
Ces lines determinent parfaileient le rdle
qu'auiail '. I *i : eu iremplir 'avocat haitien
si les iedacteuIrs du Code de procedure civil,
en adaptanit a note organisation social le code
de procedure frangaise, avaient song a syste-










- 32 -


inatiser leurs idles et. leurs vucs relativeinent
A ceux qu'ils appellent des defenseurs pu-
blics. ( 4)
L'autre face de la question ne soulcve pas
plus de doute que celle que je viens d'envi-
sager.
De mnme qu'il n'a pas le monopole des acles
de procedure, de mime l'avocat n'est pas tenu
d'accepter les affaires qui lui sont apportles.
Ce principle est trop g6ndralement admis
pour que j'y veuille insisted.
Je passe de suite au No. suivant.
30. Les avouds, en France, ont le droit
exclusif de postuler et de conclure pour les
parties.
.Te viens d'tlablir que les parties sont, en
Haiti, absolument libre:s Je diriger elles-mrmies
leurs process. Mais une fois d6cidees de s'en
remettre de cc soin a un honmme competent,
sont-elles dans l'obligation dt s'adresser it
un avocat, exclusivement a tonic autre per-
sonne dtrangire t la profession '?
Deux points doivent Otre tout d'abord kcar-
1is qui ne soul6vent nulle difficult : en ma-
tiere commercial et devant les tribunaux
criminals on peut charger n'importe qui, en
le munissant d'un mandate special, ou en Ie
designant aux juges, de la defense de son
droit, de sa liberty ou de sa vie. Le mandalaire
special ou 'anii d6sign6 aura, A eel effect, a
pen pros le mime pouivoir que l'avocal. avec
cette difference que le mandate de celui-ci se
presume tandis que le premier devra eta-
blir l'existence de sa procuration. ( 5 )
Mais en peut-il ietr e de mtin devant les
tribunaux civils'?
La question est assez delicate. Pour ma part
je suis tent6 de la resoudre par la negative.
11 semble ressorlir clairement des ternues de
I'art 85. Pr. Civ. [ voir plus haul le texte de
cet article ] quelechoix n'est laisse aux par-
ties qu'entre deux decisions : ou bin occu-
per par elles-momes ou bien occuper par le
ministtre des defenseurs publics.
On peut objecter, ii est vrai, s'appuyant sur
les principles mlmes de la theorie du mandate,
que les acles executes par le mandataire so
realisent en la personnel du mandant ; que le

(4) Les functions de l'avoue sont 6galement
confondues avec le ministSre de l'avocat dans le
royaume des Pays-Bas et en Suisse. En Ilalie
une loi du t Juin 1874 distingue la profession
d'avocatde cell de l'avouC, mais pernet le cu-
mul des deux. -
(5) Devant un tribunal criminal F'accus6
quiveut se fire d6fendre par un ami doit ob-
tenir a cet'e fin 1'autorisation du doyen du tri-
bunal.


mandataire n'est qu'un inlermndiaire sur la
tte duquel passent les efllts juridiques de
l'acte intervenu pour aller so poser sur celle
du mandant; que la i faculty d so fire rc-
pr6sentor est de droit conmunn et ne pul eire
enlevee i uS.ie personnel qu'en vortiu d'une
exception certain et consigndee dans un textc.
etc, etc.
M\algre ces objections, je persist it crire
que la volonie dlu plaideur ne peut se mou-
voir que dans les limits de I'alternalive posee
par l'art. 85 et que, par consequent, celui
qui ne comparait pas lui-menme devant un
tribunal civil est oblige d'y conmarailtre en
la personnel d'un tdfenseur public ( avocet. )
Admettre la Ithse contraire, e'est, i mon avis,
froisser la lettre ct I'esprt de F'art. 85 el, de
plus, dclriire I'une des principals preroga-
lites de l'avocal, en rendaul accessible au
premier venu la representation en justice des
plaideurs.
Mon opinion i cet cgard s'applique i la
procedulre devant le tribunal de Cuass:ain. -
La .Jurisprudence adnet cependtilt q(ue la
parties qui ne fait pas elle-meme sa idclaration
de pourvoi pent charger dc ce soin, par pro-
curalion special, un individu aulre qii'un avo-
cat. Cas. i- Nov. 1842. Linstant-Pradines
Code de Procedure. ]
Done : ce Iroisiime point dt e vue 'avocat
hailien, comme I'avoue francais, est un man-
dafaire procuratoir ad litemn don't le
mnandat se prdsunme sauf en certaines hypo-
thises exceptionnellement imporlantes oit la
loi exige un mandat ad hoc ne bndtficiant
pas de la presomption rappelee.
Ainsi, en condensant dans quelques lines
le ddveloppcment qui precede, on voit ;
io. Que l'avocat n'est pas un officer mi-
nlisteriel.
2o. Qu'il n'est pas un intermc diaire obli-
ge entire les parties et la justice.
30. Qu'il est le represenlant ligal, lorce
de la parties qui ne veut pas venir en per-
sonne poser ses conclusions devant le tri-
bunal civil.
II n'y a, par consequent, pas de similitude
a 6tablir entire lui et 1'avoue frangais dent les
attributes ne se retrouvent pas au complete en
sa personnel.
Cette conclusion permit d'aborder ]a deu-
xieme parties de cette etude dans laquelle je
me propose de monlrer l'avocat sous sa phy-
sionomie la plus attrayante, dans son cabinet
de consultations, puis it la barre developpant
dans sa plaidoirie les conclusions prises au
nom du client.










- 33 -


It

(Quand sur Ics explications soit verbales soit
ccriles d'uii clion!, I';icat. faisant t l'espice
quii lui est soumnse I'applicalion des princi-
pes ju'ridiques ct dies dispositions de 1a loi,
rens, igne co client sur la nalure el la valeur
de son droit, lui indique les mnoens i emplo-
yer pour le fair valoir ou bien lui conseille
d'abandonner sa prdelntioin, il done ce qu'on
appelle tiue consillcation.
Quelle est la nature juridique de cet acte ?
Coimmenti ddsiiier lI rapport d Iroit qui
s'et inomenifan6ieitinl. tablli eintre et avocat
qui donnc une consultation et ce client qui
la lui paie ?
[l intervient sirnplement entire ces deux
personnel Ln conviral. 11i ,_,, -1.1 pou-
vanlt su rain-ge' sous la foru!lllle f.ciuo vut defe.
C'est purement in lonage d'ouIvrage ( location
operis, ) control, d'unie importance doctrinale
iasezx Min1ce, excLssivemenc t terre-alterre, (uel
les colimenlaieuLr' dii Code placcul, avec bien
dl'autres, sous la duiiorination do petlsl con-
rals el. qui, ialgid cela, no saurait porter
atteintce i la dignifi de I'avocat, pas plus que
!a consultation du nideccin no l'ahaisse au
niveau d'Wun artisan.
El bien ceci admis, ii faut se denander si
I'avocal plaidant au tribunal. defendant les
intdrcts de son client, en est lo reprisentani,
le imandataire, ou bien s'il se trouvci vis-L-vis
de co client dans la situation d'un lihromme qui
met son industrieau service d'un autre homnme
mloyennant salaire, par example du voiturier
vis- -vis de 1'rxpiediteur, du coninissionnaire
vis-a-v\is ducomnettant (6),del'arcliitectevis-i-
vis de colui qui fait construire, du Imaitre
comme on dit on droit, etc, en un mot, du loca-
tor operis vis-A-vis du conductor.
Pour ma part, miettanl tout.e vanity de cte,,
tout faux point, Je dignilA, je n'hesite pas un
instant I admeltre que la convention interve-
nue entire l'avocat et It plaideur est un louage
d'ouvrage, on pour precise un loincWe d'in-
dusl'ie pouvant s'analyser ainsi : d'uno part
l'obligation conlractie par I'avocatdedefendre
etldc proldger le client devant le tribunal
de l'aulre, I'obligation conlractee par le
client de payer a l'avocat une certain some
d'argent en remundration de son service,
sormme qui u'est qu'un salaire, mais que
l'on a pris I'habitude d'appeler honloraires a

(6 ) On a essayt do presenter le commis-
sionnair come uil inll dataire, en vertu
d'une espAce particuihre de inandat qu'on a
baptism du noim do mandate commerccial. 11 n'y
a l1 rien de serieux.


cause de 1'dclat, id prestige, de la haute di-
gnitc dent la profession d'avocat se trouve en-
tourde, depuis l'antiquite.
Beaucoup d'auteurs pourtanl, s'inspirant en
cola de la tradition romaine, risistent h cette
idIe.
Sitivant les uns, ii faut voir dans l'acte que
nous cherclhons a caracteriser un veritablee
inandat. C'esl I'opinion la plus faille el qui sc
defend le moinsbieu.
SYiivanl d'antres ( ils sont assez nonrl'eux )
il n'y ni nimandat, ni lounge d'ouvrage, mais
un control sui-cencris, en dehors des controls
spciaiux provus, pi ,ii. et riglementes par
1,s lois civiles.
Nous relrouvons la ine thdorie chire aux
Juri'sconsultes rornaiiis.
Le. Roimains, en effet, s'dtaient plu a con-
siddrei la profession d'avocat come tellement
noble et clevue, tellemenil au dessus des pe-
till calculs de I'goismne el deo la cupidit6 que,
pour la placer dans iune sphere ideale, pour
I'empeclher de a loinmber t nn degri inferieur
ofi elle subirail los conditions subalternes du
lounge d'ouvrage on du mandate ordinaire ,
leurs Jurisconsulles si clairs d'habitude et si
precis, si rigoureusement iogiquels surtout, s'd-
laienl laisses entrainerh A oscurcir Ics notion
les plussimples et les plus exacles.
Le lounag d'ouvrage, suivantleux, implique
un travail m atdricl qu'on remuncre, salaries;
quant aux icodecius, avocats, profeaseurs etc
don't I'assilaince se manifesto par des actes
imimathiriels, de pure intelligence, on les re-
compense, on ne les romuntre pas. Si bien

que pour resler en confornmit avec les regles,
il ne laudrait voir dansla convention formie
entire eI client et I'avocat ni un lounge d'ou-
vrage, ni un miandat au sens rigoureux du
mot, mais plutit un pacte rentrant dans la ca-
le4orie descontrats innomes. ( L. 5 2. D.
De prescriptis verbis.- Gains. I II, 146, 147. -
Insl. L. I1. T XXIV, de.locatione 4. ) -
Toute cetle thCorie, construite a grands frais
d'imagination, ( voir Pothier, mandate, no* 26
et suiv )ne repose sur rien de reel. Llle prendsa
source dans nn prejugi fort honorable cer-
tainement pour ceux qui on sont l'objet, mais
don't l'abandon, comme celui de tout pr6iug6, ne
saurait itre trop fortement recommend. ( 7 )

(7) Mr Ortolan, dans son commentaire des Ins-
titutes de Juslinien (1. 2. p. 325 ) apres
avoir expose les regles du droit remain con-
cernant les professions libhrales, ajoute : Bien
o que,dans cette distinction, 'namour-propre
r soit en premiere line, cependant elle ne
a manque pas d'avoir, au fond, quelque chose
4 de vrai. Personne, on son cour, ne croit










- 34 -


Quoiqu'il en soil, il imported, au risque de se
repeter, d'insister quelque pen ; car. malgre la
netletd de la these (que je souties, la pratique
persist A mirncounnaiire la verite juridique pour
s'attacher a "ancienne distinclioii.
Je prends la delinition d" loige dl'ouvri:ge
telle qu'elle est donnce par I'art 14.82 du code
civil don't lIs terrnes se oretrouvent exac!c-
inent dans ]'airt '17 du code civil l'rancais :
< Le louage d'ouvrage est wn co1tri't pur
lequel t'une des parties' s'enjofce a fair qu':l-
que chosepouir V'atrie, n.,.-,,. In prix
convenu entre elles. ))
L'hypothise ot nous sonumes ne runiit-elle
pas Ious les lemrents cnfermes dans la forinule
ci-dessus ? On n'en peut gunre douter, car on
Svoit :
1 I'avocal s'engageantafaire quelique chose
pour le client
o2 Le client de son c6tl s'en.ngean-l pah yer
i l'avocat un prix( Ic montant des honoraires)
convene entire cux.
Pourquoi done alors ine pas sgo; l aire d'une
distinction arlificielloe arbitraire et o Ie droi t
n'a rin A voir ? illese comprenail I la riigueuri
dans lessocietes antiques oi le Iravail miIIc-
riel Itait mcpris(, avili, faisant elncolrii'r iu n
mortede degradation i oci;!l, ;i liin quj cciux 'iii
exergaient une profession lildrale pouvaienl.
avoir de la repugnance A se voir comprendre
parmi lesindividus < viva nt de leurindustrie. A

( s'etre acquilti a prix d'argent envers Ie
a medecin qui a sauvx des doulenrs ou du dan-
a ger, envers le priccplweur qui a lirn6 let
a moral et cillive 1'espril, nv rs i'av')cal q'li
C s'est devoud a l cdfenis. ()n si-nti qti:e d,
tels services, rendns lhonoirabl'm'n, ne sin
pas l'objeit d'n conlral puremeilp;)ecInc' riire ;
a qu'undlement plus ilmmatMriel entredans Ie
( contract ct ione, l'arenllt doinn, on resie d'Ibi-
i teur de quclque atice chose noenre 'u'on hno
a le travail manuel. > Ce sotl lit de niiolhs
el gndrcosessjcoinsid rations,tliein diigns doe I's-
prit philosophique qui les a produites, et anux-
quelles nous adhdrons ple;llneentl, mais ee
qu'il fant constaler et laire ressoriil, c'est
que ceet client iiirnaletel vise par Ie celebre
jurisconsulle, c'esl-a-dire la I'- connaissan ce idu
client,ne fait pas pattic intog'rante du contract qui,
au point id deedu oil posi i', ne compronl que
le service rcndii et Ic prix en. argent de ce seir-
vice. ,e rIeste est di, pou0r ainsi dire, par des-
sus le narchi, et. ne l'st qci colinrie consd-
quence d'une obl,',;i '-,. morale dndii'e de
sanction effective et, par !i, relevant plus du
comur et de la cons:iciice qun; du code civil. -
Unautre deinent esprit, Mr. Renouard, ju-
risconsulte et dconomiste, tout en tenant compete


Combion les choscs olu chlangd depuis, je
in ai a l'apprendre a qui que c' soil. Doe nos
jours, iprlout oi I'lloion ne est libre ei la p;o-
priet6 protegi e par la loi, le travail, i-ous
loutes ses foriines, esi. hoinore, gtlorfi rneime,
el on a pl dire, a ..c quelqii' appai 'nce de r;.i-
son, quele X I Xe sitole e:;i, par excellence, le
Siecle de l'lndusl.tie.
Ne 1~i-. ; .. c doneic a de voir assigner i
nos ales prl'ofes'ioiiiels i11 rang lpltus on 1noi0ns
importal t l dans les caleog ries 'labli s par la
doctrine juridicque. La proIfession di avoca a
un pass' trop ,lorieuix, ir)p s cii'charl'6,' do no-
blesse eltd'ihot nnoir l ioii' r rledt o ei' line parcille
classiticatioi. ( i Ce qui Ilichausse a inore sins,
dit avec une grande i vaio e p|ensee, AIr.
< bauidrv Lacantiierie l'c:lal die ces oio-
Sflessions, ( les professions lilii'aleS ) cest
Squ'elles perim elieil de f'aire le l:in suir une
K vaste Ochelle. Apris ce la la q!alilic-ni.ion ju-
urnlitue que l'oii done A cNex qui lMs 'xer-
ceui t inii poi r peu : c'est la diglniti de I lioiii
iqji i ftit iclle do la proi essi o o ( i ii dry --
I .c;nlinerie. PIre:is de hoil civil. .i i p.

s5i1s co'iiipte r, ioii c ie qui regarded special :ienllt
Ii pirol'essioi d':i ocai qu'cile est sous la sauve-
.;r 'de l r iel de Iradiiions, d'Ine organisa-
lion gale die nature it la priser'ver do touie
alteinle dangereUsc, detout adaisseineiisocial.
1! resort de celie discussion qui e Livocal,

de co cl', dio la question, a su puoim ntl se de-
fiendre des enlrainieme;:i s dii suIin'iient el no
s'esl. pa, lai&ssc Agar'er. lMr. Hi en i tlaiitiliiarl,
renldant coiploe dt ses iravasti dit :
a( A, ve Mr. )uiergier. i] ( Air. Roen ad, )
a conie s te tide lorie dn mandi! gr atuil el
a trouve soplisiique I 'applialtion quii'opn fail.
< Ce qu'i y a lh, ce soe t des services rduimii -
res. tn'ils soienl itlellecii eltl ou O lmateriels. "
K ,ie'i nle t'era q e c: suit d'uIne miiani(re pui'e-
q mont accidentlle, el non envertu de sapro-
a fessioi, qu'un iiidecin, un avocal etc in oive
%de lounge, lover, location come trop pen re-
c. levee ouirop maltrielle ; I'aunlur du Droit
(]ndtusil'iel propos-e Io iio l.de conllratd ( resnc a-
ionl, ei ildoncne coete idoe de larges oelt eanu
devcloppeiients.
Revue des dcux Mondes. 1. Ao\ict 4880. "
11 est certain (que le travail et les diverse
piresttions aux quelles il pout donner lieu sonL
insuffisiilnio n let regleininte s par le -ode civit
qui pretenle cet ga'd de rigrettal)les lacmues.
Mais quelleque soit la ddnoinatioii adoptee
pour les contracts entire parltic'liers e. avocats,
rnedecins etc on ne pourra pas changerle fond
des choses.-










- 35 -


envisag1 sous le second aspect que nous avons
indique, est juridiquem(nt un loo.tor opris,
unhom rne qui vit de son indlnstr;e, rendant,
deis services et les faisant payer cqui les lui
deoande. II n'esl pas ilandalaire pace que
le mandat emport.e ic'essairie'met i .I de
rcprisentalion el que l'avocat ne reprisonte
pas son c ienl. 11 parie pour lui niais, ne parole
pas an somn norm. Il est encore moins ce quo les
jurisconsillles remains et, anprs cnx, uine
grand parlic des )omiiimentale0rs modernes
ont vonulu faire d liii : un ioilmne sans ca-
ractlere jtriique bien dliermind e. don't les
actes noime'aiCnl sonumis it auclun principle cer-
tain. -

III

Je puis, :naintenant, revenanti'ii. mon point
dedcpar l, fornuler lcs deux propositions qui
suivent :
lo (uaind i faith la prncedure, I'avocat haitien
We: 1n m1ni'awl,'ire, Lissant non seilernon pour
le cotiple' do( son client inais de plus on son
nom. Son Qole cut 6gard so rapproche doce-
iii de F'avoii iruian~lis, saufque e dernier est
un mn iudialare forc(, impose p ,arlaloii a 'indivi-
du qui veiat inliroduire une aciic eO n O jusilice.
2" Comnie consultant et coming d(ceinseur,
d6veloppant oradlement ses conclusions ou plu-
t6t les conclusions de son client, ddliendant et
pro[lgeant ce client, ii est, i l'4gal doe 'avoat.
fralncais, i n locator opeis, juridiquementassi-
milable an coimmissionnaire, an vnoi!urior.
Al]'architec:!c anu indecin, aui profressour, etc.
De IA !,necssiltde fire sesacles profession-
nels P'applicalion distributive des principles
soil. du mnatda!, soil du louage d'ouvrage sui-
vant qu'il avali, au moment d'agi", 'nn on
l'aulrecaraciLre.
Do ces deux caracleres le plus nolile, le plus
Pleve, colui qui xige clhez I'avocat .I pins
Sd. inil d'l how'ineur, esi le dernier. II est
avant tout defenseur. El quand il rest forc&-
ment dan;; les brousailles de ln procedure, il
no doit pas oubler quesa fonclion ne se re-
ieve et inese rehauss 1e que par Ins qualilts per-
sonnelles qu'll possedo et don't ]a revelation se
faith soit a l'audieiic oft par une parole sincere,
convaincue, claire, precise. loquenle par con-
siquent, it essaei d'amener les magistrats a ce
qu'il croit e la rite, soit A son cabinet oi,
en A1le-a-tete avec des clients, il recoit leurs
confidences el pent, d'in seul mot, les detour-
ner d'un process ruineux on scandaleux.

JUsTIN DEVOT.


LT DL:S 0'Bp TR {IGRS


Le sejour des 6eran'ers dans o!ir c i inys
d'adoption prdoccupe tous lis pays,
lopuis qelque lemnps. Quand on envi-
sageo cette grave question ct ls inoyens
employs pour la resoudre, des jilees
die deux ordres se prosenteni A l'esprit:
les unes dcoiomiques e! sociales, les an-
Ires politiques.
Leesprmiikes caraceIisent I';iAlio
des puissances europeennes qcii sirveil-
lent do pros l" ii i.. j' .,i. LEurc-
p en! 1poeir qu'il n'acc ,l' ';ic pi;ts le Ira-
vail reserveau regniicole. C('ost. lq[Ianld '-e
Ini-ci a le pain assured qi' I si t P irinis a
Son frf'e iiiiernatiomirld d1e wiinaider du
travail. \lme, les poi._n ,1! -. exigences
de la lltte pour la vie soln dcveiuii's Itl-
I"s, diepuis que les mi'chines o(. mnis
dinis I'inaction des milliers ct des il-
liers doe lras, que ce '-i' 11ii !ol, ',e 1'ocnd
soUVonl justice, p,'omnp[)l justice', cnsui-
vant routes les voies de l;i violence pour
Iri'rer I passage l'd10tl ; gor qiii vient
lui disuteor sa pilance. 11 le Ioreclera
Ias devant, le sangll ponr le cliasser de
I'atelier, d o la tralLchde', ''des d(I ks, 'Oul-
me on to voit dans .pros.lue loute I'Eu-
rop)o, qTinrl ce ii'est pas le gouverne-
rne:t qui s'en mile poniI' lio csser en i
b1loc, par plusienrs milliers, coiieo on
]'a vn en A.lloemarne et (.i RHussi.
Les id;cs politiques, cn c' quii (:on-
cerne la situation des 1lrangers, so font
jour en Ainerique: :Ilx Elols-lTuis dit
Nord, coimme dans les rIt;'i;!h ;l:oi in:;S ;c-
ricaines du Snud,et aux Anlillcs. lci, cela
lientl au ri6l que joue 0 l'I tr;lniglrm enlre
les parties qui se disputuln ie pouvoir.'
Dans ces pay- ohl los lulles lpolitiques
sonl si vives qu'on no regarded pIs la
main qui done, mais lo scouts lqu['i e
apporte, ii ne tarde pas a dePniirc elle-
inent prepondrantqu'il faitet .cfaitl son
gre les gouvernements, 1rien (qu'en se'-
vant deo point do ralliiineint au.x did-
Inens r'ictionnaires qui se forMrneni si
facilementl dans ces cen!r'Cs.
Nous gallons voir a quelles riEglrneni-
talions on est arrive depart et d'autre,
pour se garer du danger menagant.











- 36 -


Nous commencerons pir N ErMn
qui at renforcc', ii y a pein 1 l Ienys, sa
1gtislahiott. pat' le u dtlel du 2 Wok0e) I
1888. voici cormmnt, I
Les recen,,eetn'ls otL n i'~t'na'
pendanti ces VinuJt dietriio~r 11 108itt ,
ont pei-mis de cottsttl1'l (1110 l'ititii-
gt'atiut suit, en It laySqitnl ptogl01-

de la o lmItlationti 1 a 1,1o Cc income
ment sawis cc:;se -,rand~tissitnt d evaii A-~i

ais. 1)'o~ it Id 1( rniwdi Wtuttt Ot
quoe cique cMangerttf0l' tOtWsii i en M'Yaine'Q
ci y jouissat Idies ivan taes te lIa vie
tiionale, sits anroit, Me i llts all tio-
tuiuile, tusliloe di son Otigitlo et lie
s n idetniihi telle Wonidoti ISMtAn ili pivol,
tie tonte action jndniciaitc.
Pourt i'inteiligwctc0d c0 CIM Vat S11i\o
ii nons faut pubilk le Jopport a'Ii ii
edo c iectold sus patie, oi Iectl dctow Itti
IciflO. D'ailleui 0 s1, ils ne soiJ pa s bien
longs.

Vobci le texte du rappmor eL dn Gedrmt:
a IofnsiemuI to lPrimoiIt,
Les releves dn Ia sIntistiqlie Mcuiiioaitimnt quill
le numbme dnjl cunsildi'ayl e d'Mran;oi's Atdsidant
en Fiance saeciuit sans ces lue pair un iiouvemilll
d'hundmiatio n qii va lou clis pmopiwissauL.

aiteuli-R e mdu gouveinement et j'd pensd qu'T
exemple oce qtui se Ilidqti(Iue ci(e 'I I IPlIiit des
autres nations ii convienai'at do fhlot-le lVadmi-
nistration A inefi de conilitre les eond litions dins
lesquelles so Ipeod it 1'dtablisselnI ti nsutiMe ten-
ritoire ies peesounes on des fall nuli Nenes do

vJ'ai IPhomneni de soumetiro, 1 vet l eft, LI
vote signature, e ddciret ci-joint, q'i impose a oX
Mtiauigers, dQjAi AUlKs en Filaince on vniiatliii s'Wy
fixer, lolilogation de Iilo a l'au oilA doe Ion iAd-
sidenec des lleclnliaraoIis conemllmidtt lii i deiitite
et tomu nationaliti-. avec produiiction (de JIiices jus-
tificatives L Papllllii.
3 Ces dispositions no san cut solove' lodtime-
ment auculie prottstation fonddc sur ios engaxc-
ments conventionnels, JLuisqtio 1P1CC 01 plisseminll
des foemuaihds pr0csltlms ne donnwili liet A In pim-
coltioll d'aucune talX t doinelilrllm lt iicinent
gratlit. It est dailiies bieni otend" eie la nou-
volle 1cglelnentlltiou no s'ap~pliclfuel cilI'1u eti'angei~s
qui s loint eiriliviient fixes eilni nce ou 0 I (IlI
s'Wy Mtnlisscit ax-ec ]aI peri'5e Q bi mi n tilour
pro1ong6.
B es di spositions ne collixeeini Ips Jl os Matran-
gers (JUi wOit mioiflolltliilnld tit Id passage sUn no-
tie tel tilomm 1101( leinr' M lyilIc s I' on minms plaisiis.
1 Si los considlI~ntiois IJI!i piCcldoIt vou0 pa-


imislseilt suscep[itldus (lF ic aUpploll Ill eos je vou
seiri tr c llbh do tde vouloir Mion irvdln do vctio
siglialill'e te JIVOJOc de dtidle Ci-joiillt
\inleuilz agr ciq, em.





iiiiiie oil ix 1oitl 6,ir dent do c m)si d ed, fiii lisclre
U pr,~li L no: lul [ l d 10i



8ir do lioliti viv' J "i f aireh I lo l elli de1 in iCulnt-





11(1001 Oii'lie 'L'
t I I l u 01 pi(n'flolit -Cct 00 50 line dfCcla-




ati on e lu til,; Iilirt n, ml a cant: u tt:a
0) 20 ) ilatiomlitO-






i, :3ot. ic loll odla~t o Iai~ir 111110 10 51 11>511
a l 30 lie f i II t la idioe de a ICi c ie
i Si professio oil Cu s 05 di110\l'1 ( lo',SteiCle c
Le0 oom 110111 e I t I0l -, natl'illi[l Jie siI 51 foiuiie






Jiil4fl I ll IiXiin i 'l~a i u~lz:a i~t~icc


Icull r dcet tin de'larc II 110111 lriiii~ lICidl11 Itiiiii~
o u d lcPn totiid (I wel r mi 1c I diii son 0mum-

a it. i de S llaCidl1ion. s'il f1'est lipns poir nsu
de co piet it 1>101 em a in 011r, a%1 ectit In probli'me
'[itl noiitvt ( dtcllli'lnlljcn 0 Ini 11010 de d tl~ l i 110(1



110 Id COlidlltine Onra l'oii i tixdl 51 idL`iot'
jgit 4. if)21 5 1 YiCCn t luhu ldises 1Il"i




ceiAl .2!s s (lrlt }l''(?Plit.e 1111 Illo i tl'

pau II'liciIt (ridd ide C Mie t Aiy i itiS a" 0" p&0 d IuI'


d e I 1 1 d ( L u 0 n l b icc u 1 ,r l cl ~ I b iC u i ici l o 1. ii ~
111 lrillt.l3c- El i ill do I oxdculi n ii (to i doimiscit

Cl't ii 1.~~ c'~l~o~le1~
(1 illi II JIsi is, J o 2 l(O ili I!lSS~li(l. '
unLe nmmdh dhbm!:n "m U dwmA W make
deA oimnune oij juyger untHx, sa owdnce
a 11111 i l in ll donc et i 1t1orico'id lncie







o Sitripd Clsnli s procfos '.
pa ple pris l idknt i dt ;il ldlc ubliljnul
SSi ailll d .\ IIu ellV.01

N'aiiitenanit, ]'allilni nllsirtt IiiiI ftattcatsnie
jrelI)0a toi(LI 3 icl~loii 181U ar ticl 7.'ittii








d Art.Bsi.ncc P 'Ic'rd I.U MItMaelI itleiS-
tincl'mt Pati u 2otnent or u'lssrjont188 n t
en France d Nott, Ia jutisprutince IMob-









- 37


tive i application d dducret dn 2 Octo-
bre'1888 6eablit troiscategories distinctes
d'etrangers qu'elle considi~re come
residant en France. Ce soit :
lo. L'elranger qui vil en France,
sans savoir s'il retournera :inais dans
son pays d' ;.-';'Ie.
2o. L'elranger qui sijourne en France
pour une duree indelcrminiie et don't il
ne pent actucllement pr:ciser le term.
30. L'dtranger qui se lixe en France
pour un temps pievu mais dans des
conditiousd'dlabiissement dii otani chez
]ui l'absence an i moins moieutanee de
esprit de relounr.
II sen suit donc lo. que les strangers
qui vouil pas:,er uue season el France ;
2o. que les voyageurs de commerce qui
volt iraitei des aires pour repasser
ensuite la fronltire; 3o que les ouvriers
eiran gers venus cii Frla ce pour in e du iree
iiterminii(e ,4o.quelesouv'vi:i s uomiades,
ambulants 6tr,anges, etc, ne sont pas
astreiiits la l d claration de residence.
C'est ici I'oc:usion de fire remarquer
que I'etrangerneresle pas moiiis souinis
aux disposilions des lois des 19 et
22 juillet 1791, Inoiamment a I'article 7
de la loi du 3 decembre 1849 quiaccorde
au Ministre de I'ltnterieur un pouvoir
discr tionnaire en mali re d''expulsion.


Nous lie ponvons laisser passer saus
examen la ioirmalite die I'amission a
domicile, car elle amnile pro nplemient,
mname forcement, a l'obtelion de la
quality de I't n ii -.
L'etranger, on le sail, ne jouit en
France que de cerlaines des preroga-
tives altachees At la quality de citoyen. I1
a le droit de paraitre en justice comme
demanideur, mais ii doit, au prealable,
fournir caution ; il pent Otre entendu
come temoiii devant un tribunal, mais
il ne peut servir de temo:ns dans un
acte authelique ouun testament ; il a
les droits de famille, mais ii ne peutotre
tuteur ou adopter un F: I, l, ; it ne
peut remplir la plupart des functions
publiques ; il peut 6tre expulst du ter-
ritoire par simple arrOt de police, etc.
Maisil est pour lui un moyende sortir
en partiede cet 6tat d'inf6rioritd c'est


I'admission a domicile. Alors, il devient
capable d'adopter et ld'lrc adopted, et il
n'est pias exclu dtii b)neice de cession
de biens. Sans ctre compllAlment assi-
milable au f- n 1i-, il jouit dans ses
rapports nvec d'autres strangers des
mnmes privileges qiue les franqais,c'est-
a-dire qu'il peut les aclionner devant
les Iribunaux francais et exiger 'eux, le
c;is echlint, la caution judicatumi solvi.
Pour obleniri la faveur d'etre adimis A
domicile, 1'dtranger doit dresser au
Minister e le la justice (bureau du scean)
une demalde sur pupier limbr&, accom-
p:igniee e son acted de naissance. Cette
demaindi estl raisisnise an chef de l'Etat
qui est toujours inaitrl e de la rejeter. Si
elle est accueilie favorablement, ell?
.do no lieu a un dcret, dont une amnpli-
alion est demise A l'leranger qu il con-
cernie. Cependant, come en Fiance la
justice i'est pas gratuite, l'Mtrangei doit
encore veerser a Tresor 175 francs pour
drolls de sceau, d'enregistrement et
td'honortai es du rel'fere iidre. II est vrai
que Ie gouveriielnelnt peut lui fire re-
riise du ver.semeil, mais le cas est rare.
L'etranger, une toisaitis a domicile,
conserve toujourssa nationalist, quoique
compllenment assimildi aux Fr'angais au
point de vue des droits ciils; il ne
reste plus prive que des droits publics
droitss de voie, tdroit de remp'ir routes
functions de I'Elat, des dleparlemonts ou
des comnmunes, etc) et le Ministre de
]'litc;rieur peut tonjours lui enjoiindro
de quilter le territoiref I ii mais la
measure cesse d'avoir effet, si dans les
deux mois un dderet n'a pas revoque
l'autorisation d'a.nmission it dom01ciie.
.


Cette disposition de l'admission a do-
micile, cousacrie depuis lougteinpsparla
loi frauinaise, est jugde tellement inpor-
tante qu'elle a d16 etendue a lIa femme
de l'autorise et it ses enfants qui Wtaieni
miners au moment du ddcret d'autori-
sation ( article 13 du code civil modifi6
par laloi du 26 Juin 4889.) Comme on le
voit, on ne tient pas seulement le domi-
cilid, mais sa femine, ses eafants mi-
neurs. On en facility la naturalisation,
on l'impose mime dans certainscas,parce-









- 38 -


qu'on admet que si les naturalists ne
deviennentpas tous d'excellentsfrangais,
i!n'en sera p'.sde m6me de leursenfrants.
A la second gendiation, le danger dis-
paraitraetl'avenir sera I, I I.'
On s'est beaucoup cmu en Franice des
inconvdnieni tsdel'envah issem ent souvent
pacifique des lrlangers, mais parfois
inquietant. I1 a fall computer avec les
preoccupations publiques, lenir compete
de I'opinion des meilleurs esprits qui
sont d'avis qu'il faut reslrrindre par des
moyens 1,'"..n-. celte affluencedes dtran-
gers ktablis sur le .ol fr ... i;, jouissanti
de tous les avant Iges du citoyen sins on
subir les changes. 11s ne venlent pluis
tolrerquedes lhommes vivant en France,
nis en France, conlinuent a ydemieureir,
it y fire leurs affairs, cchappant ;an
service militaire et exergant, an dCiri-
ment des f: .i i-, la concurrencela plus
redoubtable
Dans notre pr'ochain article, nous exa-
minerons raiidemente la lgislatioln des
autres 6ta s de 1'Europe, nons jelIerons
uncoup-d',fil en Animrique, ct nous em-
ploieronsle resie delay place qui nous est
rdserveel I't tudee de la legislation haNi-
tienne des 6it II-. cs.

J. J. CHANCY


REVUE DES TRIBUNAUX



Sous ce titre, la Revu e de Lgislation
publiera, daus thaque nun'ro, une ana
lyse de jugements at an'rIs renl us par
nos dillfrents riib inmtux coin)ortanit Ji
solution de questions intoressanles do
jurisprudelice. Nou s nos abstiendroins
rigoureusmneiit doe toute allusion per-
sonnelle. Nous resterons corstamment.
dans le domain de la science pure. -
Ce premier entretiett est consacre a
1'examen de quelques jngemients du tri-
bunal civil de Port-au-Prince.
1. Celai qui introduit en justice
unwe demand, en qualild de propriftaire
d'imnmeuble, doit-il men.tionneir dans
l'acle d'ajournement lenuintr'o. delaquit-


stance du Conseil communal constatant
le i)aiement de l'imlpot locatif ? -
Le tribunal civil de Port-au-Piince, par
un jugement en daltedu Blvriet dernier,
a decide ,]atlic'lmiert. CetLo decision
nous semble bone. Elle est d'ailleurs
conforme it la jurisprudence du Tribunal
de cassation. Ein matire de pA n.dit.
tout est de droit 6Etroil. LI'rticie 32 de la
loi du 27 octobre 1877 no concern que
les personnel soumises au droit de pa-
tente ; il i'y est nullcment question de
I'impot localif. -
2. Le 2 mars dernier, le tribunal
civil a renAduun jugement ;ssez curieux.
A, dihbiteur hypoiwicairede B, assigre
celni-ci et pr(reseine diffirentschets de dte-
inandes. Le tribunal, apires avoir stattn
.sur tons los chefs ct ies avoir rejetes. a
condamlii cepjwlldat le der auldeur a
r'pondre au fond Qu( l fond ros!e-t-il,
ptuiqne tonus s lputinl poris dars l'aute
introducltifl'i isIa ce ou t Oti d bLattus
el jughs ? -- Ie jnge n'est lid que par
I'assigLiation ; il n'a Ip,s a s'inquidter
des questioiis 1uii ri'ysu t pas mention-
nees.
3. (Quaud a-i-il chose i;...... L'ar-
tile 1i36 do code civil pose la : -. I a
ce sujet: L'auiorite de la cnose jugte
t n'a lien qu' l';gard do ce q i at fait
( i'objet du jugement, etc, .
Voldi la premiere condition : il aut
que i;n questionn qi est une second fois
sonniise au tribunal aitl ele dia i'objet
('un e decision ; peu imported que les
aulres conditions inscrites danis 'article
1136 existenii dans :a nouvelle demand;
si ce premier cldm:en ne s' y trouve pas,
i nie sauyrait y avoir dHose jngee. A ce
point dM evi, un j' ue 1 du moiii do fe-
vrie (ioi'ntit', rel inu t ar le tribunal civil
nlous sen!ite avoir Musseneint appliqui
1'irlicle 13I dui codecivil.Voici 1'cspece
qui se preseniail evant les judges. A et B
hb ritieri s d S-iC'- C( ei paiomlent d'une somnme
douL ils pre-ienlntaient celui-ci d0bileur
ie lour aiteur. C s born, dans sa st-
lfonise,a demiii an erqut li ii el 3 proivassent.
i'e: di code civil ) A et B proposlent l'en-
qmite,, que le Irib ih l neo crut pas de-
voir ordonn.r, la preuve Lestimoniale











l'etant, pas admise lorsqu'il s'agit d'une
soimme ovaleur de plus de 16 gourles
par jugement du 21 octobre 1887, les
demnideuirs furent, en consequence, dd-
clares !on recevables en leur emande.
Ce ji,._- .. l.. a acquis l'aiutoriW de li
chose iuaee. A el B, par acte do 10
juillet 1.'i'l reproduisirent leur action
contre C, en la faisant suivre celle fois
d'une demand d'interrop loire sur fails
et articles, qui flit admise parlelrilm nal.
Mais le dcldendeur, apple devant eI .lge
,I:-l .,'- Ipour faire I'iilteirogatoire, pro-
testa et reftusa de repondre. A i'audientce
publique, il oppose a sesadversairesl'ex-
ception de chose jugee, base -,ur I'ar-
icle 1136 du code civil. Le tribunal ad-
mit cette prevention. Non croyois cette
decision crronte. Le premier Ilement, de
de la chose jugee man quat. Qu'avait, en
ellet, deciai le jugement du 27 oclohre
1887 ? Que la preuve offerte u'6tait pas
admissible, ce qui rendail la demand
irrecevable ; mais lademande n'avait pas
etceca, tee au fond ; le tribunal n'avait
pas dit, par exemple, que C avait paye.
Les demandeurs avaient done bien !e
droit de reproduire leur aLion, en I ac-
coinpugnant decequ'ils croyaient Btre de
nouvelles preu'es. Le tribunal devaitexa-
miner lent pretlen ion. -


Signalons, parmiles measures prises par
le Conseil de discipline de I'Ordre des a-


vocas de cetle juridiction, pour s;.uve-
garder la dignity del'Oidreotelconcilierses
reglemnenls avec les necessilds de In pl'a-
tiqiue judic'iaire, la deci-ion suivantle:
(( Qua n un permi, sera telivnr a'i un
avocat tpunlrue dur ci exc&eani un
miois, ilcoinporteia, comiin par le passe,
dispense de plaider jusilu'a 'expiration
du terme prevu. Mais au Iont du mois,
satf les cas 14gaux de force majenre
d'-nonc6s an Baltounier. le bencliciaire
sera tenu de designer tels confrires de
sn choixpour l'expedilioi des al; iresen
instance, souspeine de pi'dre I'avan-
tuge total du permit. )

A. BONAMY.


B1BLTOGRAPHIE



Nous recominandolls t I'illenlioi de tons
ceux tii s'inieressent auix 6s uides juii'lilues
le nouveau volume du IBulletin dles anrre
du Irilbnal de Cassation (uimi6es 1889-1890 )
recieillis et puhblis par MN. le Secrl taire
d'Elatl D. Jean-Josepih, ancien Preideunt du
Tribunal de cassation, et le code civil d'lHliti
anuolie par AM. Louis Borno, professleir a
'Ecol ie de droit. Nous n'avons pas A aire
l'dloge e ces deux iientlh 's de la Socille de
Leislalion : leurs ouvragas parlenil loquem-
nient pour eux.
LE COMITY.


ERRATUM :

Rdunion du 21 mars- page 25, 2"nu colonne, 47e ligne- an lieu de:
Sle depositaire imprevoyant ne pourra-1-il pas Otre rendu responsible?) lire: ele
depositaire imprevoyant ne pourra pas ,tre rendu responsable))...


GERANT-RESPONSABLE: GEORGES SYLVAIN.









- 87 -


SMEANES Lkl SOCIMT .
( EXTRAITS DES PRPOCES-VERBAUX. )

Reunion du 98 juillet.- A cette reu-
nion on sont presents M.M. Preston,
Sylvain, Leger, Lespinasse, Laforest,
Heraux, Baussan, Bonamy, on achlve
Iorgaiisation de la s;ance de reception
de M.M. Deslandes et Lalleur, renvoye
au 4 aoit Puis, M. le Secretaire com-
munique a a Societl une lettre de Mr.
L. Bernadel, juge d'instruction pres le
Tribunal civil de Port-de-Paix, deman-
dant l'avis de la Sociedt sur une dii'li-
cultd te drhoit. M. Ldger est designed
pour faire uu rapport sup la question.
M. Lespinasse fait voler la mise at 'e-
ti le de la question suiv'nie: Y a-t-il
lieu de supprimer la juridictioii com-
merciale, teile qu'elle esL constitute ac-
tuellement, et par quoi pourrait-ou la
roimploce, le cas 6chliant '?
On fiitL par la lecture de la coires-
pondiance echangee avec les bibliotlit-
caires de i'Ecole de doit ( Paris ) et de
la Sorbonne, les cotnservaiteu's de la Bi-
bliothique Natioalc et de la Bibliotli-
que SL.-Genevi6ve, a qui le comnite a dd-
cidd de laire le service gratuit lde la
Revue, et qui lui en out expritnl laurs
rein lrci. nets.
JiRduion du 1i Wo1d ( extraord. )

Presents: M. M. Ptreson, Sylvain, La-
forest,B onamy, Bat, Bnssan, Jean-Joseplh,
PIaroli, Borno, Lalteur.
Iendent I co mpte de leu r i mission les coin
missaires, noinmis : pour prdsonter les
condoldances de laSoci te ei Mr. J .J. Chan-
cy; (M.M.Laforest, Lalleur, Lespinasse.)
pour 'repdsenter la Socidte a linaugu-
ration de la salle de conferences de la
Society biblique ( Laforest, [Ieraux, Bu-
namy ) ; et pourl porter a Ml.. M. Lespi-
nasse eL Marcelin, promus aux ionc-
tions de Secretaires d'Etat, les compli-
ments de la SocitLe.
M. le Secretaire done communica-
tion d'unequestion posee par M. Lalanne
fils, juge au tribunal civil de Port-de-
Paix.


a Un i oje, renvoiy par ar'r't du tri-
1nInal de Co ss'[n par devuian iIt u"iriu-
Hal correciionT0'el, [pou0r y 'e jud et
(liii n'esi pas en prison, peut-il prle tdre
sie'ge comitn judge ldas le- affairs pen-
dattos dc son Tribunial *
a A\u cas (do negative, doit-il iTre por-
lesu lr o io'gistr'e L e opo.ilie9 Sos appoin-
lemonis cou'il.-ils?
( S'l' vionl. 't l otr'e condutlann e o n-
tre, pour fail de vol, aprts sa peinO, no
ri'preld-il pa; doe pleini lroil, ses fone-
lions '? )
UIt inemembrc.- Lt solution doe ces
questions eMt bieio simple.--
Prdvntiu, ce iimacisl'a;t peat ltre ac-
quitle: il continue doiir a jouir de ses
inppIoitelcmnm l As c. ;'I re eporiLt sur Ie rd-
gistro do( poit[e; 1 po url'ait contiiner
.- I n. -, i t a .- -, si tls conivelnanceo
nI lui eni rasaicint l ne ii terdiction s fl'-
fisanle. Con"hIiiin-id, it peod ses droits
civil et politiques, et par consequent,
toute aptlittude exorcer ses Lonictions.
JM. /(aron.- Solution confornie en
[ons points A la lot.
I ;arL. 330 lu code Pdnal dispose, en
elfei, ainsi, (' ali nea.-
S. Los coupables doe vuls t loltatives de
vols lrivus au prentI article seront do
plus inlerdits des droits civil et politi-
ques pi'\'us en I'arlicle 28 du present
code cl envoys AV lemnjs sous la surveil-
lanc:e de la police de l'Etal.
ArL 288.Les tribii aux jugeant correc-
lio incllement, [poiiront, dant certain
cas, interdire, en toutou ou en plrie,
i'exercice des droits iolitilues, civils,
el dle funillo suivants: to. de voile t
d'election ; 2o. d'li. h1ilile ; 3o. d'dice
apple ou niotune aux fonctiois tie jur6
ou au ires fonctions pnbliqtues on aux
emIplois publics de I'adininistration, to
d'exercer ces fomltions ou emplois; Io.
de port d'armes ; 5o. de vote et de suf-
frag e dans Jcs ddlibraHtions de famille ;
Go. ld'ctre tuleur, curateur, si ce n'est
de ses enfants, et sur l'avis seulement
du conseil de famille; 7o. d'idre expert
ou employee come temoins daus les
actes; 8o0 de '*,I'i..I.I.' eon justice,
autrement que pour y lare de simple
ddclatations:
M4. Baussan pose a son tour la ques-










- 88 -


tion suivante: ( L'haitien qui accepted
d'etre consul d'une puissance 'h i-._ 're
perd-il sa quality d'Haitien? Peut-il Mtre
avocat ?
La discussion en est renvoyee a l'une
des prochaines s6ances.
M. Baron, rapporteur de la commis-
sion charge d'etudier le proiet de con-
trat de soci6te anonyme, soumis a l'exa-
mende la socite6 deLegislationparS.Exc.
le President de la RBpublique, done
lecture de son Rapport, (reproduit ci-
apres), qui, mis en discussion, est vote,
sous le benelice dequelques observaioins
et explications presentees par M. le Soe
cr4taire et par le Rapporleur lui-meme.
M. Baussan.- Messieurs, permettez-
moi d'appeler voireattentionsurun point
important. Je suis ('avis que: quels que
soientles beaux discourse et les belles
promesses, ce pays n e e relivera que part
le ddveloppement de i'agriculture. Or,
il esttristo de constater que nousneno us
en occupons pas d'ure fagon efficatce.
II revient a la Societe de Legislation
de profiter de la paix actuelle pour pren-
dre en main cetle question vi tale, essen-
tielle aux progr6s d'Haiti, en provoquant
toutd'abordlardforme denotrecoderural.
Le code rural a 6t6 mis de c6lt depuis
longtemps; il ne sert pas; il n'existe
plus. Qu'une commission soit formie
pour l',tudier; voir les modifications ta v
apporter, et ensuite,nous soumellronsle
rdsultatdenosinvestigationsauxPouvoirs
Publics.
M. le President.- Acde est pris de
cette proposition pour une discussion
ulterieure.
M. Jean-Joseph.-- 11 ne faudra pas ou-
blier dans cette discussion que nous ne
ne sommes pas une sociWtL privie, et
que nos etudes ne peuvent porter que
sur des questions de principes.
La seance est lce'e.

ERRATUM:
No 5
Page 72.
le colonne,5e alinda.Aulieu de : ,pour
laquelle intervenait une loi ) lire: ((pour
laquelle intervenait un acte 16gislatif.


Communication de S. Ex. le
President d'Haiti


Port-au-Prince, le 6 Aoit "1892.
IIIPPOLYTE,
PRESIDENT D'JIAITI.
Aux membres de la Socidid de Ldgis-
lation.
MIessieurs,
Monsieur Henry Etienne, du Cap-Hai-
tien, m'a soumis 1'acte constitutif d'une
society anonyme, industrielle et agri-
cole, en sollicitant de moi l'autorisation
et l'approbation continues dans 'article
37 du code de commerce. Avant de r6-
pondre at sa demand, je veux savoirsi cet-
te soci te, qni pourrademain 6mettre des
aclions an porleur, rdnnit toules les con-
dilions de iarantie dUsirables pour 1''d-
pargned Iinlienne. C'est ponrquoi, con-
naissant votre compelencee je vous prie
de vouloir bien examiner cet acte que je
vous communique ci-join t et de me fire
connaitre le rdsultat de vote exaamen.
Recevez, Messieurs, avec mes meil-
leurs remerciments en la Patrie, l'assu-
rance de ms sentiments distinguds.
( signed ) HYPPOLITE


Port-au-Prince, 8 AoCtt 1892.
Monsieur le President,
Nous avons recu avec plaisir votre
lettre en date dlu Aooit courani, accom-
pagnee du project de contract de MA1 Henry
Etienne, que vous nous avez fail I'hon-
neur de soumettroe a examenn de la So-
ci6td de LUgislation. Les membres de la
Socield sont convoques pour en prendre
prochainement communication et en
commencer aussit6t 1'4tude.
Nous tenons d'ores et dtja a vous re-
mercier de la confiance que vous t6moi-
gnez dans les lumieres e': le patriotism
disintlress6 de la Societe de Ldgisla-









- 89 -


tion, el vous prions de croire que nous
ferons tous nos ellorts pour la jusiiier.
Veuillez agr&6er, M. le Prisident, t'as-
surance di profound respect ;avec leque!
je suis
devoltr Excellence
le devour serviteur,

I. P'ESTONT,

President t de lSocidCe e i .' '. I .'on.


Confor'mIment aux terms de la cor-
responldance qui. preidce, l'acte constli-
tutif de la future o Sociit industrielle ct
agricole, soumis a i' examei il'une conm-
mission, composer de MAL, Georges Syl-
vain, E iond Lespinasse et F. Biaron, lit
l'objet d'uan apport qui, aprJs la discus-
sion et Ie vote de FA'ssemblee des mem-
b res de la Soci6tV de Legisiation, a eil
adresse au Prisident de la Rejpublique.

R PORTT


Messieurs et Colligues,

Avant de vous parler du resultat de
1'examen que nous avons faiL de l'acte
constitutif d'une socip't (ainonyme, in-
dustrielle l agrico!l, que se proposent
d'elablir los honorables citoyens Nord
Alexis, Monpoint jeune,Edmond FIe6re,
Jerome Adhdmar Auguste, Raoul Au-
guste, Dauphin Pierre Zephir, Henry
Etienne et Turenne Jean Gilles, du Cap-
Haittle, et qu'ils ont sournis, con-
form6ment ft I'ar'.icle 37 du code de
commerce, par l'intermndiaite de fun
des socidtaires et membres fondateurs,

Art. 5. Le fonds social so compose : lo. de ....
actions libiCe:s A rpartiir entire les membres fon-
dateurs et hIomines spidc)iaItx dont le concours,
indispensable it la rdalisation dui but que so pro-
pose Ja Sociitt', devra itre rdtriibud d'une fac'on
toute particuliro avec l'approbation des imemic es
signatirui es et tdcs adminiistii'. turIs : o. d'une
soimme de 000 actions, qui scionlt dIisCes au prix
de [i0 gourdes I'unlc .
lEnsemlle, ..... actions dominant droit chatcune
i ...... de 'actil social et de ses products.
Art.' 9. La cession des actions nominatives
s'opire pa' un t ranIslert sur les registres de la


- le sieur Henry Etienne, 'i l'auto-
risation et A l'approlation du Chef de
I'Elat,- permeltez-nous de vous ex-
primer ltoute la satisfaction patriotique
que uto ts nivons ressentie de voir s'aftir-
iner, d'uUe maniire si heureuse pour le
P'as, Ie bienfait si lnin.- emps preconise
de h'ini',ialive prive et de Fassociation
des. ctaux.-Ce reveil du patriotism
et des sentiments g-ndreux est dl'un bou
aun re pour 1'avancement reel de notre
sociedt. 1 vient s'ajouter puissam-
ment aux elforts que faith le Gouverne-
m oint en gii6ral, pour fire revive lin-
dustrie national sons toutes ses former,
et principalemenl, I'Agriculture donlles
resources peuvent troe si ,1 ii.-.I I.'I et
si fructueusement exploitles..- Aussi,
peusons-nous avec ratson que vous no
manquerez pas d'applaudir avec nous at
ce mouvemen tripac'ateur ([ui, b)ien com-
pris et bien dirige, facilitera la ticthe des
pou'oirs p!)ublics, anxieuxde rdpondreaux
aspirations nouvelles de notre socidtd et
de reveillerle goit du travail par le ddve-
loppement assur( de l'industrie national.
- Cettle preoccupation ardent resort
aussi pour nous de 1'empressement du
Chef de l'E.at a accueillir avec bienveil-
ance le noble projet.d.coes citoyens, tout
en cherchant it I'entourer des precieuses
garanties appeldes ;t en assure la bonne
application et la vitality.
Nous vous presenton:s done avec con-
fiance eo r&sultal de I'examen approfondi
de I'acte que vous nous avez soumis
tout en vous priant de le parfaire et de
tenit compto des observations qu'il nous
a -_.., i.' et de l.h bonne intention que
nous avous eue de repondre, autant
qu'il nous l'a dte possible, it votre just
attente,

Socidtd, signed par Ic cdant et le cessionnaire et
I'un dos adninistrateurs. Le tire conticndra
mention dui translert.
Celte cession est subordonnee i I'agriment du
conscil d'adiministration.
Los actions ipurront tr'e converties en actions au
porter, par dIlib6ration de l'AsseCnmblde gindrale.
La; cession des actions ia porteiir s'operera par
la simple (tradition dit itrie.
Art. 11. Apt6is l'aciuittoment des charges mnen-
tionnd es dans l'art. '13,.il sora oplr clihaque anneJe
mu pl'rilvemnent destiny( a conslituer un lfnds de
reserve pour les depenses extraordinaires ou irn-










- 90 -


jcr'e OBSERVATION.
[I imporle (e .l6termi-ler (lius ]'ar-
tide 5 de I'acle constitutil lo socicd;, la
part des actions lib.dies t emeore,
afin que le rendoment des capitaux
reellement verses ne puisse dtre absorbed
par le capital (ieti de !a socidle.

2o ()OSERiVATION
L'article 9, en prlvoyant le cas de ces-
sion des actions, dit dans son denxiAine
alinea qie cette cession doit 6tre subor-
donn!e i j'agremeont du conseil d'admi-
nistration. Or. i lest de l'essence dessocid-
tIsanonyrnes de viser descapitauxplut.t,
que des personnel. Restreindie la
libre transmission des actions, en la
subordonnan i t l'agre ient d'un conseil
d'adminislration, c'estl done, en nnece'-
laine mesnre, aller a 1'encontre du buti
(de ces soci6tds et de leninllrnit bien en-
tendu. Un actionnaire v a tonjours le
droit de ceder, quo[nrd bon ui sciemile,
les actions qu'il 1ossde et lacessio iqu'il
enconsentne doit rencontrer aucn ob)s-
tacle dans la volont6 capricieuse de qui
que ce soit. -En agissant autremoen, la
socilee immobilisecait prejque de force
entire les mains du dit actionnaire ses
capitaux, alo'rs qu'il portrait en avoir
le plus besoin.

3e OBSERVATION
A l'article H,. -- 11 serait bon rde dd-
terminer locliffre maiximumndu fonds de
reserve, afin do prevenir toute surprise.

prdvues. Ce Inrdlicvemn nt 11o poM'rl a IL 'e infi'ri url
olu viingliinle des ))(,i'fices nets.
Lorsque la rIMi rve nura nalcint lo clhiffro de .....
gouirdes, It prIdlePvO enlt polln'ra i'ti 'r si spienldu,
i I'rprendral i son cours aussiti t (quoe fonds do
rids've sa1' desrendlu ll-detssous do co cliifre..
Arl 17. Los adminiistrlalesllr ; sontl. nonnlll s enl
Assemble g6nrMi'en(rilr n scrulin socret..
Le proces-verlhol de la sii'nce constain'a I'ac-
coptation des atdr)inislrateurs prIsenfs I'Asscni-
Wlee.
P1rI dilrog'atioln ;ian I'i sent arlich 1 pi'remier
counsel d'adminisitration snoa c'ilmpse '' es slurs'
Henry Etienno. Pr1sidenlt. Borlno 10 mlllni nt, vice-
Presidel nt, Edi-nond l;rllre, Raloni Angll'sto I.t
Jidraue Adliuina Augusto, nioelmreS loIulateurs
de la S tocitd. u
.r,. :S l'Hs. d drooi !33!!!r d ld 'AIss lIA, i ''O
generate tout titulaire ou porteur de 10 actions.


r OBSERVATION
II exisle, en c0 q ,iu !, ,loucie lA O'i i 1.n,-
lion des p)remNiers adminiistralotrs, une
contradiction entire ies terms do l'ar-
ticle 17, 3e. alini', et caunx des articles
33, 2e. alinMa el iG.- En o!fet, l'article
17 dispose quo par ddrogation au droit
de I'asemblee gcideral e o nomnierl les
administraleurs aun scruin secret. Ie pre-
mier conseil administration sera;. coni-
posidessienrs H n ryv Elinne, prident,
Bor oM10 Tnnpoin t, vice-presidrent, Ed mond
Fe i re, [Ro] A ulnste eLJ 1 roin eAdhlli ar
Angnusl, membres fonilaleurs de la so-
ci6le, tanlis qu'aux articles 3'1, 2e.
aliiia et :36, I'on constate : '1 que dans
les assernblcs appelies a approuver la
reartilioin ienlionne At l'arlicile ot a
no mmer les premiers tadinii0strat(urs e[
kls commi ss;ires, tout action; >iirc quel-
que soil, lo nomnbr'e deals actions don't it
est poreur, est adinis i prenide part
anx delihd('ralions et que, 2les delibd-
rations qui out iour olbjet, enlr'autres
chases, la nomination ,l de.S p)remiers aid-
minMistroteurs, ne peinvent itre valable-
ment prises qul'avc le concoirs d'aclion-
naires rhlunissant au moins la moitie du
capital social.
11 serait utile de concilier centre olles
les dispositions de ces articles.
5e OBSERVATION
L'arlicle 29 laisse aux premiers amiii-
nistlraeurs le soin de nommrer trois
commissai res.- Ces commissai;res 0 Cantl


Dans lIes Assotrnlb es appehli's t aIpprouver 1a
irdjparlltiolln mlCnti(onlie on l l'art. F) of tl 11 no1111n Cr
los l'IiiiIR:ns admniiislrae tlurs et les coiniissaires,
tout actionlll lirl', (qu1 l (tiIe soit le lno0ll1 rl' dos la
fions doni il ost porlour, est admis a j'riondre
Jpirl nx ddlihdrations.
NIIl no jwla repri'si' nter un acl ionnai s'il
n'Ost aclionii mire l i-nl e : la forIlln dlos ip u-
voirs rst di 'l uiO minde par le consoil dIl 'adnills-
tralion.
Art. 3i. Los d(Ilib!) lrafions qui out pour objet :
I'atiprod)afon el la r'|artition mentionniees en
I'ai'5. d :) ; l o;ih i;l ,o.I des P!fi- I'la lf s adl inlislra-
t lurs,' etc .... ne, pt; nvel nt n l I'tet valulblmelllcnt | ll ises
qu'avoc le contours d'actioniaires rdunissant a1u
loins l moitid dii capilal social.
Ar 2t. O I,. II ret institud in cIImnliiss irad t com-
pos d' :i j]"i i -solnes : Io- colinllissn i ral' sont
nomintdfes par I'Assemblee ginerale de la Soci6te,










- 91 -


les contrdleurs des admninistrateurs, se-
raient plus convenablement choisis e'
norinds pa.r I'assemblee goinira!e des
aclionnaires.
(G OBSERVATION.
A la disposition de l'article 32, 2e. aii
nda, il y aurait lieu de fire l'addition
suivante ; ou (Ide 10 de ses membres,,
afin de laisser une ce.rtainek liberal dl'ac-
tion auxsocidtaires, ancas oiilsnuraieint
A lulter contre le pjiri-pris et la conni-
vence des adminiistratenrs et des coin-
missaires.
7r OBSERVATION.
La formne de I'arlicle 33, lr alil
qui lit : ( Est de droit mernin'e de l'As-
semblee gdit'ale t ton itldi ro; on por-
teur de 10 aclionsn nm3 oons semhle pas
heureuse, en ce -ens qn'elle li-';so'r7it
supposed, a ucOt! des meinb,'es de Idroit,
l'existence possihbl de e membres 6ius,
echappant d la condition ici pr'vue : c
qui n'est pas '.vildenament dans la ponsee
des coutractants. Aussi pourrait-Oon dire
plus exactement : ( Pour' dtre membre
de l'Assemblde it flat etre titulaire on
porter 'e dix actions."
8e OBSERVATION.
D'apr6s les articles 5 et 45 de l'acte de
soci6et don't ii s'agit, les actionsliberees
et les parts b6nticiaiies s'appliquent, a
peu d'exceptions pres, aux memes per-
sonnes. -- Nous conseillerions, en con-
sdquence, de roduire le chifft'r des unes


danes es mmes formes que les administrateurs.
Par dcrogaton, ils peuvent iro aiusi noinins, dcls
la premib re installation, par les adinnistrateurs
Ils peuvent 6tre pris on dehors des actionnaires.
Leurs tonctions durent un an;ils peuvent trlc
ridlus,
En cas de refuse ou d'empichernent d'nn des
commissaires nommis, les dcu,' autres pourvoir out
a son rmcplaeemenot.
Si le commissariat so trove irduit it no mnim-
brt, le conseil d'administration convoquera im-
mrdiatement I'Assemblie gandeale ia 'effet do lc
eOmpleter..
Art3. 8. L'Assoemblde gindiale, r'gulirement
constitute, represents 1'universalit t des action-
naires.
L'Assembide gienrale soe runit chaque annde
avant I t er. Avril; d!e :s riinil, en outre,
extraordinairenient, toutes les fois quo cela est


ou des autres. En effet, l'article 45
traintnt des parts bfi ineiairos, nous a
semblt ni' si concu ; ((Sn les benelices
<( neis de l'entreprise, 20 pour cent south
a laissds anx fIndateurs. Le produit de
( ces 20 pour cent est repatti en 1000
a portions ol liiresattribuesauxquarante
i< membres tondateu'rs. ,
Ces parts ]beImiciaires, don't le chifre
nous parait exorbitant, pourraient s'ap-
pliquer seu lenont ai ccs mn'tmesmembres
fondateurs pe:itd:nt une peiode ddter-
nirine, alii qu'au bout de co temps,
I'atlif social fit ieaigeg. -- Nons souhai-
terions, a juste litre, qce cot article put
thre modilid dans 5i sens de l'observu-
lion [ dot ii est I'objet de nolro part, et
dans l'intdiC. de It['pargne: dn petit com-
h,. i. ni. et dans cliii mnimede cette
fec:nde enlre.prise qui doit tendre A of-
frii le tlus d'avantages possible A la
masse des aclionnaires.
9o OBSERVATION.
En I'absence d'une lot sp6ciale sur la
nalitreo como e celle du 2' Jnillet 1867
qui existed en France, lot d'urgence don't
nous devons souhaiter la prompted lda-
boration parnos Assembll es l ('gislatives,
l'autot isation pr6siden ie le pourrait con-
po rtr cette reserve que la socidtd n'en-
prendiases travaux qu'apres la souscrip-
tion do la inoitie au moins dn capital
social et leversement du quart du capital
souscrit, constatls par une 16claration
des admiinstrateurs, notifiee an Ministre
compdtlent avec laliste lelasouscription.

utile, sur la convocation des administrateurs ou
des comminisaires.
;rt. 45. En recompense de lours L)eines, soins
ot initiative, les nembres fondatcurs don't Ie
nomblre est tI 40, auront un droit do 20 o,'o sur les
bintfices nets de la Socidli.. Ces parts bndficiaii es
sont lixies au nombre do 1000 actions ; lles
feroutl'obljet de titles spddciux don't la fonnr sera
d6terminde 'par Ie conseil d'administration, qui
les romettra i [a Banque Nationale d'laiti pour
les ayants-droit, dis le commencement dto 'ex-
pl)oittion vidc par la Socidid.
C:s iiLres l n'auriont anrcLu droit dans l'adrni s-
tration de la Socitl ni sur son actif social. Ils
auront sculement te droit de percevoir la portion
de bndLfices a eiux attribuhd dans les conditions
des presents status. Ces tihtes seront nominatifs
on nu porleur nu 6 rd dates denteurs, et pourront
se transf6rer come les actions.









- 92 -


L'accorplissemeint de cette formalitL
serait 6tablie par une nole des adminis-
trateurs, inis6dee an journal officiel.
Telle est Messieurs el collhgnes, l'ap-
preciation g indraete que nous aivonls file
ide cet utile project. Apris avoir rendii
homage iA I'initiative prise i cot 6gard
par nos concitoyens, nous n'avons plus
pense qn'ta 10n chose :-bien eludier le
piojet dans ses parties et dans son en-
semble; en sunder les inoyens ainsi que
la profondeur et la solilitd ; et nous as-
s'rer qu'il ne froisso in r ien los princi-
pes etablis clans nos codes.
Si nos efforts peuvent arrive a edclai-
rer vos discussions, nous nous estime-
rons lieureux d'avoi coiribiin a loaire
apprecier, a sa jusle valeur, une ceuvre
patriotique et eniinemnnenl necessaire
au developpenent des forces vives de lai
nation.
Les members de la comnmission :

GE: GEls LSYLVAIN, ED. LISPINASSE,
F. BARON, rapporlleur.


DE QUELQUES QUESTIONS

TOUCIIANT LES LOIS DE FINANCES.



(Suite t fin.l)

Ellorcons-nous do rtealiscr nn autire progri's
sans lequel il n'y a pas pour 1ai;ti de bonnes
finances. Au control des Gliamnbres JLIislati-
yes, sachons d'abord pr6senter tn budgol de
precision avec tous ses elments d'apprcialion,
sachons ensuite sonumltroe o budget exciiuld
avec tous ses dtats de dtveloppemnent des do-
penses et des rcceltes lffecltudes.
[I ne nous inanque pas I I ....... -, politi-
ques au courant de iout cc qui constitue la
legislation budg!iaire. Its ont 6td darns les
Chanibres, ils onl0 61d au ponvoir. Mais siilt
que leurs efforts aient d, paraLily\es par la rou-
tine administrative on aienl siniplement porlt
a faux, nous n'avons jamnis en ce qui s'ap--
pclle la loi des compiles, c'est-a-dire la loi de
r,.h-.-, "i deiinilif d'un budget. Le conlrdle
ligislatif a consist i i -,!,i'i:ci a volor les biud-
gets de provision, A accorder des Icrdis cl.
les moyens d'y fair tace, et non p.as A redler
ces budgets, i s'assurer jusqu'a quel point la


volontl Iegislative a 6ti oblio, el a prondre
tells measures que de raison, si les conimpes,
presonecs par les Ministes, concordentoul ne
concordent pas avec les prescriptions bulge-
laires.
1i est vrai lque nos ideals les plus claires en
la mnaliore n, soul pas Iformulees il des
lois on en des roe'lements d'adiminiislration
publique diune grande clarld ni d'une grande
elendue. La Conslitiiion de 180(7 mtnme ein-
ploie des telrmes qui traliissent 1'emibarras ou
l'incompelence du 1egislaleur constituantL
hous v lisons:
i Art. 179 (2" paragraph. ) Les comptes
a gendraux desesreceltes et des ddpenses de ]a
( Itepublique serout tenus en parties double
a par ie Secedtaire d'Etal, des I'inances, qui
( les prdsenlera anx Chaimres dans ce systnme
a de comptabilit oen autant de lives qu'il
< sera nicessaire, et avec la fialance de cha-
(liue anude administrative.
K .Aucun .I1. I de recelles ou de d(penses
Ho no sera omis dans les comptes generaux.
( L'ann6e adininistrative coliLinence loe'r
i octobre et linit le 30 septembre de l'anele
K( suivante.
i( Arl. 180. (.,l .11... ann&e, ic s Chambres
ii arrtlent: 1"o le compile des rcceltes et de-
SpensesI de l'annie ou des anndes precedon-
i ies. selon Io mode 6tabli par I'article preid-
a dent; 20 Il budget general de 1'Elat, con-
Ste:nanf F'apcrcu des receltes et la proposi-
Stion des fonds assigns pour 1'annee a cha-
o que Secretaire d'Elat.
K( Art. i81. Les coinptes genraux et le
Sbuidgel prescrils pilr I'article precedent
(< toiveni (',tre soumlis aux Chainbres par le
a Secrdtaire d'Ftat des Finances au plus
(( tard dans ls I litu jours d lU'oiiuvrturL det
t la session : e. olles peuvent s'abstemri de
( lIous travaux 1(igislatils tant que ces docu-
Sl ments ne leur sont p)as presents.
I Elles refl'sent la d~charge des Secretai-
( res d'Etal, el iniile Ie vote du budget,
( 10orsque les couples preselutes lie fournis-
i sent pas par clix-milues, ou par les pieces
(t a 1'appui, tous les elements de virilications
( et d'al)ir-cialions n6cessaires. ( Paragraphe
I dljat cil.)
K< Ari. 1:83. La Chlambre des competes veille
i ia co qou'au cu arli'le des defenses du budget
q nIe soil depasse, ot qu'aucuni transport n'ait
t lioe. Le complex gdenral de l'Elat est sou-
(( mis aux Cliainbres, ;ivec Ics observations
~ ia CI; Ghamlbre des couples.)
1)u lexle 'des articles -170 ei. 180, on ne pout
inl','rer que la constiltuilion ait positivemenil,
ordonne la pl)esenlation d'une loi special
poilanl rOglmeiit dfinilti du budget. Elle
ordonne sans doute la production d'un docu-


.











- 93 -


ment d'une incontestable valeur les competes
generaux, mais co n'est pas li la loi des comp-
tes.
Les comptes g2neraux ne sont autre chose
que ce que la langue si claire et si precise de
I'administration francaise appelle le compete
general de l'administration des fiitnces. L'or-
donnance du 31 Ai .- et le 'regleinent
-,'n.'i 1 du 31 Mai 1862 sur la comnptabilit6
publiquce de la France, en donneni une idtec
complete. Voici ce qu'en lit Mr Paul Leroy
Beaulieu : < La direction qui exisle an Minis-
tire des Finances, sous le titre de direction
gieurale de la comptabilitd publique, cen-
tralise tous les faits relatifs anu rcouvremIlen
el i 'emploi des fonds des budgets ; elle ve-
coit inensuelleinent, d'une parl, de la comp-
tabiliti ctntrale de chaque exercise en coinrs
d'execulion ; d'autre part, des divers conp-
tables du Iresor, les releves de leurs recetles
et de leurs depenses; elle publie cnlin lc
compete general de I'adndini>tration des tinan-
ces, le plus pi,'cieux des documents finan-

Sous la presidency de Loyer, ;a Chambre
de. I'eprdsentaiits ne votait pas de budgets de
provision, at cepeidant on lui soumettait les
co,nples g'enraux de la lR publique. Alors il
n'existait pas Iune v6rial)le coour des complies
coinme contrdle independa-t et aec les attri-
butions que lui donned la Consitiluion de
1867. (A)
Sur quoi portait I'exanen de laChambre des
Representants ?
Uniquement sur ce point : y a-t-il dol, pre-

(A) La loi du 20 Juin 1823 crla une Clambre des
competes, coinposde de sept menibros. Ils Staient
choisis par le PrSsident d'Haiti parmi les fonc-
tionnaires ou parini les ritoyens, ( la quality de
iiemibre de la Clhaibre des comptes cst hlonoraire,
j)oimr ne pas accumuler les dlpenses a dit Boyer
Et les principles fonctions de la Chambre des
Comptes seront de s'occuper de la verification de
tous les comlptes administrations qui lui sont indi-
ques par le President d'llaiti ou par le Secre-
taire d'Etal, dit 'ar icle 6. ) Rendre gratuities de
pareilles 'oncltions, c'ktait nimcoiiaitric 'iipQor
tance de leur poermianence, se riserver de choisir
ccs fonctionaaires pairmi les fonctioninaires en
service, c'etail coniunidre le control administra-
tif' et le con)tr6e ItoI. i...--,ct nommer parolis
contrdleurs coux it coiltrler. Enlin, indliqurc soi-
mdme les competes it vdrilier, c'dtait declarer (qu'on
n'entendait rcclhercher et rapper les Ionctionnai-
res intideles que selon soil boa plaisir. 11 est
vrii, tout cela 6tait consequent avec le .I.'....
de Gouvernement de Boyer, mais lout cela Stait
incompatible avec le principle du contidle judi-
claire de la Chambre des competes.
La loi de 1823 fut modifide par la loi du 7
Avri '1826.
La lonction fut rdtribude et devint permanent,


variation, crime de pdculat ? Quant aux cau-
ses et motifs, a I'a-propos de la dIrpense, re
n'itait pas 111me I' ilI I .. du Secrtaire d'Etal,
c'6tait I' I Iin. du Prdsitdent d'Ha[iti. Ainsi
com pris et siialtlerniis Ie control .. -i iii
pouvait-il iIre exercd pleinenment par une
Chambre des liepresentants, siege'ant i rois
nois dans I'aiine, chargoce de bien d'aulres
besognes, el coustaminnll exipurg-ce de son
dement Ic plus actlil, de I'opposilion qualified
de factiuso ? La Chaimbre des ReprSsonlants
lie prenait qu'une resolution ainsi concue :
SLe L ecrei6aire d'Elat des Finances esl dd-
chargd de la comptabilit6detelle annie.))(B)La
decharge signiliait ccci : Nous allirmons que
les deniers de I'Etal no sont pas entrds dans
les poche: (Iu Secrilaire d'Elat des Finances.
C'dtait vrai en fait, mais la prouve n'cn pon-
vait itre tiree de I'examen p1" I sonm-
maire de la Chambre des Rclpr6isentants.
Aldme doniide a: bon escient, la dihar'ge no
rdsol\'nit que la moilid de la question.
En cc temps-Il come ,1' ......I II [C prin-
cipe vrai, ce n'est pas sculemenl de ne pas
voler, c'est de no pas engager une defense
qui no soit consenlic par les Mandataires de
la nation, c'est qu'il doit y avoir un budget de
provision. Or, avec in budget do provision,
qu'est-ce q(ue c'est (qu'accorder ou refuser la
decharge des Secretaires d'Elat? Les rnots n'ont
pas la signilicalion qu'il plait au Ldgislateur
le plus omnipiotenl, de leur assigned. La de-
chargc don't fait omenlion l'arlicle 181 dc la
Constitution de [18i7 rappelle la ddccarge que
la Chambre des Reprdsentants sous loyer tdon-

mais on rIduisit de 7 l 5 eI nombre des fonction-
naires : la Chambro des competes restait toujours
suns attributions judiciaires ct elle n'acquerait
pas non plus le droit de correspondre avec les
Chambires, td'tre un conseil de censure.
Elle dtait I'eil du Pouvoir Exdcutil, son corps
d'inspection.
Elle n'avait pas to droit do rapper les fonction-
naires infidoles, elle devait sculemeut les d6non-
cer au Pouvoir Extcutil.
(IB)Voici un moodile de la ddcharge des comptes
geineraux.
Siatnce du 14 Novembre 1821, an XVIlle dti
l'itnddpendancc.
La Chiamibre des l leprisentants des communes,
Aires avoir entendu le rapport de son commit
des finances, sur l'examcn des competes rendus par
le Seciitaire d'Etat, a dcliari qcue ce fonction-
naire est 1.'. ti la comptabilifl des finances
pour I'ani. I '.'*; et qu'en considquence, copie
de la present dcliarge lui sera adressde.
Pour extrait conform
Le President de la Chambre. (SignS) Doizd
Couponneau.
Les Secr6taires, ( Signd ) Letranc et Hilaire.
( Linstant Pradine, Recueil des lois ot actes.)









- 94 -


hait au Secretaire d'Etat Imbert. Elle ne dif-
fore en rien du quits delivr6 par la Cour des
comptes aux comptables. Le mot ainsi com-
pris ne donne aucune idie de ce qu'est et doit
4tre la loi des competes.
Un budget de previsidn est vote. Ce serait
miracle si la recette et la depense effectudes
6taient egales, ni plus, ni moins, aux evalua-
tions budgdtaires. L'annie administrative com-
mengant le 1er octobre d'une annie pour finir
le 30 Septembre de l'annee suivante, et les
Chambres siggeant chaque annee, en session
ordinaire, du premier lundi d'avril jusqu'A la
fin de juin ou juillet, le MinistBre est i minme
de rect;fier un budget en course d'execution
par des demands de credits suppl6mentaires
ou extraordinaires. Le plus souvent, ces de-
mandes ont pour but de r6gulariser dee
depenses dtji engagees, et mime deja con-
sommees, sans l'autorisation 16gislative. Les
Chambres, en accordant ces demands, accor-
dent des bills d'indemniti aux Ministres. Mais
lebill.signifie: <( nous ralifions l'initiative que
vous avez prise de faire, sans notre autorisa-
tion pr6alable, telle d6pense non prAvue, ou
d'augmenter tell depense prevue.) II y a en-
core A rechercher, come pour le budget pri-
mitif, si de ces sommes depensses rien n'a ett
distrait avec une intention de dol et pour un pro-
fit personnel. Le budget est seulement rectifiU.
Quelle est sa situation au 30 septembre? -
La recette offre un excident ou un deficit,
la defense un excedent ou un boni. Pour le
cas oi le Budget general se sold pai' un ex-
cedent provenant, soit d'un boni dans la d6-
pense, soit d'un excedent dans la lecette, soit
de l'un et de I'autre, qui a le droit de dispo-
ser de cet exc6dent ?- Les Chambres, et elles
en disposent par la loi des competes. Pour le
cas oft le budget general se solde par un defi-.
cit provenant, soil d'un exc6dent dans la dd-
pense, soit d'un deficit dans la recette, soit
de l'un et de l'autre, deux questions se prd-
sentent qui ne peuvent 6tre resolues que par
les Chambres et que par la loi des comptes.
1o II faut r6gler le deficit par un report
des d6penses non-payees au compete d'un au-
tre budget, ou par un emprunt a inscrire A la
dette flottante ou a la dette consolidee. 2o It
faut examiner, approuver ou disapprouver la
depense non-autorisee qui a pu etre faite apris
la cl6ture d'une session, mais avant l'expira-
tion de I'eaercice budg6taire, et c'est encore
l'occasion du bill d'indemnite.
Mais alors meme qu'il n'y aurait de ce chef
aucun bill d'indemnit6e reclameie des Cham-
bres, ii s'agit encore de savoir, si les d6pen-
ses autorisees n'ont pas donni lieu, ainsi que
nous venons de le dire, au dol, au crime de
peculat, et quand la loi des comptes, est vote


sans que des accusations de ce genre soient po--
tees contre les Ministres,. ceux-ci sont dment
Sddchargds. La responsabilite pinale ou judi-
ciaire des Ministres est done couverte parles
Chambres legislatives d'une tout autre fagon
que celle des comptables qui relivent de la
Cour-des comptes: distinction capilale qui jus-
qu'ici n'a pas 6ett tablie chez nous. Aucun
article de la Constitution, aucune loi de comp-
tabilite ne la laisse soupgonner. Elle n'est pas
seulement ignore, elle semble miconnue.
On ne peut priciser le sens du mot,-loi des
comptes qu'en s'aidant de la legislation
frangaise.
L'exercice est la periode d'executiond des
services d'un budget. Sa duree est d'une
annee. Doivent etre consid6res comme appar-
tenant A l'exercice les services faits et les droits
acquis durant V'ann6e de l'exercice. Mais quand
il arrive A son terme, quand l'ann6e est expi-
rde, tous les faits de la recette et de la d6pense
ne sont pas consommes. Il y a des imp6ts a
recouvrer, des d6penses A acquitter, des ser-
vices de materiel don't l'execution commence
doit 6tie achevee: cela exige un laps de temps,
et cela fait qu'en France, l'exercice expire le
31 Dcenmbre d'une annee, est clos le 31 Aofit
de l'annee suivante, soit huit mois apres. A
la cloture de l'exercice, il faut preparer les
competes et tous les documents i l'appui; il
faut elablir le budget dlinitif des recelles et
le budget definitif des d penses pour la pre-
sentation du project de loi special portant
reglement definitif du budget g6ndral. Quelle
serait la valeur de ces competes, des documents
A l'appui de ce budget general definitif, de ce
project de loi des comptes, saus le contrdle ?
IL y a trois contrdles :
lo Le contrble de l'Administration sur elle-
mime, des Ministres, ordonnateurs en chef,
sur les ordonnateurs en second et sur les
complables.
2o Le contr6le judiciaire de la court des comp-
tes. Elle judge les comptables, non pas les Mi-
nistres. A l'egard de ceux-ci. elle est, en
France comme en Haiti, conseil de censure
aupris du Corps ligislatif. Elle veille, dit
notre Constitution de 1867, a ce qu'aucun
article des d6penses du budget ne soit d6pass6,
et qu'aucun transport n'ait lieu. Elle ne
peut empicher les Ministres de faire, sous leur
responsabilite, une defense extra-budg6taire;
elle la signal au Corps 16gislatif dans son
rapport general avec des observations.
3o Le contr6le 16gislatif, qui est le dernier
contr6le, iclairi et forlifie du double contr6le
administratif et judiciaire. Les Chambres pro-
noncent sur les Ministres ,i.ul ienl, en
r6glant le budget general, en votant la loi des
comptes.










- 95 -


Notons pour Haiti ces trois poinls-ci:
to Le contrdle administratif est imparfait.
II faut organiser seriiusement la direction
general de la comptabiliti publique an Minis-
thre des finances, lui creer une responsabilit6
special en t'armant de pouvoirs sul'fisants sur
les comptables des autres Ministkres et des
administrations secondaires.
2o Le conlrdie judiciaire est imparfait. La
Chambre des competes doit rendre des arrts,
attribution qu'elle ne possLde pas. Elle ne doit
pas etre renouvelie tous les quaire ans: un
tel renouvellement rend impossible toutexa-
men sdrieux des competes et empechie les
bonnes traditions de se perp6tuer, minte de
se former
30 A 1'expiration d'un exercise au 30 Sep-
tembre, aucun d6lai ligal n'est fixed pour la
cloture. Sans determiner le laps de temps
pendant lequel le double contrdle administra-
tif e judiciaire peut produire tous ses r6sullats,
la Constitution dit simplement, article 180:
Chaque annie les Chambres arr6tent le couple
des receltes et d6penses de i'annee on des
annees priccdentes.
En France, le budget d'un exercise expire
le 31 DIcembre d'une ainne, close lc 31 Aoi'it
de la premiere annee qui suit, doit (otre soumis
aux Chambres, dans le menne cadre et dans
la mime forme que lors de sa presentation, le
ler. Mars de l'annde qui suit la cloture, et qmu
est la second annie apris la fin de l'exercice.
Ainsi, lereglemrent d6finitifdu budget de l'exer-
cice 1875 devait etre presented aux Cliambres
francaises le ler. Mars 1877, mnis raremient
ces dllaii sont observLs, dit Paul Leroy Beau-
lieu. Du vole d'un budget a son reglemieut
delinitifl, il s'ecdule done _. 1;: '.: iI, l trois
ans.
En cc qui concern Haiti don't lc budget est
de 25 millions de francs environ, on objectera
que lesdelais peuvent etre sans inconvenient
l.!-...:'- Nous ferons remarquer : lo que la
France, avec son budget de trois milliards, a
un personnel plus nombreux et surtout plus
capable que le n6tre ; 2o qae le nombre des
ecritures de l'une et de I'autre comptabilit6
n'est nullement proportionnel aux chiffres de
l'un et I'autre budget. Neanmoins, si des refor-
mes rationnelles sont operees dans notre orga-
nisation administrative, on pourra abreger les
d6lais de beaucoup, etles fixer a quatre mois
pour la cldlure de 1'exercice, et a trois mois
apres la cloture pour la prLsentation du project
de loi special portant id:l..m.:,lc definitit du
budget geunral. Prenons un example.
Une Charnbre des Representants a elt norm-
mee le 10 Janvier 1882. Dans sa session ordi-
naire, d'Avril A Juin on a Juillet 1882, le
Pouvoir Exicutif lui pr6sentera le budget


4882-1883, c'est-A-dire commencant le ler.
Octobre 1882 et tinissant le 30 Septembre
1883. Dans sa session ordinaire de l'annie
1883, le Pouvoir Executif lui presentera le
1~,,1_. l 1883-1884, tandis que It budget 1882-
1883 en course d'execution n'expirera que oI
30 Septembre 1883. Si les dtlais legaux sont
obs-rvis, le Pouvoir Executif soumettra a la
Chamlbre des Reprdsentants to project de loi
portant .:. I. r, rnI dt finitif 1. I,,.. I 4882-1883
le ler. Mai I'. dans sa lroisieme et derniire
session, au moment dc i'exanmen on du vote
du budget '1884-1885.
En sore qu'une Chambre des Repr6sen-
tants, don't le niandat est de trois ans, no
veriiiera l'execution que d'un budget sur trois
qu'elle aura votes. La priority du vote lui
done une certain preeminence sur le Sdnat
dans la presentation du budget de provision,
mais dans la presenitaion de la loi des competes,
les decisions du Senat auront moralenment
plus de poids que ies siennes car le mandate sd-
natorial etant de six ans,- nous le voulons de
neuf ans, -le renouvellementdu corps ilant
partial etbiennal, i y aura toujours les deux tiers
tes sdnateurs qui auront suivi toutes les phases
de chaque budget: presentation, rectification
en cours d'execution, rdgeloment delinitif. C'est
un advantage qui a son importance aux yeux
de tous ceux qui considtirient la loi dos corptes
come la sanction oblig-e, le comiplmnent
n6cessaire du vote des depenses publiques.
11 nous reste a examiner un dernier point
pour clore ce chapitre.
Si un Ministre ou uu Ministlre fait une
defense extra-budgltair que la Chaimbre ties
Representants ddsapprouve, tquelles sont les
consequences dc sa ddsapprobation?- II ) a
d'abord la consequence politique : c'est la
retraite du minislbre, s'il tient le pouvoir. 1I
y a ensuite la consequence plnale, qui n'est
pas une consequence necessaire de la disap-
probation, qui n'en resulterait que si la de-
pense revelait uneintenlion coupable, un crime
on un ddlit : alors ia Chambre pourrait exercer
son droit d'accusation, et le Senat son droit de
jl,..i,. lit centre le ministire ou les Ministres
coupables. Donnons la parole A Rossi pour
exposer nn troisieme cas :
(< Un Ministre excede ses credits, soil pen-
dant que les Chambres zent reunies, soit pen-
dant leur absence; il vient demander un bill
d'indemnitd. Je suppose que ce bill d'indem-
niti ne soit pas accord, parce que les motifs
sent trouv6s in-ill- mIi-, parce qu'on recon-
nait, non une intention coupable, mais de
l'imprudence, de la 16Lgrete dans la defense
faite : pourquoi, dit-on, ne pas intenter alors
une action ivile? Oh est sans cola le frein?
Oi est la sanction de cette defense de d6passer










- 96 -


les credits ? On a rdpondu : si le but de votre
action civil est de condamner l'administra-
tion du Ministre, de lui fire perdre son porte-
feuille, de le marquer, en quelque sorte, d'un
sceau d'incapaciti pour la gestion des affairs
du pays, vous n'avez pss besoin pour ccla
d'une mise en accusation. La Chambre refuse
le bill d'indemnitd, retire la majority au Mi-
nistre, elle indique ainsi sa volonte et fail
tomber le Ministre. La couronne ne pourra
continue sa confiance a un home ainsi tlitri
politiquement. Vent-on aller plus loin, veut-
on demander au Ministre un dtdornmage-
ment effectif, materiel, pdcuniaire, ou pronon-
cer une peine ? Une peine ne peut etre admise
li of il y a pas de dol ; la destitution politique
estsuffisante: quant an dedommagement pecu-
niaire, de quoi s'agirait-il ? Les defenses ainsi
faites dans un pays come la France s'tele-
vent presque toujours i des millions. Un in-
dividu n'a pas ordinairement une fortune
suffisante pour de pareils remboursements,
et s'il ]'avait, il ne voudrait pas dtre Ministre,
il ne voudrait pas compromettre son patri
moine dans ces difficiles functions, en pre-
sence de majoritis incertaines; vous n'auriez
done plus pour Ministres que des homines de
peu ou de point de fortune, et alors A quoi bon
la loi ? Pour qu'elle ett un sens, il ne faudrait
choisir les Ministres que parmi les million-
naires, et vous n'en trouveriez point. a
( Ces arguments qui pour moi, dit Rossi,
< n'emportent pas une entire conviction, out
< prdvalu dans la discussion de la loi, et la
((proposition du Gouvernement sur la respon-
< sabilit4 civil a dte repoussee. )
Rossi, tout en reservant quelque peu son
opinion, ne formule pas ses objections centre
les arguments qu'il a exposes. Nous ferons
observer, nous, qu'un Ministre o n n minis-
tore qui perd la majority n'est point, par ce
fait seul, flitri politiquement, et qu'on peut
tomber du pouvoir avec honneur, avec gloire,
sur le refus d'un bill d'indemnitd, refus sou-
vent inspire par la passion politique et vote
par des coalitions de groups parlementaires :
pour cela, il suffit que la depense d6sapprouv6e
ne rveole aucune action immorale, et qu'elle
revBle par ailleurs un pairiotisme peut-Otre
trop ardent, une conception peut-etre trop
hardie du bien public. D'autre part, un Minis-
tre on un minister peut etre hors du pouvoir
au moment de l'examen d'une ddpense extra-
budg4taire, et alors a quoi servirait une disap-
probation don't l'unique effect, la admission, est
djiA obtenu ?
Le c6ti solid de l'argumentation citee par
Rossi, c'est que 1A oi il n'y a Ipas de dol, il
n'y a pas de peine. Du reste, la question de
principle git tout entire dans sa praticabilitd.


Comment s'exercera en Haiti l'action civil
centre le Ministre ou le minister? La
Chambre accuse, mais le Senat ne prononce
d'autres pines que la destitution la priva-
tion des droits politiques, et il faut qu'il y nit
crime ou delit, ce qui n'est pas .e cas. L'ac-
tion civil sera intentle par-devant les tribu-
naux ordinaires, mais ils out le droit de
refuser d'appliquer une loi inconstitutionnelle,
ils ne sont pas liis pas les considerations po-
litiques quiauront determine le refuse du bill
d'indemnit6, il examineront la question au
point de vue juridique, et si la defense a ete
faile de bonne foi, 11... rl, .- ,i dans l'infi-
ret g6ndral, non pas dans un intdr6t particulier,
non pas pour miasquer des faveurs person-
nelles, ils ne prononceront aucune peine p6-
cuniaire.
Toutes les raisons qui peuvent 6tre allegudes
pour clablir on ne pas 6tablir la responsabi-
lite civil des Ministres, en matiere de de-
penses extra-budgetaires, manent a cette con-
sequence-ci: la responsabilile civile ne sera
pas inscrite dans une loi come la sanction
positive du refus du bill d'indemnitl, mais
l'ir'esponsabilite n'y sera pas non plus stipu-
lee, en sorte que les Chambres pourront, dans
certain cas exceptionnels, invoquer ]e prin-
cipe de la responsabilite civil. (C) Qu'elles
n'abusent point d'une tell faculty: l'usage ju-
dicieux en est laissi nature element A la cons-
cience des leaders parlementaires.
Un Minisire on un ministire doit, se d6-
mettre devant le vote le plus injuste du parle-
ment, mais aucun home s6rieux en Haiti
n'accepterait un porte-feuille, si le peu de bien
qu'll posside et qui souvent suffit i peine A
l'existence d'une nombreuse famille, etait A
la merci de toutes les resolutions parlemen-
taires. II ne faut pas rendre les functions mi-
nisterielles trop redoutables anx honnetes
capacitos. Malheureusement il y a clez nos
homes politiques les meilleurs et les plus
ecoutes au parlement, une tendency At tre
d'autant plus intraitables qu'ils ont devant
eux un Ministre ou un MinistBre, non pas
hostile, mais seulement indepe idant ou vou-
lant l'itre. Et ce sont les coquins politiques qui
tirent parti de cette situation parlementaire.

(C) 11 est une autre responsabilit4 civil dis-
tincte de celle-ci, ct que Rossi dtfinit en ces terms:
o Tout coupable est civilement responsible, et
a de tout ddlit r6sulte une double action, l'action
a pcnale et Paction civil.
< Ainsi, si un Ministre est traduit devant la
c court des pairs come coupable de concussion,
t la court pourra Ie condamner A la pine des
prdvaricateuis, a tant d'anndes de detention, et
o elle pourra ajouter i cette pine des dommages-
Sintdr&ts envers le Trdsor public. ,









- 97 -


Ils 6tudient le fort et le faible de ces legisla-
teurs, its se font un cas de conscience du
moindre propos qui leur deplait, il baissent
la t&te devant leurs remontrances les plus
cavalieres, mais ils ne lIchent par le porte-
feuille et ils ne se font aucun scrupule de
quelques actes vCreux : is savent que tout
leur sera pardonni, non par une approbation
positive et 6clatante de leur mauvaise gestion
de la fortune publique, nais par un silence
qui ne provient pas de l'ignorance des faits et
qui sera consid6r6 come le calcul d'une poli-
tique fine et serre'e.
A. THOBY.

Retour de droits de douane
entire Haiti et la r4publi-
que Dominicaine.


L'article 12 du trait6 de 1871 qui con-
tient la stipulation des 150.000 piastres
que nous devons mettre la disposition
du Gouvernement dominicain, prend
pour motif, dans son texte, un retour de
droils de douane i opdrer au profit de
la Rdpublique dominicaine et [a dvaluer
le plus itt possible par la staitiique,
pour les a ,1: ...:., que Haiti retire de
lt iiberte du commerce des fronticres.
Partant die l, le Gouvernement do-
minicain a non seulement reclamct le
reglement de ces 150.000 piastres pen-
dant huit ans et 1'dtablissement de doua-
nes terrestres pour, au moyen de lasLatis-
tique, evaluer les avantages attribues ai
Haili; mais i a rdclame aussi, du moins
on 87, a determination, A faire une fois,
des ariuitesqui ontcontinud a l'actif des
Dominicains et courent depuis l'epoque
de l'expiration des huit anndes prdvues
au Iraite.
Dans les conferences interrompues de
1883, I'article 2'2 mentionnait a cet effect
90.000 piastres par an, et pendant cinq
anndes, supposes, a-t-on cru, suffi-
santes pour obtenir, par la statistique,
une evaluation exact. (I)
SI) A-t-on d'ailleurs tenu compete des frais
de perception : salaires des agents etentretien
des administrations charges de cc soin, -
qui attenuent singulierement le rendement
pour le tresor qui le regoit.


Une statistique A faire, des douanes
et barrieres A lever sur les lignes fron-
tirres, tout cela est d'une execution
bin difficile, si ce n'est impossible, par
l'Ytendue de ces lignes et 1'exiguitd de
nos resources administrative.
Et d'abord pour l'efficacitd de la me-
sure, ne ponrrait-on pas lui appliquer
ce qui a dtd dit duI system de la balance
du commerce, c'est-A-dire de la balance
a etablir entire l'exportation et l'impor-
tation, a l'aide de moyens artificiels ?
Nous citons : ( Les dconomistes out
parfaitement demontre que le tableau
des douanes, seule base de la compa-
raison que l'on faith entire les importa-
tions et les exportations, ne donne que
des renseignements d'une inexactitude
flagrante, en ce qui touche les rapports
des changes intermddiaires Et per-
sonne n'a oubli6 cette spirituelle de-
monstration de Bastiat, qui consist A
faihe le bilan d'un ndgociant, exp6diant
du Havre un navire pour les Etats-Unis,
avec un chargement de 200.000 francs
de maVr.handises qu'il change centre
des cotons d'une valeur, arrives en
France, de 350.000 francs. Ce negociant
a reatise 40.000 fes. sur la vente de sa
cargaison en Amirique, et 70.000 fcs.
sue Ia vente du cotton, en France. Ce-
pendant les chiffres de la douane cons-
talent que la France a export pour
200.000 fes., et qu'elle a import pour
350.000 fcs. ; d'ot les partisans de la ba-
lance du commerce ne peuvent man-
quer de conclude que le pays s'est ap-
pauvri ; qu'il a march vers sa ruine, et
qu'il a donned a l'etranger 150.000 fcs.
de son capital. a etc.
Et quant au principle mmme, que peut-
il v avoir de fonde dans cette conception
d'un retour de droits de douane, a cause
de la liberty du commerce entire nous ?
N'est-ce pas aller a l'encontre de l'es-
prit gdndral du Iraite sur ce commerce
de la frontinre de terre ?
N'y a-t-il pas contradiction a revenir
immr diaternent apr6s le principle de Ii-
bert6 admis, a une reclamation d'argent
en compensation de droits que le tresor
dominicain ou 'hailien aurait encaisses,
s'il n'existait pas de liberty commer-
ciale ?









- 98 -


On pretend que c'est pour les avan-
tages que 1'an des deux pays obtient sui
1'autre dans ce libre change des fron-
tiUres. -
La verite n'est-elle pas pluntt qu'il y
a rdeiprocitl et dgalit6 d'avantages dans
les changes qui se font entire les deux
populations ?
Ce sont des services de -,' ii, divers,
mais tous utiles a coup sur, qu'elles so
rendenl mutuellement par 1'dchange de
leurs marehandises directement ou au
moyen du numdraire.
Ce commerce persist, pace que cha-
cune des parties y troupe son c mple.
Sinon, celle don't les interdts seraient
ldsis ou ne recevraient pas l; satisfac-
tion esp6ree, -- se decouragerait bienltt
et refuserait de continue. On peut se
lier a ce seul int6r6t des contractants
pour 6quilibrer les avantages qu'ils re-
tirent de leur commerce.
Joignez a cela que dans ces relations,
ce n'est pas comme an jeu, par example,
ou I'un perd iecessaireimenl co ujne ga-
gne 1'autre. On sail. Ir6s bien que le
phunoin6ne 6conomique de l'echange a.
cela de propre, qu'il advantage certaine-
ment et 6galement les deux parties qui
s'y livrent.
Que maintenant ie fise d'un pays ou
de I'autre ait par la maniqu6 de percevoir
quelques droits se rattachant directe-
ment a des objets de ce traffic, la com-
pensation s'etablit lpa 1'avantaje rdel
qui a pord6 le vovageur A traverser plu-
t6t la fronti6re que d'aller acheler our
une place du pays.
EsL-il ncetssaire de donner un xem ple?
Supposons que I i 'lij ,, i. de la fron-
tiere domi:.icaine se propose d'acheler
pour une valeur de '100 gourdes, o.t di-
sons'que dans celte valeur il v a come
75 pour la merchandise elle-mrmee et 25
pour les droits de donane qui ont du
6tre pr6leves dessus. Si l'aceteur va i
Port-au-Prince, au lieu d'aller a Azua,
c'est 6videminent dans la caisse publique
haitienne qu'ontreront les 25 gonurdes de
droits. Mais pourquoi va-t-il a Port-au-
Prince plutdt qu'a Azua? C'est que pour
so procurer les 100 gourdes, il l ii faut
d'abord realiser ses products ou bieni en
fair le troc. Or, ii est 6leveur et il ne


trouve pas A se d6faire de ses boufs
assez avantageusement A Azua qui est
d6ja pourvu de cet article. II vient alors
a Port-au-Prince, attire par la sureleva-
tion de prix qu'il obtient ponr ses ani-
maux, et qui en m6me temps compense
a son profit la portion representant les
droits que le Itrisor dorninicain auait
perCus de ce chef, si l'achat eit dte fait
sur la place d' Azua.
On voit done qu'il n'y a pas tL distin-
guer entire 1'interet du fise et celui des
particuliers trafiquants. Si les popula-
lions dominicaines ou haitiennes trou-
vent un profitaux changes qu'elles font,
c'est en some nationn dominicaine ou
la nation haitienne qui gagne ce profit.
Ce qui suffit ici.
En g6ndral, les resources de [a caisse
publique sont gouverndes par l'dlat de
prosp6rilt ou de g6ne dans lequel se
ti'ouvent les populations imposes, sans
corpleer les taxes domiuicaines existanl,
apr6s tout, 6 l'entrIee des marc'handises
lihitiennes et a la sortie du b6tail domi-
nicain; (II) sans computer nos caf6s qui
fraversent la fronti6re et vont payer les
droits de sortie aux ports dominicains.
Aussi a-t-on toujours pr6tendu que
cette raison d'un relour de droits de
douane, dcrite i 1'art. 12, n'a pas 6td le
veritable motf des valeuis qu'on con-
sentait A meltre alors 6la disposition du
people dominicain.( III ).
Nons devons constater, d'ailleurs, que
le Gouvernement dominicain a, depuis,
change d'avis sur la porle de 'art. '12.
A propose du different survenu lors de
la measure prise en Haiti d'appiiquer le
tarif douanier anx products dominicains
recus dans nos ports, le Message du Pre-
sident U. Heureaux au Congeus domi-
nicain, en date du 9 Juillet 1890, dit


(II)DaxabonP.1 a P.1 l/2;par charge, Baraho-
na, Azua, drolt sur ]e beiail sortant en faveur
des ayuntamrientos. -
( II) On affirmed que les 150.000 gourdes
out 61f plut6t une site de dJdoimmagenmen de
ce quo devait rapporter la ferme de Sainana
aux Amiricains. En effet, 1'affaire de Samana
conclue, Gonzal6s qui avait pris les armes, pro-
leste, reverse le Gouvernement ct signe bien-
t6t le traitW.-










- 99 -


que <(parmi les clauses du trait de 1874
il y en a qui out cessd de proluire leur
effet, .tant a terme fixe. Telle es' cell
qui accord a Haiti la faculty d'intro-
duire par nos fronti6res des marchan-
dises 6trangeres et cell qui lui est
correlative touchan tl'indemniit qu'Haiti
devait payer annuellerment au tresor do-
minicain ri titre de compensation .
Or, le term de huit annies qui avait
det stipu6l pour la faculty du traffic et la
compensation correspondante s'est dcou-
16, et les clauses qui s'y rapportent ont
virtuellernent cessd leur effect.

D. JEAN-JOSEPH


SEANCE DE RECEPTION


Le 6 Aoiit, ai 7 h. du soir, un publicchoi-
si, composed de notabilites appartenant
au monde judiciaire, admnini:-lralif at
commercial, .e r6unissait oux membres
de laSocietedeLigislation dansle grande
salle de 1'Ecole de droit pour assisted it
la reception solennelle de MM.Deslandes
et Lafleur.
En l'absence de Mr S. Preston, einp6-
chd, Mr Ed. Lespinasse, membre dur co-
mit6 de direction, a soutait6 en ces ter-
mes la bienvenue aux rdcipiendaires.

Messieurs,
Une 16gBre indisposition de notre v6nerable
President ne lui permet pas de se rendre ce
soir parnii nous. Cete circonstance, si contra-
riante pour lui, est, j'ai presqu'envie de le dire,
heureuse pour moi, puisqu'elle me procure
I'honneur inattendu de presider cette reunion
Vous connaissez d6jh ce que veut notre So-
cidt6, le but qu'elle se propose d'atteindre et par
quels moyens elle espere y arriver; il est ce-
pendant uiile qu'en ce moment, je vous le di-
se encore en quelques mots.
Frapps de cette espece de ddsaccoid exis-
tant entire notre legislation et bos mceurs, de
la multiplicity de nos lois qui souvent se con-
tredisen't, des variations de note jurispruden-
ce, un group d'hommes s'est.constitu6 qui,
portant sur 1'6tude des regles h1gales, un effort
communet constant, essayent d'indiquer ce qu'il
y a a faire pour unifier.notre legislation, pour
la rendre en quelque sorte pratique, pour I'adap-


ter a nos usages et A notre d6veloppement in-
tellectuel.
S'efforcant d'indiquer aux pouvoirs publics les
points defectueux et les lacunes de nfotre droit,
demandant les r6formes n6cessaires, notre So-
ciet6 veut arriver i faire de nos codes, non plus
un ensemble de preceptes fort beaux A la lec-
ture, inapplicables en partiedans la rdalite, mais
une regle de conduite claire et precise pouvant
convenir a notre 6tat social, et qui s6rieuse-
rnent appliquee, permettra l'6volution de la so-
ciet6 haitienne vers le progress.
Pour arriver a ce resultat, nous voulons ap-
peler A nous tous ceux qui, au ccour, ont en-
core une espirance; tous ceux qui croient
en un avenir meilleur. R6unissant dans une
commune pens6e de travail patriotique, je ne
puis dire des hommes'de science, mais je veux
proclamer bien haht, des hommesde bonnevo-
lont6, notre Soci6t6 s'efforce de conduire notre
pays vers le bien. Cebien, nous esp6ronsy ar-
river, non plus comme nos devanciers 1'ont
quelquefois tent6, parles agitations stWriles des
luttes armes, mais par l'effort rdfldchi de ceux
auxquels leur position et leurs travaux donnent
quelque autoritd, et par 1'6tude des questions
sociales qui, en 6clairant les peuples, rendent
la paix fecode.
Dans une pareille Societe, Messieurs, votre
place -6tait toutemarquee ; aussi est-ceavec em-
pressement que nous avons accueilli votre de-
mande.
Nous savons combien vous nous serez utiles
et nous sommes convaincus que dans l'ceuvre
difficile quenous avons entreprise, vos con-
naissanceset votre divouement seront pour nous
d'un precieux concours. Soyez done, parmi
nous, les bienvenus.
Messieurs, un article de nos reglements faith
l'obligation a tout nouveau membre de notre
Soci6te, d'exposer dans une conference ou dans
une 6tude, ses vues particulieres sur une ques-
tion d'utilit6 gendrale.
Cette obligation statutaie, vous en avezcon-
naissance, vous ktes pr6ts a vous y soumettre,
nous allons 6tre heureux de vous entendre.



Mr P. Lafleur lit son dtude sur 1'orga-
nisation du systeme pdritenliaire en Hai-
ti. Mr E. Deslandes, apresavoir remercid,
en son tomr et au not n de son coll6gue,
o1 President de la reunion et la Sociidt
de Legislation des paroles logieuses qui
leur ont itejadress6es et de h'honueur
quileura dte fail, donn,', A son tour, lec-
ture d'une 6tude sur quelques points du
droit international privd.- Puis,iM. Les-










- 100 -


pinasse clot la stance par de nouveaux
remerciments A l'adresse de assistance
et des recipiendaires.
Nous regrettlons que le cadre de notre
Revue ne nous permette de repoduuire
cetle fois-ci que 1'etulde d M. Lafleur.
Nous publierons celle de A. Deslandes
dans notre prochain numi-ro.



CON FERENCE


De toute acl'n humnaine ditoulent une sirie
de consequences (qui on II! .1 nt direelornent
l'auteur, ct indirectement soit ses process, soit
tout autre membre de la collectivist; ot quel-
quefois mime de la society tout entire.
'acte accompli, faisant naitre des consequeq-
ces ou bones ou mauvaises, met done en rnou-
vement les deux grandes lois sur lesquelles
reposent I'ordre moral et 'ordre social: la
loi de la responsabiliteet cell de la solidaritd.
La responsabilit6 est I'enchainoinelnt nalu-
rel qui existe, relativemen rt '1e' re actif, on-
tre les faits accomplish ol leurs deductions na-
turelles : deola naissent les recompenses ou les
peines.
Si 'honmme ctait appeld a vivre seul, A l'ktat
solitaire, ses actions ou FlultO leurs consequen-
ces reloImbraioent sue iii seul; il serait lout A
fait place sous l'empire do la loi de la respon-
sabilite ;- inais l'liomme esl sociable, par con-
sequent ses actes, en ce qu'ils ont surtout
de reprehensible, affectentaussi sesseiblables;
c'est la loi de la solidarity on on d'aulres lermes
la responsibility sociale.-- C'ei pourquoi il ne
peut tire un usage illimitl de ses iacultes, sans
porter alteinte aux libert6s d'autrui. ou sans in-
fliger un donfmage A la coiuninmnautd. Pour se
prdmunir done contre ses manuaises actions,
la socidte s'enl.oure de mosures rdpressives.
Parli ces measures repressive don't s'enloure,
la society se trouve prinicipalement cell qu'elle
a de prendre la personnede l'agent counpable,
de s'en emparer en quelque sorte, pour le de-
poser dans un lieu de slretd oi elle peut dtre
a meme de lui demander compete du tort qu'il
lui a cause.
En instituant des liaisons pdnitentiaires, le
but de la soci6td, est-ce de se venger de l'i'n-
dividu ? Est-ce plutlt de lui infliger une peine?
C'est ce que nous nous proposons, MM. do
reclhercher ici, en d6roulant sous vos veux l'his-
toire du systlme pinilentiairo.
Dans les temps anciens, il exislait des pri-
sons proprement dites, mais ce furenltout d'a-
bord, chez les liHbreux, des citernes dessechles


ot l'on plongeait les criminals; plus tard des
prisons regulieres furent construites. On n'y
renfermait le plus souvenir, que des accuses qui
n'y faisaient qu'un couri sejolr, pour marcher
a ]a mort ; car la peine capital etait ecrite
tout le long du code hebraique.
Les Grecs et ls Romains avait aussi des pri-
sons, mais c'4taient des espkces de cachots. 11
y en avail do plusicurs sorts. L'on pouvait,
chez les Romains surlout, dire On prison libre,
lorsque l'on detail aulorise A logerchez un Sdna-
teir ou chez un Magistrat qui r6pondait devo-
tre personnel.
Au moyen Age, temps de fdrocitd et de bar-
barie, chaque seigneur avait sa prison, lieu d'a-
troces iii. it. ,, .i.- cruautl s, c'elait un cachot
souterrain pratiqu6 dans ls murs du chateau,
o6 L'on chargeait de chaines le corps du prison-
nier, ot on laissait parfois cclui-ci mourir de
faim, sans qu'on songeat mime a fire cnle-
ver son cadavre.
Lesrois,l es villes avaient.aussileurs prisons,
tristesogouts, oi la peine du crime etait digne
de ces temps barbares. C'dlait a cet Bpoque de
honte et d'inhumanite que devinrent tristement
celdbres les Plombs de Venise.
Ce fut an temps do i''nquisition q;'on arri-
va au summwiu des atrocites a l'dgard des pri-
sonniers.- Malhenr alors A tous ceux qui tom-
baient sons ces griffes redoutables.- Les ca-
chots du Saint office, sales et obscurs reduits,
constituaient .'i' par eux-mcrmes d'odicux sup-
plices. Daus chactin d'eux on enfermait parlois
jusq(u'i six prisonniers.lls donnaient,la plupart,
torcement su.r le sol telliement humide que les
naltes in couciher pourrissaient d'un jour a
!'aulre. L'air qIu'on y respirait la iti nauiseabond
au point que plus d'un prisonnier trouvait uno
rnort cerlaine dans cette atmosphere emnpest&e.
Ceux don't la complexion y resistait devenaient,
pour ainsi dire, des cadavres vivants. On bdil-
lonnait, on f ueitait, on torturail les captifs.
Ia .I -. ii .i;... s'nppliquait a tous, sans distine-
lion d'age, ni de sexe, ni do condition.
'nlto ce que l'imagination peut rever d'ou-
trageant, d'horrible, de monstrueux et de fe-
roce, est. au dessous des atrocits sans bornes
ili'o faisait subir aux prisonniers dans les ca-
cliots de l'lnquisition.
La civilisation, copendant, a march.
En France, avant le 14, uillet 89, avant que
la col:re populaire cf'it renverse la Bastille,-
ce qui reversal en milne temps toutes les Bas-
tilles du monde,voici, -d'apres Monsieur Boi-
leau, comment dtaient organisdes les prisons.
<< Qui conque avaitdroit de justice pouvait pos-
seder sa prison. L'abbd de St Germain metlait
les captifs de son bailliage dans celle qui, sous
lenom de l'Abbaye, a oblenu une si trisle re-
nomm6e, et qu'onn'a d6truite que vers 1852.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs