• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Frontispiece
 Title Page
 Carte a Madame Mistress Harriet...
 Etude historique et critique
 Memoires du general Toussaint-...
 Appendice














Group Title: Mémoires du Général Toussaint-L'Ouverture : écrits par lui-meme, pouvant servir a` l'histoire de sa vie
Title: Mémoires du général Toussaint L'Ouverture par lui-même
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080802/00001
 Material Information
Title: Mémoires du général Toussaint L'Ouverture par lui-même précéde d'une étude historique et critique ... avec un appendice contenant les opinions de L'empéreur Napoléon Ier sur les événements de Saint- Domingue
Series Title: Schomburg microfilm series
Physical Description: 157 p. : fold. map. ;
Language: English
Creator: Toussaint Louverture, 1743?-1803
Saint-Remy, Joseph
Publisher: Pagnerre
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1853
 Subjects
Subject: Saint-Domingue   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par Saint-Remy (des Cayes, Haiti).
General Note: Microfilm (positive). New York : New York Public Library, 1978. 1 reel ; 35 mm.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080802
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001114643
oclc - 04161447
notis - AFL1336

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Frontispiece
        Page 3
    Title Page
        Page 4
    Carte a Madame Mistress Harriet Beecher Stowe
        Page 5
        Page 6
    Etude historique et critique
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Memoires du general Toussaint-l'Ouverture
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
    Appendice
        Page 103
        Mort du chef de brigade dommage
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
        Proclamation
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
            Page 119
        Opinions de Napoleon
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 129
            Page 130
            Page 131
            Page 132
            Page 133
        Decret imperial
            Page 134
        Ordonnance du roi
            Page 135
            Page 136
        Rapport au roi
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
        Extrait du telegraphe
            Page 145
            Page 146
            Page 147
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 151
            Page 152
            Page 153
            Page 154
            Page 155
        Proclamation au peuple et a l'armee
            Page 156
            Page 157
Full Text














MEMOIRES

DU GENERAL

TOUSSAINT-L'OUVERTURE

ECRITS PAR LUl-MtME.


























LE MtME OUVRAGE SE TROUVE :


A Saint-Thomas, chez M. GUILLERUP.
Au Cap-Haitien, chez MI. THERLONGES lils.
A JACMEL, chez M. ULTIMO LAFONTANT.
Au Port-au-Prince, chez MI. ROMULUS VILLEMENEY.
A Jdr6mie, chez M. RICHEMONT ROUZIER.
Aux Cayes, chez M. THIMAGENE RAMEAU.
Aux Gonaives, chez l'AUTEUR.


SAINT-DENIS.- TYPOGRAPHIE DE PHEVOT ET DROUARD.


















. .


i. -


-Th









MEMOIRS

DU GENERAL



TOUSSAINT-L'OUVERTURE

ECRITS PAR LUI-MiEME,
POUVANT SERVIR A L'HISTOIRE DE SA VIE,
ornus d'un beau portrait grave par Choubard,
PRECEDES

D'UNE ETUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE,
SUIVIS DE NOTES ET RENSEIGNEMENTS,
Avec un APPENDIGE contenant les opinions de I'Empereur Napoleon I"
sur les e6vnements de Saint-Domingue,

PAR SAINT-REMY (des Cayes, Haiti),
avocat aux course imperiales de l'Ouest et du Sud.

PRIX : 3 FR.






i; -- ,l .I


PARIS
PAGNERRE, LIBRA1RE-EDITEUIi
RUE DE SEINE, 18

I S1b


















MISTRESS HARRIET BEECHER STOWE,

auteur du roman philosophique :
La Case de L'Oncle Tom, on Vie des Nigres au Etots-Unis.



MADAME,

Permettez-moi de mettre sous la protection lde
votre illustre renom les Mdmoires qu'6crivit le
Premier des Noirs sur l'histoire de sa vie, ainsi que
l'ltude don't j'ai fait pr6c6der ces Mdmoires. C'est un
hommage que je crois devoir vous rendre, en ma
quality do membre de la race opprim&e don't vous
avez si g6enreusement, si glorieusement et si heureu-
sement entrepris la cause.
Si la splendeur de vos talents assure i votre nom
l'immortalilW, la grandeur de votre Ame n'assure-
t-elle pas i votre personnel l'estime, 1'admiration et
la reconnaissance des homes de ma couleur?


- Pjatiwatinir









C'est au sein des Etats de l'Union qu'il faut au-
jourd'hui attaquer l'esclavage, comme vous l'avez si
bien fait; vous r6ussirez a vaincre le monstre, parce
que vous avez pour vous la v&rit4, fille du ciel.
N'est-ce pas, madame, qu'il est honteux qu'au
xix0 siecle du christianisme, la diversity de 1'4pi-
derme puisse servir encore dans quelques contr6es
de signe de proscription entire les diff6rentes bran-
ches de la famille humaine?
Daignez, madame, agreer l'expression de mon
devodment aussi sincere que respectueux.

SAINT-REMY.


Paris, le ler f6vrier 1853.

















ETUDE


HISTORIQUE ET CRITIQUE.






L'oligarchie colonial n'dpargna aucun moyen de com-
pression, aucun raffinement de barbarie pour maintenir
sur la race africaine et ses descendants le poids de sa
toute-puissante exploitation. Alors, comme pour l1gitimer
la violation de tous les principles du droit natural, on
proclama tout haut ['inaptitude intellectuelle et morale de
cette race. Mais qui s'6tonnerait done que, sous I'empire
de 1'esclavage, le negre soit rest si longtemps stranger aux
bienfaits de la civilisation? ( Le moyen de marcher, a dit
le chancelier Bacon, quand on a un bandeau sur les yeux et
des fers aux pieds I Aussi l'homme noir lui-meme so
crut fatalement condamn6 par la nature A l'obeissance et a
la servitude. Bien plus n'a-t-on pas vu l'homme blanc dans


I Novoum Organum.









8 ETUDE HISTORIQiUE ET CRITIQUE.
le meme 6tat de degradation, alors que les t6nebres du
moyen age couvraient de leurs voiles l'intelligence des
peupleseurop6ens? Ce double phknomene prouvequel'escla-
vage enfante partout les memes maux. N'est-ce pas alors
le corble de la perfidie que de dire au ngre : Tu resteras
esclave parce que tu es ignorant. A cela ne pourrait-on
pas r6pondre : s'il est ignorant, c'est qu'il est esclave?
L'Egyptc, qui fut le centre d'une grande civilisation,
n'6tait peuplde que de noirs. Ces noirs ne credrent-ils pas
des choses prodigieuses qui jusqu'i present font 1'objet de
notre admiration? Que si l'on ne veut pas admettreque
la population primitive de 1'Egypte fut noire, contre
l'aulorite d'H6rodote, qui visit ces contries sous les Pha-
raons ; de Volney, qui, par sa propre investigation, con-
firma 1'experience de son devancier '; d'un grand nombre
d'autres savants des temps antiques et modernes, ne
suffirait-il pas, comme on l'a d6jA souvent fait remarquer,
de voir le cdlbhre Sphinx 3, pour y reconnaitre parfaite-
ment le type distinctif de la race 6thiopienne?
Mais en conc6dant que la population 6gyptienne ftt d'o-
rigino caucasienne, I'on sait, a n'en pas douter, qu'au
moment on la terre des Pharaons elait au plus haut degr6
de civilisation, 1'Europe deait dans la plus complIle bar-
barie; rien n'y manquait pour caracteriser 1I'tat sauvage,


1 Herodote, traduetion de Larcher, Paris, 1786, livre n, 10t.
SVolucy, Voyage en Egypte, Paris, 1787, 1. I, page 72.
SSphinx, espbce de Dieu de antique Egypte. II se trove pres des
Pyramides, 6 12 myriamktres du Caire, vers I'occident. Sa grandeur est
Ielle qu'il a d 8tre Laill sur place dans un immense rocher. II est enfoui
dans les sables jusqu'aux 6paules. II a, dit Volney, la rete caracterisde
Si RIv:,









iTTUDE HISTORIQUE ET I lll'lllE. .
pas meme les sacrifices humans. Or, appartenait-il aux
Egyptiens de ces temps reculds de proclamer 1'inaptitude
des peuplades europdennes A de meilleures destinies, de
dire qu'elles Btaient condamn6es par Dieu A rester 6ter-
nellement plongees dans les tenbbres de l'ignorance et de
la superstition, partant vouees a vivre et i mnourir dans
1'esclavage? Non assurement non ; ca.r I; n'appartient pas a l'humanitd. J'infre de lI qu'il n'est
permis aux blancs de raisonner suivant cette hypothese ;i
1'6gard des negres, pas plus qu'il ne l'elt 6di aux Egyp-
tiens A l'6gard des Europdens.
La civilisation ne visit pas toutes les coutrees A la fois. II
lui a fallu des sikcles pour se r6pandre de l'Inde en Egypte,
de 1'Egypte en GrBce, de la Grikce on Italic, de 'Italie
dans le reste de l'Europe. Laissez-lui le temps de se
rdpandre en Afrique. Chaque race, conmme chaque people.
brillera a son tour sur la terre. Les societes n'ont jamais
toutes progress ia la fois. Ce n'est que quand le soleil
disparait d'une contrie qu'il en Cclaire une autre; ainsi
va la civilisalion ; 'histoire nous I'enseigne. II1 ne faut
j jamais et dans aucune circonstance tout vouloir a la
fois, dit M. Jacques Arago. I)ieu plus puissant que
, l'homme fit le nionde en six jours, et quel monde
, encore! Une semaine de plus n'aurail rien gate, je
)) pense '. ),
Et qui sait aprBs tout si en ce moment il ne s'elabore
pas dans les masses noires un tramail capable un jour
ld'tonner la civilisation europdenrr, qui sans ounte nest
pas i la penultinme puissance de la force hunmaine? Car
I Souvenirs d'uw areigle. I qlage autour du monde. tome 11, p. 33k,
Pariq, 1S3S.








10 ETUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE.
enfin les ennemis des noirs n'ont 6videmment affirmed
l'inaptitude intellectuelle de cette race, que pour mieux
consolider 1'ddifice de l'esclavage. Mais comment et par
qui cette inaptitude a-t-elle Wtd constatee? A-t-on demon-
tr6 qu'elle est inherente a la nature du noir? N'est-ce
pasplut6t la position gdographique de l'Afrique quijusqu'A
ce jour I'a tenu eloign6 du contact bienfaisant de toute
civilisation? N'est-ce pas en Amerique la condition politi-
que dans laquelle il ful si cruellement relegu6 qui arrt8l
l'essor de ses facults? Je ne parole pas icides miles espa-
gnoles, ni des Etats de P'Union, oh ii faut espCrer qu'avant
dix ans les noirs redeviendront libres aussi. Comment
alors peut-on loyalement venir reprocher aux nigres leur
inf6riorit6 morale et intellectuelle? Qu'a-t-on jamais fait
pour ouvrir leurs yeux a la lumibre? Je dirai de ma race
ce que M. Arago dit des habitants des miles Mariannes, dans
l'ouvrage ddjA cit6 : ( On ne lui a pas encore dit o, est la
ve'rie' et ce quest la verie. DMs qu'on lui aura appris la
, route it suivre, soyez sir qu'il ne la deviera pas, et si les
Smoeurs primitives trionmphent quelquefois des nouvelles
)) institutions, c'est qu'il a dans celles-ci tant de misere
et de folie, que le bon sens, quest une proprilet de tout
> ce qui respire, enat il prompted et bonne justice.
Or, ceux qui reprochcnt aux noirs la barbarie qui
onveloppe leurs contrees, oublient-ils que ce sont eux-
nmmes qui y ont systematiquement entretenu le mal si
n6cessaire au succes du commerce de la traite, et que
I'affreux regime colonial ne nous a jamais donn6 que travail
ct indigence, terreurs et supplices? Oublient-ils que leur
polilique commandait que nous fussions tternellement
p)lngds dans les t6Inbres de l'ignorance?








ETUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE. II
On adit encore que(( 'angle facial du noir, excessivement
aigu, ne laisse que peu de d6veloppement au cerveau, sidge
de l'intelligence '. ) Jadis on invoquait centre nous
1'autorit6 mystique de la Bible; on prelendait que nous
descendions de Cham, que Dieu lui-meme avail voulu
notre asservissement. Mais ceux qui croient au peche
original ont-ils le droit de so dispenser de croire a la
redemptionii Battus sur le terrain de la Genise, ofi tout
n'est que doutc et confusion, les colons en sont venus i
invoquer la science centre la race noire. Qu'on nous le
dise : sur quelles investigations ont-ils fondd leur
critdrium? Quels cranes de nIgres ont-ils palp s, mesures,
pes6s?.. Sans doute ceux des malheureux qu'ils avaient
abrutis, don't ils avaient comprirnm Il'IDE loin de la
r6veiller, et qui par cela mOme durent avoir le crane depri-
md. Mais soyons justes : il no peut pas plus appartenir aux
colons d'invoquer la SCIENCE centre nous, qu'il ne peut
appartenir aux seigneurs russes de l'invoquer contre Icurs
serfs. 11 ne leur appartient pas plus d'expcrimenter sur les
crAnes de quelques infortunds abrutis par la miisre et de
conclure delB que le crane de tous les nIgres est deprim6,
qu'il ne m'appartient a moi, home noir, d'exptrimienter
sur le crAne de quelques esclaves kalmoucks et de conclude
aussi que le crane de tous les blancs est d6prim6. Mais
qu'importe en some la rigle de l'angle facial, si solvent
invoquee pour 16gitimer 1'oppression des races par les
races? L'intelligence n'est-elle pas impondmrable? Coin-
ment alors lui mesurer un space o elle doive s'abritcer
Je sais que la physiologie renforme deux grades (eoles,
Slitflexions .vur l'nffran.tr issemei' t iv I' xsrl, 's, Ipr dei IJacharriire,
Paris, 1828.









12 IETUDE IIISTORIQUE ET CRITIQUE.
don't les sommites brillent de part et d'autre d'une im-
mense splendeur, Camper, Sommerring, Cuvier, Virey,
Laurence font dans leur onthologie sortir le negre d'un
monstrueux accouplement; ils lui refusent l'invention el
le perfectionnement qu'ils n'accordent volontiers qu'aux
blancs '. Mais Blumembach. Ti6demann, Lavater,
Broussais, Prichard et d'autres savants viennent dementir
leurs adversaires, en proclamant la mutuality des forces
expansives de I'humaniti 2. Que conclure de tout cela?
C'est que la science qui voudrait condamner l'intelligence
du nbgre, en la frappant de st6rilit6, n'est fondue sur
aucune experience positive; lout y est a l'6tat d'hypothese
plus ou moins hardie, plus ou moins ing6nieuse.
Remontons a un ordre d'iddes plus levees, voyons si la
MORALE et la LOGIQUE permettent de croire 6 I'infpriorit6
intellectuelle de la race noire?
L'UNITEi du type de l'espbce humane est un fail proclame
par la r6vlation. Cetle unite est de plus avouee par les plus
grands g6nies, Buffon, Blumembach, Herder. Arretons-nous
A ces trois citations. Les hommes qui ont Mtudi6 la nature et
l'histoire s'accordent done A croire que le genre human
sortit du meme berceau et qu'" measure qu'il se r6pandit
sous les zones plus ou moins chaudes, son epiderme dut
tendre aise rembrunir. Cc phenomnne deviendra sensible
pour tout observateurqui sesera donn6 la peine de parcourir
SJ'enigagerai mes compatriotes A lire sortout : Dissertation sur les
differences que prdsentent les traits du visage chez les homes des diffd-
rents pays, des diffdrents Itges, par Camper, Utrecht, 1791. Histoire
naturelle da genre human, par Virey, Paris, 1824.
2 J'engagerai encore a lire : De generis human varietate natird, par
Blumembach, Goettingue, 1795. Histoire naturelle de l'homme. par Pri-
ihard, trndul tion de Ronnlin, Piari, 1i4 :.









inIUDE iSTOvU rou ETji Cri RKITIli.
la care de notre planite. II y verra en effet, en partant du
p6le nord et se dirigeant au p61e sud, les populations se
colorer et arriver progressivement au noir jais. Mais si sous
la mnme latitude et b l'antipode correspondent, il ne voil
pas le meme ph6nomnne se reproduirc, qu'il ne s'en
dtonne point. S'ilregarde plus attentivement, il reconnattra
par example que la population du Mexique n'est pas aussi
noire que celle du Dongolah: d'abord l'Am6rique ful
peuplde plus tard que l'Afrique, et de plus le royaurne d
Dongolah est situ6 non loin de grands deserts qui augmen-
tent l'intensite de la chaleur, tandis que le Mexique st
trouve situ6 au centre d'immenses forces couples en tous
sens de rivieres et de lacs. II est vrai qu'on peut me
dire. avec Virey, que si la coloration de l'dpidcrme
dppendait de la temperature des differentes zones, un
negre ne en Europe devrait avoir la coloration des ha-
bitants de cette parties du monde. A cela. je repondrai
d'abord que la nature procede lentement, quo les si4-
cles sont pour elle moins que des seconds, quo si loin
que puisse s'dlendre notre imagination, nous n'avons
rien embrass6 de la march de l'eternit(. Puis jo laisserai
parler M. Prichard : ( les varidt&s de couleur, dit-il,
> dependent en parties du climate, de l'1ldvation du pays
au-dessus du niveau de la mer, de la distance plus ou
, moins grande oi il se trouve de la c6te. Ces inmmes
) conditions, on ne peut guere en douter, exercent aussi
, une action sur la conformation du corps human ; mais
) on a remarque que les formes du corps chez les diffe-
) rentes races paraissent se modifier plut6t sous l'influence
du genre de vie et des habitudes quo sous cello des
climats; et cette remarque a quelque chose de vrai,









14 IETUDE HISTOR1QUE ET CRITIQUE.
) quoique jusqu'a present, on ne i'ait encore appuyde que
, sur des conjectures : prouver par de bonnes observations,
dans le cas de I'cspoce humaine, la rdalite de ces rap-
ports entire les forces eL les habitudes, serait rdellement
, une trEs-belleddeouverte. Si j'osais indiquer ici quelques-
, uns de ces rapports, ce serait en remarquant, d'une
n manibre g6ndrale et sans prdtendre que la loi ne soit
, sujette a beaucoup d'exceptions, qu'il y a dans l'espece
humane rclativcment A la forme de la tlte ct B quelques
) autres caracteres physiques, trois varidtis principles,
lesquelles prldorninent, I'une, chezles peuples sauvages
, et chasseurs, l'autre chez les races pastorales et noma-
) des, 1'autre, eilin chez les nations civilisdes '.
Mais Virey ne so content pas de nier l'influenco du
climate sur la couleur et les formes de l'espce humaine; en-
trant dans un autre ordre d'idees, tout en faisant des vcoux
pour I'amelioratioi de ma race : ( On va, dit-il, jusqu'a
douter qu e Ie ngre ait 1'Arme assez ferme, assez 6levie
, pour Otre jamais capable d'une vraie liberty: car celle-ci
, exige, pour (ire conservee, cette force de caractbre qui
salt immoler ses passions a 1'inthrit public et sa patrie.
, Le negre, dit-on, cst trop apathique pour garantir son
Sindipendance t c e pendant trop furieux dans ses
a transports pour so moderer dans l'exercice du pouvoir.
, 1 n'est jamais en un just milieu; comme les ames
) services,

r( S'il tie craint, il upprnme, et s'il n'opprime, ii craint. 2
Virey ignorerait-il que ce caractere psychologique qu'il
I Ilistoirc naturelle de l'hoi c, Paris, 18S 3, t. 2, p. 96.
Dictio, taire des sciences nddrmtlics, article NiiGRE, volume 3b,
Paris, 1819.









LTUDE IIISTO.IOQUE ET CRITIQUE. Ki
a signal appartient A toutes les races, A un degrd plus ou
moins ddveloppd, suivant le degr6 de la cruaut6 des indi-
vidus et de l'ignorance des masses? Qui r6pondra A
l'espece de dilemme que vient de poser Virey? L'dducation ;
car c'est elle qui donne A l'homme la conscience de sa
dignity, le porte ai viter le mal, A le rdparer et a ne faire
en un mot decouler ses actions que do l'empire de la
justice.
Maintenant entrons dans le domaine de la LOGIQUE:
L'anatomie nous present I'homme noir exactement consti-
tud come l'homme blanc; chez l'un come chez l'autre,
m6mes organes, pour les organes rnOmes functions. Or, si
l'organisme du negre est semblable a celui du blanc, les
aptitudes, comme les appetits doivent 6tre les memes.
Comment un home constitud come moi ne pourrait-il
pas aussi bien developper son autonomie? Barnme menti-
rait-il?
11 est vrai que l'anatomie trouve entire Ie derme ot l'dpi-
derme du noir uue matibre colorante qu'elle appelle
ppii-n"rliti; mais si la couleur de l'homme est un pheno-
mene du climax, pourquoi le pigmentum n'en proviendrail-
il pas aussi?
Cependant la dissemblance des aptitudes existerait-elle,
qu'elle n'e6t rien prouv6. De mOme que chaque home a
son caractere, sans cesser d'etre htonlnime, chaque race a sa
civilisation, sans cesser d'appartenir ia la grande famille
humaine. Combien d'hommes valent mieux les uns que les
autres? Qu'on nous dise en quoi la civilisation moderne
vaut mieux que celle du vieil Indoustan ou ie la vieille
Egypte?--Aux yeux de I'histoire toutes les races se milent,
se confondent, comrme a nos yeux tous los hornets se mj-









16 i'lTUE L IIS'TOK1UE El CII'IIQUE.
lent, se confondent dans le bruit, chacun avec son cri, son
aspiration.
Je croirai de plus que la difference de la couleur, loin
d'etre une occasion de haine entire les hommes, devrait
Atre la cause d'une louable et fraternelle emulation. Quand
les gouvernements modernes auront bien r6flchi sur cette
question qui n'est encore qu'un sujet d'embarras dans leur
march. ils trouveront sans doute les moyens de faire
converger les diverse races vers la gloire et le bonheur
communs; le premier pas a faire, ce me semble, serait de
ne donner de prerogatives qu'a l'inlelligence et A la vertu.
Enfin ni la science, ni la morale, ni la logique ne peu-
rent laisser de doute sur les aptitudes diverse du negre.
Nous pouvons dire avec M. de Brotonne : < La varietd des
, races n'exclut en rien l'unit6 de l'espce ; cette unit
Sexist dans les vdritables attributs qui la distinguent des
a nutres g6ndrations animals. Nier I'humanit6 pour les
negres serait la nier 6galement pour les blancs, car les
>, uns et les autres sonts6pards des animaux pour les memes
attributes; leur activity seule y met des differences. De
mme que la difference d'organisation Rtablit une 6chelle
entire les animaux, la vari6dt entire les races etablit une
ligne de demarcation entire les peuples. L'histoire les
classes d'apres le plus ou moins de perfection de leur
civilisation '. ))
Ici les k6enements viennent doinier une consedrationl
solennelle i la puissante parole de MA. de Brotoite : on vit
a la fin du sikcle dernier, dans uue ile do I'archipel amdri-
cain, des negros et des mulatres courbds sous le poids de lit

1 Histoire de la liiatioa n i t des mifiiralto .s deis peupt'les, i'a 'i, 587.
lone I, page I a:.









ETUDE IIISTORiIUE ET CRITIQUE. 1/
plus odieuse servitude, se reliever soudainement, briser
audacieusement leurs fers, en forger des instruments de
vengeance, conquerir leur liberty, la maintenir et la fair
respecter.
$ Ce people est le people haitien. Parmi les fondateurs de
son emancipation se d6tache majestueusement du fond du
tableau un homme qui eut honored n'importe quelle nation:
il dtait petit et fluet, actif et infatigable ; s'il avait la bouche
vilaine, il avait des yeux magnifiques qui langaient comme
des eclairs de genie, une pose qui commandait le respect
universal; il avait la voix un peu nasillarde, mais la diction
correct. Rarement sa phrase manquait d'impliquer un sens
profound et judicieuxXSe couvrant du manteau de la super-
stition qu'ilassimilait A la religion, pour mieux flatter et di-
riger les passions grossieres des siens; allant d'un pas
indifferent du confessional de la penitence A l'estrade des
course priv6tales, qu'il prdsidait souvent; venant de rece-
voir du pretre l'absolution de peccadilles qu'il voulait bien
avouer et courant sans fr6mir livrer A la mort meme l'inno-
cence; catholique fervent en apparence, ayant toujours a
labouche le saint nom de Dieu,- mais politique cruel sous
le prdtexte de la raison d'etat, pr6texte si facile a invo-
quer par les tyrans. -Avare des deniers du people tant
pour lui que pour ses serviteurs les plus ddvouds ; donnant
peu de temps au sommeil, toujours A cheval ou dans son
cabinet; franchissant cinquante lieues par jour ou rdpon-
dant a cinquante letres dans le meme space de temps;
6puisant trois chevaux dans chacune de ses traites ou fati-
guant trois secr6taires dans chacune de ses journdes : el
6tait Toussaint-L'Ouverture qui, malgrH les nombreuse .
illustrations des temps modernes, brillera dans les tastes de
2









18 ETUDE IIISTORIQUE ET CRITIQUE.
I'humanit6 comme capitaine et comme politique. Et cc qui
prove qu'il n'y pas de races meilleures ou pires les unes
que les autres, c'est que Toussaint-L'Ouverture exagdra le
crime comme la vertu.
C'est alors que le Premier des Noirs, dichu du haut rang
qu'il occupait, trahi par ses propres lieutenants, enlev4d
son pays, transfdr6 brutalement sous le ciel glac6 de la
Franche-Comt6, 6crivit les Me'moires que nous exhumons
de leur enfouissement et que nous livrons tout entiers a la
lumibre de la publicity, / \" V
On verra dans ces Memoires qu'aucun talent n'est au-
dessus de la portie du negre: la guerre, la legislation,
l'dloquence, L'Ouverture sut tout atteindre.
L'existencedeces fe'moires fut d'abord mehtionnee par
le venerable abbd'Gregoire, 6v0que de Blois, dans son ou-
vrage si curieux et si int'ressant intituld : de la Littrature
des ngres '. En 1845 Ic journal la Presse en publia quel-
ques fragments; alors quelques personnel parurentdouter
de leur authenhiei-td. 'Mais tout r6cemment, par la bien-
veillante entremise-de M. Fleutelot, membrede l'universit6
de France, je pus avoir du general Desfourneaux commu-
nication d'une copie de ces Memoires qu'il avait en sa
possession. Plus tard, de recherches en recherches, j'arri-
vai A en d6couvrir aux Archives gene'rales de France le
manuscrit original. Je parcourus avidement et avec une
attention religieuse ces longues' pages toutes 6crites de la
main du Premier des Noirs. L'emotion que leur examen
me causa se comprendra mieux qu'elle ne peut se d6crire :
le souvenir d'une si haute renomm6e courb6e sous le poids

1 De In Littlratl re des ngres, par H. Grugoirc, I vol., Iaris, 1818.









ETUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE. 19
de tant d'infortunejette l'Ame dans un abime de reflexions.
Toutefois, l'histoire dira que deux choses perdirent
L'Ouverture : ses fausses pr6ventions contre les anciens
libres, negres et mulAtres, qu'il enveloppa toujours dans la
meme proscription, tandis que ces anciens libres pou-
vaient Atre si utiles aux succbs de sa cause, et sa ligue
avec les colons pour r6tablir l'esclavage, sous la forme de la
glebe. En effet, aussit6t qu'il eut eloign6 de ses conseils les
hommes de couleur, forceluifutd'y appeler les anciens mai-
tres. C'est l la source de cette guerre sacrilege, implacable,
qui 6clata entire lui et Rigaud, guerre qui moissonna tout ce
que le pays avait de vertus, de talents, d'hdroisme et qui
sembla n'dpargner que les mdchants. L'Ouverture sentit
bien un jour que le negre et le mulatre doivent faire cause
commune, au lieu de s'entre-d6chirer, c'est quand, aban-
donn6 des flatteurs qui le perdirent, sequestr6 de l'univers,
il ne trouva A ses co6ts que Martial Besse, mulatre, g6ndral
de brigade, d6tenu comme lui au chAteau de Joux, qui
voulut bien recopier ses manuscrits et leur donner
l'orthographe qui leur manquait. Ainsi dans les petites
choses le doigt de la Providence se montre '.

I Besse (Martial) naquit an Terrier-Rouge, dependance du Fort-Dau-
phin (aujourd'hui Fort-Libert6), le 15 septembre 1759. Son phre, colon
blanc, l'envoya en France pour y fire ses etudes. Mais Besse aima mieux
s'enrl'er dans le Royal-Auvergne ofi il servit du 3 aofit 1779 an 7 mai
1783. CongediB, il revint a Saint-Domingue et parvint pendant la re\o-
lution au grade de chef de brigade. Reparti pour France, il adfeindit la
convention national aux journeys de venddmiaire, sous les ordres du
general Bonaparte et fut nomme gndral de brigade. Plus tard, lors de
l'exp6dition de Saint-Domingue, il fut charge par le g6ndral Leclerc de
pacifier I'ile de la Tortuc. Ma;is come bienltt 1'on redoutla qt'il II';Itllit
grossir l'insurrection inaugurl cpar I'adjudanlt-ginera l P'ition (Alexandrc),









20 lIJUE HISTOTlIOUEl IHr ;IIITIQtUE,
Aujourd'hui j'aurais pu a mon tour poursuivre le travail
de Martial Besse; et, refouillant dans mes souvenirs scolai-
res, en tirer quelques tournures de rh6torique pour
diaprer les Memoires que je public. N'est-ce pas ainsi
que l'on procede A 1'gard de cette foule de mdmoires
contemporaihs don't la librairie nous inonde chaque jour?
Mais j'ai pens6 que dans une oeuvre destinde h faire
prendre, pourainsidire, en flagrant d6litle mdrite litt6raire
d'un negre, bien que ce negre n'ebt point fait d'huma-
nitis, it valait mieux maintenir I'intLgrite du textc,
mIme au detriment de mon amour-propre patriotique.
Cependant tels qu'ils sont, malgr6 l'imperfection du style,
les Memoires de L'Ouverture sont empreints d'une candeur
qui honor son Ame, d'une ampleur d'id6e et d'une 616va-
tion de forme que ne dcsavoueraient pas bien des 6crivains
de profession. Ainsi quand le Premier des Noirs, racontant
la conduite inique du general Leclere a son 6gard, s'6crie :
( Sans doute je dois ce traitement i ma couleur; mais ma
, couleur... ma couleur m'a-t-elle emprchi de servir ma
p patrie avec z6le et fiddlit ? La couleur de mon corps
n nuit-elle A mon honneur et a ma bravoure? ) Ne croi-
rait-on pas entendre Othello, dans la tragddic de Ducis,
quand il s'ecrie aussi :


it ftu embarque pour France. RelIgue au clhteau de Joux, il y rencontra
L'Ouverture. Rigaud vint les y joindre. Enfin sorti de ce chAteau,
ainsi que Rigaud, apres la mort de L'Ouverture, it fat envoy A Melun,
d'oi il rlussit a s'dvader et A se rendre en Haiti, A la fin du regne de
Dessalines. Christophe le fit come et marechal de son royaume. 11
mnourou vers 181 L'histoire doit lui reprocher d'avoir td de ceux des
miulitres qui, Ie septembre 1700, jurerent au Terrier-Rouge respect
aux blancs.









ITUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE. l
n Quoi ce nom d'Africain n'est-il done qu'un outrage?
La couleur de mon front nuit-elle A mon courage a ?

Si nous rencontrons dans les Memoires de L'Ouverture
de pareils movements de style, des reflexions aussi profon-
des, combien ne devons-nous pas regretter que L'Ouverture
n'ait pas eu comme les grands capitaines de l'antiquit6,
comme Xdnophon, Thucydide, CUsar, le loisir de nous
transmettre plus de revelations qu'il ne l'a fait; combien ne
devons-nous pas regretter surtout que cet homme extraordi-
naire se soit trouv6, par toutes sortes de circonstances, dans
l'impossibilit6 de revoir ce qu'il venait d'6crire; car on
peut bien juger de la trempe de son esprit, quand on
saura que dans son manuscrit propre, tout est de premier
jet; pas une rature, pas une surcharge. C'est l'homme qui
ecrit sans pr6tention, dans la sincerity de son droit, se
prdoccupant peu de faire de 1'esprit, de d6ployer les
resources de l'art, 6crivant seulement pour se justifier, ne
cherchant nullement a se poser aux regards de la publicild
et h briguer un genre de renommde, don't it pouvail ;pris
tout se passer sans cesser d'etre grand.
II est a regretter, cependant, que, dans d'autres docu-
ments, L'Ouverture ait d6menti parfois la fierte de son lan-
gage par des defaillances de courage, par des expressions
precatives A l'adresse de ses persecuteurs. Mais pas plus
qu'il n'y a de soleil sans nuages, ii n'y a d'hdroisme sans
tache. D'ailleurs le lecteur ne doit pas oublier que ddji
ag6, confine dans le fond d'un humide cachot, ne cou-
chant que sur une paille infected. souffrant des rigueurs
d'un hiver excessif, chose jusque-la inconnue pour lui,
I thello, acte I, scene \.









22 ETUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE.
priv6 des moindres commoditds de la vie, oblige alors de
faire lui-meme sa triste cuisine, sdquestr6 de sa femme et
de ses enfants, qu'il adorait, ne voyant jamais dans ses re-
gards se rffl6ter un regard ami, le lecteur ne doit pas
oublier, dis-je, que L'Ouverture ait pu, saris croire se
deshonorer, s'abandonner i quelques pleurs, A quelques
g6missements, i quelques supplications. Au reste, d'autres
captifs non moins illustres que lui, mais a qui l'dducation
avail donni un certain charlatanisme en face de l'adversit6,
ne se sout-ils pas ndanioins surprise quelquefois a verser
des larmes au souvenir de leur grandeur dechue?
Les Memoires ne commencent pas malheureusement A
la naissance de leur auteur. Quel peintre plus habile que
L'Ouverture eit pu nous transmettre le tableau de la vie
du negre esclave avant la revolution; cette vie si labo-
rieuse, si dure, dans le course de laquelle beaucoup tom-
baient affaiss6s sous le poids du chagrin, du d6sespoir,
occasionnes par la barbaric des maitres, pendant que
d'autres, moins infortunds, arrivaient A une aisance, a un
bonheur domestique bien superieur A celui d'un grand
nombre de libres? Si L'Ouverture 6tait de ces derniers, il
dut avoir cependant plus d'une fois B g6mir et A pleurer
sur le sort de ses semblables don't il dtait le sage conseiller,
souvent le confident attrist6. L'histoire de l'esclavage
des negres, racontie par un esclave negre de l'intelligence
de L'Ouverture, eOt Wte le livre le plus curieux et le plus
instructif que l'ami de l'humanit6 pft ouvrir et consulter.
Cette histoire, a mon avis, edt mieux value que les dd-
clamations du n6grophilisme, a qui on peut reprocher,
soit dit en passant, au moins autant de mal qu'il a fait de
bien.








ETUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE. 22
L'Ouverture avait de plus une grande tache a remplir:
c'6tait de nous peindre la prise d'armes des esclaves dans
le nord de Saint-Domingue, au mois d'aout 1791, de nous
conduire a travers les massacres, les pillages, les incendies
auxquels il assist, jusqu'au moment oh, rejetant les vains
hochets de noblesse que la fiert6 castillane s'etait abaiss&e
h lui decerner, comme aux autres insurges, il entra dans le
giron de la gloricuse republique francaise, aujourd'hui
si calomni6e, et qui, cependant, sauva I'humanit6 des
fureurs du despotisme, en rendant A la nature humaine
sa dignity.
Mais parmi toutes les exigences que notre curiosity avide
de renseignements eut eu le droit d'exiger de L'Ouverture,
la principal surtout, c'efit e6t l'explication de l'horrible
guerre civil qu'il fit A Andr6 Rigaud, sans motif honnete,
sans n6cessitd m6tropolitaine ou indigene, uniquement
pour le bon plaisir des colons ou des Anglais. Aussi, L'Ou-
verture semble avoir ici honte de lui-meme : tout est
silence, comme a l'dpoque oh il combattait sous les ban-
nieres espagnoles le principle de la liberty g6ndrale que la
France republicaine avait proclam6. Ce silence sur les deux
graves periodes de l'histoire de la race noire A Saint-Do-
mingue ne provient-il pas d'un retour sur la conscience
qui, apris tout, survit aux dvdnements pour les glorifier on
les flitrir? Ce silence ne serait-il pas la condemnation la
plus complete et la plus solennelle des deux plus ndfastes
situations du drame colonial?
Malgre les d6fauts et les lacunes que nous venons de
signaler, les Memoires de L'Ouverture serviront a refuter
victorieusement le!fausses et malignes assertions que Bois-
rond-Tonnerre hasarde centre lui dans son travail sur








24 ETUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE.
Haiti '. Ils serviront surtout a constater que l'intelligence
du negre peut s'elever A la hauteur de toutes les connais-
sances. En effet, le terrein est bon; il ne lui a manqu6
jusqu'A present qu'une savante culture. A-t-on encore
vu, soit dans les colonies d6pendantes des m6tropoles,
soit dans colles qui s'en sont affranchies, les gouverne-
ments 4tablir sur quelques large bases aucun system
d'enseignement universitaire? Le soin d'6lever les gend-
rations, ce soin capital d'oi dependent I'avenir et la' pro-
sperit6 des peuples, est A peu pros abandonn6 a l'incu-
rie, quand ce n'est pas a l'ignorance. Et pourtant partout
se montre une g6ndration de nbgres avide des bienfaits de
I'instruction. Elle 6tonne surtout en Haiti par la prdcocitt
de ses dispositions, par la justesse de son raisonnement.
Pourquoi- le temps n'a-t-il pas respected les jours de
Granville et de Lemoine, ces deux esprits sup6rieurs dignes
de 1'antiquit6 par la splendeur du genie? Quels fructueux
enseignements la jeunesse de nos jours n'eft-elle pas reti-
res des lemons de ces deux mattres?
Toi, surtout, 6 Lemoine, 6 mon savant maitre, quelle
salutaire influence n'eusses-tu pas cue sur des esprits aussi
bien disposes I Ton go~it si attique, ta parole si brillante,
ton style si suave, sont encore presents a nos souvenirs.
Si Dumesle 2 a chant dans ses vers les talents et la gloire

I Memoires pour servir it I'histoire d'IIaiti, par Boisrond-Tonnerre,
prceldes d'une Etude historique et critique, par Saint-Remy, chez
France, libraire, Paris, quai Malaquais, no 15. 1851.
2 M. Dumesle (HWrard) naquit dans la commune de Torbeck, le
16 juin 1784. Fils de mulatre et de negre, c'est-a-dire griffe, ii s'est faith
in nom au barreau, i la tribune et dans les lettres. Doud d'une memoire
iprodig'ie~ns, ,1 sn oicl, ei lonte 11ne encyclopedie. Tombi' come premier









ETUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE. 2~i
de Granville 1, ici, dans ma prose, 1 Lemoine, je consacre
une page A ta m6moire; puisse cetle page la porter A la
postdrit6 2!
Co n'est pas seulement le personnel de l'enseignement
laique qu'il s'agirait de fonder dans les miles. II faudrait
aussi reformer le personnel de l'enseignement religieux.
Nulle part dans la chretientI le clergy ne profane autant
que IA le sacerdoce don't il est revetu. Avide d'argent, cor-
rupteur de l'innocence, artiste en troubles civils, tel esl
gendralement le clergy de certaines miles. Quelques nobles
exceptions ne font ressortir qu'avec plus d'cclat le spectacle
scandaleux don't ces contries sont affligdes.
Cependant, quoiqu'elle soit, pour ainsi dire, privee de
guides dans ses etudes, la generation actuelle aura cet
immense advantage sur celle qui l'a prec6dde, qu'clle aura
assist a nos crises civiles et qu'elle aura vu combien les
exci s politiques sont deshonorants. Etrangrre aux luites
qui cnsanglantirent la patrie, elle sera plus sage dans sa

ministrede la revolution de 1843, -aujourd'hui si injustement d6cri6e,
- il est maintenant exild. On a de M. Dumesle nn ouvrage tres-intW-
ressant intituli : Ioyage dans Ie nord d'Haiti, imprimt anx Cayes. II
serail A desirer qu'avec son grand talent, il nous donnat one histoire de
la revolution de 1843; il doit ce travail A son pays et A lui-meme.
SGrranville (Jonathas), mulatre, naquit an Port-de-Paix vers 1783.
II se distingua dans les armies de la m6tropole; aussi fut-il decor6 par
Napoleon. II ne revint en Haiti qu'A la restauration des Bourbons. 11
fut employed par le president Petion i I'arme du genie en son grade
de lieutenant, puis dans la magistrature, et enfin appel6 i la direction
du principal college de la Rpubhlique par le president Boyer. II mourul
au Cap-IIa'itien en 184 1.
2 Lemoine (Prosper). blanc, naquit a Paris vers 1796, elev6 an lyede
de Versailles, don't le nom est celIbre, il \int se li rer i I'enseignemern
en lHa'iti. 11 mournt anx Cayes en mai .I39.









26 ITUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE.
march; et, se rendant bien compete des notions du just et
de l'injuste, elle dominera tous les vains et sombres preju-
g6s qui causerent nos maux. Plus instruite et surtout plus
consciencieuse, elle saura que I'histoire, comme une Eume-
nide, s'attaque mime par delh la tombe A ceux qui font
injustement couler les larmes de leurs semblables. Enfin,
6teignant le flambeau de la discorde que des mains aussi
imprudentes que coupables ont allum6 entire les diverse
races, a toutes les 6poques, elle secondera le gouvernement
actuel dans son oeuvre de conciliation et de progrbs. Tel
doit ,tre notre voeu. Et puisque d6dj ce veu commence A
se rdaliser sous ce gouvernement qui permet de s'exprimer
en toute liberty de conscience, chose de laquelle ne peut
decouler que le plus grand bien, il ne nous reste qu'a
exciter de toutes nos forces l'ardeur de l'6tude parmi nos
jeunes concitoyens. L'Ouverture ne leur donne-t-il pas
l'exemple de cc que peut la volont6 de s'instruire? Sorti
du sein de l'esclavage, il parvint au plus haut rang qu'un
citoyen puisse occuper dans son pays; stranger / tout autre
enseignement qu'a celui que done la meditation, il vient
aujourd'hui se revdler a nous comme 6crivain. Quels vastes
sujets d'6mulation I
$ Nagubre donnant aussi aux jeunes hommes de ma race
l'exemple de la volontd de bien faire, j'ai essay d'esquis-
ser la memorable carriere que parcourut et decrivit L'Ou-
verture '. Ai-je rdussi dans ma tache? Je l'ignore. Mais
toujours est-il que le seul d6sir d'8tre utile A mon pays
m'animera toujours. Plus on est loin du ciel de la patrie,
plus on s'attache a ses revers, comme a sa gloire. Je conti-

I Vie de Toussai.i-L'Oiwerttre, Paris. 1850, chez Moquet, rue de
La Harpe, 90.









ETUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE. 27
nuerai done A dechirer le linceul de l'oubli oi sont renfer-
m6es nos figures historiques les plus c6elbres. Je continuerai
cette pieuse mission pendant I'exil penible et rigoureux,
autant que peu m6ritd, que je subis, et don't le souvenir a
du sortir de la nmmoire de l'empereur Faustin Ir, car ceux
qui I'ont approch6 diseni qu'il a I coeur noble et grand.
Mais comme mes compatriots de race out partout accueilli
mes premiers essais avec une bienveillance qui in'honore,
j'agirai de mani&re A miriter davantage cette bienveillance
dans la Vie d'Alexandre Petion.
Aujourd'hui c'est le Premier des Noirs lui-mime qui va
nous entretenir de ses travaux. Je louerai le ciel si son
mouvre plus que la mienne peut reliever aux yeux du
monde civilis6 la race A laquelle nous appartenons tous
deux, plus heureux et plus fier du mirite de L'Ouverture
que du mien propre : les enfants ne se glorifient-ils pas
dans leurs peres? ?







I,-




,^. -, 4i \ *


r
i.~: '









MEMOIRES

DU GENERAL


TOUSSAINT-L'OUVERTURE

ECRITS PAR LUI-MIEME,

POUVANT SERVIR A L'HISTOIRE DE SA VIE 2






II est de mon devoir de rendre au gouvernementu frau-
cais un compete exact de ma conduite; je raconterai les
faits avec toute la naivete et la franchise d'un ancient mili-
taire, en y ajoutant les r6flexions qui se pr6senteront
naturellement. Enfin je dirai la vdrit6, fAt-elle contre moi-
mime.
La colonie de Saint-Domingue, don't j'6tais comman-
dant, jouissait de la plus grande tranquillity; la culture et
le commerce y florissaient. L'ile 6tait parvenue a un degrd
de splendeur oi on ne l'avait pas encore vue. Et tout cela,
j'ose le dire, etait mon ouvrage.

1 Ce titre est textuel.
2 Toussaint-L'Onverture (Francois-Dominique), naquit le 20 mai 1743
sur l'habitation Breda, sucrerie situde prEs du village du Haut-du-
Cap. L'Onverture n'est qu'un surnonm qui lui fut donno plus lard i cause
de la hardiesse et de la r6ussite de ses projects: il savait partout sc fair
ouverlure.









30 MMMOIRES
Cependant, comme on y etait sur le pied de guerre, la
commission avait rendu un arritd qui m'ordonnait de pren-
dre toutes les measures n6cessaires pour empecher les en-
nemis de la R6publique de pen6trer dans 'ile. En conse-
quence, je donnai l'ordre a tous les commandants des ports
de mer de ne laisser entrer en rade aucuns bAtiments de
guerre, qu'ils ne fussent reconnus et qu'ils n'en eussent
obtenu de moi la permission. Si c'dtait une escadre, de
quelque nation qu'elle f6t, ii lui etait absolument dd-
fendu d'entrer dans le port, ou meme dans la rade, a
moins que je n'eusse reconnu par moi-mrme d'oai elle
venait et de quel port elle etait sortie.
Cet ordre existait, lorsque le 10 pluvi6se l'escadre
parut devant le Cap 2. J'Ytais alors parti de cette ville pour
faire une tournde dans la parties espagnole, a Santo-Do-
mingo 3, pour surveiller la culture 4. Chemin faisant, en

I L'an X (5 fevrier 1802).
2 Cette ville est le chef-lieu du department do Nord ; elle etait an-
ciennement appel4e le Paris des Antilles, A cause de la richesse de ses
habitants, de la beant6 de ses edifices, de son movement industrial et
des agreements qu'on y rencontrait. C'est dans cette ville que, le 29 aoOt
1793, la liberty gen6rale des noirs fut proclam6e par Sonthonax, com-
missaire de la R(publique franchise. Cette proclamation fut confirmee par
la Convention national le 16 pluvi6se an Il1 (4 f6vrier 179,).
3 Cette ville, alors chef-lieu du department de l'Ozama, est la plus
ancienne ville du Nouvean-Monde; elle est la capital d'une colonie
espagnole, qui fut cedde A la France par le traits de Bale, en 1'an III
(1795), et don't L'Ouverture prit possession au nomde la Rpublique, le
6 pluvi6se an IX (26 janvier 1801).
SLes habitants de cette contr6e ne s'6taient occup6s jusque-lA que de
I'6lkve desbestiaux don't ils trouvaient on grand debouch6 dans la parties
franchise et dans les ties environnantes. L'Ouverture leur donna I'habi-
tude de cultiver la terre et introduisit chez eux l'industrie et le luxe qui
leur 6taient presque inconnus.









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 31
sortant de la MaguAna ', j'avais expddi6 un de mes aides-
de-camp au general Dessalines 2, commandant en chef
des d6partements de l'Ouest et du Sud, qui se trouvait
alors a Saint-Marc, pour lui ordonner de venir me join-
dre aux Gonaives ou A Saint-Michel pour m'accompagner
dans ma tournde. Au moment oi l'escadre part, je me
trouvais A Santo-Domingo, d'oi je parties trois jours apres
pour aller a Hinche : passant par Banique, arrivant aux
Papayes, je rencontrai mon aide-de-camp Coupp6 3 et un
officer envoy par le general Christophe ', qui me remit
une lettre de ce g6ndral par laquelle it m'instruisait de
l'arrivee de l'escadre franchise devant le Cap 5, et m'assu-


1 Saint-Jean de la Maguana, bourg situ6 entire Las-Mathas et Azua.
2 Dessalines (Jean-Jacques) naquit a la Grande-Rivibre du Nord, en
174. Son maitre 6tait negre comme lui. Ce maitre qui etait charpen-
tier ui fit apprendre son mitier. [1 disail de lui : ( C'est un bon ouvrier,
mais un manvais chien. Voyez : Vie de Dcssalines, par Duhroca.
Dessalines devint empereur apres la proclamation de I'lndependance;
son despotisme occasionna une revolution dans laquelle il perit le 17 oc-
tobre lS06.
3 Coupp6 (Marc), mulAtre, etait chef d'escadron.
4 Christophe (Henri), naquit a la Grenade, ile anglaise, le 6 octobre
1757. Esclave et majordome de I'h6tel de la Couronne, au Cap, il parvint
a se racheter. Ce fut I'enfant gate des troubles civils, car sans avoir rendu
au pays aucun service signal, rien que par le crime, it par\int au
generalat. Aprbs la mort de Dessalines, il so fit roi dans le nord de File.
II se brila la cervelle, le 8 octobre 1820, dans son chateau de Sans-
Souci.
5 L'escadre commander par l'amiral Villarct.Joyeuse, don't le pavillon-
amiral flottait A board de I'Occanl, vaisseau de to0 canons, se composait,
outre ce vaissean, de seize vaisseaux francais, de six vaisseaux espagnols,
de dix-sept frigates, de huit corvettes, de quelques cutters, en tout cin-
quante-quatre \oiles. Elle etait ainsi divisde : I'EScADRE D'OBSERVAT'ION,
compose du Guercrro, S. Pablo, Neptune, S. Francisco d'Assises,










-j ZMEMI1RES
rait que le general en chef commandant cette escadre ie
lui avait pas fait 1'honneur de lui 6crire, que seulement
il lui avait envoy un officer pour lui ordonner de prd-
parer du logement pour sa troupe; que le g6ndral Chris-
tophe ayant demand A cet officer s'il n'dtait pas porteur
de lettres pour lui ou de d6pfches pour le gdn6ral en
chef Toussaint-L'Ouverture, en le priant de les lui remet-
tre, pour les lui faire parvenir de suite cet officer lui au-
rait repondu qu'il n'en 6lait point charge, et qu'il n'dtait
pas meme question du general Toussaint 2 : ( Rendez

.S. Francisco Paulo Soledad, Vigilente, sons le commandment de 1'a-
miral Villa-Vicentia; I'ESCADRE LiEGCRE, compose du Foudroyant, I'Ai-
gle, la Guerridre, l'I,,pt;..i sons le commandment de l'amiral Latou-
che-Treville; la PREnMIRE ESCADRE, compose de I'Union, le Patriote,
I'Ocdan, le Duquesne, le J.-J. Rousseau, vaisseaux; de I'Uranie, la Cor-
ndlie, la Syrine, corvettes sous le commandement de i'amiral Villaret-
Joyeuse; la DEUXIEME ESCADRE, compose du Montblaitc, l'Argonaute,
le Scipion, le Cisalpin, le Duguay-Trouin, vaisseaux on frigates ; de la
Franchise, la Clorinde, I'Embuscade, cor ettes sous le commandment du
capitaine Magon; la TROISIEME ESCADRE, composee dn l'atigy, le Gau-
lois, le Jemmapes, la Rdvolution, le Heros, vaisseaux on frigates; la
ComiEe, la Vertu, la Valeureuse, corvettes sous le commandement du
contre-amiral Dordelier. Le CONVOI se composait de la Furieuse, la Fra-
ternite, la Fidile, la Precieuse, la Diligente, la Decouverte, le Ben ard, le
Poisson-Volant, la Cigogne, la Necessitd, la Danai, etc. Celle flotte,
la plus nombreuse qui se fcit encore montree dans les mers de I'Amiri-
que, portait 21,883 homes, tons choisis dans les meilleures lIgions
de la m4tropole ; elle se rallia au Cap-Samana et part devant le Cap-
Francais le 12 pluvi6se an X (ter fevrier 1801). Voyez : Paris, recueil
imprim6 6 Londres par Peltier, vol. 34. Rapport du g4n6ral Rocham-
beau au ministry, du 29 frimaire an XII (21 dicembre 1803).
Lebrun, enseigne de vaisseau, aide-de-camp de I'amiral Villarel-
Joyeuse.
Ce filt la faute capital du general Leclerc de n'avoir pas kcrit tout
ed'bord it L'Omuerture, en lui envoyant ses infants qui dtaient A board de
I'cscadre et la lettre que lui adressait le premier consul. Cette march









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 33
la ville, lui aurait-il ajout6, vous serez bien rdcompens6;
le gouvernement francais vous envoie des presents '. )
Qu'alors lui, le general Christophe lui aurail dit : ( Puis-
que vous n'avez pas de lettres pour le general en chef
ni pour moi, vous pouvez vous retire et dire A votre
o general qu'il ne connait pas son devoir, que ce n'est
pas ainsi qu'on se presente dans un pays appartenant
A) la France. )
Le g6ndral Leclerc, ayant recu cette rdponse, fait som-
mer le general Christophe de lui livrer la place, et, dans
le cas de refus, il le pr6vient que des le lendemain matin it
debarquerait quinze mille hommes 2. A quoi celui-ci repon-
dit qu'il le priait d'attendre le general Toussaint-L'Ou-

avait 6tw cependant prescrite par ce dernier. Lebrun ne remit a Christo-
phe que la proclamation du premier consul aux habitants de Saint-Do-
mingue. Voici un extrait de cette proclamation, du 17 brumaire an X
(8 novembre 1801), dans laquelle, par on ne sait quelle fatality, le nom
de L'Ou\erture n'6tait pas meme prononc : (( Quelles que soient votrc
origine et Notre couleur, vous ktes tous Francais, et tous 6gaux devant
a Dieu et devant les hommes... Ralliez-vous autour du capitaine-g6neral;
) il sous apporte l'abondance et la paix; ralliez-vous autour de lui. Qui-
) conque osera se separer du capitaine-gendral sera un traitre a la patrie,
a et la colere de la R6publique le divorera come le feu dlvore vos
a cannes desschlies. ))
S(( Non, Monsieur, r6pondit Christophe, je ne puis entendre a aucune
, proposition sans les ordres du gouserneur-g6n6ral. Les proclamations
a que vous apportez respirent le despotisme et la tyrannie. Je vais fair
a priter A mes soldats le serment de soutenir la liberty au p6ril de leur
a vie. ) Pamphile de Lacroix, Rdvolution de Saint-Domingue.
2 Extrait de la lettre du general Leclerc, du 13 pluvi6se an X (2 f:-
vrier 1802) : ( J'apprends avec indignation, citoyen general, que vons
re refuscz de rece\oir l'escadre franchise et l'armie franchise que je com-
a made, sons le pretexte que vous n'avez pas d'ordre dui gouverneur-
a gendral... Je vons previen<, que si aujourd'hui vous ne m'avez pas fail
remettre les forts Picolet ct Bel-Air et touits les batteries de la cle,.









;J MIEMOIRES
vcrture, qu'il I'avait ddjA fait avertir, et qu'il allait encore
lc faire une second fois avec la plus grande c61drit6. En
effect, je recus une second leltre et me hAtai de me rendre
au Cap, malgr6 les d6bordements de la riviere de Hinche,
esp6rant avoir le plaisir d'embrasser mes frbres d'armes
d'Europe, et recevoir en meme temps les ordres du gou-
vernement francais; et, pour meltre plus de promptitude
dans ma march, je laissai toutes mes escortes. Entre
Saint-Michel et Saint-Raphael, je rencontrai le general
Dessalines et lui dis : ( Je vous avais envoy chercher
pour m'accompagner dans ma tournde au Port-de-
Paix et au Mule; mais cela est inutile : je viens de
recevoir deux lettres du gnd6ral Christophe, m'annon-

a remain, A la pointe du jour, quinze mille hommes seront debar-
ques... )
Extrait de la rTponse du gIneral Christophe, du nmme jour : a Votre
n aide-de-camp, gd6nral, m'a remis votre lettre de cejour. J'ai eu 1'hon-
a neur de vous fire savoir que je no pouvais vous livrer les forts et la
a place confines A mon comnmandement, qu'au prdalable j'aie recu les
a ordres du goucerneur-gendral Toussaint-L'Ouverture, mon chef imme-
a diat, de qui je tiens les pouvoirs dontje suis revetu. Je veux bien croire
a que j'ai affaire A des Francais, et que vous Ates le chef de l'arm6e
a appel6e expeditionnaire; mais j'atlends les ordres du gouverneur A
a qui j'ai expedie un de mes aides de-camp, pour lui annoncer votre
a arrivee et celle de l'arm6e franchise ; et jusqu'A ce que sa rdponse me
) soit parvenue, je ne puis vous permettre de d6barquer. Si vous avez
o la force don't vous me menacez, je ons prkterai toute la resistance qui
a caracterise on gdndral; et si le sort des armes vous est favorable, vous
a n'entrerez dans la ville du Cap que lorsqu'elle sera reduite en cendres,
a et meme snr ces cendres, je ious combattrai encore... a Voyez Bouvet
de Cresset, Catastrophe de Saint-Domingue. Paris, 1824. C'est Braque-
hais, mulAtre des Cayes, un de nos premiers revolutionnaires qui r6digea
la correspondence de Christophe a\ec Leclerc. 11 fut noyd dans la rade
des Cayes en 1803, rien que parce que l'ou rcdoutait qu'il se jetat dans
quelque insurrection. La liberty pcrdil ainsi un de ses vaillants soldats.









DU GIENRAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 35
) vant l'arrivde de l'escadre francaise devant le Cap. )
Je lui communiquai ces lettres. II me dit alors qu'il
avait vu de Saint-Marc six gros vaisseaux faisant voile du
c6t0 du Port-Republicain '; mais qu'il ignorait de quelle
nation ils dtaient. Je lui ordonnai alors de partir prompte-
ment pour se rendre dans ce port, vu qu'il 6tait possible
que le general Christophe ayant refuse l'entr6e du Cap au
general commandant 1'escadre, celui-ci se serait port au
Port-RBpublicain dans l'espoir de m'y trouver; dans ce
cas, je lui donnai a l'avance l'ordre de prier le general
de m'attendre, en lui assurant que j'allais d'abord au Cap
dans l'esperance de l'y rencontrer, et que dans le cas que
je ne l'y trouverais pas, je reviendrais de suite au Port-
Republicain pour conferer avec lui.
'Je parties 2 effectivement pour le Cap, passant par les
Vases,: chemin le plus court. En arrivant sur les hauteurs
du Grand-Boucan 3, au lieu dit la Porte-Saint-Jacques,
j'apercus le feu dans la ville du Cap. Je poussai mon che-
val A toute bride, pour me rendre dans cette ville, y
trouver le general commandant l'escadre, et m'informer
de ce qui pouvait avoir donn6 lieu a cet incendie. Mais en


I La ville du Port-R4publicain on Port-au-Prince, capital de l'ile
d'Haiti, est en meme temps le chef-lieu du department de l'Ouest.
C'est la division du general Boudet, don't Rigaud, Petion, etc., faisaient
parties, qui etait bord de cette flotte. Cette division etait forte de trois
mille hommes. Le Port-au-Prince, malgr( l'hdroique courage de La-
martiniere, chef de bataillon h la 30 demi-brigade, fut enlev6 par la
division Boudet le 17 pluvibse (5 fivrier) dans I'aprBs-midi; la plupart
des blancs qui I'habitaient venaient d'etre massacres a quelques pas de
la ville, au lieu appeal Bois-de-Chdnes- Valembrunt.
1 Le 16 plumiose an X (' fIvrier I802).
3 C'est un canton d6pendant du illage de la 'lainc-du-Nord.









lb0 MEMIOIRES
approchant, je trouvai toutes les routes couvertes d'habi-
tants qui avaient 6vacu6 cette malheureuse ville, et ne
pus penetrer plus loin A cause que tous les passages
4taient canonnds par l'artillerie des vaisseaux qui dtaient
dans la rade. Je pris alors le part de monter au fort du
Bel-Air, mais je trouvai cc fort 6galement evacue et toutes
les pieces de canon enclouees.
Je fus en consequence oblige de revenir sur mes pas.
AprBs avoir ddpasso l'h6pital ', je rencontrai le general
Christophe et lui demandai qui avait ordonn6 qu'on mit
le feu i la ville. II me repondit que c'6tait lui. Je le
blamai trbs-vigoureusement d'avoir employee ce moyen de
rigueur. ( Pourquoi, lui dis-je, n'avez-vous pas plutOt
fait des dispositions militaires pour d6fendre la ville
, jusqu'A mon arrive? ) II me rdpondit : ( Que voulez-
vous, general? mon devoir, la n6cessit6, les circonstances,
les menaces r6iterkes du g6n6ral commandant l'escadre
m'y ont force; j'ai fait voir h ce g6enral les ordres don't
j'etais porteur, mais inutilement. ) II m'ajouta ( que
, les proclamations rdpandues secretement 2 dans la ville
, pour sdduire le people et soulever la troupe ne conve-
naient pas A la franchise d'un militaire; que si vraiment
le commandant de l'escadre avait des intentions pacifi-
ques, ii m'eut attend; qu'il n'eit point employ les
moyens don't ii s'est servi pour gagner le commandant
du fort de la Bouque, qui est un ivrogne ; qu'il ne se
I L'hdpitnl des PNres, situ6 au Haut-du-Cap, fond6 par les j6suites,
aujourd'hui en ruines.
2 ( Suivant les ordres qu'il avait recus, M. Lebrun avait laiss6 tomber
a comme par m6garde Un paquet de proclamations. )' Pamphile de
Lacroix, Rdvolution de Saint-Dominque.
3 Le chef de brigade Barth6lcmy, homme noir.










DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 37
f fdt point en consequence empard de ce fort; qu'il n'eit
point faith passer au fil de l'6p6e la moitid de la garnison
du Fort-Libert6; qu'il n'e0t point faith faire des descentes
Sa l'Acul, et qu'en un mot il n'eOt point commis d'a-
o bord toutes les hostilitds don't il s'est rendu coupable. )
Le general Christophe se joignit a moi, et nous conti-
nuAmes la route ensemble. En arrivant au Haut-du-Cap,
nous traversAmes les habitations de Breda jusqu'A la bar-
riere de Boulard, passant par les jardins. La, je lui donna
ordre de rallier sa troupe et d'aller camper au Bonnet jus-
qu'a nouvel ordre, et de me donner connaissance de tous
les movements qu'il ferait. Je lui dis (( que j'allais chez
) d'Hdricourt 3 ; que l1, je recevrais peut-itredes nouvelles
du commandant de l'escadre, qu'il n'y ferait passer sans
doute les ordres du gouverremnent, qu je pourrais mnrme
l'y rencontrer, que je m'informrerais alors des raisons
qui ont pu l'engager i veriir de cette maniere, et que
a dans le cas qu'il fit porteur d'ordres du government,

I C6dlbrepour avoir donn6 naissance a L'Ouverture. C'est s n res
rmmes plantations que l'adjudant-gdo6ral Pktion commence avec la
10 et la 13e demi-brigades la guerre don't le r(sultat fut la pro-
clamation de l'inddpendance d'Haiti, entrainant a son imitation,
d'abord Clerveaux, puis Christophe et Paul-L'Ouverture, enfin Dessa-
lines.
2 Le Bonnet-A-l'Eveque est nn morne d6pendant alors du quarter de
la Petite-Anse oh L'Ouverture avait un dep6t considerable de munitions
de guerre. Christophe lil par la suite lever, an sommet de ce morne, le
fort Laf&riBre, construction gigantesque 6 laquelleprisidlrent le hAton et
le sabre. Une infinite de mallhenreux corveables y perdirent la vie. An
pied de la forteresse, le farouche roi du Nord fonda la ville de Millot
ou Sans-Souci, group de cahutes en bois don't le triste aspect contrast
avec la lourde architecture du palais oh le tyran faisait sa residence.
3 Habitation-sucrerie aux environs du Haut-du-Cap; elle appartenait
an come de Noi; L'Ouverture en 0tait le fermier.









38 MEMOIRES
je le prierais de me les communiquer, et prendrais en
consequence des arrangements avec lui. )
Le general Christophe me quitta alors pour se rendre au
poste que je lui avais indiqu6; mais il rencontra un gros
de troupes qui fit feu sur lui, le forca de se jeter A bas de
son cheval, de se precipiter dans la rivibre et de la traverser
a la nage '. Moi-mmne, apres m'utre s6par4 du general
Christophe, ayant i mes c6tes l'adjudant-g6ndral Fon-
taine 2, deux autres officers at non aide-de-camp Coupp6
qui marchait en avant de moi, celui-ci me prdvint qu'il dB-
couvrait de la troupe sur le chemin. Je lui ordonnai de se
porter en avant. On me dit que cette troupe dtait comman-
dee par un general. Je demandai alors A avoir une conf6-
rence avec lui. Mais Coupp6 n'eut pas le temps d'ex6cuter
mes ordres; on fit feu sur nous a vingt-cinq pas de la bar-
ribre. Mon cheval fut perc6 d'une balle; une autre halle
emporta le chapeau d'un de mes officers. Cette circon-
stance inopinee me forqa d'abandonner la grande route, de
traverser la savane et les forts pour me rendre chez d'H6-
ricourt, oi je restai trois jours, pour attendre des nou-
velles du commandant de l'escadre; mais ce fut toujours
inutilement. Seulement, le lendemain, je regus une lettre
du general Rochambeau, qui m'annongait ( que la colonne

Ce n'est pas I'unique fois que Christophe se trouva dans cette posi-
tion desespir6e; on le vit lors des campagnes du gnd6ral Lamarre, dans
le Nord, mettre a has son uniform de general, et se sauver sons la
vareuse d'un cultivateur.
2 Fontaine (Jean-Pierre), ancient aide-de-camp du gnd6ral Beauvais.
C'etait parmi les homes noirs un des plus instruits; A I'dducation il
joignail, chose rare i son 4poque, une profonde sympathie pour les mu-
latres, qu'il considdrait avec raison comme les premiers fondateurs de la
liherti de la rave noire.









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 39
qu'il commandait s'dtait emparde du Forl-LiberWl, qu'il
x avait pris une parties de la garnison qui avait fait resis-
) tance et qu'il l'avait passee au fil de 1'6pde; qu'il n'au-
rait jamais cru que cette garnison est trempe ses baion-
nettes dans le sang des Francais, et qu'au contraire il eut
cru la trouver bien disposee en sa faveur '. ) Je repon-
dis A cette lettre. Et, manifestant mon mecontentement ce
general, je lui demandai pourquoi avait-il ordonn6 le
massacre de ces braves soldats qui n'avaient fait quo
suivre les ordres qu'on leur avait donn6s, qui d'ailleurs
avaient si bien concouru au bonheur de la colonie et au
x triomphe de la Republique. Etait-ce lh la recompense que
le gouvernement francais leur avait promise ? > Je finis-
sais en disant au general Rochambeau < que je combattrais
jusqu'A la mort pour venger la mort de ces braves sol-
dats, comme ma liberty, et pour retablir le came
et l'ordre dans la colonie. ) C'6tait effectivement le part
que je venais de prendre, apres avoir mOrement rdflichi
sur les differents rapports que m'avait faits le general Chris-
tophe, sur le danger que je venais decourir, sur la lettre du
general Rochambeau, etenfin sur la conduite du comman-
dant de l'escadre.
Mes resolutions prises, je me transportai aux Gonaives 2:
1 Le g6n&ral Rochambeau s'empara du Fort-LibertI le 15 pluvi6se
(4 fevrier). Cette ville s'appelait sous la monarchie Fort-Dauphin. Le
nom de Liberte lui fut donn6 le 26 prairial an IV (14 juin 1796) par le
g6n&ral Laveaux, alors qu'il en prit possession sur les Espagnols a qui la
trahison l'avait livrde. Cette ville est tristement c616bre par le massacre
de sept cent trente-quatre Francais, consomme le 19 messidor an II
(7 juillet 1794) par les bandes de Jean-Francois, sons la domination
espagnole. C'est aussi la que Christophe se fit acclamer roi, le 26 mars
1811.
2 Le 20 pluviOse (8 f6vrier).










i)40 MMOIRES
15, je donnai connaissance au g6ndral Maurepas de mes
intentions; je lui ordonnai la plus vive resistance centre
lous ceux qui se presenteraient devant le Port-de-Paix, oui
il commandait, et dans le cas oh il ne serait pas assez fort,
n'ayant qu'une demi-brigade ', d'imiter l'exemple du
gnd6ral Christophe, de se retire ensuite dans la Montagne,
emmenant avec lui les munitions de tous les genres; 16,
de se d6fendre jusqu'6 la mort.
Je me transportai A Saint-Marc 2 pour en visitor les forti-
fications. Je trouvai que cette ville etait instruite des 6v6ne-
mients facheux qui venaient d'avoir lieu, et que les habi-
tants I'avaient ddja evacuee. Je donna ordre d'y faire
toute la resistance que les fortifications et les munitions
pourraient permeltre.
Au moment oit j'allais partir de cette ville pour me ren-
dre au Port-au-Prince et dans la parties du Sud, et y
donner mes ordres, les capitaines Jean-Philippe Dupin et
Isaac m'apporterent des d6piches de Paul-L'Ouverture 3,


I La 9e demi-brigade. Ce corps est une des plus c6lebres phalanges
d'Haiti; il se prononca en favenr de Rigaud durant la premiere guerre
civil, et en faveur de P1'tion durant la second, interposant ainsi ses
baionnettes en faveur de la libertd.
2 Ville de l'Artibonite, c6lebre pour avoir donn6 naissance A Pierre
Pinchinat, redacteur de nos premiers traits de paix avec les colons. Elle
est encore c6lebre pour avoir, Ic 2 octohre 1820, pris les armes centre
la tyrannic de Christophe.
3 L'Ouverture (Paul), frere puind de Toussaint, naquit comme lui
esclave sur I'habitation Breda; d'abord aide-de-camp de L'Ouverture,
commandant militaire du Mirebalais, chef de la 10e demi-brigade,
commandant militaire du Port-au-Prince, enfin general de brigade, it
fat du petit nombre d'officiers qui, d&s l'aurore de la revolution, se
firent remarquer par leur humanity, alors que le plus grand nombre se
livrait a tous les exces, a toutes les violence.









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. I4
qui commandait a Santo-Domingo. Tous deux m'annon-
caient qu'une descent venait d'avoir lieu A Oyarsaval 1;
que les Francais et les Espagnols qui habitent cet endroit
s'6taient soulev6s et avaient intercept les chemins de
Santo-Domingo. Je pris connaissance de ces depeches : en
parcourant la lettre du g6ndral Paul et la copie de cell du
gdenral Kerverseau au commandant de la place de Santo-
Domingo, qui y Mtait incluse, je vis l'invitation que faisait
ce general au commandant de la place et non point an
general Paul, comme ii eat di le faire, de lui preparer le
logement pour sa troupe. Je vis aussi le refus qui avait Wte
fait A cette invitation par le g6ndral Paul, jusqu'A ce qu'il
eut eu regu des ordres de moi. En consequence, je r6pondis
au g6ndral Paul que j'approuvais sa conduite, et je lui
donnai ordre de faire tout ce qui dppendrait de lui pour se
defendre en cas d'attaque, et meme de fire prisonniers le
general Kerverseau et sa troupe, s'il le pouvait. Je remis
ma rdponse aux capitaines don't j'ai parld. Mais prdvoyant,
A raison de l'interceptionides chemins qu'ils pouvaient 6tre
arr(tOs et qu'on leur demanderait leurs depiches, je les
chargeai d'une second lettre par laquelle j'ordonnais au
gdn6ral Paul de prendre, avec le general Kerverseau, tous
les moyens possibles de conciliation. Je prdvins les capi-
taines, au cas qu'ils seraient arretis, de cacher la premiere
lettre et de n'exhiber que la second.
Le general Paul, ne voyant pas arriver sitot qu'il le desi-
rait mes rdponses A ses depches, m'envoya un au tre officer

I Oyarsaval est une habitation hattiere, e'est-a-dire destinde I'dl6eve
des bestiaux ; elle est situee hbuit lieues de Santo-Domingo, pres du ha-
meau de Boca-Nigua, qui lui-meme est siltu a I'embouchure de la rivi&re
don't ii tire son nom; boca, significant embouchure, et niqua, rivibre.









42 MEMOIRES
noirporteur de ces memes depeches par duplicate; je donnai
seulement un requ A cet officer et le renvoyai. De ces trois
officers, deux 6taient noirs et l'autre blanc; ils furent arr&-
Sts, comme je l'avais pr6vu. Les deux noirs furent assassins
contre toute espbce de justice et de raison, centre tous les
droits de la guerre. Leurs d6peches furent remises au g6nd-
ral Kerverseau qui, ayant cach6 la premiere lettre, ne fit
voir que la second au g6n6ral Paul, c'est-A-dire celle oui je
lui ordonnais d'entrer en n6gociation avec le general Ker-
verseau. C'est en consequence de cette lettre que Santo-
Domingo s'est rendu '
Ces d6peches expedides, je repris ma route vers le Sud.
A peine 6tais-je en march que je fus atteint par une or-
donnance arrivant A toute bride; elle m'apportait un pa-
quet du general Vernet 2 et une lettre de ma femme 3,

I Le 9 pluvi6se an X (20 f6vrier 1802). II est a regretter que dans
une histoire r6cente, on ait d6figur6 le caractere de Paul-L'Ouverture,
ainsi que les circonstances de sa reddition. Quoi qu'il en soit, Paul-L'Ou-
verture fur maintenu dans son grade par les Francais. Pendant la guerre
de i'lnd6pendance, Dessalines le nomma commandant de l'arrondissement
du Dondon; mais pour se venger des cruautis de Christophe, notam-
ment de la mort de Sans-Souci, les Africains de la locality le firent pri-
sonnier et le conduisirent dans les montagnes dites les Ecrevisses of un
nomm6 Jean Caquimby, espece de sauvage, le fit tuer sur I'habitation
Chevalier A la fin de 1803.
2 Vernet (Andrd), mulAtre, naquit an bourg de la Marmelade en 1744;
il devint, A la revolution, commandant militaire de cette place qu'il livra
A L'Ouvertare, quand celui-ci combattait centre la liberty de sa race;
marid A une niece de ce general, it parvint lui-meme au gendralat. 11
mourut au Cap le 25 decembre 18 13, ministry des finances sous Christo-
phe qui I'avait fait prince des Gonaives. Comme Christophe 6tait capable
de tous les crimes, la clameur publique lui attribua la mort de Vernet;
pcutl-tre est-ce injustement.
3 Suzanne (Simon-Baptiste), fut d'abord place, comme on dit et que









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 43

m'annonrant l'un et l'autre l'arrivde de mes deux enfants '
et de leur prdcepteur 2, venant de Paris, ce que j'avais
ignore jusqu'alors. J'appris aussi qu'ils Mtaient porteurs
d'ordres du premier consul pour moi. Je retournai alors
sur mes pas et volai d Ennery 3, oi je trouvai effectivement
mes deux enfants et le pricepteur respectable que le pre-
mier consul avait eu la bont6 de leur fair donner. Je les
embrassai avec la plus grande satisfaction et beaucoup
d'empressement. Je leur demandai de suite s'il elait vrai
qu'ils fussent porteurs de lettres du premier consul pour
moi. Le precepteur me repondit que oui, et me remiteffec-
tivement une lettre quej'ouvris et lus jusqu'b moilie ; puis
je la refermai, en disant que je me r6servais de la lire dans

1'on fait encore aujourd'hui en Haiti, la honte des bonnes mocurs, avec
un mulatre du nom de Sdraphin, don't elle eut un fils, Placide. Elle
devint I'dpouse de L'Ouverture sons le regne de l'esclavage. L'Ouverture
adopla Placide; de la nouvelle et honnite union, naquirent Isaac et
Saint-Jean.
1 Placide et Isaac-L'Ouverture furent en\oyes en France A bord du
vaisseau le Watigny en l'an IV (1796); places an college e la Marche
qui prit le nom de lycee colonial, its y furent dlev6s a\ec plusieurs enfants
des lies : Gran\ille, Cyrille Rigaud, Courtois, Lechat, Saint-Laurent,
Hippolyte; ce dernier est anjourd'hni un des honorables membres du
ministire de S. M. Faustin ler, empereur d'Haiti. Le lycAe colonial ne
fut ferm6 qu'au moment oh commence la guerre de notre Independance;
s'y trouNait a cette 6poque on des fils de Christophe, Ferdinand, qui en
fut expulsd et qui mourut de misbre et de chagrin dans un hospice de
Paris.
2 M. Coisnon, directeur do lycde colonial, que le premier consul avait
charge de reconduire a L'Ouverture scs deux enfants.
3 L'Onverture entra A Ennery dans la unit dn 20 an t2 pluvidsc (9 an
10 fdvrier). Ennery qui 4tait alors appel6 L'Ouverture, parce que ce
general y rdsidait habituellement, est un petit village sitod sur la route
des Grnaives A la Marmelade, an sein l'nne d6licieuse \allde.









44 MEwlMOIRES
un moment oi je serais plus tranquille '. Je le priai ensuite
de me faire part des intentions du gouvernement, et de me
dire le nom du commandant de Fescadro que je n'avais pu
savoir jusqu'alors. 11 me repondit qu'il s'appelait Leclerc,
que 1'intention du gouvernement a mon egard etait tres-
favorable, ce qui me fut confirm par mes enfants et ce
don't je me suis assure ensuite, en achevant de lire la lettre
du premier consul. Je leur observai cependant que si les
intentions du gouvernement 6taient pacifiques et bonnes
A mon egard et A l'Ngard de ceux qui avaient contribu6 au
bonheur don't jouissait la colonie, le general Leclerc n'avait
sirement pas suivi ni ex6cut6 les ordres qu'il avait recus,
puisqu'il etait d6barqu6 dans 1'fle come un ennemi et
en faisant le mal uniquement pour le plaisir de le fair,
sans s'6tre adress6 au commandant et sans lui avoir com-
muniqud ses pouvoirs. Je demandai ensuite au citoyen
Coisnon, precepteur de mes enfants, si le general Leclerc
ne lui avait remis aucune d6peche pour moi, ou s'il no
l'avait pas charge de me dire quelque chose. 11 me dit que
non, m'engageant cependant h aller au Cap, pour confi-
rer avec ce general; mes enfants joignirent leur sollicita-
tions pour m'y determiner. Je leur reprdsentai ( que
d'apres la conduite de ce general, je ne pouvais avoir en
) lui aucune confiance, qu'il avait debarqu6 en ennemi;
) que malgr6 cela, j'avais cru de mon devoir d'aller au-
) devant de lui pour empecher le progres du mal; qu'alors

i Cette leltre est du 27 brumaire an X (18 novembre 1801). ( Comp-
tez sans reserve, y disait en terminant le premier consul a L'Ouverture,
a sur notre estime, et conduisez-vous comme doit le faire un des princi-
) paux citoyens de la plus grande nation du monde. ) Elle etait dans
une botte en or.









DU GENERAL TOUSSAINT-L OUVERTUIL. 4j
i ii avait fait tirer sur moi, quo j'avais couru les plus
, grands dangers; qu'enfin, si ses intentions 6taient pures
comme celles du gouvernement qui l'envoyait, il eOt
) pris la peine de m'ecrire pour m'instruire de sa mis-
sion; que meme il eAt dO, avant d'arriver dcvant la rade,
m'envoyer un aviso avec vous, monsieur et mes enfants,
comme cela se pratique ordinairement, pour m'an-
)) noncer son arrivee et me faire part de ses pouvoirs;
que, puisqu'il n'avait rempli aucune de ces forma-
lites, le mal etait faith et qu'ainsi je refusais definitive-
ment d'aller le trouver; que cependant pour prouver
m non attachment et ma soumission au gouvernement
x francais, je consentais dcrire une lettre au gdndral Le-
clerc. Je la lui enverrai, continuai-je, par M. Gran-
Sville ', home respectable, accompagn6 de mes deux
) enfants ot de leur prcepteur, que je chargerai de dire
au general Leclerc qu'il ne depend absolument que de
) lui de perdre entierement la colonie ou de la conserve
A la France, que j'entrerai avec lui dans tous les arran-
gements possibles; que j'6tais pret a me soumettre aux
ordres du gouvernement francais; mais que le general
Leclerc m'efit a faire voir les ordres don't il Mtait porteur;
qu'il cessAt surtout toute espece d'hostililt. ) Effective-
ment, je fis la lettre et la d6putation partit ".

I M. Granville 6tait Europeen ; il tenait une cole aux Gonaives; c'cst h
lni que L'Ouverture avait confi le soin ie I'6ducation de son fils Saint-
Jean. II itait pere de Granville (Jonathas), mulatre don't j'ai dl]ji parl6,
qui, apres avoir brillamment servi dans les armies de la mnitropolc,
revint dans son pays s'occuper del'enseignement, oi il forma plnsieurs
hommes distinguds par leurs lumieres.
'~ M. Coisnon retourna effeetivement au Cap avec M.. Granille. lls









46 MEMOIRES
Dans l'espoir qu'apres la volontd que je venais de ma-
nifester de faire ma soumission, tout eut pu rentrer dans
l'ordre, je restai aux Gonaives jusqu'au lendemain 1. LA,
j'appris que deux vaisseaux avaient attaqud Saint-Marc ; je
m'y transportai et appris qu'ils avaient Wet repoussds. Je
retournai alors aux Gonaives pour y attendre la rdponse du
general Leclerc. Enfin deux jours apris, mes deux enfants
arriverent avec cette rdponse tant desirde, par laquelle ce
general me mandait de me rendre aupres de lui au Cap, et
m'annongait qu'au surplus il avait donn6 l'ordre A ses
gdndraux de marcher sur tous les points; que ses ordres
6tant donnes, it ne pouvait plus les r6voquer. 11 me pro-
mettait cependant que le general Boudet s'arreterait A
l'Artibonite '. Je jugeai alors qu'il ne connaissait pas par-
faitement le pays ou qu'on 'avait tromp6, car pour arriver
S1l'Artibonite, il faut avoir le passage libre par Saint-Marc 3,
cc qui n'6tait pas, puisque les deux vaisseaux qui avaient
attaqud cette ville avaient 6l repouss6s. I1 m'ajoutait encore
qu'on n'attaquerait pas le M61e, que seulement on en
ferait le blocus, tandis que cet endroit s'dtait ddjh rendu 4.

y resterent avec le chagrin de n'avoir pu ramener la paix entire L'Ouver-
ture et Leclerc.
1 Jusqu'au 22 pluviose (It f6vrier).
2 Le general Boudet partit du Port-au-Prince dans la nuit du 2 au
3 vent6se (21 au -2 f6vrier); la 13e demi-brigade, don't on avait donned
le commandement i l'adjudant-g6ndral Pktion, faisait parties de sa co-
lonne.
3 Sortant du Port-an-Prince pour se diriger sur les bords de 1'Artibo-
nite, il faut effectivement avoir occupy Saint-Marc, a moins de ddboucher
par les Verrettes on le Mirebalais.
4 L'Ouverture recut cette rdponse le 24 pluviose (13 fevrier). 11 6tait
alors aux (onaives. II fit prendre les armes a sa garden qui etait en ce
moment composee d'un bataillon de grenadiers et de deux escadrons de









DU GIENRAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 47
Je repondis alors franchement a ce g6ndral, ( que je ne
me rendrais pas aupres de lui au Cap; que sa conduite ne
a m'inspirait pas assez de confiance; que j'dtais pret A lui
remettre le commandement conformement aux ordres
du premier consul, mais que je ne voulais pas Atre son
lieutenant-gendral. ) Je l'engageai de plus A me faire
passer ses intentions, en lui assurant que je contribuerais,
par tout ce qui 6tait en mon pouvoir, au r6tablissement de
l'ordre el de la tranquillit&. Je lui ajoutais enfin que s'il
persistait a marcher toujours en avant, il me forcerail A
me ddfendre, bien que je n'avais que peu de troupes. Je
lui envoyai cette lettre par une ordonnance trbs-pressde qui
me rapport de sa part ( qu'il n'avait pas de rdponse A me
faire, et qu'il entrait en champagne.
Les habitants des Gonaives me demanderent alors la
permission d'envoyer une d6putation au g6ndral Leclerc,
ce que je leur accordai; mais il retint cette d6putation.
Le lendemain je fus instruit qu'il s'6tait empar6 sans
coup fMrir et sans tirer un seul coup de fusil du Dondon ',


dragons. II donna i ces braves la lecture de la reponse du general
Leclerc et leur dit que ce general le mettait, par sa conduit, dans la nd-
cessitl de d6fendre son honneur et la liberty de ses concitoyens. (( Etes-
vous d4cides, leur demanda-t-il, A me suivre partout of lec danger m'ap-
pellera? ) ( Gi;ndral, r6pondirent les soldats, nous sommes decides a
mourir avec vous, s'il le faut. )
DMs ce jour, Placide et Isaac ne retournbrent plus au Cap; le premier
prit du service dans la garden et combattit vaillamment sons les yeux de
son phre; le second, plus fiddle a la metropole, voulutgarder la neutrality
et alla rejoindre sa mere a Ennery.
I Celbhre pour a\oir dounn naissance a OgC (Vincent) qui fut rou6 au
Cap, le 25 fevrier 1791. II avait r6clami, par la voice des armes, I'dgalitd
des droits politiques en faveur des affranchis noirs et jaunes.









8 1MEMOIRES
de Saint-Raphael, de Saint-Michel' et de la Marmelade;
qu'il se disposait A marcher contre Ennery et les Go-
naives.
Ces nouvelles hostilitis me firent faire de nouvelles
reflexions. Je pensai que la conduite du g6ndral Leclere
dtait bien contraire aux intentions du gouvernement,
puisque le premier consul, dans s; lettre, promettait la
paix, tandis que lui, ii faisait la guerre. Je vis qu'au lieu
de chercher a arreter le mal, il ne faisait que I'augmenter.
N No craint-il pas, me disais-je en moi-mnme, en tenant
)i une pareille conduit, d'(tre blknd de son gouverne-
m ment? Pout-il esperer d'Otre approuv6 du premier con-
, sul, de ce grand home don't l'dquite et 1'impartia-
lit6 sont si bien connues, tandis que je serai d6sap-
, prouvd ? ) Je pris done le part de me dffendre en cas
d'attaque, et fis, malgre le peu de troupes que j'avais, mes
dispositions en consequence.
Gonaives n'6tant pas defensive, j'ordonnai de la brt-
ler, en cas qu'on ftt force h la retraite. Je pl;aai le gend-
ral Christophe, qui avait Wtd oblige de se replier, dans le
chemin d'Eribourg qui conduit 'i Bayonnet ', et me
retirai a Ennery, oh une parties do ma garde d'honncur
s'etait rendue pour me rejoindre el me dfondre. Lb,


Saint-Michel et Saint-Raphael sent deux petites bourgades espagnoles
que L'Ouverture avait conquises i la Rl6pulliqueet qui soit depuis resties
i la parties franchise.
2 Bayonnet est une forte position dans la direction de la Ravine-a-
Couleuvre; elle couvrait la droite des lines tde L'Onverture. Christophe,
malgre I'assiette redoutable de ce camp, so vit attaquer lc 3 ventOse
(2? fivrier) par une brigade aux ordres du gdndral Salm, et fut obligd de
gagner la plain des Gonaives.









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 40
j'appris que le Gros-Morne venait de se rendre, et que
l'armee devait marcher contre les Gonaives sur trois co-
lonnes; qu'une de ces colonnes, commander par le g6ndral
Rochambeau, 6tait destinde A passer par la Couleuvre 2, et
A descendre A La Croix pour me couper le chemin de la
ville et les passages du Pont-de-l'Ester .
J'ordonnai de brcler la ville des Gonaives 4, et marchai
au-devant de la colonne qui se dirigeait au Pont-de-l'Es-
ter, A la tate de trois cents grenadiers de ma garde com-
mandes par leur chef, et de soixante gardes a cheval,
ignorant la force du g6ndral Rochambeau. Jo le rencon-
trai dans une gorge 5. L'attaque commence A six heures
du main par un feu soutenu qui dura jusqu'h midi. Le
general Rochambeau commenca l'attaque. J'ai su par les
prisonniers que j'ai faits que la colonne dtait de plus dc
quatre mille hommes. Pendant que j'dtais aux'prises avec

1 Bourg situ6 entire les Gonaioes et le Port-de-Paix, au sommet d'une
haute montagne; son aspect est des plus pittoresques.
2 Canton montagneux, au sud-est de la Montagne-Noire, of la petite
ravine qui baigne I'habitation La Croix et qui vient se jeter dans la
rivibre de la Quiute, prend sa source. Du nom de ce canton cette petite
ravine tire celui de la Ravine-a-Couleuvre.
3 L'Ester sert de limited aux arrondissements des Gonaives et de Saint-
Marc. II faut traverser cette riviere sur un pont de bois qui porte son nom,
pour se rendre de I'un A l'autre arrondissement. A l'endroit ofi se trouve
le point, I'Ester, suivant Moreau de Saint-Mdry, a plus de 120 pieds de
large; ses scores en ont plus de 20 d'6dlvation; le pont lui-meme a 120
pieds de long sur 20 de large.
t Cette ville, of commandait Vernet (Andrd), fut incendide le 2 ventise
an X (12 fevrier 1802), apres un combat livrd au Poteau contre la divi-
sion du gdndral Desfourneaux.
5 Cette gorge ou colline se trouve sur l'habitation La Croix; lh cut
lieu I'affaire connue sous le nom de combat do la Ravine-A-Couleuvre.
4









50 MEMOIRES
lc general Rochambeau, la colonne commander par Ic
g6ntral Leclerc arriva aux Gonaives.
L'affaire de La Croix terrine, je me rendis au Pont-
de-l'Ester pour y prendre l'artillerie qui d6fendait cet
endroit, dans l'intention de me rendre a Saint-Marc, oi
je comptais faire une grande resistance 2. Mais chemin
faisant, j'appris que le general Dessalines, aprbs etre ,r-
rive avant moi dans cet endroit, avait dtc oblig6 de l'dva-
cuer 3, et s'etait retired la Petite-Rivierc. Je fus oblige
d'aprBs cette manoeuvre de retarder ma march pour en-
voyer en avant de moi les prisonniers que j'avais faits h
La Croix, et les bless6s a la Petite-Riviure, et me deter-
minai a m'y rendre moi-meme. Arrive chez Couriotte,
dans laplaine, j'y laissai ma troupe, et me portai seul
en avant. Je trouvai tout le pays 6vacue '. Je requs une
Ce n'ctait pas le g6ndral Leclerc qui commandait cette colonne, mais
hien le g&ndral Desfourneanx.
'2 L'On\erturc anait vonuln : renfermer dars Saint-Marc. parce que
cctte place est rgulieremcnt fortifide. Ce sont ies Anglais qui, pendant
leur occupation do 1793 5 1798, lui donnbrent sa ceinture de murailles.
3 Dessalines lit incendier cclte ville le 6 vent6se an X (24 fevrier 1802),
sans avoir essuye ancune attaque et alors que l'armne du general Bondet
6tait encore anx environs de Mont-Rouis. Des depits de pondre, de
goudron, d'eau-de-vie, d'huile avaient td6 r6partis sur differents points.
La propre mason Id Dessalines, don't la construction, I'amenblement, les
fresques avaient cofitl plusieurs millions, 6tait rernplie de ces matieres de
la cave an grenier. (( Ii tint A honneur de donner l'exemple du sacrifice;
) il le fit d'une manibre solennelle. Apris avoir distribu dies torches A
a ses officers, ilen saisit nne, I'alluma a un grand fen, qu'il faisait entre-
a tenir depuiS denu jours sur la place d'arnmes, et donna lni-m6me le si-
a gnal de 'incendie, en portant sa torche sur I'amas de bois goudronnd
a qui remplissait Ie veslihule Id sa mason. Dans un instant I'incendie
a fut general. ) Pamphile de Lacroix, liBolution die Saint-Dominqoue.
Les habitants do la plain de l'Artibonite s'dtaiont rdfugibs dans les
Calos.









DU GiNERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 51
lettre du g6n6ral Dessalines qui m'instruisait qu'ayant
appris qu'on devait attaquer le Cahos ', il s'y dtait
rendu pour le defendre. Je lui donnai ordre de venir
de suite me joindre. Je fis mettre les munitions de guerre
et de bouche que j'avais avec moi dans le Fort-L'Ou-
verture 2, A la Crete-A-Pierrot. J'ordonnai au general
Vernet de se procurer les vases pour contenir 1'eau n6-
cessaire A la garnison en cas de siege. A l'arriv&e du g6-
n6ral Dessalines, je lui ordonnai de prendre Ic comman-
dement de ce fort et de s'y defendre jusqu'A la dernibre
extrdmit6. Je lui laissai pour cet objet la moitie de mes
gardes avec le chef de brigade MAagny 3 et mes deux es-

SII y a le grand et le petit Cahos. Ce sont des groups de montagnes
qui versent dans I'Est, dans le Nord et dans I'Onest. Toutes les issues qui
mbnent dans les flancs de ces gronpes peuvent ktre facilement defendues.
La principal de ces issues se trouve au nord-est du village de la Petile-
Rivibre; elle est flanquee A l'ouest d'un morne environ une licue de
circuit que les premiers colonisateurs baptisbrent, suivant leur habitude,
du nom bizarre de la Crcte-i-Pterrot.
2 Cette position dedj celebre par le combat que les affranchis y ga-
gnerent, le 7 avril 1792, centre les colons, sur lesquels ils firent cent
cinquante prisonniers, fut occup6e par les Anglais. Ceux-ci y 6leverent
un fort don't le feu se croisait dans toutes les directions; ils l'appellbrent
Fort-Royal. Quand L'Ouverture fit la conqutte de la Petite-Rivibre sur
les Anglais, il donna a ce fort le nom de Fort-L'Ouverture. Aujourd'hui
il n'est connu que sons le nom de Fort de la Crdte -a-Pierrot. Dessa-
lines, don't le g6nie ne put jamais que d6truire, sans savoir rien 6difter,
commencait A faire raser la fortification, quand L'Ouverture parut i la
Petite-Riviere. II empacha qu'elle ne le fit. Mlmoires d'lsaac-L'Ouver-
ture.
3 Magny (Etienne) naquit au Cap-Francais, vers 1765. Ancien libre,
it servit un instant sous les Espagnols centre la France; a la proclamation
de la liberty gdndrale, il revint au Cap. Chef d'escadron, aide-de-camp
du general Villatte, il no cessa de donner des preuves de son amour de
l'ordre. L'Ouverture sut apprecie sa bra oulre; il Ic lit chil'f d brigade,










02 MEMmOIREN
cadrons '. Je lui enjoignis de ne pas laisser le general
Vernet expos au feu, mais de le laisser dans un endroit
retire pour veiller au travail des cartouches. Enfin je fis
dire au general Dessalines que pendant que le g6ndral
Leclerc viendrait attaquer cette place, j'irais dans la
parties du Nord pour faire diversion et reprendre les
diffdrentes places don't on s'6tait empar6; par cette manoeu-
vre, je forcais cc g6n6ral A revenir sur ses pas, A pren-
dre des arrangements avec moi pour conserver au gou-
vernement cette belle colonies.
Ces ordres donnas, je pris six companies de grena-
diers commands par Gabart ', chef de la 4" demi-bri-
gade, et le chef do bataillon Pourcely 3. Je marchai sur

commandant de sa garde d'honneur. 11 parvint, sous la monarchies de
Christophe, a la dignity de mardchal. Pendant Ic sidge du Port-au-Prince,
en 1812, ii se rendit a la R6publique, fondde par Pktion dans 1'Ouest
et le Sud. Commandant de l'arrondissement du Cap, apres la pacification
du Nord, ii mourut en cette ville A la fin de septembre 1827.
1 Chaque escadron 6tait compose de quatre cents hommes; le chef
d'escadron Morisset, mulatre, commandait le premier; le chef d'escadron
Monpoint, noir, commandait le second.
2 Vaillant-Gabart (Louis), nommo caillant pour son intrdpidite, mulAtre,
naquit au Dondon, le 28 octobre 1776. II servit sous L'Oueerture, pen-
dant quo celui-ci marchait sons les bannieres espagnoles. II devint, sous
le gouvernement de Dessalines, g4ndral de brigade; ii s'attira la mdfiance
de ce chef redoutable et tomba en suspicion. II mourut A Saint-Marc,
le 30 octobre 1805. On dit que l'empereur, A cette nouvelle, s'4cria:
( Ah la mort a dtd plus prompted que moi. ) Paroles cruelles qui, peut-
ktre, sont lausses, mais auxquelles le people crut, tant il est vrai qu'un
mauvais prince est capable de tout.
3 Pourcely, mulatre, continue A servir, lors de I'occupation fran-
caise, dans la 4i demi-brigade. Dessalines, empereur, le fit colonel de
la 91 du Port-de-Paix. Christophe, apres sa r6\olte contre la RKpubli-
'lue, le tit fgendral de brigade. II fut tu6 en juillet 1807, daus une
attaque contre l'arinee r6publicaino qui occupait Ie Port-de-Paix.










DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 53

Ennery 1. J'y trouvai la proclamation du general Leclerc
qui me met hors la loi '. Persuade que je n'avais aucun
tort a me reprocher, que tout le disordre qui regnait dans
le pays avait Wt6 occasionn6 par le general Leclerc; me
croyant d'ailleurs 16gitime commandant de l'ile, je refute
sa proclamation et le mets lui-meme hors la loi :. Sans
perdre de temps, je me remets en march et reprends sans
coup f6rir Saint-Michel, Saint-Raphael, le Dondon et la
Marmelade. Dans cette dernibre place, je recus une lettre
du general Dessalines qui m'instruisait que le g6enral
Leclerc avait march contre la Petite-Rivibre sur trois co-
lonnes; que l'une de ces colonnes, passant par le Cahos
ct le Grand-Fonds, s'dlait emparde de tous les tresors de la
rdpublique venant des Gonaives, et do I'argent quo les
habitants avaient d6pos6 '; qu'elle dtait tellement charge
de butin qu'elle n'avait pu se porter a sa destination, et

Le 12 ventose (3 mars); L'Ouverture fit incendier ce village ct se
dirigea i la Marmelade. Rapport du general Desfourneau.r.
2 Extrait de la proclamation du 28 pluviuse an X (17 fivrier 1802).
a .I'ordonne ce qui suit:
a Art. Itr. Le general Toussaint et le gnrral Christophe sont mis
a hors la loi, et il est ordonne i tout citoyen decourir sus et de les traiter
a comme des rebelles a la 1Rpublique franchise. s
3 II semblerait que L'Ou\erture eft mis le general Leclerc hors la loi
dans le bourg d'Ennery; cependant la proclamation est date du 10 ven-
tOse (1er mars), an quartier-gendral de la Peiite-Riviere.
4/ Cette colonne 6tait commander par le gednral Rochambeau; elle
arrivait de Saint-Michel et se dirigeait contre la Petite-Ri\ibre. Elle ren-
contra, le 11 vent6se (2 mars), aun ;ranid-Fonds, sur I'habitation Ma-
gnan, un camp command par un mulatre, le chef de hataillon Aignan,
un des hommes les plus cruels don't on ait garden la m6moire; elle
enleva ce camp i la baionnette et y trouva le tresor national des Gonaihes,
de Saint-Marc et I'argent de quelques officers, notamment du gnd6ral
Dessalines. Les sommes (taieunt considerable; elles fnrent envoy4es anu










54 MEMOIRES

qu'elle avait Wte obligee de r6trograder pour d6poser ses
richesses au Port-Republicain; que les deux autres colon-
nes, qui avaient attaqu le fort, avaient Wte repoussees par
le chef de brigade Magny '; que le g6ndral Leclerc, ayant
reuni plus de forces avait ordonn6 une second attaque
qui avait dtd 6galement repouss6e par lui, le general Des-
salines, qui etait arrive alors .
Instruit de ces fails, je me portai sur Plaisance et
m'emparai d'abord du camp de Bidouret, qui domine
cette place 3. Ce camp Mtait occupy par des troupes de li-


Port-R4publicain. Rochambeau ddlivra aussi une grande quantity de pri-
sonniers.
I Cette attaque eut lieu le 13 ventose (4 mars). Le fort, couronn6 par
douze pieces de canon de 8 et de 12, avait une garnison de pres de douze
cents homes, tires des 3e, 4e, 7e demi-brigades, de la garde d'honneur,
des Manteaux-Rouges des Gonaives et de l'artilleric de Saint-Marc. Celui
des lieutenants de Magny qui se distingua le plus dans cette journey, fut
Lamartiniere, chef de bataillon A la 30 demi-brigade. Les Francais per-
dirent a cet assaut plus de cent hommes; le g6enral Debelle y fat
bless.
2 Cette second attaque eut lieu le 21 vent6se (12 mars). Les Francais
y perdirent pres de quinze cents hommes. C'est apres avoir repouss6 les
Francais que le general Dessalines envoya le chef de bataillon Lamarti -
niBre, avec deux cents hommes et deux pieces de canon Blever i l'est
du fort une petite redoute pour contenir la division du general Ro-
chambeau qui menacait davantage le fort L'Ouverture.
3 Le 14 ventise (5 mars). L'Ouverture n'avait que les six companies
de grenadiers qu'il avait d6tach6es de la Petite-Riviere et que commandait
le chef de brigade Gabart; A la Itte de deux companies, il s'empara,
I'arme au bras, de la position Bidouret et de plusienrs autres qui cou-
vraient la place. Le lendemain, sur l'habitation Laforesterie. presque
attenante au village de Plaisance, il y eut une affaire g6nirale dans
laquelle L'Ouverture eut un cheval tu( sons lni; il y fut mime blessed.
C'est dans ce combat qu'il fut douloureusement affect, en reconnaissant
parmi les Francais quelques companies de la 9e demi-brigade qu'il pen-










DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVIERTUREI. 5~i

gne '. J'emportai dgalement d'assaut tous les postes avances.
Au moment oh j'allais tomber sur Plaisance, je requs une let-
tre du commandant de la Marmelade, qui me dounait
avis qu'une forte colonne venant de la partic espagnole se
dirigeait contre cette derniere place. Je me portai alors
promptement sur cette colonne, qui, au lieu de se diriger
sur la Marmelade, avait march sur Hinche, oi je la pour-
suivis sans pouvoir l'atteindre. Je retournai aux Gonaives,
et me rendis maitre de la plaine qui environne cetle
ville, pret i marcher sur le Gros-Morne pour aller ddli-
vrer le g6nd(ral Maurepas, qui devait itre au Port-de-Paix,
ou qui devait s'ktre retire dans les monlagnes oi je lui
avais ordonn6 de camper, ignorant s'il avait ddja capituld
et fait sa soumission au general Leclerc 2. Je recus une

sait ctre encore a d6fendre le Port-de-Paix. II s'avanca au milieu de
l'action et harangua les soldats. Ceux-ci 6taient sur le point de repasser
sons ses drapeaux, quand Placide Lebrun, sons-lieutenant de grenadiers,
command feu sur lui.
SLa 300 demi-brigade 16egre.
2 Maurepas (Jacques), apres avoir incendi6 le Port-de-Paix, le 23 plu-
viise ('12 fevrier), s'dtait retired i la tte ded la 90 deini-brigade, don't
Bodin 6tait le chef, dans les montagnes dites les Trois-Pavillos sur
l'liabitation Brissot. Le gindral Humbert occupa les d6combres de la ville
et march, le 24 plu\i6se (13 fevrier), contre Maurepas, qui le battit
compl6teient. Leclerc, A cette nouvelle, en\oya par ner le gnderal De-
belle aecc quinze cents hommes renforcer le g4ndral Humbert. Debelle,
dans la unit du 30 pluvi6se au er vent6se ( 9 au 20 f6vrier), attaqua A son
tour; battu aussi, ii rentra en desordre an Port-de-l'aix. Mais, Maurepas,
au lieu de continner la lutte, lui qui seul pouvait en ce moment assurer
une puissante diversion en faveur de L'Ouverture, capitula le 7 vent6se
(26 fivrier), et descendit an Port-de-Paix le lendemain *. Le gienral
Leclerc sembla honorer son courage en le maintenant en activil6. Impli-
qu(i dans l'insurrection de Capoix (Francois', il fcl eminarquc sur la fir-
g"ate la (;Ilerrire, cayeitainn Baudouin, mec le chef de bri,;ade Bodin
1 il'aport d l'amiral Latouche-Tri\ilic, du li enlitrse (/i iars).









56 MEMOIRES
troisibme lettre du g6enral Dessalines, qui me faisait le
rapport que le general Leclerc, ayant rduni toutes ses
forces, avait ordonnd l'assaut general, qu'il avait t60 re-
pouss6, ce qui l'avail determined faire corner cette place
et a la fire bombarder '. Des que j'appris le danger
don't elle Mtait menace, je me hAtai d'y porter ma troupe
pour la d6livrer. Arrive devant le camp, je fis une recon-
naissance,pris les renseignements n6cessaires et me disposal
A l'attaque. Je devais infailliblement entrer dans le camp
par un c6t6 faible que j'avais reconnu 2, et m'emparer de


et une parties de la 9"; transfer i hbord du vaisseau-amiral le Duguny-
Trouin, il fut noyd dans la rade du Cap, pendant la nuit, au commence-
ment de frimaire an X[ (novembre 1802).
J'ai hate de dire qu'il est faux, ainsi qu'on I'a souvent r(dpt6, quo Ic
trop malheureux Maurepas ait Wtd prdliminairement pendu aux vergues,
aprbs qu'on lui aurait eu cloud sur la tete son chapeau de general.
SCe bombardment commence le Ier germinal (22 mars). Alexandre
Pktion, qui avait fait ses premieres armes dans l'artillerie, dirigea un
mortier contre le fort, et donna dans ce service des preuves de son habi-
letd, au tOmoignage des gdndraux francais eux-mimes; il y jeta plusieurs
bombes qui en hattrent 1'dvacuation. Une histoire rdcente, imprimbe en
Haiti, dit que P6tion, dans ces circonstances, donnait mollemnt, et qu'il
ne s'dtait armed que contre Toussaint, son ennemi personnel. Si de pa-
reilles assertions restaient sans protestation, autant vaudrait que la verit6
rentrAt au fond de son puits. Pktion dsploya au service des Francais
autant de d6voilment et de courage que Dessalines et Christophe en
ddploybrent par la suite; mais A cette difference qu'il ne trempa point,
pour plaire aux blancs, ses mains dans le sang de ses concitoyens, comme
ces deux gdneraux. C'est encore A tort qu'il est dit que Pdtion considd-
rait L'Ouverture comme son ennemi personnel. L'Ouverture, an con-
traire, estimait dans P(tion les capacitds et la bravoure. Seulement
Potion crut voir en lui et avec quelque raison l'ap6tre des colons, I'en-
nemi de la liberty ; ii so retire de son service pour embrasser le parti de
Rigaud.
2 Sans doute par la Savane-Brduie, car c'est lI qu'il etait camp
quand I'vancuation oni liou.










DII GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTIURE. 57

la personnel du general Leclerc et de lout son dtat-major;
mais au moment de l'execution, j'appris que la garnison,
manquant d'eau, avait Wt6 obligee d'6vacuer le fort '. Si
le project avait r6ussi, mon intention 6tait de renvoyer le
general Leclerc au premier consul, en lui rendant un
compete exact de sa conduite, el en le print de m'cnvoyer
une autre personnel digne de sa confiance, h quij'eusse
remis le commandement.
Je me retirai au Grand-Fonds ', pour y attendre la gar-


I Cette evacuation eut lieu le 3 germinal dans la nuit (24 mars),
apris trois jours et Irois nuits de bombardment; deja cinq cents hommes
6taient on morts ou blesses dans le fort principal des effects des bouches
A feu. Nul neanmoins no songeait h se rendre. Loin de lI, le pavilion
rouge, pavilion sans-quarlier, avait 6tL levele aux quatre angles des deux
forts. Mais qui peut latter contre la faim et la soif? ( Les troupes, dit
f M. Descourtilz, dans son Voyage d'u, naturaliste, privies d'eau et de
nourriture, avec cette chaleur accablante, obligees de maclher des
a balls de plomb dans l'espoir d'etancher une soif insupportable, pro-
a voquaient par cette trituration une salive bourbeuse qu'ils (sic) trou-
a vaient encore deliciense it avaler. Ils (sic) souffraient sans se plaindre
a par l'esphrance de se venger. Languissants de faim, agites par la pear,
a ces soldats promenaient ces deux sensations opposes sur leur figure
a moribonde. ) Alors les bless6s demandbrent la mort ou l'evacuation.
L'dvacuation fat decidee et s'opera a travers les lignes enemies par un
affreux carnage. Desconrtilz, profitant de la confusion g6n6rale, put so
sauver et aller joindre l'arm6e franchise. Ce ne parent done que la faim
et la soif qui commandbrent I'@vacuation, car les Francais trouverent
dans le Fort-L'Ouverture vingt-cinq milliers de poudre; cependant j'ai
vu imprimer que la cause de l'dvacuation fat due principalement an d6-
faut de munitions. Magny et Lamartiniire dirigerent cette evacuation.
DMs la veille au soir, Dessalines, suivi de ses aides-de-camp et de ses
secr6taires, avait abandon( ce champ p6rilleix pour aller chercher des
secours.
2 II entra au Grand-Cahos le 3 germinal (121 mars). C'est sur l'habita-
tion Chass6riaux que L'Onvertlre 6tablit son quartier-gendral, a quel-
ques miles de emlle dr Vincindibre, oil se tenaient Mme TL'Ouverture et









58 MIEMOIRES
nisoi de la CrOte-a-Pierrot et r6unir mes forces. Dbs que
cette garnison y fut arrivee, je demandai au general Dessa-
lines oii etaient les prisonniers que precddemment il m'avait
dit Atre au Cahos. 11 me rdpondit qu'une partie avait et6
prise par la colonne du g6ndral Rochambeau, qu'une autre
avait edt tude dans les diff6rentes attaques qu'il avait
essuydes, et que le reste enfin s'6tait dchapp6 dans les dif-
fdrentes marches qu'il avait 6t1 oblige de faire.
On voit par cette rdponse que c'est injustement qu'on a
voulu m'imputer les assassinats qui furent commis, parce
que, disait-on, comme chef, j'aurais du les empkchcr; mais
suis-jo responsible du mal qui se fait en mon absence et A
mon insu? '
Etant aux Gonaives 2, j'avais envoy mon aide-de-camp
Coupp6 au g6n6ral Dessalines pour lui dire de donner ordre
au commandant de L6ogane de faire sortir tous les habi-
tants, hommes et femmes, et de les envoyer au Port-RWpu-

son fils Isaac. Fontaine, Morisset, Monpoint, Placide-L'Ouverture etaient
les principaux officers qui entouraient alors le Premier des Noirs.
I Le plus horrible des massacres de cette 6poque fut commis dans la nuit
du 3 au 4 ventose an X (22 na 23 fevrier t802), A la Petite-Rivibre de
1'Artibonite par les ordres de Dessalines. Les blancs, lids deux a deux,
furent conduits derribre la prison de cette place, que commandait le chef
de bataillon Lafortune; bientot le silence de la nuit fut trouble par les
cris des victims expirantes. L'abb6 Videau, qui desservait la paroisse,
digne ministry d'un Dien de misericorde, arracha les femmes et les en-
fants a la fureur des assassins. Me1 Dessalines, cette femme pieuse qu'on
tronve toujours dans les sanglantes dpopdes de Saint-Domingue, pour
en diminuer I'horreur, sauva cette nuit-la de nombreuses victims; elle
conserve surtout A la France un grand naturaliste, M. Descourtilz, auteur
de la clbebre Flore des Antilles : elle ne riussit A sanver cc mddecin
qu'aprbs une lutte violent avec son mari. C'est cc nmme nataraliste qui,
traii plus tard an Fort-L'Ouverture, y pansa nos hlcssis.
'2 An commencement des liostilites.









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 59
blicain ; de rdunir dans cette place le plus d'hommes arms
qu'il eit pu, de s'y preparer en cas d'attaque A la plus vive
resistance. Mon aide-de-camp Coupp6, porteur de mes
ordres, revint et me dit qu'il n'avait pas rencontr6 Ie
gnderal Dessalines, mais qu'il avail appris que Leogane
avait lt6 brCile et que les habitants s'ltaient sauves au
Porl-Republicain.
Tons les desastres arrives jusqu'h cette 6poque viennent
du g6n6ral Leclerc : pourquoi avant son d6barquement ne
m'a-t-il pas faith part de ses pouvoirs? Pourquoi a-t-il
debarqud sans mon ordre et au mdpris de ['arrit6 de la
commission 2? N'est-ce pas lui qui a commis les premieres
hostilitis? N'a-t-il pas cherch6 a gagner les giinraux et
autres officers sous mes ordres par tous les moyens possi-
bles? N'a-t-il pas cherchl6 soulever les cultivatcurs, en
leur persuadant que je les traitais comme des esclaves et
qu'il venait pour rompre leurs fers? Devait-il employer de
tels moyens dans un pays oh r6gnaient la paix et la tran-
quillitd? Dans un pays qui 6tait au pouvoir de la Republi-
que? Si j'ai fait travailler mes semblables, c'etait pour
leur faire gotter le prix de la veritable liberty sans licence;

I LBogane ful livree au pillage et aux flames par lt clief de la bri-
gade Pierre-Louis Diane, td la 8e demi-hrigade, le 23 pluviose an X
(12 fivrier 1802); la garnison alla camper au Cabaret-Quart, dans les
mornes environnants. Celte ville est c6lebre pour avoir donn6u nais-
sance A Madame Dessalines (la vertueuse Claire Bonheur) et a Lamarti-
nibre, le h6ros de la Crkte-A-Pierrot; elle l'est encore pour la helle d6-
fense que Renaud-Desruisseaux et Pktion y firent centre les Anglais le
Ier germinal an IV (21 mars 1796).
2 Cet arrWt6, si souvent invoqud par L'Ouverture pour Ie hesoin de sa
cause, est un de ces mille arrWtts arrach6s par sa politique 6 la complai-
sance et souvent a l'intimidation qu'il inspirait A l'agent lioume, repr&-
senlant de la m6tropole h Saint-Dlomingue.









60 MIMOIRES
c'dtait pour empecher la corruption desmcours ; c'6tait pour
le bonheur general de 1'ile, pour l'int6ert de la Republique.
Et j'avais effectivement reussi dans ma tAche, puisqu'on
ne voyait pas dans toute la colonies un seul homme d6sceuvrd
et que le nombre des mendiants etait diminu6 au point
qu'h part quelques-uns dins les villes, on n'en voyait
pas un seul dans les campagnes.
Si le general Leclerc avait eu de bonnes intentions, eOt-
il recu dans son armee le nomm6 Golart et lui eait-il donn6
le commandement de la 9e demi-brigade, corps qu'il avait
soulev4, alors qu'il y etait chef de bataillon ? Eft-il employee
ce rebelle dangereux qui fit assassiner les propri6taires sur
leurs habitations; quienvahit la villedu M61e-Saint-Nicolas,
qui tira sur Ic general Clerveaux 2, qui y commandait, sur


I Golart (Lubin), nbgre, naquit aux environs du Port-de-Paix; il prit
les arms dis le commencement de la revolution. Brave, audacieux, il
parvint, durant la guerre centre les Anglais, an commandment d1i
2e bataillon de la 90 demi-brigade, et A celui de la place de Jean-Rabel.
Ennemi des colons et des Anglais, il se prononca hautement contre L'Ou-
verture, quand il le \it accueillir les uns et les autres; le 22 messidor
an VII (10 juillet 1799), il leva 1'6tendard de l'insurrection avec le chef
de bataillou Bellegarde, qui commandait au M1le, en faveur de Rigaud,
alors en guerre avec L'Ouverture. Vaincu, it se retira dans les 5pres mon-
tagnes du Port-de-Paix, et y rest dans toute sa liberty, sans qu'on pfit
1'en ddloger. Rentrd i Jean-Rabel A I'arrivde des Francais, il fut rrintegrd
dans ses functions. Golart mourut A Plaisance en pluvi6se an X (f6vrier
1802).
2 Clerveaux (Augustin), mulAtre, naquit A la Marmelade vers 1763.
Officer dans une compagnie franche, it fut nn des traitres, qui le 16 fri-.
maire an II (6 decembre 1793), livrerent cette commune aux Espagnols.
Aussi, Toussaint le fit lieutenant-colonel. Quand ce dernier passa an
service de la Rdpublique, la fortune de Clerveaux ne fit qu'angmenter :
Toussaint, en recompense de plusieurs hauts faits, le fit nommer colonel
du 60 regiment A I'organisalion de cc corps, et enfin g6ndral de brigade.









DU c1ENEIRAL TOUSSAINT-L'OLVEWTUiE, Ul
le general Maurepas et sur son chef de brigade; qui fit la
guerre aux cultivateurs de Jean-Rabel, des Moustiques et
des hauteurs du Port-de-Paix ; qui poussa l'audace jusqu'I
se d6fendre meme contre moi, lorsque je marchai contre lui
pour le soumettre A son chef et reprendre le territoire et la
ville qu'il avait envahis! Lejour qu'il osa tirer sur moi, une
balle coupa le plumet de mon chapeau; Bondere, mddecin,
qui m'accompagnait, fut tu6 a mes cot6s; mes aides-de-camp
furent d6montds. Enfin ce brigand, aprIs s'6tre souille de
tous les crimes, s'dlait cach6 dans une fort; il n'en sortit
qu'a I'arriv6e de l'escadre franCaise. Le general Leclerc
eAt-il elevde galement au rang de chef de brigade un autre
rebelle appel L'Amour Desrances ', qui a fait assassiner
tous les habitants de la plaine du Cul-de-Sac; qui a soulev6
les cultivateurs; qui a saccag6 toute cette parties de 1'ile;
contre lequel deux mois seulement avant I'arrivke de
l'escadre, j'avais 6t6 obliged de marcher et que j'avais force
de se retire dans les forces. Pourquoi a-t-on recu amicale-
ment ces rebelles et d'autres, tandis qu'a mes subordonnis

Lors de l'invasion de 1802, ii li\ra aux Francais le dtpartement duCibao
qu'il commandait, manquant ainsi i tout cc qu'il devait au 'remicr
des Noirs. C'Ntait un homme plein de braioure, mais inintelligent et
parfois cruel. 11 mourut au Dondon i la fin de 1804.
1 Desrances (L'Amour), nIgrc africain, appartenait ia habitationn
Desrances, dans les hauteurs de la RiviMre-Froide, sur la limited des arron-
dissements du Port-au-Prince et de Jacmel. Lors de la guerre civil qui
dclata entire Rigaud et Toussaint, il se prononca en faveur du premier.
On lui dut A cette Epoque le salut de Per, de Cantabre et de plusieurs
antres jeunes homes qui, plus tard, illustrerent le pays par leurs armes.
Comme Golart, il vecut loin du joug de fer de L'Ouvcrture dans les
doubles montagues de Barohuco. II vint, le 2 ventlsc (-l ft\rier 180),
fair sa soumission aux Franw'ais. aimplhile de Lacroix, qui rciut au Port-
au-1'rince celtc souimission, 1'cnvoya contre Pierre-Louis Diane. Ce der-









62 M~MOIRES
et A moi, qui sommes rests constamment fidles au gou-
vernement francais et qui avons maintenu l'ordre et la
tranquillity, on nous a fait A nous la guerre? Pourquoi
veut-on me faire un crime d'avoir fait executer les ordres
du gouvernement' ? Pourquoi veut-on m'imputer tout le
mal qui a 6t6 fait el les desordres qui ont regnd? Tous les
faits sont connus de tous les habitants de Saint-Domingue.
Pourquoi, en arrivant, n'a-t-on pas dtd a la source du mal?
Los troupes, qui se sont rendues au g6n6ral Leclerc, en
avaient-elles recu 1'ordre de moi? M'avaient-elles consult?
Non. Eh bien I ceux qui ont fait le mal ne m'avaient pas
non plus consulld. I1 ne faut pas A present me donner plus
de tort que je n'en m6rite.
Je fis part de ces reflexions a quelques prisonniers que
j'avais. Ils me rdpondirent qu'on craignait 'influence que
j'avais sur le people et qu'on n'employait tant de moyens
violents que pour la dl6ruirc. Cela me fit faire de nouvelles
rdelexions. Consid6rant ious les malhours que la colonie
avait ddjh essuyds, les habitations d6truites, les assassinats
commis, les violence exercees mime sur les femmes,
j'oubliai tous les torts qu'on pouvait avoir A mon 6gard,


nier so dirigeait alors avec la 8" demi-brigade par les gorges de la Riviere-
Froide a I'Artihonite. Diane fuL battu et fait prisonnier.
L'Amour Desrances fut des premiers A s'insurger contre l'armne fran-
vaise; il prit le titre de general en chef et refusa de reconnaitre I'autorit6
sup6rieure qu'on venait de d6cerner A Dessalines. Celui-ci ent recours A
la ruse; il le fit inviter a passer la revue des troupes qui 6taient campdes
sur l'habitation Rocheblanche. Desrances fut ainsi arretd le 7 messidor
an XI (26 juin 1803) et conduit a la Petite-Riviere oh il fut tu6 *.
I Toujours l'arrWtO du 16 pluvi6se que prit I'agent Roume.
Journal tcun p;ar L'Aurore Lemairc, adjudant-g6ndral dc l'Amour Desranccs.









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 63
pour ne penser qu'au bonheur de l'ile et a l'intdrOt du
gouvernement. Je me d6terminai h obtir a l'ordre du
premier consul, vu surtout que le general Leclerc venait de
se retire lui-mOme au Cap avec toute sa troupe, apris
l'affaire de la Crate-a-Pierrot.
SII est A remarquer que jusqu'en cel instant, je n'avais
Spas encore pu trouver un seul moment pour r6pondre au
premier consul. Je saisis avec empressement cette lueur de
tranquillity pour le faire. J'assurai Ie premier consul de ma
soumission et de mon entier devoCment ses ordres, en lui
annoncant ( que s'il n'envoyait pas un autre officer gend-
) ral plus ancien prendre le commandement, j'aiderai le
general Leclerc fIaire tout le mal possible par la resis-
) tance que je lui opposerai '. ) Je me rappelai alors que
le g6ndral Dessalines m'avait rendu compete que deux
officerss de 1'escadre, don't un aide-de-camp du gnderal
\(Boudet et un officer de marine 2, accomp;gn6s de (ldux
dragons, envoys pour soulever la troupe, avaient 6td faits

I Plusieurs autenrs, notamment Placide .ustin, dans son Histoirc
d'Hditi, relatentd'apres des ecrivains anglais une lettre pleine do dignity
et surtout de hauteur, comme ktant la rdponsc de L'Ouverture au premier
consul. Cette lettre est ividemment apocryplih, car ii y est question des
limiers de Cube, espece de chiens anthropophages, qu'on no fit venir dans
la colonies que sons le government de Rochambean, c'est-it-dire bien
longtcmps aprbs l'arrestation et I'cmbarquemcnt de L'Ouverture. II est
vraisemblable que la lettre de L'Ouverture ne parvint jamais a sa desti-
nation.
2 Le chef de brigade Sabes et I'aspirant do marine ;Gniont. Ces doux
officers, avec les doux dragons cnvoy(s par le giniral Boudet en parle-
mentaires an Port-au-Prince, furent arrst(s; et i l'attaque de cclte ville,
ils furent dirig6e sir Saint-Alarc, par les ordres de l.amartinibre (Louis
d'Or), chef de bataillon, au m6pris des principles de la guerre; cc qni
6tonne d'autant plus que Lamartiniere, habile et intrdpide soldat, detait










U't .11EMOI1 ES

prisonniers, lors de 1'dvacuation du Port-au-Prince. J'ordon-
nai qu'on me les amenat; et apres avoir converse avec eux ',
4 je les renvoyai au general Boudet, pour qui je leur remis


connaltre et pratiquer les lois de son m6tier, qui dtablissent I'inviolabilit6
du parlementaire.
De Saint-Marc, on conduisit Sabes et Gdmont a la Petite-RiviBre oi ils
furent tdmoins de la terrible boucheric du 3 ventdse. Ils ne durent eux-
m6mes leur salt qu'a l'ordre formal de L'Ouverture de les lui garder
sains et saufs, sous peine de mort. Le jour mime de cette boucherie, ils
obtinrent du commandant de la place, Lafortunc, de se rendre au Cahos
avec l'abbe Videau et les veuves ct orphelins A qui ce saint homme servait
de consolation et d'appui. On fit halte I Plassac. L' se trou\aient l'ad-
ministrateur Void, ses employs et un grand nombre d'autres blancs.
Sabds et (Gmont furent le lendemain tdmoins d'un nouveau carnage dans
lequel pdrit Void, malgrd l'amitid que L'Ouverture et Dessalines lui tdmoi-
gnaient. Cette fois, les deux parlementaires eux-mimes allaient ttre 4gor-
gds. ( Ddja, dit M. Gdmont, dans son pr:cis imprimn en 1804 A Roche-
fort, le bras de la mort est dtendu sur nos tltes; ddjA je suis dIpouilli
a d'une parties de mes v6tements, lorsque I'abbd Videau rassemble routes
) ses forces pour nous saumer; ce n'est plus un home, c'est un Dieu. 11
nous press dans ses bras et s'dcrie d'une voix stentorke : ( Respectez
au moins le caractere de ces envoys on failes-moi pdrir a\ec eux. )
L'effort dtait au-dessus des forces de la nature, le vendrable pre~gt
tomba 6 anoui. Un saint respect, une terreur religieuse s'emparent des '
esprits; les parlementaires furent sauvds. Enfin on d4tachement, sous les
ordres du sergent Jean Farel, noir, conduisit les parlementaires an Cahos
sur I'habitation Vincindidre ; plusieurs fois ils y faillirent itre sacrifids;
mais la bravoure et I'humanitd de Jean Farcl les protdgdrent mdme
contre des officers supdrieurs. Ce ne fut que le 7 germinal (28 mars) que
L'Ouverture les fit venir i Chassdriaux et les remnoya parmi les leurs.
I ( Toussaint-L'Onverture se plaignit i nos parlementaires de la
facheuse position ou en dtaient venues les choses. Le chef de brigade
Sabes ent le courage de lui observer que la guerre n'avait dclati que
a parce qu'il m6connaissait I'autorit6 de la mitropole. Toussaint-L'Ou-
a \erture lui jeta un regard d'dtonneencl, dddaigna dI lui rdpondre, et
a s'adrcssant a I'oflicier de( marine en ces terines : ( Vous lcts un ofli-
)i cier de marine, Monsieur, cli bien si vous commandiez un vaisseau









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. i)
une lettre avec celle que j'avais 6crile au premier consul.
A l'instant oH j'expddiais ces deux officers, j'apprends
que le g6ndral Hardy a passe la Coupe-A-l'Inde avec son
armee, qu'il s'est port sur mes propridtes, qu'il les a rava-
gees, qu'il a enlevO tous mes animaux et surtout un cheval
nommd Bel-Argent, don't je faisais le plus grand cas. Sans
perdre de temps, je me portai centre lui avec la force quo
j'avais '; je l'atteignis pres du Dondon. L'affaire s'eugagea
et dura avec le plus grand acharnement depuis onze du
martin jusqu'" six heures du soir.
Avant quo de partir, j'avais donn6 l'ordre au g6n6ral
Dessalines d'attendre la reunion de la garnison qui avail
6vacud la Crete-h-Pierrot et d'aller se camper au Camp-
Marchand 2, le pr6venant qu'apres le combat je me serais
rendu a la Marmelade.

) de 1'Etat, et que, sans %ous donner avis, un autre officer vilnt vous
) remplacer en sautant A l'abordage par le gaillard d'avant, avec un
6 equipage double du vitre, pourriez-vous &tre blAm6 de chercher A
a vous d6fendre sur le gaillard d'arribre?
( Telle est ma position vis-A-vis de la France. )) Rdvolution de Saint-
Domingue, Pamphile de Lacroix.
i Cette force montait i trois companies de dragons, commands par
Morisset et Placide L'Ouverture. L'Ouverture envoya, de Saint-Michel,
ordre a Christophe, qui occupait les hauteurs de la Grande-Rliviire, de
marcher pour prendre la division Hardy en t6tc, tandis qu'il la prendrait
en queue. 11 continue en avant avec toutes les milices de la contree. Le
combat eut lieu le 8 germinal ('9 mars 1802). Christophe manqua d'y
etre faith prisonnier. Hardy sut se frayer du chemin; il fut naunmoins
poursuivi jusque sur la route du Cap.
2 Marchand est une habitation situee dans la plaine de l'Artibonite, a
environ sept lieues de la Petite-RiviBre. Dessalines en fit plus tard sa resi-
dence impnriale. Alors une ville s'y 6leva come par enchantement; cettc
ville, bAtie en bois, periclita come son fondateur; quelques baraques
que dominant quelques fortifications en mauvais 6lat, y attristeln
aujourd'hui l'oeil du 0oyageur.









(i6 5IEMIORES
Arrive dans cet endroit, je regus la reponse du g6ndral
Boudet, qu'il m'envoyait par mon neveu Chancy qu'il avait
prdecdemment faith prisonnier '. Ce general m'assurait que
ma lettre parviendrait facilement an premier consul, qu'A
cet effet il l'avait dedj envoyde au general Leclerc, qui lui
avait promise de la faire partir. Sur le rapport de mon neveu
et apres la lecture de la lettre du general Boudet, je crus
reconnaitre en lui un caractbre d'honnetetW et de franchise,
digne d'un officer francais faith pour commander. Je
m'adressai en consequence A luiavec confiance pour le prier
d'engager le general Leclerc a entrer avec moi dans des
moyens de conciliation. Je lui assurais que l'ambition
n'avait jamais 61e mon guide, mais bien I'honneur; que
j'etais prtt A rendre le commandement pour ob6ir aux
ordres du premier consul, et A faire tous les sacrifices
necessaires pour arreter les progris du mal. Je lui envoyai
ma lettre par mon neveu Chancy qu'il retint pres de lui .

I Le chef d'escadron Chancy, mnulAtre, naquit aux Cayes vers 1783.
Son pbre 4tait blanc. Sa mere, n6gresse, somur de L'Ouverture, fut em-
menCe, par le sort de I'esclavage, du Nord dans le Sud de la colonie; elle c
y devint libre et mirme propri6taire longtemps avant la revolution. Quand
L'Ouverture -int prendre possession de la ville des Cayes, que Rigaud
fut oblige de lui abandonner, il attacha le jeune Chancy A son etat-major
et le fit bientt parvenir au grade de chef d'escadron. L'Ouverture avail
la plus grande confiance dans son d6voiment. Aussi l'envoya-t-il de
aint-Marc le 20 pluvi6se (9 f6vrier) pres du chef de brigade Dommage,
commandant de I'arrondissement de Jirdmie. La mission etait p6ril-
leuse. L'Ouverture, dans sa d6peche, traitait Dommage de general de
brigade, pour micux exalter son courage. II lui annoncait la chute du
Cap et du Port-au-Prince. II l'invitait A une resistance desesperde.
Chancy fut arrkt6 dans les hauteurs du Petit-Goane, cherchant A gagner
Jerdmie et conduit au Port-au-Prince.
2 Chancy, don't on redoutait sans doute le courage entreprenant et
I'utilit6 don't il poumait ktre a L'Ou\erture dans cs grades occurrences,









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 67
Mais deux jours apris, je recus une lettre par une ordon-
nance press6e, qui m'annoncait qu'il avait fait part de mes
intentions au general Leclerc et m'assurait que celui-ci
dtait pret A entrer en arrangement avec moi, et que je pou-
vais computer sur les bonnes intentions du gouvernement it
mon 6gard.
Le meme jour, le general Christophe me communique
une lettre qu'il venait de recevoir du citoyen Vilton ',
demeurant A la Petite-Anse et une autre du g6ndral Hardy,
lui demandant tous deux une entrevue. Je permis tout au
general Christophe, en lui recommandant d'etre tres-circon-
spect. Le g6ndral Christophe ne se rendit pasg l'entrevue in-
diquee par le general Hardy, car il regut une lettre du g6-
n6ral Leclerc qui lui proposait un autre rendez-vous 2. 11
m'envoya copie de cette lettre et de sa r6ponse et me
demand la permission de se rendre dans I'endroit qu'on
lui indiquait, ce je que lui permis et il y fut.
Le gdenral Christophe, A son retour, me rapporta une
lettre du general Leclerc, qui me disait que ce serait pour
lui une belle journde, s'il pouvait m'engager A me concerter
avec lui et i me soumettre aux ordres de la RBpublique. Je
r6pondis sur-le-champ que j'avais toujours 6td soumis au
gouvernement francais, puisque j'avais constamment porter
les armes pour lui; que si, dis les principles, on s'6tait
recut ordre du g6ndral Boudet de ne plus sortir du Port-au-Prince. ('est
de cette ville qu'il fut embarqu6 sur le vaisseau l'Aigle et envoy en
France aprbs l'arrestation de son oncle.
SVilton, mulAtre, commandait la place de la Petite-Anse. Christophe
le fit mourir a 1'6poque de sa royaut ; si on ne salt. pour quel motif, on
sait naanmoins qu'il n'en fallait pas A ce chef pour accomplir aucuin
crime.
2 Celte entrevue eut lieu an Haut-du-Cap Ic 6 floral (~6 avril 1802),
Christophe y fit sa soumission au g6ndral Leclerc.









(is .MEMOllES
comport6 avec moi comme on devait Jo faire, il n'y eOt pas
eu un seul coup de fusil de tire; que la paix n'eft pas
meme Wt6 troublee dans 1'ile, et que l'intention du gouver-
nement eOt Wte remplie. Je timoignais enfin tant au g6nd-
ral Leclere qu'i Christophe tout mon m6contentement de
ce que celui-ci s'6tait rendu sans ordre de ma part '.
Le lendemain, je ddpechai au g6n6ral Leclerc mon adju-
dant-g6ndral Fontaine, porteur d'une second lettre, par
laquelle je lui demandais une entrevue A l'habitation d'H6-
ricourt, ce a quoi ii se refusa. Cependant Fontaine m'as-
sura qu'il avait Wt6 tris-bien recu. Je ne me rebutai point.
Je lui depechai pour la troisibme fois mon aide-de-camp
Coupp6 et mon secrdtaire Nathand, pour lui assurer que

I On voit ici que la position de prisonnier et de justiciahle oi se trouve
reduit L'Ouverture l'empiche de donner un libre course A son indignation.
Christophe venait de porter a sa fortune le coup le plus mortel, en sc
rendant aux Francais avec douze cents homes des Ire, 2e. 3e et 5e de-
mi-brigades, et en leur li rant plus de cent piBces d'artillerie qui se trou-
vaient dans divers depits que L'Ouverture avait dans les mornes. Lettre du
Idetwral Leclerc att minislre, dit 18 floraal ( 8 mai 1802). ( La soumis-
sion de Christophe, continue cette lettre, ache\a de consterner Tons-
) saint... II m'tcrivit que des circonstances tres-malheureuses avaient
), dja causi bien des manx, mais que quelle que f6t la force de 1'armic
, franchise, ii serait toujours assez fort et assez puissant pour brfler,
, ravager et vendre cherement une vie qui avait4td quelquefois utile A la
) mire-patrie. ))
2 Couppd, apres la soumission de son general, descendit dans le Sud.
Ce n'est qu'au moment oit Alexandre Ption commence la guerre de l'In-
dependance que nous le soyons se diriger comme obscurement vers eI
Port.au-Prince. L, it fut arritt avec le capitaine Boyer (Jean-Pierre),
depuis president d'Haiti: tous deux furent embarquis pour le Cap sur la
frieate la Surveillantc et dans la rade te cette Nille transf6res sur le
vaisseau amiral le Duyuay-Trouin, ou ils rencontrerent le gndiral Mau-
repas. Couppe fut noy6 la mime nuit que ce dernier. Le capitaine Jean-
Pierre Boyer fat t6moin de ce drame affreux et ne dut lui-mime son salut
qu'a un miracle de la Providence. 1)jh Maurepas est precipit6 dans la
chaloupe qui doit aller tl jeter au loin dans les flots, pieds et mains
lies; d6jih on icnt chercher Boyer; mais il a ait mont6 sur le point an
moment oi on prenai I'infortunct Maurepas, et s'6tait dirigi vers la
poulaine. Couppd, le pantre Coupp6 est pris h sa place et noy6 hors son
tour. Le lendemain, le g6ndral francais Boyt', qui avait servi au Port-au-
*s,









DU GIENRAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 69
j'6tais pret a lui rendre le commandement conformiment
aux intentions du gouvernement du premier consul. II me
fit repondre qu'une heure de conversation ferait plus que
dix lettres, en me donnant sa parole d'honneur qu'il agi-
rait avec toute la franchise et la loyaute qu'on pouvait
attendre d'un g6enral frangais. On m'apporta en mme
temps une proclamation de sa part qui invitait tous les
citoyens a regarder comme nul et non-avenu l'article de
celle du 28 pluviose, qui me mettait hours la loi. ( Ne craignez
pas, disait-il dans cette proclamation, vous et les gne6-
raux sous vos ordres, et les habitants qui sont avec vous,
que je recherche personnel sur sa conduite passe; je
) tirerai le voile de l'oubli sur les v6enements qui ont eu
, lieu a Saint-Domingue. J'imite en cela l'exemple que le
premier consul a donn6 a la France le '18 brumaire. Je
ne veux voir dans 1'lle a l'avenir que des bons citoyens.
Vous demandez le repos; quand on a command comme
vous et support aussi longtemps le fardeau du gouver-
a nement, le repos vous est d&i. Mais j'espire que dans
) votre retraite, vous me communiquerez vos lumieres,
a dans vos moments de loisir, pour la prosperity de Sainl-
) Domingue ))

Prince sous le proconsulat de Sonthonax, prit le capitaine Boyer sons sa
protection, bien qu'ils ne fussent pas parents.
1 ArrRtC du 1 floral on X (Ier mai 1802) :
( Le g6ndral en chef ordonne:
a Les dispositions de l'article 1er de I'arrWte du 28 pluviose dernier,
a qui mettent le general Toussaint-L'Ouverture hors la loi, sont rappor-
a t6es; en consequence il est ordonni A tons les citoyens et militaires de
, regarder comme nul et de nul effet cet article. (Sign6) LECLERC.
2 Ces paroles que nous venons de lire sont des fragments de la lettre
que le fg;ndral Leelerc dcrivit h L'Onverlnre et qui fnt imprim(' on tite









70 NMEMOIRES
D'aprBs cette proclamation et la parole d'honneur du
general, je me rendis au Cap '. Je fis au g6ndral Leclerc
ma soumission conformement A l'intention du premier
consul; je lui parlai ensuite avec toute la franchise et la
cordiality d'un militaire qui aime et estime son camarade.
II me promit l'oubli du pass et la protection du gouverne-
ment francais. 1I convint avec moi que nous avions tous
deux nos torts. ( Vous pouvez, gdndral, me dit-il, vous
retire chez vous en toute siretd. Mais dites-moi si le
e general Dessalines obdira A mes ordres, et si je peux
computer sur lui. ) Je lui repondis qu'oui, que le gdenral
Dessalines peut avoir des ddfauts comme tout homme, mais
qu'il connait la subordination militaire. Je lui observai
cependant que pour le bien public et pour retablir les cul-
tivateurs dans leurs travaux, comme A son arrive dans
1'fle, ii 6tait necessaire que le g6ndral Dessalines fit rappel6
A son commandement A Saint-Marc et le general Charles
Belair 2, A l'Arcahaye, ce qu'il me promit. A onze heures du
soir, je pris cong6 de lui et me retirai chez d'Hdricourt, ofi
je passai la nuit avec le g6ndral Fressinet 3, et parties le len-
demain matin pour la Marmelade.

de I'arret6 du 11 floral. L'Ouverture ne les transcrivit sans doute que
de m6moire, car elles ne sont point conformes a 1'ddition qu'en a donnue
Pamphile de Lacroix, dans sa Rdvolutioi,, de Saint-Domingue.
1 Le 13 floral (3 mai 1802).
2 Belair (Charles), jeune et beau noir, 6tait neveu de L'Ouverture,
qui l'enrula des le commencement de la revolution. D'abord aide de
camp de son oncle, il passa ensuite dans la ligne et devint chef de la
7" demi-brigade, puis general de brigade, commandant a I'Arcahaye.
On dit qu'il dtait un des homes noirs les plus instruits de son temps.
3 Le general Fressinet avait d6jA servi dans la colonies pendant la
guerre centre les Anglais. C'est alors qu'il s'ktait lid d'amiti6 avec L'Ou-
verture.









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 71
Le surlendemain, je recus une lettre du general Leclerc
qui m'invitait A lui renvoyer mes gardes A pied et a che-
val '. II m'adressait aussi un ordre pour le g6enral Dessa-
lines; j'en pris connaissance et le fis passer au gdenral
Dessalines, en l'engageant A s'y conformer. Et pour rem-
plir d'autant mieux les promesses que j'avais faites au g6-
neral Leclerc, j'invitai le general Dessalines A se rencontrer
avec moi a moitid du chemin de traverse de son habitation
A la mienne '. Je le persuadai de se soumeltre, ainsi
que moi; je lui dis que l'intdret public exigeait que je fisse
de grands sacrifices, que je voulais les fire bien; mais que
pour lui, il conserverait son comrandement. J'en dis butant
au general Charles, ainsi qu'i tous les officers qui etaient
avec eux; je vins a bout de les persuader, malgre toute la
repugnance, les regrets qu'ils tdmoignbrent de me quitter
et de se separer de moi. Ils verslrent meme des larmes.
Apres cette entrevue, chacun se rendit a sa demeure res-
pective 3
L'adjudant-gdndral Perrin, que le general Leclerc avait

L'Ouverture passa la revue de cette garde le 15 florIal (5 mai); il
la felicite de son d6vofiment A sa personnel et A la libertL; ii embrassa
an milieu de l'6motion gAn6rale les principaux officers et les engage ;i
etre fiddles au nouvel ordre de choses. La garde A pied, commandPe
par Magny, se rendit le 19 florIal (9 mai) a Plaisance; la garde A cheval,
commandee par Morisset et Monpoint, se rendirent au Cap. Le degolt
s'empara des soldats; beaucoup demanderent leur conger. Ceux qui res-
tErent au service formerent le corps des Guides du Nord don't Magny ent
le commandement.
2 Dessalines avait fix6 son sejour A l'habitation Georges, pres des Go-
naives, qu'il tenait comme fermier de l'ltat.
3 Dessalines et Belair reunirent les debris des 30, 4e, 7e et 8s demi-
brigades. Ils entrbrent A Saint-Marc le 22 floral (12 mai 1809), se sou-
mettant ainsi A l'autorit6 de la France.









72 MgMOIRES
envoyed Dessalines pour lui porter ses ordres, le trouva
trbs-bien dispose A les remplir, puisque je l'y avais engage
precddemment par mon entrevue.
Comme on l'a vu, on avait promise de placer le g6enral
Charles a l'Arcahaye; cependant on ne l'a pas fait'.
II etait inutile que j'eusse ordonn6 aux habitants du
Dondon, de Saint-Michel, de Saint-Raphael et de la Mar-
nelade de rentrer sur leurs habitations, puisqu'ils l'avaient
Iait di(s que je m'Mtais empard de ces communes. Je lenr
;vais enjoint seulement de reprendre leurs travaux accou-
tumis. J'avais ordonni A ceux de Plaisance et des endroits
circonvoisins de rentrer chez eux et de reprendre 6gale-
ment leurs travaux. Ils me temoignbrent les craintes qu'ils
avaient qu'on les inquietat. J'ecrivis en consequence au
general Leclerc, pour lui rappeler ses promesses et le prier
de tenir la main h leur execution. II me fit rdponse que ses
ordres 6taient dedj donnes a ce sujet. Cependant celui qui
commandait la place avait divis' sa troupe et envoy des
d6eachements dans toutes les habitations, ce qui avait

Charles Belair fat n6anmoins employed plus tard A la surveillance des
cultures dans les d6pendances de l'Arcahaye. Devoud A son oncle, il prit
les arms apris son arrestation; mais appel6 i une conference par Dessa-
lines, qui alors ser\ait la France avec un zele plein do frocit6, il flt
traitreusement arrWtB le 19 fructidor (5 septembre 180o2) sur l'habitation
Tussac, aux environs de Plassac et conduit au Cap, ou jug6 et condamnt
anec sa femme, la dame Sanite, il fut fusilld le 13 vend6miaire (5 oc-
lobre), tandis que Sanite dtait pendue. Le courage avec lequel MAlm Belair
march i la potence dtonna meme ses hourreaux. Quant au jeune g6nd-
ral, en allant sur la place de son execution, il ne put s'empichcr de
maudire la conduite de Dessalines, en versant d'abondantes larmes.
2 Le commandant de la place d'Ennery etait le chef de bataillon
Pesquidons. de la Ibfiioln de Saint-Dominque.









DU GENERAL TOUSSAINT-,'OUVERTURE. 73
effray6 les cultivateurs et les avait forces de fuir dans les
montagnes,
Je m'6tais retire i Ennery et en avais donn6 connais-
sance au general Leclerc, come je le lui avais promise. En
arrivant dans ce bourg, j'avais Irouv4 un grand nombre de
cultivateurs des Gonaives; je les avais engages a retourner
sur leurs habitations.
Avant mon depart de la Marmelade, j'avais donn6 ordre
au commandant de cette place 2 d'en remettre I'artillerie
et les munitions au commandant de Plaisance, conformd-
ment aux intentions du gnderal Leclerc. Depuis j'avais
4galement donned l'ordre au commandant d'Ennery de ren-
dre la seule piece d'artillerie qui y Mtait, ainsi que les mu-
nitions, au commandant des Gonaives.
Je ne m'occupai alors qu'a retablir mes habitations ,
qui avaient 6t6 incendides. Je faisais faire, dans une habi-
tation de la montagne qui avait dchapp6 aux flames, un
logement commode pour mon spouse, car elle etait encore
dans les bois, oc elle avait 6t6 oblige de se r6fugier 1.
Pendant que j'6tais occupy a ces travaux, j'appris qu'il

Le 19 floral (9 mai), apres le depart de la garde pour Plaisance.
2 Le chef de brigage Desir Laurent, noir.
S3 L'Onverture avait dans le quarter d'Ennery quatre habitations ca-
feybres, qu'il avait achetees soit du gouvernement, soit de particnliers.
Celle de Descahaux, situee dans les mornes, ou il vint d'ahord fixer sa
residence, apres sa soumission; c'est li qu'lsaac se tenait; celle de Sen-
cey oh demeuraient Mme L'Ouverture et les autres membres de sa famille ;
celle de Rouffelier et celle de Beaumont. Cette derniere habitation con-
fine au village d'Ennerv.
L'habitation Descalihax.
5 Mme L'Ouverture et sa famille, A I'exception te Placide, etaient
restees pendant toute la tourmente sur 'liabitation VincindiCre, dans le,
Cahos.









74 M9MOIRES
6tait arrive cinq cents homes de troupes ', pour loger i
Ennery, petit bourg qui, jusqu'alors, n'avait pas pu conte-
nir plus de cinquante gendarmes pour la police; qu'on
avait 6galement envoy un trbs-gros d6tachement A Saint-
Michel. Je me transportai de suite au bourg; je vis que
toutes mes habitations avaient W6t pill6es et qu'on avait en-
lev6 jusqu'aux coffres de mes cultivateurs. A l'instant
meme oh je portais mes plaintes au commandant 2, je lui
fis apercevoir des soldats qui dtaient charges de fruits de
toute espece: ces fruits n'dtaient pas meme mirs. Je lui fis
aussi voir des cultivateurs qui, voyant ces pillages, se sau-
vaient dans d'autres habitations de la montagne.
Je rendis compete au general Leclerc de ce qui se pas-
sail; je lui observais que les measures qu'on prenait, loin
d'inspirer la confiance, ne faisaient qu'augmenter la me-
fiance; que le nombre de troupes qu'il avait envoy6es 6tail
trop considerable et ne pouvait que nuire A la culture et
aux habitants. Je remontai ensuite dans mon habitation de
la montagne.
Le lendemain, je recus dans cette habitation la visit du
commandant d'Ennery, et je m'apercus fort bien que ce
militaire, loin de me rendre une visit d'honnetet6, n'6tait
venu chez moi que pour reconnaitre ma demeure et les
avenues, afin d'avoir plus de facility de s'emparer de moi,
lorsqu'on lui en donnerait l'ordre. Pendant que je causais
avec lui, on vint m'avertir que plusieurs soldats s'6taient
rendus avec des chevaux et autres bAtes de charge dans
une de mes habitations, prbs du bourg, oh restait une de


La 31e demi-hrigade 16gbre.
2 Pesquidons.









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 75
mes filleules, et qu'ils enlevaient les caf6s et autres denr6es
qu'ils y avaient trouvees. Je lui en fis mes plaintes. I1 me
promit de r6primer ces brigandages et de punir s6vbrement
ceux qui s'en rendaient coupables.
Craignant que ma demeure dans la montagne n'inspirAt
de la m6fiance, je me d6terminai a venir dans cette mime
habitation qui venait d'etre pillie, et qui avait Mtd presque
totalement d6truite, tout pres du bourg, qui n'en est Mloi-
gn6 que de deux cents pas '. Je laissai ma femme dans
l'appartement queje lui avais fait preparer.
Je ne m'occupais plus qu'A faire de nouvelles plantations
pour remplacer celles qu'on m'avait d6truites et A fire
preparer les mat6riaux necessaires pour la reconstruction
de mes bAtiments. Mais tous les jours, je n'eprouvais que
de nouveaux pillages et de nouvelles vexations. Les soldats
qui se portaient chez moi 6taient en si grand nombre, que
je n'osais pas meme les faire arriter. En vain je portais
mes plaintes au commandant, je n'en recevais aucune
satisfaction. Je me determinai enfin, quoique le general
Leclerc ne m'eut pas fait l'honneur de rdpondre aux deux
premieres lettres que je lui avais 6crites A ce sujet, a lui en
6crire une troisieme, que je lui envoyai au Cap par un de
mes fils, Placide, pour plus de sitret6. Je ne recus pas plus
de r6ponse a celle-ci qu'aux pr6c6dentes. Seulement Ic
chef del'Mtat-major 2 me fit dire qu'il ferait son rapport.
Quelque temps apres, le commandant 6tant venu de nou-
veau me voir un apres-midi, il me trouva, a la tate de mes
cultivateurs, occupy a conduire mes travaux de reconstruc-


SL'habitation Beaumont.
2 Le general Dugua, qui mourut de Ia fiivre jaune dans la colonie.








76 MEMOIRES
tion... II fut tdmoin lui-meme que mon fils Isaac repoussait
plusieurs soldats qui venaient jusqu'A la porte de mon
habitation couper des bananes et des figues-bananes. Je
lui rditbrai les plaintes les plus graves. 11 me promit encore
qu'il empicherait ces d6sordres.
Pendant trois semaines que je restai dans cette habita-
tion, chaque jour j'etais t6moin de nouveaux pillages;
chaque jour je recevais des visits de personnel qui ve-
naient m'espionner; mais elles furent toutes t6moins que je
no m'occupais uniquement quo de travaux domestiques.
Le general Brunet lui-m6me vint et me trouva dans les
memes occupations. Malgre ma conduit, je recus une
lettre du general Leclerc qui, au lieu de me donner satis-
faction sur les plaintes que je lui avais porties, m'accusait
d'avoir gard6 des hommes arms dans les environs d'En-
nery, et m'ordonnait de les renvoyer. Persuade de mon
innocence, et que s6rement des gens malintentionnis l'a-
vaient trompe, je lui rdpondis que j'avais trop d'honneur
pour ne pas tenir les promesses que je lui avais faites, et
qu'en lui rendant le commandement, je ne l'avais pas faith
sans avoir bien r6flechi; qu'aussi mon intention n'6tait
point de chercher A le reprendre. Je lui assurais au sur-
plus que je ne connaissais point d'hommes arms dans les
environs d'Ennery, et que depuis trois semaines j'6tais
constamment rest dans mon habitation A y faire travailler.
Je lui envoyai mon fils Isaac pour lui rendre compete de
toutes les vexations que j'essuyais, et le prevenir que s'il
n'y mettait pas fin, je serais oblig6 d'abandonner le lieu
oh je demeurais, pour me retire dans ma hatte sur la par-
tie espagnole.
Un jour, avnnt de recrvoiranicne r6ponse dui general









1)W GINENIAI, TOUSSAINT-L'OUVERTUL :. 77
Leclerc, je fus instruit qu'un de ses aides-de-camp, passant
par Ennery, avait dit au commandant qu'il 6tait porteur
d'ordre pour me faire arreter, adress6 au general Brunet.
Le general Leclerc m'ayant donn6 sa parole d'honneur et
promise la protection du gouvernement frangais, je refusal
d'ajouter foi i ce propos; je dis meme A la personnel qui
me conseillait de quitter mon habitation, que j'avais promise
d'y rester tranquillement et de travailler a rdparer les dgaits
quiy avaient Wtd commis; que je n'avais point cede le
commandement et renvoy6 mes troupes pour faire des
sottises; que je ne voulais pas sortir de chez moi; que si
I'ou venait pour m'arrtter, 1'on m'y trouverait; que
d'ailleursje ne voulais point preter matiere A la calomnic '
Le lendemain je recus une second lettre du general
Leclerc par mon fils que je lui avais envoy, concue en ces
terines:
ARMEE DE SAINT-DOMINGUE.

a An quartier-gendral do Cap-Francais, le I1 prairial
an X de la R6publique 2.

( Le general en chef au general Toussaint.

< Puisque vous persistez, citoyen general, A penser que
, le grand nombre de troupes qui se trouve A Plaisance
) (il est a remarquer que c'est sans doute par erreur que
le secrdtaire A 6crit Plaisance, et qu'il doit y avoir
Ennery) 3 effraie les cultivateurs de cette paroisse, je
1 On rapporte que les gdndraux Vernet et Paul L'Ouverture avaient
aussi announce L'Ouverture le malheur qui le menarait; mais qu'il no
voulut point ajouter foi i leurs averlissements.
S5C juin 180a.
3 Cettle parenthi:se apparticnlt L'Ouverture lui-midxinc.








78 MIMOIRES
charge le general Brunet de se concerter avec vous pour
le placement d'une parties de ces troupes en arriere des
) Gonaives et d'un datachementa Plaisance. Pr6venez bien
les cultivateurs que cette measure une fois prise, je ferai
punir ceux qui abandonneraient leurs habitations pour
aller dans la montagne. Faites-moi connaltre, aussit6t
que cette measure sera ex6cutee, les r6sultats qu'elle aura
products, parce que si les moyens de persuasion que vous
) emploierez ne rdussissent pas, j'emploierai les moyens
) militaires. Jevous salue.

Le meme jour je recus une autre lettre du g6n6ral Brunet
don't suit un extrait :


ARMIE DE SAINT-DOMINGUE.

< An quartier-g6nral de l'habitation Georges 1, le
18 prairial an X de la Repubique 2.


Brunel, general de division, au gdndral de division
Toussaint-l'Ouverture.

Voici le moment, citoyen general, de faire connaitre
) d'une maniere incontestable au g6ndral en chef que ceux
) qui peuvent le tromper sur votre bonne foi, sont de mal-
heureux calomniateurs et que vos sentiments ne tendent
> qu'A ramener I'ordre et la tranquillity dans le quarter
que vous habitez. 11 faut me seconder pour assurer la libre


SC'est la meme habitation que Dessalines avait eue a ferme.
2 7 juin 1802.








DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 79
communication de la route du Cap qui depuis hier ne
F l'est pas, puisque trois personnel ont 6td egorg6es par
une cinquantaine de brigands entire Ennery et la Coupe-
a-Pintade. Envoyez auprbs de ces hommes san guinaires
) des hommes dignes de votre confiance, que vous paierez
bien; je vous tiendrai compete de votre ddbours6.
) Nous avons, mon cher general, des arrangements A
prendre ensemble qu'il est impossible de traiter par
) lettres, mais qu'une conference d'une heure terminerait;
si je n'6tais pas exced6 de travail, de tracas minutieux,
j'aurais Wtd aujourd'hui le porteur de ma rdponse; mais
) ne pouvant ces jours-ci sortir, faites-le vous mmee; sivous
M Notes retabli de votre indisposition, que ce soit domain;
quand il s'agit de fair le bien, on ne doit jamais retarder.
) Vous ne trouverez pas dans mon habitation champetre
tous les agreements que j'eusse desire r6unir pour vous
y recevoir; mais vous y trouverez la franchise d'un
galant homme qui ne fait d'autres vceux que pour la
prosp6rit6 de la colonie et votre bonheur personnel.
) Si madame Toussaint, don't je desire infiniment fair
la connaissance, voulait etre du voyage, je serai content.
) Si elle a besoin de chevaux, je lui enverrai les miens.
) Je vous le ripete, g6ndral, jamais vous ne trouverez
d'ami plus sincere que moi. De la confiance dans le
capitaine-gendral, de l'amitid pour tout ce qui lui est
) subordonn6 et vous jouirez de la tranquillity.
), Je vous salue cordialement.
(Signd) BRUNET. )

( P. S. Votre domestique qui va au Port-au-Prince a
pass ici cc matin: il est parti avec sa passe en regle. )








o0 iAEMOIRES
Ce m6me domestique porteur de cette passe en rggle
etait au contraire arrWte ; c'est lui qui est dans les prisons
avec moi '
Aprbs ces deux lettres, quoique indispos6, je me rendis
aux solicitations de mes fils et d'autres personnel, et
parties pendant la nuit mame pour voir le general Brunet,
accompagn6 de deux officers seulement 2. A huit heures du
soir, j'arrivai chez ce general. Quand il m'eut introduil
dans sa chambre, je lui dis que j'avais recu sa lettre, ainsi
que celle du general en chef, qui m'invitait a me concerter
avec lui et que je venais pour cet objet; que je n'avais pas
pu emmener mon spouse, suivant ses dssirs, parce qu'elle
ne sortait jamais, ne voyant aucune society et ne s'occupant
uniquement que de ses affaires domestiques; que si,
lorsqu'il serait en tournee, il voulait bien lui faire l'honneur
de la visitor, elle le recevrait avec plaisir. Je lui observai
qu'6tant malade, je ne pouvais pas rester longtemps avec

I Ce domestique s'appelait Mars Plaisir; c'6tait un mulAtre du Port-au-
Prince. La fid(lit6 qu'il conserve A L'Ouverture jusque dans ses malheurs
fait 1'dloge de sa m6moire. 1I ne tarda pas & Utre arrach6 au service de
son maitre et conduit enchain6 de brigade en brigade jusqu'A Nantes, oiu
il fut mis en prison. Ce fat lh le coup le plus douloureux pour L'Ouver-
ture. DUs lors il fut completement siquestr6. II ne recevait, et encore que
rarement, la visit du commandant du chateau, le chef de bataillon Baille
(Louis-Henri), et du secr6taire, M. Jeannin. Martial Besse, qui etait aussi
renferm6 dans le fort depuis plusieurs mois, AndrB Rigaud, qu'on venait
d'y envoyer, essayerent vainement d'apporter a cette grande infortune
quelque pen de consolation. La cause de tant de rigueur provint sans
doute des nouvelles ddsastreuses que le gouvernement recevait de Saint-
I)omingue.
Mars Plaisir demanda A ktre jug6; alors ii fut mis en liberty et retourna
plus tard dans son pays ou it mourut.
SLes chefs d'escadron Cdsar et Placide L'Ouverture.







i









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 81
lui, que je le priais en consequence de terminer le plus t6t
possible nos affaires, afin de pouvoir m'en retourner. Je lui
communiquai la lettre du g6ndral Leclerc. AprBs en avoir
pris lecture, il me dit qu'il n'avait encore recu aucun ordre
de se concerter avec moi sur l'objet de cette lettre; il me fit
ensuite des excuses sur ce qu'il Mtait oblige de sortir un
instant; il sortit en effet, apres avoir appeld un officer pour
me tenir compagnie.
A peine 6tait-il sorti, qu'un aide-de-camp du general
Leclerc entra accompagn6 d'un tres-grand nombre de
grenadiers, quim'environnorent, s'emparerent de moi, me
garrotterent comme un criminal et me conduisirent a bord
de la frigate la Creole 2. Je r6clamai la parole du gdndral
Brunet et les promesses qu'il m'avait faites, mais inutile-
ment; je ne le revis plus. Il s'etait probablement cache
pour se soustraire aux reproches bien merits que je pouvais
lui faire 3. J'appris depuis qu'il s'6tait rendu coupable des

SLe chef d'escadron Ferrari.
2 L'Ouverture fat embarqu6 A minuit; il avait s6journ6 presque un
mois complete a Ennery, depuis sa soumission au general Leclerc.
3 Brunet (Jean-Baptiste), naquit A Reims, le 22 aoit 1765; les soldats
francais eux-memes le surnommerent le Gendarme, a cause de 1'ar-
restation du Premier des Noirs. Cette arrestation ne fut pas son seul
acte d'h6roisme. II pr6para, avec la cooperation de Dessalines, celle
du g6ndral Maurepas. Le lecteur ne sera pas fach6 de connaitre le juge-
ment que le general Brunet portait sur le complice de ses expeditions;
il ecrivait dans une lettre du troisieme jour complementaire an X (20 sep-
tembre 18 ), datee du Gros-Morne et adressee au g6n6ral Leclerc : e /
< Ne croyez pas, mon g6ndral, que j'aie dans Dessalines une confiance
aveugle; je sens que vous avez besoin de lui et que si vous n'aviez
, pas un homme de sa trempe et de son caractere, il faudrait en cher-
) cher on en former un, afin de tout terminer dans la colonies : voili
, mon opinion sur son compete. 11 a mis en moi touted sa confiance et
o son appui prbs de vous. Je lui ferai lout fair; ii a beaucoup d'amiour-









82 MEMOIRES
plus grandes vexations envers ma famille ; qu'aussit6t mon
arrestation, il avait ordonni A un d6tachement de se porter
sur I'habitation oi je demeurais avec une grande parties de
ma famille, pour la plupart femmes, enfants ou cultivateurs,
qu'il avail ordonn6 de faire feu dessus, ce qui avait forc6
ces malheureuses victims A fuir A demi nues dans les bois;
que tout avait Wtr pill6 et saccag6; que 1'aide-de-camp du
general Brunet avait meme enlev6 de chez moi cent dix
portugaises qui m'appartenaient et soixante-onze 2 qui
appartenaient A une de mes nieces, avec tout mon linge et
celui de mes gens.
Ces horreurs commises dansmademeure, le commandant
d'Ennery se porta A la tite de cent hommes sur l'habitation
oit 6taient ma femme et mes nieces, les arreta sans leur
donner meme le temps de prendre du linge, ni aucun de

) propre; il aime son pays; il veut la liberty ou ce qu'il croit Wtre la
i liberty de sa couleur; le mot esclavage le revolterait immanquablement.
) J'approuve tout ce qu'il me propose. Mais je sais lui faire faire ce
a qua je veux, surtout quand il est avec moi; si vous pouvez vous passer
a de lui huit jours, je le ferai venir pres de moi; je lui demontrerai la
a perfidie de Maurepas; ii en sera convaincu et me proposera lui-mmme
a de l'arreter et de vous 1'envoyer pour le faire juger; alors il se lie
) lui-m6me plus fortement an hut de notre champagne, et il devient de
a plus en plus la terreur des traitres et un 6pouvantail plus efficace pour
a les cultivateurs. D
Le general Brunet gouverna en dernier lieu la ville des Cayes; il
1'vacua devant le general Geffard. II fnt un des gdneraux qui signerent
la capitulation de Paris en 18 14. 1I mourut A Paris, le 21 septembre 1894.
1 Cet aide-de-camp s'appelait Grand-Seigne; il dtait chef d'escadron.
2 La portugaise est une demi-once d'or; elle vaut huit gourdes; la
gourde vaut cinq francs dix centimes. Or, les cent quatre-singt-une por-
tugaises nous reprdsentent pris de sept mille trois cent quatre-,ingt-cinq
francs. C'Atait lb toute la fortune du Premier des Noirs, quoiqu'on ait
pr6tendu qu'il a\ait enfoui des sommes innum6rables.









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 83
leurs effects, ni aucun des miens qui dtaient en leur pouvoir.
On les conduisit comme des coupables aux Gonaives et de la
a bord de la frigate la Guerriere'.
Lorsque je fus arrWte, je n'avais d'autres vOtements que
ceux que je portais sur moi. J'ecrivis A mon spouse pour la
prier de m'envoyer les choses don't j'avais le plus pressant
besoin au Cap, o& j'espirais qu'on allait me conduire. Ce
billet avait 6t6 remis A l'aide-de-camp du g6enral Leclerc
avec priere de le faire passer; mais il ne parvint pas A sa
destination, et je ne recus rien.
DMs que je fus A bord de la frigate la Creole, on mit A la
voile et on me conduisit A quatre lieues du Cap, oi se
trouvait le vaisseau le Heros 2 A bord duquel on me fit
monter. Le lendemain mon spouse, ainsi que mes enfants
qui avaient 6t6 arret6s avec elle, y arriva aussi. On mit de
suite A la voile pour France3. Aprbs une traversee de trente-
deux jours 4, pendant laquelle j'essuyai non-seulement les
plus grandes fatigues, mais m6me des d6sagr6ments tels
qu'il est impossible de se l'imaginer, a moins d'en avoir 6te

1 C'est la mAme frigate qui devait porter au Cap le general Maurepas.
2 Le Hdros 6tait commander par le chef de division Savary. ( En me
S renmersant, dit le Premier des Noirs an capitaine Savary, en montant
a son bord, on n'a abattu A Saint-Domingue que le tronc de I'arbre de
a liberty des noirs; il repoussera, parce que les racines en sont pro-
a fondes et nombreuses. Pamphile de Lacroix. Revolution de Saint-
Domingue.
3 Le Heros mit a la voile dans la nuit du 26 au 27 prairial (15 an 16
juin 1802).
4 Le IHiros entra A Brest le 23 messidor (12 juillet) apres une trader.
see de %ing-sept jours. L'Oumerture, en supputant treate-denx jours, se
trouve en disaccord avec le fMoniteur et aeec son fils, M. Isaac. Voycz les
Mdmoires si intdressants publids a la suite de I'Histoire de I'expIditio, des
Francais 4 Saint-Domingue, par Antoine AMtral.









8'1 :1110RIMOIES
temoin; pendant laquelle encore ma femme mme et mes
enfants ont 6prouv6 un traitement que le sexe et le rang
auraient du leur rendre meilleur, au lieu de nous faire
descendre pour nous procurer des soulagements, on nous
garda encore a bord pendant soixante-sept jours '.
AprBs un pareil traitement, ne puis-je pas a- just titre
demander oiu sent les effects des promesses qui me furent
faites par le general Leclerc sur sa parole d'honneur, ainsi
que la protection du gouvernement frangais?
Si l'on n'avait plus besoin de mes services et qu'on avait
voulu me remplacer, n'eit-on pas du agir avec moi comme
on agit dans tous les temps A 1'gard des gendraux blancs
francais? On les previent avant que de les dessaisir de leur
autoritd; on envoie une personnel chargee de leur intimer
l'ordre de remettre le commandement a tel ou tel; et dans
le cas oi ils refusent d'obdir, on prend alors de grades
measures centre eux ; on peut alors avec justice les trailer de
rebelles et les embarqucr pour France.
J'ai vu meme quelquefoisdes officers generaux criminals
pour avoir manqud ) leurs devoirs; mais en consideration
du caractere don't ils 6taient revitus, on les mdnageait,
on les respectait jusqu'A ce qu'ils fussent devant I'au-
torite superieure.
Le general Leclerc n'aurait-il pas d6 m'envoyerchercher
et me pr6venir lui-mime qu'on lui avait fait des rapports
centre moi sur telou tel objet, vrai ou non 2? N'aurait-il pas

I L'Ouverture se trompe encore ici; il ne resta que trente-trois jours
en rade de Brest; car, suivant la lettre du pr6fet maritime au ministry
de la marine, il fat deharqun Landerneau, le 25 thermidor (13 aofit
1802).
2 Beaucoup de rapports furent, en effel, dirig6s centre L'Ouverture








DU GENERAL TOUSSAINT-L'OlVERTURE. 85
dd me dire : Je vous avais donnd ma parole et promise la
protection du gouvernement; aujourd'hui, puisque vous
) vous tes rendu coupable, je vais vous envoyer aupres de
ce gouvernement, pour rendre comptede votre conduite.)
Ou bien : ( Le gouvernement vous ordonne de vous rendre
) auprbs de lui, je vous transmets cet ordre. ) Mais point
du tout : il a au contraire agi envers moi avec des moyens
qu'on n'a jamais employs mOme A 1''gard des plus grands
criminals. Sans-doute je dois ce traitement a ma coulcur;
mais ma couleur... macouleur m'a-t-elle empech6 de servir
ma patrie avec zele et fiddlitd? La couleur de mon corps
nuit-elle A mon honneur et a ma bravoure?
A supposed meme que je fusse criminal et qu'il y eut des
ordres du gouvernement pour me faire arreter, 6tait-il
besoin d'employer cent carabiniers pour arrOter ma femme
et mes enfants sur leurs propri6t6s, sans respect et sans
6gard pour le sexe, l'Age et le rang; sans humanity et
sans charity? Fallait-il faire feu sur mes habitations, sur
ma famille, et faire piller et saccager toutes mes proprid-
t1s? Non. Ma femme, mes enfants, ma famille ne sont
charges d'aucune responsabilit6. ls n'avaient aucun compete
rendre au gouvernement; on n'avait pas m6me le droit
de les faire arreter.
Le general Leclerc doit Otre franc : avait-il craint d'avoir
un rival? Je le compare au s6nat remain, qui poursuivit
Annibal jusqu'au fond de sa retraite.
A l'arrivee de l'escadre dans la colonie, on a profit de
mon absence pour s'emparer d'une parties de ma corres-

par ses anciens lieutenants Clerveaux, Christophe et Dessalines. Ce dernier
fut le plus acharnd la pertc du Premier des Noirs. Mdmoires d'Isaac
L'Ouvertnre.









86 MIMOIRES
pondance qui 6tait au Port-R6publicain; une autre par-
tie, qui etait dans une de mes habitations, a 6t0 dgale-
ment saisie aprbs mon arrestation. Pourquoi ne m'a-t-
on pas envoy avec cette correspondence pour rendre
compete de mes operations? On a done saisi tous mes pa-
piers pour m'imputer des fautes queje n'ai pas commises;
mais je n'ai rien A redouter; cette correspondence suffit
pour ma justification. On m'a envoy en France nu comme
un ver; on a saisi mes propriet6s et mes papers; on a
rdpandu les calomnies les plus alroces sur mon compete.
N'est-ce pas couper les jambes a quelqu'un et lui ordonner
de marcher? N'est.ce pas lui couper la langue et lui dire de
parler? N'est-ce pas enterrer un homme tout vivant?
Au sujet de la Constitution, pour laquelle on a voulu
m'accuser, apres avoir chass6 de la colonie les ennemis de
la Ripublique, calmd les factions et r6uni tous les parties;
aprbs la prise de possession de Santo-Domingo, voyant
que le gouvernement n'envoyait ni lois ni arretds concer-
nant la colonie, sentant l'urgence d'6tablir la police pour
la suret6 et la tranquillity de chaque individu, je fis une
invitation A toutes les communes d'envoyer des d6put6s
pour former une assemble central compose d'hommes
sages et kclaires, et leur confier le soin de ce travail .
Cette assemble formee je fis connaltre A ses membres
qu'ils avaient une tache penible et honorable a remplir,
I L'assembl6e central 6tait composee de six deputies : MM. Borgella,
ancien maire du Port-au-Prince, pere du g6ndral miultre du meme
nom, Lacour, Andre Collet, Gaston Nog6rd, Jean Monceybo, Francois
Morillas, Charles Roxas, Andr6 Mugnoz, Etienne Viart et Julien Ray-
mond. Ce dernier seul etait mulatre, les autres blancs. Ce fut Borgella qui
pr6sida l'assemblee. La Constitution fut puhliee le 14 messidor an IX
(3 jnillet 1 Si).









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 87
qu'ils devaient faire des lois propres au pays, avantageuses
au gouvernement, utiles aux int6rits de tous; des lois
bashes sur les localit6s, le caractere et les meurs des
habitants de la colonies '. La Constitution devait tre sou-
mise A la sanction du gouvernement, qui seul avait le droit
de l'adopter ou de la rejeter. Aussi, des que les bases de
celte Constitution furent 6tablies et les lois organiques
rendues, je m'empressai d'envoyer le tout au gouverne-
ment, par un membre de l'assemblde, pour obtenir sa
sanction. On ne peut done m'imputer A crime les erreurs ou
les fautes que cette Constitution pouvait contenir. Jusqu'i
I'arriv6e du g6ndral Leclerc, je n'avais recu aucune nouvelle
du gouvernement sur cet objet 2. Pourquoi aujourd'hui
veut-on me faire un crime de ce qui ne peut pas en Otre
un? Pourquoi veut-on que la verit6 soit le mensonge et le
mensonge la vdritd? Pourquoi veut-on que les t6nebres
soient la lumiere et la lumiere les tdnebres 3?

I L'Ouverture se fit nommer par la Constitution gouverneur a vie de la
colonies, avec le droit d'dlire son successeur et de nommer A toutes les
charges. C'Utait IA proclamer de fait I'Independance de Saint-Domingue.
La metropole, loin de sanctionner l'usurpation de ses droits, resolut
I'exp6dition de 1'an X. ( Toussaint savait bien, dit Napol6on dans sesMi-
) moires *, qu'en proclamant sa constitution, il avait jet6 le masque et
) tired I'6pde du fourreau pour toujours. )
2 Extrait de la lettre du premier consul du 27 brumaire an X (18 no-
vembre 1801), ddjA citee : ( La constitution que vous avez faite, en
a renfermant beaucoup de bonnes choses, en content qui sont contraires
a a la dignitL et a la souverainet6 du people francais, don't Saint-Do-
) mingue ne forme qu'un portion. ,
3 Ces paroles revenaient souvent A la bouche de L'Ouverture; il
aimait encore a dire : ((II ne faut pas que le mal passe pour le bien et
D le bien pour le mal; il ne faut pas que ce qui est doux soit amer et que
Al4moires de Napol'on, vol. '!, p. 267.








88 M~MOIRES
Dans une conversation que j'eus au Cap avec le general
Leclerc, ii me dit qu'6tant a Samana ', A la tAte de 1'tle,
il avait envoy un espion a Santo-Domingo, pour savoir
si j'y 6tais; que cet espion lui avait rapport qu'effective-
ment j'ftais dans cette ville. Pourquoi ne vint-il pas m'y
trouver pour me transmettre les ordres du premier consul,
avant de commencer les hostilitds? Il eit vu l'empresse-
ment que j'aurais mis A y souscrire. 11 profit au con-
traire de mon sejour A Santo-Domingo pour se rendre au
Cap et envoyer des d6tachements sur tous les points de la
colonie. Cette conduite prouve qu'il n'avait i'intention de
rien me communique.
Si le gdndral Leclerc est alley dans la colonie pour faire
du mal, on ne doit pas me l'imputer. IL est vrai qu'on
ne peut s'en prendre qu'A un de nous deux ; mais, pour
peu qu'on veuille me rendre justice, on verra que c'est
lui seul qui est l'auteur de tous les maux que l'ile a
essuyfs, puisque, sans me pr6venir, ii est entr6 dans la
colonie, qu'il a trouv6e intacte; qu'il est tomb6 sur les
habitants qui travaillaient, et sur tous ceux qui avaient
contribu6 a la conservation de la colonie, en versant leur
sang pour la mere-patrie. Voila precis6ment la source
du mal.
Si deux enfants se battent ensemble, leur phre ou
leur mere no doit-il pas les en empecher, s'informer quel
est l'agresseur, le punir ou les punir tous deux, en cas
qu'ils aient tous deux tort? De mWme le general Leclerc
n'avait pas le droit de me faire arriter. Le gouvernement

) ce qui est amer soit doux. ) 11 appelait cette facon de s'exprimerparler
nigre.
SC'est i' ce rap qno I'esncdre franeaisp sa rallin ponr la derniere fois.








DU GIENRAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 89
seul pouvait nous faire arreter tous les deux, nous enten-
dre et nous juger. Cependant le g6enral Leclerc jouit de
la liberty, et moi je suis dans le fond d'un cachot!...
Aprbs avoir rendu compete de ma conduite depuis l'ar-
riv6e de l'escadre A Saint-Domingue, j'entrerai dans quel-
ques details sur celle que j'ai tenue avant le debarque-
ment.
Depuis que jesuis au service de la Rdpublique ', je n'ai
jamais recu un sol d'appointements; le general Laveaux,
les agents du gouvernement, toutes les personnel comp-
tables qui avaient l'inspection de la caisse publique peu-
vent me rendre cette justice, que personnel n'a i66 plus
d6licat, plus d6sint6ress6 que moi. J'ai seulement recu
quelquefois le traitement de table qui m'dtait accord;
encore, tres-souvent je ne l'ai pas demand. Si j'ai donned
l'ordre de prendre quelques soarpes A la caisse, c'dtait
toujours pour le bien publi(I) l'ordonnateur les faisait
passer oi le bien du service l'exigeait. J'ai connaissance
qu'une fois seulement, 6tant 6loign6 de chez moi, j'ai
emprunt6 six mille livres du citoyen Smith, qui etait
ordonnateur du ddpartement du Sud.
Voici en deux mots ma conduit et les resultats de
mon administration : A l'6vacuation des Anglais, il n'y
avait pas un sol au trdsor public ; on dtait oblige de fair
des emprunts pour payer les troupes et les salaries de la

1 L'Onverture qui, comme tous les esclaves insurg6s du Nord, avait
pass an service du government espagnol, alors en guerre avec In
France, fit a la Marmelade, le 15 prairial an II (4 mai 1794), sa sou-
mission au general Laveaux, gouverneur de Saint-Domingue. 11 fat fait
par ce gouverneur chef de brigade, commandant anx Gonaives et d6pen-
dlances.









90 MMMOIRES
Rdpublique. A 1'arrivee du general Leclerc, il a trouv6
Irois millions cinq cent mille livres en caisse '. Quand je
rentrai aux Cayes, apres le depart du gdndral Rigaud 2, la
caisse etait vide; le general Leclerc y a trouv6 trois mil-
lions; il en a trouv6 de meme et A proportion dans
toutes les autres caisses particulieres de l'ile. Ainsi on
voit que je n'ai pas servi ma patrie pour l'int6ret; mais
qu'au contraire, je l'ai service avec honneur, fiddlit6 et
probity, dans l'espoir de recevoir un jour des temoignages
flatteurs de la reconnaissance du gouvernement; toutes
les personnel qui m'ont connu me rendront cette justice.
J'ai lI6 esclave, j'ose 1'avouer; mais je n'ai jamais
essuyd meme des reproches de la part de mes maltres 3.

1 Rien que dans la caisse du Port-R4publicain.
2 Rigaud (Andrd), mulAtre, naquit aux Cayes, le 17 janvier 1761.
11 \it avec douleur et rage L'Ouverture se coaliser avec les Anglais et les
colons centre la France rdpublicaine; il prit les armes dans le Sud, le
29 prairial an VII (17 juin 1799); aprbs une lutte memorable, il fut
constraint de s'embarquer pour France, le 10 thermidor an VIII
(29 juillet 1800). II revint avec l'expedition franchise; d4portd, il ne
reparut dans la colonie qu'en 1810. Rigaud 6tait taille pour les grandes
choses; a son seul chagrin, disait-il souvent, c'6tait de ne pas ktre nbgre.
II aimait encore A r6peter :
( Le premier qui fut roi fut un soldat heureux *. a
Cette reminiscence d6note quelle etait 1'6tendue de son ambition. II
mourut aux Cayes, le 18 septembre 1811.
3 Le maitre de L'Ouverture etait le comte de Breda, cousin du come
de Noe, qui avait aussi des habitations dans la Plaine-du-Nord; ce qui
fit souvent croire que L'Ouverture appartenait A cette derniere famille.
Le come de Breda, comme tous les grands planteurs, passa dans les
contrAes que les Anglais occupaient A Saint-Domingue; relggu4 A l'Arca-
haye ou commandait le traitre mulAtre Lapointe (Jean-Baptiste), vieux,
pauvre, chagrin, d6courage surtout par la proclamation de la liberal
Valentin de Cullion, Notice sur Andrd nigaud.









DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 91
Je n'ai jamais rien neglige A Saint-Domingue pour le
bonheur de l'ile; j'ai pris sur mon repos pour y contri-
buer; je lui ai tout sacrifice; je me faisais un devoir et
un plaisir de ddvelopper la prospirit6 de cette belle colo-
nie. ZAle, activity, courage, j'ai tout employed.
L'lle avait 6td envahie par les ennemis de la Republique;
je n'avais alors qu'une quarantine de mille hommes arms
de piques. Je les renvoyai a la culture et organisai quelques
regiments, d'apres l'autorisation du general Laveaux 1.
La parties espagnole s'6tait jointe aux Anglais pour faire


g6enrale, il passa un jour un singulier march( avec Lapointe. Je tiens
le fait d'honorables t6moignages. Lapointe, qui ne croyait pas A la
durke de la liberty g6ndrale, dit au comte, pour lui reliever le moral:
1 Tenez, je vous achkte votre vieux negre. Lequel, rcpond le vieux
, come, comme se r6veillant en sursaut?- Votre coquin de Toussaint,
a qni se dit L'Ouverture: je vous l'aclihte tout g4ndral qu'il est. ) La
vente de L'Ouverture fut effectivement passe en due forme, moyennaut
huit cents gourdes (environ quatre mille quatre-vingts francs).
Lapointe 6vacua la colonies avec les Anglais; it ne revint au Port-au-
Prince que vers 1811. Le capitaine La Ruine Leroux, don't il avait faith
fusiller un frire A l'Arcahayeet don't onse rappelle, au Port-au-Prince, la
violence du caractBre, jura de le mettre A mort sur le rivage, s'il osait
y d6barquer. Lapointe, convaincu que 1'ex6cution eit suisi la menace,
6tait depuis huit jours confined son bord. Mais Pdtion, alors president
de la Republique, bien qu'il professAt contre Lapointe nn just et pro-
fond ressentiment A cause du grand mal qn'il avait fait A la cause de la
liberty, ordonna, avec sa grandeur d'dme ordinaire, que Lapointe des-
cendit a terre, en faisant venir au gouvernement La Ruine et en l'aver-
tissant quo s'il avait 1'audace de toucher a Lapointe, il le ferait passer
par les armes sans jugement. Pktion refusal de voir Lapointe, qui se
glissa jusqu'aux Cayes of il v tcut et mourut dans l'ignominie.
I Comme il y avait au Cap les 1er, Te e 3e regiments, L'Ouverture
organisa aux Gonaives, au Dondon, A la Marmelade, etc.,le 4" regiment.
don't Dessalines eut le commandement; le 5e, Moyse; le 6", Clerveaux;
le 7e, D1esrouleaux; le 8e, Blanc-Cazenave.








92 MEMOIRES
la guerre aux Francais. Le g6ndral Desfourneaux fut en-
voyd pour attaquer Saint-Michel avec de la troupe de
ligne bien discipline; il ne put prendre cette place. Le
general Laveaux m'ordonna de l'attaqner, je l'emportai. 1I
est a remarquer que lors de l'attaque du g6ndral Desfour-
neaux, la place n'6tait pas fortifiee, et que lorsque je
m'en emparai, elle 6tait fortifiee et flanqu6e de bastions
dans tous les coins. Je pris 6galement Saint-Raphael,
Hinche, et en rendis compete au g6enral Laveaux. Les An-
glais 6taient retranch6s au Pont-de-l'Ester, je les en chas-
sai. Ils dtaient en possession de la Petite-Rivicre; je
n'avais pour toutes munitions qu'une caisse de cartouches
qui 6tait tomb6e dans l'eau en allant h l'attaque; cela ne
me rebuta pas. J'emportai d'assaut cette place avant lejour
avec mes dragons, et fis toute la garnison prisonnibre.
Je l'envoyai au general Laveaux. Je n'avais qu'une piece
de canon ; j'en pris neuf A la Petite-Riviere. Au nombre
des postes que je pris a la Petite-Riviere, j'attaquai et
emportai d'assaut une fortification d6fendue par sept
pieces de canon. Je m'emparai egalement sur les Espa-
gnols des camps retranch6s de Miraut et de Dubourg aux
Verrettes. Je livrai et gagnai aux Anglais une fameuse
bataille qui dura depuis six heures du matin jusqu'h la
nuit. Cette bataille fut si sanglante que les chemins itaient
couverts de morts, et qu'on voyait de toutes parts des
ruisseaux de sang. Je m'emparai de tous les bagages et
munitions de l'ennemi; je fis un grand nombre de
prisonniers. J'envoyai le tout au general Laveaux, en lui
rendant compete de ]action '. Tous les postes des Anglais

SCetti sangln nte action cut liin le 9 frnclidor an 11 (96 aodit 1795),









1)1 GENERAlL 'TOUSSAINTV-L'OUYVEKWI'RTt l)
sur les hauteurs de Saint-Marc furent repris par moi; les
fortifications en mur dans les montagnes du Fond-Baptiste
ct des Ddlices, le camp de Drouet dans la montagne des
Matheux, que les Anglais regardaient comme imprenable,
les citadelles du Mirebalais, appel6 le Gilbraltar de l'tle,
occupies par onze cents hommes, le fameux camp de l'Acul-
du-Saut, les fortifications A trois stages en magonnerie
du Trou-d'Eau, celles du camp de Decayette et du Beau-
Bien, en un mot toutes les fortifications que les Anglais
avaientdanscette parties ne purent me rdsister, non plus que
celles de Neybe, de Saint-Jean de la Maguana, de Las-
Mathas, de Banique et autres lieux occupies par les
Espagnols; tout fut remis par moi au pouvoir de la Ripu-
blique '. Aussi, je courus les plus grands dangers; je faillis
plusieurs fois Atre fait prisonnier; je versai mon sang pour
ma patrie; je recus une balle dans la hanche droite, que
j'ai encore dans le corps; je reius une contusion violent
A la tAte, occasionnde par un boulet de canon; elle m'6-
branla tellement la mAchoire que la plus grande parties de
mes dents tomba et que celles qui me restent sont encore
tres-vacillantes", Enfin je regus dans diffdrentes occasions

sui\ant le rapport de L'Ouverture au general Laveaux; dlle su pass
depuis la sortie do bourg des Verrettes jusqu'A I'habitation Moreau, sur
la route de Saint-Marc. Le colonel Dessources, qui commnandait pour les
Anglais, y perdit quatre pieces de canon, tons les bagages et ses blesses;
lui-m6me il fut oblige d'abandonner son cheval et de se jeter a traders
les bois. Desrouleaux, Dessalines, Valery, Clerveaux se firent particuliere-
ment remarquer dans cette memorable journde.
1 Voyez pour les details de la plupartde ces combats, Vie de Toussaitl-
L'Ouverture, par Saint-R6my. Paris, 1850, chez Moquet, rue de La
Hlarpe, 90.
2 C'est done a cette terrible contusion que L'Ouverture recut pendant
une de ses nombreuses tentatives centre Saint-Marc, qu'il devait la perte
de ses dents. Cependant on a voulu faire remonter cette perte de dents
a une 6poque antwrieure a la revolution, et en faire driver le surnom de









94 MIMOIRES
dix-sept blessures don't il me reste encore les cicatrices
honorables. Le gdndral Laveaux fut timoin de plusieurs de
mes actions. Il est tropjuste pour ne pas me rendre justice:
il dira si jamais j'hdsitai A sacrifier ma vie, lorsqu'il
s'agissait de procurer quelque bien-6tre A mon pays et
quelque triomphe A la Republique.
Si je voulais computer tous les services que j'ai rendus
dans tous les genres au gouvernement, il me faudrait
plusieurs volumes; encore n'en finirais-je? Et pour me
rdcompenser de tous ces services, on m'a arrete arbitraire-
ment a Saint-Domingue; on m'a garrott6 et conduit A
bord comme un criminal, sans 6gard pour mon rang,
sansaucun management? Est-ce la la recompense due h mes
travaux? Ma conduite me faisait-elle attendre un pareil
traitement?
J'avais de la fortune depuis longtemps; la revolution m'a
trouv6 avec environ six cent quarante-huit mille francs '.
Je los ai 6puisds en servant ma patrie. J'avais seulement
achet6 une petite propridtd pour y 6tablir mon spouse et sa
famille. Aujourd'hui, malgr6 mon desinteressement, on
cherche A me couvrir d'opprobre et d'infamie; on me rend
le plus malheureux des hommes, en me privant de la liberty,
en me separant de ce que j'ai de plus cher au monde, d'un
pere respectable ag6 de cent cinq ans, qui a besoin de mes

L'Ouverture, comme significatif du grand vide qui existait entire ses
maxillaires.
i Ici il fant interpreter : L'Ouvertnre parole sans doute de la revolution
du 10 aout oif Louis XVI fut arrete et non point de I'6poque de 89; je
pense ainsi, parce que j'ai remarqni que dans beaucoup de ses lettres,
ii ne manque jamais d'ajonter au mot de revolution, ceux-ci : du 10 aorU.
En effet, a cette epoque seulement, il pouxait avoir une fortune si con-
sid6rable, bien qu'il fft d6jh rice de ses economies, alors qu'il Itait
esclave.








DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 95
secours, d'une femme adore qui sans doute ne pourra pas
supporter les maux don't elle sera accabl6e, loin de moi, et
d'une famille ch6rie qui faisait le bonheur de ma vie.
En arrivant en France, j'ai 6crit au premier consul et au
ministry de la marine, pour leur rendre compete de ma po-
sition et leur demander des secours pour ma famille et
moi. Sans doute, ils ont senti la justice de ma demand,
et ordonn6 qu'on m'accordAt ce que je demandais. Mais au
lieu d'ex6cuter leurs ordres, on m'n envoy de vieux hail-
Ions de soldats ddjh a moitid pourris, et des souliers de
mWme. Avais-je besoin que l'on ajoutAt cette humiliation A
mon malheur?
En descendant du vaisseau, on m'a fait monter en voi-
ture '. J'esp6rais alors qu'on m'aurait traduit devant un
tribunal pour y rendre compete de ma conduit, et y Etre
jug6. Mais loin de 1 ; on m'a conduit, sans me donner un
instant de repos, dans un fort sur les frontieres de la Rd-
publique, oh l'on m'a enferm6 dans un affreux cachot 2.
C'est du fond de cette triste prison, que j'ai recours a la
justice et A la magnanimity du premier consul; it est trop
gendreux et trop bon general pour laisser un ancien mili-
taire, covert de blessures au service de sa patrie, sans lui
donner meme la satisfaction de sejustifier, et de fire pro-
noncer sur son sort.
Je demand done a Wtre traduit devant un tribunal ou

I L'Ounerture n'6tait accompagn6 que de son sent domestique, Mars-
Plaisir.
2 Au chateau de .onx, pres do Besancon, dans la Franche-Comtd,
L'Ouverture arriva A Besancon dans la nuit du 4 an 5 fructidor ('2 au
23 aoit 1802), escort par qnatre homes du 2' chasseurs, non com-
pris I'escorte int6rieure de sa voiture. 11 pass la journey dans les prisons
de Besancon. Le 5, a deux heures du matin, it fut dirig6 au chateau de
Joux qui devait rtre son tombeau. Rapport du g6enral Mesnard.









(9 MIEMOIRES

conseil de guerre oi l'on fera parattre aussi le g6ndral
Leclerc; et que l'on nous juge, apris nous avoir entendus
l'un et 1'autre; 1'Nquit6, la raison, la loi, tout m'assure
qu'on ne peut me refuser cette justice.

-ee ^- -eo-------

En traversant la France, j'ai lu sur les papers publics
un article qui me concern. On in'accuse dans cet article,
d'etre un rebelle et un traltre ; et pour justifier cette accu-
sation, on dit avoir intercept une lettre, par laquelle j'en-
gageais les cultivateurs de Saint-Domingue a se soulever '.

I La lettre 6tait adresse 6 I'adjudant-g4nral Fontaine, alors au Cap;
eu voici un extrait :

a Au quarter de L'Ouverture (Ennery), le 7 prairial
anX (27 mai 1802).

Le general Toussaint-L'Ouverture an citoyen Fontaine.

On dit la sant6 du gn6ral Leclerc mauvaise, A la Tortue, ce don't il
faut avoir grand soin de m'instruire. Puis L'Ouverture parole de
marines qu'il faudrait debarquer en sciret6; il engage d'empecher les culti-
vntenrs de travailler, de voir it faire mettre en liberty un nommi D... qui
ftait alors en prison au Cap. Le mot farine fat interprWt6 par celui de
poudre.
Cette lettre vraic ou fausse occasionna la mort de Fontaine; il fut pass
par les armes. (( Un instant avant sa mort, cet officer fit, par ecrit, ses
n adieux A sa famille dans les terms les plus touchants. Cet ecrit 6tait
a un chef-d'oeuvre d'6loquence et de resignation *. )
Quant a l'initiale D, an ccrivain national, M. Madiou, dans son Histoire
d'Ha'iti, imprimee au Port-au-Prince, a voulu y decouvrir le nom de
Dommagc, bien que ce dernier fdt alors dans son commandment iA
Jr6mrie. Quoi qu'il en soil, disons ici quo Jean-Baptistc Roussolol, i


* Painplile de Lacroix, Rivoeteaion de Saint-Domi?,r









DIJ GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 97
Je n'ai jamais 6crit de pareille Icttre, et mets au dfi qui
que ce soit de la produire, de me citer A qui je i'ai adressde
et de faire parattre cette personnel. Au reste cette calomnic
tombe d'elle-meme; si j'avais eu l'intention dc prendre les
armes, les aurais-je d6posdes, et aurais-je fait ma soumis-
sion? Un homme raisonnable, encore moins un militairc,
ne peut supposed une pareille absurdity.


ADDITION AUX PRESENTS MEMOIRS


Si le gouvernement avait envoy un homme plus sage,
il n'y aurait eu aucun mal, ni un seul coup de fusil do
tir 2.
Pourquoi la peur a-t-elle occasionne tant d'injustice de
la part du general Leclerc? Pourquoi a-t-il manqu6 a sa
parole? Pourquoi i l'arrivie de la frigate la Guerridre, qui
conduisait mon spouse, ai-je vu plusieurs personnel qui
avaient Wit arreties avec elle? Plusieurs de ces personnel

qui les soldats avaient donn6 le surnom de Dommage, parce quo
L'Ouverture le voyant bless dans une action, s'6tait 6crid : << C'est
dommage! ) Quoi qn'il en soit enfin, Dommage, arrkte A Jdr6mie, fut
condamni au Cap a etre pendu, malgrd sa position militaire. Comme
aucun des deux bourreaux du Cap ne voulat remplir ce funeste et ini-
que office, il fut fusille6 laI Fossette, le 12 brumaire an XI (4 novembre
1803), vingt-quatre heures apres la mort de Leclerc. Son cadavre fut
ensuite train par les soldats et accroch6 A la potence de la Place-
Royale, oh ii resta expose quarante-huit heures.
1 Ce nouveau titre est textuel.
2 La premise si tardive de la lettre du premier consul ldont le general
Ltclerc n) influ6 qu'on ne pense, dit Pamphile te Lacroix, sur les dkterminia-
Stions de Toussaint-L'Ouverture, deteilrinations qui out entraind les
, destinies de Saint-Domingue. ,










98 3MEMOIRES

in'vaient jamais lir6 un coup de fusil. C'etaient des inno-
cents, des pEres de families, qu'on a arraches des bras de
leurs femmes et de leurs enfants. Toutes les personnel qui
avaient vers6 leur sang pour conserver la colonies la France,
les officers de mon 6tat-major mes secr6taires n'ontja-
mais rien faith que par mes ordres ; tous ont done 6td arr8-
tes sans motifs '.
En me d6barquant a Brest, mes enfants ont it6 envoys
a une destination A moi inconnue, et mon spouse dans unc
autre que j'ignore'. Que le gouvernement me rende plus

1 I1 y avait parmi ces personnel les chefs d'escadron Morisset, Mon-
point, Cesar, Ndron; elles furent dirigees en France sur la frigate Ie
Muiron.
2 Madame L'Onverture, Isaac, Saint-Jean, mademoiselle Chancy qui
devint plus tard madame Isaac, furent transf6r6s de Brest A Bayonne le
14 fructidor an X (ter septembre 1802). Its furent mis sons la surveil-
lance du general de brigade Ducos, commandant de la derniere place.
Ducos furt mu i la vue de tant de malheur. ( Si j'6tais plus fortune,
a 6crivait ce digne et respectable soldat, au ministry de la marine, le
e 17 fructidor (4 septembre 1802), je viendrais a leur secours. )
Placide, A qui on ne pardonnait pas sa cooperation A ce qu'on appelait
alors la revolte de son phre, fut, le jour meme ou on d6barqua L'Ouver-
ture A Landerneau, dirig6 sur le brick la Naiade A Belle-Ile-en-Mer.
Chancy se trouvait A bord du vaisseau l'Aigle arrive et mouill6 pres du
Heros depuis plusieurs jours. II avait ignore jusque-la qu'il ffit si pres de
sa famille. On le destinait aussi A 6tre transported Belle-lie; maisl'amiral
Gantheaume eut piti6 de sa jeunesse; it 1'envoya A Toulon. Quoique sur-
veill A Toulon, Chancy, don't le caractere entreprenant se d&veloppait
davantage A measure que les difficultis augmentaient, concut et executa
le project hardi de retourner A Saint-Domingue pour venger son oncle et
d6fendre la lihert6 de ses freres. II ne put y parvenir qu'apres la guerre
de I'Independance. Neanmoins, PNtion, alors general commandant le
dApartement de I'Ouest, I'attacha A son &tat-major, d'abord par rapport a
l'infortune de sa famille, ensuite parce qu'il savait apprecier les hommes
de coeur. Chancy cut trop malheureusement, dit-on, des rapports d'inti-










DU GENERAL TOUSSAINT-L'OUVERTURE. 99
de justice : ma femme et mes enfants n'ont rien fait, et
n'ont aucun compete A rendre; ils doivent Wtre renvoyds
chez eux pour surveiller nos intirets. C'est le general Le-
clerc qui a occasionn6 tout le mal; cependant moi, je suis
au fond d'un cachot sans pouvoir me justifier. Le gouver-
nement est trop just, pour me tenir les bras lies et me
laisser ainsi frapper par le g6ndral Leclerc, sans m'en-
tendre.
Tout le monde m'a dit qu'ici le gouvernement 6tait
just ; ne dois-je pas participer A sa justice et A ses bien-
faits?
Le general Leclerc dit dans sa lettre au ministry que
j'ai vue dans la gazette, que j'attendais la maladie de ses


mite avec la princess C6limBne, fille de Dessalines, alors empereur. Le
Tartare, ainsi que le g6enral Vincent appelait Dessalines, le Tartarc qui,
pour son compete, outrageait tons les jours les bonnes mours, sans per-
mettre aux phres, ni aux maris de se plaindre, se sentit bless au coeur.
II ne voulut pas meme entendre parler du marriage des deux jeunes gens.
Une alliance, pr6tend-on, entire son sang et celui de L'Ouverture r6pu-
gnait a son honneur! A l'honneur de Dessalines qui fut le principal instru-
ment des cruautds de L'Ouverture et qui souvent meme n'attendit pas
d'ordre pour commettre le mal! La mort de Chancy fut r6solue. Empri-
sonnA au Port-au-Prince, ce beau jeune home, a I'Age de vingt-deux
ans, se br6la la cervelle A la fi de 1805, se d6robant ainsi aux avanies et
aux tortures par lesquelles il n'edt pas manqud de passer.
La fuite de Chancy avait attire aux autres membres de la famille de
L'Ouverture un surcroit d'afflictions; sons pretexte qu'ils pouvaient
tenter de s'&vader, ils furent transfers de Bayonne A Agen. La, Placide
obtint de venir rejoindre sa mbre. Saint-Jean, malgre son enfance, a\ait
concu un chagrin si \if des malheurs de sa famille, qu'il en mourut le
17 niv6se an XI (7 janvier 1803). Madame L'Ouverture ent I'hUroisme
de vivre pour la consolation de ses antres enfants. Enfin, le 19 mai 1816,
A l'Age de 74 ans, elle abandonna ce monde oh elle avait joui de tant de
triomphes et of aussi elle avait Aprouv6 tant de douleurs.









100( MtI'MOIIuES
troupes pour lui fair la guerre, et reprendre le comman-
dement '. C'est un mensonge atroce et abominable ; c'est
une lachet6 de sa part. Bien que j'aie peu de connaissances,
et que je n'aie pas recu d'dducation, j'ai assez de bon sens,
pour m'empicher de lutter centre la volontW de mon gou-
vernement; je n'y ai jamais pensd. Le gouvernement fran-
cais est trop fort, trop puissant, pour que le general Leclerc
le compare a moi qui suis son subalterne : a la vdrit6,
quand Ie g6inral Leclerc a march centre moi, j'ai dit plu-
sieurs fois que je n'aurais pas attaque que je me serais
ddlendu seulement, jusqu'au mois de juillet ou aoet; qu'a-
lorsj'eusse commence a mon tour. Mais depuis, je reflechis
sur les malheurs do la colonies et sur la lettre du premier
consul ; je fis ma soumission.
Je le repete encore; je demand que le general Leclerc
et moi, nous comparaissions ensemble devant un tribunal,
ct que le gouvernement ordonne que l'on m'apporte toutes
les pieces de ma correspondence ; par ce moyen, l'on verra
miio innocence, et tout ce que j'ai fait pour la RIpu-
blique, quoique je sache que plusieurs pieces seront inter-
ceptdes.
Premier consul, pure de tous les militaires, juge integre,
d6fenseur de l'innocence, prononcez done sur mon sort;


I Lettre du g6ndral Leclerc au ministry, du 22 prairial an X (11 juin
1802) : < S'il (L'Ouverture) s'ctait rendu, c'est que les g6neraux Chrislo-
, ple et Dessalines lui avaient signieii qu'ils voyaientl lien qu'il les avail
, tromp6s et qu'ils dtaient decidus A ne pas fire la guerre. Mais se voyaut
a abandonne d'eux, il cherchait a organiser parmi les cultivateurs une
, insurrection pour les fire lever en masse. Les rapports qui me sont
, parvenus par tous les gdn6raux, mnme de la part du general Dessa-
a lines, ne me laissent aucun doute A cet regard.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs