• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Half Title
 Title Page
 Introduction
 Paludisme
 Filariose
 Lethargie d'Afrique
 Cedeme circonscrit et erratique...
 Notes sur l'alimentation des noirs...
 Table of Contents














Group Title: Rapport sur les travaux du laboratoire médical de Léopoldville en 1899-1900
Title: Rapport sur les travaux du laboratoire médical de Léopoldville en 1899-1900
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080536/00001
 Material Information
Title: Rapport sur les travaux du laboratoire médical de Léopoldville en 1899-1900
Physical Description: xi, 164 p. : ill. ;
Language: French
Creator: Campenhout, Ernest van, 1904-
Dryepondt, Gustave, 1866-
Publisher: Hayez,
Hayez
Place of Publication: Bruxelles
Publication Date: 1901
Copyright Date: 1901
 Subjects
Subject: Medical laboratories -- Congo (Democratic Republic) -- Kinshasa   ( lcsh )
Tropical medicine -- Congo (Democratic Republic) -- Kinshasa   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Congo (Democratic Republic)
 Notes
Statement of Responsibility: par Van Campenhout et Dryepondt.
General Note: Microfilmed for preservation
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080536
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AFE4514
oclc - 14796172
alephbibnum - 001060673

Table of Contents
    Half Title
        Half Title
    Title Page
        Title Page
    Introduction
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
    Paludisme
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
    Filariose
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
    Lethargie d'Afrique
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
    Cedeme circonscrit et erratique balou
        Page 153
        Page 154
        Page 155
    Notes sur l'alimentation des noirs a boma
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
    Table of Contents
        Page 163
        Page 164
Full Text












RAPPORT
SUR LES

TRAVAUX DU LABORATOIRE MEDICAL


DE LOPOLDVILLE

EN 1899-1900







SOCIT D'TUDES COLONIALES


RAPPORT

SUR LIES


TRAVAUX DU LABORATOIRE MEDICAL


DE LOPOLDV1LLE

EN 1899-1900


le D' VAN CAMPENHOUT
Mdecin de bataillon au rgiment des Grenadiers
Chef de mission scientifique au Congo
ET
le Dr DRYEPONDT
Mdecin de bataillon au ller regiment de Guides
Seertaire du Comit d'tudes des maladies des pays chauds






BRUXELLES
HAYEZ, IMPRIMEULR DE L ACADI)EIIIE IOYALE DE BELGIQUE
Itie
1901














INTRODUCTION




En publiant les premiers travaux du Laboratoire medical de
Lopoldville, je crois devoir retracer brivement les origins de
cet tablissement scientifique, rendant ainsi tous ceux qui ont
bien voulu lui accorder leur concourse l'hommage qui leur
est d.


Parmi tous les obstacles qui retardent la colonisation des
contres intertropicales, le climate et les maladies qu'il engendre
sont certainement les plus redoutables.
L'Afrique est particulirement prouve sous ce rapport. Sauf
en quelques rgions prserves par leur situation particulire rt
surtout par leur altitude. les Europens, mme les plus robustes,
ne peuvent habiter longtemps le continent noir; bien peu y
chappent aux maladies endmiques : tous y subissent une
depression physique et intellectuelle, parfois mme une altra-
tion morale, qui nuisent leurs travaux.
La prodigieuse extension des entreprises coloniales qui
caractrise notre poque devait fixer l'attention du monde
civilis sur cette nfaste malaria et son affligeant cortge de
maladies. Les sentiments d'humanit aussi bien que les raisons
d'tat, le dsir d'enrichir la science comme le souci des intrts
matriels, tout imposait une activity nouvelle dans les tudes
d'hygine et de pathologie tropicales.








- VI -


Les laboratoires mdicaux lablis depuis longtemps en
Australasie et en Ocanie avaient dj projet la lumire sur de
nombreuses questions physiologiques et mdicales que sus(ite
l'existence des Europens sous les climats torrides: aussi les
nouvelles recherches furent-elles spcialises. La plupart les
nations qui possdent des territoires africains y envoyrent des
missions temporaires, charges d'tudier certaines maladies que.
soit leur caractre particulier la contre, soit leur gravity et
leur frquence, mettaient en relief.
Come dans toute march vers le progrs, on trouve ici. a
l'avant-garde, l'Etat Indpendant du Congo. Malheureusement,
la premiere tape ne fut marque que par une tombe : le
docteur Demarbaix, envoy Boma pour entreprendre des
recherches bactriologiques, fut surprise par la mort au milieu
de ses travaux, avant qu'il et pu mettre ses notes en bon
ordre : aussi la science ne recueillit-elle aucun fruit de sa mis-
sion.
Il me sembla que l'initiative prive pouvait, en reprenant et
en largissant cette mission, apporter une fois de plus in
concours utile la grande ouvre de notre Roi. Depuis la fonda-
tion de la Socit belge d'Etudes coloniales, j'avais proj t
c'est plutt rv qu'il faudrait dire de fire entreprencre
par une de ses sections des recherches completes de physiologie
et de pathologie congolaises en crant cette fin, dans l'Eiat
Indpendant, un laboratoire permanent. Mais le temps ne se
hte gure d'enrichir les associations scientifiques, et la jeune
Socit d'tudes coloniales manquait des resources ncessaires
une pareille entreprise. Il fallait donc s'efforcer de lui amener
de nouveaux concourse, et je sollicitai celui de la baronne de








- VII -


Hirsch de Gereuth, don't la gnrosit galait la larger de vues :
elle n'hsita pas un instant mettre ma disposition le capital
de 50,000 francs qui m'avait paru ncessaire aux dbuts de
l'entreprise, mais elle exigea formellement que cette donation
restt anonyme.
La mort ayant, peu aprs, mis un terme prmatur l'exis-
tence de cette femme de bien, je me suis cru dli de cette
obligation et autoris dire le nonm de la bienfaitrice par qui
l'oeuvre naissante avait t dote avec tant de munificcnce.
L'tablissement d'un devis dtaill montrait bientt que les
premires provisions de dpenses seraient largement dpasses,
et (le nouvelles resources devenaient ncessaires pour assurer
au laboratoire, sinon la permanence, du moins une dure sufli-
sante : je suis heureux de pouvoir dire que jamais je ne les ai
demandes en vain. 1MM. F. Bischoffsheim. G. Montefiore et
L. Goldschmidt ajoutrent 5,000 francs au don de la baronne
de Hirsch, leur parent; M. Ernest Solvay, qui toujours se
trouve aussi au premier rang d(es protecteurs des ouvres scienti-
fiques et humanitaires, me remit 10,000 francs; enfin pareille
some fut attribue l'oeuvre par la Compagnie du Congo
pour le commerce et l'industrie . sur la proposition du colonel
Thys, qui tient ce que la puissante Socit qu'il a cre
marque chaque anne par un bienfait.
De son ct, l'tat Indpendant du Congo a, ds l'origine,
donn au nouvel tablissement l'appui le plus prcieux. Il
assure compltement et ses frais l'existence matrielle de nos
dlgus en Afrique, et a mis leur disposition une habitation
ainsi que les btiments o sont tablis le laboratoire et ses
dpendances. Grce la haute intervention de M. l'inspecteur








- VllI -


d'tat Costermans, ces constructions ont t difies avec la plus
grande rapidit et rpondent entirement leur destination.
L'existence de l'oeuvre tant ainsi assure, il fallait pourvoir
sa direction scientifique. Ici encore, les demands de coopra-
tion adresses aux bactriologisles de nos quatre universits et
d'autres praticiens minents furent accueillies avec empresse-
ment, et la Commission pour l'tude des maladies ciogo-
laises put tre forme sans dlai. Elle se compose comme suit:



MM. les Drs Allart, ex-mdecin (le l'tat du Congo, consul gnnal de
Belgique la cte occidentale d'Afrique;
Amerlinck, ex-mdecin de premiere classes de l'Elat du
Congo et de l'expdition du Katanga;
Denys, professeur l'Universit de Louvain;
Destre, professeur l'Universit de Bruxelles;
Dupont, mdecin de bataillon, ex-mdecin de premnire
classes (le l'Etat du Congo;
Dryepondt, mdecin de bataillon au l~1 regiment de
guides, mdecin de l'tat du Congo;
Firket, professeur l'Universit (le Lige;
Heger, professeur l'Universit (le Bruxelles;
Funck, directeur de l'Institut de srothrapie et de bact-
riologie de Bruxelles;
Jacques, professeur l'Universit de Bruxelles, membre
du Comit de la Socit d'tudes coloniales;
Julien, mdecin (le la Compagnie du chemin de ftr du
Mayumbe;
Melis, mdecin de rgiment au '1e rgiment de gi ides,
attach la Maison militaire (le S. A. R. le come (le
Flandre, mdecin (le la Maison (du Roi;









- IX -


MM. les 1)"' Stainforth, mdecin de rgiment au 3e d'artillerie;
Van Campenhout, mdecin de bataillon au rgiment des
grenadiers, ex-mdecin de premiere classes de l'tat (lu
Congo;
Van Ermenghem, professeur l'Universit le Gand;
Willems, mdecin de la Compagnie du chemin (le fer du
Congo.


Le capitaine commandant Liebrecht, Secrtaire gnral de
l'Intrieur de l'Etat Indpendant du Congo, voulut bien accepter
aussi d'en fire parties et lui rendit bientt des services
signals.
Malgr mes instances, la Commission m'appela a sa prsidence,
que j'acceptai en vue de la direction matrielle de l'entreprise.
Le mdecin de bataillon Dryepondt. mon collaborateur de la
premiere here, don't chacun connat la competence ainsi que
l'exprience acquises au Congo, fui nomm secrtaire.
Aprs avoir trac le programme des uedes qu'il serait dsi-
rable d'entreprendre au laboratoire, la Commission lut, come
dlgu en Afrique, le mdecin de bataillon Van Campenhout,
don't on avait pu apprcier tout le mrite pendant son long
sjour dans l'Etat Indpendant. Le docteur Van Campenhout
commena par s'initier Rome aux recherches si importantes
excutes dans cette capital pour l'lude des livres palu-
dennes et de l'hmaturie; il lit ensuite un sjour au Seamen's
Hospital de Greenwich, et s'embarqua pour le Congo, au
mois de juin 1899, pour installer le laboratoire et en prendre
la direction.
Un jeune praticien, le docteur Broden, que ses brillantes








-x -


tudes, comme ses travaux sous la direction d'minents savants
strangers, signalaient l'attention de la Commission, fut, l'anne
suivante, choisi pour succder M. Van Campenhout. Au mois
d'aot 1900, il fut, install par son prdcesseur, qui rentra peu
aprs en Europe.
On trouvera plus loin la relation des recherches elfecties au
laboratoire de Lopoldvillc par le docteur Van Campenliout, le
relev des observations qu'il a faites, depuis son retour, en colla-
boration avec le docteur Dryepondt, et, enfin, les conclusions que
ces praticiens ont It amens formuler la suite de fI xamen
de tous ces documents.


Le laboratoire de Lopoldville est aujourd'hui couple ; il est
muni des appareils les plus perfectionns comme de toutes les
dpendances ncessaires et il peut servir de module aux instal-
lations similaires.
Il ne faut pas exiger qu'un tablissement de celle nature se
signal rdgulirement par une dcouverte retentissante : ce qu'on
doit surtout en attendre, ce sont des observations conduites avec
persistence, mthode et precision, matriaux solides i l'aide
desquels la science puisse difier; c'est encore de soumeltre au
contrle d'une experience continue et prudent les thori s nou-
velles, parfois dduites de trop rares observations.
Il semble inutile d'insister sur l'influence que des travaux
semblables peuvent avoir sur l'extension colonial et le dvelop-
pement de la civilisation : ils pourront fournir les meilleures
armes pour combattre, et les maladies qui dciment les Euro-
pens sous les climates torrides, et celles qui s'attaquent la
population indigne.








- XI -


Alais ce n'est pas seulement pour les colonies que l'tude des
maladies tropicales prsente un haut intrt : l'heure viendra o
cette tude sera aussi appele rendre de grands services au sein
mme de nos contres. L'afllux de voyageurs et de marchandises
provenant des pays tropicaux augment sans cesse, en mme
temps que se rduit la dure des traverses : ces circonstances
ont dj favoris et favoriseront de plus en plus l'arrive en
Europe de germes pathognes en incubation; on doit donc
s'attendre -i voir certaines affections africaines clore au milieu
de nos populations, et il imported que nos mdecins les connais-
sent, non seulement pour les trailer, mais aussi pour en arrter
la propagation ventuelle.
Nous esprons donc que les premiers rsultals obtenus attire-
ront sur le laboratoire de Lopoldville l'attention du monde
medical. Puissent-ils aussi acqurir cette ouvre de science,
d'humanit et de progrs des sympathies effective qui assurent
sa continuity!


Bruxelles, mars 1901.


GNRAL DONNY.















Rapport sur les travaux de la mission mdicale belge au
Congo, pendant les annes 1899 et 1900, Boma et
Lopoldville.





I. PALUDISME.




Parmi les maladies qui atteignent les Europens au Congo, le palu-
disme occupe incontestablement le premier rang, et c'est avec raison
qu'on a pu dire qu'au Congo, comme partout ailleurs sous les tropiques,
le paludisme domine toute la pathologie.
Ce rle prdominant ne pouvait manquer d'attirer sur cette cause de
morbidit et de lthalit l'attention des savants et des chercheurs; aussi,
depuis ces dernires annes surtout, un progrs considerable s'est-il
accompli dans la connaissance que nous avons de l'tiologie de cette
affection qui avait reu les appellations multiples et varies de : malaria,
paludisme, fivre tellurique, miasmatique, maremmateuse, etc.
Dans le courant de cet expos, nous renoncerons d'une manire
definitive aux terms malaria, tellurisme, etc. , et nous choisirons,
avec Laveran, parmi les nombreux noms qui ont t donns ce genre
special (le pyrexie, celui d(e paludisme .
Voici pourquoi :
11 parat actuellement dmontr que l'air et les manations du sol ne
peuvent servir de vhicule l'agent infectieux du paludisme : l'hmato-
zoaire de Laveran.
Le mot paludisme n'est lui-mme pas d'une exactitude satisfai-
sante, la prsence ou l'absence de marais n'tant pas un critrium de
l'existence on de la non-existence de la maladie dans une contre.
Mais le paludisme est cependant, essentiellement, une affection de
pays i marais, lagunes, etc., et si le marais lui-mme n'est plus










appel jouer le rle prpondrant qu'on lui attribuait jadis dans
l'tiologie de la maladie, il est du moins un des facteurs principaux qui
contribuent sa diffusion, son maintien, sa propagation
Citons, pour mmoire, la proposition du Dr Ross d'appelei la maladie
hemamibiasis .
Ces derniers mois, surtout, ont t fertiles en progrs dans l'tude
du paludisme, et la connaissance que nous avions de l'volution tant
intrahumaine qu'extrahumaine (le l'hmatozoaire de Laveran, a fait
un pas immense, grce aux travaux des coles allemande, inglaise et
italienne.
L'hypothse de P. Manson qui, le premier, a souponn l, rle jou
par les moustiques dans la multiplication et la transmission Je la fivre
paludenne, a t confirme par des experiences rpte;i don't les
rsultats sont aujourd'hui indiscutables.
Qu'il nous soit permis d'apporter notre tour la modestE contribu-
tion de nos observations la some des important travuux faits
l'tranger sur cette matire et d'exposer les rsultats de nos r eclerches.



A. FIVRES CLIMATIQUES OU D'ACCLIMATEMENT.
(ler septefnbrc 1899.)


Nous abordons ici l'examen d'un des points les plus controverss de
tous ceux que comprend l'tude des maladies des pays chauds, celle des
fivres climatiques ou d'acclimatement.
On observe sous tous les climats, nous disent Kelsch et h iener (1),
ct des grandes pyrexies infectieuses, qui sont les maladies caract-
ristiques de la region, des pyrexies volution plus court e: presque
toujours favorable, indcises dans leur caractre clinique et ti )logique,
manquant de la determination anatomo-pathologique, et gn ralement
rapportes aux influences mtorologiques ou climatiques.
Ce genre de fivres existed dans tous les pays, mais est beaucoup plus
frequent dans les pays chauds, surtout les pays chauds reputation
insalubre. Elles atteignent les croles et les acclimats dans l s saisons
de chaleur exceptionnelle, mais se montrent de prfrence en toute
saison chez les individus rcemment arrivs d'Europe, en assouplis aux influences mtorologiques intertropicales: elles i rarquent

(1) KELSCH et KIENER, Trailt des maladies des pays chauds. (Chap. il. Figvres
cliimatiques.)








-3--


alors une reaction de l'organisme centre son nouveau milieu; elles sont
comme une premiere tape vers l'aptitude climatique, d'o leur nom de
fivre d'acclimatement (1).
Lorsqu'un Europen dbarque au Congo, il est pris, au bout d'un
temps de sjour parfois fort court, d'accs pyrtiqucs qui gnralement
ne prsentent pas l'aspect clinique des fivres malariales tropicales.
Gnralement l'accs clate d'emble et ne prsente pas nettement les
trois priodes classiques de frisson, chaleur et transpiration; presque
toujours le frisson initial fait dfaut.
Le tableau clinique de cette maladie, bien qu'assez variable dans son
aspect, prsente gnralement les caractres suivants :
Dbut brusque; sensation (le malaise gnral trs prononce; abatte-
ment; cphalalgie intense; parfois exaltation crbrale; lumbago et
courbatures dans les membres. Inapptence et embarras gastrique
caractriss; langue charge, sche, jauntre; sensation de got ds-
agrable dans la bouche; nauses, parfois vomissements souvent bilieux;
alternance de constipation et (le diarrhe; mais le plus souvent la
constipation est la rgle.
Pouls prcipit, parfois irrgulier, mais plein.
Urines claires au dbut de l'accs, lgrement diminues, mais ne
tardant pas se colorer, A devenir rouges et charges.
Peau chaude et sche avec lgre diaphorse aux moments de rmis-
sion de la temperature.
Temperature leve, oscillant avec irrgularit, se rapprochant du
type rmittent et ne revenant qu'exceptionnellement la normal dans
le courant de la journe.
Dure : variable, deux, trois jours et plus; rarement, moins (le
complication typhique possible, la maladie dure plus d'une semaine.
Nous venons de voir que l'on a donn ces pyrexies le nom (le tivres
d'acclimatement ou fivres climatiques. Un grand nombre de mdecins,
parmi lesquels Corre, Treille, Fayrer, Navarre, Davidson, Morehead, etc.,
les attribuent la perturbation apporte aux diverse functions de
l'organisme par les influences mtorologiques nouvelles, par les modi-
fications aux habitudes et au rgime (ou mieux, la non-adaptation du
rgime ces conditions climatriques nouvelles).
D'autres mdecins, par contre, tels que Kelsch et Kiener (2), disent
que l'existence ldes tivres climatiques n'est dmontre par aucune
donne prcise, que les pyrexies dcrites sous ce nom sont le produit


(1) A. CORRE, Trait clinique des maladies des pays chauds.
(2) I\ELSCII et ilENER, Trailt des maladies des pays chauds.








-4 -


de causes spcifiques et distinctes, ou l'expression attnue, les former
lgres des fivres endmiques dans les diffrentes contres de la terre.
Les influences du climate, pas plus en pays tempr qu'en pa torial, ne sauraient engendrer une pyrexie.
Dans notre pays, par example, la fivre synoque ou fivre gastrique
se montre frquemment en t, et l'on conoit qu'elle a pu tre
rapporte l'action de la chaleur sur l'organisme; mais le caractre
saisonnier d'une maladie n'en implique par l'origine exclusivement
mitorique. Car, par example d'une part, le paludisme, affect on trs
spcifique, voit son intensity modifie par la march des sai ons et,
d'autre part, la tivre rmittente gastrique s'observe dans touites les
saisons.
La cause premiere est donc indpendante des mtores : ceux-ci
rglent l'volution pidmique ou la forme symptomatiquc (le la
maladie, mais ne la produisent pas.
Symptomatiquement, les fivres d'acclimatement des pays chauds
ne different gure (le notre embarras gastrique fbrile ou de la rmit-
tence gastrique que par l'adjonction plus frquente des phlin manes
bilieux.
Ce sont des forces de paludisme attnu, de fivre muqueuse lgre
ou de fivre jaune bnigne.
D'aprs Corre (1), au contraire, l'expression fivre d'acclima ement
doit s'entendre de plusieurs nanires :
1o D'une fivre d'initiation un climate chaud salubre, au d(but de
la saison d'(i i, ii.i, ou la fin de cette saison, les deux poques les
plus pnibles pour l'Europen rcemment arriv;
2o Une fivre d'initiation un climate paluden : elle peut rester
dans les limits de la prcdente, c'est--dire demeurer simple fivre
climatique, ou tre le point de dpart de l'impaludation ;
3 D'une fivre d'initiation un climate chaud amaril.
Quant 5 l'opinion que la fivre climatiqu ( e(dnomm inlamnatoire
ou bilieuse inflammatoire dans les pays typhus amaril) puisse tre
une forme attnue de la fivre jaune, Corre s'inscrit absolument en
faux; la fivre inflammatoire des Antilles n'est pas, dit-il, une p;rexie
amarile; elle devrait come telle disparatre du cadre nosolo iqle,
car elle n'est qu'une simple fivre climatique, pyrexic pouvant se com-
pliquer d'tats inllamimatoires, gastriques ou bilieux.
Pour ce (lui concern la dotlinentrie, Corre, tout en reconna ssant
la remarquable tendance que, dans certaines contres exemptlls de


(1) A. CoRiRE, Traite cliniqu t ic te imliads les p(as cLhauds.










malaria et le fivre jaune, la flivre climatique montre voluer vers le
typhisme, declare qu'il ne saurait pas plus regarder les fivres pr-
hivernales ou prdpluviales des pays chauds comme une forme de fivre
typhode qu'il ne saurait rattacher 5 celle-ci les livres phmres gas-
triqujs du printemps et du commencement de l'ct dans nos regions .
Quant a la malaria, la notion de sa non-participation la production
de la fivre d'acclimatement rsulterait, d'aprs les aileurs partisans (le
l'existence aussi bien en pays tempr qu'en pays tropical et aussi bien en pays
tropical non malarial qu'en pays tropical malarial, bien que, dit
Davidson, elle prdomine en ceux-ci (1).
Nous avons dj vu comment Kelscl et Kiener, se basant sur le poly-
morphisme ou, pour parler plus exactement, sur l'irrgularit de
l'aspect clinique, variant avec les rgions, de la fivre climatique, en
'ont une 'orme atnue des grands rn pyrexies endmiques dans chacune
et expliquent ainsi sa diffusion i la surface (lu globe.
Les lmentis de la question se rsument donc de la faon suivante
Les lments mtorologiques peuvent-ils, out ou inon, produire la
fivre, ou, mieux, peuvent-ils produire (les manifestations pathologiques
caractrises par de la pyrexie, des symptmes nerveux et gastro-
intestinaux?
C'est la question q(ue nous gallons nous efforcer de rsoudre aprs
avoir expos les observations que l'un (le nous a eu l'occasion de fire
sur des agents nouvellement dbarqus 5 Bomna.
Notre but sera d'tablir quelle est l'importance exacte qu'il convient
d'attribuer aux facteurs mtorologiques dans la production des pyrexies
don't souffrent habituellement les nouveaux arrivs au Congo.
L'expos que nous avons fait plus haut (les opinions qui ont course en
matire (le livre d'acclimatement et l'tendue qui a t donne au dbat
par les savants auteurs qui ont trait cette question, nous astreignent,
on le conoit, borner notre tude et nos conclusions au Congo, seul
point de la zone quatoriale sur lequel nous possdons des donnes
prcises, recueillies avec une exactitude scrupuleuse et sur lesquelles il
nous est permits (le faire foi.
Nous estimons done qu'il est ncessaire de restreindre le dbat tles
limites prcises, seul moyen d'aboutir i des conclusions prcises, et il
nous parat certain que c'est pour avoir voulu gnraliser, appliquer -
l'Amrique et l'Asie, voire minie l'Europe, des ides exactes pour
l'Afrique par example, que les discussions ont perdur, se sont gares

(1) PosKIN, L'Afrique quatoriale.









-6 -


et ont, en some, apport si peu de lumire sur cette trs inlressante
question.
Celle-ci ne doit pas tre envisage d'une manire gnrale, mais elle
doit tre tudie, d'une faon toute spciale, pour chacun des points
gographiques auquel se rapporte le travail que l'on veut faire.

Observation I. B..., caporal, g (le 30 ans, arriv lu Congo
depuis trois semaines seulement, n'est descendu terre aucune scale en
course de route et n'a, par consquent, pas pu s'infecter avant son
dbarquement Boina (les steamers qui font le service des passagers
entire le Congo et Anvers, restant, cause de la barre, ancrs au large
une trs grande distance de la cte, lors des arrts).
Depuis une huitaine (le jours, cet homme a des accs (le fiUvre avec
des priodes de rmission irrgulires et incompltes. Il a eu, trois
jours avant le moment o commence la prsente observation, une
diarrhe profuse qui a cd A un purgatif.
11 n'a pas pris de quinine, sous aucune forme, avant son (ntre en
observation, et n'a absorb, come mdicaments, que de la cafine et
de l'antipyrine.
tal du malade le 28 juillet (dbut de la prsente tude):
Collapsus trs prononc. Le patient rpond avec beaucoup de peine
aux questions qu'on lui pose.
On constate une lgre diplopie.
La langue et les lvres sont fuligineuses. Quelques rares vomisse-
ments de matires glaireuses.
Ni douleurs abdominales, ni gargouillement ilo-cacal, i i teaches
roses lenticulaires.
Tendance la constipation.
Temperature 16 heures : 392; pouls, faible et irrgulier, 125
la minute.
L'examen microscopique du sang rvle la presence:
o1 De forces annulaires nombreuses (premier stade d'volution du
parasite (le Laveran aprs sa pntration dans le globule rouge);
2l De forces amibodes pigmentes nombreuses (deuxille stade
d'volution);
3 De pigment libre et endoleucocytaire (signe de frquel ts accs
antrieurs).
En consequence, le traitement quinique est institu (1 granme par
jour).
29 juillet. L'adynamic est plus prononce que la veille. Le malade
ne peut plus ni se lever ni mme s'asseoir dans son lit. La nm it a t









-7-


trs mauvaise; le malade a dlir. Les urines, involontaires, n'ont pu,
en consequence, tre recueillies. Temperature : 401; pouls : 125 la
minute.
L'examen du sang rvle, come la veille, la presence de former
paludennes nombreuses et, entire autres, deux forces arrives la
priode de sporulation. Le lendemain, au matin, la temperature est
encore '99.o
L'tat du malade va en s'empirant et le patient meurt dans le courant
de la journe.
L'autopsie n'a, malheureusement, pu tre pratique.
REMARQUES. L'observation qu'on vient de lire est un example d'une
forme de paludisme trs grave, pernicieuse, allure typhode. La
maladie avait t considre au dbut ( cause de l'absence d'observa-
tion microscopique), vu l'irrgularit apparent des phnomnes ther-
miques, come une fivre d'acclimatement ou fivre inflammatoire.
L'examen microscopique du sang en a rvl la nature vraie : c'lait une
lierre tropiclet acces subinlrants.
L'tat typhique qui la compliquait n'est pas rare dans les fivres
graves, dites pernicieuses; mais il n'a pas t possible d'arriver une
affirmation catgorique de l'absence ou de la presence d'une complica-
tion dothinentrique, malgr l'absence des symptmes cliniques de la
fivre thyphode, l'essai la sro-diagnose de Widal n'ayant pu tre
pratiqu, pas plus que l'autopsie.

Observation II. S..., caporal, g de 25 ans, arriv au Congo
depuis quatre semaines, entr l'hpital (Croix-Rouge de Boma) le
31 juillet 1899.
Depuis quelques jours, cet homme se plaint de courbature gnrale,
(le cphalalgie violent, de manque d'apptit; il dit avoir eu la fivre la
veille.
Temnpature, Il heures : 376; pouls : 96.
L'examen du sang est positif et dmontre la presence de former
annulaires et pigmentes bloc de pigment (premier et deuxime states
d'volution de l'himatozoaire de Laveran).
1r- aot. Pendant la nuit, violent accs de fivre.
Temperature, 8 heures du matin : 3'89; pouls : 104.
La peau chaude, humide, est le sige d'une abondante transpiration.
L'exani' miirroscopique ldu sang rvle, come la veille, la presence
d'amibes jeunes et bloc de pigment. Crltains globules rouges ont des
prolongements llagelliformes flottant dans le plasma.
2 aol. Temprature du martin : 377 ; pouls : 98.









-- 8 -


Examen du sang : positif.
Temperature du soir : 37o4.
Les mdecins dcident d'instituer cle trailiement par la quiiiiie. Durant
la nuit, une nouvelle exacerbation se product et la tenipratt re monte
39; mais sous l'inlluence de la medication quinique conti uc avec
persvrance, la temperature moyenne a diminu graduellerment (sauf
lgre augmentation a 38"'1, le i, au soir) jusqu'au 0 exclusivement,
date laquelle elle accuse seulement 3601 au main et 36' au ioir.
L'examen' du snig done alors un rsultat ngatif quant h presence
d'hmatozoaires (le Laveran.
7 aoil. La temperature est redevenue normal, et i n novel
examen du sang done encore une fois un rsullat ngatif L'apptit
est revenue, le sommeil est rgulier; mais le malade reste trs ;inemi.
liEMAlQUEiS. Si l'observation 1 est un example (le five' accs
subintrants, pernicieux, l'observation II, par ro'ntre, nous off le type
de la lierce double, avec deux accs le mme jour, suivis d'un apyrexie
d'un jour.
A noter que la medication quinique a rapidement ament, dans ce
cas, un rsultat satisfaisant.

Observation III. De V..., caporal, est arrive au Conigo depuis
quarante jours. L'indisposition don't il souffre date de quelqi es jours
peine, et le malade dclare n'avoir jamais pris de quinine.
10 aout. Le malade entire en observation Il heures du martin.
Temperature : 38"5; pouls : 78.
L'examen microscopique du sam1, pratiqu 11 1/4 heures, dcle la
presence d'amibes arrives la sporulation forcess marguerite ),
encore entires, c'est--dire n'ayant pas encore bris la membrane d'en-
veloppe des globules rouges qui les renferment, et de quelqi es formes
qui, ayant bris cette envelope, se sont segmentes en i iettant en
libert des lments qui sont aperus circulant dans le plasm i.
On constate aussi la presence [d'une certain quantity d& pigment
libre.
Temperature 14 heures: 399; 24 heures: 400.
L'tat gnral du malade paraissant trs satisfaisant, on dcide de
s'abstenir de lui administer (le la quinine.
1 anot. Temprature 7 heures : 40; pouls : 92; temperature
8 heures : 3909; 9 heures : 39"6; 20 heures :[3904.
L'examen du sang, pratiqu 10 heures du martin, a perm s d'y con-
stater la presence de formes annulaires forcess jeunes) trs nombreuses;
une deux par champ d'observation.








-9-


L'tat gnral continuant tre excellent, le malade rest sans quinine;
mais reoit, dans la matine, une dose d'antipyrine.
12 aoit. Tenmprature 8 heures : 373 ; pouls : 75; temperature
5 11 heures :373 ; 18 heures : 39-2.
A l'examen du sang, pratiqu '11 heures du matin, on constate la
presence (le nombreuses forms -i bloc (troisime stade d'volution).
L'tat gnral du patient n'est plus aussi rassurant que la veille; il
souffre d'une cphalalgie intense, d'un malaise gnral et (lit avoir les
bras et les jambes courbaturs, comme briss.
Etant donn cet tat et vu la grande quantit d'hmatozoaires dnots
par l'examen microscopique (ce qui ne peut laisser aucun doute sur la
nature paludenne de l'.il. ii,,i, le traitement la quinine (1 gramme
par dose) a t institu Il heures.
15 aoit. Temprature 8 heures : 382; pouls : 80; temperature
18 heures : 39.
L'examen du sang dcle une diminution considerable dans le nombre
des parasites; une grande quantit de pigment libre nage dans le sang
et remplit les globules blancs.
La quinine est continue.
14 aot. Temprature 8 heures: 39.
L'examen du sang ne dcle pas d'hmatozoaires.
La quinine est continue.
1i aolt. Temprature 8 heures : 370
Examen du sang : pas d'hmatozoaires; quinine continue.
16 et 17 aoit. La situation reste la mme; le malade prend journel-
lement 1 gramme de quinine, midi.
18 aofit. Temprature A 8 heures : 37"6.
Examen du sang : une forme semi-lunaire; une forme ronde de la
phase semi-lunaire.
Temperature 18 heures : 38.
L'administration journalire de 1 gramme (le quinine est continue.
19 aot. Temprature 8 heures : 38'6.
L'examen du sang dcle la presence d'une forme ronde de la phase
semi-lunaire.
Depuis la veille, le malade s'est plaint d'inapptence, de cphalalgie
et d'une violent douleur dans l'hypocondre gauche, o l'on trouve la
rate fortement augmente (le volume et trs sensible au toucher.
Traileient : quinine.
20 anot. Temprature 8 heures : 397; 10 heures : 382;
18 heures : 380.
Examen du sang : forces, assez rares, de la phase semi-lunaire. La








- 10 -


douleur au niveau de la region splnique est toujours assez violente et
empche le patient de dormir.
Traitement : large application (le teinture d'iode au niveat de la
parties douloureuse et continuation de la quinine.
21 aol. Temprature 8 heures : 379; 12 heures : 370;
18 heures : 374.
Examen du sang : forces semi-lunaires frquentes.
Tous les symptmes se sont amends et le malade a pass une bonne
nuit. La quinine est continue.
22 ao i. Temprature 8 heures : 372; 12 heures: 76(;
18 heures : 374.
L'examen microscopique du sang rvle encore la presence (le ormes
semi-lunaires.
Traitement : quinine.
2 3 oail. Le malade sort guri, mais trs anmi.
REMANQUES. Cette observation est intressante un double pint de
vue. D'abord, elle ralise le type de la tierce simple et a permits (lde
suivre l'volution de la phase semi-lunaire; ensuite, il y a lieu d'a( border
une attention spciale la complication splnique survenue le d(xi'me
jour de l'volution (le la maladie.
Le patient est entr en traitement au moment o un accs d( tivre
allait clater. La march (le l'affection a t rgulire; la phase semi-
lunaire a fait son apparition le 18 aot et, ce jour-lh, il a (u une
lgre augmentation de la temperature, don't la cause nous chappe.
Depuis, il part l'examen microscopique dcelant des demii-1 mes
chaque recherche, rien ne permettait plus (le rattacher la malaldi( a une
cause paludenne.
La ncessit (les recherches microscopiques dans les pays pa!ustres
a t, une fois de plus, mise en lumire et lmontre toute vi:lence.
A notre avis, l'apparition des former semi-lunaires et la g.rison
lente ont t dues l'administration trop parcimonieuse de preparations
quiniques.

Observation IV. De R..., commis, est arriv au Congo le 18 juil-
let 1899, 15 heures, sans avoir touch terre en Al/ique, tout cnmime
son collgue B..., qui fait l'objet de l'observation I.
ler aoil. A Matadi, il a t pris d'un accs de fivre qu'il a s5ign,
d'une faon assez irrgulire, en absorbant un certain nombre (le doses
de quinine, mais sans aucune proccupation (lu moment o il employait
le mdicament.
Aussi, le 10 aot, aucune amlioration dans son tat n'ayant t








- 11 -


constate, a-t-il t dirig, par le mdecin de Matadi, sur l'hpital de la
Croix-Rouge, Boma.
11 aot. Temprature 8 heures : 376.
L'examen du sang, pratiqu le matin de ce jour, avait donn d'abord
un rsultat ngatif; mais, l'aprs-midi, une inspection trs attentive
dmontra la presence, dans le sang, d'amibes arrives la sporulation.
Temperature 18 heures : 3902.
Traitement : quinine.
Le lendemain, la temperature est redevenue normal.
L'examen du sang donne un rsultat ngatif. La quinine est encore
continue le lendemain, et le microscope ayant, une fois de plus, donn
come rsultat 0 hmatozoaires, le malade sort, guri, le 14 aot.
REMARQUES. Cette observation est intressante en ce qu'elle a per-
mis d'tablir la forme paludenne d'une fivre voluant sur un individu,
au quatorzime jour de son arrive sous les tropiques, alors que
De K... n'avait jamais rsid en pays impalud.
Ces quatre observations dmontrent qu'il sutfit d'un fort court sjour,
en pays palustre, pour contractor la fivre, parfois (observation I) avec
ses manifestations les plus graves, les plus pernicieuses.
De nombreux examens du sang pratiqus ultrieurement, au Congo,
chez de nouveaux arrives, souffrant de fivres, ont rvl, dans la plu-
part des cas, la presence d'hmatozoaires de Laveran.
Il ne nous est cependant pas arriv d'observer un seul cas d'volution
quotidienne dlu parasite du paludisme, c'est-h-dire de fivre quotidienne
vraie. On sait que le professeur Koch nie l'existence du type quotidien
de la fivre paludenne affirm par quelques-uns et que, selon l'minent
savant, les fivres dcrites sous ce nom ne seraient que des tierces
doubles mconnues ou dfigures par la medication quinique.
Nos observations confirment donc l'opinion de l'illustre professeur
allemand.
La gnralit des formes observes au Congo se rapportent la tierce
tropical; mais l'un de nous a pu observer quelques tierces simples,
analogues a celles observes en Italie, et deux cas seulement (le fivre
quarter.

[)e ce qui prcde, peut-on conclude 5 la non-existence de la fivre
d'acclimatement, climatique, inflammatoire ou rmittente gastrique?
Evidemment, non. Mais il tait important de signaler que dans les
pyrexies forces si varies, si irrgulires dans leur allure gnrale,
dans leur gravit, dans leur dure, des nouveaux dbarqus au Congo,
la presence de l'h matozoaire de Laveran dans le sang est la rgle.








- 1I2 -


Mais on peut et l'on doit admettre que des tats fbriles, tant dle nou-
veaux arrivants que d'anciens residents au Congo, peuvent tr dlus a
d'autres causes qu'au paludisme.
Cependant, il nous parat difficile d'admettre que l'lvation dle la
temperature extrieure ou mme la tension leve de la vapeu d'eau
atmosphrique puissent, par elles-mmes, amener la fivre, b en que
l'adaptation (les organes de l'homme aux exigences physiologiques du
climate nouveau ne puisse pas se faire sans un certain heurt, sims un
branlement plus ou moins profound de sa constitution.
Les experiences si multiples d'Eyckman, de Stockvis, de Treille, de
Jousset, etc., dmontrent l'vidence que la constitution physiolo-
gique de l'Europen transport dans les tropiques se modifie dans une
certain measure, que les functions (le certain organes acquirent de
l'importance, tandis que d'autres en percent : la peau, le foie, la rate
et l'intestin sont appels une suractivit et sont, par consquent, pas-
sibles aisment de modifications pathologiques.
Le tableau ci-aprs, indiquant en grammes la quantit journalire
des matires limines, donnera une ide trs exact de l'impctrtance
relative de certain organes, respectivement dans les pays temp:rs et
sous l'Equateur :

Europe. Tropiques.
Reins . . 1407gr27 Reins . 11508 00
Poumons . . 657gr55 Poumons ... .608 9)3
Peau. . 20 gr li Peau. .... 840g 3W
Intestins . . lil6gi62 Intestins . . 136g 8.1 l)

Mais, malgr ces modifications, il resort de la magistrale tu le de
Jousset (2), qu'aucun des organs de l'Europen n'est constitu d,' tell
faon qu'il ne puisse se plier ces exigences nouvelles ; on peut donc
admettre que les organes (le l'Europen peuvent s'adapter au no veau
milieu mtorique; mais ils ne peuvent se modifier pour s'adapter au
milieu pathologique.
Or, come, durant l'volution physiologique, ils se trouvent en tat
(le moindre resistance, ils donnent aisment prise, en ce momen aux
influences infectieuses ou contagieuses.
C'est assurment l le rle essential que jouent, dans la prodi action
des maladies en gnral, les phnomnes mtorologiques qui rg ssent
la climatologie quatoriale.

(1) DAVIDSON, Ilygeni and diseases of tropical climates.
(2) JOUSSET, Acclimatement et acclimatation.








- 13 -


Davidson (1) admet que la chaleur a pour effect de modifier l'innerva-
tion au point que celle-ci perdrait son influence modratrice sur
l'oxydation des tissus; petit petit, la tolerance s'acquerrait, par la
simple adaptation des centres d'innervation une stimulation devenue
habituelle.
Il y a lieu (le remarquer, malgr la haute autorit de Davidson, qu'il
s'agit li d'une pure hypothse, qui n'est aucunement vrifie par des
experiences physiologiques.
Les auteurs sont en parfait dsaccord quant la modification physio-
logique subie par l'innervation sous l'influence du climate tropical; les
uns concluent une exaltation, les autres a une depression du systme
nerveux, et Davidson lui-mme se trouve oblig, pour expliquer les
phnomnes qu'il constate, d'admettre :
1 Une exaltation produite par l'action chimique et physiologique
(les rayons solaires;
o2 Une depression qui serait la consequence de l'exposition conti-
nuelle une temperature leve et don't les effects seraient plus lents se
fire sentir.
Les vtements et le casque don't se couvrent les nouveaux arrivs
forment, on le conoit, une protection gnralement suffisante contre
l'influence chimique des rayons solaires, et dans ces conditions, ces
causes nous paraissent difficiles invoquer, tout au moins come
rgle absolue.
D'autre part, Treille (2) et Navarre (3) admettent que la tension
leve de la vapeur d'eau atmosphrique s'opposant dans une certain
measure l'limination des toxines organiques par la peau et l'exhala-
tion de CO2 14) par les poumons, provoqueraient des auto-intoxications,
causes de pyrexies.
Mais ces conditions atmosphriques perdurant pendant tout le
sjour des Europens dans la colonie, devraient avoir pour cons-
quences non seulement des pyrexies passagres et de court dure,
come les fivres dites climatiques, mais une hyperthermie d'une cer-
taine dure et mme persistante.
Or, rien n'est plus discut que la question (le l'hyperthermie des
Europens dans les colonies, et la divergence des opinions mme nous

(1) DAviDSON, llygien and diseases of tropical clicailes.
() G. TREII.LE, Ilyfiine coloniale.
(3) JUST NAVARRE, Mamn el I'.. .., colonial.
(4) D'aprs Rattray, l'exhalation moindre de CO0 par les poumons, sous les tro-
piques, ne serait due qu' l'absorption moindre d'oxygne, les combustions orga-
niques devenant monus active.









- 14 -


montre que l'action directed sur le corps des deux facteurs mt( orolo-
giques que nous venons de citer ne saurait tre invoque pour exI liquer
l'existence de fivres climatiques (1).
Il ne saurait non plus tre question, ainsi que Corre (2) l'a p;irfaite-
ment dmontr en faisant la comparison des symptmes de: deux
affections et en en indiquant les differences essentielles, de conondre
les fivres climatiques avec le coup de chaleur, et de fire de ces
maladies un coup de chaleur mitig.
Autre chose est l'influence indirecte des facteurs mtorologiquLes sur
le tube digestif et son annexe : le foie.
Les perturbations des functions (lu tube digestif des nouveau arri-
vants sont frquentes; la diminution des scrtions internes, su te de
l'exagration (les functions cutanes, est bien faite pour amener un
trouble profound dans les functions de l'estomac et des intestins, ti ouble
qui se traduit par le l'inapptence et de la difficult d'absorlber les
aliments ingrs.
Ds lors, pour peu que le nouvel arrive, insuflisamment privenu,
conmme c'est la rgle, s'obstine lutter d'une faon inintelligente et trop
brusque contre cette paresse stomacale et intestinale en continuant le
rgime nutritif qu'il tait accoutum suivre en Europe, sans le mltodi-
fier lgrement suivant les exigences nouvelles de ses organes, il s'en-
suit (les embarras gastriques qui ont pour consquence la prod action
de toxins, causes d'lvation de temperature du corps et en iiiine
temps de suractivit de la function (lu foic (gastrite fbrile analo ue
celle existent en Europe).
C'est cette suractivit du foie, provoque par l'exagration cil cula-
toire, suite de boissons trop copieuses, par la congestion (les or anies
centraux sous l'influence de l'action (le frisson sur les vaso-mi leurs
cutans, par la retention dans le sang des toxines non limines par la
peau, les poumons et les reins, sous l'influence retardatrice de l'hliper-
tension de la vapeur d'eau atmosphrique, que divers auteurs
attribuent la forme ordinairement bilieuse des fivres d'acclimatement
au Congo (3).
Navarre voit mme, dans l'exagration du travail du foie, une causee
essentiellement pyrtogne, expliquant la production de la fivre ciima-
tique.
Nos recherches et nos observations remettent les choses au poi it et
(1) Nos propres observations sont d'accord ia ce sujet avec celles d'Eykman, qui
nie l'hyperthermie tropical.
() A. CORRE, Traitd clinique des maladies des pays chauds.
(3) JUST NAVARRE et G. TIuEILI.E, Ioc. cit.









- 15 -


prouvent que l'exagration du travail hpatique, dmontre par la pr-
dominance des phnomnes bilieux, est due, non pas la suractivit fonc-
tionnelle dtermine par des causes mtoriques, mais la frquence
de la presence dans le sang de l'hmatozoaire de Laveran, destructeur
d'hmaties don't l'hmoglobine est ensuite transforme en bile.
Tout en admettant la possibility de fivres purement gastriques ou
hpatiques au Congo, il est permis de croire que ces maladies y
existent rarement seules et s'y trouvent souvent associes, dans les
pyrexies dites climatiques, au paludisme don't elles ne sont pas la cause
dterminante, comme le pensait Corre, mais don't la forme clinique
habituelle se trouve modifie par le manque d'quilibre des functions
organiques des nouveaux arrivs, encore en pleine priode d'adapta-
tion et d'acclimatement.
Des examples remarquables dmontrant que la gnralit des maladies
frappant les nouveaux arrivants la cte occidental d'Afrique ne sont
pas de nature mtorique, nous sont donns par Kelsch et Kiener (1),
nous rapportant que sur les navires stationnant cette cte et don't le
personnel n'est que peu en contact avec la terre ferme, les fivres d'accli-
matement sont presque inconnues.
En some, la frquence signale par Corre et Davidson des phno-
mnes bilieux dans la fivre climatique (les pays chauds s'explique
parfaitement par la frquence du paludisme; et la prdominance des
accs aux changements de saison, la frquence plus grande en saison
des pluies, invoques par Corre pour expliquer les influences saison-
nires, ne sauraient en rien apporter des lments contre la thorie
paludenne, puisqu'il est dmontr que c'est en saison chaude et aux
changements de saison que le paludisme atteint son maximum d'inten-
sit dans les pays chauds.
Notre but, en publiant cette tude, a t de mettre nos confrres en
garde contre la thorie, en course encore actuellement, qu'il ne faut pas
administer de quinine pendant les premiers temps du sjour des
Europens au Congo.
L'examen (lu sang est indispensable, dans ces cas, pour asseoir le
diagnostic.
Et s'il est parfaitement inutile, voire parfois dangereux, d'administrer
sans raison des doses rptes et leves de quinine, on conoit cepen-
dant que la non-administration de ce mdicament, dans des cas don't
la nature paludenne est indiscutable, expose le malade des fivres
persistantes, des rechutes qui l'anmient profondment et peuvent le


(1i KEI.sci et KIENER, Trail des maladies des pays chauds.








- 16 -


mettre dans l'impossibilit de continue son sjour dans les pays
chauds.
Les rcentes tudes du professeur Koch ont encore mis en lumire
l'utilit incontestable de ce mdicament dans le traitement des affec-
tions paluddennes aigus, et si, d'une part, on ne saurait approu er les
exagrations quiniques de nombre d'anciens residents dans le, pays
chauds, exagrations qui ont tant contribu ce que nous pou rions
justement appeler la reaction antiquinique qui a svi dans ces de niers
temps, on ne saurait, d'autre part, assez s'lever contre l'absol lisme
des protagonists de cette reaction, qui tend priver le mdecin colonial
de son arme la plus ellicace et la plus utile, de cette arme l'aide de
laquelle, come l'a dit un gnral franais, la conqute de l'Algarie a
t faite.


B. FIEVRES PALUDENNES ET FIVRES BILIEUSE,.

CHAPITRE le'. Le paludisme et les races au Congo.

Si c'est une grande erreur d'attribuer au paludisme toutes les 1 vres
qui atteignent les Europens sous les tropiques et de les traitor en
consequence, on peut pourtant affirmer que les neuf diximes des
pyrexies quatoriales sont dues a cette infection.
Les individus adults de race noire, rsidant en pays impalud, sont
relativement indemnes. 11 n'en est pas de mme des ngres vena it de
contres salubres; il n'en est pas de mme non plus des enfants ngres;
mais ce qui caractrise l'infection chez eux, c'est qu'ils en gurissent
trs aisment et acquirent ainsi une quasi immunity indivicuelle
durable.
Nous avons constat diffrentes reprises l'existence du paras te de
Laveran (type tierce) chez des enfants multres et deux fois chel des
femmes ngres; l'une de ces femmes, d'environ 20 ans, souffrait de rivre
et tait examine pour la recherche de filaires. Son sang prsentait des
forces amibodes pigmentes; elle gurit sans mdicaments et, exa nin
quelques jours aprs, son sang ne prsentait plus rien d'anormal. UIne
autre jeune femme, Cabinda, d'environ 28 ans, atteinte d'oedme p.rtiel
et erratique, maladie appele ebalou (1) prsentait des gamtes ( semilunaires).
D'un autre ct, nous avons fait l'examen du sang de plus de cinq
cents noirs adults (les deux sexes, sans trouver d'hmamibiasis.

(1) Nous dcrirons plus loin cette affection spciale qui n'tait pas encore c< iuie
come entit morbide









- 17


CHAPITRE II. Propagation du paludisme. Moustiques. Anophles.

Nous avons dj'i eu l'occasion le dire, que l'iude du mode de propa-
gation it d'infection du paludisme a fait d'normes progrs dans ces
trois dernires annes.
Depuis les premiers travaux de RIoss, dcrivant les transformations
des gamtes dans l'estomac des moustiques, on a suivi, pas a pas, le
dveloppement du parasite ds son entre dans l'anophle jusqu' son
retouri dans la circulation de l'homme.
Des experiences scientiliques nombreuses 1) ont tabli la transmis-
sion, l'inoculation (lu paludisme par (les piqres de moustiques conta-
mins.
3M. iManson fils, n'ayant jamais quitt l'Angleterre, s'est inocul la
fivre pierce de la faon suivante. 11 s'est tait piquer par des anophles,
recueillis a lIome, anophles lqui s'taient infects sur dis sujets por-
teurs de gamtes paludennes.
Di Matter est arrive exprimentalement la conclusion suivante : Dans
les pays les plus profondment infects (le paludisme, on peut parfaite-
ment passer les nuits 1 l'extrieur sans courier le risque de gagner la
maladie, la seule condition de se mettre I l'abri des morsures des
moustiques.
Les moustiques qui servent tde transmetteurs et d'inoculateurs sont
les mni]ophels; les insects femelles y sont seuls aptes.
Ross (2) en dcrit deux varits, qui se retrouvent toutes deux au
Congo.
1P L'anopheles ,ostalis, trs frequent Bonma, i Lopoldville et dans
tous les postes belges du Stanley-Pool, et don't voici les caractres prin-
cipaux :
Les ailes sont jauntres et nettement lachetes sur leur board externe et
leur extrmit postrieure. Ces teaches, disposes en L ouvert en dedans,
sont au nombre de quatre ou cinq, plus ou moins nettement spares.
Les antennes sont longues, barbeles, surtout chez les mles.
Les palpes, trs longues, annelures jaunes et noires, sont accoles a

(1) Di M1ATTEI, CCLliralblalt fir IBactertioloie, August, 1900. CELLI, Id. MAN-
SON, ,Iourwal of tropical inedecine, 1900, p. 111. GlASSI, l'., .*... '.i sperimenlalt.
Experience des D- LAW et SAMBON dans la Campagna i.omana.
Contre-exprience d'infection parallle de l'aide de laboratoire Warren.
(2) Boss, Report in the malaria expedition in Sierra-Leone.






















A opheles: o tt (le mainle; t te de femielle.
A/ I.iLave.


\, Culex pijliens ; B, Anopheles c mlaviger (maculi penis) 9
(d'aprs Austen). -
a, pales; b, proboscis; c, antennes.






iJA i phele
i "- 1"i+


i/ ' l l ': Ii"
C ,,, A inihe_/.'s. I arn.^,


FIGURES EXTRAITES DE TROPICAL DISEASES , PAR PATRICK MIANSON.








- 19 -


la trompe; chez le mle, les palpes sont barbeles leur extrmit ant-
rieure.
Les oufs ont la forme naviculaire; les larves qui en naissent restent
la surface de l'eau et ne descendent pas au fond, si par une cause quel-
conque leur quitude vient tre trouble, come le font celles (les
culicides.
Les pattes de l'anophls sont trs longues.
L'attitude de l'insecte au repos est gnralement caractristique; il
semble piqu presque normalement ( 45) sur la paroi sur laquelle il est
fix. Le culex, au contraire, semble pendu paralllement aux objets sur
lesquels il s'est pos.
Les palpes des culex sont beaucoup plus petites; les ailes non tacheles;
le thorax plus pais; les pattes moins longues; l'aspect gnral moins
lgant, moins fin.
Les anophles mles se distinguent facilement la loupe aux carac-
tres suivants :
Antennes et extrmits des palpes barbeles; deux dards rattachs
au dernier article abdominal. Corps plus troit.
Les anophles mles ne mordent pas; ces insects se nourrissent de
matires vgtales (algues, etc., se retrouvant dans l'estomac).
2 L'anopheles [inestus, antennes et palpes noires, plus petit que
l'anopheles costalis, a come lui les ailes tachetes; mais les teaches sont
plus nombreuses que chez ce dernier. Nous n'avons trouv que quelques
exemplaires de cette espce dans le Bas-Congo.



Les endroits les plus favorable au dveloppement (les larves d'ano-
phles sont les plaques d'eau naturelles peu profondes, les bords
irrguliers et marcageux des sources non draines o abondent des
algues et autres plants qui servent de soutien et de nourriture aux
jeunes anophles. On ne trouve pas de larves d'anophles dans les
marcages profonds et poissonneux, come le sont beaucoup (le marais
dans la region ctire (Banana, Mateba, endroits relativement indemnes
de paludisme).
Lopoldville, par contre, o le paludisme est trs frequent, o les
former pernicieuses ne manquent pas, possde plusieurs puits ano-
phlles . Je cite, entree autres, une source non draine, sise en pleine
station, derrire le mess et les habitations des blancs, source qui
s'tale en mandres stagnant et bourbeux, et qui pendant la saison
sche se perd dans le sol bien avant d'arriver au fleuve. Ce n'est qu' la









- 20 --


saison des pluies qu'il y a quelquefois, aprs de fortes chutes d'eau,
coulement jusqu'au Congo. Cette cause d'insalubrit va d'ailleurs dispa-
ratre bientt, grce aux travaux de drainage entrepris rceniii ii.


+ +

L'inoculation et la transmission dlu paludisme par les moustiques
tant prouves et admises, doit-on en conclure que l'eau est inca )able de
transmettre la maladie?
Nous avons pu souvent remarquer que les grands buveurs d',.au crue
taient aussi les individus soutirant le plus de paludisme ciionique,
et nous 'osous niris pas garantir l'innocuit de l'eau. Aussi, ae point
de vue, nous ferons une grande distinction entire l'eau prise l'heure
des repas, arrivant dans un estomac en pleine activity fonctionielle, et
l'eau prise en dehors le ces heures, alors que le contenu de l' stomach
est neutre ou lgrement alcalin, n'ayant aucune action destru tive sur
les organisms infrieurs.

PRIODE n'iNCUliATION. Les minima (le temps qui se sont couls
entire le dbarquement (le sujets n'ayant jamais cu l'occasioi d'tre
infects de paludisme et le premier accs (le cette maladie ont t de
douze, treize et quinze jours. Gnralement, c'est vers la tin du pre-
mier mois de sjour que les nouveaux arrives paint leur tribute la
maladie, en ayant leurs premiers accs. Nous renvoyons pour ces accs
de premiere invasion au chapitre prcdent (fivres climatiques).



CHAPITRE III. Le parasite paluden.

Dans une tude antrieure (1), nous avons dcrit les phases successives
du parasite de Laveran chez l'homme. Les malades sur lesquels nous
avions fait nos observations taient presque tous des sujets originaires
de la campagna roman et qui avaient t mis obligeamment notre
disposition par les D'" Bastianelli, Celli et Dyonisi de l'hpital Santo
Spirito Rome.
Nous renvoyons pour le parasite de la fivre quarter et tierce simple
cette monographie, et nous ne nous occuperons ici que du paras te de
la fivre pierce tropical.


(1) DRYEPONDT et VAN CAMPENHOUT, Le parasite de la malaria.









- 21 -


Ce parasite peul se prsenter a nous sous deux forms bien diff-
rentes :
La premiere forme, dans laquelle la multiplication estasexue, estinti-
moment lii'e la production de la fivre; elle est tonjours inutriahuinaie.
La second forme, dans laquelle la multiplication est sexue, est, tout
en restant parasitaire, en parties intra, en parties extraliumaine.

EvOLUriio ASEXUE. Le parasite jeune, I'anubule, rside dans
le systnime vasculaire sanguine; il se prsente au microscope come un
anneau protoplasmique clair l'intrieur du globule rouge sanguine,
encerclant ordinairement une portion de ce globule. Cette bande pro-
toplasmique est anime de movements amlodes plus ou moins
accentus, faisant incessamment varier la forme du parasite, mettant
des prolongements variables en longueur et en nombre, mais toujours
intraglobulaires. Le parasite peut abandonner la substance propre du
globule rouge qu'il encerclait, mais en reprendre quelques minutes
aprs et redevenir ce qu'on a appel annulaire. Sa grandeur varie de un
huitime un cinquime du volume du globule rouge.
Celte forme correspond aux premires heures qui suivent un accs de
fivre.
En augmentant (le volume, l'amnmbule perd la forme annulaire et se
prsente alors sous l'aspect d'une tache claire, uniform, don't les bords
sont anims d'ondulations incessantes. Sa grandeur varie alors du cin-
quime la moiti du globule rouge.
Les grains de pigment n'apparaissent que tardivement, quelques
heures avant la maturity, c'est--dire avant la sporulation, ordinairement
sous forme de deux ou trois grains mobiles, de couleur fauve ou brune,
rarement noire.
La sporulation peut s'observer dans le sang priphrique; mais elle se
passe gnralement dans les organes centraux. D'ordinaire on voit six
huit sporules irrgulirement disposes autour d'un bloc pigmentaire
plus ou moins central.
Les jeunes sporules, revenues libres par la disparition du globule
rouge et la segmentation du sporocyte mr, sont dtruites dans le
plasma sanguin ou absorbes par les leucocytes, ou bien elles pntrent
dans un globule rouge, 5 l'intrieur duquel elles vont commencer un
nouveau cycle.
Les globules rouges qui hbergent le parasite subissent trs rapide-
ment de profondes modifications; quelquefois ils deviennent ples,
dcolors, hydropiques, se boursouflent, et chez les individus cachec-
tiques, il n'est pas rare, dans une preparation, (le les voir se dsagrger
3











en mettant en libert le parasite. Plus rarement, les globules rouges
se recroquevillent, s'paississent, se foncent en couleur, dev ennent
couleur laiton.
En combien de temps l'amoebule (le la fivre tropical arrite-t-elle
a maturity? Cette question a fait l'objet de beaucoup de controversies.
Y a-t-il des parasites sporulant en vingt-quatre heures, d'autres sporu-
lant en quarante-huit heures? Y a-t-il, en un mot, des fivres quoti-
diennes come il y a des fivres tierces ?
Koch, son retour de Zanzibar (I), n'avait trouv que des fivres
tierces, doubles ou subintrantes. Pendant le sjour de l'un (le nous en
Italie, il n'a pas pu observer un cas de fivre quotidienne vrai, Dans
ses dernires observations faites au Congo, il a pu ramener to ites les
fivres quotidiennes au type tierce.
Pourtant, dans plusieurs cas, la fivre tait franchement avanlce de
quelques heures.
Hoss (2), sans trancher la question, dit que l'hemomonas prtco c est le
parasite des fivres tropicales, tierces estivo-automnales, perni:ieuses
et irrgulires.
Dans les cas d'accs de fivre quotidiens, on a souvent affair des
individus profondment infects et affaiblis, et la medication q inique
qui s'impose alors vigoureuse et rapide ne permet plus aucune (onclu-
sion l'examen microscopique, la rgularit du dveloppement jarasi-
taire tant altre.
Les parasites observs chez les fbricitants nouvellement dbirqus
taient presque toujours (lu type tierce, pigment gros et noir.
En rdsum, ce qui caractrise les parasites (les fivres trol icales,
c'est :
1 Leur volume relativement petit, n'atteignant pas celui d'i n glo-
bule rouge;
20 L'apparition tardive et parcimonieuse du pigment, qui esi brun
fonc et plus souvent fauve;
3 Le nombre restraint des sporules produites :six, huit doze;
4o Le temps ncessaire pour qu'une amebule arrive sporu ation,
qui est (le quarante-huit heures ou un peu moins;
5 La frquente existence dans le sang du sujet de plusieurs g 'nra-
tions de parasites produisant (les accs de fivre quotidiens et nieme
subintrants (fivres rmittentes, fivres pernicieuses);

(1) Kocu, Beiscberichte, 1899.
(2) Ross, Malaria Expcdiliun in WIst Africa.







Figure schmatique montrant l'volution intrahumaine et extrahumaine de l'hmatozoaire du paludisme.


1) oZuZ z 4.Cr LI z ri If-,


cm


s3
~\- c
E/ i~ r/aurn-un. z


, l





l~<~r >clue rr.r;,r< i


~U SC eLIna71~I/ei<- (%.(c
,0 -/ e 1!


- t

i 'i


I i MSIF. I fi>Iin jem1i mi ;Is UnI 611,bu1e oe; 2. liuicii pi Drneifl 2~;; Iomii 2 a~~ii ~ Iloe; 7;-3-6. \l;~ir.u'die iii spurion!te; 7. Jeunie sjioe;
S. IFoiiin*r oicA de la pleias scnii lunaire; 9 Demi-lune ou gaindo tMe; 10 Il. iliutoii mile lu paiiidauo [; 1i. Forimne : flagelVa; 13. Flageltunt
011 mu ce [e; 4 i. LVAlutCo1 fteelle d u gamtocVIC ou iiiaci-oganit 12 ILi. K sic ou /;gote; P. Zygote inmlcant eu liheri[ des spoiOoites;
18. SI>OIrOZO)tes libres


7U~ c.~ (iv~ J /),I~


'(j ( ,









- 24 -


(i6 L'existence frquente des gamtes (corps semi-lunaires) : 3) o dles
cas.
Les preparations colores des parasites permettent de listing ici leur
chromatine, d'en voir l'augmentation (le volume et, finalement, i li spo-
rulation, la segmentation en autant de parties qu'il y aura d( jeunes
sporules formes.

PHASE SEXUE. Cette phase est en parties seulement intrah imaine.
Dans l'homme, le parasite a ou bien la forme gamte (semi-lui aiie) ou
bien la forme arrondie, ovalaire.
Le parasite, cette phase, ne provoque plus la fivre.
11 n'est pou'rant pas impossible que la demi-lune puisse rgiessor et
engendrer une on plusieurs amathbules sporulation.
La gamte est caractristique : elle se prsente sous l'aspect d'i n corps
semi-lunaire, clair, long de 7 1i p., large de 4 3, avec une curoniie
de grains pigmentaires noirs, g3nralement situe au centic. Dans
certaines gamtes, on distingue un corps brilliant qui est peut-t 'e l'ana-
logue (les corpuscules polaires accompagnant la diffrenciation 'exuelle
de beaucoup de cellules. Gnralement, la gamte est entourn d'une
fine membrane, rest du globule rouge dans lequel elle s'est dveloppe.
Le globule lui-mme persist gnralement sous forme d'un masse
plus ou moins rgulire et dcolore la concavit de la gamil. Entre
la gamte type et les forces rondes pigmentes du parasite, il y a une
srie (le gradations qu'on peut trs bien tudier sur des prpai'riions de
nmolle osseuse.
Dans 30 o/o des fivres tropicales, l'un de nous a trouv dles gamtes
en nombre parfois ormei. Ce chiffre est plus lev que celui observe
par le Dr Ross Sierra-Leone, qui crit que les fivres ga ntes se
rencontrent rarement.
Ce point est encore peu connu. Comment se forment les gamtes?
Avec Mannaberg, nous inclinons croire que la gamte est h1 rsultat
de la conjunction de deux ou plusieurs ambules l'intrii ur d'un
globule rouge. Nous avons vu deux amoebules parfaitement dist nctes se
runir, se conjuguer dans des preparations fraches. Il arrive f 'quem-
ment que l'on troupe des parasites jeunes, non encore pigments, sem-
blant forms de plusieurs autres et ayant deux, trois et mm qcuatre
paississements de clromatine. Ross (1) aussi croit a la probabi it de la
conjugaison.


(1) Ross, Malaria m expedition in IVest Aricra.








- 25 -


Les conditions les plus favorables pour la production des forces de
la phase semi-lunaire nous ont sembl tre les suivantes :
o1 Rechutes de fivres graves;
2' Usage trop parcimonieux ou irraisonn (le la quinine.
Pour certain auteurs (1), l'apparition de la phase semi-lunaire
serait un indice d'immunisation individuelle commenante. Malheu-
reusement pour cette thorie, au Congo, la plupart des maladies qui
prsentaient la transformation frquente des parasites asexus (sporo-
cytes) en parasites sexus ou gamtocytes taient arrivs un tel point
de dprissement, de cachexie, de dtrioration profonde de la consti-
tution, que leur rapatriement s'est toujours impos. Nous n'avons jamais
observe non plus que l'apparition de gamtes peu nombreuses dans le
sang d'un sujet mt celui-ci l'abri de rechutes parfois graves de livres
paluden nes.
A l'intrieur (lu corps human, la phase sexue ne va pas plus loin
que la forme gamite; celle-ci, pour parfaire son dveloppement, doit
tre absorbe par un anophles femelle.
En exposant des preparations du sang de sujets porteurs de gamtes
pendant une demi-heure ou une heure en chambre humide avant de les
fixer, on constate que les demi-lunes se sont modifies de deux faons
bien diffrentes.
Les unes, les moins nombreuses, aprs avoir rompu l'enveloppe du
globule rouge, se sont flagelles; leur pigment est irrgulirement
rparti; certain des flagella sont devenus libres. Les autres gamtes,
revenues libres, se sont arrondies; leur pigment est parsem dans toute
l'tendue (les parasites; il n'y a pas de flagella. Les premires sont les
gamtocytes mles, mettant un certain nombre de microgamtes;
les seconds sont les cytes femelles, contenant une microgamle.
Des transformations identiques se produisent dans l'estomac des
anophles gonfles de sang infect (2).
Une ou plusieurs microgamtcs se runissent, se fusionnent une ma-
crogamte. Celle-ci devient une zygote qui va s'attacher la paroi stoma-
cale de l'insecte, s'y enkyste, acquiert un volume norme (70 100 u.),
en bombant vers la surface extrieure de l'estomac dans le coeloma. Au
bout d'un temps variable suivant les conditions d'humidit et de chaleur
(6-8 jours), l'intrieur de la zygote se segment en un grand nombre de
filaments allongs appels sporozotes.
Ces filaments sont disposs plus ou moins rgulirement, quelquefois

1) CELLI, Cenrtralblatt fur Bacteriologie, 1900.
(2) Ross, Life history of the parasite of malaria. (NATURE, August 1899.)









- 26 -


comme les rayons d'une roue; il y a trois ou quatre centres ray)nnants
par zygote.
Celle-ci, arrive maturity, se rompt, laissant s'chapper le; spiro-
zotes (longs de 7 u environ), qui se logent dans les diffrents tissus du
moustique, et notamment dans les glandes salivaires.
Chaque spirozote possde un noyau de chromatine.
L'anophle malade peut-elle transmettre l'infection d'autres anop-
hles ou a ses larves aprs sa mort? Ce point n'est pas encore lucid
actuellement. Ce qui est certain, c'est que, chaque morsure, ell, injected
dans les tissus de la victim une certain quantity de salive contenant
des sporozotes qui seront, chez les sujets susceptibles, le gerine d'un
accs de fivre paludenne.



CHAPITRE IV. Types des fivres paludennes.
Leur frquence. Leur origine.


Il tait intressant (le noter quelle tait la frquence relative des diffe-
rents types de fivre paludenne au Congo : quarter, tierce simple,
tierce estivo-automnale ou tropical.
I)'accord en cela avec tous les auteurs (1), nous avons trouv que la
plupart des pyrexies paludennes taient dues la forme trop cale ou
estivo-automnale i parasite petit, t pligmentation tardive de couleur
fauve. Trs souvent, dans les pernicieuses, il y avait en mi m' temps
dans le sang tous les states de dveloppement du parasite, ce qui
rendait la determination du type difficile tiercee ou quotidien).
Le type tierce simple grains de pigment noir et pais tait ce beau-


(1) DAVIDSON, in llygiene a d diseases of ivwatri countries, donne la p( portion
suivante :


e vres quarter Fivres tierces fivres Fivres doubles lIevres
PAYS. niibre de cas. quotidiennes tieices ir igulires
pour cent. pour cent (trop ales) ur p cent.
pour cent.


Suile ... . 3009 10.4 57,1 6.4 -
Vienne. . 3126 7.8 47.8 40.3
Algric .. . 4211 0.5 28.6 70.9
[ndes .. 254 1.1 23.1 45 70.7 0,









- 27 -


coup le moins frequent. Nous n'avons trouv que deux fois l'volution
de l'hmamibe quarter.
Sur environ cent cas de fivre paludenne examins au microscope,
nous avons tabli (en excluant toutes les fivres bilieuses hmoglobinu-
riques, quelle que ft leur nature) la proportion suivante


1 quarter simple.
Fivre quarter . . 2 /o
1 quarter triple.
Ce chiflfr est peut-tre trop faible, nous n'tions
Fivre tierce . 10 o. appels prs ldes malades que pour les cas srieux
ou offrant de l'intrt.
61 sans gamites.
Fivre tropicale... 88 o. ga tes.
27 a gamtes.


Deux theories sont actuellement en presence propos des divers
types de fivres paludennes.
En premier lieu, celle de Laveran, soutenant que le parasite est
unique, que les fivres tropicales, tierces simples et quarters n'en sont
que des modes difllrents de virulence et d'activit.
L'cole italienne (1) cl, aprs elle, Iloss (2) accordent chaque varit
une enti: difllfrente et nle pouvant se transformer l'une dans l'autre.
La (I .-i i .i i i admise par Iloss est la suivante (3):
PI:i:ii-: GENi : HSmamibe. Les gamnocytes sont analogues aux
sporocyles.


I 1 Dnitelewis;i, parasite du pigeon et du corbeau.
SLes sporocytes conmme les Lamiitocytes ont une forme semi-lunaire.
HMAMIBE. icl Rlitii, parasite des moineauxi et des alouettes.
3o Malarie, parasite de l'homme; fivre quaitc.
t4o iva.x, parasite de l'homme; fivre tierce.


DEi:XIME :GE.XE : Hsemomenas. Gamitocyte forme particulire,
diffr'ente (lu sporocyte (sem'-'une ou croissant). Ce genre ne renferme
qu'une unique espce, 1'11emomcinas prrox, parasite des tivres tropi-
cales et des pernicieuses irrgulires.


(1) GtAssr, BIGNA n et BA.STIANEiLI, in Ann delle Hygiene sperimentale et in Rendi-
conti di R. Academiia, 1899.
(2) loss, in Nature, August 1894.
(3) ID., Report on lte malaria Erpedition in Sierra-Leone.








- 28 -


Les raisons invoques pour tablir cette difference entire les trois
types d'hmatozoaire (le la livre quarter, de la fivre tierce et (le a fivre
tropical s'appuient surtout sur la presence ou l'absence de la gamte.
Remarquons pourtant que la livre quarter, trs rare au Congo, ai gmente
de frquence i measure qu'on s'.-lI,,.ii dles regions claudes, o la viru-
lence du parasite est plus grande.
Cliniquement, nous observons tous les jours que les rapatris qui ont
souffert (le fivres tropicales au Congo ont ordinairement en ['elgique
des fivres tierces simples ou doubles, mais parasites plus glands et
pigment noir et prcoce.
Comme il est peu probable qu'ils se soient infects de tierce simple
au retour, on peut admettre que c'est la livre tropical qui s'es, trans-
forme en tierce simple.
Parmi les raisons qu'invoquent les unicistes pour tayer leur thorie,
citons encore les suivantes :
En premier lieu, la moindre resistance du sang de l'Europen sous
les tropiques; le parasite, en presence d'un organism dbilit, ,e dve-
lopperait plus vite et aurait un volume moindre.
Cette hypothse est infirme par les travaux d'Eyckman, du Bata-
via (1), qui ont dmontr que le sang de l'Europen, toutes choses
gales d'ailleurs, conservait ses qualits de resistance normales (iso-
tonie).
De notre ct, dans de nombreux examens du sang avec l'appareil de
Fleischl et avec celui (le Henocque, nous avons trouv le sang normal
au point de vue (le sa richesse en oxyhmoglobine, part chez lis an-
miques, les cachectiques et les hmoglobinuriques.
En second lieu, et ceci ne peut tre mis en doute, les auteurs sou-
tiennent que, grce la chaleur humide constant (lu climate quatorial,
les parasites acquirent une activity plus grande engendrant ainsi les
fivres tierces plus graves, et, chez les individus prdisposs, les fivres
pernicieuses.


CHAPITRE V. Symptmes des fivres paludennes.

L'infection paludenne peut se traduire de deux faons diffrentes:
1 La forme manifestations aigus, fbriles;
2 La forme chronique : la cachexie paludenne, gnralement le
rsultat d'accs frquents et graves. On l'a signale s'tablissant aussi
d'emble.


(1) EYCKMAN, Archiv fur Tropicale Hygien.








29 -


On retrouve au Congo toutes les former cliniques dcrites par les
auteurs de pathologies tropical : les fivres quarters, tierees simples,
doubles ou subintrantes (livre rmittente), les fievres bilieuses, cr-
brales, etc. Nous no nous attarderons pas les dcrire. Signalons pour-
tant un des types les plus frquents le livre qu'on observe au Congo,
fivre qui a gnralement une dure de trois jours.
Les prodronies sont variables et non constants : lassitude gnrale;
douleurs rliumatodes dans les bras, les janibes et le dos; somnolence;
embarras gastrique; vomnissements muqueux; cphalalgie.
L'accs type a les trois states : frissons, chaleur et transpiration; le
stade de frissons peut souvent manquer ou tre peu marqu.
Le malade, aprs le premier accs, ne voit pas sa temperature revenir
la normal; elle a des oscillations entire 38 et 40"; certaines mo-
ments, le corps est couvert de transpiration; d'autres, la peau est
sche.
De lgers frissons surviennent au moment de l'lvation de la temp-
rature. Ce n'est gnralement que le troisime jour que la temperature
revient la normale.
Celte dcure de trois jours s'explique fort bien par l'tude biologique
du parasite paluden. Le malade commenait le traitement spcifique
(quinine) aprs l'apparition lde l'accs; la quinine est arrive dans la
circulation quand les jeunes sporules de la premiere fivre taient dj
l'abri ldans les globules rouges. Ces sporules provoqueront la fivre
quarante-huit heures aprs, donc au troisime jour. 11 n'en est pas de
mme des sporulations subsquentes, qui, grce une medication anti-
parasitaire nergique, trouveront le sang satur de quinine et seront
irrnmdiablement dtruites, ananties.
A l'examen (lu sang, on retrouve trs rapidement les parasites typiques
de Laveran. Le pigment libre ou endoleucocytaire est constant. Il est
moins abundant et moins fonc dans les fivres tropicales que dans les
fivres tierces des climats temprs; mais il existe toujours.
La rate est augmente de volume, parfois douloureuse. Elle revient
son volume normal, une fois l'accs pass.
Les urines sont ordinairement trs charges, surtout dans les livres
o il y a hypercholie.
L'appareil digestif accuse des troubles d'embarras gastrique : langue
charge, paisse; nauses; vomissements muqueux ou bilieux, avec
sensation de poids et douleur l'pigastre. La constipation est la rgle.
Le pouls est frequent : 100-L-0, plein et fort pendant la priode de
chaleur.
La cphalalgie est ordinairement violent.









- 30 -


La fivre tombe, tout rentre rapidement dans l'ordre; il ne persist
qu'un peu (le faiblesse et d'inapptence temporaires.
Nous ajoutons ci-aprs quelques observations et diagnostics de
fivres.

DIAGNOSTIC. Si l'on voulait prendre la priodicit des accs come
base de diagnostic au Congo, on serait singulirement drould; rares
sont les accs tierces, doubles tierces, quarters; la gnralit des accs
sont subintrants.
L'augm entation de volume de la rate et les caractres de l, kangue
n'ont rien de constant et ne peuvent servir tablir un diagnostic.
La quinine, employe come pierre de touche, rendait des services
auparavant.
Actuellement, l'examen du sang, la recherche du parasite de Laveran
et (lu pigment nous permettent d'tablir un diagnostic sr.
Un seul examen ngatif ne suflit pas pour carter le diagn-,stic de
paludisme; il en faut plusieurs; et dans les fivres graves (fivr s cr-
brales, comateuses), si l'examen (du sang priphrique, come I arrive
parfois, a donna un rsultat ngatif, il est bon (le s'assurer de la nature
paludenne de l'allection en examinant le sang retir par une piqre
aseptique de la rate avec la seringue (le Pravaz.
La piqre au doigt se fera come nous l'avons crit dans noti tude
sur le parasite, parue antrieurement (1).
liaplelons, pour terminer, que les preparations frais sont les plus
simples et les plus pratiques.



CHAPITRE VI. Cachexie paludenne.

Elle succde gnralement de nombreuses fivres, mais peut irriver
sournoisement. Elle se caractrise par une anmie profonde : la peau
devient gris sale, parchemine; la rate est souvent norme et peut
dpasser les fausses ctes, et confondant sa matil avec celle du foie,
galement augmente.
L'examen (lu sang rvle parfois la presence de formes semi-lunaires
et de pigment.
Les accs de fivres intercurrentes sont frquents.
La peau est souvent le sige d'affections diverse, telles que ;arnes


(1) DRYEPONDT et VAN CAMPENHOUT, Le parasite de la malaria, pp. 12, 13 e: 14.









- 31 -


(ulcres sigeant spcialement aux membres infricurs), eczma, lichen,
psoriasis.
On a signal des hnmorragies diverse (pistaxis, hmoptysie, hma-
tmse, de l'hmaturie, de l'hmoglobinurie, etc.). La dysenterie est fr-
quente et grave chez ces sujets.


CHAPITRE VII. Traitement du paludisme.

La base du traitement (lu paludisme, c'est la quinine. Dans son
administration, on doit se guider sur le principle suivant : il faut que le
sang soit satur de quinine au moment de l'accs, au moment (le la
sporulation, pour que celle-ci soit dtruite. Or, il s'coule environ
six heures entire 'absorption de la quinine par la bouche et son maxi-
nium d'action.
Dans les fivres priodiques types, on commencera nine par la bouche aux dixime, huitime, sixime et quatrime heures
prcdant l'accs, par doses de 0O centigramnmes i la fois.
Dans les accs irr(guliers ou sulbintrants, on administrera la quinine
de quatre en quatre heures, la dose le Lde i 7'i centigrammes.
Si l'kit dis voies digestives ou la gravity de l'accs ne permettent
pas l'abso>irtioii d< mdicament par la bouche, on fera des injections
hlpodermniques de quinine (bichlorhldrate, de prf'rence). Nous esti-
iions que la quinine administre en injection est d'un tiers plus active
que prise par la bouche.
Nous n'avons jamais fait, ni eu l'occasion de fire les injections intra-
veineuses.
Les soins les plus mticuleux d'antisepsie et d'asepsie doivent tre
pris dans la pratique les injections hypodlrmiiques de quinine; avant
de proc'der i l'injeclion, on dsinfectera la peau 'I l'eau phnique,
l'alcool ou "a l'tlher. On fera seringue et, le cette faon, on aura la certitud e e n'avoir jamais
d'accidents.
L'endroit d'lection pour l'injection est variable : les parties externes
des bras, les jambes, le tronc, le dos, les fesses, etc.
L'injection faite, on peut, pour plus dle scurit, toucher la piqre
avec un pinceau u un tampon tremp dans la teinture d'iode.
L'action de la quinine injecte done son maximum d'effet dans
l'organisme une heure aprs la piqre.
Parmi les sels de quinine, nous avons toujours donn la prfrence








- 32 -


au bisulfate pour l'administration buccale, au bichlorhydrate ou,
dfaut de celui-ci, au bisulfate, pour les injections sons-cutan s.
Des innombrables succdans de la quinine, il n'y en a auci n qui la
vaille come activity antiplaluddcnne. Plusieurs lui sont, en on 're, inf-
rieurs, soit par le volume du mdicament employer, soit 'r:\ leur
conservation ditlicile.
Le bleu de mthylne, beaucoup priCd en Italie, n'a pas ri ndu, au
Congo, les services qu'on en attendait. Il a, en outre, l'inconvielnt de
teindre en bleu vert les sells, les vomissements, les urines.
La phno-colle (chlorhydrate) est bon antiilbrile, bon aniinvral-
gique, mais ne prdvient pas le retour des accs.
L'antipyrine, l'anti'ibrine et analogues rendent souvent (le grands
services pour abaisser l'hyperthermie menaante; leur ac ion est
purement transitoire.
Dans l'hypertliermie, le drap mouill a donn (le trs bons r:sultats.
Les frictions aromatiques procurent un grand bien-tre aux i ialades.
Quand l'tat bilieux est prononce, administration d'un voi iitif est
indique : l'ipca la dos e de 1-25 avec (les boissons abondan es pro-
duira de bons effects. S'il y a constipation opinitre, un purgatif salin ou
un lavement d'eau savonne ou au sulfate de magnsie dbarr; sseront
1 intestine des matires 'cales qu'il retient.
Pour le reste, on instituera le traitement symptomatique qi e com-
portent les circonstances : digital dans les complications cardiaques;
opiacs, chloral dans les insomnies et les nvralgies intolrables; rgime
lact dans la nphrite paludenne.
La dite sera la rgle pendant l'accs. Ds que la fivre est t; ibe,
on commencera l'alimentation par des bouillons, des viandes iaches
crues ou cuites, au got du convalescent.
La cachexie paludenne sera traite par l'arsenic, le fer et une .limen-
tation tonifiante, et les accs de fivre intercurrents seront vigo ireuse-
ment combattus par la quinine.



CHAPITRE VIII. Prophylaxie du paludisme

A. MOYENS HYGINIQUES.

Les meilleurs miyens d'assainir un pays paluden sont le drainage et
la culture grce auxquels on supprime les eaux stagnantes et les mari-
gots, qui sont des nids d'anophles.









- 33 -


[lemarquons en passant que les grinds travaux de terrassements
(gouts, fortifications, construction de railways, etc.), en crant artifi-
ciellementi des collections d'eau stagnant, provoquent friuemmient
aussi la production le centres d'infection paludenne temporaires.
Le drainage et la culture du sol constituent un idal qu'on est loin
d'avoir atteint au Congo. Tous les efforts doivent tre diriges dans cette
voie; mais il se passer (le longues annes avant qu'on arrive au degr
de perfectionnement desirablee. Aux environs et imme au milieu des
stations (BIoma, Leopoldville. etc.) existent (les marigots, ldes sources
non draines, (les terrains non cultives. Les g.outs sont inconnus.
A Bonia cependant, on a entrepris l'asschement d'un niarais situ en
plein centre, et Lepoldville, les Iravaux d'assainissement sont dj
amiorces.
Devant l'impossibilit matrielle de pouvoir drainer et cultiver tout
le sol, impossibility, commune 5 toute la zone tropical africaine,
on a propos' d'autres imoyens d'assainissement.
Parlani de l'ide q les moustiques anophiles sont les principaux
propagateurs du paludisme, on a essay de dtruire leurs larves en
jetant dans les marcages des products chimiques divers (ptrole, gou-
dron, chaux, sel, etc.). Les experiences n'ont imallheureusement donn
aucun rsullat pratique Les dpenses que ncessiteraient l'application
srieuse de ce systme seraient d'ailleurs normes et 5 renouveler au
bout d'un temps trs court.
Mais il existed un ensemble de moyens hyginiques d'ordre gnral et
particulier qui, s'ils ne peuvent garantir l'immunit absolute, per-
mettent (le rduire d'au moins les trois quarts les chances d'infections.
Nous les numrons ci-aprs :


a) Moyens d'ordre gnral.

1 Choisir pour fonder une station un endroit lev, non culminant
et abrit contre les vents dominant.
o2 loigner les agglomrations indignes (les environs immnidiats;
3 Assurer l'coulement rapid des eaux vers la rivire en creusant
des fosss, en remblayant les dpressions de terrain, etc.
4" lesserrer les maisons dans une certain measure et en tout cas ne
pas les entourer de plantations touffues; ne permetire autour d'elles
que des plates herbaces et (les arbustes (tels que fleurs, menthe poi-
vre, ricin, elc.), et bien entretenir ces jardinets.
5 Si possible damer, empierrer les course, les rues.








- 34 -


6 Construire de prfrence les habitations pour blancs en fer ou
en briques. Les surlever de 1 ou 2 mtres; sous aucun prtexte, n'em-
ployer les sous-sols come magasins; on n'installera jamais d( maga-
sins vivres dans une parties d'une habitation (1). Une large 'randa
courra tout autour de la maison.
Les fentres doivent tre hautes et large; elles auront des chassis
mobiles garnis de toile mtallique ou de tulle moustiquaire, permet-
tant l'aration tout en s'opposant l'entre des moustiques (imosti',proof).
Les plafonds sont indispensables, surtout dans les habitations lui ont
des toits en chaume.
7 Etablir dans les mess, dans les lieux de reunion et d: ns les
habitations des pankas grandss cadres en bois tendus de toile 1 xs au
plafond sur un axe mobile que command un systme de cor les) ou
tout autre systme de ventilation puissante. Ces pankas procurent une
fracheur trs agrable et loignent les moustiques.



b) Mo yens d'ordre particlieir.

o1 Se vtir d'habillements garantissant le plus possible des mo sures
de moustiques : porter de longs bas jusqu'au moment le se meltre au
lit et conserver de fortes chaussures couvrant la cheville, porter e soir
des pantalons en tissu pais.
20 Pour le sommeil, s'entourer d'une bonne moustiquaire hermti-
quement close, pendue l'intrieur (lu cadre de soutien et en r plier
les bords infrieurs sous le matelas. Veiller ce qu'on n'y enfern:e pas
de moustiques au moment de se mettre au lit negligencee qui es! plus
frquente qu'on ne croirail).
3 S'abstenir de boire (le l'eau non filtre ou non bouillie, surtcut
entire les repas. L'eau crue est d'ailleurs le facteur presque exclus if de
la production (le la dysenterie.
4o Ne pas faire d'excs de boissons ou autres.


(Il Nous insistons sur l'ulili de cette precaution. Bien qu'il s'agisse, d iis le
present rapport, du paludise, nous croons devoir signaler la friuenice, \( rifide
plusieurs fois par nous, "ii Congo et sur les ageris rentrc s malades eln elgiq~i dle
l' llemloisonnelmenit organique par les subtliles diasloses de Ifrinenitation de ina il'2s
organliques en dconlposition conmne cause du bCri-irl. Les s s de cette dci i:'e
maladies sei blent devenir moins rares qu'autrefois parmi les Europens au Con Do, et
nous croyons den oir attirer l'attention des autorits sur la precaution (que nou: pr-
conisolis.












B. MOYENS MDICAMENTEUX.


Concurremment avec les moyens hyginiques, nous pouvons employer
des moyens mdicamenteux.
Citons pour mmoire l'arsenic et ses drivs; leur action come
prventifs a t dmontre nulle.
Rcemment, on a prconis le bleu de mthylne; nous ne l'avons pas
expriment sur une chelle assez tendue pour pouvoir nous pronon-
cer. Certain auteurs, Celli entire autres, en ont obtenu de brillants
rsultats; d'autres lui contestant toute activity.
Nous avons us de la quinine come prventif, avec de trs bons
rsultats. Nous l'administrons de la faon suivante. Toutes les semaines,
nous donnons 1 gramme de quinine en une fois; quand on voyage en
pays fortement impalud, ou quand on fait des fatigues excessive, la
dose de 1 gramme doit tre prise deux fois par semaine.
Nous connaissons plusieurs personnel qui, en suivant rgulirement
ce systme, ont compltement vit le paludisme pendant un sjour de
trois quatre ans; d'autres n'ont eu que (les fivres lgres. On nous
a object souvent que, en suivant cette mthode, l'organisme s'habitue
la longue a la quinine; c'est exact, mais le parasite palulen quand il
pntre dans la circulation n'y est pas habitu, et c'est lui qu'il faut
dtruire.
La quinine prise ainsi n'a d'ailleurs jamais, notre connaissance,
produit le moindre phnomne d'intoxication.
On a parl d'imposer aux indignes (le prendre la quinine (1) de cette
mme manire preventive. On se heurterait une impossibilit absolue
que connaissent tous ceux qui ont rsid en Afrique.
Nous terminons en rptant que la seule faon d'assainir un pays
impalud, c'est la culture et le drainage mthodiques. On entreprendra
ces travaux d'abord aux environs des stations et l'on largira progressi-
vement ces aires d'assainissement. Ces travaux devront se fire la
saison sche. Les travailleurs et les surveillants ne logeront pas la nuit
sur place, et I'on surveillera attentivement leur sant; on traitera la
quinine les accs de fivre, tant des noirs que des blancs.

(1) Par .-c moyen, on 0s proposait (le iminuier les chances qu'ont les anophles
de s'inl'eciter ur les indigi nes (quii n'ont pas l'habituale de se gair' tiri centre leurs
piqres lres t.qu'i'ls sont attiints de fivre etl de diminuer du m Cine coup la dispersion
du paludi-mile en reduisanit le nombre tdes sujets aiteints et capable par consquent
de container les moustiques.









- 36 -


CHAPITRE IX. Observations et diagnostic de fivres paludennes.

1. FIVIIES TROPICALES.

No 1. C..., nationalil allemande, commerant. Dix mois (le rsi-
dence au Congo. A eu des fivres.
14 selptil ilir' On a constat hier, ;i 15 heures, une fivre d( 40; le
malade pris l'u0 de bisulfate de quin 1n aprs l'accs.
15 sNpl'inmlre Nuit mauvaise; insomnie. Peau chaude et i umide.
Cphalalgie gravative.
Temperature au martin : 37' 9; pouls :110; temperature 17 heures:
398.
Nous faisons deux examens du sang :
Le premier a 14 heures : parasites ambodes bloc fauve ; p irasites
jeunes annulaires.
Le deuxime '1~U heures (deux heures avant la fivre): sporulations
intraglobulaires et former annulaires.
Traitemeint : th chaud; i '.i d q uinine en cinq doses.
16 scpld iiire. Pas (d'c'amietn du sang. Temperature 8 heures
3806 ; -i 15 heures : 40"; 18 heures : :;".
Trailement : th; quinine la mime dose.
17 septeiiire. Transpiration abondante. Nuit bonne.
Temperature : 37; pouls normal.
Examen du sangl 9 heures : pas de parasites.
18 sepicniiler. Etat gnral excellent. Pouls et tempratur nor-
maux.
Traitement : quinine, 2 grammes par jour en quatre doses; alimen-
tation.
19 sepienlre. Convalescence.

No 2. V..., sergent de la force publique. Cinq mois de residence
au Congo; a dj t atteint, antricurement, de livres.
Le malade declare avoir eu un accs fibrile dans la nuit du 15 au
16 septembre.
16 scplemiilire. Temprature au martin : 37o3; pouls : 80. l'as de
flivre lde toute la journe. Inapptence; langue charge.
Examen du satii 9 heures : un (?) parasite annulair non
pigment.
Trailement : dite lacte ; expectation.








- 37 -


17 sepcenire. Pas de fivre; pas de parasites dans le sang; l'inapp-
tence persiste.
Trailement : la medication (le la veille est continue.
18 sepltenlire. Pendant la nuit, le malade s'est veill avec la fivre:
frisson, chaleur et transpiration. On a constat 39o pendant la priode
de transpiration.
Temperature au matin : 381i; pouls : 96. Peau chaude et humide.
Traitement : 2 grammes (le quinine en quatre doses. Th lger,
chaud.
19 spltcnilre. Nuit bonne. Apyrexie.
Examen du sang 9 heures : formes annulaires non pigmentes.
Traitement : quinine, 2 grammes par dose de 50 centigrammes, 16,
18, 20 et 22 heures.
20 seteiiibre. Nuit assez agite. Au matin, temperature : 37o8.
21 septeimlre. Apyrexie. Quinine, 2 grammes en quatre doses,
8 12, 1; et 20 heures.
22 sepiemrie. Apyrexie. Quinine, 2 grammes en quatre doses,
8, 12, 16 et 20 heures.
Convalescence.

N0 3. R..., agent commercial. Sjour de plusieurs annes au
Congo. A eu des fivres.
'2 septemlre. Le malade se plaint de lassitude depuis plusieurs
jours. 11 declare avoir eu la fivre la veille, au matin. Inapptence.
Temperature 17 heures : 373; pouls :8(i.
Examen du sang a 17 heures : parasites annulaires; parasites bloc
de pigment brun fauve.
L'accs flbrile se dclare 19 heures.
Temperature : 39o5.
Traitement : depuis trois jours le malade prend 1 gramme de quinine.
Nous lui prescrivons 2e'50 de quinine par jour en doses de 50 centi-
grammes, 8, 11, 14, 17 et 20 heures.
Gurison.

Ni 4. V... d... P..., charpentier. Six mois de residence. A eu des
livres antrieurement.
5 1 septembre. A eu la fivre toute la journe.
ler otolire. Nuit mauvaise.
Temperature au martin 8 heures : 398; pouls : 110; temperature A
midi : 39o7 ; pouls : 116; temperature 18 heures : 397 7; pouls : 110.
L'e.ramen du sang, fait 9 heures, rvle de nombreux parasites de









- 38 -


forme annulaire, il movements aimbodes trs vifs, pas de formes
pigment; pigment libre et endoleucocytaire.
Traitement : boissons chaudes; 2 grammes (le quinine mn quatre
doses.
2 oclolre. Nuit agite.
Temperature au martin : 384; Examen dlu sanI i! 10 heures : nombreux parasites bloqc pigmen-
taire fauve.
Trailtement : quinine, 3 grammes en six doses; boisson; chaudes
abondantes.
ia dcolire. Le malade declare avoir pass une trs mau, aise nuit;
langue paisse; inapptence; constipation depuis trois jours.
Temperature : 3!7'1; toute la journe.
Exame, n diu IsaI : pas de parasites paluddens.
Trailemeiifl : purgatif salin. Quinine, 3 grammes.
1 ocltoire. Aimlioration trs grande; apyrexie.
Examen du sang : ngaltif.
Traliit'ent : 2 grammes (le quinine en quatre doses. Ali inetation.
5i oclolue. Gurison.


iNo .. S..., commis, rsidant depuis une anne et demie au Congo.
Ce malade prend journellement 10 renuigramnms de quini le come
moyen prventif de la fivre (!).
4 oclobre. A eu la fivre la nuit qui prcde le dbut dt la pr-
sente observation.
Temperature 8 heures : 37 ; pouls : 10i.
lEamen du san! it 8 lieures : parasites annulaires; bloc; pigmen-
taeiis libres et endoleucocylaires; gamtes.
Trailemenlf : quinine, 2 grammes par jour en sept doses p( ndant huit
jours; aprs cela, arsniate de fer, 7 milligrammes pro die. Le malade
est envoy au sanatorium de Banana.


NI 6. C..., commis. Quatre mois de residence.
7 oricihre. S'est rendu fi ses occupations au martin, avant un violent
mal de tte et une grande lassitude dans les membres.
A 8 1/3 hieures, il est oblig d'aller consulter le mdecin.
T 1emprature : 37" : pouls : 8i.
E,'xamen du sai q 8 i/ l heures : parasites annulaires; paraiit(s bloc
et sporlulations (six fi dix sporules).
i.. ii.-etii ;*; 'i 'iLare ; i. -.'i; iii <: iii:laiX.' ; iilil; ;,i !i ;:', uine








- 39 -


temperature de 39". Ds que la transpiration s'tablit, la quinine est
administre. II prend 90rUO pro die en cinq doses de 50 centigrammes.
Gurison.

~o I)e G..., sergent.
11 oclolre. Fivre tropical subintrante. Dure trois jours. Gurison.

No L..., commis.
19 oclolire. Fivre tropical subintrante. Dure trois jours. Gurison.

N 9). 1)..., sergent.
20 oclolire. Fivre tropical double tierce. Dure trois jours.
Gurison.

No 10. L..., prisonnier.
21 ociolre. Fivre tropical subintrante. Gurison.

vo l N..., caporal de la force publique. Arrive depuis trois mois
en Afrique.
25 octobre. A eu de fortes livres au camp de Luki.
L'anmie est profonde; teint eachectique prononc.
late et foie augments de volume.
Depuis neuf jours, le malade n'a plus pris de quinine.
11 a la li;vre; la peau est chaude et sche.
Tempiratiure ` 9 heures : )9o; 5 midi : .'. .; au soir : 39o.
Examen du sani ' 9 heures : parasites annulaires, petits parasites
ambodes non pigments; parasites ainbodes t pigment brun fauve,
s'agglomrant en bloc; gamtes. La couronne pigmentaire d'une de
ces derni'res reprsente assez bien le chiffre huit; on la dirait forme
de deux couronnes soudes.
Truitoemiinl : ('5l de quinine en cinq doses.
24 crtoulr. Nuit mauvaise.
Temperature au martin : 38(i; midi : aIS89; au soir : "8o7.
EL'c,aii'li du satq au martin : a) Parasites annulaires; b) Parasites voi-
sins de la sporulation; c) Parasites Ilagells, llagella libres; d() Gamtes.
Trailtement : la medication institute la veille est continue.
s25 octobre. Temprature : i8"li.
Et'inmn ,dilu sini : rares parasites tipi1ents; une gante.
Traite'm t : continuation du traitemnent quinique.
21 (hlo:'e. pyr\'exle. TaitemenIt citltiinu.
~i (iciu.:,'1.. --- .'. pyr xie. T raitl m.cii. til ;*.'. ;, A .':.:. 12i;^j ,i't,D ',C;ii tl.








- 40 -


N 12. A..., colporteur, nationalit portugaise.
21 oclohre. Fivre tropical double tierce. Gurison.

NI I13. B..., sergent; nationalit italienne.
22 oclolbe. Fivre tropical. Dure trois jours. Gurison.

No 14. M.... agent de la force publique.
9 novemilre. Fivre tropical avec gamtes. Gurison.

N la. G..., prisonnier; cinq ans de residence au Cong). Malade
depuis le 10 novembre. Prend, depuis cette date, 1 gramme de quinine
par jour.
1l iiovenibre. A eu la fivre toute la nuit avec dlire. Le martin, le
malade se plaint d'une cphalalgie violent; vomissements ncessants
de matires muqueuses.
La peau est chaude et couverte d'une transpiration abondai te.
Temperature : 41"3; pouls : 180 10 heures.
lExamen du sau : parasites annulaires; parasites adults; i arasites
bloc pigmentaire fauve.
Traitement : quatre injections hypodermiques de 50 centigr:mmes de
quinine par jour. Ipca : lr20 avec du th chaud en grande quantit.
Ds que les vomissements ont cess, 2 grammes d'antipyrine -n quatre
doses de 50 centigrammes.
12 ioveiiime. Nuit came. On a fait hier au soir une in section de
1 centigramme de morphine.
Temperature au matin : 393; pouls : 105. Tous les autres phno-
mnes se sont amends : langue humide; cphalalgie nulle; plus de
dlire; plus de vomissements.
Examen du sang : pigment libre et endoleucocytaire. Pas de parasites.
La temperature tombe au soir 370.
Traitement : 3 grammes de quinine par la bouche en six duses.
S1 noieniire. Amlioration.
Temperature : 3(o5. Le malade a de l'apptit.
Examen du sang : mlanmie; leucocytose; pas de parasites
Traitement : comme la veille.
14 noveiiilre. Convalescence; 2 grammes de quinine penlant huit
jours.

N 1o. L..., mcanicien de bateau, de nationality danoise.
A t renvoy du Haut-Congo pour tre rapatri, avec le di.ignostic :
cachexie paludenne.









- 41 -


19 iovenilire. La fivre s'est dclare hier soir, entire latadi et
Borna, 16 heures. Apyrexie.
Examen ldu sang : parasites annulaires et grains de pigment dans les
leucocytes.
Traitement : la quinine a t donne au malade dls hier. Aujour-
d'hui, elle lui est administre la dose e e l i.
20 noemhlire. Fivre. Temperature ;i 8 heures : 396 ; pouls : 120.
Examen dlu -.i. : 1" parasites annulaires; 2" parasites ambodes;
3" parasites bloc et sporulation.
Traitement : boissons chaudes. Quinine, .9r0O en cinq doses.
21 novemb lre. Apyrexie.
Examen du stng : ngatif. Mme traitement Le malade prend passage
bord et part le 22 novembre pour l'Europe.

x 17. A..., capitaine d(e steamer.
10 dlcembire. Fivre tropical. Gurison.

N 18. M..., commis.
19 (dcemilire. Fivre tropical. Gurison.

.to 9. R..., commis.
26 dcemiibre. Fivre tropical. (urison.

N" 20. -- C...
21 janvier. Fivre tropical subintrante. Dure quatre jours.
(;urison.

No al. B..., juge.
12 lvrier. Fivre tropical subintrante. Dure trois jours. Gurison.

NK a. S..., chef de poste Kinchassa. [)eux ans de residence au
Congo. A eu souvent la livre.
Le L)' Zuccaro, mdecin de l'tat du Congo fi Lopoldville, a constat,
au mois le janvier, apparition dans le sang de ce malade de nom-
breuses gamtes immunisationn individuelle), succdant (les accs de
livres tropicales subintrantes.
Dans les derniers jours, il a t trait pour pharyngite pustuleuse.
4 mars. Le mdecin traitant a diagnostiqu un foyer pneumonique
avec rales crpitants la base gauche.
L'examen du sang pris au doigt, pratiqu le 4 par le Dr Zuccaro, n'a
pas rvl l'existence de forces parasitaires; fivre nulle.









- 42 -


5 mars. A 12 heures, le malade est plong dans un dem -coma,
avec subdlire. 11 ne rpond qu'imparfaitement aux questions poses
et encore, aprs interpellations ritres. Les paupires sont i moiti
ouvertes (lagophthalmie); les yeux convulss en haut et en ( edans;
les pupilles sont dilates et insensibles la lumire.
Chaque fois que le malade se rveille un peu, il se plaint d't ne soif
intolrable el de constrictions douloureuses la gorge. La pau est
froide et glace. 11 n'y a pas de temperature fbrile, il y a plutt
hypothermia : 35"; au martin, il y avait 35o.
Du clt ldu systme digestif, on remarque une rougeur uniform de
la gorge et du pharynx ; pas (le pustules.
Vomissements nuls: le malade avale trs dillicilement.
11 n'y a pas en de sellers depuis trois jours. Le venture est rtract et dur.
Du ct du systme respiratoire, il y a une oppression extreme. La
respiration est frquente (46 inspirations par minute).
Toute la poitrine se soulve fortement chaque inspiration.
A la percussion : tympanisme dans toute l'tendue de la poitl iie. A
l'auscultation : respiration rude gnralise; pas de rles.
CSur mauvais, trs faible, 110.
Examiin du san : 1, sang priphrique (piqre digital 12 hlures):
normment de blocs pigmentaires libres et endoleucocytaires; pas de
parasites. 2 Examen du sang splnique pris 13 heures : grande
quantit (le parasites forme ovalaire de la phase semni-lunaire: en
outre, une grande quantit de parasites annulaires ; d'autres bluc ou
la phase A sporulation.
Diagnostic : tivre tropical pernicieuse, algide, avec congestio i cr-
brale et pulmonaire.
Tramtem'nt : quinine en injections la dose de 50 centigr unmes
d'heure en heure; revulsion la poitrine et aux mollets. Cruchons
d'eau chaude aux pieds. Lavements purgatifs (sn et 40 grami ies de
Na.SO.).
Dcs 23 heures dans le coma, avec hypothermia.
Autopsic incompletee) :
emaciation gnrale trs prononce.
Poumons : Sdme pulmonaire; congestion; pas d'hpatisatio l; pas
de pus; parasites paludens de la phase de sporulation et gamtes.
Foie : norme, mlanotique; parasites nombreux.
Rate : fort augmente de volume. La piqre pratique la veille a
produit une dchirure linaire et superficielle de 1 centimtre. Le
pritoine continent une trs minime quantit de srosit rose. Parasites
nombreux dans la boue splnique, qui est noire.








- 43 -


Reins : gros rein blanc; pas de parasites.
Cerveau : on n'a pu pratiquer que la trpanation un endroit (lobe
parital ascendant). Surface crbrale anmie; pas de parasites dans
la substance corticale ce niveau. 11 ne nous a pas t permis d'extraire
le cerveau.
Moelle osseuse des os plats (sternum, ctes) bourre de gamtes; peu
de parasites de la phase sporulative.

No 23. -- M. V..., agent commercial. Trs longue residence en
pays chauds (Japon, Chine, Indes nerlandaises, Brsil et Congo). Ne se
rappelle pas l'poque de sa dernire fivre.
7 mars. Le malade a eu une forte fivre la nuit du 5 au 6 mars.
Il a pris de la quinine hier (2 grammes). Depuis hier, vomissements
bilieux abondants; sensation (le poids '"[ i-n'. Teint et conjonctives
subictriques. Temperature : 367; pouls : 96.
Traitement : lsr2i d'ipca en une fois avec boissons chaudes abon-
dantes; d(s que les vomissements cessent : quinine; aujourd'hui on lui
en a donn S'25.
Gurison.

No 21. G..., aide-monteur.
4 mai. Fivre tropical tierce double. (urison.

N 25. G..., mcanicien de bateau, (le nationality grecque.
6 mai Le malade est gravement atteint : obnubilation crbrale;
dlire; agitation.
Temperature : 409; pouls: 130 Il heures; temperature au soir: 400.
Examen du sang 1l hleures : nombreux parasites d'ges diffrents;
certain blocs fauves; pas de gamtes; mme rsultat pour les examens
du sang faits 14 heures et 17 heures.
Traitement : 2 grammes de quinine en quatre injections; lavement
savonneux.
7 mai. Lgre amlioration; le malade est revenue lui. Tempra-
ture au matin : 396; midi : 39"6; au soir : 388.
Trois examens du sang : parasites moins nombreux qu'hier; pas de
gamtes.
Traitement : 2 grammes de quinine, par la bouche.
8 mai. L'amlioration persiste; le malade se sent bien.
Temperature au matin : 38; midi : 38; au soir : 38"7.
Deux examens du sang. Celui de 9 heures rvle encore des parasites
d'une gnration; la temperature a mont pendant le courant de l'aprs-
midi.








- 44 -


Traitement : come la veille.
9 mai. Apyrexie; l'apptit revient; sang dpourvu de parasites.
Traitement : come la veille.
10 iai. Convalescence.

N o2. C..., commissaire de district, malade depuis plusieurs
jours; prend depuis lors 1ia0 de quinine pro die.
Examen du sang : parasites annulaires; une forme ovalaire de la
phase semi-lunaire. Temperature : 39( ; pouls : 10'.
Traitement : quinine, 2 grammes; antipyrine, I gramme.
Gurison le lendemain.

NI 2b. V..., mcanicien-monteur, de nationalit italienne.
A eu la fivre les 14, 15 et 16 mai; trait par la quinine.
Le malade se prsente le 20 mai, souffrant de courbature gnrale;
la temperature est de 37.
Nous faisons deux examens du sang:
Le premier, 11 heures, montre plusieurs parasites paludins de
forme annulaire, non pigments.
Le second, 16 1i/ heures: parasites bloc pigmentaires; sporu nations
et blocs libres. La temperature 16 4 hlieures est de 387 ; 18 h Uures:
39o.
Traitement : ds le martin, on a commenc le traitement la quinine;
le malade a pris 2 grammes avant son accs.
21 imai. Transpiration abondante la nuit; tat gnral excellent.
Examen du sang : pas de parasites; apyrexie.
Traitement : 2 grammes de quinine en quatre doses.
Le traitement est continue pendant quatre jours.
Gurison.

N0 28. M..., sous-ofticier.
22 mai. Fivre tropical subintrante; gamtes. Gurison.

N 29. V. de L..., chaudronnier.
50 imai. Fivre tropical subintrante avec gamtes et parasit s fla-
gells. Gurison.

No 30. L..., mcanicien.
Il juin. Fivre double tierce tropical. Gurison.

Nx 31. M..., capitaine de bateau, de nationalit danoise.
11 juin. Fivre tierce tropical subintrante. Gurison.








- 45 -


N 3. E..., capitaine de bateau, de nationalit sudoise.
11 juin. Fivre tierce tropical subintrante, avec gamtes. Gurison.

No 33. V... d... B..., commis.
12 jiin. Rechute de livre tropical, avec gamtes.
La fivre dure trois jours. Les gamtes persistent quinze jours aprs
l'accs. Gurison.

No 34. B..., intendant.
14 juii. Fivre tierce double tropical. Gurison

No 35. A..., chaudronnier-monteur.
14 juin. Fivre tierce tropical subintrante. Gurison.

No 36. S..., mcanicien le bateau, (le nationality norvgienne.
4i juin. Fivre tropical subianrante; rechute; parasites nombreux,
gamtes et corps flagells. Gurison.

NIo .. B...
14 juin. Fivre tropical subintrante, avec gamtes.
Rapatriement pour cachexie aprs la cessation des phdnomnes aigus.

N 38. J..., sous-ollicier, de nationalit italienne; une anne de
residence au Congo; a eu souvent la fivre. Indispos depuis quelques
jours.
2 juin. S'tant rendu a l'exercice, ce sous-oflicier a d rentrer
immdiatement. A 8 heures, accs violent d'angine de poitrine; lvres
bleues, violaces; membres ples et froids; angoisse extreme; aprs
l'accs, le malade a dclar avoir eu la poitrine come serre dans un
tau; il a conserv toute sa presence d'esprit. Aprs cinq minutes, la
priode d'angoisse extreme disparat petit petit: la parole revient; le
malade accuse encore une forte douleur derrire le sternum, s'irradiant
dans le bras gauche. Le pouls, imperceptible durant l'accs, est frd-
quent : 94; il est irrgulier; la temperature est 393.
Temperature, au soir : 37.
Examen du sang, 9 heures : ngatif; 16 heures : parasites annu-
laires; mlanmie.
Traitement : pendant l'accs, injection hypodermique de 1 gramme
d'ther et de I gramme d'antipyrine. On continue administer par
la voie buccale 2 grammes d'antipyrine pendant le jour. Pas de quinine.
5 juin. Apyrexie.









- 46 -


Examen du sang : parasites annulaires non pigments.
Traite'ment : 2 grammes d'antipyrine; 2 grammes de quinin, par
doses de 50 centigrammes, (le 12 2i heures.
4 juin. Nouvel accs d'angine de poitrine A 8 heures, mais beaucoup
moins violent.
Temperature : ::.' ;. Transpiration abondante.
Traiet'nlet : pendant l'accs, ther et antipyrine par la voie hypder-
mique; aprs l'accs, 2 grammes (le quinine et 2 grammes d'antipyrine
par doses de 50 centigrammes.
5 juin. -- Apyrexie ; mme traitement.
6 juin. Apyrexie; mme traitement.
7juin. Mme traitement pendant hucit jours. Le malade est
rapatri.


2. FIVRIES I'ALUDInENNES ITIEllCES SIMPLES ET DOUBLES.

No a. M"' E..., six mois de residence au Congo, a d(hj eu
quelques accs de fivre. Se sent indispose depuis quelques j.urs :
lassitude gnrale; inappitence. Menstrue il y a huit jours; 'gles
normales.
Le '11 septembre, au soir, a eu la fivre; stade (le chaleur et de
transpiration. A mal dormi la nuit. A pris 1 granmme de quinim hier
aprs-midi.
1'2 septeimilre. De 1 8 i/) heures : 3708; 9 heures : :-i"8.
9 1/ heures : 39oi; 18 heures : 376.
Examen du sini, - 9 heures, immdiatement avant l'accs : lnom-
breuses marguerites bloc p-ni,;.. .i'- noir (14-16 sporulations); rares
former annulaires provenant (le l'accs (le la veille.
Il n'y a pas eu de frisson; la priode dIe chaleur sche a t court;
la transpiration s'est tablie 10 heures.
Traitement : 6 heures du matin : Os'7i de quinine; i0 centigraimes
10, 14 et 18 heures; boissons mollientes, chaudes; dite.
13 sepicilire. Nuit bonne; langue charge, pas de cphalalgie.
Examen du sant, 9 heures : parasites ambodes volumineun non
annulaires : mlanine libre et endoleucocytaire. A 15 heures : frames
pigmentes rares pigment noir.
Temperature au matin : 37"6; midi: 37o3; 16 heures: 39.
Traitemenet : 0 centigrammes de quinine 7, 11, 1I et 19 heures.
Boissons chaudes. Bouillon froid au matin.









- 47 -


14 sepenilire. Transpiration profuse pendant la nuit, qui a t
bonne; urines charges. Temperature : 37o1.
Eruamien du saunl : grains de mlanine; pas de parasites.
Traitement : come hier.
Sli scperiiil re. Temprature normal.
ErtmIen (luit sran : ngatif. Convalescence.
Traitement : quinine I:;iO0.

NI .1.. E..., sous-ollicier, de nationality italienne. Arriv au
Congo depuis deux mois; n'a pas encore t malade(1).
Il est indispos depuis quelques jours; inapptence; tendance
vomir. Courbature dans les nii mbres, dans le clos, avec un peu de fivre.
4 selptimlire. A pris de la quinine.
5 sptellmile. Temprature au martin 8 1i/ heures : 37"6;
pouls : 100.
.ruantl dt sang : la presence de parasites ambodes grains (le
pigment noir mobile de tierce permit de pronostiquer un accs probable
pour la journe ou la nuit.
Trailement : 2 grannies de quinine en quatre doses.
i sepli ihre. -- I'accs le fivre a clat la nuit dernire come il avait
t prvu ; au martin, la temperature est normal. Dans le courant de
l'aprs-midi, nouvel accs arrivant 3!).
Elraimen du sani :14 hlieures : il persist quelques rares parasites
jeunes; plusieurs parasites sont voisins de la sporulation; mlandmie.
Traitenment : .2 iO0 dle quinine en cinq doses.
7 seplindire. Apyrexie; grande amlioration. Temperature : i37o5;
pouls : 88.
lmmnien dit snin : ngatif au point de vue parasites; ilanmie.
Traitementl : continuation du traitement institu la veille.
8 sepiemilre. Apyrexie. Le traitement est continue pendant quatre
jours; puis on diminue progressivement la quinine jusqu' 1 gramme
par jour avant de la supprimer.

No 3. P..., caporal. Arriv au Congo il y a un mois, n'a pas encore
t malade.
2'2 seplemniie. S'est port malade aujourd'hui ayant eu la fivre la nuit.
Eramen ldui sanI : parasites (le forme annulaire et parasites grains
de pigment nombreux et noirs.
Traitement : 2 grammes (le quinine.

(1) Ce cas aurait pu, si le diagnostic n'avait pas t formellement etabli par
l'examen microscopique, tre pris pour une livre climatique.









48 -


23 sepleiiilre. La ivre a clat la nuit. Temperature : .i"tj;
pouls : 100.
Apyrexie (370) 8 4/, heures.
Examen dul sang : il n'y a plus de parasites jeunes; parasites ad 1its
grains noirs mobiles.
A midi, la temperature monte 38; pouls : 98.
Erxamen tld sang11 16 heures : quelques parasites i gros blocs pig-
mentaires; blocs libres nombreux. Temperature 18 heures : 389.
Traile'ment : 2 grammes (le quinine; boisson chaude.
24 sepe'lcmire. Apyrexie.
Deux examens du sang : pas de parasites.
Mme traitement.
25 seplembre. Gurison. Le traitement est continue pendant qt inze
jours en diminuant progressivement les doses de quinine.

N 4. d... G..., magasinier; deux ans le residence; a eu trs iare-
ment la fivre. Le 23 septembre, au martin, a eu un accs; depuis il
prend 1 gramm le e quinine par jour.
24 seplemlire. Le malade ayant t indispos toute la nuit, ia se
fair examiner par le mdecin 7 1/2 heures. Cphalalgie intense. 1em-
prature : 37; pouls : !0.
Examen du sang : pigment noir grains pais, parasites voisins (e la
sporulation.
L'accs se declare 9 4/1 heures : violent, frisson intense. La teimp-
rature 10 heures atteint 396' ; le pouls est i 100. Vomissement: dle
matires muqueuses.
Traitement : une injection hypodermnique de quinine de 1 grain i me
7 1/1 heures. Ds que la transpiration s'est franchement tablie, Irois
doses de 50 centigrammes par la bouche 11, 16 et i 18 heures.
25 seplelinlre.- Amlioration; pas de fivre; pas de parasites. Quiiine :
2 grammes en quatre fois.
26 seplieihre. Apyrexie. Convalescence. Mme traitement.

No 5. V..., sans profession, arriv au Congo il y a un mois; n'a pas
encore t malade et n'a pas pris de quinine. Il s'est senti indispos
depuis quelques jours et ne saurait dire s'il a eu la livre (1).
12 iioveiiire. Temprature : 3i88 11 heures.
Examen du sa ng : parasites ambodes grains (le pigment n iir,
mobiles; parasites bloc et sporulation. Temperature midi : 3809.


(1 Mme remarque que pour observation in 2.








- 49 -


Trailement: une injection de 60 centigrammes de quinine 11 heures;
1 gramme de quinine par la bouche dans la soire.
11 y a eu encore un accs (le fivre le soir.
t noveiinlre. Convalescence ; mlanmie; plus de parasites dans le
sang.

NI 6. P..., agent commercial. Indispos depuis plusieurs jours.
11 janvier. A 6 heures, le malade vient trouver le mdecin parce
qu'il souf're d'une cphalalgie violence.
Exament du sang : parasites annulaires trs nombreux, pas de para-
sites adults.
A 10 heures, la fivre clate violent, 403; pouls : 100.
La transpiration arrive rapidement; 16 heures, la temperature est
revenue 76 ; pouls : 90.
Traitlement : a pris hier I gramme de quinine; autant ce matin en
se levant 5 heures.
Ds que la transpiration s'est tablie aprs l'accs du martin, le malade
prend (tg'j0 (le quinine; autant le soir 20 heures.
1 jani icr. Apyrexie.
Examen dul sangi i 12 heures : parasites ambodes grains assez
gros de pigment noir, mobiles.
Trailt'ment : I gramme (le quinine en une fois 18 heures.
l~ ja, ier. Fivre la nuit (aprs minuit). A 6 heures, tempra-
ture : 3803.
LExtmen du sang 6 heures : on retrouve quelques sporulations et de
nombreux blocs de pigment ; pas de forces jeunes.
Trailteent : 2 grammes de quinine en quatre doses.
15 jainier. Apyrexie. 3 grammes de quinine en six doses.
1 jani ier. Apyrexie. Mme traitement.
1li janvier. Convalescence. Mme traitement.

Nm 7. L..., capitaine de bateau, de nationalit sudoise.
14 juin. Fivre tierce simple de premiere infection (quinze jours
de residence en Afrique) (1). Gurison.

NIo C..., mcanicien.
14 juin. Fivre tierce simple. Parasites pigment gros et noir,
Gurison.


(1) Mime remarque







- 50 -


N' 9. P..., mdecin. Un mois de residence. Fivre tierce simple
de premiere infection. Gurison (1).

N" 1i. L..., mcanicien-monteur.
15 juin. Fivre double tierce. Parasites pigment gros t noir.
Gurison.

3. FIVRES PALUDENNES QUARTERS.

N ai. Quarte simple. M. V..., agent de l'tat franais; n'a
jamais eu de fivres en Europe; une anne de residence au Congo,
pendant laquelle il a eu des livres. De passage Lopoldville le I mai,
vient se plaindre qu'il a tous les trois jours la fivre la mme here.
Examen dt sang : une gnration (le parasites quarters (au deuxime
jour de leur volution).
Traitement : le malade prend 2g.5 (le quinine, en doses de 5( centi-
grammes, la septime, sixime, cinquime, quatrime et troisim heure
avant l'accs.
La gurison a t obtenue.

N% P..., Italien, de Turin.
12 mars. Quarte triple : cet agent prtend n'avoir jamai. eu la
fivre en Europe.
Traitement : 3 grammes de quinine par jour en doses de 5t centi-
grammes. Gurison.

4. CACHEXIE PALUDIENNE.

*' 1. C..., commis; plusieurs mois (le residence au ongo.
M. C... a eu beaucoup de fivres; il n'en a plus actuellement.
15 aonl. Teint cachectique; faiblesse grande; amaigrissement pro-
nonc. Rate et foie normes.
Le sang content une norme quantity de gamtes (trois et quw Ire par
champ) ; hypoleucocytose.
En mettant des plaques fraches de sang pendant une demi- ici re
une iheure dans la chambre humide, on peut constater les tran lforma-
tions des demi-lunes suivant deux modes :
1" La demi-lune, revenue libre par la disparition du rest le glo-
bule rouge, s'arrondit de plus en plus; son pigment del\ ient trs mobile


t, 1i I i( ~ pm I










et est parpill irrgulirement dans le parasite ovalaire. Il n'y a pas de
formation de flagella.
2o D'autres gamtes, revenues libres, ont une forme plus ou moins
arrondie. Comme chez les prcdentes, leur pigment est mobile et par-
pill ; mais elles mettent des prolongements flagelliformes anims de
movements trs vils, au nombre de deux, trois ou quatre. Certains de
ces flagella se sont spars de la gamte et agent libres dans le plasma.
Trailement : arsniate (le soude et quinine.
16 aol. Apyrexie.
Le sanU content de nombreuses demi-lunes types et des corps ova-
laires. On y trouve aussi des corps analogues a ceux existant dans les
preparations mises en chambre humide, c'est-a-dire d'abord des corps
arrondis, plus volumineux qu'un globule rouge, 5 pigment mobile
et irrgulirement parsem dans le parasite, ensuite des parasites
flagells et quelques flagella libres. Enfin, nous observons dans plu-
sieurs preparations, la destruction de formes ovalaires dle la phase semi-
lunaire par (les leucocytes. Au bout d'une here ou deux, tous les
globules blancs, sauf les petits lymphocytes, ont absorb une gamte.
2I aot. Nous avons, difflrentes reprises, tudi des preparations
mises en chambre humid; nous ne sommes pas parvenu voir se runir
un flagellum (que nous supposons 1ire une microgamte) un de ces
corps arrondis, volumineux, que nous supposons tre la gamte
femelle.
Ixam(en ldu saml S l'limatoscope (d'llnocque : 0 /o d'oxyhdmioglo-
bine.
La cachexie profonde de C... a ncessit son rapatriement le 22 aot.

0 8. X..., sous-olficier. Cet agent est renvoy du iaut-Congo
pour cachexie paludcenne. L'anmie est profonde; la peau est jaune,
plisse; le malade ne peut fire quelques pas sans tre extnu.
C'j'ur faible, normal.
Examen du sang : gamtes et forces arrondies de la phase semi-
lunaire; a; l'lmatoscope ld'Ilnocque : "i o/ d'oxyhmoglobine.
L'niaciation excessive ncessite le rapatriement immddiat.


C. FIVRE BILIEUSE IIEMOGLOBINUIIQUE.

Est-il bien ncessaireded' dresser unet fois de plus le bilan de cette
terrible affection, la plus grave, a coup sr, qui svisse au Congo, o
cl!h esl UdndraIe, nt ui nn'( eU 'r les c loans -"is !: '. *;'


- 1M -








- 52 -


Tous ceux qui se sont occups de choses d'Afrique en ont nlendu
parler et savent combien elle est redoute des Europens occupant les
rgions quatoriales du continent noir.
Bien qu'elle existe aussi aux Indes, en Indo-Chine, aux Antilles, en
Amrique quatoriale et mme en Sicile, en Grce et dans le midi de
l'Espagne, c'est surtout en Afrique qu'elle svit, principalemeni sur les
ctes du golf de Benin.
Dans un article public dans le Journal medical de Bruxelles, no du
2 mars 1899, nous dcrivions come suit cette maladie et explosions
l'tat des connaissances que nous possdions cette poque sur son
tiologie encore obscure :
Aprs un temps plus ou moins prolong de sjour dans ies pays
chauds malaria, l'Europen peut tre atteint de cette malalie, qui
succde parfois de lgers accs de fivre, mais, le plus souvent. dbute
brusquement, inopinment.
Les symptmes principaux sont :
Un frisson initial, souvent trs violent, secouant le malade d ins son
lit, durant parfois une demi-heure;
La fivre, ordinairement modre (380-390) et irrgulire;
Les urines rouges, brun fonc, violet noirtre (vin dle Malaga),
coloration due la presence d'oxyhmoglobine ou de ses drivs en
dissolution (cette coloration est due la destruction des globules rouges
et la dissolution de leur matire colorante dans le plasma, natire
colorante que le rein laisse passer dans les urines);
Les nauses, les vomissements bilieux souvent trs abond ints (la
grande quantit de bile labore est rellement remarquable, ce qui est
d l'activit dploye par le foie pour dbarrasser le sang des products
anormaux qu'il contentt;
Un ictre gnralis plus ou moins intense, produit par un dpt
de drivs colors dans les diffrents tissus organiques.
Etat gnral : prostration profonde ; quelquefois douleurs dans les
reins, s'irradiant en ceinture dans les flancs.
Dans les cas terminaison favorable, ces phnomnes rtr(cdent
au bout d'un temps dpassant quatre cinq jours; gnralement vers
la tin du deuxime ou du troisime, la fivre disparat, les urines
deviennent claires, les vomissements cessent et la convalescence s'ta-
blit, rapide.
La mort peut survenir par exacerbation thermique (rarnent,
il est vrai), brusque et considerable (41, 42", 43o et au del), arri-
vant en plein accs, et phnomnes crbraux; ou bien les urines, quoi-
qnue claircies, resent albumineuses, diminuent en quantit jusqu'









- 53 -


disparition complete (anurie par nphrite), et le malade meurt d'urmie
au bout d'un temps trs court.
On signal aussi (les dcs rapids par arret cardiaque.
Enfin une nphrite chronique peut succder l'tat aigu et emporter
le malade au bout de un deux mois.
La mort par exacerbation thermique et par arrt cardiaque est due
l'empoisonnement gnral de l'organisme par les toxines non limines
et qui existent en quantits normes pendant l'accs hmoglobinurique.
Les nphrites sont provoques par l'irritation amenant la congestion
(les reins, par suite (le l'limination par cette voie de products anor-
maux tels qu'hmoglobine, etc.
La mortality par fivre bilieuse hmoglobinurique peut tre va-
lue environ 15 o/o (les sujets atteints.



Examinons maintenant les causes auxquelles peut tre attribue cette
affection redoutable :
Jusqu'en ces derniers temps, on s'accordait gnralement voir dans
ce syndrome la manifestation aigu d'un tat d'impaludationchronique.
Partant, la quinine, quoique d'une infidlit souvent reconnue, restait
le mdicament d'lection.
On lui adjoignait gnralement les vacuants, parmi lesquels le calo
mel occupait une place important.
Cependant, (le temps autre, quelques discordances se faisaient jour,
et Tomaselli, un (les premiers (ds 1860), s'appuyant sur des observa-
tions cliniques nombreuses, souponnait la medication quinique de
jouer un rle dans la production de la maladie. Cette thorie, qui ren-
contrait une confirmation singulire dans l'infidlit malheureusement
si frquente du mdicament dans le traitement des affections fbriles tro-
picales, ne tarda pas A faire d'assez nombreux adeptes, surtout aprs la
champagne mene par M. le D~ Treille, inspecteur gnral du service de
sant au ministre des Colonies franaises, contre l'emploi abusif des
sels de quinine.
Dans ces derniers temps, les recherches du professeur R. Roclh a la
cte oriental d'Afrique, cells de Yersin (1) Madagascar et (le Mar-
choux (2) au Sngal, semblrent dmontrer que dans la gnralit des
cas, l'hmatozoaire de Laveran, pathognomonique de la malaria, faisait

(1) \ ElSIN, A tnales (le 1l Socict dle biologie.
('2 MAR ,;AIIOU'. Annales de l'I.as ti/ut Pasteur.











dfaut dans l'hmoglobinurie (sur seize cas, Koch ne trouva que deux
fois l'hmatozoaire, et encore son volution ne correspondait-elle pas aux
accs d'hmoglobinurie).
L'minent professeur de Berlin (1) accusait alors formellement la
quinine de produire cette affection sous l'influence d'une idiosncrasie
acquise sous les tropiques, mais don't les causes intimes restaient
reclherclier.
Pour ces derniers observateurs, la malaria et la fivre bilieuse hlimo-
globinurique seraient deux maladies diffrentes, la premiere inte 'venant
i(apendant come cause prdisposant la second.
Les questions rsoudre sont donc les suivantes :
I. La fivre bilieuse hmoglobinurique est-elle une manifi station
aigu d'impaludation chronique, c'est--dire est-elle une fornm (le la
malaria?
Il. Cette maladie est-elle une sorte d'idiosyncrasie quiniquie; en
d'autres terms, est-elle le rsultat d'un empoisonnement de l'i dlividu
par la quinine, et, dans ce cas, limpaludation pralable tait-ell nces-
saire?
1I1. Est-ce une maladie spciale distinct de la malaria et ir dpen-
dante de celle-ci?
IV. Enfin, peut-on invoquer d'autres causes que l'iliosyncra.ie qui-
nique chez les impaluds come cause tiologique decette mala lie?
On se rappelle que Yersin avait cru trouver un bacille special dans des
hmaturies observes Madagascar; mais cette dcouverte, qui r monte
a quelques annes, n'a pas t confirme.
Dj dans l'article que nous avons cit, aprs avoir t tmoi is d'un
cas d'hmoglobinurie o, n'en pas outer, l'tude de l'volution des
phnomnes morbides permettait d'attribuer l'absorption intempes-
tive de sulfate (le quinine un rOle important dans la gense de l'affec-
tion, nous conclusions de la faon suivante :
En se basant sur l'tude des phnomnes cliniques, rappro,:hee de
l'tude bactriologique, il est permis de supposed que les atteinles suc-
cessives de malaria exercent sur les functions des organes hmatopoi-
tiques une action spciale, modifiant en quelque sorte la constitution
intime du globule rouge, et le rendant ainsi plus sensible l'action
destructive de divers facteurs, notamment le refroidissement et les
sels (le quinine.
Toutefois, nous persistions admettre qu'il fallait, pour qu'un indi-
vidu ft apte contractor la fivre bilieuse hmoglobinurique, qu'il y


(1) KOCH, Reisebeciehle.


- 54 -









- 55 -


ait t prpar par une infection palustre antrieure; car la maladie ne
frappe jamais les nouveaux arrivs, et toujours elle a t prcde d'accs
nettement malariens plus ou moins nombreux.
D'autre part, notre experience personnelle, acquise par un long sjour
au Congo, nous faisait admettre que des causes autres que l'influence
quinique peuvent provoquer l'apparition du syndrome hmoglobinurie,
et parmi celles-ci nous rangions en premier lieu le froid, ou plutt
le frisson ou refroidissement brusque, si bien traduit par le mot anglais
chill .
Enfin, nous dclarions n'avoir pas remarqu qu'au Congo, la quinine,
prise titre prventif d'une faon modre et rationnelle, ait produit des
accidents, et citions des examples l'appui de cette atfirmation.
Comme conclusion, nous admettions que l'hmoglobinurie impliquait
la prexistence d'une infection paludenne et, tout en recommandant
de s'abstenir d'administrer l'antidote (lu paludisme quand l'examen
bactriologique donnait des rsultats ngatifs, nous nous croyions
fonds dire que la prophylaxie (le la fivre bilieuse hmaturique est
intimement lie 5 celle lde la fivre paludenne.
Voici maintenant l'expos des observations qu'un de nous a pu faire au
Congo sur de nombreux cas d'hmaturie. Nous les relaterons tels quels
et en tirerons ensuite les conclusions qui nous paraissent en ressortir.

Observation I De C..., ancient matelot et mineur, g de 28 ans,
de constitution trs robuste, entr dans sa quatrime anne de residence
au Congo (au fort de Shinkakassa prs de Bnioa); depuis quatre mois,
n'avait pas eu un seul accs de fivre caracteris et n'avait pas pris de
quinine.
Cependant, il avait cru remarquer que depuis quelque temps la bire
lui drangeait l'estomac. Chaque fois qu'il absorbait un peu (le cette
boisson, il tait souffrant pendant quelques jours.
Venu en promenade Boma, le dimanche 8 octobre, il se sentit subi-
tement indispos et ne put se mettre table l'heure du repas. 11 a pris
0~r60 de quinine 5 midi, dose qu'il a rpte en arrivant chez lui vers
16 heures.
Vers 1 heures, il a t pris d'un violent frisson suivi d'une priode
de chaleur intense; la temperature a mont i41.
Les urines mises pendant la nuit suivante taient presque noires.
9 orlolre. 11 heures. La peau (lu malade prsente une teinte ict-
rique trs prononce ; vomissements continues de matires biliaires vert
fonc ; les mdicaments (quinine et antipyrine) qu'on a tent d'admi-
nistrer la nuit ont t rejets.









- 56 -


Pouls : 120 pulsations la minute.
Temperature du matin : 397; temperature du soir : 396.
Cphalalgie violent la region frontale; affaissement gnral
marqu, avec sensation de fatigue et d'anantissement trs profands.
Urines : quantity inconnue, mais assez grande; elles prser tent un
aspect trouble, couleur de vieux bordeaux, ne rpandent pas d'odeur
et donnent une reaction alcaline. Density: 1.020.5.
Albumine : par l'bullition, prise en masse de tout le liquid
Les ractifs (le Millon, d'Hellcr et d'Esbach rvlent une quantity
d'albumine gale 12 grammes par litre.
Oxyhmoglobine : l'hmatospectroscope d'Hnocque indique plans les
urines 11 O/o d'oxyhmoglobine, rductible par le sulfhydrate .'anmmo-
niaque.
Ure : 32 3i grammes par litre.
Chlorures : peu abondants.
Pas d'hmalies ni de cilindres rnaux.
L'examen du sang, fait 11 heures du matin, a permis de constater la
presence : 1" de formes annulaires (jeunes) de l'hmatozoaire (e Lave-
ran; 20 de forces pigmentes voluant vers le bloc (quelques-un.s libres
dans le plasma); 30 de forces flagella et pigment dissmin; 4 de
pigment abondant, libre et endoleucocytaire.
L'examen du sang, rpt 16 heures, a donn comme rsultat
1 forces annulaires rares; 2o quelques forces pigmentes dginires.
Trailement : 10 ipca, lg20; 2 lavement; 3 injection immediate de
Og6r0 de chlorhydrate de quinine ( 11 h.); 4 eau minrale comme
boisson.
10 oclolhre. Nuit trs agite.
Temperature 7 1/2 heures : 37o6; temperature 18 heures : 380.
Pouls : 110 pulsations.
L'ictre a beaucoup augment.
L'atfaissement gnral est plus accentu que la veille.
Urines : le malade a mis, en vingt-quatre heures, 600 g animmes
d'urines fonces, noires, reaction acide; densit : 1021.
Albumine : 7 grammes par litre.
Il y a, cette fois, de la mthmoglobine en mme temps que ce l'oxy-
hmoglobine.
Ure : reaction Depaire : 7r332 par litre.
Chlorures : peu abondants.
Examen du sang 8, Il et 16 heures : a) malaria, 0; b) Llobules
rouge p^le, dforms, munis parfois de prolongements onduleux;










c) corps protoplasmiques allongs. flagelliformes, contenant du pig-
ment, immobiles dans le plasma; d) pigment abondant.
Traitement : suppression (le la quinine; purgatif : calomel et jalap
( O. P60); deux lavements; frictions l'alcool camphr; injection de
Os0OI de morphine le soir; come boisson, eau minrale.
11 oclolre. Nuit bonne.
Temperature du matin : 38o2; temperature du soir (18 heures) : 38 ;
pouls : 121 pulsations.
L'ictre persiste, mais l'tat gnral parait un peu meilleur.
Urines : au matin, mission d'urines presque claires, (le coloration
jaune pale, dpt abondant; quantity mise en vingt-quatre heures :
1100 grammes; reaction : acide; density : 1016.
Albumine : (Or25 par litre; absence complete de l'hmoglobuline et de
ses drivs.
Ure : :2.i5 par litre.
Chlorures: deviennent plus abondants.
Le dpt continent, outre des cristaux de phosphates ou d'oxalates,
quelques cylindres et cellules pithliales (lu rein en dgnrescence.
Examene du sang : paludisme: 0; plusieurs leucocytes charrient encore
(lu pigment.
lTrailtemnl : deux lavements; frictions l'alcool; 'i1)l de mor-
phine, le soir, en injection; eau minrale come boisson et 250 gram-
mes de lait.
12 oct llre. Nuit bonne.
Temperature du matin : 3So1 ; temperature du soir : 386; pouls
112 pulsations.
Pllus de cphalalgie; plus de vomissements; l'ictre diminue et l'tat
gnral s'amliore de plus en plus.
'rins e.: 1170 grammes on vingt-quatre heures, jaunes, lgrement
troubles, :' reaction acide; densit : 1015.
l... ,,.. : Oi' >' par litre.
lleinqillbine : nulle.
IUr totale : 24g'-0.
(hllorures : abondants.
L'examen du sang done un rsultat ngatif quant la presence
d'hmaiozoaires.
Trailement : lavements et frictions; morphine supprime; vin de
Champagne coup d'eau minrale; lait et un oeuf.
1 oclobre.- Le mieux s'accentue encore.
Telmpi'ralire : 37".
l'rines normales.


- 57 -








- 58 -


Traces d'albumine.
Chlorures : abondants.
L'examen du sang ne rvle pas la presence de parasites paludens.
14 et 15 octlolre. Le malade entire en convalescence.
16 ocIohre. La soire du 1[i a t signale par une lgre lvation
de temperature ;', 2,
L'examen laires [jeunes) (deux aprs une heure de recherches); les urines n'ont
pas t modifies.
Traitement : arsniate de for.
17, 18, 19, '20 octolir. Convalescence franche.
Temperature de 370 375.
Examen du sang : ngatif.
Le malade est guri le 2) octobre.

Observation II. D..., employ de bureau, g de 22 ans, tside
Boman depuis dix-neuf mois.
Cet agent a beaucoup souffert de tivres, et, comme consqu nce,
il a pris l'habitude de prendre de temps en temps, mme trs ir'gu-
liremeni, de la quinine.
Le '1 octobre, vers 8 heures dlu martin, quoique ne ressentant rin
d'anormal, D... a pris OsR0 de quinine; puis il a djeun de bon al ptit
et s'est rendu u bureau vers 8 1/4 heures.
11 se rappelle avoir ressenti, vers 10 heures du matin, un lner fi';sson
qu'il a attribu un courant d'air dans lequel il se trouvait i ce
moment; mais, vers 11 heures, s'tant rendu la cour, il a cono tat,
avec effroi, que ses urines taient noires. Sans harder, il a excut une
march pied de prs d'une demi-heure pour rclamer les secours
d'un mdecin.
A midi, le malade est en proie une agitation trs forte.
Temperature : 36,6; pouls : 96 pulsations; mais il n'y a ni icti ni
vomissements.
Urines : le patient met quelques goutles d'urine rouge fonc, rihles
en oxyhmoglobine ( 1 l'hmatoscope d'Hnocque) reaction alcaine.
Examen du sang 12 et 16 heures : forces paludennes nulles;
Pigment en quantity norme, libre, dans les leucocytes et mme ans
les globules rouges (?); ces derniers sont tous totalement dforms et
peine colors; beaucoup de globules semblent ventrs, laissant cooler
leur contenu.
Traitement: purgatif (calomel et jalap, : Or60); deux lavemints








- 5i9 -


par jour; frictions gnrales l'alcool camphr; eau minrale (source
Romaine) come boisson.
15 ociolie. Le malade a pass une trs mauvaise nuit; la temp-
rature s'est leve 39o. Frissons rpts.
Vomissements bilieux incessants qui ont diminu d'intensit vers le
martin, aprs que le purgatif eut produit son ellit.
Le matin, agitation extreme.
Temperature 5 heures : 3707 ; temperature 10 heures : 3606; pouls
8 heures : 110 pulsations; l'ictre est devenu trs accentu.
Urhies : la quantity total n'a pu tre dtermine; cependant elles
ont d tre assez abondantes. Ce sont des urines noires, sans dpt,
reaction acide, d'une densit (ld 1021.
Albumine : 4 grammes par litre.
Il y a Ure ; 1'44 par litre.
Chlorures : peu abondants.
L'examenl du sano nous montre des globules rouges moins dforms;
la quantity dle pigment est devenue moindre; le sang ne renferme aucun
hmatozoaire.
Traitement : deux lavements; eau minrale; 01'01 de morphine en
injection le soir.
16 octolre. La nuit a t passable; l'agitation a beaucoup diminu
et, en some, il y a dtente vidente; l'ictre persiste et il y a encore
eu quelques vomissements bilieux.
Urines : 1100 grammes en vingt-quatre heures. De ces 1100 grammes,
il y a environ 6001 grammes qui sont de coloration rouge fonc, 5
reaction alkaline, d'une density (le 1021 et donnant les raies de l'oxy-
hmoglobine rductible; elles renfirment I1l' d'allbumine par litre.
Les 500 derniers grammes d'urine mise sont td couleur brun jaune,
troubles et produisant, par le repos, un dpt trs abundant, compos,
d'aprs l'examen, (le nombreux cylindres granuleux et d'une quantit
norme de cellules pithliales rnales granuleuses, (le quelques glo-
bules blancs en rgression, mais sans aucun globule rouge. Ces
500 grammes d'urine ont une densit de 1019.
Albumine : 0()gr5 par litre et traces d'oxyhmoglobine au spec-
troscope.
Ure: 14g'44 par litre.
Chlorures : abondants.
Quelques drivs biliaires.
L'examen du sang donne un rsultat ngatif au point de vue de la
presence du principle paludique.








- 60 -


Traitement : reste le mme que la veille, l'exception de l'injection
hypodermique de morphine, supprime la demand du patient.
17 oclulre. -Nuit bonne; un seul vomissement bilieux; l'tat gnral
s'est beaucoup amlior.
Temperature 8 heures (lu matin : 375 ; 18 heures : 3702; pouls
8 heures du matin : 84 pulsations la minute.
Urines : 1000 grammes de couleur brun rouge, troubles, 1 dpt
blanc, contenant des cylindres rnaux, (les dbris pithliaux en rgres-
sion et des cristaux; ration fortement acide; d'une density de 1023.
Albumine : nulle; hmoglobine nulle; les raies spectroscopilues de
l'urobiline sont trs apprciables; les urines virent la coloration verte
par l'addition d'un peu d'ammoniaque. La complication nph 'tique,
qui menaait fortement de se produire, parat pouvoir tre heureuse-
ment vite.
Examen du sang : ngatif.
Traitement : lavement sal; eau minrale; 250 grammes de lait.
18 ociolre. L'amlioration s'accentue encore; la nuit a t bonne;
les vomissements ont disparu et l'ictre diminue. Le malade i abon-
damment transpir.
Urines : )00 grammes de coloration jaune brun, d'une dernsit de
1023, reaction acide, laissant, par le repos, un dpt blanc compos
(le phosphates.
Traces d'ailbuine ; tout danger de nphrite est cart.
Ure : 8g33 par litre.
Chlorures : abondants.
Examen du sant : ngatif.
Traitement : deux lavements ; un oeuf t lait.
19 ociolre. convalescence; plus de trace de coloration ni d'albu-
mine dans les urines.
20 oclolrre. La convalescence continue; urines normales. Les jours
suivants le malade, part une assez grande taiblesse, se sentit c:i!pl-
tement rtabli et circula mme dans Boma, quand, le soir du 29 octobre,
soit douze jours aprs la disparition de la coloration rouge d mn les
urines, il fut subitement frapp d'un accs de livre qu'il atlribi a un
excs de fatigue, ayant beaucoup march ce jour-l.
La temperature constate fut 393.
50 oclolre. Temprature 8 heures du matin : 38-4; pouls
96 pulsations.
La nuit a t mauvaise; le malade a souffert d'une cphalalgie iolente
et de lassitude gnrale.
Les urines sont cependant restes normales.








- 61 -


L'examen du sang rvle la presence de forces annulaires et de former
amibodes pigmentes; par consquent, l'accs fbrile auquel est en
proie le patient est produit par une fivre tierce double.
Traitement : en presence (les prsomptions qui existaient que l'accs
rcemment guri d'hmoglobinurie tait d unejidiosyncrasie qui-
nique, il fut dcid de s'abstenir, provisoirement, d'employer le sulfate
de quinine.
Le malade prit 6 milligrammes d'arsniate de fer, un lavement et de
l'eau minrale.
51 oclolre. Temprature : 382; pouls : 96 pulsations.
Les urines restent incolores.
L'examen du sang ne peut tre pratiqu ce jour-l.
Traitement : le mme que celui appliqu la veille.
11 nioveiiire. Temprature : 37"9; pouls : 84 pulsations.
La nuit a t mauvaise; la cphalalgie, intense, n'a pas discontinu.
Les urines sont toujours claires.
L'examen du siang permit de constater une grande quantity de grains
de mlanine et (le nombreuses former malariales arrives au stade dit
bloc.
Traitement : en presence de la persistence de la fivre et de l'aug-
mentation (lu nombre des hmatozoaires, (lui ne paraissent pas
influences par l'arsenic administr depuis deux jours, les mdecins
dcident d'administrer 1''20 de quinine, par dose de 0O''-0 d'heure en
heure, pour agir sur les lments malariens don't la sporulation est
proche. Le patient est surveill de prs pour interrompre la medication
la premnivre alert.
TemprI"'ture du soir : 38.
Siioveiiilire. Le malade accuse une amlioration notable; il a trs
bien dormi et a abondamment transpir.
Temperature : 36"4; pouls : 8i.
Les urines sont claires, sans albumine.
Examen du sang : presence de mlanine; globules rouge pale; pas
d'hdmati z aires.
Traitement : quinine : ig 2) en trois doses dans le courant de la
journe.
3 oveiimire. Etat gnral bon; pas de livre; pas d'hmatozoaires
dans le sang.
Traitement : quinine : 0g775 pro die.
4 nviiei ire. Apyrexie; sang : pas de parasites paludens.
Traiteient : suppression de la quinine.
5 noven:l're. Convalescence tablie.








- 62 -


Observation III. Le nomm E..., sous-intendant, rsidant
Shinkakassa (fort de Borna, situ sur une hauteur) depuis deu. ans; a
eu une premiere attaque d'hmaturie au mois de fvrier 189 qui a
dur six jours.
Ce malade souffre (le fivre depuis le 24 octobre et a pris )our la
combattre 1l25 (le quinine par jour; il a purg au moyen d'eau-de-vie
allemande.
Le 26, au soir, il a ressenti un violent frisson ; la tempraiture a
mont 41 Un peu aprs, le patient a t pris du besoin d'ur ner et
a constat que ses urines avaient la coloration noire, caractristi lue de
l'hmoglobinurie.
Il a expector une quantit considerable de matire biliaire et n'a pu
retenir ni boissons ni mdicament; pendant la nuit, il y a eu une
nouvelle mission d'urines noires; le malade n'a pas dormi et a beau-
coup souffert.
27 oclolire. Temprature (lu martin : 367; pouls : 94.
L'tat gnral est assez bon; peu d'affaissement. Teinte grale
subictrique des tguments; conjonctives jaunes. Nauses avec poids
au creux (le l'estomac.
Urines : vers 9 1/ h., mission de 15() grammes d'urine jaune tonic,
transparente, sans dpt, reaction acide, d'une densit de 1.029.
Traces d'albumine; pas d'oxyhmoglobine au spectroscope; mais
obscurcissement (lu champ partir (lu bleu.
Elamen dul say : le sang content normment (le blocs de pi gment
mlanique libres et endoleucocytaires. Certain (le ces blocs libres
paraissent entours d'un lisr protoplasmique plus ou moins L ranu-
leux ; les globules rouges sont piles, dforms.
L'observateur signal, sans cependant vouloir tablir aucune con-
nexion entire ce fait et la maladie, la presence dans le sang du patient
d'un corps arrondi, granuleux, jaune verdtre, d'environ 2i5 -, count inant
un corps filiforme ple, immobile, pelotonn, enroul sur lui-nme.
Il n'a (lu rest trouv qu'une fois cet lment et ne l'a plus rencontr
dans ses autres preparations, pas plus dans celles qu'il avait recurillies
la mme heure que celle contenant cet lment nouveau, que dans
celles rcoltes ultrieurement.
Traitement : deux lavements vacuants; purgatif: calomel et jalap,
, : O (i0); eau minrale (source romaine).
28 oiolhre. Le malade n'a pas dormi; nanmoins l'tat gnr:l est
bon.
Temperature : 37"2; pouls : 96 pulsations.
Vomissements bilieux frquents la veille au soir et pendant la nuit;








- 63 -


cependant le teint s'claircil. Le patient se plaint de vives douleurs dans
les reins, o il sent comme une barre douloureuse.
Urines : assez abondantes, jauntres, i reaction acide, d'une den-
sit de 1.024.
l'as d'albumine.
Examen du sang : globules rouges plus rguliers; la quantit de pig-
ment a diminu et il n'y a pas de parasites paludens.
Traitement : deux lavements; eau minrale; lait et bouillon.
29 ocloihe. L'amlioration continue; apyrexie complete ; l'apptit
renait; la nuit a t bonne; cependant le malade se plaint encore (le
douleurs dans les reins.
Traitement : come la veille : lait, cufs, bouillon.
Le malade sort guri le ler novembre.

Observation IV. M. E..., sous-intendant, 24 ans, deux ans de
residence m Congo.
Convalescent depuis le 31 octobre de fivre bilieuse hmaturique; est
envoy en cong Banana, au board (le la mer. Arrive dans cette station
le 14 novembre et fait, :' cette occasion, certain carts (le regime.
14 iiov'iinlire. A eu un accs de fivre (non constat par un mdecin).
Trailement : quinine.
1 ii inv 'iilr. Temprature 8 heures : 371 ; pouls : 80.
Pas de nauses; sells rgulires.
lExmen des urines : rien d'anormal.
Examlen du sIang : forces annulaires et amibodes malariennes.
Traitement : dite. Quinine : l'2".
16 iinovrcilc. -Temprature 8 heures : 372 ; pouls : 84.
Examen des urines : bonnes.
Examen du sang 10 heures : forces pigmentes.
A 12 1/. heures, la temperature monte 40; pouls : 9G.
Traitement : repos au lit; th chaud ; lavement simple; quinine: 'IBg2.
17 novenilire. Malgr les recommendations (lu mdecin, le malade,
se croyant guri, s'est lev. Ce martin, par un temps trs froid et humide,
il est all photographer le long de la plage et est absent la visit. On
nous fait venir 12 heures, et voici l'tat dans lequel nous le trouvons :
le malade, fortement oppress, est secou par de violent frissons.
Temperature : 410; pouls : 130.
Ce matin 6 heures, E... a pris une capsule de 23 centigrammes de
quinine.
Examen (lu sang pris 12 heures : pas d'hmatozoaires; beaucoup de









- 64 -


grains dc pigment libres et endoleucocytaires; de-ci de-l quelques
agglomrats de masses brun verdtre, cristallodes.
Vers midi, mission d'urine; les urines sont noires, caractris iques.
Le teint du malade est subictrique ; vomissements verts.
Examen du sang pris 16 heures : ngatif au point de vue malaria.
Temperature I 16 heures : 39o5; 18 heures : 39.
L'lat gnral est fortement dprim.
Traitement : deux grands lavements purgatifs. Calomel et jalap
1 gramme.
Th chaud et eau minrale; le soir 1 centigramme le morphine en
injection ; dite.
18 iioveiiiml Nuit cal me, mais sans sommeil. tat gnral m( illeur,
oppression moindre, teint jaune clair.
Temperature : 38; pouls : 8i.
L'tat nauseux persist avec (les vomissements verts.
Examen des urines : urines de la nuit : 200 grammes, noises;
10 heures : 500 grammes d'urine brune, trouble, trs rice en albumiine;
5 18 heures : 700 gramimes d'urine jaune clair, sans albumine.
Examezn du sanu : pas de paludisme, beaucoup de pigment.
Trailement el rg.lime: deux lavements; une nouvelle dos e de c lomel
et de jalap. Eau minrale; une tasse (le lait le soir.
19 iinoemrile. Nuit bonne ; grande amlioration.
Temperature : 370; pouls : 74.
Le teint s'claircit, l'apptit renait.
Uriines : claires.
Examen td sanl : pas de malaria.
T'raitc'ent el rqime : un lavement ordinaire; eau mininrale; lait
quatre bols.
20 noveiiinir. Etal gnral excellent. Le malale leiande a piluvoir
se lever.
Temperature : 37; pouls : 72.
Urines : abondantes, normales.
Apptit : excellent.
Traileienti et regime : traitement l'arsniate de soude. Rlgime : lit,
coufs, viande crue.
21 iioveinime. L'amlioration s'accentue; le malade s'est lev dans
sa chambre; les aliments lui gotent bien et la faimi est grande.
22 novemilire et jours suivants. Convalescence.
Du 29 novembre au 31 dcembre, M. E... prend de son propre gr
et sous notre contrle une dose journalire et massive de 1k'i2 de sulfate
de quinine. 11 n'en a prouv aucun inconvnient.









- 65 -


Observation V. Salomon B..., de race isralite, originaire de
Tanger (Maroc), g de plus de 50 ans, colporteur. Cet homme a au
moins un an de residence sous les tropiques (Gambie anglaise); il est
au Congo depuis trois mois; il est dans un tat de dmoralisation pro-
fonde, due la misre. Il a eu, dit-il, de nombreuses fivres et n'a,
depuis longtemps, pris aucun mdicament. Cet homme, dnu de
resources, loge au village indigne dans un taudis, ouvert tous les
vents. Il y a deux jours, la nuit du 6 au 7 dcembre, il s'est endormi
ayant trs chaud. Le temps ayant frachi, il s'est rveill grelottant dle
froid, demi nu sur son grabat. Il a eu la fivre toute la nuit. Au
matin, il a remarqu que ses urines taient sanguinolentes. Le mdecin
qui l'a vu les 7 et 8 dcembre, lui a fait journellement deux injections
de 0950O de chlorhydrate de quinine. Pas d'examen microscopique du
sang.
9 ilceniire. Je trouve le malade en proie une grande anxit et
fortement dprim.
Temperature : 40-; pouls 94; 10 heures : 39"; 18 heures : 38.
Examen des urines : 10 heures, une mission de 25 grammes envi-
ron d'urines noires, alcalines; densit : 1.083; albumine 7 0/oo; peu dle
chlorures; ure 12 o/oo; riches en oxyhmoglobine.
L'examen du sang pris 10 heures ne renseigne aucune forme
palustre: quelques globules blancs pigment; en outre, je retrouve
dans ce cas les agglomrats brun vert renseigns l'observation IV au
17 novembre.
Examen du sang fait 15 heures : mme caractres qu'au matin.
La teinte du malade est ictrique, trs prononce; langue jaune,
charge; vomissements verts incessants; constipation.
Traitement : ds son arrive la Croix-Rouge : lavage et frictions
gnrales excitantes. Lavement; th chaud et eau minrale; calomel et
jalap (a '1 gramme).
10 lceilire. e malade, qui a pass une nuit assez tranquille, n'a
pas mis une goutte d'urine depuis hier 10 heures. A la visit de la
sour infirmire 6 heures, le patient, peu agit, avait 382. Peu de
vomissements. Inopinment, 6 '1/ heures, il est pris d'une syncope et
meurt quelques instants aprs.
AUTOPSIE I'ATIEILLI:. R[Ift norme, distendue, remplie d'une masse
diffluente brune. Pas de forces malariennes.
lFoie : lgrement mlanitique ; normal come volume; pas d'hma-
tozoaires.
Reins : 'i l'extrieur, teinte hmorragique. Traces de prinphrite a
gauche. A la coupe, la teinte rouge fonc gnrale ne se constate pas.








- 66 -


Ceur : relativement petit; envelope graisseuse; teinte feuill, morte
du tissu du muscle; dgnrescence graisseuse.
Moelle osseuse : pas de paludisme.
Etal gnral : maciation profonde du cadavre.
Cause de la mort : arrt cardiaque.

Observation VI. N..., Danois, 25 ans, capitaine-mcanici( n, trois
ans le residence dans le Haut-Congo. A eu de nombreuses fivr 's, mais
pas d'hmaturie.
15 t dceimbre. Hier, le malade a eu la fivre. Il a pris deux 4 oses de
50 centigrammes de quinine, la dernire vers 16 heures. Apres une
assez bonne nuit, il s'est rveill vers 23 heures avec un frisson violent.
Immdiatement aprs, il a vomi les aliments pris dans la journ'ie, puis
de la bile verte. Le 13, au matin, les urines taient franchement rouges,
d'un rouge de Bordeaux, reaction alcaline, sans dpt, riches ei hmo-
globine; densit : 1.022; albumine : 1.70o'oo; chlorures et carbonates
abondants.
Temperature au matin : 40; pouls : 08.
A 15 heures : tat gnral bon.
Temperature : 3706; pouls : 96.
Examen dut sanj : forces pigmentes du paludisme: '18 heures :
frisson.
Temperature : 39; pouls : 98.
Vomissements porracs abondants.
Traitment : 1 gramme (le chlorhydrate de quinine en injection sous-
cutane; au martin : lavement; friction; th chaud. Regime : di te.
14 dlcmiilre. Nuit bonne; tat gnral bon; teinte ictri(ue peu
prononce.
Temperature : 370; pouls : 80.
Examen des urines : mission 1025 grammes. Celles qui )nt t
mises en dernier lieu sont claires, acides, d'une density de 1.025;
albumineuses; reaction de Guclin: pas d'oxyhmoglobine; ure : 18 o/ .
A 11 heures : frisson violent et mission d'urine rouge.
Temperature : 39 ; midi : 380i.
Examen du sang : 8 heures, forces parasitaires amibodes
pigmentes, quelques-unes bloc; 13, 14 et 15 heures : forme; annu-
laires, aiibodes et pigmentes (le malaria. tat nauseux trs pro-
nonc; vomissement de bile; 18 heures, nouveau frisson, avec une
temperature de 40. Les vomissements bilieux continent.
Traitement : vu la presence de formes malariennes, on admin strede
la quinine. La premiere injection, fait trs important noter, fjt faite









- 67 -


aprs 11 heures, c'est--dire aprs l'mission de la nouvelle urine hmo-
globinurique. La dose total (le quinine a t de le50.
Outre cela, lavements purgatifs, friction et th chaud.
15 lreiiiire. Nuit relativement bonne. Etat gnral bon.
Temperature au matin : 374; t midi : 3703; au soir : 375.
Nauses avec quelques vomissements muqueux. Ictre lger.
Examen (le 'urine : quantit mise en vingt-quatre heures :
1,250 grammes. Itaction acide ; densit: 1.016; albumine : 1 o/o; ure:
10 "/oo; urobiline. Chlorures : prcipit caillebot par Az03Ag. Les
urines du martin sont roses, peine teintes. Elles contiennent encore
des traces d'oxyhmoglobine.
E.amens du sang rpts : quelques parasites amibodes trs grands,
en dgnrescence.
Traiten',nl : 1 gramme de quinine en injection; limonade purgative;
lavement friction. Dite.
16 (cembre, Nuit bonne; pas de tivres; rares vomissements
muqueux.
Temperature : 37* ; pouls : 76.
Examen( des urines : mission total : 1175 grammes; urines lgre-
ment fonces, sans oxyhmoglobine, riches en bilirubine; densit :
1.022; neutres; ure : 1i) /o; chlorures abondants; pas d'albumine.
Examen du sang : trs rares forces pigmentes (recherche trs diffi-
cile).
Traitement et '.,,r' : gramme de quinine en injection; lavement;
friction. Eau minrail; un bol de lait.
17 dleiiilhre. Nuit bonne.
Temperature : 37.
Le teint s'claircit; l'apptit est bon.
Sang normal; urines normales et abondantes.
Traitement et regime : le mme plus deux oufs.
18 dceilmre. L'amlioration continue.
RBimie : Sufs, lait et viande crue.
19 deic'nilre. Convalescence. Suppression de la quinine.
Traitement l'arsniate de fer.

Observation VII. M..., Armand, 27 ans, quinze mois de sjour
Shinkakassa, a eu dj dleux accs d'hmaturie, l'un en mai, l'autre,
fruste, abortif, en octobre 1899. Il a eu de nombreuses fivres avant et
aprs cet accs.
18 ldcembre. Le patient est all se coucher hier au soir, dimanche,
bien portant et n'ayant pas fait d'excs. Il s'est rveill transi de froid,









- 68 -


s'tant dcouvert pendant son sommeil. Les parois de sa chambre sont
construites en tiges de bambous et le vent souffle largemer t travers
les interstices laisss par celles-ci. Se sentant indispos par le froid, il
s'est lev et a pris une bonne dose de quinine 2 heures.
A 3 heures, la maladie s'est dclare avec son cortge habituel de
symptmes : frissons violent; coliques et vomissements abodants de
bile; mission d'une certain quantit d'urines noires. Forte t vre.
A 9 heures, le malade, lgrement oppress, a une temperature de
393; pouls : 96. Vomissements bilieux ; ictre peu prononc.
Temperature 18 heures : 37o4.
Examen des urines : urines noires, dpt amorphe; rac ion alca-
line; densit : 1.017; riches en oxyhmoglobine; albumine : 2'/o; ure :
14 /o; chlorures abondants.
Examen du sang : deux examens ont dmontr l'absence complete de
malaria.
Traitement et regime : calomel et jalap ( 1 gramme); doux lave-
ments; purgatifs; friction. Eau minrale; dite.
19 decenilire. Nuit bonne; tat gnral excellent. Teint leaucoup
plus clair.
Temperature : 372; pouls : 86.
Le malade accuse (le l'apptit.
Examen des urines : mission de 1,000 grammes d'urine (n vingt-
quatre heures; acides; density : 1.012; ure : 15 "/o; chlorures abon-
dants; pas d'albumine; coloration claire depuis ce martin.
Examen du sang : pas de malaria.
Traitement expectant.
Rgime lact.
20 dlceiiilre. Nuit bonne.
Temperature : 37: pouls : 86.
Trs grand apptit.
Examen de l'urine : urine jaune paille; normal.
Examen du sang : normal.
Traitement et regime : un lavement; lait, oufs et viande crue.
21 dcemnire. Convalescence. Regime rconfortant.
22 dcemlire. Le malade est autoris se promener.

Observation VIII. O..., Fernand, 29 ans, commis, deux ns de
residence au Congo (fort (le Shinkakassa). Le malade a l'habitude
d'abuser des boissons alcooliques.
Il a eu la livre quinze jours avant son affection actuelle et a arge-
ment us de la quinine. Compltement rtabli depuis plusieurs jours,












Ohs V



4-T5 qT fo -31 14





70 140

bo 120 3e



80301 l u -v



soili4j i
GOo 35 r4 1











} -. so 'v, c. Lt -C

cn



.. .... ......


biWe


9br u'.a/coz:~V'l' ij~ PIso 1 JI'T
V i ct snait VI/. FL4L 54e55w1/Citn/JSSC/t

Lit N' O -47n 0 JLu

'St itindf


l
t' A












r ~ j

i 1-
i -t r
.. k
Ut tii t .


1 L tti53-3 - .~-
I
7- 39'-o

6 T J' -
5o160 G







rir









- 70 -


il tait au travail le 29 novembre, au sommet du fort, el avait tres
chaud. Il s'est brusquement refroidi, a ressenti un violent frisson et s'est
mis 1 claquer des dents. Il a prouv cn mme temps une douleur
violent et subite dans le venture (sensation de choc). L'hnmoglobinurie
s'est dclare immdiatement aprs avec vomissements biliux, abon-
dants, forte fivre et oppression. Transport la Croix-Rciuge, on a
constat une temperature de 39. Le 30 novembre au matirt, il avait
comme templrature 39 et le 1er dcembre 37o. Outre des lavements
et une dose de calomel et (le jalap, il lui a t administr rgu irement,
les 29 et 30 novembre ainsi que le le r dcembre, une injection; hypoder-
inique de 50 centigrammes de chlorhydrate (le quinine. Les drniires
urines ont t mises le le' dcembre. Le 2 dcembre : anuri.
Le 3 dcembre : mission d'environ 50i grammes d'urine ciaire, non
analyse. Aucun examen du sang n'a t pratiqu jusqu' ce jour.
4 tlc(iliire. Le malade est fortement affaiss; teint subictrique;
loucherie intermittent de l'eil droit; contractions fibrill ires des
muscles de la face, des lvres, qui sont violaces. Intelligence nette.
Douleur violent au niveau des injections de quinine des jou 's prc-
dents.
Temperature : 37; pouls vibrant, irrgulier, 80.
Analyse de l'urin : quantit mise en vingt-quatre heures : 26 centi-
mtres cubes. Urines jaunes, troubles, alcalines; density : 1.0OO; phos-
phatesabondants; traces de chlorures; ure : lr'83 /.o ; albumit e : 4 o/o..
lExamten du sang : globules rouges ples et dforms; quelqu 's grains
de pigment mlanique dans les leucocytes.
Traitement : lavement; cafine : 50 centigrammes en injection; tein-
ture d'iode au niveau des injections douloureuses.
Ryime : lait; bouillon avec somatose.
5 dcemihre. Nuit agite; cphalalgie gravative. tat gnral mauvais.
Temperature : 36(7; pouls rgulier 100.
Vomissements incessants, muqueux.
Examen de l'urine : mission total : 10 grammes; srosit albumi-
neuse; peu le chlorures.
Examen dt sang : mmes caractres qu'hier.
Traitement et rime : deux lavements; frictions l'alcool ca liihr;
50 centigrammes de cafine en injection. Quelques granules d la tri-
logic dosimtrique antifbrile (le Burgraeve (strychnine, digitalii e, aco-
nitine). Lait; eau minirale.
6 dceinlire. Nuit mauvaise; intelligence nette; pourtant le malade
ne se proccupe nullement de l'absence de miction.
Temperature : 367; pouls : 86.









- 71 -


Inapptence; vomissements continues.
Examen lde l'urine : mission total : 40 grammes.
Examen du sang : pas de paludisme.
Traitement : calomel et jalap (, 1 gramme); lavement; frictions;
1 gramme de cafine en injection et la trilogie dosimtrique volont.
Le soir, injection de morphine 1 centigramme.
7 dIc nilre. Nuit assez bonne.
Temperature : 37 ; pouls rgulier : 78.
Inapptence; vomissements par intermittence.
Examen des uris ur : quantity total : 50 games; densit 1.006; alca-
lines; albumine : 3 o o; ure : 2.06 "/o,; peu de chlorures.
Traitement : continue, sauf le purgatif et la morphine.
8 lceiiliie. Nuit mauvaise. Etat gnral peu satisfaisant; quelques
phnomnes d'urmie; soubresauts tendineux ; dlire; hallucinations.
Temperature 8 heures du martin : 37,; pouls irrgulier 68-72;
temperature i midi: 3S; pouls : 96.
Vomissements muqueux incessants.
Examen des urines : mmes caractres qu'hier.
Examen dlu sang : pas (le paludisme.
Traitement et regime : come hier.
9 d(lceiire. -- Nuit calme. Etat gnral mauvais.
Temperature : 37'2; pouls : 120.
Inapptence; diarrhe.
Urines : 30 grammes d'mission en vingt-quatre heures.
Examen du sang : globules rouge pale; dforms, prolongements
onduleux; leucocytes trs accentus, dix quinze par champ micro-
scopique.
Traiteent et rjuime : come prcdemment.
10 dciiilire. Etat mauvais; soubresauts tendineux.
Temperature : 376; pouls irrgulier 120.
Inapptence; vomissements muqueux frquents.
mission d'urine en vingt-quatre heures : 25 grammes.
Examen du sang : pas d'hmatozoaires de Laveran.
Traitement et ,i',ui, : come prcdemment.
Il dcmiiilic. Nuit trs agite. Toute la peau est parseme d'une
ruption pustuleuse rouge et de petites ptchies de 1 millimtre de
diamtre. Le malade, un peu plus veill qu'hier, se plaint de chatouil-
lements intolrables.
Temperature : 374 ; pouls : 96.
Inappctence.
Examens de l'urine : 1 75 grammes d'urines jaunes et alcalines; den-









- 72 -


sit : 1.006; albumine : 0.5 oo; ure: 10 /,,. Chlorures peu abondants;
20 65 grammes d'urines mises 15 heures, claires, jaunes; reaction
acide; density : 1.010; ure: 8 o/o.; traces d'albumine; peu de :hlorures.
12 dceiiilre. -- Nuit bonne. Quelques soubresauts tendinmux; lger
dlire.
Temperature : 374.
Inapptence; vomissements.
Urines souvent involontaires, abondantes; teinte jaune clair; neutres;
density: 1.008; ure 8 %/o; albumine : 0.25 /,,o; peu de chlorures.
Traitement et regime : suppression de la trilogie dosimtriqu Tous les
jours, un verre de vin la splnidine.
13 dceilire. Dlire tranquille; chatouillements cutans insuppor-
tables. Le malade se gratte incessamment jusqu'au sang. L;i peau est
moite.
Temperature : 372; pouls faible et irrgulier 134.
Inapptence; vomissements.
Examen dle l'urine : mission de plus (le I litre; urines alcalines;
densit : 1.008; ure :8 o/o; traces d'albumine; peu de chlorures.
Examen du sang : peu de globules rouges, dcolors et cforms.
Enormment de petits lymphocytes.
1 tleciiiliie. Lgre amlioioration; nuit passable. Dlire h ger.
Temperature : 37; pouls : 126.
La langue est charge; cependant le malade accuse un peu
d'apptit.
Examen de l'urine : 1200 grammes; nuage de mucus; raction acide;
densit : 1.010; traces d'albumine; les chlorures augmentent. Pir NO3H,
coloration violette nette mais fugace.
Traitement t et rime : come les jours prcdents.
13i ditcemire. Mlme tat; mme traitement.
16 dcembre. Intelligence plus nette. Le malade se plaint ( 'une fai-
blesse et d'un anantissement profonds.
Temperature : 37"3; pouls : 120.
Le malade demand manger.
Examen ldes mrines : toujours en parties involontaires; e les sont
jaunes, acides; traces d'albumine; ure : 8.1 0/oo. Chloru es peu
abondants.
Traitement et rfime : comme prc(dlement, en plus dle 1 viande
crue finement hache.
17 dceilirc. Mime tat.
Temperature : 37"2 ; pouls : 120.
l'rines : 1226 grammes; ure : 4 "/,,.








- 73 -


Albumine; traces; peu de chlorures; densit : 1.008. Reaction alcaline.
18 dceimilre. Mme tat; mme traitement.
19 dciiilire. Dans le courant (le la nuit, il s'est dclar une livre
assez forte avec 389 come temperature. Le martin, le malade, quoique
fort faible, se sent mieux.
Temperature : 379; pouls : 130.
Quelques nauses et inapptence.
Urines : abondantes, mais albumineuses et jaunes, riches en ure.
Examen du sang : ni hmatozoaires ni pigment mlanique. Globules
rouges ples et diforms, beaucoup diminus en nombre. Leucocytose.
Traitemen et ergime : les mmes, en moins la viande crue.
20 dicemcilire. Etat gnral assez bon: pas de dlire. Depuis hier, la
temperature a oscill irrgulirement entire 382 et 3905; pouls : 108.
Transpiration profuse. La langue est humide et nette; pas de nauses;
apptit; selles rgulires et volontaires.
Urine: environ 1200 grammes, jaune, acide; density : 1.007; albumi-
neuse; ure : 4 /oo.
Chlorures peu abondants.
Trailemlent t regime: antipyrine : 3 grammes; un bol de lait; th; eau
minrale.
21 dcemi lire. Oppression.
Temperature 8 heures : 39"8; midi : 3804; au soir : 39o3.
Transpiration profuse. Pas de nauses.
lirine : 11 i grammes, claire, alcaline; density : 1.008; ure : ;i o; ;
traces d'albumine; peu de chlorures.
I.~amen dlu sang : pas de paludisme.
Trailetienll : on associe des granules dosimtriques (le vratrine
l'antipyriii e.
Rime : lait; bouillon ; somatose; un euf dans un petit filet amri-
cain, qui est vomi de suite.
22 ilicci ilbii. MImie tat ; nauses; inapptence.
Temperature : 30); pouls faible 130. Temperature, soir: 37.
Transpiration profuse.
Traitement : midi, administration d'un purgatif salin nergique, qui
fait tomber la fivre 37; en outre vratrine et cafine. Suppression de
l'antipyrine.
'25 ildcemilre. Meme tat.
Temperature : martin : 39'; midi : 38,; au soir : 39o; pouls 130.
Transpiration profuse.
Examen du sani : pas de paludisme; pas de pigment.







- 74 -


Traitement : l'intrieur exclusivement (le la cafine en injection
(1 gramme).
Lavement et frictions alcoolises.
Regime : lait et eau minrale.
24 dtcemlire. Temprature au matin : 39; midi : 380; au soir :
400; pouls : 130.
25i d(ceiiilre. Mme tat.
Temperature au matin : 39 ; midi : 384; au soir : 390; pou s : 124.
Urines : involontaires; alcalines ; densit : 1.007 ; ure : 5 o/o,. Chlo-
rures peu abondants.
Examen du sanf : pas de paludisme.
Traitement et regime : come les jours prcdlents.
26 dlc miiil. Temprature au martin : 39; midi : 38"; au so r : 39;
pouls : 96.
Trailteento: antipyrine : 3 grammes; antifbrine : 1 gramme.
Regime : laitage.
27 dtcemiiilire. L'tat gnral va s'empirant.
Temperature au malin :39i ; midi: 38"4; au soir:402; pouis: 130.
Peau moite. La region rnale des deux cts est douloureus ', non
empte.
Urines : souvent involontaires; elles sont jaunes, troubles, alcalines,
odeur ammoniacale; albumine : 25 centigrammes /o;,, ure : 4i,, chlo-
rures peu abondants; en centrifugeant, on obtient un dpt cont'enant
des globules blancs dgnrs, des cylindres rnaux granuleux, in'uns,
d'autres hyalins.
Examen du sang : pas d'hmatozoaires.
Traitement : antipyrine : 3 grammes; cafine : '1 gramme en injc.l.ion;
frictions l'alcool. Papier Fayard sur une rosion qu'il a au sacrumn.
28 tlceilre. Dlire pendant toute la nuit.
Temperature au martin : 3!"3; midi : 381 ; au soir : 30'5;
pouls : 124.
Nauses et vomissements muqueux.
Urines : mmes caractres.
Examen du sang : pas d'hmatozoaires. Tous les globules rouges sont
dforms.
Trailement : vu l'insuccs de l'anlipyrine dans la fivre, et quo qu'il
n'y ait pas (le former malariennes dcelables dans le sang, le mdecin
traitant dcide d'administrer la quinine titre antifbrile. Trois i ijec-
tions hypodermiques de 50 centigrammes (le chlorhydrate sont laites
8, 12 et i 18 heures.
Rgime : dite ; un bol de lait.










29 dlcenmre. Dlire continue; dans les intervalles lucides, le malade
se plaint de cphalalgie et de bourdonnement d'oreilles. Parfois, soubre-
sauts tendineux aux mains.
Temperature ;i 8 heures : 395 ; midi : 388 ; au soir : 3908;
pouls : 124.
Peau moite.
Urines : albumine : 2,i centigrammes oo ; ure : 5 o /; traces de chlo-
rures; cylindres et globules (le pus.
Traitement: quinine : sgr50 en injections sous-cutanes; lavements;
frictions; dite lacte.
30 ileceii bre. Mme tat avec tendances cataleptiques.
Temperature au martin : 3Ni; midi : 38-3; au soir : 39o8.
Traile'mni : suppression de la quinine (lui est inutile; cafine
1 gramme; paraldhyde : 0()-80 en deux injections.
l1 diceiiiirc. 11 y a eu une convulsion urmique gnralise; dlire;
hallucinations
Teimprature au martin : 3!)"; midi : 40; au soir : 4006; pouls :
132-144.
Urines : dpt le globules de pus; cylindres hyalins; ure : 3 /oo;
albumine; peu de chlorures.
Trailtiment : come le jour prcdent.
1" janvier 19(10. La situation va s'empirant; convulsions partielles
inicessantes: trismus.
Temperature au martin : 3!); midi : 396; au soir : 4004; pouls:
130 140.
Traiternent : come prcdemment.
2 janvier. Accs frquents de convulsions, don't trois gnrales.
Temperature : 40 et 41; pouls : 140 et plus.
tat dsespr.
Dans la nuit du 2 au 3, convulsion gnrale 1 heure; la temperature
monte 41o2.
Dcs 2 1/i heures.
AUTOPSIE. Emaciation trs profonde. Erosion au sacrum, par
dcubitus, d'une tendue de cinq sur dix centimtres. Lger oedme de
la jambe droite. OEdme des rgions pectorales; infiltration; bouffissure
des paupires infrieures.
Organe respiratoire. Base gauche : adhrences; brides pleurtiques
nombreuses (ancienne pleursie?). Base droite : quelques brides trs
rares.
Appareil circulatoire : le pricarde content une cinquantaine de
grammes de srosit jaune. Le coeur, peu charge de graisse, content


- 75 -








- 76 -


un caillot ple, dcolor. Les surfaces des valvules sont couwertes de
rugosits de nature athromateuse.
Moelle rouge des os plants : pas de paludisme.
Foie: fortement augment de volume, dur, sclros, mlano ique.
Rate: augmente de volume; le tissu splnique est constitu par une
bosse noire, parseme d'amas crtacs friables, don't les plus gros attei-
gnent le volume d'un gros pois.
Rein droit : augment (le volume. Pas (le prinphrite; l'incision,
il est dur, sclros. Parenchyme chagrin; il est parsem de no nbreux
petits abcs miliaires d'un diamtre de 1 millimtre environ, la plupart
vides de pus.
Bassinet droit : traces de pylite.
Rein gauche : mmes caractres que pour le rein droit. Le: abcs
miliaires sont plus nombreux.
Bassinet gauche : tat normal.
DIAGNOSTIC. Sclrose rnale; nphrite aigu, suite d'hmoglobi-
nurie; mort par symptmes urmiques crbraux.

Observation IX. M. A..., (le nationalit portugaise, a longcemnps
rsid dans le Bas- Congo et y a cu de frquents accs de fivre. L- 7 f-
vrier 1900, est pris d'un refroidissement brusque, suivi de frisson;
avant ce moment, il ne se sentait aucunement indispos, mai, tait
couvert de transpiration.
La nuit suivante, la temperature est monte 400 et le malade .; mis
des urines noires, sans dpt, riches en oxyhnioglobine, en albumine
(4 "/)et etn chlorures.
8 frrier. Etat gnral trs mauvais.
Temperature 1 heures : 390; pouls: 100; temperature 18 he res :
389.
Vomissements bilieux incessants. Cphalalgie intense. Ictre tr, pro-
nonc.
Examen tdu sani 1l et 5 16 heures : absence le parasites paludieris;
mlanmie; amas de matires colorantes irrguliers, cristallodes.
Urines : mimes caractres que celles de la nuit prcdente; pis de
dpt; pas (le globules rouges.
Le mnlulde affirme (et son entourage confirm ses dires) n'avoir pa pris
(le q uinine depuis plusieurs jours.
Traitement : calomel et jalap (a lgr20); lavement au sel anglais;
frictions l'alcool camphr.
9 fevrier. Nuit mauvaise ; vomissements incessants.
Temperature au matin : 37"; pouls : 120.








- 77 -


Langue trs charge ; les vomissements persistent dans la journe.
Examen du sang matin et soir : pas de paludisme.
Les urines du martin sont moins fonces; vers 10 heures du martin,
miction d'urines claires, acides, dpourvues d'albumine, riches ii
chlorures.
Trailement : lavement; frictions; injection (le martin) do I centi-
gramme de morphine.
10 firier Nuit passable.
Temperature au matin : 37; pouls: 115.
Les vomissements persistent, moins frquents cependant. L'ictre a
diminu.
Examen du sang : pas d'hmatozoaires.
Urimes : claires et abondantes.
Traitem' nt : contre les vomissements : 1 gramme d'ipca; lavement.
11 frrier. Nuit bonne.
Temperature au martin : 37; pouls : 80.
Les vomissements ont disparu et les urines sont normales.
L'apptit du malade se rveille.
Examen du sang : pas de paludisme.
Tratement et regime : lvement; laeit; itage et bouillon.
1 2 fevrier. Le malade entire en convalescence et sort guri le len-
demain.

Observation X. Seur G..., de la Croix-Rouge. Quatre ans de
residence dans le haut et le bas Congo; a eu des accs de fivre pen-
dant son sjour.
Le 8 fvrier 1900, la soeur s'est beaucoup fatigue en soignant des
maladies. Le soir, 5 la rcration, elle s'est endormie, contre son habi-
tude, au milieu de ses compagnes. Au bout de quelques instants, elle
s'est rveille, s'est sentie indispose et s'est mise au lit. Elle n'a pas
senti de frisson et n'a pris aucun mdicament.
La sScur G... a pass une trs mauvaise nuit et, au martin, a con-
stat que ses urines taient noires.
9 fvrier. Temprature au martin : 3809; pouls : 96.
tat gnral bon; pas de vomissements; teint subictrique.
Exameni du sang 9 et 10 heures : paludisme nul.
Urines du matin : fonces, sans dpt, riches en oxyhmoglobine;
les urines du soir tendent plir, mais restent cependant colores.
Traitemnt : calomel et jalap (~i 1 gramme); lavement purgatif.
10 fevrier. Les urines mises durant la nuit taient claires et
exempts d'albumine.









- 78 -


Temperature au matin : 370.
Traitement el rgime : lavement et lait.
A partir de ce jour, l'amlioration persiste et le 13 la malade est con
sidre come gurie.

Observation XI. (HFmoglobinurie avec nphrite. Dcs.)- J...,
mcanicien scandinave; deux ans lde residence au Congo.
I)epuis environ deux mois, J... est en proie un malaise; il souffre
de faiblesse dans les jambes.
Vers le 16 mars, il a eu de la fivre et a pris de la quinine sans
consulter le mdecin.
Le 18 mars, alor il ait au lit et ss qu'il ait a t t n ait pu invoquer miuune
cause (le refroidissement, il a :t pris d'un frisson violent.
Les urines du 19 mars taient noires. On n'en a rcolt qu'' nviron
150 grammes, qui ont t renverses par mgarde par le malady. Elles
taient riches en oxyhmoglobine rductible et contenaient (nviron
6 o/,, (l'albumine.
Ces urines taient pauvres en chlorures et dposaient un amas
compost de globules rouges (en petite quantity), de globules bl; ncs et
de cellules pithdliales des conduits urinaires.
E.ramen du sang le 19 mars : pas d'hmatozoaires.
20, 21, 22, 2 m nars. L'examen du sang rest ngatif quaint a la
presence de paludisme. Il y a anurie conmpltle, absence de fivre, ibiu-
bilation crbrale Le pouls est lent et rgulier. Le 23, il se product une
lgire diarrhe.
24 mars. Extraction, par la sonde, de quelques centimtres uihes
d'une urine rose, alcaline, contenant 8 n/oo d'albumine, donna t les
raises de l'hmatine et rpandant une odeur d'actone.
25 mars. La sonde, applique nouveau, permit de retire le la
vessie 120 grammes d'urine jaune, trouble, contenant 49 "/o d'albui line,
ne renfermant pas de matires colorantes du sang et des traces s ulc-
ment de chlorures.
Elles donnent lieu, par le repos, i un dpt considerable, atteignant
environ le tiers de la hauteur du liquid et form essentiellement par
(les globules blancs.
Le malade ne va pas i sell.
Il resent la peau des chatouillements intense.
Pendant la nuit du 2.5 au 26, il est pris de convulsions gnralises
et meurt vers I heure du martin le 26.
Traitement : ds le dbut, partir du 19 mars, suppression de la qui-








- 79 -


nine; lavements jusqu'au 23; cafine: 1 gramme 1 I'2: par jour; le
24 mars : diurtine.
AurTOI'i. -- .... tait un homme solidement charpent, bien nourri.
La peau offre des raillures la surface par suite de coups d'ongles
qu'il s'est donns en se grattant pour calmer les dmangeaisons don't
il souffrait les derniers jours de sa maladie.
Le priloine content un peu de liquid.
Le /oie est norine, non nimlanolique. A sa face antro-su prieure
droite, on remarque une cicatrice ancienne, adhrente au diaphragme,
due une ancienne gomme syphilitique (le sujet port du rest des
traces de chance au gland). Le tissue hpatique est normal.
La rate est turgescente et pse 400 grammes.
Les reins sont gros, psent 313 grammes, sont durs. On ne constate
pas la presence d'abcs; mais on y voit, -i la surface, les traces d'un
infarctus rsorhl, Pas de prinphrite.
La surl'are de section de oI'rgane montre un panouissement trs
notable (le la couche corticale avec induration. Les tubes droits, les
bassinets, arti'rcs et vessie sont dans un tat normal.
Le car'r est gras; le tissue cardiaqu(e est friable. Lger degr d'athd-
rome ; insuItisance aortique ; paiihenient pricardique.
Le Ipoainiol drilt est quasi normal, renufrme beaucoup (le carbon (il
s'agit d'un (cihau ii'ur-mninicien) et est un peu congestionn vers la
base.
Le poumini grauche prsente (les adhrences sur toutes les surfaces; le
sommet en est indur et l'on y rencontre des cavernules et (les noyaux
de dpt crtac.
Le cerveau est eoddmnati : panchement sus-arachnodien et panche-
menis dans les ventricules, qui ne sont pas augments de volume. La
substance crblrale est anmie.
DIAGNosTic post mortem. Nphrite chronique gnralise. Dcs
par uremie.
Maladies anirieures : pleursie et tuberculose pulmonaire h gauche.
Syphilis avec gomme hpatique.

Observation XII. (Ilmoglobinurie avec fonte purulente (lu
rein. Dcs.) De S..., 35 ans, a sjourn six annes au Congo avec une
interruption de six mois la troisime anne. Depuis quelque temps, le
malade se plaint de petites tivies, contre lesquelles il employait, d'une
faon irrgulire du reste, la quinine. Dans ces derniers temps, s'est
livr de frquents excs de boisson.









- 80 -


Le soir du 24 juin 1900, De S... a pris, 19 heures, 1 grainmne de
quinine, a pass la soire avec (les amis et puis est all se mettre au lit.
Pendant la nuit, vers 2 heures, il s'est rveill grelottant de roid, les
pieds et les mains glacs. Vers 5 heures du martin, il a mis des urines
noires, troubles, reaction acide, d'une densit de 1.023, contenant 4 "ooo
d'albumine (Esbach), 6 o/oo d'ure et des chlorures en abondance.
Examine au spectroscope, cette urine a donn les raies de 1: mth-
moglobine et de l'oxyhmoglobine; traite par le sulflhydrate ( 'anmmo-
niaque, elle a donn les raies de l'hmoglobine rduite.
Cette urine a produit, par le repos, un dlpt compos d c 'lindres
granuleux et (le quelques cellules pithliales du rein, mais ne renfer-
mant pas de globules rouges.
Temperature du martin : 39"4; pouls : 100; temperature midi : 397 ;
au soir : 393 ; pouls : 110.
L'tat gnral est trs affaiss; l'ictre est peu intense et les v )misse-
ments manquent.
Examen du sanl 5 heures : peu de pigment libre; quelques p irasites
jeunes endoglobulaires; rares parasites pigments endoglolbila res;
normment de parasites pigments libres (quatre cinq par champ
d'observation). Les globules rouges, trop fragiles, paraissent trt disso-
cis, dissous dans le plasma, mettant en libert les parasites qu'ils
contenaient.
A 17 heures, les globules rouges sont trs dforms. Rares parasites
libres et endoglobulaires.
Les urineis totales mises durant cette journe du 2.' juin s'l,.vent
plus d'un litre.
Trailement appliqu par le mdecin traitant : deux lavements iroids;
trois cuillers a soupe (le fruit sal dllay dans de l'eau; injection hypo-
dermiqu e de 2 de chlorhydrate de quinine; injection d'urotrop ne et,
le soir, de 0'O12 de morphine. Dite; boissons tildes.
20 juin. Le malade a pass une nuit agite.
L'ictre est quasi nul; la langue est charge et humide; quAlques
vomissements et nauses; diarrhe provoque par le traitement de la
veille.
Temperature au martin : 393 ; midi : 39'9; au soir: 38'7; pouls : 120,
mauvais, bondissant.
Le ceur est faible.
Examen lu san : pigment libre apparent; l'examen attentif d(cle la
presence, dans une preparation, de deux former paludennes pi men-
tes, libres, mais dgnres; les globules rouges sont ples et iltor-
ms.









- 81 -


Urines tlales : 1150 grammes. Vers 13 heures, elles commencent se
clarifier.
L'analyse des urines claires done come rsultats : reaction acide;
density : 1.017; chlorures : 0,9 /oo; ure : 25 grammes /,.o; albumine:
r'5 o/oo; oxyhmoglobine: traces.
Traitement : injection hypodermique de 1 gramme de chlorhydrate
de quinine au matin; OrS50 de cafine; potion : alcohol, ther, teinture de
cannelle; lavements simples; dite.
27 juin. Nuit agite; depression profonde; la veille, au soir, le
malade a t en proie une excitation violent avec dlire; en mme
temps est apparue une transpiration abondante.
Temperature au matin: 386; pouls : 120, mauvais; temperature
midi : 39"2; pouls : 110; temperature au soir : 4006; pouls : 100, meil-
leur, plein.
Vers midi se dclare une cphalalgie violent, suivie de quelques
frissons erratiques et de vomissements.
Examen du sang : paludisme nul.
Les urines claires au matin, deviennent roses, rougetres vers
14 4/ heures et franchement noires dans la soire.
Analyse des urines claires : couleur jaune-paille; dpt nuageux
occupant le tiers infrieur (lu vase.
Ces urines sont albumineuses, renferment des traces de chlorure
et 11 o/,, d'ure. Le dpt, laiss au fond du vase, renferme des cylindres
granuleux et pithliaux.
Analyse dles urines fonces: reaction acide; densit : 1.022: albu-
mine : 4 /o; ces urines donnent, au spectroscope, la raie de l'oxyh-
moglobine. Elles produisent, au repos, un dpt gris brun, qui continent
des filaments visible a l'oeil nu, trs allongs, quelques-uns bifides.
L'examen microscopique rvle que ce dpt est form de cylindres
granuleux, pithliaux, de cellules pithliales; mais ne renferme pas
le globules rouges.
Traitement : midi, phnactine: 1 gramme; lavement au sel anglais;
injection hypodermique de 1 gramme de chlorhydrate de quinine,
d'uroiropine et de 2 centigrammes de morphine (le soir). Boissons. Dite.
28 juin. L'tat gnral s'est un peu amlior.
L'ictre est nul; le ceur reste faible.
Temnprature au malin : 39; pouls : 120 (mauvais); temperature
midi : 382 ; pouls : 120; temperature L'iamen du samg est ngatif quant a la presence d'hmatozoaires.
Les arines, brun noir et riches en oxyhlmoglobine le martin, se
sont claircies vers midi. 'rines totals de la journe : 1010 grammes.








- 82 -


Analyse des urines claires du soir coloration jaune-paille, h grement
troubles, graisseuses; reaction acide; densit: 1.017 ; chlorures : 0.9 "o;
ure : 15 "/oo; albumine : 0.5 "/oo; hmoglobine : nulle.
Dpt form par des cellules pithliales rnales trs nombr uses, des
globules blancs et des cylindres pithliaux et granuleux.
Traitement : eiSO d'antipyrine par la voie buccale; 1 gr;imme de
chlorhydrate de quinine en injection hypodermique; 1 gramme furotro-
pine en injection hypodermique. Bouillon; peptones; eau ninrale
gazeuse.
29 juiii Nuit trs agite; insomnie pnible; tat gnral i iauvais;
cour mauvais, faible.
Temperature au matin : 389; pouls : 110; temperature midi : 3902;
pouls : 120; temperature au soir : 39,'2; pouls : 130.
Examen du sang : paludisme : nul.
'rines lotales : 960 grammes; elles sont jaunes, troubles, se clarifient
par le repos, avec dpt. La reaction est acide; leur densit est de 1.019;
chlorures : traces; ure : 23 "/oo; albumine : '1 /oo.
le dpt est form (le cylindres pithliaux et granuleux et d'une trs
forte proportion (le globules blancs.
Traitement : 2 grammes de quinine par la bouche; I gramme d'iirotro-
pine en injection hypodermique. Bouillon; peptones; eau minrale.
50 juin Nuit mauvaise; tat gnral mauvais; cour faible.
Temperature au matin : 3092 ; pouls : 116; temperature midi : 400;
pouls : 134; temperature au soir : 39" et 400; pouls : 120.
Urines totals de la journe : 1400 grammes, jaunes, troubles, fil mies,
i reaction acide, renfermant : chlorures : 0.7 0/oo: ure : 12 0/oo; albu-
mine : ,5 o/oo; ne renfermant ni peptones ni hmialbumo.es et
donnant lieu un dpt form de cylindres pithliaux et granuleux et
de globules de pus.
Traitemen : cafine : 1 gramme; antipyrine : 1 gramme; urotrolmine:
I gramme; morphine : 2 centigrammes.
ler juillet. L'tat gnral va s'empirant; subdlire.
Temperature au martin : 382; pouls : 120; 11 heures : 40 ;
pouls : 130; 12 heures : 39o; pouls : 140; au soir : 390; pouls : 1S2.
Urines totals : 890 grammes ayant les mmes caractres que celh s de
la veille.
Traitement : dans le but de s'opposer l'lvation de la temprat nre,
le mdecin traitant administre l'antipyrine doses rptes de 0O 50;
opium : Or 20; lavements de peptone.
2 juillet. Le malade entire, pendant la nuit, dans le coma et mu urt
7 heures du martin, avec une temperature de 43'.








- 83 -


La march de la fivre a t, chez ce malade, trs irrgulire. Quoique
la temperature ne soit jamais revenue la normal, il y a eu plusieurs
rmissions le troisime et le quatrime jour de la maladie, et ces deux
rmissions correspondent, come on peut le remarquer, a l'mission
d'urines plus claires; les autres rmissions sont dues l'administration
d'antithermiques.
L'examen du sang, au point de vue de l'existence du paludisme, n'a
t positif que le premier jour.
Les urines ont prsent regulirement : '1 une diminution consid-
rable (les chlorures qui n'ont jamais dpass 1 gramme /o,, au maximum;
2" une certain quantit d'albumine: 3-) une quantit variable
d'ure; i" des cylindres d'abord granuleux, puis pithliaux, accom-
pagns ds le quatrime jour de la maladie par des globules de
pus, indice d'une lsion profonde du rein (fonte purulente e cet organe).
L'urotropine parait avoir influence favorablement la diurse.
Le dcs doit tre attribu, dans le cas present, non pas i une urmie,
come dans l'observation prcddente, mais une fonte purulente du
rein, complication toujours mortelle.
L'autopsie de De S... n'a pu tre pratique.

Observation XIII. M. C..., quatre ans de residence dans le Iaut-
Congo; a beaucoup voyag et a eu de nombreux accs de fivre pendant
son sjour. Descendant du Haut-Congo pour fin de term, il a eu un
lger accs de fivre les 4 et 5 juillet. Le 7, au soir, tant assis sur le pont
du steamer qui descendait le fleuve, il s'est senti brusquement transi de
froid. Il s'est immdiatement mis au lit, en pregnant une forte dose de
quinine (le malade ne peut spcifier la quantit), mais il n'est parvenu
que trs diflicilement a se rchauffer. Pendant la nuit, il s'est aperu
que ses urines taient noires. Elles sont restes fonces le 8 et le 9 et,
pendant ces deux journes, le malade (qui n'tait pas accompagn d'un
mdecin) a pris, journellement, gr50 dle quinine par la voie buccale.
10 ju'llet. Le malade arrive i Lopoldville; il est trs affaiss et la
peau prsente une teinte jaune, ictrique; il souffre de cphalalgie
violent et de nauses; il n'a pas encore urin dans le courant de la
journe. Constipation opiniitre.
Temperature : 369; pouls : 80.
Exame dlu sang : paludisme : nul.
Vers l5 heures, miction d'une urine jaune, trouble, albumineuse,
dpt de cylindres granuieux.
Traitement : calomel et jalap (a 0a'7); deux lavements au sel anglais;
le soir, injection de Ol'01 de morphine.








- 84 -


11 juillet. Amlioration sensible. Les urines sont dcc lores, ne
renferment plus que 0.5 o/o. d'albumine et l'tat gnral st relve; le
malade ne tarde pas entrer en convalescence.
En some, il est entr en observation vers la fin de son a(cs hmo-
globinurique, et le traitement s'est born le dlivrer de l'excs de
drivs biliaires contenus dans l'organisme et qui l'incommodaient.

Observation XIV. MI. V..., mcanicien, deux ans de ri idence au
Congo avec une interruption de quatre mois.
Ce malade souffrait d'un gros rhume depuis quelques jours. Le
matin du 17 juillet 1900, se sentant indispos, il a pris 0gr',() de qui-
nine ; il s'est rendu nanmoins sa besogne; mais l'aprs-midi, come
il ressentait une cphalalgie violent, il a pris, en une foi., lgr80 de
quinine.
Le mal n'a fait qu'empirer et le malade, en proie d(le violents fris-
sons, a d s'aliter. Dans la soire, il a mis des urines de 'oloration
rouge-cerise qui, examines au spectroscope, immdialement aprs leur
mission, prsentaient les raies (le la mthmoglobine; conse ves dans
un flacon soigneusement bouch jusqu'au lendemain et sounises alors
un nouvel examen, elles ont montr les raies de l'hmoglobine et,
aprs agitation l'air, celles (le l'oxyhmoglobine.
18 juillet Nuit mauvaise. Etat gnral bon. Ictre peu [rononc;
anmie profonde.
Temperature: 36"9; pouls: 100.
Examen du sang : pas de traces de parasites paludens.
Les urines de la nuit prcdente sont rouge-sang ; elles contiennent
4 0/oo d'albumine; celles mises vers 8 heures du matin, le 18, sont
jaunes, lgrement troubles, acides et renferment des traces d';lbumine
ainsi que des chlorures en abundance; densit: 1019.
Traitement : lavements purgatifs; urotropine ; dite.
19 juillet Le malade a pass une bonne nuit.
La fivre est nulle ; pouls : 80.
Examen du sang : paludisme nul.
Les urines sont revenues claires, abondantes, sans hm( globine,
sans albumine, normales quant la quantity d'ure et de (llorures
qu'elles contiennent.
20 cl 21 jiil'el. Le malade va bien et tout parait rentrer d ins l'tat
normal quand, le 22, malgr la (dfniise (lu midecin traitanl. il rest
aprs le coucher (lu soleil snus sa vramla,.exposd a un vent fro d et vif.
Toute la nuit (lu 22 au 23, il a t en proie de violent frissons et a
mis, durant la nuit, une urine rouge noir abondante.








- 85 -


Quantit d'urine: 1500 graimmes; reaction acide; densit : 1.021;
chlorures normaux; ure : 11 /oo; albumine : 3 0/oo; raises (le l'hmo-
globine.
23 jiiillt. Le martin, les urines redeviennent normales. L'tat
gnral se relve aussi rapidement.
L'examen du sang, pratiqu nouveau, ne rvle la presence d'aucun
parasite.
Traitement : repos absolu ; 1 gramme d'urotropine; lavements;
dite.
24 juillet. tat gnral bon; apptit revenue.
Urines dcolores, normales, abondantes.
Le trailnienl rest le mme; mais on essaie (le donner au malade
une petite dose de quinine (()r'5', qui ne provoque aucun accident.
Les jours suivants, la convalescence s'tablit et le malade sort guri le
29juillet.

Observation XV. M. HI..., chef monteur, a longtemps rsid
sous les tropiques; a eu, onze jours auparavant, un accs d'hmoglobi-
nurie qui a dur trois jours et a t trait au sulfate de quinine.
19 juillcl. -- Vers 14 heures, se sentant pris de frissons, il s'est mis
au lit et a absorb une dose (le quinine le 1 gramme. Il a abondamment
transpire, n'a rien remarqu d'anormal dans ses urines et, le 20, au
matin, se sentant bien, s'est lev et a encore pris 08"50 de quinine.
Vers midi, alors qu'il tait assis sous sa vranda, il s'est senti brus-
quement refroidi et s'est immdiatement couch, sentant, (lit-il, que la
fivre le prenait.
Vers 13 heures et demie 14 heures, il a mis des urines noires.
Le mdecin traitant lui fait une injection de bisulfate de quinine
(0'gr0) 17 heures.
A 18 heures, le malade est trs affaiss, trs inquiet et transpire pro-
fusment.
Temperature 17 heures: 402; pouls : 120; temperature
18 I'/ heures : 39; pouls : 100; temperature 22 heures : 38;
pouls : 80.
Examen du sanml 19 heures : les globules rouges paraissent ples et
altrs; quelques-uns renferment des amibes du paludisme, non
pigments.
Les urines sont rouge noire, caractristiques.
Traitement : calomel et jalap (it Ogr75); antipyrine : 1 gramme;
lavement au sel anglais; eau minrale gazeuse et th.









-- 86 -


22 juillel. Le malade a pass une nuit sans sommeil n ais tran-
quille. Fces bilieuses abondantes; pas de vomissements.
Etat gnral : au martin, bon; ictre peu prononc.
Temperature: 369; pouls : 80.
Examen du saqng t 9 heures : parasites paludens endoglc ulaires,
pigments; l'observateur assisted la destruction, in vilro, d'un globule
rouge contenant un parasite; ce globule, plus ple que ses voi ins, s'est
gonfl un moment donn, puis s'est rompu, abandonnani dans le
plasma l'htle qu'il hbergeait; ce qui restait (lu globule rou e a per-
sist sous forme d'une masse arolaire, spongieuse, dcolorCe, occu-
pant toutefois l'aire du globule rouge primitif.
Quant au parasite devenu libre, les grains de pigment qu'il (ontenait
se sont rapprochs, petit petit, les uns des autres et se sont groups en
bloc ; mais l'dvolution de l'hdmatozoaire n'a pu, malheureusement, tre
suivie plus avant.
Uriwns : claires, sans albumine.
Traitement : deux lavements au sel anglais; 09,5 dle quinine ( n injec-
tion 9 1/) heures, rpte midi ; laitage.
22 cl jours suiviiiias. L'amlioration persist et la quinine co'Ilitiec
tre administre, sans provoquer ni accident nii incident, la dose de
1 gramme par jour, pendant plusieurs jours, en injections l'abord,
ensuite par la bouche.
Le malade ne tarde pas entrer en convalescence.

Observation XVI. G... Albert. 26 ans, de na'ioralit sudoise,
a un an et demi de residence au Congo, durant laquelle il a tt fr-
quemment atteint de fivre paludenne (vingt-sept accs, au dire du
malade).
Depuis quelques jours, G... se sentait indispos, souffrant (le diarrhe
et (le fivres lgres. Il a pris quelques doses modres de quinin ent re
autres Or'50 le 20 juillet 1900 au martin.
20 juillet. Vers 15 heures, le malade est pris (le frissons violent
suivis d'mission d'urines noires, de nauses et de vomissements bilie ux
peu abondants; la rate est douloureuse la pression.
Temperature au soir : 40.
Examen du sang : pas d'lments paludens.
Examendes irines : coloration fonce, noire; reaction acide; iensit:
1.024; chlorures abondants; albumine : 3.5 o/o. ; ure normal.
Les urines, fraichement mises; donnent au spectroscope les raises de
la mthmoglobine.
21 juillde. Malgr une nuit sans sommeil, il y a de l'amlioration








Obs. XiI. ere bd. ei innolobarfrque PI-II

Lit N lom d c S ...... ...






10 060 lO0
GZO a 26 28 29 30 1 ;2








180 too 4

0 Go 80 as



20 400 37 - -~

Io 26c00

zoo

-T
1 o








,..... --/em,&atur- .......-/ f ds .. ...


Observation No XVI. PI lii

Lot+ cm AlberLt. vnornrt J agjri7st, Fyirc Arotwse /erlcbuwroue do a/w

o o i i 7- 7


i t fo 3- - --








-,-7 tr -i-S-









37, 0 i 1 4







p lui i ii [ .|
1-l


T---,-- j0.r at.-


.- --. -.-- f[o l.


.......- -Lruaoa.









- 8S -


dans l'tat gnral. La rate, peu augmente de volume, res e doulou-
reuse.
Temperature au martin : 3906; pouls : 100 (faible); temp rature au
soir : 39.
Examen du sang : pas de parasites paludens. Pigment libre et endo-
leucocytaire trs abundant. Nombreux corpuscules de Bizzorcro.
Les urines, revenues claires dans la matine, sont peu abondantes
(35 grammes au total); leur density est de 1.024; leur reaction est acide;
elles sont albumineuses et les chlorures y sont fortement diminus;
ure : 13 /oo.
22 juillet. Nuit mauvaise. Le matin, le malade a la langu* sche; il
souffre de nauses et lde diarrhe lgre, celle-ci provoqui par une
dose (le fruit sait. Rate et foie normaux.
Temperature : 3708; pouls : 96 (faible); temperature au st ir : 397;
pouls : 80.
Examen du sang : corps flagells Examen des urines: quantity total: 100 grammes; colorai on jaune
clair; density : 1.021; reaction acide; chlorures :1,5 "/o; ur, : 11 /oo;
absence d'albumine.
25 juillei. Nuit mauvaise; au martin, le malade est trs oppress; la
langue rest sche.
Temperature au matin : 37,8; pouls : 104; temperature l midi : 37"8;
pouls : 104; temperature au soir : 38o2; pouls : 90.
Examcen du sang : parasites paludens pigments, libres et endoglo-
bulaires; parasites flagells pigment mobile; leucocytose trs accen-
tue; richesse du sang l'hmatoscope d'Hnocque : 6 o"/ d'nxyhmo-
globine.
llgime : bouillon ; peptone.
24 juillet. Etat gnral stationnaire ; le malade dit avoir s )ulTert de
la fivre pendant la nuit.
Temperature au martin : 3704; pouls : 80; temperature midi: 37;
pouls : 80 ; temperature au soir : 3608; pouls : 80.
Examen du sang: amibes paludennes non pigmentes; corps flagells.
Examen des urines : quantity total : 1000 grammes; aspect lgre-
ment trouble, jauntre; densit: 1.024; reaction acide; chlc rures en
augmentation depuis la veille; traces d'albumine.
iRfinme : lait; bouillon; peptones.
25 juillet. Nuit passable; cependant, la langue reste chaige et le
.malade continue soullrir le nauses.
Temperature au matin : 3702; pouls : 80; temperature midi : 380;
pouls : 100; temperature au soir : 397; pouls : 120 (trs mau'ais).








- 89 -


Examen du sang : amibes pigmentes ou non pigmentes, trs nom-
breuses, endoglobulaires et libres.
Les urines tendent devenir normales, mais renferment (les traces
d'albumine.
Regime : lait; bouillon; peptones.
26 juillet. Nuit bonne. Le malade est trs somnolent durant la
journe, il est extrmement faible; le teint est devenu circux; la langue
rest trs sche.
Tempralure au matin : 37"2; pouls : 90; temperature midi : 38;
pouls : 110; temperature au soir : 39'7; pouls : 136 (mauvais).
L'exameni du sun continue dmontrer l'existence d'hmatozaires de
Laveran et de blocs pigmentaires libres et endoleucocylaires. Une pr-
paration de sang, faite 16 heures, content deux parasites arrivs la
phase dite de sporulation.
Les urines sont claires et abondantes ; elle renferment encore 0.25 "/o,
d'albu mine.
lfWime : lait; (ufs; bouillon; peptones. Le malade refuse le cham-
pagne.
27 juillet. Nuit passable. L'tat gnral devient, dans la journe,
trs mauvais.
Temperature au matin : 37"3; pouls : 100; temperature midi : 390;
pouls : 12) ; temperature minuit : 41"; pouls : 110.
Vers la heures, la temperature du malade s'est brusquement leve
jusqu' 40) et 41; il est devenu compltement phone; le senso-
rium est devenu obtus; les yeux sont convulss et convergent en stra-
bisme.
L'examen tdu sang, pratiqu le martin, rvle la prsenc e d nombreux
parasites a bloc (le pigment; beaucoup (le globules rouges ont des
prolongements flagelliformes, flottant dans le plasma.
Les urnnes renferment 0.50 "/oo d'albumine.
28 juillet. L'affaissement devient extreme.
Temperature au matin : 374 ; pouls: 115 (faible); temperature
midi : 376; pouls : 110 (faible); temperature au soir : 38; pouls : 110
(faible).
L'examen dlu sanl permet de voir quelques lments pigments dans
des globules rouges normes, dcolors; en mme temps, on aperoit
quelques parasites jeunes et (des former flagelles -t pigment mobile.
Les urines renferment 1 gramme "/b, d'albumine.
Ileime : lait; bouillon; oeufs; champagne.
29 juillet. La faiblesse rest extreme, mais l'tat gnral parait se
reliever un peu.








- 90 -


Temperature -au martin : 382; pouls : 110 (faible); temperature au
soir : 38o6; pouls : 10i) (faible).
L'examen (lu xt an [rvle encore la presence (le parasites ( e nature
paludenne.
Les urines ne renferment plus que 0.5 "//o d'albumine.
50 juillt La situation gnrale n'a pas change; le malade transpire
abondamment.
Temperature au martin : 37"5 ; pouls : 100); temperature ail soir
372; pouls : 10).
Examen du sang : paludisme.
r'iin 's : 0.'i "/,, d'albumine.
31 juillel. La situation n'est pas modilie.
L'('xa;niiii'n dli suiIn do(ne un1 rsultat ngatif quant la I rseence
d'hmatozoaires.
le1 aoil. Mauvaise nuil ; violent cphale.
Teimpralure au martin :,.(0"; pouls: 1 30; temperature i mid : 38";
pouls : 120; temperature au soir : 3!"2; pouls : 120.
Examen du suani : pas de paludisme.
Exame, dles irics : albumine : 1 o/o; chlorures rares.
2 aoil. L'tat gnral parait s'amliorer; la league se nett ie sur
les boards.
Temperature au martin : 'i841'; ;pouls: 120; temperature au sir :
3;l,5; pouls : 120.
Examei dul sianl : pas de paludisme.
Exiamiien dles urines : albumine : 0.25 /.o; ure : 13 /o,,; chlorures
augments depuis hier.
5 aot. Temprature : 3806--8"8; pouls : 11)0-129).
S;iaot. Temprature : 3801-382; pouls: 90 (1).
'i aot. Temprature : 37oG-38o2; pouls : 1I-1 10 (2).
6 aot. Temprature: 38"2-386; pouls: 100-1 10.
7 aoit. Temprature : 389-;82; pouls: 110-100 (3).
8 aot. Tempdrature : 3'"2--8-Io92; pouls : 110.
Examen idu, ,i' : pas de paludisme.
9 aot. -- Une forte livre s'est produite pendant la nuit.


(1) Les urines ne renferment plus que des traces d'albuminie.
() ]Examen du sang : paludisme = 0.
(3) Examen du sang : forces tlagella.
L'hmatoscope ld'linocquedieonnr e 7 o/o d'oxyhlimoglobine.
Les urines ne renferment plus d'albumine.









- 91 -


Temperature au martin: 4(01; pouls : 118 (trs mauvais); tempra-
ture au soir : 39'; pouls : 118.
Le malade transpire beaucoup.
IcExaen du sang : paludisme : nant.
Le malade a peu urin (500 grammes); les urines sont alcalines,
troubles et renferment des traces d'albumine.
10 amit. Nuit bonne; tat gnral, meilleur.
Temperature au martin : 3!; i midi : 396; au soir : 39(6; pouls
S10-l1IS.
I2rnmen du sang : pas de paludisme.
lIxi'men ldes urines : pas d'albumine.
11 aoiit. La temperature rest toute la journe :39"4; le pouls
100.
I ramen'i du sangl : pas tde parasites paludens; quelques leucocytes
milaniferes: beaucoup de microcytes ; la leucocylose a beaucoup
diminu.
Beaucoup de globules rouges mettent des prolongements Ilagelli-
formes, flottant inertes dans le plasma; certain de ces tlagella, dtachs,,
sont devenus libres.
Urin's : normales.
12, 15, i el l15 aoIl. La temperature tend se rapprocher de la
normal; la langue s'aimliore; l'tat gnral et l'apptit se relvent; les
urines restent bones: l'examen lu sang continue ne pas dceler de
formes paludennes.
16, 17 lt 18 aoidl. Le malade entire franchement en convalescence.
Traitement: les premier et deuxime jours, traitement par l'eau chlo-
roformec.
Lavements purgatifs au dbut; simples par la suite. Le malade a
p ris journellemen t une dose dec f'iit still suflisante pour entretenir la
libert des intestines en provoquant deux ou trois sellers.
La quinine a t admninistre francihement partir tdu moment o
l'existence dans le sang des hmatozoaires du paludisme a t dmon-
tre.
Les doses employees ont t de lIr20 1'gr80( en injections hypoder-
miques jusqu'au 1"' aot.
A partir lde ce jour, le malade a pris journellement, par la bouche,
2 grammes (lu mdicament, sauf le 9 aot, o il n'a pris que 0~r80 (le
quinine, mais 3 grammes de phnacdline.
A partir du 9 aot, les 2 grammes de quinine journalire ont t,
associs 40 gouttes de teinture d'iode, et le tout a t administr en
potion.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs