• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Half Title
 Title Page
 Preface
 L'hemoglobinuries au Congo
 Trypanosomiases dans l'etat du...
 Trypanosomiases dans l'etat du...
 Table of Contents














Group Title: Rapport sur les travaux du laboratoire médical de Léopoldville de 1900 a` 1905, II
Title: Rapport sur les travaux du laboratoire médical de Léopoldville de 1900 à 1905, II
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080534/00001
 Material Information
Title: Rapport sur les travaux du laboratoire médical de Léopoldville de 1900 à 1905, II
Alternate Title: Travaux du laboratoire médical de Léopoldville II, 1900 à 1905
Physical Description: viii, 196 p., 5 leaves of plates : ill., (some folded) ; 24 cm.
Language: French
Creator: Broden, A
Société belge d' études coloniales
Publisher: Hayez,
Hayez
Place of Publication: Bruxelles
Publication Date: 1906
Copyright Date: 1906
 Subjects
Subject: Medical laboratories -- Congo (Democratic Republic) -- Kinshasa   ( lcsh )
Tropical medicine -- Congo (Democratic Republic) -- Kinshasa   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Congo (Democratic Republic)
 Notes
Bibliography: Includes bibliographic references.
Statement of Responsibility: par A. Broden.
General Note: At head of t.p. -- Société belge d'études coloniales.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080534
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AMP0106
oclc - 35041101
alephbibnum - 002524255

Table of Contents
    Half Title
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Preface
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
    L'hemoglobinuries au Congo
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Trypanosomiases dans l'etat du Congo
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 86a
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 126a
        Page 126b
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
    Trypanosomiases dans l'etat du Congo
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 193a
        Page 194
    Table of Contents
        Page 195
        Page 196
Full Text












RAPPORT




i, L I)L U \BB~O DU[ Lilil'l0 1 MDICAL


1) E LEOPO LDVILLE


I
1900 a 1905







SOCIT BELGE D'ETUDES COLONIALES





RAPPORT

SUR I.ES



TRAVAUX DU LABORATOIRE MEDICAL


DE LOPOLDVrLLE

de 1900 1905

PAR

le D' A. BRODEN
Directeur (lu laboratoire de la Socit belge d'tudes coloniales, ,opollville.





II


BRUXELLES
[AYEZ, IMPRIMEUR DEiS ACAD)MIlIES ROYALS DE BELGIQUL
Itle f If ) i


UMfl/pV(Ty OT Ff iRui, L1PREIES












C()WIlSSION 1i' LAli ATlTRE DE LEOPOLI)VILE.



Administrateur-prsident
M. le lieutenant gnral I)ONNY, aide de camp (lu Roi.

Membres

MM. AMEiluNCK, ex-mdecin le peiiie a se de l'llatl l Congo1 et de 'e. pdi-
tion dii Kalan' a ;
le doeteulr 1)ENYS, prol'esseuvi I'l;iveiril. de Lomuain.
le mdecin de bataillon i 'PONT, ex-ndelin dle prenli're classes de ltat du
Ci 1go ;
le dloceur )i YEi 'ONI'i. exi-mile in e l'lt;il du Cini;ig diireleiir en Affriiu
le l]; Coiii[iagniei du Kiat:lf
le dmcel'uii lr.iE pi'iilessei l l'it \eril d e I i ge:
le di oeleri llii.Eii, ipriesseiio r ;i l' Iuni\ersil e UIiixielles;
le loctl r lrNi direteui de 'I slitut de srnoierapie tl de i lrilogi de
lilru\elles;
le docoiir r i A(:Iq I 'ES, iro esseur i T l' sliver site de lB uiii xell iiiembii re Cciiiil,
de la Socieli lelle d'liilude coliiiales:
le dloceiur .IlIs1 m eil, 'n di la CoIlipl nie i lu li(]iiin de iii r du Mla miilje
LACOI' II, ailliii liii r leil-il eciiiii ii r ge iral (1e la Iolllpi g it il i a
LIEltREClISr, secrtaire gn(,ranl til l'lnl'erieur de l'lal Indpendant du (',on;;'"
le ln der'in prIincipal 3lM.1 S, nlid lecin de la ',lai>ion du mRoi;
E. SOIiAY, indusirieli iiilem re ndu coiin il d'adininistratioin d l'Unive (sii de
llrnxeIle.:
le mdecin principal STAINFOIuI'II
le docletir VAN IiiENiEI prle eur l l'ln iversitl de Ganld;
VAN 0)Vllll ilt(; direl ur p nerial de l'enseignelimeniit sii ieiir, des s iinces
et 'es lettres iii lM iitcire de l', itc riuir;
W AIOc(i I'QI: inieillibre e li C' d'td iiiiiinislr tiini d Il'T'iniversil e de lruxelles:
le (loctOUr WII \ I.I:S, mld('C'nl de la (iiilcpagnie dli lihemin de 'r
Membre-secrtaire :
M. le imdecin de lhitaillon \.N CAtiil'aiiot r, imilideci dle pireniire classes de l':ait
du Conli, ancient direileur ldu Ldabliratoire de Le


























I~: I I I''! l III i: (1 Il l mlol i (l1411ot ( ) u 'i l 9k (le mois de


114inill
I,: t Ir ( liioi4 ;11mi : (lii 4411 111 d(i1 11 l(lle

oniiiit'i* :m corin dv \IIi la'~il l'objet


i414 1 Ih u de,(Itlll noirs [411.oc e eM led w


l"eminwil deiii1:it,,:1 ti'N iiil ui Ii llt iiieil>ir mti) 44's l ie t I' de<'
diL ai *) l 1iii1ii . Il ("ti i (4iIt I44'or 4ia i (4d Si4iiL:td id


la 11- il 14' itIlla4o 4114' 1IL I I l~a[ t"(it''4.b so l d sg iae
-rands 1 .cs11IIII11 1> dni l 1 la how coll11< r o L) maladiei( (111 'ommoil et1 ('


,ouviiii. do i wliccllii~ii liiciiimis pour la prsenffl:ill; ion (111 b('l,1ai 1
CestlLUiI mil m rihL(l4i. (14, pair aN44 cou\ I[ tilS la fivrelt
l(iliuIi~tlsv 141I44[Iliji qui rcst4 111wu des afli-t Loiis pt~ilu,-










Plusieurs des recherches que nous venons de citer oit fait
l'olbje de communications lprlininaires l'Acadmie royale le
mdecine de Belginque on ont t insres dans les hullelins de
la Societ helge dE'Etudes coloniales.

En livrant ii l'impression les rsultats de la mission du
docteur \:an Canipenlihou, prtdcesseur tu docteur Broden a la
direction d(u l;boraloire de Lopoldville, nous disions : < Il ne
Siiut pas exiger qupi n Ltablisseient de celle natiuir se signale
rguiilireienI par une ldcoliverle retentissante : ce (q'on dloit
') surloiil ent allenire, ce sonii les olbserivalions conduite; avec
persistence, mhllode el precision, ilatriaux slides laide
, desquels la Science puisse dlifier : c'esl encore de soin lettre
Sau contrtle dl'lune experience continue et prIdelnte les tho-
> ries nouvelles parfois (ldidites de trop raies observations ,.
.Nous croons que l'qelblissemeiit a atteint le but ainsi 'llini
ei qu'il auri coliiiiil a i fournir it la science ii n eins(ible
de donnes qui coiilibleront il solutionner les probl)lies
reslantiil a rsoudthre danls la patholohgie Iropicale. Nous soiill(ies
forltifi dans c('lle coniction par l'inlrl (ique pr'ennen aux
comiiimuilications de l':tlisselleiiit de IioIIn)ibux savants l'lges
on trang'ers et par les g'nre1uses iinterven'iiolis qui ont sou-
leii l'(euvre naissainte dans la priode crilique (le ses dbuts,
alors (ile ses resources devaient ncessairement s'puiser.
Les dpenses dl'un laboratoire iidical au cilurde l'Afrique sont
en e'el trl's consildrables, plant par le fait (le solin loiglnement,
(lii re'l les dlac ts les la ts e Iransports tris onrieux, (lle
par le prix des appareils, produits chlimiiiues et animaux dl'exp-
rience. A ssi, si l'e tvre a lpu se mainitenir, nous le devons aux
gnrux donateur's auxq(uels nous exprimons ici notre pro-
fonde reconnaissance.
ParImi ea x, l'lal, Indpendant du Congo occupe la prenire








- Vil -


place. Le monde enter connaiil la sollicitude claire don't il
enloure la sanle des colons comme des noirs et l'inl ret qu'il
porle aux reclierclies scientitiquels concernaiit les maladies tro-
picales. Il a pris le laboratoire sous sa haute proleclion, assure
le logement de nos mdecins el vient dle nous accorder un large
subside prlev sur une somnie de cinquaute mille francs nmise
a sa disposition par la Compagnie du Kasai pour tre afl'ecle Cii
des oetvris philiianithropique(is.
L'EIat bIelge, uiii lui aussi prodigue ses encourageiiients aux
institutions d'ltudes colonials, a cre a l'ilablissemeni une
tblie lcd'ili<'s ai la:uelle il aifeci e un suiiside annual de cin(|
mille francs.
Nous sommes aussi Ires heureux de rendre hominage a la
munificence de

La Socit Abir pour son don de 1,000 francs.
M. le Ministre Beernaert 3,000
M le docteur Brolen 1,100
M. F. Brugmann > 500 O
M. G. de Hemptinne 100 ,
La Compagnie du Kasa 5,000
M"m Eud. Pirmez 1,000
M. Robert Ramlot 100
M. van der Maesen 100
Mme A. Warocqu , 6,000
M. R. Warocqu > 5,000

La Commission consultant ve du laloratoire a t tries prouvi~
par la morl du docteur Vllart, ancien mdecin de l'Association
international africaine, consul gnral (le Belgique i la Cte
occidental d'Afriquc, et par celle du docteur Destre, l'niineni
professeur de l'Universit de Bruxelles. Leur science el leur
experience, come le charge qui iinprgnait leurs relations,
nous louit viveient ressentir leur perte.










La C (oilliinissio i S'vs iciicis'iiii colliplltli
('11 qualli (le Iivieilnes dv

MM. LUc:ouIvrt ,tliiii<*iit' iei t' i Id (dv mipa-


"'IliV (l itcii






\I'iic l"'':~ ~ t tl:,i IC I:iiic Iicc l:ii~

Sos\r'i\:ivl'il~I~~direvivli~iciiiI -tira; a;i deisciiii'l
1,1 h l'i:eur
11. \N\mowae: -, membrte du la Cihambrie des LReprs lattls.






Noe l lI piiolutId- .' os'~ a I<etdottlttr u etiid o









laN Stelti] 'ue.
ILe /ieulelli lui -ui adhsion'du lus
BRLI\Il, le dotbe 1e0l




















L'H]3MOGLOBINIJRIE AU CONGO





I)':~'I. Sous le flu]oi Hogou 011 dsigne
auxl troiqupes unie allectioui caractrise priincipalemienit liai
l'miussoi l n uui es colori en1 paorde l hml o gliiHogloliinle, et
parun ictre puiis oiu muoinus intlense.
A partl lis, mudecins allemandutis etl'ecole le JIuhir/uiuiiv, la
puaiiuil les aiiis (auiteu s ilu[iii 1lfiic,1:loliuuure pairmni les allec-
Ilion>til; ii iuii' perliniiitieulses. Il ilous sebIle pviiirIialv de
riser ve le 110111 l'lQU c( /)iili(i(l1Vr aux infectionus nalaricuulies.

aiglisc (lui soffl g'i. es, soit par le tinouiulwe es
piarasites, sioitpiar les oiiiraiiileis prii iiipalemt aIeutteints.





I>ri devoir occupleli miie place spciale danuts la pallboioo g t italarienine.

I lusnu ii"tac (-e lurent ('1pemtiuerltue ieut les mdC(ecins le la
mtarinie furanuaisv, lu ui DilII1:iItuFiI 'Ino 1,, I>, i.' etci,( .,
(lui :it[n'ut l'alleltuu sutr Fl'lttttglulinuuie (lis tropiques.
lis m-aient lui olistue a ile u IMhio la cite ouest le l'Afique, suru-
toutl aut Seteg'al ; et BitNER:Auat Vienut ntotammtent put, en piar-
couruant les arciv~es Lie l'tiilSaint-Louis, retrouvet les
cas il uhooltiejusquli'en 1 8D). ['allectiotu fuit tudie










CilsmiiL par uni grandii niombre (le celeis(olonliaux\ et l'w1aIt"
cii paifti'- 'ees paities dii imonde.
C'est siijtott dans I'A 1iquc IJ'(>/)icU'' quie 1l'('iog'lo Iiiiiriiie
est flirqcunte. Elle se 'lcolil'e aus si daIil 5 les IEj<1is sud <1d'
/'l ne'uuedu Nord, a& tiililleS, e Il'i/) vn i' ail
I':uelu ai il l (auqlan. Elle nal sig1la ('v ail Sieiil' 14 Jo'a et
il la ulle-(;uu', I't' 'ai't'iii(diit s lu" n ti u deu xdist ricis
(c leno'v. tCe ait a1 et l'eHiHlarql parl q ossuiiiui enI '1i4'l'('li

lexlication da1 slh)11yp'hse qie ei \ heI ra I 4)11 l) iat oit de
soli ide dain s le tait (ueJIlle i il e rs mdecii nsil lui niva'ieiut (lii,
qu'en egaleet 1,11('l h oglobilluie swil)'srit d 'u i ' t ion
Si'e(' lle t( ii E ll' 1'1 l Iii gloui uil 'uie a (t" si g I 'eaP t rs
'avieiilt daiis la voinuii <'um/m' li/ 11le, plus solilN eut e S<' oje,
fiais 51i1')ii t ('i l en Sii'c et ('ll (,<''. l)al c: es (I)'i \ r 4111 ii'r
paysi FIal' t0oli t Cait l) objet de t ) tes s iiies 41) la p l d) ir;(e
el1151. de 1' tiH'i' iliudeciluH gr4uecs. C'est a'n









l'honneur (VaNoir, le premier, sigci S<) i ~~ ~~~~~ sitiial di en 187,ccri
lui, les frire's Iiii < 1 kaI)'l', p)lIis, I , dans 5)'s \1i e







Dan>i! liI3~Cu~ )';:cux i ii cvii. l' uil' Jaiie'llu 'ii Iiit

ttCt)i(iii de' SiSla part iiid e c,-iii. et ra]nri, te ll eait gur'e iiiU ., possible an Sungal nivo


stadmias de nmeDp tiiiK;ii H"iiiti yui [ai'' uw'y notable ds 'nnii ]Im soi


'lb'of 'in se'a d 'initr'odutnijon ''te.










D)'aulleuris, la diiscssionii (le Ias dujeret.
iNoes Ciroyonils i0ii~ 01 jariag-e les opinlionssi InombhreuIses
mises -su' la p4atililo..nie de IC,11Imo4lobli>i riei 4 trop4ictale (eI

I` (eilai ins imdcinis c )oloiaux\. c41sidlrieii Iuo~ 1>1 iu j
lI1i(ip eInent 0l1111i1](1t i ile iui:iialed:tlioi :laiee, qu'il aiut
tiailea' ec ( v( puiss 4 ,(~, onI moins conI4sidrabli4 lels dl( 2, I)almon s(ntil (liaisL*i quiaIuIx LItropiques, taule liniog Iloli-
11111e 1(lest qu'tii 11 ijlnt icalio li qIIe el ( 1 pllq:iiiI ,0etq ili (u


111(1 une corrla(1t1ion 14) ini entrlle l'absorption de la lhlhhl et
lai produi<>< dl 1 I;i mllajori t ldes accs dt. r'h 4lo 1 (ie, il
(\IisIc copcci~lildant de cais, peil nombreu' \ il vsi a-]- ai, ouil'fi~
lioni S,(si dolar;i v sans adminisivalion pralable de quinine.l cliiiiiic

li on v1, l t rii oism o iiio 4111 la aiiik mleiiiI l>:ili eiuie. ( le(





mioins d'accs dv In a':i'ccc; lo i i Iv' Iq41p)po phis i il4)141 j1,)111i (11( q 1conern les '- licnce1 411 (lm liqesa laie l jtlu ):11.de
lioi l( ii;Ia~I4441ii'1. [lh lIii~ <11 iliie( i<


,iilI(4lli- ditsin l(4 s i114 pl'l1 in.,l<<'ne. i /iu 1, ', la 1>11 p eu 414




prodl441ts pendan1:ll Sa ison sche, '2i pendlant la Sason~m des

(liiiiN< (1,111 a si pl '\[iHI( 11<1 nomb1roe lee)1 ll~4I
Parmi11 los dliffentes[ <1(4's, la race( blanheh v'4 Suulout










atteinte. Chez les ngres du Congo, nous n'avons jamais vu
d'hnioglolibinuriie, mais d'autres observateurs (Wrci,, Fisc:)
ont signaled des cas chez ldes ngres d'Afrique. La race aine ne
parait pas plus rsistante que la race europenle : de noimbeux
Chinois employs aux travaux du chemin tdc fer du Bai-Congo
succombrent i l'affection.
S'il n'v a pas d'immunit de race, il n'existe pas non plus
d'inmiiinilt iinlividlull. Nous avons vu l'accs d' lhnoglobinu-
rie se produire pour la premiere fois chez (les agents aprs
dix ans de sjour; F. IPLaIN a cil i n cas ani bout lde vingl ans.
D'un aulre cdl, si les jeunes coloniaux sont en gnra moins
atteints que les anciens, ils sont poirlani exposs a l'In inoglo-
bIiinrie, mimie la premiere ann1e c leur sjour. Nou i avons
soigne une rcidive chez un agel ayant onze mois dc sjour
et qui avail eu une premiere atteinte qualre mois apris son
arrive au Congo. Un autre de nos maladies fui atteint :; bout
de neui mois de sejour.
IUn premier accs d'lihiiololinurie ne confire pas I'immiu-
nit, mais parait plubtil prIdisposer l'organisim e ht de accis
ultricurs.
Comiine c'.Iuss oci.sionllhIs lS 'de l'accs, la Iplupart tles i :alades
incrimiinent nuec grande fltigue physique, n11 refroidis sment
ou une motion violent. Mais si l'on interroge bien le sujet,
on constate que dj, quelques jours avant l'accs, il "lait
un peu < indispos ,. Ces indispositions consistent 1, plus
souvent en de lgers accs de fivre, don't le malade ne s. rend
pas compete.

Sli'TOM Toi.otGIE. L':ccs d'iliiioglolhilUrie si Ipiredt' le
plus souvent d'une /'iriode irodrinin que, qui n'a lpoiurit t rien
de p1atlhogonomonique. Les symptnlmes lrodroiniquies sonul iden-
tiques ceux qui Iprcdent un accs ordinaire de malaria, c'esl-
-dire que le malade proiuve de la lassitude, de la coiurbl iure,
lin peu de cphalalgie, des drangements tid cti lde l'ap iaJ'eil


__h __









digestil; Iris souvent, pendant les deux on trois jours prc-
dant l'hmogloblinirie, il v a en de petits accs de fivre
qui, aux dlires de la ognralit des malades, sont de court
dure. Maiis dans un t rs grand nombre de cas, l'hinoglobinu-
rie dbute brusqumii ent, chez (les agents en apparence bien
portants, aprs une motion violence, aprs une grande fatigue,
0 mmniIe salns cause apparene a: ren l'agen, accomiplissant rgu-
liremcent la besogne journalire, constale a iin moment dloni
(qu'il imet des iuinei s rouges.
Le dl;lt dle l'accs d'lhmoglobiiirie est c:aractris par un
frisson violent que certain malades accusent avant, d'autres
aplrs l'inmission dles lpremires urines rouges. :ais il n'est pas
toujours possible de xeri exactem ent i quel moment ont t
mises les preinires urines limoglolbinurues. L':gent colo-
nial, eu' gnral insouciant, ne s'observe pas toujours soigneu-
sement. Le frisson est d'onlinaire intense et de longue dure.
En mine temps, le malade, du moins dans les cas graves,
accuse un sentiment td'oppression a la poitrine, il a la respira-
tion ditlicile, il a peur de mourir.
Si le alade in'l a pas une temperature febrile au moment du
dbut lde l'hiiioglolinhiurie, c'est--dire si l'aflection n'a pas
debul au course d'un accs dle ti\vre, la tempraiture monte rapi-
deimenil et peut atteindre mme tun degr assez lev. Mais
come on peut le voir par les [racs recueillis chez plusieurs dle
nos maladies, l'hinoglobinirie n'est pas caractrise par un type
de fi6vre dfini.
Pendant la priode fbrile, l'hInioglobiniriqu e prsente l'as-
pect gnral d'un malade atteint d'une infection grave. Il accuse
de la dole l r dans les membres infirieurs et dans les lombes, il
prouve une sensation ole poids l'estomac et aux li'pocondres,
il souti're d cphale. Certain mal:ades sont apathiques, somno-
lents, d'autrcs sont excits, en proie au dlire, difficiles a garder
au lit.
A l'inspection du malade, on est (frapp par le teint ple,










livide; .11 botit (le pe (le- temlps Setablit tule teule in e Ll'lI
auxk sclroIiquics, aux illqeleuses, la peau. )uI('t'l'(' 4111 reLe
plius ou!! iiioiis aIccuils et hmbito a 14ei11' SeulAIl'', il peine c[rs Illy l'(j4bi, n qaaUmii jIlsqLau jaull e
AMu. Ions hem cas graxes, le Madie souiffre dil prurit ciiLani' qui l'i icolt l i1 le beCa1lu4)icoup.

Ex% lNs 44l;t1 ls. ouct'Ni)Ol1)-OLes p lou '4s s inti eiiii<'s cct invest
(Ihlle dan l~asd~ s uriantu pliaul jllIlle l'oit counstate
quelq' ueflo't>i s iiis un e'ln (id4']e( j'ln li Ii(hi l't i la base', tii ai 1t 1i e.
( I(. I~ l'les lbruit- ,Sont ac'en'tus, plia i 4lll's it' 1))1e s est ('11


AI441 d t





ati(t,.n \ l\lielion iproiifonde doulioureuse beaiucoup de ialad'ail'leurs
accusent un Sii:iicI lI I':iic'iii de d'oppression daniil s L!,i~ s,






fl alii < ralhliits (eli iN oii lUt' ; les iia('tw. 14'5, va 144I<,;\ OH-
cvtose 01 [lt"' l'0l'4s i:i( I)11c a loei4iles 1'0lI'es lu('le'.s.
D, an t lesia11L' ca liiiizjol> Ion'ie Csele It' j>lis s1rX4'1t iipi t'(1 le
viols (le Soufr de, volais ( iOn 4'll('4)l[)i t 's elle t's incoercibles.a
n ti l 0 A14 'eieln c.osopq(e (11Sn ,o o(





not ab 1 ax 111)1 Ciii eiill i ('1 itiolli (bUeis 1111 vii>t' iiiles, a11 [('it 4)11'
1tos saLila[ion (ilt' [t' m S"'Mo a peu' terest' I' onUg4' ils 011 111t(lels
Poi'0lsd1Ce, p'i() i1na pal'nleauciioultp de cis elilso1iitiola bou' lus
Du Sang ayntt rctet11das 11 tbe/lCnef01 put%')










Ui,i.Ni:s. -- A part tins bu cas L iAs lgers d'hniogiolinuiieON Illl'i(.
la qluanitil( d'uiinies 1 (Iiisvs par>' jgi gr-qilaL ivurve,, ('Si, ieif-
r :ur la Li normale ('I varie bieaucoupHl (1,111 l] l'autre.
l'a cou0leur iti le ligiLc fonc(0, coiiulei lie
de vin, jusqu'au rouge s ls elair. l"'nl couche lesiss, urs ines
daitls les casn gr:ves p4euv ent [aaI nie oireoses i4:i.s aple s tiltra-
lionpu r 441 loigneri les detritus1, (-es 11ittles prsenItentL tou]jours
un e cou11 leu r'ouge.
IL:a u4a(i( es urlies est enii gniiraI laiileiet :idiele, la den-
sil Narie dans de, tlc limites norin ales.~~
D):s l'ile chaufIfe, par '\4o11141 da:ns un1! tubhe a raction), il
s( pirodliuil itn I p J4teij)it libru iloi, atil'e, monit:aint la ciitaee et
simelalasl a la paroi' dui tube. Lacde nitriquie prodluit dlans
l'uire liii unprciplit lui opl u iis 1 moinsalboiidall d'albumiine ; nous
Noi>>, plus loin1) que, dIaniis cetains cas, lI'aibiimiiiiniie 1pet1 1w!-
sIsier pendaiitll jplusieuII Jors aris' la iii (le l'accs 4'leiufo,.do-
lolutrie.

foinc pluis oilt 11oinsit consiiei'dlrabl. A l'eixamie iicroscoplque(1 dpt4L, on1 y cons~tate la prsence( de raries cellules pith4liales
p{diis oi inoins, oiffles (le dtril d'allias iOnfores (le grant i-
latbo>>iIl'l4LsO4fe D)ans la plupjart (les cas, on y retrouvoie
:auss ids cv li4liel' 1>'ahliws' ou giranuiileuix, el) nom11 bre lirs
variable. ,oils i> 1Y aVlis J:> amais it oiN (les glob4iules niig4> ii
AleS Ieiic4Ie\ les.
Ions aucun cas', nous n' avons' pli 414eler l aits les urines Les
matires, coloirantes de4' la bile ractiou de (
Pour mettreii enit i petit s4' servix de la Iraction hii iwil teinturle de gaac et tt
hienfbliju, al parties maas is, l>0'lempLloi (lu: sp4ectr'I~osoe est
1dus :twanclaenul\ ..l'exmtue spectr'oscopiqute des lines l:tto-
gl 14110'(u 4', nous0'lf avons p>>'4>pe touijours' constat le', raies
d'aIhsol'tio (le la bel lhiettol(4uire tamietuet (embus (ye 14Vlle-
11(4iogi> ue.







- 8s-


EVOLUTION ET TEIRMINAISON. La d(r1e de l'acs d'hll 'olo-
idnurie peut varier depuis quelques heures jusqu' I lusieurs
jours. Le plus souvent, les cas graves ou d'intensit mii enne
ont une dure de (rois quatre jours; nous n'avois uii itu'nii
seul cas ou cette dure a t dpasse.
Les donned es des dil'ferens auleurs quant la nmrtalilt varient
dans des limits assez considrables, de 10 :.iO /,. Au Cngo,
nous avons vu une srie de 12 cas soigns par le mde(in trai-
tant au moyen de la quinine : il v eut 7 morts, ce qui corres-
pond une miortalit de liS"/ Nousavons pu obseerv el oigner
nous-miiiies 2ti autres cas, traits presque lous sans quinine, et
nous avons eu 2 morts : mortality de 8 /o.
Nous n'avons jamais vu de malade mourir par anurie. La plu-
part de ceux que nous avons vus succomber, aprs avoir p'se(nt
une priode d'excitation et mouraient dans le coma. L'un de nos 2 maladies qui o I suc-
combl est mort de inldphite, plusieurs joius aprls la tin de
l'liumoglolinurie; l'autre est inort dlans le conla, qtiaran e-lhil
heures alrs le dblut de l'accs.



Observations cliniques.

Coilmmie nous le verrols par la relation de (quellus-unes dle
nos observalions, les syNimpttmes cliniques ne soin pas toi jours
aussi graves que nous les avons dcrits plus haut. A c'td ( e cas
sevres, durant trois, quatre jours on plus, il y en a d'adres,
lgers, ne durant que quelques heures.

()lSEivvATION I. K..., agent de l'Etat du Congo, a piis de
neuf ans de sjour au Congo. A fait un premier term de trois
ans et trois mois, pendant lequel il fut rarement malade i la
fin du terme, quelques jours avant d'entreprendre le voyage de
retour, il fut pris d'un accs d'hiioglohinuiirie, guri au bo il de









trois jours. K... ne se rappelle pa si, iiimdiateinent avant
l'accs, il prit (le la quinine; mais pendant toute la dure de la
maladie, il absorb de la quinine -i petites doses.
Apris un cong en Europe d'un mois peine, K... vint en
A'rique une deuxieime lois. Pendant un sejour de plus (le quatre
ans, il ne fut presque jamais malade. Aprs un cong de trois
mois en Europe, il revint au Congo en janvier 1901.
Au moment ou dbute la maladie acluelle, avril 19!)2, K... a
quinze mois de sjour dul troisimei terie; il dit n'avoir eu pen-
dlant ce lemps qu'un seul accs de fivre, et de temps aiulre de
petiles iidisposilions i passagires. A ces moments, commiie iaprs
de grades tatigues, K... Ip'enait Ogr.30 ou Ogr.(i0 de quinine.
uImmili;ateliiit av anlt le dbt de l'accs actuel, K... avait
pass quelques ours au chetlieu du district : son ltal de sanm
paraissait excellent. Parti pour rejoinlre son post i l'intrieur,
il est pris, a quelques kilomiires du chef-lieu, le petits frissons
qu'il combat avec Or.30 de quinine; le soir il prend encore
igr (i. D)ans la nuit se declare une indisposition assez grave,
avec frisson et vomissements bilieuix; le lendemain martin, K...
constate la coloration noire de ses urines et se tlit immdiate-
menit transporter au chlie-liei du district, distant de lieues.
IEantmc. liiiiiindiatemiient auprs son arrive, tlal gnral bon;
faible teinte suhietriqae; lgres douleurs lombhaires, fatigue
dans les janihes, pas de cphalalgie; templratu're 36(1". La rate,
dure, dpass e de centimiiires le rebord coslal, n'est pas doulou-
reuse. Le loie n'est l as sensiblemeint augmnen ll, n'est pas doi-
loureiux. )Depuis la nuit, le imalade n'a plus e' de vomissements.
Les urines ont une teinte ronge fonic, donnent an slpctroscope
les raises de la inlhliioglolbine ; dans le dp'l, il n'y pas de glo-
bules rouges ni de leucocyles, pas de cylindrs.
Dans la journe, la leiprature devient fbtrile, maximum
38"7. A l'examen du sang, tfit deux fois dans la journe, dans
plusieursnsrparation : absence d'hmatozoai es de la malaria.
I>Prscriplions : lavements purgatifs, boissons diurtiques, pas
de quinine.






W( -

29) avrili I1902. L'lai ga]esL satisfaisaunt, iLore trs
lger pas de vuuisseineuis la 1 lmpelvat iire lbri le pen dani
Io011de la journe, [ieinl un inaxiiiiiiiii de '3 dans le san-,
pas (le parasi tes de la ilialaria ,Lo uiles, atboi ldanlet reil
mlentl louj)iils de la ill iiio'lobline.
30 avrili 190H2. S sali-.~ Vers. midi les iliii neS elmises, c latires, uie dloin ail! lu
all spectroscope es raies dle lleIO~0>fl elles re IeIriienli
n4 ~ I 7 1''% ~ .


1L2'III ~ ~ ~ iT L\iI hFt~ii _ii F L11 ~FH1ffTt]il


Stlbm


WjYYi 4 I ~ t

FIG. 1.
I"" mai 19(12. -- ;ai nrnral lon; l'ielre a pour a i lire
eoiplileiieinlI (lispainr. Dains la journe, la teli[pia ni]e sit net-
(leiienit tfbrile, "avc ma immiiiii de 139!)" Les liiresn albo;idiiiles,
solnt claires, sans lnuo lol hine, mais reuliiuill i,, iiill. 1)ans le sang, pas d'li'i r'.escr' //i/oll, s : lait, boissons 2 nmai 1)()0. lat g',nlerail bon, la te 'Tli'ture nee d('passe
pas : 7" I(. Les urines so ii claires, iais ai: l :lliiiiiin us Pas
d'hli alozoa:iies dans le samn.
; mai 1 90. Slialn (u.
I mai 190!(2. -- Iliuiite; les urines dliu iialinh .onilt hl(i)iomlo-
liiilii1~el s 't le rcslilt lp indani loiule la joui'ni e; pas iiciere,
pas dle vo nisseinents. Dans le sang, pas de parasite,- de la
malaria.


26I;- ,X


i







11 -


mi iai I190:2. Sail j quo ; tal ignral bon 1; is lioio o-
l)iitUiiqu'e. P>as dimiiatiozoaiires dl:iiis le sai1L~.
(imai 11>12. --Les urines 'ises dAis la inallie sont
claires, sanii s hmogio lobine, maiiis albu .. .... Eswcil),, li&li~(:l!
N els 3 heure (111 soi r, elle, reprenent ieill mie uile vouge Clair,
produ iii e par de F Iliniogfi o i lie. L'tai g ficnraIi (111 malade rec isl e
boiin, il ii) ai iii (liii, Iias le AIiIs<"Iilt5 .~\l'e. xamien

dl'altrationls parlInilies; il y iliquelquies, iuiaclo -lobuiles rougiLes nullls, ~las dliuilialS l)osilv de l'himoglobini, ' ; ((ii[s>.
Malgr.~ la-euc tu laies dle alaia, Iliais vuNi : li:ewite
dei llici:luluiirce, lljsbu inioiuliinios a lsS:y(el I naliiiist:r-
tion de la uiiqiini I (nousiiidiiins le soi run 111iil11 iaveiieint avec
de quine leti lg i[
J, 7lv dei iol hi ii lat: diiia iiii (e lte
lose esbl luu sorbeq:i uielqiiues heurles apirs, le mi;lalde e
plain (le d)1ore [1 1 i i lsil lieu 11<.
7 iai I 191>. Les liriles idi l matine sonlt clailes,
sans' l(ii e.2cl0ng l)ii(, miais albln In i i iises iii; de i(liie qu lai veille,
idiiainsa priiisiiidil lis uiines redlueviennent il oli 'logili 1 lnl rn s.
Le pei jlac luiN(iiieiii iii <>id, l ne ci ii deyl l yu m.llii.
8 mai >0. -ILe maladle al un15 e nuHit11 I ls i- h
se plaint dle grade l e.Ls lillii nierlCielriiilil 11:1,






mais iiii peu d'albumin
Sipaitir eiii ce Jour, il liallalpaail phis (clsiio oiunil les
urinets. Comme les jouris, prcentsil, lpas (i'll leZoiiiaizois dans le
salg.
Le< bilendemain et jours sulivants, mialgr qu11il ln' ait l uls
dlilimOLobi) daniis les lilillis, lat Ivlipiijieihiiereste fbriile (viri
le trac;il parjatil. dansi lis uinels. s \1i1 sN shiiliaiIliqu Illi mialadle ne lait jas
dicouivrir iLillral organiqueis periletii dlexpiquier la
five u olt i) nimle.
Mlalgr l'absenee dI'hmiatozoairles, nous5 aNvons lait priendrle au







- 12 -


malade Ogr.0 Ide quinine par la bouche, depuis le 8 jusqu'au
12 inclusivement; mais coinmme le mdicament ni nous parait
avoir aucune action sur la march de la temperature. nous le
supprinions, pour nous bornerI un Iraitemlent symlptomialique.
Come on peut le voir par le trac, la chile d(e ftemp rature
s'est produite lentement et graduielhle'eni, et il a fall plus de
quinze jours avant que la templrature redevienne normiale. La
convalescence fnl lente, mais rgulire. Le malade l'ut apatri.
flemn'iitrqus. Dans celle observalioni, l'absence d'himaLozoaires de la malaria, la rechute (ld'ht loglloli-
nuie le septiine jour, alors Ique I'acecs prinimiif avait cese dans
le courant du troisibie jour ; entin, la fievre continue alors que
le malade aurait dii enter r ne convalescence.
On pourrait croire que les deux doses le 6 et le aun soir, ont contribute combattre l'hnmololbin-
mie. Mais cela nous panait peu probable, puisque dja le li, dans
la matine, les urines laieni claires, et on pouvait en preiuger
que l'hi(moglobinirie allait bientl s'arrter d( tinitivemrent
Quant la fivre conliniie don't a soufiert le malade : prs la
fin de l'hiioglobiniiie, nous ne pouvons l'expliquer. Cei tes, on
pourrait lui donner lenom de tievre ty plo-m'alarienne, conmm l'ont
fait les mdecins t'ranais. Mais I'absernce de parasiles de imalaia
et l'inefficacit de la quinine d'un ct, l'absence de syivm tii es
typhodes de l'autre, nous paraissent suflire pour pouvoir rejeter
l'hypotlhse d'une infection typhonde.

OiisiEn;iiVTni 2. F..., agent commercial, 22 ans, 'st au
Congo depuis onze mois; aurait eu un Ipremier accs d'hiiioglo-
binurie il y a sept mois, c'est-a-dire alprs quatre mois de s jour.
Le 16( septembre 190)2, F... tait pied le voyage de l(.pold-
ville Kinshassa et retour, soit 20 21 kilomtres. Indispos
dj le main, il a pris avant cours de route, au relour, F... aurait dji mis ds urines rouges.
Appel 9 heures du soir, nous trouvons le inalade a i lit,







- 13 -


Iranspirant abondanmment, dans un tal gnral satistiisant. Il
soutire de coplalalgie, ie tiligue dans s les james, pas de dou-
leurs dans es lomubes. La raie est augii enile, due, dpasse le
record coastal de 3 cenilimitres, pas douloureuse; le foie n'esl pas
auiimen, pas doulourenux La Leniperalure est 31) 3. Les
urines sont a:oilantes ; en couche paisse, elles sont noiralres
et miontreni aiu spectroscope les iaies de a inil Ihmogloline. A
examien dii sang, pas d'(einatoouaires de la malaria.


Fia. 2.


17 seplelulbre 911(0. a- Et gnral satisisiant. La teinte
ictri('iie, impossible a apprcier la veille an soir, apparail
imaintenani Iris accuse sur tout le corps. Il persist uni peu faligue d:ans les jambes et de la cphalalgie.
La tempraltre, al'brile au m'alin, atteint et dpasse bientl
37"; ai ; heures du soir, le malade a un violent frisson.










I<.xtrun, s aI ieures inous t oui vois dle tres r iaes f iiies jeun, ,, enidO-
lob ulaires, n o pgnien Les.
Is-im elles v'ehiuenti toujours, de la eiiIheiii l L > iiie i l 'i
reineni aeides; leiss :I (>2(; dans le djn', Iae Celluiles
pinielales, Ias (le globules rouges 0i de le )Ieoe~ Les. d
cY 1 i i dres.
PI>)escri/limio s : laN iiili dii q es ; a







tl~~ i ii i
Iheiur'es (it l oir e iiiinj e t ion pal". uiaiu-( l I'e l ain (le,








uufeue~~ Ii i(>:lI)ilc; ~(i(1 l: iiic :I i
Ipas ,<<(11S
Is-ims : 7 10 cvniniitiIi










l uen ri 1.
Pri scrlpiilo.la euunviiet boiissonsl d 19> sr<>iuIe I!902. Soli 1tiuhi l sl4i el'aisn geictuu li o S







:i; -


L,'cire i piv,:;i iii icomp iiiement isparu, les alle lereli
b iivu e ilic cesis Le i 1.s: 1la seiiii l s l(iu I"kbad I, 11 1Le1 soi iDans



I e'1('1l(u ti. 111
lei'i<'uul, tws ('ie ' pa aii t delii t L 'u i iiiu's l i('uli '. I tju bi-Illiv, li:ii< li ti le ll n







I I uu; I ll] poh~, itu lu uuoiti d iiuiu<' < r -u'iultuuuLic rs l.
ti "i''iiii uji c liIv uuii u'uii'<'ii iu t. ii <




1


'iilII'I s a' 11ti t s' a 1iii 1
1<




qu'[tilll ii i Indipo si p'"t dvis ciLL )ii<'uI I t i'al<', ti s('ii Z 1,0 c-c iliviii il au [Il pv ildanici holi i, i~ c iiii, li-v s. Il il.*Iii titi

ii di'l Iv :1 m idi, il il pri> dr I(IIIII 1i iicl IiiIii,)Holiit IV;
L'aprs \iillidi Il vsi 1-vio lir ilii i la iil iiiis, ;l ~ il d l':i ilbillidoil-










palpable danis les iinsjiralions Lio f'odes. La Lem pai o l'e est -
38"0() heuries (liu martin le pouils est assez 'oit1, do Lenisioli
111'>(11eacceleie 9H) pulsations) vielIivi. les, pnroi's de
1'artre sont iiiu peu (dures.

Date iT IT T~ Y W
/#0 42.
-P<
-120 I' ** --






~20













li2)<'>)iu .sem ann leairs vilid,( Oiuuaires liu (>on aiI ae

iIi presence de nousc nO)llllI(il( 115Ious d(1v( 1) 11is (lev
l'aire ail iiiala polir1 tudiier l'action Sur l>oluiioiin de< LI mialadlie. Au il E)u!leI
o1 nous1 pratiujonsIul't le mahlIade est, pr is i (1l1otvii
frisson, du11ailn >ei I)aIil le courant (de LI Journle, l'ictre, peu inawque au lbudt,
algullente en nlieusile. A dh lieveites episle malade csI pris
(le v>oinissenlents, bilieux. Le san-, examiunl mie dexeufois -







- 17 -


iiidi, reliler'e encore dle rares parasites; examiin iii e troisiime
'ois i i heures dui soir, nous ni' N trouvons plu s d'iiiozaloaires.
Ir',scrtlios en hdeors (de l'injection (le quinin[ e fiite
10 hleures d ii alin, laeiients puirgatlils, Ioissons diuritiques.
13 mars 19!03. La nuit, insolnie compiilte; a 2 lieuirs uii
milini, fris.son intense, de loingue idure. Au atini, l'ttil gniral
est stlitisantil icire intense il persisle in peu de cphalalgie,
lde la loilr(deur dans les reins et les jaiiiles; rares vomiissements
aqueux.
L'exaiiien il In' a plus d'llmatozoaires dans la circulation priphrique.
Les urinies son I oujours hnioglotlinuriqeiis, faiblemient
aides density : 1.0 18; dans le dpeUt, pas (le globules rouges ni
de leo' le(',s, iares cellules de dsquaniatlii, assez bien dle
cvliiidrve's lgranileiux q (uantit en v inl-quatre heures : 800 cen-
tilii tres iiiiis.
Prescriptions : lavemens purgalil's, boissons diurtiques,
plus de quinine.
I iiiars 19!)03. I'lat que la veille. Pas d'himalozoaires dans le sang ; urinles Iholiolo-
hillin riqiiues, 1, 200( cniiliiimitres ciilu es en vinil-lquatre liires.
In mars I!90. Vers ( lieuris < mli iiin, le mialade, qui n'a
plus urine depuis le 1t aul soir, lllet pour la premiere lois des
urines claire, I'un jaune li ruii, sans ihiioglobinlie, mais renler-
niant ini pe d'aluliiii(e. La teimpratlure est al'lbrile et ne d-
passe pas 3-7 de tloe la journe.
I)ans I':aprs-midi, le malade elmel encore deux fois des
uriiles roses, ioniraiil aii speel)oscope les raies de l'li10i0olo-
bine. .lais dans la soire, led's urinies s'ni dfinitiveiiient dbar-
ir:sses Ide l'liUiii loglinii. D)as le sang pa:s d'imaltozoaires lde
la malaria.
L'tat nral s'est sensiblemient amlior et support iune
lgre alinentation lacte.
L'aliuminurie, lgre, dure jusqu'au I (ldans la soire.







- 18 -


La convalescence fut longue, le malade ne se rtabliss in que
lentement et graduellement.
Depuis l'injection Ihyipo(lderi iii e de quinine ftite le 12 mars
1)903, W... est rest sans prendre le la quinine j Isqu'au
'29 mars 19i03. Ce jour, dans l'aprs-midi, W... est pris de
frisson et d'un accs de fivre; l'exainen du sang, thit lu lende-
main malin, pendant la defervescence, dnole la pIrsi'ne de
jeunes hematozoaires, endoglobulaires, non pigments.
Nous prescrivons I gramiiiede quinine prendre par la houche
a la fin de l'accs, et pour les jours suivants, 1 graniiII Ce (lie i-
niie ai prendre dans la naitiie.
Le 30 elt le 31, la quinineest bien supporlte. Le I'" avril 1903,
NY... a pris, coImine les jours prcdents, I gram~iine de qui-
ninlie dans la latine; vers 2 lieuies dl soir, il emel vir\oni
Iil() ceteliml'es cubes d'urines hin0ogllinuriqiue i : une
deuxiii e missioni d'eirines lieiiiog,'lol>iiiuii aprs. La leiiperature subil une Ilegte acelnsion rlbrile, avec
maximuiiiiimi de 3"i. Dans le sang, nous n'avonls pu ret'roi iv(' des
parasites de la malaria.
A partir renlferlait plus ni hliioghloline ni allbuine.
Nous conlinuoiis l';adminiiiistriatioi de la quininei, I ramiiie
par jour eii une fois, jusquiau a i avril 1!)90, puis 1 gramnili tous
les huitii' e etl ne vii iie jours.
W... a pu achiever le ternie e de rois ans irenire ii d-t
cetlbre 1!l .) sans laire enlori e I raies acc's de malaria, qui gnlis ;'i la quinine.

OnsEivTnoN t. -- S..., capiainie e steamer l Ital du
Congo, premier teorle, environ seize mois de sejour, |crelier
iaccs ll'hl inogloliiilrie; pas de maladies graves ani rieur.s; l' fr-
qu nts ex cs alcooliques.
Le 1) aol I 19-03, le malade auraitcil i un frisson dans la ima-







- 19 -


Line, et un deuxiinme vers 2 heures de l'aprs-muili; il ignore s',i
a en une lteimprature lehlrile, mais allirme avoir miis des urines
noires dans la soire ; ces urines n'ont pas t vues par le
iiedecin. Le malatle ssur<' cn'av'oir pas pris dle q/uinin de toult
la jourile, mais un comprime( de Ogr.'(O d'antipyrine.
Le 10 aot 1903, ain niiin, le nolade a mis environ 50 centi-
mutres cubes d'urines d'un rouge Ires flone, montrantl ani spec-
Iroscope les raises ie la iielhNmog'loline. \Nous voyons le malade
vers hus dhtu matin : son lat g'nral est s:atisalisant, il est
calme, se plaint de cphalalgie assez intense, de laligue gnrale;
il n'a pu dormir de loule la inii et a eu (le fri'lients vomisse-
mi its lilieux. Ili priseni une Leinte icleriquie l1rs nette la
peau et aux conjonctives ; le l'oie il'est g're auignienti ; la rate
esI palpable dans les inspirations prol'ondes; la palpalion le
l'abdomenl n'esi pas douloiirelse. La telipraliure est il 39"1 ; le
pouls est assez plein, de pension miovenne, lris lpen accIlr(
(,80 puilstions riiulier; les parois de l'artre sont assez dures.
E'.ri,'n tldu sang (8 hloi'es (dii malin) : il lrais el aprs colora-
tion, rares lieimalozoai res jeunles, endoglohiilaires, 11non pig-
i i'lneis.
En Ip ''senc'e Id celle inl'elion aladrienine aig''f, nous dci-
dons l'essai de la iquinine, I graniule en injectioni sous-cuilaiiee
(l L heres du iiiin. .V \ hliures dii soir, il v a encore de rares
hl'iialozoaires lains le sang.
L tat, lu l malade ni se modified t ure dans la journe. Dans
l'aprs-midi, les vomisseilents bilieux son moins f'r(quents; le
malade esI tries ahbatu. La letlp'ratlire se miaintient a 39" pen-
daunt toile la journe.
Les iuinles soni peu ahondantes, de couleuri rouge liordeaux;
r'a'lion o failiement acide; ilensilt : 1.019; dans h'le d pl ipas
de glolbules runies i de leucocyles, lipas de cylindres.
Jhldi'u' io : laivenlents purb'alits, boissons diurtiques,
I gra:mml e di e quiitle ien injeclion sois-cutanti e l 1 heures dli
martin).







S20 -


1 nooti 1903. La nuit, insominie (.copliete. Aiu w:ain, le
malade se plaintl de c6plile violent, est t1rs abatii ; l'icire esl
iiitense et gnlii';lis6; les voiiiissenieniis bilieux soiit lie jiuits.
La Ltemprature oscille centre 38 et 37.


DtfxtO e 712. J]




/00 410" -i-h ;




,0 ~


2. 0 i l il'
L~O .6


L'ic. 4.

I'exIiienl
  • pour la i nalaijit.

    r t-quatehuires : 900 Cent imtres (Il beVs. D)ans le Jero
    nim s cellules ithieliale, L onifles, pnas de llolbiiles l.olles Ili
    dlu leucocytes, rauevs vllindes granuuu x.
    JIt' (le qiunile.
    U2 aot 1903. 1-1 hUitt, iflsoi1ulie presque (opIeI '. Ail
    mnatin , lat, gnral est sil sfais'alli le mualade est aliattil ;C-










    phlialee intense, iclre trs marqiu; douleurs violentes i l'pi-
    gastre, voluissemuents lbilieix tirquelits. Dans l'aprs-inidi, la
    clphale dininuei d'intensite, les voIiiss'ements sonit ioins 'r-
    (li<'ls.
    Le sangi exaiiiiiiie deux lois dlans la jouirne, iie reneriie pas
    d'hliatozoaires dle la malaria.
    Ies irilnes, loijoiiis hiimoglobiiiliriqllles, soilt peu aboudanlles,
    1 (0 centiimilitres cuilbes e(i viiint-iquatre licures (dul 11 au lS,
    de 10 i 10 hieurs ldi malii); e;lles soli plus aboutlianles l'alpris-
    inidi, Ont tilu' colorationi bruin lolnc, doiinaill ain spectroscopc
    les rairs Iris pei iniarqluies de l ('lili g[lo lbile.
    ldlicn : lavenients purgatifs, boissons diurtiques, un
    1pen de canf'ine en iiijccions soiis-cuiilantcis, pas tde quinine.
    13 aoi'i 1)903. La niil, iiisoliiic comiipl[lte. Au martin,
    l'(lat g'eii'ral es iiieilleui r Iq e la veille, le imalade est iioins
    abatll. L'ictere persisie, mais, depuis le 12 au soir, les voiiisse-
    inenis ont cesse. La tempeliralire, lg rement lebrile le malin,
    desce ii aiu-delssous de 37" \vers iiidi. Le malade se sent soulag,
    im is I es lfiiigue.
    Les der(ires urines llieoioglolliiri(ques onlt l mises le 12,
    ai heires du soir; parlti de ce momieni plus d'urines jusqu'au
    13 au iatiin; cells eiiises a ce iioiitil sonl d'ui jaune clair,
    ne reulerllletll plus d'liiioglobiine, iiiais n111 peu d'albuminie.
    Celle-ci disparait deliniliveiuieii dans la journe du lit.
    Le iialade enrtle en convailescence, qui volue sans incidents.

    O)lSERVATION 5. S..., SOlS-ilelldant l'lat du Congo,
    prs de trois aiis de sjour, plreiier accs d'lihnoglolinurie ; a
    souffeil frequenaiiiie ii d'accs de fire; alcooliques.
    Le 31 mars !903, S... a t 1u peui indispos; le soir, entire
    7 et 8 heures, a pris 1 graniiie de quinine ; dans la nuit, frisson
    intense, trs long.
    Le 1"' avril 1903, ai (i ieures ld iinatiii, a pris encore










    1 grammne de quinine; trs peu de temps aprs, a eu iun vomis-
    sement et croit avoir rendu la quinine. A 10 heures du martin,


    nouveau frisson
    s'tablit, abon(


    /97/


    /20 4/"

    /00 0"


    80


    60 3





    20 36"


    i trs long;
    late, et le

    J~L
    a'U ,


    n -


    Fi;. 5.


    une here aprs, la transpiration
    malade, se sellanil soulag', croit
    l'accs de fiire fini. C'est alors
    qu'en urinant, il constate que ses
    urines sont rouges. L'exaien spec-
    troscopique v dnote la presence
    dec l'lciiioglobine.
    A 11 1i. 30 idu martin, la cempra-
    tllr est 3S"(i; l'lat l ,ig ral du
    malade est trs bon, le mor il excel-
    lent; douleurs dans la rgi n lom-
    haire, pas de cphalllalgie; teinte
    ictrique trs nette; le foie n'est
    pas augment, pas douiloiureux
    la palpation; la rate, dI re, est
    palpable dans les iIspirati( pro-
    fondes.
    lI.rnmn (dl sani/ : a fr'ais et
    aprs coloration, rares Itmato-
    zoaires jeunes, annulaires, endo-
    globul:aires, non pigients


    Urines : donnent iau spectroscope les raises de la mn thlimo-
    globine; reaction acide; density' : 1.017 ; dans le dp|t, ni glo-
    bules rougs ni Icocytes, rares ln elements pithliamli', rares
    petits cylindres.
    L'examen (ldu sang, rplel dans la soiree, est negatil' pour la
    malaria.
    PIrescriptions : lavemenls purgalifs, boissons diurc.liques,
    p'smde quinine.
    2 avril 1903. Nuit bonne, soiimmeil paisile.
    A 7 heures idu martin, mission d'urines brunes, sans limoglol)ine, renferniant de l'allbumine (i ., Esiu:il.


    - 2 --







    - 23 -


    Dans l'aprs-midi, lgre ascension thermique 3;: 2; le soir,
    la temperature est revenue 37".
    L'tat gnral est excellent, l'ictre persiste.
    L'examen du sang, lpratiqu t diffrentes reprises, est ngatif
    pour la malaria.
    Les iuines mises pendant la journe ldu 2 ne renferment
    plus d'hlmoglobine; cells du soir reTferinent encore des traces
    d'albumine. Quantit d'urines en vingt-qluale heures
    2,000 centimitres cubes, don't 1,500 centimtres cubes himo-
    glolbinuriques.
    I''cesriptiow : pavement pturgati', regime lact; pas (le qui-
    l-nie'.
    3 avril 1902. Eat, gnral excellent; la temperature est
    alebrile; dans le sang, pas d'hmatozoaires de la malaria. Les
    urines, normnales, sans albumine.
    La convalescence s'aclhve sans incidents. Quinze jours aprs
    la lin ide l'accs d'hioglolhinrie:, avant d'entreprendre le
    voyage (le retour en E'urope, S... a 1pu preir'e de la quinine,
    1 gramme en une fois, deux jours le suite. 11 a contiinl sans
    incouvnients, pendant plusieurs semaines, ai prendre I gramneii
    tle quinini e lous les huitimi e et neuvime jours.

    OiBsi: el'oN 6. M..., lieutenant de la Force publique, un
    peu plus de cinq ans de sjour au Congo; revenue (le cong
    d'Europe en septembre 19102. Depuis son retour en Afrique,
    a t tfirqueminimeni indlispos, soulr'ant d'accs (le fivre peu
    graves. mais souvent rlpts. .M... assure avoir eu i diffrentes
    reprises, dans les six derniers mois, un ictre gnralis, mais
    peu intense, et pas toujours accoimpagn le manifestations
    flbriles.
    Le 28 juin 1903, jour o s'est produit I'accs dl'hmogloli-
    nuiie, M... avait un accs de malaria qui avail dlutl vers
    6 lheues du natin par un petit frisson. Dji la veille, il avait
    t indispos, mais n'avait pas eu de fivre (?). L'examen du







    - 21 -


    sang, t'ait le 28, 11 heures du martin, dnote la priewnce de
    rares hmatozoaires jeunes, endoglobuilaires, non pigments.
    A 3 heures tdu soir, M... a pris 1 gramme de quinine.
    Vers 6 heures, le malade constable que ses urines son n1oires.
    Nous trouvons le malade trs agilt, ecfray, par la nature ldu
    mal, avant peur lde mourir. L'tat gnral est pourt int trs
    satisfaisant : pas de cphalalgie, pas de douleur dans les lombes

    Date ,jf i T i .
    /4'0 *2. .

    120 ,o"

    /00 40"
    /O o -- -




    60 38'


    M0 37 .












    ni de nauses. La tei :atuc cei momet est i 3S"; le I ouls,



    Eidamen dul sjaue : idonnet lgs m lmes r;sultais qu'i 1 It a ug nes
    du martin, rares parasites jeunes.










    Les urines donnent au spectroscope les raies de la imthno-
    globine.
    Mldication : boissons diurtiques.
    ) juin 19)03. Nuit passable, transpiration abonlante, ui
    seul vomissement bilieux. Au martin, l'tal gnral est fort
    salisfaisant : pas de cphallgie, pas de douleurs dans les
    jambes; ictnre intense, gnralis.
    L'exainen du sang, rpt deux lois dans la journe, est nga-
    til pour la malaria.
    Les urines de la matine sont encore himiogloiniriiques;
    reaction faiblement acide; density : 1.023; dans le dp, rares
    cellules pilhliliales gonlles, pas de globules rouges ni de
    leucocytes, rares cylindres granuleux tres courts. A i heures
    du soir. mission d'urines Ibrunes, troubles, ne donnant plus
    au spectroscope les raies (le l'hmoglobine, mais albiiuineuses
    i(S ", Escu:ii). Quanitit d'urines en vingt-quatre heures :
    870 centimtres cubes.
    JlMdicalio : lavements puiii'atifs, boissons diurliques, pas
    dle quinine.
    30 avril l903. Nuit bone; au mialin, tat gnral trs
    bIto, le malade se sent un peu l'atigu, mais soulag; l'ictre
    persisle, mais est moins intense que la veille. La itemprature
    est al'brile, les examens du sang iigatifs pour la malaria.
    Les urines sont peu abondantes, 0'i, centiimtres cubes en
    vingt-qualre heures; density : 1.020 i 1.028 ; dans le dpt, il y
    a encore de rares petits cyliiides. Les premires urines de la
    joiurne renflrment encore lde l'albumine, celles de la soire
    n'en contiennient plus.
    Jldi'atlio : boissons diurtiques, regime laci, pas de
    quinine.
    Les jours suivants, l'ictre disparait graduellement; les
    urines, ne contenant plus d'albumine, deviennent plus abon-
    dantes, et la con\valscence s'tablit lentement. Le malade,
    trs aninie, a d(i tre rapatri un imois aprs l'accs d'himo-
    globinurie.









    IIEAIrQUIES. Les cinqi observations qui prcdent, n" 2, 3,
    4, 5 et 6, sont intressantes par le faith de la presence des ihia-
    tozoaires de la malaria dans le sang des ialades, peu de lemips
    aprs le dbut de l'hbemoglolbinurie.
    Les malades renseigns dans les observations 2, 3 et i ont
    t traits au imoyen d'une seule injection de 1 gramnine (de
    quinine. Les parasites de la malaria onl disparu rapidenm nt de
    la circulation sanguine, mais leur disparition n'a nmillemnlt eu
    pour consequence la fin de l'hnioglobinurie.
    Les maladies des observations 5 et 6 n'ont plus eu de qinine
    aprs le dbut de l'accs d'hmoglobinurie. Tout common chez
    les malades avant reu une injection le quiinine, les lu mato-
    zoaires ont dlisparu bientlt de la circulation.
    L'observation i est intressante encore, parce que, du moins
    d'aprs les assurances formielles du malade, l'lhmoglol inurie
    s'est declare sans absorption pralable de quinine. iNous
    reviendrons ultrieurement sur ce cas.

    ()BSEVATION 7. F..., mcanicien i l'1tat duC Congo, ipre-
    imier terie, deux ans de s'jour.
    Mcanicien board d'un i)ateau descendant le fleuve, F... a eu,
    quelques jours avant d'arriver I,pohlville, un aces d'hlio-
    globlinuiie qui dbuta quelques hieei is apl'rs une ablsorplion lde
    quinine. Pendant toute la dure de l'hiiioglolhi rie, F... a
    pris journelleient un peu de quinine (combien ?) ; la tii du
    troisime jour, les urines sont devenues claires. Les jouis sui-
    vants, a continue i prendre rgulirement une dose de (lgr.'0
    (le quinine; il arrive Lopoldville le troisime jour alprs la
    fin de l'accs d'hlmoglolinirie.
    Le jour de son arrive, sans consulter le mdecin, F... rentd,
    vers i heures du soir, une dose de I granite de quin ne ; il
    6 heures se dclare un novel accs d'hmoglolinurie.
    Nous voyons le malade pour la premiere fois, le lendemain
    martin, 5 juillet 1902. L'tat gnral est trs satisfaisant; le







    - 27 -


    malade est trs came, n'a pas tde cphalalgie, dles douleurs
    lombaires peu marques; ictre trs lger; le foie n'est pas aug-
    nienl, pas doulolureux; la rate esl palpable dans les inspira-
    tions profondes.
    La temperature, qui a dpass 40" peu d'heures aprs le dbut
    de l'accs dt'hi3og.lobinurie, est i 37"7 an moment de notre
    visit, et dans la journe atteint iun maximum de 38"; ; le pouls
    est bien reinpli, de tension un peu faible, rgulier, gure acc-
    lr (84 pulsations).

    Daee ;67 IY I' 7 I i ~.


    120 /1


    S------ - - - -- - - -- ,




    60

    0 37- . . . ... . ;.. :. .:- ; ..- i, I .
    ----"^-- --




    203




    FIG. 7.

    l'x'ra pas de parasites de la malaria.
    f rines : donnent au spectroscope les raises de la ntiiino-
    globine; reaction acide; density : 1.020; dans le dpt, quelques
    cellules pithliales gonllecs, pas de globules rouges ni de
    leucoctles, pas de cylindres.







    - 28 -


    Vers heures du soir, mission d'urines brunes, sans I imo-
    globine, renfermant (le l'albumine (/1 "'. ESBACH).
    Medication : lavcwents purgatifs, boissons diiuriques.
    (6 juillet 190 2. Nuit hlonie, ela gnral trs satisfai'ant,
    l'icbre a presque disparu. La templralure ne dlpasse pas :n"31;
    le sang, examine deux l'ois dans la journee, ne renlferme Ias (le
    parasites de la malaria. Les urines sont claires, mais r'in-
    ferment encore (les traces d'albumine.
    MJIliculion : boissons diurtiques, regime lact, pas dt qui-
    nine.
    7 juillet 1902. Elat gnral trs bon; plus d'albfuine
    dans les urines. Alimenltation lgre.
    8 juillet !9)02. Le Imalade est en pleine convalesrence.
    Souponnant chez lui une sensibility spciale la quinine, lnous
    dcidons d'essaer (le l'accoutumer au mdicament. LDans ce
    but, nous lui faisons prendre le 8, dans la matiine, une dose
    de Ogr.'i0 de quinine avec quinze gouttes de laudanum pas
    de reaction tde la pari de l'organisme.
    Le ), nouvelle dose de Ogr.O5 de quinine avec quinze pgotilles
    de laudanum : pas tde reaction.
    Le 10, le martin (i heures, le soir 6 hleures, chaque i is
    une dos e d Ogr.50 de quinine avec quinze gouttes de lauda-
    lnuni, qui sont bien tolres.
    Le I, aux mmes heures, la mme dose de quinine, mais
    sans opiunm.
    Le 12, i i hieures (d martin, Ogr.iO le quiniine sans oplium;
    dans la matine se produit une reaction lier'iiique, Ie vers
    midi, mission d'urines hlnilolobiniiiriqes; l'tat general lu
    malade se maintieint bon, pas d'ictre, pas tde vomisseminits,
    pas die clpalallgie. A 10 heures dii soir, les urines ne ren-
    fermeni plus d'hmoglobinie.
    Le 13, tat gnral irs bon, temperature afbrile; u 'ines
    claires, sans albumine. Nous supprimons dlinitivement la
    quilnine et la convalescence s'achve sans encombre.
    Le malade a t rapalri.







    - 2i -


    Il'(,iei) silbilite Spvia ti fll pl'a'sgi jiI l)fdl
    niii siii an' opiu. Se piciirait-il dlans frun
    'Nous devoi s onlaire remarquer enisuiite que les doses par les-
    queilles inios avons iiie 01 e 114)1) troflres, et come nouis
    le dirons ii propose lii taileinviit, les essais de vccifactioii n
    (oilli i iliqinine dIoivenlit dbuii>ter par (les doses bien pliui
    petites que celle dle i..

    Oirn~n~8. 1)... agent

    an Coi go. lidispos depuis Irois
    umme eIn pIhrelna jii ournelleieiint
    enviiron I ranine de quinine par
    la houche. les 'deux prelniiers
    Jours, la quinine a lt hien sup-
    porte. Le troisi;ime jour, 9 juil-
    let I )>(9 2, lP... prendl I ranimne
    de quiinie i a 3 lieures du soir;
    environ leux lieures aprs, il iel'
    (des' u inle l'onic(es, col 'u' iiilpii al a.
    NoulS vO\ os le malade iiiiui-
    dialteliient apris led Il l de l'(accs.
    Etat inral tlrs hon, pas d'iclire,
    )pas ii \ol ilisenHieils; lii l l peu de
    cphalalgie, lassitulde g nlirale,
    douleurs dans .la region loiiilabire,
    symipl')iin qie le malade ressen-
    tait dj les ours prcdents. Le
    foie est aungient, le bord int-
    rieur dpassant de '2 centimntres
    la limile normal, plas douloureux


    jours, Il... s'est Irail lI i-

    IDae 0 JO i




    /00 *o0


    so 3


    60 38









    FIr. 8.

    la pression ; la rate palpable,


    diire, dpasse de 3 centimiites le record coslal, pas douloureuse.







    - 30 -


    La temperature, immdiatement aprs le dbut de 1 accs,
    :i h. 30 du soir, est alebrile, 3("7; elle monte ralpileeniit
    pour atteindre 39"3 i 7 heures; 10 heures, 39"2.
    Dans le sang, pas d'hmatozoaires de la malaria.
    Les urines donnent au speclroscope les raies dle la iinftiheno-
    globine, sont aides, density : 1.021. I)Dj 8 h. 30 lu soir,
    les urines mises ne renueriiieni plus d'hmoglobine, nais un
    peu d'albuminie environ 1 ",, Esmu ii)..
    10 juillet l1912. Nuit bonne, sommeil tranlicleh. Au
    martin, tat ginral trs bon. Les uines sont claires, sais albu-
    mine. La temperature est afbrille; le sang ne 'reiilcnic pas de
    parasites de malaria.
    Le mialade entire ni convalescence, qui volue sans in -idents.
    IP... nous raconle qu'il y a un peu plus d'un an, il : eu ln
    accs analogue, mais plus lger encore. Alors gale iinl il
    avait le indispos pendanit deux ou trois jours avant l'accs;
    soumis par le mdecin i un Iraileinieil intense a la quinine,
    PI... av\ait mis ni imalin, au salt d( lit, des urines noir's: iune
    lieure aprs, les urines miises taienti claires. P... n'eut pas de
    ti evre ? ('.I) e l'hi imolo )bin rie ii si r'eproduisit pas le; jours
    suivanlts, biein (qe le i mdecin con(tiniut ladinliistraliol d(e la
    q(iinine.
    IDescendu Boria pour reprendre le chemin (le l'liro'e,
    I)... y ciu, in jan:ier 19)03, 1iii nou\el accs ld'lh oglob nurie,
    aliquel il succoiiila.

    O()SEIvo\ I()S IB..., comnlis i I'Eal d(u Congo, p eniier
    sjour, au Coingo depuis deulx ans et six miois, Iprmiri e a teinte
    d hliiiOglobino lrie.
    Indispos depuis le I li novembre 10i)0, 1B..., d'alpr's ses
    dies, aiirail uc la livre lois les soirs et la nuit. Sur p( scrip-
    lions (ii mdecin Iraitant, il prenait depuis lors, jouiinelb ineiit,
    une dose de 1 graumm i e qul (iiiinie.
    Le 20) noveiilnbre 1()0, B... prit Ogr.73 de quiniu \lcrs







    - 31 -


    4 heures du soir; vers 10) heures, il eut un violent frisson et
    constatu i iin di aleieint aprs que ses urines taient rouges. La
    temperature ce iiioimenit tail 38"9.
    Avant cet accs d'hinoglobinii ric, B... n'a gure t malade;
    il eut rareieniil un lger accs de fivre, Iiais souffrit frqueii-
    nient de ne ralie orbilaire gauche.


    Date __


    foo

    SO
    L<2> ~3)
    /20 4/"












    1,0 37"

    ~ - -- n -.


    FIG. 9.

    .Nous voons le malade le 21 novemlbre 1902, a 7 heures du
    malin. L'tial gnral est bon, le leinlt tr's paile, mais pas ict-
    rique; le malade est cal;me, n'accuse pas do souillraiices. Le floie
    n'est pas augmiene, lps d louloureux; la rate dpasse de 2 centi-
    mtres le record costal. Pas de vomissemients bilieux, mais les
    boissons chaudes sont rejetees imludiatement.
    L'examleni du sang, l'ait trois fois dans la jouiirne, est ngatif
    pour la malaria.









    Les urines sont d'un rouge Ibordealux, mionlten au specltro-
    scope les raies de la initiioglobine; raction acide; leisit
    1.019; pas de globules rouges ni deleeuco vies, pas dle c ,indres.
    prescription : lavements purgatibs, boissons diairlit uIs, pas
    de quinine.
    22 noivembre I02. --ILl ('In',ral sali isisainl, l, ut slub-
    ic 'iriicle; Ipas die voiii isse enls hilieux, mais l',esoina rejellt
    loule Iboisson. Pas de phalalgie, sensailion (d'olpinssion dlans
    les liv loondcrs.
    Dans le sang, pas d'hiiiatozoaires de la m dalria.
    Les urines soni lonjours hinoglobiniri]i]es ; dans li dil i,
    lraes collules epitholi'les gonlles, pas de globules roi- ,s ni de
    leccoctcs., (qiiliique s ptlils 'eliindres granuleux.
    Plrescriiilins : laviniiints d'cia sale, pas de quiniiie.
    23 novmbii l'i I 92. Sliilu /uo ; icLre un peu plus ilitense.
    lPas d'Ihmatlozoaires dans le sang.
    Les urines onI iie leiln e i ronge Irs clair.
    2'1 novemiire 1902. .Nuit onine, lal 'nlral salisi lsnt
    l'i r pl aait mioins iliteinse que la veille.
    ILes urines de la inialine sont d'iin ro'uge clair, lini iglobli-
    n iiqi([lies; vers I I heures, elles souil lirllnes, nei iionltirilet plus
    au spectroscope les raies de l'ihiinoglobhine, renieriiieni iii pei
    d'allbui i ni e (. .. Isit.u:iin.
    )iins le sani, pas dl'hinatozoaires; niaiiioins, le soir cen-
    sion tlierinip(ueiie 3S"2 ei l're cphialallgi plus iccis e a it'tihe.
    i iinoveinbre 19)02. -- .Nuil Iranqiuille, lal g'nrt l li''s >lon.
    Les iurines sOli claires, sans liniogloinii, mais renleruieii de
    l'albl)i ine (environ ., IsrAci .
    )Dans le sang, pas ld'iinalozo irles iilis dani s l'i'pr-inidi,
    nouvelle ascension Iueriiilue a 38".
    ILvs jourvs stivanits, i l 'ral du malade s'aiiiiliore de plus
    ein plus, iialge le ls pliLes ascenlsions Ihernulquies de la soi 'e. A
    partir du '2t, toute trace d'allibuine disparait des urines.
    Malgr l'abselince e parasites de la malaria, les ascenseians


    - 32 -







    33 -


    tlermiques journalires, nous nous dcidons fire l'essai (le
    la quinine. Le 28, B.. prend Ogr.50 de quinine, dose bien sup-
    porte. Le lendemain et les six jours suivants, il a pu prendre
    sans inconvnients une dos e e I granite de quiinine. A partir
    du troisime jour du traitement quinique, la temperature est
    reste au-dessous de 37.
    B... a t rapatri.

    OBSERVAlnTl N 10. M..., frre des Missions catholiques, S.-J.,
    au Congo depuis trois ans, premier accs d'hinoglobinurie.
    Sjourne il l'intrieur du district du Stanley-Pool, est venu
    Lopolldille il y a huit jours, pour se reposer.
    Le malade nous assure avoir t frquemment indispos dans
    ces derniers temps, sans pouvoir dire s'il avait en ralit (le la
    fivre. Pour combattre ces indispositions, il prenait de la quinine
    en poudre, sans mesurer la dose.
    Le 30 avril 1903, se sentant indispose , le malade a pris
    de nouveau de la quinine en poture. Le lendemain, 1" mai 1903,
    il eni a pris encore, dans ls mimes conditions, vers 10 heures
    du imatin. Dans la journe, il a eu plusieurs Crissons peu vio-
    lents, mais ce n'est qu'i i; liurces du soir qu'il s'est aperu que
    ses urines taient ,( noires ).
    A noire visit, 5 1l. 30 du soir, nous trouvons le malade dans
    un tat gnral bon, le teint est pale, mais pas ictrique. 11 est
    calme et rpond posment l'interrogatoire; il soui're d'un peu
    dieelphalalgie el de latigne gnrale. Le foie n'est pas augnent,
    pas douloureux la pression; la rate n'est pas palpable.
    La temperature est 39 i; le pouls est assez plein, de tension
    moyenne, acclr ()10 pulsations), rgulier; les parois dle
    l'artre sont un peu dures.
    Dans le sang, pas d'hiatozoaires de la malaria. Les urines,
    examines au spectroscope, donnent les raies d'absorption de la
    mlthmoglobine.
    lPrescriiptions : boissons diurtiques, pas de quinine.







    - 34 -


    2 mai 1903. Nuit passable, transpiration abond(inte. Au
    main, cphlalalgie intense combattue par des compresses froides;
    Iger ictre.
    Les urines liiu matin soint Ioujours hiiiioglobIiniriqie~,. De
    10 heures du limain a i heures du soir, pas d'm'inVes. A ce


    Fi(;. 10.


    moment,, imission de 7c 'entimtres icubes d'urin'es brunes, sains
    beioglobine, mais irenileriaii l dle l'illibuiiie. A 8 heliiirs du
    soir, nouvelle mission d'iuines hiiioglolbiiiiiques. Dans le
    dpt, raress celllllules eiietliales gonllees, qiuelques etils
    ylinldres, pas de globules rouges ii de leucoctvtes. La eai lion
    des urines est lahilenenil acide; density : 1.0 21.
    Les examens du sang sont nigatils, pour la malaria.
    PI>'rscriptions : laveienlts p)urgatils, boissons diurtiques, pas
    de quinine.
    3 iai 1903. Nuit passable, sonmmil liger, assez agili.







    - 3. -


    L'tat genral est boni, plus de cphalalgie; il persist un
    lger ictre. ILes examens ilu sang sont loujours ngatils pour
    la nialaria.
    Les urines mises dans la nuit et durant la matin e ne ren-
    leriment pas d'haemoglobine, mais de l'albumine (environ 1/"' ",
    Esl U:ii. Dans l'aprs-midi, deux missions d'urines hmoglobi-
    iiriques.
    Irescriplions : eau de Carlsbad, boissons diurtiques, pas de
    quinine.
    i mai 1903. Nuit bonne; l'tat gnral est trs bon. Aux
    sclrotiques persist encore iie leinte subictriquie.
    Les examenis (lidu sang sont ngatifs.
    Les urines mlises depuis le 3 au soir sont claires, ne renfer-
    mani ni Ihmoglolbine ii albumine.
    Devani l'insistance di mnalade et de son entourage vouloir
    prendre de la quinine, nous doiinois le soir une dose (le O(r.25
    de quinine.
    I Inai 19>03. Le malade, n'avant pas ragi ti cette faible
    dose de quinine, en priend le soir (igr.. l.
    ( miii 19)03. La quinine ltant bien supported, la dose est
    porte i graIl i(ne, pris le soir.
    7 uiai 1!03. La nuit el la matine se assent sanis
    encoimbre. Vers 10 lieures liu imalin, le inalade a ine sensilion
    de froid, la lemprature devient lbrile et une lierle alprs se
    product iune prenmire i' mission dl'urines liioglobinuriqiues. ,Le
    tdbult le la tivre coincide avec des bourdonneiments d'oreille
    lies iiiienses, qui i existaiein pas a n ilatii.
    .A 2 lies dlu soir, miiission d'urines claires, sans ;ioglo-
    bine; ai i hfietes, iuri es Iiinog'hloiiiiriiilles ; ai 7 h. 30, les
    urines redeviennentil claires ei l l'Inoglobintirie se se reproduiL
    plus.
    I: lelmperalre, tlbrile lpendant tooile la journ'e (d 7, ne
    review i a la nimiale que dalns la joiurine di 8. Les urines (du 8
    a iiatlin ne renl'erient plus d'allumine.







    - 36 -


    Nous supprimons dfinitivement la quinine et faisoni prendre
    de l'arsenic. Le malade a t rapatri.
    Aprs un cong de quelques mois e( Europe, le frri M... est
    revenue en Afrique et a pu prendre impunmient de la quinine.

    OBiSEIVATION 1 Pr..., agent de l'Etat du Congo, deux ans
    et huit mois de sjour, premier accs d'hmoglobinuric
    Pendant toute la dure (le son sjour, P)r... n'a ja nais t
    gravenent malade; il assure mnme n'avoir ie que trs r irement
    la fivre. Il dit n'avoir pris de la quinine que de temps autre
    et petites doses, sans pouvoir prciser.
    Quelques jours avant le dbut de l'hmoglobinurit, Pr...
    tait indispos (fivre ?)
    Le 1, mai 1903 au matin, il a pris Ogr.50 (le quinine, le soir
    la mime dose. Dans la nuit du 15 au l(i, vers le martin, il a con-
    stat que ses urines avaient la couleur ldu vin portugais.
    Le l(i au martin, le malade est dans un tat excellent, esprit
    came et lucide. Le teint est un peu pIle, mais pas iciriquce; pas
    tde soufthances. Le foie n'est pas augment, pas douloureux; la
    rate est palpable dans les inspirations profondes, pas (doulou-
    reise.
    Dans le sang, pas d'hmatozoaires de la malaria.
    La lempralurc, 38"!)au imatin, descend i 3805 i idi, is 37"1
    le soir.
    Les urines mises la nuit et au martin donnent na spectrlo cope
    les raises de la mthlimogloline; la raclion est acide; den it :
    1.022; pas de pigments biliaires. Dans le dpt, pas de globules
    rouges ni de leucocytes; rares cellules de desquamation; pas
    de cvlindres.
    A partir de 2 heures du soir, mission d'urines brunes, ;ans
    hmoglobine, mais faiblement albiumineuses (' / ,, EsB.u:i).
    l>)escriplio, s : lavements purgatifs, boissons diurtiques, pas
    de quinine.
    17 mai 1903. Forc de nous absenter ce jour de la stati n,







    - 37 -


    il nous lut impossible de voir le malade. Il nous dit avoir eu dans
    l'aprs-mid i un lger accs de fivre et avoir mis une seule fois,
    vers 4 heures du soir, des urines rouges. Celles-ci, examines au
    spectroscope le lendemain 18, doinent les raies de la iithiimo-
    glohine.
    18 mai 1903. Nuit trs bonne, tat gnral excellent, pas
    d'ictre, temperature afibrile. Les urines sont d'un jaune clair,
    sans albuminie.
    L'examen du sang, fait tout au martin, ne montre pas
    d'hmatozoaires de la malaria, mais assez lien de leucocytes
    mlanilires. Celte constatation nous fait conclude i une infeelion
    malarienne toute rcente, et nous decidons d'administrer de la
    quinine.
    Le jour niime, Pr... a pu prendre une dose de 1 gramme bien
    supporte ; le lendemtain el six jours suivants, la mienme dose, sans
    incoinvnienits; puis I game leue quinine tois les huitime et
    neuvime jours. Ias de rcidiv le de livre ni d'hmoglolinurie.
    La convalescence Lifi franche el rapid.

    OSEIV.%'tloN l. P..., agent d'admIinistration l'tat du
    Congo, deuxime terme. A lait un premier term de trois ans et
    six mois, sans avoir t egravement malade; revenue de cong
    d'Europe depuis dix mois.
    D)epis son relour en Afique, il a eu frquemment de petites
    indispositions acco imagnie(s de livre. Il ne prend pas facilement
    la quinine et n'a jamais suivi un traitement quinique rgulier
    aprs les accs de malaria.
    hnmdiatement avant l'accs d'hmoglobinurie, P... a eu deux
    jours de suite, le 10 et le 11 juin 1i03, vers 4 lieures du soir,
    un frisson suivi d'accs de livre. L'examen du sang ne fut mal-
    heureusement pas pratiqu.
    Le 1I2 juin 1903, sur les instances ld mdecin traitant, P...
    a pris 1 graummie de quinine vers 10 heures du matin, alors que
    les jours ipcdents il s'tait content d'une dose de Ogr.50.








    - 38 -


    Vers 4 heures du soir, le malade a un Frisson violent et tdes
    voiisseinents liilieux ; quelques minutes aprs, mission l'urines
    roiie-blor'deaux, donnant ai spectroscope les raies (le la iiith-
    moglol)ine.
    1'tal gnral dui malade esl bon, il est came. Le eint est
    ple, pas ictrique. Pas le clphalalgie, mais un peu lde lourdeur


    Fir.. 1.


    14<1q


    dans les jambes. Le foie i 'est pas
    anigmemit, pas douloureux ; la rate
    esl palpable dans les inspirations
    profondes.
    L'examniiO du sang ne (lde le pas
    (d'li niialozoaires de la iia ii'ia.
    - Le soir, i (i h. 30 et 1I hi. 30,
    encore deux missions d'urines li-
    iiogloliiniiriiiies. Ces urines sont
    acides et ot iiiie density de 1.0) 19;
    dans le dpt peu abondai t, pas
    de globules rouges ni de leUco-
    Sc ties, pas dle cylindres, ral( s cel-
    lules epitheliales goniflees.
    Pre. I'scriptions : cement pur-
    galifs, boissons dlirtiquiies, pas de
    iquinine.
    13 juin 1903. Nuit passable,
    soimmeil leger,un peu agit. L'tat


    general est excellent, pas d'iclre ; la tem prature est aflbrile;
    ldans le sang, pas d'heimatozoaires.
    A 3 heures dii martin, mission d'urines brun clair, sans
    hemoglobine, mais avec n lger anneau d'albuminie, qui (ispa-
    rait des urines imises dans la journie.
    Prescriptions : lavements, boissons diuritliques, pas de qui-
    nine.
    La convalescence fut franche et rapid. P... se retusa ai suimre
    un traitement mthodique la quinine.


    / 427
    Frw
    Pl 2)T( 1)
    /20 /,/"

    100 4/0"


    80 39"


    60 38"


    0 37"


    20 iCa


    -iCb







    - 39 -


    OBSERvV.AION 13. Le mme, deuxime accs d'hmioglobi-
    nurie le 8 noevembre 1901 Depuis le premier accs ld'hioglo-
    linuriie en juin de la mme anne, 1P... n'a pas t gravement
    malade. Il a t fivreux a de rares moments, et ce n'est
    qu'alors qu'il prenait un peu de quiiinie.
    Depuis trois semaines ia ii mois avant le dblit de l'accs
    actuel, P... souffrait de douleurs rhumatismales dans les meim-
    bres infrieurs. Depuis le 3 novembre 190 ,I il prenait, sur les
    conseils ldu imdecin Iraitant, ._-
    1 granite( de quinine par' ate 0 j JO i.
    jour en uine seule dose. :'2G ,.
    Le 8 mnovellmbre 1901, P... i,> ;t:
    a pris conmmne d'habitude, a l.
    ( heues ilu imalin, i(ue dose ."' a'' .
    de I gramiine (le quininie et -
    s'est mis au travail. Vers ,
    9 h. 30 duii iatii, violent Iris-
    son, et )pe( d'inslanlls "pps, 6 38 '
    missisiOll (e l0i)( cetillimtes -
    cul)es ( ld'iinies route bor-
    dvaux.
    A 10 1l. 30 nois Itrouvons O -
    le imalale d ans u111 lat g'nd- o
    ral satistaisant, mais un peu i
    surexcite: le teint est pale,
    livide, mais pas ictriqli;e la
    FIG. 12.
    transpirai ion est abondanle,
    les vomissements bilieux frequents. Pas de lcphalalgie, pas de
    douleurs dans les lomnbes ni les jambes. Le foie n'est pas aug-
    ientl, mais lii peu douloureux la palpation prolonde. La
    rate, palpable lians les inspirations protondes, n'est pas sen-
    sille. La iemprature est 37'i, le pouls est petit, faible, acc-
    lr (92 pulsations), rgulier, les parois de l'artre sont un peu
    dures.







    - 40 -


    Pendant toute la journe, l'tat gnral du malade .e main-
    tient lion, l'excitation nerveuse se calme l'aprs-midi. Les voinis-
    seients bilieux sont frquents, l'estomac ne garden aucune
    boisson. La emiiprature atteint un inaxiimun de 381', pour
    retomber l'aprs-midi.
    Les examens du sang ne montrent pas d'hl atozoaii es de la
    malaria.
    Les urines, abondantes, donnent au spectroscope les raies de
    la mthmoglobine; la reaction est faiblement aide ; desit :
    1.018; pas de pigments biliaires reactionn de Gmelin). Dans le
    dp6l, pas de cellules pithliales gonfles, pas de lobuless
    rouges ni lce leucocytes.
    IPrscriplions : lavements purgalifs, boissons diurtiques, pas
    de quiinie.
    9 novembre 1901). Nuit d'insoniie complete; vliiisse-
    ments bilieux frlqiiuents; trois selles forteinenit charges dle bile.
    I)urant la journe, l'tat gnral se maintient tris satisilisant.
    las de cphalalgie, pas de douleurs dans les lonbes ; sensation
    de pes'ateur dans les hypocondres et un peu de fatigne par
    suite des frquents vomiissemients. La peau et les sclronliilies
    prsentent une 1lre leinte icterique. L'aprs-miidi, les \omiis-
    sements cessent et le malade garde routes les boissons.
    La temperature, flbrile l'avant-miidi, avec maxiiiiii dt 38"l,
    tombe l'aprs-midi alu-dessols de 37".
    Dans le sang, pas d'lmiiinatozoaires de la malaria.
    Less uits iis a 7 heiies du litatin sont jaunes, n1i peu
    troubles, et ne donnent pas au spectroscope les raies de l'hmiio-
    globine; elles renlermient trbs peu d'allbumine reactionn de i( lier).
    Les urines mises dans la matinee et l'aprs-midi son i trs bi unes,
    miontrent au spectroscope les raises de la mithi moglobine.
    Prescriptions : lavements, boissons diurtiques, pas de
    quinine.
    10 novembre 1!90. -- La nuit insomnia complete, detu vo-
    iiisseiiients bilieux.







    - 41 -


    Au martin et danis la journe, l'tat gnral est trs bon; le
    malade est came et se sent mieux que la veille. La teinte ict-
    rique a beaucoup perdu en intensity; les vomissements ont
    cess. La temprature est au-dessous de 37".
    Dans le sang, pas d'hmatozoaires de la malaria.
    Les urines mises le main et dans la journe sont d'un jaune
    fonc, un Ipe troubles; au spectroscope elles ne donnent plus
    les raises de l'hmoglobine, mais reneriiient un peu d'albumine.
    'rescripiimus : eau de Carlsbad, boissons diurtiques; un
    peu de lail; pas de quinine.
    II novembre 1901. La nuit, sommeil un peu agit. L'tat
    du malade s'amliore sensiblemient. Il persiste un peu d'ictre
    aux selerotiques. La temperature est normal; les urines ne ren-
    ferment plus d'albumine.
    La convalescence est franche et rapide; P... achve sans en-
    combre son deuxime term de trois ans (rentr en Europe en
    septelbre 190,';).

    OISEIRVMO Iox -- ..., agent de l'Etat du Congo, qua-
    trime terie, dix ans de sjour, premier accs d'hiiioglolinuiie.
    Le 20 aoit 1903, dans la soire, M... est pris d'un accs de
    fivre; il prend le soir une dose de Ogr.(0 de quinine. Le lende-
    main 21, au martin, il prend une nouvelle dose tde Ogr. 60; eniin,
    i midi, iie Iroisiiime dose de Ogr.30. Vers 1 here du soir,
    M... est pris d'un lger frisson, et immdiatement aprs met
    des mrinis d'un rouge iris flnc.
    Nons vo \ous le malade i heures du soir. C'est un sujet trs
    amaigri, ii musculature flasque, peu dveloppe; le teint est
    livide, slubiclrique. Le malade est came, plutt apathique, se
    plaint de lassilude gnrale, pas de cphlallgie ni de douleurs
    dans les inembres. L'examen des organes de la poitrine ne d-
    note rien de particulier; la rate est palpable dans les inspira-
    tions prolondes, mais pas douloureuse. Depuis midi. deux vo-
    missements bilieux. La teimprature est 4'0"; le pouls, petit,







    - 4) -


    faible, rgulier, acclr (96) pulsations); les parois de l'artre
    sontl assez dures.
    L'examen du sang esL ngatif pour la malaria.
    Les uines sont faiblement acides; density: 1.020; doiinent ai
    spectroscope les raises de la iiietlenoglobinei ; dans le d i, pas
    de globules rouges ni de leucocytes, rares cellules de lesqua-
    iiation, pas de cylindres.


    Fro. 13


    Prescripions : boissons diiirtiques, pas de quinine.
    22 aot 1903.- La niiit, t ra:spiratlion abondante, mais epos
    passable. An malin, l'tlat gnral n'a pas vari : le malady n'a
    pas de souflrances mais est trbs abattu; rares vomissements
    bilieux, trs pnibles pour le malade; 'estoiiimac ne garden pas
    (le boissons; danis la journe, cinq sellers diarrhiqiies.
    Les examens du sang soni ngatils pour la malaria.









    Les urines peu abondantes, ii47, centimtres cubes en vingl-
    quatre heures, sont toujours hiioglohiiitriques.
    23 aot'l 1903. -- L'tat gnral est mioins hon que la veille : le
    malade est tris faible, fort abat tu; le pouls est petil, de tension
    trs lfilde. Dains la iiiaine, trois voiiissemeiiLs Iilieux qui ne
    se reproduisent plusl'p- i; l'aps-i estomac garden les boissons
    diuritiques.
    Les examens diu sang sont nig'lifs.
    Les urines sonlit hinioglobilnuriques; en vingt-quatre hieures le
    malade n'ien ia mis ique iO l centiiiiitres. cubes.
    2-4 aolt 1!903. La nuit, insominie comiplte. L'tat gnral
    ne s'amliore pas. Le mialade, exiiemii eniit fIaible, soutire de
    cephalFe intense. DUns la manline, il divague lgremient; l'tat
    d'esprit s'amliore un peu l'aprs-inidi.
    L'exallien d(u sang est nigalif.
    )Depuis le 23, a 7 hieues dl ii alin, plus d'urines.
    25i aoiil 190(3. La iitil, insoiimnie comiplte. L'tal gnral
    ne s'a:iiliore pas; le m:alade extreieiieenit faible, divague l -
    remient. L'ictlre persist intense. 'slsloiiacg arde un peu d(e
    lait et les boissons dir'iliques.
    Dans le sang, pas d'hlimatozoaires de la malaria. Le sang
    s'coulant de la piq're du doigt est rifs pile. Globules
    rouges : 2,2.)0,0()0O; leoiicovles : 3, 100; thiglobine, 25j
    (Gowers).
    Depuis le 23 au imalin, plus d'urines.
    2(i aoitl 9)(03. La nuit, soiiiiiiil lger, nmais trs agit.
    Etat gnral, slutn q(uo. Vers midi, miission d'environ 50 cen-
    tiiiires cubes d'urines, jaiune Ionc, sans him(ogloline, mais
    fortelienti charliges d':ilbiiiiine.
    Oblig de inous absenlter, nous n'avons pu conlinier observer
    le maladei D'aprs les rnseigis ieiients fouris, le l'onclionne-
    nient renal ne s'est pas rtabli normaleiment ; le malade s'est
    alliibli de plus en plus et est iiiort d'intoxication iurilmique le
    10 inovemibre 190<3.










    Ol(SERVATION It. -J..., sous-otlicier (le la Force pibl[ique;
    venue au Congo en aol 1901, a (t renvoy our m'la ldie en
    avril 1902; revenue eni septembre 1)902 pour le Haut-Conio.
    En iai 1903, J... eutl ai Kivu un premier accs d'h li'moglo-
    binurie, qui le gartla an lit pendant cinq six jours. Eim\ov
    Stanleyville, il cut en cell station iu e recl tle (l'hi(n ,ololi-
    nurie, le 20 aot 19i3. Ienvo-e dans le Bas-Congo, .1. arrive
    Leopoldville le 19 septemnbre 1903. Il est en appareae e trbs


    ]Dnte il~
    /40 12



    100


    &0







    20 36"




    FIG. 14.


    bien portantl, n'a plus t Imaladi depuis
    la rechute d'hmoglobhdmie, ei assure
    avoir pris depuis lors, tous I huit
    jours, Igr. .' de quinine en iune ose.
    Le 2 novenmbre 190;3, dans la soire,
    J... est pris d'un accs de tivre; a
    S10 hires du soir, il Iprend par la
    :bouche nie dose (le I granmmie ce quii-
    l nine. La Iuit esl imavaise, res igilte.
    Ie 23, a matlin, petits lfrissons qui
    se reproduisent il ni quarl d'ihenur (l'in-
    tervalle, extrmits froides, anlxi lu. A
    9 hieires, mission d'urilnes hlie ogilo-
    : Iinurii (ues.
    iNous truvonos le mialade assez igil,
    iniiq(uiet uiiant l'issue (e la m:aladie.
    Lgbre cphalalgie, pas 1de do leurs
    dans les nimembres; rien (de partli'lier
    aux organs thoracic( lies; la rate et le


    foie ne soit pas a:gmentes ni doulolureux. Translpir lion
    abondante, teint pale, mais pas ictrique. La temipratnie est
    40"1, le pouls plein, assez fort, rgulier, acclere (1 I2 p 1ilsa-
    tions).
    Dans le sang, pas d'ImMnaozoaires de la malaria.
    Les urines, acides; density : 1.01)i; donnent au spectrosope
    les raies de la mithmoglobine.


    - I4 -







    - I45I -


    Dans l'aprs-midi, la temperature baisse rapidement et le ma-
    lade se sent Ibeaucoup soulag6. Les iuines mises 6 heures du
    soir sont limpides, d'un brun clair, ne rentermient plus que
    trs peu d'hmoglobine.
    Prescriptions : lavemnents purgatifs, boissons diurtiques,
    pas de quinine.
    novembre 1903. Nuit trs bonne, sommeil paisible,
    calme. Au uialini, tal gnral excellent; aux sclrotiques, une
    faible teinte suibichlrique. La temlprature esI afbrile.
    Les uiines mises la nuit et au martin ont un aspect normal,
    mais renfterenit encore de faibles traces d'albumine, qui dispa-
    rait dfinilivement des urines de la journe.
    Le malade entire ni convalescence, qui volue sans incidenIs.
    La quinine a t compltemenll t supprime, et le malade renvoy
    en Europe.

    Ons:i.vviON 1Ui. l_..., ageni de l'Etal du Congo, premier
    ermne, un an nun' mois de sjour, premier accs d'hnmolobi-
    nurie.
    N'a jamiais t gravement malade en Afriique; de temps
    autre avait < un ipeu le ltivre ,, ie prenaitl alors lde la quinine
    en pelile quantity, mais pas d'une facon mthliodique.
    I)an ls les inemiers jours il'octobe l1903, 1{... prouveede la
    lassillide, unie fatigue gnrale. Le ") octobre, se senllant, moins
    lien encore que les jours ipricdeni[s, il prend, i 8 heures idu soir,
    une dose de Oigr.!0 dle quinine. Dans la nuit, vers 2 heures du
    martin, il est pris d'un friisson intense e de longue dure; il
    prouve en mme temps une sensation lde constriction i l'pi-
    gastre, connme s'il allaitl touifer. Peu d'instants aprs, R...
    constale qu'il met dles urines noires.
    (i octobre 1903. Nous vo\ons le malade 8 heures dlu
    martin. lHomme largement hali, ne paraissant gure souffrir;
    trs calei, rpond nettement aux questions. iN'prouve pas de
    douleurs, mais se sent Edtigu. Le leint est ple, pas ictriqiue,








    - 46 -


    transpiration abondante; le loie et la rate ne sont pas agmien-
    ts, pas douloureux la pression; pas de vomiisseients ilietux,
    I'estomac garde bien les boissons. La temprature est il ;"'); le
    pouls est bien rempli, de pension moyenne, irgulier, it peu
    accelre (88 pulsations).
    )ans le sang, pas d'himatozoaires de la malaria.
    Les urines de la nuit ouit t jetes; cells de i7 hewes du


    Dat e 6
    /IfO 42
    P T ^
    (2) 1(3





    go 39.


    60 38.




    20 36


    main ont une couleur clair, donniet au spectroscope los raises
    de l'oxyleiiiolobine, sont aidee; den-
    site : .OIS.
    l)ans la joulrne, l'itat i'IrIal du
    maladle se maintieit bon; la Ir;iispi-
    ralion est abondlante, la scrtioln vnale
    n'est pas entrave.
    ,Ves 10 hlueoes et demie, le malade
    mel deux fois des urines clair, ne les laies de l'himoglobine, mais ionfler-
    inant des Iraces d'albuminie.
    A 2 eures du soir, missionn luiiines
    bliemo'lobinriirnues. Les 'urines ,niises
    ensuite ne donnent plus les riives de
    l' imoglobine, mais sont lail lnient
    alblminiuses.


    !Jl(' de qulininie.
    7 oclobre 1903. Etat gnral excellent, la temp .ature
    est af'brile. Les urines mises iau inatinl oni un aspect lrinal
    et ne rienileri ent plus l'all miii e.
    (Convalescenci e lraiiche el rapid.

    Oiisr;i\.\TiON I (. le miiie. DIepuis l'accs d'hnio ohliiinu-
    rie diu ( octobrle 1903, li ... eut pour la premiire l'ois i1i 1pe1







    - ,i7 -


    le fivre le 30 du mime mois. Sans consulter le mdecin, il
    prit alors trois doss e O' i.:i) de qlinine douze hliires
    d'intervalle : la quiinine uliil bien supporle.
    Peu de jours aprs, Il... vint nous consuller et nous lui con-
    seillons de prendre I graimme de quinine tous les huitime et
    neuvime jours. I... a suivi ce regime le et cli novembue, puis
    le 13 el I ', cliaue fois sans rtagi i la quinine. Le 17 au soir,
    se sentatl indispos , il a Pjug bon de prendre IOgir.iO de
    quinine; le 18 i midi, sous prtexte qu'il s s entailt fbrile ,
    R... prveu encore O().:; de quinine.
    I)jit dlans l'aprts-midi, il an'uail eu des urines rouges, puis
    dles urines claires, enlin le soir i II heures, encore des urines
    rouges.
    Ce n'est nous prv(ienl ei inos enviioie des s iines rou ges mnises la veille
    i I1 heues dIu soir. A l'exalien ai specroseope, elles (donniLe
    les raies de la mlliinloline.
    Le malade ne plrait gure southl'ani, il a pass une trs lbonne
    iiiil. La transpiration est abondantte, les scihooliquies ptsenlent
    une lg'ire teinte icitrique. Pas die vomisse ients, pas de don-
    ler s dans les Ihypocondres ni d(ans les inemibres, pas de
    e6phiallgie. La tleitprature (est lpgrement f'bile, 37"i. )Dans
    le slng, pas de parasites (de la mal aria.
    ILe s inte s (tl ne lo itiieii plus les raises dle I'li iog'lol ine, mais reitinl'i entl
    un peu d 'allbumine.
    Dans la journe, la temperature descend au-dessous de 37,
    et le mlal de fivre.
    )20 no\mbl)e 1903. Le malade a passi une vies bonne
    nuil. Son tal g6nral est excellent, la temperature est ale irile.
    I)Dans le sang, pas ('hiiiialozootires de la malaria.
    Les uriines ont un aspect normal et nie renl'erent plus
    d 'allbumine.








    - 48 -


    I,... entire en convalescence franche; sur sa demand, il est
    renvoy en Europe.

    OnSEIVATION 7. B..., aent de l'Eta du Congo, sec l mois
    de sjour an Congo, mais plusieurs inces (le sjour en
    d'autres colonies africaines, o il n'eul jamais d'accs d'ieiiio-
    glo)inurie.
    Le 9 octobre 1903, dans la matine, a ii la i ti re n;
    dans l'ap"rs-inidi de ce jour, a pris trois coImprinies (iJl.ir0
    de quinine. Le 10 oclobre 1903, vers 7 heures du matin,


    Date JO li

    -Pn
    /L'O 42*

    420 /jo

    I00 .




    60 38
    40 37* .. .





    20 36- .. ...




    Fi,. 16.
    piraLure est '1,02;


    B1... ipren encore trois comipr'i mI s i1
    )gr.: mies tde q(ilinine eil imoiiS de t iiilt-
    qiatre heures. Vers miidi est pri. d'luni
    l'isson violent et de longue duire(, 't
    2 lieures colnstle (qu'il mei0t (les rifles

    .NouS voVnsI le nialade 3 lieu 'es (du
    soir. Soin ta glral est bon, il est
    calie, n'est pai)s ili(| ietl q(ialil a i'i> le
    de la mialadie; le teini est pale, il v a
    une faible teinte subliclrique aii scl-
    roliques. Lve loie n'est pas augi lente,
    pas douloureux a la pression; bl rate
    esi palpable dans les inspiration' pro-
    fondes.
    IPas Ie douleurs dans les lomIes ni
    dlais les ieiiibres, pas de cephla algie.
    La tlirnspi'ation est albondante, li [ite-
    le pouls, assez plein, fort, rgulier acc-


    lri (i )2 pulsations) ; les parois de l'artre sont dures.
    Dans le sang, pas d'hmatozoai'es de la malaria.
    Les urines miises 3 iheures du soir soni d'ui roiige soiiinre,
    acides; densit : 1.020; dolnnotl an spectroscope les raie; de la
    iLimiogolobine.








    - i)


    Dans la: soire, la lemipraline Iomi!be assez rapideniienl, el ii
    I) hel1res iioieni s niil encore hlii]i loliiiii |ues ; (lda1iis le dpot, pa;s de
    glolj'iles iuii 's iii de leiico(i es, pis l e cylitdres.
    M1/dici'lion : [;neiii'ls p iur atiilfs, boissons dii rliqiies, pas
    I oclhire 19i()13. iiuil, tis oiinne, soiniii il paisible. Elat
    giii';il excelletil, l ie p| 'rarillre al'lbrile.
    l r'i, w'ol> n u /. : i ;ill'.
    Ies I l'' 'iIvic s ii 's 'iii s i i iiii ili >41i jia nes, chi ed l
    ri'eiii'iiiciil ie t I (des (c s d'illbiiiiiin Le,'s urinei s misss dlans in
    jouitiii'i >o i t xceiill ,s d';ilbumiii ne.ii .
    )nil:i il l d', iril'lis 'in, is s etn viili l- l ;ilre(' I u' ,es, 1 ,2 0iO con-
    tinl l ts ulbces, don't e 'invii I(n o ((liriliiiU'ic s cll' s li9nio ilolji-
    iiii quiie' s.
    Lai co' iv lesce' ic l' ul l'ifr ncli ri apide.
    'L 30; ocil) !r 1il)3, l I:i.s li s rii c I1... a i 1ur111 ;iacc's
    de iii;ilarii Le lendeii iini iouls l ui ii iisins prendre I gra;iiinil'
    de suiitpIl rle le jiou suil ii\a l, InoI s l;ii is preni re de quiilnine. 1l... In'a pv',as r'Li. N.ols ltii conseillons iin ir ai prendire-' g ral;iil e l quinine l t ons les liiili~iei e 1
    ;iel\ixe!lle jo>sli el Iusqu'en dcembre I)(1 II... I'a p s ('11e de
    teciii te il'hie iiiE gluloliiiii rie.

    ()l;si.,i\ ~'I '.lN, I S. i). aL ieni de l'Elil, cii itiie te ne ctes
    cild' iliili E1l i rie. I s :iii a(:riv en Afriique i janvier ISSI, a
    enilgag i l'alali (1u Congo en aot ISDs, est r uilte n i'Eope
    en utin I1902; revenue no Conli en l veien 1903.
    liPelndanti les 1ialoiie :iiinn es de sejoiuri iniilterroiiilpu eii
    \l'ii ie' 1)... eul Iqual re iac' s dl'leiino loliiiii rie, lh qulallii e
    a la titi de I !899J 'Tous ,ls actc's tiitreni rei ili\v iiitl h, iins,
    dl'uine ldure an: Ilillla iiinii l (d de l jiurs, 'el p r'I' eilltan de
    ireprendre le Iravail aiii loiil d'nli e Ii ]iitiziiiil' lE jours. Depuiis










    (le longues annes, D... prend rgulire:nelt tous les deux jours
    une capsule contenant environ Ogr.3;i de quinine.
    Fin octobre 1903, 1)... est rest pendant quatre jouis s ans
    prendre de la quinine. )ans la nuit du 31 oclobre an 1" no-
    veimle, il a eu iiun accs de fivre. Le 1'" novembre 1903,
    i hi. 30 du inatin, 1)... a pris une capsule (le Ogr.35' de quinine,
    puis d'hieure en iheire, trois autres capsules, en tolut quatre doses
    de Ogr.35, c'est--dire l gr. 10 de quinine eu deux heures
    --A 11 h. 30, sans frisson pr ta ble,
    Date 1 le inaladie iel 70 centim,tres cubes
    140 42-
    u O d'urines d'un rouge noir. Il ne parait
    120 ipas soifli.an et linous done d une
    Io l'acti calime et ielie tous les les epli-
    /oo Fo. : cautions concernaunt ses accs anti-
    .. rieurs. Pas dallerations orgaiiiqies,
    8. 0 la lraie Iii le l'oie ne sontl aug'i i les,
    --0 pas d'icire. La raiispiration es assez
    S' alondlante, la lempratlure est i 3S,
    60 3o1
    le pouls est hien renpli, di lien-
    S, sion lioyennelc, rdgulier, peu a('c'eler
    .ao 37 (S.i pulsalions).
    )a: ns le 5saii pas d'hlinatoyoairles
    20 36"d :.. e a l alaria.
    SLes urinesl d'un roiug'e try's 'nlce,
    .donnent au spectroscope les ra es le
    laiiti(llihelt.oglo ine, sonii cides, d ni-
    sild : 1.019.
    1)ans la soire, la temperature descend graducllllielnt
    37".
    Ies urines emises a I9 30 du soir ne donnent plus au
    speelroscolp les raies dle l'lith ioglolinc, imais relinerme ilt il
    peu d'albumine.
    Medication : lavemients purgatils, boissons dilirltiques.
    l2 noveil)bre 1903. Nuil Ihomne, soiiui(eil paisible.


    - 50 -







    - 1)t -


    Elat gnral excellent, la lemprature est alebrile, les urlii;es
    ont un aspect iiormal, ne renfirment plus d'albumine.
    La convalescence esl franche, trs rapide : le malade reprend
    le travail au bout de quelques jours.

    OBtsE:tvrio:N 19. 1)..., agent de l'tal du Congo, pre-
    niier terme, liil mois dle sejour, premier accs dl'lihnoglobi-
    aniiie.
    Avant le dbut de la maladie actuelle, le sujel a souflert
    frquenmment d'iactcs (le fivre.
    :i lfvrier 11)0:i. Dans la soire, 1)... aurait el in accis de
    fivre; le soir il a pris Ogr.;:i( de quinine.
    2(i l'vrieri 1)05.-- 8 heures du martin, 1)... a pris encore une
    dose de I granmme de quinine. Vers iidi, le malade est alteint
    d'un frisson lres violent, il est d'une Iilleur livide el nous fail
    1 impression d'ltre sous la menace d'uii accs l'hiutoglobinurie.
    La tempilrature ia ce m moment est a i : 1 : unc here aprsl se
    produit la premiere imission dl'urines rouges.
    Nous n'avons lpu revoir le mialade qu'i :i lheures teint est livide, la transpiration abondante. L'exaien des
    organe's ilhoraciqiies ln dniote rien de particulier; la rate est
    palpable dans les inspirations profondes, pas douloureuse; le
    loie nest pas ailgiieiul.t, mais douloureux a la palpation pro-
    fonde. I>as de tphalalgie, lassitude gnrale, frequents vomis-
    seniients hilieux. La tempirature est i"(, le pouls plein,
    assez tend, rgulier, acclr i' 1 i (pulsations).
    Iri,,niii'i du sioan pasl d'hlleiialozoaires de la malaria.
    [rines acides, densitl : 1.021, donenwt na spectroscope
    les raises de la nt iiille tii lobiie.
    Mc;diltinl : laieNientiis purgatifs, boissons diuritiques, pas
    de quinine.
    27 fvrier 190,7i. Nuilt onne, sommeil paisible. Etat gnc-
    ral sasatisfaisaln, ictre trs net, frequents vomissemnents l iilieux,
    sensation de pesantlur i l'pigastre ei aux hypocondres. La







    -- ;2 -









    eiiip"'aliure, febrile i n mialin, descend lessoius de 37".
    l.r'umn S du sanU : ipas d'lh('atozoai'es.
    Urines ii lihiimoh4lobii'iui(pies, soli peul alhondlanites, enviroi
    7i(0 e(iiliill'ltres cuiles n Niin l-quair(e h(uri'es. l)ans le delp1l,
    i[as dIe globules r nes ni de leuiic( les, I, ;s del cylindres, r:ir's
    celluiles g filhlial1es go ties.
    28 eIricer I!)':i. Nuil miin s Iomne, soiilliil asscz a, ile.
    Elat ('n ic; r il ass s is aisnl l'iei i', a disii n ; p as (1 0 algie s 'nisation de Ip saniilr u l'(1i.'slre et i l'ly)pocon droit rat's M iiisscmcnis lbilieuxn La Lie ipctralur' e'st allbrilv,
    le pouls ass- ci p lil, le pension tfilbll .
    l.riiin I11 sang : pas h'hIeialozoanires.
    I ines : colles inises danis la nii du 27 au S e renlerine-t
    eIncori de J(' l'hmLogl(dbinl; cles du 28 : au inai sont d'un lrtun
    ConcI, ni doIentiiL plus "i sper( osco(' les taies de II(''inglo-
    illme, IlInis renfernirii l (lnviron ll I ,"' il'albluiine IL Es l. Daiins
    (le d (epol e ces urines, pas pas de eylindres, 1raes ('ellules d' d'es(lainatioIn.
    Le's iIines son pel abontdanils, 1.;I) c(ndlintlles nlihes
    11 vini --(] iilr'e hour's.
    1" mars I; )'>( uNil piassal (le, "lal e1l(Iral assez salis-
    h'isanil, mais le malade est Ir:s liilbl. Il se plainll lh dlouleurs
    loanss la region loahmbirie, surlou l a droile. L'estoiae rejellte
    loute boisson. Ia leliperailire est afil rile, le pouls peuil, trus
    failble.
    Dn):s le sang, pas d'l eal ooazires.
    prines : pas d'llinlhoglolimie, mai:s iasse / lien i 'alldibu inlle.
    Quianlil en il nlt-p ire Mhleiies : e0 contil'ees cubes.
    2 liars 1l0),'. SNlit. quo. La leni[prature est afelbrile;
    l'esLoIae slpporte ni peu de lail dlilue.
    JL.ra n'i d1u sunja : pas d'lhihiaozoaires Ide la malaria. Hmio-
    globine ': 2 ; (;o\lEIs ; globlles rolnges : 2,80,'000; glo-
    biules bldanes : 3,20(0.









    SUrimes : en vingt-quatre heures, 20 centimitres cubes il'urines
    brunes, troubles, sanms humoglobine, l'orteient charges d'albu-
    mine. Dans le dpot, pas lde cylindres, trs rares Llobules
    rouges, (quelqiies leucocytes.
    3 mars 1)0M';. SaIii quo. Temlperalure aftbrile, douleurs
    lombaires trs accuses ia droile.
    Pas d'hm:atozoaires dans le sang.
    Urines : en vingl-quatre heures, 70 centimlres cubes (l'urines
    brunes, troubles, oles,3 "' d'albumine (Esiu.;ii ; dans le dpCl1, assez
    bien de lenucocyvtes, Li.s peu le globules rouges, peu de cellules
    pithlliales goutles, quelquies cylindres granuleux, petits et
    ilinces.
    4 mars 190,'i. La nuit, somimeil assez tranquille. Etal
    gnral 1 peu i meilleur (lqe la veille; les douleurs rn: les ont
    presque compltement disparu; pas d'odme aux mall.oles ni
    aux paupiires. I'estomac garden l'alimentation lacte. La temp-
    rature est allwbile; pas d'hmatozoaires dans le sang.
    Urines : ei vinlgt-qatre heures, 120 cenlimetres cubes
    d'urines troubles, renlieriant iioinds de lecocytes que la veille;
    albuminie :2" .
    5 mars 190,i. Nuil inmlis bonne, trs agite.
    1ri'iles en vi il it-qual'e ieures, 123: centilmtres cube:, leg-
    reiiienti troubles; dains le ldpt, 1'es rares leucocytes, pas de
    globules rouges; albuminie : 1., ..
    6 mairs 1900,. Silatu quo; urinies, 30O centimtres cib)es,
    inmeis lmients cellulaires que la veille; albuminei, 1.i ,.
    7 mars 190,i. L'etat gnral nie s'amliore pas; l'estomiac
    le garden plus l'alimentation liquid; friquents voiiiss'ments
    lpendant toute la1 journe.
    I rins : (80 centimtres cubes, clai'sc; albuiine : u 0,;i .
    Smiars 190)5. Les vomiisseientis continent; le imaliad e est
    lres affhibli, dcourag pas de ciphalalgie, pas d'diie aux
    malloles ni aux paupires.
    I rines : 900 ceniimiires cubes, claires, trace d'albumine.







    - '55 -


    9 mars 190:i. Malade extrmement faible; un peu de
    cphalalgie; vomissements i'rquiets.
    'riancs : 1,)000 cenlimltres cubes, traces d'alluminie.
    Pour la p'remire fois depuis le dbut dle la maladie, nous
    trouvons dans le sanug de r'ares lIhmalozoaires lde la malaria.
    Dans la soiree, nous faisons au imalade une injection de Ogr.25
    de quinine; dose bien supportee.
    )10 mars 190(:i. Le malade se sent un peu mieux; les vomis-
    semicntus cessent, vers midi et l'estoim:ne ga rde le lait.
    Inij'clion hypodermique Ogr.2". de quinine, lien supporte.
    I r'n'. : 1,200 cenltimtres cuiiles, claires, sans albumine.
    11 mars 1 905). Nuit mauvaise; le malade est tres abattu,
    les vomissements reprenneit.
    Ai m atiii, lnousi ds I ouvos a le san de irares h/Iutlozonircs
    jeune's, cd l//Hlobliirecs, non ipif/miu'cts ; injection livyoderiniiiqe
    de 0gr.i() dle quinine; pas de reaction.
    Urinesi normliales.
    12 mars lIll.. Nuil passable, volmisseients plus rares.
    Malini et soir, une iniectioni e 0T.:i0 de quinine, sans reaction.
    13 mars 1905'. Nuit assez bonne, tat gnral meilleur,
    vomissementiis tris raies.
    Coinme la veille, deux injections de Ogr.j50 de quinine, bien
    supported's.
    Il iii; 's 100i'. Niiit bonii, soiineil tiran(uille; l'estomac
    support le rgiime lact.
    In'ii iinjection de Og'r..() de quiinii e.
    1 iimars 1 005).- L'tat gral s'amiiliore; l'estomac support
    une alimiientailion lgrei, et niiiime uie dose e Og(r.i0 de quinine
    prise par la bouche (les injections sous-cutanes tant fort
    d(lsa:gr ual les ai iialad !i.
    Le. j o:s suivants, 'tat gne'ral s'aminliore petit petit. Nous
    coninuions i lirce pIrendre journell j emeniit au malade Og.:i.0 de
    quinine par la bouche.
    Le iiialade insisted beaucoup pour pouvoir descendie au plus









    vile au board (le la mier, ei quite Lopohlville le 20 ima'- l' I).
    Le voyage se fail dans (de bones conditions, el au 1 out de
    quinze jours, le malade peut prendre 1 baeau pour 1'lin lpe.

    OisEnivvr sN 20. F..., agent de l'lal du (onigo, de ixiime
    lerne. fiait dans le ihaut-Congo iun premier sjour ans, pendant lequel il ne l'l pas gravement maulade. Ai. course
    du voyait de reloii l en uirope, il eit i1 aces d'lli(6mogloillriei
    qui se produisil aprs l'absorptiio d'une < [quanltit assez i olablle
    de quinine; l'acces dura trois jours, et le malade ne se llablil
    (iqe lenilemelii. Il passa ln Ires long cong( eni Eu rope, et revint'
    en Afriquie en mars I90i. 1)epuis son relour aI (Conigo, il :a i
    d(e rares accs de ievre.
    Le 2' mars liM)0', F... a n nt ( lgre indisposition el le
    soir a pris g0'.h0O de quinine; le leilde(nain, 2i, l'indisposilion
    continilanI (fievre ?), il a pris encorel'' '.i0 de quinine ai
    ; lieIures dou soir. Dans la nuit, il a en nll violent fl'isson, rt vers
    minuiit il a conslahl la )reiii"'re mission d'urinies roiiges.
    27 iiars 190li). 'Nois lv\ons ale ialade ail i a eures 1iu ulatin.
    Elat ghe ral lii ; il est caliie, 'rpondiI nettelin, il ux qi uei ions.
    Teint pale', pas id(eriqiie. Pas de( cphalalgie, pas 1de (o ihlirs
    dans les lomibes ni (das les meilnbres. La rate ni le l'oie n' sont
    augmenl s, pas douloureux a la palpalion. La palpatioli [1io-
    londle a l'pigaslre est un lpeu douloureuse, le malade (a de rales
    volnisseenlis. La transpiration est abotndante, la leinpi'itlure
    est a 3i"7, le pouls est assez plein, de tension assex torle, acc-
    lr (92 pulsations), irrgulier le lemps a a utre se pioduit
    une intierillence, deji (constath'e en Eiirop depuis de lo'ngues
    annes). a l'ausultation dl cliur, pas de brits alnorinaux.
    E.rLn d sa i(I : pas d'Ihinilatozo(air(es de la inalaria.
    I rie : coloration i'nge-boI) eaux, reaction acide, d( usit
    1.018, dIonnent au spectroscopl les raies de la intliniogloline,
    pas de pigments biliaires; danis le dpe t, pas de globules r( ui'es
    ni de leucocytes, rares cylindres granuleux assez logs.


    - 36





    ILa josi5e pe ass.e sais noddificatioll', notabies dans u! ai L Ll ii

    :il o kilios I,675 ce Ilitif)lires ctlbes v \iiit- N' i a lIet iie-s.



    Hl,v) : I








    r H !.




    a- I f1. 177
    cit


    JlUdiceuuion L:ieiieiits, loisiis duri et jes, pa.s dle qutiiiiiine.
    ul',S' mars 190,i. Nuit bonneu, soimimeil assez litranquille. Ftat
    gni-al bol]i, lgre c tviii te iciriq ilie la peau et (lx "" con!jolici ivess
    phiseia Nuuuiiligeie tjllis la (iluldl leprtire l est al X eOileO. Iie
    I)als le saI), puas l'IliiatooxHils (le la ima:laria.
    Les. iiieS, alboniiil:iiitu,., [',60(i0 eiitiiieties beies en viil-
    (plair ut liii, dulinent ait let Sl)-OS( gloliiii; (lsius le ICHLp, 11(11 ii e celluilus esithliliales goiiflfles pas
    dle gloluieis riouges iii dle leoivocyL es, tii r ies cylindres ganii-
    leutx.
    .1ledwui(.Iioil colmile la vei lle.
    D)imars I 90,'. Nui( t jassalde tat gniral bon; letre









    moins perceptible que la ville; temperature alebrile; Plans le
    sang, pas d'h'nmatozoaires.
    Les urines, 7 heures du martin, ont en couche mince une
    couleur brune trs pale, et dIonnent au spectroscope les raies trs
    peu. nettes de l'oxyhmogobine; les urines mises dlans la
    journe ont une couleur jaune orange, ne donnent plus les
    raises de l'hmoglobine, mais renferment des traces d'all'iuine.
    Quantity en v\ingt-qpialre heiires, 1,(00 centimtres culte.
    30 maris 190(),i. Nuil tres I)onne, tal ginral excellent;
    temperature atebrile, pas d'hematozoaires dans le sang.
    Les urines sont abondantes, 1,if)() centinimtres culbes, ( laires;
    avec l'acide nitrique donnent un Iger anneaui d'allbuine
    31 Imars 19!)0'. at gnral tris bon, temperature a4lbrile,
    pas d'hemiatozoaires dans le sang.
    Les urines, 1,(>00 ceniiiitres cubes, ont un aspect normal,
    mais doiniiet encore avec l'acide nitri(que un lger inneau
    d'albuiiiii e.
    avril 190,'i. Les urines ne renlferment plus trace d'albu-
    mine.
    Le malade entire eni coinvalescence.

    Coumme on a pu le voir, la plnparl d(es accs d'hliiog'l )ini-
    rie (que Inous ve\ni s de relaler somiiairemiieni oi ein unie e\vlu-
    tion relativement bnigne. On pourrait croire qu'il en a l '- ainsi
    pour Iou les cas d'hiemloglbiiurie qui se soni prod lils a
    leopolville (chef-lieii lu district du S anlev-l>ool) dans ces der-
    niires annes. Come nous lavons lit plus lant, nous av nis eu
    l'occasion de voir au dbui de noire Sjour en clette lai tlion
    S1900-190!)(), 12 cas d'hniiioglolinirie ia solution tris rave,
    coniue le prouveni les sepi morals (morlalite 58 .). Tous
    ces accbs, a\ant deliiut apris une absorplion de quinine, flrent
    soigns par le mldecin trailant au imoven i le la quinine en
    injection sois-cutane, i la dos e de I.'0 i I.80 par jour. Nous
    ne soiiuimess pas loignii de croire que, dans plusieuri cas,
    l'administration de la quinine, ia tell dose, a piu iire noc \c.


    - 58 -







    - 59


    Anatomie pathologique.

    Les circonslances ne nous ont pas permits de fire au Congo
    des autopsies completes ld'Europens morts aprs un aces
    d'heloglobiniurie. Dans de rares cas, nous avons pu faiit
    une autopsies soiiiaiire, c'esit--dire l'incision de la paroi abdo-
    iniiale et l'excision lotale ou partielle lu l'oie, dle la raie et des
    reins. Maliheureuseienil il s'est toljours agi de malades que nous
    n'avons pu observer ni traiter noius-memie.
    D'u)ne t' faon gnirale, les lsions organiques ne different pas
    de cells ucrites dans s les cas d'infeclion inalarienne grave,
    aigul, e, concordent :ec les descriptions d'autres auteurs
    CoIUtE, KELS'l: CL Kll. NEI, :MRCIllAFAVA et BlI..NAMI, DIE I.AAN,
    elc. .

    Foie. Est un peu augient enii volueii, hypermi el
    gorge; d l ile. Microscopiquemlen : pigment iiitlani(ue don't
    l'alondance 'et la place varient suivant lque l'inlection inalarienne
    es pluis ou moinis recent ; ta:tnlt a peu prs tiiforiiieient
    l'(pandit dlans tout le lobule hielpli(qie, ;tantot accumiule a la pei-
    phri; -- distension des caialicules biliaires, surtoutl, iarlque
    au cenlte des lobules; cellules hpatiques, in plus ou mioins
    grand nmlubre, charges de gra'ulilations de pigment jaune-
    ocri; datns les cas les plus graves, de no mbreuses cellules hpa-
    liques prselllelntl es lsios ls de degnrescence et d'atrophie;
    - vaisseaux' saiinins congeistioinnes.

    Reins. Lsions macroscopiques trs peu marques
    qui'eluefois lg'ire augmentation de volume; sur la coupe de
    l'organe, congestion ilus ou moins mar:que. Microscopi(qie-
    men : les glomrules de Malpighi sont en gnral intacts; ce
    n'est que dans les s l tres graves, de longue dure, que certainly
    glomr'ulcs lprsentent des altralions : gonlleinenit des cellules







    - (i0 -


    eipilhtliales recouvrant la capsule de Bo3i\vaini; .i l'interiur lde
    (le celle-ci, rsence' d'ue ase m f:letinenit graniilse, n i tnfetr-
    nantl, pourtant pas d'l lihmolobie; dans les tuilbes eointoirs,
    les cellules epilltliales snout goinlles, et dans les cas graves,
    prsentent des lesions de d"griescence : proloplasine manu-
    leux, iouva mial colored; la lumire de-s lubes est occup e par
    li m iiia:Liia amiiordhe, povanil renliermer lde cellules d((qulia-
    iii(es, de mme par des c linidres composes eii imajeure parties de
    grimiiulations d'hliemololineii e. Les as nses (e lhIle et les tubes
    droits soni evn gniral beaieoup plus envallis par les e~l: res
    vt les ranulalions d'hIeinogoltine; les cellules plillhliiales qui
    les recouvrent sont ~Onilees, mais en glteral moins aller'' qiue
    celles dles tulbes coiilouri' s. D)ans le lissu inlrstilic l, pas
    dl'aures lsionss que cells rsultant (de l'Iv-e-nmic .
    Rate. L~i gniral, niotalleimeni augniieilee en i olumei ;
    consislance molle, dans cerlains cas l'orgaiir ne 'cosistitlu plus
    Ii 'une paisse bouillie revenue par la capsule. Les lsioi s mi-
    e'roscoli(luies sont en some' idenliques a cells prodiit-ii par
    utne infleelion iialarieniie ,ra%'e, aige.


    Pathognie.

    Eni examinant les conditions dans lesquellles se produilt l'he-
    iiiololinurie aux tropiques, i l aliit av~ant uiit fixer ses rlapports
    avoec la malaria. D)e miiime (iue tois les autres olbservaleurs,
    nous i' avons jaliis vil, ait Co( o, se prod1uire 1un aces d'hI-
    iiiololbinirie chez un rsidenlt qui n'ait dj ailitiur(inuent
    soultterl d'accs de tivre malarietnne Les uns avaieti tl f re-
    (qlleint(Iient altteints, les autres avaient jpluit pe soinll eril te la
    malaria.
    ui second point, c'est (qe, d'aprs la plupart des auit.urs,
    l'liimolobinurie it se produit (lqui e chez les sujets qui or i ,t
    inlects par le parasite de la tierce tropical on estivo-au tom-








    - 61


    clh:aque flois que1 cheizc s IIeli i1i4 l4lii1 it J li4'v, il \ t Il I i Ofl

    1:1Iai 1 Lo>calv U l '-ci tait piodle ir mal44)4 a d1
    chzi ('1(4' lI j1S nousi o I s cI l ( i4 l jilr'I la >>' ('rIX 414'ie de p ilII(
    Cul' coIdii ti<' 1)iio :\4> lions' (> 15i4 L iires j4154 i(4 414' par dsi4 v.


    pias, liviii-vileiIllh1t, j444l1F provoquier i ii to'u s (o4lliiiiIl\ MI
    ac'cs 4 IIii4 li IIl1l'i4'. I'iI"< 1' tou ctiit vil i" 'ii fr'



    Si, (Iuminent d i(,Icv I de imii a r a, prenant (Iv 1:1 quinine vil aussi( ('iii
    r' I1414'd qu ntt vals "r io lilele Iiq i n l
    l'aire au (oi I-t-4l, 4I4liI4'illI$ c iiSiio s, i'< a'4 441 1 i
    4li'iIi44Lc~ i4i4ii:ii Iij4'.(:4'lia Iloilspii o 1i 4 4 Ii'i' 4ivii idaw la pirio'<>ii hou 4li 14 1'ii1 Ilobiiili' hi't 1'ropicale, t'i iit ten)ir co4114j41' (111











    1(14114 lit'i 14< ,cllii cc 41" 4 4'\i"1'i 44'. 4441 Jl\si a ii'>uii;ic':i, I :flsc
    fItieiiui 11l4l'4'" iil,4Is''ih4l dont lac' 4hi i11 11v IIo i444tl14p'<4





    Fl i(\S 141is 414' 4Iil r lpr('i'4ii' siii>'I14'Ili i 4 1114S 4'lob i 'I4'
    OIl. doit 1 it ,l'a iilll'oia b is dan le s h i'44i'4 l 1 'i1101'4114'
    piar jOli s plv pr411il 4 lils 4' otIitI'Il l l (411 ipa 511)14 1 i fil.-jI'li' > I lh'<' N )I454'i'v


    Il > pIh de:i ( Jh'b' ic/ I' r oe t zc 1 ilo rpIloli s i('lit 'aisviic ,h loliv>
    les p rsilrul die l 'iuu'lub tule, Iv ies quones i 'trou ve vfil dl(ifCS par (iv
    (1 ose
    ( U ir IL>i I IIo I o loe N a p o h







    - 62 -


    cial dans le sang de nos nombreux inalades atteints d'hli oglo-
    Iiniirie. Ni l'examen frais, ni l'examen aprs coloration par
    une des niom)r'eiises iilholdes achuellement usites, n'a pu nousi
    fire voir dans le sang, les l'ormes parasitaires nouvelles.
    En 189 ,, Yitsis isola du sang de deux malades atleints d'he-
    mioglobinurie, un petit bacille qu'il considra come agent
    pathogne le l'affecLion. Pas plus Ilue les lreies PILElN, ,n.:Hn et
    d'autres, nous n'avons pu contirmer l'hlypoth'se de YE si.
    Quels sont les rapports plus intimes entire la prese1 ce dles
    hemiatozoairis de la malaria et l'accs d'hlimoglobinurie : Chez
    le plus grand nombre de nos malades, il nous a td impossible
    de retrouver dans le sang des parasiles de la malaria. Cette
    :lasence constant clhez les premiers malades 1que nous avions
    vuusous ait imnmee lail conclude, an dhut de noire sjouir au
    Congo, que l'lhImoglulinurie n'avait aucun lien avec 'la malaria.
    Mais nous devons liire reimanqier que tous les nilaldes i part
    deux) avaient pris de la quinine peu d'heures avant nl'accs. Et
    inous I'i\avois las la preuve qu ce ne(''lait pas action diiu n1di-
    caiment qui avail tlil dislaraitre les hmiatozoaires de la circu-
    lation priplhrique.
    Quant, an sort des parasites dans le sang des malades limo-
    glolbinuriqiies chez lesquels leur presence avait lte constate,
    nous avons pi tfaire les iiiiis constalalions que les fires
    PLIu : les pa:rasites disparaissaienut riqiue sans que nous iinterveniionis au mon eii dle la quinini \lais
    ici encore inous devonIs tire la mime rema'rqiue que plus hlat :
    peu d'heures avani l'aIeTs, ces maladies avaient pris Ogr.:l,, qel-
    quelois I gramui de quinine.
    Quel rapport y a-t-il entree la quinine et l'.imioglo)h rie?
    Question irs controverse' et sur laqueille on i'est pas encore
    d'accord. TOimSiELLI I ), le premier, en 187 id

    (1 L i L oiiisosicatiIne Chnici et l'inj;ione nmalaricu, ipar Coui SAl. ( MAi 'iLII,
    18S71.







    - 63 -


    (le tfblre iltero-iiialurica par a inloxic::lion quinique. D'aprs
    Toniinsclli, deux conditions taient essentielles pour la pro-
    duction de l'hinoglolinurie quinique : 1" l'infection malarienne
    chronique; 2 une prdisposition individuelle, c'est--dire une
    sensibility spciale Ii la iquiinie.
    D'antres iidecins italiens et grecs signalrent des observa-
    tions analogues ri celles de TIMSI:sLI.I. Parmii les mdecins colo-
    niaux, ce f'urent surlout les frres P I>.. i qui relatrent de nomn-
    breux cas d'hlioglobliiirie olservis an Kaiieriin, dans lesquels,
    d'aprs eux, il tlllait incriminer la quinine. Ils tirent remarquer
    en iiineie leinps l'action nilasle qe leur paraissait exercer la
    mdlication quinique sur l'volution de l'afl'etion.
    Mais ce tif principalementl la relation du voyage d' tudes de
    Kocui en .v frique orientale alleinanle quiil attira l'altention de
    tous les~ iilecins coloniaux sui les rapports entre' la quinilne et
    l'ieihmoglolinuri. I)ans ses licisebl'ricllh l3erlin, IIS), Koc:i
    signal:a quatorze cas d'hl eoghloliniriIe dans lesqu(els il ne fallait
    voir, d'aprs lui, qi'uine intoxiation quinique; mais il n'texclu
    nullement la possliliiteld'hlieiiiloliimries d ues a d'autres causes.
    En I8S!!0, M EI,:sI .l .sE ei.'r I euin/ritc ibil'r duls N;l.I r i' ssd'r-
    /ibli'r 1 r eceillil l opinion dl'un 1Irs grand noilmre de ide-
    cins coloiiaux. La majority de ceux-ti se refusait a voir dans
    l'ih6moglol in ri iine intoxicatioii quinique et louait l'action
    curiatie de la quinine.
    Pendant notre sjour aiu Conqgo, nous avons pu suivre de plus
    on mloins prs, Irente-neul' cas ld'hiioglolinirie. Dan's deux
    cas, les renseignlmients prcis quant au dbut de l'accs nous ont
    Ianqul; tdas deux i;utres cas, le s ialades nous ont assure l' or-
    mielle ieiit i'avoir pas pris de quinine aaiit l'accs; entin, dans
    trenle-ci'i i as le d[II l t dt l'acis cfu prtcd, de peu d'heures,
    de l'absorpltion d'une certain dose (d quinine.


    (1 A r/ih. fur< Sch //,' n n d 189n











    414' 111':ci t'('s 4li; ol4'Il0 i4Iiii c Il l li' 't 11l4s,'l44'1)ti4) l 414' 111 41111i 4('. (I4''
    faut-il conclueii Cer. >1tes, la4 qu1i11114n'a pas1 de1 pouvo 144) 4)1 I N.44
    t ihqe, comimie' 1h4 loliiiediialiiiiiij ole 01 d:tles substaiees. 'iiijeu-
    bon de hmo:iis dons de qle nin ii al IflsiilX Lm\inmu, Y4ocirr)
    ur4 pr4)ovoque' pus(1e11)IiillIi' Au dleuil de notr1e "'on 1111 e
    Alfique, nousll'c avoIins oblv'11 le mme1114 e..I1I:InI iaLe l elchetz la
    chvre~ et le chen'. MmeI14 chez L'Iiiu, prseM'1111t de< Vh ti4syn1

    niurivc1, s'i1 n a pa'sl4i 114' I 4'4*i 14c jril ve (A.'c 4111 I0i4i-

    En adinell aul que chez lui [riiicirii's igr ud nombre de iissi ."'vis aanl'

    uiin i4's ta .1'cs I )14'1114' 4j1 i4nlL ii4'' I I ( Isi,, 1011 In 441h 1>11

    conislaler que beaucou.<'oiil de nos malades, ayant ra" -i pal.I,:ii iii :cci~
    (I11'1114c 14)~ll, i 1ll1l'14' il 11114' 11i4N44'jl1ci (14) 1' cIl~ii iiiic' 14IN11 ),I<

    massv115 s (111 4Ie- IIIcainvi l 41 1 t
    Il (to t1 41o)1(. 11


    Chappe. nou;iiiiois 1~5ccis:il qu'auxIl~ .iiciii Ir( piquv
    quvI4'I 11'l4 I'4'"c heure' 11u e 'aj4[14)11on de qiinine. ('tete ('4) Ilal't1tt



    v4 importante et doit nouIli s '-i ider dans la do iciiiic'ii;Il:'cc -tl
    Si non- rsmon I''lIl0 s I4' (')ltfflabon 141N itil's j1H41 1 a pr 41 'n4lt
    quant < la de11i [mus 11i4' 414' I l '1 4 iiI'i4, 11"i )i v i'





    (les cas, se produitii peu d'heureiii s aprii's l ';il)soilllioii dI' mo 12 0c'i
    ine dtose de quInine; 4i4c'
    i 3114 Lues 414' lo oarv de111 lam la114'end u>11)t

    gran 'llll de411414 cas tI, da slec 4 sanglL des' 1ina11144'.s


    - i -







    - 65


    '!"e eile]) IG4NA1i1 I a 1'0140s(', 1)0111' ex1}li ji Illi'tro li ciale, une 1v1olhe~e Ibase sur les dlcouveirtes

    boUn (4111 plasmqiul i (111 (abIlii 144'Ii peua 1 I, e oiil ii)c m c(i1 ieilc4' :111ela.lioli -(pc hie les glolbules rouges; unli cerila1 nombrlue de
    C('4l1'-Ci se coinpoIivr'aieilt, paL r':11>oL a Io;aIsi, r(appotico m ele
    1't1 i' 1
    14114' capl414iI4lvl. I iiiS verl 1 4liIi'' 14' quInditct< hi '



    siii1ai>l' O In lIl(Ii a1 14'Ii'4 'ire, ti 44 Uit effi.1, IN4'(' J~i4 U4I l4''i iih'('i4cl'iq e
    ittalaii 4i44iI ap 1I 111ri 4\i41411 III 44(4411 (>1 <'0111l41:ii Ou c 4r e 'nail alinlsi









    IhI4iii 'ic Bi4VNXlii ,l <'' l4lic'i4iit4o~ l l-c iii:Il
    SeI''l' I'a14 ~iii( t~ p i agtil(, q i( 4h'4Iiii4 al4'lid 41 que leiii s accs (1111, -lobliliviv Ili se qu'prs un
    l'l ( tioli piofi is Idit plas s ltie ls eja 4illsaii le q al ibiou (ils1 ut' assez



    ila lit 1114)II iit rrepr
    el4iteraieff (Ill 44 l'a- n quii4h~ 4iI' dte min 1 .1 I I 14111.1) i l d4' u compe'a l -~iI
    ment oLa n'1(11te(,ila capale de' pe ou irt-,.ioiye i olii
    lia ttl Ili vttiut'sC d( lhett da se M'11'thIis autla is1, l e s e

    OHa se I1<' hu [la hi (lol es tht' ialalts da nsi H tttIh(
    [rop14414lic11tii, ptio14'('4IsI[4 sa' liaire Is il' s le eiitt'-




    ( 1Coni1rA A'I de seNI prdisn dansi IvOell.









    ILs adversaires de l'hypothlie s e e I'hi olvse se Ilaisani tlais
    les vaisseaux sanguins olbjetlenl (que, planss ce cas, le se' il11i des
    malades devrait renferimer nie quianlite notable d'lhenlo:;l(Ibinie
    eii solitiion et prlsenler une leinle 'rou'e. gtn ranud nomlbre
    d'olseirval.urs oiLt ein ell'l constalte ce lail; 1no1us av\m.s p
    le vritier dans les 2 seuls cas oi nous avons examineii Ie san:
    n'ont pas Irouv' l'lieinoglobinhe dissoule dans le srinrm dii sang
    des maladies. L'examien i u sang recueilli dans los les eas ea l aux
    diftIrents shades de lai maladie pourra seul nois dilier.
    D'apres les experiences de Nocitr Tciti d'apIrs ;;E,, la
    desruiclion dles globules rouges se ferail dans la raie. Cl( h deux
    chins aiiu iiels N c:ii r avail injeclt dtlans le sang u sI Sut dle la
    rate d'autres chin s, il aurail vii se produire de l'hie iiioi lo iiiiuric
    aprs l'injeclion solIs-c(uluain e de quininie.
    l expliqu er le mn (':isiiie l e lie o"lol, iinurie. I)'lalr; s i ,'o i ,, la
    dissolilion des lolb les rot!es se lait dans le s\siliie ( toire, et l'lhe'moplobilue est reprise et IraInsol'ir e par le 1)ie. Si
    ce dernier organe es a ii mme de iii cllioiionr dl iorimales, la (lla: lilu'e (i'h'ii, sang, I|pourrail alleinlti e 1.; ,, dit poids (lu corps. Si celle pro-
    polion si
  • reins. Sii le 'oie iest plus danis I s conditions inoriia:les, i piro-
    portion <'lie'iio[,loline iolree scruait v\idtmeiiiiti inil(ri
    ia 1.3 o
    I)e out ce (lui Ipr'e'< resullte que nous lie parveno is pas
    encoreiI aciell cas d'Ihiiioglobliniirie tropi(ale.



    (1) Experimentelle Ieriitige iur Lehr de Tra on. (Vitcow 's Aicuiv,
    Bd LXII.)











    Thrapie.

    Nous ceainiiieirons liaiteiniewi (le 1' Lemoglolhiui'ie h'oapicalc
    nt(itiit 1e apiles IFac'rs.
    I)uii'ni'ni de loues. Si 1I ('iPii 'i(lobillie a diblltt sans
    abIs'1)[ioll puralablel le quinline, saiis qu]'il N. ail t(les Ilialo-
    /oaiie' de la malaria lecole noue(l> Iiis MNO Voyous p as aa' qu'il y auiail a
    faire preud1 dl'ie la qi ~llt au malade.
    Si lll(imoiiillobiii i dsi cletlareie :aples (1' aluso'ipi[ii dIe
    ()ini1i (I es'il i a tles Imim s (laitS le sa1l2p, nous s.imiIics
    dlavis qu1'il ll aas i' li le dloiule le la q111111114'. Plhsi'l's del
    inos miaalades elaieuil dlans ce caas, et tiolis iNiavos vil clihe ('i\ les
    iiaiiimd oaii'i' sp ili.ltiai[lr' il(' dela iiciill salisu (lq('
    lion> aillistl'iol(s dIei lai (juilille 1udaniit la lia dure dla('ces. I)(D
    Plus, il iioini siemlie q(ue, halls -ee (cas, il x a lieiu pou' lillemidecin
    d'eirs cl'iiiispiiect lleiololiiii doff(11)15(0 IffvI le maladle

    louri t ullis'.t- uul flxcto qilqe tlofvml

    S lliiiiiiiIuilii siiiii 'ii l c s ali'[uiii lde quiiif(le
    vI "il iN d vs liiiiui
    almait l(' le lal (L V lae s, 1< iiiil l' li'a pas 'ris ii 11 leiil (1e

    oiiNuiv I(icflii'5s oi (411 ellet sIigina les accs ld'Iliuo-lobi iiivIii'


    aprs ( ;l'absorpl(. tn dr vv s i` Idicalliv~il s : Ces cas sv roni trs vlczc:ires~c
    p iiiq (111 sg 41pl1 il doit ici gIi(ll leliill. Si NilloI jie


    llelait jii lii; eiciii'i' se'r'ait-il puidel de' l'associeri( al de' l'opiiiiiiu.
    l)'iine si'ai gin'ale, nouus le su111111 s pIas pIalisaul de










    lad iiiistli ti'atioii l 1vla j Ili 11 il e pedait i l i a I iiie de I a1cces
    (lIleiliii''lol)iiii(ii o. Itiu les. cvas que nous avons. 'u Iaille ' la




    seule injcction de quiiine, cause de la prsence Hio-
    maircs, l'enioglobininiv a autres malades.
    Norlte i iiele de v.oit esi voiiliiniaee [1:11 les lails 111e' par
    liiiics olbservateiuiris. . PI>:,ii a l'ail lee d'unt griand nombre t l'iciicloiiipci v'c 1,cvl s : 160 cas i va:iii; t i
    qulininle o0111 donnt, [Ile itiorialile de 1) de I I sur I ii; cas
    traits pal la quitnine, la ut[li aa ' de2 i.( 1. PL>IIN,
    tldans nl :ir ilog de cs e r lie, sinoe troua une1
    (e'26.6 ecs ,i~le.alaqia
    Le tratalemden gald Vivk(dv-a

    plirecat *y. IhI0IlonifflI I';tliulani~la t(l iueulicva,eis par la bouchlie nous, pail
    devoair elle loueliuetjle.
    liidloii urincile:l nioiu's paalil elle de l'a'oiiser Icoule
    nitiel de la bleL. tet, ki i I oui milrecomiimaniia les le [nidil
    laveiiieitli i 11 lithres unte fois par jout. Soils noius Soimmes buien trouv
    de<' I1i Iij So.a d ulils le mme 2 huiIieni u1r(S/ns I'tmu+. La q llest ion jlIlicpal qui
    se p prendr1'l e de la quinine11h aiu malade<'
    .Nouls ne pesn pas -i vit mm 1111ice qju'il x ail vil
    inllectioni Ina:iariclic a:igui, convcoinihifflodetl< l'accis on le pI.`c-'(
    malade a 111i un taitetteit (qllili

    1,) Cits dapris QLNcluc et 1opI'te-SEYrun, I)ie' Leber N VFIIAGEiZ'S PAl Il )lOGIE).







    (69 -


    i)ia' fa'Co L ('lleia1e, iletx i1'ii iiL den i'olg' l guidel'ele
    iieI'dciii pend1(anIt la conv\alescenLe d'Ill] maladie elatdlin>o-
    globiirie : la eisiisiationii iii 'Loili oiqie de la teinpi.al tire ait
    imloinls trois n ni l lois par joli' t'nisite l'examhleni luicr1'os('o-
    pique dii ( aIg lait, Joui 'iel leenvt
    Les petites~ ascensi~ons Ilie'iiqles oit la 1'eal)IaIil toi (les
    l"utinac iiii 'e;, nessiteirnt lemp)loi (e la q1illille. On11 deNrl'a
    en laiu'iii 1 1a) t'-I IK'4 pi'iso Cht" la plupart (le nos malades,

    Ic phis assucies a de l'njdui.
    (C's dIoses SH)ol trop IeI vl e .-Nt'.1
    (Celii-Ci Comeiiect'e l'atidminuistra:tion (le la qillinle par (l's do]ses
    de, 10 ccilitiigrainii es, o inme de 1 Centigramme, il coniiti'ule
    5nigneliei'Il(len[ la ivepe'alu'1 e (11 III i jelt ex 'amIinIe les i'e' ait
    poi lit de Nile de Les l(Imse, de I,(( tl scIllc linilleit siiin aliigniv` li
    Ies leilie vul eiti: miheI' Irac'tion 'C'te[llqine oi
    I'alpprtl' t nion de tr 'aces d 'aln: iii me danis b's liv'illes doit fire
    inu dlia[eiiefl dliiiiiiiiivmi. la tiose. En liiiimont, Nn ultichrlihe a
    prod'iiirec l'accontiiliiii:iance (Ili siqecl il la clninine.c
    F,11i dlm'mnms de( la imi',le t'alvlenmmt (lii Co'nvales'enit
    d'h lie l'or1Iat, (l1 reiipmos., lii Chanuigemeinm't oIe imi1iiel Colii ibliieiit ittahl-
    Ili.i t'il 'c''val 'apidveil i les Iforces ii (11 tulade. I)Duans vem''as
    cas, le mialade trop allabli nei parv~ient pas iise rtablir' il la
    rnlm>iiie imile, et( le i'etoi a la Ipaitri s'ili4st'.


    Prophylaxie

    L,'observ\ ation ililie (tl lots les aliie's, (I< 'lle muoglohI-
    i''tr lopicale lie se irencoiintre qie chez dles stjets ayanit snufll'i't
    antiiriviireinent dinGonsv~ioii inall:i~cienes, imlpllie nvUemvnt isi le
    ll>t's l'l'" L'o> l>- liu'hLiqli(es a prenidri'e.

    aiiiili'm'i>,les inflectionis par'lilzam de I. %NEu N







    - 70


    pourront etre exclues, el par l milme les accs d'hlniooglobi-
    nurie.
    Certes, nous savons par experience qu'une proplhylaxie anti-
    nmalarienne rigoureuse n'est pas toujours lacile i sui 'e aux
    tropiques. Il est probable Iqe l'agent, pendant un long s(,iir de
    Irois ans, aura L'essentiel alors est dle traiter vigoureusement l'inl'eclico, afin
    d'viter les rcidives et la iialaria chronique.
    Les measures lrophylactiques centre la malaria sont Ir.p con-
    nues pour que nous y insistions. Il va sans dire que i]oiil pril-
    rons la prophy/a' in' aiq Iuii l oil elle est applicabl '. Mais
    l'agent en voyage on en expdilion sera naturelleimlent lorc
    d'avoir recours i laI propl/rllt.ic quiiqnui'. Divers syslei les ouit
    t proposes : celui qui nous a donn dl'excellents rsultats est
    celui de Ko:n lgremeni modifi. Au lieu de tire pirendre
    I grainime de quinine tous les neuviime et lixiime jour, nous
    fixions lous les huitime et neuvime jours, quielqiuel'oi milime
    lous les seplinme et Iuiliime jours.
    Celle iiitliole, ciln mnii temps que celle tle lP.&EIn (g '.,d quinine Ions les cinq joursl, est depuis nii certain tempii applli-
    que systmnatiqueiwenit das ( ertaines colonies alleian les. Il
    lhudra allendIre une' exprimentation assez longue avant le polu-
    voir lirer une( conclusion lfinitive ldes statistiques relev os par
    les mdecins allemands.


    LITTEATUB E

    Ancienne littrature dans COHtE, Fivres bilieuses et typhiques t'es pays
    chauds; Kocii, Reiseberichte; F. PLEIIN, Kamerunuiiste, I ) ; -
    BASTIANELI, Le emoglobiinrie da malaria; MAItCIIIAFAVA E lIG(;NAMI,
    La Malaria, 1902; --- BlTimER, Patholnie de l'hmi/,l,'binu, i; Arch.
    de md. exp., 1896; Archiv fur Schi/J- ind Tr ,.. ti'r,,; .. i 1899 et
    passim; Ruc(;, Studinum der Malariakrankheilen.
















    LES


    TZYPAOSON I, A SES S 'ETA T DIT CONGOO





    Io L 'TIHYP>XOSOMIASIE 1IL:.IAINE.

    sous. c(eoi 1011, on1 dIt eoii compendrie acItelleili XOUill(ise de' dsi gi e e pewlaul1111 quelque tempssleLlil S le
    i101 de maladie (le Di)to n , et la I o e du n ,
    11ie011N 4e01111e SOUS le n(011 de imu/ifi 10uu1t ilips, au Staude filial (le l'alleeiuuuI.
    V)aws. les eu IracX es, l'iiliuIio 'Ii prod>n(uite par la 111(11e
    esclu fi' pNo~ tIin i( i la mmuie OltuIi< exaaiieu *~.jareFeIhI lalectiou chez le blanc el Chez le li-e.


    a. La trypanosomiase de l'Europen.

    Il ISbnnOR r. -Ce u'eSI q11'eu 190,2 qjue fuit dcri[e pouur la
    pIC)' re lois, I11(j lilu('-i()leio ir a v uui, i chez llouiue, par
    Pi u 1 I. Fiii I 901 le IF' Forle, uil((edeciu dle ihptlde


    (1) DI'TON, Bril. med. Journal, 190-.










    Ballmirst (Gamnilie), avait en son service un Anglais, coi plant
    plusieurs tunnes frqueinnent d'accs le sang dle son anitde la pr(i IsencV tde petits vcriniculhs, qui
    lurent reconnus )poir des trypanosones, par l)tiTox, en
    dleemnbre 1) I.
    Peu de temps aplrs, d'antres cas de lvy(panosomi:iase f'urent
    sign'all s chlez des Europ tns, par MAuNSOe, nous-inime, BUrUirT.
    I)eplis lors, le noniiire des cas dlcrits ciez les bl:anc avant
    sjournl en Afrique s'est act(rl considlrablleument. L'EtaL Ind-
    pendlt continlen i de umialade. Pour nol e part, nous avons pu obser-
    ver dix cas dle tiryvpanosoiiiiase, (et lenanti con le hd ceux
    constates par d'ai les obserivaleurs, nous croVons que PI per-
    sonnel b)lanc (de l'Elal (uI Congo a lourni a:t milois vinil t-in(|
    malades i ll'rvanosollles.


    Observations de malades.

    ()Ons umvrN 1. -- M"'" l..., inissiolnuaie prolestan e, au
    inonient de notre observation (janvier I03), a sejour l en
    AMtri d(e qulatre ans, elle ne lut que trarieenil Italade. A la iln le
    septemlbre I)00, elle fit piqute an pied Iar in 1 moucl e. La
    piqre provoquat iun gontlinent considerable de la r --ion,
    exigeant pIeinantl plulsieurs jours des envelolppi)eniets liluiides.
    Deji le I" octobre 1900 garden le lil plendant trois setiaines. En novenlbre de la itI1ne
    anne se produisirent (le granldes plaquetis d'aryvth e an sein
    droit et a toul le cle droit de la poilrine. La ltei 'atiu;e nI
    revini i la norlale qu en janvier 1901.
    La tievre fut comlbattue, imais sans succs, parl des injei tions
    sos-cu tanees de quinine el par le clhlorhxlae d







    73 -


    Les plaques d'rylthme furment atlribnes, par le mdecin trailantl
    SI uI 'sensibilil( sp lt'cile i l' l i mh aladtle a l;a qlitiini '.
    lIn janvijer c en lvrielr 191 1, 3 M"' M..., tIrs tfible, 'ui de
    l'r(pqenles accs de livre.
    En avril 1901 pendant le voyag de d retour en Europe, la
    malade eul une livre Irs graven, continue, nilement influence
    |par la (quinine. Peii de lvipi[s alp[rs son rcloniin cvi iiAlcirc,
    l-"" M ..., :ri'ri\c i :i lti li i du Iiuili e iiios del grossesse, donnaii;i
    iin iissai nce' il Ii ('iitliiil ii(orii al: ii i consl il l('.
    En mai, juin el juiillel 1901, totes les simaines, la malade
    t(ul la tiivrc l ilan tli ois joiurs; etin ime'ie leinilps, clit avail: ile
    grandte t'ilh' sse dans les jiiih s, al [oini do n l poilvoir liiir-
    eier seiule.
    In a:io l, sep nitembre e oc'l o re de la iii'iiie :ini o, la tii-
    bilesse des 'lleii t'res inltt'i'iurs peersiste, mais il nii s plroduil
    pas dd'eI ee iI ti\vre: lin oelit lre, alteinlte d'irilis el produe-
    lionle do nomlOu'iises plaiiles ld' r\lythiee sur la poitrlline et la
    jove.
    De novembre 1MI 91 i janin r II102, la livre repariil toutes
    les trois wse1aini'es; 'ni livrier et Imas I9(12, pis d'accis tle
    tivrei; tiin miis tel avril, tlivre lo les Is les Iois semainiies; eni
    imai el juin, pas ti li' ivre. IDep is jiiillel I!)0t jiiis e iie iimars 19>3,
    M ""' l... c( l ui accs dei fivre I to s les dlix jours.
    PenIlani -on sjour en Europe, M.""' Ml... fli1 examine elt
    soignie par le 1' l1r -I ssn, d'abordl par la (qlinine, ensuite par
    la li(lue rli al'rseicl:i'e ti' Fow\ ler, adliiinisi u'i panr la boiiche.
    Ml"" '' ..., pluis (oi imoins lrta lie, soni enillniii (,;lanti iiiort ai
    l'ge de hiil imois, revini au Conio liii 1Il()1. (Comnie nous
    le disions plus liiaul, elle avait alors n aiccs ti' tive vietois les
    dix jours.
    Ai coiiimeiicement (i ii s deiii janvier de celle anne, nous
    fl'llies appeal une i pre' lire l'ois alup)l's (1e' 1M" .' ..., altLeinte
    d'lun violent accis de' livre. L'exaiiien (l sang nous lit consia-
    ter, tanti







    - 74


    colores, la Iprsencc de rares forces annulaires, endglolobu-
    laires, non pigmenles de tierce mialigne on tropical. Bien que
    la march dlc i lia iprature nous f'il ,prsumer une infection
    par deux g6nrations de parasites, nous ne pmes la ,'onstater
    par l'exaiien i icriioscopi(qite du sang.
    Noius in stil iiin es iiiiiii ldiali eiil ni traite iini t liu giqui e i
    la (quinine.


    o0 10


    35 39'





    S 37-


    -0 36 -
    FIG. tO. Fic. 21.

    Le 7 flvrier, dlans la soire, nous fl'rines rappel' iln,'s de
    M"" M...., atteintie encore iine fois d'iun accs de tlivre l'accs,
    non prcde de l'risson, avait dbut dans l'apris-imidi. La
    imalade avait iune pelite cliche d Aprs avoir recueilli des plaques de sang par piq'ire ( il doigtl,
    sans attllendre le rsultai de l'exaen du sang, nolus pIaliiiames
    une injection lypodlerimique de six goiIlles de liqueur lde
    rowl er; ein presence de l'iinsiiccs l'espoir d'obtenir (de ieilleurs rsultats par les injections sous-
    cutaneiis d'arsenic, irecomtiiandes par ( iuIi. L'examen
    microscopique des plaquies de sang nle putl tre lai que le
    lendemiain imatini. Aprs coloration par la mltliode dB loiioa-
    inowsky, nous lie p'lines 'retrouver un seul parasilt de la Imala-
    ria, nilis, par conli'r, nous trou ila es deux IrvpanosolJel-.









    Les examens dli sang, rpts les 8, 9 et 10 tfvrier, ne purent
    moetre (in evidence ni lhmilozoaives de la malaria ni itrpano-
    somels. Ces examen1i s nigai ils poirrlaient bien itre :itribuls, i
    note avis, a l'action de la liqueur arsenicale, injecte le 7 et le
    8 ft iivr i \ ingl- 'ilatre l.heu res d'itervalle.






    Tif






    'i.^i.-i-:-:^ i^il _:.____ l^^-"""r
    -E fl -
    :IG. F1. 2IG. i:c. FI <4.

    le !) iniia acics dle fti\r e pllt iiiln nse, nion price( de fris-
    son ; lexamen dii sain' monlie tr e ae ires IVypaiosomies le 9 e
    le 10. Dans la soie 0 du 10, Inus laisons Miiie injeclion sous-
    cltanlc(e de liqueur de Fowler; nous riepetols celle injection
    le 12; M"" 31 ... Ipeni d einsiile la liqienr arsenicale par ia
    boucle.
    Le 17 I 'vrier, novel accs doe lie ive trs 1'ger, non pric'd
    de frisson: i l'examen du sanlg, trs rares lrvpanosomes. l.es
    jours suivants, les exa(lmens di sang sonI iigalifs.
    Enlin le 18 mars, M"" ..... e(t encore une lgre pousse
    lfbrile, pendan laquelle nous le pi'nmes trouver de trypano-
    soiI eis ldans le san'.
    Pe'ndanl loile la dure de l'observation, nous n'avons pi
    conslater chez M "". M... de lsions oirani(ques : le foie et la rate
    nie sont pas aiigieilies, les fedcions digestives sonil res peu









    troubles pendlant les accs 'lbriles. Nous n'avons consilai' de(
    plaques ld'ery teme qu'au premier accs l'brile a Ipl.:pno-
    soimis ) ; pas d' Depuis, celte epoqpie, [S mars 1904, .l"" ... a su Ni fr-
    quiciiineni unle cure plus on inoins longue a li liquiiiii de
    l'ovler, prise pair' la l ouchei, et daiis le couii'ail de (etle aiinee
    ( [ )i i elle a pris de l'aloxyl.
    Nolve ialadle ii' plus prsenl (de imaiiiestiliois de 'infiec-
    lion s tlryi anosoies; son lat eiielal s'est Iamliore *ipide-
    liile aii~ point li e lini 1)13, le poids de kilograluniiies.
    Bien p)oritaile pendant Ionte l'anne Ii)0, M" .. ... aprs
    une grossesse iioriiale, idonnia naissance, le I" janvierl I!)'i>, ai
    unie pelile tille liien conIstilee. leli'enr en lEu'rope en avril I it')i,
    elle Irevina i au Co o en inoVeinilrle dela m1mne aulne, lijours
    dans mi L lail de sautl excellent.
    Les deniers renseiginements, aonl 9i)(i, porient qe M "" ...
    conllinue ai jiouiir l'une tres lboinne saule.

    OiIsIVnoTN 2. B..., capitailne de stealiier l'aia diu
    Cong'o, deeuxieine termie de service.
    B..., il quality de capilaine de sleaineri, a lait 11 premier
    lei'ine de service de prs de lois ans an Kwani'go. Il n'eu alors
    ulle Ires rareilie, nt la c fivre , usant trs peu de la quilnine.
    Les accs de livre lni duraient ql('uun jour, el B... n'a pas
    observe alors qu'ils revenaient ave iiine priodicil r'glibre.
    B... rentra en cong en Europe, nil iioveiiil'e l!i02. Ln
    mois aprs itre renire, il e'til Un jour un lger accs de livre.
    En nliai 19!)3, BI... t'iil lai ivre pendant cinq ii six jour>, avec
    cephalalgie illense, mais pas de f'risson initial; il (uiiiiiii 'I
    a/ors suir les c issues e les jamtb ,'s de ,on.mbrcuses pl Ilin,'me. B... se traila en prenanl pendant huit jours 1 g 'niliiie
    de quinine par jour.
    Vers la ini-jiii 1!0)>3, B... s'enlbairqua i Anlvers poll reve-







    77 -


    tir au (no : si emusHu de rou>te, bord diu steallel, il euw la
    fivre p>endantu dleux jours el l'Ill 1rail a la quinine.
    Quiw jours aprs son arriixe au Conigo, B ... e Cruotixull
    a Maiiaj, Iii Iencolre la4 fii )uini* jours aprs, se l'"Ilu t il I ' luIvi1le, Bi. ... iit de
    n1ouvea la fiN i pendiant dleux 4ours.4Surh15 S' co 1 nOiseils. de uiot re
    toi ulitie le ii n de ]iiid t Liai, le malade itri lt'illiill sept Jours
    I g':une d e qulinine par Jouir el vi ulle lois. Le iliiiInieI oui,,
    la five rieprlit.BI... vint alors cleiv nous~ faire examiner le
    sanlg. i"eNaliivii italit s:111 l'ra:is n1115e 11011' Ionlr:ps d:. ieia-

    (lo (oaii1s de
    OUi l'autr e, il 1H';INl:i p lu, i 14 le.,idioss p re ites, noi us iii
    (441)411411 il, de prendre encor4e pendanti sept jous1I gra1h1111 de
    qliine i fivre, 'i li illu 'elroli'Nei ; lexaImen (1ii sang il hu1is' l'Ili en ilgatii jpour ii mlalariia. I[erieaui a1o' oiL l1elselIeilu notre
    maii:dlae, nous iaplprIulnes que, pendant (veilains acc4: sl, de livre, il

    liili.i i pr u i viit dIll\ ii4rv ii e i1dr il:s (11. 144 1' iiid < plaques dt Iile < 1 Il niioNi examen (11O) sang 1(111 1% i fil do mrII acl ement
    uiii .<1I<')l un pe4u de lai ls-se dans, les, jambe ls, diminution de)1 I p lI4 i i,
    pasle Cpuhalalgie. Surt le vois, pas de laulis ]'ryvi nv pa,
    (lal l 11\ In vil(ibe- Iliit1\ l1uuit4ieI4 le l'oie n'est pa lg
    uiieil, la 11114 esi a peine palpable dansl les inspiratilons, pro4-
    l'ondes. Le c(vi(.lie prjsente pas dle lsionsl, muais est ies (\cile
    le nombre 'l (l4'5 plsaion>s est de4 ID p~>lar ilii lnt, av I(ilj(1iIii axiIllaire (le i ganglionIs Ix iI ila1 <1h45
    iug'uiniaii\ el axiIllabvs sont1 11114111l)Is en4 vO41i01, 1<4 los lnhu
    reux ;de inie les gangiu.1ons sous-muaxilIlaires el [io-lo
    astouuivls.
    Ww1c45 (l cirre, voliiume toits les eceleics, avait 4ll)i 4
    sans etissi linaeallail gunie le mialade, aiu point que celui-ci
    aurait pu au biesoinu, fairle soi] .ericvi.










    Le lendemain, 21 aoit, la tievre recomii eniic. B... tiuanti
    ctre guri aussi rapiciiicmit ique possible, nous dcideis le
    tender chez lui la iure l'arsenic en injections sous-cutanes.
    (Voir le tableau ci-dessous.)


    FLI. P2.


    Les examens ldu sang, faits jouiiiellenienl a partir flurent toujours negalils. IMalgr les injections d'arsenic. rp-
    ites loous les 2) aot'i el persista pendantl six jours. Sans doute a la siuile des
    injlections d'arsenic, il ne fil pi pa possible (le relrol' er parasi ltes dans le sang.
    L'tal gnraiml e ... sest maintenu Iris lon : les a es de
    liebre sont peu accabIlants; l'appltit est Igrement m dl i inie;
    un peu de laiblesse planss les jaumbes.
    Le 1I( septelmbre 1!(03, I... oiiiiiience prendre la liqueur
    de Fowler par la bouche; cetle lprparalion a (el rvn ilacee
    ensuite par le mtuitarsol ou mtlithl-arseniale lisodliqiue, olipi tait
    mieux support.







    - 79 -


    I)s1[1ic le ' se)ieinlbI e I 9(901 iiis(lti'at 3 idceimibre (le (ette
    iuue an ne, B ... p'et plius (l' a(c-cs de tire; t(e s examien)s de
    sang t frqi netls, mais pa"s jolii ualers, lfurten t flals, sans [pouvoiri
    retroiueI dles itV[)a110501)1eill. Mais, poIt impi[oritan]t le nomblrie
    des puilsatiois fuit loujours raremdet;ble a ent, ile'ie a
    [(00 a1 la mnunt e, ce nombrie l'lt presqu, ConsUtamnment dp1ass
    e aili( (([nl ] Jusij]que( 3 al la minutie.
    Le 8deetuhube 1 9013, P) ... se sent Indispons cealle
    suisotbiilaite, *tla dans es lesaumbes, mtanque d 'appill.
    D)epuis itt'i, seIa Iil a Inlterromp[ui la ([lie arsenlicale. A
    > icuutes Ilui soir', la leuinpralItIe est 1i2 le oils 21 a '
    miiniuite; le(xamen(i (1 s:iiian illoie la presence d tl(hOhhi. '\exallivl [(ls t) ['ues tIlcidnote pa d'altrations~

    L~e 't decelinlue, la temprature vsi Ielletnet, l*ebrIlv le
    sami reillleiitn de il-. rares ~ Buputst B... petit faille n

    L~e la vttuic.sti t ae br :elul, ltexamlen dii1 saing et1








    ~~Ti7

    '~~ i

    oj 1

    Les~ jouiii, simauii, B ... pavait dans is lu tal aitbsoluimenit
    umOuntal tllla faIde, dants les Jambtes a dispairui, l'appetit est

    Le< 14. dcembtre dans la ma~tinet, tt>iomlle iuIlid.j






    - 80 -


    matles anque d'appit. l'exain dui "aIi, la<1ce mour eL
    lts jourii, suiivants, tl il constament relrouver dle litrs rar 1 i a-
    1) 0~(11ONIV'l'
    L~a [e1eat voir le
    itrac ci-ldessus)i Inuri ine ie' otuirie (lit I-1. Les examiiens (lii sat ii[>' 1 i[ ljours 1 -1i '
    on!o touour tln
    Av~ant ftit okset' pend> (1v' fautes idiiiiaeque l'on auritta puiu pu i[trilnei
    soni imaiuivais tatl (e sante, B.... luit veinxlen Eliol'v. Il l'lt
    soign pendn quua u[ uii<
    3. - M. .... cief lde cuulture, a :Icc lih u n III
    jricv titi 9<)(0 aui dlistict dles Butian:galas. IPendanlciiii ces ti'is annues, il
    int'a gure itmal ade. I ti tti venu poiutrslult iden ?}, lo aiit C oli'go
    viit miarts Iti . I i it uti iisjiur piiaii t







    Iile



    e<>ituiiic`rpendant itle din Tumbas





    cetii unel tieies coa ituvte ou e les acces u ieqiueituitiscul t t des. Fu
    niaui, Il inlal






    - 81 -


    ail garidler le lit pendiauit irois jouir. Il il pli ensuite s'occuperl le' soni
    servnt jej-;iIi:111 comm'a encementIde jeillet, [oui en souff1rant 1K
    fri Dans P premiers louis dle juilleti, V... fui ilvi( a irebu
    pen dant bi ,iillav ie UM o eifles de1dual i\es A1.h e
    soli 1101uNOeau l<<>ie, il s'y porta be~1~IeiIien pendanti u11e
    (jiizilu'a ev de jours.. Vers le L ; ao,i les cphIlla]givs irepriieIl,
    let ule e d



    /lemp <'f se u PU/i v




    Ii iil < t(i i.
    en gnral, mais quelquel':ii., iisli'iilioi i-s el~clii





    ail reiieiniil iie, ne-t au <<<,ida puudei uep ha'illggu [e < mailiv



    ligne ili'/ ll<51in a la j< elleu corraespn la lag I (lall pu11 lmolairei ies lasse liib.le. hume
    [iLiet pre eu ilelud la pL erciuauin unaie zon de millil, a doit


    1 1'1sternumim Le.,, batiieiut-. quieiem 11c espace, sur une eie tli






    - 82 -


    Les bruits du coeur sont purs, sans souffle. Le Ipouls ,radial)
    est assez petil, acclrI (i lO, a la miteiii tempirature 3(!'8),
    rgulier, tension tfaible; l'artre estl un peu cordonneuse.
    L'(labdoiml prsenle la palpalion une tension inormile, sans
    resistance anorinale; le ('dlon descendant, suttout sa c uliri'e
    iliaque, est pallpale. La ,rte, a la percussion, prs> tc iii ue
    zone de miatit| qui reinonle jus(ll:'au lord inftriier de la
    huitime c'te et ne dlpasse pas en bas le record cosial. Dans les
    inspirations proflonles, l'organe est palpable la palpation pro-
    fonde n'est pas doulloureuse. Le /o'i descend sur la line
    midiane a mii-halianlir entire l'appendice xipliole et 1' inbilic;
    son bord inirieur rejoint en line droite le relornd c >sal, au
    niveau ldui nenvieme ca'til:age cosl:l. Ia pialpulioin n'est as dou-
    loirense. L'islominic n'est pas dilate : l'app'lit esi (lon, les
    sells soni r;gulire's.
    Aux mt'emr's inf/;ricuirs, la iiimsciial:l ie est Iien' co i'serve :
    la force iniiscilaire des janilbes et des c(uisscs est iniiriiciie la
    normale. lAux n'imebre's sup'riu'iirs, il a ina:iigrisseiii l iniii-a
    qiIe, li la force iiiiiscillire y es dle lbeaucoi il nflriiire a la
    norimale.
    Les ,.mou'rc.n'ls ssils son, ton poIssilbles, sans lradciir, les
    uioniro'te'nils aIclis (gal itent. La iarclie esi lenite el Ires tai-
    gaille pour le imalade : elle ne prisenle pIis d'aill'ralions
    lypiques. Ia murclie long; d 'nie line droite l Irace sur le sol
    esl possible; la mensii lini d'ine lig'ne nii an ii n de; pieds esl
    imnpossiblle, le inaladle perdant l'(uilibire. Assis on (oIIlie, le
    nalade penl, avec le pied, laire des moivemenis prcis,
    par exemple, dcrire en l'air lin il, titi S.
    I)ans la station debonl, les \eiix fernies, les pied. jinlts, le
    haul dii corps balance un peu, nmais le mlialade ne perd ias l'iqui-
    liire; les ibras lant teendus, les doigts carts, il lie 'e produit
    pas (le Irembl)lenients.
    La sensibilil tactile et t la douileur est conser\e.
    Le rflexe rolmlien est positif au'x deux jailies, pai exagr;









    les clonus dle la rotile et du pied sont. peine esquisss; le
    rflexe du temdon d'Achille existed, mais est trs aible ; le rellexe
    l)achiail est nigatif. Les rllexes cutans sont iigahtifs. Le rflexe
    pupillaire est positi, il n'y a pas l'ingalit dans les overtures
    piupillaires.
    Les uin trs gros; les gan gliotns axillaires sont palpalles et assez
    gros tde deux ctis ; les ganglions cervicaux sont palpables et
    forment de chaque cote, dans la fosse suis-claviculaire, un paquet
    assez gros, re'montant sur. le muscle sterno-cl(ido-miastodien.
    Les mriiu s sount claires, ne renfiermentt ni sucre ni albumine.
    Les seiics soit normales, ne reniil'enent pas (d' (tfs de parasites
    itlestiliaux.
    Commue tinousslavons lit plus liat, le malude se plaint de
    clphlallgie pour ainsi dire continue el de faiblesse extreme dans
    lesi j:ams. La nuil, le somueil est Ce gnral bon, mais quel-
    quefois trotilieh par les ephalalgies. Enlin le malade se plaint
    d iie grande tendance au soimmeil, nimme pendant la jouirn'e.
    Mialgr un interrogatoire prcis, V... n'a pu nous spcilier la
    nature des accs de liisvre donit il a soiull'ert quielqueois; il n'a
    jamais consLtal qulie les accs revenaieJnt p'riodiiueimnt. Le
    malade assirn' n'avoir jamalis remarqul d inltrieurs Ini aux paupiires. Il assure ao)ir remllarqiu lreque(l-
    iient, nit diltbents endroits du corps, des lacihes rouges n plus
    ou mioins 'tedilues, el li se rappelle pas avoir colnstatl une
    cerlaiti ctorrilalioi entire l':appation de ces ttiches de rougeur
    et la tire. Au moment lde notre examen, V... prsente sur la
    peau (de l'aldomen, uni peu en dessous de l'ombilic, deux lacihes
    d(Fr!ytli e l"pu lendiies, tIe's piruigiieuses; unet atilre tache
    d'(rlyhie i la peau de la lace exteIne de l'avati-bras droil, un
    peu en dessous du coude. Quelques jours aprs s'est produit une
    autre plaque d'rv thli;-e a la lcee inlerne de la cuisse gauceli.
    I)ans le tableau ci-dessous, nous donnons le Itrac des tempra-
    tures prises pendant les quelques jours (ue V... a (Le sous notre








    - 8,


    obiseva1iionl. Ieil miaximili (le I iniais jouiriinLl(le ntllaI a I n(ilIJ)(iahi il(e a :d'p, ce quii iioius
    p>airaiit 1 I 1101> (l au (:



    '4

    r


    PISVi- Y7
    25 e. w oi




    FM;. 27.

    Ce qui est i remariui erl suit lo(ul d(ains ce tableaiu, >e1 < /c (iscm'-
    (flane> marqueU' ('aire fil temnprature ci le' nombre des pul u(fions

    celles-cS i n'ont 'l ,ilr
    celle ii n'oni ainais le infrieuries a,'l 00 I lue 0111 altni [cm i ctaini
    jour' I 28 La minute.
    L'e\aniei (1u sang a '1 prlatqu joqmllei lqunef'ois
    iriun'( deux l'ois jiair jour!. ('et examen ne fuii 1> l'ois :le !) septembre I901., l'aprs-midi, lioins [loilNn un1 li
    ti'y Iaiosohhi< aLins une I


    Une puo'ii in h>)iinb 'ecileilons, tacileielat I cenlinit ' sj>ii il ne noms- a1 pas etc poss-ible dle 'et'oivxet' uni seul t 'ypalosoie.
    Le upit p1'eSqe(' tours leiucoer tes uonioilue1aivs ; il i'eiOnne dl trs
    rares Iol>ides i'guIl4<'s









    Le dosa g/ de l'ichnolobin, (l':iirs Gowers, a donn (il "/o.
    Les trVpanosoies dans le sanig de V... presenlailent tons les
    caractires dja decrits diu ,TrypanIosiioma gambiens. Vu leur
    extreme raveLe dans le sang de notre malade, nous n'avons pas
    jug mile de lii laire une saigne pour haire des inoculations aux
    atnimaux.
    )Depuis son arri\ie a l'lh'pial de Leopoldville, ltat de N... ne
    s'est pias anl'iorb. La laligui, la lhaiblsse des iiembres inife-
    rieurs oul :iiiuiiiClel, cl le malade i'aurait plus la force de par-
    couriri iii e e(nillaine d quelquel'ois peu inlelligentes, le mauvais lat gnvral de notre
    malade, nous fl'oi craiidle prio de h d la I rpanoslii ase.
    le 19 septe'l l)re 1l 11,, nous avons comiiienc l'ad iniiii ra-
    lion p(ar la louclhe d auide :1slniieIx, ,iIs lonne d(le liqueur de
    Fow ler. .~Mlllieureiiseneiil il ne nous esi pas permis de gardter le
    malade en observation. V\... pari iponr l'Europe lin septeliiie,
    et se lail soigner a la Villa Coloniaile de Wateriiael.
    l)'aprs les renseigulilnents qui nous out i0 couiiiiiii(qtlus par
    le dolutur n a Caiipn l ioul, V... a enu dillfrenles reprises des
    tacc',s ileptiforeii s el est iiiorl fin novembre de la iineii
    anne,
    ()is~itl:i\ ~io l~. e Il. PI. 1)..., (e )3 aus, mission-
    laire catholique, est arrive au Congo n septemlre IH01.
    11 sjoura penoidani uni a a la mission de S..., prs de Lusaubho
    (disiricl
  • 1ris frl(iienis a celle mission, el dans les environs immdials il
    va de n mbrelses Is-lse. Not[re malade N lui coistaniiiienut bien
    poriant, a part une indisposition passagere, provoqu(ie par iun
    lger eac' de tivre.
    En novembre l9)2, il li envoya T..., prs de Kan la-
    Kanda, endroit oi la imaladie du sommeil n'aurail pas encore
    lait son apparition. Noire malade n'y lit jamais indispos.









    En juillet 1903, il fut envoy a K.., mission dcihni pur la
    maladie du sominleil. Il s'y porta bien pendant deux ou trois
    mois, mais l la tin de 1!)03, il (ti lde temps a:ire le petits
    accs de fievre. Ces accs Ifibiles n'laient pas inflluei i s par 1:
    quinine; d'ailleurs le malade, depuis son arrive il I/'rique,
    prenait jouri'nelleienft de ')(' ai 40 cenliiranmmes Ail dbut, L'accs flrile rapparaissait lous les mois on
    routes les trois semaines; aprls deux oi Irois mois, l'accs se
    reproduisailt ious les qulinze ou dix jours, ensuite lou; les huil
    jours. Au moment ou le malade Nient nous consuller, bl fivre
    repairailrail Ions les cinq ou six jours. Mais il estl ilioer que le
    malade n'a jamais pris la eipralture d'une lfacon rg ilitre, et
    que Irbs i'emenl ii mme il a latil usage dl'un ilermioiionire.
    D)'aprs le malade, l'accs de tivrie n'tlait pas pic (d 1de
    frisson; l'asceunsion thermniqiue coincidail avc ( ie ce dlialalgie
    assez ilenise el se leminail lpai une Ira nspiralion ali o1mlane.
    L'accs fl(I)ile' n duirail quieliqueois qu' in .jour, soI: iitl deux,

    le mialadt e n dut si'O etire au lit et l'a)iipp lil Iiail bien (inserv';
    apirs l'accs, le malade bl:pouvail nii grande lassitlide lInn les
    imemlres inifrieurs.
    'vrs le mois d'e mi:as o ou 'avril 19)0, le malade :uirait eu
    deux laihes dl'ryillmei(', don't unie au genou ci el uneu ldos; es
    taches n''laient pas Iruriiineiises et pl esisirentl pendmiiit cinl
    a six jours.
    A la mmie (po(que s'esl manifesto un lger taf1iildiss onet de
    lacuit visuelle le malade voy 'aitl les objets come i travers
    un lger voile n, symptn(me s''accusant beaucoup plus 1prs un
    travail exigeant 111 peu d'atlention.
    Au commencementtl du mois de novembre 10Oi., a )ord du
    bateau le ramenant i Lopoldhlille, le malade s''es apeli;ii d'un
    lger 'wdene aux chevilles de's deux cnts, mais plus a 'cus au
    pied gauche.
    lr.mauu du malade, 16 novembre 190. Sujetl i laille


    - 86 -





















    aiiH __










    J I-


    :-4 I j s


    Il 1 \ - - i-


    ' I ' f I r 1-


    VDr-i- T VUfrT


    i

    -i-B-


    -I


    17'1-7 --t J-J


    *i--
    jT


    I


    ZJ~ W

    12


    1 i 1IIETEII IFLLi~


    C





    i i i iiii


    - 1 D 1 I j


    1 i 1


    _I-i-
    -i-i


    3---(--- ~


    -1 I 1i


    ~L 1i i i I I~~l~-C-i--i-~---~-~'-, ,~e--rirt


    i i I-1T`I-


    .-


    L L[rl',1_







    - 87 -


    moyenne, largement biti, paraissant jouir d'une bonne sant;
    nutrition ginrrale b)ien conserve.
    L'examen des organs ne fait pas conslater d'altrations
    lypiques.
    IPolmos .: 'i la percussion, les limits sont sensildement
    normales; a Il'auscultation, la respiration esi vsiculaire aux
    deux lemps, l'expiration est un peu prolonge, pas (e railes.
    Cwir .: la zone dle malite remotiie dans la ligne paraslernale
    juslqu' 1i qluarieu ('u 'e; la pointe d (lui,le espace intercostal, a 2 centiil'es en sedans de la line
    mainillaire gauclhe ; pas dle miaile i droile du sterniumi. Les batte-
    mienls dui ceur se lperioi\ven dlans le cinquiimue space, sur une
    temdu (le de (rois travers de doigt; ils se percoivent failemient
    (l:aIs l siximei espace, pas dals le (qiialuiine. A l'auscultation,
    les loils (u c('ur sonl foris, surltoull le premier, pas de bruins
    ioliO 'lii i .ii
    Le pi llis et tl' rlg lierl, l( iee(lri Ivoir le tralc e pension
    bionne, arltre lgrement cordlonieuse.
    Aliioni :" assez gros, tension Irop forte, pas de resistance
    anormale ia la palpalion prolonde.
    l.siiiin/ i, p;s dilal; /gros iis tln, pas lp lpable; tonctions
    stoimacles et inllesl inales r' ulires.
    lial' : mail reiionlt jusiul' la 1h ilime 'cte ( ldans la line
    axillaire imIoyenne, ne dlpasse pas le (reboril coastal; a la palpa-
    lion, Iligalive.
    Foic' i pas aglnlt.
    ,slysi<'c lypp hn iliique dans le cou, il y a le chaque ctl une
    chaine de ganglions gros et durs, lo'inalt des nodosilts bien
    visible; dans la losse sus-claviculaire, les ganglions son pal-
    pables mais pen gros; ganglions sous-maxillaires, gros et durs;
    dans l'aisselleet planss l'aine, gros paquiels d gang lions durs. Dans
    les autres parties dun corps, les ganglions ne sont pIs palpables.
    Parmi i les cll'.xes te (lilinell, seul le rflexe rolulien est posi-
    tif, mais pas exagr; les rllexes culanes sont tous ngatifs.







    - 88 -


    Le rflexe pupillaire est positif, pas d in'galit dans l'ou etrlure
    pupillaire (uni examene ophililmoscopiquie n'a pu 're praliqu).
    La force musculadir esl bien conserve.
    Au momeuiel de l'examen, il n' a pas ni aux paupires. PsIas de tiches I )ines : ne riiniienii ni sucre ni allmiiniii. loso/e dI l'h-
    moglobine ((oi(e\s) : 08 ,
    Ia lemip/r'.muril tiit conslaiiniiiiet brile les premiers ours;
    elle presenla ensuite des petils intervalles apvrliques dh( deux
    ou I rois jours, alterniant avec des priodes (le inmCme dtrn' oi
    la lenipraturte t1ait lgrement lebrile le soir. Les 10i et 2 d-
    ceinbre, iii lion iii n larieii e, ira ideuieni gun rie par la (qlinine.
    liiienii di sang .i fui lait joiurnelleIment dans des pripara-
    lions miirosc( ues ii frais. L'exanmn l tl posili les 18, 19
    cl 21 novembre, les 7 et !9 dcembre; les Irypanosomies (laient
    lojours peu nombreux.
    Tr im l : ia parlii du 21 novemblre 1!(904, le niala le est
    soumis ia unl laiteiienil arsenieal: il prend de la liqueur de Fow-
    ler doses eoissantes, par la houche.
    Le lPre D... refuse de clreii en Europe et insisle bea iiiop
    pour pouvoir reprenlre sa mission dans le lHauLt-onio. Il
    reparl 1pour le district nuant 'i prendre de la liqueur de Fow\ler. Daus les primiers
    jours de juiaier I!90), le Plroe D... ieail arrive i prendri trois
    lois seize gowultes par jour; priseiltall alors quelques s\m-
    pliomes dl'iiiloxi(alion, le imdleeinl de' Lsamlo lui consci la de
    suspendre miioiiieutanilameni la im6lie'ation. PIarli i le llriiir du
    district, le Pbre 1)... ne reprit plus le Iraitemeut arsenical. mais
    depuis le I" l'vrier 190I, prend journelleieni une dose du 70 i
    7,i ent igra 11ilmes de qui|1iine!
    Les derniers reiiseig'neieniis, du '22 mars 1900, porlvil (que
    lai al g(ra l l dI Pl re )... est Irs hbon : depuis le dp irl de
    Laopoldlville, il n'a plus eI de livre (la temperature n'e:, pas
    measure au liheriomo ire), il n'a pas d s'aliter une seule lois.









    IISLEVATIOuN i.> J. )L.. io' egc e, a de (le an s, agent
    de I 1i 1 Conii (oiigo p reminiie termle, esl arriv au Congo le
    novembrle 190.3 Il a sjo(" osae aut dkisic L(l e
    lLqzalciir, ('I puis pi. 144<'licul Il arii( a4 Le LldilIe lS d4'cemilbre 190I1, ielnvo e Il:ul-(oii go aNc t' liiif ('Ilii(cat mdic4( al dIsantI', Malade4' afini


    A [o('444l4lXiv', le 1D,'('l tIoil'N Jetai (' .1 ... sl iwect, inouls pri1:a de taire lii('1l (lii *tlg
    (11 inala ('onlsatel la p)rsence de4 ilIilil4l4Ix i ry (:la~ j .... ak' aui (Swigo (vn no"einln 19013, et litige Siie<-

    litire fl Porl re'lativ(fement bien pend14ant la preie i lloil4 de01k (190H..
    Veri's Io mlois (Ie joui I)901', J ...a commeiiiil('cU' il souftitir de
    ((J(lialtigie, (lui, ([alprs le naadle l'alliait plus~ gure quilt t.
    Sf111 1e coniseil (111 mdelciii, Ill malade ailrait alosi, penidanti an
    cirtaiin tieimps, plis oiellemet liiui l>f'' t' cation n'a pas solii(1' t< 'at.
    l)aiins' lei iaiit de(1 novembrei' 9i0, I1... a 5(fiilltlt i(le Nioleiles
    i vlres a irebil et, (14' c(p(haleI pLus intense quati4ar:alai llt
    Ma liigiru iIiIi- ''i Ie ritiinuitieuix, 14' le :ila nousV dire s"il avait tii frqemmieltent la nexie i 14 se stNi'l
    (Ille d15;ees w Ieli',bil<' N 101('its quii Font1 forc a gade .Otle' 4 lit
    1>'hiai~ pluisieuirs [(5.Il n'a pas,. pui i10s ire~ lion< plus,1 s'il55
    Y aIN;ait lifte' (4'ttaiIi4' pr1iod(icit danis le retouri de4s (texacerbtionls
    thIeriqui(Ies. Ce qui Constitule pour .1... la(at(tit(li de la
    maillaalie, 'est l mial (le lc-e continue, dontt il souifflre depuis
    milois.
    Comme< on1 le N1it, vos ('14111e5 i('nsei5(''lteiI(s'1 t'' vague's ne
    font1 c4ilaltl'( iii le dlblut de' l(lllet ion dii indal:ile, iii I('S syniii-
    pLoh('s (liliiqu('es qu'[il( a pli 'iI'1.







    - 90 -


    Examen (lu inmalule (0 dcembre 190)(). J... est un honmme
    rgulirement I;iti, tde taille moyenne, d'une ossature forte,
    prsentant iunIe lonii iniusciilalure et une nutrition gnCirale
    assez bien conserve. Le tein t st ipile, les niiuiiueuses ont
    un peu :anmiies. La fosse nasale droite est dllforme p r la
    Iprsence (d'un gros polype.
    J... assure avoir beaucoup milaigri dans les dernires semaines,
    se plaint de cdlalme contliie el de ifrquentes insomnies.
    Plunimons : le sommel rmiionle ia rois Iravers de doigi :u-
    dessus de la clavicle; le bord infrieur atteint, dans la line
    imaiiIllaire, le board suprieii de la sixime cdte, dans la igne
    axillaire imoyenne, la huitimie cte; en arrire, l'aolihyse
    pineuse e la onzimec verltre dorsale. A la percussion, la
    sonorit est pumitoire; ai l'auisciillation, la respiraiior est
    visiculaire, l'expiration n'est pas prolonge, il n'y a p;s de
    ailes.
    C(.ur : la zone de malilii renionte le long de la ligne paIa-
    sternale gauche, jusque sur la qualriiiiee c(le : la point( bat
    dans le cinquiime eslace, deux travers de doigl en dedlti s de
    line mamillaire. Les ballenmenis se pertoivent dans le cin-
    quiimc espace, sur une larger de 7 ai S ceniliniilres; ils s
    teroiventl faiblement dans le quatrilme space, pas dai s le
    sixime space. Il n'y a pas (le inatil ia gauche td sier.iii i. A
    l'auscultation, les tons idu ciur soti bieni frapps; a aiucui des
    fovers il n'v a de bruins anormaux.
    le Ipols est assez pelit, de pension iiimoyenne, riguliih, ii1]
    peu acclr; les parois de l'arlre sont normales.
    Alhdomiin : lI pallpalion prsenile one pension nloyenni p is
    trop forle; il 'v a pas de irsistances anormiales. Le c 'don
    descendant est palpable; la rIgion du c(lon1 ascendaln es un
    pe)l douloureuse a la pression profonde.
    l'oie, n'est pas augmentl; la palpalion wrofonde n'est pas
    douloureuse.
    I{' : dans la line axillaire lioyenne remonle jusqu a la







    - 91 -


    liuitiemv te : ii la per'cussion ni la ipalpalion, elle ne dpasse
    le rebon i coastal.
    Ixes liiioins sIomacuue's et iniCsliin aies sonil rigli lres
    Syis'mne lIymphatiqueu .clans le cou, il y :a (le chlaque ct
    deuixs ganigli ions cervicaux. palpables, im ais ils soi t trs leti s;
    tious l'ai ss'lle et (ans l'au le, les "''lionis sonit l)alpaIhl(s, mais
    pleu les lop a's. Nous n'asvons cosntatit (le ganiglions pal-
    )aIldes e d'autrles parte'L,~i ('1 olj45..
    I n'/lis iii les rlexes culanies iii les iellexes tedineux
    neC j)l'4'tellt dalte'aions.
    .SomMdi'en / : au tact, la lonier, ii le est bien
    ('01 selr ee.
    llouvemenis does inoidwe, hutant ii que passif's, se font
    Caceileiiea sais l.airleeu. La 1tarce ire ll llaire 1iei conlser've.
    I 'i','~. nie renfte'rment lii sucivlIli iiiiiiie.
    lEii ii(Ill enldroit(1 Corp c4)ls, lil> ll' h ,inoins p remirqIuC Aeci
    14 maladel, de(5 pluqlqles olit t;it'es deI. ielliv il'.. n se souvXienlt
    pa dlten avir0 ('il. Il assulle n'avoir Jallais l',-est( lu(ell
    aw- pieds 011 aux. ues le'sioi sigiiale chez ceirt'ainis
    lliai(lades i diCi('' le i rypalosondas llllaSis.
    S.. le pre'mier e'ameinci l iuu''oseomule ilie s(111 fuit lait
    le !) ldeell [e L[(0,i rpalation(l de sang,
    irais, d'okg-lass 2(0 iliilliiiiileVs (arils, ul CoMielle reLaitJeieuiI

    Le 10 leub' 190,, d:ns, nue p'paralin mid entiqjue, nous,
    a\ ois~ (010111le 2(1 i 14 j)alosollles.
    Les ex.aes (lu sal', pati(is les' jours 'luiNaits jusqlu au
    1,1 Les t' panosolines dabus le sangL dle C1.. pit'semalietles1( carimc-
    tres, lll4H-lli4)lo0iqlte(s (Ilu Tr. gunbiensc.
    I)suqut/ de /riP mog/binc( ( I4V Li's) : 67
    iiilpi'QU)'. (Voir le trar Ci-aprs, p). 92.
    L i e soir a'li een a Lo1oldlville, J ... avait nue ascensioni
    Ih'ih'1 82









    L~e 1'lenemin, I 10f dc (embeII' I9011, le maximum de ivlelpa-
    mime fut }ji' ; les Jours smvaniV, la temmpraturme liii mun de.


    lniigivcI iiipe oIbervai li. Le W dembr)e I1901 .1... (1111 dos-
    (( id a ol I p(m i: i 1r(le rapatri.




  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Last updated October 10, 2010 - - mvs