• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Problemes du jour
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Bibliography
 Sommaire de l'annee














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00026
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00026
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Title Page
        Page 1
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Nouvelles de France
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
    Revue de presse
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
    Bibliography
        Page 80
        Page 81
        Page 82
    Sommaire de l'annee
        Page 83
Full Text


RESIDENCE DU CONSEIL

SECRATARUAT GA6tRAL
DU GOUVERlNEMNT

Direction de la Documentation:
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8*)


ILA DOCUMEI


RANCAISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7*)


BULLETIN D'INFORMATION


DE LA


FRANCE


D'OUTRE-MER


SOMMAIRE


PROBLEMS DU JOUR :
Discours de M. Jean Letour-
neau, ministry charge des Rela-
tions avec les Etats Associes ....
La Deuxibme Decade de 1'Afrique
Noire A l'Abbaye de Royaumont ..
Les Services gdographiques d'Outre-
M er ..........................
NOUVELLES DE FRANCE :
La Vie Parlementaire ............
L'Activite minist6rielle ...........
Informations gindrales ...........
Manifestations diverse ...........


NOUVELLES D'OUTRE-MER :
Indochine ......................
A. O. F. ................... .....
3 A. E. F. .........................
Togo-Cameroun .......... .....
6 Madagascar ....................
C6te des Somalis .................
8 Nouvelle-Cal6donie ..............
Informations administrative ......
REVUE DE PRESS :
Presse d'Outre-Mer ..............
13 Presse Etrangrre ................
21 Bibliographie ......................
24 Sommaire de l'ann6e ...............


D6cembre 1950


25
34
45
54
55
58
59
60

62
65
80
83


- -


N* 149







NO


AGENCY DE LA VNCE DOUTREMER
S20, rue La Bo6tie T616phone : Anjou 26-94 h 26-97
Metro : Miromesnil Autobua : 28-32-43-49-80


L'Agence de la France d'Outre-Mer, Service
Officiel du Ministere de la France d'Outre-Mer,
renseigne sur toutes les questions interessant
les Territoires d6pendant du Ministere de la
France d'Outre-Mer; Afrique occidentale, Afri-
que 6quatoriale, Cameroun, Togo, C6te des
Somalis, Madagascar, Etablissements francs
de l'Inde, Indochine, Nouvelle-Caledonie. Nou-
velles-H6brides. Saint-Pierre et Miquelon.
Son Service de Documentation informed le
.public sur le commerce, I'industrie la produc-
tion, les tarifs de douane et les statistiques, la
fiscalit6, le climate, le coit de la vie, le tou-
risme, la chasse, etc... Les journaux officials
locaux, les budgets administratifs, les tariffs
douaniers.et fiscaux, les statistiques du com-
merce ext6rieur de chaque Territoire et tous
autres documents d6tenus par le Service peu-
vent &tre consults sur place.
* Son Service de Placement met en rapport
gratuitement les employers avec les per-
sonnes d6sireuses de trouver un emploi outre-
mer.
* Sa Cin6math6que diffuse gracieusement en
France des films documentaires sur les Terri-
toires d'Outre-Mer.
Le pr&t de ces films est consent A tout orga-
nisme official ou priv6 d6sirant effectuer des
projections non commercials d'information,
d'education ou d'enseignement.


* Sa Phototh6que possede 30.000 cliches sur
tous les Territoires 6numbr6s plus haut. Ces
cliches peuvent faire l'objet de cession.
. 8a Bibliotheque, riche de 30.000 volumes.
est ouverte au public sans d6semparer, de
9 heures a 18 heures, samedi apres-midi
except.
* Son Service des Foir6s et Expositions as-
sure la representation des Territoires de la
France d'Outre-Mer 'dans les manifestations
commercials et expositions organisees en
France et A 1'Etranger.
* Son Service de Publiolt6-Propagande as-
sure la publication et la diffusion de toute
documentation se rapportant aux Territoires
d'Outre-Mer.
II 6dite des brochures monographies, 'de-
pliants, plaquettes, affiches et cartes-affiches.
Ces documents sont en vente i la Librairie de
l'Agence, qui diffuse 6galement, a titre one-
reux, les publications des Services de Docu-
mentation de la Pr6sidence du Conseil, et de
nombreux ouvrages concernant l'Union Fran-
gaise.
Des expositions de peinture, de sculpture et
d'ouvrages de 1'artisanat des Territoires
d'Outre-Mer sent organisMes a la Galerie de
l'Agence, 20, rue La Boetie.


Liste des diverse publications en vente I'Agence de la 'France d'Outre-Mer


SERIES DE 20 DEPLIANTS traitant des divers Ter- PLAQUETTE GENERAL DE VULGARISATION :
ritoires relevant de la France d'Outre-Mer : ( L'Union Frangaise >. Prix de cession (0
Senegal, Mauritanie, Guinee, Soudan. Cote titre de propagande) 20 francs.
d'Ivoire, Haute-Volta, Dahomey, Niger. Came- Guide du Tourisme en A.O.F. et au Togo 120 ft.
roun, Togo, Gabon, Moyen Congo, Oubangui, Parure feminine aux colonies .......... 30 a
Tchad, Somalie, Madagascar, Laos, .Cambodge, Confidences senegalaises ............... 30 )
Nouvelle-Cal6donie, Ocdanie. Prix de cession : Contes et lgendej d'Afrique ............ 30 a
(a titre de propaganda) 10 francs 1'un. La peche gux colonies .................. 20 a
Etude sur Charles de Foucauld ........ 60 a
Exportations des ceroles de I'A.O.F. et du
SERIE DE BROCHURES MONOGRAPHIES se rap- Togo ................................ 250 a
portant a : Afrique Occidentale, Madagascar, POCHETTES DE REPRODUCTIONS PHOTOGRA-
Dahomey, Togo, Moyen Congo, Oubangui, Tchad. PHIQUES (pochettes de 12 photos) concernant:
Gabon, Ocanie, Nouvelle-Cal6donie, Cameroun. L'A. O. F .......... ........... 35 fr.
Guinee, Somalis, Saint-Pierre et Miquelon. L'activit6 6conomique- de I'A.O.F....... 35 >
Prix de cession : (A titre de propaganda) 40 francs Le Cameroun. .......................... 4
I'une. L'Art khmer ........................... 40 a>


Carte des changes commnerciaux dans 'TUnion Francaise en 1938 et 1946 : 100 francs..
Bulletin d'Information de la France d'Out~ Mer : 90 francs.
Guide de I'A.O.F., addition 1949 : 500 francs.
Annuaire Noria 1950 sur I'A.O.F. et le Cameroun : 400 francs.

A


I---------- ---- ---


C r









"'il An


PROBLEMS DU JOUR


Discours de M. Jean LETOURNEAU
Ministre d'Etat, charge des Relations avec les Etats Associbs
6 la SBance de cloture de la Conference INTER-ETATS 6 PAU,
le 27 novembre 1950


E N ouvrant cette Conference, le 29 juin dernier
j'.csquissais sommairement ses buts : pr6voir
les m,)dalites de transfcrt aux Etats AssociCs
des service;, qui 6taient jusqu'ici ceux de la Fddera-
tion indocliinoinse, harmoniser centre eux les inti-
r6ts 6cononiques de ces trois Etats, mettre au point
les m6thodes qui assureraient au sein de la zone
franc la vie Bconomique et financi6re du Cambodge,
du Laos et du Vietnam.
Un tel programme, son ampleur, sa coumplexite,
sont des e:.plications suffisantes i la dur6e de vos
travaux. Ce retains s'en sont cependant ltonn6s ; son-
geons seulkment a cc que repr6sentait de r6flexions
et de discussions la transformation d'une organisa-
tion econo nique jusque-la centralis6e, en trois sys-
times individualists, pour respecter la souverainetl
des Etats, tout en satisfaisant dans la measure indis-
pensable lv coordination don't la n6cessit6 est n6e
autant d'ui long passe, de la situation g6ographi-
que, que de la conjoncture economique mondiale.
Ajoutons encore, come le ,signalait le President
Sarraut, que dans un esprit d'amical liberalisme, la
France a accepted que soicnt revues par la conference
des questions cependant r6gl6es par les accords,
tells que 'Institut d'Emission on 1'Office des Chan-
ges.
Laissez-moi voir aussi dans la dur6e m6me de
cette .conference une demonstration sans 6quivoque
de l'esprit qui a anim6 les discussions et qui itait
de pleine liberty et d'enti6re 6galit6. Chaque d616-
gation a soutenu ses th6ses, dbfendu ses intr6tts
dans la p us grande clarte et souvent avec la plus
reelle vigi eur.
Voici dne cette Conf6rence achevee apr6s cinq
mois de t-avail. Ses r6sultats ne s'en d6couvriront
qu'au fur et A measure qu'un travail acharn6 les
mettra en pratique et en valeur dans chacun des
trois Etats. Les conclusions auxquelles vous avez
about, vcnt dans le sens de la politique que la
France au milieu de terrible difficulties s'est fix6e


en cc qui concern 1'ancienne Federation indochi-
noises : l'independance des trois Etats, du Cam-
bodge, du Laos et du Vietnam au sein de l'Union
Francaise. Cette politique, come je l'ai dit ven-
dredi dernier A l'Assembl6e Nationale, et comme
celle-ci l'a approuv6e, cette politique continuera A
6tre menee avec 6nergic, audace et souplesse, et
clle ne trouverait de frein que dans les difficulties
que rencontreraicnt eux- mees les gouvernements
des Etats.
La France n'a du reste pas attend la Conf6rence
de Pau pour mettre en oeuvre tout ce qui lui etait
possible avant cette conference, en vue de permettre
aux Gouvernements 1'exercice de leur souverainet6.
Beaucoup de choses inexactes ont 6t1 dites A ce
sujet et il me semble que la cl6ture de cette confe-
rence doit permettre d'apporter une demonstration
rigoureuse de ce qui a 6t1 fait.
Si l'on regarded 1'effectif francais des services
relevant de l'autorit6 de la France, l'on s'apergoit
qu'il a diminu6, depuis la signature des accords.
de 50 %, et si l'on prend les cliffres des fonction-
naires d'autorite on peut noter que le nombre des
administrateurs des services civils dans les cadres,
a passe pour l'ensemble de l'Indochine de 263 au
30 juin 1949 a 204 au 30 d6cembre 1949 et A 138 au
1" octobre 1950. Encore convenait-il de noter que ces
administrateurs ne remplissent plus des functions
d'autorite directed, mais assurent la representation
de la France aupris des autorit6s locales.
Lorsque les services qui ont fait l'objet de vos
etudes auront Bid transf6r6s, la diminution du per-
sonnel relevant de l'autorit6 franchise atteindra
60 %. ,
Et il ifaut remarquer que, si dans les 40 % restant,
figurent des fonctionnaires charges des services
purement frangais maintenus en application des
accords, tels que l'Enseignement, ainsi que ceux des
services qui, comme les Travaux Publics au Nord
ct au Centre Vietnam, sont demeures provisoire-


3


d l


II







ment et en accord avec le Gouvernement Vietnamien
entire des mains francaises, plus du tiers des effectifs
est affect au service de s6curit6 don't l'importance
et 1'existence m6me sont lies aux operations mili-
taires actuellement men6es par le Corps Expedition-
naire frangais. Dbs que la guerre aura pris fin, toutes
ces servitudes disparaitront A leur tour et il n'y
aura plus mime danm les apparences aucune espece
de g6ne A l'exercice plein et entier de leur souve-
rainet6 par les Etats eux-memes.
Je ne voudrais pas m'6tendre trop longuement mais
on me permettra cependant de citer un example
typique de 1'effort qui a W6t fait tant par la France
que par les Etats Associds dans ce tranfert d'auto-
rit6 effectu6 au milieu des difficulties et des soucis
que comporte une affreuse guerre interne.
Au Cambodge, dans les provinces, des adminis-
trateurs civils, de residents sont devenus conseillers
puis d616gu6s, functions don't les attributions se rap-
prochent de celles des consuls, et leur nombre a
passe de 35 a 18, puis 9 au 21 aoft 1950. A Phnom-
Penh, au Commissariat de la R6publique lui-m6me,
le nombre des administrateurs a pass dans les
9 derniers mois de 9 A 5. Au 30 aoft 1950, les ser-
vices suivants avaient 6t6 entierement transf6r6s :
Sfret6 Nationale et Police municipal;
Enseignement primaire et secondaire ;
Sant6 ;
Enseignement religieux;
Travaux Publics;
Cadastre ;
-Agriculture;
Eaux et Forts ;
Elevage (et industries annexes);
Beaux Arts ;
Immigration ;
Presse Information Radio ;
Enregistrement Domaine et Timbre
II faut ajouter que ce transfer s'est accompagn6
dans le m6me temps, de I'accession des Etats A la
vie international, et ce par une commune interpre-
tation extensive des accords. Nous venons de saluer
avec joie la designation, en accord avec M. le Pr6-
sident de 1'Union Francaise, par le Gouvernement
vietnamien, de ses Ministres aupres du Royaumc-
Uni et du Royaume de Thailande. Tout au long de
l'ann6e nous avons pu applaudir A 1'accession du
Vietnam et des autres Etats A un certain nombre
d'organisations internationales d6pendant des
Nations Unies : Organisation Internationale du tra-
vail, Organisation mondiale de la sante, Organisa-
tion pour l'alimentation, Organisation 6conomiquc
pour l'Asic du Sud-Est.
La Conference de Pau, par son achievement el ses
conclusions, va complete la remise aux gouverne-
ments des Etats, de l'ensemble des attributions qui
sont l'apanage normal des Pouvoirs Publics :
Chaque Etat disposera desormais de son TrBsor
National. Chaque Etat sera le seul maitre de ses
Finances, de ses Douanes, comme de son Commerce
Exterieur, et, par la Direction qu'ils assureront eux-
memes des Services du Plan, c'est de leur volont6
que dependra l'orientation de leur Economie.


DBs la mise en oeuvre de vos conclusions, la
France ne percevra plus un centime sur ensemble
de vos territoires, A quelque titre que ce soit, et la
totality de vps recettes sera percue, g6ree et utilis6e
par la seule autorit6 de vos Gouvernements.
Du m6me coup, comme je le disais tout a l'heure,
les seuls fonctionnaires francais relevant de l'auto-
rite du Gouvernement de la R6publique, seront ceux
qui assurent la march des services purement fran-
cais pr6vus contractuellement. Je le r6pete, le nom-
bre de ceux-ci se trouvera alleg6 d'une maniere
decisive des que le Corps Exp6ditionnaire Francais
aura vu se terminer la lourde tAche qu'il assume
aujourd'hui.
C'est done veritablement un grand jour que celui
qui voit s'achever vos travaux puisque, grAce A vos
efforts comme A l'affectueuse comprehension fran-
gaise, I'independance de vos Etats sortira de Pau
plus nettement affirmee que jamais.
Permettez-moi de ne pas me r6jouir moins vive-
ment que, non seulement par la cordiality qui a
marque vos discussions, mais aussi par les institu-
tions que vous avez crA6es, il complete l'organisa-
tion de 1'Union Francaise, A laquelle vos peuples
ont librement adh6r6.
Grace A nos accords, la France participera a un
certain nombre d'organismes 6tablis en vue de la
coordination de 1'economie indochinoise afin d'y
repr6senter les int6erts du reste de 1'Union Fran-
gaise. Dans le meme esprit et avec l'adh6sion spon-
tan6e de la d616gation frangaise, qui a fourni la une
preuve nouvelle que nous entendons assurer 1'ex6-
cution des accords d'une maniere liberale, vous avez
d6cid6 que les trois Etats associes seraient repr6-
sent6s dans les organismes centraux de 1'Union
Frangaise. Ces organismes, en ce qui concern par
example le Plan d'Equipement, les questions doua-
nieres, le Commerce ExtBrieur, devront fournir un
avis lorsque les inter6ts g6n6raux de 1'Union seront
en cause.
La fin de cette Conf6rence va permettre la cons-
titution tant souhaitee du Haut Conseil de l'Union
Francaise autour duquel, A mon sens, devront tra-
vailler les organismes don't je parlais A l'instant. Je
sais tout l'int6r6t que Monsieur Vincent Auriol,
President de la RApublique, President de l'Union
Frangaise, porte, 6tant donn6e la haute conscience
qu'il a des devoirs que lui conf6re particulirement
cette dernibre Pr6sidence, A la mise en place et au
fonctionnement rapide de cette n6cessaire institu-
tion. Il n'a cess4 de se pencher sur les probl6mes
qui ont fait l'objet de vos travaux et je le remercie
respectueusement d'avoir bien voulu nous donner
une nouvelle marque de sympathie en d616guant
ici, pour le repr6senter, M. Ic Pr6fet M6cheri, don't
tous connaissent le labeur qu'il fournit personnel-
lement au benefice de l'Union Francaise.
Il me sera permis aussi de formuler l'espoir que
le perfectionnement sans cesse apport6 aux institu-
tions de l'Union Francaise, a laquelle 1'aboutisse-
ment de votre conference apporte un si grand con-
;cours, voie 6galement se d6velopper le r6le des
maintenant si utile de 1'Assemblee de I'Union Fran-
caise. J'ai W6t personnellement tres honor, et je
sais que vous 1'avez Wt avec moi, que Monsieur le







President Fouicade ait bien voulu venir specialc-
ment A Pau pour assister a la cl6ture de la Conf6-
rence. Je 1'en remercie tr6s vivement et je profit
de sa presence pour remercier devant lui les Con-
seillers de l'Lnion Frangaise qui ont, autour du
President Sariraut, si bien travaill6 pendant ces
cinq mois.
Cette Union Francaise qui se bAtit ainsi peu i
peu, ce n'est autre chose qu'une communaut6 de
peuples animus d'un ideal commun, aliment6s aux
memes source!; de la culture, et ayant ensemble un
certain nombre d'int6rets mat6riels et moraux.
L'adh6sion libre que chacun donne A cette cr6a-
tion continue assure A tous l'exercice d'une solida-
rite qui ne se d6mentira pas plus dans I'avenir
qu'elle n'a faildi dans le present.
Qu'il s'agisse d'assistance technique, de mise a
la disposition de fonctionnaires et de technicians,
d'aide militaire, financi6re ou Bconomique, la R6pu-
blique Francaise, pour sa part, entend accorder aux
Etats AssociBs tout ce qu'il lui sera demand pour
ceux-ci et que ses moyens lui permettront de four-
nir. Puis-je me permettre, en m'excusant de parler
finances, de signaler qu'en 1950, la charge finan-
ci6re accept6e par la France au benefice des trois
Etats, se chiffrera aux environs de 250 milliards.
Mais ceci n'est rien et tout s'efface aujourd'hui
devant le sacrifice incomparable qui est consent
g6n6reusemenl sur le sol de vos Patries, par I'Armec
de 1'Union Frangaise. Cette 'armbe qui a vu surgir,
et qui verra de plus en plus surgir vos armies natio-
nales, si elle sent le redoutable poids de sa tfche
en sait aussi la grandeur. Elle protege en effet I'in-
d6pendance de vos Etats, la liberty de vos peuples,
en assurant hi defense de l'Union Francaise et en
menant le con bat aux marches du monde libre dans
l'Asie du Sud-Est. Pascal a dit qu'il croyait aux
causes pour lesquelles les homes se font tuer. Le
1emoignage du sang si largement et si g6n6reuse-
ment r6pandu est la preuve de la valeur que la
France attach; a l'amiti6 de vos peuples. I1 est le
gage de sa loyaut6. La loyaut6, voilA bien, avec
I'amiti6 et l'uait6 de culture don't parlait le Pr6si-
dent Vinh, le seul ciment solide qui garantira la
permanence d'une collaboration au sein de l'Union
Frangaise.
Maintenant, Messieurs, lorsque les decisions de
Pau auront ct6 mises en application avec cette
audace don't je parlais tout A l'heure, avec cette
loyaut6 don't je parlais i l'instant, les responsabi-
lit6s porterort totalement sur vos gouvernements
pour que, aymLnt en leur possession l'ensemble des
moyens qui .ont I'attribution des Etats librcs et


ind6pendants, ils puissent par leurs efforts assurer
A vos nations la place qui doit 6tre la leur dans le
concert des nations ind6pendantes.
Cela supposera, nous le sentons tous, une volont6
tenace, une 6nergie de chaque jour, et nous savons
bien que dans les conditions quit sont cells de la
p6ninsule indochinoise d'aujourd'hui, cette oeuvre
repr6sente pour chacun de vous une tfche plus
lourde encore.
Je me r6jouis cependant qu'au moment of l'in-
d6pendance total est consacr6e pour vous, celle-ci
puisse s'accompagner d'un appareil Bconomique et
cultural dfi a l'effort, pendant pr6s d'un si6cle, du
genie frangais dans cette region. Comme vous le
savez, par notre cooperation au sein de l'Union
Francaise, la France demeurera dispose a vous
aider dans toute la measure oit vous I'estimerez
n6cessaire.
Mais, ce me fut un tr6s grand reconfort, au course
de mon recent voyage au Cambodge, au Laos et au
Vietnam, de prendre contact avec chacun de vos
Chefs d'Etat, et avec les Chefs et les Membres de
vos Gouvernements. En votre presence, je tiens A
adresser mes remerciements tr6s vifs a Leurs Majes-
tes Norodom Sihanouk, Sisavang Vong et Bao-Dai.
Avec eux tous, j'ai pu parler de I'effort qui est
devant vous. J'ai constat6 que cet effort 6tait voulu,
d'une volont6 r6solue, et la meilleure preuve qui
m'en a W6t donn6e est la decision prise d'acc616rer
la mise sur pied des Arm6es Nationales. ParticuliB-
rement mes entretiens de Dalat avec Sa Majest6
Bao-Dai m'ont d6montr6 la resolution des autorites
et du people vietnamiens de r6aliser cette grande
oeuvre.
Dans chacun de vos trois pays, I'existence d'une
armee authentiquement national qui relive de 1'au-
torit6 des Chefs d'Etat et des Gouvernements est
la demonstration la plus tangible de l'ind6pendance
qui est d6sormais la v6tre. Poss6der son Adminis-
tration, ses Finances, son Armie, c'est la marque
indiscutable de la souverainet6.
Dans le monde cruel oft nous sommes, c'est par
l'effort que vous serez ainsi en measure de fournir,
appuy6s par la force francaise, pour la protection
de votre independence, de vos int6r6ts et de vos
libert6s, que vous vous rangerez au rang des Puis-
sances qui savent le prix de la lutte qu'il nous faut
tous mener pour la defense des valeurs sans les-
quelles la vie n'aurait plus de signification. Dans la
cohesion et l'amitie qui nous lient tous au sein de
1'Union Francaise, cet effort de peuples libres et
ind6pendants est le gage du suces final,













La deuxitme decade de 1'Afrique Noire

6 I'Abbaye de Royaumont

par Guy HENARD Administrateur de la F. O.M.


D ANS le cadre historiquc de l'Abbaye de Royau-
mont revMtu des d6licats pastels de 1'hiver,
un monde official et savant s'6tait r6uni le
samedi 25 novembre pour l'ouverture de la deuxieme
Decade de l'Afriquc Noire.
Organis6 depuis plus d'un an, le Comit6 de cette
decade, qui avait tenu ses premieres assises du 20 au
30 mai 1949, associait les noms de Mme Jane VIALLE,
S6nateur de l'Oubangui-Chari et Secr6taire g6nerale
de 1'Association des Femmes de 1'Union Frangaise,
de M. Marcel GRIAULE, Conseiller A 1'Union Fran-
caise, de M. Jean D'ESME, Pr6sident de 1'Association
des Ecrivains de la Mer et de l'Outre-Mer, de
M. Amadou DIAGNE, Avocat, et de M. BREUIL, Direc-
teur de 1'Ecole Sup6rieure d'Orientation.
Les horizons tranquilles de l'ancienne abbaye et
la fort de Chantilly avaient 6te choisis pour per-
mettre les changes d'idies et les libres discussions
loin des bruits de la foule et de la ville.
Les travaux commencaient par ceux de la Com-
mission ulturelle sous la pr6sidence de Mine Jane
VIALLE et M. Francois MITTERRAND, Ministre de la
France d'Outre-Mer, avait tenu a venir personnelle-
ment et tris officiellement inaugurer ces s6ances de
travail en insistant dans sa trop brbve allocation
sur le fait qu'il tenait a 6tre consid6r6 come un
participant de cette decade.
Le Ministre 6tait accompagn6 de trbs nombreux
membres de son Cabinet, parmi lesquels MM. BEAU-
CHAMP, CHARPIN, VEDRINE, RIGOTARD et son Afficier
d'ordonnance le Capitaine SEKOU KONE, M. ARnES-
LAPOQUE, Chef de Cabinet de M. COFFIN, SecrBtaire
d'Etat A la France d'Outre-Mer, M. GOUDOUNEIX,
attache au meme Cabinet.
M. BOUTEILLE, Directeur de 1'Ecole Nationale de
la France d'Outre-Mer, le Gouverneur MARTINE, Se-
cr6taire G6enral du Conseil d'Administration de
Ia Maison de la France d'Outre-Mer, se trouvaient
dans les personnalit6s presentes.
Apr6s une presentation des travaux par M.
GRIAULE, le premier rapporteur, M. Leo CRASTE, Di-
recteur des Travaux Publics d'Outre-Mer, present
son 6tude sur les arts plastiques de l'Afrique Noire
qui ouvrit des debats of intervinrent MM. GRIAULE,
J.-P. LEBEUF, Amadou DIAGNE, Jean LE GALL, M. DE-
BAYLE et le Gouverneur Hubert DESCHAMPS qui, dans
une l66gante improvisation, a parle avec motion de
l'inspiration dans les arts milaniques.
Apres le diner du soir, M. Georges VALLY expose


la question du cinema, ses besoins et ses projects
avec des interventions de specialistes.
Le dimanche 26 avait Wet r6serv6 aux problemes
m6taphysiques. M. le Ministre de la France d'Outre-
Mer s'etait fait representer par M. VEDIIINE et M. le
Gouverneur CHAUVET, Conseiller technique.
Dans l'assistance on remarquait la presence de
M. Luc DURAND-REVILLE, SBnateur du Gabon, M. BE-
NOIST-BIDAUT, de la Radiodiffusion frangaise, M. Mi;
chel DEVEZE, Professeur agr6g6 de l'Universit6, de
nombreux missionnaires.
M. Guy HENARD, Administrateur des T.O.M., pre-
senta son rapport sur les religions en Afrique Noire
et un d6bat fort int6ressant fut mene sous la pr6si-
dence de Jean D'ESME avec les interventions de
M. Sail HAMADOU LAMINE, AZAVON, les R.P. MARQuIS-
SEAU et MICHEL, LASSALLE, M. Amadon DIAGNE et
Mme DIETERLEN, qui succ6da au premier rapporteur
et expos une brillante 6tude m6taphysique sur les
conceptions des pays soudanais sur la naissance du
Monde et les principles cosmogoniques de la gemel-
leitA. Les interventions se poursuivirent avec MM.
DURAND-REVILLE, Sail HAMADOU LAMINE, Dia HAMA-
DoU, VILASCO, Amadou DIAGNE, NIOUPAN DERNIE et
HENARD.
Enfin, le soir voyait se terminer les journ6es
culturelles par la lecture du rapport de M. ZOBEL
sur < les Lettres et 1'Afrique Noire >, don't l'auteur
6tait malheureusement absent retenu par une ma-
ladie.
Le lundi 27 et le mardi 28 ont A6t consacr6s A
l'6tude des problimes sociaux.
L'assistance social fut d6veloppi e par Mile
PLOIX, l'am6nagement du Territoire par M. ALAU-
RENT. M. SAUTIER, agr6g6 de geographie, a parle du
sort des populations clairsem6es d'Afrique Equato-
riale, M. et Mme LEBEUF ont parl6 respectivement de
Bangui et de Fort-Lamy et de l'6ducation. Enfin,
Mme Jane VIALLE, dans un style clair ct plein de
sensibility, a entretenu les auditeurs stir le role de
la femme dans l'6volution social de l'Afrique Noire
depuis les societts primitives jusqu'aux civilisations
contemporaines.
Des points de vue divers ont At 6changts avec
Mme LEOPOLD, Mme VALLAT, le R.P. MARTINEAU, le
capitaine KONE, M. DIAGNE.
Dbs le 29 novembre s'ouvraient les journees m6di-
cales sur le caractere human desquelles a insist le
docteur AUJOULAT, Secretaire d'Etat a la France
d'Outre-Mer, dans son allocation de presentation.


& .







Une pl6iad.e de medecins specialists s'est succe-
dle A la tribune de la Domus Medica, MM. MURAZ,
ROQUES, BORHiY,. RIO'U BLANC,-LAVIEa, DE.:MARQU IS-
SAC, HoUESS(U, BURITORPT, TANON, RUSSET, L F
MOINE, BEBEY-EYIDI, qui avaient r6pondu avec en-
thousiasme aux deux rapporteurs de la Commission
Medicale de la Decade, le docteur Pierre REYNIER,
Chef du Serv ce Medico-social des foundations Char-
les de Foucaild et Ie docteur VILASCO.
Enfin, le 2 et 3 dccembre la decade se tcrminait
par les journres de 1'Enseignement avec les exposes
sur le panoreima intellectual de 1'Afrique Noire par
le professeur RICHARD-MOLLARD; sur la situation
scolaire en Guinee, par le d6put6 Yacine DIALLO;
sur le probleme des Langues, par M. SENGHOR; sur
l'adaptation des programmes, par Ic professeur
GUYOT.
Apr6s de nombreuses interpellations, d'importants
probl&mes orLt W6t abord6s concernant la formation
des civilisations m6tisses. Les aspects de la civili-
sation scolaire locale ont &t6 d6velopp6s par un
6tudiant de ]a Haute-Volta, M. Joseph Ki.
Des dchan::;es de vues sur les connaissances des
metropolitains en ce qui touche le problkme afri-
cain ont eu lieu. Il est apparu que l'enseignement
Mtait trop altstrait et peut-etre trop dirig6 vers les
questions &cunomiques. II semble important d'6ten-
dre les connaissances des e6ives sur l'humanit6
noire et necessaire que le cinema 6ducatif en France
d6veloppat oine connaissance populaire de nos ter-
ritoires.
L'enseigneinent libre, Wl'importance de l'orient-i-
tion professionnelle et de l'enseignement technique
ont Wte aussi dans les soucis des congressistes et
M. Amadou Diagne a demand 'augmentation des
bcoles et du nombre des instituteurs.
Enfin, le I decembre, le Comite permanent des
Decades de 1'Afrique Noire s'est r6uni h son siege
de l'avenue Van Dyck et chaque Commission a 6la-
bor6 ses vceux qui, soumis a l'approbation de
l'Assemblee G6ndrale devront etre pr6sent6s aux
pouvoirs puldics. Certains de ceux-ci sont exclusive-
ment d'ordre moral et psychologique. Ce seront
sans doute les plus faciles A satisfaire. D'autres,
surtout en ce qui concern le cinema et l'enseigne-
ment engagent A des incidences budg6taires.


Cependant, il est a souhaiter que les responsables
de 1'Union Francaise se penchent avec bienveillance
S--ur des souhaits qui on4 et6 r6flechis. Lorsqu'il est
demand par example que des stud;'o de. cinema
soient construits en Afrique Noire et que des sp6-
cialis'es autochtones soient forms techniquement A
cet art nouveau, il ne faut pas consider que ce
voeu soit du domain du rcve. Le Maroc a fait un
enorme effort de cc cote et ses rcsultats sont plus
qu'encourageants.
De meme pour 1'enseignement, il doit 6tre tres
r6alisable de perfectionner les infants dans leur
langue d'origine, poss6dant vocabulaire et syntax.
C'est avec beaucoup de conscience que les divers
rapporteurs ont r6dig( ces vceux et les < Chroniques
d'Outre-Mer > en donneront, dans un prochain
num6ro, la synthese fiddle.
Toutes les questions ont 6t6 d6battues avec un
grand souci d'objectivit6 et avec la recherche cons-
tante de la p6n6tration r6ciproque entire nos amis
de race noire et nous. L'Union Francaise est actuel-
lement un cadre bien serti, il faut une oeuvre d'art
a y inclure. C'est par ces rapprochements culturels
et sociaux que nous devons y arriver. L'apport de
chacun met une touche de couleur A ce tableau et
partant des grandes lignes doit arriver a un d6taill6
precis.
"Les philosophes, les artistes, les ethnologues
doivent entrer en fusion pour d6gager les choses
actuellement connues, en faire un amalgame sincere,
en essayer la synthese en se gardant des extra-
poliations trop hitives et des extensions dange-
reuses.
Les associations durables sont celles bases sur
l'amiti6 et sur la parfaite connaissance que chacun
acquiert sur son prochain et les hommes les plus
sinceres peuvent se tromper ; c'est pour cela que
le system des discussions publiques est le plus
nutritif de connaissance. Pour la deuxieme fois des
femmes et des hommes de bonne volont6 ont creus6
plus avant, mais il ne s'agit encore que de fonda-
tions, chaque ann6e devra entrevoir les pieces se-
condaires de 1'6difice et n'en 6pargner aucune, la
plus haute gargouille d'une cath6drale a sa place
dans l'ceuvre d'art toute entire.










Les services gdographiques d'Outre-Mer


ORGANISATION
L ES premiers explorateurs isoles ou les missions,
qui A l'origine, eurent la lourde tiche de pros-
pecter les pays neufs, rapporterent de leurs
voyages, des itineraires, des leves de reconnais-
sance, ou des schemas qui constituerent la premiere
6tude geographique tries 6elmentaire des regions
decouvertes.
Suivant les indications de ces pionniers, des
colonnes militaires d'importance variable circu-
lerent et assurerent la securitN apres la prise de
possession. Elles 6taient accompagn6es d'officiers
topographes instruits pour la plupart par le Ser-
vice Geographique de 1'Armbe qui 6tablirent des
leves complete de reconnaissance ou des cartes
d'6tapes.
La periode d'installation stabilisa les divers orga-
nismes d'administration. En particulier A Hanoi, A
Dakar, A Tananarive furent fondes des services geo-
graphiques don't le personnel en grande parties mili-
taire s'inspirait des techniques du Service Geogra-
phique de 1'Armbe, mais qui administrativement
dependait entierement des gouvernements locaux.
Cet Mtat de fait exista de 1900 A 1944, p6riode
pendant laquelle d'excellents resultats furent obte-
nus, mais of cependant apparut l'incoherence d'un
system qui devant appliquer une methode unique
ftait cependant soumis A des influences locales et A
des decisions successives et quelquefois contradic-
toires. Une unification s'imposait.
En 1944, il fut decide d'etendre A l'ensemble des
Territoires d'Outre-Mer les attributions du novel
Institute Geographique National qui avait ete cree en
juin 1940 apres la dissolution du Service Geographi-
que de 1'Armee.
Le d6cret 1402 du 7 juin 1944, rendu applicable
aux colonies par l'arrete 329 du 19 fevrier 1946,
cr6a les services geographiques coloniaux. Ce sont
des etablisesments civils qui, tout en demeurant pla-
ces en tant que Services locaux sous l'autorite des
Chefs de Territoires d'Outre-Mer, fonctionnent sous
la direction technique de 1'Institut Geographique
National.
MISSION
Comme par le passe et en conservant leurs tradi-
tions, les Services Geographiques d'Outre- Mer
(S. G. O. M.) ont pour mission g6enrale execution
des travaux geodesiques, topographiques et cartogra-
phiques d'interet general dans les Territoires of ils
sont installs. Afin d'eviter touted interruption des
campagnes en course, ou deplacement de brigades en
operations, les Services GBographiques peuvent ftre
renforces par des missions temporaires envoyees de
la Metropole pour certain travaux sp6ciaux; c'est
6galement A ces missions qu'incombe 1'execution
complete des travaux sur le terrain dans les terri-
toires d6pourvus de services geographiques perma-


nents et dans les Departements d'Outre-Mer. Ces
groups disperses A travers le monde pr6sentent une
activity tries particuliere. II leur faut en effet ex6cu-
ter avec conscience des travaux de haute precision
etablis suivant une meme m6thode et prdsentant le
meme caractere d'ex6cution quel que soit le climate
et les conditions de vie. Le personnel est nombreux,
mobile et vit continuellement eloign6 de ses bases,
de Dunkerque A Brazzaville et de Saint-Pierre et
Miquelon A Dalat. Tous les efforts doivent done etre
coordonnes et dirig6s par un organisme central
qualified.
A cet effet a ete cr66e A Paris l'Inspection G6n6rale
des Services G6ographiques d'Outre-Mer, qui est une
des huit Directions de 1'Institut Geographique Natio-
nal. Partie int6grante de 1'Institut et dirigeant tous
les services de l'exterieur, elle relieve A la fois du
Minister des Travaux Publics et du Ministere de la
France d'Outre-Mer.

MOYENS D'ACTION
Le personnel de l'Inspection general et des Ser-
vices locaux comprend essentiellement des fonction-
naires appartenant A 1'Institut Geographique Natio-
nal (Inspecteurs et Ing6nieurs geographes, ing6-
nieurs des Travaux GBographiques de 1'Etat, artistes
cartographes et adjoints techniques) qui, tout en
continuant A itre en service normal A cet Etablisse-
ment, regoivent une affectation Outre-Mer.
A ce cadre permanent s'ajoutent du personnel
temporaire officerss et sous-officiers), des specia-
listes recrutes par contract, et du personnel origi-
naire des colonies formant les cadres locaux.
Les S. G. O. M. sont installs en principle au siege
des Gouvernements g6neraux ou gouvernements
autonomes, soit :
A Dalat, pour l'Indochine.
A Dakar, pour le Territoire de I'A.O.F.
A Brazzaville, pour la F6edration des Terri-
toires de I'A.E.F. avec une annexe a Yaounde pour
le Cameroun francais.
i Tananarive, pour Madagascar.

ACTIVITIES DES S. G. O. M.
Le Service Geographique de 1'Indochine a realise
une oeuvre considerable. Au moment de l'occupation
japonaise, les cartes generales de la Colonie aux 400
et 500.000" 6taient terminees et le 100.000* s'achevait,
tandis que s'amorgait la revision du 25.000''des del-
tas. Une bonne carte au 50.000 du Cambodge s'ajou-
tait aux collections de 10.000" et de 20.000' des villes
et regions A surpopulation et les sept feuilles au mil-
lionnieme international donnaient une vue d'ensem-
ble, tandis que les cartes routieres, aeronautiques,
gtologiques, ethnolinguistiques et autres, consti-
tuaient une documentation remarquable par sa
diversity et sa precision. Actuellement les travaux







sont pratiquernent arretes sur le terrain. Le princi-
pal effort du Service install a Dalat se porte sur la
reconstitution des stocks de cartes au 100.000' don't
les 6elments de reproduction avaient 0t6 mis hours
d'usage.
En Afrique Occidentale Frangaise le Service GBo-
graphique met au point une organisation moderne
employant des moyens en rapport avec la super-
ficie de ce v;ste territoire grand comme les Indes.
Celui-ci cepelidant a 6t6 largement 6tudi6 et une
carte de base r6guliere, ou semi-r6gulibre au 200.000",
en cinq, six cu sept couleurs, couvre le S6negal, la
Mauritanie, la Guinde francaise, la C6te d'Ivoire, le
Dahomey, le Togo, le Soudan francais, la Haute
Volta et le Niger. Cette tres vaste etude est comple-
tee par une carte au 500.000 s'6tendant au sud du
16' parallele, continue au nord de cette limited par
les croquis le reconnaissance des regions saha-
riennes a la Inmme 6chelle, document qui a permits
la prospectio i du Sahara et servira ai orienter les
curiosities des voyageurs.
Les dtudes d'ensemble n'ont pas 6et n6gligees et
les croquis rcutiers au 1.000.000' voisinent avec la
carte magnt ique au 5.000.000' et le carton. au
7.500.000', cependant que les cartes locales A grande
dchelle (Dakar : 10.000' et 5.000, Cap Vert : 10.000",
etc., etc.) donnent aux constructeurs toutes les pos-
sibilit6s d'6tude.
Madagascar possede un Service qui s'honore du
parrainage du General Galli6ni et qui depuis 1896
a continue l'iffort commence par l'ancien Bureau
topographique. Une carte reguliere de base en sept,
couleurs, au 100.000' est en course d'etablissement
ainsi qu'une au 200.000'. Les vingt-deux feuilles du
500.000" en tiois couleurs couvrant entierement la
surface de 1'Ile constituent une veritable synthese de
toutes les connaissances geographiques actuelles.
Des plans i grande 6chelle documentent sur les
villes et les regions intbressantes, et la geologie s'ex-
prime en partie par une carte au 500.000' et une au
200.000*.
Enfin, dernier venu au monde de la Geographie,
le service de ':'Afrique Equatoriale Frangaise profit
de I'exp6rience de ses aines pour 6tendre son acti-
vit6 sur trois millions de kilometres carr6s et sur
le Cameroun.
Ce service a entrepris la r6fection de la carte
gendrale au 1.000.000, travail considerable qui
necessite l'extension du r6seau de points astronomi-
ques, un recollement et une revision de tous les
lev6s anciens ou recents de toute provenance... Le
travail s'effeclue au 200.000" avec mise en place des
pistes et des villages, verification de la toponymie,
etc., etc.
Une carte le base au 100.000' de tout le Terri-
toire est corrmencee et elle sera Bventuellement
complete par un lev6 au 50.000' des zones 6conomi-
ques importantes, les regions a caractere d6sertique
faisant l'objel d'une 6tude au 200.000'. On compete
utiliser pour ces travaux, une couverture systemati-
que du Terriloire par des photographies abriennes
et les proceeds de restitution photogrammdtrique
sp6cialement 6tudids en vue du lev6 des pays tro-
picaux an 100.000.


Enfin le dernier cite, mais non le moindre des
travaux geographiques est l'ensemble des cartes qui
ont 6te publi6es intercssant 1'Afrique du Nord et qui
m6riterait plusieurs dtudes approfondies. Mention-
nons la carte de base au 50.000' du nord de l'Alg6rie,
de la Tunisie et du Maroc; le 200.000" couvrant l'Al-
gerie entire la mer et la ligne Colomb-Bechard-Ouar-
gla, les Territoires du Sud et les regions sahariennes
ainsi que toute la Tunisie. Le 100.000' renseigne sur
le Maroc et la Tunisie et une carte d'ensemble au
500.000" interesse le territoire qui va de-la frontiere
libyenne i l'Atlantique. Les grandes 6chelles four-
nissent toute la games des plans des villes, des
regions remarquables, des oasis, etc., et les petites
experiment les connaissances ac;uelles sur la gBolo-
gie, la metdorologie, etc., etc.
Et pendant que se poursuivent les grands travaux
succinctement enumer6s, des missions temporaires
A faibles effectifs, mesurent, arpentent photogra-
phient les Territoires 6pars. Sans relAche, le travail
se pursuit aux Comores, a la Reunion, aux Antilles,
i Saint-Pierre et Miquelon, en Somalie francaise,
comme en Oceanie ct sera 6tendu demain A la
Nouvelle-Caledonie.
Sur toutes les terres oil flotte le Pavilion, les Ing6-
nieurs gdographes et leurs collaborateurs tissent si-
lencieusement, mais m6thodiquement, la grande toile
oil s'inscrit metre par mntre le progres continue des
rdalisations frangaises.
Cette tAche urgente devait 6tre accomplice sur un
territoire qui repr6sente environ vingt-deux fois la
surface de la France. II 6tait done n6cessaire d'ap-
pliquer a la cartographic d'outre-mer des m6thodes
rapides, efficaces, pr6cises. Or, depuis plus de vingt
ans la photogrammetrie et I'application de la photo-
graphic adrienne faisaient l'objet des 6tudes et des
soins des Services GBographiques. L'ex6cution et la
mise au point des appareils de prises de vues et de
restitution dus a M. POIVILLIERS permirent de creer
une technique complete, nouvelle et entierement
frangaise. Elle fut utilisbe pour les travaux des cartes
au 10.000", 20.000' et 50.000e de France et d'Afrique
du Nord.
Mais la diversity des climats coloniaux, les condi-
tions speciales de prises de vues, l'impermiabilitW
des grandes masses forestieres A la prospection pho-
tographique aerienne, posaient autant de problemes
nouveaux auxquels les services sp6cialises de I'I.G.N.
trouverent rapidement des solutions heureuses. Les
appareils atriens doivent, par example, 6tre sp6cia-
lement 6quip6s et conditionn6s. L'avion photo-
graphe colonial exige une puissance permettant un
grand rayon d'action pour pouvoir survoler sans
risque des regions d6sertiques et inhospitalieres.
Les conditions imposes au materiel et au per-
sonnel sont particuliirement severes : il faut 6voluer
A 8.000 m6tres d'altitude pendant quatre ou cinq
heures, subissant de ce fait une difference de tem-
p6rature de 80 (souvent + 40 au sol et 40 au
plafond). L'avion devient un veritable laboratoire
sp6cialement construit pour permettre l'observation
et pour recevoir un materiel de precision lourd,
fragile et delicat. Le personnel doit manier ce mate-
riel, se d6placer dans la cabine, agir, raisonner








comme dans un bureau bien stable, pendant que le
pilote obit aux strictes considerations d'altitude, de
ligne de vol et de stability, imposees.
La mission crminie, il faut pendant la nuit
rapidement d&velopper et examiner les cliches
(conditions sp6ciales imposes par le clima ) pour
v6rifier les r6sultats qui decideront l'orientation des
travaux suivants.
Puis les documents consciencieusement reports et
classes seront expedies A Paris o6i les appareils de
restitution transformeront les photos en cartes r6gu-
lieres...


Le detail de cette technique ne peut etre meme
resume ici. Mais que son vocation fas.se imaginer
ce que repr6sente de travaux et d'6tudes pr6limi-
naires la preparation d'une couverture a6rienne.
Celle-ci terminee et la restitution achev6e, les
epreuves sont revues sur le terrain par des 6quipes
de < completement > qui sur place pr6cisent les
d6lails, notent les moindres renseignements, portent
la toponymie. En un mot elles donnent Ia vie a cette
image riche et complete qui sait 6tre tries g6n6reuse
ceux qui savent la comprendre et l'interroger, a
cc document parlant qu'est la carte.
(V. photos page 43.)





















NOUVELLES DE FRANCE


LA VIE PARLEMENTAIRE


A L'ASSEMBLEE NATIONAL


SANCE DU 18 NOVEMBRE

La-discussion du Code du Travail
Le rapport eur de la Commission des territoires
d'Outre-Mer analyse le texte soumis A l'Assem-
blWe, et qui :ie compete pas moins de 231 articles
et souligne l'importance exceptionnelle que
revet le pro'et ceuvre important dit-il -
non seulenient par les r6sultats imm6diats
qu'elle aura sur l'ensemble des travailleurs sala-
rids, mais, encore, par ses consequences 6che-
lonnees sur la vie 6conomique et social des
pays. La riglementation actuelle ne correspond
plus aux dcnn6es de l'evolution de ceux-ci. Or,
on ne pouvait songer, d'autre part, A 6tendre aux
territoires cls lois de la m6tropole. Le project que
la Commission demand A l'Assembl6e d'adopter
constitute uni Code pricis, complete et efficace et
concilie ce!. deux exigences contradictoires:
tenir compile des originalites locales et 6tablir
des dispositions acceptable en tous lieux. Ce
texte contri uera, n'en doutons point, a assurer,
dans toute .'Union Francaise, par la meme con-
solidde, le respect de la personnel humaine. >
M. Malb::'ant (ADS) que l'on entend tout
d'abord trove, pour sa part, le project en dis-
cussion < trop lourd -, trop compliqu6 > et
presque < inapplicable >. Mais la ne se bornent
pas ses critiques : le texte, a son sens A peu de
chances de satisfaire employers et travailleurs.
En outre, la reglementation qu'il impose risque
d'entralner une hausse des prix et de provoquer
une crise grave dans les territoires d'Outre-Mer.
M. Benoit, qui expose le point de vue commu-
niste, d6nonce le < colonialisme ; qui, pour rba-
liser des profits scandaleux, impose, Outre-Mer,


le travail force et refuse, aux autochtones, le
droit de greve. >
< II faut au plus t6t voter le Code du Travail,
mais comment peut-on esp6rer aboutir en n'y
consacrant que trois heures par semaine? v
La suite du d6bat est renvoy6e au 15.

SEANCE DU 27 NOVEMBRE

L'Assemblre Nationale a rcpris la discussion
du project de loi instituant un Code du Travail
dans les territoires d'Outre-Mer.
L'Assembl6e a entendu, tout d'abord, M. Paul
Coste-Floret (M. R. P.-HWrault), qui, apres avoir
presentW un certain nombre d'observations sur
les divers chapitres du texte, notamment sur
ceux concernant la liberty syndicale, le droit au
travail et les conventions collectives, a conclu
en demandant, A ses collogues, de voter le pro-
jet dans lequel il voit le r6sultat de confronta-
tions loyales, inspires d'un id6al commun : la
recherche toujours plus approfondie, de la
justice.
Apres M. Senghor, qui declare que le texte lui
donne, dans l'ensemble, satisfaction et souligne
l'importance de l'alimentation, de l'outillage et
de la formation professionnelle pour l'augmen-
tation du rendement, on entend M. Lamine
Gueye (soc.), qui souhaite que le project soit vote
sans tarder et applique rapidement et int6grale-
ment dans l'esprit oii il a Wtd concu.
Quant a M. Mamadou Konate, il se f6licite du
vote prochain du Code du travail qui, dit-il, met-
tra un terme a k l'exploitation syst6matique des
populations d'Outre-Mer :.
M. Tchikaya s'attache A montrer comment.
dans tous les domaines, la m6canisation et la
modernisation des entreprises A permis de fair
progresser ]a production dans les territoires

11


W
~Ls~p

rrrwilrcl







d'Outre-Mer. II declare que le Code en discus-
sion doit assurer aux travailleurs le droit
d'adh6rer au Syndicat de leur choix.
La discussion est close aprbs l'intervention de
M. Arthaud (comm.) qui, apres avoir d6nonc6 le
maintien du travail forc6, dmet des doutes sur
l'application du Code du travail lorsque celui-ci
aura Wte vote.
M. Aujoulat, secr6taire d'Etat A ]a France'
d'Outre-Mer, qui monte, alors, A la tribune, fait
porter I'accent sur l'importance du project en
discussion.
Le contenu du project declare-t-il notam-
ment est diversement appr6ci6. Les travail-
leurs y placent leurs espoirs. Certains th6ori-
ciens m6tropolitains craignent, au contraire, que
ce texte ne livre les travailleurs A la lutte des
classes et ne les d6tache des communaut6s tradi-
lionnelles. D'autres redoutent qu'il n'entrave le
d6veloppement 6conomique des Territoires. Je
pense, quant A moi, qu'il est tout a la fois possi-
ble d'am6liorer le sort de la main-d'oeuvre et
d'augmenter la production.
M. Aujoulat montre que les dispositions du
Code ne justifient aucune des critiques formul6es
et, aprbs avoir fait l'Mloge du syndicalisme dans
les territoires d'Outre-Mer, il conclut en formu-
lant le voeu que le project de loi soit vote le plus
rapidement possible.

La Iib&rafion des changes
Voici l'essentiel des interventions de MM. Sil-
vandre (Soc.) et Paul Coste-Floret (M. R. P.), et
de M. Francois Mitterrand, Ministre de la France
d'Outre-Mer, lors du ddbat du 14 novembre a
l'Assemblic, sur la fixation de la date de discus-
sion de l'interpellation de M. Silvandre, concer-
nant la liberation des changes.
M. Silvandre a expos tout d'abord que ses obser-
vations s'adressaient plut6t qu'au Ministre de la
France d'Outre-Mer, aux ministries de l'Industrie et
de 1'Agriculture, < qui so south montr6s plus soucieux
de d6fendre les int6rets des producteurs m6tropo-
litains que de faire de l'Union Frangaise une r6a-
lit6 >.
Dans quelle mcsure les territoires d'outre-mer ont-
ils b6n6fici6 de la liberation des changes ?
Selon M. Silvandre, seuls ont b6n6fici6 de cette
measure les d6partements d'outre-mer, les 6tablisse-
ment d'Oc6anie, Saint-Pierre et Miquelon et la Nou-
velle-Cal6donie. Mais la situation n'a pas 6t6 am6-
lior6e en A.O.F., A Madagascar. au Togo, au Came-
roun, en A.E.F.
L'orateur a done demand que la liberation des
changes n'entraine pas dans ces territoires une
hausse des prix et n'y accroisse pas les difficulties
de placement des recoltes.
11 faut envisager de fire b6enficier les territoires
d'outre-mer de measures permettant de construire sur
le plan economique l'Union Francaise, a conclu
M. Silvandre.


M. Paul Coste-Floret (M.R.P.), ancien ministry des
T.O.M., s'est ensuite associ6 aux observations presen-
tees par M. Silvandre et a demand qu'une m&me
politique soit suivie pour la M6tropole et les Terri-
toires d'Outre-Mer, conformement a une proposition
de resolution qu'il avait d6pos6e en f6vrier dernier.
R6pondant aux deux orateurs, M. Francois Mitter-
rand, ministry de la France d'Outre-Mer, a notam-
ment declare :
< Les measures de liberation des changes ont 6te
prises dans les Etablissements francais d'Oc6anie le
22 septembre 1950, et A Saint-Pierre et Miquelon, le
25 septembre. Le d6cret relatif h la Nouvelle-Calk-
donie est paru aujourd'hui au Journal official. En ce
qui concern 1'A. O. F., la n6cessit6 prBalable de
remettre en vigueur les droits de douane, en modi-
flant certain d'entre eux, retarde Papplication du
nouveau regime. La marge de liberation pr6vue est
comme l'a dit M. Coste-Floret, de 30 %.
c A Madagascar, la liberation des changes se
heurte A de nombreux obstacles. Mais des contin-
gents supplementaires de devises seront sccord6s qui
donneront en fait les facilities commercials que pro-
cure la liberation des changes.
< Ajouterai-je que le problMme ne peut se poser de
la m6me maniere dans les territoires sous tutelle ou
r6gis par des accords internationaux et sussi qu'une
politique de pr6f6rence r6ciproque doit 6tre engage
par le gouvernement ? II appartient au ministry de
la France d'Outre-Mer de representer le mieux pos-
sible des interets considerable trop souvent n6gli-
g6s. Au gouvernement et aux parlementaires de com-
prendre qu'il n'y a pas de politique du sens unique.
II nous faut aboutir A une liberation a concurrence
de 75 % pour l'ensemble, 6tendre aux autres terri-
toires le b6n6fice du nouveau regime. L'appliquer le
plus t6t possible en A. O. F., enfin aller plus loin
que les 30 %.
< Si mon bilan d'aujourd'hui est mince, j'en suis
confus, Ics interventions de MM. Silvandre et Coste-
Floret m'aideront A d6fendre davantage encore les
intirets don't j'ai la charge. Si je demand le renvoi
A la suite, c'est pour pouvoir vous apporter des rksul-
tats plus concrets >, (Applaudissements it gauche et
au centre).
Devant les assurances donn6es par le ministry,
M. Silvandre a alors annonc6 qu'il retirait son inter-
pellation.


Le mode de representation des T.O.M.
b I'Assembl6e Nationale .

Une proposition de loi, tendant a fixer le mode
de representation A l'Assembl6e Natignale des
territoires d'Outre-Mer relevant du MinistWre de
la France d'Outre-Mer (renvoyee a la Commis-
sion du Suffrage Universel, du Reglement et des
Petitions), present6e par MM. Edouard Daladier,
Caillavet, Devinat, Jean-Paul David Rencurel et
les membres du group r6publicain radical et
radical-socialiste, a Wte mise en distribution A
l'Assembl6e Nationale, le 27 novembre.
L'expos6 des motifs prbsente un tableau com-
paratif du nombre d'habitants dans chacun des






territoires inliress6s et de celui des suffrages
exprim6s lorr, des elections de 1946; il declare
que ce tableau est dress << pour bien montrer
que le college unique ne pourra pas atteindre
son but tant que l'on ne sera pas en measure de
recourir au suffrage universal direct. >
I1 imported, par consequent -- est-il ajout6 -
pour assurer un just 6quilibre de la repr6sen-
tation parlementaire d'Outre-Mer et lui donner
le contre-poids indispensable, de maintenir le
double college l1 oui il existe et de 1'etendre a
1'A. O. F. oil il s'impose 6galement.

ASSEMBLE DE L'UNION FRANCHISE
L'Assemble de l'Union Francaise a achev6,
le 7 novembie, la discussion d'une proposition
recommandait, au Gouvernement, l'ajustement
des measures concernant le plan d6cennal du ter-
ritoire sous tiitelle du Togo.
AprBs le rcjet d'une motion pr6judicielle du
group communist, elle a adopt une motion
pr6judicielle du group socialist S.F.I.O., invi-
tant le Gouvirnement A preparer un project de
d6cret portant approbation du plan d6cennal et
A le soumettre, pour avis, a l'Assemblhe de
I'Union Fran:;aise.
Elle a, ensuite, donn6 son avis favorable A
deux demandes d'avis du Gouvernement sur le
project de d6cret, pr6sent6 par le ministry de la
France d'Outre-Mer, portant attribution de droits
miniers en Cite d'Ivoire. Une troisi6me demand
d'avis sur la mnme question sera examine a la
prochaine s6ance.


L'Assembl6e de l'Union Frangaise a adopt Ie
14 novembre A l'unanimit6, I'avis suivant :
< L'Assemblbe de l'llnion Francaise estime
que l'examen du probllindede l'autonomie admi-
nistrative, 6conomique et financiere du Gabon
doit &tre consid6rLe dans le cadre d'une r6forme
administrative d'ensemble portant sur les pro-
blmmes de la decentralisation ct de la d6concen-
tration administrative outrc-mer.
< L'Assembl&e invite le gouvernement a d6po-
ser un project de loi relatif ia cette rCfonne, don't
elle se propose de Ipoursuivre elle-mcme 1'Rtu-
de. >
Auparavant, elle avait achev6 la discussion
d'urgence de la proposition du group M.R.P.,
invitant le gouvernement a fixer les credits de
paiements destines a- la r6alisation des program-
rnes de la tranche 1950/51 des plans decennaux
des territoires d'outre-mer, et a s'engager A ins-
crire dans le project de budget 1951, au titre du
F.I.D.E.S. une attribution minimum de 75 mil-
liards.
Apres le vole de deux amendments, I'un du
group socialist S.F.I.O. et l'autre du group
communist, l'ensemble de la proposition a hit
adopt a mains levLwes A l'unanimite.
Enfin, elle a abord6 la discussion de la pro-
position du groupement M.R.P., tendant A de-
mander au Gouvernement de crcer dans chaque
territoire d'outre-mer, un conseil consultatif de
I'6ducation. Un contre-projet ayant Wtc d6pos6
par le group S.F.I.O., I'affaire est renvoyee 'i la
commission des affaires culturelles.


L'ACTIVITE MINISTERIELLE


Extraits du discours de H. Francois Mitterrand
a Marseille
Comme lnou: l'avions announce dans notre prece-
dent numdro, voici quelques extraits du discourse
que le Minist e de la FOM a prononce rdcemment
i Marseille at Cercle Pierre-Bourdan.
< II y a quelques dizaines de millions d'Wtres, il
y a d'immens s cites qui sont sous notre autorit6
directed. Songe:' que :
Lille-Brazzaville constilue A travers le monde la
plus longue distance hors celle qui m6ne de
L6ningrad Ah ladivostock le long de laquelle on
puisse trouver le mcme drapeau... C'est done signi-
fier que, de Lille A Brazzaville, il y a n6cessit6
d'affirmer parlout et en toute occasion la presence
de l'autorit6 francaise, et quand je parole de l'autorilt
frangaise, j'entends autorit6 partag6e entire tous ceux
qui vivent de la Nation frangaise.
Si l'on doit admirer ]'effort de la fin du dernier


siecle, effort fourni surtout par quelques marines
audacieux, des explorateurs, des ingenieurs, quel-
ques m6decins, quelques prktres, si l'on doit admirer
cet elan qui nous a permis, les premiers en beaucoup
d'endroits, de p6n6trer A travers cet immense conti-
nent peu connu qu'est l'Afrique, toutefois pendant
longtemps, les Francais se sont peu pr6occup6s de
ce qu'ils appelaient < leur Empire > et m6me, dans
quelques traits internationaux ils n'ont pas toujours
su faire valoir leurs droits.
Par example, en (iambie britannique, je m'Bton-
nais de ce que cc fleuve, la voie normal de p6n&-
tration au S6negal par laquelle l'arachide doit pou-
voir passer plus facilement qu'ailleurs (puisque le
S6negal navigable, sans doute, n'est pas franchissa-
ble a cause de la barre), je m'6tonnais de ce que cc
fleuve 6chappAt a notre influence, et je m'6tonnais
aussi qu'il n'y ait pas eu, au course de l'Histoire, pen-
ces cinquante derniires annees, je ne sais queidant
change ou quel trait nous permettant d'utiliser
cette voie. VoilA la Grande-Bretagne installed A








15 kilometres au nord et 15 kilometres au sud, tout
le long de ce fleuve jusqu'au point oi il n'est plus
navigable du m6me coup il n'est plus possible de
faire passer le changes du S6nBgal frangais ou
bien il faut aller jusqu'A la Casamance (mais ceci
est un autre probleme). Et voilA comment on peut
expliquer la creation artificielle d'une ville comme
Dakar, ville considerable qui, A mon sens ne devrait
Rtre d'ailleurs qu'une ville de transit, de passage,
un port d'escale et qui, par n6cessit6, devient une
capital administrative, peut-6tre meme une capital
industrielle alors que, pendant plusieurs centaines
de kilometres alentour, il n'y a point de production
et que, de plus en plus, le desert gagne.

La France metropolitaine avec ses quelques mil-
lions d'habitants, sa production industrielle r6duite
A c6t6 de telles puissances sid6rurgiques par exem-
ple, la France ne peut pas pr6tendre dans ce monde
de fer de sang trop souvent ou la force et le
nombre en mmme temps que l'av6nement du collecti-
visme semblent triompher, la France reduite A elle-
mime ne peut pas pretendre participer aux premiers
rangs du Monde ; mais songez que par les ports, par
les fleuves, par les routes, par les voies aeriennes, il
y a pour la France la possibility de faire traverser
tous les oceans aux products essentiels A la vie
moderne, songez qu'il est possible A la France de
d6tenir le coton de I'Oubangui ou du Tchad et, par
la route encore difficile du Congo, par le chemin de
fer Congo-Ocean et le port de Pointe-Noire, d'utiliser
pour sa production locale ou national, le cotton ;
songez que le cafe, la banane, le cacao, l'arachide
- done l'huile, les corps gras songez que ce sont
li, des maintenant, des richesses constantes, quoti-
diennes, affirmbes et qui, de plus en plus, ont pris
leur valeur par leur quantity et leur quality dans les
Changes mondiaux, songez meme qu'il nous faudra
briser quelques vieilles habitudes pour empecher les
Services des Administrations centrales d'oublier que
tout cela existe en Territoire francais et qu'il n'est
pas toujours indispensable de proposer ou d'accep-
ter des marches avec des pays strangers qui font
payer plus cher.
.... .... .... ... .... .... .... .... .... ... .
Et je ne parole pas du sous-sol qui nous permet
de lancer des sondes p6troliferes au Gabon d'ail-
leurs dans des difficulties considerables et de
chercher I'or et le diamant de 1'Oubangui. Bien shr,
je pourrais citer l'Afrique du Nord, le carbon qui,
dans des conditions d6ja rentables, nous permet
d'operer d'autres d6couvertes, en particulier dans
les zones gSologiques qui se situent sur la rive nord
du Congo oa il pourrait y avoir de l'uranium, comme
sur la rive sud et don't la composition geologique est
strictement identique.
Les institutions politiques francaises sont souvent
critiques mais en fait, si quelquefois elles permet-
tent des variations inadmissibles, le Frangais de la
Metropole est rarement d6test6 et tres souvent aim6
de ceux dans le voisinage desquels il vit.

Alors que l'avion va si vile de Paris a Rome, A
Bruxelles, A Copenhague, alors que le chemin de fer
assure partout la liaison, alors que les changes sont
de plus en plus faciles, alors qu'il faut desormais se
dire qu'elle est d6chue cette souverainet6 qui conser-


vait pr6cieusement un peu d'or dans un bas de laine
auquel elle attribuait une valeur religieuse, au
moment of il serait n6cessaire de d6barrasser cha-
que 6tre de cet archarnement qu'il met a conserver
des valeurs mortes, c'est A ce moment la que 1'Afri-
que voudrait revenir A des principles du xix', mieux
du xviii' sitcle ? C'est ce moment Ih que l'Afrique
choisirait pour regresser au lieu de franchir les sib-
cles d'un seul coup pour nous rejoindre dans cette
notion plus large, plus g6nrreuse qui deit permettre
au moins A l'Occident de trouver ses bases ? Mais
voila, ces bases ne seront trouv6es qu'autant que
1'on aura trouver le chemin natural de ce vaste
ensemble qui ne se congoit plus sans le couple
France-Afrique.
Je sais bien qu'il y a aussi la Grar de-Bretagne
et le Commonwealth britannique oil la presence bri-
tannique est solide, admirable, couragcuse, intelli-
gente, laborieuse, il y a aussi la presence belge, la
presence portugaise, il y a aussi les peoples tout a
fait ind6pendants ou ind6pendants suivant leur 6vo-
lution personnelle mais, je l'ai dit tout A 1'heure, mal-
gr6 les distances le bloc que forment l'Afrique Equa-
toriale, l'Afrique Occidentale et l'Afrique du Nord,
avec son centre de Fort-Lamy, ce bloc est une force
considerable et c'est par une sorte de prescience
g6niale qu'on langait a la fin du si6cle dernier, aprbs
Fachoda oi, peu de temps auparavant, Kitchener
6tait arrive de Khartoum (of avait 6te crucifix peu
de mois avant le gdenral Gordon) au moment meme
of cette jonction se faisait et ou Marc hand devait
revenir, acclam6 par un people d6chainB, qu'on lan-
gait trois missions frangaises, par goAt de revanche
et pour compenser la deception. L'une avait pour
point de depart 1'Afrique du Nord et traversait le
desert, c'6:ait la mission Foureau-Lamy, l'autre
venait du sud et du Congo, c'6tait la mission Gentil,
la troisibme qui devait changer de norn A la suite
d'un incident qui, A l'6poque, d6fraya la chronique,
partait de l'Afrique Centrale.
Ces trois missions aprbs deux ann6es d'efforts, A
pied ou utilisant quelques embarcations, accompa-
gn6es de fiddles ou d'amis repr6sentant les popula-
tions sur leur passage, arriverent, malgre la mort, les
attaques, les combats, les 6pid6mies, la fatigue, A
l'heure au rendez-vous et c'etait la bataille de Kous-
souri don't nous allons ftter au Tchad, dans quel-
ques semaines l'anniversaire solennel ; Koussouri,
aujourd'hui Fort-Foureau, A la pointe extreme du
Cameroun, sur cette langue de terre autrefois cl66-
bre dans les discussions diplomatiques sous la d6no-
mination de < bec de canard > donnde par les Alle-
mands dans les n6gociations don't certain d'entre
vous se souviennent ; Fort-Foureau en face de Fort-
Lamy, de 1'autre c6td du fleuve, c'est lI que, le der-
nier chef insoumis battu et tue, nos missions s'etaient
rejointes, leurs chefs tues aussi, installaient en m&me
temps que le drapeau francais, le point de jonction
d'un immense empire don't les limits 6taient d6sor-
mais la M6diterrande et l'Oc6an Atlantique, depuis
Fort-Etienne jusqu'a Pointe-Noire, point enfonc6 au
coeur de 1'Afrique A travers les deserts et la fort,
enfonc6 en plein cceur de l'Afrique de sorte qu'il
n'est plus possible d'aller du sud au nord sans s'v
arreter, de sorte que 'on ne peut plus envisager je
ne sais quelle jonction sans etre oblige d'y passer,
loin du desert, pr6s de cc Bahr-El-Chazal et de ce






lac Tchad, avec ses eaux g6neratrices de miasmes
et ses roseau: qui limitent l'horizon.
Et pourtanl:, i y a 1a une ville de terre et, de plus
en plus, de ciment et de pierre, une -ville solid avec
ses Frangais mntropolitains -- administrateurs,
industries, commercants, ing6nieurs, m6decins, tous
audacieux et que c'est 1A que partit tout r6cem-
ment encore un g6nBral fameux qui s'nppelait
Leclerc...
A Fort-Lamy, les trois Afrique se sont rejointes,
elles se soni rejointes par l'interm6diaire de la
France.
L'Afrique i'avait point d'unit6 avant la presence
franqaise ; e le a trouvw son unite non pas au bene-
fice de la France car il ne le faut point, ni au ben6-
lice de 1'Afrique il ne le faut pas non plus mais
au b6nefice le la France et de l'Afrique, ce qui ne
sera possible que si l'on fait maintenant, et c'est l]
la tAche qu'il nous appartient d'accomplir, le couple
France-Afriqie >.

M. Mitterrand inaugure les Cours de I'E.N.F.O.M.
M. Mitterrand, ministry de la France d'Outre-
Mer, a presi.d, le 9 novembre, la stance inau-
gurale des course de 1'Ecole Nationale de la
France d'Outre-Mer.
Accueilli, A l'entree de l'Ecole, par M. BoIu-
teille, directeur, qui lui a pr6sent6 le corps pro-
fessoral, le ninistre a prononce une court allo-
cution.

Le sfjour en A.O.F. de M. Nicolay

M. Nicolay, Directeur du Cabinet du Ministre
de la F.O.MN., envoy en A.O.F. par M. Mitter-
rand pour ,.'enqu6rir sur place de l'Rtendue des
dommages causes par les inondations et les
pluies d'hivernage, y a sejourn6 du 1" au 9 no-
vembre. I1 s'est rendu notamment a Saint-Louis
oi il a eu des entretiens avec les Chefs des Ter-
ritoires du S6;negal 6t de la Mauritanie. M. Nico-
lay a survo L longuement l'escale de Rosso et
les ouvrages; environnants en particulier la digue
de la piste transmauritanienne qui a subi d'im-
portants deg.Ats. Avant de rentrer dans la M6tro-
pole, M. N:colay a 6t* requ longuement par
M. B6chard. Haut-Commissaire de la R6publique
en A.O.F.

Le 11 novembre au Ministbre
de la France d'Outre-Mer

M. Mitterrand, Ministre de la France d'Outre-
Mer, accompagn6 de M. Coffin, Secr6taire d'Etat
a la France d'Outre-Mea r6uni A l'occasion de
l'anniversaire du 11 novembre, les chefs des
services et les fonctionnaires de son ministere.
Au course de cette c6r6monie le Ministre a pro-
nonc6, face A un nouveau marbre portant ins-
cription de:. morts de la dernibre guerre ayant


appartenu au Ministere el a l'Administration de
la France d'Outre-Mer, une court allocution
dans laquelle il a souligne la vertu d'exemple
des sacrifices consentis par leurs camarades a
la cause de la liberty.

M Mitterrand 6 la Radiodiffusion
Le 24 novembre, le Ministre de la France
d'Outre-Mer, accompagnd de M. Dayan, son chef
de cabinet et du Dr Baptandicr, charge des ques-
tions de Radiodiffusion au Cabinet, est venu
assister a l'enregistrement de la chronique q La
France et le Monde > sans les studios de la
Radiodiffusion francaise, rue Frangois-1"r. Cette
chronique, qui est hebdomadaire et don't le pro-
ducteur est M. Roger Couderc, fait parties d'un
ensemble d'6missions radiophoniques pr6par6es
A Paris par les soins du Ministere de la F.O.M.
et envoyees sur disques aux postes d'outre-mer
pour y 6tre diffus6cs. Elle comprend deux edi-
toriaux : < Le fait de la semaine dans 1'Union
francaise >, par Roger Couderc, et < Le fait de
la semaine dans le Monde > (politique ext6-
rieure) par Pierre Paraf, une revue de press
6trang6re, un courrier des audit urs, une tribune
des Etudiants d'Outre-Mer, et, chaque semaine,
l'interview d'une personnalit6 intrressant l'Union
francaise. C'est M. Bouteiile, Directeur de l'Ecole
Coloniale qui Rtait interview cette semaine.
Rappelons que ces" missions cnvoydes sur dis-
ques, tris gofitees des auditeurs d'Outre-Mer,
ont Wt6 port6es, depuis arriveve de M. Mitter-
rand rue Oudinot, de 3 heures a 13 h. 30 par
semaine.

Receptions de Parlementaires
M. Mitterrand a rccu en novembre MM. Juglas,
depute, Pr6sident de la Commission des T.O.M.
a l'Assemb!le Nationale, Burlot, dput6, rappor-
teur g&enral du Budget des T.O.M. A I'Assem-
bl6e Nationale ; dc ChevignA, depute, ancien
haut-commissaire (d la R6publique A Madagas-
car ; Bayrou, d6piute du Gabon, Tchicaya, d&-
pute du Moyen-Congo, Lamnien-Guey6, deputy du
Senegal ; Vallay, d6putd, ancien ministry ; Con-
dat, depute du Niger ; Akkou, d6pute du Togo :
Malbrant, d6put[ ; Saravane-Lambert, d6put6 de
1'Inde franchise, Georges Monnet, ancien minis-
tre, Conseiller de 1'Union francaise, Gaudard,
Conseiller de l'Union franchise de l'Inde, Clai-
reaux, s6nateur d" Saint-Pierre ct Miquelon.

Reception de Personnalit6s
M. Mitterrand a en outre donn6 audience a
Mgr Sartre, cveque de Tananarive ; M. l'inspec-
teur general MWrat ; MM. les g6n.raux Valluy
ct Piolet : M. le baron de Fr6dricsz, correspon-






dant du Daily Mail A Johannesburg ; M. Postel-
Vinay, directeur de la Caisse Centrale de la
F.O.M. ; MM. Jean d'Esme, president de l'As-
sociation Nationale des Ecrivains de la Mer ct
d'Outre-Mer et Georges Vally, secr6taire g6n6ral,
qui sont venus lui presenter le bureau de cette
Association.

Receptions de Commissaires et de Gouverneurs
M. Mitterand s'est entretenu le 1" novembre
avec M. Digo, commissaire de la R6publique par
interim du Togo, et le 15 novembre avec M. M&-
nard, commissaire de la R6publique dans les
Etablissements francais de l'Inde. Le Ministre
s'est entretenu 6galement avec MM. les Gouver-
neurs Fourneau, Geay, Wiltord, Rogue, Tallec.

Voyage au Cameroun du Docteur Aujoulat,
Secretaire d'Etat a la France d'Outre-Mer
Du 6 au 16 novembre, le Docteur Aujoulat,
Secr6taire d'Etat A la France d'Outre-Mer, ac-
compagn6 de M. Arnoult, chef de son secretariat
particulier, a entrepris un rapide voyage d'in-
formation au Cameroun.
Les journ6es des 7, 8 et 9 novembre furent
consacr6es A Yaound6. Le Docteur Aujoulat
regut en audience plusieurs parlementaires ainsi
que des personnalit6s europ6ennes et africaines
avec qui il put s'entretenir des diff6rents pro-
blmnes interessant la vie 6conomique et social
du Territoire.
Au course d'une visit de la ville avec M. 1'Ad-
ministrateur-maire Tirant, le Docteur Aujoulat
s'est particuliHrement int6ress6 aux travaux de
construction d'un centre de formation profes-
sionnelle acc6l6r6e qui, dans quelques semaines,
pourra former des menuisiers et charpentlers
don't le Cameroun a actuellement grand besoin.
Ce centre fonctionne sous l'6gide de l'Assembl6e
Representative du Cameroun.
Le Secretaire d'Etat s'est longuement entre-
tenu avec M. le Haut-Commissaire Soucadaux, le
Secr6taire g6n6ral et les principaux chefs de
Services.
Le vendrcdi 10 eut lieu une reunion de tous
les chefs de services au course de laquelle, en
presence du IIaut-Commissaire, le Dr Aujou-
lat brossa un tableau g6n6ral des problems
d'outre-mer par rapport A la situation politique
en France et a I'6lranger. A l'issue de son
expose, un change de vues, tr6s int6ressant, fut
engage entire les differentes personnalit6s pr6-
sentes.
Avant de prendre l'avion pour Douala, le Se-
cr6taire d'Etat, accompagn6 du Haut-Commis-
saire et du Chef de la R6gion de Nyong-et-Sana-
ga, a 6t6 officiellement requ par le Chef Sup&-


rieur des Ewondus, Martin Abega, en sa r6si-
dence de M'Volye. Au course de cette c6r6monie,
il remit la Croix de Chevalier de la L6gion
d'Honneur a M. Valere Bessala, d616gu6 de l'Ar-
cam et instituteur africain, en rcormpense de
son d6vouement apport6 A l'6ducation de la jeu-
nesse camerounaise.
Les journees des 10 et 11 novembre furent
occup6cs par les c6r6monies officielles d'anni-
versaire de l'Armistice. A cette occasion, le Doc-
teur Aujoulat pr6sidas diff6rentes manifesta-
tions sportives (matches de football et de boxe,
course de pirogues).
Dans l'aprbs-midi du 11 novembre, le Dr Au-
joulat passa en revue les troupes de la garnison
auxquelles s'6tait joint un d6tachement de
l'aviso hydrographique le < Beautemps-Beau-
pr6 >, puis remit la rosette d'Officier de la L6-
gion d'Honneur A M. le Haut-Commissaire Sou-
cadaux et la Croix de Chevalier A M. Emile Nas-
sif, industriel-commerCant-planteur, M. Pierre
Ebel6, r6dacteur principal des Services Civils et
Financiers et M. Kh6dia Samba, S6n6galais, an-
cien chef m6canicien A la R6gie des Chemins de
Fer. Dans la soirCe il pr6sida le bal traditionnel
des Anciens Combattants qui avait lieu au Palais
du Gouvernement au milieu d'une assistance
nombreuse et 616gante.
Le 12 novembre, le Dr Aujoulat accompagne
de Mme Aujoulat, du Haut-Commissaire et Mme
Soucadaux et de M. Arnould, prit I'avion pour
Foumban. M. l'Administrateur en chef Cloix,
chef de la Region Bamoun, accueillit le Minis-
tre sur le terrain d'aviation de Koundja, puis
sous la porte monumental de Foumban, le Sul-
tan des Bamouns, Seydou, d616gu6 de l'Arcam,
souhaita la bienvcnue au Ministre au milieu
d'une foule joyeuse.
Apr6s avoir remis au Sultan la Croix de Che-
valier de la L6gion d'Honneur, le Ministre se
dirigea vers les bureaux de la R6gion oii eut
lieu une petite c6r6monie en presence des per-
sonnalitis europ6ennes et africaines du poste.
Le cort6ge official visit le centre artisanal et le
mus6e de Foumban ainsi que l'usine de traite-
ment du caf6 d6pendant de la Soci6te indigene
de pr6voyance.
Avant de prendre la route pour Bangangte, le
Sultan Seydou et le S6nateur Arouna, tinrent A
rccevoir chez eux le Dr Aujoulat.
Apres 1n rapid arrit A Foumbot, au course du-
quel il put s'entrctcnir avec les chefs et les fonc-
tionnaires de la Subdivision, le Dr Aujoulat fut
recu en toute simplicity) ainsi que sa suite, par
le S6natcur et Mine Grassard dans leulr magni-
fique plantation de caf6 arabica.
Le Ministre poursuivit sa route sur Bangangte
pour y passer la nuit chez M. l'Administrateur
Lestringant, Chef de Subdivision.






Le lendemain martin, le Secretaire d'Etat etait
salu6 A la limited des regions Bamil6ke et du
M'Bam par M. l'Administrateur en chef Cuille,
chef de la Rigion de Bafia, accompagn6 de
M. Lazartigues, chef de Subdivision de Ndikini-
meki, A proximity du nouveau pont du Nd6 r&-
cemment termnine.
Un. reception fort sympathique eut lieu A la
Residence de Ndikinimeki ofi toute la popula-
tion europenmne et africaine du poste 6tait
r1unie.
L'apres-midi du 13 novembre fut consacr6e A
Bafia. Le Mintstre s'int6ressa au d6veloppement
de ce poste el visit les chantiers de construc-
tion bureauxx de la region, bAtiment du Service
d'Hygiene mobile et de prophylaxie) ainsi que
la formation hospitaliere.
Tous les clefs sup6rieurs de la region ainsi
qu'une nombreuse assistance se pressaient dans
la salle du Tribunal pour 6couter le Ministre
qui, apres le Haut-Commissaire, s'adressa aux,
habitants de la region du M'Bam pour leur pro-
diguer de sages conseils.
Le 14 novembre, le cortege official inaugura
le nouveau bac A moteur install prbs des chutes
de Nachtigal, bac qui, franchissant la Sanaga en
dix minutes, ambliorera consid&rablement les
relations routi6res entire Yaound6 et les regions
M'Bam et Bamrileke.
La fin du s!jour au Territoire fut consacree
exclusivement A Douala.
Au course d'une cer6monie empreinte de sim-
l)licit6 et de cordialit6, le Dr Aujoulat pr6sida A
la remise des dipl6mes aux premieres aides so-
ciales africaines form6es par le Service Social
du Cameroun dans le quarter de New-Bell A
Douala. Cette tres int6ressante initiative m6rite
sans contest d'6tre d6velopp6e dans tout le
reste du Territoire.
Dans la so r6e du 14, le Ministre inaugura la
premiere locomotive Di6sel 6lectrique de la R&-
gie du Chemnin de Fer qui, sur le trajet Douala-
Yaound6, as.;urera un service plus rapide et
plus r6gulicr, tout en 6tant plus 6conomique.
Le lendenmiin, avant de prendre I'avion pour
la France, le Dr Aujoulat visit avec grand int&-
ret la filature de M. Nassif qui, fonctionnant de-
puis peu de temps, transform en tissu le coton
du Tchad, ainsi que les brasseries du Cameroun.


A I'Assemble de I'Union Fransaise

Le Dr Aujoulat, Secr6taire d'Etat A la France
d'Outre-Mer, a pris la parole A l'Assembl6e de
I'Union Frangaise, le jeudi 23 novembre, au
sujet de la proposition de resolution present~e
par l'Abb6 Paul Catrice et invitant l'Assembl6e
National A voter une loi 6tablissant, aupres du
Ministre de !a France d'Outre-Mer, un Comit6


consultatif du Travail et des Affaires sociales.
R6pondant au vceu de l'Assemblke qu'exprimb-
rent notamment Mme Marianne Verger, rappor-
teur, et M. le Docteur Borrey, president de la
Commission des Affaires Sociales, le Ministre a
affirm qu'apr6s la creation au Ministere de la
France d'Outre-Mer de directions d'ordre 6cono-
mique et administratif, il souhaitait la mise en
place prochaine de directions d'un autre carap-
tore s'appliquant aux probl6mes humans.


M. Aujoulat B I' O.R.S.O.M.
Le Docteur Aujoulat, SecrBtaire d'Etat A la
France d'Outre-Mer, a visit, A Bondy, le jeudi
26 octobre, les laboratoires de l'Office de la Re-
cherche Scientifique d'Outre-Mer (O.R.S.O.M.).


A la Cite Universitaire
Le samedi 28 octobre, A la Cite Universitaire,
le Secr6taire d'Etat Aujoulat a pr6sid6 une des
dernieres s6ances d'6tude de la reunion interna-
tionale des sp6cialistes de l'Afrique pour l'6tude
des problemes economiques et sociaux.
Cette 6tude 6tait organis6e par le Professeur
Montagne, Directeur du Centre des Hautes Etu-
des d'Administration musulmane.


Reunion des Associations d'Etudiants
de la France d'Outre-Mer

Le 31 octobre, le Docteur Aujoulat a presidc
une reunion des representants des Associations
d'Etudiants de la France d'Outre-Mer. Cette
Reunion avait pour but d'6tudier les diff6rents
problhmes soulev6s par la rentr6e scolaire.

*. Une Conference du Doctsur Aujoulat
sur I'Afrique Noire
Le Docteur Aujoulat, Secretaire d'Etat a la
France d'Outre-Mer, a prononc6, le vendredi 17
novembre, au Coll6ge de France, devant les
0l6ves de l'Ecole Navale venus comme chaque
annie A Paris, une conference sur les problems
economiques et sociaux en Afrique Noire.

L'infrastructure sanitaire des territoires
d'Outre-Mer

Le 17 novembre 6galement, M. Aujoulat a pr6-
side la premiere reunion de la Commission de
standardisation de l'6quipement et des approvi-
sionnements sanitaires des territoires d'outre-
mer de l'Union Francaise. Cette commission a
ainsi commence sa tAcbe qui est d'dclairer le

'17


a1







Mifisire stir lea problems teenitques deialetes
poses par le developpement de l'infrastrtcttire
sanitaire outre-Iner et d'aider le Dbpartenieht a
definir une doctrine en la matiere.


Inauguration
du course d'Orientation social colonial
Le 20 novembre, M. Aujoulat, Secretaire
d'Etat A la France d'Outre-Mer, a inaugur6 le
Cours d'Orientation Sociale Coloniale, dans les
locaux de I'Ecole des Surintendants, rue Las-
Cases. Ce course, organist par le Mus6e Social,
est destine A former des Assistantes sociales
pour les territoires d'Outrc-Mer. Pr6s de vingt-
cinq Wleves suivent actnellement cc course.


Receptions de parlementaires
M. Aujoulat, Secr6taire d'Etat i la France
d'Outre-Mer, a recu notamment au course de ce
mois, M. Jousselin, Conseiller de 1'Union Fran-
caise, M. Mamba Sano, d6put6 de la Guin6e,
M. le Pr6sident Boisdon, M. Sailer, s6nateur de
la Guinee, M. Kemadjou, Conseiller de l'Union
Francaise pour le Cameroun, M. Aubame, diput6
du Gabon.


Receptions de personnalites
des territoires d'Outre-Mer
M. le Secr6taire d'Etat Aujoulat a recu M. le
Gouverneur Geay, gouverneur int6rimaire de
Haute-Volta, l'Inspecteur g6naral Couet, en par-
tance pour le Cameroun et M. P6lisson, Inspec-
teur G6n6ral du Travail en A.E.F. qui rejoint
son post.
I

Le Ministre a recu, d'autre part, M. le Gou-
verneur general Delavignette, Directeur des Af-
faires Politiques du MinistBre de la France
d'Outre-Mer revenant d'une mission h Madagas-
car.

SM. Coffin au Museum
Le lundi 27 novembire a 10 h. 30, M. Lucice
Coffin, Secr6taire d'Etat A la France d'Outre-
Mer, a pr6sid6 au Museum d'Histoire Naturelle
la stance inaugural di Conseil du Bureau
Interafricain d'Infornmation pour la Conserva-
tion et l'Utilisation des Sols. Dans une allocu-
tion tres applaudie, le Ministre a soulign6 I'in-
tr6&t que la France portait A la solution du pro-
blame de 1'6rosion des sols qui est I'un des plus
graves qui se posent pour l'avenir de l'Afrique.
Les d616guis de la France, de la Grande-Breta-


gne it de la Belgique, ainsi que ies repretista
de divers d6partements ministeriels ont aussit6t
apr6s abord6 l'6tude des questions inscrites A
l'ordre du jour, don't l'une des principles est la
creation d'un service p6dologique interafricain.

Adivites de M. Jean Lefourneau, Minisfre d'Etat
charge des relations avec les Etats associ6s
Poursuivant sa tourn6e en Indochine, M. Le-
tourneau est arrive A Haiphong le 29 octobre.
Apres avoir visit rapidement le port dans la
soiree, le ministry s'est renda le lendemain A
Campha-port, port charbonnier de la region mi-
fibre du Nord-Vietnam bordant la baie d'Along.
Revenu a Haiphong, le ministry est reparti im-
nmdiatement pour Hanoi oi il est arrive le soir
mime, accueilli par le gouverneur du Nord-Viet-
nam Nguyen Huu Tri, et M. Pignon, qui reve-
nait d'une visit au pays thai.
Dans la capital du Nord, M. Letourneau a
tenu une important conference militaire avec
le Haut-Commissaire Pignon, le g6n6ral Carpen-
tier, commandant en chef des Forces francaises
d'Extr6me-Orient, qui accompagnait le ministry
au course de sa mission, et l'amiral Ortoli, com-
mandant en chef des Forces frangaises mariti-
mcs d'Extreme-Orient.
AprBs 6tre retourn6 A Saigon le 1" novembre,
le ministry s'est rendu A Dalat le 3 novembre
pour assister le lendemain A la conference qui
devait r6unir autour de S. M. Bao Dai les prin-
cipaux ministries vietnamiens et les repr6sen-
tants francais en Indochine (le compte-rendu de
cette conference est public par ailleurs sous la
rubrique < Haut-Commissariat de France >).
M. Letourneau a assist le 5 novembre A
l'inauguration de 1'Ecole Interarmes du Viet-
nam. En regagnant ehsuite Saigon, ii s'est arrWte
A Ban M6 Thuot pour visitor cette agglomeration
des plateaux Mois.
Le 5 novembre, A Saigon, le ministry a tenu
une conference de press dans laquelle il a pre-
cis6 que si < sa mission comportait des con-
clusions d'ordre civil et militaire, celles-ci de-
vraient naturellement ktre r6serv6es, en priority,
au government et Parlement francais .
< Mais, a-t-il ajout6, je peux et dois vous com-
muniquer mes impressions sur le moral des
troupes de ['Union Frangaise qui se battent ici.
.I'ai trouv6, parmi les rescap6s de Caobang et de
Thatkh6, des hommes, certes physiquement d6-
primes et pein6s par leurs deuils, mais, quels
que soient leur rang et leur origin, ils conser-
vent la fiert6 de maintenir intactes les traditions
de bravoure au combat de l'arm6e frangaise. Je
sais que nos soldats sont entour6s de la ten-
dresse de la nation, mais, moins que jamais,
cette affection ne doit rester platonique. II faut






que Pon done, A nos troupes, le maximum de
moyens pour qu'elles fassent face A leur tAche. P
Le ministry a exprim6, ensuite, la satisfaction
qu'il retirait de sa prise de contact avec les pre-
miers 616ments des armies nationals des Etats
associ6s et a souligne, a cette occasion, K que la
France ne combattait, en Indochine, que pour
soutenir ses amis, mais non pour d6fendre ses
propres positions >. < Nous ne triompherons
que dans la measure ou les jeunes Etats front
preuve de l:ur volont6 de se d6fendre >, a-t-il
dit encore.
A cet 6garid, le ministry s'est f6licit6 des r6-
sultats de la Conference de Dalat, au course de
laquelle il a constat6 la volonte des responsables
du Vietnam d'accelrer I'organisation national
de la d6fen;e de leur pays et, de prendre en;
charge la majeure parties de I'effort financier
necessaire a sa r6alisation.
Un journalist vietnamien ayant, alors, laissi
entendre que certain Vietnamiens pourraient
hesiter A combattre avant que l'ihde6pendance
total leur ait Wte formellement accordee,,
faisant ainsi allusion A- quelques difficulties sur-
gies lors de la conference de Pau, M. Letourneau
a r6pondu :
II serail ahurissant que les Vietnamiens r'e-
gardent les Francais se battre sans se battle
eux-m&mes. II s'agit, en effect, de leur vie et pas
d'autre chose. En refusant de combattre, its se
d6truisent eux-memes; J'ai, d'ailleurs, trouv6
beaucoup :le gents p~n6tres de cette idee et
r6solus.
< Sinon, :nes conclusions auraient pu Rtre dif-
f6rentes et je pose, alors, cette question aux
attentistes de ce pays : e Si j'avais dfi conseil-
ler le retrait du corps expeditionnaire franiais,
est-ce que I'ind6pendance du Vietnam aurait Wte
assure ? ,
< II ne faudrait plus attendre trop longtemps
avant de se jeter dans le bain. C'est une des rai-
sons pour lesquelles un 6chec de la conference
de Pau, certes trop longue, est impossible. II
supposerait le retrait des forces francaises et la
fin de l'ind6pendance du Vietnam. >
Interroge plus precisement sri les recentes
declarations de M. Tran van Huu, M, Letour-
neau a soulign6 qu'il s'etait abstenu d'entretenir
une polemiq:ue ce sljet, et qu'il avait d'ailleurs
recu, du chef du gouvernement vietnamien, I'as-
surance que les propose rapports ne correspon-
daient pas A la politique qu'il Rtait resolu A
mener.
D'autre part, le ministry a indiqu6 qu'un
recours A I'O.N.U. n'6tait pas envisage dans les
eirconstances presentes pour diverse raisons,
don't le manque de preuves formelles de l'inter-
vention chi noise, encore que l'aide mat6rielle au
Vietmrinh s oit patent, et l'impossibilit6 actuelle


de faire admettre le Vietnam aux Nations Unies,
compete tenu des opposition in6vitables d6jh
cristallisees sur de nombreuses autres candida-
tures.
M. Letourneau a precise que, contrairement a
certaines accusations, il n'avait nullement I'in-
tention de reconstituer une federation indochi-
noise < politiquement impossible >, mais, a-t-il
ajout6, c le monde tend vers la creation de
grandes unites 6conomiques, il ne faut pas d6-
truire ce que la nature comimande et ce qu'un
long passe historique commun a fix6. w
Le 9 novembre, le Ministre, accompagn6 du
general Valluy, et de son chef de cabinet
M. d'Avouet, a quittd Saigon pour Paris ou il
est arrive dans la nuit du 10 au 11 novembre.
A sa descent d'avion, M. Letourneau a fait
aux reprssentants de la Presse une declaration
dans laquelle il a dit notamment :
< Je voudrais vous dire tout d'abord que le
pessimism qui nous arrivait en Indochine A la
lecture des nouvelles de Paris noUs semblait sur
place, compete tenu des informations que nous
poss6dions, le plus souvent exag6er. Les noU-
velles 6taient mmme parfois singulirrement dk-
formbes et grossies. Si nous avons subi des
revers, si cela nous a oblige A reviser notre dis-
positif au Tonkin pour lui donner plus de sou-
plesse et de mobility, si cela doit nous fair pen-
ser que des coups peuvent encore nous rtre pbr-
t6s, cela n'a jamais signifies que nous soyons
devenus tout d'un coup incapable d'en porter
nous-mnmes A l'adversaire et que nous deviohs
corner d6sormais nos espoirs A une defense plus
ou moins elastique don't I'aboutissement serait
notre eviction du Tonkin.
< ... J'ai vu les rescapes des combats rdcents,
comme ceux qui protegent les lignes avanb6es
du delta ; leUr courage simple, leur 6quilibre mo-
ral, leur volont6 de faire tout uniment leur
devoir sont des examples pour la nation tout
entire. Aussi saurons-nous faire l'effort neces-
saire pour les aider et leur prouver ainsi, autre-
ment que par de simples mots, que le pays est
16gitimement fier d'eux. >
Le jour m6me de son retour, M. Letourneau a
conf6re longuement avec le president Pleven.
- Le 13 novembre, le Ministre a eu dans la
matin6e un long entretien avec M. Malcolm Mac
Donald, commissaire britannique pour l'Asie du
Sud-Est asiatique. II a rendu compete de cet en-
tretien au Conseil des Ministres qui s'est reuni
dans l'apres-midi pour entendre son expose com-
plet sur sa mission en Indochine.
Le 14 novembre, le ministry a prononce une
allocution rhdiodiffusee destinee aux families
des combatants en Indochine, pour leur appor-
ter le t6moignage de ce qu'il avait v vu, enten-
du et ressenti au course de son sejour aupres






d'eux >. Allocution qui, du fait meme qu'elle
marquait avec force les raisons de notre combat,
s'adressait A travers ces families A la nation tout
entire : < Cette guerre que nous n'avons pas
voulue, certes, que nous a imposee la rebellion,
foment6e et soutenue, en ce point du globe
come en tant d'autres, par l'imp6rialisme com-
muniste, est une guerre just et noble. Jamais
le d6sint6ressement de la France n'a Wte plus
manifeste... >> Nos soldats savent aussi qu'en
combattant pour l'Union frangaise ils combattent
en m&me temps pour la France... Ils pensent
et sentent d'instinct que la paix est indivisible,
qu'aucune guerre n'est particuliire et qu'en se
battant l--bas centre un p6ril trop connu, c'est
en definitive de la France elle-mime qu'ils
1'6carteront. >>
Le Ministre a assist, le 15 novembre, ai une
conference sur la situation militaire en Indo-
chine qui r6unissait a l'H6tcl Matignon autour du
president Pleven, les membres de la Commission
de la D6fense Nationale de l'Asscmbl6e ; et le
16 novembre aux d6lib6rations du comit6 de
Defense national.
Les 16 et 17 novembre, M. Letourneau a eu
plusieurs entretiens avec le Pr6sident du Con-
seil ; ensuite avec le ministry des Finances,
M. Maurice Petsche ; le ministry du Budget,
M. Edgar Faure ; et M. Jules Moch, ministry
de la D6fense Nationale.
Le 18 novembre, M. Letourneau a fait une
nouvelle communication sur la situation en
Indochine au course d'un Conseil des Ministres
r6uni sous la pr6sidence de M. Vincent Auriol.
A l'issue de ce Conseil, M. Albert Gazier, mi-
nistre de l'Information, a fait savoir que << Il
Conseil a examine les conclusions du rapport
de M. Letourneau sur la situation en Indochine.
Le President du Conscil a inform le gouverne-
ment de l'6tat d'execution des measures prises
pour envoyer en Indochine les renforts en
hommes, en chars, en artillerie ct en aviation,
demands par le commandment.
< Le Conseil a approuv6 les instructions don-
ndes au Haut-Commissariat de France en Indo-
chine en vue d'assurer la protection du Tonkin.
< Sur la proposition de MM. Letourneau et
Jules Moch, le Conseil des Ministres a d6ci'd6
que le Ministre d'Etat charge des Relations avec
les Etats associ6s, qui a la tache de diriger la
politique francaise, serait charge de la mise en
oeuvre de tous les moyens necessaires a cette
politique.
z Les ministres de la D6fense national, de la
Marine Marchande, des Travaux Publics et des
Transports seront, charges de satisfaire les be-
soins exprim6s par le ministry charge des rela-
tions avec les Etats Associes dans le cadre de la
politique d6finie par le gouvernement.


Le 21 novembre, M. Letourneau a particip6e
une reunion interminist6rielle qui avait pour
objet la fixation et la r6partition des credits mi-
litaires du budget 1951.
Le 22 novembre, au course d'un debat ouvert
devant l'Assembl6e national sur l'Indochine,
M. Letourneau a d6fini les grandes lignes de la
politique du gouvernement et a r6pondu aux
diff6rentes interpellations de l'opposition.
Le Ministre a d'abord affirm avec force que
le gouvernement francais a opt6 depuis trois ans
pour la politique de << 'ind6pendance des Etats
Associ6s au sein de l'Union Francaise ', et qu'il
est r6solu A d6velopper cette politique < en en
accl6rant le rythme, en acceptant les audaces
necessaires >. < Le problnme de l'Indochine est
d'abord un probleme politique. L'action mili-
taire en est le moycn >.
Apres avoir dress& e bilan de la champagne de
pacification qui, au Tonkin notamment, a amen6
la liberation du contr6le du Viet Minh. des pro-
vinces productrices de riz et peupl6es de deux
millions d'habitants, le Ministre a 6voqu6 les
6v6nements militaires du Nord-Vietnam, rendant
un hommage vibrant aux combatants, et an-
noncant que les responsabilit6s 6ventuelles se-
ront sanctionn6es apr6s enquite. Nous avons en
;ace de nous. auiourd'hui. < un adversaire ,oli-
dement organise, puissamment armed ,pdrant
< A l'abri d'une fronti6re qui 6tait permeable
pour lui. > < Le seul engagement que je puisse
prendre en face de cette Assembl6e, a dit M. Le-
tourneau, c'est que s'il nous apparait que des
moyens suppl6mentaires sont indispensables,
ceux-ci seront fournis ; et que si ces moyens
devaient requ6rir I'approbation du Parlement,
le Parlement serait sollicit6 d'autoriser le gou-
vernement A les procurer. Car, Messieurs, le pro-
blWme qui s'est pos6 depuis plusieurs ann6es et
qui se pose encore a nous aujourd'hui, c'cst
celui de savoir si nous avons le droit d'abandon-
ner ce combat. Tres fermement, je vous
r6ponds : Non > ... Nous n'avons pas le droit
d'abandonner la lutte, explique alors le Ministre,
car ce serait constater que tant d'hommes sont
tombs pour rien sur cette terre d'Indochine
depuis pros d'un si6cle, parce que nous avons
la confiance d'une masse de Vietnamiens qui
nous sont fiddles, parce que nous avons fait la-
bas une oeuvre grandiose, et parce que < nous
sommes sfirs que ses frontibres sont celles du
monde libre >. L'arm6e francaise doit done mo-
difier sa mission, et les Etats associ6s doivent
prendre en charge l'extension de la pacification.
< Seuls des Etats qui disposent de leur armne
sont des Etats en measure d'affirmer leur ind&-
pendance et leur souverainet6 ,. S. M. Bao-Dai
a d'ailleurs exprim6 sa determination de se con-
sacrer A la mise sur pied d'une arm&e vietna-







mienne, et le budget vietnamien y affectera 10 c'
de ses resources.
En cc qui concern les accords, M. Letour-
neau a donn:6 l'assurance que la France est
resolue A appliquer totalement, loyalement, e.
sans reserve, les accords qui la lient A chacun
des trois Etats >, et en outre < avec le maximum
de lib6ralisnme et de souplesse >, ainsi qu'elle I'a
deja prouvt A la conference de Pau. Puis,
faisant allusion au vceu de certain Vietnamiens
de voir doter leur pays du statut de Dominion,
le Ministry affirma que < les nations reunies
au sein de l'Union Francaise connaitront la
meme liberty d'action et qu'elles n'auront rien a
envier A aucune autre nation >. Dans ces condi-
tions, le contbat < a depuis longtemps perdu ses
raisons >>, ct ce d'autant plus que S. M. Bao-Dai"
est resolue a faire proc6der A des elections, en
conformit& de son ordonnance du 1" juillet
1949, des que le combat aura cess6, et que le
people d6terminera la forme de gouvernement
qu'il desire.
Si cet apl:el aux nationalists de la resistance
n'etait pas entendu, aucun doute ne subsistera
sur le sens du combat, et la France aura < le
droit de r(querir une solidarity encore plus
active de ccux qui sont engages avec nous sur
tous les points du monde >. Toutefois, un
recours A l'autoritd international ne serait pos-
sible et souliaitable que si le conflict prenait < un
caracterc nettement international >. Pour ter-
miner, le Ministre rend homage < A ceux qui
IA-bas reprilsentent la France >, ainsi qu'A la
loyaut6 des Souverains des Etats associes et a
leurs gouve rnements.
Le debat se poursuivit par I'audition de divers
interpellate urs, et une allocution du President
Rend Pleven, et prit fin par I'adoption, par 345
voix contre 193, d'un ordre du jour ainsi concu:
L'Asse'nble Nationale,
< Exprinie la reconnaissance et la sollicitude


aux soldats, aux partisans et A leurs chefs qui
combattent en Indochine pour la defense de la
liberty et le r6tablissement de la paix ;
< Condamne les propagandes criminelles ins-
pirees pax cetranger tendant A miner le moral
des combatants ct A dissocier les forces de la
nation.
< Apres avoir entendu les declarations du
gouvernement, en prend acte et les approve.
< RWaffirme la volontU sincere de la France de
faire avec 6nergie et audace la politique qui tend
A affermir l'ind6pendance des Elats associes du
Cambodge, du Laos et du Vietnam au scin de
l'Union Francaise.
< D cidee a fournir au gouvernement les
moyens qui perniettent aux Etats associ6s de
mettre sur pied des arnmes nationals dans les
plus brefs delais et de participer ainsi it la lutte
des nations libres en Extreme-Orient.
< Donne mandate au gouvernement de renfor-
cer au maximum les moyens mis A la disposition
des forces francaises en Indochine pour remplir
leur mission actuelle.
< D'insister aupres des nations libres sur eI
caractbre international du conflict soulev6 par le
Vietminh qui met en cause l'avenir du Sud-Est
asiatique et sur la necessitU d'un effort commun
tant pour fair face aux menaces pr6sentes que
pour rechercher les moyens d'une paix durable.
<< Et, repoussant toute addition,
< Passe A l'ordre du jour. >
Apres ce d6bat qui s'est achev- Ic 23 novem-
bre, le Ministre a quitt6 Paris, le 25 novembre,
pour se rendre A Pau presider la seance de cl6-
ture des travaux de la Conf6rence inter-Etats
qui s'est d6roul6e le 27 novembre.
Le Ministre a prononce a cette occasion un
discours don't Ic texte integral est public au
debut de cc bulletin.
Le 28 novembre, M. Letourneau 6tait de
retour A Paris.


INFORMATIONS GENERALS


Pour ies families Francaises d'Outre-Mer
Lors du Congres National des Families de
France qui s'est tenu A Lille les 10, 11 et 12
novembre, la F6deration des families fran.aises
de la France d'Outre-Mer qui rassemble les
families dc statut civil de droit commun r6si-
dant dans l'Union Francaise a anim6 une com-
mission ch:argee d'6tudier les problmes particu-
liers qui di-coulent pour elles de la carriere colo-
niale.


De nombreuses personnalites avaient tcnu i'
s'associer a ces travaux. M. Fourcade, President de
1'Assembl6e de 1'Union Frangaise s'6tait fait repre-
senter par M. Don Simoni, Directeur de son cabinet,
M. Mitterand, Ministre de la France d'Outre-Mer par
M. I'Inspecteur Ponchelet de son cabinet et le
Docteur Anjoulat, Secrtaire d'Etat A la France
d'Outre-Mer que ses obligations avaient brusquement
appel6 au Cameroun avait adrcss6 aux congressistes
un message. M. Mare Rucart, s6nateur, M. Michelet,
d6pute, ancien ministry, M. le Conseiller de l'Union
Francaise Borrev, avaient voulu, en pregnant part au






Congris, marquer tout l'int6r6t qu'ils portaient a
14tud)e de ces probl6mes qui furent 6tudi6s par des
repr6sentants qualifies des directions du Ministere
de la France d'Outre-Mer, de 1'Academie des Scien-
ces Coloniales, des Missions, des organizations pro-
fessionnelles et syndicales, et des associations fami-
liales d'Outre-Mer.
L'attention des congressistes fut tout particulibre-
ment attire sur l'imperieuse n6cessit6 de permettre
aux families traditionnelles don't 1'exemple exerce
une influence profonde et d6terminante sur r'6volu-
tion des soci6tes autochtones, d'acc6der A leur plein
6panouissement en rem6diant aux servitudes de tou-
tes sortes qui p6sent sur elles.
La motion finale adoptee par la Commission et le
CongrB insisted sur l'urgence de promouvoir les r6for-
mes suivantes :

Pour les families frangaises du secteur priuv :

Creation de caisses d'allocations familiales
et harmonisation des prestations services avec
cells allou6es A la Metropole.
Couverture des risques medicaux pendant
le cong6 et le s6jour en France des membres de
la famille par la creation d'une mutuelle ana-
logue a la Mutuelle Familiale des Fonctionnai-
res et Agents du Ministere de la France d'Outre-
Mer.

Pour toutes les families frangaises :

Mise A 1'etude de moyens propres A facili-
ter 1'accession A la propri6t6, modification A la
legislation en vigueur pour leur permettre de
conserver leur logement A la M6tropole pendant
le sejour outre-mer.
Creation d'dtablissements d'enseignement
dans les centres climatiques outre-mer, a la
M6tropole sp6cialisation certain lycdes et cr6a-
tion de foyers pour assurer l'h6bergement des
enfants dans une atmosphere familial pendant
l'absence de leurs parents.
Report sur la m6re de famille du droit au
passage non utilise par les enfants rests a la
M6tropole afin de lui permettre de les rejoindre
pendant la p6riode des grandes vacances.
Validation des cartes d'identit6 de families
nombreuses de la S. N. C. F. sur tous les rdseaux
d'outre-mer ; amenagement des reductions sur
les transports maritimes ; reductions plus subs-
tantielles sur les transports aeriens.
Application, dans le regime fiscal, du
mzme taux d'abattement pour charges de fa-
mille que celui pratiqu6 i la M6tropole.
La Commission a 6galement imis des vaoux
intercssant plus particulibrement les families
frangaises d'Indochine comme l'abrogation de
l'ordonnance f6edrale du 15 fdvrier 1947, limi-
tant & cinq enfants le droit aux prestations
familiales.


Les ventes d'or sur le march de Paris

On trouvera, cirdessous, quelques statistiques
afferentes aux ventes d'or en provenance des ter-
ritoires francais d'OutrerMer sur le marchB de
Paris :


Kg d'or fin frrncs

Avril-Juin 1949 ........... 988 600.000
Juillet-Septembre 1949 ..... 1.221
Octobre-Ddcembre 1949 .... 1.242
Janvier-Mars 1950 ......... 804 553.002
Avril-Juin 1950 ........... 615 451.934
Juillet-Septembre 1950 .... 804 515.367

A en juger par les premieres centralisations des
ventes d'octobre-novembre, la quanti't d'or colonial
vendue h Paris pendant le dernier trimestre de
l'ann6e sera inf6rieure a celle du troisieme trimestre.
On peut signaler que la chute des course de I'or
sur le march parisien a provoqu6, cette annae, une
diminution de production de l'ordre de 31 % sur
1949 dans les Territoires d'Outre-Mer. (et affaisse.
ment sensible de la productivity a conduit, d'aillcurs,
ainsi qu'il a d6ej 6t6 annonce, les membres du group
d'Action D6mocratique et Sociale de l'Assembl6e
National a deposer une proposition de resolution
invitant le gouvernement a creer un fonds special de
developpement de la production aurif6re dans les
T.O.M.
Dans les milieux autoris6s des producteurs d'or
coloniaux, on s'est montr6 particulibrement satisfait
de cette initiative parlementaire qui vise, en bref,
a moderniser l'6quipement des exploitations mini&-
res, i r6duire les prix de revient (actuellement au
coefficient 14,5 de 1939) et a assurer la rentabilit6
des exploitation.
On souligne, toutefois, qu'entre la situation
actuelle et le moment oit I'quipement pourra Otre
modernist et r6novy par le Fonds Sp6cial precite,
il pourra s'6couler une periode de dix-huit mois a
deux ans, pendant laquelle les mines devront vivre
avec leur fonds de roulement propre.
Dans ces conditions souligne-t-on encore- la
premiere tache urgente consisterait dans la suppres-
sion des taxes et droits sur les exportations d'or, 6ta-
blies au b6enfice des budgets locaux, et qui reprb-
sentent 9 % (cas de 'A. E. F.) soit 45.000 francs par
kilo d'or.
A ces taxes se greffent, pour les producteurs colo-
niaux, environ 10.000 francs par kg de frais d'envoi,
de lingotage, de verification de titrage, etc... De la
sorte, un kilo d'or, vendu a Paris a 504.000 courses
d'hiver) ne rapporte au produeteur que 449.000 frs,
c'est-&-dire qu'une prime tr6s faible sur le course
mondial de 35 dollars l'once, fix6 par le fonds monB-
taire internationaL
Des changes de vue ont d6ej eu lieu entire produc-
teurs coloniaux et la Direction des Mines. Cette der-
niere ne parait pas oppose au principle de la sup-
pression des taxes de sorties sur f'or, don't la d6ci-
sion relive, toutefois, de rautoritb des Assembles
locales des Territoires d'Outre-Mer.







Utne derniere suggestion a Wet faite rcemrment.
Elle concerne la suppression des taxes chaque fois
que le prix de l'or s'etablira au-dessous de 500.000 frs
le kilo A Paris et le r6tablissement de ces taxes,
avec 6chelle progressive, au fur et A nmesure que l'on
progressera at delh de 500.000 frs.
On ne sait pas encore quelle solution sera rete-
nue. Quoi qu'il en soit, indique-t-on encore en guise
de conclusion dans les milieux int6ress6s, la situa-
tion actuelle appelle des medications urgentes si I'on
ne vent pas voir la production atrif6re des T.O.M.
sombrer dans a plus profonde disaffection.


Mouiinier, pidologue de 1'Institut de Reolire
Scientifiques de Madagascar.
M. Moulinier pense, aussi, faire un cour st
jour aux iles Hawai pour y 6tudicr les codi-
tions du sol en rapport avec la culture des aia-
nas, culture qui se dCveloppe actucllement '
Madagascar.

Le nouveau Cargo < Hilaire Maurel P
a Marseille


Lanc6 le 20 fivrier 1950 sur les Chantiers Na-
Les !changes entire la m6tropole vals de La Seyne. le nouveau cargo a Hilaire-
et les trritoires Francais d'Outre-Mer Maurel o est arrive a Marseille au d6but no-
Svembre.
Voici un tableau comparatif en valeurs des Le navire, sp6cialement Cquip6 pour le trans-
dchanges entire la m6tropole et les territoires port des arachides, posscde, en outre, des soutes
frangais d'Outre-Mer en octobre 1950 par rap- pour le transport des huiles. L' c Hilaire-Mau-
port aux mcis correspondents de 1949 et de rel > va effectuer la liaison entire cl Sen6gal et
1938 (en milliards de francs) : la mntropole. 11 touchera indiff6remmcnnt Mar-
1938 1949 1950 seille ou Bordeaux, son port d'attache.


Importations .........
Exportations ........

Balance I France
4'Outre-Mer i .....

Les itmportations ont
Wtk compensies par
les exportalions a
concurrence de ....

Etude des methode
centre I
Trois spdci;tlistes fr
des sols ont pris, le
New-York, en vue d'un
mois, au titre du prog
nique du Plan Marsha
Leur 6tude portera
dernes de d iense et
Le probl&me de lutte c
effet, celui qui se prds
et d'urgence planss le ce
.1 l'Af f i


1,2 23,4 24,2 La Mission Frangaise
0,8 26,6 41,6 a destination des lies Kerguelen a appareill6e
La mission frinc;ise pour les lies Kergue-
0,4 + 3,2 +17,4 len, que dirigent MM. Sicnud et Armengaud, a
S- quitit Marseille Ie 9 novembre A bord du cargo
italien C Italo Marsano >, at destination des miles
australes.
Se cargo emporte un chargement de 1.300 ton-
7 % 114 172 nes coliprenant des instruments scientifiques,
des pieces de baraquements, des camions a che-
s Americaines de lutte nillettes, un bull-dozer et des vivres.
es Erosions Sur le pont du navire, les animaux les plus
aas de la restauration livers, chiens, moutons, poules, chiefs ratiers
anais de la restauration et ne deux furets ont 6t installs.
7onovembre d'avion pour Deux receptions avaient prce6de l'appareil-
voyage d'assistane quatrech- large. Le martin, dans un h6tel du port, M. V&-
ira. drine, reprisentant M. iitterrand, ministry de la
r les t m France d'Outre-Mer, a apport6 Ie salut du gou-
sur estauration des souls. ernement A tous les membres de la mission.
ontre les taurion dest s. L'apreg-midi, de nombreuses personnalit6s,
entire les rosions est, en dunies t board du cargo, leur ont souhait6 la
ente ve lae puis en valeur 'lus entire rcussite dans la tAche qu'ils vont
.adre de la mise en valour 'entr e.
t\..^;.i T >A.,^,.Hn r. entreprendre.


I 1 que Ln I e ra, c, I nj U.
tructive des sols cultiv6s est extrmiement rapide
dnns ces regions. Selon les experts du group
d'etude, les cieux tiers de 1'Afrique Fran9aise
tropical et, peut-etre, les quatre cinquiemes de
Madagascar dvoluent si rapidement sous l'action
irosive des pluies et des vents que meme une
region boisee *;st susceptible d'8tre ravage en
moins de cinquante ans.
Cos tro's sp6cialistes sont : M. Fr6deric Four-
nier, p6dologue-cartographe de l'Office des Re-
cherches Scientifiques d'Outre-Mer (0. R. S.
O. M.) ; M. Claude Moureaux, p6dologue-agro-
nome, chef di.i laboratoire c6tier de l'Institut
Agronornique de la C6te d'Ivoire, et M. Hatbert


Le diner d'automne de I'Association Nationale
des < Ecrivains de la Mer et de I'Outre-Mer
Le 23 novembre a eu lieu, au restaurant de la
Mosque de Paris, sous la presidence de M. Pas-
teur Valery-Radot, membre de 1'Acad6mie Fran-
caise, le diner d'automne de I'Association Natio-
nale des e Ecrivains de la Mer et de l'Outre-
Mer ,.
MM. VWdrine'et Rigotard, representant M. Mit-
terrand, ministry de la France d'Outre-Mer;
Azan, Maurice Bedel et Jean d'Esme assistaient,
notamment, A ce diner, a I'issue duquel M. Jean







d'Esae, President de I'Association, a annonc6
quela vente annuelle, avec d6dicace, des oeuvres
dela mer et de l'outre-mer se deroulerait Ie
jepdi 7 d6cembre, dans les salons de 1' t ABro-


Club de France r, sous le patronage du Prfsi-
dent de la Rdpublique et de 1'Union Francaise,
qui l'inaugurera avec MM. Mitterrand et Mon-
teil, Secrttaire d'Etat A la Marine.


MANIFESTATIONS DIVERGES


Une Conference de M. Boisdon
M. Boisdon, Conseiller et ancien Pr6sident de
1'Assemblee de I'Union Francaise, ancient de-
pute du Cher, a fait, le 12 novembre, A Bourges,
en presence des autorit6s de la ville et d'un pu-
blic nombreux, une conference sur c notre ave-
nir africain '.
Le conf6rencier a indiqu6 quelle place le
Bloc africain > d'Occident (Afrique du Nord,
A. 0. F., A. E. F., Cameroun, Togo) tenait, des
maintenant, dans le commerce exterieur de la
metropole et quelles perspectives incommensu-
rables la brusque entree de 1'Afrique dans 1'6eo-
nomie mondiale ouvrait a la France.
Dans la dernibre parties de sa causerie,
M. Boisdon a expose les donndes g6n6rales des
problemes qui se posent, aujourd'hui, en Afri-
que, en particulier le problbme des subsistances,
qui ne peut Wtre r6solu en Afrique du Nord que
par l'industrialisation, et, en Afrique Noire, que
par le d6veloppement du paysannat indigene et
1'extension des cultures vivrieres.

Une Conference de M. Marc Rucart
Le 9 novembre, M. Mare Rucart, s6nateur de
la Haute-Volta, ancien Garde des Sceaux, a fait
une conference au dejeuner du Cercle metropo-
litain de I'Empire frangais sur < 1'Afrique Fran-
aise devant 1'Europe v.
11 a analyse les modifications intervenues
dans les territoires d'Outre-Mer depuis la der-
ni6re guerre. Invoquant les causes economiques
et iddologiques qui sont a l'origine de diverse
manifestations, notamment A I'O. N. U. et au
Conseil de l'Europe, l'orateur a declare que deux
Id'entre elles visaient particulibrement 'oeuvre
francaise : un rassemblement racial au sein
d'un < bloc africain > et le project d'un groupe-
ment territorial plac6 sous le signe des < Etats-
Unis d'Afrique >.
Le ministry de la France d'Outre-Mer 6tait
representW par M. Henri Gu-rin.

Acad6mie des sciences coloniales
L'AcadEmic des Sciences Coloniales a tenu
seance le vendredi 3 novembre, sous la pr6si-
dence de M. Charles Michel-C6te.


Au d6but de la reunion, M. le Secrdtaire Per-
p6tuel a donn6 lecture d'une notice n6crologique
sur Louis Chatelain, Inspecteur Gendral hono-
raire des antiquities du Maroc, notice rtdig6e
par M. Vatin-PWrignon, empUch6 d'assister a la
seance.
Parmi les ouvrages d6pos6s, il fant particulib-
rement citer un guide des monuments
d'Angkor par Maurice Glaize..
M. Vignon, pr6fet de la Guyane, a 6tabli le
bilan de cette ancienne colonies assimilde depuis
aoit 1945 a un d6partement a regime m6tropo-
litain; il a expose que cette transformation a
eu des incidences favorables sur son d6veloppe-
ment 6conomique et social, et soulign6 l'effort
d'6quipement entrepris par la France. II s'est
6tendu sur le danger que represented l'implan-
tation de la fiscalite m6tropolitaine en Guyane,
qui empechera les capitaux priv6s de s'investir
et d'assurer la relve du secteur public ; en con-
clusion, il demand une depression fiscal en
faveur de son lointain d6partement iran~ais sur
le continent amdricain, pour assurer le ddmar-
rage de son economic.


Une exposition des travaux des 6leves
des territoires d'Outre-Mer

Le 24 novembre, une exposition de travaux,
executes par les 616ves des Territoires francais
d'Outre-Mer, a e6t inaugurde par M. P.-O. Lapie,
ministry de 1'Education Nationale, et M. Coffin,
secrdtaire d'Etat a la France d'Outre-Mer, an
siege de la Ligue Francaise de l'Enseignement.
M. Lapie s'est felicit6 des brillants resultats
qu'a obtenus la Ligue Francaise de 1'Enseigne-
ment dans les Territoires de 1'Union Francaise:
< Autour de ce que doit faire le gouverne-
ment a d6clar6 le ministry il y a I'im-
mense effort de la Ligue Francaise de 1'Ensei-
gnement et des ligueurs, dans toutes les parties
du monde, pour faire de l'humanitd libre et henu
reuse une reality ,.
L'exposition est placee sous 1'6gide de la Li-
gue Franqaise de 1'Enseignement et de l'Office
Central des oeuvres laiques de 1'Union Francaise.



















NOUVELLES D'OUTRE-MER


ETATS ASSOCIES D'INDOCHINE


S Haut-Commissariat
de France
L E 30 octobre,
M. Pignon s'est
rendu a Hanoi
d'oai ii est reparti im-
m6diatement p o u r
Lai-Chau, capital du
Pays Thai, ofi ii s'est
entretenu avec les
autoritis thai locales, notamment avec M. Deo
Van Long, chef de li province de Lai Chau.
Le Haut-Coinmissaire a ensuite regagn6 Hanoi
aprt s avoir sijfvol la region op6rationnelle de
Laokay.
En compagaie de M. Letourneau, le Haut-
Commissaire est revenue A Saigon le 1"' novem-
bre, ofh ii a assist A une c6r6monie comm6mo-
rative, pr6sidve par le ministry charg6 des rela-
tions avec les Etats associ6s, A l'occasion de la
fete de la Toussaint, devant le monument aux
morts, en presence de nombreuses d616gations
militaires frantaises et vietnamiennes.
Le 3 novenibre, M. Pignon et les g6neraux
Valluy et Caipentier ont accompagn6 M. Lc-
tourneau, qui s'est rendu a Dalat, ofi devait sc
tenir le lendemain une conference a laquelle
participaient S;. M. Bao-Dai, le President Tran
Van Huu et les Gouverneurs du Nord et du Cen-
tre Viet-Nam.
Cette conference s'est ouverte par une allocu-
'tion de S. M. Bao-Dai dans laquelle il a fait
connaitre son intention de prendre personnelle-
ment en main la question de la creation, a bref
delai, d'une arm6e national vietnamienne.
M. Letourneau, au noni du gouvernement de la
R1publique Frangaise, a exprim6 sa confiance
dans les heuroux r~sultats d'une telle decision


pour le rdtablissemien de l'ordre et de la paix
au Vietnam.
Les changes de vues qui ont suivi ont permis
d'aboutir A un accord complete sur les principles
de base relatifs a l'organisation d'une veritable
arm6e national victnamienne et sur l'aide que
le gouvernement franqais apportera A cet effet
au gouvernement du Vietnam; a cet 6gard, les
hautes autorites vietnamiennes ont exprim6 leur
determination d'affecter, a la defense national,
et, en particulier, h la creation de l'arm6e viet-
namienne, une part important des resources
nationals.
L'ordre du jour de la conference prdvoyait.
d'autre part, l'examen du statut des populations
montagnardes du sud de FIndochine, et, en g6-
n6ral, des territoires relevant de la couronne
ainsi que de leur d6veloppement et des problW-
mes de financement s'y rapportant. Sur divers
points, des dispositions ont 6galement 6te arr&-
tees qui ont marque l'identit6 parfaite de vues
entire les hautes autorit6s vietnamiennes et les
autorites franqaises.
Avant de quitter Dalat le 5 novembre, M. Le-
tourneau et M. Pignon ont assist h l'inaugu-
ration solennelle de 1'ecole inter-armes des offi-
ciers vietnamiens. Regagnant Saigon, le Minis-
tre et le Haut-Commissaire sont passes a Ban
Me Thu6t pour visiter les diverse installations
en pays Mol.
Le 11 novembre, accompagne de M. du Gar-
dier, Conseiller diplomatique, le Haut-Commis-
saire Pignon s'est rendu de nouveau dans le
Nord-Vietnam.
II a rendu visit une nouvelle fois au pays
thai, le 13 novembre, s'arretant h Sonla et a Lui
Chau, oi il s'est entretenu avec le colonel Coste,
commandant de la garnison de Laokay, qui
s'6tait replide sur le pays thai. II a conf6rd d'au-
tre part avec les autoritis francaises et locales


j~,sl~%fmoo&







sur la situation militaire de cc pays, etudiant
les measures pour sa defense.
De retour a Hanoi le 14 novembrc, le Haut-
Commissaire s'est longuement entretenu avec le
gouverneur du Nord-Vietnam Nguyin Huu Tri.
Le lendemain, il s'est rendu en inspection
dans la region c6tibre du Nord-Vietnam, notam-
ment au Centre charbonnier de Hongay et A
Monday.
Le 17 novembre, au course d'un th6 offert par
le gouverneur Nguyen Huu Tri pour permetire
aux journalists du Nord-Victnam de prendre
contact avec lui, M. Pignon a affirmed quoe < Ic
delta sera ddfendu et il n'a jamais 6td question
d'6vacuer ou d'abandonner Hanoi >>. < Certaines
indications, qui tendaient essenticllement a all6-
ger les charges diverse pouvant peser sur les
autoritis responsables de la defense de ce pays,
ont Wt6 interprdtees bien h tort comme le signed
prdmonitoire d'un repli prochain. Je suis pr6-
cisdment venu a Hanoi pour dire et proclamer
qu'il n'en est rien.
< Si nos moyens actuels ne nous permettent
pas encore de reprendre I'offensive dans tous
les secteurs, si, meme, nous pouvons rtre appe-
Ids A effectuer quelques rajustements dc detail,
]a determination commune au gouvernement do
la Republique, au gouvernement du Vietnam cc
aux autorites civiles et militaires, est bien arri-
te : nous d6fendrons le delta du Fleuve Rouge
centre les attaques don't il sera l'objet avec In1
plus exltr lme viguelur, cl,(1 ds que nous k- pour-
rons, nous repartirons a I'assaut pour rioccuper
les zones qu'il nous a paru sage d'abandomnner
temporairement en raison de circonstances qui
sont, elles aussi, temporaires. ,
Le 18 novembre, le Haut-Commissaire tail
de retour A Saigon.
Le Haut-Commissaire de France en Indochine
a decidd le rappel des militaires r6servistcs,
pour une periode de 21 jours. La decision con-
cernant ceux de l'armie de terre a Wtc prise le
19 novembre, celle concernant I'arm6e de l'air,
le 22 novembrc, et cell concernant la marine, lc
27 novembre.

Nomination du General de Lattre de Tassigny
comme Haut-Commissaire de France en Indochine
Le Conscil des Ministrcs du 6 diceibrc 1950 a
ddsigned 1 gd6nral de Lattrc do Tassigny conmme
Haut-Commissaire de France en Indochine on
replacement de M. Ldon Pignon qui avail
demand qu'il fit mis fin a sa mission. Le g6nd-
ral de Lattre de Tassigny d6tiendra h la fois les
pouvoirs civils et militaires.
Le Conseil des Ministres a rendu homnmage
au Haut-Commissaire Pignon et a decidd de lui
conf6rer la Croix de guerre des thditres d'opd-
rations exterieures.


D6placements
Le g6ndral Hartemann, Commandant des for-
ces aeriennes francaises d'Extreme-Orient, aprls
un court s6jour iL Singapour, of il a conf6rC avec
le commandant des forces aeriennes britanni-
ques en Extreme-Orient, lc marechal de l'Air
Foggarty, et visit les installations militaires
britanniques en Malaisic, notamment la base
adrienne de Kuala-Lumpur, est rentre ai Saigon
le 15 novembre.
Effcctuant un voyage d'inspection dans Ic
Nord-Vietnam, le 17 novembre, Ic gdndral Car-
pentier a visit Lai-Chaiu et. le 18 novembre, la
zone des operations du delta.


La question des prisonniers rI
Le 29 octobre, une ddl6gation franchise a ren-
contrd pour la cinquimeo fois une ddlIgation
vietnamienne an bac de Te Tieu, a 37 kilome-
tres au sud-ouest de Hanoi, sur la rivibre Song-
Day, pour un 6changc de prisonniers. 17 tirail-
leurs s6ndgalais faits prisonniers par Ic Viet-
minh ont 6tc remis It la delegation franchise,
qui, en change, a rendu 17 soldats da Vietminh
faits prisonniers par nos troupes.
Apres accord entire les autoritds franchises et
les autorites du Vietminh, 78 blesses francais
sejournant ii That-Kh6 ont piu ilre i vacus par
voit a6rienne le 4 noveinhre. Mais le .v novembre,
un apparel de la Croix-Rouge francaise qui
allait Mtudier les possibilities d'atterrissage it
Thit-Khi ayant essuy6 le feu des mitrailleuses
du Vietminh, les operations d'ivacuation furent
suspendues.


Nomination

Le general de la Tour, qui succde au gend-
ral Alessandri come Commissaire de la Rdpu-
blique dans le Nord-Vietnam et come com-
mandant en chef des forces franchises de cette
region, a pris officiellcment possession de son
commandment le 23 novembre. II 6tait arrive
de Paris le 21 novembre, accompagn6 du colonel
Edon, qui occupe auprus de lui les functions de
hcef d'Etat-Major.


Questions communes aux trois Etats

Conference de Pau
LE I'ROBLEME DE L'UNION DOUANI~RE
Le problimc de 1'Union Douaniire entire les
Etats Associds d'Indochine a Wtd rdsolu le 28 oc-
tobre.







Le texte du project de resolution sur lequel les
ddlegations se sont mises d'accord comprend
23 articles At prevoit notamment :
La suppression du service federal des
douanes ;
La contpetence respective des Etats en ce
qui concerns, en particulier, I'ktablissement de
la legislation et la r6glenentation, l'organisation
et l'adminis ration des services de douane, la
perception dis droits et taxes ;
La formation d'une union douaniEre entire
les Etats ;
La suppression des barribres douanibres
aux frontibr,:s communes des pays de l'union
douaniere ;
-- La suppression des restrictions A la libre
:circulation ds products imports sauf si cc n'cst
par decision conjointe des Etats et en cas de
propagation id'pid6mies ; l'application des mi-
mes tarifs el des m6mes reglements douaniers
dans chaque Etat.
Aucune ta:;.e ni aucun droit d'aucune sorte ne
sera percu suir le materiel, ou les products on
(denrecs nece .saires a l'entretien des armnes na-
lionales ou d( cells de l'Union Francaise.
Cc project :;pdcifie cnfin quo la languc fran-
(aise est, co:.curremment avec la langue natio-
nale, la langue de travail. En cas de contesta-
lions, la langue franchise fera foi.
11 est institu6 un Comit6 des Douanes, qui
donnera des avis sur les projects d'actes l6gisla-
tifs et reglernents de douane. De meme, il est
cr66 une conference intergouvernementale qui
examiner les propositions du commit, -et dans
laquelle un r 'presentant de la France aura voix
d6libdrative toutes les fois que les projects de ta-
rification inti resseront les products francais ou
des autres parties do l'Union douaniere. (Par
tarification, cn entend la nomenclature doua-
niere, le droit d'assimilation, la fixation des quo-
tites et les modalites d'admission et de prohi-
bition. Les conditions de la reciprocit6 en faveur
des Etats as;:oci6s, lors des modifications des
tarifs m6tropolitains, ont Wt( d'autre part d6-
finies.)
Les recette.; de regie ne figurent pas sur les
lists douanires. Elles seront provisoirement
reparties juscu'A la fixation d'un pourcentage
d6finitif.

G LE:; PROBLfMES FINANCIERS

Le 23 nove ibre, un accord est intervenu sur
les projects de resolution concernant les pro-
blemes financiers mis a l'tude a la conference.
Le project relatif di 1'Institut d'Emission prd-
voit la creation d'un ktablissement d6nomm6
< Institute d'Emission des Etats du Cambodge,
du Laos et du Vietnam >>, auquel est conf6r6 lc
privilege d'6mettre des billets au porteur libell6s


ten piastres et pouvant revetir la forme d.
'gnettes diff6rentes pour le Cambodge, le Lao
le Vietnam, suivant le lieu d'emission.
La couverture de la piastre est constitute pa.
des francs francais, don't la France fera la four
niture aux Etats associss ; les cr6ances resultant
d'avances au Trdsor et A la Caisse de Gestion et
d'Amortissement de la Dette ; de l'or et des de-
vises Itrangeres lorsque le control des changes
aura Wtc supprim6.
L'Institut est tenu de fournir des piastres
contre la remise de francs frangais et des francs
francais centre la revise des piastres sur la base
de la parity officielle entire les deux monnaies.
Les avoirs en francs francais d6tenus par
l'Institut sont d6pos6s au Trisor francais, a
l'exception des avoirs ndcessaires au maintien
d'une liquidity immediate pour les transferts de
piastres en francs.
L'administration, la direction et le control
de l'Institut sont assures respectivement par le
Conseil d'Administration, par son Pr6sident et
par la Commission de Surveillance.
Lc Conseil d'Administration est compos6 de
Irois reprisentants de chacune des Hautes Par-
ties contractantes. Le Pr6sident du Conseil d'Ad-
ministration est choisi parmi les membres du
Conseil. IL est nomm6 conjointement par les
ties Contractantes. Le President du Conseil d'Ad-
Hautes Parties ConItactantes. Les attributions
du Conseil d'Administration sont, notamment,
les suivantes : il approve les traits et conven-
tions engageant l'Institut ; il 6tablit son rbgle-
ment interieur ct le statut du personnel; il
decide de la creation, de l'mission, du retrait et
de l'annulation des billets don't it d6terminera la
forme dans Ic cadre de la pr6sente solution ; il
arrete, A la fin de chaquc exercise, les comptes et
les r6sultats et procide h l'affectation et A l'em-
ploi des b6ndfices sous reserve de l'approbation
de la Commission de Surveillance, etc.
Les decisions du Conseil d'Administration
doivent 6tre prises it la majority des voix. En cas
de partage des voix, celle du President est pr6-
ponddrante.
Le contrble de l'Institut est assure par la Com-
mission de surveillance compose de quatre cen-
seurs nommis par les Gouvernements. La mis-
sion de ces censeurs, qui assistant au Conseil
d'Administration avec voix consultative, est de
l'ordre le plus g6n6ral. Leur surveillance s'6tend
a tous les services et porte sur les operations, la
comptabilit6 et la gestion de l'Institut.
Pour les relations avec les tr6sors et les eta-
blissements bancaires, l'Institut est tenu d'ou-
vrir, sur ses livres, des comptes au nom des Tr&-
sors du Cambodge, de la France, du Laos et du
Vietnam et de la Caisse de Gestion et d'amortis-
scment de la Dette, aux organismes publics au-


I







P torisis A cet effet, et aux ktablissements ban-
caires qui eR font la demand.
A la suite du retrait, a la Banque Nationale de
I'Indochine, du privilege d'6mission, 1'Institut
prend en charge les billets en circulation et en
encaisse et reooit les avoirs et cr6ances qui ga-
rantissent la circulation.
La devolution en sera effectude par une con-
vention a conclure entire le Cambodge, la France,
le Laos et le Vietnam d'une part,, et l'Institut
d'Emission d'autre part.
Le project de resolution sur le Trdsor prdvoit
notamment la suppression des organismes et
services de caracthre f6d6ral, tels que le Tresor
indochinois, la Direction du Trdsor et la Direc-
tion du Budget et du Controle des d6penses en-
gag6es en tant que gestionnaires du budget fe-
deral et des budgets annexes.
Les Etats du Cambodge, du Laos et du Viet-
nam assureront, par leurs services nationaux de
Tresorerie, I'execution de leurs budgets natio-
naux respectifs, ainsi que les operations de tr6-
sorerie y affdrentes. Les attributions des ser-
ices nationaux de tr6soreric comprennent, en
outre, la mise en circulation de la monnaic di-
visionnaire m6tallique, I'6mission d'effets pu-
'blics A moyen et A court terme, la reception
?l'avances de I'Institut d'6mission et des dip6ts
A vue.
De m6me, il est cr une Caisse Autonome de
gestion et d'amortissement de la Dette, don't I'ad-
'ministration est assure par l'Institut d'Emis-
sion charge d'assurer 1'execution des engage-
ments de 1'ancien Tresor indochinois.
Le project de resolution sur les changes prd-
voit, notamment, la suppression de l'Office In-
dochinois des Changes dans sa structure ac-
tuelle, ainsi que de tous les organismes et ser-
vices annexes, notamment du Bureau d'autori-
sation d'achats.
II est cr66 un D6partement des Changes, g6rd
par l'Institut d'Emission des Etats du Cam-
bodge, du Laos ct du Vietnam.
Les services nationaux des Changes assure-
ront, sur le territoire des Etats, I'application de
la r6glementation des Changes.
En' attendant I'dlaboration et la mise en ap-
plication d'une 16gislation et d'une rdglementa-
lion national des Changes, les gouvernements
des Etats Associ6s conviennent d'adopter, selon
leur propre procedure constitutionnelle et des
la mise en vigueur de la pr6sente convention,
les textes Idgislatifs et r6glementaires existant
en la matibre et maintenus en vigueur jusqu'A
leur modification.
***

Le 27 novembre, la Conf6rence Inter-Etats a
clitur6 ses travaux par une stance solennelle
pr6sid6e par M. Letourneau, ministry charge des


relations avec les Etats Associ6s, et a laquelle
assistaient M. Jacques Fourcade, President de
I'Assembl6e de l'Union Francaise, le prefet M6-
cheri, qui repr6sentait le Pr6sident de 1'Union
Francaise, le prince Buu L6c, qui repr6sentait
S. M. Bao-Dai, les personnalit6s civiles et mili-
taires de Pau, et une foule paloise nombreuse.
Le President de la Conference, M. Albert Sar-
raut, M. Nguyen Trung Vinh, chef de la d616ga-
gation vietnamienne ; M. Sum Hieng, chef
de la d616gation cambodgienne ; M. Outhong
Souvannavong, chef de la d6l1gation laotienne,
ont pris tour A tour la parole A cette occasion.
Enfin, M. Letourneau, au nom du gouvernement
francais, a soulign6 dans un dernier discours
I'ind6pendance d6sormais reconnue des Etats du
Cambodge, du Laos et du Vietnam.

Admission dans les Organismes Internationaux

La Conference de la F. A. O. (Organisation des
Nations Unies pour I'Alimentation et 1'Agricul-
Lure) r6unie ae 10 novembre, A Washington, a
vot6 1'admission en son sein du Vietnam et du
Cambodge.


L'aide Am6ricaine

Le 9 novembre, 4 bombardiers 1lgers amn-
ricains B-26 < Invader > sont arrives A Saigon,
faisant parties du premier contingent d'appareils
adriens ced6s par les U. S. A. au forces fran-
caises d'Extr6me-Orient. Le 19 novembre ont
ensuite et6 livr6s aux forces francaises 3 qua-
drimoteurs < Privateer ,.
L'Administration de l'E. C. A. a ouvert, le
22 novenibre, au b6n6fice du Vietnam, du Cam-
bodge et du Laos, un credit de 104.000 dollars
pour I'achat de v6hicules A moteur et de ma-
tieres industrielles en provenance des, Etats-
Unis.
Le 18 novembre est arrive A Saigon M. Wil-
liam Forster, Administrateur de 1'E. C. A. Avant
de repartir le 20 novembre pour continue sa
tourn6e dans le Sud-Est asiatique, M. Forster a
tenu une conference de press dans laquelle il
a affirm qu'il lui 6tait encore impossible de d6-
finir I'aide 6conomique des U. S. A. au Vietnam,
au Cambodge et au Laos; il a.cependant pr6-
cis6 que l'effort principal portrait sur I'outil-
lage agricole et la livraison de m6dicaments.
L'administrateur de I'E. C. A. a insist sur
I'idie que les peuples du Sud-Est asiatique doi-
vent se montrer capable de se servir de I'aide
am6ricaine, ajoutant que, c si une priority doit
6tre accord6e A tel ou tel pays, c'est aux peuples
et aux gouvernements d'emporter cette decision
en faisant preuve de leur efficacit6 ,.


28







Relations dipl:omatiques avec la Grande-Bretagne

Le gouvernement britannique a decide, le
9 novembre d'accrediter M. Frank Stannard
Gibbs, consul general en Grande-Bretagne A Sai-
gon, en quality de ministry pl6nipotentiaire au-
pros des chefs des gouvernements du Vietnam,
du Laos et du Cambodge.
S. M. le roi d'Angleterre a inform le Presi-
dent de 1'Union Francaise de cette nomination
conforme au:x dispositions signees par la France
avec les Etals d'Indochine.


Gouvernement Central du Viet-Nam

Ativit6s du Gouvernement

Le President Tran Van Huu s'est rendu le
30 octobre a Hanoi. Le lendemain, il a fait une
tourn6e d'inpection dans la region de Trung
Ha, pros du confluent de la Rivicre Noire et du
Fleuve Roug.e. Le Pr6sident du Conseil etait
accompagn6 du gouverneur du Nord-Vietnam,
Nguy6n Huu Tri, et du g6n6ral des troupes cao-
daistes, LU Van Thanh. Dans les diff6rents vil-
lages qu'ils cnt traverses, M. Tran Van Huu et
le g6n6ral Thanh ont pris la parole et ont invite
les populations A s'unir autour de la personnel de
S. M. Bao-D. i.
Le 2 novembre, au course d'une manifestation
populaire qui s'est deroul6e devant le theatre
municipal de Hanoi, et en presence du g6n6ral
Alessandri, Commissaire de la R1publique du
Nord-Vietnanm, et de plusieurs membres du Gou-
vernement vietnamien, le President Huu a pris
la parole.
Evoquant, a cette occasion, les travaux de la
ConfCrence de Pau, le Chef du Gouvernement a
d6clar6 : <~ Les divergences d'opinions sur ce
sujet montrerit que la delegation vietnamienne 'a
la Conference entend soutenir la cause natio-
nale. De tout:- facon, les Accords franco-vietna-
miens du 8 mars 1949 seront respects. La d616-
gation vietnamienne cherche a obtenir des r6-
sultats fond&; sur le principle d'6galit6. Sans se
montrer intransigeante, elle est demeur6e et
demeure ferne quant au fond des probl6mes >.
Parlant, en:suite, de l'arm6e national vietna-
mienne, le Pr sident du Gouvernement du Viet-
nam a affirm que l'Empereur Bao-Dai avait d6-
cid6e de mel:tre sur pied une arm6e national
vietnamienne capable de faire face a toutes les
6ventualit6s elt de d6fendre les fronti6res natio-
nales, car on en a, maintenant, les moyens .
Dans le troisi6me point de son discours, con-
sacr6 A l'aide aux r6fugi6s et, notamment, A
ceux qui durnnt, r6cemment, abandonner leurs


foyers situds dans la region frontiere sine
namienne pour se refugier dans le p6rimetre
delta du Fleuve Rouge, M. Tran Van Huu a pi
cis6 que tous les efforts accomplish par le gou-
vernement en leur faveur seraient poursuivis et
d6velopp6s.
Au course de cette manifestation, une minute
de silence a Wtd observe A la m6moire des com-
battants tombs pour la cause du Vietnam.
Le 4 novembre, M. Trin Van Huu a pris
l'avion pour Dalat, pour participer a la conf6-
rence qui devait r6unir S. M. Bao-Dai et le mi-
nistre charge des Relations avee les Etats asso-
cies et les hautes personnalit6s franchises el
vietnamiennes.
Apres cette conference, S. M. Bao-Dai a
adress6 le message suivant au Pr6sident de la
Conference de Pau, M. Albert Sarraul :
< A l'issue de la conference qui a r6uni sous
ma pr6sidence et celle de M. le ministry d'Etat
charge des relations avec les Etats Associ6s les
plus hautes autoritis civiles ct militaires fran-
caises ct viclnamiencnes, conference an course de
laquelle ont 61t d6finis les principles qui doi-
vent pr6sider a la creation d'une veritable arm6e
national vietnamienne colnque dans un esprit
de cooperation amicale et sincere avec la France
au sein de l'Union Francaise, je tiens ai vous
exprimer, une fois de plus, tout I'int6r6t que je
porte aux travaux de la conference inter-Etats.
< Ces travaux, en ellet, doivent 6galement
permettre de pr6ciser, dans le domaine finan-
cier et 6conomique, les bases d'une association
libre et confiante entire nos deux pays.
< Conscient des difficulties de votre thche, je
souhaite que les r6sultats obtenus r6compen-
sent vos efforts, apportant en meme temps une
nouvelle preuve de votre clairvoyant patriotism
et de votre amiti6 pour les Etats associes.
< Cette nouvelle preuve s'ajoutera a toutes
cells qui jusqu'ici ont jalonn6 votre noble et
brillante carriere entierement consacre au ser-
vice de la France et de l'Union Francaise. >
)D'autre part, le Chef de l'Etat a adress6 au
ministry charge des relations avee les Etals
Associ6s le tidlgramme suivant, le 8 novembre
< Au moment oii vous allez rejoindre Paris,
je tiens a vous exprimer combien j'ai Wt6 heu-
reux de constater l'identit6 de nos vues sur les
probl6mes essentiels qui se posent en ce mo-
ment pour nos deux pays ct l'avenir de leurs
relations.
< Les entretiens que nous avons eus ensem-
ble, en permettant de clarifier la situation, ont
jetC les bases d'une action commune qu'il y a
tout lieu d'esp6rer rapide et efficient, notam-
ment en ce qui concern la creation d'une armno
vietnamienne v6ritablement national.







< Je vous prie de vouloir bien recevoir a ce
sujet mnes vifs remerciements. En meme temps
je vous demanderai, a votre arrive A Paris,
d'assurer S. E. le Pr6sidernt de la R6publique,
M. le President du Conseil ainsi que MM. les
membres du Gouvernement francais, de l'entiere
confiance du people vietnamien et de son ddsir
sincere de cooperation avec la France, au sein
de l'Union Frangaise, en vue de la realisation
de nos ideaux communs ,.
Le 10 novembre, le President Tran Van Huu
est revenue a Dalat pour assisted A la c6rCmonie
de la remise des lettres de crdance par le minis-
tre pl6nipotentiaire de Grande-Bretagne en Indo-
chine.
En effet, c'est a cette date que M. Stannard
Gibbs a remis ses lettres de crdance A S. M. Bao-
Dai au course d'une c6remonie qui s'est deroulde
i la villa imperiale de Dalat, en presence de
nombreuses personnalites anglaises et vietna-
miennes.
Le nouveau ministry, apres avoir transmis
l les vceux de S. M. George VI pour S. M. Bao-
Dai et la prosperity et le bonheur du people viet-
namien >, a ddclard : i Le Gouvernement bri-
-tannique est particulibrement heureux de cons-
tater les grands pas que le Vietnam a faits vers
l'inddpendance, la liberty et la d6mocratie de-
puis les accords du 8 mars >. < Par leur asso-
ciation dans le plan de d6veloppement Econo-
Inique du Commonwealth, a poursuivi M. Gibbs,
le Vietnam, ainsi que les autres pays de l'est de
'lAsie, ont d6montre leur volontd de s'unir dans
une entreprise pacifique et humanitaire. La par-
ticipation active du gouvernement vietnamien A
cc plan tdmoigne du ddsir d'augmenter le niveau
de vie des travailleurs di( Vietnam. Dans cette
oeuvre social et humanitaire, les governments
britannique et du Commonwealth s'associeront
avec le Vietnam et les autres Flats AssociKs
pout- le plus grand bien de tous. >
S. M. Bao-Dai a rcmerci6 M. Gibbs ct l'a
charge de transmettre ses voeux au roi George VI
ct aux membres du gouvernement britannique.
< C'est avec un vif sentiment de reconfort, a-t-il
declare, que je constate la presence aux c6tes
des jeunes Etats du sud-est asiatique, des gran-
'des democraties occidentales d6cidees A poursui-
vre, avec le people libre qu'elles soutiennent,
le meme combat centre la dictature et la tyran-
nic. II ne fait aucun doute que le bloc ainsi
cr66 d6fendra victorieusement les valeurs hu-
maines qui sont les bases de notre civilisation.
Le Vietnam, associs a la France et b6ndficiant
de son appui, est anim6 du desir sincere de
participer A cette grande entreprise. >>
S. M. Bao-Dai, effectuant une tournme dans le


Nord-Vietnam, est arrive i Hanoi le 25 no-
vembrc.
Le lendemain, lc chcf dc 1'Etal a pr6sid6 unc
conference militaire rdunissant le g6nrral de la
Tour, le President Tran Van Huu, le gouver-
neur du Nord Nguyen Huu Tri et lc youverneur
du Centre Phan Van Giao.
Le 27 novembre, le Chef de l'Etat a visit les
Centres d'Accueil de r6fugids organisms a Hanoi
et dans les faubourgs de Bach-Mai ct Trung
Liet.
Le gouverneur du Nord-Vietnam, d( son c6td,
a effectu6 le 24 novembre une tournoe d'inspec-
tion dans la province de Hung-Yen oil 6taient
signalhes dcs infiltrations rebelles.
Le 2 novembre se sont derouldes dans tout
le Vietnam des ceremonies a l'occasion de la c6-
lIbration du 37" anniversaire de S. M. Bao-Dai
(Fete Van Tho). Ces ceremonies ont eu une am-
pleur particuliere A Saigon et A Hanoi.


L'ecole Inter-Armes du Vietnam

Conclusion logique de l'accord in[ervenu en-
tre le gouvernement vietnamien et les autoritis
francaiscs, 1'6cole militaire inter-armes de Dalat,
oil sont instruits les futurs officers de l'arm6e
vietnamienne, a 6et solennellement inaugurde
par S. M. Bao-Dai, en presence de M. Letour-
neau, du Haut-Commissaire Ldon P'ignon, du
President Tran Van Hun ct des reprdsentants
des U. S. A. et de Grande-Bretagne. Parmi les
nombreuses personnalitis remarquees dans l'as-
sistance, citons notamment les g6ndraux Valluy
et Carpentier, l'amiral Ortoli, le general Hartc-
mann, MM. Donald Heath et Gibbs, ministres
des U. S. A. et de Grande-Bretagne, le g6ndral
Brink et M. Robert Blum, chefs des missions
amdricaines ; MM. Nguyen De, Directeur de Ca-
binet de S. M. Bao-Dai ; Vuong Quang Nhuong,
minisre de 1'Education Nationale ; Tran Quang
Vinh, ministry des Forces Armdes; Dinh XuAn
Quang, secrdtaire d'Etat A la Fonction publique;
Nguyin Huu Tri, gouverneur du Nord ; Phan
Van Giao, gouverneur du Centre ; Li Tan Nam,
gouverneur p. i. du Sud ; Nguyen Van Tam,
directeur general de la Sfiret6 vietnamienne.
Au course de cette ceremonic, s'adressant aux
e16ves de 1'Ecolc, le ministry des Forces armies
a ddfini leur r6le et indiqud les grands principles
auxquels ils doivent rester fiddles; et ensuite an
directeur de l'Ecole, il a dcclar6 :
< Ainsi, 1'Ecole Militaire Interarmes, qui don-
nera au Vietnam une Mlite de jeunes officers,
nous apparait ddjA comme un example parfait
de cette collaboration confiante et efficace qui
doit, avec.l'aide mathrielle des Etats-Unis d'Am6-








rique, nous permicltre de former rapidcmcn unlike
puissante a rmee national.
< Je suis persuade, mon colonel, quc nos cli-
vcs officials recevront ici la formation morale
et l'instruction technique qui front d'eux les
chefs don't notre pays a besoin, en ces jours
difficiles, pour repousser la menace de la tyran-
nic commi niste et ramener la paix sur son
sol. >
Les allocutions que prononcerent ensuite Ic
prIsident Trin Van Huu et S. M. Bao-Dai ap-
puybrent a.:ec nctett les declarations du mi-
nistre des Forces Armises.


L'oeuvre de reconstruction au Vietnam

Le President Tran Van Huu a visit, le 16 no-
vembre, lc installations de la region Saigon-
Cholon, ac(ompagn6 de nombreuses personna-
lit6s vietnainiennes et du Dr Jossinct, chef du
Service d'FygiLne, et du haut personnel de la
region Saig:)n-Cholon.
Le chef lu gouvernement s'est vu presenter
les dernicr,; travaux entrepris pour le bien-6tre
et l'habitat de la population vietnamienne de la
region, ain;i que toutes les installations dEjai
existantes.
C'est ain i que le president du gouvernement
s'est longumnent et particulibrement interess6
aux dcoles de la pagode de Nam Chon, de la Fon-
dation Eyriaud des Vergnes et des cadres de la
Police du Sud-Vietnam, ainsi qu'aux grands tra-
Waux entrel)ris : management d'une installa-
tion d'assainissement des caux de la ville, dis-
pensaires n 6dicaux, et logements modernes des-
Itinds a ab iter les fonctionnaires des services
administratifs de la prefecture de Saigon-Cho-
ion, nouvenux hIatiments du march de Saigon
remplacant ceux qui avaient tcd incendies le
19 mars 1950, ct aux installations rdeemment
achevdes pcur abriter le personnel de la region.
500 logen cents seront louds ih hon march aux
habitants, ei: la region se trouvera ainsi, au bout
de 5 a 10 ais, h la t6te d'un credit hypoth6caire
de 25 t 30 millions susceptible de permettre de
plus grandcs enterprises.
La visit du prIsident Trin Van Huu s'est
termin6e pir l'inauguration d'un dispensaire
medical et ile la cantine des ateliers regionaux.


Deplacements de personnalit6s

Mgr L IHuu Tu, 6v(que de Phat Diem, et
Mgr Pham Ngoc Chi, 6dvque de But Chu, de
detour de R )me et Paris, oil ils ont Wt6 recus par
Sa Saintet Pie XII et par le Prdsident Rend Plc-


ven, se sont rcndus ia Dalal et onl rendu vis
S. M. Bao-Dai.
C'est la premiere fois que Mgr LU Huu
rencontre S. M. Bao-Dai, depuis le retour du sot
iverain au Vietnam.


Cambodge

Au Conscil des Ministres du 7 novembre,
S. E. Chheam Vain a rcndu compete de sa mis-
sion h la conference du Commonwealth.
II a pricis6 que le plan du Commonwealth de
d6veloppement economique du sud-est asiatique
envisage en particulier la coordination des plans,
de six ans relatifs au d6veloppement dcono-
mique des pays de cette region, ainsi que les
modes de financement de ces plans.
Le gouvernemeni royal envisage l'adhesion du
Cambodge au plan de d6veloppement economi-
que, ainsi qu'au Conseil technique de Colombo.
La delegation cambodgienne a la reunion
du comity d'experts des transports intdrieurs de
i'E. C. A. F. E., dirigee par S. E. Sonn Voeunsai,
ininistre de la D6fense Nationale, est rentr6 h
Phnom-Penh le 3 novembre.
La delegation a particip6 activement aux tra-
vaux de la conference qui ont about A 1'adop-
tion de resolutions concernant la creation d'un
comity des transports interieurs de 1'E.C.A.F.E.
et cell d'une association des chemins de fer de
1'Asic et de l'Extr-nie-Orient.
-- Le 8 novemblre a dt6 ddcr6td jour f6ri6 par
Ic gouvernement eamnbodgien, en commemora-
lion de I'anniversaire du trait6 franco-khmer
sign' en 1949. I)ivcrses (dreinonies out marqud
ctcte journ6e.
-- Les gouverneurs de province rdunis en con-
firencc le 16 novemlbre, i Phnom-Penh, sous la
presidency du prince Monipong, out adopted une
motion demnandant au gouvernement d'interve-
nir auprLs des autorit6s franmcaises pour que
satisfaction soit accord(e aux connmandes d'ar-
iemment, afin que la population puisse etre
dotee (I movens pour sa defense contre les
rebelles.


Laos

Revcnant de son sdjour en France, S. M. Sisa-
vang Vong est arrivee le 1" novembre i Saigon,
oil Elle a 6t6 accueillie par M. Letourneau, le
Haut-Commissaire Pignon ct les repr6sentants
des Gouvcrncments laotien, cambodgien et viet-
namien.
Le roi est arrive i Vientiane le 6 novembre.







INFORMATIONS MILITAIRES


NORD-VIETNAM

L'activit6 militaire reste toujours concentr6e dans
le nord du Vietnam, bien qu'on n'ait pas A enregis-
trer dans cette region des operations aussi specta-
culaires que celles du mois pr6c6dent.
Dans le cadre du remaniement du dispositif dWfen-
sif, de nouvelles evacuations ont ete d6cidees pour
6viter aux postes isol6s la pression de 1'ennemi, et
permettre le regroupement de nos effectifs diss6mi-
nes.
Ainsi, A la pointe ouest de la fronti6re, Laokay a
Wt 6vacuee au debut de novembre. L'operation s'est
d6roul6e sans incident. L'6treinte du Vietminh qui
se resserrait autour du poste avait W6t continue par
une action tres vive de notre aviation ; et la garni-
son a pu, dans ces conditions, quitter la valley du
Fleuve Rouge pour rejoindre le pays Thai. Le mate-
riel lourd avait W6te vacuB par la voie a6rienne et
l'on avait d6truit ce qui n'avait pu etre emmene.
La garnison a atteint la capital du pays Thai,
LaichAu, apres environ une semaine de march A tra-
vers les montagnes avoisinantes, Cchappant compli-
tement i l'encerclement de I'ennemi.
Aprbs Laokay, le poste de Phong-Th6, situ6 iI
'10 km au Nord de Lai-ChAu, pris de la frontier, a
6t& 6vacu6e son tour, le 8 novembre.
A l'extr6mit6 ouest du delta, Hoa-Binh, centre du
pays Muong a 65 km au Sud-Ouest de Hanoi, ct
Hung-Hoa, A 80 km A I'ouest, out 6te ensuite cvacues,
le 10 novembre.
A l'extremite du nord-est de la frontiere, dans le
secteur de Moncay-TiMnyen, des attaques se sont pro-
duites centre les postes de couverture de ces deux
garnisons. Le poste de TAnmai A 30 km a l'ouest de
Moncay, qui a subi plusieurs attaques, a ete aban-
donn6 a l'ennemi le 23 novembre, puis repris le len-
demain avec la participation d'une colonne envoyec
en renfort. Par centre, le poste de Chuc Phai San a
6t6 d6finitivement 6vacu6 aprbs que les installations
nient Wt6 d6truites.
La population civil de Moncay a ete evacue6 des
le milieu du mois de novembre, mais la ville est
toujours tenue par nos troupes. Le post de Chu au
Nord-Est de Phu Lang Tlhuong a th 6,vacu6e Ic
18 novembre.
D'autre part, des infiltrations du Vietminh se sont
produites dans divers secteurs du delta, du c6t6 de
D6ng Trieu-Hongay et au Sud dans la region de
Namdinh-Hungy6n-Thaibinh.
Ces infiltrations ont provoqu une reaction de
notre part caracterisee par des operations de net-
toyage dans ces diff6rents secteurs. L'op6ration
entreprise dans la region de Thaibinh au milieu du
mois de novembre et qui s'est termin6e le 25, a Wtc
couronnee de succ6s, de mime que celle entreprise
A I'embouchure du Fleuve Rouge, i la mime date, et
qui avait pour but de nettoyer les miles de la Baie
d'Along qui abritaient les rebelles assurant la con-
trebande d'armes.
Le nettoyagc du massif de D6ng Trieu a aussi kt6
enlrepris dans le courant du mois, en meme temps


que s'operait le demontage du materiel de la Cen-
trale miniere qui a Wte repli6 sur Haiphong.
En meme temps que se d6roulaient ces operations,
notre aviation a fait preuve d'une activity intense,
effectuant de frequents bombardments contre les
rassemblements de troupes Vict-Minh et surtout con-
tre les positions frontalieres que nous ]eur avions
abandonnees le long de la R.C.4, notamment Cao-
bang, D6ng-Khi, Langson.
Les partisans du vietminh ont d'autre part entre-
pris une vive activity de harcelement et de sabotages
des voices de communication, notamment entire Hai-
phong et Hanoi. Dans cette derniere ville, la police
vietnamienne s'est, de son c6t6, montrec fort active
et a proc6de a de nombreuses arrestations d'agents
du Viet-Minh.

CENTRE-VIETNAM

Dans le Centre-Vietnam, I'effort franco-vietnamien
s'est surtout portL sur la r6fection de vo.es de com-
munication sabotees par l'ennemi. Dans le secteur de
Tourane, une baisse sensible des eaux survenue au
debut du mois a permis la reprise des travaux de
reparation de la voie reliant Hue A Tourane. Aux
environs de cette ville, l'aviation a pris a parties des
colonnes enemies, le 11 novembre. A la mCme date,
16 sampans transportant des rebelles arms ont et
coul6s au large des c6tes par la Marine.
Au Sud, deux embuscades tendues pr6s de Nha-
trang dans la region montagneuse de Dong Bo, par
un commando franco-vietnamien, a permits d'infliger
de lourdes pertes aux rebelles.
Une operation contre les rebelles, au Sud de Phan-
Thi6t, entreprise le 14 novembre, leur a cotft6 5 tu6s
et 20 prisonniers. Par contre au course d'un accro-
chage s6rieux qui s'est produit dans la mime region,
le 24 novembre, un group franco-vietnamien a eu
6 tues et 16 bless6s.
D'autre part, une certain activity s'esi manifested
dans les hauts plateaux. Dans la region de Kontum,
des partisans Rhis ont d6clench6 quelques actions
locales qui leur ont permis de s'emparer d'armes
appartenant au Vietminh et de leur infliger des per-
tes s6rieuses.

SuD-VIETNAM

Dans le Sud-Vietnam, la situation a 0t6 caract6ri-
se, de notre cot6, par des operations de nettoyage
et une grande activity de l'aviation, et, du co6t
adverse, par des actions terrorists.
Les operations de nettoyage les plus importantes
ont 6t6 entreprises dans la region de Bintre, au
debut du mois ; dans le secteur de Bi~n Hoa, au
milieu du mois ; et dans la region de Baria, du 15 au
20 novembre. Les deux dernieres operations,
appuy6es par l'aviation, ont 6t6 des plus fructueu-
ses: elles ont permis la recuperation de plusieurs
camps et usines d'armement et de materiel militaire
d ivers,








Le 25 novembre, nous avons commence d'autres
operations analogues centre les iles de Mocay qui
servaient de refuge aux rcbelles.
Pendant ce temps, notre aviation a bombard des
installations cnnemies au N.-O. de Ben Cat. Aupara-
vant, le 12 et Ic 23 novembre, nos avions ont bom-
bard6 des rassemblements de rebelles, pres de la
plantation de DAu Ti6ng et pres de Thu Dau M6t.
L'ennemi d: son c6t6 a tent6 l'attaque de nos pos-
tes isol6s daris divers secteurs. 11 s'est attaqu6 sans
succbs, le 12 novembre, aux tours de guet pres de
Vinh Long ; du 20 au 22, au poste de Rach Bap,
a 4'b kms au N.-O. de Saigon, qui a r6sist6 h6roique-
ment A tous les assauts jusqu'A l'arriv6e de renforts
qui ont oblige les assailants A se retire en laissant
des morts sur le terrain. Nos postes dans le secteur
de Lai Thi6u et celui de Soctrang ont et6 harcel6s
par 1'ennemi ;u course de la deuxieme quinzaine du
mois.
Les convois Saigon-L6c Ninh ont 0t6 attaqu6s plu-
sieurs fois au course de cette p6riode. Le 9 novembre,
le convoi a pTtss6 avec seulement deux blesses ; par
centre le 16 novembre, pres de B6n Cat, le convoi
attaqu6 par uole forte bande de plus de 1.500 hom-
mes, a eu 10 v6hicules incendi6s et 3 endommag6s ;
en plus 3 sol lats ont e6t tues et 10 autres blesses.
Les assailantt, se sont retires en laissant de nom-
breux morts, apres une intervention de notre avia-
tion.
CAMBODGE

Au Cambodge, ce sont surtout des operations loca-
les sans grande importance qui sont enregistr6es.
Au d6but du mois, des commandos ont engage un
court combat avec les rebelles A Srey Toyaung, dans
le secteur de Kandal. Les rebelles ont eu 2 morts
et des blesses qui ont W6t faits prisonniers, ils ont
en outre perdu une certain quantity d'armes 16gB-
res et des munitions qui ont W6t saisies par nos trou-
pes.
D'autre part, des operations de police ont Wte
entreprises pa>r les troupes franco-khm6res A la
limited de la firontibre du Vietnam.

LAOS

Au Laos, uie certain activity des rebelles est
enregistrde pendant cette p6riode, surtout dans le


secteur se trouvant au Nord de Luang Praban,
9 novembre, A une cinquantaine de kilometres
nord-est de la capital, .une bande de rebelles st
prise par nos troupes a laiss6 sur le terrain de nom
breux morts et des armes et munitions. Une autre
bande a W6t accroch6e au course d'une operation de
detail dans le secteur de Luang Prabang m6me, le
12 novembre.
Dans la region A l'ouest de Sam Neua, les parti-
sans Meo font preuve d'une grande activity, ayant
l'avantage de la connaissance parfaite du terrain, et
ont inflig6 des pertes appr6ciables aux rebelles au
course de frequents accrochages.








AFRIQUE OCCIDENTALE FRANCAISE


F6d&ation

Le budget 1951 vot6
par le Grand Conseil
de I'A.O.F.
E budget g6ndral
de I'A. O. F.,
adopt par c
Grand Conseil au
course de la session
qui s'est terminde It,
2 novembre, a 6td
vot6 par 10 voix con-
tre 7, en recettes et en d6penses a la some de
27.884 millions. Sur ce budget, le chapitre < Ris-
tournes et Subventions > repr6sente 6.431 mil-
lions de francs, rdpartis de la facon suivante :
Sdnigal : 1.450 millions ; C6te d'Ivoire : 1.010
millions ; Guinde : 672 millions ; Soudan : 727
millions; Dahomey : 630 millions; Haute-Volta:
613 millions ; Niger : ,607 millions ; Mauri-
tanie : 632 millions.
D'autre part, le budget F. I. D. E. S. pour I'an-
nde 1951 comprend 1.184.995.000 francs de
credits de paiements.
Les budgets annexes autonomes suivants out
&t6 6galement votes : Port de Commerce de Da-
kar : 238.319.000 francs; Port d'Abidjan : 136
millions 785.000 francs ; Conakry : 42.069.425
francs ; Ecole de M6decine et de Pharmacie :
49.667.074 francs.

Cette session budg6taire a 6t6 particulirement charge
puisque pres de 100 dossiers 6taient a 1'6eude. De ces affai-
res, une trentaine furent adress6es A la Delegation Perma-
nente qui doit en d6battre.
Outre la question des allocations scolaires qui a Bt6
l'objet de d6bats longs et parfois passionn6s, on peut citer
un certain nombre de decisions :
L'exemption des droits pervus A la Conservation Fon.
ci6re et A la Conservation des Hypothbques, sur les socie6
tes mixtes, a 6t6 approuv6c.
Divers amenagements ont 6t6 apport6s au regime des
taxes le transaction qui passent de 2 % a 2,50 %.
Le < Compte Cacao ; et le < compete caf6 > out et6
remanies. Le compete Cacao i> se trouve gratifi6 d'une
ristourne de 1/3 des liquidations effectu6es au titre des
droits de sortie. Pour le cafe, une 16gere diminution .des
droits de sortie a 6t6 approuv6e mais la ristourne reste
fix6e a un tiers.
Des modifications ont Wt6 apport6es h l'assiette des droits
sur les sacs d'emballage, sur les sacs de jute, sur les fils,
ficelles, cordages et tissus de jute.
Une autre modification a affect le droit de douane et
le droit fiscal d'importation sur les essences de p6trole.


Le Grand Conseil a adopt 6galement un texte rdduisant
le droit fiscal de sortie sur les huiles de karit6, et a 6tabli
un inip6t sur les ben6fices des organismes publics 4 carac-
tere industrial ou commercial. La R1gie des Chenins de
Fer notanunent, se trouve attcinte par ce text.
Deux vceux nouveaux out Bt6 adopts :
I'un demandant le r6tablissement numeriquc du
nombre initial de boursiers originaires de la Haute-Volta,
apres l'accident d'aviation de la ligne Alger-Bamako dans
lequel un certain nombre d'6tudiants trouverent la mort.
I'autrc insistent aupres de FAdministration pour que
dans chaque territoire, des logements soient affects, a tire
permanent, au personnel judiciaire.
Un peu plus tard, deux rejets ont 6t6 enregistr6s :
I'un concernant l'acquisition d'un immeuble a Rufis-
que pour le S.T.A.G.D.
l'autre interessant la representation du Grand Conseil
au sein du Conseil d'administration de la R6gie des Che-
pins de Fer de l'A.O.F.
Ind6pendamment des modifications aux tariffs postaux
qui, on le sait, seront augments vraisemblablement A
computerr du 1i janvier 1951 et du r6tablissement des droits
d'enregistrement sur les marches publics, le Grand Conseil
a d6cid6 encore que le contr6le des boursiers dans la
M6tropole serait assure par deux membres de l'Assembl6e.
MM. Maga Hubert (Dahomey) et Yameogo Maurice
(Haute-Volta), ont 6t6 d6sign6s pour cette mission.
Enfin plusieurs vceux ont et6 6mis et adopts, Parmi
ceux-ci, a signaler ceux demandant l'instauration rapide d'un
Code du Travail des T.O.M. ; r6clamant une advance de
30 millions pour terminer le terrain d'aviation de Niamey,
et sollicitant un abaissement des tarifs pour l'op6ration de
la circoncision effectu6e dans les 6tablissenents sanitaires.
A la demand de l'Administration, le prijet de decret
portant refonte de la r6glementation du K Credit Agricole
Mutuel > a 6t6 retire de l'ordre du jour.
Mais la plus important parties des travaux de l'Assem-
bl6e FBdBrale a &6t consacr6e a l'examen des budgets. L'en-
semble repr6sente une augmentation de l'ordre de 6 mil-
liards sur le budget de 1950. Cependant, pour permettre
de compare utilement les provisions de 1951 avec celles de
1'exercice pr6c6dent, on souligne de source autoris6e qu'il
convient de d6gager du Budget toutes les inscriptions qui
se balanccnt en recettes et en d6penses : magasin d'appro-
visionnement, exploitations industrielles, participation de
collectivit6s diverse (Etat, Territoire du Groupe, R6gie des
Chemins de Fer, etc...) a certaines d6penses du Gouverne-
ment G6n6ral, operations qui ne font que transiter par le
budget et don't le total atteint 4.903.199.000 pour la pre-
miere Section et 4.550.000.000 pour la deuxteme Section.
Deduction faite de ces sommes, le volume r6el du Bud-
get resort a 18.430.801.000 centre 13.643.992.022 en 1950,
soit une augmentation de 4.786.808.978.

Section ordinaire.

Le total du budget ordinaire rdel s'el6ve if
13.765.801.000, en augmentation de 3.792.235.978
'ur le chiffre correspondent de 1950 (9 milliards
973.565.022).








En recettes, cette augmentation porte notamment sur les
droits i l'enlr6e et i la sortie (2.317.500.000) la taxe sur
Ise transacti ns (1.048.000.000), lee recettes du Service des
Postes et Tilicommunications (171.050.000) et les rccettes
de Services Administratifs divers (115.064.000).
En depenscs, raccroissement des provisions affected sur-
tout les posts : Personnel, materiel, travaux (routes, ter-
rains d'aviation, lignes t6ligraphiques et tiliphoniques,
6quipement touristique, etc...) subtentions et ristournes aux
budgets locairx.

Section extraordinaire.
Les dotations de cette section se totalisent A 4.665.000,000
contre 3.670.427.000 en 1950, soit en plus 994.573.000.
Les travau, de construction int6ressant les Services du
Gouvernemer t G6enral s'ex6cutant, taut i Dakar que dans
les Territoires, s'~levent a 2.205.500.000.
Quant a ai participation du Budget G6neral au financc-
ment des trnvaux privus aux sections extraordinaires des
Budgets locaax, elle se chiffre A 2.066.000.000.


Ltes decisions du Grand Conseil

Au cours de la session qui vient de se~termi-
ner, le Grand Conseil de I'A. O. F. a adopt :
Un a management des droits sur les alcools,
portant ces droits au maximum autoris6 ;
Une augmentation de la taxe de transac-
tions la pcrtant de 2 i 2,50 %, ce qui represente
six cent millions de resources nouvelles ;
Le i tablissement des taxes d'enregistre-
ment sur les marches publics, sauf sur ceux qui
concernent le F. I. D. E. S.


Creation d'une Acad6mie de I'A.O.F.

Un d6cret, public le 29 novembre au Journal
Officiel, iporte creation d'une Academie d'Afri-
que Occidentale Frangaise, don't le resort
s'dtend A tous les territoires de la F6edration.
Son siege est fixed A Dakar.
Par decision du Conseil des Ministres, r6uni
le mdme jour et sur proposition conjointe du
ministry de l'Education Nationale et du ministry
de la France d'Outre-Mer, Guillaume Camer-
lynck, professeur a 1'Ecole Nationale de la
France d'Outre-Mer, a 6t6 nommn Recteur de la
Nouvelle Acad6mie.




Pour la premiere fois en Afrique Noire Fran-
caise, la possibilitM existe d'un enseigneinent
kupdrieur dans toutes les branches.

L'Institut des Hautes Etudes est entree dans la rraliti
des faits lor:nqu'il y a quelques jours, le Iaut-Commissaire
de la R1puLlique, le Recteur et de nombreuses autorites


f4derates assistaient au premier course donn6 dans It
de cet organisme nouveau.
En reprenant les terms de la decision du Conseil
Ministres consacrant cette realisation, cet 6tablissemen,
pour objet :
I'cnseignement du Droit, de la Medecine, des Sciences,
des Lettres et de la Pharmacie, suivant les riglements d'en-
seignemnent superieur en vigueur dans la metropole ;
la preparation aux certificates et dipl6mes d'Etat et
aux grades universitaires correspondent aux enseignements
organiss ;
la delivrance de certificates et dipl6mes propres ii
'Institut.
De ce fait, cet Institut comprend :
une Bcole sup6rieure de Droit ;
une ecole pr6paratoire de Medecine et de Pharmacie ;
une Ecole superieure des Sciences ;
une Ecole sup6rieure des Lettres ;
des Instituts rattachbs a ces Ecoles.
Rattache aux Universites de Paris et de Bordeaux, 1'Ins-
titut des Hautes Etudes possade la personnalit6 civil et
relieve directement de l'autorit6 du Directeur G&n6ral de
1'Instruction Publique en A.O.F. assist d'un Conseil de
'Institut.
Ce Conseil de 1'Institut est compose des diff6rents Di-
recteurs des Ecoles superieures (Droit, Medecine et Phar-
macie, Sciences, Lettres) ; du Directeur de 'I.F.A.N. et de
quatre membres d6signis, chaque annie, par arrWt6 du
Gouverneur G6enral.
Cette annie, M' Lamine Gueye ; MM. Senghor et Ha-
zoum6 et le m6decin general Le Rouzic celui-ci repr6-
sentant le Corps de Santi Militaire furent appeals a
faire parties du Conseil qui doit organiquement se reunir
au moins detux fois par an et a, notanunent, dans ses
attributions, I'adoption du budget.
Malgre les difficult6s inh6rentes i toute creation lnou-
velle, une centaine d'6tudiants ont pu, dis la semaine der-
niiere, commencer leurs eludes supirieures.
A I'Ecole des Sciences, dix-neuf se sont inscrits au P.C.B.
et cinq au S.P.C.N. tandis que huit autres s'inscrivaient
au M.P.C. Trois Maitres de Facultis dirigent leurs travaux.
A I'Ecole de Droit, oh 1'enseignement est, notamment
assure par trois agr6ges, cinquante et un Blves sont ins-
crits en premiere, et seize en deuxisme ann6e.
A 1'Ecole de MBdecine, sous 1'6gide de deux agr6g6s de
M6decine et de Clirurgie, et avec le concours de profes-
seurs de 1'Ecole Africaine de Medecine et de Pharmacic,
quatorze jeunes gens out commence lcurs course.
Enfin, h 1'Ecole de Lettres, pr6parant, cette annee, au
Certificat prop6deutique d'Etudes Litteraires g6nerales sous
la conduite de quatre agr6ges, don't un membre de
1'I.FA.N., douze itudiants sont rassembl6s.
L'Institut des Hautes Etudes a un regime d'itudes, des
programmes et des conditions d'attribution de certificates
et dipl6mes exactciment semblables h ceux qui sont en
vigueur dans la metropole ; les 6tudiants sent soumis alx
mnmes reglements que les etudiants des Universit6s de la
mietropole.
Enfin, les jurys tics cxamens sont presides par dcs pro-
fesseurs titulaires de Facult6s, des Universit6s de Bordeaux
on de Paris, qui sont les organismes de tutelle du novel
Institute.
Ainsi, dorinavant, en Afrique Noire, coumme en Tunisie,
ou an Maroc, pour ne citer que les plus r6centes instal-

35


9






nations, le cycle est complete : primaire, secondaire et sup6-
rieur, et I'enseignement qui y est dispense est le mbme que
celui qui est donned dans la m6tropole.


Les stations du Quinquina
en Afrique Occidentale Francaise
La production de la quinine, me4icament arn-
timalarique de base, 6tait, jusqu'A la dernicre
gu6rre, centralisde entire les mains des Hollan-
dais, sp6cialistes de la culture du quinquina
dans leurs territoires d'Indon6sie. Les conditions
difficiles de l'importation dues h la guerre ont
fait apparaitre la necessit6 de faire face sur
place a ce besoin, que l'on pout chiffrer a quinze
ou vingt tonnes pour une prophylaxie anti-mala-
rique 6tendue a tous les habitants de l'Afrique
Occidentale Francaise.
I1 entrait done dans le cadre des r6alisations
sociales de la France dans ces Territoires de
cr6er une exploitation des quinines. Les premie-
res introductions faites depuis 1932, en C6te
d'Ivoire et en Guin6e, permettaient d'affirmer
que la culture pouvait etre entreprise dans cer-
taines regions.
Pour passer sur le plan des r6alisations pra-
tiques, il fallait approfondir les recherches sur
les conditions climatiques et p6dologiques -
du milieu, sur les varidtes adapties et les m6tho-
des culturales h leur appliquer.
L'arr&t6 du 4 octobre 1944 sp(cialisa et limita
l'activit6 des stations de S6rddou-Man h la seule
exploitation du quinquina. Un programme quin-
quennal prdvoyait la realisation de 340 hectares.
En fin d'annde 1945, 63 hectares 6taient dd-
brousd6s dans le Ziama ; 41 6taient plants. Une
pepiniere Rtait crd6e.
En 1946, la crise de main-d'oeuvre devenant
aigu6, les stations de Ser6dou et Man rtaient
obliges de se limiter A l'entretien des planta-
tions et devaient renoncer a la creation d'une
pdpiniere d'un million de sujets.
Le Gouvernemnent G6ndral, tenant compete de
ces difficulties, fixa, en 1947, un programme dd-
cennal de 400 hectares : 320 hectares A Ser6dou,
80 A Man.
En 1948, la route du Quinquina, reliant la
station de plain aux posts d'altitude, etait dd-
terminde. En quinze mois, plus de vingt kilo-
mLbtres avaient 6td ouverts grAce aux pionniers
dte la 2 portion et mis h la disposition de la
station de S(r6dou do juin 1947 l fin sep-
tembre 1948.
Realise enti(rement par le seul service de
J'Agriculture, eel ouvrage facilitait grandemeni


1'approvisionnement, supprimant tout le pinible
portage a tote d'homme.
Au d6but de 1949, soixante hectares 6taient
plants a S6redou et vingt hectares f Man. Pen-
dant loute cette periode, au fur et a mlesure de
la croissance des arbres, les conditions techni-
ques d'exploitation 6taicnt pr6cisces ct. des ana-
lyses de contr6le effctudes.
Les r6sultats montrent que la v6g6tation est
au moins aussi rapid que dans les meilleures
plantations du Cameroun ct que la richesse en
quinine est satisfaisante.
Les stations du quinquina aboutissenl, aujour-
d'hui, A l'ensemble suivant :
Des campements ct villages ont 6td cr66s,
don't le plus important est h 1.100 mbtres d'alti-
tude.
Un dispensaire central existed avec des infir-
meries anexes sur les postes d'altitude.
Des ateliers, des hangars, des habitations pour
les cadres et des magasins f denrees ont Wte
construits.
La station, A certaines 6poques d'affluence,
a di pourvoir a 1'entretien d'un effectif de 2.200
personnel (travailleurs et families). Aussi, un
economat et une annexe vendent a bas prix les
objets et tissus n6cessaires aux travallleurs.
Un grand bAtiment pour laboratoires et bu-
reaux sera achev6 A la fin de 1'annde.
Enfin, la route et un barrage au poste 5 pour
l'irrigation de quatre hectares de p6pinieres sont
I'oeuvre de la station.
Les plantations comprendront : A S6ridou,
vingt hectares d'hybrides et Succirubra et pros
de quatre-vingts hectares de Lesgeriana; h Man,
pris de quarante hectares.
L'exploitation des plantations effectudes de
1940 h 1945 commencera en 1951. Environ
50 tonnes d'6corces pourront 6tre trait(es sur
place, don't 30 A Man.


Visites de courtoisie de la Marine Britannique
Le vice-amiral Packer, commandant la
<< South Atlantic Station >, est arrivY h Dakar,
venant d'Accra par avion. Le vice-amiral, qui
vient de prendre possession de ses nouvelles
functions, rend des visits de courtoisie A
M. Paul B3chard, Haut-Commissaire de la.R4pu-
blique ; au general Astier de Villatte, comman-
dant inter-armes, et au contre-amiral Graziani,
commandant de la Marine en A. O. F.
D'autre part, les croiseurs de la < Home
Fleet >, << Swift-Sure > el < Cleopatra >, apres
une visible de courloisie de quelques jours a
Dl)akar, ont appareill pour Gibraltar.







Inauguration de I'nstitut
des Hautes Etudes de Dakar

L'Institui des Hautes Etudes de Dakar a dit
inaugure, hier soir, par un course donn6 i l'Ecole
pr6paratoire de M6decine et de pharmacie, et qui
a Wtd l'occ:ision d'une manifestation A laquelle
assistant M. Bcdhard, Haut-Commissaire de
France, et de nombreuses personnalitcs.
M. B6chtird a indiquC, dans une allocution,
l'importanci d'une telle creation, les difficule6s
rencontr6es avant d'y parvenir et l'espoir
qu'elles reprEsentent pour toute 1'Afrique Noire.


Un nouvel hebdomadaire a Dakar
Un nouvel hebdomadaire Cette Semaine, a
public son premier num6ro a Dakar. Cette publi-
cation traiiera essentiellement des problrmes
6conomiques et financiers mondiaux et de leur
incidence cii A. O. F.


R6union du Comite pour la coordination
scientilique dans les Territoires au Sud
du Sahara -.

M. Thdodore Monod, directeur de l'Institut
francais d'Afrique Noire, a quitt6 Dakar pour
Nairobi, oil il doit participer aux travaux du
Comite pour la coordination scientifique des Ter-
ritoires au 'ud du Sahara. Des ddliguds anglais,
belges, portuigais et d'Afrique du Sud suivront,
dgalement, ,'es assises.


Sdnegal

Pour la prochaine champagne des Arachides
au Sdn6gal

Une reunion de toutes les Coop6ratives agri-
coles du S&rlgal vient de se tenir A Saint-Louis.
Plus de deun cents ddleguds assistaient a cette
reunion, i laquelle participant une representation
du Conseil Cendral.
La seance inaugural a 'td pr6sidde par le
Gouverneur Wiltord, qui, dans une allocution a
brievement retrace le d6veloppement constant
des cooperatives au Senegal, ce qui a necessit6 la
creation d'une inspection don't les activists se
d6veloppent tous les jours.
Un large (lebat s'est ouvert sur les conditions
de la prochaine champagne d'arachides et les
modalitis du financement envisage pour les
cooperatives. '


Les huiliers out fait des propositions de
trat, propositions sur lesquelles se sont engage
les premieres discussions.


Soudan

Au Conseil General

Rduni, une premiere fois, le 30 octobre, le
Conseil Gnd6ral du Soudan a recu le Gouver-
neur Louveau, chef du Territoire.
Avant de d6clarer la session budg6taire
ouverte, le Gouverneur a fait un discours au
course duquel il a expos la situation politique
administrative, social et dconomique du Terri-
toire. II a insisted, notamment, sur le problime de
l'habitat qui se pose, cette annde, avec acuit6 et
a fait ressortir les realisations effectudes dans
ce domaine ct la tache restant encore h accom-
plir en ce qui concern les problimes dconomi-
ques. II a ddclar6 que la question primordial
pour le Soudan 6tait de proc6der A l'industriali-
sation des products locaux en particulier
karitd, riz et viandes industrielles pour en
faire des products riches susceptibles d'etre
exports.
Parlant du project de budget soumis A l'Assem-
blWe, il a ddclard lIu'un grave dilemme dtait
pose : oil accroitre les recettes par l'augmenta-
tion des impots, ou rdduire le train de vie du
tcrritoire. I1 a ajout6 que le choix etait redouta-
ble et que le budget lprsentd, sans sacrifier
l'essentiel du programme d'dquipement, portrait
suppression des d6penses qui ne sont pas stric-
tement indispensable.


Vers une modernisation de I'habitat soudanais

Au Soudan francais, le banco traditionnel-
lement utilis6 par la population confire un
aspect original aux agglomira[ions. Des mos-
qudes come celle de Djcnne peuvent mime
donner une illusion de durde. I1 i'emnpche qu'en
general le banco nest plus support que come
un pis-aller don't seules des considerations p6cu-
niaires interdisent de se libdrer.
L'Africain evoluE se tourne volontiers vers la construc-
tion en dur, aspirant i traduire son evolution social par
une habitation moderne a l'europienne, dut-il pour cela
consentir pendant quelques ann1es les sacrifices indispen-
sables.
Mais, pour la plupart des Africains, la question de 1'ha-
bitat resterait insoluble, ctant donned Ic cofit des matEriaux
de construction (aggrav6 au Soudan par des tarifs ferro-
viaires), si un soutien efficace n'6tait mis a leur port(e de


I







la part d'un organisme public susceptible de faire des
avances A long terme A un taux d'intirst reduit.
En attendant la creation de viritables Sociitis immobi-
lieres don't la formule restait i determiner, un arritt du
Gouvernement General en date du 3 f6vrier 1949 avait
institu6 au Soudan, come dans chaque territoire de
1'A.O.F. une section de I'Office des Habitations Economi-
ques qui existait A Dakar depuis 1926, mais qui n'avait
dtploy6 jusque IA qu'une activity tris restreinte, limited
i Dakar et i sa banlieue.
Au Soudan, le Conseil d'administration de la section
locale, riuni des le 31 mai 1949, avait immidiatement itu-
die et mis en concours un devis programme de construc-
tion pour une premiere tranche de dix habitations afri-
caines i Bamako. Commences le 26 janvier 1950, sur un
terrain domanial acquis par l'Office A la hauteur du Champ
de Courses, ces maisons sont aujourd'hui en course d'achli-
vement. Elles comprennent trois pieces et dependances et
presentent toutes lea commoditis d6sirables (verada, instal-
lations ilectrique et sanitaire). Chacune de ces maisons est
englobee dans un lot de terrain de 50 metres sur 30, qui
sera immatricul6 au nom du proprietaire d6finitif de l'ha-
bitation. Le bitumage de la route de Kouliboro, prolong
jusqu'i I'entrie dn Champ de Courses, facilitera leur liai-
son avec le centre de la ville.
Au Soudan FranCais, le, banco traditionnellement utilis6
par la population conftre un aspect original aux agglome-
rations. Des mosques comme celle de Djenne peuvent
mime donner une illusion de durre. I1 n'emptche qu'en
general le banco n'est plus support que come un pis aller
don't seules des considerations p6cuniaircs interdisent de
se liberer.
Bien que le prix de la location-vente corresponde A des
mensualites relativement Blevces, toutes ces habitations ont
6t, revenues.
En mmme temps, la section soudanaise de 1'Office a 4ti
saisie d'un grand nombre de demands de prtts de la part
des particuliers d6sireux de bitir sur le terrain don't le
permis d'occuper leur avait 6te delivr6. L'affluence de ces
demands avait conduit le Conseil d'administration de la
Section locale A rechercher attentivement des miodles d'ha-
bitations repondant aux besoins exprimes par la majority,
pour un prix de revient aussi bas que possible.
Plusieurs types ont it6 ainsi retenus don't I'un aseez
repandu actuellement consist en une maison de cinq pieces
(4 chambres et living-room), toilette, cuisine et veranda de
13 metres, couverture en t6les galvanistes sur plafonnage en
isorel, le devis se chiffrant i 1.053.800 francs.
L'activit6 de I'Office au Soudan a depassA le cadre de
Bamako et, d'ores et djit, des habitations sont prevues i
Kayes, et leur construction sera entreprise incessamment. II
s'agit la d'habitations de quatre pieces et d6pendances revc-
nant chacune i 1.600.000 francs.
La Section Locale de l'Office des Habitations Economi-
ques est appel6e i disparaitre. En effet un novel orga-
nisme, la < Sociit6 Immobilihre d'Economie Mixte du Sou-
dan Francais > vient d'8tre crie. Son capital s',livera A
40.000.000 de francs C.F.A. Ce capital sera fourni comme
suit : 10 millions par le Budget GinBral, 10 millions par
le Budget local, 10 millions par la Caisse Centrale de la
F.O.M., 10 millions par souscription des particuliers.
La Societt ImmobiliBre du Soudan sera appelee A jouer
un r6le beaucoup plus important que celui joun jusqu'alors
par la section locale des Habitations Economiques.


Notons encore qu'en dehors de ce cadre particulier, mais
dans celui de la modernisation de I'Habitat, un autre type
particuli6rement avantageux de logements africains a 6t6
mis au point et r6alis6 a Bamako. II s'agit d'un logement
de trois pieces d'une surface couverte de 12 m. X 16 avec
veranda sur le devant. L'ensemble revient actuellement t
398.000 francs C.F.A. Six bitiments de ce genre sont dtji
achev6s, une vingtaine d'autres sont en ours de construc-
tion et seront terminus au debut de 1951.



C6te d'Ivoire


Le Gouverneur P6choux ouvre la second session
du Conseil General de la C6te d'lvoire

En la < Maison du Combattant > d'Abidjan, le
Gouverneur Pechoux a ouvert, le 31 octobre,
avec le c6remonial habituel, la second session
du Conseil General de la C6te d'Ivoire.
II a soulign6, brossant un tableau de 1'Ncono-
mie du Territoire, que, tout d'abord, ]a produc-
tion est en constant progression. Celle du cacao
a d6passe cinquante-cinq mille tonnes au course
des neuf premiers mois de l'annee.
54.324 tonnes de cafl ont Rt6 contingentees,
alors que, pour toute l'ann6e prdecdente,
53.627 tonnes seulement avaient Wte enre-
gistr6es.
II cite encore d'autrcs chiffres concernant la
production de la CQte d'Ivoire : 85.000 tonnes
de bois exportables ; 2.500 tonnes de bananes.
En neuf mois, les recettes douaniires ont
atteint le chiffre de 2.759.000.000 de francs,
d6passant de 444.000.000 les recettes totals de
I'annde precedente.
En ce qui concern la circulation fiduciaire,
les exportations ont atteint, en 1949, la some
de 10.267.000.000 alors que les importations
s'elevaicnt seulement a 7.693.000.000, d'of un
exc~dent de 2.500.000.000 environ, qui font que
le group < C6te d'Ivoire-Haute-Volta z, pour la
premiere fois, avec 46 % de la circulation fidu-
ciaire de 1'A. O. F., depasse le group < Senigal-
'Soudan-Mauritanie >>.
L'un des principaux objectifs du budget 1951
est d'assumer la charge des d6penses sociales,
s'dlevant A environ un milliard, c'est-a-dire a
plus de 35 % du budget local.
Par ailleurs, le Gouverneur PBchoux a pro-
pose l'institution d'une taxe vicinale de vingt-
cinq francs, applicable A tous les assujettis, taxes
qui sera ristournee aux cireonscriptions pour
I'amelioration des routes secondaires.







Apres avair mis I'accent sur la measure de
haute justice que conwtitue 1'6galisation des pen-
sions de retraite des Anciens Combattants, le
Gouverneur a ddfini les trois pieces maitresses
#le 'organisation africaine : le code du Travail,
F'organisation des municipalities et le statut des
chefs indiganes.
1 Rappelant, notamment, l'ouverture, en juil-
let, six miis avant les provisions, du port
d'Abidjan, : entreprise fructueuse, illustration
magnifique de la cooperation franco-africaine, le
Gouverneur a conclu en exprimant sa confiance
dans l'avenir de la C6te d'Ivoire.


Guin6e

Les travaux des Conseils GOn6raux

La premii re stance de la session budg6taire
du Conseil (Gndral de la Guinee a 6tc ouverte, a
Conakry, en pr6ssence du Gouverneur 'Roland
Pr6 et du Secr6taire Gdndral.
Le Gouvcrneur a pr6sent6 un grand pro-
gramme soc al et a insist sur les effets bienfai-
sants du d&veloppement economique du terri-
toire. iI1 a d veloppe, ensuite, longucment, les
themes suivants : La Socidt6 rurale tradition-
nelle ; les populations d6tribalisdes des villes et
le r6le des cadres.

La < MHaison du Combattant > de la Guinee
est inaugur6e

A l'occasion des fttes commemoratives du
11 novembrc, M. Roland Pre, Gouverneur de la
Guinee Fran:aise, a remis, en m&me temps qu'il
proc-dai i a son inauguration, la i< Maison du
Combattant :> i la disposition des Anciens Com-
battants de Conakry.
Le Gouverneur a soulign6, devant une nom-
breuse assistance, I'appui important de la m6tro-
pole pour la rdalisation du project.
M. Papa Seck Douta, Prdsident de l'Associa-
tion fiddrale des Anciens Combattants, venu de
Dakar, a remerciW au nom des Anciens Com-
battants.
Le batiment comprend un 6tage, le rez-de-
chaussee Clant r6serv6 principalement au
Bureau mililaire, tandis que l'6tage comprend
une grande salle de reunions largement vitrde
et les bureaux de l'Association. Deux logements
de passage seront tenus A la disposition des
Anciens Combattants en d6placement h Co-
nakry.


Pour un d6veloppoment du Pont A6rien
de Conakry

Un appel d'offres a tel lance pour la cons-
truction d'une piste utilisable par les appareils
gros transports tandis que les plans d'une abro-
gare sont, actuellement, A 1'dtude. Ces travaux
s'averent n6cessaircs a la suite du dUveloppe-
ment continue du traffic aErien en Guin6e.
Pendant les neuf premiers mois de l'ann6e,
1'aerodrome. de Conakry a vu 1'embarquement
ou le transit de 8.591 passagers avec
169.116 kilos de bagages et plus de 170.000 kilos
de fret. Pour le seul courier, vingt-sept mille
'kilos sont arrives on parlis par voie aerienne.
La cadence acluelle do la frIquentation de
l'afrodrome est de l'ordre d'une cinquantaine
d'appareils par mois.


L'Electrification de Kankan

Les gros travaux d'clectrification de Knnkan,
don't l'importance n'atteindra pas moins de qua-
rante a cinquante millions de francs, sont com-
miencs. Ils seront, vraisemblablement, terminus
courant 1951 et la mise en service du r6seau est
prCvue pour le deuxikme scmestre.
La future central Mlectrique de Kankan sera
equipde de trois groups 6lectrogcnes de cha-
cun 170 CV.


Accroissement de puissance de I'usine 6lectrique
de Conakry

Deux nouveaux groups fonctionnent, d6sor-
mais, a la Centrale Eleclrique de Conakry, per-
mettant une alimentation de 680 Kws centre
610 pr6c6demment.
Deux autres groups, de chacun 400 Kwh,
sont actuellement en course de montage. Ils
viendront compl6ter, dans six mois environ, les
deux qui ont Wte mis en fonctionnement en octo-
bre 1949.


Creation d'une cantine populaire b Conakry
Une cantine populaire, due a 1'initiative de
l'Association des Femmes de l'Union Francaise
(Section de Guinde), a d16 mise en service a
Conakry.
Elle a pour objet de permettre aux ouvriers
du port de trouver, au course de leur journ6e de
travail, une nourriture suffisante et convenable.
Cent repas out dt6 servis le premier jour.






Niger
Conference des Commandants de Cercles
du Niger a Niamey
Les Commandants des differents Cercles du
Niger se sont r6unis A Niamey, en conference,
sous la pr6sidence du Gouverneur Toby.
Apris que le chef du Territoire edt fait un
tour d'horizon de la situation politique et 6co-
nomique du Niger, furent 6tudiees un grand
nombre de questions particulibres, objet des
preoccupations actuelles de 1'Administration
locale :


igime foncier, nouvelle r6glementation
sur l'dtat civil, situation des anciens militaires,
Budget de 1951 et taux des imp6ts, taxe de
Cercle et plans de champagne de travaux, g6nie
rural, hydraulique et routes d'exportation du
bdtail, organisation de la traite des arachides.
Les Presidents des sections & Niger-Ouest > et
< Niger-Est 3 de la Chambre de Commerce
s'associbrent aux Commandants de Cercle pour
6tudier I'organisation de la prochaine traite des
arachides don't la production est escomptde est,
cette ann6e, de trente a trente-cinq mille tonnes
d6cortiqudes.


40












I- ii


Le G6n6ral BOYER DE LA TOUR DU MOULIN, nouveau Commissaire de la R6publique dans le
Nord Viet-N'am et Commandant en chef au Tonkin, arrive A Hanoi le 22 novembre pour occuper
ses nouvelles functions.


1' 4
i3i













M. LETOURNEAU dhcore uci bleus6 do Caobong '*,+.,
au course do son idjour on Indochina. ._ ,i'.
." 'I'







,, ^^

.'~; ,, ....*^;^
-i '-. : "

_:..o. ,;
l :.: ~. "` ;,. :



..... ,',-- .. t-Trv T, -. ; .


1 .


;. y .






i
I '
1=


t4


t


Deux navires au sec sur le Dry Dock de Papeete.


Le nouveau batiment de I'lnstitut de Recherches a Papeete.


ii~i








































Djibouti (Photographie oblique).


Rufisque photographice verticale.







































Fetes du Bi-Centenaire du rattachement de Sainte-Marie a la France. Le << Compiegne >, des
Messageries Maritimes, en rade de I'l16t Madame (Sainte-Marie).


FStes du Bi-centenaire du rattachement de Sainte-Marie a la France. Jeunes files costumes
comme a I'6poque de la Reine Betti au XVIII' siIcle, renouvelant I'acte de donation de leur pays
au Gouvernement frangais.







AFRIQUE EQUATORIALE FRANCHISE


F6deration


Au Grand Conseil

Vue d'ensemble
sur I'A.E.F.

V OICI les passa-
ges essentiels
du discours
prononce, le 30 octo-
bre dernier, par M.
Cornut-Gentille, Haut
Commissaire de la
Rlpubliqui devant le Grand Conseil de I'A.E.F.,
A l'occasion de la stance d'ouverture de la ses-
sion budg taire :

S'il faut determiner le sort d'un pays sur le plan du seul
examen compitable de sa situation financirre, A coup sfir
la position de l'Afrique Equatoriale rejoignant, en cela,
il est vrai, le cas de nombreux territoires it travers le
monde est faible.
S'il faut, ao contraire, apprecier une grande collectivit&
sur le vu d'aspirations et de possibility s qui r6pondent seu-
lement aux petitions de principle de la nation franqaise
dans son ideal de libertis politiques, dans la promesse de
d6veloppement solennellement faite A ses Territoires d'Ou-
tre-Mer, alors, la position de l'Afrique Equatoriale est sin-
guliurement firte.
Voici un immense pays qui, il y a quelques annies seu.
element, vivait k I'Acart, dot6 d'une economie plus que rudi-
mentaire ; seuls, quelques pionniers admirable s'y don-
naient corps et Aime, tandis que quelques rares Africains,
exceptionnellement dou6s, s'y elevaient au-dessus du com-
mun.


La < crise de croissance >> de I'A. E. F.

Depuis, un retirement total s'est accompli passant du
Moyen-Age au: Temps modernes, I'Afrique Equatoriale a
entrepris, peut-Stre trop brutalement, trAs certainement sans
assez de transition, parce qu'elle le veut, mais aussi, parce
que la France lui a donned les premieres et promise les
seconds, d'asscoir des institutions neuves, de promouvoir
des richesses ..itentes.
A cette nouvlle phase, correspondent, enfin, la naissance
d'un espoir collectif, la possibility d'un avenir mais, aussi-
t6t, surgissent les consequences difficiles du desequilibre
entire les besoins et les moyens, de 1'absence de concor-
dance entire let efforts et les r6sultats. L'Afriquc Equato-
riale connait, imaintenant les affres de la plaic d'argent.
A l'heure oil nous nous trouvons rdunis afin de fixer
notre programme budg6taire de l'annme a venir, il con.
vient de nous arrkter sur ces constatations gendrales pour
en tirer conclu. ion :
Posant en principle intangible que 1'Afrique Equatoriale
doit poursuivre, avec fernete, une politiquc ie ddveloppe-


ment qui lui a W6t promise et sans lequel il n'y aurait pi
d'espoir d'avenir pour elle, mais qu'ele doit, dans le
m6me temps, proportionner ses ambitions a des inoyens
qui ne peuvent Atre ni illimitis ni inconditionnis, ii nous
faut, apres ces dernieres annees de d6marrage, pescr et
mesurer A nouveau notre action i vrai dire pour la
rajuster dans le double secteur d6termin6 l'an dernier,
en dbcomposant Budget d'entretien et Budget d'6quipe-
ment...


Principe de la politiqiie financiere.

Bien que chacun soit de bonne foi et que les intentions
soient pures, ii faut bien que nous gardions toujours A
l'esprit qu'il doit y avoir une relation constant centre
I'accroissement des depenses et colui des recettes.
L'Assembl6e du Grand Conseil ne peut pas promouvoir
de raformes fiscalfs, diminuer les imp6ts, supprimer des
texes toutes dispositions g6ndratrices, dans l'imm6diat,
de diminution de recettes ct, dans le ni~me temps, aug-
menter les subventions, faire face aux d6penses qu'exige
I'6toffement des Administrations en personnel nouveau, aux
charges qu'impose la realisation d'un habitat suffisant, aux
credits que r6clame l'extension de plans de champagne mi-
nima, aux resssources que demanded imperativement l'lva-
tion social du pays.
L'examen, meme superficiel, de nos Budgets territoriaux
ou f6edral prove que la concordance entire les moyens et
les besoins n'est pas surveillee d'asscz pres et qu'il faut
redresser la situation par des compressions indispensables.
Si, dans l'int6rAt mime de la poursuite de notre effort,
nous devons nous garder, comme de la peste, d'une poli-
tique prolong6e de facility qui alourdirait notre Budget
d'une facon qui ne manquerait pas d'6tre censure avec
severit6, il faut constatcr, aussi, que certain chapitres se
trouvent greves soudainement de dettes contractees au course
des annees 1945-1949, dettes que nous avons vis-A-vis de
1'Etat et qualifies de d(penses de transmission, don't il
nous faut assurer l'amortissement et que, par suite de la
lenteur des services metropolitains aussi bien que de notre
imprevoyance, nous avons laiss6, malheureusement, s'accu-
muler.
En sus de ces charges, il faut franichement marquer que
1'alourdissement de notre situation budg6taire a encore pour
cause un certain nombre de dispositions adopt6es par la
metropole, don't le bien-fond6 ne se dispute pas, mais don't
les consequences, vis-a-vis d'un pays a l'infrastructure nulle,
au potential economique encore mince, n'ont sans doute,
pas et6 suffisamment pesoes.
Nous sommes de ceux qui pensent que bon nombre de
r6formes dans les secteurs administratifs, financiers, judi-
ciaire, ont ete d'excellentes choses conformes a l'id6al, mais
qu'elles entrainent,-pour I'Afrique Equatoriale, de lourdes
obligations qui sont pen en rapport avce ses ressources im-
mediates propres.
... Le Budget de 1951 de la FBderation se caracterise par
certaines modifications de forme dans la presentation, une
contraction aussi serree que possible dans les d6penses, une
augmentation aussi minime que possible dans la fiscalit6...


45







La pratique des subventions aux budgets locaux.

Je crois, sincirement, que la conception meme qui pre-
side A l'Ntablissement des Budgets territoriaux doit 6tre
revisee et je souhaiterais qu'au course des d6bAts prochains,
votre Assembl6e se penchft sur le problme des subven-
tions du Budget general aux Budgets locaux.
Ne jugeriez-vous pas opportun, dans le principle, avan-
tageux dans la pratique, de reformer le systeme actuel, a
mon avis boiteux et dispendieux, qui consist a laisser A
la Fsedration le soin de s'assurer des resources qui doi-
vent 6tre, finalement, ristournees aux Territoires alors que,
precisiment, ces nimes resources pourraient fair partic
rigulijre du systsme fiscal territorial ?...

Perspectives economiques favorables.
Revisions des principles d'action, rcsserrcnmednt des moyens
pratiques, doivent stre les terms necessaires de notre
sagesse, mais cet examen severe d'une situation financiire,
au moins provisoirement compliquc, ne doit pas, non plus,
estomper les perspectives favorables de notre situation.
S'il convient de reconnaitre que la balance commercial
de l'Afrique Equatoriale reste d6ficitaire ce qui n'a rien
d'anormal dans un pays neuf il faut mettre aussi en
evidence que chacun des postes de cette balance accuse
un accroissenlent continue.
Entre les ann6es 1938 et 1949, la valeur des importations
a &et multiplied par le coefficient 38 et celle des expor-
tations par le coefficient 24, ce qui, compete tenu de l'avi-
lissement de la monnaie, dans la m6me p6riode, montre
l'6volution favorable de notre commerce exterieur.
II est int6ressant de souligner que les importations de
machines, d'outillage, de materiaux ct, en general, de ce
qui est consider comme des biens de production, benefi-
ciant d'un accroissement plus marque que les importations
de biens de consommation.
Les exportations de products forestiers rejoignent les
niveaux de 1938 et repr6sentent, pour les neuf premiers
nlois de 1950, une augmentation de Iuit A dix pour cent
sur la p6riode correspondante de 1949, notamment en ce
qui concern l'okoumni.
Dans bien des cas, les sorties de denrBes agricoles accu-
sent une nette progression.
De la comparison des statistiques de 1949 ct de 1950, il
resort que les tonnages exports en cacao et en cafe d6-
passent, au 30 septembre 1950, le total de 1949.
Le coton marque, igalement, un excident de l'ordre de
15 %, tandis que les sorties de sisal ont plus que double.
Dans le domaine minier, de nouvelles prospections sont
entreprises, tant par le Bureau Minier que par les exploi-
tants, ou mime par de nouveaux venus, et, Iien que les
resultats ne puissent apparaitre qu'a plus longue echeance,
l'espoir serieux d'un essor de la production miniere est
permis.
Ces divers facteurs constituent un faisceau de resultats
permettant d'accorder du credit 1'Afrique Equatoriale et
justifient mat6riellement la politique de grands travaux
definis par le plan d6cennal.-Mais il n'en est pas moins
vrai que, dans l'imm6diat, le d6veloppement constat6 des
activities productrices ne suit que de trop loin le rythme
des depenses publiques...
Les donn6es positives de notre iconomie doivent 8 re
pr6cisies, accentuies et devenir plus rapidement des r6ali-
tes acquises et stables. Or, sans mbconnaitre l'importance
des resources connues et escompties du sous-eol aefien, ii


faut adlmettre que nos principals activities demeurent
encore orient6es vers l'Agriculture, la Foret t 1'Elevage.
La production agricole pr6sente un interit essential car,
si elle comporte une large part exportable, elle condi-
tionne aussi la vie mime des populations africaines. Encore
faut-il que celles-ci beneficient de conditions de vie meil-
leures et que les moyens utiles de production -- collectifs
et individuals soient mis n leur disposition.


Aide aux collectivites rurales.

... L'aide que je vous propose d'apporter aux collectivitis
rurale est base snr la participation des intcress6s pregnant
A leur charge le tiers au moins du montant des ouvrages,
cette participation pouvant Stre realisee soit en espices,
soit en nature.
Les collectivitis rurales obtiendraient alors I'assistance
technique des services compitents et une aide financisre
provenant d'un << Fonds Territorial > et d'uin < Fonds
GenBral d'Equipcment Rural, Economique et Social >, don't
la creation serait realis6e par l'ouverture de comptes hours
budget.


Credit agricole et < Credit de I'A. E. F. .

Dans le m&me ordre d'id6es, j'ai remarqui que le << Cre-
dit Agricole de l'A.E.F. > se trouvait dans l'impossibiliti
provisoire d'apporter, a l'agriculture un encouragement suf-
fisant.
Disposant en 1940 d'une dotation d'environ six millions
de francs, le Credit Agricole a vu ses moycns diminuer
par la suppression de ses resources ordinaires, par les
devaluations successives et leur corolaire normal, la
hausse des prix.
II est proced6, par ailleurs, A l'etude de la r6forme du
Credit Agricole, mais, en attendant qu'elle puisse etre me-
n6e A hien, il etait indispensable de trouver ]e relais qui
permit de satisfaire aux besoins rationnels et immediate.
C'est apris ces constatations, et pour Stre ce relais, que le
Credit de I'A.E.F. a ete pressenti et a acceple.
Cette Societe d'Etat eat, en effet, en measure de consentir
des prets agricoles.
Toutefois, les agriculteurs ne pouvant pas encore fournir
des garanties suffisantes, il a ete pr6vu un fonds de reserve
destiny A couvrir la Soci6et des pertes inh6rentes a ce
genre d'op6rations.
Compl6tant ces initiatives, il est soumis, A votre examen,
un project de derret qui permettra, d6sormais, i l'agricul-
teur, par la procedure des warrants agricoles, de se servir
de ses biens pour garantir un emprunt destined d6velop-
per son exploitation.
II n'est pas douteux que ce texte demeurcra longtemps
encore inapplique dans de nombreuses regions de l'A.E.F.;
il aura, du moins, le m6rite d'cxister, de faciliter d'ores et
djij certaines operations de credit et de marquer resolu-
ment la voie du progres iconomique et de 1'6volution so-
ciale dans laquelle l'Afrique Equatoriale s'est engage et
d'oi elle ne peut devenir sans renoncer i elle-meme.


L'accession des Africains d la propridtd.

Dans le cadre des measures economiques et sociales pr4-
sent6es A votre Assemblee, je desire, aussi, souligner un
project d'arr8t6 parachevant I'organisation pernettant aux
Africains d'acc6der i la propriet6.







Lors de voire dernikre session budgctaire, ii a fet pro-
cd6 i& la modification de l'arrAt6 domanial du 19 mars
1937 : les arr6its territoriaux d'application ont iti approu-
v6s et sont in:eris ou en voie d'insertion an < Journal
Official *. <
Cependant, au course des conversations ouvertes devaint
les Conseils reprisentatifs, il a &t6 suggir6 l'introduction
d'une clause interdisant 1'alienation immediate de la pro-
priPte ainsi criie. Certaines AssemblBes out, en effet, ma-
nifest6 la er.:inte que la proprikt6 nouvellement acquise
par les Africnins passfit trop facilement et Irop rapidement
en d'autres mains.
La solution qui vous est propose consisted A 6tablir une
impossibilitA temporaire d'aliination, tout en conciliant
eette incapacity de vendre avec la nicessite de permettre
au proprietaire d'emprunter sur son bien pour le mettre
en valeur ou pour trouver des fonds destinbs a un usage
utile et rimun6rareur.
Nous n'oulilions pas, ce faisant, que l'organisation pro-
fonde de la society africaine, dans un scrs productif et
social, est le corollaire indispensable du Plan et- permettra
seule i cet instrument d'atteindre a 1'efficaciti...

Filan du plan d'equipement.

Ii me rested, cependant encore que le Budget d'Equi-
pement soit I'objet des discussions de votre premiere ses-
sion de l'ann:'e i vous faire le bilan du plan pour lexer-
cice en course chevauchant, comme vous Ic savez, I'ann6e
budgetaire nrmale.
Vous n'igrorez pas que le Comit6 du F.I.D.E.S., qui
avait primitiv'ement arrmte, en principle, la tranche 1950-
1951 de notre plan d6cennal, vient d'approuver d6finitive-
ment la somniic de cinq milliards huit cent quarante et un
millions de rancs C.F.A.
Ainsi doit se dirouler, avec plus d'exactitude, plus de
c6Ilriti, la mise en place progressive de cet 6quipement
d'infrastructurie, de recherches miniralogiques, le develop-
pement dconomique et human en g6enral sur lesquels
1'Afrique Equatoriale a fondi ses espoirs, non pas de puis-
sance mais ameliorationon social d'ensemble.

Les critiques du plan decennal
en rratiere de ddveloppement routier.

I1 s'en faut, pourtant, de beaucoup que tout aille bien
dans le donaine des travaux du Plan.
La planificatiori, qui exige de I'exactitude dans les pro-
jets, s'est trouv6e fortement Bbranl6e dans sa validity, non
seulement p;:lr une s6rie de d6couvertes inattendues, mais,
encore, par ls consequences de troubles monitaires naturel-
lement impr 6vus.
Certes encore, est-ce seulement la mise en place des
chantiers qu i a permis de s'apercevoir que, dans ce pays
Strange, oi lea eMlments d'appr6ciation n6cessaire a 1'eva-
luation de tiute creation font default, on aboutissait i des
prix de revient ruineux, qu'aggravaient encore des divalua-
tions mon6taires r6pit6es.
A present que certaines illusions initials, facheuses mais
in6vitables, se sont dissipies, et que experience acquise
porte ses frt its, il faut, ou s'arr6ter, on s'adapter.
Avec ferneti, l'Afrique Equatoriale doit maintenir son
programme de r6alisations routiires de grande circulation
mais, avec lionne foi, elle doit convenir que lea constata.
tions op6ree; la conduisent a composer avec les nicessiti
financieres.


En matiere routiire, 'apprentissage auquel il fallait se
livrer, aussi bien de la part de 1'Administration que des
Entreprises, est proche de son terme.
Le systnme de financement en d6penses contr61les doit
faire place, dans les prochains mois, a celui des borde-
reaux de prix.
Enfn, des efforts constants, mais malheureusement diffi.
clement couronn6s de success, south dOploy&s pour donner
an Service des Travaux publics le personnel qualifi6 indis-
pensable au contr6le des travaux : e'est l1 un point essen-
tiel et si, dans ce domain, il y a d6faillance, la responsa-
bilitb ne peut itre iinputae i notre negligence, mais A notre
impuissance.
Cependant, de l'avis mmrme de mes technicians, la situa-
tion des travaux entrcpris au Moyen-Congo et en Oubangui
est satisfaisante, tandis que des inconnues demeurent au
Tchad et que le problmne le plus pr6occupant se prisente
encore an Gabon.
Quoi qn'il en soit, la fin de la phase d'ineertitude est
proche et mes Ing6nicurs se d6clarent en measure de nous
permettre de voir d6finitiverment clair dans l'ensemble do
ces problnmes avant la fin de l'ann6e.
Ce serait une grave erreur, en Ipbme temps que la source
de d6boires suppli6mentaires, que de confondre ces pro-
blames de nos grand; axes avec celui des voices dites secon-
> daires.
II est lgitime que s'elAvcnt de partout des protestations
concernant l'ntat de rnos routes mais ne faut-il pas avoir
le courage de voir en face Ils raisons m6mes de la d6cr6-
pitude de notre riseau routier : une piste, une route ne
demeurent valables pour la circulation que si on les entre-
tient ct, pour les entretenir, il faut y consacrcr lea moyens
necessaires.
Il est hors de doute que l'6tat de nos pistes ou routes
est infirieur a celui dans lequel elles se trouvaient il y a
trois ou quatre ans, tandis que la situation se caracterise,
do surcroit, par une augmentation considerable du traffic.
La moyenne des credits cousacr6s A l'entretien de nos
reseaux secondaires s'eleve entire dix et quinze mille francs
au kilomtire, tandis que, chez notre voisin, le Cameroun,
les memes credits d'entretien se content, en moyenne, a
150.000 francs du kilom tre.
Savez-vous aussi qu'en France, iun regime de taxes spi-
ciales, qui n'existe plus en Afrique Equatoriale, a pr6cis6-
nent pour but do fair face aux d6penses d'entretien des
voices de circulation strondaires?
II faut tirer les colnclusinss de cos situations compara-
tives et faire chez no1,s igalement 1'effort n6cessaire.

La crise (du logcment.

Ce qu'il y a de mauvais encore dans notre situation,
c'est la crise angoissante du logement a laquelle nous ne
pourront faire face sans des facilities nouvelles demandies
a la Metropole. Pour cela, les villes de Point-Noire, Ban-
gui, Brazzaville, Lamy, s'emploient activement A obtenir des
emprunts qui sont on d6ja accords ou en proche instance
de l'btre... Loin de me d6sint6resser de leur sort, je veux
dire a tous les nal-lotis que Icurs preoccupations 16gitimes
sont miennes et que je ferai tout pour les aider.

Les rdsultats acquis.

Voiln, hWlas! queluues-uns des trop nombreux points
noirs de notre vie actuclle, mais ceux-ci ne doivent pas
nous faire oublier les 6elments favorable.







II ne faut pas computer pour rien, dans 1'appriciation de
notre d6veloppement, les r6sultats acquis ou eln quissance
dans de multiples domaines.
Nous en avons fini avec l'embouteillage du port de
Pointe-Noire, tandis que le Chemin de fer est en voie
permanent d'amelioration grace au d6vouement d'un per-
sonnel de cheminots qui a fourni un effort remarquable.
L'Oubangui et le Tchad ne peuvent m6connaitre l'apai-
sement que leur apporte 1'616vation, A pres de 70 mille
tonnes cete annee, du traffic sur le fleuve.
Les r6alisations, tells que eelles de I'aerodrome de
Maya-Maya, sont du plus hant int6rkt pour l'avenir de toute
l'Afrique Equatoriale et le Tchad pent esp6rer, qu'au course
des mois a venir, son isolement appartiendra au pass.
grAce A la realisation de la nouvelle piste de Fort-Lamy.
Le programme d'hydraulique pastorale du Tehad va enfin
prendre tournure... et 1'ilectrification a d6marr6.
Au Gabon, nous avons entam6 sous une forme nouvelle
1'entreprise capital du regroupement des villages.
Dans tous les domaines et dans les quatre territoires, des
r6alisations d'envergure, d'int6rkt collectif ou individual,
sont en course d'ex6cution et, scule l'impatience ne permet
pas encore d'en mesurer l'importance et la bienfaisance.



Le discours de M. G6rard,
President du Grand Conseil, a la stance
d'ouverture de la session budg6taire

Voici les passages essentials du discours pro-
nonc6 par M. G;rard, Pr6sident du Grand Con,
seil de 1'A. E. F., lors de 1'ouverture de
la session budgttaire de cette assemble, le
30 octobre :

Il n'est personnel pour refuser d'admettre que I'Afrique
Equatoriale FranCaise est en progression, et en rapid pro-
gression. Partout se voient des chantiers; des routes, des
dispensaires, des Ecoles se construisent. L'A.E.F., suivant
une expression solvent employee, a << pris le depart >. Ce
demarrage est dO, en grande parties, an Plan decennal, mais
il est dfi, aussi, A des apports de capitaux qui, jusqu'A
present, s'6taicnt montres hesitants, ce qui prouve que l'on
a, maintenant, confiance dans les destines de notre F6d6-
ration.
...II n'en est pas moins vrai que de graves problAmes
d'ordre financier se posent a nous. 11 faut les r6soudre
sans comprometire l'execution du Plan ct cn assurant la
continuity de l'rouvre commenree avec les maigres res-
sources don't nous disposons actnullement.
...La tfche est rude et la route sem6c d'obstaclcs, mais,
quelque p6nible que puisse etre son parcours, nous arri-
verons au but.
...Pour mener A bien rette ticche difficile, il imported
qu'en cette Federation de territories, don't les inttrkts sou-
vent divergent, l'actord soit complete. Nons appartenons a
l'Union francaise ct qui lit union dit solidarity. Soyons
done solidaires et unis, quellcs que soient nos apparte-
nances, et saclons concilier nos intlrkts diffirents.
...II faut, en premier lieu, utiliser an maximum nos res-
sources. Ne tolerons pas qu'une seule parcelle de ces res-
sources soit d6tourn6e de son but et que des services soient
anormalement r6tribues. Nous ne pouvons permettre, par
example, qu'une conjoncture favorable d'es course des pro-


duits vienne gonfler les h6nifices des entreprisei, el vertu
de conventions trop avantageuses et an detriment des pro-
ducteurs et du budget.
Des dispositions devront Atre prises pour pallier A cet
6tat de fait inadmissible et les conventions devront 6tre
modifies.
Peut-6tre aussi nest-il pas souhaitable d'alimenter exces-
sivement des caisses de reserves don't la gestion peut nous
6chapper quand les resources des territoires sont insuffi-
santes et que Ic producteur pourrait 6tre mieux r6tribu6.
J'ai dit qu'il 6tait indispensable d'assurer la bonne exe-
cution du Plan et de controler ses r6alisations. Des mil-
liards sont d6pens6s pour la creation ou l'am6lioration des
routes et la construction d'ouvrages d'art. Ces travaux sont
confi6s i de grosses entreprises sp6cialisees qui travaillent,
actuellement, sous le regime des d6penses contrdlies, mais
un tel regime est limitee dans le temps et pour un volume
d6termin6 de d6penses. Durant cette premiere p6riode, ii
est indispensable qu'un contr6le tries strict puisse s'exer-
cer car le prix de revient qui sera ainsi d6terrnine servira
pour l'etablissement des bordereaux de prix. Si ces entre-
prises ne recevaient pas, des services techniques de la F6-
d6ration, les directives necessaires, si un strict rontr6le ne
s'exervait pas sur leurs depenses ; si, en un mot, une
severe application des clauses des marches intervenus n'etait
pas exigee, nous aurions failli A notre tfiche ct peut-itre
permis cl gaspillage des denicrs don't nous sonimes comp-
tables. Dans ce domaine, il faut done pr6voir un renfor-
cement d'effectif i la Direction Generale des Travaux Pu-
blics qui devra ftre dotee du personnel suffisant pour
exercer ee contr6le partout oi il sera n6cessaire.
Dans le domaine social, au course des dernieres ann6es,
et grace au Plan d'6quipeiment, de s6rieux progres ont te6
r6alis6s ct seront encore faits an fur et i measure que se
developpera Ic programme quie notre assemble a arrAt6.
Nous sommns fiers de ces realisations et il est de notre
devoir de faire face aux d6penses de fonctionnement qu'el-
les entrainent, depenses qui, naturellement, iront en aug-
inentant.


Les problnmes budgetaires.

Le budget qui nous est present est en 6quililre, mais le
Plan de champagne ne comporte pratiquement que des de-
penses d'entretien.
...On ne peut parvenir A cet 6quilibre et sans aide de
la m6tropole, que par des economics massive et presque
draconiennes. Malgr6 la m6diocritl de notre train de vie,
ce dernier est encore trop lord pour nos resources
actuelles. On ne peut augmenter encore les droits a l'im-
portation ou la taxe sur le chiffre d'affaires sans provoqucr
une augmentation du coft de la vie, avec touts les con-
sequences qu'elle comported. Les impbts sur les salaires et
les revenues sont plus forts ici que partout ailleurs en ter-
ritoire frangais. Quant i l'imp6t sur les ibnefices indus-
triels ct commerciaux, il est dangereux de l'augrienter, car
nous devons encourager les investissements priv6s. D'ail-
leurs, celui-la aussi est fort eleven.
Sculs, les droits a l'exportation peuvent 6tre ani6nages en
relation avec les variations des course des products, trAs
fr6quentes dans la periode actuelle.
Les territoires de la Fed6ration, bien que pen peupl6s,
sont 6tendus et les relations etablies entire les differences
regions et districts sont encore insuffisantes ; on ne peut
dire que le nombre des fonctionnaires charges de l'admi-
nistration soit pl6torique. Cependant, puisqu'il nous faut








conserver les medecins, les instituteurs, leg agents de l'agri-
culture ct de l'Blevage, les ing6nieurs, et, mnme, augmenter
leur nombre ,n conformity du programme que nous nous
sonmmes trace. une seule compression apparait possible :
celle des depenses d'administration pure aussi bien sur le
plan federal cue sur le plan territorial. L'annie 1951 devrait
6tre employ i la mise en place, permettant une forte
reduction d'eJiectif qui ne saurait s'operer du jour au len-
demain.
Un simple oup d'ceil sur le budget perict d'ailleurs, de
constater que la proportion des depenses de personnel, par
rapport a la masse budg6taire, est beaucoup trop forte.
... Les espoirs que nous avons fondes sur la prospection
miniere n'ont pas ete d&cus et je suis certain que 1'avenir
ne nous dltrnimpera pas. Cependant, notre surprise a ete
grande en ap:irenant que le Conseil d'administration de la
Socitek de VRecherche des Petroles de I'A.E.F., dans sa
seance du 22 septembre dernier, avait exprim l'avis que
les recherclhe par forage devaient Atre abandonnees. A la
suite de cette prise de position, il fut procede A une reduc-
tion de quarante pour cent de son personnel. II me suffira
de rappeler qua'en avril 1949, nous avions adopted une d6li-
bJration approuvant une convention d'avance de 46.619.000
francs i passer avec la Caisse Centrale de la France d'Outre-
Mer pour augmenter le capital de la societA. Le Grand
Conseil estimin que la concession de 50.000 kilometres car-
res, attribute i la Soci6t6 de Recherches de Petrole en
A.E.F., s'accomipagnait de l'obligation imperative d'une mise
en valeur qui cette society ne parait pas vouloir remplir
conipltement
... Il serait vain de sous-estimer les difficulties de tous
ordre que no is rencontrerons dans les mois et les annees
a venir, mais j'ai la ferme conviction que, grace A l'effort
conjugue de ious, nous arriverons A vaincre tous les obsta-
cles qui se seront pr6sentEs sur notre route.



Premibres decisions du Grand Conseil de I'A.E.F.
reuni en session budgetaire

L'Assemnl)6e Fdd6rale a dnis un avis favora-
ble au prnjet d'arr&td comlletant l'Arr&6e du
29 d6cembre 1946 sur le permis d'exploration
forestier s, us reserve de l'accord des Conseils
Repr6sentatifs des Territoires.
Deux autres questions, la premiere relative
a l'approbi tion du < Cahier G6n6ral des Char-
-ges > de v inte de coupe en adjudication publi-
que, le delixibme concernant le regime des re-
serves naturelles intigrales (pares nationaux,
zones de protection, reserves sp6ciales) ont t6c
renvoyees p)our avis aux Assemblies locales qui
'avaient h (n connaitre pr6alablement au Grand
Conseil.
Les bois
En mai dernier, une dl6ib6ration avait 6t6 adoptee, r6dui-
sant de 60 po ar 100 le taux des droits et taxes divers impu-
tables aux bo s sous rails au benefice du Consortium fores-
tier et maritime. Le D6partement refusant d'appliquer une
telle reduction a une personnel determined, l'Assemblbe
vient de decider de faire beneficier de cette reduction
toute pcrspnii;. physique ou morale, sans distinction.


Les redevances sur les bois destin6s A la consommation
locale, qui ont 46l fixes en mai 1949 paraissent trop faibles
compete tenu de I'augmentation sensible du prix de vente.
Aussi, les taux viennent-il d'Atre portes a 200 frs le metre
cube debit6 pour les bois scics, ct a 400 frs le mAtre cube
debit6 pour les bois deroules et contreplaqu6s.
Par contrc, l'industrie des bois d6bit6s, d6roul6s et con-
treplaqu6s n'en est qu'a ses debuts en A.E.F. Pour encou-
rager l'exportation, deux inmsurcs importantes viennent
d'etre prises : reduction de la taxe d'abattage de 2 % a
1 % pour les bois deroul1s et de 5 % A 3 % pour les
sciages ; reduction du droit de sortie afferent aux bois
deroules et contreplaqius de 6 % a 5 % et de 6 % A
4 % pour les sciages.
D'autre part, deux projects d'arrctbs, l'un modifiant l'ar-
rte6 du 15 janvier 1948, fixant la procedure d'adjudication
des droits de coupe str le territoire de I'A.E.F., I'autre
concernant les modalitls d'attribution des droits de coupe
aux titulaires de permits d'okoumn arrivant A expiration
mais non 6puis6s, out i-t6 accueillis favorablement. Le pre-
mier texte tend a faciliter l'exploitation forestiere, le deu-
xieme a le gros advantage d'eviter, lors des adjudications,
l'obstruction syst6matique d'adjudicataires de mauvaise foi.

Cacao
L'cffondrement des cours mondiaux du cacao en 1949
avait cu, pour consequence, de faire ramener de quinze
pour cent A six pour cent le taux des droits de sortie de
ce produit. Depuis cette Apoque, les prix de vente du
cacao ont, pratiqueient, triple aussi a-t-il paru opportun
an Grand Conseil de fixer lc nouveau droit A dix pour cent.


Augmentation des tarifs postaux
Le Service postal en A.E.F. represente une charge con-
sid6rable pour le Budget de la F6edration. Pour reduire le
deficit d'exploitation de ce Service, une augmentation trbs
sensible des taxes relatives an transport des colis postaux
par voie de surface a l'intcrieur de 1'A.E.F. vient d'etre
decidec.
D'autre part, le volume des paquets en provenance de la
metropole ayant augmented dans de grandes proportions,
pour eviter un encombrement des bureaux de poste qui
sont, actuellement, trop exigus, I'Assembl6e a accept d'aug-
menter le droit de magasinage des colis postaux.
A la suite des delais excessifs d'acheminement des colis
postaux vers les Territoires du Nord, la direction des
Postes ct T616cominmunications a 6t6 ameni e A organiser un
service special des < Colis-l'ostaux paquebot-avion >, le
transport se faisant par voice aerienne de Brazzaville on de
Douala jusqu'a Bangui on Fort-Lamy. Un texte a done
6et pris pour fixer la taxes applicable A la fraction de
transport par avion.


Mines
Le Conseil a rejctA un project de deliberation relatif A
l'a'igmentation du taux des redevances sur les mat6riaux
de carrieres. Cette decision cst due au fait qu'une tell
augmentation entrainerait forcnment une 1eevation propor-
tionnelle des prix de cession de ces matdrianx indispen-
sables pour Ics constructions de maisons et la creation de
routes ct ne pourrait done que comproimttre la mise en
valeur de la Federation.
Un texte relatif A la fiscalite mininire a retenu tonic








P'attention de 1Assemblte. Devant l'avllissement des course
de I'or durant ces derniers mois, le problime de la conser-
vation de 1'avoir minier de la Federation se pose avec
acuiti. Les course cessant d'etre remuntrateurs pour 1'ex-
ploitant, ii est jug6 indispensable de l'encourager en des-
serrant 1'etreinte fiscal. Aussi, l'Assembl6e a-t-elle adopted
un nouveau texte relatif aux taxes et redevances miniires
compete tenu de la situation 6conomique actuelle.

Protection des proprietaires autochtones
L'arrett du 14 octobre 1949 a permis, aux autochtones,
d'acceder i la propri6te des terrains urbains, mais ii est
apparu que ce texte ne prot6geait pas suffisamment le
ptoprietaire africain. Le Gouvernement General a done
consult le Grand Conscil sur la possibility[ de frapper
d'une inalienabilite temporaire les propritt6s acquises en
vertu de la nouvelle 16gislation.
L'Assembl6e a propose, tout d'abord, que les terrains
acquis ne puissent itre aliens on hypothequis durant cinq
ans ; que de la sixibme i la dixiime annee, ces interdic-
tions ne portent que sur la moitie des terres et, ensuite,
que chaque Gouverneur de Territoire ait la faculty d'ac-
corder des d6rogations a l'impossibilit6 d'hypoth6quer.
Le Grand Conseil de I'A.E.F., en seance pl6niire le 8 no-
vembre, a poursuivi 1'examen des affaires diverse qui lui
6taient soumises par l'Administration pr6alablement i l'exa-
men du budget et qui avaient 6it pr6parees en commissions
les deux jours precedents.

RWglement minier
Apris avoir adopted, sans discussion, les procks-verbaux
des s6ances des 30 et 31 octobre, le Grand Conseil a abord6
1'examen du project de reglenent minier que lui a soumis
le Gouvernement General. Ce project a recu un avis favo-
rable, avec un vceu de 1'Assemblee relatif a la possibility
de recherche et d'exploitation miniere par les Africains
aux environs de leurs villages.

Tarif des permis de chasse
En ce qui concern les nouveaux tarifs des permis de
chasse, les propositions de 1'Administration ont 6t6 adoptees
dans leur. ensemble avec de petites modifications de detail,
notamment l'abaissememni trois cents francs du prix du
permits de petite chasse.

Logement des Agents des Services des Travaux publics
Le project relatif au logement des agents des services des
Travaux Publics a te& adopt. Des credits seront prevus au
budget g6n6ral et le complement sera demand au F.I.D.E.S.

Rdglementation des loyers
Le Grand Conseil a renvoy6, aux Conseils ReprBsentatifs,
pour avis, le project de decret relatif i la reglementation
des loyers en A.E.F. Delegation sera donnee a la Commis-
sion Permanente pour lui permettre de prendre une deci-
sion imm6diatement apris avoir pris connaissance de l'avis
des Assemblies territoriales.

Co-propridte des immbeubles vendus par appartements

Le project de statute de la co-propriCte des immneubles
vendus par appartements est renvoye, egalement pour avi:'
aux Conseils Rcprisentatifs. L'Assembl6e FI6drale se d4ci-
dera au course de sa prochaine session ordinaire.


Le Grand Codseil a refuse d'accorder l'aval de la F6de-
ration a un emprunt de deux millions effectu6 par un
industrial de Bangui et a adopted le project de police d'in-
cendie pour la Pharmacie des approvisionnements g6niraux.


La tranche 1950-1951 du Plan decennal
d'6quipement

L'A. E. F. dispose de plus de trois billiards
de francs CFA d'aulorisations d'engagement
et de prds de six milliards de credits
de paiement.

La rdalisation r6gulibre du Plan decennal re-
vet une importance vitale pour l'avenir de la
F6deration aeriennc. Toutefois, le deblocage de
credits pour le FIDES, taut en ce qui concern
les engagements que les paiements, ne se pro-
duit que par trenches annuelles sur decision du
Comite directeur du FIDES.

Au course de sa session de mai 1950, le Grand Conseil
de I'A.E.F. avait arritt la tranche 1950-1951 i la some
total de 2.743.100.000 francs en autorisations d'engagement
et de 4.918.600.000 francs en credits de pavement.
Successivement, une d6elgation du Grand Conseil, qui
s'etait rendue en France express6ment a cette fin, et le
Haut-Commissaire en A.E.F. intervinrent aupres du Minis-
tre de la France d'Outre-Mer et du Comit6 directeur du
F.I.D.E.S. pour que ces chiffres, jugs comme le strict mi-
nimum indispensable a la poursuite des travaux en course,
ne soient pas reduits. 11 fut meme demand d'envisager
favorablement 'attribution, sur cette mnme tranche, d'autres
credits permettant de mettre en route, avant la date
d'6chlance, soit le 30 juin 1951, un certain nombre de r6a-
lisations particulibrement urgentes.
C'est en tenant compete, d'une part, des chiffres proposes,
et, de I'autre, des besoins compl6mentaires, que le Dipar-
tement a etabli un nouveau. project que le ComitB direc-
teur du F.I.D.E.S. a approuve dans ses seances du 8 aoft,
puis du 16 octobre.
Dans 1'ensemble, le project d6finitif, que le Grand Conseil
de I'A.E.F. a approuvA A son tour, au course de sa seance
pleniere du 31 octobre, s'Clive, pour les programmes 0, 1 et
2 du Plan, a 3.396.700.000 francs en autorisations d'enga-
gement et a 5.841.300.000 francs de credits de pavement.
Ces totaux repr6sentent, par rapport aux credits initiale-
ment demands, une augmentation de plus de six cent mil-
lions pour les engagements et de pres d'un milliard pour
les paiements.
Dans ce budget definitif apparaissent certaines modifi-
cations du project d6finitif, mais il convient de remarquer
que tout a et6 mis en oeuvre pour faciliter la poursuite des
travaux en course, A laquelle tenaient particulinrement, et
i just titre, les representants de la Federation. On remar-
que aussi un notable accroissement des moyens de paie-
ment. La production agricole, 1'Blevage, les mines, 1'electri-
fication, le chemin de fer, les ports maritime, I'a6ronau-
tiqu, -les transmissions, la sante, I'enseigneinent, P'urba-
nisme et I'habitat beneficient en pavement de credits tris
sensiblenment accrus, parfois dans la proportion du simple
au double.
On souligne, A Brazzaville que ces moyens considerable.








dintenMt, de la part de la niA~opole, une sollicitude qu'il
convient d'apprkcier i sa just valeur dans la conjoncture
&conomique actuelle et un int'ert pour I'A.E.F. don't la
Fediratioun !e peut que se felicitcr.



L'opinion d'un g6ographe
sur la modernisation de I'A.E.F.

De retoar d'unc tournde dans le Moyen-Congo,
le profes;eur Monbeig, Directeur de l'Institut
Gdographique de Strasbourg, qui effectue un
voyage d'tnformation en A. E. F., a bicn voulu
faire parl de ses impressions a un repr6sentant
de l'A. F. P.
En conipagnie de son assistant, le Professeur
,Juliard, :M. Monbeig a visit, successivement,
Kiakala, es mines de plomb de M'Fouati, Aube-
ville, la station d'oleagineux de la S. M. A., la
,palmerai( de Sibiti, les plantations d'hivias de
Komono, Mossendjo. Aprcs etre redescendu sur
Kibangou. Dolisie, il a traverse le Mayombe avec
un arret a l'exploitation aurifrre de Dimonika
pour attcindre, enfin, Pointe-Noire.
Ce qui n 'a surprise avant tout a d6clar6 le Professeur
Monbeig c'est que l'on connaisse si mal les conditions
naturelles de l'agriculture dans cette region. Certes, on a
entrepris d s recherches, et il faut les continue, mais il
semble que 1'on ait proceed d'abord i des essais sans stre
en possession de toutes les donn6es pouvant garantir, dans
une certain measure, la r6ussite. Les r6sultats deji obtenus
ne sont pas mauvais, mais il est encore trop t6t pour tirer
des conclusions d6finitives.
L'Institut d'Etudes Centre-africaines est appel6 A jouer
un grand r61e et A rendre de grands services dans cet
ordre d'idesis.
Un p6dologue de 'I.E.C. vient de s'installer a la Sta-
tion de Micanisation agricole de Loudima. II est vivement
souhaitable que l'on fasse partout appel a cette cat6gorie
de speciali;tes.
On doit laire, en A.E.F., ce que l'on a fait dans tous les
pays neufs : U.S.A., Am6rique du Sud, U.R.S.S., oi la
science purt est inseparable de l'application pratique, l'une
guidant l'astre.
Tout ce que j'ai visit represent un effort 6nornic, qu'il
s'agisse de la palmeraie, de Sibiti, de l'h6v6a de Komono,
etc...
Ces stations sont, en outre, dirig6es par des gens con-
naissant lear m6tier et remplis d'enthousiasme. S'ils ren-
contrent des 6cueils in6vitables, ils n'en obtiennent pas
moins d6jii d'excellents r6sultats.
J'ai beal coup admire, sur le plan human, l'oeuvre de
certain administrateurs qui out r6ussi i cr6er, dans leurs
relations arec les populations autochtones, un tel climate de
confiance lu'ils en ont obtenu un rendement et un effort
de production remarquables. Je soulignerai, dans le do-
maine social et 6conomique, 1'extr6me utility des Soci6t6s
indigines de Privoyance.
Le gros problime, dominant toute cette region du Niari,
est, 6videnment, celui de la main-d'oeuvre tant quantitative
que qualitative ; question d'autant plus aigue que le part
i peu pri de la population s'entasse dans des centres


urhains. Ceux qui restent pour cultiver la terre ne seMont
probablement pas en measure d'alimenter longtemps ces
masses urbaines. Des efforts ont 6!6 faits en matiere de
ravitaillement vivrier, certain resultats encourageants ont
k6t obtenus ; par example, A Pointe-Noire, la production
du manioc s'est suffisammnent accrue pour nourrir l'impor-
tante agglomeration africaine de cette ville. Reste i savoir
si l'on ne va pas appauvrir le sol en lui demandant trop
a la fois.
II est evident que cc pays en est i sa phase experimen-
tale. II faut se rijouir qu'on ait commcnci i faire cette
experience qui est la consequence du Plan ; sur ce point
I'Administration mnrite un encouragement.
Sur le plan scientifique, il resort que des quantit6s de
problems de tous ordres se posent dans ce pays qui
obligent A r6flichir, A se d6barrasser des pr6jug6s acquis
dans les pays vieux. L'A.E.F. entire dans 1'Histoire ; elle
i'- deviendra vraiment prospire, vraiment humaine que
dans la measure of lIs hommes sauront r6aliser, jusqu'au
bout, I'experience enlreprise ; son avenir depend de leur
t6nacite, de leur enthousiasme et de leur foi. J'avoue que
les hommes qu'il m'a et6 donn6 de rencontrer inspirent
confiance.


L'activite du credit de I'A.E.F.

Conqu pour assurer toutes les operations de
credit agricoles, artisanales, industrielles el
immobilires en favour des moyennes entrepri-
ses europCennes et africaines, le Crddit de
1'A. E. F. ne cesse d'6tendre son activity.
Au 31 octobre, il avait accord 268 pr&ts, don't
66 a des Europiens et 202 a des Africains. II a,
en outre, consent des garanties au profit de
41 demandeurs.
Ces 309 operations de credit se rdpartissent
come suit :
Constructions .................. 195
Transports ................... 21
Cooperatives ................. 10
Agriculture ................... 21
Industrie ................... 49
Commerce ................... 13

Le montant de ces operations s'dlcve :


Immobiliers ...........
Moyen term ...........
Court term ...........
Garanties .......... .


83.788.000
55.255.000
54.085.000
82.865.000


Total .............. 275.993.000


Maya-Maya, plaque tournante des lines aeriennes
en Afrique Centrale

Maya-Maya, terrain de classes international,
connait maintenant une activity intense et jus-
qu'alors inaccoutum .e.








C'est ainsi que le 8 novembre entire 6 heures
et 9 heures, on a enregistr6 dix atterrissages et
collages : depart des avions de Pointe-Noire,
de Bangui, du Secrdtariat de l'Aviation Civile et
Commercials, de la T. A. I. sur Madagascar ;
atterrissage et d6collage des deux appareils de
la conipagnic anglaise de la B. O. A. C. ; atter-
rissage et d6collage du D.C.4 r6gulier d'Air-
France Paris-Brazzaville.
Les deux avions du type Hermes de la Compagnic an-
glaise B.O.A.C., qui assure la liaison Londres-Tripoli-Johan-
nesburg, se sont poses pour la premiere fois sur le terrain
de Maya-Maya.
Le premier d'entre eux, < Le Heron > qui a fait une
scale de deux heures, transportait une vingtaine de tech-
niciens qui se sont intlresses aux installations d'escale et
au fonctionnement des services administratifs ct coummer-
ciaux.
Le deuxieme appareil < L'ALronautus > assurait le trans-
port d'une trentaine de passagers de la ligne riguliere qui
passera desormais par Brazzaville trois fois par semaine.
II a deja 6t6 annonc6 qu'A dater de la premiere quin-
zaine de novembre, la Compagnie n6erlandaise de naviga-
tion a6rienne K.L.M. fixerait a Brazzaville Maya-Maya l'es.
cale d'Afrique Centrale de sa ligne Amsterdam-Johannes-
burg par DC.6.
Aller : depart d'Amsterdam les mercredi et samedi a
12 heures G.M.T.
Brazzaville, arrive 8 h. 15 heure locale ; depart 9 h. 30
here locale.
Arrive a Johannesburg, jeudi et dimanche 15 h. 30
G.M.T.
Retour : depart de Johannesburg les vendredi et
mardi a 4 h. 30 G.M.T.
Brazzaville, arrive 12 h. 15 heure locale ; depart 13 h. 30
heure locale.
Arrivee a Amsterdam les samedi ct dimanche a 7 h. 30
G.M.T.
Cinq journalists sud-africains, invites par la Compagnic
K.L.M. doivent effectuer un sejour dans la capital fWde-
rale a l'occasion du premier voyage Johannesburg-Brazza-
ville.


Le C.F.C.O. pursuit ses efforts
pour I'amelioration du traffic

Lc nouveau materiel de traction requ par le
Chemnin de fer Congo-Ocean comprenant en par-
ticulier les locomotives Didsel ilectriques, a pu,
grice h une mise en service imml diate, trans-
porter au course du mois d'octobre, depuis
Pointe-Noire jusqu'A Brazzaville, 16.000 tonnes
de marchandises alors qu'il y a 4 mois encore le
tonnage h la monte atteignait de 8.000 a 10.000
tonnes au maximum.
Les stocks existant i Pointe-Noire sont eva-
lues h 15.000 tonnes environ ; ils pourront etre
months dans le courant de ce mois. Le Port cst
de la sorte entierement ddbloqud, aussi les
importations peuvent-elles reprendrc sur un
rythme accru.


Mission medical international & Brazzaville

Le Dr. Broc, d6l6gu6 par l'Organisation Mon-
diale de la Santc, et le commandant pharmacien
Aubrey, d&l1gu6 par le Service de Santc colonial
de la F. A. 0., sont arrives h Brazzaville, venant
du Cap, via LUopoldvillc, pour un court sdjour.
Ces sp6cialistcs poursuivent a travers le con-
tinent africain une en(qute sur une maladie qui
affected les enfants en Afrique Noire et qui re-
suite d'une carence en provides et en vitamins.
Cette affection, dinommde Kwashaiorkor, est
commun6ment appel6e o maladie des enfants
rouges >>.


Le Jardin Zoologique est en course d'amenagement

M. Cornut-Gentille, Haut-Commissaire de la
R1publique en A. E. F., a visit, en conapagnie
de M. Gazonnaud, inspecteur general des Eaux
et Forets, les installations recemment entrepri-
ses du Jardin Zoologique de Brazzaville.
Le pare, en course d'amrnagement;, comporte
une section de transit et une section d'expo-
sition.
Les travaux y sont activement pouss6s et il
est vraisemblable que le public sera bient6t
admis A en faire la visit.


Valeur mercuriale du cacao export d'A.E.F.

Un recent arrdte vient de fixer la valour ner-
curiale du cacao en f6ves exported d'A. E. F. :
1lle est de 8.000 francs les cent kilos n.




Moyen Congo

Une station d'Oceanographie a Pointe-Noire

Une station d'Oceanographie relevant de l'Ins-
titut d'Etudes Centrafricaines, sous l'egide de
1'Office de la Recherche Scientifique d'Outre-
'Mer, vient d'etre ouverte h Pointe-Noire.
Le chalutier de recherches La Gailiarde est
affect6 definitivement a cette station et vient
d'arriver h Pointe-Noire en provenance de la
Rochelle.
La station, avec l'aide de ce chalutier de re-
cherches, se propose d'6tudier les fonds sous-
marins, les problmes de la peche industrielle,
'1'tude des migrations des poissons et toutes les
applications pratiqucs en decoulant.







Gabon


Date d'ouverture et de fermeture
de la traite du cacao 1950-1951
Les datbs d'ouverture et de fermeture de la
traite du cacao dans les territoires du Gabon
pour les annees 1950-1951 viennent d'Ctre
fixees :
La "ampagne normal est ouverte du
15 octobre 1950 au 31 mai 1951 ;
La champagne interm6diaire du 1"e juillet
au 30 septembre 1951.
Tout acliat de cacao est suspend en dehors
de ces p6riodes.


Oubangui-Chari

L'Institut Pasteur de Bangui
Afin de complete, dans les territoires dut
Nord, I'action de l'Institut Pasteur de Brazza-
ville, il av'it 6te d6cid6 de crder un Institut Pas-
teur a Bangui.
Ce project entire maintenant dans la voie de la
rdalisation puisqu'un terrain de 4.500 metres
carr6s vient d'6tre affect au Gouvernement
G6n6ral de 1'A. E. F. pour servir f l'installation
de cet Inslitut Pasteur et de ses d6pendances.


Tchad

L'enseignement au Tchad
Le certificate d'6tudes au Tchad a donn6 pour
l'annde scolaire 1949-1950 les r6sultats sui-
vants : sur 134 el6ves pr6sent6s, 71 requs.
En 1950, 148 classes du premier degrd sont en
fonctionnement au Tehad contre 90 en 1949. Le
nombre des 6elves correspondent est pass de
4.115 en 1949 A 7.240 en 1950.


La lutte contre le paludisme a Fort-Lamy
SLe Service d'Hygiene Mobile vient d'entre-
prendre, dans la ville de Fort-Lamy, une cam-
pagne de d6sinsectisation au D. D. T. comme
celle a laquelle sont dejA habitues les habitants
de Brazzaville.
Cette innovation est due, d'une part, a l'efforl
incessant de la Direction G6n6rale de la Sante
Publique, qui a obtenu, par l'interm6diaire du
plan, l'inscription de credits important pour
lutter contre cette maladie sp6cialement n6faste,
au Tchad ; d'autre part, a l'activit6 du Service
d'Hygibne Mobile, qui, s'aidaht aussi bien de
l'avion que des autres moyens de transports, a
mis en place, trbs rapidement, le materiel et les
products n6cessaires.








TOGO


La commercialization
des products du sol
A champagne d'n-
chat des caf6s
tie la rncolte
1949 1950 est.
fermtne a computer (lu
18 novembre 19520.
La traite de la rdcolte
1950-1951 est ouverte
le 20 novembre.
la e a Im p a g ni e
d'achatl tes grains ie ricin de la rcolte 1949-
1950 est fermde a computer du 24 novembre. La
trite de la r6colte 1950-1951 est ouverte pour
computer du 26 novembre 1950.


Commission consultative permanent
franco-britannique pour les affairs togolaises

Le 7 novemlre 1950, sous la presidence du
Gouverneur de la Gold Coast, Sir Arden Clark et
du Gouverneur du Togo, Commissaire de Ia R11-
publique au Togo Francais, la Commission Con-
sultative franco-britannique pour les af'aires
togolaises s'est rCunic a Lom6. Quarante di1--
gues assistaienl aux seances : 29 Francais et


11 Anglais. Du cote francais, manquail le dhle-
gui repr6sentant Ic Comit6 d'Union Togolaise.
Du c6t6 anglais les six membres de la .< All Ewd
Conference > avaient d6cide de ne pas parti-
ciper iux travaux de la Commission. Du fait de
l'absence du reprscentant du C. U. T. ct des rc-
prscentants de la A. E. C., aucun partisan de
l'unification Ewd ne siegeait ai la Commission.
Les 29 d616guds du Togo Francais on: marque
leur opposition anu project d'unification Ew6 et
leur volonte tie conserve la tutelle frangaise.
Les onze delegues du Togo britanniquc ont, de
uiir cild, ldemnd(' :ii demeurer sous la lutelle de
('Angleterre.
Ie 8 nloveimbre les leaders des dildgulds ayant
prol)os6 la creation d'un Comit6 resireint de
travail, les deux Gouverneurs co-)prsidents
donnirent leur accord a cette creation. Dans la
soiree le Gouverneur Digo, Commissaire de la
Republique an Togo a donn6 une brillante
rIception en 1'honneur du Gouverneur Sir Arden
Clark et les d6legu6s de la Commission.
Le lendemain 9 novembre, le Docteur Olym-
pio adressait au Ministre de la France d'Outre-
Mer le tdldgrvanme suivant : < Nous. dil6gu6s
du Togo Francais pour la Commission perma-
nenle franco-brilannique dlargie, rejelons una-
ninemecnt la creation d'un pays Ewd et deman-
dons le niain'lien de la lutelle francaisc. )


CAMEROUN


F y Le Haut-Commissaire
assisted
a une Conference
pedagogique

SOUCADAUX,
SHaut Comn-
inissaire de
France an Canlerotln,
de passage h Dschang
pour l'ouverture du
Congrts International
des Transports, s'est rendu hi I'Ecole R(1gionale
afin d'y assisted a l'une des sdances de la Con-
f6rence p6dagogique destinde aux membres de
l'Enscignement de la region Baimilikd.k

Depuis 19415, au Cameroun comnne dans les autres Terri-
toires d'Outre-Mcr, la politique scolaire s'cst oriented dans
des voics tout Ai fait nouvelles : l'6cole rural, 6troitcmcnt
lite au milieu local ct limited dans ses buts a un d6gros-
sissage assez 6lminentaire, fait place L une veritable cole
primaire dispensant largement une << education de base >
complete.


Mais Cclie transformation rend necessaire un grand effort
d'adaptation ct de renouvellenment de la part du personnel
enseignant : Ics conferences pedagogiqucs ont k6t insti-
tuncs pr6cismncnt pour aider les maitrcs cn leur expli-
quant les points nouveaux du programmnie (histoire et gBo-
graphic locales, pratique des moinographics, arlplication de
la miitllode scemi-glolale pour I'apprentissage du franeais) ;
ces confircnrcs associent des exposts thlori(qu.s, prcsentes
par I'Inpetcur I'rimairec, it des lerons modbles, a.ites devant
des dl6vcs.
Devant les cinquante-six institutcurs ct moniiteurs pr&-
sents, Ic lIaut-Commissairc a cxprim6 sa satisfaction d'avoir
pu assisted ulne tell manifestation de la vie scolaire. II
a soulign6 qu'il 6tait particulibrcnment heureux d'avoir, dans
la m nme journey, assist a deux inauguration : cell de
la conf6rcnce des Transports et celle de ce stage p6dago-
gique, car, aussi 6loignes que paraissent les bu!: visis dans
les deux cas, un minec esprit de comprehension des pro-
hlbmnes du (Cameroun, un menie effort pour instaurcr une
progression economniquc et social continue cs: i la base
des deux reunions. Le perfectionnement du ricau routier
doit aller de pair avec l'acccssion des jeunes Camerounais
i la culture inoderne : dans un cas conine plans I'autre,
on retrouve la mnme volont6 d'int6grcr la population du
Territoire aux grands courants de la civilisation.








MADAGASCAR


La question
de I'immigration
d'ouvriers et paysans
europeens


L 'EXAMEN de l'intro-
duction a Mada-
gascar d'ouvriers
europ6ens qualifies,
l'Utude de la mise en
place d'un paysannat
curop6en, tels ilaient les deux buts principaux
de la mission (uie M. Delavignette, Gouverneur
Gdndral des Colonies, vient d'accomplir A Mada-
gascar, buts qu'il a exposes a la press avant de
repartir Iiour la France, tout en reservant ses
conclusions qu'il doit d'abord soumettre a l'ap-
probation du Ministre.

Cette mis ion, a-t-il precise, a et6 envoyee i Madagascar
par le Bureau d'Etudcs pour la production agricole dans
les Territoires d'Outre-Mer, qui vient d'etre cre6 recem-
ment. Elle comprenait notamment un Ingenieur en Chef
des Travau> Publics, un midecin specialiste du paludisme,
un Professear d'Universite de geographie et de dflimogra-
phie, deux [ngnieurs agronomcs.
Le premi *r but de cctte mission i~tit d'etudier I'intro-
duction darn l'economic et le corps social de Madagascar,
d'ouvriers (ualifi6s ; il s'agissait avant tout de savoir si
cette introduction s'av~rait neccssaire. Tout en rscervant
ses conclusi ns, afin d'en donner la prinmeur au Gouver-
nement, le Gouverneur general Delavignette a exprimnl
l'avis que AMadagascar avait besoin d'ouvriers qualifies, tant
dans le sccicur public que dans le secteur priv6.
En effect, a-t-il declarb, 57 milliards de travaux sont pro-
vus dans le plan decennal de Madagascar ; pour ex6cutor
ces travaux. il faut des machines modernes, pour conduire
cos machine s, il faut des gens capable de les fair mar-
cher et de les r6parcr. Faute d'~icments sur place, il faut
fair appel aux ouvriers qualifies europbens. Ceux-ci
seraient, no i sculement charges de la conduits et de I'cn-
trctien du i ateriel, mais encore, joucraicut le role de mo-
niteurs aup, es des jeunes malgaches qui seraient forms an
contact d'hliuunes eprouv6s, rant sur lc plan technique qu'au
point de vt e moral.
Un deuxiinme point devait ktre etudi6 par la mission du
Gouverneur Delavignette : Est-il possible d'envisager l'in-
troduction a Madagascar d'un v6ritable paysannat euro-
peen ?
II faudrait done introduire a Madagascar des paysans qui
travaillerai nt de leurs mains, feraient souche, se fixe-
raient d6fiiitivcment, sans espoir de retour p6riodique en
Europe. Or, pour cela, il est ndccssaire de rechercher
d'abord quAles sont les regions de Madagascar qui pour-
raient pernietire a des families europ6ennes de s'ktablir. II
faut ensuit( determiner si le sol se prate i la culture euro-
peenne. I1 laut savoir s'il existed des terrcs vacantes et sans
maitres et i ces terres offrent des d6bouch6s commerciaux
suffisants. 11 faut enfin tcnir tompte des reactions politi-
ques et psi chologiques des Malgaches et de celle-ci notani-


incnt : Pourquoi ne pas donner aux Malgaches les possi-
lilites financieres et techniques que l'on donnerait aux
paysans europeens ?
II s'agit d'une part, de fair face a la n6cessit6 de mettre
cn valeur dcs terres actucllement incxploit6es parce que la
population n'est pas asscz nombreuse, d'autre part, d'6du-
quer le paysan malgache par le paysan europeen. Autre-
inent dit, Ic paysan europeen jouerait aupres du paysan
malgache le r6le de l'ouvrier qualifi6 francais aupres du
lanoeuvre malgache.
Contrairement a ce qui a etk dit, ii n'est pas question
d'amener a Madagascar des effectifs massifs de colons
europ6ens, il s'agit plut6t, si Ic Gotivernement le decide,
en accord avec les autorites de l'lle, de faire des exp6-
riences auxquelles participeraient les malgaches. De routes
falcons, en aucun cas. il ne sera touch aux reserves dites
reserves indiganes.
A l'issue de l'expos6 du Gouverneur general Delavignette,
les journalists autochtones ont exprim6 le d6sir que l'on
crie, a c6ti de chaque exploitation europecnne, une exploi-
lation malgache, un veritable Fokonolona, afin que l'une
et l'autre puissent utilement collaborer. ls ont 6galement
fait part de leurs apprehensions de voir introduire A Mada-
gascar des strangers, manifestant leur preference pour une
immigration strictement franchise.


Creation du credit de Madagascar

Un arr=t6, public le 22 novembre, a institu6
une Socidte dite << Cr6dit de Madagascar > don't
le capital de deux cent millions de francs C.F.A.,
sera souscrit moitid par la Caisse central de la
France d'Outre-Mer et moiti6 par le tcrritoire de
Madagascar.
Le < Crddit de Madagascar > est habilit6 h
consentir, dans le cadre des dispositions de la
loi du 30 avril 1946 :
a. Des credits a moyen term : aux petites
entreprises artisanales ou industrielles ; aux
cooperatives artisanales, industrielles ou com-
merciales ; aux exploitations, aux industries,
aux cooperatives ou aux associations agricoles;
b. Des credits a court terme aux cooperatives ;
c. Des credits immobiliers destinds a faciliter
1'accession a la petite propri6t6 ou la construc-
tion de logenenis d'habitation;
d. Des prets destines A faciliter l'installation
de nouveaux colons.
Le Credit de Madagascar peut, dgalement,
donner sa garantie aux operations pr6vues ci-
dessus.


Les fetes du bi-centenaire du rattachement
de I'lle Sainte-Marie a la France
Les fotes du bi-ccntenaire du rattachement de
l'ile de Sainte-Marie A la France se sont d6rou-
ldes, du 7 au 10 novembre, en presence du Gou-







verneur G(en(ral Delavignette, repr6sentant
M. Mitterand, ministry de la France d'Outre-
Mer ; de M. Bargues, Haut-Commissaire, et de
nombreuses personnalites civiles et militaires.
Plus de huit cents personnel avaient td, ame-
n6es depuis Tamatave a bord du paquebot Com-
pidgne.

Lorsque le caporal La Bigorne aborda i Sainte-Marie,
vers 1743 on 1744, la jeune reine Betty rignait sur la petite
ile. De leur idylle, resultat un marriage et le caporal devint
roi. Quelques ann6es plus tard, le 30 juillet 1750, la reine
Betty c6dait authentiquement Sainte-Marie a la France.
L'acte stipulait notamment < faire au roi Louis XV et 1
sa Compagnie des Indes abandon entier et sans restrictions
de l'Ile de Sainte-Marie.
C'est ce pass qui a 6ete voqu6 par M. Gentet, Conseil-
ler de 1'Union Francaise, A 'issue de la prise d'armes et
de la cbremonie aux couleurs qui se sont d6roul6es le pre-
mier jour des fetes du bi-centenaire. Puis, apres que le
Haut-Commissaire efut montr6 que I'action des envoys de
la France avait < ouvert aux Saint-Mariens les voies de
1'6volution social >, et efit exalt6 les liens spirituels qui
unissent Sainte-Marie i la France, M. Delavignette, Gou-
verneur general des Colonies, parlant au nom du ministry,
a evoque la figure de Sylvain Roux, un administrateur de
Saint-Marie, mort i la tache, et a parl6 de la n6cessit6 de
< construire l'Union Francaise, la grande communauti civi-
que, capable de rassembler les peuples de status les plus
divers, qui s'enrichiront ensemble de leurs differences
memes, dans une unit qui n'est plus l'uniformite.
Sur la tombe de Sylvain-Roux a-t-il poursuivi nous
songeons it tons ceux qui meurent actuellement pour que
I'Union Frangaise vive, orient4e elle-meme vers la fraternity.
Nous songeons aux morts du Tonkin. Leur sacrifice doit
etre c6lbr6 i Sainte-Marie, terre francaise, qui leur adresse,
avec notre pens6e, l'exemple de tous les Saint-Mariens et
de tous les franco-malgaches tombs dans les guerres pour
la France.
Puis, apres avoir rappel6 la parole du Ministre de la
France d'Outre-Mer, M. Mitterrand : < Jamais je ne dis-
euterai, je ne laisserai m8me discuter le principle de l'unit6
de la France d'Outre-Mer >, M. Delavignette a conclu :
< Animee par l'autorit6 ferme et humaine de son Haut-
Commissaire, Roger Bargues, Madagascar travaille, accroit
sa population, met au point son programme d'equipement
Bconomique et social. >
Les fetes se sont poursuivies pendant deux jours. Elles
ont 6t6 marques notamment par une ceremonies symbolique
du souvenir et la plantation de l'arbre du bi-centenaire.
M. Foureade, president de l'Assembl6e de l'Union Fran-
caise, a envoy le t6elgramme suivant :
c Au moment oi sont c6lebries les fetes du bi-centenaire
du rattachement de l'Ile de Sainte-Marie i la France,
j'adresse aux populations de l'Ile ma pens6e fiddle et affec-
tueuse et vous exprime, avec mes regrets de n'avoir pu etre
present, mes sentiments de sincere amitie. >
De son c6te, le Gouverneur General Delavignette a adres-
s6 au Ministre de la France d'Outre-Mer un t616gramme,
dans lequel ii declare notamment :
< An moment oil se terminent les fetes patriotiques du
bi-centenaire de Sainte-Marie, oi j'ai l'honneur de vous
repr6senter, je suis heureux de pouvoir vous transmettre
les sentiments de profound attaclement i la Metropole.


exprimns par la population et ses elus, ainsi que les vreux
respectueux qu'ils forment avec le Haut-Commissaire Bar-
gues, i votre intention et i cell du President de la Ripu-
blique et de I'Union Franvaise. >

Le ministry de la France d'Outre-Mer a requ,
de M. Jeantet, conseiller de 1'Union Francaise,
le telgramme suivant que lui a transmis
M. Bargues, Haut-Commissaire de la R6publique
A Madagascar :

Au course des journees des 8 et 9 novembre, la population
de Sainte-Marie, reunie au course des ceremonies du bi-
centenaire du rattachement volontaire de Sainte-Marie a la
France, a renouvel6 le geste qu'il y a deux siecles fit la
reine Betty en c4dant cette ile i la France.
La population avait bien espir6 que vous series present
a cette ceremonie, mais, ayant compris les necessites de
votre charge, elle a salu6 le Gouverneur gienral Delavi-
gnette, votre reprisentant, comme elle l'aurait fait pour
vous-mime, tout en conservant, quand meme, 1'espoir qu'au
course du voyage que vous envisagez de faire bient6t i
Madagascar, vous trouverez quelques heures pour voir la
petite lie fiddle.

L'ile de Sainte-Marie se situe au large de Ma-
dagascar, a quelques miles au Nord-Est de
Tamatave.


Activity du Bureau Minier

M. Vigier, Directeur General du Bureau Mi-
nier de la France d'Outre-Mer, arrive it Mada-
gascar le 14 octobre, a fait prendre en main,
par le Bureau Minier, une exploitation de mica.
aux environs de Bekilly, dans le sud, en asso-
ciation avec l'exploitant, puis a 30 kilombtres
de la Sakoa, A Cohibory, il a ktudi6 un gisement
de cuivre, don't les indices permettent d'esp6rer
un rendement int6ressant.
Enfin, M. Vigier s'est longuement penchl sur
le difficile probleme du carbon de la Sakoa.
L'exploitation miniire est, certes, un el1ment
essential de la prosp6rit6 6conomique d'un pays,
nmais pour 6tablir le chemin de fer et cr6er une
installation portuaire a Soalara, il faut envisa-
ger une d6pense de l'ordre de 6 h 8 milliards
'pour l'extraction de 600 h 800.000 tonnes de
carbon par an, et cela demand r6flexion. Le
Bureau Minier a fait un rapport qui est h l'6tude
au Ministere t Paris, et l'opinion qu'aura pu se
faire M. Vigier sera d'un grand poids dans la
decision finale.


L'Academie Malgache re;oit le Gouverneur
G6n6ral Delavignette

Au course d'une stance solennelle, presidde par
le Professeur J. Millot,'Directeur de la Recher-







che Scieni ifique, 1'Academie nialgache a reui le
Gouverneur General Delavignette, et lui a
dcdern6 le titre de Membre d'Honneur.

M. Delavignette, apres avoir promise d'int6resser les pou-
voirs publics a 1'Acad6mie, a fait allusion aux voyages qu'il
vient d'effectuer pendant deux mois A travers la Grande Ile,
il a dit combien il avait 6t6 frapp6 par les caracteres tries
spiciaux de Madagascar.
A premier vue, on croit retrouver, A travers ses nom-
breux visagc3, maints pays dejA connus par ailleurs. En
rialitO, il n'en est rien. Madagascar forme un continent
singulier, qut a sa loi et sa vie propre.
C'est cette vie qu'il conviendrait actuellement d'intensi-
fier. La mis-ion qu'il accomplit ici pursuit en parties ce
but. Elle a pour objet d'essayer d'elever la production agri-
cole malgaclie et, parmi les experiences a tenter, l'une
d'elles, pour rait consister a faire venir de 1'ext6rieur et
installer sur place une main-d'oeuvre agricole tres soigneu-
sement tri6e. susceptible d'implanter des methodes meil-
leures et plus efficaces.
Le Gouvecneur g6n6ral a conclu en soulignant que le
temps ttait venu pour Madagascar, si elle voulait prendre
son essor, dc sortir de son isolement et de participer a ces
grands changes, a ces grands courants qui pAnktrent de
plus en plus les pays, les races et les idies, caract6risant le
monde moderne.


Une fire exposition a Diego-Suaret

M. Bargues, Haut-Commissaire, a inaugurC,
r6cemment, la Foire-Exposition de Diego-
Suarez.
M. Juliani, Prdsident de la Chambre de Com-
merce, a prononc6 une allocution au course de
laquelle il a expose, au Chef du Territoire, les
desiderata de la region de Diego don't la situa-
tion politique et economique justifierait, selon
lui, son elevation au rang de province autonome.
Le Haut-Commissaire, dans sa reponse, a
insist sur I'int6rft economique que pr6sentait
l'initiative prise par Diego. II a bross6 un rapide
tableau de la situation actuelle de la Grande lie
et a soulign6 les raisons qu'il avait d'esp6rer une
amelioration de cette situation puis il a donn6
quelques renseignements sur les r6sultats qu'it
avait obtenus en faveur de Madagascar lors de
sa r6cente mission en France.
A l'issue des allocutions, M. Bargues a remis,
a M. Pira, artisan d'art en 6caille, le dipl6me
de meilleur ouvrier de France, que vient de lui
d6cerner Ic Secretaire d'Etat a 1'Enseignement
Technique.








COTE FRANCAISE DES SOMALIS


L a session
du Conseil
Repr6sentatif

hB A dcuximnie ses-
Ssion ordinnirc
du Conseil re-
pr6sentatif de la. C6te
Francaise des Soma-
lis a t: ouverte, lc
18 octobre, par le
Gouverncur M. Sa-
doul. Dans son discourse inaugural, cc dernier a
expos la situation administrative et financiirc
du Territoire et donn6 un bref apercu du bud-
get de l'ann6e 1951, don't l'approbation dtait
l'ordre du jour.
Aprbs la riponse de M. Martin, d6putd, Prd6-
sident du Conseil Repr6sentatif, le Gouverneur
Sadoul, accompagn6 des membres du Conseil et
de diverse personalities, est alli poser la prc-
mitre pierre de l'ddifice destined i abriter les ld-&
lib6rations du Conseil.

Le chapitre des recettcs budg6taircs, don't l'examen a
constitute le thmiie des premiers travaux du Conscil, pose,
cette annee, un double probl-ine :
D'une part, supprimer l'actuclle taxes ti consonnliation
locale, incompatible avce la notion de Port-F'ranc, pnis-
qu'elle met obstacle a l]a libre circulation des marchandises.
D'autre part, trouver les recettes fiscales correspondantes ii
l'augmentation des d(lpenses.
Le gouvernenlent local, suivant les directives dou Depar-
tement, a propose I',tablissement d'une taxes sur les tran-
sactions, de principle analogue a celle qui existe en France.
C(ete taxes aurait le double advantage de rvaliser la fran-
chise comlplte i I'imnportation ct de rpartir plus 6vluii-
tablemnent la charge fiscal, qui epargnait, auparavant, les
exportatcurs ou fournisseurs de services au detriment des
importateurs. Cependant, une telle rformne i'est pas sans
entrainer certaines difficulties d'application dans un port
ofi les circuits commerciaux sont tris divers, les categories
professionnelles mal delimitees et la population Soinalic,
Arabe on Indienne nmal accoutumce aux regles comptables
ct fiscales europ6ennes. La Chambre de Commerce, appelic
i se prononcer sur le project envisage, a demand diverse


modifications et presented des observations qui ,claircront
lc Conseil dans ses travaux.
D'autrc part, le rapport attend de la taxes sur les tran-
sactions ne pourra faire face it l'enseimble des depenses
ordinaires pr6vues pour I'ann6c prochaine, en augmnenta-
tion de 78.000.000 de francs sur 1950. Cet exc6ednt est dfi
an reclassement des fonctionnaircs et a la iise nii service
de nouveaux etablisseiments a caractere social : group
scolaire, ,cole profcssionnelle, dispensaire. iiiternit6 et
centre d'accueil de 'cenfance.
Le gouvernenment local a done soumis, an Conseil, un
project de taxes de luxe portant sur les tabacs tt alcools,
don't Ic rapport devra convrir ce deficit. Le prin ipe en a
etc admis par la Chandire de Commerce qui s'.,st pr6oc-
cup6e, toutefois, de maintenir la difference existent sur les
course des cigarettes entire Djibouti et la plupart des autres
places, afin de conserve le iiirchI tris actif qui s'y tient
actuellement.
Le Conseil rcpresentatif a adople les project dtie taxes
qui lui 6taicnt sounis, apres diverse modifications inspi-
recs par le souci de preserver d'une taxation excessive les
principals activities de la colonie : transit, re,:ondition-
nemient des marchandises, ravitaillement des navires et im-
portations tie products essentials. Des aminagemints ont etc
appor!6s au Code general des Imp6ts directs ainsi qu'aux
tarifs des droits de port acquitt6s par ies navire:;. visant i
reduire, autant que possible, l'incidtnce de ccs droits sur
le traffic.
Apres examen des dipenses, le I;uldgct a k6t vot6 dans
son ensemble, la nuit minenc oi se teriiiinaient le pouvoirs
du Conseil.


Elections a la Chambre de Commerce

Lcs 'llctlions it ah Chanubre de Comnmerce de
D)jihouli onl cu lieu le dimanche 29 oct bre. La
nouvelle Chambre don'tt trois sieges en ballot-
tage restent a pourvoir) comprend les Dirccteurs
des principles Socidtes de la place :
Compagnic de 1'Afrique Orientale ; Banque
de 1'Indochine ; Soci6td des Salines de Djibouti ;
Compagnic du Chemin de Fcr franco-tlhiopien,
Compagnie Gndrale de 1'Est Africain.
Des representants du petit commerce francais,
strangers et autochtones, y sidgeront 6galement.







NOUVELLE CALEDONIE


Deuxime session du Conseil General

Lors de l'ouverture de la dcuximne session
ordinaire ('e 1950 du Conseil Gndiral de la Nou-
velle-Cal1donie, qui a cu lieu en prdscnce du
Gouverneur Cournarie, Haut-Commissaire dcs
Elablissemnints Francais du Paciliquc, M. Henri
Bonneaud, Pr6sident de cette Assemblde, a pro-
noned un liscours, au course duquel il a declare
notammeni: :

C'est cc plan d'equipement don't le Budget 1950-1951 vous
sera prBsente 6galement an course de cette session. A ce


sujet, il convent de signaler l'rnorme effort de r6alisatiori
dlja en cours. Je m'en voudrais de vous ennuyer avec la
longue numeration des travaux d6ja faits ou, actuellement,
en course tant a Noumea que dans l'int6rieur. Cela est, A
la vue de tous et, parlmi les plus important, je me per-
miettrai d'attircr votre attention sur les realisations r6centes
de nos Ecoles de l'iintrieur, de nos bureau de Posies, de
notre Ferme Ecole, de notre Ecole professionnelle, de notre
Sana de la Piroguc, de nos dispensaires et de nos Ecoles
indigencs et, enfin, des conduites d'eau de 1'int6rieur. Par-
tout des chantiers sont ouverts. Partout, 1'on travaille et
cc m'est un plaisir, ici, d'cn faire la constatation. Je sais
quc cet effort va se poursuivre et s'intensifier au course de
I'annee qui vient et que d'autres realisations importantes
s'ajouteront, tris prochainement, A celles d6ja constatees.


SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON


M. Eugene Alaniou est nomm6 administrateur
de Saint-Pierre-et-Miquelon
Aux termucs d'un ddcret, paru an Journal offi-
cicl du 9 iovembre, au titre du ministire de la
France d'Outre-Mer, M. Eugine Alaniou est


noniim administrateur des lies Saint-Pierre-et-
liquelon, en replacement de M. Moisset.

Un autre ddcrcl design M. Pierre Coudert
come administrateur sup6rieur du territoire
des Comores en replacement de M. Alaniou.








INFORMATIONS ADMINISTRATIVE


ADMINISTRATION


* Dtcret n 50-1353 du 30 octobre 1950 portant reorganisa-
tion de 1'ecole national de la France d'Outre-Mer (J. 0.
31-10-50.)
* D6cret no 50-1393 du 31 octobre 1950 portant organisa-
tion de l'institut d'elevage et de m6decine v6terinaire des
pays tropicaux. (]. 0. 8-11.50.)
* Decret du 8 novembre 1950 reportant au mois de novem-
bre la deuxiime session ordinaire de 1'assemblee repr6sen-
tative des Etablissements francais de l'Oc6anie pour I'annee
1950. (J. 0. 9-11.50.)
* D1cret no 50-1430 du 17 novembre 1950 approuvant une
modification des status de la Banque de Madagascar et
des Comores. (J. 0. 19-11-50.)
* Institution dans les territoires d'outre-mer des secteurs
experimentaux de modernisation agricole pour la mise en
valeur des p6rim6tres ruraux. (J. 0. 21-11-50.)
* Institution de la Societe d'Etat dite Credit de Mada-
gascar. (J. 0. 22.11.50.)
* Decret no 50.1441 du 18 novembre 1950 modifiant le
dicret no 50-494 du 3 mai 1950 riorganisant le service des
eaux et forts aux colonies. (J. 0. 22-11.50.)
Decret no 50-1467 du 27 novembre 1950 portant creation
d'une academic d'Afrique occidentale francaise. (J. O.
29-11-50.)


FINANCES

Fixation des indices de traitement des secr6taires g6nd-
raux des territoires relevant du ministbre de la France
d'Outre-Mer, autres que l'Indochine. (J. 0. 10.11-50.)
D6cret du 5 novembre 1950 portant abrogation du d6cret
du 1" mai 1926 relatif aux traitements des secr6taires gine-
raux relevant du ministire de la France d'Outre-Mer.
(J. 0. 11-11-50.)
Decret n 50-1407 du 9 novembre 1950 portant assimila-
tion i des categories existantes en vue de la revision des
pensions de certain emplois supprimes du ministire de la
France d'Outre-Mer. (J. 0. 14-11-50.)
D6cret du 9 novembre 1950 portant approbation du bud-
get special des miles Wallis et Futuna exercisee 1950) (J. 0.
14-11-50).
D6cret no 50-1436 du 17 novembre 1950 fixant, dans les
territoires relevant du department de la France d'outre-
mer et en Indochine, le taux des allocations aux families
necessiteuses don't les soutiens indispensables sont sous les
drapeaux. (J. 0. 21.11-50).
DScret no 50-1437 du 16 novembre 1950 modifiant 'ar-
ticle 109 du decret du 2 mars 1910 portant riglement sur
la sold et les allocations accessoires du personnel des ser-
vices gienraux relevant du ministere de la France d'outre-
mer. (J. 0. 21.11-50).
D6cret no 50-1466 du 25 novembre 1950 portant modifi-
cation de Particle 339 du dicret du 30 d6cembre 1912 sur
le regime financier des colonies. (J. 0. 29-11-50).


PERSONNEL


* M. Robert Lelkgue, directeur du personnel A l'adminis-
tration central du minitbre de la France d'outre-mer, est
nonmin directeur honoraire de cette administration cen-
trale, iA computer du 1" novembre 1950. (J. 0. 4-11-50).
* Par d6cret en date du 25 novembre 1950, au grade d'ins-
pecteur g6ndral de 2" classes de la France d'outre-mer :
M. de Carbon-FerriBre (Jacques), inspecteur de 1'e classes
de la France d'outre-mer en service detached, en rempla-
cement de M. Le Gregam, inspecteur general de la France
d'outre-mer, admis au cadre de reserve des inspecteurs
geniraux de la France d'outre-mer.
M. Peter (Georges-Emile), inspecteur de 1" classes de la
France d'outre.mer, en replacement de M. de Carbon-
Ferriere, maintenu en position de service d6tachL. (J. 0.,
29-11-50).
Au grade d'inspecteur de 1" classes.
* M. Demaille (Jean-Paul-Louis), inspecteur de 2' classes
de la France d'outre-mer. (1. 0. 30-11-50).
Au grade d'inspecteur de 2' classes.
* MM. Blin (Yves-Jean-Marie), Ponchelet (Jacques-Marie),
inspecteurs de 3' classes de la France d'outrc-nier (J. 0.
30-11-50).
* M. Petitbon (Rene-Jean-Albert), gouverneur de 2' classes
des colonies, est nommin gouverneur des itablissements
francais de l'Oc6anie, en replacement de M. le gouver-
neur Anziani, appel iA d'autres functions. (J. 0. 5.11-50).
* Par decret en date du 28 octobre 1950, M. Bayle (Henri),
administrateur de 2 classes des colonies, est admis, sur sa
demand, i bineficier des dispositions de la loi du 3 sep-
tembre 1947 relative au d6gagement des cadres. (J. O.
1-11-50).
* Par decret en date du 28 octobre 1950, M. Poli (Michel-
Antoine), administrateur de 1" classes des colonies, est
nommi secretaire g6enral de la GuinSe i compete du
19 septembre 1947 et jusqu'au 27 mai 1948 (r6gularisation).
(J. O. 1-11-50).
* Par dicret en date du 28 octobre 1950, M. Allano (Vin-
cent), ingenieur en chef hors classes des travaux publics
des colonies, directeur des chemins de fer de Madagascar,
est promu au grade d'ing6nieur general de 2' classe des
travaux publics des colonies. (J. 0. 1-11-50).
* M. Coudert (Pierre-L6onard-Alphonse), administrateur de
1" classes des colonies, est nomme administrateur superieur
du territoire des Comores, en replacement de M. Alaniou,
appele i l'autres functions. (J. 0. 9-11-50).
* Par d6cret en date du 9 novembre 1950, M. Daufresne
(FrBdiric-Gustave-Andre), administrateur de 1" classes des
colonies, est nommn secretaire g6enral des Etab issements
francais de l'Oc6anie, en replacement de M. Girault (J. 0.
10-11-50).
* Par decret en date du 9 novembre 1950, M. Petit (Hu-
bert-Reynier), administrateur de 1' classes des colonies, est
nomm6 secretaire gienral de la Mauritanie, en remplace-
ment de M. Daufresne, appel6 i d'autres functions. (J. 0.
10-11-50).








* M. Alainiou (Eugene-Alain-Charles-Louis), adminietrateur
de 1" clause des colonies, est nomm6 administrateur des
miles Saint-Pierre et Miquelon, en remplacemcnt de M. Mois-,
set. (J. O. 9-11-50).
* Par arRite du secr6taire d'Etat i la France d'outre-mer
en date du 30 octobre 1950, M. Pelisson (Pierre), inspec-
teur g6n6r..l de 2' classes du travail outre-mer, est mis a la
disposition du haut-conmissaire de la REpublique en Afri-
que 6quatoriale francaise pour remplir les functions d'ins-
pecteur general du travail de cette federation. (]. 0. 5-11-50).
* Par decret du 16 novembre 1950, M. Merlo, dit Ary-
Leblond, ast nomme conservateur honoraire du mus6e de
la France d'outre-mcr, a computer du 22 novembre 1950.
(1. 0. 21-11-50).
* Par derret en date du 10 novembre 1950, M. Mouleres
.(Germain), administrateur de 1" classes des colonies, est
admis, smn sa demnande, i b6n6ficier des dispositions de la
loi du 3 s:'ptembre 1947, relative an d~gagement des cadres,
(1. 0. 14-11-50).
* Par decret en date du 10 novembre 1950, M. Leroy
(Paul), administrateur de 3' classes des colonies, est admis,
sur sa demiande, i benfficier des dispositions de la loi du
3 septembre 1947, relative an d6gagement des cadres. (J. O.
14-11-50).
* Par derret en date du 31 octohre 1950, sont degag6s des
cadres,
M. Souhlie (Henry-Aim6), administrateur de 2' classes.
M. Valcnrot (Georges), administrateur de 2' classes. (J. O.
7-11-50).
Par arrt6 ein date du 20 octobre 1950, sont nomm6s
r6dacteur. de 2' classes d'administration genBrale d'outre-
mer :
MM. Pinot (Jean), Berrieix (F61ix), Ravet .(Raymond),
Danaho iRaoul), Rousseau (Andre), Biane (Robert). (1. 0.
31-10-50).
Par d: cret en date du 28 octobre 1950 :
M. Valantin (Charles), substitute du procureur de la R6-
publique pres le tribunal de Kaolak, est nommi substitute
du procureur de la R6publique pres le tribunal de 2" classes
de Grand-Bassam, en replacement de M. Morel.
M. Ar:es-Lapoque, avocat, est nomm6 substitute du pro-
cureur de la Republique pres le tribunal de 3e classes de
Kaolak, in replacement de M. Valantin. (J. 0. 1-11-50).
Liste des candidates admis a subir les Apreuves 6crites
de l'exa:nen professionnel d'entr6e dans la magistrature
d'outre-nier (deuxi4ne session 1950). (J. 0. 21-11-50).
D6cret du 16 novembre 1950 portant promotion dans le
personnel des administrateurs des colonies. (J. 0. 17-11-50).
D6cr't du 8 novembre 1950 portant promotion dans le
personnel des administrateurs des services civils de I'ndo-
chine. (Q. 0. 11-11-50).
Tabl au d'avancement compl6mentaire, de l'ann6e 1950,
du personnel du cadre general dcs travaux publics, des
mines el. des techniques industrielles. (J. 0. 19-11-50).


9 Decret du 31 octobre 1950 portant reclassement d'admi-
nistrateurs des services civils de l'Indochine. (J. 0. 7-11-50).
* Dbcret no 50-1420 du 13 novembre 1950 fixant le cadre
du personnel metropolitan des douianes en Afrique Cqua-
toriale francaise. (J. 0. 17-11-50).
* Tableau d'avancement compl6mentaire, de l'ann6e 1950,
si.,, --.o"'nel des services de l'agriculture outre-mer.
(J. 0. 28-11-50).
*l taileau d avancement de l'ainne 1950 du personnel de
I'inspection des chasses et de in protection de la faune
outre-mer. (J. 0. 29-11-50).
* Tour de service outre-mer des fouctionnaires civil ap-
partenant aux cadres regis par dtcret. (J. 0. 1-11-50).
* Tour de service outre-mer ties fonctionnuires civils ap-
partenant aux cadres r6gis par dteret. ir 0. 15-11-50).

DISTINCTIONS HONORIFIQUES

A la dignity de grand officicr de la I.gion d'Houneur.
(J. 0. 4-11-50).
M. Lebegue (Robert-Alfred), diredteur hoioraire au mi-
nist&re de la France d'outre-mer. Coniniandeur du 6 mai
1947. Pour prendre rang du 1" novembre 1950.
Au grade d'officier de la 1..gion d'Honneur. (J. O.
25-11-50).
M. Vuillaume (Paul), inspecteur general des affaires ad-
ministratives de l'Afrique equatoriale francaisc. Chevalier
du 28 fevrier 1938.
Au grade de chevalier de la LUgion d'Honneur. (J. 0.
25-11'-50).
MAM.
Barou (Joseph), administrateur (de 1" classes des colonies
a Brat.zaville (Afrique Equatoriale francaise).
Colovnbani (Ignace-Jean-Aristidce, gouverncur des colo-
nies, Bingui (Oubangui-Chari) (Afrique 6quatoriale fran-
gaise).
GagniAre (Charles), direction de la C.C.A.E.F., Gabon
(Afrique equatoriale francaise).
Jamet (.Albert-Pierre), importation, exportation ct plan-
tation, Fort-Lamy (Tchad) (Afrique 6quatoriale franiaise).
Pape (Emile), industrial i Port-Gentil (Gabon) (Afrique
equatoriale francaise).
Renard (Michcl-Henri-Ir6nBe), directeur de la SociWtA
Afrique Congo i Brazzaville (Afrique 6quatoriale fran-
Caise).
Souvant (Jacques-Andre), adninistrateur en chef des
colonies.
Triponel (Henri), directeur commercial de la C.T.R.O., it
Bangui (Afrique equatoriale francaise).
* Au grade de chevalier de la LAgion d'Honneur. (J. 0.
25-11-50).
Thiraut (Jean), ingenieur principal des mines des colonies
a Saigon (Indochine). Mort pour la France. A &6 cit6 i
I'ordre de la Nation.





.,


REVUE DE PRESS


Nous rappelans que la revue de press publice au pr4isent bulletin est purement objective. Elle n'implique
Mvidemment aucune adhesion (du Ministere de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimnes dans les
articles reproduits Ai titre d'information.



PRESS D'OUTRE-MER ,

INDOCHINE


Situation d'ensemble en Extreme-Orient:
la menace chinoise.
Tous les regards se portent sur la Chine, don't
l'attitude n'est pas sans inquieter ceux. qui
craignent une extension des conflicts actuels en
Extreme-Orient.
Dans Saigon-Presse, sous le litre < La Claine
communist a l'aclion >, Yves Dufour expose avec
nettet6 la position actuelle des communists clinois.
On se rappelle, 6crit-il, le long s6jour fait par
Mao Ts6 Toung a Moscou et le mystere total qui
avait regn6 sur les entretiens que le Chef ,chinois
avait cus avec les dirigeants du Kremlin. Point de
doute, avait-on dit alors, Mao est all6 rendre compete,
en c satellite > ob6issant, de son action et prendre
les nouveaux ordres, les nouvelles direct ves. Les
esprits optimistes, cependant, pr6tendaien!t souvent
que les communists, une fois occupation de la
Chine achev6e, auraient suffisamment a faire avec
leur propre pays pour ne point regarder 'vers l'ext6-
rieur. L'inaction chinoise, vis-A-vis de Formose, de
I'Indochine, du Tibet et plus r6cemment des affaires
de Cor6e, sembla un moment confirmer cette th6se.
Certaines Nations Libres prirent m6me cette sa-
gesse apparent pour un gage de bonne volont6, de
pacifisme, et soutinrent la cause de la Chine com-
muniste aupres de l'Assemblec G6Cnrale des Nations
Unies.
Ce n'6tait, cependant, que le came qui pr6cede
la temp6te et il proc6dait plus du besoin de reorga-
nisation militaire et administrative des communists
que d'une volont6 de paix.
c Deja, depuis de longs mois les milieux autoris6s
franco-vietnamiens 6taient avis6s que, au delh de
la fronti6re sino-indochinoise, d'importantes con-
centrations de troupes vietminh se groupaient, favo-
ris6es par les autorit6s chinoises. Bient6t meme on
6ut que des camps d'entrainement, od les soldats


rebellcs elaient 6quip6s et pr6par6s militairement,
etaient forms. Puis ce fut Cao-Bang. Devant l'im-
portance de l'action de la concentration de troupes
et de leur armement, la participation chinoise
'~itait pas niable. A l'heure actuelle, les troupes
vietminh ne cachent mnme plus l'aide qui leur est
*apportle de l'autre c6t6 de la fronti6re, et que nos
soldats A Lao-Kay, voient d6ployer sous leurs yeux,
sAre de l'impunit&...
<< Puis ce fut l'intervention en Corbe...
< Plus grave apparait l'envahisement du Tibet...
< Pour beaucoup, dit Yves Dufour, le r6veil a 6ti
p6nible et l'on attend avec impatience et curiosity
la reaction onusienne. Jusqu'A maintenant, en effet,
Lake Success n'a pas r6agi. Estimerait-on que les
TibCtains ne valent pas, en importance, les Sud-
Coreens ? Sirement pas, mais I'O.N.U., qui a eu iA
fair face A l'attaque de la Cor6e, qui se pr6occupe
de l'Indochine, quoique officiellement rien ne soit
pr6vu, aura beaucoup de mal A s'opposer aux visees
de la Chine.
< Anglais et Am6ricains ont aujourd'hui les yeux
fix6s sur l'Indochine. LA se trouvent des troupes
experiment6es, nombreuses et a m6me de s'opposer
aux avances chinoises si elles avaient lieu.
< La se porte leur effort actuellement et il semble
difficile d'envisager une nouvelle intervention mili-
taire, massive, au Tibet. Quant 1'Inde, fiddle A sa
ligne de conduit elle cherche A < arranger les
choses > avec P6kin et ne souhaite en aucune fagon
d6fendre militairement le Tibet.
t La situation est grave djiA, et elle ira en empi-
rant si l'on ne regarded pas le probl6me dans son
ensemble et si les Nations Unies ne se d6cident pas
a prendre une decision 6nergique a l'egard de
P6kin .
< I n'est plus temps de se payer de mots. >







Mission de M. Letourneau
et la situation en Indochine
C'est en some ce que dit aussi M. Marinetti,
dans La Liberl4e (de Phn6m-Penh), mais a propos
de l'Indocliine.
Sous le titre g Les responsables au pied du mur ,
M. Marinetti Acrit un editorial inspire par la mis-
sion de M. Letourneau.
c Ce ministry, pas plus que le general Juin, n'a
pas W6t prolixe, dit M. Marinetti. La forfanterie qui,
jusqu'ici, :; 6t la regle, n'est plus de mise, ct le
precedent Revers incite A la prudence.
t II n'est pas douteux qu'apres la came suffl-
sance, et .I'air sup6rieur qui, jusqu'au d6sastre de
Caoban, furent la r6gle, le public frangais se trouve
quelque pi:.u d6rout&, et ne comprend plus. II y a
de quoi I
< En France... on se demand avec anxie6t vers
quel proche avenir nous allons. II n'y a gu6re long-
temps, qu':,n leur a claironn6 que l'on s'6tait empar6
de la capilale du Vietminh (Thai-Nguy&n). Avec les
conceptions europeennes d'une guerre, on se doute
des conclusions qu'une opinion publique, avis6e A
faux, en a tire.
c Lui dire aujourd'hui que 1'enlevement de cette
capital n'est rien et que la guerre s6rieuse com-
mence ]:,eine, est un peu dur. La franchise com-
manderait de mettre cette opinion devant la realit6
et les sacrifices que les 6v6nements nous imposent.
L'opinion publique m6tropolitaine doit en 6tre avi-
see, et sans aucun detour. Les detours, h6las, n'ont
que trop ict la regle jusqu'ici, il faudrait desormais
les banni Les 6evnements vont se charger de
mettre les responsables au pied du mur. L'heure des
tergiversalions est terminde.
< Ou 1'on prendra les decisions qui s'imposent, ou
l'on y sera contraint par le d6roulement des faits.
Reculer pour mieux sauter, et sauter en roccur-
rence, un terme fort just, ne serait plus qu'une
politique le Gribouille.
< En risum6, continue M. Marinetti, la situation
indochinoise, si confuse qu'on veuille la repr6sen-
ter, reste fort claire. Deux id6es principles doivent
s'en d6gal:er : la premiere est la necessity de ren-
forcer nos moyens militaires, mais la deuxieme,
qu'il ne fuut point perdre de vue, est de faire don-
ner le maximum de rendement, A ceux que nous
avons sur place. Et de ce cA6t, il y a encore bien
des ressources qui paraissent insoupconn6es.
< Il est enfin une troisi6me... c'est la decision
6nergique de mettre au pied du mur les collabora-
teurs locaux, pour lesquels on consent les ultimes
sacrifices, et qui se complaisent beaucoup trop en
des projels n6buleux A lointaines chances.
a Il covnvient aujourd'hui de mettre en place une
th6se logique, autour de laquelle on tourne depuis
cinq ans sans se prononcer. IIs sont les premiers
int6ress6s mais leur effort est loin de correspondre,
en v6rit6, h leurs int6r6ts...
a Nous vivons depuis cinq ans sur des 6quivoques
continuelles, oh les essais succ6dent aux exp6-
riences, alec une complete inefficacit6.


< L'heure est venue de se turner resolument vers
un programme ferme, les faiblesses ne sont plus de
mise. On n'en a que trop use jusqu'ici. Elles n'ont
j'amais d'ailleurs fait qu'augmenter les exigences
sans qu'aucune contre-partie ait jamais vu le jour.
c Et si nous sommes partisans d'une position
nette et franche vis-A-vis de nos allies am6ricains,
nous sommes d'avis aussi qu'elle doit comporter
de leur part, la reconnaissance des erreurs qu'eux
aussi ont commises, et la latitude d'user implicite-
ment de certaines fermet6s d'attitude qu'ils de-
vraient appuyer et don't le r6sultat ne se ferait pas
longtemps attendre.
De son c6te, I'0Uniont Franfaise public un article
de M. Henry de Lachevrotiere qui, citant une phrase
prononc6e par M. Letourneau: t la France, en
Indochine, ne defend pas ses int6rAts propres, elle
defend l'ind6pendance et la liberty du Vietnam, du
Cambodge et du Laos, c'est pour cela que ses enfants
se font tuer ,, declare que c'est IA une v6rit6 qu'il
est bon de r6pandre. e Nous tenons A nous en faire
1'echo, Acrit M. de Lachevrotiere, car il ne semble
pas que ceux pour lesquels nos soldats se battent
depuis quatre ans soient bien p6netres de cette
v6rit6.
< L'ind6pendance des trois Etats Associ6s 6tant
accord6e, notre gouvernement aurait pu abandonner
le Vietnam, le Cambodge et le Laos A leur sort en
leur disant : < Maintenant d6brouillez-vous seuls >
c On imagine facilement A quel chaos aurait
about une telle mani6re de proc6der. Si la France
avait tir6 ses gregues et secou6 la poussibre de ses
bottes, I'Indochine entire aurait Wtl imm6diate-
ment la proie du communism don't les fourriers
6taient dejA en place. 11 est mmne probable que
cette proie tentante, ce grenier de riz, objet des
convoitises celestes depuis des siecles, aurait Wti
rapidement int6gr6 en ces territoires sur lesquels
le gouvernement de PWkin a la haute main.
a C'est cela que la France n'a pas voulu.
Ayant pris 1'Indochine sous la protection de
son drapeau, notre gouvernement se refusait &
I'abandonner a elle-mime en un moment critique,
en risquant de la voir tomber sous une domination
cruelle et tyrannique...
: Le corps expeditionnaire francais joue en ce
moment le rl6e de bouclier protecteur, c'est sa pr6-
sence et son action qui emp6chent l'anarchie de
r6gner en maitresse, ce qui aurait probablement
incit6 des voisins a s'empresser de venir aider au
r6tablissement de l'ordre, A leur maniere.
Du c6t6 vietnamien, malgr6 l'evolution de la situa-
tion militaire, on se pr6occupe surtout des relations
entire la France et le Vietnam.
c Le Chef de 1'Etat vietnamien, a declare M. Le-
tourneau, rappelle le Dan-Quyen, que les gouverne-
ments frangais et vietnamien ont un m6me objectif:
la concr6tisation des accords du 8 mars 1949.
c Les fonctionnaires de la D616gation frangaise A
la conference de Pau avaient voulu dresser des
obstacles, ils accusent aujourd'hui un coup s6v6re
que leur inflige le Pr6sident TrAn-Van Huu.
Devant la gravity de la situation actuelle, les







propagandistes tendancieux doivent s'arr&ter pour
ne laisser agir que les dirigeants 6claires don't le
but est d'apporter la paix et le bonheur aux deux
peuples francais et vietnamiens.
La paix, l'6ditorialiste du Cap-Tien ne la volt
que dans une solution international. Aprbs avoir
fait une comparison entire le Vietnam et la CorBe, il
ajoute :
< Le probl6me vie'namien ne resemble pas tota-
lement au probl6me cor6en. II a un caractere beau-
coup plus national. Mais au course de ces cinq an-
n6es il a ddjh beaucoup trop trainW, bien que la
France ait manifesto dans une certain measure sa
jonne volont6 pour essayer de le r6soudre.
< En France comme dans les milieux officials
anglo-am6ricains, ainsi que dans d'autres pays, on
a jug6 que le moment est venu d'internationaliser Ic
probl6me vietnamien.
c Cela a Wte naturellement chaudement approuv&,
car cette internationalisation se r6v6le comme une
claire n6cessit6, qu'aucune autre solution ne pour-
rait 6galer en efficacit6.


Cependant, ce n'est pas 1i Pavis du Phuc-Hung
qui 6crit: < On ne sait pas sur les ordres de quel
chef d'orchestre certain journalists francais de
Saigon ont envoy des nouvelles et des articles en
France et i l'ltranger pour informer tendancieuse-
ment l'opinion
4 I1, uit mal interpr6t6 la signification de la jour-
n6e de l'O.N.U. en estimant que le gouvernement
vietnamien a l'intention de faire appel A l'O.N.U.
Its out profit d'un petit fait une banderole por-
tant le slogan << galit6 des peuples > suspendue prbs
du palais du gouverneur pour anoncer que la
journee de I'O.N.U. a eu un caractere de revendica-
tion.
< Par ailleurs quelques journalists ont aussi in-
terprMt6 d'une facon tendancieuse les declarations du
President Trin-Van-Huu pour dire que ce dernier
a r6clam6 un autre accord remplacant celui du
8 mas 1949. >
Et le Phuc-Hung d'afflrmer nettement: 4- Non!
Nous, Vietnamiens, nous ne r6clamons point un
autre accord. Nous ne souhaitons que l'application
de l'accord du 8 mars. >













PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press etrangere Iraduits en francais peut etre consulate d
la Section de la Presse Etrangere (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinol, Piece 17, 1" elage).
Les numerous qui figurent ci-dessous d la suite de I'indication d'origine des articles de press per-
'nellent ce se reporter au lexte complete des dits articles.


L'Asie -- et plus particulitrement l'Extreme-
Orient trouvent une place toujours plus
grande dai;s les colonies des journaux et des re-
vues. Ce sent, helas, des conflicts arms guer-
res ouvertcs on simples rebellions en Coree,
en Indochi.ne, en Malaisie, en Birmanie, en In-
donesie, our Philippines, an Nepal, au Tibet, qui
amenenrl I'Occident i prendre conscience de
deux donn, es de fail : les masses, la revolution.
Les mas.,es : 470 millions de Chinois, 340 mil-
lions d'Indiens, 100 millions d,Indondsiens, cela
fait dedj pres de la moitie de la population du
'monde.
La revolution : elle a triomphd en Chine, elle


a dclate ou elle cove dans tous les autres pays.
Alors que les deux p6les de l'activite hu-
maine : la destruction et la construction ou
si l'on veut la guerre d'une part, I'industrie et
I'agriculture de l'autre avaient depuis des sie-
cles en l'Europe pour centre, on entrevoit un
glissement qui ferait de l'Asie d'ici quelques
decades on centre analogue. D'ores et dejd
c'est lId que se consomment la plus grande part
des obus, des fusils, des bombes fabriques dans
e mnonde.
On comprend done l'angoisse de tous et l'in-
tdrdt avec lequel les hommes charges d'infor-
mer l'opinion publique se penchent sur l'Asie.


I. ASIE


1. G6n6ralit6s

11 n'est Ias possible de separer les mouve-
ments asialiques du communism : il en est sonl-
vent le moi'eur essential ; aussi nombre d'articles
sont-ils consacres a l'examen de ses' chances.
L'un des plus complete et des plus objectifs sem-
ble dire ceui lde Peter Schmid dans la Weltwo-
che de Ziirich :

De nombrcux observateurs places sur le theatre
de la guerrn froide en Asic estiment que le temps
travaille po.ir la Russic dans cette partic du monde
et qu'il arrivera un moment oii la march victorieuse
du communism ne pourra pas y Otre arretes.
A vrai dire, lorsqu'on parole actuellcment de
< communi:me en Asie, ce scrait une grosse erreur
de se reprdsenter un movement aux contours net-
tements traach6s et facile A determiner. Si l'on est
en droit de se demander en Europe quel est, parmi
les millions d'individus se rCclamant de la faucille
et du martEau, le nombre de ceux qui ont effective-
ment compris de quoi il s'agit, cette remarque est
valuable dans une measure beaucoup plus grande
encore pour les masses analphabetes d'Asie. A toutes
les differences fondamentales que pr6sentent ces
peuples en natiire de culture, de religion, d'organi-
sation sociole et de situation mat6rielle correspon-


dent des masques diff6rcnts A I'abri desquels le
communism s'insinue dans les coeurs. LA oif les
masses se sentent opprimees par les grands propri6-
taires fonciers et les usuriers, lI oii la famine use
leur sant6, comme c'6tait le cas en Chine et comme
c'est toujours le cas dans 1'Inde, le communism re-
presente une revolution social authcntique, et dans
un certain sens n6cessaire, qui s'accomplirait meme
si Marx n'avait jamais 6crit une ligne et si LUnine
n'6tait pas n6. Celui qui veut comprendre le carac-
tire de la revolution communist en Chine devait
lire le livre du correspondent de Life, Jack Belden :
K China shakes the world > (La Chine secoue le
monde). L'auteur a r6sid6 dans la parties communist
de la Chine pendant les ann6es d6cisives de la
guerre civil et il sait, par ses r6cits don't la politi-
que est fonciereient absente, nous faire saisir plus
profond6ment le veritable d6roulement des 6vene-
ments qu'il n'aurait 6et possible de le faire sous
I'angle purement politique. C'est toujours le mfme
tableau qui revient devant nos yeux : des hommes
qui, sous I'ancien systime social, ne peuvent prati-
quement plus vivre, des hommes auxquels la rebel-
lion offre la seule chance de voir le lendemain.
Mais cette th6orie de la revolution n6cessaire con-
tre un ordre social d6mod6 et caduc n'est plus
valuable d&s que nous foulons le sol du Sud-Est Asia-
tique. En Birmanie, en Indochine, en Malaisie et en
Indon6sie on ne trouve guire de mendiants dans les
rues car le sol dispense la nourriture en telle abon-







dance qu'en p6riodes normales les territoires forte-
ment surpeupl6s eux-memes ne connaissent aucune
p6nurie. Dans tous ces pays en outre la lutte de
classes entire une minority de profiteurs et une masse
sans droits n'existe pas ou se pr6sente seulement
sous une forme tres attnnuee. Cependant le travail
de d6sagr6gation communist a d6ej pris dans la
pulpart de ces pays la foime de la guerre civil et
seul le Siam pr6sente encore pour le moment l'as-
pect d'un pays idyllique au milieu des communautes
en voie de dislocation. II est evident qu'ici le com-.
munisme est aliment6 par des racines tout autres
que les racines sociales.
En Indochine et en Malaisie il n'est pas difficile
de les trouver ; dans ces territoires le communism
a revety le costume anti-imp6rialiste et nationalist.
La presence de la puissance colonial 6trangire,
mnme la oif ses dents sont revenues aussi 6mouss6es
qu'en Indochine ou lorsqu'elle sait se concilier la
sympathie de la population par des projects gran-
dioses d'assistance social comme 1'Angleterre en
Malaisie, pousse toujours de nombreux 616ments non-
communistes dans le camp des combatants ill6gaux
de la liberty. On a beau faire valoir a ces braves
gens, A I'aide des arguments les plus convaincants,
que la liberation ainsi obtenue ne serait pas une
vraie liberation et qu'elle reviendrait seulement A
remplacer le diable par Belz6buth, tout cela ne sert
a rien; la haine anticoloniale est d6raisonnable et
inaccessible a la logique.
L'anti-imp6rialisme et le nationalism, cependant,
ne constituent pas le motif le plus profound du succcs
communist dans le Sud-Est asiatique. S'il en 6tait
autrement, comment s'expliquerait-t-on un chaos
comme celui qui regne en Birmanie ? Dans ce pays
les Anglais ont vid6 les lieux sans combat et laiss6
la place a un gouvernement qui, sans 6tre commu-
niste, n'en pr6sente pas moins dans son socialisme
d'extreme gauche de nombreux points de contact
avec le programme communist. Cela n'a pas emp&-
ch6 le diable de se d6chainer imm6diatement apres
la liberation et trois groups communists impor-
tants d'instaurer leur autorit6 dans la jungle et d'en-
tamer une guerre fraiche et joyeuse non seulement
contre le gouvernement de Rangoon mais 6galement
entire eux, cet 6tat de choses ayant eu pour r6sultat
que l'un des pays les plus riches et les plus fortunes
de l'Asie vit aujourd'hui des aum6nes des Anglais,
que l'on a si gracieusement mis A la poite, et de
cells des Am6ricains. Le Premier Ministre birman
Thakin Nu a d6clare une fois, alors qu'il 6tait dan-
gereusement submerge par le flot des movements
clandestins, que ce que son gouvernement aurait de
mieux a faire serait de longer lui aussi dans l'ill6-
galit6. Ce propos n'est pas si absurde qu'il peut le
paraitie A premiere vue. Chez tous les peuples asia-
tiques (A l'exception des seuls Japonais) sommeille
un sentiment anti-gouvernemental latent, une pro-
pension a se r6volter contre un gouvernement faible
A la moindre occasion qui se pr6scnte.
Les Am6ricains risquent d'autant plus de perdre
la parties que 1'anti-am6ricanisme est aujourd'hui en
progres dans toute l'Asie. Et en r6alit6 la victoire d
Cor6e a plut6t enforce ce sentiment qu'elle ne l'a
amoindri. Tous les Asiatiques sans exception
se ressentent encore du traumatisme du colo-
nialisme et du complex cons6cutif d'inferiorit6 a


l'6gard du blanc. Meme les peupies aujourd'hui lib6-
r6s sont toujours visits par ce cauchemar. C'est
ainsi que le Premier Ministle Nehru a pu declarer
r6cemment encore dans un discours qu'il consid6-
rait toujours l'imp6rialisme comme un danger au
moins aussi s6rieux que le communism. C'est mani-
festement faux et on ne peut que souhaiter A Nehru
qu'il n'ait pas un jour A experimenter personnelle-
ment les r6alit6s politiques. Mais la these de 1' t im-
p6rialisme > regne en maitlesse en Asie et, comme
les Russes savent se faire passer pour des Asiatiques
bon teint, le vieux ressentiment contre l'ancien mai-
tre blanc d'outre-mer se report sur les nouveaux
blancs qui arrivent maintenant en franchissant
l'oc6an. Pour comprendre la situation en Asie, on
doit ne pas oublier que les peuples de ce continent
ne partagent pas le sentiment instinctif do peur que
nous 6prouvons A l'6gard des Russes mais qu'ils
parent des c imp6rialistes amnricains > avec cette
meme conscience angoiss6e de difference de race
que nous ressentons a la pens6e des < hordes
asiatiques 3.
(I Die Weitwoche ), ZLirich, 20 octobre 1960, n 6.969).

Si les Amdricains font grand cas du Point IV,
et pensent pouvoir lutter contre le communism
par des allocations en argent et des prdts, il
convient pourtant de noter qu'ils n'ont jusqu'd
present apportd qu'une aide tris limitde i l'Asie.
Le principal bailleur de fonds demeure de tres
Foin la Grande-Bretagne. Tribune le montre :

Les chiffres donn6s par le rapport recemment
public de la Commission economique pour l'Asie et
l'Extreme-Orient, tels qu'ils sont cites dans le
Manchester Guardian, montrent combien il est n6-
cessaire d'attirer l'attention des Am6ricains sur ce
sujet. Malgr6 tous les discours sur le Point IV du
President Truman, l'aide ambricaine au Sud-Est asia-
tique a jusqu'a present Wt extremement faible. Tout
I'argent a 6t6, a grande 6chelle, en direction du
Japon, des Philippines et de la Cor6e du Sud, mais
le reste de l'Asie ne vient que tries loin en fin de
liste. Voici, en millions de dollars les chiffres des
pr6ts des Am6ricains de juillet 1945 a d6cembre
1949 :


Europe occidentale ...............
Chine ...........................
Japon ...........................
Philippines ....................
Cor6e du Sud ....................
Reste de l'Asie ..................


18.628
1.755
1.765
568
300
53


II est bon de noter que compares a ceux-ci les
chiffres britanniques des pr6ts, dons et d6blocages
de livres sterling pour ces I6gions s'elevaient &
1.775 millions. Au course de la mrme p6riode les in-
vestissements priv6s ont presque 6te n6gligeables. En
d'autres terms, le plus gros poids de l'aide 6cono-
mique au Sud-Est asiatique est tomb6 sur les 6paulks
britanniques et c'est ce qui donne au gouvernement
britannique le dioit de prendre des initiatives et de
proposer des plans plus impoitants pour l'avenir.
(i Tribunf s, Londrs, S september 19;, A* 5. 63).








V'est a(ta* le Neue Zurcher .Zeitmug qu'oti
trouuera la meilleure analyse de la situation mi-
litaire en Indochine :

Depuis an mois la position des Francais au Ton-
kin, parti. septentrionale relativement fermbe de
I'ancienne colonies d'Indochine, est soumise i une
pression qlui a pour effet de la r6duire progresi4ve-
ment. A l'cxception du port de Moncay qui ne peut
etre atteint stirement que par mer, toutes les garni-
sons de la frontiere chinoise sont tomb6es aux mains
du Viefmirnh. Seul continue A etre tenue solidement
par les Francais un r6duit s'6tendant dans un rayon
de 50 h 100 km. autour d'Hanoi, le plat et fertile
delta du Ileuve Rouge.
II semble que l'on soit decide, a Saigon et a Paris,
A conserver ce r6duit dans la plaine. On lui reserve
a longue 6ch6ance la function d'une tete de pont
appel6e a Atre remplie de troupes et de materiel et
a servir de base pour reconquerir les territoires
perdus. Pour le moment cependant les teaches d6fen-
sives y s(:nt encore plus pressantes. 1I est vrai que
la guerre de jungle, que les guerilleros d'Ho-Chi-
Minh ant livr6 habilement et avec succes pendant
des anne s dans le maquis impenetrable de la region
montagneuse fortement accident6e rencontrera des
conditions moins favorables dans la plaine forte-
ment peupl6e et couple de voies de communications.
Toutefois les actions des derniers mois ont montr6
que, grAc:! a instruction rescue dans les camps mili-
taires chinois et A un bon armement, les bandes de
guerillercs op6rant a l'abri de la jungle et se d6filant
dans les sentiers couverts sont revenues une arm6e
susceptible de se voir confer des offensives dirigees
et coord(nn6es. L'armie d'Ho-Chi-Minh n'a plus A
se contenter de mitrailleuses et de mortiers de tran-
chbes mais elle dispose au minimum d'une artillerie
de calibre moyen et d'un system de transmissions
moderne permettant A un commandement central
d'organiser les operations coordonn6es de ses units.
Leur force combative ne dolt pas etre sous-estim6e,
mLme en dehors du terrain qui a 6t le leur jusqu'A
ce jour.
Le repli des positions avancees < sur une ligne
'plus court et plus facile A d6fendre 7, formule sous
laquelle on a I'habitude de designer la retraite fran-
Caise du mois dernier, s'est effectu6 sous une pres-
sion extrmement s6v6re de la part de 1'ennemi. Les
postes de Caobang, Dongkh6, Langson et Laokay
6taient devenus intenables. Caobang, bourgade d'un
peu plus de 3,000 habitants avec une garnison forte
de deux bataillons, etait encerclie depuis 18 mois.
Le ravitaillement en vivres et en munitions 6tait
assure e,;clusivement par air, les avions parachutant
leur chargement la plupart du temps pour ne pas
avoir A atterrir sur des pistes 6pouvantables sous
le feu de 1'cnnemi. Pour amener un bataillon ai
Caohang par la route colonial n* 4 il 6tait n6ces-
saire d'cntreprendre des operations de s6curit6 de
grande cnvergure. Les trois bataillons et demi, qui
dans les premiers jours d'octobre vinrent A la ren-
contre do la garnison livrant un combat de retraite,
mirent quatre jours pour effectuer un parcours de
35 km. En fin de compete, cette retraite tragique
ebfita A i'armee plus de 3.000 homnmes. La garnison


de iokay, qui se replie .etuellemeht -en direction
du delta, ne pent pas emprunter la voie naturelle
longeant le Fleuve Rouge et l'ancienne ligne de che-
min de fer, celle-ci 6tant bloquee par les insurg6s ;
elle doit se frayer un chemin par les cols de haute
montagne acc6dant au territoire des Thais encore
ftdeles aux Frangais.
Ces faits d6montrent clairement A quel point sont
isol6s tous les postes se trouvant en dehors du r6duit.
Ils ont 6et perdus des l'instant ofi les attaques fu-
rieuses des rebellcs maintenant conduites avec des
moyens extrimenient puissants, ont pu etre dirigees
directement centre les garnisons. L'ordre .d'evacua-
tion 6tait dans ces conditions la seule decision mili-
taire sense. La scule critique formul6e par les cen-
seurs francais cst que cette decision a 6te prise trop
tard et que le desir d'6pargner l'opinion pblique ne
m6ritait pas d'Ctre pay6 d'un prix aussi Blev6 que
celui repr6sent6 par les lourdes pertes subies. Les
il6ts perdus au milieu d'un territoire soulev6 et in-
contr6lable n'avaient plus en r6alit( depuis long-
temps aucune mission a remplir. Ils ont eu leur
signification au debut de l'annee lorsque des unit.
de l'arm6e chinoise national franchirent la fron-
tiere et durent 0tre d6sarm6es. Mais ces garnisons
n'6taient plus en measure de s'opposer efflcacement
a ce que I'armee d'Ho-Chi-Minh receive des armes
de Chine, 6tant donn6 qu'elles ne pouvaient se ris-
quer A franchir leurs propres palissades.
La retraite A travers la jungle, dans la measure oh
elle a pu etre effectu6e jusqu'A ce jour, a constitu6
une performance h6roique des soldats frangais et
marocains et de la Legion 6trangere. Pour la couvrir
on ne disposait dans le delta que de moyens extre-
mement r6duits : 4 A 5 avions de transport que
l'on devait 6galement, sans les avoir munis de dispo-
sitifs de pointage, utiliser comme bombardiers. II
faut ajouter A cela qu'un contre-temps inevitable du
aux conditions atmosp6riques emp6cha pendant un
grand nombre de jours et d'heures extremement cri-
tiques les escadrilles d'intervenir. La presence per-
manente de ces reserves de feu extremement mobiles
semble en outre avoir W6t entrav6e par une certain
lourdeur dans la hierarchie du Commandement fran-
vais. Cet c6t encore, par example, les autorit6s
d'Hanoi n'6taient pas habilit6es a engager en cas
d'urgence les parachutistes mis A leur disposition
sans en avoir r6f6r6 au pr6alable A l'6chelon sup6-
rieur A Saigon.
La concentration des forces frangaises dans le
delta du Fleuve Rouge devrait etre bient6t terminbe
avec 1'6vacuation du dernier poste avanc6. Il n'est
paIs possible de pr6voir ce qui les attend sur cette
position. II est certain qu'elles seront exposes, du
Nord comme du Sud, A la pression des unites, d'Ho-
Chi-Minh. On a mrme annonc6 que F'ile d'Hainan,
situ6e en face du Golfe du Tonkin, allait &tre trans-
form6e en un point d'appui a6ro-naval chinois. Une
action dirig6e de ce c6t6 contre les bases du triangle
d6fensif du delta n'est pas a exclure a priori'; les
obstacles A une intervention ouverte de la Chine ne
se sont pas accrus au course des dcrnieres semaines.
Les plans d6fensifs des Frangais talent sur des
reinforcements massifs de leurs troupes et de leur
mnatriel. Entre autres measures I'envoi d'un porte-
avion doit renforcer l'aviation tactique centre la-
quelle l'armnie des insurges est encore provisoire-







ment sans defense. L'Union Francaise ne pourra pas
non plus 6viter le renforcenent des troupes ter-
restres qui, presentement, ne sont guire superieures
numbriquement A celles du Vietminh. Lees unites
combaltantes doivent etre d6charg6es de la tAche
consistent A assurer la s6curit6 dans les zones de
l'arrieie par l'armbe vietnamienne qui reste encore
A creer ; pour 1'Cquipcmcnt de celle-ci, de mnme que
dans d'autres secteurs, on sera tenu d'avoir recourse
A d-s livraisons de materiel americain. A longue
echeance le plan francais n'cst pas exclusivement
defensif. On s'cfforcera, en intervertissant les r6les,
de somunettre l'armBe des insurg6s, maintenant orga-
nis6e e, de cc fait plus vulnerable, aux methodes
d'une < gue-re de guerillas > moderne, avec des ope-
rations de commando, des interventions de parachu-
tistes, des incendies de forts, etc...
Les combats du Tonkin revetent plus qu'une signi-
fication locale. Le delta du Tonkin, ii est vIai, ne
constitute pas en lui-mime une position strategique
cle. Ce territoire est trop ferim pour que l'on puisse
envisager son utilisation come base de depart pour
une offensive communist en direction du Sud ou
de l'Ouest ; d'autre part mnme unc liquidation de
la position francaise actuelle ne scellcrait pas ipso
facto le destin du rest de l'Indochine et du Siam.
Mais la situation cst dangerous en cc sens que la
parties m6eidionale de la p6ninsule indochinoise cst
actucllemcnt le th6litre d'un dCvcloppement analogue
qui aura peut-etre igalement pour consequence t6t
ou tard une concentration des forces francaises. Si
les communists parvenaient it s'emparcr du bassin
du Mekong, la porte du Sud-Est asiatique strait alors
grande ouverte devant eux ; le Siam ne scrait plus A
l'abii de leur atteintc et la Malaisie pourrait ctre
facilcment couple de l'arriire-pays. Si l'on consi-
dere que telles sont les vues A longue 6ch6ance des
communists, l'int6ert quc pr6sente pour les maitres
de P&kin et de Moscou la liquidation de la position
franqaise sur le Fleuve Rouge devient evident. Un
Tonkin contri61 par la France serait tune pinch dan.i
la chair des communists, en cc qui concerned leur
supr6matic en Asie. Dans le cas d'une gucire contre
la Chine, il pourrait servir de base de ldpart pour
une invasion des provinces mrridionales chinoises
du Yunnan et du Kwangsi et jouerait de toutes ma-
nieres un r6le dicisif en tant que barri&re con re
une poussee communist en direction du Sud-Est
Asiatique. Ce sont la des raisons suffisantes pout 6li-
miner cet obstacle aussi rapidement que possible.
(a Neue Zurcher Zeitung ), Zurich, 11 novembre 1950, n" 5971).

Le Journal de Gen6ve, recherchant les causes
de la situation actuelle, passe en revue les res-
ponsabilites et ecrit

II faut tenir compete aussi de celle (la responsabi-
lit6) qui income A certain gouvernements allies.
en particulier au gouvernement americain...
ImmBdiatement apres l'6croulement du Japon,
l'Indochine fut occupee au Nord par les Chinois ct
au Sud par les Britanniques. A ces dernieis, qui sc
comportbrent en some loyalement ia l'6gard de la
France, il n'y a pas de grand reproche a faire. En
revanche, les Chinois flrent tout ce qu'ils purent
pour brouiller les cartes.


Cette occupation ne fut -heureusement pas durable.
Mais ce qui fut le mot n'est pas trop fort --- catas-
trophique, c'est I'attitude des Etats-Unis, qui par
suite de cet anticolonialisme de tradition qui a tant
contribu6 h r6pandre le trouble en Asie et en Afri-
que et A fair ainsi le jeu du communism, favoris&-
rent au detriment de la France (et en Indon6sie au
detriment des Pays-Bas) des aventuriers don't cer-
tains, come Ho-Chi-Minh, etaient des agents de
Moscou. Les effects de cette incomprehension furent
tris graves. Ce n'est que tout recenimcnt, surtout i
partir de l'agression cor6enne, qu'on s'avisa a
Washington que la France defend en Indochine la
cause de la civilisation et de la veritable liberty et
encore n'est-il pas sftr qu'une certain confusion
d'idies ne subsis.e pas dans beaucoup d'esprits am&-
ricains.
(i Journal de Geneve, Geneve, 25 octobre 1960, no 5.924).

Malgre les difficultPs frangaises, la Grande-
Bretagne a manifesto quelques marques de soli-
darit6 qui sont ainsi analyses dans le Neue Ziir-
ther Zeitung :

Le Foreign Office vient d'annoncer aujourd'hui la
nomination d'un envoy( en Indochine qui sera
accreditl aupres des gouvernements du Viet-Nam,
du Cambodge et du Laos. Cc nouveau posted diplo-
matique a 6t6 confle a Frank Stannard, qui etait
jusqu'a ce jour Consul Gn6iral a Saigon. Cette
nomination est avant tout un geste politique par
lequel les autorites de Londres veulent laisser
entendre qu'clles appuient moralement les efforts
de la France et de son alli Icl Vict-Nain con-
tre le movement cominuniste-nationaliste du Viet-
minh. On ne peut pas dire que la Grande-Bretagne
ait mis beaucoup de hate i donner cette marque de
sympathies ni qu'elle ait choisi un moment particu-
liirement prometteur pour la cause de la lutte anti-
communiste ; depuis quelqucs mois cependant la
question de I'etablissement de relations dilomanli-
ques directs avec les Etats loyaux successors de
I'Indochine 6tait en suspens. La nCcessile( d'un
appui moral > de cette nature etait deveniu de
plus en plus urgente avec la deterioration conslante
de ai situation generale en Indochine; aussi la nomi-
nation de l'envoy6 britannique, mime ai cetle date
tardive, est-elle chaudement accueillic IA iris et
dans les trois Etats extr&me-orientaux.
On suppose que la venue i Paris et it Londres de
Malcolm MacDonald, Haut Commnissaire britannique
en Malaisie, n'a pas &td sans influer dans un sens
positif sur la decision britannique relative ia la no-
mination de l'envoye. La semaine derriere, alors
qu'il 6tait en transit sur le chemin de Londres, Mac
Donald a eu d'importantes conversations i Paris, oi
il a 6t6 recu notamment par le President Auriol.
Apres dix jours de conversations au Foreign Office
et au Ministbre des Colonies, MacDonald, en c(tte fin
de semaine, se rend de nouveau A Paris ofi il s'cntre-
tiendra avec le Ministre des Etats Associis Letour-
neau, qui vient de rentrer d'Indochine avec le
General Valluy.
A l'occasion d'une conference de press tenuc A
Londres, MacDonald a souligne la nicessit6 d'une
collaboration aussi etroite que possible de toutes les






puissances occidentales et des pays asllatiqucs qui
sont leurs elli6s ou qui dependent encore d'elles dans
la lutte coltre le danger communist ; cette colla-
boration doit s'exercer sur le plan politique et mili-
taire mais igalement dans le domaine du renforce-
ment 6conomique des peuples asiatiques menac6s.
On sait que le Commonwealth britannique s'intresse
tout particulirement A ce dernier objectif. Mac
Donald a Ionn6 l'assurance que ses services admi-
nistratifs en Malaisie resteraient en contact perma-
nent et tr i 6troit avec les autorit6s d'Indochinc.
(a Neue Zirclier Zeitung n, Zirloh, 12 novembre 1950, no 5.966).

Enfin, ,'est le Journal de Geneve qui donne
les perspectives d'avenir :

Au course de son bref voyage en Indochine, le g6-
n6ral Juin a acquis la conviction que si la situation
6tait difficile, elle n'&tait point d6sesp6ere, mais qu'il
convenait :)our la redresser de prendre des measures
6nergiques et rapides. Ce grand stratege, qui unit In
sfiret6 de .ugement a un dynamisme ardent, prico-
nise un re.;roupement des forces. Son experience lui
a montr6 que le systeme des petits postes isolis, dif-
ficilement secourables en cas d'attaque, devait 6tre
abandonne, et qu'il convenait de constituer des grou-
pements slides et mobiles capable de jouer le rl1e
de defensear et d'attaquant. II voudrait hAter la mise
sur pied l'unit6s vietnamiennes A qui incomberait
la tAche do pacifier le pays, en pregnant la place des
innombrables garnisons francaises 6parpill6es sur
d'immenscs 6tendues.
Apres quoi, le corps expeditionnaire pourrait se
consacrer a sa mission, qui est de battre I'arm6e
d'Ho-Chi-MTinh ; car, il faut se rendre A I'bvidence,
A la p6riode des guerillas a succ6d6 celle de la
guerre. Grace A I'aide de la Chine, le Vietminh a pu
former des unites bien 6quip6es et don't le ravitail-
lement est assure depuis que le commandement fran-
qais a dfl 6vacuer tous les postes allant de Caobang
A Dinh Lap, le long de la sinistre route colonial
N 4. La circulation est libre entire la Chine et le
Haut-Tonl:in qui est aux mains des insurg6s. C'est
dire qu'il ne se passera pas tres longtemps avant que
ceux-ci entreprennent l'attaque du Delta oa se trou-
vent les r zi6res, et lancent 6galement des colonnes
A partir di Laokay don't l'&vacuation est proche, con-
tre le pa, s Thai et le Haut-Laos. Les troupes Thai
se battent avec les Francais, mais, en Orient, la fide-
lit6 depend souvent de l'appr6ciation des forces en
presence.
I1 importe done que la France, si elle veut encore
gagner la parties, se decide, dans le plus bref d6lai
possible, v accomplir un effort extrimement s6rieux.
Cette affaire d'Indochine a W6t, d6s le d6but, fort
mal condaite. Tant sur le plan politique que dans
le domain militaire, ce fut le triomphe des demi-
mesures ut des erreurs successives. L'h6roisme des
officers (t des soldats a Wet, dans une large measure,
annihil6 par une politique passablement incoh6-
rente ; et ces hommes ont souvent 6prouv6 le senti-
ment douloureux qu'ils se battaient pour une cause
qui ne te iait guere au cceur de la nation ; ils ne se
sentaient pas soutenus par la ferveur patriotique de
la m6tropole. Si l'on songe qu'en 1885, 1'6vacuation
de Langs:n par le g6n6ral N6grier entralna la chute


du fninisti-re Jule- Fi'Vrry, el qure cetLLe foi-ci, la
meme retraite n'a pas provoqu6 le moindre sursaut
de I'opinion publique, on se demand si, en France,
le culte des grande traditions ne s'est point att&-
nu6. Cette inqui6tude, ce n'est pas seulement les amis
strangers de ce pays qui l'6prouvent, ce sont aussi
de grands organes frangais comme Le Monde et
Le Figaro, ofi l'on a pu lire des deWails navrants
sur les causes de la trag6die de Caobang. Quand des
fautes aussi graves sont commises aux echelons
moyens, la responsabilit6 doit etre recherche plus
haut.
La situation s'aggravera en Indochine, si le corps
exp6ditionnaire n'est point renforc6 et dote d'une
forte aviation, et si une direction ferme et unique,
qui ne soit pas entrav6e par des incidences parle-
mentaires, ne donne point une vigoureuse impulsion
A une affaire oil I'art politique s'associe A la science
militaire. Lorsqu'on entreprend une guerre, il faut la
mener avec des moyens suffisants ; il faut surtout
manifester la ferme volont6 de la gagner ; il faut
enfin que la nation, 6clair6e sur les grands intAr.ts
qui sont en jeu et qui d6passent le cadre indu-
chinois soutienne de toute sa foi sa belle jeunesse
combattante perdue dans une jungle traltresse.
(a Journal de Genbve Y, Genbve, 2 novembre 1950, no 5.948).

3. Malaisle
Sans atteindre la gravity de celui d'Indochine.
le conflict de Malaisie ne semble pas vouloir se
terminer, telle est l'opinion du Spectator :
La guerre en Malaisie ne va pas fort. Le mieux
qu'on puisse lire, c'est qu'elle ne va pas aussi mal
que la guerre de la France en Indochine ; au moins
on n'y craint pas que les bandits malais emergent
soudain de leur brousse sous forme d'arm6es mo-
biles bien 6quipies. Mais le plan Briggs, sur lequel
le gouvernement avait fond6 ses espoirs, n'a pas
encore, comme le Secr6taire d'Etat aux Colonies l'a
admis la semaine derniere aux Communes, com-
menc6 A donner les dividends qu'on en attendait.
Le plan est ambitieux et compliqu6, visant A r6ins-
taller les squatters chinois pour river ainsi les
bandits des resources locales sur lesquelles ils s'en-
graissent. Une telle entreprise ne peut etre jug6e
d6finitivement au bout de quelques mois, mais on
ne peut s'empicher de constater le fait regrettable
que les incidents violent ont eu tendance A se mul-
tiplier depuis le d6marrage du Plan, et les obser-
vateurs sur place ne sont pas consoles lorsqu'on leur
sugg&re que ceci repr6sente les derniers sursauts de
: desperados >> accules. II faut envisager 1'6ventua-
lite qu'en Malaisie, comme en Indochine et en Co-
rec, les communists regoivent des Chinois un sou-
tien materiel aussi bien que moral sans cesse accru.
Entre temps, le gouvernement de la Malaisie fait des
efforts p6nibles pour transformer la Malaisie en un
Etat du bien-Ntre, croyant A tort ou A raison que
c'est le seul moyen de r6soudre le double problAme
consistent A crier un sens de la nationality parmi
les 616ments raciaux disparates du pays et en m6me
temps A arracher leur nationalism du communism.
Cela pourrait se rv6ler une entreprise beaucoup
plus prolong6e et on6reuse que la champagne mili-
taire actuelle. On se base A ce sujet sur un certain







nombre d'hypoth6ses non v6rifles la premiere
6tant que le bien-Atre social, tel que l'entendent les
Occidentaux, constitute l'objectif politique des mas-
ses muettes de l'Orient. Cela suppose encore des
resources en hommes et en argent que le gouver-
nement de Malaisie n'a pas encore a sa disposition,
bien qu'il soit sur le point de se procurer les der-
nitres A l'aide de droits de douane .lev6s sur le
caoutchouc qui entreront en vigueur l'ann6c pro-
chaine. Les soci6t6s peuvent parfaitement se per-
mettre de payer sur leurs b6n6fices actuels.
(o Tht Spectator P, Londres, 10 novembre 1950, ni 5.961).

4. Blrmanle

Par contre, la situation de l'ancienne colonies
britannique semble, de l'avis dit Manchester
Guardian, s'amtliorer :

La situation en Birmanie s'am6liore, rnmme si elle
reste encore delicate. Lorsque 1'am6lioration a d6-
but6, les observateurs retenaient d'abord leur souf-
fle et pensaient qu'elle aurait du mal A durer. 11 se
peut qu'il y ait maintenant un temps d'arret. Mais
il est loisible de noter quelques faits encourageants
dans les nouvelles rescues au course des derni&res
semaines. Les principals voies de communication
qui ont 6te bloqu&es pendant si longtemps sont
maintenant ouvertes A nouveau. 11 existe encore
bien entendu de tres nombreuses embuscades qui
rappellent que la violence n'est pas encore 6teinte.
Les conditions dconomiques font des progris : le
prix du riz le montre. La Birmanie est en measure
d'exporter cette ann6e environ un million de ton-
nes de riz. La vie semble se retire lentement de la
rebellion Karen. (II est regrettable que le gouverne-
ment ne fasse pas suivre ses succes militnires rem-
portes contre les Karens par un nouveau plan con-
cernant un riglement politique.) Les communists
ont 6t6 aussi s6verement d6confits que les Karens.
Ils se rendent peut-6tre compete que leur seul espoir
reside dans le fait de persuader les Chinois de venir
A leur secours. Le gouvernement birman est oblig6
de vivre dans la crainte de cet Wv6nement, mais il
parait dans 1'ensemble assez improbable. C'est une
tradition communist de no pas venir en aide aux
soulvvements qui ont 6chou6. Jusqu'ici les Chinois
ne sont pas intervenus en Birmanie ; une attitude
hostile envers une des contr6es d'Asie la plus indis-
cutablement ind6pendante ferait un tort immense i
la Chine dans tous les autres pays asiatiques. En
outre, certain des communists birmans doivent
regarder A deux fois avant de solliciter une aide de
1'6tranger. Ils n'oublieront pas la triste experience
des nationalists birmans qui, en 1942, avaient r&-
servi le meilleur accueil aux Japonais.
Le gouvernement birman a bien entendu A fire
face encore h de nombreux sujets d'inqui6tude. Mais
avec un espoir renouvelN, il fait montre d'une r6so-
lution assez impressionnante. II a expuls6 du ComitW
Executif des Syndicats les deux chefs qui avaient
tent6 d'affllier les syndicats birmans A la Federation
syndicale mondiale. II a condamn6 la x6nophobie
de beaucoup de ses partisans et a sign un accord
acceptant une aide financiere modest des Etats-
Unis. 11 a soutenu la resolution du Conseil de S6cu-


rite concernant la Corbe. Ces diff6rents actes sont
significatifs parce qu'ils sont tous d6plaisants pour
le monde communist. De la sorte, la Biriranie n'est
pas intimid6e par In Chine, bien Qu'clIc souhaite
naturellement quo cette derni!re' rest irnoffensive.
Elle pursuit l'ex6cution du programme qu'elle s'est
traci et essaie de suivre une politique Strangere
indlpendante. Se princianux soucis ac!uels pro-
viennent probablement des dosordres de I'. rakan. Ii
se pout que cos derniers puissent Ctre attribuh s au-
tant au nationalisme arnknnais qu'au corrmunisme.
On s'inquikte cgalcment des intentions du formida-
ble gen6rnl Nay Win, coimanidnnt en clief, qui a
d6missionn6 de ses fonctions civiles de ministry de
la Defense et de 1'ni6rieur. Qu'est-ce que cela
cache, dissent les gens mCfiants ? Probablement rien
d'autre que le fait que le general ne pouvait pas se
libhrer de trop de fonetions d'un seul coup.
(4 The Manchester Guardian MEanohester, 4 octobre 1050,
no 6.103).

5. Irlan

Sons ce nouveau vocable indonesien re cache
la Nonwelle-Guinde. Sa par!ie occidentle, ves-
tige de l'empire colonial nierlandais. est I'ob jet
Wde rianlitis entire les deux membres de I' ( Union
neerlando-indonesienne s>. Cette latte -- hen-
reusement purement diplomatique -- est, de
l'avis de Dorothg Woodman du Statesman and
Nation, le chant du cygne de l'empire ho!.'andais:

Des pays don't nons ne savons rien occupent main-
tenant cournmment les tites de colonnr'; de la
press. Tel pourrnit Ntre le destin de l'lr'an occi-
dentnl c'est 1A le nom indon6sien dp la Nouvelle-
GuinEe occidentale. Ce territoire nose la question la
plus < explosive > qui oppose la Rnnmblicue d'Indo-
nese et les Pays-Pns. II nurnit rrluit ih r ant les
efforts de In Conf6rence de In Table Rondc qui se
tint i La Have il y a nn an, si un corinromis
n'avnit Wte discrctement propose par Ia Cor-mission
des Nations Unies ponr I'Tndonisie. Le rs:;iltat en
fut aue tout le territoire connu sous le noir d'Tndes
Orientnles Nerlandnioss fut trnnsmis A In l1epubli-
que indon6sienne. A I'exception de Ia moiI6 ouest
de l'Trion, territoire en grande parties inoxrlor6 nni
demeura sons le contrile hollandais : il 6tait prrvu
que << dlns le dalai d'in an A nnrtir de aI date du
transfer de souverainet6 A In REpunblque dos EFnts-
Unis d'Indon6sie (27 d6eembre 1949) le probleme
du statut politique de In Nouvelle-Guin6e serrit tran
ch6 par le moven de negotiations entire Its deux
parties en nr6sence >. Les Tndon6siens furent natu-
rellement decus de cette decision, et certiins de
leurs di16gu6s exnrimbrent la crainte mue le
Dr. Hatta ne fut all6 trop loin pour conclure un
accord avec les Hollandais : ils consideraicnt avec
dfilance une menace au transfert de so',vprainet*
sous Ia forme d'un encouragement amAricain et
australien de la onziime here.
Actuellement, moins de six seminines avant la date
de decision du statut future de 1'Trian occidental, on
paralt toujours aussi loin rl'arriver A une rntente.
Les membres indon6siens ct hollandais du ComitC







de l'Irian de l'Ouest n'ont pu tomber d'accord lors
des discussions parlementaires qui eurent lieu a
Jakarta en mai ; une visit au territoire don't le sort
tait A 1'& ude n'ameliora pas la situation, et pour
flair, ils paiblirrent des rapports distincts lors de la
rupture des conversations a La Haye a la fin d'aoft.
Cependant les Hollandais ont trouv6 un alli6 6ncr-
gique en la personnel du ministry australien des
Affaires et -angeres, M. Spender, qui ne garda pas le
secret sur le fait que, tant sur le plan strategique
que racial, il consid6rait les Hollandais comme des
voisins plus interessants que les Indon6siens dans
cette partle occidentale d'une ile don't son propre
gouvernement contrBle la moiti6 orientale, la Pa-
pouasie el la Nouvelle-Guinee australienne. D'autre
part, le Pandit Nehru a exprim6 1'opinion que l'his-
toire et la geographie soutiennent la reclamation de
'Indon6si.: portant sur l'Irian occidental. La ques-
tion < do.t etre tianch6e pacifiquement par la co-
operation des deux parties interessdes >. I1 est pro-
bable quc cette opinion est celle d'une grande
majority des Asiatiques qui professent quelque opi-
nion poli ique et qui consid6rent la politique hol-
landaise dans l'Irian occidental comme le chant du
cygne de 1'Empire asiatique de la Hollande. C'6lait
la, de fait, que le gouvernement hollandais rel6guait
un grand nombre des hommes et des femmes qui
lutt&rent pour leur indepcndance. Dans le village
,loign6 ce Boven Digoel, ils construisirent des
camps de concentration au course des ann6es 20.
Le Dr. H: tta y accomplit une parties de sa condam-
nation ; Sjahrir 6galement. Des milliers d'individus
vieillirent A Boven Digoel et beaucoup y moururent.
11 ne faut done pas s'etonner du sentiment indon6-
sien a prr)pos de l'Irian de l'Ouest.
Repondant A ces sentiments parfaitement 16giti-
mes, les Hollandais citent des savants qui trouvent
des raisoas geologiqucs, d'histoire naturelle, d'an-
thiopologie et de language pour conclure A une s6pa-
ration di la Nouvelle-Guinee de l'Indon6sie. Les
Indon6si ns citent d'autres savants qui soutiennent
des poin s de vue difl'rents, et ajoutent que z le
rapport ntre le transfer de souverainet6 et la g6o--
logie, la faune et la flore de 1'Irian de l'Ouest est
excessiveinent 6loign6... Les politicians reconnais-
sent seulement que tous les Indon6siens possident
une tate et n'attachent pas d'importance A la diff6-
rence er tre la forme brachic6phale et dolichoc6-
phale >>.
Le nouveau th6me du chant du cygne de la Hol-
lande est hors de date, manque d'ing6niosit6 et de
rigueur. Les Hollandais ont cu trois cents ans pour
inculque: A ces populations de I'Age de pierre les
vantage; du rigne hollandais. Si cette popula-
tion ,, Essure le rapport hollandais, < dolt entrer
en contact avec le monde moderne sans une direc-
tion intelligence et sans une surveillance moderne,
de grands dangers la menacent >. Pour les Indon6-
siens, c(s paroles resonnent comme la vieille his-
toire du colonialisme. Basant leur reclamation non
pas sur des bases ethnologiques ou raciales, mais
sur le d6sir d'&liminer de 1'Irian occidental toutes
les attaches coloniales, ils proposent leur propre
principle oppose : Octroi d'un pouvoir autonome
6tendu la population autochtone dans le cadre du
gouvern:;ment indon6sien ; ouverture des lies a I'ex-
ploitatiao et A la colonisation de tous les peuples


qui ont rompu avec le principle de I'usurpation eco-
nomique et de l'imperialisme stranger ; promotion
d'une civilisation et d'un progr6s cultural des popu-
lations aborigines par la religion, 14 ofi celA est pos-
sible avec I'aide du gouvernement; inclusion du
territoire dans le systeme de defense de liherte de
I'Indon6sie >.
Le rapport hollandais soutient que les habitants
de J'Irian de l'Ouest d6testent les Indonesiens ; A
l'appui de cette affirmation, ils citent la protection
policiere que l'on dut accorder aux membres indo-
nesiens de la Commission qui visit le territoire en
6 t dernier et le nombre de resolutions present6es
par les Irianiens A la Reine Juliana demandant leur
maintien sous la couronne hollandaise. Le territoire
est sous administration hollandaise ; et, pendant le
sejour de la Commission en Irian de l'Ouest, la po-
pulation locale fut l'objet d'une surveillance qui
s'occupa particulierement d'hommes tels que Silas
Papare, leader irianien nationalist, qui possede des
6tats de service remarquables pro-allies pendant la
guerre et qui est maintenant conseiller de la d616l
gation indonesienne au Comit6 d'6tude.
Au rapport indon6sien sont joints des appendices
qui decrivent les activities du movement d'ind6pen-
dance don't le parti le plus important et le plus actif
fut le < Partaj Kemerdekaan Indonesia Irian >, cre6
en 1946, et Ic texte d'entrevues que certain de ses
chefs accordrrent au Comit6 d'6tude. Ils ont decrit
les insurrections qui se developperent dans plu-
sieurs zones depuis la fin de la guerre. L'un d'entre
eux, M. Martin Andey, qui vient d'&tre relAch6 apres
1'expiation d'une peine de quatre ans pour partici-
pation A ces r6voltes, a assure que des milliers
d'autres furent emprisonn6s avec lui.
Les Hollandais se servent de argument de reli-
gion : les Indon6siens sont musulmans, bien que sur
les c6tes certaines parties de la population locale
se soient converties au christianisme et l'e'ssentiel
de l'enseignement est entire les mains des mission-
naires. Tout en reconnaissant le travail d6sint6ress6
de nombreux missionnaires, les Indon6siens disent
que la population dolt avoir le droit de choisir la
religion qu'elle veut adopter.
De la mnme fagon, argument economique ne
tient pas. L'Irian de l'Ouest n'a pas fait de progress
suffisamment rapides dans le passe. L'int6r&t sou-
dain port au developpement 6conomique de 1'Irian,
au course de I'annbe passe, ne trompera personnel.
Pendant ce temps, les garnisons ont etC renforcees,
les communications c6tieres am6lior6es, des pro-
grammes d'immigration prepares pour ceux qui
n'aimaient pas la R6publique principalement des
Indo-Europ6ens -, un plan d'une ann6e pour lequel
le parlement hollandais vota 30 millions de guilders
en d6cembre dernier. Ensuite vient le p6trole ; le
premier embarquement de p6trole brut fut effectu6
en d6cembre 1948 et cette ann6e des quantities crois-
santes ont Wet envoy6es vers les raffineries austra-
liennes en provenance de puits appartenant : 40 %
a la Royal Dutch-Shell, 40 % au Standard Vacuum
Group et 20 % a la Standard Oil C" of California.
Ces nouvelles preuves de l'interet que portent les"
Hollandais aux Irianiens de l'Ouest ne constituent
pas, si l'on en croit le gouverneur Van Waarden-
burg, une expression du colonialisme. Quiconque
s'est servi de ce terme, a-t-il dit r6cemment &i La







Haye, a utilis6 & ua qualificatif disgracieux applique
A une tAche splendid entreprise dans l'intfret de la
population de la Nouvelle-Guinee. La premiere chose
i faire est de d6velopper la civilisation et d'appor-
ter une prosperity accrue A une population qui, dans
une grande measure, en est encore aux premieres
tapes de son evolution ,.
Mais les politiques hollandaise et australienne ne
trouvent aucun appui ieel. Le point important en la
matiere est de nature strat6gique ; il est constitu&
par le r6le de l'Indon6sie dans la guerre froide ou
dans une future guerre mondiale. En effet, l'Irian de
l'Ouest possede des possibilities importantes d'instal-
lations de base. Les Allemands les decouvrirent au
course de la premiere guerre mondiale, lorsque
1'Emden se d6roba aux recherches dans la baie de
Fak-Fak, alors que la marine australienne patrouilla
A sa recherche A travers les mers vainement pendant
un mois. Au course de la second guerre mondiale,
le general MacArthur utilisa Hollandia comme base
avanc6e pour les troupes qui se dirigeaient a
< saute-mouton vers les Philippines. Agitant
1'6pouvantail rouge a Tokio, La Haye, Londres et
Washington, M. Spender essaie d'empkcher le trans-
fert de l'Irian occidental A la Republique d'Indo-
n6sie. Si les Indon6siens contr6lent ce territoire,
assure-t-il, les communists pourront s'infllier a
travers les frontieres dans la parties irianicnne qui
est sous mandate australien. Ils pourront ainsi bou-
leverser la politique blanche australienne et intro-
duire d'autres id6es dangereuses. De plus, des Indo-
n6siens hostiles contirleraient les champs p6troli-
fares de 1'Irian de 1'Ouest qui constitueront une
reserve en cas de guerre, puisque les centres d'ap-
provisionnement essentials sont d6jA sous contr6le
r6publicain. A ces arguments, les Indon6siens rb-
pondent:
c Une Indon6sie forte et d6mocratique capable de
toute evidence de d6fendre son territoire, consti-
tuera un el1ment favorable pour l'Australie et peut
Utre consid6ree par I'Australie comme constituent
une barriere naturelle vers le Nord... En adoptant
une attitude de comprehension plus large, I'Austra-
lie pourrait, elle-meme, aider 1'Indonesie et la Hol-
lande A r6soudre amicalement ce problem et A
consolider ainsi ses bonnes relations avec les deux
pays. De bonnes relations entire l'Australie et l'In-
don6sie constitueront certainement un 616ment favo-
rable au progres d6mocratique et A la s6curit6 de
I'Asie du Sud-Est. >
Et de fait, il ne peut y avoir de solution relle en
dehors du transfer de 1'Irian de l'Ouest A la Repu-
blique indon6sienne. Une fois realise ce transfer, un
programme constructif promu dans l'interit du pou-
ple irianien en particulier et de tous les Indone-
siens en general, peut fournir le theme d'une evo-
lution commune. Maintenant, ainsi que l'a d6elar6
le president Sockarno, dcans un discours radio-
diffus6 en mai dernier, < tant que la Nouvelle-Gui-
n6e ne sera .pas revenue dans notre sein, quelque
chose demeurera toujours inachev6 dans nos aspi-
rations nationals ,.
Les Indonesiens qualiflent la politique de M. Spen-
der d' 4 imp6rialisme kangourou >. Elle est soute-
nue par les extremists hollandais, mais nombreux
sont les Hollandais en Indon6sie qui se rendent
compete de plus en plus des dangers qu'il y aurait A


frustrer le nationalisue indoadsien. Uls compreanent
qu'il vaut mieux preserver l'Union n6erlando-indo-
n6sienne et perdre l'Irian occidental que d'obtenir
1'Irian occidental ce qui constiluerait c'ailleurs
une 6ventualit& extremement incertaine -- et perdre
l'Union. Si les vues les plus ouvertes prevalent et si
1'Irian de I'Ouest est transf6r6 a 1'Indon6sic A la fin
de I'ann6e, la measure prise ne renforcera pas seu-
lement le gouveinement indonesien en Atant de ses
preoccupations une question qui peut dcvenir dan-
gereuse ; elle aidera A instituer dans le sud ilu Paci-
flque un regne de paix et de stability.
(a The New Statermann and Nation n, Londres, 18 novembre
1950, no 6.973).

Philippines

Les Philippines, enfin, Iraversent une grave
crise, a la fois social et kconomique, que les
Etats-Unis voudraient attdnuer, mais qui de-
mande des remddes vigoureux. Une mission
amdricaine charge d'examiner la situation et
d'envisager les moyens de l'amiliorer a presented
son rapport, que le New York Times comment
ainsi :

Le rapport de la mission Bell aux Philippines,
qui a 0t6 rendu public aujourd'hui, dix-sept jours
apres qu'il ait Rt6 pr6sente au Pr6sident Truman,
est, ainsi qu'on pouvait s'y attendre, d6prirant et
sevire. II fait ktat fianchement de a l'inefficacit6 et
mime de la corruption qui rgne dans les services
gouvernementaux >>. La situation 6conomique, tell
que M. Bell et ses colleagues l'ont vue, < n'a cess6 de
s'aggraver au course des deux dernieres annCes > et
x A moins que des measures positives soient prises >
sans d6lai, < il en r6sultera inivitablement un d6-
sordre politique >. Le rapport porte A I'actif du
gouvernement philippin le fait qu'il a donn6 sa
t pleine cooperation >. Mais il est certain que le
President Quirino, bien qu'il ait d6clar6 hier qu'il
Mtait z sincerement satisfait > par le travail de la
mission, ne pourra pas se rejouir des r6su]lats de
1'enquite.
Les Philippines ont un problime de base qui est
l'accroissement de la population, I'inefficaciti de la
production, la faiblesse du revenue individual et la
distribution extr&mement anormale de la richesse.
Les finances gouvernementales montrent t un deficit
important et en voice d'accroissement >, une situa-
tion de paiements internationaux complement
d6s6quilibrie et une l66vation des prix inflniment
plus rapide que *celle des salaires. La situation a
et6 aggrav6e par des importations excessive de biens
de luxe et par des investissements mal dirig6s. Le
niveau de vie des masses est demeur6 au-dessous de
son niveau d'avant-guerre. Le r6sultat est iqe le
public a perdu < sa conflance en la capac:.t6 du
gouvernement A agir 6nergiquement pour proteger
les int6rets du people >.
Cela a donn6 de l'l6an au < movement hukbalahap
dirig& par les communists, incitant A la d6sobbis-
sance A la loi et au desordre >. C'est certainement la
une de ces crises qui demand une aide exterieure.
La mission suggere done que le gouvernement des







Etats-Unis fournisse 250 millions de dollars en
dons et en pr6ts afln qu'ils soient dipens6s confor-
m6ment atux recommendations du rapport. Les me-
sures comprennent la r6forme des finances et des
impbts, un programme agricole scientiflque, la crea-
tion de noavelles industries, l'instauration de lour-
des taxes ,;ur les importations non essentielles, une
meillcure progression des travailleurs et de leurs
organisatio is, la r6forme de administration pu-
blique. On sugg6re, de plus, que notre gouvernement
envoie une mission technique pour aider le gouver-
nement philippin A mener A bien ce programme.
II est fa ile de voir qu'il est difficile pour l'or-
gueil philippin d'acceptcr ces measures et ces


recommendations. 11 serait bon de precise, de facon
plus nette que le rapport le precise, que cet avis
n'est pas donn& de facon condescendante et avec un
esprit de sup6rioritb. Si nous critiquons s6verement,
nous offrons 6galement notre aide.
Les miles philippines sont un avant-poste de la
democratic en Asie qu'il est de notre intfrCt d'aider
et de soutenir. Nous avons une grande amiti6 pour
le people philippin ct nous attendons, comme le fait
le rapport Bell, tine 'poque ofi il c pourra prendre
la place ai laquelle il a droit en tant que nation pros-
pere et stable >.
(a The New York Times n, New-York, 29 octobre, n0 5.938).


1I. AFRIQUE


1. -- Libye
Arracht c aux Italiens en 1942-1943, la Libye
avail vdc1 sous un regime intrimraire : celui de
l'adminis ration franco-britannique. Elle en voit
maintenan't la fin. Ainsi que I'expose le Times:

L'Assem .)e Generale des Nations Unies a adopt
une resolution approuvant les measures prises pour
preparer 'ex-colonie italienne de Libye h l'ind6pen-
dance i la fin de I'ann6e prochaine. Une assemble
constituanle compose de 60 repr6sentants don't le
Mufti de 'rripolitaine, 1'Emir de Cyr6naique et le
Bey du Fezzan nommeront chacun un tiers, se reu-
nira cette :emaine; et si, come on I'espere, l'assem-
blee monti e le meme 6tat d'esprit que son comit6
pr6paratoire, elle rccommandera que la Libye se
constitute (n un Etat f6edial sous la direction cons-
titutionnel e de l'Emir El Sayyid Idris. Etant donn6
que I'ind6pendance de la Libye represente un succes
capital pour le nationalism arabe, on a recu l'objec-
tion rescue inevitable du ministry des Affaires
EtrangBres 6gyptien, en face d'une assemblee conm-
pos6e d'une fagon qui, craignait-il, donnerait au
Royaume-Uni, qui a des relations extrtimeient 6troi-
tes avec le: Senussis de Cyrenaique ct la France, qui
administrent actuellement le Fezzan, une influence
trop impo:tante dans l'elaboration de la future cons-
titution. Mais comme M. Pelt, Haut Commissaire des
Nations Uniies, l'a montre a 1'Assembl6c, la structure
de I'assembl6e repr6sente un accord politiquc auquel
on n'est p irvenu qu'avec difficult entire des peoples
divers de trois regions ; ct, en tous cas, il ne sera
pas possible d'avoir une representation reposant sur
une base Clue sans en minme temps indiquer les
tapes de !.'ind6pendancc. I1 n'y a encore aucun r6le
electoral ri aucune assembled constituante en Libye.
L'opposition arabe a 6t6 amolie par 1'assurance que
la constitution n'entrera pas en application tant
qu'elle n'aura pas Wte approuvde par un parlement
6lu of Tripoli aura le poids di(6 la region la plus
pcuplee.
La politique d'independance rapide n'est peut-6tre
pas ce qu'il y a de mieux pour les pauvres arridres
Arabes et Berberes de Libye. Lorsque l'administra-
tion britainique prit en charge pendant la guerre
cette r6gi:)n, elle s'apergut qu'il n'y avait presque
pas d'enscignement et qu'il n'y avait presque pas de


Libyens ayant la qualification nlcessaire pour les
poses administratifs eleves que necessite une admi-
nist-ation moderne. 11 est bien connu que la viability
6conomique de l'Etat libyen d6pendra d'une aide
technique et financiere g6dnrale de la part des Na-
tions Unies, aide qui devra 6tre accordee pendant
une period de longue duree. N6anmoins cette solu-
tion 6tait la meillcure A laquelle on puisse arriver
par l'intermediaire de l'Assemblee des Nations
Unies ; et I'influence des puissances occidentales a
eu pour but d'assurer que le detail des arrangements
constitutionnels soit aussi pratique que possible. A
l'int6rieur d'une federation lAche, les Senussis, don't
les concepts de gouvernement s'arrOtent i la direc-
tion tiibale et religieuse de 1'Emir pourront, espcre-
t-on, s'accorder de fagon amicale avec les peuples
plus dvolues de la c6te tripolitaine. Un arrangement
qui laissera la conduite des affaires cyrbnaicaines
aux Cyrenaicains eux-memes permettra 6galement
certainement au gouvernement britannique de main-
tenir en Cyrenaique des bases militaires essentielles
pour la defense ,cciaentale.
( The Times .. L ondrea, 20 novrrmbre 1960, nO 5.979).

2. Gold Coast

Sans connaitre tn affranchissement analogue,
la Gold Coast va bcneficier d'un gouvernement
representatif. Tribune decrit la preparation des
electionss :

Cette semaine la Gold Coast prend le depart pour
la premiere &tape de son programme radical de r6-
forme constitutionnelle. Plus de 1.250.000 Africains,
don't la plupart vivent dans la brousse situee i'in-
terieur de cc vaste territoire ouest-africain qui cou-
vre 91.000 mills caries, vont commencer A faire
enregistrer leurs noms sur les r6les 6lectoraux qui
donneront le droit de vote A tout adulte, homme ou
femme, Ag6 de plus de 21 ans. Les premieres elec-
tions parlementaires doivent avoir lieu au debut de
l'ann6e prochaine. Pour l'Afrique cet 6vBnement est
aussi important que la promulgation de la Loi de
Representation du Peuple qui, en 1852, donna aux
6lecteurs anglais les droits devenus depuis lors inse-
parables de systime actuel de d6mocratie parlemen-
taire.


73








-Mais 1'apparition d'un type de gouvernement de-
mocratique constitutionnel en Gold Coast ne r6sulte
pas d'une imitation du mod1le britannique. Bien que
certain principes fondamentaux inh6rents au con-
cept d'une d6mocratie parlementaire aient 6t6 incor-
pores dans le nouveau systeme de gouvernement
repr6sentatif, la Constitution de la Gold Coast a
emerg6 de la trame culturelle du people. Ses auteurs
ne resident pas A Whitehall; ils ont W6t pris sur
place par la population.
I1 y a deux ans, Arthur Creech-Joncs, alors Secr6-
taire d'Etat aux Colonies, confia a une Commission
pan-africaine pr6sid6e par un juge africain, M. Cous-
sey, la responsabilit6 d'l6aborer une constitution
acceptable susceptible d'amener la Gold Coast au
Gouvernement representatif comme prelude A l'auto-
nomie gouvernementale total. Les principles re-
commandations de cette Commission ont Wte accep-
tees par le Colonial Office et foment la base de la
nouvelle constitution.
11 est facile de parler d'octroi de droits d6mocra-
tiques aux peuples coloniaux. Ce que repr6sente
exactement la transposition de cet ideal sur le plan
de la r6alit6 en Gold Coast est clairement indiqu6
par les problmmees qui ont dfi etre abord6s et sur-
mont6s dans 1'6tablissement du project d'une repr6-
sentation d6mocratique pour des populations don't
les r6alisations sociales, 6conomiques et culturelles
sont extremement dissemblables et in6gales.
Dans les regions c6tieres, of le d6veloppement
6conomique a e6t intensif et oh l'urbanisation a pro-
gress6 rapidement, le degr6 d'instruction est relati-
vement 6lev6 et l'on compete une bonne proportion
d'individus politiquement avanc6s, entraines piofes-
sionnellement et 6duques. Mais de tels 616ments sont
tres rares parmi les deux millions d'habitants vivant
dans les provinces orientales et dans la province
Ashantie et ils sont encore plus rares dans les re-
gions tribales sous-d6velopp6es du Nord of vivent
un million d'individus. La trame de soci6tc existent
dans tout l'int6rieur du pays est d'une maniere gOnt-
rale tribal et traditionnelle.
I1 est tout A fait evident que les habitants des zones
urbaines sont capable d'assumer de bien plus gran-
des responsabilites que ceux de l'int6rieur; il en est
de mme pour les Ashantis par rapport aux habi-
tants du Nord. On ne pourrait pas non plus suppri-
mer les droits 16gitimes et socialement utiles des au-
torit6s traditionnelles sans mettre quelque chose de
mieux a leur place.
< Un home, une voix >, c'est 1h un principle de-
mocratique liberal parfaitement sain, mais il r6clame
pour etre applique une communautA relativement
d6veloppee. Contester entierement ce principle serait
priver les Africains urbanis6s de droits qu'ils se
sont montrbs capable d'exercer dans leurs elections
municipales. Mais l'octroyer A la population de l'in-
thrieur serait conf6rer un droit pour lequel 1'elec-
teur pris individuellement n'est pas encore qualifi&.
La Commission Coussey a r6solu ce problhme en
imaginant cinq methodes diff6rentes A suivre pour
dlire les 84 membres de l'Assemblee LUgislative cen-
trale.
Ces niithodes vont de la representation directed
dans les zones municipals jusqu'A la representation
par colleges electoraux dans les provinces orientales
et ashantie et A la representation indirect au moyen


de conseils communautaires dans le Nord. Les auto-
rites traditionnelles choisiront leurs propres repr6-
sentants. Except pour la population du Nord, un
registry electoral complete sera tenu pour donner A
chaque individu le droit d'exprimer un vote person-
nel a un stade quelconque au course des formalities
d'61ection. Pour simplifier la procedure du vote pour
les individus ne sachant ni liic ni 6crire los candi-
dats seront distingu6s par des couleurs et par des
symbols comme cela se faith dans la Chine moderne.
La representation europ6enne sera assure en oc-
troyant six sieges aux Chambres de Commerce et aux
Mines; toutefois, deux de ces membres seulement
auront le droit de voter. Cette proposition n'est du
gouit ni des Eulopdens, qui se plaignent d'etre sub-
merg6s, ni des Africains qui voient la une < intru-
sion >> fcheuse. La representation syndicate est
rarement heureuse ct jamais facile A justifier. NMan-
moins, les representants industries europcens ont
encore une important contribution A faire au stade
actuel.
Le Cabinet sera compos6 de huit membres, trois
Europ6ens et huit Africains. Les Europ6ens seront
des fonctionnaires de haut grade. Its seront charges
des portefeuilles des All'aires Etrangercs, de la D6-
fense, de la Police, des Services Civils, de la Justice
et des Finances. Les Africains contr6leront l'Ensei-
gnement, la Sant6, I'Agriculture, le Travail, le Com-
merce et l'Industrie ainsi que le gouvernement local.
Il saute aux yeux que les postes-cl6s sont detenus
par les fonctionnaires europ6ens mais la plupart
des Africains moder6s considerent que cette measure
n'est pas d6raisonnable pendant la periode de for-
mation du gouvernement responsible. Les ministres
seront d6signes par le Gouverneur, mais le Cabinet
devant itre approuv6 par un vote des deux tiers de
l'Assembl6e, ce sont finalement les membres 6lus qui
imposeront leur volont6.
Le Gouverneur conserve quelques-uns de ses pou-
voirs 6tendus. II a le droit de vote en ce qui concern
la 16gislation et dispose do certain pouvoirs lui per-
mettant d'imposer A l'Assemblee toute measure qu'il
estime d'une importance vitale pour le diveloppe-
ment ou la s6curit6 du pays. Ces pouvoirs consid6ra-
bles sont limits par certaines conditions ci il n'en
sera fait usage qu'en cas d'urgence.
Plus impressionnants encore que la constitution de
cet organe central de gouvernement legislhtif sont
les progris r6alises dans le domain du gouverne-
ment local et regional qui est sous beaucoup de rap-
ports le cceur du gouvernement d6mocratique, aussi
bien dans les colonies que dans les Etats ind6pen-
dants. La structure definitive du gouvernement local
n'est pas encore achev6e mais des progress substan-
tiels ont deja 6et r6alis6s. Dans la suite des temps
le gouvernement d6pendra en Afrique de la force et
de la souplesse des rouages du gouvernement local.
11 ne faut pas s'attendre A ce que cette ere nouvelle
de gouvernement repr6sentatif en Gold Coast abou-
tisse A la t anquilit6 et A la cooperation paciflque. Au
contraire, tous les indices laissent envisuger des
controversies violentes et de vives opposition. En ce
moment m&me le leader politique en vue, Nkrumah,
purge une peine de prison pour sedition. Tout re-
cemment il avait et6 amnistie aprcs avoir Mt6 exil6
pour la part qu'il avait prise dans les troubles sur-
venus it y a quelques unn6es. Les Africains iooder6s







redoutent le pouvoir de ceux qu'on appelle les extre-
mistes. Les ckefs tribaux, susceptible d'etre d6trb-
n6s, redoutent leur influence politique.
Le Parti Po )ulaire de la Convention qui cst le
parti de Nkrumah et don't l'objectif est r l'autonomie
gouvernement.le immediate > scia indubitable-
ment le parti individucllement le plus puissant de
la nouvelle A sernbl6e Legislative. Mais il est pres-
que certain que le system electoral actuel ne lui per-
mcttra pas de s'assurer une majority absoluc...
L'experienc de la Gold Coast en matibre de deve-
loppement coastitutionnel etait inevitable. On n'au-
rait pu s'y opj)oser que par la force. Elle sera suivie
de d6veloppe nenis paialleles, bient6t en Nigeria et
plus tard danm les autres pays africains, lorsque leurs
systems sociaux et econoiniques seront devenus
assei forts pcur supporter une democratic politique.
Le but de la poltique colonial socialist de la
Grande-Breta!.nc est de conduire tous les territories
coloniaux a I'independance au scin du Common-
wealth. Les ceveloppcments historiques auxquels on
assisted en G(oid Coast peuvent etre considers comnme
une preuve d- la sincerity qui est a la base de cette
proclamation dc foi dans les peuples coloniaux et
dans le Commonwealth.
(' Tribune ), Londres, 3 novembre 1950, no 5.952).

3. -- Union sud-africaine

L'6voluti( n polilique de l'A'riquc du Sud sem-
bie, par coitre, se fi'ire dans an sens radicale-
ment oppos. a celid de tons its tautres pays colo-
niaux. Nou: avons plusieurs fois cite des articles
Irritant de la condition des noirs el des metis ;
en voici u du New York Times, consacre aux
emigres d'erigine indienne :

Le statute ct le traitemcnt des Sud-Africains de des-
cendance ivilinne sont mainenant poses sous la
forme de question dcvant les Nations Unies ofi l'oni
a pr6sent6 ,ine resolution condamnant la politique
racial de I'Jnion. I cst bon de donner une explica-
tion aeree cctte question nauseabonde.
Les preiiiers Indiens vinrent au Natal ve:rs
1860 comm colies pour travaillir sur les ]danta-
tions de suc re. II y a maintenant pres de 300.000 In-
diens d'Afrique du Sud, la plupart an Natal. Leurs
homes d'effaires sont prminminents I Duiban; leurs
travailleurs sont intelligents et prolifiques. Ce sont


des citoyens d'Afrique du Sud aussi authentiques que
les Americains, de la second, la troisieme et la.qua-
trieme generations, sont des citoyens des Etats-Unis.
Naturellement ils ressentent et craignent tous le
processus de discrimination racial, y complis le faith
que le gouvernement Malan veut les r6duire au m6me
statute et aux mnmes conditions que les Bantous. La
nouvelle loi sur les < regions de group > qui a
pour objet de mettre A part et isoler les t Indigenes
et cls << gens de couleur d des blancs risque de faire
des Indiens les premieres victims de tous.
On compiend done facilement que le gouverne-
ment indien et son ambassadeur ici, Mme Pandit,
aient port celte affaire a la barre de l'opinion mon-
diale, c'est-a-dire aux Nations Unies. Cette question
est I'une de celle qui tient le plus au coeur de tous
les Indiens depuis que Gandhi s'en est occupy au
debut du siecle. Pourtant le statut des Indiens a cette
epoque 6tait tries superieur A ce qu'il est devenu
sous le gouvernenmnt racist de Malan. Le Dr. Don-
ges, delegue sud-africain, emettait sans doute une
opinion correct du point de vue technique en affir-
mant que la question etait une question de politique
etrangdre. II serait egalement correct d'un point de
vue technique de dire que la Declaration des Droits
de l'Honme ne cree pas dans sa forme actuelle
d'obligations juridiques. L'Afrique du Sud n'6chap-
pera neanmoins pas avec toutes ses questions techni-
ques et ses subterfuges a la condemnation morale
du reste du monde.
Aucune personnel inform6e ne sous-estime l'am-
pleur et I'intensite du problem auquel les blancs de
1'Union sud-africaine qui se trouvent surpasses en
nonibre out A fire face. On comprend tries bien
qu'une grande majority de ces blancs, qu'ils suppor-
tent le gouvernement Malan pour cette raison ou
pour d'autres, se montrent favorables a une politique
du genre de celle qui est actuellement poursuivie. On
peut mrme donner quelque validity aux railleries des
Sud-Africains qui disent que ceux qui vivaient une
epoque plus heureuse pouvaient facilement 6tre ver-
tueux car ils n'avaient rien A perdre. Mais si l'on
tient compete de tous les facteurs qui sont en faveur
de l'Afrique du Sud, il n'en demeure pas moins quel-
que chose d'affreux, a savoir que des hommes sont
pers6cutes et sont l'objet de discrimination a cause
de leur couleur et qu'un gouvernement, de nos jours,
pursuit une politique racist ayant pour but de
perp6tuer de tell discrimination.
(e The New York Times n, New-York, 16 novembre 1950, n0 5.971).


MH. -- AMERIQUE


Povto-Rico
Les Etais.-Unis, qii se sont sourcni eriyes en
censeurs ties puissuiances coloniales, n'ont pas su,
eux non plus, veiter dans lears lerriloires d'oru-
Ire-mer I s mouvemenls de niecontentemen!.
Celui de 'or to-Rico a sioudainerment pris an tour
tfolejtl : l.ntative d'assossinat du president Tru-
man ut ashinylon. it'volte armde dans I''le.
Voici comment le 'inr-s connmente cette << agi-
lation co,0tre l'ditinisl ra ion amtnrictinf .. .


Dans 'ile de luorlo-lico ou vient d'eclater un soll-
levement extremiste, le gouvernement amiricain pos-
sde une d6pendance qui connait toutes les difflcul-
16s communes A l'ensemble des lies des Caraibes et
beaucoup d'entre elles a un degree accentu6. La popu-
lation de I'ile, compose de 2.200.000 habitants est
plus important que celle de n'irporte quelle ile des
Antilles occidentales britanniques, et le taux d'ac-
croissement de a population est un des plus grand
tdo monde, approximativement 50.000 par an.
LA, gisent les raisons des troubles qui sont le r&-
suiiltt l'nne surpvollation et des nauvaises condi-








tions de logement. Le nombre des ch6meurs varie
entire 100.000 et 60.000 selon les saisons. L'ile a
une 6conomie principalement agricole basee sur le
sucre don't la plus grande parties est achet6e a des
prix prfderentiels par les Etats-Unis. Les produc-
teurs de sucre porLoricains manifestent autant de
mecontentement par suite des conditions des
accords qui les lient aux Etats-Unis que le font leurs
voisins dans les iles qui sont possessions britan-
niques.
Considerec dans son ensemble, I'ile possLde une
classes moyenne plus important et plus piosperc
qu'on en rencontre g6enralement aux Indes occiden-
tales, et cette classes crCe une apparence de prosp&-
rit6 qui disparait lorsqu'on examine la structure de
la pyramid social. Quelquc 120.000 hommes sont
employes dans l'industrie sur une force de travail
d'environ 600.000. Le commerce se fait principale-
ment avec les Etats-Unis, bien qu'il existe un certain
courant avec le V6nizuela et la zone Caraibe non
britannique. Un caractere important de 1'economie
portoricamne est constitu6 par une emigration an-
nuelle vers les Etats-Unis de 25.000 personnel. Cette
emigration apporte un soulagement necessaire a File
congestionn6e, mais provoque des Icpercussions so-
ciales aux Etats-Unis oh les Portoricains ont ten-
dance a se concentrer en groups isoles, particulierc-
ment A New-York. La nomination au poste de gou-
verneur du Professeur Tugwell, il y a quelques neuf
ann6es, marqua le debut du programme actuel de
d6veloppement economique et de r6forme politique
de File. La constitution actuelle est modelee sut celle
des Etats-Unis. Il y a un gouverneur portoricain, elu
sur un mode populaire, un Senat et une Chambre
Basse choisie par un suffrage universal accord aux
adults. Le gouvernement actuel prit le pouvoir en
1948 au course d'elections dans lesquelles le Parti
Populaire DLmocratique de M. Munoz Maiin obtint
63 % des votes. L'opposition comprend une coalition
de socialists, liberaux et r6publicains, mais ne dis-
pose que d'un siege A la Chambre Basse. On s'ac-
corde g6neralement A reconnaitre que les elections
se sont d6roul6es dans des conditions correctes,
mais que le systeme de representation ne fait pas
une place normal a l'Opposition. Le Parti de I'Ii-
d6pendance, le seul qui milite actuellement en
faveur de la creation d'une r6publique americano-
latine compl6tement separ6e des U.S.A., n'est pas
represent& ; les communists ne presenterent aucun
candidate.

Le pouvoir americain de veto

Le d6veloppement economique est poursuivi par
une serie de soci6tes publiques don't les activities
sont surveillees et coordonn6es par la Chambre de
planification, d'urbanisation et de lotissement,
dirig6e par le Dr. Rafael Pico. Cette organisation
provoqua un grand int6ert dans les milieux qui
recherchent le progres des territoires attard6s.
En d6pit de cette constitution liberale et des
grandes facilities qu'elle laisse a l'initiative locale, les
AmBricains conservent des pouvoirs ties 6tendus qui,
bien qu'ils n'en aient pas fait usage jusqu'ici, indis-
posent de nombreux Portoricains. Tous les actes de
la legislature portoricaine doivent 6tre envoys au
Congres des Etats-Unis par le gouverneur et par


l'intermediaire du president; le Congres a tous
pouvoirs pour les annuler. Ce pouvoir de veto du
gouvernement metropolitan est, sur le plan theori-
que, plus important qu'il ne 'est dans la pratique
colonial anglaise.
Cette restriction potentielle a la liberate est contre-
balancee par une aide financibie genereuse de source
f6derale. On estime que les Americains donnent envi-
ron un million de dollars par semaine a ile, d'une
fagon ou de l'autre. Outre l'aide sous formee de dons,
les Etats-Unis accordent une rnstourne sur les droits
qui frappcnt le rhum, maintiennent des nases impor-
tantes navales et aeriennes sui le territoire porto-
ricain et assurent l'entretien de certain services f&-
deraux, tels que les routes, les postes et les commu-
nications telephoniques. La consequence de cela est
que quelque 8.000 Portoricains, sur les 30.000 fonc-
tionnaires, sont pays par le gouvernement federal,
par opposition au gouvernement insulaire, et malgre
Faccroissement considerable de prosperity, cette si-
tuation a creek le sentiment d'une dependance finan-
ciere que certain trouvent humiliante.
Les trois principaux aspects du travail entrepris
par la Chambre de planification se situent sur les
plans de 1'evolution industrlelle, agricole et du loge-
ment. La < Industrial Development Corporation > est
charge d'attirer les capitaux prives de l'interieur
des Etats-Unis vers 1'ile. Un certain nombre de
mnoyens tels que des exemptions de taxes, l'entie-
tien d'un service d'information de premier ordre
pour ceux qui cherchent a cr6er de nouvelles indus-
tries, ont 6t6 utilis&s avec success pour developper
des industries secondaires telles que les ctramiques,
les fabriques de bouteilles et des cimenteries. Dans
bien des cas le gouveinement portoricain fut un
pionnier A ces points de vue. Ces methods ont Wte
generalisees dans toute la zone des Caraibes.

Reforme agricole

La r6forme agricole est poursuivie par la < Land
Authority >. Prenant appui sur une nouvelle loi fon-
ciere qui interdit aux societes privees, la possession
de plantations d6passant 500 acres, cette t Autho-
rity > s'est occup& de creer des fermes appelees
< fermes a profits proportionnels >>. Avant la mise en
application de la loi, environ 60 % de la terre
6taient poss6dees par des soci6tes importantes don't
certaines etaient portoricaines, mais d'autreis 6taient
entice les mains de proprietes abstenteistes. La terre
la plus pauvre 6tait seule laiss6e A l'exploitation de
petits tenanciers. Les c< fermes A profits proportion-
tels > ont un directeur choisi par 1' x Authority >,
qui recoit des emoluments bases sur un certain pour-
centage fixed par 1' e Authority > et prlev6 sur les
profits annuels; ce pourcentage s'ajoute A son salaire.
L' c Authority > fournit le capital d'exploitation et
prate la terre et l'6quipement. Le directeur est libre
d'employcr la main-d'ceuvre aux taux normaux de
salai e, et A la fin de l'ann6e les travailleurs regoivent
en pourcentage les profits. Ces fermes constituent
certainement une experience int6rcssante dans l'ex-
ploitation agricole, mais la << Land Authority >, peut-
etre inevitablement, semble avoir connu des dave-
loppements plus lents que 1' < Industrial Corpora-
tion > et il est trop t6t pour se prononcer sur son
succes.


76







Les taudis portoricains, ne serait-ce que par leur
importance, sont mis6rables, m6me pour les Caraibes.
Les efforts les plus vigoureux et les plus audacieux
sont en course pour les l6iminer, mais le progres est
difficile en rais.on du taux 1lev6 de la natalit6. Depuis
1938, le gouve nement de Porto-Rico a d6pens6 lui-
meme 17 mill ons de dollars a la construction de
logements, et ]e gouvernement f6d6ral a maintenant
accord 100 millions de dollars qui doivent &tre d6-
penses sur une p6riode de six ans. I1 y a cependant
96.000 familles qu'il est urgent de sortir de la zone
des taudis uibains et on reconnait qu'il y en aura
encore 76.000, chacune d'environ cinq personnel, a
installer lorsqu e l'argent aura Wt6 d6pens6.

Lolissemeiits d'habilation
Etant donnm l'impossibilit6 manifesto de r6soudre
le probleme stir des bases conventionnelles, I'autorilt
concentre sor. action sur la preparation de zones
dans lesquellcs on n'installe que les routes, la lu-
miere, l'eau el un system d'6goits. Cc project prend
assise sur la salubrit6 du climate des Caraibes et la
reconnaissance du fait que dans de telles conditions,
les commoditLs 6num6r6es pr6c6demment sont plus
essentielles qi'une solide maison A la sant6 et au
standing moril. Les families qui demeurent dans des
taudis recoiv.nt des lotissements dans ces zones
d'habitation. Si la maison don't elles disposent ac-
tuellement n'est pas en trop mauvais 6tat, on la place
sur un chariot de transport, et ainsi, toute complete,
elle est trans'porte h son nouveau site. Si e!ll est


condamn6e, les nouveaux propri6taires peuvent avoir
a reconstruire une nouvelle cabane. Ce sont 1h des
m6thodes dures et exp6ditives mais elles sont effl-
caces. L'autorit6 leur fournit un pot de peinture, et
il est surprenant de voir la nettet6 de ces construc-
tions qui se dressent dans leurs propres zones de
jardin au lieu d'etre entass6es pile-mele dans la ban-
lieue de San Juan.
Une partic du m6contentement actuel qui rigne
dans I'ile est provoquee par le sentiment que, bien
que les Americains ne ginent pas les libert6s au sens
politique du term, ils exercent une pression cons-
tante par des moyens economiques. Les m6contents,
soutiennent que les Portoricains, qui sont des Am6-
ricains-Latins et parent principalement l'espagnol,
n'apprendront jamais A travailler en accord avec le
people des Etats-Unis. Les extremistes diront que le
faith que chaque famille a au moins un de ses mem-
bres qui touche des dollars am6ricains, emp6che la
libre expression des sentiments anti-am6ricains.
Sur le plan pratique, le project de constitution de
I'ile en R6publique amdricaine peut avoir peu
d'avantages. Sa prosp6rit6 a'ensemble est base sur
les privileges qu'clle possede en raison de son appar-
tenance aux Etats-Unis. Ce qu'il faut et ce que pr6-
voient les r6formes actuellement a 1'6tude est une
forme de constitution librement n6goci6e entire les
gouvernements insulaire et f6d6ral et 6tablissant des
relations politiques plus conformes a la ligne d'un
statut de dominion.
(e The Times 1, Londres, 6 novembre 1950, n" 5.949).







t








LISTE DES TRADUCTIONS D'ARTICLES DE PRESS ETRANGERE
Ces traductions peuvent 6tre consultees d la
Section de la Presse 6trangere
Ministere de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7*)
(Direction des Affaires Politiques, piece 17, 1" 6tage)

La Section de la Presse 6trang6re peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, a quicon-
que lui en fera la demand, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
Le numero de r6f6rence suffit A designer le document desire.
I ------------------- ,


5.939
5.942
5.969
5.977
5.991


TITRE DE L'ARTICLE


PROBLEMS GENERAUX
Pas de r6pit en Asie ......................... .............
La Chine s'en mele (Sud-Est Asiatique) ......................
Les chances de la Russie en Asie ..............................
La Conference de Lucknow ...................................
Le bol de riz de 1'Asie ....................... ............
UNION FRANQAISE


5.932 La France et I'Indochine .....................................
5.940 Du Nord a l'extrmme Sud la terreur regne en Indochine ........
5.943 France et Indochine ........................ ..................
5.945 Comment lire la carte de guerre du Tonkin ....................
5.947 Association avec 'Indochine ....................................
5.948 Le front vietminh contre les Francais .........................
5.953 Un stranger au Togo francais (I) ............................
5.956 Tibet et Vietnam .....................................
5.959 Amoindrissement de la position franchise en Indochine ........
5.950 Indochine ..............................
5.963 Les Nations Unies et 1'Indochine ..............................
5.966 Londres et la lutte te la France cn Indochine ..................
5.967 Un stranger au Togo frani ais (11) .............................
5.968 Mesures trop tinides en Indochine .................... .....
La situation difficile des Francais dans le nord de l'Indochine ..
5.972 Rapport sur l'Indochine ........... ...... ................
5.975 Bao-Dai expose son cas (Indochine) ............ ............
5.980 De l'Empire a l'Union (Union Francaise) ......................
5.981 Les deux nouveaux ports de Brazzaville ........................
5.983 L'Indochine sera tenure cofte que coite ........................
5.984 Armes et politique en Indochine ..............................
5.985 La defense francaise en Indochine ..............................
5.987 Renforts francais pour l'Indochine ..............................
5.990 Etat d'esprit fataliste a Hanoi ................................
5.992 Le sort de l'Indochine ...................................
EMPIRE BRITANNIQUE
Generalit6s
5.951 Overseas Food ............. ........ .. .. ........ .
5.957 Besoins coloniaux ............................................
5.964 20 millions de plus pour les colonies ..........................
5.986 Commonwealth ................. .........................
5.988 Le Commonwealth tient conseil ................................
Inde et Pakistan
5.934 Cachemire .....................................
5.936 Conversations i Delhi ...................................
5.950 L'ascension de l'Inde et ses problmies .........................
5.951 La politique 6trangere de New-Delhi ..........................
5.954 La politique de 1'Inde ....................... .............
5.974 Le < Minich de M. Nehru ............... .................
5.982 Crise de croissance au Pakistan ..............................
C Ceylan
5.970 Problemes cinghalais .......... .......................


ORIGINE DU DOCUMENT


Daily Telegraph
Time and Tide
Die Weltwoche
The Economist
Daily Telegraph


The Economist
Gazette de Lausanne
Journal de Gen~ve
Continental Daily Mail
New York Herald Tribune
The Economist
West Africa
New Statesman and Nation
Neue Ziircher Zeitung
Eastern World
The Economist
Neue Ziircher Zeitung
West Africa
New York Herald Tribune
Neue Ziircher Zeitung
Tribune
The Observer
The Economist
West Africa
Journal de Geneve
Daily Telegraph
Neue Ziircher Zeitung
Neue Ziircher Zeitung
Neue Ziircher Zeitung
Journal de Geneve


Manchester Guardian
Daily Telegraph
The Economist
Daily Herald
The Times


Manchester Guardian
The Times
Neue Ziircher Zeitung
New York Herald Tribune
New York Herald Tribune
Time and Tide
Neue Ziircher Zeitung


Manchester Guardian


DATES




30-10-50
4-11-50
20-10-50
18-11-50
24-11-50


28-10-50
1-11-50
2-11-50
3-11-50
4-11-50
4.11-50
4-11-50
11-11-50
4-11-50
2-11-50
11-11-50
12-11-50
11-11-50
14-11-50
11-11-50
17-11-50
19-11-50
18-11-50
18-11-50
21-11-50
22-11-50
18-11-50
20-11-50
23-11-50
23-11-50


1-11-50
10-11-50
11-11-50
23-11-50
23-11-50


27-10-50
27-10-50
31-10-50
8-11-50
9-11-50
18-11-50
15-11-50


14-11-50









TITRE DE L'AITICLE


Malaisie
M alaisie -. guerre er bien-4tre ..............................

Afrique Occidentale
50 i:s de la vie des Provinces orientales de la Nig6ria (III)....
(IV) ....
Le droit de vote en Gold Coast ..............................
Problkmes relatifs a renseignement africain ....................

Afrlque Orlentale
Inventaire en Afrique Centrale ...........................
Afrique Centrale ................ ................ ........

Afrique du Sud
Les Indiens d'Afrique du Sud .................................

UNION HOLLANDO-INDONESIENNE


5.961


5.933
5.937
5.952
5.976


5.955
5.958


5.978


5.935
5.973


5.938
5.962


5.944
5.946
5.949
5.965


5.979
5.989


ORIGIN DU DOCUMENT




The Spectator


VWest Africa
West .Africr(
Tribune
African Wlorld


The Times
Manchester Guardian


New York Times


New York Times
The Times


New York Times
The Times
The Times
The Economist


The Times
New Statesman and Nation


PHILIPPINES
Rapport sur les Philippines ................... ...............
R11formes aux Philippines ...................... ......... ....

PORTO-RICO
Soulevement a Porto-Rico .................................
Malaise a Porto-Rico .....................................
Ie soulivement portoricain ....................................
IEalles et Blections a Porto-Rico ...............................

EX-COLONIES ITALIENNES
!n plan pour la Libye .................................
La Libye unifi6e .............. ........... .........


A nboine ......... ............................... ....... .. Manchester Guardian
L. chant du cygne de 'Empire hollandaise ...................... New Statesman and Nation


DATES




10-11.50


14-10-50
21-10-50
3-11-50
qov. 1950


9-11-50
9-11-50


1h11-50


27-10-50
18-11-50


29-10-50
11-11-50


1-11-50
3-11-50
6-11-50
11-11-50


20-11-50
25-11-50


I ~








BIBLIOGRAPHIE


ARCHEOLOGIE DE L'AFRIQUE NOIRE
par D. P. de Pedrals. Ed. Payot

Dans son Manuel scientifique de l'Afrique Noire, Pierre
de P6drals avait fait le point, avec une sympathie commu-
nicative, des connaissances aujourd'hui acquises, sur 1'uni-
vers africain. Avec la Vie sexuelle en Afrique Noire, il
realisait ensuite une veritable m6taphysique de la sexuality
africaine. Il entreprend aujourd'hui, dans un nouvel ouvrage
qu'il intitule Arch6ologie de l'Afrique Noire, de presenter
une large reconstitution d'un pass que de profondes zones
de mystire rendent encore plus attirant.
L'ArchBologie, Atude des commencements au sens Atymo-
logique, n'est-elle que cette parties de I'histoire pour la-
quelle manquent A la fois les documents 6crits et les des-
criptions ethnologiques ? En fait, elle est A la fois une
science et un art, science parce que s'appliquant aux ves-
tiges de I'activit6 des hommes de l'Antiquite, art en ce
qu'elle s'attache A pratiquer des fouilles ct A en publier les
resultats.
Aussi D. P. de P6drals dresse-t-il, en premier lieu, un
bilan g6enral des fouilles effectuees jusqu'A ce jour sur les
lieux oh vivaient les noirs, de l'Antiquit6, et procAde, A
measure, au d6pouillement des traditions orales et 6crites
se rapportant aux circonstances du peuplement, pour chaque
secteur consider. Avec une patience m6thodique et sans
parti pris d'Acole, il aboutit, par cette synthsse, qui est a
notre connaissance, la premiere en son genre, A des resul-
tats d'une signification et d'une portee saisissantes. Et il
administre la preuve que 1'Afrique noire fut le si6ge de
hautes civilisations < ins6parables des cycles classiques de
l'Egypte et de I'Orient antiques. >
II nous faut done admettre avec lui que l'Afrique noire
tout entiAre a 6t6 depositaire d'un fonds primordial de
connaissances de valeur universelle, fonds qu'elle nous res-
titue dans sa logique et dans son originality, et qui ne doit
rien, ni aux influences < culturelles >> venues de 1'extArieur
avec les vagues incessantes d'immigrations s6mitiques, ni
aux puissants movements qui ont pouss6 les Blanes, des
l'age le plus recule, tres loin A l'int6rieur du continent,
par des voices terrestres, jusqu'a la Cote Atlantique. Et
desormais l'archiologie Agyptienne ou biblique n'est intel-
ligible qu'apres une etude total de l'Afrique noire.
L'ouvrage de D. P. de Pedrals, illustr6 par d'excellents
croquis de l'auteur, retiendra certes l'attention savante de
tous les specialistes ; au surplus il proposera, dans un style
sobre et limpide, une experience directed et une subtile con-
naissance du monde noir, qui ne manqueront pas de pas-
sionner tous ceux qui portent de I'int6ert aux 6tudes afri-
caines.

HISTOIRE DE LA COLONISATION FRANCHISE
Tome III : France d'Outre-Mer
par Henri Blet. Ed. Arthaud

Le volume que le Professeur Henri Blet vient de publier
sous le titre de France d'Outre-Mer, constitute le troisieme
et dernier tome de son Histoire de la Colonisation Fran-
caise, qui traite cette fois de l'oeuvre colonial de la Troi-
sieme RApublique, et se site entire 1871 et 1939, cette der-


niere date 6tant la limited an delh de laquelle l'historien
a justement estim6 qu'il ne lui Btait plus possible de dres-
ser un tableau mrme provisoire.
AprBs avoir 6tudie en 1946, dans le Tome I, la naissance
et le d6clin d'un Empire, des origins A 1789, et dans le
Tome II, en 1948, les &tapes d'une renaissance colonial
(1789-1870), le Professeur Henri Blet s'efforce, dans ce
troisieme volume, de d6gager de la masse des faits, les
doctrines form6es au contact des realit6s, et de donner une
image fiddle de l'action men6e par nos < batisseurs d'em-
pires >, et des Avenements encore tout proches qui ont
marqu6, outre-mer, l'expansion et 1'oeuvre de la France.
Pr6sent6s rationnellement dans leur ordre chronologique
et dans leur ordre geographique, ces ev6nements racontent
les longs tfitonnements sur lesquels furent 6difiies les ins-
titutions qui regissaient notre domain d'outre-mer a la
veille du dernier conflict mondial. Ils expliquent la lente
evolution de notre opinion publique A l'6gard de 1'id6e
colonial 3, passant d'une attitude d'hostilit6 discrete ou
d6clar6e, i une comprehension r6ticente, pour aboutir a
une acceptation nuancee de reserve, mais A peu pres g6n6-
rale.
Aujourd'hui, une conclusion s'impose, la politique d'ex-
ploitation, la politique d'assimilation ont v6cu, et progres-
sivement front place a une politique d'association, seule
capable de concilier les l1gitimes aspirations des popula-
tions autochtones a la liberty. Car les droits de la M6tro-
pole tiennent moins de son action dans le pass que de sa
volont6 et de sa capacity d'organiser l'avenir.
Le tome III de l'Histoire de la Colonisation Franvaise,
du professeur Henri Blet est illustre, en hors-textes, comme
les deux volumes precedents, de nombreuses reproductions
de gravures, de portraits et d'estampes qui ajoutent encore
a la valeur documentaire et A l'attrait du r6cit, don't il faut
savoir grd l' auteur de nous presenter les tapes en dehors
de tout esprit de systime, en nous conduisant au terme de
cette longue histoire, A la conviction que notre ceuvre
reste grande et qu'il faut y voir, A travers tant d'6pisodes,
la manifestation permanent des aspects gndereux du genie
franvais.

GALLIENI A MADAGASCAR
par le Gindral Jean Charbonneau,
Nouvellcs Editions Latines

Ceux qui out subi le rayonnement de Gallieni, chef pres-
tigieux, estiment que son example et ses lemons meritent
toujours d'etre pensees et suivies, et qu'en nos jours trou-
bles leur actuality demure Avidente. L'actualit6 de Gal-
lieni est en effet le thime autour duquel le G6neral Jean
Charbonneau a mddit6 ct compose son dernier ouvrage
Gallidni a Madagascar.
Dans 1'esprit du plus grand nombre des Franvais, Gal-
lieni c'est Madagascar, come Bugeaud l'Algerie, Faidherbe,
le S6n6gal et Lyautey, le Maroc. II 6tait done interessant
d'6tudier cette tape important et particuli6rement hen-
reuse de la carriere de Gallieni, de montrer comment le
mecanisme de son intelligence l'a conduit A l'action et de
d6gager de son comportement i Madagascar un enseigne-
ment parfaitement adapt A la situation pr6sente de I'Union
Francaise.







L'auteur, qui servit durant de longues anu6es oulrc-mler,
et en particulier i Madagascar come chef d'Etat-Major des
troupes, put explorer, au lendemain de la premiere guerre
mondiale, les a chives du commandement et y consulter des
documents pricieux. Aujourd'hui, charge d'exp6rience
humaine et de competence technique. s'appuyant par ailleurs
sur une documentation rassembl6e par Mine Gaetan Gal-
lieni, servi au surplus par 1'autorite que lui done un im-
portant bagage litt6raire, le Gen6ral Charbonneau est en
measure de tracer, pour ses lecteurs, un portrait exact de
celui qui fut si justement nomnime < le dernier roi de Ma-
dagascar >.
Durant un iegnc de neuf annees, que lui accorderent
lib6ralement l R6publique sur la totality des habitants et du territoire de
la Grande Ile, Gallicni fut le continuateur authentique de
l'oeuvre entreprise par le Grand Roi Andrianampoinimerina,
qui r6alisa 1'ulit6 de tons les groupcments ethniques mal-
gaches sous uine nm6me autorite, et orienta son people vers
la civilisation europecnnc.
Comme Lyaitey, qui fut son disciple, Gallieni n'a jainais
accord6e I'action militairc qu'un rang de second ordre.
CrBer, animer, vivifier, c'6tait pour lui la grande affaire.
Pour cela pa: de fornulcs rigides, pas de paperasseries,
pas de routines. Du bon sens, des idies claires, une vue
rapide des homes et des choses, le sens et le courage
des responsaslilitis, le don d'enthousiasmier les gens autour
de lui, de l(ur communiquer sa foi et quelque chose de
son propre g:nie, si libre, si gE6nrcux, si humain. En 1896
et en 1914, comme en toute circonstance, par sa haute cul-
ture, son esprit de decision, sa tenacity indestructible et
son souci du bien public, Gallieni slt agir et gagner la
parties.
J. J. Tharaud, en 6voquant dans leur preface la haute
figure du Mar6chal Gallieni, ne s6parenl pas dans leur
admiration ct leur reconnaissance, le noin du pacificateur
de Madagascar et le nom du constructeur du Maroc, car
le message de ces grands laborieux, qui furent aussi de
grands m6dilatifs, apportent un example et un enseignement
toujours actaels, qui s'adressent a tous les Francais.

LE PAIN ET LE SEL
per Maurice Guierre ; Ed. Flammarionr

En nous souvenant de son fanieux livre Seul Maitre a
bord, qui remporta. en 1939 le Prix de la Renaissance, et
class Maurice Guierre au premier rang de nos 6crivains
maritimes, et aussi des volumes, nomnbreux deji, qu'il a
consacr6s aux << r6alit6s et aiux nostalgics > de la mer, nous
n'avons pu nous defendre d'un sentiment de surprise, qui
6volue tres vite vers l'admiration, it d6couvrir que dans
Le Pain et le Sel, son dixinme ouvragc, concu conmne un
tryptique, L'auteur a su traiter avec la mei6e verve, le
tableau << terrien > d'un village de Provence dans lequel
il transport une 6quipe de chalutiers flaniands.
Le r6cit est fond6 sur des donnies autthentiques, car les
hasards d. la dernicre guerre out permis de voir des
pAeheurs <: d'harengs > dunkerquois vivre effectivement au
milieu de paysans traditionnistes au coeur de la Haute-Pro.
vence. Et Maurice Guierre, ancien officer de la Marine
National, demeur6 fiddle i la mer, son inspiratrice, a pu
donner sa measure comme << romancier des grande fres.
ques >, lainsi parla Luc Durtain), en transposant avec
bonheur !'action de ses heros, jusqu'alors localisee i bord
d'un cuirassi ou d'un sous-marin.


Puissaminent sympathique, le personnage central est
Jean-Marie, de Bray-Dunes, roi du hareig, et chef de la
famillle Valpen, vertueux et rude patron picheur, au
savoureux language, maitre de la Sainte-Marie Mere de Dieu,
< bord de nous >, bateau vivant, bateau foyer, bateau de
Dieu, membre lui aussi de la famille Valpen. Aupr6s de
Jean-Marie, parmi d'autres figures singulijres, un type for-
tement camp, le flibustier Dumontel, aux entreprises dou-
teuses, impose i la puret6 des gens de mer la confronta-
tion inquietante de I'aventure.
Nous assistons d'abord i des scenes de mer, tragiques
ou harrassantes, la noyade du mousse du Dieu le Veut, le
chalutage du hareng, la perte de deux navires de piche
sur les banes de Flandre. Vient ensuite l'evocation parfois
truculente de la conjunction soudaine de ces homes si
differents d'origine et de caractere, bien que pareillement
soumis aux grandes lois de la nature, les durs pecheurs
flamands et les astucieux paysans de Provence. Autour de
la ferme exploited par les marines nomades s'6tablissent
chaque jour des contacts de plus en plus 6troits, qui ani-
ment le recit d'une vie intense, ourdissent des intrigues
sentimentales, et colorent le r6cit d'une riche matiere psy-
chologique et pittoresque, don't Maurice Guierre, avec son
esprit d'observation et de finesse, et son vif sentiment des
valeurs humaines, saura tirer, pour le plus grand plaisir de
son lecteur, une conclusion r6solunment optimist.


KENYA, OU LA FUGUE AFRICAINE
par Filix Benuzzi
traduit de 1'italien par Felix Germain ; Ed. Arthaud

Lorsque la derniere guerre vint bouleverser le monde,
Felice Benuzzi Btait fonctionnaire du gouvernement italien
en Ethiopie. Fait prisonnier lors de I'occupation de 'Afri-
que par Ise Allies, il fut envoy c dans un camp de con-
centration au Kenya. Originaire de Trieste il avait appris
is aimer la montagne et accompli ses premieres armes dans
les Alpes Juliennes.
Son livre, public par << I'Eroica > de Milan, est le r6cit
de eette fugue aventureuse sur le Kenya of il fut pousse,
avec deux compagnons, par la nostalgic poignant de la
montagne. Benuzzi, hier encore inconnu, ou presque, se
revele d'un coup, et la figure ainsi divoilie, est bien celle
d'un homme veritable.
Et les alpinistes, it cette rencontre, quelle que soit la
niontagne qui la provoque, quelle que soit leur nationality,
eprouvent comme un orgueil que < I'homme veritable >
soit fait de la sorte. Un homme qui laisse entrevoir sa ma-
niire propre de vivre et d'agir, i travers un texte qui est
un peu comme 'lioinme, lui-m6ine : complete. Ici vivace et
penetrant, 1l abr6, ample, descriptif, tant6t ironique, alle-
gre, enthousiaste, loujours sincere, jamais banal.
Kenya, ou la Fugue Africaine, (Fuga sul Kenya) est pre.
sentee en un fort volume, illustr6 de 16 magnifiques hilio-
gravures, qui ouvrent, entire les pages 4crites, d'immenses
perspectives visuelles. Avec Benuzzi nous p6entrons une
zone africaine pcu familiere a nos compatriotes, nous tra-
versons: loin de tout sentier, des kilometres et des kilo-
metres de sylve tropical, nous faisons connaissance avec
la montagne aride oi I'on se bat centre la tourmente qui
monte des vallees peuplees d'elephants, s'ouvre un passage
dans la fort impassible, i travers les bambous inhospita-
liers, gravity les pentes en faisant risonner les harpes des
bruyires, escalade les aiguilles. Le vent des altitudes.








CHASSEUR DE FEMMES
par Etienne Tardif ; Ed. du Dauphin

Sous 1ie vocable de l'antique < carpe diem > par lequel
le pokte latin Horace nous rappelle, dans ses Odes, qu'il
faut nous hiter de jouir de notre court vie, Etienne Tardif
retrace dans Chasseur de femmes, en narrateur alcrte, la vie
aventureuse de Guillaume Dupuis, ce m6decin globe-trotter,
oncle putatif de l'auteur, don't il utilise les documents,
publi6s en premiere trance dans son roman Amours Ton-
kinoises, paru naguere chez le mnme iditeur.
Dans d'autres ouvrages, (Madame Premiere, le Bracelet
de Jade, la naissance de Dalat, etc.), Etienne Tardif, djia,
s'btait attache i faire revivre les exploits des < pionniers >
de la grande oeuvre franchise en Indochine, environ l'an-
nee 1900. < J'aime vos livres, 6crit Jean d'Esine dans la
preface qu'il a consacrie i Chasseur de Femmes, parce
qu'ils sont charges de rave et de bonnc liuneur, et parce
qu'ils racontent le tranquille h6roisme et les singularites
de ces homes de chez nous qui Btaicnt vraiment des
Hommes, avec leurs faiblesses, leurs travers, avec leur
tdrattene si fortement tremp6, et leur energie toujours-
prite a se d6vouer pour une tiche passionnante >.
Durant son sejour au Cambodgc, le Docteur Guillaume
Dupuis, coureur de brousse, vaccinateur ambulant, chas-
seur de fauves, fut aussi un chasseur de femnmes, et ses
ventures f6minines, parfois phrilleuscs, toujours attrayan-
tes, sont amalgamies i la vie du pcuple Khmer et i la
description de leur pays.
Dans un style souple et rapid, Etienne Tardif raconte
surtout la rude existence de ces medecins coloniaux en
perp6tuelle errance le long des fleuves et a travers les
jungles, pour accomplir une tilehe 6mouvante entire toutes,
celle de lutter contre les maux et les endemies de toutes
sortes, pour secourir l'hommec et l'arracher a la souffrance
et a la mort.


UN QUART DE SIECLE PARMI LES ELEPHANTS
par William Baz6,
Imprimerie Francaise d'Outre-Mer, i Saigon

On a beaucoup 6crit sur les 6liphants, monographies
savantes on relations v6cues consacrbes au plus passion-
nant des h6tes de la brousse tropical, au plus intelligent


sans doute, et au plus fort, aussi redoutable dlans le combat
que docile eompagnon de l'homme, don't il accepted, sans
rancune, le pacte d'amitii.
<< Un quart de siicle parmi les elphants >, toutefois,
nous apporte la sensation neuve de prendre directement
contact avec les giants de la sylve asiatique. William Baze
nous les pr6sente dans le style vif et familiar du reportage,
tels qu'il les a surprise i l'etat sauvage, dans les coins les
plus recules de l'hinterland Moi, don't il a longuement
explore les forts et les savanes, et parcouru, son Express
577 au poing, les vastes etendues herbeuses, vallonhes de
course d'eaux et cribl6es de mar6cages. Une abondante do-
cumentation photographique illustre et soutient le texte
avec eloquence.
Compagnon de chasse de S. M. Bao-Dai, qui reconnait en
lui, dans une preface flatteuse, un des chasseurs les plus
avertis des pays indochinois, William Baz6 nous procure, au
long de son r6cit, la sensation de vivre let scenes qu'il
evoque, et de participer (sans risques) aux incidents mou-
vementes de ses ventures cyn6g6tiques, don't la toile de
fond est constitute par le panorama grandiose des derniers
contre-forts de la chaine annamitique. Grace At lui nous
sommes parfaitement renseignes sur les cx.ractires, les
meurs, 'habitat et les reactions de 1'16phant d'Asie, ainsi
que sur sa capture, son dressage et son comportement a
l'egard de I'homme.
Si passionn6 qu'il soit du < noble sport >> 1'crivain chas-
seur n'en est pas moins un partisan r6solu des measures des-
tinees a prot6ger efficacement la faune sauvage centre les
exces regrettables des destructeurs. II prhconise a cet effet
une r6glementation s6evre, applique sans faiblesse, com-
portant des reserves ct des pares nationaux, et obligeant les
riches nemrods i payer un just prix la gloriole d'inscrire
A leur actif un tigre royal, un gaur de taille on un beau
porter d'ivoire.
Le livre de William Baz6, remarquable some docnmen-
taire, est au surplus une belle reussite typographique, rea-
lis6e a Saigon par un 6diteur local. Sa parfaite presentation
technique rend encore plus attrayante la lecture de ces
etonnants < ricits d'un chasseur de mastodontes. Et nous
nous laissons volontiers conduire sur ses innombrablcs pis-
tes, par la verve jaillissante du narrateur, a travers mille
rencontres cocasses on dramatiques, jusqu'au co-ur mystt-
rieux de la jungle indochinoise.
Georges VALLY.








SOMMAIRE
des Etudes parues dans le Bulletin de la France d'O utre-Mer

depuis juin 1949


N" 132. Juil 1949 :
Une ere no.ivelle s'ouvre pour le Viet-Nam, par
Andrd Surlean, Administrateur des Services Ci-
vils de l'In dochine ................. .........
Deux annees d'execution du plan de modernisation
et d'equipe nent .................................
Le movement cooperatif au Cameroun ..........
N" 133. Ju Ilet 1949 :
Message de S. M. Bao DaY au people Vietnamien
lance le 11 juin 1949 ............................
Les otages cietenus par le Viet Minh. Communique
du Haut Commissariat de France en Indochine.
La Decade de l'Afrique Noire a l'Abbaye de Royau-
mont, pa:. Michel Deveze, professeur agrege de
1'Universire, assistant a la Sorbonne ............
N 134. Afiut 1949 :
Le problem des Iles Australes ....................
iL'equipeme] t public des Territoires d'Outre-Mer ..
L'Islam en Afrique Noire Francaise ..............
No 135. S ptembre 1949 :
Message du President de la RWpublique a l'Empe-
reur B ao D ai ............. ......................
Le Plan d'Equipement des Territoires d'Afrique
Frangaise Noire ................................
N 136. Octobre 1949 :
Considdratons generales sur le transport et le tra-
vail aer:3ns dans les Territoires de la France
d'Outre-MlIer ..................................
L'Enseignenent dans 1'Union Francaise, par Guy
Henard, Administrateur ides T.O.M ...........
N" 137. Novembre 1949 :
Une Politique d'industrialisation et d'equipement
strategicue de 1'Afrique Frangaise ..............
Le Port d'Abidjan (Documents fournis par 1'Inspec-
tion Generale des T.P.) .....................
La Confe ence Interafricaine de I'alimentation de
Dschan .....................
N" 138. Ilecembre 1949 :
L'experience monetaire de Djibouti ................
L'Oceanie Francaise et 1'Institut Francais d'Ocda-
nie, par le pasteur Maurice Leenhardt, Directeur
honoraire de 1'I.F. ........................
Le Statut des Chefs Coutumiers Africains (Direction
P olitique) ......................................
ON" 139. .anvier 1950 :
Nations lUnies et Territoires < non-autonomes ..
Les Inve!;tissements etrangers nouveaux dans la
zone franc, par M. Roger Gaben, Administrateur
Civil a 1'Office ides Changes ....................
Les Miss ons Catholiques dans 1'Union Francaise.
Docum 'nts fournis par l'CEuvre Pontificalc de la
Propagation de la foi .......................
N 140. Fevrier 1950 :
La Conference de Paris et la Cooperation Interna-
tionale en Afrique ....... ... .........
Les Mon naies des Territoires d'Outre-Mer ........
Le Protestantisme de l'Enseignement, par le pas-
teur Et ienne Kriiger ...........................

S. P. I.. 2 bis, Impasse du Mont-Tonnerre, Paris (15e)


L'Esprit religieux des Vietnamiens, par Louis Cho-
chod ..... ..................................

3 N" 141 Mars 1950 :
Les Conventions d'application des accords franco-
5 indochinois .......... ..........
9 Le Plan de modernisation et d'equipement des pays
d'outre-mer de 1'Union Frangaise. Le rythme
des investissements ....................... ...
Les Iles Kerguelen, par M. Aubert de la Rue ....
3
3 N 142. Avril 1950 :
5 La Gold-Coast au debut de 1950, par Jacques Mul-
lender, Administrateur des Colonies ..........
Conakry, port minier ................ ......
7 La Conference Regionale Asienne de 1'Organisation
International du Travail de Nuwara-Eliya (Cey-
lan ) ............................................
3
7 N" 143. Mai 1950 :
8 Le Probleme Ewe, par M. Hepp, Administrateur des
Colonies ... ................................
L'Unesco et 1'Education dans les Territoires sous
tutelle, par Alain Rougeot ....................
3 L'Activit6 miniere dans les Territoires frangais
d'Outre-Mer en 1949 .... ......................
5
N" 144. Juin 1950 :
La Rdforme Constitutionnelle en Nigeria ..........
L'Economie indochinoise en 1949 ..................
Le Bouddhisme au Laos, par Marie-Louise Gentil.
3
N" 145. Juillet 1950 :
7 Trois Discours de M. Jean Letourneau, Ministre de
la France d'Outre-Mer ......................
Les Problemes sociau.x actuels au Congo Belge ....

3 N" 146. Aofit-septembre 1950 :
Les Progres de < 1'africanisation ) dans les Services
7 Publics de Gold Coast ........................
La reorganisation judiciaire a Madagascar, par E.-J.
9 Guillot, Conseiller a la Cour d'Appel de Tanana-
rice .....................
5 N" 147. Octobre 1950 :
Un Discours de M. Francois Mitterrand, Ministre
de la France d'Outre-Mer ......................
Role de la Caisse Centrale de la France d'Outre-
Mer dans le financement des plans de developpe-
ment 6conomique et social, par A. Holleaux, Audi-
teur au Conseil d'Etat .................. ...
3 N" 148. Novembre 1950 :
Les functions de la Caisse Centrale de la F.O.M.
6 dans le domain monetaire, par A. Holleaux, Au-
diteur au Conseil d'Etat ........................
Les travaux de la mission Lebceuf (1949-50), en
9 A. E. F. .......................................
N" 149. Decembre 1950 :
Discours de M. Letourneau. Ministre charge des
3 Relations avec les Etats Associds .............
6 La Decade de Royaumont, par Guy Henard, Admi-
nistrateur du T.O.M .... ............... ...
8 Le Service Geographique d'Outre-Mer ........


Le grant : RENt LANGUMIER.


Pages


Pages




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs