• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Problemes du jour
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Communiques
 Back Cover














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00025
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00025
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
    Nouvelles de France
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
    Revue de presse
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
    Communiques
        Page 76
    Back Cover
        Back Cover 1
        Back Cover 2
Full Text



I FRANCE B'OUTIIEMER


011 fl,


(II1


3
If~c~






PtESIDENCE DU CONSEIL

SECRETARIAT GANARAL
DU GOUVERNEMENT

SDirection de la Documentation:
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8*)


LA DOCUMENTATION FRAN(AISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7*)


BULLETIN D'INFORMATIO,N

DE LA


FRANCE


D'OUTRE-MER


SOMMAIRE


PROBLEMS DU JOUR :
Les functions de la Caisse Centrale
dc la France d'Outre-Mer dans le
dcmaine mon6taire ............
Les travaux de la mission Lebeuf
en A.O.F ....................
NOUVELLES DE FRANCE :
La vie parlementaire ............
L'ac tivit6 ministerielle ..........
Info rmations g6n6rales ...........
M manifestations .................
NOUVELLES D'OUTRE-MER :
Indo(chin .................. ... ..


A. O. F. .. .................
A. E. F .......................
Togo ...........................
3 Cam eroun .....................
Madagascar ....................
"6 Nouvelle-Caldonie et Dependances.
Oc6anie et Somalis .............
8 Saint-Pierre-et-Miquelon .........
11 Informations administrative .
17 REVUE DE PRESS :
20 Presse d'outre-mer ...............
Presse 6trangbre ................
21 Com mnuniqu6s ......................


Novembre 1950


N" 148







I i


AGENCE DE LA FRANCE D'OUTRE-MER
20, rue La Boetie T6elphone : Anjou 26-94 B 26-97
M6tro : Miromesnil Autobus : 28-32-43-49-80


L'Agence de la France d'Outre-Mer, Service
Officiel du Ministere de la France d'Outre-Mer,
renseigne sur toutes les questions int6ressant
les Territoires d6pendant du Ministere de la
France d'Outre-Mer; Afrique occidentale, Afri-
que 6quatoriale, Cameroun, Togo, C6te des
Somalis, Madagascar, Etablissements frangais
de l'Inde, Indochine, Nouvelle-Cal6donie. Nou-
velles-H6brides. Saint-Pierre et Miquelon.
* Son Service de Documentation informed le
public sur le commerce, l'industrie, la produc-
tion, les tarifs de donane et les statistiques, la
fiscalit&, le climate, le coft de la vie, le tou-
risme, la chasse, etc... Les journaux officials
locaux, les budgets administratifs, les tariffs
douaniers et fiscaux, les statistiques du com-
merce ext6rieur de chaque Territoire et tous
autres documents d6tenus par le Service pcu-
vent etre consults sur place.
* Son Service de Placement met en rapport
gratuitement les employers avec les per-
sonnes desireuses de trouver un emploi outre-
mer.
* Sa Cin6math6que diffuse gracieusement en
France des films documentaires sur les Terri-
toires d'Outre-Mer.
Le prct de ces films est consent A tout orga-
nisme official ou priv6 d6sirant effectuer des
projections non commercials d'information.
d'6ducation ou d'enseignement.


* Sa Phototh6que possede 30.000 cliches sur
tous les Territoircs enum6res plus haut. Ces
cliches peuvent faire l'objet de cession.
* Sa Bibliothbque, riche de 30.000 volumes.
est ouverte au public sans d6semparer, de
9 heures A 18 heures, samedi apres-midi
except&.
* Son Service des Foires et Expositions as-
sure la representation des Territoires de la
France d'Outre-Mer dans les manifestations
commercials et expositions organisees en
France et a l'Etranger.
* Son Service de Publicit6-Propagande as-
sure la publication et la diffusion de toute
documentation se rapportant aux Territoires
d'Outre-Mer.
II edite des brochures monographies, de-
pliants, plaquettes, affiches et cartes-affiches.
Ces documents sont en vente A la Librairie de
I'Agence, qui diffuse egalement, A titre one-
reux, les publications des Services de Docu-
mentation de la Presidence du Conseil, et de
nombreux ouvrages concernant l'Union Fran-
gaise.
Des expositions de peinture, de sculpture et
d'ouvrages de I'artisanat des Territoires
d'Outre-Mer sont organis6es A la Galerie de
l'Agence, 20, rue La Bobtie.


Liste des diverse publications en vente b I'Agence de la France d'Outre-Mer


SERIE DE 20 DEPLIANTS traitant des divers Ter-
ritoires relevant de la France d'Outre-Mer :
Senegal, Mauritanie, Guinde, Soudan, Cote
d'Ivoire, Haute-Volta, Dahomey, Niger, Came-
roun, Togo, Gabon, Moyen Congo, Oubangui,
Tchad, Somalie, Madagascar, Laos, Cambodge,
Nouvelle-Calddonie, Oceanie. Prix de cession :
(A titre de.propagande) 10 francs I'un.

SERIES DE BROCHURES MONOGRAPHIES se rap-
portant A : Afrique Occidentale, Madagascar.
Dahomey, Togo, Moyen Congo, Oubangui, Tchad.
Gabon, Oc6anie, Nouvelle-Caledonie, Cameroun.
Guinee, Somalis, Saint-Pierre et Miquelon. -
Prix de cession : (A titre de propaganda) 40 francs
1'une.


PLAQUETTE GENERAL DE VULGARISATION :
< L'Union Francaise ). Prix de cession (A
titre de propaganda) 20 francs.
Guide du Tourisme en A.O.F. et au Togo 120 fr.
Parure feminine aux colonies .......... 30 a
Confidences s6engalaises ................ 30 a
Contes et legendes d'Afrique ............ 30 a
La p4che aux colonies .................. 20 a
Etude sur Charles de Foucauld ........ 60 a
Exportations des cercles de I'A.O.F. et du
Togo ......... ..................... 250 a
POCIIETTES DE REPRODUCTIONS PHOTOGRA-
PIIIQUES (pochettes de 12 photos) concErnant:
I'A. O. F. .............. ............ 35 fr.
L'activite economique de I'A.O.F....... 35 >
Le Cameroun. .......... ........ ...... 40 a
L'Art khm cr ............... ..... ..... 40 >


Carte des changes conunerciaux dans 1'Union Frangaise en 1938 et 1946 : 100 francs..
Bulletin d'Information de la France d'Outre-Mer : 90 francs.
Guide de I'A.O.F., addition 1949 : 500 francs.
Annuaire Noria 1950 sur 1'A.O.F. et le Cameroun : 400 francs.




















PROBLEMS DU JOUR


Les functions de la Caisse Centrale

de la France d'Outre-Mer dans le domaine monetaire

Par M. Holleaux, Auditeur au Conseil d'Etat

L c Bulletin de Documentation a public, dans son dernier numnro, un article
sir le r6le de la Caisse Centrale de la France d'Outre-Mer dans le finan-
cement des plans de ddveloppement economique et social. Nous comple-
tons auijourd'hni cette etude en exposant les principles functions remplies par
la Caisse Cen:trale dans le domaine monetaire. Ces functions interessent les memes
territoircs que ceux oil la Caisse Centrale assure le financement du plan (terri-
toires relevant du Ministre de la France d'Outre-Mer et DepartenAents d'Outre-
Mer).
Pour dtudier ces attributions d'ordre monetaire, il convient de distinguer le
rdle de la Caisse Centrale en tant qu'institut d'emission, les relations de la Caisse
avec les banques d'emission coloniales, et les functions qu'elle remplit en mattire
de contrdle des changes (1).


I. LA CAISSE CENTRAL, INSTITUTE D'EMISSION
Des ordonnances des 24 juillet 1942, 26 janvier
1943, 2 f6vrier 1944, 27 juin et 28 aofit 1944 ont attri-
bu6 le privilege de l'dmission A la Caisse Centrale
en A.E.F., au Cameroun, a Saint-Pierre et Miquelon,
a la R6union, aux Antilles et en Guyane.
Dans ces c[iff6rents territoires, la Caisse Centrale
a institu6 et Iait fonctionner depuis lors un system
d'6mission nion6taire '6conomique et simple don't
nous rappelons sommairement ci-apres les principa-
les caract6ristiques.
En premier lieu, ainsi que nous I'avons d6ej indi-
qut, ce systrne est economique. Avec un personnel
peu nombrev:x, la Caisse Centrale remplit dans ces
territoires un ensemble de functions connexes (6mis-
sion mon6taire, contr6le des changes, financement du
Plan) et qu'il serait certainement beaucoup plus on&-
reux de r6partir entire des ktablissements distincts.
La faiblesse des frais g6neraux de la Caisse tient

(1) La Direction de la Documentation de la Pr6sidence
du Conseil a fait paraitre le 24 octobre 1950, sous le
n". 1.392, Seri:, Outremer XXV. S6rie Economique et Fi-
nanciere LIV, une etude sur la Caisse Centrale de la
France d'Outre-Mer, don't cet article, ainsi que c pr6er-
dent, ont donnl de large extraits.


d'ailleurs, pour une large part, A la conception que
cet ktablissement s'est faite de son role d'institut
d'emission.
Ses functions, dans ce domaine, consistent tout
d'abord a suivre et A prevoir 1'6volution de la situa-
tion monktaire, t en informer les pouvoirs publics
et a leur donner, le cas 6cheant, les avis que cette
situation lui parait justifier. Son statut d'etablisse-
inent public Ini facility 6videmment ce r8le d'interet
general.

La Caisse Centrale remplit au surplus ses attributions
rd'ordre monetaire crfformement aux principles les plus
classiques. Elle les exece. en effet, comme banque des
hanques, accordant son concours sous forme de reescomplI
on d'avances aux etallissements de credit, mais ne con-
sentant elle-mime de credits directs A court term qu'a
titre exceptionnel et seulement dans la measure oi I'intt-
rkt general le command. Cette conception strict de son
r6le ne contribute d'ailleurs pas seulement A la faiblesse
de ses depenses de personnel, elle presente 6galement
d'autres advantages, plus appreciables encore, et d'un
caractere plus g6ndral.
11 est. tout d'abord, hien evi(deni (iu'en intervCenant
surtout sous forme (l credit aux hanqlies, le << Service
de l'emission >> de la Caisse Centrale obtient une plus
grande liquidity de ses actifs et renf'rce ainsi Ie gage


I riffirl,









de ses billets. En outre, les principles qu'il applique n'en
font pas on tres rarement un organisme concur-
rent des banques de d6pot. C'est pour ces 6tablissements
une sericuse garantie d'impartialitd. I1 n'est pas douteux,
en effet, qu'une banque d'6mission colonial qui consent
elle-m&me des credits directs A court terme peut assez
difficilement s'abstraire de toute preoccupation de con-
currence, lorsque d'autres banques viennent solliciter son
concours sous forme de reescompte ou d'avance. On peut
craindre, en pareil cas, que la banque d'6mission n'ait
tendance A limiter les operations des autres 6tablisse-
ments de credit, en restreignant les avances qu'elle leur
accord ou en leur accordant ces avances a des condi-
tions on6reuses. Dans la conception qu'elle applique, au
contraire, la Caisse Centrale ne se consider pas comme.
un concurrent des Banques. Elle ne cherche pas A entra-
ver leur action, mais A 1'aider et A l'orienter pour lui
permettre de concourir plus efficacement an d6veloppe-
ment des Territoires int6resses. Elle s'efforce, notam-
ment, d'appliquer les taux d'interet les plus has que jus-
tific la situation 6conomique. Etablissement public, uni-
quement guid6 par la poursuite de l'int6r&t general, elle
n'est d'ailleurs pas incite a reliever ses tarifs par le d6sir
d'augmenter ses profits.
Les avantages de cette conception et les garanties
d'impartialite qu'elle donne se manifestent aussi dans
l'execution de ses tAches accessoires de l'Institut d'emis-
sion. En revanche, une banque d'6mission qui concur-
rence les autres banques peut se servir, dans cette com-
petition, des renseignements et des facilities que lui pro-
cure l'accomplissement de ces functions secondaires
(tenue du compete du Tresor, execution d'operatlons pour
le compete de l'Office des changes, etc...). Au surplus, on
congoit mal comment une banque de ce type pourrait etre
charge de la gestion d'nne e central des risques >,
attribution qui lui permettrait de reunir les renseigne-
ments les plus complete sur la clientele de ses concur-
rents. Cependant, I'institution d'une central des ris-
ques ) .s'imposera certainement A I'avenir pour les Ter-
ritoires d'Outre-Mer, comme elle s'est impose pour la
Metropole.
Sans doute doit-on remarquer que le cumul des fone-
tions de banque d'6mission et de banque de d6p6t a pu
se trouver justifiM dans le passe, pour les Territoires
d'outre-mer, par l'insuffisance des r6seaux d'agencecs des
6tablissements de credit autres que l'Institut d'emission.
Mais on ne constate plus aujourd'hui d'insufflsance de
ce genre, au moins dans les Territoires oil la Caisse Cen-
trale exerce le privilege de l'dmission.
On notera par ailleurs que les comptes du < Service de
1'emission de la Caisse Centrale sont entirrement dis-
tincts de ceux du < Service des Investissements >> de cet
etablissement, ce second service ex6cutant les operations
que comporte le financement du Plan. Depuis le 30 juin
1949, les situations mensuelles publiees par la Caisse
Central sont dtablics en tenant compte de cette distinc-
tion. L'examen de ces documents permet de constater quc
la Caisse Centrale assure le financement du plan sans
aucun recours a l'emission monbtaire et en utilisant uni-
quenment les resources qui lui ont ktd accords par le
Parlement pour cet objet. 11 en resort egalement que
la contrepartie des billets 6mis et des dep6ts de la Caisse
Central est uniquement constitute par des disponibilites
et des creances A court terme, conformement aux prin-
cipes g6enralement admis.
Au 30 juin 1950, les credits A court terme ouverts par
le < Service de l'emission > de la Caisse Centrale s'ele-
vaient au total A 24.066.303.000 francs. Les taux prati-
ques par la Caisse Centrale pour ces credits sont actuel-
lement de 2,50 ou 3,50 % selon les Territoires el lI
nature ds operations.


II. RELATIONS DE LA CAISSE CENTRAL
AVEC LES BANQUES D'EMISSION COLONIALES

Dans les autres Territoires d'outre-mer (A. O. F.,
Togo, Madagascar, Oc6anie, Nouvelle-Cal6donie), la
Caisse Centrale n'exerce pas le privilege de 1'6mis-
sion. Celui-ci appartient aux anciennes banques
d'6mission coloniales.

La Caisse Centrale de la France d'Outre-Mer dispose
toutefois, dans ces territoires, des pouvoirs qui lui sont
conferds par P'article 6, paragraphe c, de l'Ordonnance du
2 fevrier 1944
< La Banque d'6mission de chaque territoire est tenure
de mettre A la disposition de la Caisse Centrale, en mon-
naie du Territoire sur lequel elle exerce son privilege, la
contre-valeur de tout credit ouvert A son compte chez
ladite Caisse. >
La Caisse peut done proceder indirectement A l'6mis-
sion du numeraire n6cessaire a ses operations.
En fait, cc concours des banques d'6mission coloniales
A la Caisse Centrale a presque uniquement servi, depuis
1944, A l'approvisionnement du Tresor (1). II a permis
d'assurer cet approvisionnement A des conditions beau-
coup moins onereuses pour l'Etat que cela n'eft etd pos-
sible sous le regime en vigueur avant la guerre. Depuis
le debut de 1949, il n'a d'ailleurs Wtd utilise que pour
des sommes relativement faibles et pour de courts
periods. Au course des quinze derniers moist, les competes
des banques d'6mission chez la Caisse Centrale ont meme
Mt6 fr6quemment debiteurs.
En ce qui concern les relations de la Ctusse Centrale
avec les autres banques d'emission des Teriitoires d'Ou-
tre-Mer, ii convient 6galement de mentionner les dispo-
sitions qui viennent d'etre adoptbes par le Parlement A
I'occasion du renouvellement du privilege de la Banque
de Madagascar. D'une part, I'article 4 de la loi du
29 mars 1950 portant reorganisation du regime de
l'6mission a Madagascar dispose : < Des conventions
apnuelles fixeront les limits dans lesquelles la Banque
de Madagascar pourra consentir des avances a la Caisse
Central de la France d'Outre-Mer >. D'autre part, aux
terms de l'article 5 de cette meme loi, le President de
la Caisse Centrale ou son representant, est appeal A
singer au Conseil d'administration de la Banque.

*
**

III. LA CAISSE CENTRAL ET LE CONTROL
DES CHANGES

La Caisse Centrale assure la tutelle des Offices des
changes des Territoires et D6partements d'outre-
mer. Elle leur adresse les instructions que comporte
]a r6glementation des changes et contr le leur appli-
cation.

II y a des Offices des Changes distincts pour I'A. O. F..
le Togo. le Cameroun, I'A. E. F., Madagascar, la Nou-
velle-(aldonie, les Etablissements Francais de l'Oceanje,
Saint-Pierre et liquelon et chacun des nouveaux Depar-
tements.
Si l'un de ces Offices manque de devises, pour appro-
visionner les interm6diaires charges de d6livrer les fonds
necessaires aux operations autorisbes sur 1'etranger, la


(1) La situation comptable de la Caisse Centrale mon-
tre d'ailleurs clairement, depuis le 30-6-49, que la Caisse
Central ne se sert pas de ce concours des Banques
d'einission colonidals pour le financement du Plan.









Caisse Centrali le reapprovisionne, par pr1livemeut sur
le e Fonds dc stabilisation des changes de la France
d'Outrc-Mer >> qu'elle gore, ou en cas d'insuffisance de cc
fonds, en faisant appel aux resources du < Fonds de sta-
bilisation > g6fi par la Banquc de France.
En revanche si l'un de ces Offices dispose de res-
sources en dcv ses trop importantes, il en reverse l'excd-
dent i la Cais: c Ccntrale, pour Ic compete du << Fonds de
stabilisation d s changes de la France d'Outre-Mer >. Les
excldents de :c Fonds, s'il y en avait, seraient eux-
mnmes reverse a la Banque de France pour Ic compete
du r Fonds de stabilisation >>. Mais, en fait, dans les con-
ditions actuelles, tous les Territoires ou DBpartements
precites ont une balance des comptes d6ficitaire avec
l'6tranger. Leurs Offices des Changes se trouvent done
constamment ,bliges de fair appel aux ressources en
devises de la lMetropole.

*A

Rappelons sommairement, en terminant, I'organi-
sation de la (aisse Centrale.
Place sons l'autorit6 d'un Directeur Gen6ral
nomm6 par secrett, elle est soumise, d'autre part, A
la tutelle d'un Conscil de Surveillance qui approve
toutes ses operations importantcs. Ce Conscil conm-


prend, A la fois, de representants des Ministbres
int6ress6s, du Cr6dit National, des banques nationa-
lis6es et des grandes organizations syndicales ainsi
que des Membres du Parlement d6signes par ]a Com-
mission des Territoires d'Outrc-Mer de l'Assembl6c
National. II convicnt d'ailleurs de signaler que les
operations concernant le financement du Plan doi-
vent ctre autorisces non sculement par cc Conscil,
nais aussi par le Comite Dirccteur du F.I.D.E.S. qui
est, come on le sait, plac6 sous la pr6sidence du
Ministre de la France d'Outrc-Mer ct compose de
fonctionnaircs, de personnalitls d6signecs par les
Ministres compktents ct de Membres du Parlement.
Les operations de la Caissc Centrale se trouvent
done souniises a des conditions d'approbation parti-
culiirement strictes et A un contr6le parlementaire
tris 6troit. A ce contr6le s'ajoute d'ailleurs un con-
tr6le technique. Les comptes de la Caisse Centrale
sont en effet verifies mensuellement par un Comit6
de Censcurs et, chaque annie, par la Commission de
verification des competes des enterprises publiques.
L'organisation de la Caisse Centrale a done kt6
conqcue de manicrc ai donner les plus s6rieuses garan-
ties de bon fonctionnemnent.


ANNEXE


SITUATION DE LA CAISSE CENTRAL DE LA FRANCE D'OUl'THE-IMEI AU 30 JUIN 1950


Service de I'Cmission


ACTIF
D isponibilites .........................
Effets et Avan es a court term ........
Avances au Set vice des Investissemcnts ..
Comptes d'ordre .......................


10.96(4.211.972
13.599.801.014
memoire
559.905

24.564.572.891


Billets einis ........... ................
D 61p ts .............. .. .. .... .. ....... .
(omlptes d'ordre ........... .. .........


Service des inveslissemcnts


D isponibilit s .........................
Rdescompte credits s/Marches Publics ..
Rdescompte A 'ioyen Terme ............
Avances aux Entreprises Privies ........
Avances aux Scidts d'Etat et aux Socid-
tUs d'Economie Mixte ................
Avances aux Territoires, Departements,
Communes el Organismes Publics d'Ou-
tre-M er ................. .............
Participations .............
Immeubles, Ma triel, Mobilier ..........
Comptes d'ordri ......................


19.786.968.447
638.243.500
2.472.661.416
3.494.259.260

603.691.160


14.769.956.164
104.139.200
334.814.011
1.730.392

42.206.463.550


F.1.D .E .S. ............................ .
Avances du Tr' sor ...................
Avances du Fonds de Modernisation ....
Advances du Service de I'Emission ......
Amortissements immobiliers et mobiliers
Com ptes d'ordre ......................
Reserves ...............................
D otation ...............................
Profits ct Pertes :
Report a nouveau ................


1'ASSIF
18.877.797.231
5.686.215.755
559.905


24.564.572.891



10.266.852.774
24.520.000.000
3.000.000.000
memoire
55.944.373
863.666.403
400.000.000
3.000.000.000

100.000.000


42.206.463.550


-----. --










Les travaux de la Mission Lebeuf (1949-1950)

en Afrique Equatoriale Frangaise


JEAN-PAUL LEHEUF, charge de recherches rdu
C. N. R. S., et sa femme, Annie MASSON DETouln-
BET, rentrent d'un sejour de pres d'un an en
Afrique Equatoriale Francaise ol ils 6taient charges
de Mission par le Musee de 1'Homme h activityt &
duquel ils participant depuis de longues annCes, par
le Haut Commissariat en A. E. F. et le Gouvernement
du Tchad.
Poursuivie avec I'appui permanent des aulorites
civiles et militaires de la F6deration, cette nouvelle
mission scientifique a donn6 des resultats don't
essentiall est expos ci-dessous, avant la publication
des r6sultats generaux de ses activities.
Apres avoir pris part aux travaux du 3' Congres
International des Africanistes de l'Ouest qui tint ses
assises h Ibadan (Nigeria), ils ont continue dans aI
region tchadienne les travaux arch6ologique A la
recherche des restes de l'ancienne civilisation des
Sao qui avaient d6ej fait l'objet de trois expeditions
scientifiques (Missio:ns Sahara-Cameroun, Niger-lac
Iro, Logone-lac Fitri) et de travaux parties de cher-
cheurs isol6s (1).
Une s6rie de sondages effectu6s des 1937 par eI
Professeur GRIAULE et J.-P. LEBEUF dans la butte de
Midigue (Tchad) ct l'exploitation particlle de ses
n6cropolcs deja fourni h l'6poque de precieuses
donnees sur les usages funeraires des Sao (2); ils
avaicnt permits de determiner que, anterieuremcnt 'i
]'introduction de l'islamisme (de la fin du xvi' aux
dernicrcs annCes du xviir' siecle), la contr6e avait
e6t occupee par deux populations de Noirs < f6ti-
chistes > appel6es routes deux les Sao : Ic group le
plus ancien entcrrait ses morts it mnemc le sol dans
la position allongee tandis que les groups qui arri-
v6rent plus tard utilisaient de grandes jarres d(e
terre cuite oi Ile d6funt, dans la position fotlale, 6tait
enseveli avec un mobilier important.
Les travaux de MIDIGUE repris en d6cernbre 1940(
par A. MASSON DETOURBET et J.-P. LEBEFUF et la mise
an jour des deux cimetieres ont permits la d6cou-
verte d'un riche materiel de bronze (x' et xvi' sib-
cles) en pleine concordance avec les trouvailles pr6-
cedentes. Les objets essentials sont des pcndentifs
orn6s, des bagues et des bracelets finement travail-
16s, de volumineux anneaux (d'usage rcligieux ind'-
termine) et une large coupe a libations qui temoi-
gnent d'une remarquable connaissance de la fonte
des m6taux. Un des colliers est identique aux orne-
ments des statuettes decouvertes en 1948 par les
minmes chercheurs dans Ic sanctuaire de Tago

(1) J.-P. Lebcuf et A. Masson Detourbet, La civilisalion
au Tchad, 1 vol., Payot 1950.
(2) M. Griaule ct J.-P. Lebeuf. Fouilles dans la rIeionl
du Tchad, Journal de nl Socirt l des Africanistes. tones
XVII (el XX.


(Tchad) (3) et t celui qui, de nos jours encore, est
impose rituellement i certain sultans kotoko, des-
cendants directs des Sao.
Le plus interessant des bijoux est un grand pec-
toral t trois branches (plusieurs manqueraient?)
don't I'aspect, peut-ktre nubien, tendrait i confirmed,
une fois de plus, les rapports que les pcuples tcha-
diens entretenaient avec I'Orient.
Les fouilles et les sondages entrepris dans huit
autres gisements de la zone du confluent Chari-Lo-
gogne ont fourni de nouveaux renseignements qui,
compares i la documentation pridcdeniment ras-
semblee, permettent d'6tablir un cssai de chrono-
logie; c'est ainsi que la butte de Guimazou6 appa-
rait come un des etablissements les plus anciens.
Ces recherches intensive une fois termiines, con-
formement au programme d'ensemble d'6tudes du
pass tchadien, les membres de la Mission ont entre-
pris une prospection dans la region de Moussoro, le
long du Bahr-el-Gazal et au Djourab oil, malgre des
conditions climatiques particulirement dfavo -
rables, vingt-sept nouveaux gisements ont pu etre
reperes et des specimens recueillis en urand noni-
bre; la cornparaison de ces derniers avec le mate-
riel de terre cuite reuni dans les sites du delta di
Chari et la confrontation du resultat des enquites
ethnographiques entreprises parallelement fourni-
ront des donnees pr6cieuses sur les d6placements
des groups humans a une 6poquc encore indEter-
minable avec suffisamment de precision mais qui
ne doit pas d6passer quelques siecles.
Nombre des gisements du Bahr-cl-Gazal sont attri-
bues indifferemment aux Kotoko ou aux Boulala
sans que rien puisse etre affirm pour plusieurs
d'entrc eux dtans un sens comme dans l'autre; pour-
tant, la vaste enceinte de briques cuites de Guesser,
partiellement ensablec, semble bien marquer le lieu
de rassemblement, recherche depuis longtemps, des
Boulala avant leur installation aux environs du lac
Fitri oil ils vivent actuellement.
Au Borkou, la Mission a enti6rement d6gag6 l'en-
ceinte de Ganagana, dite la ville inconnue de
Galaka >, signaled par de nombreux auteurs anciens
et partiellement mise it jour par le capitaine Car-
rique en 1934. II s'agit, en rialit6, d'une muraille, en
former dec pentagon irregulier, de briques (crues et
cuites) rappelant celle de Guesser, aux cytes et aux
angles marquis de redoutes appuyie par un second
mur de protection dans l'angle sud-ouest ofi s'ellvc
une habitation.
Cette derniire construction comprend sept pieces
don't I'nne continent encore des restes de vofile ; Ie

(3) I..-P. Lebeiu el A. MlNssion t)ciirhel. L.' silt de
"1'T1ipo. Prfhtisloire. 1(950








sol, eimente oq rec-auvert d'uI dallage de briques
cuites, les murs de pierre bien appaFeills revetus
d'un enduit parfaitement lisse, des traces de portes
pivotantes, etc., montrent que ce bAtiment et la
niuraille qui l'entoure furent eleves par un people
ayant une ccnnaissance parfaite de architecture.
Le plan complete de cet ensemble qui a 6te levy,
les ichantillons rassembl6s et les observations faites
permettent d'ores et dlja d'ecarter les hypotheses,
romaines ou autres, qui avaient let avancees et il
semble que ce soil vers I'Afrique dui Nord que l'on
Ipourra trouv'r des similitudes ou des ressemblances
1qui permeltriont d'attribiuer avec certitude ces ruins
&nin'gmatiqtlues.
Des enquC' s d'ordre hislorique oml it poursui-
vies a Faya-Largeaui sur les anciennes populations
du Ikorkou eL du )Djourah et des reclheches socio-


logiques out eti, faaitls sur 1'ensemble des groups
dtsignes par les terms de Gorane et de Krida.
Pounsuivies en liaison avec les travaux de m.me
nature fails dans les environs du lae Tehad, elles ont
portC plus particulirement sur i'origine, l'etablisse-
ment sur le sol, l'organisation social, le mode de
vie des differences iribus, sdlentaires ou nomnades,
Kamnadjii, Krkordu, Doza, etc.
iEnqu(lic' sur les milicurx urbains de la Federation.
Ces difl'erentes recherches ont el6 suivies par une
enql'lte sociologiqcue, a preBmiire de cette nature,
sur les milieux urbainis de Fort-Lamy et de Bangui,
con fornl(mlen Il i u1n 1 rogrlamine d'ensemble d'etude
des grandeiis villes de I'Afrinque IEquatoriale Francaise
enilepris silr la denianlde de M3. ConNUT-GENTILLE,
Hl nt-Comninissaire. Ces enqu(iles front l'objet d'un
rapport ult ricur.


Liste des Explorations Francaises au course de ces doux dernibres annees


Le Musce d Il'Homme, installM depuis 193i dans les
locaux du nouveau Palais du Trocaddro, a organism de
nombrcuses n issions ou enquites pendant ces dernieres
annces. La p part des membres de la Soci6te dcs Explo-
rateurs et Voyigeurs Francais font g6ndralement profiter
le Mus6e de 1 Homme de leurs propres travaux : voici,
groupte par legions. une liste des principals exp-di-
tions actuelle :

AFRIQUE
Jean Rouch : Enquite ethnographique dans la boucle
di Niger.
Guy de Beauchcne : Recherches archeologiques dans la
region d'Adi ar (Sahara).
Jean-Paul Lebhuf et Annie lasson-Detourbet (1) : Mis-
sion archeol gique au Tchad et sociologiqc e it Fort-
Lamy et Da iguy.
Jean Servier : Enquite iinfgistique ct scociologique en
Abyssinic.
Marcel Griaulk : Mission sociologique chez eIs Dogon.
Jacques Faibl Le : Mission dans 1'AurBs.
Ahb6 Brcuil : Enquite sur les peintures rupestrcs de
l'Afrique du Sud.
Champault : I mission d'dtude prehistorique en Afrique du
Nord.
Monique I)el6trange : Etude des populations arridr6es de
la Guinde frangaise.
Odette de Puy; audeau et Marion Sonones : Mission eth-
nographique en Mauritanic.
Henri Lhote : Mission ethnographique au lHoggar.
AMERIQUE
Henri Reichlen et sa femme : Enqu&te sur l'arch6ologie
des Incas et l'anthropologie physique des populations
lpruviennes ictuelles.

(1) Jean-Paul Lebeuf et Annie Masson-Detourbet vien-
nent de puhliur, aux Editions Payot, un outrage sur
<< La Civilisation du Tchad >.


Yvenne Oddon et Michel Leiris : Mission ( Haitj, ppur
le compete de I'U.N.E. .C.O.
Dioetur Erich de Fotereau-Warssel et Guy Charpentier
Etude des populations guyanaists.
Edgar Aubrrt de la Hile : Recherehes miniralogiques en
Guyane.
Emperaire et Robin ; Etude des Indiens Alakaluf de la
Terre .e Feu.
Bertrand Flornoy : Sources de I'Amazone.

ASIE
Condominas : Mission a Ban-Me-Thuot.
Docteur Grrrier : Mission ethnographique dans le Haut-
Tonkin.
Claude Llvy-Strauss : E:nqute sociologique et d6mogra-
phique au Paklistan.
Yves Bertranet : Parii-Ne.\-I)cl.hi i vslomroteur.
A. Lippmann : Mission cthnographique au Yemen.
E.-J. Finlbert : Mission ethnographique au Neghev.

OCEAN IE
.lean Guiart : Mission ethnographique A Noumda.
Jacques Vovias : 'Thse de .;(olohgic en Nouvelle-Cal6-
donic.
EURO PE
Yvnine Oddon : litsion sur les Iibliothi'ques ct 1'ddu-
cation des masses iI Mlalmoe.
Hlilne Balfet : Etndes de technologies comjparce I Cam-
bridge et aux Pays-las.
Monique Roussel : Enquite etlinographique en Suede et
en Norvege.
Jacques Mauduit : Etudes prchistoriques en Tchicoslo-
vaquic ct en Pologne.
Francoise Girard : Etudes folkloriques et ethnographi-
ques en Teheeoslovaquie, Pologne et Hongrie.
Ce texte est extrait de la Documentation Photogrqphi-
qi(' n" 44, < Iles explorations frangaises d'aujourd'hti .




















NOUVELLES DE FRANCE


LA VIE PARLEMENTAIRE


A L'ASSEMBLEE NATIONAL

A la Commission des Territoires d'Outre-Mer
RWunic sous la presidence de M. MALBRANT,
vice-pr6sident de Ia commission des territoires
d'Outre-Mer a adopt les rapports de M. NININE
(Soc.-Cameroun), sur les projects de loi rendant
applicables dans les territoires d'Outre-Mer, au
Cameroun et au Togo : 1" Les dispositions de
la loi du 28 juillet 1949 modifiant I'article 365
du Code Penal ; 2 La loi du 7 juin 1949, abro-
geant le scptieme alinea de l'article 444 du Code
d'Instruction Criminellc.
D'autre part, sur la proposition de M. An-
THAUD (COIn.-Vauclusc), la commission a charge
son president de fair part au Gouvernement
de son ddsir d'cntendrc M. LETOURNEAU, minis-
tre des Etals associds, ct le g6n6ral JUIN sur les
constatations qu'ils ont faites au course de la
mission qu'ils ont effectude en Indochine.
Enfin, la commission a enltndu un expose de
M. MALBRANT sur le financement des plans
d'dquipement des territoires d'Outrc-Mer.
De la discussion qui a suivi cet expose, il res-
sort quc la subvention minimum pouvant per-
meltre aux territoires d'Outre-Mer d'assurer la
r6alisation de leur programme d'equipement prd-
vu pour 1951, ne saurait etre inf6rieure a 40 mil-
liards, toute subvention infirieure h ce chiffre
devant nCcessairement entrainer l'abandon de
beaucoup d'operations anciennes et de la pres-
que totality des operations nouvelles.
En consequence, la commission a d6cid5 de
demander a M. MITTERRAND, ministre de la
France d'Outre-Mer, de venir devant elle faire le
point des pourparlers engages a ce sujet avec le
ministry des finances, en attirant son attention
sur Jes repercussions que ne manqiuerait pas


d'avoir dans les domaines economiques, politi-
que et social toute reduction des programmes
d'equipement d6jA approuvis ou pr6vus.

Une declaration du group inter-parlementaire
des ind6pendants d'Outre-Mer

A l'issue de la reunion qu'il a tenuc, le 17 oc-
tobre, le group inter-parlementaire des Ind6pen-
dants d'Outre-Mer a publiC la declaration sui-
vante :
< Le group inter-parlementaire des Ind6pen-
dants d'Outre-Mer,
qui vont solliciter l'attention des Assembl6es et
du Gouverenment au moment de la reprise des
travaux parlementaires et qui risque de fire
passer au second plan les grands prubl6mes de
l'Union Francaise ;
< Rappelle qu'il s'est constitu6, dbs 1948, dans
le seul but de rassembler, en dehors de touted
id6ologie partisan, les l6us d'Outre-Mer de tou-
tes opinions soucieux d'assurer la defense des
droits individuals et collectifs des populations
qu'ils repr6sentent et leurs intre6ts economiques
et sociaux ;
< Proclame, a nouveau, la n6cessit6 d'unc lar-
ge union de tous les 6lus d'Outre-Mer afin de
traduire, dans les institutions et dans les faits,
les reformes continues dans la constitution du
27 octobre 1946 >.

CONSEIL DE LA REPUBLIQUE

L'acheminement des colis-postaux vers les T.O.H.

Au course de sa premiere stance de rentr6e, le
Conseil de la Republique a recu diverse preci-
sions donn6s par M. Charles BRUNE, ministre des
P.T.T. sur les progrbs r6alises dans l'achemine-








ment des colis postaux f destination des terri-
toircs d'Oulre-Mer.
La question lui avait Wt6 pos6 par M. CHARLES-
Cnos, senateur du 'Sdngal.

Le Ministre a rappel6 tout d'abord que < les len-
teurs de l'aclieminement des colis postaux a destina-
tion de nos territoires d'Outre-Mer sont imputables
h diverse causes : insuffisance et irr6gularit6 de
nos transport ts maritimes, difficulties locales, difficul-
tes d'exploitition dans la m6tropole.
Les liaisons maritime franchises sont, dit-il
insuffisantes en nombre et en fr6quence, notamment
en ce qui concern les long-courriers. Les companies
de navigation ont d'ailleurs tendance A limiter les
colis postau:,. an profit du fret commercial jug6 plus
r6munerateur. Il est a noter, i ce propos, que le
retablissemeat des colis postaux avec valeur declare
n'a pu ktre obtenu que tout dernierement, alors que
c'Mtait chos, faite depuis longtemps en Italic, ce
qui a entrain6 pour nous une s6rieuse perte de
devises.
Parmi les difficulties locales, je citerai la pr6carit6
des moyens de transport A l'int6rieur de nos terri-
toires et le.; difficulties de d6barquement dans de
nombreux ports >>.
< Quant aux difficulties d'exploitation dans la
metropole, pousuivit M. Brune, elles ont leur origin
dans le fait que le bureau de Marseille, sur qui
reposait la najeure partic de ce traffic, n'avait pas
les moyens suffisants pour assurer son 6coulement
normal.
C'est ainsi qu'au course des etis 1949 et 1950, cc
bureau a ma nque de sacs. La S.N.C.F., qui est respon-
sable de 1'arheminement des colis postaux, attribute
cette situation A une augmentation de traffic de
37 %, selon elle impr6visible. Elle demand l'auto-
risation d'acheminer les colis A nu pour supprimer
les sacs dort l'entretien lui cote 200 millions par
an. L'administration des P.T.T. ne peut accepter ce
mode de transport qui ne donnerait pas des garan-
ties suffisartes. J'ai fait 6tudier le transport parl
c container-; ,, celui-ci permettrait de supprimer
certaines dilficultes, en particuliers les risques de
vol.
Diverses inesures ont dejA Rt6 prises. L'achemi-
nement dan: la m6tropole sera organism de maniere
h diriger les colis pour la France d'Outre-Mer sur le
port d'ofi partira le premier navire vers leur lieu de
destination. Les formalities douanibres, qui sont a
l'origine de nombreux retards, scront simplifiees.
Les cargos rle seront plus utilises qu'exceptionnelle-
ment. Dans les territoires d'Outre-Mer, les d6lais de
transport s: ront 6galement rtduits, un system
d'acheminen ent mixte est exp6riment6 en cc
moment en A.E.F. Moyennant une surtaxe minime,
les colis solt achemin6s, par avion, jusqu'a l'a6ro-
drome le plus proche du lieu de destination >.
< Pour dirninuer l'encombrement qui s'est produit
a Marseille, es P.T.T. ont prkt& dtes sacs A la S.N.C.F.,
ce qui ne iloit pas empecher celle-ci de faire un
effort dans ce domaine. Les retards, don't, A just
titrc, se plaignent les usagers, ne sont pas imputa-
bles A l'adininistration des P.T.T. qui a faith .le
maximum. Tons les transporteurs doivent, de leur


cotl, comptendre l'intertt public des services
postaux.
A M. Charles Cros qui 6voquait le cas des colis
destines aux combatants d'Indochine don't beaucoup
sont originaires d'Afrique du Nord ou d'Afrique
Noire, M. Brune precisa que le Gouvernement s'oc-
cupait depuis longtemps du probl6me du transport
de ces colis : cclui-ci soulbve de trbs grosses diffi-
cultes. Le nombre et le volume des colis rendent
impossible le transport par avion envisage tout
d'abord. Nous avons pu, cependant, dit-il, acc61lrer
le transport des colis de faible volume et en rdduire
le tarif.
En ce moment, ajouta M. Brune, les Ministeres
interesses essayent d'etablir en Indochine, avec
l'aide de la Croix-rouge, des d(p6ts qui permettraient
de constituer sur place des colis A destination des
combatants. Nous pourrions peut-Mtre ainsi r6soudre
les difficulties que j'ai signalbes >.

ASSEMBLE DE L'UNION FRANCAISE

S6ance du 17 octobre

L'Assenmblc de I'llnion Francaise a tenu le
17 oclobre, A 16 heures, sa premiere stance, sous
Ia pr6sidence Ide M. J.acques FOIRCADE, presi-
dent.
Au course de cellc-ci le president a prononce
1'allocution suivaint :
< La suspension traditionnelle de ses travaux n'a
pas, pour autant, interrompu 1'activite de notre
Assemble. Sa voix, en effel, a k6t, maintes fois,
entendues lors des c6rimonies auxquelles participa
une important d61egation de son bureau et de ses
membres du centenaire de la presence francaise
au Gabon, ainsi qu'au course des nombreuses tapes
d'un vaste p6riple Africain. Partout I'accueil regu,
le spectacle offer n'ont pu que fire ressortir
l'6clatante vertu de l'id6al qu'elle incarne : Dais
le spiritual, de constants et mutuels enrichissemerlts :
De permanents progrbs dans le temporel et dans
l'humain.
Cependant qu'a Pau, son eminent doyen d'Age
conduisait, avec cette autorit6 sans heurts, cette
experience toujours attentive et adapt6e A 1'6volu-
tion des choses, qui le d6signent mieux qu'un nom,
les dl6ib6rations de6icates d'une conference don't les
resultats d6ji acquis, grace A la comprehension
conciliatrice des d6l6gations qui la composent,
permettent d'augurer le proche et heureux d6noue-
ment.
Ainsi l'Assemblee ne s'cst-elle, nulle part ni jamais,
tenue absent de la vie collective de l'Union Fian-
caise, demeurant en cela fiddle au vceu de la cons-
titution qui l'a instaur6e et qui, si elle venait,
d'aventure, a connaitre certain am6nagements, se
devrait- en d6pit de rumeurs chroniques et, d'ail-
leurs, sans illusions d'augmenter ses moyens et
d'affermir son credit.
Intangible dans son principle, forte de sa n6cessit6,
de ses m6rites et de son bienfait, l'Assembl6e de
l'Union Francaise peut avoir dans son destin une
foi absolute, ce destin, an reste, elle le fera d'autant
plus haut qu'elle apportera dans l'accomplissenent








assidu de sa tAche une ardeur et un talent conti-
riinment affirms.
11 faut et, sur ce point, mon insistence se fait
pressarite qu'A la fin de 1'ann6e son ordre du jour
ait 6puis& l'int6gralit6 des demands d'avis soumises
A son examen.

11 est souhailable, poursuit-il, qu'avant la fin
de 1'afhn6e s'amoreant les grands d6bats touchant
le d6veloppemenl ctilturel, social, 6conomique,
industrial, agricole qu'attend de son initiative le
monde de 1'Union Francaise, de cette Union
Francaise don't nous ne devons pas figure seule-
ment le syil)ole ou le reflet, mais du plein avb-
nement de laquelle il depend de nous d'Etre les
ihipirateurs, voire, les artisans.
Alors s'6claireront de realisations sans cesse
plus remarquables, plus dignes de la noble idde
qui est h son origin, le r6le magnifique de notre
Assemble et les raisons de la confiance que met-
tent en elle les populations d'Outre-Mer don't
l'intuition present et A qui prouve l'experience
que sa volont6 rdpond sans reserves aux impd-
ratifs de son mandate : fonder sur la justice, ba-
tir pour la grandeur, travailler dans la paix.


S6ance du 24 octobre

La seance du 24 octobre a et6 ouverte sous la
prisidence de M. Jacques FOURCADE, president,
M. Francois MITTERRAND, ministry de la France
d'Outre-Mer, MM. AUJOULAT et COFFIN, secretai-
res d'Etat a la France d'Outre-Mer sont au bane
du Gouivernement.
Le president donne la parole -i M. MITTEnRA.nA!.
ministry de la France d'Outre-Mer, qui declare :
J'ai voulu aujourd'hui, au debut de votre
premiere stance de travail de la session, appor-
ti- le salt du gouverhiemen t et moni salt per-
tofnlel aux membres de votre Assemblee. Ainsi
quw fn'en avait tris aimablement, tres obligeam-
mnent pride M. le President, j'ai pens6 en effect
que, malgr l'important d6bat qui se deroule cet
aprks-midi h 1'Assemblie national, je devais,
plour ina plus grande satisfaction d'ailleurs, pren-
dre contact avec votre assemble. J'espere avoir
l'occasion de revenir parmi vous chaque fois que
vos dhbats necessiteront ima presence et je ne
manquerai jamnais de r6pondre a votre appel.
< Je sais, d'ailleurs, poursuil le ministry, que
MM. AUJOULAT et COFFIN qui partagent avec moi
la responsabilit6 de ce vast d6partement, seront
toujours disposes A participer avec vous aux 6tu-
des que n6cessiteront vos travaux.
< C'est done A la fois A vous, M. le Prdsident
et aux membres de cette assemble que j'adresse
d&s A present mon salut et l'assurance de la sol-
licitude du Gouvernement pour tons ce qui sera


trait ici en vue du bien des population que
nous reprCsentons les uns et les autlrs >.
Le president r6pond au ministry : > L'Assem-
blte, vous remercie par ma voix des assurances
que vous venez de lui donner, nous pensions tous
en effet qu'il imported A la bonne nlarche de cette
assemble que le Gouvernement soit present a
nos debats.
<< Vous nous avez assures que vous ot MM. les
Secretaires d'Etat serez presents ici en chaque
circonstance exigeant la participation du Gou-
vernetnent a nos travaux. Nous en sonmmes parti-
culierement heureux, et en prenons tres cordia-
leinent acte.
<< Au noni de I'Assembl6e, M. le Ministre, je
vols en rcmercie >.


Communications entire la M6tropole
et les Mtablissements franCais du Pacifique

L'odre du jour appelle la discussion de la proposi-
lion de MM. Gaignard, Schmitt, Esnault et des
inembres du group du M.R.P. et apparent6e tendant
:' demander nu Gouvernement de la R6publique
Fr4tnqaise :
1" De prendre les measures utiles pour coordonner
les moyens de communications entire la M6tropole et
les etablissement Francais du Pacifiquc.
2" De mettre en ouvre les movens n6cessaires
pour la rralisation d'une politique des transports
maritimes et aeriens dans le Pacifique Austral pour
les liaisons entire les different territoires de l'lnion
Franeaise.
< La position des itablissenents Francais du
Pacifique tant sur le plan g6ographique que strat&-
gique dans l'hibmisphere austral est de toot premier
plan declare M. Schmitt, rapporteur de la Commis-
sion du Plan.
En effet, li partage de l'Oc6anie date du XIX'
sifcle et les positions qu'occuperent certaines puis-
sances curopeennes dans le Pacifique servirent de
bases navales, de points d'appui ou de relAche pour
les forces maritimes qu'elles y entretenaient, ainsi
que de relais de cables sous-marins. I.'avenement
de l'avion, s'il a transformed le caractere de ces
positions, a accru encore leur importance. Le role
joub par nos atablissements du Pacifique (Nouvelle-
Calhdonie, Nouvelles-H6brides, et tablissements
Francais d'Orcanie) pendant la deuxiime guerre
mondiale n'est plus 'i dcmontrer. Dans la conjonc-
ture actuelle et en face de ln rivalit6 que se livrent
les puissances dans le Pacifique par l'interm6diaire
de leurs grandes companies de navigation a6rienne
el maritime trans-pacifique, I'Union Francaise doit
ktre appel6e a jouer aussi son r61e.
Puis le rapporteur apres avoir examine la situa-
tion actuclle de infrastructure aerienne et des ports
maritimes dans les territoires francais du Pacifique.
fait un expos sur la situation des lignes maritime
et abriennes desservant ces territoires. II insisted sur
le fait que ces liaisons sont mauvaises et insuffi-
santes, et qu'il est indispensable d'am61iorer rapide-








meat cette situation ct notamueut de coordouner Ic,
transports mnritimes et aeriens.
Le d6velo pement chaque jour plus grand de nos
territoircs di Pacifique poursuit-il, n6cessite d'exa-
miner attenti ement et completement la question des
liaisons avec la M6tropole d'unc part, cntre cux et
avec les pay-; avoisinants d'autre part. De plus, ces
territoircs et tout particulierement les 6tablissements
Frangais d'Oc6anie, avec leurs innombrables iles si
pittoresques, sont essentiellement touristiques. Leur
6conomie exige par consequent l'organisation et la
coordination des moyens propres A attire le tourist
come l'hoinme d'affaires. Enfin grAce l l'organi-
sation d'un 1 6seau francais maritime et aerien, ces
territoires vcrront disparaitre l'isolement s6culaire
planss lequel ils sont tenus encore au milieu du


vingtieme siecl, et ils pourront bient6t beneficier
d'une plus large diffusion de la Culture frannaise.
Une telle organisation ne peut laisser dans l'ombre
l'importance qu'elle prend sur le plan de la defense
de l'Union Frangaise. Le r6le et I'interet des bases
organisees pendant la guerre du Pacifique dans les
territoires francais de ce secteur est connu de tous.
Le prestige francais, enfin, n'aurait qu'a gagner 'e
tout doit 6tre mis en (euvre pour r6aliser an plus tot
dans le Pacifique une politique maritime et a6rienne
digne dte 1'Union Francaise.
Le rapporteur, terminant son expose, declare que
la proposition en discussion demand au Gouverne-
ment de soumettre cet important problbine a 1'exa-
mlen dies services et organisms comp6tents >.


L'ACTIVITE MINISTERIELLE


Le sejour a Rome de M. Francois Mitterrand
Ministre de la France d'Outre-Mer

M. Frannois MITTERRAND, Ministre d6 la
France d'Oitre-Mer, s'est rendu a Rome, le
14 octobre pour repr6senter le Gouvernement
frannais A l'occasion de la c6r6monie de beatifi-
cation de Mire Anne-Marie JAVOUHEY, fondatrice
de I'Ordre des Missionnaires de Saint Joseph, de
Cluny. Le linistre avait ddjh dkcord, voici quel-
ques Imois ce la Croix de la Legion d'Honncur,
la Sup6rieure g6n:rale de cel Ordre. Un certain
nombre de personnalites accompagnaient le
Ministre, notammcnt Mmes D)EVAux, d6put6 a
I'Assemblie Nationale, VIIAIN, vicc-pr6sidente de
l'Assembl6e Algerienne, MM. le Chanoine Kin ct
CAYEUX, de6:ut6s, PINOT et PERNOT, senateurs,
SEROT, consiller de 1'Union Francaise, FRANCEY.
conseiller municipal de Paris, FISCHER, maire-
adjoint du KIV" arrondissement (sur lequel est
situ6 la Maison de Cluny).
Au course de son sejour i Rome, M. Francois
MITTERAND :i te recu en audience privee par Sa
Saintetd Pie XII.
En 1'honneur du Ministre de la F.O.M. I'Am-
bassadeur de France pres le Saint Siege et Mme
Wladimir d'ORMESSON ont offert un grand diner
auquel assi:.taient la dtl6gation qui acconpa-
gnait le Ministre ainsi que de nombreux dvdques
et vicaires postoliqucs francais de passage dans
la Ville Eternelle.

M. Mitterrand au Cercle de la F.O.M.

Le Cercle de la France d'Outre-Mer a donn6,
le 10 octobre, sous la pr6sidence de M. DURAND-
R&VILLE, s(:nateur du Gabon, un ddjeuner en


I'honncur de M. Francois MITTERRAND, ininistre
de la France d'Outre-Mer. Y ont assist notamn-
ment : MM. CORNUT-GENTILLE et BARGES, Hauls-
Commissaires de France en A.E.F. et a Mada-
gascar ; la princess YUKANTHOR et M. LAURENT
EYNAC, vice-pr6sidents de I'Assemblde dc 1'Union
Francaise.
Prenant la parole ;i I'issue diu repas, M. MrrTn:-
RAND a declared :
< L'Union Francaise ? Pour moi, il me parait
Iqu le nieilleur inoy en de la faire est de ne ja-
nanis renoneer aux droits que la France a, avant
tout, de deineurer dans ses territoires d'Outre-
Mer, de s'y niaintenir et de s'y affiriner,
< II doit etre possible a-t-il ajoute d'ex-
pliquer aux Nations-Unies que si, politiquement,
un certain nombre de territoires, unis au sein
de la Republique Francaise ceux tout au moins
don't j'ai la charge ne sont pas encore arrives
au bout d'une evolution que nous comptons dd-
velopper chez eux, il y a partout ou nous som-
nes installs, un profound respect des hoinies et
de l'avenir des homes, respect qui vaut bien,
en tout cas, les autonomismes fallacieux


M. Mitterrand inaugure a Chartres
les monuments B la memoire de Noel Ballay
et de Pasteur

Avant la guerre, Chartres ;'6norgueillissait de
ses monuments a la gloire de PASTEUR et de
Noel BALLAY, l'hUroique compagnon de BRAZZA
qui mourut de la fibvre jaune au Senegal. Mal-
heureusement sous l'occupation ils prirent,
comme tant d'autres, le cheinin de la fonte.







C'csl pourquoi leur restauration s'est faite avec
eclat : M. MITTERRAND, ministry de la France
d'Outre-Mer, invilt par M. BLANCHARD. maire (de
Chartres ct Ic Comite dtes Monuments, s'cst rendlu
le 1" octobre dans la capital de la Beauce pour
retracer l'oeuvre de No6l BALLAY, tandis que
M. BRUNE, ministry des P.T.T. faisait 1'dloge do
PASTEUR.
Le Ministre de la France d'Outre-Mer 6voqua
tout d'abord la vie ardente et desintdress6e du
docteur Noel BALLAY. Noil BALLAY naquit a Fon-
tenay-sur-Eure, le 24 fdvrier 1848. II n'a pas
trente ans, lorsque jeune medecin auxiliaire de
In Marine, BnAZZA l'emmene explorer le Bassin
du Congo. BALLAY sillonne en tous sens la region
du Nord du Congo, I'Ogou6 et le Haut-Alima.
Le 8 juillel 1889, Noel BALLAY qui n'agit au-
prics des populations qu'avec patience et dou-
ceur ohtient du chef de Ia region des < Rivibres
du Sud >> Ia cession en toute propridte de l'Ile
de Toumho. C'est le point de depart de I'Cdifi-
cation de Conakry. Premier Gouverneur de Ia
Guinde en 1889, puis Gouverneur Gnderal de
1'Afriquc Occidentale en 1900, il est en cong6 en
France lorsque se declare uhe grave 6pid6mic de
fiivre jaune au S6negal. II rejoint immddiatc-
ment son post mais meurt deux ans plus tard
terrass, par le mal.
Parlant de PASTEUR et d Noel BALLAY, M.
MITTERRAND declare :
< PASTEUn qui n'Ctait pas Medecin fut mcil-
leur m6decin que les plus grands et BALLAY qui
6tait mddecin s'est fait explorateur. Ainsi vont
les choses. Ni l'un ni l'autre n'ont prdtcndu irec
des gu6risseurs. Its out voulu sculement aller
plus avant dans la connaissance des homes. Et
c'est ainsi qu'ils ont trouv6 les vWrit6s essenticl-
les >>.
Evoquant cnsuite les villes magnifiques que
I'Afrique doit a la Civilisation franchise, Ic Mi-
nistre de la France d'Outre-Mer a ajoutd : < Co-
nakry-la-Neuve, Saint-Louis-laVicille, portent
1'empreinte des colonisateurs don't Noel BALLAY
a ede I'une des plus nobles figures. Fondateur
plus encore que prCcurscur ii a port du Nord
au Sud de I'Afrique Noire Ie flambeau de la Civi-
lisation franchise et c'est toute l'histoire de notre
Afrique que la cdrdmonie prdsente fail revive
aujourd'hui.
<< Je sais bien qu'en cette mnoiti6 du xx' siecle
il n'est pas si facile h notre pays dti dire qu'il
a dispose d'un Empire mais il n'y aurail pas eu
d'Union Francaise s'il n'y avail cu les crdateurs
de I'Empire francais. Les temps ont chang, mais
nous avons toujours a defendre les memes
choses. Depuis dlja de nombreuses anndes il est
coutunmc e( dire que la France, si elle a su se
fair aimir ct c'est un leit-motiv parfaitement


juslifi n'a pas la force ni les miritcs suffi-
sants pour preserver sa presence. Mais nul n'au-
rail song it contester cette presence et it recons-
truire au bdndfice de quelques localitcs africai-
nes un nationalism retrograde, si de la M6tro-
pole mnime n'etaient venus ceux qui, pour d'au-
tres motifs, les y avaient engages.
c Si nous voulons assurer a l'Afrique une prd-
sence dans l'Univers, il faut pricisiment la met-
tre en garde contre ceux qui lui donneraient
I'illusion de franchir une grande (tape alors
qu'en rdalit6 elle recommencerait notre longue
et douloureuse experience.
< N'oublions pas que si, depuis No6l BALLAY,
le problem des techniques a 6volud, le probl6me
des homes demeure. La tache de la France est
(de fire fi des exces commis moins communs
du reste qu'on a bien voulu le repeter pour
retrouver les traces du travail acharn6, du dd-
vouement incomparable. Et le Ministre de la
France d'Outre-Mer a conclu : < Ce disintdres-
menl don't nous avons saints examples de nos
jours, me permit d'affirmer que nulle part ail-
leurs qu'en Afrique franchise il n'y a autant de
paix et (te tranquility. Je ne connais pas de
partic du Monde oft l'on puisse le dire avec
aulant de force. Rappelons-nous toujours que
les hommnes peuvent y travailler et espdrer sans
jamais craindre I'esclavage ou la servitude. Ce
n'est pas une chose si repandue, au moment oft
en Europe on peut 6tre inquiet des nouvelles
quotidiennes et ofi nous savons que par le choc
des ambitions et des passions la grande lutte
dccidde par la folie des homes, n'est A la merci
que d'un hasard vaniteux. >
Outre MM. MITTERRAND, Ministre de la France
d'Outre-Mer, et BRUNE, Ministre des P.T.T., on
pouvait computer dans I'assistance les descen-
(lants (d Noel BALLAY ainsi que de nombreuses
personnalit6s du monde politique et cultural.

M. Francois Mitterrand a Marseille
Le 22 octobre, M. Francois MITTERRAND, mi-
nistre de la France d'Outre-Mer, venu A Mar-
seille pour Ic C o n g r s dpartemental de
I'U.I.S.R., a faith, au Cercle Pierre Bourdan, de-
vant une tris nombreux auditoire, une conf6-
rence sur le < couple France-Afrique o don't
nous donnerons de large extraits dans notre
nuliero dte d(cembre.

Declaration de M. Francois Mitterrand
sur les r6alisations du FIDES
Depuis 1946, les autorisations d'engagement de
(d'penses accordCes i I'ensemble des T.O.M., attei-
gnent 1n total de 200 milliards de francs metropo-
litains.






La repartition de ce financement par grands
secteurs d'activit6s 6conomique et social est de :
44 milliar ls pour les 6quipements routiers ;
28 milliar is pour les 6quipements fcrroviaires ;
32 milliards pour les 6quipements portuaires ;
44 milliards pour l'am6lioration dcs productions ;
12 milliards pour les telecommunications et les
transports aSriens ;
40 milliards pour le d6veloppement social:

Ie'ffort principal port done sur les 6quipelients
publics de base, concourant a I'amelioration des:
transports. effort qui pcut sembler a premiere vue
,sans coimmnlle nmesure avec les niveaux mIlyens de
production et surtout les resources budglataires
p)ropres quc les T.O.M. pe)uvent affected A I'anortis-
scinent financier ct a l'entretien de ces 6quipcnicnts.
Toutefois il ne faut pas oublier qu'il existe line
relation dir,.cte entire l'e(quipement de base realis6
sur les pro,!rammes FIDES et les activists directe-
ment prodi ctrices finances, soit par les credits
prives, soit par 1'intermidiaire de la Caisse Cnitrole
de la France d'Outre-Mer, soit par les fonds publics.
L'abaisserient relatif tdu coot de transport et
d'embarquei ent est d'uin poids determinant dans
Ie maintiern ies prix des productions d'Outre-Mer
aux niveau:' des course nmondiaux, maintien qui est
la condition de l'6quilibre des relations coniner-
ciales au se n de 1'Union Francaise.
Enfin, dia!s tous les territories, I'Ntat d'usure des
routes, por!s et voices ferrees, apr6s la deuxienie
guerre monrtiale, imposait d'accordcr la priority a
leur r6fecticn et leur amelioration.
Si le bihla des realisations apres quatre ans d'ef-
forts; apparait encore modest, c'est quc le dbimar-
rage a it frein ) par la lpnurie te niat6riaux,
d'engins, d entrelr]ises, de personnel technique et
par la neec;sit6 d'effectuer des 6tudes souvent lon-
geiis 1)realblement au lancement des operations
imnportantes. Cc stade cst heureiusement d6lpasse.
Si les productions out, dans l'ensemble, retrouvo
les niveaux ti'avat gtierre, tout en s'ccoulant ia ia
p)arit6 des -ours mondiaux, il faut en nttribuer !i
principal 1n rite ii I'amelioration des conditions de
transport, qui a permits un approvisionnementl
convenable des marches et ties entreprises et une
evacuation ',guliere des zones de production.
II n'en existe pas moins un effort direct sur la
production. donl les effets ne sont pas encore sensi-
hies sur les pro;luits d'exportation, imais qui a d.ji:t
localement port ses fruits.
An point de vue vivrier, il a 6tc lance uni pro-
grammle d'tim6nagements hydrauliques, portant soit
sur de grauides units m6canisees come i l'Office
du Niger o01 a lichard Toll (S6n6gal). C'est en A.O.F.
que les r6;siltats sont les plus consid6rables.
I'lus de O.O000 ha de rizieres indtigenes ionlt Ct
alIenigees .n1 Soudan, en Haule el lasse (uini ct c
au Niger ; en vru de stabilizer Ics renideimtcnw1s )i
nivenll op!i imiI de lai culture indig; n", lpo r (blim'i-
nCr les aim:oes de diseltc. 21.O00ha sonit e ra;i),lrt
i I'Office (ti Niger, avec des rcnd(entlcns ;mliioriies
chlaque alnnie. 6.(l0(lli0 ha sont en voice (d';Wclhevclllen
a Richard Toll.


A Madagascar, avec un certain retard du a des
6venements politiques connus, va 6tre entrepris
I'amnnagenent de 25.000 ha au lac alaotra et 18.000
ha an delta de la Mahavady. Des 6tudes trbs
complexes finances par le Fides sont en voice d'ach6-
vement.

Colon, cafe, huiles, bois, etc...

En A.E.F., l'effort principal a porter sur le colon
ct les bois.
La production de coton est passe de 25.000
tonnes en 1938 ai 89.000 tonnes en 1949-1950 (coton-
graines).
Pour l's bois, le Fides n'est pas interventi direc-
temient, la polititque adoptee ayant etC celle du
soutien financier des entreprises privees et le ren-
forcement de l'indtutrie locale du bois an moyen
d'une society d'economie mixte (compagnie francaise
dtu Gabon), production : 298.000 tonnes en 1949
centre 139.000 tonnes en 1947.
Enfin, le Fides s'attache a d6velopper en A.E.F.
1a culture m6canisee de l'arachide. La station de
Loudima a 6t6 creee a cet effet. 500 ha y sont d6ji
e; rapport, 700 en course d'amenagement et 25.000 ha
ont et6 prospects.
Au Cameroun, I'effort se partage entire un plus
grand nombre de products don't la valorisation est
recherche surtout par un meilleur outillage 6cono-
mique du pays, plutot que par une action syst6ma-
ti(que sur ulne production dominant. Quelques
chiffres t6moignent du redressement en course :
Cafe : 7.200 tonnes contre 4,200 en 1938 ;
Cacao : 47.000 tonnes centre 31.000 en 1938;
Bois : 60.000 tonnes centre 40.000 en 1938.
11 faut enfin souligner, a c6tA de I'accroissement
de hi production vivriere et de celle dcs products
dominant des divers territoires, 1'effort auquel
participe le Fides, pour I'amllioration de la produc-
tion des corps gras dans tous les territoires d'Outre-
Mer.
Certes, I'A.O.F. n'a pas depasse, mais seulleiiient
rcjoint, les niveaux atteints avant guerre pour
l'artaclide. Mais sa capacity de production locale
d'huile est passe de zero a 45.00 tonnes.
D'autre part, i c6 ole e 'action scientifique men6e
par l'lnstitut de Hecherches des Huiles et O16agi-
neux finance6 par Fides), ine action economique est
entrelrise par le truchement die la Compagnie g6n6-
rale des Oi6agineux tropicaux (Soci6te d'Economie
Iixte).
Pour I'huile de palnme, le Fides finance la cons-
truction d'usines modernes. Deux viennent d'entrer
en service au Dahomey et en C6te d'lvoirc. (Capa-
citl unitaire en fin d'amenagement : 10.000 tonnes).
< le ne rappellcrai enfin que pour m6moire, dans
Ie cadre de ces tdeclarations, cc qui a 16t fail en
latiii're d('nseignCment, de sant6 publique, etc....
11 In'v a ;ias de' graves difficulties politiques en
Afriuel nioire, disis -jtc il y'a uin instant. J'ajouterai :
C.e W'cst ('lqe dans I'hlypothese oi notre oeuvre de
vI(cv('lppieniili (economii(uic e; social se tronverait
rtalenie i(lit je craindrais (liue nc sC pose alors ntil
probldie politique >>.


13







M. Mitterrand envoie un message
aux populations epouv6es d'A.O.F.

A la suite des inondations qui out 6prouv6 de
nombreuses populations du S6negal et de Mau-
ritanie, M. MITTERRAND, ninistre de la France
d'Outre-Mer, a envoy le teligramme suivant an
Haut-Commissaire :
< Sincreinent dnlu en I)rsence de la gravitld
du sinistre, je vous prie d'assurer la population
6prouvec de mon entire sollicitude et de celle
du Gouvernement. Je saisis, aussit6t, le Ministre
des Finances en vue de voter un project de loi
tendant i I'octroi d'une subvention exceptionnelle
au budget general ,i titre de contribution aux
reparations des dUgats. >

M. Mitterrand recoit une delegation
des pelerins de I'A.O.F., retour de la Mecque

Une delegation de p1lerins de I'A.O.F., com-
posde de sept ]menlbres ct conduite par Mohanled
Ould Cheick Sidi El Mokter, ddlugu6 g6ndral des
pHlerins, a WtC rescue, le 26 octobre, par M. Fran-
cois MITTERRAND, Ininistre de la France d'Ou-
tre-Mer.
Le ddldgud general a exprimi, au ministry, la
reconnaissance de tons les pleerins pour l'aide
bienveillante que le gouvernement de la Rdpu-
blique a apportee, cette annde encore, i l'orga-
nisation d'un pelerinage, qui a Wti particulibre-
ment rdussi.

Liaison Paris-Djibouti
Une liaison radiotlelphonique directed Paris-
Pjibouti a 6et inaugurde Ie 18 octobre par MM.
Charles BRUNE, ministry des P.T.T., Lucien Cor-
FIN, secr6taire d'Etat it la France d'Outre-Mer,
DAYAN, chef de Cabinet, reprisentant M. Fran-
cois MITTERRAND, Ininistre de la France d'Outre-
Mer.
Faisant suite a l'ouverture des relations Paris-
Dakar, Paris-Brazzaville, Paris-Bamako et Paris-
Fort de France, c'cst la cinquieine nouvelle liai-
son radioldl6plionique ouverte depuis la Lib6ra-
tion avec les departements et territoires de la
France d'Outre-Mer.

Receptions de Parlementaires
M. MriTTERRAND, ministre de la France d'Ou-
tre-Mer a recu cc mois-ci : Mine LEFAUCHEUX,
vice-presidenie de 'Ass-enmbld e de 'Union Fran-
caise, Mine VIALLIE, senatcur de 'Oubangui, Mine
CAFFOT, conseiller de l'Union franchise.
Les sllateurs PINTo, du Dahoinev ; AVININ.
L.\ssALLE-SRi.mE, de l'Oc6anie.


Les d6putts CHEVALIER, du Loiret; 'TCHICAA,
du Moyen-Congo; BABET, de la Rdunion; SEN-
(IGOR, du S6n6gal; LAMINE-GUEYE, du S6ngal ;
MICHELET, de la Corrzze ; Louis MARIN, de
Meurthe-et-Moselle.
Les conseillers de 1'Union francaise LAFOREST,
ZINZOU, du Dahomey ; HAZOUMP, du Dahomey ;
Georges MONNET, de la C(ite d'lvoire ; SAI)OIU
D).JEIMAKOYv, du Niger.
M. le conseillcr cconomique du Pacifique
MAGE.

Receptions de personnalites

M. MITTER: AND, ininistre de la France d'Ou-
tre-Mer, a recu Mine la duchesse de la ROCHE:-
FOUCAULD, M. PORCHI, directeur gen,.ral de la
Teldvision et de la Radiodiffusion national,
HOFFHERR, conseiller d'Etat, ancien haut-com-
inissairc de la Republique au Caineroun, noinne
directeur des Affaires Econoiniqucs au 1)parte-
neiit.

Reception de Gouverneurs
M. I'MTTE-:I.AND a recu MM. les Gouverneurs
CASIMIn, PE'TITrON et BALLY.

Les receptions de M. Aujoulat, Secretaire d'Etat

M. AU'OULAT s'est entretenu, it diverse repri-
ses, avec MM. CORNUT-GENTILLE, haut-co1nnlis-
saire en A.E.F. et BARGUES, haut-eollllissaire a
Madagascar.
II a reeu 6galement MM. Roland PRt:, gouver-
neur de la Guinde, et MOURAGUES, gouverneur
de la Haute-Volta. 11 a dvo(qu avec cux les pro-
blenes pios6s par leur territoire dans le cadre
de ses attributions.
M. AUJOrLAT a reeu aussi MM. les gouver-
neurs FOURNEAU, ancien gouverneur du Moyen-
Congo, et ANGAMARRE, ancien Secr6taire g6n6ral
a Madagascar.

**

Receptions de Parlementaires

M. Au'orLA-rT, secretaire d'Elat ai la France
d'Outre-Mer a recu, cc mois-ci : M. HOcPHOUET,
MM. MaM.nI SANO et MONTRAT, M. AUBAME,
M. Ignacio PINTO, M. NININE, M. SAIDOc DJER-
MAKioYE, M. RANDRETSA, M. Georges MONNET,
Mi. SERRURE, M le Docteur BORmnnY, M. ZINSOU,
M. DI)vEAU, M. SHOCK, M. LE GITIINEDAL[ et Mine
LEFAUC'HEUX, M. SMALLER, M. EINiDE, M. LUON.
M. HAZOUMA, M. POLYCARPE, M. SAID ALI Cou-
HEiCHn, M. Lambert SA.AV.ANX, M,. Fily Dabo
SiSSOKO.






Le 26 seplemibre, M. AUJOULAT, secritaire
d'Etat laI France d'Outre-Mer, a pr6sid6 le
Conseil d';rdministration de la Maison de la
France d'Ouitre-Mer it la Cite Universitaire. Cette
reunion, qui s'est tenue a A la Sorbonne et a la-
quelle assi:.taient, centre autres, M. le Recteur
SARRAILH et M. le Gouverneur MARTINE, a trait
du problnleo de la gestion de la nouvelle fon-
dation.
M. AUJOILAT a preside les c6dr6nonies qui out
marqu6 it Strasbourg, le 30 septembre, et a
Bruyeres, le 1" oclobre 1950, le passage, dans
ces villas, le la selectionn camerounaise de foot-
ball. II 6tatt accompagn6 de M. le Gouverneur
GUIBET, ddelgu6 a Paris de M. le Haut-Commis-
saire du C:imeroun, du Docteur EYIDI-BEBEY et
de M. Moul:ouri KUOH, inembres de son Cabinet.
A Bruyi es, qui est filleule du territoire du
territoire du Cameroun, le Ministre prononca un
discours oil il montra l'int6drt de la reunion qu'il
avait la joie de pr6sider. Do tells rencontres
- dit-il enr substance entire Francais de la
M6tropole et Francais d'Outre-Mer sont aptes, au
plus haut point, it resserrer les liens de sympa-
thie qui les unissent les uns aux autres par I'in-
term6diaire d'une comprehension plus quoti-
dienne et p us concrete.


Activit6s de M. Letourneau
Minitre d'Etat, charge des relations
avec les Etats Associ6s

Un discours de M. Jean Letourneau
M. Jean IETOURNEAU, ministry charge des rela-
tions avec les Etats Associ6s, a pr6sid6, le 1"
octobre, le C omice agricole du canton de Mayet,
a Verneuil-le-Ch6tif (Sarthe).
Au course de la c6r6monie, M. LETOURNEAU,
qui a fait nl tour d'horizon de la situation inter-
nationale, a d6clar6 notamment :
< Les pays qui ne reculent pas devant I'agres-
sion ont cherchU a connaitre la reaction des
Nations Unies. L'acte de solidarity international
a joud. Pour une fois, l'agression n'a pas pay6.
11 est evident que rdaliser cette solidarity com-
porte des charges. II1 faut savoir abandonner une
certain part de souverainet6 national an bend-
fice de l'autoritl international. I1 convient, iga-
lement, de fair un effort de r6armement slcon
le principle < Aide toi, le ciel t'aidera >.
Parlant cu probl6me indochinois, M. LETOUR-
NEAU a precis6 que nous devions < assurer 1A-bas
notre s6curite et rester fiddles a notre ideal et A
nos amis ,.
*
Le 13 octobre le Ministre d'Etat charge des
relations avec les Etats Associ6s et Mme LETOUR-


NEAU out ollert au Ministler des, Elats Associes
un dejeuner en l'honneur de S. 'tA. I'Impdratrice
NAM PHUONG, spouse du Chef de 1'Etat vietna-
mien. A ce ddjeuner assistaient Pgalement S. A.
le Prince BAO LONG, fils de S. M. BAo DAI et de
I'Imp6ratrice N.M PHUONG, le Prince Buu Loc,
S. E. NGUYEN DE, directeur du Cabinet Imp6rial
a Paris, M. n'AvoUT, chef du Cabinet du Minis-
tre d'Etat, M. 1'Inspecteur g6n6ral TEZENAS DU
MONTCEL, directcur des S&rvices du Ministbre
des Etats Associes, ct plusieurs inmebres du
Cabinet du Ministre.



Mission en Indochine
A la suite des 6v-neiments nilitaires du Ton-
kin, M. LETOURNIEA a ;id charge par le Gouver-
nement, ainsi quie O (;G6nral JUIN, Rsident ge-
neral de France au Maroc, d'uine mission d'ins-
pection et d'inforinalion en Indochine.
Le Ministre et Ie (h;n16ral JUIN ont quitte
l'a6rodrome d'Orly, pour Saigon, le dimanche
soir 15 octobre, par l'avion rdgulier d'Air-France.
M. PLEVEN, Prdsident du Conseil, avait tenu t
les saluer a leur ddpart et a eu avec eux h l'aero-
drome mime, un dernier entretien. M. LETOUR-
NEAU 6tait accomipagn6 dans son voyage par son
chef de Cabncet. M. D'AVOUT, le commandant
BOREL, de son cabinet militaire, et son aide de
camp, le capilaine DE LA CHENELIARE. En mime
temps est parti 1our0 Saigon le G6neral VALLUY,
inspecteur g ddnral des Forces Francaises d'Ou-
tre-Mer.
Avant son d6part, le Ministre a fhit la press
les declarations suivantes :
< Je pars, pour 1'Indochine, charge de mission
avec le G6ndral JUIN par le Gouvernement.
< J'y vais tout d'abord, porler le salut affec-
tueux du pays tout enlier a nos soldats don't la
lutte courageuse connait des difficulties nouvel-
les, leur dire, aussi, la pleine confiance du Gou-
vernement dans leur valour et leur t6nacite.
< Je verrai, aussi, sur place, ce qui peut ktre
fait pour secourir rapidement ccux que les com-
bats recent ont blcss6s et pour obtenir tous les
renseignements susceptible d'6clairer les famil-
les don't nous p:rltageons tous l'angoisse.
< Mais ma mission a, surtout, pour but, aide
en cela par la haute competence militaire du
General JUIN, de voir, sur place, avec le com-
Inandenent, tout ce qui peut etre n6cessaire
pour dviter, a nos soldats, des combats indgaux
et pour renforcer leurs moyens.
< .Je ume plroccu)perai, en mmie temps, avec
les Gouvernements des Etats Associds, des me-
sures i prendre pour acc6ldrer'la formation de







leurs arutdes et j'esperc que nous pourrons prd-
ciser plus exactement I'aide qui fail l'objet des
conversations actuelles avec nos allies et amis.
<< Bien enlendu, je pourrai, sur place, me ren-
dre un compete plus exact des conditions dans
lesquelles sont arrives les revers de la selnaine
dernierc ct si les rcsponsabililts peuvnlt 6tre prd-
cisdes, Iroposer an G(ouvernement, les decisions
qui, alors, s'imposeraient.
< Mais, en attendant, je ne puis que r6pdter cc
que j'ai deja dit. II est trop facile, lorsqu'on est
tranquille a son bureau de Paris, d'accuser des
homes don't le m6tier est lourd, don't les res-
ponsabilitds sont ccrasantes. Nc jugeons pas
avant examen, et, en attendant, la responsabilite
ne peut tr'e portec que par tin scul, et c'est le
Ministre.
< II va de soi que je porterai aussi, aux peu-
ples des Etals Associds, expressionn de la sym-
pathie franchise. Cette symplathie ne se divise
pas. Elle va tous les homines qui habitent cette
p6ninsule. La France leur a accord l'ind1pen-
dance. Elle n'a nullement I'id6e de rattraper, par
d'autrcs biais, ce qui a did concede. Son iddal et
son interet coincident. C'est dans la measure oft,
par leur volont6, leur influence sur les peoples,
les chefs d'EtaLs et les gouvernements exerceront
pleinement cette ind6pendance que la France
sentira qu'elle a atteint son but. Elle a afTaire
partout et ne voil qu'avantages A hire rele'dee
par les jeunes Etals, le plus 1lo possible, des
lourdes sujetions qui sont les nitres aujourd'hui,
sur cette terre d'Indochine, lque tanl tie liens
indestructibles unissent A nous. C'est-a-dire,
pour construire tranquillenieni le grand edifice
de I'Union Francaise, la ielpullilique rcheercihera
toujours, sails rel:clhe, les miioyens de raunener la
paix dans I'ordre et la justice. >
Arrivds a Saigon le 17 octolbre, oi ils out e6t
accueillis par les autorits locales et par les
repr6sentants du Gouverncment vietnauiien,
MI. LETOURINEAU et le Gin6ral JU IN out cu aussi-
tit dc longs changes de vues avec M. PIGNON,
Haut-Commissaire de France en Indochine, ct le
G6ndral CARPENTIER, comminandant n chef. Ils
se sont rendus le 19 octobre A Hanoi, d'oil ils
ont fait, avec le Gendral ALESSANDRI, une lournce
d'inspection dans les postes du Tonkin. Ils sont
revenues A Saigon le 22 octobre.
Le 20, dans la matinde, depart en avion pour
Haiphong et la zone du Nord-Vietnam. Le 21, iN
Do-Son, petite locality sur la rive sud de l'em-
bouchure du Fleuvc-Rouge, les deux hauts d616-
gues du GouLvcrnement on I[ psse eOn revute des
coimlaltaiiis de Cao-Bang That-Kiht" (lui ol t
riussi a I'orcer I'encerclcmlenll vie't inil eit 1 rega-
gier les lines friancaises. Ils oit reinis des dtico-


rations aux officiers, sous-officiers ct soldats qui
s'dtaient particulicrement distingu6s.
Les avions de la mission ont ensuile survol6
le massif montagneux qui prolonge celui de
Dnmg-Trieu en bordant la Baie d'Along, puis la
ville de Langson ct la vallde qui enserre la
R.C. 4, avant de regagner Hanoi.
Dans cette dernirce ville, Ic Minisre cet le
Gendral Juin ont d6cor6 67 officicrs, sous-offi-
ciers ct soldats qui out participe aux rccents
combats en Haute-Region.
Le 24 h Saigon, une conference importante
reunit M. LETOURNEAV, M. PIGNON, les G(neraux
JrIN et CARPENTER avec MI. Donald HEATH, nli-
nistre des Etats-Unis, et le GIndral BRINK, chef
de la Mission amnricaine d'aide mililaire a 1'In-
dochine.
Le 25 octobre, Ic Ministre, le Haut-Cohimnis-
sairc, les G6n6raux, JuIN, VALIuY, CA(RPENTIEuR,
sc sont rendus par avion 'i Dalat oil ils sc sont
entretenus avec S. M. BAo DI). L'enipercur a
tenu ensuite une conference particulibre avec
M. LETOURNEAU et le G6ndral JUIN, ])Uis il a
offert un d6jeuner a ses hotes. )ans 1'alprs-lmidi,
le Ministre et sa suite out gagn6 par avion un
aerodrome du Sud-Vietnalm, d'of ils sc sont
rendus en jeep dans un sccteur tplac, sous la
protection des troupes franco-victnaniennes. Le
retour a Saigon a cu lieu Ic mmne soir.
Le 26, M. LETOURNEAU., 1c Haut-COlnmissaire
et Ic Gdndral VALLUY SO sont rendus par voice
aerienne I Vientiane oil ils ont did accucillis par
S. E. PnHOU SANANIKONE, Prdsident du Conseil,
en I'absence de S. M. SISAVANG VONo qui tilt
alors en train de rclgagner I'lndochince t bord (lu
paquieltol << La Marseillaise >. Le Prisidenl d(i
Conseil laoticn a, dalls line allocation, exprinil
sa confiance dans ia France, confiaunce qlue c les
circonstinces ne sauraient i6branler pi'rc e q u'elle
est fondee sur une serene amili6. >) Dans sa
r6plonse, le MIinistre a formd6 des va'ux pour que
< la complete ind6pendance du Laos s'6painouisse
avec l'appui de la France dans la paix et la pros-
peritd. >
M. LETOURNEAU et sa suite ont alors gagne
Siemrdap par avion, el, aprrs avoir visit les
ruines d'Angkar, ont gagnd Phnom-Penh.


Interview donnee par M. Letourneau
a International News Service
(10 octobre 1950)
In l'rttat actucl du mondc, il ne I)eut fire de dloute
I)lnr personnell c e les Cvenemenls d'Indochiin soint, )pour
I(s 'alciurs fll'ils mctlcnt en cause, comparables It crux
de (;cor'.c ; et le rIle qu'assumentl lii-bas let force's itd
'U'llioion Frlainais n'est pas noins imnporlanll que tclti
(Ids forces dets Nations Unics cn Corec. Ellc, font face









an mil ime pjr I c rolinballtiI pour line mlline cause..
Ijisoills, pour ileciser, qtue its i\t'-i e intiilits Cl (lrlt- oit
(clair(i ecux .l'lndochinel el Inis en ilurliirc hi mission
de I'alrnmle fiancfaise dans ce combat (lont elle port
ldepuis dies annfes Ie poids 1 1 peu prirs total. A cel igard,
la lutte qui s, pioursuit en Indochine a depuis longtemps
d6pass6 Ie ce dre franco-indochinois et ]'ilinion demo-
cratique mon liale ne saurait y porter tro) d'attention.
En fait, il s' git du dernier barrage centre expansionn
communist dans le Sud-Est asiatique.
II n'y a pa:, a se dissimuler que les 6vCnements mili-
taires survenis ces derniers jours au Tonkin offrent un
caractere r6ellement s6rieux. Pour la premiere fois le
Vietminh a e igag6 des forces massive et qui presentent
toutes les caratctristiques des armies modernes, 6quipes
d'armement eLrangers et visiblemefit entraines. C'est 1h,
sans contest, un tournant dans cette guerre : a cot6 des
actions de guerilla semble devoir se d6vclopper une
action techni(uement organisee utilisant tons les moyens
modernes. UnE telle transformation n'aurait pas Wet pos-
sible sans une aide 6trang&re positive et eiut 6t6 vrai-
semblablemert empech6e si nous avions eu les possibili-
t6s d'armemeits et d'effectifs qui eussent permis de ver-
rouiller effee ivement les frontieres. Le dispositif d'en-
semble de no re defense n'est pas entam6, mais le danger
ne doit pas etre sous-estim6 ct il devient urgent que
notre Ilaut-C mmandement soit mis en measure de prendre
les dispositions qui s'imposent. Si nos forces sont sufli-
sanles pour inainlenir I'oruvre de pacification hcnreusc-


nienl dtrvelolppiaiI in co s dl c(tlie annt''e, .insi qii'n
It-[rlii>ij.1lil tie coilsltanil s (l inom bliri tlx ri liiiint ts, clie s
lio peritlellentl pis ide disposer de l]a masse d- inanuiuvre
(qui. par des atlionls en force assurerlait la liquidation
dtfinilive ties trouptes rebelles. Or, nous avows toutes
raisin de penser que cette liquidation serait chose rela-
tivement ais6e et rapid car les difficult6s internes dui
Vielminh sont ividentes, si eutte masse de manoruvre
pouvait etre constitu6ce a blref d6lai. Mais la France, qui
a d6.ijt apporter sa part I la defense occidental, ne
peut le fair a elle scule, et c'est ici quc nous retrouvons
le plan international. La paix est indivisible, an Pacte
Atlantique ne poiurrait-il correspondre un effort compa-
rable de cooperation economique et militaire des puis-
sances int6ress6es an maintain de l'equilibre et an rita-
blissement de la paix en Extreme-Orient. Dans I'imm6-
diat, nous voulons penser que les C3vnements de Caohang
vont hitcr la misc en oauvr e e 'aide ip)rvue par la
mission militaire americaine.
C'cst surtout pour 6ttudier l'cnsemble des necessites
urgentes auxquelles il nous faut fair face que le G6n,-
ral JUIN et moi-] 'me nous allons partir pour 1'Indo-
chine. Nous verrons. les moyens don't il nous faudra
peut-itre doter I'arm(e de I'lUnion Francaise, ccux qui
permettront de hitter la constitution des armies natio-
nales et notis ferons tout pour accil6rer ce qui pent t're
fail par la France. Nions vlololns croilre qu(e nos amis
front aussi le maximum pour hitter les livraisins Iqu'ils
ont proilis de nollus fire.


INFORMATIONS GENERALS


Les rapporls concernant les Territoires sous tutelle
sont conlis au Secretaire general de I'O.N.U.

La commission de tutelle de I'O.N.U. a d6cid6
le 26 octobre, sur proposition de Cuba et du
Mexique, par 31 voix centre 11, qu'il appartien-
drait dso(rmnais au Secretaire general des
Nations Unies de fournir h I'Assembl6e un rap-
port sur Ics measures prises par les puissances
adininistraates afin de mettre en vigueur les
resolutions de l'organisme international dans les
territoires don't elles ont la charge.

Les adve.rsaires de cette decision, don't 1'en-
semble des; puissances administrantes, ont fait
valoir qu'elle accroissait anormalcment les pou-
voirs du secretariat en lui donnant la faculty
d'apprccier I'ceuvre accomplice dans les territoi-
res sous titelle.

On sait que, jusqu'h present, les puissances
administrsntes rendaient compete clles-memes
dans leur rapport au Conseil de tutelle des me-
sures de Ious ordres qu'elles avaient prises au
course de l'ann6e 6coulde.


Creation d'un Conseil Scientifique international
pour I'Afrique au sud du Sahara

Unc conference scieniifiquc sur Ic dcveloppc-
ment de 1'Afrique, au Sud du Sahara, sc tiendra
a Nairobi, Ic 21 novembrc.
Trcize savants de six pays (Bclgiquc, France,
Portugal, Rhod'sie du Sud, Afrique du Sud,
Royaume-Uni) seront presents. Is formeront un
organism permanent (qui prendra le noni de
< Conseil Scientifique pour I'Afrique au Sud du
Sahara > don't les fonctions et la composition
ont Wtd approuv6es a une reunion inter-gouvcr-
nementale, tenure, a Londrcs, en mni dernier.

La constitution de cel organism fait suite i uine
recoinmmandation prise )par aI Confirence Scienti-
fique r6gionale africaine, rupnie A Johanncsburg en
octobre 1949. Groupant des homnmes de sciences,
particuliercnlcnt au fait des problems africains, il
se propose e peromouvoir le )progrbs scientifique et
social en Afrique an profit de cc coniincnt et de ses
habitants.
La creation de cet organism s'inscrit dans le
cadre de la politique de cooperation interafricaine








poursuivic, sans relachc, par les gotuvcrnemenis
charges de responsabilit6s dans Ic continent noir.
Cette politique vise i coordonner les efforts pour-
suivis dans les Territoircs relevant de souverainets
diff6rentes, en vne d'assurcr la mise en valeur, et,
d'une facon plus .g6ndrale, le progrbs economique
et social de l'Afrique. Elle a ete, r6cemment, consa-
cr6e par la creation, en janvier 1950, d'une com-
mission de inter-gouvericmentale, la C.C.T. A.
(Commission de Cooperation technique en Afriquc
au Sud du Sahara) ; enfin, clle r6pond aux instances
de la Charte, qui recoinmande les accords regionaux
come des instruments particulibrement efficaces
(de la cooperation mondiale au scin de I'O.N.U.
La date du 21 novembre prochain a Wte provisoi-
rement fix&e pour la premiere reunion du Conseil
qui aura lieu h Nairobi. Le Conseil sera compose de
treize savants 6minents, sous la pr6sidencc dui
Dr P.-J. Du Toit, president du Conseil sud-africain
pour les recherches scientifiques et industrielles. Le
professcur J. Millot, directcur de l'Institut scienti-
fique de Madagascar, en sera vice-prisident. Les
membres francais du Conseil sont : MM. le profes-
scur Aubert, directeur du service des rechcrches
pedologiques A I'Office des recherches scientifiqucs
coloniales A Paris ; le professeur T. Monod, director
de I'Institut d(e 1'Afrique Francaise A Dakar, et,
come supplant, le professeur Trochain, directcur
de l'Institut de recherches scientifiques A Brazzaville.
Les attributions du Conseil seront les suivantes :
a) Examiner quels problems d'int6rit commnun,
dans le domain des recherches scieniifiques, pour-
raient etre utilement sugg6r6s aux governments
et aux institute de recherches scientifiques on aux
organismes analogues;
b) Entretenir des relations 6troites ct amicales
avec les bureau scientifiques inter-gouvernemen-
taux existant en Afrique, on qui pourraient y etre
cr'es et les assister de toutes les maniircs possibles
s'il en est requis ;
c) Encourager et 'tablir des contacts entire his
savants faisant des recherches, soit dans les domai-
nes scientifiques scmblables ou apparentis, soit dans
la mime region gdographique ;
d) Faciliter les changes et les d6placements des
savants entire les diff6rents territories et pays
considers et, sur demand, donner des conseils au
sujet tie leur formation ;
e) Recueillir et distribuer, sur demanded, des rap-
ports et des renseignements de port6e generale sur
les savants, 1'6quipement scientifique, les bibliothli-
ques sp6cialis6es, et faciliter l'utilisation de cet
equipment et l'accs aux dites biblioth6ques ;
f) Sugg6rer aux gouvernements int6ress6s et
convoquer p6riodiquement des conferences scicnti-
fiques et faciliter les reunions des groupements de
specialists.
Le premier secr6taire g6ndral du Conseil sera Ie
]r E.-R. Worthington, Secretaire scientifique de la
Haute Commission de l'Afrique Orientale, qui pren-
dra ses functions ultbrieurement. En attendant, les
services du secretariat seront assures par le Conseil
Sud-Africain pour les recherches scienlifiqucs el
industrielles.


Avant la Conference Internationale de I'Etain
La delegation, qui doit repr6senter la France
a la Conference Internationale de l'Etain, est
parties le 24 octobre pour Genbve. Elle est presi-
dce par M. Georges PETER, Inspectcur de la Fom
charge de mission i cet efet.
L'ordre du jour de la Confdrence n'a pas dtd
communique. On sait, toutefois, que, lors des
rdcentes assises du << Tin Study Group >, tenues
i Paris du 20 au 29 mars dernier, un project
d'accord international avait 6td dlabord tendant
A 6quilibrer l'offre et la demand, a instituer un
contr6le des exportations et a crder un stock de
)attement r6gulateur des prix.
Le deldgud de la Belgique a souhait6 la con-
clusion rapid d'un accord international sur
i'dtain. II a 6tc soutenu par les ddlIgues de la
Bolivie, de l'Egyptc, de l'Inde, de 1'Italie et des
Pays-Bas.
Au nom de la ddligation franchise, M. LEGOUX
a exprime l'adh6sion complete du Gouvernement
francais h I'idde d'un accord international. II a
soulign6 que la France, 6tant le troisinie client
imondial de l'rtain, une hausse des prix entrai-
nerait dcs sorties imprdvues de devises.
La Conference a nominn un Comitc ex6cutif
qui 6tudicra un project d'accord international stir
I'etain.

Au Conseil Economique

A l'unaninnit6 des 143 votants, le Conseil Eco-
nomique a adopted, le 25 octobrc, un avis pr6co-
nisant la revision complete du plan de moder-
nisation et d'dquipement des territoires extra-
miiropolitains de 1'Union Francaise, 6tabli en
1947, compete tenu des changements dans la
situation economique gnd6rale.
Le Conseil a suggird, notamment, la creation
de regions economiques d6centralis6es ; la mise
en harmonies des plans concernant l'Afrique du
Nord ct les departments d'Outre-Mer avec celui
qui est relatif aux Territoires d'Outre-Mer, de
facon a constituer un programme d'ensemble
coherent pour toute 1'Union Francaise.
L'Assemblee du Palais Royal demand, enfin,
quo le plan ainsi r6vis6 soit soumis, conjointe-
ment avec le Plan Monnet, a l'approbation du
Parlement, apres avis du Conseil Economique,
et quo la geslion du F.I.D.E.S. soit contr6ode par
le Parlement.


Situation du march des huiles

Le 24 octobre, le Comite permanent d'action
contre la hausse des prix, r6uni h l'HMtel Mati-
gnon, a examine la situation du nmarchd des








huiles fluids et a pris. i cc sujet, les'mesures
suivantes :
Les Pourvirs Publics mettront au point les
measures per mettant de subordonner I'accomplis-
sement effertif des importations d'huiles fluides
i 1'coulement normal de la production de
l'Union Franiaise.
Le Comitr a dacidd d'affccter a I'importation
d'huiles fluides les quantitds de devises et, en
particulier, de dollars -- n6cessaires pour assu-
rer I'approv'isionnement suffisant du pays.
Le prix Ce vente de 1'huile d'arachide demeu-
rera limited ,ar un prix plafond fixd, comme par
le passe, par les Pouvoirs Publics. Le prix de
vente sera i'ix6 ulterieurement mais ne sera, en
aucun cas, superieur h 210 frs le kilo d'huile
raffinde, ddpart usine ou wagon depart port m6-
tropolitain d'importation, taxes sur la production
et taxe de :ransaiction comprises.
Les exportations de graines et d'huiles fluides
(h l'exclusi)n des huiles d'olives) et les exporta-
tions de lourteaux de l'ensemble de l'Union
Francaise !.eront r6servees par priority A la con-
sommation franchise ; des contingents pourront,
cependant, 6tre consentis pour satisfaire aux
accords commerciaux existants.


Bulletin a6ronautique

;;nr les lignes commercinles

< Air-France > adapte, actuellement, son acti-
vitd aux c,)njonctures saisonnibres et modernise
sa flolte.
La Compagnie enforce, tout d'abord, ses liai-
sons avec l'Union Francaise :
L'A.).F. (cinq liaisons hcbdomadaires au
lieu de qtiatre l'hiver dernier) voit, en outre,
s'instaurer un nouveau service < Paris-Bor-
deaux-Dal:ar > qui remplacera un Bordeaux-
Dakar >.
Un .'fl'ort identique est r6alise en ce qui
concern I'Afrique Ccntrale, oil les courriers sur
Loinm et :.,ur Pointe-Noire constituent, par rap-
port A I'hiver dernier, de nouvelles liaisons.
Sur Madagascar, les liaisons, qui 6taient au
nombre de deux par < D.C.-4 > l'hiver dernier,


sont porties a trois avcc utn service par << Cons-
tellation >.
Les six courriers < D.C.4. >>, assurant la liaison
< Paris-Alger > chaque semaine, sont doubles par
line liaison de nuit en cargo mixte offrant vingt
places. Pour toutes les liaisons de l'Algeric et de la
Tunisie (autrcs quI Tunis et Oran direct), un syst6mne
d'avion collector a Lt6 inaluglrb. Marseille jouant
le role de plaque tournanle << Flrnce-Afrique du
Nord >>.
Le service de nuit en cargo iixte < Paris-Mar-
scille-Alger > << Air-France >> fonctionne depuis
le 22 octobre. Siur ce service de nuit, un billet it
tarif special composite une reduction de 1.200. frs
sur la classes < tourist >.
La T.A.I., (Coinpagnic de Transports acriens
intercontinentaux) assurcra incessaminent la liaison
< Paris-Alger-Brazzaville-Tananarive >, permettant
ties correspondances avec l'Union Sud-Africaine ; la
miiine companies va, sans doute, reprenndr bientit
ses services < Paris-Abidjan >.

Chc: les constructeulrs

Trois prototypes francais vont entrel)rendre,
vers la mii-noveinbhre, une croisire de prisenta-
lion en A.O.F. cl cn A.E.F. Cc voyage doit durer
tn peu plus d'un mois. Dakar, Douala, Brazza-
ville, la region du Tehad verront ces trois avions
qui sont : le << Morane 704 >, le < Scan 30 > et
le C.M. 100 >.
Le o Br6guet > it deux points, deuxienme de la
sdrie, peint aux couleurs de la Compagnic < Air-
Alg6rie >, sera )probablemnent livrd dans le cou-
rant de novemibre pour etre, pour la premiere
fois, exploit coinm ercialcmenl.

Helicoptbres

La society < Air-Madagascar > vient d'etre
charge, par le Haut-Commissariat, d'exploiter
un < Hiller 360 <, qui, depuis quelqucs mois,
avait 6Lt soumis it des experiences (saupoudrage,
rep6rage en fordl, lutte anti-parasitaire) et avait
satisfait i toutes les exigences portles a son
cahier des charges en ce qui concern notan-
ment, le d6collage en altitude.
Le Haut-Commissariat de Madagascar a dlcid6
de commander un second de ces appareils qui
doit quitter les Etats-Unis au course du mois dc
novembre.








MANIFESTATIONS DIVERSE


M. Bargues inaugure une exposition
de photographies sur < Madagascar >

M. BAR itES, Hlaut-Comunissaire de la Rplu-
bliquc h Madagascar, a inaugurg, le 6 octobre,
une exposition de photographies sur Madagas-
car, organisde par l'Agence de la France d'Outre-
Mer, en sa galerie de la rue de la Bo6tie.
Parni les nombreuses personnalit6s accueil-
lies par le Gouverneur SANTONI, directeur de
I'Agence de la France d'Outre-Mer, on notait
MM. CASTELLANI, LIOrARD et RANDRETSA, respec-
tivement d6put6, s6nateur et conseiller de
l'Union Francaise pour Madagascar ; Mgr SEVAT,
vicaire apostolique de Fort-Dauphin ; le Gou-
verneur DE'SCHAMPS, ancien gouverne'ur de la
Cite Francaise des Somalis, chef de service lde
l'Office de la Recherche Scientifique d'Outre-
Mer. M. ETCHEBER, Dedlgu6 du Gouverneur
g6n6ral.
Les nombreux agrandissements, dus aux Ser-'
vices de l'Agence de la France d'Outre-Mer, for-
ment un excellent expose des plans de produc-
tion et des rdalisations, tandis que d'autres docu-
ments repr6sentent les diff6rents types malga-
ches et les paysages les plus caract6ristiques de
la Grande Ile.

Acad6mie des sciences coloniales

L'Acad6mie des Sciences Coloniales a tenu
stance le vendredi 6 octohre sous la pr6sidence
de M. Emile PRUDHOMME.
Mgr JOBIT, directeur de la Sainte Enfance,
professeur A la Faculte libre des Lettres de Paris,
a donn6 lecture d'une 6tude qu'il a r6digee grace
a ses archives de famille sur < Un protecteur
miconnu de Leconte de Lisle et de Lacaussade :
Charles Gaudichaud-Beaupr6, botaniste et voya-
geur 1789-1854.
11 a Wtd facile au conf6rencier de presenter
Gaudichaud-Beaupr6 coinme le protecteur de La-
caussade, celui-ci lui ayant dddiC des )po,-ies et
ayant de plus entretenu une correspondence ex-
plicite avec son protecteur. Quant a Leconte de
Lisle, Mgr JOBIT a indiqu6 que trois lettres de'
Leconte de Lisle adress6es aux h6ritiers de Gau-
dichaud-Beaupr6 indiquent (ue I'auteur des
Po6mes Barbares avait eu recours I la bont6 dc
Gaudichaud-Beaupr6 dans une p6riode difficilc.
A propos du voyage deC I'l'ranie, M. GIANII-
DIEa, secr6taire perp6tucl, a present deux ouvra-
ges ; l'un est une plaquette 6crite par Jacques


Arago << Voyage autour ldu monde sans A >.
,1. Ar:go, apres avoir faith la relation olTicielle du
voyage de Ili'Uranic, s'est plus a ecrire un r6sumi
sans employer lune setle fois li premiibre lettre
de I'alplhaet ; le second est Ic journal de voyage
de Mine te Freycinet, journal illustre d'aquarel-
les par J1. Arago, d'un grand intdret documen-
taire.
Le G6n6ral MEYNIEn, survivant de la mission
Joalland-Meynier, president de l'Association
< Les Amis du Sahara > indique a quel degr6 de
r6alisation est parvenu le project de rallye auto-
mobile < Mdditerrande-Le Cap > ; 50 voitures
sont uldja engages don't les dquipcs form6es par
trois grandcs firmes franchises ct 6trangbres,
une dquipe militaire ; le depart doit avoir lieu
le 15 d6cembre prochain. Peut-on imaginer, dit
le G6rndral MEYNIEn, neillcure demonstration de
I'union intime qui doit exister bientot centre tous
les pays africains destines a former une Eura-
frique 6troitement unie a l'Europe Occidentale.
Une autre stance a 6td tenue le vendredi 20
octobre sous la prisidence de M. MICHEL-COTE.
M. Albert LAPRADE, inspecteur g6n6ral des
Beaux-Arts, a 61t recu en stance par Mile Anna
QUINQUIAU qui a rappel6 les principaux ensem-
bles architecturaux rdalis6s par son nouveau
confrbre et le grand r6le qu'il a jou6 dans I'ur-
banisme marocain.
Dans son discourse M. Albert LAPRADE a remer-
ci6 l'Acad6mie d'avoir 6lu un architect, recon-
naissant que son oeuvre s'integre dans le grand
effort francais d6ploy6 Outre-Mer au profit de
tons ; il a expos que c'est A LYAUTEY qu'est due
cette comprehension du r6le social de l'archi-
tecte.
M. DURAND-RIVILLE, dans une communication
intitul6e < De Brazzaville L Dakar. Afrique
1950 >, a fait le point de ce qu'il a constat6 au
course de son dernier voyage annuel en Afrique
noire il s'est particuli6rement 6tendu sur le
Gabon qui fetait avec dix ans de retard, retard
don't la guerre est responsible, le Centenaire de
la presence franchise.
M. le Pr6sident a fait part de la mort de
M. Louis CHATELAIN, inspecteur g6ndral hono-
raire des Antiquilts du Maroc ; M. Henri SAURIN
a donni lecture d'une notice necrologiqu," consa-
crie i IRend LEGRAND.
L'Acad6mic a declare les vacancies des sieges
qu'o>cl]j)aicni[ MM. Albert LEBR'N, Paul Born-
DARIE, Georges IIS.:RnsET, Louis MORAnRI) Daniel
SERRUYS.



















NOUVELLES D'OUTRE-MER


ETATS ASSOCIES D'INDOCHINE


"i- Haut-Commissariat
de France

IE7 octobre, le
Haut Comnmis-
saire PIGNON a
quittd Saigon pour ef-
fectuer une tourn e
dans les Plateaux
Montagnards du Sud-
Indochine.
A Dalat, prelmi6re tape de sa tournde, le
Haut-Commissaire a visit l'Ecole des Cadres de
I'Arm6e national vietnamienne, accompagnd du
lieutenant-colonel GRIBINs, directeur de l'Ecole.
M. PIGNoN s'est ensuite rendu A Kantoum, en
compagnie lu colonel DIDEROT, ddlagu t de S.M.
BAo DAI pour les P.M.S.I.
Le 10 octobre, M. PIGNON 6tait de retour "i
Saigon.
Le 10 ociobre a tait aussi revenue du Nord-
Vietnam oil il s'6tait rendu pour examiner la
situation d.ns la zone-frontibre, le g6ndral CAR-
I'ENTIER, commandant en chef des forces fran-
caises d'Extrime-Orient. Dans son voyage d'ins-
pection, le commandant en chef 6tait accompa-
gnd du g6n ral eHARTEMANN, commandant des
forces a6ric nnes franchises en Extreme-Orient.
A partir du 17 octobre, date de I'arriv6e a
Saigon du Ministre charge des relations avec
les Etats Associds et du g6n6ral JUIN, le Haut-
Coimsisaire a assist aux diffdrentes confiren-
ccs tenues par le ministry et l'a accompagnd
dans ses diplacements (voir rubrique << activi-
tds > minit4rielles >0).

La question des prisonniers
Ainsi qu'il avait did convenu le 20 septembre,
une nouvelle rencontre a eu lieu le 1" octobre


au bac de T&-lTiu (province de Vinh Yen, dans
le Nord-Vietnam), entire ddligations francaise et
vietminh, A l'effet d'6changer des listes de pri-
sonniers.
Le 16 octobre, au meme lieu, devait avoir lieu
un nouvel entretien ofi les deux parties feraient
connaitre leur acceptation eventuelle des listes
en question. Mais A cette date, la ddligation
francaise n'a trouv6 au rendez-vous que deux
paysans vietnamiens qui lui ont remis une lettre
emanant des autoritis du Vietminh proposant
une entrevue pour le 29 octobre.
D'autre part, dans le Sud-Vietnam, le 7 octo-
bre a eu lieu A Cailay (province de Mytho) une
rencontre entire une ddl6gation franqaise et un
officer de liaison du Vietminh. Ce dernier a re-
mis un pli du Commandement vietminh du Sud-
Vietnam sollicitant le renvoi de l'entrevue au
20 courant, les renscignements que comptait rdu-
nir ce Commandement n'ayant pu l'ktre A temps.
Cette proposition a 6td accepted.
Le 20 octobre, au course de l'entrevue fixde, les
conversations ont porter sur l'echange des prison-
niers militaires. En vue de permettre la realisa-
tion rapide de cet change, il a Wtd convenu que
les autorites reprEsentdes de part et d'autre
echangeraient des communications jusqu'A ce
qu'un complete accord soit faith sur tons les
points de I'6change propose.
Lors de cette derniere entrevue, la ddligation
francaise a recu trois lettres ouvertes imanant
de prisonniers francais et destinies A leurs fa-
milles.
Dans le Sud-Vietnam, les autoritis frangaises
ont lib6rd a la fin de septembre 80 prisonniers
vietminh, en contre-partie de 80 militaires ori-
ginaires de diffdrents territoires de l'Union
Francaise, prisonniers du Vietminh, que celui-ci
avait prec6demment relfch6s par petits groups.
Cette measure porte A 3.830 le nombre des libdra-

21








tions effecctues depuis le 1" janvier dernier par
les autorites franco-vietnamiennes dans le Sud-
Vietnam, sans computer 600 autres prisonniers
vietminh libdres a Hanoi en aout.
A la suite des combats de la R.C.4., la Croix-
Rouge du Viet-Minh a propose a la Croix-Rouge
francaise de discuter, pres de That Kh6, des con-
ditions de la remise de blesses francais prison-
niers. Lcs discussions ayant about A un accord,
137 soldats francais blesses ont pu ktre 6vacuds
par avion de That KhI sur Hanoi, du 18 au
21 octobre.


Deplacements de personnalites

Le general CARPENTIER a faith un court
voyage par avion h Singapour du 27 au 28 sep-
tembre.
Le colonel de BOLARDItRE, successeur du
colonel CHAVATTE au post de Commandant des
forces adroport6es en Indochine, s'est rendu h
Hanoi le 6 octobre pour inspector les forces a6ro-
portees stationndes dans lcNord-Vietnam.
M. MELBY et le general ERSKINE, de la mis-
sion mixte americaine, venant de Manille, ont
fait une br6ve escale aerienne h Saigon du
30 septembre au 1" octobre avant de regagner
Washington aprcs une visit dans divers pays
du sud-est asiatique.

Divers

Le Haut-Commissaire a institute pour comp-
ter du 1" octobre une censure sur les nouvelles
interessant la defense national afin d'eviter
certaines indiscretions dangereuses.
Depuis le 1" octobre, les militaires en op6-
rations en Indochine peuvent recevoir des colis-
postaux-avion A tarif reduit jusqu'au poids de
cinq kilogs.


Questions communes aux trois Etats

L'aide americaine

-Le 4 octobre, une conference groupant des
repr6sentants de la mission amnericainc, du Haut-
Commissariat, et des trois Etats associes, a mis
au point h Saigon un project d'accord relatif aux
modalites de furniture de I'assitance iilitaire
amnricaine A l'Indochine. Cc texte a 6td soumis
i l'agrement des cinq gouvernements respectifs.
Dans le cadre du Plan Marshall, I'adminis.
Ration de I'E.C.A. a ouvcrt, au b6n6fice des Elats


associes d'Indochine, A la date du 20 octobre, un
credit de 117.000 dollars pour du materiel de
construction et minier et de l'outillage indus-
triel en provenance des Etats-Unis, et des texti-
les en provenance du Japon.
Le cargo amdricain < Steel Age > est arrive
A Saigon le 16 octobre, transportant du materiel
militaire pour les troupes en Indochine, le 29 oc-
tobre est ensuite arriv e << Dixmude >>, venant
de San-Francisco, avec un chargemnent de
40 chasseurs-bombardiers, des pieces de rechan-
gc et des munitions.
Le 10 octobre est arrive i Saigon le general
BRINK, chef de la mission militaire permanent
amnricaine en Indochine.
M. Robert BLUM, chef de la mission dcono-
muique americaine en Indochine, a annonce que
les Etats-Unis avaient approuve acquisition et
la livraison imm6diates d'6quipement agricole,
medical et de travaux publics, pour une valeur
de pris de 750.000 dollars, pour le Cambodge.
La liste du materiel et des fournitures que les
Etats-Unis ach6tent pour le Cambodge comprend
deux bateaux fluviaux Diesel, de 150 tonnes ;
une scierie module ; deux camions frigorifiques
de six tonnes pour l'industrie de la peche ; cin-
quante mille houes ; des instruments modernes
de chirurgie et du materiel hospitalier, des jeeps
et des camions a bascule et trois mille tonnes
d'asphalte. Sur la some total, autorisde jus-
qu'ici pour le Cambodge, pres de 225.000 dollars
seront attributes a l'achat d'outillage agricole ;
plus de 200.000 dollars seront affects aux tra-
vaux publics, et le reste servira a Fachat de
1'equipement et des fournitures medicales.


Conference du Commonwealth

Des d6ligu6s des Etats Associes ont participe
a la Confdrence pour I'aide 6conomique aux pays
du S.E. asiatique, qui s'est tenue A Londres du
2 au 7 octobi-e.
Au course de cette conference, les trois d616-
gations des Etats associ6s d'Indochine ont prd-
sente, chacune, un bref rapport sur la situation
dconomique actuelle de leur pays ainsi qu'un
plan general sexennal de d6veloppement 6cono-
mique.
Cc plan, ainsi que ceux des autres pays du
Commonwealth situds dans le Sud-Est asiatique,
vont faire l'objet d'une etude d'ensemble a la
lumibre des conclusions auxquelles sont parve-
nus les ministres de I'empire britannique au
course de la reunion du comite consultatif du
Commonwealth.







Gouvernement Central du Viet-Nam

Retour de S.M. BAO-DAI

S. M. BAi DAI ayant decide de revenir imm6-
diatement au Vietnam, a quitt6 Cannes le
18 octobre, accompagn6 des personnalitis de son
cabinet. A son ddpa.rt, S.M. BAO )DAI a fait cette
declaration A la press :
< Avant de rejoindre mon pays, je ticns a
adresser n'es vifs reinerciements aux autorites
et a la population franchise pour l'accueil ami-
cal qu'elles ont bien voulu me rdscrver durant
mon sejour.
< Je suis venu en France pour suivre les n(go-
ciations dc la Conf6rence inter-Elats. I1 Rtait
normal que je fusse present au lieu m&nme oii
des decisions d'importance devaient 4tre prises
concernani l'ind6pendance du Vietnam et sa
place dans 1'Union franchise.
< Mais, A l'hcure actuelle, de graves 6venc-
inents meiiacent le Nord-Vietnam. Ils ont, pour
nous, la v:leur d'un scrieux averlissement. 11 cst
done 6galement normal quc je rejoigne le pays
pour etre aux c6tes de la population.
< Certes!, en raison de la tournure qu'on prise
ces 6venemnents, Ie probllne devient internatio-
nal dans ses donnues et dans ses incidences. Et
je me ftlicite que les Etats-Unis d'Amerique
aient d6cid6 de joindre leurs puissants efforts a
ceux de l:L Franec et aux n6tres ; dans le cadre
de la sau egarde commune de la dmnocratie, tou-
tes les nations sont solidaires. Aux frontibres du
Vietnam, elles d6fendent, actuellement, leur li-
bert6 en inme temps et autant que la notre.
< Toutifois, le Vietnam Rtant Ic thliitre de ces
6venemeners, je demure convaincu que le pro-
blcme est, d'abord, vietnamien. Aussi, I'assistan-
ce doit-elle consister, en tout ,prelnier lieu, a
accelerer la formation d'une armne national
vietnamicnne. Je suis heureux que le gouverne-
ment francais soit d'accord avee moi sur ce
point, et c'est la premiere tiche a laquelle je de-
sire me iconsacrer dis mon retour.
< La liberty du Vietnam doit 6ire d6fendue,
tout d'abord, par les Vietnamiens eux-mlnmes. Si
nous eniendons, ainsi, r6clamner notre part en-
Libre de droits, c'est parce clque nous acceptons
d'en assuiner la contre-partic des responsabilitds
et d'allei;er, par li minmc, les sacrifices consentis
par la France et les autres nations libres.
< A ce sujet, je ne puis m'empecher de pcnser,
avec eiuntion, ih 'esprit d'abnigation des troupes
vietnami ennes et des forces de I'Union franchise,
qui partagent la mjnie cominiuiauti de sacrifi-
ces poui d6fendre la liberty dui Vietnam, de la
France it des autres nations ddmocratiques >.
Arriv( a Dalat le 21 octobre, .n passant par


Bangkok oil le president Huu s'est rendu h sa
rencontre, le chef. de l'Etat a pr6sid6 le lende-
main un Conseil de Ministres au course duquel
il a donn6 connaissance aux Ministres presents
de la declaration qui devait 6tre adress6e au peu-
ple vietnamien.
Dans cette declaration, le Chef de 1'Etat pre-
cise notamment son opinion an sujet de la Con-
ference de Pau : < Bien que la Conf6rence de
Pau ne soit pas encore termin6e dit-il et
malgr6 toutes les difficulties survenues jusqu'ici,
j'espbre qu'elle nous menera, finalement, i une
tape decisive, chemin de notre ind6pendance.
Toute harmonisation de nos int6r6ts communs
avec ceux des Etats associ6s et amis devra, avec
la haute comprehension du Cambodge, de la
France et du Laos, s'effectuer dans le respect
integral de notre souverainet6 >>.
Examinant ensuite la situation au Vietnam,
S.M. BAO DAI affirmed : < En raison de la tour-
nure prise par les 6vinements, elle devient inter-
nationale dans ses donn6es et dans ses inciden-
ces.
< Ce sont les ideaux d6nmocratiques qui sont
menac6s ; je suis convaincu que face au peril
commun, toutes les nations libres et d6mocra-
tiques uniront leurs efforts pour sauvegarder la
paix et la liberty >.
Annoncant ensuite son intention < d'apporter
bient6t directenment aux populations son salut
le plus affectueux >, le Chef de l'Etat conclut :
<< Je lance a tous un pressant appel, A I'union
et i la concorde. Je suis certain qu'il sera enten-
du, car j'ai confiance dans le patriotism de la
population, toujours fiddle A nos traditions na-
tionales, et dans la sagesse du Gouvernement
conduit par son eminent President >>.
S.M. BAO DAI d'autre part a adress6 au Pr6si-
dent Ren6 PLEVEN le thlgramme suivant :
< En presence des 6venements graves surve-
nus dans le Nord-Vietnam ofi les forces de
I'Union Francaisc, en fraternity d'armes avec les
troupes vietnamniennes, combattent dans un ma-
gnifique esprit d'abnCgation, de vaillance et do
sacrifice en vue de sauvegarder ces objectifs
communs de la liberty et de la democratic, je
rejoins le Vietnam pour etre auprbs de la popu-
lation.
< J'ai l'honncur de vous adresser de vifs re-
merciements pour I'accueil qui m'a 6td r6serv6
pendant mon sejour sur le territoire francais.
Dans le passe, j'ai eu l'occasion, A maintes re-
prises, de rendre homage i votre profonde ami-
ti6 a l'6gard du Vietnam et je suis sir d'etre en
parfaite comnmunion d'esprit avec vous en ex')ri-
mant, aujourd'hui, ma confiance absolue dans
1'aide que le gouvernement r6publicain apportera






au Vietnam en \ue e la defense de ses frontik-
res et de la realisation de sa vocation de nation
libre .>.
A l'issue du Conseil des Ministres, le chef de
l'Etat a recu M. Donald HEATH, ministry des
Etats-Unis auprbs des Etats associds, qui lui a
prdsentd ses lettres de creance. M. Donald
HEATH a, a cette occasion, exprimi sa confian-
ce de voir le Vietnam reprendre un jour sa place
de grande puissance economique et politique
dans le Sud-Est asiatique. S.M. BAO DAI a rdpon-
du que le Vietnam comptait pour cela sur l'aide
des Etats-Unis et des grandes pu.issances demo-
cratiques au premier rang desquelles se trouve
la France. Le Chef de l'Etat s'est d'autre part
declared prEt a assurer personnellement la mis-
sion de prendre en mains > la formation de I'ar-
mde national vietnamienne.
Le 25 octobre, S.M. BAO DAI a requ en sa rdsi-
dence de Dalat M. LETOURNEAU et le general
JUIN qu'accompagnaient M. PIGNON et le general
CARPENTIER et des personnalites civiles et mili-
avec les personnalit6s pr6sentes, une conference
particulire a reuni I'empereur et les deux reprd-
sentants du gouvernement francais.

Activit6s du gouvernement
M NGUYEN KHAC VE, president du Conseil
p. i., a assisted le 3 octobre, a Hanoi, aux c6remo-
nies commit morant I'anniversaire de TRAN HUNG
DAO et le LtI THAI T6, h6ros nationaux du Viet-
nam.
Le Pr6sident TRAN VAN HUU, de retour de
France, a regagne Saigon le 10 octobre.
La derniere semaine qu'il a passe A Paris a
Wtd marquee par de nombreux entretiens avec
des personanlitds politiques franchises. M. Huu
a etd notamment recu le 4 octobre par le Presi-
dent Vincent Auriol ,avec qui il a conf6rd lon-
guement de la situation en Indochine.
Au lendemain de son arrive, le president
Huu a tenu un Conseil de Cabinet des Ministres
presents a Saigon. Au course de ce Conseil, le
president par interim, NGUYEN KHAC VE, a fait
un compte-rendu d6taill de I'action du gouver-
nement pendant I'absence du President Huu, de
m6me que chacun des ministres presents : MM.
DANG HUU CHI (Sant6) ; TRAN QUANG VINH (For-
ces Armees) et DINH XUAN QUANG (Fonction Pu-
blique) ont rendu compete des questions intdres-
sant leurs d6partements respectifs. La seance a
ainsi etd consacr6e a une reprise de contact
et A un large tour d'horizon politique. A I'issue
de ce Conseil de Cabinet, les minigtres ont decide
d'envoyer un telIgramme a S.M. BAO DAI pour
I'assurer de leur fiddle attachment dans le but
qu'Elle s'est assigned pour le bonheur de son


people ; un telegramme h la dedlgation vietna-
mienne A Pau, < pour lui timoigner la confiance
du Gouvernement dans la tche national qu'elle
accomplit en vue de la realisation de l'ind6pen-
dance du Vietnam > ; et un telegramme f M. Al-
bert SARRAUT, < pour lui renouveler leur con-
fiance en sa comprehension et en sa noblesse
de coeur dans la recherche de.solutions aux pro-
blimes franco-vietnamiens >>.
Le 14 octobre, le president TRAN VA' HUU a
recu an course d'une longue conference, MM.
PHAN VAN GIAO, gouverneur du Centre Vietnam,
et NGUYEN HUU TRI, gouverneur du Nord-
Vietnam. Les problimes examines en Conseil des
Ministres ont 6td evoques au course de cette con-
ference. Le president et les Gouverneurs ont
envisage les measures a prendre, interessant les
regions du Centre et du Nord. Les questions
sociales ont etd mises au premier plan de leurs
preoccupations. La question du ravitaillement
en riz des regions du Nord a etd examine com-
me tous les ans a pareille 6poque. Cette ann6e,
elle ne pose aucun problime grave pour le gou-
vernement vietnamien puisque la rdcolte du
dixieme mois s'annonce sous les meilleurs aus-
pices, ce qui facilitera le passage de la p6riode
dite < de soudure >.
Le d6veloppement de la situation au Vietnam
ayant motive l'envoi en mission en Indochine de
M. LETOURNEAU et du g6ndral JUIN par le gou-
vernement francais, le president du Conseil viet-
namien a immediatement adresse au president
Rend PLEVEN ce t6ldgramme :
< L'annonce des measures immediate que vous
avez prises devant le d6veloppement de la situa-
tion au Vietnam, notamment l'envoi en mission
du ministry des Etats associes et du g6ndral
JUIN, a ete grandement n6cessaire pour mes com-
patriotes qui y voient un tenioignage de l'inter&t
que le gouvernement francais et vous-meme por-
tez A notre pays. En leur nom, en celui du gou-
vernement et en mon nom personnel, %euillez
accepter l'expression de mes trbs sinccres remer-
ciements >.
Le Chef du gouvernement francais a rdpon-
du :
o Je vous remercie de votre tel6grammne. La
presence de M. LETOURNEAU et du general JUIN
au Vietnam, dans les circonstances actuelles,
constituc le meilleur temoignage de la solidarity
franco-vietnamienne. Soyez sir que nous sau-
rons fair face, ensemble, aux difficulties nouvel-
les dans le meme esprit que celui qui pr6sida a
la reconnaissance de l'unite vietnamienne >.

Ralliements
Le 2 octobre, 15 reguliers du Vietminh don't
un officer se sont rendus sans combat dans le








Le Thuy (Centre-Vietnam, secteur sud de Dong
Hoi). Dans la m&me region, le 27 septembre,
551 Vietnamiens venant de la zone vietminh se
sont rallids, les 28 et 29 septembre, 10 jonques
ont amended D6ng Hoi des habitants fuyant la
meme zon:.

Nominations
Le gnindral de division BOYER DE LA TOUR
DU MOULI, a 6td nomme, A computer du 12 octo-
bre, conseiller militaire aupris du gouvernement
du Vietna;n pour l'organisation et le ddveloppe-
ment de 1'armec vietnamienne.
Le :,endral CHEVANCE-BER'TIN, conseiller
de 1'Unior Francaise, est arrive Saigon le
21 octobre pour effectuer une premiere mission
dans ses nouvelles functions de conseiller mili-
taire aupri's du chef de 1'Etat vietnamien.


Formation d'un bataillon de march
Comriae suite a un accord entire le president
du Conseil vietnamien et le Secrdtaire d'Etat aux
Forces Armies de la R6publique franchise, un
bataillon de march vietnamien est mis sur pied
en France, A Agen, par engagements volontaires
des ressortissants vietnamiens domicilies en
France.


Nord-Vietnam

Le < H6 Phap > PHAM CONG TAC, sup6rieur
du caodaisme de Tayninh, est arrive A Hanoi
le 7 octolre, pour assister aux ceremonies de
l'annivers;ire de Confucius. Le < Ho Phap >,
qui 6tait accompagn6 de M. TRAN QUANG VINH,
a rencontri a cette occasion dans la capital du
Nord S.E. PHAN VAN GIAO, gouverneur du Centre-
Vietnam, i.t Mgr LE Huu Tu, vicaire apostolique
de Phat Diem.
Le Consul g6ndral de I'Inde A Saigon, a fait
dans le Nord-Vietnam un court sdjour, au milieu
du mois d octobre, au course duquel il a examine
la situation des ressortissants indiens r6sidant
dans le Nord-Vietnam.
A Hanci, le 24 octobre, 30.000 Vietnamiens
environ oit particip6 A la manifestation popu-
laire organisde par le gouvernement du Nord-
Vietnam a l'occasion de la << Journ6e de
1'O.N.U. Le gouverneur NGUYPN HUU TRI
pr6sidait cette manifestation A laquelle assis-
taient de nombreuses personnalites parmi les-
quelles le general ALESSANDRI, Commissaire de
la Republique, le maire de Hanoi et les membres
du corps .'onsulaire.
Dans I'allocution qu'il a prononcee au course


de cette manifestation, M. NGUYAN Huu IRI,
aprbs avoir rappeld de but de I'ceuvre de l'orga-
nisme international, a soulign6 l'importance
qu'attachait le Vietnam, avide de & paix et de
justice >, a son admission au sein des Nations
Unies.


Sud-Vietnam

Le 7 octobre s'est deroulee, A CAntho, la cerd-
monie d'investiture de M. PHAN VAN CAO, nou-
veau Chef de la province et successeur de M.
TRINH TAM TRUY'N, mort, a Cantho, en service
command, le 13 juillet 1950. En raison meme
des derniers 6dvnements qui se sont deroulds
dans cette region et l'ont durement eprouvie, le
gouvernement vietnamien a donn6, A cette cerd-
monie, un eclat tout particulier, et avait deman-
de aux repr6sentants du gouvernement francais
de vouloir bien s'y associer.
Le g6ndral CHANSON, commissaire de la Rdpu-
blique pour le Sud-Vietnam, y a assist.


Cambodge

Activit6s du gouvernement
S.A.R. le prince MONIPONG, president du
Conseil, et le prince SIRIK NATAK, ont sejourne
a Saigon du 29 au 30 septembre pour s'entrete-
nir avec le Haut-Commissairc.
Le Conseil du Royaume a adopted un project
de loi electorale et lmis un voeu tendant A I'or-
ganisation d'dlections dans un delai assez rap-
proch6 ainsi que le Roi en avait exprim6 le ddsir.
Toutefois les dirigeants des principaux parties
(parti democrate, parti de la Renovation khmbre,
parti liberal) eminent champagne contre une telle
consultation A l'heure actuelle, les elections ris-
quant d'6tre faussees par I'etat d'ins6curit6 de
certaines provinces
A la suite de cette prise de position, une rdu-
nion des chefs de parties a etd convoques par le
Roi A la demand de S.A.R. le prince MONIPONG,
president du Conseil, ia 'effet de donner leur
avis sur le project de loi electorale adopt par le
Conseil du Royaume. Les repr6sentants des par-
tis ddmocrate, liberal, de la Renovation khm6re,
et du parti dmnocrate progressiste, se sont pro-
nonces contre ce project. Les autres parties (Parti
du Peuple, parti du Redressement national, par-
ti de l'Union national) l'ont approuve, mais ils
ne reprdsentent qu'une faible parties de l'opinion.
Le Souverain a exprim6, A la suite de cette
consultation, l'intention de cr6er un conseil pri-
ve compose de notables, qui fonctionnerait A ti-








Ire provisoire jusqu'A l'election d'une nouvelle
Assemble national, et aurait des attributions
sensiblement analogues a celles de l'Assemblhe,
Consultative du Gouvernement provisoire d'Al-
ger. Les parties politiques et le gouvernement 6tu-
dient actuellement ce project.
Le 3 octobre, S.E. SONN V(EUNSAI. acconm-
pagne de M. PRAK SARINN, secr6taire g6n6ral du
Ministere des Affaires etrangeres, s'est rendu h
Saigon pour assister a la reunion d'6tude du pro-
jet d'accord sur l'aide militaire amnricaine a
I'Indochine.

Visite de M. Letourneau

Le 27 octobre, PHN6M PENH a recu nla visit du
Ministre d'Etat charge des relations avec les
Etats associds. Accueilli A son arrive par Ie Mi-
nistre des Affaires etrangeres du Royaume, M.
LETOURNEAU s'est rendu au Palais Royal oif il
ktait attend par S.M. SIHANOUK dans la salle du
TrSne.
En presence des hautes personnalites du
Royaume, le Rqi a souhait la bienvenue an Mi-
nistre et a declare : < Nous saluons en votre per-
sonne le repr6sentant de la France qui permit
au Cambodge d'acquErir l'id6al de la democratic
et de l'ind6pendance auquel nous restons atta-
ch6s avec obstination et energie. Nous exprimons
nos remerciements et notre gratitude pour i'aide
de la France sur le plan militaire au moment
oif le Cambodge est menac( par une ideologie
6trangere >.
M. LETOURNEAU a ensuite recu des mains de
S. M. SIHANOUK l'insigne de Grand'Croix de l'Or-
dre Royal.

Demande de protection

Du 1" au 12 octobre, 950 Cambodgiens, vivant
dans la region de Kampot, 120 kilometres de
Phnom-Penh, zone en parties contr6l1e par le
Vietminh, ont demand la protection des autori-
t6s lgales afin d'echapper A l'enrclement de for-
ce dans les rangs du Vietminh.


Laos

Retour de S. H. Sisavang Vong

S.M. SISAVANG V\'o(, aprks un sdjour de quatre
mois en France oi Elle a suivi un traitement
qui n6cessitail l'tlat de sa sante, a regagn6 le
Laos par le paqucbot << La Marseillaise, > qui a
quittd Marseille le 14 octobre.

Activit6s du Gouvernement

S.E. PHOUY SANANIKONE, president du Con-
seil, accompagne des ministries de l'InLtrieur et
de 1'Economie Nationale, s'est rendu en inspec-
tion h Paks6, en meme temps que le Colonel
ARNAL, commandant des forces de l'Union fran-
caise stationnees au Laos.
L'Assemblee Nationale laotienne est convo-
quIe en session ordinaire pour le 31 octobre.
S.E. OUTHONG SOUVANNAVONG, Ministre des
Affaires 6trangbres, a etd design pour presider
la d6l6gation laotienne a la Conftrence de Pau
a la place de S.A. SOUVANNA PHOUMA, ministry
des Travaux Publics et du Plan, rappeli par le
Gouvernement.

Visite de M. Letourneau

Le 26 octobre, le ministry d'Etat charge des
relations avec les Etats Associes, est arrive A
Vientiane, accompagn6 du Haut-Commissaire
PIGNON et du g6n6ral VALLUY. II a Wtt accueilli
par M. de PEYRERA, commissaire de la Republi-
que au Laos.
Le ministry a tit recu i la Risidence presi-
dentill par S.E. PHOUY SANANIKONE qui, dans
une allocution de bienvenue, a exprime( sa con-
fiance en la France, confiance que < les circons-
tances actuelles ne sauraient 6branler parce qu'el-
le est fondic sur une sercine amiti6 t.
Dans sa rCponse, M. LETOURNEAU a formula
des vceux pour que < la complete ind6pendance
du Laos s'6panouisse avec l'appui de la France
dans la paix et na prosperity >.








INFORMATIONS MILITAIRES


Le mois t'octobre a etL caractrise par une acti-
vit6 militaire intense jamais atteinte jusqu'ici. C'est
surtout le Nord Viet-Nam qui a det le thBtetre de
cette activity.
Le fait e,,scntiel a 6te le remaniement du dispo-
sitif front ier. Ce remaniement a 6t6 d6cid6 Aih a
suite de l'iiiefficacit6 du systeme de couverture h laI
fronti6rc pour emp&cher les infiltrations et les pas.
sages des partisans du Vietminh. Le dispositif ante-
rieur 6tait, en effet, discontinu et immobilisait d'im-
portantes forces qui devaient se tenir uniquement
sur la d6feisive dans une region oif le terrain ren-
dait les liaisons, les missions de reconnaissance, et
les operations de nettoyage, extrnmement difficiles.
La tactictue qui consistait, (levant un adversairc
mal organi-,;, ia diss6miner des postes charges d'ef-
fectuer une contre-gu6rilla, s'est trouv6e p6rim6e de-
puis le reinforcement considerable des effectifs et
des armements des rebelles. Les raisons d'ordre in-
ternational qui avaient amen6, au moment de I i
d6ebacle des nationalists chinois, a surveiller la re-
gion frontaliirc, a ainsi c6d6 le pas A l'6tablissement
d'une sort die line de defense du riche delta du
Fleuve Rouge, que contr6lent nos troupes.
Dans le cadre de ce changement complete de tac-
tique s'est op6r6e l'6vacuation des postes-frontibre
die la R.C. 4 : Cao-Bang, le 2 octobre ; That-Khe, Na-
Cham, Ding-Dang, entire le 10 et le 18 octobre ; Lang-
Son, le 20 octobre et Dinh-Lap, le 29 octobre. Thai-
Nguy6n a aussi Wte 6vacue par nos troupes le 11 oc-
tobre. Le commandement a cependant tenu A con-
server Mon cay h l'extrime Nord-Est de la line fron-
tibre, c'est pourquoi nos troupes, apres avoir aban-
donn6 les postes de Chuc-Phai-San et Tan-Mai h
une trentsine de kilom6tres h I'ouest de Moncay -
ont repris ces postes, respectivement les 24 et 25 oc-
tobre.
An court: de 1'6vacuation de Cao-Bang, la garnison
de cc posted, ainsi que la colonne partic de ThLt-Khi,
charge de la recueillir, ont ete attaquses les 6 et
7 octobre par des units vietminh trbs sup6rieures
en nombre et abondamment pourvues d'armes auto-
matiques et d'artillerie. Le temps covert a emp&-
che notre aviation d'intervenir. Les unites maro-
caines et qelles de la L6gion 6trang6re, constituent
le gros des forces, ont combattu avec leur valeur
traditionrelle, mais, se heurtant A tin ennemi parfai-
tement a m6 et 6quip6, disposant d'une 6norme su-
p6riorit& num6rique, de 1'avantage du terrain, d'un
excellent rseau ide transmission par radio, ont subi
de lourdes pertes. Sur ges 1.600 homes de la garni-
son de C [o-Bang, sous les ordres du colonel Charton,
et les 3.200 homes de la colonne venant de ThAt-
Kh6 a sa rencontre, conduite par le colonel Lepage,
le nombre des manquants est de : 2.839 homes de
troupe, 2)2 sous-officiers et 75 officers.
A la suite de cet 6chec, le gouvernement francais
a pris 1b decision d'envoyer en mission en Indo-
chine M. Letouineau et le general Juin, afin de mar-
quer sa :,ollicitude aux forces qui combattent en ce
pays, ai:isi que pour arrkter, en accord avec les


autorites locales, toutes les dispositions qui pour-
raient s'av6rer n6cesshires pour I'avenir.
La nouvelle line de defense, au nord du delta,
part maintenant du secteur Moncay-Tiin-YWn et va
jusqu'a Phu-Tho, en passant par Phu-Lang-Thuong.
Sur tout le territoire du Nord-Vietnam l'6tat d'alerte
a 6te proclam6 le 16 octobre.
Dans le delta oi notre dispositif de defense a 6tW
renforc6, nos troupes ont entrepris des operations
de nettoyage qui ont permis de r6cup6rer des armes
et d'infliger des pertes aux rebelles, notamment dans
les environs de Had6ng, de D6ng-Trieu, de Bac-Ninh,
de Hung-Yen.
D'autre part, les circonstances atmosph6riques de-
venant favorables, notre aviation s'est montr6e fort
active, bombardant les points important que nous
avons laiss6 aux mains des rebelles, et les concen-
trations de forces enemies.
A l'extrime Nord-Ouest de la fronliere sino-viet-
namieirne, le Vietminh exerce ine forte pression
dans Ic secteur de Lao-Kay ; ainsi, la garnison de
Muong-Kliuong a (di se replier sur Lao-Kay, le 25 oc-
tobre.
Dans le Centre Vietnam, une operation entreprise
par nos troupes au course de la deuxieme semaine
d'octobre a donned des r6sultats fructucux.
C'est ainsi que dans le secteur an Nord de Hue,







nos troupes se sont empar6es de 1.800 projectiles, de
mortiers, de 200 grenades, de 250 kilos d'explosifs,
de nombreuses mines et fuses, de liquid incen-
diaire, de dix tonnes de grenades non charges, ainsi
que de mines et d'6quipement.
L'aviation a particip6 efficacement A la destruction
du potential de l'adversaire en bombardant les ins-
tallations militaires abritant des d6p6ts de muni-
tions.
Dans le secteur de Tourane, 60 cadavres de re-
belles ont Wt6 denombr6s.
Le Vietminh de son c6td a lance quelques atta-
ques sans grande envergure dans divers secteurs. I1
s'est surtout livr6 au sabotage des voies de commu-
nications. Ses partisans ont provoque, le 25 octobre,
le d6raillement d'un convoi ferroviaire de la ligne
Hu6-Quangtri qu'ils ont ensuite attaqu6, faisant dix
morts et une douzaine de blesses, mais ils se sont
disperses a l'arriv6e de renforts franco-vietnamiens.
Dans le Sud-Vietnam, au course d'une operation
qui s'est d6roulbe le 5 octobre A Cau-Ngan, dans la
province de Travinh, le Vietminh a perdu 250 de
ses partisans ainsi que de nombreuses armes lourdes
et 16g6res. Une violent bataille s'6tait engage entire
un bataillons de tirailleurs algeriens ct plusieurs
bataillons Vietminh. L'ennemi avait d'abord rnussi


une manoeuvre d'encerclement, mais a df d6crocher
avec I'intervention de notre artillerie et de notre
aviation.
Les 7 et 8 octobre les rebelles se sont lances A
I'attaque de nos postes et tours de guet dans la r6-
gion de Bensuc et Bencat (Thudaum6ti, mais ont
partout 6tC repouss6s.
Durant la deuxinme quinzaine d'octobre le Viet-
minh a mend quelques actions locales sans r6sultat
dans diff6rents endroits du territoire : dans les sec-
teurs de TAy-Ninh et L6c-Ninh, A Bac-Liu, A My-Tho,
a Chau-D6c et A Cao-Lanh.
De notre c6t6, nos troupes ont entrepris des op6-
rations de nettoyage dans la region de Thu-Dau-M6t,
et de part et d'autre de la riviege de Saigon, op6ra-
tions qui ont permis de recup6rer d'irnportantes
quantit6s de materiel de propaganda et d'6quipe-
ment.
Au Cambodge et au Laos, on ne note aucune action
d'envergure. Ce sont surtout des infiltrations de par-
tisans de Vietminh dans ces deux territoires qui
sont signal6es.
Dans la province de Kandal, un commando local
a capture six combatants vietminh ainsi que des
munitions et des documents.
Dans la region de Sam-Teu une certain agitation
men6e par des partisans du Vietminh a e6t observee.


DOCUMENTATION PHOTOGRAPHIQUE


Chaque mois deux series de 12 planches h6liogravure format 20X24,
accompagnees d'une fiche documentaire.

Le n" 50 francs

ABONNEMENT : 6 mois 520 fr. Un an 1.000 fr.








AFRIQUE OCCIDENTALE FRANCHISE


F6d6ration


Le discourse
du Haut-Commissaire
au grand Conseil

S la deuxinme
session ordinni-
Si re du Grand
Conseil de I'A.O.F.
(session budg6taire)
M. BMCHARD, Haut-
Conmmissaire de la
Rd1publique, a pro-
nonce le dis ours d'ouverture.
Brossant in tableau d'cnsemble de la situation
des territoires de la FMddration, it a d6fini,
d'abord, la situation politiquc. Faisant le bilan
des < institutions nouvelles consacrant le droit
l6gitime des populations de ces pays Ai participer
i la gestion locale de leurs propres affairs et hi
fire entenctre la voix de leurs reprdsentants
ilus i tous les degrds et delvant toutes les ins-
lances de I:i vie publique >> et << reconnaissant it
Mer le iniuIe droit de citoyennetl, les nimines
tous les ressortissants des territoires d'Oulre-
libertis politiques >>, ce (Goutverneur (n;'lral a
dit couibihci ce bilan Mtail << posililf, encoura-
geant, exaliant IiiiImc. 11 s'inscrit dans les fails,
ii se r6Vd&le (ans la loyautl cl la confiance ex-
prinDc s pa l'initninse inajorit6 des populations
de ces payN;, de leurs chefs tiaditionnels et dc
leurs repr6sentants clus. II se conslale, chalque
jour, dans 'iminiense travail de production,
d'organisation, de rdalisations inatdriellcs >.

-- Ainsi a poursuiivi M. Bechard la premibre clape
est atteilte d ins la voice de cettc Union Francaise don't Ia
Constitution le la Retpublique a fix le cadre et donto 1'6la-
boration, la creation est line oeivre vivante qui s'inscrit
dans la dur ,.
Rappelant, cepcndlatl, des incidents reccntls, --: livre de
celx > qui out choisi de se perdre definitivement dans dies
mouvcnleets de rIbcllion >> et << que, de 1'oeuvre commune,
seils sont.ex:lus ceuix qui s'en excluraient d'eux-milnmes :,
le Gouvernet r (;Gneral a dit encore : < La liberty n'cst pas
un lienfait flont on peut iniipunmllent abuser. Elle rs'ac-
quiert et se n arite is chaique instant par la volont6 loyal,
I'effort te collaboration confiante et fraternelle pour Ie
hicn public .
I'lis, plus loin, aprcs avoir rappele, quci les institutions
peuvent rtre amendees par < ldes refornnes neccssaires ou
des adaptations judicieuses > : < Tout lhoiunin, aniine par
I- sentiment du devoir ihonlncl, est confondu de itupeur
t d'indigna, on quand it constatc I'aclarnementii forcewii
emplloyt i d a activists idestructivcs on negatives alors *lUic


d'immenses tiches constructive nous convient tous i ras-
sembler nos efforts, i exalter nos energies pour la reali-
sation des objectifs que nous nous sommes assigns dans
le domaine economique et social. II faut que chacun se
souvienne, i chaque instant, que l'usage de la liberty,
l'apprcntissage des institutions libres de la Ripublique
doivent ktre faits de patience, de persev6rance et de foi,
ct que rien de durable ne saurait 6tre construit snr la
contrainte, la violence on la haine >.
Abordant, alors, les objectifs 6conomiques < qui condi-
tionnent tout veritable progress social >, le Haut-Commis-
saire a declare :
< Notre objectif primordial doit etre le d6veloppe-
ient ct la protection des facteurs essentiels de 1'economie
interne de nos territories, d'abord, la production qui
conditionne Ics exportations et l'industrialisation qui permet
Ic developpmnent des changes intdrieurs >.
II a insisted, en outre, sur la necessity << d'un aceroisse-
ment de la production, scule voie vers la liberation 6cono-
iliquc ct Ic progress social. II faut creer, d'abord, cet outil
de base quI reprdsente l'infrastructure de moyens routiers
et ferroviaires, de ports et d'a6rodromes d'une part, et de
sources d'energie d'autre part, veritables arteres et centres
lioteurs de notre economic. II s'agit de forger l'outil essen-
tiel qui scra, lui-n1me1 la source de richesses nouvelles,
souvent imprevisiblcs. Seule, la inise en place de cet outil
permcttra de d(velopper la production agricole, d'accroitre
les exportations ct, en definitive, de se procurer les res-
sources indispensable h I'teuvre de cdveloppemlent Pcono-
miquei ct d'eqiuipement social.
< Maintenanl a dit encore hI Goiiverneur General que
nos objectifs sont ldefinis dans des programmes, que les
inoyens techniques sloI reuniis A pied d'o'uvrc, que les
preniieres tapes des realisations sont atteintes, ii serait
d6courageant de penser lqne tous ces efforts auraient et6
acconplis vainement si nous n'tlions pas assures d'un
financementii suffisantl
Et le Illat-Coiiiissaire, faisant tLal des difficulties
financiers de la metropole, a precise que<< c'Btait aussi
stir leurs fonds ]propres qlue nos territories doivent trouver
en parties, les nmoyens de comipleter les resources nlces-
:aires >.
L- La base tie noir econominie a-t-il dit est constitute
par la production agricol cet I'6eleient productif essential
est conslitui par la masse de la population rural. C'est
donc de cette population, de son travail, de son effort qu'en
definitive, la renssitc dc nos plans d'equipenlent d6pcndra,>.
Et M. Bechard a rappcle la creation du genie rural ct
Ics principles phases de rette transformation de l'economie
rurale qui sera << la base essentielle de l'amelioration du
niveall de vie de tolls habitants dIe e pays >.
A cet effort de developpemient de la production agricole
doil s'allicr un effort induistriel parrallele pour que << notre
fronomic deviennc de moins en moins tributaire de marches
extirieurs. II est indispensable de crder, sur place, les
industries de fabrication et des industries de transformation,
celles-ci en vue de trailer les products bruts et d'en extraire
I'Jlmecnt essential conlmercialemnent exportable >.
Ie developpenient simulaiin de productions agri-
coles ct la cr`alion ltie industries de transformation *tols-








titueront la base du progress social, de 1'6IAvation du Miveau
de vie des populations > a conelu M. Bichard.
< Ces objectifs sociaux peuvent se definir simplement
par la liberation de 1'homme, la protection et l'am6liora-
tion de sa conduit de vie. Protection de la condition
humaine contre la maladie, contre la misire et centre
l'ignorance ; 616vation du niveau de vie par le d6veloppe-
ment de 1'enseignement technique, par 1'iducation profes-
sionnelle, par I'accroissement de la capacity de travail iet
de production >.
Le Haut-Conmmissaire a rendu, ensuite, hoiniage Iux
efforts du service de Sante et A l'enseignement et rappele
les buts a attcindre en ces deux domains, soulignant
notamment < qu'il est temps de donner la primaut6 i lF'n-
seignement technique, A la formation professionnelle :.
I1 s'est attach a definir les bases d'une << education poli-
tique rationnelle > qui, avec << la connaissance des droits,
mais, aussi, la connaissance des devoirs > doit &tre donnuce
aux populations de l'Union Frangaise .
Pour les masses rurales come pour le proletariat urban,
qui se crec, I'action politique doit revitir un caractere pour
l'instant tres nettement 6ducatif. Et, a c6tt des 6coles pour
les infants, uln action bicn conduite peut permettre de
tenter l'education de cette masse qui n'cst plus d'iage
scolaire. Le film et la radio scront les instruments employes
pour < montrer combien l'hygiene, la m6decine, la techni-
que peuvent changer leurs conditions matirielles de vie .>
Dans ce domaine, plusieurs r6alisations seront soumises i
l'approbation du Grand Conseil.
Parcourant, ensuite, rapidement les principles activities
des services g6neraux de la Fediration, le Haut-Commis-
saire en a faith une analyse succinct puis il a conclu :
< Je sais pouvoir rencontrer, aupres de vous, tine
volont6 unanime pour atteindre ces objectifs que nous inons
sommes fix6s. Lors de ses precedentes sessions, par la sagcss'
de ses deliberation, la moderation de positions qu'elle a
su prendre, votre Assemblie a donned constanlment la preuve
d'une experience grandie des affairs publiques ct a r6veil
sa profonde imaturite politique.
<, Votre session budgetaire, qui va s'ouvrir, est, peut-6trc,
la derniere avant les prochaines elections g6nerales, prelude
au renouvellenent des Assemblies locales.
< S'il est permis A un home, qui, depuis de longs ilois
deja a la lourde t6tche de diriger ce group de territoircs,
qui n'a pas hesite a assume a chaque instant le poids .Ic
toutes ses rcsponsabilites en exervant la totality de ses
prerogatives s'il est permits, dis-je, A r mer sa joic sincere de constater dans quel esprit de
collaboration confiante nous avons sans cesse iravaille
ensemble, qu'il lui soit permits, alors, d'6mettre un vwcu,
celui de voir s'affirnier cette experience et cette sagesse,
s'exalter ce divouement a la chose publique qui consacrent
la dignity neinente de touted institution politique '>.


Le nouveau bureau du Grand Conseil

Le Grand Conscil de I'A.O.F. a procedd au
renouvellement de son bureau.
M. LAMIINE GUI:YI, deputte-imaire de Dakar, a
dl[ rPdlu president par 23 voix cl 2 bulletins nuls
sur 25 votants.


Ont 6tW, ensuite, 6lus :
Vice-pr6sidents : MM. DELAFOSSE (C(le d'lvoi-
re) et TIDJANE TRAORE (Soudan).
Secrdtaires : MM. YAMEO;O (Haute-Volta) et
DEYE WOULD SIDI BABA (Mauritanie).
Questeurs : MM. KovrOU-MA et D)iorF.

La composition du bureau connue, M. LAMINE
G;EYE, a remercie les grands conseillers de la
confiance qu'ils voulaient bien lui accorder pour
la quatrilme annde consecutive et a rendu hom-
nage aux travaux d'une assemble qui reprd-
sentait < un tournant d6cisif de l'Histoire afri-
caine >.


Les travaux du Grand Conseil

Aplrs plusieurs jours de travail en Coninis-
sions, le Grand Conseil de I'A.O.F. a repris ses
travaux en seance publique.
Le Conseil a Ctudid un rapport ed la Commnis-
sion des Affaires Sociales, relatif aux allocations
scolaires.
Co rapport fait dtat du discourse priIonod, le
3i octobre, 1pa M. Paul BECHARD, Haut-Conimis-
saire de la Rdpublique et approve les objectifs
d 1)" Developper au maximum I'cnseigncmcnt
printaire ;
2" Organiser, en s'inspirant de la idtropole,
l'cnseignenent dlu second degrd (classique, mo-
derne et technique) ;
3" Cr(er I'enseignenent sipericur.
An course de ses s:ances, le Grand Coilseil, ain-
si qu'il a dtc annonc6, a adopted une deliberation
autorisant une contribution de cenl millions
pour les sinistrds de I'A.O.F.


Consequences graves d'un hivernage trop pluvieux

M. Paul BIEC(HA:It II:mau-ComImissaire i de 1a
Rdpublique, qui Plait accompagnd, dans son
voyage, par une d6l6gation du Grand Conscil de
1'A.O.F. comprenant M. TIDJANI, TRAORE, vice-
president, et DEI OULD SIDI BABA, grand conseil-
Icr de la Mauritanic, est allC se rendre compete,
tant a Saint-Louis et Rosso qu'a Richard Toll,
des d6gAts causes par la crue du SendgaI et faire
prendre, sur place, les measures n6cessaires tant
p)our la protection des routes et des agglonmra-
tions (qu pour la s6curitd des populations.

Du materiel a 6t6 exp6die de Dakar et des equipes du
service de santi sont sur les lieux. La population civil
riveraine a eti requise pour les travaux de lutte contre le
ilaau.







Les digits considerable que le Senegal a provoques
s'inscrivent i la suite de ceux, non moins important, qu'a
subis le Soudan i la suite d'un hivernage particulierement
pluvieux.
Ce territoire, en effet, a 6t6 le premier atteint. Des
trombes d'ea out d6vast6 une parties de Bamako oil de
nombreuses mlaisons indigenes en banco se sont 6croul6es,
causant des dgfits important. Dans plusieurs eseales de
brousse du Slid et du Centre soudanais, des villages antiers,
ne comportant, ii est vrai, que des cases d'une construction
tris l6gbre, olt 4t6 partiellemeint d6truits par la pluie. Des
troupeaux o it et decimes. Le riseau routier, surtout, a
beaucoup scuffert et de nombreuses routes sont encore
impraticablei.. Pendant plusieurs jours, des camions, enlis6s,
ont jalonn6 a grande voice commercial vers la Iaute Volta.
La voice de chemin de fer entire Bamako et Koulikoro a 6t6,
elle-mmme, et pour un temps, coupec.
Au S6nig.l, l'escale de Matam, sur le fleuve, a 6te la
premiere ia ubir une crue exceptionnelle qui, rompant les
digues, obli;.,eait i une evacuation partielle de l'agglom,-
ration.
On se fe a une id&e de l'ampleur de cette montee des
eaux lorsqu'on saura que I'iclelle de crue y a marqu6, le
10 septemb e, 9 m. 95 alors qu'en 1936, ann6e qui vit le
SLn6gal causer d'importants degfats tout le long de son
cours, 'cettt erue s'6tait arr8tee a 9 m. 59. II s'avrre, en
effect, que le inondations de cette ann6e sont les plus graves
que l'on ail enregistrees depuis longtemps.
C'est, ensuite, Rosso qui est atteint par cette crue excep-
tionnelle. La montee brutale du fleuve a, en quelques
heures, envwhi l'agglomrration qui s'est trouv6e, rapidement,
sous quarante centimetres d'eau. Les constructions indigenes
en banco out et6 les premieres i souffrir et se sont 6crou-
16es, les nes apres les autres, minces a la base. Fort
heureusem nt, la crue avait 6t6 prevue et une evacuation
rapide, notimment des fenmmes et des enfants, ivitait une
catastrophe possible. Mais la monte des eaux a Wt6 si sou-
daine que les habitants out dfi fuir n'emportant qu'un
minimum le bagages. En fait, et jusqu'ici, on ne deplore
qu'une vici me mortellement bless6e par un camion.
Dans l'el ceinte mbme de la ville ne subsistent plus que
le camp m litaire, le camp des gardes et, encore, quelques
maisons du commerce: Mais la situation y est encore pr6-
caire. On rraint, d'autre part, de s6rieuses coupures sur la
piste, entree Rosos et Mederdra oia une grande parties de la
population de Rosso est, maintenant, 6vacu6e. Des disposi-
tions sanitaires out Wt6 prises et un relais t6lphonique a
ete etabli sur la rive du fleuve SinBgal.
Enfin, stir la piste Rosse Atar, le pont du kilomitre 6
a eti endmmage.
Actuellement, et dans le scul secteur de Rosso, plus de
cinq mille hectares sont sous les eaux. Toute la vall6e est
inondie el: le fleuve couvre un front d'une trentaine de
kilomltres
Sur l'eisenmble de son course, la situation des scales
bordant 1. Sinegal est la suivante : i Matam, le fleuve
descend ce des dispositions ont 6t6 prises pour consolider
les digues et rLparer les dommages.
A Podor, les measures de protection prises se sont revelces
efficaces. Le fleuve est, actuellement, A son maximum et
il semble que si les digues r6sistent encore quelques jours,
le danger d'inondation de 1'escale sera 6carte. II en est de
m6me i I)agana et i Richard-Toll ou les gros travaux de
protection permettent d'esp6rer sauver les riziLres bien que
les digue:- aient &t6 rompues en trois endroits. Cependant,


et pour ces deux derniires escales, le fleuve a i peine
atteint son point culminant et des craintes subsistent.
Le maximum de la crue pour Saint-Louis a 6t6 atteint
le 13 octobre et persistera jusqu'au 20 octobre. Le niveau
actuel est, dBji, nettement supBrieur a la crue de 1936 ct
les parties basses de la ville sont inond6es sans, toutefois,
que la situation soit particulierenient critique. Cependant,
la rupture de la digue de Kor a pcrmis au flot d'envahir
les quarters de Sor, Diamagel et Lonna ainsi qu'une parties
de N'DarTout ct de Guet N'Dar. La route de Saint-Louis
i Dakar est couple en plusieurs points.
Le Haut-Commissaire, Paul Bechard, accompagn6 du
Gouverneur Wiltord, a visited ces quarters. Un peu plus
tard, le Gouverneur (;Genra!, au course d'une conference,
reunissant les autorites administrative ct techniques, a fait
le point de la situation. I
La saison des pluies de 1950 a-t-il dit a pris l'allure
d'une veritable catastrophe pour I'ensemnble meme des ter-
ritoires de 1'A.O.F. : destruction du tiers de Bamako an
Soudan ; aneantissemnint presque totale de Rosso ; d6gLts
important subis par Matam, Saint-Louis du Senegal, etc...
Jamais nos territoircs d'A.O.F. n'out cu a faire face hi autant
de destruction simullanecs. Des milliers de kilometres de
routes ct de pistes sout Li refaire.
II n'est pas possible de chiffrcr les digats mais ils sout
i la nmesure de l'inincnisite du pays ct c'est de ce jour qu'il
nous faut pr6voir les measures susceptible de faire face fi
la reconstruction rapid qui s'imposera.

April s I'inspecion ties digits, M. BeCCHARD,
Haut-Commissaire, a saisi le Gouvernement de
la gravity du sinislre et deinande l'aide de la
mitropole pour 1la rlparation des d6gats.
En reponse, M. MITTERRAND, mninistre de la
France d'Outre-Mer, a adress6 le ltlegramme re-
produit plus haut.
M. LAMINE-GUEYE, Pr6sident du Grand Conseil,
de 1'A.O.F., a address, .au Pr6sident du Conseil
et au ministry de la France d'Outre-Mer, un t6-
legramme d6clarant notamment :
< Nous sonmnes en presence de v6ritables ca-
tastrophes, se chiffrant par plusieurs milliards
de francs C.F.A. et n6cessitant, dans l'immediat,
une attribution de secours d'urgence pour pro-
curer abris, v6tements et nourritures aux popu-
lations sinistries en attendant la reconstruction
des habitations, des routes et des ouvrages
ano antis >>.



Le Ferdes,
r6alisation specifiquement africaine

Presque parlout en Afrique, l'eau conditionne
les cultures. Aussi 1'hydraulique agricole a-t-elle
line importance particuliere dans le programme
de travail assign aux Services de l'Agriculture.
Soucieux, d'abord, de developper les resources
vivribres des populations autochtones, et, en par-
ticulier, la riziculture irrigude, partout ofi cela








est possible, les Services sont depuis longlnmps
acquis L une politique de I'eau.
Dans a vole ide ces r6alisations, un grand pas
en avant a 6td fait en 1949 i la fois par la crea-
tion d'une Division Fdddralc et de Sections loca-
les de G6nie Rural.
Vers la mnme 6poque un arr&it du 23 mars
1949 cr6ait 4galement le << Fonds d'Equipement
Rural et de DI veloppement Economique et So-
cial > d6sign1' plus communinent sous les ini-
tiales de < FERDES >.

La creation de ce fonds permettait autx Pouvoirs Publics
d'apporter une aide efficace auxiconimunels et collectivit6s,
et de promouvoir une politique de I'eau, sans toutcfois
grever trop lourdeiment le budget general.
En effet, cc fonds special est aliimentI pour un tiers par
les collectivites interess6es aux realisations, pour un tiers
par les budegts locaux, ct pour le dernier tiers par le
budget general.
La contribution du budget local ne peut ktre acquise
que lorsque les collectivites out participe aux travaux pour
le premier tiers (sous forme de capitaux, de mat6riaux on
de travail) et, de mamne, le budget general ne fournit Ic
dernier tiers qu'apres utilisation des disponibilites locales.
La reglementation en vigueur prtvoit un control techni-
que obligatoire de tous les projects de travaux a effectuer
sur le FERDES par les technicians du G&nic rural, an
double stade du Territoire et de la F1deration.
Dans 1'6tat actual de l'organisation social en A.O.F.,
le legislateur a voulu donner un sens tres large au terile
< collectivit6s >> elmployt dans 'arr6tt pour designer Ies
organismes pouvant fair appel au Fonds d'Equipenielt
Rural.
Le village, la tribu ou ulne fraction de la tribu, la Societt
de Prevoyance, I'Association syndicale on la cooperative
agricole sont habilitis pour detmander au FERDES l'cx6cution
de travaux ruraux. Le chef de canton, le chef de subdivision,
le commuandant de circle peuvent egaleicnt presenler des
demands;
Celle-ci peuvcnt concerner les travaux d'irrigalion, del
drainage et d'assainissenlent, de terrassetment. Tous les
travaux concernant des addictions d'eau sont du doinaine
du FERDES.
L'amnElioration de l'llabitat rural colletif, ]a creation lde
villages, de rescaulx de distribution de I'enerige lectrique,
de silos, march6ls, champs de foires pceuvent galemient lend-
ficier de son appui fianacier.
Enfin le FERDES peut galementl entreprendre l'instal-
lation d'usines de preparation des products agricoles, lie
stchoirs, de bacs de fermentation, de mnme que la creation
de routes reliant des ceutres ruraux imnportants aux routes
classics.
Depuis sa creation les travaux suivants out etc approuves
et entrepris, en 1949 et 1950 :
An Niger : Forages de puits, airilnaageclunts de amares,
construction de silos a grains, ach'ivenuent des travaux dul
barrage de Keita.
En Haute-Volta : Construction de barrages, silos, tcolcs,
marchils.
Aut Dahomey : Adductions d'ean de Sakett, Natlitingou,
adduclion et electrification d'Adjohon, cratlion d'un atelier
ha maniorc i Come et d'une cole artisanalc ia Albomcy-Calavi.


Au Soudan : Constriction de dispensaires, infirmneries,
ecoles, puits, citernes et barrages, r6fection de digues.
An Snagal : Construction de hangars et de puits.
En Gunite : Construction de routes, barrages, rcoles,
anienagement de rizieres.
En C6te d'lIoire : Adduction d'eau d'Abengourou, ain6-
nagement de dispensaires, pistes, sources et points d'eau,
achevenient de routes, construction de inarchls converts et
hangars i caf6.
En Maurilanie : Construction de trois citernes et vingt ct
1un puits.

La creation du FERDES permettra done
d'anmliorer dans de tIrs grades proportions
la productivity de ces territoires don't 1'agricultu-
re est la principal resource, tout en faisant une
large place au facteur human et social, condi-
tion essentielle de l'dmancipation des popula-
tions africaines.


Mise en service officielle du < Bou-el-Mogdad >

La mise en service officiclle du << Bou-EI-Mog-
dad >>, navire des Messageries du Senegal des-
tin6 an traffic fluvial, a donnd lieu, le 2C( octobre,
a Saint-Louis, A une manifestation A laquelle de
tr&s nombreuses personnalites avaient tenu A
prendre part.
Venn de Dakar, Ic Gouverncur GCndral M.
Paul BMCHARD, Haut-Commissaire de la R6pu-
blique, accompagn6 de MM. PfCHOUX et Lou-
VEAU, Gouverneurs de la COte-d'Ivoire cl du Sou-
dan ; dui g6ndral BORGNIS-)ESBORDES, co011man-
dant supl)ricur des Troupes Terrestrcs d'A.O.F.,
et de nontbreux nmembres du Grand Conseil, (Iu
Conscil G6dnral et des Assenlblecs blues a prdsi-
d( cette inauguration.
Aprls divcrses allocations, M. Paul lECIIAIR
a d6gag6 Ic sens de la manifestation : affirna-
tion d'unc technique ct concretion (l'une action
comninune. Puis il a rappel Icl souvenir dle Bou-
EL-Mo(n,\), cc << grand S6ndgalais qui esl de-
venu mauritanien par son oeuvre > et quii res-
lera, dans I'Histoire, coninc un < grand Fran-
cais >.
II a, ensuile, soulignc la n6ccssile d'dquiper et
l'anmnager le fleuve S6ndgal pour lui rcndrc son
r6le initial de voice de 1pndtration vers Ic centre
de l'Afrique.
Le < Bou El Mogdad >> es utn bAlimcnti mixte
nmoderne, de 51 mitres de long, 10 de large,
6qutil) de deux inoteurs Sulzer de 250 CV, filant
netuf niXuds. Concu et rdalise specialeinent pour
le fleuve S6n6gal, son faible tirant d'eau lui per-
niettra, avec une charge de 300 tonnes, de pro-
longer uine parlic de l'ann6c, jusqu'a Maltam ct
Balkel, le service acluellemnent limiild ant secleur
< Saittl-Louis-Podor >.








Sos amni( agements pour v.ngl-six passages
de plreli'l e classes, vingl-qiualre passagers tie
ldeuxiime gers de polt sont particulieremlent rcussis. Les
cabins, salons, sales a manger, ont did Mtudiees
on function des zones Iropicales. Une ventilation
forec conipl)l(te I'acration ct assure, aux loge-
ments, iune temperature IrWs iagr6ible.)
Les cons'tructeurs ont su concilier le confort
et le luxe sobre, propre a la decoration hollan-
daisc.
Une installation d'amplificateurs de musique
permettra de dif'user, en toutes classes et stur
les points, les nouvelles de la radio et los con-
certs.
Enfin, il a etc prcvu tine calc frigorifique pour
Ic Iransport des ldenrees pdrissa)bles.


Se4ngal

Le Gouverneur Bailly

M. Camille BAIi.mv, qui vient d''reli noinm
(ouvernetlr par interim du S6ndgal, est nd le 4
fIvrier 1907, it Amiens. Licencie en droil, brevetd
tie I'Ecole Coloniale, M. BAILLY a d6butd connme
aidministr:iteur des Services civils de I'Indochine.
Admini:;trateur de premiere classes en 1943,
puis commandant du Cercle de BouakU (Cote
d'lvoire), il fut nomm6 d lhgu6 du Gouverneur
du S6ndgal a Dakar, en 1949, puis assura l'int6-
rim du Gouverneur du Senegal pendant l'ab-
sence du Gouverneur titulaire M. WILTORD.

Visite d'une mission br6silienne au Senegal

Une mission du secretariat de l'Agriculture de
l'Etat de Sao Paulo, charge d'dtudier l'organi-
sation de 1'Agriculture dans les territoires afri-
cains, est arrive A Dakar.
La mission, apres avoir rendu visit au Gou-
verneur Secrtaire G6ndral, a pris contact avec la
Direction G6ndrale dcs Services Economiques et
I'Inspection G6ndrale de l'Agriculture a Dakar.
Elle s':.st rendue i Saint-Louis et a visit les
aminageinents du easier rizicole de Richar Toll.
Elle a ti.' reque, ensuite, a la station exp6rimen-
tale de liambey, d'oi elle est revenue A Dakar
pour repartir au Bresil.

Un wagon-exposition
i travers le S6n6gal et le Soudan

Un wigon-exposition, presentant la synthese
des prindipales expositions qui se sont tenues, A
Dakar, ilans le courant de 1'ann6e, est parti, de


I)akar, pour un viya\'-e i Iravers le Sneg-uI et
l" Soid-uii.
Le premier sl;ndl se rI:lpporI(e an po'r de coin-
merce te D)aklar, don't maq(lutctes et dioralmas
soulignent l'iniportance, les Iravaux en course, et
pr'cisent la situation privilegibe de la presqu'ile
(Iu Cap-Vert, au coniluient des rouItes niurilinles,
et, plus lardl, icnn, rinns, rliant lIs continents
europden et africain avec l'Amerique Centrale et
l'Amerique du Sud.
L'Art francais constilue le second des sujels
exposes. Son evolution est indiquIe par des
series de reproductions photographilques des
principaux chefs-(d'a'ivre ld':arhitecturc, de pein-
luire el de sculpture.
Le Iroisilme sliadt, enfin, est consa'cr a:u
Service des Eaux cl Forels qui, a c(6ol de beaux
spciinens de chis coloniaux tie 'A.O.F., prc'-
sente des sujets plus dtucalil's tels (ue Icl danger
tdes feux dte brousse et d'lun (lddoisement exces-
si'. I)es ph)otogr:lphis adriennes iionitrent le
processes de d(6gr:a(Iilion des sols :a la suite de
ces erretnenis.


Mauritanie

Une mission ethnologique suisse en Mauritanie

L'explorateur neuchutelois Jean GABITs, pro-
fesseur h 1'Universitl tie Neuchitel, est parti Ic
25 octobre, pour une mission etlnologique en
Mauritanie, oui il sdjournera plusieurs mois.
Celte mission est sulventionnde par la ville et
le canton de Neuchatel et par diftfrentes per-
sonnalitCs privecs. C'cst la cinquieme mission
dans la region saharienne entreprise par I'lUni-
versit6 de Neuchhitel.

La fixation des dunes en Mauritanie

ProblWme d'importance et qui joue sur un
vaste territoire domindi par les sables et le vent,
la fixation des dunes en IMauritanie a depuis
longtemps retenu I'attention des pouvoirs pu-
blics, en raison du danger que peut fire courier
aux populations I'envahissement progressif des
sables.
Un essai de fixation de la dune de oMcderdra
(Sud Mauritanien) a ddja permis d'effectucr des
observations intlressantes par les enseignements
qui ont pu en Mire tires.
Situis an fond d'un goud ayant sensillcenint une direction
Nord-Sud, les puits tie Mederdra attirent nonlbre de noinades
't de troupeaux.
MWderdra, situ6 sur la dune Ouest qui surplombe le goud,
voit sa population augnenter sans cesse.
Les troupeaux ct les animaux domestiques des sIdcntaircs
surchargent les piiturages des environs imnindiats, rasant









touted v6egtation, mnime les taichol, les titarick, et line granii-
nee coriace, la markouba.
La denudation du sol et le piktinement des animaux
augmentent la mobility des sables.
C'est de la dune Ouest, qui forme une zone de depart
entourant le poste, que vient la menace la plus grave. Ensa-
blements, vents de poussieres, advance des sables vers le
Goud, risque de complement des puits. Ce ph6nom&ne
s'accentue d'ailleurs de plus en plus rapidement. Une action
sirieuse s'imposait.
Deux vents dominant dans la region : vents d'Est et
vents d'Ouest. Les derniers soufflent une grande parties de
l'annee et presque toutes les nuits. Ces dernieres annies,
leur action a domino nettement celle des vents d'Est pourtant
plus active. Les sables se deplacent done en surface d'Ouest
en Est.
Contrairement aux dunes marines qui recoivent un apport
incessant de matAriaux, la dune vive de Mtderdra a une
zone de depart sur laquelle on peut agir. Cette zone n'a
que quelques centaines de metres de large. II ne s'agit done
pas d'arrater les sables, mais de les empAcher de partir
dans la zone de depart, puis de stabiliser la parties vive.
En 1946, une bande de protection ferm6e au pfturage
avait te e6tablie a 1'Ouest du Poste.
Sur le. sable nu et entire les touffes de markouba, une
vegetation spontan6e de Tadress avait 6tabli un reseau serrA
sur le sol et, bien que seche mais en parties rompue par les
pieds des animaux, elle avait maintenu le sable en place,
limitant l'ensablemcnt du poste.
Le processus de fixation du sol semble done Atre le
suivant : d'abord mise en defense (1) de la zone de depart
(fixation naturelle du sol par la vegetation spontane) ;
puis, sur le sable vif, enherbements, plantations et semis.
L'etat boise rcste le but definitif.
Fin 1948, grace qux credits du FIDES, une action s6rieuse
et suivic de la fixation de la dune la plus menacante pnu
etre envisage et divers essais de semis, d'enherbements
et de plantations furent entrepris, en meme temps qu'on
cloturait par des barbells la zone de depart et les sables
vifs.
La pluviosite deficiente (86 mm centre 250 de moyenne)
obligea a reprendre ces essais en 1949 (les semis et les plan-
tations ne recurent que 40 mm de pluie).
Cependant deux veg6taux parurent pouvoir donner des
r6sultats satisfaisants.
La Commiphora africana (Adress) a bien repris par gros-
ses boutures sur sable vif, avec protections artificielles
centre I'avance des sables.
Les semis de Leptadenia spartium (Titarick) ont fort bien
level mais ensuite se sont d6ss6ch6s.
Des graines de Tribulus terrestris (Tadress) furent recol-
tees par tamisage du sol.
Le manque de personnel europeen ne permit pas A l'hi-
vernage 1949 de continue systimatiquement les essais
prevus. En particulier les graines de Tribulus terrestris,
don't la quantity recoltee ne permettait pas un essai g6n.-
ralise, furent semees sur I'ensemble de dune vive et la den-
site des jeunes plants fut trop faible pour retenir le sable.
II semble cependant que l'installation du Tadress doive
Atre le premier stade de la restauration de la dune.
Cette plante s'installe spontaniment sur le sable vif d&s
que la pente n'cst pas trop accentuee.

(1) La misc cn < d6fens > d'un terrain consist a le
protAger des animaux domestiqucs.


Dans la zone qui avait 6t. mnise en dffenie en 1946,
puis abondonn6e en 1947 et 1948, outre le Tadress s'ins-
tallent des gramindes que l'on ne trouve qu'a cet endroit :
ce sont Ie < Tilimit > (Pennisetum pycnostachym) frequent
an bord des chenmins, le << Lebasse > et le << Tough6rit ,
qui restent A identifier.
Lorsque la zone de depart sera stabilisee, la plantation
ct les semis de Prosopis juliflora et Acaccia raddiana pourra
cire entreprise.
Un apport inquitant de sables menavait le poste, la piste,
les puits, les pastures.
Les resultats obtcnus a Mederna par le seul jeu de la
protection sont encourageants.
Nombre de posters de Mauritanie sont nmenacs par
I'avance des sables. Le nord du Soudan lui-mame voit appro-
cher le desert. L'cffort doit ktre multiple et plorsuivi, car
le proccssus de destruction de la nature est rapid.
D'abord fixer la dune ; cnsuite crier les boisements ;
transformer les pluies de ruissellcmcnt en source de vie.
Rien n'interdit de penser qu'alors le regime hygrom'mtri-
que se modificra.


Guinie

Le FIDES financera I'quipement
des < grandes chutes > .

Lc Comit6 directeur du F.I.D.E.S. a donned son
agrmnient h la creation de la << Soci6td d'Energic
de (iuin6e > pour Ic financement ct I'dquipe-
mcnt des o Grandes Chutes > sur le Samou, situ6
au km 106, (qui doit commencer d'ici la fin de
':annd.
Les travaux ainsi entrepris doivent nicttrc, A
la disposition (lu territoire, une puissance dlcc-
trique de 10.000 kw.


L'exploitation du paletuvier dans la Mangrove
de Basse-Guinee

La creation de la route de Lib6ria offre de
nouvelles possibilities d'exploitation a la region
foresticre de Bassc-Guin6e. Ces territoires doi-
vent done 6tre a la fois pr6par6s aux nouvelles
facilities d'cxploitation qui leur sont offertes, et
d6fendus contre la deforestation.
Jusqu'ici, faute de moycns, une region parti-
culiirement riche en matiere ligneuse a 6t6 nd-
glig6e : la mangrove de Basse-Guin6e. La super-
ficie ddfrich6e on non de cette formation,
est dvalu6e a 400.000 hectares.

La moiti6 environ de cette surface porte des pal6tuviers.
Son d6frichement permettrait une production annuelle d'en-
viron 1 million de stAres de bois de feu ou de service.
Le Service des Eaux et Forkts doit intervenir pour effec-
tuer la prospection de cette richesse, en 6tudier son exploi-
tation et prendre les measures de conservation n6cessaires a
la reussite mime des travaux d'aminagement agriq-,le de la
Basse Clte.







Le paltuavier, come on le sait, par ses racines aerieunes
et ses pneumatophores, retient et fixe la vase. Grace a lui
une c6te abritee. des grosses vagues gagne sur la mer.
A son abri le 'errain se colmate et, en sc dessalant, devient
apte a ]a culture. II est done necessaire de conserver sur
le littoral un cordon de reserves forestieres n6cesaires pour
continue ce r6 e et prot6ger les cultures.
La sylviculture de la mangrove est simple. Une exploi-
tation bien melee, tout en favorisant la regeneration de la
meilleure espco,: le rizophora racemosa, on palLtuvier rouge,
doit produire ane quantity appreciable de hois pour ]es
hesoins de la population de Conakry et de la C(te.
Le problcmc du transport des products se resoud A une
question d'achai de materiel appropri6. 11 y a lieu de signaler
que les voles (d'eau naturelles doivent permettre d'effectuer
les transports tux meilleurs prix et, par suite, d'envisager
plus tard I'exportation de bois de chauffe, de perches, on
de carbon vers Dakar of le prix de res products est tres
61ev6.
La seule diificulte reside dans le recrutement et la for-
mation d'une niain-d'oeuvre apte i executer les travaux
forestiers dans la mangrove.
La pursuit, des etudes et essais qui ont 6te entrepris
cette annie ptrmettra d'avoir des notions plus precises sur
I'6tendue de I; mangrove guin6enne, ses possibilities et les
conditions de sa mise en valeur.
Enfin, en mnime temps que se poursuivra l'exploitation du
bois, les terre. d6frich6es pourront 4tre amnnagees pour la
culture du riz. creant ainsi une nouvelle source de richesses
pour laquelle Conakry sera la porte toute indiqu6e.


Soudan


L'adduction d'eau a Bamako

Un vaste programme d'adduction d'eau a dtd
dtabli par les principaux centres du territoire
et, dans ce cadre, les villes de Bamako, Gao,
Kayes, Segou et Sikasso devraient voir d'impor-
tants amni6agements rdsoudre ce problime. Les
projects sont A 1'6tude pour tous ces centres, mais
d'importants travaux sont, d6jh, effectuds A
Bamako.
II s'agit d'installer, dans les diff6rents quar-
tiers de la ville elle-meme, des bornes-fontaines.
Certaines existent deji mais quelques quarters
seulement en bhndficient. II s'agit, 6galement,
d'amClioree: la distribution d'eau a Koulouba et
au Point G. L'eau courante ainsi offerte a Ia
consommation serait purifide. Le programme est
finance pnr le F.I.D.E.S. Sa r6alisation est effec-
tude parties en regie, parties par les entreprises
priv6es.
Les installations actuelles consistent en une
station dc pompage au bord du Niger, qui ali-
mente trcis chateaux d'eau : l'un i Koulouba,
l'autre au point G., le troisieme h flanc de col-
line, aupts du camp des Gardes-Cercles. Les
travatx portent esssentiellement sur 1'dlargisse-
ment des possibilities de la section de pompage,


sur la construction d'un inorme reservoir et
celle d'un chAteau d'can a Koulouba.
La station de pompage verra sa superficie
doublic grace A la construction d'un nouveau
bitiment de 12 X 15 mItres. Les installations
actuelles seront, en outre, completes par l'ad-
jonction de cinq groups de moto-pompes Gui-
nard (trois 1lectriques et deux Diesel) d'un debit
de 200 m3 hcure. Ces appareils sont destinds A
refouler l'eau sur le nouveau reservoir du
<< Camp des Gardes > de 2.400 m3. Trois autres
electro-pompes, de 175 m3 heurc, seront desti-
nes a alimenter Ic reservoir de 2.500 m3. en
construction sur le flanc de la colline de Kou-
louba.
Les deux reservoirs de 2.400 ct de 2.500
doivent, le premier, alimenter certain quarters
dc la ville de Bamako ct eI nouveau chAteau
d'eau de Bamako actuellement achcve (500 m3
de contenance), le second, A alimenter les autres
quarters de la ville et le chAteau d'eau du
Point G. Un dispositif de compression est neces-
saire pour le refoulement des enux sur cette der-
nire agglomeration.
Le rdseau de distribution n6cessile la mise en
place de 57 kilomnitres de canalisation de 125,
175, 200 et 250 millimutres de diamitre. C'est
dire l'importance des realisations en course.
Dans les autres centres du Soudan, les travaux
sont a 1'6tude ou decides. Ils commenceront d&s
que les credits seront ddl6gues, ct ex6cutes dans
I'ordre d'urgcnce, A savoir par ordre d'impor-
tance de ces agglomerations. Cette realisation
d'envergure marque une tape important de la
modernisation de l'urbanisme soudanais.


Une important reserve d'eau constitute
pour le betail

En quatre jours, et grace l'inmposant mat6-
riel don't dispose le service des Travaux Publics
du Soudan, une digue de cent vingt metres de
long, cinq m6tres de large et quatre metres de
haut, a 6tC aminage anu pied de la colline du
Point G. a Bamako. Cette digue permettra de
constituer, en hivernage, une reserve d'eau de
pris d'un million de mntres cubes, dans un re-
servoir qui, en son centre, aura jusqu'A sept
nbtres de profondeur.
Des pares a bestiaux pourraient etre amina-
g6s a proximity qui permettront, d'une part, de
d6gager I'actuel parc de vente du betail qui
s'avere insuffisant ; d'autre part, d'abriter le
bhtail de la ville lorsque do futurs rbglements
d'urbanisme viendront en interdire le sour
dans l'agglomdration elle-mnme.
L'utilit6 de cette realisalion dhborde, d'ailleurs,







le cadre pastoral. En effet, les eaux, d4valanl des
collins, s'emmagasinaient aux abords du quar-
tier < Mdina-Coura >>. Outre les dgaits causes
ainsi aux concessions i la suite de pluies impor-
tantes, ces eaux formaient des marais et ren-
daient le quarter insalubre. Cet dtat de choses
6tait d'autant plus genant que c'est Lt proximity
que l'Office Local des Habitations Economiques
avait 6difi6 les dix maisons actuellement en voice
d'achcvement.
Un ouvrage du mnme genre serait privu ft
l'autre extrdlnite de Bamako, au pied de la col-
line de Koulouba.


C6te d'Ivoire

L'activit6 des ports de la C6te d'lvoire

Les tonnages manipluls, dans I'ensemble des
ports et wharfs de la Cote d'Ivoire se chiffrent,
pour le inois de septembre, iL 48.000( tonnes, don't
26.0001 tonnes it l'importation.
Pour les neufs premiers mois de I'ann6e 1950,
les tonnages i I'importation et ai l'exportation
sont de 441.887 tonnes. Les exportations, avoc
240.000 tonnes, devancent les importations, qui
s'6levent i 201.000 tonnes.
Ce chiffre est tres supiricur il celui de 1949
qui ne repr6sentail, pour toule l'annde, que
420.000 tonnes.


La maladie du cafeier en C6te d'lvoire

Une recent communication, faite a l'Acad6-
mic des Sciences, i Paris, par M. Roger HmIN,
professeur au Museum, a attire l'attention de la
mdtropole sur la maladies qui s6vit, en C6te
d'Ivoire, dans les plantations de cafdiers. Ce mal
est d'ailleurs 6tendu et les cafdiers de l'Ouban-
gui et du Congo belge succombent, 6galement, h
I'infection.
De leur c68t, la mission Jacques FIELIX et des
sp6cialistes du centre de Rccherches Agronomi-
ques de Bingerville, poursuivant leurs travaux,
sont parvenus A determiner la cause du mal et
ses remides.
Il s'agit d'un champignon < fusarium >>, vrai-
semblablement d'origine locale, que l'on retrouve
A 1'6tat isold un pen partout. Un concours de cir-
constances favorables, ct, dans la plupart des
cas, le manque d'entretien des arbres et 1'epui-
sement des sols, l'ont rendu dangereux.
Ce champignon se d6veloppe dans les vais-
seaux des cafeiers qu'il obstrue, empechant touted
circulation de seve et entrainant, rapidement, la
mort de 1'arbre.


Son mode de dissniination a 6t6 mis en dvi-
dence par les travaux de la mission. Ce 'sont des
spores, forces de reproduction microscopiques,
iqle le champignon 6inet en surface de 1'ecorce
des arbres qu'il vient de fire perir.
Ces spores sont, alors, entrainCes sur les
caf6iers sains par le vent on 1'eau, on transpor-
thes par les honmmes par simple contact quand
its se rendent d'une plantation malade it d'au-
tres plantations, ou, ai longue distance, le long
des axes rouliers par les vehicules.
11 'auln arracher et broiler tous les caftiers
iiorts on dOperissant el, pour itre efficace, cette
measure doit ir'e prise aussi pe1 de temps que
possible apris ia miort des cafiiers. La souche
inleme doit Iere arracliee etl birfle.
Sur Ie plan cultural, oultes les precautionss
devront etre prises pour mnettre, i I'abri des
infections, Ie collet el les racines.
Seule, une application inmmndiate et rigou-
reuse de ces niesures pourra enrayer ce fl'au,
qui menace une des deux plus importantes pro-
duction de la Cele d'lvoire.
La variedt Robusta, sans etre absolument
indemne, prisente une resistance be:ueoup plus
grande la n maladie.


Dahomey

Creation d'un cercle au Dahomey

M. VALUTY, Gouverneur du Dahomey, au course
d'une inspection dans les Cercles du Nord du
Territoire, a proced6t a I'inauguration olTicielle
du Cercle de Djougou, anciennement subdivi-
sion.
Cette consecration du Cercle a donna lieu a de
nombreuses manifestations, tant a Djougou que
dans les diffdrentes agglomerations avoisinantes,
Lque le Gouverneur a visit6es.


Une nouvelle huilerie

L'usine d'extraction d'huile de palme d'Avran-
kou a 6td inaugurde, le 19 octobre, en presence,
notamment, du Gouverneur VALLUY ; de M. Mi-
CHAUD, president de 1'Institut de Recherches sur
les Huiles et Olhagineux, et de nombreuses per-
sonnalit6s. Ccux-ci ont visit l'usine et se sont
rendus, ensuite, au village moderne construit
pour Ics ouvriers et les manoeuvres ; ils ont par-
couru, dgalement, 1'cnscmble des habitations du
personnel de maitrise.
Cette usine est 1'une des quatre qui doivent
6tre install6es au Dahomey pour l'extraction de
l'huile.













































La ville de Rosso (Mauritanie) submerge par les caux


















.e a a "

















(Photo Gt Gal A.O.F.)
Les batiments militaires

















































(Photo Intercontinentale)


Le Pavilion dp ia France d'Outre-Mer a la Cit6 Universitaire
Efat actuel des travaux


THIAM PAPA GALLO en conversation avec KOTKA,
recordman d'Europe du saute en hauteur


(PhotO intercontnentale)
















































(Photo S.F.I. Saigon)


Le G6n6ral CARPENTIER d6core de la croix de guerre T.O.E. des blesses de Caobang


(Photo S.F.I Saigon)


Des prisonniers viet-minh sont rendus et traversent la frontiNre des deux zones










Statuette de terre cute provenant de Tago (Tchad)
danseur a masque de bou;d6 rapport+
par la mission LEBEUF


(Clicrh Mluse de I'homme)


(Clichd Mus6e de 1'homme)


Danseur masqu6, terre cuite de la mission LEBEUF








AFRIQUE EQUATORIALE FRANCHISE


Fed6ration


Nomination,
au Cameroun,
du del6gue
du Gouvernement
g6n6ral de I'A.E.F.


M" = FRiixNols AL-
:Iilrr, pr'ceC-
demlmlnent ci
Service au TIcl:d, a
t16 nolmml6 dh'hgu06
(duI (Goivrnemenil Gi-
n('ral de I'A.E.F., I)ouiali (C(ameroun).
On sai. qLe la criatio n de p)ostcs de d6llcgu"sS
perinanner Is a ) Doualh etl Brazzavillc :vait Mtc
dc.idce IIs de laI conf(1rncic e << A. F. I. (Caic-
roi n >, Imuic d(i ns :la capitdcl a('lfienl ic.


Avantages consentis en matiere fiscal
b I'occasion des investissements et r6investissements

)'inmp( rantes rdduclions d'ilimpls sont con-
sentics aLIX difftrentes categories de conlribua-
b)lcs qui )rocekdent L des investissenents ou rdin-
vestissenlents en A. E. F. : coinimercants, indus-
triels, particuliers on de societis b6ndficiaires dle
divers advantages, lorsqu'ils tiennent une comnp-
tabilild c.,mpl)ile ct sontl en milsure de pr6sente'r
un bilan conforme anu lilan-type (dialli par la
Direction des contributions directs.
Le taix de l'imp6t c6dulaire est r6duit de
80 % sui la fraction de bhndfice iniposable n'ex-
c6dant I as 10 1' duti capital invest dans I'en-
treprise.
C'est iinsi que, dans Ic cas d'un bilan faisant
ressortir un capital invest de 10.000.000 de frs
et un tnd6fice de 2.500.000 francs, cc project
sera imlpose au taux rdduit de 4 %' sur la frac-
tion gale a 10 % de 10.000.000 ct an taux nor-
mal sur le surplus.
En cas de r6invcstissement parties ou total du
bendfice. I'imp6t correspondent au montant du
rdinvesttssement est rcduit de 70 %.
Pour les personnel exercant une profession
non con'merciale et pour les salaries, une r6duc-
tion d'imip6t cedulaire et d'imp6t sur le revenue,
gale A 70 %' de la contribution correspondent
au montant du r6invsiestisesment est, 6galement,
accord6e.


Financement
du Plan de D6veloppement economique et social
de I'A.E.F.

Lcs sonines mises a la disposition de la F6dd-
ration an litre du plan de developpement cco-
noinique et social, s'6levaient, an 30 juin 1950,
au terime dc tirois Exercices (1947 1948, 1948 -
1949, 1950, a i ',;,.ii:It iill francs en cngage-
inent 3.383.4100.000 francs on p)aieient.
Les contingents les i)lus clcvcs, an titre des
d('1)enses de d6veloppeinent tceonomiiquie sont
ceux qlui sont deslinis aux :
IRouts el points :
3.940.500.000 francs cin cngagemiient;
1.6a51.000.01100 de francs en paiicenlt.


Chemins dc for :
970.700.000 francs
243.300.000(1( francs
Voics navigables :
437.800.000 francs
198.300.000 francs


ell ('ng"agOneiiiii
ell poiil nIent.


nii cpigagle I nei
en Ij:'ic'n I..


Production agricole :
336.400.000 francs en engagement;
126.500.000 francs en paiement.
En tite des (lpelnses de d6vcloppement social
ct (d'intrtt scientifique, on relieve :
In sanl6 avcc: 381.200.000 fr. ct 190.900.000
francs;
1'enscignemen avec: 309.100.000 francs et
110.100.000 francs.


Reunions du Comite 6conomique
du reseau C.F.C.O.

Les problimes du port de Pointe-Noire et du
traffic du Congo Oc6an, sont d'une importance
primordial pour la vie dc la F6d6ration. Divers
Conseils fonctionnent depuis plusieurs ann6es
d6j pour coordonner les diff6rentes activists
qui sc rapportent a ces problmnes.
A Pointc-Noire des conferences ont r6uni les deux plus
important organisines dc coordination : le Conseil Eco-
nolmiquc du Port de Pointe-Noire ct le Conseil Econo.
unique du C.F.C.O. De nombreuscs pcrsonnalites se sont
rcndues dans la capital du Moyen Congo a cet effet.
L'ordre du jour tres charge de cette Conf6rence compor.
tait en premier lieu la question de la revision des taxes
du port. Apres deliberation, la taxe de debarquement a At6
portee de 85 frs i 100 frs la tonne, cette augmentation


S 41








drevant permcttre la prise en charge dii neltoyage et de ]a
police du port.
Les tarifs de location ont kt6 fixes A 800 frs le m2
pour les hangars ct 2.500 frs le m2 pour les bureau.
Le project de budget pour l'exercice 1950-51 fut ensuite
approuve et arrtt ia 51.000.000. Une scule modification a
&t6 apportee, qui consiste i reliever les credits pr6vus pour
la police du port afin de permettre l'augmentation des
salaires d'une part, et lc nombre d'agents, d'autre part.
Le depot des explosifs etant strictement interdit dans
I'enceinte du port, ii a &6t d6cid6 que l'administrateur-
maire prendrait les measures necessaires pour permettre ce
dep6t i l'exterieur. Lc riglement de la station de pilotage
a et6 approved ainsi que les tarifs d'acconage tels qu'ils
sont actullclment appliques. Le project concernant l'usine 'de
d6sinsectisation des products agricoles d'importation on d'ex-
portation a eti renvoy6 pour etude.
Enfin ont Wti approuvees un certain nombre de conven-
tions pour les locations de terrains et de bureau.
Pen apres, le Secrtaire (;Gn6ral, accompagn6 du Chef du
Service des Transports, du Chef de la Subdivision Mari-
time et du ReprBsentant du Contr6le Financier, a visit Icl
port ; il a Wte vivement int6ress6 par les installations rt
a constat6 que les hangars de stockage pouvaient encore
conlcinr .in important mathricl.



Le vendredi 22, le Conseil Economique du Reseau se rcu-
nissait i son tour dans les Bureaux du C.F.C.O.
An course de cette Conference, a ite 6ktudie notamnient le
project d'auginientation de certain tariffs du Chemini de "'er.


Centre de formation professionnelle

Le Gouverneur Grimald, Secr6taire g6ndral de
1'A. E. F., s'est rendu au Centre-Pilote de Forma-
tion profcssionnelle acc6l6rde de M'Pila. 11 Ctait
accompagned tie M. Colonna d'Istria, Inspecteur
g6ndral du Travail.
AprL's avoir pris contact avec les membres de
la Mission Psychotcchnique, qui lui ont expos
les mithodes d'investigation pour la recherche
des aptitudes neccssaires a I'apprentissage
rapide et i l'exercice d'un nmtier, le Secrdtaire
g6n6ral s'est intdress6 a la marche des sections :
micanique, limousineric, briquetage, beton arm6
et menuiserie, ouvertes depuis le 18 scptembre.


L'lndustrie miniere en A.E.F. : le cuivre

Du point de vue dc la production miniere,
1'A. E. F. sc trouve etre, a l'heure actuelle, au
preinier rang des Territoires francais de I'Afri-
q(Iie Noire.
Quatre cents ing6nieurs ct technicians sont
employes h des travaux de recherche ou d'ex-
ploitation; ils disposent d'une main-d'oeuvre
autochtone qui compete environ 25.000 personnel.

C'est par le ruivre que eominenca A se manifester l'exploi.
station minibre industrielle en A.E.F. ; it s'agit d'ailleurs


d'un des metaux de base don't I'interdt est particuliiremr nt
vif sur le plan national.
La premiere guerre mondiale ne fut pas sans ralentir
fortement I'activit6 de la Compagnie Miniire du Congo
Francais cr66e en 1905.
Le gisement de Chalcosine de Mindouli 6tait en voice
d'6puisement et il fallut tenter l'exploitation et le traite-
inent de minerals pauvres. En 1925, une usine, destinee aux
traiecments de ces << Terres Noires > fut misc en service,
renforc6e par des installations pins importantes en 1930.
Les r6sultats furent tris mBdiocres, car le cuivre existe
dans les Terres Noires sous la forme de composes tres nom-
breux don't certain sont 16gers et tres fins.
La crise 6conoinique amorcee en 1930, devait obliger la
Societe is restrcindre son actlvit6 puis i la suspendre totalc-
inent pour le cuivre. Cependant des 6tudes poussBes sur la
region miniere du Niari avaient k6t effectu6es entire temps
par le Consortium Minier groupant diverse affaires qui
s'interessaient aux gisements miners de cette region.
Ces travaux ne permirent pas de decouvrir d'importants
gisnements de cuivre, mais il furent i l'origine de la d6cou-
verte dui gisement de plomb et de zinc de M'Fouati.
En 1939, de nouvelles reclierches de cuivre dans la region
du Niari devaient ktre interrompues par la guerre. Depuis
1945, on entreprit de nouvelles prospections dans ce bassin
oh des minerals i haute teneur ont eti autrefois exploits
ct don't la situation geographique offre tant d'avantages ;
assez proche des ports d'evacuation, ce bassin cst desservi
par le clheliin de fer du Congo-Ocean et offre la possibi-
lite de permettre la mise sur pied de vastes projects d'6lectri-
iication.
Des pourparlers avec un puissant group financier vien-
nent d'aboutir i la constitution d'un Pool, auquel participent
la Compagnie Miniere du Congo FranCais et le Bureau
Minier de la France d'Outre-Mcr, apportant chacun deux
pernis minicrs, et qui doit entreprendre sous peu, outre
le developpemennt des 6tudes g6ologiques de detail deji
engagees, une Compagne de Sondeges.


L'a6rodrome de Maya-Maya
I-r -

L'importancc prise par 1'ACroport de Brazza-
ville (Maya-Maya), tant par sa situation gdogra-
phique que par 1'ensemble de ses installations,
est telle lue, pour r6pondre au d6sir de nos
ahonnds, nous tlonnons quelques pr6cisions sur
ce remnarquable specimen de notre novel 6qui-
lpemcnt national.

Le terrain de Maya-Maya peut recevoir les avions les
plus lourds.
Pistes. Une piste en cimcnt vibre, parfaitement lissie
(longueur 2.000 mntres, larger 60 mitres), d'unc charge
portante de 135 tonnes, repond aux caracteristiques de
I'O.A.C.I. des ar6odromes cat6gorie A. Elle est ,ord6e de
deux bandes lat6rales nivelies, large de 120 metres chacune,
et de bandes de degagement, amount et aval, 6tendues. Elle
comporte un balisage 6lectrique de nuit.
Une deuxieme piste, dite << piste de crash :> (longueur
2.000 mitres, larger 60 mitres), en sol stabilis6, puis en-
gazonn6, permet I'atterrissage en toutes saisons des avions
d'un poids de 100.000 livres (occasionnellement d'avions
d'un poids superieur.








Taxis-ways, cires de stationnement. Un taxi-way en
ciment de 20 nimtres de large, r6unit la piste en ciment a unc
aire de stationaement bhtonnie de 200 metres de long, face
i l'a6rogare.
Deux taxis-- ays, en sol stabilise engazonn6, reunissent la
piste en cimerit et la piste de crash it des aires de station-
nement en soi engazonne, qui ont supportA sans enfonce-
ment des avions de 40 tonnes (DC. 4 et Constellations).
Hangar-ateli r. Un hangar-atelier (2.000 metres carr6s)
sera livri is 'exploitation courant novembre.
En service : un camion-grue (force 10 tonnes), permet rn
particulier Ic changeencnt des moteurs des appareils ; tin
Caterpillar ct un tracteur sur roues pour le remorqnage des
appareils ; al o-pompe, extincteurs sur roues et ambulance.
Adrogare. Une aerograre tres coquette recoit les pas-
sagers an dep rt ou i l'arrivee.
Un bar permit aux passagers et aux accompagnateurs
d'attendre dars les meillcures conditions.
Relais-h6tel Un h6tel-restaurant, don't les chambres
sont reserve aux passagers des lignes a6riennes, sera
ouvert d6but aovembre, a 2 kms de f'abrodrome.
II comprend huit bungalows, soit 52 chambres climatis6es,
doties du plus grand confort, et admirablement exposes
sur un promontoire dominant le Congo et offrant aux usa-
gers la contemplation d'un des plus beaux sites de 1'Afri-
que.
Un restaurant parfaitement 6quip6 ct ravitaill, avec ser-
vice par per-onnel europ6en, pourra servir simultanement
140 repas.
Moyens-radio. 1l) Controle local atterissage par mau-
vaise visibility. Une tour de control 6quip6e de materiel
HF et VHF dirige les appareils dans les zones d'approche
et de contr6le de l'arodrome. Du personnel parlant anglais
lui est affect e.
En amount ,le la piste en ciment, un gonio VHF complete
par un beach, n pericet d'assurer les atterrissages par mau-
vaise visibilil .
2) Liaisoa Air-Sol. L'coute des avions est assure
en permaner ce au Gonio HF, dit < de grande navigation >,
don't les relivements peuvent etre regroups par les indica-
tions des Conios HF de Pointe-Noire, Douala, Bangui,
Fort-Lamay, Faya.
Deux emelteurs 1 kw sont affects aux liaisons Sol-Air.
Deux 6melteurs 1 kw, 5 fonctionne i Brazzaville.
Liaisons Point d point. Trois umctteurs d'une puissance
de 10 kwa assurent, sur ondes courts, les liaisons inter et
transcontinei tales, et les communications sont maintenues
avec les correspondents de Paris, Dakar, Alger et, A partir
du 1"' novelbre, avec Johannesburg. Un r6scau d'emetteurs
moins puiss.ints permet d'assurer les transmissions d'inter't
local.
Protection mhtdo. Egalement assuree ; en outre, des
missions splciales couvrant les diff6rents secteurs intircs-
sant les Compagnies de transports, sont faiths reguliercmcnt
apres accor .
Compagnies touchant Brazzaville. Brazzaville est scale
r6guliere d'1ir-France, de 1'U.A.T. et de la T.A.I. (Conatel-
lations, DC 4, Liberators). La Soci6t6 K.L.M. y transported
son escale .Ie L6opoldville le 15 novembre.
De nombreuses Compagnies priv6es (Aigle-Azur, Alpes-
Provence, S T.A., etc....) tonchent egalement Maya-Maya pour


rc'ploitation du riseau interieur de I'A.E.F. et du Cameroun,
et des itin6raires reliant I'A.O.F., PA.E.F. et la M6tropole.
On note une augmentation continue du traffic : premier
semestre 50 : 1.266 movements d'appareils commerciaux,
6.751 passagers, 46 tonnes de poste, ct 1.200 tonnes de fret
local, soit en movement d'apparei!s et tonnage transported
1'6quivalent de toute l'ann6e 1949 sur les deux terrains de
Bacongo et de Maya-Maya.


Gabon

Creation de la region du Moyen-Ogou6

Une nouvelle region administrative vicnt
d'etre cr66c au Gabon. 11 s'agit de la region du
Moycn-Ogou6 don't Ic chef-lieu est Lambardne.
Cette region comnlrend les districts de Lamba-
rdnd et de N'Djold, qui ont it6 d6tach6s de la
region de 1'Ogoiu6 Maritime don't ils faisnient
)artic jusqu'ici.


Un laboratoire territorial au Gabon

Un laboratoire territorial du Gabon a e61 cr66
i Libreville. Cet organism comprend quatre sec-
tions : microbiologie, sdrologie, chimie et recher-
ches des frauds. Cette derni're section rempla-
sera le laoratoire des Fraudes d(jit constitute.


Fin de la chasse a la baleine

La champagne de chasse it la baleine est tcr-
min6e au large des c6tes gabonaises. Les rdsul-
tats obtenus cctte ann6e d6passent sensiblement
ceux qui ont 6di enregistr6s au course tie la prI-
e6dente champagne.
1.401 c6tac6s ont t61 captures centre 1.356
I'an dernier. La production d'huile de baleine
passe de 9.400 tonnes anglaises en 1949 a 10.720
tonnes. En outre, plusieurs milliers de tonnes
de dechets onl 6i1 trails et transforms en ali-
ment pour b6tail et engrais.
Au course de la champagne 1951, la Soci6d Co-
loniale de PNche i la Baleine va s'efforcer de
trailer la viande de haleine pour la rendrc
comestible. Cependant, les premiers essais qui
ont 6td tents auprbs des populations autoch-
tones n'ont pas 6t6 concluantes.


Oubangui-Chari

Constitution de secteurs d'elevage
en Oubangui-Chari

Des secteurs d'6levage viennent d'etre consti-
tu6s en Oubangui-Chari.
Le secteur n" 1, dil secteur central, a Bangui








comme chef-lieu et comprend les regions de
I'Ombella-M'Poko, de la Lohaye, dte I'Ounhnn ct
de ]a Kemo-Grihingui.
Le secteur n" 2, dit secteur occidental, a Bouar
comme chef-lieu et comprend les regions de
1'Ouham-Pende, de la Haute-Sangha.
Le secteur n" 3, dit secteur oriental, a Barn-
beri comme chef-lieu et comprend les regions de
la Ouaka-Kotto, du M'Bomou et les districts
autonomes de N'Deld et de Birao.
Toutes les questions concernant l'6levage et
les products d'origine animal seront soumises
aux chefs des secteurs (d'levage. En cas d'ex-
trnime urgency, certaines questions 1)ourronl Irec
soumises an chef dlu service de I'Elevage, ii
Bangui.

La production de diamants bruts
au course du premier semestre 1950

L'A. E. F. a product, au course du premier
semestre 1950, un tolal de A5.028,3 car:ats de
diamants.
L'Oubangui-Chari a fourni, aI lui seul, 54.410,8
carats, don't 47.23(0 carats provenant de la Haute-
Sangha; le rest, c'est-a-dire 1.617,5 carats, pro-
viennent de Ia N'Gounic (Gabon).


Tchad

Le Gouverneur du Tchad en mission en France

Le Gouverneur de MAUDtIT, chef du Territoire
du T'had, a quitt6 Fort-Lamy pour se rendre
en mission hi Paris, oil il mettra au point l'orga-
nisation des f6tes qui marqueront le cinquante-
naire du Tchad, qui doit rtre cl6bhre prochaine-
ment.


Les pluies causent de nouveaux d6gats au Tchad

La saison des pluies, no Tchad, se prolonge
exceptionnelleiment cette ann6e. )ans la nuit dt
sainedi 7 all dimanche 8 octobre, title violent
lornade :a cause, at Fort-Archanmbull, d'iimpor-
tanis d(giits iateriels.
A Forl-Latmy, 6galemeni, de forltes prkeipia-
lions oil eln lieu samredi. Les ca:u (d C:lari et
du ,ogone continent de Imonter et la situation
devient de plus en plus scrieuse dans lIs hassins
de ces deux fleu\ves lout particuilieremnint dans Ia
rl'gion avoisinant inmmndiaitiement le cief-lie'i dii
Territi ire.







TOGO


A la Commission
de Tutelle
de I'O.N.U.


aE 4 octobre, la
rt union de la
Commission de
tutelle de I'O.N.U. a
1c6 particulisremlent
inarqude lpar l'inter-
Svention de M. SEN-
caon, ddldgud de la
France, (qui, apr's
avoir assure que eI goutverneient francais lien-
drait compt des recommendations du Conseil de
tutclle, a cotnmentd les progros politiques et @co-
nomiques nacomplis dans les territories don't la
tutelle a 6td confi6e it la France.
II a souliC!.ne, notamnilent, quCe les Ipouvoirs des
Asseinbldes representatives allaient dtre 6tendus,
en faisant renmarquer que le 'Togo et le Calne-
roun envoi,-nt des repr6sentants au IParlement
franqais. << Cepelndant -- a-t-il noltd i ce propose
- on ni s'inprovise lps 1dgislateur >.
Abordant la question de la discrimination ra-
ciale, le rcprdsentant de la France a souligne
lqu'au Caln.l'roun ct :n Togo, lNi moitid des mna-
gistrats tallcnt des autochtones. 11 a a"joul qu'il
n'y ava il aicune discrimination racial en Fran-
cc. Qualn l iux in ogri s r6aliscs dans lc domaine
social, M. ,IENGHOi a cite particuliiruenlI I1lah-
borationl dii code du travail s'lappli(quant a ces
territoires, en prciisant que oultes lcs revendic:l-
lions synldiiales avaient ild :iccephics, vN compris
hi scll:lince de lqu:iranie hIeures.
ElI Mi. Sie nlOll, (lui, slcon scs lw)ollres teriiics,
'a l 6'l en talll qI'lu'originaire de territoire non
atilonoiei, ai convene : << Nous sonuines un pein-
plc de l py-,ans altachs au concrete et nous vou-
lons des lilertis collerltes >.
La Commission de tulelle des Nalions-Unies,
:I enlendu, Ie 18 octobre, le 16l16gutd frl'an.ais, M.
Jr.i';a,s, lPrisident Ide ia Coininission de la France
d('Outre-AhMr it Il'Assembl6e Nationale, apporter
les pricisions t(u'il avait annonlces sur les 1116-
thodes d'adlininistration fr-anilise .iu Togo, no-
tainllnlli siir le territoire des tribus dt'Ewes.
L'i n lervllltion de M. 1. I'GLAS r1)londnlit aItlx
critiques f inriulcs par les Philippines, la Chine,
I'lndon;sic et I'lrak, fondces sur deux ttilions
imanant (Iii Prlisident dul piarti de I'unid logo-
laise, M. A lexandrie de Souz,\. Talndis tiule la
p 'relib llr'I reprochlialt, at: goiverneil nllit firal-nI'ais,
le' iode dl- cofliistillatioin (lector:le (q 'il a appli-
qtie a ces [erritoircs, la secoinde faisait Mlat


<< d'arrestations arbitraires >> oper6es par les au-
torites franchises.
Traitant du systime electoral, le President de
la Commission de nl France d'Outre-Mer a fait
remarquer que, si la France avait 6td oblige, en
1946, d'avoir recourse an suffrage censitaire,
qu'elle justifiait i cctte 6poque par la difficult
des recensements, lle a, depuis, 6tabli pour la
designation des membres de la Commission con-
sultative togolaise, un autre mode de scrutiny A
deux degrds < qui allic les coutunies africaines
aux principles de la dmnocratie mnoderne >.
C'cst ainsi a indiqu6 Ie d6ligu6 francais -
que 300.000 personnel out pu participer aux
dernieres elections au lieu de 5.000 seulement
quand le suffrage censitaire 6tait en vigueur.
Apris avoir exprimc I'opinion que I'applica-
tion du suffrage universal t ces territoires 6tait
encore impossible. M. JUGLAS a precise que les
chefs locaux n'avaient pas licence de nommer
les grands 6lecleurs. Un arretd, en date du 2 dd-
cembrc 1949, ad'ailleurs, mis fin au regime des
chefs d6signds, a-t-il ajout&.
En cc qui concern les allegations relatives i
des arrestations op6rdes au Togo, Ic delegu6 fran-
cais a soulign6 que la petition die M. de SOUZA
ctait ainsi rddignde : < L'Adiinistration appli-
que, dans toute sa rigucur, le decrct mdtropoli-
tain rdgissant les reunions en France >.
MN. JI'GI.AS a fail valoir qu'aux terines die c
reglement, il n'elait pas exig6 pour organiser une
reunion, d'autorisalion prealable, Iais une sim-
ple declaration. C'est pour infraction i ce dEcret
que les deux premieres arrestations, mention-
neCs par le President du parti de I'unit6 togolai-
se, avaient ttd, operdes. Les quatre autres, da-
Lant du 24 septemnbre l'avaient td -- a-t-il pour-
suivi sur hla personne d' < agitateurs > don't
1'un brandissait un poignard.


A I'Assemblee representative


La session ordin:irie de I'Asscminble Heprclsein-
tative du Togo a lenu sa seance inatigurale le sa-
medi 30 septembre, it Lomn6.
Le Gouverneur I)io a prononce le discourse
d'ouverture, dans lequel il a insist sur le d&ve-
lop)peienl continue du service de l'Enseigneeiint
et de ]'Assistance nikdicale et, cgaleinent, sur les
iloyens donnes au service de I'Agriculture pour
lui )erimettre d'accroitre lI production du sol,
scule riclesse du Togo. Mais, pour maintenir
cet eflorl, ilne sveire geision fiiancir'i s'imi-
pose.







Lc Cuomiissaire de la Republique a mis cn re-
lief I'aide substantielle que la France apporte au
Territoire au umoyen des credits du FIDES et
qui periet la construction ce travaux d'6quipe-
ment, ci ccci, en d6pit dcs lourdes charges que
la reconstruction et le rdarmement font poser
sur la metropole.
Dans sa conclusion, le Gouverneur DIGO a dd-
clar : << J'affirme que l're des facilities est clo-
se et que, devant les possibilities limiites des res-
sources du Territoire, on se doit de restreindre
le train de vie pour assurer la p6rennite de 1'oeu-
vre 6conomique et social.

A la Conference Africaine de la C.F.T.C.
Dans la matinee du dilnanche 22 octobre, les
congressistes africains de la C.F.T.C. r6unis a
Lom6 depuis le 19 ont entendu un expose de M.
Edouard DAss', Secr6taire de 1'Union des Syndi-
cats C.F.T.C. du S6dngal, d6legu6 par la Conf6dd-
ration A la Conference international d'Eliza-
bethville, sur 1'action international de la CFTC.
L'orateur a insist sur le fait que la C.F.T.C.
avait une delegation entiirement compose de
travailleurs africains, il a montre le travail ac-
compli et pr6sent6 les recommendations adop-
tees. La journde du 23 octobre a td consacr6e fa
P'tude des problmes professionnels.
Les d6lCgu6s se r6unirent par commission
pour laborer le texte des motions qu'ils adopte-
ront ensuite en stance pleiniere ; c'est ainsi que
les ddleguds des cheminots, des fonctionnaires,
des boys et cuisiniers, des employs et ouvriers
du commerce et de l'industrie, de l'enseignement
priv6 venus des differents territoires africains
peuvent confronter Icurs problkmes et prendre
des decisions en consequence. Les observateurs
sont d'ailleurs unanimement d'accord pour re-
connaitre le serieux du travail dans les diff6ren-
tes commissions comme la tenue des d6bats.

**

Apres un large ddbat consacrCd la legislation
social en Afrique, le Congris a rclamin la pro-
mulgation rapide du Code du Travail des Terri-
toires d'Outre-Mer, seule garantie reelle et com-
pl6te de la s6curit6 dans 1'emploi offerte aux sa-
larids. De r6cents conflicts du travail ont encore
mis en evidence son urgente n6cessitd.
Au sujet de la prevention et de la reparation
des accidents du travail risques pratiques
non couverts actuellement dans l'Union Fran-


caise --- Ic Congres a prdconise la creation d'un
systiIme de eaisses a gestion paritaire don't 1'6ta-
blisseinent constituerait la premiere tape pour
hl mrise en place d'un systLme plus ctendu de
SdcuritC Sociale.


Les voeux adopts
aux premieres journees sociales du Togo

Les participants des premnires Journdes Socia-
les du Togo, rdunis h Lomb, sous la pr6sidence
d'honneur du Dr. AUJOULAT, Secrdtaire d'Etat A
la France d'Outre-Mer, les 23 et 24 septembre
1950, aprs avoir affirm solennellement leur
conviction que la famille monogame est la cellu-
le social de base sur et en function de laquelle
doit 6tre bAtie toute la soci6td togolaise, ont 6mis
un certain nombre de voeux, don't, notamment :
Que la dot coutumiere qui est, dans son
sens primitif, la materialisation du respect que
le jeune home porte a sa future femme, ne
porte jamais atteinte au libre consentement des
futurs 6poux, quel que soit leur statute, et soit
rdduite au strict minimum que les chefs coutu-
miers ne devraient jamais permettre d'8tre dd-
passe ;
Que les autorit6s responsables se penchent,
avec attention, sur le probleme de 'habitat et
que soit instauree dans ce pays, une politique du
logement, capable d'aider chaque famille i ac-
qudrir une mason saine et hygidnique.
Que soit encourage l'investissement sur
place des profits rdalisds au Togo afin que cha-
que salaried puisse toucher un salaire lui permet-
tant de fire vivre dIcemmnent sa famille sans,
pour cela, porter atteinte A 1'dconomique 6quili-
bre du Territoire ;
Que le mariagc monogame soit, en toutes
occasions, encourage et prot6eg afin de mettre,
peu A peu, un terme a la pratique de la polyga-
mie, pratique indigne d'un grand people et ce,
notamment, en d6veloppant, par tous les moycns,
l'enseignement fmiinin, sp6cialement sa branch
minagere, et en 6tudiant la possibility de crecr
sur place un service social qui aurait, pour pre-
minire thche, de promouvoir 1'dducalion de la
femme togolaise ;
Qu'un nouvel effort soit fail pour enrayer
le fl6au de la ddlinquence juvenile, notamment
en assurant un contr6le effectif rdel des films
projects au Territoire.







CAMEROUN


Visite
N du Haut-Commissaire
au port de Garoua

SOUCADAUx,
Haut Comn-
,mnissaire de
France au Caineroun,
s'est rendu i Garoua
par avion le 23 sep-
teibre p1our visitor
les installations por-
tuaires et se rendre colmple de I'activit6 saison-
nibre du ]ort. Le lendemain, il a cffectua une
court croisibre sur la riviere, a bord du < Con-
gola >> comfortable unit de la flottille de la Be-
nou6, en compagnie de MM. MATHEY, inspecteur
des affairs administratives, et Pure, chef de la
region.
Au cours de cc bref voyage out 6t examinine
les probl incs que pose I'accroisscment du tra-
fic Pass6 ',n 5 ans de 10.000 A 29.000 tonnes et
les perspectives qui s'ouvrent dc cc fait dans un
proche av.'nir.
En 1951) le tonnage exported a atteint 13.840
tonnes coatre 12.300 en 1949, et le tonnage im-
porlt atteindra 15.300 tonnes contre 12.300.
Des 1951 le traffic du port de Garoua pourra
atteindre 37.000 tennes grace a une incanisa-
tion tres poussec qui permcttra d'acccalrcr les
operation!: de chargemient et dc ddchargemient.
Une mission scicntifiquc 6tudic, par aillcurs
les problenics de navigabilit6 de la Bcnoud ct du
regime des caux du bassin du Tchad el examine
notammnelt les diffdrentes suggestions qu-i ont
Rtd 6mise,; pour augmenter la court pCriode lde
navigabilit6 annuellc, principal obstacle a un
d6veloppeinent rentable de la navigability.


Les elections a la Commission Consultative
permanent Franco-Britannique

Les operations lcctorales pour la Coninission
consultative luargie du Togo sc sont ddrouldes
sais aucun incident.
Vingt-deux (didil uis sur trente ont I6e
elus. Les r6sultats a Lomi, ville et subdivision ;
TsIvie et Palime sont considdrds come reser-
ves en raison du grand nombre d'abstcntions qui
y out 6td enregistrees.


Passage, au Cameroun, d'une d6legude a I'O.N.U.

Mile ZIZZAMIA, representant, a l'O.N.U., de la
< -National Catholic Welfare Association >, ve-
nant d'A.E.F., a fait un court sdjour au Came-
roun, s6jouir au course duquel elle s'est int6res-
sde particulirreiient aux questions sociales et
d'enseignement. Elle a visit de nombreux 6ta-
blissements hospitaliers.
Mile ZIZZAMIA doit sc rendre au Nigoria, au
Togo et au Gold Coast avant de regagner les
Etats-Unis.


Le corps d'Andre Amougou Manga
inhume pres de Yaoundd

L'inhuimation definitive d'Andrd AMouGOI'
MANGA, chef supdrieur des Banes, officer de la
Legion d'Honneur, dUcMdd, le 3 septembre, a Mai-
sons-Laffitte, a cu lieu, le 20 octobre, a Nko-
lneamba, pres de Yaoundd, en presence du Haut-
Coimnissaire ct de nonibrcuses personnalit6s.








MADAGASCAR


lion de la Documentation
breux journalists.


Une Conf6rence
de Presse
sur Madagascar

LE 11 octohre, M.
Robert BA.\m(;'S,
Haut Conmmis-
saire de la hRd ubli-
que ai Madagascar a
fail une conf-rence
de press i ia l)ircc-
en presence de noni-


M. PONCHELET, lnspectcur des Colonies et
charge de mission au Cabinet reprisentait M. Ic
Ministre de la France d'Outre-Mer.
Apres avoir recmercier ses h)les, M. IBAlGItES
entra intinidiatement dans le vif du sujcl, I'eco-
noluie de la Grande lie :

Madagascar est une ile isolLe dans 1'oc6an ilicien en de-
hors des grands courants cononliques niondiaux. Madagascar
a ainsi, replied sur clle-imnc, une vic solvent etriquce ;
on la disait < I'ile heuireuse > ; elle t'tait peut-ktre, en
effet, mais ces temps sont revoluts. 11 n'cst plus possible
aujourd'hui pour un pays cotune notre Gralnde lie de
I'orcan Indien de vivre en ldelors du resent diu nionlde, il
est impossible e e ne pas vivre au rythllme auiquel vit aujour-
d'hui le mionde.
Apr-s des annies difficiles etl uine douloulreuises, Mada-
gascar est a i111 toulrnant de son liistoire, plus exactlenlCilt
apris avoir franchi cletourllant, elle seo troutve imainlteanll
levant ine ligne droite, prate a un nouveau depart.
I'lus que janlais dloin, Madagascar devrait suisciter chlie
nous de I'iiitEtri. je ne dole pas que vous partagicz' vons-
nI4mes in sentlienit d'ilnterkt iA son 6gard. Je repnidrai i
ce sujet iL routes les questions ique vols voudrcI z bien iie
poser. Je crois, tontefois, necessaire auparavant de vous fire
iun tableau succinct die sa situation actuelle.
Stir le plan polilique, Madagascar poursiiil, coinine les
auires Terriloires de 1'Union Franfaise, une evolution. Le
premier stade de cetie evolution au lendeniain de la Liblira-
liou, ;a iet conerelise par les measures lqui out t4e prises eni
1916. Depuis cette ipoque, Madagascar est divis- en cinq
provinces admninistrecs par un fonctionnaire appel6 chef lde
Province et assist par uine assneble 6luec al suffrage res-
Ireint, I'assembllic provincial. Les assemlllces provincials
out des attrilbulions qui sont en gros comnparalles I crelles
des conscils genBraux de la netropole avec, cependant, des
prerogatives plus large dans certain domnaines et notail-
mient en mali-re fiscal et bundgtaire. A Tananarive, uine as-
senldule represenlative don't les m restre soln d6signis par
les assenbllees provinlciales quii les choisissent dans lert
sein. Cette asseniblhe esl coniine un petit parlemcnt local.
Elle a des attributions comnparables A cells des assembly es
provinciales, mais plus large et int&ressant les matiabrcs
concernant I'ensemuble de I'ile.
II i'est pas doulteux ique .s populations dIe I'Il. e'ro.-
pienne ont autorclollto, out, eln nlatiere politique. une maiii-
rite moins grande q(ue les populations tde la mntIropolh ct


pourtant nos assemblies ont fourni depuis plus de trois
annees la preuve qu'elles apportaient le plus grand serieux
a 1''tude des questions qui leur sont soumises et qu'elles
etaient impr6gnies avant tout du souci de l'intiert g6nral.
Je dois avouer que les membres de ces assemblies sont
peut 6tre moins pr6occupes que les imenbres le nos as-
sembl6cs metropolitaines, de petits int6rkts personnel ou
locaux. Elles nieritent done que soient prises a Ilur 6gard
des measures de decentralisation qui viendront consacrer ine
tendance i l'auitonomie administrative don't le principle a 6t6
pose au lendenain de la Liberation mais qui n'a pas &te
jusqu'ici entierelnent r6alis6. Cela m'a incit6 i proposer au
gouvernement un elargissemenit des attributions des assem-
bl6es. Le principle d'autonomic administrative de nos terri-
toires d'Outre-Mer a &td pose en 1946. On a fait une pre-
miibre application de ce principle en creant ces assemblies
et en donnant des pouvoirs de deliberation, mais je crois
que I'on peut faire un nouveau pas en avant en proc6dant a
de nouvelles nicsures de decentralisation.
Le Docteur AUJOULAT, Secretaire d'Etat i la I:rnce d'Oi-
tre-Mer, signalait n11 jour colnme line anomalie, L la tribune
de I'Assenlblee Nationale, quei la reglemenitation des loyers
Itc Tahiti levait fair l'olbjcl des deliberations du Parlenment
fralnais. Nous avons, je crois, sur les bureau de l'Assem-
bl6e Nationale quelIue deux inille projects du propositions
tie loi n instance ; on enconmlre le I'arlenient par des
Iravaux dit genre de celui que citail le Docteu r NtUJOULAT.
Cet cxemnple est applicable a Madagascar. Nouw avons un
project de loi coincernant les loyers i Madagascar el no s
vivols sur lun1e regleiientatiou des loyers ancienle et mal
adapt6e aux conditions locales parcel que notre project de
loi n'a pas e6i vote. Je ne sais pas 6'il le sera avant la fin
de la legislature. 11 est ilncontestable que dans ce doinaine-lia,
il faiut sortir d'une centralisation excessive qui paralyse I'c.-
tion des assemblies locales et des pouvoirs locaux. Jai
ionc propose uine extension (Iu pouvoir dies assentl(ites :
Ioutes les questions d'interet local seraienl reglces par I'As-
selmblle RIpresenlalive on, Ie cas reliant, par les asscmli'es
provinciales ; les affairs rigies par la loi on par d&cret
etlant setclenent les questions engageant la responsabilitt
Idu (;onverinetlel oi int6ressant l'ensenmble des TerritLorcs
dle I'Union franuaise. Ainsi, la population de Madagascar
sera appel6c ai prendre unie IllUs large responsabilite dans
la gestion des Affaires publliques.
Dans Ie ltniiie ordre d'idees, c'est-a-dire association plus
large de la popntlation aux responsabiliti s du pouvoir, dc-
conccnlration et decentralisation administrative, j'ai propose
l'extension des pouvoirs des nmunicipalitls etla creation de
nouvelles conmiunies. (elles-ci sont en tres petit nonibre. Je
pncse eli career une dizaine rapidemelnt. J'ai renis d'autre
part ien fonetionneiient une institution Iradiitionnelle mal-
gache : eI Iokonolena qui correspond ai notre organisation
itnllicipIle, mais niieux adapt aux conditions el al teln-
peranenlt local, et quii permnet l'admlinistrati on des petites
collectiviits aulochtonei s rurales. Ces institutions iaienlt tomn-
hiecs eni dtisutelude depuis pr s d'un deiii-sietrcl. t il faut
reconnaitre ilque jusqiu' ulne 6poque toutie recellte, on n'avait
pas songI a Its fair sortir de l'oubli. Mon pr6decesseur
avail lti te une experience qui s'6tait averet si concluante
que j'ai cril devoir donner in statlul 1gal i ces institutions
ilout j'espi-.le irer no Irbs grand part.
De la sort, Madagascar doit se troliver armnt pour pour-







suivre sa route sur la voice d'lune evolution ratiunnelle et de
large d6centr:ilisation.
Dans le doimaine 6conomique, la situation de Madagascar
est un pen comparable A celle des autres territoires de
FUnion Fran.aise, avec cette difference que les 6v6nements
de la guerre et de la rebellion out provoque dans 1'6co-
nomie du pays des perturbations don't les effects se font en-
core sentir.
Ses principles richesses, Madagascar les trouve dans ses
exportations Ile matieres premiLires ou de products semi-
manufactures. Or, ces exportations sont A peine sup6rieures
a la moiti6 de ce qu'elles etaient avant guerre. Dans un pays
come Madagascar, qu'avons-nous comnle resources ? Les
transactions commercials internes qui, par example, en
France, sont :xtremement inlportantes, tiennent a Madagas-
car une place relativement restreinte dans l'economie gene-
ralce du pays.
Les ressour-es, nous les trouvons dans le produit de nos
exportations 't dans les investissements publics ou priv6s
qui peuvent so faire, ccux-ci venant obligatoirement de I'ex-
terieur. Or, je dois vous dire que les investissements priv6s,
jusqu'a maintnant, ont Et1 peu important puisque, come
je vous le isais tout a l'hleure, Madagascar n'a pas eu
l'heur de susiiter un tris vif intLr8t dans la plupart des
milieux intrnopolitains et en particulier dans les milieux
d'affaires. Les investissements publics sont representIs pour
nous par le I lan, par le FIuE' sons former de subventions
et d'avances nais je dois dire qu'etant donni la situation
actuelle de la France, celles-ci sont bien inf6rieures A ce
que nous d6sirions qu'elles soient.
Reste le produit de nos exportations. Nous exportons la
moitie moins qu'en 1938. A, quoi tient cette diminution ?
D'abord, la guerre et la rivolte interieure ont passe par la.
Les plantatioiis n'ont pas itt entretenues, des champs ont
ite d6vast6s. ('est ainsi que Madagascar n'exporte que 25.000
tonnes de cain, alors que le chiffre de 40.000 t9nnes fut
atteint avant la guerre. Les difficulties pour exporter les
products r6sid -nt 6galement dans les prix de revient qui sont
trop BlevBs pour soutenir la concurrence sur les marches
mondiaux. C'rst le cas du manioc et des products de la
feculerie, c'esl le cas aussi des conserves de viande.
Que faire Ipour remedier A celte situation ? Intensifier
la production et diminuer les prix de revient. Tels sont les
deux huts essentiels du programme d'action economique
don't j'ai arrli les grandes lignes et don't j'espbre assurer
la, r6alisation dans un delai aussi bref que possible.
Pour produire plus, il faut d'abord am6liorer les planta-
tions existantcs, renouveler les plants trop aig6s et fatigues,
introduire darts les plantations autochtones l'utilisation d'en-
grais et de minyens mIcaniques, enfin, mettre en culture des
tastes regions fertiles non encore exploities.
Nous avons done mis an point un programme d'action
qui comporte l'am6nagement de vastes regions au moyen
d'investissements publics on priv6s. Je le r6pLte, ces inves-
tissements publics, c'est le FIDEs et la Caisse Centrale de la
France d'Outr -Mer qui nous les procurent. Nous avons aussi
un large programme d'6quipement portuaire, routier, d'am6-
nagements hydrauliques agricolcs. Ces investissements pu-
blics travaillet souvent en liaison avec une initiative privCe.
L'exemple le plus intbressant L, Madagascar est celui de la
Mahavavy, grosse soci6t6 mntropolitaine ayant reCu l'aide fi-
nanciere du Iides pour amenager le delta d'une riviere de
la c6te ouest. dans le but d'assurer, apris realisation du
Plan, line production de 50.000 tonnes de sucre et le raf-
finage venture I de plus de 100.000 tonnes en provenance de
pays productcurs de l'oc6an Indien.


II faut aussi amnliorer la production indigtne qui, i
l'heure actuelle, fournit plus de 80 % de nos products d'ex-
portation. C'est par l'intermidiaire des Fokonolona, ces ins-
titutions municipales traditionnelles don't je vous ai parley

tout a l'heure, que j'ai l'intention d'obtenir cette am6liora-
tion. Les Fokonolona jouant en quelque sorte un role de
cooperative et plus precisenment un r6le analogue A celui des
secteurs de modernisation du paysannat qui existent au Ma-
roc et qui out donn6 de tres billants r6sultats. Nous pourrons
ainsi au moyen des fonds qui seront mis i notre disposition
a litre d'avances par la Caisse Centrale de la France d'Outre-
Mer doter les exploitation autochtoncs de moyens m6cani-
ques perfectionnes ct modernes, de semences selectionnies
et d'engrais appropries.
Madagascar, ne l'oublions pas, est un pays particulieirement
propre A la culture du riz. Mais le malheureux cultivateur
malgache cultive sa rizilre avec un instrument qui est une
simple beche h long inanche. Avec des procedes rudimen-
taires, il arrivait cependant i obtenir un rendement de 15 Ai
1.600 kilos A I'hectare. Si on utilisait des engrais, on pour-
rait doubler le rendement. II faudrait pour ceci un-orga-
nisme charge d'acheter les engrais et de les distribuer A
titre d'avance A I'agriculteur qui ne possede pas, 4videm-
nient, de disponibilitL de tresorerie. Ces avances seraient
remboursees soit en numllraire, soit par abandon d'ulne parties
ile la r6colte.
Je ne-doute pas que, grace a une politique coordonn6e
ldans ce sens, nous puissions arriver rapidement a produire
autant que nous le faisions il y a une douzaine d'ann6es et
nine dlpasser ensuite le chiffre d'exportations de 1938.
Inutile de vous dire que, dans le programme de notre
miuse en valeur de Madagascar, l'exploitation des mines de
carbon de la S.A.K.O.A. doit, selon moi, tenir ine place
dre premier plan. La decision, en cette matiere, income
cventue!lcmenit au Gouvernement et mnime au Parlement, en
reason de l'iinportance des investissements qui seraient n6ces-
saires et de la place iqe tiendrait nos charbons dans l'Nco-
nollic generale de l'lUnion Fran;aise. A l'heure actuelle, les
Iravaux de prospection sont menes par le Bureau Minier de
la France d'Outre-Mer. II ne semble pas qu'il y ait ia pr&-
voir des difficultIs techniques, nous nous trouvons seule-
ilent en face d'un problime commercial pour P1'coulement
dc notre production et 6galement devant un probleme d'uti-
lisation sur place de I'Nnergie fournie. Je vous ai parley tout
Ai l'heure de la n6ccssi16 d'utiliser des engrais, les rizieres
lcieandant, par exeuiiipl, des engrais aotls. Nous aurions
peut-ltre. la possibility di'utilis;r le carbon de la S.A.K.O.A.
i1 la fabrication de crs arnirais. Une 6tude en ce sens est en
w'oirs actuellement. On pent envisager 6galement la creation
<1'une central thermique, d'une fabrique d'engrais chimniques
ct peult-tre aussi d'ulne fabrique de carburants synthetiques.
II en existed d'ailleurs dans l'Inde.
Cette augmentation de la production du sol et du sous-sol,
c'est-i-dire, en definitive, cet accroissement des richesses
de la Grande Ile doivent servir avant toutes choses, i conm-
pl6ter P1'quipement social. Je dois dire que dans ce domain,
l'effort r6alis6 a Madagascar est de6jj considerable. II est
peut-6tre en moycnne, supericur i celui qui a 6t6 realis6
dans les autres territoires de l'Union Francaise.
En matiere d'Enseignecment et de Sant6 Publique, mnes
pr6edcesseurs ont ri-alis6 uine oeuvre magnifique qui fait
l'admiration de tous nos visiteurs. Le nombre des enfants
fr6quentant les ecoles d16passe a Madagascar 200.000. Cela
repr6sente un tiers de la population d'fige scolaire ct cette
proportion a etL rapidti ient at:einC'te da-! is In pays Li 6volu-








tion pen marquee. Ce chiffre serait largement d&pass6 si
nous poss6dions les locaux suffisasts.
Je dis nos ceoles, c'est-aidire, i la fuis lets cole privees
et publiques. L'activit6 des missions religieuses, catholiques
et protestantes, est trVs grande et les .6coles priv&es renfer-
ment plus du quart du nombre des enfants fr6quentant les
course du cycle primaire. Notre effort se poursuivra dans ce
domaine par la formation de maitres experiment's, la cons-
truction de nouveaux locaux, le d6veloppement de I'ensei-
gnement technique et la creation d'6tablissements d'ensci-
gnement sup6ricur. Est notamment prevue la creation d'un
Institute Universitaire comparable i celui qui vient d'etre
cr6 i Dakar.
Le Service de Sant6 montre, combine Ic Service de 1'Ensei-
gnement, une activity fructueuse. Le Service d'Assistance
midicalc dispose i Madagascar d'une armature extremement
solide. Cette assistance nmdicale s'exercc surtout en profonl-
deur et touche ll masse mIeIm e de la population. Grace aux
vaccinations systmiatiques au mnoyen d'un vaccin invent
par deux m6decins de Madagascar, les docteurs Robic et
Girard, la peste a pratiquement disparu de la Crande lie
alors qu'elle faisait autrefois chaque ann6e plisieurs milliers
de victiines. La scule end6mnie s6rieuse qui subsiste encore
est le paludisme ; nmais nous avons engage centre cette
maladie une lutte de grande envergure : administration
reguliire aux enfants d'anti-paludiques synth6tiques et pul-
verisations dans toutes les habitations, dans touts les villas
ct tous les villages, d'insecticides a base de D.D.T.
D6ji les hospitalisations pour paludisme sont moins
nombreuses, la mortality en grosse diminution et les nais-
sances en augmentation. Nous pouvons estimer, et nouls
commentons d6jiA i le constater, que la lutte contre le
paludisme permettra i la population de s'accroitre de 60 a
70.000 inies par an.
M. Bargues conclut :
Je viens de brosser sommairement devant
vous un tableau des resultats de la presence
francaise a Madagascar et de vous indiquer les
grandes lignes du programme que j'ai l'intention
de realiser pour poursuivre l'oeuvre entreprise et
donner A la Grande lie une armature economi-
que et social qui dolt fire d'elle un grand pays
moderne.

Foire commercial

Le dimanche 22 octobre le Haut-Commissaire
de la R6publique a Madagascar accompagn( de
diverse personnalites s'est rendu A Diego Suarez
pour inaugurer la foire commercial de cette
ville. Dans une allocution, il remercia les r6ali-
sateurs de cette belle manifestation et insist
sur l'intir6t dconomique de la Foire. Ayant rap-
pel6 la n6cessit6 de toujours produire mieux A
djia sensible des exportations de la Grande Ile
vers les zones dollar et sterling. M. BARGUES fit
connaitre ensuite que les travaux du Plan 6taient
entries dans la phase des r6alisations et indiqua
ce qu'avaient Rt6 les resultats de sa mission it
Paris. Enfin le Haut-Cammissaire remit A un
artisan de I'art de l'dcaille le diplome du meil-
leur ouvrier de France.


La M6daille d'or de I'Education Physique
a M. Bargues

M. Andrt MORICE, Secretaire d'Etat a la Jeu-
nesse et aux Sports, a decerne a M. BARG'IES.
Haut-Commissaire de la Rdpublique Francaise a
Madagascar, la M6daille d'Or de I'Education
Physique et des Sports. Le ministry a voulu par
cc geste, reconnaitre l'impulsion qui a etC don-
n6e aux Sports sur le territoire de Madagascar
sous l'dgide du Haut-Commissaire.


Mort du R. P. Samuel

Le R.P. SAMI'EL, de la Congregation des Pbres
du Saint-Esprit, est decdde a l'Age de 80 ans a
l'Evech6 de Majunga (Madagascar) laI suite
d'une longue maladie. Originaire dt Trebas,
dans le Tarn, le P. SAMUEL a exerc6 son sacer-
doce durant un demi-siecle sans etre revenu en
France. Les obsiques ont 6t6 clehbrdes en pri-
sence des personnalites officielles.


Pour la lutte anti-acridienne

La Chambre de Commerce, d'Agriculture, et
d'Industrie de Majunga, a prkconis anu course
d'une ricente stance, l'achat sur les fonds du
budget g6ndral ou du Plan de cinq avions pour
la lutte anti-acridienne.
Cette Assembl6e serait disposec i mettre une
certain some a la disposition de la Soci6tW qui
serait cr6.
De son c6td, l'Assembl6e provincial envisage
cette solution pour la lutte anti-acridienne con-
tre ce fleau.


Visite h Madagascar
du Gouverneur du Tanganyika

Sir Edward TWINING, Gouverneur du Tanga-
nyika en visit A Madagascar, est arriN, Ai Tana-
narive le 20 octobre. II Rtait accompagnc de Lady
TWINING et de diverse personnalit6s de son Ca-
binet. Ils furent accueillis par le Haut-Commis-
saire et par Mme BARGUES, par le Gouverneur
GAUTIER, Secrtaire G6n6ral, l'Amiral AUBOYNEAU,
M. OAPAGORRY, Inspecteur G6ndral des Affaires
Administrative et de nombreuses personnalites
officielles. Dans l'apris-midi, il visit le Palais de
la Reine et sign le livre d'or de l'H6tel de Ville.
Le 22 octobre Sir Edward ct Lady TWINING,
sont all6s a Diego Suarez oil ils assistant f une
fete folklorique. Le 23 les visiteurs se sont ren-
dus A Nossib6 puis A Majunga.
A son depart le Gouverneur du Tanganyika a
declare :








< J'empor':e, de mon trop court passage it Ma-
dagascar, le sentiment reconfortant que la colla-
boration fratneo-britannique en Afrique n'est pas
un vain mol.
Anglais el Francais d'Afrique ont inlut~t, au
plus haut point, A collaborer 6troitement. ,lc
m'efforcerai de multiplier les relations par terre
et par mer entire Madagascar et Dar Es Salam,
afin de multiplier les changes commerciaux ct
les changee; culturels >>.
Le Gouverneur et sa suite sont repartis le
25 octobre, pour Dar Es Salam, par avion.


Dais les Assembl6es provinciales

Tnananaric'. L'Assembl6e provincial de Ta-
nanarive, a: course de la session qui se ddroule
actuellemert, a entendu les differents rapports
des chefs d& service. En ce qui concern les Tra-
vaux Publics l'Assemblee a reconnu que l'insuf-
fisance des moyens financiers ne permettait pas
d'entretenir convenablement le r6seau routier de
la province Ce n'est que lorsque la province
pourra conlracter un emprunt qu'elle entrepren-
dra les tral aux important.
Le chef de la province, apres avoir soulign6
le climate de collaboration et de comprehension
r6ciproque qui rignait dans I'ile, a indiqud l'ex-
cellence des recoltes de cette annec : 200.000
tonnes de riz, 16.000 tonnes de mais, 115.000
tonnes de nanioc, 50.000 tonnes de pomnies de
terre, et a ajout6 : il y a de grands cspoirs pour
Ia recolte de tabac.
II a rappele, aussi, 1'aide de la metropole
(90.000.000 et du budget provincial (142.000.000)
prdvue pour les travaux, et, notamment, pour la
lutte contrie les sauterelles et le paludisme, 1'dle-
vage, les services de sant6 et 1'essor de I'ensei-
gnement.



Tamatave. L'Assembl6e provincial de Ta-
matave a lermind ses travaux le samedi 7 octo-
bre. Le budget 1951, qui s'dquilibre, en recettes
et en d6penses, A 71.034.400 francs, a Wtd vote.
La tendan:e g6nerale de l'Assemblee a Rtd de r6-
duire au maximum toutes les depenses et de fai-
re la chas e aux abus ainsi qu'aux d6penses inu-
tiles pour reporter la totality des credits sur les
routes et bacs, don't la dotation global a Wtd
port6e A 110.000.000.
Aux recettes figurent deux sources de recettes
nouvelles : l'imp6t sur le revenue attribu6 aux
provinces h partir de 1951 et la taxe de d6velop-
pement economique de 2 % sur le chiffre d'af-
faires. On note, 6galement, ine augmentation du
taux des patentes, de la taxe sur les automobiles


el vehicules divers et till droit de statistiquc
sur les marines a feu. Par contre, la taxe sur les
bovides est rament'rde de 70 i 60 francs.



Fianarnntsoa. Lors de l'ouverturc de la ses-
sion ordinaire de l'Assemblec provincial de Fia-
narantsoa, le Chef de la Province a prononce, de-
vant les conseillers et les nombreuses personna-
lit6s prdsentes, un discours inaugural, au course
duquel il a fait savoir aux conseillers qu'ils au-
raient a se prononcer sur la creation d'un cer-
tain nombre de collectivil6s aulochtones rurales
dans la province, ainsi que sur 1'6rection en com-
nunes de certaines agglomerations importantes
disposant de resources suffisantes.

.: L: decentralisation des Services centraux a precise
lc chef de la province -- va itre ralis6e i partir du 1'
janvier 1951, notamment par la suppression ties subventions
du budget general et la creation, au b6n6fice des provinces,
de recettes nouvelles par I'institution d'une < taxes de dive-
loppement Beonoinique >.
<< Le volume du budget 1951 n'est, toutefois, en augmen-
tation iue de onze pour cent sur celui de cette ann6e. Dans
loute la measure compatible avec le fonctionnement normal
dc I'Administration, les depenses improductives ont &6t
rtduites an profit des services sociaux. Ce sont eux les
principaux Ibtn(ficiaircs des augmentations de taxes propo-
sees >.

Puis, le Chef dce la Province a 6numnr6 les r1-
sultats obtenus dans les divers services de la
Province :

Assistance medical indigene. << Les postes m6dicaux
de brousse, qui avaient et6 detruits, sont, a present, tous
reconstruits. Le problem demographique par la protection
de l'enfance a et6 Ic souci constant du Service de Sante. Des
maternit6s ont kt6 crtees. L'einploi du D.D.T. a 6t6 g6n6-
ralis6 dans toutes les zones d'end6mic pesteuse. Une 6quipe
mobile d'lygiene ct de prophylaxic a 6tl cr66e dans le
courant de cette annee. A Fianarantsoa, d'importants travaux
doteront le chef-lieu de la Province d'un Centre hospitalier
mnoderne qui repondra aux besoins d'une noibreuse popu-
lation >>.
Service de l'Enseignement. Un contigent de quarantec
six instituteurs nouveau est venu renforcer les effectifs de
la province >.
Service des Sports. << Par Ia construction et 1'anmna-
genient de states ct de piscines en course de r6alisation, ce
service contribuera ii former une jecnesse saine >.
Habitat. ,.
Le chef de la province a donn6, cnsuite, quelques pr6ci-
sions sur les plans qui ont servi de base A l'Blaboration
ldu budget.
< En ce qui concern le d6veloppement 6conomique de
la province, un plan triennal d'action 6conomique, qui a
recu I'approbation du Ilaut-Conmnissaire, est venu compl6ter
le plan d6cennal. Le service des'Forkts s'attachera, princi-
palement, aux problems de la conservation des sols.







Le Service de l'Agriculture s'attachera i vulgariser les
pratiques modernes par l'introduction de charrues, d'engrais
et de semences dans les villages. En outre, deux groups
mobiles de labourage, dotes de moyens m6caniques moder-
nes, de tracteurs en particulier, auront pour mission
d'effectuer des labours de collectivit6s en collectivit6s.
En ce qui concern la production caf6itre, qui est la
plus grande richesse economique de la Province, le Service
de 1'Agriculture s'efforcera d'amiliorer les cultures autoch-
tones par des cessions de plants silcctionnis.

Le Chef de la Province a conclu en disant que
la situation financiere favorable montrait que les
provisions 6tablies lors de la derniere session
ordinaire 6taient exactes et qu'il n'y avait pas
lieu d'avoir aucune apprehension sur le derou-
lement de cette ann6e financirre.


La lutte anti-palustre b Madagascar
Depuis 1940, la lutte anti-palustre a pris, h
Madagascar, une orientation nouvelle, grace it
I'emploi des insecticides de contact, A base de
D.D.T., en pulv6risation dans les habitations.
Au course de 1'annie 1949, vingt-cinq 6quipes
de pulv6risation ont 6td form6es et leur action
a commence, a Tananarive, le 21 septembre
1949. Depuis plus de cent soixante mille habita-
tions dans la moiti6 nord de 'Ille ont ti6 trait6cs
et certaines d6dj plusieurs fois.
Dernieremcnt, le professeur CAMBOURNAC, de
nationality portugaise, expert conseil paludolo-
gue, pour I'Afrique, de I'Organisation Mondiale
de la Sant6, a exprim6 sa vive admiration pour
I'action menee par les services anti-paludiques
A Madagascar et les r6sultats obtenus en moins
d'un an.
A la suite de cette visit, le Haut-Commissaire
a recu une lettre de felicitations et de remercie-
ments de l'Organisation Mondiale de la Santc
don't le siege est A Genbve.
Le m6decin-colonel BERNARD, chef du service
anti-paludique de Madagascar, vient d'6tre invi-
t6, par I'Organisation Mondiale de la Sante, a
assisted A la conference du Paludisme, qui aura
lieu a Kampana (Ouganda) du 27 novembre an
9 d6cembre. II y pr6sentera un rapport sur son
action 4 Madagascar.


La second mission francaise aux Kerguelen

Au course d'une conference de press faite le
18 octobre au ministcre de la France d'Outre-
Mer, M. SICAUD, administrateur des colonies, a
fourni des pr6cisions sur la second mission aux
iles Australes don't il va assurer la direction et
qui cst organis6e par le minister de la France
d'Outre-Mer avec le concours d'autrcs ministries
et de la M6tdorologie Nationale.


Cette mission quitter Marseille a bord de
1' < Italo Marsano >>, affrWt6 par les Messageries
Maritimes le 5 novembre, pour arriver aux iles
Kerguelen le 14 d6cembre, c'est-A-dire en plein
6td austral. Elle comportera quatre mdtdorolo-
gistes, quatre radios, une 6quipe scientifique de
biologists que dirigera le colonel MILON, ainsi
qu'un d6tachement du g6nie, des d6panneurs
micaniciens et des ouvriers sp6cialis6s.
Les buts de la mission tendent A un 6tablisse-
ment permanent dans les iles Kerguelen qui
comportera uen station mit6orologique dans la
baic du Morbihan, travaillant en liaison avec
l'installation de la < Nouvelle Amsterdam D, une
station ionosph6rique, une station de sismologie
ainsi qu'un post de radiosondages. La mission
procedera 6galement A des 6tudes biologiques et
g6ophysiques. Ses 6tudes porteront enfin sur
1'6nergic 6olienne et sur I'dnergie hydraulique.
La mission 6tudiera, d'autre part, la creation
d'une base adrienne en vue d'une liaison Afrique
du Sud-Australie.
Se situant essentiellement sur le plan scientifi-
que, I'ensemble constituera un 6tablissement ty-
pe de cooperation international, les provisions
de temps devant servir principalement i li'Aus-
tralie.
M. SICA'D a dressC ensuite un bilan des r6sul-
tats de la mission qu'il avait dirigde en 1949 et
au course de laquelle l'aviso < La Pdrouse > avait
proc6dd6 t des 6tudes hydrographiques aux iles
Kerguelen qui comprennent plus de 300 iles et
ilots d'unc superficie total gale a celle de la
Corse, avec un d6veloppement de cotes d6pas-
saun 1.200 kilomitres. Les miles Kerguelen avaient
6td occupies pendant la guerre par des corsaires
allcmands qui s'en servaient come base pour
attaqucr les convois venant d'Australic.
Les deux missions mat6rialiseront les droits A
la souverainet6 de la France sur I'archipel des
Kerguelen, qui font parties des d6pendances de
Madagascar don't elle relevent.
La mission de 1950 emportera 2.000 mitres
cubes de mat6riaux divers, qui doivent servir it
la construction de deux bitiments en bois de
55 mitres de long ct d'un troisibme hbitiment
destiny a la radio-m6t6orologie. Elle assurera la
relive dc 1'6quipe de la < Nouvelle Amsterdam >
qui y s6journe dcpuis plus de quinze mois.
La mission disposera, quelques mois aprbs son
arrive, d'un avion qui doit servir aux travaux
de cartographie et a l'observation des peuple-
ments d'dl6phants de mer et des passages de
citac6s.
Cette conference trs suivie a 6td faite en prd-
sence de M. VADRINE, charge de mission au Ca-
binet et qui repr6sentait M. le Ministre de la
France d'Outre-Mer.







NOUVELLE CALEDONIE ET DEPENDANCES


Les realisations du plan d'6quipement
en Nouvelle-Caledonie
GrAce aux fonds du Plan d'Equipement, le
Gouvernement et le Conseil General ont mis sur
pied un prog.;ramme d'action social et profes-
sionnelle don't la r6alisation stimule l'entreprise
et est une source de travail dans le Territoire.
L'ensemble des travaux entrepris actuellement
ou terminus represente une valeur d'environ
100.000.000 de francs C.F.P.
Ecole des Moniteurs indigenes de Nouville,
10.000.000, achevee.
Laboraloire Gaston BOURRET, 2.000.000, en
voie d'achevement.
Sanatorium du Col de la Pirogue, 5.700.000,
en voie d'acllvement.
H6pital de Ducos (village hapsdnien)
27.000.000 ; les travaux doivent commencer in-
cessamment et seront complement A charge de
la M6tropole
Atelier Central Administratif avec materiel
moderne, 8.(100.000, termine.
Ecole professionnelle munie du materiel
necessaire, situee A proximity du college La Pd-
rouse, 20.00(.000, termin.e.
Ferme-,icole de Port-Laguerre, 7.000.000,
en voie d'organisation avec constructions de di-
verses annex es.
Enfin, le gouvernement mntropolitain a au-
toris6 la construction de 10 villas au Mont-Cof-
fyn sur une des hauteurs de la ville de Noumea
oh seront log6s les membres de la Commission
du Pacifique-Sud, 15.000.000 ; en voie d'acheve-
ment.
Parmi les projects qui seront bient6t r6alis6s,
citons l'edifit:ation prochaine sur le quai de Nou-
mea de doclks don't l'armature mitallique est ar-
riv6e recemment de France.
La troisimine conduite d'eau Dunmbia-Noumea
(riviere de la Dumbia) sera construite l'annee
prochaine, 150.000.000.
Enfin, revision complete de l'6clairage mari-
time des ap,)roches du Port de Noumea.
Une des plus belles realisations locales est
sans contest; I'installation du Sanatorium du col
de la Pirogue (43" kilom6tres) A 380 m6tres d'al-
titude. Les :lix maisons comprises dans ce sana
s'6levent sur des plate-formes en gradins aux
abords d'un'e. fort. Les allies du village sont re-
couvertes de gravier de riviere. II y a de 1'eau A
profusion ; elle circle alimentee par un r6ser-
voir de 80 mntres cubes situ6 en amount. Un grou-


pe 6lectrogene fournit le courant aux habitations
et A certain des chemins d'acccs A travers la
fort.
Une route conduit aismnent A cette station
don't le cofit avec la route s'6elve rappelons-le
a 5.700.000 francs.
L'Ecole professionnelle s'ddific en face du Col-
l1ge La Pdrouse, non loin de la baie de l'Orphe-
linat A 1 km. 500 an centre de la ville. Elle com-
prend un bAtiment principal A un dtage, et des
bAtiments annexes. Le premier recevra quatre
sales de classes et A l'Ytage des logements pour
les professeurs ; les derniers abriteront les ate-
liers de fer, de bois, et de 1'enseigneirent m6na-
ger.
Cette nouvelle organisation professionnelle est
certes appelde A rendre de grands services aux
jeunes du Territoire qui recevront ainsi un en-
seignement technique don't ils sont malheureuse-
inent prives. Mais la section < Enseignement
Manager > est I'initiative la plus heureuse oi
nombre de jeunes filles seront utilement formees
dans une ambiance des plus heureuses.
Un effort marquant reside dans le fonctionne-
ment de l'Atelier central administratif. Rappe-
Ions qu'en fevrier 1947 (il fut decide de doter Ic
pays d'un atelier administratif pouvant adminis-
I'entretien et la reparation du materiel adminis-
tratif d'oi, si la chose 6tait correctement mende,
une economie mat6rielle voire de temps.
Quelques mois plus tard, en avril trbs exacte-
ment l'Atelier Central Administratif se substi-
tuait A I'ancien Atelier des Travaux Publics et
s'installait dans un des anciens ateliers desaffec-
tes du vieux chemin de fer.
A l'usage, on constata quc les batiments mal
appropries, le materiel archaique de l'ex-atelier
du chemin de fer, ne repondaient plus aux nd-
cessites. II fut en consequence decide la cons-
truction d'un nouvel atelier convenablement
6quipe construction rendue possible grAce au
Plan d'Equipement. Commence en fevrier 1949,
le nouvel atelier se trouve en decA de l'enceinte
de Noumda, sur un terrain situd en arriere plan
d'un hectare don't environ 5.500 m2 de surface
couverte.
Le bAtiment principal comprend, au nord un
hall de 32 mntres de long sur 14 mbtres de lar-
ge reserve A la reparation de camions et autres
important engines mecaniques ; au sud, par un
hall parallele au premier destined la reparation
des vehicules l6gers. Les deux halls sont relies
A 1'est par les bureaux et le magasin d'outillage ;
a l'ouest par l'atelier des machines-outils.
Au centre du bAtiment principal, entire les
deux halls, d'une part, le magasin d'outillage et







l'atelier des imachines-outils, d'autre part, se
trouve une cour int6rieure oh sont installs les
douches, vestiaire et appareils sanitaires.
A la limited ouest du terrain, a l'arriire-plan
du bAtiment principal est construit un hangar
important comprenant la station de lavage et de
graissage, le magasin de materiel, I'atelier de
chaudronnerie, la forge ct les garages.
II nous serait trop long d'6nuinerer l'outillage
moderne don't dispose l'atelier. Indiquons seule-
ment qu'en plus de celui-ci, 1'Atelier Central Ad-
ministratif a recemment inaugur6 un telespeaker
avec 7 postes secondaires une innovation pour
le territoire. Cette installation permet, du bureau
de la direction technique, d'entrcr individuellc-
ment en conversation avec le personnel, sans que
celui-ci ait i interrompre son travail.
En dehors des ouvriers sp6cialis6s qui sont
tons s6lectionn6s et porteurs de s6rieuses r6f6-
rendes, des aides-m6caniciens sont actucllement
recrutds h l'essai pour une pcriode de six mois.
Ils recoivent une formation grace a laquelle ils
deviendront des ouvriers parfaitement qualifies.
Ces emplois, fort recherchs, dit-on souvent,
sont en principle r6serv6s aux jeunes gens ag6s
de moins de 19 ans titulaires d'un C.A.P. ou de
tout autre certificate sensiblement equivalent.
Selon l'avis d'ing6nieurs et sp6cialistes 6tran-
gers connaissant bien les gens et choses du Pa-
cifique, cet atelier cst de loin, un des mieux
organisms de la region.

Vers I'exploitation possible des pal6tuviers

La Compagnic Francaise des Extraits Tincto-
riaux et Tannants de Paris est r6cemment entr6c
en relations avec la Chambre d'Agriculture de
Noumda pour demander s'il existait en Nouvelle-
Calidonic des plantations de pal6tuviers permet-
tant l'envoi d'ecorce A la M6tropolc, destined A
la fabrication d'extraits tannants.
Mais ladite compagnic exige la seule quality
< non fibreuse > et des envois garantis ai 38 %
de tannin.
Or, Ie service des Eaux et Forets a rdccninent
cstim6 h quelques 20.000 hectares les paldtu-
viers situ6s tout au long de la clte Ouest de la
Nouvelle-Cal6donic. 11 a indiqu6 que les espices


seraieut le Rhinophara, 1'Avicennia, Sonneratia,
Lumintzera sans pour autant pr6ciser si ces es-
poces correspondent bien a la quality << non fi-
breuse > et si la teneur en tannin d&passerait
les 38 %/ requis.
Avertie, la Chambre d'Agriculture n6o-cal6do-
nienne a immediatement adress6 un appel aux
colons ct propri6taires que la question pourrait
intdresser en leur demandant d'envoyer des
echantillons de quelques kilos A Noumea afin
d'analyse el en s6parant les 6corces des esp6ces
les plus coftantes, petits pal6tuviers, grands pa-
16tuviers, etc...
La Chambre d'Agriculture se chargers de fai-
re parvenir les dchantillons qui devront avoir
une marque distinctive.
Rappelons que ce n'est pas la premnibre fois
que la question de 1'exploitation des paldtuviers
est envisage en Nouvelle-Cal6donie. Iien avant
la guerre elle avait 6td 6tudi6e pour une firm
japonaise et on croit se souvenir, dans les mi-
lieux qualifies, que la valeur du tannin avait 6td
jjug6c rentable.

Les prix du cafe

Une augmentation en date du 16 scptembre a
6td enregistr6e sur les prix des cafes aux produc-
teurs. Ci-dessous nous donnons les nouveaux
course compares aux anciens (le kilo)
une 6conomie mat6rielle voire de temps.


Extra prima ....
Prim a .........
Supdricur ......
Courant ...... .
Lim ite .........
B rise ..........
Triage .........


ROBUSTA
Francs
65,00 70,00
42,00 46,00
43,00 39,75
36,50 39,00
33,00 35,00
30,00 32,00
28,25 30,00


ARABICA
Francs
65,00 70,00
60,75 65,00
52,00 56,00
48.25 51,00
44,50 46,00
40.00 41,00
38.00 39,00


1)ans Ic commerce, les prix de vente A Noum6a
out sensiblement augment pour s'aligner sur
les donnies suivantes :
Arabica, vert 77 frs en gros ; 84 frs au detail ;
102 frs 90 grillS en gros ; 114 frs grill au dd-
tail ; 1 fr. de plus si moulu.
Robusta, vert 55 frs cn gros, 60 frs au detail.
Tous ccs prix s'entendent on francs C.F.P.







ETABLISSEMENTS FRANCAIS D'OCEANIE


Le Gouverneur Petitbon

M. Ren6 PETITBON, qui vient d'etre lnolminl
Gouverneur des Etablissements Francais d'Ocea-
nie, est nd Ic 18 aofit 1902, i Pan (Basses-Pv-
r6ndes). 11 cst licenci6 6s-lettres cl diplline
d'etudes sup[)rieures.
Professeur de lycde de 1926 i 1928, puis suc-
cessivement sous-directeur du group du Haul-
Rhin A la 'SociWtd Alsacienne de Banque, direc-
teur g6naral des banques populaires de la region


Nord de Paris, il etait ddlegud dans les functions
de prefet de l'Aube le 27 aouit 1944.
Pr6fet de Constantine le 26 aofit 1945, il 6tait
nomme Gouverneur des Colonies et Inspecteur
G6ndral des aflaires administrative le 2 aoit
1949.
M. Ren6 PETITBON est Chevalier de la Legion
d'Honneur (h titre inilitaire) depuis le 3 septem-
bre 1946. 11 est titulaire de la Croix de Guerre
1939-1945 et de la MWdaille de la Resistance.


COTE FRANgAISE DES SOMALIS


Deuxieme session 1950
Sce I'Assemblee representative
de la C6te Francaise des Somalis

La deuxibmne session ordinaire du Conseil Re-
pr6scntatif de la Cote Francaise des Somalis et
DIpcndanc2s s'cst ouverte le 18 octobre, it 8 h. 30
dans la grande salle de l'Ecole professionnelle.
Les honicurs furent rendus A M. le Gouver-
neur SADO :L qui fut recu A son arriv6c par M. le
D6put6 M. RTINE, president du Conseil Repr6sen-
tatif, ct M. SAID ALI COUBkCHE, Consciller de
1'UMion Francaise, entourds du Bureau et des
membres lu Conseil.
M. le Gouverncur prononca ensuile un dis-
cours ; il remercia le Conseil Repr6sentatif de
< son sen:. de l'interet collectif et des responsa-
bilit6s qu a toujours anim6 ses rapports avec
l'Adminisl ration. >>
Apris un expose de la situation administra-
tive et fintancibrc du Territoire, M. Ic Gouver-
neur SADI)UL fit ressortir que le project de bud-
get soumis aux deliberations a 6t. arrRl6 en
Recettes (t D)6penscs a la some de 939.540.000
francs, dent 400.000.000 repr6sentent une opdra-
tion d'ordre pour le compete du Budget special
du Plan. Les operations proprcs dtl Budget local
sont done arret6cs a 539.400.00,0 francs en exc6-
dent de 78.253.000 francs sur les provisions af-
f6rentes ih 'excrcice 1950. Reclassemcnt des
fonctionnaires, frais de fonctionnement des ins-
tallations d'intcrit social (materniti, cole pro-
fessionnelle, groups scolaircs), depenises die ma-
Itriel, ju.tifient ces augmentations cn Idpenses
compensi(es par un am6nagement du Code g6ne-
ral des imp6ts directs qui augmenlera le reiide-
ment 'isi al du Territoire, unc Laxe de transac-


tion (la taxes locale 6tant supprimne) et une taxes
sur les tabacs et alcools.
Abordant la situation 6conomique. M. le Gou-
verneur SADOUL precisa que Djibouti, de ce point
de vuc, est la rdsultante d'un chemin de fer et
d'un port. Lc chemin de fer rdduit ses larifs,
augment ses capacites de transport et son effi-
cience en modernisant son materiel de traction
et ses installations ; le port, de son cotd, presen-
lera sous peu des possibilities accrues par la
mise en service de nouveaux postes A quai.
Apris avoir drcss6 un tableau d6taille des
travaux du Plan' d'6quipement du Territoire
pour 1951, M. le Gouverneur SADOUL souligne
que ces realisations importantes restent function
dc l'effort persCdvrant des services d'execution
et exigent << un climate moral, un climate d'adhd-
sion des populations. >
M. le Gouverneur SADOUL conclut : << Dans
quatorze jours exactement, Messieurs, les pou-
voirs de votre Assembl6e prendront fin.
<< Laissez-moi vous remercier encore, brieve-
ment, mais avec sincerity de I'oeuvrc que vous
avez accomplice dans le domaine qui vous 6tait
6chu et de la collaboration que vous avez appor-
tec i 1'Administration. Vous n'avez pas menag6
aux Services Publics votre pr6cieux appui pour
leur permettre de mener it bien les programmes
de travail periodiquement traces. Vous avez su
6galement stimuler leurs activities par des criti-
qlues souvent justifies et don't il a 6tc tenu
compete dans la plus large measure.
< Ainsi avez-vous droit h la satisfaction se-
reine qui est cell du devoir accompli et A I'es-
lime de la population don't vous avez en per-
manence d6fendu les intcr6ts >. Puis declara
ouverte la deuxiime session ordinaire pour l'an-








nie 1950 du Conseil Representatif de la C6te
Francaise des Somalis.
M. le deput6 MARTINE, president du Conseil
Representatif, remercia Monsieur le Gouverneur
SADOUL de son expose sincere et I'assura, au
nom du Conscil, de son esprit d'entibre collabo-
ration avec les services du Gouvernement, pour
Ic grand bien du Territoirc, qui est 1'objet de
toutes les preoccupations et des uns et des
autres, malgr6 parfois quelques divergences de
vues.
M. le Gouverneur SADOUL accompagnd de M. le
Dlputd MARTINE, de M. le Conseiller de l'Union
Francaise SAID ALI COUBiCHIE, des memnbres du
Conseil et des notabilites assistant A la session,
de M. l'Administrateur LEMOYNE, Secr6laire g6-
ndral, et de M. RAFFANEAU, Directeur du Service
des Travaux Publics en C.F.S., posa la preminire
pierre de l'Ndifice qui abritera le Conseil Repre-
sentatif de la C6te Francaise des Somalis, bou-
levard de Gaulle.


Les elections au Conseil representatif

Les premiers r6sultats des elections, qui ont
eu lieu, le 5 novembre h Djibouti, en vue de d6si-
gner les membres du Conseil Repr6sentatif, sont
les suivants :
College mitropolitain (12 sieges) la liste de
M. Caminni, prdsent6e par Ie R.P.F., a 6td blue
en entier centre la listed de M. Martin, d6put6
de la C6te Francaise des Somalis (Ind6pendant
d'Outre-Mer).
College autochtone (13 sieges) la majority
des elus sont R.P.F. ou apparentes R.P.F.


Escale du Felix Roussel

Le 1" octobre, le < F6lix-Roussel > a touched
Djibouti. A l'occasion de ce premier voyage apres
transformation, un cocktail fut offer t bord du
paquebot. Le Gouverneur SADOUL, accompagn6


de son Chef de Cabinet arrival ft 10 h. 30 at bord
du < Fdlix-Roussel > et fut accueilli i [a couple
par le Commandant ALIX, commandant du na-
vire, par MM. KHEBIAN, inspecteur general des
Messageries Maritimes, et BONTOUX, agent des
Messageries i Djibouti. Le Commandant ALix
fit visitor au Gouverneur et -I Mme SADOUL les
aminagements du paquebot qui portent la mar-
que du bon goat francais.
Dans le jardin d'hiver, Ic Gouverneur relrouva
M. MARTINE, d6pute de la C6te Francaise des
Somalis et les personnalitds de Djibouti rdunis
autour du buffet oii le champagne 6tait offer.
M. SADOUL flicita viveient le Conmnandant du
paquebot ct l'Inspecteur g6ndral des Messageries
pour les transformations heureuses de ce
luxueux navire.


Personnalit6s de passage a Djibouti
'lusieurs Conseillers de l'Union Francaise out visited
Djibouti ces jours derniers.
C'est d'abord M. Laurin, Conseiller du Tchad -lui, arrive
par le Felix Roussel, a quitt6 Djibouti par voice aerienne
le 14.

M. I'AbbU Catrice, Conseiller dlr I'Union Fralnaise, qui
s'est particulierement interesse aux questions culturelles,
passa quelques jours a Djibouti et fit un rapid voyage i
Dir6-Daoua et Addis-Abeba.
II pursuit sa tournee le 17 par avion sur Nombassa et
Madagascar.


Revenant du p6lerinage, annual i la Mecque. M.*Sar
Conseiller de la Mauritanie s'est arret6 3 jours i Djibouit,
s'interessant particulierement aux questions sociales. II a
quitter Djibouti le 16 ociobre par voice aerienne pour la
M6tropole.
**

Par ailleurs, M. Said Ali Coubeche, Conseiller de l'Union
Francaise (Cote des Somalis) est arrive a Djibouti par avion
du 17 octobre.








SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON


Nouvelle physionomie
de la peche locale

\n e 'acha du (Ii
Schalutier << AI-
lanliique >>, le
Territoiire vie nt de
s'engager dans une
exp6riencle e d' r m e-
ment a la grande p1'-
... ]che qui risque tie
bouleverser la physionolnic traditionnelle dte la
peche locale et qui est susceptible Cgalement
d'avoir des rdperlussions considdrables sur 1'cco-
nomie de I Archilpel. La presence de 1' << Ailan-
tique >> a Saint-Pierre entrainera, en efiet, des
advantages indirect int6rcssants p1our le Terri-
toire. Elle fournira eni particulicr, outre un d(d-
louech coin merciia supl)lelnantaire, tune imasse
iml)ortante de travail i ti.rre. Cette expdrienee a
d'ailleurs oimmenc sous des signs trFs 1pro-
metteurs pluisqu'au course de la premi re sortie
effectude pi tr le chalutier depuis qu'il est Ia Ipro-
pri6l[6 du erritoire, le tonnage de mnorue piechde
et ddchargice i Saint-PIierre pour le comptc de la
Socidt6 d'Ixploitation, a 616 de 6.200 quintaux,
repr6senta it une valeur marchande de plus tie
6 millions de francs C.F.A.
-Ce rdsultat encourageant vient enforcer la
position des proinoteurs de 1'exp6rience qui
s'dtaient heuirtes jusqu'alors h iune resistance
assez vive de la part notanmment des petits pt-
cheurs tri. attaches i leurs doris et it leur mode
d'exploitation artisanal des richesses de Ia nier.

Tourism

La saison touristique a 6td cette ann6e un
veritable ,uccs. Les tourists sont venus nom-
breux du continent voisin et ii seinble qu'ils
nient emport6 de leur sdjour "i Saint-Pierre uni
souvenir grcable.
Parmi les visiteurs de marque, on relve le
nom de M PICARD, Conscil de France aI Halifax,


qui est v\nu passer quchlues jours a I'Archipel,
;illsi (que "cux de na(Illi'blux olficiers (Ct1ra.ng~ers
a;u nomihrce desqiels le Commiiiodore GoII)ON.
commiandiant le corps aviationn Royal Canadian
al Halifax cl Ic Colonel PRATT, comimandanl de
la bhose anliricaiun de Fort Pprell i, qui, tous
deux, availent tenu i renouveler la visit fl'ee-
tu6e I'an ipssi par leurs prcdcc'esseurs.
Un group e e guides dc Terre-Neuve, enfin,
est venue rendre la visit que les guides de Saint-
Pierre leur avaient faite I'an dernier. Le cnmp
fut des plus rdussi ct nos visiteuses se sont
(iclaries enchantecs de l'iccueil qui Icur avait
6id riserv6. C'est li utn bel exeim)le d'dchanges
internalionaux qui mni6riterait (d'tre reprise sur
iue plus iL.ran ide ('cihlle dans lcs annies a, venir.


Grands iravaux

Les travaux relpris an prin'iemps ont 6id acti-
vemenlt pouiss'"s durant Ila belle season. La nou-
vellc central clectriiuec de Saint-Pierre est en
voice d'achevclmient. Les Irois groups, lotalisant
80(1 kws, sont monmt's et les riseaux priimaire et
secondaire Cen cours d'installation. La inise sous
pension devrait avoir licu avant la fin de I'an-
n('c. L'6cole maternelle a recu ses preiliers
Pl6rves le 29 septembre, lors de la rentrde des
classes. En ce qui concern le novel h6pital, le
gros oeuvre de la cave est termind et l'ossature
du rez-de-chaussee a i6L cooule. On monte
acluellenment I coffrage des piliers du premier
stage D'un autre c6le, I'animinageiment intcricur
de la salle d'audience du Palais de Justice de
Saint-Pierre so pursuit en attendant la cons-
truction d'un nouvel Rtage prevue pour l'an
prochain. A Miquelon, enfin, la central 61ec-
trique elle aussi, est tcrminde et seul le mon-
tage du r6seau de distribution est encore t r6a-
liser.
Si les rigueurs de 'hiiver ne viennent pas trop
tot interrompr'e ces Iravaux, I'ann6e en course
;uran vu de )iclles r(::lisalions.









INFORMATIONS ADMINISTRATIVE


ADMINISTRATION

* Decret du 21 septembre 1950 portant derogation tempo-
raire A certaincs dispositions du decret du 22 aoft 1928
determinant Ic statute de la magistrature d'outre-mer. (J.O.
30-9-50).
9 D6cret n" 50-997 portant definition des products petroliers
ct contrl1c de l'authenticit6 des builes minirales brutes.
(J.O. 1-10-50).
* Decret du 30 septenmbre 1950 modifiant le d6cret dui
31 decembre 1919, relatif aux emplois reserves a Madagascar
anx militaires autochtones rWformns on libres du service
actif. (J.O. 4-10-50).
* Decret n" 50-1241 du 5 octobre 1950 modifiant le decret
tn 8 jiiillet 1944 rclatif aux conditions de nomination aux
emplois de directeur des finances dans les territoires d'outre-
iner. (J.O. 6-10-50).
* i)ecret n" 50-1240 du 4 octobre 1950 mnoditant, en ce qui
concecine les territoircs relevant dl iiiinistlre de la France
d'outre-mier, !c decret du 27 decembre 1928, portant riglc-
mient de police sanitaire maritime. (J.O. 6-10-50).
* Decret n" 50-1213 di 21 septemlire 1950 portant modifi-
cation aa decret du 22 ao6t 1928 d6terminiant le statute de
tie la nmagistrature d'outre-mer. (J.O. 7-10-50).
0 Decret n" 50-272 portant modification du decret n" 46-43:13
du 13 mars 1946 organisant le cadre d'adiinistration gen6-
rale des colonies autres que l'Indoihline.. (J.O. 8-10 50).
0 Decret n" 50-1257 ld 4 octobre 1950 relatif a l'orgianisa-
lion du service du Tresor cu Afriquel occidental franc-:ise.
(J.O. 8-10-50).
* Decret du 6 octobre 1950 accordant a la society Les Etains
du Cameroun uin permnis general de recherclis miniiierc-.
(J.O. 11-10-50).
0 Decret n" 50-1348 du 27 octobre 1950 portant rieglement
administration publique pour I'application de la loi n"
46-2294 du 19 octobre 1946 aux fonctionnaircs de certain
cadres civils exertant normalenient leur activity dans les
territories relevant id miiinistbre de la France d'outre-rner
(J.O. 28-10-50).
Autorisation de constitution d'une societS d'6conoliie
mixte dite SocieIei Air-A. E. F.-Canmeroun. (J.O. 26-10-50).
Decret du 23 octobre 1950 approuvant la deliberation
n" 50-224 du 29 juin 1950 de la commission perimainnte de
I'assemblek representative de Madagascar, cxonirant des
taxes d'importation le materiel destiny a la prospection el
an forage en vule ie la recherche des gisements pitroliers.
(J.O. 26-10-50).


FINANCES

)Dcret du 30 septembre 1950 approuvant la d6libiration
dn grand conseil de 1'Afrique occidental frangaise dui
26 juin 1950 fixant le tarif des droits fiscaux d'entrie en
Afrique occidental francaise. (J.O. 1-10-50).
Dicret n" 50-1228 du 30 septembre 1950 modifiant I'article
15 du decret n' 46-2356 du 24 octobre 1946 determinant le-s
conditions dans lesquelles Ia caisse central de la France


58


d'outre-ier effectue les operations autorisees par la loi du
30 avril 1946. (J.O. 4-10-50).
* D6cret du 30 septembre 1950 portant d6rogation tempo-
raire aux rigles de rccruteihent dans le cadre d'adminis-
tration generale d'ontrc-imer. (J.O. 4-10-50).
* Decret n" 50-1259 du 6 octobre 1950 attribfant aux
fonctionnaires du cadre d'outre-mer des ing6nieurs des tra-
vaux nm6torologiques en service aux iles Saint-Pierre et
Miquelon en Indochine, dans les Etablissements francais
de l'Inde et dans les territoires de la France d'outre-mer
appartcnant la zone du franc C.P.F., des indeniites for-
faitaires pour travaux supplnientaires. (J.O. 8-10-50).
4 Decret n" 50-1258 du 6 octobre 1950 fixant. a computer
(in 1" janvier 1950, le regime de solde et d'indemnit6s des
mnilitaircs entretenus au compete du budget de la France
t'outrc-iner dans les d6partements de la Guadeloupe, de la
Guyane francaise, de la Martinique et de la Reunion.
(J.O. ,-10-50).
* R6partition entire I'Indochine ct les territories relevant
du ministre de la France d'outre-mer de la contribution
aix depenses de l'office de la recherche scientifique outre-
nier pour l'exercice 1950. (J.O. 19-10-50).
* Decret du 14 octobre 1950 portant approbation du premier
coll!ctif an budget extraordinaire pour la reconstruction et
1'Ecuiipenicit de I'lndochine pour 1'excrcicc 1949-1950.
(J.O. 20-10-50).
* secrett ldu 18 octobre 1950 portant approbation du budget
special des Nouvelles-Hebrides exercisee 1950). (J.O. 22-10-50).


PERSONNEL

0 M. Hloffherr (Rene), conseiller d'Etat en service ordinaire,
est inoniniu direeteur des affairs Econoniqucs et du plian
a I'adininistration central du ministlre de la France d'outre-
tier, en riomplacement de M. Peter, inspecteur de 1" classes
de la France d'outre-iner, charge de mission a 1'etranger.
(J.O. 20-10-50).
Par decret du 27-9-1950, M. Rogu6 (Marie-Jacques-
Camille), gouverneur de 2 classes des colonies, est nomme
gouvcrnetir de la Mauritanie. (J.O. 27-9-50).
0 M. \iltord (Laurent-Marcel), gouvcrneur de 3" classes
des colonies, est promu gouverneur de 2' classes, pour comp-
thr de la date du present decret. (J.O. 20-10-50).
o M. Bailly (Camille-Victor), administrateur de 1" classes
des colonies, est nomnni gouverneur par interim du SenBgal,
en remplacenient de M. le gouverneur Wiltord, appele i
d'autres functions. tJ.O. 20-10-50).
0 Par decret en date du 18 octobre 1950, M. Le Rolle
(PierreEminmanuel), adininistrateur de 1" classes des colonies,
est titularisi dans ses functions de secr6taire g6nbral du
Sendgal. (J.O. 20-10-50).
Par decret en date du 30 septembre 1950, M. Lemoyne
iRobert-Ernest-Joseph), administrateur de 2" classes des colo-
nies, est nomniiie secr6taire g6noral par interim lu gouver-
nicment de la C6te franchise des Somalis. (J.O. 1-10-50).









* Par dicret en date du 30 septembre 1950, M. Cristiani
(Aim6), administrateur de 2" classes des colonies, est titularise
dans ses fonct ons de secr6taire general du Moyen Congo.
(J.O. 4-10-50).
* Par d6cret en date du 5 octobre 1950, M. Ehrhard
(Jean-Pierre), conseiller r1f6rendaire i la cour des comptes,
est nommb directeur g6n6ral des finances de l'Afrique occi-
dentale franCaise, en replacement de M. Bargues (Robert),
appel6 i d'autes functions. (J.O. 6-10-50).
I-
0 Par decret en date du 18 octobre 1950, M. Gagnon
(Auguste-LUon Andr6), administrateur de 1"' classes des colo-
nies, est nom n6 secr6taire general par int6rimi dn Moycn
Congo. (J.O. ::0-10-50).
* Par d6cret en date du 18 octobre 1950, M. de Buttafoco,
administrateut de 1' classes des colonies, cst admis, sur sa
demand, i hb6lificier des dispositions de la loi du 3 sep-
tcmbre 1947 r native an d6gagement des cadres. (J.O. 22-10-50).
* Par d6cre': en date du 21 septembre 1950, M. Cros
(Georges-Luci. n), brevet6 de l'6cole national de la France
d'outre-mer, fst nommni substitute du procureur de la R6pu-
blique pres Ie tribunal de 3" classes de Cotonou, posted
vacant. (J.O. 10-9-50).
* Decret du 30 septembre 1950 portant reclassemient d'ad-
nministrateurs des colonies. (J.O. 4-10-50).
* D&cret du 30 septembre 1950 nommant des administra-
teurs honoraires des colonies. (J.O. 4-10-50).
* D6cret du 14 octobre 1950 nomination d'administrateurs
adjoints de 3' classes des services civils de l'Indochine.
(J.O. 20-10-50 .
* Decret du 30 septenibre 1950 portant nomination d'admi-
nistrateurs adjoints de 3" classes des colonies. (J.O. 4-10-501.
* Decret n" 50-1291 du 14 octobre 1950 modifiant le d6cret
n 50-86 du 18 janvier 1950 determinant les measures n6ces-
saires pour r6gler la situation de certaines categories de
fonctionnairus d'Indochine. (J.O. 20-10-50).
* Tour de service en Indochine des fonctionnaires civil
appartenant aux cadres rcgis par decret. (J.O. 1-10-50).
* Tour de service en Indochine des fonctionnaircs civils
appartenant aux cadres regis par decret (additif). (J.O.
17-10-50).
* Tour de service outre-mer des fonctionnaires civils appar-
tenant aux cadres regis par decret. (J.O. 1-10-50).
* Tour de service outre-mier des fonctionnaires civils appar-
tenant aux cadres regis par decret. (J.O. 15-10-50).

* Par deiret en date du 28 septembre 1950, sent inoimms :

- Adminitrateurs de 1" classes honoraires des sorrices
civils de l'Indochine :
M. Gerhinis (Henri-Pierre-Arnmand).
M. Landrol (Andru-Charles-Jean).


- Administrateurs de 2' classes honoraires dcs scrricres
civil de l'Indochine :
M. Vanel (Jean-Jules-Henri).
M. Francis (Louis-Marie-Iroudeanadii).
M. Alerini (Alertus). (J.O. 6-10-50).
Par d6cret en date du 4 octobre 1950, M. Buttofaghi
(Louis-Jean-Marie-Picrre) dit Marcel Lucain, honune de
lettres, grand officer de la Legion d'honneur, est nonmmu
conservateur du muse permanent de la France d'outre-imer,
on reniplacemcnt de M. Merlo dit Ary Leblond, atteint par
la limited d'Sge. (J.O. 6-10-50).
D6cret n 50-1241 du 21 scptembre 1950 prorogeant les
dispositions du decret du 27 novembre 1947 portant modi-
fication temporaire aun: rugles du rccrutement de la
magistrature d'outre-iner.
.* Composition de ia commission charge d'examiner les
demiandes d'admission, pour !e concourse de 1950, a l'ecole
national de la France d'outre-mer (section magistraturel.
(J.O. 22-10-50).
* Liste des candidates admis i prendre part, lcs 2, 3 et 4
novembre 1950 au concours pour Ie recrutement de 125
r6dacteurs stagiaircs administration g6nErale d'outre-mer,
sons reserve que les pieces du dossier a fournir par les
int6resses aient 6Pt produites ii la date du 8 octobre 1950.
(J.O. 5-10-50).
* Decret du 29 septeinbre 1950 portant d6gagement des
cadres d'administrateurs des colonies et des servii-es civils
de l'Indochine. (J.O. 4-10-50).
* Tableau d'avancement du personnel de l'agenoe econo-
inique des territoires d'outre-mer (aunne 1950). (J.O. 5-10-50).
* Par d6cret en date dn 23 octobre 1950, pris sur la propo-
sition du conseil superieur de la magistrature :
M. Luciani (Paul-Xavier), avocat, est nommin juge an
tribunal de premiere instance de 3' classes de Majunga, en
remnplacenent de M. Micouin, appele ia d'autres functions.
M. Toubin (Andr6), avocat stagiaire, est nonimm judge
supplant dans le rcssort de la court d'appel de Madagascar.
MM. Lauran (Edmond) et Charles-Roux (Hubert), avocats
stagiaires, sont nomnmus juges supplants dans le resort de
Ia cour d'appel de I'Afrique occidentale francaise.
M. Boulanger, attach au parquet du procureur general
pres la court d'appel de Madagascar, est nomnun juge sup-
pl6ant dans le resort de ladite court d'appel.
M. Dctournel (Albert-Georges), attach au parquet du
procureur general pres ]a cour d'appel de l'Afrique 6qua-
toriale frangaise, est nomm6 juge supplant dans le resort
de ladite cour.
MM. Millet (Pierre-Albert), Dogue (Louis-Charles), et
Doublier (Roger), attaches au parquet du procureur general
pres la cour d'appel de l'Afrique occidental francaise, sont
nomm6s juges supplants dans le resort de ladite cour.
M. Boyer (Charles), magistrate du cadre mntropolitain, eat
nomm6 president (J.O. 26-10-50).















4Mw


REVUE DE PRESS


Nous rappelons que la revue de press publide au present bulletin esl purement objective. Elle n'implique
ividemmenl aucune adhesion du Ministdre de la France d'Oulre-Mer aux opinions exprimees dans les
articles reproduits d tilre d'information.


PRESS D'OUTRE-MER

INI)OCHINE


LEs ]'VIENEMENTS MILITAIRES
Les CvdnenIents militaircs ont tcnu In vedette pen-
dant le mois d'octobre, cependant ils ont eu Inoins
de retentissenment dans la press locale quc dans
celle de la metropolc.
L'Union Frannaise donne a propose des combats
de la R.C.L. I'explication suivante : < Le fait Mtait
assez triste et nous n'avons pas Cprouv6 le besoin
de le parer de tires voyants, la sobre relation du
communique official suffisait i nous en montrer
toute la gravity >>.
L'Union Francaise 'expose ensuite- son opinion
sur cette operation. < C'est la r66dition de l'affaire
de Coree 3, dit-il. < Comme en Corce, les troupes
assaillantes avaient kt6 fornlmes, entrainces et
armies de I'autre c6t6 de la frontibre par les conm-
munistes chinois pour se lancer a l'assaut du Viet-
Nam. La seule difference est qu'ici ce ne seront pa';
les troupes de I'O.N.U. qui d6fendront notre terri-
toire avec de puissants moyens, mais bien la France
seule qui, avec 1'aide de quelques forces victna-
miennes, devra s'opposer au flot communist venant
du nord.
Cette offensive 6tait pr6vue, on s'y attendait A
Washington puisqu'on avait annonc6 son declcnche-
nient dans le courant du mois l'octobre.
< Cette scconde bataille de D6ng-Khl aura eu le
don d'tmouvoir le gouvernemient mrtropolitain
puisqu'on nous envoic de toute urgence le g6enral
Juin en companies de M. Letourneau, Ministre des
Etats Associks, afin d'ctudicr sur place la situation.
< Certes la p)rcsence de ces deux hautes person-
nalites, l'une militaire ct I'autre civil, montre I'in-
t ret qu'on nous portle, mais cc qu'il nous faudrait
surtout ce seraient des renforts et la furniture
rapid d'un abundant materiel de guerre moderne.
Le problbme indocliinois, nous le r6p6tons, est
pass sur le plan international. C'est une des phases
d'e la lutte entire le bloc des d6mocraties occiden-
tales ct le bloc oriental dirig6 par le Kominforlm.


< Laissera-t-on sublmerger l'lndochine par le llot
rouge avec l'intention de proc6dcr aux prochaines
calendes A une spectaculaire liberation ?
c On ne libererait alors que des ruins et des
n6cropoles >>.
Du c6te vietnamien, le Phuc-Htung souligne aussi
]a gravity d(u moment : < L'heure decisive est son-
nbe, ecrit I'6ditorialiste de ce journal, tons les
citovens vietnamicns doivent mettre de c6tc leurs
intriets ct les sentiments individuals ou partisans
pour s'occuper de la patric. HWsiter en cc monce t
historique, c'est sc creuser un tombeau >.
Ceci s'adresse strictement aux Vietnanmiins. Mais
par la suite Ic Phug-Hung forniule dcs consid6ra-
lions d'un ordre plus general.
< L'Indochine, kerit-il, nialgr6 qu'elle ait obtenu
sa libcrt6 la France ayant rendu la souverainetc
aux Etats-associes qui la composent ne doit pas
dtre abandonn6e par la France puisqu'elle est
nenacbe par le danger' communist deja sporadique
sur tout le territoire du Vietnam, danger centre
lequel la France a consacr6 d'immenses efforts mili-
taires sans parvenir aujourd'hui i l'annihiler
complbtcmcnt.
,< Pour vaincre cc danger, il faut qu'une assis-
tance militaire important soit apportbe aus troupes
franchises au Vietnam et aux trouLpes vietnamiennes.
Et les Etats-Unis seuls disposent d'un budget suf-
iisant pour fournir l'assislance necessaire. S'il faut
emnpel er Staline d'accroitre son influence en vue
d'une invasion du monde, il faut que les Elats-Unis
donnent d'urgencc, leur aide, tout en assurant au
people vietnamien quc ses interits se trou\ent dans
le bloc occidental et non dans le bloc Roviitique >>.

LA MISSION DE M. LETOURNEAU
ET DU G( EERAL JUIN

A l'occasion de l'arrivte de M. Letourneau en
Indochine, M. Henry de la Chcvrotiere Cvoque, dans
L'Union Francaise, les prkccdentes visits ministe-







riclles en Indiichinc. M. Letourneau est le cinquiime
ininistre de la R6publique qui honor l'Indochine
de sa visit, fait reinarquer M. de la Cihvrotibre.
<< Le premier flit M. Paul Rey'naud, en 1931 ; le
duixime M. NMarius Moutet en 1946 ; les troisimnies
ex-aequo furint MM. Jacquinot et Costc-Floret en
1949 ; nous avons aujourd'hui M. Letourneau, le
premier titulaire du portefeuillc des Etats Associes.
< Nous so.ihaitons tr&s volontiers ntne cordial
bienvenuc a notre h6tc, notis csperons que son
s6jour ici seti fertile en solutions heurcuses, je ne
puis ccpendant ne point fair remarquer que noeus
n'avons, jusliqu', cc jour, en le plaisir de voir nos
Ministries l,'ecn des lhures particulibrement
critiques.
< En octlolre 1931, lors(qle Paul I-Hynauid dbbar-
qua du << Duiguay-Trouin >>, Ic (;onverneiur g6n"ria!
Robin venait id reprimer la revolt comninuniste an
Tonkin dans Ic Nord-Annam et au Quand Ngai. D'alu-
tre part, nou: submissions la grand cruise 6'conomique
(lui deferla i cette epo(tue sur le globe, cruise aggra-
vec en ido(t hine par line stabilisation inopportune
de la p)iastre
< Paul IHlenauli nious lit enlendre des paroles de
reconfort, nous profit ld'tuidier la question de la
piastre. II aurait sans doute tenu parole et serail
parvenu tl ulne solution satisfaisante, p)uisqlu'il cut Ie
courage d e s d6clarer partisan de la devaluation
inime en ce :lui concernait la metropole, inalhenreu-
scnent I'inst ibilite minist6rielle I'empicha d'agir.
<< Quinze ann6es s''coulerent ensuite avant une
nouvelle visit mninisterielly. Quinze ann'es fertiies
en (evnemeni s catastrophiiques. Ce fut en fin decenl-
bre 194( qu'l M. Marius Moutet atterrit a T:in-Son-
Nhlit. le Minisire de la France d'Oiure-AlMr, co-signa-
taire avec Ili-C(ii-Minli du fanlmox moduts-vi'vendi,
venait ici, at ledemnain de l'attalqu du 19 d(ccillbrel'
1946, pour iien so convaincre qu le Ic ief v'ietminl
avait trali ses engagements.
<< Marius bloulet avail eln e lort de croire en li
parole (e dh I-Chii-inhl qu'il connaissait pomurlant (lr
lonlgue dale. Avec loyaute il reconnult son crrei'r.
Celle-ci Mtail irreparable.
<< Eln 1917t, le voyage dc M. .lacquinot ne concer-
nail (que la i rlalinc. Ccliii de AI. Cosle-Florelt nu con-
traire etait motive pair Ies ev\nemientis d'lndtoclinie.
Le Ministry de la France d'Outre-Mer voulait exa-
miner sur place une situation assez complex. M. Bol-
laert hi6sitail Ie el el dans Ie clioix d'une solution
concernanit e Vietnanm, les appeals qui'il avail lanlces
n'6taient pa, entendtus par les Vietminh, devail-il
continue 'l iins cotte voice ?
< M. Cost -Floret tludia le problbme et adoplia iun
project don't 11 poursuivit ensuite la r'alisation et cc
fut encore pour y necltre la derniere main qu'il
revint ici cii 1949.
< Nos miiiistrcs ne sent done vents ici (qj'en des
hcures somlrcs et mineme Iragiques. M. Letournenta n
fait pas xc(leption i la regle. 11 vient, acconmpagn6e
par le general Juini, au lendcmain de la retraile tde
Caobang. C(:sl la situation militaire i(ui preoccl'lpe
en ce in1omei, it notre goiIver'neiieiint.
(< I.e cotn d'iril jeet p)ar I' response: alhl e politiiqie
civil ec par une liaute atlorite mililaire ino scra pas


inutile, surtoul apres l'entrevue du President Tru-
man et du general MacArthur. 11 fut question, a
'ile Wake, de l'Indochine. Les deux homes d'Etat
anmiricains ont convenu qu'il 6tait n6cessaire d'acce-
16rer les envois d'Farmles et d(I matriel.
< Apris letur inspection, le general Juin et M. Le-
tourneau scront miiux qualifies que quiconque pour
obtenir de Washinglon uine aide accrue.
<< Les rCsullats (li'obticndront nos deux 6minents
visiteirs conditionncront non settlement l'avenir de
'lndtocliine, mais aussi ]'existence de l'lUnion Fran-
:caise et Ie sort ldu Sud-Est asiatique >>.

LI HETOURI i DI M. THAN VAN t11U
IE L. CONF I: ixHNCIE D)E lPAU

Le i'riotur die M. 'Triii'-Va!-Hun all Vietnam, aprl's
plus de trois mois dt'absence, est chaleureusement
accueilli par l'opinion vietnamienne, it divers titres.
L'article public& par l'Echo dti Vietnam est un des
plus caracteristiques parini ceux publics i cette
occasion. Sous I ltitre < Vox populi >, M. Nguyen-
Pihuoc 6crit :
< Je gouvernerai pour le pcuple et par le peu-
ple >. Cette declaration du President TrAn-Van-Huu
faite an Icndemain de la constitution de son Minis-
tire, en nai dernier, me revint i l'esprit en cet
alprs-midi du 10 octobre 1950 cepcndant que mes
regards so promenaient sur la lile des pancartes et
les banderoles derriere lesquelles, en depit du soleil
de plomb, les 16elgations vietnamiennes s'etaient
group&es pour accueillir le Prsident du Conseil it
son retour sur la terre natale.
< Que signific cette arluience inaccoutuniee ofi s'
confonndnt toutes les classes sociales : notabilitds,
commiercants, indlustriels, artisans accouriis an
devant d'un chli, si ce n'est (qui ce clief n'a pas
(imnieLrite idu peuplc. lequel en revancihe, lui conserve
toujours sa conliance et son affection.
<< Encore line fois, les sp6cialisles de la ihaute
slrategic politique locale, les iternels cliasseurs de
porteeuillcs Ininist6riels (pli, en vine d'iniaginatioli,
se sonl, pendant ces Irois derniers mois, depensCs
sans compniter pol)ur alarnlcr une opinion publique
pelu ou proud averlie ties afl'aires t(d goulvernemneni,
en sont poiur lleurs frais.
<< Dans les conjonclurcs acluelles, alors (lue de gra-
ves 'venements menacent nos frontieres el quc, plus
qlue jamais, Francais et Vietnamiens doivent se ser-
res les codes polur arr'eter la vague rouge (lui menace
sericusemcnt d'emporter notre civilisation, nos liber-
l6s et notre patrinioine ancestral, le Prisident liniu
s'avere l'honmme capable te porter sans faiblir la
lourde cliarge des responsabilites gouver'nementales.
I.e choix de S. M. Bao-Dai fut particulieremient heii-
reux. La ferincli de caractire diu Pre'sident, sa
lovyaut, F'efficience de sa diplomatic, non moins (qiu
sa probity morale et son desintiressement, lui ont
actt is I'cstiiiie e ses concitoyens.
<< Toutcs les (ruvres socials rLaliscs (uit Nord ;o
Suit, dans I'intCrbt de la masse, notainiment dns l -,
rig;ions dturinent atteintes par l'inlllllmainc il ;ivtn-
gle politique de la terre brfilc' porlrent la im11urq.(11
de son imipuilsion personnetle. Sa formuile cb'le'br :
tine cole, un h6pital et on toil it cliacun dans tout







village noiuvllementi lib6re et pacilie, lui a value une
immense popularity.
< En pregnant ouvertement parti contre le cominu-
nismne et en particulier contre les terrorists par
une politique de fcrmnete irtransigeante, il s'est
acquis la collaboration des honmnles de valour --
jusque Il r6ticents ou h6sitants qui out en de6i-
nitive reconquis la rue sur les fauteurs de troubles
et ont empnich ces derniers de defier publiquecient
la loi ct de scmer impun6ment la mort.
< Mais il y a micux. Ce grand patriot (que de
nialicieux adversaires ont appelc, d court d'argu-
ments : < l'homme des Frangais > se trouvait ctre
Ie premier A la Conf6rence de Pau et, par la voix
de la d616gation vietnamienne, ai d6fendre avec
autant de t6nacit6 que de fermet6 et de dignity les
droits et les interets du Vietnam a la grande stupe-
faction de ses calomniateurs et de ceux qui avaient
ing6nument esp6r6 trouver d'avance en lui un par-
tenaire complaisant.
< Je ne saurais pousser mon amiti6 pour la France
- et on sait qu'elle est aussi grande que sincere -
a confi6 le President TrAn-Van Huu A ses intimes -
jusqu'A trahir les interets de mon pays. Courageuses
et nobles paroles d'un honnete homme. Elles m6ri-
tent d'etre m6dities par le people frangais car elles


rcenlerIment tout le draiim de conscience des patrio-
tes vietnamiens amis sinc6res de la France, don't
quelques-uns ont pay6 de leur vie leurs sentiments
francophiles.
< Nous ne demuandons pas qu'on soit pro-francais,
a d6clar6 M. le Haut-Commissaire de France Leon
Pignon, nous demandons simplement qu'on execute
loyalement les conventions solennellement sign6es.
< A fortiori, ne faudrait-il pas, par un cart6sia-
nisnie excessif, traiter d'anti-Francais les cocontrac-
tants vietnamiens qui au course de cette execution
de celte liquidation aimable de la communautW
franco-vietnamienne, d6fendent loyalement et
< bono-fide > les int6rits 16gitimes, ou qu'ils esti-
ment tels, de leur pays.
< Quant au people vietnamien, il n'a jamais eu en
doute en d6pit d'une champagne sournoise le
patriotism d6sint6resse et clairvoyant du President
Tran-Van-Huu.
< Les acclamations montant vers lui, cependant
que l'avion se posait sur le terrain de TAn-Son-Nhut,
en sont la meilleure preuve.
< La cause est entendue. Le people du Vietnam
vient encore d'affirmer publiquement sa solidarity
avec S. M. Bao-Dai et le chef du gouvernement TrAn-
Van-Huu >.








PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press ltrangere Iraduils en francais peut dtre consultle d
la Section de la Presse Elrangere (Direction des Affaires Poiliiques, 27, rue Oudinot, Pi"ce 17, 1" dtage).
Les numerous qui figurent ci-dessous d la suite de 'indication d'origine des articles de press per-
r'ellent de se reporter au lexte complete des dits articles.


I. ASIE


En cetle ij d'oclobre les ytux dilu Monde sonl
fixes sur la poiynce de Frangais et tde Vietia-
miens qui joignent lears forces dans un combat
sans merci !'ontre irn ennemi qui se enforce.
La conquote de la Chine par Mao Tse Toung,
livrant aux communists in territoire enorme 'et
une population innombrable, n'a gindralement
pas te acciieillie dans le monde avec assez d'at-
tention. En fait, elle a bouleverst les donnies des
problimes isiatiques, [aisant sentir immddiatc-
ment ses consequences en Indochine.
lo Chi Mrinh a su, (au coiurs des mois passes,
reorganiser ses forces. Ce ne sont plus des gueril-
leros isaolis, luttant sans ordre ni mlthode, que
les Iroupes francaises ont desormmais devant elles,
mais une (.rmde moderne, entrainee et dquipde
purfaitemeat, appliquant des conceptions strath-
giques etuitudes.
D'ailleuri: ce n'est pas seulement la cause
francaise q' i e.st menacee. De Mosconu la haute
region ton':inoise an seul drapeau I'lotte, celiii
du Kominform. De Staline a Ho Chi Minh au-
cune solution de continiitd. L'Asie du Slid est
toute entire en danger. L'lndochine conquise,
c'est la route ouverte vers le Siam, la Birmanie,
la Malaisie, et ddjd on entrevoit le contingent
indien qui pourrait dtre pris dans un Mitau par'
an double movement, fI'n oeni (td la Chine et
I'autre du 'oaucase.
L'iquilibre du moonde et lne grande partiv
peut-etre (dI son avenir, se jouent en ce moment
en Extremn-Orient.
II est done interessant de faire en ces heures
difficiles le point de la situation d'une Indochine
don't ddpend le sort de toute la range de l'Asic
meridional '.

a) L'I: DOCHINE DANS L'UNION FRAN(AISE

AsIATIc REviiEw publiait en ociobre sons la
signature lde Jean Boeyens une mise aur point sur
cette polihique.

L'idee essentielle qiii a pousse la Nation francaise
A adopter la constitution actuelle a eu ses preinicres
foundations h Brazzaville en 1943 i line epoque on
le gouverr ement provisoire francais cherchait .i


rasseinbier les forces de ses possessions d'Outre-Mer
afin de les fair participer a la liberation du terri-
toire metropolitan.
.'l'nion Francaise esi la conception logique d'une
organisation dans laquelle tous les nmembres sont
repr6sent6s Ai 6galitce la fois dans un organisme
parlementaire : 1'Assemblbe de 1'Union Francaise,
el dans un organism ex6cutif : le Haut Conseil de
i'Union Francaise.

Deja Ic trn-il'erl des pouvoirs crlail bien
advance a( Viet Nami.
II est n&cessairc dc doniner queiques informalions
suL ces questions parltictiiircs.
M3rme avant la signature des accords, lc gouver-
nement francais avait transfl'ir l1'essentiel de l'admi-
nistration locale : tout d'abord, I'administration
provincial, ainsi que la nomination des pr6fets et
des gouiverneurs, ensuite les services techniques :
education, agriculture, commerce, industries, sante
p)ublique, affairs socialcs, inspection idu travail, tout
cela avait etd raulis6 des la fin de 1946. Apres la
signature des accords, furent negocies un certain
nonbre de conventions separees et un certain nom-
ire de services Iris important furent transfer6s :
la presse et 1'infornation, la radio, la police et la
justice. A cot6 de cela, on pursuit des conversations
sur la premise des chemins de fer, de la marine mar-
chande, des ports et de l'aviation civil. La Confe-
rence qui a lieu ia Pan s'occupera des services
sous lh surveillance d'un bureau special oi la France
et les Etats seront represents a 6galite. Ces services
seront esscntiellement : les douanes, le commerce
extericur, J'inmnigralion, les finances, les communi-
cations postales et autres, l'eqiuipeinent general. 11
va sans dire que les trois Etats ne pourront pas, par
example, etablir de barrieres douaniires entire eux.
La passalion de ces different services a etk
accomplie sans hceurt. L.es fonctionnaires vietnamiens
occupent la plupart des postes important du gou-
vernnenent et s'il \ a encore un certain nombre de
Francais dans les services publics, ils agissent
colllme conseillers en raison de leurs connaissances
techniques. Le -Haul Commissaire francais n'est ni
plus ni moins qu'iambassadeur privilIgih. En 1939
il y avait queique 3.500 fonctionnaires francais en
Indochine, mais imnediatement apres la liberation
Idu pays par les troupes du general Leclere ce nom-
bre s'ileva i 14.000. 11 en arrival ainsi parce que des
renlpla (luelque temps en Indochine, tandis qu'un certain
nomibre de ceux qui avaient sejourne en Indochine







pendant la guerre y 6taient encore rests un certain
temps. Par ailleurs, dans un certain nombre de cas
on avait fait appel a des Francais pour prendre les
postes abandonn6s par des Vietnamiens qui 6taient
passes au Vietminh. Les fonctionnaires francais
quittent maintenant 1'Indochine en masse, les uns
pregnant Icur retraite, les autres se rcndant dans
('autres pays. Le nombre de ce qui restera finale-
ment dlpendra de la facon don't les Vietnamiens,
Cambodgiens ct Laotiens seront capable de recruter
des homincs aptes ia assurer Ic ionctionnemcnt de
leurs administrations.
Les trois Etats Associes out maintenant des armnes
nationals et Ie privilege d'echanger des represen-
tants diplomatiques et constilaires avcc d'autres
nations. Dans I'accord (lui a 6te signed le premier
avec lcs Vietnainiens, la representation diploma-
tique dcait limitic L trois pays : Ic Siam, l'Inde et
le Vatican. II apparait rapidement que cette limita-
tion n'avait aucune utility ; Ics Vietnamiens peuvent
maintenant ktre represents A Londres et A Washing-
ton. Les Etals-Unis furent le premier pays a envoyer
un charge d'affaires permanent, et i I'hcure actuelle
vingt-cinq pays out reconnu les trois Etats Associes
entire autres Ic Royaume-Uni et trois membres du
Commonwealth. De plus, les Etats Associ6s ont 6et
admis, en tant que membres, A plusieurs organisa-
tions internationals importantes : le Conscil Econo-
mique pour l'Asie et l'Extrmec-Orient, l'Organisalion
Mondiale de ]a Sante et l'Organisation Internationale
du Travail. II faut rappeler qu'une disposition spc-
ciale des accords bi-lat6raux fait pour le gouvernc-
ment francais une obligation de presenter la
candidature des Etats Associes aux Nations Unics
mais c'est par dessus tout un problem politiquc quii
depend en grande partic des decisions qui seront
prises A Lake Success au sujet de 1'admission de la
Chine communist an Conseil die S6curit6.

Lt g iravihi de hl situation chalppe cependant
it l';lranfer. La question csl inilernationale.

II fault se rappeler que c'est par une action con-
certei et conmmune lque les Puissances occidentales
out etc capable de stopper expansion soviiti(Iqu
en Allemagne et de defendre Berlin. II est temps de
realiser qlu'Hanoi est aussi important que Berlin
pour I'avenir du Mondc libre. On bien 1'ordre que
nous d6fendons represented par uin gouvcrnement
don't nous avons reconnu l'ind6pendance s'iiiiposcra
lui-memne en Indochine contre le communism, ou
bien les Puissances occidentales auront i decidcr
d'abandonner toutc 1'Asie A l'influence sovictique on
.i demander une intervention americaine directed. Si
vous regardez la carte du monde communist, vous
pourrez voir ique dte 'Elbe h l'Oc6an Pacifiquc, les
deux tiers de I'Europe et les deux tiers de 1'Asie sont
sous la domination du Kremlin. Une guerlr claudec
oppose cette force enorlme aux (quelque milliers de
soldats franiais qui constituent la c6 d(e vote de
tout le systcime de defense occidenlale en Asie. I'ne
d6faite francaise en Indochine signifierait (ue la;
Irance aurait 'i se retire en Afrique. L'Afrique
serait-elle capable de rtsisler ? Trop de coummni-
nistes y out fait unle alliance avec les imoutivenienls


nationalists locaux. En abandonnant aux conque-
rants les terres et les mers d'Extr6me-Orient, le
monse occidental n'y gagnerait nimme pas un souffle
de repit.
(n Asiatic Review n, Londres, Oct. 1350, No 5.881.)


Lai siltllion, aiinsi que le disait .1. Breyers,
tlai 'ranve. Les scemaines siivanles allaient le
confirmer de faqon traiique.


1)) L'AlTTA'QUE DU VIETMINH

ILes revers subis par les forces de 1'lnion Fran-
ciise dans le nord du Vict-Nam Ai la fin de la semaine
derni'ire sont encore plus' s6rieux que ne l'indi-
quaient les premiers rapports. Sur 3.501) homes de
troupes de metier, quelque 2.500 ont 6te tuts, bless6s
on portes disparus apres une lutte sauvage menke
centre un nombre sup6ricur de beaucoup de parti-
sans vietminh bien entrain6s et bien 6qluipes. La
garnison 6vacune de Cao-Bang a et6 presque enti&-
rement decinime ; la garnison de That-Khi don't le
rle consistait i couvrir la retraite a subi de lourdes
l)ertes. Ces pertes sont d'autant plus s6rieuses que
les forces franchises au Viet-Nam out toujours 6te
trop faibles pour tenir tIte efficacement aux activi-
tes des rebelles disperses dans de grands spaces
de territoires covenant parfaiteenient la guerre de
guerillas. lusqu'h cc qu'elles puissent etre ienforc6es,
les troupes dtc l'Union Francaise doivenl demeurer
sur la defensive ct il se peiit qu'elles subissent de
fortes pressions pour se maintenir dans les regions
qu'clles controlent actuellement.
I ,e desastre s'cst produiit au course des operations
([ui avaient potr but de concentrer la puissanet
d'attaque franicaise en vue d'un novel effort pour
nettoyer tout Ic delta du fleuve Rouge lorsque la
fin de la mousson permettrait le diclenchenment de
la campagnc. Le lhaut commandement francais a
estimi depuis quelque temps lque ses troupes 6taient
ieaucoup) trop dispersees. Cette opinion a 6te rcn-
forcee par la conviction que quelques uns des posters
clielonni s Ic long de la frontiere (qui sCpare la
Chine du Viet-Nam (postes qu'il a toujours itc diffi-
cile et coitcux de d6fendre et de ravitailler)
n'etaient pas assez solids pour empecher le renfor-
cement constant des guerillas vietniinh i partir
des camps et des dlp6ts de munitions qui se
sont multiplies en territoire chinois depuis que
Pckin a reconnu le regime d'Ho-Chi-Minh au d6but
de cette annde. Evacuer ces postes semblait etre la
scule solution. Une operation de ce genre est tou-
jours difficile surtout lorsque les civil doivent ctre
en nimeni temps escorts dans des d6files en terri-
toires lostiles et les honines responsables de 1'cva-
cuation de Cao-Bang semblent s'itre Iroinpes i la
fois sur l'importancc et la puissance d'allaque des
forces vietlmin qui bloquaicnt la voie de la retraite
pres de la lPasse de Lung-Phai ri'gion 'aiiissi mau-
vais augiure' pour Ics Francais i la suit de leurs
riccnts revers que la Passe Khyber I'cst 1our notre
Spays.n
(a Times ), Londres, 13 oct. 50(, N" 5.689.)







C1 DE LA GUERILLA A LA GUERRE
(.Co)llll:' i'a rel'evt notre corresponidalni de PIaris,
la reaction de la press franqaise et de l'opinion a
i't extrcinement vive. On reprochc aux autorites
civiles et inilitaires compktentes d'avoir volontaire-
ment laissi planer le mystrre sur les difficulties
r6elles en Indochine. On r6clame dc nouveau chefs,
des credits suppl6mentaires. Dans une lettre ouverte
d'une extri me violence, le G6n6ral Mast rejette touted
la respon.,abilit6 des revers actuels sur l'ancien
ministry de la France d'Outre-Mer, M. Paul Coste-
Floret, << ar, 6crit-il, le sort ldu Viet-Nam s'est joui
precis6meint durant votre ministfre.... >, cc qui
entire parentheses, reste i prouver.
Enfin, it est encore un point sur lequel tout le
monde s'accorde : la p6riode de guerilla en Indo-
chine est r6volue et c'est A uine veritable guerre
contre le Vietminh, soutenu par la Chine commnu-
niste, que la France desormais doit faire face. 11
imported par consequent que les troupes engages
en Indoch.ne soient pourvues des moyens necessai-
res, car d train oh vont les choses ce sera bient6t
le delta di Fleuve Rouge lui-mnme qui sera menace.
(< Gazette de Lausanne ), 13 octobre 1950, No 5.895.)

d) LES COUPABLES

Dans ur article dense, le TIMES fait le proc's
tie l'affaire indochinoise.
Le jouii nal denonce :
1. L'encouragement dil nationalism par les
Etats-Uni. et la Chine de Tchang Kai Shek.

En pregnant possession des 616ments ext6rieurs de
la souver;ninet6 frangaise, tels que la residence du
gouvernet r, en maintenant les troupes francaises
dans les camps de concentration ou les Japonais
les avaient places, en reconnaissant le gouverne-
ment du Front National indochinois improvise par
Ho Chi \linh qui arriva de Chine oil it se cachait
lorsque lcs Japonais firent leur reddition et en s'as-
sociant a.ix demonstrations nationalists de carac-
t*re anti-l'rancais, les autorit6s am6ricaines firent
de Ho Clii Minh le porte drapeau du nationalism
vietnamiea et le chef effectif d'une parties impor-
tante du territoire.

2. La division des ponvoirs et l'incoherence de
la politique franqaise.
3. L'absence d'une doctrine militaire ferme.
4. L'aide venant de Chine.

Tant que les forces de Ho Chi Minh sc limitaient
a des actions de guerilla, la strat6gie francaise pou-
vait 6tre consid6ree comme saine. Mais d&s qu'il fut
evident I[ue les communists chinois permettaient
l'armement et 1'entrainement des forces vietminh, le
commanclement local se rendit compete qu'il ne dis-
posait pis des forces n6cessaires pour tenir le
territoire tout entier. C'est pourquoi il d6cida de
retr6cir ]'ere d'op6rations et de renforcer l'emprise
sur les zcnes rizicoles essentielles du Delta du Fleuve


Rouge dans 1'espoir de briser Ho Chi Minh par iun
blocus economique.
()n le sc rendit pas coilple, cependani pleine-
ment tie la faiblesse des forts de la frontibre avant
il y a d(eux mois. Ho Chi Minh disposait alors de
canons de canmpagne, de canons anti-acriens et d'un
ravitaillement abundant en armes de petit calibre ct
en munitions. Ses contingents 6taient comparable
en nombre et en entrainement it ceux des armees
europ6ennes. Dans ces conditions l'6vacuation des
forts n'(tait plus facile. La region de Thatkhi, oil
les Francais ont subi leur d6faite r6cente, a connu
au mnoins trois dcfaites de ce genre. La premiere, en
1885, pros de Langson, provoqua la chute du gou-
vernement Jules Ferry, et fit de la guerre tonkinoise
une question essentielle de politique int6rieure. Les
Francais, A cette 6poque, pouvaicnt r6tablir la situa-
tion tout seuls. Ils ne le peuvent plus aujourd'hui
et la idfaite de Thatkhe pose un probl6me interna-
tional.
(s Times ), 13 octobre 1950, N 5.890.)

C) ERREUR D'ORGANISATION,
MI~CONNAISSANCE )1: L'ENNEMI

Dans touted guerre, tin belligerant pett subir des
revers, mais, en l'occurrence, cette doulourcuse
d6faite est due a la fois a line erreur d'organisation
et surtout l]a mnconnaissance total des forces don't
le Victminh dispose dans le nord du Tonkin. Or le
fait nouveau, c'est que le Vietninh a pu, avec l'aide
ties Chinois, former uine arme nouvelle de 20 a
30.000 homes nunis d'artilleric et de mitrailleuses
lourdes. Sa presence transfornic le caractire de la
guerre ; il ne s'agit plus seulement pour les Fran-
cais de lutter centre des terrorists ou de combattre
des unites don't l'effcctif n'a jamais exc6d6 ceux de
deux ou trois bataillons ; ils vont se heurter A un
corps solid, bien entrain6 en Chine, comprenant
des hommes qui ont lutt6 avec Mao-Tse-Tung et qui
sera ravitaill plar les routes dor6navant ouvertes
qui franchissent la frontiere septentrionales. Ce n'est
plus par des denmi-mesures qu'on fera face ia cette
menace. Toute la strat6gie indochinoise doit ktre
revue en tenant compete de cet 616ment dangereux.
(( Journal de Genbve ), 14 oct. 1950, N0 5.892.)

f) L'INDOCIIINE EN DANGER. SOLUTIONS

La gravity de la situation en Indochine est main-
tenant evidence pour tous. Sons la pression d'une
forte attaque vietminh, les Francais abandonnent
leurs principaux postes frontieres et cela leur cofite
cher. L'attaque rebelle confirm, dans uine certain
measure, les craintes provoqu6es durant tout P1'6t par
des experts qui pr6disaient qu'apres la fin de la
mousson on pouvait s'attendre A cc que l'Indochine
devienne une < second Cor6e ). La situation diff6re
en ce sens qu'il cxiste ici des 616ments originels
de nationalism et de guerre civil. La Russie n'est
pas pr6sente inimmdiatement i l'arriere plan ; la
force ext6rieure qui soutient le movement est la
Chine communist. La resemblance A l'6gard de la
Cor6e consiste dans le fait que la guerre indochinoise
est un 6lement du meme movement d'expansion

65








du bll_> ,!c-nlmlunish',llt- :) !:3 r loute l'Asic, et principalement de l'Asic du Sud-Est.
La crie dre I1'Indochine constituerait pour les dCmno-
craties unu 6venciucnt particulicrcment grave. Le
Siam, la Birmlanic et plus tl'd la Malaisic ct l'Indo-
nitsic seraient en danger et une zone rizicolr (d'utn
grande richessc scriit ;icparic di rcste de 1'Asic (lii
Sud-Est.
Ce n'est pas Ic iiomnent de se laiiinter sur les
degats qui ont d&jil et6 causkts et id se laisser aller
Sties recriminations sur ce que les Fran:ais pou-
vaient ou ne poiuvaient pas faire pour eviter la crises.
Le fait deinmure que l'altcrnative ,i la domination
franchise ct a cell de I'Empercur Bao Dai, faible
chef don't elle a fait le choix, est le communism
sous Ho Chi Minh. La politique ambricaine est
logique lorsqu'elle pr6fbre un regime qui peut ,trc
modifi6 par des proc6des d6mocratiques et qui
conduira certainement quelque jour A une ind6pen-
dance national original, i un regime entire les
mains des communists.
Notre aide mat6rielle arrive maintenant et s'ac-
croitra. Nous esptrons donner aux Francais toutes
les armes don't ils ont besoin ou don't ils peuvent
se servir. Leur principal difficult cependant est
la puissance en homes et non celle en materiel.
Nous ne pourrions pas, ct, etant donn& les plans
actuelle, nous ne voudrions pas, quells que soient les
circonstances, envoyer des troupes americaines en
Indochine. A ce point de vue l'affaire est diff6rente
de celle de Corte. Mais les Franqais, bien que rece-
vant quelque aide des troupes victnamiennes ne
regoivent pas une aide suffisante. II faut qu'il y ait
beaucoup plus de troupes de ce genre. De toute evi-
dence les Francais n'ont pas riussi menittre de leur
cet6 la population ; ils n'ont pas reussi non plus
a convaincre sufilsamment d'eltnents qu'ils ont rtel-
lement l'intention d'accorder I'indrpendance ou
l'equivalent de I'indipendance au pays. Cependant
les Sud-Coreens ont montre' comment les Asiatiques
peuvent et voulent comn)attre centre le communism
lorsque Jeur propre cause peut ttre identified avec
leurs aspirations nationules.
On parole d'un project qui consisterait i jeter
l'Indochine come une brique chaude dans la mare
des Nations Unies. On pr6sente la Palestine conime
un example precedent. Mais la Palestine 6tait un
mandate de la Soci6te des Nations qui tombait natu-
rellement dans le domaine normal des Nations Unies.
Dans un sens la Coree etait 6galement sous la garden
de I'O.N.U. L'Indochine, au contraire, constitute une
possession colonial franchise don't la France seule
a la charge. II se trouve qu'elle est un bastion essen-
tiel dans la lutte asiatique centre le communism,
mais I'O.N.l'. ne pett, sur cette seule base, inter-
venir.
Il ne paraii pas, que dans les conditions actuelles,
si les Francais no peuvent recevoir come aide
qu'un soutien en approvisionncments militaires et
un appui moral des Am6ricains et des Anglais, ils
puissent continue a tenir les zones vitales du pays.
La France possHde li-bas 150.000 homes do trou-
pes bien entraines, composes essentiellement d'6le-
ments de la L6gion Etrangbre ct de Marocains sous
]es ordres d'officiers francais. Cela devrait suffire
a d6fendre une ligne stabiliste au nord de la Hiviire


"ing,' qui prine.ttraii la dill'fne du(t Delt !! i d Tou-
kin et de sa region rizicole.
Sur le plan politique, Ics Francais penscnt qu'ils
donnent au Vietnam autant d'ind6pendance qu'ils
peuvent le fire pour le moment dans le cadre de
I'accord du 8 mars ; cela peut ktre vrai a propre-
ment parler. Mais il semble que cela ne soit pas
assez. La situation parait r&clamer la prise d'un
>. Pour sortir du gachis indochinois
it faut combiner la defense militairc et un rapid
progris politique. L'alternative est une operation de
combat encore plus cofteuse et sans binrfice. La
position francaise est terriblement difficile. I1
existed un vieux proverbe chinois qui resume parfai-
tement la situation indochinoise : < Celui qui che-
vauche un tigre a peur de mettre pied a terre s. On
comprend les craintcs francaises, mais les Frangais
feraient bien de r6fl6chir A la situation difficile de
I'homme qui continuerait A chevaucher Ic tigrc.
(o New.York Times >, 17 ootobre 1950, N" 5.908.)

Le < Times D de Londres est plus optimist :

Au Viet-Nam meme, tout d6pendra de la facon
don't la situation evoluera jusqu'i ce que l'6quipe-
ment am6ricain, qui a Wte retard par le deroule-
ment des resources militaires ambricaines vers la
Cor6e, arrive au Viet-Nam pour r6tablir la sup6rio-
rite technique des forces de l'Union Francaise sur
le Vietminh. Le g6n6ral Juin, Commandant en Chef
des forces franiaises en Afrique du Nord, qui est un
expert des operations dans les pays difficiles, est
envoy, accompagn6 de M. Letourneau, Ministre des
Etats Associes d'Indochine, pour faire un rapport
sur les measures nbecssaires pour r&tablir la situa-
tion. Entre temps, le gouvernement s'adresse aux
Etats-Unis pour demander une assistance immn-
diate. M. Moch, Ministre de la Defense, actuellement
A Washington, exposera sans doute le cas de la
France avec force et en soulignera l'urgence. On a
deja annonce que le President Truman doit discu-
ter avec le G6n6ral Mac Arthur du tour s6rieux pris
par les affaires en Indochine, et la France peut se
turner avec espoir vers ses allies non seulement
pour obtenir un soutien moral, mais encore une aide
pratique dans sa situation critique. Tout tchec en
Indochine affaiblit le front common de tout Ic Sud-
Est Asiatique.
(I Times n, 13 octobre 1956, n" 5.889)

C'est la mnme opinion qu'exprime en some
<< Le Journal de Geneve > sous la plume de Rent;
Bovey :

On se demand des lors quelle attitude la Chine
communist va adopter ? D6jit, elle a officiellement
reconnu le gouvernement d'Ho Chi Minh, et lui a
permis de refaire sur son territoire des unites prktes
i reprendre le combat. Va-t-elle s'engager elle-mnme
dans la lutte ? On pourrait le croire en pregnant con-
naissance de ce que son ministry des Affaires Etran-
geres dit de la Cor6e. Cependant, un tel geste ferme-
rait i la Chine communist la porte qui vient de
s'entr'ouvrir pour elle a l'O.N.U. Bien plus, il d6-
clencherait sans aucun doute tn conflict gn6Bralis6,
car chacun parait avoir admis que la France n'est








pas scule con cuuas' daln. !:ctte affa;irr e qu'vllc dE'
fend des inltrits colnniuns i lout le camp dinocr:a-
tique, y cor pris certaines nations asiatiques.
(( Journal de Genbve, 7 octobre 1950, n" 5.876.)

La politique du Commonwealth
La Conference de Londres

Tandis ,ln'en Indochine sc joine, snr le plan
militaire ('l politique, lne parties don't l'issne
engagera l'avenir de i'Asie du Sld, le Comnmon-
wealth teitle, par la promotion d'nn plan de
developper;ient economique aniqiel il convie
totes les nations de bonnes volonte, de sauver
les pays d'4sie encore libres d'lane misere qui en
faith la proie facile diu novel imperialisme coim-
muniste.
On se rappelle qu'en janvier dernier la Confe-
rence de Ceylan prdpara le plan Colombo.
Depuis, ur travail important a ite accompli.

a) LE TRAVAIL ACCOMPLI

Le plan ile Colombo a 6t6 un project du Common-
wealth ; il est n& de la Conference des miiistres des
Affaires Et angcres du Commonwealth qiU s'est teau
dans la capital de Ceylan en janvier dernier. C'est
l'Australie qui 1'a propose et la satisfaction a et1
g6nrrale lorsqu'on a vu qu'il laissait prevoir d'im-
portantes activities constructive lancees au norm du
Commonwi alth. Lorsque le Comit6 Consultatif s'est
reuni A Si dney en mai dernier on a r6alise qu'il
6tait souhaitable d'inviter au plan des regions
n'apparten:int pas au Commonwealth mais occupant
cette region ; aussi furent-elles invites A Londres;
quatre y prirent part : le Siam et les trois gouverne-
ments qui formaient ce qu'on a appel6 l'Indochine
Francaise : quant I la Birmanie et l'Indon6sie, elles
envov&reni des observateurs. Les pays dii Common-
wealth re)pr6sentes furent I'Australie. le Canada,
Ceylan, I'I ide, la Nouvelle-Zblande, le Pakistan et le
oyaume-ni ; la dgation duoyaume ;a iyaume-Uni com-
prenait de,; representants indigenes de Singapour et
de la f6dei ation de Malaisie.
Les debits du Comiti tournirent autour d'un ra)p-
port 6crit qui lui-meime avait 6t& 6tabli d'aprls les
rapports st;pares prepares par les gouvernements de
Ceylan, dc l'Inde, du Pakistan, de la Malaisie, de
Singapour du Nord-Borneo, tie Sarawak, accompa-
gnes dans chaque cas par un programme de devc-
loppement de six ans, programme devant commen-
cer en ju llet prochain. Tant les rapports que les
programmins, nous a-t-on dit, ont 6te 6tudi6s en
detail. Le rapport c6mplet n'a pas encore 6t& rendu
public ; oi attend qu'il soil examine par le gouver-
nement britannique, mais on peut en connaitre les
buts g6ntiiaux.

b) LES PROBLIMI:S "rTUDIES

Deux pi oblnmes important ont occupy les refor-
mateurs .'occupant de cette question. L'un est :
comment trouver les capitaux ?, l'antre est : com-
ment avoir du personnel entrain6 ? Les capitaux, a
dit M. Gail.skell (qui pr6sida les reunions i Londres),


uic pciecunt tr fourni.s par !:.' pays du Co(iumn-
wealth du Sud-Est asiatique sur leurs propres res-
sources. En fait, il serait mtme difficile pour le
(ommonwealth toul entier de fournir, dans lcs cir-
constances actuelles, la totality des capitaux. II fau-
dra en chercher d'autres c'est-a-dire des capitaux
:nniricains. bien iqu'il suit difficile d'en demander
si nous ne faisons pas nous-mirmes notre effort maxi-
(a Sunday Times S, 8 octobre 1950, N" 7.875.)

c) LE PLAN SYDNEY

Le plan sur leuell on s'Mlait mis d'accord it Syd-
ney se divise en deux parties : cooperation techni-
que entire les pays participant au plan et d6velop-
pement 6conomique. Pour administer le plan de
cooperation 6cnomique, un bureau et un Conseil du
Commonwealth ont 6t6 constitute A Colombo. Le
Conseil s'est r6uni pour la premiere fois en juillet :
certain d616gPIs qui arrivaient tout just de r6u-
nions du Commonwealth ont WtB impressionn6s par
le caractere non official des debats et l'aisance des
decisions contrastant avec la fagon d'agir des agen-
ces des Nations Unies. La tAche essentielle du bureau
va maintenant etre de d6penser les 8 millions de Y
qui lui out 6td vutis A Sydney ; il devra agir de
facon prudentt, !.i;. s.,ns retard. Une autre tfiche
qu'il pourra entreprendre scra de trouver certain
nioyens pour s'assurer les experts techniques qui ont
accept dtie servir outre-mer et s'engager aupres
d'eux i ne pas compromettre leur future carricre
dans la m6tropole. L'idee d'un service technique du
Commonwealth est maintenant dans l'air ; ses mem-
bres se verront garantir un emploi permanent -- bien
(qu'il puisse avoir lieu en des pays diff6rents et a des
epoques diff6rentes et une retraite. Sous un cer-
tain angle ce plan a etu presented dans le manifeste
politique du Parti travailliste : Le Parti travail-
liste et la nouvelle sociWte >.
La second parties du plan du Commonwealth est
consacree an ldevloppement &conomique. Les gou-
vernements qui y prennent part ont soumis leurs
projects. Leurs plans sont g6nbralement tris raison-
nables dans leur conception. Is ne cBdent pas A la
tentation (d'une industrialisation excessive come
on l'avait cru. L'electrification, F'amelioration des
movens de transports et des plans intimement li6s Li
l'agriculture, tels semblent avoir 6te les thmnes essen-
tiels. Comment ces plans seront-ils finances' A l'6po-
que de la Conf6rence de Sydney on parlait beau-
coup d'une < auto-aide > du Commonwealth. On fai-
sait valoir i just titre, que les resources du Com-
monwealth sont vastes ; si elles etaient bien orga-
nisses, toute aide etrangLre serait inutile. Mais, en
fait, la mnobilisation des resources ne peut avoir
lieu que si l'on voit arriver un flot fertilisant de
capitaux. )Denuis la guerre les investissements en
capital en l'Asie du Sud out presque entircement Wet
faits par la Grande-Bretagne. Les chiffrcs tris impor-
lants que M. Bevin a cites a la Conf6rence de
Colombo n'6taient peut-ctre pas tellement exacts.
mais ils out raplcle anu monde que la responsabilitu
du financement de 1'Asie du Sud 6tait encore aux
mains de la Grande-Bretagne. Avec la lourde charge
du r6armement qui pese sur elle, Ia Grande-Breta-







gne ne va pas pouvoir continue son aide a l'chelle
pr~vue, encore inoins l'augmenter. Pour y parer dans
tine certain measure, il est possible d'augmenter
16g6rement Ie taux de formation de capitaux en Inde
qui, jusqu'a r6cemment, 6tait tres bas. Le capital en
surplus de I'Australie est principalement plac6 en
sterling A Londres et ne serait done pas disponible.
Le seul endroit ofil 'on pense obtenir de nouveaux
capitaux serait l'Am6rique.
(a Manchester Guardian c, 6 septembre 1950, N" 5.869.)

d) L'AIDE AMERICAINE

L'ex6cution du programme entier est impossible
sans aide de 1'ext6rieur, specialement des Etats-Unis.
Washington a 6t6 inform de l'6volution de la Conf6-
rence, la presentation du rapport par les d616gu6s
canadiens offre de la sorte le biais qui le fera plus
ais6ment assimilable. Le plan de Colombo a 6ti pr6-
par6 sans specification particuliire du besoin de
combattre la menace communist ; mais il faith appel
A tous ceux qui pensent que 1'une des meilleures
m6thodes pour letter contre cette menace est de
d6montrer comment des standards 6conomiques fai-
bles peuvent itre eleves sans recours a des menthodes
totalitaires et en assurant a l'Asie du Sud une place
correct dans la perspective du commerce mondial.
(s The Economist n, 14 octobre 1950, No 5.896.)

Les Etats-Unis en Asle

Le problMme du financement par les Amiri-
cains du plan de six ans soultl e la question
plus gennrale de la politique amiricaine en Asie.
Que pensent les hommes d'Asie de l'Amnrique?
< United Nations World >> consacre et ce pro-
blame interessant un long article sous le titre
< Pourquoi les Asiatiques craignent les Etats-
Unis! >.

a) L'ASIATIQUE IGNORE TOUT DES ETATS-UNIS

L'immense majority des Asiatiques n'a pas la
moindre conception precise en ce qui concern les
Etats-Unis, son people, ses personnalit6s marquantes,
sa g6ographie, sa civilisation particuli6re, sa philo-
sophie de la vie. Qui plus est, le cercle restreint des
Asiatiques plus ou moins.hien informs hommes
d'Etat et intellectuals est dans 1'ensemble d6cu et
trouble par les actes qu'ont accomplish les Etats-Unis
en Asie depuis la fin de la guerre.
Nous avons achev6 r6cemment un voyage de plu-
sieurs milliers de miles qui a dur6 deux ans et qui
nous a men6s aussi bien dans l'int6ricur que dans les
principals villes de tons les pays asiatiqucs situ6s
entire le Japon et l'Inde. Partout oil nous fimes et
quels qu'aient 6t& nos interlocuteurs robustes
paysans des montagnes de la Chine Septentrionale,
mnnageres rencontr6es le long des pittoresques
canaux de Bangkok ou boutiquiers d'Indon6sie -
nous avons enregistr6 exactement la mime reaction
A la mention de l'Am6rique : de la m6fiance fondue
stir l'ignorance.


b) LES GRIEFS GENIRAUX
ADRnESSIS AUX AMIRICAINS

Avant la guerre, I'anti-am6ricanisme 6tait rare en
Asic. II1 s'exprime aujourd'hui principalement sous
quatre chefs d'accusation.
Les Etats-Unis sont accuses de ne pas aider, et
occasionnellement d'entraver, le people asiatique
dans sa lutte pour l'ind6pendance national.
On intend fr6quemment dire que son ignorance
des conditions locales am6ne l'Ambrique A prendre
des decisions qui sont contraires aux voux et aux
interets de la population.
On reproche g6neralement i la plupart des Ameri-
cains uine attitude de sup6riorit6 racial.
On redoute une intervention am6ricaine unilate-
rale rappelant l'imp6rialisme de jadis.

C) ATTITUDE A L'IGARD DU TOTALITARISME

Souvent la conduit vacillante de l'Amnrique en
Asie 6tait attribute A l'ignorance et an Iranque de
comprehension. Pendant notre s6jour en Indon6sie le
President Soekarno donna une conference de press
it un group de correspondents am6ricains visitant
le pays sous les auspices des Hollandais. La pre-
jieire qd stion qui lui fut pose fut celle-ci:
< Avez-vous collabor6 avec les Japonais pendant la
guerre ? >.
Soekarno lanca un regard noir it son interlocu-
teur et, sans r6pondre a la question, il quitta sur le
champ la conference. Voici l'explication de l'inci-
(tent qui nous fut donn6e par un fonctionnaire du
(iouvernement :
c Le Pr6sident a estim6 qu'il perdait son temps. 11
ne pouvait pas entreprendre d'expliquer l'histoire
et la psychologie du colonialisme. Si les Americains
n'ont pas encore compris qu'un esclave ne doit pas
son loyalisme A ses oppresseurs mais seulement A la
rialisation de sa liberty, s'ils demandent encore pour-
quoi certain d'entre nous, au lieu de soutenir les
Hollandais dans cette guerre, ont donn6 leur appui
aux Japonais, Orientaux comme nous, il n'existe
dans ce cas aucune base de comprehension mutuelle.
Ce probl6me, si important dans I'Asie d'aprcs-
guerre, nous fut expos sous une lumiere encore
plus plus crue par un homme d'Etat Siamois de pre-
mier plan, le Prince Kukrit Pramoj. Trois fois minis-
tre, il est le seul homme politique de son pays capa-
ble d'attirer une foule assez important pour etre
qualified de < rassemblement de masses >.
Iorsque nous lui demandlimes pourquoi le Siam
avait collabore avec le Japon pendant la guerre, il
haussa les 6paules et nous renvoya cette question :
< Quel loyalisme devons-nous a l'Amnrique ? >>.
Nous essayames de faire valoir qu'il ne s'agissait
pas de loyalisme a l'6gard de 1'Am6riquc mais de
resistance au totalitarisme. Mais le Prince secoua la
tcte.
<< Peut-'tre nous a-t-il sembl6, dit-il, qu'une
alliance avec l'Occident pr6sentait plus de danger
que le totalitarisme. Des millions et des millions
d'Asiatiques ont vu dans la guerre du Pacifique la
lutte dui blanc contre l'homme de couleur >>.








d) EN CONCLUSION
L'AMiRIQUE A ENCORE UNE CARTE A JOUER

Done les Asiatiques sont enclins a tenir pour
n6gatif le :'61e actual de 1'Amerique en Extreme-
Orient. Cep.ndant cette tendance n'est pas n6cessai-
rement fatale car sous la perplexity et le d6sappoin-
tement subsiste le souvenir des sympathies d'avant-
guerre. On se rappelle toujours en Asie les grande
traditions de liberty et d'egalit6 qui resument l'his-
toire de l'Amnrique et elles exercent une influence
persuasive :o.ur les esprits des leaders asiatiqus. Lin-
coln, notan.ment, exerce une puissante action sur
l'imagination de l'Orient. Parlant de la lutte indo-
n6sienne pc ur l'ind6pendance, le President Soekarno
la caractri,;a de la maniere suivante : < J'ai essay
dt synthitiser les conceptions de Lincoln avec la
technique e 1'Inde >>.
De tells sympathies sont profondes et durables et
il n'est peul-6tre pas trop tard pour que 1'Am6rique
clarifie sa Tiosilion en Asic et regagne tout son pres-
tige moral. Mais le besoin d'une plus grande com-
prehension mutuelle est urgent. Les 6v6nements vont
vite, plus vite que les deliberations des politicians.
La bataille d'aujourd'hui ne se livre pas tellcment
pour des tcrritoires on pour des formes de gouver-
nement que pour 1'Ame de I'Asie. Les Etats-Unis doi-
vent prouv r aux Asiatiques qu'ils ont compris toute
la portee d,! ce fait historique.
(a United Nations World a, New-York, Sept. 1950, No 5.888.)

Indon6sie

11 ne senmble pas que, malgre la proclamation
de la Republique Indondsienne, son admission
aux Nations Unies, la situation soit cependant
lotalemenit claircie en cette parties du monde.
Le problmine de la Nouvelle-Guinde et la resis-
lance a I'effort violemment unificateur du nou-
veau gouvernement accumulent des nuages ct
provoquent meme des conflicts.

a) LA NOUVELLE INDONESIE

L'Indonisie ind6pendante entreprend aujourd'hui
line nouvelle phase de sa carriere avec la proclama-
tion de la R6publique < indivisible ,. Cette cere-
monie met purement et simplement tn cachet offi-
ciel sur u evenement qui se preparait depuis des
mois. En d6cembre dernier les Etats-Unis d'Indon6sic
sont devenus une Republique f6edrale souveraine
comprenant 16 Etats, mais la R6publique d'Indoh6-
sie, de Java, utilisant parfois des m6thodes extre-
mistes, absorba successivement les 15 autres Etats
f6d6raux.
L'B6vneiient d'aujourd'hui a 6te calcul6 pour quo
sa c6l6bration correspond au cinquieme anniver-
saire de ]a proclamation de l'ind6pendance indo-
nesienne. Celle-ci fut r6alis6e avec 1'aide japonaise
en 1945 avant I'arrivde des forces britanniques et
hollandaises mais on admet g6n6ralement que les
collaborators indonesiens avaient agi en faveur de
leurs propres objectifs nationalists d'ind6pendance


et non pas mfis par un amour quelconque du fas-
cisme japonais. Ii serait vain actuellement d'argu-
menter sur cette question. Les Indon6siens n'ont pas
voulu la domination japonaise et ils ne voudraient
pas maintenant une domination russe. Ils recher-
chent cette < troisieme voice > mythique mais sedui-
sante entire les deux systcmes.
(a New-York Times n, 17 aout 1950, No 5.816.)

b) ADMISSION AUX NATIONS UNIES

Au milieu des querelles et des disaccords qui ont
marqu6 les reunions courantes du Conseil de S6cu-
rite des Nations Unies, ce fut un entr'acte que
1'accord auquel on est parvenu mardi lorsque l'Indo-
nesie demand son admission aux Nations Unics et
que celle-ci fut accepted. Les diplomats firent assault
de prdvenances pour soutenir la deniande de la jeune
republique et m6me le representant de la Chine, qui
s'abstint de voter, admit volontiers qu'il aurait Wtd
heureux de faire comme tout le monde si 1'Indond-
sie n'avait pas reconnu le regime communist de
Pekin. Le vote fut de dix a zero en faveur de l'ad-
mission. Les Etats-Unis et 1'U.R.S.S. se trouverent
d'accord. Le verdict de 1'Assembl6e g6n6rale, a qui
appartient la decision ultime, sera certainement du
mime ordre.
(H New York Herald Tribune ), 3 octobre 1950, No 5.862.)

c) LA QUESTION DE NOUVELLE-GUINEE

La thise hollandaise de maintien en Nou-
velle Guince est diversement apprdcie. Le
< New Statesman and Nations > affirme centre
la Hollande :
La thise hollandaise, qui rappelle beaucoup les
anciens arguments imp6rialistes, exprime des inqui&-
tudes hypocrites relativement aux < droits de la
population A disposer d'elle-mime > et A la p6nurie
d'experts indonesiens en matiere de finance et d'ad-
ministration ainsi qu'i la difficult de remplacer les
missionnaires hollandais qui 6taient clarg6s de l'en-
seignement sous le regne de la Hollande. Cette these
ne paraitra pas trbs convaincante, sp6cialement si
l'on tient compete de 1'etat arri6r6 de la region, et les
Indonesiens croiront naturellement 6tre en measure
de s'occuper de cette region comme des autres ter-
ritoires places sous leur administration, pr6tention
que l'action du Gouvernement sous la direction du
President Soekarno et du Premier Ministre Hutta les
autorise a 6mettre.
(a The New Statesman and Nations ),.
19 aout 1950, NU 6.813.)

< L'Economist > an contraire parole de la
< Ddraison de l'lndonesie >.

La concentration de puissance au centre de lIndo-
nesie rend moins valide qu'auparavant la pr6tention
indon6sienne sur la Nouvelle-Guin6e occidental car
elle exclut toute idee d'autonomie A l'int6rieur d'une
federation liche. Les habitants primitifs n6groides
de la Nouvelle-Guinde n'ont rien de commun, quant








a la league, la religion ct la culture avec les hlabi-
tauts de Java ou meme avec les elements dominants
de 1'Est indon6sien qu'on pent encore raisonnable-
mient appeler ties Inuoniesitis ; la i\etlldilation tie
Jogjakarta sur la Nouvelle-Guin6e repose sur le seul
fait qu'elle avait 6et annex6e par les Hollandais et
pr6cedemment administree comme une part de leur
empire colonial des Indes orientales. Si on veut eva-
luer de facon rationnelle la capacity de self govern-
nent des populations de Nouvelle-Guinee, on cons-
tate qu'elles en sont encore a ce stade de developpe-
ment qui n6cessite qu'elles demeurent pour quelque
temps sous tiue forme d'administration colonial.
La seule question est de savoir si cette adminis'-
tration doit Ctre dirigee par Java on par les Pays-
Has. Si l'on prend en consideration ie fait que 1'lndo-
nesie a elle-menie grand besoin d'une aide dconomi-
que et technique de l'6tranger et qu'elle manque ter-
Iioleinent de lonctionnai es, sutialsasmnenl conl-
petents pour diriger ses propres services administra-
tifs, on ne se pose mene plus de question quant a
savoir quel regime apporterait lee avantages les plus
importants a la Nouvelle-Guinee. Ce n'est pas oeule-
ment les Hollandais qu'inquietent la voix sonore de
'lndonesie. L'Australie est 6galement fort alarmie
par cette agitatiQo, car si 'lndonesie parvient a faire
trjompber sa demand et qu'on admette que les indi-
genes de Nouvelle-Guinee sont des Indonesiens, elle
pourra alors demander la parties orientale de l'ile,
c'est-a-dire la parties australienne. Le gouvernement
australien a maintenant fait savoir en termes nets
qu'il porte un interet vital 6 l'avenir de la Nouvelle-
,uince et qu'il r6sistera i toute tentative indoune-
sienne de cliasser les Hollandais de Plran.
(n The Economist a, 26 about 1950, No 5,850.)

a) LA RESISTANCE DES AMBOINAIS

Contre la volonit utnifieqtrjc et c eitralisalirice
de JlaKarta, la Republique des Molluques du Sud
revendique son autonomic et resisted an gonuer-
ment indondsien.

Tout ne va pas parfaiterent dans la nouvelle Indo-
ndsie independantc. Une part important des liabi-
tants du group des Ambon, qui sont ia lextrnmit6
orientale de I'Archipel, sont en revolte contre l'auto-
rite de ]a Bepublique et ont proclam6 leur ind6pen-
dance. La Republique essaie de s'emparer par force
de ce group et d'y 6tablir son autorit* an moyen
d'une expedition militairc. Le gouvernement neer-
landais a demanded i la laWpublique de rechercher
une solution pacifique ; il s'est vu repondre vertc-
ment. La Commission des Nations Unies a egalenment
demanded un cesser-le-fet et a ol'ert ses bons offi-
ces. Ses bons offices n'ont p1as etd accepts.
C'est pour rdsoudre unl problem conume celui-ei
qlue les Hollandais ont propose au commencement


(quc le gouvernenment indonesien prenne mne lorine
federal. C'est pr6cisement paree que la Republique
a rejete l'id6e ftderale, qu'elle avait d'abord accep-
tee, que les Ambonais se sont revoltes. Les habitants
de ces groups d'iles se montrent en gienral plus
amicaux vis-a-vis des Hollandais qu'ils le sont vis-h-
vis des Javanais qui contr6lent maintenant la R6pu-
blique. Ce sont eux qui ont la proportion la plus
important de chretiens, par example, et c'est chez
ces gens que les Hollandais, pendant de nombreuses
annees, out recrut6 leurs meilleurs soldats pour les
forces armees des Indes orientales. C'est un people
lier et independent qui mkprise quelque peu leurs
voisins javanais. 11 y a d'autres groups analogues en
Indonesie ; on esperait que la federation leur den-
nerait l'assurance que leur integrity, en tant que
group, ne serait pas annihil6e par les Javanais. Cet
espoir est maintenant d6truit par l'impetuosit6 du
nationalisime javanais.
(0 New York Times ), 9 oct. 1950.)

L'apppui pacifique du gouverneneni hollan-
dais n'a en aucun success.

En fait ceux qui n'attendaient aucun effet positif
de l'appel du President Drees ont eu raison. Le Pre-
sident du Conseil indonesien Mohammed Nastir a
fait une r6ponse negative a l'appel de La Haye. Il y
est dit que le Gouvernement indon6sien s'etait vu a
grand regret dans l'obligation de c prendre des mesu-
res militaires contre les rebelles pour piot6ger la
population ambonaise >. La responsabilite des 6ve-
nements est rejet6e sur la Hollande qui aurait favo-
ris6 l'action d'une < petite bande de personnel
armies a.
Dans ces conditions le gouvernement hollandais a
jug6 n6cessaire de < mobiliser i> U.N.C.I. (la Com-
mission des Nations Unies pour l'Indon6sie) et d'atti-
rer son attention sur les 6v6nements d'Amboine.
L'U.N.C.j. a brill6 jusqu'a present, sinon par son
absence, du moins par une passivity total. Cette
indifference ne date pas seulement de lagression
contre Amboine. Bien que beaucoup de sang ait deja
could en d'autres occasions depuis le translert de la
souverainete en Indonesie, IU.N.C.I. n'est jamais
sortie de son sommeil de Belle au Bois dormant. En
l'occurrence, cet organisme international a requ la
tIiche de veiller a ce que les decisions prises a La
ilaye, lors de la Conf6rence hollando-indon6sienne
de la Table Ronde, soient ex6cutees et at ce que les
engagements contracts y compris ceux relatifs au
droit de libre disposition soient tenus. Jusqu'a
present I'U.N.C.I. a interpr6te son r6le d'une maniere
tout ai fait unilaterale et s'est content6e de ieiller au
rapatriement des troupes hollandaises dans les d6lais
privus tout en laissant visiblement c carte blanche >
it Jakarta.
(u Neue Zurcher Zeitung ), Zurich, 7 octobre 1950, NO 5.882.)







II. AFRIQUE


1. Gold Coast

<< West Africa >> a consacre 6 la Gold Coast,
sous le titre : < L'arriere plan du nationalism
de la Gold Coast >, line longue serie d'articles
parus au course des mois de juillet, aoht et sep-
tembre danrs lesquels Kwasi Robinson eludie suc-
cessivemenr, :

1 ) De la protestation du mouvemenll
2" Les p ecurseurs de la Convention.
3" Existc-t-il une (< nation > de la Gold Coast ?
4 Pourqiioi N' Krumnah a-t-il quitt6 la conven-
lion ?
5" Hommnes d'antichambres, homes de la rue.
6 Les hommes qui ne peuvent pas se permcttre
d'attendre. La parties la plus miserable de la sociCt6
est favorable a une action immediate).
7" Une chance pour l'homme d'Etat africain.
(L'autonomie offre aux noirs des possibilities de suc-
ces econon iques et financiers).
8 La place des chefs.
9 Le r6le direeteir de la Gold Coast en Afrique.

Sans ci ercher h fair une analyse nime rapide de
cctte serie de documents d'un interet certain, Dous
nous contec tcrons d'cn citcr qucqueS passages.


a) LE MOVEMENT NATIONAL

Qu'enternl-on en disant qu'il existed aujourd'hui un
movement national en Gold-Coast ? On veut dire
probablement qu'il existe actuellement un group
important c'individus d6sireux d'etablir un Etat dans
lequel le pouvoir politique serait entire les mains
d'un Gouvernement responsible devant les citoyens
de la Gold-Coast. Personne ne contesterait serieuse-
ment I'exiitence d'un movement national de la
Gold-Coast orient en ce sens. II peut 6tre compare,
en ce qui concern ses principles et ses objcctifs
fondamentux, aux movements nationaux qui ont
surgi en Europe Orientale, au Moyen-Orient, dans
PInde, en Eirmanie et en Indon6sie.
Bien qu'i. soit naturellement impossible de savoir
Sl'avance si une communaut6 de la Gold-Coast
essayera ult6rieurement de dominer les autres, on
est d'ores et d6ej fond& i admettre que (mis A part
le problem: special des Territoires du Nord) l'6ven-
tualitW d'u conflil entire comniunaut6s dans unc
Gold-Coast dot6e de l'autonomic gouvernenmentaih
semble loirtaine. La plupart des nationalists de la
Gold-Coast semblent :aducttre avvc raison que Ghana
ne devrait pas rtre un Etat trop fortelent centra-
list, que hI diversity du pays, les difilrenccs de
langues et Ile traditions rendront n6cessaire un con-
sidcru)le cegre d'auilntonoie pour les principles


regions qui coincident heureusement avec les prin-
cipaux groups linguistiques : le Nord partiellement
islamis6, 1'Ashanti, les territoires du Sud-Ouest h pre-
dominance fantic et les territoires du Sud-Est en
majority 6w6s.

)) L'ACTIVITE D' PART POPULAIRE
D)I LA CONVENTION

Le P. P. C. a priconis6e < 'action positive > coinme
une m6thode plus efficace et plus rapide pour induire
les Britanniques it octroyer l'autonomie gouverne-
ncutale >. D'apres ce que nous savons de l'histoire...,
d'apres ce que nous savons des m6thodes de lib6ra-
tion colonial, ni la liberty ni l'autonomic gouverne-
inentale n'ont jamais 6et renmises i aucun pays colo-
nial sur un plateau d'argent. Les Etats-Unis, 1'Inde,
la Birmanie, Ceylan... ont df livrer une lutte achar-
nec et vigoureuse pour obtenir leur liberty. De li
decoule la decision du P.P.C. d'adopter... << 'action
positive non-violente > pour obtenir l'autonomie gou-
vernementale an b6n6fice des populations de ce pays
et de leurs chefs ,.

C) LE FOND DE IDIECOR D NATIOr[ALISME

I! est natural qu'au stade aetuel de d6veJoppement
le language utilis6 en Gold Coast soit un language poli-
tique, de m6me que cejui qu'utilisait l'Europe medii-
vale 6tait un language th6ologique. Mais les v.ritables
questions don't on parle et au sujet desquelles on
ecrit sont souvent des questions 6conomiques. L'opi-
nion publique, presque sans exception, est favorable
i l'autonomie gouvernementale et la considbre
comme une condition d'am6lioration economique.
Mais le mime accord n'existe pas n6cessairement sur
la question de savoir an b6n6fice de qui et par quels
moyens sera realise cette amelioration de la condi-
tion 6conomique.


(1) UNEI ATTITUDE DIVERGENT

On n'en distingue pas moins pour cela dans cette
attitude commune deux tendances distinctes: I'une
qui exprimle le d(sir du petit salari6, du petit culti-
vateur et idu chomeur d'obtenir de meilleurs salai-
res et de meilleures conditions de travail, des prix
plus avantageux et des denrees de consommation
meilleur march, un emploi stable ; 'autre qui tra-
duit 'inter't qu'aurnient le commercant et l'homme
d'affaires africains i n btenir des credits -i meilleur
compete, a voir dilminer lia concurrence des firms
europenncs et s'htcndre Il champ d'activite possible
d'indutries secon(i;iires g(6r(s ipar des homines d'af-
faires africains. I!.:i i iprn'lm 'r( Icr dance s'int6rcsse
avant toll aux sltailiar!dls dI vie, la second aux Inar-
ches. Iiein (lque cts dtlux concelptions nient pour le
iomcnl ent lndanllce i clonverger ieles renfermcnl clai-
rement d'unc nm;iiire inlplicile d'imlnortantes diver-
gences de point dr vue quant ti la mani'rc don't l'60o-
noinic future dle I: Gold Coast devrait itre organis6e.









e) LA QUESTION POSEE PAR L'INFLUENCE DES CHEFS

Le probl6mc de la place des chefs dans la future
Gold Coast administrativement autonome est consi-
d6re essentiellement par les nationalists de touts
nuances comme un probl6me devant etre r6solu lors-
que la Gold Coast aura obtenu l'autonomie adminis-
trative. Le fait de dire maintenant aux chefs comee
I'a fait la Commission Watson) qu'ils sont purement
d6coratifs n'cst pas entibrement conform aux faits,
remplit leurs cceurs d'inqui6tude et de d6courage-
ment, affaiblit le peu d'unit6 national existant
actuellement et va a l'encontre du meilleur principle
d6mocratique qui consiste A franchir les obstacles
lorsqu'ils se presentent.


I' LA GOLD COAST
SITUIE:E DANS LE CADRE AFRICAIN

Le movement national en Gold Coast est appeal
fatalement A se trouver de plus en plus 6troitement
associe aux movements de minme nature existant
dans les autres colonies ouest-africaines, et, en fin
de compete, sur cl continent africain. La grande ques-
tion A trancher est la suivante : l'Afrique scra-t-elle
gouvern6e par les Africains, ses resources scront-
elles d6veloppces au profit des Africains, sa culture
sera-t-elle africaine, ou bien scra-t-elle gouvern&e par
les Europ6ens, d6velopp6e pour les Europ6ens, domi-
n6e culturellement par les Europcens ? C'est la une
question quc le people de Gold Coast, qui beneficic
d'avantages consid6rables par rapport a a plupart
des autrcs pcuples africains, devra contribuer A d6ci-
der.
(n West Africa n, Londres, juillet a septembre 1950,
N"' 5.793, 5.796, 5.798, 5.800, 5.803, 5.820, 5.828, 5.832 et 5.847.)

2. -- Afrique Orientale britannique

a) LE PROIILLinLEM DES RELATIONS SOCIALES

La coexistence de Blancs et de Noirs pose it
I'Afrique oriental des probldmes redoutables
qu'il imported d'etudier.
lis rcjettent la politique d' c Apartheid > tell
qu'elle est presented par le gouvernement nationa-
liste de l'Union sud-africainc, comme etant inadap-
table A I'Afrique colonial pour trois raisons prin-
cipales :
1" parce qu'ellc enmpcherait l'immigration d'Eu-
ropeens a ine 6chelle qu'ils consid&rent essenticllc
a leur point de vue particulier qui n'est nullement
celui du progress de 1'Afrique ;
2 parce qu'elle ne permettrait pas d'cntanmer de
facon complete le d6veloppement des capacit6s laten-
tes des Africains ;
3 parce qu'elle ne fournirait pas de facon cor-
recte ce qu'il faut aux Africains qui pr6ferent pour-
suivrc leur mode (de vie traditionnel.
On est en train dt reviser la politique dlu < Colo-
nial Office >, d'une facon qui n'a rien d'antipatli-
que : les conclusions mettent l'accent sur le fait que


la politique de la Rhod6sie du Sud est la meilleure
parce qu'elle r6alise les trois buts suivants, savoir :
favoriser l'immigration europ6enne a grande 6chelle,
realiser le progrbs 6conomique, social et politique
des Africains, fournir des garanties importantes aux
Africains qui ne peuvent pas, ou ne veulent pas,
s'accommoder de 1'rconoinie europ6enne.
(0 East Africa and Rhodesia n, de Londres,
31 about 1950, No 5.838.)

b) PROBLi"ME DU TANGANYIAKA

< Le Spectalor > de Londres a consacre au
Tanganyika un long article qui analyse la situa-
tion du territoire et propose certaines solutions.
E. F. Hitchcock, auteur de cet article, com-
mence par sitter son suijel.

Le Tanganyika, avec une superficie de 390.000 mil-
les carries pour une grande parties sans eau, est plus
6tendu que la Grande-Bretagne, la France et la Belgi-
que reunies. Sa population, don't le chiffre se situe
entire 11 ct 12 millions d'habitants, est egale A celle
de 1'Union Sud-Africaine ; une parties tdi territoire,
couvrant line superficie d6passant a peine 20.000 mil-
les carries, compete une population de plus de 4 mil-
lions d'Ames et est administree par la Belgique. Le
rest du territoire, avec une population de 7 mil-
lions 1/2 d'habitants, est administr6e par la Grande-
Bretagne depuis plus de 30 ans. On comprend mieux
son economic si l'on tient compete du fait que sur
cette population moins tde 400.000 individus solli-
citent ou d6tiennent un enploi lucratif.

L'atteuri denonce le poids d'une buraucraiie
pltthorique et poursuit...

11 est nccessaire d'avoir un aperu die la popula-
tion de la parties du Tanganyika don't la Grande-Bre-
tagne est responsible. D'aprbs le recensement de 1948
effectu6 par la Haute Commission Est-Afritaine, elle
se r6partissait comme suit :

Ilonlnmes Femcnnes Toall


Europ6ens ........ 6.342
Arabes ........... 7.832
Asiatiques ........ 25.384
Total des non-Afri-
cains ........... 39.558
Africains ......... 3.519.475
Total ............. 3.559.033


4.304
5.428
20.807

30.602
3.813.064
3.843.669


10.646
13.260
46.254

70.160
7.332.539
7.402.699


Le problime posd dans son ensemble, M. Hit-
chock aborde la question de l'organisation et de
la niarche des pouvoirs publics.

Au Tanganyika, 1'Executif contr6le absolument la
1,gislature qui, commune l'a lit Gibbon, est < la n6ga-
tion de la liberty politique >. C'est I le nwiud de la
question ainsi iiie du Iimalaise et (du sentiment de
deception suscites actuellement par ]es affairs publi-
ques au Tanganyika. Cc don't on a besoin, c'est d'unc








r6forme de -la Legislature et du Conseil Ex6cutif
supprimant le contr6le exerc6 par ce dernier sur la
premiere. II peut se faire que cette r6forme ait a 6tre
r6alis6e par tape. Ce qui est n6cessaire tout d'abord,
c'est une opposition ind6pendante et responsible au
Conseil Legislatif.

Sur le pan de l'organisation social, la solu-
tion n'est pas meilleure. En presence done de
questions braves qui rdclament une solution,
que fire? ,'auteur propose lne solution. La pre-
mitre :

II est important que soient prises des measures
encourageart toutes les races A travailler en coop&-
ration. Les chiffres de la population ainsi que l'his-
toire du pet plement du pays et de la distribution de
la puissance &conomique mettent manifestement les
Europeens plans l'impossibilit6 de ne pas travailler
avec les Indiens et de ne pas entrainer les Africains
et les Arab s avec eux dans toute la measure du pos-
sible. Pendint longtemps le fonctionnement harmo-
nieux des Conseils locaux mixtes et indigenes -
sera de la tlus grande importance pour I'avenir du


Tanganyika mais un certain 616ment blu aux Con-
seils L6gislatifs et Ex6cutifs, manifestant une volont6
affranchie de I'emprise des bureaux, est essential
au d6veloppement de la liberty et du sens de res-
ponsabilit6 des habitants.

La second :
Une autre solution possible est de se d6barrasser
de l'Accord de Tutelle et des conceptions qu'il repre-
sente. C'est 1A une prise de position bien tranch6e
qui ne manquerait pas de justification et qui aurait
adhesionon de administration et d'une fraction des
Europ6ens, fortement hostiles naturellement A
]'inepte intrusion actuelle des missions de visit de
I'O.N.U. Cette solution placerait le Tanganyika a un
niveau politique plus proche de celui du Kenya,
don't il pourrait devenir parties int6grante, ce qui
finalement ne se traduirait peut-6tre pas par un
advantage pour les habitants du Tanganyika, od les
relations raciales et les resources haturelles sont
meilleures qu'au Kenya. Introduire le t complex du
Kenya i au Tanganyika serait rendre a ce territoire
nn tres mauvais service.
(t The Spectator n, de Londres, 22 septembre 1950, N" 5.804.)









LISTE DES TRADUCTIONS D'ARTICLES DE PRESS ETRANGERE

Ces Iradiuctions peuvent etre consultees 6 la
Section de la Presse etrangbre
MinistBre de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7')
(Direction des Affaires Politiques, piece 17, 1" 6tage)

La Section de la Presse 6trang6re peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, i quicon-
que lui en fera la demand, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
Le num6ro de reference suffit A designer le document desire.


TITRE DE L'ARTICLE


PROBLEMS GENERAUX
Ies territoires sons tutelle dans le Pacifique Sud ................
Pourquoi les Asiatiques craignent-ils les Etats-Unis '. ..........
Nationalisines en Asic ........................ .............
Politiques asiatiques ......... ..... ......................
L'Afrique Oural d' I'Ocident ............................
Les communications africaines .............................. .
UNION FRAI4CAiSE


ORICINE DU DOCUMENT


New Commonwealth
United Natiory IWorldl
Times
'Sunday Times
United Nations IWorld
Times


5.873
5.888
5.905
5.920
5.927
5.930


5.861
5.865
5.876
5.877
5.879
5.881
5.883
5.889
5.890
5.892
5.895
5.898
5.899

5.900
5.902
5.904
5.908
5.909
5.910
5.912
5.914
5.916
5.917
5.918
5.919
5.921

5.922
5.924
5.928
59,31



5.863
5.867
5.870
5.872
5.874
5.875
5.885


Offensive opportune ...... ............... ..................... Daily Telegraph
Controverse autour de < I'experience Bao-I)ai ................ Veue Ziircher Zeitung
L'affaire indochinoise .............. ......................... Journal de Genire
La lutte s'intensifie an Viet Nam ................. ........ . economist
Une autre frontiire critique (Indochinel ............. ........ .Vew York Times
Indochine .................. ............................. I'hie Asiatic Reriewi
Un clice sur la frontibre ... ................................... Daly Telegraph
Reverse an Tonkin ........... ......... .................. Times
La guerre au Tonkin .......................................... Tim es
Alerte en Indochine ........ ....................... journal de Geni, e
Revers Francais en Indorhine ....... .. ................. Gazette de Lauzanne
Un cauchemar qui devient rualite. (Indochine) .................. Continental Daily Mail
Indochine : HO frappe ................................ N. Y. Times (Supplement he
madaire)
Situation difficile de la France en Indochine .................. Neue Ziirdher Zeitung
La guerre centre HO entire dans une nonvelle phase ............ N.. Y. Herald Tribune
Indochine ........ ... .......... ................... ..... Manchester Guardian
L'Indochine en danger ....................................... New York Times
Le dilemme nationalist au Viet-Nam .......................... Pacific Affairs
La menace sur PIndochine ................. ................. N. Y. Herald Tribune
D1sastre au Tonkin .................. ..... .................... Spectator
Dilemme en Indochine .......... ............................... Tribune
Troisibme front en Asie (Indochine) ............................ The Economist
La guerre en Indochine ...................................... Time and Tide
Le dilemme vietnamien .................................... New Statesman and Nation
Des arms pour la France (Indochine) ..................... ....... N. Y. Herald Tribune
ITne menace : 'Indochne ................................ .... Times (Suppl4ment h
madaire)
Le dragon vert (Indoehine) .................... ............... Nene Ziircher Zeitung
VTridiique histoire de l'affairt, dr'lnl hlinii .................... Journal de Geni-ti
La C-:or6e et Ilndochine ................................ .. Time and Tide
L.e Peuple reported dtes viecoires au Vict-Nam .................. Daily i' worker
COMMONWEALTH
Ceneralitis
L'aide an Sud-Est Asiatique .................................... New York Times
Le Plan de Colombo ........................ ............... The Times
La Conference du Commonwealth pour le Sud-Est asiatique .... Neue Ziirdher Zeitung
Les Colonies Britanniques et les Nations Uniies. ................. New Commonwealth
Le ( ;omnonwealth ................ ............................ Manchester Guardian
Ie Commonwealth et 1'iAie ................. ........ ..... Sunday Times
Aide i I'Asie (Confererne diu Cnomonwealth) .................. The Economist


DATES




Oct. 50
Sept. 50
17-10-50
22-10-50
Oct. 50
27-10-50


3-10-50
3-10-50
7-10-50
7-10-50
8-10-50
Oct. 50
11-10-50
13-10-50
13-10-50
14-10-50
13-10-50
16.10-50

15.10-50
13-10-50
16.10-50
17-10-50
17-10-50
Sept. 50


bdo-














ebdo-


74


--- I


I


bdo.






tebdo.


20-10-50
20-10-50
20-10-50
21-10-50
21-10-50
21-10-50
24-10-50
22-10-50

19-10-50
25-10-50
28-10-50
27-10-50



30-9-50
6-10-50
28-10-50
Oct. 1950
7-10-50
8-10-50
7-10-50










TITRE DE L'ARTICLE


5.893
5.891
5.896
5.903
5.925


5.855
5.869
5.880


5.359


5.856
5.884

5.907
5.929



3.864
5.868
5.887
5.913


5.858


5.866
5.901
5.906


5.862
5.871
5.878
5.882
5.886
5.894
5.897
5.915


5.860
5.911
5.926


5.923


I'our le bien (Conuuonwealth) ................................
I e plan de six ans pour lc Sud-Est Asiatiue .......................
Ie plan de Colombo ................................... .......
I e Commonwealth britannique et la cruise asiatilqul .............
I c fardcau colonial de ]a Grande-Bretagi"e ....................

Inde et Pakistan
],'Inde a manqu6 sa chance de mettre fin aux profits ............
Slangereuse inimiti6 ....................... ..............
la vieille frontibre ...... .......... ......... ...........

Malaisie
I ilan mi lais ...................................................

Afrique Occidentale
E inseignien' enit africain ......................................
c;inqnantr annies de la vie des Provinces Orientales ide la
Nigeria 1) ..... .......... .......... .. ............
L'avenir de la (old Coast .....................................
Cinqnuante ans de vie dies I'rovinires Orientales d( la Nigeria (11)

Afrique Orientaie
'entiiecnts racistes en Afrique Orientc : ......... ..........
I'roblemes ilid Tanganyika ....................................
Le gaspillage des arachides ...............................
I)es innistres n6buleux ........................................
I'our la premiiii re fois il a raise n ................ ...............

Afrique du Sud
1 fef nse des A fricains ................... ...................

BIRMANIE
liirmanie ..................................................
U/n plan d'un an ramene ]a paix en Birmanie ....................
De meilleures nouvelles de Birmanie ............................

INDONESIE
I ne date nmeniorable pour I'Indonesie ..........................
(uerre secretc ............................... ... ............
P ouveaux combats en Indonehic ...........................
I'agression indonesienne centre Amboine ........................
Tempete sur les M oluques ....................................
I'Indonesie d'aujourd'hui ...................................
Ie point de vue hollandaise ...................................
L'Indon6sie en peril ............................................

EX-COLONIES ITALIENNES
I es plans pour la Libye ........................ ............
l.a Lybie i la veille de l'independance ............ .. ........
l ible ................... .. ................................

PHILIPPINES
Crises aux Philippines ......................................


N. Y. Times


ORIGINE DU DOCUMENT



Daily Herald
Neue Ziircher Zeitung
The Economist
Forcing Policy Reports
Continental Daily Mail


Manchester Guardian
Daily Telegraph
N. Y. Herald Tribune


The Economist


The Tim es

IWest Africa
Daily Telegraph
West Africa


The Economist
Spectator
Time and Tide
Daily Telegraph
Tribune


The Economist


Manchester Guardian
Eastern World
N. Y. Times


N. Y. Herald Tribune
Manchester Guardian
Neue Ziircher Zeitung
Neue Ziircher Zeitung
New York Times
The Economist
The Economist
Die Weltwoche


Manchester Guardian
Spectator
Times


DATES


13-10-50
12-10-50
14-10-50
1-10-50
25-10-50


12-9-50
6-10-50
10.10-50


30-9-50


19-9-50

30-9.50
19.10-50
7-10-50


23-9-50
22-9-50
7-10-50
12.10-50
20.10-50


30-9-50


4.10-50
Oct. 1950
16-10-50


3-10-50
6-10-50
5.10-50
7-10-50
9.10-50
14-10-50
14-10-50
6-10-50


30-9-50
13.10-50
26-10-50


23-10.50


-L131~-


L









COMMUNIQUES


Communique

Un arrAt6 du Haut-Commissaire de la RApublique en
Afrique occidentale francaise vient d'ouvrir, aux chefs-lieux
des territoires de 1'A.O.F. et dans les Centres de la MBtro-
pole qui seront designs par le Ministre de la France d'outre-
mer, un concourse pour le recrutement de 20 comptables
stagiaires du cadre commun superieur des T.P. de 1'A.O.F.
don't les 6preuves auront lieu le 22 fivrier 1951.
Les demands d'inscription devront atre adress6es au
MinistBre de la France d'outre-mer (Direction des Travaux
publics), 27, rue Oudinot a Paris (7") ou i la Delegation de
1'A.O.F., 159, boulevard Haussmann i Paris, avant le 31
dieembre 1950.

Service des Postes et T616communications

La liaison radiotiliphonique entire Paris et Djibouti a
Ate ouverte au public le 19 octobre 1950. Cette liaison
fonctionnera chaque jour, samedi et dimanche excepts,
de 14 heures 30 A 15 heures 30.
La taxe a Wti fixie i 1.872 francs pour 3 minutes de
conversation.
*
**

Le Minister des P.T.T. communique :
Le montant total des souscriptions a l'emprunt P'.T.T.,
clos le 30 septembre s'61Ave A 6 milliards de francs.


On doit marquer le plein succes de cette mission effec-
tuee sans recourir aux organismes bancaires et place par
les soins des Comptables pour 1/4 et du Personnel des P.T.T.
pour les 3/4.
Lcs fonds recueillis sont destines a l'quipement des
P.T.T. ct en particulier a l'amelioration de notre reseau t6l6-
phonique. Les realisations prevues entraineront une notable
acceleration des communications en France mime et dans
les relations avec les territoires de l'Union Franqaise et de
1'6tranger.


Activity du Mus6e de la France d'Outre-Mer

Entrees payantes : 17.376 pour 323.060 francs.
Entries gratuities : 8 groups, 145 BlAves.
Vente du Guide du Mus6e : 201 pour 3.015 francs.
Travaux : Section Historique Activite normal.
Dons regus :
de Madame Lucien GASPARIN : 2 panneaux points et deux
masques sculpts (Artisanat malgache).
de M. RINJARD : Portrait de Zamore '. (Gravure).
Section Economique : Activite normal.
Aquarium : Installation de chauffage d'eau an laboratoire
d'blevage.


I .


Le girant : Rwd LANtIUMIER.


S. P. L. 2 bis, Impuse du Mont-Tannerre, Pri (156)









































































Edit6 par la Documentation Francaise

Prix du numro : 90 franis
Abonnement :six mois .... 5'0 francs
: un an ...... 1.0)0 D
Membres de l'enseignement ct
journalists : un an ........ 700 >

Souscription et vente
a la Documentation Francaise
16, rue Lord-Byron, Paris (8')
C. C. P. : 9060-98
Tl. : ELYsdes 82-00







University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs