• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Problemes du jour
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Revue de presse
 Back Cover














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00024
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00024
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    Nouvelles de France
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
    Revue de presse
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
    Revue de presse
        Page 70
        Page 71
        Page 72
    Back Cover
        Back Cover
Full Text

FRANCE D'OUTIEOME






II/
nor L [I






PRESIDED CE DU CONSEIL

SECRET 'RIAT GENERAL
DU G(UVERNEMENT

4Direction de la Documentation:
14-16, rue L( rd-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7*)


BULLETIN D'INFORMATION


DE LA


FRANCE


D'OUTRE-MER


SOMMAIRE


PROBLEMS DU JOUR :
Discours de M. Mitterrand .......
RFih- de la Caisse Centrale de la
France d'Outre-Mcr dans le finan-
c< ment des Plans de d6veloppe-
ni cut 6conomique ct social .....
NOU\ ELLES DE FRANCE :
La Vie parlementaire ............
L'ac livitd m inisldricllc ............
Infl c rations diverse ............
NOU\ ELLES D'OUTRE-MER :
Ind( chine .....................


A. 0. F........................
3 A E F ......................
T ogo ..........................
M adagascar .....................
7 Informations administrative ..


REVUE DE PRESS :


14 Iresse d'Outrc-Mer .............
1 Prcesse Etrangbrc ................
Bibliographic .......
22 (Coi nnuniquds ...................


Octobre 1950


N* 147











E DE LA FF
20, rue La Bo6tie T616
M6tro : Miromesnil-


L'Agence de la France d'Outre-Mer, Service
Officiel du Ministbre de la France d'Outre-Mer,
renseigne sur toutes les questions int6ressant
les Territoires d6pendant du Ministere de la
France d'Outre-Mer; Afrique occidental, Afri-
que 6quatoriale, Cameroun, Togo, C6te des
Somalis, Madagascar. Etablissements francals
de I'Inde, Indochine, Nouvelle-Caledonie. Nou-
velles-H6brides. Saint-Pierre et Miquelon.
* Son Service de Documentation informed le
public sur le commerce, l'industrie, la produc-
tion, les tarifs de douane et les statistiques, la
fiscalit6, le climate, le coft de la vie, le tou-
risme, la chasse, etc... Les journaux officials
locaux, les budgets administratifs, les tariffs
douaniers et fiscaux, les statistiques du com-
merce exterieur de chaque Territoire et tous
autres documents d6tenus par le Service pcu-
vent ttre consults sur place.
* Son Service de Placement met en rapport
gratuitement les employers avec les per-
sonnes d6sireuses de trouver un emploi outre-
mer.
* Sa Cin6math6que diffuse gracieusement en
France des films documentaires sur les Terri-
toires d'Outre-Mer.
Le prit de ces films est consent a tout orga-
nisme official ou priv6 d6sirant effectuer des
projections non commercials d'information,
d'6ducation ou d'enseignement.


AGEN(


Liste des diverse publications en vente a I'Agence de la France d'Outre-Mer


SERIE DE 20 DEPLIANTS traitant des divers Ter-
ritoires relevant de la France d'Outre-Mer
Sen6gal, Mauritanie, Guinee, Soudan. C6te
d'Ivoire, Haute-Volta, Dahomey, Niger, Came-
roun, Togo. Gabon, Moyen Congo, Oubangui,
Tehad, Somalie, Madagascar, Laos, Cambodge.
Nouvelle-Calddonie, Oc6anie. Prix de cession :
(a titre de propaganda) 10 francs 1'un.

SERIES DE BROCHURES IONOGRAPHIES sc rap-
portant 6 : Afrique Occidentale, Madagascar,
Dahomey, Togo, Moyen Congo, Oubangui, Tchad.
Gabon, Oc6anie, Nouvelle-Calddonie, Cameroun.
Guinde, Somalis, Saint-Pierre et Miquelon. -
Prix de cession : (a titre de propaganda) 40 francs
1'une.


PLAQUETTE GENERAL DE VULGARISATION :
<< L'Union FranQaise >. Prix de cession (a
titre de propaganda) 20 francs.
Guide du Tourisme en A.O.F. et au Togo : 20 fr.
Parure fmniinine aux colonies .......... 30 >)
Confidences sne galaises ................ 30 i
Contes et lIgendes d'Afrique ............ 30 a
La peche aux colonies .................. 20 a
Etude sur Charles de Foucauld ........ 60 >
Exportations des cerclcs de 1'A.O.F. et du
T ogo .................................. '250 )
POCIIETTES DE REPRODUCTIONS PHOTOGRA-
PIIQUES (pochettes de 12 photos) concc'-ant:
L'A. O. F ............................ 35 fr.
L'activitd economique de I'A.O.F. ...... 35 )
Le Cameroun. .......................... 40 a
L'Art khm er ................. ........... 40 ,


Carte des changes commerciaux dans 1'Union Francaise en 1938 et 1946 : 100 francs..
Bulletin d'Information de la France d'Outre-Mer : 90 francs.
Guide de I'A.O.F., edition 1949 : 500 francs.
Annuaire Noria 1950 sur I'A.O.F. et le Cameroun : 400 francs.


I.


tANCE DOUTRE-MER
phone : Anjou 26-94 a 26-97
- Autobus : 28-32-43-49-80

Sa Photothbque possede 30.000 clichlis sur
tous les Territoires enumbrBs plus haut. Ces
cliches peuvent faire l'objet de cession.
0 Sa Bibliothbque, riche de 30.000 volumes.
est ouverte au public sans d6semparer, de
9 heures a 18 heures, samedi apres-midi
except.
Son Service des Foires et Expositions as-
sure la representation des Territoires :le la
France d'Outre-Mer dans les manifestations
commercials et expositions organis6es en
France et A 1'Etranger.
Son Service de Publicit6-Propagando as-
sure la publication et la diffusion de toute
documentation se rapportant aux Terri:oires
d'Outre-Mer.
I1 edite des brochures ruonographics, de-
pliants, plaquettes, affiches et cartes-af;' ches.
Ces documents sont en vente a la Librairie de
I'Agence, qui diffuse 6galement, a titri one-
reux, les publications des Services de Docu-
mentation de la Pr6sidence du Conseil, et de
nombrcux ouvrages concernant l'Union FLran-
C.aise.
Des expositions de peinture, de sculpture el
d'ouvrages de I'artisanat des Terr, oires
d'Outre-Mcr sont organisees a la Galcrie de
l'Agcnce, 20, rue La 3BoItie.


=-- = I





















PROBLEMS DU JOUR


Un discours de M. Franiois MITTERRAND,

Ministre de la France d'Outre-Mer


.ous publions ci-dessous le lexle e I'important discours que JM. ATIiTTERiAND,
ministry de la France d'Outre-Mer a prononce le 28 september, i Paris, aoi dejeu-
ner dur Conseil d'administration des < Journaux Regionautx Associrs a>.
Le Ministre a fait ressortir que, si, apris la creation d(i Minisierc des Elats
Associds, son D)1partl m ent reposait essentiellemnit sri'' onti:n'It afl'riciin, il
n'en oubliait pas pour cela ces terres lointaines de l'Ameuriqe:i, de I'Oc&aiiie o
de l'Asie, oft la prc:sence franchise se manifest d'ane manir,' icrn:unlti'e dans
le travail et le silence. Mais celle presencee ne pourra conlirtur (i se lmainlenir
que si les problems sotl rcsolr.s mithodiqiementl, par ordre d'aurence. C'est
pourquoi M. MITTERRAND alit passer en premier lieu les problimes de I'Economie
c( de I'Equipement. Si l'on resoud le problnme cconomique. don't les incidences
sociales sont deidenles, il Ie pourra exister de probldme poliliquc menacantll polur
la Rdpublique Francaise.
Depuis la Conference de Brazzaville, I'Union franchise est nee. II s'tait main-
tenant de la faire passer dans les faits, dans le cadre de nos institutions, en don-
nant (tax peoples des Territoires d'Outre-Mer des raisons de s'unir ai nolre
Destin.


A ruEs ; voir salute 1'assistance et 6voque le temps
oil, Ministre de 1'Information, il avait d(eji ekt
amert h prendre la parole devant la mnime
Assembl6c, M. MITTERRAND a declare( :
< II m'(st donned aujourd'hui, ne cliangeant ipas
Id preocculpation, mais specialis. dans un autre
domain, ile vous parler pendant quelques moments
de la facin don't je concois le Ministbre don't j'ai
maintenant la charge. Ce Minisltre est celui de la
France d't)utre-Mer. A la suite d'une evolution pr'-
cipitee, d(puis quelques ann6es, son contenu a hien
change, si on veut le compare A ce qui s'appelait
nagurre, lc Ministtre des Colonies.

11 n'y a pus de problem poliiiqrue
en Afrique fraincaise

< La Fr,ince d'Outre-Mer est 6videmment aujoird'hui
assist esseitiellement sur le continent africain; cc qui
no vcut p1 s dire que, dans I'ordre d'importance on
surtout de valour on puisse negliger l'apport de tons


cos territoires lointains r6ipartis Li travers les Oc6ans ou
attenant a d'autres continents. Depuis qu'il m'a etC
donned, il y a maintenant l)res de trois mois, d'assumer
cette responsabilite, un certain nombre d'6v6nements
d'ordre politique ont surgi. ive6nements qui, d'aprcs les
commentateurs, aurnient risqui de modifier les donnecs
politiques de la representation des Territoires africains.
Et pourtant, je ne rrois paIs qu'il y ait de probl6me
politique en Afriquc fra;nmaisc, et chaque fois qu'on en
parole je suis tcntei dc penser ique c'est un problem
inventC, un lproblm n artificial, crC6 p 6our repondre scule-
ment i l'envic oui au desir de cqueiquts-uns. Cela, jc l'ai
dli et A 1'itnt ion dihoinmmes qui ont parfois espl)r que
la faiblesse du PI'oivir central lerr permeltrait indlinment
de recourir h de vieux concelpts, pour assurer leur domi-
nation personnelle. aiu mosen de I'6meute ct de 1'insur-
rection. >>

II (I par' centre unt problimne economiique
< 11 y a par contlir utn probl ml e e'sentiellemcnt 6cono-
mique ayant des iicidences socials ct il va de soi que,
si Il Gouvernement nrc se p)rcoccupalit pas de r6soudre cc

3


j'-- -n AMa








probl6me economique et social il devrait naturellement
se crer un problem politique.
II n'y a done pas de problime politique actuellement,
en 1950, en Afrique francaise, en Afrique ddpendant de
mon autorit6. 1I suffit de faire Ic tour des principaux
territoires, I'un aprcs l'autre, pour se rendre compete que
lH oii il y eut des incidents an debut de cette annae, cc
fut chaque fois it I'instigation d'un m&me groupement
politique, alli6 a cc moment-lA, an parti communist
francais : partout ailleurs, s'il y cut des diff6rends poli-
tiques, cc fut toujours dans Ic cadre de ]a ligalit6, c'est-
-dire, dan s cae des Asseiles issues de nos nii-
veles institutions. Ces dift6rends 6taient done internes ii
l'existence mime d'une Union frangaise accept6e. Et lors-
que je precise mon point de vue, je veux dire qu'il n'.
a point de probleme politique qui puisse amener a envi-
sager it un degir quelconque on tA un point quelconque
des Territoires d'Outre-Mer, un movement s6paratiste.
nationalist, pouvant r6ellement repr6senter une force
ou une v6rit6 historique. >

Puis le Ministre expose qultqucs considerations
ethnographiques sur les populations d'Afrique,
et qui, sclon lui, n'ont pas touts ternins Icurs mi-
grations et sont en pleine evolution :

< On aurait peut-6tre tort de ire queir ces migrations,
par une sorte d'enchantement de l'esprit auraient cess6,
a computer du moment ofi le premier explorateur francais
un peu curieux poussa son embarcation it 'int6ricur d'iin
delta ou de la limited d'un fleuve. C'est une vue peut-ctre
un peu trop simple que de consider que le sitcle des
sciences appliques, signifierait dans le mime tempns, la
fin d'une evolution qui s'est itendue sur quelques millk-
naires. Et ces migrations, et ce movement, peut-itre
pourrait-on simplement les expliquer en comprenant par
14 m&me la presence francaise, qui correspondrait alors
h un movement biologique de l'hnumanil6, aussi valuable,
aussi comprehensible et oaussi justifiable que les antres
migrations, de telle sorte que, en curtains points dut
Gabon, par example, on pourrait tries facilernent affirmler
que la premiere presence humane v\l;able a 6tdl la pri6-
sence du blanc frangais. Aussi, pour pen que 'on veuille
rendre la terre a son possesseur. il faudrait rechercher
les derniers h6ritiers pygmees. PIIr contre, il y aurait
quelque erreur i vouloir rechercher successivement lcs
droits acquis, don't certain sont tris rIcents, et ce
sont les plus bruyants et qui nm, correspondent q(u'I
une conquite datant quclquefois du d6but dui xx' siecle ;
conqutte tris souvent basee sur Ie sng oni sur la force.
De telle sorte quc (et ceeci dans la Imesure oil 1'on
peut discuter la presence francaise dans cette France
d'Outre-Mer qu'est 'Afrique) -- on arrive i constater
que s'il s'agit de la priority de la presence physique, dans
un certain nombre de cas, contrairement a certaines illu-
sions, le Frangais qui vint dans le premier moment,
marin, medecin, missionnaire, ingtnieur, aventurier, pau-
vrc homme chass6 par les remous du sicle, tIons ceux-lit
furent tris souvent les premiers A utiliser le sol sur
lequel ils vivaicnt. Cette consideration ne me fera pas
aboutir, croyez-le, a un paradoxe qui renverserait le sys--
time g6ndralement admis. pour pr6tendrc que le droit
repose seulement sur l'occupation. .e demand simple-
ment qu'il ne soit pas retournn a ]'encontre de la pr6-
sence francaise ct que I'on considire que dan s rc i-l-
mense amalgam de races on de coulcurs, il y a a e
raison du temps, du travail, de 1'Histoir cet des Iradi-
tions, une telle 6galit6 ou peut-etre une tell confu-
sion qu'il serait vain d'y chercher autre chose qu'une
possibility d'accord essential, en maintenant les uns ct
les autres dans une soci6t6 organism. >>


Chimrc& des nalioialismes

c C'est pourquoi rentrant de Cte d'l.-oire au mois de
mars et m'6tant trouv6, par le hasard des faiits, dans ce
territoire au moment meme oii des incident; s'y produi-
saient dans quelques localitis, je pensais que certain
titres de journaux de Paris avaient indiment amplified les
difficultis locales; sans doute, ces incidents prenaient
beaucoup d'importance si l'on en examinait les tenants
et les aboutissants, mais en tout cas ils ne posaientl
aucun moment le problimne de la presence et de la com-
munion de ceux qui, blancs on noirs, ont sin droit Cgal
au travail et it la vie commune. En eliet, en Cmtc
d'lvoire surtout, les luttes ou les disputes tt les que-
relies, eurent lieu entire divers groups locaux, et
si l'autorit6 du lieu representant les pouvoirs publics gou-
vernementaux cuit i intervenir, ce fut seulsment pour
remplir ce functions essentielles, toujouri reconnues,
aussi bien dans le Var, qu'en Corrize, dans les C6tes du
Nord qu'en Cote d'Ivoire et qui s'appliquent au mainlien
de l'ordre public. 11 n'y ia pts de doute que I'aspect
inqui6tant que pouvalent reviir des movements de ce
genre, reposait avant tout sill la connivence d'un part
politique m6tropolitain ayant pour but de modifier les
donnies sociales et politiques, et d'hommes qui avaient
surtout pour objectif de poursuivre cetie chimnr'e d'un
nationalism nicessairement born&. >

M. MITTERRANi) monte alors que I'i'er des natio-
nalismes est r6volue ; il expose le travail accompli
pendant plusieurs sibclcs par les peuplei occiden-
taux qui n'ont pris le titre doe nations > qu'apres
1'avoir ruellement imriti ; or, les temps presents
nous prouvent que ce concept de nation in peut plus
8tre cntendu, iA aucun prix, an sens doiiinateur :

<< Ce concept, depuis que la Prusse a subi 'n: 1)943. son
dernier 6chec historique, ce concept parait 'i.riciseiumnt
avoir termin6 son temps, pour laisser place line con-
ception plus universelle, plus ginirale, perrnettant aux
Nations de renoncer a certain de leurs droits considers
comme essentiels pour constrlire cc monde iouveail que
nous voulons, et don't nous ne nous contend -ns pas de
r&ver ; ce monde dolt d'abord comprendre les Nations
qu'un id6al d6mocratique common pent rass;mbler par
des renonciations au droit de souverainet6.
Or, au moment m&me oti 1e Monde se rtoullrne, se
bouleverse ct craque, an moment oit le natioinalisme dis-
parait dans le Musde des vicilleries historic ties, il cc
moment lit on parlerait du c6td ie l'Afrique F'un natio-
nalisme... alors que l'Afrique a la chance unique de rat-
traper un retard dans I'ordre des techniques, la chance
unique de franchir plusieurs siicles pour se lancer dans
le movement auquel de plein pied ell( se trove
invite. >


II fant moderniser notre apparel

< N'y a-t-il pas possihilit6, justement au sein de l'l'nion
francaise, de crier dans la vie et non pas seulhment dans
les institutions, ce vaste ensemble qui doii perm'neltir
au leaders des diff6rentes formations, comic iux idie
qu'ils repr6sentent, de s'inssrer d'un seul cot I)p t sans
stade preparatoire ldans la vie mime de cc'tc grasll!r
famille que nous avons la charge de diriger? Et c'est
pourquoi j'cn reviendrai ;i cc que je edisais tout i
heree : dans mon esprit il n'y a qu'un prcblbme rco
nomique a incidence imm6diatement social' Si nou,
devons condamner, combattre et riprimer et la-des-
sus jamais je ne ferai de concession -- ltouie menace qui








irait it contri -temps, i contre-courant, d'une maniere que
j'appellerai imb6cile, si on la compare aux objectifs tel-
lement 6vidcats qui doivent nous 6tre proposes, par
contre, il cst hien certain qu'il faut, et au plus tot, r6for-
mer nos mnt hodes. I1 faut aussi moderniser notre appa-
rcil, si nous voulons voir cesser application de cc qlui
fut quelqucf, is h bon droit, mais maintenant i mauvais
droit. le fani:ux : pacte colonial > qui fait quc dans un
certain nom],re d'administrations centrales i Paris. on
oublie toujoiurs lorsqu'on etudie tel prix on tell valour
d'exportation. de consider qu'il y a tant de millions et
de millions i'Otre humans qui vivent associis a notre
dcstin, ct quI ces millions ct ces millions d'etres repr6-
sentent un p itentiel economique don't on lne devrait jamais
fire fi. Ou I icn alors. il faut effectivement s'attendre .'i
voir ces pop tins d la ndcessitt de vivre, se tour-
nor vers d'at tres centres et faire partic d'autres cycles.
11 est certain (Iqe tde Paris, on ne pourra prelendre i6er-
nellemnnt rCe enter Ious les travaillours r6partis a tra-
vers les imm -nsit6s et i travers des continents fort 6loi-
gn6s du n6it:. I.es Francais ont une habitude fficheuse,
celle de tout syst6miatiser, celle de tout ramener it quel-
ques v6rilts simnples, habitude facheuse, tout au mnoins
dans Ie domaine qui m'interesse pour l'instant, et qui
aminine ltrio :outivet les gouvernants oil les administra-
tions a nc )as coisid6rer les conditions particulieres
dans lesquel es sont oblig6s de vivre'des hommnis qui,.
par leurs traditions oil leurs besoins. obeissent it d'anl-
Ires rbgles ql:e nous-menmes. Problime iconomique done.
i resoudre, p )>ir lequel un gros effort a iti fait pair les
gouverneincnis precedents, sans aucun doute ; il suffit tie
so reporter tolutes les r6alisations lancecs h travers
I'Afrique en I artliclier, et i Madagascar, depuis quclques
annees, pour savoir que la IMltropole a fourni un effort
considCrable ifiin de permettre I des territoires don't la
technique eti it souvent d6sh6ritte, de rattraper en pen
de temps, c. qui normalemeni n'eft .6t6 conceivable
qu'au course de nombreuses decades. Effort i considered,
quelquefois i iconsidri, si l'on vent bien mesurer qu'on
risque d'arri' er A11 moment oi les Territoires devront
ditgrer ciix-ninmes eit ajpport, qui leur cr6e des begins.
des devoirs ti des nicessites.
II faut avter sagesse, sans excess sails ambition ltors de
apropos, main enir le courant de l'evolution technique
par tous ces n\vestis:eincnts qui permenttent I'equipement
des Territoirt s d'Outlre-Mer.


.e problinme de I'Cquipement

c< I1 n'est pIs possible, en effet, si on a concu la route
de ne pas col cevoir lc point qui permettra de franchir le
fleuve, sans rutoi la route n'est plus utilisable; il n'est
pas concevabl.' que ]oi oil il est n'eessaire de faire aboiu-
tir a la mer !e: prodluils qui se d6veloppent a quelques
2.000 kilomeii es die 1a, on ne fasse pas l'effort suflisant
pour amener -e produit jusqu'au stade ofi il sera 6cono-
miquement l ilisable; il n'est pas pensable que d'une
tentative intulligente mais quelquefois anarchique, ct
pour cause, oi ne fasse pas a posteriori et d'une maniiere
concrete, un lout viable et rentable; il ne vient pas it
1'esprit qu'au moment mtme oil les liaisons a6riennes
se tliveloppen de l'Equaleur jusqu'aux Tropiques et des
T'ropiques .ii'"ul'a la M6tropole, i, ne puisse pas creer
quelques poil ts d'infrastructre. perimettant aux ligncs
franCaises de l)nCficier d'une sciiuritC6 gale aux ligncs
ctrangrces qu sc li'velolpplent, \out le savez hien. d'tilic
maniere inter 'e.

11 y a, jo crsis, tous Ics elements pour fire de c'e
vast corps Iui Toutll; encore faut-il |werinttre aul sang ide
circular, ct pi ur cela crecr les vaisseaux, les arteres, les


veines, et pour cela utilitse. leIs diinn6c.s mnimes qui nous
sont offertes par la geographic et qui permettent, j'en
suis convaincu, line evolution rapid.

Je declare done aujourd'hul decant vou:,. que le Gou-
vernement, que le Alinistic de la France d'Outre-Mer
accueilleront toujours avec joie tous ceux qui, dans le
cadre que je viens de d6terminein, affirmeront leur
volonte de travailler i la vastly, construction a laquelle
nous les convions. A 'intr:iecur et dans l'cxercice de
notre Constitution. tes institutions (iie inous noius
sommes librement donnies, ail s.in tlds Ass'embles ter-
ritoriales, des Asstmbl6es nationals, des Assembles
parlementaires. il ser; toujours possible de fire valoir
l'opinion de tel ot tel secteur tic la Ipoptulation. Mais, il
ne scra jamais possible, A travers une lutte ouverte on it
travers je ne sais quel alibi, je ne sais quel camouflage,
de penser que le Gouvernnement perdra sa vigilance et no
sera pas disposit h tout moment, hi fair respecter li oil
ce sera ncecssaire, ] lloi: or, quest-ce que la loi? sinon
l'expression de la voloni6 g6n6rale.

11 y a eu depuis la Conf6rence de TBra:zzaville, un effort
de conception, de penste reniar'qulbll) II y ia ct line
audace dans les idt(es comnparlable i cell qui firent de la
France au course d'tpoqu es famncuses un p)orteir d'es-
pierance. L'Union Francaisc est n6e. On a cr66. et
c'itait n6cessaire, le contenant avatnt de dfinir exactc-
ment le contenu. Ceci a Evidemment permis it l tel ou tel
de tirer davantige A lui. au point d'interpriter a son
benefice on d'extralraler. II nous tapparticnt sculement
de d6finir de temps I.n temps des lines gC6nrales, des
lignes communes lanns lsquellcs il faut sc tenir et ceei
va de soi avec l'appr,,balioi tti u Parlement franiais. Et
ceci \va de soi avcc l'assentliment de cette Assemblec rlpr6-
sentec ici par quelq'us-uns des plus 6minents de ses
membres et aurquels je veiix appttorler aujourd'hui mnon
salut cordial. >

Conclusion

<< En 1950, au ntois tic septmbrce, quelques jours
avant lai rentr6e parlcemenltaire, il nous appartient
te d6finir un stade nouveau de travail, de precise
des perspectives.
Pour cc qui est di miontl doniaine : Afrique Equa-
torialo, Afrique Occidentale, Djibouti, les Comores,
Madagascar, pour cc (qui, loeaucoul) plus loin, mais
toujours pros de noire cwrur, inltresse les Etablis-
seents franais s s, les Etablissnts fncis t s blissran-
cais d'Oceanie, la NouIvelle-Ctal6donie, ce joyau, et
ces miles de Saint-Pierre el Miqcuelon, bref, pour tout
ce qui signifi e cte ne ta i nni de l'autorit6 qule je
dois exercer, il me siiibl'e que 1'ell'ort h fair, april s
l'admnirablc travail dit nues p)rdtceesseurs, obstinls A
cr6er dans les faits, Ai repr'Csenter ldans l'eXistence
historique ce qui lie fut (l'abord qu'une gne1'reuse
conception, reside avant tout dans la naissance eco-
nomique des Territoires d'Outre-Mer.
Alors on pourra, mais alors seulemient, presenter
aux besoins des populations quii n'attendent que
cette occasion de savoir (u'elles sont lies a notre
Destin, plus de possibilities socials dans 1'evolution
de l'individu, tie h famille, de la cite, plus tie
moyens pour permeltre ii 1'cole, i laI route, a tout
cc qui concern 1'etablisscinent. Ie maintain cl la
preservation de la sankt, i tous ces points de jonc-
tion avcc les grands courants du monde, par f'air,
par a,a r 'a, r la terrc, do so d6veloppcr.







I)u jour oil l'habitant du territoire d'outre-mer,
quelle que soit son origine, saura que d6sormais,
dans les faits, il est interd6pendant dans I'instru-
ment qu'il tient, dans I'effort de sa journ6e, dans
l'inqui6tude de ses nuits ; du jour ofi il saura qu'il
est d6sormais un parmi des millions d'autres, asso-
ci6 a la mime evolution, croyez-moi, cc jour 1A il
sera davantage facile de faire comprendre les nou-
velles conditions du travail en common.


On ne pourra vraiment reformer les institutions
que lorsqu'elles seront fond6es sur un rouvement
6conomique viable. C'est pourquoi si I'on nous parole
d'une autre politique que celle qui cons;ste a faire
valoir son opinion dans le cadre de la ~6publique,
nous dirons qu'il s'agit simplement d'ua mauvais
vouloir et qu'il appartient d6sormais a Ii R6publi-
quc de se faire respecter. >











R6le de la Caisse Centrale de la France d'Outre-Mer

dans le financement

des plans de d6veloppement economique et social

par M. A. HOLLEAUX, Auditeur au Conseil d'Etat


L A loi d i 30 avril 1946 a prescrit l'6tablisscmcnt
de pla is de d6veloppement 6conomiquc ct so-
cial d.s Territoires d'Outrc-Mer. Elle a egale-
ment confide a la Caisse Centrale le soin d'assurcr le
financemen de ccs plans. Les conditions dans les-
quelles elle rcmplit ces functions ont et6 fixes
par les arti des 3, 4 et 5 de la loi du 30 avril 1946
et par le di cret du 24 octobre 1946.
Nous cxaminirons successivement :
1 Le r6le de la Caisse Centrale a 1'6gard du
FIDES.
2 Le concours apport6 par la Caisse Centrale
aux collcctivites publiques secondaires, aux entre-
prises pubt ques et aux SociCt6s d'6conomie mixte.
3* Lc co:icours de la Caisse Centrale aux entre-
prises privMes.
40 Les ressources don't dispose la Caisse Centrale
pour le fin: cement des plans.

1 LA CAISSE CENTRAL ET LE FIDES

Le financement des 6quipemnnts publics pievus
par les plans income, pour la presque totalitW, au
< Fonds d Investissemcnt pour le D6vcloppemcnt
6conomique et social des Tcrritoircs d'Outre-Mer >>,
plus courammcnt d6sign6 par ses initials a F.I.
D.E.S.
Le FIDES n'a ni personnalit6 juridiquc ni admi-
nistration propre. Il est g6r6 par la Caisse Centrale,
sous I'autoiit6 et le contrule d'un Comiti Direc-
tour (1).
Cc Fonds est approvisionn6 en recettes :
par uiie dotation du Budget de 1'Etat fixec
chaque annte par la loi des Finances;
par dei contributions des Territoires cffcctu6es
soit sur leur resources propres, soit A l'aide d'avan-
ces a long :rnme consentics par la Caisse Centrale
de la France d'Outre-Mcr.
Sur ces resources, le F.I.D.E.S. assure le financement
des << progr. mmes d'6quipemcnt >, dans les conditions
fixees par kI dCcret du 3 juin 1949 pour les Territoires
d'Outre-Mer et par le decret du 31 mars 1950 pour les
Departement; d'Outre-Mer. I'n project de loi crrant un
F.I.D.O.M. (I bonds d'Investissemcnt pour le ddveloppe-

(1) La coinposition et les attributions de ce Comite
ont et6 fixt s par la loi du 30 avril 1946 (art. 5), la loi
du 26 septer bre 1948 (art. 87) et le decret du 14 juillet
1946.


mcnt des D6partements d'Outre-Mer) va d'ailleurs venir
incessamment en discussion devant l'Assembl6e Natio-
nale.
Ce project de loi adapte la loi du 30 avril 1946 au
nouveau statut juridique ct financier des D6partements
d'Outrc-Mer. NManmoins, malgre certaines differences de
details, la loi du 30 avril 1946 a et6 applique jusqu'i
present dans les D6partements d'Outre-Mer avec des
modalites trcs proches de cclles qui ont et: adoptees
pour les Territoires d'Outre-Mer.
Dans ces Departements, comme dans res Territoires,
les programmes d'iqu ipement comportent :

a) Une section gi:ni:rarl, don't les d6penses sont sup-
portees en totalitC par la subvention de 1'Etat au
F.I.D.E.S.
Elle pourvoit :
- aux d6penses de Itecherches scientifiques ;
- a la constitution du capital des Socict6s d'Etat ;
- aux prises de participation au capital des Soci6tes
d'Economie mixte
- a la r6alisation de projects, qui, par leur nature ou
leurs consequences, intiressent la Metropole et plu-
sicurs Territoires d'Outre-Mer.
Les credits ouverls au titre de la Section g6ndrale au
31 mars 1950 sont repris dans le tableau n I annex6e
la pr6sente note. L'examen de ce tableau permet notam-
ment de mesurer l'importance de l'effort accompli pour
le d6veloppement de la Recherche scicntifique. Les dota-
tions affected A cet objectif essential se sont elev6es A
4.488.307.396 de francs en credits de paiement.
Elles ont, en particulier, servi a assurer le finance-
ment de l'Office de la Recherche Scientifique d'Outre-
Mer, etablissement public charge de promouvoir le deve-
loppement des recherches scientifiques g6nerales interes-
sant les Territoires d'Outre-Mer et d'assurer la formation
de nouveaux cherchcurs et de technicians. Elles ont 6ga-
lement permis de couvrir les depenses de plusieurs mis-
sions et d'un certain nombre d'organismes specialis6s
poursuivant des rechcrches d'une utility pratique plus
immediate (Bureau Minier de la France d'Outre-Mer,
Bureau Guyanais, Institut Geographique National, Insti-
tut de Recherches pour les IHuiles de Palne et les Ola-
gincux, Institut de liecherches pour le Coton et les Tex-
tiles Exotiques, Institut de Recherches pour les Fruits
et Agrumes).
b) Des sections d'Outre-Mler (une section par F6d(lra-
tion ou Territoire i)nn group) dans lesquelles s'inscri-
vent les operations speciales A chaquc Territoire et
finances pour partic par la subvention de 1'Etat et pour
parties par des contributions des Territoires. Il a etd
admis que celles-ci repr6senteraient environ 45 % du
montant total des ddpenses A inscrire aux sections d'ou-
tre-mer. En faith, la quasi-totalit6 de ces contributions








a 6tc assure, ,i usciqu''i present par tde esavancs dc la Caissec
Central.
Ce; avance.: de lai (C.C.F.O.M. auix Tulrrituir,' ftont l'objt
de conventions conclues entre lc Chef de Territoire habi-
Ilt6 A cet effect par deliberation de l'Assembl6e repr6sen.-
tative locale, ct le Directeur general de la Caisse (1). Le
taux d'int6r-t des advances a 6td limiti6 par la loi a 1 C/.
11 s'y ajoute une commission dcstinrie At covrir les frais
occasionnes Ait a Caisse, commission actuellemcnt fixec
a 1 %. La dur6e des advances est habituellcment de
25 ans et ne ;cut 6)re diff6r6e pendant une p6riode maxi-
mum de cinq ans, a partir de l'6poltue de versement de
fonds. Ces conditions, 6videmmcnt, eont exceptionnellc-
ment avantageuses pour les Territoires.
L'article 58 dte a loi du 26 scptenbre 1918 a limited
20 milliards !e montant des advances que la C.C.F.O.M.
est autoriste a consentir aux Territoires relevant (du
Ministtre de la France d'Outrc-Mer. Cette limited a Wtt
portie 3,. p)is a 50 milliards.


2" CONCURS DE LA CAISSE' CENTRAL.
AUX :OII.(:C'I'VIT'IS PUBI.IQUEIS SECONDAIRFES,
AUX ENTIEPI'PISES PUBLIQUES ET AUX SOCIETIES
I)':CONOMIE MIXTE'r

Le d6cret du 24 octobre 1946 determine les con-
ditions dec cc concours :
a) La Caisse Centrale pent accorder des avances
aux collectivilts publiques secondaires, aux Mtablis-
serments ou entreprises publics, aux Societies d'Etat
et :iux SociCt6s d'Economie miixte.
b) Elle pent aliement constituer en tout ou par-
Hie le capital des Socie6ts d'Etat ou d'Economie mixte
dont la creation est jugte necessaire a I'ex6cution
des plans.
Le tableau suivant resume l'aide ainsi apport6e
aux Communes, 6tablissements et entreprises publics.
Societis d'Elat et Soci ts d'Economie Mixte a la
date du 30 juin 1950.


Territoires d'Outren-Mr



(ommunes .. .......
()rganismes publics
Stes d'Etat et Mixtes ..


Dtpartements d'Outrn-Mcr

Communes et Organis-
mes publics ........
St6s d'Etat et d'Econo-
miie Mixte ..........


Avances C.C.F.O.iM



2.419.500.000
1.236.000.000
2.850.000.000


35.250.000

200.000.0(00


Participation
financiers
sur londs
F.I.D.E.S.


767.566.000






140.000 000


Les prits consentis aux Communnnes doit nt permettre
I'exccution de programmes de voiric ct t'asssainissement,
d'Wlectrification, d'adduction d'eau on Ie constructions
i mmobilires.
Le concours tie ]a (Caisse Centrale aux organismes pu-
blics a b6n6fici,t nolnmment. A ]'Office Central des Che-


(1) La conclusion de ces conventions n'est pas assu-
jettie aux approbations prevues par le decret du 30 dO-
cembre 1912 sur Ie r6gimc financier des colonies.


mins de fer coloniaux et aux BIgies de cheiiins de fer
de I'A.O.F. et du Cameroun. Cc concourse :a 6t1 Ogalement
accord h plusieurs Chambres de Commcrcee d6sircuse'
de constituer ou de complUter I'outillage por:-eaire et de
construire ou de complete des installation s nocessiire-.
au traffic maritime.
Dans un tout autre dtinitne. la iCissi.c CCentrail' a iiu-
nifeste 1'int6ret qu'elle port aux institution;; de crtddit
social en pregnant, l'ann6e dernire, l'initi-tive de la
creation de deux nouveaux organisms public : le Credit
du Cameroun et le Cr6dit de I'A.E.F. La citation d'un
Credit de Madagascar est ipirvue cetle annie. II s'agii 1l
d'organismcs publics de crelit d6centralis6s, ayant leur
siege dans les Territoires d'Outre-IMr. (:C soit ties 6ta-
blissements d'un fonctiionnment couple c, d'une com-
pdtence etcndue. Ils peuvent, en effet, conscntir des
avances aux entreprises artisanales on as!ricoles dc
faible on moyenne importance. et ties prelt hypotht-
caires individuals pour la construction de I )caux d'ha-
bitation.
Ce sont des institutions d'un type cntirecment nou-
veau. La variWtA des domnines oit s'excrcc Iur activity
peut surprendre au premier aboard, mais ellc se justific
h la fois par le souci tie permttre une large rdpartition
des risqucs et par Ie disir d'alliger les frais g6n6raux.
Toutefois, le montanit total des pr-ts qui p)(uvent etre
consentis par ces organisms A un mime emint'unteur est
assez 6troitement limit (deux millions te fines C.F.A.
au maximum par emprunteur dans lc cas dIt Cr(dit de
1'A.E.F. ou du Cr&dit di Cameroun). Le carattere social
de ces institutions nuvclles se troupe ainsi nettemcnt
marquA. Enfin, de stricuses precautions onl 6t6 prises
pour que ccs 6tablissements nc pratiquent pit une poli-
tique de credit trop) facile.
D'autre part, la Caisse Centrale tid la Fran:e d'Oulre-
Mer a accord6c son concourse, sur ses ressoniues propres
ou sur cells du F.I.D.E.S.. t des Socrit't:; d'Etat on
d'Economie mixte crtees conforniament A I! Iloi du 30
avril 1946.
Plusieurs motifs .nt d6termind la forma .on de ces
nouvelles Societes : en premier lieu. il arrive fr6quem-
ment, dans les pay, neufs, qcue 'installation d'une
exploitation importance se trouve dtroitcmerl lice A la
realisation d'un programme de travaux publics. Quand
cette situation se presented. ii est souvcnt plw. judicieux
de confier ]'ensemble du project A une Socit6 d'Econo-
mie mixtc plutot que de 1s seinder en deux piogrammes.
I'un de travaux publics, confide A 1'Admin stationon et
finance dans le cadre budgctaire normal, et l'autre
d'6quipcments priv6s, conduit ct finance s6par, ment par
une entreprise privde travaillant avec ses cailitaux pro-
pres. La formula < Soci6et d'Economic mixte > est g6un-
ralement celle, dans ce cas. qui assure la meilleure coor-
dination des efforts et les moindres frais. Souent, aussi.
la creation d'une Soci!it d'Economie mixte s'irapose )pour
la r6alisation d'ouvrages qui constituent d( veritables
travaux publics, mais qui ne pourraient ttre exdcutes
avec une souplesse suffisante si 1'on se confi rmait aux
textes administratifs ct budg6taircs habituels. La crea-
tion d'une Socidet de cc type se justified Agalmnent ]ors-
que certaines realisations n6cessaires au dievloppement
d'un Territoire ne seront pas rentables avan. in assez
grand nombre d'annecs. Leur financemeni nc peut alors
etre assure uniquement au moyen de capituair prices. 11
y a, enfin, des ntudes, des recherchcs, des xpCricnces
ou des prospections don't In rentabiliit6 est aleatoire,
mais qui n'cn conditionnent pas moins le d6vcloppement
des Territoires d'Outre-Mer et qui, elles aussi, ne pour-
raient pas etre menes A b ien ni mfme enterprises, si
l'on s'en tenant aux anciennes mnthodes administrative.
C'est la n6cessit6 de les entreprendre qui a -onduit, en
general, i la creation d'une Srcit td'Et;l.









I.cs pritnil .A!lIs S;ocidis d'Etat on dt'Ecnommic mixte
qui uioi i-t ikstitudes dans ces conditions, exerccnt leur
activity en r atiere d'6nergie 6lectrique, de rechlech h
minieres, de reductionn agricole on forestijre et d Lqui-
pement imm( bilier. Nous citons, ci-aprbs, quelques-u:.:
d'entre elles

() Eniergie ftlectrique

La soci6td < Energie Electrique du Cameroun >. an
capital de 2 10 millions de francs C.F.A. se propose.
comme objectif initial, I'am6nagement des chutes d'Edena
sur la Sanagi.
Une soci6t << Energie Electrique de l'Afriquc Equcil-
toriale Franc lise > a e6td igalement constitute avec.
come premi .r objet. l'dquipcmcnt des chutes du Djout,
pres de Braz: aville. Son capital est de 100 millions de
francs C.F.A.
D'autres So:ietes d'6nergic 1lectrique seront sansdoute
fondles proch inement cn Afrique Occidentale Francaise
et h Madagas ar. En A.O.F., une Societe special a d6jA
R6t constitute pour l'6tude des possibilities d'utilis:ition
de 1' < Energ c thermique des mers > a Abidjan.
Dans les n( uvcaux Dipartements, la Socidt6e Energie
Electrique de la Riunion :> a 6ti constitute en 1949 et
urne Soiet6 eB Energic Elect ique dc la Guadeloupe s :'ra
sans doute ci6ee cette annice.
Toutes ces entreprises se sont constitutes sous former
de Socitt6s d Economie mixte.

b) R cherches et exploitations minitres
Le Bureau Minier te la France d'Outre-Mer et le
Bureau Minie Guyanais ont Wti constitutes sous formin
de Soci6t6s d'-tat pour lc d6veloppement des recheriches
et des prospc tions minieres. Ces organisms doivent,
6galement, ap)orter leur contours technique aux exploi-
tations privets ct participer. le cas 4cheant, nu capital
d'entreprises ninibres en voice de creation ou de dtlve-
loppemcnt.
La < Compagnic Miniire de Conakry > a ttC fondte,
d'autre part, sons forme de Socidtt d'Economie mixte.
pour la mise ?n valour d'un gisement de mineral de fer
en Guin6e.

c) Productions agricoles et forestitires
Parmi les 5 ocietis d'Economic mixte fondues, dans cc
domain, pot r le dtveloppement des recherches ou
l'am61ioration des conditions de production, nous cite-
rons la << Co npagnie GC6nrale des Olbagineux Tropi-
caux >, la << Ctompagnic Francaise des Fibres Textiles >*,
le << Centre T chnique Forestier Tropical >> et le Bureau
d'Etudes pour le d6veloppement de la production agri-
cole des T.O.M.
La premii&r de ces Soci6tis, la <: Compagnie Gi6nirt'le
des Olaginen:. Tropicaux >> a entrepris, come premiere
tape de son programme, une experience de culture m6-
caniske d'arac lides qui se pursuit actuellement en Casa-
mance et doit porter sur 30.000 ha.

d) Equipment immobili'er

La situation critique de I'habitat dans curtains Ter-
ritoires ou D1 partements d'Outre-Mer y a d6termin6 la
creation de S -i6tis Immobilires constitutes sous forme
te Socites d' :tat ou de Societis d'Economie mixte. Des
Sociites de ce genre out ite creies, jusqul' present. en
Afrique Equal iriale Francaise. t la Rtunion et en Gua-
deloupe. De iouvelles Socittes seront sans doute pro-
chainement cr6ies, notaminent en Martinique.


11 est appairui. enff etT. cue malgrt- la libert ties loyers.
une amelioration sensible des conditions de i'habitat ne
pourrait pas ;tre obitcue. dans certain Territoires, sans
la realisation de programmes d'ensemble permettant une
baisse des prix de revient de la construction.
Ces programmes ne peuvent tire execut6s sans le con-
cours de capitaux publics, 6tant donn6 leur importance
ct les considerations, d'ordre social don't ils s'inspirent.

e) Iatrlisations diverse

Ce serait 6videmine:tt sortir du cadre de cette note
que d'exposer oin dlt:iil les objets poursuivis par les
divcrses Socit6'tis d'Elt on d'Economiie mixte fonddcs
avec le concourse de ia Caisse Centrale. Nous citerons,
cependant encore, parmi ces Socit6, le << bureau Central
d'Etudes pour les Equipements d'Outre-Mer >, le < Bu-
reau d'lnstallation pour les personnes immigrees en
Guyane >, la < Socid6l d'Etudes pour le d6veloppement
de immigration dans les Territoires d'Outre-Mer >.
La Caisse Centrale de ]a France d'Outrc-Mer a con-
tribu6 i Ia constitution de toutes ces Soci6t6s d'Etat ou
d'Economie mixtc. Elle a participe t leur capital, soit
sur ses fonds propres (ce qui est le cas pour les orga-
nismes de credit), soit. plus gendiralement, sur les fonds
de subvention d t F.I.D.E.S. Enfin, clle a consent des
prkts i long term i ccrtaines d'cntre elles, notamment
au credit de I'A.E.F. ct aux Soci6t6s < Energie Electrique
du Cameroun >> et c E:nergie Electricqu de 1'A.E.F. >.

3' CONCouns IDE LA C.\SSE CEI'NTIALE. AUX ENTREPRISES
iPlIViES ItAlT[CIPANT A I,'EXICUTIONI DES PLANS

Le decret tdu 24 uctobre 1946 habilite la Caisse
Central a appoitcr son concourse aux entreprises
privies de production, don't les buls ct les m6thodes
sont conforms aux objectifs des plans. Cette aide
'flnancitre comporte des inodalit6s varies : la
Caisse Centrale pent, en effet participer A la for-
mation on h l'augmentation du capital de ces entre-
prises, leur accorder des credits A mnoyen ou a long
terme, ou assurer ou garanlir tonics autres opera-
lions financires destinies a facilitcr l'cxecution des
plans.

Ce concours de la C:isse Centrale aux entreprises pri-
vees ne se justified pi:; sculement par les raisons qui.
dans la MAtropole, dtcerminent I'activite des organisms
publics on semi-publics de credit. Les entrepriscs qui
veulent se cricr ou s. d6velopper dans des pays neufs
doivent affronter des difficult6s qui tiennent, en parti-
culier, h l'insuffisancc des 6quipements de base. Elles ne
pourraient pas toujours surmonter des difficultEs sans
un concours financier tonsenti t des conditions avanta-
geuscs par un 6tablissement public.
A condition de n'Etrc accorded que dans le cadre des
plans ct sculement en contre-partic de garanties finan-
ciires s6rieuses, cette aide doit stimuler le d6veloppe-
ment des productions d'outre-mer el rendre plus rapi-
dement rentables les programmes tie travaux publics
actuellement en course.
Cette aide de la Caisse Centrale aux entreprises privees
est d'ailleurs rendue particulibrement utile a 1'heure
actuelle par 1'4troitesse du march financier.
Le tableau ci-apres done. par la branch d'activites,
la repartition des concours accords par la Caisse Cen-
trale au Secteur priv6 depuis la loi du 30 avril 1946 jus-
qu'au 15 avril 1950. sous tns les formes autorisees par
cette loi :










Travaux publics . .. ...........
P&che et industries agricoles et alimen-
taires ................................
Industries forestibres et industries du bois
Industries extractives ...................
D ep6ts petroliers ........................
T ransports ............................ .
Entreprises 6lectriques ..................
Entreprises porruaires ..................
Industries micaniques ..................
D ivers ....................... .........
H6tellerie ..............................


1.827.300.000

2.009.950.000
1.515.892.000
708.000.000
617.000.000
1394.000.000
335.000.000
281.000.000
248.000.000
259.000.000
75.000.000


TOTAL ................. ............. 8.300.142.000

D'autre part, les entreprises privecs bsndficiaires de
ces concours se r6partissent ainsi, scion leur importance

Capital compris entire 5 et 10 millions ...... 11
Capital compris centre 10 et 20 millions ...... 18
Capital compris entire 20 et 50 millions ...... 21
Capital sup6ricur A 50 millions .............. 26

4 RESOURCES DON'T DISPOSE LA CAISSE CENTRAL.
POUR LE FINANCEMENT DES PLANS

Les resources que la Caisse Centrale peut affelcer
au financement des plans sont les suivantes :

a) Fonds propres

Etablissement public, la Caisse Centrale de la France
d'Outre-Mer n'a pas de capital, mais elle a requ de l'Etat
une < dotation > d'abord fixde A 500 millions pour les
status annexes a 1'Ordonnance du 2 fdvrier 1944. puis A
un milliard par 1'article 137 de la loi td 7 octobre 1946(
et A trois milliards par l'article 58 de la loi tdu 26 sep-
tembre 1948.
D'autre part, les diverse r6munirations que pcro'-it
la Caisse Centrale lui permettent de couvrir largeienit
ses frais de fonctionnement et te se constituer les r6ser-
ves et les provisions qui lui sont necessaires. C'est ainsi
que le fonds de reserve de la Caisse Centrale s'l1cve
actuellement a 400 millions et les b6n6fices reports 'I
100 millions (1).

b) Advances du Tresor
on du Fonds de Modernisation et d'Eqcuipneent

Pour permettre a la Caisse Centrale de la France
d'Outre-Mer de remplir son role dans le financemennt tes
plans de d6veloppement Economiqne et social des Ter-
ritoires et des D6partements d'Outre-Mer, il a etM d6cidet
qu'elle pourrait obtenir des advances dui Tr6sor. L'arti-
cle 38 de la loi du 7 octobre 1916 aiutorisant ces avances
en avait fix6 le plafond A un milliard de francs. Ce
maximum a 6t6 porter h 10 milliards par la loi dii
8 mars 1949 (art. 42). puis h 20 milliards par la loi du
22 juillet 1949 (art. 30). Un d6cret du 18 aofit 1949 a
op6r6 un nouveau pr616vement de cc plafond qu'il a
port a 24.520.000.000 de francs.
Ces diverse avances, inscrites, jusqu'ici, an debut d'un
compete special du Trdsor, sont, a partir de 'ann6c 1950.
imputes an < Fonds de Modernisation et d'Equipe-
ment >. C'est notamment sur cc Fonds que la Caisse


(1) Conform6ment A ses status, la Caisse Centrale ne
repartit aucun b6ndfice. Ses status precisent 6galement
que les functions de membre du Conseil de Surveillance
sont gratuites.


Central a reju en vue du financement, pendant I'ann6e
1950, des Plans des Territoires et Departements d'Outre-
Mer une some de 23 milliards 100 millions. Si ces
resources sent effectivement utilisdes, le Tr6esr, A la fin
de cette annce, aura prdet A la Caisse Centrale, pour le
financement de ces plans, une some total de 47 mil-
liards 620 millions, don't 11 milliards 920 millions pro-
venant ou A provenir de la contre-valeur en francs de
l'aide Marshall, soit 4.520 millions d6ja accords au
31 d6cembre 1949 et 7.400 millions prevus poIr 1950.

c) Autres resources d'emprunt
L'article 9 dii dderet du 24 octobre 1946 sutorise la
Caisse Centrale a contractor des cmprunti pour le
financeinent du Plan. Ses missions d'obligations doivent
&tre approuvdes par le Ministre des Finances. Jusqu'a
present, la Caisse Centrale n'a pas encore ev recours A
ces dispositions.

d) Ressources du F.I.D.E.S.
Les diff6rentcs resources Cnumdrdes ci-dessus en
particulier les avances que le Fonds de Modernisation et
d'Equipement consent A la Caisse Centrale -- permet-
tent A cet 6tablissement de finance, le plus souvent par
l'octroi de prits, une fraction des budgets d'dquipement
des Territoires et Ddpartements d'Ontre-Me- les pro-
grammes de certaines collectivits secondaires ainsi que
les investissements effectu6s par des organisires publics
on semi-publics et des entreprises privecs.
Toutefois, pour mesurer d'une maniere plus precise
l'importance de l'effort accompli par le Triior Public
depuis la loi du 30 avril 1946, aux resources miss A la
disposition de la Caisse Centrale pour le financement
des plans, il convent d'ajouter le montant d(s subven-
tions accorddes par I'Etat an F.I.D.E.S. Ces subventions,
qui sont g6r6es par la Caisse Ccntrale scion les instruc-
tions du Comite Directeur du F.I.D.E.S. servant, comme
il a dejh t16 indiqu6, a finance le plus iouvent par
l'octroi de subventions, la totality des depensts inscrites
A la section g1n6rale des progranmries et une large frac-
tion (55 C( en moyenne) de cells qui fi.urent aux
iBdrld:els l'(t'ouiemicenit des Territoires et D6pi.rtements.
Depuis le vote de la loi du 30 avril 19- jusqu'au
30 septembre 1950, le Tontant des subventions ainsi
accordies par I'Etat au F.I.D.E.S. a atteint 1Y3 milliards
073 millions de francs cn credits d'engagement et 63 mil-
liards 870 millions en credits de niement. Si u'on ne
tient compete que des s'ils credits do pair nent. leur
montant.n ajout6 a celui de la dot action de la Caisse Cen-
trale et A celui des avances que Ie Tr.sor a *.'t autoris6
A consentir A cet tabllissement, pcrmet de p-endre une
vue d'ensemble de l'effort financier :rcromlin iusqu'a cc
.iour )ar la Mh6troipole : pour assurer le di6vrloppement
des Territoires et d6partements d'Oitre-Mer
Les 43.116 millions de nouvelles ressiurcc accord6es
sur 1'exercice 1950 correspo(ndant aux dtbloca':es parties
qui ont Wtc effectucs a cc jour sur les cr6di:s de paie-
ment inscrits dans les lois de dMveloppement du budget
1950. II apparait ainsi que le montant total des res-
sources nccord6es par le Parlement pour 1'xerccice en
ours s'61ve A 49.095 millions (nouvelles advances du
Fonds de Modernisation i la Caisse Centr.'e : 23.100
millions subvention de 1'Etat -- au F.I.D.E.S.: 25.995
millions).

Les d6velopnements qui pr6ekdent fournissent un
apercu de l'cffort accompli par la M6tropole pour
noporter aux Territoires et D6partementl d'Outre-
Mer 1'aide financibre que leur promettail la loi du
30 avril 1946. ls permettent 6galement de consta-







ctr que, gr; cc a un mrcanisme different sensible-
ment des m 'lhodes budg6taires traditionnelles, mais
inieux adap 6 an financement d'un plan de mnisc en
valcur, une truvre important a diji et6 accomplice.
~---- --


i. 1) o tIa t i in e ta
(X-issc Cc'l tI rle
2. 'lafon d Ics aivan-
ces dui~ Tv S1)r 01 (1 11.il
1im fis de tlod'rni-
F' ,,n d' ct 711(1 c te-
nieat it a Caisse
Cc nirale .
.3 S u 1)v en t ii stde
l'Etat an F.I.l).E.S.
(e r asd i t ) de pic-
Irelit .........,


francs) .....


Ressources
accord(r-s
decpiis t-
juoqu'au

"I-1 -194


Nouvelics
r-ssources
acrordees
pour
vxereiSce


24.520 23.100



37.875 (1) 25.995 (2)


65.39)5 -9.095


Total


47.620



63.870


111.490


(1) Comp e tent des credits de paiercent ouverts au
titre du In.uget g6nxral de l'exercicc 1949 par la loi dui
29 juillet 1! 50 (4.871 millions).
(2) Crditi!; ouverts par la loi du 8 aofit 1950.
--~--- ~~z-- ------ ---- -----i

Le mic:!; isnme institu6 par la loi du 30 avril 1946
pr1es-'nt!e x\aint tout les avanlages d'une grande sou-
plessc. ies p;lan: qui sont ah:lblis n'ont pas la rigi-
dile d'un I mlget. PTs dl'inissenlt des objeclifs et les
1n1oycns i d Ics atlleindre, m:iis laissent subsisler les
;oss;bilits ld'adilaptation iiindispensl)Sles i la pour-
suiit d'uncl oi'ivrI' de longuc durie.
C(-ite so, plIesse sc rctiouvVe cgalelnent au stade
dc i'exili oon grAce i la lgianle variety des forinules
aixquell-s la loi du 30 avril 19146 permit de recou-
fir pour la solution de chaque problemeha parliiclier :
gestion a-lilinisrative direeic, creation dte Soci616s
d'ltait on Ie Socitis d'Elconomiic imixte, appel Lt
l'initialive pliv ec.
L'eniploi de certaines dte cis formulas nouvelles
s'explique a-r le caractUre inimenc des plans de de-
veloppenicil des Tcrritoires d'Outre-Mer qui, A la
difference des programmes antirieurs, ne sont pas
de simple plans de travaux publics mais fixent des
objectifs 'eonomiqucs prIcis en function desquels
sont oric n's lcs projects d'eiqui)ement de chaqut
Territoire. La rdussite de ces plans depend ainsi
clans ulne :le lmac sure de l'tffort d'investisscement
i6alisi par les entreprises d' I)roduction. C'est pour
enecouragel cs investissemients, (Iue la Caisse Cen-
trale est n )pelee A finance a dies conditions parti-
citlii'revnmn avaintageuses cerlaines entreprises pri-
vecs, i aIp morler un large concourse a des Soci6tics
d'Etat or ,i'E],-onomiic miixe et assorlir d'un taux
de f:veu:r les advances i long termle cu'elle consent
aux Ter-ri nirecs ou aunx Dlmarteencnts afin de ne
pas grevcr leut s budgets d'annuitIs trop lourdes, sus-
ceplib'les d('ntirainer une aggravation de la fiscalit5.


En fait de nomrceuses enterprises privecs, pu-
bliques on semi-publiques ont d6jA pu obtenir de
ia Caisse Centrale oui du FIDES une important aide
financi're. 11 a et6 indiqui, par ailleurs, que les rcs-
sources dtjli accords aux Territoires et aux D&-
partements d'Outre-McAr pour leurs programmes
d'6quipenment public excedaient sensiblement le chif-
fre de (4 billiards de francs mbtropolitains. Ii y a
lien, toulefois, dt prI ciser que les scmmens effecti-
velment dlpcnsecs jusiiqu'i cc jour sont nellement
infCricures 'i cc c 'e c i 're.
L'-cx cilioin des ;ii'rograiillmes des travaux publics
:, en effi' sul i, 'i ]'l, igi'ne, un certain regard, qu'ex-
pliqucinl siffiisan)i;m t l cs l(lais nceess iies a 1'61a-
boration des plans cl l'acchvemcenst de ccrtaines
6tudes dlkaiiles, 'a penurie ie n aticres premieres
essentiellcs, le nomire insuffisant des grandes entre-
prises de Iravaux publics installes outre-mer. Au
course du dcuxiinme semnestre de l'annie 1949, cette
situation s'est profondlnL ent modifie. Dans tous
les Territoires de grades entrepiises de travaux
publics sont maintelnant i, pied d'o(uvrie et ex6cutent,
avee des moyens meicaniques perfectionnis, les ou-
vrages don't 1'ex6culioni leur a ktc confi6c.
Dans ces condiii, ns. il est permis dt penser que
les rbalisations du Plan vont maintenant sc deve-
lopper iapidement. l)s i present, la plupart des
Inoyens nmat6ricls paraissent reunis. L'execution des
principalix oiuvrages; e'st (oninienceC. Unc organisa-
lion financifire et Icehlnique, don't le sommet est
constitu6 par la C-'i se Centrale de la France d'Outre-
Mer et Ic FIDES ce la base par un grand nombre
dc coileclivilts 0' I'orgn:!ismecs publics on mixtes,
doil perime!tre de r *:iliscr avec un maximum de sou-
Wi!cssc cl d'effic:'-ile I I program de diveloppe-
mnenl n('c lomliq u' ri social prviiu par la loi du 30
a;vril 19 iS.
(A s ivre dans un prochain numdro.)

ANNEXE I

Ciriils de paicmin'l oriwcrts d la Section Gnierale
in 31 mars 1950
(Terriloires eI J)i;parl'tements l'Outre-Mer)

I. Socidils d'Jl l!: t d'Economie nixte :
1" Pi ticipalionl an capital de ces
Societes !) -... ........... 905.486.000
2" Dotation (2) ................ 2.395.170.000


II. -- Equipements .1-c'onomiques :
1" Diveloppcinenl de la Produc-
tion (3) ... .... ...........
III. -- Recherche scicntifique :
1," Offices et Insliluts de Rccher-
ches (4) .................
2" Recherehcs ininiires (5) ....
3" Carte g6olo'-ique (i) ........
1" Cartographic .......


3.085.250.000



2.257.214.628
1.148.000.000
123.400.000
517.900.000


(1) 11 s'agit dt-; participation prises par la Caisse
(cntrale dans Ics S-ci6tCts d'Etat et les Soci6tis d'Elcono)-
inic mixte, -numairta >s el 6tudifess ri,'ibcement pages 6, 7. 8.
(2) Certaines de ces donations constituent de v6ritables
subvenntions 0 l, d'ai:- snt soumises a certaines condi-
iio!is d'ainorlisse:inclt.

11







5" Etudes et Missions (7) ...... 441.792.768
IV. Equipeenlt Social :
1 Enscignement et Assistance
Social (8) .............. 169.811.070


2" Ulbanisme et habitat. H6-
tellerie (9) ..............
V. -- Documentalion ..............
VI. Divers (10) .......


120.200.000
32.000.000
794.405.000


ANNEXE II

Avanccs ct subventions accordues aux Territoires et aux Departements d'Outre-Mer
au 30 septembre 1950


Territoires d'Outre-Mer

A. 0. F ................................
T ogo ..................
Cam eroun ..............................
A. E. F ....... ..................
M adagascar ...........................
C om ores ................................
Somalis ..............................
Indes Franqais s .......................
O c6an ie ..............................
Nouvelle Caldonie ......................
Saint-Pierre-et-Miquelon .......... ..


Contribution de 'Etat Avances de la C.C.F.O..M.



18.657.128.080 18.696.850.260
963;132.420 966.884.555
5.531.678.344 6.179.847.212
4.874.316.675 4.612.963.707
4.828.208.480 4.749.278.904
239.620.000 194.300.000
898.318.834 846.403.829
47.759.000 39.631.000
726.791.634 -
1.044.591.397 977.241.645
191.104.000 158.896.000

38.002.648.864 37.422.297.112


Contribution propres
dcs T.O.M. vi des D.O.M.



2.069.881.600


59.500.000
370.000.000

(i0 013.183

212.704.640



2.7 7 099.423


Diparlemenls d'Outlre-Mer

Guadeloupe .............. .... .........
Guyane ................. ..... ......
Martinique .............. .............. .
RB1 union ................................



Total : T.O.M. + D.O..M ..................


Total contributions de 1'Etat et avances de
la C.C.F.O.1l. ......... .......... ..


(3) 11 s'agit notamment des d6penses relatives A Fins-
tallation de huit usines d'huile de palme, de la cons-
truction d'une usine pilot par la reigic industrielle de
la cellulose colonial pour la fabrication de la piate A
paper, du frigorifique de Saint-Pierre et liquelon et
d'anciennes subventions aux productleirs d'or.
(4) I! s'agit de l'Office de la leclherche Scientifique
d'Outre-Mler. de l'Instlitut de Recherches des huiles de
palmer ct ol6aginiex, de I'Instiiut des fruits et agrumnes
coloniaux, de I'lnstitut de Rechcrchees di cotton et des
textiles, de la Section technique d'ngriculture tropicalc,
de I'Institut Nationale id la recherclhe agronomiquie.
(5) Le programline de rechercliesl du Huircau Mainier de
la F.O.M. cst filnanc par suhbvcntions. I.e capital d. cel
organism est r6servi6 au d6velopp)emnent de la ipr'odi-il
tion minnire prisess de participations dans les Soc;i_'6s
d'Expoiitation).
(6) Mission en Nolvelle-Cal6donic. Mission Aubert lde
la Riue.


2.277.801.093
1.576.044.000
3.687.146.522
1.765.608.354

9.306.599.969

47.309.248.833


565.674.667
367.137.000
571.212.153
487.756.983

1.991.780.803

39.414.077.915


8(.000.000
5.600.i)000

91.600.1)00

2.863.699.423


86.723.326.7-18


(7) Etudes et recherches de la Rdgie IndmItrielle de
la (ellulose Coloniale. Mission Logone-Chari. -tuldes sur
l'hydrolise des l)bis du Professeur Savard. Et ides de la
Houle. Etudes et participation d'E.D.F. Mission Marcille-
Coquand ((luadeloupe). Mission 6quipement thermal de
la Rdunion, etc...
(8) Collegce d Cotonou ; Collige de 'Tananarive ;
Ecole pratique colonial du Havre ; Ecole ('c geologic
de Nancy ; Colhl..e de )Djibouti ; CollIge d: D:kar ;
Foyer de la .e:unesse de Dakar ; Coop6rativei : Ciroupe
scolaire de Mnjiungia ; Mission catholiqne de ir'ana::'ant-
son ; Formiation professionnelle acc6l6r6e.
(9) Cenret d'6ltt'uds pour l'habitation ; P ivillon de
l'Union Frankcaise Ia (Cit6 I'niversitaire ; Sotie6" lie-
lais AMricns Iranc;is e ; Centre Scientifique t' Techni-
tque du diitimenl.i
(10) Mission G(ird : Services m6t6orologiquis ; Amne-
nagement dui Cap Vert.


- ----- ------ ------


- --- s











*bW@O U


NOUVELLES DE FRANCE


LA VIE PARLEMENTAIRE


M. Fcurcade, President de I'Assemblee
de I'Un on Frangaise resume ses impressions
sur son voyage en Afrique

M. Fou cade, PrIsident dc I'Asscmblec de
I'Union Fr incaise, qui s'dtait rendu cn Afrique h
'occasion Ilc la cl6bration du Centenaire dc la
presence flancaise au (abon, a ri'sunlll ainsi, it
un reprs(i ntant de 1'Agence France-Presse, les
constainlicns qu'il a faites anu ours de son
voyage :
Du magiiifique voyage (iue j'achlve ct qui, de
Libreville, (:o j'ai preside les c.r6imonies du < Cente-
nair e d 1e Pr6sence Francaise iu Gabon >, m'a
conduit a Dakar, apres avoir parcouru une grande
parties des erritoires de l'Afrique Equatoriale Fran-
caise; sejc urne h Pointe-Noire, Brazzaville ; fait
scale A Duala ct dans de nonibreux ports tde
l'Afrique Orcidentale Francaise, se digagent, pour
moi, an u( ins deux certitudes et se confirm une
volontf.
La premiere de ces certitudes, c'cst que tous les
territoires, ue j'ai cu la joie de visitor, offrcnt une
caract6risti ue commune: it n cssor economiquc
absolument remarquable, et qu'il convent de sou-
tenir par u:le aide technique ct financire aussi lib6-
rale que possible, s'allie, chez eux, un developpement
moral et c lturel don't la (lualite atteste l'hcureuse
harmonisat on dcs civilisations qui y collaborent.
Des 6coles, des usines, des maisons, des moyens de
colmmunicaiion, ides amniiagemients urbains et por-
tnaires, l'iine part, de Il'aulre les exploitation
industrielle ., agricoles. foiresltii re, minii res don't le
rendemcnt s'avNierra hientot a l'cehelle dte 1'ahdmi-
rable effort (que slimule et favorite intelligemment
Faction d'a linteurs tes (ure P'aul Bechard, Bernard
Cornui-C-Gn ii, Souceidaux.


S'il fallait r6sume'r inon impression en ce qui con-
cerne 1'essor &conoiique, lont je viens de parler, je
dirais simplemnent (lu'il ne faut, a aucun prix, ralen-
tir l'effort d'equipcinent qui sc pursuit, l'hicure
actuclle, dans les Territoires d'Outre-Mer, car les
resultats d(lja obtenus pernettent d'augurer une
reussite complete pour l p plus grande prosperity de
l'Union Francaisc.
Par aillcurs, j'ni en la satisfaction de constater
une tendance assez 4cniralisse symliptoime Cvident
de conlianc dans l':iv-nir --.L au reinvlstlissemeniit sur
place des cap)il:nu. On l)eut egalement juger, i
I'ampleur et it la quality ties constructions entre-
prises, un ldbsir tres ncl !d'tablisscment ies Euro-
peens dans les territoires oi ils travaillcnt. Ces tcr-
ritoircs ne sent plus scuilcltent Ic lieu de leurs
tntatives d'activitl, mais, d6sormais, lc siege de leur
activity principal.
Ma second certitude, c'est l'importance qu'at-
tnchent A I'existence, aux travaux, au bon fonction-
neinent, aux risultts, en un mot, A 1'efficacit6 de
l'Ass.emnblec ique j' i l'honneur de pr1sider, les
polpuilations de ics territoires, le credit qu'ellcs lui
font et la conliance qu'ellcs mettent e clle pour hater
le plcin avbinemcent qu'eilles savent si desirable ct
qu'ellcs souliaitent si proche de l'Union Francaise.
La volointe, nfin. ique je rapport est simple. mais
formelle : tout voir pour savoir davantage et, de la
sort, mieux travailler a la prompted r6alisation de
ce va't].
'cexcmpi)le, si spinaianLient et sinereient dlonne
entire cux par iles (,icolMues : la conmrilhelensionl dans
.!';amiii elt ir la c.onimunaut6 d'un haul ideal, it
n'est done lie dte ahtndire i I'eiiseimIble de 'l'iiion
FrIanalise el de I'v I arfaire, les hommes ll coniilne
ailleurs, la peunl-eltrc plus (ql'ailleiurs -- sc rejoi gnant
par i' emuri et les p)euples s'estiant (dans la justice.







L'ACTIVITE MINISTERIELLE


M. Mitterrand a Louhans

Le i 1 selteinbre, M. Mitterrand, Ministre tc I li
France d'Ot.utre-Mcr, a pris la parole it Louhans
(Saine-el-Loire), au course du congr is departe-
niental de l.i Fd6ration radienle socialisle et au
iolli d(I iiassenlblcen'iet des Gauches R6publi-
cainvs.
Evotuq;tnt la situation international, Il. Mit-
terranlid a declare :
<< Le llondi e esL 6cranli par les fv'nements ,k'
Cor'"e, elt la France naguer'e au carrclour de to.ius
les grands courants de la civilisalion et don't
l'autorit& s'6lait toujours affirm6e sur le inonde.
ne p])et plus s'(l)poser a la inarche d(hu destiny.
DWsormlais, la. guerre et la paix se font sans soit
asselintiment. Le rnlexe le plus normal pouIr noliiL
Fran'ais, est de ne vouloir ni 6tre envalis, ni
d6truits. Mais pour cela, il faut 6ire forls. No'.:s
devons p)ouvoir nous defendre aussi bien conltre
les enneinis de I'extc'rieur que de l'interieur.
<< L'avenii de la nation exige beatuoup (d'autii-
rit& et de riguIeur. Nous n'accepertons plus Ide
renconirer des complies de I'ennenii an co'Iur
ilnecii de nos villages. >

M. Mitterrand, Minisire de la F.O.M.
au Congress Radical
Venu :ljp])orter i ua Coi',gir's .du l arli l1sdical-
Socialisie ic salul de IU. I). S. i., son paIrenaire
au sein d(u flassemli)lemenlt des (tGauclies.
M. Fr'ancois Mitterrand, minisirc de la France
d'Outlre-er, ;i pronoun a I'issue (!u dcla)t siur
l'Union Franc:ise une breve allocation dans I'l-
quelle it a recoiiinandt 1'union indispensable de
tous les repulblicains en ces temps difficiles.
],E iAI'IORT DE M. DEVINAT SVR L' LiNION rlAN,:.\AISE
D)ans son expos sur l'Union Francaise qu'il a
pr6sent6 le 16 sptembl)re, A 1)cauville, devant Il,
Congress Radical-Socialistc, M. Paul Dcvinat, de-
pute de Saonc-et-Loirc, ancient ministry, a rap)-
pel& que la France r6publicain n'a janmais prie-
tendu asseoir sa domination sur le droit de cori-
qutle, (ui'elle a apport6 avec elle les avantages
d'une civilisation inat6rielle plus avancece.

<< De l'ordre dans la mnlison >

Fne parties du rapport de 'M. Devinal a 6,6
consicrce l la n cessilh de << el'tre 'e I'ordrl'
danls !a iiitison :.
II a poursjivi :
Indfloc ;hine : I'alncien minister a mis 1'accent' stir
le fait que Ce pays n'est pas seulenment le Mhilre


d'une revolution interieure, qu'il est I'une des zones
ouvertes de combat entire les nations 1 ares et le
monde totalitaire.
La reconstruction des Trois Etats associes sera
une longue et lourde taiche. L'efl'ort accompli par la
France pendant plus d'un deini-siecle, pour inoder-
niser I'lndochihe et assurer des 'nmoyeii d6cenis
d'existence it ses populations, est aujourd'hui conm-
prowmis. )Y's projects de premise en et!.l ont 4ec prepa-
res. En pleine guerre, 1'eil'ori de prodiution n'a
d'ailleurs jainais 6te arrct6. Itemercions en ccs
Francais d'hldochine (ui, depuis dix ans, ont
tNmoigne de tant d'hlroisnie sans ceder amais an
dccourageiment. 4La pacilication des rLg;ionm, rizicoles
se pursuit. Nous ne devons pas abandonner malgr r
routes nos difficulties, la lidle entreprise.
11 faut enlin reagir 6nergiquenient, contre les
insolentes camipagnes nien6es contre la s~ le guerre
par ceux qui s'en sont fail les complices. II1 faut
eclaircr stir cc point, coinie stir tant d',iutres line
opinion bafoui'e. 11 faut honorer et aide nos sol-
dats, an retolr de leur dure mission, et ne pas
laisser a leux qui font la-bas si vaillamminent leur
devoir, l'iipression crueile d'lun abandon. oi d'une
defaillance de ]a mibre-patrie.

< Terriloires d'(Olire-Mler >

AM. Devinl a d(it en conclusion :
< En premier lieu, a-l-il estlimi, donnons cnfin
a chacun ses responsa])liiths. i, (',ontafsion de( s :it -
tributions centre le I6gislalif elt l'ex''utif', entire les
services ntil'ropolitails et lo nutx, entire l'P diniiis-
tration Ct les assembl iCes. ni' peit enge' Idrer que
ialaise et dilsordre. IA' chelif esponsabi:, C'est i''
ltinistre. J.e suis certain d(' iroitver iCi 1'accord de
notre amii Mitterand. Son premier soin doit 'tire
d" r'!al)lir A tous les c'helons les droit;- de I'exe-
cutif et do ses representlnls. I1 est temp. que 1'on
sauhe Outre-Mer qui colnmmande, el qui en ai l
(roit.
< Dans l'ordre des urgeunes, it convierd que soit
mis en place sans delai un systeie de justice qui
repond vraiment an desir des Africains, qui soit i
leur measure, silnple, eflicaee et rapid. 1! convient
de redonner anx chefs les pouvoirs qu'ils tiennent
de la tradition.
< 11 faut revenir, pour r0sulner, a la rigle d'or
de administration d'Outre-er : avoir 12 respect
de ses administres I)our neriter Ic' letur. Soyons pour
eux compr6hensifs et tolerants. Is le niibritent par
ietir attaclhelent dlans les jours lie malh_'ur. >
Al. Devinat a enfin affirnii que << l'hieire est ve-
nue de Iep'rendre le lelemps pr la mi ir sans le
devanetr' et sans retour en tltrrire.
< Ajuster, adaplter, cor;'iger, rltdresser, mettre au
point, Cn ouvriers diligCents t lionn' tecs, i011r lpoil-
voir repartir du bon pied, voili la tacie, at:sur6enent
modest, de c('e temi)s diffieiles, s'est 3cr 1 M. De-
vinat. >








LA MOTION Dl' CONGRESS


,Les priicipaux passages die la motion adoplt6e
le 16 scplembre par le congress radical-socialisle
A l'issue (d.1 d6b1at sur l'Union fra'ncaise insistent
sur les po nts suivants :
<< Le par:i radical demand que l'Union Franyaise,
soit co ipl ise toute entire ,Ilns le (lisp)ositif ide
(16fense connmune des nations lilres conire 'iinp6-
rialisme dl s nations tolalitaires.
S11I s'( evCe centre loute activity qui tendrait it
scl)pri:r Ipclitiqutel.'lllent ct eeonomiqtuemC nt les toi-
riloires d' )utll'('-Mir de la M(itropole. II deman(de
nux pouvo is )pub'lis te )prinldre ides measures ener-
gi(qui s e h.iClense eontre tloili(- iiliinte c : i la securile.
< il sou mile l'organisaiion d('une lorce armie tde
FUnion Fr.inamis-e bi)asdeIc volonitriillt (otee d'un
lrinlieient idIpt6, susicepible, par sa mobility, (l'itre
engagec sails d(16ai sur tous les IheaI'tr(s (l'ol)eralions.
II estime cue 1'Aflique dIu Nord (doit Lire amineagee,
des a present, coinie c le bastion dte tdfense de
l'Un ion.
<< 11 ine 1'aceord sur la ni6cessit (l':uneliorer ail
plus vile i s moyens de comillnuniCations rt, en p)arti-
culier, le rsea:l routier des 1pas (I'Outre-Mer. II
demand zu goulvernemient, sans s jlai n1gliger les
bcsoins d,'s populations des pays d'Oiutre-Mer et
lorsqu'elle correspond at leur interest, claque fois
qu'ellc est rentable, dte poursuivre 1'industrialisation
et de la ha er pai tout oil elle peut apporter h i'JUnion
FranCaise me garantic sup)l)leientaire (de scuiriit6 ct
sp6cialemcnt en Afrique du Nord.
II dema ide qu'il soit cr66, a 1'6ehelon lde la l'Pi-
sidence du Conseil une coordination effective les econoi lies nietropolitaines et d'Outre-Mer. >,


M. Francois Mitterrand
au dejeuner des < journaux r6gionaux associes >

M. Fraicois Mitterrand, inistre la France
(!'Oitre-NMer, a 1prside le 28 septenibre le ldjeu-
ner offer: par M. Georges Riond, Conseiller de
I'Union irancaise, et le Conseil d'adininistra-
tion des < Journaux rEgionaux assocics >>.
Le mir:istre a prononc6, h celte occasion, un
important discours que nous reprcnons pnr
ailleurs.
Parmi es pcrsonnalit6s prCsentes, on remar-
quait notaminent la Princesse Yukanthor, vice-
prdsident. de l'Asseml)lc de l'Union Francaise,
MM. Coi nut Gentille, Haut-Commissairc de
France en A. E. F., Fred Gueze, president (du
syndicate des quotidiens d6partenientaux, Andre
Bidet, Pr sident de la Commission des relations
extCricur< s de l'Assemble de l'Union Francaise,
ainsi que de nonbreux conscillers de 1'Union
Francais(.


M. Mitlerrand regoit les Haut-Commissaires
-- M. Mitterrand. iinisire de hia France d'Ou-
tre-Mler a rec(iu i plusieurs reprises, ce inois-ci,
MM. elchard, Haut-Cotuniissaire en A. (. F.,
Cornut-Gentille, liau t-Coinmissaire en A. E. F.,
Bargues, Inspecleu r gndral de la France d'Ou-
Ire-Mer, HIoitl-(Commiss:ire a Madagascar et
dtlpendances. Le miniistre s'est entrelenu avec
cux des diffTrrelns probliies qui so p)osent a
Irurs Territoires, et en particulier, des pro-
l)lcinies de I' qiili lenil ll M. Mitller'and a reIC u,
ipar aillcurs, NI. Iairthes, Inspecteur gindralz die la
France d'O(utre Mer,. IPrsidcntitl du Bureau
miininr.

Recepiions de Gouverneurs
M. Miile.'rrianld. ministli' dic li France d'(Ou-
Ire-Mev, a 'rc(i 1' 21 seIptelnllbr, N. le (ouver-
nIeur llogu6, noin -()ouverneur de la Mtauri-
lanie. Le miiinislre a reou iialenment IM. les
(Gouverneurs I'clill)on, Siriex, Mouragues, Ro-
land Pre.

Reception de Parlementaires
M. Mitteirrad, iiniistre de la France-d'Ou-
tre-Mer, a reci' ce lnois-ci : Son Allcsse la Prin-
cesse Yukanthor, vice-)pr6sidente de 1'Assemnbl6e
de l'Union Franca:ise; M. le Dr Borrey, conseil-
Icr de 1'Union Francaise; M. Boutbien, conseil-
ler de 1'Union Francaise; M. Sailer, senateur du
(allon; M. Razce, snatleur (de la Mauritanie;
M. Roclore, vice-Iprsident dc l'Assembl6e Natio-
nale; M. SenghoIr, (16)iuti du( Sdn6gal; M. Horma
Ould Babana, d6pute de la M a urit anie ;
M. Yacine Si )iallo, depult dte nl Guin6e; M. La-
minie Gucye, (dp:liti d( S6n6gal ; M. Fill Dabo
Sissoko, ddiput( (Iu Soudan ; M. Condat, (dputd
du Niger.

Le President Tran Van Huu recu par M. Mitterrand
M. Tran Van Hlu, President du Conseil
(li Vietnam, a it re:u Ic 27 septembre par'
NM. Mitlerrand, ininisire de la France d'Outre-
Mer, avc le Iqul il a oe un long entretien.

R6ceptions de Personnalites etrangeres
-M. Mitlerrand a recu, le 29 septembre,
M. Erasmus, Minisire des Affaires Etrangeres
d'Afrique du SudI; le octobre, Son Excellence,
MI. I'Amnbassadeur d'Itlic.

Un discours de M. Letourneau au Mans

M. Jean Letourneau, ministry d'Etat, Charg6
des Relations avec les Elats Associ6s, a Ipr6sid,
le 3 septembire. a: la Ferti-Bernard, le centenaire








du Comice agricole et I'inauguration de la Foire-
Exposition.
Preniant la parole i l'iinage dui banquel, le
ilinistre a (lde lc'n r I nol:i nnl i nt qu'il Mail n cces-
ssire << de renl'corer" l solidaril- Oc'onic; ique el
financii ,re des ipe': les li's lmp r I.' I'P te Atlanl i-
quc :'in dl I':ii!r cesser cclle ficlheuse conceir-
'rence des Imaliares premiieres si r les nmar'hl's
nmwndiaux >.
EI'n lerminial. M. Leti)ourl'"nu a fail i'6>ge de'
u]':irim e d'Intdoeliinc e soulihail (Iue la; F'r'ince iii
ral)pide eniil ls inoyens d'orlanisci'e sar lS:'oor( d'-
f'ense. II :a i 'conllis' uille politiqlue d'union < dontl
ne scraiient cm'.'!us q(le ceux ((ii se !i,'cen:il vo-
Ionltairellientl ein (dehors (t I tn p rie :>.

Le Dr Aujoulat recoit M. Cornut-Gentille
Le )Dr Au.joiulil, secr6li:ire d'Etat ;i ;l France
Outre-Mer, a recii le 12 septlcmbre, M. Cornul-
Gentille, Haut-Coinmissaire de France en A.E.F.

Le Dr Aujoulat a re;u des delegues
de la .I.O.C. d'Afrique Noire
Le )r Aujoulat a reci, le 14 seplemibre, des
dc6lgues die In .. 0. C. d'Afrique Noire, qui sont


venus parliciper au (Congrs de Bruxel:es. Ils se
sont entrelenus des centres d'apprentissage, de
1'orienlalion professionnielle des jeunces Iravail-
leurs n
Un discours de M. Lucien Coffin, Secretaire d'Etat
a la France d'Outre-Mer
M. Li;cien (C iffin. S Icr(';ilir e d'Eiatl i a FI'r:!nce
d'()uiilr'-Mer, a pi'onon)i(' 2 stptel in'. n dlis-
coulrs 111 laiii nque[ qui a sii\i linamlgur: ioi de Ia
Foire-Exposition Iiierinationale de Vie *-zl.
AM. Coffin a d(i'car que la France, c. recons-
litiiant son polentie! ('conomiiquic, ( 'r ite ulii!e-
nient pour la paix. II a aujot( :
<< La violence esi iiiipmlissanilc a ri'tour!' la
difficult inlernationiile. Cependant, i rs alli:-
chons tro0) det prix t lalil)irel ditermniination d'e
ntolve destiny iour ne pas prendre les indispen-
salles i)r6caitions de d6feinse (qui s'iuscriveiit
dans le candrte d la sccurit6 collective.
< Nous avions conscience d'avoir acccmp)li no-
Ire devoir on dlcidant le renforcementi de nolre
ariemeinent. Mais le poids quee relprseriie un tel
effort ne doil pas aller ,jusqu'a inlerdire le rc-
dressement de notre econoinic.


INFORMATIONS DIVERSE


A L'ASSEMBLEE CONSULTATIVE
EUROPEENNE

La question culturelle
A In seance )pl6nitre de I'Assemblee de Stras-
bourg, le 24 :aoit, au course de laquelle un rap-
port a et6 presenni' par la Commission des ques-
Lions culturelles el scientifiuiies, I. Senghor, dt6-
put d(u Sdn6gal, est interveinu pour criti(quer
1' < ininmmobilisime :.> dui Comil des ministres, pi'6-
coniser un esprit de culture militaitl. en faveur
de 1'Eurol)e et demander qlue les idtautex d'une
Europe unlfii6e d(ebordent sur I'Afriqlue.
Dressant un lparallele entire les recominanda-
tions culturelles, 16gilimeineni t namilicuses,
adopts par I'Assemnhl6e lors de sa premiere
session, et les << r6sultats modesles > enregistr6s
par le rapport de la commission qui << se resume


en recollnillnida lions 1non suivies d'a( es >, le
d6)put du S6engal a d(6p)lor' qu' < anuctne niego-
cialion n'ait i6 ouverle par les Elals nmembres
1our la conclusion d'accordls nouveanx >. < Pour
la lil)re circulation du mltieriel cullurel ct la coo-
peraiion dans le d(omaine scieniifiluec a-l-il
ajoul) on s'en est reinis, pour ai plj:s ngnde
par, it I'UNESCO et i 1'O(ECE >.
lEn ce (qlii concern e Ic Plan en iuit pointss tde
cooperation cullturelle, << nIi les mlini'slres de
'Edlucation Nalionale, ni les recteurs el chlince-
liers d'Universiles ne se soni encore r6t iis pour
I'Mtudier >.
Quant au Centre eurolpen doe culture. ,: il scm-
ble (que le Coiiit' des iniiiiiistres 'ai oublii >>.
Ch'rchant alors les reasons de eel << nm o)i-
lisme > dlu comil dces miniistres, M. S,'nghor a
esliine qu'i l est dfi an fail que I'on s'c i remet








Irop souvcnt aux experts, mme lorsqu'il s'agit
de prendrc dcs decisions politiques. On ne veut
pas repens, r le problebme Ie l'chelle de 1'Europe
Sa reregtl ; M. Senghor, (qui a expliqu celle atli-
tlde par 1 (ldat d'cslpril des mlcnibres du Conseil
des .Minisi -es et de cerlains de ses collegues ju-
geant full une discussion des questions cultu-
rcles << al s que les soldalt des Nalions Unies
sc [fnit l[1 r en Corde 0 .
(Contre tlile opinion, I'oraleur s'est lv pri'-
co'nisaint 1:. criaiion < d'utn (cspritl t culture mii-
liitnte ->. (e qliui I'a conduit it dein:!iider, au (Con-
scil, d'acenirdcr In prioiit6 atu plan dle coopir:a-
lion culiulcllc e n huit points, arri'l par le Con-
seil en se; leinlbre 19-19 et qui deminade, noinam-
nment, le ( C(veloppcement dte l'enseigniement sco-
laire des principless lanigues ieuropl)innes; I'in-
dex validi 6 des diplonmes universitaires, ct, en
gindral (qui suit slimuld 1'intLrit des milieux po-
pulaircs a la cause de 1'unile curolienne par
'action (iducative aupris des adults, les course
d'cxtension universitaire, [a radio et le cinlnma,
etc., etc.
M. Seni hor a demanda6, 'iglenient, la cra-
lion d'un centre europeen de culture, c Brain
trust > de la lutte iddologique pour la ddlenise
ie l'homiine integral. Composed essentiellecent
d'un Bure: u d'dtudes, cc Centre aurait pour mis-
sion de f ire la liaison avec I'U.N.E.S.C.O. et
d'enqukter sur les elements coninuns de la cul-
lure curop;denne, sur les meilleurs moyens de
les inculqlier aux 616ves des 6colcs ct mnme aux
adults; s ir la possibility de greffer la culture
europcenue sur les sauvageons des civilisations
ultra marines. Un jardin d'essai du centre sera
1'Universil- ou les Universilts curopeennes, ca-
dres de 1'I urope unifice don't les idCaux devront
dehorder la fronti&re mdditcrran6enne. < Car -
ajoute M. Senghor si la culture est n6cessaire
au mondt et, singulibrement a l'Afrique, c'est
quell en est son levain nature.

Le siage d'information des Fonctionnaires
de I'Enseignement
L"id6e l'un stage d'informalion que seraient
ai)ppelds ai suivre les fonctionnaires de I'IEnsci-
gneieinl, i1sireux d'exerccr dans les Territoires
d')Outre-MI 'r, n'est pas nouvelle.
E!hl ri1 ondait au souci qu'ont L In fo.is le Mi-
nisi'-re dc 1'Education Nationali et le Minisiere
de la France d'Oultr-Mer de ne recruiter pour
les Tcrri:,ires exltricurs quve des ronctionnaires
sileclionn:'s cela va dc soi mnais aussi aver-
lis, e'est-.,-dire ayant reCi uine formation qui
les adapc l plus sp6cialcmnenl aux fonclions qu'ils
nuront a : emplir.
On sail Iue l'uin des premiers probl'mes qui aient
retenu l'a mention du Sous-Comite d'Eduiation de


base dc la Commission franCaise de I'U.N.E.S.C.O.
est cclui do la formation ptdagogique dcs instituteurs
d'Oiutre-ler.
LIe dtlveloppennirt de l'ense igncm ent dans I's pays
d'Outie-Mier pai' i "- tension de la scolaris:ilion, par
la lultc centre i l",:!lpl)hiei(tisiin', est intimecicnt li6
i la solution du prv'bl'nic de I'0lducation de base ---
et solvent it la r,(.ilil ionnera.
Ii i'a),:prte dion( iu'au cou rs des annfes A vcilir
S'l(c roisse le ricrt'lltiiie l.t deis iiil:iie('s ou ln('l'opo-
li;ain;, on nutloclliones. ct qiue sc perfeciionne leur
foim !!lion. 1 iiiilp, rt qiue se cred'n ou se liiullipliCnt
des (colcs noriiales, dels toles Icehniques, des cen-
tres d'ap)prentis: I a'e'. tc...
Le slag;e d'infl'or[imaion ne constitute qu'un m1o-
deste iliienlt d.l s e grand ensemble.
Un project (s.l e d'ine ;niie scolai e) fut
soinlIlis iau iiinislct de 1l'l'duCnlion nalionale et au
niinislb're de ln Friancie d'Oure-Mleri, a la fn de 1948.
Les disponibilitls iludgetaires n'ont pas pelmis de
s'arrcter longtellmps A celui-ci.
I1 ne s'agissait plus, des lors, de donner une for-
nation p)dagogique complete, ni imeme de d6finir
une p)edagogic slp)cialemeni adaptrie, mais d'inspircr
aux slagiaires le gnit, le d rsir de 1'ttu(d de l'Afri-
que ou de Madagascar, et de fd:ire sentir le lien entire
ceettie ctue et facion enseignante. Ouvrir les youx
sur les prohli.mis, en fire sentir l'importance, la
valour profonde, et pour cela inettre les stagiaires
en contact avec des specialistes on des professeurs
qui ont de 1'Afrique on de Madagascar une exp6-
rience actuelle et \lcue, tel lait d&sorniais le but
essential du stagc.
Dans cette intention furent pr6vues, dans les ma-
tin6es principlalement, des series de conferences, les
unes -- les premiiires -- traitant surtout des pro-
lilbems g6nLraux : les autrcs --- scconde s6rie plus
stricteinent p6tdagogiqucs ct apportant aux auditeurs
soit Ic rcsultat (Id'xperience de fonctionnaires qui
ont excrcT ou conliolt I'enscignement dans les pays
d'Outre-Mer, soil les constatations plcincs d'espoirs
des nouvelles milhodes pjdagogiques qui s'l6aborent
dans la M6tropole.
iMlmes intentions, en some que cells qui avaient
insp)irW les premiicis initiateurs du stage, nais 6tude
plus rapid, moins profonde n6cessairement, en ral-
son du court dClai diu stage.
Des conf6renc''s )ntl 61 files par des professcurs
du Collg de (l I:iirce, du Mlusum, des iprofCsscurs
de facult6s, dCi Il; ICeIcherche Scicntifique, die 'Ecole
National de I F'I nce( dO -Mier ou lpar d'autres
pcrsonnalites, riichs d'une longue experience de la
vie colonial.
'anutrc parl, des personnalitils emninentes sont sou-
vent venues iparla per le dljcuner dtes stagiaires et
n'ont pus m;an(qui" ie ei ur ia resscr Ia parole, b Ia fin
di reps, voire mri'n e e pouirsuivrc e contact avec
ics stagiaires, dlans des conversations particuliercs.
I'organisltion ir! itrielle a (t6 rendue aisec par la
-nise h la disposition du stage des locaux de 1'Ecole
Normal Supirieuri de Saint-Cloud qui a assure,
dans les conditions les plus salisfaisantes, I'hebcrge-
ment des slagiaires.








On a trouv6 it Saint-Cloud de gr'andes facility's
pour 1'organisation ides cours et dets conlf'6:e'ccs. La.
sallc die projection de I'Ecole et I'utilisation de son
Inateriel audio-visuel ont permits (I' donner ai cer-
lains course I'il!uslralion concr'tel n6cessaire.

Le Minisl're de la France d'Outre-Mer, le Mi-
nist6rc de l'Education Nationale, I'Agence de la
France d'Outre-Mer, le Mus6e ledagogique, IT.
N.E.S.C.O. ct les Maisons d'ddition specialis6es
ont contribu6 largeinent l-1 doclminentation (du
stage en ilnettiit a sa disposition tout un miald-
riel d'exposition, des filins, des dis(ques, des ped-
riodiques, des lives.
C'cst dans ces conditions que furent r6unis,
en 1949, quarante-cl-un stagiaires; en 1950,
soixante-quinze staginaires. Le slhge de 1950 cut
la bonne fortune d'accucillir pour la premib i re
fois, cominie stlginires, 16 instituteiurs ou 6li'ves-
maitres originaires de 1'A.O.F., dc I'A.E.F., du
Cameroun et de Madagascar.
Et sans doute ce nc fut pas, cette annde, un
des moindres 1enefices du stage cue d'avoir per-
mis le contact direct, confiant et cordial entire
fonctionnaires m6tropolitains appelds bientot it
servir dans la France d'Outrc-Mer ct fonction-
naires originaires des pays d'outrc-mer.
A sa measure, le stage fut sous ce rapport non
seulement un enseignement profitable, mais une
manifestation pcermanenie qui doit aniimer
'lUnion Francaise.
Cette impression s'est trouvde accrue par
I'honneur (lii'ont fait aux stagiaires le Ministre
de l'Education Nationale et le Secrtaire d'Etat
a la France d'Outre-Mer, d'assister personnel-
lement a l'inauguration du stage 1950 et a sa
stance de cloture.
C'est la l'affirmation officielle de l'int6rft que
porte le Gouvernement i la formation des mai-
tres qui seront, par delay les mers, les mission-
naires de I'mce franchise.
Le plan d'6quipement sanitaire de I'Afrique Noire
Les rssultats obtenus dans le domaine de
I'6quipement sanitaire de I'Afrique Noire sont
d'autant plus remarquables que ]e developpe-
ment des services saniaires coloniaux, freind
depuis longlenps par I'insuffisance des moyens
mis en oeuvre, a subi, dans nos territoires, du
fait de la guerre, un arret brutal, entrainant un
retard qu'il est urgent de combler pour que no
s'dlargissc plus le foss6 entire nos r6alisations et
cclles que doit permetire I'application des tech-
niques modernes, en un temps of le d6veloppe-
ment des moyens de communication et d'infor-
mation accuse l'inter-d6pendance de routes les
parties du mondc.
En 1947, i l'issue de la guerre ct avant la mise en
aeuvre du plan dlcennal, le service de sante colonial


enlretenait, dans les territoires d'Afrilue Noire
(A.O.F., A.F.F., Cameroun el Togo), phl'; de 1.400
formations fixes de tous orldis, comp,!ait phis die
48.000 lits. Ces Ctablissmenlcs avaieint re1 'ii, pendant
celle mniene annee, environ 12.500.000 consultants et
pris de 270.000 hospitalis6s.
En outre, les services mobiles tlhygi' noe ,t de
proplhylaxie, don't l'action visit, avant )ute autre
chose, la iry')lanosomiiasc, con'trlaicnt, jieirioiique-
ienil, la totalile de la population ia 1n lythime i
pen pris Iriennal. En .\O.)F. 5.0(00.000 (l'habitanis
iaieicnt coitroelds annuellemenlt. Le taux des conta-
iinlations Inouiv(llc s dce hl tl'rypanosolias1t,. qui 6tait
encoCre de 2,70 '` en 1930(, avait 6tc red(u. i 0( 5 .
iPlus de 200.000 sonlmeilieux etaient en couis de
traiteneni dans I'ensemf)le des lerritoire; ahicains.
tandis uiie plus !det 100.000 anlciens ;.ialad t s :i'aienll
l16 d cklari's gu(.ris, et ray's des cont6li t .
La totalit, de I .l pop ltihion visit-e av;it t '.t vac-
ctin'e oil revaccini('ce contre I variole c. pli's tde
vingt millions de vaccinations centre la fiivic jaulne
av.iclit Itc pratiquies ia cette dale.
Cependant, le problmine de la santi pubbiique
en Afrique Noe oir comporle deux series d'obli-
gations, d'ordre international et d'orlre inte-
rieur.
Sur le plan international, les conventions signees
dans le cadre de 1'O.N.U. nous font obligation d'as-
surer une security sanitaire absolute des < positions
strategiques >> qu'o'cupent pertains ports on telais
abriens du fait de l'inltgration des territo res d'Ou-
trc-Mer dans la vie international et de leur situa-
tion an carrefour ou sur le parcours des relations
inter-contincnlalcs.
Sur le plan int6rieur, un programme d'ec uipenient
axe sur les objectifs essentials de s6curite sanitaire
et d'accroissement d6mographique, a 6tC etabli dans
le cadre du Plan deccnnal. II est en court ; de reali-
sation depuis deux ans dejh.
Ce programme comported, dans le domaine de la
Recherche et de l'Instruction. la craatior. it Paris,
ld'un Institut de medecine tropical, qui servira
d'6cole d'applicalion pour les midecins coloniaux et
comportera un h6pital d'instruction et un centre de
documentation. Ses laboratoires travailleront en liai-
son avcc l'Office tie la Recherche Scientifiquc, les
Instituts Pasteur et Instituts d'Hygiene :oloniaux,
l'Institut fran'ais d'Afrique Noire... Part.lilement,
des institutions locales, tell que l'&cole de -nedecine
de Dakar, 1'Scole technique sanitaire de Biazzaville,
assureront, en Afrique, la formation de te.'hniniens
autochtones.
Dans l'ordre de la protection de la sant6 pblliquc,
qui, en Afrique Noire, est base sur deux mrdes d'ac-
tion : la mdeccine individuelle, g6n6ralemnl nt cura-
tive par I'action des formations sanitaires fixes : la
m6decine collective, essentiellement prever ivr, apa-
nage des services d'hygi(ne et de prophyl xiv don't
l'action s'exerce aupr's des masses. Le plan d'Squti-
penient a prevu un igal d'velol)penent de crs deux
Inoyens l'action. II a prevu, 'galenent, la :moder-
nisation et eT renouvellement de I'Cquipeiienl; hos-
pitalier. IBSncficieront ide cette imodcrnisat on -i; ti-
tre de la min decline individuelle :







Dans Ia premiere categoric, de elasse interna-
tionale, les .6pitaux de Dakar-Fann (2.500 lits) et de
Brazzaville (1.000 lits) ;
Dans la deuxieme cat6gorie, hopitaux teirito-
riaux, 1'hoiital colonial de Saint-Louis (du Senegal,
(eux de K :olack, Ziguinchor, Thibs, Bamiako, Cona-
kry, Abidja 1 et Treicheville, Cotonou et Iorto-Novo,
Ouagadoug( u, Niamny, LoniL, Douala, Yaound(6,
Pointe-Noil -,, Bangui et Fort-Lany ;
a- Dns a troisiLcme categories, formations du type
< h6pital -ential africain >,, i's h6pitaux et agglo-
mirations Iparticulieirement iinmortantes on isolCes (de
l'inlportan( de Zinder ou Port-(entil.
Enfin, da is la quatriinme catgorie, formations plus
r(duites dt type < ambnlulances medico-chiiurgic;!-
les >, sises dans des centres d(I l'importance de (;ao
et Port-Etit nne.
Des piha macies f'edir;les cl territoriales constitute
front, en to is temps, des bases de ravitaillement sa-
nitaire a I akar, Conakry, Abidjarn Brazzaville, Nia-
mey, etc... pour ne citer que les plus importantes.
La modt(rnisation (Ie la mIcine collective aurla,
pour objet principal, le enforceimennt des moyens de
lutte contie les endtiio-epidellnies ct l.s maladies
socials tIlles cque la trypanosominase. la lhpre, en
meme ten,)s que sera men e uine vigoureuse action
anti-syphil tique et anti-paludique.
Dans le domain te la iutle centre le paludisme,
de loin le plus important car, parmi les grande
endlmics iiondiales, ccllc-ei esl une des plus graves
responsabl.- de nombreux cas de moltalite infantile
-- tons le. moyens d'action seront mis en oeuvre.
Ces inlo ens omllorteronil, (I'abord, un renforce-
ment et ui c multiplication dles bases de secteur, des
centres de ldpistage et de ti aitelnent, et des 6tablis-
sements specialis6s. Les inoynis mecaniques et chi-
miques, in s la disposition de ces centres ou bases,
seront, &N demment, trip's accrus : les 6quipes mo-
biles sero it entircnient mniealnisecs ; beaucoup se-
ront dot6cs de camions-laboratoires ct de camions-
radio ; curtains services scront pourvus d'engins
chenilles At d'avions d'6pandage pour les travaux
('assainis,.cment.
Les scivices de Ia San-i publlique, en general
ainsi clotlfs en personnel el en inatlriel, seront
aiussi dots de inoyens de transports rapides.
L'aviat on sanitaire, pratiquement inexis-
lante, si a constilude de touted urgence. Le Plan
d(ccennal i)rdvoil, h ce titre, pour I'ensemble des
lerritoires; noirs :
trois apparcils pour le deplacemnent des au-
toritds s: nitaires;
dix sept appareils pour I'6vacuation des
blesses e malades graves ,u le transport urgent
du chiru rgien;
dix appareils pour les d6placements ur-
gents de; services de prophylaxie;
treite-six- appareils pour I'6pandage des
products larvicides et insecticides.


Missions Frangaises aux Etats-Unis
pour I'etude des moyens d'augmenter
la producivit6

Trois ingenicurs de l'Afriquc Francaise ont
quillt Paris, Ie 10 septelmre, pour un voyage
d'dtude de trois inois aux Eatls-Unis, dans le
cadre du progranine d'assistance technique de
I'E.C.A.
Le but de leur voyage est 'cltudier les id-
thodes nouvelles destindes a ugmlenter la lpro-
duction du riz en Afrique Francaise. Selon 1'avis
des experts, cette production pourrait etre dou-
bile par un prIoramnme systcinatique d'irriga-
lion et d'endiguement.
La docunien nation que les specialisles fran-
(cais rapporterol't( de hiul voyage constituera un
pas important vers I(hjecti' a 'long terne que
I'on se propose en Afrique Francaise ct qui est
de permetire a1 ces terriloircs de suffire a cux-
mil ieS eln llit'ere de riz. Or, avant la guerre,
les pays de I 'Ai'rique Francaise iinportaicnt en-
core 100.000 tonmis te riz par an.
L'equipe fran(qiec se compose de : Francois Cio-
lina, chef du (;clie ruraIl et dirccteur Ldu plan de
iise en vNaleur i1 Malagascar ; .lean Kellerman, chef
du G6nie rural ea Afrique Equaloriale Fr'ancaise et
I.ouis Minjoz, inge'nieur en chef de 1'Agrononiic pour
lc S6n6gal el chef adljoint du (ienie ruial en Afrique
Occidentale Ir'anQiise.
Cc groupec cons'ilue la 32" 6luipc frann'aise en-
voyec aux EIilis-JUnis ll titre Idu programme d'assis-
tance technique dtu Plan Marshall. Le nombre de
personnel (qui ont compose des differentes 6quipes
s' 61ve maintenant 420.
Bien que plus de 1.265.000 lieetaeis de rizicres
sont exploitCs ac(tuellement en Afrique Francaise, la
r6colte moyenne no s'eidve qu'h environ 900.000 ton-
nes yar an.
I.es rizibres, dl.rss I ,s plains africaines, sont sou-
vent inondees a ll illOlnli d es crues saisolnnibre des
llcuves, aussi la production est-clle tris variable. On
estiime que des t'.\ vaux lhydrauliques amelioreraicnt
sensiblement Ie rt ndlcnent ide 500.000 hectares de
rizirecs.
800.000 hectares d(I ri/zieis, ailleurs quc dans les
planes .exiosecs aux inondalions pourrl'lient t.re
anieliors s par i li igation.
Les ing6nieurs francais (tuditcont nolamment les
moyens l'exploiler de nouvelles rizirces. I'extension
des plantations (hd riz a deji' perInis de nettre en
culture 150.000 hectares de Ierics nouvellcs en Afri-
flue Fran:aise p)(dannt ces dernicres annces. On
eslime que 800.0(10 hectares pourraient ainsi etre
am6nag6s en rizieres.
Le Plan Marshall a conlribu'i directeient des
sommes importaultes pour l'execution de ces travaux.
C'cst ainsi (ue I'Office du Niger a recu 1.400.000
dollars (490.000.000 de francs) pour dets travaux en
A.O.F. et 300.000 dollars (105.00(0.000 de francs) pour
des travaux au Maroc.







Au course de son voyage d'etude aux Etals-Unis, Ic
group francais visitera les plantations de riz en
Louisiane et au Texas, ainsi que dans l'Impprial
Valley, en Calffornie ; des laboratoires de salinity a
Riverside, Californic et Las Cruces, New Mexico, et
un centre d'etude sur I'irrigation "i Fort-Collins, Co-
lorado. Les ingniiiurs 6tudieront I'cnscible des pro-
ctdes amer kains d'irrigation et d'cndiguement, de-
puis 1'6tude prliiminaire des divers plojets, jusqu'au
stade final de leur execution, en passant par 1'6tude
gfologique dlu terrain, les travaux de nivellement, an
distribution des caux, les tra\vux de drainage et ce
nettoyage des fosses.
D'autre part, le d(lpart pour les U.S.A., dans
le cadre des missions de l'O.E.C.E., du sous-
groupe d'experts cin hois tropicaux, compose de
18 Francais d'A.O.F., A.E.F., Cameroun, et deux
de la Guyane a cu lieu le 27 scptembre.
Dans le cadre des < Missions Nationales > di-
eIs ( missions d( pIroductivild de la F.O.-M. > se
placcnt anssi :
1" Celle composer de trois personnel, dite
<< d'AmInagemnent et de ContrOle des caux >>,
partie Ic 18 sptlembre.
2 Celle de 2 inglnieurs agronomes parties Ic
26 seplemlbre.


Deux specialists franqais de la production
d'arachides parent aux Etats-Unis
)Deux sp6cialisles francais de la production
d'arachides partiront remain pour les Etats-
Unis pour ludier les nioyens de d6velop]per et
d'amcliorer la produeilion des arachides dans les
lerriloires flran:ii-as d'Oiure-Mer.
Ce sont MM. R'ene Totute, ing6nieur agronomec
eharg des ( essais de l;a mIcanisation dans la pro-
duction des arachitdes el Charles Gaury, chef du
service des culturess tropical's ai C.'ntre technique
du Machinisme agrieole ; ces de('': Irerl)liseinlnts d(
Ministry des Territoires ('Outric-Mer pl)rle(nt pour
un voyage ld'etlud de trois nmis : dains Ic cai(le tdu
programml e d'assistance tecli(iii!ue dut Plan Marshall.
C'est la 341 eluipe francuaise (nvoyc aux Etats-Unis
au titre de I'E.C.A. ; elie porte A 442 le total des
personnel ayant coplj)ose ces equipes.
Cc sont essentiehellenI les teI; r'itoires d'Outie-Mer
qui approvisionnent Iia France Me6tropolitaine en
arachides, donit (li tire les hui!rs concmslilbles. Aussi
a-t-on entrepris un progi l'inmme I' long ter'me pour
augmenter In produce tion ;ifricaine d'arachides dans
le but : d'assurer ai la Fr;ance uan alpprovisionnemennt
suffisant en huile comestible,, altenucr la necessity
de produire des graines oleagineuses en France me-
tropolitaine, et d'augmlenlC I ira Iroportion des be-
soins fran'anis )()o;iV;tII (*i1 ir comblls pair ]:i pro(due-
tion d'Outre-lMer.

Rdceptior. df footballeur:, Camerounais a Paris
Une rIception intime a eu lieu, lc 22 scptem-
ire, en I'H6e l de la Il)fgalion du Haut-Coni-


missariat du Cameroun h Paris en 1'houneur des
footballeurs camerounais actuellement en tour-
nDe en France.
Le gouverneur Guibet, ddligu6 du Haut-Com-
missaire de la Rdpublique au Cameroun a pr&-
sent6 les joueurs au I' Aujoulal qui les a fili-
cit6 de leurs exploits.
Les parlementaires du Cameroun et des jour-
nalistes assislaient i cette reception.
Apris Nice, Toulouse et Orleans. les footbal-
leurs camerounais out joucd Hautnunm t (pros
de Lille), puis i Sarrebriic, it Strashourg,
Bruyyre (ville des Vosges, marraine d( Came-
roun), A St-Ouen (contre le Racing) e: h Mai-
sons-Alfort.


ILe 5e Congrbs national des caisses chirLicgicales
mutualistes de I'Union Francaise

250 ddleguds de France et d'Outre-Mei, repre-
sentant 32 Caisses ct 5 millions d'assti -s, out
assist, du 13 au 17 septembre, aun 5" Congris
national des caisses chirurgicales muliialistes.
Ce congris avait pour but d'ameliorer les mn-
thodcs de remboursenmcnt des actes chirnrgicaux
el d'elargir le champ d'action de ces causes.
M. Legrand, President de la Fideralion Na-
tionale, a preside cc congress an course duquel
le Dr Lafitte, vice-prcsident du Conseil Nalional
de l'Ordre des mddecins, a pr6sente un rapport
important. Le professeur Paoli, secrdtaire ginc -
ral de la Muluelle chirurgicale des Bou.:hes-du-
Rh6ne, et M. Raymond )elly, Pr6sideii de la
O.C.H., a Bordeaux, ont lpr6sent6 un rapp :wt trrs
documentE sur I'evolution chiruirgicale (ontenl-
p)oraine.


La maladie des cafeiers pourrait Otre enrayee

Le professeur Roger Heim a atlird, hier, I'at-
tention de l'Academie des Sciences sur la cala-
mitW naturelle qui (dcime actuellement une
grande parlic des plantations de cafdieis dans
l'Afrique intertropicale, nolamment danzs l'Ou-
hangui et dans le Congo belge et jusqu'In C6te
d'Ivoire.
Deja quarante pour cent de ces plantations
auraient disparu.
Le professeur Roger Hcim a pu detrirniner
que cette affection est due h un champignon
microscopique qui provoque l'applexie des ar-
bres.
MM. Heim et Saccas estiment pouvoir enrayer
cette maladie par une selection des races :u d'in-
dividus plus resistants des rafCiers. C'est a quoi
ils s'emploient actuellement.








La situation de la Flotte de Commerce Francaise

Selon le; statistiques 6tablies par les services
du Ministire de la Marine Marchande, la flotte
de Commerce franeaise conmptait en service, au
1" septembre dernier, 685 units d'un tonnage
iotal de 2.896.348 tonneaux. De plus, huit uni-
tis, soit 4;;.997 tonneaux, 6taient en course de re-
construction. Enfin, 114 balimients, soit 715.295
lonneaux, sonl acluellemnent en construction
tdans les thauniers naval, plant en France qu'a
VItranger.
Au 1" eptelmbre 1939, la flolte comprenail
670 navir',s jaugeant au lotal 2.733.633 Lon-
neaux.

Le Congress national des etudiants
d'origine Malgache

Le 4' C( ilgres National des etudiants d'origine
malgacl e a ])ris fin le 10 septembre par une
soiree org inise :iau Palais tie la Mutualite oil il
avail lentu ses assists.
La derniCre journey de tlravaux avait Mte con-
sacrce ii ( es ei'unions de cominissions : Finan-
ces, voyages eol 6cihancges, thsoinls mat6riels et
sociaux, presse et information, sports et loisirs.
Diverse:. resolutions oni i16 adol)ptes deman-
dant nota:nmenlt le d6vclopiinent dte l'cnseigne-
nient hi Iladagascar, l'augnicnlalion du nombre
des Iouiiriers, notammoent des hourises techni-
ques cl ( es changes plus nomlhreux entire la
France cl 1'6tlranger.


Remisi.: en service du cargo < San Jose >>

Could ec 1943, pendani la caiipagne d'Itllie,
renfloue At recmis en 6cll atux Chiantiers de la
Spezzia, l' cargo << San Jlos >', de lai Colmpagnie
d(in6rile rransallantique, va reprendre son ser-
vice sur la line de Sainl-Pierre-et-Miquelon et
Ic Canada.
Le < S:in Jose >, d'une jauge rule de 6.013
tonneaux, long de 136 m. 32, d6place, en charge,
15.533 to:mes.

L s products francais d'Outre-Mer
a la Foire de Cologne

A I'oc vision de l 'ouiverture de la Foire d'Au-
loilne, i ne journey 6conolmiqule franco-allo-
inaiide a:iilt 16 organise lhier al'in de souligner
le faith (| ic la France pariicipail pour la pre-
lmicre foi depuis la guerre La une manifestation
de ce gellre en Allernagne.
110 firines sont representles an pavilion fran-
cais. L'()ffice algdrien d'action dconomique et


louristique, I'()ffice Chirifien de control et d'ex-
portation, et I'Agence de la France d'Outre-Mer
y pr6sentent des echantillons de !a production
locale : vins, prinieurs, fruits, huile d'olive, con-
serves de sardines, lapis et tenures, cuirs ma-
rocains, objets de fabrication arlisanale, etc...
Unc ddlegatioin lraniaise, presided par M. (Gas-
ion Cusin, Secrtiaire g6ndral d(u (Comni Econo-
iniquc interminis6lriel, rcpr6senaint M. Robert
Buron, Secretaire d'Et;l aux Affaires Economi-
ques, Ctail e6tait venu spL6cialeneni par avion a
Cologne A cette occasion.
La ddldga[ion C(.)ni|)rnpaiiioit lnaiinaent NI. Leo
Hainon, senaleur lic la Seine, M. Gaston Tessier,
President g6ndr ll de la C.F.T.C., NM. Kunix, di-
lecleur de canine! diu Piresident du Conseil Eco-
nomique, represelntii; MN. Leon Joihaux, M. Ro-
bin, adminislraleur g6'"n'ral de 1'Office du Niger,
M. de Carbon FIlrrii'r, dircleur *g6n;ral (d la
Compagnie Frnll :iso (des texliles coloniaux, des
rep)rsentants de !'Office dc Tunisie, de I'O.F.A.
L.A.C., etc.
Des minislres :lllemlilmis du go(uverneCinnt fd-
diral de ]'Allemagnc (de I'O(ucss eCl du gouverne-
mient de Rlhdnainie-Nwrd-Westphalie, (td hauls
fonctionnaires et Its in duslri.ls et coinmercants
allmnands, partliipaictii aux inl:lifestalions qui
ont marqu6 ccile journic an course de laquelle
des discours ce d(s allocutions ,iout edc prononc6s
par le Vice-Chal(elier x on Bliichcr, AI. Ludwig
Erhard, ministry fl' drai de l'Econoinie, Ic I)r
Schwerin, preminir bourgnmsire de Co,)logne, M.
Gaston Cusin, NM. *,\rnind l''Haraid, represenlanit
M. Francois PI'ncL't. Haut Conunissaire de
France.

Academie des sciences coloniales

L'Academie d(ls sciences cloniailes a tenu
seance, Ie vendrci di 15 seplemlbrc, sons la prd-
sidence de M. EFnilc Iuriilhoinnme.
1.En ouvran: l ia s:,ance, M. Ie lPrsiden a faiit
parl du dlces d.i (;ouverneulir lhonoraire Robert
Arnaud, connu co(nin' ,6crivain colonial sous le
pseudoniyne de Hoblerl Randaii.
IM. Ic SecretIlaire irpc'ltuel a fait piar a ses
confrres ties cviOncr'iints intdirssant l'Acaddmie
surveniss (Ili la dtCrniioere reunion de juillet,
il a signaled entre .lutres I'enrichisseinent de la
blil)liothique par in important don de Mine
Henri (ourdon.
L'Acad6idic a ciuhdi un pr.Ilijl de tlre it
ntdresser a;u (;OciUniV'lienC! ( ('n conclusion des
Iravaux dtc h C(om iission (Iui'elle avail institute
aiu course de sa reunion dln 21 avril )1950 pour
orinuler des p'opositions do' m:difications h ap-
porler ;iIx l irai-nri>'l s de la Consliltution con-
cernain Il'nion Francaisc.









V


NOUVELLES D'OUTRE-MER


ETATS ASSOCIES D'INDOCHINE


Haut-Commissariat de France
AprLs son arrive h Saigon, de retour dte
France, Ic 29 aottt, le Haut-Commissaire Pignon
a tenu le 1" sepltembre, une importance conf6-
rence de press au course de laquelle plusicurs
questions furent ahordtes.
Le Haut-Comnmissaire a tout d'abord dclar6 :
< Jc puis affirner que Ic gouvernelment frangais
est fernmement ldeidd dlfendre l'Indochine >,
et a indiqui quec des indices surabondants lui
permcttietnt d'avoir la certitude morale qu'il
existait une collusion entire la Chine de Mao Ts6
Toung et Ic Victminh, particulibrement h la
fronti're Nord du Vietnam, mais qu'il n'avait
pas 6td possible de r6unir, jusqu'h maintenant,
des preuves mal6riclles suffisantes pour soule-
ver la question (levant les instances internatio-
nales.
Parlant de la livraison des arms amiricaines
a l'lndochinc, MI. Pignon a annoncd qu'elle ne
serait pas ralenlie en raison des dv6nements do
Corde. 11 a rappeld que lcur repartition 6tait
confine it de hauls comit6s militaircs composes
dc rcpr6scntants de la France ct des Etats asso-
cies, qui ont pour charge dc 1'assurcr <: en vue
du developpemcnt et de la valorisation des
armnes naltionales >. il s'est cdelare d'autre part
favoralles a des rencontres centre commandants
en chef minricain, l)ritannique et francais dans
]e Sud-Est asiatique.
Le Haut-Coinmissaire a fail savoir ensuite que
c'6tait sur la requte des plus hautes autoritEs
des Etals associ6s que la demand d'admission
a I'O.N.U. du Vietnam, du Cambodge ct du Laos
avait etc ajournec.
Enfin, au sujet de l'echange des prisonniers
ct des interns, Ic Haut-Commissaire a indiqud
que les lists taicnt, actuellement, dtablies de
part et d'autre.
Le Haut-Commissaire L. Pignon a inspect, le


17 seplembre, les posies de defense de la Riviere
die Saigon i- hord d'un dra'gueur de la Marine
en compagnic de I'Amiral Ortoli, commandant
les Forces Maritimes d'Extrime-Orienl. 11 s'est
rendu par avion I Hanoi, le lendeinain, en
einie temps qule le g6nral Carpentie', qui ve-
nlail d'inspecter depuis le 11 septembre les c6tes
de l'Annam, y comprise les bases de T.urane et
(Calin'anh et les iles Paraccls.
,Le genera! Carpentier a inspect les L:arnisons
dte Ianigsoln le Cohbang, pui, en comlpgnie du
Ha ut-Comnmissaire, cell de Laokay. M. Pignon
s'est Cgalement rendu h Phu-Lang-Thuong et
Bacninh.
Avant de relourner i Saigon, le Haut-Commis-
saire i prdsidd, le 21 septembre, une important
reunion politico-nililaire a laquelle a ,sistaient
les gendraux COrpcntier, Alessandri, \Marchand,
Ie gouverneur Bonfils, conseiller politique du
Haut-Coininissaire, et leurs principaux collabo-
raleurs civil et militaires. II a 6l1 proc'dd a un
large tour d'horizon de la situation politique ct
militaire du Nord-Vietnanm, i la lumiire de la
conjoncture actuelle.

Question des otages et prisonniers de guerre

)2 interns civils francais (7 honunes de 29
ai 65 ans, 21 fcnines de 20 A 67 ans, 23 infants
(le 4 at 15 ans), d6tenus dans le sccteur de Tuyen
Quang (Nord-Vietnam), depuis d6ccmbre 1946,
out tid! remis en liecrt6 par le Victinmh. Con-
duits jusqu'aux :vant-p)ostes franco-vietnamiens
de Sontay, ils ont et transf6drs a Hanoi le
16 septembre. Ils sont lous impalud6s et dans
un grand dtat de fatigue par suite des dpplace-
ments frdquents qui leur 6taient imposes. Selon
leurs declarations, 42 de Icurs compagnrns sont
morts par suite du manque de m6dicainents et
des privations.







7 l6gionuaires prisonniers onut 6t libc6rs pres-
que simultinement par le Vietiuinh.
Le Haut Commandement francais a immidia-
tement relich6 et reconduit a la limited de la zone
vietminh 59 d6tenus Vietnamiens, qui avaient
dtc pris les marines ii la main ou avaient fait par-
tic d'organ sines lerroristes. Sept de ces d6tenus
ont refused de regagner la zone vielininh et ont
dii etre reiuplaces par sept autres prisonniers.
Le 20 slepteminre, une nouvelle enlrevue a cu
lieu au ha,- de Te Ti6u, au sud de Hanoi, entire
ddligation n franeaise ct vietnamienne, pour
poursuivre les pourparlers en vue d'un change
des prisorniers et otages. Une nouvelle ren-
contre a -.6 fix6e au 1'" octobre.


Messages aux interns

Le Haut-Colnmissaire de France, en accord
avec le mi listre d'Etat charge des Relations avec
les Etats : ssociWs, a dcidi de tenter de cr6er
une liaison au moyen des anlennes de la station
Radio-France Asic avec Ic concours de la Croix-
Rouge fraicaise.
Pour coimmencer cl h titre d'essai, deux emis-
sions helbtomadaires de quinze minutes chacune
scront or4anisdes, an course desquelles seront
diffusds h s messages 6innant des families de
prisonnici s ou interns. Les messages A diffuser
doivent 6 re envoys, sous envelope fermde, i
I'adresse ..uivante : M. Ic D616gu6 g6n6ral tie la
Croix-Rouge frananise pour I'lndochine, 2, hou-
levard No iodoin, Saigon.
Is doivent comporter les noIm, pr6noms ct
adrcsse d( l'expcditeur, ainsi que les noin, prd-
nonls, qu.dlite ec dcrnibre adresse connue de la
personnel a laquelle Ic massage est destined et
don't on d6sir oltenir des nouvelles. Chaque
message loit Wi1re linilt6 i vingt mols de text
non conpris les renseigneiiiens ci dessus
indiquc's.

D6placements officials

M. Aeschlilmann, d6elgui de la Croix-Rouge
international pour le Sud-Est asiatique, est
nrrive i Saigon Ic 2 septembre, pour un sejour
en Indoc!hine n6cessitd par les questions ressor-
tissant a sa competence.
Le !:ontre-amiral Rebulfft a 61t d6sign6, a
la date du 9 septembre, pour exercer les fone-
tions de commandant de la division navale en
Extrnme- Orient.
Le 6dneral Alessandri, de relour de France,
a repris *cs functions de Connmissaire de la Rd-
publique dans le Nord-Vietnam et de Commnan-
dant d( ,a zone d'opcrations du Tonkin.


Questions communes aux trois Etats

Conference Inter-Etats de Pau

Le 1' septeinbre, les declarations du Vietnam,
(du Cainbodge, du Laos et de la France, rdunies
en saunce pldniLre, ouit adoptl un in ojet relatif
a I'6lablissement d'une convention de principe
sur I'utilisation (t I'exploiltiion idu port de Sai-
gon. Ce-te convenii n, esl coinpl)i ienaire a celle
relative a In NaIvi.;gation sur le Mlkong adopt6e
prcdedem enlt.
Le project sur Iequel les dedlgations se sont
miises d'accord pr]voit nolainmeni :
I'6tablissemnent de conventions Iilal6rales
a passer ulltricurement el simultlandment par le
Vietii;in avee le Ca(nbodge, la France et Ic Laos;
Sl creation d'un oIrglanisine (dot6 te la per-
sonnalit civil, jouissant die l'iutlonomic finan-
cire el administrative el dont les slatuts seront
proimullugtus par l \Vietn:n, lqui assurera la ges-
tion et Ie d6veluppcicen du ])ort de Saigon.
La direction de eel organisine sera assure
par un Conseil d'Adlminiistration, presitd par un
Vietnamien.
Le Conseil d'adliniisralion statue, ldlihbre
et done son avis sur tout obljet concernant 'or-
ganisme (qui assure l gestcion des biens et des
resources du port; slaluc. noliniment, sur les
r6gles de rpartliin des zones ns parilires, I'orga-
nisation g6n6dra!e inidrieure du port, etc...; ddli-
bere sur les r6gles Iellni(ques.de navigation, cir-
culation et statiocneinmnt dans le port; sur les
travaux et modilications (ans les ouvrages du
port; donlle son avis sur les sanctions corres-
pondant aux inl'ractions aux reglemnents tech-
nilues, rtiglennts de police, organisation male-
rielle des services' de douane ians les limites du
por1 tce...
Les (dli)irations du Conseil (d'dmiinistration,
concernant les points sur lesIucls il slltue d6fi-
nitivmlenIt, sont raniismises a un Comnissaire
du (iouvernemeni, design plr le goouvernemennt
du Vielnam, el deviennent ex6culoires, soit par
un avis td nir oppoosilion, soil a I'cxpiration
d'uln d6tlii de ( Iqinze jiours.
L'annulalltion ils d(lirialions du Conseil
d'Admninistration doit faire I'oljct d'une deci-
sion molivce. II cst ip ssible, pour touie personnel
plhysi(Iue oin inTrale. resslortissant de I'tlnion
Fr'ane:ise, auntre (que vielnainienne, d'avoir re-
cours utin trilti;i! adiniistirati'.
En ce qui con'cernce le (aeininblodge et le Laos,
le Conseil d'adt! inistraltion til port aflectera un
scteur l)articulier el I'usage de cerlaines instal-
aItions al Itrafic s'efct'luanli en transit It desti-
natiion oil n ipn rvena ince de ces (deux pays.







Les forces miliiaires td loutle nature de
l'Union Fr:inucisc jouiront dn plein :acw' cl ide
i: libre utilisation du port.
Apr"s I'adolptiin de ce project, la Conferencec
inter-Etals a continue ses travaux par I'examcen
des questions i I'ordre du jour, ti savoir cells
concernant les tdonanes ct le cominerce exlt-
ricuir.

L'aide militaire americaine

Le 6 septeinbre, i Saigon, a en lieu la reinise
olficielle, par M. Donald Healli, ministry des
Etats-Unis, aux autoritis vietna icniees, de la
premiere fournilure dll e i materiel militaire ain)-
ricain. Le 12 a eu lieu Phnomn Penh une cCre-
mnioic analogue.
80 5 du n:atriel de cclle nature variess, nu-
nitions, v6hicules, etc...) ddbarqud en Indochine,
sont rdseryvs aux arines nationals des trNis
Elats assocics.

Relations diplomatiques

Apris changes de vues entire l (Goulverne-
inent britanniiquc, les (Gouverneinents des tr'ois
Ealts associes, et les ulos orildis e l'Union fran-
caise, i'agrcinent a te donned it a transforma-
tion du Consuil.:t gL.nral de (Grande-BreClgne en
Indochine, en uine Ldgation instituCe aupres des
trois Etals associ6s. M. Gibbs, qui occupait d6ej
le post de Con,;ul gtndral I riwitnnique A Saigon
avec rang personnel de Ministre, occul)era ce
pose de Minis'te :lulpri s des Etias d'lndochine.


Gouvernement Central du Viet-Nam

Activit6s du Gouvernement et Chef de I'Etat

Apris avoir conFler, ie I" septeinbre, it
Cannes, aivee le Pr6sident Trlin van Hui, S.M.
Bao Dai s'est reindue, accomullgnde de l'Iin)1e-
ratrice Nain Phluong, it Rome, oni le 3 septeminlre
Ic souverain a ca unt entretion av ec Ie conlle
Sforza, ninistre italien des Affaires Etrangbres.
Le lendemain, 'cmnipereur el I'iimpdratrice onl
Wte recus en audience officielle par S.S. Pie XII.
Le 6 septenbre, S.M. Bao Dai 6tait de retour
a Cannes.
Le pr6sidcnl Tran van tHu, de son cole, s'esl
longuellent entretenu avec le ministry d'Etat
charge des reintions avre les Eltls associ6s, le
5 septembre.
Les 16 el 17 septembre, Ic president du
Conseil vietnamien a confMrd avec MM. )Duong
Tan Tai, ininistre des Financev;, Hoang (utiCg,


ministry de I'Ecnooiie nalionale, l.T Quang
Huv. Ministre des Trrivitsti Publics, e Trin van
Tuyen, secretaire d'Etat At Pretsi..ence do
Conseil. venus de Pau pour It tenir a. courant
de l'(t;t (Ids tiravaux de la Colnfrencle inter-
Etats.
M. Tl'r1 van Hiu a ensuite Ic, les 22, 23 et
24 seplembre, iune srie d'entretiens :wvec des
personnalitis gouvrnemnientales franct ses. 11 a
Rt6 recu successivemnenl par M. RlTen MIayer, Mi-
nistre tie la Justice, M. Max Lejcune, ,secretaire
d'Etat aux Forces arindes, et M. Lelournenu,
Ministre d'Etat charge des relations avee les
Etats associ6s.
Le 20 septlembre, M. TrLin van Huu s esl rendu
a Cannes, oft le prince IBu LIic I'av:i Il c'edtd,
pour rencontrer S.M. Bano Dai, ei est ev\enu i
Paris le 1" octotre.
A Dan-Lo, dans le secteur de Hu' (Centre-
Vietnamin, n passation nuix forces nationals
vietnamniennes de la defense du sois-secteur
nord de iHu a en lieu le t1 spteiiibre.
L' Ministre de 1" Sant6 (in Vitlianin a
aninonicd I':linission du Vietnam coin ai mieni-
bre de 1't'nion Inlernalionale conire le cnllcer.
-- M. Ntguyen D)uy Thanh, charge d. mnissioin
par le goiivernement vietnainien aupr;is des
gouvernements de l'Union Indienne et dll Pakis-
tan a qu ill Saigon Ie 3 seplicmbre.
-M. TrAn van Kha, counseiller d(' I'Union
franchise, renlrant an V\ietnan renti' compile
de 'a'tivild de la delegation vielnaiienne ai
l'Assenihl6e de Il'Union I'raniicise, est relt ih Sa:i-
gon du l' ain 24 septembre.

Ralliements

Le 27 aout, plus de 7(10 Vietnamiens, en imn-
joril calithliques, sont arrives en I: rques 'i
DI)ng Hoi (Centre-Vietna n), fuynt aI i zmne viet-
niinh de Hatinh et Quang Biinh. Un second
gropue dei 104 personnel a rejoint Dong Hoi
que(iiues jours plus lard.
Dans Ie Sud-Vietnam, 3111 VietnalniL ns don
150 en ;ge dc porter les arines, sont venus se
inettre sous la protection d'un I oste d la pro-
vince de iin Hoi.


Le Viet-Nam a la Conference Internat onale
du Pacifique a Lucknow

M. THAN VAN 'TN(i, dcrivain vietnainien,
qui a public, rdeemment, un livre intitu < : < Le
VIET-NAM FACE A SON I)ESTIN >, a 6te d&-
sign6 conune representant (du Viet-Nam i la 11'
Conf!c;rence inlernationale Icde I'nstilut les Re-







churches ut Pacifique (Institute of Pacific Rela-
tions I.P.R.), qui se tiendra a Lucknow
(Inde) en octobre. Celte conference qui r6unit
tons les deleguds du Sud-Est Asiatique ainsi que
ccux des Elats-Unis, de la Grande-Bretagne,
traitera Ie th6lne suivant : Les nationalismes
dtins 1'Asi, dui Sud-Est i.

Nord-Vietnam

Le Goiverneur Nguy6n Hun Tri a visild
1'Ecole des Cadres des Forces suppldtives viet-
namienne sous la conduite du colonel Capber,
charge d3 l'organisation des forces vietna-
miennes mi Nord-Vietnam. II a td vivementl
frapp6 p-r les progres r6alis6s par les jeunes
cadres vi tnamiens sons la conduit de leurs
moniteurs francais ct vietnamiens.
Cent cir quante l6ves officers ct sous-officiers
de l'Ecole des Cadres ont particip6, le 22 sep-
tembre, I des manoeuvres en rase champagne
avec coin!)ats simulds, au sud-oucst de Hanoti.
A I'issuc de ces exercices, les experts presents
ont soulind6 la parfaite aptitude des futures
cadres vi tnamiiens A utiliser le terrain.
.- L'ase routier < Hanoi-Namdinh >, par
Phu Ly, impraticable depuis decembre 1946, a
eti rouvce t i la circulation le 1" septembre.
Le ,ouverneur Nguen Hun Tri a remis, It
15 sepleribre, a l'agent consulaire de 1'Inde it
Hanoi, u le some de 5.000 piastres destin6C
aux popu nations sinistries de l'Assam (Indc).


Centre Vietnam

Une grandiose c6remonie s'est deroulde Ie
27 aofit i` Hu& h l'occasion du second anniver-
saire de 11 formation de l'arm6e national Binh Doa >>. 40.000 personnel 6taient iprsentes
et ont a:ssist6 A une important revue des
troupes iet Binh Doan.
M. Nguy6nI Khac Ve, president du gouvernc-
nent int'rimaire, le general Lorillot, commis-
saire de a 1Rpublique, le gouverneur du Nord
Nguyen -luu Tri, les ministres Tran Quang
Vinh et L'inh Xuin Quang, M. Nguyn van Tiinm,
directeur de la Sfirete genirale, ainsi que le
Nonce apostolique, 6taient parmi les personna-
lites preientes.


Au course de c-tti' e(r6niionie. le gouverneur
Phan van Giao, receinmment noiiiin Inspecteur
General des Forces Vietn miniennes, a recu les
insignes du grade de gindcral, entoure des tffi-
ciers Viet Binh Doani; il a pri'( seriment et jurt
fiddlite nu gouverneniernt national du Vietnam.


Cambodge

Le Conseil du Roynume ai enu une nouvelle
session i computer du 15 scptcmbre.
' Le 18 septemlbre, S.M. Norodom Sihanoulk a
lu devant cette Assenible une declaration insis-
tant sur la nccssit6 de proc'lder dans de brcfs
delais a l'~dection d'uine nouvelle Assemblne Na-
lionale (en remplaccincnt de celle qui a dt6 dis-
soute l'an dernier). Mais, se rendant aux ar.:it-
cents de la pluip:rt dies parties poliliques ct des
gouverneurs de province canmbodgiens qui esti-
ment impossible de proceder i des elections
normalcs, en raison d(e l'inscuritc de certaines
provinces, le Soiiverain a 4dcid6 linalement de
reserve cette question.
Les << Maisons de France > de Batlltmbang
et de Siemreap ont W6l remises aux autorites
cambodgiennes, respectivement le 21 aoi et le
13 sepcembre, par le Commissaire de la Repu-
blique De Raymond, en pr6,sence des iiembres
ldu government camibodgien.
S.E. Tepl Phan, dt6legui royal ai Sicer6ap,
demissionnaire pour raison de saunt, a did rein-
place a cc post par S.E. Huy Mong.
S.A.R. le prince Monipong, president du
Conseil du Cambodge, a quillt Saigon par avion
le 3 septembre, ai destination de Pan, en compa-
gnie de S.E. Chheam Vam, ancien president du
Conseil, S.A. Sisowall Sirik hMatak, directeur
des Bureaux :i Miniisire de 1'Intericur et
M. Sam Sary, Direcieur des Al'aires Econo-
miques et FinanciLres i la Pr6sidence ldu Con-
seil. Le Souverain assurera personnellement la
direction du gouvcrnemient pendant le sijour en
France du prince Monipong.

Laos

S.E. Phouy Sananikone, President du Gouver-
nement laotien, (t S.E. Outhong Souvannavong,
de retour de la Conference de Pau, ont regagne
Vientiane e e 18 seplembre.







INFORMATIONS MILITAIRES


Le mois de septembre a &t6 caractrise par une
nette recrudescence de l'activit6 militaire, en parti-
culier dans Ic Nord-Vietnaim.
Au debut du mois de septeimbre, dans la region
du delta du Nord-Vietnam, enlre le Day et le Fleu-
ve Rouge, an course de plusieurs jours d'oplrations,
les rebelles ont subi des certes s6ricuses en homes
et en armement. La population, que les Vietminlh'"'
avaient 6vacube de force, a regagni ses villages.
Au Nord de Phu Thlo, recemnnent libh6r des Viel-
minh, d'autres operations out permis de detruire de
tres importantes installations (fonderies, usines
ateliers d'armemcnt) ct le recuperer d'enormes
stocks de toute nature.
Le poste tie Dng Khli, tenu par 200 16gionnaires
et quelques suppl6tifs, situ It mni-cliemin entire Cao-
bang et Langson, a etc attaqu6 dans la matinee d(n
16 septembre par 5 bataillons vietminh armss de
4 canons de 75 m/ia et de nombrcux mortiers
lourds, et don't tine partic ;vait eti nouvellement
armee en Chine. Apres 48 Ilt'res (l'utn combat hl6-
ro'kfue, ialgri l'incendie des bfatiments, tandis (it
l'appui de l'aviation franicaise 'tait ginnd par un tir
de D.C.A. adverse, la igarnison a :t1 submergee p)ar
Ic nom)bre. Toutefois, un officer, un sous-officier.
huit l6gionnaires, ct 20! sutpletifs, out reussi re-
gagner le post francais de That Kh.i.
D'autre part, Ic post de Pakha a 6t euvacu6, Ic
25 scptembre, en raison des difficulls rencontrses
pour assurer son ravililll'ment.
En riposte it la prise te I)Sng Khl, les troupes
francaises, dans la nuit du 29 au 30 septembre, ont
commence i partir (du delta tonkinois ine offensive
vers Thai Nguy0n, capital du Vict-Minh dans la
moyenne region, it 65 kms an N.O. de Hanoi. Trois
colonnes se sont fray& unn chemin vers cette ville,
soutenues par I'artillerie, l'aviation et les canonni&-
res, en affrontant un violent typhon. La colonne
central, coinposbe de troupes nord-africaines,
s'est hcuirtee it la plus grande resistance stir les ri-
ves de S6ng Ko, it Hficp HIoa, i environ 20 kms au
sud de Thai Nguyen. Des parachutisles ont Wt1 lar-
guos an nord idlu poni fortifi ( de la ville, une here
avant l'arrivue des avant-gardes des colonies prin-
cipales ; apris des at;aques conjuiguies, nos troupes
se sont empar-es de Thai Nguyin le 1''' octobre. Un
certain nombre de prisonniers, parmi lesquels 13
femmes en uniforms du Victminh, ont &t6 fails
prisonniers et des armes ont 6tc saisies.
Cette operation (t'i a atteint son objectif en
moins de 48 hcures, a permits par la prise de Thai
Nguy&n de rompre le dispositif des positions fixes
du Vietminh dans le nord de l'Indochine.
Le 27 septembre, it bord de l'aviso Comman-
dant Amyot d'Inville >s, une explosion s'est produite


causant la mort du capitaine de corvette Aubin ct
d'un matelot. D'autre part ; le 12 septinbre, des
gardes-voies vietnamiens occupant 2 tour de con-
tr6le de la voie ferrbe Hanoi-Haiphong out attaqu&
les cadres francais et ont r6ussi i disparaitre en
important des armes ; 3 Frangais ct un garde-voie
ont et6 tuKs au course de l'engagement.
A IHaiphong, i la suite de la decouverte de tracts
incitant la colonies chinoise de cette ville a s'l1ever
contre < les activities des inmprialistcs iranCais et
aminricains en Indochine >, une perquisit on operee
dans une cole chinoise a permis la saisie die docu-
ments subversifs. Quatre Chinois, le directeur et
des professeurs de 1'6cole en question -, ont et(
deferes t la Justice.
Par ailleurs, la presque totality des cellules ld
Hlanoi du 3' bataillon du Vietminh, qui dirige l'ac-
tion terrorist clandestine dans la region, ont thI
decouvertes i la suite de 1'arrcstation par la surete.
ldu Nord Vietnam de Nguyen Duc Bang, cl ef du co-
init d'nction 98 du 3' bataillon du Vitmniih. GrTice
iux indications de Bang, la sCret6 : a rret plu-
sieurs de ses complices et saisi des arntms et des
munitions qui devaient etre utilisers au course d'ac-
lions terrorists dans les quarters nord d. Hanoi.
Dans le Centre-Vietnam, la situation est assez
came. On note en particulier que le nombre des
personnel ayant rejoint la zone sons con!.-cle fran-
co-vietnamien dans le centre du Vietnam, a atteint
environ (.000 pour ces derniers mois ct lque le
rythme des rallicinnts se maintient. Le seul faith
important de cette period est une operation entre-
prise dans la region de Quang Tri par los troupes
franco-vietnamiennes qui se sont emparies d'une
centaine ie jonques et de sampans scrvani au ravi-
taillement du Vietminh, le long de la banc.e c6tiere
au nord de Hue.
Dans le Sud-Vietnam, au debut du mois, une op&-
ration analogue ai celle qui s'est deroulie du 22
au 29 aofit dans la province de Travinh et qui a va-
lu au Vietminh des pertes sensibles, a ete menbe
autour de Xuyvn Moc (a l'est de Baria) da:s une r&-
gion bois6e difficilement accessible. Elle a permis
la destruction de plusieurs camps, atelier:; d'arme-
ments, d6p6ts de munitions, stocks de vivres, et la
saisie de nombreux documents.
Dans la province de Bentre, voisine de celle de
Travinh, une forte bande rebelle a Wt5 encercl6e et
a perdu de nombreux tu6s et prisonniers de nom-
blreuses arms individuelles et des caisses de muni-
tions et de grenades.
Au course de la derniere semaine du miois, une
operation militaire int6ressant les trois provinces
de Cantho, Vinlilong, Travinh, a amend la d6route
d'une importance formation rebelle qui a :erdu 100
tuWs et une centaine de prisonniers, et permis la
saisie d'ateliers d'armement et de stocks important
de riz.







L'activiti du Vietminh s'est surtout caract6ris6e
par des appeals aux actes de terrorism. A 1'occa-
sion de l'auniversairc du 2 septembre 1945, date A
laquelle Hi chi Minh avait proclam6 I'ind6pendan-
cc du Vietnam, et qui avait dt6 marque a Saigon
par le pill ige de nombreuses maisons d'Europ6ens
et 1'assassiinat de cinq Francais on Francaises don'tt
un prttre), la radio vietminh a multiplied ses appeals
A la greve g6ni6rale et aux manifestations spectacu-
laires ; et dans la soiree du 1" septembre, tes ter-
roristes la icerent 9 grenades qui out faith trois
bless6s leg rs. 11 n'y cut pas d'autre incident.
Le Vieti iinh avait ensuite d6cid6 de marquer le
23 septemlire, anniversaire de la reprise des Servi-
ces public: saigonnais par l'autorit6 frangaise, en
1945, par une recrudescence d'attentats a Saigon-
Cholon, nuis les services de s6curit6 vietnamiens,
ayant pris ties measures exceptionnelles a computer
du 15, en operant de nombreuses arrestations qui
ont ameni la saisie .d'une centaine de grenades et
de quelqui s armes, le 23 septembre s'cst passe dans
le came 1L, plus absolu. Ainsi, le Vietminh avait in-
vite la population a mnanifestcr trois fois en quel-
ques sema.nes a l'occasion d'anniversaires de dates
<< historiques >> de 1945 (19 aofit, 2 et 23 septembre),
mais ces : ppels resterent sans effet.
Au Can boge, au course du mois de septembre,
une opra tion men6e contre la bande rebelle du Bo
Dai Siwot a, dans la province de Kompong Cham,
a amene a destruction de ses camps du secteur de
Krauchmn r.
Une action de nettoyage a d'autre part 6t1 entre-
prise con're la bande du chef Tak dans le sectcur
de Battailbang.
Au sud cst de Svay Reng, un convoi de ravitail-
lement dii Vietminh se rendant vers la zone de
plantations de Kompsong Chain, a ete intercept
par les forces franoaises et a perdu 5 tubs, 14 pri-
sonniers, et un important materiel de tout ordre.


Dans la province de Kompong Thorn, une bande
Issarak a 6t6 accrochte et a perdu 5 tu6s et de nom-
breux bless6s.
Toute 1'activitr militaire s'6tant concentr6 du
c6te du Nord-Vietnami, le territoire laotien est
demnur6 caline pendant cette period.







AFRIQUE OCCIDENTALE FRANCAISE


Federation

M "M. J.N. Plakies,
SConsul Gn6eral
les\ A des Etats-Unis
b Dakar

Lf, J. N. PLA-
*, KIES a gtd
S1n o in m
Consul Gbndral des
Etats-Unis d'Amiri-
Sque A Dakar, h comp-
ter du 11 septembre
1950.
AM. Plakies a pris un premier contact a;ecc
les autorit6s civiles, militaires ct religieuses de
IDakar au course d'une reception offerte au Con-
sulat gindral par M. P. N. Jester, l'actuel Consul
g6ndral.
Ie Gouverncur Chambon, sccr6taire gEndral,
les g6ndraux Astier de Villate et Borgnis-Des-
bordes, et l'ensemble du corps consulaire assis-
taient notammnent A cette reception.


Le Gouverneur General Bdchard
recoit la M6daille Adronautique

Un dicret a attribud la mi6daille adronautique
ai M. Paul Bichard, Haut-Conunissiirc ide
France en A.O.F.


Retour de I'Archevaque de Dakar

Mgr Lefehvre, ddlegut apostolique pour les
missions franchises d'Afriquc et archcv(liuce de
D)akar, est rentr6 dans la capital de l'A.O.F.
nprss une absence de plusieurs semaines.
Mgr Lefebvre a particilp, notammient, avec
de nombreux catholiques d'A.O.F., aun pLlerinage
a Romne de l'Annde Sainte.


Les pblerins d'A.O.F. pour la Mecque ont quitt6
Dakar

Les deux cent quatre-vingt-quatre pl)lerins d'A.
O.F. qui pourront, cette ann6e, effectuer ce
voyage de La Mecquc, se sont emnbarquds, le
26 aofit, ai board du << Banfora >>, qui doit les
conduire Zi Casablanca, oif ils rejoindront les
autres futurs Hadjis, einbarquds sur le < Pro-
'idence >>.
Le Gouverneur Cliam!bon, Secr6taire Gndriil,,
a assist i la monte h bord des pilerins. Dans
une court allocution, il a rappel les efforts du


gouverneiment francais et du Haut-Commnissariat
pour permettre, chaque ann6e, a 'de nombreux
nusulmans de remplir cette prescription du Co-
ran et leur a adress6 ses voeux de bon voyage.


Les Missions Hydrographiques
de la Marine Nationale

Apris une longue mission dans le Solouml, le
batiment hydrographe < Beautemps-Beaupr6 >
vient de sojourner un mois h Dakar.
II est r6parti, le 23 aoit, pour une im:.ssion de
longue dur6e au Cameroun. Avant d( rallier
Douala, apr' s une breve escale i Conakry, le
< Beautemps-Beaupr6 > sejournera trois semai-
nes i Abidjan, oil il effectuera des levees hydro-
graphiques dans la lagune, apportant, ainsi, la
contribution de la Marine Militaire a l'essor du
grand port de la C6te d'lvoire.


Le montant des advances, non encore rembours6es,
accordees aux communes de plein exercice

Scion une rdponse du ministre de la France
d'Outre-Mer a une question ,crite de M. Ldo-
pold Sedar Senghor, dleput6 du Sdnigal, le mon-
lant des subventions, accorddes par Ibo ind.'et
local aux communes de plcin exercise :.u Send-
gal, s'61lve, pour les ianndes 19-48, 1949 cei 1950,
a 290.00(0.0)()0 de francs c.f.a. Les avarces, ac-
cordces a ces mniies commuinnes )pe: ant les
meimcs ann:ies (dlpcnses supportdes par le bud-
get local h charge (ic reinbourscment par les
communes au titre de police, incendic, petite voi-
ric, ravitaillement), s'cdlvent h 165.447.089 fr.
c.f.a.


La position de MM. Ousmane Soce et Senghor
a I'6gard de la proposition de creation
d'Etat-Unis d'Afrique

M. Diop Ousmane Soce, membrce de la ddlga-
tion franchise an Conseil de 1'Europe, a .ccord6
une interview a la press locale pour p)reciser
sa position en face de la proposition du d6putd
travailliste britannique, M. Mackay, der.andant
la creation d'Etats-Unis d'Afri(iue.
< Pour qu'une proposition soit recevable au
Conseil a-t-il dcclard il faut qu'cle rdu-
nisse dix signatures. Mon collbgue Senghor et
inoi-mime avons recu, d(e Londres, dcs lots de
til6grammes nous demandant d'app)uyer la pro-
position de nos signatures ct de tout fair pour
qu'elle vicnne en discussion.






> Nous nous sommes concerts, car, si nous
avons des droils, nous citoyens francais, il n'cn
est pas de menie de tous les habitants des ter-
ritoires africains.
>> Moralement, en face de leur sort, nous
n'avons pas Ie droit, en tant qu'Africains et
Francais, ile refuser noire appui, d'autant moins
que nous sommes partisans d'une elnancipation
politique e e l'Afrique.
> II nous appartenait de fair venir la propo-
sition dcxant l'Assembl6e afin que nous puis-
sions pr6ciser, nous, Africains francais notre po-
sition en tant qu'elus africains, mandates par
des Africins francais.
> Alors nous dirons a M. Mackay : < D'ac-
cord, faiths l'dmancipation de vos possessions. >
Et nous :ijouterons que, lorsqu'on parlera de
fair des Etats africains, nous nous en tiendrons,
en ce qui aous conccerne, i I'article 75 de la cons-
titution d2 1945 que nous avons vote et que
nos citoy(ns ont approuvee par referendum.
> Aux terms de cel article, les territoires
d'Outre-Mer de l'Union Francaise ont, pour vo-
cation, de devenir, un jour, des Etats associ6s
a la France.


Sen6gal

La dpo:uille mortelle de M. Galandou Diouf
repose a Saint-Louis

Apres a manifestation, qui a eu lieu I Dakar
lors de I arrive de la d6pouille mortelle de M.
Galandou Diouf, ancien d6put6 (du Sendgal, des
cedrdmoni 's analogues se sont d(roulees it Saint-
Louis, en presence de M. Wiltord, gouverncur du
Sdnegal; Terrac, gouverncur de la Mauritanie;
Ousmant Soce, s6nateur du S6ndgal; Djim Mo-
mar Gueye, conseiller de l'Union Francaise, et
de nombreuses personalities. A I'issue de la c6-
rdmonic 3fficielle, 1'inhumation a eu lieu au ci-
metibre de Guet N'Dar, oft M. Galandou Diouf
ddsirait i cposer.


Modernisation de la police de Dakar

Les se'-vices de la police dakaroise ont 6quipe
six voitures radio permettant, ainsi, des liaisons
rapides !ntre les diff6rents seccteurs de la ville
ct le Colmmissariat principal.

L'ac;ivift du service des travaux publics
du Senegal
En pl is de son activity permanent normal,
le Servi(c des Travaux Publics a port, en 1950,
son effo'-t sur la r6alisation des programmes qui
avaient ,t1 pr6vus aux diff6rents budgets.


Le Service des Travaux Publics a travaill6, en
1950, sur trois budgets : budget FIDES; budget
general; budget local.
Voici les plus iimportantes rdalisations :

I. -- BUDGET F.I.D.E.S.

L'exercice 1949-1950 du plan F.I.D.E.S. a et6 entierement
engage avant le 30 juin 1950. Le montant des engagements
s'est elev6 A pres de deux milliards et demi de francs
C.F.A. L'effort a porle, tout particulierement, sur quatre
groups de travaux bitn distincts.
a) Mission d'amninagement dt Sdnagal. Le easier expe-
rimental de six cents hectares est, maintenant, en pleine
exploitation. Les semis out etC r6alis6s dans d'excellentes
conditions et on s'alteud a une tres belle recolte en novem-
bre prochain. La geslion du easier sera confine, des la fin
de l'ann6e, au Service d'Agriculture.
Les travaux se poursuivcnt sur le easier de six mille
hectares. Le prograilmme de terrassement (canaux et drains)
sera prochainement acheve..
b) Programme routier. Le programme routier du S&-
negal est, maintenant, lance en totality. Les Entreprises
sont, partout, a pied d'ceuvre ct pertains chantiers ont, d6ja,
nettement d6passe le stade d'organisation.
Rappelons que cc programme conprend :
Route (ayar-l'out ................. 18 kilomntres
Route Diai Niayes-Kaolack ........ 157 >
Route Thies-Saint-Louis ............ 183 Y
-Route Kaolack-Ziguinihor .......... 212 >>
Soit, au total, 6100 kilombtres de chauasecs litlumnes eu
six metres de larger.
En dehors de ce programmed, d'autres travaux sont en
ours ; citons, en pirticulier : la traverse du Rufisque ;
la route Kaolack-Naffrine > (62 kim.) ; la route << Tam-
liacoiunda-Koiundura (150 kIm.) ; le point de (;ouloumbou
(150 Iimtrcs de port'!() ; le point snr la route < Dagana-
l'odor (21 m. ct 42 in. ie pIortle).
re Prograimme hyd-racliqiue. Uni effort a 6t6 accompli
pour ameliorer les conditions d'alimentation en cau potable
des villes et des cnlres desherit6s du S6n6gal.
Les alimnentations en anu des villes de Tiies et de Saint-
Louis sont en course de r6organisation et d'extension. Des
travaux analogues sont a l'etude pour Kaolack et Ziguinchor.
Des travaux d'assainissemnent et de voirie sont i l'6tude
on en course de lancemnent pour Thiis, Saint-Louis, Kaolack
et Ziguinchor.
Un programme de forages profonds est en course de rea-
lisation dans les regions centrales du Sen6gal, particuli&.
reiment priv6es d'cau. Trois marches repr6sentant, au total,
trente-quatre forages out Iet passes avec des Entreprises
sp6cialisees.
Les forages out recoup une nappe aqiiftere a trois cents
metres de profondeur en imoyenne; I'eau remote A qua-
rante mintres environ de la surface; les forages sont 6quip6s
pour des debits horaires de 50 a 100 metres cubes.
Entrepris avec prudence dans des regions geologiques en-
core imparfaitemcnt connues, r6alises avc t success jusqu'a
present, les travaux en course sont, djia, malgr6 ces condi-
tions hasardeuses, ie voice tie russitc.
d) Travaux maritimes et fluviaux. L'ex6cution des
quais de Saint-Louis se pursuit a la cadence pr6vue par
le march.








Les travaux d'allongement du wharf de M'Bour seront
achcv6s a la fin de l'annie.
Des etudes sont en course pour la r6fection des quais
du port de Kaolack et la construction d'un quai de trois
cents metres de longueur A Ziguinchor.

II. BIRBGET CEN!KRAL
Sur le budget general 1950, en delors de l'a;tivite habi-
tuelle ies chantiers d'entretien routess inter-coloniales nu-
imros 1, 2 et 3 representant, an total 1.097 kilometres, haiti-
ments administratifs et logenments de fonctioinaires ; voices
navigables et terrains d'aviation) un certain nonibre de Ira-
vaux neufs ont et6 entrepris au course du iprsent exercice.
Les credits mis i la disposition du Sin6gal sur le Budget
gBn6ral se sont lleves, pour 1950, i la somnnic de 200.225.000
francs.

III. BUDGET LOCAL
Sur le budget local 1950, le Service des Travaux Publics,
outre l'entrelien des routes d'interet g6ndral et d'intr&ft
local representant un total de 3.500 kin., des terrains d'avia-
tion, voices de navigation, blitiments, etc..., a procede a la
r6alisation d'un prograinne tres important de travaux neufs
Parini les plus marquants, sont i citer :
A Saint-Louis. Travaux d'urbanisime (avenue Villiers,
boulevard de Sor, boulevard Pointe Sud de l'Ile) Bloc de
22 logements ; bloc de 12 logcnments.
A Kaolack. Iispensaire et maternity de Kaolack,
eole de six classes el logement.
A Thies. Justice de Paix.
A Diourbel. Ecole de six classes ct logement, dis-
pensaire, Justice de Paix.
A Ziguinchor. Bttimlent pour la Brigade topogra-
phique, Maison de la Jeunesse, Bloc logements de fone-
tionnaircs, Dispensaire de Santiala.
A Matam. rationn de la subdivision des Travaux
Publics, MaterniLt, lurcaux' du service de I'Agriculture,
Justice de Paix.
A Podor. lispcnsair'e.
A1 'elingara. Bureaux ct logement du Chef du sul)-
trctien des routes, Justice de Paix, Maternite.
A Velingra. Bureaux et logement du Chef de sub-
division.
Le montant des credits prevus au Budget local pour les
travaux d'entretien, travaux neuts, etc..., s'6lve, pour 1950,
a plus de 700.000.000 de francs C.F.A. -


Fabrique a Dakar

Installds h Rufisque, dans la banlieue de Da-
kar, les usines < Bata > qui n'ont plus ricn
de coininun avec les usitrcs tchlicoslovaques -
fabriquent, acluellcineni, (quarantc-cinq mille
pairs de chaussures par inois.
Ces inslallalions, ouvcrtes, en 1946, avec
treize ouvriers, groupcnt, actuclleinent, plus d(e
trois cents etiiployds, autochlones pour la p1lu-
part, et pter'ielent un large approvisionneinent
du inarch6 local
Unc ctrole profession~nelle, cr6'de dans cl cadre
de I'usine, :a pernis, jusqu'ici, de former une
cimnuanlaine d'ouvricrs qaalifids.


Soudan

Le Gouvernement du Soudan est dote d'un avion

Pour ses tourndes lointaincs, lc Gouverneur (u
Soudan dispose, maintenance, d'un avicn Boech-
craft. Cet apparel permnctra des liais )ns plus
r&gulisres avec les cerclcs excentriqucs, ceux du
Nord. nolaminient, que le Chef du Tcr-iloire ne
lpovait, jusqu'ici, visitor qu'unc fois p::r an.

Le cheptel du Soudan francais

Les dcrnibres cstimations donnent les chiffres
suivants pour Ic cheptel du Soudan francais :
Bovins, 3.000.000; Ovins et Caprins 10 mil-
lions; Chevaux, 57.000; Anes, 190.000; Cba-
meaux, 82.000.
Malgrd 1'importance de cc troupeau, les sor-
ties du territoire, enregistrdes au course de l'an-
nce 1949, n'ont dtd que de 33.000 bovias et 92
Inille ovins vers les narch6s, soit de Dakar, soit
des territoires du Sud.
Aussi, actuellenient, des 6tudes et des travaux
sont en course pour organiser des routes d'ex-
portation puis, ensuite, des chains du ifoid per-
miettront, au cheptel soudanais, d'apporter des
resources au territoire.

Des tracteurs de 180 CV pour I'A.O.F.
Sept trwCleurs de 180 CV, les plus piuissants
exislanis atduellenient au lionde, onlt di, dliar-
quds I l)alkar, pour l'Office du Niger, qui Ils
avail cotiniandes sur les credits du Pian Matr-
shall.
Ce sont les preiuibres units d'une s:rie de
vingl-huit tracleurs scniblables.
Leur reception i D)akar a donn( liec t unete
manifestation franco-aminricaine la quille out
assist M. P.N. Jester, consul general des! U.S A.,
et M. Derriaud, Dirccteur Gdenral des Af'faires
Econoiniques en A.O.F.


La Society Hateliire de Bamako

La Society Hotelibre de Bamako qui a WtC
constitute en f6vrier 1949 deviendra prochaine-
nent une Societd d'Economic mixte.
La puissance publique est propritai:' tie la
majority des actions. Le Soudan Francais, en
effect, sur un capital de 17 millions c.f.-t., pos-
sede 8.140.000 francs d'actions, le reliquat ltant
rdparti centre ccrtaines liaisons de comnimerce et
des particuliers. Couple tenu (de celte priorite
dans la detention des actions, !a composition du
Conseil d'adminislration dlevail refl*6cr '-ette r&-
partition. C'est pour ce, que 'ls intlrCts prives
disposeront de cinq memibres pour les ri'prdsen-






ter (membres l6us par I'Assembl6e G6n6rale des
actionnair s) et la puissance publique de six
membres : 1 repr6sentant le Minist&re de la F.
O M., 1 le iouvernement G6n6ral, 2 Ic Territoire
du Soudan, et 2 l'Assemblde Territoriale.
La construction de l'H6tcl a 6te entreprisc en
1949 suivant les plans de M. DEMARET, archi-
tecte en C ief dcs Batinuents civils et palais na-
tionaux. La Soci6dt Francaise d'Entreprises de
Dragages t de Travaux Publics, s'cst vue con-
fier les iniportants travaux de construction.
L'Hdtel, qui reviendra a pri 's de 100 millions
c.f.a., sera de style moderne, avec rcz-de-chaus-
s6c et deuw 6tages. Ii sera dolt de tout le confort
moderne, 't colmportera :
Un ippartemcnt de luxe dc trois pieces,
avec salle de hain, toilette et W.C. au 2' clage.
Qualre appartements, dcux au premier ct
deux au d uxiinme etage, contenant deux pieces,
une salle :c brain, toilette ct W.C.
Dou;ec chambres de luxe, six au premier
6lage et six au dcuxim6nc, comportant une piice
avec cabinet de toilette attendant et W.C.
Trer te-quatre chambres ordinaires : 17 A
chacun di s stages, pourvues chacune d'un la-
vabo et d une douchiere.
Au rez-,le-chaussde se trouveront un hall d'en-
tr6c, un b-ir, un restaurant, un salon-fumoir, les
cuisines, !a buanderie... le logement du grant
et un garage
L'6dification de cet hotel sera termin6e en juil-
let prochiin. D'ores et d6jh, les pieces du pre-
mier elage se dessinent. La furniture du mobi-
lier est mise en adjudication.
Bamakl, sera done d'ici pen dot6 d'un h6tel
de voyag(urs, comfortable don't la n6cessit6 s'cst
fait de pl-is en plus senlir, etant donn6 le nonm-
bre de pcrsonnes s6journant dans la ville ou y
transitani. D'autre part, les recents aminage-
ments aCr-onautiques de la capital du Soudan,
qui front de Bamako la plate-forme adrienne
de I'A.O.1'. ne se justifient que si l'escale offerte
aux pass tigers, est digne des moyens modernes
de liaiso:t fournis par I'aviation. Jusqu'A pr6-
sent, aucane installation n'6tait en measure d'as-
surer au. voyageurs un gile comfortable. La So-
ci6t6 Hflelibre de Bamako le leur offrira et il
sera digne des passagers les plus important.
Le d6vel )ppement du Tourisme enfin, qui fait
l'objet de l'attention des Pouvoirs Publics, tant
m6tropolitains que locaux, est, lui aussi, condi-
tionn6 par des installations hdtelircs modernes.
L'ere du Tourisme aventurier semble r6volue, et
le voyag.ur ou le'classeur, s'il consent A fair
de dures tapes, tient, par contre, i b6ndficier
d6s son : tour, de tons les advantages offers par
le confo t. L'HOtel de Bamako sera dans cc do-
maine 6.;alement en measure de les satisfaire.


Guinie

Au sujet de la Compagnie Miniere
Des informations inexactes ltan plarues, re-
cemment, dans Li press an sutjet dc la Compa-
gnie Minib-rc de Coniakry, qui entreprend 1'6qui-
pement d'un iinporla' t gisement de fer en Gui-
nde et conslilieri:i ce litre un des 6elments
de prospdrild de e' territoire, le Ministere de la
France d'Ouitre--Mir Ipr eise:
1) qu'ih aucunLI moment la siddrurgie amiri-
caine n'a tli int(lrssie iL ce project et qu'en con-
sequence, il est incxaict qu'ellc s'en soit retiree
rdceimnent;
2) que des Mludes, faites en 1949, a I 'ehelle
industrielle sur i l.000 tonnes ide mineral ont
compIl)tl les essais (edja fails avant guerre en
Sarre et en Belgique, suivis par un expert ind&-
pendant, elles ont conlirmd les conditions satis-
faisantes dans lesquelles le mineral de Conakry
peut ktre employed aux Hauts-Fourneaux.


Les exportations de bananes
Les exportations de bananes de la Guin6e
franchise se chiffrent, au 31 juillet, a 30.295
tonnes, repr6sentant 1 979.376 regimes.
Devant les difficulties du march ext6rieur, un
effort dans la quality de la production a Wte
partout entrepris, effort don't le premier r6sultat
est une augmentation tris nette du volume
moyen des r6ginies qui passe de 14 kg. 97 en
1949, a 15 kg. 61 en 1950.


Un grand H6tel a Conakry

Le Comit6 direcleur du FIDES et la Caisse
Central de la France d'Outre-Mer viennent d'ac-
corder un prEt de soixante millions c.f.a. pour
la construction d'un grand h6tel h Conakry.


Mise en adjudication des travaux d'alimentation
en eau de Kankan

Un appel d'offres a 616 lance pour l'adjudi-
cation des travaux d'alimentation en eau de
Kankan qui en est d6pourvu. Le devis est estim6
approximativement a soixante-quinze millions.
A comporte :
les travaux de prise d'eau;
une station de pompage, filtration et steri-
lisation;
la furniture et la pose du r6seau de dis-
tribution.
La prise d'cau se fera dans le Milo, A proxi-
mit6 des Bureaux du Commandant de cercle. Les







travaux seront execut6s grace A un credit (de
quatre-vingt-dix millions allou6s par le FIDES.
Le journal < LA GUINEE FRAN9AISE > si-
gnalc que dc nombreux devis sont dCjh parve-
nus a la Direction des Travaux Publics de Co-
nakry, cc qbi souligne-t-il dmnontrc, une
fois de plus, l'interit que rencontre, dans la
metropole, tout cc qui contribute a l'cquipement
de nos Territoires d'Outre-Mer.


Cote d'Ivoire

Inauguration du Port d'Abidjan
Les manifestations prevues pour l'inaugura-
tion officiclle du port d'Abidjan, qui devaient,
primitivcment, se d6rouler le 5 d6ccmbrc, sont
reportees au 30 janvier 1951.
Ce changement aurait notammn nt pour ori-
gine l'impossibilit6 pour de nombreux parlemen-
taires, d6sireux d'assister a ces c6rdmonies, de
pouvoir se rendre en Cote d'Ivoire avant la fin
de l'annde. D'autre part, cette date est plus pro-
pice, par suite de la saison sechc, A l'amnnage-
ment de la Foire Exposition et a l'achevement
de different travaux.


L'6quipement du port d'Abidjan est prevu pour un
traffic de 850.000 tonnes

L'achevement du canal de Vridi, qui perinct,
maintenant, l'acc6s de la lagune d'Abidjan aux
navires de haute mer, marque une tape impor-
tante dans le course des travaux entrepris pour
taire, de cc port, un des plus beaux de l'A.O.F.
Une amelioration considerable sera, en effect,
obtenue lorsque les bateaux pourront venir en
lagune, s'amarrer sur des coffrcs. Les navires
seront h l'abri, le travail se fera en can toujours
came, les alleges viendront accoster i un quai
de batelage et pourront avoir une capacity beau-
coup plus important que les < boats > em-
ployEs aux wharfs, et, enfin, les marchandises
arriveront directement aux magasins maritime
sans n6cessiter, come auparavant, un trans-
port par voie ferrde d'une quinzaine de kilom&e-
tres et de multiples manutentions.
Mais les travaux d'acces doivent &tre compl6-
tes par la construction des ouvrages portuaires.
Ces ouvrages comprennent, d'une part, les
quais de batelage en voie d'achevement et, d'au-
tre part, les quais en eau profonde don't les tra-
vaux commenceront vers le mois de septembre
1950.
Les installations portuaires d'Abidjan, pre-
vues en premiere tape, doivent permettre de sa-


tisfaire un traffic de pointe de 850.000 tcnnes par
an.
Les travaux et installations devant :atisfaire
ce traffic comprennent essentielleiiient :
Des dragages et des reinhlaiemen;t portant
sur environ 2.000.000 de m3 ;
La construction de 1.000 m. de quais, se
rdpartissant ainsi :


Deux posies a bois de 150 m.....
Un poste a paqucbots et divers.
Trois postes a divers de 150 m.
Un post a bananes ct divers....


300 m.
125 m.
450 m.
125 m.

1.000 m.


Le concours pour la construction de 1.000 m.
de quais en eau profonde et de 150 m. de quai
de chalandage et l'exdcution de 2.000.000 de m.
cubes de dragages et remblaiement est termind
et le march est en course d'approbation.


Deux nouvelles liaisons radiote16phoniques
en C6te d'lvoire

Deux nouvelles liaisons radiotl:hgraphiques
ont 6t1 ouvertes au public. Elles permet:ent des
communications centre Abidjan et Sassandra, et
Abidjan ct Bouakc.


Pour une amelioration des plantations de cafe
de la C6te d'lvoire

Le < Compte Cafe > de l'A.O.F., sorte de caisse
de p6r6quation du Cafe, vient de metire a la
disposition de la C6te d'Ivoire une somme de
30 millions'c.f.a premiere tranche d':n pro-
gramme de 103 millions destine a l'amtlioration
de la culture du cafe dans cc tcrritoire.
Ce programme sc pr6sente sous un double
aspect d'une action dirccte (ddbroussaii ement,
plantations, futures) en faveur des plantations
accessible aux engines mdcaniques et d'une aide
(en espices ou en nature) pour les plantations
excentriques ou impropres a la motoculture.
Lc detail de cc programme d'ensemble don't
une soixantaine de millions scront d6bloquIs
cette ann6e pr6voit 20 millions pour le dibrous-
saillement, 20 millions pour les plantations et
notamment Ia creation de p6pinieres, 16 mil-
lions pour l'anmlioration fonciere et I'expfri-
mentation, 19 millions pour les traitemcnts et
]a selection des especes, 5 millions pour quel-
ques aminagements ruraux et enfin 23 millions
pour l'aide directed h differentes plantations.






Dahomey

Au Conseil General du Dahomey
Le Cons il Gdndral du Dahomey s'est r6uni
en session extraordinaire a Porto Novo sous la
pr6sidence du Gouverneur Valluy qui a prononcd
Ic discour, inaugural.
Le Cons il a notamment procede h unc rc-
fonte de la legislation miniere dans le tcrri-
loire.
II a, d'aitre part, 6mis un avis favorable pour
le transfer t du chef-lieu du Cercle d'Athicme a
Lorossa. Les premiers travaux effcctuds seront
des forages de puits, le transfert 6tant lid A la
question Ie l'alimentation en cau.
Enfin, !e Conseil a vot6 le dcuxibme collcctif
du budget.

Porto-Novo, Cotonou et Ouida vont 6tre dotes
c:'une adduction d'eau moderne
Entre tutres r6alisations, le programme du
FIDES va doter les trois villes de la c6te: Porto-


Novo, Cotonou ct Ouidah, d'une adduction d'eau
moderne.
Des 1948, des eludes gdophysiques ont per-
mis de localiscr les emplacements des forages
profonds nccssaircs a l'alimentation en eau dcs
trois villes. Un inirche, passe en 1949, et actuel-
lement executed, a permits, par des sondages de
reconnaissance i grande profondeur, de d6ter-
miner exactement les points convenables. Un
second march, ]prlant sur 45.000.000, est sign
aujourd'hui pour I'ex6cution des forages d'ex-
ploitation a Colonou, Porto-Novo et Ouidah.
Ii restera i rdaliser la distribution d'eau, don't
le project va Atre confid6 it une entreprise sp&-
cialisde.

Haute-Volta

Deces du Baloum Naba de Ouagadougou
Le Baloum Naba, chef de province et minis-
tre du Moro Naba, est ddc6dd, a Ouagadougou, A
la suite d'une crise cardiaque
Le d6funt tail une des grandes figures du
pays Mossi.








AFRIQUE EQUATORIALE FRANCHISE


Fiedration

Conference
6conomique de I'A.E.F.
et du Cameroun

SS A Conference
Econo ique de
I'A.E.F. et du
Caieroun s'est ou-
verte, le 2 septemlbre,
It Brazzaville. Les dd-
Idgations 6taient pre-
sid 6 e s, respective-
ment, par M. Grimald, Secr6taire gl6nral de
I'A.E.F., et Jourdain, Secrdtaire g6dnral du Ca-
meroun.
Parmi lcs questions A l'ordre du jour de l:a
Conference : l'am6nagement de la convention
douanibre, la recherche de d6bouch6s au Came-
roun pour l'industrie affienne, la furniture de
h tail par le Cameroun au Gabon et au Moyen-
Congo, la liberation des 6changcs, le transit et
I'exportation des marchandises d'A. E. F. par le
Cameroun et le problime des Travaux Publics
et des transports.
En dehors des hauts fonctionnaires, les Pre-
sidents des Chambres de Commerce participent
t ces conversations.
Apres avoir pass en revue les diff6rentes
questions inscrites a son ordre du jour, la qua-
trieme Commission de la Conf6rence A. E. F.-
Cameroun s'est prononcde sur la necessity d'cf-
fectuer des travaux confortables sur l'itineraire
Yaoundd-Bertoua-Betere-Oya-Bazoum relic, a
Bozoum, au rdseau routicr Oubangui-Tchad.

La section actuelle Yaound6-Nang6-Eboko-Bartoua, pour-
rait 6tre remplacee par une section Yaounde-Akonolinga-
Abong-M'Bang-Bertoua, qui reprssente un plus grand inte-
r6t iconomique pour le Cameroun.
En ce qui concern le Tehad, 1'A.E.F. voit avec intbret
I'effort du Cameroun se porter sur l'axe Douala-Garoua-Ma-
roua reli is son reseau par la route Garou6-Pala en course
de construction. Des etudes sont en cdours pour 1'Btablissc.
ment d'une piste de saison seche Maroua-Fort Foureau.
Une piste est actuellement en construction de Leigonga
vers la frontiere de l'Oubangui en direction de Baibokoum.
La commission s'est prononcee unanimement en faveur
des projects en course et elle a insist pour que l'A.E.F. et
le Cameroun interviennent conjointement auprbs du D4par-
tement afin que le financement de ces travaux soit support
par la section g6nnrale du F.I.D.E.S.
Examinant ensuite la question de ]a liaison Amban-Bitam,
la Commission a retenu la possibility de construire un
pont sur le N'Tem i Meyo-Niak ct un ouvrage sur la Kye,
solution moins onereuse et pr6sentant un interet 6conomi-
que plus grand pour le Cameroun que la solution qui envi-


sage de relier Amnban a Bitam par Eking. Le Caneroun
est pr6t a commencer Ics travaux estimes it ?0 millions, d&s
octobre prochain.
La Commission a propose que Ies travaux scient pris a
6galite de charges par le Canmeroun et I'A.E.F., Ic finance-
ment etant assure sur les fonds de soutien du cacao des
territoires du Gabon et du Cameroun.

Les problines du transport aerien out ganlc-
ment 6td dvoquds. On constate notatrment t
Brazzaville un traffic local tris important (1.200
lonnes de fret, non comprise le transit, pour le
premier scimestre 1950) cc qui conduit a la cons-
truction d'un hangar-frcl. Douala a un mouve-
ment d'avions sensiblemlent 6gal A celui de Braz-
zaville.
Evoquant enfin le problbme des installations
de stockage des hydrocarbures, les reprdsentants
du Cameroun ont indiqu6 que le SHEL (S. E
H. D.) a obtenu l'autorisation de construire un
dlp6t a Garoua. Le d6p6t aura une capacity de
11.000 tonnes sur lesquelles 4.000 sont reserves
au Nord-Cameroun ct 7.000 au Tchad, ce qui
correspond A peu pris aux 9.000 M3 necessaires
A l'approvisionnement de cc territoire.


Le relais h6tel de I'aeroport de Maya-Maya

C'est A just titre que Brazzaville peut s'enor-
gueillir de son adroport de Maya-Maya : l'im-
nense piste b6tonnec, en course d'achv cement,
dotera la Federation du meilleur terrain d'atter-
rissage d'Afrique.
I)ji, le traffic < passagers >> s'est considera-
blement accru pour l'ensemble des companies
franchises. Les travaux d'am6nagemient s:nt ac-
tivement pousscs et il y a lieu d'esperer que,
bient6t, Ics plus importantes lines moadiales
etrangeres transiteront par Brazzaville.
Un problem se posait, extrmmeent delicat en
1'6tat actuel de la situation, en matiire de loge-
ment : celui de l'h6bergement des passa2ers en
transit. L. A. E. F. a d6cide, en septembre 1949,
de proc6der a l'6dification d'un Rtablissement
h6telier, complement indispensable au grand ad-
roport naissant.
L'ensemble hStelier est realise sur un terrain de deux
hectares 5 environ et comprend : un baitiment de service-
restaurant, deux pavilions de luxe et cinq pavilions simples,
disposes selon un sens heureux des lines.
Le biatiment service-restauration, qui est le ecaur de 1'Nta-
blissement, n'a rien a envier aux grands hotels eruopbens.
Concu pour preparer, en moyenne, cinq cents rep.i froids
ou chauds, ii est 6quipe d'un materiel moderne indispen-
sable pour le bon fonctionnement de cet ensemble hotelier.
L'etude, la conception et la r6alisation ont necessitl le tra-
vail continue d'une main-d'oeuvre europ6enne. Le lnat6riel
et les matlriaux sont uniquement de fabrication f-inCaise.


















































Arrive du Gouverneur G6n6ral DELAVIGNETTE a Madagascar.


-#4K.ir~*~~~ir~r u -r-


Le Canal de Vridi avant le percement du bouchon.


















- -


Le s/s ( Brazza > dans la lagune d'Abidian.


Cargo dans la lagune d'Abidian.



























Presentation d'un hIlicoptere Hiller 360 a Tananarive.



' : / ^ *: -'-** *: -' -:* '- .
fCL* I. .


L'h6licoptBre dans ses experiences de lutte anti-parasites.


'a








M. PIGNON,
recevant A HanoT,
les otages lib6r6s par le Viet Minh.


Mgr TRINH NHU KHUE,
nouveau vicaire apostolique de Hanoi
apres son sacre.






Tous les I timents sont climatisis par des matelas de
lane, dispose dans les conibles, de plus, ceux-ci sont aer6s
par des ventil tions i hauteur des plafonds des verandas.
Les travau:., conunences pratiqueenielt en janvier 1950,
sont tries avaces. Quinze entrepriscs y collaborent qui out
amene, de Fr since, leurs meilleurs ouvricrs sp6cialises. C'est
ainsi qu'a l'hl ure actuelle, les carreleurs, specialit6 inconnue
i Brazzaville, imettent la derniere main a leurs mosaiques
aux dessins 1e.igants.
Malgrd les ioinmbreuses difficulties d'acheminement du ma-
teriel depuis la mietropole, 1'enseimble pourra itre terming
les derniers jours d'oetobre 1950.

L'inaugui action cst prdvuc pour la premiere
semaine de novebre A partir de cetle date, le
restaurant sera ouvert A tout le monde, tandis
que le c6te hotel sera exclusivement reserv6 aux
passagers cn transit.
L'ensemlile sera rigi par Ic Service des Relais
Aeriens d' < Air-France >>.
Ce Relai: -Htel est le premier de 1'Union
Francaise.


Le commer::e ext6rieur de la Federation au course
du premier semestre 1950

Les importations
L'A. E. F. a import, au course du premier se-
mestre lt50, un total de 129.883 tonnes
de marchaidises, representant une valeur de
5.910.428.010 francs c. f. a.
Le prem er pays fournisseur de la F6deration
est l'Union Francaise 85.771 tonnes de
marchandi:es, representant une valeur de
3.877.967.0'10 francs c. f. a. ont Wtd imports de
la mttropcle ; 2.149 tonnes, repr6sentant une
valeur de 104.046.000 francs c.f.a., de 1'Afrique
du Nord, et 1.622 tonnes, representant
120.561.000 francs c.f.a., des autres territoires
de l'Union Francaise.
Au second rang des pays fournisseurs vien-
nent les Elats-Unis, avec 15.953 tonnes de mar-
chandises, representant 720.809.000 francs c.f.a.;
les Pays-Bas, avec 12.462 tonnes, repr6sentant
une valeur de 269.682.000 francs c.f.a., arrivent
ensuite.

Les exportations
L.A. E. 1'. a export, au course du premier se-
mestre 1951), un total de 156.102 tonnes de mar-
chandises, ce qui represente une valeur de
2.357.290.010 francs c.f.a.
Le premier pays client de I'A.E.F. est l'Union
Frangaise : il a Wte exported sur la France 70.077
tonnes de marchandises, representant une va-
leur de 1.'181.619.000 francs c.f.a. ; sur 1'Afri-
que du Nord, 1.996 tonnes, d'une valeur de
127.929.00(' francs c. f. a., et 6.674 tonnes, re-
pr6sentant une valeur de 127.929.000 francs


c.f.a. sur les autres territoires de 1'Union Fran-
caise.
Parnmi les autres pays clients de la Feddra-
tion on relve, notaminient, la Grande-Bretagne,
qui a import, d'A. E. F., 34.502 tonnes
de marchandises, reprdsentant une valeur de
283.471.000 francs c.f.a ; Ic Nig6ria qui a im-
portc un total de 13.288 tonnes valant 99.380.000
francs c. f. a., et les Pays-Bas qui ont import
11.348 tonnes d'une valour de 100.505.000 francs
c.f.a.

Nouvelles lignes de transports en commun

L'ouverture de trois nouvelles lignes de trans-
port en common vient d'etre autorisde. Ces li-
gnes assureront les liaisons entire Brazzaville
d'une part, et Linzolo, Kinkala et le Foulakary,
d'autre part.


La lutte anti-acridienne se pursuit activement

Le budget general de la F6ddration a consa-
cr6 plus de huit millions de francs c.f.a., en
1950, au fonctionnement de son service anti-acri-
dien, qui compete, ddji, cinq camions de postes
de radio, de multiples pulv6risateurs et d'abon-
dants products, et qui disposera, pour les mois
critiques de septembre et d'octobre, de stocks
de poison et de poudreuses en quantit6s impor-
tantes afin de fire face, dans les regions peu-
pl6es, a la destruction des handes d'aptbres issues
des vols de la premiere invasion venue du Nord-
Est.
C'est ainsi que le Tchad recevra bient6t,
quinze tonnes d'insecticide, trente poudreuses,
trente-cinq pulv6risateurs et un camion suppl6-
mentaire de cinq tonnes.
L'achat d'atomiseurs et de poudreuses A grand
rendement est pruvu ainsi que la constitution de
depots important d'ingrddients.
Le personnel du Service de l'Agriculture par-
ticipera aux travaux de lutte en attendant l'ar-
rivde du personnel sp6cialise.
Une refonte des textes, riglementant la lutte
anti-acridienne, et la creation d'un service ter-
ritorial de lutte faciliteront la coordination des
efforts entrepris pour la destruction des insec-
tes en 1951.

Creation d'une chaine de Palmeraies-Modeles
dans la vallee de la Sangha et de la Likouala
avec I'appui de I'I.R.H.O.

Dans la cuvette congolaise, agriculture tend,
sous l'impulsion de la Compagnie Francaise du
Haut et Bas Congo, ;a passer du stade archaique
du x Comptoir Huilerie > a un mode rationnel







de culture ct d'utilisation des fruits du palmier
a huile.
Dans le triangle Ouesso-Etoumbi-Loukolela, la principal
activity du pays est, depuis plusicurs decades, l'entreticn
tes palmeraics naturelles, ]a cucillette ct la transformation
des noix palinistes.
Seul, Etounibi possede une palmeraic s6lectionni3 et soi-
gneusenient enlrctenuc diepuis vingt-cinq ans.
I1 y a qucilqus rmois, une vingtaine d'agents europeens
et un miller tie travailleurs autochtones out entrepris, a
(uinze kilomi.tres au Sud-Ouest d'Onesso, le defrichage de
]a fort primaire qui borde la Sangha.
Munis de materiel moderne, les defricheurs effectuent le
travail d'abattage scion les m6thodes de la station de 1'Ins-
titut de Recherches des Huiles et Ol6agineux (I.R.I.O.) ;
les arbres, abattus en ligne, sont laisses sur place et entre-
tiennent et protegent l'humus que dftruit l'ancienne ct cou-
pable habitude du feu de brousse.
Seuls, les bois d'osuvres sont d6bard&s et diriges sur
Ouesso, oi, par la Sangha, ils gagnent l'Oubangui ct le
Congo pour rejoindre Brazzaville et 6tre commercialises.
Ce premier traffic a amene la C.F.H.B.C. a construire un
important debarcadire qui permettra, plus tard, F1'vacuation
des products regionaux.
Le role de 1'I.R.H1.O. ne se borne pas li, et, pour la pre-
miere fois, une soci4t6 privie va pouvoir bin6ficier, sur
une grande eehelle, de l'exp6rience acquise depuis plun
sieurs annees.
Sous le contr6le du d8l8gui de l'I.R.H.O., les trois cents
hectares deja defrichls vont recevoir les meilleurs products
des selections internationales de Sibiti.
Parall lement A cette activity agricole, le Centre d'Ouesso,
qui posside, dejii, une Centrale electrique, une scierie me-
canique et plusicurs ateliers de reparations, s'enrichira d'une
huilerie moderne oit l'puration des huiles sera fortenlent
pouss6e afin de permettre, aux products de la region, d'etre
utilises dans I'alimentation, soit directement, soit connue
element de fabrication des margarines.
L'exp6riencc d'Ouesso est reprise sur d'autres terrains
en particulier i Mokoano et Odouka. Chaeune de ecs pal-
mieraies constituera, sous peu, une richesse nouvelle pour
la region et contribuera A i6lever fortement le niveau de vie
de ses habitants.


Creation de magasins-temoins a Brazzaville

On vient d'ouvrir a Poto-Poto et Bacongo qua-
tre magasins-tdmoins : premiers d'une s6rie de
dix qui seront installs dans les agglomerations
africaines de Brazzaville. Cette innovation a pour
but de fournir A la clientele africaine des den-
rdes de premniire necessit6 A des tarifs aborda-
hles.
Poisson fumd, poisson sCch6, riz, sont d6ja
mis en vente. Les autres marchandises suivront
rapidement.
C'est la Socie6t Indigene de Prdvoyance (S.I.P.)
de Brazzaville qui fournit les commercants ayant
accepted de transformer leurs magasins en maga-
sins-t6moins. Ceux-ci revendent ces marchandi-
ses it un prix fixd et affich6. Les ventes sont
effectudes au kilo ct suivant un poids contr616.


D'ores et ddjh celte heureuse initiative des
pouvoirs publics a rcncontre l'qccucil le plus
sympathique des divers 6ldments de lt popula-
tion aulochtone et de nonibreux conimer.aInts
out demand que leurs boutiques soicnt trans-
formnes en << imgasins-dnmoins >.


Institution en A.E.F. du supplement familial
de 'iraitement

Un arretd don't paraitre prochainemint insti-
tuant en A. E. F. les fonctionnaires et .gents bd-
neficiaires de l'arrttd sur les prestations fami-
liales, un nouveau < supplement familiar de trai-
tements ,.
Celui-ci se monte, par enfant, a 3 % de la r6-
mun6ration apres multiplication par ; index de
correction. Cette rdmundration est divis6e en
trenches, entrant en line de compete pour la
totality jusqu'h 100.000 francs pour 80 % de
100.001 francs a 200.000 francs, pour 50 % de
200.001 francs jusqu'at 300.000 francs et ainsi re
suite.
A litre d'cxemple, un fonctionnaire ayant une
solde de base de 99.000 francs, percevia par an
4.639 francs par enfant.
Ainsi se trouve compl6td, a l'instar de ce qui
se fail en A. O. F. et au Cameroun, le regime des
prestation familiales institud par l'arrit6 du 18
juillct 1949.


Prix d'achat du coton graine

Apres consultation des Socidtes cotonniires
et des membres de la Commission clihrg6e d'6-
laborer Ic programme d'emploi des fonds de
la Caisse du soutien du colon, le Haut-Commis-
saire de ]a R6publique a arrWte le pr d'achat
du coton graine aux producteurs pour la cam-
pagne 1950-1951.
Celui-ci est fix6 A 15 francs le kilo pour tout
le Territoire de l'A. E. F.


L'A.E.F. et I'accord Franco-Suisse

Au titre du novel accord franco-suissc, il a
etd allou6, i la F6ddration, un contingent de
2.220.000 francs suisses, so repartissant come
suit:
Francs
suisses


From ages....................
Lait condense en poudre, etc.....
Produits industries chimiques,
don't colorants .....................
Tissus, mouchoirs et confections.


20.000
250.000

20.000
500.000






Machines, materiel et appareils
mecaniques (notamment appareils et
instrument., de geodesie, machines i
6crire ct de bureau, machines a cou-
d re) .. . .. . . . . . .
Matr iel ct appareils lecctriques
don'tt appa cils de radio) ..........
Monh es et movements finis,
fournitures. rhabillage de montres .. .
Chau, sures. ...................
Divers, g6ndral, don't pieces de re-
change, crayons, articles aluminium..


650.000

150.000

160.000
100.000

370.000


En ce qui concern les exportations sur la
Suisse, d'intportants contingents, interessant les
Territoires d'Outre-Mer ont 6t6 prevus, notam-
ment 2.000 tonnes de bananes fraiches ; 2.000
tonnes de flves de cacao ; 1.000 tonnes d'huile
d'arachides ; 300 tonnes de cuirs et peaux tan-
ndes ; 15.000 tonnes de grunmes bois coloniaux
don't 8.000 onnes d'okounid.


L'A.E.F:. et I'accord Franco-Neerlandais

En vertu des nouvelles dispositions prises A la
suite de la prorogation de 1'accord franco-nder-
landais, tous les contingents de products hollan-
dais don't )endficie 1'A. E. F. sont majors de
5/12 a l'exception du lait concentrd, don't il a 6te
attribud a la F6d6ration un tonnage supplemen-
taire de 15( tonnes.
Les credits suivants sont done mis a la dispo-
sition de 1'A. E. F. :
Major ition de 5/12. Frs .... 86.875.000
Lait ( oncentr6. ............. 16.500.000

LES EXPORTATIONS

MatiBres pr6cieuses

Au course des sept premiers mois de 1950,
1'A. E. F. : export 74.929 carats de diamants
repr6sentant une valeur de 109.326.000 francs
C.F.A. ; 80! kgs d'or en lingots et en poudre ont
6td egalemcnt exports, ce qui reprdsente une
valeur de 134.383.000 francs C.F.A.

Produits mineraux
Au course des sept premiers mois de l'ann6e,
1'A. E. F. a exported 2.800 tonnes de minerni de
plomb reprisentant une valour de 29.397.000
francs C.F.A., ainsi que 1.500 tonnes de mineral
de zinc rep-6sentant une valour de 8.261.000
francs C.F.A. Elle a export 6galeinent 342 ton-
nes de natr)ns, ce qui repr6sente une valeur de
2.038.000 francs C.F.A.


Cafe sur I'Etranger
A la suite des r6centes conferences intermi-
nist6rielles, au course desquelles ont Wtd 6tudids
les besoins actuels de la m6tropole en caf6 et les
resources des Territoires d'Outre-Mer en ce pro-
duit, il a 6t6 decide d'autoriscr les exportations
de cafe sur l'Etranger sans limitation, lorsque le
r6glement est effectu6 avec les devises suivan-
tes : dollar, sterling, franc suisse, franc beige,
escudo.
La mitropole envisageant d'acheter, hors pro-
gramme du cafe, an Bresil, il est possible que les
exportations de caf6 local soient autoris6es a
destination de n'importe quel pays stranger.

Augmentation de la ristourne faite aux exportateurs
pour les ventes sur la zone < Dollar >

De nouvelles measures, particulibrement avan-
tageuses, viennent d'intervenir en faveur des ex-
portateurs.
En effet, une instruction aux intermediaires, A
paraitre au Journal Officiel de I'A. E. F., stipule
que la ristourne de quinze pour cent, faite aux
exportateurs pour leurs vents sur la zone < dol-
lar >>, a et porte i vingt-cinq pour cent.
Ce pourcentage s'applique aux exportations,
payables en dollars U. S. A., r6alisees sur les
U. S. A., sur les Philippines, les possessions
americaines du Pacifique, la Chine, sur l'ensem-
ble des pays Sud-AmCricains sauf l'Argentine, le
Bresil, le Chili, l'Uruguay, le Paraguay, la Boli-
vie et l'Equateur, ct, enfin, aux exportations
payables en dollars canadiens, rdalisdes sur le
Canada.

Autorisation d'achat de tabac

Un credit de 30.000 dollars est ouvert A la
Feddration pour importation de tabac des Etats-
Unis ou de Porto-Rico au titre de la neuvibme
tranche du Plan Marshall.

Un bateau oceanographe pour I'A.E.F.
Le chalutier << La Gaillarde >, transformed en
bateau oc6anograplie, a fait des essais officials
avant de rallier Pointe-Noire oif il sera affected A
des rccherchcs scientifiques d'outre-mer.
L'Office de Pointe-Noire est dirig6 par
MM. Roux et Collignon. Cc bateau est le premier
d'une s6rie destinee a 6quipcr les offices scicn-
tifiques d'outre-mer.
Les essais 6taient contr6lds par le professeur
Combes, Directeur de l'Office de la recherche
scientifique, nmemlbre de l'Institut, accompagn6
de M. Guergniau, chef du materiel de l'Office.








Gabon

L'action en faveur des populations rurales

Le regroupement des villages an Gabon

Le progranune de modernisation et d'cquipe-
ment de I'Afrique Equatoriale exigeait que 'ef-
fort portat d'abord sur les aggloimrations urbai-
nes. L'actuel dCveloppement de iBrazzaville et des
principles villes de la f6ddration est le t6moi-
gnage de cette action." Le Haut-Comlnissariat
pense qu'il est maintenant possible et indispen-
sable, de s'altacher aux problmnies pos6s par les
populations rurales.
Le Gabon, en raison de sa situation ddmogra-
phique ct des n6cessit6s 6conomiques, sera le
premier Territoire a b6ndficier de cctte action.
De longue date, dans l'ensnmble du Gabon, et notam-
ment dans le Wolcu-N'Tem, les groups clhniques out cou-
tume de se constituer, non en agglomiralions importantes
et stables, mais en petits villages largement egailles flue-
tuants, se d6placant au hasard de tell ou tell considera-
tion agricole, economique ou mine psychologique. Les
consequences d'un tel habitat, taut pour activityt6 du pays
que pour 1'evolution des Africains, sont 6videmment d6sas-
treuses.
Les Blus autochtones eux-msmes avaient soumis aux auto-
rites administrative un project destiny i permettre la sta-
bilisation et la modernisation des villages gabonais. A la
suite des enquktes m6thodiques r6alisees par les Adminis-
trateurs, au niveau de chacun des Districts, le Haut-Com-
missaire d6cida d'envoyer au Gabon une mission sociolo-
gique charge d'y 6tudier les problems humans.
De janvier i mai 1949 (M. Balandier, charge de la Sec-
tion de la Sociologie A I'Institut d'Etudcs Centrafricaines),
de janvier A mars 1950 (MM. Balandier ct Pauvcrt), une
documentation precise fut r6unie, qui donna matiere A deux
rapports apportant des suggestions pratiques.
C'est sur cette base que se tint i Brazzaville, le 22 aoIt
1950, une Conf6rence r6unissant, outre les Blus du Gabon,
les Directeurs des Services F6deraux int6ress6s et les So-
ciologues du Gouvernement G6n6ral pour mettre au point
les modalites de r6alisation.
Une 6quipe de technicians, charges de l'execution du
project, doit quitter Brazzaville le 11 septembre 1950. Sous
la responsabiliti d'un sociologue, M. Pauvert, ele coinm-
prend : un m6decin, un agent de 'Agriculture, un geomc-
tre et un second sociologue.
Le financement de l'cntreprise sera assure sur les fonds
du Plan, grace aux credits pr6vus en favour des Centres
cantonaux ruraux. En Sonction des possibilities financiires
immediates, les premiers centres i r6aliser sont choisis
d(ans les quatre plus importantes Re gions (Ngouni6, Nuanga,
Ogooue-Maritime et Woleu-N'Temi).
L'equipe qui doit assurer la preparation et la mise en
route travaillera en collaboration Btroite avec les fonction-
naires de commandment charges de faire proceder A l'ex6-
cution. Lorsque l'emplacement du nouveau village aura &t6
pricis6 par les responsables locaux, I'agent de I'Agriculture
et le m6decin, l'6dification des biltiments d'usage public
(maison commune, cole, dispensaire et au Wolcu-N'Tenm,


cooperative) sera inmmudiatenent entreprise. LP cases d'ha-
hitation, d'un type etudie par les Traviux Pu! lies, seront
construites par les villageois aids nialeriellemen et conseil-
]es. Dans Ic cadre de ces villages modernist. iun effort
d'educatiqn lid paysan et d'action social sera piairsuivi. Le
commerce local participera a cette entreprise, a boutique
teant uni des elements propres a atttirer ct Ilaintenir la
population.

Le dlveloppenent du sens de la propritle in-
dividuellc et collective, la creation, dan:; certain
cas, de bois cantonaux el lanaux, agii ont dans
Ic mnimne sons de cctte fixation.
En enlreprenant Ic regroupenlent dc gabonais, Ic G(ouvernnieent G6nral et i Gouver-
nement d(u Gabon savent qu'ils r6pondent i un
lesoin vital, nmais de rdalisation difficile : e'est
une nouvelle tache d'organisation, de continuity
qui commence dans 1'intdret supdrieur des popu-
lations gabonaises.

Moyen Congo

<< Les chantiers et ateliers de Pointe-Noire >>

Une filiale de 1'importante Socidt6 des Chan-
tiers de la Loire vient de s'instalier a Pointe-
Noire. Elle a pris la denomination de < Chantiers
et Ateliers de Pointe-Noire >.
La Socidtd se propose de procdder aux rdpa-
rations de navires et d'effectuer tous travaux de
incanique g6nirale.

La situation demographique du Moyen-Congo
Le recensement de janvier 1950 fail ressortir
un total de 5.106 unites pour la population euro-
peenne de Brazzaville. Pointe-Noire vient en
dcuxieme position avecc 2.418 Europde:s, suivie
par Dolisie qui en colnpte 439. Le dc-nier dis-
trict oil figure une population europienne re-
lativement important est celui de Madingou
(175).
L'agglomdration africaine la plus iniportante
est celic de Brazzaville. Poto-Poto et Bacongo
comptaient 78.000 habitants en janvier 1949; les
rdsultats non encore publids de 1950 nc sont pas
Eloignds de 100.000.
La commune mixte de Poinle-Noire 4tait forte,
au 1" janvier, de 19.400 units. Le district ayant
la population la plus imlportante se trouve 6tre
Iinkala, avec 33.000 habitants.
Au total, la population europdenne s'clevait,
au 1" janvier 1950, A 9.066 units, alors que
675.400 Africains 6taient rcccnses.

La production agricole commercialis6e
au Moyen-Congr
Au course de l'ann6e 1949, la production com-
mercialis6c du Moyen Congo a atteint le total de
38.398 tonnes se d6composant come suit :







--- 25.87'; lonncs de products alimentaires,
don't 19.03- tonnes de manioc ;
734 Innes de denrecs coloniales, don't 256
lonncs de .'opal et 189 tonnes d'ol6agineux ;
6.315 tonn s de palinistes, 3.706 tonnes d'huile
de panlme ( t 1.000( tonnes d'arachides dicorli-
q(uees ;
220 inines de fibres et textiles, don't 199
lonnes de paka et punga ;
138 tonnes de peaux brutes.
11 est itident que la production commerciali-
see est inf rieurc a la production total, notanl-
ment en cc qui concern les products vivriers.


L'electrification de Brazzaville

Jusqu'en 1949, Brazzaville dait, pour la pro-
duction de l'Energie electriquc, entiurement tri-
butaire du Congo beige, la Centrale, exploitde par
la Socidtd 'oncessionnaire, 1' < Union Electrique
Coloniale >, no possddant, en ordre de march,
qu'un group 6lectrogene de 250 Kwh. et so bor-
nant, en fait, a distribuer l'dnergic qui lui 6tait
fournie par la SocidtW des Forces Hydro-dlectri-
ques de S:,ngha au moyen d'un cAble sous flu-
vial. L'ace oissement rapid de la population et
la n@cessit de fire face aux besoins, tant des
industries nouvclles que de l'artisanat, ameni-
rent les Pouvoirs Publics i so pencher sur le
problmeie de 1'al-imentation de Brazzaville en
dnergie 6lectrique.
La solid lion revenue, I'aminlagement de la
Chute du 1)jou'd on p!usieurs ,lzpe(s don't la pre-
mi'rc pern oetlra l'atteindr e ne puissance de
10.00() Knhh., est, d'ores et d(l j, en course de
rialisation par les soins de la < Sociild d'Econo-
mic mixte < Energie Electrique de 1'A. E. F. >>.
Les cha liners sont ddja ouverts, mais, bien
que leur a,'ancement se dvecloppe norinalement,
il faudra -ompiter pros de trois ol quatre ans
avant de pouvoir b6ndficier abondaminmnt du
courant ploduit par la nouvelle Ccntrale hydro-
6lectrique.

Si 'avenir mloign6 semble rassurant, le proche avenir,
an contraire, s'annonce sombre et pose des problems pr6.
occupants qi i sont loin d'etre r6solus.
D'ordinaire, ]a consonunation d'electricit6 d'une agglomin
ration urbai e double en dix ans. Mais la croissance verti-
gineuse de I:razzaville s'est joule de toutes les provisions
normales.
En effet, i s statistiques niontrent que la Centrale exploi-
tic par 1' << Union Eleelrique Coloniale > (UN. EL. CO.) a
fourni, anu ccrs d(e ees dernieres annbes :
2.7,80 milliers de Kwli en 1916
:;.3:00 > 19171
3.662 > 198
4.611t >> 19-19
(si. premiei.. mois de 1950 : 2.685.000) soil environ 5.400
mili'rs de IKwhi en 1950, ce qui ldcmontre que la consoim-


nmaion double en cinq ans, c'est-a-dire a une cadence 6ga-
lement double de la normile. Et, pour s'en persuader, il
n'y a qiu'i constater Ic prodigieux essor de la construction
qui a totalement change I'aspect ide nombreux quarters et
qui so traduit par ]a monte en fi'chie des alonnements.
Ce d veloppement continue, function des besoins vitaux de
la capital de I'A.E.I., est loin d'tre termiine. Aussi, pour
y fair face, il a fallu envisager Ipuisque le Congo beige
ne pent developer ses deportations de courant et linite
la puissance de pointe diont bhlndrice Brazzaville) la r6a-
lisation d'une Cenlrale Ihermique important de nature a
permettre la soudure avcc I'entr4e' en servicdede l'Usine
Hydro-Eleclrique.
Des 1918, les Pouvoirs Pulblics cnvisagerent de doter la
Central thermiqudede I'UNESCO. (d'un puissant group de
7.200 CV. lequel, entr" en service au course du mois d'octo-
lIre 1949, voit djai sa production integralement absorlbe,
de telle sorte que la society concessionaire s'est vue, rb-
cemment, dans l'olligation de suspendre tout nouvel abon-
nement. Deux nouveaux groups ont Wet coimmand6s mais
les delais necessaires a leur construction, transport et mon-
tage, sont longs. Malgre touted la diligence effectube, ils
n'ont pas encore 6te receptionnes en Europe, aussi n'entre-
voit-on leur entree en service qu'au course des second et
troisieme trimestres de I'annie 1951.
Est-ce A dire qu'aprrs cette periode de penitence et de
restrictions, le probleime sera heurcuseiment resolu ? II serait
presomptucux de le pr6tendre et de se leurrer A ce sujet,
surtout si I'on sait qu( ]a production d'un de ces groups
supplementaircs sera integralement alsorbee par les postes
de transformation en course d'aminagement pour l'industrie
privee, et la production de I'autre par 'ali:nentation des
divers clantiers de Iravaux de I'usine du I)jou.
C'est dire que, si 'on nc vrut pas 4tre a Ia imerci d'tne
interruption quasi total de courant, due aux revisions nor-
males et prriodiques des moteurs oil a une panne quelcon-
que (puisqu'il n'y a pas de group en reserve) il convent
d'envisager. lies maintenant, e( guard d A !a longueur des
(elais de realisation. la coiimande d'un troisiejie group
don't la puissance ne devrait pas itre infiericure i 1.800 CV.
Ainsi, Brazzaville disposera, an course des prochaines ann6es,
de Ienergie elcltriilue indispensable A son harmonieuxo de-
veloppement.


Brazzaville recoit de la viande de boucherie
de I'Angola

Le ravitaillement de Brazzaville en viande de
boucherie souffrail, depuis quelques semaines,
d'une certain insuffisance due aux conditions
climatiques saisonnieres des tcrritoires du Nord,
a partir desquels se fait l'approvisionnement
normal de Brazz:ville.
Quoique la situation ailt e1 moins grave que
lors des anndes passes, ii n'en a pas moins fall
rechercher des sources d'aplprovisionnenent sus-
ceptibles de pallier les insuffisances signals.
A la deimande du Gouvernement G6ndral, des
credits en escuios out dci mis, par le Ministbre
de la France d'Outre-Mer lI la disposition dc la
Fidiration pour 'ilmplortalion de b6tail sur pied
ct de viande dte houcheric en provenance de 1'An-
gola.








GrAce a la comprehension des autorilts portu-
gaises, ces importations ont, d6ji, rescue un com-
mencement d'ex6cution et des envois reguliers
seront, d6sormais, effcctu6s sur Brazzaville a
partir de Loanda.
D'iinportantes soci6t6s m6tropolitaines se sont
inltress6es au ravitaillement des centres du Sud
de la F6ddration A partir des Territoires du
Nord, et, a computer de fin septembre prochain,
cc ravitaillement ne soul6vera plus de difficulties.

Oubangui-Chari

Les problimes essentiels de I'Oubangui-Chari
6voqu6s devant le Conseil Repr6sentatif
Les Conscils Repr6sentatifs des Territoires ont
tenu leur session consacr6e a l'examen des bud-
gets territoriaux pour 1951.
La session du Conscil Representatif de 1'Ou-
bangui-Chari s'est ouverte, A Bangui, le 24 aofit
1950, sous la pr6sidencce de M. Georges Darlan,
President de 1'Assembl6e en presence du Gouver-
neur Colombani, chef du Territoire, et des prin-
cipaux chefs de service de l'Oubangui-Chari.
Aprbs le discours d'usage du Pr6sident, le Gou-
verneur Colombani a pris la parole pour un ex-
posl succinct de la situation du territoire.
II a, tout d'abord, ldgagd les traits cssentiels
de sa physionomic : < corps massif et robuste,
qui respire mal ct tend d6sesp6rdment ses bras
vers les deux portes du large : Poinle-Noire et
Dounala >>.
Etudiant plus particulicreinent le prollime human, Ic
oiouvcrieur cst anicne i constater que, s'il a ete possible
d'agir sur lc plan sanitaire, il n'en est pas (de mSime en ce
qui concern un point essential : 'aliicentation.
II imported done d'accroitre progressivemient les cultures
vivri4res, relies du mil et du riz en particulier, et de d6-
velopper l'accoutumnance de l'habitant A cc mode d'alimen-
tation; d'etendre les zones d'elevage et d'apporter, A la
population, une alimentation carnie qu'elle recherche par
tons les moycns, mime les plus dangereux; de letter con-
tre le fleau redoutable de l'alcoolisme et de canaliser et
contr6ler le courant qui diverse, sur les agglomerations,
un flot d'habitants qui manquent aux campagnes et devien-
nent des deracinBs.
Apres avoir soulign6 la situation difficile du marrhc du
travail, 1'orateur a alorde la question de la reorganisation
administrative, qu'il esquisse A grands traits. Examinant la
march g6nerale des Services, il insisted, notaniunent, sur le
Service Forestier, qui rev6t une grande importance
en Oubangui : un gros effort est tenti dans le
domain du reboisemnent. Finance par le IBudget du Plan,
un programme de travaux de prospection systematique de
la fort dense et d'inventaire des ressourccs exploitables a
reu un dbbut d'ex6cution. La production des scierics mica-
niqucs s'cst accrue dans de tres fortes proportions.
Le service de 1'Elevage, de son c6tb, a poursuivi, avec
mithode ct succs, une politique d'accroissemuent du cheptel
bovin qui atteint 300.000 unites pour I'ensemble du Terri-
toire.


Dans le domaine social, une des tAches fondiaentales est
l'organisation d'une large extension de I'enseignement pri-
maire.
Le service des Travaux rublics contribute, potr une large
part ii la r6alisation de 1'6quipement materiel du Territoire.
L'execution du programme des travaux ct la vie 6conomi-
que de l'Oubangui-Chari posent des probllnmes d6licats de
nain-d'oeuvre. A ces problimes, l'Inspection du Travail ap-
porte tous ses soins avec le souci de l'objectivit6 et dce 'ef-
ficacite. A cet regard, un point sur lequel il n'existait pra-
tiquement aucune reglenlentation va faire l'ob.iet d'un pro-
jet d'arrkt6 : il s'agit du travail de la main-d'ceuvre infan-
tile.

Le chef du Territoire en arrive alors A l'exa-
men des questions financires.
< Le project de budget que vous allez avoir
ai voter fait apparaitre dit-il que les seules
d6penses de fonctionnement et d'entretien depas-
sent d6dj nos resources ct que si celles-ci ne
s'accroissent pas, il ne nous sera plus possible
de faire vivre normalement le Territcire.

Construire des icoles, des h6pitaux, des dispenrsaires, aie-
liorer le systime d'administration en general, entrainant la
creation d'un corps plus nombreux de fonctionnaires ct
nous subissons les premieres atteintes de cctte ioi inelucta-
Ide. II en cst de mAnic des d6penses de nma6riel et de main-
d'teuvre. Ce qui rcvicnt A dire qu'un pays n'est i minme
d'exiger qu'on lui apporte des conditions de v;w meiilleures
que s'il est en imesure de supporter les charges nouvelles
(quel!es supposent.

EL le Chef du Territoire, dans sa conclusion,
a soulignd (Iue le budget qui est proposDe l'As-
seinbl)e a le inmrite de la sincdril6 cet de ne pas
exceder Ic potential fiscal du ltpays. I! rappelle,
aussi, qu'il a 61t6 tabli < en tenant compl)e de
I'aide precieuse qu'apporte la melropole dans no-
tre (ouvre constructive >.


Une mission de la Compagnie Gen6rale
des Olagineux en Oubangui-Chari

Une mission de la Compagnic Gni6rale des
Oldagineux, conduite par M. Andreani, parcourt,
actuellement, la vallee de la Lobaye afin d'6tu-
dier les possibilities d'implanter des palmeraies
sdlectionndes.


Tchad


Le Conseil Repr6sentatif du Tchad r6uni en session
budg6taire pursuit ses 'ravaux

Le Conscil Repr6sentalif du Tchad a examine
en stance pl)niere trois projects de ddlibdration
ddposds par le Gouvernement. Le premier concer-
nait les modifications a alpporter pour 1951 au
Code Local des Imp6ts directs. Les modifications






proposes i ortant sur la contribution des paten-
tes et licei ces, et sur la taxe du betail ont 6t6
adoptees pir 1'Asscmbl6e.
Celle-ci ;1 eu cnsuite a se prononcer sur les
tarifs des ]atentes ct licences. Les tarifs appli-
cables acttellement et en vigueur depuis 1948
ont dtd aligads sur ccux des autres territoires de
la Feddration, c'cst-A-dire relev6s de 50 a 150 %.
Les tarifs .pplicables en matibre de taxes sur Ic
betail ont it6 6galement augments. Enfin, au
course d'un d6bat animn, 1'Assemnble a fix6 pour
1951 le tarx des Imp6ts Directs don't I'assictte
est r6gie par le Code G6ndral de la Feddration.
La quality ;e l'Inmpt GC,6nral sur le revenue a 6t6
rainen6 de 60 a 50 %. Le taux sur le chiffre d'af-
faires est naintenu A 3 %. L'imp6t personnel nu-
merique et nominatif a 6tW augment de 50 %.
Le Conseil a repouss6 le principle de la creation
d'une taxe sur Ics terrains d'agrdment, ainsi que
sur les terrains non exploits.


Les crues au Tchad

Les plui.'s sont celte ann6e particliirenment
abondantes au Tchad, de nombreux fleuves ont
des crues (xceptionnelles et les inondations sont
a craindre.
Apris le; pluies torrentielles toinbes it Fort-
Lamy et dins la R6gion Idu Borkou-Erimedi-Ti-
besti on rel eve ine mnontec trCs sensible des eaux
du Chari : dans la journee du samedi 2 sojAcpm-
bre, celui-c a muonl6 de 7 ciii., Le vendredi 7 sep-
tembre, ii .tvail de inouveanu nmont' de 5 cim.
Par aillee rs, la crue tdu alihr-Azotumi arrive ti
I'improvist a 616 tres ral)ide ; le nalin la ri-
vibre ne montrait qu'un lit de sable see, Ic soir
il y avait dlja 'quatre metres d'eau et quelques
jours apr6!. on pouvait craindre une inondation
des environs d'Am-Timan. Suivant la coutume


le Chef de R6gion a fait 6gorger un boauf don't
le sang a could( dans les premiers flots. On sait
que le Bahr-Azouin se jette dans le Bahr-Salamat,
affluent du Chari ; il drain lcs eaux venant du
sud du Ouaddai.
Le Chaf de la Rdgion du Chari-Baguirmi si-
gnalc de son co6t quc le Ba-Illi, actuellement en
crue exceptionnelle, a d6pass6, le 7 septembre,
de 5 cm. le nivcau maximum atteint le 23 octo-
bre 1949 : 2 m. 65. La route N 6 est couple sur
15 m6tres, avec 1 In. 20 d'eau, par suite de la
crue du Chari a 6 kin. en aval de Boaye.

Election complementaire au Conseil Representatif

Le dimanche 27 aout, le premier college (ci-
toyens francais at statut m6tropolitain) de la
deuxi6me circonscription du Tehad, comprenant
le Mayokebbi, Ic Logone, le Moyen-Chari, Ic
Chari, Baguirmi et le district de Melfi, a pro-
c6dd a l'6lection d'un Conseiller Repr6sentatif en
replacement de M. Vincent, tragiquement d6-
ced6 au course d'une chasse au lion.
Une seule candidature avait 6tk pose : cclle
de M. Paul Belleteste, inginieur agronome ; chef
de la Production Colonniire.
M. Belleteste a 6t6 61u avec 370 voix.

Un bulletin hebdomadaire en langue arabe
est diffuse6 Fort-Lamy

Le landi 4 speul",nb.)c, a Ipnru it Fort-Lainy, le
premier nuini6r d'Ln bulletin hebdoiiadaire
d'inforinatiol n en l'uI arabe.
Prl6pard par le liureau de l'Infornation, en
liaison avec la Cha:mbre d(e Commerce et le Bu-
reau des Affaires Musulmanes, ce bulletin sera
diffuse dans tons les milieux musulmans de la
ville.








TOGO


La situation
economique du Togo
ab a fin
du 1 "semestre 1950
LOR S cque l'an-
n6e 1949 a 6td
Sinarqttc p a r
tin d6sdquilibre im-
d portant de la balance
conimerciale du Ter-
I ritoire essenticile-
ment caus6 par la
mndiocritd des exportations le .premier se-
mestre 1950 est caractdrisd par un bon equilibre
des exportalions et des importations compares
h celles de 1949, les exportations se sont vigou-
reusement redressdes et les importations suivent
le icme rythme satisfaisant qu'en 1949.

Les chiffres suivant marquent le developpement des ex-
portations du Territoire depuis 1948 :


Ier semestre
2' >
ler >
2" >
2'' >
icr >


1948
1948
1949
1949
1950


: 13.521 tonnes valant 346.700.000
: 25.793 > 821.800.000
: 14.380 373.000.000
:8.130 > 471.600.000
: 19.193 > 693.300.000


Si l'on considre qcue les chiffres du 2' semestre 1948 sont
< souffles > par 1'exportation de 8.642 tonnes de tapioca
valant 328.318.000 francs et correspondent ainsi A une con-
joncture exceptionnelle, les r6sultats du 1o semestre appa-
raissent conmme tris encourageants. Si l'effort est poursuivi
pendant le 2" scnsestre de la minne inanibre, 1'annee 1950
s'inscrira dans la listed des bonnes ann6es d'exportation du
Togo. Tout porte d'ailleurs a croirc qi'il en sera ainsi. Le
2" semestre 1949 avait kt6 tries inauvais an point de vue ex-
portations, en raison du d6sordre jete dans la commercia-
lisation des olaagineux du faith de la rupture de ses enga-
gements par le G.N.A.P. (Groupement National d'Acliat des
Produits Olagineux). Le 2' semestre 1950 6chappera a cette
fficheuse 6ventualit6 en raison de la r6ouverture des mar-
ch6s strangers aux products togolais. Les imarcihes allemands,
danois, belges et suisses sont rouverts ct permettent de
payer des prix intressants aux producteurs de palmistes, de
coprah et de cacao.
Pour ce premier semestre 1950, les products suivants tien-
nent la vedette ;
1" Le cacao don't 3.026 tonnes valant 254.300.000 ont eti
exportees. Cacao de premiere quality6 qui s'est vendu en
France et dans cinq pays d'Europe (Hollande, Allemagnc,
Grande-Bretagne, Suisse et Italic).
2" Les palmistes don't les exportations se sont elev6es a
4.421 tonnes valant 107.500.000 fr. Tonnages expAdi6s prin-
cipalement sur la M6tropolc, une partic 6tant destined i
'Alleinagne ct an Dancmark.
3" .Le coprah don't 2.291 tonnes valant 73.300.000 fr. ont
t 6 vcnducs en France et an Maroc.
4" Les arachides 1.923 tonnes valant 58.000.000 de francs
adresste-s an Groupement National td'Achat des Arachides
de I'Afrique Francaise.
5" Le cafe don't la commercialisalion a &t6 retarded par


les titonnements qui out suivi la liberation des prix d'achat
et don't au 30 juin, 486 tonnes valant 53.200.0(0 francs ont
Ete expdli6es sur la France.
Pour l'enseible des products d'exportations du Territoire,
la situation est saine car les course mondiaux s(.nt soutenus
et les deportations devaient normialemnent porter d'ici la
fin de 1'ann6e sur 12 ou 13.000 tonnes, car la totality des
recoltes 49-50 de cotton et de kapok rest a ex porter et la
coimmercialisation des pahnistes ct du coprai !e ninaintient
a des niveaux inconnus depuis de nonmbrcuses annes.
Le G(ouvernement a fait, conine les ann6es pr6c6dentes,
Ic maxiniun d'efforts pour adapter les taux i ,s droits de
sortie et les valeurs mercuriales aux variations des course
imondiaux. II attend du commerce d'exportation qu'il paye
le plein prix aux producteurs et des producteurs qu'ils
s'acharnent A produire. 1I est bien evident, cii effet, que
la population de cc pays, si elle s'attachait a la seule satis-
faction de voir s'edifier sur le sol du Togo des Bcoles et
des dispensaires, s'exposerait A de graves Incomptes pour
l'avenir. L'accroissement de la production reste, plus que
jamais, la base et la garantie du d6veloppement social.
Balanvant a 20 millions pres les exportations, les impor-
tations dui premier semestre approvisionnent its boutiques
du commerce A une cadence qui, pour ktre iatisfaisante,
n'en reste pas moins encore susceptible d'amelioration.
Les chiffres suivants font 6tat de leur evolution semes-
trielle depuis 1948.


le, semestre 1948 : 11.209 tonnes valant
2' > 1948 : 12.137
ler, 1949 : 17.069 >
2" > 1949 : 21.363 >
e0I > 1950 : 18.405


294.000.000
54:..600.000
73:.600.000
72::.800.000
7 ;.200.000


Les products d'approvisionnenient de base marquent A
quelques exceptions pres des progress substantlels : 4.340
tonnes de ciiment centre 2.875 5 la minute epocue de 1949,
864 tonnes de fers et acicrs centre 610, 1.533 tonnes d'es-
scrne centre 969 et, dans le secteur alimentaire, 581 tonnes
tei sucre centre 325 et 1.906 tonnes de sel contre 1.136.
II conviendrait seulement que ces arrivages, particulire-
ment ecux de sucre et de eiment soient assuj'ettis A moins
d'a-coups grace A une r6gularit6 plus grande des escales
des cargos, a vrai dire difficileimcnt praticablh.
La regression note de certaines importations, ne doit pas
susciter d'alarme particuliire. Celle du patrol( (717 tonnes
centre 927) indique seulement que le march de cc pro-
duit, liberi le 31 dicembre 1949, cherche son point'd'iqui-
libre.
La diminution des importations de tissus dc coton (220
tonnes contre 300) marque l'acuit6 de la concurrence que
font aux tissus m6tropolitains les tissus imports de Gold-
Coast par le jeu des tolerances frontalieres et sera en bonne
parties compens6e par les r6sultats du 2' semeslre 1950 qui
prendront en coinpte une bonne parties des lissus anglais
commands sur le substantial credit de 100.000 livres sterling
accord en avril dernier par le Ministre de la Fi dance d'Outre-
Mer. Quant a la diminution des importations de boissons
distillers (481 tonnes pendant le "le semnestre 1950 centre
664 tonnes pendant cl 1" semestre 1949) pet de monde
s'en plaindra.
Certaines mnarchandises ne sout pas encore imports au
Togo en quantities suffisantes : les allumnettes. les laits de
conserve, certaines marques de cigarettes. Lors des Confe-







rences Econo niques mensuelles de juillet et aoiit dernier
le cas de ces importations a 6t6 examine dans le detail en
liaison avec ie commerce local. Tout porte a croire que
cttee penurie sera bicnt6t r6sorbhe. Entre le ler janvier et
le 30 juin d, crite annie, plus de 25 millions de boites
d'allumnettes oilt in particulier 6t- commandoes sur les di-
vers accords u ommerciaux don't le Territoire a Ibenficie.
A propos des accords commerciaux ii convient de signa-
ler que le Ministere de la France d'Outre-Mcr s'cst penchli
avec un soin particulier sur les problmnes qui se posentau
Togo et que e Territoire a, de cc fait, benificie de contin-
gents de devises proportionnelleennt beaucoup plus impor-
tants que crux allouEs aux divers autres territoires sous
jurisdiction f ancaise d'Afrique. En mlme temps que le
Gouvernemen. s'cst preoccupe d'arcroitre les importations,
il a examine le prolinme de la r6partition finale des mar-
chandises d'ii deportation.
La r6partitlon finale par le jen d'un rationnenlent sou-
inis au conti le du Bureau des Affaires Economiques est
maintenant iupprimee. Tout le monde, je crois, se f~li-
citera de l'a:;rogation de oe system. Dans le courant du
2' semestre 1949, les marchandises suivantes avaient ;,t6
lises sous 1: regime de la liberty de vente : le cinmnt,
les fers, I'es ence, le inazout et le p6trole. Et la faring, le
sucre et les tiles ondul6es l'ont ete an course du le'P seinestre
de cette ann ie. Un arrte6 recent vient, d'ailleurs, de sane-
tionner cette liberty de vente accordee aux marchandises
d'imiportation en mmle temps qu'il inaintenait un taix dit
marque limi:c. pour les marchlandises suivantes : slicr,.
farine, laits le conserve, t6les et ciment.
La r6partilion finale par le jcu de la liberty du coml-
merce est u probllime particuli-rement delicate en raison
d'une organization, qu'il est permlis de ne pas juger satis-
faisante, de cette repartition finale.
D'autre part, en effet, qoelques naisons tie commerce ont
pris l'habitu Il de vendre aux revendeuses la presque tota.
lit6 de leurs stocks, d'autre part, la masse de la population
autochtone s avere attachee a laisser les revendications jouer
un r6le pr6eonderant dans les transactions de detail.
Pour remnilier A ces d6fauts, le Gouvernement pense pour
le premier point avoir convaincu le Commerce d'Importa-
tion de la i cessite d'approvisionner, avec sans cesse Iplus
de regularitl et d'ahondance, ses boutiques de detail. Pour
le second plint, le Gouvernenment convie les groups de
consommatel rs parliculierement touches par les exilgences
des revendcelses, a se federer en groupements d'achat et
cooperatives.

En definitive, la situation dconomiqnue du Ter-
ritoire en ce milieu de I'ann6e 1950 peut ktre
qualifiEe de saine. Pour (lu'elle devienne pros-
pere, 1'effort de tous est nicessaire dans tons les
secteurs.
Des consommateurs le Gouvernement attend
plus de ponderation.
Du coirmerce, il attend : h Lomn la normali-
sation de:. ventes en brousse, un effort sp6-
cial d'aprovisionnement des boutiques en vuc
de soutenir et d'aiguillonner l'effort de produc-
tion des igriculteurs.
Des pr:)ducteurs enfin, le Gouvernement at-
tend beaicoup, sp6cialement de ceux du Sud.
Dans les mois qui viennent, ceux de la region
de Ts6vi6 vont avoir a leur disposition I'impor-


tant instrument de progress qui s'appelle l'usine
Jean BEDIN dI'Alokouegbh. Le succes de cette
experience de mdecanisation de la production d6-
pend de leur bonne volont6. Quant aux planteurs
tie cafe des Cerclcs de Palim6 et d'Atakpamd,
ils ont I'avenir de leurs plantations entire les
mains, le Gouverneinent compete qu'ils sauront
suivre les directives dii Service de l'Agriculture
pour se d(lbarrasscr du scolytc.

La commune-mixte de Lome

La communiiie liic de Lom6 ayVant 6t1 r6cem-
Inent drigde au 3 ldegre, le Coninlissaire de la
Rdpublique a arretl Ihls dispositions reglemen-
Lant 1'Mlection, prochaine, des 6diles. La com-
mune, ddcoup6e en six sections electorales, Clira
une commission inunicil)le, )prsidie par 1'Ad-
ininistrateur-Maire, et comprenant 18 membres
don't 12 titulaires et 6 supplants, a raison de
2 titulaires et 1 supplciant par section dlectorale.

La Commission Consultative franco-britannique

Le Conmmissaire dc Ia Rdpul)ique a rutni le
4 septembre en conference les leaders du Comit6
de 1'Unilt Togolaise et tdu Parli Togolais du Pro-
gres pour les eniretlnir des modaiitis de cos
elections, qui soni les suivantes :
Les brncm s de celic Coniinission Consulta-
tive scront, porr Ie T'ogo francais, au nolnire
de 28, don't deux d(signes par les deux parties,
les autres Mtant elus. Les elections auront lieu a
deux degrds : anu premier stade les villages d6si-
gneront en consci] coutumier les < grands 6lce-
tours >> qui scront rdunis ensuite dans les cen-
tres de vote pour 6lire les ld616gus h la- commis-
sion. Dans la comniince-nmixte de Lomen les 6lec-
lions auront lieu (galement Lt in tour mais sur
les listes ltablies Ipar I: Coiniission Municipale;
le scrutiny sera secret.
Les operations sc t6lrouleront aux dates ci-
npr's : 1" octobrce au plus lard : de6p1o de can-
didature des del&gu6s 10 octobre designation
des grands eleceunrs -- 22 oclobre election des
dilegues.

Retour du Docteur Pedro Olympio

Le Dr Pedro ()lympio, (Idlgui par le Parti
Togolais du Progrns pour caller h Lake Success,
en juin dernier, soulenir deviant le Conseil de
Tutelle la these ie ce pi ari (tie I'on sait hostile
a l'unification eve6, est rentlrd Lom do le jeudi
7 septembre 1950, par I'avion d'Air-France,
apres un sejour en France. 11 a et6 accueilli A
1'a6roport par une foule nomlbreuse qui l'a fr6-
n6tiquement acelam6 et qui, forman! un inter-
minable cortege, I'a ;:cconmpagnp, an milieu de








tam-Lam et de salves de fusil, jusqu'A son domi-
cile en empruntant un itin6raire traversant les.
grands quarters de la ville.
Le Dr Pedro Olympio a fait le soir, devant un
large auditoire comprenant les nombreux del-6
gues des sections du part venus do tons les coins
du Territoire, uine conference trbs applaudie stir
sa mission ai Lake Success.


Adjudication de travaux

importantns travaux prdvus dans Ic vaste
programme de constructions et d'ainnageiments
6labords par le Territoire, vont passer incessanm-
ment dans le domain de la rdalisation. II sera
proced6 le 8 septembre aux adjudications sui-
vantes :
Construction d'une formation sanitaire I
Sokodd.
Construction d'une formation sanitaire Ic
Bassari.
-- Construction d'une polyclinique it Lama-
Kara.
-- Bitumage des rues de Lome.

A L'ASSEMBLEE REPRESENTATIVE
Ia session ordinaire de l'Assembl6e Represen-
tative du Togo a tenu sa stance inaugural le
30() septembre A Lome.
Le Gouverneur Digo fut requ par une de61-
gation du Bureau de I'Assemblie et il prononcla
le discours d'ouverture dans lequel il insist sur
le d6veloppement continue du service de 1'Ensei-
gnement et de ['Assistance Medicale. Il insist
6galement sur les moyens donnas au Service de
l'Agriculture pour lui permettre d'accroitre la
production du sol, seule richesse du Togo. Mais
pour maintenir cet effort, une severe gestion
financirre s'impose. Le Commissaire de la R&-
publique mit en relief I'aide substantielle que
la France apporte au Territoire au moyen des


credits du Fides et qui permel la cons!r"'clion
tie travaux d'equipement, et ceci en d6pit de;
lourdes charges que la Reconstruction At le roar-
mement f'ont peser sur la M ltropole.
Dans sa conclusion le Gouverneur Digo dd-
clara : close et que devant les possibilities li nit es des
resources du Territoire on sc doit d: restrein-
dre le train de vie pour assurer la parenniid de
l'cruvre economique et social .

Manifestations Francophiles au logo
A l'occasion de la creation du cercle de Lam:ila-
kara an Togo, une grande fete a eit organise
par le chefl siup6rieur Palanca. Auitour d(l Com-
nissairte de la Rlpublique sc trouv;ai,'n reunis
Lous Ics Chefs Supdrieurs du Nord du J'ogo ainsi
(lue les Chefs des canons Cabrai et Lo)ssos et
les chefs de cantons Sokodi'. Le Chel' suplricur
i)jougou dui Dahomev ltait invit'.

Avant Ic banquet, une allocation de ic nonee au nomn des Chefs Supilricurs (:ibria!s p Palanga
cl des (hefs Sup6rieurs Lossos par Birega. G:'.. aliocutiolns
miirent I'accent sur la joie g6niirale de [I 1) ptutation ei
surtout sur I'affirmati!on solennelle du (Idsir arhil i de celle-
ci dt conlitinuer a vivre sons la tutelle fr:anlcais'. illes con-
chlrclt en soulignant la ferme rc icoliuioln diic r' Iptnser t.u-
tie Irs lsmanuvres cherchlant ia dielacher les piptiLa:ions togi-
laises dlu people fraiiais, cn qti ellcs onl p!ia>" tlutes lcurs
cspirances in lui confiant teur dcslinii.
les chefs Sokode Bassari, Mango t-t iapanuo iparlercnt
cnsuite. Tlus affiriiirein Ic le mine :tilahenmen sincerer
la France et la mnime opposition L ton'te too licaioni du
refgiie de tutelle qui strait pour eux inic rcgrei';ali regres-
sion. En toutcs eirconstaincs, d ciites de la France.
Le Conscil!,'r gOneral dhli'.:nc 'n. C(ongacou. ,::;i itait ega-
lement invii a i citte mnanifcslalion, tint, an coum:, d'unle cor-
diale allocation, a souligner I'impression rcco C)rtante quc(
iii avait cause cctte reunion. Enfin It Conmmiiisaire de la
RUpublique coinclut en imcitant I'accent sur 'c c'-lactbre syni-
bolique de cettc he lle anifeslation d'lUn ion ra,111-toro-
laise.







MADAGASCAR


-Une declaration
de M. Bargues

M Ba g B ut' a,
HLaut Coin-

Imissaire dc
Ila Rdpublique it Ma-
Sagascar, vient d'arri-
ver It Paris pouir ef-
Sfectucr un sdjour tde
quelltiues semnines, ti11
cours d(lcs(ljelles ii aura des conversations t:vct'
lte nolblerc :ses Ipersonnalitds politiques.
Interrogi par un reprnsentant de 1'Agencc
Franee-Prtsse, il a ifit I point de la situalic o
it Madagats 'r :

L'Asseml le representative a-t-il nlotianlnent declare'
- a termindt r6LeeIIIeni t sa session bIudgitaire ortlinirei :
celle-ci a e t Inmrtqlue1C par uln effort particulier de d ccn-
tralisation lii-antci're qui correspondtai, logiqi-umlntt, ia la
large d Icentr lisation politique r6alisbe dans la Grande Ile.
Cette d6tcenialisalion a consists is donllner, aux cinq pr,
vinces de MIagascaur, un:e attonnomic financier 1e aussi large
qle possi!e' grice 1 l 'instituitiol d'Iun ltaixe. dite d(. d6vo-
loppemn ent fl onollniqu ie per:ue sutr ics transactions ; solt
montant seri rlpalrti entree tes prvi'nces ilto les deficit.
4taient, jusqii'ici, ,coibl6 s par le Ibuget giril.
Madagas, ar a poursuivi M. llarguep s sort de la dou.
blWe rise de I I gucrre e1 de la rebellion; elie reprscnte, dains
la conjonetur,- iintrnaltionale actuelle, un bastion stmrat6gique
avancl sur '-s grades routes maritimes et, a ce titre, est
uppele iA r( joindre les grands circuits Aconomiques mon-
Silaux.
re Les eff rls tid gouvernenlent tendelt, dans till pro-
gramime A l ig term, it d6velopper progressivement totes
les possibility s de 'Ile (agriculture, .\levage. for2b Ce pro-
gralmm est i'ndS principalement sur unec politique de rm-
g6n6ration tds productions agricoles et des cultures d'ex-
portation et, notaiment, d'une re66ndrati)on des plantations
tie caf, sdv -ileent touches, don't les recoltes sont1 passes
de 40.000 i 25.000 ton'us (el enacies d'tlre clIore diiiii-
nutes.
St Madagas--ar va b6n6ficier, d'autrie part, d'une politique
d'engrais trt: insuffisamment utilis6e jusqu'ici par les agri-
ulteurs. Afi, dei coordonner les divers 16mnents de ce pro-
gramme, un conseil du paysannat va 6tre crtri. qui s'inspi-
rera, dans sotn action, des secteurs tie mnodernisation rural
duI Maroc (( oop6ratives, materiel unique, etc...) Ces expFi-
riences donneront le, sons de la responsahilite collective atux
paysans mal:laches.
< Nos pro ets de miise en valeur de Madagascar compor-
tent, egalem 'nt. la rtialisation d'in vast programme de
construction 'labitaltions pour les autoehitolns, '4&tnude d'une
eventuelle ulilisation, str place, dtu chlarbon, de la replanta-
tion, et mall eureusement, l'arrachage necessaire de certain
plans de caf iers.
< Le miuistre de la France d'Outre-Mer a inontr6, it
l'6gard de r as besoins, la plus large comprehlension, nonus
ferons encol e appel it lti. ainsi qtu'i nos parlementaires,
pour que scient aeecordes. i Madagascar. dan le cadre din


I I. .E.. 1 1 l > i v .-lit l c i.,1ui let aiutuyt-ns finan-
ciers qui sonlt ince',., sun e ixpanion agricole et Cco-
Inoliique.
La rMise sur piied de c prot griatmilci s'inspire du suuci
houmain d'atiginenter e- niieac tdie vie tie la population mal-
gaclhe. :eci est, pour ia France, un devoir 616mentaire. J'ai
pu rercuiillir, depuis 11101 arrive iA Madagascar, des tmnoi-
gnages tangiles del I'altuchci ent des Malgaches i la mC-
tropole. Les pIies s4ii icsat:'isniit l.ntenient, mais srFnement.
.C'spore, dans tin pr)lo.il aveniir, associer p ls largenment les
population s iltlocIltei ; la i igeslioln muinicipale; elles se-
ront represecntle i Tanalnarive. (e principle sera 6tendu
progressivlement car ii r6pond it la simple Cquit6.
.< Mon prditlcessc-. lI. die Clhevign, avait appuye la
renaissance des << iokoolona ;> (Conscils de notables sur le
plan communal) dotin I'iniluence est rtelle, venue d'un loin-
tain heritage. Celle r'-naissance st' pursuit depuis 111011
arrive ct lpourrIa cm.)liunitr uil effort int6ressant str II
d1'ouble plan miiatriel -,t moral dan1s l'l le.
1M. Bargues iu ttriii4ie ein csodliinalnl li haute tenue de
I'Assemblei l{epr>s 4nIticv : .! It climilt de Iplitique rass6-
renE depuis quelquies i;lis, nais vivant en ses tendances
dliverses alprs les profonds reious provoques par la r&-
el0lion.


Les importations de Madagascar pendant
le 1 '' rimestre 1950

Pendant le premier trimestre de 1950, il a 6Wt
import A Madagascar 80.371 tonnes de nmar-
chandises relpresenlltint une valour de 2.730 mil-
lions de francs C.F.A. centre 37.305 tonnes, va-
lant 1.804 millions de francs pendant la meme
pIriode de l'ann('e 1949.

Le tonnage imlportr' a done plus qiue douhble. :Cete aug-
Imentation massive provient surtout id fait que les impor-
talions de honille, presque nulles (8 tonnes) pendant le
premier triimestre 1943 se sont 6leves i 36.925 tonnes pen-
dant le premier trimcestre 1950.
On peut ((tepeCldiat! rioter 1ne progression sensible tes
importations dte iecns d'6quipenent (machines, mnat&ril de
transport) d'ouvrag.es en metaux, de m6taux, e tigsus de
(oton, de veteinint. tie sacs, de pnenmaliques. de prodnits
iplroliers, de boissons et de papers.
Par centre, les nitre's de produits alimentaires (farines.
riz, ctc...) tie sel, die products chimiques, de bois et d'ou-
vrages en lbois, de savw j! de verre, sont en recul notable.
La repartition des inmportations par pays fournisseurs s'kta-
llit comnme suit en 1930 :
France : 28.439 tnnes 135.3 "/c valant 1.929 millions
170,6 %).
Autres pays de T'lUnion F'rancaise : 1.475 tonnes (1,8 '/i
valant 118 millions (4.3 1').
Pays strangers : 50.157 tonnes (62,8 %) valant 683 mil-
lions (2,5 %).
Pour le premier irimestre 1949, la repartition ktait la
suivante :
France : 18.171 (48.7 l/) valant 1.329 mlilions (73,7 %).
Autres pays de I'Union Francaise : 2.877 tonnes (7.7 1t)
vilant 126 millions ,((9 'rL.







Pays strangers : 16.257 tonnes (13,5 %) valant 348 mil-
lions (19,3 %).
L'augmentation des importations de l'tranger provient
surtout des entrees de houille et de l'accroissement des im-
portations de machines et de products p6troliers.
Les exportations du premier trii estre 1950 s'etant ele-
v6es L 33.276 tonnes, valant 2.854 millions, il s'ensuil que
pour ce trimestre la balance du commerce extericur est
favorable a Madagascar de 124 millions. Mais it convent
de remarquer que durant cette periode, les deportations
de caf6 se sent e61cves ii plus de 14.000 tonnes, valant
1.943 millions et que les trimestres suivants de 1'annie 1950 ne
verront pas de sorties aussi importantes de ce produit riclie,
de sort que l'on doit s'attendre a voir la balance com-
merciale de Madagascar rester d6ficitaire pendant I'annee
1950.

Nouvelles de Madagascar
Datns le courant de la semainc, a cu lieu, en
prscence du Gouverncur Gautier, Secretaire Gd-
ndral, de notabilitSs diverse et' d'une dizaine de
milliers de personnel, la presentation officielle
du premier helicopltre arrive i Madagascar. Cet
apparel, prIsenlt par la Soci6tC Air-Madngascar,
doit 6tre acquis par Ic Tcrritoire si les essais
s'avbrent satisfaisants. II strait destiny notam-
ment A la lutte antilcridienne, a dcs applica-
tions diverse dans 1'agriculture, Ic service de
sant6 et les etudes topographiques. It s'agit d'un
apparel Hiller 360 det 178 chevaux. Cette nou-
veaule a produit une grosse impression sur I'as-
sistance malgache i T:nanarive ct dans les dis-
tricts des Hauts-Plateaux ofi il fut 6galement
prscente au course de demonstrations rdussies
de poudrage antiacridien.

Arrivee du Gouverneur Gendral Delavignette
Le Gouverneur Gindral DELAVIGNETTI, arrive
a Talnarivc le 16 sep)tenbre, a t61 accueilli
a Arivonimamo par le ,gotverneur Gautier, re-
pr6sentant le Haut-Commissaire en mission en
France. Transporth par avion militaire i Ivato,
le Gouverneur g6ndral D)elavignelte tful salu6 par
'namiral Auboyneani. Les honneurs militaires lui
furent rendus par une Compagnie de 1'Armde de
I'Air ct le salt au dral)eau prec6da Ia pr6senta-
tion des principals autorit6s civiles et militaires
du Haut-Commissarial.

L'extension d. I'agriculture
Etudier les possililil6s d'extcnsion le I'agri-
culture A Madagascnar tel Mlait le hut de la mis-
sion (uie le Bureau Central d'Eludes Agricoles
de Ia France d'Outre-Mer vient de terminer
dans la Grande Tie. Cette enqu6le sur l'intensifi-
cation de la production portrait, soit sur des rd-
gions ddjit exploitles, soit sur dcs terres fcrtiles,
mnais encore vierges fate d'eau, de peuplcment
et de voices de communications.


C'est le problems de I'immigration, soulev6
depuis plusieurs annees, qui a retent.. au pre-
inier chef, I'attention des experts. II s'agit, en
l'occurence, d'envisager, a Madagascar, un ap-
port d'traingers, d'Italiens notammenl. Ce sont
les pays fournisseurs de inain-d'ceuvre qui finan-
ceraient les installations et celles-ci, pour ne
l1ser aucun des interets existants, pourraient se
fire stir des terres jusqu'ici inctilics.


A I'Assemblee Representative

Le 28 naoit, 1'Asscinbl6e Representative a tenn
une stance 1plnibrc, au course de laquc e ont 6tc
successivement approuv6s :
-- Un project d'arrile, modiinant celui du 5
juin 1947 qui rdglemenltit la composition, 1'or-
ganisation et Ic fonctionnement des Chainmbres
de Commecrce ct des Commissions consultative
des intdrets economiqucs ;
Un project d'arrWld interessant Ics fonction-
naires recrutes sur place entire le 17 avril 1949
et Ic 24 fevrier 1950. Ces agents con:;,rvent, A
litre transiloire ct personnel, le droit I) la majo-
ralion de dCpaysement, na r6giime d:; alloca-
lions 'amiliales et des congis don't ils lbindfi-
ciaient effectiveient an llnoiment dte luri enga-
gellent.
II est prrcis6 que Ics inl6ress6s percecront Icur
nouvellc sole i' col)lpter du jour oil 'a reduc-
lion esl intcrvenue.
-- Un project d'uarrtl portant classemnent in-
diciaire du personnel idu Service Gdogr p.hique ;
-- Un project d'arildt abrogeant, m(iodifiant et
comiidleant certain articles de I'Arrite du 23
noveinbre 1906 rclatif i I'enseignemcn priv6 A
Mada gascar.
I'Assemblde a donnd un avis favoral)le h l'oc-
troi, pI'r le F.I.D.E.S., des sulventions suivan-
Les
12.500.000 francs C.F.A. nu prfce: aposto-
lique d'Ambanja, pour la realisation l'un pro-
granun1 e de constructions scolaires ;
30.000.000 de francs C.F.A. an Vicaire apos-
loliquc de Diego-Sniarez pour Ia construction
l'un groups scolnire professionnel et manager ;
45.000.000 de ('raies C.F.A. a la: Commu-
naut6 des Frbrcs ldu Socrd-Ci'ur pour la cons-
truction d'une cole primnire a An:animema
(Tananarive) et d'une Ecole Normale :' Amba-
tolampy.


La situation des rrarches der cafes et de 'a vanille
La hausse inccssante du march du anf6 dans
la M6tropole se trliduit par des variations pres-
que journalires des course locaux. L s d6ten-
leIrs de stocks cl surloul les collected! s asiati-







ques, h6sitrnt i vendre ct il est presqu'impossi-
ble de cont;racter a term A des prix determines.
Comme, d'autre part, le mauvais temps qui
r6gne depuis un mois dans les regions produc-
trices de 1'Est, ralentit les arrivages, le march
est plut6t alone ; les course oscillent entire 140-
145 francs C.F.A. dans les petits ports ct centre
147-150 da is les grands centres. mais le volume
des transactions est assez restraint.
L'imporhlnce de la rdcolte de 1950 n'a pas en-
core dtcd .-alude avec precision. Lcs derniers
chiffres mi ; en avant sont entire 23.000 et 26.000
tonnes cc qui represented une production trs
faible et in rerieure de 15 a 20 % aux provisions.
Dans le Iriangle Antalaha-Sambava-Andapa, la
vanille ver c est pratiquement vendue. Apres
quelques h usses, de caractire purcment specu-
latif les derniers lots se sont !raitds nux environs
de 140 francs C.F.A.
Le stocie dis)ponible en r6colle 1948-1949 est
insignifian La vanille verte 1950 se prepare ac-
tuellement et scra mise sur le march vers (d-
cembre. M \is, comme pour le caf6, les previ-
sions ne st ront pas attcinte, et les consequences
du cyclone de fdvricr 1950 auront en definitive
dcpass6 lc; 6dvlunlions les plus pessimists.
Le tonna ge charge sur le < Robin Doncastcr >>
pour les S.A. rcpr6sente a peu de choses prbs,
Ic sold d s lots 1948-1949. II est done pcrmis,
la consomi nation mondiale ctant mailenant bien
connue ct les stocks en France el aux U.S.A. re-
connus in uffisants pour salisfaire aux besoins
jusqu'en iars 1951. de computer (que les course
se maintiecdront et mnime devront normale-
ment monler.

Augmentation du capital de la Societe des Petroles
La Society des P6troles de Madagascar, dans
laquelle ce.t inl6ress6e la Compagnie Francaise
des Pdtrol<,s, vienl dc porter son capital de 250
a 340 millions de francs C.F.A., par mission au
pair de 18 000 actions de 5.000 francs C.F.A.
Une rc -ntc assemhl)e e a pprouv6 un project
de conven ion devant intervenir entire le Bureau
des Rccherchcs du P6trolc ct la Soci6td. et relatif
a un prct se montant i 350 millions de francs
mitropolit lins.


Le pelerinage de la Mecque

Dix notabilites musulinanes de Madagascar et
des Comores, se rendant h la Mecque, ont pris
passage i board d' n D.C. 4 d'<< Air-France >,
i destination de Djibouti.


Cinquante ans de presence a Madagascar

En 1900 la Maison-Mlre des Swurs de la Pro-
vidence, sise i Corcnc (Isire) envoyait h Mada-
gascar quatre religieuscs. Cette humble Mission
compete lmaintenant 60 Swurs malgaches qui, a
cetd de Icurs Sw(urs Francaises print, ensci-
gnent ct forment les orphelines qui leur sont
confides.
Les centres oil (eu\vrent les Swurs de la Pro-
vidence sont : Anbatolaimpy, Taananarive, Be-
tafo, Antsirahb, Faratsiho, Arivonimnamo et Mo-
rondava.
Le dimanche 1 ( septeinbre, ii Amparibe, de-
vant le Secr6taire g6ndral el Mine Gautier ct Mgr
Victor Sartre, plus de cent orphelines des Swurs
de la Providence out ,ll'ert a leurs bienfaiteurs
unc natinde rcrcuative en tous points rdussie.
Mgr Sartre ct M. le Secr6taire (;Gnral Gau-
tier recurrent ensilie chacun un compliiment tres
lien dit par unc )peite orpheline. Un salut so-
lennel ct un sermon du R.P. de Meritens, supe-
ricur de Ta Mission de Tananarive, ont cloture
cette journey.


Decouverte d'une sepulture archaique

lIne sdpulture archaique, d'un haut intirIt,
sans equivalent it Maadagascar, dvoquant les dol-
mens m6galithiqucs d'Europe, vient d'etre dd-
couverte it Tananarive.
Ellc cst consltiluce i)ar (l'normes dalles de
granite, ddcliimiant uine vastc chambre : la
picrre de couvertlure ino mesure pas moins de
5' mtres de long sur 3 mnitres de large, ct
quaraantc i cinqluante ccntinimtres d'cpaisscur.









INFORMATIONS ADMINISTRATIVE


ADMINISTRATION

* Decret n" 50-1077 dii 25 aoit 1950 autorisant a titre excep-
tionnel et temiiporire les nominations des greffiers en elicf
d'outre-nier d'liu terriloire a uni autrc Itrritoire (J.O. 2-9-501i.
* Drcrel dut 31 aoiit 1950 approulvant la delib6ration in" 7-50
ldu 27 mars 1950 tdu conseil g enratl de lai Guiiice franeaiste
instituant lie ta; t sur la plus-value iuniobilifre dates tIr-
rains non lhitis lon ilnsuffisalmmenli blatis, ainsi queii sulr le
apports prs et simple ti soeiflt dates mnlies inriiiillles
(J.O. 2-9-50).
* D4cret du 3 1 aofit 1950 approniivnit ia delilbration n" 33-501
du 8 juin 1950 du conscil gndieral dea Stilnt-lPierrc et Mlique-
Ion modifialt la regilcnientationl desli ilmpots sur Ite rcvenui
(J.O. 2-9-50).
0 De)ret dui 31 aoft 195i) rclatif li la date d'ouvcrture de la
deuxinme session ordinairc 1950 de I'Assemblte rcpresetlla-
tive du Canleroun (J.O. 2-9-50).
* Decret du 31 aoill 1950 reportant dut 1" an ;30 septeinlre
1950 la dale d'oiuveirtlir te dI in session budgitaire dt I'assm-ti-
blde representatives idu! Togo (J.O. 2-9-501.
* Autorisalion d co4-istitiiion d'uiie sot'iele d'io-nxmii
inixte dite < Energic A. 0. F. (J.O. 5-9.50).
0 Autorisatioi de consliitittHion d'tine soei(tt d'ccoitomic
mixte dite -' Einergic flecitriqlie (;uin e i(' (J.O. 5-9-50).
* Organisation tde la direction de I'agriculiure, dc 1'ilevage.
des forts et des cihasses i I'adliiniistrationl rentrale diu iiiini;-
t-re de la Flrant-ce d'Ioltre-mer (J.0. 6-9-501.
* Un d6cretl it" 50-1093 dui 11 s-leplrl:bre 1950 (fix les attri-
butions du iniistre ctliarg'c dies relations avec les Eltats
associjs et porl t organiisation ti iministcrc (J.O. 12-9-50).
* Un dcrrtl it" 50-1115 dti 9 sepltiilllre 1950 porlte modifii-
calion des articles 2, 3. 1, 5, o. 9 el 14 dtl dt icr-et lii 1I9 ino-
vembre 1931, relalif all conge def longiue dtiure pour liulier-
culose ouiveri des fonetioxnnaires 'oire-nmer (J.O. 13-9--501.
* Un arrete du 31 aoiul accord aux ierritoires d'onulre-miir
autres que I'Indochine, des bourses aix utodiants onil eleves
en conrs d'e6udes dans ia nmetropole, les dtlparltereiils i'oil -
tre-nier ou l'Alg6ric (J.O. 16-9-50).
* Decret n" 50-1159 du 20 septenibre 1')50 compleiltanit tl
decret du 4 avril 1946 portant creation et organisation du
comnite des nines de l]a France d'outrc-nler (J.O. 23-9-50).
* Dicret n" 50-1180 du 20 scptembre 1950 relatif au coIldi-
tionneiment des ananas frais (J.O. 24-9-50).
* Decret n" 50-1184 du 27 septeni-bre 1950 portani regleinclnt
d'adminiistration pulliique pour l'application du titre Ie' t d
la loi no 50-1004 du 19 aofit 1950 (ixa!t le regime elctloral.
la composition etla I competence l d'lll assetllliei' reprsenii-
tative territorial de la (i lfte fran;aise dtes Sounalis (J.O.
29-9-50).

FINANCES

SUD6eret n" 5)0-J(167 du I; aouit 19:)11 modifiaiit le decrelt
n" 18-1939 du 20 decpinbre 1918 porllnt attribution aiux tri-
hutaires de Ia caissr inlercoloniale de rt'raites d'une indenm-
niti temporaire dt ehiertei de vic (iJ.. 1.9.5101.
* DBcret n" 50-1068 dll 17 aofil 1950 attribuant une indeni.


nite forfaiairec exceptxionnelle aux tributaires (id la caisse
iniercoloi)iA;!e (i reiraites (J.O. 1-9-50).
DWcrct n" 50-1078 du 25 aofit 1950 porlant nlmodification ld
prelevcinemti sur les Iionoraire. deis greffiers-notaires de
Madagascar (J.0. 2-9-501.
0 Un decrel n" 50-1112 dlu 1" septembre 1950 inodifie les
dispositions du dtcre; du 13 juin 1912 rclatif au rginme des
deplacements des fonclionnaires, emnployis et agents r;viis
des services cot!lnianL on locaulx 'oyageaint iso cintlllt (taiis
les territoires relevant du rministre de la France d'outre-mier
iJ.O. 13-9-50).
* liIn deret ni" 50-1113 du "''' septlcibr 195(. miodific les
dispositiuos du detrec di 15 avril 1919 fixant le, condiions
d'attrilbutioin tls indenilet:. pour frais dc r.'pr6sentation
aux fonctionnairel-c servant dans les territoires *le ]a Fraice
d'outre-nler (J.O. 13-9-50).
* Un decrcl n" 50-12) 0 diu '1" septemblre 19501 modific le
d)eret n" 415-0157 lu 283 dkcemblre 1945 fixa:nt hI regime de
sold des troupc.i cltoiale-s ct iibtropolitaines hi la charge
dui departnement des colonies (j.0. 11-9-501.
* Decrct n" 50-!.137 di 19 se!ptimbre 1950 portant mlodifi-
cation aux dispositions i decret nI" I18-1565 (du 28 septembrc
1918 instituant In lour de s(rvic otltrc-ini- pt.i r les fonc-
lionnaires dcs tedres gn''nra\ relevant dil miniiisire de la
France d'outre-mer (J.O. 20-9-50).
* Dceret n" 50-1160 du 20 septembre 1950 i todifiant Ic
decret du 13 jiiillht 1916 relatil ailx indenmniit, pour frais
de d6placemenilt cnt France ei en Afrique dul Noitdi des fon-.
tionnaires, eipl!oys et age(ns de4 st~ ,rvices oeloniaux ct
loeaux (J.O. 23:-9-.5i.
* ODeret n" 50-1161 lit 20 .eptmiiirt' 1950 toilant attribiu-
lion d'uine iitlevixiiith forfaitaire a';u>'lle de p)ermai!nncilie
aux fonctiolnaires iiu crps lies lchi;i'rurs en service dans
les terril;tirc.s 4d- la I-rance d'oxtre--xur (J.0.23 .9-50.
Decret t' 50-1163 dn 20 sepe:nbrie 1950 xxodifiant Ie
secret du 6 Ifvrier 1950 sur lei frais die ileplaetnicilt des
militaires en service ilans Ies territoires relevant du iniiis-
tere dc la France d'loutre-nier (J.O. 23-9-50).

PERSONNEL

* I i a-ti-rket uit 11-9-50 designe MA. Sailer. se!i;teur dc la
Guiinji e coxiine imci;bre du comuit6 directeur du IF. 1. D. E. S.
en remplaccixnicit dIe M. Monnerville, president dti Conseil
de la Rpubllique (J.0O. 16-9-50).
* Par dtecret dill 21 septehlmbre 1951). 11. (,ri iald (Aimt-
tVarius-Louis), gouiverinvtrr de 3' classes. est Ipr nlu gouiver-
ineir de 2' classes J.O. (24-9-50).
SI. airre ((:liarles-Lo.i s-"Mauricc t. goiivernleur I- 3" classes
des colonies est admits. suir sa demanded. i fair: valoir ses
lroils 'i une pension de retraiti potr ancieni t dte ser-
vices it com;- pler d * 1]. (;oujoiin tJe.t11 adiilljisirtlelr'! de 1" la.o-' Ile
colonic,. est noiiinlltc secretaire gpcl'inrl Iu iptgal IJ.0.
I 7. ).,l i .
SMl. 'ouiinaillou lt ail, aduiini irateur Il- I' cla,-s lies
colonies, A(t nonunli sous-directeuir di:i phim ii !Ia direction
Ilds affaires iconomiqules et diu pllan i 1). 11 sx lletIlmbr -
J.0. 17-9-50),.







Q \1. Bun i(A dre-Pierrel, adm'inistrateur de 1' classes des
services civil de I'Indochine, est admis a faire valoir ses
droits h une p, nsion de retraite pour invaliditW (D. du 14-9.
50 J.O. 17-.-50).
9 Par decret du 3.1 aofat 1950, M. Fournier (Albert) est
reintegr6 dans le corps des administrateurs des colonies,
avec le grade d'administrateur adjoint de 1r classes, pour
coimpter du 3 nars 1050 (J.O. 2-9-50).
* Par decret in late du 31 aofit 1950. M. Philip (Georgesl,
adnlinistratenr de 2' classes des colonies, est admis, sur sa
demnande, A Ih n6ficier des dispositions de la loi di 3 sep-
tembre 1917 r alive au d6gagniment des cadres (J.O. 2-9-50).
* Par secret en date du 31 aoit 1950, sont adnmis, siur
leur dcmande. ii bi6nlficier des dispositions de la loi dnu
3 sepicmbre 1' 47 relative au degagement des cadres :
Ml. P'oivreai I larcel). aldminislrateur dti 1" classes des colo-
nies.
M. Dacruvar (Y ves), administraieur de 3' classes des colonies
(J.O. 2-9-50).
9 Tour de ser rice outre-mer d-es fontionnaires civil appar-
tenanit aux ca des regis par decret (J.O. 1-9-501.
Tour de scr -ice outrc-tiier dl-s fonctionnaires cixils appar-
tInanl atnx cadres regis par dscr,-l (J.O. 15-9-50).
O Par d-cret .in 1" scpteilibrc 1953, M. Goichot est noimmeu
jige suppleani dans Ic resort de la court d'appel nixte lde
S!igon, post ic ant.
MMB. Doetsc' (Jacques) et Nacqueron (Pierre), avocals,
sull noiiimiis uges suppltants dans le resort de la court
('appel inixte le Hanoi, posts vacan.s.
M. Abric 1 >ger), avocat, est nonimie juge supplant dans
Ie rcssort du "ibunal supericur d'appel de l'Union fraincaise
i Vientiane (J..). 21-9-50).
( Par dec.ret eo date du 22 aofil 1950, M. Theron (Jean),
cstl nanl:rni ji.. supIpliait diann Ic ressort de Ia court d'appcl
(di I'Afrique. o. videntale flraln;, ise posee vatcanl (J.O. 2-9-501).
O Par dcrct enl date t!d 22 aoint 1950, M. Tailmby (Marie-
josephl Icst ino Mnlne juge s:i:;;)p]::;'.I dans le rcssort de la court
d'appel de I'.ifrique occid.'ntalc franlaise poste vacant
(J.O. 2-9-50).
O Par arrit dtil 28 aoit 1950, soot inictgr&s dans li cadre
d'admiinisirati( n g6niiral dl'outre-imer aux grades et classes
ci-apris indiqi is, pour conipier du 21 mars 1950 :
-- Che de bureau de class exceptionnelle apr's trois ans :
M. Ilervouin (Olivicr-Marie-Joseph).

Chef de br.-eau de classes exceptionnelle avant trois ansL :
M. liar:ai (Ro )er-Iouis-j:'an-Franu;oisl.
M. Chartlon (( amille-Aisnf).
C:lhef de bi!, ean de 1" ctlsse apris 3 ains :
M. Fraysse (:.ndre-Robert).
M. Goederl (1,eorges-Frarncois-Joseplh).
M. (uedes (J.an-Enunauiiel-Jeraime-Marie).
Mi. Payer (Pi:rre).
M. Sabatte (1 ierre-Eugeitl).

--- Chef de bureau do 2' classic :
M. Attuly (M: ric-Lionel-Jul si I, rapp.l pour services mihlit;i-
res, conserve 2 ans, 5 mois, 7 jours. (J.O. 2-9-50).
O i)Wcret u" i0-1079 du 31 aofit 1950 completant le decree
n" 19-1172 du 18 aouit 1919 instituunt un contours annual


entire les medecins atricains d'une part, entire les sages-fem-
mes africaines d'autre part, volontaires pour poursuivre
leurs Atudes dans la metropole en vue de l'obtention du
dipl6me d'Etat de docteur en m6decine et du dipl6me de
sage-femme et determinant la situation administrative des
interesses en course d'ctudes dans la metropole (J.O. 2-9-50).
0 Liste des candidates admis i prendre part, les 16, 17 et
18 octobre 1950, an contours pour Ic recrtutement de cent
vingt-cinq redactcurs de 1"' classes d'adninistration gne6rale
d'outre-mer, sous reserve' que les pieces du dossier a four-
nir par les interesses aient kt6 produites A la date du
8 octobre 1950 (J.O. 22-9-50).
* Un decret n 50-11l4 du 9) septemibre 1950 modific le
decret du 16 octohre 19138 crant une allocation sp&ciale en
faveur de certain d61es ies grades 6coles pour le recrute-
nient d'ing6nieurs adjoins des travaux publics de la France
d'outre-mer (J.O. 13-9-50 .
* Par decret en date du 31 aoit 1950, est constatce, pour
computer du 1" mai 1950, date de sa nomination dans le
grade de charge d'etudtls economiques de 4' classes de
l'Agence &conomiquc des colonies, la radiation du corps des
administrateurs des colonies de M. Berard (Jean-Pierre),
administrateur adjoint de 2" classes des colonies (J.O. 2-9-50).
* Par d6cret en date du 31 aott 1950, est constatie, pour
computer du 1"i mai 1950, date die son reclassement dans le
grade de charge d'etudes econoiniques de 1" classes ti
l'Agence Bconoinique IId colonies, la radiation des contr6les
du corps des administrateurs des colonies, de M. Bernard
(Rodolphe-Henri), adminiistratcur de 1" classes des colonies
(J.O. 2-9-50).
* Sont nomm6s administrators adjoints de 3 classes des ser-
vices civils de 1'Indochine, pour computer ldu 21 avril 1950 :
MM. Simonet (Jean). redacteur de 1'" classes des services
civil de l'Indochine : George (AndCr), ridacteur de 1'F
classes des services civil dc I'Indochine (D. 14 sept. -- J.O.
17-9-50).
* Liste d'adnission dans Ice- sections administrative de
I'Ecole national de la F.O.M. (Arret( du 4-9-50 ---- J.O.
12-9-50).
* Beaucheteaud, Ma;iliard, Noblot, Mez, Fenies, Brechi-
gnac, Dumont, Rethore. Loiseau, Maslin, Coussirou, Dus-
serre, de Regnault de Bellescize, Pascal, Aude, Reuillard,
Bergeron, Ballevre, lBriillat, Ferry, Pierret, De Agostini,
Gioannec, Cornme, Ry., Bernard. Chassaigne, Fort. Hihon,
Plicque.
* Nomination d'&levcs adminiistrateurs des colonies et des
services civils de 'Indocline (J.O. 23-9-50).
* M. Legoux (Pierre), inginieur en chef hors classes des
mines des colonies, chef du service des mines ct de la geo-
logic, est promu au grade d'ingenicur g6niral de 2" classes
des mines des colonies, pour conlpter du 1" janvier 1950
(D. 14-9-50 J.O. 17-9-50).

DISTINCTIONS HONORIFIQUES

SI)ecret du 31 aofit 1950 portant promotions dans l'ordre
national de la L6gion d'honneur << au titrc de l'Union fran-
caise > (J.O. 24.9.50).
Au grade d'officier :
Abeda Atangana (Martin), chef supirieur des Ewondos, vice-
president de 'ARGAM. Chevalier du 29 d6cembre 1947 ;
Amougou Manga (Andre), chef superieur des Banks, a
Yaounde (Cameroun). Chevalier du 29 decembre 1947.























REVUE DE PRESS


Nous rappelons que la revue de press publige an present bulletin est purement objective. Elle n'implique
ividemment aucune adhesion du Ministare de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimees dans les
articles reproduits d litre d'information.


PRESS D'OUTRE-MER

INDOCHINE


La press ne consacre que de rares (ditoriaux
aux diff6rents qvinements qu'cllc sc concente de
relater. Les principaux coinientaires se trouvent
surtout dans les journaux vietnamiens, et la plu-
part du temps, c'est la conference inter-Etats qui
en fait l'objet.
Les dlitorialistes victnamiens onl trouve matic-
re dans les rcvendications khmires qu'ils sont
unaniimnts ait qualifier d'illogiques, pour en miimce
temps souligner la bonne volont6 de la dCelgation
vietlnamienne, < qui en acceptant de dlbattre des
questions non prCvues dans 'ordtre du jour ne s'est
pa s ecarliee (ld but qu'elle s'ktait assign6e, a savoir
line association sincere et cordial avec les Etats
amnis >'. Le Ion desapprobaleur de certain a appa-
ra neitelleni lors(Itue fi! re1glee la question du sta-
tit du port de Saigon, !: formuile envisagee pour la
geslion d e ce orl, a vec participation paritaire des
qluatre Etats, suscite rine )protestation notammient
du Tia Suing et (llu C Ce dernioir journal 6cril : Ila participation des
< representants et'raiin. rs Il'administration du port
< de Saigon, esl lne chose unacceptable, car un
Spasys ind6pendtant ne peut souffrir que n'implorte
: quli vienne s'inniscer dans la gestion des affairs
< nationdlcs, si petn imiportantes que soient celle-ci.
< A plus forte raison, une question de l'importance
: d(i port de Saigon, qui non seulement joue lun
<< rile essenliel dans la vie (conomique du Vietnam,
<< lmais encore poulrr devenir une base maritime ca-
S< pitale. Une gestion commune de cc port ne sau-
c rail se concevoir, le Vietnam n'6tant de la sorte
plus maitre chez lui >.
Le Tia Sung, de son cot6, (lit qu'en ce qui con-
cerne Ics Francais, << on doit sincerement reconnai-
c tre qu'ils onl en beaucoup de m6rite dans la cons-
< truction dui port de Saigon, et qu'ils y posstdent
<< encore de grands intercts>>.


<< )e plus, le Vietnam ayant adhre 3 iu bloc de
<< l'Union Francaise, il lui' cst n6cessaire ct utile de
< cultiver l'amiti6 de la France. Pour c s raisons,
< il est possible aux Vietnamiens d'al:prouver le
< principle de la participation franchise t I'adminis-
< tralion du port autononie de Saigon. Mais pour
<< ere logique, cette participation devrit t se fair
< suivant la proportion dernib'emecnt adropt6c par
< l'Assembl6e territorial ldu Sud-Vietnari a savoir
<< 3 Vietnamiens pour un Francais >>.

Quant au quotidien vietnamiens saigonrais < I'E-
cho du Viet-nam >, il 6crit :
< Nous avons pour nos voisins de I'(Onesl, dit-il,
< la plus sincere amiti6. Si le sentiment ne nous y
< poussail, trop de raisons foni(des sur une commu-
< naut6 d'interets suffirait A nous lier (troitement
<< a eux. C'est (lone de dgrannd cWiIr et avc joie que
< nous soniimes disposes a leiur ouvrir 1; porte de
< la mer qui leur permettra de sortir de chcez cux,
< d'v rentrer, d'y recevoir visits et foiirnisseurs.
<< Entre voisins, l'on doit s'aider et nous sommes
< heIretiux de cette occasion de leur rendre service.
< Mais il strait desobligeant que d'un service rendu
a amicalenient, le Cambodge lprtende faire une obli-
< nation. ls out besoin de notre port : ious le leur
< protons bien volontiers. Mais rien ne ncus oblige A
< Ic faire, sinon le devoir l'amitie ; et ce port en
< tout 6tat de cause, rest notre propriete.
< Notre politiclue est scntillmi tale. (.'st line er-
<< reur, peut-6tre. Mais nous somiies airsi. II faut
Snous prendre tels cue nous sonimes. 11 n'est pas
< douteux que les (delegues du Vietnam accorderont
, volontiers A leurs collogues khmers lr maximum
( raisonnable de facilities, i condition quie l'on ne
e leur present pas des exigences.
< C ltte sutsceplibilit', aiprls lout, est humane.
< Nous pri.tons volontiers it ill anmi dans le besoin.







<< Dvant I'.irrogance imp@riense de a< La bourse ou
< la vie >, nous nous rebiffons...
< Voila pourquoi, dans I'interit iinme du Cam-
< bodge, il efit it6 pref6rable que les questions tdu
< Mekong ti du port de Saigon fussent debattues
a souverai eiment entire les representants des trois
< pays interesses.
<< Esper ns que la sagesse des dtilegues leur ins-
< pirera u i formule qui tout en donnant satisfac-
< tion a 1':.mour-proprc de chacun, n'engage pas a
c fond l'n enir.
< 11 not:; soemble difficile d'etre plus modilris >,
termine M. L6 Trung Tnim.
Pour l'.1litorialiste du Gitc-ngo, << 'aboutisse-
<< mleni de la conference de Pan depend de la bon-
< nle volotli de la France, parce que quoi qu'il en
< soil, les Cambodgiens et les Laotiens sont encore
< plus on :aoins son:s l'influence de la France. Aussi
< bien, il I e s'agit pas ici d'iui dialogue entire C(;n-
SIbodgien: ct Vietnamiens, concernant ces ridicu-
< les revei.dications >.
Et, apr ; cette affirmation, d'ajouter : a Du nlo-
< ment que les Cambodgiens out encore tout a ap-
a prendre des Francais, que ces derniers accom-
<< plissent cur devoir d'educatcurs senses, pour cvi-
< ter i la Conf6rence la rupture que l'on craint >>.

Du c6t: francais, I'Union FranQaise public
l'opinion exprimne par Rictus (M. Henry de Lache-
vrotiere), 4ui se montre extriemement sevire nmais
pour d'aut:cs raisons :
< La co if6rence de Pau, ecrit-il, a failli butter les
a problenes que posent la navigation sur le MN6-
< kong ct la gestion du port de Saigon. L'indupen-
< dance r ouvelle du Vietnam, du Cambodge et du
< Laos a i endu n6cessaire 1'&tude tie ces probliimes
<< complex. es don't la solution la plus equitable fut
< appliqu.,e an temps de la souverainete franchise
a sous l'i'ide de l'Union Indochinoise.
< Puisque l'ind1pendance avait 6ti accepted an
a sein de 1'Union franchise, it aurait peut-&tre 6t6
< sage et labile de ne point rechercher de solution
< nouvell l'ancienne ayant fait ses preuves.
< La discussion te ces questions exigeait une ex-
< p6rience particulibre qui ne pouvait 2tre acquise
< que pa L une trus longue pratique. Or, dans les
< quatre del6gations, qu'elles soient francaise,
< cambocgienne, laotienne ou vietnamienne, je ne
<< vois pe -sonne qui ait eu a s'occuper, tans le d6-
<< tail, de la navigation sur le Mekong ni de la ges-
a tion du port de Saigon. Ayant et6 membre pen-
< dant prts de vingt annees du Conseil d'Adininis-
< tration du Port, j'ai pu me rendre compete de la
e complexity des problniees multiples a rtsoudre
qluotidit nnement.
< I1 fai.t d'ailleurs, pour avoir une vue d'ensem-
< ble des questions de la navigation sur le M6kong
<, et du port de Saigon, avoir appartenu non seule-
< ment a Conseil d'Administration du Port, mais
< aussi a .oir sidg6 des lustres an Conseil Colonial,
< au Con;eil de (iouvernement et au Grand Conseil
c des In trkts Economiques et Financiers te 1'In-
< dochin Ce n'est qu'cn 6tant pass par ces diff6-
a rents irganismes qu'il est possible d'avoir une
< idce e,.acte ces difficult6s i resoudre. 11 n'y a


< giuere, at l'heure present, que mon ancient collb-
c guc Marinctti e moni-memjne qui remplissions ces
< conditions du c6!6 francais et MM. Nguyun Phan
< Long et Trfin Vain Klia du cIt6 victnamien.
< Des profanes n'ont pu que patauger et cee ne
Ssr;'a qu'au moment ie l'application qu'on se ren-
i dra compete des crreurs commises >.
La guerre te d Coi~e occupe td'aure part une place
importance dans l: press indochinoise. Ceux qui
lui consacrent ties coinlmentaires ne manquent pas
ide se turner cl!:icue fois vers le Vietnam.
Ainsi, 3I. Thuing Son, du Vietnam Moi. parlant
de la dtfaite ties troupes sud-coriennes resultant de
la suplioriorit de l'cntrainemient nilitaire des Nord-
Coreen.s, 6crit :
< colillninlisles, 1'ont possldi ni avions, ni bliinde;,
c et pourtant Ics tlompes franco-vietnanienlines n'onl
pas remnport6 unII victoire coiplwte. Si janlais, lcs
<: coniiinists indtocinois plosstdaient un jour des
< avions et des indiids, (quelle serait alors la situa-
l, tion ? Les auloriti s franchise ei vietnainienne se
< sont-ellcs posees cette question ? Si oui, elles au-
a raient vu que c est une fate que de n'avoir pas
< encore dote le Vietnam d'une armee convenable.
C Cette lacune, ncn seulement nous prive des mo-
< yens d'extermiiiner ccs gens sans famille et sans
< patrie, mais encore influe fAicheusement sur ceux
<: qui sont dtcidts ii letter centre ces ennemis.
< En tout cas, 'affaire tide Coree est une bonne
c lecon pour les pays d6inocratiques et une occa-
<< sion pour ces pays de se rendre compete de leur
c erreur, et, partant, de trouver les moyens d'y re-
< nmedier.
< Pour le Vietnam, organisation immediate d'une
< armice suffisaniiient dquilpe et forte, declare M.
< Thuong Son, (qui ajoute : Mais satisfaire les be-
< soins mat6riels du people tid Vietnam ne suffit
c pas ; il faut encore satisfaire ses aspirations mo-
< rales. C'est sculement lorsqu'il verra toutes ses
< aspirations satisfaites que le people vietnamien
< prendra conscience de ses responsabililts et n'hh-
< sitera pas a combattre avec enthousiasnie Ic com-
< muinisme ennemi te la nation >.

L'teditorialiste vietnamien de Saigon-presse se
place a un point dle vue plus ilevi. II voit la lutte
centre le commniinste dans son ensemble.
< Setle l'union risolue des nations libres, de quel-
<< que region 1du monde que ce soit, tiendra en res-
< pect la lourde machine ia broyer les liberties qui
< s'est montc i 'I Moscou.
< Ceux qui ne veulent pas ctre laminins par le
< rouleau comprcsseur russe, et peut-itre chinois,
<- doivent former le carri.
< I1 s'agit te sauver les valeurs essentielles tie
< l'humanit6 qui, elles, n'ont pas de race, ni de na-
t tionalite, parce qu'elles sont 6ternelles ; il s'agit
< tie sauver la famille, la morale, la liberty die pen-
<< sies, le sol des ancetres et leurs coutumes, la re-
<< ligion, la spirituality .
<< Pour ce )beau role, le Viet-Nam est pret. Son
< entente inime avec la France, la comprehension
< commune don't font preuve les deux peuples, est








< la rneilleure concrktisation die cctie grandc N-&i-it&
<( (jti'A 1'6chcllc Iiuniainc, 1'Asic et ]'Occidvnt ne
< fonlt qu'Unl Ct refusent I'citre d issoci's >>.

1'ne antre ([lieition a aussi ir enu Path n A. ;
la CC]se c lic des Jpisonnici's. Coninme L, taii Iat i
Iilarqjlit-i* 1'Mitoriiatistce de II So.
Ie paiti collinitilliste fralnca:is Fait bcauic'tip de
c bruilt ci tv iiiiniit an sLjtdes iprisrriniors et
e otages WIten= Imar les Vkichii h x.
c Ues fMnilks cm)iilflhisli s tde un Pais cie un! Wal
< c tiquldit Ins alitoiitf's tfanl~am-sni, si Jiell (ouie ta
c Presidence Ali (MIScil I (HI tfaTll une 011S aIL


<< point. Cette inise an point nous montic (Itic 1'6-
~ c angel dles olages ct 1risonniers W'est pas periil
<<(de (I ue par IC (ioirG0U llvrclnt. Oil pet iC dmrnan-
Sdier i'epenianut, 1aisqltl les cominun' stC4 o nt taunt
c diikiti Wt sliP It V Nietm~inh, potli.(uoi 1 lii sont
<< pas inteivienls p1'w; tP. I) plis pils (1( cimiq alns,
< ics Victilini i iitiiilnnint dies p)iisanii:in!s dtiiis Ic
< Slid Viel n m. I)njmnis Ie 19 dtccniainc INPt1(i 1t6-
c (iii-Mlinhi ci son11 (tat-major (oiut saii oiS oiigns a
<< ilallili, 111iI)ion." et danls "ioutI 10 T 1kml.
c IU's Ncmlluliliires Lall-iWlint tkIns celle $oinem, en
Oink' vit'it ailiL its auiraiteit I11 s ife iaalcri a c -iii's

( C[le's v(5 ilaiitls (ilout its S'ttaiijlL c ilmpaics >)








PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press 6triangere traduits en francais pent Oire consulate d
la Seclio z de la Presse Etrnalngre (1)irection des Affaires Poliliques, 27, rvc Ondinot, Pice 17, 1" tlage).
Let minudros qui figurcnt ci-dessons 1i Ia suite de l'indication d'oriliec des articles de press per-
'pellen! ('e se reporter au tcxte complex! des dils articles.


Indochiine

;ie'1n ,,i t la vedelle de l'actualild en E.lirclie-
Orienl soli depuis queiit l(qs nois l'apanagte (i
la Cor;c., I s jolrnalislcs etranlers n'e se des'in-
;l'resseni .ts de l'Inlochine. soil qu'ils s'alla-
chent i (tI t Iier led's efcIls (d la Ip o!iiiIquc 'ran-
caise sur I c:,ouliiion dis sentiments de la popu-
laiion, sooil qu'ils s'inlercssent )plus porticuliBrce-
ment i lai situation militaire el ii l'cientualil(;
d'uine proc 'mine offensive colmnunisic dec grande
cn 'erigure.
C'est e.rn lusiveent cre dernier aspect du pro-
blime ind >chinois que traite Graham Jenkins
dans nn 'licle qn'il inlithle : < Est-ce (ir tour
de l'Indocl ine ? >.

La quest on iue tout le monle se pose aujourd'hlui
dans cc i!:iilheurceux pays d(cchirl, par la guerilla
n'est pas << Cela p)eut-il se produire ? >> mais :
< Quand c Ita se I)roduiria-t-il ? >.
L'inquiCi!ll e augmente de joulr en jour en Indo-
chilne pou les Friancuis, [qui voient s'accroitre lIa
menwIee c' ununistne sur la fronti're sino-indochi-
noise, et Its clients ids terrasses tie cafe lisent avec
attention, n pregnant leur apcriti nmatinal, les com-
nientaires oeraux sill la guerre dte Cor6e. La pillp'rt
dt'entre cuii concluent A regret tque dalns tin laps de
temps plu: on mooins long on assistera la une alla-
(que d' tyle nord-coreenl on a une version oriental
intensific'e de la eaumpagne grecquie qui eimbrasera ce
pays divi '.
lcs \Autirit6s franal iss, qui assurent la tutelle des
trois Ila!: du Vietnam, du Ca(nbodge et d(IIu laos
pour les at lieminier vers lne ind6pentlanee non 'coin-
lmuniste, o it doInne tout an mioins line response Ipar-
tielle i la nluestion date. Elles otl public une long-ue
s6rie de ide larations officieuses suir la cooperation
militaire ( e la Chine comnnlnisle avee << 'ennenii
do I'inil(ri,'iir > -- Ie Vietminh d'inlspiration coin-
munisle en livrant i la pulicitb le Ic texte l'une
cople <, probable > d'liun traiti dalliance nmilitaire
(iui au.i'aiil i't signL' le 10 juin.
(Ce!!e ni'i:nee oltliigter1t la Chine comnmnislhe i'I
fournir (<*; divisions environ 50.000(1 honunes -
doltes d'l. 1, force coimpl6mentaire aerie'nnecl niai-
linim poill aitder lesI 100(.il) ftlri!ler'os viclit ilni dlns
Ic cas oil 1s 1 for ces de l'l'nii rr!':ll aise :11lailue-
raient leni s rei)ires du voisinage e d la frointire oil
dans le c is oit le Vietminh passernit Li la contre-
attaqle.
Des railports aniericurs out ltabli que la Chine
cooperait it un < plan general >> de contrebande


d'ai 'n ls ai destiinali in du Vieii iuh et qu'elle entrai-
nail et qLuiiip it : .1l l)i)t 0 uerilleros 1 V vrue d'appli-
(l Iiuer la tcitine d' trl,';Uc s ie c holie d'inf:anei'ie en
uitlis niit dui !m:itri 'l 1 tl 'a lilieic ie a!eiLricain elt rsse.
'ln certain noinbr,.' i. s'ohlais chiil0is 'liguiises aurait
dtjhi rejoint 'is .uicrillecrs en Indochine. i)e nolm-
blreux Francais oc-ipant des posilions oflfiielles ont
cdetiut de ces rl':!rtls qu'une o;llensive geneLraleh du
Viet1iimnh conire le delta du Tlonkin, le I lboi tid
riz >> de !'lndochine septentrionale, pouvait itre
envisagee poiur 1e iiois tie novenbre ou dte dt6eein-
bre, 61eoque oil !:i .taison seihle se stabilise el o(,i ie
riz est )prtt i t!'re r6colt ....

Cependant tous ils avis ne sont pas unannimes
sur cc point.
... Certains exp).lts militaires estiment que les gue-
rilleros du Vietninli ne sont pas suiffisaminient forts,
tout all Ioins cette annee, pour entreprendre une
offensive de grand style i I'lehelle de la brigade on
de la division.
Ceux-li considLrent lue les Francais, bien
qu'ay:ant eirpi ille lIeu piuissance tout le long du
della stir des positions fortiliCes Cloign'es d'un
dleii-mille i p)eine les unes des autres pour mainte-
nir les conllllulni a ions (ditrnes et faire elihe iI l'ac-
tivit4 de guerilla d:1s les << zones pacilies ,>, pour-
raient rapidenment disposer de forces suffisantes pour
repousser toulle attaque localisee idu Vieclinh.
11s ajoutent (lue les operations tdu Vietminh oni
et6 carnaetrisCes jiis(lu'it present par le fait qu'elles
inanqluent des lualitits nCeessaires pour defaire des
uniles frannaises iiumnri(tultilent inf6rieures et ils
font valoir iue, pour eviter unii d6sastre, les guerille-
ros du Vietinhli adoptent maintenant la tactique des
coups de surprise, laissant Ionte r6sisanee ultcriere
a uni point tdomnn it la charge des cinqui6nies colon-
ncls localles...

A !)'('S (tioir rtsum int; les is des divers experts,
(lGrahnllm .Jenkii hs doIInnl. pollr conclubre, son aois
personnel lqui es/ le suivanll :

... Quelles quie 'oient Ics surprises que r-eserve la
'procthaine season s,,r-he tn Indioclhine 11 grandI no11i-
ire de sign1es iin:iiient ilue les conlmllnistes poulr-
raient plroclh: in<"i',-n.It s;,' ill nil' ester...
(Continental Daily Mail n, Paris, 7 septembre 1950.) N" 6.848

I)ns l'ihel(liadaire suisse < Di Wcelt-
woche >>. Peter Schmlidt consacre ln long repor-
tage it l'Indochine. 11 analyse tout d'abord l'at-
mosphb're parlicuiilre de Saigon.


1. UNION FRANVAISS








Si in0 globe-t.otter lno) politique s'6garait par ici
sans avoir ei6 renscign par la prese.' sur la soi-
disainl klul- de liberation ;a;i;;nlili, sur i'r infant ch6ri'
de iMoscou HIo Chii linii et sur ses terroristes, Saigon
hlii app.iaitrait sans aucun (doult colomie I'une des
villes Ies Ipls attrayanles d'lExlreiitn-Orient. Cet
attrait n'est pas de in nie nature ique celui de lankok
ou d'Hong-Kong, don't le clarme reside dans la bigar-
rure de leurs falras oriental ; il est di6 plut6t au fait
que Saigon apparait common un point de repos falhi-
lier dans la succession iniinterroln)uic de visions
6tra'ngbres. En flinaniii sur les boulevards et en con-
teiniplant, i !'onmbre des arbres, les plus delicicux
atdjiuvanls dIt It (dioutceur de viv'e occidcenta!l expo-
ses tians Ies vitrine' s "i,'' l''' !iiinient do6cori'es, oln in
huvaint son iapiritif ldaus l'iin des noiiibrcux caf6se;
on otiuile i on instant les tropi(Ilius cl 'on se croit
traniSl)oril' a: PIar's on dans une tul..' w 4r:inde vil.le
franchise. l'unle lies lpemieres et des plus 1nelles
iilpres sions (liii i0nous assaillent esl (qu' l France aI
cr"'e ici til ;ioorc'eau d'elle-inemie, irCs (iilff'rent des
villes colonialess anluises 0o la repci:isentl ion
r'iiide et Je dfnaut ld'ulrbanisme se trouvent juxtapo-
s ds dans une (issonance choquante. Nous coImpre-
nons imiindiatemnent (lue cc qui a anmene Ils Francais
a resister ici jusqu'A l'absurde a 6t6 plus qu'une (ques-
tion de prestige colonial, que I'Indochine est dceve-
nue en (qutcl(ue sorte tn morceau vivant de chair
francaise don't 'anipultaion ne pourrait 'tre que
douloureuse.
Et dans ce cadre, l'Orient C'est li que reside
Ic miracle, dans le fait qu'il ne perd pas son carac-
t*re et ne disparait pas come c'est un peu le cas
a Bombay ou dans la Sanghai de jadis...
Aprbs quelques jours je ne pouvais plus fair
cadrer dans mon esprit la r6alit6 indochinoise avcc
cette Indochine presented par la press internatio-
nale come un enfer habit par ine population
rebelle et mnurtriere et par une arnie de colonia-
listes f6roces. Le charge de cette ville s'empare de
vous en si pen de temps que l'on oublie qu'elle se
transform parfois la nuit en une caverne d'assas-
sins ; ce revers d'une telle douceur devient en quel-
cue sorte suspect et irr6el et il 1'est cn fait dans un
certain sens...

Viennent ensuite qulques rcmarques sur le
caractere indochinois.

...Ce n'est pas seulement physiquement que ce peu-
ple a de simples tissues graisseux i la place de mus-
cles, mais aussi moralement. Aujourd'hui Ho Clii
Minh a conmmnand de fair telle chose et elle a 6td
faite. Demain les Francais arrivent et disent de
fire telle autre chose et on ob6it de nouveau avee
le cInimee enipressement deferent. Que l'on ne croic
surtout pas que 1'Indochine est people de Guillaume
Tell et d'Andreas Hofern livrant un combat an cou-
teau centre leurs < oppresseurs >>. Colmme partout
dans cc fouillis incontrOlable du Sud-Est asiatique,
en Indocline 6galcment eIs e61ments vraiment actifs
ne sont qu'une infime minority et l'oricntation du
loyalisme de la population depend exclusive nt du
prestige de l'un on de i'autre parti. Cc n'est pas en
fin de compete cc caractre amorphe de vif-argent.
cette docility aboulique devant la sentence de 1'au-


toriie qui ot ft fi aboutir la guerre d'ludociciine a
une impasse alssi iragique. Conmine I'exi!liquent les
Franulis;, si In maaiorit6 des Annamites 61ait vrai-
1niel durri're Hio) C(bi Minhl ils nous aura,i'nt chassis
depilis ddja li'._i I i., et, par centre, n.us aurions
r'alisce des pr'o,;rs sensiblement plus ecnsid6rables
si nous 1poivions b:itir sur leur adhesion.

L'ijotlInion dte opinion publique (i [r'ppii Pe-
ier Schnlidt lqui I'analyse mninuliie'.cnmet! el
ittc perlin'lcnce.

i)cpuis ':-iqu 10ts mois la roe sCimble a-t' ir tournuL.
L'expDcri.'inc a litoir' quel i's Franrcais out scrupu-
leuselcent resplcli; Ices accords octroyant Ial Viet-
Nar! une autolminioc lui, sur quelqucs points de
dtiail sculeenici., dol pro'visoirement cet cr le pas
ali lieun :nis',.ni a' I'nioil Francaise, et il front des
re!)'iics I;'cst v\sili!rinentl :!s assez solid: p!o r (iqu
la p)'crspective id'an ri'eie nlciiit i) ii(fiue in incite pas;
Ies elements les plus iraison aiil: s ia sc soulneltre.
C'csl ainsi [ui'il y a qiucl du Ravitaillenintl d'llho Chi Minh a pris la clef des
challps et cst pass dans Ie camp de B;1o Dai. Les
6elemens anti-comuntinistes du Viet Mini, qui malgre
leur superiority numrnrique so sont laiss6 :icnter par
les communists, seraient, sclon lui, en g 'ande iia-
jorit& disposes i se ranger aux c6t6s de 'Emin'crur
ci scule ]a surveillance 6troite don't ils se:'aient I'ob-
S.t les aurait empech6s de le fair. Il semtle que les
hostilites en Indochine ont lentement change ie ca-
ractlrc ; elles ont commence come une guerre de
liberation national dans laquelle Ics coiniiunistes,
coilnIei an scin des mouveemcnts clandes ins euro-
piens pendant la guerre, se sont camouflls sous le
masque national. La reconnaissance du gouverne-
ment tHo Chi Minh par Moscou et Pckin il'une part,
la constititution d'un gouvernenent national anti-com-
muniste de l'autre sont en train de mettre a ~6couvert
le veritable front : celui qui spare 'iimperialisme
sovitlique du monde occidental. Cette Svolution,
colinmic on i'a dit, est d6ji amorc6e, non ieulcerent
ldu cet6 des rebelltes mais 6galement chez les Fran-
cais et surtout ihez les Amnricains qui a-rivent ici
en foule et se rent a I'6tude de la situation mili-
taire et sirategiquc. Ils ne sont pas tons arrives avcc
des sentiments tries amnicaux A 1'egard des Francais
lc de 1'Empereur mais plutot avee 1'arri'.re-pens6c
de conslituer a coti e Bao D)a et d'Ho Cli Minh un
troisiime gouvernenment susceptible (sous Ic signe de
I'anti-colonialisme integral que Ics Amer gainss out
toujours dans le sang en leur quality d'anci'ns suijels
britanniiques) de ldrainer les forces nationilistes des
deux parties. Mais plus la balance penche pratique-
ment en faveur de Bao Dai et plus cette ulopic perd
du terrain.
A vrai dire, les bons Americains avec clurs id.''aux
demnocratiqlues ont sous ce rapport be:n:'coi(p de
pilules amiircs avaler. En effet, ii cot6 (ii g-ouver-
nement national dl: Viet Namn le coloni dlivmie die
jadis fait figure d'un jardin d'enfants. Soruls odes
Annamites savent coiimment on iloit s'y prei (irr avec
les fuyantes times ann:amites. Le formidaN. handi-
cap des Francais 6tait (qu'ils ne potrvaien- pais itrc
cruels. Si un lanceur de boinbes passait devant le
tribunal, son avocat invoquait dans sa plaidloirie des








mbtifs -louables et id6alistes et le coupable allait pas-
ser quelques mois sous les verrous. On savait bien
qu'en Orient la douceur n'est pas consid6r6e comme
un signe de noblesse mais de faiblesse, qu'on ne pou-
vait r6pondre que par la contre-terreur a la terreur
communist qui faisait rouler les t6tes et enterrait
vivants les opposants. I1 serait faux de pr6tendre
que, de telles m6thodes sont rest6es entierement
6trangBres aux Frangais ; mais elles sontapparues
sporadiquement sous I'empire du d6sespoir et de la
pancceur et ont eu pour rangon le fardeau du re-
mords et de la honte. Ces inhibitions psychologi-
ques n'existent pas chez les Baodaistes et le r6sul-
tat est des aujourd'hui perceptible. Depuis qu'un
homme 6nergique command la police les attentats,
qui il y a seulement trois mois se produisaient cha-
que nuit par douzaines Saigon, sont. nettement en
regression. La police annamite r6plique tout simple-
ment a l'aide de moyens identiques ; elle fait a son
tour sauter les locaux consid6r6s comme lieux de
rendez-vous des rebelles et juge sommairement les
terrorists captures.
Et 1A oh la trique n'a pas d'effet le gateau r6ussit.
Dans le reste du pays 6galement, oh les postes fran-
cais s'alignent le long des routes comme des forte-
resses moyenageuses pour sombrer la nuit, impuis-
sants, dans l'oc6an des gu6rillas hostiles, l'assainis-
sement fait des progr6s. Le delta du Tonkin est
pacific syst6matiquement, les Francais, les 16gion-
naires allemands, les Marocains et les S6n6galais te-
nant le front et Parmee r6cemment constitute de
Bao Dai operant a 1'arriere. L'impression de sentir
enfin une force dominante donne confiance a la
population et lui insuffle une certain dose de cou-
rage. Les habitants r6clament des armes pour pou-
voir d6fendre leur riz contre les pr61vements des
rebelles et ils osent d6noncer aux autorit6s les agents
secrets du Viet Minh qui cultivent leurs-champs dans
la journ6e sous une innocent peau de mouton civil
et qui, la nuit, terrorisent leurs concitoyens; C'est


l1 un succbs considerable, beaucoup plus consid6-
rable que le ralliement d'une douzaine de ministres.
En effet, dans ce pays, c'est celui qui peut proteger
le paysan dans sa paillote, ainsi que ses champs, qui
poss6de la puissance. Le gouvernement n'est pas ici
une question id6ologique mais purement fonction-
nelle.

Et voici la conclusion optimist, de Peter
Schmidt.
Grace a la douceur paradisiaque de ces regions,
la structure social de 1'Indochine, comme celle de
tout le Sud-Est asiatique, n'est pas rong6e par la
misere dans la mmme measure que celle de la Chine ;
le communism est priv6 ici de.sa force motrice
616mentaire, la faim, a condition que celle-di n'ait
pas W6t cr6ee artificiellement par les devastations du
Viet Minh. II n'y a aucune raison de d6sesp6rer. Une
des choses les plus remarquables qui m'aient frapp6
ici est le came confinant presque A T'h6roisme avec
lequel les Frangais font face a une situation v6rita-
blement 6nervante ; il rigne a Saigon, je tiens a le
dire, une atmosphere plus saine et plus optimiste
que dans le climate parisien hautement intellectualism.
Les assassinats ne sont pas annonc6s par les jour-
nauxosous de gros titres mais dans la rubrique des
faits divers. < On s'y habitue, m'avouait un ami,
comme on s'habitue aux accidents de la ciroula-
tion. > Mais P'habitude n'est pas seule a agir, il s'y
ajoute un sentiment plus profound de mission. t< Cette
guerre, m'expliquait une haute personnalit6, n'est
plus depuis longtemps une guerre coloriale, sinon
il y a beau temps que nous aurions suivi l'exemple
anglais et hollandais. Nous savons que nous sommes
deja engages dans la grande guerre des ideologies et
que la France faible et d6chiree remplit ici line
mission de politique international.
(a Die Weltwoche P, Zurich, 18 aout 1950.) N 5.824


II. COMMONWEALTH


Inde

a) SITUATION POLITIQUE INTERIEURE
Au course des trois anndes qui se sont dcouldes
depuis l'obtention de son independance, l'Inde a
eu i rdsoudre sur le plan interieur de nombreux
problems inherents au fonctionnement d'un
Etat democratique. L'un des plus dlicats a con-
siste d incorporer les principautes autrefois au-
tonomes. Dans un article consacrd a cette ques-
tion la c Neue Ziircher Zeitung > expose les dif-
ficultds que prdsentait cette transformation radi-
cale et la maniere don't le nouvel Etat Indien
s'y est attaqud.
L'int6gration des 562 principaut6s, qui repr6sen-
taient 40 % de la superficie de l'Inde avant le par-
tage et comptaient une population de 81 millions
d'habitants, est l'un des actes les plus consid6rables
du jeune Etat, qui c61lbre le 15 aoflt le troisieme an-


niversaire de son ind6pendance, et, plus particuli&-
rement, de son ministry de l'Int6rieur, Sardar Val-
labhai Patel. La complexity inouie de leurs former
de gouvernement et de leurs administrations rendait
difficile de les unir sous un regime unique aux an-
ciennes provinces de l'Inde britannique. Cependant,
de grands territoires, qui jusqu'a ce jour n'ont connu
rien d'autre que la monarchie absolue et la f6odalite,
doivent dor6navant &tre r6gis et administr6s selon
les.m&mes principles d6mocratiques que les autres
parties du pays. '
Pour surmonter ces difficulties la Constitution en-
tree en vigueur le 26 janvier de cette ann6e r6partit
les Etats c'est ainsi que sont d6sign6s aujourd'hui
tous les membres de l'Union en divers groups
don't deux, les groups A et B, ont leurs propres gou-
vernements, tandis que les. autres relbvent directe-
ment de l' ttorit6 du gouvernement central. Des dis-
positions particulibres plotegent les territoires des
tribus non civilis6es qui se trouvent dans divers
Etats.
Sous le terme de Groupe A, la Constitution d6si-







gne les anciennes provinces britanniques possedant
dteja des institutions democrafiques. A la tite de
clhacun de ces Etats se trouve un Gouverneur nonmmi
par le Prdsident de la llpublique ; les attributions
et les fonetions de leurs Parlements sont definies
d'une manidre d6taillee dans la Constitution indien-
ne. L'autonomie des Etats n'a rien de comparable
avec celle ties cantons suisses ; ils ne 16giferent ique
dans les doinaines qui leur ont 6t6 expressement rd-
serv6s et, mnnlie dans ce cas, tes dispositions pr6-
cises autorisent le Parlement pan-indien A promul-
guer des lois ayant naturellement priority sur cells
tes divers Etats.
Plus grande encore est l'influence de 1'Adminis-
tration central aupris des Etats du group B, qui
comprend les anciennes principaut6s importantes ou
plusicnrs d'entre elles fondues ensemble. Le r6le du
Gouverneur est ici assure par le Rajpramukh, qui est
en rIgle gdnerale celui des anciens princes avant le
rang le plus dlevd. Aux terms de la Constitution,
il dispose dans certain domains en ce qui con-
cerne, tar example, la fixation du traitement des
memlbres du gouvcrnement de plus de pouvoir
qlu'un (Gouverneur ; li oil n'existait jusqu'a present
aticun Parlement, il decide quelle sera la province
(ancienne) qui servira de module pour en 6difier un.
Les accords du Gouverneient central avec les an-
cicns princes pr6voient pour l'instant une period
do transition, qui est souvent fix6e ic dix ans, sons'
un control 6ti'oit du Ministere des Etats de Delhi.
C'est ainsi, par example, que jusqu'a I'entrde en vi-
gueur d'une Constitution elabore par PAssembl6e
constituante non encore former du Rajahstan, le
Iajpramiukh et le Conseil des ministries de cet Etat
restent, aux termnes des conventions, sons le contr6le
tid Gouvernement central et doivent suivre dans tons
les cas les instructions donnees par celui-ci.
Le Rajahstan, territoire de plus de 310.000 kilo-
mrtres carr6s, est nd de la fusion d'une vingtaine de
principautes, grande et petites. An nombre de
celles-ci figure Jodhpur, qui confine aujourd'hui aun
Pakistan occidental ; avec sa superficie de plus de
93.000 kilometres cards (bien plus de de la Suisse) c'est la plus etendue ; sa population,
toutefois, ne conipte que deux millions et demi
d'habitants, une grande parties du sol dtant tdeserti-
(ue. Cette principaut6 passait pour bien gouvernue
et administrde ; son clemin de for 6tait parnmi les
meilleurs de l'Inde, son h6pital d'Etat 6tait rdpute,
son niveau scolaire etait relativnement elevd ; I'ordre
y r6gnait. M'me pendant les troubles cons6cutifs atn
partage, les Mahometans et les IIindous v6curent
pacifiquemcnit cite i cole dans la pittoresque coi-
pitale medirdale de eel Etat raj!pute. Le voisin orien-
tal de .Iodhlu'r. Jaipur, a une superfiiei de < scule-
ment > 39.000 kilomntres carrdis, nmais un"e popula-
tion de plus de 3 millions d'Amlis. Sa capital -
qui port I e m ino111 est dcvenuc la mintropolte
du novel Etat tdu Hajahstan et le Maharajah dte
Jaipur est devenu le Rajpramukh.
I'our Joldhpur colmme pour tous les nutres Etals
princiers incorpords cette situation constitute un
formidable cliangement. De la position tl'Etat large-
ment autonomne qui 6tait la sienne il est passe au-
jourd'hui ft celle de district d'un membre tr-s pe1n


independent de 1'Union Indienne. C'est vers New
Delhi et vers Jaipur (situ6e A 14 licures de chelnin
de fer) que s'6coulent maintenant les Ieeettes de
1'Etat saliness, carri6res de marbre, chei-rin dte for,
douanes, contributions des proprietaires) qui s'ele-
vaient soils le Maharajah ia quelIqut 24 millionss ide
roupies annuellement ; A cette some vient s'ajou-
ter dorenavant le montant de I'impst suir le revenue
r6cemment introduit. C'est a Delhi et Jaipur que s'en
est alley le trdsor de 1'Etat, c'est lat que l'on gouverne,
c'est la que l'on statue sur les d6penses, Inme dans
les affairs relevant des autorites municipals car
celles-ci ne disposent pas de leurs propres rcccttes.

Une transformation aussi rapide et aussi radi-
cale n'a pas manquS d'etre vivement ressentie
par la population, invite du jour an .'lndemain
a renoncer 4 ses habitudes ancestrales.

Aucun people n'aurait subi un tel chang,'nient sans
line certain anmertume. On so sent retrograde, ra-
val au rang de province. I'n certain nombre de
citoyens pas tous dtoucs du .sens national,
coimme on en rencontre principalenient dans la
classes moyenne cultiv6e de Jodhpur, re.:onnaissent
bien que l'inltgration dtait ncessaire si 'nii ne vou-
lait pas tile l'Inde, apres sa liberation, ine se frac-
tionnfit en ine infinite (Ie iIorccuix. L' is ils au-
raieni souhaitt dans l'intidrt dlu noIvel Elat et
de son acheiminemient vers la di6mocr;tic uine
tr-ansition: plus planifii e et moins bruta. 11 allait
tie soi que le changemnent xecdutue ia h1 lite cde la
iachinerie administrative ne pouvait pas s'eifec-
tuer sans diflicultes ; cette circonstance' cependant,
ajoutee i quelques erreurs psycihologi'iliu's qui ont
blessd les .lodhpuris dans lcur patriolisi e local, a
beaucoup moins nui au prestige du (oui-ernement
central qu'it ceuii du Gouvernencent de li jalstan.
II n'y a p'as lieu de s'etonneor que le rouveau r6-
gime n'ait pas la favurr de la noblesse q ii voit dis-
paraitre des privileges don't elle jouissait depuis des
generations. L'dclat de l'ancienne capital a disparu;
au palais on ne donne plus ancune fite les noim-
breux Europdens an service tdu Maharajah sont pres-
que tolus pa'rtis. Les dcuries de course et le terrain
de polo sent deserts. On entend piirtout ce leit-niotiv
rdsigneu : < The glory of Jodiipur is gone >>. Pour
les < takurs >>, les grands propri6laires foi ciers pos-
sedant 80 %, environ de la terre cuiltivajle, I'dven-
tualiti d'une r6forme agraire point menac.nite i I'lho-
rizon. II est vrai quie cottl reforme n'est pas r6ela-
mce ici avoc autiant d'insistanlce qie dans dl'autres
parties diI pays, et cela non pas parce ([uie les miai-
Ires y soi;t part!icIlieremcenlt boasi, imais pii hIti pace
qui le s ii;!.asss !)opulaires sont g.nerrale.eilot con.ser-
valric's. I)( cot(-i devront telnicr couple tons ceux
qui en visa:;oent ('introduire ici des rtforinm:s socil'ies.
Les fodulalils peulvent tire 1ii. anaclihro siime ; ici
elles avaicnt cl elles ont collrs. La mopiula!i'n nie s'est
pas encore souleve' conlire .s im:iilres, (iqui resident
dtans leurs chiileaux et daus le1ris ':laisonll urirainles
et qui eneaissent tie 30 i (0ill di prod lit (lue le
paysan arrachle an inoycn de ses odes liem)t s i culture
ancestrales au mnaigre sol sablonneiix. I! n'v a pas
encore si longtemps que le paysan 6iait atlache6 la






gl6be. Quant au droit de haute Justice que poss6-
daient de ncmbreux nobles, il a i6t aboli depuis peu.
Les rigles ties castrcs et celles tlu purdah sont ob-
servees ici < ncore trbs strictement.
Le people continue ti aimer ct ia v6nerer son Maha-
rajah. 11 a r icemnient exprimet de nouveau ces senti-
ment par la reception imposante qu'il lui reserva a
son retour I'Angleterre. Le loyalisme i l'egard du
souverain h.:reditaire est fond6 ici sur une tradition
commune presque millionaire et le sage gouverne-
ment du pri e du prince actuel, mort en 1947, a par-
ticulibremert contribu6 A l'ancrer solidement dans
la g6neratio. actuelle. Aussi les gens ont-ils du mal
A admettre ( ie le souverain que I'on connaissait, au-
quel chacur pouvait demander justice, ne soil plus
en measure le les aider. On ne comprend pas en-
core cc qui s'cst pass. La liberation de la souverai-
net6 anglaise ne peut pas avoir une grande signi-
fication pour un territoire qui ne la ressentait qu'in-
directcment La satisfaction que I'on en 6prouve est'
d( toutes nIani6res contrcbalanc6e par le fait que
l'on ne sait plus tres bien qui est au just respon-
sable de la vie du pays ; tres loin, it Dellii et a
Jaipur, siegint des Ministres et des Sccrataircs d'Etat
aupres desqels on lie pent pas se rendre pour met-
tre le turban a terre et exprimr ainsi ine demnande
d'audience. )n ne les connait pas ; comment aurait-
on conlianc en eux ?
Le fait qu le pays souffre d'une p6nurie d'eau
aigtii et tried grave n'est pas id nature it ami-liorer
l'etat t'eslp t. Depuis tdes annles la ilmosson a 6et:
mauvaise ; l'ann'e derniire ii u'n pom' ainst dire
pas plu. Or cela se traduit par l'ensablenient, non
seulement I ensablement des gazons et des jardins
de la ville. imais par celui de la terre cultival)le si
rare. Des d zaines de milliers dec paysans ont par-
couru avec leur Ibitail tis centaincs tdc nilles it la
recherche lec lieux plus favorisis. Maintenant les
prcmieres c tlites de pluie de celte mousson ont com-
mence ; se ont-elles assez abondaltes pour remplir
les r6servoi -s '? Le Goiuvernement apporte son aide,
mais, aux lires tie la population, le concourse de
I'ancien Go!ivernenent aurait 6th plus eflicace en
pareilles cili onstanccs...

En d;pi tie la presence de facteurs qui, en
d'antres pr(!js, ont contribind an dtioeloppement
(du comninnrtisine, cette nienace scnble li-lre Iota-
lement exc tie.

...On con idere pour 1'instant come inivraisenm-
blable (ulUe i c malaise aboulisse ai unr expllosion. I.e
sysltiie te )artis est pen dtvelolpp ; le Parli (Con-
nliinisle, ni lanll iillen, ne dtispose dains c' Icerritoire
paIuvre en i idisltries (utie id'un petlit nmiibre d'dtlic-
rens ir!alg' ie fr:!ilt e hieni des p-ens par:issenlt
inourrir de 'iluces idl6aux coillnnullnisles. Le Parii du
Co()ingirs n'li n in tltl ilHaj!)iil;i q(ii'n nouibrie relalive-
nitnt fail0! di pirilisans. ('c quti, nillre ailtres causes,
a pUn oil nlrilbtter it liii-rendre difficile It formation
ii .Jaipur d' in got!vernemleint eip)lble. ()n petu dlirc
(d'une inanit r' ge6nirl."il q(lu'alujoulrd'ltih i encore il exis-
to ici lmoin-; i'antlgoonislnes entre les parties ou les
classes qtu'!ltre les castes. Les Hajputs ct le.s Jals
sont en opposition, bien que tons les lajputs ne


soient pas de grands propri6taires fonciers et que
tous les Jats ne soient pas des paysans.
L'Inde moderne se r6clame de la dmnlocratie. Dans
des territoires qui, connie Jodlipur, ont vecu jus-
q'it mnaintcnant an Mloyen-Age sur le plan economi-
que, cultural et social un long ct minuticux travail
de construction ct d'(ducation sera n6cessaire pour
crecr les conditions requires pour la d6mocratie...
(o Neue Zurcher Zeitung ), Zurich, 14 aoft 1950.) N" 5.815

Si le peril communist ne semble pas etre une
preoccupation de premier plan dans les ancien-
nes principautis il n'en est pas de mmie dans
routes les provinces de l'Union Indienne et le
Premier Ministre Sardar Patel a estimn ricem-
ment utile de declarer an Parlement que
I' < Inde ne ferait pas de quarter au. commn-
nistes sur le front intdrieur >.

...11 rappela h la Clhambre 1'expos6 politique, fait
par M. Nehru en Fivrier 1949, planss lequel le Pre-
mier ministry declarait sans detour que Ie Gouver-
nement (de I'Inde ne tol'rcrait pas le sabotage et la
violence. < Je suis certain, poursuivit M. Patel, qu'en
dtlpit des changements qui ont pu etre apport6s tdans
la tactique tdu Parli Communiste, aicune modifica-
tion n'est intervenue tdans sa strat6gie fondamentale
consislant A s'eimpiarcr tu ipouvoir, si nlcessaire,
atl IlloventI d'une rivolle violent > Dans certaines
l)rovinces le Parti (Comiimuniste a dtji' dt etre mis
hors la loi et a IitHyderabad des terrorists conmmu-
nistes out assassin& 2.500 personnel au course dcs
trente derniers mois. M. Patel conclut sa (declara-
lion en dlisant qtw Ie (louvernement inlien n'hisi-
terait pas i~ repondrle it la force par la force.
Au course diu noise de .luillct, M'I. Rajcshwar Rao
succtda in M. H:ianiilive ;a poste tie Secretaire tlu
Parti (tans l'[nde. Ce changement a signifi6 prin-
cipalement que l'ancienne politique consistent a ta-
bler princilalementl sur les groves industrielles et
la violence Rtait abandonn6e en faveur d'un nouveau
programme tcndant A combine I'action constitution-
nclle avec de plus grands efforts pour organiser la
p)aysainnerie. Les coniiininistes ne sont nulleulent
satisfails de lcur tries imodeste progrcs (ans i'lnde
et ils aspirant initntenant it animliorer leurs chan-
ces aux elections .g6enrales (te 'anlnbe prochaine.
Ils ont i-galcment ,rli invits par Moscou iA modeler
leur taclique rurale sur celle qui a ilonn6 le succbs
aux comnmunisles chinois et i rCadopter la tactiqiue
du front p)opIulahirc clerchant i unir ,< tous les eli-
mnents anti-reaclion lllires >.
Les chances d'lun sucv.'s conuliitntistsle vecntuel
dans I'lnde, ia r['(nliiere ile excellenlts 6tanl donine
la llisere el la silr!populatlion gi6nlrales, sont nlean-
lit.inls 1Ien miloit s olioans qu'elles ne 'i laijent in
linen. i'lnde a liuile cIts Brilanniisqes line des ad-
iminisltralions Its plus efficaces cl les nioins corrom-
pImes d'Asic. I'ln o:llre, li popillllion!l de 'Inlde, qui
vinit de sortir d'litn i-r de gotivernemwnl inmpriale,
n'est nitlleniie t cie cline a s'en laisser iltiposer uine
autre. On doit ce)Tndanlt adiiit'lrce (qu'il existe tine
r-e6uIlsion populaire coni'tre certaines des aclivites des
Puissances occidentales on Asie. Cette r6pulsion a
it6 r6cemment stimulec par les bombardments mas-







sifs des Am6ricains en Cor&e septentrionale et la
logique de l'argument selon lequel la responsabilit6
en income i l'agression d'une Puissance asiatique
echappe de plus on plus A la comprehension des
populations de 1'Asic. M. Nehru a affirmed l'autre
jour non sans raison que i'Occident ne comprenait
pas exactement 1'effet de certaines de ses actions
sur son continent ; il existed en effet un risque reel
de voir les forces anti-communistes d'Asie affaiblies
par le fait qu'elles sont associees aux Puissances
occidentales dans F'esprit de la population. Commn-
l'a montre la position de M. Patel, la politique in-
dienne est en fait beaucoup plus proche de I'objec-
fif occidental tendant ia defendre l'independanee
national centre I'impnrialisme communist que son
Premier Ministre ne vent ou no puet 1'admettre...
(c The Economist ), Londres, 19 aoit 1950.) N" 5.314

Toutefois, 1'attitude de e I'Iie t l'dgard du com-
munisme est assez complete et curtains gestes,
tels que la tentative de nmdiation du Pandit
Nehru dans I'affaire cordenne ct la prise de po-
sition indienne siur la question de la represenia-
tion chinoise au Conseil de S&cnritd, < ont mon-
Ird que ce pays n'etait nullement disposed a s'cn-
r6ler sans reserve dans un front anticommu-
niste >.

...11 arrive souvnt que e coniportement de 1'Inde
ne soit pas bien comprise en Europe et en Am.nrique
ct (qu'il done lieu tie ce fail it une certain mefian-
ce. 'ne chose esl certain, c'est que, sur ie plan in-
t6rieur, le Gouvernemnent indien se defend de toutcs
ses forces conlre 1'extension du comnimnismne. La
situation econo;miqu e ide pis en plus lmauvaise 1am6-
ne de nouveaux ~6nlments de la population it o'x-
irenmisime ct facility 1'activiii communist. La dcelp-
iion des masses est exploitee par les comimunistes.
11 est difficile de dire quelle eCst la force de ces der-
niers dats I'lnde. Dans le milieu des travailleurs de
t'industrie ils out perdu beauieoup de partisans aut
profit des socialists. Leur obedience moscovite
eloigne de nombroux 616ments douds de sens natio-
nal. Cependant, dans la partic oriental de 1'Etat
d'Hyderabad (Telingana) ils ont rIussi it contr6ler
pendant plus de deux ans, en avant rccours it des
mdthodes de guerilla, une certain 6tendue dt ter-
ritoire. lts v ont r6alis6 une sorte de revolution
agraire fonde en partic sur'les sympathies actives
des petits cullivaleurs et ouvriers agricoles et en
parties sur la terreuir organisee. ia creation ie nou-
velles zones < libL'ries sur Ie modtloe de Telingana
constitute I'obijectif dfclard d(u Parti Communiste.
Cos zones << libderes > doivent ultdrieurement servir
te tites de pointt aux << liberls >> de l'extericur. Mais
actuelleincnt le Parli Communiste indien est divis,.
en groups et sections surt des questions de strategic
et d'ideologie et il a perdu de son mordant. On est
done en droit de dire qu e le danger commiuniste
dans 1'Inde ne reside pas tellement dans la puissance
idu parli que danns la possibiliie de notiveaux dlsor-
dres siuiepliibles d'itre suscitss spontanement p]ar
la diselte, le crenchirissemient t la inmisire des refu-
gibLs.


Si l'attilude du Gouverncment Indic.i en face
du peril comnmniste interieur est s!ns ambi-
guild, elle est infiniment plus nuancce sur le
plan international.

La position anticommuniste du Gouverrement sur
Ic front int6rieur ne signific toutefois nuilement une
nette prise de position en politique 6trangire. Le
tableau noir sur blanc d'uin monde r6p)a;'i centre le
camp coilmlunise et le camp anticomm niste s'cs-
tompe en n i nombre infini de nuances sous l'opti-
que asiatique. L'aspect dc la liberty dtemocratique
occidental n'y apparait pas sous le jour le plus lu-
mineux et le nmuge mcnacant dte l'expa.ision colm-
mnuniste n'y est pas telleiment noir. Dans ce deii-
jour les problems du nationalism asia..que et de
1'anticolonialisme se dttachent avec unt particu-
liere nettete sur 1'arriere-plan de ia uoli que inter-
nationale. On peut douter que ces prolb iimes, vus
objectiveeniti, puissent se poser ind6pcndamment et
en deliors de la grande lutte pour le po.ivoir. Mais
ils ont pris en Asic leur rIalit la plus ccncrete, qui
ne doit pas ,tre sous-estimne si l'on veut 6viter des
erreurs lourdes de consequences.
Malgri la proclamation de la politique cor6enne
du Gouvernement an Parlement, on ne doit pas se
dissimuler que intervention anmricainc couverte
par le drapeau des Nations Unies n'est nullement
populairc. Les slogans < Hands off Corea et < No
intervention in Asia > apparaisseni avci. diverse
variantes dans toute la press et sont loiin d'etre le
monopoly dcs feuilles de gauche. La pol.ique amie-
ricaine relative it Formose et t 1'indochiirl fait l'ob-
jet des jugenents les pl;s s6v&res. Plusieu-s phrases
(du r'eent discours de Nehru ont principal ement 6te
dirigees contre cette politique.
La vicloire des communists on Chine a conside-
rabienient inodifiC 1'appriciation du probt ime coil-
miuniste. Alors que le coinmunisme faisa.: autrefois
i'objet de la plus grande melfiance en sa quality de
denre 'e d'xportation d'un novel imperialisme on
voit en lui soudainement une manifesta- on asiati-
que et une manifestation te la lutte hislorique des
peuples asiatiques pour 'dmanncipation n tionale et
la renovation social. La defense par 1'E::rope d'in
status quo dans Ie cadre de la resistance genCrale
centre expansion coinmmuniste comem, :ar cxelm-
ple, en Indochine ct en Malaisic) ne peut )as comp-
ter stir la sympnathie du rest de i'Asie. La solida-
rite asiaiique a ses racines dans le pass colonial de
ce continent ot dans les problbmes sociaux communs
du present. On so trouve ici en lprescnc' de pays
agricoles ayant iune population s'aceroissant avec
une rapidity inqui6tante dans des conditions de vie
au-dessous tie la noriale, poss6idant des industries
rudiimentaires et sounis i uine legislation fonciire
en partic f odale. UIn passage rapide (Id pass pres-
([ue imoyentigeux aux forimes economiqtiue et socia-
les modernes est i;irtout le but dlsird. 'ne r6forme
agraire radlicale est considirt iuinanimei :nlt comine
une condition essentielle do toute rlenova:ion. !\ais
le (Goutvernellenlt ilnien a appris au course des trois
premiieres ann6ees (de son indpenldalnce 1'impiortancc
et la multipliciti des difficult qui s'oipp )sent 1 i 1
realisation dle ces projects grandioses. 11 n'est pas







Rtonnant que bien des yeux attentifs se portent main-
tenant vers a Chine oi sont appliquees des m6tho-
des plus rad icales pour tenter de r6soudre des pro-
blemes idenl iques.
(a Neae 2 irchor Zeitung c, Zurich, 25 aouct 1950.) I" 5.837

b) LA QUESTION DU' CACHEMIIRE

Les efforts deploys ces derniires semaines
par le noureau representant des Nations Unies,
Sir Owen l ixon, pour rapprocher les points de
vile divergeats de l'Inde et dii Pakistan sur la
question dri Cachemire avaicnt fait naitre l'es-
poir de voi, enfin rdsoudre un litigc qui empd-
che l'dfabli::semcnt de relations edroites entire les
deux pays. Cet espoir a nmallieureusement tc
ddeu.
L'hebdon'adaire < The Economist >> expose la
genese du iffdrend.
...Il y aura trois ans Ie 27 octobre que les hostili-
t6s comrmei cerent au Cachemire ct que le Mahara-
jah d6cida de s'unir a l'Inde. Les tribus Pathanes
de la front: re du Nord-Ouest avaient d6ej p6n6tri6
au Cachemire en traversant le territoire du Pakis-
tan et un < gouvernement provisoirc r6publicain >>
musulman :.vait et 6tabli dans ce qui fut appeal Ie
Cachemire Azad. Des troupes indiennes furent alors
amcn6es por avion pour soutenir les forces gouver-
nementales du Cachemire et Ic Maharajah accept
un nouveau gouvernement pr6side par le leader mu-
sulman prc-indien Sheikh Moliamed Abdullah. .Le.
hostilit6s s: poursuivirent pendant plusieurs mois.
En Janviei 1948, sur I'initiative de I'Indc, le Con-
sell de S&curit6 envoya une Commission pour 6tu-
dier la situation ; cette Commission avait 6galement
recu des ii structions en vue ile r6tablir la paix et
d'arranger iun plebiscite, objectifs iuxquels sorscri-
virent en principle 1'Inde et le Pakistan. Le preniiLir
Janvier 19-19 une trbve fut r6alis6e et il y a mainte-
nant plus ,L'un an Iqu la ligne de < cessez le feu >>
fut office element tracCe et acceptee par les deux
parties. Mr is auctun progress ne s'est rev616 possible
en cc qui concern I'organisation d'in plebiscite...

Les deuix parties out de paissantes reasons --
d'interet t tde prestige pour ddeendre leturs
points de vue respeclil's avec acharnement et it
semble qil'il n'y ait plus anjonurd'hni pour le
Cachemire << atcune autre solution possible
qu'une fo-me queleonque de parla!ge >>.

...Le r6s ltal tlangible dl'un rI'lenment coinme ccleti-
ci serait le suivant : l'Inde rendrait Ic territoire
qu'elle oc. upe ai present tandis que Ic Pakistan re-
noncerait it ses revendicatio-s actuelles sur 1'en-
semble du Cachemire. Ni M. Nehru ni M. Liaquat
Ali Khan, lans Ic cas on ils arriveraient i oun tel ar-
rangemen, n'obtiendraient aisemnent sa ratification.
Par ailleu's nucun obscrvateur de 1'ext6rieur ne cLe-
vrait sous-estimer les sacrifices qu'il repr6sente. On
est beauc np trop portL i estimer que l'on devrait
tout simp ement laisser 1'Inde et le Pakistan se d6-
brouiller ensemble. Mais, si Yon vent que la friction
qui a pris naissance entire les deux dominions prenn"


fin, il est n6ccssaire de trouver une solution pour
Ic Cachemire. Aucune des parties ne pent r6aliser
tons ses objectifs A Il'aide de moyens pacifiquies.
L'une et l'autre auront recours A la force pour re-
)pousser toute tentative de rcglement violent. Pour
tonles les deux par consequent la seule solution
semble 6tre une << galit6 de micontentement >> et
e'est celle-lh tout au moins que sinble offrir ti rI-
glement bas6 sur Ic partage.
(e The Economist ), Londres, 12 aoiJt 1950.) NO 5.821

C'est egalemeni la solution du partage qui ap-
parait la seule possible a la revue < The Spec-
tator >.
...L'6ventualit6 diu plebiscite 6tant exclude, la scule
source de compromise subsistante est actuellement
le partage. Cette solution est naturellement h I'ttude
depuis le moment ohi les hostilit6s au Cachemire out
about a une impasse, mais jusqu'h ces derniers
temps le fait d'admcttre qu'elle pourrait etre discu-
t6e a Tlus on mloins passe pour une h6r'sic ai Delhi
on it Karachi. Des ti present les principles selon les-
quicls sc drctiulrra!il le pariagc sont assez clairs ; la
frontiere s6parerait les regions a majority imnsuil-
Iane du( pays de cells dans lesquelles dtomine 1'616-
mnent hindou. Ce system ne supprimcrait pas le liti-
ge pour certaines regions (notamment pour la Vallie
du Cachemire propremient litc) mais, avec de la
honme volont6, cet obstacle pourrait trre surmont6.
La bonne volont6 -st natuirellement une drterce en
passe de devenir de plus en plus rare. Malgr6 tout
il y a une chance pour uic les 6vinements de Cor6e
aient fait toucher diu doigt la n6cessit6 urgent de
rigler cette guerre, In plus coitense tides guerres
iroides asiatiques.
(t The Spectator n, Lond'es, 18 aout 1950.) N" 5.811

Pour < Time and Tide > laa question ldu Cache-
mire est le seul point noir obscurcissant les pers-
pectives d'avenir de l'Inde et du Pakistan don't
les realisations, par ailleurs, jrstifieierant tons
les espoirs.

I'ann6e a 6et marqube dans le sous-continent
indien par un certain nombre d'evenements signi-
ficatifs. En premier lieu le dilemme constitutionnel
a 6et r6solu au nioyen d'une formule ing6nicuse :
1'Inde a adopt& le regime de son choix sans briser
les liens de la camaraderie. Ensuite l'ann6e a 6t6
marquee par les visits que M. Nehru -et M. Liaquat
Ali Khan ont faites aux Etats-U'nis et il est just de
dire que ces visits ont 6t6. avantageuses i la fois
pour les voyageurs et pour leurs h6tes.
...Malheureuisement la question du Cachemire
constitute encore un ferment sur la scine indienne
et annuelle les bons d6euls r'alisCs ce i)rintemps
sur la voie d'une amilioration des relations; un
d6sastre fut alors 6vit6 au Bengale. Les deux Pre-
mier Ministres font toujours preuve de patience et
d'un d6sir de discuter calmement leurs diff6rents,
mais ces diff6rends semblent rester insurmontables
en depit de tons les efforts de Sir Ovwen Dixon.
(c Time and Tide ), Londres, 19 aout 1950.) N" 5.810







Ces efforts devaient finalement se revdler
vains et Sir Owen Dixon quitta Karachi le 23
aolt apres avoir declared qu'il n'y avait pas lieu
d'escompter une solution immediate du diffe-
rend du Cachemire.
Voici, selon le << Times ., les principaux eld-
ments qui ont guidg le reprdsentant des Nations
Unies dans sa tentative de mediation :

...Le point de depart de la mission de Sir Owen
Dixon 6tait l'accord des Nations Unies, de 1'Inde
et du Pakistan reconnaissant que l'avenir du Cache-
mire devrait etre r6gle par un plebiscite. Pour que
celui-ci fut equitable il aurait fall que les troupes
fussent 6vacuees par les deux parties. Mais, come
le constata Sir Owen Dixon, pour l'Inde la d6mili-
tarisation signifiait le depart des forces pakista-
naises, le d6sarmement du regime du < Cachemire
libre > et I'extension de l'autorite de Sheikh Abdul-
lah A l'ensemble du pays. Pour le Pakistan, ces
arrangements auraicnt fait de tout plebiscite une
farce, particulierement si d'importantes forces in-
diennes 6taient demeur6es sur place pour soutenir
Sheikh Abdullah. Le Pakistan voulait que les
troupes r6gulibres des deux parties soient evacuees
et que I'administrateur des Nations Unies, l'amiral
Nimitz, recoive, aussi bien de Sheikh Abdullah que
du regime du < Cachemire libre >, plein pouvoir de
r6aliser le plebiscite dans des conditions 6quitables.
Tons les efforts de Sir Owen Dixon pour r6aliser
un compromise 6chouBrent; les propositions qui sem-
blaient raisonnables A lui-m&me et au Pakistan ne
parurent pas acceptable a 1'Inde. Les deux Pre-
miers Ministres conclurent qu'il n'y avait pas d'es-
poir d'un accord sur la procedure de realisation
d'un plebiscite general.
Sir Owen Dixon proposal alors une autre solution.
Partout oh les d6sirs des habitants seraicnt connus
le territoire devrait etre partag6 entire I'lnde et le
Pakistan conformement ia res d6sirs; la oft un doute
regnerait aurait lieu un plebiscite local limit*.
L'Inde 6tait dispose a examiner cette solution. Le
Pakistan h6sitait, pr6f6rant la solution des Nations
Unies recommandant un plebiscite dans tout le
Cachemire, mais il ne rejeta pas definitivement cette
suggestion lorsque, dans un dernier effort pour
aboutir a un accord, Sir Owen Dixon offrit d'labho-
rer un plan de son cru pr6voyant un plebiscite dans
la vall6e du Cachemire ct le partage des territoires
restants. Mais certaines de ses conditions en vue
d'assurer un plebiscite equitable et impartial dans
la vall6e parurent si inacceptables i l'Inde qu'il dflt
renoncer A son project. Tout ce qu'il put fire alors
fut de remercier les deux Gouvernements et d'expri-
mer l'espoir qu'ils pourraient apres coup etre en
measure de r6soudre le diff6rend par une n6gocia-
lion pacifique entreprise de leur propre initiative...

Cet espoir ne sera vraisemblablement pas
exaucd, ajoute le c Times >, mais l'ceuvre ac-
complie par Sir Owven Dixon pourrait du moins
permettre au Conseil de Sdcnritd d'agir sur des
bases nouvelles.


...Si le Conseil de Securite devait donner une
impulsion decisive en faveur du partage, il n'est
pas impossible que les advantages qu'un tel r6gle-
ment serait en mesu'e d'apporter aux deux parties
n'arrivent pas peu a peu a surmonter leur intran-
sigeance actuelle. La necessity d'une entente plus
Gtroite entire les deux partenaires du continent
indien est soulignae aussi bien par les menaces
internationals que par les graves difficull'-s domes-
tiques que leurs relations tendues leur occasionnent
ah 'un comme A I'autre. La question du achemire
inise a part, la tension politique existent antre eux
s'est relAchde ces derniers temps; I'accord r6cem-
ment sign a Delhi en vue de pr6venir or de punir
les attentats commis contre les minoritPs des deux
pays a donn6 lieu de part et d'autre de la frontibre
a un certain degrc de confiance qui n'ex.stait pas
et qui 6tait tres nicessaire. Dans le traffic commer-
cial 6galemcnt, auquel les difficult6s d( change
occasionnent toujours un obstacle considerable, on
constate des signs d'am6lioration. Le Conseil de
S6curit6 devrait avoir pour objectif de prcliter dans
toute la measure du possible de cette atmosphere
am6lior6e pour examiner si le beau travail accompli
par Sir Owen Dixon ne pourrait pas, en d6pit de
son triste 6chec, contenir tout an moins le germe
de succAs futurs.
(a The Times i), Londres, 24 aout 195[.) N" 5.822

Dans un article du < Sunday Times > Scruta-
for fait remarquer que l'interminable lunerelle
du Cachemire prive I'Inde et le Pakistari d'une
cooperation economique et d'une alliance defen-
sive entire leurs Gouvernements qui sont l'mun et
l'autre vitales pour ces deux pays.

...Cet argument est si evident pour l'observateur
qu'il ne pent s'empecher de se demander pourquoi
les deux parties ne s'inclinent pas devit cette
n6cessitb. Les Gouvernements le feraient probable-
ment mais ils ne pcuvent pas affronter la rolere de
leurs partisans. Dans le cas ofi une parties quel-
conque du Cachemire serait assignee dlfinilivement
a I'une des deux nations, on suppose que tous les
membres de l'autre nation vivant en territoire
cachemirien pourraient, comme cela s'est produit
lors des terrible prbecdents de 1947, etre pour le
moins chassis de leurs maisons et peut-Ptr mcme
massacres A cette occasion. Si de tels 6viements
se produisaient, il est probable que ni le Pandit
Nehru ni M. Liaquat Ali Khan ne pourraient rester
a la tite de leur Gouvernement et que la porle serait
grande ouverte i des regimes d'instabilit6 et d'anar-
chic tels que ceux que les deux Gouverneirents se
sont jusqu'a present efforc6s avec succs d'6viter...

Malgr l'devocation de ces sombres perspectives
Scrutator conclut son article sur une ncie plus
op imiste.
...L'Ptat profond6ment ficheux du conflict reste au
point oh il en 6tait. Mais l'on peut se permettre de
se demander si la situation est aussi mauvaise
qu'elle parait 1'Ptre. Le partage, qui est rrtaine-







mient la sol tion finale la plus vraisemblable, est
tout au moir s passe de T'arriere-plan sur le devant
de la scene. Les hommes A 1'esprit conciliant ont
maintenant In objectif mieux d6fini pour oriented
leurs efforts.
La question qui se pose immediatement est la sui-
vante : deviait-on, pour le moment, laisser ces
graines gerrner tranquillement ou alors le Conseil
de S6curite pourrait-il utilement tenter de pour-
suivre 1'affaire dans le proche avenir ? 11 n'est pas
facile de relondre...
(a Sunday Times ), Londres, 27 aouft 1950.) No 5.827

L'hebdornadaire < Tribune >> regrette que le
partage susjgerd par Sir Owen Dixon n'ait pas
edt accepted, car c'est, i son avis, la seule solu-
tion pacific ue.
...Malhenr.usement cette proposition de compro-
mis n'a pas 6t6 jug6c acceptable bien qu'il soit dif-
ficile de voir quelle autre solution demeure, P'ex-
ception d'une decision par la force des armes qui
serait une catastrophe pour tous ceux qu'elle con-
cerne.
(s Tribune ), Londres, 25 aout 1950.) NO 5.826

La revu << Time and Tide > met son espoir
dans l'ame'ioration gendrale des relations indo-
pakistanaies.
...'rant qu e l'on en demeure au point mort, il nous
rest quelqi es parcelles de tranquillity. Ni M. Nehru.


ni M. Liaquat All Kan n'ont admis que cette ques-
tion non regl6e vienni affected l'amelioration des
relations entire leurs deux pays, amelioration qui a
commence au printemips dernier lors de la crise du
Bcngale oriental. Le Premier Ministre pakistanais
l'a ncttement monte en offrant g6nereusement des
vivres aux victims du tremblement de terre de
I'Assam; M. Nehru s'est empress de reliever cette
marque d'amitii el (d'naccepter le cadeau dans le
minme esprit.
(a Time and Tide ), Londres, 2 septembre 1950.) No 5.842

Cette amelioration des relations entire l'Inde et
le Pakistan pourrai*i malgre tout ne pas resister
aux renmois des passions populaires dans les
deux pays. Aussi serait-il t solhaiter, selon le
< Manchester Guardian >, que le rapport que Sir
Owen Dixon va sonmctire ant Conseil de Secu-
rite contienne dc nouvelles suggestions.

...Une exacerbalion des passions chez les Pakis-
tanais, combine e avec la croissance du movement
communaliste dans I'Inde, telle que la montr6e la
ricente election prtsidentielle au Congres, indiquent
qu'on peut avoir it craindre une periode dange-
reuse. Raison de plus pour donner aux nouvelles
propositions de Sir O'xen Dixon s'il en fait dans
son rapport -- une priority& dans les deliberations
du Conseil de Sdciriti .
(a Manchester Cuardian ), 8 septembre 1950.) N" 5.854


ill. -BIRMANIE


Apres at oir traverse line periode des plus dif-
ficiles dep'lis l'obtention de son inddpendance,
la Birmame semble pen a pen sortir diu chaos et
son Gouve. nement parait maintenant avoir la si-
tuation beaucoup plus en main sur toirs le,
plans, militaire, social et economique. De nom-
breux rebelles Karens ont deja fait leur sonmis-
sion et acc pte les conditions generenses qiui leur
ont edd ofi'ertes par les autoritds.

...Il est c pendant possible que les hostilities conti-
nuent enccre dans une certain measure avant que la
resistance organise au Gouvernement ne soit fina-
lement bris6e. Des bandes bien disciplines, bien
qu'isolees, de soldats de la K.N.D.O. et d'616ments
communisles ont trouvue efuge dans les montagnes
et dans la jungle lointainTs d'of elles ne pourront
etre expulhu6es qu'avcc beaucoup de difficulties. En
attendant, elles continent A fair des incursions
dans les regions ricemment pacifiees et a menacer
les voies le communication reliant les principles
villes qui sont maintenant solidement entire les
mains du Gouvernement...

Et cepe dant la pacification devra etre com-
plete avant de pouvoir amorcer sine reorganisa-
tion dii psys.


...L'ordre doit i'tre rtabli avant qu'il ne soit pos-
sible de progresscr dans d'autres directions. Les
plans en vue d'tablir un Etat social et de restaurer
la vie 6conomique du pays devront attendre jusqu'A
ce que l'autorit6 de l'Union ait 6t pleinement eta-
bile. La situation est bien meilleure maintenant
qu'elle ne I'Mtait il y a seulement quelques mois;
des concours sont venus de Grande-Bretagne et
d'autres pays du Commonwealth et un programme
d'aide anmericaine cst actuellement en course d'61a-
boration; mais les neilleurs efforts des d6mocraties
occidentales pour apporter leur assistance seront
inefficaces sans la paix int6rieure. En d6pit des
success de l'armne gouvernementale, l'inskcurit6 des
communications a pour effet une reduction de la
production des forts, des mines et des champs
p6trolif6res.
(( Times o. Londres, 16 aout 1950.) No 5.818

La Birmanie devra recevoir de l'ttranger une
aide financiere important pour la restauration
de son economic.
...Thakin Nu a d(claru que son pays etait prit a
accepter une assistance 6conomique d'oi qu'elle
vienne pourvu que n'y soit attache aucune
< ficelle > politique pour r6parer les dommages
occasionn6s par deux armies d'envahisseurs au







course de la dernidre guerre et par une demi-
douzaine de rebellions qui se sont produites depuis
lors. Le Commonwealth a r6cemment consent un
pret de 6 millions de livres destiny A 6tre utilis6
pour des depenses interieures centre l'inflation. Des
discussions se poursuivent actuellement quant A sa
meilleure utilisation. 11 est un autre programme
plus ambitieux, c'est celui que patronnent les Etats-
Unis qui ont envoy a Rangoon une important
mission technique et economique pr6sid6e par M. A.
L. Moffat, jusqu'a ces derniers temps chef adjoint
de 1'Administration de Cooperation Economique de
Grande-Bretagne.
Cette mission sera charge d'aider la Birmanic
dans quatre domaines principaux : projects sani-
taires tels que programmes expirimentaux pour la
lutte centre la malaria et la tuberculose, livraison
de m6dicaments et d'equipements hospitaliers; pro-
jets agricoles comprenant la furniture de materiel,
d'engrais et d'cxperts en vue d'une culture et d'un
traitement plus efficaces du riz et des autrcs pro-
duits agricoles; affectation d'cquipement t de tech-
niciens en vue de la restauration du port de Ran-
goon tdvaste par la guerre et de l'am6lioration des
communications ferroviaires avec l'interieur; enfin,
un programme d'enseignement comprenant la tra-
duction d'ouvrages et l'affectation de sp6cialistes
afin de promouvoir l'enscignement moderne en Bir-
manic. Cos programmes, qui coflteront plusieurs
millions de dollars (la some exact n'est pas
connue), en sont maintenant au stade final de dis-
cussion entire fonctionnaires birmans et ambricains.
Le succs, ou 1'6chee, de ces programmes d'assis-
tance dependra principalement dte 'aptitude (du
gouvernement actuel A r6tablir la paix dans le pays
et a stabiliser administrationo.


Malgrd I'optimisme exprimd par ailleurs, la
situation militaire, bien qu'en nette amelioration,
n'est cependant pas des pins brillantes.

L'ordre public est loin d'&tre satisfaisant en cc
moment. Bien que les grandes villes soient aux
mains des forces gouvernementales (qui, dans de
nombreux cas, appliquent une sort de loi mar-
tiale), les principaux axes de communication de
Rangoon vers l'interieur sont maintenus ouverts A
grand peine du fait des attaques rebelles spora-
diques; quant A l'int6rieur du pays, c'est virtuelle-
ment un < no man's land >. Ni les autoritds civiles
ni la police n'osent s'avcnturer loin des villes. Des
groups errants de jeunes bandits, qui s'intitulent
parfois communists et parfois membres de l'Orga-
nisation des Volontaires du Peuple, oppriment les
villageois et exigent d'eux des contributions for-
coes. Le chiffre de leur effectif pent rtre situ6
quelque part centre 10.000 et 100.000 individus.
Le Gouvernement essaie de les encercler et de les
incorporer dans des < brigades de rehabilitation >
oh on pourrait les amender et leur apprendre un
metier. Quelques milliers d'entre eux se sont rendus
ces derniers mois, mais bien plus nombreux sont
ceux qui resistent opiniatrement. Les observateurs


de I'exterieur bien disposCs A 1'egard des aspirations
birmanes estiment que seule une action mpitoyable
ex6cut6e par une armbe national renfo.'cee mettra
fin a la menace d'insPcurit6 rural. Et plusieurs
annees s'ecouleront probablement avant que l'en-
semble du pays ne soit pacific, minme si le rythme
actuel de progress -- et le progress est irdiscutable-
ment reel est acc6lerA.
Le problem est compliqu6 par le fait qu'une
important fraction des Karens, cette tribu monta-
gnarde d'un million et demi d'individus qui four-
nissait autrefois l'ossature de l'arm6e, refuse de
faire la paix avec le government. Los Birmans
sont disposes A leur accorder un Etat Karen la oet
ils se trouvent en majority, mais la demnircation et
la definition des pouvoirs tie cet Etat presentent
des difficulties. Les tentative te mediation du Com-
monwealth ayant 6choud, les amis imp artiaux de
la Birmanic en sont r6duits A esplrer q i'un rbgle-
ment sortira prochainecment de 1'impasse actuelle...


Au course des trois anndes qui ont svuvi I'indd-
pendance, le Gouvernement a monddr son ar-
deur marxiste et il s'est maintenant engagd dans
nne politique de socialism d'E!at a laquelle les
homes d'affaires strangers auront do mal 4 se
plier.

...Le socialisme d'Etat est entrav6 par I'inexp6-
rience des fonctionnaires ct par l'extr'iiisme des
milieux syndicalistes. Les homes d'affaires bri-
tanniques cherchant a conclude un accord avec le
nationalism birman sont excusables lorsqu'ils ont
l'impression d'etre contreearres par des politicians
d6pourvus de rcalisme et piar une administration
exag6r6ment lente. Mais ils doivent se rendre
compete que les temps ont change et que la situa-
tion privilegide de jadis n'existe plus. Si la Birma-
nie vent accorder 60 0/0 de toutes les licences d'im-
portation A des citovens birmans, elle est en droit
tie le faire et les importateurs britanniqu(s appren-
nent i travailler avec les entreprises birmanes r6-
cemment fondees. Les homes d'affaires indiens et
chinois conmencent d6jA A s'associer ave: des Bir-
mans. La trame du commerce est en voie de modi-
fication.
I1 en est de meme pour i'industrie et particulie-
&ement pour l'importante industries p6trolire dans
laquelle la Burmah Oil Company a eu jadis les
coudees branches. Elle a aujourd'hui A fair avec un
Etat socialist ind6pendant et la transition n'est pas
facile. Si les tribunaux iiidustriels rendenl des sen-
tences qui semblent refuser A la companies le droit
de licencier la main-d'oeuvre en exc6dent ou appor-
ter A celle-ci une compensation excessive, c'est lA
6videmment un coup p6nible mais pas necessaire-
ment mortel. Les perspectives qui s'ouvrent devant
l'industrie sont fondamentalement aussi bonnes
qu'avant-guerre, a l'6poque oil les actionraires et
1'Etat se partageaient les ben6fices. II est possible
que la proportion des dividends soit mocifi6e; il
en sera ie meme des relations avec *a main-
d'oeuvre.







Malgrd les tdtonnements inevilbles d'un Gou-
vernement ize'xpirimente et I's immense diffi-
cultes de tot. t ordre auxquelles celui-ci doit faire
face, la Birmianie est appelee a redevenir stable
et prospare.

...Avec uni aide morale et materielle des demo-
craties occicentales et la possibility de decider de
sa destine : ans intervention de l'ext6rieur, ce ter-
ritoire pourr lit encore se riveler come une force
stable au sei i de 1'Asie.
(a Times ), Londres, 22 aout 1950.) No 5.835

Le Gouvernement birman manifesto un grand
optimism (fficiel.

...Le Mini.tre ties Finances a announce que << les
perspectives d'un important cxc6dent de riz pour
l'ann6e A vcnir 6taient excellentes >>. En depit des
difficulties d vant lesquelles clle se trouve encore, la
Birmanie c)mpte exporter environ 1 million tie
tonnes pen( ant l'ann6e en course et, en presentani
son budget tu Parlement de Rangoon, U. Tin a pro-
mis des su'iventions agricoles liberals pour l'ex-
tension de la culture du riz dans les regions ou
l'autorit6 d Gouvernement a 6t6 r6tablie. Le Mi-
nistre des Finances a d6clar6 que l'on avait bris6
les reins A I'insurrection et que les communications
6taient en ours dc retablisscment, des rcdditions
en masse Irarquant la fin de la resistance armee.

Mais la .ache des autoriths sera lourde.
La r6ouv.'rture des communications est cc don't
le pays a le plus grand besoin. Les champs p6tro-
lifbres et !es mines ne pourront Rtre r6exploit6s
que lorsqut leurs products pourront etre dirig6s sur
les ports ei embarqu6s. U. Tin n'a pas cherch6 A


minimiser les grades difficultis que la Birmanie
devra encore surmonler. Le pays commence a peine
a se reliever de la devastation cause par les deux
grandes campagnes de la guerre. II a maintenant
le fardeau suppl6mentaire des dommages occasion-
nes au course de l'insurrection. Le Ministre des Fi-
nances estime qu'au course de la periode couvrant
approximativement les deux dernieres ann6es, le
pillage, le brigandage et le sabotage ont occasionne
a la propri6te des destruction estimees a 32 mil-
lions de livres; c'est lI l'Cquivalent d'environ neuf
mois de rentrees normales. Le gouvernement dolt
6galement mettre fin A 1'impasse dans laquelle il se
trouve en ce qui concern les companies p6tro-
libres, situation qui repr6sentera tant qu'elle se pro-
longera une perte serieuse pour la Birmanie...

En rdsumn, les progres rdalisds recemment
dans certain domaines permettent d'escompter
l'amorce d'tln relablissenment de la Birmanie, rd-
lablissement obligatoirement conditionnd par
uine aide slubstantielle de Il'tranger.

...A moins quo Ie Gouvernement ne donne one
preuve tangible du reel desir exprim6 par le Pre-
mier Ministre Thakin Nu de faire appel aux capi-
taux et aux technicians strangers pour travailler ia
la restauration et tu developpement 6conomiques du
pays, celui-ci ne pourra pas retrouver I'ombre mime
de son ancienne prosperity. Le fait rqu'il existed
maintenant une possibility de r6aliser enfin quelque
progress dans cc sons si toutefois la capacity du
gouvernement pelt se reveler a la hauteur des be-
soins du pays -- semble ressortir des meilleurcs
perspectives en ce qui concern le riz, de F'impor-
tante reduction du deficit budg6taire et surtout de
P'espoir d'une paix civil relative.
((( Times ), Londres, 5 septembre 1950.) No 5.841









IASTE DES TRADUCTIONS D'ARTICLES DE PRESS ETRANGERE

Ces traductions peuvent dtre consultees 6 la
Section de la Presse 6trangere
Ministere de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7')
(Direction des Affaires Politiques, piece 17, 1" etage)

La Section de la Presse etrangbre peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, i quicon-
que lui en fera !a demand, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
Le num6ro de r6f6rence suflit i designer le document d6sir6.


TIREE DE L'ARTICLE


GENERALITES
Le Sud-Est asiati(qucl ......................................... .
UNION FRANQAISE
Indochine


ORIGINE DU I)OCLMENT


Tribune


Iidochine, dcuxiilkCe 'front ........... ..................... Die W'eltwoche'
Est-ce au tour de 1'Indochine ................................ Continental Daily Mail
COMMONWEALTH BRITANNIQUE
Generalites
Le plan dic six ans ................... .... .................... Manchester Guardian


5.853



5.824
5.848



5.849


5.846


5.828
5.831

5.832
5.847


5.823
5.838
5.852


5.825
5.829
5.833
5.839
5.840
5.851


5.826
5.827
5.842


5.834
5.837
5.850


5.854


5.843


5.835
5.841


Manchester Guardian


West Africa

W est Africa
West Africa
West Africa


Manchester Guardian
East Africa and Rhodesia
Tribune


Time and Tide
Economist
Times
Daily Telegraph
New York Times
Time and Tide


Tribune
Sunday Times
Time and Tide


Times
Neue Ziircher Zeitung
Manchester Guardian


Manchester ;Guardian


L'amselioration econoulique pour ]rs Malais ...................... C row mcn Coloniist
BIRMANIE
La Birlaniae a la recherche de la stability ............ ........ Times
Espoirs hirmans ..................... ......... ............... Times


Malte
ElIctions a Mal e ... ........... ............................
Afrique occidentale
L'arriire-plii du nationalisime de la Gold Coast (VII) ...........
Le danger communnisite en Afrique occidental brilannique serait-il
inexistant ? ................................................
L'arriire-plan du nationalism de la Gold Coast (VIII) .........
L'arriere-plan du nationallisme de la Gold Coast (IX) ............
Afrique oriental
On reparle de ]'Afrique central ................................
Affaire de moment .............. ............ .................
Bravo M. Dugdale ............ ..........................
Afrique du Sud
Reconsideration de I'affaire Sererse ............................
Scretse ct Tshekedi .......... .. ...... ....................
Les elections dans le Sud-Ouest alricain ........................
Sud-Ouest africiin ............... .................. .............
Reaction en Afrique du Sud .................... ...............
La majority du I)r. Malan ...... ......................... .
Cachemire -.
L'echee du Cachemirc ....................................
Danger au (aclhem ire .........................................
L'impassc du Cachemire ................... ................
Inde
L'6conomnie indicnne ............. ................ ........... .
L'Inde et le colonialism. ....... .......................... .
Le Congres indicn .............................................
Pakistan
Pakislan ............ .............................. ..........
Malaisic


----


DATE,




1-9-50



18-8-50
7-9-50



6-9.50


2-9-50


19-8-50

26-8-50
26-8-50
2-9-50


22-8-50
31-8-50
8-9-50


26-8-50
26.8-50
30-8-50
2-9-50
2-9-50
9-9-50


25-8-50
27-8-50
2-9-50


30-8-50
25-8-50
6-8-50


8-9-50


Sept. .0


22-8-50
5.9-50










N"' TITHL DIE .'ARTICLl: ORllINE ou DOCUMENT DATES



INDONESIE
5.830 La dr raiison de 1'Indl onesie ........... ... .......... ............ Economist 26-8.50
PHILIPPINES
3.844 Ai. rte aux Philippines ...................................... Gazette de Lausanne 31-8-50
5.845 Lc Hukbalahlaps .................... .................. ... Manchester Guardian 1-9-50
PACIFIQUE SUD
5.836 Cuoordination des nmIsures lde developpement dans le Pacifiquic
Sud ........................................................ Crown Colonist Sept. 50








BIBLIOGRAPHIE


Lettres de Gauguin a Daniel de Monfreid
I'dccLdees cld'i homage d Guftguin par Victor
Segalen. Nouuellc edition comnpldcl e par Mine JolU-
Segalen. Che: Georges Fulaize, Pa'ris

Le passage dti la < Durance :;, en 1903, a Tahiti et
anx Marquises permit l Victor Scgalen, niedcein de cc
biltimenti de guerre, d'entrcr en contact avec la personna-
lite de Paul Gauguin qui vcnait de mourir i Atuana dans
1'lle d'Hiva-ou.
Victor Segalen, 6crivain ct poite, comLprit profondLntent,
sur place, la valeur du peintre oceanien hien qu'il ne lui
ait kte donuin, i ce moment, de ne voir que les toutes
derniires productions de I'artiste.
Rentre en France, Victor Scgalen se lia d'amitie avic
Ic imeilleur ami tid Paul Gauguin, le peintre Georges Ia-
niel de Monfreid.
Et ainsi, dans nlun neme sentiment d'admiration afiec-
tueuse, en 1919, tons deux publirent chcz Georges Cries
les lettres de Gauguin ai de Monfreid aver, au debut dc
I'ouvrage un ihontinage de Victor Segaten h Paul Gauguin
qui reste une des meilleures presentations de l'artiste a
Tahiti et aux Marquises.
L'edition de ('rts etant epuise idpuis longtcmps, Mine
Joly-Segalen a cu I'l1cureuse pensec tie reprendre l'(euvrc
de son pere qu'elle a complete par des documents ine-
dits du plus grand intfr&t.
La nouvelle edition comprend deux Icttres cntieres et
deux passages de lettres qui manquaient i la premibrc;
seize r6ponses tie Daniel de Monfreid ; des lettres de Fayceb,
dc Charles Morice, de Scrusier de Vollard et tde Mine Gau-
guin; des notes trbs substantielles; un index ct enfin seize
illustrations puisies dans des lettres nianuscrites de (;au-
guin. Deux des dessins reproduits sont les ainorces des
grande toiles : la Orana Maria et )'oii venons-nous ? Que
sommes-nous ? Oi allons-nous ?
La seule inumBration des adjonetions i la premiere edi-
tion dlit l'iimportance du novel ouvrage sur Paul Gauguin,
le grand peintre, i qui Tahili doit autant de reconnaissance
qu'a Pierre Loti pour sa reputation dans le monde.


Numero special du < Monde Nouveau >
sur I'Union Francaise

La Revue du < Monde Nouveau >i a present an course
tie l'&t un num6ro special editi, sutr l'nion Francaise.
Rdalise avec la collaboration de 1'Association pour l'Union
Frantaise don't cl sibge est 102, rue de l'Universite A Paris,
il content de nombreux articles et etudes signs du M&-
decin (;Gniral SICE, President de cette Association, de
MM. BOISDON, Jacques CHEGARY, Raoul COMBES,
Hubert DESCHAMPS, J.-M. SEDES, Mgr CHAPOULIE,
Etienne KRUGER, etc...
Mention spiriale doit 6tre faite d'un article tic (eorgts
HARDY, intitul6 < La Politique Franc:ise d'outre-Mer ;..
En ntoins tie douze pages, I'ancien Directeur de 1'Ecole
National de la France d'Outre-Mer, riussit ai brosser un
tableau saisissant de veritr et d'inmpartialite aussi, de ee


que furent, de Henri IV a mos jours, les moments d'in-
tense activity et (d' panouiissement alternant Lvec des crises
de depression et presqu(e d'ahandon )>. En touches braves,
mais combien peneirantes, d.'filent les con-eptions et les
comnportementls de Richelieu, de Colbert, d.1 Choiseul et
cle Jules Ferry.
Terminant son elude par les probilelmcs artlels, il ecrit,
Iarlant des 6volues : < j L'influence franuaise les a pene-
tres jusqu'aux nmoelles. Beautcolp d'entre cux le recol-
naissen t eL ne broirhent ipas : que d'intclihctuels te nos
colonies, sais renier pour autant leurs atta lies tradition-
ncllcs, seraient francihen:ent dtsoles si on les s6parait d'une
culture qulli Icr est devenue n6ccssaire coniune 'air qu'ils
respirent.
En bret, ullne le lle Revue de grand luxt, plaisantc ai
feuilleter et qui renfernie des enseigneiienlts de Ioutes sor-
tes, aptes i enrichir l'espril du lecteur. (Editin s dui Monde
Nouveau, 185, rue de la Pomnpc, Paris (16"., Prix diu inu-
n&ro : 310 francs metro).



Une nouvelle revue encyclopedique
des territoires d'Outre-Mer

le premier numtiero tld I' < Encyclopedie (oloniale et
Mariiinle >,, revue iensueille publi3e sous la direction de
M. (;eorges Froment Gueysse, est sorti.
Politique, economique, soctale, culturclle et scientifique,
cette revue fera, chaque mois, ]l tour de I Union Fran-
raise et des pays strangers d'Outre-Mer, analysant les grands
probleimes tdu jour, sous une former encyclopedique.


La Civilisation du Tchad
Jean-Pa'utl Lebeif et A. lMasson Detoilbet

Payot, 106, boulevard Saint-Gcrmain, Paris. Prix: 480 fr.

Tenant largeincint compete de I'cinseible ties publications
traitant des anciennes populations tchadiencnet, ct, en tout
premier lieu, des nigniatiqucs Sao, il rCuuit les r6sultats
des travaux systenmatiques poursuivis entire juillet 1936 et
juillet 19.8 an course de trois expeditions scientifiques, les
Missions Sahara-Caneiroun, Niger-Lac Iro et Logone-Lac
Fitri.
Pendant la prevnibre camipaagne, uine Cenqjiete itnrale flit
entreprise par le professor (Gritile, partiellen cnt, et par
J.-P. Lebeulf les fouilles arch iologiques, qui affecterent
quarante-quatre gi6eimienais sondes on exploits, en parties,
furent accompagnecs d'enqutes ressortissant ai I'etliiologic
taut extensive iqui'intensive el a i'llistoire. Penda it la secon-
de, certain travaux particuliers furnt contin ies par les
nmeis cherrhcurs. La Mission Logone-Lac Filri, constitute
par les deux atutr"urs, a repris les enquites an po nt oit elles
avaient diu itre arret6es par suite d'6vcnements qui sont
connus et la luniiere (ld d6pouillement de 1'elsemble des
documents et du materiel rassemnils prceldetiiment ; la
zone exploit6e scientifiquement fut largement ctendue de
maniere a complete I'information sur cerlains points impor-




VtV." '!


tants et afin de preparer les travaux futurs. Le nombre des
anciens 6tablissements de la plaine du Tchad eat si grand,
les temoins que l'on y decouvre sont si abondants et d'une
telle valeur que l'on peut parler d'une civilisation du
Tchad, 6tant bien entendu qu'elle recouvre plusieurs cul-


tures don't les apports respectifs sont difficilement recon-
naissables.
L'ouvrage de M. Lebeuf est illustr6 de 50 dessins et cro-
quis executes par 1un des auteurs, A. Masson et par 1'ate-
lier de dessin du Mus6e de l'Homme.


COMMUNIQUES


Travaux publics
Par arret6 du secretaire d'Etat a la France d'outre-mer du
13 septembre 1950, M. Chevalier (Maurice), ing6nieur hours
classes des travaux publics des colonies, a 6t6 admis a faire
valoir sea droits a la retraite a computer du 8 octobre 1950,
date a laquelle il sera atteint par la limited d'ige.

Par arret6 du secretaire d'Etat a la France d'outre-mer
en date du 12 septembre 1950, 1'examen professionnel pour
l'accession au grade de conducteur du service des lignes
pr6vu les 14 et 15 novembre 1950, aura lieu dans les cen-
tres de Paris departmentnt, Dakar, Tananarive, Brazzaville,
Noum6a, Saigon.
Communique du Ministre de la France d'outre-mer :
Un contours s'ouvrira le 19 decembre prochain pour le
recrutement de 12 Inspecteurs du Travail de la France
d'Outre-Mer.
Les candidates doivent 6tre francais, ag6s de 21 a 30 ans,
physiquement aptes au service Outre-Mer et posseder une
licence ou un dipl6me equivalent.
Les soldes des Inspecteurs du Travail sont alignees sur
cells des Administrateurs de la France d'Outre-Mer.
Une notice detaillee sur les conditions et le programme
du concourse sera envoyee sur demand adressie a la Direc.
tion du Personnel du MinistBre de la France d'Outre-Mer,
27, rue Oudinot i Paris (7").


Avis d'examen

La deuxieme session de l'examen professional d'entrie
dans la magistrature d'Outre-Mer aura lieu a Paris et aux
sieges des jurisdictions d'appel des territoires d'Outre-Mer,
les 27 et 28 novembre 1950.
Les demands pour participer i cet examen doivent etre
6tablies sur paper timbre et devront parvenir au Ministere
de la France d'Outre-Mer (Direction du Personnel Services
Judiciaires), 27, rue Oudinot a Paris avant le ler octobre
1950.
Les candidates licenci6s en droit recus a cet examen sont
nommes :
Soit A un emploi de juge-suppl6ant dans les territoires
d'outre-mer s'ils justifient d'un stage accompli dans un bar-
reau m6tropolitain ;
Soit, A defaut de stage au barreau, a un emploi d'attach6
a un Parquet g6n6ral dans les territoires d'outre-mer.
A I'issue de ce stage ils sont nommes a un emploi de
juge supplant.


L'application de la Securif6 Sociale
dans les d6partements d'Outre-Mer

Communique du Ministre du Travail :
Le probleme de l'application de la Securite Sociale dans
les D6partements d'Outre-Mer prioccupe actuellement les
services du Ministere du Travail.
Au course d'un entretien qu'il a eu, le 14 septembre avec
M. Valentino, diputB de la Guadeloupe, M. Paul Bacon,
Ministre du Travail et de la Securite Sociale, a fait le
point de l'etat actuel de l'application de la Securiti Sociale
dans les nouveaux departements. II a expos i ce parle-
mentaire que ses services proc~daient actuellement a une
etude en vue de g6ndraliser aux nouveaux dipartements
l'extension de toutes les dispositions des 16gislations de
Security Sociale appliquees dans ceux de la M6tropole.
En ce qui concern plus particulierement l'assurance ma-
ladie, le Ministre a prescrit une enquite en vue de fixer
les modalites particulibres d'application aux departements
en question des dispositions legislatives relatives a la cou-
verture de cette assurance.


SERVICE
DES POSTES ET TELECOMMUNICATIONS

Communique du Ministere des P. T. T.:

L'6change de virements postaux et telegraphiques est,
desormais, autorise entire la France et l'Algerie d'une part,
Madagascar et dependances d'autre part.
Aucune limitation de montant n'est impose aux trans-
ferts de l'esphce.

I. TARIFFS TELEGRAPHIQUES PREFARENTIELS DE L'UNION
FRANCAISE.
Pour tenir compete des decisions de la Conference inter-
nationale tli6graphique qui s'est tenue A Paris en 1949, et
dans le but d'aboutir a une simplification aussi poussee
que possible de la tarification t6ligraphique dans les rela-
tions de 1'Union franvaise, une important r6forme a 6te
realisee dans ce domaine par la mise en vigueur, A computer
du lem juillet dernier, du decret du 24 juin 1950.

Les grandes lignes de cette riforme sont les suivantes :
A. Relations par les voies frangaises entire la France,
l'Algerie, la Tunisie d'une part, les autres territoires
de lUnion franchise d'autre part.


4 *i









Dans les relations r6ciproques entire la France. F'Algeriv,
la Tunisie d'une part, et les territoires designs ci-dessous
d'autre part, la taxe par mot ordinaire a et6 ainsi fixee :
A.O.F., .E.F., Cote Francaise des Somalis, Camneroun,
Togo, Madagascar : 0,75 fr. or (soit 65,25 fr. m6tropolitains).
Indochine, Nouvelle-Caledonie, Nouvelles-Hebrides. Il-s
Wailis, Etablisencents fran!:ais d'Oceanie 1 fr. or Isoit 87 fr.
lmtropolitains ).
lies Saint-t-ierre-et-Miquclon : 0,..5 fr. or Isoit 39.15 fr.
mntropolitains 1.

B. Relations -- par les ioies francaises -- entire terri-
toires de I'Union franchise autres que la France, I'.llg.-
rie et la Tunisie.
Pour les relations de 'cespece, les difflrents territories
d'outre-mcr int6ressis sont repartis en six groups ainsi
constitu6s :
1 Saint-Pierre-et-Miquelon.
2" A.O.F., A.E.F.. anmeroun, Togo.
3" Somalis.
40 Madagascar et d6pendances.
5" Indochine.
6 Nouvelle-Cal6donie et d6pendances, Nouvelles-Iebri-
des, Iles Wallis, Etablissements francais d'Oceanie.
Dans les relations entire territoires appartenant a deux
groups diffirents la taxes par mot ordinaire a et6 fixee uni-
formement it 1 francs or soit : 87 francs inetropolitains.
Dans les relations entire Territoires appartenant a tun
mi.ime group, la taxes par mot ordinaire a ete fixee t
0,50 franc or soit : 43,50 j-ancs metropolitains, a l'excep-
tion ties relations suivantes :
a) entire 'A.O.F. d'une part, et Ie Togo <'autre part.
la taxes par mot ordinaire est fixce a 6 francs nietropoli-
tains.
b) entire I'A.E.F. d'une part et le Canmeroun d'autre part.
la taxes par mot ordinaire est fixee i 0,25 franc or soil :
21,75 francs mlltropolitains.

II. CREATION D'UN SY-TEMhlE D'ACHIEMINEmIENT MITIE PF)o'R
I..S COLIS POSTAUX A L.OORANGiUI ET AU TCHIAD.
A partir du 1'' octobre 1950, les colis postaux a dts-
tination de I'Oubangui et du Tclhad (Afrique Equatoriale
Francaise) peuvent. ih la deiande express des cxpedi-


teurs. bin6ficier d'un achemineinent mixte <- Paquebot-
avions ; la voie maritime etant utilisee jusqu'i Pointe-
Noire et l'avion de Brazzaville a Bangui, Fort Archambault
et Fort-Lamy.
Les colis de 1'espece doivent &tre revetus d'une 6tiquette
tris apparent < Paqucbot-Avion -.
Les frais de transport avion sont payable:; ia arrivee
par le destinataire on son representant et, c-i cas de re-
tour I' origin, par 1'expditcur. Its sont t x6s conmne
suit :
I:olis destines ia 'Oubangui : 45 francs CF'. par kilo.
c(olis destiny au Tchad : 60 francs CFA p.ar kilo.
i'our tous renseigincments s'adresser aux zares de la
S.N.< :.

III. OLVETIUItRE D'UN SEi-RVICE D'ECIISNGE DE ViliE.MENT POS-
1AUX E-NTRE I.A FRANCE ET L'AI; ERIEt D'1UNE PART, MADACASCAR
D'AUL'TRE PART.

lin decret en date du 31 aofit 1950 public inu J.O.R.F.
(in I" scptcllere 1950, page 9161, institute un service
d'eclange de virements postaux entire la France -t I'AlgBrie
d'une part. Madagascar d'autre part.
Ainsi, les usagers de Madagascar b6neficieront tes facili-
tes dijja accord6es a ceux de I'A.O.F.


Musee de la France d'Outre-Mer

Mois d'aoOt 1950

Entrees payants : 20.516 pour 375.390 francs.
Entries gratuites : 24 groups, 1.247 lives.
Dons recus :
iet Mine veuve Henri GOURDON en souvenir, d'Henri
GOURDON : 2 grands panneaux et 2 petits aute s en bois
s-culpte du XVIII" siecle, art camlbodgien : un plaitau ancient
a incrustations de nacre: une table sculptec, artisanat an-
namlite contemiiporain.
Peintures : <: Le Bayoun par Carrrau, < Angkor > par
Olirier: Marliace : < Danseuses indochinoises i( aquarel-
les).
Aquarium : Reception de 12 crocodiles provenant de
I'l.F.A.N.


S. P. I., 2 blm, Impasse du Mont-Tonnerre, Paris (15))


Le grant : RENB LANGUMIER.


--~--I








































































Edited par la Documentation Franqai.ie

Prix du num6ro : 90 francs
Abonnement : six mois .... 520 frar cs
> :un an ...... 1.000 >
Membres de l'enseigncment ct
journalists : un an ........ 700

Souscription et vente
a la Documentation FranCaise
16. rue Lord-Byron. Paris (8')
C. C. 2 : 9060-98
Tel. : ELYs9es 82-00




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs