• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Problemes du jour
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Bibliography
 Communiques
 Back Cover






Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00023
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00023
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
    Nouvelles de France
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
    Revue de presse
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
    Bibliography
        Page 102
    Communiques
        Page 103
        Page 104
    Back Cover
        Back Cover
Full Text
LA


IFRANCE IDOUTIIEMER


ILI


1IM N F


5zI


n






PBESIDENCE DU CONSEIL

SECRiTAARIT GENERAL
DU COUVERNEMENT

Direction de la Documentation:
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8*)


LA DOCUMENTATION FRANCHISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7')


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA


FRANCE


D'OUTRE-MER


SOMMAIRE


PROBLEMS DU JOUR:
L.;s progrbs de z l'africanisation >>
dans les services publics de la
Gold Coast ....................
L.I r6organisation judiciaire A Mada-
gascar ........................
NOIJVELLES DE FRANCE:
La vie parlementaire .............
L'activit6 minist6rielle ...........
In formations diverse .............
C:nf6rences et manifestations .....
NOUVELLES D'OUTRE-MER :
In dochine .......................
A O. F. .........................


A. E. F. .........................
Cam eroun .....................
T ogo ..........................
M adagascar .....................
SC6te francaise des Somalis ........
Etablissements francais d'Oc6anie .
Saint-Pierre et Miquelon ..........
0 Etablissement francais de l'Inde ..
J1 Informations administrative ......
4 REVUE DE PRESS :
!9
Presse d'Outre-Mer .............
Presse Etrang ere ................
10 Bihliographie ....................
18 Communiqu6s ..................


AoOt-Septembre 1950


N 146








Ii,


AGENCE DE LA FRANCE DOUTRE-MER
20, rue La Boetie T61ephone : Anjou 26-94 a 26-97
M4tro : Miromesnil Autobus : 28-32-43-49-80
/______


L'Agence de la France d'Outre-Mer, Service
Official du Ministere de la France d'Outre-Mer,
renseigne sur toutes les questions int6ressant
les Territoires d6pendant du Ministere de la
France d'Outre-Mer; Afrique occidentale, Afri-
que 6quatoriale, Cameroun, Togo, C6te des
Somalis, Madagascar, Etablissements francals
de 1'Inde, Indochine, Nouvelle-Cal6donie. Nou-
velles-H6brides, Saint-Pierre et Miquelon.
* Son Service de Documentation informed le
public sur le commerce, l'industrie, la produc-
tion, les tarifs de douane et les statistiques, la
fiscalit6, le climate, le cott de la vie, le tou-
risme, la chasse, etc... Les journaux officials
locaux, les budgets administratifs, les tariffs
douaniers et fiscaux, les statistiques du com-
merce ext6rieur de chaque Territoire et tous
autres documents d6tenus par le Service pcu-
vent Wtre consults sur place.
* Son Service de Plaoementmet en rapport
gratuitement les employers avec les per-
sonnes d6sireuses de trouver un emploi outre-
mer.
* 8a Oin6mathbque diffuse gracieusement en
France des films documentaires sur les Terri-
toires d'Outre-Mer.
Le pr&t de ces films est consent a tout orga-
nisme official ou prive desirant effectuer des
projections non commercials d'information,
d'6ducation ou d'enseignement.


* Sa PhotothBque possede 30.000 cliches sur
tous les Territoires enumeres plus haut. Ces
cliches peuvent faire l'objet de cession.
* Sa Bibliotheque, riche de 30.000 volumes.
est ouverte au public sans desemparer, de
9 heures A 18 heures, samedi apres-midi
except.
* Son Service dos Foires et .Expositions as-
sure la representation des Territoires de la
France d'Outre-Mer dans les manifestations
commercials et expositions organises en
France et A l'Etranger.
* Son Service de Publioit6-Propagande as-
sure la publication. et la diffusion de toute
'documentation se rapportant aux Territoires
d'Outre-Mer.
II 6dite des brochures monographies, de-
pliants, plaquettes, affiches et cartes-affiches.
Ces documents sont en vente a la Librairie de
l'Agence, qui diffuse 6galement, A titre one-
reux, les publications des Services de Docu-
mentation de la Pr6sidence du Conseil, et de
nombreux ouvrages concernant l'Union Fran-
Vaise.
Des expositions de peinture, de sculpture et
d'ouvrages de I'artisanat des Territoires
d'Outre-Mer sont organisees a la Galerie de
1'Agence, 20, rue La Bo6tie.


Listed des diverse publications en vente a I'Agence de la France d'Outre-Mer


SERIE DE 20 DEPLIANTS traitant des divers Ter-
ritoires relevant de la France d'Outre-Mer :
Sdnegal, Mauritanie, Guinee, Soudan. C6te
d'Ivoire, Haute-Volta, Dahomey, Niger. Came-
roun, Togo, Gabon, Moyen Congo, Oubangui,
Tchad, Somalie, Madagascar, Laos, Cambodge,
Nouvelle-Calidonie, Oceanie. Prix de cession :
(a titre de propaganda) 10 francs 'un.

SERIES DE BROCHURES MONOGRAPHIES se rap-
portant : Afrique Occidentale, Madagascar,
Dahomey, Togo, Moyen Congo, Oubangui, Tchad.
Gabon, Oceanie, Nouvelle-Calidonie, Cameroun.
Guinee, Somalis, Saint-Pierre et Miquelon. -
Prix de cession : (A titre de propaganda) 40 francs
l'une.


PLAQUETTE GENERAL DE VULGARISATION :
< L'Union Frangaise ). Prix de cession (4
titre de propaganda) 20 francs.
Guide du Tourisme en A.O.F. et au Togo 120 fr.
Parure feminine aux colonies .......... 30 a
Confidences sen6galaises ................ 30 aO
Contes et legendes d'Afrique ..... ...... 30 )
La p6che aux colonies .................. 20 a
Etude sur Charles de Foucauld ........ 60 a
Exportations des cereles de 1'A.O.F. et du
Togo ................................ 250 a
POCHETTES DE REPRODUCTIONS PHOTOGRA-
PHIQUES (pochettes de 12 photos) concernant:
L'A. O. F ............... ............... 35 fr.
L'activite economique de l'A.O.F........ 35 a
Le Cameroun. .............................. 40
L'Art khm er ............................ 44)


Carte des changes oomnmerciaux dans 1'Union Frangaise en 1938 et 1946 : 100 francs..
Bulletin d'Information de la France d'Outre-Mer : 90 francs.
Guide de I'A.O.F., addition 1949 : 500 francs.
Annuaire Noria 1950 sur 1'A.O.F. et le Cameroun : 400 francs.






















PROBLEMS DU JOUR


Les progr6s de < l'africanisation ,

dans les services publics de la Gold Coast




Le Bulletin d'Infornmulion de la France d'Ouilre-Mer s'esl efforce dans ses
nunrtros precedents d'enlrelenir ses lecleurs des probldmes propres aux pays
d'Oulre-Mer strangers. Le Bulletin n" 142 d'avril 1950 a publiW notamment un
article de l'admninistraleur de la France d'Oulre-Mer, M. Mullender, consacrIt d la
< Gold Coast de 1950 >. It nous a parn inleressant d'exposer ici les recominanda-
lions de la Commission designde en avril 1949 pour 6ludier les methodes propres
d assurer en Gold Coast < I'africanisation >> des services publics.


P OUR maiintcnir l'equilibre entree les progress
constiti tionnel qui sc d6veloppe en Afriquc
occidentale britannique ct la structure des Ser-
vices public, dans les territoires de cette region, la
politique suivie par les Administrations int6rcssees
consiste a no)mmer aux emplois sup6ricurs un nom-
bre accru de candidates autochtones ayant fait leurs
preuves. Ceci implique 1'adoption d'un plan syste-
matique de recrutement contenant les dispositions
n6cessaires pour donner la formation sup6rieure re-
quisc a un nombre appropri6 de candidates.
Une Commission << ad hoc > fut designee en
avril 1949 par le Conseil 16gislatif pour faire des
recommendations au sujet des m6thodes a suivre
pour la mis. en oeuvre de cette politique en Gold
Coast ; son rapport, public parmi les documents sou-
mis au Cons.il, a Wte discut6 lors de la session bud-
g6taire de fivrier-mars. Cette commission, compre-
nant, sous la Pr6sidence du Secretaire general
M. R.-H. Sal:)way, sept membres non-fonctionnaires
du Conseil hlgislatif don'tt six Africains), avait reu
le mandate suivant :

< Elaborer un plan d'ensemble : pour I'africanisa-
tion progressive de chacun des Services publics dans
les dix annies A venir, pour 1'Nducation et la for-
mation necessaires pour fournir en nombr6 suffi-
sant des fonetionnaires africains vraiment qualifies
pour occuper des emplois sup6rieurs dans 1'adminis-


ration ; enfin, fair toutes recommendations utiles
pour la mise en oeuvre de ce programme.
Le rapport de la Commission se divise en deux
parties ; la premiere continent un apercu historique
et trait de la.politique suivie jusqu'a present, tan-
dis que la second expose fes problems actuels en
mime temps qu'elle formule les recommendations de
la Commission.

I. P'rogres realises d l'heure acluelle

Scion le rapport, les deux measures les plus signia
ficatives djiA adoptees par le gouvernement de la
Gold Coast dans ses efforts pour r6aliser une politi-
que d'africanisation ont 6te le developpement du
plan d'octroi de bourses pour l'Enseignement sup6-
ricur et 1'Ptablissement, en septembre 1948, d'une
Commission provisoire des Services publics.
a) En fevrier 1945, administration des bourses
d'enseignement superieur accord6es par le gouverne-
ment fit confile a une autorit6 unique par la creation
du Bureau de Selection des Bourses. En septembre
1946, un nouveau pas en avant fit accompli lorsque
furent cr66es, dans les divers services du gouverne-
ment, des commissions chargees de determiner les
merites de chaque fonctionnaire africain des services
et de faire des propositions au Bureau de Selection.
On s'assura ainsi qu'aucun membre des cadres subal-
ternes de la Gold Coast ne serait oubli6 quand les


1
i ~\~h~c~c







questions de formation ou de nouvelle education se-
raient en jeu.
Travaillant en liaison avec le Comite Consultatif
central de l'Enseignement, le bureau de Selection
des Bourses et les Commissions des Services publics
ont ensemble selectionn6 622 candidates A des bour-
ses en Gold Coast.
Le coit de ce project s'616ve A 450.000 livres, don't
305.900 ont 6et fournics par le budget du gouverne-
ment de Gold Coast, 127.400 par le budget pour le
d6veloppement et le bien-6tre outre-mer et 13.200
prises sur la subvention de 1 million de livres que
I'Acie pour le ddveloppement el le bien-etre outre-
mer a -sp6cialement affectee A la preparation des
Itudiants coloniaux aux emplois administratifs su-
p6rieurs.
b) La Commission provisoire des Services publics,
creee en septembre 1948, etait charge < de donner
au gouverneur des avis sur les nominations et pro-
motions dans les cadres superieurs et subalternes et
sur toutes questions relatives, en g6n6ral, A la for-
mation du personnel >. Peu a peu, une politique
mieux d6finie de la nomination des Africains dans
les services publics fut elabor6e. Elle 6tait base sur
les principles suivants :
1 II ne doit pas y avoir d'abaissement du < stan-
ding >> et par consequent des qualifications actuelle-
ment requises pour y 6tre admis, des emplois supe-
rieurs.
2 A l'int6rieur des cadres sup6rieurs les promo-
tions continueront d'avoir lieu au m6rite exclusi-
vement.
3" Sous reserve de certaines dispositions, les eni-
plois vacants seront occup6s par des Africains vral-
ment qualifies de preference a des Europ6ens.
4 La politique future dolt 6tre de former un assez
grand nombre d'Africains pour qu'6ventuellement
toutes les vacancies soient combl6es sans que 1'on ait
recours au recrutement europ6en; ceci &galement
sous reserve de certaines dispositions.
5 On n'eqvisagera pas de d6gager. des cadres des
fonctionnaires europeens pour donner des postes aux
Africains.
Les measures prises, dit le Rapport, ont eu pour r6-
sultat d'blever au chiffre total de 221 le nombre des
fonctionnaires sup6rieurs recrut6s sur place (pour la
plupart dans les Services de l'Agriculture, de 1'En-
seignement, de la Sant6 Publique, des P. T. T. et de
la Cour Supreme).


II. Les recommendations de la Commission
C'est en consideration du r6sultat a atteindre que
la Commission a conduit ses travaux et fait ses re-
commandations. Lorsque son rapport fut d6pos6, en
d6cembre 1949, sur le bureau du Conseil 16gislatif, le
,Secr6taire g6n6ral souligna que ce document ne cher-
chait pas a fournir un plan rigide pour l'africanisa-
tion de chaque Service du gouvernement, mais qu'on
avait voulu qu'il repr6sente une analyse r6aliste du
probl6me et d6gage une solution laissant une tres
grande liberty d'action. Les principles recomman-
dations de la Commission sont les suivantes :
1 La politique de recrutement d6jh adoptee par
la Commission provisoire des Services publics appa-
raissant conform aux besoins futurs, doil etre pour-
suivie ;
2 Une Commission statutaire des Services publics
doit etre cr66e, don't le fonctionnement 6chappera
au contr6le de la 16gislature et don't les membres se-
ront choisis par le gouvernement; ellc donnera des
avis a ce dernier sur tous les problems concernant
la nomination, la promotion, la formation, la disci-
pline et les conditions de travail. De cetce maniere,
le contr6le des Services publics de la Gold Coast
echappera au milieu politique et sera exerc6 de fa-
Con a servir les int6rits g6n6raux du pays tout enter;
30 Un < Commissaire pour l'africanisation > de-
vrait 6tre nomm6 (emploi permanent) afin de coor-
donner les efforts et de preparer les projects pour le
recrutement de candidates valables;
4 La Commission des Services publics devrait
assurer, avec le concours du bureau de selection des
bourses, l'octroi des bourses aux fonctionnaires du
gouvernement; la commission devrait done 6tre re-
pr6sentee de maniere permanent et continue au
bureau de S61ection;
5 I1 faudrait r6viser toute la structure adminis-
trative ccci pourrait 6tre confi6 a un sp6cialiste
n'ayant pas d'attaches avec la Gold Coast et qui de-
vrait, d'une part, rechercher la suppression de l'ac-
tuelle classification en emplois sup6rieurs et subal-
ternes, d'autre part s'efforccr de parvenir A la meil-
ieure utilisation possible du potential humain dis-
ponible.
(Tradduil de l'anglais d'apres le < Com-
monwealth Survey > du 26 juin 1950,
par BE3NARD-FRANGOIS HEPP, admi-
nislraleur de la < France d'Outre-
Mer >.









La reorganization judiciaire a Madagascar

par E.-J. GUILLOT, Conseiller 2 la Cour d'Appel de Tananarive


A debi t de 'etablissement de l'autorit& fran-
'aise, A Madagascar comme en Afriquc Noire,
la justice fut confide A des magistrats de l'or-
dre judiciair( ou a dcs administrateurs, suivant qu'il
s'agissait de uger des affaires int6ressant des Euro-
peens ou assi niles, on de juger des affaires n'int6res-
sant que des autochtones. Aussi existaient dans les
colonies'deux ordres dc jurisdictions don't la compe-
tence < ratio te personae >> tait nettement distinct
l'une de l'autre.
Dans ces v.,stcs territoires nouvellement rattaclihs
A la France, e legislatcur nmtropolitain avait voulu
assurer une j istice rapid et peu cofteuse. Ce qu'il
recherchait le plus, il faut bien le dire, c'6tait l'ordre
et, pour lui, la justice etait un moyen d'administra-
tion. Confusio i des pouvoirs qui n'avait rien de cho-
quant pour le, autochtones puisque, a l'exception des
musulmans, kI rs propres chefs avaient toujours d&-
tenu tous les pouvoirs.
Un premier d6cret du 24 novembre 1898 organisait
sommairemeni la justice indigene et la seule juri-
diction qui co nptait des magistrates en cette matiere
etait une forn:ation de la Cour d'appel, comprenant
deux assesseurs indigenes ayant seulement voix con-
sultative, char. be de statucr sur les recours en annu-
lation.
Un decret dii 9 mai 1909 organisait la justice indi-
gene d'une nm:niire plus complete et instituait une
chambre d'ho lologation compose de trois magis-
trats de l'ordr- judiciaire, de deux fonctionnaires et
de deux asse.seurs indigines, ccs deux derniers
n'ayant toujou:'s que voix consultative. Si les juge-
ments rendus !n matiire corrcctionnelle ou de sim-
ple police continuaient de n'etre d6f6rbs A cette juri-
diction quc lorsqu'ils 6taient dtnonces, dans l'int6-
rMt de la loi, p ir Ic Procurcur G6n6ral, tous les juge-
ments rendus on mnatierc crininelle lui 6taient sou-
mis d'office. Li Chamibre d'homologation 6tait done
un organism Oc contr6le de la justice indigene en-
core bien imparfait quoique constituent une amelio-
ration sensible du regime antLrieur. Son principal
defaut etait ld'u:e tardif. Quand la Chambre d'homo-
logation etait s: isie, le justiciable 6tait d6tenu depuis
dejA de longs nois, voire depuis des ann6es.
La premiere veritable reforme n'apparait qu'en
1945, lorsque l1 decret du 13 novembre 1945 sup-
prima les tribunaux indigenes du deuxieme degree
en toutes matibres et transffra leurs attributions aux
tribunaux de premiere instance et aux justices de
paix A competennce 6tendue, se composant alors, outre
du magistral de l'ordre judiciaire du si6ge de ccs
jurisdictions, de deux assesseurs indigenes ayant voix
consultative. D' tutre part, le contr6le de la Chambre
d'homologation s'exerya desormais en toutes matie-
res non sculement dans l'int6ert de la loi mais en-
core dans celdi des parties.
A la Conference de Brazzaville, en janvier 1944, on
avail reconnu qu'il etait temps de rompre avec l'or-
ganisation antiieure.


Les Membres de cetle Conference etaient en majo-
rit6 des Gouverncurs et des administrateurs des Co-
lonies, parfaitement an courant dcs necessites ct des
possibilities. Leur noNuvre, cmpreinte d'un large esprit
de libfralisme, etait done fondue sur une experience
6tendue dans le temps commie dans l'espace. La sim-
ple realisation de leurs vo2ux aurait sans doute con-
duit A dcs r6formcs aussi completes que cells qui
ont Wte decides par Ja suite, mais avec une transi-
tion salutaire qui aurait permis une adaptation de
notre lCgislation aux conditions locales en meme
temps qu'une mise en place rationnelle des juridic-
tions necessaires.
Quoi qu'il en soil, une premiere measure fut prise
par les d6crets des 22 decembre 1945 et 1" avril 1946
supprimant le regimc dit de l'indigcnat, par lequel
les fonctionnaires, charges de administration di-
rectc d'une portion (id Terriloire colonial, pouvaicnt
sans jugcment, infliger des pines disciplinaires a!-
lant jusqu'A quinze jours d'emprisonnement et cent
francs d'amende, a pen pros come le font les offi-
ciers des corps de troupe. Bien que cette measure
n'ait, en apparence, aucune relation avec 'organi-
sation judiciaire, il y a lieu de le mentionner ici, ne
serait-ce que pour souligner un premier pas dans la
voice qui devait conduire a des r6formes d'une am-
pleur beaucoup plus ) rande. Mais il y a plus, elle
devait normalcment avoir pour effel d'&lever le nom-
bre des affaires A juger en simple police, et meme
celui des affaires correccionnelles car, lorsqu'il s'agis-
sait d'un delit de minime importance, les adminis-
trateurs se contentaicn souvent d'infliger une peine
disciplinaire, ce qui leur evitait d'avoir a rLdigcir
un jugement.
Mais la reforme la plus important fut celle du
Decret du 30 avril 1946 qui supprima la justice indi-
gene en mati're penale et confia aux seules juridic-
tions de droit francais la connaissance de tous les
crimes, ddlits et coniraventions, mime lorsqu'ils
n'intlressaicnt que des autochtones. En mime temps,
la seule loi applicable dlevcnait la loi frangaise, tant
pour la determination de I'infraction que pour la pro-
cedure a suivre. Ainsi, les administrateurs ne ju-
geaient plus, du moins en matiere penale, et la sepa-
ration des pouvoirs etait accomplice en cette matiLre.
Cette r6forme etait-elle justified ? Certainement
oui, A cause des principles et aussi des circonstances.
Elles est l'oeuvre du Gouvernelnent Provisoire issu de
la premiere Assemble Constituante qui avait djiA
accord, dans son project de Constitution, la citoyen-
net ha tous les autochtones des Territoircs d'Outre-
Mer et qui, avant mcme que la Constitution ne fit
soumise au referendum, avait vot6 ia loi du 7 mai
1946. La Constitution du 27 octobre 1946 en a repris
la disposition dans son article 80 et precis le sens
dans son article 82 : < Les citoyens qui n'ont pas
le statute civil frainais conservent leur statlu person-
nel tant qu'ils In'U onl pas renonce. -- Ce slatut ne
pent en ancumn cs conslilIer un moltif pour refuser







uo limiler les droils et libdrds allaches d la quality
de ciloyen frangais. >
I1 etait done logique que crimes, delits et contra-
ventions fussent juges par les m6mes jurisdictions et
dans les memes formes, quel que ffit le statut, m6tro-
politain ou local de leurs auteurs.

**

Malheurcuscment, les jurisdictions frangaises
n'ctaient pas prepares a l'6norme tache qui leur in-
combait du jour au lendemain. Jusquc-lA, le nombre
de leurs justiciables Mtait relalivement peu 61eve, de
V'ordre de 60.000 a Madagascar ; encore ces justicia-
bles constituaient-ils une selection : fonctionnaires,
directeurs d'entreprises et employes superieurs, mi-
lieu social a faible criminality. Aussi ne comptait-on,
dans la Grande Ilc, que huit jurisdictions de premiere
instance qui se contentaient de 22 magistrats pour
fonctionner normalemcnt, et les neuf magistrats de
la Cour d'appel et du Parquet general r6unis suffi-
saient a assurer tout le service du second degrb et
des Cours criminelles.
Le nombre des justiciables des jurisdictions fran-
caises passa d'un seul coup d'une soixantaine de
mille a quatre millions. En 1945, ces jurisdictions
avaient jug6 1.735 affaires correctionnelles pendant
que les tribunaux indigines du premier degr6 en
jugeaient 16.673. Le nombre des affaires qui allaient
venir devant les tribunaux correctionnels serait done
plus d6cupl6, mLme sans tenir compete de l'incidence
de la suppression de l'indigenat.
Toujours en 1945, les Cours criminelles, qui sont
Si Madagascar ce que sont les Cours d'assises dans la
Metropole, quant A la competence du moins, eureul
A connaltre de 35 affaires. Les tribunaux indigenes
du deuxieme degri jugeaient en mLme temps 749 cri-
mes, soit plus de vingt fois plus.
Si l'on ajoute a cela qu'on 6tait en 1946, au lende-
main de l'armistice du 8 mai 1945, ct que plus de la
moiti6 des 31 magistrats de Madagascar se trouvaient
en cong6 en France apris un sejour ininterrompu de
plus de sept ans, on imagine aislment que les tri-
bunaux se trouverent rapidement submerg6s.
Le DWcret du 30 avril 1946 devait entrer en vigueur
le ler, juillet suivant, mais il apparut tris vite que
c'6tait impossible et il fallut retarder son application
jusqu'au 1" septembre pour laisser a ceux qui en
6taient charges, le temps de s'organiser. Malgr6 ce
d6lai, il fut bient6t evident que le nombre des magis-
trats affects a Madagascar et mLme sl tous les
titulaires se trouvaient A leur poste etait insuffi-
sant et qu'il fallait proc6der A une reorganisation
complete du service.
11 ne s'agissait pas seulement, en effet, d'augmen-
ter le nombre des magistrats, mais aussi d'augmenter
le nombre des jurisdictions.
L'id6al aurait Wte de rapprocher la justice du jus-
ticiable comme elle 1'etait au temps des tribunaux
indigLnes. Certes, il n'6tait pas n6cessaire d'avoir
autant de jurisdictions de premiere instance, tribu-
naux ou justices de paix a competence 6tendue qu'il
y avait de tribunaux de premier degr6. Les adminis-
trateurs qui les pr6sidaient ne s'occupaient pas que
de justice, et il aurait Wte excessif de remplacer cha.
cun des 91 tribunaux de premier degree m&me par


une justice de paix A competence etendue. Mais le'i
quatre tribunaux de premiere instance et les quatre
justices de paix i competence etendue qui existaient
alors etaient insuffisants parce que g6neralement trop
Bloign6s du justiciable.
La solution qui fut pr6conisbe et adoptee fut de
cr6er des jurisdictions en nombre raisonnable et d'en
fixer le siAge suivant les exigences de la geographie,
de telle sorte que le juge puisse circular dans son
resort sans avoir a rencontrer des obstacles naturels
rebutants ou mAme insurmontables. Le juge peut alors
tenir assez souvent des audiences foraines et proc&-
der A des informations dans des localities qui 6taient
le siege d'un tribunal de premier degree, et ainsi, jus-
tice et justiciable, faisant chacun la moiti6 du che-
min, peuvent se rencontrer plus aisement.
Cette solution, pour simple qu'elle paraisse, com-
porte cependant des difficulties materielles. Elle sup-
pose qu'un magistrate reste au chef-lieu du ressorl
pendant qu'un autre se deplace ; on ne circle pas
i Madagascar comme en France. Les routes ne sont
pas toujours tres bonnes et mnme beaucoup d'entre
elles sont inutilisables pendant la saison des pluies.
MAme si la liaison est possible par avion, le d6pla-
cement immobilise le magistrate pendant huit jours
car il n'a pas le temps de tenir son audience et de
proc6der A ses informations avant le retour de l'avion
qui l'a amen6 et, come souvent il n'y a qu'une liai-
son aerienne par semaine pour ces petites localities,
il dolt attendre assez longtemps. Ces difflcultes ont
Ate surmontees en parties par la mise A la disposition
des magistrats de moyens de transports pour eux-
memes et le personnel du Tribunal.
Le recrutement et le logement des magistrats et du
personnel auxiliaire 6tait une autre source de diffi-
cult6s.
L'insuffisance du nombre des magistrats s'est fait
lourdement sentir des la mise en vigueur du DWeret
du 30 avril 1946. Les cabinets d'instruction furent ra-
pidement submerges. Ils requrent en meme temps le
reliquat des affaires suivies jusque-lI par les tribu-
naux indigenes et l'afflux des affaires nouvelles. Un
decret du 9 novembre 1946 permit la creation de juri-
dictions de fortune par arrit6 du Gouverneur g6ne-
ral, les < Justices de paix i attributions correction-
nelles limitees D. Pour occuper ces jurisdictions, le
Chef du Territoire ne pouvait pratiquement puiser
que parmi un petit nombre de citoyens et, pour Avi-
ter un renouvellement de cette confusion des pou-
voirs que la r6forme voulait precismnent supprimer,
il d6signa, autant qu'il le put, des fonctionnaires
autres que des administrateurs. Ces fonctionnaires
manquaient malheurcusement parfois d'une forma-
tion juridique suffisante et se trouvai(nt fi l'origine
au moins d6pourvus des instruments de travail, Co-
des ct Recueils de Jurisprudence susceptibles de les
aider. Malgr6 leur bonne volont6 la justice renduc
laissait A d6sirer.
i D'autre part, la justice 6tait, pour ces fonctionnai-
res deja trbs occupies par leur service normal, un
surcroit de travail qui n'etait pas toujours materiel-
lement compatible avec ce service. C'est ainsi que,
lorsque la justice de paix A attributions correction-
nelles limitees etait confine a un v6etrinaire ou A un
fonctionnaire des Eaux et ForEts, le magistrate c6dait
naturellement le pas a l'homme don't la profession






s'exerce en ::rousse, lA of ii y a des bestiaux ou des
arbres, et non A la ville, siege de sa jurisdiction.
Pour compliquer la situation, le 29 mars 1947,
eclataient dans tout Madagascar des troubles qu'il
fallut r6primer. Les cabinets d'instruction, deja trop
lourdement charges pour des magistrats exp6rimen-
tes, furent ecrases sous l'avalanche des informations
A suivre.
*
L'adminis ration d'une justice rapide est une
n6cessit6 ginerale; elle s'impose particulibrement
Outre-Mer. I.e fait que la justice ne pouvait plus Wtre
rcndue apparait nettement dans les chiffres. En 1945,
alors que coexistentt les jurisdictions de droit fran-
cais et les ji.ridictions indig6nes, elles jugent ensem-
ble 29.284 a.ffaires. En 1947, 15.540 decisions seu-
lement sont rendues, au prix de grands efforts. En
1948, on constate un relevement avec 23.914 juge-
ments et ar)rets, nombre qui se maintient A peu pres
en 1949, avec 23.389 decisions.
Le citoyea de statut local a done manifesto son
d6tachement, non qu'il eit moins de proces A sou-
mettre a n(ctre justice, mais il a pr6f6r6 les r6gler
lui-memc. S'il ne s'agissait que de transactions civi-
les, on ne saurait trop s'en plaindre, mais il s'agis-
sait de crimes ou de d6lits qui 6chappaient a notre
contr6le et don't le rbglement entire parties n'est
autre chose que 1'exercice de la vengeance entire
particuliers ou entire villages entiers, exercise qui
donne lieu a de nouveaux crimes et dl6its.
Et cepen:lant, le citoyen autochtone de la France
d'Outre-Mer a confiance en notre justice. Quelles
qu'en puissent 6tre les imperfections, resultant
moins des :iommes que des conditions dans lesqucl-
les ils l'exercent, notre justice est un des 616ments
fondamentaux, sinon le plus important, de notre civi-
lisation et ]a principal condition de rapprochement
entire les citoyens de diff6rents status civils.
Une just cc bien rcndue force le respect des jus-
ticiables.
Le prtanibule et le texte dc la Constitution annon-
cent des riformes importantes. La m6ntropole qui a
votulu re lliser uine idel just et les a (ld ide('s, doit
e\iller "i 1' *xecution.


Malgre k's efforts accomplish, les conditions n6ces-
saires pour un bon fonctionnement de la Justice a
Madagascar ne se trouvent pas encore a l'heure
actuelle plrinement realisees.
Le 15 jun 1950, les effectifs theoriques sont de :
12 membres de la Cour d'appel;
6 men:bres du Parquet g6enral;
53 magistrats de premiere instance.
En raliltf, ne sont A leur poste que :
8 men bres de la cour d'appel;
5 menmbres du Parquet g6enral;
39 magistrats de premiere instance.
La Cour d'appel, malgre l'adjonction de deux con-
seillers in trimaires pris parmi les administrateurs
des colonies, est surcharge~ e de besogne (1). Avec ses
(1) Cons'quence directed :'En aofit 1950, le President
de 1IP Cour t'Appel et on Conseillcr ont dlu t re rapatries
d'u rgence.


8 magistrates, President et vice-presidents compris et
ses deux interimaires, elle doit assurer le fonction-
nement de :
1 Chambre civil frangaise, 228 arrets en 1949;
1 Chambre civil indigene, 186 arrets en 1949;
2 Chambres correctionnelles, 1.337 arrets en 1949 ;
1 Chambre des mises en accusation, 443 arrfts
en 1949.

Les Cours criminelles, pr6sidces par des Conscil-
lers ont jug6, en 1949, 160 affaires concernant 697 ac-
cuses en 22 sessions dans 12 localities diff6rentes.
Enfin, un conseiller a presid6 le tribunal militaire
permanent qui a rendu 262 jugements, et un autre a
preside le Conseil du Contenticux administratif qui a
rendu 80 decisions.
Correlativement, la charge du Parquet g6eniral a
t6 e6crasante.
Le Procureur general est Chef du Service judi-
ciaire et, A ce titre, il a eu A s'occuper de toute la
reorganisation judiciaire jusque dans ses moindres
details, y compris l'installation. materielle des nou-
velles jurisdictions et de leur personnel. La corres-
pondance a depass& 50.000 lettres, t6igrammes et
circulaires.
Du seul point de vue judiciaire, il faut, pour ap-
precier le travail de contrble du Parquet general, ne
pas oublier que six jurisdictions de premiere instance
seulement sont pourvues d'un Parquet dirig6 par un
magistrate. Ailleurs, le representant du minister pu-
blic, charge en meme temps de l'instruction des af-
faires correctionnelles, est un fonctionnaire, don't les
crreurs de procedure doivent etre relevees et cor-
rig~es.
En premiere instance, grace A l'assistance d'int6ri-
maires pris parmi les fonctionnaires, la situation est
g6neralement meilleure.
Les efforts ont ete fournis avec d'autant plus de
comprehension et de'resultat que ceux qui les don-
naient 6taient pres de la reality des choses. Les au-
torit6s directement chargees de administration en
general et de la justice en particulier a Madagascar
ont, des le debut, compris la gravity du problme et
agi en consequence dans la measure de leurs pou-
voirs. Dans les districts of etaient crebs de nouveaux
postes, les jurisdictions ont ete tant bien que mal ins-
tallees et 6quip6es, les magistrates et leurs greffiers
logs.
L'Assembl6e Representative a 6te largement com-
prehensive et n'a pas contest 1'6vidente necessit6
d'un budget permettant toutes les d6penses indispen-
sables. Et cependant, on compete encore des juridic-
tions dans lesquelles juge, greffier et minister pu-
blic sont disperses dans la ville et oil les audiences
se tiennent dans la salle de cinema ou dans un han-
gar de marchandises.
Dans la Metropole, le minister de la France d'Ou-
tre-Mer a du lutter pour obtenir l'accord d'autres
departments pour la creation de nouveaux postes et
pour recruter les magistrats qui les occuperont, ainsi
que les greffiers. Le minister des Finances exerce
un control serr6 sur le budget. Le budget local a di
supporter A peu pres seul les frais de premier 6qui-
pement en bAtiments, bibliotheques et moyens de
transport sans computer la solde du personenl auxi-
liaire. Pendant deux ans, toute creation d'emploi en-







trainant une d6pense a Wte pratiquement impossible,
et il a fallu arriver en aofit 1949 pour obtenir la
creation de 15 emplois nouveaux, don't le premier
titulaire n'est arrive Madagascar qu'en f6vrier 1950.


C'6tait la premiere parties d'un programme qui doit
s'6tendre sur trois ans et aboutir A la r6organisation
complete du Service judiciaire de Madagascar. L'evo-
lution de cette reorganisation sera dounc l suivante :


Cour d'Appel :
President ..................................
Vice-Pr6sidents .............................
C onscillers .................................
Procureur G6neral ...........................
Avocats g6en raux ............ .............
Substituts g6n6raux .........................
Tribunaux :
Presidents ......... ........ ..........
Vice-Pr6sidents .............................
Juges d'instruction ..........................
Juges ......................................
Procureur de la R6publique .................. .
Substitu ts ..................................
Juges supplants ............................ .
Justices de paix d comp(lence Clendue ........


II est vraisemblable que lorsque ce programme sera
completement r6alis6, le Service judiciaire de Ma-
dagascar pourra fonctionner normalement. Trente-
quatre jurisdictions de premiere instance, judicieuse-
ment reparties dans Ie Territoire et don't les magis-
trats se d6placcront pour tenir des audiences forai-
nes, offriront une justice facilement accessible A tous
les citoyens, et les magistrats, devenus suffisamment
nombreux, pourront enfin juger en pleine s6r6nit6.

*

Au problem fundamental de la r6organisation du
service judiciaire proprement dit, s'ajoute celui de la
r6organisation g6ndrale ct notamment de la proc6-
dure. Un project de loi en 139 articles et un autre,
modifiant le Code d'instruction criminelle, ont deja
W6t pr6par6s, mais, comme ils doivent 8tre successi-
vement soumis A 1'Assembl6e de 1'Union Francaise, a
l'Assembl6e Nationale et au Conseil de la R6publique,
il 6tait sage de pr6voir d'assez longs delais avant
qu'ils regoivent force de loi. Aussi a-t-on pr6par6 un
autre project plus sommaire, bien que contenant I'es-
sentiel des r6formes envisages par les deux pr6c6-
dents. II a d6jih t6 soumis a 1'avis de 1'Assembl6e de
l'Union Francaise le 22 juin puis le 29 decembre
1949, et il attend d'etre examine par l'Assembl6e Na-
tionale.
Si ce project devient loi, il r6alisera les r6formes
suivantes :
1 Augmentation du nombre des officers de police
judiciaire, c'esl-a-dire des fonclionnaires charges de
la consultation et de la recherche des infractions ;
2 Suppression des Officiers du ministlre public
pros les Justices de paix d competence dtendue.
Ainsi, le Juge de paix A competence 6tendue (ma-


gistrat de 1'ordre judiciaire) r6unira en sa personnel
les pouvoirs de poursuite, d'instruction 0( de juge-
ment, lesquels, dans la m6tropole (et aussi a Mada-
gascar au siige des tribunaux de premiere instance)
sont exerces par trois magistrates distinct : mais il
est apparu qu'il valait micux r6unir cc,; pouvoirs
dans la main d'un magistrate de l'ordre judiciaire, quc
de les r6partir entire un magistrate et des fonction-
naires de l'ordre administratif; le justicialle y trou-
vera, en definitive, plus de garantics. D'rilleurs le
systbme fonctionne dans d'autres territoires d'outre-
mer et donne entire satisfaction.
3 Contr6le des juges de paix d compedence tcen-
due par les procureurs de la Republique.
Ainsi sera r6alisee une d6concentration du con-
trble des justices de paix, actuellement ex(rci par le
soul Procureur General qui facilitera ce control et
tempbrera les quelques inconv6nients pou\ant r6sul-
ter du cumul d'attributions des juges de paix A com-
petence 6tendue.
4 Maintien de la collaboration des fonclionnaires
de l'ordre administratif, mais reduile aux hypothe-
ses soit de ddlIgation judiciaire, soit d'i,fractions
comnmises en dehors du siige d'une jurisdiction, el
avec possibility pour le magistral de l'ordre judi-
ciaire de les dessaisir a tout moment.
Cette loi ne r6alisera qu'une organisation transi-
loire et cessera d'avoir effet lorsque les loi.i portant
modification du Code d'instruction criminelle et ri-
organisation de la justice (aux projects desquels it
a W6t fait allusion plus haut) seront promnlgu6es.
Bien que transitoire, cette loi r6aliserait dans l'im-
m6diat cette r6forme, d6jA accomplie dans lI1s textes,
mais qui reste encore trop souvent lettre morte en
pratique : < tout citoyen est assure d'etre jrug, apris
une instruction conduite aussi rapidement que pos-


1949




1
2
9
1
2


1948




1
2
9
1
2
3
5
1
1
8
5
1
10
7


1950




1
3
10
1
3
3
(i
1
3
15
6
7
19
18


1951




1
3
13
1
3
4
6
3
4

(i
7
34
28


--- _........


- ---- I ~ .--- I____~~~ ___






sible, par uji magistrate de l'ordre judiciaire et non
plus un fon,;tionnaire d'autorit6 >.
Ces r6formes, jointes a la mise en place des nou-
velles juridictions, constitueraient un s6rieux progrbs
sur la situation cr66e au lendemain du Dicret du
30 avril 19,1:6, don't elles permettraient de r6aliscr
enfin le but, la separation des pouvoirs, qu'il ne res-
terait plus qu'a achever en supprimant compl6te-
ment les jurisdictions indigenes et en transferant la
competence civil qui leur appartient encore, aux ju-
ridictions de droit commun, presidces par des ma-
gistrats, assists d'assesseurs autocltones, et appli-
quant la costume locale.
CependanI, pour sommaire qu'il soit, le project de
reorganisation provisoire tarde Ah tre transform en
loi. Le legislateur m6tropolitain n'a pas toujours une
idWe bien precise des conditions dans lesquelles la
justice est rendue dans les Territoires d'Outre-Mer.


II n'est pas loin de penser que le meilleur cadeau
qu'il puisse faire A ses concitoyens d'Outre-Mer, c'est
de leur donner sa propre legislation. A tout pren-
dre, pourquoi ne s'en contenteraient-ils pas puis-
qu'elle lui suffit A lui et, avec un peu de bonne vo-
lont6 de part et d'autre, tout doit pouvoir marcher.
La bonne volont6 n'a pas manque, A Madagascar :
toutes les hautes autorites locales administrative et
judiciaires, l'Assemblee representative, les magistrates
ont fait et font encore de leur mieux ; la population
s'efforce de comprendre notre nouvelle maniere de
proc6der. Les d6partements ministeriels ont fini par
s'entendre sur un programme de reorganisation judi-
ciaire. II reste au lgislateur A accorder A Madagas-
car quelques heures d'interkt pour complete l'oeuvre
qu'il a commencee en 1946, en donnant A la Grande
Ile une legislation criminelle adapt6e A ses condi-
tions de vie.


'gig




















NOUVELLES DE FRANCE


LA VIE PARLEMENTAIRE


ASSEMBLE NATIONAL

Sdance du 20 juillet
L'Assemblee Nationale a abord6, le 20 juillet,
l'examen du project relatif au d6veloppement des
d6penses civiles d'investissement pour l'Exercice
1950 travaux neufs, subventions et participa-
tions en capital.
M. BARANGt, rapporteur g6n6ral a la Commis-
sion des Finances, a indiquB qu'il s'agit d'assu-
rer la continuation des travaux en course et de
finance les operations nouvelles.
Le texte soumis A l'Assembl6e a provoqu6 de
nombreuses interventions portant sur des points
particuliers. C'est ainsi que le d6put6 socialist
du Soudan, M. SILVANDRE a soulign6 l'impor-
tance de la tAche A accomplir en A.O.F.
L'ensemble du project gouvernemental a Wte
adopt&.
L'Assemblhe Nationale a vot6, sans d6bat, la
proposition de loi de M. Said Mohamed CHAIKH
(U.D.S.R.), tendant a pr6voir les moyens de
transport pour permettre aux Musulmans de se
rendre, annuellement, en pelerinage A la Mecque.

Sdance du 22 juillel et suivantes :

L'Assembl6e Territoriale de la C8te des Somalis
M. JUGLAS, rapporteur de la Commission des
Territoires d'Outre-Mer, rappelle les terms de
son rapport 6crit et les resultats auxquels ont
about les deliberations de la Commission. Le
territoire des Somalis presente une situation
tout A fait particuliere : c'est un petit pays don't
toute la vie est rassembl6e dans une ville et don't
I'importance resort de sa situation d'escale et
de d6bouch6 de l'Abyssinie.
Ayant accompli une mission a Djibouti, le
rapporteur s'est enquis des souhaits de tous les


milieux et de tous les groups ethniques du ter-
ritoire ; il s'est convaincu de la necessity de
maintenir pour le moment, le double college si
l'on veut eviter de dangereux conflicts. Un pro-
bl)me particulier est pos6 par la presence du
bataillon de Tirailleurs s6n6galais qui repr6sente
une masse d'6lecteurs. Le rapporteur proposait
de les int6grer au premier college. La Commis-
sion a decid6 de cr6er un college special.
L'orateur conclut en invitant l'Assembl6e a
examiner ce project avec objectivity et a le voter
le plus vite possible, le mandate de I'Assembl~e
provisoire actuelle Rtant expire.
M. SII.VANDRE pense que la Commission a enfante
un monstre. 11 rappelle qtl'aux elections lIgislatives,
il n'y avait qu'un college unique, celui qui a 6lu
M. Martine. Ce serait faire un pas en arritre que de
revenir A deux on meme trois colleges.
M. CASTELLANI remarque que le senateur et le con-
seiller de l'Union Franqaise de cc lerritoire ont 6mis
des avis contradictoires.
M. SILVANDRE conclut en r6clamant le vote d'un
texte qui respect les principles de la Constitution et
fasse honneur A la France.
M. JUGE (com.) a 6voqu cet cxpliqu at sa manierc
les incidents survcnus A Djibouti.
M. MARTINE reprenant l'analyse de M. Juglas a re-
connu que la population de ce territoire itait d'une
singuli6re complexity. Cette population est tr6s at-
tentive au problime politique. A l'exception des in-
cidents r6cents don't il donne une explication, la
population est toujours rest~e came.
Critiquant le project rapport, I'orateur exprime la
crainte que la representation du Bataillon de tirail-
leurs s6n6galais ne soit mal comprise de la popu-
lation.
M. CASTELLANI a r6pondu qu'en proposant un col-
16ge special pour les tirailleurs, M. Malbrant a voulu
6viter qu'ils fassent pression sur le corps electoral.
M. MARTINE a remarqu6 du reste, qu'il y a aussi
des tirailleurs malgaches A Djibouti. Il ne votera le







project que si on renonce a la disposition sur la re-
presentationl des tirailleurs.
M. DE MORO-GIAFFERRI s'est 6tonn6 qu'on dispute
aussi longunment de ce project alors qu'il y a tant
de probl6mes plus urgents h r6gler.

Le rapporteur a indiqu6 que 1'Assembl6e avait
pris l'engegement de voter cc texte avant le
14 juillet. L'Assemble actuelle, en parties nom-
m6e, ne ripr6sente qu'insuffisamment les 616-
ments les plus important de la population de
ce territoir .
M. MITTERRAND, ministry de la France d'Ou-
tre-Mer, a rapelle que le mandate de 1'Assembl6e
actuelle a, d6j 6t6 prorog6 et que la Constitu-
tion prescr it de donner, a ce territoire, sa repr6-
sentation normale. II insisted pour que cette dis-
cussion soit men6e A son term. /
M. APITIPn a demand a M. Martine de pr6ciser sa
pcns6e. Sc : allici a-t-il au project ou restera-t-il fiddle
au college unique r6clame par l'avis de l'Assemblee
de l'Union l'rancaise ?
M. MARTI'4E demand que le pourcentage de la
rcpr6sentation dcs diff6rcntcs communaut6s soit as-
sur6. C'est le respect de cc point qui dictera son
attitude.

L'Assemi!l6e Nationale a repris, le 24 juillet,
en pr6scnce de M. AUJOULAT, Secr6taire d'Etat
a la Franci' d'Outre-Mer, 'cexamen du project de
loi.
La disc ssion des articles a vu intervenir les
m6mes orateurs et s'affronter les memes th6ses
que dans la discussion g6n6ralc.
De nom:)reuses interventions ont eu lieu, en
particulier pour ou contre le << Coll6ge unique >>.
Le d6bat s'cst poursuivi en presence de.
M. MITTERRAND, ministre de la France d'Outre-
Mer.
Le principle du Coll6ge unique a 6t6 repouss6
par 306 vcix centre 285.
L'Assem:li6e ayant d6cid6, entire autres moda-
lites, que les bulletins de vote seraient de cou-
leur diff6rcnce selon les candidates, afin de faci-
liter le vote des illettr6s, le project a Wte finale-
ment adopl. le 27 juillet 1950. I1 est devenu la
loi du 19 iofit 1950 (J. 0. 20 aofit).


Le budget de la France d'Outre-Mer

L'Asseml,)6e Nationale a repris, le 24 juillet,
l'cxamen de la parties du rapport de la Commis-
sion des Finances concluant A un project distinct
pour le budget de la France d'Outre-Mer.
M. SIMONNET, rapporteur supplant de la Com-
mission de,. Finances, indique, des le d6but, qu'il
s'agit li da grave different surgi A propos du


paiement des soldes des magistrats d'outre-mer.
L'Assembl6e avait disjoint l'article 2 qui mettait
cette d6pense A la charge des budgets locaux.
Le Gouvernement n'a pr6sent6 aucune lettre
rectificative. Mais la Commission lui demand
de d6gager sur son budget les resources neces-
saires au paiement des magistrates.

M. JUGLAs, Pr6sident de la Commission des Terri-
toires d'Outre-Mer, a indlqu6 que cette Commission
ne saurait admeltre que cette (16pense soit supported
par les budgets locaux.
M. SILVA\NDRE a rappcl6 que les budgets locaux
6tant votes en temps utile sont, actucllement, en
course d'ex6cution. On ne peut, en course d'cxercice,
leur imposer une charge inattcndue.
I1 demand 1'cxtension du service judiciaire, ac-
tuellement existant en Afrique, spkcialement en
A.O.F. oil, chaquc cour d'Appel a, dans son resort,
six millions de justiciables.
M. MARTINE h indiqu6 que, si l'on vote les chapi-
tres pr6scntCs, ii reste cinq cent millions A trouvet
pour payer les magistrates d'Outre-Mer. Ces derniers
sont, actuellement, pays par avances du minist&re
des Finances, mais ces avances s'arr6tcraient si It
budget etait vote. Ii n'y aurait plus, alors, aucu:
minist6re pour supporter cctte d6pcnses qui retom-
berait i la charge des budgets locaux. II demand
done, a l'Assemblbe, de ne pas voter cc budget taut
que le Gouvernement n'a pas propose le d6gagement
des credits n6cessaires.

M. MALBRANT a appuy6 ces observations.
M. MITTERRAND, ministry de la France d'Ou-
tre-Mer, ne m6connait pas le problem de fond,
mais il n'est pas en measure de proposer une
source de credits nouveaux. II pense que cette
question ne doit pas suffire A retarder le vote
du budget de la France d'Outre-Mer.
M. MARTINE a repondu que ces credits 6taient pr6-
vus dans le project de budget. C'est par lettre recti-
ficative qu'ils furent supprim6s ult6ricurement. L'As-
sembl6e ne pcut en Otre tenue pour responsible.
Le Rapporteur supplant maintient sa position de
refus des Chapitres insuffisamment pourvus.
M. SISSOKO fait observer que les territoires locaux
ne pourront trouver les resources n6cessaires.
Le President de la Commission des Territoires
d'Outre-Mer rappelle qu'en 1949, ces d6penses 6taient
supporters par le budget national.
M. KONATE. constate que l'on est dans une impasse.

A la majority de 560 voix contre 38 sur 598
votants, le Chapitre 1.240 n'est pas adopt.
Les chapitres r6serv6s par 1'Assembl6e lors
de sa stance du 6 juin (1.250, 1.300, 3.210, 4.000)
ne sont pas adopts.
M. VALENTINO rappelle quc les traitements des

11







magistrats ont 6t6 mis, par la loi, a la charge
de l'Etat. Celui-ci ne pourra done pas cesser de
les payer.

Sdance du 27 juillet :

La composition et I'eledion
de I'Assemblee de I'Union Francaise

Au course de la stance de nuit du 27 juillet,
l'Assemble6 Nationale M. MITTERRAND, minis-
tre de la France d'Outre-Mer, ct M. COFFIN, se-
cretaire d'Etat 6tant au bane du Gouverne-
ment a adopted, par 450 voix centre 100, le
project de loi modifiant la composition et l'dlec-
tion de l'Assembl6e de l'Union Frangaise.
Aux terms de ce project, Ie renouvellement
integral de cettc Assembl6e aura lieu tous les six
ans. Jusqu'ici, les 6lus d'Outre-Mer devaient etre
remplac6s par moitid tous les trois ans.

Seance du 31 juillet :

Les depenses militaires en Indochine
Au course de sa stance de nuit du lundi 31 juil-
let, I'Assemblde Nationale a abord6 la discus-
sion du project de loi portant ouverture de cre-
dits supplnmentaires au titre des defenses mi-
litaires de 1'Excrcice 1949.
M. BARANGL', rapporteur, indlique que ce col-
lectif porte sur 9.500.000.000 de credits de paic-
ment, n6cessaires pour ccuvrir les depenses sup-
pl6mentaires de nos forces en Indochine, conse-
quence dc l'cnvoi de renforts.
II cst prevu, d'autre part, des autorisations
d'engagements (1.900.000.000) et des autorisa-
tions de programmes (3.000.000.000) pour des
exercises ult6rieurs.
M. LE'TOURNEAU, ministry des Etats Associ6s,
a souligni l'effort solitaire de la France dans le
Sud-Est asiatique :
La France vent line rdelle independence des
jeunes Elats. La Conference de Pan achuve d'en
meltre anl point les details. Mais la senle garan-
tie de l'indlpendance de ces Etals es! de se sen-
tir certain de l'appui de l'Union Francaise.
L'expdrience montre que les peIcples (d Sud-
Est Asialique sont foibles s'ils sont laisses sans
soutien. La France esl, jusqu'ici la seale d avoir
assure, dans celle region, la sci'rilcd.
L'ensemble du project a diL adopt par 417
voix centre 182.
L'Assemblec a achev6, ensuitc, l'examen des
credits de la France d'Outre-Mer en decidant de
meitre les trailements des magistrats d'Outre-
Mer a la charge du budget nmtropolitain.


CONSEIL DE LA REPUBLIQUE

Seance dti 20 juillet :

La S6curite Sociale Outre-Mer
Le Conseil de la Republique a vote. au course
de sa since de I'aprcs-midi. le budget du mi-
nistierc du Travail et de la Securite S( ciaie.
L'cxamen de ce texte, rapport par N1. AUBERT
(Soc.) et Mme DEVAv'X (P.R.L.), devait donner
lieu Li des changes de vues, notaminent sur
i'organisalion de la Sdcuritd Sociale et son insti-
tution dans les Territoires d'Outre-Mer.
Sur question de Mine DEVAIX, le iiinistre a
pricise que les travaux de la Commiss on inter-
ministerielle, constitute pour organi'or la for-
mation professionnelle des Nord-Africains, re-
prendraient bient6t et devraient abo-itir a un
programme d'action permettant d'accorder une
aide matCrielle et morale aux travailleairs nord-
africains.
Une autre commission interministLrielle sera
eonstituee, qui 6tudiera plus particulierement la
question de l'application de la Securilt Sociale
dans les departemnents d'Outre-Mer, "problime
6voque par MM. LODuioN ct SYMPIIOR.

Sdance dii 3 aoit :

Les credits pour les depenses militaires
en Indochine
Lc Conseil de la Rilpubliquc :a ii;ti.3, Ic
3 ;olit, on dclut de sdi;nce. S :r Il iapjport
de M. DIEITHiELM, tlun project portant ouverture de
credits supplenintaires de I'exercice !l949 (neuf
milliards pour la guerre d'Indochine, ion com-
pris les credits d'engagement.).

La situation des anciens combattants
et victims de la guerre
Au course d'un debat, qui s'est institu6 sur la
revision du statut des anciens comb.Attants et
victims de la guerre, le Conseil de la R4publi-
que a entendu, notamment, M. Chatrles CROS
(Soc. Sinigal), qui a montre 1'espoir qu'avait
fait naltre la reconnaisasnee des droits des vic-
times de guerre des Territoires d'Otire-Mer a
parity avec cells de ha mnrtropole. So! t ensuite
intervenus MM. MA uto.i M'BOD(;E (soc. Soudan)
et OKALA (soc. Ca!elroun).
Au fur ct A measure doe la ( discussion, M. .J::,!quinot,
AMinistre des Anciens Cobal)tlants. renoniiant i un
expose d'enselible, a donn6, ccpendl antt, di'erses pre-
cisions. 11 a indique que Ic (dceret relatif au statut
des comibattants volontaires de la icsistance et son
extension a la France t'Outre-Aer paral 'ait inces-
sannment et qu'un project itait a Iftude pour la di-







livrance d'luni midaille aux veuves et aux melres
d'indigenes norts pour la defense du pays.
A 2 heures uI martin, la Commission des Finances
dui Conseil d' la R1publique, apris avoir entenda
les explicatio is de M. Edgar Faure ct de M1. Jacqui-
not, a finalceiient accepted, sur les anciens combat-
tants, le text de 1'Assembl6e Nationale.
Le project a 616 alors adoptle mIains levees.

Seance dtn 4 aoilt :

Le budget d.i Ministere de la France d'Outre-Mer
Le Conseil de la R6publique a consacr6 sa
seance du 4 aofit A une longue discussion du
budget du ministere de la France d'Outre-Mer,
seance ofi furent 6voqu6es, en detail, la situation
de chacun des Tcrritoires et la misc en valeur
des richesse: locales.
Le rappo teur, M. SALLER (R.G.R. Guin'c),
avait fait observer que l'6volution du monde
d'Outre-Mer, depuis quelques ann6cs, ne se re-
trouve pas dans un budget don't la presentationn
rest immuable.
Sur Ic plan politiquc, AI. DRONNE (ADR) s'&tait at-
tache a (ldntncer la propaganda communist dans
l'Union Fran:aise tandis que Mile Mircille Dumont
(com.), y dteninqait 1'exploitation capitalist.
Sont inter, nus, egalement, :\IM. R.\z.A (M.R.P.,
Alauritanie) : RHoMAN (R.I.-Corse) ; I. lionJE (soc.-
Soudan) ; O .\A.\ tsoc.-.C!irouii).

Dans un expos d'ensemble qui conclut le
debat, M. N ITTERRAND, ministry de la France
d'Outre-Mer. apres avoir rendu hommage aux
administrators et soulign6 l'effort accompli et
a venir en matiere d'enseignement eL de mide-
cine, a tledl:r6 accepter qu'un grand debat, plus
6conomique que politique, s'instaure, prochaine-
ment, devant le Conseil.
C'est ainsi qu'6voquant des incidents comme
ceux surven is en C6te d'Ivoire, M. MITTERRAND
a montr6 A [uel point il 6tait necessaire de s'l1e-
ver au-dessis du point de vue purement politi-
que pour s'.tttacher aux problems d'ordre eco-
nomique et social.
A certaines propagandes politiques dit-il -
le Gonvernement doit repondre par des measures
Lconomiqr e, et sociales.
L'ensemb,'e des terriloires d'Outre-Mer est
inquiet et n connait pas son avenir a ajout6
M. MITTEIR \ND -- routes les possibilitls leur
sont ounert,'s, ( conditions qu'on parole econo-
mique et social, et non pas politique, etant
entendl qnu les droits reconnns par la Con'slitu-
lion sont respects.
II n' a pas de problmme poliliqne, les naliona-
listes ne relprsenteht plhs les collecliuiles qu'ils
entendent d4fendre ; ils ne sanraienl s'engager
dans des lttes archaiques et rdaclionnaires.


Au course de la discussion des articles qui sui-
vit et i laquelle assistant les deux Secr6taires
d'Etat NMM. (CoeIrN et AUJOULAT, le Conscil a
adopt diverse reductions indicatives.
Outre tde nombrouses precisions do detail, M.
ArvJouLAT fourniL des indications sur plusieurs
projects en course : la creation d'un cadre gtndral
de l'cnseignement : le t!eveloppement de l'en-
seignemenl primaire, technique dans les terri-
toires ; I'aide aux 6tudiants originaires d'Outre-
MAer dans la metropole ; pour les midecins, la
creation d'un corps unique oil entreront aussi
bien indigenes que m6tropolitains, civils que
militaires, et don't les mudecins du corps de
sant6 colonial formeraient I'armature sans re-
noncer pour aulant i leur statute militaire ;
enfin la r6dlisation. grace au F.I.D.E.S., d'un
6quipement sanitaire selon un plan rationnel.
L'ensemble du budget a Wtd finalement adopt.


La durde du mandate de certain Conseillers
do I'Union Frangaise

Au dibut de sa seance de nuit, le Conseil de
la Rlpublique a repousse, par 134 voix contre
127, une demand de discussion immediate for-
mulce par le Gouvernoment pour le project de
loi prorogeant la durde du mandate de certain
conseillers de l'Union Francaise.
A l'leure actuelle, si tous les Conseillers sont
elus pour 6 ans, les Conscillers lus par les ter-
ritoires et (dpartements d'Outre-Mer sont rcnou-
velables par moitie tous les trois ans.
Ce tcxte avail rappcl6 \I. i)E MIoN'r.Mi.IRT
(A.D.R.) au nonm de 1 Commission du Sulrragef uni-
versel --- n'avait pas el assorti de la procedure'
d'urgence lors de sa discussion an Paliis-Bourbon,
le 2( juillel.
Au deiii('Iralnt, divers orat 'urs, et, noutaninent,
MI. M\C:II.tIIACY (R.I.), et le rapporteur, avaient sou-
lign6 le caractere d1licat d'une modification i appor-
ter i une loi organique come cellc qui rbgle la
composition el 1'election (te l'Assemblbe de I'Union
Francaise. Le text soumis aux s6nateurs dispose que
tous les conseillers de l'Union Francaise sont elus,
desormais, pour six ans et qu'en consequence, le
inandal de trente-sept conseillers venanti expiration
le 10 d6ccmbie prochain, doit Ltre prorogi jusqu'au
10 d6cembre 1953.
MI. nMITTERRAnN), minislre (de la France d'Ou-
tre-Mer, avait attiir attention des s6nateurs sur
le fail que l'Assemblne francaise devant so r6u-
nir le 10 d6cembre, il 6tait n6cessaire que les
elections aient lieu au plus tard, en octobre, ce
que rendrait impossible un ajournement de la
discussion.
11 a notamment dcllard :
<< Si la moilid des reprisenlanls aulochtones
d'origine mnlropolitaine dlus dans les territoires








sont seuls soumis d un renouvellement triennal,
je dis qn'il y a ld une difference de irailement
que je ne peux pas admetire. C'est l'argument
initial, beauconp plus d'ailleurs, si vous uoulez,
de simple juslice.
< On bien alors, je le rCdpte, il faut aligner
ceux qui ont un mandate trop long, on, plus, qui
n'onl pas plus de droits, sur ceux qui onl un
mandal moins long.
< Je uvoiirais vons fire comprendre que, psy-
chologiquement, il y a 1i quelque erreur que
j'engagerai MM. les membres du Conseil de la
Repiiblique d ne pas commettre. >

Le regime de I'Assemblee representative
de la C6te des Somalis

Le Conseil a adopted, ensuite, ct sans apporter,
finalement, de modifications sensibles au texte
de 1'Assemblee Nationale, le project de loi qui
fixe le regime electoral, la composition ct la
competence de 1'Assemblee representative terri-
toriale de la Cote des Somalis. En effet, Ic Con-
scil devait revenir sur une augmentation du
nombre des membres de 1'Assembl&e, proposed
par la commission de la France d'Outre-Mer,
pour tenir compete d'un regime special de vote
des militaires r6sidant en C6te des Somalis que
celle-ci avait introduite primitivement dans le
texte.
Dans la discussion A laquelle prircnt part de noin-
breux orateurs, M. Charles CROS (soc.-S6negal) fit
longuement le proc's d'un project qui ne realise pas
un college unique d'electeurs. Le vote final fut ac-
quis par 228 voix contre 84 (soc.-com).


ASSEMBLE DE L'UNION FRANCHISE

Sdance du 4 juillet :
Le Pr6sident de 1'Assembl6e de l'Union Fran-
- aise a prononc6 1'1loge funebre de M. HA-VAN-
LAN, conseiller du Vietnam.
Par leur attitude les communists ont marque'
leur d6sir de ne point s'associer A I'hommage de
I'Assembl6e.
L'Assemblce a discut6 la proposition relative
A la definition des objectifs de 1'Institut des
Hautes Etudes de Dakar.
M. JOUSSELIN (M.R.P.), rapporteur, a pr co-
nis6 une certaines autonomic culturelle des Ter-
ritoires d'Outre-Mer.

Sdance du 6 juillet :
Le 6 juillet, I'Assemblee de l'Union Francaise
a nomme :
M. ARNAULT (com.) membre de la Commission


des Affaires Economiques, en replacement de
M. COMITI (con) ;
M. PIOT (com.), membre de la Commission de
1'Agriculture, de 1'Elevage, des Chasscs, des P&-
ches et des Forits, en replacement de M. BIzoT
(com.) ;
M. BARBE (colr.), membres de la Commission
de la Legislation, de la Justice, de li Fonction
Publiques et des Affaires Administratives et Do-
maniales, en replacement de AM. ARNAULT
(corn.)
MI. VANIER (corn.), membre de la Commission
de politique g6ncrale, en replacement de
M. Foix (com.) ;
M. Foix (coin.), membre de la Commission
des Relations ext6rieures, en replacement de
M. BARBE (com.).

Sdance du 13 juillet :
* L'Assemible a poursuivi la discussion concer-
nant l'Institut des Hautes Etudes de Dakar.
Un certain nombre d'amendements ont Wtd
discut6s et l'ensemble de la proposition vote.
* L'Assembl6e a ensuite abord6 la discussion
d'une demand d'avis transmise par le President
du Conseil sur un project de decret pr6sent6 par
le Ministre de la France d'Outre-Mer modifiant
le decret du 21 juin 1932 relatif aux conditions
d'admission et de sejour des Francais et des
strangers A Madagascar et d6pendanccs.
Le rapport a 6et pr6sent6 par M. RANDRETSA
(Madagascar M.R.P.).
L'ensemble de la proposition a Wtd adopted.

Seance du 18 juillel :
L'Assembl6e a d6sign6 certain membres de
Commissions :
M. ALDUY (S.F.I.O.), membre de la Commis-
sion des Relations exterieures, en replacement
de M. Soppo PiSso (Cameroun A.P. (S.F.I.O.).
M. Sopro PRIso, membre de la Commission de
1'Agriculture, de 1'Elevage, des Chasses, des P&-
ches et des Forsts. en replacement de M. BE-
LABED (Oran (S.F.I.O.).
M. CHARNAY (M.R.P.), membre de la Commis-
sion du Riglement ct des Petitions, en remplace-
ment de M. ESNAULT (M.R.P.).
* Elle a cnsuite liscut6 la demand d'avis trans-
mise par le President du Conseil des ministries
sur le project dc loi portant fixation d'un pro-
gramme aerien.
Le rapporteur M. GEORGET (R.R.) a insist6 sur
la n6cessite de cc programme, et sur les missions
essentielles qui incumbent A l'aviation dans
1'Union Francaise.
MM. DELMAS (M.R.P.), EYNAC (R.R.), VIVIER






(S.F.I.O.), Momo TOURE (F.S.E.I.O.M.,) COMITI
(com.), sont intervenus dans la discussion.
L'ensemble du project a ete adopt.
A 1'excep'ion des communists, un rcpr6sen-
iant du Vielnam ayant 6te A l'origine de la pro-
position, l'A;semble A rendu homage I la imd-
mnoire du vi,-e-amir.al B.ATTE'T, chei d'E. M. de la
Marine, rc nmmcnt dceclde.
L'ordre du jour appelait la discussion de la
proposition de M. COKTINCIII (11.. Soudan),
invitant le (Gouverneinent t prescrire aux chefs
des territoires d'Outre-Mer de prendre des me-
sures pratiques proprcs a facilicer I'ex6cution
des plans d 6quipement economique preserits
par la loi du 30 avril 1946 et consid6drs on fonc-
tion de-l'hoiimce ct du milieu.
L'Assembh e a cntendu le rapport de M. MA-
DE.MBA RACI E (S.F.I.O. Soudan) ainsi quc la lec-
ture du rapport de M. RIOND (U.M.O.M. ind.) par
M. JACOBSON au nom1 de la Commission du Plan.
Un amen([ement de M. RIOM) a Wt adopt.
La proposition a CtC adopted dans son ensem-
ble.
* L'Assemblee a poursuivi la discussion de la
proposition recommandant au Gouvernement
I'ajustement des measures concernant le plan de-
cennal du T:ehad.

Seance dui 20 juillet :

* L'ordre du jour appelait la discussion de la
proposition de MM. BOURGAREL, ALDUY et des
membres du group socialist S.F.I.O. et appa-
rent6s, invitant Ic Gouvernement a organiser le
statut des artisans I)ijouticrs de l'Afrique Occi-
dentale Fran aise.
M. SCHMIrT (M.R.P.), rapporteur de la Com-
mission des Affaires 6conomiques a rappele
d'abord que le commerce de l'or a 6tC reccm-
ment rendu libre ct montr6 ensuite l'utilit6 du
poinconnage pour les artisans bijoutiers, a qui
il facility la vcnte de leurs products par la garan-
tie qu'il apliortc relativement h la matiere em-
ployee dans les bijoux (g6enralcment 750/1.000)
d'or.
Malheureisemcnt ce poincon n'est pas recon-
nu dans la m6tropole oi un nouveau poincon-
nage est n, cessaire pour pouvoir vendre un
bijoux poinconne en A.O.F. par .exemple. La
Commission demand que cc regime cesse et que
les poincons appioses alprs expertise par les ser-
vices officials soient reconnus dans tous les ter-
ritoires d'Outre-Mer.
Autant Ic poincon est nccessaire dans les
villes A 1'6ganrd de la clientele tie passage notam-
ment, autani il peut rester facultatif dans l'int&-
rieur des Territoires oi la confiance existant
entire les artisans et la clientele locale peut suf-


fire et permettre d'Ivitcr les frais d'cnvoi des
bijoux dans les centres oil est pratiqu6 le poin-
connage.
L'Assemblie cnsuilt, a cnltendu AI. COULIiBLY
(R.D.A.-U.R.P.-C6te d'[voirc), rapporteur pour avis
de la Commission lds Affaircs socials qui s'est m1on-
tr1e favorable aux conclusions (du rapport tie la Com-
mission des Affaircs conomiqucs.
Dans la discussion !(enra:lle 11. (C.V'L(:CE (M.R.P.) a
insisted sur I'intt rct dI l'arlisanal outrc-ier ct sur
la n6cessit6 de ila defensee cn toutlcs occasions.
M. MONTrAT (Ind. O.M.) a approuvI los p 1oposi-
tions de la commission des Afl'aires economiqi(tul'.
L'ensclnble de la proposition niodifite par dcux
amendclneli'ts de dtllail a e6 adopted J'unanimiti
apr bs aune (X)licalion die vote favorable dlu grou;Ce
communist prison nt par M. COMIrI.

O L'Asscmbl6c a ensuite poursuivi la discussion
sur l'ajustement des ineslures concernant le plan
dccennal du Tchad. M. MOREUX (M.R.P.), au nom
de M. DE PERnETI, rapporteur pour avis de la
Commission des affairs financieres, a insist
pour que Ic Tehad, territoire d6favoris6 par le
manque de dcbouch6s, soit dote de credits plus
important.
Unc motion prejudiicielle du group socialist,
dcfcndue par M. CAZEI.LLES xi)lrimc la crainte de voir,
par les nouvcllcs plro'positions, I'equiilibre du project
rompu. An lieu ('amnllliagemiicnts particles, il dcmande
une revision d'enseml)le ldu plan fi edral. M. LilIt.-
IIER (A.E.S.-Oulbangui) a combattu la motion preju-
dicielle : il ne faut pas rcmictre en cause un plan
objet de 3 ans de travaux minuticux.
AM. JA:COIsoN PrCsi dent de la Commission du Plan,
s'est declare d'accord pour qute 'Assclmblee de
l'Union Fran-aise soil consulate sur le plan deccnnal
de I'A.E.F. coimme sur lots Ies Iplans dccennaux, mais
il s'oppose fcrmemlnc ii l ai c q(I'on refuse deals amn1lio-
rations particlles sous iprtecxte qu'on nc considbre
)as 1'ensemble. Auricne amunlioration nc pcut-itre re-
jetec, declara-t-il, Ic plan est une grand euvre dy-
namiiquc, (qu'il faut sans ccsse ajustcr. Six commis-
sions de 1'Assmcbl6 c ont Wic favorable rla i)rolposi-
tion, qui a dcjh tC1 amiliorce par plusieurs amende-
Incnts.
Dans sa rcponse a .MM. Lhuillicr ct Jacobson,
MI. C.\zI-.,I.ls a main ten l I point de vue socialist.
M. MlONNltT (C6te (I'voire R.R.) Prbsident de la
Commission de I'Agriculturc, ap)puty le point de
vue cxlIriml Ipar l. .lacobson.
Ml. AILUY (S.F.I.O.) a rcpris les critiques apport'cs
par M. Cazellcs cn ajoulant quc 1'Assemblec dc
l'Union Friantaise nc devrait pas sc mlnilcr tie probl)-
incs qui concerncnt plutot les Asscmblces tem ito-
rialcs ct les Grands conseils.
MI. CoMITI (co'n.), ai cxprim6 sa m6fiancc pour la
proposition soumisc ii I'Assemblee.
M. L.unix (Tchtla A.IE.S.), r6pondant A MI. Alduy,
a precise quie M. Jacobson, lors de son voyage au
Tehad avait pris contact avec tous les milieux, dans







un esprit de parfaite objectivity. Un vote rapidel
permettra d'obtcnir Ics credits don't le territoire a
besoin pour son revelopenient, 1'Assemblec fera c.u-
vre utile en montrant au Gouverncmcnt le sens (dans
lequel doit s'appliqucr I'aide aux territoires.

M. JACOBSON repondant a diverse questions
qui lui ont 6t6 posies, notamment par M. ALDUY,
a mis en relief les modifications indispensable
qui doivent 4tre apportes grace aux suggestions
des populations, au plan connu dans les bureaux
de Paris. 11 ne s'agit pas de remcttre en cause Ic
plan decennal, ils s'agit sculement d'un train
d'amnliorations. En outre, la proposition res-
pecte les prerogatives des Assembl6es territo-
riales.
En conclusion, I'orateur a demand que l'As-
senmbIlee adople la proposition (lui a edi longue-
ment elabor6e et qui he6ndficic e d 'avis favora-
ble de six Commissions.
Aprcs discussion general, la notion pr6judi-
cielle a Rt6 repouss6e par 95 voix centre 74 sur
169 votants.
La discussion a repris dans la soiree. Conpte
tenu des nombreux amendments proposes, l'As-
semblee a decide le renvoi du project A la Com-
mission.
* L'ordre du jour appelait ensuite la discussion
de la demand d'avis transmise par le Prssident
du Conseil des Ministres, sur le project de d6cret
pr6sent6 par le Ministre de la France d'Outrc-
Mer, modifiant Ic d6cret du 2 avril 1932 portant
r6glementation des accidents du travail en Afri-
que Occidentale Frangaisc.
I. BEGA1.nA (S.F.I.O. Oran), rapporteur, a
donn, lecture de son rapport qui conclut en
faveur de l'adoption de la proposition.
M. L'An!f CATRIcE (M.R.P.), a soil hait quo
1'Assemiblde vote ce texte qui doit s'inscrire da(ns
un vaste ensemble de C1gislation social outre-
mcer.
L':i, .sur le project de decret, mis aux voix, a
Wti adopt.
* L'Assemnbl6e a ensuite abord6 la discussion de
la demand d'avis transmise par le President du
Conseil des Ministres, sur le project de dicret,
pr6sent6 par le Ministre de la France d'Outre-
Mer tendant A modifier et A compilter le dlcret
du 18 mars 1910 sur le regime foresticr de la
Nouvellc-Calddonie.
M. C.\zIui.:s (S.F.I.O.) rapporleur de la Commniis-
sion de l'Agriculture a donned lecture de son rapport
qui conclut A l'adoption de la proposition.
MA. ANTorNI (R.R.), rapporteur pour avis de la
Commission de la legislation, a propose de donner
un avis favorable au project de decret apris quelques
modifications.
Aprcs discussion de quelques amendments,
l'ensemble du project a Wte adopt.


* L'Assemble a 6galement procede a l'examen
d'une demand d'envoi d'une mission d'infor-
mation en Afriquc Occidentale Francaise formu-
lMe par la Commission de la Legislation, de la
Justice, de la Fonction publique et des Affaires
administrative ct domaniales (6tude sur place
de la question des loycrs locaux a usage com-
mercial et d'habitation, ainsi que de [a question
de l'expropriation pour cause d'utilite publique).
M. ANTONINI (R.R.) a soulign l'imnportance et
les difficulties du probl&me. La Commission n'a
pas pu rCunir tous les 6ldments d'une solution,
c'est pourquoi elle demand l'cnvoi dc cette mis-
sion, don't le rapport pourrait permcltre a l'As-
sembl6e de se prononcer avant la fin de I'ann6e.
Apris intervention de MM. MADEYBA RACUIE
(Soudan S.F.I.O.), CIANFARANI (U..O.M. ind.),
ALDUY (S.F.I.O.), BonRm Y (Coin.), li demand
d'cnvoi a et6 repousse.

Sdance du 21 juillet :

* L'Asseinmble a conclu au reject d'unie proposi-
tion concernant le financement et l'ex6cution du
plan de l'Indochine, celle-ci 6tant d6iassee par
les 6venements.
L'ordre du jour appelait ensuite la discussion
de la proposition de M. CATRICE, Mile LE BER,
MM. JOlSSELIN, SCELLES et des mcmbres du
M.R.P., demandant au Gouvernement de prendre
toutes measures utiles pour devclopp-r l'ensei-
gnement parmi les nomades des pays et terri-
toires de l'Union Francaise et en particulier pour
rechercher les m6thodes, les manuels, les horai-
res et tous proc6des pddagogiques qui seraicnt le
mieux adapts aux conditions particulires de
cet enseignement.
AM. CATRICE (M.R.P.), rapporteur. a justifi6 cet
effort de scolarisation total et expos' les essais
qui ont 6te faits.
M. BORREY (Niger I.O.M.), a donni son appui
a la proposition et note que lc point Ic plus d6li-
cat sera le recrutement des maitres.
M. CIANFARANI (Constantine U.M.O.M. ind.), a
declare que 1'expericnce des 6coles nomades a
dijh 6td tentbe en Alg6rie et a diu etrc abandon-
nec : cc qu'il faut cc sont des ccoles s6dentaires
pour nomads.
11 pense d'autre part qu'il faut user do persua-
tion pour remplir les 6coles, mais qu'il faut
ccpendant maintenir le principle de la contrainte
pour 6viter que certain parents clkerchent A
tircr profit de leurs infants au lieu de les
envoyer a l'6cole.
M. MONTRAT (Guin~e Francaise, I.O.M.), a
estime qu'il ne faut pas encore Ctablir d'obliga-
tion, car il n'y a pas assez d'institulcurs pour
enseigner tous les enfants.







M. ABDE;iSELAM (U.M.O.M.), a approuv6 l'es-
prit de la proposition qu'il voter, mais ipense
ccpcndant qu'il ne faut pas trop eparpiller nos
efforts, et :Iu'il faut scolariser par Ctapes : les
s6dcntaires puis les nomades.
M. CATR CE s'est d6clard en d6saccord sur cc
point.
Un nmcndement soutcnu par Mile LAFON
(Com.), < lianissant toute contrainte en matitre
td fr&quentation scolaire'>, a 6t6 combattu par
M. CIANFAIANI, qui replique i nouveau qu'une
telle disposition irait a 1'encontre de l'interct des
infants. M BORREY appuic ce dernier point de
vue.
M. MAX A'NDRE (M.R.P.), propose alors un nou-
veau texte de l'amendemcnt << n'user qu'avec
discernemcnt 1d la contrainte 16gale en matiere
de frdcquentation scolaire >.
Mi. BAR : (Comn.), s'oppose a cc nouvel amen-
demnent et maintion l'amendement communist.
M. BEr;.iI RA ()ran S.F.I.O.), est partisan d'une
certain c(.ntrainto mnais appliqu6c avec discer-
nement.
Apres !(' interventions de divers autres con-
seillers, M[. BOUTBIEN (S.F.I.O.), souhaite Ic
mainticn (e l'ol)ligation scolaire mais exclut la
contrainte brutale.
L'amendement de Mile LAFON, mis aux voix,
est relous 6 a mains lev6es.
Un nou el amendment exprimant sous une
forme ~eg rement modiTfide l'amcndement (Id
Mh. MAx Am> mi, est present ia la fois par cc dcr-
nier et par Mi. BOUTBIEN, est vote ia mains levies,
les commu nistes s'abstenant.
L'ensem ie de la proposition est votee a mains
levies a 1I'nanimit6.

Seance du 23 juillel :

Drcits de citoyen des ressortissants
des territoires d'Outre-Her
L'ordre :lu jour appelait la discussion de la
proposition de MM. DARLAN, YA DOUMBIA, Di
WOULD ZEIN, BOURGAREL, EBnTDE, et dcs niembres
du group socialist S.F.I.O., ct apparent6s, ten-
dant Li in- itcr le Gouvernnient a d6poser dans
le plus 1brof delai les projects de loi fixant les
conditions dans lesquelles les ressortissants des
territories d'Outre-Mcr exerccront leurs droits
de citoyen ;.
Le rapp,)rteur, M. YA DIocUMnIA (Soudan S.F.
1.0.), a insisted sur l'importance du problime
qui se poc. L'article 80 de la Constitution
< Tous les ressortissants des Territoires d'Ou-
trc-Mer ont la quality de citoycn au mlnme titre
que les nationaux fran.ais de la m6tropole on
des Territoires d'Outre-Mer >. Cette phrase im-


pliquerait d'office l'intIgration pure et simple
des populations d'Outre-Mer. L'article 82 per-
mettant aux citoyens qui n'y ont pas renonc6
expressement la conservation du statut person-
nel risque de conduire a une impasse. Le deuxi6-
me alin6a de l'article 80 : < Des lois particu-
lieres 6tabliront les conditions dans lesquelles
(les citoyens autochtones des Territoires d'Ou-
tre-Mer) exerceront leurs droits de citoyens >,
a suscit6 certaines inqui6tudes. La proposition
tend A dem-ander des apaisements au gouverne-
ment. La jurisprudence tend a restreindre la
citoyennet6 pour les autochtones A la justice p6-
nale et aux droits politiques. II demeure certain
textes locaux op6rant une discrimination entire
les deux categories de citoyens.
M. YA DOUMBIA a fait l'historique de la notion
de citoyennet6 et de son extension. II a d6plore
certain systems 6lectoraux.
II a conclu A la ndeessit6 de fixer pour les
autochtones un statute conform a la lettre et a
l'esprit de la Constitution.

M. BoISDON (M.rI..), rapporteur pour avis, au nom
de la Commission de la 16gislation, de la Justice,
de la Fonction publique et dcs Affaires administra-
tives et domaniales, insisted A son tour sur l'impor-
tancc de la proposition a laquclle il donne un accord
entiiremcnt favorable.
Dans la discussion g6nerale, M. GENTET '(Union
ind.-Madagascar) declare qu'il ne votera pas la pro-
position parcel que faisanl du racism a rebours.
M. ALDUY (S.F.I.O.) ripond a M. Gentet que son ob-
servation mianifeste une confusion trop repandue en-
tre les droits du citoyen qui tiennent au droit priv6 :
les premiers doivent etre les mimes partout dans
l'Union FranCaise, les seconds peuvent varier selon
les lieux en function des coutumes.
M. lROSIELmDE (Alger U.M.O.M. Ind.) voudrait que
I'egalitC exisle dans tous Ics domaines, y comprise
dans les status personnel.
M. MONTn.BT (Guinie F.S.E. I.O.M.) affirmed son ac-
cord avec M. Ya Doumbia qui repondant A MM. Gen-
let et Rosfelder, declare qu'il peut y avoir des sta-
tuts difflrents (il y a bien un statut different pour
1'Enseignement dans les d6partements alsaciens),
inais que Ious dans l'Union Frangaise sont lies par
la mime Constitution.

M. AU.TOULAT, Secr6taire d'Etat a la France
d'Outrc-Mer reconnait qu'au courant revolution-
naire qui a suivi la Libdration et s'est traduit
dans la Constitution, a succ6d6 une politique
d'application prudent. Mais faut-il y voir la
volonte de retenir cc qui avait 6tC donn6 ? Le
Ministry affirme qu'il n'en est rien. Mais le tra-
vail 16gislatif est lent et les fr6quentes crises
minist6rielles y contribuent.
Le Ministre admct qu'il faut revoir toute la
16gislation, cc sera une (tuvre de longue haleine;







les avis de 1'Assembl6e de 1'Union Franqaise sur
les points precis seraient tres utiles.
II confirm que les droits publics doivent 6tre
les mimes pour tous tandis que les droits pri-
v6s peuvent tre differents. II done lecture d'un
avis du Conscil d'Etat affirmant quc la France
garantit, aux pcuples qu'clle intend conduire i
la liberty et A s'administrcr cux-menes, !'&gal
aces aux functions publiques et l'exercice des
droits ct liberties du citoyen. Les lois particu-
libres d'application ne doivent pas deroger A ce
principle. Ccux qui ont conserve leur statut per-
sonnel ne peuvent se voir refuser pour cette
raison l'cxcrcice des droits de citoyen.
Ceci, pursuit M. AUJOULAT, concern tous les
peuples de l'Union Francaise, don't la France a
pris la charge, par consequent les ressortissants
du Togo et du Cameroun, pays administr6s par
la Republique francaisc, ont les m8mes droits de
citoyen que les ressortissants des territoires
d'Outre-Mer : les droits 6lectoraux leur sont
reconnus par les lois organiques d'octobre 1946,
l'6galit6 d'acc6s aux functions publiques doit
l'Ftre 6galement, aucune difference sur cc point
n'existe entire les territoires d'Outre-Mer et les
pays sous tutelle.
De mime en vertu d'une loi roeente, il y a
6galite de traitement pour les fonctionnaires :
les decrets d'application de cette loi sont en
course d'6laboration, ils entreront en vigueur
evant le 1" janvier 1951. II y a 6galit- aussi
pour les anciens combatants. Dans tous ces
Jomaines, il n'y a pas stagnation pr6cise-t-il,
Ious progressons.
Dans d'autres c'est vrai, il reste beaucoup A
faire. Mais l'avnnement de la democratic n'est
pas chose aisde. En France m&mc, grande diffi-
cult6 de passer de la d6mocratie politiquc A la
dnmocratie 6conomique et social. Outre-Mer les
obstacles seront aussi vaincus grice hbeaucoup
de patience et de bonne volontW.
Le pr6ambule de la propostiion et le premier
consid6rant sont successivement adopts.
Sur les nombreux amendments d6poses, I'un
de oMme LEFAUCHEUX (M.R.P.), et deux du
group communist, ont Wtc adopts.
L'Assembl6e passe ensuite au vote par scrutiny
public sur l'enscmble de la proposition qui, fina-
lement, est adopt par 120 voix centre 23, sur
143 votants.

Seance (d 27 juillet :

Accession de cerfains citoyens francais
de statut particulier au statut civil de droit commun
M. DAMEY, administrateur de la France d'Ou-
tre-Mer, assistant en quality de Commissaire du


Gouvernement le Secr6taire d'Etat a la France
d'Outre-Mer.
M. Daniel BOISDON (M.R.P.), a presennl6 le rap-
port fait au nom de la Commission de la L gis-
lation et de la Justice.
II a donn6 des precisions importani,'s .ur le
droit ant6ricur a octobre 1946. Avant Ie regime
actuel le nombre des citoyens etait iinimne par
rapport A celui des sujets : 400.000 sur tronte-
cinq millions. Toutefois les deux cut6gories,
citoyens et sujets n'ont jamais Rt6 se'j ars par
une cloison 6tanche. Cependant l'acccssion it la
citoyennete impliquait l'abandon du statut per-
sonnel. Deux exceptions importantes fL:rent ap-
portee en 1915 pour les habitants des quatre
communes du SCnegal et on 1944 pour do nom-
breuses categories de musulmans d'Alg6rie. Le
rapporteur a ensuite expos les dispositions des
Territoire d'Outre-Mer, y compris l'Algerie la
quality de citoyen francais < au mnme titre que
les nationaux de la mitropole ou des Territoires
d'Outre-Mer >. Ce texte a Wt6 repris dans les
articles 8o et 82 de la Loi Constitutionnelle du
27 octobre 1946, des lois particulierec devant
idicter les conditions dans lesquelles ils exerce-
ront leurs droits de citoyen.
L'article 82 disait encore : < Les ciloyens qui
n'ont pas le statut civil francais conserveront
leur statute personnel plant qu'ils n'U ont pas
renoncc >. Nul n'a le droit d'imposer :i un mu-
sulman ou a un animist de renoncer j sa cou-
tume particulirre tant qu'il n'en a pas la volont&.
Mais il n'y a pas la l'ide de vouloir relirer aux
autochtones le droit d'acceder au statute francais
s'ils le d6sirent. On n'a pas entendu liiniter une
liberty .
M. BARBE (Coin.), contestant la declaration de
M. BOISDON, rapporteur, declare que la citoyen-
net6 d6finic A l'article 80 n'est pas la citoyen-
net6 francaise mais la citoyennet6 tout court.
M. BOISDON r6plique longuement que a Ripu-
blique comlprenant tous les territoires d'Outre-
MIcr est un Etat unitaire il ne peut y avoir
qu'une citoyennetC la situation est evidem-
ment diff6rcnte pour les Etats et Territoires as-
socios.
M. AIJ.IOULAT, Secretaire d'Etat a la France
d'Outre-Mer, rappelle a M. B\ARBE qu'au Cours de
la stance du 30 septemnbre 1946, M. Co:STE-FLo-
RET, rapporteur g6nbral de la Constitution dc-
clarait quo si le text de la Commission no pre-
voyait pas le moyen d'accedcr A la citoyennet6
francaise, c'6tait parce que cela avait p Aru inu-
tile, les habitants des Territoires d'Outrc-Mer
jouissant d'ores et dcjh de la citoyennet6 fran-
gaise.






Mine LEFAUCHEUX (M.R.P.), declare que ce
qu'il faut retenir des observations 6changees jus-
qu'ici, c'e,.t que M. BARBE ne consent point a ce
que les habitants des territoires d'Outre-Mer
soient citoyens franCais. II veut en faire une
cat6gorie de citoyens a part.
M. BOIsDON, rapporteur, expose qu'il est cer-
tain que le vote des articles 80 et 82 de la Cons-
titution rindait caduque toute la legislation an-
thrieure sabordonnant l'accession A la citoyen-
net6 fran, aise a la renonciation au statut per-
sonnel. Il n'ignorc pas que cctte I~gislation fut
encore apl)liqube pendant quelques ann6es. Cette
situation ne pouvait s'Rterniser et Ic Gouverne-
ment a saisi l'Assembl6e d'un project de loi qu'il
analyse.
Nous avons estime, declare M. BoiSDON, que
le statut civil francais, qui est aussi, dans ses
parties essentielles, le statut de I'Occident tout
cntier, du moins pour ce qui est du statut fami-
lial, pouvait 6tre considered comme Ir statut de
droit commun, mais il affirme que nos conci-
toyens autochtones ont le droit de ne point
I'adopter.
M. AUJ.OULAT declare que le Gouvernement
consider que la Commission a amended et amb-
liore son text, en lui donnant une forme plus
precise et plus 616gantc et qu'il est pr&t A pren-
dre en consideration le texte de la commission.
Mile LiPON (Com.), s'elbve centre le fait que
Ic statut civil de droit commun soit n6cessaire-
ment le :tatut francais, come s'il 6tail sup&-
rieur en dlroit aux autres. Elle demand que les
ancicns sjjets des Territoires d'Outre-Mer soient
seulemenr << Citoyens > et non < Citoyens fran-
.ais >>. C'est d'ailleurs l'esprit de la Constitution
assure l'orateur.
Apres line replique de M. BOISDON, rapporteur,
M. BARBF (Com.), s'eleve centre le statut fran-
cais < superieur >. I1 estime, en effet, que les
peuples d'Outrc-Mer ne peuvent acc6der A la vie
moderne qu'au sein de leurs statut et coutumes.
M. ABDESSELAM (U.M.O.M. ind. Alger), procla-
me que les Alg6riens ont la nationalist << Fran-
caise > et la << citoyennete frangaise > et aucune
autre.
M. A. OULAT, Secretaire d'Etat, declare qu'il
ne faut las confondre < integration > et c assi-
milation l : les territoires d'Outre-Mer sont int&-
gr6s dans la Republique, mais non assimiles.
On ne peut pas dire que le statut francais soit
forc6menf: superieur en droit. Mais on peut dire
que c'est celui qui se rapproche le plus des prin-
cipes du preambule de la Constitution et aussi
que c'est le seul qui puisse s'appliquer dans tou-
tes les parties de la Republique, la coutume
Mossi par- example ne pouvant s'appliquer t Ma-
dagascar.


AprBs avoir envisage le cas des optants, it sou-
ligne que, pour les territoires sous tutelle, le
souci du Gouvernement est de permettre aux
habitants de ces territoires d'acc6der au statut
civil de droit commun sans entrainer pour
autant l'acquisition de la nationality frangaise.
Dans la suite de la discussion g6n6rale,
M. ALDUY, au nom du group socialist, deman-
de le renvoi de la discussion au mois d'octobre.
Les motifs de cette demand tiennent beaucoup
moins a la nature du rapport qu'a celle du pro-
jet lui-m6me.
Ce project, en effet, declare-t-il, quelles que
soient les explications donn6es ce martin par le
Gouvernement, semble indiquer l'adoption sans
reserve d'une politique d'assimilation, alors que
nombreux sont ceux qui ont une conception
f6d6raliste de l'Union Francaise.
La complexity des conditions de l'accession
demand une 6tude attentive et des explications
dctaillees.
M. AUJOULAT, Secretaire d'Etat a la France
d'Outre-Mer, declare ne pas s'expliquer les scru-
pules de M. ALDUY, 1e project ayant eu largement
le temps d'6tre 6tudi6 par les Conseillers. Compte
tenu d'une fin de session au programme charge,
il admet le renvoi a condition que l'Assembl6e
prennent I'engagement d'6tudier soigneusement
le project A la rentr6e.
* L'Assembl6e a 6mis un avis d6favorabie "i un
project de d6cret pr6scnt6 par Ic Ministre de la
France d'Outre-Mer tendant ia accorder un per-
mis temporaire d'exploitation forestiere au Ca-
meroun A la soci6te << Franco-Coloniale des
Bois >. Elle a ensuite adopt un avis favorable
a une modification de l'article 4 du decret du
18 mars 1936 organisant la Chambre d'Agricul-
ture de la Nouvelle-Cal6donie et d6pendances ;
les membres pourront faire parties du Conseil
g6n6ral. Elle a 6galement adopt un avis favo-
rable sur un project de d6cret 6tendant aux ter-
ritoires d'Outre-Mer et Territoires Associ6s la
loi du 19 f6vrier 1949 mettant la 16gislation
frangaise en harmonic a,ec la Convention de
Bruxelles sur les privileges et les hypotheque.
mrnritimes.
* A 6galement R6t adopted une proposition des
membres de la Commission des affaires culturel-
les, invitant le Gouvernement :
1" A maintenir la chaire de g6ographie colo-
niale de la Facult6 de Strasbourg
2 A transformer en chairs de titulaires le"
maitrises de conferences de g6ographie des Fa-
cult6s d'Aix et de Bordeaux, et la maitrise do
conferences d'ethnologie colonial de la Facult6
de Lyon.







* L'Assembl6e a ensuite discut6 la proposition de
MM. BEGARRA, BORREY, ORANGE, TLTAU et des
membres du group des ind6pendants d'Outre-
Mer et du group socialist S.F.I.O. apparentes,
conseillers de I'Union Frangaise, demandant au
Gouvernement la representation de 1'Assemblee
de 1'Union Frangaise au scin du Comit6 d'admi-
nistration de l'Office national des Anciens Com-
battants. La proposition a R6t adopt6e h 1'unani-
mite,
* L'ordre du jour appelail la discussion de la
proposition de MM. BEGARRA, )OURGAREL, DIOP
BABAKAR, D.IIM MOMAR GUEYE, et des membres
du group socialist et apparent6s, invitant le
Gouvernement ai laborer un statut inter-arm6e
fixant les regles d'emploi du personnel civil des
Etats-majors, corps et services des armies de
terre, air et marine stationn6s en A.O.F.
Un contre-projet de M. BOITEAU (Com.), a 6t6
renvoy6 en Commission.
* La proposition des Independants d'Outre-Mer
et du group socialist S.F.I.O. tendant A inviter
le Gouvernement a cr6er un insigne << Mort pour
1'Union Frangaise >, pour etre remis aux ascen-
dants. conjoint et descendants de soldats morts
pour I'Union Franqaise, a RtC adopt6e A l'unani-
mit6.
* L'ordre du jour appelait la discussion de la
proposition tendant a demander au Gouverne-
ment de faciliter le voyage des pelerins, musul-
mans de I'Union Francaise, vers la Mecque.
M. SCELLE done lecture de son rapport deman-
dant des moyens de transport suffisants et I'or-
ganisation du pIlcrinage par les musulmans
eux-memes.
Aprbs le vole de deux amendments pr6sent6s
1'un par le group communist et l'autre par


M. BouSSENOT COMOREs (1.1I.). la proposition
mise aux voix, a 6et adopt6e.

Sdance du 28 juillet :
L'Assembl6e a poursuivi la discussion de la
proposition reconmmandant au Gouvernement
I'ajustement des measures concernant le plan de-
cennal du Tchad. Un nombre important d'amen-
dements a ~et pr6sent6. La discussion s'est pour-
suivie en seance de nuit.
Dans les explications de votes sur 1'ensenble, M.
JUNILLON, au nom du group socialist exprime i
nouvcau Ie regret de la hate apportec i l'exalnen de
problems sur lcsquels Ies Asseinblies territoriales
ne sc sont pas prononcecs. Tenant compete cependant
(des avantages quc la proposition pout comporter pour
les territoilcs, 1 group socialist ne la rejettera pas,
11 s'abstiendra.
M. EGRETAUD (corn.), renotuvelle les reserves pro-
nonces sur la proposition, mnais tenant compte de
l'acceptation par l'Assemblec d'un certain nombre
des amendciments presents par Ic group commu-
nistc cclui-ci votcr la proposition.
AM. MoMo-TounlR (Ind. d'O.M.) f6licite et remercie Ic
President .Jacolson (iuI renmarquable travail accompli
pour I'ajustement du plan aux besoins reels des po-
pulations africaines : c'est !]I premiere fois qu'un
mnembre de l'Assembl)e de l'Union Frangaise se ii-
vrait ai une oeuvre aussi utile. Le Gi oupe votera la
proposition.
M. SAVI DE Tovi (I.O.M.) s'exprime dans Ie mime
sens, ainsi que AI. (GEORGET, au nom des radicaux,
ct M. LHUIIALER an non11 du R.P.F.

L'ensemble de la proposition mis aux Toix par
scrutiny public est adopt par 139 voix sur 139
votants.
Deux propositions concernant 1'ajustement
des plans de l'Oubangui-Chari et du Cameroun
ont 6t6 renvoyees.






L'ACTIVITE MINISTERIELLE


Les ministres charges des territoires
et pays d'Outre-Mer dans le cabinet de M. Pleven

Le nouveau minister pr6sent6 le 12 juillet au
President lie la Republique, comporte un minis-
tere d'Etat charge des relations avec les Etats
Associ6s d Extreme-Orient, confi6 a M. Jean LE-
TOURNEAU (M.R.P.). M. Francois MITTERRAND
(U.D.S.R.), devient ministry de la France d'Ou-
tre-Mer ; MM. Lucien COFFIN (S.F.I.O.) et Louis
AUJOULAT (I.O.M.), sont secr6taires d'Etat i la
France d'(utre-Mer.

M. Francois Mitterrand
Miristre de la France d'Outre-Mer

M. Francois MITTERRAND est n6 le 25 octobre
1916, a Jarnac (Charente).
Attire di bonne heure par les etudes de droit,
il passe succcssivement sa licence et son docto-
rat. Pais il complete sa formation universitaire
en obtcnaiit le dipl6me de l'Ecole des Sciences
Politiques ct le grade de licenciid s-lettres.
Pendan la guerre, soldat, puis sergent-chef
au 23' R.I.C.. il obtient la Croix de Guerre avec
trois citalion:s, don't une A l'Ordre de l'Arm6e.
Blessed dc\ant Verdun le 14 juin 1940, il est fait
j)risonnic ci e mmnen6 en Allemagnc. Apres trois
tentalives d'6vasion, il arrive enfin A s'6chapper
d'Allemagne en d6cembre 1941. Sit6t rentr6 en
France, il organise des groups d'6vad6s. Fonda-
leur et presidentt du Mouvement de R6sistance
des Deposrts ct Prisonniers de Guerre de 1942
a 1944, il est charge par le Conscil National de
la Resistaace de la liaison Paris-Londres-Alger-
Paris. I
Membrc du Gouvernement Insurrectionnel de
Paris en quality de Secretaire g6enral des Pri-
sonniers. I)port6s et Refugies, il est fait Che-
valier de la Legion d'Honneur a titre militaire
et homolcgue comme commandant F.F.I.
Elu dliiutU U.D.S.R. de la Ni6vre le 10 novem-
lrec 1946, M. MITTERRAND esi nomme en janvier
1947 (a 31) ans), ministry des Anciens Combat-
lants dans le Cabinet Ramadier. II reste a ces
liautes factions jusqu'en novembre 1947, puis
il est norimb Secr6taire d'Etat i la Pr6sidence
du Conseil charge de l'Information et.conserve
ce poste rlans les gouvernements MARIE, SCHU-
MAN et QUIEUILLE. M. F. MITTERRAND a Wt6 pr6-
sident dui Groupe parlementaire de I'U.D.S.R. en
1949.
Le Minstre de la France d'Outre-Mer a voyage
en Am6rique du Nord et du Sud, au Canada, et


au course de l'ann6e 1950 il a effectue en A.O.F.
et A.E.F. deux voyages d'information qui lui ont
permis de visitor tous les territoires (voir photo
page 51).

La composition( du Cabinel de M. MITTERRAND
e Cabinet de M. MITTERRAND, ministry de la
France d'Outre-Mer, cst ainsi conmpos :
Direcleur du Cabinet : M. Pierre NICOLAY,
maitre des Rcquktes an Conseil d'Etat.
Chef de Cabinet : M. Georges DAYAN, avocat.
Chefs-adjoints de Cabinet : MM. Georges
BEAUCHAMP, ex-conseiller A I'O.N.U., et Paul
CIIAR'IN, secretaire general de l'Office des An-
ciens Conbattants des Bouches-du-Rh6ne.
Allachls de Cabinet : M. Georges ROCHE, jour-
naliste ; M. Paul BORDIER, administrateur-ad-
joint des Colonies.
Chef dti Secretariat parliculier : M. Andre Co-
LIN, profcsseur.
Charges de mission : MM. Jacques PONCHE-
LET, inspccteur de la France d'Outre-Mer, et
Jean V:DRINE, publicist.
Conseiller technique : M. Paul-Louis CHAUVET,
(Gotverneur de premiere classes de la France
d'()utr-Mer, Secrdtaire g6n6ral de l'Afrique Oc-
cidentale Frangaisc.
Chef de l'dtat-major particulier : M. le lieute-
nant-colonel NICOLAZO DE BARMON.
Aides de camp : M. le chef d'escadron POUEY
SANCHOU ; M. le capitaine SEKOU KONE.
Le g6n6ral d'arm6e du cadre de la reserve,
LEGENTILHOMMIE:, a et noinime conseiller nili-
taire du ministry de la France d'Outrc-Mer.

M. Aujoulat, Secretaire d'Etat
a la France d'Outre-Mer
M. Aujoulat, doctcur en midecine, deputy du
(Cameroun, est ne le 28 aoiit 1910 a Saida (Oran).
II a Wfi membre des deux Assembl6es consti-
Luantes. M. Aujoulat ctait secretaire d'Etat a la
France d'Outre-Mer ,dans le cabinet precedent.
(V. photo page 51.)
Les services de M. Aujoulat sont installs
20, rue Monsieur (7"). Aux terms du d6cret du
24 juillet 1950, M. Aujoulat est charge de toutes
les affaires que le Ministre de la France d'Outre-
Mer lui confie specialement dans le cadre de
l'action d'ensemble du d6partement.
La direction du Service de Sante, l'Inspection
gen6rale de l'Enseignement et de la Jeunesse, le
service central du travail et de la main-d'ceu-







vre, le service social et l'office de la Recherche
scientifique relovent directement de son autorit6.
II exerce, par delegation du Ministre de la
France d'Outre-Mer, la direction du F. I. D. E. S.
Delegation permanent lui est donn6e pour
signer tous actes, arr6tis et decisions interessant
Ics services ci-dessus d6signes, y compris les ac-
tes visant Ie personnel.
11 contresigne les decrets relatifs aux mimes
questions.

La composition du cabinet de M. Aujoulat

Directeiur du Cabinet : M. Jean Masselot,
inspecteur de la France d'Outre-Mer.
Charge de mission: M. le Gouverneur Mau-
rice Bertaut, tr6sorier-payeur du-Cameroun.
Conseiller technique : M. Melchior de Lisle,
ing6nieur des Ponts et Chaussees, ing6nieur en
chef des Travaux publics des Colonies.
Chef de Cabinet : M. Jacques A. Chatelain,
docteur en droit, inspecteur du Travail.
Chefs adjoints de Cabinet : MM. Robert de
Montvalon, docteur en m6decine, journalist;
Marcel Eyidi Bebey, midecin africain de pre-
minre classes, docteur en midecine.
Chef du Secrdlariat particulier : M. Maurice
Arnould, liccncie en droit, administrateur des
Colonies.
Atlaches de Cabinet : MM. Alphonse Boni,
dipl6mn d'etudes sup6rieures de droit, magis-
trat colonial; Joseph Foray, dipl6m6 d'6tudes
supericures d'histoire.

M. Coffin, Secretaire d'Etat
a la France d'Outre-Mer

M. Lucien Coffin, le nouveau Secretaire d'Etat
A la France d'Outre-Mer, instituteur, est n6, le
29 decembre 1900, a Saint-Amand, Montrond
(Cher).
Mobilise en 1939 dans une batterie de la ligne
Maginot, M. Coffin fut fait prisonnier dans les
Vosges, le 27 juin 1940. II a appartenu, pendant
toute la p6riode de sa captivity, au Comit6 de
RB6sistance de I'Oflag 10 B. et y a 6te secrdtaire
des groups d'6tudes sociologiques. Elu Ai la pre-
tniere Assemblee Constituante le 21 octobre
1945, in i laI deuxieme Assembl6e Constituante
le 2 juin 1946, M. Coffin fut l6u d6put6 du Cher
a I'Assembl6e Nationale en 1946.
M. Coffin est membre du Comite directeur du
parti socialist.
(V. photo page 51.)
Les services de M. Coffin sont installs 20, rue


La Boilic, dans une partie des bureau occup6s
jusqu'ici par I'Agence de la France d'Outre-Mer.
Un d6crct paru au J. O. du 22 juillet precise
lcs attributions de M. Coffin.
Dans cos attributions figurent la cooperation
technique international pour les questions de la
France d'Outre-Mer ; le service administratif
de la France d'Outre-Mer: la direction des Tra-
vaux Publics; le service des Postes et T61ecom-
munications; le service des Mines; les services
de 1'Agricuture, de I'Elevage et de la PIche.
M. Coffin assistera le ministry de la France
d'Outre-Mer auprls du Conseil Economique
interministeriel.


La composition du cabinet de M. Coffin

Par arret6 du 21 aoft, paru au .1. O. du
23 aofit, le Cabinet de M. Coffin est ainsi com-
pose : ,
Directeur dIn Cabinet : M. Raymond Monsuez,
professeur a la Facult6 des Lettres de Toulouse.
Chef de Cabinet, charge des services' parle-
mentairs : M. Arres-Lapoque, avocat, ancien
d6pute.
Chefs adjoints de Cabinet : MM. Robert Wid-
mer, administrateur des Colonies; Michel Fro-
ment, licenci6 en droit, dipl6mi de 1'Institut
d'Etudes Politiques, charge, en outre, du secre-
tariat particulier.
SConseillers techniques : MM. Bernard Peux,
Gouverneur honoraire des Colonies; Theodore
Lefort, ing6nieur, ancien conseiller technique du
Gouvernement g6n6ral de l'Alg6rie.
Attaches de Cabinet : MM. Davrinche contr6-
leur financier d'Indochine; Serge Gounouneix,
administrateur au service des affaires alle-
mandes.


M. Jean Letourneau, Ministre d'Etat
charge des relations avec les Etats Associes
et Affaires d'Extreme-Orient

M. Jean Letourneau est n6 le 18 septembre
1907 h Lude (Sarthe). II fut membre du Comit&
Directeur du Parti D6mocrate Populaire. Apres
la guerre de 1939-40 qu'il fit dans l'Infanterie,
M. Letourneau milita dans les organizations de
Resistance. Directeur de la Presse au Ministbre
de l'Information, M. Letourneau a 6et& lu depute
de la Sarthe en 1945. I1 fut successivement
ministry des P. T. T., du Commerce, secr6taire
d'Etat a la Reconstruction, puis ministry 'de la
France d'Outre-Mer.







Les services de M. Letourneau sont installs
dans les arciens locaux de I'Ambassade d'Alle-
magne, 78. rue de Lille.

La composition du cabinet de M. Jean Letourneau
Chef de Cabinet : M. Jacques Davout, adminis-
trateur civil, de classes exceptionnelle, directeur
adjoint au Ministere de l'Industrie et du Com-
merce.
Conseilb'rs techniques : MM. Pierre Bolotte,
sous-pr6fel hours cadres; Francis Bour, ancien
Bl6ve de I'Ecole Polytechnique, ingenieur des
P. T. T.
Chef adjoint du Cabinet : M. Jean Aubry,
administrateur civil au minister des Finances.
Charges de Mission : MM. Marcel Boyer, ins-
pecteur dc la France d'Outre-Mer; Jean Leca-
nuel, agr&6g de l'Universit6.
Attach&e de Cabinet : MM. Georges Dickson,
agent supirieur au ministare de 1'Industrie et du
Commerce ; Marceau Lombard, Chef du secr6ta-
riat particulier; Mile Raymonde Clary.
L'6tat-n ajor particulier du ministry est com-
pos6 come suit :
Chef d'etat-major : Colonel d'Emeval.
Charges de mission: Commandant Borel; capi-
taine Eymard-Duvernay.
Aide de camp : Capitaine de la Cheneliere.

Audition de M. Mitterrand
par la Commission des Territoires d'Outre-Mer
de I'Assemblee Nationale
La Commission des Territoires d'Outre-Mer a
entendu, e 2 aofit, M. Mitterrand, ministry de
la France d'Outre-Mer, qui a repondu aux ques-
tions qui lui ont WtC posees concernant, notam-
ment, le financemnent du plan, le financement des
budgets sp]ciaux, la magistrature outre-mer et
la situation des retrait6s de la France d'Outre-
Mer.

Reception d'une delegation du Grand Conseil
de I'A. O. F.
Une d6lgation du Grand Conseil de I'A. O. F.,
compose de son president, M. Lamine Gueye, du
conseiller de 1'Union Franqaisc, M. Sar Diawar,
et de MM. Delafosse, Delmas, Ali Diaroumeye,
Kouroumni Mamady, Maga Hubert, Magazi Djibo,
Ould Sidi Baba et Sogui Diouf a Wte regue, le
3 aofit, par M. Mitterrand, ministry d'Outre-Mer.
Cette e:trevue a porter sur l'objet de la mis-
sion confieie A la d~16gation par le Grand Conseil,
h savoir : liberation des changes et Fides.
Le 8 aocit, M. Francois Mitterrand, ministry de
la France d'Outre-Mer, qu'entouraient MM. Au-


joulat et Coffin, secr6taires d'Etat a la France
d'Outre-Mer, a donn6, en fin d'apres-midi, au
ministere de la France d'Outre-Mer, une recep-
tion en l'honneur des membres du Grand Con-
seil de l'Afrique Occidentale francaise.
Les parlementaires et les membres de I'As-
seinble de I'Union Franqaise representant les
territoires de I'A. (. F., ainsi que de nombreuses
personalities, assistaient A la reception, qui
s'cst deroulec dans les jardins du minister, oii
un cocktail a 6tC offer.

Remise de decoration b la mere superieure
des Soeurs de Saint-Joseph-de-Cluny
Au course d'une ceremonie, qui s'est deroul6e
le 12 aofit, au couvent des Seurs de Saint-Joseph
de Cluny, rue Me6hain, M. Francois Mitterrand,
ministry de la France d'Outre-Mer, a remis la
Croix de la L6gion d'Honneur A la Mere Marie
de Saint-Jean, Sup6rieure g6nirale de la Com-
munaut6 des Soeurs de Saint-Joseph de Cluny.
Depuis 1947, Mere Marie de Saint-Jean, qui
est agee de 53 ans, a visit les Maisons dc sa
congregation en Europe, en Amerique ct en
Oc6anie ofi elle a s6journ6 d'octobre 1949 A mai
1950. La Sup6ricure des Scours de Saint-Joseph
de Cluny doit se rendre encore en Afrique, i
Madagascar et aux Indes.
(V. photo page 54.)

D6ces d'un chef sup6rieur Camerounais
Le 3 septembre est d6c6de, a Maisons-Laffitte,
M. Andre Amougou Manga, Chef superieur du
group de trihus des Banes, dans la region de
Yaound6, au Cameroun.
Le d6funt qui a rendu aux populations de ce
teritoire d'eminents services, s'etait toujours
montr6 un loyal ami de la France. A son retour
de Rome, en juin dernier, il avait tenu A prolon-
ger son sejour a Paris, heureux de connaitre en-
fin un pays auquel il se sentait si profondement
attache, qu'il d6sirait vouloir y prendre sa re-
traite.
Le Gouvernement a tenu a reconnaitre une
longue vie de d6vouement en d6cernant au Chef
Amougou, la rosette de la L6gion d'honneur.
Des obsbques solennelles auxquelles assis-
taient notamment le Dr Aujoulat, Secretaire
d'Etat A la France d'Outre-Mer, M. le Gouver-
neur Guibet, reprlsentant du Haut-Commissaire
de la Republique au Cameroun, MM. Okala et
Arouna, Soppo-Priso, Ebhde, parlementaires du
Cameroun, M. Martin Ahbga, Chef superieur de
Yaound6.
A l'issue de Ia c6ermonie, la d6pouille mortelle
du Chef Amougou a Wte transported vers Mar-
seille oil elle sera embarqu6e stir le Banfora, :
destination de Douala.








INFORMATIONS DIVERSE


Les territoires d'Outre-Mer
et les travaux de I'Assembl6e de Strasbourg

Dans une intervention a I'Assembl6e de
1'Union Europ6enne, M. OUSMANE SOCE, senateur
du S6n6gal, a soulign6 le 14 aoiit, I'interd6pcn-
dance economique de 1'Europe et de l'Afrique,
< interdependance, d'ailleurs reconnue par di-
verses conventions internationales, rdalite d la
fois gdographique et historique. Aussi ---- a
ajout6 le s6nateur le plan de pool charbon-
acier interesse-t-il l'Afrique. Le chancelier Ade-
nauer a, a ce propos, insist sur la possibility
de trouver, en Afrique, les d6bouch6s pour la
production europ6enne. En effect, 1'Afrique pcut
constituer le marched le plus proche pour l'Eu-
rope qui y trouvera un d6bouch6 pour ses pro-
duits finis, de plus en plus difficiles i placer an
dehors.
< Mais, si l'Afrique doit devenir le march dc
I'Europe, il faudra modifier les conditions
sociales et dconomiques de ce continent. II fau-
dra, en particulier, clever le pouvoir d'achat et
le niveau de vie des populations autochtones. La
Grande-Bretagne et la France on,. d'ailleurs,
montrd la voie. Mais il reste encore beaucoup faire : augmenter le rendement de la main-
d'ceuvre africaine et, par la mime, ses possibi-
lites d'utilisation de products europiens.
<< Si l'on choisit l'indice 100 pour le rendemeni
du travail europden, les Etats-Unis sont a l'in-
dice 350 et l'Afrique n'est qu'd 'indice 15... qua'
I'indice 10.
< D'autre part, I'Europe pent Irouver, en Afri-
que, des matieres premieres. Mais ces richesses
ne sont que tres partiellement exploilees.
< Au sujet du Plan Schuman, plusieurs ques-
tions se posent pour l'Afrique el ses 148.000.000
d'habilants. Sera-t-elle industrialisie ou restera-
t-elle simplement une source de matilres pre-
mieres? Si son industrialisation n'dlail pas ponr-
suivie et si elle ne devenait pas nn niarchi pour
l'Europe, celle-ci ne pourrait, cerlainement pas
surmonter sa crise.
<< Les populations africaines, dans leur ensem-
ble, sont favorables au Plan Schuman et a la
reconciliation franco allemande, mais elles
demandent que leurs interets ne soient pas
sacrifice. Le meilleur moyen de les rassurer
serait, sans doute, d'introduire leurs represen-
tants dans les organismes charges de la mise en
application du Plan.
< Les buts de l'Eurafrique doivent apparaitre


clairement aux Africains : elvuation de lear
nivean social, augmentation de leur pouvoir
d'achat, lutte centre l'ignorance, la maladie et
la'misdre.
Romlpons avec les mcthodes &conomiques du
passe -- conclut 1'orateur et que la nouvelle
organisation consacre le principle de l',minente
dignil de l'homme sous toutes les laliludes. >
M. Silvandre, d6pute du Soudan, cst intervenu
egalement, dans la discussion g6nerale sur le
plan Schuman A l'Assembl6e europeenne, le
15 aofit 1950. Apres avoir exprim6 sa complete
adhesion au Plan, M. Silvandre a examine les
aspects du probleme en cc qui concern les terri-
toires d'Outre-Mer.
<< L'Afrique, en particulier, a-t-il dit, va se
Irouver affectde par les decisions du pool char-
bon-acier.
<< Les confins algero-marocains, par example,
fournissent, en effect, une production de carbon
de l'ordre d'un million de tonnes, les reserves
en Ctant estimdes a plusieurs dizaines de mil-
liards de tonnes.
< L'Afrique du Nord export quatre millions
de tonnes de fer, mais ce mineral existe en quan-
tites considerable, non seulement dans ce ter-
ritoire, mais en Guinde, et, probablement, en
Afrique central.
< La production de manganese, des confins
algdro-marocains est, actuellement, de 500.000
tonnes, mais les reserves de ce gisement sont
estimees a 20 millions de tonnes. Quant aux
richesses en bauxite de la Guinee, elles sont ine-
puisables. Je ne parole pas des antres minerals.
< Ces simples indications prouvent qne le pro-
gramme nous concern. Et, alors, se pose la
question de savoir quel sera le sort de ces
exploitations d'Outre-Mer.
< Du seul faith que les exploitations euro-
peennes bineficient, depuis longtemps, de leur
equipment et pour d'autres causes, le prix de
revient, dans les territoires d'Outre-Mer, sera
superieur. Des measures spcciales seront-elles
prises et la caisse de perequation, donf parlail
M. le Ministre Schuman, jouera-t-elle, on d'an-
tres dispositions seront-elles envisagdes comme
il convient en faveur de la production d'Outre-
Mer ?
D'autres territoires ont leur economie base
sur d'autres resources que les resources
minieres, et cette economie devra etre prdservie.
C'est ainsi que, pour le Soudan, par example. les
matieres grasses constituent un peu, selon le







mot de M. Edelranun <: the essence of our eco-
nomY s et nous estimons indispensable que
soient crdees des usines pour le traitement du
beurre de karitN. Nous voudrions que le pool filt
a mdme le nous fournir, aux meilleures condi-
tions, les moyens de mener d bien cette oeuvre
d'industrialisation ndcessaire.
< Les T. O. M. seront done acheteurs et, en
tant que tels, auront intervenir aupres de la
haute auiorite.
< II y (;, igalement, le fait de l'existence d'une
main-d'aiuvre qui demandera a s'employer.
< II y aura lieu d'envisager le releuement du
niveau de vie, de minnme que le problame de
ddveloppi'ment des pays eux-mimnes pour les-
quels le sysleme general ne devra pas eIre,
come cela se produit trop souvent, freind, sous
pretexte de rivaliWt on de concurrence avec la
main-d'a'uvre on le lsystme europLens.
< Les droits des peoples d'Oulre-Mer doivent
6tre absolument reserves. >


Pr6se ntation a I'Assemblee de Strasbourg
d'une motion pour les Etats-Unis d'Afrique

M. M/CKAY, de1~gu6 britannique travail-
liste; M. LtOPOLD SENGHOR, representant du
S6negal A l'Assemblie Nationale, et M. OUSMIANE
DioP SO,.E, representant du S6ndgal au Conseil
de la R )ublique, onl p)ropos,, ) l'Assemhble de
Strasbot rg, une rCsolution qui affirmed notam-
ment, qli.e les problnmes divers et complexes
des Ten itoires africains ne penvent frouver line
solution dWfinitioe que dans la formation
d'Etats-Unis d'Afrique. >,
Ils dentandent, a cct effet :
1 L'a)olition de toute legislation repressive au
titre de la race et de la couleur ;
2 La reconnaissance, dans tons les Tcrritoirks, du
droits dc libre association, de la libcite de parole,
de la liblrte de la press ;
3 La convocation d'Assembl(es Constituanles
4" L'6lablissement du droit A la F6dbration '-'gio-
nale sanw tenir compete des frontiires actuelles ;
5 L'l6ablissemcnt du droit de constituer une
Union af icaine ;
60 Des pr6paratifs en vue du retiait, du sol afri-
cain, de,' troupes ktrangeres.

Les :utcurs de la resolution proposent que
l'Assemnbl6e de Strasbourg nomme une commnis-
sion de six membres et de six repr6scntants
africains qui prCpareraient l'dlection d'une As-
semblee constituante dans chaque territoire
colonial et le retrait eventuel des troupes. Cha-
que as embl6e constituante pr6parerait une
constitution pour son territoire et prendrait les


contacts n6cessaires en vue d'une collaboration
iN! d'une f6ddration avec les territoires voisins.
Un an apres l election des Assembl6es consti-
tuantes serait convoqu6e une assemble panafri-
caine < en vue de discuter la creation d'< Etats-
Unis d'Afrique >>.
Le Monde a public, le 15 aofit, an sujet du
depot, A 1'Assemblke de Strashourg, d'une
motion tendant a la creation d'Etats-Unis d'Afri-
que >, une interview de M. Ousmane Soc-, sena-
teur du S6n6gal.
Cc dernier, alprs avoir demand qu'il soit bien
precise que c'est M. Mac Kay l'auteur de la pro-
position, a ajout6 :
<< M. Senghor et moi-mime avons appuyn
cette proposition par courtoisie parce que nous
sommes partisans de l'emancipation politique de
I'Afrique.
< Au course du debat, nous preciserons bien
que notre position est celle qui est inscrite dans
la constitution de I'Union Frangaise, don't I'ar-
licle 75 precise que les territoires d'Outre-Mer
ont, pour vocation, de devenir des Elats associes.
<< Nous laisserons entire liberty d M Mac Kay
de ddfendre sa proposition. Nous, nous defen-
drons notre point de vue dans les limits de la
constitution. >

La representation des pays d'outre-mer
au Conseil de I'Europe

La Commission des Affaires g~6nrales du
Conseil de l'Europe, reunie sous la presidency de
M. Georges Bidault, a recommand6, le 24 aofit,
au Conseil des Ministres, d'6tudier les moyens
d'assurer la representation des pays d'Outre-
Mer au Conseil de l'Europe et d'envisager la
presence d'observateurs de ces pays A la pro-
chaine session de l'Assembl6e.


Ouverture de la session du Comite special
pour I'examen des renseignements transmis
sur les territoires non autonomes

Le Comit6 special de I'O. N. U. pour l'examen
des renscignments transmis, par les gouverne-
ments int'resses, sur les territoires non auto-
nomes qu'ils administrent, a ouvert ses travaux,
Ic 18 nofit, a Lake Success.
Le d6l6gu6 de 1'U. R. S. S., qui est membre de
cet organisme, ne participant pas a la reunion.
A 1'ouvcrture de la seance, M. Victor Hoo,
secr6taire general adjoint, charge des affaires
de tptelle, a insist sur l'interRt que revetent,
pour le Comite, les problemes de 1'enseignement
dans les territoires non autonomes, ainsi que








l'assistance technique fournie par les Nations-
Unies A ces pays.
Les representants du Royaume-Uni, de la Bel-
gique et de la France ont, tour a tour, fait des
reserves sur la competence du Comit6.
Le d616gu6 britannique, M. John Fletcher
Cooke, a, notamment, soulign6 qu'il ne consid6-
rait pas que la Charte donnAt, aux Nations
Unies, le droit de controler administration des
Territoires non autonomes ou de demander des
comptes aux gouvernements m6tropolitains A
leur sujet.
Le d616gu6 beige s'est montr6 le plus intran-
sigeant en d6clarant que sa participation aux
travaux n'impliquait aucun consentement de sa
part aux decisions que le Comit6 pourrait
prendre.

La conference Interafricaine du Travail
d'Elisabethville

La France etait repr6sentee A cette conference,
qui s'est tenue A Elisabethville, du 3 au 13 juil-
let 1950, par une d6~lgation dirig6e par
Mile Guelfi, chef du service de 1'Inspection g6n6-
rale du Travail au minister de la France d'Ou-
tre-Mer.
Cette conference s'inscrit dans le cadre de la coo-
peration technique entire les differents pays d'Afri-
que, situes au sud du Sahara, telle qu'elle a et( d6ci-
d6e a Paris entire le Royaunie-Uni, la Belgique et la
France, dans le courant du mois de mai 1947.
L'Union Sud-Africaine, le Portugal et la Rhod6sie du
Sud ont adhl6re a ces accords de Paris dans le cou-
rant de 1'annee 1948.
Tons les d6l6gu6s choisis 6taient pris parmi les
hauts fonctionnaires du Travail des territoires d'Afri-
que, assists, eux-memes d'experts choisis notam-
ment dans le monde du travail, des employers et
travailleurs.
Les representants du Bureau International du Tra-
vail assistaicit, egalement, A la Conference en qua-
lit& d'observatcurs.
La d616gation francaise etait des plus importantes.
Elle etait compose d'Inspecteurs g6n6raux et d'Ins-
pccteurs du Travail, assists d'experts patronaux et
ouvriers. Les dcl1gu6s venaient d'A.E.F., du Canme-
roun, d'A.O.F. et, aussi, de Madagascar.

1' La Conference a 6tudiM les principles et la
procedure pour le reglement des conflicts du
travail;
2" Les reparations des accidents du travail;
3" Le rendement de la main-d'ceuvre et des
m6thodes a suivre pour am6liorer le rendement.
A ce sujet, les m6thodes pr6conis6es ont 6t6,
notamment, la selection, l'orientation, la forma-
tion professionnelle et I'am6lioration des condi-
tions de travail, l'encouragement de bonnes rela-


Lions entire employcurs et travailleurs, I'organi-
sation de services sociaux propres A ameliorer
les conditions mat6rielles des travailleurs;
4" Le logement des travailleurs, I'affectation
de terrains destin6s A la construction d'habita-
tions pour les travailleurs, les measures propres
a leur permettre de devenir propri6taires de leur
habitation, ainsi que d'un terrain de culture
pour y 6tablir des potagers;
5 "L'6tude de la stabilisation et des migrations
des travailleurs entire les diff6rents Territoires,
questions particulierement importantcs pour
certain pays d'Afrique.
Les recommendations adopt6es invitent les
Gouvernements i se rallier aux principles pos6s
et a orienter toute leur politique social dans le
sens trac6. Les Gouvernements auront a faire
connaltre s'ils acceptent tout ou parties des
recommendations adoptees a la Conference
d'Elisabethville. Dans ce cas, ils seront morale-
ment obliges de les appliquer et de les fire pas-
ser dans le droit interne.
Au course de cette Conf6rence, chaque pays
participant a not6 la n6cessit6 de renf'orcer la
cooperation en matiere social pour une action
d'ensemble plus efficace. C'est pourquoi les pro-
positions faites par la d6l&gation franicise, ten-
dant A constituer un Bureau permanent inter-
africain du Travail, ont 6et accueillies avec une
grande faveur.
Le role essential de cc Bureau sera ld'tablir
une liaison plus 6troite et permanent entre les
differents services du Travail des pays inttres-
ses, de centraliser, de coordonner et de diffuser
les informations sociales int6ressant chaque
pays, d'assurer bgalement les contacts neces-
saires avec les organizations internationales
specialisbes, et, enfin, de rIaliser des contacts
frequents et d'encourager des visits de fonc-
tionnaires du Travail entire les diff6rents Terri-
toires d'Afrique.

Les travaux de la Commission du Pacifique Sud

Aprbs la premiere conference de la Commis-
sion du Pacifique Sud, qui s'est tenue A Suva
(Fidji), du 25 avril au 5 mai 1950, les princi-
paux fonctionnaires de la Commission ont effec-
tuW de nombreux d6placements :
M. Forsyth, secr6taire g6n6ral de la Com-
mission, a pris des contacts pour la preparation
de la douzieme session du Comit6 de la Recher-
che Scientifique (session qui doit s'ouvrir A Syd-
ney le 7 aolt) et pour traitor different pro-
blames ayant trait au fonctionnement de la
Commission. II s'est rendu en particulier aux
les Fidji, Samoa, Cook et Tonga.






Le iidecin-colonel E. Massal, chef de la
section < Sant6 > du Comite de la Recherche
Scientifique, s'est rendu, en juin et juillet, A :
a) Sai'gon, oif il a pris des contacts avec 1'lns-
titut Pasteur;
b) Paris et Genevc, oi il s'est rendu A I'Orga-
nisation M'londiale de la Sant6;
c) Washington ct ionolulu, dans le )but d'(ta-
blir des rapports entire les organisms de recher-
ches m6di alcs am6ricains et la Commission du
Pacifique Sud.
M. Mc. Millan, Chef de la Section Economi-
que du (omit6 de la Recherche Scientifique,
s'est renda aux Fidji, au mois de juin, oi il a
fait 6tablir des jardins d'essai pour plants pous-
sant sur in sol coralien.
Le professeur Baas Becking, Directeur du
Comit6 doi la Recherche Scientifique a la Com-
mission du Pacifique Sud, a profit du s6jour
qu'il fit aax Fidji en avril-mai pour op6rer plu-
sieurs 6tudes.


Le financement du developpement economique
et social des territoires d'outre-mer
Le Journal official public, le 30 juillet, une loi
qui port overture de credits et autorisation
d'cngagemient de dlpenses au titre du budget
general de l'Excrcice 1949 (Fides et Fidom).
Selon .ette loi, il est ouvert, aux ministries,
pour les depenses du budget de reconstruction
et d'6qui)pement (Services civils), des autorisa-
tions de programme ou des processes de sub-
ventions et des credits de paiements, s'6levant,
respective .ment A 35 milliards 829 millions de frs
et A 4 mi liards 871 millions de francs.

Les importations francaises de colon brut

La Frr nee a import, pendant les six premiers
mois de 1950, 170.937 tonnes de colon brut, cc
qui se decomposcnt coiiime suit, par pays de
provenance :
Etats-Unis .................. 90.418
Egypte ..................... 33.644
Indcs ...................... 13.233
Autres pays strangers ........ 21.178
Unicn Francaise ............ 12.464

Les ci~ractristiques du paquebot < Foch >
Le 29 juillet, aux Chantiers de Construction
Navale Saint-Nazaire, a 6et lance le paquebot
< Foch ,, construct lpour la Compagnie Fraissi-
net, qui l'utilisera sur ses lignes africaines. Ce
paquebot, de 145 metres de long sur 18 de large,
pourra transporter 651 passagers, r6partis en


huit classes : luxe, demi-luxe, priority, premiere
classes, mixte, deuxieme classes, troisinme classes
et rationnaires.
Le < Foch > sera 6quip6 de deux moteurs
Burmeiste et Wain, qui d6veloppent une force
de 8.800 CV correspondent ai une vitesse com-
merciale de 16 nceuds. Son rayon d'action sera
de 10.000 miles. Dot6 de cinq cales, don't une
frigorifique, cc navire, devant fr6quenter les
pays chauds, scra particulieremcnt 6tudi6 quant
a la ventilation qui sera r6alisee pour tous les
locaux communs, en premiere ct deuxieme
classes, par air conditionn6. Les aminagements
scront, A la fois, luxueux et spacieux.
Muni, pour la detection ct la lutte contre l'in-
cendie, des movens les plus modernes, ld
< Foch > sera 6quip6 des appareils les plus per-
fcctionnes du point de vue T. S. F. et naviga-
tion. II aura, cn particulier, compass giroscopi-
ques et radar.

Arrive a Paris, des hauts-Commissaires
de la Republique en A. O. F., en A. E. F.',
et a Madagascar
M. Paul BICHARD, Haut-Cominissaire de la R6-
publique en A.O.F. est arrive iA Paris le 24 aofit
par avion. II a itO accucilli par le Gouverneur
Chauvet, Secr6taire general de I'A.O.F., Conscil-
ler technique au ministire de la France d'Outre-
Mer, repr6sentant Ic Ministre ct diff6rentes per-
sonnalit6s.

M. BICHARD a declare :
< Je viens d Paris pour in'enlrelenir avec
11. Mitterrand, ministry de la France d'Oulre-Mer
e~ prendre contact avec les membres du Gou-
vernement. La situation est lres satisfaisante en
A. O. F. oit nous poursuivons un gros effort sur
le plan economiique el social, el, notamment,
d(ans le domaine de la reconstruction.
< Je viens d'effecluer une lournee au Daho-
tmey el en Cdte (d'loire oit la Commission d'en-
qulte parlemenlaire, acluellemenl sur place, a
praliquement lermind ses travaux. Mon sejour
dans la Metropole sera d'une quinzaine de jours
environ, pendant lesquels je conpte rdgler
divers problbmes interessant l'A. O. F. et fixer,
avec l'accord du ministry de la France d'Outre-
Mer, la date d'ouverture de la session du Grand
Conseil. >>
M. Mitterrand. ministry de la France d'Outre-
Mer, a reu, le 25 aout, M. B6chard, Haut-Com-
missaire de France en A. 0. F., avec lequel il a
faith un tour d'horizon des divers problems
actuellement i l'ordre du jour en A. O. F. sur les
plans politique, 6conomique et social.







M. BiCHARD a 6t6 recu le 5 septembre par
M. AUJOULAT avec qui il s'est longuement entre-
tenu des probl6mes interessant l'organisation sa-
nitaire et 1'6quipement de la Feddration, ainsi
que I'ouverture prochaine de l'Institut Universi-
taire de Dakar.
M. BARGUES, Haut-Commissaire de la R6publi-
que A Madagascar, est arrive a Paris le 28 aofit.
II s'est entretenu le 29 aofit avec M. Coffin, Se-
cr6taire d'Etat A la France d'Outre-Mer.
M. CoRNN- GENTILE, Haut-Commissaire de la
Republiquc en A.E.F. est 6galcment attend ai
Paris.


L'activite des explorateurs et des voyageurs
franrais pendant la saison 1949-1950

M. Bertrand Flornoy, President de la SociWte
des Elxplorateurs francais, a expose, longucnent
I'activite des voyagers francais pendant la sai-
son 1950.
M. Flornoy, qui rentre de son quatrieme
voyage en Amazone, a expose brievement le but
de sa derniere expedition parmi les tribus
Yahua, tandis que M. Cortadellas, secr6taire
admninistratif tdes Expeditions Polaires fran-
qaiscs, a parli des deux missions francaises du
(Grocland et do la Terre Ad6lie que dirigent Paul-
Emile Victor et Andrd-Frank Liotard.
L'int("rit principal s'est, toutefois, port sur
la derniere on date des expeditions francaises :
cellc de l'Hiinalaya, I'une des plus dramatiques
par les consequences qu'elle risque d'entrainer
pour deux nu Inoins de ses membres, Maurice
Hcrzog et Lachenal. Marcel Ichac, le cindaste, a
6voque la terrible )prcuve de la cord6e d'assaut,
qui, au retour de son ultime effort, fut prise
dans une templte de neige, ne peut retrouver le
< Camp I > et fut contrainte do bivouaquer dans
une crevasse, mains et pieds geles.
Herzog et Lachenal ne retrouverent que le
lendemain leurs camarades, qui n'6taient pour-
tant eloigncs que de quelques centaines de
mitres. Ichac, qui rapport, de l'exp6dition, pros
de 4.000 photographies et trois heures de film, a
racont6 le retour sans fin, sous les pluies de la
mousson, et les souffrances de ses camarades
qui, les chairs on lambeaux, resterent, en outre,
aveugles pendant plusieurs jours.


Le < Prix de I'Union Francaise >
Le < Prix de I'Union Franaise >, cred par le
Bureau de l'Assembl6e de l'Union Frangaise >,
et qui comporte l'attribution d'une dotation de
cent mille francs, a 6td partag6, en 1950, entire
les deux plus brillants laureats du Concours
general : MM. Jean-Pierre Barrat, 616ve du Lyc6e
Louis-le-Grand, premier prix de math6matiques,
ct Jean Labroue, el6vc du Lyc6e de Tulle, pre-
mier prix de dissertation philosophique.


Stage de futurs magistrats coloniaux
au Laboratoire de Police
Sept futurs magistrats coloniaux, provenant
de l'Ecole Nationale de la France d'Outre-Mer
"I Paris, ont 6td, fin juillet, les h6tes du Labora-
toire de police de Lyon, ofi ils suivent des course
de < Technique policiere >. C'est ainsi qu'ils 6tu-
dieront, au course de leur stage le maniement des
armes, I'analyse des eimpreintes digitales, des
poisons, des faux en 6criture, etc... et suivront
des conferences du Dr Locard, directeur du
Laboratoire de police technique de Lyon.


Mort de I'ecrivain algerien Robert Randau
Robert Randau, qui fut un des ecrivains les
plus reprssentatifs de la France d'Outre-Mer,
vient de s'6teindre A Alger.
De son vrai nom, Robert Arnaud, il est l'au-
tcur d'rnuvres abondantes, qu'il rapport de
sdjours dans les divers territoires de 1'A.O.F.
Ancien Gouverneur de Colonies, fondateur de
la revue << Afrique > il 6tait, 6galement, Pr6si-
dent de l'Association des Ecrivains algeriens et
collaborait ai de nombreux periodiques et quoti-
diens alg6rois.

Decbs dui Sultan de Zinder
On annonce le d6ces, le 3 septembre, A l'h6-
pital de Niamey, du Sultan de Zinder, Barma
Moustapha, ig6 de 68 ans.
Par son autorit& morale et son prestige per-
sonnel, l'influence du Sultan d6bordait largement
les limits de sa province.
Barma Moustapha s'6tait rendu Ai Paris l'an
dernier.
Barma Moustapha 6tait Officier de la Legion
d'honneur.






CONFERENCES ET MANIFESTATIONS


Les cinquante ans de la < Coloniale >

Le 8 juilet. ont kt6 cClCbr6es, dans I'intimitl
A 1'Ecole Militaire, les cinquante ans des
Troupes Coloniales, en presence du g6nral Val-
luy, Inspecteur des forces (l'Outre-Mer, el du
g6n6ral S lIan.
De nomlbrcux officers, ayant servi aux quatre
coins du monde, y etaient presents.
C'est, ent etict, le 7 juillel 1900, qu'un decrct
instituait au minister de la Guerre, une nou-
velle direi tion : << la Huiti6me <<, charge, tout
particulicremnent, tes Troupes Coloniales. II
s'agissait de donncr une autonomic reclle A ces
troupes de marine qui, depuis de longucs annbes,
guerroyaicint, ici et li, sur tous les continents.


La Grande Nuit de I'Afrique Noire
au Bois de Boulogne
La < Grande Nuit de l'Afriquc Noire > orga-
nis6e par < Les Amis du Sanctuaire-Souvenir Ide
I'A. E. F. >>, s'est d6roul6c le 7 juillet A F'ile du
Bois de Loulogne ot avait 6t6 reconstitu6, avec
un souci pr6cis de l'authcnticit6, un village
africaiin.
Cetle n !i-, dont le bl6nfice pernettra de pous-
ser la c(instruction de la cath6drale Anne dui
Congo, en A. F. F., ktait'placce sous la pr6si-
dence de M. Vincent Auriol, Pr6sident de la
lti'pibliq'c et de I'Union Frangaise; Jacques
Foureade Pr6sident de I'Assembl6e de l'Union
Franiaisc, Jean Letourneau, Ren6 Pleven,
S. E. la irincesse Yukanthor, vice-pr6sidente de
I'Asseib'6e tie I'Union Francaise, Pierre de
Gaulle, p 6sident du Conscil municipal, J.-J. Ju-
glas. president de la Commission des Territoires
d'Outrc-Mer Lit 'Assembl6e natonale et du m6de-
cin g6nh'al Sic6, president du Comit6 des Amis
du sanctuaire-souvenir de 1'A. E. F.
Le programmne, pr6scntle par M. Jacques Chaban-
ncs, comportait une parties de folklore africain, aver'
le tlihe'tre de Keita Fodebl, Ic po&te Suko, des 61(-
ments d(e 'armiei colonial dans un tali-tam d'Afri-
quc.
L'assist.tnce asset nombrietse a pu egalemeni ti),-
plaudir Iei Peters Sisters et la chanteuse internalio-
nale Nadi t de Svcstero. Les honncurs 6taient rendus
par la Gai de Republicaine, un dtaclhement de spalii.k
et la musiiiue du 1" regiment de march.
Le spectacle s'est termin6 a 2 heures du matin, in
face du lac du Bois, oui fonctionnrent des jeux
d'eaux, ccpendant qu'evoliiaient des piroguiers afri-
cains dans 1'lle embrasie par un feu d'artifice.


Cette Nuit a 6te r6alis6e avec le concours du
minist6re de la France d'Outre-Mer, le minist're
des Forces armies, le Musec des Colonies et les
Scouts de la France d'Outre-Mer.

Academie des Sciences Coloniales

S&mace dii 7 juillet :
Le professeur Chevalier a souhait6 la bien-
venuc i son nouveau confrere, M. le Professeur
Thlodore Monod. II a parl6 de l'oceanographe et
de l'cxplorateur saharien avant d'abordcr la
creation et l'organisation de l'Institut Francais
d'Airique Noire, connu sous le nom d'Ifan, don't
M. Monod a i et l'initiateur et reste le directeur.
Dans son remcrciement, M. Thdodore Monod
a rendu homage in In6moire de son pr6d6ces-
scur, Ic professeur Alfred Lacroix, don't Ic r6le
dans les progres de la miniralogie colonial
ne doit pas faire oublier cclui qu'il a jou6 dans
le d6veloppcment de la recherche scientifique
colonial sous tous ses aspects.
Au course de cette seance, Ic professeur Cheva-
lier a, dans une communication intitulee < Mes
amis les Africains de l'Ouest et du Centre Afri-
(ue autrefois, aujourd'hui ct demain >>, donn6
ses impressions sur les 6volues, les ouvriers et
les paysans noirs.

Seance du 21 juille :

Au course de cette derniere reunion de juillet,
1'Acad6mie a accept, a l'unainimite d'apposer sa
signature A un manifeste relatif A la Tunisie,
manifeste quc doivent signer 6galement le
Comil6 de I'Afrique Fran:aise, le Comit Cen-
tral de la France d'Outre-Mer, la Ligue Mari-
time et Coloniale.
M. I'Inspccteur general des Colonies Gayet
apres avoir d6pose sur Ic bureau de l'Acad6mie
deux theses de Doctorat ayant trait a des ques-
tions indochinoises don't il a soulign6 I'int6rkt,
a donn6 le compete rendu des decisions prises par
les reulions pr6paratoires relatives h la 26' Ses-
sion de I'INDICIc qui doit se tenir A Paris le
12 mars 1951 ainsi que I'indication des sujets
qui y seroni traits. (Les initials INDICI d6si-
gnent < l'Institut International des Sciences
Politiques et Sociales app)liqutes aux Pays de
Civilisation ditffrentes >, nouvelle denomination
de l'Institut International).




















NOUVELLES D'OUTRE-MER


INDOCHINE


Haut-Commissariat de France

Le Haut-Commissaire LIoN PIGNON, de retour
de France, est arrive ai Saigon le 5 juillet en
compagnic du g6n6ral CARPENTIER, commandant
en chef des F. F. E. O. II est parti le 10 juillet
pour le Nord-Vietnam oil il a Rt6 notamment
visit Icl delta, entierement lib6r6 du Vietminh.
II a visited Nami Dinh, Thai Binh, Haiphong. A
Thai Binh, le Haut-Commissaire a constant que
le Vietminh a delihbrCnent ras6 cette ville autre-
fois prospire qui comptait, en 1939, 50.000 habi-
tants.
Le 17 juillet, M. PIGNoN a pr6side une
conference pl)niere militaire franco- ameri-
caine. Aux c6t6s du Haut-Commissaire se trou-
vaient les g6neraux CARPENTIER, HARTMANN,
commandant des forces aeriennes, et LANDOUZY,
I'amiral ORTOLI, commandant des forces mari-
times. Du co6t am6ricain, autour de M. MELBY,
chef de la mission militaire americaine pour le
Sud-Est asiatique, se trouvaient le general ERS-
KINE, M. HEATH, ministre des Etats-Unis prbs
des Etats associes d'Indochine, et M. GUILLON,
consciller de la 16gation americaine A Saigon. De
nomhreux experts militaires et civils assistaient
6galement i cette conference.
Le 27 juillet, M. PIGNON a regagn6 la
France avec sa famille pour un court s6jour de
repos. En I'absencce du Haut-Commissaire, le
general CARPENTIER a assure l'int6rim.
Le general CARPENTIER a inspect, le
3 aouit, Myiho ct Bentre dans le Sud-Vietnam.
Le g6n6ral a cffectuec un sejour au Tonkin du
10 au 12 aofit, et ii s'est rendu compete des pro-
gres de la pacification dans le Nord-Vietnam. II
a kt6 notamment frapp6 par l'etat d'esprit anti-
vietminh qui rigne dans les classes rurales, au
point que de tres nombreux villages reclament
des arms, meme contre des garanties p6cu-


niaircs, pour assurer lour auto-defense. Le gene-
ral a inaugur la nouvelle route qui relief Hanoi
i Langson via Bac Ninh, Dap Cau, Phu Lang
Thuong et Luc Nam.
Au course de son sejour en France. le Haut-
Commissaire PIGNON s'est rendu le 9 aoi)t A Paa
oi se trouvait aussi le ministry charge des
relations avec les Etats associes pour faire le
point des travaux de la Conf6rence Inter-Etats
avec Ic president ALBERT SARRAUT, et reprendre
contact avec les d6~lgu6s du Vietnam, du Laos et
du Cambodgc.
M. LETOURNEAU et M. PIGNON se sont ensuite
rendus, le 19 ao6t, A Cannes, oil ils se sont entre-
tenuvs successivement avec S. M. BAO DAI et
S. M. SISAVANG VONG sur diverse questions et
sur les travaux de la confCrence Inter-Etats en
particulier.
Le Haut-Commissaire a Wte recu le 26 aoft
par le president RENA PLEVEN et cst reparti le
lendemain pour Saigon, oif il est arrive le
29 aoft.

La question des otages

La question de 1'6change des otages a toujours
fait l'objet du souci permanent du Gouverne-
ment et du Haut-Commissaire de France en In-
dochinc. Certains journaux parisiens ont r6cem-
inent fait Rtat d'offres faites par Ho Cli Minh
pour I'echange d'otages. Bien que la radio H6
Chi Minh n'ait jusqu'alors jamais propose
(d'change de prisonniers, le Haut-Commissaire a
tcnu i diffuser le 24 juillet un appel pr6cisant
que les autorit6s franCaises sont pr6tes a pren-
dre des contacts dans cc but avec des reprCsen-
tants de H6 Chi Minh.
Lc I" aofit, la radio vietminll a r6pondu a rtr appel.
Scion la r6ponse des dirigeaints vietminh, creux-ci d6elarent
Ique le gottuernemnent uietnumien est prit a cntrer en re-
lations avec les organizations populaires de France >, qui







sont invitees a << exiger du gouvernement francais la lib-
ration de tow: les prisonniers de guerre rietmnih >. A par-
tir du 7 aofi ,le Haut-Commissaire a fait diffuser, i cha-
que emission radiophonique, une declaration proposant trois
points de rendez-vous auxquels les reprisentants du Viet-
minh pourront prendre contact, A partir du 12 aout, aver
les repr6sent:,nts francais.
A la date nlu 13 aoft, aucune r6ponse n'avait kt~ encore
donnee par 1. Vietminh, et ses dAligu6s n'ont pas apparu
aux points d. rendez-vous. Le Haut-Conmmissaire a fait dif-
fuser un nouveau message reporlant an 19 aoft les rendez-
vous sugg6ri,&.
A cette derniere date, une d6elgation vietminh s'est pre-
sentee apres le depart de la delegation franfaise au point
de rendez-vous du Centre-Vietnam. Les pourparlers se sont
nnanmoins oiverts le 20 a 7 heures.
Les pourparlers doivent se poursuivre, 1'initiative en 6tant
laiss6e aux representants du Viet-minh.

Visite d'une Mission militaire am6ricaine
en Indochine

La mission militaire americaine presidee par
M. MELBY qui a assist a la Conference mili-
taire menlionn"e ci-dessus, est arrive a Saigon
le 15 juill t.
Le 22 jtillet, ses principaux membres se sont
rendus A I'hn6m Penh pour s'entretenir avec les
dirigeants camlodgiens de la situation militaire
du pays.
Le 26 juillet, la mission, accompagnn e par
M. DINALI HEATH, s'est rendue dans le Nord-
Vietnam. Elle a visit les p)rincipales localit6s
du Nord. Le general GRAVES ERSKINE et les offi-
ciers de la mission ont visit ensuite avec les
gen6raux MARCHAND, commandant des troupes
terrestres dans le Nord, et HARTMANN, la fron-
tiere sino-vietnamienne et se sont arrrt(s dans
la zone oplrationnellc.
Le 28 jtillet, la mission s'est rendue au Laos.
De retour le jour suivant t Saigon, elle y a
s6journ6 jusqu'au 8 aofit.
Avant de quitter l'Indochine, au course d'une
conference de press, M. MELBY, le 8 aofit, a
affirm que I'ind6niable << menace potentielle >
sur la frontiere nord du Vietnam ne parait pas
constituer un danger immidiat, mais que les
troupes francaises et autochtones semblent en
measure d'y parer. L'aide militaire americaine,
a-t-il ajorte, sera function des autres necessit6s
internationales. Le general ERSKINE, de son c6td,
a insist :,ur la nCcessit6, pour les Etats d'Indo-
chine, de s'unir pour se prot'ger ensemble con-
tre le danger common.

D6placements officials

Le 5 sofit est arrive A Saigon 1'Air-Marshall FOGARTY,
commandant des forces abriennes britanniques en Malaisie,
qui est rest: en Indochine jusqu'au 10 aoft. An course de
son voyage I'information, I'officier general britannique s'est


entretenu avee le g6enral CARPENTIER et Ie general HART-
1ANN, et a visited les installations franchises h la frontiire
sino-vietnamienne.
Le 16 ao6t, est ensuite arrivee a Saigon une mission
d'officiers superieurs britanniques conduites par le Major-
G6neral POETT, chef d'etat-major des Forces terrestres bri-
tanniques en Extreme-Orient. Les memibres de cette mission
out eu aver les representants de I'ktat-major fransais en In-
dochine des entretiens ayant un caractire d'echanges tech-
niques.
Les officers de l'tuat-major britannique, le colonel PAUL
GLAEDELL ct le major PAUL LUNN ROCKLIFFE, Se sont rendus
d'autre part dans le Nord pour visitor la zone frontiere.

4:*

Le traditionnel defile des troupes A Saigon, le 14 juil-
let, cette ann6e, a 6te 1'nin des plus importants qui se soit
deroule en Indochine. II a attire une nombreuse assistance
vietnamienne, ce qui prove que les Vietnamiens de Saigon
sont loin de boycotter les ceremonies officielles frannaises.
A Saigon 6galement, s'est dBroule le 29 juillet la c6-
remonie de la remise de la croix de guerre, par le gAneral
(CAIIPENTIER, A la Regie des chemins de fer d'Indochine.


Questions communes aux trois Etats

Conference inter-etats de Pau

Le 6 juillet, les del6gations de la France,
tdu Vietnam, du Laos et du Cambodge se sont
mises d'accord sur un certain nominrc de ]rin-
cipes concernant I'organisation el l'exploitation
des posies el lcliecommunicalions des Etats
associes.
Ces services seront places, dans chaque Etat,
sous I'autorit6 de chacun des gouvernenents
dans la pl6nitude des attributes de leur souve-
rainete.
Le gouvernemnent francais, de son cte, s'est
cngag6 a soutenir la candidature des Etats asso-
cies aux organisms internationaux comp6tents,
tels que 1'Union Postale Internationale et
1'Union Internationale des T616communications.
Le principle de la liberty des communications
postales, tlergraphiques ct t161phoniques sur
I'ensemble de 1'Union Franqaise et 1'6tablisse-
ment d'un regime preferentiel entire les Etats
associes et les autres parties de l'Union Fran-
caise a 6tc admis. Le project de resolution pre-
voit, en outre, la creation d'un organisme mixte
des transmissions, comprenant un comit6
d'6tudcs et une conference des Transmissions.
Le r6le de cette conference sera d'harmoniser
le fonctionnement des liaisons diverse entire fes
Etats associes d'une part, et entire les Etats
associ6s et 1'Union francaise ainsi que l'6tranger.
--- Le 12 juillet, les d6l6gations se sont mises
d'accord sur le problem de l'immigration. Le
transfert des comp6tences du Service actuel de








I'immigration en Indochine aux gouvernements
des Etats associes a M6t d6cidh', ainsi que la crin-
tion de Services nationaux.
Des conferences p6riodiques reunissain des
repr6sentants du Cambodge, du Laos et du Viel-
nam, ainsi que des membres consultatifs fran-
gais assureront l'harmonisation centre ces ser-
vices nationaux.
Les modifications A la reglemnntation en
vigueur ne pourront rtre prises par les gouver-
nements des Etats associis, en accord avec la
France, qu'A partir du moment oil ceux-ci auront
succ6de aux obligations Internationale de la
France.
Les Etats associ6s se sont engages A respecter
les dispositions des traits et accords intcrnatio-
naux passes en matiere d'immigration centre la
France et les puissances 6trang6res, jusqu'a ce
qu'ils aient n6goci6 et pass de nouveaux accords
avec- tes pays int6resses
Le gouvernement du Vietnam s'est vu confier
I'cntretien et la gestion du fichicr central d'iden-
tification et de contrble des immigrants.
Les gouvernements laotien et cambodgien
pourront exercer un droit de contr6le sur cc
fichier central auquel les repr6sentants quali-
fi6s de la France auront libre aces.
Le transfer des Services s'effectuera dans le
dl6ai maximum de trois mois.
Le 21 juillet a Wte adopt, un project de
resolution concernant le Plan d'dquipemenf.
Cette resolution comporte :
1I La reconnaissance de la pr66minence de
la competence des Etats associ6s dans l'6tude,
1'attribution et l'exxcution des plans de recons-
truction, de modernisation et d'6quipement de
ces Etats. Chaque gouvernement peut institute,
en consequence, un organism national du Plan;
2" La suppression du service du Plan, fonc-
tionnant actuellement a Saigon;
3 L'institution d'un Comit6 du plan d'equipe-
ment, comprenant un nombre 6gal de miclnlrcs
d6sign6s par le Vietnam, le Cambodge, le Laos et
la France, don't les attributions sont les sui-
vantes :
a) communiquer aux gouvernements des
Etats associ6s et de la France, toute information
technique utile A 1'6tude et A l'Mlaboration de
leurs plans nationaux;
P) recevoir en communication les plans 6ta-
blis par les quatre gouvernements et leur trans-
mettre ses avis et ses propositions sur les
l16ments qui int6ressent directement les autres
Etats membres;
c) faire des 6tudes 6conomiques et techniques
concernant les plans de reconstruction, de


modernisation et d'equipement de ces Etats
nmeibres a la demand de la Haute *Par-te con-
tractante interess~e: etablir des projects exigeant
une technique special, fournir aux gouverne-
ments des justifications techniques et finan-
cieres en vue d'appycr lcur demande aupris des
organismes de financement.
Le Comit6 du Plan d'6quipement est assisted
d'un secr6taire g6n6ral, nomm6 par decision
conjointe des quatre gouvernements aprrs pr&-
sentation des candidates par les Etats meinbres.
Le Secretaire g6nCral peut se fair assiter de
techniciensc qualifies en diverse matieres.
Le project de resolution comporte egalement
le transfer A un centre de recherches scientifi-
ques et techniques des 6tablissements ci-apres :
Le mus6e g6ologiquc de Hanoi et le labora-
toire des mines et d'essais de mat6riaux de
Hanoi; le lahoratoire d'hydraulique et d'etudes
des sols de Phu-An; les stations (d'esais de
Trangbom, du Langbian, dui Darlac ct de Xieng-
Khouang; le laboratoire de Saigon; 1'Institut de
recherches agricolcs, pastorales et foresiibres
d'Indochine.
Ce centre de recherches sera gere par un Con-
seil d'admIinistration comprenant un nombire
&gal de representants des Hautes Parties Contrac-
tantes pregnant leurs decisions par accord inu-
tuel ct il jouira de l'autonomie administrative
ct financiere.
Les attributions du Centre de Recherches
Scientifiques consistent i cffectuer des 6tudes,
soit scicntifiques, soit de technique applique.
Afin de permettre aux gouvernements des
Etats associes la creation de leurs organismes
nationaux, I'ancien service du Plan de Saigon
fournira les documents ct les renseignements
qu'il d6tient i la demand des gouvernements
intmresses jusqu'a la remise en place du Comit6
du Plan d'Equipment.
Le 28 aofit, le probl'me de la navigation
sur le Mekong a 6t6 r6solu. Le project, accept par
les trois dl66gations indochinoises et la d6l6ga-
tion franchise pose les principles de I'6galit6 des
Etats contractants et de la liberty de navigation
sans aucune discrimination entire les Etats rive-
rains et les pays de l'Union franqaise. A charge
de reciprocity, les Etats riverains se voicnt con-
sentir les mmees droits de navigation su.- toutes
les voices d'eau des autrcs Etats de l'Uni n fran-
caise. L'accord pr6voit igalement la li)berte de
navigation sur le Mikong, de PhnOm-Penh A la
mer. pour toutes les nations qui ne son pas en
6tat de guerre avec l'un quelconque (des mem-
bres de l'Union Francaise. Les forces de 1'Union
Francaise auront le libre aces du M6kong.
Les travaux se poursuivent A Pan.







L'aide am6ricaine

Le 30 j.in, a eu lieu L Saigon la c6remonie de
remise A la France et aux Etats Associ6s de huit
avions de transport < Dakota > -- premiere ma-
nifestationi de l'aide militaire promise par les
U.S.A.
Dans l'allocution qu'il a prononc6e a cette
occasion, M. GULLION, repr6sentant du Gouver-
nement amiricain A Saigon, a stigmatise avec
forces < i'es sicaires dn communism imperia-
liste et colonialiste >>. M. GULLION a annonc6 que
< d'autrer matdriels, que les forces des Elats ne
sont pas encore en measure d'employer, seront
fournis c'u commandemenl francais en vue de
leur empoi pour le salui common >>.
Les d616gu6s des Etats associes ont prononc6
6galement des allocutions de remerciements. No-
tamment le commandant d'aviation NcGUYfN VAN
HINH, re]prsentant le Gouvernenent du Viet-
nam, a dtt : < Nos terriloires constituent I'un
des derniers bastions de la democralie, le dernier
depuis que la menace de l'imperialisme rouge
s'est precise en Coree >. Et, s'adressant an gene-
ral HARTMANN, commandant de I'Air en Indo-
chine, kl commandant HINH a pr6cis6 : < la
jeune armrne du Vietnam a confiance dans ses
camarad:s de l'armee ie I'Aiir qui prend en
charge ces premiers avions de transport. >>
Le g6nral HARTMANN a r6)ondu que 1'Armec
de l'Air etait < fire de pouvoir rendre un ser-
vice certain a la cause commune en mettant ses
dquipage.: an service det nos forces militaires
associees. >
Le 11 "ofit, le premier chargement de materiel
amCricain a Wt" debarqu6 A Saigon, transport
par le << :';'STEEL ROVER >. Le 20 aoit est arrive un
deuxibmc chargement par le < STEEL VENDOR >>,
et un trcisieme, le 29 aofit, par le < STEEL AD-
MIRAL >>.
Au titre de I'aide economique, deux avions
ont aporte A Saigon, le 22 juillet, un premier
envoi de mdicanmcnts, notammcnt de p6nicil-
line, de D.I.T., et de fournitures midicales.


Gouvernement Central du Viet-Nam

Activite du Gouvernement vietnamien
et du Chef de I'Etat

DuranL son sejour en France, S.M. BAO DAI a
W6t tenu au courant des travaux de la Confe-
rence Irter-Etats par le president du Conseil
TRAN VAN Huu qui suivait ces travaux A Pau
meme. A Cannes, le 19 aofit, le souverain s'est


longuement entretenu avec M. LETOURNEAU et
le haut-commissaire PIGNON des travaux de cette
conference et du probl6me de la s6curit6 en
Indochine.
Le President TRAN VAN HUu, de son c6t6, a
confer avec le Ministre charge des relations
avec les Etats associ6s et le Haut-Commissaire
lors de leur passage A Pau le 10 aofit, et ensuite
lorsqu'il s'est rendu lui-meme a Paris le 26 aoht.
A l'occasion de son sejour a Paris jusqu'au 29
aofit, M. THAN VAN HUU a en outre Wet requ par
le president Rene PLEVEN et par M. Jules MOCH,
ministry de la Defense Nationale, avec qui il a
examine diffrrentes questions, en particulier
celle concernant la formation rapide d'une
arm6e national vietnamienne.
Apres ce court sejour A Paris, M. TRAN VAN
Huu a regagn6 Pan pour continue a suivre les
travaux de la Conference Inter-Etats.
* S. E. NGUY N KHAC VW, ministry de la Justice,
qui assure les functions de president du Conseil
en l'absence du president Huu, a requ le 5 juil-
let M. DONALD READ HEATH, ambassadeur des
Etats-Unis pres des Etats associes, qui lui a pre-
sent6 une copic figure de ses lettres de cr6ance.
Dans une allocution qu'il a prononc6e au
course de cette ceremonic, M. HEATH a dit no-
tamment : << Votre pays a edi dechire par les
intrigues communistes... qui cherchent d andan-
tir la liberty de votre people et i remplacer
notre gouvernement ddmocratique vietnamien
par an gonuernement dirigd par des meneurs
strangers qui remplaceraient la paix et la liberty
par la tyrannie et la haine.
<< Mon gouvernement a entrepris, sur vofre
demand, un programme d'aide economique et
militaire qui aidera a maintenir la liberty du
Vietnam... >

Le Haut-Censorat (Conseil institu6 par S. M.
BAO DAI pour contr6ler la bonne march de
administration) a install son premier bureau
a Dalat le 2 nofit. D'autres seront installs A
Saigon, Hue et Hanoi.
M. NGUYI2N Huu AN a 6t6 nomm6 directeur de
la radiodiffusion vietnamienne et directeur du
poste national de Saigon.

Le Gouvernement du Vietnam a d6sign6 M.
NGUYsN Duy THANH pour le representer officieu-
sement aupres des gouvernements de l'Union
Indienne et du Pakistan. M. NGUYEN DUY
THANH, ing6nieur, a occupy des postes techni-
ques tres important dans le regime vietminh et
a ralli6, a une 6poque r6cente, le gouvernement
de S. M. BAO DA.







Transfer des pouvoirs
Les autorites frangaises ont transfer au gou-
vernement vietnamien :
Le 30 juin, ii Hanoi, le Service de l'Ensei-
gnement (primaire, primaire sup6rieur, secon-
daire) ; et le Service des Eaux et Forits du
Nord-Vietnam.
Le 19 juillet, A Hue, les services de la Siu-
rete feddrale du Centre-Vietnam.
Le 29 juillet, le Service de l'Hydraulique
agricole et de la navigation du Sud-Vietnam.


Echec de la propaganda vietminh

La radio du Vietminh s'est livree A une active
propaganda A l'occasion de l'anniversaire du
19 aofit 1945, date de la prise du pouvoir par
H8 CHI MINH. De nombreux 6ditoriaux de cette
radio ont fait I'apologie du parti communist
indochinois
Des appeals r6pktes out ete lanes en vue d'une agitation
intense le 19 aoit : appeals a la grive g6nerale, a la ferme-
ture des marches, A mannifester sur la voie publique. Cepen-
dant le 19 aofit s'est passe partout dans le plus grand calme,
ce qui semble traduire I'indiff6rence rbelle de la masse a
1'egard du mouvement vietminlh.

*
* Depuis le 13 aofit, la Radiodiffusion amBiri-
caine < la Voix de r'Andrique >> a commence Ai
diffuser des emissions en languc vietnamienne a
destination de I'Indochine.
* M. NGUYEN VAN THE a obtenu le premier-se-
cond Grand Prix de Rome de sculpture pour
I'annbe 1950.


Nord-Vietnam

* M. DANG TRINHi KY, ancien secretaire general
du gouvernemnent vietnamien, a Rt6 d6sign6
come maire de la ville de Haiphong en rem-
placement de M. DroNG THIE~ CHI qui a 6tf lui-
mnme nommn aux functions d'inspecteur des
Affaires administrative du Nord-Vietnam.
M. NGUYEN TRONG TRAC, chef du service de
1'Information du gouvernement du Nord-Viet-
nam, a Wte nominm president de la Commission
de Censure A Hanoi'.
* Les membres de la Mission sanitaire ambri-
caine, attaches a la Mission Economique des
Etats-Unis en Indochine, sont arrives A Hano' le
30 juillet. Aprbs avoir 6t6 regus par le gouver-
nement du Nord-Vietnam, les experts ont visit
divers villages du Nord-Vietnam, en vue de re-


chercher les moyens d'ameliorer la situation
sanitaire de la region.
A l'occasion du 14 juillet, les autorites mi-
litaires francaises a Haiphong ont lihb6r 300
prisonniers militaires du Vietminh.
Le 24 aoat, 94 personnel de tous Ages, venant
des zones contrbl6es par le Vietminh, dans la
province de Ha Tinh, ont rejoint par mer la zone
sous contrble franco-vietnamien.
Le 4 aoft, Mgr PHAM NGOC CHI a etC consa-
cr6e Bui Chu, par Mgrs Lf Huu Tu, eveque de
Phat Di6m, en presence de Mgr NG6 DINH THUC,
eveque de Vinh Long. Mgr CHI a invite les fidb-
les A prier pour < l'independance dii Vietnam et
la prosperity de la France >>.


Centre Vietnam

A I'occasion de la venue A Nhatrang de la mis-
sion 6conomique americaine, le 28 juillet, S. E.
PHAN VAN GIAO, dans une allocution de hienve-
nue, a declare : < Sans l'aide morale el politi-
que de la France an Vietnam, toute l'aide mail-
rielle americaine ne servira a rien, sinon d pro-
longer nne guerre fratricide et criminelle... C'est
vers la France et la France setle que nouls tour-
nons nos regards >.
Le 16 juillet. M. NGauJYN VAN TAM, directeur
general de la Suircte vietnamienne, est arrive i
Hue et a assist,, le 19, A la c6ermonie de trans-
fert aux autorites vietnamiennes des services de
la Sfirete fIdthrale frannaise du Centre-Vietnam.


Sud-Vietnam

* M. MAI Htu XUAN, ancien collaborateur du
commissaire BAZIN qui fut assassin par le Viet-
minh, a 6t6 nommi aux functions de chef de la
Sfiretb vietnamienne dans Ic Sud-Vietnam.
* La reconstruction du village de Tan Kidn a
e6t achev6e en juillet, quatre mois seulement
aprbs le sinistre qui avait fait disparaitre par
incendie cc quarter de Cholon, d6truisant plus
de 1.200 habitations et mettant sans abri pres de
10.000 personnes. Maintenant, 700 paillotes, 300
maisons en planches et tuiles et 120 comparti-
ments en maconnerie permettent la r6installa-
tion de ces sinistr6s. C'est li une des grandes
r6alisations de la region Saigon-Cholon.
* Le 3 juillet, dans la province de Vinh Long
(Sud-Vietnam) 32 families et 600 personnel ont
regagn6 la zone sous le contrOle du gouverne-
ment vietnamien.







Cambodge


Project de r6forme electorale

Le 6 juillet le Conseil du Royaume a adopt
un project de r6forme 6lectorale comportant trois
points essentiels :
1 Reduction du nombre des deputies a I'As-
sembl6e Nati)nale sur la base d'un de(put6 par
15.000 electeurs au lieu de 10.000 anterieure-
ment. L'Assemnblc n'aurait ainsi que cinquante
deput6s environ, au lieu de 80 jusqu'ici.
2" Possibility de proc6der a des elections en
suffrage restreint si les conditions g6nirales de
s6curit6 ne permettent pas l'application du suf-
frage universel.
3" Reduction de 18 A 14 du nombre des mem-
bres du Conseil du Royaume.

Transfer des pouvoirs
* Conform inent aux recents accords particu-
liers franco-khmers, de nouveaux services ont
6t6 transfer ~s au gouvernement royal : le 24
juin, les Se-vices de press, d'Information et de
Radiodiffusion ; le 26 juin, les Services Econo-
miques ; le 3 juillet, le Service des Travaiux Pu-
blics.
Les < Maisons de France > (ancienneent :
Residences de France) de KOMPONG CHHNANG (26
juin), de PREY VENG (2 juillet), KANDAL et KAM-
POT (5 juillet), BATTAMBANG et KOMPONG CHAM
(14 juillet:, ont U6t remises au gouvernement
cambodgien t.
Le Service de l'Enseignemenl a 6t6 transf6r6
le 17 juillt.
* S. A. R. 'e Prince MONIPONG, presidentt du Con-
seil des ministres khmer, et S. E. SONN SANN,
ministries des Affaires Etrangeres, de retour de
France, so-it arrives A Phnom Penh le 27 juillet.
* Pendant l'absence de S. A. R. le Prince MONI-
PONG, retenu A la Conf6rence de Pau, I'opposi-
tion dirigce par S. E. YEM SAMBAUR, ancien pr6-
sident du Conseil, avait Wte fort active. Au retour
de Franc( du prince MONIPONG, S. M. NORODOM
SIHANOUK a affirm, dans une declaration royale,
qu'il maiitenait toute sa confiance dans l'actuel
Cabinet d'Union national. D'autre part, les
fonctionnaires et employs des administrations
publiques de Phn6m Penh ont publiC une mo-
tion par laquelle ils ont condamn t< ous les
actes tenant d saboter les efforts d'union de la
majority ,, se sont d6clares fermement en faveur
du mainlien du gouvernement actuel, < mnzmen
s'il doit t're remanid >>, et ont attest leur volon-
t6 de sottenir le Prince MONIPONG < dans n'im-


porte quelle circonstance el au prix de n'im-
porte quel sacrifice, tant que l'intdr&i supdrieur
de la nation le command >.


Divers
* Le gouvernenient royal khmer a decid6 de nte pas renou-
veler 1'affermage du casino de lPhnm Penh, qui venait a
expiration le 10 juillet. La fernicturc du casino, r6clam6e
par la press et par certain partis politiqucs, a et6 accueil-
lie avec satisfaction, en particulier par les conmmergants.
* La Cour criminelle (cambodgicnnc) de Phn6m Penh a
rendu le 17 aofit son verdict dans l'affaire de I'assassinat
de S.E. Ioeu KOEUSS, ancien President du Conseil. Cinq in-
culp6s 6taient presents, deux autres en fuite. Parmi les pre-
sents, le nommn Nou YA. qui lanca la grenade contre S.E.
IOEU KOEUSS, fut condamnin nmort, ainsi quc les deux in-
culp6s en fuite ; les autres ont 6t6 acquitt6s.
* Le 11 juillct, a Phnom Penh, M. DONALD R. HEATH a re-
mis A S.M. NORODOM SIHANOUK SCs lettres de cr6ance.
* M. DONALD CATLETT, deuxieme secretaire de la dil6ga-
tion des Etats-Unis en Indoehine, arrive le 1" aofut Phn6m
Penh, y repr6sentera en permanent le le inistrc des U.S.A.
au Cambodge.
* Dix-sept commandos de contre-gucrilla specifiquement
cambodgiens, mais qui ont 6te arms ct entraines par 1'6tat-
major francais, ont ete installs en province.


Laos

* S. E. DONALD HEATH, Ilinistre des Etats-Unis,
a remis a S. E. ()OTHONG SOUVANNAVONG, minis-
tre des Affaires Etrangbres laotien (en 1'absence
de S. M. SISAVANG VONG ct du Pr6sident du Con-
seil, S. E. PHouY SANANIKONE, SC trouvant en
France), la copie figure de ses lettres de
cr6ance.
* S. E. THAO LEUAM, ministry de 1'Economie
National, de retour de la Conf6rence de Pau,.a
regagn6 Vientiane le 18 aofit.
* Le Gouvernement laotien a decid6 de former
des commandos de contre-guerilla places sous
I'autorit6 du Ministre de I'Int6rieur. Le premier
commando est A l'instruction a Pakse et sera
oppose aux bandes Issarak et Vietminh qui ma-
nifestent de l'activit6 sur le plateau des Bolo-
vens.
Ces commandos prhludent a I'organisation de
I'armie national laotienne don't la mise sur
pied est pr6vue dans un proche avenir.
* S. M. SISAVONG VONG, qui s'est rendue en
France pour suivre une cure que n6cessite sa
sante, est arrive, avec la famille royale, le
5 juillet, a Marseille, et a gagn6 aussit6t Vittel
d'oi elle a rejoint Cannes, au milieu du mois
d'aofit. Dans cette dernibre ville, le Souverain
a eu un long entretien, le 20 aoft, avec M. LE-
TOURNEAU et le Haut-Commissaire PIGNON.


35









INFORMATIONS MILITAIRES


L'activite militaire des imois de juillet et aofit
s'est surtout manifested dans le Sud-Vietnain.
DaUs le Nord s'esi deiroulCe une operation de net-
toyage dans ia valley du Fleuve houge entire Hanoi
et Ydn IBa qui a eu pour risultat I'occupation par
les troupes franco-v'etnamiennes, le 22 aofit, de
Pha Tho, chef-lieu de la province du mniine nomi,
situ iA 80 km. au Nord-Ouest de Hanoi.
En dcliors de ceLte operation, la situation est res-
tee dans I'ensemnble came, aussi bien dans le Nord
que dans le Centre-Viet-Naim. Cependant, diffrentes
informations signalcit une activity intense chez les
rebelles passes en terriloire chiinois ct masses Ie long
de la fronti6re sino-victnamienne.
A cc propose, le Haut-Conmmissariat a r6uni les
preaves de existence, non plus d'une simple collu-
sion entire les communists chinois et eI Vietminh,
mais d'un veritable pact d'alliance qui s'esl traduit,
jusqu'ici, par les fails suivants :
-- Livraison d'armeiment 1par les Ciinois, sans
compensation ;
-- Presence d'une nis:ion clinoise aupris du gou-
vernement tie 116 chi Aini ;
Existence en Citine du Sud (Yunnan, Kouang
Si, Kouang Toung) de detaclhellents arms vietminl
et de travaiileurs vieinainien., charges de la premise
en 6tat des voices de communication ;
Remise en &tat, en Chine du Sul, des aerodro-
mes, et creation ide nouveaux aerolromes ;
Rclive de la garnison chinoise de Tung Hing
(en face de Moncay) par un detachement vietminh.
Les forces franco-vietnamiennes, face a ces pre-
paratifs, mettent en place le:; details du disnositif
de defense le long de la frontiere pour ne pas etre
prises au dipourvu par une attaque 6ventuelle.

Dans Ie Sud-Vietnam, une operation locale de-
clanchec au dbbut de juillet a permits d'aneantir une
bande de rebelles dans la region du NhabD, au Sud
de Saigon. Une soixantaine de rebelles ont 6t6 faits
prisonniers et des munitions ont 6t6 ricupir6es.
Les 3 et 4 juiilet, les rebelles ont lance une vio-
lente attaque centre des posies suppletifs dans le
Nord de la province de Binlre. Deux postes tenus
par des elmnent.s U.M.I).C. (Unites Mobiles de DB-
fense des Clhrtientes) ont ite obliges de se replier
devant la supeioriie nuinerique des assailants. Mais
!'intervention de 'aviation el I'arriv6e de renforts
par terre et par iner sur les lieux ont oblige les re-
belles a se retirer. Les renforls ont ensuite entrepris
des operations dti nettoyage dans le secteur, opera-
lions qui sc sonl terminces Ie 22 juillet.
Dans la region de An Thoi Ddny, situce i une
trentaine de kilometres au Sud-Est de Saigon, le 6
aofit, une operation menee par des fantassins et des
commandos de fusiliers margins et appuyee par l'ar-
tillerie lourde et des canons des bitilnents legers de
la marine, a permis de d6truire entibrement d'im.
portantes installations vietminh.
Dans la province de ''ravinh, les Iroupes franco
vietnamiennes onl commenc6i une operation de net


toyage a la fin de juillet dans le Sud de ia province,
dans le secteur de Badong. L'operation s'est ter-
inine vers le 28 aoit. Elie a permits tie recuperer
un stock important de vivres et de materiel divers.
Parallelement i toutes ces actions, la Silrcte viet-
namienne a entrepris des operations de police ef-
ficaces :
Le 12 juillet, une centaine d'agents de la Sftret6
vietnamienne ont fait une descent au P. C. de la
Sfrete vietminh de Saigon-Cholon. Un combat en
regle s'engagea, au course duquel un Vietminh fut
tue et six autres arriets. Grace aux documents trou-
ves dans cc P. C., une trentaine de terrorists furent
ensuite arrites, don't le < Chef de la Suretd d'assaut
(vielninh) de Suigon-Cholon >> et plusieurs indivi-
dus qui avaient participe aux attentats centre MM.
BAZIN, VUONG QUANG NIIUONG ministrye de 1'Educa-
tion Nationale), NGUYEN Huu LUONG (chef du Ser-
vice de la Presse et de I'Edition du Sud-Vietnam),
et 1) V.\N NO6,N (chief du gioupeiment de jeunesse
Than Nien Bao Ou6c Doan).
Ces diverse operations ont permits. de nieltre la
main sur trois pistolets, deux mitraillettes, une cara-
bine americaine, de nombreuses grenades et muni-
tions, une important bibliothique de propaganda
marxiste, et de lib6rer un Chinois kidnapped.
Le 25 juillet, l'organisme < financier >. de la Sfi-
rete vietminh de Saigon-Cholon, qui alimentait les
caisses de cette Sfret6 au moyen de racketts et d'en-
levements, a &ti arrtit au course d'une operation ef-
fectu6e par la Sfiretc vietnamienne.
Les deux operations massive ainsi r6ussies en
quelques jours par la Sfiret6 vietnamienne ont incith
la radio vietminh i proclamer que e l'heure de la
contre-offensive gInirale a sonni >> pour & les com-
ballans el la population. de Saigon-Cholon >. Cet
appel n'a et6 suivi d'aucun effet.
Le Vietminh, s'est 6galement livr6 A des attentats
lerroristes spectaculaires pour frapper l'esprit de la
masse. C'est ainsi qu'ont 6et assassins : le 3 juillet,
Ic journalite Luu KuII ; le 13 juillet, M. TRINH TAN
TRUYPEN, chef de la province de Cantho (Sud-Viet-
nom); le 21 juillet, le PHU NGUYEN VAN THO, d61e-
gu6 administratif de Vinh ChAu.
Par ailleurs, le dimanche 16 juillet, trois grenades
lances rue Catinat ont fait douze bless6s. don't deux
graves, parmi lesquels M. RIVERA, Commissaire des
Services de Securite; et, Ic 18, M. BONVICINI, direc-
leur-propri6taire du quotidien Saigon-Presse, a et6
gravement bless d'une balle de pistolet levant son
domicile.
Les partisans du Vietminh ont en outre attaque,
Ic 24 aoilt, un convoi routier qui sc dirigeait vers
lan Me Thudl, 250 kms au Nord de Saigon, faisant
un mort et deux bless6s. Le convoi n'a pas subi de
digits materials, 1'arrivbe des renforts ayant mis en
fuite les assailants.
D'autre part, le 24 aoit, des Hoa-Hdo dissidents
:ious la conduite du chef BA Cue, qui occupaient le
Sud de la province de Sadec, se sont rallies. La ce-
r6monie officielle du ralliement s'est deroulee en
presence du general CHANSON, commandant des for-
ces franco-vietnamiennes du Sud-Vietnam.







Au C(rmbodge, au course du mois de juillel, p)lu-
sieurs bardes vietminh onlt pu dtrc pratiquemnlent
d6truites cans la region de Ballambang-Pursal, et il
en est resulted une nette amelioration de la S6curite
dans cette region. A Moung, sur la ligne de chemin
de fer de Phnom-Penh-Ballambanj, cent < Kmers
Issaraks > porteurs de fusils l6gers se sont rallies
A l'autoriti, royale.
Le 12 iofit, une bande vietminh d'une irentaine
d'hommcs a attaque le cercle curopeen de la plan-
tation de Chap (province de Kompong Chain) it 'is-
sue d'ine seance de cinema, tuant quatre Franca is
et en enl vant cinq autres don't une jeune fille et
deux enfa nts.
Le pre: ier commando de contre-guerilla a ac-
croche durement la band rebelle du chef Pu'rn
CHHAY entire les provinces de Kandal ct Kompong
Speu, 1'obligeant ai se disperser en plusieurs groupc;s.
Dans le secteur Kandal-Kompong-Chhang, les
troupes d l'lUnion Francaise out Wt ggalement acti-
ves.
Au Laos, le 4 aoit, des forces iniportantes du
Vietminh ont lance une forte attaque contre le poste
de Sam Teu, dans la province de Sanm Nena. La garni-
son s'est dlfendue avec acharnenientt ta repousse les
assaillant apres des combats corps a corps.
L'aviat on, alcrt6e, cst intcrvenue inmndiatemeint
contre le. rassemblements rebelles signals dans les
environs du poste, tandis qu'une unite de parachutis- S
tes 6tait largube dans la vall6e. Les rebelles ont tented
un deuxiime assault contre le poste, mais la resistance
opiniatre des d6fenseurs les obligca Ai se retire en
abandonnant, sur le terrain, un grand nombre de
imorts ainsi que des armes.







AFRIQUE OCCIDENTALE FRANgAISE


F6d6ration


Le passage
du President
de I'Assembl6e
de I'Union Francaise


ee E Pr6sident de
1'Assemhblee d e
l'Union Fran -

15 aoft h Abidjan,
par le << Brazza >> qui
est le premier bati-
ment de fort tonnage qui ait franchi le nouveau
canal du port lagunaire d'Abidjan.
Aprrs Abidjan, le paquebot < Brazza > a faith
scale A Conakry, le 18 aofit. Le Gouverneur de
la Guinde Francaise est monte A hord pour
accucillir lc Pr6sident de I'Assembl6e de 1'Union
Francaise, et I'a requ, a d6jeuncr, au Palais du
Gouvernement.
Dans le courant de I'apres-midi, M. Fourcade
accompagn6 du Gouverneur, a visit la ville de
Conakry et s'cst rendu, notamment, sur les
chantiers de la Compagnie Miniere, a quelques
kilometres de la ville. II a visit, 6galement, aux
miles de Loos, 1'exploitation des hauxites du
Midi. En fin de soir6c, le << Brazza > a quitt6
Conakry pour Dakar.
M. Fourcade a 6te accueilli par M. B6chard,
ilaut-Commissaire de France en A.O.F., et par
dt nombreuses personnalit6s. Dans le courant
dc la matinee, il a 6t6 rceu par la municipality.
M. Lamine Gueye, d6pute-maire, lui A souhait6
la bienvenue ct, dans une breve allocution, a
exalt6 le sens et les rdalit6s de 1'Union Fran-
caise.
M. B6chard a evoqu6 les sentiments de la per-
manence frangaise profondement ancr6s en
Afrique Noire.
Dans sa response, M. Fourcade a rendu hom-
mage au d6put6-maire de Dakar et au Haut-Conm-
missaire.

Declarations de M. Juglas,
President de la Commission de la France
d'Outre-Mer, a I'Assemblee national,
President de la Commission parlementaire
d'enqu6te en C6te d'lvoire

M. Juglas, 1President de la Commission de la
France d'outre-mer it I'Assembl6e national, et
President de la Commission parlementaire d'en-


qu6te en C6te d'Ivoire, est arrive par avion le
19 aofit A Dakar, venant d'Abidjan. Il s'est
embarqu6 le 20 a. bord du < Brazza >> pour
rejoindre la M6tropolc.
Brossant un tableau des travaux de la Com-
mission p)arlementaire en C6te d'Ivoire, M. Ju-
glas a declare :
a< La commission s'est allelee i sa liche et
s'est rendiie sur place en chaque point du terri-
loire oin des incidents se sont deroMls et mime
dans des regions oil sans qu'il y ail eu d'inci-
dents proprement dils, lne cerlaine tension
s'clail ,manifestCe.
<< Un lrds important travail a tc2 accompli,
mais la commission s'est troulvee aux pr.'ses avec
de noinbreuses difficulltes rdsultant du nombre
considerable des idmoins et aussi de la ndces-
sitl d'apprecier cerlaines declarations parfois
inexacles pour des raisons qui n'etaient pas tou-
jours desinudressdes.
< Cependant, a poursuivi M. Juglas. du tra-
vail effecliu, aicuine conclusion ne pent Otre
encore lirde. Mes colleagues et moi-meme empor-
tons ine enorme documentation. Aucuni travail
de syntluhse ne pourra Otre accompli avant la
rentrde parlementaire el ce n'est que lorsque ce
travail sera achevu qut'un rapporleur pourra
tnre ddsigne el qu'nn ddbat pourra s'inslaurer
au Parlement. >>

Interroge d'autre part sur I'impression d'en-
semble qu'il rapport d'un s6jour de pr1)s ,d'un
mois en A. E. F. et en A. O. F., et sur les con-
trastes quc peuvent presenter les deux f6d6ra-
tions, M. Juglas a precis :
< .le liens d rendre homage aux qualitds
exceptionnelles de rdalisateur de mon ami Cor-
nul-Genlille, mais je snis oblige die reconnaitre
qu'il exisle encore une htrs grande difference
entre les dex groes de.s de territoires.
L'A. E. F. en est an stade de 'evolution que
l'on pent appeler de base. II est normal et sage
que les plans aient dld 9tablis ainsi mais il est
indlniable que ce sont encore les travanx !d'qui-
pement de premiere urgence qui y soul actuel-
lement conduits.
<< Si le port de Pointe-Noire est une magnifi-
que rcalisaiion, si un gros effort est faith actuel-
lement pour moderniser le Congo-Ocean --- plu-
sieurs locomotives Diesel ont ele dWbarquees
ainsi qu'une tres comfortable Micheline, la veille
de mon passage; si l'amenagement routier
est activement ponssE, si de nombreuses cons-
tructions sortent rapidement de terre d Brazza-






ville, cela ne represent que le stade de debut de
la mise en valeur dul pays, mise en valeur ter-
riblement frein&e par la penurie de main-
d'ceuvre.
< Par centre, en A. O. F., j'ai dld frappd par
le faith que l'dquipement de base, partout large-
ment commience el parfois trhs advance, est suivi
de plus I.rs qu'en A. E. F. par la mise en
valeur ratignnelle des lerriloires el leur intense
ddveloppeir.'ent economique et social transfor-
mant ainst la vie des populations autochlones.
Ce qu'il y a peuil-dre de plus marquant dans
cette evolution c'est I'apparition d'une bour-
geoisie africaine.
< En Cite d'Ivoire notamnment, et je dois d
ce sujet r.'ndre homage a la competence diu
Gouverneu, Pechoux, j'ai diC frappi par le deve-
loppement prodigieux de la capital, prelude d
line nouve'le prosperity de toute le territoire. Ce
n'est pas ;ans motion que j'ai, sur le Brazza,
pendtre dans le chenal qui relic la lagune a la
mer. C'est Id ine remarquable realisation de la
technique franwaise.
< A Da,'ar, cette mine impression prevaut,
avec peut-,-tre encore plus d'acuitl, devant le
spectacle c'e l'immense chantier que reprdsen-
tent la -apitale fIddrale et ses abords
immddiats.
< Au toial il est intlressant de voir qu'en
A. E. F., au Cameroun et en A. O. F., les resul-
lats de la ioi dui 30 a'ril 1946, crrant le Fides,
sont tels qlie nous ne pouvons que souhailer voir
les Ministires mdtropolitains et en parliculier
le Ministi e des Finances, de mnme qu'd l'As-
semblde nitionale, les commissions, ne pas
rdduire le: credits qui, maintenant que des
entreprises bien outillies sonl sinr place, peuvent
donner le maximum de rendement. >


L'a oprovisionnemnnt du territoire

L'approvisionnement du territoire en articles
et products essentials peut etrc consider come
r6solu.
Les indices parties du commerce d'importa-
tions corre;pondant aux posts les plus impor-
tants de la vie economique du territoire, sont
les suivants pour 1949 (base 1939 : 100).
a) Biens de consommation. Alimentation :
180; textiles : 85; divers : 220.
b) Biens de production. -- Energic (houille,
essence, g.s-oil, fuel-oil) : 165; matieres pre-
mieres (bois, chaux et ciments, huile de grais-
sage, metat x, products chimique) : 165; 6quipe-
ment (tracteurs et machines agricoles, outils,
voitures automobiles, ouvragcs en m6taux, voi-


tures de chemin de fer, pneumatiques et cham-
hres a air, etc.) : 300.
L'indice general resort a, 175.
L'examen de ces indices permet de noter deux
faits caract6ristiques : les importations de tex-
tiles n'ont pas atteint leur niveau de 1939 (ce
niveau n'a 6t6 d6pass6 qu'en 1947 avec l'indice
115) les hiens d'equipement accusent un indice
triple de cclui de 1939, traduisant ainsi l'inci-
dence du plan de dlveloppement 6conomique
sur Ic volume des importations.
Les prix a l'importation sont dominos par
ceux de la m6tropole don't la part dans le traffic
total continue a s'accroitre: en valeur, les impor-
tations venant de France interviennent en 1949
pour 68 % centre 59,6 % en 1948; celles qui
sont originaires d'autres pays de l'Union Fran-
caise pour 10 % contre 12,1 % et celles qui pro-
viennent de l'6tranger pour 22 % contre 28,3 %.
Autrcment dit, les importations de 1'Union Fran-
Caise passent de 71 h 78 %; celles de 1'6tranger
tombent de 28 it 22 %.
Les prix industries de la m6tropole, don't on
sait l'influcnce primordial sur le coit des mar-
chandises importecs en Afrique Occidentale
Francaise, sont rest-s stationnaires en 1949.
Mais la devaluation de septembre 1949 devait,
normalement, se traduire par une augmentation
des prix des products et articles provenant de
I'etranger, notamment des Etats-Unis, augmen-
tation qui aurait di entrainer cclle de l'indice
des prix i l'importation.
Or, les prix de vente au detail, a Dakar, des
articles imports de grande consommation se
situent aux environs de l'indice 2.000 (base 100
en 1939), c'est-a-dire sensiblement au mnme
chiffre qu'en juin 1949.
On considire ces rCsultats appreciables
come la consequence d'un approvisionnement
suffisant, sans lequel aurait 6t6 impossible le
retour, en 1949, au regime de la lihert6 des prix
et par suite, de la concurrence qui a oblige le
commerce local a 6tablir ses prix de vente a des
taux plus en rapport avcc les prix de revient
r6els, en 'd'autres terms a consentir des allege-
ments sur ses marges hin6ficiaires.


Les importations japonaises dans le territoire

Les importations japonaises commencent, de
nouveau, a apparaitre sur le march africain,
notamment en Afrique du Sud, au Congo belge,
en Nig6ria.
En A. O. F. et au Togo, les importations en
provenance du Japon sont, pour le moment,
limit6es par Ic jeu des contingents, mais elles
commencent a se manifestcr. C'est ainsi que les








totaux pour I'A. 0. F. et le Togo sont, respec-
tivement, pour le premier semestre, de 435.000
et 165.000 dollars.
Les importations de products japonais en
A. O. F. pendant la periode qui a pr6ecde la der-
nitre guerre, s'6taient elev6es :
20.559.000 francs en 1935;
33.002.000 francs en 1936:
20.559.000 francs en 1937;
42.640.000 francs en 1938;
Les principaux products imports ont Wti des
nattes, des cotonnades, de la quincaillerie, des
t6les ondulees 16gbres et du the vert.


L'ananas en Afrique Occidentale Francaise

Parmi les richesses fruitibres de la Guin6e et
de la Cote d'Ivoire, I'ananas occupe une place
particuliere. Il semble qu'il faille s'attendre,
dans un avenir prochain, A une magnifique
extension de sa culture. Il est intlressant de
constater que ce d6veloppemcnt est uniquement
dfi A l'installation, sur place, d'industries de
transformation qui ont, dejA en 1948, aliment6
la m6tropole en jus d'ananas.
La GUINEE s'est int6ress6e de longue date a la
culture de 1'ananas. Mais c'est surtout la Basse-
Guinee qui est particulierement d6signae pour
6tendre cette production. La region de Kindia,
intermrdiaire centre le Foutag-Djalon et lc litto-
ral, est, Agalement, tres favorable en raison des
possibilities d'irrigation qu'elle prlscnte. II faut
noter, en effet, que l'ananas est un fruit delicate
necessitant une temperature variant centre 24 et
27" centigrade (bien qu'il puisse supporter des
expositions beaucoup plus chaudes).
A la veille de la guerre seulement, quclques
plantations rationnelles cxistaient, I'unc a
Kouria et Man6ah, avec une trcntaine d'hec-
tares, et l'autre, pres de Benty, avoc une ving-
taine d'hectares.
Pendant la guerre, de reels efforts ont 1et
faits. En 1944, les Services de l'Agriculture an-
noncaient une superficie plant6e de 250 ha. con-
tre 172 en 1942.
Actuellement, on peut dire qu'il y a plus de
400 ha. de plants dans les trois principaux cen-
tres qui sont : Benty, Dubreka, Forncariah.
Kindia.
La culture de l'ananas en COTE I)'IVOIRE
merite, 6galement, une mention sp6ciale. Depuis
1938, cette culture a pris un certain essor.
Les principals exploitations sont :
-- A Abidjan, celles de la Socilt6 << Colfra >>,
du Comit6 d'Etudes de 1'< African Fruit and
Conning Corporation >;


A Tiassale, cells de la Socite << Bafocao :>
Au Nicky, celle de la Soci6t6 Saba >:
-- A Grand-Bassam, celle de la Socit_ Alsa-
cienne de la C6te d'Ivoire.
Les varieties cultivses sont princimalenent
l'abacaxi et la Cayenne lisse.
Actucllement, les surfaces plantees en ana-
nas scraient de l'ordre de trois cents hectares de
plantations commercials, surtout en Basse-
C6te, ou les conditions sont plus int6ressantes
autour d'Abidjan.

Le credit agricole et les exploitants forestiers

Aux terms du decret du 26 juin 1931, les
prAts consentis au titre du Cr6dit Agricole << sont
destines exclhsiuement d faciliter ou garantir les
operations concernant la production agricole .
Le seul am6nagement au texte organique inter-
venu par le Decret du 15 septembre 1949 tend,
aux Coop6ratives de Pecheurs, .le bhnAfice du
Credit Agricole.
Toutefois, en raison de 1'extension r6cente
donn6e 5 l'activite du Cr6dit Agricole et bien
que les exploitants forestiers ne soicnt pas d6si-
gn6s de facon precise dans le Decret, le terme
de < production agricole > a ete interpr6t6 dans
son sens le plus large, englobant tout ce que
product le travail et l'am6lioration de la terre
(dans le domain v6g6tal comme dans le rigne
animal).
Quclques prets concernant des exploitants forestiers, ont
d6ja, ut6 consentis et les dossiers de demands, qui seront
transmis par les Territoires concernant les travailleurs on
exploitants de la fort, seront favorablement examines.
Enfin, pour dissiper touted 6quivoque et consolider cette
manicre de voir, le project de Decret portant riorganisation
du Credit Agricole en A.O.F., dlabore par les Services Eco-
nomiques et sur lequel le Grand Conseil est actuellement
consult, dispose, dans son article premier :
< Les caisses de Cr6dit Agricole out pour objet de faci-
liter et de garantir les operations concernant n] production
rural, agricole, pastorale, forestiire on artisanale, ainsi que
cells qui intressent i'activite des Cooperatives de P&-
cheurs. >
Ainsi l'activite du Cr6dit Agricole s'6tend d6jA,
et s'ktendra remain davantage aux exploitants
fonciers des diff6rents territoires de la F6d6-
ration.


Les projects d'6tablissement
d'une chaine du froid en A. O. F.

Le plan decennal d'6quipement de l'A. O. F.
reserve une place important au developpement
des industries du Froid dans les divers terri-
toires de la F6edration. Cette question prssente,
en effet, en A. O. F. surtout, un intbret certain.






La r6alisation d'une chalne du froid suppose :
Des installations fixes (entrepots frigori-
fiques, aba:toirs, etc...) A l'interieur d'une part.
et dans les ports d'autre part;
des noyens de transport pour Ctablir la
coordination et les courants d'6change entire
I'int6rieur et les ports.
II y a lieu, tout d'abord, de proc6der la cra-
tion d'installations fixes. La premiere realisa-
tion h cet 6gard sera I'entrep6t frigorifique de
Dakar doni la construction est en course dans le
port de commerce et sera suivie d'autres instal-
lations dans tous les centres important de
l'A. O. F.
En cc qili concerne l'entrep6t frigorifique du
port de Dakar, plusicurs branches d'activit6s
sont prevues don't la fabrication de. la glace et
la congelation et l'entrcposage de products
(viandes, poissons, denroes diverses.
Cet entrep6t amfliorera consid6rablement les
facilities accord6es aux navires faisant relache a
Dakar et y attirera ainsi un traffic suppl6men-
taire d'escale. D'autre part, ii deviendra possible
de crder une important industries de peche ct
d'utiliser tinsi les richesses naturelles que
repr6sentert les eaux tres poissonneuses de la
presqu'ile :lu Cap Vert. Enfin, le ravitaillement
de Dakar et de 1'A. O. F. pourra Rtre notable-
ment am6lior6.
Parmi les autres installations prevues en
A. O. F., il faut citer :
Les frigorifiqucs de Saint-Louis, de Thins
et de Kaola:ck, au S6n6gal;
Le frigorifique de Port-Etienne, en Mauri-
tanie;
Les frigorifiques de Bamako, de Kayes et
de Segou au Soudan.
D'autre part, des installations de faibles
importances sont envi'sag6es A Niamey et, 6ven-
tuellement a Zinder, au Niger. Elles consistent
en entrepit d'int6rRt purement local.
Des frigurifiques seront installs A Bobo-Diou-
lasso et in Ouagadougou, en Haute-Volta.
En C6te d'Ivoire, un frigorifique est pr6vu h
Abidjan, en premiere urgence, pour assurer la
conservatii n et la r6partition des viandes venues
de l'int6rie ur.
Deux petites installations sont, 6galement, i
crier en G -in6e.
-L'en rep6t de Conakry, pour assurer la
conservation n et la r6partition des viandes
venues de l'int6rieur:
-- Le frigorifique de Mamou, permettant de
ravitailler les centres du Sud, grace au b6tail
de Fouta-Djallon.
Enfin, su Dahomey, A Cotonou et a Parakou,


'deux installations de faible importance sont
cr6ees.
Pour 6tablir la liaison entire les divers l66-
ments de cette vaste Chaine du Froid, en atten-
dant les r6alisations que pernet d'esp6rer le
d6veloppement actuel de l'aviaiion, il faut, sur-
tout. computer sur les transports 'erroviaires.
Toutefois, la rigueur du climate et la longueur
des parcours (1.200 kilometres environ de
Bamako a Dakar et de Ouagadougoun 5 Abidjan)
posent des problimes tres diffcrents de ceux
rencontr6s en Europe.
En Europe, on peut se contender de wagons
isothermes (isol(s, ventil6s, mais non munis de
source do froid) ou de wagons refrig6rants
(munis de glace), mais on ne rencohtre pratique-
ment aucun wagon dit frigorifique, c'cst-A-dire
muni d'une installation mecaniqte autonomy de
production du froid.
En A. O. F., ainsi que des exp6ricnces faites
sur diff6rents rCseaux avant guerre I'ont mon-
tr6, il ne saurait tire question de d6passer envi-
ront cinq cents kilomitres sans recharger entib-
rement les bacs it glace d'un wagon. Cette suj6-
tion, joint au prix Oleve de la glace, parait
devoir nous mettre dans l'obligation de nous
orienter vcrs le wagon-frigorifique, veritable fri-
gidaire ambulant, malgr6 son prix beaucoup
plus Elev6.


Le Comit6 federal au Tourisme

Le Grand Conscil de I'A. O. F. a propose la
creation d'un Comitc' Fdd6ral du Tourisme, com-
pos6 de d616gucs des organisms priv6s de tou-
risme et de representants du Gouvernement
g6n6ral.
La creation de cc ComitE a suscit6 beaucoup
d'intmret et nombrcuses sont les entreprises pri-
v6es, non pr6vnes par I'arrete f'instituant, qui
ont demand ai participer aux travaux de cette
Commission.
C'est d'ailleurs lh ulne (euvre de longue haleine qui est
entreprise ct qui ne portera ses fruits que dans un dMlai
assez long, apris l'investissement d'importants capitaux dans
une industries h6telirce diFri- de ce nom et la creation de
v6ritables r6scaux touristi Nombre de problimns lechliiques se posent a ce Comit&.
Les principaux ont eu6 ainsi definis :
a) DBsignation de << capitals > touristiques parfaitement
6quip6es, destinies a servir de base aux circuits touristiques,
an d6bouch6 des voices internationales a6riennes et mari-
times ;
b) Am6nagement de circuits touristiques soigneusement
choisis, passant par les regions les plus belles et les plus
interessantes d'A.O.F., avcc creation de centres interm6diai-
res formant gites d'etapes ;
c) Sauvegarde de 1'avenir par le classement des sites, mo.







numents historiques, la constitution de reserves de chasse
et de pares nationaux, etc...
Le Comit6 Federal du Tourisme a tenu, en juin, une pre-
miere et important session, don't la stance inaugural fut
prdsid6e par le Haut-Coimissaire. Apr s examen des deci-
sions du Congris International du Tourisme de Nairobi, des
vaeux furent emis. Une Commission permanent est charge
de les faire aboutir aupres des organismes comp&tents.
Seul, le developpement de la piste n 3 < Tamanrasset-
Agades-Zinder-Kano > a rencontr6 l'opposition du Comite
en raison du faible inter&t touristique de cette route en
A.O.F. et de I'infime parties des territoires traverses ; le
Comite a consider, par ailleurs, que << 'A.O.F., si elle se
doit de contribuer a l'am6nagement des routes de conmmu-
nications inter-africaines, est, cependant, fond6e a demander
que le choix des routes A amenager soit fait de telle sorte
qu'elle puisse retire un benefice 16gitime des efforts accom-
plis par elle ,
C'est done la piste n 2 don't le Comite a decide de re-
clamer le d6veloppement.
Celle-ci suit la ligne << Colomb-B6chard, Hoggar, Bidon-V,
Gao >>. Les tronvons << Gao-Niamey >, avec un crochet par
le pare national du W. du Niger, et < Niamey-Zinder >
seront, 6galement, i amenager et permeltront le raccorde-
ment i la route << Zinder-Kano > et a la piste no 3.
Un autre point important examine par le Comite a et6
celui des formalities d'entree des tourists. On sait combien
la multiplicity de celles-ci peut rebuter le visiteur 6ventuel.
Les Directions de la Sfiret6 et des Douanes ont done et
consult6es dans le but de reduire au minimum les formalitis
i accomplir par le tourist ou le chasseur.
Passeport, bulletin des Douanes, certificat de change, tryp-
tique de voiture pourraient faire I'objet d'unc seule et mnmen
piece officielle, delivr6c, d'une favon d6finitivc, an voyageur
auquel est reconnue la quality de < tourist >.
Le Comit6 a, egalement, adopt deux circuits touristiques :
I'un emprunterait l'itin6raire suivant : < Tambacounda-You-
kounkoun-Lab6-Dalaba Kissidougou-N'Z6r6kor-Man Daloa-
Bouaflk-Abidjan >. Ce circuit traverse la Haute-Gambie, le
Fouta-Djallon, la Ilaute-Cuinee, la region de Man et la fort
guineenne, pour aboutir aux lagunes d'Abidjan. A h'int6rAt
des sites varies traverses s'ajoute celui de populations di.
verses, au rice folklore.
L'autre, partant du Bas-Dahomey ou de Lome, apres avoir
traverse Ic Moyen Togo, passerait par Lama-Kara, Natittin-
gou et la region giboyeuse de Niamey, pour aboutir i Gao.
LA, il se raccorderait A la piste transsaharienne no 2.
La Commission permanent du Comit6 du Tourisnie se
pr6occupera de faire aboutir les aminagenients n6cessaires
pour rendre les routes deja existantes praticables en toute
saison.
La construction d'un r6seau hotelier, parallblement i
l'ainnagement des pistes, est un problmne qui a longuement
retenu 1'attention du Comit6 du Tourisme. Les Chefs de
Territoires seront pressentis pour faire des propositions
chiffr6es, de facon i ce que le Comit, puisse demander
l'inseription de credits au budget du Grand Conseil, en
octobre.


Visite du Haut-Commissaire
en Gambie britannique

Rendant la visit que, le 14 juillet dernier, lui
avait faite le Gouverneur de la Gambie, Sir Percy


Wyn Harris, M. Paul B6chard, Haut-Commis-
saire de la R6publique en A. 0. F. s'est rendu h
Bathurst. II y a 6t6 requ par le Gouverneur du
Territoire, en compagnie duquel il a visit la
ferme de la < Colonial Development Corpora-
tion >, important centre d'Mlevage de volailles.

Outre M. Bruce Henderson, consul g6n6ral de
Grande-d3retagne en A. O. F., qui I'avait accom-
pagn6 dans son voyage, le Haut-Commissaire de
la R6publique ramenait, A Dakar, M. Wilson,
directeur des Travaux publics de la Gamhie,
pour une mission de liaison avec son colligue
de 1'A. O. F.

Convaincus de la necessitC d'une 6troite coop&-
ration franco-britannique en Afrique, les chefs
des deux territoires se sont mis d'accoid sur les
bases g6n6rales d'un project d'arrangement que
M. Deriaud, directeur general des services 6co-
nomiques de 1'A. O. F. -- qui accompagnait le
Haut-Commissaire et M. Jacobs, Secrdtaire
g6n6ral de la Gambie, doivent 6tudier dans le
detail et mettre an point avant le mois l'octolre.


Le pelerinage annual pour la Mecque

Le pelerinage annual pour la MecqLeu grou-
pera, cette annee, deux cent quatre-vingt-qua-
tre Musulmans de 1'A. O. F., provenant de tous
les Territoires de la Federation.
Aux c6tds des repr6sentants du Sin6gal, au
nombre de cent quarante-deux, la C6te d'lvoire
aura quarante-six p]lerins, la Guinec trentc-
sept, le Soudan trente et un, la Mauritanie, dix-
sept; le Niger, six; le Dahomey, quatre et la
Haute-Volga un.
Le rassemblement g6n6ral s'est effectu6 A Da-
kar.
Le d6part pour La Mecque a eu lieu le 26 aofit
et les p6lerins se sont embarqu6s a bord du
< Banfora >.


Une heureuse r6alisation social
de la Banque de I'A. O. F.

La Banque de l'Afrique Occidentale Fran-
gaise a entrepris la realisation d'un project a
1'6tude depuis 1948 et qui devait permeltre a ses
commitafricains, les plus m6ritants, d'itre pro-
priftaires, grace A son appui financier, d'un lo-
gement convenable pour eux et leur famille. De
multiples d6marches et 6tudes ont eu lieu entire
temps pour faire obtenir a ses commis des ha-
bitations demeurant leur propri6t6, aux meilleu-
res conditions de confort, d'agr6ment et de prix.







Apres avoir examine les diverse solutions
concernart le choix du terrain, les nombreuses
propositions des Entreprises de travaux, les
meilleure5 conditions pour fair b6n6ficier ses
commis do son aide financibre, la B. A. O. a
d6cid6 do r6aliscr .la construction de dix villas
jumelees, sur un terrain du Point << E >.

Elle a. (n outre, ced6 it chacun de ses commis
une parclle de 235 m2 de terrain. En ce qui
concern le logement chaque famille aura une
villa comnlrenant :

Une cha mbre, un living-rom, une veranda cou-
verte, une cuisine, une cabinet de toilette, dou-
chiere, w.-c.
Ces villis, d'une surface bitic dc 60 m2 envi-
ron, et doties du comfort moderne, sont A la fois
agr6ables At pratiques.
En plus du terrain, vendu A un prix r6duit, la
Banque de l'Afrique Occidentale Frangaise con-
sent i ses commis les advances n6cessaires A la
construction de ces villas A des conditions tris
lib6rales. ]'amortissement de I'avance est fix6e
au prorate des ann6es durant lesquelles il est
prevu que l'employ6 puisse travailler au service
de la Banque. Le prix de revient 6tabli pour ces
villas y compris le terrain est de 750.000
francs.

Le Haut.Commissairc a tenu marquer tout
l'int6ret qu'il attachait A cette initiative de la
B.A.O. en venant personnellement, le 8 aofit,
visitor ces maisons. S'adressant aux nouveau
propri6taires, en presence des Directeurs de la
Banque, il a mis en evidence 1'effort qui 6tait
consent e. leur faveur effort que les Afri-
cains doivent reconnaitre <' en ayant a cocur
d'entreteni; correctement ccs logis neufs, de le:s
embellir par des jardins > et d'accider d6sormais
a des conditions de vie semblables a celles d'un
metropolitan in.



Informations diverse

* A l'occa;ion de la fete national amnricaine,
le Consul g6n6ral des Etats-Unis, M. Perry N.
Jester, a proc6di i l'inauguration de la nouvelle
bibliothique americaine, ouverte DI)akar, en
presence dc M. Paul B6chard, Haut-Commissaire
de la Repuilique.

* Le colonel Missonier, d6sign6 pour prendre le
commandement de l'Artillerie en A.O.F., est
arrive h Dakar. II a 6t6 salu6, A son arrive, par
de nombreuses personnalites militaires.


S6negal

L'uiilisation en agriculture des phosphates naturels
de la R6gion de Thies

L'exploitation do phosphates naturels a WtE
entreprise dans la region de Thies, ils se pr6sen-
tent sous deux former :
Phosphate d'aliumine qui est peu assimi-
lable A l'6tat brut, mais qui, apris calcination,
semble plus efficace ; les essais effectuis a
Bambey sur arachide depuis trois ans, en utili-
sant un phosphate trait, il est vrai, dans des
conditions anormnales et sans contrble, ne per-
mettent ccpendant pas encore de formuler de
conclusions d6finitives sur sa valeur ; d'autres
essais seront r6alis6s en 1950 avec un product
pr6par6 industriellement en France, don't l'effi-
cacit6 et la regularite sont mieux assurees ;
Phosphate tricalcique, qui semble le plu.
interessant pour les terrcs A arachide, d'apres
les premiers r6sultats que nous avons obtenus ;
ces resultats que nous pr6cisons plus loin de-
mandent cependant a etre v6rifi6s pendant trois
ou quatre ans encore.
Ce phosphate tricalcique va etre exploit dans
la region de Lam-laim A 12 kilometres au nord
de This, A proximity de la route de Tivaouane,
il existe 1I plusieurs poches importantes don't
une va etre mise en exploitation au d6but de
1951 ; cette poche repr6senterait au moins un
million de tonnes de phosphate ; clle apparait
a 15 mntres de profondeur, sous une epaisse
couche de << laterite > ; cette < laterite > est en
r6alit6 un mdlange d'oxyde ferrique et de peti-
tes quatit6s de phosphate d'alumine inutilisable.
Les travaux pr6paratoires d'exploitation exe-
cut6s actuellement consistent A d6blayer la
couche de 15 metres de terrain artificial sterile ;
la Compagnie dispose de quatre pelles mecani-
ques i grand rendement qui enlevent une pre-
miere tranche de terrain de 8 mUtres d'6pais-
scur ; il restera i enlever une deuxieme tranche
de 7 mitres pour arriver au phosphate et pou-
voir effectuer son exploitation A ciel ouvert. Ces
travaux pr6paratoires sont done tris longs, en
raison d'unc part de 1'6paisseur de la couche
a deblayer (15 nmtres) et d'autre part de la
nature de cette couche (carapace laterique) ; il
est necessaire en particulier d'6branler et de dis-
loquer cctte carapace avant le passage des pelles,
a l'aide de .< marteaux > qui perforent le sol sur
une grande profondeur. Mais lorsque le phos-
phate aura WtC mis A jour, son exploitation sera
tres facile.
Cc phosphate tricalcique se revele riche A
I'analyse ; il content g6neralement de 36 A 38 %







de P 205, ce qui correspond A une teneur de
42,6 A 45 % de CaO ; le produit brut content,
done 78 A 83 % de phosphate tricalcique cal-
cul6, ce qui le classes parmi les phosphates natu-
rels les plus riches ; ceux du Maroc par example
contiennent g6n6ralement moins de 80 % (P 04)
2. Ca 3 calcul6.
La Compagnie charge de I'exploitation des
a phosphates, peut livrer le phosphate tricalcique
broy6, tamis6 et ensach6.
Le probleme du tamisage est important ; la
Compagnie peut livrer un produit pass au tami.3
100, 120 ou 150 ; c'est le maximum de finesse
qui peut etre obtenu.
Un certain nombre d'essais ont 6te effectu6s
sur diverse cultures. Ils ont donn6 les r6sultat;.
suivants :
1" Essais sur le riz d Richard-Toll :
Phosphate tricalcique et phosphate d'alumine
sont rests inefficaces jusqu'ici; les essais seront
n6anmoins poursuivis pendant trois ou quatre
ans encore.
2 Essais sur arachide d Bambey :
a) Phosphate tricalcique :
Dans un premier essai il donne la premiere
ann6e une plus-value de 14 % qui n'est d'ail-
leurs pas tout-A-fait significative (90 chances sur
100 pour que cette plus-value soit dfie A l'action
de l'engrais) ; mais dbs la second ann6e de
culture, cette plus-value atteint 22,9 % et de-
vient alors significative.
Dans un deuxibme essai ce meme phosphate
donne dbs la premiere ann6e une plus-value
significative de 11,4 % ; malheureusement ce
r6sultat positif ne s'est pas confirm en 1949,
deuxieme ann6e de culture, en raison des con-
ditions climatiques d6favorables.
b) Phosphate d'alumine :
A. Brut :
Dans un premier essai, il ne se r6vele pas
sup6rieur au t6moin, ni la premiere ann6e, ni la
second.
Dans un deuxibme essai au contraire il donne
une plus-value significative de 10 % des la pre-
miere ann6e ; mais en 1949 ofi les conditions
furent d6favorables aucun r6sultat positif n'est
ressorti.
B. Solubilis6 :
Premier essai : 16 % de plus-value la pre-
miere ann6e, ce r6sultat 6tant presque signifi-
catif (94 chances pour 100).
11 % de plus-value la second ann6e, mais
r6sultat non significatif.


Deuxidme essai : 9 % de plus-value la pre-
miere ann6e, ce resultat 6tant significatif.
Aucun r6sultat positif la second ann6e, en
raison des conditions d6favorables,
Les phosphates naturels de Thins n'ont encore
donn6 aucun r6sultat positif sur le riz.
Sur I'arachide, le phosphate tricalcique est
efficace au moins A la se6onde ann6e de culture,
parf6is dbs la premiere ann6e ; l'cxecdent de
rendement peut d6passer 20 %.
Mais il est n6cessaire de continue les obser-
vations pendant plusieurs annbes encore avant
que l'on puisse conclure de facon definitive sur
l'6conomie de I'operation, 6tant donnr qu'il
s'agit d'une fumure de fond qui peut exercer son
action pendant au moins quatre ou cinq ans.
L'action du phosphate d'alumine est moins
nette et lA encore les observations doivent Atre
poursuivies pendant plusieurs ann6es avant que
l'on ait la possibility de forniuler une conclusion.


Extension du r6seau tel6phonique de Dakar
L'extension continuelle et acc616ree de Dakar
pose, actuellement, et avec une acuit6 particu-
lifre, un certain nombre de problemes d'am6na-
gement de diff6rents services publics (t161phone.
eaux, 6gouts, voiric, etc...).
Parmi ceux-ci, celui de la r6fection et de l'ex-
tension du r6seau til6phonique se place au pre-
mier plan. Quelques chiffres en front mieux
comprendre toute l'ampleur.
Le central automatique actuel, 6quipl) 2.000
lignes, est satur6 et le reseau des cAbles est
insuffisant pour envisager son extension. Or,
plus de mille demands d'abonnement sont insa-
tisfaites et les besoins r6els, pour l'immndiat,
sont de l'ordre de 2.500 car de nombreux parti-
culiers, connaissant les difficulties actuelles,
n'adressent mame pas leur demand.
Pour rem6dier A cet 6tat de choses, un pro-
gramme d'ensemble a 6t6 61abor6. Son execu-
tion est en course. Ce programme comprend la
mise en service, dans le courant de 1951, d'un
central nouveau, a 3.000 lignes, a Medina ; de
1.000 lignes nouvelles au Central Ponty et de
400 lignes dans les centraux auxiliaires.
Au total, 6.400 lignes, au lieu des 2.000 exis-
tant actuellement.
Les projects ult6rieurs portent sur une exten-
sion A 10.000 au Central M6dina et h 6.000 au
Central Ponty.
En attendant cette extension, le service t01.-
phonique de la Direction F6d6rale des Postes et
Telecommunications a d6cide la mise en place,
tres prochainement, d'un central manuel Avenue
Malick Sy, permettant de raccorder quatre cents





abonn6s nouveaux. Ces abonnes passeront en
automatique, en priority, au d6but de 1951.
Mais, pour preparer la mise en service de ces Aiouvelles
installations automatiques, le reseau de cables doit 6tre
entiircment refait. Ce sont ccs travaux qui sont, actuelle-
mnent, en cours en different points de Dakar. Aux proc6des
archaiques, constiiubs par la pose, en pleine terre, des dif-
f&rents cable.!, une technique nouvelle a 6t6 adoptee, tech-
nique qui oliligc, actuellement, a des travaux, trcs impor-
tants dans dc nonibreuses artercs de la ville, nais qui ont
pour avantage d'etre definitifs quel que soit le nombre de
lignes i installer.
Dans le sons-sol, des canalisations en cinient, comportant
plusieurs alvi oles, sont construitcs. Sur le trace de ces con-
duites multi-lubulaires, sont places, A des distances regu.
liercs, des cliambres souterraines, fermies par des plaques
au niveau des trottoirs. Pour poser un ccible, il suffit de
Ic tirer a tr.vers 'un des trons de la canalisation, d'une
chanmbre i la chambre voisine, et ii n'est plus besoin, ainsi,
d'ouvrir la c;eauss6e. Lors de la construction de ces eanali-
sations, on pl voit, afin de preserver l'avenir, beaucoup plus
d'alveoles que ne le necessitcnt les besoins inmmndiats.

Cet effo t de modernisation et d'extension ne
s'6tend, cependant, pas seulement A Dakar et A
sa proche banlieuc. Dans l'int6rieur de la F6dM-
ration, trois cents kilom6tres de lignes aerien-
nes ont 6et construites, en un an, entire Thi6s et
Tambacounda. Beaucoup de centraux ont 6te
am6lior6s et des r6seaux urbains souterrains ont
6t6 mis en service. notamment A Niamey, This,.
Kaolack, Khombole, Bamboy, Diourbel, etc...
D'autres, cnfin. sont en course de construction AL
Conakry, C:otonou, Po-to-Novo, Ouagadougou et
Bobo-Diou lasso.


L'6quipement du territoire

On announce l'achbvement do deux points d6fi-
nitifs de liuit metres de port6e entire le poste de
Diouloulou et la frontiere Sud-Ouest de la Gam-
bie Britannique, ce qui rend, ainsi, praticable
en toute s aison la route < Ziguinchor-Bignona-
Diouloulou-Selety-Bathurst. >
Quatre stations m6tdorologiques de renseigne-
ments doivent etre construites, cette ann6e, au
Sen6gal : deux, sur le F.I.D.E.S., A Matam et A
Podor, rel enant, chacune, a deux millions, et
deux sur le budget g6ndral, a Diourbel et A
Linguere.
Les travaux ont commence le 15 juin A Podor
et A Matara.


Prochaine mise en service d'autobus a Dakar

Un app;:l d'offres a 6te, r6cemment, lance
pour la foulrniture, au Gouvernement G6neral, de
vingt autcears destines i un service de trans-
ports en commun, urbain et suburban.


Dans quclques mois, Dakar et sa banlieue
scront dotes d'un service public d' < autobus >
qui sillonneront les principles arteres de la villa
et permettront aux habitants de Fann, du
Point E et de Yoff, do se rendre sans g6ne A
Dakar.


Inauguration d'une usine d'emballages metalliques

Une nouvclle industric, concernant la confec-
tion des boites m6talliques pour les conserves de
poisson, les huiles, les jus de fruits, les bi6res,
etc..., est n6e a Dakar.
Une usine, dotee d'un materiel moderne, a et6
inaugurde par M. P. BWchard, Haut-Commissaire
de la R6publique, en presence do nombreuses
personnalit6s.


Le terrain d'aviation de Ziguinchor
est utilisable en toutes saisons

La nouvelle piste du terrain d'aviation de Zi-
guinchor, longue de 1.350 m6tres et large de 40,
est en service et les pluies de ces derniers jours
n'ont entrav6 en ricn le traffic a6rien.
Cette piste, commence en f6vrier, a 6t6 ter-
min6c en juin, ct les ddpenses pour sa confec-
tion sc chiffrcnt A une cinquantaine de millions.
R6alis6c selon la m6thode nouvelle de la stabili-
sation des sols apris des 6tudes en laboratoire,
la piste a 6t6 aminag6e grace i un materiel mo-
derne, unique encore en Afrique.


Rdorganisation des services municipaux de Dakar

Sous l'impulsion de M. Lamine-Gueye, d6put6-
maire de Dakar, des conferences avec ses
adjoints, les conscillers municipaux et les prin-
cipaux chefs de service ont permis une refonte
des services de la mairie. Cette refonte, d6jA pre-
vuc et prepare, notamment, par M" Bonifay,
maire-adjoint, a pris sa forme definitive.
La rdorganisation de la mairie, maintenant
effective, permet le suppression de 1.300 emplois
et autorise le regroupement des services pour un
rendement sup6rieur.

Guin&e

L'exploitation des minerals de fer

L'cxploitation, sur une grande 6chelle. des
gisements de mineral (Ic fer, en Guin6e Fran-
caise, avec du materiel fourni par le Plan Mar-
shall, permettra, en quelques annEes, des" expor-
tations massive de ce mineral en Europe occi-
dentale et, peut-6tre, aux Etats-Unis estime






la Mission special de I'E.C.A. en France. L'in-
formation qu'elle diffuse A ce sujet dit notam-
ment :
Les travaux d'ores et d6ja commences de-
vraient, en efTet, permettre, i la Guin6c Fran-
qaise, des la fin de 1952, d'envoyer des millions
de tonnes de minerai i la Grande-Bretagne, la
Ruhr, la France, la Sarre, les pays du Benelux,
l'Italie, et, peut-~tre mIme, Ics Etats-Unis.
< L'E. C. A. vient d'affecter la some de
1.975.650 dollars a I'achat de matlriel de mine,
de terrassement ct de chargement par la Compa-
gnie Miniere de Conakry en A.O.F. On pense que
les mines de Conakry pourront commencer it
exporter 500.000 tonnes de mineral par an vers
la fin de 1952. Ce chiffre serait port& i 1.200.000
tonnes par an en 1953 et a 3.000.000 de tonnes
l'annie suivante.
< Les mines de Conakry seront les preminires
mines de fer sous contr6le fran.ais au sud du
Sahara, et leur production sera prolablement la
plus important de tout le continent africain.
La Grande-Bretagne aurait I'intention d'achcter
au moins 500.000 tonnes de mineral de fer par
an t Conakry ct, peut-&tre, jusqu'n 1.000.000 de
tonnes. Les acieries de la Ruhr, de leur c6t6. en
voudraient 600.000 tonnes par an. Les produc-
teurs d'acier, en France, Sarre, Luxembourg,
Belgique et Italie manifcstent, 6galement, le plus
grand int6ret pour ce project.
< De mimc, les acieries amnricaines scraient
d6sireuses de s'approvisionner 6ventuellement
en mineral de Conakry, surtout si la production
de la siddrurgic sur la c6te Est des Etats-Unis
se d6veloppe commie privu. Enfin, les comit6s
de l'acier de I'O.E.C.E. et de I'E.C.E. (Commis-
sion Economique de l'Europe) s'int6ressent vive-
ment, aussi, au d6veloppenment des resources
en mineral de fer, car, bien que ces resources
semblent suffisantes, ia l'heure actuelle, pour
couvrir les besoins mondiaux, elles peuvent ltrc
inf6ricures t la demand apris 1953.
< Etant donnE que Ic minerni affleure t la
surface du sol et que, d'autre part, le port de
Conakry n'est qu'i quclques kilomitres ties gise-
ments, les operations d'extraction seront faci-
litLes.
< Une voice ferrie sera construite sur dix kilo-
mitres entire la mine ct le port, on le mineral
sera charge par des transporteurs i courroie.
Des sommes importantes, de la contre-valeur du
Plan Marshall ont WtL affecties an d6veloppe-
ment du port, qu'on est en train d'agrandir et
de draguer pour permettre l'acces de navires a
fort tirant d'eau. Un embarcadere special, de
trois cents mntres de long, sera construit pour
permettre le chargement du mineral de fer. Avce
le matLriel automatique de chargement, fourni


par l'intcrm6diaire de I'E.C.A., des bateaux de
10.000 tonnes pourront etre charges en six heures
et denic ou moins. L'aide ambricaine permettra,
6galement, I'achat de scrapers, de niveleuses et
autre materiel pour d6blayer le terrain et cons-
truire des routes, ainsi que de marteaux pneu-
matiqucs, de pellcs m6caniques, de camions
lourds, de tracteurs et d'autre materiel, compre-
nant un camion de d6pannage de dix tonnes, des
accessoires et des pieces detaches.
< Une particularit( de la Compagnic MiniLre
de Conakry est que ses actionnaires compren-
nent un certain nombre d'indigenes de l'A.O.F.
En outre, la Compagnic compete construire deux
villages modules pour ses travailleurs indigenes.
Ces villages s'inspircront, autant que possible.
des traditions locales, mais comporteront des
am6liorations sensibles sur l'habitat courant.
<< La C.M.C. estime que le cofit total, en dollars
et en francs, du project de Conakry, s',51ivera i
2.400 millions de francs, compete non tcnu du
d6veloppement du port. Le materiel roulant
(locomotives, wagons, moteurs Diesel) et l'acier
de construction seront achet6s en F'rance et
autres pays du Plan Marshall.
<< Le dtveloppement minier de Conakry est
une des clefs de voTte d'un plan ec' nomique
d'ensemble pour la mise en valeur de la Guin6e
Frangaise.
Un de ses buts principaux est le dvcoloppe-

ment des resources hydro-electriques des mon-
tagnes du Fouta-Djalon, an nord-est de Conakry.

La mise en route
du combinat industrial de' Conakry

Le Combinat industrial de Conakry, qui a
pour objet de mettre en valeur les richesses mi-
ndrales essentiellement le fer et I'alumi-
nium et les sources naturelles d'6nergie hydro-
electrique que la nature a rassemlh!es sur
1'6troit space constitu6 par les iles de Los, la
presqu'ile du Kaloum et Ics contrefort.s monta-
gneux par lesquels celle-ci sc rattache au massif
6hurnCo-guin6en, est entr6 dans sa premiere
phase de realisation.
Celle-ci comporte la mise sur pied c: quatre
grands CLuipcments exploitation de(s bauxites
des miles de Los (250 h 300.000 tonnes par an,
soit prbs de la moiti, de la production fran-
caise) : exploitation des gisements de fer de la
presqu'ile du Kaloum (3.000.000 de to lines par
an d'un mineral laterique a environ cinquante
pour cent de fer) ; 6quipcment de la Centrale
lectrique des < Grandes Chutes >, don't la pre-
mirre tranche prevue est de 9.500 kwa. ; cons-
truction du port minier ct extension du port
actuel de Conakry avec prolongation des ouvra-






ges de d6iense et creation d'un nouveau bana-
nier.
L'equipemnnt du Centre d'exploitation des bauxistcs aux
lies de Los i st, actuellement, cn course l'ile Kassa oii un
enorme materiel a et6 debarqut et oit toute une s6rie de
chantiers frai lais et etrangcrs, sur lesquels s'affaircnt tech-
niciens franc. is et strangers ces derniers venant du Ca-
nada ont (t4 amiinag6s.
En dehors d'un group de logeients (dijh achev6s, sont
en course : l'isine a distillation d'eau de mcr ; la central
electrique, le Wharf qui doit etre accostable aur navircs de-
20.000 tonnes L'achevement des travaux est escompte pour
I'annee 1951.
La Comnpagaic inininrc de Conakry a, 6galemnent, s6rieu-
senient progr 'ss6 depuis quelqucs inois.
Une premi. re tranche de capital de 350.000.00 C.'F.A.
vient d'etre &enise ct une second doit suivre dans les pre-
inois. Les coinmmandes de materiel sont en course et les pre-
iniers travaux sur le terrain vont commencer a la fin de la
saison des pluics.
En ce qui concern l'Nnergic electrique, la decision de
ronstruire la Centrale hydro-electrique est definitiveimecn
prise. La Societe d'Economie mixte < Electricite-Guini e :
est en course le constitution. Le territoire de la Guinec, ia
commune minute de Conakry et la Fddration de I'A.O.F.
viennent d'y .dhi6rer par I'intermidliaire de leurs orgaine
rvpresntlatifs.
Rest, enfin i1'quipeinent du port. Cet equipciiint coin-
porte deux cal gories d'ouvrages : d'unii par!, les ouvrages
de defense (c:,tension de la digue de la Prudente, creation
de l'Npi nord sur lequel doit, d'aill[urs, ktre iliplante un
slipway pour navires de 1.000 tonnes pernicttant le care6iag:
ct la preparat on de la flotille de service ct de cablotage i
port) ; d'auti e part, Ic quai miner propreient dil, aver.
son aire de s ockage et ses installations de chargcment :
enfin, le nouv. a quai bananier qui viendra s'appuyrr sis:
le quai minie .
En ce qui concern les ouvrages de defense, les travaux
sont commences et, dejA, bien avances. Pour le port mi-
nier, les marchls sont en course de signature.


Liaison rapide, par autorail,
9ntre Conakry et Kankan

La liaison entire Conakry et Kankan vient
d'etre effeeidue, par autorail, en moins de seize
heures. Sur ce parcours, particulirement acci-
dent6, de pros de sept cents kilometres, un des
nouveaux :utorails mis en service en Guinbe
Francaise a, en effet, realise la liaison << aller-
retour >> a une vitessc commercial avoisinant
cinquante k:lomi tres-heure.
Deux aut)rails sont, actuelleinent, en service
et d'ici la fin de 1'annee quatre autres automo-
trices augmennteront le pare e la r6gic < Cona-
kry-Niger >


Le prolongement de la digue de la Prudente

Les travatux de prolongement de la Digue de
la Prudente. premier stade du programme de
construction des digues du port de Conakry, ont


et6 entrepris. Ces travaux consistent A prolonger,
d'abord, de cinq cents mitres la Digue de la
Prudente, qui attendra, ainsi, une longueur
total de 1.200 mitres. La construction de la
future digue Nord, qui aura 750 metres de long,
des'tinge A prot6ger le port minier, est pr6vue
par la suite.
C'est la carriere de Kassa, dans les iles de
Loos, qui fournira les 300.000 tonnes d'enroche-
ments n6cessaires A la construction des digues
envisagess\
Les travaux de construction des deux digues :
Prudente et Nord, doivent 6tre tcrmin6s le
30 mai 1952. Ce travail repr6sente une noyenne
mensuelle de 13.500 tonnes, c'est-A-dire la mise
en place de six cents tonnes par jour.
Pour oltenir une tell cadence, cinq chalands
front, sans relache, la navette entire Kassa et
les digues.


Soudan

Perfectionnement de I'aerodrome de Bamako

Le vendredi 4 aofit 1950, 1M. Bechard, Haut-
Commissnirc de la R)publique en A.O.F., accom-
pagn6 de M. Picassette, chef de la region A.O.F.
d'Air-France, et di nomlbreuscs personnalites
admninistratives, civiles ct militaires, inaugurait
a bord d'un DC 4 la piste d'atterrissage sans
visibility de Bamako. A sa descent d'avion, il
fut accucilli par M. le Gouverneur Louveau, Gou-
verncur ldu Soudan Frannais.
Le Gouverneur general apres avoir coup lc
ruban tradilionnel qui traversait la piste, visit
Ics futures installations qui doivent fair de
F'a6rodrome de Bamako, un aeroport des plus
moderne.

Cette nouvelle piste permet en effet aux apparcils de
lourd tonnage d'acceder ai Bamako. Longue de 1.800 imtrcs,
don't 1.500 bitumlies, degagc a chaque extrnemit6 sur 200 mn-
tres, large de 50, elle cst accessible aux DC 4. Constellations
et avions-cargos. La sonime des travaux entrepris a etC con-
siderable, copte tenu te e ce qu'il a fall drainer le terrain
ct aminager d'importants collecteurs en raison de I'abon-
dance desc cutes d'eaiu en hivernage.
Cette realisation n'est ique la premiere phase de la moder-
nisation des installations a6ronautiques de Bamako. Dans un
proche avenir, l'aeroport de la capital soudanaise sera
dote d'un tcquipemi!cnt Cn rapport avec les Enormies progress
realists ces derniires awiiies par I'avia;ion. Deux nouvelles
pistcs sont project cs, ainsi (lue la construction d'une a6ro-
gare inm odrne etl 'inist!alation d'amianagements conipleimen-
taires (radiogoniomnirie, nimtdo, bhtiments de conuiande-
In1ent).
L'a6roport de Bamako disposcra ainsi d'un 6quipcment
trbs moderne qui lui periiettra de jouer l'important role
d'arcoport federal et international qui ui i choit naturel-
lenient en raison de sa position geographique en plein
centre de l'oucst africain.









Le cheptel du territoire

Le choptel soudanais comprend actuellement :
Bovins ........ ... ...... .000.000
Ovins eL caprins .......... 10.000.000
*Chevaux .................. 57.000
Anes .................... 190.000
Chameaux .................. 82.000
I constitute un important capital, qui malhcu-
rcusemcnt rest partiellcmenct hors (du circuit
economique. Ce cheptel est en effect pour les
9/10" centre les mains des populations nomades
(peulhs, maures ct touareg), pour lesquels l'6le-
vage constitute une fin, non un moyen. Tris atta-
ch6s it leurs animaux, viyant avec eux en perp6-
tuelle errance, les populations pastorales ont
peu de besoins ct ainsi s'explique la faible pro-
ductivit6 de cet important cheptel.
Le rginme dcs pluics au Soudan (8 i 9 inois
de saison s&chc) et l'hydrographic du Territoire
(une arlere principal : le Niger, quelques
lacs et mares permanents) donnent une physio-
nomie parliculiere ai 1'elcvage soudanais. Pen-
dant la saison des pluies, les pfiturages sont
abondants, et les animaux trouvant une nourri-
ture riche, sont en excellent 6tat. Cct Rtat de
chose se trove malheurcusieent limits i quatre
mois tI poine. D)s queIC csse la pluie, les mares
tarissenl ce le cheptel so trouve contraint de se
rapprocher des points d'cau permanents (Niger,
rivieres ct marigots, mares ct lacs). 11 6puise
rapidement les pLturages cnvironnants et con-
nait une disette d'autant plus sLve&re qcu les
pluies sont tardives. Cette diskette frappe parti-
culiercmcnt les jcunes bovid6s. C'est ainsi qu'en
1948, dans la seule region de Tombouctou, 5.000
jeunes bovins ont peri dans cos conditions,
Pour pallier cct etat de choses catastrophique,
il existed une solution tres simple qui rencontre
la favour de tous les 6leveurs : ouvrir au b6tail
de nouveaux paturages do saison seche en les
dotant do points d'eau permanents. C'est la
raison pour laquelle a et6 cr66 en 1948, le ser-
vice de l'Hydraulique pastorale. Utilisation maxi-
ma des caux de surface (barrage des course d'eau
et des oucds partout ofl cela est possible) fo-
rage de puits dans la region sahelienne at 'la,:,
Ic Haoussou oil l'cau est A faible profondeur (15
a 25 mitres pour Nioro et Nara, 40 A 60 metres
pour le Sahel de Goundam), forages profonds
dans les regions Est et Sud-Est de Gao, telles
sont les solutions envisages pour resoudre le
problem. Dans le Gourma ofi en raison des for-
mations gSologiques particulieres, les spicialis-
tes ont conclu A l'absence total d'cau profon.de,
on a song Li 6'tabli une pipe-line, qui, pregnant
l'eau du Niger A hauteur du Rharous ou Bamba


la refoulerait dans l'int6rieur au monen d'une
canalisation principle qui se subdiviserait tous
les 40 kilometres en canalisations secondaires
paralleles au fleuve.
Ainsi le cheptel traverserait dans de mcilleu-
res conditions la p6riode difficile. Lcs h6catom-
bes de jeunes betes scraient cvit6es et le trou-
peau ne manquerait pas do s'accroitre rigulii-
rement tant en nombre qu'en quality Par ail-
leurs la dispersion des troupeaux limtcrait les
risques de contagion et les degats causes par les
affections parasitaires et contagicuses seraient
de cc fait heaucoup inoins important. Unc ain-
lioration certain s'est d(ja produite en ce do-
maine grace au d(velo)pp)emelnt des centres et
des 6quipes moliles d'immiunisationr, elle ne
manquera pas de so poursuivre. L'epoque des
6pizootics catastrophiques est maintenant ter-
min6e grace a un personnel nombreuo ct i un
6quipemnnt adequate, les nmesures prophylacti-
ques peuvent Etre prises A temps.
L'exportation du ibtail sur pied p"ysente la
plus grande importance pour le Soud an et les
Territoires lhcncficiaircs don't le cheptcl est insi-
gnifiant : Ville de Dakar, C6te d'Ivoire et Gold
Coast principalement.
Au course de l'annie 1949, les exportations
contr61bes ont atteint les chiffres sui\ants :
Rovins ..................... 33.48'
Ovins et caprins .. .......... .92.840

Mais de nombreux troupeaux, en raison de la
tres grande Ctendue de la frontirre et du peu de
posters de sortie 6chappent ai tout contr6le et il
est impossible de fixer, mcime approximativc-
mcnt leur importance.
Le commerce du b6tail sur pied (st presque
entiremincnt entree les mains des < dioulas ,
commcerants africains.
C'cst par l'amcnagement des routes d'exporta-
tion avec la creation do gites d'6tapcs tous les
20 ou 25 kilomntres et surtout par la construc-
tion d'abattoirs industrials avec frigorifiques ct
usines de conserves que le problme p:ourra Rtre
r6solu. Les initiatives hardies (viande abattue
dans les centres de production et transported par
avion cargo) no doivent pas etre rdlouties en
cc domain, elles sont en definitive les D!,,
economiques. Bamako ct Kayes sont les deux
centres a Cquiper par prioritU. A Datrar l'6tude
de la chain du froid a Wtc entreprise. Le pro-
blame n'cst pas seulcment un probleme souda-
nais, mais bien un probl~me f6d6ral.
Au Soudan, pays d'lcevagc, la consommation
moyenne annuelle de viande ne d(passe pas
trois kilos par habitant, alors qu'en Europe elle
atteint 50 kilos. C'est dire qu'on peut d6velopper






1'61evnge sans crainte, les debouch6s ne lui man-
queront pas. La population africaine doit en
constituer le meillcur client.


L'dvoZutiori de la structure religieuse du Territoire

La rLpartition de la population du Soudan par
religions :'itablit ainsi, par rapport it 1910 :


Islamisds Animistces Chriticuis


1949. -- ELviron .... 1.782.000 1.133.000 16.000
Pour c n!ai.e ........ 55 % 1 ,i5 % 0,5 9c
1940. Elvirn .... 1.370.000 1.580.000 11.000
Pourccnl!a:c ........ 16,5 % 3 (% 0,5


Une re narque s'impose : il est tris difficile
d'obtenir des chiffres rigoureusenint prdcis sur
le nomibr.: dcs adeptes de chaque religion ; ils
n'ont d!on.- qu'une valour relative, mais donnent,
cependanW, une indication des tendances reli-
gieuses d.ins Ic Territoire.
La co:nparaison de la structure religicuse du
Territoire en 1940 et 1949 r6v6le ainsi :
1" an accroissement assez important du
nomlre (es Musulmans di, en particulier, au
rattachenlent i laI Haute-Volta, en 1947, des
Cercls d( Ouahigouya et Tougan, pucpil6s de
700.0'0H ftichistes ;
"' :-ne diminution gale au nombre des ani-
mistes :
3" Ja situation stationnaire des religions chrd-
tienncs.
On cor state que l'Islam a progress trbs sen-
siblemenl dans les Ccrcles de Kayes et Bafou-
labe, Mol ti et Bandiagara, Bougouni, Segou, Si-
kasso et Bamako.
Par contre, dans certain Cerclcs, tels Koutiala
et San, oil la population est en majority Minian-
ka et Bolbo, l'Islam n'a pu entamer le bloc ani-
misi. ,


L'Association des etudiants soudanais de Paris

Cr',e :a Paris en 1948, I'Association des Etu-
diants soudanais de France devient une belle et
brillante compagnie, vivante, jeune et dynami-
que.
Des relations suivies se sont 6tablies centre le
Gouvernement du Soudan et l'Association des
Etudiants soudanais de Paris. Son action est
encouragSe dans toute la measure du possible.
En mars lernier, M. Mama Kosso, Pr6sident de cette Asso-
ciation, a nforml Ic Gouverncur du Soudan de l'activiIt
de son nimuvenment ct des resolutions adoptecs au cours


d'une Assemnblee Generale, le 5 fevrier : creation d'un cen-
tre cultural et d'un group theiatral ; edition annuelle (par
annec scolaire) d'un bulletin dlnonn << Bulletin des Etu-
diants so.idanais et, enfin, creation d'un prix (Major Sou-
daniais) dlccrn6 hi l'iludiant le plus m6ritant sur l'envoi de
son Bulletin de notes, en fin d'annee. i 1I'Association.
Ce mouveent, si promeiteur, a iti encourage par 1'Ad-
liniistration du Soudan, qui, an litre de 1950, a deja ac-
corde, en avril dernier, une subvention de 50.000 francs qui
sera conipletie en octol'ie prochain, a la rentr6e scolaire,
par nlle second sIubNvntion de inlele importance.


C6te d'Ivoire

L'ouverture du canal de Vridi

Dans le canal de Vridi, la communication
<< mer-lagune > a 6 ic tablie. La suppression du
< bouchon > qui intcrdisait encore cette commit-
nication, s'est effectue Icl 23 juillet, it 10 heures,
en presence du Gouverneur P6choux, Chef du
Territoire, et de nombrcuses personnalit6s fran-
caiscs qui, Ai bord du < Brazza >, sc rendaient au
Gabon pour le Centenaire de la presence fran-
caisc.
D&s 9 hcures, Ic << bouchon >, d'une larger
d'une quinzaine de metres, Rtait attaqud par les
dragues de mer ct ies dragues d'eau douce qui
travaillaient face A face. A 10 heures exactement,
les premieres vagues passaient le < bouchon >.
A 10 heures 15, les deux plans d'eau commu-
niquaient. Ils 6taient sensiblement de nivcau, la
mcr se d6versant 16gercment vers la lagune. Les
dragues travaillaient encore quelques minutes,
puis se retiraient. La mare monte, le courant
s'amplifiant le scuil se creusa et s'elargit.
A 11 heures, le courant devint tr&s rapid. La
< Ravageuse >, ayant A son bord le Gouverneur
P6choux et les personnalit6s officielles, franchit,
la premiere, avec beaucoup de peine, le nouveau
seuil.
Le 1" aoult, i 15 heures, un navire du port de
Marseille, le < Volta >>, de la Compagnic Fraissi-
net, a p6n6tr6 dans la lagune d'Abidjan, en C6te
d'Ivoire. C'cst la premiere fois qu'un navire de
haute mer p6nitre dans cet immense lac nature
don't, depuis tant d'ann6es, la mise en communi-
cation avec l'Ocean 6tait a 1'tude.


L'activite des ports au mois de juillet

Les tonnages, manipulds dans les diff6rents
ports et wharfs de la C8te d'Ivoire en juillet
1950, se chiffrent par 39.609 tonnes.
Les importations interviennent pour 21.500
tonnes environ.







Le problime du cafe en C6te d'lvoire

A l'occasion de l'ouverture de la session extra-
ordinaire du Conseil G6neral de la C6te d'Ivoire,
le Gouvcrneur P6choux, Chef du Territoire, trai-
tant des problems du cafe, a notamment, d&-
lare :
La traite di cafd ne s'est pas deroulde d'une
facon favorable ; elle s'est ouaerle le 7 fdurier
seulement, en raison des discussions sur la fixa-
tion du taux de la taxe de sorlie. Apris des dd-
buls excellent puisque les prix pratiqunes
dans la mdntropole, au ddbut de la traite, qui
edaient d'environ 325-330 C.A.F. MWlropole pour
le << Robusia >> courant permettaient une rdmu-
ndration au producteur de 95 frs le kilo les
course s'effondrIrent d 300, puis 280, 275 tp se
trouvent, actuellement, stabilises a 264 environ
C.A.F. Mdtropole. En outre, les demands de la
mntropole fldchirent et la commercialisalion
s'arrita presque completement en mars. Toutes
les ddmarches ont iet tentees aupros du Gouver-
nement pour provoquer la reprise des achals. Au
30 juin, la commnercialisation s'delve d 38.000
et les exportations atteignent 34.000 tonnes sur
I'Union Francaise et 800 sur I'leranger. Ces der-
nieres mdrilent d'etre souligndes. Rlclamdes avec
insistence pour pallier la passivild di march
mItropolilain, les autorisations sur I'etranger
s'dliWent, d ce jour, d 2.600 tonnes contre 800
ddjd exporlies d destination des U.S.A. Elles ont
donnd satisfaction a des acheleurs reputes tres
,.ii'ficiles.

La m6vente sur la France aura done permis
Lie prouver que nos cafes peuvent trouver pre-
neur sur le march stranger oil les exportations
d6ja effectudes ouvrent des perspective intdres-
santes pour l'avenir.
Par ailleurs, le Gouvernement general vient
d'accepter les propositions de la Commission
locale des Mercuriales en r6duisant les valeurs
mercuriales d'environ dix pour cent sur le cafe.
Enfin, sur les droits de sortie, fixes a seize
pour cent, soulignons que la C6te d'Ivoire b6n6-
ficie d'une ristourne de 25 % qui va porter A
200 millions environ l'actif de la Caisse de Sou-
tien du Caf6. Cette some permit d'entrepren-
dre, en faveur de la production, un important
programme echelonn6 sur deux annees, pro-
gramme qui prCvoit :
1I Une aide directed par l'octroi de primes au
dbcroussaillement Lt la plantation ;
2 Une amelioration des m6thodes culturales,
notamment l'introduction d'engrais ;
3 Enfin, une distribution important de ma-
teriel : d6cortiqueuses, catadors..., distribution


qui sera faite avec la cooperation des Societis
de Prevoyance.


Creation d'une society d'habitations a bon march,

Le Conseil Gen6ral de la C6te d'Ivoire. reuni
en session extraordinaire, a d6finitivemcnt adop-
t6 le project de Soci6ti d'6conomie mixte pour la
construction de logements A bon march a Abidl-
jan et Treichville.
Le capital de cette socidt6 a 6t fi: c: I cin-
quante millions. Les collectivit6s publiques en
fourniront les quatre cinqui6mes et les capitaux
priv6s un cinquieme. La Caisse Centra e de la
France d'Outre-Mer doit souscrire quinze mil-
lions ; la FIderation et le Territoire 25 niilions
don't dix seront represents par les lerrains,
situis a la limile de Treichville, que Terri-
toire mnetra h la disposition de la Soci(t'6.
Des types de maisons, A I'usage des cat&(goric:; a.i .ciii ce
laboricuics et moyennes, ont, d'ores et deja, etl etudies.
Des prototypes scront construits aussi rapidement que pos-
sible afin de permettre, a la population, de nanifester ses
preferences et ses critiques avant que soit cnlicprise la
construction en s6ric. Les maisons sont dcstindes en prin-
cipe, a etre vendues 5' lurs dcstinataires, soit an comptant,
soit par un contract de location-vcnte, qui pernrrttra, aux
interesss,ldec devenir propri6taires par le versecient (d1 men-
sualit6s.


inauguration d'une < Maison du Combattan >>

La < Maison du Combatiant (> de Bouak: a
il6 inaugurie, dernierement, par le Goiuvrneur
Pechoux. C'est la cinquieme < Maison du Com-
battant >> terminie en C6te d'Ivoire apris celles
de Gagnoa, Issia, Saloa et Toulepleu. Sont,
actuellement, en construction, cells de Man,
Dinbokro, Korogho, Odicnid, Dirikou6 et Agbo-
ville.


L'intronisation du nouveau roi des Aglis

Le Gouverneur Pechoux a assist le 19) aoit
1950, a Abengourou (Haute-Volta), A l'introni-
sation d'Adiey N'Da, fils ain6 de la SCCLAr ainee
du chef d6funt Essey Bonzou, en quality dle chef
sup6rieur de l'Ind6nie.
Le nouveau chef porter, pour perpetuer le
souvenir de son oncle disparu, le nom id'Esscy
Bonzou. II a 6t6 design ai l'unanimit& du Conseil
des Notables, rduni pour decider de la succes-
sion, la Rcine mire ayant voix prdpondlrante.
Chcz les Agnis, oul il existe le regime du ma-
triacat, la succession au tr6ne s'6tablit par les
femmes, cc qui explique le choix du Conseil.
La cer6monie d'intronisation a donnt lieu h
de grandes r6jouissances i Abengourou.








- 1


(Photo Agence photographique frangaise)
M. FranSois MITTERRAND,
minisfre de la France d'Outre-Mer


.UL-u ag~mcie pinoograpnique irangalse)
M. Lucien COFFIN
Secrt6aire d'Etat A la France d'Outre-Mer


(Photo Agence photographique franeaise)
M. Louis AUJOULAT,
Secr6taire d'Etat a la France d'Outre-Mer













































































M. FOURCADE remet la croix de Chevalier
de la L6gion d'Honneur au prince PHI-
LIPPE, descendant du roi Denis, qui r6gnait
au Gabon lors de I'arriv6e des Frangais.


LIBREVILLE : M. le President FOURCADE
et le Haut-Commissaire
CORNUT-GENTILE


(Photo Gt Gal de 1'A. E. F.)


(Photo Agence intercontinental)






LIBREVILLE : M. le President FOURCADE
remet des decorations a des notabilits
gabonaises.















LIBREVILLE : Une vue de la c6r6monie
d'inauguration de la stele commemorative
de la premiere presence franaaise au
Gabon.


(Photo Gt Gal de 1'A. E. F.)


(Photo Agence photographique francaise)


7'









































(Photo Agence intercontinental)
M. Franoois MITTERRAND, ministry de la France d'Outre-Mer, a remiss le 12 aoMo, a MBre Marie de Saint-Jean, Sup6rieure
G4n6rale do la Congregation de Saint-Joseph de Cluny, la croix de Chevalier de la Legion d'Honneur.
L'Ordre de Cluny possede de nombreuses missions en Afrique. a Madagascar et dans les iles du Pacifique.


(Photo Gt. Gal de Madagascar)


MADAGASCAR. Tonfe de la chivre Mohair.






AFRIQUE EQUATORIALE FRANCHISE


Fe6dration

La commemoration du
Centenaire de la pre-
sence franqaise au
Gabon.


stations, orga-
n i s 6 e s en
A. E. F. a l'occasion
des fotes c6l6brant le
Centenaire de la pr6-
sence fraaoaise au Gabon, ont commence, le
samedi 2!1 juillet, a Pointc-Noire, capital du
Moyen-Col go, oil de nombreux invites, arrives A
bord du paquebot < Brazza > ou par la voice
aerienne, cnt visit la ville, actuellement en plein
management, et le port en voice d'agrandisse-
ment oil s'lffectuc la majoritC du traffic marchan-
dises de l'A.E.F.
Ces ceremonies 6taient places sous la presi-
dence de M. Jacques FOURCADE, president de
I'Assembl(e de 1'Union Frangaise. Y partici-
paient 6ga cmcnt, les presidents des Commissions
de la France d'Outre-Mer des trois Assembl6es
de ia metropole ; les vice-presidents de 1'Asscm-
bl6c de I'IUnion Francaise et les presidents des
diverse Commissions ainsi qu'un certain
nombre do. personnalites qui, tant sur le plan
politique q[ue sur le plan administratif ou 6co-
nomique, s'attachent au d6veloppement de
I'A.E.F. en particulier les membres du Comit6
directeur du F.I.D.E.S.
Un nombre important de rcpresentants de la
Presse, de la radio, des Agences photographi-
ques, cin6miatographiques et de la television mi-
tropolitaine, s'Ctaient rendus, pour la circons-
tance, en A.E.F.
De son c6t6, la Federation 6tait repr6sent6e
a ces fetes par les principles autorit6s fdd6rales
et territortales : le Haut-Commissaire de la R6-
publique en A.E.F. ; les Gouverneurs chefs de
territoire ; les parlementaires ; le corps consu-
laire ; les grands consyillers ; les presidents des
Conseils r ,prscntatifs et des Commissions per-
manentes des Conseils representatifs de chaquc
territoires: les Pr6sidents des Chambres de Com-
merce, etc...
Les per onnalit6s invitees ont gagn6 le 29 juil-
let Brazzaville ol clles ont 6t6 rescues par 1'Ad-
ministratear-maire.
Dans un telegramme adress6 le 29 juillet au
Haut-Comnissaire de l'Afrique Equatoriale
Francaise h Brazzaville, M. Francois Mitterrand,


ministry de la France d'Outre-Mer, avait d6plor6
que les devoirs de sa charge l'empkchent d'assis-
ter aux ceremonies qui commlmoraient i Libre-
ville, le centenaire du' Gabon francais et donn6
I'assurance < qne le Gownernement temoignait
de la plus affecluense sollicitude enters des po-
pulations qui onu loujours guard dans les cir-
constances les plus graves, une confiance ind-
branlable dans l'avenir de la Rdpublique et de
I'Union Francaise. >
De son c6t6, M. AUJlOULATr, secrtaire d'Etat A
la France d'Outre-Mer, a adress6 A M. CORNUT-
GENTILLE, un message de sympathie ai l'gard de
la population du Gabon, I'assurant de << sa
ferme volonti de continuer ses efforts en rue du
ddveloppement et de la prospiritl des terriloires
africains. >
Le 30 an matin les visitcurs ont effectu6 une
visited complete de la ville ct ont tdi les h6tes A
d6jeuner de M. GERARD, president du Grand Con-
:;eil de I'A.E.F.
LES CEREMONIES DE LIBREVILLE
A partir du I"l aoit les fetes so sont deroul6es
dans le plus grand enthousiasme.
Le I" aoit a eu lieu, place de la Mairic, a Li-
breville, I'inauguration d'un monument comm6-
morant la presence franqaise.
M. Fourcade a donn6 lecture d'un message de
M. Vincent Auriol, president de 1'Union Fran-
caise :
Au moment ofi l'Afrique Equatoriale Fran-
(aise cel~bre avec eclal le Centenaire di Gabon,
la France et l'Union Francaise s'associent de
cacur et de pensde d cette grande commdmora-
lion.
Regrettant profonddment de ne pouvoir Otre
present moi-mmce, j'ai demanded i M. le Prdsi-
dent de l'Assemblde de l'Union Fran'aise de
transmettre d totes les populations d'Afrique
Equatoriale Francaise, d tons ceux qui, quelle
que soit leur race, leur couleur, leur religion,
lear fonciion, travaillent ( sa prosperitl, d sa
grandeur, d sa force, le fralernel message de la
patrie. En ce jour anniversaire, noire reconnais-
sance va aux pianniers et aux artisans de cette
magnifique oauvre franchise.
A leur example, et animds par une gale pas-
sion de progres et de justice, plus unis que
jamais par nos aspirations communes vivifiies
par nos sacrifices communns, dans ces heures oz'
un monde divisC et ravage cherche avec angoisse
le chemin de la paix, dl bien-dtre et de la secu-
ritd. ensemble nous defendrons et dtendrons les
bienfaits d'une civilisation libre, just et
humane. Vincent AURIOL.







Un message de A. MITTERRAND, ministry de
la France d'Outre-Mer, a lt6 lu par son repre-
sentant M. BAPTENDIER.
C'est au nonm de la liberle que le drapeau
franCais flotta pour la premiere fois sur la ierre
gabonaise, quand le lieutenant de vaissean
BOUET-\WILLAUMETZ, Ie 9 fevrier 1839, consacra
par un accord avec le Roi )DENIS, nolre presence
d I'embouchure dui Como. Cela signifiait : rcpres-
sion de la traile des esclaves. C'est ainsi que le
Golfe de Guinr;e ful pen i a pe d barrassd des
ennemis de la liberty, c'est ainsi que naquit
Libreville, fo:nde par les Africains libdrds a la
suite de I'arraisonnemenie diu brick ndgrier Elizia.
Puis vint SAVORGNAN DE BRAZZA. II ne m'appar-
tient pas maintenant de relracer les cdapes de
celte admirable vie. Qui dira mie fx des conquie-
les pacifiques que ces mols inscrils sur sa lombe
d Alger : < Sao ineoire est pure de sang
humairn ?
Conqudiranl d'espaces sans double, mais sur-
tout conqu iranl d'dmes, ,;on action scellait ddfi-
nitivemeni I'union dit Gabon el de la Mliropole.
Malgrd la guerre enlre tribes rivals, malgre
les ficires, malgrd la forOl opprimanic -- la ci-
vilisalion gagnail pen a pev, grmte c tons ce.ux
qui, forts de leur iddal, s'accrochaient d l'Afri-
que. II faut alors songeir a ces equipes de mis-
sinnaires, conduits par MAlr BESSIEUX, d ces in-
gnieurs, d ces mddecins, a Ious ces pionniers
qui travaillerent sans reldche a I'dmancipation
des homes come a ix progrbs de la Science.
Le Gabon allait ainsi devenir la base essen-
tielle d'on pourrait se fire la penelralion de la
France iers le centre encore inexp.lorel de l'Afri-
qne.
CRAMPED, GENTIL, \MARCHAND, parmi tant d'au-
tres, partirent en effet de la Cdte gabonaise.
Mais heree vint oh le Gabon put d son tour
participer d l'ceuvre commune ; ce filt dans la
paix sans doute, par le dCveloppement d'nne
dconomie don't les richesses, non encore utilisces,
apporterent nn jour de nouveaux bienfails. Ce
fitl dans la guerre, en 1940 come en 1914, oh
les populations gabonaises coneonrurent sans
reserve d la bataille comme a la victoire. Le
Gabon ne fut-il pas l'un des premiers terriloi-
res c enter dans la guerre de Liberation ?
II convenait que le Gouvernement pit cdldbrer
avec eclat le symbol qui se dggage de celle his-
loire, symbol de l'union civique de tons les
Francais, sans distinction de race, de couleur, de
croyance, d'originc. Symbole de la Rdpuiblique
et de I'Union Francaise.
Monsieur le PrIsident de I'AssemblMe de
l'Union Francaise saluera a Libreville le Gabon
et tous les d!lments de sa population, fralernel-
lement unis dans sa reprdsenlation parlemen-


laire, dans son Assemblee locale, et dans tons
ceux qui, groups sous l'antorite du Haut-Com-
missaire de la Republique en Afriqlue Equalo-
riale Francaise el du Gouverneur dll Gabon,
exercent hi-bas une activity utile c la France, a
I'Afrique, a la tradition franco-africaine. Que
tons sachent que le Gouvernemnent s'associe aux
fdles dii Gabon d occasion de son Cen,'enaire.
Le President de l'Assemblee de l'Union Fran-
caise, pregnant A son tour la parole, a notamment
declare :
< ... N'esl-il pas vraiment remarquable que le
message de la France soit, en l'occurence, ap-
porle lpar le President d'une Assemblde en q(li
se reconnaissent, d la fois, le symbol, I'dcho et
le garant de ce depassement merveilleux, a
l'chelle du monde, des 'rontieres spirieuelles de
la France : l'Union Francaise.
< Le symbol parce qu'c Versailles se irou-
vent effect intent rassembles, a l'appel et pour
la defense d'un m0me iddal, les peoples et les
races en aparence les plus dloignds les uns des
autres ;
<< L'cho parce que chacun des reprcsentants
de ces peoples, participant de droit d la tdche
unanime, y pent, sur lous les sujets et dans tou-
les les deliberations, fire entendre so, voix, U
soutenir, selon l'incidence de sa philosophies
propre, les inlereIs moraux et maltriels Ide son
pays ;
< Le garanti parce que son existence meme
atteste le propos sans dquivoque de la France de
substitute, d I'expansionnisme de jadis, un sys-
tkme de concentration unificatrice don't notre
Asseniblee est la plus immediate expression el,
d l'cpreiie, s'auore le plus efficace instrument.
LE SEJOUR DE MI. FOURCADE
A POINTE-NOIRE
M. Jacques Fourcade accompagn6 de nom-
breuses personnalites, est arrive, le 5 aofit, it
Pointe-Noire, A bord du paquebot << Brazza >.
Le President de l'Assembl6e de l'Union Francaise
a pr6side, A son arrive, l'inauguration de la
place de la Gare, qui a recu le nom de place
Victor Augagneur, en souvenir de l'ancien (ou-
verncur g6niral.
Durant l'apres-midi, une reception a etW
donnice A la Chambre de Commerce, aut course de
laquelle son Pr6sident, dans une allocution, a
traitC, notamment du d6veloppement de Pointe-
Noire, exprimant ensuite l'espoir que le Gouvtcr-
nement encouragera la poursuite dei efforts
pour le dlveloppement de 1'A. E. F.
LE SEJOUR DE M. FOURCADE
A BRAZZAVILLE
Le 6 aofit, M. Fourcade et les persomialit6s
qui l'accompagnaient, ont .quitt6 Pointe-Noire







par train special. Apres un arrft prevu pour la
visit de:- mines de DIMONIKA, le President de
1'Assemb.ec de 1'Union Francaise est arrive a
Brazzavil.e le 7 au martin. I1 a Wte accueilli par
le gouverncur GRIMALD, sccritaire gSinral de
1'A. E. F. ct Ic general BURGUND, commandant
superieur des troupes A. E. F. Cameroun. It
s'cst ren;iu au Palais du Gouvernement oil il a
rcgu les )rincipales personalities. Dans l'apres-
midi, il ; visit la ville, accompagn6 du Haut-
Commissuirc et de IM. DUnAND, administrateur-
naire.
Le 8 aoLit, le President de 1'Assemblec de
1'Unicn Frangaise a 6t6 regu A la mairie de
Brazzavi Ie.
Dans ,on allocation 1'Administrateur-maire a
Cvoque, It foundation de la ville et la Conference
qui s'y 'tnt en 1944, Confirence ou naquit I'idde
de l'Uni(,n Francaise. A. Fourcade, de son cotl,
a evoqu l'accueil chaleuroux qui lui avait par-
tout 'et riserv(. R6pondant it la demand tde
1'Administrateur-Maire de porter t6moignage it
I'As'semill6c de 1'Union Frangaise de cette fer-
veur ri.Alisatrice de Brazzaville, le Pr6sident a
conclu :
solennel de nous repencher sur ce magnifique
clabli ou se crte I'Union Francaise, assures de
rester a'nsi ldans la tradition la plus ddsinte-
ressee .e la France, de celte France lonjours
digne d' son Histoire, el qui restera, qu'on le
venille (u non. loUjours digne de son destin. >
Le 8 aofit, M. Fourcade a prononc6 A Radio-
Brazzav.lle une allocution radiodiffusic dans
laquele il a faith le bilan de son voyage en A.E.F.
'<< rice de joies et de riconlortants enseigne-
menit: ,. II a concln :
<< 7o ii ici marque leclosion de la vie, tout
atteste ia qualile de l'effort, lout presage l'anm-
plenr d( la rinssite. En soutenant de son adhe-
sion unnime les iniffatives empreintes d'autant
de raist n que de hardiesse de son remarquable
animal'ur, si acdtiement second, et dans la col-
laboration harnonieuse et sincere des homes
de lou'es origins qni vivent sons son ciel,
I'Afriqre Eqnatoriale Francaise porter remain
d'eclalcnte facon, temoignage pour le gdnie
U Uni',. Francaise >.
< Yel'nm en Afrique sous le signed du souvenir.
j'en re )ars sous celui de la certitude. Ainsi, la
foi en les destins meilleiI's prolonge-I-elle heu-
rensem ent le just culte dlt passe.
Le P resident de 1'Asscmbl6e de 1'Union Fran-
caise n cxprime le regret de n'avoir pu sc ren-
dre au Tehad et en Oubangui, mais a annonc6
son intention de revenir visiter-ces territoires.
M. l'ourcade a quitt6 Brazzaville le 9 aoilt
pour lounla.
(V. photos pages 52 et 53.1


Les exportations de la F6deration
au 31 mai 1950

Pt'oduils agricoles
Au course des cinq premiers mois de 1'annec,
I'A.E.F. a export 3.350 tonnes de cotton, repro-
sentant une valour F.O.B. de 581.234.000 francs
C.F.A.
Pendant la mmec p[)riode, il a 6L6 export,
6galcment, coinimc products coloniaux : 1.296
tonnes de cacao en ftvcs et brisures de feves, qui
renresentent une valcur F.O.B. de 96.977.000
francs C.F.A. ; 3.919 tonnes de noix et graines
de palmistes relpr6sentant une valour F.O.B. de
91.023.000 Tranes C.F.A. ; 1.242 tonnes d'huile
de palme pour une valcur F.O.B. de 48.621.000
francs C.F.A. ; 1.586 tonnes de caf6 vert, repr6-
sentant une valeur F.O.B. de 204.049.000 francs;
276 tonnes de fIcule do manioc pour 5.092.000
francs ; 31 tonnes de tabac brut valant 1.813.000
francs ainsi que de la cire d'abeille pour 61 ton-
nes valant, en F.O.B., 8.401.000 francs C.F.A.
Mati'res precieuses et minerais
L'A.E.F. a exported, au course des cinq premiers
mois de l'annie, 572 kilos d'or en lingots et
poudre, repr6sentant unc valeur de 136.181.000
francs C.F.A.
Les exportations de diamant, au course de cette
period, ont atteint le total de 53.485 carats, ce
qui rcpr6sentent une valeur de 75.975.000 francs
C.F.A.
Trois tonnes de points et dents d'616phants
ont Wdt, 6galemcnt, export6es ct repr6sentent une
valeur de 2.747.000 francs C.F.A. Les exporta-
tions de mineral de cuivre s'616vent A 1.800 ton-
nes ct represcntent une valcur de 18.910.000 frs
C.F.A. : cells de mineral de plomb atteigncnt
au cinquieme mois de 1'annme 1.000 tonnes ct
repr6sentent une valour de 5.100.000 frs C.F.A.
Bois
L'A.E.F. a exported, au course des cinq premiers
mois de l'annec, un total de 97.794 tonnes de
hois, repr6sentant une valeur de 724.745.000 frs
C.F.A.. L'okoumr6 entire dans ces exportations
pour 84.764 tonnes, ce qui repr6sente une valeur
de 627.060.000 francs C.F.A.

La produdion miniere de I'A. E. F.
du premier trimestre 1950

L'A.E.F. a produit, au course du.premier tri-
mcstre de 1950, un total de 424 kgs 9 d'or don't
253 kgs 3 fournis par lc Gabon, 113 kgs par le
Moyen-Congo et 58 kgs 5 pour l'Oubangui-Ghari.
La production de diamants est de l'ordrc de
27,156,8 carats pour la mnme periode ; l'Ouban-







gui-Charien a fourni 26.608,8 carats, le Gabon
520,3 carats ct le Moyen-Congo 27,7 carats.
La production de plomb a atteint le total tic
955 T. 3, celle du zinc, 700 T. et la Colombo-
Tantalite 1.145 kilogs.


Importation de I'A.E.F. au 31 mai 1950

L'ensemblc des importations de I'A.E.F. au
course des cinq premiers mois s'dleve an total de
99.885 tonnes de marchandises, cc qui rcpr6-
sente une valour global de 4.661.209.000 francs
C.F.A.
Les principaux pays fournisseurs sont : la France. aver
64.074 tonnes, representant une valeur tie 3.042.253.000 francs
C.F.A. ; les Etats-Unis. avec 13.486 tonnes, repr6sentant une
valeur de 642.078.0000 francs C.F.A. ct les Pays-Bas, avee
9.779 tonnes, d'une valcur de 192.074.000 francs C.F.A.


Matlriel.

L'A.E.F. a imnport6, au course des cinq pre-
miers mois de I'annde, un total de 8.715 touiies
de materiel, cc qui rep)rsente une valecur de
145.217.000 frs C.F.A.


On relve, notamment :

269 tonnes d'appareils de levage et de ma1nu-
Iention .................
515 ionnes de machines et apparcils d'extrac-
lion tcrrassecnent ......................
312 tonnes de machines pour appareils de
]agriculture ............................
323 tonnes de inaclhines-outils et leur outil-
lage ....................................
2.618 tonnes de materiel ferroviaire ........
866 tonnes de tracteurs ....................
1.250 tonnes de material pour navigation mari-
time et fluviale ......................


Frs. C.F.A.

50.9,;3.000

96.228.000

43.352.000

72.669.000
392.236.000
122.13t.000

118.896.000


Produits petroliers.

L'A.E.F. a import, au course des cinq premiers
raois de l'annce, un total de 17.939 tonnes de
products petroliers rcprscentant une valeur de
365.310.000 francs C.F.A., don't 10.680 tonnes
d'essence p6trole ordinaire relprscntant une
valeur de 209.998.000 francs C.F.A.


Produiis chimiques.

Au 31 mars 1950, I'A.E.F. avait imports 1.207
tonnes de prodnits chimiques reprisentant une
vaIeur de 160.960.000 francs C.F.A.
Parmi ces importations, on rclvce notamment
189 tonnes de products chilniqucs inorganiques
reprscentant 8.961.000 francs C.F.A. ct 175 ton-


nes de products chimiques organiques valant
9.057.000 francs C.F.A. ; ainsi que 49 tonnes de
products pharmaccutiques pour une valcur de
42.625.000 francs C.F.A.


Les relations commercials internationiles
du Territoire

0 A ia suite des travaux de ia Commissio i mixt[
Franco-Hongroise il vient d'etre allou6 la Fc-
deration ils contingents suivants :


Chaussures en mnatieres textile avec s--
nelles en caoutchouc ..............
Machines A coudre et tktes de machines
a coudre ........................


750.000 i.. mtro.

400.000 FI's m6tro.


Par aillcurs, au litre de l'accord fran-o-hon-
grois les contingents suivants sont encor dlispo-
nibles :


Tissus de coton ......................
Em aill s ..................
Pieces detaciches de tracteurs ........
Machines a coudre ..................
Divers .............................


2.000.000n
3.300.000
2.500.000
1.000.000
2.000.000


imetro.
metro.
metro.
metro.
In tro.


* Dans le cadre de la rl'ccnte Cominissio niixte
franco-portugaise, il a 6t& reserve, i la FEddra-
ration, un contingent de :
600.000 escudos de vins commnins, soil 200i hec-
tolitres ;
1.300.000 escudos d'articles divers.

Au course du mois de juin 1950, I'A.E.F. a irm-
porte du Congo Beige 1.025 tonnes de mnrchan-
dises, cc qui represent une valeur de 12.139.877
francs congolais.
Le total des importations depuis le de )ut de
1'ann6e est ainsi port A 4.476 tonnes re,,r6sen-
tant une valcur de 45.009.810 francs congolais.


Modification de droits d'entr6e des cuirs e; peaux

Les droits d'entrce en A.E.V. des ci irs ct
peaux (cuirs bruts on corroyss, peaux t:;nnes
on travaillics apres tannage) viennent d'6tre
modifies. Ils sont fix7s, t 4 % ad valorem.


Inauguration de la liaison t6l6phoniquc
< Libreville-Paris >>

A l'occasion des fetes de la clcibrat:Ui ; du
Centenaire de la presence franqaise au (;a!.'n, la
premiere liaison radio-tel6phonique < Lil);'ville-
Paris > a 6td inaugurec officicllement.
SM. Cornut-Gentille, Haut-Commissaire de la
RCpublique, a cu un entretien avec M. ilitter-
rand, ministry de la France d'Outre-Mer.







Les recettes budg6taires des T6elcommunications

Les recettes budg6taires des lel6communica-
lions out atteint en 1948 le total de 85.496.000
francs C.F.A. ; en 1949 ellcs s'6lcvaient ai
122.876.000 francs C.F.A.
Ces recettes so sont montecs A 49.140.000 frs
C.F.A. en 4 mois do 1950.
La seu c vente des timbres a r a pp o r t
46.013.000 francs C.F.A. en 1948, 58.261.000 frs
C.F.A. en 1949 ct 19.364.000 francs C.F.A. en
quatre mis de 1950.


Le regime de commercialization des arachides
en 1950-1951

La liblrt6 de commercialization ct de prix
pour les prochaines campagnes d'arachides vient
d'etre rendue effective par decision du ministry
de la Frc nee d'Outre-Mer.
Les perspi ctivs pour 1'arachide se r6velent favorable : le
march des Indes semble s'elrc fermi i l'exportation pour
ln certain temps ; les provisions de r6colle chez les prin-
cipaux payL producteurs sont faibles pour la proclhin cmnipagn. ])ans cos conditions, ic rctour a la liberty per-
niettra, au producltur, d'esp6rcr la vente de sa recolte
dlans des ct editions avantageuses.


Extension des communications routieres
en Afrique Equatoriale Francaise

La Mission sp6ciale en France de I'E.C.A. pu-
blie un c(ommunique6 dans lequcl elle 6tudic l'im-
portance de l'aidc Marshall en Afrique Equiato-
riale Frantgaisc :
< Le Plan Marshall va contribucr a la mise en
valcur de 1'Afrique Equatoriale Francaise en af-
fectant une some de 97.632 dollars, plus de
34.000.00( de francs au programme de construc-
tion de routes dans cc territoire announce tout
d'abord lc communique, qui pursuit :
< L'E.C.A. fait rcmarquer, a ce sujet, que l'in-
suffisance de bonnes routes de toutes saisons
est un des problems essentials de 1'Afrique
Equatori Ic. Les trois quarts do sa population
et ses principals regions productives sont, en
effect, isolhcs de la c6te de l'Atlantique Sud par
plus de raille kilointres dt jungle tropiicale.
Beaucoup de regions sont complletement isoloes
du reste du monde, pendant une bonne partie
de l'ann6.-'.
< Pour r6soudre ce problem, un p)rograinmm
d'envergure a eKe lanc6 pour la construction
prioritair, d'environ 5.000 kilometres de routes
paves. (e programme vise. cn outre, i cons-
truire plus de 13.000 kilomltres de routes d'ici
1957.


< Les travaux imm6diats se rangent dans cinq
projects distincts. Le premier doit faciliter les
exploitations minieres et foresti6res dans la val-
16c du Gabon et permettre la mise en route de
nouvelles enterprises ; un autre project vise a
relier la voie ferr6e Congo-Oc6an avec la valley
du Niari, it Dolisie, ouvrant ainsi une rigioiA
extrememcnt fertile du Moycn-Congo. Les trois
autres projects sont destines it faciliter la mise
en valeur des territoircs les plus au Nord et a
l'int6rieur de l'A.E.F., c,est-A-dirc le Tchad et
I'Oubangui. Ces territoires produisent, actuelle-
ment, 80.000 tonnes de coton par an et competent
des troupeaux d'environ six millions d'animaux
de ferme et de vaches laiti6res don't I'utilisation
rationnelle est impossible maintenant, en raison
des communications insuffisantes. Des travaux
parties ont d6ja commences, portant sur 1.600
kilom6tres de routes pour l'ensemble de I'A.E.F.
< L'apport du Plan Marshall sera utilis6 Drin-
cipalement pour l'achat de bulldozers et de pie-
ces d6tach6es pour machines niveleuses, ainsi
que pour l'achat de tracteurs lourds, camions et
autres mat6riels lourds de terrassement. Le pro-
gramme te construction de routes en A.E.F.
avait. d6jja, b6ncfici6, prc6dedmment, de l'aide
Marshall.
< L'ann6e derniere, I'A.E.F. ne disposait
encore que d'environ 37.000 kilom6tres de pistes
et de chemins en terre battue pour assurer la
distribution de products imports d'une valeur
de 27.000.000.000 tie francs m6tropolitains et
I'achemliiement aux ports de marchandises d'ex-
portation, d'une valeur de 14.000.000.000. Les
routes pavecs n'existent pratiquement pas en
dehors des villas principles de ces territoires.
Aussi, les frais de transport routier sont-ils
exorbitants en A.E.F.
< Le Plan d6cennal d'6quipement de I'A.E.F.
prevoit l'investissement de 16.000.000.000 de
francs pour la construction de routes. >>


Regime de I'achat de devises a titre 'ouristique

Les personnel so rendant, it titre touristique,
dans un terriloire africain faisant parties des
zones inonltaires belge, portugaise et sterling,
pourront obtenir des autorisations d'achat de
devises dans les limits et conditions suivantes :
voyagcurs a destination d'un Territoire de
la zone monStaire portugaise : 6.000 escudos ;
voyageurs a destination d'un Territoire de
la zone mon6taire belge : contre-valeur en francs
bclges, de 50.000 francs m6tropolitains ;
voyageurs a destination d'un Territoire de
la zone sterling, contre-valeur, en devises du







pays de destination, de 50.000 fr. m6tropolitains.
Ce montant ne pourra comprendre, au maxi-
mum, sous forme de billets de banque, que la
some de cinq livres.
Ces autorisations sont d6livr6es annuellement
et en une seule fois.


Le nouvel autorail du Congo-Oc6an

Recemment a eu lieu, entire Brazzaville et
Pointe-Noire, le premier voyage commercial ef-
fectu6 par le nouvel autorail du C.F.C.O.

Cet autorail, extrmnement comfortable, possede des fau-
teuils Pullman A deux positions ; un double system d'acra-
tion ainsi qu'un double system d'6clairage. II est actionn6
par un moteur Diesel de 300 CV (deux essieux moteurs)
ct est dot6 de tous les perfectionnements de la technique
moderne dans le domaine de la traction, du freinage. II est
conduit par des meoaniciens europ6ens.

Un deuxibme autorail, en course de montage A
Pointe-Noire, sera mis en service incessamment.


Creation d'une discotheque
au! Service d'Action Sociale
du Gouvernement General

Le Service d'Action Sociale du Gouvernement
G6n6ral de I'A.E.F. compete une activity nouvelle.
Un materiel d'enregistrement vient d'etre confi6
a un sp6cialiste, charge de cr6er et d'organiser
une discotheque de la F6d6ration.
4
Cette discotheque comprendra deux categories
d'enregistrements : une documentation ethno-
graphique sonore et des enregistrements de mu-
sique africaine moderne. Cette documentation
demand un long travail de preparation ; I'en-
registrement, en brousse, n'est, trop souvent,
qu'une simple impression auditive, recueillie en
passant rapidement, expliquee selon l'imagina-
tion d'un interpr&te peu soucieux de la v6rit6.
Un travail de linguistique musical doit com-
pl6ter le disque pour livrer le sens littoral des
sons. La pens6e indigene est ainsi connue, la
certitude des mots acquise, si le sens cach6 nous
echappe encore.


Le programme de constructions de la Federation

Pour pallier la crise du logement, qui sevit
avec plus d'ampleur peut-etre dans les Terri-
toires d'Outre-Mer que partout ailleurs du fait
de la poussee extraorllinaire des villes, les cons-
tructions suivantes ont Wte inscrites aux pro-
grammes des diverse municipalities de I'A.E.F.


Poinle-Noire. Un immeuble de rapport
(quatre grands appartements) ; un h6tel de qua-
rante chambres ; A l'6tude : deux immeubles de
rapport (douze appartements).
Bangui. Cent logements pour Africains ; A
l'6tude : vingt-quatre logements pour Europ6ens.
Libreville. Vingt-quatre logements pour
Europ6ens ; soixante-dix logements pour Afri-
cains.
Port-Gentil. Vingt-quatre logements pour
Europeens ; soixante-dix logements pour Afri- *
cais.
Les constructions ci-dessus ont dLji leur fi-
nancement assure.
D'autre part, les constructions suivantes sont,
actuellement, A 1'ltude et les ressources.corres-
pondantes en course de r6alisation :
Brazzaville. Trente logements poir Euro-
peens (immeubles municipaux) ; cinqnante-six
logements pour fonctionnaires europ6ens ; cent
cinquante logements pour Africains.
Libreville. Huit logements pour lonction-
naires europ6ens ; un h6tel de trente chambres.
Fort-Lamy. Quatorze logements pour fone.-
tionnaires europ6ens ; un h6tel de 'quarante
chambres.
Bangui. Quatroze logements pour tonction-
naires europ6ens.
Pointe-Noire. Deux logements pour fonc-
tionnaires europeens.
Au total doivent ktre rialisss, avant la fin do
I'ann6e 1951, dans I'enscmble de la Fed6ration :
212 logements pour Europeens (inmmeubles
municipaux et fonctionnaires) ;
390 logements pour Africains ;
Deux hotels repr6sentant soixante-dix
chambres.


Tourn6e de Conferences de M. Pierre Paraf

M. PIERRE PARAF, directeur des Services ext6-
rieurs dc la Radiodiffusion Francaise, membre
du Comit6 National des Ecrivains, a fail. dans la
premiere quinzaine d'aofit, a Brazzaville et Libre-
ville, une s'rie de conferences, sous le patronage
de l'Alliance Franqaise. La < Pr6sence Africaine
en France >>, << Escales Europ6enncs >, <: Le mi-
lieu du Siecle >, tels ont et6 les thiUtes qu'il
choisis. Le 14 aofit, M. Pierre Paraf s'cst rendu
A L0opoldvillc, au Congo Belge, oil il a parl6
de << La Soci&te Franqaise a travers l'couvre
d'Anatole France >.







La reorganisation
du service de I'inscription maritime

Les diff.rents services groups sous l'appella-
tion << Inscription maritime >> constituent un ser-
vice f6deral rattache h la Direction g6nerale des
services economiques.
Le littoral maritime de 1'A.E.F. forme trois
circonscri]:tions maritimes don't les chefs-lieux
sont POINTE-NOIiE, LIBREVILLE Ct PORT-GENTIL.
Dans chaqiie circonseription maritime le service- de l'Ins-
cription maritime et les services qui y sont rattachls (police
de la navigation, p&ches, demi-soldes, secours et allocations
sur la Caisse le 1'Etablisseinent national des Invalides, comp-
tabilit6 de cat etablissement, liquidation des primes A la
Marine marcl ande, tribunaux maritimes cominerciaux, etc...)
sont centralis6s uu chef-lieu de cette circonscription.
L'administr ateur-maire du chef-lieu de la circonscription
maritime est, en principle, charge du service de l'Inscription
maritime pour cette circonscription. Toutefois, le chef du
territoire inttrcss6 peut placer A la t6te de ce service touted
autre personnel qualifiee.
Le fonctioinaire charge du service de l'Inscription mari-
time dans cliacun des ports d6signis est liquidateur des d6-
penses du budget de la marine, en cc qui concern la
Marine marcliande.
Les militaires de la gendarmerie et les agents du service
actif des doi.anes concourent A l'ex6cution du service.


Le nouvau centre mecanographique d'A.E.F.

M. Cornut-Gcntille, Haut-Commissaire de la
R6publique, accompagn6 du Gouverneur de Nat-
tes, a visit, le 18 juillet, les nouvelles installa-
tions m6canographiques du service de la Statis-
tique G6nmrale.
Recemmncrt arrive, l'ensenble de machines a cartes per-
forees psrforatrice, trieuse, tabulatric'e ct reproductrice
permet une vari6te de travaux tres grande : comptabilit6
main-d'ceuvrcs (soldes, traitencents, salaires) ; comptablit6
matieres ; prix de revient ; gestion du personnel ; recen-
sement ; sta istiques'; facturation, appeals de cotisation.
Une demonstration de la chain du travail a ete faite en
presence du Haut-Commissaire.

Envoi en France d'instituteurs africains

Huit in sttuteurs africains, d6signes a raison
de deux par territoire, ont particip6, en France.
A un stage, organism a l'Ecole Normale Sup6-
rieure de Saint-Cloud, sous l'6gide des minis-
thres de I'Education Nationale et de la France
d'Outre-Nlier.
Ce stage d'information a fourni aux institu-
teurs africains, l'occasion de prendre contact
avec les (ciff6rcnts aspects de la civilisation mn-
tropolitainie. I1 a permis d'6tablir des changes,
en particalier avec des membres de l'enseigne-
ment frarnais qui sont appel6s a servir, pour la
premiere fois, Outre-Mer.


Plusieurs d6placements I travers la France
tLaient pr6vus ; ils constitueront, pour les dl66-
gues de l'A.E.F., la meilleure fagon de s'initier
aux r6alitCs m6tropolitaines.


Ouverture d'ecoles

Une cole A une classes vient d'etre ouverte A
Mandelia dans la region de Chari-Baguirmi.
La Society des missions 6vangeliques suedoi-
ses vient d'tre autorise' it ouvrir plusieurs
ecoles de villages :
A Louengo, district de Mindouli ;
A Bello, district de Mouyondzi ;
A Kendi, Ossiba et Mayama, dans le district
de Sibiti.
Les ecoles de villages s'ouvrent de plus en plus
nombreuses : le Vicariat Apostolique de Pointe-
Noire a Wte autoris6 recemment A ouvrir des eco-
les de villages a Kinzaka, a Kimpanbou-Kayes et
A Makondo-Mabengue dans le district de Madin-
gou, A Tchissanga dans le district de Pointe-
Noire ; A Moutena dans le district de Loudima ;
a Massouete et A Mouncoundou dans le district
de Mossendjo.


Gabon


Tarifs d'acconage
des ports de Libreville et Port-Gentil

Les tarifs d'acconage qui out ete fixes pour les
ports de Libreville et de Poft-Gentil sont entries
en vigueur le 20 juillet 1950.
Voici ces tarifs :
A. D6barquement :
Marchandises diverse jusqu'a 1.500 kg. : 800 francs 1'unit6
payante. Minimum 325 francs l'unite payante.
Colis lourds :
De 1.501 A 4.000 kg. ................ 1.100 frs la tonne
De '4.001 i 10.000 kg. .............. 1.350 frs la tonne
Dc 10.001 A 20.000 kg. .............. 1.750 frs la tonne
Au-dessus de 20.000 kg. .............. a traiter.
Les poids sont arrondis a la centaine de kilos la plus
proche.
Bcufs .............................. 250 frs l'unit6
Pores ct autrcs petits animaux vivants
de boucherie ............................ 100 frs l'unit6

B. Embarquement :
Marchandises diverse et colis lourds : mime tarif qu'au
debarquement.
Bois d6bitis et deroulss .......... 600 frs l'unit payante
Produits du cri .................. 600 frs l'unite payante
FHit vide bois ou fer de 200 litres. 50 frs l'unite payante
Demi-muid ...................... ... 100 frs 1'uniti payante







R6tablissement du district de N'Dende
Le district de N'Dende vient d'etre r6tabli. II
est deiimit comme suit :
A I'Ouest le 11' degrd de longitude Est de
Greenwich jusqu'a la rivibre Dibotcha, ensuite
le course de la Dibotcha jusqu'd son confluent
avec la N'Gounit ;
Au Nord de ce point, la rive gauche de la
N'Gounie jusqu'a son confluent avec la rivibre
Ogoulon ;
A 1'Est et au Sud, les anciennes liinites
du district de Mouila.
Une agency sp6ciale a Wte institute dans ce
district.

Philatelie
A l'occasion de la fete du Centenaire du
Gabon, qui aura lieu, A Libreville, le I" aofit
1950, une flamme commemorative sera utilisc,
cc jour-la, par le seul bureau de poste de Libre-
ville pour I'obliteration des correspondances qui
y seront deposees.
La derniere flamme commemorative utilisbe
en A.E.F. date de 1946, lors de la premiere liai-
son aerienne < Paris-Brazzaville >> par < D.C. 4 >.

Le Dr. Schweitzer, officer de la Legion d'Honneur
Par decret, paru au Journal Officiel du
24 aofit, M. Albert Schweitzer, m6decin a Lainm-
bar6en (Gabon), a ete promu officer de la LUgion
d'Honneur. Cette promotion exceptionnelle est
un hommage meritM rendu a la fois au medecin,
au savant et a l'artiste quest le Dr Schweitzer.
(Voir Bulletin d'Information de la France d'Otu-
ire-Mer n' 140, de f6vrier 1950.)


Moyen Congo

Les travaux au port de Pointe-Noire
Au course de la derniere saison des pluies, cer-
tains quais de Pointe-Noire s'6taient 16gerement
affaissis. La voice ferr6e s'&tait cncastrec dans
le ciment des quais. Le Service des Travaux
Publics a commence les travaux do r6fection;
trois cents metres de quai ont, dejA, ete refaits,
la voice ferr6e a 6t(' d6gag6e et rehauss6e : elle a
6t6 rendue utilisable sur loute sa longueur pour
le d6placcment de deux grades grues.
Par ailleurs, les reparations des deux plus an-
ciens magasins du port se poursuivront active-
ment. Ceux-ci, du rest, doivent 6tre prochaine-
ment remplaces par un grand hangar moderne,
analogue A celui qui est dijh en service. La
construction de ce hangar s'inscrit au pro-
gramme du plan d'6quipement.


Enfin, le mur de cl6ture exttricur du port est,
ai l'heure actuelle, compl6tement termmin.

Le traffic du port de Pointe-Noire au 30 juin 1950
Au course de cc premier semestre, cent cin-
quante-huit navires ont touchT le port de Pointe-
Noire. Ils ont d6barqu6 82.000 tonnes de mar-
chandiscs et en out embarqu6 31.000 tonnes.


Un vceu de la Chambre de Commerce
du Kouilou-Niari
Au course de sa dernierc Assemblee g6nerale,
et apris avoir examine les diff6rents avis
recueillis, la Chambre de Commerce du Kouillou-
Niari a 6mis le vocu qu'il soit ins6r6, dans la pro-
chaine reglementation juridique des Chambres
de commerce, que les Directeurs des maisons de
commerce soient elus en tant quc representants
de leurs firmes et que, de ce fait, ils puissent
etre remplaces, pendant Ieur cong6, A la Cham-
bre de Commerce, par leur interimaire.


Le traffic marchand du port fluvial de Brazzaville
Depuis le d6but de l'ann6e jusqu'a hI fin mai,
le port fluvial de Brazzaville a cnregisr6, dans
les entries, un total de 22.261 tonnes de mar-
chandises, don't 9.011 tonnes s'inscrivant au tra-
fic du Haut-Fleuve et 13.150 A celui du Pool. Au
course de cette mime p6riode, 14.365 tonnes de
marchandises sont sorties: 12.301 tonnes ont 6t,
dirig6es sur le Haut-Fleuve et 2.065 sur le Pool.
Les products .ptroliers, embarques an Congo
belge en direction du Haut-Fleuve, ne sont pas
compris dans cos chiffres.

Le traffic du < Congo-Ocean > au 30 juin 1950
Au course du premier semestre 1950, 371 trains
sont montes de Pointe-Noire a Brazzaville et
349 trains sont descendus. Ils ont transport", a
la montee depuis Pointe-Noire, un total de
63.586 tonnes de marchandises ainsi que 25.000
tonnes de pierres de Baratier ia Brazzaville.
37.770 tonnes de marchandises ont Wti descen-
dues. Le traffic marchand total est don-( de l'or-
dre do 126.856 tonnes.


Le prix de la viande 8 Pointe-Noire

Le prix de la viande de boucherie hlCbite A
Pointe-Noire a 6t4 fix6 A 200 francs le kilo de
boeuf premier choix. La viande de mouton, pro-
venant du Tehad par avion, est vendue 180 frs
le kilo.






Overture d'aerodromes priv6s

L'abroirome d'Okoyo, dans la Likouala-Mos-
sake, 6talili dans la concession de la Compagnie
Francaisc du Haut et Bas-Congo (C. F. H. B. C.
vient d'etre declare ,, aerodrome privet autoris6 ,.
II sera signal et balis6 suivant la reglemen-
tation en vigueur.
L'a6rocrome, 6tabli dans la concession de
l'Institut des Recherches des Huiles et Ol6agi-
neux A Sibiti regionn du Niari), vient d'&tre
6galemen declare << aerodrome priv6 autoris6 >.
Ce terrain cst class dans la cat6gorie < C >.
II ne poirra etre utilise que par les avions
appartenant an propridtaire ou aux personnel
qu'il invite A en faire usage.

Brazzaville se construit
Les alitorisations de construire, accordees
dlans le centre urbain de Brazzaville dcpuis le
debut de I'annbe jusqu'A la fin de mai, s'6levent
au nombre de vingt-neuf et repr6sentent une
surface titale de 16.624 m2. Sur ce total, trois
autorisations ont etC d6livr(es pour locaux conm-
merciaux sans habitations et' huit avec habita-
tions. Six autorisations ont Rt6 donh6es pour
habitation seule; trois pour bureau sans habi-
tation et six avec habitation: trois pour hangar
et entrepit sans habitation.

Oubangui-Chari

L'6quipement du territoire

Le premier pont pr6-fabriqu6, d'une longueur
de neuf nitres et d'une larger de six metres, a
Wte lance rhcemment en Oubangui, sur la riviere
Goumba, ;i vingt-deux kilom6trcs de Bangui.
On apprend, d'autre part, 6galement de Ban-
gui, que la deuxieme pile du pont de la Boumb6e
est achev'e. 11 est proe6de aux travaux de terras-
sement, ceux de maconnerie 6tant ralentis par
suite du non arrivage des fers A b6ton, qui par-
viendront A Bangui lorsqu'A la remont6e des
eaux, le traffic r6gulier sur le fleuve pourra etre
repris.
Enfin, l'antres constructions se poursuivent
activement. Le nouveau hbtiment du Tresor est
achev6 et occupy.
Les tAl];s necessaires A la couverture du hiti-
ment de !a radio sont A pied-d'oeuvre. D'autres
6tablissen ents civils ou administratifs sont en
voie d'ach6vement.

Mise en vente libre du sucre
Un arrth, pris par le Gouverneur, chef du
Territoirc de I'Oubangui-Chari, vient d'abroger


l'arret6 instituant le rationnement du sucre.
D6sormais, la vente libre de cette denr6e est
autoris6e dans I'ensemble du Territoire.

Creation de deux nouveaux centres
de multiplication des semences de cotton
Deux emplacements viennent d'etre determi-
n6s, en Oubangui-Chari en vue de la creation de
deux nouveaux centres de multiplication de
semences de coton.
Le premier terrain choisi se trouve a Bissa-
kounou, sur la route de Sibut A D6koa. Dix hec-
tares seront ensemences en coton << Triumph >
des cette ann6e.
L'emplaccment approximatif pour le second
centre vient d'etre d6termin6 A Cr6pend6, entire
Fort-Crampel et Batangafo. La prospection
dMtaill6e pour le choix d6finitif du terrain sera
entreprise tres prochainement.

D6couverte d'un hypog6e
Une grotto, tris probablement ignore des
Europ6ens, vient d'6tre dCcouverle, au course
d'une tournbe effectube par le chef de district
de Rafa'i, dans le canton de Guin6koumba, en
pleine brousse.
La premiere overture, dissimul6e dans un
boqueteau, mnie a un hypog6e de plusieurs
dizaines de metres de longueur, semi-circulaire
et partage en plusieurs cellules par des colonnes
naturelles.
La deuxi6te ouvcrture, une heure de march
environ de la premiere, cache dans les lines
et les broussailles, s'ouvre dans, une salle A pla-
fond descendant, qui s'achvve sur un 6troit
boyau; cc boyau mnne A une rivirre souterraine
qui semble so diriger vers la riviere Gambara.
Le chef de district de Rafai se propose, des
que le materiel necessaire cordes, lampes et
outils divers aura pu Rtre reuni, d'explorer la
parties central de cette grotte.


Tchad

Le regime du travail de la main-d'oeuvre infantile
au Tchad

Un arrWt6 du Chef du Territoire du Tchad
vient de fixer le regime du travail de la main-
d'oeuvre infantile dans ce territoire.
Les dispositions prises faisant suite A un texte
du meme ordre, sign, en decembre 1949, par le
Gouvernement du Moyen-Congo. rentrent dans
le cadre d'un plan g6enral d'organisation sus-
ceptible de concourir A l'assainissement du mar-







ch6 local du travail, comme a l'amblioration, ai
longue 6ch6ance, de la situation 6conomique.
Cet arrRt6 precise que les enfants au-dessous
de quatorze ans ne peuvent 6tre employes A titre
de salaries dans aucune branch, a l'exclusion
de cell des gens de maison.
Concurremment avec cette measure, il est, 6ga-
lement prescrit que certain m6tiers requ6rant
une grande d6pense de force ne sauraient &tre
exerc6s que par des adolescents Ag6e de 18 ans
an moins.
Par ailleurs, l'emploi d'enfants de 14 a 18 ans
n'est autoris6 que sur consentement de leurs
parents ou tuteurs et a la suite d'une autorisa-
tion 6crite, dclivree par l'Inspection du Travail.
Tout travail nocturne est prohibM pour les
enfants de cet age. II est, en outre, prevu que le
travail confi6 h chacun d'entre eux peut &tre, a
tout moment, analyst par un medccin en vue de
vbrifier s'il n'excede point ses forces.


Creation d'un service special
des grands travaux routiers

Un service special des grands travaux routiers
du Tchad vient d'etre cr66 en vue d'assurer le
control d6finitif des conventions d'6tudes et de
travaux routiers passees dans le cadre du Plan
d'Equipemcnt du Territoire.
Ce service comprendra un arrondissement


Nord et un arrondissement Sud. II sera placb
sous l'autorit& technique du Directeur general
des Travaux publics.
M. Hugues, ing6nieur des Travaux publics des
Colonies, est nommn chef par interim de ce
service.


L'annuaire du Tchad

De format << Guide Blcu >, I'Annuwire est
agrementd de deux cartes hors texte du Service
Forestier, ainsi que de dessins A la plume du
capitaine Xavier de Prcval et de M. Degmnne, et
de trente et une photographic hours texle.
Il content, outre quatre pages de bibliographic,
des renseignements pratiques concernanz tout ce
qui touche le territoire du Tchad : l'!istoire;
l'archeologic, le climate; I'organisation politique,
administrative, militaire et judiciaire; la sante
publique; l'enseignement; les postes et tellcom-
munications;. la douane: Ie tourism; la chasse,
les voies de communication, l'Cconomie, le com-
merce, I'agriculture et 1'Clevage. Cet annuaire a
Wte rdalise par le service de l'Informalion du
Tchad, avec le concours des Services du Gouver-
nement, de la Chambre de Commerce de Fort-
Lamy, de l'Etat-Major du commandement mili-
taire, et de M. Jean-Paul Lebcuf, ch7rg6 de
recherches du C. N. R. L'impression en a 6tW
faite A Lille.






CAMEROUN


Nomination de
H Soucadaux come
Hau Commissaire de
la R6publique
au Cameroun

c Journal Officiel
A du 1" aofit, pu-
blie un d6cret,
par lequel M. Souca-
a daux (Jean), Gou-
verneur de premiere
classes des colonies, pr6cedemment d61 -
gu dans les functions de Ilaut-Commissaire de
la RCpub ique au Cameroun, est nommb Hant-
Commiss:ire de la R~publique dans ce terri-
toire.
Par d(cret, paru au J.ozu'nal Officiel du
11 aofit, -'v. Soucadaux, Haut-Commissaire de la
RGipublique Francaise au Cameroun, a Rt6 promu
Officer loe la Ugion d'Honneur tiress excep-
tionnels).


Le passage de M. Jacques Fourcade
au Cameroun

M. Jacques Fourcade, President de l'A!semn-
ble de 1'Union Frangaise, rentrant en France
apr&s av(ir iprsid e les ceremonies du centenaire
de la prience fransaise au Gabon, est pass Irai
Douala, oit ii a Wt accucilli par M. Soucadaux,
Haut-Cormmissaire de France au Cameroun, et
de nomb -cses personnalit6s.
Apres avoir pris contact avec les autorites
locales, vf. Fourcade a consacr6 l'apris-midi ai
la visit de la scierie de Yansoki. Dans la soirie,
le Haut-Commissaire a offer un vin d'honncur,
dans les salons du Palais du Gouvernement.
Etaient lprdsents A cette reception, outre Mine et
M. Jacques Fourcade, de nombreuses personna-
lit6s politiques et militaires locales et tous les
chefs sui)6rieurs de la region du Wouri.
M. Foilletier, Prbsident de l'Assemblbe Repri-
sentativ( du Cameroun, a souhaitc la bienvenue
a M. Folrcade et l'a assure des sentiments de
fid6lit6 le la population camerounaise.
M. Ja ques Fourcade a r6pondu en affirmant
sa confi:nce dans l'avenir de l'Union Fra.ngaise.
Le soir, M. Soucadaux et le commandant du
< Brazzt >> ont offert un diner en l'honneur dun
Pr6sidermt de l'Assembl6e de l'Union Frangaise, a
board dun paquebot illumine et pavoisb.


L'approvisionnement du Territoire
au course du premier semestre 1950

Les importations qui, apres les bas niveaux
de janvier et ifvrier, avaient, en mars et avril,
subi une forte poussie, semblent, maintenant, se
stabiliser en l6ige;rec angmentation : 20.700 fonnes
en mai; 21.600 en juin.
Le relev6 de cos importations apparait, d'au-
tre part, plus equilibr6.
La diminution, entierement normal, d'ail-
leurs, des apports de ciment en cette saison, a
6et compensee, de fagon heureusc, par l'augmen-
tation de certain postes, rests, jusqu'ici, anor-
malement has en regard des besoins du Terri-
toire. Dans le domnaine des mat6riaux de cons-
truction mmec, les arrivages de t6les se font
plus important : 563 tonnes en juin conlre 209
en mai, cncoie insuffisants, cependant, pour
satisfaire une demand que certain, en s'en
tenant aux besoins immn diats. chiffrent A plus
de 1.500 tonnes.
Fait plus nouveau, dans le domain de l'ali-
mentation, le ri; d'Indochine reparait sur le
Inarch6 en tonnages important : pros de 3.000
tonnes en juin. Pour la premiere fois aussi les
arrivages de farine sont a la measure des besoins
accrus de la population, tant europeenne
qu'africaine.
Ainsi le riz ct la farine, apres le lait, le sel et
le sucre, scront maintenant fournis en abon-
dance sur le march( de Douala et le seront bien-
tSt dans tous les centres de brousse. Avec eux
disparait un marched noir qui atteignait les sala-
ries dans des produils essentiels A leur alimen-
tation.
Autres signs d'uine conomie qui rcdevient
normal : les frigidaires de toute provenance et
les pick-up d'origine anglaise viennent d'etre
mis en vcnte libre ct les carburants seront tres
prochainement vcndus sans aucun bon, I'appro-
visionnement du Territoire 6tant, d6sormais,
assure ct les stocks insuffisants.
Le chiffre global des entries 120.386 tonnes
-- est l6g6rcment inf6rieur A celui du premier
semestre de 1'an drnier : 128.000 tonnes. En
faveur de celte 16g&re diminution du tonnage
d6barqu& ont jou6 les difficuilt6s d'approvision-
nement encore rencontr6es au d6but de l'ann~e
pour certaines denrces pondereuses : ciment,
tSles, farine. D'autre part, l'apport du materiel
lourd d'Equipement tend -I tre moins grand que
I'an passe, la plus grosse part de l'outillage







necessaire A I'cx6cution des travaux (nu Plan
etant d6ej miise en place. Par ailleurs, pour nn
certain nombre d'articles, demeurks rares jus-
qu'en 1948, la demand s'est demesur6ment
gonfl6e en 1949; elle s'est, au course du premier
semestre 1950, stabilisee. La chose est particu-
lierement sensible pour les colonnades, don't il
n'a ttC import que 800 tonnes de janvier A juil-
let 1950 au lieu de 1.850, plus du double, pen-
dant les mois correspondents de 1949.
Par contre, les importateurs, trouvant en
France ou dans les pays oa nous disposons de
credits important, une game de products plus
varies, ont, cux-mnmes, diversified leurs achats.
Certains postes, qui 6taient peu important l'an
passe, r6alisent, aujourd'hui, un tonnage non
negligeable. Ainsi 80 tonnes de l6gumes, pommes
de terre nouvelles et fruits frais ont 6t1 d6bar-
ques a Douala, en juin, par divers paquehots et
bananiers.
D'autres articles, jusqu'ici de consommation
surtout curopdenne, tels les laits condenses et les
conserves de poison, sont de plus en plus adop-
tes par les Africains et voient croitre leur ton-
nage : 150 tonnes de conserves alimentaires ont
6te ddbarquecs en juin.
Le mIme ph6nomtne est plus sensible encore
pour les vins et pour la bhire. L'augmentation de
la consolation est r6gulibre pour le vin.
L'accroissement de la consommation de la
hibre est plus spectaculaire encore et la course
des importations n'a cess6 de monter, malgri
I'importante production des Brasseries du
Cameroun.
Le premier semestre 1950 a confirmln les
modifications qui. des la fin de 1949, se fai-
saicnt jour dans le role tenu respectivement par
les divers fournisseurs du Territoire. Les diffi-
cult6s provoquies par la guerre avaient amen6
les U. S. A., la Grande-Bretagne, voire l'Afrique
du Sud A prendre, dans l'approvisionnement du
Territoire, une place qu'ils ont dfi progressive-
ment c6der an profit de la mitropole, fournis-
seur normal du Cameroun.
Les marchandises en provenance de la m6tro-
pole repr6sentaient, en 1949, 55 % en poids et,
en valour, 75 % des importations du Territoire.
Elles passent, pour les quatre premiers mois de
1950, A 72 % en poids et prIs de 80 % en valeur.
Parallblement A ce dcplacement normal de nos
achats s'accentue, avec la renaissance de notre
flotte cominerciale, la part prise par le pavilion
franqais danns le ravitaillement du Territoire.
Le pavilion francais assure, maintenant, cin-
quante-cinq pour cent des transports a destina-
tion du Cameroun centre trente pour cent au
d(ebut de 1949.


Les travaux du port de Douala

Geographiquement, Douala est situd en un
point particulierement favorable A 1' evacuation
des products du Tchad, du Nord-Oubangui, du
Cameroun et du Nord-Gabon. Route normal
d'acces au Tchad par le centre de l'Afrique, tant
par fer que par route, Douala se trouve,.,tre le
poumon l'une grosse partic du continent afri-
cain, et c'est pour cette raison que, des 1946, les
pouvoirs publics examinerent la possibility de
donner A cc port une extension telle qu'il corres-
ponde aux besoins des territoires qu'il dessert.
Economiquement, on pcuL consid6rcr que l'ap-
plication du plan de d6veloppement, finance par
le F. I. D. E. S., assurera dans tres peu de temps,
un essor grandissant du commerce et des
changes avec la MItropole et les pays strangers.
Le port de Douala ne comprend actuellement
que quatre postes A quai. Les transitaires d6plo-
rent 6galement I'6troitesse du quai de chalan-
dage ct les forestiers celle du pare ai bois.
Le d6veloppement du Cameroun, les travaux
entrepris pour augmenter cet accroissement, la
mise en valour de resources chaque jour plus
nombrouses, ont entrainC une importation de
matriel d'6quipement t eune exportation acce-
ldrLe des richesses du pays. II est done d6cide
dl'6quiper le Territoire de telle sorte qu'il puisse
transiter annuellement par son port un million
de tonnes. Pour assurer un tel traffic, il est
necessaire d'ajouter 1.100 mntres de quai pour
les cargos et paquebots au quai existent, d'aug-
inenter la surface du pare i[ bois. qui ne mesu-
rera pas moins de 20.000 mntres carr6s, et d'as-
surer pour le chalandage un :icces a un quai de
220 mtres dte lofigueur.
Une sulprficie de 340.000 metres carr6s sera
gagn6e sur le fleuve et permettra d'installer, en
plus des magasins d'une surface global de
12.000 imtres carr6s, les Services de Sant6, de
l'Agriculture, de stockage de l'huile de palme,
ainsi que les ateliers de remise en Mtat de tout
le materiel flottant, installations indispensable
dans un port de l'importance de Douala.
Les travaux comprennent done :
Les 1.100 mitres tie quai destines a l'accostage
des paquebots et cargo qui seront construits
en blocs pleins d'un poids unitaire de 75 tonnes.
Ce mur de quai necessitera la mise en oeuvre de
45.000 iitres cubes de b6ton.
II reposera sur un cavalier d'enrochements
destined A r6partir la charge de ce mur sur un
remplai sableux exdcute prialablement. Ce rem-
blai sableux, destiny A remplacer le terrain exis-
tant trop fluent, insuffisamment stable, est mis
en place par une drague aspirante et refoulante
et des chalands A clapets, dans une souille,







sorte de tranchee qu'ex6cute actuellement une
drague A godets.
Le cube de vase et d'argile molle A enlever
sous le mar de quai pour l'ex6cution de cette
souille, est d'environ 250.000 m6tres cubes. Ce
travail est en voie d'achevement.
Le cube des enrochements sur lesquels repo-
seront les blocs de mur de quai est de l'ordre de
100.000 mitres cubes. 20.000 tonnes de ciment
entreront dans la fabrication du beton de ces
blocs.
Les ter e-pleins n6cessitcnt les dragages et
rcfoulement de plus de 1 million 500.000 m6tres
cubes de sable. Ils seront maintenus par le mur
de quai ei eau profonde, le quai de batelage et
un ouvragte en blocs plus 16gers de 800 m. dc
longueur, .e raccordant A la rivibre M.'Bopi, don't
le course sera am6nag6 jusqu'a la route
actuelle.
Pres de 2 millions de kilos d'acier seront uti-
lis6s pour la realisation des magasins, cloture et
engines d': marriage.
La pierre nccssaire A ces travaux est extraite
d'une carriere ouverte pros de la gare d'Ed6a;
il faut sorl.ir de cette carri6re 300.000 tonnes de
pierre, ce qui donnera un tonnage de transport
par fer de 25 millions de tonnes kilom6triques.
Trois trains par jour seront n6cessaires pour
assurer urc cadence normal des travaux.
Les mo:.ens mis en (euvre pour l'ex6cution de
ces travaux sont trbs important.
Pour ne citer quc l'essentiel, nous dirons
qu'en dehors du materiel naval, il est mis en ser-
vice plus de 2.000 tonnes de materiel. II peut etrc
d6crit sel )n le processus de l'execution des
travaux.
C'est ai isi que l'extraction des 300.000 tonnes
d( pierrcs d'Edea, necessite cu 6gard aux delais
d'ex6cutio i relativcment courts, la mise en ser-
vice de trois compresseurs de 135 CV, soit plus
de 400 C\, de martcaux perforateurs sur cheva-
lement, d'une pellet micanique don't le godet
content I m3 et demi et actionn6e par un
moteur Diesel de 130 CV, trois locomotives de
mano-uvr, et plus de 2 km. de voie. II faut, pour
d6caper IL surface de la pierre A extraire, enle-
ver A l'ai( e dc pomles hydrauliques puissantes,
100.000 n13 de terrains sableux et argileux. Les
lances al ment(es par ces groups d6bitcnt
150 m3 l'eau i l'heure sous une pression (de
14 kilog. par centimitre carr6.
La pierre extraite a l'aide de la dynamite, est
chargec par la pelle micanique dans des bennes
speciales transporties par la R6gie des Chemins
de Fer. C: s bennes sont d6versees par un porti-
que dans une tr6mie qui alimente un concas-
scur a per ussion, capable de r6duire les blocs cni


cailloux La raison de 50 tonnes par heure de
march.
Le beton sera fabriqu& par une station de
betonnage mobile. La capacity de la b6tonniere
est de 1.300 litres. Le b6ton malax6 par cette
b6tonniere est transport par une benne roulante
sur un bras mobile de 16 m. de longueur dans
dcs coffrages metalliqucs d'une capacity supe-
ricure a 30 M.C.
Un portique de 100 tonnes reprend les blocs
de bMton apres sechage et les charge sur un
wagon special, destiny it approvisionner un cha
land porte-blocs pouvant reccvoir quatre blocs
de chacun 80 tonnes.
Le ponton mature reprcnd ceux-ci et les met
en place sur un cavalier d'enrochements don't
nous avons dljh dit I'int6r&t. Les premiers blocs
immerges sous 8 m. 50 d'cau sont guides par un
scaphandrier. Au fur ct A measure de l'avance-
ment de ces piles, un couronnement en bMton
arnu les solidarise entire dlles.
Sur ces remblais seront ex6cutes des revte-
ments b6tonnes et construits des hangars a
marchandises.
Des voices raccordies L la gare de Douala des-
serviront les quais et les magasins.
Des grues, actuellement montkes au parc h
bois, chargeront direclemcnt dans les cales des
navires.
Pour assurer un traffic d'un million de tonnes
par an, il faut que chaquc batcau t quai puisse
d6charger et charger 500 tonnes par jour. C'est
cette raison qui a motive l'agrandissemcnt des
terre-pleins et determine leur superficie utile.
Ce port, apportant au pays un plus grand
moyen d'echanges avec l'cxt6rieur, permettra
done de mieux faire connaitre cette region riche
et prospere et facilitera de plus en plus la p6nt-
tration de la civilisation.


Les travaux d'agrandissement de I'a6rodrome
de N' Gaounde6r

L'aminagement des aerodromes locaux de
classes C entrepris par le Service des Travaux
Publics en rigie directed, sur les fonds du plan
decennal, se pursuit avec rapidit*.
Apris l'agrandissement de l'aerodrone de
Yaounde, c'cst le terrain de N'Gaound6r6 qui
vient d'etre ouvert a la circulation aerienne. Ce
terrain de classes C peut servir de d6gagement
categorie B.
11 a 61t r4alise en quarante jours de travail,
du 10 mars au 25 avril 1950, en utilisant le ma-
t6riel << Caterpillar > comme suit :
135 journees de DW-10 et scraper:
58 journ6cs de << Galion >;







19 journ6es de bulldozers;
50 journees de cylindres.
Les DW-10 ont transport 33.000 m3 de ter-
rassements et 26.000 m3 de gravillon lat6ritique,
soit 59.000 m3 de mat6riaux.
Le maximum atteint fut de 2.640 m3 par jour,
le minimum de 890 m3, et la moyenne journa-
li&re de 1.475 m3 par jour, soit 420 m3 par jour,
par engin DW-10 ct scraper, cc qui rcpr6sente
70 passes par engin.
Le montant de la dt6pense n'a pas depass6
3.800.000 francs, complex non tcnu de l'amortis-
sement des engines et des salaircs du personnel
europeen.
Une deviation de route de 3 kin. a 6t6 effec-
tuee pour d6gager la piste. La piste ancienne a
W6t rallongde de 950 meires du co6t sud ct die
120 m. du c8t) nord.
Les caract6ristiques de la bande actuelle sont
les suivantes :
Longueur de la bande, gravillonn6e ct
cylindric ....................... 2.000 m.
Degagement sud .................. 30 m.
D6gagement nord .................. 120 m.
Largeur de la piste ................ 60 m.
Largeur totale de la bande ........ 110 m.
La pente moyenne du profil cn long n'atteint
pas 1 %.
L'cx&cution rapid de ces 60.000 m3 de ter-
rassement par une 6quipe d'engins mecaniques
conduits par des travailleurs africains, diriges
par un ing6nieur actif et des mecaniciens dili-
gents, permit de prevoir qu'A la fin de l'annie
1951 tous les aerodromes de classes C du terri-
toire seront ouverts au traffic a6rien.
A la fin de l'annee 1950, l'aerodrome de
Garoua sera terming et l'a6rodrome de Maroua,
don't le nouvel emplacement a Wte fixed pros de
Meskin, sera entre)ris avec le mime materiel
et dans les m&mes conditions.


Le Bulletin d'lnformation et de Documentation
du Cameroun

Le service information ldu Territoire public
ai partir du 1" aofit un Bulletin d'Information
et de Documentation bi-mensuel qui paraitra le
1"' et le 15 de chaque mois. Ii reinplace la << Let-
tre du Cameroun > ct rassemble 1i l'intention des
agencies de press, des revues, des journaux
exterieurs au Territoire, toute l'information
d'actualit6 relative au Cameroun A I'usage du
public metropolitan et stranger.


Les services d'info'rmation du Cameroun le
tiennent gracieusement A la disposition de tous
les organes de press qui en front la demand.
Ces demands pourront &tre adress6es au service
de l'Information du Haut Commissariat de
France au Cameroun I Yaound6.


Mise en service d'une Centrale electrique a Ed6a

Une central electrique provisoire, ,constituee
par deux turbines de deu: cent cinquante CV.
chacune, fonctionne depuis le 24 juillet et fournit
du courant aux chantiers, i Il'usine hydro-6lec-
triquc ct a l'Ile Ed6a.
Le courant electrique scra prochainemcnt dis-
trilbu6 au cenire urbain d'Edea.
Cette rOalisation constitu la premiere tape
des grands travaux d'l6ectrification enirepris an
Cameroun au titre du plan ld'6quipemeilt du Ter-
ritoire.


Installation du nouveau delegue
du Haut-Commissaire a Douala

Le lHaut-Commissaire Soucadaux s'est rendu,
par avion, A Douala, le samedi 8 juillet, pour
proc6ler A l'installation de AM. l'Administrateur
Rigal, qui assurera les functions de del6gu6 du
Haut-Commssaire, en replacement de M. 1'Ad-
ministrateur Raoul, rentrant en cong6 en
France.


La gestion de la France au Cameroun

Sous ce titre, la << Documentation Francaise >
a public dans sa sCric << Noles et Etudes Docu-
mentaires >, les documents sc rapportuant a la
visit faite au Cameroun sous Tutelle frang.aise,
par la Mission de l'O. N. U., du 12 au 2'7 novem-
bre 1)949. 11 esl du plus grand int6r t lue cette
publication soit connue et re)andue : elle pre-
sente avec toutes garanties d'ind6pendance I'oeu-
vre francaise au Cameroun. L'examen minu-
tieux de la politique suivie par la France et les
conclusions favorables du Conseil de Tutelle
constituent pour elle un pricieux encouragement
a perseverer dans la voice qu'clle s'est 1- ac6e.
( Voir : < La gestion de la; France au Came-
ronn >, Notes el Etudes Documnentaires. n" 1.365
du 8 aofut 1950. Vente au numero : 14, ruce Lord-
Byron, Paris-8". Prix : 90 francs.)






TOGO


Le Conseil de Tutelle
a rendu hommage
SI'action de la France
au Togo


'EXAMEN du rap-
port de 1948 a
St 6 rapidement
conduit. Les ques-
tions politiques lon-
S guement examines
dans les sessions pr)-
c6dcntes n'ont pas
fait l'oljet de d6bats prolongs. Le Conseil a
insist sur son d6sir de voir s'accroitre les pou-
voirs des Assembl6es locales et l'extension du
College electoral. L'examen de la situation eco-
nomiqu.; n'a pas donn6 lieu a des observations
particulibres. Le plan d'(quipement par contre
a reteni l'attcntion du Conseil qui a rendu hom-
mage i I'effort entrepris par la France pour
6quiper le pays. Les recommendations faites
r6joingient les objcctifs que la France se pro-
pose d'atteindre. Le Gouvernement frangais a
6t6 eng.ig6 a poursuivre son ouvre.
Les conclusions, don't la r6daction a W6t con-
fi6e a .me Commission compose des d616gu6s
am6ric'iin, belge, irakien et philippin, ont 6t6
tris favorables h la France et approuv6es a
l'unaniinit6.
Le Cjnscil a pratiqu6 une sage politique en
matirec de petitions. Submerg6 par un flot
d6bord int de pelitions don't certain se r6v6-
laient futiles, le Comit6 charge de les 6tudicr a
examine 6 s6parincnt les petitions d'ordre parti-
culier, en a rcnvoy6 quelques unes a I'admi-
nistration locale et conclu a son incompetence
pour un grand nombre d'entre elles.


Adoption par le Conseil de Tutelle de I'O. N. U.
d'un project franco-britannique
cr6ant une commission consultative
elargie, pour I'6tude du problem Ewe

Le 14 juillet. le Conseil de Tutelle a adopt
iar hrit voix centre deux I'Irak et les Philip-
pines et une abstention la Chine -- une
resolution conjointe argentino-am6ricaine. Celle-
ci pread note du plan pr6sent6 par les puis-
sances administrantes la France et la Grande-
Bretagtne qui propose l'6tablissement d'unc
Commission consultative Mlargie pour s'enqu6rir
des disirs et des int6r6ts v6ritables des popula-
tions 6w& habitant les Togos sous tutelle fran-
caise !t britannique.


La resolution prie les autorit6s administrantes d'informer
!e Conseil de 'utelle, a sa prochaine session, des mesurei
prises pour donner elfet i ce plan et des deliberations de
la Commission consultative. while reconnmande encore quC
les autornes adlnmilsrantes interessees prennent toutes les
measures necessaires pour que, jusqu au regiment definitif
de la question les traditions et les traits coumnuns du peu-
pie 6ew soient preserves dans les deux territoires du Togo.
Avant cc vote, le Conseil a rejet6, par huit voix contre
trois, un amcndement sino-philippino-irakien qui recomman-
dait que les autoriles administrantes interessecs enrent en
consultation entire elles ainsi que les representants des po-
pulations 6ew pour prendre des mesurcs en vuc de i'uni-
fication des peoples.

Au course des discussions des jours pr6c6dents
sur le probl6me ewe le Conseil avait entendu un
repr6sentant de l'organisatlon < All 6w6 conf-
rence >, r6clamant I unification, et un repr6sen-
tant du parti progressiste du Togo (francais)
s'elever contre cette unification.
Avant le vote, M. Roger Garreau, d1e6gu6 de la
France, a soulign6 que, selon la charte de
I'O.N.U., la France et la Grande-BreLagne 6taient
responsables de l'Administration du Togo et de
la vie de leurs populations.
II a fait allusion au progrbs r6alis6s dans ces
territoires, progres que le Conseil a reconnus
auparavant. 11 a 6voqu6 le desir de la France de
tro,uver, aussit6t que possible, une solution au
problem 6we el il a pr6cisC que le plan franco-
britannique avait pour objectif de permettre une
consultation g6n6rale destine a faire connaitre
les d6sirs des populations de I'ensemble du Togo
don't il devait etre tenu compete.
M. Garreau a remarqu6 encore que le project
franco-britannique 6tait conforme au rapport
de la mission du Conseil de Tutelle qui a visit
le Togo et le Cameroun puisque celle-ci a estim6
que la solution politique dui probleme ew6 devait
6tre recherche dans le cadre des administra-
tions britannique et frangaise.
II a soulign6, enfin, que le plan franco-bri-
tannique envisageait toutes les solutions possi-
bles et ne prejugeait d'aucune decision.


La situation actuelle du problem Ewe

Nous. avons d6jat entretenu les lecteurs du
Bulletin d'Informalion de la France d'Outlre-Mer
du problem Ewe (voir Bulletin n 143 de mai
1950). Et nous a paru utile de donner ici quel-
ques pr6cisions suppl6mentaires fournies par le
Commissariat de la Republique au Togo.
A l'heure pr6sente (mi-juillet 1950). la situa-
tion du problkme Ew6 pent se r6sumer ainsi :
Le Conseil de Tutelle vient d'examiner au







course de sa 7' Session (juin-juillet), Ic Rapport
annuel 6tabli par les Puissances administrantes
des deux Togo, puis le Rapport special de la
Mission de Visite sur le prob16me Ewe.
Le Conseil avait autoris6 les porte-paroles des
divers groupements locaux A venir exposer ver-
halement leur point de vue.
Se sont dans ces conditions rendus a Lake
Success :
Au nom de la All Ew6 Conference : M. S. Olym-
pio, Pr6sident de l'Assembl6e Representa-
tive du Togo Franqais et Secr6taire G6n6ral
du C. U. T.;
Au nom du Parti Togolais du Progres: le
Dr P. Olympio;
Au nom des populations du Nord, sous tutclle
francaise : M. Dermann Ayeva;
Au nom du Togoland Union : MM. Asare et
Antor.
Ainsi qu'il en avait Wte d6cid6 A la 6" Session
de mars, les Gouvernements francais et britan-
nique ont presented au Conseil un M6moranduin
commun contenant Icurs observations et leurs
propositions concretes au sujet des conclusions
de la Mission de Visite. Ces propositions publiCes
le 19 juin, prevoient unr 61argissement de la
Commission Permanente, qui devient ainsi un
organism pleinement repr6sentatif des popula-
tions des deux Territoires. Elle comprcndra dix-
huit repr6sentants du Togo sous tutelle du
Royaume-Uni, don't seize plus ct deux nommss
par les parties politiques (All Ew6 Conference et
Togoland Union) et vingt-huit repr6sentants du
Togo sous tutelle Francaise (vingt-six Olus et
deux nommes par les parties politiques : C. U. T.
et P. T. P.).
Le mandate de cette Commission 6largie est le
suivant :
Proc6der a une 6tude approfondic des
dol6ances presentees ct A toutes autres recher-
ches destinies h assurer des aspirations reelles
des populations des deux Territoires.
D6gager de cette etude et de ccs recherches
les differentes ten dances qui se seront mani-
fest6es.
Soumettre aux deux Gouvernements des
a parcourir.
conclusions quant aux moyens pratiques de les
satisfaire dans le cadre administratif frangais et
britannique.
Donner tous avis pour accroitre' encore la
cooperation et r6duire au minimum les incon-
v6nients de l'actuelle frontiere.


A l'issue des d6bats qui ont dure du 5 au
15 juillet le Conseil de Tutelle a adopt par


huit voix centre deux ct une abstention -une
resolution presentbe par les U. S. A. et I'Argen-
tine approuvant la proposition franco-anglaise
de commission elargie, en specifiant qu'elle
pourra faire des recommendations quant A
l'Unification.
Dans ces conditions, la nouvelle Commission
va etre apple prochainemcnt a sc rcunir et
les designations pr6alables i cette reunion
auront lieu des que possible. Elles perimettront
a tous les elements de la population de s'expri-
mer librement.
Il est inutile de souligner l'importance de
cette solution raisonnable qui tient compete de
toutc la complexity du probl6mc pos6 et qui per-
mettra, d'une part d'accroitre la coordination
existant entire les deux administrations voisines
dans les domaines economique, social, ct cultu-
rel, l'autre part, de d6gager d'une masse l'opi-
nion et de petitions contradictoires, I'interkt
l6gitime et les aspirations refles des, habi-
tants de toutes les parties des deux zones repre-
senthes au sein de la Commission.
En ce qui concern le Togo sous Tutelle Fran-
caise, la tendance se manifest de plus en plus
en faveur du maintien de l'Administration
actuelle, aussi bien parmi les populations du
Sud, Ewis ou non, que parmi les populations du
Nord, iqui savent mesurer a sa just valeur Ic
chemin deja parcouru et veulent etre assurees
de continue avec le mime guide, celui qui rest
;i parcourir.


Les exportations du territoire
a destination de I'etranqer

Pendant le premier semestre 1950 les expor-
tations de products togolais a destination de
l'6tranger se sont uieves A 4.146 tonnes ainsi
d6composses :


- Cacao ..................
-- (raines de colon ........
-- Palmistes ................
- Amandes de karite ......
- Kapok ..................


1.949 tonnes
1.695 >
305 >
192 >
5 >


Les pays destinataires sont les suivants :

Allemagne :


-Graines de cotton .........
- Cacao ...................
- Palm istes ...............
Kapok ..................


1.695 tonnes
283 >
200
5 >


Soit .................. 2.183 tonnes







Hollande :
Cacao ................... 802 tonnes
Grande-Bretagne :
Cacao ................... 456
Suisse :
Cacao ................... 358 >
Danemarl :
Amendes de karit6 ...... 192 >
Palntistes ................ 105 >

Soit .................. 297 tonnes
Italie :
Cacao ................... 50 >


Nomination d'un Comit6 Economique de R6seau

Le Corimissaire de la Republique vient de
nommer an Comite Economique du Reseau des
Chemins de Fer du Togo, qui se r6unira autant
dte fois qu'il sera n6cessaire, pour Rtudier et pro-
poser tottes measures destinies a am6liorer la
balance mudgetaire du R6seau, tant par des
reformes 6ventuelles des mnthodes d'exploita-
tion que par I'accroissement du rendement des
installations. L'Utude porter sur le rtseau ferr6
et sur le: installations portuaires.

Le Comil est ainsi compose : Secr6taire general, IPresi-
dent le C(hef diu bureau des Finances, vice-prisident -
le Direcluw dtli Ilseaii, rapporteur --- le Trsorier-Payciir,
le Chef dui Bureau du Plan, le Chef du Bureau des Allfaires
economiqtius, it- (lief dui Bureau des )Douanes, deux repre.
sentants de I'Asseinlde representative, deux inmembres dt la
Chailmre d t (Commerce doe n le Pr sident ou son ,lalgeue,
I'Agent tie la (Comlpagnic des (Chargeurs Runlis, deux reprl-
sentants de- utilisateurs, le Secr6~aire general dle I'Ulli:ii des
Syndicats, e Secretaire (;nral (du Syndicat (.Fl'.T'.. des
Cheminots.


Les 6preuves du baccalaureat B Lonm

M. Grimal et Calas, professeurs de 1'Univer-
sit6 de Bordeaux, sont arrives ai Lomn., tenant
de Dakar, par l'avion du 13 juillet, pour presi-
der les epreuves orales de la premiere parties du
baccalaur6at qui ont eu lieu le 15 juillet. Sur
vingt candidates, huit ont 6t6 d6clar6s d6finitive-
ment acmis : trois dans la s6rie moderne, cinq
dans la s6rie classique.
Ce resultat, pour les premiers examens du
Baccalaur6at qui se sont d6roul6s au Togo, 'est
satisfaisant. Tel est le jugement que portent
M. Grimal et Calas sur les examens et sur l'meu-
vre scoldire en general dans une lettre qu'ils ont
adresse& au Commissairee de la Rpublique don't
voici un extrait :


L< a meme impression favorable resulte des
operations du baccalaurdat, que nous venons de
prdsider. Vous save par consequent dejd 6 quel
point nous avons apprecie les connaissances des
candidates (qui se trouvaient, en grande majo-
rite, des elues Africains), leur aisance d s'ex-
primer en francais, el meme leur sentiment des
nuances de la langue littlraire. Dans les autres
matires que le francais, les eleues examines
nous ont sembld tout d faith comparable d ceux
de la Metropole. Cela faith honneur, non seule-
ment d eux-memes, mais aux maitres qui les ont
forms. Et le mcrite en revient egalement aux
instituteurs qui ont su reconnaitre les meilleurs
sujets et les mettre d meme de profiter de I'en-
seignement secondaire. Le resultat acquis d cette
session n'a pu l'etre que par la longue collabo-
ration de tous les ordres d'enseignement. Aussi
serions-nous trWs heureux si vous acceptiez de
transmetire nos felicitations d tout le corps
enseignant du Togo. Il est souhaitable, dans I'in-
tIrel mbme de la population, que cet effort
remarquable soil continue et amplifit. II y aurait
d la fois de l'injustice et de la lgPeretl d vouloir
dWcapiter un enseignement qui a faith ses
preuves : les eleves onl tout d gagner i pour-
suiure sur place des t udes don't la valeur est
incontestable. Non senilement le tdpaysement
des jeunes gens pise lourdement sur le budget,
mais leur equilibre physique el moral risque
d'en souffrir. Leur formation intellectuelle n'en
serait pas ameliorde, loin de ld. Dans le travail
poursuili, sous volre direction, par le corps
enseignant du Togo, les Facultls des Lettres et
des Sciences de Bordeaux sont fermement dWci-
tlees a cous continue leur collaboration, notam-
ment, si uous le desirez, pour le recrutement des
mailres du second degree. >

An6cho erig6e en Commune mixte

'L'Assemhble Representative, consulate, ayant
donn6 son avis favorable, le Commissaire de la
Republique vient de prendre, le 12 juillet, en
Conseil priv6, tn arret6, cr6ant une commune
mixte de troisinec degree, c'est-A-dire avec Com-
mission municipal ulue, ai An(cho, en remplace-
ment de la commune indigene qui a, depuis long-
temps, cesse d'avoir une existence rdelle.
C'est la deuxiiene ville dl Togo 6rigee en coniiunue mixte.
Alors que la imunicipaliti de LomB etait au premier legre
(Commission municipal nommlne), cell d'Andeho est di-
rectement 6rig6e au Iroisieme degr6. Un deuxibne arr6te
efface cette in6galite et fait passer la commune de Loinm
egalement au troisieme degr6.
Cette double institution, qui marque une tape importance
dans la vie politique dii pays, illustre la progression cons-
tante vers la parlicipalion de plus en plus large des Togo-
lais i la gestion dles affaires publiques.







Transformation en Cercle de la Subdivision
de Lama-Kara

La Subdivision de Lama-Kara est la circons-
cription qui possede la plus grande unite ethni-
que, politique et social que l'on puisse rencon-
trer au Togo. Elle a une superficie l6gerement
sup6rieure A celle du Cercle d'An6cho et concen-
tre la meme important population (185.000 ha-
bitants). Elle a ainsi l'importance n6cessaire
pour etre 6rigee en Cercle, mais cette transfor-
mation, envisagee depuis une quinzaine d'an-
n6es, n'avait pu etre realisee. En octobre 1949
encore, les D&16gues de cette circonscription sou-
levaient la question pendant la session de l'As-
sembl6e Representative qui a 6mis un avis favo-
rable.
Le Commissaire de la Republique vient done,
par arrte6, d'eriger la Subdivision de Lama-Kara
en Cercle administer sous l'autorit6 directed du
Commissaire de la Republique par un Comman-
dant de Cercle.

Changes culturels franco-britanniques
Le vendredi 16 juin, M. P. MWVEL, professeur
au College classique et moderne de Lomb, a fait,
A Keta (Gold Coast), une conference, en franqais,.


sur le. sujet suivant : < Les iddes politiques et
sociales de Victor-Hugo >. Cette conference 6tait
organise par l'University Coll6ge of the Gold
Coast and Keta Branch of the P.E.A. (People's
Education Association) en liaison avec le service
de l'Enseignement du Togo, dans le cadre des
changes cultural franco-britanniques.
La conference a eu lieu devant un auditoire nombreux.
Le conferencier a Etudi6, dte fauon precise, la carriere pol:-
liquc de Victor Hugo ; il a mnontre que le grand poite,
animie par un grand amour du people et unc pili& profondc
pour routes les miseres hunmaines, avait toujour. obnei L de(.
sentiments g6n6reux plut6t qu'u une docrinc .le part et
c'est ce qui explique cette evolution, (qu'ol lin a souvent
reproch6e, diu monarchisme vcrs la democratic republicaine.
La conference a, d'abord, 1te resume en anglais et, en-
suite, en 6w:. Le public a te invite A poser dei questions
ct A formiuler des critiques.

Le District Commissioner de K6ta i tenu "i
recevoir, a sa residence personnelle, les profes-
seurs de Lome et A leur exprimer toute sa satis-
faction pour la parfaite reussite de cette pre-
miliee reunion.
Prochainement, miss Lalage Bown, B.A. (Ox-
ford Resident Tutor en Gold Coast, fera, A Lome,
une conference sur <, Les problmies dconomi-
ques africains >.







MADAGASCAR


Ouverture
Sde la 20 session
de I'Assemblee
Representative

F. 12 a o ft t, le
Hau t-Commis-
saire a pronon-
( -e un important dis-
cours A l'occasion de
l'ouverture de la 2e
session dc l'Assembl6e Repr6sentative. Cette ses-
sion est ,onsacr6e I' examen du budget. Le
Haut-Con miissaire s'est d6clar. satisfait tie ia
situation politique. Un arrWtC du 7 juin 1950 a
donna au i Fokon' Olouna une existence lRgale.


Les rIformes administrative

M. Ba gues a annonce que deux projects ont
6t& soumnis Ai I'Assemblbe, F un tendant A la reor-
ganisaticn administrative de Madagascar, le
second A l'extension des pouvoirs des assembles
locales.

Le premier project presented, notannnent, le Haut-Conimlis-
saire, se enract6rise par l'extension de la competence regle-
mentaire de ]'Assembls e Representative qui serait appelae,
dlsormais,, an dclib6rer, sous la setle reserve d'un recourse
pour exces de pouvoir ou violation tie ]a loi, sur la pluiipart
des iatier, s lumereies a I'article 41 du d6cret du 25 octoblre
1946, sur I squelles elle n'etait, jusqu'ici, qlue consulted.
Seules re steraient sounhisees la simple consultation de I'As-
senmblee, lIs questions reserves par la Constitution an Par-
lenient, on exigeant, en raison de leur eara itre die :'ee-
ralite, une solution commune aux divers territoires d'Outrc-
Mer.
Parallhelment, les attributions d6liberatives des Assem.
blees provinciales seraient accrues dans une large measure.
Elles s'excrceraient, dorenavant, dans le cadre local sur plu-
sieurs mal iires d'ordre general au sujet desquelles I'Assem-
blee representative delibere pour I'enseinble de 'I'll : 'c.e:
sont I'encumragenient a la production, aI rcgleinientaiioni des
bourses d enseigneimeiit, des habitations Li bon marclih, l'as-
sistance i- 1'enfance, les eniprunts contracts par les prof
vinces.

La sitfiition financiere.

Le p ojet de budget general pour 1951 s'6qui-
libre A un chiffre tris voisin de celui de I'annde
1950 s:ins recours A de nouveaux imp6ts, grace
au complement de recettes que les r6sultats deja
acquis de l'exercice en course permettent raison-
nablerr ent d'escompter.
L'6qailibre des budgets des provinces se
heurte par centre, a de serieuses difficulties. 11


leur manquera, pour le r6aliser, environ un mil-
liard de francs.
Pour couvrir cette insuffisance de recettes,
deux measures sont envisages :
1" L'abandon, par le budget general, aux bud-
gets provinciaux, du produit des imp6ts sur les
revenues ;
2" La creation, au b6nefice des provinces de
taxes nouvelles.
Le Haut-Commissaire a mis en relief la n6-
cessite, d'une part d'harmoniser, dans la plus
large measure possible, le regime fiscal des dif-
fCrentes provinces ; d'autre part. de doter les
budgets provinciaux de resources qui, se substi-
tuanl aux subventions. seraicnt suffisantes pour
couvrir la totality de leurs d6penses.
Pour crier des resources nouvelles, 1'Administration pro-
pose Iinstitution, an profit des budgets provinciaux, d'une
< taxe tie developpeinent economique >>, au taux de 2 4
frappant les transactions conmmierciales, ia I'exclusion de cel-
les qui portent sur les denroes de large consoinnmation, uti-
lisees par les masses laborieuses.
11 n'en reste pas moins que le budget general svra, pen-
dant un certain temps, daus l'obligation de constituer un
volant de security destined a parer aux deficits arcidentels
des budgets provinciaux. 11 le trouvera dans les (quelques
amninagements de certain droits d'entr8e et de sortie qui
vont vous Atre proposes.
Le Haut-Conmmissaire a fait I'examen critique de celit
taxe, et expos les measures d'allegement fiscal el:visages
au profit de certaines categories de contribuables.

II a soulign6 la necessity de ne conserver que
les organismes administratifs indispensables. Un
centre mecanographique installed A Tananarive
doit simplifier les methods de travail.

La situation economique.

Le Haut-Com missaire a montr6 la necessity de
stimuler la production dans tous les domaines
pour accroitre les tonnages et amiliorer la qua-
lite des marchandises exportables et pour r6ta-
blir, ainsi, dans la plus large measure possible,
1'6quilibre de la balance commercial.
L'orientation de la production suppose l'exten-
sion de la recherche et la vulgarisation des ame-
liorations acquises. Pour stimuler la production
il faut d'abord proteger ce qui existe (lutte anti-
anirienne, arrite de l'erosion, entretien et rajeu-
nissement des plantations) et aussi etendre les
surfaces cultiv6es.
Le Haut-Commissaire a donn6 quelques 6clair-
cissements en ce qui concern la liberation des
changes : Depuis plusieurs mois dejA, les pays
europeens membres de l'O.E.C.E. debattent les







problimcs qu'elle pose. Elle a pour objet la sup-
pression des contingentements a I importation
et, pour corollaire oblige, le retablissement des
droits de douane.
A Madagascar, la perception des droits de
douane est suspendue, depuis 1943. Le Terri-
toire ne pourra done b6neficier de la liberation
qu'apres le r6tablissement d'un tarif douanier
qui devra faire 1'objet d'une loi sp6ciale. Et c'est
afin de permettre sa mise en application imm-n
diate que les services locaux ont pr6par6 un pro-
jet de tarifs, special au Territoire. Ce project sera
pr6sent6 A 1'Assembl6e au course de la pr6sente
session.
Continuant son tour d'horizon, le Haut-Com-
missaire a entretenu 1'Assembl6e des perspecti-
ves de l'industrie mininre A Madagascar et a fait,
notamment, etat d'un project de d6cret don't les
dispositions sont destinies a pallier les insuffi-
sances du decret du 20 d6cembre 1938 en ma-
tirre de gestion de la propri6t6 minibre.
Ces dispositions ont pour objet, notamment,
de mettre fin A l'anarchie qui s'6tait 6tablic lors
de la r6partition-des titres miniers don't un trop
grand nombre sont demeures inactifs.
Le *Haut-Commissaire a, ensuite, expos les
dispositions d'un project d'arrete ministeriel por-
tant l'organisation d'une R6gie d'cxploitation des
Chemins de fer tde Madagascar.


Puis it n cntretenu I'Assemblb'e du plan decen-
nal, soulignant, particulierement, la n6cessite do
la mystique du Plan.
Apres avoir passe en revue la reforme de 1'en-
seignement et la situation sanitaire de I'Ile, le
Haut-Commissaire a ainsi conclu son expos :
Ce n'est qu'au prix d'un abandon radical de
mlthode d'un autre dge que nous parviendrons
d sortir de l'orniere ohi nous nous trouvons enli-
sis, que nous pourront letter, avec quelque
chance de success, centre nos cruels ennemis :
l'ignorance, la maladie, la misere ; que nous
pourrons marcher tons ensemble, alldgrement,
sur la voie radieuse du progrks, de la prospiritW,
du bonheur.
II est ndcessaire, pour cela, que nous nour-
rissions une confiance absolue dans les destinies
de ce pays, que nous fassions fond sans reserve
sur les richesses de son sol et de son sous-sol,
sur le labeur de sa population, que nous n'assi-
gnions pas de limites restreintes a l'effort d
entreprendre pour son evolution intellectlelle et
social et pour sa mise en valeur.
Aniine d'une telle ambition, nous sermons as-
surds d'atteindre notre but car il n'est pas an
monde de plus puissants moteurs que I'espe-
rance et la foi.


La population du territoire
(D'apres les documents d(i Service de la Statis tique gin rale)

RI'PARTITION DE LA POPI'IAT'ION PAR PROVINCES (Anne 1948)

Franais et Autodrt. Total Densit,;
Etrangers


Province de Tananarive ........ 54.000 km.2 23.730 798.500 822.200 15.2
Province de Fianarantsoa ..... 100.600 km.2 4.606 1.033.700 1.038.300 10.3
Province de Majunga ......... 152.800 km.2 12.826 670.100 682.900 4.5
Province de Tamatave ........ 87.700 km.2 13.904 743.600 757.500 8,6
Province de Tulear ........... 194.800 km.2 5.691 842.600 848.300 4,4
Total g6nral .............. 589.900 km.2 60.757 4.088.500 4.149.200 7


REI'PARTITION DE LA POPULATION PAR
(1948)
1" Francais


D'origine metropolitaine .............
don't 5.322 n6s A Madagascar.
D'origine R6unionnaise ..............
don't 9.163 n6s a Madagascar.
D'origine Mauricienne ou Seychelloise. .
don't 321 nis a Madagascar.


CATEGORIES


15.638

15.533

628


D'origine hindoue ...................
don't 1.269 n6s a Madagascar.
D'origine chinoise ...................
don't 91 n6s A Madagascar.
D'origine grecque ...................
don't 93 n6s A Madagascar.
D'origine malgache ..................
D'origines diverse ..................


Total .......................... 45.505


1.366

110

128


6.786
1.316






2" Etrangers.
Non-as iatiques :
Britanniques don'tt 1.449 Mauriciens)..
Arabes (A exception des ress. franCais)
G recs .................. .. .......
Amr ricains .........................
Norv6giens .........................
Suisses .............................
Italiens ...........................
T ota ..........................
Asiatiq ues :
H indous ......... .................
Chinois .............................
T otal ...........................
Total g6n6ral ..............


3 Autochlones
H ova .............................
Betsim ira ka ......................
B etsileo ..........................
Tsim ihety .......................
Sakalava .........................
Antandroy .......................
A ntaisak i ........................
B ara ...................... .... ..
Tanala ..........................
Antaim orona .....................
Antanosy .........................
Sihanaka .........................
M ahafaly .........................
M akoa ...........................
Antankarana .....................
Com orien s ........................
Bezanozano .......................
Antaifasy .......................
Antam bal oaka ....................
Saint-M ariens .....................
A utres ...........................

Total a utochtones ...............


1.769
913
670
130
129
79
71
3.834


10.119
5.234
15.418
19.252


919.900
615.000
493.700
296.400
264.200
253.900
213.700
186.400
165.300
130.100
126.600
79.200
72.400
59.000
28.100
26.700
24.900
17.800
10.100
7.600
96.500

4.088.500


Population des villes principles (1948)


Tananarive .................
Diego-Suarez ................
M ajuni;a ...................
Tam at: .ve ...................
Antsira be ...................
Fianar ntsoa ...............
Morovoay ..................
T ulear .....................
Antalaha ...................
Farafangana ................
Fort-Dauphin ...............
M ananj ary ..................
Nam akia ....................


171.052 hab.
21.287 >>
27,181 >>
28.194 >>
15.281 >
18.576 >
11.874
15.654 >,
7.323 ,,
6.783 >,
6.856
8.151 >
6.623 >)


La recolte du cafe

Les provisions ant6rieures sur 'itnportance de
la r6colte de cafe A Madagascar se confirment.
L'ann6e 1950 verra une production gale, mais
sans beaucoup plus, a la moyenne des dix der-
nitres annbes, soil, environ, vingt-cinq a vingt-
sept mille tonnes.
L'amVlioration du march mondial s'est traduite sur place
par ui rebondissenmint des course qui, en vingt jours, out
enregistr6 une hausse de quinze a vingt pour cent. On
trait, dans les grands centres, a la parity de 130 frs C.F.A.
F.O.B. environ, mais les lots de la nouvelle recolte n'arri-
vent que lentement et les d6tenteurs sont encore tres reti-
cents.


Diminution des droits sur le cafe

Selon un arrlte, paru au Journal official du
tcrritoirc, les droits de sortie sur les cafes ont
6t6 ramen6s, ai Madagascar, de quinze a sept
pour cent.


La commercialization de la vanille

Aprbs deux mois d'atonie total, le marchC
amiricain recommence a enregistrcr quelques
demandes, portant sur de faiblcs quantit6s et a
des prix trbs has (six dollars a six dollars qua-
rante pour les classements courants).
La champagne de vanille verte est virtuellement termin&e
sur la c8te Est. Elle s'est faite A des prix superieurs a la
parity des offres de la France et des U,S.A. 11 est a pr6voir
que pas mal de pr6parateurs et de collecteurs enregistre-
ront de serieux deboires.
La production est inferieure aux provisions, m8nie a cclles
qui out kt6 faites aprcs le cyclone de fevrier dernier. Tou-
tefois, la quality senmble en nette amelioration.
En definitive, la champagne 1950 sera une des
moins bonnes au point de vue du tonfiage. Mais,
si les prix restent constants, le planteur mal-
gache, qui a vendu sa vanille verte A un prix
remunerateur, intensifiera les cultures et les
ann6es 1952 et 1953 seront florissantes.
Le marchM francais n'a que tres faiblement
reagi et les course qu'il propose aux exportateurs
malgaches sont hien inf6rieurs a ceux des U.S.A.
(2.000 frs m6tropolitains C.A.F. environ pour les
classements courants).


Fixation des prix d'achat des tabacs

Un accord est intervenu, entire la r6gie fran-
caise des tabacs et le D6partement de la France
d'Outre-Mer, pour la fixation des prix d'achat
des tabacs en provenance de Madagascar.
Pour la champagne 1950, ces prix sont les sui-
vants :







Maryland colon ..... 245 frs C.F.A. (au kilo)
Cors6 colon ......... 115 > > >
Maryland autochtone 75 > > >
Corse autochtone ... 60 > > >
La production de tabac de Madagascar, pour
la champagne 1950, est 6valude a 1.500 tonnes A
l'exportation, sous reserve de I'agreage par la
mission m6tropolitainc des tabacs.

Preparation des entretiens franco-britanniques
sur la defense des territoires en Afrique orientale

Le quarter general des forces britanniques i
Nairobi en Afrique Orientalc, a public, Ic 15
aofit, le communique suivant :
Les gouvernements brilannique et fran .ais
ont decided que des conversations militaires se
dirouleraient en oclobre, en Afrique Orientale, d
l'chelon des commandants locaux.
Ces conversations anroni, pour objet, de dis-
cuter les problems commons, mais locanx, rela-
tifs d la defense des terriioires britanniques el
francais en Afrique oriental.
Des entretiens prdliminaircs ii ces conversa-
tions se sont d6roul6s, A Tananarive (Madagas-
car), du 17 au 19 aoft, entire des chefs militai-
res britanniques et francais.


Le Bulletin de statistique gen6rale de Madagascar

Le < Service de statistique g6nerale >> du ter-
ritoire a public le premier numnro d'un bulletin
trimestriel. Exceptionnellement ce numrro cor-
respond aux quatre trimestres de l'ann6e 1949.
II fait le point exact de la situation actuelle. La


premiere partic cmbrasse : la climatologie, la
demographic, la sante publique, les prix, le com-
merce exterieur, les transports, les communica-
tions, les finances, la production et la consom-
mation.
La deuxieme parties comporte quelques don-
ndes essentielles sur les autres pays de l'Union
Francaise et en particulier sur la m6tropole don't
l'activit6 6conomique conditionne 6troitement
celle de Madagascar.
La troisieme parties apporte quelques preci-
sions sur les pays 6trangcrs voisins de Mada-
gascar.
Enfin des Annexes eclairent de leurs explica-
tions les renseignements tires des tableaux sta-
tistiques.

Informations diverse

* M. Bchoff, prefet de la Reunion, qui rejoint
son post, est arrive, le 1"' juillet, A Tananarive.
II a Wtc accueilli, a l'a6rodrome d'Arivonimamo,
par I'Administrateur M. Kcruzor6, chcl du Ca-
lbinet du Haut-Commissaire.
* Sur l'invitation personnelle du Gouverneur de
I'lle Maurice, Sir Harry Blood, le vice-amiral
Auboyneau, commandant en chef inter-armies
du Groupe des Territoires francais de l'Ocean
Indien, s'est rendu a i'll Maurice du 13 au 17
juillet, a l'occasion des fetes du 14 Juillet.
* Le vice-amiral sir Dismond Mac Carthy, com-
mandant en chef de l'escadre britannique dans
l'Atlantique Sud. est arrive, le 21 juillet, A Ta-
matave, a bord du croiseur < Nigeria >. II a Wte
regu par l'amiral Auboyneau, commandant inter-
armes A Madagascar.






COTE FRANCHISE DES SOMALIS


Statut de I'Assembl6e
Representative
Territoriale
U NE o i, du 19
aoft, publide
au Journal of-
ficiel du 20 aofit 1950,
fixe le rCgime rlecto-
ral, la composition et
S la competence d'une
Assemble Represen-
tative territorial de la C6te Franaise des So-
malis.
Le Conseil repr6sentatif de la C6te Frangaise
des Somalis se compose de vingt-cinq membres,
r6partis en deux sections dblibCrant en commun.
La premiere section comprend douze membres ;
la deuxiimne section comprend treize membres.
Les membres de l'Assemblee sont 6lus pour cinq
ans et sont reeligibles. L'Assembl6e se renouvelle
integralem;:nt. I1 est form deux colleges 6lec-
toraux.


Les circonscriptions electorales sont ainsi
fixees :
Premiere section, 1" college :
Circonscription unique : 12 conseillers
Deuxieme section, 2' college :
1" circonscription, Djibouti, 1" quarter (dit
Dankali) : 1 conseiller.
2 circonscriplion, Djibouti quarterr dit euro-
p6en) et 2" quarter (dit arabe) : 2 conseil-
lers.
3' circonscriplion, Djibouti, 3' quarter (dit
Aberaoual Darod, et autres Issaks) : 2 con-
seillers.
4' circonscription, Djibouti, 5 quarter (Gada-
bourcy) : 1 conseiller.
5 circonscription, Djibouti, 4" et 6' quarters
ditss Issas) : 2 conseillers.
6 circonscription, Ali Sabieh : 1 conseiller.
7' circonscription, Obock : 1 conseiller.
8' circonscription, Dikhil Nord : 1 conseiller.
9' circonscription, Dikhil Sud : 1 conseiller.
100 circonscription, Tadjourah : 1 conseiller.


ETABLISSEMENTS FRANCAIS D'OCEANIE


Exportations
du Terrttoire


I IENDANT' le nois
de juin 1950
pdans les E.F.O.
ii a it" enregistr6 les
Sexportations suivan-
tes de s principaux
products ;


Copra : 2.575 tonnes sur la France.
Vanille: 3.115 kilogs sur I'Australie.
325 > sur la Nouvelle-Zelande.
1.296 > sur les Etats-Unis.
894 > sur le Canada.

Au total 15.530 > an prix minimum de 250
francs le kilog F.O.B.
Nacre : 161.818 kgs sur les Etats-Unis an prix
moyen de 50 frs le kg. F.O.B.
Fibre de Coco : 5.040 kgs sur les Etats-Unis an
prix moyen de 3 frs 20 le kg. F.O.B.
Curios : 459 kgs sur les Etats-Unis.
Les stocks disponibles au 30 juin 6taient de :
Coprah : 3.563 tonnes.
Vanille : 10.236 kgs.







SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON


La p6che locale


E mois de juin a
6t6 marqu6 par
I'arriv e des
bans de capelan
dans I'Archipel. Co'in-
cidant cette a n n
avec une pride d'as-
sez beau temps, elic
a permits aux petits
p6cheurs d'obtenir un bon rendement (maxi-
mum signal 17 quintaux en une journ6e pour
un seul doris).
Le s6chage du capelan a port d'autre Spart
sur un tonnage important.
Au mois de juillet, en revanche, on constate
une baisse tr6s nette dans les prix de vente de
more. Le reliquat de la cainpagne 1949 n'a pu
6tre 6coulI que sur la base de 34 frs F. O. B.
St-Pierre.

L'activite du port de Saint-Pierre

L'aclivite dii port de Saint-Pierre. -- Quatre
chalutiers de grande p&che ont fait escale ia
Saint-Pierre durant le mois de juin :
Le << Phoque >> et I'<< Angelus >> ont d6charg6
des quantit6s importantes de more. Ces deux
chalutiers sont revenues a Saint-Pierre en juillet
pour y liver h nouveau le product de leur p6che.
Le << Phoque ->> en particulier a fait preuve
d'une belle activity puisqu'apres 20 jours seule-
ment passes sur les bancs, ii a mis ai terre plus
de 285.000 kgs de more.
Le Liberty Ship << St-Malo > est arrive a Saint-
Pierre, venant de France, le 5 juin. 11 a d6charg6
1.669 tonnes de fret, se d6composant en bois, en
ciment et en divers. II a livr6 par ailleurs onze
voitures automobiles et une nouvelle vedette la
< Cormorandiere >, don't a et6 dot6 le Service des
Phares et Balises.


Le < Saint-Malo > est reparti le 10 juin de
Saint-Pierre pour Montr6al.
Une nouvelle liaison directed France Saint-
Pierre est pr6vue au mois de septembre.


Activity de la Marine Nationale
La frigate < L'Aventure >, poursuivant ses
operations d'assistance sur les banes, a fait deux.
escales a Saint-Pierre au course du mois de
juin et une en juillet, aprbs avoir rernpli une
mission hydrographique.
A titre documentaire, dans une lettre adress6e
par Ie Capitaine de frigate commandant
< L'Aventure > aux capitaines de chalutiers de
grande p6che, on peut reliever un certain nombre
de pr6cisions int6ressantes sur la nature et
l'importance de cette oeuvre d'assistance. En
cinq semaines passes sur les Banes, x L'Aven-
ture > a :
Visit( 31 chalutiers certains plusieurs
fois);
Soign6 123 picheurs et hospitalise 8 hon-
ines dans son infirmerie;
Transport 15 p&cheurs vers la terre ou
vers Ieur bAtiment;
-- Distribu6 1.200 lettres et 53 paquets;
Vendu enfin pour 300.000 francs de den-
r6es de cooperatives aux hommes des chalutiers.


ETABLISSEMENTS FRAN(AIS
DE L'INDE

Designation du Commissaire de la Rdpublique
Le .ournal official du 9 aott public, au titre
du minist6re de la France d'Outre-Mer, un d6-
cret, d6signant M. Andr6 MNuard, administra-
teur de premiere classes, come Comnmissaire de
la Republique dans les Etablissements Frangais
de l'Inde.







INFORMATIONS ADMINISTRATIVE


JUILLET

ADMINISTRATION

Deux drcrets du 24 juillet fixent les attributions iId
MM. Aujounlt et Coffin, secretaires d'Etat A la F.O.M. J.O.
25 juillet).
Une loi lu 2 aofit 1950 decide de faire proceder i uine
6tude complete de la situation d6inographique de la im6tro-
pole, de I'Algrie, des d6partements et territoires d'outrc-
mer. (J.O. 3 juillet).
Un deere du 30 juin 1950 rend applicable aux territoires
relevant du minister de la France d'outre-iner autres quc
1'Indochine la loi n" 48-1282 du 18 aoft 1948 relative a la
prescription des obligations n6es entire les comniertants a
I'occasion de leur commerce. (J.O. 7 juillet).
Un arrit; du 1"' juillet 1950 porte creation et composi-
tion du sectrtariat g6n&ral de la Conference Inter-Etals tie
Pan (J.O. 26 juillet).
Un arrit6 du 25 juillet autorise la formation d'une socit,
anonyme d'economie mixte : SociAt6 Iimmnoliiliire du C(ap
Vert. (J.O. 2; juillet).
Un arr6ti du 25 juillet autorise la formation d'ine socittr
anonyme d'conoinie mixte : Socitit afriea.ine iinuobilii, re
et h6teliere J.O. 27 juillet).

FINANCES ECONOMIC

* Une loi u( 30 juin 1950 (J.O. 1" juillet) fixe les condi-
tions d'attriliution dls soldes et indemnit~es lds foactionnai-
res civil et militaires relevant du Ministrrc de la i:.O.M.,
les condition s de recrutement, de inise en cong' orn t li:
retraite des nirims folictionnaires.
* Un dhcretl ti 23 juin 1950 fixe Ir regime tide rinmuntrcaion
applicable te position de mission atnx personnel mc ren
dant en mnis:ion dans ui tlerritoire td'oiutre-mcr oil en itlo-
chline on venant cn mission ti I'unI de ccs lerrito'irci oni
d'lndocline plans la miatropole on s,! rendant cn miis'ion deI
I'un de ces territoiros oi dtl'Indochihne i I'btrang cr 1..0.
1" juillet).
* Un arr&td di 25 mai fixe le taux de remilourseimen' dsc!
frais de scol ,rit6 ct ties droits d'inscription par les elb-es iie
l'6cole national de la France d'outre-mer, )poiir Ies :inl ites
scolaires 1937-1938 a 1949-1950 includes (J.O. 3-7).
* Un decrel dui 11 juillet 1950 porte approbation de l'arr't;
n" 39/HC, en date du 20 iai 1950. dn haut coiiiiissaire de
la Republiqa e dans l'ocean Pacifique et aux Notivelles-
H6brides, pi rtant overture de credits suppleinentaires an
budget sp6ciil des Nouvelles-Hebrides (chapitre X, c\<,rcii e
1949) (J.O. 18 juillet).
* Un d&cre] du 11 juillet 1950 port application de l'arrAt6
n 17-W, en date du 20 mai 1950, du haut conmmissairc de li
R6publique dans I'ocean Pacifique ei anx Nouvelles-Heb1r:-
des, portant ouverture de credits supolementaires au budget
des miles Wallis et Futuna (chapitre XI, exercise 1949) (J.O.
18 juillet).
* Un arrt' du 22 juin porte revalorisation do fonds d:-
roulenient tIn riscan des chemins de fer et du wharf du
Togo (35 mi lions de francs) (J.O. 18 joillet).


* Un arreti du 22 juin fixe a 300 millions tie francs le pla-
fond ldu fonds de renouvellernent du chermin de fer er id
wharf du Togo (J.O. 18 juillet).
* Un decret du 11 juillet 1950 approve la dilibnration ldu
conseil g6n6ral des iles Saint-Pierre et Miquelon n" 1-1-50 di
3 mars 1950 niodifiant les droits d'octroi de iner (J.O. 18 juil-
let).
* Un arritk du 30 juin institute une indemnity i alu titre de
conmmissaire de police en favour du commandant du d6ta-
chement de gendarnerie de Saint-Pierre et Miquelon (J.O.
16 juillet).
* Un d6crct du 11 juillet 1950 approve la deliberation du
6 avril 1950 de I'asscmbl6e representative des Etablissenients
franiais dans l'Inde niodifiant la r6glementation des droits
de licence sur I'argent (J.O. 19 juillet).
* Un d6cret du 11 juillet 1950 approve trois d6iibrations
de I'assemblec representative de Madagascar en matiere fis-
cale (J.O. 19 juillet).
* Un arrtie du 24 juin porte fixation, pour la periode
triennale 1950-1951-1952, du minimum des fonds disponibles
des caisses de reserve dans les territoires d'outre-mer (J.O.
21 juillet).
* Un arrite du 2 juillet fixe i 816.219.000 francs le lbudgot
primitif de 1'office de la recherche scientifi>iue d'oiutre-,ier
(exertice 1949) (J.O. 22 juillet).
* Uln arret6 du 6 juillet institute i I'office d,' la recherrche
scientifique outre-nmer une rtgie l'avance pour Ie payeinent
des dilpenes effecltutcs ien (;uyalne (J.O. 22 jiiillet).
* Un decret liu 24 juillc 1950 annule la dlil,iration
n" 4/50 du 29 mars 11950 du conseil repr6s-ntatif du Thlad
modifiantl Ie talx de l'iimpft stir Ie eliffre d'affaires pour
1950 et fixanlt Ili axiimiii des cintiinics additionnels (J.0.
24 juillet).
* IJn dlcret du 24 juillet 1950 arhnile la deliberation
n" 5/50 d iI 29 mars 19510 idu coniseil reprsentalitif de I'Ou-
banghi-Chiari niodifiant Ie tanu\ dI I'inmpet stir le cliffre
d'affaires pour 195(0 Ct fixanll It miaximinumi des centimes
additionnels (J.(. 21 juilletl.
* Un decrct du 24 juillet 1950 anniule la dIlibBration
n" 1/50 du 4 avril 1950 lldu -onseil representatif ldu Moyen-
(Cougo, inodifiant Iv tauix de I'iinplst siir I chl iffre d'affaires
pour 1950 et fixant Ii miaximiiiun des centinmes additionnels
(J.O. 24 juillet).
* Un d6cret du 24 juillet 1950 ainule la delibiration
n 1/50 du 16 mars 1950 di conseil repr6sentatif du Gabon,
nodifiant le taux de I'impo6t stur le cliffre d'affaires pour
1950 et fixant Ie maxiiium dies centimues additionnels (J.O.
(J.O. 24 juillet).

PERSONNEL

* Nomination du directeur et du chef de cabinet du minis-
tre de la F.O.M. (A. 13 juillet. J.O. 16 juillet).
* Del6gation de signature (A. 16 juillet. J.O. 19 juillet).
* Nominations au cabinet du ministry de la F.O.M. (J.O.
27 juillet).
* Nomination de memibres du cabinet de M. Aujoulat, s. E.
a la F.O.M. 4et delgation de signature (,k. 3 juiillet. J.O.
6 juillet).








* Delegation de signature, cab. de M. Aujoulat (A. 24 juil-
let. J.O. 27-7).
* Delegations de signature, Ministre F.O.M. (A. 25 juillet.
J.O. 28-7).
* Delegations de signature, Ministre F.O.M. (A. 24 juillet.
J.O. 29-7).
0 Nomination des membres du cabinet du Ministre d'Etat
charge des relations avec les Etats associ6s (A. 12 juillet.
J.O. 19 juillet).
* Un decrct du 28 juillet porte designation du general de
corps d'arniec Carpcntier (Marcel) comme Haut Commis-
saire de France par interim en Indochine en l'absence de
M. Pignon (J.O. 29 juillet).
* M. Anthonioz (Piere), adm. de 2' cl. des col. a 6t6 titu-
larise dans ses fonetions de Cre resident de France auxn
Nouvelles-H6brides (0.- 24 juin. J.O. 1" juillet).
* Le gouverncur des colonies Baron a Wte nomme president
de la Societe d'6tudes pour les transports fluviaux en Indo-
chine (A. 23 juin. J.O. 3 juillet).
* M. Demariaux (Jean) a et6 nomm6 inspecteur general de
2" cl. des transmissions coloniales (D. 29 juin. J.O. 5 juillct).
* M. Frecaut (Jean-Marie) adm. de 1" cl. des S. C. de
1'Indochine, directeur adjoint a Padm. central a 6tW plac6
en service d6tach6 aupris de la Banque de Madagascar pen-
dant 2 ans i partir du 1" mai 1950 pour y exercer les fone-
tions de Commissaire du Gouvernement (A. 30 juin. J.O.
8 juillet).
* Ont Wte rcclass6s :
MM. Arnaud (Michel) adm. de 3' cl. a./c. du 1" juillet 1945.
Vial (Maurice) adm. de 3' cl. a./c. du 1'" janvier 1944.
Aniort (Andre) adm. adjt de 1" cl. a./c. du 1"' aoft 1947
(D. 24 juin. J.O. "l juillet).
* M. Goumnain (Pierre) adm. adjt de 1' cl. des S. C. tde
1'Indochine a Wte integr6 dans le corps de I'inspection du
travail aux colonies en quality d'inspccteur du travail de
1" classes (A. 6 fevrir. J.O. 18 juillet).
* A WtE admis a faire valoir ses droits a une pension
de retraite :
M. Kleindienst (Louis) adm. de 2' cl. des col. (D. 11 juillet.
J.O. 18 juillet).
* Un decrct du 11 juillet 1950 porte nomination de gref-
fiers en chef dans les territoires d'outrc-mer (J.O. 14 juillet).
* Tour de service outre-mer des fonctionnaires civil appar-
tenant aux cadres regis par d6cret (J.O. 1" juillet).
* Overture d'un concours pour I'admission au grade de
chef de bureau de 2' classes administration g6nLrale d'ou-
tre-mer (A. 21 juin. J.O. 7-7).
0 Un arr8t, du 1 juillet organise un concours pour 1'en.
ploi d'inspecteur du travail outre-mer (J.O. 7-7).
* Un arretl du 10 juillet 1950 fixe les conditions d'admis-
sion an concourse pour 1'emploi d'inspecteur du travail outre-
rmcr (J.O. 13 juillet).
* Un arrete du 10 juillet 1950 fixe les epreuves du concourse
de secr6taire stenodactylographe (J.O. 13 juillet).
* Un arrWtl du 24 juin porte ouverture d'un concours pour
1'admission au grade de chef de bureau de 21 elasse d'admi.
nistration g6nerale outre-mer (J.O. 18 juillet).
* Un arr6tl du 30 juin porte autorisation de recrutement
de personnel (Et. central d'approvisionnement des colonies)
(J.O. 16 juillet).


* Un arrit6 du 11 juillet porte ouverture d'un concourse
pour le grade d'inspecteur de 3' classes de la France d'outre-
mner (J.O. 22 juillet).

DISTINCTIONS HONORIFIQUES

Ont btd cites d l'ordre de la Nation :
MM.
Jean Saury, sous-chef de bureau de I'Administration gen&-
rale de la F.O.M., mort pour la France a Sahasinaka (Mada-
gascar), le 7 avril 1947.
Henri Clement Maux, ingenieur g6enral des T. B.. mort pour
la France en service command i Bahrein, le 12 juin 1950
(24 juin. J.O. 1" juillet).
Ont Wtd promus dans l'ordre de la Ldgion d'Honneur i
la dignity de grand-officier (litre militaire) :
M. Dimpault (Victor), inspecteur general de cl. de la
France d'Outre-Mcr. Directeur du Contr6le du Budget et du
Contentieux au Minist.re de la France d'Outre-.Ver (D. 26
juillet. J.O. 27 juillet).

Officers titree civil) :
MM.
Carr6 (Ren6-Lazare), president, directeur gen,-ral de la
Societi commercial de I'Ouest africain.
Chidaine (Paul-Emile-Gaston), president directfur general
de la society Eaux et assainisscmcnt.
Comte (Jean-Baptiste-Antoine), industrial i Saigon (Indo-
chine).
Da Costa Soares (Helcias), juge de paix A Port-Novo (Daho-
mey).
De Visme (Maurice-Paul), directeur de l'office indochinois
du riz i Saigon (Indochine).
Guinaudeau (Henri-Alexis), induslriel Tananalrive (Mada-
gascar).
Jacquemart (AndrB-Riny), avocat i la court d'afppel de Sai-
gon (Indochine).
Martin (Albert-Paul), directeur gtineral de la iociete des
pches coloniales de la Balcine.
Manage (Pierre-Louis), administrateur de 1"' cl.icse des ser-
vices civils de 1'Indochine.
Pechin (Emile-Louis), pasteur protestant.
Regnier (Robert-Louis-Aimablc), administrator tev 1" classes
des services civils de l'Indochine.
Rigaux (Marceau-Ernest-Angustc), president de la chambre
mixte de commerce et d'agriculture a Tourane (Indochine).
Robert (Alxandre-Auguste), v6rificateur des poids ct mesu-
res, inspecteur des products du cru A LomB (Toeol
Vigier (Jean-Francois-Georges), directeur general du bureau
minier de la France d'outre-nmer.
(D. 26 juillet. J.O. 27 juillet).
0 Ont Wt, nommes chevaliers de aI LUgion d'Honneiir titree
civil) :
MM.
Abrigeon (Andri), inspecteur g6n6ral de la Sociiite indochi-
noise de plantation d'h1evas a Saigon (Indochinm).
Aurillac (Jean-HonorC-Charles), administrateur de 1'" classes
des services civils de l'Indochine, directeur de 1'interieur au
gouvernement g6enral de l'Afrique occidentale francaise a
Dakar (Afrique occidentale francaise).
Bailly (Pierre-Emile), directeur de 1"r classes du cadre m6tro-
politain des douanes, directeur des douanes A Tananarive
(Madagascar).








Puve Pierr. -Emilel, adjoint technique principal lies travaull
publics a Douala (Cameroun).
Carret (Jean-Mari), missionnaire catholique & Kribi (Came-
roun).
Carrieu (Pi rre-Joseph), administrateur en chef des colonies,
administrate ur maire A Conakry (Guinee).
Cassaigne ,Marie-Pierre-Jean), 6v&que de Saigon (Indo-
chine).
Chaussard Simon-Marcel), tresorieur-payeur de ]a Haute-
Volta A Bo io-Dioulasso (Haute-Volta).
Claude (Allert-Louis), inspector general de la soviet I Uni-
comel pour l'Afrique a Conakry (Guinee).
Colombani (Don-Jean), administrateur de 2' classes des colo-
nies, adjoirt au d616gu6 du gouvernement du, S6&ngal i
Dakar (Afrique occidentale francaise).
Consigny (Andr6), inspecteur g6niral des caux et forts L
Saigon (Indochine).
Duhil (Darias-Julien-Marie), procureur des missions afr:cai-
nes de Lyon.
Dupuy (ReiiE-Paul-Josepli), vice-president de la Soci6ti des
ing6nieurs 1 our la France d'outre-mer.
En6e (Augitste-Louis-LUon), huissier an ministLre de la
France d'oulre-nmer.
Estord (Gec(rges), ing6nieur dirccteur g6n6ral de la S.R.I.C.
et de la S.T.R.D. Ai Saigon (Indochine).
Feline (Marius-Paul-Charles), administrateur en chef des
colonies i amatave (Madagascar).
Ferre (Pie re), industrial administrateur de societes a
Bamako (Soudan).
Galtier (Pi, rre-ClIment-Louis), administrateur en chef des
colonies, directeur des services economiques de Madagascar
ii Tananari e (Madagascar).
Gervot (R ger-Charles-Jean), directeur de la Banque de
I'Afrique ccidentale a Dakar (Afrique occidental fran-
caise).
Grand-Clem ent (Gaston), conservateur ties caux et forts a
Yaound6 (( ameroun).
Joncour (E'louard-Ren), adminiiiistrateur en chef des colo-
lies.
Lair (Jean-( Georges-Pierrc-, inganiour civil des mines.
L- Quer (llobert-cRn6-Marie), administrateur de 1'" ilasse
des coloni:e, chef de la section de pressed an ministbre de la
France d'oi!tre-mer.
Martin (Em le-Alexandre), commercant A Papecte (Tahitii.
)e Martin de Vivies (Paul-Marie), ing6nienr de 1"' classes
de la m6tr rologie, chef de la mission de File d'Amsterdanm.
M6nard (Aidre), administrateur de 1" classes des colonies
commissair. de la R6publique par interim i Pondichery
(Inde fran :tise).
Milleliri (Faul), administrateur des colonies a Dlakar (Afri-
que occidentale francaise).
Morizon (l'en6-Georges-Marie), administratcur des services
civils de l'Ildochine.
Poiret (Jul- s-Georges-Constant), administration des colonies.
Poirier (Climent), directeur de la Compagnie g6nerale de
grande p.clie i Miquelon (Saint-Pierre-et-Miquelon).
Mine Porclier (Francois-Marie), en religion steur Marie-
Adrien, seiur infirminire A Port-Vila (Nouvelles-HEbrides).
lRaffanean iCharlcs-Emile), directeur des travaui publics a
Djibouti (( te francaise des Somalis).
Rakotomalila (Louis), chef de service au Credit foncier de
Madagascar a Tananarive (Madagascar).
R. P. Ravaille (Henri-Joseph), missionnaire catho!ique a
Ambohidralrimo (Madagascar).
Ravier (Charles-Jean), directeur general de la compagnie


I.yonnaibe e Mautilg;iir. president du syndicat die iiulus-
Iries textiles coloniales.
Roser (Paul), administrateur dee colonies.
Schneyder (Ren&-Pierre-Francois), administrateur des servi-
ces civils de l'Indochine a Saigon (Indocline).
Sic6 (Marie-Eugine-Antoine), president du tribunal de 1"'
classes de Hanoi (Indochine).
Soulier (Etienne-Louis-Albert), directeur des transports rou-
tiers du Sud indochinois A Saigon (Indochine).
Sully (Gaston-Gabriel-Andre), administrateur des colonies.
Tailleur (Georges-Henri), administrateur des colonies. En
mission aupres du consulate general de France A Calcutta.
Therme (Xavier-Albert-Maxime), chef de bureau hors classes
d'administration general A Yaound6 ((Cameroun).
Th6venin (Louis-Claude-F61ix), adninistrateur de societis
coloniales.
Torr6 (Xavier-Antoine), administrateur des colonies, direc-
teur adjoint des affaires economiques an ministire de la
France d'outre-mer.
Varieras (Jean-Baptiste-Raymond), ingtnieur, directeur d'en-
treprise du chemin de fer-de Mossi A Bobo-Dioulasso (Haute-
Volta, A.O.F.).
Villepreux (Marcel), administrateur des colonies.
Z6le (Jacques-Henri), president de la Chambre de Commerce
du Togo A Lome (Togo).
(D. 26 juillet. J.O. 27 juillet).

An titre de l'Union Francaise.

Chevaliers :
MM.
Laka (Evariste), gouverneur de 4' classes du cadre special de
Administration indigene A Mananjary. province de Fiina-
rantsoa (Madagascar).
Mahonjo (Justin), gouverneur de 4" classes du ncadre special
de l'administration indiglne i Mahabo (Morondava) (Mada-
gascar).
Marson (Robert), planter, conseiller provincial et i I'as.em-
blee representative a Volipeno, province tde Fianarauitsoa
(Madagascar).
Ramanankamonjy (Joseph), artiste peintre, i 'Tananarive-
Ville (Madagascar).
Ravelomanantsoa Ralaiairy (Julien), professeur assistant
principal de 2' classes en retraite, A Maroantsetra, province
de Tamatave (Madagascar).
Mile Tiba (Honorine), sage-femmne principal de 2' classes
du cadre special de l'assistance mhdicale indignne de Mad&-
gascar, A Hell-Ville (Nossi-Be) (Madagascar).
(D. 26 juillet. J.O. 27 juillet).

A titre posthume.

Chevalier :

M. Maux (Henri-Climent, ingenieur genBral de 2" classes des
T. P. des colonies, mort pour la France (D. 26 jui!let. J.O.
27 juillet).

A titre exceptionnel.

Chevalier :

M. Bonnaud (Henry), directeur general des Etablissements
Balande (export-import), president du Conseil general de
Nouvelle-Cal6donie, a Noum6a.








AOUT


ADMINISTRATION

Une loi du 19 aofit 1950 fixe Ie rLgitme electoral, la coim-
position et la competence d'une assemble representative
territorial de la C(te francaise des Somalis (J.O. 20 aoiul:.
Un decret du 2 aoft 1950 modifie pour I'annee 1950 la
date d'ouverture de la deuxieme session des conseils gie;e-
raux en Afrique occidentale frantaise et la fixe entire le 20
aofit et le 20 septembre (J. 0. 7 avril).
Un arret6 du 2 aofit 1950 porte creation d'une regie
d'avances pour le payment des depenses de fonctionnement
de la conference inter-Etats i Pan et nomination d'un rfi-
gisseur (J. 0. 10 aoit).
Un arr6t6 du 9 aofit porte autorisation de constitution
d'une Societk d'Economie mixte dite Societe Les Relais
a6riens francais (J.O. 11 aofit).
Un d6cret du 9 aofit 1950 modified le d6cret du 25 avril
1933 relatif i I'uniforme du personnel appartenant au corps
des administrateurs des colonies (J.O. 17 aofit).
Un decret du 1" inai 1950 modifie le d6cret du 11 avril
1946 relatif i I'organisation de I'6cole superieure d'appli.
cation d'agriculture tropical (J.O. 18 aoitl.
Un decret du 1" aoft 1950 ajoute la peste aviair;:
it la nomenclature des maladies reputees contagieuses en
Afrique occidental francaise (J.O. 18 aoit).
Un decret du 1'" aoul 1950 rend applicables en Afrique
equatoriale franchise les dispositions du decret du 28 juil-
let 1908 portant reglenient d'administration publique pour
l'application, dans la metropole, de la loi du 1" aoft 1905 en
ce qui concern la detention et la misc en vente des vinai-
gres, modified par le decret tdu 28 mars 1924 (J.O. 18 aolt).
Un dtcret n" 50-994 du 2 aouit 1950 mnodifie le d-cret
n" 46-1806 du 9 aofit 1946 relatil ai conditionnement des
palmistes (J.O. 18 aoft).
Un dc"ret du 2 aoit 1950 porle modification de I'ar-
ticle 9 idu decret du 25 mai 1939 relatif A I'organisation du
credit agricole inuluel i Madagascar et d6pendances
(J.O. 18 aofit).
Un decret du 12 aofit 1950 instilue une jneldaille d'hon.-
neur en faveur des fonctionnaires dn cadre general des trans-
missions coloniales (J.O. 18 aofit).
* Un d6cret du 18 aoft 1950 proroge les dispositions des
dtcrets des 28 septemnbre 1948 et 11 avril 1949 relatifs au
dlciassement i board des paqiuebots des fonctionnaires, er.i
ploys et agents civils des services coloniaux on locanux
(J.O. 23 aoft).
* Un arret6 du 27 juillet fixe les attributions et comlpo-
sition de la commission charge d'examiner les demands de
subventions des 6tablissements et organisms m6tropolitains
consacrant leur activjt6 aux problhm es scientifiques et cul-
turels des territoires d'outre-mer (J. 0. 25 aofit).
* Un dlcret dul 19 aofit 1950 modifie I'article 4 du d6cret
du 18 mars 1936 portant organisation de la chambre d'agri-
culture de la Nouvelle-Caledonie et d6pendances (J.O. 25
ofit).
* Une loi du 22 aofit 1950 pr6voit les moyens de trans.
port suffisants et toutes dispositions utiles d'urgence pour
permeltre anx musulmnans d'Afrique du Nord, d'Afrique occi.


dentale franchise, d'Afrique 6quatoriale franmaise. de Mada-
gascar, des Comores, de la Reunion et de la C6te francaise
des Somalis de se rendre annuellement en pblerinage i la
Mecque (J.O. 27 aofit).
Un decret du 19 aofit 1950 tend aux territoires d'ou.
tre-mer et aux territoires sous tutelle du Cameroun et du
logo I'application de la loi in" 49-229 du 19 fevrier 1949
ayant pour objet de mcttre la legislation franraise en harmo-
nie avec les dispositions de la convention de Bruxelles sur
les privileges et les hypotheques maritime (J.O. 27 aofit).

Un decret du 17 aofit 1950 modifie le deret du 7 avril
1940,relatif aux march passes par les Territoires relevant
du ministere de la France d'outre-mer. (J.O. 30 aoiot).
Un arrete du 28 aout transforine le college de Yaound6
en Lycee (J.O. 31 aofit).

FINANCES ECONOMIC

Un d6cret du 2 aofit 1950 approve une deliberation de
1'assemblhe representative de Madagascar relative aux droits
de sortie (J.O. 7 aout).
Un d6cret du 7 aofit 1950 approve la d6lib6ration lu
29 mars 1950 du conscil general des Comores porlant aligne-
mnent des taxes postales et assimilees du territoire sur celles
de Madagascar (J.O. 12 aofit).
C Un decret du 7 aoiit 1950 approve une dBliberation
prise le 3 mai 1950, par le grand conseil de l'Afrique 6qua-
toriale francaise, tendant ia modifier l'article 159 du code des
douanes de ce territoire (J.O. 12 aoft).
Un d6cret du 9 aoit 1950 habilite le haut commissaire
tie France en Indochine iA exon6rer de droits et taxes tde
douane certaines marchandises importees au titre de 1'aide
aminricainc a l'Indochine (J.O. 13 aofit).
Un decret du 12 aoit 1950 modified le d6cret n" 59-530
dtn 15 avril 1949 relatif aux charges de famille des fonction-
naircs en service outre-mer (J.O. 13 aofit).
Un dicret du 12 aofit 1950 modifie le decret n" 49-716
din 27 Inai 1949 rendant applicables dans les territoires et
departments d'outre-mer les dispositions du d6cret num6ro
48-1611 du 13 octobre 1948 portant relkvement du taux de
1'indemnit6 de bicyclette susceptible d'etre allouee aux mili-
laires non officers de la gendarmerie (J.O. 18 aoilt).
Uin decret du 12 aofit 1950 approve la delib6ration
du grand conseil de 1'Afrique 6quatoriale frangaise num6ro
20-50 du 3 mai 1950 relative A la taxe de recherche et de
contr6le du conditioniicnient (J.O. 18 aoiut).
Un d6cret du 12 aoilt 1930 approve la deliberation
n" 38 du 15 avril 1950 du conseil g6enral de la Mauritanie
instituant un droit de delivrance des caries grises
(J.O. 18 aout).
Un decret du 12 aout 1950 approve la delib6ration
du 8 mai 1950 de l'assemblke representative des Etablisse-
ments francais de I'Oceanic mondifiant la taxes i l'exportation
(J.O. 18 aofit).
Un d6cret du 5 aoflt 1950 porte approbation ilu budget
trimestriel des services d'int6r6t commun de l'Indochine
arrete an 30 juin 1950 (J.O. 19 aoft).
* Un d6cret du 16 aofit 1950 porte definition des pro-
duits p6troliers et control de I'authenticit6 des huliles mine
raIes brutes (J.O. 19 aofit),






* Un d6crel du 16 aofit 1950 porte modification du re-
gime douanier des hydrocarbures destines a 1'avitaillement
des navires it des aeronefs (J.0. 19 aoft).
* Un decrel du 18 aofit 1950 approve une deliberation
du conseil gin6ral de Saint-Pierre et Miquelon en date daI
16 decembre 1949 exemptant la viande fraiche ou congel6e lde
la surtaxe < ad valorem > et de la surtaxe douanierc de
guerre (J.O. !4 aoilt).
* Un decret du 18 aofit 1950 approve la dl6ib6ration
de l'assemblie representative du Cameroun n" 84-50 du
25 avril 195(0 modifiant les rigles d'assiette des droits d'co-
tree (J.O. 24 aoft).
* Un d6cret du 22 aofit 1950 approve la deliberation de
l'assemblee :eprescntative des Etablissements francais dc
l'Oceanie du 8 mai 1950 modifiant les rbgles d'assiette de la
contribution des patentes (J.O. 27 aoft).
* Un dcr t du 22 aofit 1950 approve la deliberation
n 50-166 du 20 avril 1950 de l'assembl6e representative de
Madagascar, modifiant le tableau des taxes d'importation
(J.O. 27 aoit 1.
* Un decret du 18 aofit 1950 porte admission exception.
nelle en franchise de certaines importations effectuees par
les associations patriotiques autorisees et des objets destines
a la decoration des s6pultures militaires (J.O. 29 aofit).
* Un decrel du 18 aofit 1950 porte admission et franchise
de certaines importations d'appareils d'orthop6die ct de pro-
thbse (J.O. 2 aofit).
4 Un d6cret du 24 aofit 1950 fixe les regles du conditionne-
ment des acines et poudres de plants a rot6none
(J.O. 30 aoft .

PERSONNEL

M. Paul lIordier, administrateur-adjoint de 1'r classes de
la France d'outre-mer a 6te nomm6 attach au Cabinet tde
M. le minist-e de la France d'Outre-Mer (A. 16 aofit, J.O.
18 aoiut).
Le docteur Gaston Muraz, mndecin general inspecteur des
T. C. (reserve) a W6t nomme Conseiller technique au Cabi-
net du S. I. i la France d'Outre-Mer (A. 10 aoft, J.O.
20 aofit).
Un arret6 du 22 aofit 1950 porte nominations des membres
de 1'E. M. particulier du ministry de la France d'Outre-
Mei (J.O. 26 aofit).
Un arri6t du 21 aout abroge le decret du 20 juillet 1950
et porte nomination des menibres du Cabinet du S. E. i la
France d'Outre-Mer (M. Coffin) (J.O. 23 aoit).
M. Augusl:e Bernier, administrateur des Colonies a ete
nomme attaclhe au Cabinet au S. E. i la France d'Outre-Mer
(M. Coffin) (4. 22 aofit, J.O. 24 aoft).
Par decrel du 9 aofit 1950, M. Geay (Louis-Eugene), adim.
de 1" cl. deE Colonies a et6 nommn gouverneur de 3' cl. des
Col. (J.O. 1 aofit).
L'honorariat du grade de gouverneur a ete conf6re i
M. David (Philippe), administrateur de 1" cl. des Colonies
(D. 22 aoht, ..O. 27 aofit).
Le decret du 26 mai 1945, suspendant les droits a pen.
sion de M. Marchessou (Jean), Gouv. de 3" cl. des Colonies
en retraite a Ati rapport (D. 22 aoit, J.O. 27 aofit).
M. Rigal Joseph) a 6et promu administrateur dc 1" cl.
des colonies a./c. du 3 avril 1950 (D. 28 juillet, J.O. 2 aoitl).


* M. M6nard, adm. de 1'" l. des Colonies a e6t nomin com-
missaire de la Republique dans les Etablissements francais de
1'Inde. (D. 31 juillet, J.O. 9 aoit).
* Un decret du 7 aofit nomme M. Boyer (Gaston), stagiaire
de l'adm. colonial, adm. adjt de 3" classes des Colonies
(J.O. 12 aofit).
* M. Fiershi-Vivet a ete reclasse adm. de 1e cl. des Col.
a computer du 1" juillet 1946 au lieu du 21 mars 1950.
* M. Frances (Roger) adm. adjt de 1' cl. des Colonies a
6te maintenu, sur rki demand, en position de disponibilitu
sans traitement a computer du 21 f6vrier 1950 (D. 7 aofit.
J.O. 12 aout).
* M. Robert (Christian) adm. adjt de 2' cl. des Colonies a
ete maintcnu dans position de disp. sans traitement sur sa
demand, a computer du 1"' juin 1950 (D. 7 aoft, J.O.
12 aofit).

* On it6 degages des Cadres sur leur demand :
MM. :
Le Fur (Alexandre), adm. de 2' cl. des Colonies
Antonetti (Pierre), adm. de 20 classes des Colonies.
Ces fonctionnaires ont droit a une pension pour ancien-
net6 de service (D. 7 aofit, J.O. 12 lofit).
* A 4et accepted la deinission de son emploi offerte par
M. Henry Provost, adm. adjt de 1'e cl. des Col. (D. 7 aofit,
J.O. 12 aofit).
* L'arr6te du 6 dec. 1950 portant revocation de MM. Vernier
et Gaillard, fonctionnaires du cadre des S. Gx des Colonies
a ete abroge. (D. 7 aoft, J.O. 12 aofit).
* Par decret en date du 9 aoit 1950, sont nommes adminis-
trateurs adjoints de 3" classes des colonies, a computer du
1" aofit 1949, du point de vue de la sold et de I'anciennet6,
les l6lves adninistrateurs (2" echelon) don't les noms sui-
vent :
MM. Husson (Gilles-Francois-Marie), Durand (Daniel-Ma-
rie-Francois), Goudoffrc (Max-Henri), Navetch (Jean-Paul),
Gotteland (Jean-Paul), Sarniguet (Jean-Paul--Louis), Zebrow-
ski (Jean-Andre-Stanislas), Mouterde (Emmanuel-Marie),
Front (Andr&-Gerard), Taillandier (Daniel-Charles-Fr6idric),
Lacassagne (Henri-Francois-Marie), Bernard (Henri-Joseph-
Marie), Valaize (Jacques-Marie-Raphail).
Les administrateurs adjoints ci-dessus d6signes ne pour.
ront, en aucun cas, pretendre i des bonfications d'anciennete
pour le temps passe sous les drapeaux depuis leur sortie de
1'ecole (J.O. 17 aofit).
Tableau d'avancenient des Ve6trinaires Africains (A. 18
aouft, J.O. 30 aoft).
LiobB du Fouet, de 1'Admn. g6nerale, admis au stage de
1'E. N. F. O.-M. (J.O. 12 aofit).
Liste des candidates autoris6s a participer aux epreuves du
concours des 5 et 6 septembre 1950, pour le recrutement de
chiffreurs coloniaux stagiaires (A. 10 aofit, J40. 19 aofit).
Un arrlte du 11 aofit fixe le nombre d'ing6nieurs 6leves el
eleves reguliers a admettre ia colee supericure d'application
d'agriculture tropical pour l'ann~e scolaire 1950.1951 (Ings-
nieur eleves : 25; 6elves reguliers : 20.) (J.O. 23 aofit).
Un arret6 du 5 aofit drcsse tableau d'avancement, pour
1950, du personnel du cadre g6enral des infirmieres et sages-
femmes coloniales (J.O. 25 aofit).
Un arrete interministeriel du 7 ao6t fixe les conditions
d'examen professionnel d'enlree dans la magistrature d'outre-
mcr pour 1950 (deuxieme session) (J.O. 25 aouit).








* Attribution du certificate de fin d'tudes de 1'ecole supe-
rieure d'application d'agriculture tropical \ux 6lsves de la
promotion 1949-1950 (section de la production agricole)
(A. 7 aofit, J.O. 19 afit).
* Un arrWti du 24 aofit fixe les effectifs maxima du cadre
gtenral des eaux et forts pour 1'ann6e 1950 (J.O. 31 aoft).

DISTINCTIONS HONORIFIQUES

* Out et1 promus dans I'ordre de la L6gion d'honneur :
Commandeur (i titre civil).:
M. Deschamps (Andr6), Conseiller d'Etat (D. 9 aofit, J.O.
I aofit).
Officer (a titre civil et exceptionnel) :
M. Soucadaux (Andr6), Gouv. de 1" cl. des Col., Haut Com-
missaire de la Republique au Cameroun (D. 9 aofit, J.O.
II aoufit).
Chevaliers (i titre civil) :
MM. :
louletier (Leon), avocat d6fenseur a Yaound6 (Cameroun).
Fournier (Georges-Victor), m6decin de colonisation.
Gayon (Yves-Nicolas-Casimir), adminiistrateur de 1" classes
des colonies i Yaound6 (Cameroun) (D. 9 aofit, J.O. 11 aofit).
A titre posthume :

Chevaliers :
Paillet (Raymond), proviseur agr6g6 de lycee, inspecteur g6-
nral de l'enseignement en Afrique 6quatoriale francaise.
Mort pour la France.
A et6 cit6 i l'ordre de la Nation.


Saury (Jean), sous-chef de bureau de VI classes d'adminis-
iration g6enrale des colonies. Mort pour la France.
A Wit cit6 i l'ordre de la Nation (D. 8 aoft, J. 0. 17 aoiht).

A titre exceptionnel :
Officier
M. Schweitzer (Albert), medeciin Lambarene, Gabon (Afri-
que equatoriale francaise). Chevalier du 9 aofit 1948. (Titrcs
xcepftionnels.) (D. 22 aoit, J.O. 24 aout.)

Officer
A titre civil :
M. Lef6vre (Charles-Henri), directeur general de .a Compd-
gnie commercial de l'Afrique 6quatoriale francaise, A Libre.
ville, Gabon (Afrique iquatoriale franyaise). (D. 22 aofit,
J.O. 28 aofit).

Chevaliers :
MM. :
Lanata (Andr&Dominique-S6bastien), administrator en chef
des colonies, secretaire general du Gabon, a Libreville, Ga-
lion (Afrique 6quatoriale francaise).
cRgnault (Marcel-Auguste), planteur, exploitant foresticr a
Libreville, Gabon (Afrique 6quatoriale franraise).
Schmitt (Joseph-Antoine), en religion frcre Mathias, mission-
naire catholique, i Fernan-Vaz, Ogooue maritime, Gabon
(Afrique iquatoriale franvaise).
Simon (Andre), agent de commerce a la Soci6t6 tgricole et
(ommerciale du Haut-Ogoouc, a N'Djole, Ogoouin maritime,
Gabon (Afrique iquatoriale francaise). (D. 22 aofit, J.O.
24 aofit).














W VA Jr
- AW2btA1


REVUE DE PRESS


Nous rppelons que la revue de press publide au present bulletin esl purenient objective. Elle n'impliquc
6videmmnen' aucune adhesion du Minislere de la France d'Oulre-Mer aux opinions exprimees dans les
articles reproduils a litre d'information.

PRESS D'OUTRE-MER

INDOCHINE


Les comnientaires de cette period ont kt6 domi-
n6s par de.ix sujets : la Conf6rence de Pau et la
guerre en CorBe.

Dans I'Lnion Frangaisc, M. Henry de Lache-
vrotidre dcrit :
< L'invas.ion de la Coree demontre que les So-
viets, renon;ant a attaquer de front le bloc occiden-
tal en Eurcpe et a travers 1'Atlantique, ont cher-
ch6 a tourncr l'obstacle en Extreme-Orient oft les
positions des d6mocratics sont tres vuln6rables.
< L'Indochine, le Siam et la Birmanie sont dioic
particuliereinent exposes.
Il ne faudrait point attendre que I'invasion s
produise comme en Coree pour organiser la d(fetnse
de cette partie du Sud-Est asiatiquc, positions-c!s
donnant ac';s A la Malaisie, A 1'Indon6sic ct iImcni
i 1'Inde.
< Une enlente est facile entire les nations du pactc
Atlantique pour Blever en face de la Chine meridio-
nale une d gue susceptible d'inspirer la prudence
aux moscoutaires c6lestes, fourriers du bolchevisme
en Asie >.

M. de Lachevrutiere indliqie, i cel regard, FIac
lion a engager :
< II serait necessaire, en premier lieu, sinon
d'an6antir miais tout au moins de r6duire a l'impuis-
sance les a tions communists locales en commen-
gant par le,, Vietminh et H6 chi Minh.
a En second lieu, on pourrait doter l'Indochine,
la Birmanie et le Siam d'un armement puissant, ca-
pable de r6sister a la pouss&c des tanks sovi6tiques
don't on ccnstate l'emploi en ce moment par les
troupes nord-coreennes et don't Mao Ts6 Toung s'esl
deja servi centre les troupes nationalists de Chianf
Kai Chek. Les Russes n'ont pas h6sit6 a doter l'avin-
tions nord-i or6enne de Yaks du modble le plus rv-
cent.


< Attendra-t-on une aggression contre l'indochine,
]e Siam et la Birmanie pour installer i port6e des
frontieres miridionales chinoises de slides bases
a6riennes dot6es non sculement d'appareils moder-
nes de bombardment mais aussi d'appareils de
chasse puissants, a large rayon d'action ? demand
ensuite M. de Lachevrotiere. Des a present, nous de-
vons tirer des ev6nements de Cor6e toutes les le-
cons qui en decoulent et prendre nos precautions
en consequence ,.

Le directeur de /'Union Frangaise ne se lasse
pas de rCdpier les jours suivants qu'
< il faut a l'Indochine un armemnent suffisant pour le-
pousser toute attaque, it lui faudrait m6me un ma-
t6riel tel que sa seule puissance decourage a l'avance
des agresseurs 6ventuels... En le fournissant rapidc-
inent, on 6viterait pour plus pard la douloureuse
surprise d'une r66dition, en Indochine, du drame
cor6en >.

M. Thiiuony Son, du Vietnam Moi (Hanoi), im-
pressionnd par les (vtnements de Coree, sonne
fensifs du Vietnam
La question du Vietnam est la m6nic que cellr
de la Coree du Sud, ayant une frontier commune
avec la Chine communism, le Vietnam est expose a
ine aggression qui peut survenir a n'importe quel
moment. Or, dit M. Thuong Son, nous n'avons ricn
pour notre defense pour laquelle nous comptons uni
quement sur les forces frangaises .

Et de demander :
c Cette arm6e national qui a fait l'objet de tant
de discussions et de proclamations, oft en est son
organisation ? >; car, pour l'6ditorialiste du Viet-
nam Moi, a si le Vietnam, faisant partic de l'Unioi
Franc.aise, pent computer pour sa d6fencs str l'aide







des Allies, et surtout de la France pour one grande
part, les Vietnamiens doivent d'abord computer sur
eux-m6mes .

L'editorialisie du Tia Sang met aussi en avant
ce qu'il appelle << le facteur Vietnam qui est
un facleur important dans la defense de l'lndo-
chine. II affirmed que < la defense de l'Indochine
assumee seulement par I'Union des trois forces
armnes francno-anglo-amricaines, en ecarlanl le
facteir Vietnam, serail une defense inefficace >,;
puis indique les raisons de cette affirmation :
< La guerre de Coree prove que les democrats
ne peuvent lancer d'un seul jet leurs forces dans
un point donn6, objet d'une aggression communist,
car elles doivent se garder sur plusieurs fronts.
Dans ces conditions, il serait difficile pour les for-
ces armies des trois puissances de stopper net
l'avance conmnuniste.
<< De plus, en Cor6e, la g6ographie du sol est la
mnme qu'au Vietnam. Hivieres boueuses et hautes
montagnes ne se pr6tent pas au maniement des mo-
toris6s et autres armes modernes. Aussi, I'infan-
terie rest l'66ement d6cisif des operations militai-
res, et dans cc domaine, il est prouve que les forces
de 1'O.N.U. en CorBe luttent A un contre cinq.
< Une autre raison, et la plus important, precise
le Tia Sang, est que le gouvernement du Kim Ir Sung
poss6de, mieux que le gouvernement Syngman Rhcc,
la confiance du people. Cette raison est la raison
principal ; aussi bien, en parlant de la defense de
l'Indochine, il faudrait aussi songer a uine solution
urgent du probl6me politique >, 6crit le Tia Sanig.
< II faut r6aliser rapidenent et int6gralement I'in-
d6pendance au Vietnan, dit-il. Apres cela, la r6sis-
tance reviendra, Ic people aura pleinement confiance
dans le gouvernement nationalist, et la question de
l'organisation d'une armic vietnamienne puissante
en sera d'autant plus rapidement et facilement r6-
solue.

Ces journalists vietnamiens laissent ainsi en-
tendre que la question de l'independance du
Vietnam demeure entire el par Id l'entente
franco-vietnamienne bien precaire. Cependant,
d'autres ne partagent pas cette faqon de penser,
tel le collaborateur vielnamien de Saigon Presse,
qui ecrit :
< Si par malclance la guerre froide qui s'est
6chauff6e en Cor6e, d6genbre en guerre chaude, le
vietnam situ6 presque aux avant-postes de la ligne de
demarcation entire les deux colosses, se trouverait
immediatement i la pointe du combat.
< La France salt, pour l'avoir subi deux fois, cc
que signific de tragique le premier cloc, alors que
I'adversaire, anim6 d'un fanatismc ardent, endoc-
trin6, envolt6, ne menage ni ses homes ni ses
moyens de combat.
< Or, la meilleure manibre d'eviter ce sori mal-
heureux, c'est de nous serrer les coudes, dc n'avoir
qu'un mot d'ordre : Vietnam C'est de fair loire
nos iniserables querelles interieures qui nii'i ;au-
cun sens quand I'orage gronde. C'est aussi de raf-


fermir nos amiti6s, nos alliances, les clhaiies d'ulne
communaute qui s'6tend a 1'cnsemble des nations
r6solues a resister A l'agression.
e Nous nV pourrons le fair, nous le disons parce
que nous le pensions, que dans une etroite et loyal
entente avec la France.
< Oui, nous pensions que, quoiqu'il advicnne pour
Ice meilleur ou pour le pire, la France et Ie Vietnami
doivent maintenir une amitie qui, dans les conjonc-
tures actuelles, rev6t un aspect 6mouvant.
< Par les affinit6s d'esprit et de c(x'ru, par un
6gal amour de la paix et du travail, Ie peulle de
France et le people du Vietnam out trop de points
de resemblance pour que nous les miconnaissions
au profit d'on ne sait quelle id6ologie lointaine don't
les dirigeants ne nous connaissent pas plus que nous
ne les connaissons.
< Certes, notre ind6pendance est sacree ]pour nous,
mais sauf quelques fossiles attard6s dans leur co-
quille, qui I'ignore d6sormais en France et qui ne
Ic comprend ?
e Certes, des querelles de famille ont exist&. elles
existent encore, nous voulons justement 3 voir une
preuve de notre affection mutuelle. On ne se gene
pas entire parents, il arrive qu'on se chamaille. Mais
dans les circonstances graves. l'union se fait instan-
tanement.
( Nous sommes precisement (tans unt period
grave, entour6e de dangers. Done union t:tre Viet-
namiens.
Union entire Vietnam et France.
z Ainsi nous pourrons affronter I'orage. )

La Conference de Pau esl suivie avec inlf;rl,
mais aussi avec inquielude, surtout par les jour-
naux vielnamiens.

L'Echo du Vietnam faith remarquer que la
conference Inter-Etats semblait avoir ddmarre
heureusement el sur un rythme assez rcpide. Le
problmne des postes el telecommunications, celui
du control de immigration chinoise, heureuse-
ment rdsolus, faisaient bien augurer de la suite.
t Et puis, brusquement plus rien. Plus rien alors
que, les hors-d'oeuvre terminus, on arrivait au plat
de resistance : commerce ext6ricur et douanes.
Apres un parcours facile, serait-on brusquement
tombe sur un obstacle ?

Apres avoir evprim, ses inquid!udes, I'auteur
de l'article ajoute :
c J'ai tort, sans doute, de m'alarmer du silence
don't s'entoure le vieux chateau du roy Henry et
puisque le President Albert Sarraut, qui donna jadis
ici-m6me des preuves de son esprit liberal, affirmed
que les d616gu6s bitissent une oeuvre < tres belle,
conform au g6nie traditionnel de notre pays >, fai-
sons-lui conflance jusqu'A plus ample informed. Mais
I'on excusera mon pessimisme en raison des graves
consequences qu'entrainerait une solution qui ne
soit pas conform aux principles du 8 mars, A sa-
voir, une solution qui consacre la souverainet6 poli-
tique du Vietnam en lui laissant ine pleine ind6pen-
dance 6conomique. o






Saigon Presse rdclame un peu plus d'dclaircis-
sements s'lr les travaux :
< Nous -crons en droit d'exiger que le black-out
actuellemenit exerc6 sur les travaux de Pan soil un
pen adouc ct sans exiger des revelations aphrodi-
siaqucs pour reprendre Ic terine imiag de I'an-
cien pr6si lent du Conseil francais nous aime-
rions qu'oni nous fit la grfic e nous apporter quel-
ques preci ions, mian!e en demieuraan dans s gI'ni-s
ralit6s 6, ',rit-il.
II ajowue cependant
< Les travaux < silencieux et paisiblcs > de la
Conference de Pan abouiiront finalement, nous en
avons la conviction, ia lever un edifice solid et
harmonicu:;, raalisant l'cnlente des Etats Associ6s
dans la plnitude de chacun. :>
Quand an Journal d'Extrimc-Orient, exposant
un point dle uoe neutre, il espire que la Confe-
rence seri un success si elle reussit d mener a
bien simLllanement deux riches opposees :


< La Conf6rence de Pau sera un succs si elle
reussit a mener A bien simultanement deux tSches
oppos6cs. La premiere correspond a une n6ccssit6
psychologique certain : c'cst la liquidation du
pass, 1'Cinancipation complete de chaque Etat avec
retrait de la tutelle franchise ct in6vitablecnent d6-
membrcmcnt partic! de i'lndochine. La second cor-
respond A une necessity pratPque vitale pour I'ave-
nir des trois pays. Elle consist A recr~er dans cha-
,'t1e Elat l'organisation la plus efficacy, A riablir et
a resscrrer centre ies Ilans cl avec !'Union uFr:l'nipso
tdes relations assez 6troites pour que 1'indochine eIl-
mleure oi d(eviennI un enseliible econolllitiei('ilen
coherent, militairemnenl dlhfendable et effectiveiiieni
dfecntld par la volont6 dec tons les patrioteQ.

4 Si la France est assez liherale pour perlettre la
< disintegration > de cc qui fut son oe'vre, Ic n1
tionalisme dle l'lite des nouveaux Etais (0oi Otrn
assez robust et assez courageuix pour entreplrenIdre
immi6diatement les processus d' < integration > qui
permettront a ces Etats, devenus ind6pendanls, de
rester libres. >


MADAGASCAR


La question de l'immigration europeenne d
Madagascar et de l'investissement des capilaux
strangers d souvent edi agilee. Compete tenu de
la faible Iensild de la population et de la neces-
sitd de finance des projects important, le re-
cours d cs mdthodes apparait come indispen-
sable. Les Malgaches eux-minmes doivent, dans
un certain sens en retire des advantages. Quel
que soil 'e jugement severe que porte sir l'im-
migratior organisde le < Fandrosoam Baovao >>
il nous c paru utile de faire connaitre ici son
point de ue, qui evoque icn des aspects di pro.-
blWme :
< Les immigrants du << Bureau d'Etudcs pour le
Developpemcnt de la Production Agricole dans les
Territoires d'Outre-Mcr > forms en une Societ6
d'Etat --- seront, d'apris les diverse causettes sous
Ie lamba, dots de machines agricoles et industriel-
les (heurcusement), subventionnes au depart, log6s
a l'arriv6,,, et deviendront < d'office > propri6taire
des tcrre,, des lacs, des rivieres, dbs leur d6barque-
mcnt a Madago !
<< Dot6, de 3 millions de francs par tetc, avec des
mat6ricls, s'ils viennent A 10 ils d6passeront le ca-
pital et les biens de tout colon installed ici depuis la
conqute A 100, its dicteront la loi a toutes les so-
cietes ma lecasses A 1.000 immigrants, quantity fort
possible, vu la colossal resource (lu Fides, ces ar-
rivants a-nhlcront IMadago a qui voudra le leur
ceder !
< Si Ic Fokonolona Mtait < arros >> d'une tcl!e
auhaine, comment ne pourrait-il pas travaillcr,
achcter des tracteurs de 50 CV. avec charrues A dis-
quc, brise-mottes, herscs, scmoirs, pour travailler
son sol natal ? Comment ne pourrait-il pas cons-
truire de.; chAteaux d'cau, chose qui n'cxiste mmeic
pas dans les grandes agglonimrations ? Pourquoi ne
pourrait- 1 pas 6lectrifier sa collectivit& ? >
(Fandroxoam Baovao, 21 juillct.)


LE PROBLEM DES ETRANGERS

Faisant allusion au vote par I'Assemblee de
l'Union Francaise d'un project de decret fixant
les conditions de sdjour des strangers el d'un
amendment fixant a 50 % an mnoins la partici-
pation franchise dans le capital des entreprises,
< France-Madagascar > deplore qu'une barrirre
soit ainsi levee decant des activists qui pour-
raient dtre profilables an territoire :

<< L'insularisme caract6ristique de la grande ile
ct de ses habitants, natifs ou implants, parait avoir
le dessus jusqu'a Paris. Tout cela strait fort bien si
les cntrcprises franchises et les capitaux francais,
seuls, pouvaient arriver A contribute au d(veloppe-
ncent de Madagascar. Or, tout y est sinon en regres-
sion, mais fortement en retard par comparison a
d'autres pays. On aurait pu croire que Madagascar
aurait ket heureuse de l'aubaine de quelques gran-
des enlreprises itrangeres pour crber des industries,
des ports, des voics de communication, soit par le
truchement du plan, soit en vcrtu du quatribime point
Trunman. En outre, la fiscalite devorante et dispro-
portionnec de Aladaagascar a ecartA ct 6loigne de
plus en plus les cntreprises et les capitaux frangais.
La venue de Francais pour travailler a Madagascar
est sinon deconseille, mais tellement h6rissi e d'in-
diff6rence ou de diflicultts, que les honnes volontes
vont ailleurs. C'esl done laisser la porte ouveite aux
aventuricrs de l'itranger, et c'cst sans doute la rai-
son pour laquelle on veut dresser nne barriere. Mais
alors, quel est l'avenir te iMadagascal sans apports
cxtlricurs ?... Si on ne vcut de personnel, il faut
alors se tourncr vers les habitants, les aider, les
finance et les oricnter dans tes voeis totalement
dilffrcntes de cells qui ont pr6sid6 a leurs hum-
bles dcstinecs juscqu'a ec jour. >>


(France-Madagascar, 25 juillet.)








PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press itranglre traduits en franCais pent Ctre consultCe d
la Section de la Presse Etrangere (Direction des Affaires Poliliquies, 27, rue Oudinot, Piece 17, 1" t!age).
Les numiros qui figurent ci-dessons d la suite de l'indication d'origine des articles de press per-
'nettent de se reporter an texte complete des dits articles.


I. -- AFRIQUE


Plans d'inves!issemenits, rdformes constilnu-
lionnelles, grands travaux, accroissement de la
representation autochtone, entreprises d'Elat
agricoles on industrielles, self-government :
l'economique et le politique sonl auijourd'hii, en
Afrique, I'objel de bonleversements qui out pour
but d'assurer aux habitants dim Continent noir
line plis grande independence politique el tun
mienur tre maidriel.
II n'en resle pas moins que nombre de ceux-ci
se mefient de niouvements dirigis par des Euro-
peens : ils y voient les marques du colonialismec
et du capilalisme ; aussi preflrent-ils recourir
SF'action direcle : graves, imentes, dirigees par
des syndicals on des parties politiques afin de
conquerir lant sur le plan dcononlique que poli-
tique les advantages qn'ils souihaitent obtenir.
Nous allons passer en revue dans divers pays
des manifestations caractcristiques de cet cal
fransitoire qui doit mener d une < Afrique non-
velle >.

S6negal

Les Britanniques qui onl entrepris, des la fin'
de la deu.ixieme guerre mondiale, de gigantesques
travauz. en Afrique oriental afin de fire d(i
Tanganyika le plus gros producleur d'arachides
du monde el salisfaire ainsi d leurs besoins en
oldagineux, ont pu apprecier les advantages el les
inconvl'nients (du planisme et du capitalism
d'Etat. Les premiers resultats ayant &te d&ce-
vants, I'initiative d; Gonvernenent travaillisle a
tet criliquee, solvent avec sdveritd.
A n moment oh, an Senegal, la France tenani
complex des enseignements de l'expdrience
anglaise se lance avec prudence et sur une echelle
reduile dans une entreprise analogue il n'est pas
inutile de sirgnaler un article critique de M. MaIn-
rice MOYAL dans < La West African Review >.
< Dans tons l's territoires coloniaux I'adiniistra-
lion a ia fair face au double probleime consistent
a d6velopper les ressourccs du ten iloire et a clever
le standard de vie des indigenes. Au Senegal, l'ad-
ministration eslpirail, par Ia culture des arachides,
fair d'unen pierre deux coups. C'est pourquoi pres-
quc tout a tid subor:donn i ]a production de cette
denree.


La Iclon de la Martinique, autre territoire fran-
Cais qui se remet p6niblement de sa specialisation
exclusive dans 1'industrie de la canne A sucrc, a etc
perdue pour les planificateurs. Les hauts el les has
qu'a connus le SenLgal lui-inime avant la guerre
selon les va;liations du prix des arachidei sur ies
marches ilondiaux out dt6 egalement oubliei. On ne
pour-a jamuais asscz insisted sur le danger de la
monocullure dans tout territoire colonial. Ces terri-
toires ne disposent pas de grades ressources locales
en capitaux utilisables coinme reserve ct l'impact
d'une crise agricole est bien plus vivement ressenti
par I'econoiie africaine que par des economies plus
ancienncs el plus stables.

Tous les coufs dans le meme panier-
Les planificateurs sont toujours hypnotisis par la
penuric de corps gras et d'huiles que l'Euro.e conti-
nentale, couple de ses sources habituelles d'appro-
visionnemnent, a connue tout le temps de la guerre.
C'est pourquoi ils ne pensent qu'A une chose, it met-
Ire presquc tons les cufs s6n6galais dans eI mime
panier. J'ai indique dans un precedent article que
des stocks d'arachides etaient en train de pourrir
dans les ports franiais. Au lieu de divernifier la
production agi iole du territoire, d'cncouragcr le dl-
veloppement (d'iindustries secondaires, de rreparer
un vast program de travaux publics pour mcttre
les producteurs du pays A I'abri de 1'effondrelnent
menacant, administration du S6n6gal continue ai se
depenser en faveur du slogan official : < Cultivcz
davantage d'arachides >. Le Gouvernement franvais
ne pent pas continue indefiniment a achcter des
stocks don't la metropole n'a pas le moindre besoin.
Lorsqu'il cessera ses achats, le Sdengal verra s'amor-
ccr la plus grande crises de son histoire. Mais peut-Ctrl
les planificateurs font-its des plans pour la t-oisie6m
guerre mondiale ? II fi.,t leur rappeler que Is Russi'
sovietique peut ddja disposer d'une flotte de 250
sous-Inarins i long rayon d'action, &quipes de Schno-
erkel qui rendraient eventuellenient les routes mari-
times assez inconfortables pour le cabotage a'li~. Se-
Ion toute prolabilit6 le S.ni'gial reviendrait alors
aux conditions qu'il connut centre 1940 et 1914, lors-
que son isolement du monde ext6ricur l'obligea a
adopter une autarcie force.
Si l'on considire qu'en plus de ces facteurs le ter-
ritoire dispose de faibles resources en inami:-d'ceu-
vre et d'unc reserve plus minime encore dc fonds
publics A investor dans des projects industries via-
bles, on pourra se rendre compete que le Sen&gal a
fait peu de progr6s depuis pros de dix ans,
L'annLe 1949 s'ouvrit sur 1'espoir d'un rapid re-






tour A dos conditions quasi-normales. Aux yeux des
industrials locaux et m6tropolitains, qui absorbaient
la meill:ure parties de la recolte d'arachides du ter-
ritoire, i ela signifiait un heureux retour aux << bons
vieux > jours d'avant-guerre, 6poque of existait un
march '6gulier, prot6g6 par des accords A l'Achelle
industriille garantissant une r6partition des ordres
(avec bin6fices substantiels) centre tous les produc-
teurs. Mais les m6nageres frangaises refus6rent de
payer A un prix plus 61ev6 les huiles fluides d'ara-
chides et la margarine. Elles boycott&rent virtuelle-
ment ce-. products en faveur de denr6es plus 6cono-
miques provcnant d'autres sources. En consequence,
la consummation m6tropolitaine de ces products
tomba A un quart de ce qu'elle 6tait l'ann6e derniere.
La liberalisation du commerce inter-europ6en et
I'abaissernent des barriires douaniires qui sont n6-
cessaire:, si l'on veut que 1'Europe comble le foss6
du doilr apres 1952, date A laquelle prendront fin
les avar tages du plan Marshall, exposeront fatalc-
ment de tells industries restrictives au vent violent
d'unc saine concurrence. Mais au Sen6gal, le slogan
official cst toujours : < Cultivez davantage d'ara-
chides '.
It ne ;uffit pas que 14 des 16 grandes routes ac-
tuelles de premi6ic categorie aient 6t6 construites
pour ac .616rer l'6vacuation du traffic de l'arachide
vers Dal:ar; des routes supplementaires doivent 6tre
construiles aux terms du plan d6cennal de d6velop-
pement. Les seules grandes routes qui ne rentrent
pas dans, cette cat6goric sont la route Cayor-Pout, qui
relief Ie 'ort de piche de Cayor A la zone du grand
Dakar, e. la grande route Kidira-Matam-Podor-Rosso-
Saint-Lo:uis, qui drain les products de la Mauritanic
(princip.dement de la gomme) et ccux de la valley
du Sene:,al, en majeurc partic le-riz cultiv6 dans la
zone de Richard-Toll. La seule route non destined A
I'arachide appelc ah tre construite aux terms du
plan est la grande route Kaolack-Ziguinchor travcr-
sant la (Gambie Britannique. La construction de cctte
route f1u: recommand6e lors de la conference franco-
britannique des communications qui cut lieu A Dakar
en 1947.
Les efforts destin6s A cncombrer le march fran-
Cais de stocks invendables sont poursuivis sans trive.
Aux .terries du plan quinquennal d'6quipement Mon-
net, et avec la collaboration du Ministere de la
France d'Outre-Mer, la Compagnie G6nfrale des Hui-
ces et raisess Tropicales fut cr66e en juin 1948.
Cette Compagnie se vit accorder par le Conscil G6-
neral du Sene6al une concession de 500.000 acres
dans ]e district de Sedhiou. En d6cembre 1948, une
superficie de 125.000 acres fut prospcct6c. Grace au
credit e dollars accord par le Ministere des Fi-
nances, !a Compagnic fut en measure d'acheter il y a
deux an.; aux Etats-Unis des tracteurs lourds Letour-
neau et International-Harvester. Aux terms du Plan
Marshal elle obtint ult6rieurement 45 tradteurs ct
bull-dozers suppl6mentaires. II a Wte cultiv6 15.000
acres ]'aanee derni6re et avant 1955 les 500.000 acres
de la concession seront entiirement en culture.

Productivity
I1 est equitable de dire que cette entreprise es-
compte que les progres de la culture mecanisee,
joints a l'emploi dc meilleures semenccs ct A une uli-


lisation plus lib6rale des engrais, contribueront beau-
coup A augmenter la productivity du sol et A lever
le rendement par tote. On espere 6galement qui'ls ai-
deront A mettre fin au courant de travailleurs sai-
sonniers amends A grands frais 'des territoires voi-
sins, du Soudan ct de la Guin6e (les resources loca-
les en main-d'oeuvre sent loin d'etre suffisantes pour
la cueillette du produit au moment de la r6colte).
Ainsi done, cette entieprise espere fermement r6-
duire le prix de cette denr6e de maniere A I'aligner
sur le prix pratiqu6 stir les marches mondiaux.
Malgre tous mes efforts je ne peux pas voir de
justification aux efforts de administration en vue
de persuader aux paysans de cultiver davantage
d'arachides.'En dtpit des instruments aratoires dis-
tribu6s aux cooperatives locales et aux cultivateurs,
en d6pit de l'cntrainement A des m6thodes culturales
am6lior6cs et de la distribution de semences s6lec-
tionnaires, il est extrnmement douteux que des-prix
6conomiques puissent ctre garantis, minme pendant
deux ans a computer de maintenant.

L'immunit6 des paysans

Heurcusement, le retard mnme des paysans du Se-
negal les met relativement A l'abri des b6vues de
administration. Comme je l'ai indiqu6 dans un r6-
cent article, ceux-ci s'adonnent A la polyculture et
leur rendement moyen en arachides (50 kg. par an)
ne joue pas un r6le tres important dans leur vie
6conomique.
Les Sneigalais disposent d'une assurance som-
maire mais efficace contre les ann6es maigres. Apres
une r6colte rmniun6ratrice, ils se hitent d'acheter du
b6tail suppl6nientaire. Cela aide A absorber l'argent
en excedent en p6riodes d'inflation et A amortir les
effects des variations dans les prix des products agri-
coles. En outre, I'61evage suppose I'exploitation des
sols pauvres des regions de savane ne convenant
pas A la colonisation agricole. Le commerce du b6-
tail est 6galencnt un lebment capital dans l'6conomie
indigine, busce sur l'echange p6riodique de products
agricoles ct animaux centre les villageois s6dentaires
et les C6cvcurs nomades. Pour l'observateur d6sinte-
ress6, il cst asscz amusant ,de voir les efforts des
planificateurs sc disperser vainement sur les < pla-
nifi6s >... Le traffic du a 1'ilcvage a repr6sent6 1 mil-
lion 1/2 dc francs C.F.A.

Plan ddoennal

Cet aspect n'a pas 6tW n6glig6 dans le Plan d6-
cennal qui a prevu des fonds destines A :
la protection de l'6tat sanitaire du b6tail di
S6n6gal;
I'amelioration de cc b6tail au moyen de la s6-
lection ;
l'amelioration de la quality des pfturages A
]'aide d'cngrais et de centaines de puits profonds
for6s dans les zones d'l6evagc.
Mais ces measures sont tout A fait insuffisantes pour
parer a Ia crise menagante. Des 6coles ct des im-
meublcs d'habitation A bon march ont Wte construits
dans ccrtaines villes, cette d6pense s'l6evant A un







milliard de francs C.F.A. Selon l'auteur de ccs ii-
gnes, un tel programme aurait d& 6tre ajourn6 : un
gouvernement ne dolt pas construire dans les an-
nees d'abondance, mais dans les mauvaises annes...
Le Senegal doit etre divis6 grosso modo en deux
zones :
a) L'ensemble de la valley du S6negal olf la cul-
ture de I'arachide n'a pas fait de progres appr6cia-
bles. Cette region done heureusement deux recoltes
annuelles de mil.
b) La partic miridionale du tcrritoire oii les con-
ditions conviennent id6alement A cette culture. Cette
region serait durement frappee par la debacle me-
naqante. Des dizaines de milliers d'ouvriers agrico-
les travaillant sur les grandes plantations curopeen
ncs seraient priv6s de travail.
Heureusemcnt le programme de I'arachide du S6-
negal n'est qu'au stade preliminaire. II est encore
temps de d6tourncr la plus grande parties des cre-
dits affects vers le financement d'autres program-
mes qui amortiraitnt les effects de la crise pr6vue et
cr6eraient de nouvelles sources d'emploi. Un just
6quilibre doit itre 6tabli entire le planisme rigide et
la concurrence lib6rale.
Les projects suivants pourraient servir aux deux
fins :
1 Un systrme d'irrigation de la vall6e du Senegal
calqu6 sur le module de la < Tennessee Valley Autho-
rity et destine a d6velopper les resources de la
vall6e du S6negal dans un programme massif de
force motrice et d'irrigation. Une mission de geolo-
gues, d'ing6nieurs, de spkcialistes de l'irrigation et
de l'agriculture a ktudi6 la valle du Senegal. Son
opinion est quc cc fleuve important mais erratiquc,
don't les eaux se d6versent dans l'Oc6an A la cadence
de 20 milliards de mitres cubes par an, pourrait
etre amenag6 en un grand nombre d'entreprises sai-
nes et rentables.
2. Tandis que ]cs producteurs locaux insuffisants
de par la quality et l'efficacit6 devraient etre elimi-
nds, quelqucs huileries suppl6mentaires devraient
etre construites sur place pour trailer le produit A
meilleur compete qu' la m6tropole.
3 Des industries secondaires doivent etre instau-
rkes imm6diatcment. Parmi celles-ci, Ics plus pro-
metteuses semblent 8tre cells ayant pour base la
transformation de la production animal provcnant
de l'important cheptel local, tclles que les tanneries
et autrcs industries du mime ordre, ainsi qu'une in-
dustrie de conserves. Les eaux du Senegal regorgent
de poissons qui font vivre convenablement 20.000
pecheurs locaux. Elles fournissent au march local
150 tonnes de poisson par jour tout le long de I'an-
nee. I1 semble incroyable quc le S6negal, avec ]a
Mauritanie, n'ait vendu l'ann6c dcrniere que 1.140
tonnes de poisson h la France. Les pirogues des pe-
cheurs doivent 6tre rcmplacdcs par des escadres mo-
dernes et efficaces de chaluticrs bien 6quip6s. De
cette maniire, les prises actucllcs pourraient ktre d..
cuplees.
Comme nous disons en francais < gouverncr, c'est
pr6voir >.
(( The West African Review e,
Londres, juillet 1950, No 5.775).


Gold Coast

Les colonies brilanniques out connu plus t6t
que les colonies francaises une vie politique.
Syndicals, parties, journaiux y out faconne plus
t6t des chefs politiques et une opinion publique;
ils onl permits des movements revendicatifs et
ont exerce sur les aulorilds administratives une
pression plus grande. 11 n'est done pas ctcnnant
que l'volution conslitutionnelle soit plus avan-
cde dans les territoires d'obddience anglo-saxon-
ne et que la Gold Coast et la Nigeria s'apprdtent
d jouir dtu self government.
En ce qui concern la'Gold Coast, voici le
tableau politique qu'en dresse le Manchester
Guardian.

Les 6e6ments de gauche gagnent du terrain

< Accra, juillet. Le gouverneur de la Gold Coast
est actuellement en cong6 en Angletcrre. Lorsqu'il re-
joindia son poste avant la fin du mois, on pense qu'il
emportcra avee lui le texte de la nouvelle Consti-
tution. Cc texte cr6c un Cabinet avec des ministries
Africains. Nombreux sont ici ceux qui cruignent
que cc Cabinet, le premier Cabinet de l'Afrique co-
loniale soit compose d'hommes qui sont ou ont 6et
recemmcnt en prison, Ics leaders du parti de la Cor.
vention du Peuple.
Depuis 1'6chec de la champagne < d'action posi-
tive > de janvier, par laquelle il a chcrche a obtenir
< le government autochtone immediat >> par des gre-
ves, des boycottages et la d6sobdissance civil, le
C.P.P. a regagn6 rapidement le terrain perdu. 11 scm-
ble que l'emprisonnemcnt de ses chefs ait attire vers
eux I'estime des masses. C'est devenu une habitude
de leur faire un accueil chaleureux A Icur sortie de
prison. Des douzaines de voitures lou6es par le parli
sont rangCes A l'cxt6ricur de la prison et l'cx-prison-
nier est reconduit chez lui accompagne d'une proces-
sion de centaines de membres du parti qui chantcnl
tandis qu'il se pavane dans un vehicle d6couvert.

Succ6s diectoraux

Le C.P.P. a cu r6ccmment I'occasion de niontrer
qu'il disposait d'une force 6lectorale aussi bicn
qu'emotionnelle.
La premiere election a laquelle le parti prit part
depuis sa formation en juin 1949, fut celle du Con-
sell de la ville d'Accra, le 1" avril 1950. Cette elec-
lion a lieu une fois tous les trois ans ct porte sur
un consciller pour chacun des sept arrondissements
de la ville. Le parti de la Conventiqn du Peuple a
prescnte un candidate dans six arrondissements. Ils
ont tous 6t6 Olus. Le septibme candidate, elu dans
arrondissement << E >, fut lu sans opposition ;
c'etait un musulman ind6pendant. Le C.P.P. ni pie-
senta pas de candidate concurrent dans cet arron-
dissement parcel qu'il desirait obtenir le souticn des
musulmans dans Ics autres arrondisseinents ou il a
obtcnu la victoire.
Pour ces elections, il y avait 30.000 inscrits don't
seulement 5.000 et quclquc vinrent aux urnes; parmi
ceux-ci 60 % donnirent leurs voix au C.P.P.







On a 1 rctendu que le nombre des votants effectifs
etait troi) faible pour indiqucr le resultat qui sc se-
rait pro(duit si les 30.000 votants ou la plupart d'en-
tre eux ivaicnt vote. On pcut cependant douter que
cela cut change le resultat. Le C.P.P. est mieux or-
ganise q ic tout autre parti dans le pays. 11 dispose
de ramifications h travers tout cl pays; aucun autre
patti n'i n a autant a sa disposition. L'organisme
chargLe e l'organisation de sa champagne electoral
est de h in superieur a tout ce qu'on a vu jusqu'ici.
Le C.P.1'. ne laisse pas l'organisation de la campa-
gne elec oralc quel que soil le territoire ou la ville
interesscs, aux elements officials locaux ldu parti.
Sa politique a-consist hi choisir les mcillcurs orga-
nisatCur ; dui palti d'ofi qu'ils viennent et a les ame-
ner pou' aider les officials locaux. Les autres parties
n'ontl I: s agi de mg me.
Deux mois plus tard, il y avait une autre election
A Cape :,oast, ville situee a 120 miles d'Accra, con-
nue pot r son opinion conservatrice. L'elcction de-
vait poitrvoir I la vacancy de deux sieges du Con-
seil de 1i ville de Cape Coast provoqube par la molt
d'un ho nme et la dnlmission d'un autre. Dans cette
election qui cit lieu ie 1'' juin, le C.P.P. employa
la mimeni tactique, envoyant son Etat-major d'orga-
nisaleuri; d'Accra a Cape Coast pour organiser l'elcc-
tion. Le r6sultat fut la victoire des deux candidates
du C.P.1'. 37 % des districts voterent.
Le 14 juin 1950 une autre election cut lieu i Cape
Coast d )nt le but etait de nommer un mcmbre du
Conseil \Iunicipal devant singer au Conseil L6gislatif
(de la (ild Coast on raison de la mort du precedent
titulaire Le C.P.P. employ la mrime tactique dans
un triple combat. Avec 1.246 votes, son candidate
pass a, cc une marge important.
En 1'; absence do toute opposition important, qui
ne parait pas devoir se crLer, le meme d(roulement
des opDrations parait susceptible de se r6peter lors
des prochaines elections generales prevues par la
nouvelle Constitution en avril 1951.

Le C.P.P. n'a pas de rivaux de taille

Le << United Gold Coast Convention > qui cst le
mouven ent national original A partir duquel se cons-
titua Ic C.P.P. parait avoir actuellement une faible
influence sur les masses, et ses chefs (a l'exception
du Dr ,1. B. Danquah) sont discredites. La 1ecente
constituLion d'un parti < National D6mocrate >> avec
le Dr F. B. Nanka Bruce a sa tote souleva quelquc
espoir. Le Dr Bruce qui est membre du Conseil Ex~--
cutif idr gouverneur a rtussi, dans cc but, i unir les
rests des deux anciens grands parts rivaux. Les
cspoirs qu'il avait suscitis ont maintenant ktc re-
duits pi esque it neant.
Le danger present& par la force croissante du
C.P.P. reside dans sa politique declaree d( non coo-
p6ratior avec les dl6ments officials blanks, particu-
liiremc:it sur le plan de la haute administration.
Le C.P.P. a l'intention (de triompher aux prochai-
nes elections, non pas parce qu'il desire que la nou-
vclle C( institution soit essaybe en vue d'assurer son
success, mais parcel qu'il projette d'en provoquer
l'echec complete en faisant toute l'obstruction possi-
ble aux volontes gouvernementales.
Cc p:itti semble negliger les graves consequences


qui pourraient so produire au cas oiu le gouverneur
se trouverait en presence d'un Cabinet d'cx-forgats
refusant de cooprerr avec les elements blanks et qui
aurait cn face de lui un bloc important de iepr6-
sentants de 1'Assemble d(6cid6e mettre en minority
touts ses decisions.
Peut-rtre le Dr Danquah a-t-il mis Ic doigt 'sur
1'nlement crucial dc l'affaire quand il a (lit : << Nous
aurons bientot a choisir entire I'imperialismn blanc
et une dictature noire >>.
(i( The Manchester Guardian ),
Manchester, 19 juillet 1950, No 3.768).

Congo

La Belgique ne resle pas en retard dans le
movement ; elle a Htabli pour son Congo un
plan d'investissement que M. Eric Cypre ddcrit
dans le New York Herald Tribune.
< Bluxelles, 9 juillet. La Belgique va promou-
voir h brive chancee le programme le plus ambi-
ticux qui ait jamais 6t& entrepris en Afrique il
s'agit d'un programme d'investissemcnt de dix ans,
portant sur un milliard de dollars qui doit develop-
per ses consequences sur tous les 1eements de la vie
economique du Congo Belge.
Des projects detailles, rLdig6s par le Gouvernement
en raison de certaines approbations parlementaires
nicessaires placent la moiti6 de la charge t'otale de
50 milliards de francs belges i la charge du secteur
priv6, dont les investissemennts seront encourages par
la creation de bases 6conomiques saints due aux
efforts de l'Etat. Le project commencern d''tre appli-
quet avec l'autorisation par le Parlement d'un enm-
piunt gouvernciiental de 20 milliards de francs re-
parti sur la period de dix ans.
Jusqu'a present, la preparation d6taill6e du pro-
gramme n'a 6ti faite que pour les secteurs d'acti-
vite don't le goiuverneen t du Congo a la charge.
Cette parties du Itravail exigera I'invcstissement de
25.228.000.000 de francs de la facon suivante :
D6veloppement du syst'me des transports, 12
milliards 712.000.000 de francs.
Amelioration des conditions de vie locales et
du system d'education 7.354.000.000 de francs ;
D6vcloppement agricole comprenant la recher-
che scientifique et un programme de conservation
(lu sol, 3.348.000.000 de francs ;
Dvecloppement de la puissance Clectrique,
1.909.000.000 de francs;
D6vcloppement d(es services publics, 1 milliard
865.000.000 de francs.

Aspects sociaux

Les aspects sociaux du programme sont A la fois
important et reconfortants. Alfred Clacys-Bouaert,
Chef de Cabinet tdu Ministre des Colonies, a soulign6
dans une entrevue relative au plan decennal que Ic
Gouvernement belge applique une politique destinLe
a carter une socilt6 stable, mCh1e, en dehors de toute
discrimination racial.
Cctte politique, a-l-il dit, encourage la migration
vcrs le Congo d'el6nicnts blanks qui d6sircnt s'eta-
blir sur le tcrritoire et qui sont capable de s'int6-
grer i une soci6t mtlangee. En meme temps, le








Gouvernement d6courage tout cc qui pourrait con-
tribuer A l'6rection d'une barricre de couleur.
Le programme doit se developer dans un pays
cxcessivement riche, le Congo couvre quelque 920.000
< miles carr6s >> d'Afrique Equatoriale. I1 comprend
des zones importantes de brousse tropical, une zone
agricole et une zone c6ti&re. Sa principal richesse
jusqu'A present a 6te constitute par les resources
souterraines tells que le cuivre, l'6tain, les dia-
mants industries, le zinc, sans oublier l'uraniunm.
La population comprend 11 millions d'autochtoncs
et 43.400 europeens.
Au course des 10 ann6es A venir, le gouvernement
espbre cr6er au Congo un march int6rieur qui ser-
vira de base au d6veloppement d'une s6rie d'indus-
tries locales. Mais ce r6sultat ultime depend A lon-
gue 6ch6ance de vastes projects d'investissements tant
6tatiques que priv6s don't le but sera d'elever les
standards de vie dans le cadre d'une economic plus
moderne. Les 616ments essentiels paraissent les sui-
vants :
Pour le bien-6tre des autochtones, le plan pr6voit
des investissements de 1.900.000.000 de francs (38
millions de $) en ce qui concern le logement,
1.980.000.000 de francs (39.600.000 $) pour les ins-
tallations sanitaires, et
1.838.000.000 de francs (38.700.000 $) pour la mul-
tiplication des ecoles.
Le programme agricole pr6voit 625.000.000 de fr.
(12.500.000 $) pour l'6tablissement de 385.000 fa-
milies indigenes sur 3 millions d'hcctarcs dc bonnes
terres fermiercs allou6s par I'Etat. D'autres parties
de cc programme comprennent la creation de fermes
modernes pour promouvoir des m6thodes modernes
d'cxploitation et la furniture par le gouvernement
d'outils et d'6quipements simples.
De plus, les planificateurs esp6rent doubler le
cheptel en 10 ans, I'un de leurs buts 6tant I'amelio-
ration de la ration alimentaire en viande et lait des
indigenes et la constitution d'une industries laitiere
important. Actucllement il y a au Congo 570.000
tites de b6tail don't 350.000 appartiennent aux indi-
genes et 220.000 aux europ6ens.
L'industric minibre est la plus important de la
colonie et 140.000 travailleurs indigenes et 2.400
sp6cialistes europ6ens sont employs l1'exploitation
des large resources en minerals strat6giques. Bien
que le sous-sol appartienne legalement a l'Etat, 'in-
dtistrie a travaill6 sur des concessions faites A des
soci6t6s priv6es, le Gouvernement partageant la di-
rection et les b6enfices. Le plan de 10 ans n'envi-
sage aucun changement A cette organisation et les
planificateurs gouvernementaufx n'ont pas precise
comment les investissements doivent 6tre faits. Cette
parti du plan sera ex6cut6e par les int6r&ts priv6s,
mais les estimations d'investissements particuliers
qui doivent rtre faits indiquent des accroissements
de production de 15 % pour le cuivre, 30 % pour
1'6tain, 50 % pour les diamants industries et 100 %
pour le zinc.

iD6veloppement die la production dnergdtique
Le d6veloppement industrial general sera 6gale-
ment laiss6 aux mains des particuliers, mais l'Etat
se joindra A l'initiative privie pour dcvelopper le
potential 6nerg6tique. Le carbon congolais est rare


et pauvrc, ct jusqu'A present, le bois a t:L utilise
come principal source de combustible pjur ia
production de I'6nergie. C'est l une base faiLie pour
un developpcment industrial et le plan insisted lour-
dement sur le d6veloppement de l'hydroelcctricit6.
II1 existed actuellencent au Congo 17 centrales hydro-
6lectriques priv6es qui produisent environ ;)ar an
550 millions de kwh, cc qui constitute une energic
suffisante pour satisfaire la moitie de la con'omma-
tion en puissance du territoire. Les m6mes int6rits
prives projettent de construire 4 nouveaux linments
de puissance c0: d'accroitre ccux qui existent :u prix
d'investissements se montant A 1.900.000.000 de fr.
(38 millions de dollars). Cc scra la un nouveau mil-
liard de kWh. A ajouter au total produit par les so-
ci6tes priv6cs. Le programme de construction de
routes don't la rcsponsabilit6 income A l'Etat doit
crer 5 grande routes axiales traversant le Congo
de l'Est h I'Ouest et du Nord au Sud et des routes
d'alimentation joignant les centres de production
important aux lignes d'eau ct de chemins *e fer.
La longucur total des nouvelles routes est d'cnviron
7.500 miles et le plan pr6voit 6.100.000.000 de francs
(122 millions de $) pour la construction et 432 mil-
lions dc francs (8.342.000 de $) pour I'6quipcment.
Le project cmploiera environ 42.000 travailleurs in-
digenes. En meme temps que lc systeme roulier on
pr6voit le d6veloppement des possibilities ferroviai-
ies ct des voics d'eau. Le Congo possede quelque
3.000 miles de routes, de chemins de fer, qtii sont
plan de 10 ans pr6voit la liaison des lignes existan-
entre les mains de plusieurs companies prices. Lc
les par de nouvelles lines d'une longucur de 260
miles pour un colt d'investissemcnt de 1 milliard de
francs et I'on pense quc cette realisation utilisera
quclque 5.000 travaillcurs indigines pendant 3 ans.

Lignes de chemin de for

Ni lc gouvernement ni les cerclcs d'affaircs colo-
niaux ne pcnsent qu'il puisse y avoir de difficulties
pour financier le vaste programme dkcennal. L'6par-
gne est forte en Belgique et la population parait d6-
sireuse d'invcstir son argent au Congo.
Les socidt6s qui travaillcnt sur le territoire ont
accumule des h6n6fices important depuis plusieurs
annees et ont A leur disposition l'argent neccssaire
pour finance les portions du plan qui leur incom-
bent. Compl6mentairement, il est probable que des
capitaux suisses et amiricains pourront etre appe-
16s a jouer un r6le. Un premier emprunt de 60 mil-
lions de francs belges a W6t plac6 facilement en
Suisse il y a peu de temps.
On doit s'attcndre sur ce point A des critiques.
Des homnmes d'affaires autoris6s sont plutlt scep-
tiques ici, sur Ia possibility du Gouvernement (d me-
ner A bicn son piogramme de 10 ans. Ils rappellent
les difficultCs rencontrCes par les Anglais dans la
r6alisation de leur programme d'arachides africain,
et ils font rcmarquer la difficult de trouver des
technicians cntraincs pour survcillcr de nombreuses
categories dc travaux.
On critique 6galcment une pr6tcndue tendance de
I'administration congolaise A insisted davantage sur
les programmes a longue 6ch6ance plut6t que sur les
problems courants urgents. L'excmple typique A ce






point de vue est le programme de construction de
routes que certain hommes d'affaires estiment trop
ambitieux. Cependant ces mrmes critiques recon-
naissent que le project routier donnera un elan consi-
derable au d6veloppement du Congo.
Les homrmes d'affaires donnent leur plein accord
au project don't le but est d'am&liorer le logement,
l'organisat.on sanitaire et &ducatrice des indigenes,
mais ils posent la question de savoir si les plans suf-
firont a piovoquer une difference substanticlle dans
le niveau de vie des indigenes. Quoi qu'il en soit on
reconnait d'une fagon g6nerale la theorie suivant la-
quelle des possibilities d'instruction amblioree doi-
vent conslituer une parties essentielle de tout pro-
gramme di progres 6conomique >>.
( The New York Herald Tribune ),
Paris, 10 jullet 1950, No 5.754).

Union Sud-Africaine

Mais ce movement vers l'avant n'est pas
toujours apprdcie de tous. Le gouvernement du
Dr. Malan, lai, cherche an contraire d reduire le
r6le des hommes de couleur dans la commu-
nautd sud-africaine. Aussi, se trouve-t-il l'objet
de sedvre' critiques de la part du plus grand
nombre. C'est ainsi que dans la West African
Review, M1. Amano Boateng, ecrit sous le titre
< L'Aparlheid et lavenir de l'Afrique > :
< On e:t de plus en plus convaincu en Afriquc
Occidental, ainsi qu'en Europe et dans l'Inde, que
la politique racial actuelle de l'Afrique du Sud cons-
titue une laenace serieuse pour 1'ensemble du conti-
nent afric'ain. En effet, la politique d' < apartheid >>
du Dr Malan, base sur une doctrine de superiority
racial, est tout aussi dangereuse que la doctrine
hitlbriennc de 1' < herrenvolk > qui fut en grande
parties resiionsable de la derniire guerre.

Une conception erron'e

Bien des gens ont tendance a ne pas saisir ce
qu'implique r6ellement 1' < apartheid >; ils pensent
que son unique r6sultat est de s6parer les commu-
naut6s blanches des communaut6s de couleur afin
de faire cn sorte que chacune se d6veloppe selon
les princi]es qui lui conviennent le mieux. Voir le
probleme ainsi est une fatale erreur. Ce que le Dr
Malan et ses adeptes ont en vuc, ce n'est pas la cr6a-
tion d'Etats ind6pendants don't chacun serait souve-
rain dans les limites de son propre territoire, ce
n'est pas la creation d'Etats fed6raux responsables
conjointement des affaires de l'ensemble de 1'Union,
mais plutit la creation de reserves pour non-blancs
appel6s A ,tre contr8blcs par la fraction europ6enne
de la communaut6. Naturellement une ce'rtaine me-
sure de liberty existera dans ces reserves mais comme
les habitants de couleur se sont unanimement mon-
tr6s hostile's A l'apartheid, on a toutes raisins de sup-
poser que ce qui se passera dans ces reserves sera
6troitement surveille et dirig6 par I'Afrique du Sud
blanche.
Politiquement, I'apartheid semble assurer aux EI-
rop6ens de l'Union quelque chose qu'ils n'ont ja-
mais eu auparavant. Les interkts des blancs et ceux


des gens de couleur n'ont jamais Wte identiques en
Afrique du Sud; au contraire chacune des deux com-
munautes a toujours &prouv6 de la mefiance a
I'6gard des mobiles de l'autrc. C'est pourquoi, bien
que possedant um territoire commun, les deux com-
munaut6s n'ont jamais form une veritable nation.
Avec la creation d'une Afrique du Sud blanche dans
le sens territorial les Europbens de l'Union peuvent
cscompter la naissance d'une nation. Pour les non-
Europ&ens toutefois l'apartheid n'offre aucune pers-
pective de cet ordre, car la nouvelle separation terri-
toriale que leur octroicra le nouveau systeme ne
pera pas accompagnee de cctte ind6pendance politi-
que sans laquelle un veritable statut de nation est
impossible.
Aspect 6coomique

II ne faut pas non plus perdre de vue les aspects
d6mographiques et economiques de l'apartheid. Dans
l'Union aujourd'hui le rapport des blanks par rap-
port aux non-blancs est, d'environ 2 A 9 et cepen-
dant 10 o seulement de la surface total sont r6ser-
ves aux indigenes, la surface occupee par les Indiens
6tant n6gligeable. Etant donn6 la vaste Mtendue des
terrains inutilisables pour l'agriculture, ces chiffres
ne donnent pas un tableau exact mais ils presentent
un interet certain car on n'ignore pas que les eten-
dues actuellement r6serv6es aux Bantous sont sur-
peupl6cs alors que sur les hauts plateaux il n'est pas
rare de rencontier des fermes curop6ennes de 6.000
acres et davantage. II n'est pas laisse entendre que,
lorsque l'apartheid fonctionnera rtellement, le terri-
toire d6tenu par les Bantous sera substantiellement
6tendu; il en resultera que leur agriculture sera en-
trav6e par une density d6mographique excessive, par
la surpopulation et par 1'6rosion, probltmes qui se
posent dis maintenant d'une maniere tres serieuse
dans un grand nombre de leurs territoires.
Si, 1'on considere les resources miniercs, la dispa-
rite au point de vue productivity entire les terres de-
tenues par les blancs et cells qu'occupent les gens
de couleur est encore plus considerable. Les mine-
rais, particulircenent l'or et les diamants, forment
le pivot de 1'economic de l'Union. Or, on les trouve
presque exclusivement dans les regions blanches du
pays. Dans une Afrique du Sud divisoe les non-blancs
n'auraient aucun droit legal A ces richesses vitales
et, du fait des handicaps subis par leur agriculture,
ils seraient beaucoup plus pauvres que leurs voisins
europecns. On peut certainement arguer que, si les
non-blancs devaient ne computer que sur leurs terres,
un grand nombre d'entre eux ne pourrait pas sur-
vivre.
Si la prosp6rit6 de 1'Union repose sur ses ressour-
ces minerales, il est egalement just de dire que toute
son economic est fondle sur la main-d'oeuvre bon
march fournie par les Bantous et par le reste de la
population de couleur. Sans cette main-d'oeuvre, les
mines et l'agriculture ne poutraient pas fonctionner
convenablement on alors, si elles fonctionnaient avec
de ]a main-d'oeuvre blanche, clls constitueraient des
cntreprises si coflteses que la prosp6riti actuelle de
I'Union prendrait Tin radicalement. La plupart des
iconomistes sud-africains n'ignorent pas ce fait et
c'est pourquoi ils reconnaissent qu'une politique de
suppression racial, sans qu'il soit question d'apar-









theid, est fatalement appelce A mener l'Union a un
desastre 6conomique. Tout Ic monde sotffrirait, mais
peut-itre les blancs plus que tous les autres.

Le point faible
A moins que le Dr Malan et ses partisans ne desi-
rent voir leur pays commettre un suicide economi-
que, il est peu probable que l'apartheid implique
1'elimination total de la main-d'oeuvre noire et
brune des industries blanches. C'est lI que git I'un
des principaux points faibles de la politique de se-
gregation racial du Dr Malan; dconomiquement, les
blanks et les noirs sont etroitement lids en Afrique
du Sud.
L'une des principles raisons mises en avant par
les partisans de i'apartheid est qu'il constitute le
inoyen le plus sOr d'empicher la fusion physique en-
tre les deux principals communautds. Sans cela, sc-
ion leur propre expression, la population dcvicndrait
avec le temps < cafd au lait >. Etant donn6 le fait
qu'une segregation complete sciait 6conomiquement
nuisible on peut prdvoir dans les zones blanches un
tas de rdglements destinds a prevenir toute sorte de
fusion social. Cette fagon de proc6der est appelec
Irbs rapidcment A presenter certain des traits les
plus ridicules de cette conception car, etant donn6
cc que nous savons de la nature de i'espace tcrrestre,
it est extrmnenment difficile de s6parer comptletemcnt
les individus. Actucllement dans l'Union les Euro-
pens voyagcnt dans les memes trains que les indi-
gnnes mais dans des compartiments spdciaux et ils
ont des sallcs d'attcnte s6parecs. Mais est-ce IA recl-
lement une separation ? Pourquoi ne pas avoir dces
trains separ6s, des routes separdcs, des Etats separes,
des continents s6parns et des mondes s6pards pour
les blancs ct les noirs ? La doctrine de la supdriorite
racial est pcut-Etre erronec, mais 1'apartheid est a la
fois pernicicux et ridicule. Tout cc que l'on peut cn
attended en Afrique du Sud, c'cst qu'il indispose la
population de coulcur (ct une partic de la population
blanche) par des riglements restrictifs aussi en-
nuycux quc mcsquins.
Des consequences tragiques en decouleront fata-
lement. Mais, du fait de ce qu'il implique, i'apar-
theid est appeld A affected egalement le reste du con-
tinent africain.
L'Afriquc est divisd en deux parties diffdrentes par
le desert du Sahara. En d6pit de fortes attaches avec
le Soudan et la Guinoe les perspectives de 1'Afrique
du Nord franv.aise et de ce qui dtait l'Afriquc tdu
Nord italicnne sont orientdes vcrs 1'Europe, tandis
que 1'Egypte, qui est un Etat souverain, appartient
proprement au Moyen-Orient et a des liens etroits
avec les pays islamiques situ6s de i'autre c8te de la
Mer Rouge. L'Ethiopic, dgalement, et le reste de cette
problematique < Corne d'Afrique > sont plutSt orien-
lees vers le Nord que vers Ic Sud. Au Sud du desert
du Sahara et de 1'Ethiopie est situte l'Afrique de
I'homme noir; c'est a cette partie-lA qu'appartient
proprement 1'Afrique du Sud.
Dans touted cette vaste i6gion, I'Union, la Rhodisic
m6ridionale et Ic Liberia sont les souls pays souve-
rains ou virtuellement souverains. Les autres sont
des territoires d6pendants gouvernns par des puis-
sances europ&ennes. Dans l'Est ct dans certaines par-
ties de l'Afrique central se trouvent des colons eu-


ropcens, mais ils constituent partout une nette mino-
riit6 A cotd des populations africaines. De tous les
territoires africains situds au Sud du Sahara, c'est
l'Afrique du Sud qui a la population curop6enne la
plus important, aussi bien numiriquement que par
rapport a la population non-europdenne. II faut ajou-
ter A cela que l'Union est 6galement Ic plus puissant
Etat souverain de cette vaste region.
Les homes d'Etat de 1'Union sont tous egalement
conscients de ce fait. Depuis de nombreuses annees
ils considdrent leur pays come le leader lCgitime
de cette parties du continent. Le Gdenral Smuts et
les autres porte-parole sud-africains souticnnent de-
puis longtemps qu'en cette ere d'aviation la fron-
tiere de l'Union n'est pas le Limpopo, mais le Congo
ou l'Equateur. La conscience qu'a I'Afrique du Sud
du r1le special qui lui revient est refl6tee par ic
grand nonbre de Conferences africaines qu'elle a
organisdes au course des dernibres anndes.
Quel est exactement le genre de direction qu'ont
a l'esprit les homes d'Etat de l'Union. Jusqu'a pr,-
sent, A toutes ces conferences africaines ils ont ou
affaire avec les representants europdens des divers
territoires coloniaux. Mais les choses changent rapi-
dement. En Afrique Occidentale particulirement, le
temps n'est pas eloign& oi la tache d'assisler A des
conferences de cette nature incombera aux homines
d'Etat africains, aux instituteurs africains et aux
specialists africains des diverse branches. Les Sud-
Africains seront-ils disposes A conforer avec ces
homes sur un pied d'6galilt autour des miimes ta-
bles ? Comment pourraient-ils le fair s'ils persis-
lent dans leur actuelle doctrine de 1' < herrenvolk >.

Le nceud du probl6me

C'est ici que reside tout le nceud di problcme. Que
Scela lui plaise'ou non, l'Afrique du Sud devra tres
prochainement tenir compete du fait qu'elle parlage
la partic de l'Afrique situie au Sud du Sahara 'ave
des peuples qui, en d6pit de la peau noire de leurs
reprksentants, estiment avoir autant de iroit quc
l'Union A exister en tant qu'Etats ind6peniants. Un
pays ayant des idWes si dangereuses relativement ia
la race assistera-t-il tranquillement a l'apparition
d'Etats africains souverains, 6tant donned surtout ie
fait qu'il n'ignore pas que leurs sympathies seront
acquises aux noirs actuelleinent victims de 1'apar-
theid dans 1'Union ?
Si l'Afrique du Sud desire poursuivre c.ttte doc-
trine de sup6rioritd blanche il est alors conceivable
qu'elle fern tout son possible pour entraver les aspi-
rations politiques de tous les peuples africains. Et
la crainte de represailles serait son principal motif.
Ses homnies d'Etat affirment maintenant qut sa fron-
tidre seplentrionale est le Congo. Demain ce sera
peut-Stre le Niger. Quelle sort de voisin pourrait
itre un pays qui refuse de livrer un match A une
equipe antillaise ou de s miesurer avec les sportifs
maoris pour des raisons de couleur ?
Nous pouvons dtre surs par consequent que le role
directeur que l'Union mdtite en Afrique impliqea
i'hegirnonie sur les non-Europeens. C'est la un mau-
vais presage pour l'avenir. L'apartheid esi un feu
rouge don't aucun Africain ne peut se permettre
d'ignorer l'avertissement. II implique une dangereuse







politique expansioniste du fait de la doctrine sur la-
quelle il est fond6...
II y a moins de 50 ans, Cecil Rhodes a donned de
la d6mocratie en Afrique du Sud la definition sui-
vante : < des droits 6gaux pour tous les hommes ci-
vilis6s >. 11 pensait A un Etat unique englobant tous
les hommis, blancs, noirs et bruns. Aujourd'hui, sous
la direction du Dr Malan mais avec l'appui d'une
grande partie de opposition, l'Afrique du Sud est


en passe d'exister principalement pour les Euro-
peens. Sans ce < certificate racial >), aucun individu
entrant dans 1'Union ne peut esp6rer jouir des droits
ordinaires de la d6mocratie. Compare A la d6fini-
tion quelque peu 6troite de la d6mocratie donn6e par
Cecil Rhodes, cette politique constitute nettement un
pas en arribre. C'est 6galement un pas dangereux.
(e The West African Review P,
Londre, julllet 1950, N" 5.771).


II. -- ASIE


En Asl'e, oft l'dvolution est infiniment plus
avancde qu'en Afrique, un certain nombre de
nations ,-e sont dWjd affranchies de la tutelle
americaiae ou europeenne, tandis que d'autres
mdnent tlne lulle armie pour parvenir au inme
resultat.
Dans /'Asie non -communiste, I'Inde jouit de
par sa population considerable (330 millions
d'habitants), de par son potential industrial plus
important, de par sa civilisation ilus riche,
d'une position priviltgiee. Son chef, le Pandit
Nehru, t nd d apparaitre comme le leader de
cette par ie de l'Asie qui n'est plus colonial el
qui n'est pas (encore ?) communist.
II tieni d preserver cette position spdciale et
affirme ta neutralitM d l'dgard des blocs. C'est en
tant que chef spiritual de cette Troisidme Force
asiatique qu'il ne craint pas de critiquer le com-
portement et la politique des Occidentaux. Voici
ce qu'dcrit d ce sujet le New York Times :

Dans son remarquable discours de jeudi, devant le
Parlemen de New-Delhi, le Pandit Nehru s'est livrw
A quelque; charges s6rieuses centre I'Occident. Nous
savons qc'il les a faites de bonne foi et nous devons
admettre qu'il les a faites en toute amiti6. Etant
donn6 qu'il est I'homme le plus eminent en Asie, et
6tant donn6 que I'Inde est la plus important des
Nations ron communists de 1'Asie, il est essential
de comprendre le point de vue de Nehru, que nous
soyons d'accord ou non.
Sa critique essentielle est que les Puissances Occi-
dentales prennent r des decisions qui affectent de
grandes regions de l'Asie sans comprendre le besom
reel et l'itat d'esprit de leurs habitants. Nous con-
naissons beaucoup mieux, d'apres le Ministre, 1, s
problme:; europ6ens que les probl6mes asiatiques,
et nous s)mmes en train d'introduire uin nouveaui
type de colonialisme et un esprit de contr6le >.
Le premier point qui frappe un Occidental davs
cette declaration, est que le Pandit Nehru volt l'Asie
et les As atiques comme faisant parties d'un monde
different dle celui de I'Occident. Il divise le globe en
deux, sur une base racial plut6t que sur une base
geograph que. Le slogan des Japonais 6tait aussi :
. l'Asie aux Asiatiques >. Mais la question r6elle est
sfrement quelle sorte d'Asie le Pandit Nehru et les
Asiatique::. d6sirent ; ce n'est certainement pas
Sl'ordre nouveau > que le Japon cherchait A impo-
ser et ce n'est pas non plus l'Asie communist que
soutient Moscou.


Si Jawaharlal Nehru nous dit que nous ne compre-
nons pas les Asiatiques, nous devons respecter son
opinion. Pourtant, que nous comprenions l'Asie ou
non, nous comprenons maintenant le communism.
Nous ne d6sirons pas diviser le monde, racialement
ou autrement, en des Asiatiques et des non-Asiati-
ques. Ii est possible que nous ayions plus A fire en
Europe qu'en Asie, mais nous avons n6anmoins beau-
coup A faire en Asie.
L'accusation suivant laquelle les Puissances Occi-
dentales pratiquent une nouvelle forme de colonia-
lisme est une critique qui frappe just et subtile-
ment, mais elle n'est pas tout A fait honnete. II faut
bien reconnaltre que notre aide aux Francais et au
gouvernement soutenu par les Francais de Bao-Dai,
nous aliene la plupart des Asiatiques et Nehru
n'est pas le dernier. Notre d6saccord principal avec
Ic chef indien en ce qui concern 1'Indochine est
que nous estimons que la seule autre solution que
Bao-Dai est le communism ; bien que le Pandit
Nehru insisted sur le fait que s'ils 6taient laiss6s a
cux-inmmes, ce scraient les nationalists indochinois
el non les communists qui prendraient le pouvoir.
C'est un risque qu'A notre avis il ne faut pas courir.
Le nouveau colonialism et l'esprit de contrile
don't parole Nehru consistent sans doute dans l'utili-
sation des resources de l'Occident pour mettre au
pouvoir ou maintenir au pouvoir le genre de gou-
vernement que l'Occident desire voir au pouvoir. En
CorCe, le Pandit Nehru a estim6 qu'il n'y avait pas a
choisir entire le Sud et le Nord. En Chine, il s'est
fait le plus solide champion, A part la Russie, du
Gouvernement communist. Cette attitude de l'Tnde
vis-a-vis de la Chine est comprehensible, mais nous
affirmons qu'il ne faut pas melanger le probleme chi-
nois et le probl6me corien. En m6langeant les deux
causes, et en cherchant A utiliser la question chi-
noise comme un moyen d'apaiser les Russes, Nehru
a embarrass et affaibli l'Occident. Et voilA un cas
of I'esprit asiatique ne comprend pas l'esprit euro-
peen, car il aurait diA tre Avident A l'avance que les
Puissances Occidentales ne pourraient accepter Ici
propositions de Nehru.
Et pourtant, le Pandit Nehru a condamne I'agres-
sion cor6enne. Comme il I'a dit hier, lui et 1'Inde
n'ont jamais 6tl neutrcs. Ils se trouvent du c6te de-
mocratique, ce qui signifies que chaque fois qu'elle
a a fair un choix entire les communists et l'Occi-
dent, comme c'6tait le cas en Cor6e, 1'Inde se trou-
vera de notre c6tA. Tant que nous combattrons pour
la liberty et la democratic, aucun gouvernement di-
rig6 par Nehru ne s'opposera A nous.
Le problem de nos rapports avec autrui est un







probl6me de comprehension... ou d'incomprehension.
La franchise du discours du Premier Ministre de-
vrait ici 6tre bien accueillie et il serait bon que l'on
se souvienne un instant de ce qu'il a dit. De notre
c6t6 nous esp6rons que le Pandit Nehru fera un
effort analogue pour comprendre et appr6cier les
points de vue occidentaux.
(e The New York Times ), New-York. 5 aoOt 1950, No 5.799).

Menace sur le sol indien par la dure politique
de repression du Pandit Nehru, eclaire sur ses
possibilities de rdussite par les lemons et les succes
du Parti communist chinois, le Parti commu-
niste indien a decide, au course de son Congras
tenu en juillet, de modifier sa ligne d'action.
L'Economist comment ainsi l'edvnement :
En d6pit de la neutrality proclam6e en ce qui con-
cerne la politique ktrangere de l'Inde, Sardar Patel,
Vice-Premier Ministre et ministry de l'Int6rieur, a
d6clar6 au Parlement la semaine derniere que 1'Inde
ne ferait pas de qiartier aux communists sur Ie
front interieur. II a rappelt6 i la Chambre l'expos6 po-
litique fait par M. Nehru en f6vrier 1949 dans lequel
le Premier Ministre d6clarait sans detours que Ic
Gouvernement de l'Inde ne tolererait pas le sabotage
et la violence. < Je suis certain, poursuivit M. Patel,
qu'en d6pit des changements qui ont pu 6tre appor-
t6s dans la tactique du parti communist, aucun'-
modification n'est intevenue dans sa strategic fon-
damentale consistent A s'emparer du pouvoir, si
n6cessaire au moyen d'une r6volte violence >.. Dans
certaines provinces le Parti communist a d6ja dO
Mtre mis hors la loi et A Hyderabad des terrorists
communists ont assassin 2.500 personnel au course
des trente derniers mois, M. Patel terminal sa d6cl.i-
ration en disant que le Gouvernement indien n'hisi-
terait pas A r6pondre A la force par la force.
Au course du mois de juillet, M. Rajeshwar Rao
succ6da A M. Ranadive au poste de Secr6taire du
Parti dans l'Inde. Ce changement a signifi6 princi-
palement que I'ancienne politique consistent A ta-
bler principalement sur les groves industrielles et !a
violence 6tait abandonnbe en faveur d'un nouveau
programme consistent. combiner l'action constitu-
tionnelle avec de plus grands efforts pour organiser
la paysannerie. Les communists ne sont nullement
satisfaits de leurs tr6s modestcs progrbs dans l'Inde;
ils aspirent maintenant A am6liorer leurs chances
aux elections g6n6rales de l'annec prochaine. Ils ont
6galement Mt6 invites par Moscou A modeler leur tac-
tique rurale sur celle qui a donn6 le succAs aux conm-
munistes chinois et A rbadopter la tactique du front
populaire cherchant A unir < tous les 616ments anti-
r6actionnaires ,.
Les chances d'un succes communist 6ventuel
dans I'Tnde, A premiere vue excellentes 6tant donn&
la misere et la surpoplation g6n6rales, sont nban-
moins bien moins honnes qu'elles ne 1'6taient en
Chine. L'Inde a h6rit6 des Britanniques une des admi-
nistrations les plus efficaces et les moins corrom-
pues d'Asie. En outre, la population de 1'Inde, qui
vient de sortir d'une 6re de gouvernement imperia-
liste, n'est nullement encline A s'en laisser impose
une autre. On dolt cependant admettre qu'il existe
une repulsion populaire entire certaines des activities


des Puissances occidentales en Asie. Cette repulsion
a kt6 r6cemment stimulbe par les bombardements
massifs des Amnricains en Cor6e septentrionale et ia
logique de l'argument selon lequel la responsabilit6
en incornbe A I'agression d'une Puissance asiatique,
6chappe de plus en plus a la comprehensior des po-
pulations de l'Asie. M. Nehru a affirm l'autre jour
non sans raison que l'Occident ne comprenait pas
exactement 1'effet de certaines de ses actions sur son
continent; il existe en tffet un risque r6el de voir les
forces anti-communistes d'Asie affaiblies par le fait
qu'elles sont associees aux Puissances occidentales
dans l'csprit de la population. Comme l'a mrontr6 la
position de M. Patel la politique indienne est en faith
beaucoup plus proche de l'objectif occidental ten-
dant A d6fendre l'ind6pendance national conrre
1'imp6rialisme communist que son Premier Ministre
ne veut on ne peut I'admettre. Mais il est loin d'etre
certain que la signification de ce fait soit aussi claire
A Washington que ne le r6clameraient les int6rats de
toutes les Puissances occidentales.

Malaisie

Engage dans une guerre difficile en Malaisie,
agant a resister a une propaganda communist
extremement puissante parce qu'elle propose la
satisfaction des desirs millinaires du paysan
asiatique, la Grande-Bretagne essaie de repondre
aux appeals des sirenes communists par un pro-
gramme de developpement travailliste. Elspeth
Huxley, collaboratrice du Time and Tide, la com-
mente ainsi :

II est probable que la plupart des Am6ricains et
beaucoup d'Anglais d6signeraient la Cor6e comme le
pays oil la guerre froide s'est transformed en pre-
mier lieu en guerre chaude. En fait, les armies fran-
caisc ct britannique ont 6t6 dejA engages toutes les
deux depuis deux ans dans des luttes, dures et coa-
teuses bien que sans conclusion, centre le Commu-
nisme nsiatique ; ct en Malaisie, comme en Corke, il
existe derriEre le problme militaire non r6solu la
question encore plus important de savoir ce que
1'Occident pent offrir A la place des aspects positifs
et r6formistes du Communisme. L'l6vation des stan-
dards de vie et la promesse au paysan d'une vie plus
pleine constituent la reponse g6enralement admise -
r6ponse facile A faire mais extremement difficile 4
mettre en pratique tant que la main-d'oeuvre dolt
etre respected et pay6e au lieu d'etre force et d6-
placee.
La F6d6ration de Malaisie vient d'essayer d'appli-
quer ce principle general et a public les r6sultats
acquis dans un beau Livre Jaune sous forme de
< project de plan de d6veloppement > aui a Bt6 d6-
battu la semnine dernibre au Conseil LUgislatif de
Kuala Lumnur. Ce document norsente dans ses
moindres dItails la rinoste de I'Occident aux pro-
messes communists. 11 est r6aliste, car il ne pro-
pose de d6penser oue ce que la Malaisie peit r6col-
ter et payer; il fait preuve de mures r6flexions et
de bon sens; mais son aspect politique est dcevant.
Les autoritls Malaises n'avaient pas d'autre choix
que de consider les voies et moyens et avaient
sans doute raison de vouloir tartiner le pain sur







loute sa surface; ce n'est pas de leur faute si la cou-
che de beurre est aussi mince. Mais les r6sultalt
d'un tel tartinage ne sont guere excitants. Les gens
ne se rallient pas avec des cris d'enthousiasme a la
perspective d'un inventaire g6ologique et leur pouls
ne bat pa: plus vite lorsqu'on leur parole d'organiser
le march" du poisson. Le plan est vaste et couvre
tous les aspects de la vie Malaise depuis les services
sociaux julsqu'au developpement des mines et de
l'agricultire; presque tout ce qu'il propose est sou-
haitable; ses principaux objectifs, tels que la diver-
sification de. 1'6conomie rurale pour permettre au
pays de :-e suffire a lui-mime au point de vue ali-
mentaire, sont irr6prochables; cependant il manque
de choc ct de theme et peut paraitre r6trospectivc-
ment trol timor6 et trop compartment& pour fair
face a une situation critique.
Les de ix difficulties essentielles de la F6d6ration
sont le manque de personnel entrainC et le manque
de revenues pour faire face a l'inflation des prix cou-
rants et les frais d'6tablissement. Mime si le Gou-
vernement disposait de fonds illimitcs, il ne pourrait
fabriquer les centaines d'hommes et de femmes ha-
biles et sp6cialis6s don't il a besoin. Un tableau lu-
mineux rmontre qu'A la fin de l'ann6e derniere un
quart des postes important dans les services vitaux
traitant les resources et des communications du
pays se t ouvaient non pourvus. Il y a aussi la p6nu-
rie chronique de mat6riaux. Quand aux fonds, on se
propose de faire face aux int6rets des 127.125.000
dollars gr ice a des emprunts et au reste de 59.200.000
dollars g Ace aux revenues qui devront etre augmen-
tes pour absorber les charges p6riodiques qui s'6el-
vent a environ 28.335.000 dollars par an. C'est cer-
tainemen': le maximum du fardeau que peuvent sup-
porter le,; six millions d'habitants de la Malaisie. et
c'est cep.ndant peu par rapport au caractere formi-
dable de la tAche.
La mo-alit6 parait claire. La contre-attaque me-
n6e cont e le communism dans le domaine 6cono-
mique et social ne peut r6ussir tant que les ressour-
ces de I'Occident ne seront pas r6unies en pool et
d6ploy6e; avec la plus grande vigueur et la plus
grande uiit* de but dans les bastions du continent
Asiatique qui demeurent sous l'influence directed de
l'Occidert, et tant qu'un plan audacieux aussi plein
d'imagin tion que simple dans son essence ne sera
pas formula pour servir de base A I'offensive psycho-
logique de I'Occident.
(e Time and Tide n, Londres, 5 aout 1950. N" 5.795).

Bir-manie

Devenue independante, la Birmanie a connu
des deluts difficiles. Son government socia-
liste n'o su on pu maintenir avec les commu-
nistes lI cohesion an sein d'un front populaire
constitni sous la resistance ; la scission a tornn;
en uItte armie. Des minorities ethniques se sont
egalement soulev es centre le gouvernement.
Enfin, des troupes de bandils out profit de la
faibless,' des jeunes autorites. On crut, voici un
an, que le pays allait sombrer dans l'anarchie. II
semble maintenant que le qouvernement qui, un
temps, ,ie r gna pas au deld des limits de Ran-


goon, sa capital, ait repris quelque autorite.
Voici le jugement que porte le Manchester Guar-
dian.

La Birmanie a c616br6 le troisieme anniversaire
du Jour des Martyrs jour de I'assassinat de Aung
San et de la moiti6 des membres de son Cabinet. Ceci
a donn6 I'occasion de fire la revue annuelle des
affaires Birmanes. Le tableau est 6tonnament plus
prometteur que 1'on aurait pu s'y attendre il y a six
mois ou meme trois mois. Le Gouvernement Birman
doit continue sous la direction d'une classes d'in-
tellectuels qui, bien au'ils nient acauis de 1'exD&-
rience au course des trois derniires ann6es, man-
quent encore de pratique. Ils sont divis6s entire deux
factions. Pour beaucoup d'entre eux, le radicalism
extreme. en thoorie tout au moins, possHde un attrait
irresistible. Le nombre des membres entraln6s des
Services Civils Birmans demenre. d'une facon alar-
mante. infme. A moins oue o Gonvernement n'arrive
A un accord avec les Karens et an'il ne retablisse la
confiance aussi bien du cAt6 Birman que du c6t6
Karen, la Birmanie sera probablement le theAtre de
nonvelles explosions. II pourrait y avoir aussi des
difficulties avec la Chine Communiste. Les progrks
en Birmanie devraient Wtre values en function du
retour aux conditions prosperes du Raj Britanniaue.
Les Birmans n'ont pas beaucoup appr6ci6. la civili-
sation de cette 6ponue; ils veulent anelaue chose de
different. Ce serait trop que de s'attendre au elnue
chose de pacifioue. Dans les derniers jours de I'Pd-
ministration britannique on avait coutume d'attri-
buer en grande parties le malaise du pays A la des-
truction des institutions traditionnelles et a l'impo-
sition de nouvelles institutions artificielles copies
sur l'Occident. Aujourd'hui les districts de la cam-
pagne semblent vouloir ne computer que sur eux-m&-
mes avec le minimum d'intervention de Rangoun.
TI serait int6ressant de savoir si les villages ont fait
revivre quelques-unes des anciennes institutions in-
digenes du self-government qui Mtait florissant du
temps des rois Birmans. Auiourd'hui Thakin Nu et
son Cabinet d6clarent ou'avec le retour de la paix
ils vont se mettre A 6difier-un Socialisme d6mocrati-
aue dans le pays. S'ils veulent r6ussir il leur faudra
donner un sens beaucoup plus large aux mots de-
mocratie et socialisme. Ouelaues-nnes des r6formes
6conomiques d6jA rkalis6es ont affect dans le man-
vais sens 1'6conomie national autant aue la guerre
civil. En m-me temns, clles ont pu rdinire la me-
nace communist. Si les paysans ne sont pas com-
munistes c'est, en parties, grace a la r6forme agraire.
(a The Manohester C,ardian n.
Manchester, 24 julllet 1950, NO 5.776).

Indonesie

De meme. I'lndonnsie eat, anrds s'Afre affran-
chie des Hollandais. des dPbnts difficiles. La
constitution d'nn Efat federal semblaff norter
anx separaffsmes et aux scissions. De faith. pMn-
sieurs revolfes locales lnissprent ennisnner le
dWmembrement de la federation indonnsienne.
Et wnis. I'un des RlMments constitutifs. celui de
la Rpunblique de Djokdjakarta se montra capa-







ble de realiser sous son autoritd l'unification de
'archipel. C'est ce processus que comment dans
le Journal de Geneve, M. Rend Bovey.
Les Etats-Unis d'Indonesie n'auront pas v6cu long-
temps. On se souvient que c'est A cette forme d'Etat
que s'etaient finalement rallies les pl6nipotentiaires
hollandais et indon6siens apr6s des mois de dif-
ficiles n6gociations, de brouilles spectaculaires et,
malheureusement, d'actions militaires opposant les
forces n6erlandaises et cells de la R6publique
d'Indonesie. Les Nations Unies avaient df intervenir
en quality de mediateur. Une commission de m6dia-
tion of les Americains jouaient un r6le de premier
plan exerCa une pression tres forte sur les Hollandais
pour les erigager A d'importantes concessions, et l'on
put proclamer h la fois, le 27 d6cembre 1949, la cons-
titution des Etats-Unis d'Indon6sie et celle de
l'Union nberlando-indon6sienne par laquelle les ex-
possessions coloniales de 1'Insulinde gardaient un
lien avec 1'ancienne metropole par le truchement dui
souverain des Pays-Bas. I1 s'agissait done d'unc
union personnelle dans laquelle les deux partenaires
entraient A 6galit6 de droits.
La forme federative paraissait indispensable aux
yeux des Hollandais pour que fit garanti un mini-
mum de liberty et d'ind6pendance A tous les peuples
naguere r6unis sous leur autorit6. Ces peuples, en cf-
fet, ne professent'pas tous le meme ideal politique
ou confessionnel; leur d6veloppement cultural est
in6gal, leurs intfrkts 6conomiques diff6rents. Dans ces
conditions, la f6d6ration d'Etats paraissait la plus
idoine, et c'est la solution qui fut retenue, en d6pit
de la resistance des milieux indon6siens de Djokd-
jakarta. La confederation nouvelle r6unissait seize
Etats possedant chacun leur parlement et leur pre-
sident.
11 apparut cependant, d&s les premieres semaines
d'existence des Etats-Unis d'Indon6sie, que les ten-
dances centralisatrices momentan6ment Acartees ne
d(sarmaient point. Un imp6rialisme nouveau ne
tarda pas A se manifester pour obtenir une unifica-
tion de tout le territoire des Etats-Unis sous uno
mrme autorit6 politique. Les communautes ainsi me-
nacees r6agirent et appelerent A l'aide rancienne
Puissance souveraine. A Macassar, un soul6vement
sanglant Aclata. Dans les Molluques du Sud, un gou-
vernement dissident proclama une R6publique ind&-
pendante et chercha A se detacher completement du
pouvoir central install A Batavia (maintenant Dja-
karta). L'affairc de Macassar semble arrangee, puis-
qu'on anongait il y a quelques jours un armistice et
une entente. Celle des Molluques du Sud est encore
en plein d6veloppement et une d6peche d'agence af-
firmc que le gouvernement prepare une attaque con-
Ire Amboine, la capital, en mime temps qu'il pro-
cide a un blocus des populations pr6tendues rebelles.
Que va faire le gouvernement de La Haye devant
ces faits, et notamment en face de la transformation
des Etats-Unis en un Etat unifi6, divis6 en dix pro-
vinces ? Est-il possible et admissible qu'un des
membres de 1'Union nberlando-indon6sienne change
aussi radicalement sa structure sans prendre l'avis
de son partenaire et modifie A sa guise la former
adopted d'un conrmun accord il y a quelques mois ?
II parait bien difficile que la Hollande puisse accep-


ter sans mot dire cette transformation, mais possede-
t-elle pratiquement les moyens d'arreter I'Avolution
annonc6e ?
En r6alit6, les Pays-Bas se trouvent dans une si-
tuation od ils jouent perdant des le d6but. De plus,
ils ont df ceder aux prieres instantes des Americains
adversaires du colonialisme et qui, en face des mani-
festations nationalists en Asie du Sud-Est, ont juge
plus avec leur sentiment qu'avec leur raison. lIs ont
ouvert les yeux depuis, plus particulierement depuis
l'affaire de Cor6e, mais il est sans doute trop tard
pour faire machine arriere. Dans ces conditions, le
movement de centralisation risque fort d'aboutir en
Indon6sic, au prix peut-6tre de quelques rebellions
locales et sporadiques. II faudrait, pour renverser la
vapeur, une intervention massive des Hollandais, ap-
prouv6e par les nations occidentales. C'est 1i une
possibility toute th6orique et tr6s probablement irr6a-
lisable.
On pourrait croire que le d6roulement des affaires
indon6siennes est une question purement intlrieure.
En r6alit6, il s'agit bel et bien d'une d6faite occi-
dentale. Personnel n'ignore, en effet, que le nationa-
liste centralisateur des Indon6siens ne va pas cher-
cher son inspiration dans l'id6al d6mocratique occi-
dental mais se nourrit au contraire de l'exemple des
r6publiques < populaires >. Dans la grande querelle
entire l'Est et l'Ouest, I'Est marque un point dans le
secteur particulierement d6licat du Sud-Est asia-
tique.
(a Le Journal de Genbve a, Gen6ve, 19 aout 1950, NH 5.812).

Toutefois, des anciennes Indes neerlandaises,
un territoire demeure en dehors de la Rdpubli-
que indonesienne : la Nouvelle Guinde ; pro-
bldme ddlicat que comment le New Statesman
and Nation.

Les membres indonesiens et hollandais de la Com-
mission de l'Irian (tel est le nouveau nom de la Nou-
velle-Guin6e occidentale) avaient des points de vue
tellement diff6rents relativement A l'avenir de ce ter-
ritoire qui'ls d6cid6rent la semaine dernibre A La
Haye de r6diger des rapports s6par6s sur leur conf6-
rence. Malheureusement ces rapports n'ont pas 6te
publi6s simultan6ment ; aussi le point de vue indo-
nesien n'a-t-il pas encore 6t& expos. Cette question,
qui fut laiss6e sans solution lors de la Conf6rence de
la Table Ronde de La Haye, l'hiver dernier, a Wte sou-
mise A la Commission des Nations Unies et doit 6tre
r6gl6e avant la fin de cette ann6e. Le principal titre
que l'Indon6sie fait valoir relativement A 1'Irian sem-
blerait 6tre le suivant : ce territoire faisait parties des
Indes n6erlandaises ; 1'Indon6sie est par consequent
aussi habilit6e A-succ6der aux Hollandais dans ce
territoire qu'en tout autre parties de 1'ancienne colo-
nie. Comme l'a dit le Pandit Nehru A Jakarta il y a
deux mois : < les faits historiques et g6ographiques
sont favorables A la revendication de l'Indon6sie
tendant A inclure 1'Irian dans ses territoire >,.
La thAse hollandaise, qui rappelle beaucoup les
anciens arguments imp6rialistes, exprime des inqui6-
tudes hypocrites relativement aux < droits de la po-
pulation A disposer d'elle-meme > et A la p6nurie
d'experts indonesiens en matibre de finance et d'ad-
ministration ainsi qu'A la difficult de remplacer les






inissionnares hollandais qui 6taicnt charges de 1'en-
seignement sous le regne de la Hollande. Cette these
ne parait::a pas tr6s convaincante, sp6cialement si
I'on tient compete de l'6tat arri6r6 de la region ; les
Indon6sieas croiront naturellement Wtre en measure
de s'occuper de cette region comme des autres terri-
toires places sous leur administration, pr6tention que
Inaction dii Gouvernement sous la direction du Pre-
sident Soekarno et du Premier Ministre Hatta les
autorise i 6mettre.
(a The New Statesman and Nation n,
Londres, 19 aout 1950, N" 5.813).


Philippines

Politiqunemenl affranchies des Americains,
mais en dependant economiquement de fagon
eiroite, lhs Philippines connaissent aussi des dif-
ficultis, at font appel aux dollars de l'oncle Sam.
Voici ce qu'ecrit d ce sujet l'Economist :
La RWpibliquc Philippine doit remercier les Nord-
Coreens qui ont leur part au cadeau que le Pr6sident
Truman vient de lui faire A 1'occasion du 4" anniver-
sairc de son ind6pendance : enforcement des for-
ces am6ricaines dans I'archipel et acce6lration de
assistance militaire au Gouvernement philippin, ac-
c616ration qui s'applique 6galement a l'Indochine.
C'6tait li un cadeau r6confortant mais le reste du
present l6ait moins rassurant. Il ne s'agissait pas da-
vantage l'un cadeau-surprise. La mission ameri-
caine, coriduite par M. Daniel Bell, qui doit enqukter
sur la situation economique des Philippines, 6tait at-
tendue d.puis le debut de l'ann6e mais avait Wt6
apparemnrent retard6e par la repugnance du Prdsi-
dent phili ppin A accepter une mission compose uni-
quement de membres amfricains. Cependant, Ics
Etats-Uni:. consid6raient, et leur point de vue a pr6-
valu, qu'cn pouvait difficilement s'attendre a ce que
des memlres philippins acceptent un rapport franc
sur une situation qui provient, dans une measure que
la mission elle-meme devra determiner, de l'incom-
petence et de la malhonnetet6 philippines. Les points
faibles de leur President et de son Gouvernement ont
souvent 6:6 soulign6s par les Philippins quoiqu'ils
aient W6t vex6s par les critiques de l'Am6rique. Mais
lorsque :i R6publique philippine a ouvert sa bouti-


que en 1946, les Etals-Unis lui ont donn6 non seule-
ment l'ind6pendance, nais un appii financier qui,
s'il avait W6t soigneusement gere, aurait suffit A pla-
cer l'archipel sur une saine base commercial. Au
lieu de cela, une mauvaise administration l'a mise au
bord de la banqueroute. Les deficits budg6taires s'ac-
croissent.- les recettes de l'an prochain ne couvri-
ront probablement quc la moiti6 des d6penses pre-
vues; la lenteur apport6e A la reconstitution des in-
dustries de base du pays et le gaspillage de dollars
pour des importations de luxe ont compTetement
fauss6 l'6quiilibre du commerce ext6rieur.
II cst vrai qu'on a fait r6cemment des efforts pour
porter rembde a cos d6faillances et que la r6volte des
Huks qui train en longueur a op6r6 une ponction
severe sur les resources du pays. Mais cette ponc-
tion aurait pu 6tre moindre si la police des Philip-
pines s'6tait occupee de la r6volte d'une facon plus
satisfaisanie. Maintenant que I'armec l'a remplac6e,
les Huks s'affaiblissent bien qu'ils semblent sc con-
centrer d'une facon inqui6tante dans le Nord de
Lugon. On pense que cette region pourrait servir de
marche-pied pour la prochaine advance des commu-
nistes chinois s'ils reussisaient a s'emparer de For-
mose. Les Huks sont dirig6s par des communists,
mais, le movement est tout d'abord une r6voltc de
paysans et la responsabilit6 en income en grande
parties a l'incapacit6 du Gouvernement a mener a
biens les r6formes agraires promises.
Les Philippines pcuvent servir de devanture a la
d6mocratie en Extrime-Orient, mais aujourd'hui la
devanture monte sculement que, la comme ail-
leurs, la d6mocratie a besoin d'un gouvernement effi-
cace et d'une 6conomie saine aussi bien que de l'in-
dependance si elle veut arracher des clients au com-
munisme. Cependant, beaucoup de Philippins esti-
ment qu'ils n'ont pas besoin de se tracasser pou;
ameliorer l'achalandage de leur pays 6tant donni
que les Etats-Unis ne leur permettent pas de former
les volets. La question de la mauvaise publicity faite
a la d6mocratie mise a part, les iles ont une impor-
tance vitale pour les defenses am6ricaines du Paci-
fique. La mission Bell dolt recommander en premier
lieu les moyens grice auxquels le gouvernement phi-
lippin peut s'aider lui-meme, mais elle fera 6gale-
mrnt des recommendations relatives auX moyens
grace auxquels les Etats-Unis pourraicnt venir en
aide.
(a The Economist n, Londres, 8 juillet 1950, N" 5.748).




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs