• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Problemes du jour
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Revue de presse
 Back Cover














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00022
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00022
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    Nouvelles de France
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
    Revue de presse
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Revue de presse
        Page 71
        Page 72
    Back Cover
        Back Cover
Full Text

jA


FIANCE DOUTRIEMER


~-mm~j
\1
L ~


1 1


IJ1.iM








PRESIDENCY DU CONSEIL

SECRETARIAT GINIRAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation:
14-16, rue .ord-Byron, Paris (8)


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Prese :
27, rue Oudinot, Paris (7*)


BULLETIN D'INFORMATION


DE LA


FRANCE


D'OUTRE-MER


SOMMAIRE


PROBLEMS DU JOUR :
Trois discours de M. Jean Letour-
:neau .......................
Les probl6mes sociaux actuels au
Congo beige. ...................
Annexe ........ ..................

NOU VELLES DE FRANCE :
La vie parlementaire ............
L':Lctivite ministerielle ............
Inftorm nations ....................
Manifestations diverse ...........
NOUVELLES D'OUTRE-MER :
Indochine .......................


A. O. F. .......................
A. E. F. ................ ...
3 T ogo ............................
M adagascar .....................
1 Cte frangaise des Somalis ........
12
Informations administrative ......

REVUE DE PRESS :
13
S Presse d'Outre-Mer ..............
15
S Presse Etrangere ................
17
20 Questions g6n6rales ..............
Commonwealth ...............
Communiques ...................
25 Bibliographie ....................


Juillet 1950


I


I -


N* 145













AGENCE DE LA FRANCE D'OUTRE.MER
20, rue La Bo6tie T616phone : Anjou 26-94 & 26-97
Metro : Milromeanil Autobus : 28-32-43-49-80


L'Agence de la France d'Outre-Mer, Service
Officiel du MinistBre de la France d'Outre-Mer,
renseigne sur toutes les questions int6ressant
les Territoires d6pendant du Minist6re de la
France d'Outre-Mer; Afrique occidentale, Afri-
que 6quatoriale, Cameroun, Togo, C6te des
Somalis, Madagascar, Etablissements frangais
de l'Inde, Indochine, Nouvelle-Caledonie. Nou-
velles-H6brides, Saint-Pierre et Miquelon.
* Son Servioe de Documentation informed le
public sur le commerce, I'industrie, la produc-
tion, les tarifs de douane et les statistiques, la
fiscalit6, le climate, le coit de la vie, le tou-
risme, la chasse, etc... Les journaux officials
locaux, les budgets administratifs, les tariffs
douaniers et fiscaux, les statistiques du com-
merce ext6rieur de chaque Territoire et tous
autres documents d6tenus par le Service peu-
vent 6tre consults sur place.
* Son Service de Placement met en rapport
gratuitement les employers avec les per-
sonnes d6sireuses de trouver un emploi outre-
mer.
* Sa Cin6mathbque diffuse gracieusement en
France des films documentaires sur les Terri-
toires d'Outre-Mer.
Le pret de ces films est consent a tout orga-
nisme official ou priv6 d6sirant effectuer des
projections non commercials d'information,
d'6ducation ou d'enseignement.


* 8a Photothbque possede 30.000 cliches sur
tous les Territoires 6numbr6s plus haut. Ces
cliches peuvent faire l'objet de cession.
* Sa Bibliothbque, riche de 30.000 volumes.
est ouverte au public sans d6semparer, de
9 heures A 18 heures, samedi apres-midi
except.
* Son Service des Folree et Expositione as-
sure la representation des Territoires de la
France d'Outre-Mer dans les manifestations
commercials et expositions organisees en
France et A 1'Etranger.
* Son Servioe de Publiolt6-Propagande as-
sure la publication et la diffusion de toute
documentation se rapportant aux Territoires
d'Outre-Mer.
II 6dite des brochures monographies, d6-
pliants, plaquettes, affiches et cartes-affiches.
Ces documents sont en vente A la Librairie de
I'Agence, qui diffuse 6galement, A titre one-
reux, les publications des Services de Docu-
mentation de la Pr6sidence du Conseil, et de
nombreux ouvrages concernant 1'Union Fran-
caise.
Des expositions de peinture, de sculpture et
d'ouvrages de 1'artisanat des Territoires
d'Outre-Mer sont organis6es & la Galerie de
I'Agence, 20, rue La Bo6tie.


Listed des diverse publications en vents i I'Agence de la France d'Outre-Mer


SERIE DE 20 DEPLIANTS traitant des divers Ter-
ritoires relevant de la France d'Outre-Mer :
Sen6gal, Mauritanie, Guinde, Soudan, C6te
d'Ivoire, Haute-Volta, Dahomey, Niger, Came-
roun, Togo, Gabon, Moyen Congo, Oubangui,
Tchad, Somalie, Madagascar, Laos, Cambodge,
Nouvelle-Caldonie, Ocanie. Prix de cession :
(a titre de propaganda) 10 francs 1'un.

SERIES DE BROCHURES MONOGRAPHIES se rap-
portant N : Afrique Occidentale, Madagascar,
Dahomey, Togo, Moyen Congo, Oubangui, Tchad,
Gabon, Oc6anie, Nouvelle-Cal6donie, Cameroun.
Guin6e, Somalis, Saint-Pierre et Miquelon. -
Prix de cession : (t, titre de propaganda) 40 francs
l'une.


PLAQUETTE GENERAL DE VULGARISATION :
< L'Union Francaise ). Prix de cession (A
titre de propaganda) 20 francs.
Guide du Tourisme en A.O.F. et an Togo 120 fr.
Parure feminine aux colonies .......... 30 a
Confidences sen6galaises ................. 30
Contes et legendes d'Afrique ............ 30 a
La peche aux colonies .................. 20
Etude sur Charles de Foucauld ........ 60 a
Exportations des cercles de 1'A.O.F. et du
Togo .................................. 250 a
POCHETTES DE REPRODUCTIONS PHOTOGRA-
PHIQUES (pochettes de 12 photos) concernant:
L'A. O. F. .............................. 35 fr.
L'activite economique de l'A.O.F. ...... 35
Le Cameroun. ........................... 40
L'Art khm er ............................ 40


Carte des changes coonnerciaux dans l'Union Francaise en 1938 et 1946 : 100 francs..
Bulletin d'Information de la France d'Outre-Mer :90 francs.
Guide de I'A.O.F., edition 1949 : 500 francs.
Annuaire Noria 1950 sur 1'A.O.F. et le Cameroun : 400 francs.


I


_ __









w--- .WA


PROBLEMS DU JOUR


Trois discours de M. JeanlLETOURNEAU,
Ministre de la France d'Outre-Mer

Au course des dernieres semaines, M. LETOURNEAU, ministry de la France d'Outre-Mer,
a eu l'occasion de faire des declarations don't 1'importance n'6chappera a personnel, sur
les perspectives economiques et politiques de 1'Union Frangaise. La premiere a Bt6 pro-
nonc6e a l'ouverture de la Conference des Hauts-Commissaires, la second lors de la
conference de press h 1'Elys6e du 23 juin apr6s la reception par le President de la
Republique des delegations des Etats Associ6s, et la troisieme a l'ouverture de la
Conference Inter-Etats de Pau, le 29 juin.


O UVIANT, le 8 mai 1950, la < Conference des
Hatis-Commissaires >>, le minislre de la
Frcnce d'Outre-Mer a trace d grands traits
le programme de ses travaux. II a dIclare :
En ouvr;nt la premiere seance de la reunion des
Hauts-Com nissaires, je vcux insister sur le caract&re
ordinaire (le cette reunion. Etant donn6 les facilities
actuelles a se deplacer, je pense qu'il strait normal
que, chaque annie, les Hauts-Commissaires puissent
se reunir autour du Ministre et des Directeurs du
d6partement, non pas pour faire le tour de tous les
probl6mes qui peuvent se presenter, mais pour cen-
trer notre attention commune pendant quelques
jours sur l'iin ou l'autre des problkmes essentiels que
sont ceux auxquels, dans tous les territoires, nous
avons A faire face.
***

J'a.i vou u center cctte conference sur le pro-
blirme du Plan de modernisation et d'6quipement
des Territcires d'Outre-Mcr, mais je ne pretends pas
qu'au cou s de ces quelques journees de travail
nous puissions faire le tour des problbmes soulev6s
par ces questions et aboutir a des conclusions pra-
tiques et definitives sur les sujets soulev6s.
Ce que ie voudrais, c'est que nous puissions re-
fl6chir ensemble ct quc, profitant de ccs r6flexions
dans Ics semaincs ct les mois qui viennent, par
]'l'change ce correspondances et de circulaires, nous
puissions ilors tirer ]cs conclusions n6cessaires.

***

Pourquoi avons-nous mis le Plan a l'ordre du
jour ?


J'ai eu le sentiment qu'il ne devait pas Otre inu-
tile de voir, pendant ces quelques journeys de tra-
vail, ofi nous en sommes, ct que vous vous fassicz
part les uns aux autres des difficulties que vous avcz
pu rencontrcr, des solutions que vous avez pu trou-
ver pour resoudre ces difficulties, du type d'organi-
sation que vous avez pu inettre en place tant pour
fire face aux problmres de la conception qu'a ceux
de 1'ex6cution du Plan.
Nous pourrions voil s'il n'est pas possible, main-
tenant que la period de demarrage est terminec, ou
du moins en voice d'achevcment, de mettre au point
un systime pcut-Mtre plus pricis. Je m'emprcsse de
dire que ccci comporte des consequences egalement
pour le Departement lui-memc, et que je serais heu-
reux que de cette conference puissent sortir des
conclusions tant pour l'organisation mime, que pour
la conception et I'execution du Plan.
J'aimerais aussi que vous nous fassiez part des
difficulties qui ont et les vitrcs ct que nous avons
ressenties, en cc qui conccrne l'application de la
legislation.
J'aimerais que nous voyions ensemble, tant en
matiere de conception que d'cx6cution, de quelle
maniere vous avez abord6 ces problems en face
des Assembl6es locales et specialement des Grands
Conseils, qui ont desormais, en vertu de la loi, un
r6le primordial dans la conception et I'ex6cution
des plans.

*

Mais, lorsque l'on parole du Plan, il ne s'agit pas
seulement de pouvoir assurer quc ce Plan s'execute
d'une maniere parfaitement raisonnable et, par con-
sequent, pouvoir fournir toutes justifications au Par-
lement qui votp et delegue les credits. Je pense qu'a

3








l'heure oh nous sommes arrives, il est n6cessaire
d'examiner ce Plan dans son ensemble et dans le
cadre de l'economie de l'Union Frangaise.



Bien souvent, ce Plan a 6tW critique pour la ma-
niere don't il avait Wte ex6cut6 dans sa p6riode de
d6marrage. Je dis tout de suite que ce ne sera pas
de moi que viendront des critiques tatillonnes.
Mais je pense qu'au fur ct a measure que les choses
se mettent en place, tant le Ministre que les Chefs
de territoire doivent Utre assures de la rectitude
dans la cohception et de l'harmonie dans 1'exdcu-
tion.
Si nous l'avons fait commencer par un examen de
la politique 6conomique, c'est bien parce que le Plan
ne peut itre raisonnablement concu qu'en fonc-
tions de ces donn6es g6n6rales. II faut se souvenir
qu'il a pour objectif premier d'am6liorer le sort des
populations des Territoires d'outre-mer, et surtout
de permcttre une amelioration de la production des
products vivriers ; qu'en second lieu, et toujours
dans le m6me sens, 1'un de ses buts est de mettre
en place des institutions de caractere social, qu'il
s'agisse d'6tablissements sanitaires ou d'enscigne-
ments. Mais il ne faut pas oublier pour autant que
rien de tout cela ne tiendra si, en definitive, le Plan
ne concourt pas a accroitre la richesse de clacun
des Territoires pour qu'ils soient en measure de fire
face A toutes les nCcessit6s d'entretien de touts ces
institutions a caractre social et 6conomique. 11 se-
rait d'ailleurs plus dangereux de le mettre en route
si I'on n'6tait pas assure que, dans des delais rai-
sonnables, les Territoires seront en measure de faire
face aux charges qu'il entraine, et notamment ai
I'amortissement des emprunts qu'occasionne son
financement.

***

II est clair que pour que ces Territoires connais-
sent une richesse r6elle, il faut que leur soit donn6e
la possibility d'une concurrence sur les marches
mondiaux.
En consequence, il faut examiner comment se
pr6sentent, en 1950, les donn6es g6n6rales non seu-
lement de 1'6conomie de l'Union Francaise, mais de
l'6conomie mondiale.
Nous devons d6gager, dans l'ensemble de l'6cono-
nie mondiale, quelles sont actuellement les donn6es
essentielles en matidre de production et parfois
mime de surproduction, de manibre A voir conm-
ment, tant a l'int6rieur de l'Union Frangaise que
dans l'ensemble de l'6conomie mondiale, le Plan
peut dtre 16gitimement congu et raisonnablement
men6 de facon a permettre A chacun des Territoires
d'affronter la situation 6conomique dans les meil-
leures conditions.
Et si nous devons nous arr6ter pour un instant
sur les probldmes plus imm6diats qui sont ceux de
1'dconomie de l'Union Francaise, c'est que nous
nous trouvons A une p6riode particulibrement dl6i-
cate. Nous sommes a la p6riode oh nous passons de


l'economie de guerre A ce qu'il est convenu d'appe-
Icr 1'dconomie de paix, en tous les cas, d'une 6co-
nomie don't l'Etat pouvait r6gler les movements
parce qu'il en avait en main les moyens, if une eco-
nomie don't la rdgle risque de n'dtre plus que la
seule concurrence.
Nous sommes A une p6riode oh la difficult est
d'autant plus grande que la liberty n'est pas rendue
totalement au commerce mondial, puisque nous
sommes en p6riode de restrictions des devises, ce-
pendant que nous procedons A la liberation des
changes, qui pose de manibre particuliire le pro-
bl6me des relations entire les Territoires d'outre-mer
et la M6tropole.
Allons-nous 6viter un double risque que je pour-
rais determiner de la fagon suivante :
risque df a la situation actuelle, oh une me-
nace de m6vente apparait dans certain secteurs,
m6vente qui entrainerait pour nos Territoires le
ch6mage et des consequences politiques qu'il serait
dangereux de nier ; ces Territoires devant continue
A acheter i la Metropole, qui ne pourrait, en
change, absorber leurs products ;
risque souvent aussi dangereux de 1'6cartile-
ment 6conomique, se traduisant par la tentation
pour chaque Territoire de traiter avec la M6tropole
sur le m6me plan qu'avec les Etats strangers.
C'est devant cc double risque que nous devons
refl6chir.

**

C'cst pour tenter d'6viter que chacun d'entre
nous ct c'est une tendance normal risque de
concevoir le Plan come un moyen assez facile et
assez exaltant par ailleurs, de r6ussir quelques beaux
travaux d'int6r6t public, que nous devons d6gager
les principles directeurs de ces programmes d'6qui-
pement suivant les grandes lignes que je viens
d'esquisser. Elles peuvent se r6sumer en ces deux
points, que j'espdre assez clairs :
-- le premier, c'est de v6rifier ensemble au bout
de quelques ann6es les moyens que nous avons dans
les mains, h-la fois de congevoir et d'ex6cuter le
Plan ;
-- ct, en second lieu, que ce Plan s'ex6cute bien
en functions des donn6es de 1950 qui sont celles de
1'6conomie de l'Union Francaise toute entire, et
inme des donn6es g6n6rales de 1'6conomie mon-
diale ; que l'orientation de ces plans est bien diri-
gec en function de ce qui est essential : mettre les
Territoires en measure d'affronter les risques que
comporte une 6conomie mondiale rendue A la
liberty.
Voilii, en gros, encore une fois, les iddes essen-
tiellcs. Je voudrais qu'A la fin de ces s6ances nous
ayons le sentiment qu'elles ont W6t utiles, et qu'elles
nous permettront au course de l'ann6e qui vient de
mieux travailler au b6n6fice des populations aupris
desquelles, Messieurs, vous avez le redoutable hon-
neur et la remarquable chance de reprtsenter la
R6iublique.










L E 23 jiiin a eu lieu une conference de press
dans l'.s salons de l'Elysee, d la suite des reu-
nions qui s'dlaielnt enues dans la journey sous
la presidency de M. Vincent Auriol, President de la
RWpublique 0t de 1'Union Francaise. M. Jean Letour-
neau a pron'nmcd I'allocution suivanle :

Tout d'abcrd, je tiens a vous remercicr d'etre ve-
nus tris nombreux h cette conference de press, mal-
gr6 l'heure t-.rdive h laquelle elle a et& decidec, mais
nous ne potivions 6videmment pas la d6cider sans
prendre l'accord de nos colleagues du Vietnam, du
Laos et du Cambodge. Nous avons pens&, en cffet, si
taixdivement que nous ayons pu vous prevenir, qu'il
vous intures.erait d'avoir quelqucs informations sur
la Conference qui s'cst r6unic aujourd'hui dans cc
Palais memen de l'Elysee, autour du Pr6sident de la
Republique on sa quality de Pirsident de 1'Union
Francaise.
Je suis d' lilleurs tris hcureux de remercier M. le
President d. la Republique d'avoir exceptionnelle-
ment ouvert les salons, de l'Elysee pour cette conf6-
rence de pr csse.
Je veux d'abord vous indiquer que la Conf6rence
de ce jour t reuni autour de M. le President de la
R6publique les delegations des Trois Etats Associs
et cells du Gouvernement de la I6publique.
La Delegation du Royaume du Cambodge 6tait
conduite pac S. A. le Prince Monipong, qui est Pre-
sident du (onscil, et comprenait S. E. Sonn Sann,
Ministre des Affaires Etrangcies, qui est ici A ma
gauche, et S. E. Sum Hieng, qui est i'ancien Presi-
dent du Co:iseil qt le Chef de la Dllegation du Canm-
bodge pour la Conference Inter-Etats qui s'ouvrira a
Pau. J'en profit pour vous dire que la Conference
de Pau a ite d6finitivement iixie an jeudi 29, a
10 heures da martin.
La DlegLation de la Republique Francaise com-
prenait, a.itour du President Geoiges Bidault,
M. Queuillc, Vice-President du Conseil, Ministre de
l'Interieur, M. Rcn6 Mayer, Garde des Sceaux,
M. Schum n, Ministre des Affaires EtrangSres,
M. Pleven. Ministre de la Defense Nationale,
M. Petsche, Ministre de's Finances, et moi-meme.
Comme o ous le voyez, cette D61egation franchise
est compose tr&s exactement, A la scule exception
du Garde des Sceaux, des membres de droit du
Haut-Conseil de l'Union Francaise tel qu'il figure
dans la loi organique qui a 6t6 votee I'an dernier.
La D616gation du Royaume du Laos etait conduite
par S. E. Phoui Sananikone, qui est Pr6sident idu
Conseil, et clle comprenait S. A. le Prince Souvanna
Phouma, qui est ici A ma droite et est Ministre des
Travaux P.iblics, et S. E. Thao Leu Am, qui est Mi-
nistre des Finances.
Enfin, la D616gation du Vietnam Leait conduite par
S. E. Tran Van Huu, President du Conseil, ct com-
prenait S. E. Nguyen Trung Vinh, qui est le Gou-
verneur du Sud-Vietnam, ct S. E. Tran Tuyen, qui
est le Secretaire d'Etat A la Presidence du Conseil,
et qui a bien voulu cc soir ltre 6galement parmi
nous.
Je ne vouldrais pas lasser votre attention par un
expos trop long avant d'en arriver aux questions


que vous avez A nous poser, je dirais surtout A po-
ser a mcs colleagues du Vietnam, du Cambodge et du
Laos.
Je crois cependant que je dois tout d'abord vous
indiquer quel a ete le but de la Conf6rence de
l'Elysee.
Cette Conf6rence a Wet r6unie essentiellement, A
la demand du President du Conscil francais, pour
qu'une prise de contact s'dtablisse entire les Chefs
des Gouverncments ind6pcndants des trois Etats
Associes ct Ics membres du Gouvernemcnt de la R&-
publique plus specialement charges des problems
qui conccrnent la politique dans l'Extreme-Orient.
Elle a kte r6unic pour permettre de confronter des
points de vuc, d'echanger des informations et par
consequent d'cclaircr la politique gen6rale de 1'Union
Franuaise, et clle aura ainsi Wte en quelque sorte
une prefiguration de cc que, dans notre esprit, doit
ktre le Haut Conscil de l'Union Francaise.
En effet, dans la Constitution de la R6publique, il
est indiqu6, a l'article 65, que le Haut-Conseil assisted
le Gouveinement pour la conduit g6nerale de la po-
litique de I'Union Francaise, et c'cst, precisemcnt, en
vue d'oricntcr cette politique que nous avons cru
utile de demander it nos colleagues des trois Gouver-
nements des Etals Associes de bien vouloir vcnir so
rencontrer avec nops pour un change de vues sur
les principaux pi oblnies qui nous preoccupent pour
l'instant.
Nous avons done commence par un expos gn&e-
ral sur ces grands problems, et assez vite attention
de la Conf6rence, apris que M. lc Pr6sident de
l'Union Francaise cut saluW nos collggues et Icur eut
dit le sens qu'il voulait attacher A cette reunion, as-
sez vite, dis-je, attention s'est concentric sur les
problems les plus essenticls de I'heure, en ce qui
concern 1'Indochine.
11 s'cst done agi tout d'abord de problems de de-
fense. En particulier, nous avons'examine avec les
Gouvernements des Etats Associes cl problem de la
misc sur pied, dans des (dllais aussi rapids que pos-
sible, des Armtes Nationales. Nous avons vu avec
eux quelles etaient les conditions qui commandaient
la mise sur pied de ces Armecs, conditions qui peu-
vent se resumer assez exactcment dans le problem
des cadres, dans le problem e de 'armement et de 1'e-
quipement de ces armLes, ct enfin dans le problem
du financement de ccs armecs.
Nous avons en outre examine tous les aspects
d'une politique economique, mais sans toutefois nous
y appesantir, parce que la Conf6rence Inter-Etats qui
va s'ouvrir A Pau a justement pour objet cssentiel
examenen des problems d'ordre economique et fi-
nancier, cct examen 6tant conditionn6e mon avis
par deux donnecs essenliclles : l'appartcnance des
trois Etats Associes a la Zone Franc, et d'autre part
la co-existence de ces trois Etats dans une p6ninsule
don't la vie 6conomique Ine put pas etre s6paree en
petits morecaux. Nous avons done i cc sujet change
quclques idees, mais en laissant Ic soin aux n6go-
ciateurs de Pau de tirer des conclusions plus nreci-
ses.
Enfin, nous avons LtS u amenes A examiner egale-
ment ensemble les grands problems de politique
etrangcre qui dominant actuellement la vie de 1'Ex-
treme-Orient, et nos colleagues ont bien voulu nous








donner de precieuses indications en ce qui concern
les reactions qu'ils peuvent constater dans leurs pays
respectifs devant les evenements qui conditionnent
pr6cisement cette politique 6trangare.
Voila, tres largement resumes, les grands sujets au-
tour desquels s'est accrochee ce matin la conversa-
tion. Dans l'apres-midi les debats, ou plut6t les con-
versations, ont repris et elles ont port essentielle-
ment surles organisms memes de l'Union Frangaise
et en particulier sur le Haut-Conseil.
Le Haut-Conseil, vous le savez, est une institution
prevue par tous les textes, prevue sans doute d'abord
par la Constitution, mais prevue aussi par les ac-
coilds qui ont ete signs a des dates diverse l'an der-
nier, tant avec le Vietnam qu'avec le Laos et le Cam-
bodge. Nous avons done examine ensemble, d'une
part, quel 6tait le but vrai de ce Haut-Conseil, d'au-
tre part, quelle etait, pour atteindre ce but, la meil-
leure composition souhaitable de ce Haut-Conseil, et
nous avons 6chang6 aussi quelques idees quant a
son mode de fonctionnement possible.
En tout cas, le communique qui a peut-6tre deja
6te distribu6 a la Presse, indique qu'un dessin suffi-
samment pr6cis est d6ji sorti de cet change de vues
pour que la decision puisse 6tre prise par les chefs
de Gouvernement de proposer aux Chefs des diff6-
rents Etats la designation des differentes delegations
des Etats associes au Haul Conseil de 1'Union Fran-
caise.
Nous avons pens6, en ce qui concern le premier
point, que le but du Haul Conseil devait etre consi-
dere dans l'6tat actuel des choses comme tries bien
defini par le texte de la Constitution dans son article
65, car ce texte est suffisamment large pour qu'il
s'applique a l'ensemble des problems qui condition-
nent la vie de l'Union Francaise et sa politique g6ne-
rale ; par consequent il nous a sembl6 inutile de
chercher a pr6ciser davantage, car une enumeration
d'objectifs e6t forc6ment laisse de c6t6 des problO-
mes qui se reveleraient probablement dans l'avenir
comme etant du resort du Haut Conseil.
Nous avons jug6 preferable de nous en tenir pour
l'instant a la definition tres large donn6e par la Con-
titution de la R6publique, et pour atteindre le but
ainsi defini, il a paru a tous nos colleagues des Trois
Gouvernements qu'il etait indispensable que les d6-
16gations qui composeraient ce Haut-Conseil fussent
toutes composees de membres responsables des gou-
vernements. Nous sommes ainsi arrives a cette con-
clusion que si la loi organique, en ce qui concern
la R6publique, a bien prevu en effet que la d616ga-
tion de la R6publique frangaise au Haut-Conseil se-
rait compose de ministres limitativement designs
dans la loi, les trois Etats auraient a designer eux-
memes des ministres, des membres responsables, qui
viendraient par consequent, a egalite de droit et a
6galit6 de responsabilite, discuter avec leurs colle-
gues francais de 1'orientation general de la politi-
que. La conversation que nous avions eue le matin
sur I'ensemble des problems nous avait du reste


montr6 que c'etait bien 1h la vole dans laquelle il
fallait que le Haut-Conscil s'engageAt. Il est bien evi-
dent que ce Haut-Conseil pourrait trie amen6 a se
reunir subitement si un problem grave pour l'Union
Francaise venait a se poser, et comme nos colleagues
des trois Etats Associes se trouveront habituellement
dans leurs capitals respective il a etc prevu que
des d616gues supplants pourraient etre designs par
leurs gouvernements pour se reunir, si le besoin s'en
faisait sentir, en dehors des rennions normales de
travail. Mais ccllcs-ci, qui peimettront d'orienter la
politique general de 1'Union Francaise, seront g6ne-
ralement composees de membres responsables, c'est-
a-dire qui possideront une experience personnelle
des pouvoirs, et qui porteront le sens de leur respon-
sabilite d'une manikre gale autour de la table du
Haut-Conseil de 1'Union Francaise.
II nous a paru, en outre, qu'il etait sans doute su-
perflu d'entrer imm6diatement dans des questions de
procedure, dans des questions de forme ; il est d'ail-
leurs indiqu6 dans le texte de la loi que c'est le
Haut-Conseil lui-meme qui doit en decider. Nous
avons tous pense qu'il fallait 6viter que ce Haut-Con-
sell puisse se transformer en un organisme bureau-
cratique, eviter ainsi qu'il y ait autour de cctte reu-
nion un appareil administratif trop lourd ; et qu'il
fallait garder a ce Haut-Conseil le Sens que nous
voulons lui donner, c'est-A-dire celui d'une reunion
de quelques homes, responsables, chacuti en cc qui
les concern dans leur Etat, de l'orientation general
de la politique.
VoilA, brievement r6sumees, les conversations qui
se sont deroulecs aujourd'hui au Palais de I'Elysce,
Je dois, au nom du Gouvernement fran;ais, remer-
cier devant vous nos colleagues des trois Etats Asso-
cies de la maniere extrmnement directed, loyale et
precise, don't ils se sont pret6s a ces conversations.
J'ajoute que cette reunion n'avait pais et con-
voquec pour prendre des decisions, lle n'avait
pas a en prendre mais clle a permis incontesta-
blement d'orienter les espiits et de preparer pour les
mois a venir des actions qui seront certainement uti-
les a I'ensemble de 1'Union Francaise. Je votidrais
dire a nos amis de la Presse qui sont venus ce soir
ici, car nous avons W6t peut-Utre d'abord trop dis-
crets combien cette jour n6e me parait quant a moi
avoir cu l'importance pour l'avenir de 1'Union Fran-
caise. C'est la premiere fois qu'une experience de cet
ordre 6tait tent6e. C'est d'ailleurs la prensibre fois,
puisque la passation des services a cu lieu au course
des tout derniers mois dans les trois Etats Associ6s,
que des gouvernements ind6pendants de ces Etats
pouvaient venir ainsi discuter en pleine 6galit6 et en
pleine liberty avec leurs collbgues frangais des pro-
blemes qui nous interessent en commun. Je ne pour-
rais micux conclure qu'en vous disani que nous
avons tous aujourd'hui senti tris fortement que la
solution de ces problems conditionnerait 1'ind6pen-
dance et la souverainet6 de ces Etats, comme la li-
berte de l'ensemble des peuples qui vivent dans
1'Union Frangaise.










L E 29 juin, dans le cadre magnifique du Chd-
teau d.' Pau, s'ouvrait la Conference Inter-
Etats.
M. LETOUR:EAU proononait le discourse suivant :
Au d6but d' f6vrier 1950, le Parlement de la R6-
publique Francaise ratifiait les accords qui avaient
Wt6 signs, A des dates diverse, en 1949, entire le
Vietnam, le Laos, le Cambodge d'une part et la
R6publique F-ancaise d'autre part. Ces ratifications
sont intervenes, devant chacune des Assembl6es,
avec une ma orit6 massive. En effet, lorsque 1'As-
-sembl6e de 1'Union Francaise cut donned son avis
favorable, par 106 voix centre 39, I'Assembl6e Na-
tionale autorisa la ratification par 401 voix contre
193 et le Conseil de la R1publique par 294 voix
contre 20.
C'est la d6:nonstration suffisante que la politique,
ainsi pratiqu'-e par le Gouvernement, a recu la con-
s6cration du Parlemen t t qu'au delA des vicissitudes
gouvernemenlales, elle constitute bien la ligne perma-
nente suivic par la France dans ses relations avec
les peuples de la p6ninsule indochinoise.
Ces accords, qu'ont-ils fait ? Ils ont proclam6 la
souverainet6 et l'indpen dance des trois Etats de
I'Indochine ani sein d'une Union Frangaise A laquelle
ceux-ci ont libremcnt adh6r6. Depuis la signature de
ces textes, 1h France, par une action continue, n'a
cess6 de tout mettre en ceuvre pour qu'ils regoivent
une application aussi rapid que possible. C'est ainsi
que, sur le plan int6rieur, on a pu voir 1'ensemble
des services passer de administration francaise A
l'administrat:on de chacun des Etats ; c'est ainsi,
6galement que, sur le plan ext6rieur, le gouverne-
ment de la HIpublique n'a pas cess6 de preter ses
bons offices pour que la reconnaissance diplomati-
que des trois nouveaux Etats soit un fait acquis dans
les d6lais les plus brefs et il m'est agr6able, en ou-
vrant cette conference, de saluer les pays amis -
et ils sont trI p nombreux pour Utre cit6s qui ont
ainsi reconna l'accession A la vie international de
ces Etats. EI outre, et conform6ment A ses engage-
ments, la France a appuy6, aupres des grands orga-
nismes internationaux, les demands d'adh6sion des
trois Etats, it nous avons eu la satisfaction de les
vdir ainsi singer A l'E. C. A. F. E., puis A l'Organisa-
tion Mondial,' de la Sant6.
Enfin, tonu r6cemment, avec une majority impo-
sante, nous avons vu les membres de l'Organisation
International, du Travail accepter l'entr&e du Viet-
nam qui, seul des trois Etats, avait sollicit6 son ad-
mission.
Il est done vrai de dire que, depuis la reconnais-
sance, par la France, de l'ind6pendance de ces Etats,
aucun effort n'a 6t6 menage pour que cette ind6pen-
dance et ccttb souverainet6 fussent traduites dans les
faits et que ocs membres de 1'Union Francaise fus-
sent mis en inesure d'cxercer vraiment la totalit6 de
leurs respon.;abilit6s, tant sur le plan int6rieur que
sur le plan liplomatique.
La Conf6r. nce, que j'ai I'honneur d'inaugurer au
nom de la France, a 6t6 pr6vue par les textes que
j'ai rappel6s plus haut. Elle est done dans la ligne
de l'effort poursuivi dans une collaboration con-
fiante et cordiale entire les trois Etats et la France


et elle dolt contribuer, la encore, bien qu'il s'agisse
essentiellement de decisions techniques, A affirmer
clairement, aux yeux de tous, l'ind6pendance des
Etats associ6s d'Indochine.
I1 m'est particuliet ement agr6able, en ouvrant cette
Conference, de saluer les d6elgations qui nous ont
et6 envoy6es par le Cambodge, le Laos et le Vietnam;
de leur souhaiter une tr6s cordial bienvenue et de
les assurer de la volont6 francaise de poursuivre,
dans le sens indiqu6 par tous, l'action pr6c6dem-
ment menee.
Apres avoir remerci6 ceux qui contribucront A
faire de cette Conf6rcnce un succ6s dans la recher-
che des buts qui lui sont assigns, il m'est non moins
agr6able d'cxprimer notre reconnaissance A ceux qui
ont su cr6er, A vos travaux, un cadre et leur. assu-
rer une atmosphere qui faciliteront, j'en suis sir,
grandemcnt votre tache. La ville de Pau, don't la glo-
rieuse histoire a tenu une place si grande dans les
fastes de la vie national, va done jouer un role de
premier plan dans la construction de l'Union Fran-
gaise. Cette ville magnifique, dans son admirable ca-
dre a su se faire, si possible, encore plus chalmante
pour vous accucllir. Merci aux atiorit6s d6partemen-
tales, a MM. les parlementaires, A M. le Pr6sident et
A MM. les membres du Conseil General, A M. le s6na-
teur-maire ct A MM. les membres du Conseil muni-
cipal, A M. le Pr6sident et aux membres de la Cham-
bre de Commerce, ainsi qu'A tous les habitants de
cette ville.
La construction politique, que nous avons ainsi
3rganis6e au sein de l'Union Francaise avec chacun
le vos trois Etats et j'ai grande joie a saluer, ici,
es Chefs des trois Gouvernements qui ont tenu A etre
presents A l'ouverture de vos travaux : Son Altesse
Royale le Prince Monipong, Pr6sident du Conseil du
Royaume du Cambodge; Son Excellence Phouy Sana-
nikone, President du Conscil du Royaume du Laos,
et Son Excellence Tran Van Hun, Pr6sident du Con-
seil du Vietnam n'est pas une donn6e du hasard
ni le r6sultat de conditions temporaires. C'est le long
produit d'une histoire commune, mcnee pendant pres
de cent ann6es et qui a tiss6, entire nous, des liens
de tous ordres, qui vont des liens culturels aux liens
6conomiques sans parler des solidarites humaines.
C'est dire que la France, dans le respect de l'ind6-
pendance des Etats associ6s, n'entend pas abandon-
ner l'Indochine A elle-m6me. II ne faut rien connal-
tre de notre histoire ni de l'6tendue de ces liens qui
nous attachment les uns aux autres pour oser 6crire,
ce qui est A la fois inexact, triste et scandaleux,
que, puisque la France n'a plus, chez vous, autant
d'intr6its mat6riels qu'elle a pu en avoir autrefois,
elle n'aurait plus, de ce fait, aucun titre A demeurer
pr6sente. I1 ne faut rien connaitre, non plus, de la
situation actuclle du monde et de la situation parti-
culiere de l'Extr6me-Orient. Les Aevnements qie
nous vivons ces jours-ci suffiront-ils A ouvrir les
yeux et A faire reconnaitre que ce n'est pas contre
la France que l'ind6pendance de vos Etats doit etre
d6fendue mais qu'elle a, surtout, A 6tre protege con-
tic des convoitises ext6rieures et contre un danger
qui menace, non seulement l'ind6pendance d'un
grand nombre d'Etats, mais la liberty de tous les
citoyens du monde.









C'est pourquoi la France n'a pas h6siti a s'imnposer
un effort militaire sans pr6c6dent dans son Histoire,
effort don't j'entends souligner, non seulcment l'ini-
portance mat6rielle, mais, aussi, la valeur morale.
Qu'il me soit permits de rcndre, ici, un homniage par-
ticulibrement L6mu i nos soldats et a leurs fr&res
d'armes des forces nationals, car nous savons trop
les dangers qu'auraient d6jh courus les jcunes Etats
associes si les pcuples de ]'Union Francaise ne
s'6taient pas trouv6s h leurs c6t6s dans la defense de
leurs liberties et si, dans leur sagesse, les Chefs d'Etat
du Cambodge, du Laos ct du Vietnam n'avaient pas
opt6 pour cette libre et fraternelle association.
Un des points essentials de la politique moderne
ne r6side-t-il pas, d'ailleurs, dans l'association des
peuples librcs, soucicux, i la fois, de d6fendre leur
ind6pendance ct, dans le respect de la dignity hu-
maine, de s'engager dans la vic du progrbs 6cono-
mique et social.
Apr6s une lente u evolution, les nations d6mocrati-
'ques arrivent a penser qu'il ne peut y avoir de sou-
verainet6 total et que, pour iviter la servitude, il
leur faut s'unir en consentant une limitation volon-
taire de leur souveraineti.
Nous avons djhi vu la France adherer a de gran-
des organizations r6gionales, et elle vient, par une
initiative hardie et g6nercuse, de sugg6rer au monde
occidental une formula d'organisation tendant A
assurer la paix, tout on ambliorant le bien-itre ma-
tdriel des peoples. Ce qui cst necessaire pour I'Eu-
rope, divis6e et menace dans son ind6pendance et
sa liberty ne s'impose-t-il pas plus encore pour
l'Asie, sur laquelle pese, aujourd'hui, une si lourde
inqui6tude ?
L'Union FranCaise est l'une de ces organizations.
Si elle repose sur une communautA diplomatique,
militaire et culturelle,- elle ne peut avoir de sens
qu'en se prolongeant sur le plan Aconomique ct mo-
netaire.
Les obligations de la France dans cc domain,
vis-a-vis des Etats associes, ne lui ont pas 6chappA.
Qu'il suffise de rappeler que si, depuis quatre ans,
1'&conomic indochinoise a pu 6viter, en grande par-
tie, les difficult considdrables de la plupart des
autres pays de l'Asie du Sud-Est, c'est parce que la
France a accept de prendre A sa charge le deficit
de la balance des comptes de la communaut6 indo-
chinoise, deficit que l'on peut, aujourd'hui, chiffrcr
A plusieurs dizaines de. billiards de francs. La
France a accept cet effort suppl6mentaire qui, en
definitive, s'ajoute aux d6penses militaires. Elle est
prete A assume les charges qu'entraine le maintien
de la piastre dans la zone franc.
Elle estimne, en consequence, pouvoir dire qu'il se-
rail dommageable qu'elle fit totalement 6trangere,
dans l'avenir, au cadre dans lequel s'6tabliront les
principaux 616ments de la politique monetaire et
commercial de ces Etats, don't les preoccupations
essentielles rencontrent les n6tres, notamment dans
la recherche de d6bouch6s reciproques pour les pro-
ductions essentielles.
< La Conf6rence que j'ai l'honneur d'ouvrir, de-
vra, sur ces importantes questions, organiser le
transfer des services don't administration fran-


caise est actuellement responsible, A des services na-
tionaux, d'une part, A des institutions mixtes, de
1'autre.
Si, en effet, il ne peut Utre question pour la France
-- et je le r6affirme avec force de reprendre, sur
un plan f6d&ral, les pouvoirs qu'elle reconnait ai des
Elats ind6pendants, encore est-il indispensable que
ces derniers acceptent de renforcer et de d6velopper
Icur propre autorit6 par I'appui d'organismes inter-
Etats ofi les questions essentielles d'int6rMt commun
pourront 6tre coordonnees et mises au point en liai-
son avec la France.
Alors que, dans toutes les parties du monde, les
pays libres ont senti le besoin de desserrer les liens
de l'autarcie et, comme je Ic disais tout a I'lieure,
abandonn6 mme certaines parcelles de la souvcrai-
nete pour assurer un meilleur d6veloppement de
leurs interets communs au sein d'organismes inter-
nationaux, il serait paradoxal que l'un des 616ments
essentiels de la richesse de 1'Indochine avant-guerre
et l'une des bases les plus sfires de son avenir -
la communaut6 &conomique et mon6taire dispa-
rfit totalement lors de l'avynement de P'ind6pen-
dance des trois Etats.
Cc transfer des services 6conomiques et finan-
ciers aux autorit6s nationals et aux institutions
inter-Etats devra, sans doute, normalement, s'accom-
pagner du depart de 1'Indochine de ces fonctionnai-
res francais qui ont assume de lourdes charges pour
le bicn de la communaut6 indochinoise. Je liens i
leur rendre ici un particulier hommage. Je ne crois
pas utile de souligner une fois de plus que, dans
I'esprit meme des accords, les gouvernements des
Etats pourront, dans la measure ohf ils 1'estimeront
utile, computer sur les concours comp6tents qu'ils
voudront hien nous demander.
C'est done A ces tAches que dolt se consacrer cette
Conference. A c6te des repr6sentants authentiques et
particulierement qualifl6s du Vietnam, du Cambodge
et du Laos, elle groupera, sous 1'6minente direction
de M. le Pr6sident Albert Sarraut, une d616gation
francaise don't vous connaissez, Messieurs, i la fois
la competence et le sens des int6rets de ]'Union Fran-
caise, mais aussi I'amitic qu'elle porte a vos Etats
et le sens des int6r6ts particuliers de chacun d'efntre
cux.
Malheureusement, vos travaux ne vont pas b6n6fi-
cier de l'inappr6ciable concours d'un home sur
sequel nous 6tions en droit de computer. Je sais etre
]'interprte des quatre d616gations unanimes, en sa-
luant ici, d'une maniere particulibrement 6mue et
reconnaissance, la m6moire de l'ing6nieur g6n6ral
Henri MAUx, englouti A Bahrein en service com-
mand6. alors qu'il revcnait d'accomplir, une nou-
velle fois, une mission qu'il avait, comme toujours,
inen6e pour le grand bien de la France et de vos
Etats. *
Sans doute, les travaux de votre Conf6rence vont
etre dl6icats et ardus. Je ne m6connais pas la com-
plexit6 des problems techniques que vous aurez a
r6soudre. Mais je sais que votre sagesse saura s'Ale-
ver au-dessus des seules considerations de prestige
national, pour atteindre des solutions commanders
par l'unique souci de l'efficacit6.









Des conciliations seront n6cessaires. Je suis per-
suad6 que, dans le 16gitime respect de l'ind6pen-
dance de chacun des Etats, les d616gations ne per-
dront jamais de vue les deux imp6ratifs qui s'inm-
posent A vos travaux :
la co-e istence harmonieuse, non seulement sur
Ic plan poliiique, mais sur le plan 6conomique et
financier, des trois Etats ind6pcndants dans la pe-
ninsule indochinoise ;
la coh6;ion de l'Union Francaise, seul garant,
aujourd'hui ::omme domain, a la fois de l'ind6pen-
dance de vos Etats et ('un avenir prospfre pour
chacun d'entre eux.
Je ne croi; pas devoir insisted sur l'esprit av.ec le-


quel la delegation frangaise aborde ces travaux. Il
s'agit, pour elle, de trouver, dans une confiante col-
laboration avec vous, les solutions techniques qui
assurent l'ind6pendance de vos Etats au sein d'une
Union Frangaise parfaitement coh6rente.
Est-il besoin de vous redire que la France r6itere,
solennellement, les engagements qu'clle a pris a
votre endroit et qu'elle est assure que l'heureux d6-
veloppement de vos travaux sera le gage de la pros-
p6rite de chacun de vos Etats, du bien-ktre des
populations don't vous avez accept la charge, de
l'efficacit6 de l'ceuvre de 1'Union Frangaise qui
s'avere, pour aujourd'hui et pour demain, l'une des
garanties de la pacification du monde.










Les problems sociaux actuels au Congo Beige

LOTURANT un cycle de trois conferences failes d l'Ecole Nationale de la
France d'Outre-Mer, le lieutenant-colonel Norbert LAUDE, directeur el pro-
fesseur d l'lnstitut Universilaire des Territoires d'Outre-Mer d Anvers et
membre du Conseil colonial, a expose quelques probldmes important qui se
posent acluellement aux Auloriles coloniales belges en malibres de politique
indigene.


LES MAUX
En se basant sur les statistiques annuelles et des
travaux de missionnaires, on constate que certaines
regions se vidcnt et que des groupements s'6tei-
gncnt.
Dans la province de Stanleyville, par example,
depuis dix ans, la population feminine a diminu6
de 1,43 % et la population masculine de 3,44 %.
Au course des cinq dcrnieres ann6es, dans le district
de l'Uele, peupl6 en majeure parties de Soudanais,
10 % de la population total et 7,5 % de la popu-
lation masculine ont disparu. Dans cette inme pro-
vince de Slanleyville, la natalit6 est dans l'ensemble
de 2,15 % par an, alors qu'elle devrait Wtre double.
et le pourcentage des femmes est de 75, alors qu'il
devrait Wtre de 130. Des situations analogues, sou-
vent plus graves, se rencontrent dans plusieurs r6-
gions. Parmi les causes imm6diates, on doit signaler
les moyens abortifs et anti-conceptionnels, qui se
pratiquent de plus cn plus fr6quemment, et 1'exten-
sion des maladies v6neriennes, meme dans les vil-
lages de l'int6rieur.
A 1'occasion d'un examen medical auquel il a ktC
proc6d6 r6cemment chez les Nkundu, dans la region
de Coquilathville, sur 600 reactions et dosages, la
proportion de syphilitiques s'est rev616e de 60 %.
La polygamie exerce 6galement une influence ne-
faste. On estime que 50 % des adults mMles sont
contraints au c6libat jusqu'i un age avanc6 (35 ans
en moyenne), les filles 6tant accapar6es par des per-
sonnages puissants ou riches, capable de payer aux
parents une dot 6lev6e. Souvent marines trop jeunes,
certaines fillettes accouchent avant terme ou se trou-
vent st6rilis6es A la suite d'accidents de grossesse.
Les centres industrials ou extra-coutumiers sont
favorables au d6veloppement de la prostitution.
Enfin. un des facteurs les plus important de la
denatalit6 est constitu6 par 1'6migration definitive
d'un nombre de plus en plus grand de paysans, de
l'int6rieur vers les grands centres.
En 1945, Leopoldville comptait 95.000 indigines;
en 1947, 150.000 et, aujourd'hui, plus de 160.000. Ce
n'est pas le seul example.
Dans la region de Kisantu, l'une des plus favora-
bles au developpement du paysannat indigene, et
l'un des principaux centres de cultures vivrieres, de-
puis quelques ann6es environ 50 % des jeunes me-
nages quittent le centre coutumier pour la grande
ville, oi ils percent 1'esprit de famille et de clan.
Cette concentration de la population urbaine a
pos6 des problimes angoissants. La production vi-
vriere se trouve r6duite, les surfaces ensemenc6es
diminuent, en mime temps que dans les centres
peupl6s la consommation augmente. II s'y pose de


s6ricux problimes de ravitaillement. La raret6 des
vivres y entrctient des prix l6ev6s. Les habitants des
centres urbains, fiddles aux principles traditionnels
de l'hospitalit6 africaine, h6bergent souvent des amis
ou des parents de passage, ou detenus ch6meurs, en-
tretiennent de nombreux enfants envoys par des
parents demeures au village, sur lesquels il est dif-
ficile d'exercer une surveillance suivie. Logement,
ravitaillement, morality des autochtones des centres
extra-coutumiers, sont des probl6mes permanents qui
s'imposent aux autorit6s locales.
Dans la masse des habitants des centres extra-
coutumiers vivent des 6volu6s. Ils donnent d'eux-
mimes la definition suivante : < L'6volu6 est celui
don't la formation intellectuelle, morale et social
lui assure un 6quilibre sufflsant pour se diriger seul,
dans les circonstances de vie normales. :>
On compete au Congo beige des pretres autochto-
nes, religieuses, clerics, grefflers, employs de so-
ci6te, agents sanitaires, agricoles et v6t6rinaires, mo-
niteurs et instituteurs, qui font honneur : la forma-
tion qu'ils ont revue. Ils forment une classes moyenne,
une sorte de bourgeoisie. Toutefois, ils sont trop
peu nombreux pour exercer une influence heureuse
sur la masse. On constate parfois, chez certain 6vo-
lus ayant b6n6fici6 d'un enseignement moyen, un
sentiment de sup6riorit6 qui les 6loignent des au-
tochtones de I'int6rieur.



LES REMiDES
Les autorites coloniales belges se sont activement
attaches A porter remade A ces maux. L'action
m6dico-sociale, 6ducative et culturelle, 1'am6lioration
des conditions de vie rurales, 1'enseignement dis-
pens6 aux masses, auxquels collaborent 1'Etat, les
missions et les particuliers, font 1'objet de tous leurs
soins. Apris les missions m6dicales itinerantes, qui
se sont sp6cialement occupies de la lutte contre les
grandes maladies end6miques, on couvre actuelle-
ment le pays d'un r6seau de dispensaires ruraux qui
font rayonner I'action m6dicale autour de forma-
tions sanitaires dirig6es par un m6decin.
Le Fonds Reine Elisabeth pour l'Assistance M&-
dicale aux Indigenes > (For6ami) combine deux m6-
thodes : service itinerant et assistance m6dicale
fixe ; elle les congoit sous la forme d'une occupa-
tion m6dicale renforc6e et progressive des diverse
regions de la colonies, suivant un certain ordre d'ur-
gence (en commencant par le Bas-Congo et le
Kwango), occupation pr6c6d6e d'une prospection
approfondie.








En marge d: ces organizations officielles se d6ve-
loppe l'action des organismes nmdicaux de bienfai-
sance : Fomultnc, Croix-Rouge du Congo, Fonds so-
cial du Kivu, Cemubac, et celle des missions reli-
gieuses.
Les soci6t6s, et plus specialement les soci6t6s mi-
nieres, dispos:Lnt de plus de resources, ont invest
des sommes cc:nsid6rables dans le d6veloppement du
service social non seulement pour leur personnel
indigbne et le,. families qui en dependent, mais pour
les indigines environnant leurs centre industries.
Dans la zone diamantiferc de Tshikapa, ct en
dehors, la Fo, mianire a 6difil, pour les seuls indi-
genes, huit h6pitaux et deux centres de traitement.
L'oeuvre midicale de Tshikapa comporte aussi
uine organisat on m6dico-sociale en faveur de F'en-
fance.
La politiqui social de la society << Union mi-
nidre du Hatl-Kantaga>> commence h' enregistrer
des r6sultats riassifs. En vingt ans, la natalit( a plus
que triple. L-a mortality parmi les infants est tom-
b6c de 221 en 1927, a 18 pour mille en 1946.
S'inspirant de ces experiences, un plan d'occupa-
tion midicalc territorial, arrWtb en 1949, se pro-
pose de doter chaque Territoire d'un h6pital rural,
au coeur d'un systime de dispensaires ruraux et de
centres de trI itement r6partis en function des prin-
cipaux group ments indigenes et des voices de com-
munication. Chaque cellule medical sera dotee de
deux midecirs, d'infirmiers, d'agents sanitaires in-
digenes ou europeens, d'assistants inmdicaux indig&-
nes, d'infirmiers et aides-infirmiers indigenes, d'ai-
des-accoucheuses.
Dans diver; organismes intervient en faveur des
milieux couti miers l'action puissante du << Fonds
du bien-etre indigene >, cr66 par d6cret du 1" juil-
let 1947. Cetle institution dispose d'un capital de
2 milliards, c: ses d6penses se sont levees en 1949
A 417.713.860 francs. II disposer annuellement, en
revenues propres et versements des bhnefices de
la Loterie c)olonialc, d'une some d6passant les
325 millions.
L'enseigner lent est domine par les idles mai-
tresses suivaites : souci de developper dans la
masse un enseignement utilitaire en function du mi-
lieu et des pcssibilites economiques rigionales offer-
tes aux agricultures et aux artisans ; souci de r6ser-
ver une education tres serieuse aux jeunes gens, en
nombre plus limits, qui, par leurs capacities recon-
nues, A la su:te d'6preuves severes, pourront consti-
tucr des cadres indigenes, de plus en plus 6toff6s, au
scin du personnel enseignant des services adminis-
tratifs et des entreprises priv6es ; souci d'assurer,
par des moyens appropries, a 1'l66ment feminin
indigbne, un, education qui, en l'arrachant i son
6tat de semi-servitude atavique, lui permette de re-
pondre a la vocation de la femme dans toute veri-
table socidet humaine.
Le progran.me prevoit egalement un enseignement
universitaire qui sera donn6 dans trois 6tablisse-
ments situ6s respectivement dans le Bas-Congo, dans
le Moyen-Congo et au Ruanda-Urundi. Comme pr6-
paration A c(t enseignement, deux colleges d'huma-
nites latines se sont d6jA cr66s au Congo.
Dans le domaine de agriculture, l'Inslitut Natio-


nal d'Etudes Agronomiques du Congo (I.N.E.A.C.) se
preoccupe de I'amblioration des techniques, 6tudic
les systems de rotations des cultures et jachires
applicables au paysannat indigene.
Un point important du programme est le perfec-
tionnement de l'outillage don't se servent les indi-
genes, ct le replacement de la houc primitive par
des engines peu coitcux et simples.
Le plan (1cennal prCvoit I'amblioration de I'ap-
provisionnement cn proteins v6gbtales par la multi-
plication des palmeraies, Ie developpement des cul-
tures d'arachides ct le traitement appropri6 des
graines de coton. L'accroissement du cheptel, la s6-
lection du hbtail, l'anmlioration des piturages ct la
production intcnsnment Cdvelopp~e du poisson nous
permettent des maintenant d'augmenter les quantities
de proteins animates disponibles.
Deja, dans la province de Leopoldville et au Ka-
tanga, dans le Kaisi ct le Ruanda-Urundi, l'installa-
tion de silos pernet la conservation des vivres dans
de meilleures conditions.
Un recent d6cret du 4 avril 1950 marque une
tape important dans 1'evolution social du Congo
belge moderne. Cc texte prcnd des measures propres
a fair disparaitre progrbssivement la polygamie.
Toute convention matrimoniale polygamique nou-
velle est nulle de plcin droit, et installation ainsi
que la residence des anciens polygames dans certai-
nes agglomerations on regions de la colonic sont re-
glementes. Le maiiage, nul de plein droit, produit
neanmoins les effets prevus par la coutume A 1'egard
des enfants ; il les produit egalement ih l'gard du
ou des 6poux qui l'ont contract de bonne foi. L'in-
terdiction pour les polyganes sera fix6e dans une
agglomeration curopenne, un centre extra-coutu-
mier ou une cit6 6rigee en cit6 indigene, ne vaut
pas pour ceux d'entie cux qui y r6sidcnt dejh r6gu-
lierement.
Une autre measure interessante consiste en l'attri-
bution d'une carte du merite civique en faveur de
certain 6volubs. Elle consacre la quality du benefi-
ciaire A jouir de toutc confiance et le relieve de cer-
taines incapacit~s.
La politique actuelle poursuivie au Congo belge
dans le domain social marque une evolution vers
'minancipation des autochtones.
Deja associes intinement a la gestion de leurs
propres affaires dans les Conscils de chef'eric et de
sectcur, sur les < Caisses de circonscription qui
leur procurent les moyens d'execution n6cessaires
non seulement pour assurer leurs tAches adminis-
tratives, mais encore pour mettre sur pied des pro-
grammes de d6veloppement 6conomique (travaux
publics, routes, ateliers, etc.) et social (ecoles, dis-
pensaires), les autochtones voient s'ouvrir i leurs
representants les Conseils provinciaux et le Conseil
de gouvernement, oiu il faut pr6voir qu'ils se front
une place de plus en plus large.
Les autorit6s belges paraissent avoir fait leur les
recommendations du gouverneur general EBou :
< On agira par une evolution interne, et on se gar-
dera de toule revolution >. La politique prudent
qu'elles suivent actuellement consiste a encourager
une evolution de la coutume dans le sens qui parait
le plus propre i moderniser les cadres sociaux des
collectivites autochtones.


11








AN N EX E


DOCUMENT
Le d6cret du 4 avril 1950, relatif a l'interdiction
de la polygamie au Congo belge

CHARLES,
Prince de Belgique,
Regent du Royaume,
A tous presents et d venir, SALUT,
Vu I'avis emis par le Conseil colonial en ses
seances des 16 et 23 decembre 1949;
Vu l'avis 6mis6gt?C7 MDMFRFR faf holt inaioblg
Sur la proposition du Ministre des Colonies,

Nous avons d6crete et decretons:

Article premier. A partir di 1"' janvier 1951,
nul ne pourra contractor an noIuveau marriage coult-
mier avant la dissolution ou l'annalation dii oin des
marriages anterieurs.
Article 2. --- Toule union contraclte ien contra-
vention d I'arlicle 1", ainsi que lonte convention
matrimoniale conclue en vue d'unit ld marriage, sont
nulles de plein droit.
Article 3. Le maliage nul de plein droil, en
vertu de l'article 2, produil neanmtoins les effects
prvius par la coulume d I'egard des enfants.
1 les produit aussi d l'egard du ou dtes epoux qui
l'ont contract de bonne foi.
Article 4. Seals les tribunaux indigenes, lors-
qu'ils siegent sous la prdsidence, soil du Commis-
saire de District, soil de I'ine des personnel disi-
gndes par les alindas 2, 3 et 4 de l'arlicle 6 des d6-
crels sur les jurisdictions indigenes, coordonnIs par
I'arrltl royal du 13 mai 1938, connaissent des con-
testations auxquelles done lieu I'applicalion des
articles 1, 2 et 3.

Article 5. -- Les personnel possedant l'elat de po-
lygame avant le 1" juin 1951 devront, avant celle
date, faire constaler lear elat suivant lune procedure
qui sera dleerminUe par le Gouvernecr general. Les
spouses de polygames pourront, d leur demand,
faire proceder d la mmme constatation.
A d6faut de consalataion, les polygames el eIurs
spouses seronl presumes s'Ntre marines avant le
1" janvier 1951, d moins qu'ils ne fassent la preuve
contraire.

Article 6. A moins qu'ils n'y resident dejd rd-
gulierement, les polygames et leurs spouses ne pour-
ront fixer leur residence, apres le 1" juillet 1950,


dans une agglomeration europeenne, un centre
extra-coutumier ou une citle rigee en cite indigene
ci apres la date fixee par le Gouverneur de Pro-
vince, dans les agglomerations indigenes ol regions
que celui-ci delerminera, compile ienu de l'etat
d'evolution des indigenes.
Les polygames et leurs spouses, admis d fixer leur
residence dans un des lieux considers, pourront
dire aulorises a transferer cette residcuce en un
quelconque de ces lieux.
Article 7. Les polygames oa les epouses de po-
lygames elablis dans an des lieux enunleres d I'ar-
ticle 6, qui, sur somnmation des agents de l'autorith
lerriloriale on indigene, ne justifieront pas y resider
regulierement, seront passibles au maximum d'une
servitude penale de sept jours el d'une amende de
100 francs, on d'une de ces peines seulement.
EEn cas de rdcidive, ces pines pourroat Oire por-
tees respectivement di n mois el 500 francs.
Article 8. Le tribunal fixera le dlelai a lterme
duquel la personnel d charge de laquelle l'infraclion
a ete constacte, sera tenue de quitter le lieu oil elle
sera etablie irregulierement et sera expalsec.
Article 9. Sera puni des peines prvuues d I'ar-
licle 7 quiconque aura fall aux agents de l'atuorite
territoriale on indigne line declaration sciemment
mensozngre, dans le but de fair echapper une per-
sonne d I'interdiction prvuue d I'article 6.
Article 10. Neanmoins, le tribunal pourra, sc-
lon les circonstances et pour les infractions pr'vues
aux articles 6 et 9, se border d admom'ster le pr6-
venu avec oa sans condemnation aux frais de la
procedure, tout en slatuant cependant ainsi qu'il est
prescrit d l'article 8 pour les personnel visees d l'ar-
ticle 7.
Article 11. Les tribunaux indigenes, lorsqu'ils
siegent sous la prdsidence, soil du Commissaire de
District, soil de l'une des personnel designees par
les alinhas 2, 3 et 4 de l'article 6 des decrels sur les
jurisdictions indigenes, coordonnes par I'arr~te royal
du 13 mai 1938, peuvent connailre des infractions
prevues aux articles 6 el 9 du present decret.

Article 12. Le Ministre des Colonies est charge
de l'execution dii present dicret.
Donn6 A Bruxclles, Ic 4 avril 1950.

(se) CHARLES.
Par le Regent :
Le Ministre des Colonies,
(se) WIjoy.
P. WIGNY.




















NOUVELLES DE FRANCE


LA VIE PARLEMENTAIRE


ASSEMBLE NATIONAL
Budget
Poursuivant I'etude des chapitres du budget
du ministtre du Travail, l'Assembl@e a entendu
MM. Cdsaire (comm. Martinique) et Rosan Girard
(comm. Guadeloupe) qui ont appel l'attention du
Gouvernement et de 1'Assembl6e sur le rNgime
des allocations aux vieux travailleurs en vigueur
dans les .d6partements d'Outre-Mer, puis, MM.
Grenier (Comm, Seine) et Fayet (comm. Alger)
qui ont soIulign6 l'insuffisance des services d'as-
sistance so,:iale charges de venir en aide aux tra-
vailleurs Nord-Africains.

*

Apres en avoir terminE avec le bulget du Tra-
vail, I'Asscmbl6e a abord6 celui de la France
d'Outre--Mer, M. Letourneau ayant pris place au
bane du G )uvernement.
M. Aindrr Burlot (M.R.P.) a, tout d'abord, prb-
sent6 son rapport au nom .de la Commission des
Finances. 11 a note, en particulier, que 3.770 tra-
vailleurs inldochinois demeuraient dans la md-
tropole ; le Gouvernement s'est engage a les
rapatrier.
II a dem:and6, d'autre part, une fusion des ser-
vices de recherche existant dans la plupart des
minist&res.
M. Juglas, rapporteur de la Commission d'Ou-
tre-Mer, a pr6sent6 des reserves sur les 6cono-
mies proposes. II est hostile a une integration
de la recherche scientifique d'Outre-Mer dans les
services mitropolitains.
M. Nazi Boni (Ind. O.M. Haute-Volta) est inter-
venu dans la discussion genrale.
L'Assembl6e Nationale a repris, le 6 juin, la
discussion du budget de la France d'Outre-Mer
et a enten:lu la fin de l'intervention de M. Nazi


Boni, puis le ininistre de la France d'Outre-Mer
a rdpondu h deux questions posees, l'une par
M. Deferre (S.F.I.O. Bouches-du-Rh6ne) 1'autre
par M. Lamine-Gucye (S.F.I.O. S6ndgal).
11 a indiqu6, en premier lieu, que la conference
des Hauts-Commissaires, qui a eu lieu recem-
ment, s'est notamment prcoccup6e du rel6ve-
ment du niveau de production, et, d'une facon
g6n6ralc, de la situation 6conomique des territoi-
res. < Les investissements strangers -- a-t-il
ajout6 -- sont, jusqu'h present, tres reduits. Le
jour oil ils augmenteraient dans des proportions
inqui6tantes, le Gouvernenent se proccuperait
de parer a ce danger. >>
I1 a affirm, ensuite, h l'intention de M. La-
mine-Gueye, que, si le Gouvernement voulait
augmenter les charges qui pcsent sur les budgets
locaux, les int6ressds seraient consults au pr6a-
lable,

Pour une amelioration du fonctionnement
de la justice

Un rapport fail au nom de la iCommission des
Territoires d'Outre-Mer, sur la proposition de
resolution de MM. Bayrou et Malbrant, tendant
A inviter le Gouvernement h prendre, d'urgence,
les measures necessaires pour amliorer le fone-
tionnement de la justice en Afrique Equatoriale
Francaise, a Wtd mis en distribution a l'Assem-
bl6e Nationale.
Le texte propos6 par la Commission suggre :
une simplification et une acc6ldration de
la procedure, notamment en matitre criminelle :
un.aide financikre qui permette l'installa-
tion des jurisdictions don't la creation est prevue;
une adaptation de la 16gislation p6nale, en
vigueur dans les Tcrritoires d'Outre-Mer, aux
conditions et aux coutumes locales.







CONSEIL DE LA REPUBLIQUE


A la stance du 6 juin de 1'Assembl6e Natio-
4hale, au course de la discussion des credits de la
France d'Outre-Mer, M. Aujoulat a apport6 des
pr6cisions sur plusieurs probl6mes d'ordre sani-
taire ou medical.
II d6clara, en r6ponse A une question de M. De-
ferre sur le project d'institut de m6decine tropi-
cale :

< De quoi s'agit-il ? Une proposition de loi a
6tW d6pos6e, tendant a doter la France et l'Union
Francaise d'un institute sup6rieur de recherches,
d'hygiene et de m6decine tropicales... Sans doute
avons-nous en France plusieurs institute de me-
decine tropical, mais, jusqu'A present, on ne
leur a pas donn6 les moycns de devenir de v6ri-
tables institute de recherches. Ils demeurent pour
l'instant, plut6t que des institute sup6rieurs d'en-
seignement, des 6coles d'application de m6decine
tropical. Ma preoccupation est done de donner
a la France les moyens de s'aligner avec d'autrcs
nations mieux pourvues. >
Puis M. le Secr6taire d'Etat affirma qu'il
n'6tait < certes pas question de supprimer >
l'6cole de sant6 navale de Bordeaux, mais d'en
faire < une sorte d'6cole polytechnique sani-
taire >, ce qui serait < larger son recrutement
et son champ d'action. >
Enfin, se r6f6rant a une intervention de
M. Nazi Boni, d6put6 de Haute-Volta, M. Aujou-
lat 6voquat en ces terms le probl6me pos6 par
I'accession des m6decins africains au doctorate :

< Quelle situation allons-nous offrir h ces doc-
teurs en m6decine ? Allons-nous leur faire une
situation de contractuels ou allons-nous nous
contenter de leur ouvrir un cadre extr6mement
restreint et qui est en train de s'6teindre, celui de
I'assistance medical indig6ne d'Afrique ?...

< Lorsque je me pr6occupe de cr6er un cadre
g6n6ral civil, ce n'est pas du tout, bien entendu,
pour essayer d'6carter de la sant6 publique des
territoires d'outre-mer ceux qui ont rendu de si
grands services dans le passe, je veux parler des
m6decins du corps de sant6 colonial, c'est sim-
plement parce que, d'une'part, nous devons in-
corporer vraiment sur un pain d'6galit6 avec les
docteurs en m6decine venus de la metropole les
docteurs en m6decine africains ou malgaches et
que, d'autre part, la p6nurie des effectifs qui
nous sont fournis par le corps de sant6 colonial
exige un certain recrutement de m6decins
civils >


Le reclassement des fonctionnaires
inaptes au service outre-mer
Le Conseil de la RBpublique a adopt le 6 juin
une proposition de resolution de M. Cozzano
(A.D.R. Soudan) appuy6e par M. Durand-Reville
(R.G.R. Gabon), invitant le Gouvernement a d6-
poser un project de loi pr6voyant que tout fonc-
tionnaire appartenant un cadre relevant du
Minist6re de la France d'Outre-Mer qui, en course
de carricre est reconnu inapte h servir outre-mer,
provisoirement ou d6finitivement, sans pouvoir
pr6tendrc A une pension d'anciennet6, sera d6ta-
ch6 ou int6gr6 dans un cadre milropolitain
homologu6.
A cette occasion M. de Tinguy, secr6taire
d'Etat aux Finances et aux Affaires Economi-
ques, se d6clara < d'accord sur le principle du
reclassement des fonctionnaires d'Outre-Mer
planss des postes vacants dans la mltropole 7,
mais 6mit quelques reserves, cstimant dangereux
de cr6er un droit de reclasscment, consacr6 par
la loi. < Le statut des fonctionnaires d'Outre-
Mer, dit-il, assure d'ailleurs aux fonclionnaires
vis6s par la proposition une indemnisation 6qui-
table tenant compete des services rendus et de
l'invalidit6. Au surplus, leur reclassement sera
poursuivi dans toute la measure du possible, mais
il ne saurait 6tre cr66 une nouvelle *cat6gorie
d'emplois r6serv6s. >

Budget

La suite de la discussion du budget des inves-
tissements (prels et garanties) pour 1950 a Etd
reprise, le 2 juin, par le Conseil de la Republique,
qui a adopt, daris le libell6 de la nCommission
des Finances, des dispositions additionnelles don't
l'une pr6voit que < avant le 1" octobre 1950, le
Gouvernement devra d6poser, devant le Parle-
ment, un project de loi pr6cisant les objectifs
qui doivent etre atteints en 1952 dans le cadre
du plan de modernisation et d'6quipement de la
France m6tropolitaine et de 1'Union Francaise,
ainsi que les moyens de financement n6cessaires
pour y parvenir.
;L'autre article additionnel stipule que < toute
entreprise nationalis',e ou sociWt6 d'6conomie
mixte dans laquelle 1'Etat d6tient au moins cin-
quante pour cent du capital et qui b6n6ficie des
avances de fonds de modernisation et d'6quipe-
ment, est tenue d'ouvrir un compete special, dit
< compete de renouvellement > permettant de
suivre les d6penses faites par l'entreprise ou la
soci6t6 pour le renouvellement de ses installa-
tions en vue de la simple conservation de son
potential de production. >


Sante









Un text precise, d'autre part, les modalit6s de
financemeat du plan d'Cquipement dans les ter-
ritoires et departments d'Outre-Mer.


ASSEMBLEE DE L'UNION FRANCHISE

Sur le plan g6ndral de l'Union Francaise,
M. Laurenrt-Eynac aborda le domaine des insti-
tutions en posant h M. le President du Conseil
des Minisires la question du retard apport6 A la
mise en o'uvre du Haut-Conseil. Le 6 juin, M.
Pierre-Herri Teitgen, ministry d'Etat, lui donnait
I'assurance que ses preoccupations 6taient aussi
celles du Gouvernement.
Le 13 juin, aprbs avoir adopt une proposition
de M. Paul Catrice, visant la participation de
1'Union F ancaise dans son ensemble A l'exposi-
tion international textile de Lille en 1951, l'As-
semblke, i) la suite d'une discussion rdpartie en
plusieurs seances, suivait les conclusions des
rapports de MM. Tktau et Monnet sur une pro-
position de MM. Egretau et Boubou Hama, et
elle invitkit le Gouvernement a prendre d'ur-
gence des measures propres h carter les menaces
de mevenle et de ch6mage que la liberation des
changes fait peser sur les populations et les
products t'Outre-Mer.
Dans le cadre des relations de 1'Union Fran-
caise avec les organismes internationaux, l'As-
sembl6e adoptait le 1" juin les rapports de MM.
Le Brun-KUris et Jousselin sur une proposition
de M. Paul Catrice, l'unanimit6 s'6tant faite pour
souhaiter la ratification par toute 1'Union Fran-
caise de 1:. convention international sur le g9no-
cide et pour demander que la France poursuive
ses efforts aupres de I'O.'N.U. et du Conseil de


l'Europe en vue d'une repression efficace du
genocide.
Tandis qu'elle emettait, h la suite de MM. Bor-
rey et Vignes, rapporteurs, un avis favorable, le
6 juin, sur la proposition de loi de M. Lasalle-
Ser6, s6nateur, proposition relative A la rdgle-
mentation des boissons alcooliques dans les Eta-
blissements francais de l'Oc6nanie, le 22 juin,
l'Assembl6e, sur proposition de M. Paul Catrice
et sur rapport de M. Savi de Tove, demandait au
Gouvernement d'engager des n6gociations visant
un accord international pour la repression de
l'alcoolisme dans les territoires d'Outre-Mer.
Sur le plan plus precis des territoires d6pen-
dant du minister de la France d'Outre-Mer l'As-
semblde s'est prCoccupee, a la demand de M. An-
tonini, de la fixation de la parity du franc C.F.A.
Reprenant ce d6bat le 15 juin, elle adoptait le
22 les rapports de MM. Schmitt et S ylvestre et
demandait a l'Assembl6e Nationale de determiner
par loi le mode de cette fixation.
On peut noter encore dans le domaine des pro-
blbmes 6conomiques' que l'Assembl6e eut au
course de ses stances des 6 et 8 juin i exprimer
son avis sur le project de d6cret par lequel M. le
Ministre des Travaux Publics, des Transports et
du Tourism se proposait d'6tendre aux terri-
toires d'Outre-Mer les dispositions 16gales rela-
tives a la classification des aerodromes.
II convient enfin de signaler que, sur proposi-
tion et rapport de M. Pi6ri, l'Assemblde a 6mis
le voeu, le 15 juin, qu'h tous les echelons la
parity des traitements fut 6tablie entire les juges
de paix alg6riens et mCtropolitains, souhaitant
aussi un l6argissement des cadres alg6riens dans
les classes supdrieures.


L'ACTIVITE MINISTERIELLE


M. Jean Letourneau h Rome

M. Jean Letourneau, ministry de la France
d'Outre-Mer, est rentr6 de Rome le 4 juin.
Interro;g par les journalists, le ministry, qui
6tait venu a Rome a l'occasion du plerinage de
l'Afrique francaise, s'est fdlicit6 de l'impression,
excellent A tons 6gards, produite ici par les pile-
nns afric amns.
II a eg element exprim6 sa satisfaction des en-
tretiens cu'il a eus, durant son sejour dans la
capital italienne, avec diverse personnalites
politiques, don't M. de Gasperi, president du Con-
seil, et le comte Sforza, ministry des Affaires
Etrang6rs, ainsi qu'au Vatican.


M. Letourneau inaugure la fo:re international
de Bordeaux

La 29" Foire Internationale de Bordeaux a 6td
inauguree le 11 juin par M. Letourneau, minis-
tre de la France d'Outre-Mer, accompagnd du
Gouverneur general Delavignette, directeur de
son cabinet, et de M. d'Avout, chef de cabinet,
de MM. Girot, charge de mission au cabinet du
Ministre de l'Industrie et du Commerce, repr6-
sentant M. Louvel, et Rives, directeur du com-
merce intdrieur.
M. LETOURNEAU s'est intdress6 particuliere-
ment aux pavilions d'Outre-Mer et d'Italie, au
stand de l'Union des Chambres syndicales du








p6trole et aux Salons de 1'automobile el de I'avia-
tion.
Au banquet qui a suivi cette inauguration,
M. Fournier, president du ComitL de la Foire, a
tout d'abord rcmercie M. Letourneau et les re-
presentants du ministry du Commerce et de I'In-
dustrie, de leur presence, puis il a declare no-
tamment :
< L'obligation impose par les circonstances,
de maintenir nos d6bouch6s cxt6rieurs et 6gale-
ment d'en rechercher de nouveaux, doit amener
ineluctablement le Gouvernement a rechercher
un all6gement des charges qui present sur les prix
de revient industriels pour les ramener h laparite
de celles gen6ralement plus 16geres, supporters
par la concurrence etrangere sur les marches
mondiaux. >
M. Guyon a ensuite prononce un important
discours qu'il a conclu en ces termes :
< Ici, chacun est prat a mettre tout en oeuvre
pour faire de Bordeaux la plaque tournante
idWale de l'unit6 franchise en perfectionnant les
investissements portuaires et les outillages dis-
tributeurs ameliorant les voices de communica-
tion vers l'intErieur du territoire. en raccourcis-
sant, mime si la necessity s'en fait sentir, la dis-
tance de la ville a la mer. >
Prenant h son tour la parole, M. Letourneau,
apres avoir fait allusion i l'activit6 commercial
de Bordeaux, a salu6 au nom du Gouvernement
,< tous les pays amis qui.ont contribute par leur
participation i l'Mclat de la Foire >, et ii a remer-
ci6 les exposants strangers < qui sont venus ap-
porter la preuve de la concurrence qu'ils nous
font sur les marches mondiaux. >
Apres avoir rappel6 que l'heure des aularcies
est r6volue, le ministry a poursuivi : < II ne sert
h rien de dire non a touted ide douaniere, h toute
idWe d'6largissement des marches, a toute pers-
pective d'affaiblissement d'un protectionnisme- A
1'abri duquel se maintiennent des routines, des
m6thodes vieillics, des prix chers. La politique
de plein air qui est celle de la France dans le
domaine des relations conomiques mondiales
comporte des risques, cela est stir. Mais elle en
comporte certes moins pour un organism qui
a t 6 affaibli, mais qui est mainlenant en crois-
sance et en redressement que celle qui voudrait
la faire vivre toutes fenetres fermees et tous
rideaux tires. >
Apres avoir fait l'historique des relations entire
Bordeaux et I'Afrique Noire, M. Letourneau a
conclu : < Bordeaux est le point de contact es-
sentiel entire nos territoires d'Outre-Mer et la
metropole, et il est essential aujourd'hui de res-
serrer les liens 6economiques entire ces deux par-
ties qui doivent Rtre 6troitement unies. Dans la


liberation des changes, il va falloir Irouver un
syst6me qui assure ce que l'on appelait autrefois
la preference impbriale >, que les producteurs
de la m6tropole aient toujours leurs marches
dans nos territoires d'Outre-Mer et que ceux-ci
voient par priority 1'coulement de leurs products
assure dans la m6tropole.
M. Letourneau a rappel les resultals qu'a ob-
tenu le pays dans la voie de son redressement.
II a rendu hommage aux efforts du commerce
frangais et exprim6 sa confiance dans la vitality
de la Nation, don't, a-t-il dit, a la Foire de Bor-
deaux est une illustration vivante ,.


Reception des D616gations des Etats-Associ6s

M. Letourneau, ministry de la France d'Outre-
Mer, a donn6, le vendredi 23 juin, dans les salons
du Cercle Interalli6, une soiree en l'honneur des
delegations des Etats Associes du Viet-Nam,
Cambodge et Laos venus en France pour la Con-
f6rence de Pau.
On remarquait dans I'assistance : t0 pour le
Viet-Nam, MM. Tran Van Huu, president du
Conseil, Duong Tan Tai, ministry des Finances,
Houng Cung, ministry de l'Economie Nationale,
LU Quang Huy, ministry des Travaux Publics et
1me L6 Quang Huy ; Tran Van Ty, ancien vice-
president du Gouvernement autonome de Cochin-
chine, conseiller i la Cour d'Appel de Paris ;
Tran Van Kha, conseil de l'Union Frangaise et
Mme Kha ; Nguyen Huy Lai, conseiller de
l'Union Francaise et Mme Lai. MM. Bun Kinh,
Nguyen Van TFy, Pham Van Binh, conseillers de
l'Union Francaise, L6 Van Dinh, ancien ministry
du Gouvernement autonomy de Coohinchine.
b) Pour le Cambodge, S.A.R. le prince Moni-
pong, president du Conseil ; S. E. Soan Sann,
ministry des Affaires Etrangbres ; S.E. Au Choen,
ministry des Finances, S.E. Sum Hieng, ancien
ministry, S.A. la princess Yukanthor, conseillbre
de l'Union Francaise.
c) Pour le Laos S.E. Phom Sananikone, presi-
dent du Conseil ; S.A. Titao Souvanna Phouma,
ministry des Travaux Publics, Thao Nhouy
Abhay, ancien ministry, inspecteur des Affaires
Politiques et Administratives ; Ouroth Souvan-
navong, Phoui Bilavarn, conseillers de l'Union
Francaise.
On notait egalement la presence parmi les
nombreux parlementaires francais de M. Fourca-
de, president de l'Assembl6e de l'Union Franqaise
et de M. Coste-Floret, ancien ministry de la
France d'Outre-Mer, de M. Aujoulat, secr6taire
d'Etat, de M. Albert Sarraut, de M. Boisdon et
M. Gorce.









Voyage au Cameroun de M. Aujoulat

)Le same! 10 juin, M. Aujoulat et M. Souca-
daux quittbrent Paris par l'avion r6gulier d'Air-
France a destination de Douala. M. Texier, di-
recteur du i.abinet du Haut-Commissaire, et Ic
Docteur Bebey, chef-adjoint du cabinet ldu Secre-
taire d'Etat, les accompagnaient. Ils furent ac-
cueillis a leiir arrivee par les autoritis europ6en-
nes et afric:ines.
Un circuit de plusieurs jours dans Ia region du
Mungo et dans la region Bamil&k6 conduisit
M. Aujoulat et M. Soucadaux le 12 juin i
N'Kongsaml'a, le 13 a !Dschang, le 14 a Bafang,
le 15 a M'Banga.
Le vendredi 16 juin, M. le Secretaire d'Etat
posa le premier bloc des nouvelles installations
du port de Douala. M. Ic Haut-Commissaire prit
la parole a cette occasion pour souligner la situa-
tion privilgiec du port de Douala < qui, apres
l'achevement des travaux, pourra assurer on
traffic annual d'un million de tonnes >, puis il a
demand < aux esprit chagrins d'avoir plus de
patience et de confiance en la mbre patrie qui
se trouve h I'avant-garde de l'amelioration 6cono-
mique et sociale des pays 6conomiquement fai-
bles. > A soa tour, M. le Secretaire d'Etat invita
Europeens at Africains a s'l6ever au-dessus des
querelles st.iriles. Aux critiques 6mises par cer-
tains, il opposa les felicitations decernses par le
Conseil de 'utelle a l'Administralion franchise
au Cameror n.
Apres arnls h Edda et l Esdka, M. Aujoulat
et M. Soucalaux arrivErent le 17 juin h Yaound6
ofi M. le Secr6taire d'Etat devait presider les
c6r6monies commemoratives du 18 juin 1940.
Rentr& a Paris le 22 juin, M. Aujoulat se plut
a insisted, d ins une declaration, sur l'importance
des travau:t entrepris pour quintupler la capa-


eitc du port de Douala. <, Cette extension du port
se fait, dit-il, a un in ,ment ofl la production (bois,
huiles, bananes...) grice h la modernisation de
I'dquipement va croitre d'annee en annde... >,
Puis il ajouta : < Tout le monde espere que
cette rdalisation scra compl6t6e par le lancement
du pont sur Ie Wouri. Ainsi scraient relies les
deux pounions economiques du Cameroun, celui
de I'Oucst et celui du Sud, et seraient 6vit.es en
m6me temps les menaces constantes d'asphyxie
qui present sur certaines productions faute de
moyen faciles d'vaciuation. >
Soulignant << l'avancement des travaux du
plan > : r6seau routier autour de Douala, bar-
rage d'Ed6a, scierics modernes, 6quipement ur-
bain, etc..., M. Aujoulat affirma : < Ici aussi
l'apport du F.I.'D.E.S. aux Territoires d'Outre-
Mer constitute une r6alit6 tangible. >>
Il se placa, pour terminer, sur le plan social,
distant :
< Les progres de la population du Cameroun
s'accomplissent dans une atmosphere de con-
fiance et de cordiality. Deux revendications es-
sentielles m'ont l.i pr6sentics tout au long de
la route : d'abord l'am6lioration de l'habitat
africain et la misc i la disposition des Gamierou-
nais de moyens de construction ; ensuite, le d6-
veloppement de l'6ducation des filles qui devrait
Wtre mende parallclement a l'education masculine
en vue d'6viter un diesquilibre social que I'6lite
camerounaise redoute particuliercment.
< Des services sociaux, d'initiative officielle ou
priv6e, orients vers l'assistance a la famille et
a l'enfance, rencontrent tant a Yaound6 qu'A
Douala l'accueil enthousiaste des populations.
<< Enfin le moment vient ofi il faudra obtenir
la transformation en lycee du college de Yaoun-
d6. Nous voudrions en I'aire le lyce.e G6ndral
Leelere. >


INFORMATIONS


La catastrophe de Bahrein

Les 12 et 14 juin une catastrophe adrienne
sans pr6cddent endeuillait la ligne Saigon-Paris.
Le Minis -ire de la France d'Outre-Mer avait la
douleur de computer parmi les disparus un fonc-
tionnaire d,. haute valour, M. Henri MAUX, ing6-
nieur en cl:ef des Ponts et Chaussdes, inspecteur
general de,; Travaux Publics.


Nt en 1901 h Bziers, M. MAUX etait entr6 h
Polytechnique en 1920. Dis 1927 ii faisait deux
sejours successifs au Cambodge et en 1932 il
s'6tait sp6cialis6 dans I'hydraulique agricole du
Sud de l'Indochine. En 1926 it avait Wt6 d6tach6
a Geneve a la SociWte des Nations et avait itc
charge d'une mission en Chine.
En 19,40, il avait accept le Commissariat gn&e-
ral :u chemage d'oif il ddmissionnait en 1942.








Apres un passage a la Direction du Personnel du
Ministere des Colonies il etait nomm6 en 1945
chef de la Mission 6conomique francaise en Ex-
treme-Orient.
Au moment de l'accident M. MAUX revenait
de Saigon oh il avait pris une part active et de
premier plan A la preparation de la Conf6rence
Inter-Etats.
M. Letourneau, ministry de la France d'Outre-
Mer a d6pos6 lui-m&me la Croix de la L6gion
d'Honneur an course d'un service h la m6moire
du disparu c616br6 le 20 juin h Saint-Francois-
Xavier, en presence d'une assistance fort nom-
breuse et recueillie, oi l'on remarquait M. Albert
Sarraut, ancien Pr6sident du Conseil, Pr6sident
de la delegation francaise a la Conf6rence Inter-
Etats et maintes personnalit6s indochinoises.

Les pelerins africains a Paris

Retour de Rome, quatre cent cinquante pele-
rins d'Afrique Noire ont assistC, le 4 juin, a la
v6neration des reliques de la Passion. La cer6-
monie s'est d6roul6e sous la pr6sidence de Mgr
Feltin, archeveque de Paris, en presence de MM.
Letourneau, ministry de la France d'Outre-Mer ;
Aujoulat, secr6taire d'Etat h la France d'Outre-
Mer ; Coste-Floret, ancien ministry, et de nom-
breux parlementaires, A Notre-Dame de Paris.
L'archeveque a souligne que c'6tait la pre-
miere fois qu'un group aussi important de
catholiques noirs 6tait accueilli A Notre-Dame.
Traitant de la paix, il a d6clar6 : < Ce n'est pas
en donnant des signatures que nous la servirons
le mieux, mais en pratiquant la charity chr6-
tienne. >>
Le sermon a Wte prononce par Mgr Rama-
rosandratana, de Madagascar.

**

M. Letourneau, ministry de la France d'Outre-
Mer a recu, le 5 juin, dans les jardins du. mi-
nistere, les pelerins africains, retour de Rome,
de passage h Paris.
Mgr Feltin, archeveque de Paris ; MM. Juglas,
president de la Commission des Territoires d'Ou-
tre-Mer a l'Assembl6e Nationale, Boidons, ancient
president de l'Assemblee de l'Union Francaise ;
Delavignette, directeur du cabinet de M. Letour-
neau, 6taient, notamment, presents.
Dans une breve allocution, M. Letourneau a
soulign6 la signification de ce pllerinage afri-
cain : < Vous avez 6tW i Rome a-t-il dcclar6 -
le visage vivant de 1'Union Frangaise. Votre p6le-
rinage est la preuve que nous n'avons cess6 d'e"re
fiddles a notre ideal traditionnel, c'est-A-dire a
ne pas s6parer la France de la ohretientW.


< I1 n'y a pas de difference entire les races et
les nations. II n'y a pas, A Paris, de difference
entire les fils de la France. Oh qu'ils habitent, ils
restent fils de la France. Of qu'ils habitent, ils
restent fils de la mime patrie, units par les mn-
mes sentiments fraternels.
< Repartez-donc a-t-il conclu -- en bons fils
de France et en bons chr6tiens. Vous .savez que
la France ne vous abandonnera pas, elle sait
qu'elle peut computer sur vous, et, par ma bouche,
elle vous dit un grand merci. >>
M. Letourneau a, ensuite, proced1,' a )IIlusieurs
remises de decorations.
Les plerins avaient WI. prie6demnlient recus a
I'Hotel de Ville de Paris. Ils 6taient conduits par
Mgr Lefevre, d6ligu6 apostoliquc de I)akar.
Le general Gross, vice-pr6sident du Conseil mu-
nicipal de Paris, leur a souhait6 la bienvenue.
C'est un chef noir de Yaound6 (Cameroun) M.
Atagana, qui, sur l'invitation de Mgr Lef6vre, a
r6pondu au general. II a, notamment, affirm la
fid6lit6 de tous les noirs d'Afrique a la cause
franchise.

... c Lisieux

Le 6 juin, un train special a amen6 L Lisieux,
les pelerins de l'Afrique Noire, conduits par Mgr
Lefevre, d616gu6 apostolique.
Accueillis au Carmel, par Mgr Germain, direc-
teur du pelerinage ther6sien, et Mgr Fallaize,
ancien 6veque du Grand Nord, ils furent, ensuite
recus a l'h6tel de ville de Lisieux, pir la muni-
cipalit6, reception a laquelle assistai. 6galement
le sous-pr6fet de Lisieux.
Dans son allocution, le maire de la ville a d6-
clar6 a ses h6tes :
< En France, vous Rtes chez vous, car, come
nous, vous Rtes Francais. Vous emporterez de
notre ville le sentiment de la fraternity extraor-
dinaire du monde chr6tien, malgre les differences
de langue et de couleur. C'est la la seule valeur
spirituelle capable de cimenter la paix des peu-
ples. >> Et d'exprimer la reconnaissance de
Lisieux aux populations africaines qui se sont
ralliees pour d6fendre le patrimoine de la mire
patrie : < C'est dire ce que nous pouvons sentir
d'affection en vous accueillant, vous les freres
franrais d'Afrique en cc jour du 6 juin qui, en
marquant le d6but de nos 6preuves, laissait
entrevoir notre lihbration don't les tapes avaient
commence en terre d'Afrique. >
Au nom des pelerins, M. Alexandre Augrand,
conseiller g6n6ral du S6n6gal, a dit combien il
6tait sensible A ces paroles d'accueil et il a salu6
les pionniers de la France catholique qui avaient
apport6 la civilisation franchise. 11 a constat6 que
t si la Franse, la mere patrie, n'a pas la paix,








l'Afrique, elle non plus, ne l'aura pas. 2 Et il
a conclu sor allocution par ces mots qui furent
ohaleureusement applaudis :
< La France avec nous Nous avec la
France >

... a Versailles

Le 7 juin M. Jacques Fourcade, president de
l'Assembl6e de l'Union Francaisc, et le Bureau
de cette Ass.mbl6e ont donn6 une reception, au
pelerinage j abilaire de l'Afrique Noire, au Palais
de Versaille:..
Plusieurs centaines de pelerins entouraient
Mgr Lefevre, d6legu6 apostolique pour les terres
frangaises ea Afrique Noire, qui 6tait assisted de
Mgr Legenheim, &v6que du Togo, et de leurs
pasteurs.
M. Fourcade a prononc6 une allocution, de-
clarant a ses h6tes, que << c'tait une grande joie
pour lui que de les recevoir dans cette illustre
maison, tonioin du glorieux pass de la France,
devenue le siege de cette Assembl6e ofi se res-
serrent, chaque jour, dans un labeur constant et
constructif, les liens qui unissent la France a la
Grande Afrique et aux territoires d'Outre-Mer.
II a terming en leur adressant un message au
nom de l'Union Francaise don't la conclusion
6tait marquee par les mots < G6nerosit6, Justice,
Fraternity (t Amiti >.
L'abb6 Ci trice, conseiller de l'Union Frangaise,
se faisant l'interpr6te des pelerins, a remercid le
President de l'Assembl6e de l'Union Frangaise de
l'accueil qu'il leur a rcserv6 et a rappel que
< seule la fraternity des peuples devait constituer
le lien dominant des rapports entire la France et
les territoires d'Outre-Mer.
Les p$lei ins out, ensuite, visit les sales r6-
serv6es a 1'Assembl6c de l'Union Francaise et le
chateau de Versailles, puis ont regagn6 la capi-
tale.


Un expose de M. Senghor a I'UNESCO

Prenant la parole h la conference g6n6rale de
I'U.N.E.S.C.O. auprbs de laquclle il repr6sente
la France, M. LUopold Sedar Senghor, President
du group des ind6pendants d'Outre-Mer A l'As-
semblie N:itionale, a d6fini les bases de la coo-
p6ration qil'il preconise entire Francais de la me-
tropole et ;epr6sentants arabes et noirs des ter-
ritoires af icains francais afin d'6tablir une poli-
tique unifi6e dans ces territoires.
< L'6re du nationalism est r6volue a-t-il dit
notamment. J'estime, pour ma part, que les ter-
ritoires fr.incais d'Afrique devraient, normale-
ment, ten ire a la formation d'une federation
frangaise 1'Etats au sein de laquelle chaque
membre juirait de l'autonomie.


M. Senghor estime que l'autonomie politique
ne doit pas exclure une etroite collaboration\avec
la France et d'autres pays de 1'Europe et se pro-
nonce, de mime, pour une solidarity culturelle et
6conomique 6troite avec les autres territoires
africains actuellement sous la d6pendance de la
Grande-Bretagne, du Portugal et de la Belgique.
< Pas plus qu'un individu, un people ne peut
atteindre seul h un plein d6veloppement a dit
M. Senghor toutes les grandes civilisations
sont le rdsultat d'interpEndtration de cultures.
< L'Afrique doit se servir de la pens6e et des
d6couvertes techniques europdennes ainsi que de
la chrktiente pour d6velopper sa propre origina-
lit6, notamment en culture et en musique. L'Afri-
que a une mission a remplir dans le monde et
une voix qui doit 6tre entendue. Il n'est pas dans
mes intentions de sacrificr la morale a la poli-
tique. A mon avis, il ne peut pas y avoir de pro-
gras en Afrique si la modernisation apporte, dans
sa phase primaire, la corruption et si elle fait
perdre aux peuples le sens qu'ils ont du beau et
du bon. >
Et M. Senghor conclut : << Pour ma part, le but
que je poursuis est la complete independance et
l'autonomie de 1'esprit. Mon id6al n'est pas d'etre
civilis6 ou europeanise, mais de rester moi-mime
dans une authentique individuality et de ne pas
Wtre esclave aussi bien intellectucllement que mo-
ralement. >


Conferences des secretaires gen6raux
de la France d'Outre-Mer

Faisant suite a la Conference des Hauls-Com-
missaires, qui s'est tenue le mois dernier i Paris,
une Conference des Secr6taires Generaux des
Territoires d'Outre-Mer s'est ouverte, le 19 juin,
au ministere de la France d'Outre-Mer, sous la
prdsidence de M. Letourneau, ministry de la
France d'Outre-Mer, accompagun de M. Aujou-
lat, Secr6taire d'Etat.
Cette Conference; A laquelle participaient MM.
Chauvet (A.O.F.), Grimald (A.E.F.), Maltier, re-
pr6sentant M. Gautier (Madagascar) et Jourdain
(Cameroun) a 6tudi6 les modalit6s d'application
des questions administrative, financicres et
techniques souligndes lors de la conference des
Hauts Commissaires.
Le vendredi 23 juin, M. Aujoulat pr6sidait la
stance consacr~e aux questions de sante, aux
probl6mes sociaux et a l'inspection du travail.
Le lundi 26, il envisageait avec les hauts fonc-
tionnaires r6unis les possibilities de confier A
certain autochtones des functions de comman-
dement dans leurs territoires apris les avoir sou-
mis A des stages A I'E.N.F.O.M. ou dans de gran-
des administrations mitropolitaines.

19








Les. changes entire la metroF
franCais d'Outr
Tableau comparatif des cl
entire la m6tropole et les
d'Outre-Mer au course des mo


et 1938 :
France d'Outre-liler

Importatione ..........
Exportations ..........

Balance < France d'Ou-
tre-M er > ...........
Les importations ont 6t5
compensdes par les ex-
portations a concur-
rence de ............


A


i64


Lo film < au service d- I'Af
Sons le titre general < Au
en march >, cinq films ser
tournes par la SociRtd d'Ap
graphique en A.O.F. ct en A


,ole et les territoires Cette soci&te a dejh tourn6, en 1947, des docu-
e-Mer mentaires tels que << Au Pays des Pygmnes ,,
<< Pirogues sur 1'Ogou >>, < Danses congolaises >,
changes commerciaux et, en 1949, le film < Les paysans noirs >, tir6
territoires francais du roman de M. Delavignette, directeur du cabi-
1is de mai 1950, 1949 net du ministry de la France d'Outre-Mer.
Une mission, composec de MM. Andr& Lemaire,
billiards dc francs qui la dirige ; Vaudiau, administrateur des Co-
1938 1949 1950 lonies, charge des relations ; Jacques Dupont,
1,1 20,0 23,0 r6alisateur ; Edouard Sechau, cameraman ; Jean
0,7 28,1 26,0 Rabier, assistant, et de l'interprlte Casimir Gaye,
S est partic, depuis le commencement le l'ann6e,
pour r6aliser ces cinq films qui sont tournis
0,4 + 8,1 + 3,0 pour le compete du F.ID.E.S. Is comprennent :
Un film general sur le plan d'6quipement et
de modernisation de I'Afrique Noire ; trois films
spdciaux sur << le Palmier a huile >, tourney au
% 141 113 % Senegal ct au Dahomey ; << le Bois >, tourney en
C6te d'Ivoire, et << 'Arachide >, tourney au S6nd-
gal. Enfin, deux documentaires seront tourn6s
rique en marche > au ICameroun, montrant, l'un, 1'aspect politique
Service de l'Afrique du Territoire, et l'autre, son aspect social.
ont, proohaincment, Cette mission compete terminer ses travaux a
plicationn Cinemato- la fin de l'ann6e et les films pourront paraitre
.E.F. sur les &crans des le commencement de 1951.


MANIFESTATIONS DIVERSE


Le voyage des elus de I'Union Francaise
dans I'est de la France

Les elus d'Outre-Mer, appartenant aux irois
Assemblies et ayant a leur tate MM. Roclore,
vice-pr6sident de 1'Assembl6e Nationale ; Kalib,
vice-president du Conseil de la REpublique, et la
princess Yukanthor, vice-presidente de 1'Assem-
blWe de 1'Union Francaise, invites par les Conscils
GCenraux des d6partements de l'Est, sont arri-
v6s A Metz, le 9 juin.
A leur descent du train, ils ont 0e6 sales. par
M. P6rillier, inspecteur general de l'Adminis-
tration pour la sixieme Region, r6ccment nom-
me resident general de France en Tunisie, ainsi
que par le general Zeller, commandant la sixinme
region militaire et gouverneur de Metz ; MM.
Serot, conseiller de l'Union Francaise ct prisi-
dent du Conseil general de la Moselle ; Mondon,
ddput&-maire de Metz et diverse personnalit6s
civiles et militaires de la region.
Leur souhaitant la bienvenue, M. Serot a sou-
lign6 qu'il considerait cette visit come un des
moments les plus significatifs et les plus 6mou-


vants de sa carricre : << QuelTe joie pour tous nos
compatriotes, a-t-il dit, de recevoir les represen-
tants de populations lointaines auxquelles les
attachent tant de souvenirs communs de souf-
frances, d'6preuves ct de gloire. Avec vous, c6te
h c6te, ils ont lutt6 pour le mnme iddal et, comme
vous, ils n'ont qu'un but : la paix du monde. >
M. Perillier s'est associ6 aux paroles de bien-
venue pronounces par le Pr6sident du Conseil
general de la Moselle et, au nom de tons les par-
lementaires, la princess Yukanthor a adresse
ses remerciements pour l'accueil qui leur 6tait
reserve.
iDans le grand salon d'honneur de la Mairie,
les representants de la France d'Outre-Mer ont
Rt6 accueillis par le pr6fet M6cheri, venu de Paris
en voiture, pour les saluer au nom du Chef de
l'Etat, et par Mgr Heintz, 6veque de Metz.
M. Mondon, deput&-maire de. Metz, a prononce
quelques paroles pour dire l'honneur et la fiertd
que ressent Metz de cette visit : x Metz n'oublie
pas a-t-il d6clar6 que c'est sur les rives du
Tohad et sur les plages du Gabon et de l'A.E.F.
avec le gouverneur general Ebou6, que se sont
lev6s les premiers rayons de sa liberation.








AprBs que M. Kalb, vice-president du Conseil
de la R6publique, eit remercid le maire de Metz
au nom de ses collgues, une rapide visit de la
cathedrale eut lieu, pric6dant le depart de la
caravan pour Thionville a travers le bassin sid6-
rurgique.
M. Robert Schuman, ministry des Affaires
Etrangeres, A Thionville depuis l'apres-midi, a
recu les repr~sentants d'Outre-Mer des leur arri-
vee dans cotte ville.
A l'issue du banquet, qui leur a Wte offert dans
la soir6e, M. Schuman a tenu a rendre hommage
a M. Pdrillier : iCe soir, oi M. Pdrillier accom-
plit son dernier acte de super-pr6fet en recevant
les parlementaires a declare le ministry -
nous pouvons lui dire combien grande est notre
reconnaissance. Dbs ce soir, je voudrais dire, iga-
lement, combien nous savons apprecier ceux qui
eherchent a nous comprendre et nous compren-
nent. C'est l8 tout le secret. C'est 1I, ~galement,
tout le sec:iet de l'Union Frangaise et M. Perillier,
dans ses nouvelles functions, aura pour mission
de comprendre et de conduire la Tunisie vers le
plein pa nouissement de ses richesses et de
1'amener vers l'ind6pendance qui est l'objectif
final pour tous les territoires au sein de 1'Union
Frangaise. II faut, cependant, accepter les dl4is
ncessaires et si cette entreprise reussissait, la
France, au course de son histoire si longue, aura
accompli une nouvelle fois sa mission civilisa-
trice.
Le ministry a termin6 son allocution en d6cla-
rant qu'il avait voulu parler en enfant de ce
people lo::rain qui a vu deux liberations en une
generation et qu'il voudrait qu'h leur retour les
parlemen'aires aient le sentiment & que nous
voulons echafauder cette grande chose que sera
1'Union Francaise, notre grand espoir pour I'ave-
nir.
Poursuivant leur voyage par la route, les 6lus
d'Outre-Mer sont arrives a Carling, oi, recus par
M. Duhameau, president du Conseil d'adminis-
tration des Charbonnages de France, ils ont visited
la nouvelle Centrale g6nerale thermique < Emile
Huchet >.. d'une puissance actuelle de deux cent
mille kw.,, destin6e a utiliser les has products des
houill6res du bassin de Lorraine.
La caravane s'est, ensuite, dirig6e a travers le
bassin houiller, vers Merlebach, Petite-Rosselle
et Forbaoh pour gagner Strasbourg. Ils)ont iet
recus, A la prefecture, par le Conseil g6n6ral et
par M. P'aira, pr6fet du Bas-Rhin, entoure de
nombreuses personnalit6s civiles et militaires,
puis ont assisted un d6jeuner a 1'H6tel de la
Prefecture.
A l'issue de ce dejeuner, M. Thomann, presi-
dent du Conseil gdndral du Bas-Rhin, a remercid
les parlementaires d'avoir bien voulu accepted
l'invitation des d6partements de l'Est. II a assure


ses auditeurs que personnel n'oublie; en Alsace,
la part genereuse prise par les soldats de l'Union
Frangaise dans la liberation du territoire.
M. Lamine-Gueye, d6put6 de Dakar, r6pondant
au discours de M. Thomann, I'a assure que
l'Union Francaise est une grande famille dans
laquelle ohacun se sent chez lui.
< La France, dit-il, ne doit plus s'enfermer
dans ses frontieres, mais se mettre A la hauteur
de son territoire ties cinq continents. Ces terri-
toires ne doivent avoir qu'une seule volonte :
faire une grande France ; tons ses habitants doi-
vent se sentir des associes et, surtout, nei pas
avoir honte les uns des autres. >
Apres une visit du port du Rhin, des coins les
plus pittoresques de Strasbourg et les installa-
tions du Conseil de 1'Europe, les parlementaires
out quitt6 Strashourg pour le Mont Sainte-Odile
et le vignoble alsacien. Ils ont gagn6, enfin, le
Hohwald, ofi un diner leur a Wt, offert, avant leur
depart pour Colmar.
M. Naegelen a soulign6 l'ocuvre immense ac-
complie par la France dans les d6partements
Nord-Africains ct a laquelle tant d'Alsaciens
6taient et sont encore associ6s.
< On dit, sans doute, dans certain milieux
--- a-t-il ajout6 que la France ne serait plus
rien qu'une petite nation h la remorque d'on ne
sait qui, sans ses territoires d'Outre-Mer, mais
on ne peut concevoir la France sans ces terri-
toires, et ces territoires cux-mnmes ne seraient
plus rien s'ils cessaient de b6ndficier de notre
vieille civilisation. >
Le Gouverneur general de 1'Alg6rie a conclu
alors en affirmant que la France sera toujours
fiddle a son pass. < Restons unis, a-t-il dit, dans
le sein de l'Union iFrancaise ct dans le sein de
la France oui il y a place pour tout le monde. :
A Colmar, les parlementaires de 1'Union Fran-
.aise ont Wte recus par la prefecture du Haut-
Rhin et par la municipality de Colmar, qui leur
a offert un vin d'honneur.
A l'issue du d6jeuner offert h Orbey, divers
discours ont et6 prononc6s, notamment par
M. Bernys, pr6fet du Haut-Rhin, qui a exprim6
aux parlementaires totes sa joie de les avoir
recus dans ce d6partement oh est n6 Victor
Schoeloher ; puis, par M. Borra, S.F.I.O., d6put6
de Constantine, et par M. Nguyen Huy Lai, qui,
au nom de ses colleagues de Vietnam, a exprime
sa joie d'avoir particip6 h ce voyage d'amiti6 qui
lui a permis de connaitre l'une des plus belles
regions de la France. I1 s'est fait l'interpr6te de
ses confrbres du Vietnam pour adresser, aux peu-
ples de 1'Union FrancaiSe, a l'Alsace et h la Lor-
raine, son salut fraternel. 11 a conclu en souhai-
tant que l'amiti6 des peuples, don't ce voyage
constitute la plus belle image, les conduise vers
la paix et la prospnrit6.








Puis M. Sissoko, depute S.F.I.O. du Soudan, a
insistV sur le 'fait que l'Union Francaise occupe
le centre de la civilisation.
Les parlementaires unt repris la route pour
Vittel, en passant par le col de la Schlucht. Apres
un arr&t a G6rardmer et h Dompaire, devant le
monument erig6 h la m6moire du general Leclerc,
ils sont arrives ha Vittel ofi un diner et une soiree
de gala ont Wte organisms en leur honneur.
Apres Vittel, les repr6sentants de 1'Union
Francaise sont arrives h Nancy, poursuivant leur
I voyage d'amiti >> h travers les ddpartemcnts
de l'Est. Ils ont 6td requs, a la prefecture, par
M. Samana, prefet de Meurthe-et-Moselle, entour6
notamment de MM. Louis Marin, president du
Conseil g6n6ral ; Lionel Pelerin,, s6nateur-maire
de Nancy ; ,Delavignette, directeur des Affaires
politiques au minister de la France d'Outre-Mer,
representant le ministry, et le g6enral Zeller,
commandant la mime region.
Ils se sont ensuite rendu h l'H6tel de Ville, oil
un grand banquet de cl6ture leur a Wet offert,
sous la pr6sidence de M. Louis Marin.
A l'issue du dejeuner, M. Samana a present
les excuses de MM. Bidault, president du Con-
seil ; Letourneau, ministry de la France d'Outre-
Mer ; Aujoulat, secr6taire d'Etat h la France
d'Outre-Mer ; Queuille, ministry de l'Interieur,
empeches, par les circonstances, d'assister A cette
reunion.
Plusieurs discours ont, ensuite, Wet prononces :
< Malgre toutes les menaces qui s'accumulent
a d6clar6 M. Marin que de signes de renou-
veau qui se confirment en vous voyant, vous qui
repr6sentez 1'Union Francaise. Ce que vous ne
savez pas, c'est l'influence de votre visit, sa
valeur pour nous tous. >
Prenant, a son tour, la parole, M. Lamine-
Gueye a 6voqu6 les problemes de l'Union Fran-
caise : < Le nouveau destin des peuples a-t-il
declare notamment c'est 1'interd6pendance,
mais pas l'interd6pendance dans 1'isolement. Ce
n'est pas tout de faire l'Union Francaise. II faut
la garder et un malentendu a souvent plus d'im-
portance qu'une haine s6culaire.
IDernier des orateurs, M. Jacques Fourcade,
president de l'Assemblee de l'Union Francaise, a
ensuite digagd la signification de ce voyage dans
les provinces de 1'Est et a conclu :
< Par la communaut6 d'un ideal, fail de la
passion de la justice, du goft de la liberty, du
sens de l'humain, qui r6unit, autour du symbol
et de la r6alit6 franCaise, les Ames de tant de
peuples, se degage et s'affirme une civilisation
qui s'avere h l'abri des 6preuves du temps. >
A l'issue du banquet, les 6lus d'Outre-Mer ont
visit la ville et ont Wte requs a l'Universit6, der-
nitre reception avant leur depart vers Paris.


La delegation du Cambodge a I'assemblee
de !'Union Franraise offre un diner en I'honneur
de M. Fourcade

La princess Yukanthor, vice-pr6sidente de
l'Assembl6e de 1'Union Francaise, et la dl16ga-
tion du Cambodge ont offert, le 9 juin, au < Cer-
cle de la France d'Outre-Mer >> un diner en l'hon-
neur de M. Jacques Fourcade, president de l'As-
sembl6e de l'Union Francaise, autour duquel on
remarquait MM. Son Sann et Penn Nouth, mi-
nistre des Affaires Etrangeres et ministry d'Etat
du Cambodge ; MM. Monnerville, president du
Conseil de la R6publique,; Letourneau, ministry
de la France d'Outre-Mer, et M6cheri, repr6sen-
tant le President de la R6publique.
A l'issue du diner, M. Penn Nouth a remis au
president Fourcade, de la part de S.M. Norodom
Sihanouk, roi du Cambodge, la plaque de Grand
Officer du Sahac-Metrey (ordre de l'Union dans
l'Amitid).

Discours de M. Monnerville

A I'occasion des ceremonies d'inauguration du
canton don't il est le conseiller general, M. Gas-
ton Monnerville, president du Conseil de la Re-
publique, a prononc6, le 18 juin, A Sousceyrac
(Lot), un discours dans lequel, parlant des pro-
blemes de 1'Union Frangaise, il a rappel6 que la
France est venue, dans les pays d'Outre-Mer,
avec la mission inscrite dans la Constitution, celle
d'amener tous les peuples a la liberty.
< II faut savoir a-t-il d6clar6 faire, au
moment opportun les concessions necessaires
pour en conserver le b6n6fice moral et, ainsi,
rester fi'dble A la haute conception que se font,
de la France, les populations d'Outre-Mer. Trop
souvent, nous consid6rons qne temporiser, c'est
r6soudre les problemes. C'6tait quelquefois exact
au siicle dernier ; ce ne l'est plus aujourd'hui,
ofi l'on doit computer avec l'6volution rapide des
populations. >>
Abordant la question de l'unit6 europeenne et
du plan Schuman, le Pr6sident du Conseil de la
Republique a exprim6 le souhait que cette entente
international sur le carbon et l'acier soit suivie
d'autres ententes 6conomiques sur le plan agri-
cole et il a soulign6 que, de ces accords, ne doivent
pas 6tre cxclus les pays d'Outre-Mer < qui, avec
la m6tropole mbre, constituent la veritable Union
Francaise. >

Une conference i la soci6t6 de G6ographie
dconomique
Le 21 juin, a un d6jeuner de la SociWte de Geo-
graphie 6conomique, M. Lemaignen, president
directeur g6n6ral de la S.O.C.O.F.A.O., vice-pr6-








sident de l:I Chambre de Commerce internatio-
nale, a fait in expose sur < les investissements
de capitaux en Afrique Noire >.
L'orateur a insisted sur la necessit6 d'envisager
ce problbmo. du point de vue africain : << Si la
technique n'est pas repens6e a l'intention des
populations locales a-t-il d6clar6 nous
allons certoiinement a un 6chec. >
M. Lema gnen a, ensuite, inum6r6 les secteurs
sur lesquels vont porter les investissements et
a insist su r la n6cessit6 de s'appuyer sur le capi-
talisme locil, en particulier pour r6soudre le pro-
blWme de l'liabitat. < Mais a-t-il ajout6 les
possibilities financibres venues de l'extCrieur ne
doivent pas etre rejet6es ; il nous appartient seu-
lement de l2s canaliser. > II a cependant soulign6
A ce sujet que les capitaux strangers n'afflue-
ront que si des garanties suffisantes leur sont
donnees.
Abordanl. la question de la mise en valeur de
l'Afrique par l'Europe dans le cadre du Plan
Schuman, :d. Lemaignen a exprim6 l'opinion que
si l'Allemagne n'est pas h carter de l'Afrique, la
question d:)it Wtre 6tudide avec prudence.
< L'enscmrble du problime a conclu I'ora-
teur doit etre vu avec les yeux des popula-
tions local .s et en function des r6alites locales. >


MM. Aujoulat et Soucadaux president
une conference sur le docteur Jamot
Le Dr Aujoulat, secr6taire d'Etat a la France
d'Outre-M:'r, et M. Soucadaux, Haut-Commissaire
de la Rplpablique au Cameroun, ont preside, le
9 juin, ah 'Ecole Nationale des Ing6nieurs des
Arts et M tiers, une conference du iDr Marcel
Bebey Ey'di, sur le Dr Eugene Jamot, don't les
recherches furent consacr6es a la lutte centre la
maladie da sommeil.
Le sujet de cette conference avait servi de
theme L M. Bebey Eyidi pour son doctorate.
A l'issue de cette conference, le Dr Aujoulat a
felicit6 le Dr Bebey Eyidi, Africain autochtone,
soucieux le rendre justice a l'oeuvre d'un grand
m6decin francais don't la mimoire est ven6r6e en
Afrique.
M. Aujoulat a, ensuite, remis la L6gion d'Hon-
neur h M. Benoit Mengue, architect, et l'Etoile
Noire du Benin h M. Joseph Ekame, assistant
g6ometre.

L'a ssemblee g6nerale de I'association
des inienieurs pour la France d'Outre-Mer

L'Association des ing6nieurs pour la France
d'Outre-ler a tcnu, le 16 juin, son assemble
g6nerale annuelle, sous la presidence de M. Jules
Ramas, )resident de l'Association. A l'issue de


cette assemblee, un diner a reuni les membres
de 1'Association et leurs invites, sous la pr6si-
dence du colonel Guelfi, chef d'6tat-major du
ministry de la France d'Outre-Mer, repr6sentant
M. Letourneau. Dans 1'assistance on remarquait
des repr6sentants des ministres des Travaux Pu-
blics, de l'Industrie et du Commerce, des Affai-
res Etrang6res, des diverse Assemblies, ainsi
que MM. Jacobson, Louis Pineau, Belin, I'amiral
Le Bigot.
*L'Association a examined les resultats et ensei-
gnements du Congrics-Exposition qui s'est tenu,
1'an dernier, a Paris, sous ses auspices et don't
l'expos6 d6taill6 sera, prochainement, public par
ses soins.

A I'Association des Ecrivains de la Mer
et de I'Outre-Mer

L'Association Nationale des Ecrivains de la
Mer et de l'Outre-Mer a donn6 son diner trimes-
triel, le 2 juin, a l'aCroport d'Orly.
Aprbs une allocution de son President, M. Jean
d'Esme, M. Georges Duhamel, de l'Acadmnie
Frangaise, a souligne, dans une improvisation,
< qu'en matiere de politique colonial, la France
n'avait a recevoir de leqon de personnel et que le
devoir de l'6crivain Rtait de tmioigner de son
action civilisatrice. >
M. Maurice Bedel, de retour d'un long p6riple
qui 1'a mene de Dakar i 1'Ile Maurice, a fait une
conference sous le titre < Visions d'Afrique
Noire >, dans laquelle, passant rapidement en
revue l'activit6 de la France dans les Territoires
d'Outre-Mer, il a soulign6 l'importance de l'effort
actuellement entrepris, tant sur le plan econo-
mique que dans les domaines social, politique et
cultural.
M. Maurice Bedel a conclu : < Apr6s avoir
compare les situations cr~6es en Afrique par les
diff6rents peuples colonisateurs qui s'en parta-
gent la responsabilit6, je crois, sans faire Ih du
chauvinisme, que le systime francais s'avcre le
meilleur parce que le plus pros de l'humain.


Les r6compenses de la Soci6te d'Encouragement
au bien

iLa Soci6td Nationale d'Encouragement an Bien
a remis ses r6compenses annuelles le 4 juin, dans
le Grand Amphithd~itre de la Sorbonne, en prd-
sence de M. Vincent Auiiol, Pr6sident de la R&-
publique, et de M. Paul Bacon, ministry du Tra-
vail.
Les deux < Premieres couronnes civiques >
la plus haute des recompenses de la Societe -
ont 6t1 attributes, l'une, h titre posthume, au









g6n6ral Leclerc, doni le fils, Michcl de Hautc-
clocque, 6tait dans la salle, I'autre, aux Soeurs
missionnaires de Notre-Dame des Apotres, qui
ont cr66e, en C6te d'Ivoire, la ville d'Adozpo, oi
sont soign6s les 16preux.

Le prix Gilbert Maroger

Le jury du < Prix Gilbert Maroger >, prix cred
par 1'Association national des Ecrivains de la
Mer et de l'Outrc-Mer, s'est r6uni, le 21 juin.
Etaient presents :S.A.R. la princess Ping
Peang Yukanthor ; MM. Pierre Argence ; Ra-
phael Barquissau ; Jean d'Esme ; Maurice Guier-
re ; Georges Vally.
M. Pierre de Pedrals s'6tait fait excuser. Con-
voques par correspondence : MM. Maurice Ge-
nevoix et Ed. Peisson.
Apris discussion, le Prix a (ti dicernd, a
l'unanimit6, a M. Henri Povdcnot, pour son livre
< 'Le Point de Chute >.
Les noms de MM. Auguste Joyan pour << Bolain
d'Esnambuc > et Georges Dclaguys i)Our < Jean-
Bart > avaient Wtd prononc6s dans un change de
vues prialable. Le premier de ces ouvrages avait
Wt6 6cart6 ayant recemment obtenu le < Prix des
Antilles >>.


A la Societe des Beaux-Arts
de la France d'Outre-Mer

Les diff6rentes commissions de l'Acad6mie des
Beaux-Arts, de la Societe des Artistes Francais,
de la Societ6 Nationale des Beaux-Arts, du Salon
d'Automne, du Salon National Independant, et
de la Societe des Beaux-Arts de la France d'Ou-
tre-Mer, constitutes en jury, out proced6 A l'at-
tribution des bourses de voyage d6cernees annuel-
lement au < Salon .par la Societe des Beaux-
Arts de la France d'Outre-Mer :
Prix de l'Afrique occidentale franchise : Mme
Schwenck (Marthe), culpteur ; en second ligne.
M. Fontaine (Michel), peintre.
Prix de 1'Afrique 6quatoriale franchise : M.
Ragueneau (Paul), peintre ; en second ligne,
Mme Fleury (Louise), peintre.
Prix de Madagascar : M. Lantoine (Fernand),
peintre ; en second line, Mine Kinsbourg (Cla-
risse), sculpteur.
Prix du Maroc : M. Gianelli (Antoine), peintre;
en second ligne, M. Deschamps (Raoul), peintre.
Prix Dumoulin pour 1'Alg6rie : M. Gibert (Lu-
cien), sculpteur ; en second ligne, Mme Farey
(HCl6ne), peintre.
Prix de la Tunisie : M. Saule (Maurice), sculp-
teur ; en second ligne, Mme Kinsbourg (Claris-
se), sculpteur.


Acad6mie des sciences coloniales
L'Acad6mie des sciences coloniales a tenu le
vendredi 2 juin, sous la presidence de M. Emile
Prudhomme.
M. le S6nateur Durand-Rdville, dans la com-
munication qu'il a faite, a regrett6, particuliere-
ment dans les circonstances internationales ac-
tuelles, l'ignorance des Francais en ce qui con-
cerne l'histoire et la geographie des Territoires
d'Outre-Mer.
A la demand du Pr6sident de la deuxieme
section le siege qu'occupait le general Hur6 a Rt&
d6clar6 vacant.
L'Acad6mie a tenu une autre seance le ven-
dredi 16 juin sous la pr6sidence de M. Charles
Michel-Cbte. Son Excellence Monseigneur Ron-
calli, nonce apostolique, assistant h cette reunion
au course de laquelle Mgr Leynaud, archevIque
d'Alger, membre de 1'Acad6mie, a pris stance.
II a 6t1 recu par M. Jacques Ladreit de Lachar-
riere qui a rappel6 les Rtapes de sa vie ecclesias-
tique avant qu'il ne soit intronis6 archeveque
d'Alger en mars 1917. M. de Laoharriere a insist
sur la contribution personnelle qu'a apport6e le
r6cipiendaire aux recherches archeologiques en
Afrique du Nord.
Dans sa reponse, Mgr Leynaud, ancien secr6-
taire de Mgr Lavigerie, a rappel6 par des souve-
nirs personnel < l'homme > tel qu'il I'a connu ;
puis il parla du < colonisateur > Mgr Lavige-
rie fut un des premiers A cultiver la vigne en Al-
g6rie -, du < grand missionnaire africain >
qui mena la croisade antiesclavagiste et fonda
l'ordre des Peres Blancs et enfin du << grand
Francais > don't les opinions, alors discutees, pa-
raissent avoir Rt6 proph6tiques.
Enfin, le vendredi 23 juin, sous la presidence
de M. Charles Michel-C6te, derniere stance du
mois de cette Assembl6e.
Le general Juin 6tant retenu au Maroc par les
devoirs de sa charge, M. Jean Marie a bien voulu
se faire son porte-parole et donner lecture de
I'allocution de bienvenue que le R6sident general
d(sirait adresser, au nom de l'Acad6mie, a M. Eu-
gene Guernier qui prenait seance. Dans cette
allocation Ic general Juin a rappel6 le r6le de
M. Eugene Guernier au Maroc et a suivi dans ses
6crits la pens6e d6sint6ressie qui n'a jamais cess6
d'eclairer son action.
M. Eugene Guernier, dans la premiere parties
de son remerciement a rendu hommage a la m&-
moire de Leon Perrier, son pr6idcesseur, dans
la deuxibme parties il a defendu la politique de
colonisation pratiquee par la France, politique
qui se transform actuellement pour crier
1'Union Francaise.











'm ^^gpfS


NOUVELLES D'OUTRE-MER


INDOCHINE


Haut-Commissariat
de France


L iE H a u t-Commnii;-
saire Pignon s'est
rendu le 1" juin
i Phnpm Pcnh, ac-
compagn du gtniral
SCarpentier, commnan-
dant en chef des for-
ces francaises d'Ex-
treme-Orient, pour presider la premiere reunion
du Haut-CGmitR militaire franco-cambodgien.
Le 15 jiin, M. Pignon est revenn i Phn6m
Penh pour signer avec S.A.R. Monipong les ac-
cords d'ap locationn du trait franco-camlbodgien.
La veillh, A Saigon, le haut-commissaire avait
pr6sidc la premiere reunion du Haut-Comite mi-
litaire franco-laotien.
Le 19 jitin, en mime temps que les chefs des
gouvernenients cambodgien et laotien, M. Pignon
a pris l'av on pour la France pour suivre les tra-
vaux de 1:. Conference Inter-Etats qui s'est ou-
verte A Patu le 29 juin.
A son :scale h Bahrein, le haut-commissaire
s'est arrdta pour se recueillir sur les tombes des
victims et rendre visit aux rescap6s des decu
accidents ,;urvenus aux avions de la line Saigon-
Paris queques jours auparavant.
Arrive i Paris le 21 juin, M. Pignon a assist
le lendemain A une reunion en vue de la prcpa-
ration de la Conference des Chefs des gouverne-
ments de!: Etats associds, pr6sid6e par le Prisi-
dent de la R~publique, conference qui s'est tenue
le 28, A 1Elys6e.
Le 28 jain, M. Pignon a accompagn6 le minis-
tre de la France d'Outre-Mer qui s'est rendu a
Pau pour ouvrir la Conference Inter-Etats.


N6gociations avec le Vietnam


Une compagnie ie navigation adrienne appelee
Air-Vietnam a 6te cr66c avec des capitaux fran-
cais et vietnamiens. Elle assurera des liaisons
interieures.
Des conventions relatives au Contentieux et 6
la Marine Marchande ont ete signees le 14 juin..


D6placements de personnalit6s

Le g6enral Carpentier s'est rendu en France
- oh il est arrive le 5 juin pour assister aux
importantes reunions tenues au course du mois
de juin par le Conseil Sup6rieur de la Guerre
don't il est membre. Le commandant en chef des
Forces Francaises d'ExtrCme-Orient etait accom-
pagn6 des chefs de hataillon Maillote et Bon-
houre.
Le 19 juin, le g6enral Alessandri, Commis-
saire de la R6publique pour le Nord-Vietnam et
commandant de la zone d'op6rations du Tonkin,
est reritr6 en France en cong6. Le g6enral Ma-
chaud, qui etait son adjoint, assure l'interim de
ses functions militaires, et l'Administrateur Re-
nou a pris int6rimairement les functions de Com-
missaire de la Republique.
M. Fortier, ancien commandant de la 94'
division ambricaine, haut fonctionnaire du S.O.
A.P. (Commandement Sup6rieur des Forces Al-
li6es) a fait, au d6but de juin, un sejour d'une
semaine en Indochine au course duquel 11 a eu
de nombre,ux entretiens avec les hautes authorities
militaires francaises a Hanoi et Saigon.
M. Malcolm Mac Donald, commissaire g&-
n6ral britannique en Extreme-Orient. venant
passer une dizaine de jours en Indochine, est
arrive Saigon le 19 juin. II a eu une longtime
entrevue avec S.M. Bao Dai avant le depart du
souverain pour la France.








Questions communes
aux trois Etats Associes

L'aide Am6ricaine

Le 26 mai s'est r6unie h Saigon une conf6-
rence A laquelle participaient : le Haut-Commis-
saire, le Pr6sident TrAn Van Huu, S.E. Khuong
Nay, repr6sentant le gouvernement cambodgien,
S.E. Tiao Souvanna Phouma, repr6sentant le
gouvernement laotien.
Cette conference a commence l'examen des
questions de principle relatives A l'aide am6ri-
caine, conform6ment A la suggestion formul6p
par le gouvernement am6ricain. Ce conseil ainsi
constitu6 se r6unira par la suite aussi souvent
qu'il sera n6cessaire. Par ailleurs, line commis-
sion sp6ciale constitute par des ministres que d6-
signeront les Chefs des trois Etats d'Indochine,
suivra ces questions en liaison avec les autorit6s
francaises et la mission 6conomique am6ricaine,
afin de r6soudre les problemes d'interet com-
mun.
M. Blum, chef de la mission bconomique spe-
ciale amBricaine en Indochine, a precis6 le 6
juin, dans une conference de press, que l'aide
am6ricaine sur le plan 6conomique en favcur des
trois Etats associes se montera A 23.500.000 dol-
lars jusqu'au 30 juin 1951. Elle tendra A r6parer
les dommages causes par les troubles et A res-
taurer une vie 6conomique normal. L'aide sera
accord6e directement aux trois Etats, mais
M. Blum se tiendra en liaison avec le Haut-Com-
missaire.
Le 7 juin a eu lieu une premiere conference
entire M. Blum, le Haut-Commissaire, et des re-
pr6sentants des Etats associ6s. II a Wt6 envisage
de tenir, chaque fois qu'il sera n6cessaire, des
reunions communes analogues. II semble que
M. Blum entend contr6ler dans le detail l'emploi
qui sera fait de cette aide.
M. Grant, expert medical pros la mission eco-
nomique am6ricaine, a declare ult6rieurement
que l'aide m6dicale destined aux trois Etats
s'l61vera A 6 millions de dollars.

Conference inter-Etats

C'est le 29 juin, A Pau, que s'est ouverte la
conference inter-Etats r6unissant les repr6sen-
tants de la France, du Vietnam, du Cambodge et
du Laos.
Cette conference quadripartite fermera le cy-
cle des n6gociations et des accords bilat6raux
qui ont 6t6 signs apres change de lettres entire
le President de la R6publique francaise et le
souverain du Vietnam le 8 mars 1949, le souve-


rain du Laos le 19 juillet 1949, et le repr6sentant
du souverain du Cambodge le 8 novembre 1949.
D'autre part, les conventions annexes ou par-
Xticulieres ont 6t6 sign6es par le haut-commis-
saire de France en Indochine a Saigon avec le
Vietnam, le 30 d6ccmbre 1949 ; A Vientiane avec
Ic Laos, le 6 f6vrier 1950, et A Phn6m Penh avec
le Cambodge, le 15 juin 1950, r6glant divers pro-
blWmes tels que : l'unit6, les questions diploma-
tiques, militaires, judiciaires ct culturelles.
Le r6glement des questions 6conomiques ct
financieres, qui avait 6t6 r6serv6 dans l'int&ret
des quatre Etats, fera l'objet de cette Conference
de Pau qui d6terminera la composition et 1'6ten-
due des pouvoirs de ces organisms mixtes. Sa
competence s'btendra sur : 1" le service des
transmissions ; 2o le contrble de l'immigration ;
3 le commerce ext6rieur et les douanes ; 4 le
tr6sor ; 5' le plan d'6quipement.
Les quatre d616gations participant aux travaux
de la Conf6rence sont ainsi composes :
La d616gation franqaise, pr6sid6e par M. Al-
bert Sarraut, comprend MM. Bour I Ministere
F.O.M.), Sergent (Ministrre des Finances), Ris-
terucci, *P6navaire, Bourgoin.
La d616gation vietnamienne, pr6sidi'e par M.
Nguy8n Trung Vinh, gouverneur du Sud-Viet-
nam, comprend MM. Duong Tan Tai, Hoang
Cung, L6 Quang Huy, Tran van Tuysn, MM.
Nguyen van Bau, Tran van Meo, Luu van Tinh,
H6 van Tinh, Nguyen Dac Kh6, Le tai Truong et
divers experts.
La d616gation cambodgienne, pr6sid&e par S.E.
Sum Hieng, ancien vice-president dI: Conseil
cambodgien, comprend LL. EE. les ministres An
Chhoeun, S.E. Thonn Ouk, S.E. Chhoum, direc-
teur des R6gies Nationales, des experts (MM.
Huot San Hat, De Lens, administrateur en re-
traite, Ulrich, administrateur).
La d616gation laotienne, pr6sid6e par S. E.
Phouy Sananikone, president du Conseil, LL.
EE. les ministres Tiao Souvanna Phouna, Thao
Leuam, Thao Nhouy Ahhay, M. Ouroth Souvan-
navong, conseiller de l'Union francaise. M. Ngon
Sananikone, et M. Valmary, ancien Commissaire
de la R6publique au Laos, sont attaches A la
d616gation comme experts.
M. Maux, ing6nieur g6n6ral des Travaux Pu,
blics, qui a trouv6 la mort dans I'accident
d'avion de Bahrein le 12 juin, alors qu'il se ren-
dait en France justement pour particiner A la
conference, devait presider la commission des
experts frangais. Sa perte a 6t6 cruellement res-
sentie dans les milieux 6conomiques orientaux,
car it avait Wte appel6 a suivre et A prisider de
nombreuses conferences dans le Sud-Est asiati-
que, au nom de la France et des Etats associ6s.








Conference des Etats Associes

La Conference de Pau a Wte prc6d6ee par une
conference des Etats Associes qui s'est ouverte
a Paris au Palais de 1'Elys6e, sous la presidence
(le M. Vincint Auriol, president de l'Union Fran-
faise.
Du c6te francais, autour de M. Georges Bi-
dault, president du Conseil, MM. Queuille, vice-
pr6sident (u Con.seil, ministry de l'Int6ricur ;
Rene Mayer, Garde des Sceaux, ministry de la
Justice ; Schuman, ministry des Affaires Etran-
g&res ; Pl. ven, ministry de la Defense Natic-
nale ; Petsche, ministry des Finances et des Af-
faires Ecoriomiques, et Letourneau, ministry de
la France d'Outre-Mer.
Du c6tt (les Etats Associes, la dClCgation cam-
bodgicnne :e composait de S.A.R. le prince Mo-
nipong, LI. EE. Sonn Sann et Sum Hieng ; la
d6l6gation laotienne, de S.E. Phouy Sananikone,
S.A. Souvanna Phouma, et S.E. Thao Leuam ;
et la delIgation vietnamienne de S.E. Tran van
Huu, S.E. Nguyen Trung Vinh et S.E. Tran van
Tuyin.
Dans une allocution d'ouverture, le Pr6sident
de la RWpL blique, apres avoir souhait6 une ami-
cale bienvnue aux d6Clgations des Etats asso-
cis', a precise l'objet et la porthe de cette r6u-
nion, qui loit permettre, aux reprtsentants des
Gouvernenients du Cambodge, du Laos et du
Vietnam, le faire connaitre, A leurs collogues
frangais, dans un libre change de vues, les
prIoccupations de leurs gouvernements dans les
diff6rents :lomaines.
Apres les exposes d'ensemble des Presidents
du Conseil du Vietnam, du Cambodge, et du
Laos, et di ministry de la France d'Outre-Mer,
un large d1bat s'est ouvert sur les questions
d'&conomin et de finance ;,sur l'organisation et
le d6veloplpement des armies nationals et sur
les moyen:. propres a r6tablir l'ordre et la secu-
rit6 ainsi ([ue sur les problmes de poitlique ex-
tiricure in tressant l'Extr&me-Orient.
L'ordre du jour prevoyait I'6tude des principles
d'organisal.ion et de fonctionnement du Haut-
Conseil de l'Union Francaise.
Apris un change de vues, il a 6te constat6,
sur les dilf6rentes questions examines, un ac-
cord complete et il a Wte d&cidd de preparer un
project de texte organique qui sera soumis au
Gouvernernnt de chacun des Etats int6ress6s et
ulterieureinent au Haut-Conseil lors de sa pre-
miere r6ul ion.
Le president de l'Union Franaise a remercii
les menib es de la conference de leurs commu-
nications !t s'est ftlicit& de l'esprit de confiance
et d'amiti. don't clles temoignent entire tons les
membres de 1'Union Frangaise.


Gouvernement central du Vietnam

Activit6s du Gouvernement vietnamien
et du Chef de I'Etat

Le Conseil de Cabinet du 3 juin a examine Jes
questions relatives a la prochaine conference
inter-Etats, et a mis au point la convention sur
les jurisdictions mixtes. Le Conseil, d'autre part,
a arretd un project d'amnnagement de Saigon-
Cholon comportant la construction de logements
a loyers mod6rds, notamment au moyen d'une
subvention do 2 millions de piastres. Parmi les
autres measures examinees, on note un project de
reform coinmunale, l'organisation de la radio-
diffusion, la creation d'un Service d'6ducation
physique.
Le 9 mai, le Conseil de Cabinet a adopted un
texte instituant des measures anti-terroristes ex-
ceptionnelles, notamment au moyen de tribu-
naux sp]ciaux, et un text d'exception centre la
corruption des fonctionnaircs, ainsi qu'un project
de statut des fonctionnaires.
Le D6c Phu Su Nguyen Van Tam a 6di desi-
gn& come directeur general des Services de S6-
curite publlique du Vietnam en replacement de
M. Nguy&n Van Day. Le D1c Phu Su Nguyen
Van Trim, qui fut ministry du Gouvernemnent
provisoire de la rdpulblique de Cochinchine, fut
en 1945 (detenu par les Japonais puis par le Viet-
minh. Bless6 en combattant les Victinih en oc-
tobre 1945, il cut deux do ses fils ex6cut6s par
le Vietminh.

Activit6s du Chef de I'Etat

S.M. Bao Dai est venue i Saigon le 15 juin et
y a prlsid(e le lendeinain les c6r6monies c616-
brees a l'occasion d la << fete comminmorative de
la restauration national > (Hang Quoc Khanh
Niem) qui comminore l'av'nement de S.M. Gia
Long. Au course d'une c6r6monie au tombeau de
Mgr Pigneau de BChlfine, 6veque d'Adran, (qui
fut I'artisan de la restauration de S.M. Gia Long,
ancetre de S.M. Bao Dai), il fut donned lecture
de 1'61oge funebre de l'6vtque d'Adran par 1'em-
pereur Gia Long.
Le 17 mai, S.M. Bao Dai a proc6d6 6gale-
ment h Saigon, a l'installation du Conseil Haut-
Censorat (qui est charge cssentiellcment de con-
tr6ler la march de I'administration vietnamien-
ne). Cette ceremonic s'est d6roul6e en presence
des ministres, du corps diplomatique, des hauts
fonctionnaires vietnamiens et du haut-commis-
saire Pignon.
Les six membres qui composent le Haut Cen-
sorat sont choisis par le souverain qui assure
lui-mime la presidence de cet organism.









Apres avoir conf6r6 avec M. Mac Donald,
commissaire g6n6ral britannique en Asic du
Sud-Est, qui est arrive en Indochine le 19 juin,
S.M. Bao Dai a quitt6 Saigon par avion le 20 juin
A destination de la France pour y offectuer un
s6jour de quelques semaines, a I'effet de revoir
sa famille et de suivre dc plus pres les travaux
de la conference inter-Etats.
Le president TrAh van Huu ct le gouvcrneur
Nguyen Trung Vinh, qui devaient participer aux
travaux de cette conference, ont accompagn6 le
souverain et sont arrives A Paris le 21.
Le 28 juin, accompagn6 de la d616gation vict-
namienne a la conference inter-Etats, le Chef du
Gouvernement s'est rendu a Pau, apres etre pass
par Cannes saluer leurs Majcst6s l'empercur
et l'imp6ratrice, et prendre les dcrni6rc instruc-
tions du chef de 1'Etat.


Relations ext6rieures

De nouveaux pays ont rcconnu 1'Etat du
Vietnam, gouvern6 par S.M. Bao Dai.
Le 27 mai :la Colombie.
Le 28 mai :le Chili.
Le 2 juin :la Republique de Salvador.
Le 22 juin : la Rpublique d'Haiti.
Le 26 juin : le Nicaragua.
Le secr6taire g6n6ral de l'O.N.U., M. Tryg-
ve Lie, a invite, dans un message adress6 le 10
juin, le gouvernement vietnamien A designer son
repr6sentant A la Conf6rence' d'assistance tech-
nique de l'O.N.U. qui s'est ouverte a Lake Suc-
cess le 12 juin. Le gouvernement n'a pu d6f6rer
A cette invitation A cause du peu de temps s6pa-
rant la reception de l'invitation de la reunion de
la Conference.

L'admission du Vietnam a I'Organisation
international du Travail

La candidature du Vietnam a l'Organisation
International du Travail a Genive avait Wte pr6-
sente au d6but de l'ann6e 1950 par le President
de la R6publique, President de 1'Union Francaise.
Son admission 6tait strictement subordonn6e a
la possibility pour cet Etat de ralifier en toute
ind6pendance les conventions internationales du
Travail.
La presentation de la demand d'adh6sion du
Vietnam h 1'O.I.T. par le Pr6sident de l'Union
Francaise impliquait la reconnaissance par la
France des droits et obligations du Vietnam cn
tant que membre de cette organisation interna-
tionale, ainsi que le droit de proc6der librement
A la ratification des conventions internationals
du Travail.


Dans sa stance pl6nibre du mercredi 21 juin
l'admission du Vietnam & 1'O.I.T. a 6t6 acquise
par 132 voix pour, 0 voix contre et 11 abstentions.


L'aide am6ricaine

Le 5 juin a cu lieu la premiere reunion com-
mune entire la mission 6conomique americaine
dirig6e par M. Robert Blum et la commission
Vietnamienne qui comprenait, outre le president
TrAn van Huu et les ministres L6 Quang Huy,
Duong Tan Tai et Hoang Cung, les gouverneurs
des trois Ky.
S.E. Tran van Huu a remerci6, dans une allo-
cution, le gouvernement americain pour son aide
g6n6rcuse, et a r6affirm6 la volont6 do son Gou-
vernement < de g6rer les prestations am6ricaines
avec le maximum d'utilit6 et d'efficacit6. >> I a
apprbuv6 le project d'accords bi-lat6raux sugg6-
r6s par les U.S.A., systmec qui lui parait pr6sen-
ter les garanties de souplesse n6cessaires. Enfin,
il a judicieusement soulign6 que l'aide am6ri-
caine no saurait dispenser le people vietnamicn
<< des efforts propres n6cessaires i son rel6vc-
ment.
M. Blum, dans sa r6ponse, a precis6 que la
listed des denr6es ou products A recevoir par le
Vietnam serait function des besoins et des de-
mandes di gouvernement vietnamien, et qu'au-
cune listed a priori n'avait C6t 6tablie. Enfin il
a insist sur le faith que l'aide am6ricaine est due
A un sentiment de solidarity d6mocratique et de-
vrait done 6tre utilis6e dans un sens d(mocrati-
que.


D6placements de personnalites

Le 5 juin, S.A. le prince Buu L&c s'est
rendue de Dalat A Phat Diem pour effectuer une
mission aupres de Mgr L Huu Tu.
Le 6 juin, le gouverneur du Nord-Vietnam
cst parti pour Saigon ou il a eu d'importants
entretiens avec le president Tran van Huu au
sujet de la r6partition et de la distribution de
l'aide frangaise et americaine au Vietnam, don't
la majeure parties est destine au Nord du pays.
Le 11 juin, le Dr. Dang Huu Chi est revenue
au Vietnam, accompagn6 du Dr. Trinh van D6ng,
directeur de la Sante du Centre-Vietnam, aprbs
avoir particip6 aux travaux de l'Organisation
Mondiale de la Sant6 A Genive.
Le 11 juin est rentr6 au Vietnam A bord du
< Pasteur >, lc premier contingent d'officiers
victnamiens -- comprenant deux capitaines et
onze lieutenants et sous-licutenants -- qui ont
faith un stage do huit mois A l'Ecole inter-armes
de CoEtquidan.








Creation d'un nouveau parti politique

Un nouveau parti politique a U6t constitute, le
6 juin, au course d'une manifestation organisde
au Th6eatre municipal de Hanoi. Ce parti a pris
le nom de < Phong Trao Qu6c Gia Binh Din >>
(Parti Nat:onal Populaire Vietnamien) est pr6si-
de par M. LI Thang, ancien secretaire d'Etat aux
Affaires Otrangbres dans les pr6ecdents gouver-
neinents victnamiens.
Dans un message adress6 A S.M. Bao Dai, M.
Li Thang declare que le nouveau parti, << cssen-
ticllement nationalist ct democratique, se fera
un devoir d'appuyer la politique constructive du
chef de l'ltat. >


Dissolution de I'Association GCnerale
des etudiants vietnamiens en France

< L'Association Generale des Etudiants Vict-
namiens en France >, d'ob6dience communist
victminh, a e6t dissoute le 15 juin, d'apris un
d6cret public dans le Journal official du mnC ne
jour, au titre du Minist6re do I'Int6ricur de
France.


Nord-Vietnam

Les services de stirct6 du Nord-Vietnalm out
6te passes au Gouvernement vietnamien le 14
juin au c.ours d'une c6r6monic ia laquelle assis-
taient le president Tran Van Huu ct le D6c-phu
Tam.
A cctte occasion, le chef du Gouvernement
vietnamien a fait un court sejour a Hanoi, du
12 au 15 juin.
Le 1" juin, M. Tran Quang Vinh, accompa-
-gn6 du gouverneur Nguyen Huu Tri, a inspcct6
les formations militaires vietnamiennes station-
n6es a Hanoi, et 1'Ecole des cadres de la Garde
civil du Nord-Vietnam.
M. Hoang Cung, ministry de l'Economie du
Gouvernement vietnamien, a visit le 12 juin, en
compagnie du Dr. John Grant, expert medical de
la mission 6conomique am6ricaine en Indochine,
et de M. Wendell Blanke, consul americain a
Hanoi, la region de Son-TAy, de Trung Ha et de
Hung Hoa. Cette region, qui avait 6t6 compltec-
ment 6vacu6e fin 1948, sur l'ordre d'H6-Chi-
SMinh, et oil le Vietminh avait pratiqu6 la poli-
tique de la terre britle, est maintenant occup6e
par deux cent mille habitants, en d6pit des diffi-
cult6s considerable de ravitaillement qui obli-
gent, notamment, les paysans a recourir aux dis-
tributions de riz du gouvernement dans l'attente
de la rkcolte de novembre.


Centre-Vietnam


Le Gouverneur Pham van Giao qui est on
mnme tenmps inspecteur general des armies viet-
naniennes, s'est rcndu le 27 mai dans l'archipel
des Paracels pour inspector ces iles et faire un
rapport anu Chef de 1'Etat sur lour situation. S.M.
Bao Dai avait, dans une ricente declaration, rap-
pel6 que les iles Paracels faisaient parties du
territoire national vietnamien.
-- Huc a re(u le 17 juin la visit de M. Vuong
Quang Nhuong, ministry de l'Education Natio-
nale, qui a tenu A inspector les etablisscments
de la capital du Centre-Vietnam, en premier
lieu, apres son r6tablissement des suites de l'at-
tentat don't il avait it6 victim i Saigon au d6but
du mois.


Sud-Vietnam

Le 27 mai, Ic president Tran Van Huu a
pr6sentt6 A S.M. Bao Dai M. Nguyen Trung Vinh
qui avail et6 nomm6 gouverneur du Sud-Viet-
nam. D'origine cochinchinoise ct apparent A
S.M. 1'Imp6ratrice Nam Phuong, M. Vinh a 616
miinistre des Finances dans le premier gouverne-
ment central provisoire victnamien.
Du 18 an 21 juin, des f6tes sc sont d6rou-
lies ia T'ay-Ninh i1 l'occasion du 60" anniversaire
du << H6 Phap > Pham C6ng Tac, sup6rieur du
Caodaisine de Thy-Ninh.
M. Dinh Xuan Quang, secr6taire d'Etat A
la function publique, a entrepris une tournde
dans la region de H6c-MOn. Le ministry a pu no-
tammennt constater que Ba-Dimni, particuli6re-
ment 6prouv6 au course des ann6cs 1946-1949, se
relive rapidement de ses ruines.


Cambodge

S.M. Sihanouk, apres avoir pris en main la di-
rection de l'Etat au moment le plus crucial de
la crise gouvernementale, a estime que le mo-
inent 6tait venu oi0 un nouveau gouvernement
pouvait travailler sur des bases solides et dans
une atmosphere largement eclaircie ; en cons6-
quence le souverain a charge S.A.R. le prince
Sisowath Monipong de constituer un nouveau
minister.
Le prince Monipong ayant men6e bien sa
tAche, le 5 juin s'est d6roul6e, dans la salle du
Tr6ne du Palais Royal, en presence du roi et du
commissaire de la R6publique, M. dc Raymond,
la c6r6monie de installation du nouveau gou-
vernement ainsi constitu6 :








President du Conseil, Ministre
de 'lnterieur et Ministre de
I'lnformation. ............
Ministre des Affaires Econo.
miques et du Plan ........

Ministre des Finances ........

Ministre de la Defense Natio- ."
nale .....................

Ministre de la Justice ........

Ministre des Travaux Publics
et des Communications ....

Ministre de l'Education Natio-
nale et de la Jeunesse ....

Ministre de l'Industrie et du
Commerce ...............

Ministre de la Sant6 et de
l'Action Sociale ............

Ministre des Cultes et des
Beaux Arts ................

Ministre des Affaires Etran-
gires ................ ...

Ministre de l'Agriculture et de
l'Elevage ................


Dans la proclamation qu'il a adress6e au peu-
ple cambodgien A l'occasion de l'entree en fonc-
tion de son cabinet, le nouveau chef du Gouver-
nement a bross6 un tableau de la situation ac-
tuelle au Cambodge, soulignant les difficulties et
les graves probl6mes que le Gouvernement et le
people ont A connaitre, et A lance un appel A
l'union de tous les Cambodgiens.


Signature des accords d'application du traits
franco-cambogien

Le 15 juin, au Palais du Gouvernement, 23 ac-
cords d'application du trait franco-cambodgien,
du 8 novembre 1949 ont ete signs par le pr6si-
dent du Conseil cambodgien S.A.R. Monipong et
le Haut-Commissaire Pignon.
La signature des vingt-trois documents cons-
tituant les accords a eu lieu, en presence de nom-
breuses personnalites francaises et cambodgien-
nes, parmi lesquelles, le prince Monireth, repre-
sentant du Roi et le Commissaire de la R6publi-
que De Raymond.


S. E. le prince MONIPONG.

S.E. RAY LAMOUTII.
(Redr. nat.).
S.E. Au CHHOEUN.
(Independant).

S.E. VOEUN SAI.
(Technicien).
S.E. CHAN NAK.
(Union nationale.

S.E. TIM KENN.
(R6nov. khmere).

S.E. PITOU DE MONTEIRO.
(Technicien).

S.E. CHEA CHINKOC.
(Dim. progr.).

S.E. NEAL PHLENG.
(Liberal).

S.E. MEANS HELL.
(Liberal).

S.E. SON SANN.
(DWmocrate).

S.E. KHON NAY.
(Ddmocrate).


Le prince Monipong et M. Pignon, dans les al-
locutions prononc6es au course de cette cekrmo-
nie, ont insist sur la confiance amicale et sin-
cere qui preside aux relations entire la France et
le Cambodge.
Le 1" juin a eu lieu A Phn6m-Penh, sous
la double presidence de S.M. Sihanouk et du
Haut-Commissaire, la premiere reunion du Haut-
Comit6 militaire franco-khmer, A laquelle assis-
taient le g6enral Carpentier et les hautes auto-
rites khmeres.
S.E. Tioulong a ete nomm6 d6lgu6 royal
a Battambang et charge de prendre contact avec
les rebelles issaraks pour des ralliements 6ven-
tuels. A cet effet il est entr6 en rapport avec les
chefs rebelles Tak et Hull.
S.M. Sihanouk a d6sign6 S.E. Tep Phan
pour administer le secteur autonome de Siem-
reap. II a ete charge de proc6der A une reorgani-
sation complete de la region afin d'apaiser les
frictions qui avaient pu naitre entire l'armee
royale khmere et le corps franc khmer com-
mand6 par Dap Chhuon (Ancien issarak rallied
I'an dernier).


Suppression de la ferme des jeux
Le Gouvernement cambodgien a decide de ne
phs renouveler le contract d'affermage de la ferme
des jeux du casino de Phn6m-Penh, contract qui
arrive A expiration le 10 juillet 1950.


Laos

Reunion du Haut-Comite militaire franco-laotien

Le Haut-Comit6 militaire franco-laotien s'est
reuni, le 14 juin, au Palais Norodom A Saigon.
S.M. le Roi du Laos 6tait repr6sentee par S.A.
le prince h6ritier et le gouvernement royal par
S.E. Phouy Sananikone, president du Conseil. Du
c6te francais si6geaient, avec le haut-commis-
saire, le g6enral Alessandri, commandant en chef
par interim des forces francaises d'Extreme-
Orient, et le colonel de Brebisson, chef d'Etat-
Major.
Au course de cette seance ont ete examines les
probl6mes relatifs A la valorisation et au d6ve-
loppement de l'arm6e national laotienne, ainsi
qu'A l'attribution et A la reception de l'aide mi-
litaire am6ricaine au Laos. Le Haut-Comit6 mi-
litaire a 6puis6 son ordre du jour et est parvenu,
sur toutes les questions 6tudi6es, A un complete
accord.










INFORMATIONS MILITAIRES


Dans cette p6riode deuxieme quinzaine de mai
A deuxieme quinzaine de juin c'est le Nord du
pays qui a Wt le thditre des principles opAra-
tions ; ailleurs, c'est surtout une activity terrorist
qui a Wt6 enregistr6e, A l'exception d'un violent
accrochage dans le Centre.
Dans le Nord-Vietnam, pendant la second
quinzaine de mai, la zone-frontiere a connu une
activity accrue du c6t6 des rebelles. Ces derniers
avaient pour objectif la prise du poste de Dong-Khe
qui, entire les mains des garnisons franco-vietna-
miennes, leur interdisait toute circulation entire la
haute region et la province chinoise de Kouang-Si.
Le 25 mai, mettant en action des effectifs impor-
tants et dc nombreuses armes lourdes et d'artillerie,
ils commencerent I'attaque de cc poste, qu'ils occu-
perent dans la nuit du 26 au 27, la garnison ayant
diu se replier devant le nombre des assailants. Mais
vu l'importance du poste de DBng-Kh6, le comman-
dant francais dAcida de contre-attaquer aussit8t
pour le r6occupes ; et dans la soiree du 27, des uni-
t6s de parachutistes, appuy6es par l'aviation de
chasse, reussirent a reprendre possession du poste
dans son integralit6. Des renforts venant ensuite par
voie de terre consolidrrent la position en nettoyant
la region environnante.
L'attaque de D6ng-Khe, qui constituait la princi-
pale 6preuve de force, ayant &chou6, ainsi que les
operations de harcelements centre les postes autour
de Cao-Bang et dans la region de Dong Dang, entre-
prises au meme moment, le Vietminh resta a partir
de cette date sur la defensive.
De notre c6te, nous avons surtout entrepris des.
operations locales, notamment dans la region de
D6ng Trieu, qui ont permis surtout de rdcuperer des
quantit6s importantes d'armement que le Viet-Minh
n'avait pu 6vacuer de ses ateliers de fabrication,
installs dans cette region.
Dans la region du delta, depuis la prise de Phu-
Ly le 21 mai, ce centre a servi de point de depart
d'op6rations qui ont amen la liberation des locali-
tes de Hung Nai et Dai Kiln. Ailleurs, la pacifica-
tion s'6tend d'une facon satisfaisante.
Dans le Centre-Vietnam, une snrie d'actions, A
30 kilometres environ au nord de Hu&, ont amene
la destruction de d6p6ts de munitions ; les rebelles
ont perdu, au total, 150 tues.
Dans le secteur de D6ng Hoi, une operation des-
tin6e A prot6ger la r6colte du riz dans le LA Thuy
s'est heurt6e A de snrieuses reactions adverse. Fina-
lement, contraints au combat le 24 mai, les rebelles,
retranch6s dans un village fortifl, ont oppose une
resistance .acharn6c et ont laisse sur le terrain
250 morts et de l'armement.
Des operations locales se sont deroulbes aussi sur
les plateaux et dans les planes cOtieres.
Dans le Sud-Vietnam, une operation combine
- terre, marine, air a eu pour but le nettoyage
du triangle Tanan-Cauke-Thanh-Phu, oi des units


du Viet-Minh avaient Wet signalees. Apres un sirieux
accrochage avec un des groupements op6rationnels,
les rebelles ont Wte pris A parties par l'aviation au
course de leur repli et ont subi des pertes severes.
Dans la region de Th6t-Not (sud de Longocuyin),
une bande rebelle, agissant isol6ment, a pu ktre
accroch6e. Elle a perdu 100 morts, de I'armement et
du materiel.
Dans tous les secteurs, l'activit6 des 6Alments
franco-vietnamiens lgers a Wte intense, et des
actions fructuheuses ont Wte men6es sans relfche.
L'activit6 rebelle s'est manifested surtout par des
actes de terrorism dans les agglomerations. Deux
attentats, dirig6s contre le ministry de 1'Education
national Vuong Quang Nhuong, le 4 juin. et contre
le directeur de l'Information du Sud-Vietnam,
Nguyin Quang Luong, le 13 juin, ont bless grieve-
ment ces derniers, sans cependant entrainer leur
mort. On a eu malheureusement A d6plorer le d6Acs
de M. Evans, sujet britannique, inspecteur general
d'une important manufacture de cigarettes, et d'un
autre Europben, M. Hartmann, assassins le 8 juin
par les hommes du Viet-Minh. Plusieurs des assas-
sins de M. Evans ont Wte arretes par la Sfret6 viet-
namicnne.









Ces derniers ont d'autre part attaquk, le 1" juin,
tin convoi descendant de Dalat vers Saigon, incen-
diant trois camions avant de se retire A l'arriv6e
des 6elments de protection.
Au Cambodge, A proximity de la frontiire sud-
vietnamienne, une important operation combine a
eu lieu pendant les derniers jours de mai et les
premiers jours de juin, et a permis A nos troupes
de r6cup6rer de nombreuses armes et munitions en
d6truisant de nombreux camps d'instruction rebel-
les et fabriques d'armes.


De son c6te, I'activite rebelle a Wte marquee par
des actions de guerilla dans la region Ouest et des
actes de sabotage de nos voies de communication
dans le Nord-Ouest. La protection de la r6colte du
poivre a Wte assuree dans le secteur Sud.
Au Laos, dans l'ensemble, le came a r6gn6.
Cependant on a note quelques actes de pillage et,
dans le has Laos, les Vietminh ont intensifl6 leur
action politico-militaire. L'activit6 des troupes s'est
consacree A la protection des convois et -A des re-
connaissances nombreuses.








AFRIQUE OCCIDENTALE FRANCHISE


Fi46ration


V Au arand conseil
SEVANT le Grand
Conseil de
_' 'en stance pl6ni6re et
4 ',: don't la session est ou-
verte depuis le 20
mai, M. Paul B6chard,
fHaut-Commissaire u,
la R 6 public u e en
A.O.F., a precise les
grandes lignes des diff6rentes conferences qui
se sont d6roulees a Paris.
Le Haut-Commissaire a tenu pr 6ciser
d'abord que, dans l'ensemble des questions 6vo-
qu6es, ce furent les probl6mes 6conomiques qui
ont 6t6 au tout premier plan des changes de
vues. En affirmant, de nouveau, les principles de
base de l'Union Francaise sur le plan de la poli-
tique pure, la Conf6rence a voulu que les bases
6conomiques d'une telle association soient tenues
et ne puissent 6tre remises en cause.
Nous ne pourrions constamment a d6clar6
en substance le Gouverneur g6n6ral acheter,
A la m6tropole, plus cher que les course mondiaux
et vendre a des prix plus bas. Une entr'aide doit
exister entire les diff6rents marches de l'Union
Francaise et, d'autre part, nous sommes en droit
d'attendre une protection pour nos products, pro-
tection semblable A celle qui joue pour certaines
productions de la m6tropole ou de l'Afrique du
Nord.
Des allegations erron6es a dit, plus loin, le
Haut-Commissaire ont laiss6 croire, parfois, A
un arret ou, tout au moins, A un ralentissement
du plan d'6quipement du territoire. Aucune limi-
tation n'est cependant, envisage.
Et, dans ce domaine, M. B6chard a 6numer6
les projects approuv6s par le Grand Conseil, qui
ont regu l'aval du D6partement.
II s'agit, tout d'abord, de la constitution de
la society < Air-A.O.F. >, puis de la creation de
la Soci6t6 Immobili6re, en C6te d'Ivoire et au
Soudan, notamment, soci6t6s au capital desquel-
les le Gouvernement g6n6ral apportera sa parti-
cipation.
Le D6partement a admis, 6galement, le prin-
cipe d'une large decentralisation en ce qui con-
cerne les soci6t6s d'6lectricit6, organismes qui
seront propres A chaque territoire ou A chaque
group de territoire ayant des difficulties 6cono-


miques. Les status sont, actuellement, a 1'6tude,
notamment pour les < grande chutes > en Gui-
n6e, en C6te d'Ivoire et au Soudan.
D'autre part, la gestion de l'a6roport de Dakar-
Yoff a 6te l'objet d'6tudes tr6s pouss6es et la
participation d'organismes priv6s et m6tropoli-
tains est envisage.
Enfin, une proposition est, actuellement, A
1'6tude pour la creation d'un service unique re-
groupant les diff6rents moyens de transports af-
fect6s aux fonctionnaires.
Examinant, ensuite, le budget special F.I.D.E.S.
1950-1951, M. Paul B6chard a rappel6 la confu-
sion cr6ee par la duality des attributions entire
Grand Conseil et Conit6 directeur et a fait 6tat
des principles critiques formul6es A Paris A
'encontre des projects elabor6s au Grand Con-
seil : sous-estimation des d6penses pour les
creations nouvelles, 6mieltement des credits et
n6cessit6 de coordonner les travaux, report de
credits trop important, etc...
Pour permettre une plus just evaluation des
besoins, un examcn pr6alable a 6t6 effectu6.
II a 6t6 indiqu6 que, pour 1'A.O.F., le volume
des credits de paiement sera, au depart, chiffr6
a quatre milliards et demi, chiffre qui apparait
comme insuffisant pour couvrir les besoins en
assurant le rythme actuel des travaux d'6quipe-
ment. II a soulign6 l'opportunit6 qu'il y aurait,
pour le Grand Conseil, A limiter l'examen du
budget F.I.D.E.S. au seul programme des credits
d'engagement et a r6server A un examen ult6-
rieur celui des credits de paiement.
Enfin, et concernant la liberation des. chan-
ges, M. Paul B6chard a insist sur le fait que < la
preference r6ciproque > jouant et devant de plus
en plus jouer entire la m6tropole et les diff6rents
territoires d'Outre-Mer, il serait n6cessaire que
soient r6tablis les droits de douane d'entr6e pour
les products strangers.
Le Chef de la F6d6ration a termin6 son expos
en soulignant combien il avait Wte frappe, au
course de ses divers d6placements dans la F6d6ra-
tion, par l'existence d'une veritable mystique du
Plan et a affirm sa conviction que tous les tra-
vaux seront men6s A bien.


Election au Bureau

Des differences d'appr6ciation ayant amend
des frictions au sein du Grand Conseil de l'A.O.F.
le Bureau de cette Assembl6e a d6missionn6. De
nouvelles elections se sont d6roul6es et ont
donn6 les r6sultats suivants :








Ont ill nominls :
Pr sident : M. Lamine Gueye (16 v. et 9 bull.
blancs) :
Deuxibme vice-president : M. Traore Tidiani
Secretaires : MM. Dey Ould Sidi Baba et Mau-
rice Yameogo ;
Questeur : M. Mamady Kourouma
Questeur adjoint : M. Segui Diouf.
M. Meignan, al)sent de Dakar, n'ayant pas d6-
missionn6, reste premier vice-president.

M. Paul 86chard inaugure la premiere stance
comit6 f6d6ral de tourism de I'A O. F

Le Comiit( federal du Tourisme de I'A.O.F.,
cr66 par arri6 aupres d(liberation du Grand Con-
soil, a tenu, le 24 juin, la premiere reunion de
sa session.
Celte s-ance inaugural a i&e presidee par M.
Paul-BCchard, Haut-Commissaire, qui a d6fini
les grades lines des activists de cet organism.
Le IHaut-Conmmissaire, en precisant quc le Co-
mitil ne diit pas, a son sens, sc substitute aux
dififrcents syndicats d'initiative existants, a sou-
ligne toute l'importance que represente, pour un
paysv, I'industrie du tourism.
11 a insist, en outre, sur Ic fait que, pour un
pays neuf come I'A.O.F., les efforts, au d6but,
doivent etre limits A des realisations rationnel-
les et qu'il strait n6faste de tomber dans le tra-
vers d'une propaganda hyperbolique.
II faudrait. au contraire, encourage les tou-
ristes pour lesquels la difficult du tourism
dans les regions d'Afrique Noire est, elle-meme,
un attrait.
M. Derriaud, directeur general des Affaires
Economiques et Pr6sident du Comite, a propose,
ensuite, la constitution du Comit6 permanent
appecle a donner son avis en dchors des sessions.
La premiere stance de travail sera, notam-
ment consaer6e au compte-rendu du troisiime
Congris international du Tourisme africain qui
s'est tenu, at Nairobi, en octobre 1949.

Presentation d'un h6licoptere
au gouvernement g6n6ral

Une presentation d'hClicoptere s'est deroul6e
le 21 juin. a l'a6rodrome de Dakar-Yoff. Les
caract6ristiques de l'apparcil : un Hiller 360
(rayon d'aetion, 250 kilometres : vitesse, 120 de
moyenne horaire) ont, tout d'abord, 6t6 pr6ci-
sees aux nombrcuses autorites civiles et militai-
res, rassemblees sur le terrain autour de M. Paul
Bechard, Haut-Commissaire. Puis, un premier
vol de demonstration a permis de constater les
rcmarquahles et curieuses conditions de mania-
bilit6 de cet apparel.


L'hIlicopltre, i hbord duiquel avail pris place
M1. 16chard. a ainsi atterri sur le terre-plein du
Gouvernement general.
Cot h6licoptere restera gn service en A.(.F.
pendant une quinzaine de jours. II sera utilis6,
notamment, par le Service de Sant6 pour r6pan-
dre des insecticides dans les environs imm6diats
de Dakar, puis par le Service des Eaux et For[fs
pour des photographies aeriennes.

Programme du bureau minier en A. 0. F

Le Gouverneur general Barthes, president du
Bureau Minier des Recherches de la France
d'Outre-Mer, est rentr6 a Paris depuis le 2 juin.
Au course d'un sejour d'une semaine dans la
capilale fC6drale, M. Barthes, en faisant le point
des principles activities du Bureau de la F6de-
ration, a surtout mis sur pied les grandes lignes
du programme de reclierches pour I'exercice
1950-1951.
En accord avec le Gouvernement g6enral et le
Grand Conseil, un plan a Wte Clabore, portant sur
un budget d'ensemble de l'ordre de six cent mil-
lions de francs mntropolitains.
M. Barthes en a precise les grandes lignes.
En soulignant que le Bureau Minier de recher-
ches ne peut intervenir que sur l'initiative des
Territoires et en poss6dant les permits de recher-
ches reglementaires, M. Barthes a fait, notam-
menl, etat des travaux entrepris en Mauritanie
pour d6celer la valeur du gisement de cuivre de
la region d'Akjoujt qui, s'il s'av6rait exploitable,
serait un rapport pr6cieux et pour le territoire
et pour la mitropole, largement tributaire de
l'etranger pour cc mineral.
A Gaoua, en Haute-Volta, et pour le cuivre
toujours, des sondages de reconnaissance sont
egalement entrepris.
En cc qui concern l'or, des etudes et l'inten-
sification de la prospection sont pr6vues en Gui-
nbe, notamment A Kato et Banora, et, en C6te
d'Ivoire et en Haute-Volta, A Hir6 et Akrizi.
Au S6negal, les travaux pour l'exploitation des
phosphates de Thies seront poursuivis et des
pourparlers vont htre engages, apres accord du
Gouvernement general de I'A.O.F., afin d'y asso-
cier certaines entreprises.
II est prevu, 6galement, une prospection d&-
taill6e du gisement de graphite de Lola, en Gui-
ni`e, et l'tlude de la rentabilit6 de l'exploitation
du inanganese decele dans la region de Tier6, en
IIaute-Volta.
Enfin. pour le fer, les possibilities du gisement
de Yom-Boeli, en Guin6e, seront plus complete-
ment 6tablies.
Faisant, en outre, 6tat des differentes recher-
ches effectuies en association avec des entre-
prises prices, le Gouverneur general Barthes a














































LE CHATEAU DE PAU
oO se d6roule la Conference inter-Etats





M. HENRI MAUD
Inspecteur ghn6ral des Travaux Publics
disparu le 12 juin 1950
dans la catastrophe de Bahrein






























LES PELERINS DE L'AFRIQUE NOIRE
retour de Rome, requs au Minist&re de la
F.O.M. par M. LETOURNEAU, le 5 juin 1950.






RECEPTION PAR M. LETOURNEAU
du prince MONIPONG
President du Conseil du Cambodge.


























RECEPTION DE M. TRANG VAN HUU
Pr6sidert du Conseil du Viet-Nam,
accompagn6 de M. NGUYEN TRUNG VINH,
Gouverneur du Sud-Viet-Nam.


A~d1










































Les ReprBsentants des E.ats Associbs d'lndochine, qu'accompagnent M. LETOURNEAU, ministry, et le GBnbral DEVINCK,
se sont rendus a I'Arc de Triomphe.


-14
.1.* U


SI Ecole Nationale de la France d'Outre-Mer. Bapteme de la Promotion ( COUSTEAU >


''~'

~T: z--
--r- i-' .
~iEII~D~ ''
E -; -








soulign6, pour conclure, 1'importance que revet,
A ses yux le << support 6conomique >> que de
telles exploitation doivent apporter Yi I'6volu-
tion politic'uc et social des diTffrents territoires,
evolution qui ne peut etre complete que grAce A
un 6quilibre economique intrinsbque.

Exposition de I'Enseignement

M. Camorlynck, directeur g6n6ral de l'Ensei-
gnement, l pr6sent6 cette exposition en preci-
sant que son but 6tait d'attirer l'attention du
public sur le problem de la scolarisation de
I'A.O.F. dent fort peu soupgonnent et 1'ampleur
et la complexity.
<< II s'agit, en effet, de concilier ces deux preoc-
cupations a-t-il ajout6 assimilation ou, au
contraire, adaptation, apparemment contradic-
toires qui, sans jamais s'exclure, ont tour a tour
domin6 la politique de l'enseignement : l'assimi-
lation pour une transposition commode, souvent
opportune et justifi6e, de solutions m6tropoli-
taines, a la fois sur le plan administratif et
p6dagogique : Exigence des m6mes titres, garan-
tie d'autorit6 et de competence pour devenir ins-
pecteur d'Acad6mie, inspecteur primaire ou pro-
fesseur." Strict alignement des dipl6mes, certifi-
cat d'6tudes, brevet ou baccalaur6at sur ceux de
la m6tropole et d'un niveau d6sormais indiscut6.
Mais, souci 6galement, a l'inverse, d'une
adaptation A la structure politique particuliire
de la f6d&ration A la civilisation et aux traditions
propres de l'Afrique, en definitive A un milieu
social 6coromique et human original.
< Le problmme est done infiniment complex.
Son ampleur r6sultera de l'6nonc6 brutal de
quelques chiffres : population : 16.000.000 ;
enfants d Age scolaire, environ 2.000.000 ; en-
fants frbquentant effectivement, en 1950, les
6coles publiques ou priv6es, prbs de 150.000, tra-
duisant l'importance de l'oeuvre d6jA r6alis6e a
la suite d'un progression constant. Effort a ac-
complir dans l'avenir : ouverture d'environ
trente mile classes nouvelles.

**

Deux facteurs conditionnent le d6veloppe-
ment A rythme acc616r6 de la scolarisation : la
construction de batiments d'une part, la forma-
tion et le recrutement des maitres qualifies d'au-
tre part.
1 La construction des bdtiments. Les res-
sources budg6taires normales ne pouvaient 6vi-
demment permettre d'assurer un rythme satis-
faisant. Au F.I.D.E.S. (plan d6cennal) plus de
7.000.000.000 de travaux sont prevus au titre de
l'enseigneinent.
Outre 1'Institut universitaire : vingt-huit ly-


cbes et colleges don't dix-huit en course de reali-
sation ; vingt-six colleges techniques ou centres
d'apprentissagcs don't seize en course de r6alisa-
tion ; dix-huit Ecoles Normales et course nor-
maux don't dix en voie de realisation et huit
Ecoles primaires pilots.
Entreprise considerable, done, mais qui, pour
porter tous ses fruits, devra se doubler d'un
effort correspondent des budgets territoriaux
pour la construction d'6coles primaires.
2 (Deuxieme facteur) : La formation de mai-
tres. Elle s'opere dans le cadre des 6coles nor-
males r6organisees sur le type m6tropolitain. No-
tamment Sebikotane prepare, des cette ann6e,
des 6leves-maitrcs don't trehte se pr6senentnt, en
juillet prochain, a la deuxieme parties du bacca-
laur6at. Apres une annke de stage, ils devien-
dront des instituteurs de haute qualification.
Mais, par suite de l'insuffisance num6rique ma-
nifeste des futures promotions et malgr6 l'apport
precieux d'instituteurs venus de la m6tropole,
I'A.O.F., en presence d'un besoin massif et urgent
de maitres, devra longtemps computer sur ses
course normaux recrutant au niveau de la sixi6me
et qui, en quatre ans, formeront des instituteurs
adjoints brevet6s.
Enfin, c'est a la m6tropole que nous devrons
encore nous adresser pour le recrutement diffi-
cile du personnel de l'Enseignement secondaire
et technique.



< Depuis trois ans, l'effort considerable ac-
compli dans le domain technique se traduit par
des r6alisations appr6ciables.
<< A la base, les centres d'apprentisSage, recru-
tant parmi les jeunes gens ayant achev6 la sco-
larit6 primaire et pr6parant en trois ans au cer-
tificat d'aptitude professionnelle m6tropolitain,
sanction officielle et uniform de fin d'apprentis-
sage, qualification incontest6e et reconnue de
tous les employers.
< Soixante-quinze dipl6mes de certificates d'ap-
titude professionnelle ont, effectivement, R6t de-
livr6s en 1949.
< Les colleges techniques, recrutant A partir
de la sixibme et d6livrant aprbs cinq ans d'6tu-
des, le brevet d'enseignement industrial ou com-
mercial, puis, par une sp6cialisation plus pous-
s6e de deux ans, le brevet professionnel.
<< Enfin, l'6cole technique superieure de Ba-
mako, en voie de r6organisation, forme des
agents de maitrise pour les travaux publics.
< Nos project, d'avenir comportent la creation
d'une cole de m6canique a Dakar et des Insti-
tuts specialis6s dans le cadre' de l'Ecole Sup6-
rieure des Sciences de l'Institut Universitaire. >>







Parlant du d6cret qui vient de crcer un Insti-
tut Universitaire h Dakar, ]e Dircctcur de l'En-
seignement de I'A.O.F. a d6clar6 :
< L'enseignement sup6rieur a, effectivement,
commenc6 a Dakar en d6cembre 1948, par l'or-
ganisation, sur des bases modestes, d'un cnsci-
gnement de P.C.B.,En novembre 1949, cet ensci-
gnement, repris et am6liord, a Wtc double d'une
preparation au cortificat de S.P.C.N. ct d'une
premiere ann6e de licence en Droit. A la pro-
chaine rentr6e universitaire, une nouvelle tape
sera franchic : ccrtificats prop6deutiques de
sciences et de lettres ; deuxi&me anne de Droit :
p'remiere ann6c de Medecine.
< I1 est bien evident qu'a cet enseigncmeent dis-
pense dans des conditions difficiles, il fallait
conf6rer une base juridique, un cadre r'glcmen-
taire.
< Le nouvel Institut, formule souple ct qui
correspond a un stade initial, group les quatre
Ecoles de Medccine, de Droit, 'de Sciences et de
Lettres, il est g(6r par le Conseil de 1'Institut,
compose des directeurs et de quelques person-
nalit6s exterieures qualifies par leurs titres et
leur function, sous la pr6sidence du Directeur
g6n6ral. Une tutelle bienveillante est exerc6e par
les Universit6s de Paris et de Bordeaux avec les-
quelles je demeure en contact permanent ct qui
m'ont assure leur entier concours.
< A Fann, sur un magnifique terrain de qua-
rante-quatre hectares qui s'etend jusqu'cn bor-
dure de la mer, s'l6vcera prochainement, je l'cs-
-pre, notre future Universit6, r6alis6e conforms-
ment aux conceptions les plus modernes de 1'En-
seignement superieur.~'*


Le Bloc experimental de I'arachide
de Kaffrine

Le Bloc experimental de Kaffrine a Wt5 cr66
dans le but de promouvoir une evolution pro-
gressive des methodes de culture, une organisa-
tion de l'exploitation permettant la mise A la dis-
position des producteurs de moyens de culture
plus efficaces assurant, egalement, l'emploi dc
m6thodes plus rationnellcs d'utilisation des sols
agricoles a l'aide de la mCcanisation. La question
de la protection de l'avenir des sols sin6galais
a W6t et reste l'id6e mattresse du programme.
Deux problemes se posaient au depart : celui
du materiel lui-meme et celui de son utilisation
au bhnefice d'une collcctivit6. A l'issue de la
deuxieme champagne agricole, on estime, dans
les milieux autoris6s, quc le probl6me technique
de la culture m6canique de l'arachide est pros-
que r6solu. Ceci ne signifie pas que, dans cc
domaine, I'effort soit terming : il reste de nom-
breuses ameliorations i apporter, aussi bien au


materiel lui-mime qu'a son emploi. Mais, des
maintenant, on sait quel est le materiel qui
donne satisfaction et dans quel sens doivent, le
cas 6ch6ant, intervenir certaines modifications.
On ajoute que les premiers calculs de prix de
revient de cette culture sont, eux-aussi, encou-
rageants, ct cela malgr6 des conditions m6teoro-
logiqucs qui, durant ces deux annees successi-
ves, ont it6 plut6t defavorables. Bien qu'il soit
encore trop tot pour donner des conclusions d6-
finitives, il apparaitrait, cependant, que la cul-,
ture semi-m6canis&e pratiqu6e serait assez large-
ment b6n6ficiaire pour se justifier en elle-meme.
Le point crucial de l'action entreprise a Kaf-
frine rested la mise a la disposition de la collec-
tivit6 paysanne des moyens de travail utilis6s.
Sauf de rares exceptions, le materiel employee au
Bloc d6passe ct les bcsoins et les moyens du cul-
tivateur isol6. II 6tait done indispensable d'agir
dans le cadre d'une collectivity. Au depart, on
s'est, ainsi, adress6 A un groupement Mouride,
offrant des garanties s6rieuses de travail et d'or-
ganisation interieure qui, avec l'aide de la ma-
chine, met en valeur les premieres superficies de
cette zone de << terres neuves > jusque !5 a peu-
plement human trbs clairsem6.
Vis-A-vis des colons installs, le Bloc joue, ac-
tuellement, le role d'un entrepreneur de cultures,
intervenant avec son materiel pour tout ce qui,
dans le cadre d'une production plus intensive, ne
peut etre ex6cut6 A la main. Les frais d'cxploita-
tion qu'il support ainsi sont converts par un
pr6l6vement sur la r6colte, calcule en function
du course du produit, et la difference entire la
r6colte total d6falqu6e des besoins en semences
pour la champagne suivante et ce pr6levement est
mis A la disposition des colons.
Dans cette organisation d6finie, deux cent cin-
quante hectares ont W6t mis en valeur en 1948
(premiere ann6c de production) ; cinq cents en
1949 et mille cinq cents le seront en 1950 en
assolement triennal : arachides, mil, engrais
vert. Deux cent cinquante colons sont installs A
cette fin.
II reste evident que le but.d6finitif n'aura (t4
attcint que lorsque la vulgarisation au service de
laquelle interviennent les essais s'6tendra sur
des superficies importantes. Ce ne peut itre pour
la scule misc en valeur rationnelle de 1.500 hec-
tares que Kaffrine a (t6 cr66. A ce stade, les
investissements consentis ne seraient d'ailleurs
pas payants.
Mais, d6ja, toute la zone ouest, correspondent
en ordre do grandeur a 15.000 hectares, jusqu'ici
sans population et inculte, constituc un centre
attractif en suite de l'installation du Bloc. La
vie semble naitre dans cette region et les cultiva-
teurs demandent qu'il soit fait, pour eux, ce qui
est r6alis6 .pour les premiers colons mourides,









Le traffic des chemins de fer de I'A. O. r. on 1949

Le traffic des chemins de fer de PA.O.F. s'cst ctabli ainsi qu'il suit, comparativement A l'an-
nee 1948, pour l'ann6e 1949 :

Dakar Conakry Benin Ensemble
Niger Ni Ni g Nier Niger de I'A. O. F.


Ann6e 1948 .....
Ann6e 1949 .....


Ann6e 1948 .....
Annie 1949 .....



Annie 1948 .....
Ann6e 1949 .....


Annie 1948 .....
Ann6e 1949 ......


Ann6e 1948 ......
Ann6e 1949 .....


Nombr
1.553 395
2.030 492

Recelles voy
227.618 25.914
342.535 44.912


474
536


e de voyagenrs (milliers)
682 8
930 9


38 3.468
95 4.447


'ageurs (en nilliers de francs)
121.727 42.372
193.352 61.352


Tonnage transport (en milliers de tonne)
112 507 126
170 490 11


Recelles marchandises et divers (en
1.878.102 188.928 469.788
1.488.168 271.540 615.587


millie
107.2
121.8


rs de
70
40
l '


417.631
642.151


1.219
1.310

frs)
2.026.536
2.544.534


Ensemble des recettes des rCseaux (on milliers de frs)


1.260.550
1.535.567


214.842
316.452


591.515
808.939


149.642
183.192


2.444.167
3.186.685


Autorisation de constitution d'une sociate
d'6conomie mixte dite Societe Air-A. O. F.

La constitution d'une society d'6conomie mixte,
dite < Socite Air-A.O.F. >>, est autoris6e, par
arrete public au Journal official. Cette Societe,
don't le siege sera fix6 A Dakar, aura pour objet
1'exploitation, en A.O.F., et, &ventuellement, au
Togo, des lignes aeriennes interieures. Le terri-
toire de I'A.Q.F., et, 6ventuellement, celui du
Togo, Air-lirance et la Caisse Centrale de la


France d'Outre-Mcr participeront, notamment,
a la formation du capital de la Societe.

Guinge

Le movement commercial de la Guin6e en 1949
La Guinee Francaise a vu un d6veloppement
considerable des importations et exportations en
1949. Le movement commercial du territoire a
retrouv6, h peu de choses pros, son niveau
d'avant-guerre, ainsi quc le montre le tableau
suivant :


Tonnes Valeur Tones r
triquoes en millions triquesn millions
mtriqus de frallncs tries de ranks


1938 :
Importations .................... 60.790 178.098 160.340 360.589
Exportations .................... 99.550 182.491
1948 :
Importations .................. 43.426 1.766.490 102.887 2.924.020
Exportations ................... 59.461 1.157.530
1949 :
Importations ................... 78.062 3.104.398 165.012 4.767.884
Exportations .................. 86.950 1.663.486
: 17 i ~I 1 I r 1i


-- -- -~T~------~l-~. ----- --








L'augmentation des importations d'environ
37 % sur l'annc 1948 s'explique par les raisons
suivantes :
1. Par Ic retour de la m6tropole A un regime
plus liberal. La suppression du contingentement
en France a permis, en 1949, l'importation mas-
sive de denr6es que les commergants n'avaient
pas la possibility d'importcr en quantit6s suffi-
santes les ann6es pr6c6dentes ;
2. Par les investissements publics et priv6s.
L'effort d'6quipement en vue d'accroitre les
moyens de production s'cst traduit par l'impor-
tation d'un materiel cofiteux outillage perfec-
tionn6 d'origine m6tropolitaine et etrangere ;
3. Par I'aide am6ricaine. La Guin6e a recu,
en 1949, au titre du Plan Marshall, une masse
important, bien qu'encore insuffisante, de dol-
lars. Ces dollars ont kt6 utilis6s pour se procurer,
en Am6rique, les products n6cessaires a l'appro-
visionnement du territoire et pour importer Ic
materiel indispensable a son Equipement.
Les exportations et I'augmentation, par rap-
port A 1948, d'environ 31 %, seraient dues :
1 A la suppression des principaux groupe-
ments d'exportateurs, qui d6tenaient le mono-
pole d'achat d'une grande parties des plroduits du
cru qu'ils se procuraient A des prix souvent inf6-
rieurs aux course mondiaux ;
2 A la possibility d'exporter, sur l'6tranger,
qui a W6te tendue A un nombre de products tou-
jours plus grand.


Mauritanie

Le cercle de I'Adrar est confi6 a I'autorite civil

Le 1"' juin 1950, le Cercle de l'Adrar, en Mau-
ritanie, a Wt confi6 A l'autorit civil en presence
du gouverneur Terrac, chef du Territoire. Le
chef de bataillon Trancart a transmis ses pou-
voirs A l'adninistrateur Messmer, au course de
diverse ceremonies, autant A Atar qu'a Chin-
gueti.
Le Cercle de l'Adrar, I'un des derniers cercles
militaires de I'A.O.F., fut occupy par les forces
du colonel Gouraud en 1909 et sa pacification
total date de 1934.


Sin6gal

La culture de I'arachide au Senegal

La production d'arachides en coques a Rt6, au
S6nigal, de 570.000 tonnes en 1949 centre
603.000 l'anne prbcedente et 598.000 en 1947.


En 1938, cette production s'etait 6leve hi 646.000
tonnes.
La culture induslrielle de l'arachide cst pra-
tiquic dans la zone du Territoire recevant un
ininimum de 350 mm. de pluics. Cette zone est
linitic, au Nord par Ic parallcle Louga Yang-
Yang, puis s'inflbchit vers le Sud-Est cOe cc der-
nier point presque jusqu'A la frontinre Sud du
Sen@gal.
Cette region, qui comprend presquc les trois
quarts du Territoire, est soumise A des climates
varies ; alors que les precipitations s'l66vent
seulement A 345 mm. en moyenne i Louga, on
enregistre 1.397 mm. a SCdhiou, d'of des diffe-
rences consid6rables -dans la variety, allant de
I'arachide A coque mince et t une graine dans la
zone plus septentrionale, A l'arachide A coque
epaisse et i trois grains dans la partic Sud-Est.
La premiere vari3et 6tant i cycle veg6tatif court,
quatre-vingt-dix jours ; la second mnettant cent
trente jours pour arriver a maturity.
La zone grande productive de l'arachide est
le Sine Saloum qui donne plus de cinquante pour
cent de la recolte du Territoire.
La culture de l'arachide, presquc exclusive-
ment pratiqube en culture manuelle extensive,
se situe centre le pr6-hivernage, avril-raai et la
fin novembre. Les semis interviennent imm6dia-
tement aprls la premiere pluie suffisamment
abondante.
Le moment du semis, tres limit( dans le
temps, influe sur les rendements futures et I'em-
ploi du semoir facility 6norm6ment cette ope-
ration. En 1949, plus de neuf mille semoirs
6taient en service et trbs pres de treize mille ap-
pareils seront employes A la prochaine campa-
gne.
La houc, complement du semoir, a bien moins
la faveur des cultivateurs, ces derniers semant
habituellement trop serr6 pour employer utilc-
ment cet appareil. Cependant, depuis quclques
annecs, les agriculteurs, du Baol en particulier,
ont comprise I'int6ret qu'il pr6sentc ct s'cn scr-
vent rationnellement. Des champs de demonstra-
tions aidcnt A vulgariscr cctte pratique.
Les engrais ont kt6 employes, pour la premiere
fois, en grande culture, en 1949 : 6pandage d'un
engrais complete just avant ou apris les ense-
mencements. Les r6sultats oltenus sont encoura-
geants et pcrmettcnt d'cnregistrer une plus-value
de l'ordre de 48 % d'arachides-coques dans Ic
Sine-Saloum, 45 % dans le Baol et le Cayor. Un
empiloi dc 2.000 tonnes d'engrais est pr&vu pour
la champagne 1950 (Fonds communs des S.I.P.).
II rcste, et c'est pour l'agriculturc s(nggalaise
le probl6me capital, A vulgariser I'emploi de
l'engrais vert, scule possibility economiique ac-
tuelle d'apport de matiere organique, dans le but
d'apporter aux sols 1'humus don't on suit la n6-








cessit6 et quli, trop souvent, fait presque compl&-
tement d6faut.
Les pratiques de l'engrais vert et de l'assole-
ment permettront de fixer les cultures et met-
tront un tcrme A la degradation des terres qui
donnent le, premiers signes d'6volution vers la
sterilite.
La culture mncanisbe de l'arachide a d6but6 A
Kaffrine en 1948, le Bloc Exp6rimental ayant
pour but de mettre au point les conditions de
culture a I'aide de mat6riels tracts au b6n6fice
de collectivites pour leur permettre de r6aliser
une production meilleure en maintenant le po-
tentiel de f:'rtilit6 des sols.
A la suite des premiere exp6rimentations de
Kaffrine, la Compagnie Generale des Olagineux
s'est install e A Casamance, profitant des obser-
vations faites et des essais r6alis6s.


Niger

Une caravane sanitaire pour le Niger
Le m6decin g6n6ral Le Rouzic, directeur g6n6-
ral du Service de Sant6 en A.O.F., a pr6sent6, A
M. Paul B6ehard, Haut-Commissaire de la R6pu-
blique, accompagn6, notamment, du vice-pr6si-
dent du Grand Conseil de l'A.O.F. et des repr6-
sentants du Service de Sant6, deux v6hicules
automobile; destin6s a effectuer des tourn6es
m6dicales dans le territoire du Niger.


Cette caravane est dirig6e par le Dr Le Vigan.
Elle visitera les agglomerations non encore 6qui-
p6es sanitairement pour y d6celer et combattre,
notamment, la tuberculose, la fi6vre jaune, la
maladie du sommeil, etc...
Ces deux wagons-automobiles, montes sur des
chassis de Citroen, disposent d'une salle d'exa-
men, dot6e d'un appareil de radiographie et de
radioscopie ; d'un laboratoire climatis6, 6quip6
pour d6velopper des plaques photographiques et
des films.
La salle d'examen peut, le cas 6ch6ant, se
transformer en salle d'op6ration. Des groups
electrogenes, d'une puissance de 10 kw.-h., ali-
mentent, en 6nergie 6lectrique, tous les appareils
et un poste emetteur de radio maintient la cara-
vane en liaison avec les centres les plus proches.
Ces tournbes m6dicales auront, 6galement, une
mission enseignante : a l'aide d'un appareil de
projection sonore, des films documentaires sur
les maladies (la maniere de les d6celer, les trai-
tements A appliquer pour les combattre, les me-
sures preventives pour y 6chapper et 6viter la
contagion) seront pr6sent6s aux populations
dans chacun de leurs dialectes, les documentai-
res des films 6tant traduits et enregistr6s sur
place dans le laboratoire de la caravane.
II a d6jL 6tW fait mention de cette formation
sanitaire dans les informations du mois de mai
au moment de sa presentation au Secr6taire
d'Etat a la France d'Outre-Mer.









AFRIQUE EQUATORIALE FRANCHISE


F4edration


Le nouveau regime
de I& fiscalit6
en A. E. F


A FIN de donner
u n o nouvelle
impulsion A l'6-
conomie de I'A.E.F.,
le Haut-Commissaire
do la R6publique a
decide de provoquer
une modification de la fiscalit6. Cette r6forme,
qui s'inscrit dans le cadre du Plan d'Equipe-
ment et qui fait suite a une r6forme douanibre,
vise A favoriser, au maximum, dans l'interat de
I'A.E.F., la venue des hommes, I'invcstissement
de capitaux nouveaux, 1'6quipement des ontre-
prises et la conqu&te des d6bouch6s, tout en har-
monisant la fiscalit6 de I'A.E.F. avec celle des
territoires voisins. Elle permet, par la revision
des fiscalit6s miniere et forestirre, de d6velop-
per les productions essentielles A la Fde6ration.
Elle cherche h 6galiser, enfin, Ics charges pesant
sur un mime redevable d'un Territoire a I'autre,
a l'int6ricur de I'A.E.F. don't l'unit6 6conomique
ne saurait ctre mise en cause par la fiscalit6.
C'cst dans cet esprit que le Grand Conseil de
I'A.E.F. a adopted deux projects portant modifica-
tions au Code general des imp6ts directs et
fixant certaines regles d'assiette de l'imp6t per-
sonnel et des imp6ts sur le revenue.
La mise en oeuvre s'cst op6r6e par l'Mlabora-
tion do measures g6nerales d'aminagement de la
fiscalit6 existante et par l'octroi de regimes sp6-
ciaux. Les measures g6n6rales ont porter, d'abord,
sur les imp6ts directs.



L'imp6t personnel a 6t6 maintenu ainsi que
le system cedulaire et l'imp6t general sur le
revenue, sous reserve do quelques modifications.
Pour les traitements et salaires, le taux a 6te
fix6 par trenches du revenue imposable : la tran-
che du revenue inf6ricure ou gale A 100.000 frs
est exon6r~e ; la tranche superieure A 100.000 frs
mais n'cxc6dant pas 250.000 frs est comptbe
pour un dixieme ; la tranche du revenue supe-
rieurc 'i 250.000 frs est comptte pour un quart.
Pour les b6nefices non commcrciaux, meme
systnme do taxation par tranche do revenue im-
posable :
entire 0 et 100.000, non imposable


entire 100.00 et 250.000, un quart du taux
g6ndral ;
au-dessus de 250.000, 1/2 du taux general.

En ce qui concern les benefices industries
ct commerciaux, il est fait application des dis-
positions qui r6gissent l'imp6t sur les traite-
ments et salaires jusqu'A 500.000 frs ; toute
tranche sup6rieure A 500.000 frs est compt6e
pour la totality.
Aucun changement important n'est interve-
nu pour l'imp6t general sur le revenue, les bases
revenues out Wet cells des imp6ts c6dulaires cor-
respondants.
=i:

Tant pour les imp6ts cedulaires que pour l'im-
p6t g6n6ral, une reduction de 70 % de la cote
correspondante A des revenues r6investis sera
op&rbe. Cette reduction est 6tcndue aux revenues
de toufe nature ; elle est ind6pendante du lieu
oui s'opore le reinvestisscment dans les limits de
I'A.E.F.
Ne pourront donner lieu i l'application de
cctte measure que les b6n6fices ou revenues r6in-
vestis sous forme de construction d'immeubles,
d'installations industrielles ou commercials (y
compris notamment le materiel de m6canisation)
ou prssentant un int6ret social, ou destines A
I'achat et i la mise en valeur de terrains prece-
demment en friche.
Le reinvestissement effectu6 dans l'achat d'un
terrain sera entirrement mis en valeur dans un
ddlai de deux ans, a computer du 31 decembre de
l'ann6e de l'acquisition. La mise en valeur signi-
fie, ici, construction d'immeuble pour un ter-
rain urbain (superficie bAtie d6velopp6e gale au
moins au quart du terrain) ; mise en culture de
toute la superficie pour un terrain rural.
Le rcmploi no devra porter que sur des som-
ines sup6rieures A 50.000 frs.
Par ailleurs, l'imp6t sur le chiffrc d'affaires
et la taxe sp6ciale sur les b6nefices sup6rieurs a
un million sont supprimbs.
Les amenagements ont, 6galement, port sur
les droits fiscaux. II faut noter des abaissements
de droits important A l'entr6e et a la sortie, par-
ticulirement en ce qui concern, d'une part, le
materiel destined A 1'6quipement, d'autre part, les
produits de I'A.E.F.
L'industrie miniere revet une importance capi-
tale pour le pays ; dans le but de developper la
production, le Grand Conseil a Wte conduit a
reviser la fiscalit6 miniere. Les droits de sortie
sur l'or scraicnt rapport6s do 6 % ti 2 % ; sur









le diamant de 6 % A 5 % et'les droits dc sortie
sur le plomb ramen6s A 2 %.
On compete que-cet ensemble de r6formes don-
nera un coup dc fouct a l'cconomie' de 1'A.E.F.
et lui per::ncttra de franchir plus aisiment le
stade difficile de la mise en valour du Tcrritoirc.

E:xpos6 du Haut-Commissaire
M. Cornit-Gentille, Haut-Commissaire de la
R6publique en A.E.F., I la suite de la Conf6-
rence des HIauts-Commissaires, a expos quel-
ques opinions sur l'avenir de cc territoire.
Aprbs avoir dit que la distance << 6tait, en
A.E.F., un facteur de paralysis pour son d6ve-
loppement >>, M. Cornut-Gentille a declare no-
tamment :
< On ne sait pas assez, en France, quell sera
la duret6 ces conditions d'existence do beaucoup
de Francais qui apportent, 1I'A.E.F., Icurs capa-
cit6s techniques et professionnelles.
< Dans dix ans, les travaux qui s'accomplis-
sent actuellement seront terminus et ceux qui
viendront alors trouveront cela tout natural,
mais, pour y parvenir, combien y aura-t-il de
pionniers qui y auront laiss6 leur sant6 ou sacri-
fi Jleur, bion-ktre ?
< Presque aussi grande que 1'A.O.F., I'A.E.F.
est plus difficile d'acces,. plus arrier6e, moins
peupl6e, mais, malgr6 ces handicaps, elle s'cf-
force de sortir de sa torpeur car, en mnme temps
que l'6quil]ement pursuit la r6alisation de l'in-
frastructure de base, de grands efforts, presque
inconnus ilu grand public ct difficiles a recon-
naltre puisqu'ils sont souvent'dispersis et con-
fi6s aussi A quelques hommes isol6s dans l'im-
mensit6, s'acharnent L inventorier les sources du
sol et du sous-sol, qui peuvent etrc mises en
valeur.
< Apres avoir rendu les services les plus 5mi-
nents A l France pendant la derniere guerre,
l'Afrique Equatoriale a pris conscience de sa
personnalite exprimbe par son Grand Conscil, et,
en commu atte avec la Mrre Patrie, mais, aussi,
pour son propre profit, I'A.E.F. cherche sa voie...
Elle sait qu'il lui faut demander beaucoup A la
m6tropole, mais elle est en droit de le fair. Elle
entend seulement que lui soit assuree la conti-
nuit6 des credits d'investissements qui lui sont
necessaire;.
<< Pour d'autres territoires de l'Union Fran-
gaise, les credits sonf, en quelque sort, un com-
pl6ment, tandis que, pour l'Afrique Equatorialc,
les investissements sont la tardive venue d'un
6quipement do base.
<< Je ne puis pas vous dire quo le travail est
commence : il commence seulement. C'est de son
travail et de la continuity de l'effort de la m&-
tropole que depend l'avenir de l'Afrique Equato-
riale Frangaise. >


Une aide de I'E. C. A. pour la prospecion
des diamants en A. E. F.

Le ministry des Affaires Etrangeres, par une
lettre en date du 31 mai 1950, adrcss6c it I'Am-
bassade des Etats-Unis, a donn6 son accord au
principle d'une aide sp6cialc do 1'E.C.A., en dol-
lars et en francs, au b6n6fice de la Compagnie
miniere de I'Oubangui oriental et de sa filiale,
la Societc de Recherches et d'Exploitation dia-
mantiftrcs, pour favoriser le d6veloppement de
la production de diamants dans leurs mines
d'A.E.F.
La Compagnic miniire de l'Oubangui Oriental
b6n&ficicra d'une advance do 500.000 dollars ct
de 385 millions 310.000 frs pour le financement
de son programme do d6veloppement. Ces som-
mes correspondent au paimcent anticip6 do
livraisons do diamants, 6chelonnkcs sur une lon-
gue period, que la so2:i&t s'engage A fire au
government des Etats-Unis.
La Soci6t6 de Recherches et d'Exploitation
diamantiferes recevra une some de 228.750.000
pour finance son programme de prospection.
Elle no sera tcnue d'cffectuer des livraisons de
diamants en contre-partie de cette advance qu'au
cas ofi le r6sultat des travaux de prospection
entrepris lui permettrait de passer a l'exploita-
tion commercial de ses gisements. Dans le cas
contraire, elle sera libere de toute obligation.
Les sommes en francs, avanc6es par 1'E.C.A.
en pavement des livraisons a intervenir, seront
prblevees sur la fraction de la contre-partie en
francs do aide amnricaine vise a l'article 4,
paragraphe 4 de l'accord de cooperation &cono-
mique du 28 juin 1948 ct mises a la disposition
des societies b6neficiaires par l'interm6diaire do
la Caisse Centrale de la France d'Outre-Mer.
Cette aide devrait permettre un accroissement
rapide de la production de diamants de 1'A.E.F.
en m&me temps que la r6alisation, par les Com-
pagnies int6ressees, d'un important programme
social.


La culture du cacao en A. E. F.

Le cacaoyer a &ic cultive, pour la premiere
fois, sur la c6te Ouest de l'Afrique, vers 1886,
dans les parages du lac Cayo, a proximity de
Pointe-Noire. Un second essai fut tenti dans
l'ile des Perroquets, a ctoe de Libreville. Vers le
d6but du sikcle, la culture prit une extension
important. C'est dans Ic Woleu N'Ten, au Ga-
bon, q(u'elle est principalement pratiqu6e. Les
grands centres sont Ovem, Bitoum, Minvoul ct
Medounou.
D'une maniere gen6rale, les plantations sont,
actuellement, assez vicilles et ne pr6sentent pas,








-lu point de vue technique, toutes les qualitds re-
quises. Les plants sont souvent trop rappro-
ch6es et les ombrages ne sont pas rationnels.



De nouvelles plantations viennent d'etre fai-
tes a Mitzic, avec des espaccments de trois mb-
tres entire les plants. Ceux-ci ont un seul pied
au lieu d'en avoir trois ou quatre au mime en-
droit. Ces plantations prennent de l'extension et
le travail est continue sur des principles ration-
nels.
A Oyem, une station agricole 6tait sp6ciali-
s e dans la culture de l'h6v6a, mais celle-ci ne
presentant, en l'6tat actuel des choses, qu'un
faible interet du point de vue 6conomique, le
principle vient d'etre admis qui envisage de fair,
de cette station, une station de cacao.
Une station de cet ordre existe au Cameroun,
a Ebolowa. Les premiers r6sultats enregistr6s
sont trbs satisfaisants. Un accord a 6t. pass
avec le Service de l'Agriculture du Cameroun :
la station d'Ebolowa fournira des graines selec-
tionnbes; celle d'Oyem sera essentiellement une
station ensemenciere.
Des essais d'ecartement seront faits. Ebolowa,
par example, preconise trois mbtres cinquante
d'6cartement dans tous les sens, alors que le
Service de l'Agriculture du Cameroun oriented sa
propaganda vers l'espacement de trois metres.
Au Woleu N'Ten, enfin, les planteurs piquent
leurs plants A deux mntres cinquante ou trois
metres de distance.
Des experiences seront faites afin de d6finir
quel est l'espacement le plus avantageux.
D'autres essais sont A faire concernant l'om-
brage. Le cacao se cultive sous ombrage. Jus-
qu'a present, on Mlarguait la fort et on ne lais-
sait que quelques arbres, mais cet ombrage pa-
rait insuffisant, c'est pourquoi un essai de plan-
tes de couverture va etre entrepris.



Le cacaoyer, en A. E. F., n'cst pas attaqu6
par la maladie du swollen shoot, mal A virus
qui donne de grandes inqui6tudes dans d'autres
pays. Il est touch, cependant, par les maladies
sryptogamiques.
On envisage, A partir de cette annbe, une lutte
phytosanitaire intense. Le Service Agricole a un
agent dans chaque centre qui aura hient6t, a sa
disposition, un camion qui amnnera une 6quipe
itinerante dans les diff6rents villages des sec-
teurs qu'ils ont A surveiller.
Des observations seront faites aux planteurs,
des conseils donn6s : arbres A couper, mauvaises


herbes A enlever, etc... L'encadrement existant
est surtout ax6 sur l'entretien des plantations.



Pour la prochaine champagne, si le materiel
command arrive assez t6t, l'6quipe itinerantr
aminera, avec elle, des manoauvres munis de pul-
v6risateurs et de products anti-cryptogamiques.
Lcs plantations seront syst6matiquement visit6es
et trait6es A titre gratuit.
La cueillette est faite par les homes, les
femmes s'occupant du transport des cabosses.
qu'elles ouvrent avec l'aide des enfants. Une
propaganda active a 6tW faite pour que les cabos-
ses soient coupes et non arrachbes. Leur traite-
ment constitute un point important ; elles doi-
vent Rtre mises A fermenter dans des bacs de fer-
mentation, puis s&chees dans des s6choirs A bois.
On a alppris, de la sorte, au planteur a presen-
ter son product et on a obtenu, grace it ces m6-
thodes, une tres belle quality de cacao. La ques-
tion de la fermentation est primordial ; dejA,
le Gabon obticnt une meilleure fermentation que
Ic Cameroun. Plus de soixantc-huit pour cent de
sa production total est sortie en quality sup6-
rieure.
**

Les cinq premiers mois de la campagne 1949-
1950 ont donn6 une commercialization total de
2.460.284 kilos de cacao, soit 99,98 % de la pro-
duction total, se classant comme suit :
1.682.050 kgs de type superieur, soit
68,36 % de la production total ;
593.650 kgs de type courant, soit 23,72 %
de la production total ;
79,127 kgs de type limited, soit 3,21 % de
la production total ;
115.464 kgs a reconditionner, soit 4,69 %
de la production total.
Un progres tres sensible a 6t6 enregistr6 par
rapport a la champagne prec6dente, tant en ce qui
concern le volume que la quality.


Le traffic du port fluvial de Brazzaville

Au course de l'annie 1949, le port fluvial de
Brazzaville a enregistr6, dans les entries, un to-
tal de 54.740 tonnes de marchandises, don't
36.056 s'inscrivent au traffic du Haut Fleuve, et
18.684 A celui du Pool. Cette meme annee, 53.016
tonnes dc marchandises sont sorties ; 48.928 ton-
nes ont 6tI dirigdes sur le Haut Fleuve et 4.093
sur le Pool.
La confrontation de ces chiffres et de ceux de
1948 permnet de noter une nette augmentation du
traffic tant A la sortie qu'A l'entr6e, puisque le








total des marchandises d6barqu6es en 1948 s'61e-
vait A 46.029 tonnes et celui des marchandises
embarquCes A 41.781 tonnes.

Le d6veloppement du traffic a6rlen
de Brazzaville depuis 1947

Le movement de la navigation a6rienne de
Brazzaville suit une courbe ascendante r6v6la-
trice. Le nombre d'entr6es, qui s'l6evait, en effet,
A 313 en 1947, don't 35 DC4 d' < Air-France >, a
6te de 572 en 1950 pour 64 DC4.
Pour les trois premiers mois de 1950, on a
enregistr6 l'arriv6e de 219 avions. L'ann6e 1947
avait vu d6barquer 2.603 passagers alors que
2.884 s'6taient embarqu6s. En 1949, on a compt6
6.020 arrivants et 5.885 sortants.
La progression est la mgme pour le fret : 300
tonnes manipul6es en 1947 et 1.260 en 1949.

Les brands travaux routiers de I'A. E. F.
Les travaux, prevus en premiere tape au Plan
d'Equipement de I'A. E. F., viennent d'6tre d6cla-
r6s d'utilit6 publique.
II s'agit, notammeint, de la construction de la
route < Brazzaville-Pointe-Noire >, de la route
< Brazzaville-Gamboma >> et de la route < Kiban-
gou-Mossendjo >.
D'autre part, les travaux aff6rents aux pro-
jets de la route < Bangui-Damara >, de la route
Bangui-Kouri > et de la route < Bangui fron-
tiere du Cameroun >, viennent d'6tre d6clar6s
d'utilit6 publique par un arrWt6 A paraitre du
Chef du t :rritoire de l'Oubangui-Chari.

Les exportations de I'A. E. F.

Le total des exportations de I'A. E. F. dans
les quatrt premiers mois de l'annbe 1950 s'est
61ev6 A 91.559 tonnes, repr6sentant une valeur
total de 1.440.349.000 francs.
La m6tropole demeure le premier pays client,
avec un total de 48.533 tonnes et une valeur de
935.481.000 francs.
L'A. E. F. a export sur l'Allemagne 5.533 ton-
nes d'une valeur de 57.310.000 francs au course
de cette p6riode.

Un examen d'enseignement sup6rieur a lieu,
pour la premiere fois, a Brazzaville
Comme suite A la decision du ministry de
l'Education Nationale autorisant la creation, A
Brazzaville, d'un centre d'6preuves 6crites de li-
cence es-lettres, le jeudi 1"' juin s'est ouverte la
premiere session de cette licence. Deux candidates


etaient inscrits : l'un pour le certificate d'6tu-
des latines (theme et version) ; le second pour
le certificate litt6rair6 classique.

La faune de I'Equateur africain francais
M. Ren6 Malbrant, d6put6 de l'A. E. F., et
M. Alain Maclatchy, administrateur des Colonies,
viennent de publier une etude remarquablement
documentee, consacr6e a la < Faune de l'Equa-
teur africain francais >> et qui apporte une im-
portante contribution A la connaissance des
mammiferes et oiseaux du continent noir.
On sait que la faune du Gabon, du Moyen
Congo et du Sud du Cameroun, don't traitent les
deux volumes qu'y ont consacres MM. Malbrant
et Maclatchy, est une des plus int6ressantes de
l'Afrique. Elle est, en effet, pour les mammif-
res, d'une abondance et d'une diversity nulle part
6gal6e en zone 6quatoriale.
Pendant pres de vingt ans, les deux auteurs se
sont attaches, en savane congolaise et en grande
fort gabonaise, A observer les moeurs myst6rieu-
ses des animaux sauvages qui peuplent ces r6-
gions, a dresser leur inventaire et A r6unir d'im-
portantes collections qui ont permis d'en para-
chever l'6tude.
Une quarantine de planches photographiques
indites et de nombreux dessins illustrent cet
ouvrage et facilitent l'identification des repre-
sentants de la faune sauvage de cette immense
et cuirieuse parties de l'Afrique Francaise.


Moyen Congo

La modernisation de Pointe-Noire
L'activit6, en matiere d'urbanisme, s'est con-
sid6rablement accrue A Pointe-Noire.
Alors que les grandes arteres de la ville sont
soigneusement entretenues, les chantiers se mul-
tiplient de toutes parts. Une important soci6tW
commercial commence A construire, sur la place
Antonetti, de vastes magasins modernes.
Sur la mime place, qui est appel6e A consti-
tuer le centre de la ville, on pose les premieres
pierres du monument au Gouverneur G6n6ral
Antonetti. Ce monument, reposant sur une base
de maconnerie, supporters une tres belle stele
avec un buste en bronze. De chaque c6t6 de
l'ensemble monumental, des escaliers descen-
dront dans les jardins qui seront amenages sur
l'actuel marigot de Tchriboto. Ces jardins se
continueront jusqu'A la mer.
Sur l'actuelle place de la Gare, qui va devenir
la Place Victor-Augagneur, une plaque de
bronze, A l'effigie de ce grand administrateur,
sera pose.








Sur cette m6me place se trouveront bient6t
reunis les services de la mairie et ceux de la
police par un agrandissen'ent de I'actuel H6tel
de Police.
L'H6tel des Postes sera situ6 sur l'avenue G&-
n6ral-de-Gaule et face A la Chambre de Com-
merce A l'angle des terrains de l'H6tel Ottino.
Le march va se rapprocher du village et pro-
fiter ainsi d'un meilleur approvisionnement.
Enfin, grace A l'initiative du maire, il va etre
cr66, A Pointe-Noire, des pistes cyclables en com-
mencant par la longue avenue du G6n6ral-de-
Gaulle. De plus, une signalisation est en course
d'installation et des stationnements vont etre
pr6vus.
A ces travaux, il convient d'ajouter certain
projects priv6s : l'arriv6e prochaine, A Pointe-
Noire, de chantiers maritimes ; la venue, dans
quelques semaines, de plusieurs chalutiers de
peche : l'ouverture d'un cinema et celle d'un
grand H6tel ; la creation d'un Casino et d'une
station baln6aire.


Tourn6es dans la region de la Lobaye
Accompagn6 de son Chef de Cabinet, Ic Gou-
verneur de l'Oubangui, M. Colombani, vient
d'effectuer une tourn6e dans la region de la
Lobaye.
Apres avoir pass le Bac de la M'Poko, don't
la suppression interviendra au mois de juillet
par suite de la mise en service du pont de 180
mitres actuellement en voie d'achevement, le
Gouverneur a visit divers ktablissements indus-
triels.
Le Gouverneur a, 6galement, visited I'Ecole


d'Agriculture de Boukoko, qui doit ouvrir ses
portes A la rentr6e d'octobre. II a recu un cer-
tain nombre de moniteurs africains de la Sta-
tion auxquels il a expliqu6 leur r6le et le sens
de l'effort que le Territoire est en droit d'atten-
dre d'eux. Avant de quitter Boukoko, le Gouver-
neur a f6licit6 M. Didolot, Directeur du Centre,
des magnifiques r6sultats obtenus a la station,
qu'il dirige depuis 1942.
M. Colombani s'est rendu, ensuite, en vedette,
A Zinga pour y examiner l'Mtat d'avancement des
travaux qui doivent permettre, avant 1953, la
reduction du seuil et la libre navigation, toute
l'ann6e, de Brazzaville A Bangui.
A Morigoumba, le Gouverneur de I'Oubangui
a visit la plantation de la C. F. S. O. (Caf6 et
Palmiers A huile), ainsi que l'usine de transfor-
mation et la plantation d'h6v6as de la S. A. F. A.
(Terres Rouges) dirigee par M. Fleury, qu'il
tint A f6liciter pour l'effort social entrepris
(construction d'un h6pital, facilities pour la cr6a-
tion de champs individuals par les maneutvres).
Le Gouverneur a inaugur6, A quelques kilo-
metres de Boda, la nouvelle route N'Gotto. Avant
de couper le ruban symbolique, il a expliqu6,
aux notables r6unis, les avantages que la popu-
lation retirera de cette r6alisation. La nouvelle
route 6vitera, en effet, la r6fection constant et
p6nible des cinq points que comportait I'ancien
trac6.
Apris avoir visit des plantations, on il s'est
int6ress6 i la r6cente introduction de la culture
du poivrier, le Gouverneur a visit le chantier
de recherches de diamants de la S. M. O. L.,
plac6 sous la direction de M. Perrin, qui lui a
expos les perspectives d'avenir de la region au
Ipoint Id vueI minier.









TOGO


R6unhon
d'tne conference
dconomique


T E Comnissaire de
l a R6publique
vient de decider
I' i ns t i t u t i o n
d'une conference lco-
n o m i q u e grou-
pant, sous la pr6si-
is a dence du Gouverneur,
trois A quatre reprb-
sentants do: la Chambre de Commerce et, du c6t6
de L'Administration : membres permanents le
Secr6taire 6n6ral, le Chef du Bureau des Affai-
res Econoiriques ; membres occasionnels : les
Chefs de S;ervice comptents pour discuter des
questions inscrites A l'ordre du jour.
La premiere conference s'est r6unie le 5 juin dans la
salle do de6ib6ration de la Chanbre de Commerce. Elle
r6unissait sons la pr6sidence. de M. le Gouverneur, d'une
part les menibres du Bureau de la Chambre de Commerce,
d'autre part le Secr6taire general, le Chef du Bureau des
Affairs Econaomiques ct les Chefs de Services int6ress6s
par les questions inscrites A 'ordre du jour de la confi-
rence.
Apras un expos du (;ouverneur qui rappela que cette
conference so proposait, par des contacts directs entire les
repr6sentants de l'Administration ct ceux du commerce, de
hitter la solution des problEmes 6conomiques du Territoire,
M. Giard, Chef du Bureau des Affaires Economiques fit un
expos de la situation dconomique tell qu'elle apparait A
la fin de ce premier semestre 1950 et conclut en distant que
si la situation 6conomique est dans i'ensemble meilleure
qu'en 1949, ii pareille date, il n'en rest pas moins vrai que
de longs efforts seront n6cessaires avant d'arriver A donner
ao Togo une r6elle prosp6rit6 6conomique.
Apr6s cet rxpos6, les questions inscrites i l'ordre du jour,
particuli6renient charge, furent traitecs.
M. Satonn,.t, Chef du Service des Postes et T6e6communi-
cations expo;a les conditions de I'amnioration du fonetion-
nement du Service T616phonique et donna l'assurance que
datis un court d6lai I'audition serait am6lior6e.
Le M6decin-Commandant Chavenou fit ensuite part des
r6sultats de sa mission en France, qui avait pour but de
choisir le micilleur materiel, destiny au novel h6pital. Pour
r6aliser les commands de ce materiel, il fut d6cid6 qu'a
l'avenir une publicity serait faite et des appeals d'offres
lances.
M. Verdier, chef du Bureau des Finances, fit ensuite part
des measures qu'il vient de prendre pour pallier le retard
observe par le Commerce dans le payment des fractures ad-
ministrativec..
M. Lodier, chef du Service de l'Agriculture lui succde et
communique le detail des measures qu'il vient de mettre au
point pour butter contre le scolyte du caf6. En outre furent
prises lea decisions concernant les productions suivantes :
coton, huilei: de palme et tapioca.


Le programme de'ntretien des route et de construction
des points est alors expos par M. Pichon, Chef du Service
des Travaux Publics et du Chemin de fer qui traite ensuite
important problkme de I'augmentation du rendement du
Wharf et des mbyens mis en aeuvre pour ameliorer la situa-
tion. MM. Bastard et Az6mard lui donnent acte de l'am6-
lioration sensible constatee depuis dBji quelque temps.
Enfin M. Giard rdpondit aux questions posies concernant
la liberation des Achanges et les allocations de devises. En
matiere de sacherie il fut accord que la repartition serait
faite au prorata des exportations de l'ann6e pr&cdente, sous
reserve que cette procedure rencontre accord unanime du
commerce.
La prochaine conference aura lieu dans lea premiers jours
de juillet.

La lutte contre la maladie du cocotler

A la demand du Commissaire de la R6pu-
blique, M. Meiffren, phylopathologiste du Sec-
teur C6tier des Recherohes agronomiques h Bin-
gerville (C6te d'Ivoire), est revenue au Togo, of,
du 11 au 25 mai, riche des enseignements de
deux stages effectuds au laboratoire de la Sec-
tion Technique d'Agriculture tropical a Paris
et au Maroc, il a repris et continue les 6tudes
qu'il avait faites anterieurement sur la maladie
du cocotier dite de Kaincop6.
Les travaux effects sur place par M. Meif-
frein, et qui vont 6tre approfondis dans son
laboratoire de p6dologie de Bingerville, ont de-
cel6, dans les tissues prdlevds sur les cocotiers
malades, la presence d'un champignon bien par-
ticulier, du type fusarium, don't les sympt6mes
prdsentent une, tres grande resemblance avec
ceux de la maladie de Kaincop6.
D'autre part, les analyses faites sur des dchan-
tillons de sols de cocoteraie, prdlev6s lors de son
precedent sejour dans la region de Kaincop6,
font uniform6ment ressortir une deficience trbs
marquee en acide phosphorique par rapport aux
teneurs en cet e61ment des cocoteraies saines. II
ne serait done pas impossible que la carence en
acide phosphorique soit un adjuvant de la mala-
die de Kaincope.
Un produit de synthbse, le cryptonol, ayant
Wt6 nouvellement recommand6 par des auteurs
strangers pour letter contre les fusarioses, un
premier essai de ce fongicide a 6dt entrepris le
23 mai sur trois arbres A Kaincop6. Le produit,
qui se pr6sente sous la forme de comprimes, est
introduit a l'interieur du palmier par un trou
creus6e la vrille dans le fift et soigneusement
rebouch6 ensuite.
Au 5 juin, le traitement paraissait sans effect
sur les arbres 1 et 2. Par centre, sur le troisibme,
1'evolution de la nialadie semblait fortement ra-









Le movement commercial au 1" mars 1950


PRODUCTS


Arachides decortiqu6es ............
Amandes de Karite..............
Beurre de Karite. .................
Cacao. ..........................
'af6s. ...........................
Caoutchouc. .....................
Coprah .........................
Coton egrene .....................
Huile de palme. ..................
Kapok 6gren ...................
M ais. ...........................
Palmistes ....................... .
Pim ents ..........................
Ricin...........................
Souchets. .......................
Tapioca .......................
Voandzou. ......................
Graines de colon. ..................
Noix de coco. ...................
Totaux ...............


lentie et on notait mime une diminution sensi-
ble du jaunissement des feuilles.
II ne s'agit lh, bien entendu, que des travaux
de recherches. Des 6tudes sont actuellement en
course dans les laboratoires de Bingerville. En cc
qui concern la ddficience en acide phospho-
rique des sols des cocoteraies malades, des indi-
cations sont attendues de Bingerville sur la na-
ture de l'engrais don't l'emploi est le plus re-
commandable.

La prerfiere session du baccalaureat a Lom6

Un arrWtd du 15 mai 1950 du ministry de
1'Education national a cr&6 A Lom6 un Centre
d'examens du baccalaur6at de l'ens'eignement
secondaire, rattach6 h 1'Universit6 de Bordeaux.


Ainsi est sanctionnde 1'6volution croissante,
au Togo, de 1'enseignement en g6ndral, de 1'en-
seignement secondaire en particulicr, don't on
peut desormais entreprendre et terminer le cy-
cle complete sur place.

Les examens qui couronnent cc cycle out commence, pour
la premiere fois a Lom6, lundi 12 juin par la composition
francaise, la version grecque, la composition d'anglais, se
sont poursuivis mardi 13 par la composition de math6mati-
ques, la version latine, la composition de sciences physiques
et se termineront mercredi 14 par les 6preuves facultatives.
Les candidates, au nombre de 20 : 15 du Togo et 5 du
Dahomey, ont compose devant un jury pr6sid6 par M. 1'Ins-
pecteur d'Acad6mie et comprenant Mile Leska, MM. Dele-
ris, Descadeillas, Mevel, Chertier et Vasseur.
Les copies des candidates seront envoydes pour
correction h Bordeaux.


1950


2.280
663.318
8.827
1.730.430
109.102

450.631

218.426
9.803
5.484
1.005.829
23.425
6.240

202.647
900

9.327
4.446.669


--- --


1949


516.950
101.360

705.485
10.092
1.337.789

22.452
56.241

771.256
8e.uiaz
4.774


675.573
100
510.665

4.712.727


1948


0.088
1.972.639
0.235
1.304.842
3.129



3.333

1.204
501.317
7.815


931.835
300



4.726.737


1947


41.388


0.045
267.369


585.866
0.390
67.489
1.585
20.000
0.097
100.296

1.753.288




2.837.813








MADAGASCAR


Une conference
des chefs de province
b Tananarive


des chefs de
province et de
services s'est ouverte
h Tanan a r iiv e, le
mardi 19 juin, h 8 h.,
a la Residence et
sous la pr:sidence de M. Bargues, Haut-Commis-
saire de France h Madagascar.
Le but g.gnnral de cette Conf6rence 6tait d'as-
surer une meilleure coordination entire les ser-
vices centraux et les services provinciaux, et de
promouvoir us premier essai de d~centralisa-
tion.
Parmi les, questions ah tudier se trouvaient la
simplificati )n de la comptabilit& publique, le
d6veloppemtent de 1'enseignement primaire, et,
surtout, I'acc616ration du plan.
Cette Conference rdpond au principle d'une
6ventuelle r forme d6centralisatrice, pos6 par le
Haut-Commissaire dans son premier discourse
devant I'As:semblte representative.
La Conference 6tait prCsid6e par M. Bargues,
Haut-Comnlissaire de la R6publique h Madagas-
car, entour- du Gouverneur Gautier, Secr6taire
G6ndral du Gouvernement, du Gouverneur Capa-
gory, inspecteur g6n6ral des Affaires adminis-
tratives, et de tous les directeurs et chefs de ser-
vice du Haut-Commissariat.
M. Bargues a soulign6 que la Conf6rence serait
I'occasion de prises de contact personnelles et de
branches e::plications entire ses collaborateurs,
qui permettront, d'une part, aux services cen-
traux de Tananarive de connaitre les dol6ances
des Provint:es et, A ces dernibres, de se rendre
compete des conditions de travail des services du
Haut-Comminssariat.

***

Les probliies domaniaux ont, ensuite, Wt
abord6s. I1 a 6t d6cid& d'augmenter les superfi-
cies de teri ain que les Chefs de Province peu-
vent donner en concession sans autorisation du
Haut-Comr issaire. Un arrit6 sera pris dans cce
sens.
En ce qu: concern les concessions insuffisam-
ment mises en valeur, on se montrera plus s6-
vbre l'avwn ir, car les nouvelles concessions se-
ront soumi;es h des conditions trbs strictes de
mise en valeur.


A la demand du Haut-Commissaire, les ser-
vices ont Wt6 invites a 6tablir, en matibre de Tra-
vaux Publics, au lieu de plans annuels, des plans
s'6chelonnaint sur plusieurs annees et d6coupes
en trenches annuelles afin d'assurer une meil-
leure continuity.
**

La Conference a, ensuite, abord6 les prohl&-
mes de l'Enseignement.
L'6dification du Grand Lyc6e d'Antsirabe sera
poursuivie activement.

A

Puis la Conf6rence a proc6de a l'examen des
r6alisations du Plan d6cennal. Dans l'ensemble,
les projects du Plan ont paru, a premiere vue,
un peu trop dispersds sur I'ensemble du Terri-
toire. Aussi, le Haut-Commissaire a-t-il sugger6
d'y superposer un vaste programme routier. On
devra, pour le mener A bonne fin, solliciter du
F.I.D.E.S. des credits supplementaires, 6tant en-
tendu que les Travaux Publics n'6tant pas suffi-
samment 6quip6s pour utiliser rapidement ces
credits, il serait fait appel, dans une tres large
measure, aux entreprises privies. La route < Ta-
matave-Majunga >, don't certain traces sont ai
rectifier et beaucoup d'ouvrages d'art a refaire,
serait une des premieres a bin6ficicr, Ic cas
ech6ant, de ce nouvel effort pour l'6quipcment du
Territoire.
L'expcriencc de la remnise en vigueur des Fo-
konolona, entreprise ii y a quelques annees sur
une ccntaine de collectivit6s, a donned des r6sul-
tats variables, mais, en g6ndral, satisfaisants. Un
arretC recent du Haut-Commissaire vient de leur
donner, pour l'avenir, la base 16gale qui leur
manquait.
Dans un ordre d'idtes semblable, la creation
de nouvelles municipaiitcs a W66 envisage, no-
tamment pour Ambotsitra, Fnd6rive, Ambaton-
drazaka et Manakara.
D'autres questions, d'ordre administratif ou
financier, ont 6tl trait6es ensuite. C'est ainsi
qu'une longue discussion s'est engage sur la dd-
centralisation des licenses d'importation.

Le lancement de < Ville de Tananarive >
Les Ateliers et Chantiers de la Seine Mari-
time ont procede au lancement du navire mixte
< Ville de Tananarive >>, qui cut lieu aux Chan-
tiers du Trait, pr.s de Rouen, en presence du
repr6sentant du Ministre des Travaux Publics.
des Transports et du Tourisme, et de nombreuses








personnalit6s parlementaires, maritimes et admi-
nistratives.
Le < Ville de Tananarive a 6tW b6ni par
Mgr Martin, arohev&que de Rouen, c6remonial
qui comporte la projection symbolique du bl1 et
du sel sur 1'6trave, et baptism rituellement au
champagne par sa gracieuse marraine, Mme Buc-
quet, femme de l'armateur.
Le navire mixte < Ville de Tananarive > est
identique a < Ville de Tamatave >>, lanc6 le
23 septembre 1949.

La r6colte du tabac a gravement
souffert des gelees

Une information, parvenue de 1'Itasy, signal
que les gelses ont h peu prbs an6anti les plan-
tations de tabac. On value a soixante millions
de francs C. F. A. la perte total. La rigueur inac-
coutum6e du climate, a cette 6poque, aurait eu,
6galement, des effects desastreux sur les planta-
tions de tabac d'Ambatolampy,
Pour les cultivateurs, don't la plupart avaieni
fourni un effort tres important, les gelees ont
pris la proportion d'une catastrophe. La recolte,
don't la quality s'annongait excellent, devait de-
passer cinq cent tonnes, au lieu de trois cent
quarante-cinq l'ann6e pr6ccdente.

La recolte de riz dans la province de Tananarive
La recolte de paddy s'annonce, cette annee,
excellent dans la province de Tananarive.
Le danger des sauterelles est, maintenant,
etart6. La lutte entreprise a 6t1 particulibrement
efficace et les egats ne sont pas trbs important.
Par rapport aux annees precedentes, la rd-
colte est plut6t tardive, ce qui explique la ten-
dance persistante du maintien des course a un
niveau assez 1levW. Ce n'est qu'en fin de mois
que le prix du paddy s'est stabilis6 aux environs
de 10.000 francs la tonne.

La production de I'huile d'Aleurite
Tous les essais tents dans les divers pays du
monde pour acclimater les aleurites, don't la
graine produit une huile siccative, en dehors de
leur pays d'origine la Chine central pour
l'aleurite fordii; le Hunan et le Tonkin pour
l'abrasin ont demontrd que cette acclimata-
lion Rtait excessivement laborieuse.
II n'est guBre que trois pays oi elle ait plei-
nement r6ussi jusqu'h present : certaines zones
semi-montagneuses de 1'Argentine et du BrBsil et
Madagascar, dans la region Ouest des Hauts-
Plateaux, et sur les hauteurs en bordure de la
grande fort de 1'Est.


L'aleurite fordii fut introduite dans la Grande
lie vraisemblablement vers 1880.
La culture rationielle de I'aleurite dans un but
industrial n'a, toutefois, commence ha tre envi-
sag6e que vers 1929-1931. Pendant la decade pre-
c6dant la guerre de 1939, des plantations se sont,
peu h peu, Rtablies dans la region du lac Itasy.
En 1940, on d6nombrait au plus cent cinquante
nille jeunes plants et la premiere exportation
d'huile, qui fut de sept cents kilogrammes, date
seulement de 1942. De 1940 a 1949, un effort
considerable accompli par la colonisation euro
peenne porta le nombre des arbres plants a
2.200.000 environ. 3.760 hectares furent ainsi
mis en valeur, la plupart tout recemnlent dans
la region du lac Itasy et dans celle d'Antsirabe,
h des altitudes variant entire 1.200 et 1.700 m.
En 1943, les exportations d'huile d'aleurite
passaient ha 2 t. 900. En 1944, 1'entrde en rende-
ment de nouvelles plantations d6cupla ce chif-
fre. En 1946, le chiffre maximum de 60 t. 800
fut atteint. Puis diverse causes : insuffisance
de main-d'oeuvre, circonstances atmosph6riques
defavorables, offres peu remuneratrices du mar-
chU, firent choir les exportations a 23 tonnes en
1947 et a 27 t. 500 en 1948. En 1949, elles se
releverent h 38 tonnes. On est loin encore, ce-
pendant, de la production de 220 tonnes qui avait
Rt6 pr6vue pour 1949 d'aprbs le nombre et l'age
des arbres plants.
On envisage, toutefois, pour 1953, avec 1'en-
tree en rapport des plantations plus recentes,
une production de 1.000 tonnes qui sera
susceptible, a partir de 1957, lorsque les arbres
donneront leur rendement maximum, de s'ac-
croitre jusqu'au plafond de 1.80,0 et meme 2.000
tonnes, pour peu que la conjoncture des condi-
tions atmosph6riques, des apports d'engrais et
des soins d'entretien se trouve raalisee.
Le Plan Monnet prevoit 1'extension de la pro-
duction des huiles d'aleurite des territoires d'Ou-
tre-Mer jusqu'A 8.000 lonnes. Ce chiffre est pro-
che de celui de 10.000 tonnes indiqun par le Pr6-
sident du Syndicat des Peintures et Vernis
comme Rtant celui des possibilities d'absorption
actuelles du march metropolitan.
A part le Tonkin, a qui les 6v6nements poli-
tiques ne permettent pas, pour le moment, de
prendre place parmi les producteurs d'huile
d'alcurite, il n'est aucune terre franchise d'Outre-
Mer pr6sentant, comme les Hauts-Plateaux de
Madagascar, de vastes possibilities d'exploitation.
Madagascar offre, actuellement, le kilogramme
F. O. B. d'huiles d'aleurite log6, fit perdu, a
105 francs C.F.A., alors qu'h Londres, le prix
C.A.F. de I'huile de Tung de Hong-Kong, sur le
flottant, est de 115 fr. 15 C.F.A. Ces prix sont
sensiblement les mnmes.
II convient de signaler que le Groupement des
Importateurs metropolitains a precise qu'il Rtait








dispose a payer les huiles d'aleurite en prove-
nance de Madagascar a un prix l6girement supe-
rieur aux course mondiaux en raison de l'excel-
lence de leur quality.

Soci6te dej p6troles de Madagascar

Sous celte denomination vient d'etre constitute
une soci6lt anonyme, au capital initial de 250
millions de francs C.F.A., ayant pour objet prin-
cipal la recherche et l'exploitation, A Madagas-
car, des gisements d'pydrocarbures sous toutes
leurs fornies, ainsi que toutes operations finan-


cieres, industrielles et commercials s'y rap-
portant.

Mise en service d'un nouveau cargo
Un nouveau cargo mixte, << 'Ile de la Reu-
nion >, entr6 en service sur la ligne de l'Ocean
Indien, a touched Bordeaux ces jours-ci et doit
quitter ce port, ce soir, pour Madagascar, avec
6.000 tonnes de fret.
Construit au Danemark, jaugeant 8.770 ton-
nes de port en lourd, ce navire appartient a la
<< Compagnie Havraise Peninsulaire >.


COTE FRANCAISE DES SOMALIS


L'infrastructure
i \ aerienne du territoire
L E Gouverneur Sa-
doul, accompa-
.s gnant le PrBsi-
dent Juglas dans sa
t ourn6e Ai l'intDrieur
du territoire, a inau-
S. gur6 le 13 juin le ter-
rain d'aviation d'As-
Dorra.
'Ce nouveau terrain, aminag6 par la Milice,
est situ& pr&s de 900 m. d'altitude et perme,
de desservir la station de Randa (15 kms) eL
eventuellement le plateau de Dai (30 kms).
Aprbs Obock, Dorra, Tadjoura, Yaboki, Dikhil.
As-Ela, Ali-Sabieh, Afambo, c'est le neuvibme
des terrains accessible aux Junkers, ainsi am6-
nagbs dans ces deux dernibres ann6es qui per-
mettent de rallier rapidement Djibouti a tous
les chefs-lieux de cerele et postes de, 'int6rieur.









INFORMATIONS ADMINISTRATIVE


0 Par arr6te du 23 juin 1950, la delegation francaise a la
conference intcr-Etats est composer comnie suit :
President
M. Albert Sarraut, conseiller de 1'Union francaise.
Membres
M. Bour, conseiller technique an cabinet du ministry de la
France d'Outre-Mcr.
M. Bourgoin, consciller an plan auprcs du haut commissaire
ie France on Indochine.
M. Penavairc, conseiller aux affaires 6conomiques aupres du
lihaut conmissairc de France en Indochine.
M. Ristcrucci, (elegnei du haut comnnissaire de France en
Indochine aupres du gouvernenment du Vict-Nam.
M. Sergent, sous-dirceecur au minister des finances.
Art. 2. Est tdsigne colnme secr6taire de la delegation
francaise L la conference inter-Etats :
M. Lcmioyne, de la direction des affairs Bconomiques an
minister de la France d'outre-incr.
Art. 3. Sont d6signes comnme experts aupres de la de-
legation francaise a la conference inter-Etats :
M. Colombani, delgnu6 adjoint du haut commissaire de
F'rance en Indochine a Paris.
M. Despierres, directeur des postes et telecommunications
d'Indochinc.
M. Fontan, chef du service de l'Indochine a la direction des
affaires economiques du minister de la France d'outre-incr.
M. Peron, directeur du Tresor en Indocline.
M. Yvon Gouet, jurisconsulte au minister de la France
d'outre-mer.

FINANCES ECONOMIIE

* Un d6cret du 25 mai 1950 approve une deliberation prise
le 27 janvier 1950 par Ic grand conseil de l'Afrique occiden-
talc francaise tendant A modifier le d6cret du 1' juin 1932
portant r6glementation du service des douanes dans ce ter-
ritoire en ce qui concern le regime de l'admission tempo-
raire des sucres (J.O. 2 juin).
* Un decret du 25 mai 1950 porte approbation du compete
d6finitif du budget special des iles Wallis et Futuna (exer-
cice 1947) (J.O. 2 juin).
* Un decret du 25 mai 1950 porte approbation de I'arrgt6
n" 15/W, en date du 8 mars 1950, du haut commissaire de
la RKpublique dans l'ocean Pacifique et aux Nouvelles-HE6-
brides, gouverneur de la Nouvelle-Caledonie et d6pendances,
portant ouvcrture de credits supplementaires an budget des
lies Wallis et Futuna exercisee 1949) (J.O. 2 juin).
* Un decret du 25 mai 1950 approve la deliberation nu-
mIro 53/50 du 27 janvier 1950 de I'assembl6e representative
dul Cameroun modifiant les droits d'cnltre, de sortie et de
ionsoniiation (J.O. 3 juin).
* Le J.O. du 11 juin public Il tableau des traitements ap.
plicables a comptcr du 1" janvier et du le" juillet 1950 A
diverscs categories de fonctionnaires du minister de la
France d'onure-mer.
Un d6cret du 12 juin 1950 porte modification au d6cret
n" 47-2163 du 10 novembre 1947 fixant le regime de solde
et d'indemnit6s applicable aux militaires non officers res-
sortissants des lerritoires relevant du department de la


France d'outre-mer cn service dans ces territoires (J.O.
14 juin).
* Un decret du 14 juin 1950 porte modification de la r6-
munzration du directeur de l'institut d'etudes centraficaines
(J.O. 20 juin).
* Un d6cret du 14 juin 1950 porte modification de la re-
muneration du directeur de l'institut de recherches scienti-
fiques de Madagascar (J.O. 20 juin).
* Un d6cret du 14 juin 1950 porte modification de la re-
muneration du directcur de I'institut intercolonial de recher-
ches scientifiques d'Abidjan-Adiopodoume (J.O. 20 juin).
* Decret ni 50-751 du 24 juin 1950 modifiant les paragra-
phes IV et V de P'article 35 du decret du 2 mars 1910 por-
taut reglement sur la sold des personnel d'outre-mer (J.O.
29 juin).
* Decret n" 50-753 du 24 juin 1950 fixant l'indemnit6 de
premiere mise d'habillement ct d'6quipement alloi6e an per-
sonnel du cadre general des ports ct rades relevant du mi-
nistere de la France d'outre-mer (J.O. 29 juin).
* Un decret du 25 mai 1950 porte revalorisation de l'in-
demhit6 percue par le directeur de I'office de 1. recherche
scientifique d'outre-mer. (J.O. 2 juin).
* Un arr&te du 27 mai 1950 autorise la constitution d'une
society d'6conomie mixtc dite Societi Air-A.O.F. (J.O. 3 juin).
* Un arrkt6 du 5 juin 1950 fixe le montant de 1'annuite
obligatoire de renouvellement de la regie des cliemins de
fer de 1'Afrique occidentale franaise pour 1950; (650 mil-
lions cfA don't 412.500.000 a verser an Fonds conmun le
1'O. central) (J.O. 9 juin).

ADMINISTRATION
* Une loi du 30 mai 1950 reglemente la fabricati., la con-
servation, l'importation et le commerce des substances ex-
plosives dans les territoires du Togo et du Camroun (J.O.
ler juin).
* Un d6cret du 25 mai 1950 autorise la creation de quatre
nouvelles companies de sapeurs pour 1'execuiion des tra-
vaux publics en Indochine (J.O. 2 juin).
Un d6cret du 25 mai 1950 proroge les dispositions du d6-
cret n" 47-2167 du 15 novembre 1947 portant reglementation
des loyers d'habitation en Afrique cquatoriale francaise
(J.O. 3 juin).
* Un d6crct du 25 mai 1950 approve la deliberation nu-
mero 5/50 du 27 janvier 1950 de 1'assemblee representative
du Cameroun relative aux droits de visits de sdcurit6 des
navires (J.O. 3 juin).
* Un decret du 12 juin 1950 porte delegation peLrmanente
de signature du ministry de la France d'outre-mer it M. Fran-
cis Bour, consciller technique de son cabinet (J.O. 14 juin).
* Un decret du 16 juin 1950 accord au commissariat A
1'Bnergie atomique un permis g6enral de recherches type < A >
sur toute 1'etendue du group de territoires de I'Afrique
equatoriale francaise (J.O. 20 juin).
* Un decret du 14 juin 1950 attribuant au bureau minier de
la France d'outre-mer un permis general < A >> de recher-
ches miniires en Afrique equatoriale francaise (J.O. 20 juin).










* Un. arriti du 25 mai 1950 classes l'h6pital de Tulear dans
la ca.itgor e des 6tablissecmeints hospitaliers du service gene-
ral de Madagascar et dependances (J.O. 3 juin).
* Un arr, it du 22 mai 1950 abroge l'arr8tt du 30 d6ccm-
bre 1924 elatif aux rappels d'auiciennet6 pour service mili-
taire actif obligatoire (J.O. 3 juin).

PERSONNEL

9 M. Pec toux (Laurent) a ett promu gouverneur de 2' cl.
des col. (1). 2 juin. J.O. 3 juin).
M. Cotile (Jean-Henri) a 6t6 promu gouverneur de "e el.
des col. (1). 15 juin. J.O. 20 juin).
* A eti d lsign6 connne secr6taire general p. i. de I'A.O.F.:
M. Chanili )n (Jean-Jacques) gouverneur de 2' cl. des colonies
(D. 1" juin. J.O. 3 juin).

9 Ont itc titularis6s commune secretaires gt6nraux :
Du Sen, gal : M. Michel (Claude) adm. de 1' cl. des col.
pendant l. dur6e de ses functions du 1" juillct 1947 au 8
juin 1948 (D. 25 inai. J.O. 3 juin).
Du Caimeroun : M. Descottes (Jean-Marie) a./c. du 4 no-
vembre 1' 49 et jusqu'A la date effective de prise de service
par M. J( urdain, S. general titulaire (id.).
M. Ra: nier (Pierre-Jean). admi. de 1" cl. des colonies a
ett nomn e secretaire general de I'Oubangui-Chari (D. 13
juin. J.O. 14 juin).
Par de ret en date du 19 juin 1950, M. Chimier (Armand-
Pierre), admjinistrateur de 1" classes des colonies, est nom-
m6 secritAiire gn6ral par interim du Daholmey (J.O. 21 juin).
Par de ret en date du 19 juin 1950, M. Neveu (Francois-
Jean), adininistrateur de 1" classes des colonies, est nonmmi
secretaire g6niral de la HautceVolta, en remplaceinmnt de
M. Abel (J.O. 21 juin).
M. Bet lard (Rodolphe-Henri) admiinistrateur de 1' classes
des colonies est reclass6 dans Ie grade de charge d'6tudes
iconomiq Lies de 1" classes de I'Agence Econoinique de la
F.O.M. (J 0. 22 juin).
Ont 6tti reclasses :
M. Philippe Serge, adm. adjt. de 1'e cl. a./c. du 1-11944 au
lieu du ].1-1946 (D. 25 mai. J.O. 3 juin).
Par d cret en date du 22 juin 1950, sont nommns inspec-
teurs de :i" classes de la France d'outre-mer, A computer du 10
iuin 1950 :
M. Sannt r (Pierre-Marie-Marcel), administrateur de 2' classes
de la Fra ice d'outre-nmer.
M. Jacqu er (Jean-Louis-LBonce), administrateur adjoint de
'l class( de la France d'outre-mer.
M. Mass.i (Charles-Andre), commandant des affaires mili-
taires m ssulmanes.
M. de B ,uteiller (Georges-Antoine-Jules-Gerard-Ghislain). ca-
pitaine d'infanterie (J.O. 23 juin).
Ont il6 admis A fair valoir leurs droits A une pension
de retra te :
M. Davit (Philippe) adm. de 1" cl. des col. (D. 2 juin. J.O.
16 juin).
Ont &t6 d6gag6s des cadres sur leur demand :
MM. Cl p (Rend-Emile), administrateur de 1" classes des
colonies.
Langlois (Marie-Joscph-Antoine-Jules), administrateur de 1"
classes des colonies.


Poli (Paul-Frantois-Michel), administrateur de 1" classes des
colonies.
Chopin (Fernand-Athimie-Constant), administrateur de 2' cl.
des colonies.
Vuillaume (Jean-Renu-Eugine), administrateur de 3' classes
des colonies.
Ces fonctionnaires ont droit i une pension pour anciennetk
de services (D. 12 juin. J.O. 14 juin).
M. Gosselin (Jacques-Pierre), administrateur de 1* classes.
M. Vidal (Jean-Baptiste-Albert), administrateur de 3' classes.
Ces fonctionnaires ont droit A une pension pour anciennet6
de services.
M. Peschaud (Philippe), administrateur adjoint de 1" classes.
Ce fonctionnaire a droit ia une indemnity de fotonionnemlent.
M. Planque (Francis), admninistrateur adjoint de 2' classes.

Administrateurs des services civils de l'lndochine

M. Surcouf (Patrick-Marie), administrateur de 2' classes.
Ce fonctionnaire a droit a une pension pour anciennete de
services.
M. Bauduin (Claude), administrateur adjoint de 1" classes.
Cc fonctionnaire a droit a une indemnity de licenciement.
(D. 14 juin. J.O. 16 juin).
Tableau d'avancmcent pour 1950 du personnel du cadre
d'administration g6nerale d'outre-mer et arr8tt portant pro-
motions (J.O. 7 juin).
Tableau d'avancement pour 1950 du personnel de 1'agence
coniptable des timbres-postes coloniaux (J.O. 7 juin).
Tableau d'avancement pour 1950 du personnel de P1'cole
national de la France d'outre-mer (J.O. 7 juin).
Tableau d'avancemient pour 1950 du personnel des services
extirieurs de la direction des affaires militaires (J.O. 7 juin).
Tableau d'avancement du personnel du music de la
France d'outre-mer pour l'ann6e 1950 (J.O. 7 juin).
Liste des candidates autorises i subir les 6preuves du con.
course professionnel pour l'admission a P'cmploi de contr8-
leur r6dacteur des transmissions coloniales et indiquant les
diff6rents centres d'ipreuves (J.O. 7 juin).
Liste des candidates admis a subir les 6preuvcs orales de
1'examen professionnel d'entrie dans la magistrature d'outre.
nier (1" session 1950) (J. 0. 20 juin).
Un d6cret du 2 juin 1950 porte ouverture de concourse
i P'institut national de la statistique et des 6tudes Bconomi-
ques pour le recrutement de trois Blevcs administrateurs et
de quatre attaches stagiaires. (J.O. 4 juin).
Un arrett du 23 mai 1950 fixe aux 21, 22, 23 juin la date
des eprcuves du concourse d'accession des agents forestiers
des cadres locaux i 1'ecole national des eaux et forces
(J.O. 3 juin).
Un arrett du 22 mai 1950 complete l'arrWte du 7 novem-
bre 1949 relatif A l'ouverture d'un concourse pour le recru-
tenment de chiffreur stagiaire (J.O. 9 juin).
Un arrt6i du 25 mai 1950 institute une commission charge
d'imettre un avis sur la fixation des renters A allouer en ma.
tire d'accidents du travail (J.O. 9 juin).
Un arrett fixe la composition du jury de 1'examen pro.
fessionnel des lives de 1'cole national de la France d'ou-
tre-mer (section magistrature) (J.O. 9 juin).
Un arr6it port nomination des membres du jury du con.
course pour I'accession des agents forestiers des cadres la.
cauin au cadre gncral tds eaux et forces (J.O. 9 juin).









* Promotion des fonctionnaires du Cadre general des Eaux
et Forkts. ArrWt6 du 9 juin 50 (J.O. 22 juinl.

DISTINCTIONS HONORIFIQUES

* secrett du 24 juin 1950 portant promotions et nominations
dia:s I'ordre national de la Legiou d'honineur < A titre ci-
vil >>.
Au grade d'officier
MM.
Brunct (Georges-Emmanuel), administrateur en chef des
colonies.
(;annay (Paul-Aim6), delkgu6 de la Croix-Rouge franchise en
Indochine.
Le Cadre (Pierre-Marie-David), missionnaire, eveque des iles
Marquises.
Wickers (Lucien), avocat difenseur pris la cour d'appel de
I'Afrique equatoriale francaise.
Chaillou (Charles-Albert), contrBleur principal des douanes,
president de l'U.F.A.C. Cameroun.

Au grade de chevalier
MM.
Auber (Marc-Marie-Joseph), administrateur en chef des co.
lonies.


Bertho (Jacques miissionnaire catholique.
Casasoprana (Antoine-Francois), receveur central tes' domai-
nes ia Dakar.
Gaston (Henri-Louis-Georges), inspecteur general de l'ensei-
gnement et de la jeunesse an ministere de la France d'outre-
mer.
Goarnisson (Jean-Louis-Marie), pire blanc, docteur en le-
decine i Ouagadougou (Haute-Volta).
Lacour (IIenri), administrateur en chef des colonies, chef
du service intrrieur du ministare de la France d'outre-mer.
Laroche (Charles-Louis-Maric), archiviste palkograple, chef
du service des archives du nministere de la France d'outre-
mer.
Le Rolle (Pierre-Emmanuel), administrateur en chef des co-
lonies, inspecteur des affairs adininistratives du Senegal.
Letourneux (Madeleine), en religion nmre Marie de Saint-
Jean, sup6ricure gen6rale de ]a congregation des soeurs de
Saint-Joseph de Cluny.
Oilier de Marichard (Louis-Ernestl, administrator hono-
raire des colonies.
Vernier (Charles-Henri), pasteur a Papeete (Thahiti). (J.O.
29 juin).






















REVUE DE PRESS


Nous rappelons que la revue de press publide au present bulletin est purement objective. Elle n'impliquc
ividemmeni aucune adhesion du Minisltre de la France d'Oulre-Mer aux opinions exprimdes dans les
articles rep.'roduits d litre d'information.



PRESS D'OUTRE-MER


INDOCHINE

Situation au Cambodge

La situation politique au Cambodge, assez
trouble cos derniers temps, n'a pas manque
d'etre soulignde par la press cambodgienne. Les
frequents appeals d l'union lances par les orga-
nes des diiffrents parties laissent enttevoir la
gravitM de l'heure.
Ainsi, cet editorial du < DIMOCRATE > durant
la crise g9uvernementale montre que les Cam-
bodgiens prennent conscience du danger de lear
division.
Tel un navirc qui fait eau de toutes parts, 6crit
ce journal, le Cambodge flotte A la drive et va cer-
tainement sombrer si aucun effort n'est tent1 pour
le sauver.
Au milibu de cette insouciance g6n6rale, qui done
pense s6rieusement A l'avenir du pays ? Personne,
ou presquc.
Certes, il y a Sa Majest6 qui veille aux destinies
du Cambodge. Mais le Roi tout seul ne pourrait rien
s'il n'6tail pas soutenu par le people dans sa haute
mission. ]'eut-il computer sur le d6vouement de ce
dernier pour sauver le pays ? Certainement pas, car
les resporsables du gouvernement ont tout fait pour
d6truire la conscience national apris avoir provo-
qu6 des divisions regrettables parmi le people, don't
ils ont flattW les bas instincts. Par centre, ils n'ont
jamais v(.ulu 6duquer la masse dans le sens dui
devoir.
Dans cis conditions, faut-il se croiser les bras et
regarder :;ombrer le Cambodge ? Jamais !
Sachani, par experience, que 1'on ne reconnait les
vrais patriots que lorsque le pays se trouve en dan-
ger de mart, nous lanCons A tous ceux qui prbtcn-
dent aim !r leur patrie un ultime appel pour qu'ils
s'unissenl et soutiennent Sa Majest( dinns sa lourde
itche afii que vive le Cambodge !


Ce n'esl qu'apres la constitution du Gouverne-
ment d'Union Nationale prdsidd par S. A. R. Si-
sowath Monipong, que le << DkMOCRATE > trove
des raisons d'esperer. Ces raisons, il les expose
clairement dans un long commentaire consacrd
d la situation nouvelle :
Nos espoirs se confirment chaque jour davantage,
dcrit-il. Des measures out 6t6 6dict6es en vue d'une
action g6neralis6e contre les fauteurs de trouble d'oii
qu'ils viennent. Pour la premiere fois, peut-etre, des
moyens important seront mis en oeuvre pour le r6-
tablissement de 1'ordre et de la s6curiti int6rieure.
Cet effort ne pourrait pas Wtre entrepris sans le con-
cours d'une aide etrangbre. Elle a 6t6 demanded et
elle cst d6jA obtenue en grande parties, graTe a la
comprehension ct i l'amiti6 des gouvernements fran-
cais et ambricains. Mais les r6sultats que nous som-
mes en droit d'attendre de cette croisadc ne pour-
ront se fair sentir que dans quelques mois.
Sur le plan administratif, un assainissement mo-
ral doit etre entrepris. Le gouvernement est d6cid6
A faire la chasse aux abus ; chaque fonctionnaire
doit etre A sa place, la oil I'appelle son devoir. Le
regime du favoritisme est termin&. Les bons doivent
etre r6compenses et les mauvais punis.
Sur le plan social, un grand pas sera fait quand le
gouvernement aura d6cid6 la fermeture du casino,
ou plutSt sa non reconduction. Les consequences n6-
fastes de cette institution sur la masse laborieuse ne
sont plus A d6montrer. II faut que les Cambodgiens
reprennent goft au labeur et A l'6pargne. Par ail-
leurs, la creation de nouvelles organizations d'en-
tr'aide et d'assistance est pr6vue.
Enfin, sur le plan 6conomique, malgr6 la crise qui
s6vit de plus en plus, nous sommes en measure d'es-
p6rer une amelioration sensible de la situation. Le
r6tablissement de l'ordre et la suppression du ca-
sino d'une part, I'aide 6conomique am6ricaine d'au-
tre part, seront susceptibles d'etablir un climate favo-
rable a la reprise des affaires. Le Cambodge se re-









mettra A l'oeuvre et entreprendra et sa reconstruction
et son d6veloppement 6conomique.
Cambodgiens, vous pouvez reprendre confiance.
Ayez confiance en vous-memes, en votre d6sir de
servir et en vos possibilities. Il n'appartient qu'a
vous de faire de nos roves des r6alit6s sur lesquel-
les se batira votre patrie.

Conference Inter-Etats

Avant que se reunisse la Conference inter-
Etats, chacun a eu le loisir d'exprimer ses der-
nidres suggestions. Si la press frangaise s'est
montrde assez rdservue, il n'en fut pas de mbme
pour la press vietnamienne. L'Echo du Vietnam,
en particulier, a soulignd la position particulibre
des socialists frangais d l'dgard du probldme
vietnamien.

La motion vote A l'issue du Congres de la S. F.
I. 0., 6crit I'6ditorialiste de ce journal, souhaite que
la question soit soumise A l'O. N. U. Ainsi, ont ajout6
sans rire les r6dacteurs de cette motion, ainsi, en
portant devant la plus haute autorit6 international
ce (nouvel aspect) de la guerre froide, on peut esp6-
rer mettre un terme A la guerre.
II faut beaucoup de naivete pour s'imaginer que
H6-Chi-Minh ou ses maitres de Moscou se laisseront
impressionner par la plus haute autorit6 internatio-
nale. La v6rit6 est qu'ils se soucient comme d'une
guigne de I'O( N. U., du Conseil de S6curit6 et de
toutes les autorit6s internationales. Ces r6alistes ne
sont sensibles qu'a des arguments moins chim6ri-
ques.
Ai-je voulu dire par lI que je prends place dans
le camp des partisans d'une guerre A outrance ?
Certes non et je persiste A croire qu'il est d'autres
moyens d'arr6ter la guerre. Des moyens ? non, un
seul, en fait. II consiste simplement A aller jusqu'au
bout de la route sur laquelle, le 8 mars 1949, la
France s'est engage. Il consiste, ce moyen, A don-
ner au Vietnam une ind6pendance total, r6elle, sans
aucune reserve. Une ind6pendance telle, en un mot,
si indiscutable et si flagrante en quelque sorte que
ceux qui, n'6tant pas des mercenaires de Moscou, ne
luttent par les armes que pour obtenir cette ind6pen-
dance, n'aient plus de motif s6rieux de poursuivre
la lutte.
On me dira, je le sais bien, que c'est chose faite,
que d&j. le Vietnam est independent. S'il en 6tait
ainsi, la conference inter-Etats qui, si longtemps
diff6ree, va enfin s'ouvrir A Cannes le 15 juin, n'au-
rait pas de raison d'etre (en fait cette conference
s'est ouverte A Pau le 29 juin). Bien str les accords
du 8 mars sont un progres immense. Bien str, les
conventions du 30 d6cembre ne sont pas A tenir pour
nggligeables. Tout cela, cependant, ne suffit pas, il
ne manque peut etre que tres peu de chose pour que
le Vietnam soit ind6pendant. Mais tant que ce peu
de chose fera d6faut, c'en est assez pour que le Viet-
nam ne soit pas ind6pendant. C'en est assez, sur-
tout, pour que la propaganda communist ait la par-
tie vraiment trop facile. Et jamais, peut-ktre, la pro-
pagande adverse ne fut plus intense ; jamais plus
efficace.


Donner au Vietnam sa pleine ind6pendance est
l'unique moyen de mettre fin A la guerre en privant
le Vietminh d'une grande parties de ses troupes ;
l'unique moyen, aussi, pour la France de sauver ce
qui peut encore etre sauv6, ce qui dolt a tout prix
etre sauve. Par la j'entend bien moins de meprisa-
bles interets priv6s materiels que les int6erts du
tr6sor spiritual accumul6 ici par la France.
J'ai dejA dit que le texte des accords du 8 mars
comptait bien moins que leur application. Ce qui
compete surtout ce n'est pas la lettre mais l'esprit de
ces accords ; c'est l'esprit dans lequel ils seront
appliques. La conference de Cannes va nous donner
lA-dessus un test d6cisif. Des les premiires s6ances
nous allons savoir dans quel esprit dtroit ou li-
beral le gouvernement franCais entend se confor-
mer aux engagements ratifies par le Parlement. De
cet esprit d6pendra le salut de la France par l'amiti&
Franco-vietnamienne ; ou sa perte definitive.

Mesures contre le terrorism

Le Gouvernement vietnamien, deuvnt I'acti-
vitd croissante du terrorism Vietminh, a pris des
measures Mnergiques. Parmi ces measure : l'institu-
tion des Tribunaux d'exception a retenl particu-
lierement I'attention de la press. L'Union Fran-
raise ecrit d ce sujet :

Cette expression de tribunaux d'exception sonne
inal aux oreilles de d6mocrates convaincus, mais
cette initiative est justifibe par les excis auxquels se
livrent les terrorists. Il faut, pour r6primer leur ac-
tion, des tribunaux aux pouvoirs exceptionnels, que
n'embarrase point le maquis de la procedure ordi-
naire, des sortes de course de justice don't les dCci-
sions rapides seront sans appel.
Nous ne sommes point en une pfriode l'ordre ct
de paix en laquelle la legislation habituelle puisse
suffire A r6primer les crimes. Nous sommes en pre-
sence d'adversaires ne reculant devant aucun moyen
pour inspire la crainte et mime la panique, contre
eux il faut reagir avec 6nergie, scule une jurispru-
dence exceptionnelle peut fournir aux juges les
moyens n6cessaires pour faire cesser les exploits de
ces terrorists qui, chaque jour, ajoutent it leur actif
de nouveaux forfaits.
Le Gouvernement a done eu raison de d6cider
I'institution de tribunaux d'exception contre le terro-
risme.

L'dtablissement de la censure par le Gouverne-
ment vietnamien n'a pas tdi sans provoquer des
protestations. Toutefois, un rHdacteur vietna-
mien du Journal d'Extreme-Orient, a approuve
cette measure :
Dans son oeuvre de salubrit6, 6crit-il, le Gouver-
nement national ne pouvait manquer de prendre des
dispositions necessaires A I'assainissement d'une
atmosphere devenue par trop trouble.
La mise en route d'un systime de censure qui
n'affccte point les droits du journalist indirpendant,
mais freine impitoyablement toute surenchere A la
violence et A la haine, 6tait devenu ineluctable.








Son application 6tant assuree par des hommes de
valour recon ue, d'exp6rience 6prouv6e, a permis de
passer d'un stade A l'autie sans A-coups, et sans
heurts.
1I suffit de lire la press frangaise aussi bien que
la press vietnamienne : peut-on observer un r6el
changement ?
Les critiques n'en ont point eti bannies, ni les in-
formations sous quelque forme qu'elles soient : cha-
cun exprimc sa pens6e sans un conformisme servile
que le gouvernement n'a d'ailleurs jamais song A
6riger en rei.;le.
Nous n'oul)lions pas, nous ne voulons pas oublier,
qu'en depit des circonstances, le Vietnam suit la
voie d6mocratiquc.
Ce qui ne ;era plus d6sormais tol6r6 ce sont les in-
citations h 1:. haine et au meurtre.
Oui, des iens qui tenaient une plume et qui au-
raient di fire honneur A leur profession, ont du
sang sur les mains. Eux qui poussaient les esprits
faibles aux actes de violence, se dissimulaient sous
le bouclier de leurs 6crits, impun6ment. Et quand des
victims ton batent, ils supputaient les gains mate-
riels de leurs mauvaises actions.
II fallait l's mettre hors d'6tat de nuire ; il fallait
r6agir contra une tendance qui conduisait le Viet-
nam, rien moins qu'A la pire des guerres civiles,
cell qui nait de I'apologie de la violence.


Et courageusement le gouvernement national 'a
fait.
C'est toute la population paisible, tous les Vietna-
miens sincerement patriots qui I'en remercient.

Enfin, d l'adresse des terrorists, on trouve
ces lignes du quotidien nationalist l'Echo du
Vietnam apres la tentative d'assassinat dirigge
centre le Ministre de l'Education Nationale
Vuong Quang Nhuong :
Pour qu'on ait tenth de supprimer un homme de
bien comme M. Vuong Quang Nhuong qui fut beau-
coup plus l'avocat des pauvres que des riches
- qu'on ne I'oublie pas pour qu'on se soit atta-
que a un homme qui n'avait d'autre but et nous
pourrons en temoigner devant 1'Histoire que
d'6tendre les ramifications de l'enseignement de par
le Vietnam, lui, pour qu'on se soit attaque i un
ap6tre de < l'alma mater >>, il fallait que vraiment
on fit A court d'arguments.
Et il faut surtout qu'on ait bien besoin de main-
tenir l'obscurantisme parmi les masses pour en ktre
obei < per inde ac cadaver > car sinon pourquoi
assassincr les journalists et des universitaires ?
II faut que la cause de ccux-lA soit bien pauvre
de justice ct dc v6rit6 pour qu'ils en arrivent A dc
lelles cxtr6mit6s ...








PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press Htranglre traduits en frangais peut Hire consulate d
la Section de la Presse Etrangere (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, Piece 17, 1" stage).
Les numeros qui figurent ci-dessous d la suite de l'indication d'origine des articles de press per-
rnettent de se reporter an texte complete des dits articles.


QUESTIONS GENERALS


Alors que attention gendrale est concentrde
sur l'Exlrcine-Orient ohi se ddroulent des evdne-
menis important et spectaculaires, il n'est ce-
pendant pas sans interit d'examiner la situation
africaine.
Pour moins bruyante que soit I'evolution dui
continent noir, pour moins connus que soient les
problems qu'elle pose, ce continent n'en est pas
moins un dldment essential du monde actuel,
il ne faul pas, devantl I'normitd des bouleverse-
ments extreme-orientaux qui frappent l'imagi-
nation, sons-estimer l'importance dii problem
noir.
Deux facteurs essentiels font de la question
africaine iune question primordiale pour I'Eiu-
rope :


1" Sa proximity ;
2" Ses richesses en ddveloppemenls evenluels
futurs. 1 f
De plus, I'absence d'dvenemelns frappants ne
doit pas faire illusion. II se faith en Afrique un
travail en profondeur qu'il serail dangereux de
ndgliger. Ce serait peut-etre s'exposer d des rd-
veils douloureux.
L'Europe a la responsabilite du developpement
africain el elle devra t t ou lard rendre compile
de sa geslion.


Dans < The West African Review ., Holman
Jameson replace le probl'nc africain dans son
cadre historique.


Afrique
D~pendance Ind~pendance Interd6pendance


Dans une rapid revue de la colonisation, Ja-
meson dvoque l'efforl espagnol, I'Indfpendance
americaine, la traduction sur le plan colonial des
doctrines mercantilisles et libre-echangisles. II
traite ensuite les problhmes modernes.
a. L'Inhtgralion icolZomin Toute innovation politiquc est accompagnce de
son parallble 6conomique, Ie mercantilisine de son
colonialisme on de ses d6pendances, Ie < laisser
faire > de son indpcendance national (1). Les Etats
europiens independents s'cfforcent aujonrd'hui
d'int6grcr lcur economic, el l'expression politiquc de
cette integration iconoiniquc est une interd6pen-
dance d'Etats nationaux curopeens clerchant a sc
raaliser dans un < Conseil de l'Europc >>.
Tout systeme economique ensure dans une cer-
taine 'limitc la liberty individuelle, et I'ire du pla-
nisme est par consequent une ere de fixation de
nouvclles frontirces i la liberty. L'clho que lc pia-
nismc 6veille en beaucoup d'esprits n'est pas un
6cho plaisant. Mais Ic Professcur Robins nous a dit
il y a longcinmps que le planisine detail dejh inhe-
rant dans une economiie devenant constamment plus
complex, qut'aucune nation n'cn etait exempte mais
qu'il s'6tait simplement manifesto d'une manirec
toute particulitre dans les temps modernes, que cer-

(1) Et economique est le planisme de son exigence
d'interd6pendance national.


taines nations le, prattiquent sur ine petite echelle
et avec precautions tandis que d'autrcs en font une
partic int6granile de leur systime.
La chronologic de ccs trois grades experiences
6conorniques et politiques scnlble avoir inculque a
I'humanite un concept on ne peut plus fundamental,
celui de ses raplports internationaux. Led's regions
6loigndes du nionie ne sont plus considirees comrue
des zones suiailternes ou comniec des re:srves que
!'on ldpouiille pour cmbellir les r space, > metro-
politains. Cihaque < space > mnondial, du fait de
I'cxploitation et de la guerre, est devenu conscient
de ses rappoits A l'egard du monde, d'uin monde
mins lequel le group ou l'individu isol est incapa-
ble d'absorber le choc de ses miscres on mime de
ses triomphes.

b. Les rapports inlernationaux.
Ce n'est pas recourir h I'hyprcbole que de dire que
ce sentiment ([u'a l'humanite des relations du
imonde moderne est uine acquisition de la second
guerre mondiale, a I'occasion de laquelle I]s homes
';ssujeitis ct les ihoinmes lil)rcs d6couvrirent que
dans les inoments de grande cruise les uns 6taient
:assi impuissants, aussi miserables que les autres
en cc sens que le niveau du developpement human
et de la liberty de l'homme dans le monde 6tait in-
conmmensurablenment bas par rapport aux moyens a
sa disposition.









Le mercaltilisme avait ebranl6 les fondements de
la plupart des regions ; le < laisser fair > en avait
rendu certa nes incapables de continue a affronter
une concurrence libre >. Un sens de nos rapport
international est devenu une condition prealable
indispensable de la nouvelle phase conomique, et
le nouvel instrument economique est le planisme.
Celui-ci imp lique la p6nitration et la provision et,
pour etre ecficaces, I'une et l'autrc doivent exister
a un degr6 maximum. Cela n'cst obtenu que lorsque
le monde cs: concu et senti comme un texte, comme
une synthise. C'est une telle conception et un tel
sentiment quii semblent avoir donn6 naissance A des
institutions come la F. A. 0., l'organisme interna-
tional charge de nourrir des millions d'individus,
ct 1'U. N. E. S. C. 0., l'organisme mondial destine a
6duquer les masses. Apres 1'6ducation le pain est le
premier besoin du people.
Les barribres nationals sont tomb6es en diverse
regions du inonde. Le continent curopeen a beau-
coup A se rcprocher en ce domain, mais mnme en
Europe, le B16nlux, Ic Fritalux et l'Uniscan conm-
nmencent a eter un tpont -- pont encore purement
economique jusqu'A present au-dessus de ces an-
ciennes frontieres nationals. En effet, si les Nations
doivent viv: c unies, elles doivent mettre en coin-
mun leurs resources.
Dans le cadre hisloriquemnent el politiquc-
ment prdci:;, I'auteur aborde le

c. Probleme de I'linitf africaine.

La concurrence europeenne a laisse un reseaii
compliqu6 de lignes frontalibres A travers I'Afrique
Ces fronti6reis s6parent parfois nettement des popu-
lations du n me group ethnique. Le cas des sujets
du chef ewi Fio Agbano II en fournit un example.
Si nous subdivisons une region du monde, la
Belgique, la France ou la Grande-Bretagne, par une
serie de fro iticres 6conomiqucs, politiques et adini-
nistratives, mne regression se produit immnidialc-
nment, certain d6partements, certaines -illes et cer-
tains comtes perdant leur contact avec 1'ensemble et
la force de cohlsion qu'ils en retirnient. Cette ri-
gression, inhirente A un processes de cc genre,
n''tait-elle pas l'atout principal des conquirants im-
p6riaux de .adis qui ont divise pour rtgner ? L'ere
du planisme parait itre une Ire d'union et de coh6
sion et non pas une ere de division ou de barri6res
de separation.
Les trois grands systems economiques mei-
cantilisme, :: laisser faire > et planisme ont 6tc
considers comme repr6sentant exclusivement des
6poques distinctes. En reality, ils s'imbriquent dans
l'espace et dans le temps. L'Afrique Occidentale en
est encore aa stade d'elimination de la derniire em-
prise du mr:rcantilisme et de son courant colonial
et elle est en train de r6aliser son nationalism
teint6 de x laisser fair >. Au milieu de cctte tran-
sition, cepe:tdant, le planisme intervient avec son
parallkle d'interdependance national.
C'est cette triple phase de la metamorphose afri-
caine qui a ,lonn6 naissance A 1'incompr6hension en-
tre l'Africain et 1'Europeen. Le premier, qui com-
mence a se rendre compete de tout cc que n'ont
pas accompli le mercantilisme et le < laisser faire >:


et qui constate les grandes possibilities que possede
le planisme pour r6aliser rapidement ce qui aurait
demand autrefois des generations, once tate bais-
sie pour r6parer le dommage de jadis. Le second,
se targuant de tout le temps ct de toutes les diffi-
cult6s qui ont 6t6 necessaires pour cdifier le pre-
sent, consider avec scepticisme la hardiesse du
d6sir de < construire Rome en un jour > sans endom-
mager les instruments mime de la construction. An
nom de la s6curit6, il murmure : < festina lente ,.
En fait, cependant, ni 1'Africain ni son tuteur ie
peuvcnt se permcttre un rythme lent dans une ere
de planisme. Un mondc solidaire ct interd6pendant
ne peut plus attendre.
Le probl6me d'une Afrique unie dans les condi-
tions actuclles est beaucoup plus complex que cc-
lui d'une Europe unie. A longue 6ch6ance, une union
europ6enne repose cxclusivement sur le bon vouloir
europ6en; mais 1'union des territoires africains pour
le moment depend, dans une grande measure, sinon
exclusivement, du bon vouloir de leurs colonisateurs
curopiens.
(a The West African Review a, Londres, mai 1950 n" 5.657).

< L'Economisl > pose, d l'occasion des ndgo-
ciations entire la Grande-Bretagne et I'Union
Sud-Africaine, les dlonnees de ce qu'il appelle :

Le dilemme africain

... Au course des cinq derniires ann6es, deux cou-
rants violent et contradictoires se sont exerc6s en
Afrique. Le premier est la demand croissante de
la part de 1'Africain des droits politiques que l'6du-
cation occidentale l'a encourage A r6clamer. En Afri-
quc Occidentale, 1c rythme du progris constitution-
nel a Cti remarquablcment rapide et, mime dans les
colonies de population mixte telles que la Rhod6sis
Septentrionale, la representation politique de l'Afri-
cain est en progris. Les ferments du panafricanisme
le reve de < l'Afrique pour les Africains >> ont
Cet cultiv6s par les cummunistes et autres extr6mis-
les politiques, mais mime les Africains exempts de
ces fievres politiques sont plus conscients de leurs
droits. II pout se faire que cet 6tat d'csprit ne soit
pas rencontre d'unc manibre g6nerale dans les Pro
tcctorats a vie tribal traditionnnelle, mais le cas
de Seretse Khiama est la pour rappeler A quel point
1'opinion peut etre rapidement enflammee. En mime
temps, la politique de la puissance la plus en vue
de l'Afrique l'Union Sud-Africaine est devenue
de plus en plus antilibhrale sous le gouvernement
nationalist du Dr Malan. La raison initial de li
creation des ProtecTorats r6sidait en premier lieu
dans l'intense m6fiance des indigines A 1'6gard des
actions et des intentions des R6publiques boers. On
consid6rait inanifestement que la perspective d'un
transfer d6pendrait du dcveloppement de relations
plus confiantes entire blancs et noirs. II est notoire
que c'est cl contraire qui s'est r6alisi. La politique
officielle du Gouvernement nationalist est < l'apar-
theid >> qui entraincrait la segregation total des
deux races; cependant, une segregation absolue est
doublement impossible, premiirement comme
I'admet le Dr Malan lui-mCme parce qu'elle est








impraticable < avcc un systEme 6conomique d6pen-
dant dans une grande measure de, la main-d'oeuvre
indigene >>, deuxiemement, parce qu'on ne peut con-
cevoir en Afrique du Sud aucune redistribution dc
terre susceptible de cr6er des r6scrves ad6quates
pour 8 millions d'Africains tout en laissant intact
la position et les privileges des Sud-Africains blancs.
L' c apartheid > est done devenu non pas le partage
- que, malgr6 son caractere p6nible, on peut consi-
d6rer comme viable dans 1'Inde et en Palestine --
mais l'esclavage pour la majority, qui se trouve dans
la quasi-impossibilit6 de progresser dans la conm-
munaut6 mixte au sein de laquelle elle vit et qui
ne posside aucune veritable communaut6 naturclle
dans laquelle elle puisse sc replier.
C'est done ccla qui constituc Ie tragique dilemmne
dans lequel se trouve I'Afrique aujourd'hui. Juste au
moment oiu la conscience politique de 1'Africain
commence A croitre d'une maniere decisive, la d6-
claration la plus explicit et la plus vigoureuse de
la politique < blanche >> lui contest ces droits. Pour
aussi faible que soit au stade actuel l'interet que
porte la population des Protectorats aux chances qui
s'offrent A elles et au progris on dolt admettre
que les disciplines tribalcs n'cncouragent, d'une ma-
nibre g6n6rale, aucune de ces deux tendances elle
soutiendra difficilement une measure tendant A la
transf6rer a une autorit6 susceptible de lui barrer
irr6vocablemcnt ces possibilities dans l'avcnir. En
outre, tout transfer de cct ordre exacerberait 1'6tat
trouble des relations raciales dans toute I'Afriaue
britannique.
(e The Economist ), Londres, 22 avril 1950, n" 5.573).
A ces problmies, Rene Bovey, dans le < Jour-
nal de Geneve >, et A. Creech Jones, dans < Afri-
can World >, proposent deux solutions qui ne
s'excluent nullement : L'Eurafrique, par la cre;a-
tion d'une cooperation entire noirs et blancs.

Vers IlEurafrique
Apres avoir constant que < pour le moment,
la Russie ni l'Amdrique n'ont pas grand chose ac
dire sur le continent nord >, M. Rend Bovey sou-
ligne l'importance de l'Afrique pour le continent
europden.
Sans l'Afrique, 1'Europe est bien un cap de l'Asic;
avec I'Afrique, elle devient un continent capable de
trailer sur un pied d'6galit6 avec n'importe quelle
puissance.
L'importance de I'Afrique apparait dans divers
domaines, et d'abord sur le plan strat6gique. Elle
peut fournir aux nations occidentales des matieres
prcmibres ditcs strat6giques et offfre la pos-
sibilit6 d'6tablir des bases de defense. Le
Congo beige est riche en minerals d'uranium et Ma-
dagascar en graphite, deux matieres essentielles
pour la fabrication des armes modernes. Pour les
bases, un passe recent illustre l'importance de I'Afri-
que. C'est de la c6te Nord que les Allies ont pre-
pare le d6barquement en Europe, et les forces de
1'Axe ont perdu la parties d6s l'instant oh elles ont
df 6vacuer ces memes c6tes. L'Afrique se trouve
maintenant au centre d'un system d6fensif qui a
pris corps avec la conclusion du Pacte de l'Atlanti-


que, complete demain peul-4tre par un pacte de la
MWditerran6e. De plus, dans les hypotheses qu'6cha-
faudent les 6tats-majors, I'Afrique tient une place
de premier rang non seulement a cause des points
d'appui qu'elle offre, mais parce qu'elle pourrait
servir de position temporaire de repli si l'Europe
venait A &tre envahie.
Enfin, il convient de souligner l importance de
I'Afrique dans la production agricole et aiimentaire
en g6enral.
L'Europe doit mettre en valeur l'AfriqLue qui en
revanche constituera pour elle un march de vente
interessant.
Et l'auteur conclut :
< Quoi qu'il en soit, la creation d'une Eurafrique
n'cst pas un mythe. Elle ne scra point aisce, mais
line occasion s'offre aux Europiens de tenter une
experience de collaboration pacifique; ils seraient
coupables de ne pas la saisir, car sa reussite strait
decisive A l'6tablissement d'une paix effective. >
( Journal de Geneve ), 5 24 mai 1950, n" 5.647).

Cooperation entire noirs et blancs en Afrique

M. Creech Jones trace les liniles dul problem
qu'il se propose d'etudier.
Le probl6me est un probli li ancien et a servi
de sujet a une litt6rature considerable. Il est d'une
importance fondamentale pour la civilisation. II
constitute un facteur de la stability et de la s6curitl
du monde. II empoisonne la politique int6rieure
americaine et excite les passions les plus feroces.
II divise l'Afrique du Sud et projette les presages
les plus sombres sur son avenir. Dans cct article,
je desire consid6rer la question dans les territoires
africains britanniques et chercher oi mineI la poli-
tique britannique.

L'auteur fail ensuite un panCgyrique de la po-
litique britannique puis aborde des donnues plus
generales.

IL FAUT GAGNER LA CONFIANCE DES AFnICAINS
11 s'agit done essentiellement d'une question de
confiance et de bonne volont6. Si cette confiance et
cette bonne volont6 viennent a manquer, persoine
ne peut oser pr6voir 1'avenir. II s'agit A la fois d'une
question de confiance dans le gouvernement et de
l'absence de mefiance A l'egard de l'6tranger de la
part des Africains. Toutes les conventions et pra-
tiques qui reposent sur une infCrioritW ou une supb-
riorit6 implicite de l'une ou l'autre race tendent
i envenimer les choses et A cr6er le doute. Cet as-
pect de la question a done fait l'objct dans la poli-
tique britannique d'une attention particulierc, que
ce soit dans 1'6tude de la 16gislation et de l'ad-
ministration ou dans la rCvision des lois concernain
les passeports ou les terres, les contracts de travail
et les droits de l'homme. De plus, les amendements
constitutionnels ont W6t faits de tell sorte qu'h tous
les niveaux la voix du people puisse etre entendue
et que les institutions deviennent plus repr6senta-









tives et plus lib6rales. II me semble just que le gou-
vernemenI ccsse d'etre paternaliste et de patronner
et qu'il stiml:e advantage les pouvoirs du people de
s'attaquer aux probl6mes et de faire lui-meme ce
qu'il desire. En ce qui concern les projects 6cono-
miques, il conviendrait d'obtenir sa comprehension
et sa collaboration, et les comit6s de d6veloppement
pr6vus par l1.s programmes sociaux et 6conomiques
aux terms d s projects d6cennaux du < Colonial De-
velopment alLd Welfare Act > devraient 6tre rendus
aussi vivants que les circonstances le permettent.
Le doute est 6galement cr66 chez l'Africain par la
presence dais son pays de groups qu'il consider
come strangers. II est difficile de le persuader que
souvent quelques-uns des membres de ces commu-
naut6s << trnngbres > ont exist en Afrique pendant
des g6ndrations et quelquefois aussi longtemps que
lui dans cerlaines parties de l'Afrique qu'il occupe
actuellement lui-m&me. Certaincs de ces communau-
tes font un t avail des plus utiles en matibre de pro-
grbs et leur adresse, leur experience et leur esprit
d'entreprise ont pour lui la plus grande valeur.
La colonisition, imparatif du progras africain
II est esseatiel et imp6ratif pour le progres qu'il
existe un certain degr6 de colonisation europ6enne
dans l'Afriqiie Orientale et Centrale. Elle ne d6roge
pas n6cessairement aux int6rets les mieux compris
des Africainm; elle a un caractlre permanent et con-
tribue a la '-alisation des progres que souhaitent
les Africains; elle ne dcvrait pas etre liquid6e, mais
encourage a jouer tout son r6le dans la vie du
pays; elle e:t comp6tente pour cr6er de nouvelles
entreprises :igricoles et industrielles ayant la plus
grande valeuir 6conomique. Elle dolt 6videmment
respecter le:- droits des Africains tant en cc qui
concern les terres que la vie civil; elle dolt savoir
restreindre :.es revendications politiques et ne pas
chercher la nominationn politique; elle doit apporter
sa contribution A la vie politique et reconnaitre 1'cn-
semble des rivendications de la race africaine.

La cooperation est possible et certaines conditions
Il faut qu il y ait un respect mutuel et que cha-
cun fasse h(,nneur a ses obligations, il ne faut ne-
gliger aucun effort pour fair progresser les Afri-
cains en maliire d'education, de meilleure sant6 el
d'entrainemc nt aux responsabilit6s sociales. D'apribs
les conversations que j'ai cues moi-m6me avec des


Africains dans de nombreuses parties de l'Afrique
Orientale et Centrale, cctte cooperation racial leur
paraitrait inevitable et acceptable. Leurs protesta-
tions s'6elvent contre toute predominance euro-
peenne, contre toute condemnation de Icurs propres
espoirs politiques, contre l'ali6nation de nouvelles
terres, et contre la non-reconnaissance ou la non-
rectification des injustices passLes. Ils demandent
6galement la suppression des barriires de couleur
et des discrimination.
C'est cctte diff6renciation uniquement base sur
le terrain de la couleur qui irrite les Africains et
rend la cooperation racial si difficile. Les commu-
naut6s ne peuvent pas vivre joue a joue, 6troitement
imbriqu6es, les moins 6volu6es progressant imper-
ceptiblement grAce a l'iducation et aux changements
sociaux, sans que la tension augmente et sans qu'el-
les craignent qu'un jour le terrain vienne A leur
manquer sous les pieds. II faut trouver une solu-
tion i la question de la barriire de couleur. Ce n'est
pas r6pondre que de dire qu'elle est 6conomique-
ment n6cessaire aux Europ6ens. Ce n'est pas fair
preuve de sagesse a long term que de permettre A
la discrimination de briser une soci6t6 qui com-
prend deux communautes qui sont dans I'impossi-
bilit6 de se passer l'une de l'autre. Je n'ai jamais
cru que ce probklme 6tait insoluble. La oil le pro-
bleme est le plus aigu, si les Europ6ens se mon-
traient disposes A chercher une solution et A d6bar-
rasser la question des pr6jug6s et des sentiments,
la solution ne leur ferait pas de tort et ne e1serait

pas Icurs propres int&rits; en fait, clle am6liorcrait
consid6rablement la question racial et renforccrait
les fondements de la security dans les regions con-
sid6rees.
Je ne pense pas que 1I cooperation entire noirs
et blanks soit une question de nouvelles declarations
politiques. La politique britannique a W6t assez sou-
vent proclam6e et on la connait bien d'apris les
discours des gouverneurs et des ministres. Un in-
cident occasionnel peut lancer les gens sur une
fausse piste et retarder peut-ctrc l'am6lioration de
l'atmosph6re. Mais dans les territoires britanniques
d'aujourd'hui, P'esscntiel de la politique britannique
a kt6 6tabli et on ne peut lui 6chapper. La coop6ra-
tion exige 6galement quelque chose de la part des
Africains eux-memes : leur m6fiance doit disparaitre
et leur attitude doit devenir aussi cordiale que la
n6tre. "
(A African World a, Londres, juin 1950).


COMMONWEALTH


Nigeria

< West Africa >> a consacre a la Nigeria une
longue sdric d'afticles remarquables et de portde
gendrale, dont la publication s'est poursuivie au
course des nois de mars, avril, mai, juin, sous le
titre : << Conduite dangereuse en Nigeria ? >>
Nous devons nous borner d en reproduire quel-
ques passage es.


Critique de la polilique britannique

Les hauts administrateurs britanniques ont ten-
dance, en apparence, A 6tudier le mecanisme poli-
tique plut6t que le temperament politique et que les
reactions humaines. II semble que la premiere place
soit r6servee a 1'efficaciti' du m6canisnme pris en
lui-m6me plut6t qu'aux effects a longue 6ch6ance que
cc m6canisme produit sur le people qui lui sort de
matiere premiere.









A l'exception du Sud-Est, of les administrateurs
ont df 6tudier les anciens du village parce qu'il
n'existe pas de plus hautes autorit6s africaines, il y
a partout tendance A surestimer l'organisation des
6tats-majors et leurs figures de proue et A oublier
les siecles de traditions enti6rement diff6rentes qui
faconnent inexorablement le comportement des Ni-
g6riens.
De plus, les Britanniques percent de vue l'effet
immens6ment 6molliant de leur propre presence
dans un pays compose de populations h6trog6nes
attrituant au mrcanisme administratif qu'ils ont 6la-
bor6 un pouvoir qui appartient surtout en fait au ca-
ractere de ses manipulateurs britanniques. On en
trouve un example classique dans la croyance offi-
cielle qui a persist presque jusqu'A la fin qu'une
Inde hindouc et musulmane politiquement unie 6tait
une chose possible. On en trouve un second exem-
ple dans I'opinion qui semble pr6valoir aujourd'hui
dans les milieux officials suivant laquelle les 616-
ments incompatible de la Nigeria peuvent fusionner
dans une unit qui subsisterait apres le depart des
Britanniques.
Pour nous r6sumer, le caract6re pleinement irra-
tionnel de notre attitude actuelle en Nigeria, se
r&v6lera si nous isolons pour un instant le Nord-
Onest et le Sud-Est. Essayer d'atteler un petit group
d'autocraties musulmanes A une multiplicity de mi-
nuscules d6mocraties paiennes et vouloir en fair
une 6quipe qui se dirige vers l'autonomie politique
est une attitude contraire a la raison. II est pro-
bable qu'aucun people moins illogique que le peu-
ple britannique l'aurait tent6, et aucun people moins
sage, tolerant et souple dans administration pra-
tique aurait conjure aussi longtemps un insucces.
S'obstiner dans cette tentative consisterait A entra-
ver et d6figurer l'6volution naturelle de chaque
region.
(( West Africa ), Londres, 25 mars 1950, no 5.400).

Le probl&me posd par < l'intelligentsia >

II n'est pas question ici dcs garcons qui ont passe
les examens moyens et sup6rieurs de Cambridge,
mais du petit nombre de ceux qui suivent des course
universitaires ou leur equivalent en Grande-Bretagne
ou en Amerique et qui retournent ensuite au
Nigeria.
Ces jeunes gens sont A la fois les plus heureux et
les plus malheureux des millions de Nig&6rens. is
repr6sentent chez eux le miroir de la mode et la
silhouette de l'616gance et sont mis en vedette par
leurs compatriotes. Pleins de talents, souvent bril-
lants, ils scintillent comme des pieces neuves qui
sortiraient des machines les plus perfectionn6es du
monde; et cependant, ils savent qu'ils sont les ci-
toyens d'un pays gouvern6 prosaiquement par une
race 6trang&re et beaucoup d'entre eux manquent
des meilleurs standards culturels africains.

L'auteur evoque les ddboires rencontres par
I'dtudiant nigerien qui faith ses etudes en Grande-
Bretagne et qni peuvent I'amener d chercher un
appui dans << la fausse camaraderie > que lni of-
frent les conmmunistes. II pursuit :


Un autre inconvenient embarrassed le Nig6rien
6volu --- aucun journal et aucun individu de son
propre calibre ne place un miroir devant lui. Com-
bien sont-ils ceux qui reconnaissent les d6fauts de
leurs qualit6s? A savoir que, en moyenne, s'ils
excellent en th6orie, ils sont quelconques dans ia
pratique ; s'ils sont rapids et pr6cis dans la mai-
trise et l'blocution de la langue, ils sont ]ents A sai-
sir tout ce qu'elle implique et a s'attaquer aux pro-
blemes courants; que s'ils sont capable de saisir
rapidement et intelligemment une occasion, ils ne
peuvent poursuivre sans s'6carter du bul une ligne
concert6e; que s'ils ont un sens aigu des valeurs mo-
netaires, ils ne sont ni aptes, ni disposes A accep-
ter des emplois publics non r6tribu6s ou a travail-
ler volontairement A des entreprises d'amelioration;
que s'ils sont tres facilement influencables, ils sont
6galencnt mirs pour I'enthousiasme et pour le d6-
couragement; que s'ils apparaissent pleins de con-
fiance, ils restent cependant hant6s par des crainte.
n6buleuses provenant de leur passe ancestral paien
et de leur manque d'ant6c6dents solides culturels et
sociaux.

Quelles solutions apporter 4 ce probleme?
La vraic solution est celle que les Britanniques
cherchent actuellement (bien que peut-6tre sur une
trop petite 6chelle), c'est-A-dire la combinaison des
vieilles traditions et de 1'6ducation nouvelle. Dans
cette association, it en est peu qui peuvent pr6tendre
a une place par simple privilege; la plupart doivent
gagner le droit d'y participer en reprsentant le
people et pour ce fair, ils devront connaitre et
servir le people tAche qui demand du temps, du
travail, de l'abn6gation ct de 1'humilit. .
(a West Africa ), Londres, 8 avril 1951), no 5.586).

Les non-nigdriens ignorant
Ce sont les faiseurs de politique qui savent trop
peu de choses de premiere main de la Nigeria et
de son people et qui se font des idWes fausses de
la nature des besoins et des capacit6s des vrais Ni-
g6riens et qui ont besoin d'avoir des contacts plus
6troits avec les r6alit6s.

11 est ndcessaire de les instruire pa.t les faits.
11 est n6cessaire de les instruire par les faits.
II faut qu'ils rencontrent les gens et qu'ils voient
le pays. Les gouvernements de Westminster et de
Lagos out l'habitude de saboter les tourn6es faites
en Nigeria par les visiteurs important qui passent
beaucoup trop de temps dans les villes a fr6quenter
les porteurs de faux-cols, les chefs et los haut-fonc-
tionnaires, et trop pen de temps dans les chefs-lieux
et les villages de brousse.
II faudrait ne tenir aucun compete du flot de
mensonges qui d6ferle de Moscott, bien que M. Vi-
chynski, ainsi que les autres marionnettes du Polit-
buro, devraient ktre fr6quemment invites a venir
voir eux-mtmes nos colonies. Quant aux Am6ricains,
la plupart d)entre eux sont des gens raisonnables ca-
pables de modifier leur point de vue. Pour les Am6-
ricains, le gouvernement nig6rien devrait pr6voir









des tourn6es divis6es en deux categories, les unes
pour leur montrer la Nigeria in paris naturalibus,
les autres pour qu'ils aient l'impression d'etre aussi
confortables que peut l'etre un New-Yorkais en Afri-
que Occideni ale.

Une autre categorie d'ignorants : les Nations
Unies.

Passons r aintenant aux Nations Unies. Les Na-
tions qui vie anent elles-mimes d'6merger A une epo-
que relativement r6cente du statpt colonial, surclas-
sent de loin en nombre celles qui administrent les
colonies, le resultant 6tant' que l'opinion publique
des Nations Unies est profond6ment anti-coloniale.
Une d61lgation de 1'Asscmbl6e des Nations Unies,
comprenant des membres du Conseil de Tutelle, de-
vrait Utre invite a passer trois mois parcourir la
Nigeria aux frais de cette dernitre pour se rendre
compete de c' que sont les gens et de la facon don't
le pays est :lirig6.

Une troisidme : la Haute administration.

Les Gouvcrncurs, les Secr6taires G6n6raux et les
chefs des pllis grands services qui n'ont pas grand
dans le pay; devraient fair des tourn6es sembla-
bles. Toute organisation politique, 6conomique ou
social qui '1eut r6ussir, doit d6buter dans les uni-
t6s les plus petites et se d6velopper vers le haut:
cependant, cn Nigeria, les plus hauts fonctionnaires
d'importatio i commencent A diriger les destinies
du people sans avoir meme vu ses units de base
ni les individus qui les composent. Chaque Gou-
verneur, Secr6taire G6n6ral ou autre haut fonction-
naire nouve:m venu en Nigeria devrait obligatoire-
ment passer au moins un mois A parcourir les re-
gions village oises a pied ou A bicyclette avant de
prendre possession de ses functions dans son bu-
reau. Tous les fonctionnaires du Colonial Office
devraient en fire autant. I1 vaut mieux sacrifier
cinq semaines de travail de bureau que le gouver-
ner pendant cinq ans avec des id6es fausges en tite.
(i( West Africa ), Londres, 15 avril 1950, n 5.587).

De:; matiriaux pour les agitateurs

La Nigeria esl un pays in6galement d6veloppe.
Plus de col -sion entire les classes et plus d'6galit6
entire les groups sont n6cessaires avant que l'on
puisse voir merger la base d'un gouvernement re-
pr6sentatif tal)le. II faut combler des foss6s sociaux,
6conomique: et p6dagogiques; tant qu'ils ne seront
pas combl6s, les fermes conseils. de la puissance tu-
trice demer'cent essentiels.
Le foss6 le plus evident est peut-Atre celui men-
tionn6 dans un pr6c6dent article, c'est-A-dire le pro-
fond abime qui spare l'Intelligensia urbaine du
paysan rur 1. Parallle au pr6c6dent, on en trouve
un similairc c'est le grand cart entire les reve-
nus du cullivateur et ceux de l'employ6. Cet 6cart
est en grande parties responsible du courant continue
qui porte le:- demi-6volu6s des villages vers les villes.
Le pays Yoruba fournit une exception A cette
r6gle.


Que fire pour combler ce fossd?

I1 ne faut pas s'attendre A ce que l'un quelconque
de ces fosses soit bientot combl6. I1 faut un change-
ment radical de temperament ou de coeur pour in-
duire Fintelligensia africaine A se mettre A la re-
cherche do son frire rustique; ce changement n'est
pas davantage en vue. Mettre les revenues agricoles
au niveau des employs constitute un problime tout
aussi difficile. La culture a petite 6chelle est connue
dans l'histoire pour constituer 1'un des moyens
d'existence les plus misUrables; pour acquerir la
prospdrit6 grace A l'agriculture, il faut avoir beau-
coup de tcrres (ce qui est actuellement impossible
pour la plupart des Nigeriens) soit une 6nergie, une
education et des capacities exceptionne'les; il faut
encore travailler dur et avoir un amour tenace pour
Ie b6tail et pour le sol.

Ce fosse n'est pas le seul.
On pent encore reconnaitre deux autres foss6s si-
gnificatifs: la scission entire administration et la
population et la scission entire administration et
l'Intelligensia; mais il s'agit IA d'une tout autre his-
toire.
(e West Africa n, Londres, 29 avril 1950, n 5.588).


Une politique definitive
M. E. F. G. Haig propose une politique tenant
compete de la situation qu'il nous a presented.
Cette politique deurait etre basee sur quelques
principles essentiels qu'il enumere. Nous en cite-
rons quelques-uns, et rsuzmerons les autres.
1 Le but politique que pursuit la Grande-Bre-
tagne dans les Etats nig6riens est de conf6rer A cha-
cun d'eux le droit de sc gouverner lui-meme, de
preference, mais pas necessairement, au sein du
Commonwealth, des que chacun d'eux est prit i
le recevoir. Par << gouverner > nous entendons une
forme de gouvernement repr6sentant la volont6 li-
brement exprim6e du people on tout au moins sin-
cerement accepted par le people en pleine connais-
sance de cause.
2 Acceptant come nous le faisons comme mo-
rale politique que le meilleur provient du plus grand
nombre, nous ne transfbrerons pas le pouvoir A un
gouvernement local quelconque, tant que nous ne
nous serons pas assures a) qu'il repr6sente on qu'il
a au moins la confiance et l'approbation du peu-
ple; b) qu'il est capable de gouverner avec une effi-
cacit6 et une int6grit6 raisonnable; c) qu'il peut ef-
fectivement maintenir la production existante et
poursuivre les progrEs materiels.
3 Appel & tous les Africains pour une coopura-
tion agant pour but plus ou moins lointain le << self
government >>.
4 Adoption d'nne attitude modifiable avec les
circonstances.
5 En plus des obligations primordiales que nous
reconnaissons avoir envers les peuples des Etats ni-









g6riens, nous reconnaissons deux autres obligations
sp6ciales. La premiere envers l'humanite en dehors
de 1'Afrique. Dans un wlonde of la population s'ac-
croit rapidement, toutes les puissances exergant un
contr6le dans cc continent ont l'imp6rieux devoir
de d6velopper au maximum la production et l'ex-
portation de products alimentaires. Cr6er et main-
tenir le rendement dans cette tAche constituera un
des principaux facteurs de notre politique.
(6 L'autre obligation sp6ciale est envers les Afri-
cains 6volu6s, qui en dehors de leur standard de vie
plus 1lev6 tendent in6vitablement A souffrir de la
presence d'une puissance ktrangere dirigeante. Nous
avons l'intention de faire tout notre possible A la
fois pour obtenir leur collaboration consentie et
pour faciliter leur position. Nous reconnaissons les
difficult6s spAciales auxquelles ils se heurtent et nous
Ics aiderons A les surmonter; en retour, nous atten-
dons d'eux la reconnaissance de nos propres diffi-
cult6s, la bonne volont6 et une aide d'ordre pratique
pour d6velopper le pays.
7 L'Angleterre a ouvert aux peoples nigeriens an
<< dge d'or >. Toute proposition de modification po-
litique doit 6tre envisage A la lumifre de ce plai-
doyer.
(o West Africa ), Londres, 6 mal 1950, no 5.589.).


Un effacement de la haule administration

M. Haig trailed des problemes du recrutement
et de la situation de administration britanni-
qne, et de la < rIorganisation > des cadres.

Une analyse de la conduite dangereuse en Nigeria
qui omettrait de consid6rer le moteur qui anime
I'ensemble de cette machine assemble d'une fagon
extravagant serait superficielle. Cette remarque
s'applique surtout A la haute administration corps
compose d'hommes travaillant tr&s dur pour essayer
d'accomplir une tache extrimefnent difficile. En
nombres decourageants tellement ils sont petits, ils
luttent contre un climate qui d6prime l'6nergie et
1'initiative. centre 'apathie immense et la suspi-
cion des gens qu'ils ont pour profession de servir
et centre la critique g6n6ralement inamicale d'une
minority 6volu6c et de la press.
Au course d'une g6n6ration, le travail du fonction-
naire administratif a subi une revolution. Avant
1940, sa tAche consistait A maintenir l'ordre, A dis-
tribuer une justice approximative, A organiser et A
6duquer et il ne faisait l'objet de peu de critique
si ce n'est de la part de ses chefs imm6diats et
de temps A autre d'une remontrance assez timid
d'un Colonial Office qui n'6tait pas passionn6ment
int6rcss6.
Aujourd'hui, il accomplit ces anciennes tAchcs
plus le travail d'un employ de la ville, il doit fair,
executer les dispositions de douzaines de nouvelles
ordonnances et reglements, tenir compete de la cri-
tique m6fiante d'une nouvelle classes bruyante de
nig6riens et d'une press qui s'enflamme facilement,
ainsi que d'une autorit6 sup6ricure aigre et acerbe


pour les m6mes raisons. Bien plus, le soin de < met-
tre en valeur >> la Nigeria lui income.
Ainsi, au moment of les services administratifs
doivent transmettre aux autorit6s indigenes le plus
grand nombre de functions et s'effacer ea commen-
vant par se suicide de bonne grace depuis les pe-
tits jusqu'aux plus grands, on exige pour remplir
leurs cadres d'une fagon adequate des hommes de
1a plus haute valeur consciencieux, comp6tents,
pleins de tact, imaginatifs et travailleurs. Si on dolt
les chercher dans le Commonwealth au delay de la
Nigeria, le gouvernement doit leur assurer un bon
avenir et 6viter d'aligner leurs 6moluments en les
diminuant.
La composition de la haute administration et le
niveau de son rendement compares A celui des Afri-
cains evolues non fonctionnaires jouent 6videm-
ment un rl6e important sur le rythme de l'6volution
politique. A l'exception des services de la Justice,
et de la Medecine, qui jouissent de la faveur mar-
qu6e des Africains, on trouve une tres petite pro-
portion de Nig6riens dans les services techniques, et
cette proportion ne peut augmenter que lentement.
Bien que la nig6rianisation de la haute administra-
tion ne constitute pas un pr6liminaire essential A
l'ind6pendance, elle est cependant tout A faith sou-
haitable et ses progres marqueront la measure de
I'6volution politique du pays. (Dans l'Inde et A Cey-
lan, 1'616ment britannique a 6t6 en grande parole eli-
min6 lorsque le statut de Dominion est entr6 en
vigueur.)
II est au plus haut point desirable que la mcil-
leure quality soit maintenue dans le personnel bri-
tannique de I'administration civil pendant les der-
nibres annbes de la carriere. Un nombre de plus en
plus grand de Nig6riens seront incorportls au course
de la prochaine decade. Les Britanniques, que ce
soit dans administration civil ou autrement, ont
6tabli des standards d'integrite et de d6vouement au
bien public qui 6taient auparavant inconnus en Afri-
que Occidentale. Si le Nigeria ou les Etats du Niger
doivent 4teindre et maintenir cette 6galit6 de statut
moral parmi les pays civilis6s, il est essential que
ces standards soient maintenus dans l'adnministration
civil et d6bordent dans le gouvernement et les pra-
tiques commercials dans tout le pays.
II faut done que les Africains incorpores dans
administration soient impr6gnes aussi complete-
ment que possible de ccs attributes n6cessaires, ce
qui exige en retour que la quality de leurs coll6-
gues europ6ens soit maintenue A un niveau inatta.
quable.
(( West Africa ), Londres, 20 mal 1950, no 5.638).


M. Creech Jones, ancien ministry des Colonies,
a repondu dans la meme revue a M. Haig. Nous
en extrayons les passages suivants :

Difficult d'Alaboration d'une politique
Le dilemme est un dilemma difficile. Les popu-
lations coloniales paraissent souvent indif6rentes et
apathiques, alors qu'un sentiment politique ;mpmp
tueux corrompt un groups minoritaire don't quel-








ques-uns des membres cherchent plus ou moins une
r6ponse darns I'action subversive. Quelles sont les
conditions :ui justifient un changement? L'autoritl
britannique doit decider, apris avoir consult ceux
qu'elle estime les plus compelents parmi le people
A exercer un jugement, si I'heure est venue. La de-
cision peut &tre just ou fausse, suivant l'estima-
tion qu'on a faite des forces .sociales, politiques
ou autres. En procedant a cette estimation, il n'existe
pas de standards absolus ni de tests infaillibles qui
peuvent etre appliques. La politique n'est pas en-
core une science assez exacte pour cela. De toute
fagon, c'esl une mauvaise politique que d'attendre
pour agir que la situation se soit cnflammee.

Manque de souplesse de l'organisation
Selon moi, c'est parce qu'il fallait davantage de
souplesse :Iue n'en a la Constitution actuelle et
parce que 1a Nigeria risquait d'avoir trop < d'uniti6 >
que les prs;entes discussions ont 6t6 provoqu6es. La
tAche consist A creer les conditions int6rieures de
I'int6grit6 iiig6rienne au moment oh on r6alise le
self-gover naent. Les revendications politiques qui
prennent n.iissance dans une section tres restreinte
de la population peuvent porter A faux, 6tre irration-
nelles et constituer une sorte de maladie, et il se
pourrait que les 616ments 6volu6s aient beaucoup
mieux i fare, mais de la base au sommet il convient
d'apprendre sans d6lai la science du gouvernement
et le sens les responsabilitls. L'exp6rience de ceux
qui supportent la responsabilit6 et le poids des d6-
cisions moatre que les choses en Nigeria ne peuvent
pas demeurer tells qu'elles sont prevues par la
constitution existante sans causer de graves dom-
mages et sins cre6r le m6contentement. Les indices
de malaise ne sont pas seulement superficiels et
meme si les recriminations proviennent de groups
relativement peu important, elles sont suffisamment
r6pandues pour que le Gouvernement considered qu'il
lui appartient de ne pas permettre a ces troubles
politiques de s'accroitre.

Le progres politique
Bien plus difficile est le probl6me du progrbs
politique par rapport au progris social et au pro-
gr6s de '( education. Les vagues de l'agitation poli-
tique d'un,.: minority peuvent extorquer une conces-
sion que It condition social et 6conomique des mas-
ses n'assirilera pas. M. Haig croit que dans le cas
de la Nigria, le progres politique a d6ja distance
de beaucoup le progris de I'enseignement et le pro-
gris 6conomique avec lesquels il aurait df s'int6-
grer. Ii esl vrai que le progr6s politique n'est vrai-
ment reel que dans la measure oh le progrLs social
peut le supporter. Si l'on veut qu'elles fonctionnent
convenabl.'ment, il faut que les institutions intro-
duites en Afrique Occidentale entrainent la creation
de nouvelles conventions et pratiques, de nouvelles
relations sociales empreintes de d6sint6ressement,
de nouvelles traditions, etc... Ii est malheureux que
les courants du progrbs politique soient d'ordre
6motionnel et que trop souvent les facteurs sociaux
et 6conomiques n'aient que peu de rapport avec les
populations int6ress6es ou avec leurs exigences. Les


courants 6motionnels de la conscience racial et les
sentiments politiques se propagent sans tenir compete
de la capacity, des resources, de I'education et des
conditions sp6ciales qui sont n6cessaires pour les
diriger. Les tentatives faites pour endiguer ces for-
ces puissantes font du tort : les gouvernements agis-
sent sagement en essayant de les transformer en
moyens constructifs, mais cela n'est pas toujours
possible.
(( West Africa ), Londres, 27 mai 1950, no 5.661).


11 nous parail edalement interessant de repro-
duire des extraits d'une autre response d M. Haig,
signde celle-ci par un ingenieur : A. G. Akin
Deka d'lbadan.

D'apres mon experience personnelle, je crois que
M. Haig etait l'un des fonctionnaires les plus travail-
leurs et les plus consciencieux que la Nigeria ait
jamais eu. Ses articles fournissent la preuve convain-
cante d'une science du pays et de ses probleimes mul-
tiples exceptionnellement riche.
I1 semble en savoir assez pour appr6cier toutes
choses a 1'cxception de cc qui est evident. Pour la
Nigeria, le self-government ne peut plus 6tre un ob-
jectif 6loign6, car il n'y a.maintenant aucune pos-
sibilit6 de retenir la mare des 6v6nements et les
Britanniques bien intentionn6s ne peuvent rien fair
de mieux que de satisfaire les aspirations nig6rien-
nes A un rythme raisonnablement accl16ri au lieu
d'essayer de cr6er des diTficult6s imaginaires.


M. Akin Deka contredit certaines affirmations
de M. Haig et s'attarde sur le fossd intellectual.

On en arrive au sujet du foss6, intellectual et au-
tre, entire la minority des districts urhains et la
majority repr6sent6e par les pays dans les villages
de Nigeria.
Toutes proportion gard6es, cette disparity n'est
pas inconnue mime dans les pays europ6ens. L'Ita-
lie peut avoir ses intellectuals a Rome, mais les pay-
sans du Sud, diff6rant peu des serfs, sont encore A
moiti6 illettr6s et ne concoivent certainement rien
des affaires de leur propre pays, et encore moins de
celles du monde. Et cependant, ce pays jouit non
seulement de ce que I'on se plait A appeler le < self-
government >, mais encore les grandes nations du
monde considLrent qu'il est apte a jouer le rl1e de
puissance colonisatrice. On n'a pas besoin de cler-
cher tr6s loin pour trouver ailleurs dans le monde
des nations ind6pendantes, des examples de pays
ayant une grande proportion de gens illettr6s. Cette
chere vieille Anglcterre clle-mime n'est pas exempted
de faiblesse A cet regard. Le people britannique peul-
il r6ellement affirmer que tous les 6lecteurs qui ont
particip6 aux r6centes elections parlementaires com-
prenaient les questions qui 6taient en jeu? Bien qu'it
ne soit pas tras correct de soutenir qu'il existe un
foss6 intellectual de quclque importance dans la
Grande-Bertagne d'aujourd'hui, on pent affirmer que
lorsque le suffrage universal a it6 introduit dans cc
pays au xrx" 'sibcle et que, pour la premiere fois,









tous les Angiais out pris part au gouvernemnent de
leur pays, il existait un profound foss6 intellectual
entire les diff6rentes classes d'Anglais et on ne pou-
vait dire que la masse du people 6tait instruite. Les
gens qui se servent des arguments de M. Haig pour
dire que la Nigeria n'est pas mAre pour le self-
government, doivent prendre garde que ces argu-
ments ne soient pas utilises pour prouver que cer-
tains territoires souvcrains du monde sont 6gaic-
ment inaptes A cette tache.
(O West Africa a, Londres, 3 juid 1950, n" 5.679).

A*


Congo Beige


< L'Afrique Beige >, sous ce tire, Brian Bare
fort faith, dans < The New Statesman and Na-
tion >> un tableau de la situation politique au
Congo Belge.

Les forces dominates
Les trois forces les plus puissantes au Congo >,
nous disait le missionnaire Scots, comme nous pre-
nions le th6 sur la pelouse mal tonduc dominant le
Congo, et tandis que des vols de perroquets pas-
saicnt au-dessus de nos tItes, se sifflant l'un 1'autre
longuement et doucement, comme des soldats appe-
lant les filles, < sont la Soci6ti G6ndrale, 1'Eglise
Catholique, et le Gouvernement... dans cet ordre a.
11 se peut que certain seraient disposes A accor-
der plus de pouvoir au Gouvernement qu'A 1'Eglise,
mais personnel, ct les Beiges moins que tous autres,
n'oserait mettre en doute que les grands monopoles,
parmi lesquels la Soci6t6 G6n6rale de Belgique, a
l'origine firm bancaire, constitute le plus solide et
micnx connu, repr6sentent les forces ayant le plus
d'influence au Congo Belge. MOme en Am6rique, oil
l'on a toujours reconnu le droit f la libre concur-
rence du petit commerce, on ne saurait trouver un
parallel aux arrangements particuliers rqui sont en
usage an Congo. Dans ce dernier pays, un des plus
grands ct un des plus riches 6ventuellement de tous
les territoires coloniaux, quatre companies conces-
sionnaircs, appartenant toutes pour une moiti6 au
Gouvernement beige, et cependant toutes tributaires
de la Soci6t6 G6n6rale et de firmes similaires, pos-
sident et exploitent la presque totality de la richesse
minimre de la colonies, fournissant a leurs employs
curop6ens et indigenes les services publics, les 118-
pitaux et le logement. Chacune de ces grandes fir-
ines est suffisamment puissante pour faire pression,
si besoin est, sur le gouvernement pour modifier la
16gislation de la colonies. Ce qui s'en rapprocherait
le plus seraient peut-ktre les Conpagnies des Indes
Orientales et Occidentales qui avaient 6t6 fondcs
par les marchands aventureux anglais et hollandaise
aux premiers jours de ces Empires et il n'est pas
enti6rement chimCrique de penser que les Belges ont
atteint ce stade du progress colonial.
Les ramifications de ces accords ont about A
des ph6nom6nes qui 6tonnent quelque pen celui qui
arrive au Congo tout droit de 1'Europe d'apres-
guerre et d'un climate de s6curit6 social. La Conm-
pagnie << Forminiere >, par example, qui poss6de les


champs diamantif6res (ou l'on trouve 75 % des dia-
mants industries du monde entier) est une filiale
de la Soci6t6 G6nerale; il en est de meme de la < Co-
phaco >, une des trois grandes firmes pharmaceu-
tiques op6rant au Congo. Ainsi, les mddecins de la
< Formini6re ,i ne peuvent acheter leurs m6dica-
ments que dans les pharmacies de la < Cophaco >.
A Elisabethville, deuxieme ville du Congo, l'cau, le
gaz et 1'6lcctricite sont fournis aux habitants par
< l'Ulnion Minire >>, qui posside, en faith, la ville et
tout cc qu'clle content. A Matadi, le principal h8tel
appartient a une sociWt de construction. On prP-
tend qu'un autre h6tel a 6ti la propriWtl du Gou-
verncur local pour qui il constituait un int6ressant
a-cotLC.

Attitude 6 l'egard de la population ini1igdne
En ce qui concern la population indigine, F'at-
titude des Belges est ici extr6mement franche et lo-
gique. En premier lieu, on ne dit pas d'idioties au
sujet de l'6galit6 des races et j'attends encore qu on
ait dit du hicn de Seretse Khama. L'indigine est un
inf6rieur A qui les Blancs disent << tu ', mais qui
so font dire < vous >; on ne lui confic jamais uu
poste comportant une r6elle responsahilil' ct on ne
lui accord que ]e minimum d'aulonowrle. Cepen-
dant, il est mieux trait au point de vui materiel
que n'importe ofi aillcurs en Afrique ; bi'en nourri,
pourvu d'excellentes facilities d'hospitalisi ion, assez
bien log6 et vitu, ii n'a aucunc raison de gron-
mcler h moins, hien entendu, qu'il re se per-
mctte de penser au-lessus de sa situation. Comme
vous le dira n'importe quel Belge, c'cst p:irce qu'un
indig6ne bien nourri iravaille mieux que celui qu:
est sous-aliment6, que Ic m6contentemeni, les grB-
ves et les troubles sont les products de conditions
de vie mis6rables et provoquent ine pertt de b6ne-
fices pour les maitres Blancs. Aursi In lpolitique n-
dig6ne au Congo consist A doter les < noirs > de
tous les services necessaircs, A permnltre a ceux
d'entre eux qui m6ritent le plus do confiance
< d'6voluer > vers des posts sccondaires tels que
ceux d'employ6s, d'assistants de laboraloires, de
conducteurs de locomotives, mais ecrtainement pas
A courir le risque d'abandonner la colonies A ses habi-
tants, comme cela s'cst product dans les empires
orientaux des Britanniques et des Hollandais.

Progrcs rdels
N6anmoins, des progrts tris reels out Cti r6alisls
dans .ce pays par Fentreprise beige et l'cffort de co-
lonisation. Pour le rest du monde, le Conigo repr6-
sente un pays de pygmees, d(e marais, de vermines
et de grosse chaleur; ct en dehors de la Belgique
ct de sa colonies. il est bien peu de gens capable
de comprendre les effects products par le d6veloppe-
ment rapide des voices aericnnes. des routes, des ser-
vices m6dicaux. des centres industries et des villes
modernes qui sont en train de transformer Ic Congo
Beige en 1'un des pays les plus riches di: monde,
comparable mkme aujourd'hui a 1'Argcntine ou an
Br6sil. Comme c'cst le cas dans l'Union Scvi6tiquc,
le pays pourrait 6tre transform par i'emploi pacifi-
que de l'6nergie atomique et de l'avion ces deux
moyens existant a l'int6rieur de ses frontit-'es.









Volonle beige
Plus significatif encore que la simple presence de
richesses, it y a le souci clairement manifesto de la
determination belge de les exploiter. Ce qui former
peut-etre le contrast le plus frappant entire le Congo
Belge et les colonies voisines frangaises, portugaises
et britanniques, c'est que les villes belges et
mrme les postes relativement les plus isolcs dans la
brousse regorgent de femmes ct d'cnfants d'admi-
nistrateurs et de colons. Auiourd'hui, le c6~ibataire
au Congo est line exception; chacun ici est accom-
pagne de sa femme et de sa famille pour la totality
du sejour ,)r6vu de trois ans; apres trois mois de


cong6 en Belgique, ils reviennent tous A nouveau. II
fait parties de la politique du Gouvernement Belge
d'encourager la colonisation blanche dans toutes les
parties du Congo et de faire b6neficier les colons de
la vie de famille qu'ils avaient chez eux aussi
rencontre-t-on partout des 6coliers maussades, tr6-
buchants, pales ou jaunes comes des petits beurre,
ayant I'air ridicule sous leur casque trop grand,
mais solidement elablis au Congo et formant le
noyau des futurs congolais qui scront aussi diff6-
rents des Beiges curop6ens que le sont les Sud-Afri-
cains des Anglais.
( d The New Statesman and Nations s,
Londres, 17 juin 1950, n 5.709).


LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUITS EN FRANCAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTED :
A la S.:ction de la Presse Etrangere, au MinistBre de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7'),
(Direction des Affaires Politiques, Piece 17, ler Etage).
La Section de la Presse Etrangrre peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, A quicon-
que lui en fera la demand, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
Le N" de r6efrence suffit a designer le document desire.


TITRE DE L'ARTICLE

PROBLEMS GENERAUX
I olitique en Asic .. ............................................
l a route de I'unite asiatique ..................................
I olitiquc et tactiquc en Extreme-Orient ......................
I.'assistance au Sud-Est Asiatique ................................
1 Iependance, independence ou interd~pendance ................
Asie du Sud-Est ...............................................
Ie partage du fardcau en Asie du Sud-Est ......................
I homee blanc continue (Asie du Sud-Est) .....................
Aide economique a l'Asic du Sud-Est ..........................
Le problem qui sc pose a Baguio ..............................
Mission de bonne volonte (voyage d'etudiants noirs amiericains an-
tour du mionde) ..........................................
:cooperation racial en Afrique ................................
!Bgr nation et <: Jim Crow > ....................................
Jn < New Deal > pour I'Asic ................................
Le Quatriinm e Point .... ...................... ................
Cooperation entire Noirs ct Blancs en Afrique. .................
La barriire de coulcur dans les forces americaincs. ............
La tutelle A 1'epreuvc. ............ ..........................
Les Nations Unies ct ]e Point Quatre .........................
UNION FRANCAISE
Rapport sur Ic Vietinnh (1) ....................................
'Nouveaux mouvemnents en Indochine ............................
!'Indochine .......................... .....................
Vraie gucrre en Indochine .....................................
Rapport sur le Vietm inh (II) ....................................
Les Amn ricains au secours de Bao-Dai ........................

Le rasscmblemnent democratique africain ........................
L'experience Bao-Dai .................. .....................
Ho-Chi-Minh deplacB .............. .....................
Bao-Da'i fera anl course de ce mois nne visit en France. ..........
EMPIRE BRITANNIQUE
Generalites
La monarchic et le Commonwealth .............................
Les rssultats de la ConfBrence de Sydney ........................
Division de l'autorit6 minist6rielle pour les colonics?............
Colonies (Britanniques) ........................................
Nos colonies (britanniques) ....................................
Les Etats-Unis p6ntrent dans l'Enpire. ..........................


ORIGINE DU DOCUMENT


The Times
New York Herald Tribune
The Daily Telegraph
Journal de Geneve
The IWest Africain Review
The New Statesman and Nation
Time and Tide
The Economist
The Economist
New York Times


New York Times
Crown Colonist
New York Times
Eastern World
New Statesman and Nation.
African World.
Tribune
New York Times
N. Y. Herald Tribune


The New Statesman and Nation
The Times
Time
The Spectator
The New Statesman and Nation
Manchester Guardian


Nos



5.651
5.652
5.653
5.654
5.657
5.658
5.660
5.664
5.674
5.680
5.681

5.686
5.690
5.691
5.695
5.697
5.698
5.723
5.724

5.650
5.663
5.665
5.667
5.668
5.669

5.677
5.682
5.687
5.710


5.648
5.649
5.666
5.670
5.671
5.722


Modedelingen van het Afrika Ins-
titut (Rotterdam)
Pacific Affairs
Gazette de Lausanne
New York Times


Neuc Zircher Zeitung
Neue Zilrcher Zeitung
The Crown Colonist
The Daily Herald
The Daily Telegraph
Daily Worker


DATES



25-5-50

25-5-50
26-5-50
Mai 1950
27-5-50
27-5-50
27-5-50
3-6-50
4-6-50

4-6-50
Juin 50
11-6.50
Juin 50
10-6-50
Juin 1950
9-6-50
25-6-50
26-6-50

27-5-50
31-5-50
29-5-50
2-6-50
3-6-50
31-5-50

Mai 50
Mars 50
10-6-50
18-6-50


21.5-50
22.5-50
Juin 50
1-6-50
1.6.50
22.6-50











NS i TITRES



INDE ET PAKISTAN
5.676 Plebiscite on separation au Cachemire ..........................
5.683 Perspective d'une entente au sujet du Cachenire .............
5.689 Le Tibet et la Chine ......................................
5.700 Espoirs et craintes an Cachemire. :..............................
5.711 La position du Parti du CongrEs en Indc. ......................
5.715 Un nouveau parti connunniste dans 1'Inde. ......................
5.718 M Nehru ct le colonialism .................. ................


MALAISE
M moment critique en M alaisie .................................
Des Australiens pour la M alaisie ..............................
La democratic en M alaisie. ......................................
Les besoins de la M alaisie. ................ ................ ..
Squatters m alais. ............. ..................................
Une longue champagne en Malaisic .............................
N ehru en M alaisie. .............. ............... ..............
AFRIQUE OCCIDENTALE
Rester a la tete du peuplc (Nigeria) ..........................
Retenir la m ar6e? (Nigeria) ..................................
Lcs fusillades d'Enugu (Nig6ria). ............... .............. ..
Les groves de N igeria.. ........... ..............................
L'enquete d'Enugu. ............. ......... ................ ..
Le desastre d'Enugu. ...........................................
AFRIQUE ORIENTALE
La greve de Nairobi (Kenya) ................... ..............
Le plan des arachides ........................................
B eira. .............. ......................... .................
Les aspirations est-africaines. ....................................
AFRIQUE DU SUD
L'Apartheid prend form e .......................................
La nouvelle cure de 1'Afrique ................................
Attaques centre l'interdiction de la segresg:I ion ..................
Ils haissent l'6galit6 des droits. ..... ............................
BIRMANIE


ORIGINE DU DOCUMENT


Time and Tide
Neue Ziircher Zeitung
The Times
Daily Telegraph
Sunday Times
The Nation
Time and Tide


The Daily Telegraph
The Economist
Tribune
The Spectator
Manchester Guardian
Daily Telegraph
Tribune


West Africa
West Africa
New Statesman and Nation.
Time and Tide
The Economist
Tribune


Tribune
Time and Tide
Times
The Spectator


The Economist
The Nation
New York Times
Daily Worker


5.662
5.673
5.692
5.696
5.699
5.716
5.720


5.661
5.679
5.702
5.703
5.706
5.707


5.659
5.675
5.704
5.719


5.672
5.685
5.688
5.705


5.656
5.684


5.b78
5.701
5.712


5.655
5.693
5.714
5.717
5.721

5.721


5.725
5.726
5.728


5.694
5.708
5.713


5.709


UNION NEERLANDO.INDONESIENNE
< Revolution froide > en Indons sie ............................
Indonisie : < Revolte > ou sabotage ? ..........................
Equilibre instable en Indonesie. ........ ........................
PHILIPPINES
Liberation aux Philippines ....................................
Probh!lmes philippins ......................................
Lcs mouvements des Huks sont limits inais la menace persiste.....
La crainte des IInks ralentit la production alimentaire de Luton..
Les Huks prospirent dans ]cs regions les plus pauvres des Philip-
pines. ............... ...................... ..................
L'ordre public aux Philippines. .................................
PACIFIQUE
L'administration civil prendra le pouvoir mardi a Guam. ......
Guam cspere se gouverner elle-ini e. .............................
Une Ere de prosperit sc dessine pour Guamn. ....................
ANCIENNES COLONIES ITALIENNES
L'avenir de l'Erythr c .. .........................................
Menecs britanniques en Erythree et loyalisme africain en Somalie.
La Cyrenaique vote pour la premiSre fois ......................
CONGO BELCE
L'Afrique Beige. .................... ........... ..............


Neue Ziircher Zeitung
Eastern World
Manchester Guardian


The Daily Worker
Eastern World
New York Times
New York Times

New York Times
New York Times


New York
New York
New York


Times
Times
Times


Tribune
Gazette de Lausanne
The Economist


New Statesman and Nation.


3-6-50
8-6-50
13-6-50
16-6-50
18-6-50
10-6-50
24-6-50


30-5-50
3-6-50
9-6-50
9-6-50
15-6-50
22-6-50
23-6-50


27-5-50
3-6-50
17-6-50
17-6-50
17-6-50
16-6-50


26-5-50
3-6-50
19-6-50
23-6-50


3-6-50
20-5-50
11-6-50
19-6-50


25-5-50
26-5-50

31-5-50
26-5-50
Juin 1950
17-6-50


25-5-50
11-6-50
19-6-50
20-6-50

21-6-50
21-6-50


24-6-50
25-6-50
26-6-50


9-6-50
19-6-50
10-6-50


17-6-50


Progris en Birmanie ...................... ...........--------- Manchester Guardian
Realit6s en Birmanie ............. ...... ... .. -.......... The Spectator


I


.. ii


DATES











COMMUNIQUES


Les relations t616graphiques avec les territoires
d'Outre-Mer
Le ministry des Postes, TBl6graphes et Telpphones, an-
nonce qu'a pirtir du 1"' juillet prochain, les relations
avec les pays ci'Outre-Mer (regime extra-europ6en) sent mo
difiecs ainsi :
1 Le tarif des tel6grammes ordinaires, en language clair,
sera r6duit A onviron 75 % du tarif actuel;
2 Le tarif des telegrammes r6dig6s i l'aide de codes (t6-
1egrammes en language convenu) sera le mmie que celui
qui est appliqug au a t6l6grammes ordinaires en language
clair;
3 Les tel0grammes diff6res ne seront plus admis;
4 Les t61lgrammes-lettres b6enficieront d'une reduction
de cinquante pour cent sur le nouveau tarif des tdlegram-
mes ordinaires, avec minimum de perception de vingt-deux
mots au lieu ce vingt-cinq.


Mus6es de la France d'Outre-Mer

Mai 1950

Entrees payantes : 10.483 pour la some de 195.410 fr.
Entrees gratuites :34 groups, 1.029 Aleves.
Vente du Guide du Mus6e : 176 brochures pour 2.142 fr.

Travaux : Section d'Art et d'Histoire. Am6nagement
d'un Section des Travaux Publics Outre-Mer et du Studio
Hardt.

Section Economique : Rangement, et presentation. Confe-
rences aux visiteurs.

Aquarium : Replantation et remise en march du Labo-
ratoire d'Blevage.


BIBLIOGRAPHIE


LI PRIX GILBERT MAROGER
Le Point de Chute, par Henri POYDENAT, editions Plon,
Paris.
Le Prix Gilbert Maroger, fond6 par l'Association Natio-
nale des Ecrivains de la Mer et de l'Outre-Mer, a la me-
moire de 1'Acrivain et lieutenant Gilbert Maroger, tuB A
1'ennemi en 1915, a 6t6 decerne pour 1950, A Henri Poyde-
not, pour son remarquable ouvrage Le Point de Chute. Le
jury a ainsi distingue un roman d'une rare intensity dra-
matique et po6tique, qui fut cit6 au dernier Goncourt, et
qui a manque de pres le Grand Prix de Litt6rature de
'Acad6mie Fr.:nvaise.
Henri Poydenot avait deja requis en 1936 attention du
grand public avec La PriAre au bout du Wharf, don't il
devait confirnier les promesses en plusieurs ceuvres de
grande classes, telles notamment Impasse de l'Avenir, en
1938, et Le Commodore en 1945. Ancien lieutenant an
long-cours, il .. visit les AmBriques, les Antilles, l'Afrique
Occidentale el, vers6 dans l'aviation, il a commence la
guerre de 193'1 en Syrie, pour la terminer avec le g6enral
Leclerc en Extr8me-Orient, ayant acquis une substantielle
vision du mor de.
Le Point de chute, qu'il vient de publier, raconte avec
la force convaincante et directed d'une histoire v6cue, 1'aven-
ture d'un parachutiste qui meurt dans la jungle indochi-
noise, dcor .;,quel 0i revait udpuis sa loiniaine enfance.
Cette poignanie conjoncture du destin s'amorce dans un
dakota britannique qui survole la brousse meurtriere du
Laos. I reste a l'officier parachutiste trois heures avant
de sauter, trois heures, le temps de parcourir un livre, le
temps pour tote la vie d'un home de renaitre et de d6fi-
ler dans les a[lvoles secrets de sa memoire.
< Avec un r ecul de vingt ans et A trois mille mAtres d'al-
titude s>, l'aviuteur ressuscite son enfance, place sous l'in-
vocation prm tonitoire d'une image apercue au cinema,
1'el6phant Jumbo qui ne sut resister a l'appel de la jungle.
A measure qui I'avion approche du but, les souvenirs se


present : l'Ecole Navale, les camarades, les premieres
amours; puis la c8te d'Afrique, la traite des arachides et
1'el6phant traverse pour la second fois ce destin, sous la
forme d'une image derriere une carte A jouer. Enfin la
guerre, la mission au Laos.
L'avion survole l'objectif, l'homme saute. Les Japonais
tirent, le parachutiste est bless6 i mort. Sa ligne de vie
dessine une trajectoire 6blouissante. II succombe dans le
lieu mame qui hantait sa rAvcuse enfance. Voici 1'El6phant,
voici Jumbo. Dans ce recit, les reminiscences singuliires ou
pittoresqucs qui se d6roulent en episodes successifs s'en-
chev6trcnt sans ccsse avec le redoutable present, et les
signes qui environment le h6ros sont les signes mAmes du
destin.
Construit sur une formula original et trait avec une
sfire maitrise dans un style expressif, quoique strictement
depouill6 de toute vaine fioriture, le livre de Henri Poy-
denot suscite d6ja un grand movement de curiosity et
d'attention.

LA CALDEIRA. par Raphael Tardon. Ed. Fasquelle, Paris.
Grand Prix litteraire des Antilles en 1948, Raphael Tar-
don, jeune romancier d'outre-mer, s'est rapidement elev6,
par son sens inn6 de conteur, au premier rang des 6crivains
antillais de notre 6poque. II excelle a camper des person-
nages de fiction dans un cadre authentique, et sa mission
est de leur donner, d&s les premieres pages, le relief et la
couleur de la vie, qui collicitent le lecteur et le tiennent
fermcment jusqu'au poiu final.
Ici vous entrerez do plein-pied dans le climate caraibe, et
vous trouverez une 6tude pertinent des remous politiques
qui sdvissaient dans I'archipel il y a quelque cinquante an-
nees. Le narrateur vous conduira. A travers les surprenants
episodes d'un r6cit abondant en notations justes et saisissan-
tes, jusqu'au cataclysme poignant et grandiose de l'Apilo-
gue. Car il s'agit bien du bouleversement qui confondit, le
8 aofit 1904, dans un tournoiement d'epouvante, les passions
partisans et les convulsions de la nature, les unes et les









autres aussi absurdes, aussi fatales, et pareillement balayees
par le souffle mortel de la Caldeira.
La Caldeira, mot portugais, c'est le caractere, la bouche
ardente du volcan, en 1'espece le Mont-Pelb, qui aneantit
sous la lave et les cendres, la ville de Saint-Pierre, faisant
en un seul jour A la Martinique, plus de 40.000 victims.
Or, dans le meme temps, l'imb6cillit6 humaine se conju-
guait avec la fureur aveugle des 6elments. Et c'est ce syn-
chronisme inimaginable qui fait tout le drame.
On est en pleine champagne electoral, et tandis que la
montagne travaille et menace, des personnages responsables,
conscients du danger, jettent l'alarme et conseillent 1'rva.
cuation immediate de la ville. Mais la bataille politique,
exasperee par des rivalites raciales, obscurcit les esprits,
glors que le monstre grondant obscureit le ciel. Une dicla-
ration faussement optimist maintient les 6lecteurs autour
des urnes. Et la mort qui planait, s'abatit sur Saint-Pierre
c C'etait elle la triomphatrice de la bagarre ; blancs, octa-
vons, quarterons, hybrides, mulitres, chabins, cipres, ne-
gres, ils 6taient tous noirs, carbonis6s, uniform6ment noirs
et sans la moindre caract6ristique ethnique ,.
Avec une grande virtuosity dans les images et les 6pi-
th6tes, et un vocabulaire riche et 6tendu, Raphael Tardon
nous donne ici une cuvre puissante et de haut merite, qui
tire un tragique enseignement de la sottise comme de la
d6tresse des hommes.

LE GRAND PRIX DU ROMAN DE L'ACADEMIE FRANCAISE vient
de couronner l'ensemble de l'ceuvre de Marc Chadourne,
Administrateur d lae Franc d'Outre-Mer en mme temps
qu'homme de lettres. Artheme Fayard, Paris.
Les qualitis de conteur de Marc Chadourne ne sont plus
i d6montrer, un conteur vivant qui unit a une rare subti-
lite d'analyste, une pensie organisatrice logique et une fa-
culte contagieuse de communiquer 1'mnotion. a I1 n'est pas
plus, 6crivait Kessel, le copain du Yang-Ts6 que le riveur
inspire du Pacifique, il est l'un et l'autre et il est peut-tre
encore la proie de 'Afrique Equatoriale, oi il vecut comme
administrateur ,.
C'est en effet dans cette carritre que, pilote d6mobilis6
en 1918, il part en Oceanic, oiu il s'attache au people Maori
don't il 6tudie le folklore et les traditions. Cette premiere
evasion v6cue, suivie d'un sejour de deux ans au Came-
roun, lui inspire son premier roman, Vasco, don't le succes
lui ouvre la carritre des lettres. Deux ans plus tard il public
Cdcile de la Folie, court l'Extrime-Orient, du M6kong au
Yang-Ts6, et pris d'un vertige de d6couvertes, il visit
Shanghai. P6kin, la Mongolie, la Mandchourie, la Cor6e et
redescend vers les Indes Nierlandaises.
Bientat le grand reportage le lance dans un nouveau cy-
cle, la Russie des Soviets, le Mexique, les Etats-Unis et,
voyageur traque, il en rapporte le panorama d'un monde en
bouleversement, dans de nombreux ouvrages qui imposent
sa notoriety, tandis que Absence, roman cruellement human,
marque d'une Atape tragique la destine du voyageur sans
r6pit. A la veille du conflict europ6en, il rejoint son post
a Shanghai, puis nomme en Indochine, il est contraint par
l'invasion japonaise de gagner pricipitamment Manille.
Depuis la Liberation il enseigne Fa litt6rature i Salt Lake
City, en plein pays mormon, qui lui a inspire son dernier


livre Quand Dieu se fit Amdricain. C'est I'histoire roman-
cie du culte des Mormons, fond6 par Joseph Smith, il y a
plus d'un siecle, et encore singulirrement prospere puisque
cette religion compete aux Etats-Unis plus d'un million de
fiddles, y recrute de nouveaux adeptes et en fait, parait-il,
dans le monde entier, et jusqu'en France. Ainsi fut-il permis
i Marc Chadourne de surprendre en son temps la naissance
d'un mythe et d'6tudier par quels moyens se creent un culte,
un dogme, une foi.


Un num6ro de < France-Illustration > sur I'A.'E. F.

La revue France-Illustration consacre entirrement son nu-
mero du 10 juin a I'A. E. F. Abondamment illustree d'ex-
cellentes et pittoresques photographies, cette publication
present, tout d'abord, une etude de M. Jacques Fourcade,
President de l'Assemblee de l'Union Francaise : a De la
Coutume a la D6mocratie >, oi l'auteur 6tudie l'influence
de 1'enseignement des Europiens sur les costumes et les
moeurs des Africains. Plus loin, M. P.-O. Lapie, ancien
Gouverneur du Tchad, fait l'historique e la penetration
< pacifique de la France en A.E.F, de Savorgnan de Brazza
it Ebou6 %.
M. Malbrant, membre du Comit6 directeur du F.LD.E.S.,
trace ensuite les grandes lignes du a plan decennal de da-
veloppement des resources de l'A. E. F. qui a permis, i
ce territoire, de prendre le depart ,.
Apres diverse etudes sur les richesses naturelles a don't
regorge cette terre g6nireuse >, la revue public un article
d'Andr6 Gide, intitul6e Nouveau voyage au Congo ,.
L'auteur estime que, s'il y retournait, il ne reconnaitrait
le pays qu'A peine < tant il est vrai ecrit-il que Plas-
pect meme d'un pays se module selon 'esprit que l'on sent
de toutes parts l'animer x.
La recherche des civilisations disparues, l'embellissement
et la modernisation des villes, la chasse, le tourism, Ief-
fort sanitaire, le problem de la jeunesse, l'industriali-
sation meme font encore 1objet d'intiressants articles d'au-
teurs divers que 'on sent animes d'une foi inebranlable
en I'avenir de I'A. E. F.
Enfin, cl6turant la s6rie, M. Girard, President du Grand
Conseil de IA.E.F., retrace, sous le titre < Notre A.E.F. >,
le chemin parcouru depuis une trentaine d'annees qui fera,
de I'A.E.F., a sous l'impulsion de son actuel Gouverneur
General, don't le dynamisme est un sim r garant du success,
un des territoires les plus riches et les plus envies de
l'Union Francaise >.


Le beau metier de Missionnaire
par J. RENAUDIN, docteur en theologie.

Ed. Grands Lacs, 200 fr. 32, rue Friant, Paris (14).
- C. C. P. 54.68.04).
L'auteur present, sous une forme moderne et attrayante,
les r6sultats d'une conference vecue. Les multiples aspects
de la vie du missionnaire y sent pr6sent6s sous la former
de dialogues vivants.


M. P.. L bl., lmpem da MIen-Tonnerre. Paris (I-)





































































Ediit par la Documentationi Franquaib

Prix du num6ro : 90 francs
Abonnement : six mois .... 520 francs
S : un an ...... 1.000 )
Membres de 1'enseignement et
journalists : un an ........ 700 D

Souscription et vente
a la Documentation Francaise
16, rue Lord-Byron, Paris (81)
C. C. P. : 9060-98
Tel. : ELYa6es 82-00




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs