• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Problemes du jour
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Communiques
 Back Cover














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00021
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00021
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
    Nouvelles de France
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
    Revue de presse
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
    Communiques
        Page 68
    Back Cover
        Back Cover
Full Text
A
FRIIFANCE Di OUTIIE



I ^lIl//i! I







PRESIDP1NCE DU CONSEIL

SECRETARIAT GANiRAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation:
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8*)


LA DOCUMENTATION FRAN(AISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7")


BULLETIN D'INFORMATION


DE LA


FRANCE


D'OUTRE-MER


SOMMAIRE


PR(BLEMIES IU JOUR :
La Rf6or1nc Constitutionncllc cn
N ig ria ......................
L Economic indochinoise en 1949 ..
Lei Boudhisme au Laos ...........

NO)UVELLES D)E FRANCE :
LI; vie parlementaire ..............
L activity ministericlle ...........
Ii formations diverscs ............
kianifestations colonials .........

NOUVELLES D'OUTRE-MER :
Indochinc .......................


A. (. F. ..........................
A. E. F. ..........................
C aiii rou n ........................
Maldagascar ......................
7
(:C e Fran; aisc des Somalis ........
Sainl-Pierre-el-Mi iquc lon ..........
9 Inl'ormations admininistratives ......


HEVUE I)E PRESSE :
IPrisse d'(O)ltr-Mcr ...........
Presse Etrangre .............


22 C(OMMUNIQUES ..................


Juin 19'50


__


N 144












AGENCE DE LA FRANCE D'OUTRE.MER
20, rue La Boetie Thl6phone : Anjou 26-94 B 26-97
Metro : Miromesnil Autobus : 28-32-43-49-80


L'Agence de la France d'Outre-Mer, Service
Officiel du Ministcre de la France d'Outre-Mer,
rcnseigne sur toutes les questions inltressant
les Territoires d6pendant du Ministere de la
France d'Outre-Mer; Afrique occidentale, Afri-
que 6quatoriale, Cameroun, Togo, C6te des
Somalis, Madagascar, Etablissements francais
de l'Inde, Indochine, Nouvelle-Ca!&donie. Nou-
velles-H6brides. Saint-Pierre et Miquelon.
* Son Service de Documentation informed Ie
public sur le commerce, l'industrie, la produc-
tion, les tarifs de douane et les statistiques, la
fiscaliie, le climate, le cocit de la vie, le tou-
risme, la chasse, etc... Les journaux officials
locaux, les budgets administratifs, les tariffs
douaniers et fiscaux, les statistiques du coim-
merce extiricur de chaque Territoire et tous
autrcs documents d6tenus par le Service pcu-
vent &tre consults sur place.
* Son Service de Placement met en rapport
gratuitement les employers avec les per-
sonnes desireuses de trouver un emploi outre-
mer.
* Sa Cin6mathbque diffuse gracieusement en
France des films documentaires sur les Terri-
toires d'Outre-Mer.
Le prct de ces films est consent a tout orga-
nisme official ou priv6 d6sirant effectuer des
projections non cominerciales d'information,
d'6ducation ou d'enseignement.


* Sa Phototh6que posside 30.000 cliches sur
tous les Territoires 6numnrbs plus haut. Ces
cliches peuvent faire 1'objet de cession.
* Sa Biblioth6que, riche de 30.000 volumes.
est ouverte au public sans d6semparer, de
9 heures a 18 heures, samedi apris-ridi
except.
* Son Service des Foires et Expositions as-
sure la representation des Territoires dit la
France d'Outre-Mer dans les manifestations
cominerciales et expositions organisees en
France et A l'Etranger.
* Son Service de Publicit6-Propagande as-
sure la publication et la diffusion doe oule
documentation se rapportant aux Territoires
d'Outre-Mer.
II 6dite des brochures monographics, de-
pliants, plaquettes, affiches et cartes-affiches.
Ces documents sont en vente A la Librairie de
I'Agence, qui diffuse ggalemcnt, A titre one-
reux, les publications des Services de Docu-
mentation de la Pr6sidence du Conseil, et de
nombreux ouvrages concernant l'Union Fran-
.aise.
Des expositions de peinlure, de sculpture ct
d'ouvrages de l'artisanat des Territoires
d'Outre-Mer sont organisdes A la Galerie de
l'Agence, 20, rue La Bo6tie.


Liste des diverse publications en vente a I'Agence de la France d'Outre-Mer


SERIES DE 30 DEPLIANTS traltant des divers Ter- ,PLAQUETTE GENERAL DE VULGARISATION :
ritoires relevant de la France d'Outre-Mer : < L'Union Francaise >. Prix de cession (a
Sendgal, Mauritanie, Guinde. Soudan. C6te titre de propaganda) 20 francs.
d'Ivoire, Haute-Volta, Dahomey, Niger. Came- Guide du Tourisme en A.O.F. et au Togo 120 fr.
roun, Togo, Gabon, Moyen Congo, Oubangui, Parure feminine aux colonies .......... 30 >
Tchad, Somalie, Madagascar. Laos, Cambodge, Confidences senegalaiscs ............... 30 ))
Nouvelle-Calddonie, Oceanie. Prix de cession : ontes et lpgendes d'Afrique ............ 30 >
SLa peche aux colonies .................. 201
(a titre de propaganda) 10 francs 1'un. Etude sur Charles de Foucauld ........ 60 a
Exportations des oereles de I'A.O.F. et du
SERIE DE BROCHURES MONOGRAPHIES se rap- Togo ................................ 250 >
portant a : Afrique Occidentale, Madagascar, POCIIETTES DE REPRODUCTIONS PIIOTOGRA-
Dahomey, Togo, Moyen Congo, Oubangui, Tchad. PHIQUES (pochettes de 12 photos) concernant:
Gabon, Ocdanie, Nouvelle-Calidonie. Cameroun. L'A. O. F ............................ 35 fr.
Guinee, Somalis, Saint-Pierre ct Miquelon. L'activite economique de I'A.O.F. ...... 35 >
Prix de cession : (h titre de propaganda) 40 francs Le Cameroun. .......................... 40 a
l'une. L'Art khmer ............................ 40


Carte des changes conimnerciaux dans 1'Union Francaise en 1938 et 1946 : 100 francs..
Bulletin d'Information de la France d'Outre-Mor :90 francs.
Guide de l'A.O.F., edition 1949 : 500 francs.
Annuaire Noria 1950 sur 1'A.O.F. ct le Cameroun : 400 francs.


I_ I
- ----




















PROBLEMS DU JOUR



La Reforme Constitutionnelle en Nigeria
(Les 61ments de cette Etude ont 6te trouves dans le n 41 de "Commonwealth Survey")


A la fini de l'aiin6e 19-19, la publication tdu rap-
port Inu < (Comic tie t ir: duclion >>, coimpre-
nant des d6legues des Assemblkes ri'gionales
et du Conscil IL6gislatif Central, a permits d'atteindre
une nouvell.- tape dans la procedure de revision
de la Constitution en Nigeria. Ce rapport a 6Ie
ensuite sounds I unee < ConfIrence Gnizeral'e > sic-
geant a Ibai an et groupant tous les membres non-
fonctionnaires du Conseil L6gislatif, ainsi que dtes
rrepr6sentant supplimnentaires dcs regions.
On se son viendra (que, afin d'assurer un sondage
complete de ''opinion nigirienne i I'occasion de la
revision de la Constitution, des conferences regio-
nales ct pro inciales avaient d6l pr6alablement con-
voqules et leurs recommiandations examines par
le Comit6 d(t Rdaction.
Notre pro]os auljourd'ihui cst d'essayer de donner
aux lecteurs du << Bulletin de la France d'oiire-
mer > uine inalyse succinct, mais complete, te cc
document dunt l'importance n'a pas besoin d'Wtre
soulignee.


I)ans le p eambule de son ral)port, le Comlite tie
rddaction iniiste sur la n6cessit6 (d'une dieccnlrali-
sation de 'aAltorite an bindfice des regions, d&cen-
tralisation p 'fi6rable i la concentration des pou-
voirs i 1'echllon national et constituent le iieilleur
moyen de n (inteli l'iild niiqcrienne (1). II sou-
ligne aussi 'onibien il est preferable d'auloriser,
dans chaque 16gislaltre, les modifications locales
approprices et reconlnalnde lque I'on ait recourse
pour 1'etabli,;sement des asseinblecs rbgionales it
des elections inlirecies, bien q(u'ult6rieluremient des
elections dir ctes mpissent etre envisagees.
La diifficil question de la reprIsentation des trois
regions A1 la egishlture cenlrale a etc egaleinent tiiu-
di6e par le (:omiit don't le rapport imet 1'accent sur
l'imlporlance qu'il y auIrait i voir les representants
des regions Iravailler p)ouri le Ilus grand profit de
Ia Nigeria ci liere. phlui tii e de se considerer sini-

(1) On sailt (iLu lles rllic 'cir I :S IIl c.\)'iii 'ers dIl
les provinces eptelln rio nales at l'6gaiid Ol l I)iiVt-all pro-
jet constitution unel ia '6tude.


pleilent comlin les d6fenlseurs de points
reL.ionaux forcii'enICl htroits et limits.


tie vue


Les plus iniporlanles ties recominandations for-
mulees par le Comnit6 de r6daction peuvent etre
resumes combine suit :

Regions et Assemblies Ligisltlives rPelionales
La Nigeria scra conmpose de trois regions : Nord,
Est et Ouest. Le Terriloire de Lagos et la colonies
de la Couronne seront int6gr6s en quality de pro-
vince dans la region occidental.
Dans la ri(ion Nord, il y aura une Assembl6e des
chefs et ine Assemblee (House of Chiefs et House
of Assembly). L'Asseilblc dies Chefs comprendra
treize chefs de premiere classes, vingt-deux repr-
sentants des chefs d'aitres classes, trois members
< ex-officio > et un conseiller de droit musulman.
L'Assemblbe grouper alpproximativement cinquante
membres elus par les collWges blectoraux des pro-
vinces, moins de dix-sept membres < ex-officio a et
moins de dix melibres nommiis.
Dans la r'qiont onest, on trouvera une Assemblie
des Chefs et une Assemblue. L'Assemible des Chefs
comprendra moins de cinquante chefs et trois
membres < ex-oll'icio >. L'Assemblde reunira A peu
pres soixante membins tlus et trois meinbres < ex-
officio >.
D)ans la riioin Est, il n'y aura qu'une Assembl6e.
Elle grouplera environ soixante memnbres elus et
cinq membres < ex-oll'icio >, don't 'un provenant
(Iu Cameroun sous tutelle dlu iBoyautie-Uni.
Les Assemblies reiionales, sous certaines r6ser-
ves, disposeront du potuvoir l6gislatif en matiere do
< local government ,, d'uirbanisme, d'agricultture et
de forces, d'enseigiineilent, de sanl6 publique et
d'industries locales ; Ieles )pourronl evenluellement
liegfirer en d'atllres ma:libres.

;.sscembh;ie l./:lishliivel Centrhtle
La legislature central prendra la former d'une
Chambre unique qu'on appellera < la Chambre des








Repr6sentants >>. Elle comprendra soixanle-quatorize
mcmbres non fonctionnaires (trente de la region
Nord et vingt-deux de chacune des autres regions),
ainsi que six mcmbres < cx-officio >.
La 16gislature central aura pouvoir dc legif6rcr
en cc qui concern la paix, I'ordrc public et le sys-
t6me administratif de la Nigeria toute entire. En
certaines occasions, elle pourra 6galement discuter
les tcxtcs 16gislatifs pr6cedcminent adopts par les
Assembles regionales.

Execulil's reilionaux el central

II y aura dans cliaque region un << Conseii Ex':-
culiif >, dont front plartie Ie Lieutenant-Gouiver-
ncur (c'est-i-dlire un fonctionnaire de grade elevi),
qui sera President, des membres << ex-officio > (cinq
an maximumlitl et des lemlbrcs non fonctionnaires
(neuf an maximum) qui seront l6us an scin de l'As-
sembile Rlegionale par les mcml)rcs de celle-ci. Pour
la region Nord, ecs mnimbrcs seront Clus par les
deux Asscmblbes (House of Chiefs ct House of As-
sembly).
Dans la r(yion Nord, l'actucl systbmc des < Com-
missions > traitant les affairs dc chaquc service
scra (dvcloppe.
Dans les regions ou'es et est, les mcmlbres non
fonctionnaires du Conseil Ex6cutif deviendront des
Minislres charges de chacune des categories l'acti-
vites entrant dans la competence des Asscmbles
r6gionales.
L'exccutif central aura la forme d'un < Conscil
d'Elat >> qui sera charge d('elaborer la politi(que gene-
rale et de donner les directives pour l'action admi-
nistrative. Ce Conseil comprendra le Gouverneur,
qui le pr6sidera, six membres < ex-officio > et doutze
membres non fonctionnaires qlue l'on lira an scin
de la Chambre des reprisentants, sculs les inembres
non fonctionnaires de l'Asscmblc 16gislative cen-
tralc 6tant al)els i prendre part au vote.
Parnii les diouze membres non fonctionnaires dui
Conseil d'Etat (Council of State) neuf seront respon-
sables de services on de groulpes de services, lels
([Lie cex des transports, (Idu commerce et de I'in-
dustric ct trois seront des Ministres sans porte-
feuille.


Le Conlit6 de r"daction a recoiilnandiiii en oullre
(qu'un << Conscii lPriov, >>, comprenant trois fonc-
tionnaires et six nmembres non fonctionnaires, soit
cr66 afin de consciller le Coulverneur suir es ques-
lions conccrnant les leCrsonnels adm(inistratifs ct
l'cxercice du droit de grice dans les cas les plus
graves.
Le Conith a aussi formula le souliait qu'une Com-
mission d'experts sonimete des propositions pour
un equitable partage des recctlcs Ibudg6taircs cntre
Ics trois regions ct le p)ouvoir central.


Enfin, le Comite s'est prononcie i la majority pour
Ic mainlien des actuels < pouvoirs rescruvs > du
Gotuvrneur.




A son tour, ln Conference Generale dl'Ibadan
vient die formuler ses conclusions. Elle a elaborP6 un
document risumant l'essentiel de ses travaux, dlocu-
ment que les Assembl6es rsgionales ont etudi6 en
1950.
D'apres les plus rdcentes informations qui nous
soient parvenues, l'Assembl6e de la Province orien-
talc a reserv6 un accueil favorable an rapport de
la Conference G6nlrale; de minme en a-t-il et6 pour
l'Assembl6e de la Province Orientale, qui n'a sug-
gi6re que des amendemnents de moindre inter&t.
l'ar contre, l'Assemblke des provinces du Nord
a reaffirmn son point de vue scion lcqu(lc la region
Nord ne participcrait pas an nouveau << systime
constitutionnel > si elle n'obtenait pas la moiti6 des
sieges a l'Assembl6e L6gislative Centrale (Cliambre
des Repr6sentants).
C'est maintenant I'Assembl)e Legislative de la
Nigeria (Legislative Council) qui se consacre it
1'6tude tdu rapport de la Conf6rence gencralc. L'As-
semlblee a ('aillcurs design en son scin une Coin-
mission extraordinaire pour proc6der it cet exa-
men.
On ne connait pas encore, ia I'licure actucllc, lcs
resultats des travaux de cette Commission.



Ainsi se trouve brutalement affirm le divorce en-
tre le Nord et le Suli de la Nig6ria et line grave
menace vient 1i peser sur I'unit6 minme d'un terri-
toire qui doit i1 sa situation geographique, come a
sa vitality economique et d6miograp)hique, td'tre au-
jourd'hui l'un des p6les d'attraction de l'Afrique
Occidentale.
Les autorit6s britanniques, tant sur place qu'au
Colonial Office, pourront-elles r6unir 1c faisceau
d'arguments qui empichcrait que s'afrirm-Iat une
coupure aussi nette ?
Elles s'y emnploicnt de leur mieux ct on doit espC-
rcr qu'ellcs sauront en fin de compete convaincre les
rclprsentants des populations du Nord de ne pas
accomplir un geste engageant irr6iiiediableecnt
I'avenir.
Un tel geste, en cffet, emporterait les plus graves
consequences, don't la moindre ne strait lpas le
coup tris sensible hdoInne anx espoirs d'uin p)rogres
)politique, &conomique et social d'enseml)le (quei nour-
rit Ie Gouverncment britannique A l'dgaird de la
Nigeria.









L'economie indochinoise en 1949
(Documents fournis par le Haut-Commissariat)


BIEN que, A I'hicure oif nous ecrivons, il ne
nous s )ient pas encore parvenus tous le ren-
seigneiients statistiques sur les productions
et les exportations indochinoises en novemnbre et
ldecembre drrniers, il est n6anmoins possible de
dresser des naintenant le bilan approximatif, sous
reserve de i [uelques retouches ult6rieures de de-
tail, de 1'activit6 economique de 1'Indoochline pen-
tiant l'ann e 1949.
I. -- AGRICULTURE
Riz
D)ans lc Sud-Victnam, environ 1.700.000 hecta-
res out 6et6 omplant6s en rizieres et ont product
2.400.000 tonnes de paddy, soit 210.001 tonnes de
plus qu'cn .1948. Cette augmentation des surfaces
cultivees en rizieres, malgrie 'insecurite dt certain
secteurs, est Ir6s encouragcante. Dans Ic Nord-Viet-
nam, la s6clhresse et le manque de betes de sommen
ont frein la production rizicole.
An Cambod(ge, les rizieres out passe de 720.000
hectares en 1148 a 850.000 hectares en 1949, cc qui
perimettra d' xporter hors du Royaunie quel(ques
300.000 tonne., de paddy, chiffre comparable aux ex-
portations d' vant-guerre. Ce resultat, qui est dfi an
rctour de la security dans plusieurs provinces, a
permis de rendre la liberty an commerce du riz
d(ans le Royalme et de suppriimer le regime des li-
cences d'expc station.
I)ans 1'ensei ble de l'Indochine, la superficic culti-
v6e est sup6rieure de 250.000 hectares ai celle de hl
champagne pricedente, et les exportations an 31 oc-
tobre 1949 av.ient atteint 293.021 tonnes de riz et
(derives don'tt 166.847 tonnes ie riz blanc), soit le
quart des exportations annuelles moyennes d'avant
la guerre.
Le Sud-Viet lam a pu expedier en outre an Nord-
Vietnam quel(|ue 6.000 tonnes de riz par miis, ce
qui a ramene le prix du riz it Hanoi a 4,50 le kilo
au lieu de 7 on 8 piastres en juin-juillet.
Mais
La baisse d s course nondiaux du mais a amene
une reduction important des cultures de cette
plante, principalement an Cambodge (qui a tonjours
6tC le gros pritducteur de cette cr6aale : la recolte
n'a 6t6 que d( 35.000 tonnes au lieu de 95.000 en
1948, ct les pr x se sont n6anmoins eflonidrs li 75 $
les 100 kilos aus sur berge, centre 155 $ l'anntce
pr'ecedente.
Caouttchotuc
L'ins6curite *t le manque de main-d'teuvre out ("t,'
la cause d'une petite diminution des surfaces exploi-
tes : 45.485 hectares contre 47.333 ha. La produc-
tion de caoute louc est cependant restLe aiu nleine
chifrre, soit 43.700 tonnes environ (en 1947 : 39.500
tonnes).
Productions secondaires
Les exportations coniprennent notanmment 14.3)00
tones d kak e 0.00 tonnes de k k t 0( nns e legunmes sees
(au 31 octobre)


II. ELEVATE
Le cihptel des trois Etats associ6s itait rvalu6, en
decembre dernier, A 1.486(.000 bovins, don't 936.000
pour le seul Cambodge 1.264.000 bubalins,
1.900.000 porcins et 26.300 chevaux dont 15.001) dans
le Nord-Vietnam. Le Nord-Vietnam a dfi importer ie
Chine 18.000 boeufs et 15 porcs, tan(dis que le Cam-
bodge livrait aux pays du Vietnam 40.200 boeufs,
13.00( bulles, 56.000 pores, 800.000 volailles ct 627
tonnes de viande don't plus de 5 tonnes de viande
congelee.
Les abatages controls par le Service V6terinaire,
non comprise ceux cl'ectues dans les petites localitCs
et les villages, out porter sur 95.000 boeufs, 18.650 bu-
fles, 628.000 p)orcs.
La production du lait est en sensible augmenta-
tion avee 12.450 hectolibres.
Les exportations de peaux ont d6passe 150 tonnes.
Trois centres d'arsenicagc ont td reinis en aclivite.
Parmi les exhortations, il convient de noter i par
I'envoi sur la France tde 2.000 peaux de cerfs ct
2210.000 peaux de serpents.
Ill. FOHETS
La production forestiere se maintient en cc qui
concern le bois-d'teuvre et le carbon de bois, mais
a flechi en ce qui concern le bois de feu : 248.000
metres cubes de bois-d'oeuvre centree 865.000 en
1940), 19.000 tonnes de carbon de bois (conire
102.000 en 1940), et 913.000 stores de bois de feu
centree 1.946.000 stores). II cst vrai que les besoins
de carbon sont moindres qu'en 1940, epoque oil les
vehicules et inoteurs it gazogene 6taient nomrbreux.
IV. Pi~cE
Le Cambodge a exp)orti 10.850 tonnes de lpoisson
frais et 6.350 tonnes de poisson see (contre 7.250 T.
ct 5.080 T. en 1948), sans computer -30 lonnes d'en-
grais de poisson, 100 tonnes de saumnures, et 640 ton-
nes de poisson tie incr. Aillcurs, la p)chli alimente
les besoins locaux et ne peut done etre chifirie.
V. -- HOUILLE
La SociOte Francaise des Charbonnages itdu Ton-
kin a extrait l'an dernier 354.670 tonnes d'anthra-
cite, soil uine augmentation de 16.000 tonnes par rap-
port h I'annec pr6c~dente, mais la moyenne men-
suclle atteignant maintenant 47.000 tonnes, on lpetc
esp6rer que la production de 1950 (d6passera 60.1)000
tonnes. Les mines d'Along et de Dong-Dang out pro-
duit de leur cot(t 20.000 tonnes, et cells de Dong-
Trisu 3.000 tonnes. Ces dernicres procdlent la l mo-
dernisation de leur material.
L'exportation hors d'liidochiine a dlf approcher de
20.000 tonnes.
VI. CIMENTS
La mise en service il'un nouveau four aux Cimnn-
teries de Ifaipliong a permnis de porter la production
ai 153.000 tonnes, don't pres de 20.000 tonnes expor-
tees soit une augmentation de 55 % par rapport









af la produlcion lie 1948. On escomnple oblenir eipris
de 200.000 tonnnes en 195(1, ialgri i- r!'lnmes ilffli-
culll s renicolltr s dans les apprlli o\'isioli l iis ,ii cl
calcaires, par suite du ulmanqu de c'i it"'.
VII. EAIu
A Phiounlion (laos), la S.I.M.I. a ri mis eln lai,
1'an dernier, ses exploilations, et ., produiii avant le
31 d6eccmbre 50 Ionnes de cocenlrbs d':iiin a 50 i',; .
Elle pr6voit 550 tonnes de concentres pour 1950, et
1.200 tonnes en 1951 chiflre 6egal i Ia production
moyenne d'avant les hostilities.
VIII. -- VRHERIES
I.es Verrerics d'Extrcmne-Orient A Haiphong, aprils
revise en train de leur fabrication on lin 1918, ont
product 3.700 tonnes et out ni'lne commence i ex-
porter.
IX. SAVONNERIES
La misc en vented libre du savon en France et la
concurrence des savons africains ont tari les expor-
tations- de savon. Aussi la production n'a-t-clle 6tc
que de 2.500 tonnes, soit ine dimiinulion die 50 ,'
par rapport ai 19-18.

X. TAA.\CS
La production de tabacs, cigarelles, cigares, en
nette augmentation, a 6tc de 3.875 tonnes, mais la
miajeure p)artic du itabac brut ulilise dians cete in-
dustrie p)rovienl de importationo.
X.I. SucnllUES
La production lii slucre blanc s'est mainenuie iu-
tour de 800S tonnes.

XII. BolssoNs
La production d'alcool a d6tpass6 115.000 lieetoli-
tres (chiffre exprimi en alcohol l 100"), cc qui est
considerable par rapport aux 220.000 hectolitres
dls'vant-giuerre. La fabrication h la bicre a hbotni de
161.000 hl. ai 268.00)0 Il., celle de la glace de 70.0(00
tones i 93.000 tonneis. La production tde boissons
gazeulses a crtI de pres de 50 %A de 1918 :i 1919
(44.000 et (10.0010 Ihl.).
XIII. TISSA.;ES
Les deux grandles soci6tls de filature et de liss:age
du Tonkin, rcdemiiarralnt mnagnifiqurenicnt, ont pro-
duit 1.200 tonnes dte lils de coton an lieu te 270 ton-
nes en 1948.
Une usine de tissage de soic va reprendre sa falri-
cation en 1950.
XIV. INDUSTRIES DIVERSE
Une Societ6 saigonnaise a entrepris la construc-
tion dc trois cargos fluviaux de 100 tonnes. Une au-
Ire firmne produit mensuellement 20 tonnes d'arti-
cles en aluminiunm enibouti. La Societ6 Indochinoise
Forcsticre et des Allunittes, don't 1'usine de Vinh,
ras6e par le Viet-Minh, produisait avant la guerre
18 millions do boites par mois, a Cdifin Saigon et
mis en route en novemnbre dernier une nouvelle fa-
brique d'allumetles qui usine 4 millions tie bhotes
par mois.
L'indl islric dlu bi^lilenlt onnail ile i 'raiil e nc!i-


vile. Eln 19!!), les coirnslIructlionls iVs aonvel ls ilOlristes
:'i Si!,in -Ch lon couvr lni 175).l0(00 illies car'as

N\. -- TI\N t'lii'P; I, C1 O i Ni1l nM:ViONIS
I.e tralic atricn inlld chillois dcvicnt ll c plus en
I)lus illense. L'acroporl de Saigon a reuii, par les
lines de tragic international, 10.289 passagers. (en
19 18 : 9.1(15) cl 833: T'. GO( de fret (en 1948 : 600 T.).
cl a vu partlir par les immeii s lignes 12.656 passages
(augmlen tation e ) 20 ) ct 7 18 T. de fret augmlenta-
tion lie 16i ). L'allugmenlation (Id traffic 16rien ilne-
ricur est considerable : 132.7-11 passagers (augmenta-
tion : 30 7'), 10.860) tonnes de fret augmentationn :
10)0 /<).
Les lines ferroviaires I anoT-Ha'lphoing et Phnom-
PenCI-Poipet out plus (lue double leur tralic de 1948.
Les transports routiers connaissent uine floraison
sleclacullaire par suite (il r6tablisscment ide la circu-
lation sillr (e noml)rbeuX nes de routes. Aussi la con-
currence s'exercce-t-elle plein dans cc secteur, au
point que le prix du kilo transport par route de
Saigon au Sud-Laos est tomnb6 ie 7 piastres en 1947
ai 2 ,; 50 ell 1949. D)e inine, lc lr:tfic routier accapare
la lolalitc des transports entire Saigon et Mlytho, si
bien que la voie ferr'e Saigon-Mythlo (73 kin.) a 61t
arr16c au ,1'" janvier 1950. Les transports fluviaux
cuX-11nlml es sont touches par cette concurrence de la
route, mais restcnt encore inportants : plans Ic sens
Phnolli-PenI-Saigoni, pres de 250.000 tonnes ont 6t&
translporlces par Ie fleuve.
Suir les routes Saigon-Phlinomll-Pen, Sa:',~:on-Can[ho,
llanoi-IIlaiphong e traffic autlonmobile atteint une im-
portance tell, :i la fois uar le nolmbre des vhliicules
et leur tonnage, (qe cc tralic so rapproch e c celui
relevd sur les routes de France. Cela pose dbs main-
tenant dc d6clicals problnmes : cntretien idu r6scau
routier, refection des ouvrages d'art, aplrovisionne-
nients on carburant et done en devises lirangrecs. La
consommation d'essence s'est, en eflet. 6lev6c l'an
dernier il 700.000 heclolilres (soit pres tie 10% de 1)lus
qt'en 19-18), conlre setilemient 510.000 ill. avaul ]a
guerre.

XVI. T'lrFIC MARITIME
En 19-19, te port de Saigon a rccu 649 navires jau-
geant an total 1.794.095 tonneaux et qui cnt d6barqui
81.016 passages et 836.368 tonnes de inarcliandises
(augmentation de pris die 30 %{ stir 19-8 en ce q(ui
concern le fret). A la sortie on a enre istri 75.038
passages et 500.000 tonnes de fret.

*

CONCLUSIONS

11 imported die souligner que les pr6cedentes statis-
liques ie tiennent compete, 6videmmcnl, quc des zo-
nes soumises an contr6le dcs gouvernements des
trois Etats associ6s. D'autre part, le blocus 6conomi-
que des provinces (t Transbassac dans le Sud-Viet-
nain, institu& en 1948 afin d'entraver les speculations
commercials du Viet-Alinh, freine quelqtue peu I'ae-
tivit6 6cononiqu de cc pays. Les r'slltats obtenus
dans tous les secteurs de la production sont nean-
imoins lrililants cl tradutiscnt hien un ret!our iprogrcs-
sif' i in :c!ivil noril'lili '.









Le bouddhisme au Laos

par Maric-Louise GENTIL


C Es'r I' partir du xri sibele que le Lios fut Lvan-
gelis6 par les moines ondlhisles venus de Cey-
lan. C retains aborderent Ie pays an sid par le
Cambodge ; d'aulres, p6r6grinani it travers la Bir-
manic, alteignirent la lia;ie valley du Ml eong.
Les inspirations les plus diverse so retrouvecnt
done dans les pratiques culturelles laotiennes. Le
plus souvent elles so sont juxtaposes aux croyan-
ces animistes de la race lao qui a accucilli avec
bonne volo&te la doctrine de Sakya-Mouni.
C'est pori quoi le Bouddhisme, tel (lue les savants
d'Occident I'ont pr6sent6 it leurs lIcteurs, est dif-
ferent de cAlui que les honzes laotiens pratiquent
et enseignent. 11 est difficile aujourd'hni de pen&-
trer le sens de vet enseignement ; j'essaierai cepen-
dant de ret 'acer e Cq te ''( j'ai )) observer cn vivant
an Laos.
Les pago(tes et ce qu'elles renferment, les lbonzes
chez eux et lhors les nulrs du convent, les rapports
qu'ils ont a'eec la population sont autant de visions
pittoresques pour le voyageur curieux.
Au Laos, a pagode est un ensemble d'tdificcs de
briques et le planches, enclos d'une palissade. Le
sanctuaire est un vaissean L une seule nef. On ac-
cede A son parvis par un escalier don't les rampes
figurent dec. dragons anx 6cailles de stur. A I'in-
t6rieur, ;' 1' )mbre des volets final joints et des por-
tes i vantai x massifs, In gigantesiqe Bouldhla ac-
croupi, dorn, les ycux mi-clos sourit.
Le couvent, on bonzerie, est line nialson lao-
tienne sur pilots don't l'nces est rigoureusement
interdit aux femmes.
La cour iles pagodes est parsemie d'Cdticules py-
ramidaux c! terminus en boulons de lotus. Is sym-
bolisent Te pouvoir cr6ateur de Civa, divinity hin-
doue ie la Iie et de la mort. Ce sont des < That >...
Les That c nticnnent les coidres de personnages
important, mandarins mo bones, don't la vie ful
exeniplaire. Dominant les toits de la pagode, 6ta-
gis et couvirLts; de tiles plates, un 6norine banian
projette dans la cour son ombre transparent.
Les reliioieux houddhiques vivent en coinniu-
naute : Ia congregation, sous les ordres d'in supe-
ricur loUnjurs v6nere. Certaines q(ualiies morales
et la connaisance dnu Pali > qui est la langue des
lextes sacris de t'lnde, sont exigets d'un chef de
diocese et ie ses subordonn6s les chefs de pago-
des.
Certains .uptricurs de convent, appliquant a la
lettre Ic principe : < Une scule chose est nices-
saire >, fuient pour eux et pour leurs moines la
rechlrchie ( u moindre bonheur terrestre, et n6gli-
gent mnme I'entretien de leur pagode qui se d6la-
bre. Mais j'. i visile6 d'autres sanctuaires resplendis-
sants d'ors et d'enluminures, qui timoignent d'une
interpr6tali in ilus large de l'enseignenent boud-
dhi(lue.


.Les bonzes ne fonl pas de vainx perp6tuels : ils
sont libres, s'ils WI veulent de quitter le froc et de
renter dans le siicle. ILs foiclcionnaires, les man-
darins, les princes ont Ious, an course de leur vie,
s6.jour'nc quel(Iue temps it la pagode.
Autrefois, les bonzes lament les seuls 6ducateurs
du l)puple. De nos jours, leur enseignement est tombI
en desuetude, mais les bonzeries sont encore des
centres d'apprentissage artisanal. Leurs 6leves, les
bonzillons on c niin >, soit p)arrois tres jeunes. Ils
sont obliges de revitir i'habit june et d'observcr
les regles tie la communautc : pauvrete, chastete et
foi dans la parole de Bouddha.
Certains bonzes sont nmaitres orf6vres, ebenistes,
peintres ou compos;iteurs de musique. A la pagode
on alpp)end atissi coniiient cooler le bronze dans
les monies de cire ou i'argile et h faconner les sta-
tues de Bouiddha. (;'.st dans l'enceinte dui temple
que se conservent les traditions artistiques laotien-
nes. Parfois les honzes sont devins ; ils sont alors
particulirci'eent vin6r6s par leur entourage ; ils
6tablissent des horoscopes et indiqucnt a cha-
cun ses jours fastest el niefastes. J'ai vu dans les
pagodes des vieillards d6charnls don't le sourire
bienveillant attire et sd!tuit. J. n'oublierai pas cclui
que j'ai visil danns s:. pailole A la lisiBie de la
forget, pros ttde Ling-lPribang. Aveugle, il voit a
travers lespace justlu'aix.' rivages de France. II m'a
parle de ma famille conmne si elle avait et at ses
cotds dans son heritage.
L'habit des moines, teint en jaune tres lumineux
accroit Ie piiloresqlue des couvents bouddhiqtues. II
rappelle par la chute de ses drapes et la line de
ses plis les voclments de I'antiquili grco-romaine.
Le module \viendrait des sohlats d'Alexandre le
Grand, envahisseur de l'Indc. Les statues tes pa-
godes laotiennes sont, elles aussi, de facture into-
europtenne. Elles contrastent singulierement avec
les forms fantastiques ties chimoires du culte sino-
annamnite.
Les effigies dc Bouddila sont 1'objet d'nec vT6l'-
ra!ion assidtue. (Ccriines d'entre elles sont mar-
quees d'emipreinl's dorees faites par des maladies
implorani leur gu6rison. On trouve dans Ie com-
merce des feuilkes te pil);ier recouvertes ti pous-
siere d'or. On les applique sur la statue de Bouddha
t l'endroit don't on souffre : les yeux si l'on est
alteint du trachlone, le venture si I'on a la dysen-
terie.
Apr"s Ic ulte tli t Bouddha, la loi religieuse
ordonne l'offrande aux bonzes de leur nourriture
quotidienne. C'est on devoir sacrc auquel nul ne
peut se soustraire. Des l'aube, un < nin >> faith re-
tentir le gong de la pagode pour r6veiller les me-
nagires. Elles pr6parent d'enormes boules de riz
cuit i la vapeur, elles les Iportent an: monastire sur
des latss rounds.
l)e no!;lbre;:scsi fcites st ti'bb'''ntl l sons Jl'githd de








Bouddha ; clancune d'elles 6voque un episode d'une
des nombreuses existences du Rienlheureux. D)ans les
pagodes ces histoires sent acoininodles ain grt' des
comnlentateurs locaux. HuoiddIdt, disent-ils, est on
prince onu iln hoinie riche qui se d6pouilla peu i
pen dte tons ses biens et termine sa vie dans le
plus grand d6nuement apres avoir donned a son
prochain jusqu'a sa femme et ses enfants.
Lors des grandes f&tes, on se r6unit le matin A
la pagode. Un predicateur accroupi it I'inltrieur
d'une chaire de bois sculpted voile de tentures, lit
les paraboles sacr6es qui ont Wte traces sur des
feuilles de latanier longues et imputrescibles. Les
recits que 1'on 6coute, accroupi et en mangeant
riz et sauce piment6e, sont fantastiques, car le Lao-
tien, grand imaginatif, se meut avec aisance dans
l'irreel.
Pour le Laotien, la pagode est aussi un centre
,l'activites profanes de tontes sortes. On s'y ru-
nit le soir et on y comment les.faits de la journbe.
1)ans la couiir, les musiciens accordent leurs ins-


truments. DIs que la nuit est tomhbe, Ic concert
confluence, des petites files se i'vent, setmdant un
rythme en flrehissant les genoux. L.eurs mains fi-
nes se tordent et se ploient. Pribre et chants, dan-
ses et travaux profanes, prCdications et discours po-
litiques e succedent i I'ombre du temple.
La religion de Bouddha est tr s vivace, car elle
s'est adapt6e a I'lumeur des peuples parmi lesquels
elles s'est propagbe. Au Laos, si elle inspire dans ses
gestes coutumiers I'homme ties vall6es et des plai-
nes, elle n'a pas voulu tuer les g6nies innombrables
installs dans le pays depuis des millionaires. Le
Bouddhisme a compose avec eux, leur laissant la
responsabilit6 des malefices et de la mort. Le Lao-
tien croit A tons les esprits de I'Asie antique.
Grace A la connaissance et au respect des croyan-
ces de leurs ancetres, il est facile au Frantais d'ap-
procher ces peuples. C'est au Bonddhisme venu de
1'Inde que l'Occidental doit de percevoir, parfois,
des resonnances a ses pensees, en observant affee-
tueusement les I.aotiens gais et souriants.



















NOUVELLES DE FRANCE


LA VIE PARLEMENTAIRE


ASSEMBLE NATIONAL

La Commission des Finances de l'Assembl6e
National a adopt les amendments du Conseil
de la R6publiquc au project de loi, adopt par
l'Aseemnbl6e, portant ouverture de credits ct au-
torisations d'engagement de d6penses au titre du
budget g6niral de l'exercice 1949 (Subventions
au fonds d'investissement pour Ic d6veloppement
6conomique et social des Territoires d'Outre-
Mer (F.I.D.E.S.) et au fonds d'investissement
pour le d6veloppement 6conomique et social des
d6partements d'Outre-Mer (F.I.D.O.M.).


CONSEIL DE LA REPUBLIQUE

A la suite d'un d6bat sur la politique militaire
francaise, le Conseil de la RWpublique a vot6, le
9 mai, A l'unanimit6 communistss exceptss, une
resolution due a l'initiative de M. Rotinat, qui
< invite le (iouvernement a mettre en oeuvre tous
les moyens n6cessaires pour op6rer, jusqu'au
vote des lo.s organiques militaires, les r6formes
qui permettront de sauvegarder le moral des for-
ces armies et de les doter du mat6ricl n6cessaire,
tout particuli6rement :
1l En effectuant une judicicuse Imodernisation
des mat6rics de l'armne de terre ;
2" En appliquant, au plus t6t, le plan quin-
quennal de constructions aCronautiques :
3" En diposant, d'urgence, et, en tout cas,
avant la fin de la session parlementaire, un pro-
gramme de constructions navales ;
4" En realisant, outre-mer, notamment, la
coordination indisl)ensable, dans le cadre, d'une
part, des trois arimes, d'autre part. des diffb-
rcnts terrilhoires.
THiuni sols la pr)Iisidenc de tic Me Br ossolettc.
Ic Conseil dtl la Republique a consacri sa seance


du 16 mai apres-midi i la discussion lde multi-
ples propositions de resolution d'ordre 6conomi-
que, cultural et administratif.
C'est ainsi qu'apr6s un long debate, auquel dc-
vait participer de nombreux s6nateurs d'Outre-
Mer, fut adopt6e une resolution invitant le Gou-
vernement a prendre toutes measures pour met-
tre, a la disposition dcs territoires d'Outre-Mer,
producteurs de caf6, les ben6fices rEalises par le
Gouvernement sur la vente des stocks de caf6
d6tenus au 15 janvier 1950.
Un texte analogue avait W6e prccdlemment
vot6 par 1'Assembhle de l'Union Frangaise. Selon
Te rapl)orieur, M. Grassard, la inise en vente libre
aux course mondiaux, du cafe aurait permis au
groupement national d'achat des cafes de r6ali-
ser un b6n6fice de plus de trois milliards sur ses
stocks achet6s aux producteurs au-dessous des
course mondiaux.

Statut des chefs autochtones
Unc proposition de loi, relative au Statut des
chefs autochtones en Afriqu ()ccidentale Fran-
caise, au Togo, au Cameroun et en Afrique
Equatoriale Francaise, pr6sent6e par diff6rents
parlementaires des Tcrritoires d'Outre-Mer, a Wt
d6posee sur le Bureau du Conseil de la R6publi-
que (transmise au Bureau de I'Assembl6e Na-
tionale conformniment A l'article 14 de la Consti-
tution).

La politique economique
dons les territoires d'Outre-Mer

Le 25 mai, M. Sailer, senateur (R.G.R.) de la
Guin6e a saisi le Conseil de la Republique d'une
question orale avec d6bat, posee, au ministry de
li France d'Outre-Mer sur la politique iconomi-
tque dans les Territoires d'Outre-Mer.







M. Sailer demand au ministry quelles disposi-
tions il compete prendre pour repondre :
I" A l'obligation de developpemeni kconolni-
que d6finie par la loi du 30 avril 1946;
2" A la n6ccssit6, soulign6e par le ministry lui-
mime dans sa conference de press du 15 mai,
dte fonder les changes commcrciaux sur un sys-
teine de )prefrence mutuelle Metropole-Outre-
Mer ;
3" A la volonic d'observer les engageniicis
internationaux dte [a France.


ASSEMBLE DE L'UNION FRANCHISE

I'Assembl) de e l'Union Francaise, lors de la
seance qu'cllc a tenue le 4 mai, a adopt, a I'unla-
nimiie, ulne proposition des groups M.R.P. et
I.(.M., adressant un soleiiel et reconnaissant
hommage A Ia m6inoire du Dr Stefanopoulo. ar-
dent pionnicr de la lutte centre les epid6imics
tropicales, mort, on Afrique noire, victim dui
devoir.
Ml. Diop Blabakar (Sen6gal S.F.I.O.), vicc-pri--
sidenl, qui )prsidait la seance, a tenu ia saisir
cctte occasion ])our adresser, lui-nmeim, nun homn-
mage profondCnimnt reconnaissant aux travaux
accomplish outre-mer par le Dr Stefanopoulo.
L'Assenbliec s'csl, ensuile, lprononede pour1


l'urgence de la discussion d'une proposition, pre-
sent6e par le group U.M.O.M. ind6pendant, ten-
dant A inviter le Gouvernement A d6finir, sans
plus tarder, le stalut des administrators ti la
France d'Outre-Mer.
La date de la discussion sera fixec uiltrieure-
ment.


L'Assiiiblu c de 1'Union Frangaise, lors de la
seance qu'elle a Lenue, le 9 mnai, sous la presi-
dence dei M. Jacques Fourcade, Prdsidcnt, a
adopit, a I'unaniinitC, une proposition dte M. Cor-
inchii (Soudan-A.E.S.) in\itant le Gou\'rneinent
a accorder un ordre d'uirgence et de i'riorit6 it
l'exccution du programine d'alimentation en cau
dtans les Territoires d'Outre-Mer.
Au course de la discussion g6inrale, M. (Griaule
(M.R.P.), a insist& sur la necessity de sc meltre
< LA l'chelle humaine >> et d'abandonncr l'esprit
polytechlnicin : << Cent aerodronies -- a-t-il d6-
clare valnt moins (iil'une calebasse l'ean
claire assuree it chaque lionmie ct : chaque
feinime d'Afrique >>.
Elle a, ensuite, adopt, apres Ic vote de divers
amiendements, une proposition de M. Lapart
(U.F.-Soudan) invitant Ie (ouvernenint in reva-
loriser les pensions d'ancicnnete consenlics, dans
I-Union Francaise, par les caisses locales de re-
traites.


L'ACTIVITE MINISTERIELLE


Conference
des Hauls Commissaires d'Afrique

Le 8 mai s'est ouverte une conference dces
Hauts-Commissaires d'Afrique qui groupait au-
tour de M. LETOIUlNEAU, iniistre de la France
t'Outre-Mer et de M. AUJOULAT, secr6taire d'Etat
les quatre Hauts-Cominissaircs d'A.O.F., d'A.E.F.,
de Madagascar et du Cameroun, auxquels s'6tait
joint pour quelques reunions, M. PiGNON, HauL-
Cominmissaire en Indochine en mission en France.
Le prochain bulletin donnera le panorama de
cette conference, avec le discours d'ouverture de
\M. le ministry LETOURNEAU ct les principles ques-
tions qui out retenu l'attention de la conference.
Sur cette derni6rc et son intCdrt national,
M. LETOURNEAU a fait le 15 mai une conference
de press qui a rduni au minister de la rue
Oudinot, un nombre important de journalists.
Au course de cctte conference, M. LETOURNEAU,
ministry de la France d'Outre-Mer qu'entouraient
MM. BIECHARD, Haut-Commissaire en A.O.F. ;
CORNUT-GENTILLE, Haut-Commissaire en A.E.F.
BARGUES, Haut-Commissaire a Madagascar, et


SOUCADAUiX, hlaut-Coinlnissaires au Callntroun, a
expos lcs buts de la Conf6rence des Iauts-Com-
missaires de la R6publique, qui s'est tenue it Pa-
ris et don't le principal 6tait de trailer, ensemble,
les probl6mes du Plan d'6quipement des territoi-
res d'Outre-Mer. II a annonce qu'elle deviendrait,
sans doute, annuelle.
<< Le plan a d6clard le ministry -- est en
activity depuis plusieurs anndes. II avait besoin
d'une certain reflexion mcnee en common sur
ses objectifs et sur la maniere don't il etait congu
et ex6cute dans les territoires. Le plan tend es-
scnticlement i accroitre la productivity de ma-
niere i permettre d'aborder les marches mon-
diaux dans les conditions de prix les plus favo-
rablcs. La participation des ministries -- ou de
leurs representants --- de l'Agriculture, des Fi-
nances et des Affaires Economiques, de l'Indus-
trie et du Commerce, a soulign6 une des idWes
waitresses de cette conference : examiner les
points de vue don't l'ensemble constitute l'union
economique que doit 6tre l'Union FranCaise.
< Ce plan est d6cennal ; il fait I'objet d'6tudes
annuelles soil en function des possibilities finan-







cibres, soil. sur Ic plan fd16ral, soil sur Ic plan
des assemblies representatives. La conference a,
notammer cludcid la position des Territoires
d'Outre-M,'r par rapport it la liberation des
changes 4t lcs moyens de sauvegarder, en dc-
hors dcs )rincipes periniis et condainns du
placte colonial, un syst6me doe pr6f6rcnce autrc-
fois appeal, << imperial >> str la base de debou-
cheis assuis pour les productions frangaises
dans les te rritoires d'Outres-Mer et de id6bouches
tais la mitropole et a 1'Ftranger par le jell des
Tcences d'importation, pour les productions co-
loniales a des taux avoisinants ou egaux aux
course niondiaux >>.
:c ministry a soulign6 certainus difficulties
rencontrces. par la Confrrence en raison des re-
gines differents des lerritoires d'une part, et,
i auire purt, de la subordination, aux Assem-
bl6cs locales, d'un rajustement des tariffs doua-
niers qui )ermnettra une application etendue de
la lil)raticn des &changes.
Sur le plan politique, la conference a 6le ame-
iete i considCrer que la tradition de la France,
marque :ar la Constitution issue de la IV" RW..
lpublique, ( evait evoluer vers une integration tide
T'erritoires d'Outre-Mer a la Rl6publique, dans
Ic strict respect de leur traditions, de Icurs cou-
.tumes ct (le leur personnaliti.
M. LETOURNEAU a rendu hoinimage it I'action
des Clus d'Outre-Mer et i la miaturite politique
des Assemil)les locales.
Le miniitre a, enfin, inis en relief 1'cffort ac-
conpli par la France, non sculenient dans Ie
doinaine financier, miais, aussi, en inati&re d'hy-
giene et c'enseignement, le tout se traduisant,
dans tous les territoires sans distinction, par une
progression dl6mnogralphique constant.
t a con(lu en affirmant quc IFaccroissemeunt
tie a productivity visit a aulnliorer Ic sort de
ces territoires en assurant Ic travail i un plus
grand nonibre d'hommcs et en provoquant un
aceroissement du pouvoir d'achat moyen et un
accroissement du niveau de vie de ces popula-
tions. II a demand& aux journalists un plus
grand effo t de propaganda en faveur des insti-
tutions de 'Union Francaise inal ou insuffisam-
ment conn ies dans la m6tropole ---- a-t-il dit.
Le minis;:rc a ensuite r6pondu it diverses ques-
tions poses par les journalists i)r6sents con-
cernant la (nonnaie, Ic < point quatrc >, les par-
Icmentaire; malgaches ct Ic statute de I'ilc, ces
invcstissencnts ctrangcrs, I'Officc du Niger, Ic
Code du Travail.

Discours du ministry
au Congris A6ronautique de I'Union Francaise
Apr'es ti nir recnn'rcl'i cric. q ctffe maniicsltaliion, t'l plus sppciahltmitnWlt MM.
Laurent-Eqnac, Fernand Liore, Lesaye el Le-


ca'uvre, le minislre de la France d'Ounre-Mer a
mis Ic point sur I'utilild plus importance encore
dans I'Union Fran aise, de I'aviation.
En quclqucs annces, les relations sont de\e-
nues clonnuinamncn plus aisles et plus rapids. Je
souligne les hiureuses consequences de ces con-
tacts multiplies, ot peuvent etre rcchcrch6s, sur
place, dans les meilleures conditions d'objecti-
vite ct d'exacte vision des faits, les solutions aux
probllines qui conditionnent la prosperity et
l'unite de l'Union Francaise. Je vous parle d'ex-
perience. Mcs pricdcesseurs, et, ces derniers
inois, le Secr6taire d'Etat M. Aujoulat et ioi-
ineine, avons eu souvent I'occasioii de discuter
sur place de problmecs don't la solution, en ne
quittant pas Paris oh nous attachment 6galement
nos devoirs parlemnentaires, aurait Wte sans au-
cun doute plus longuc et, qui sait ? moins adap-
t6c aux inpldratifs (de la r6alit6. Vous savcz
come moi -- et il faut s'en fhlicitcr que les
importantes personnalitis qui president aux des-
tines des vastes F6edrations d'Outre-Mer, onL vu
leurs efforts plus rapidement et plus efficace-
ment r&compensi s grice a ces contacts directs et
rep6ets que permet 1'avion.
Je formule ici le souhait que cet exemple
piuisse rtre imite rapidement A un echelon en-
core plus local, que les Chefs de circonscription
cux-nmmes multiplient, grace a l'avion, ces ren-
contres c'hoinmme honinmi d'ohi naissent 1'exacte
mesure des obstacles A vaincre et la just notion
des r6alisations qui s'imposent.
Car c'est it la base, sur place, dans ine coin-
inunauti do vie d toils les jours, aussi bicn que
par I'cflet des (16cisions des plus hautes instan-
ces de la Nations, que so cimente l'Union Fran-
caise don't la realisation nous tient tant a cweur.

**

Sur Ic plan lconomiiqlu, les avanlages no sont
pas moins disculables.
Tout d'abord :
Les technicians procledront sur place aux etu-
des qui s'av&rent necessaires on perdant un mi-
nimum do temps.
Le m6decin pourra multiplier ses inspections
sanitaires ct, on cas d'epid6mie, se trouver rapi-
dement A pied d' 'uvre.
Le malade isoil, donit l'Lta n6ccssite une inter-
vention chirurgicale urgent, verra venir a lii
Ic chirurgien o pourra dans un dclai tr&s court
etre transport Janis un h6pital.
Colons, commcr-:ants, exploitants forestiers on
miniers, limits dans leurs deplacements par le
ominhre reslrcint de leurs collaborateurs, prod-
dcront aisnemlenli aI x contr6les ou tractations
commercials rciidtlu: difficiles jusqu'ici du faith
de la distance.







Sur le plan financier, le transport par avlon
du personnel de l'Administration comme celui
du personnel des Societes et Entreprises, permet-
tra de limiter le temps improductif et represen-
tera de ce fait une economie sensible.
En outre, I'utilisation de la voice adrienne en-
traine une imrmobilisation moindre des capitaux
du fait de l'acc616ration de l'acheminement des
marchandises. En un temps tr&s court, l'outil-
lage ies usines pourra etre rendu A pied d'nau-
vre. Une piece important d'une machine condi-
tionnant la march d'une important entreprise
pourra 6tre rcmplacec raplidemcnt.
Par ailleurs, point n'est besoin d'Cnumrer les
multiples services quc doit rendrc l'hMlicopt6re
dans le domain agricole, forestier, minier on
sanitaire. On pout certes en entrevoir les conse-
quences, mais celles-ci sont tells que l'on pelt
'dire qu'elles auront pour I'economic de l'Union
Fran.aise de si heureuses repcretsions que des
ca.irtaux investis a cet effect scront plus rapidc-
inent amortis.
Intensification de la production, accroissement
de la cadence d'6vacuation des products grace au
developpement des moyens aeriens, sont des
maintenant esquiss6s et deviendront demain une
certitude. Une telle affirmation aurait pu passer,
il y a quelques ann6es, pour une vue de l'esprit.
Enfin, le d6vcloppement de l'aviation privbe
contribuera A la formation de pilots habitues
aux conditions particulires rencontr6es dans
nos Territoires d'Outre-Mer et qui pourront ajou-
ter i leur activity principal, cette activity (ui
cst loin d'etre n6gligeable.
Est-il utile de souligner les repercussions que
l'aide ainsi apport6e par l'aviation pout avoir sur
le d6veloppement de nos Territoires ?
Grace A elle, les courants coinmrciaux s'acc&-
lrent alors que, jusqu'A ce jour, ils 6taient le
plus souvent freines par des conditions geogra-
phiques d6favorables qu'aggravait encore l'insuf-
fisance des moyens de communication terrestres.
Bien plus, l'exp6rience de ces toutes dernieres
ann6es a montr6 souvent, combien l'avion pou-
vait servir A degager de nouveaux traces de cou-
rants 6conomique ; combien il est dcvenu n~ces-
saire de r6viser, sans plus tarder, certaines no-
tions qui semblaient nettement 6tablies en cc qui
concern les classes de voyageurs et les categories
de marchandises appel6es a utiliser la voice
aerienne...
**

Le minislre a ensuite ldonn des pricisimlns par
quelques examples choisis dans les rapports des
Chefs de Territoires el en parliculier les exem-
ples de Madagascar.

rt a conclu en ces terms
11 resort de l'apercu rapide que je viens de


vous donner de l'articulation de nos liaisons h
l'interieur de l'Union Frangaise que les pouvoirs
publics, come les Soci6t6s, ont fait un effort
considerable.
Les r6sultats obtenus sont d6ja riches de pro-
messes ct ne sont que le prelude d'un d6veloppe-
ment beaucoup plus intensif et mieux approprie
aux besoins des Territoires. 11 contribuera A ac-
cel6rer et accroitre le developpement 6conomi-
que de l'Union Francaise, aura d'heureuses r6-
percussions sur le plan politique et nous permet-
tra d'ameliorer les conditions de vie des autoch-
tones. Enfin, il influera sur l'6tat sanitaire ren-
dant possible une lutte efficace contre les gran-
des end6mics.
A cctte belle )euvre auront contribu6 tous ccux
qui vous auront apportc un concourse precioux :
Presidents des seances, Chefs de groups de sec-
tions et Rapportcurs. Je tiens A les en remercier.
Dans cos conditions difficiles et souvent an
p dril de leur vie, nos pilots ont assure la p-
rennite d(e la presencee franchise. A tous, je dis
ina profonde gratitude.
Ils ont servi la cause aeronautiquc ct contri-
bu6 au d6veloppement social et 6conomnique de
l'Union Francaise.
Dans un avenir que j'espere tr6s proche, ils
auront la lgitime fiert6 de voir leurs efforts
pleinement concretis6s.



Un discours de M. Letourneau
au congress M.R.F. de la Sarthe

M. Li:rTOulRNEAL, mninistre de la France d'()Otrc-
Mer, prenant la parole au congres M.- .P. de la
Sarthe, a mis les congressistes on garden contre
la perspective des jours trop faciles. << La situa-
tion de la France n'est pas suffisamment forte
- a-t-il pr6cis6 pour que l'on puisse arrkter
les efforts. Au contraire, il faut s'attendre en-
core A de nouveaux sacrifices pour les annees i
venir >.
Traitant des probl6mes de la France d'Outre-
Mer, M. LETOURNEAU a declare que les accords
signs avec S. M. BAO DAL ont donn6 pleine ind6-
pendance au Vietnam dans le sein de l'Union
Francaise. Puis il a soulign6 la satisfaction que
lui a procure son yoyage en Afrique. II a pu y
constater la grande affection des indigenes powi
la France et la valeur de ses repr6sentants.
M. IAETOURNEAU a conclu en affirmant qu'il faut
penser en function de l'Union Franaise << car
la France ne pourra jouer son vrai rble dans le
monde que si elle comprend que ses limites sont
maintenant cells du monde entier >.








Allocution de M. Letourneau
aux c Journ6es d'Outre-Mer > du M.R.P
M. LETOI RNEAU, ministry de la France d'Outre-
Mer a prononc6 le discours'de cloture des Jour-
nees d'Oulre-Mer du M.R.P., passant en revue
ies--robl6nes actuels d'Outre-Mer, et, notam-
meni, les probl6mes concernant le plan qu'6qui-
pemeni qul etait a l'ordre du jour de la Conf'-
rence des Hauts-Commissaires.
Le ministry a indiqu6 que la Conference avait
proc6d6 a tin tour d'horizon des donnees &cono-
miqiies act ielles, consid6rant que le Plan d'6qui-
lpemen n't n t valuable que s'il correspond aux ten-
dances g6r rales du marclih mondial.
AprBs a, oir soulign6 la n6cessit6 de consid6-
rer, dans ses divers aspects, 1'iconomie de
l'Union fr nqaise par rapport a l'6conomie mon-
diale, M. .LETOIUNEAU a formula le souhait que
les problimes economiques fran.ais doivent ktre
Etudies A 1 lchelle de l'Union Francaise et que le
minister le l'Economie Nationale arrive, en-
suite, pro~ressivement A devenir un organisine
cde coordination de l'Economie de I'Union Fran-
caise dans son ensemble.
Le ministry a preconise la creation d' une sous-
commission du Plan d'Equipement des Territoi-
res d'Outre-Mer, qui comprendrait des repr6sen-
tants du minister de la France d'Outre-Mer, des
Finances elt des ministbres techniques int6ress6s.
C'est ainsi que chaque produit des Territoires
d'Oufrc-Mcr ferait l'objet d'une Rtude sp6ciale
a;-in de lui permettre de rivaliser avec les pro-
duiis des autres pays.
11 a mor tirC les tapes A atteindre dans la lib6-
rafon des changes pour les Territoires d'Outre-
Mer et pour assurer I'coulement de leur pro-
duction. < Si le plan de l'Europe a-t-il dit -
est orient( vers un Mlargissement des frontieres
economiques, il serait dangereux, pour la France,
de ne pas s'assurer, au pr6alable, dans chaque
cas, des r6 actions des territoires de l'Union Fran-
qaise, de imaniere i former un plan capable die
resister A tons les regroupements qui seraient.
dans I'avenir, susceptible de se former >>.
M. LETIORNEAIU a ajout6 que I'ell'ort ide la
France devait porter sur l'envoi de techuiciens
dans les Territoires d'Outre-Mer, et que son pro-
gramme devait s'attacher, sur le plan politique,
a revenir !.ur l'erreur de I'assimilation pour \eo-
luer vers mne integration de plus en plus 6troite
des Territtires d'Outre-Mer A la R6publique dans
le respect de leur originality, de leurs traditions,
de leurs droits coutumiers, ainsi que dans le
souci d'ure accession de plus en plus effective
des autoclitones A une vie politique rnelle.
Le ministry, a conclu en marquant I'interet,
pour la France, de s'inspirer, dans ses decisions
A l'6gard des Territoires d'Outre-Mer, de realites


mouvantes plus que de textes abstraits.
< L'Union Francaise -- a-t-il dit creation con-
tinue, serait menace dans ses d6veloppements
si nous voulfons l'cnserrer dans un corset juri-
dique >.


Au Conseil des Ministres

Au Conseil des Ministres, qui s'est r6uni le 17
Inai, M. LETrOURNEAtL, ministry de la France d'Ou-
tre-Mer, a fait un expos sur les r6sultats acquis
par la r6cente Con 6rence des Hauts-Commissai-
res. 11 s'est f6licit6 des travaux de cette Confe-
rence don't il a souhaith qu'elle devienne une ins-
titution definitive.
La ConfrTience a successivenent examine les
probnimes pos6s par le Plan d'6quipement des
Territoires d'Outre-Mer, par le d6veloppement
des investissenments priv6s dans ces territoires
et par la situation economique de chacun d'eux.
En outre, la Conf6rence a pris un certain nom-
lbre de decisions tendant a d6velopper les infor-
niations relatives :A l'Union Francaise.

M. Letourneau se rend a Rome

M. LETOURNEAI, iinistre de la France d'Outre-
Mer, a quitt6 Paris le 26 mai, a destination de
Rome, oil il a pass quelques jours titre prik6.
Le ministry de la France d'Outre-Mer a profit
de son s6jour dans la capital italienne pour
prendre contact par les pelerins africains qui
syv trouvaient i l'occasion de l'ann6e sainte.

Voyage de M. Aujoulat

Continuant a Madagascar son programme tres
charge, M. le Secrtaire d'Etat Aujoulat a consa-
cr6 la journ6e du( 25 avril a l'Enseignement avee
visit des principaux ktablissements.
Le 26 avril commence la tournCe dans le Sud
de l'ile.
Apres une scale i Anisiral) of le Secr6taire
d'Etat s'interesse parLictiliErement A I'6tablissc-
ment thermal et aux projects de construction d'un
lyc6e, d'un college inoderne et d'un nouvel h6-
pital, il gagne Fianarantsoa, oil il visit les ,co.
les, l'h6pital et la 16proserie de Manana.
Le 27 avril visit de Tu1ilar : installations por-
tuaires, centre pcdagogique en construction, usi-
nes de conserves de viande et de preparation do
sisal.
Le 28 avril, en route pour Farafangana, le Se-
cr6taire d'Etat s'arrite aux _mines de la Sakoa,
oh il visit les installations du Bureau Minier. et
le siege de l'anciennc exploitation.
Le 29 avril le Secr6taire d'Etat ajoute A son
programme une breve escale h Manakara ofi il








se recueille, en pr-sence d'nne foule nombreuse,
sur Its tombes ties victims de la rebellion.
II arrive en fin de matinee it Tamatave oi il
est solennellement recu a l'H6tel de la province.
L'apres-midi, il visit les installations portuai-
res, les ecoles et I'h6pital.
La matinee du 30 avril est consacree aux im-
pressionnantes realisations de la station agricole
du lac Alaotra.
De retour it Tananarive, Ic Secretaire d'Etat
assiste a la fete des Enfants, dans les jardins de
la Residence de Mahazoarivo, visit le Grand S6-
minaire, se fait presenter sur Ic stade les inouve-
ments tie jeunesse ct les sociktes sportives, ct
)prside une seance de la Soci(t4 des Sciences
midicales.
Le 1" mnai commence la tournie dans le nord
de 'ile par la visit de Majunga : installations
pbrtuaires, ecoles, h6pitaux.
Le 2 mai est consacr6 a D)iego-Suarez oil Ie Se-
critaire d'Etat monte i bord du navire polaire
,Commandant C(harcot qui ramine les mem-
bres de la mission aux lies Kergueleh.
11 visit ensuite les magnifilues installations
de I'arsenal et 1'ecole des app)rentis de la Marine.
Le 3 mai, aprrs ine court escale i Dzaoudzi,
centre administratif des Comores, ii se rend it
Moroni, principal ville de la Grande Comore.
Le 4 mai marque le retour a Tananarive, apres
une court scale en pays Sakalava, a Analalava.
L'apres-midi du 4 mai et la journee du 5 mai
seront consacr6es A plusicurs conferences sur les
questions d'Enseigncment, de Sant6, du Travail.
d'Immigration et de Plan. Le Secr6taire d'Etat
nccorde en outre de nombrcuses audiences col-
lectives ou particulires.
Le 5 mai h 19 h. 30, le Secretaire d'Etat pro-
nonce une allocation i Radio-Tananarive. A l'is-
sue de cette emission il s'entretient longuement
avec les repr6sentants de la press et respond ;i
leurs questions.
Le 6 mai, le Secr6taire d'Etat a quitt6 Mada-
gascar, accompagn6 par Ic Haut-Commissaire, i
bord du premier avion << Constellation >. mis en
service par Air-France sur cette ligne.
Avant son depart de Tananarive, M. Aujoulat
a fait une declaration sur la situation dans le
territoire :
] La paix est vrainenl revenue ai Madagascar


et la dtiente sernille se realiser de pl iu en plus
- a-t-il dt'clare. Je n'en veux pour preuve que
I'accueil particulierement enthousiaste que j'ai
recu dans les regions eprouvees par la rebellion,
mais il faut que la France comprenne que la paix
ct la confiance ne seront maintenues que dans
la measure oi elle poursuivra sans reliche l'exo-
cution d'un plan 6conomique et social, car, il
faut le reconnaitre, la prosp6rit6 n'est pas encore
revenue completement et elle ne pourra l'6tre
qu'' la faveur d'un plan s6rieux adapt A l'en-
semble du territoire et observant des r6gles trop
longtemps d6laiss6es >.
Faisant allusion au plan de financement pour
les territoires d'Outre-Mcr, le Secretaire d'Etat a
a joiul :
<< Les sacrifices financiers consentis par la
meitropole seront des sacrifices payants tant sur
le plan economique que sr les plan moral, car la
realisation de cc plan dans tons les lerritoires
d'Outre-Mer est la condition nimme de la pr6-
sence francaise. II faut encore resserrer davan-
tage les liens cntre les terriloires d'Outre-Mer et
la melropole >.
Parlant, ensuite, de la riforine de I'nseigne-
meinl, M. A'.rrOU.AT a precise : << I ne p1cut y avoir
de solution uniform pour I'cnsemble des terri-
toires (rOutre-Mcr car il est necessaire de res-
pecter les diverse cultures et aspirations m6ri-
tant d'etre conserves. II n'est pas necessaire
d'imposer, aux territoires d'Outre-Mer, les m&-
mes programmes que ccux de la m6tropole, ce
qu'il faut rechercher, c'est I'unit: de la quality
de I'cnseignement. C'est ainsi que. sur le plan
local, la languc imalgache est une r6alitl.
<< II faut done realiser, avant tout, la co-exis-
tence harmonieuse du malgache et du francais.
11 imported, par consequent, d'elever le niveau ide
l'enseignement primaire afin de pouvoir envisa-
ger un enseignement secondaire plus large >.
Le Secrntaire d'Etat s'est d6clare, ensuite,
extrnmement satisfait de l'organisation de la
sant6 it Madagascar et il a soulign6 qu'il en em-
portait < un precieux enseignement >> pour
I'Union Frangaise >.
Enfin, il a conclu qu'il ferait tous ses efforts
pour que I'application du Code du travail des
cerritoires d'Outre-Mer voice enfin le jour.








INFORMATIONS DIVERSE


Les Hauts-Commissaires
dans les territoires d'Outres-Mer
a I'H6tel Matignon

M. Geornges Bidault, President du Con'seil, a
longuement confer,, le 12 mai, ia I'Htel Mati-
gnon, avee les Hauts-Commissaires dans les Ter-
ritoires d'Outre-Mer, rdunis autour d4 -I. Lec-
tourncau, ministry de la France d'Outre-Mer.
M. Louis-Paul Aujoulat, Secre(taire d'Etat a la
France d'Ouitre-Mer et le Gouverneur g6enral De-
lavignette, Directeur du Cabinet du ministry,
0taient presents a I'entretien.
Les Hauls-Commissaires ; MM. Pignon (Indo-
chine): Bechard (A.O.F.); Bargues (Madagas-
car); Soucadaux (Cameroun) et Cornut-Gentille
(A.E.F.) ont pu exposer, au President du Conseil,
Tes rEsultals des travaux qu'ils poursuivaient A
Paris.


La delegation francaise
B la conference africaine de Londres
M. Saint Mleux, administrateur adjoint, appar-
tenant a Ih direction des Affaires politiques du
ministere (!e la France d'Outre-Mer, et le pro-
fesseur Millaut, de Madagascar, representent le
ministere (e la France d'Outre-Mer i la conf6-
rence africaine A Londres, sur l'invitation dii
gouvernemnt sud-africain, et A Iaquelle partici-
pent des d~ 6gations de la Belgique, de la France,
de la Granile-Bretagne, du Portugal, de la Rho-
desie du Si d, et de I'Union Sud-Africaine. Cette
conference fait suite A celle de Johannesburg (qui
a eu lieu cr octobre 1949) et de Paris (en janvier
1950).-
Le birt de ces reunions internationales est de
combine LIs methodes employes par les diff r-
rents pays et de mettre en common les re,'her-
ches scient'fiques de la zone gbographique an
Sud du Saltara.
Le Conseil scientifique sera, en principle. conm-
pose de doize membres designs par chncun des
pays participant h la conference.

Apres la reunion du group d'etude du caoutchouc
Les estimations optimistes du Groupe d'Etu-
des du Caontchouc, concernant la production et
la consoninlation mondiale de caoutchouc natu-
rel en 195(0, sont accucillies avec un certain
scepticisme dans les milieux financiers britan-
niques.
Selon le Groupe d'Etudes qui a public ses chif-
fres, A Brui elles, la production mondiale attein-


drait, cette annCe, 1.605.000 tonnes, et la con-
sommation, ou plut6t, la demand courante,
1.465.000 tonnes, laissant un surplus de 140.000
tonnes.
Ce surplus pourrait, apparemment, etre faci-
lement absorb par le programme americain
d'accumulation de stocks strategiques.
Ainsi done, la situation du caoutchouc, loin
d'etre < serr6e >, scrait des plus confortables. En
d'autres terms, la hausse actuelle du course du
caoutchouc enregistree dans les divers marches
internationaux (hausse basee principalement sur
la penurie des approvisionnements et sur la soli-
dit6 de la position statistique) ne serait nulle-
ment justified.
On se demand, en particulier, si les estima-
tions concernant la production en Indon6sie (es-
timations bastes, sans doute, sur les indications
fournies au Groupe par la d616gation indon-
sienne elle-mmne) sont << ralistes >. Selon ces
estimations, la production indon6sienne attein-
drait, cette annee, 520.000 tonnes. On rappelle
que, I'ann'e derniere, 1 production indon6-
sienne a 6t& estimnc i 500.000 tonnes, inais, en
realit6. 431.000 tonnes sculement ont 't mnises
sur le march.


Le commerce entire la m6tropole
et les territoires francais d'Outre-Mer

Voici un tableau comparatif en valeur des
(changes entire la mLtropole et les territoires
francais d'Outre-Mer au course du mois d'avril
1950 par rapport aux mois correspondents de
1949 et de 1938 (en miliards de francs) :

1938 1949 1950


Importations ... 1,0 19,3 22.4
Exportations ........... 0,7 30,2 30,0
Balance < France d'O()u-
tre-Mer > ............ 0,3 10,9 +- 7,6
Les importations ont Ret6
compens6es par les ex-
portations "' concurren-
ce de ................ 70 % 156 % 134 %
-- ---a -

Les credits de I'E.C.A.

L'E.C.A. a ouvert, le 1" mai, les credits sui-
vants :








Afrique ldu Nord Franngaise : 1.028.00( dollars
pour du pi'trole blrut et 'lds produitv. pIjHro!ijrs;
amtricains ;
Autres lerriloires frman-ais d'Onure-Mer : 2 mil-
lions 992.000 dollars, pour dlu pltrole brut ct des
products p6troliers en provenance des Etats-Unis,
du Moyen-Orient et de l'Ambrique latine.
Et le 5 mai, un credit de 1.847.000 dollars,
don't 869.000 pour des tracteurs et des pieces d6-
tach6es en provenance des Etats-Unis et 335.000
pour du materiel agricole am6ricain et canadien.
Un credit de 150.000 dollars a Wt6 ouvert aux
autres territoires franqois d'Outre-Mer pour
I'achat dte tail en provenance de l'Am6rique
latine.


Les questions d'Union francaise au CongrBs M.R.P.

La premiere des s6ances de la second journey
du congress M.R.P. a Wt1 consacree a un d6-
bat sur l'Union Francaise.
Apr6s une allocution de M. Poisson, le con-
gres a enltendu M. Razac, qui d6veloppe son rap-
port.
M. Razac met surtout I'accent sur l'aspect 6co-
nomique des probl6mcs de l'Union Francaise,
6valuant les premieres r6alisations n6es de l'ap-
plication du plan elabore en 1946. Puis il envi-
sage les ai6nagements rendus necessaires par
I'Avoiution de la conjoncture international : or-
ganisation europ6ehne de cooperation 6conomi-
que ; liberation des changes et Quatri6me Point
Truman.
En ce qui concern la liberation des changes,
il reclame la r6ciprocit6 : < La r6gle de la soli-
darit6 6conomique doit jouer 6galement dit-
il en faveur des territoires d'Outre-Mer. >>
M. Razac, envisageant, ensuite. les modalites
de l'aide prevue par le Quatrieme Point 6nonc6
par le President Truman, faith observer que cette
aide < ne saurait mettre en cause l'appartenance
des territoires de l'Union Fran.aise et devrait so
faire par l'intermediaire de la metropole et dans
Ie cadre g6n6ral du Plan .
Puis, A propos des questions mon6taires, il
declare : e Les territoires d'Outre-Mer sont tres
attaches a leur monnaie et sont dl6ib6r6ment
hostiles A toute manipulation nouvelle dans le
sens d'un alignment sur le franc metropolitan. >
L'orateur traite tres brievement des probl6emes
politiques. Au sujet de l'Indochine, il remarque
que < la France ne peut consentir seule des sa-
crifices ind6finis et voir, dans le meme temps,
mettre en cause la sinc6rit6 de ses intentions et
la 16gitimit6 de sa presence. 11 faut.que l'une et
I'autre solent reconnues >.
Apris ce rapport, la question indo-hinoise est
reprise et abondamment trait6e par MM. Motais


de Narbonne et Max Andri-, conscillers de
I!'Union F[rancjise.
M. Motnal dr Nallbomn, s':w)lti que I'aspecl. aujoiirdl'hli inlcroational du pro-
blnin, doit respecter, tout come pour l'aspect
interne, Ie principle de I'unit6 de doctrine, celle-
ci se resumant dans la maintenance frannaise et
dans les accords du 8 mars 1949.
L'orateur rappelle que M. Dean Acheson a
loyalement reconnu que les U.S.A. n'6taient pas
)prts A assumer toutes les obligations de la
France dans le Sud-Est asiatique. II faut sou-
haiter dit-il qu'a cette proclamation offi-
cielle corresponde une attitude loyale des servi-
ces diplomatiques allies, la France n'6tant pas
r6signee A consacrer la inoiti6 de son budget mi-
litaire et le sang de ses soldats avec, pour seule
perspective d'avenir, la possibility d'entretenir
des 6coles destinies A assurer son rayonnement
cultural en Indochine.
A la fin du congress du M.R.P., plusieurs mo-
tions traitant des problems de l'Union Fran-
caise ont 6t6 adoptees.
Dans le premier texte sur la structure g6n6-
rale de l'Union, le M.R.P. :
1" Demande, notamment, qu'entre en fonc-
tion, le Haut Conseil ;
2" Affirmc que la creation d'un ministtre des
Relations avec les Etats associes s'iil)ose dans
I'imm6diat ;
3 Demande que soienl cre6s des secr6tariats
dc'Etats charges de l'Alg6rie et des nouveaux d6-
partements d'Outre-Mer.
Dans un second texte sur l'Indochine, le con-
gres declare que :
1" Le M.R.P. maintient qu'aucun effort ne
doit 8tre 6pargn6 pour trouver une solution ho-
norable et just de ce conflict ;
2" Les Accords du 8 mars doivent demeurer
la Charte des rapports entire la France et le Viet-
nam. Cependant, leur ratification ne doit pas
rendre impossible, dans un souci d'efficacit6, une
adaptation eventuelle aux r6alit6s et aux neces-
sites que, seule, l'exp6rience pourra compl6te-
ment re6vler.
Dans un troisimie texte, concernant les pro-
blemes kconomiques, le congress :
1" Demande que le tr6s important effort d'in-
vestissements, effectu6 au titre du Plan de de-
veloppement 6conomique, soit poursuivi ;
2 Demande que soit exerce coucurremmenit
avec le contr6le financier existent un contr6le
technique des travaux entrepris ou a entrepren-
dre au titre du plan sans creation d'organismes
nouveaux et retardataires ;
3" Estime que les engagements 6conomiques
d'ordre international doivent tenir compete aussi
a







bicn des nicessit6s dte I'()Our-Mer qu e te eclles
de la inmtropolc, les intCr6ts d'Outrc-Mcr 6tant
Indissolublemnent lis a ccux de la mitropolc ;
4" Demninde que la liberation progressive ct
inevitable :les changes soit assortic dI measures
protectrice, ;
5" Dem;tmde que soicnt maintenus, actuelle-
ment, les parit6s des francs coloniaux.
Enfin, dans une quatri6ine motion, traitaint
de Ia poli.iquc social dans I'Union Francaise,
Ic congress :
Demanded que soit enfin vote ct promulgue.
avant la fil de 1950, le Code du Travail en ins-
tance depuis trois ans et implatienmmnt attend,
ainsi que la loi sur les accidents (du travail.


Le corgres S.F.I.O. a adopted des motions
concernant les problems d'Outre-Mer

Le congr's S.F.I.). a adopted )lusicurs mo-
tions trait:int des probl)mes d'(Outrc-Mer
Dans ua premier texte sont 6numbr6s les
principaux points d'un programme qui marquera,
dans ce d(omaine, I'orientation de la S.F.I.0
II s'agit en particulicr :
1" De 1 extension du college unique, dit suf-
frage universal et des pouvoirs des Asseml)les
territorials et de l'Asseinblke de l'Union Fran-
caise ;
2 De 1i realisation de < J''6galftf effective en-
tre tous l(s citoyens de la Republique > ;
3" De I realisation de l'6galit centre la ine-
tropole et les territoircs d'Outre-Mer sur le ]lan
des echang.es et de la mnise en (rivre ld'une eco-
nomic de I'Union Francaise.
Un second tcxtc, relatif aux prohl6nmes tuni-
siens, demand la conclusion d'un traits d'asso-
ciation entre la Republique Franqaise et la Tu-
nisie pour coordonner, sur un pied d'egalite, leur
action sur le plan de la defense national, de la
politique *xt6ricure, des relations economiques
et culturelles.
Enfin, dins une resolution sur I'lndochinc, Ic
congress S.F.I.O. demand que le gouvernemnent
frangais saisisse le Conscil de scurit dlu pro-
blime de 'Indochine ct prennc, dls maintenant,
vis-a-vis de l'O.N.U., I'cngagcmcnt de reconnai-
trc, unc 'ois la paix revenue, l'indbpendance
rfelle du Vietnam dans le cadre librement ac-
ceptC de I'Inion Fran.aise et de rctirer ses trou-
pes a la demand du gouivernemcnt \ietnamien,
issu de libres elections .
Le congress (declare : << tn portant, (levant
I'O.N.U., I novel aspect dc la guerre froide el
en donnaitl an people vietnamien les garanties
:iuxquellec il a hdroil, on Ieul es)tirer mettre,
(nIlin. in Icrmnc lal guerre d'lndochine :>.


Ouverture de la line aerienne << Paris-Lome >

A quelque temps de la junction << Paris-Nou-
mnea > en moins de trois jours, de la creation de
la liaison directed < Paris-Djihouti >, par derou-
temcnt de la line te Madagascar et de l'inaugu-
ration de l'a6rodrome dc Maya-Maya (Brazza-
ville << Air-France a> a ouvert le 3 mai, la ligne
directed < Paris-Lomie > l ar Alger ct Niamey.
Ainsi est franchise ine nouvelle tape de cc pro-
gramme de creation de liaisons directed entire
la m6tropole et les principaux centres de l'Union
Francaise que s'cst assigned < Air-France > de-
puis la fin de la guerre.
Par la line << Paris-Loin6 > sc trouve r6alis6c
la dessert du group Togo-Dahomey ct de la
zone du Niger qui se trouvaient, jusqu'alors, si-
tues sur des axes de correspondence. Elle ap-
porte, dc plus, unc considerable amelioration aux
relations a6riennes entire la C6tc d'Ivoire et la
France en attendant que les travaux d'amenage-
ment de l'a6rodrome d'Abidjan permettent I'ou-
verture de la line reliant dircctement cette ville
a Paris, ligne qui doit, scion Ics provisions, en-
trcr en exploitation vers la fin de 1'annee 1950.
La liaison << Paris-Lom6 > par Alger et Nia-
mey se substitute .a la line < Paris-Kano-Lagos >
qui assurait, jusqu'li present, les relations de la
France avec le groul)e << Togo-Dahomey-C6te
d'Ivoire >. EIlle prsente le double advantage d'evi-
ter les servitudes qui resultaicnt de l'utilisation
d'a6rodromes situ6s dans une colonies anglaise et
grace A l'utilisation de l'escale de Niamey, de r6-
duire le parcours Id q(uatre cents kilomitres.
Les (livers problcines, ,(lui s piosaient pour
perfiecttre la dessert (e Lomie par des apparcils
longs-courriers gros portcurs, ont WtC r6solus de
la facon Ia plus satisfaisantc. C'csi, maintenant,
a quatre kilomntres de Lomin, un terrain de
classes international qui va s'ouvrir.
La ligne, qui sera dcsservic par Douglas DC4
quadri-moteurs de quarante-quatre l)laces aura
une fr6quence bi-liedonmadairc. Un des services
est assure par << Air-France >> et I'autre par
I'U.A.T. (Union A(ro-Nlaritiim de Transports)
associ6e a <, Air-France >.


Le Rallye automobile < Alger-Le Cap >

IEn d(lcembre prochain, soixante-dix autoino-
hilistes, participant ;'i un rally < Alger-Le Gap >
quitteront les rives de la Mediterran e et fran-
chiront montagnes, (dserts ct I'orEts pour ga-
gner l'AIrique du Sud.
Aux ternmes ldu rcgleinent qui. a nl, adopt par
!a F6Idration Intermntionale de I'Aulomobilc, Ies
autonolbilistes admis i Irendre part a ce rally
de quinze mille kihlomtres auront le choix entire
quatre points dc d6parls :







Casablanca et Oran, par Colomb-BSchar.
Bidon V et Gao ;
Alger et Tunis, par El Golea ct Tamanras-
set ;
Ces deux itindraires devenant conimuns a par-
tir de Kano.


De lH, eipruntant les pistes et les routes qui
les conduiront successivement a Fort-Lamy,
Fort-Archambault, Costermansville, Elisabeth-
ville ct Johannesburg, les concurrenis attein-
dront Le Cap quarantc-cinq jours environ apres
leur depart d'Afriquc du Nord.


MANIFESTATIONS COLONIALES


Une conference de M. Bollaert

Le 2 mai, a la << Maison de l'Universit6 >, de
Dijon, sous les auspices du Cercle Jean Moulin,
M. Emile Bollaert, ancien Haut-Commissaire en
Indochine, a parl6 des problmnes d'Outre-Mer.
Actuellement, a d6clar6 le conf6rencier,
nous assistons, en Extreme-Orient, i une v6rita-
lle revolution don't les causes sont la perte de
prestige de l'Europe en Asie, le triomphe du na-
tionalisme et la poussde du communism. >
En ce qui concern plus sp6cialement l'Indo-
chine, M. Bollaert a affirm quc la France ne
pouvait pas se desinteresser du sort de ce pays.
< Notre depart serait tout simlplement une tra-
hison, a-t-il d6clare, il marquerait la lin de la
mission francaise dans le monde. La France
s'est moralement engage a conduire les peuples
de couleur h l'inancipation et a un regime d'or-
dre. Enfin, le Vietnam a encore besoin d'elitcs
plus nombreuses, formics i l'occidcntale, et,
aussi, de capitaux. )
Scon I'ancien Haut-Commissaire en Indlochi-
ne, il faut repenser le problem constitutionnel
de l'Union Franqaise. L'Assemblke de Versailles
devait devenir une assemble dlibe)rante, en con-
trepartie, 1'Assembl6e Nationale devrait 6tre ex-
clusivement compose de repr6sentants de la
Metropole. Enfin, il reste L instituer, de toute
urgence, cl Haut-Conseil de 1'Union Francaise.


Au cercle m6tropolitain de I'Empire frangais

Une manifestation colonial :a u lieu, le 3
mai, au 293" dejeuner, conference du Cercle M6-
tropolitain de l'Empire Francais, au course de la-
quelle le Iprsident du d6jeuner, M. Mercier,
Grand officer de la Legion d'honneur et mem-
bre du Conseil de 1'Ordre national de la L6gion
d'honneur a remis les insignes de Commandeur
de la Legion d'honneur an president du Cercle :
M. Eugene Guernier, meinbre de I'Academiie des
Sciences coloniales et professeurs a I'lnstitut
d'6tludes plolitiques.


M. E. Mercier a retrace la brillante carrier
du nouveau Commandeur qui fut au Maroc un
des collaborateurs de Lyautey. D'aulres dis-
cours furent prononc6s par le bittonnier Emile
Lod6on, senateur de la Martinique, au nomi des
parlementaires d'Outre-Mer, et membres du Cer-
cle, par M. A. Joyel-Faure, president de l'Asso-
ciaion < France-Union Fran.aise >, par M.
Georges Meyer de la Thur au nom des Alsaciens
lorrains coloniaux et par M. Jules Lepain, di-
recteur fondateur du Cercle qui lut un sonnet de
sa composition en l'honncur ldu nouveau Com-
mandeur.
M. Eugene Guernier, apris les remerciemnents
d'usage, brossa le tableau de l'(auvre colonisa-
irice et civilisatrice de la France.


Le cinquantieme anniversaire de Kousseri

Une ereinonie s'est dcroulhe, Ie 1(1 iai, dans
le grand amphitheatre (e la Sorbonne, pour
colmmmorer le cinquantieme anniversaire de la
victoire de Kousseri (22 avril 1900) et de la jonc-
tion, aux abords du lac Tchad, des trois missions
Fourreau-Lamy, Joalland-Meynier et Gentil qui
ont marqud la constitution d'un < bloc africain
franqais .
Le President de la R'lpublique s',tait fait re-
presenter par le prefetel Mcheri, charge des ques-
tions de l'Union Francaise h I'Elysde, et M. Le-
tourneau, ministry de la France d'Outre-Mer,
presidait cette ceremonie, a laquelle oni assist&,
notamment, MM. Pignon, Haut-Commissaire de
France en Indochine ; Fourcade, Pr&sjdent de
1'Asscmile de l'Union Francaise ; lcs Hauls-
Commissaires Bechard, Cornul-Gentille ct Souca-
ldaux ; MM. Juglas, President de la Commission
des Territaires d'Outre-Mer A l'Assemble6c Na-
tional, ct I)elavignette, directeur des Affaires
politiques au ministire de la France d'Outre-
Mer.
Apres que M. Leon Barely. PrIsident du Co-
mit& de IAfrique fran.aise. etit raiptcle que
e'6tail a l'initiative du Comite de l'Afrique Fran-








ialse que :,ont clues la plupart des missions pr6-
c4dentes qi.i assurerent l'exploration ct l'6quipe-
ment, par la France, du Centre africain, Ie ge-
n6ral de Clhambrun, de la mission Fourreau-La-
my, le gier ral Meynier, de la mission Joalland-
Meynier, ;-voquerent des souvenirs personnel
sur les r5les respectifs joues dans la grande
venture :.fricaine par les missions auxquellcs
ils avaieit appartenu. Le general Meynier
donna, enu ite, lecture d'un message du general
Kiiefer, de la mission Genlil.
Prenant A son tour, la parole, M. Letourneau,
ministry di la France d'Outre-Mer, a souligii6 le
caract6re symbolique de cette colnmmnmoration
d'une dat, qui a < scelle a jamais l'unit6 de
l'Afrique Franiaise don't les lignes maitresses
sont d6sorinais fixees >.
< N6glig:eant d'ext6rioriser toute motion in-
discrete, a-t-il d6clar6, j'unirai trls simplement,
dans un s ul hommage -- cet homage prollond
qui va dcs hommines aux homines tous les
Francais, morts ou vivants, qui, au nom d'un
nmme ide 1, ont ocuvr6 au cwur de l'Afrique. >
M. Letcurneau a, ensuite, indiqui que cette
c6r6inonie devait servir i pl)rciser les notions de
paix ct de civilisation introduites par la France
on Afrique. Apres avoir cit6 bri6vement toutes
les refornics politiqucs, economiques et sociales
al)pliquCe, par la France a l'Afrique, M. Le-
tourneau .I ajout6 :
< Consilerez, d'unce part, cette Afriqlue fran-
caise qu'a:chevent de delimiter, en avril 1900, les
trois grades missions don't nous honorons la
mmnoire, vous ne pourrez jamais y voir qu'une
fraction (i'humanitM pour ainsi dire paralysec,
non qu'elle ne possede, en elle, le ferment indis-
petisable ('e culture originclle, mais parcel qu'elle
est ktouffle par les genies mcurtriers de la
guerre, d lI'esclavage, de la peur ct de la ma-
ladie.
< Pencltez-vous, cinquante ans )plus lard, sur
,ette mime Afrique, vous pourrez y d6couvrir
des socit. is parfaitement organisecs, non des so-
cikt6s francaises, car elles out toujours eu a
ceeur et nous Ic leur avons conseill6 de
marier nos conceptions a leurs traditions per-
sonnelles, nos ideaux fi leurs philosophies, mais
des soci6els indigenes haulcment civilisses, sus-
ceptibles d'enrichir l'un apport regional le pa-
trimoine universal.
< Cet e;Tort, au sommit de l'arclitecture poli-
tique, se double, on inlmec temps, d'un large ef-
fort Aa a :ase. II 6tait insuflisant, en effect, d'alp-
peler un petlile Mlite ai parliciper lbrusquement
Sla vie ie la nation ; il Iallait encore initier
aux respmsabilitls, nux liberl6s |politiques, ia
masse te la population.
<< En ce sens, les Assemblecs locales out let
doltes dc pouvoirs Mtcntus, notamnment eun ma-


tire budgelaire et financire. D'autre part, une
vast r6organisalion niunicipale est, actuelle-
mnent, en train, qui dotera I'Afrique frangaise
de municipalites de plein exercise et de moyen
exercise et tie communes don't I'organisation
tiendra le plus grand compete des institutions
coutuiniercs. A l'echelon du village, en outre, dcs
conscils de notables sont habilites a s'occuper
des questions d'inlctrt local et 6conomique no-
tanmment.
S, 1950, a conlu' le Ic ministry, conmmemoration
tdic la bataiioe de Kousseri, mais aussi et je
nc p)uis rendre aux missions de l'Afrique cen-
trale un lmhlnmage plus important anniver-
saire d'une grande naissance : celle du bloc
africain frangais. >


La seance de cl6lure du Congres a6ronautique
de I'Union francaise

La seance solennelle do cl6ture du congress
aeronautique de l'Union Francaise a eu lieu Ic
12 mai, a la salle d'Ina, sous la i)r6sidence de
M. Laurent Eynac, ancient ininistre de 1'Air, con-
seiller de 1'Union Francaise, et en presence de
M. Letourneau. ininistre ide la France d'Outre-
Mer ; des Hauts-Commissaires Bechard, Cornut-
Gentille et Soucldaux. M. Pignon 6tait repr6-
sentE par M. Ponge.
L'ordre du jour comportait : la lecture du
rapport general sur les travaux du congrl s par
l'ingenieir g6neiral de l'Air Leccuvre ; la lec-
ture des vw(ux 6mnis par le congress par M. M. Le-
sage, Cominissaire g6'nral, et un discours de
M. Liore, President du Comit6 d'organisation.
M. Lauront-Eynac, dans une allocution, a exa-
min6 la situation actuelle et I'avenir de l'aviation
dans I'Union Frangaise :
< Cc n'est plus, a-t-il dit notamment, une con-
tribuiion A I'nmilioration de la vie des territoires
d'Outre-Mer, c'est une revolution qu'clle sus-
cite. >
M. Lelourneat a pris ensuite la parole dans
tu discourse qui a lte retrace plus haut.

Reception de la delegation cambodgienne
de I'Assemblee de i'U.F.
S.A.R. la Princesse Pingpcang Yukanlhor,
vice-pr6sident e d l'Asscnmbihe de l'Union Fran-
caise, et la d6elgation canilodgienne out offert,
le 10 mai, un cocktail dans les salons du Cercle
MlItropolitain de I'l'Eilire fran: ais.
)ans la [Irs 1nom1breuse el brillante assistance,
on notait la prIsence dte M. Jacques Fourcade,
President de I'Assemiiihl6e de 'Union Franuaise ;
IMM. Laurenlt-Eynac et Diop Babakar, vice-pre-
sidents ; le prlfet Mhchery, repr6sentant Ic Pre-







sident de la Republique ; Pignon, Haut-Com-
missaire do France en Indochine : Juglas, Pr6-
sident de la Commission des Territoires d'Outre-
Mer i I'Assembl6e Nationale, et de nombreux
(idl)ut6s et sinateurs.

A Strasbourg
A la Conf6rence du << Rotary >>, de Strasbourg,
qui s'cst ouvcrte le 10 mai, Ic g6n6ral Georges
Picot a parI6 de l'Union Francaisc. 11 a expliqu6
comment l'avenement du f&dralismce, 6vitant
d'exalter par trop les jeunes nationalismes la-
tents, ferait 6voluer ses peoples vers le sellf-go-
vernment. II a indiqu6, enlin, les possibilities do
d6veloppeinent de ces territoires.

Diner au << Cercle de la France d'Outre-Mer o>
A I'occasion du cinquantenaire de la jonction
des Missions Fourreau-Lamy, Gentil et Jolland-
Meynier, le Comit6 de gestion du << Cercle de lai
France d'Outre-Mer > avait organism, lc 12 mai,
tn diner, sous la pr6sidence de M. Jean Letour-
neau, ministry de la France d'Outre-Mer.
On notait la presence de MM. Pignon, Haut-
Commissaire de France en Indochine ; B6ehard.
Haut-Commissaire de France en A.O.F. ; Cornut-
Gentille, Haut-Commissaire de France on A.E.F.;
Argues, Haut-Commissaire de France ai Mada-
gascar ; Soucadaux, Haut-Commissaire au Ca-
imeroun et Delavignette, directeur du Cabinet dc
NI. Letournean.
A son arrived, le ministry dc la France d'Ou-
tre-Mer a Rt& regu par M. Durand-Reville, s6na-
tcur du Gabon, Pr6sident du Cercle. De trds nom-
breuses personnalites out assist A cette mani-
festation.


Les Hauts-Commissaires a Air-France

Arln de marquer I'int6rkt qu'il) portent aux
efforts de la Compagnie << Air-France >> pour
imenfforer les liaisons entire la m6tropole ct les
territoires d'Outre-Mer, les Hauts-Commissaires
de la R6publique pour les Territoires d'Outre-
Mer, i I'issue de leur Conf6rence, ont voulu,
avant de quitter la France, visitor le Centre de
revision d' << Air-France >> A Orly.
MM. Letourneau, ministry de la France
d'Outre-Mer : Chastellain, ministry des Travaux
publics et des Transports, ainsi quc le Gouver-
neur G6n6ral Dclavignotte, directeur du Cahinet
de M. Letourneau, s'6taicnt joints aux Hauts-
Commissaires.
MM. Hymans, President du Conseil d'adminis-
tration dc la Compagnic i< Air-France > et M.
Ziegler, Direccteur (Gneral, prsidlaient eux-mic-
mies A cettc presentation.


Au syndicate de la press d'Outre-Mer

M. Fourcade, President de I'Assembl6e de
I'Union Frangaise, a preside, le 20 mni, ai Vin-
cennes, le d6jeuner annual du Syndicat de la
press frangaisc d'Outre-Mer.
Le President de la R6publique et M. Letour-
neau, ministry de la France d'Outre-Mer,
s'6taient fait repr6senter.
Dans une allocation, M. Boussenot, Pr6sident
du Syndicat, menibre de l'Assemibl6e dc l'Union
Francaise, s'est clev6, notamment, centre < tout
texte qui tendrait a enlever, aux journalists,
leur ind6pendance et leurs libert6s essentielles >>.
M. Fourcade a, ensuite, defini le r6le qu'aspi-
rait I6gitimement a jouer, dans la vie de la plus
grande France, I'Assembl6e de l'Union Frangaise.
11 a annone6 qu'un accord 6tait intervene entire
lui et M. Juglas, Pr6sident de la Commission des
Territoires d'Outre-Mer, i lI'Assembl6e Nationale
afin que les diverse propositions, soumises a
cette Commission concernant les territoires
d'Outre-Mer, soient, dans la plus large measure
possible, soumises pr6alablement A l'Assembl6e
de l'Union Franiaise.
Au cours du d6jeuner, M. Le Quer, qui repr6-
sentait le ministry de la France d'Outre-Mer, a
reun;s la cravate de Commandcur de 1'Etoile du
Be1nin A M. Demogeot, qui assure les functions
de secr6taire general du syndicate depuis trente
ans.


Le grand prix litt6raire de la mer
et de I'outre-mer


Cre' lI'ann6e derniere. par l'Associalion Na-
tionale des Ecrivains coloniaux et maritimces, lc
Grand Prix litt6raire de la Mer et dc I'Outre-
Mer a 6t& d&cern6. le 23 mai. an course d'un de-
jeuner dans un restaurant exotique des Champs-
Elysbes, A M. Renc Maran, pour l'ensemble de
son oeuvre.
Ce prix, qui est de cent mille francs, ;aait Wte
attribu6, I'an dernier, A M. Roger Vercel.
Le jury, preside par lc Professeur Pasteur
Vallery-Radot, de I'Acad6mie Frangaisc. r6unis-
sait entire autres, le g6n6ral Azan ; le vicc-ami-
ral Castex ; le Gouverneur G6n6ral Robert Dc-
lavignette ; MM. Francis Didelot ; Roland Dor-
gelIs ; le Gouverncur (G6n6ral Oswald Durand ;
Claude Farrbre, de I'Acadcmic Fran.aisc eL M.
Albert Sarraut.


Academie des Sciences coloniales

L'Acadcmic des sciences colo(niales a lenu
'.%eance Ic vendredi 5 mai. 'sous la presidency de
M. Charles Mielel-C6tc.








M. J.-L. (Cheerhrandt, Directeur des Affaires
genirales :iu (Conit central (te la France ld'()u-
Ire-Mer, rticemniment 6lu, a pris seance : il a ('16
reiu par [. Ren6 Bouvier qui a retrace la car-
ribre de son nouveau confrere.
Dans sa r6ponse, M. Ghecrbrandt, alprs avoir
remerci, (e son election a mis en evidence la
n6cessit6 de poursuivrc la creation de l'Union
Frantcaise ce qui implique encore pour la France
des devoirs et des efforts ai accomplir.


M. le Gouiverneur g6n'iral Oswald Duraimd,
dans une communication intilulec << LedyarIl,
explorateur anglais on les voyages manques >,
a donn6 l'analys dl'un mnemoire d'un sieur BIoa!-
fort qui vivait A Londres a la lin du xvinr sikcle.
qui a Wt( un des fondateurs de 1' < Association
africaine d'Angleterre >, cr6ce A Londres Ic
7 juin 1788, association qui s'ltait donned coinine
but de favoriser la dtcoIuvcrte tie 'inltrieutr de
I'Afrique.























NOUVELLES D'OUTRE-MER


INDOCHINE


( Haut-Commissariat
de France

A VANT tie quiller
SSai'gon pour
Paris oil ii est
Snrrivt le 30 avril, pIour
pI)articiper h ]a C(:nfi6-
rence des Hauts-Conm-
S missaires, MI. Pignon
a lenu une conference
dtie press au course de laquelle il a faith un tour
d'horizon de la situation pour 6claircir pertains
,slpects du )pro)lemie fraiclo-vietnamien au mo-
ment ofi un nouveau government vietnamnien
ctait en train ie se constituer.
Apres avoir soulign anu debut de sa conference
les troubles graves qui sevissent en Indochine, et
essentiellemen an Vietnam, le Haut-Cominissaire
a d6clar6 :

II est done n6cessaire, si nous d6sirons inaintenir, dans
un avenir proche, la liberty de choix des Vietnaimiens, que
nous les aidions puissaniment i sirmiointer la cruise actnelle,
en maintenant intactes leurs frontires, ct en les aidant
i r6tablir la paix dans leur pays.
Notre politiquc i l'6gard les Etats associas est aussi
claire que nos objectifs sur le plan international, ajoute-t-ll.
Nous avons passe avec chacun des Etats des conventions
sans ambiguity. Nous desirons simpleincnt luie ces conven-
lions soient loyalement appliques de Dart et d'autre. 11
pent paraitre assez curieux qu'avant inmen quc le heine-
fice de ces conventions soit encore entiZ-renlent acquis aux
Etats d'Indochiine, et alors m uie qul'uin danger mortel p&se
sur leur existence meme, on entaine ulne sorte de champagne
destinCe a rendre nos accords de base cadics...
Je in'tonnle done que, lorsque les personalities lrs plus
representatives du nationalistic vietnaimienl, conscientes dnr
danger mortel iqe court leur patrip. s'cfforcent d'y remrl
dier en tentant de reunir, dans un 111111me effort, les repr6-
sentants de parties et de sectes religieuses don't le nationa-
lisme est hors de doute, on ciherche aussit6t i d&couvrir.
sous la manifestation d'une saine autorite. les ianenuvr,'s
machinaviliqie des representan; i de 1a France.


Je suis encore plus 6tonni lorsque j'entends taxer, avcc
line nuance de discredit, un honiume d'Etat viclnamien de
sentiments pro-francais. Serait-ce done un criwe, on line
large, que d'etre anli de la Francie?
Je lrie prmels tout d'abord de rappeler que les grande
nations qui out reconnu les trois Etats assooies d'Indo-
chine les ont reconnus dans le cadre de l'Union Francalse
ct qu'il est assez pittorcsque d'accuser les rcpresentants
d'unr gourvernement associe ii a France d'avoir pour iele
do la synlmpathie.

M. Pignon expose ensuite le point de vue fran-
cais en mnatitre tie gouvernement vietnaniien :

Je dirai trbs franchement que ce que nous desirons, ce
W'st pas I'avineiient d'une (quipe de Vietnamiens pro-
frana'is, muias siniplcnicnt cclui d'un gouvcerinlmeict effi-
cace, capable d'entarier, dans tous les domnain's evoques,
urc action fruclureuse. C'est-iL-diren (tie nous disirons voir
a la tte du Victnami des personalities politiques incon-
testablenient hostile an comniunliismie et, par lia nimnie, de-
cid6es a proteger leur pays centre ses atteintes.
Nous d6sirons, par ailleurs, quir ces personnalites posse-
dcnt le nmaxinilui de comp6tences dans les domiaines poli-
liques, conoiiiquiics et socriaill\ pour qu'elles eiltairent l il
ilus t6t la aiche diffitile d'installer le Vietlani dans la vie
international, dans les conditions les imeilleures, tout rn
upportant au people vietnamien, dans les delais les plus
rtpides possible, une sulbslianticl! anelioration i son sort.
Nois d6sirons, en troisibrle lieu, que par leur travail
efficace et grace i la valeur de leur patriotisire, ces per-
sonnalit6s r6ussissent a rallier autour d'elles l'cnsernmle du
Vietnam non conmmniste.
Sur tons ces points, je crois que nous somnes d'accord
avec les puissances d6mocratiques.
Enfin, 6tant donn6 que nous sommes appeals a fournir
encore un tris gros effort aux cA6ts du gouvernement viet-
namnien, nous souhaitons que ce gouvernemrent travaille
,tvc nous dans cette atmosphere de loyaut6 ilu'on est en
droit d'attendre de n'importe quel alli6 dans une periode
critique, et qu'il n'est done pas deraisonnable ce souhaiter
voir s'etablir entire deux peoples anis, associas dlans le sein
de l'Union Franraise.
En r6sumin, ie repbte qu'il faut bien comprendre que nous
le cher:lihos pas < des amnis de cceur >, mais siniplemnent
des assoceiis efficaces et rque nons n'apprecions rien ai-








lanil qn'm1pe 3mitic unir i line ronlpriheln.,iol efficare.
'Ieci Ftlait lit, Ifs difficultes dCvint lesquej!il le gouver-
icillrnt vielnmmien ct nons-1ne6es nous nous trouvons en-
semble, 6tela aujourd'hui parfaitenient connues des diri-
aeants du V etnan, je n'ai aucune raison de commenter,
pour l'approiuver on pour le critiquer, Ie choix des honi-
uies (qui' i c. dirigeaiis snt pps aMlt pl" ri soutlre n111 pro-
hlcine dont colls connaiisez egaleient lt compllxit cet les
dangers.
J'ajoute q t'il existe tin aspect de nl question qui est
cssentiel, ct |ui est bien rarciwnlt evoqu6 :
Lorsqu'on ne clherche pas h rcvenlir slir les accords du
8 mars. il arrive que, dans des fractions bien intentionnees,
de l'opinion international, on reclame iune application plus
librale de ces accords. Or, les accords d6ja passes et
ceux qui intmrvicndront sans doute Li brive ech eance, abou-
tissent, en f, l i Ai fire changer die mains des services essen-
tiels, et rela en pleine baitaille. C''st dire (qu'alors cntillillons u Z assurer, danzs l'ii 'r ilde tons, la plus grande
parlic dii irdean tide I paificaliton duII pays, lions sacri-
fions tdlib6i 6ient ides :arirs importanlls et efficaces en-
Ire nos ma ns, i la consecration de I'ind6pendance des
Etats Associ s.
Le moins que nous soyons en droit de demander, c'est
que les arm',s don't nous lnos siiillecs prives snient rrpri-
.,es par des mains fernmes.

Le Hau -Commnissaire a l'autre part prCcis( :

Nous n'a'ons janiais (ieiand unl cliangement te Ca.
binet. La c ise s'est produite sun uti fait : la d(inission
di trois nm.nistres. Or, nou1 sounnes radicalenient etrun-
gers A ce f, it.
Ceci dit, tris francheenint. notre intervention se situ,
apres, pour clue ]'on sort e e la crise tl'nne fa(:on on d'nne
anlre. VoilL exaclement conilneln cela s'est passe. Ce n'es'
pIas nous quLi avons crv6 le fail.

M. Pigion a ensuite affirmc en conclusion de
son expos' :

II n'y a .as de tournant danls la politique franlaise dans
cc pays. II n'y a pas de retour an colonialisne. J'en suis
personnelleiment le garant. Bien an contraire, la France
inarquera tde plus en plus nettement sa volonti lihbralc
dans 1'appl cation des conventions deja conclues. I1 y a
seulement la volonte, bien nctle chlez nous, de provoquer
line prise tie conscience devant la montee ties ptrils.

A son irrivee A Paris, le 30 avril, M. Pignon a
nussit6t itW recu par le ministry de la France
d'Outre-i'ler, et ensuite par le ministry des Affai-
res 6tran:.;res et le president du Conseil h qui
il a fourai les renseignements les plus r6cents
sur la situation en Indochine, qui pouvaient ser-
vir pour les travaux pr6paratoires de la Confe-
rence des ministres des Affaires 6trang6res des
Etats-Unis, de Grande-Bretagne et de France a
Londres.
Au cotirs de son s6jour dans la mEtropole, le
Haut-Conmmissaire a aussi et6 recu, le 4 mai, par
le President de la Republique, qu'il a mis au
courant de la situation generale de 1'Indochine.
D'autri, part, M. Pignon a particip6 aux tra-


vaux die la Conftrence des Hauts-Comnmissaires
qui s'est tenue a Paris du 8 au 14 mai.
Le 19 mai, le Ilaut-Cominissaire tail ide nou-
veau.de retour h SaYgon.


Deplacements de personnalit6s

Le gn6nral Carpentier, Commandant en Chef
des Forces franchises en Extreme-Orient, a ins-
pccl6 la region tde Travinh, le 4 mai.
Le 6 mai, il s'csl rendu i Nhatrang, puis a
effecttut une ca([rte tourn6e d'inspection dans le
Centre-Vietnam, les 8 et 9 mai.
Accompagn6 du general Lorillol, commandant
Ies Forces terrestres du Centre-Vietnam et des
Plateaux, ii a reidu visit a un Iataillon dans
le secteur de Dl)ng Hoi', et s'est ensuite arr,*G'
a DI)ng Ha, Quang Tri, Hu6 eL Tourane.
-- Le g6ndral Hartmann, commandant en chef
des Forces adriennes franchises en Extreine-
Orient, s'est rendu i Hanoi le 24 mai, pour prd-
sider une conference reunissant les commandants
des groups tactiques adriens du Nord, du Cen-
Ire et du Sud-Vietnam.
SLe .vice-ami ral Francois Jourdain, nouveau
commandant de la Division naval francaise
d'Extr6ime-Orient, est arrive a lord du Duguany-
"Tronin, a Siga|pour, le 19 mai, en visit offi-
cicllc.


Visite de I'Amiral Brind

Le 22 mai, le commandant en chef des Forces
navales britanniques d'Extreme-Orient, I'amiral
Patrick Brind, venant de Singapour, est arrive
a Saigon en visited officielle.
Au course de ion s6jour en Indochine. jusqu'au
27 mai, l'amiral a eu de nonmhreux entretiens a
Saigon, avec le Haut-Commissaire Pignon, le g6-
neral Carpentier, I'amiral Ortoli, et le president
dui gouverncinent vietnamien. M. Tran Van Huu.
'Le 25 mai, le Commandant des Forces britan-
niques s'est rendu a Tourane, ensuite A Hanoi,
oif il a ite l'hile des autorit6s navales francaises.


Questions communes aux trois Etats associes

-- L'Argentine, le 4 mai, et le Libhria, le 22
mai, ont reconnu les gouvernements du Vietnam,
dtu Laos et du Cambodge.
M. Edmund Guillon, charge d'affaires des
Etats-Unis a Saigon, a remis, le 25 mai, aux chefs
des gouvernements du Vietnam, du Laos et du
Cambodge, ct au Haut-Commissaire de France,
une lettre annoncant la mise en route de 1'aide
Economique americaine en Indochine.


23







Cette aide est destine a renforcer I'effort cmin-
IImuit de ln France ct des gouvernemlents et des
peinples du( Vietnam, (du Laos et du Camiboodge,
sur lesquels repose essentiellement la respon-
salilitW de r6tablir la s6curiti et la stabilize.
L'aide dconomique amiricaine sera accordte
dans les conditions fixes par des accords bila-
tlraux s6par6s entire cliacn des Etats associes et
les Etats-Unis d'Amerique. L'approbation de ces
accords sera donnCe sur la base des conventions
passes entire les Etats associts et la France. Les
premieres operations d'aide 6conomique pourront
cependant d)buter avant la conclusion de ces ac-
cords.
Une mission dconomique sp6ciale americaine
est installed I Saigon aupris de la Legation des
Etats-Unis, qui aura pour tiche de d6velopper
et de mettre en wnuvre en liaison avec les gou-
vernements des Etats associes et le Haut-Com-
missaire de France un programme coordonn6
d'aide dconomique. M. Robert Blum a 6t6 designed
come chef de cette mission.
D'autre part, M. Donald Heath, ancien minis-
tre des Etats-Unis A Sofia, a 6tc design come
ambassadeur en Indochine, et est charge de re-
pr6senter les Etats-Unis aupris des trois gonver-
nements du Vietnam, du Laos et du Cambodge.
-- L'Assembl)6e Mondiale de la Santo qui s'est
r6unie le 16 mai A Geneve, a rcpondu favorable-
ment aux demands d'admission come mem-
bres du Vietnam, du Laos ct du Cambodge.
Le professeur Parizot, chef de la delegation
franchise, a faith constater, au course de la seance
Iplniere de l'Assembl6e, que les trois Etats d'ln-
dochine remplissaient les conditions voulues de
souverainete et pouvaient en consequence s'asso-
cier a I'oeuvre entreprise par I'Organisation Mon-
diale de aIn SantW.


Gouvernement Central du Viet-Nam

Le nouveau gouvernement vietnamien

Le 27 avril, S.M. Bao-Dai a sign deux decrets,
le premier portant dissolution du gouverncment
preside par M. Nguyen Phan Long, et le second
chargeant S.E. TrAn Van Huu, gouverneur du
Sud-Vietnam, de constituer un n\ouvcau gouver-
nement.
M. Tran Van HuI, acceptant la mission qui
lui 6tait confiCe. s'est rendu le 2 mai A Hanoi,
puis i Hue, pour prendre les contacts n6cessai-
res L la formation de son ministere. Ayant r6ussi
a rdunir les personnalites conmptentes, suscepti-
bles de I'aider dans sa tache, M. TrAn Van Huu,
le ( mai, s'est rendu a Dalat pour presenter h
S.M. Bao-Dai ses principaux collaborateurs. Et
le 10 mai, le chef de 1'Etal est venu f Saigon


iWOCct'tler :1 I'insltallation ,olefnnclle (II nollveaol
goilvtrntiunleall. donl v'oici I: vooajaositiwiri


Prtisidena du C:onsil-, Ifjtaireq
Fra:ngiares et I)irfeu' Nei,
riona t .. .. .. .. .
faestir.....................
FtIfOinance /~~i~lI..............
Ellitralion Nactionact .........
Iraaux ptiblics .............
conroaini- N/arjona. .........
Forces Irme',es ..............


N. THAN VAN Ilt It.
M. Nt;t 'YSEN KIIAC Vi.
NI. IDUOnM TAN IAl.
Ni. ViJONG OIAN( NItwONG.
N1. LEa. QUANG I111.Y
Al. I JuAN-C N6I.
NI. THAN QUiAN!. XINiI.


Secr';taires d'Etat :
Prtsidence du Conseil ...... M. TRAN VAN TLY.N.
Fonction Publique ......... DINII XUAN QUANC.
Sports et Jetnesse ............ M. NCYEN TON HOAN.

Tons ces ministries faisaient parties de la pr-r
cddente formation gouvernementale, a l'excep-
tion de M. Tran Quang Vinh. Ce dernier, qui
represente les caodaistes, avait toutefois Wet deja
ministry de la Defense national dans le premier
gouvernement prside par S.M. Bao-Dai.


Programme du nouveau Gouvernement

C'est le' palais Lagrandiere qui a servi de ca-
dre a la c6rdmonie d'installation du nouveau
gouvernement, A laquelle assistaient les plus
hautes pcrsonnalit6s franchises et vielnamien-
nes, les corps diplomatique et consulaire, et les
representants des principaux groupements poli-
tiques et religieux.
Aussitet apres I'hymne national, S.M. Bao-Dai',
entourd de MM. Nguyen Phan Long el Tr an Van
Huu, a prononceL une allocution en francais,
souhaitant an nouveau gouvernement le succbs
dans sa lourde tAche.
Le nouveau president Tran Van Huu, pregnant
la parole apres le souverain, expos le pro-
gralmme de son gouvernement :

Je reitere solennellemicnt la volonta de tons lhs lhonmes
de bien et de bon sens de' ce iays d'adhlrer a l'Union
Francaise comune j'affirnme notre desir de nouer de fortes
et amicales relations aver les nations qui nous ont recon-
nus, a-t-il declare.
Ce principle essential guidera la politique de ce gouver-
nemcnt decide a bannir tout chauvinisme exclusif et stEri-
lisant qui signifierait pous nous la servitude et la mort.
Nous avons en face de nous des homes qui sont a la
solde d'une illnense entreprise de subversion mondiale et
qui, sous le masque des aspirations nationals, out pu en-
trainer avec eux trop de gens de bonne foi qu'ils out abu-
ses, a dit ensuite M. Huu.
Le Chef de 1'Etat et du Gouvernement ont fait preuve
d'esprit de conciliation dans leurs paroles conmme dans
leurs actes. Mais la preuve est faite de la determination
de nos adversaires de rester rebelles a l'autoriti de l'Etat
et du Gouvernement legal et d'empecher, par la terreur,
le retour des patriots sincires et disinteressis dana la








coniutiunaute national. Cettc attitude de refus dictera no-
tre propre determination.
Si nous ionmmes prits A accueillir avec joie ceux qui
reviendront se ranger sous ]e drapeau de la patrie, nous
soinines eg: leent d6terminis ai combattre tons ceux qui
s'opposeronl. l'exercite de notre souverainete.
Je demnaide a tous mes compatriotes de prendre parti
pour l'ordr,, la liberty et la paix. Je demand aux tides,
aux hesitants, de prendre position. En s'abstcnant, en lou-
voyant, ils se font les complices des cnnemis d'un ordre
don't ils ) nefiicicnt.
Les Cquioques doivcnt cesser.
Le gouvernement est decide a fire respecter la lega-
lite et l'ordre conmmic ii est decide i exiger de toute la
population La nimne ferniete dans son attitude vis-a-vis des
fauteurs dt troubles.
Ccux qui, inspires par leur devotion au comuniunisme,
croient poivoir recourir impiunement au terrorism pour
obtcnir la sounission du people, ne b6ndficieront d'au-
cunc indulgence. Ceux qui se front leurs complices, en
abusant de la liberty de la press dans cc pays, se verront
egalement mir horse d'etat de nuire
Autant h gouvernenmeut garantira aux journalists dignes
de cc noni l'excrrice de leurs droits, et favorisera I'exis-
tence d'unc opposition veritablement indipendante, autant
il reprinici: les entreprises visant a travestir la verite au
seul profit d'un inmp6rialismie stranger. La liberty, en effect,
ne doit pai d6g6nrer en licence, et constituer par la-mstme
unc miinaic contre la liberie.
Le imeim souci d'assurer la sauvegarde de nos institu-
tions nout conduit d'ailleurs a envisager la creation d'une
Armno nat onalc.
Nous apIliquerons tous nos efforts i la constitution de
cet instrument essential de notre souverainete oh nous
avons l'ain mition d'unifier peu i peu toutes les forces qui
concourent avec une gale abnegation ct un Inime esprit
de sacrifice iA la defense de 1'Etat ct i la lutte contre un
totalitarism sanguinairc...
Parallile ient, le Gouverneiment intend appliquer ses ef-
forts an pr igres social en developpant les institutions d'as-
sistance, tait sur le plan materiel par I'accroissement des
moyens de I'assistance medical, que sur le plan moral
en favors nt l'dpanouissement des ieuvres d'assistance so-
ciale ct cn perfcctionnant la legislation qui assure la pro-
tection de, iintcrts 16gitimes des travaillcurs..
Nous conptons sur les efforts de tous, Franvais, Viet-
nantiens et strangers qui ont emuvr6 pour le bien du Viet-
nam, peuvwnt itre assures de b6enficier des droits qui sont
a la base ce tout regime d6mocratique, sans discrimination
centre leurs biens ct entreprises ct ceux des Victnamiens.
Nous so unles disposes i utiliser le concourse des techni-
ciens francuis chaque fois que la necessity s'en fera sentir.
II n'y a pas a rougir i faire appel i ceux d'cntre eux qui
vculent siicerement servir notre pays, ct I'lIistoire nous
apprend q e do grades nations n'ont pas h6sitE i s'assu-
rer les se vices de commis qui n'etaient pas Icurs natio-
naux.
Enfin, dans son action, si le gouvernemnent tient a donner
les impulsions n6cessaires, il est resolu i appliquer une
large d6ccitralisation administrative et a laisser aux trois
regions leI pouvoirs n6cessaires i une efficace execution
de ses din ctives. La situation g6ographique le command,
come l'e',igent les particularites locales, et surtout la pe-
riode tro blee oi nous vivons qui requiert souvent la


prise rapid de decisions incompatible avec une centra-
lisation excessive.

Le president Tran Van Huu a termind sa de-
claration ministerielle en laneant un appel i
tous ses compatriots a la reconciliation natio-
nale.


Unification des Forces miiitaires au Vietnam

Le 9 mai, au course d'unc entrevue avec emn-
percur Bao-Dai, M. Phain Cong Tac, chef spiri-
tuel de la secte des Caodaistes, a remis solen-
nellement le cominandenient des forces armies
caodaistes entire les mains du chef de l'Etat.
Les forces armees caodaistes, recrut6es parmi
les adeptes de ceite religion, contr6laient jusqu'a
present d'importantes regions au sud du Viet-
nom. Leurs ellectifs sont de l'ordre de 20.000
honmmes arms, tandis que le nonibre des lidiles
atteint environ un million.
Le passage des forces caodaistes sous le com-
iiandement supreme de l'enipereur Bao-Dai est
le premier stade de 1'unilicalion qui a 6td d6ci-
dde le 12 avril, g Dalat, au course d'une conf6-
rence militaire national qui groupait tous les
dcelegues des organizations nilitaires viclna-
iniennes.


Premieres decisions du Gouvernement
Tran Van Huu

Le premier Conseil de cabinet du nouveau
gouvernellent s'cst Lenu le 12 mai. 11 a ddcid6
1'envoi de reprcsentanis diplomatiques aux pays
amis, notamnient aux ELats-Unis, en Grande-
Bretagne, au Vatican, an Camibodge et au Laos.
iDans le domain intericur, ii s'est prdoccupe
de la rdorganisation des services ministeriels, de
la rdforme administrative, de l'organisation d'un
< Comit6 anti-terroriste > charged duI maintien de
I'ordre et de la protection des populations. Ce
dernier Comit9, don't la composition cst tenuc
secr6te, s'est reuni pour la premiere fois le
,18 mai.
Le Conseil de cabinet qui ''est r6uni ensuite
le 19 mai a d6cidd l'dtablissement de la censure
prCalable pour la press vietnamnienne. Cette dd-
cision s'appliquc essentiellement << c la propa-
gande subversive, aux catmpagnes mensongeres
ou tendancicuses >, cl ne port nullement
atteinte i l'activit6 des correspondents des agen-
ces et des journaux strangers.


Relations exterieures
Dans une declaration faite le 11 mai, S.M.
Bao-Dai a exprim6 l'intention du Vietnam
< d'6tablir des relations suivies avec tous les







pays amis qui out reconnu le Vietnam, en par-
ticulier avec les Etats-Unis, la Grande-Bretagne
et les nations du Sud-Est asiatique >.
Le mime jour, a W6t rendue publique une let-
tre adressde h S.M. Bao-Dai par M. Vincent Au-
riol, dans laquelle le president de 1'Union Fran-
caise declare notamment :

Le Gouvernement francais donne son accord a une repre-
sentation du Vietnam aupres des gouvernements americain
et britannique.
Je suis pr&t, le moment venu, A decerner, en accord avec
Votre Majeste, une lettre de creance aux envoys qu'elle
aura designs pour la reprtsenter aupres des gouvernenments
amiricain et britannique.

SLe 13 mai, M. Vu Ngoc Trin, charge de
mission auprbs du Vatican, est arrive a Rome
en vue de preparer ]'6tablissement de rapports
diplomatiques entire le Vatican et le Saint-Siege.
D'autre part, une mission bouddhique cont-
prenant deux bonzes et un interprete a qilite
Saigon h destination de Calcutta. Elle se rend
en pclerinage aux lieux sacrds de l'Inde et tde
Ceylan, ct participera dans ce dernier pays i
une important conference groupant les boud-
dhistes de tons les pays et qui a pour but de
resserrer les liens spiritcels et religieux exis-
taut, depuis de longs si6cles, entire les pays
bouddhistes.
--- La delegation vielnamienne qui s'est rcn-
due a Gencve, pour assister a la conference de
I'Organisation Mondiale de la Santd, qui a com-
mcnc ses travaux le 16 mai, 6tait conduits par
le Dr Dang Huu Chi.
-- Le Vietnam a participi L la Foire de Paris,
(qui a 6CL inaugurde par le Prdsident de la R6pu-
blique le 13 mai, par l'installation d'un stand
sous la direction te M. Nguyen Xuan Canh, (dd-
ldgu6 du ministire du Commerce et de l'Indus-
tric du Vietnam.

Le Vietnam a 6galement participl h l'cx-
position d'art sacr6 organis6c an Vatican a l'oc-
casion de I'Annde Sainte. Les peintres L, Van
D), prix de Rome, et Luu Dinh Khai, et le
laqueur Pham Gia Giang, se sont rendus a Rome
pour presenter les oeuvres des artistes et arti-
sans vietnamiens.
Dans le domain sportil, le Vietnam com-
mence aussi a fair son apparition parmi les
autres nations. C'esl ainsi que l'6quil)e de foot-
hall du Vietnam a quittd Saigon le 10 in li pour
une tourn6e en Afrique du Nord et en Europe.
C'est la premiere fois qu'une formation indoc.hi-
noise vient sc mesurcr avec les 6quipes des
autres continents.


Condamnation d'un representant de Ho Chi Minh

Le 9 mai, la 17' Chambre correctionnelle de
la Seine a condamn6 par defaut a trois ans d'em-
prisonnement Trin Ngoc Danh, ancien d16egue
du Vietminh a Paris, pour atteinte f la securitf
du territoire.


Nord-Vietnam

Mgr Le Huu Tu, eveque de Phat-Didm,
ayant exprim6 le d6sir de voir la region de Phat
Diem-Bui Chu passer sous I'autorit6 de l'admi-
nistration du Nord-Vietnam, S.Et Nguyen Huu
Tri, gouverneur du Nord-Vietnam, est all6 con-
f6rer le 27 avril avec Mgr Tu. La question a et6
r6gl6e, et prochainement cette region sera admi-
nistrde par un repr6sentant du gouverneur Tri.
Le 28 avril a eu lieu l'inauguration de
l'Ecole des cadres de la garde civil du Nord-
Vietnam, installed a Nam DOng, sur la route de
Had6ng.
L'abbh Joseph-Marie Khuc, du clergy s6cu-
lier vietnamien, vient d'6tre nomm6 vicaire apos-
tolique de Hanoi, et assume ces functions depuis
le 3 mai.
Le 16 mai, le gouverneur Nguyen Iuu Tri,
accompagnd des consuls des Etats-Unis ct de
Grande-Bretagne h Hanoi, et de M. Aeschlimann,
ddlegu6 du Comit6 international de la Croix-
Rouge, a visit les regions de Bac Ninh et de
Phu Lang Thuong.
Ces deux chefs-lieux de province, qui avaient
Wtd entibrement ras6s par les partisans du Viet-
minh en d6cembre 1945, sont en course de repeu-
plement depuis leur liberation par les troupes
francaises en juillet dernier.


Sud-Vietnam

-- Dans le Journal official du 20 mai 1950 est
publide une loi validant les actes rcglemen-
taire, r6gulibrement promulguds par i'ancien
Gouvernement provisoire de la R6publique de
Cochinchine.
M. Bui Quan An, ancien administrateur de
la province de Bien Hao, a 6t6 nommd pr6fet-
adjoint de la region Saigon-Cholon.
Le 28 avril, A Saigon, M. Bazin, chet-adjoint
des services de securitC du Sud-Vietnam, a Wte
assassin par des partisans du Vietminh qui ont
pu s'enfuir. Le Haut-Commissaire Pignon a de-
cord M. Bazin de la croix de la LUgion d'Hon-
neur h titre posthume.
-- Le 6 mai, M. Dinh Xuan Ticu ct M. Nguyen








Van Sinli, dir,'cteur et grant d(i journal natio-
naliste Thaoi Croc, ont Igalement ul 6 assassins
it Saigon.


Cambodge

Le nouveau Gouvernement Cambodgien

Le 2 inai, S.M. Sihanouk a prononc6 la disso-
lution ldu gouvernemcnt Yem Sainbaur, mettant
ainsi fin i un,' crise ininistirielle larvce, qui du-
rait depuis d( s semaines. Comme il s'est av6rd
impossible de confier la presidency du nouveau
cabinet a une personnalit6 indiscutec, le roi a
decide de go verner lui-mime avec assistance
d'un petit nombre de ministres.
Le gouvern 'lnent constitu6 par le souverain
est ainsi complos :


President du Co-iscil ....... S. M. NoRoDu
iinistrc d'Etat ............. M. TAN MAU.
Ministry. d'Etat largeg prori-
soiremnent de la Difense NIi-
tionair ...................... M. PENN Nou
finiistre des A/ :ffres Elrangf-
res, des Traraii Publics et
des Communiirccions ...... IDr SONN MAI%
Ministry de l'Int(ricur ...... M. YIT SRoN
limstre de l'Eco 'oi)ie Natio-
nale ...................... M. KI uoN N
Mlinistre des Fin'nces ..... M. Au CiHHO
Ministre de la J stice ...... M. CHAM NA
MinistreI de la "'antO ...... M. NEAL PIIII
Mlinistre de l'Eduication Natio.
nule ...................... M Pr'roL DE
Ministry des Cultes et des
Beaux-Arts ................ M. IN N(INN.


O.M SIHANOUK.



irm.


I.
[.


AY.
F, U IN
K.
Nil.

MONTEUI4O.


Revision de la Constitution

Le 16 imai, ai la rentr6e e la Chambre du Con-
soil du royanu.c, S.M. Sihanouk a remis entire les
mains des conscillers un project de revision de la
Constitution. Le roi a demand au Conseil de
proedder a une itude approfondie de ce project,
prdpard par uiic Commission coinposec de repre-
sentants du >rwcedent gouvernement et de la
plIpart des artist politiques, afin qu'il puisse
Oire prcsente :e plus tit possible devant la nou-
velle Assembli'e Nationale. II s'agit essentielle-
ment, par la revision de la Constitution actuelle,
a dit S.M. Sill mouk, d'assurer un meilleur equi-
libre des pouvoirs.


Creation d'un nouveau parti politique

II vient d'61re r rde au iCamnbodge un nouveall
)arti Ipolitique, WdLnommd << Ganapak Tom-
koiung IPrajalale a (parli de redressement na-
lional). Lc secrAlaire g6ndral du parti cst M. Ko-
sal, et le cons.:iller politique S.E. YWm Sambaur.


Soumission de Khmers Issaraks

Une nouvelle bandc de Khniers Issaraks a fail
sa soumission avec armes aux autorit6s cambod,
giennes, a Chlong, i 145 kms au nord-est de
Phn6m-Penh. Cette bande, qui operait dans la
province de Kratid, comprenait 110 homes
commands par le chef rebclle Kron Diep.
A l'issue de la pretaLion du serment de lidd-
lit6 et de loyauid au roi, les arnes leur out 6td
rendues ct la mission de participer "L l'auto-
ddfense de la province leur 6td donned.


INFORMATIONS MILITAIRES

A 1'inverse die la p0riodt e preclente, c'est dans le
Nord quo se sont deroulees les principles op6ra-
tions, alors que dans le Sud, c'est surtout une acti-
vit6 tcrroriste qui predomine.
Dans le Nord-Vielnain, les troupes de l'Union
Francaise continent les operations de nettoyage de
la r (gion ( du elta du Flcuve Rouge dans laquelle les
partisans dn Vietminh cherchent ii s'infiltrer. La
ville de Ninh Binh qui ktait encore centre leurs mains
a etC occupee par nos troupes le 2 mai. Cette ville
avant subi d'importantes destruction, le chef-lieu de
la province a 6et provisoireinent install A Phat
Diem, si6ge du vicariat apostolique.
Nos troupes, continuant leur action, ont ensuite
libCrc Phu-Ly le 2 mai. Ainsi le Vietminh a dLi aban-
donnerh latotalit ties principaux centres du delta
qui pouvaicnt uii scrvir de relais pour son ravitail-
lenint.
D'autre part, 1'operation de nettoyage du massif
dn D6ng Triiu a permnis (de porter un coup tres dur
an potential militaire adverse dans cettc region puis-
(lle nous y avons detruit 48 camps du Vietminh,
deux ateliers d'armemcint avec cinq tonnes de mate-
riel, et recuper uine qluantite iimportante d'arme-
iment. .'ennemi a en outre laisse 136 morts sur le
terrain, et 69 prisonniers entire nos mains.
Dans la region de D)ar Ha, entire Tiin-Ye n et
Monday, nos patrouilles td surveillance ont faith,
durant la premiere quinzaine de mai, te nombreux
lprisonniers et r6cupe:r un materiel de guerre
important.
Prts de la frontibre, nos troupes ont r6occups le
I)oste de Ho Tao, au Nord-Est de Laokay, post
(iq'elles avaient dtil evacucr lors de la forle pression
exercCe par le Vietmin sur le dispositif francais.
Devant ces success, le Vietminh a reagi par des
attaques et des harcelenients de postes, et des actions
de guerilla.
Ses partisans ont ainsi incendi6 lc 15 mai le vil-
lage de Na Sang, sir la fIrontiere du Kouang-Si et
(iu Vietnam, au Nord-Oucsl de Iang-Son, ct ont atta-
(qui les 16 et 17 mai le village de Vui Ban au Sud-
Onest (d Hanoi, et un village procle de Ninh Giang,
dans la zone naritiime, qui ont pu etre d6gagcs par
des tirs d'artillerie.
Les aLaqus coilntre iio;s poses ont 6et lances le
11 mai, centre ceux de la region Cao--Bang-That Khie








le 16 mai centre ceux de la region de Nam Dinh, et
le 17, centre ceux de la region de Phat Diem. Le
poste de Muong Lam, au. Sud-Ouest de Sonla a 6tC
egalement attaqu6 le 17 mai. Tous les postes ont
r6ussi a tenir devant les assauts de l'ennemi jusqu'A
l'arrivAe de renforts devant lesquels il s'est retire.
Dans le Centre-Vietnam, nos 6elments legers
d'intervention operant dans le secteur Hu&-Tourane
ont inflige des pertes sericuses A 1'adversaire.
Le 11 mai un grotipcment comprenant des l66ments
idu gnie a debarque dans la bale de Dung Quat, au
nord de Quang Ngui, ex6cutant un raid qui a per-
mis de realiser de nombreuses coupures sur la voice
ferrce et trois points sur un itineraire utilise par
les rebellcs pour leurs transpoi-ts de troupes.
Dans la region de Phan-Thift, une s6rie d'actions
locales ont iet ex&cutees aveec succs en zone c6tiere,
contre les bases de ravitaillement du Vietminh.
L'activit6 de cc dernier s'est surtout manifesto
dans la region de Quang Tri, et s'est traduite ins-
tamment par une action sans succis, contre les
postes de Dong-Ha et Thong-Trach, et par un sabo-
tage intensify de la Route Federale N' 1.
Dans le Sud-Vietnam, le Vietminh a declench6
les 4 et 5 mai une nouvelle action dans la region
de Travinh, mais celle-ci n'a pas eu la memo
ampleur que les prkcedentcs. Les rebelles ont cu
pour objectif la destruction du syst6me de tours de
garden. Mais l'ensemble du syst6me a tenu et les op6-
rations de degagement entreprises aussit6t par nos
troupes ont permits de rcprendre le contr6le do ton-
tes les voices de communication.
Les partisans du Vietminh ont en outre attaque, le
2 mai, le convoi Saigon-Banm6thuot qui a cu six
camions incendids et six bless6s; et le 16 mai le
camp de prisonniers de Thu-Due, permettant a une
cinquantaine de mutins de s'enfuir. D'autre part, le
Vietminh a entretenu une activity terrorist soutc-
nue qui a fait un certain nombre de victims parmi
la population civil, en particulier A I'intericur de
I'agglomdration de Saigon-Cholon.
D) notre cote, nos troupes ont surprise une con-
centration do rebelles dans la region de Cangioc, le
2 mai, et les ont obliges a so disperser en abandon-
nant de nombreux morts et bless6s.
A l'ouest de Duc-Hoa, une formation de l'Union
militaire de defense des chr6tient6s, appuyee par
des lgionnaires a inflige des pertes s6evres A un
fort detachement du Vietminh.


Au Cambodge, l'activit6 rebelled, assez r6duitc,
s'est manifest6e surtout par des actes de terrorism
et de piraterie. Plusieurs actions locales ont AtC
effectuees par les troupes reguliBres dans le secteur
de Battambang, et ont permis d'infliger aux rebelles
des pertes sensibles.
D'autre part, la Marine -a 6et active sur les c6tes
du golfe de Slam, qu'elle surveille 6troitement pour
empicher tout traffic d'armes.
Au Laos, on note une leg6re recrudescence de
I'activit6 Vict-Mini qui s'est traduite par quelques
cmbuscades.
Plusieurs operations do nettoyage ont 6tA effec-
tubes sur le plateau des Bolovens et dians la region
du Paksane. Des patrouilles ont 6tC actives sur tout
le territoire et un coup de main a caus6 des pertes
aux rebelles, prbs de Teh6pone.








AFRIQUE OCCIDENTALE FRAN(AISE


F6d6ration

Declarations de M. Be-
chard a son depart de
FA# France


'3' i B CCHARD,
Haut Comn-
a J i missaire de la
R6publique en A.O.
F., aprbs avoir assis-
t6 A la conference
des Hauts Commis-
saires, a fait la d6cla-
ration suivante en quittant Paris :

En marge d, la conference des Hauts-Commissaires, qui
s'est tenue A ]'aris, sous la pr6sidence de M. Letourneau,
ministry de la France d'Outre-Mer, et qui a constitun un
ev6nement exti mement important pour les territoires don't
les efforts se front sentir de maniire efficace dans un
proche avenir, j'ai r6glM, pendant mon s6jour a Paris, une
s6rie de questi )ns extriimement importantes pour I'A. O. F.
et, en particul er, celles des transports, des societes d'elec-
tricitS, ainsi qije cell des Centrales Diesel, en accord avec
le minister ie la France d'Outre-Mer.
Je me suis occupy, 4galement, de la r6gie des chemins
de fer et du problime de 1'&quipement de 1'A. O. F. sur
le plan de ]'habitat. J'ai mis au point, d'une part, la
construction d'un grand h8tel aux abords de 1'a6rodrome de
Dakar, ainsi que la question des credits du F.I.D.E.S. pour
la Fe6dration.
Malgr6 toutes les fatigues que 1'6tude de ces diverse
questions m'a imposees, je repairs extrinement satisfait de
mon sejour dans la metropole ct des r6sultats que j'ai pu
obtenir pour le d6veloppement de I'A. O. F.


Une declaration du President
de la Cornmission permanent du Grand Conseil

SM. Robert Delmas, president de la Commis-
sion permanent du Grand Conseil de I'A.O.F.,
a pr6cis6 les principaux travaux de la session de
cette Asseinble, qui s'est ouverte le 20 mai :

La liberation des changes et le plan de developpement
6conomique et social sont au premier rang de nos prioc-
cupations a-t-il notamment declare. En ce qui concern
la liberation des changes, il me parait souhaitable que
les pouvoirs publics exposent, en m8me temps, au Grand
Conseil leurs intentions, tant en ce qui concern la pro-
tection des products africains imports en France que la
protection des marchandises m6tropolitaines a leur entree
en A. O. F Au surplus, les products de nos industries lo-
cales devront 6tre proteges contre une concurrence pr4.
mature. Ces industries naissantes repondent A un double
but expose dans le memorandum adress6, par la d616gation
Frangaise, in Secritaire g6enral de I'O. E. C. E, savoir :


Assurer la satisfaction des besoins territoriaux en tant
quc consonimation;
Diversifier leur economic en apportant les possibilities
d emploi de la ;Iain-d'eiuvre ouvriere.

Le presidentt de la Commission perannente a
ln)'(seniC, ensuile, le b)ilan des credits alloues au
titre du F.I.D.E.S. :

En juin 1949, les reports de l'exercice 1948-1949 s'6ta-
Ilissaient a 7.216.000.000 en engagements et 5.358.000.000 en
paiements.
Les credits de la tranche 1949-50, votLs par le Grand
Conseil, s',e!vaient a 20.217.000.000 en engagements et
9.975.000.000 en paiements. Mais le Comitl directeur du
F.I.D.E.S. n'a valid qu'une tranche de ce programme, soit
16.403.000.000 en engagements et 9.482.000.000 en paie.
ments.
Notre surprise et notre deception ont eti grandes lorsque
nus avons appris, il y a quelques jours, que le Departe-
nment n'avait pu obtenir, du Parlemnent et du Comit6 direc-
teur du F.I.D.E.S., de ineilleures perspectives qn'une noun
velle tranclie d'engagements de dix milliards pour 1950-
1951.
Compete tenu des 3.800.000.000 du programme 1949-1950,
d6jA delib6res par ]e Conseil, mais reserves par le F.I.
D.E.S., il restera i peine un solde de 6.200.000.000 pour
la r6alisation des travaux en course et la continuation des
travaux urgents de la canipagne 1950-1951.


L'am6nagement des a6rodromes en A. O. F.

Une exposition sur < Les bases a6riennes en
A.O.F. > s'est tenue a Dakar.
A cette occasion, le directeur de l'Infrastruc-
ture aeronautiquc en A.O.F. a pr6cise quelques-
unes des activists de son service. 11 a, d'abord,
insisted sur l'importance de l'adrodrome de Dakar-
Yoff, qui < est f'rtquente par onze companies
de navigation adrienne 6trangeres, rdalisant
trente-six traverses hebdomadaires de 1'Atlan-
iique-Sud >>, et ajout6 qu'un tel traffic justifiait
les nombreux travaux executes sur cet aero-
drome depuis deux ans, notamment la construc-
tion d'une aCrogare, d'un parking, installation
d'un balisage de nuit et l'amclioration des ins-
tallations de s6curit&.
II a soulign6 que les travaux restant encore
actuellement h accomplir comprennent notam-
ment le prolongement de la piste d'atterrissage
Nord-Sud de 1.500' h 2.000 metres, et'l'installa-
tion d'une central 6lectrique de secours pour
parer a toute defaillance du secteur.
Les amenagements des adrodromes de Nia-
mey, Abidjan et Bamako sont, en outre, au pro-
gramme de l'annie 1950, et les installations prd-
vues permettront un traffic rcgulier avec des
appareils DC4 en << Constellation >.








D'autres lerrains' d'importance moindre, tels
(qu ceux de( Ziguinchor, Tanlbanounda, Kayes.
(Ouagadougou cl de Saint-Louis seront t:quipiks
id'une falcon rationnelle daons I'anniie t venir.
A Conakry, ine nouvelle piste de 1.800 mnPtres
de longucur est pr6vue. En fin, a Bouake, en
C6te d'lvoire, a Gao, Bobo-Dioulasso. Zinder el
Colonou, des travaux d'aminagcmenl sont en
cou'ir on seCronl cxi-cutlts an cours des aIniles
19i)0-195)1.


La culture du riz en Afrique Occidentale Francaise
va 6tre d6veloppde avec I'aide de I'E. C. A.

L'Adminislration de cooperation 6cononilque
announce qil'ove l'appoint de dollars du plan
Marshall, la culture du riz le long du Niger, en
Afrique occidental francaise, va Prendre une
importance majcure.
L'E.C.A. a approuv\ l'attribution de 1.400.000
dollars (490 millions de francs m6tropolitains) a
I'Offiec du Niger, organisine public autonomne,
qui couple porter sa production de riz a 140.001)
tonnes d'ici 1957, alors qu'elle n'etait que de
22.000 tonnes en 1948-49.
Les dollars ainsi fournis serviront a l'achat
aux Etats-Unis d'un matiriel de terrassement
lourd allant d'cxcavateurs giants h des tracteurs
moyens ct des nivelleuses. Ces appareils servi-
ront a d(fricher le terrain, creuser des canaux.
et a construire des endigucnents pour l'amina-
gement dtes rizieres. Cc travail se fera h la ca-
dence moyenne de 5.000 hectares par an.
Le project de l'Office du Niger repr6sente un
investissement total de 4 milliards de francs
nmtropolitains. Les provisions officielles sont de
45.000 hectares de rizibres en 1957 et de plus
de 100.000 hectares en 1970.
Le programme actuellement en voie de r6ali-
sation 'liminera rapidement la nicessite d'im-
porter du riz en A.O.F. Ces importations se sont
icvyes a 47.000 tonnes en 1948.

Un accord franco-britannique sur le transit
par la Gambie

Une d6l6gation franchise, comprenant notam-
ment les directeurs generaux de l'Int6rieur et
des services dconomiques du Gouvernement G6-
ndral, s'est rendue recemment a Bathurst, en
Gambie anglaise, pour proceder a I'6tude des
mesurcs susceptible de favoriser le transit des
products francais a travers ce territoire.
Ces conversations ont about a un accord qui
est entr6 en vigueur le 1" mai. Le gouvernement
de la Gamlbie s'cst engage, en particulier, h lie
prcndre aucnne measure discriminatoire a l'3gard


des marehandises a destination (:i eon prove-
nance des territoires francais.
En ce qui concern la navigation, le gouvei-
nement de la Gambie a reconnu, tant ioair les
products en provenance des territoj 'es fra:ncai
que pour ceux L destination de ces mnitmes ter-
ritoires, la libre navigation des navies de haute
mer sur la riviire Gambic. Cette libre navigation
est reconnue dans les inimes conditions a Ia
batelleric franchise. L'esprit de cet accord etant,
surtout, de permettre aux producteurs d'ara-
chides se trouvant dans des regions excentriques
de bIndficier de meilleures possibilities d'evacua-
tion.


Le commerce ext6rieur de I'A. O. F.
pendant I'ann6e 1949

Le total des importations de I'A.O.F. pour
l'annc 1949 s'est dlev6e 919.000 tonnes. parmi
lesquelles 613.000 sont allies au group < Scn&-
gal-Soudan-Mauritanie >>, tandis que la Cote
d'Ivoire et la Haute-Volta en recevaient 153.
Les exportations de la F6ddration se sont
chiffrdes a 816.000 tonnes, don't 354.000 en pro-
venance du group < Sningal-Soud.n-Maurita-
nie >, el 265.000 de la Cote d'Ivoire et t de 1
Haute-Vofta.
L'ensemble des importations repr6sente
34.480.000.000 de francs, don't 20.783.000.000 re-
cus par le group < Senigal-Soudan-Ma iiritanie >,
7.693.000.000 par la C6te d'Ivoire-Haute-Volla, et
3.104.000.000 par la Guinde.
Sur un chiffre global de 27.401.000.i00 de frs
d'exportalions, le group < Sen6gal-Soudan-Mau-
ritanie > en a, pour sa part, 12.886.000.000, suivi
par la C6te d'Ivoire-Haute-Volta avec 10 mil-
liards 268.000.000, tandis que le Dahomey et la
Guin6e repr6sentent respectivement .1.881.000.000
et 1.663.000.1000.


S A la direction dq service d'informations

M. Neulinck, administrateur des Colonies, a
pris la direction des services d'informalion du
Gouvernement g6n6ral de l'A.O.F., en remplace-
ment de M. Desjardins, nommd au chef-liet du
Senegal.


Une Exposition de I'Enseignement a Dakar

Une exposition de l'Enseignement a et6 inau-
gurbe le 26 mai, au Hall de l'Information, par le
gouverneur Chauvet, secretaire g6n6ral du Gou-
vernement ge6nral, et M. Camerlynk, directeur
general dle l'Enseignement.







Cette exposition denote, en meme temps que
le sens pdd:igogique des professeurs, les disposi-
tions des jeunes tlives don't les travaux sont
presents.
I)ans le cadre de cette exposition, un wagon a
,te tquip6 par les soins du College technique de
Dakar et piCsente I'ensemble des travaux et des
rdalisations susceptiblcs de donner, autant aux
instituteurs qu'aux elIves, un apcrcu des pro-
grammes d'etudes pour les jeunes classes.
Ce wagon sera envoy, pour une tourn6e de
douze jours, h Saint-Louis, Thins, Bamako et
Kayes. II sirvira surtout i montrer aux mem-
bres du Corps enseignant la technique observe
pour appreadre, aux jeunes enfants, les rudi-
ments de la connaissance.


C6te d'Ivoire

Les Exporiations de la C6te d'lvoire en 1949

Les chiflres des exportations de la Cote
d'Ivoire po!r l'ann6e 1949 sont les suivants
(chiffres officials):
Bananes : 18.291 t., 263.973.000 frs CFA. --
Bois : 81.013 t., 377.933.000 frs CFA. Cafe:
61.089 t., 4 068.386.000 frs OFA. -- Palmistes:
11.741 t.. 267.871.000 frs CFA. Caco : 56.195.5
tonnes, 4.139.817.000 frs CFA. Huile de
palne : 613 t., 22.024.000 frs CFA.
Si l'on ajoute, h ces products principaux, les
exportation!; moindres, on obtient un chiffre
d'exportations totales de 265.064 tonnes pour
10.267.634.000 francs CFA.

Embarquement des pelerins d'A. O. F.
pour le pelerinage de Rome

Apres les ports d'A.E.F., du Cameroun et du
Togo, oil il a fait escale, le << Dsirade > est ar-
rive h Abidjan. Il a embarque les pl erins de
Cote d'Ivoir qui se rendent h Rome a I'occasion
de I'Ann6e ',aintc.

La < Croisire 'Noire de la Sante >
en Cate d'lvoire

La < Cro siere noire de la Sant6 >, apres un
voyage an '96n'gal et en Guin6e, est arrive i
Abidjan, ayant ainsi parcouru 4.200 kilometres
depuis son l6part de Dakar.
La period des pluies intervenant, et retarded
dans son hcraire par la faveur qu'elle a rencon-
Wtre dans los diffirentes regions traversees, la
< Croisiere ioire de la Santd :> ne poursuivra so
route vers le Dahomey et le Niger que dans
quelques mois.


Le < Hoggar > est entr& dans I'avant-port de Vridi
(Cate d'lvoire)

Le samedi 22 avril, lc paquebot < Hoggar >
s'est amarr1i1 ai quai dans le canal de Vridi. Ayant
hiss le grand pavuis, le navire a franchi la
passe et, apr's ulit manu.llvre rapid, a accosle
sans difficult, les chalands servant d'apponte-
ment provisoire. Pour la premiere fois elh Cate
d'Ivoire, les passagers out pu quitter un paque-
bot sans apprehender une traverse dans une
embarkation soulevee par la houlc, et complete
de trajets adriens dans les c6lbres << paniers >
du wharf.


Guin6e

Habitations economiques en Guin6e

Sous I'impulsion de M. Nativel, secr6taire g6-
ndral de la Guinee francaise ct president de l'Of-
fice des habitations economiques, un project est
actuellement en course pour la construction de
maisons economiques.
A cet effet, un terrain, sis a cinq kilometres
de Conakry, a etC mis a la disposition de la sec-
tion de Guinde de I'O.H.E. Apris consultation
prdalable des autochtones int6ress6s, trois types
de maisons ont 6t. retenus :
1 Maison individuelle de 70 a 80 metres car-
res de surface, comportant quatre pieces prin-
cipales et cabinets de d6barras ;
2 Immeuble collectif, constitu6 par quatre
maisons individuclles accoles ;
3 Maison a un 6tage, pour un meme occu-
pant, comportant rez-de-chaussde et premier
etage (toujours quatre pieces).
La distribution de l'eau sera assure par un
chateau d'eau, construct par la communautd.
Plus tard, 1'Clectricite sera 6galement installCe.
Le locataire, moyennant un versement a la
prise de possession ct des versements successifs
s'Ctendant sur une p6riode pouvant caller jusqu'i
vingt-cinq anndes consicutives, deviendra pro-
pri6tnire de son logement.


L'dquipement scolaire de Conakry

'La population de la ville de Conakry ayant
double depuis 1939 -- le dernier recensement
montre que le nombre des habitants s'est accru
de 15 % environ de 1948 "t 1949, passant de
45.0'00 h 52.000 -- I'iquipement scolaire a d(I
utre entrepris sur une grande 6chelle. Alor?
qu'au 1" juin. 1948 la ville ne disposait que de
21 classes, don't beanceoup en mauvais Mtat, elle








se trouvera tris prochainement dotce de 36 clas-
ses, don't 17 neuves, ruparties dans six centres
scolaires au lieu de trois.
En outre, I'am6nagcment des nouveaux grou-
pes scolaires a 6dt concu de telle facon que des
logements pour le personnel enseignant ont Wti
adjoints aux constructions scolaires proprement
dites, palliant ainsi, en parties, la crise du loge-
ment pour celte categories de fonctionnaires.

L'exploitation des mines de bauxite de Guinee

Une premiere expedition commercial (re
bauxite apres des essais concluants de
I'ordre de 10.000 tonnes, sera cffectude dans
quelques jours a destination du Canada, par In
< Compagnie des bauxites du Midi b, installed
aux miles de Loos.
Les travaux d'installation de cette companies
a File de Kassa avancent a grands pas. Vingt
cases anmnagees sont pr tes a recevoir le per-
sonnel europ6en. L'usine de distillation, qui
rournira environ 2.000 metres cubes d'eau poti-
ble par jour, sera achevee dans six mois.
Selon les milieux competents, I'objectif O'ex-
ploitation de 300.000 tonnes en 1952 sera atteint

Estimation des nouvelles r6colt6es en Guin6e

La nouvelle r6colte du riz est estimee au heif-
fre, encore jamais atteint, de 220.'000 tonnes
Le d6veloppement de la riziculture dans les
cercles, notammeni celui de Siguiri. ofi 6.000 ha
ont Wt6 mis en valeur pour une production de 7
a 8.000 tonnes, a permis cc r6sultat.
La trite du cafe donne une production de
nlus de 2.000 tonnes, don't 600 tonnes ont dibjh
Mt6 exportees par Monrovia. La r6colte de 1'Pn-
nec derniere s''tait levee a 1.500 tonnes.
La traite du palmiste, qui s'annonce bonne,
est 6valute A 30.000 tonnes. Les meilleilrs ours
de l'annee derni're sont actuellement pratiquis.


Inauguration d'un stade b Bok6

Le stade le plus important du Territoire de In
Guinee, construit a Bolk, a 6t1 inaugur6, diman-
che 7 mai, par le Gouverneur, M. Roland Pre. Ce
dernier a procd6 6galement, a l'inauguration
de la route d'accs au nouveau wharf et aux
hangars de stockage.

Niger

Les r6alisations techniques au Niger

M. Toby, Gouverneur du Niger, a fait un ex-
pose sur les r6sultats obtenus dans le domaine


technique par l'Adininislration. Au sujet des tra-
vaux d'hydraulique pastorale actuellement en
course, il a precise que le sondage de Targa cons-
titunit un succes.

La nappe phr6atique a kt6 rencontr6e a cent soixante me-
tres a-t-il d6clar6 I'eau remontant jusqu'A quarantc-
rinq mntres de la surface. Le Service des Mines va, sur-1e-
chanlp, construire un puits qui, descendant a plus de cin-
quante metres, avec un diamntre de deux metres cinquanto
et un system circulaire d'abreuvoirs, assurera la security
des troupcaux de la region.
Conjointement a continue Ie Gouverneur Toby le
Service des Mines pursuit ses forages de puits directs
dans les Tadress, de part et d'autre de la route d'In Gall.
Cinq chantiers a grande profondeur (75 et 85 mntres) sont,
actuellement, ouverts avec des fortunes diverse, puisqu'il
s'aglt de rencontrer le point optimum de la bordure des
grks du TBeama.
D'autre part, et pour le Service des Travaux Publics,
V'activit g6n6rale des Chantiers est en amelioration. 1948
et 1949 ont t6 decs ann6es de dimarrage; 1950 voit et verra
les r6sultats dans le domaine de la construction; en 1951,
les realisations apparaitront dans celui des routes et de
I'aviation; 1952 verra rhsolu le problbme de I'eau.
A Niamey, les villes d'accueil, construites par le Service
des Travaux Publics, suivant le principle de normalisation
du Travail, sont terminbes.
L'a6roeare de Niamey fonetionne. Le balisage, le phare,
la central Blectrique ont kt6 installs. Certaines parties
de la piste bitumeuse out 6t6 refaites. Unc subdivision
de I'infrastructure a Wtt crrbe en novembre. On peut esp&-
rer, pour fin 1950, I'ouverture de l'a6rodrome anx lignes
regulieres de D. C. 4.
A Zindcr, la piste a 6te revise en 6tat.
Les am6nagements de la ville de Niamey se sont pour-
suivis. La line a haute tension a Wt minise en service, per-
mettant l'alimentation normal des installations 6lectriques
de Niamey-Bas. Les marches d'equipement sont en course,
de mime que les etudes d'accroissement du volume d'eau a
distribuer. Des bornes-fontaines sont commandoes. Une gla-
cire de quatre tonnes est en course de montage.
A Zinder, le problnsme de l'eau est a 1'Ptudc. Des r6ser-
ves ont Wte d6couvertes dans la valley du Cogo. Il est pen
probable que l'ex6cution des travaux soit achev6e avant
deux ans. Pour assurer imm6diatement les besoins de la
population, la ville de Zinder est 6quip6e en cainions.
citernes et trois nouveaux pults sont for6s A des distances
plus accessible du centre urbain.
Encourageant l'ensemble de cette activity, nous voyons,
enfin, de grandes entreprises prendre pied an Niger. Ce
n'est pas la moindr de nos satisfactions que de constater
que le Territoire a r6ussi A attirer des moycns puissants ct
1'cffort d'qiuipcment de ces entreprises doit leur permet-
ire de passer rapidement aux r6alisations.

La situation dconomique du Niger

La situation economique de ces derniers mois
se resume dans deux faits : traite des arachides
trbs mediocre, reserves alimentaires assures, a
d6clar6 le Gouverneur Toby, chef du Territoire a
I'ouverture de la session du Conseil GUenral du
Niger.








CONFERENCE
DES HAUTS COMMISSAIRES
en hat :
Au premier plan :
M. LETOURNEAU,
Minis"re de la France d'Outre-Mer
A sa droite :
Le Gouerneur general DELAVIGNETTE,
Dire:.teur des Affaires Politiques
du Minitfrer e de la France d'Outre-Mer


el bas :
I.a Table de la Conference
A droite, premier plan :
M. CORNUT-GENTILLE et M. PETER
A gauche :
M d'AVOUST, M. LEBEGUE,


WSII







































M. PIGNON M. BECHARD
Haut Commissaire en Indochine Haut Commissaire en A. O. F.


M. BARGUES
Haut Commissaire a Madagascar


M. CORNUT-GENTILLE
Haut Commissaire en A. E. F.


M. SOUCADAUX
Haut Commissaire au Cameroun










A Tulear,
M. AUJOULAT remet une decoration.


* \l


Motoculture a Madagascar.












































Usine roulante venant de Hollande et installed a la Foire de Paris.
DestinBe aux territoires d'Outre-mer, cette usine fabrique des fGts metalliques a raison ae 450 par jour.








La traite des arachides s'est ouverte a-t-il ajoutb --
le 28 novemlre 1949, avec un retard ind6pendant de notre
volont6, min; q(i n'a pas manque de perturber le march.
Les tonnage commercialises sont d'a peine 13.000 tonnes
centre plus de 45.000 en 1948. On peut, cependant, esti.
mer qu'en r Iison du d6calage des dates de l'ouverttte de
la traite, une parties notable de notre recolte a &6t ecoulBe
sur les marchlis britaniiques.
Les consequences dc cette insuffisance de la traite sont
de plusieurs ordres : manque de num6raire entire les mains
des producteurs, du mioins si l'on compare leur situation
pr6sente A a surabondance enregistree l'ann~e derniere:
ponvoir d'a hat reduit du consommateur, tout en notant
que, les imp ts n'ayant pas 6te augments, il demenre en-
tre ses mainis des disponibilitis suffisantes; enfin, autre
consequence, difficult d'6coilement, pour le commerce,
des inarchandises d'importation et marasme chez les trans-
porteurs.
IPs mon etour, je me suis attach a r6soudre la ques-
lion vitale les sciences d'arachides en vue de la pro-
chaine campagne agricole. J'ai eu des contacts avcc le Se-
negal, le Da tomey et la Nigeria. Malleurrusenent, le trop
court dilai jui nous cst laiss6 avant les premieres pliies
ne nous pern let pas de computer sur une aide efficace des or-
ga:nismes spi eialises de ces pays. C'est pourquoi je me suis
rendu, des les premiers jours d'avril, dans les circonscrip-
toins produce prices pour conf6rer avec les repr6sentants dui
commerce el des cultivateurs. J'ai constat6, qu'en effect,
les stocks d, semences conserves dans les villages 6taient
g6n6ralemenl insuffisants, lien que, come salt le faire
tout bon agiiculteur dans tout pays, les meilleures graines
aient B6t so gneusement reserves. En 'accord avec le chef
du Service des Donanes, et grace a sa large comprehension,
il a 6t6 donn6, partout, les consignes suivantes :
Liberty total accordee A tous les cultivateurs se ren-
dant dans le Territoire voisin pour y acleter des semnences,
par extension de la notion de traffic frontalier; achats, par
les SociAt6s de prevoyance, des stocks que le commerce
s'est offert it se procurer; prohibition de tout gaspillage
de graines dans les villages en vue de r6server, aux ense-
mencements, la totality des grains disponibles de quality
suffisante. J ai hon espoir que, si nous avons une pluvio-
m6trie normile, nous retrouverons, cctte annee, le tonnage
de 1948, qu doit 6tre la recolte moyenne du Niger, sans
qu'il puisse en resulter le moindre inconvenient pour ]a
s6curit6 alinientaire du pays.
Cette question des approvisionnements en semences est
suivie au j~.ur le jour, et j'espere que la prochaine cam-
pagne ne soiffrira pas trop des courts d6lais qui m'ont Ete
impartis pour faire face a la situation.
Pour epui-;er la question des arachides, j'indiquerai que
le Statut de la Caisse de Compensation, qui doit pernet-
tre d'achete les semences et de rembourser les avances
taites, a ce titre, par les Soci6tes de Prdvoyancc, est en
course d'elaib ration par prelevemeuht sur le prix F.O.B.



Abordant la question des cultures vivribres, le
Gouverneitr Toby a declar6 :

La ricolto du mil avait 6t6 annoncee trhs deficitaire.
En fait, si Ile fut, sauf quelques zones limit6es, presque
partout infirieure A la moyenne, les inquietudes que l'on
avait pu concevoir sont calmees.
Grace a, nos reserves vivribres, don't il n'est plus besoin


de demontrer 1'Wvidente nicessite, et grace aux stocks de
s6curit6 constitu6s dans la plupart des Cereles, la soudure
s'effectuera sans a-coups. Les apports de itil sur les mar-
ch6s sont, jusqu'a ce jour, suffisants. par suite de la dimi-
nution de la circulation fiduciaire, la hausse saisonniere
de4 court es t moins excessive que celle qui a 6et enre-
gistree pendant les annies plus favorisees.



Pour des raisons analogues a continue le Chef du
Territoire le Commerce, inthress6 a vcndro ses uar-
chandises, recherche des dbhouchds et l'on constate, par
des overtures de Comptoirs, qu'il se rapproche de l'ache-
teur. II est probable que ce mouveenint ie fera que s'ac-
centuer, car il est surtout le signed du retour a une rco-
nonlie plus saine; la liberty des prix retablie dans la pil
part des secteurs et qu'il faut manme prevoir pour les ara-
chides i plus ou moins breve 6chiance, rend au Commerce
le goat du risque et de I'initiative, qualit6s essentielles que
les circonstances, nees de la guerre, avaicnt etouffees sound
un dirigisme paralysant.
C'est ainsi que, dans le domain des transports, le re-
tour a la liberty des prix parait, egalement, une eventualitw
logique, le libre jeu de la concurrence etlant, li conine
ailleurs, la consequence indluctable de I'aliignemoent sur les
cuIlrss mondiatlx.


Soudan


Conference sur I'Equipement du Soudan

A Koulouba, sous la pr6sidence de M. Jacob-
son, President de la Commission du Plan, de
1'Equipement et des Communications h l'Assem-
blde de l'Union Francaise, une Conf6rence, h la-
quelle assistaient le Gouverneur Louveau ; Ra-
cine Mademba, conseiller de la RWpublique ;
Tidiani Traore, President du Conseil G6neral et
Grand Conseiller de I'A. 0. F ; Izaure, PrCsident
de la Chambre de Commerce de Bamako, et
MM. les directeurs locaux et chefs de Service du
Gouvernement, a eu lieu, dans le courant du
mois d'avril.
M. Jacobson a expos le motif de sa presence
au Soudan. II effectue un voyage d'information
dans les Territoires d'Outre-Mer caract6rises par
leur dloignement de la mer et qui, par suite, se
trouvent d6favorises sur le plan Cronomique, en
raison du manque de debouch6s ou de la chertf
des transports qui grevent considirablement les
products exports. Pour remdrier h cette situa-
tion, M. Jacobson a propose trois moyens :

1 Essayer d'acheminer aux ports de mer certain pro-
duits du cru dans des conditions telles qu'ils puissent
s'6couler sur le march mondial tout en assurant un prix
suffisant aux producteurs. Celte solution a-t-il souligu6
se heurte aux obstacles qui out justeinent cre6 le pro-
bleme et ne serait applicable qu'a de tris rares products.
2 Cl6er une economic locale d'echanges, qui consisterait







i accroitre considerablenienit les productions et a reclhercher
des attaches commercials avec les territories voisins, per-
imiettant I'exportation des produits soindainis vers le S I-;i.-
gal, la Guin6e, la C6re d'lvoire, Ie (;old Coast et la Nige-
ria. Cette solution lui semble stre la plus adapter aux col-
ditions Bconomiques du territoire.
3" D6velopper l'industrie locale par amelioration du pe-
tit outillage, pour perimettre an Territuire I'exportation lde
products manufactures plus accessibles au march mondial.
Cette solution aurait, d'autre part, pour avanlage, la crea-
liot d'activiles eroonoiiiques nonvelles.

C'est dans cc cadre, dessin6 par le Pr6sident
Jacobson, que le Gouverneur Louveau a fait un
expos des besoins du Soudan propres Ai etre fi-
nanc6s par Ic F.I.D.E.S.
Le Territoire, don't 1'6conomie est essentiellc-
ment fondue sur des products pauvrcs, se heurte
t d(e nombreuses difficulties pour exporter sai
production, considerablement grevce par les frais
de transport. L'amU lioration des conditions
d'evacuation par la inodernisation des moycns die
transport est le remide essential A cet 6tat de
cfioses. Or, le r6seau ferri soudanais est mnal
quip6. I1 est, 6galement, trks cher. II faudrait
done en pr6voir la modernisation et 6tudier les
ihoyens par lesquels la R6gie des Chemins dte
Fer de I'A.O.F. pourrait consentir, au Sou:lan
g6ographiquement defavoris6, des tariffs pr6f6-
rentiels et d6gressifs. Quant au r6seau routier,
son 6tat permet mal 1'intensification des 6chan-
ges commerciaux de Territoire it Territoire.
L'intervention du F.I.D.E.S. dans ces deux do-
maines pourrait se manifester par une aide A la
RWgie des Chemins de Fer, qui serait, alors, ca-
pable de consentir les tarifs demands, et par
d'importantes subventions au Soudan destines ;I
la r6fection de son reseau routier.
Ce premier point rappel6 A I'attention des au-
diteurs, le Gouverneur a passe en revue les pro-
ductions de base de 1'6conomie soudanaise ainsi
que les amMliorations n6cessaires it son exten-
sion.


Dcs vwuix onlt tC dinis apr s cet expose :
l" Dans le domaine social, et, plus particulieremieni,
tuolamti, le financrcient seinile s'attacher au devtulppement
dies souls etablissenients d'enseignement secondaire et supe-
rieur et delaisser l'enseignenient primaire. Or, il est indis-
pensable de construire des ecoles primaires vt ii serait
souhaitable de voir le I. I. I). iE. jouer, u.;1s 1 te dol
inaine, le rile qui lui revient.
2" L.''xecttion du plan est tris souvent gtneee par le
nlanque tie tecihticiens. Cette penurie de personnel qualified
se faith, notanmment, sentir dans le cadre des ingenieurs de
Travaux Publics. Pour iener i hien l'teuvre de d6veloppe-
nment econoilique ct social entreprise, it sera necessaire
d'envisager des imesures propres a aiecner, Outre-Mer, des
ingenieurs qualifies.
3, L'ex6cution rapid des travaux finances par le
F. I. D. E. S. est genee du fait que les credits sont del gu6e
tardivement. La preparation des adjudications, travaux et
chantiers, n'est, par suite, pas ausi rationnelle qu'il le fau-
drait. Cette d~elgation de credits devrait se fair avec trois
ou quatre mois d'avance perniettant ainsi line preparation
plus poussee des travaux ct, souvent, tine utilisation plus
economiique des credits.

N1. Izaure, President de la Chambre de Com-
merce, fit connaitre qu'il se ralliait aux vues de
1'Administration et insist sur la necessity de
voir 16 Soudan fran.ais b6neficier de tarifs d6-
gressifs et prief'rentiels sur le e< Dakar-Niger >.


Une < Poste automobile rurale > au Soudan

Une innovation dans le domaine des P.T.T. en
A.O.F. vient ld'tre mise au point au Soudan
frangais. Une < Poste automobile rurale Bana-
ko > a WtC organis6e, )errmettant de desservir,
grace a un camion postal, les difftrentes petites
agglomerations qui ne Ipeuvent avoir de bureau
fixe des P.T.T.
Une rdalisation similaire sera bient6t mise en
place pour desservir les petites localil,',s de la
presqu'ile dlu Cap Vert.








AFRIQUE EQUATORIALE FRANCIfSE


F6diration

La production
I icotonniere
1APP1 CAlTION (lde
j diverse mlesli-
res au course de
I'ann6e pr6c6dente
pour le dtveloppe-
ment de la production
du coton, I fait (quc
Ics r6sultats dc la
campaign, 1949-1950 ont d6pass Icls provisions
Ila' iles.
En eff.2t, au 31 mars 1950, dans le Territoire
(du Tcha(d, 53.004 tonnes de coton-graines avaicnt
jl6 recoll6es, se d6composant come suit :
Tonnes

M ay( -Kcbbi ................. 18.425
Logc ne ..................... 22.847
Moy( n-Chari .............. 11.692
Au 10 avril, d'alprs les derniers chiffres, le
,otaT s'61evait i- 53.004 tonnes au Tchad et aI
36.372 tones dans 1'Oubangui-Chari, soit 89.376
tonnes c< ntre 75.000 tonnes pour la champagne
precedenle ; 25.000 tonnes en 1938-1939 et 103
lonnes l( rs de la premiere champagne en 1927-
1928.
Des credits important ont et6 votes pour per-
inettre, a I Service de l'Agriculture, de continue
a acheter de l'outillage qui, coinmmc l'annec dcr-
nierc, sera distribud aux cultivatcurs (houcs ,ha-
ches, ma.chettes). Pour lOubangui, 10.500.000
francs oi t 6td prvvus et 22.000.000 pour le
Tchad. L'effort financier exceptionnel, mais trs;
rentalble, que necessite la mise en cuvrc de cc
])rogramnie doit permettre de porter de 300 it
;5ff le rcndement moyen LI l'hectare en coton-
granines a, cc la possil;citc d'atteindre jusqu'i 600
kil6s dan:, certain sectcurs.
La raalsation des objectifs (ue se fixe le Plan
c'Equiperlent est function de 1'ex6cution d'un
vaste pro!.ranmme dc travaux portant sur :
-- 1'am lioration des vari6tes cultiv6es et de
nouvelles lignbes :
la luite contre le parasitisme et les diverse
maTadies :lu cotonnier :
l'amenagement des sols :
Wetu le des fumures ;
l'eni adrement et 1'6ducation des produc-
teurs autcchtones don't un des effects sera de fair
observer, l'une maniere rigourcuse, la dose des
semis qui a lne tres grosse incidence sur le ren-
dement


-- 1'amilioration ,I' le d veloppement du r6-
;eaiu ioutiler
i: it nise .u1 plied d'mue svsteme d'irrigation
lode rne.
Ce progriiime est en course d'execution. Deux
ing6nienrs el dix condiucteuirs nouveaux ont Wt(
engages 1'an dernier; deux ing6nieurs-adjoints,
dix conducteurs et quarante moniteurs sont sur
le point d'tre recrutds. En effet, 1'exp6rience du
Congo belge, en particulier, a prouv6 implement
([ue le rendenmcnt des campagnes cotonnieres est
6troiteecnt li au nombre de conducteurs qui
les contr6olcn de bout en bout.
Des calculs )prcis ont d6montr& que les meil-
leures recoltes, representant une augmentation
de trente pour cent sur les campagnes ant6rieu-
res, ont Wti obtenues avce un encadrement d'un
moniteur pouGr quatre cents cultivateurs.
Des experiences sont pratiquces dans cc sens
en Oubangui. dans le district-pilote de Zlindao,
oni ont Wt6 afftectes plusicurs conducteurs pour
conslituer un encadrement sdrieux. Cette annie
sera dicisive (t donnera les r6sultats de l'exp6-
rience.
L'augmentation constant de la production, les
:imnliorations (d tous ordres apport6es par le
Service de l'Agriculture donnent 1'assurance que
les objectifs du Plan seraient atteints sans dif-
i'icultk tout en n'utilisant qu'une sup)erficie mii-
xiinum de 280.000 :'1 300.000 hectares.


Les courants 6conomiques entire
L'Afrique Equatoriale Francaise et le Congo beige
(Service d'Information de Lopjodville)

Entres dans l'histoire colonial iI la m6me
e6poque, riverains d'un mime fleuve s'6tendant
sur des sols et sous des latitudes analogues,
I'Afrique Equatoriale FranCaise ct le Congo belge
npparaissent a premiere vue moins come des
conipl6mentaires economiques que comme des
pays representant sur les marches mondiaux des
productions similaires, et destinds d6s lors hien
plus i un parall6lisme qu'A une symbiose.
En effet, 1'Afrique Equatoriale francaise offre
S1'cexportation, tout come le Congo belge, des
bois, du coton, de l'or, du diamant, des oleagi-
neux, du caf6, du caoutchouc: et si certaines de
ccs productions sont encore assez faibles, comme
le diamant ou les ol'agineux clles ont cependant
pris un essor qui suit une constant extension. A
ces products, r6pliques de ceux du Congo belge.
s'ajoute sans doute le bhtail du Tchad, mais
dans 1'ensemble on peut conclude i une simili-
tude de richesses qui excluait r( prior un courani
de -tractations.







Toutefois, des facteurs externes sont venus
modifier ces apparences. Tout'd'abord, la guerre
a, pendant plusieurs annees, coupe les colonies
de leurs m6tropoles, et, par la force des choses,
les colonies limitrophes se sont engages dans
la voie de la cooperation. Dans le meme temps.
et en raison des mimes circonstances, le Congo
belge s'est industrialist rapidement, cr6ant sur
place les industries de transformation qui lui
faisaient auparavant d6faut. Enfin, I'Afrique
6quatoriale francaise n'a pu, apres la guerre, se
procurer assez de devises pour alimenter tous
ses besoins en importations : d'une part, la M&-
Tropole ne lui assurait pas une dotation suffi-
sante en devises et d'autre part, elle ne jouissait
pas d'une autonomie suffisante pour oriented ses
propres exportations; mais A chaque moment
difficile qu'elle a connu, le Congo belge, sans hi-
sitation, lui a fourni une cooperation effective
sous la forme d'op6rations compensatoires. C'est
ainsi qu'en 1949 l'Afrique equatoriale francaise
a import du Congo belge et du Ruandi-Urundi
une valeur de plus de 150 millions de francs con-
golais. don't plus de 56 millions repr6sentent des
products imports au Congo beige et r6export6s
dans la suite vers I'A.E.F.
Les products d'origine congolaise qu'elle a im-
port6s directement -- plus de 96, millions sont
surtout de la bire, des tissus, des chaussures en
caoutchouc, du ciment, des bateaux, des cha-
lands, du courant 6lectrique. De son c6te, le
Congo beige a import directement d'Afriquc
6quatoriale francaise la valeur d'une vingtaine
de millions de francs congolais, don't pris dc six
millions portaient sur des bois tropicaux.
Actuellement, la colonies belge export done
vers I'A.E.F. plus de sept fois la valeur de ses
importations. Cette situation doit cependant 6tre
consid6rbe comme transitoire, et d'ici peu les
courants d'6changes reciproques tendront a une
egalisation: en effet, l'industrialisation de l'Afri-
que cquatoriale francaise est entree d6sormais
dans la voie des realisations : son plan d6cennal
de developpement et d'6quipement qui s'ktend
de 1947 A 1956 est dejA en course et envisage en-
tre autres I'installation d'une cimenterie, celle
d'une usine de textiles, celle d'une usine d'6lec-
tricit6, etc... Des que fonctionneront ces indus-
tries de transformation, les besoins de l'Afrique
6quatoriale frangaise en products congolais ma-
nufactures iront diminuant ; bien plus, grace A
cette industrialisation, l'Afrique 6quatoriale
franhaise pourra, par la mise en oeuvre d'entre-
p6ts frigorifiques, assurer vers le Congo une ex-
portation riguliere de ses viandes du Tchad ;
deja le Congo beige commence A importer par
:ette voie de la viande de boucherie et I'on peut
supposed que sous peu le Tchad sera une des
grandes sources d'approvisionnement de Ldo-
poldville. Mais en meme temps, b6n6ficiant de


son propre plan d6cennal, le Congo perfection-
nera son industrialisation, mettant d'autres pro-
duits en face de besoins accrus et continuant par
lA d'alimenter le courant d'echanges ne en ces
dernicres ann6es.
On peut ainsi constater que, par le jeu de ces
facteurs nouveaux, sont nes, entire deux pays aux
resources originellement similaires, des mouve-
ments de reciprocity 6conomique auxquels une
amiti tIraditionnelle offre un climate favorable.

Le traffic des ports maritimes

1938 1948 1919


t. t. t.


Pointe-Noire :
Embarqueinents ...........
Debarquements ..........
Libreville :
Embarquenents ...........
DI)barquernents ....'........
Port-Gentil :
Emibarqueients ..........
Dl)barquemicnts ............


57.100
46.800

121.300
9.700

133.200
10.200


85.600 71.000
139.500 193.400

97.100 109.500
20.500 27.200

90.200 101.000
30.700 41.100


Le traffic du chemin de fer < Congo-Oc6an >

Voici d'apres le < Bulletin d'Informations Eco-
nomiques et Sociales de I'A.E.F. >, un tableau
coriparatif du traffic des ports maritimes de la
Fed&ration au course des annbes 1938, 1948 et
1949 :
Le nombre des voyageurs transports par le
chemin de fer < Congo-Oc6an > s'est Mlev6, en
1949. a 253.300 centre 252.000 l'annbe precedente
et 73.500 en 1938.
Le tonnage de marchandises transporlies s'est
1ecv6, en 1949, A 266.800 tonnes centre 242.200
l'annbe prec6dente, (soit une augmentation de
24.600 tonnes) et 96.700 tonnes en 1938,
Le total des recettes voyageurss et marchan-
dises) s'est Mlev6, en 1948, a 353.400.000 frs c.f.a.
contre 241.000.000 l'ann6e precedente.

Autorisation de Constitution
d'une Soci6ft d'Economie Mixte
dite < Socidet d'Energie de Port-Gentil >

Dans le cadre des pouvoirs conferes au mi-
nistre de la France d'Outre-Mer, la constitution
d'une soci6t6 d'6conomie mixte, dite <: Societe
d'Energie de Port-Gentil >, vient d'etre autoris6e.
Cette Societe, don't le siege social est fix6 A
Port-Gentil, a pour objet de produire et de dis-
fribuer, A Port-Gentil, 1'6nergie electrique et la
vapeur industrielle, et, 6ventuellement, d'y ex-
ploiter en gerance, A la demand de l'administra-
tion, le service de distribution d'eau et tous 6qui-
pements d'inter8t public.


40








Les principles exportations de I'A. E. F.
au course du premier trimestre 1950

L'A.E.P. a cxport6, au course du premier tri-
mestre 1)50, 58.084 tonnes, d'okoum6, ce qui re-
pr6sente une valeur total de 411.494.000 francs
C.F.A.
Au co irs de cette mmce p6riode, elle a, 6ga-
Icment, xporlt 2.218 tonnes de colon pour une
valeur de 249.814.000 francs.
Les ex ortations en cuirs et peaux atteignent
le chiffr de( 124 tonnes, repr6sentant une valeur
total de 19.675.000 francs.
Enfin il faut noter encore, les exportations de
caoutchouc brut natural qui s'clevcnt 74 ton-
nes en quantites et t 3.063.000 francs en valeur.


Le Quadrimoteur < Constellation >
sur la ligne de Brazzaville

La Conpagnic < Air-France > a mis en ser-
vice, sur la ligne < Paris-Brazzaville >, un
< Lockheed Constellation B 749 >, apparel qui,
recemrme t, a 6t. affect aux liaisons d'Extrime-
Orient et de Madagascar.
Le < Constellation > peut transporter quarante
passagers at quatre ou cinq cents kiTomitres-i.
de vitesse de croisiere ct sa mise en service per-
incltra d, reduire la dur6e du voyage de vingt-
quatre a :lix-neuf heures.
Cette liaison hebdomadaire, avec scale i Al-
ger et A Kano, n'entraine aucune modification
dans les servicess r6guliers )precdenmment 6tablis
sur les n-rmes lignes.
La premiere liaison < Paris-Brazzaville >>, a eu
lieu dans d'excellentes conditions.
L'appaicil a atterri Ic 20 mai au martin, au
train de Maya-Maya, pres de Brazzaville, re-
cemment amInag6 par les soins de la Compagnie.
Tout au course du voyage, la radio de l'avion
avait ktC maintenue en liaison direcle avec Ic
poste r6cc:pteur de Brazzaville, qui assurait la
diffusion du reportage.
Sur 1'ai'rodrbme, M. Aron, ing6nieur general
des Ponts-et-Chauss6es, administrateur d' < Air-
France >, a soulign6, A l'occasion de l'inaugura-
tion de cete nouvelle line, 1'amelioration ap-
port6e au:: liaisons centre la metropole et l'Union
Frangaise et a assure qu'il etait dans les inten-
tions de la Compagnie d'intensifier ses services
dans Ic c:idrc de la France d'Outre-Mer, confor-
mmnent iux conclusions de la dcrniere assem-
bl6e aproinautique de 1'Union FranCaise.
Le Gouverneur Grimald, secr6taire g6n6ral de
I'A.E.F., n r6pondu en felicitant < Air-France >
des r6sultats dedj obtenus.


Deliberations du Grand Conseil de I'A. E. F.

Au course de ses dernibres reunions, le Grand
Conseil de I'A.E.F. a adopt les conclusions sui-
vantes :

Approbation d la convention fixant les conditions
d'exploitation du < Reiai-ilotel > de I'aerodromc de Maya-
Maya. Cet hotel, i'un des plus grands de l'Alrique Noire,
sera expioite par la bociete (i career) des relays aeriens
(atiril,ution de credit tie 16.000.000 pour son ach6vement).
-- Ouverture de credits pour la revenue de trente chani.
bres it la Maison des Eudiants de la France d'Outre-Mer a
I'aris.
Le tarif des douanes est ramien, pour les cuirs (pour
entree et la sortie), de 12 Ai 4 %, ceci afin de favoriser
industries naissantc a Brazzaville.
Abaissement des droits de sortie sur l'or (dc 6 a 2 %)
ct Ie dianiant (de 6 a 5 %).
Octroi d'une rente de 100.000 francs par an aux en-
fants du Dr. Stefanopoulo cet i ceux de l"inspecteur general
Paillet.
Creation d'une police econoimique appelec, en parli-
culier, i surveiller Ies regions miniieres.
Attrilution de 30.000.000 de credits pour la visite du
miinistre de la France d'Outre-Mer, prevue, on le sait, daus
Ic courant du inois de juillet;
Creation el equipenient de debut du service des Arclhi
ves du Gouvernciment general.

En r6sumn, Ic cahier dt credits suppl6nedi-
taires s'6tablit it 196.092.747 francs ct le budget
dlfinitif 1950 de la F6deration s'6quilibre, en re-
cettes et en d6pcnses, h 4.029.051.552 francs.
En fin de stance, une modification du droit
d'entree sur les cuirs a CtW propose au Grand
Conseil. Cette question a et6 cnvoyee pour etude
i la Commision compktente.


Evaluation du cheptel aefien

Les reccnts rclev6s du Service de la Statistique
(G6nrale ont permits d'evaluer 1'effectif de
I'A.E.F. en animaux contr6les par le Service zoo-
technique. Le cheptel r6el est certainement plus
con'slderable.
Les statistiques donnent, au 1" janvier 1950,
un total de 1.427.000 bovins; 1.540.000 ovins ;
63.000 chevaux; 104.000 anes, et 135.000 cha-
meaux. Le territoire du Tchad, a lui seul, pos-
sede la totalit( de l'effectif en Anes et en cha-
meaux, 62.000 chevaux ; 1.399.000 ovins et 1 mil-
lion 342.000 bovins.
La confrontation des statistiques des annees
prec6dentes et de l'annCe passe permit dc no-
ter une augmentation du cheptel progressive et
appreciable dans chaque categorie d'animaux.
Ainsi, au 1" janvier 1946, le cheptel aefien s'6le-
vait a 2.587.000 totes au 1" janvier 1948, il at-
teignait le total de 2.943.000 totes et celui de
3.269.000 t&tes au 1" janvier 1950.








La production de I'A. E. F. en 1949

Le bois. -- Le bois d'Omuvre, abattu au Gabon,
qui representait un total de 162.800 metres cu-
bes en 1947, a atteint progressivement 488.500
mLtres cubes en 1948 et 579.600 m6tres cubes
en 1949.
Dans ces quanbtjts, I'ohoume entire respective-
ment pour 330.000, 414.000 ct 522.000 mitres
cubes.
Les exportations d'okoum6 du Gabon se sont
elevkcs de 189.100 imtres cubes en 1947 ,i 268.808
m6tres cubes en 1948 et 336.700 mUtres cubes
en 1949.
L'huile de palme et les palmisles. L'A.E.F.
a apporte, sur les marches, un total de 4.563
tonnes d'huile de paime ct 6.414 tonnes de pal-
mistes en 1949.
Sur ce total, 3.372 tonnes d'huile de palmne ci
5.424 tonnes de palmistes proviennent du Ter-
ritoire du Moycn-Congo.
L'or. -La production d'or brut (de l'cnsemnble
de la F6d6ration s'cst cle\ve a 1.781 kilos 4 en
1949. Dans cc total, la production du Gabon fi-
gure pour 1.037 kilos 6.
On compete quc la d6couverte de nou\eauix fi-
Ions et leur exploitation rationnelle avec des en-
gins modcrnes permettra, en 1950, d'atteindre et
de d6passer le chiffre record dc la production
etabli en 1941 avec 2.993 kilos.
Le diamanl. La production total de l'A.E.F.
en diamants bruts s'est 6lcvce A 122.928 carats
cn 1949, don't 12.443 pour I'Oubangui-Chari.
L'examen des statistiques annuelles piermet idc
reliever une progression r6guliere dans la pro-
duction de la f6d6ration. D'un total de 1.509 cia-
rats en 1931, clle est passec a 17.4?1 en 1939, ai
56.285 en 1913 ct 122.928 cn 1949.

Interessante realisation
Le Cin6ma pour Africains

L'oeuvre social sc pourlsuRli en A.E.I'. C'set
ainsi qu'une series de films (ducatifs vonl tire
tourn6s au course de l'ann6c 1950.
Le Service Cin6matographique de 1'A.E.F. nou-
vellement organism et dotl d'un nmaicriel mo-
derne de prise de vue et de projection, se pro-
pose de r6aliser un certain nombre de films 6du-
catifs, oil sur un th6me simple, sera d'abord rap-
pele le mnauvais procCdi, la mauvaise habihide i
vviter et ensuite ce qu'il f:omt fire )pour obleiiir
plus ou mieux.
Les premiers films permitt des fili, s d'hyie'im
< Le Paludislne : l.a 'Iry'l')aosonlIianse
<< 'hygiene gen6rale >. elt...
Le premier film enlrepris s'allt(auera au Palu-
disme, revlera ses causes i lI'Africain, rapl)pel-


lera ses efforts qu'il ne conn ait (ue trop pour in-
diquer les inoyens de Ic guerir et d e c co:ibaltre
qu'il ne connait pas assez.
DLs aujourd'hui un group de techniciens se
rend A Mouyondzi pour turner cette premiere
bande, don't le scenario a 6L6 6tabli dans ses
moindres details.
D'autres series de films seront abordls ensuite
dans les doinaines Ics plus utiles tels que : Agri-
culture, la maniere d'obtenir les rendements Ics
minlleurs. L'Enseignement, les realites physiques
que tout honmme doit connaitre -- le jour ct la
nui --- formation de la pluie, etc... Le travail ar-
tisanni, la conscience professionnelle, le gouit du
ira\ai l)iein fail, toutes choses qu'il cst indispen-
sable de developper dans une societe agraire,
pour lui permcttre de franchir rapidemenit lcs
tapes qui la rapprocheront des conditions g6-
nerales du tra\ail et dc la vie dans les nations
curopecnnes, si l'Africain sait en tircr Lout cc
que cet effort Mducatif pel hecttre h sa portec.
Tous ces films seront rdalis6s uniquement avec
des actcurs africains dans le village africain,
danis Ic milieu mnme oil Ic problem 6ducatif se
pose et doit etre resolu. La technique sera leg-
rement different de celle qui est en honncur
en Europe. Les scones seront 16g6rement plus
lentes ec plus longues, Ics cnchainements seront
studies avec plus de soin pour qu'il soit facile de
relier Ic scns des scones qui so succdent. II y
cura Ic moins possin:c de changement: blrusqucs
de d6cor.
Les films ainsi realis6s seront prajetils anu
Africains en brousse coimue dans ies centres et
i' cst privu de fair acc;l)ipa;g:cer chaque projec-
Lion d'un commentaire )parle dans les pri.cipties
lan;gucs africainecs de ia FI'ideration.
11 y aura un enregistreencnt special pour cha-
c-ne d'cllcs sur magn6tophone de sorte que tou-
.1s les races de la Fdd6ration bcneificieront du
plein effet des films educatifs qui auront et6
ro:lises.
Un canmion est actuelement en coius d'equi-
pement pour ccs tourneys de projection. D'autres
('alnions scront prevus dans un avenir prochain
pour i tre mis en service dans chaqie territoire.
Ainsi les villages Ics plus rccul6s de Ia Fedr-a-
lion trouveront-ils dans Ic cinema qui Il.ur sera
apoprt chIIz eux, plus (qu'une distraction, un
moyen d'acquerir les connaissances necessaires
po!lr mnicux vivre.


Gabon


L'etai de, recherches de petrole au Gabon
re Go(,uernilcmr general BHarthes, President de
la Socit`i des Pitroles de i'A.E.F., President (du
Bureau Minier de la France d'Outre-Mer, a faith








Ie point d, s rccherchcs tie pltrolc a G(abon Iau
course d'une interview, accorddc au reprscentant
de < l'Age:ice France-Presse > :
< La recherche du p6trole au Gabon a-t-il
d6clar6 no:amment- pr6sente de s6rieuses dif-
ficult6s : 1,.s sondages doivent 6tre faits a grande
profondeur, actuellement, jusqu'a trois mille mb-
tres. Pour 1'instant, deux appareils lourds sont
en service At fonctionnent a une cadence rapid.
II n'est pa: possible d'acc61rer, du jour au len-
demain, les sondages, 6tant donn6 la connais-
sance actu.lle du sous-sol, car toute prospection
pDtroliere loit commencer par une prospection
tres attentive comportant des 6tudes g6ologiques
et geophysiques, c'est-a-dire de gravimetrie, do
tellurique At de sismique.
< Ces etudes prealables ont permis d'acque&'ii
la certitude qu'on se trouve devant un vast bas-
sin s6dimenttaire. Or, 1'6tat actuel de la science
permet de conclure que, dans tout bassin sedi-
mentaire, ii existed du p6trole. La question est de
savoir oi, dans quelles conditions ct quand jail-
liront les premiers litres.
< Pour lonner une id6e de l'importance du
gisement, il faut savoir que la Societd des PMtro-
les d'A.E.F. travaille sur un permis de cinquanhe
mille kilomitres. Dans cc p6rimetre, il est incon-
testable qu il y a cu une accumulation de pi-
trole consic rable ct qu'on so trouve en presence
des conditions rcquiscs pour I'cxistencce d'un
grand gisement. Les affleurements de bituine
montrent, au moins aux endroits oil on les trouve,
que fe p6trole a mime un moment pousse jusqu'ai
la surface du sol.
< Nos cl antiers du Gabon nous cofitent, ac-
tuellement, par an, 1.300.000.000 de francs mb-
tropolitains Jusqu'ici, c'est la nmtropole qui a
consent les plus lourds sacrifices financiers nd-
ccssites par la poursuite des recherches. Mais il
est neccssairc, maintenant, que I'A.E.F., directe-
ment intercssbe par les resultats, prenne aussi
sa part de cette charge tant dans le domain fi-
nancier que dans d'autres domaines qui d6pen-
dent plus directement d'elle.
SD)ans la production future. I'A.E.F. aura plus
d'interet qui tous : elle participera aux benefi-
ces come actionnaire ; elle y participera aussi
par un accrissement des impots a percevoir, des
droits de sortie et, aussi, par un accroissement
global du rythme de son economic. J'insiste sur
cc fait, car je consider qu'il est plus que jamais
indispensable quc I'A.E.F., par sa participation
financibre fixc sa place dans les recherches et,
par conseqi ent, da.ns les r6sullats. La netiro-
pole, de son cte6, est toute disposiec accentuner
encore son effort.
< La pros]lection p6troliere ne pose plus, main-
tenant, de rohl6mes d'ingenieurs ou de techni-
cicns. Elle ine pose pas, non plus, de probl6mss
de materiel. mais elle est conditionn6e par la


n6cessit( de trouver de la main-d'oeuvre afri-
caine. Cette main-d'oeuvre doit seconder, dans
leur recherches, les 6quipes de prospection g6o-
logique et geophysique, en constituent des grou-
pes de porteurs d'appareils et de campement. Il
est n6cessaire quo ces travailleurs soient des gens
du pays, connaissant sa topographic et habitues
a ses difficult. Pour I'instant, nous utilisons
neuf cents travailleurs en tout; il nous en fau-
drait trois cents de plus. Je np doute pas qu'un
effort ne puisse ktre faith dans ce sens, chacun
reconnaissant quc les recherches p6trolibres doi-
vent jouir d'une certain priority dans l'intCrct
de tous >.

Les premiers travailleurs Nigeriens arrivent
au Gabon

Les travailleurs, recrutes au Nig6ria par ap-
plication d'un accord conclu entire le Gouverne-
ment G6neral de ce territoire et le Haut-Com-
missariat en A.E.F., arrivent maintenant au Ga-
bon. Le premier contingent est parvenu a Libre-
ville le 16 avril
Les n6gociations, qui ont about i cet accora,
coordonnecs de bout en bout par l'Inspection
G6nerale du Travail en A.E.F., ont CtW renducs
possibles par le climate de cooperation qui regne
en Afrique dans Ic domaine du travail. Depuis
la conference de .Joss, en Nig6ria, les contacts
sont, en effect, dcemnur6s permanent centre les
specialists des problmes du travail des divers
ferritoires d'Afrique Noire.
L'accord s'inspire, dans ses principles, de la
convention international du Travail concernant
la politique social dans les Territoires non mC-
tropolitains, notamment par les measures qu'il
prevoit pour encourage le transfer d'une partic
du salaire et des economies vers le pays d'origine
ct par la protection et les avantages fournis aux
travailleurs afin qu'ils ne soient pas inf6rieurs a
ceux qui leur sont consentis dans le pays qu'ils
ont quittr.
11 assure, jusque dans les details, la protec-
tion et le bien-6tre des travailleurs ainsi volon-
tairement dEplaces.
Le voyage < aller > comome Ic rapatriement en
fin de contract sopt a la charge de I'emplayeur.
Les travailleurs peuvent emmener, avec eux,
leur femme ct leurs infants Ages de moins de
seize ans.

Moyen Congo

Discours du Gouverneur Le Layec
au Conseil Representatif du Moyen-Congo

Prenant la parole deviant le Conseil ReprCsen-
latf du Moyen-Congo avant la cl6ture de la pre-
mirec session de l'ainne, le Chef du Territoire a









prIsenti le bilan des .raalisations effectuees et
expos les points important du programme rcs-
tant A realiser.
Soulignant que les resources du budget lo-
cal sont absorb6es, de plus en plus, par la ma-
chine administrative, il a fait observer que, des
Tors, les espoirs de r6alisation dans le domaine
de i'equipement du Territoire sont entibrement
tourn6s vers le Plan. Aussi a-t-il dit doit-
on rendre gr cc a la France qui, malgre les dif-
ficultes de sa propre reconstruction, accomplit si
genereusement sa mission civilisatrice.

L'economnie. A l'encoutre ties autres territoires de la
Fedelration, don't l'ecoinomic est essentiellement caracterisee
par la production massive d'un on de quclques products
scuelment, l'economic du Moycn-Congo prdsente un aspect
plus nuance. Par aillcurs, sa situation geographique avec le
port de Pointe-Noire et le chemnin de fer du Congo-Ocean
loni, en premier lieu, de ce territoire un entrepreneur do
services relatils i l'imiportation et l l'exportation.
Port et chemin de fer. En 1946, il a etl debarque, it
l'ointe-Noire, 48.000 tonnes de marchandises ; 95.000 en
1947 ; 140.000 en 1948 ct plus de 193.000 tonnes en 1949,
consequence de l'alflux de materiel d'equipcement ct de la
plus grande (emanlde de biens de consonmmation.
Le tonnage emnbarque est passe, dans le meme tenmps, idr
51.500 tonnes en 1947 L 66.000 en 1949. apres un passage,
en 1948, a un chiffre record de 76.000 tonnes, qui tenait
essenticlleiient a la presence, a cctte epoque, de stocks
imiportants de colon provenant des campagnes antlricurcs.
Le chemini de fer a transport vcrs l'int6ricur :
111.000 tonnes en 1949 contre 90.000 tonnes en 1948. Les
cliffres compares dn tragic du C. F. C. O. et des mouve-
ments portuaires Iont apparaitre immediatement l'insuffi-
sance des moyens d'evacuation. Dans ce domain, et plus
particulieremnct en cc qui concern le crlecin de fer, des
imesures urgentes sont prevues pour eviter un etranglement.
Production agricole. La production agricole s'est net-
tenient raffcrmnie an course de I'annee Bcoulie : les products
vivriers out ete asscz atbondants. Grace aux efforts fournis
par les producteurs de la region du Pool et a l'aide d'une
rbglenmentation nouvelle, le manioc est arrive reguliercment
sur les miarchls de Brazzaville et de Pointe-Noire.
En depit d'une conjoncture economoique mondiale pour
le moins incertaine, et qni a pese largeiment sur les trans-
actions, l'huile de pallne et les palmiistes out trouv6, sur le
marchie international, un placement suffisamnient r6niun&-
rateur. Toutcfois, les palniers sont atteints par une gravf
umaladie. Des sp6cialistes p6dologues et phytopathologistes
se sont d6eji rendus sur les lieux et s'emploient a y trou-
ver des remedes.
Production miniLre. Le secteur ninier, de son c6t0.
a perfectionn6 et renouvel6 son eqnipencint, cc qui a per-
inis, aux exploitations aurifires, de maintenir leur produc-
tion aux environs de 550 kilos d'or. En mjnme temps, la
Conipagnie Miniiere du Congo Francais < C. M. C. F. > a
export 5.370 tonnes de mineral de plonl) et 4.000 tonnes
de mineral ld zinc. De nouvelles installations doivent per-
mettre, en 1950, de prendre un rythme plus acc61er6.
Production forestiLre. -- La statistique accuse, pour 1949,
un progress tres sensible de la production. II a Wtf sort
en 1949, plus de 80.000 metres cubes de grumes, chiffre
qui d6passe de plus du quart celui de l'ann6e pr6c6dente.


iqutipeieint poloiic. ,- HxaiiUaini les previsioas du plan
uecelnnaii e Luipelneiii., le cti: du teritOire rtieve qu en
cc quw concern Ic 1louen-Congo, execution de grandles
arteries, destinees a reoner les prnicipaux centres, a ete pre-
vue. La route < iolDsio-Gabon u est comnuencee. La route
1< 1'roilte-ioNre-blrazzaville > va suvre. I aUiL'es travaux
U almenagemenlt soul pretvus : conimbcllen des mnarecages
de Iointe-ioire ; suppression de bacs ; aimeloration ae
routes secondaires, etc...
Le developpeinmnt sans cesse croissant du tralic a6rien
implique, par alleurs, la constlrutcioi d'acrodirnies. Celui
de Maya-Maya est, d ores et deja, accessible aux avions
gros porteius. La furniture d'eau en quantlil suffisante a
des cites en pleine crtisaliice, constitue, par ailleurs, un
problenii parliculicreiment aigu.
Un ehliicau d'eau d'iunc capacity de 2.500 it'lIres cubes
vient de'tre construct a Brazzaville. L'aggloniiration afri-
caine de Pointe-Noire verra sous pen tie jours son ravitail-
lenient en can amnliore pur la nise en marclic d'une petite
station on attendant 'achlievemcnt des gros travaux en course
do realisation a la Gambouissi.
D'un autre cote, Fl'lectrification des centres urbains et
des villages africains doit etre poussee au ima.inmum.
Dans le doinaine dcs hatilents, un effort considerable a
ite cllectue an course dc Ianl passe ; sur le budget local,
cent iquatre-vingts billinwnts adminiistratils sent en course
d'edificaiion, parmni lesqucls if convient de citer particulie-
rement 1iinuncuble dCetiiin au (onscil Rcepresentatif, le camp
de la Garde Territoriale it Pointe-Noire ainsi que la Tr6so-
reric de Dolisie. Un pei- partout, en brouss.:, des loge-
ments pour les fonetionnaires africains sout edifices.
Quant au budget gLenral, it a contribuc i la realisation
de 60 bitiments, de 36 pavilions pour fonctionnaires euro-
peens et tde 39 pavilions pour fonctionnaires africains i
Pointe-N.oire et a l'aiiienagement de locaux destines i rece-
voir le Grand Conseil. En inmue temps, sur L[ budget du
Plan out etc commences six bfitiiments administratifs, parni
lesquels le lyce de Brazzaville, l'Institut Technique do
Brazzaville et le nouvcl lbopital general.
Enfin, les comniiii s miixtes te Brazzaville t de Pointe-
Noire out pu souscrire deux einprunts sur lesquels 54 pavil-
Ions, don't 50 logements africains soul en course d'edification
i Brazzaville, tandis (qu'a Pointe-Noire etaient prevus
146 blitiments don't un lot de cases destineLes aux travail-
leurs.
Les problnmes et realisations d'ordre social. 1" La
main-d'ceuvre : Le Territoire souffrc d'un manque de main-
d'eeuvre. Certains remiedes out ete tents, notaiinient 1'or-
ganisation du Corps des Pionniers Aefiens. C'cst un pre-
miner pas vers la creation de groupenents des travailleurs.
2 L'enseigneient : L'enscigncmcnt cst, au Moyen-
Congo, relativemient devcloppe. A la derniere rentrbe, en
octobre 1949, on denombrait 6.500 Bleves de plus que 'an-
nee precedente. II a done fallen ouvrir des classes nouvel-
les et trouver des maitres : 41 instituteurs nouveaux ont
permis d'ouvrir 41 classes supplnmentaires.
Depuis septemibre 1919, le personnel europein s'est, ega-
lenment, accrue de professeurs et d'institnteurs. De nom-
brecuses erolcs de qulartier et de villages out iet cons-
truites ainsi que des ecoles regionales, ateliers d'appren-
tissagc et des 6coles de villages.
L'cnseignement confessionnel a, de son co6l, etendu son
champ d'action.
3" La sante publique : Les statistiques relatives A l'acti-







viltA li Service tie Sanltai indiqiluent ine nl'tit t progr.s' ion
dlans le noitabre des a ta misiiltaioins. 11 a et, dlonii en 19P),
15.232 cons illalions aux Eoirop-enws t 1 1.252.200 atik alilatio-
nies. Dans le dolnainre de I'liygiin', la little anitilarairvi
se pouirsuil activenment. D)epuis de'ctmlre, di'autre parl, tine
rcInpagne :inti-tllerculeuse a Wit entrrprisP

Le Got verneur a terminc en rappelant que Ie
pouvoir Il'dral pratique une large politique de
d6central station et lqu'il doit en 1tre :1 I'intiriutr du Territoire, une telle fornmule iim-
pliquant I'accroissement de I'esprit d'initiative et
un renfoicement tiu sens des responsabilit6s.

La production du mineral de plomb
dans le Moyen-Congo

La region du Pool a product, I'an dernier,
1.405 ton ies 400 de mineral de plomb.
Au courts des trois premiers mois de 1950, 1'A.
E. F. a export 900 tonnes de cc mineral, ce qui
represent uine valeur de 9.454.000 francs C.F.A.


Tchad

Le Bey Omar Sif En Naceur
recoit la Legion d'honneur

An course d'une c6r6monie solennelle, qui a en
lieu rdcemmnent a Fort-Lamny, la Croix de Che-
valier de la L~gion d'Honneur da tC premise an
Bey Omal Sif En Naceur, chef des Libyens rtfu-
gids au T:had, pour sa vie de dt(vouement a son
people et d'amitid avec la France.
Le Bey Omar est le chef des refugits Libyens
de l'Eguel (region du Kanem). I1 appartient A
l'illustre Camille des Seif en Nacer qui conduit,
depuis cent cinquante ans, les destinies de la
tribu aralce des Ouled Sliman, originaire de Li-
bye. Une parties de cette tribu, apres avoir luttt
contre les Turcs au xlxe si6cle, a trouv6 refuge
an Tehad,
En 19311, apres l'occupation du Fezzan pIar les
troupes f iscistes, les derniers combatants, qui
avaient ]leroiquement covert la longue et la-
mentable retraite de leurs femmes, de leurs en-
fants de leurs maigres troupeaux, franchis-


saient la frontii re I'ralnwaise an nord t111 Tibesti,
remetll aienli IIuts Iar'les el st. platcaienl sous l:t
protection (e Ili FIran ce. IIs n'llaienl plus (Jqu
Irois cents et, ae lentr u le, se Lro "ivient le iBey
()iar et son frire Ahimed.
l)epuis deC longues anlues, res deux homines
conduistient iune guerilla farouche. Etablis, par
lit suite, sur les riches paturagesde I'Eguoi, les
r6fugi6s Libyens )puIrent enflin, vivre la vie paisi-
ic dun noinade el reconstituer leurs troupeaux.
En 1940, ils se joignirent t la France combat-
tante, spontan'inment, ct le Bey Ahmed, avec ses
guerriers, devait reprendre les armes et participer
i la reconqukte de sa patrie, sous les ordrcs du
gt6nral Leclcrc. II a Ldi ricemment d6sign6
commune Bey du Fezzan. Son frbre Omar, a pris
le commandment des Libyens r6fugi6s au
Tchad devenu, pour cux, une second patrie.

Le cinquantenaire de Kousseri au Tchad

Deux manifestations ont cilebrd, an Tchad, le
cinquantieme anniversaire de la bataille de Kous-
seri et de la moral du Commandant Lamy.
A Fort-Lamy, en presence des autorits civiles
et militaires, le (Gouverneur de Mauduit a d6pos6
une gerhe an monument 6rig6 "t la m6moire du
commandant Lamy puis s'est rendu au ciimetire
pour se recueillir sur la tombe tdu commandant
Lamny et du capitaine Cointail.
A Kousseri, oil s'6taient rendues de nombreu-
ses personnalites civiles et militaires te Fort-
Lamy, le Gouverneur dte Mauduil, apres avoir dd-
pos6 une gerbe au monument du commandant
Lamy remettail la ,Legion d'Honneur au Sultan
de Kousseri et la Croix de Chevalier de l'ordre
du Nicham iftikar an Sultan de Maroua.
L'Administrateur de colonies Delmont, chef de
region de Garoua. a tvoqu6, ensuite, dans son
discours, la mmoire du commandant Lamy et
insist sur i'importancce de la victoire de Kous-
seri pour ta liberation des populations tchadien-
nes opprimnes par Rabah. Puis les troupes de la
garnison de Lamy et les cavaliers de la suite des
Sultans d'filerent et se rendirent au monument
nux morts oil devail se lerinner la manifesta-
lion.








CAMEROUN


A, propos de I'accident
du << D C. 3 du Haut
Commissaire du
Cameroun

k Direction de
S'A6ronaut i q u e
C ivile en A.O.F.
a pblliei Ic community i-
qu6 suivant, au sujet
de I'atterrissage for-
cd, en Haute-V dia,
de l':vion (dt HIuTIn1-Commiissa ire (I (Clmeroiunl :
L'enqutie, faite en vue de dte ,riner les' causes de
l'atterrissage forc i Tonkodogo, esi, actuhellncenlt, en cootrs
et a Cit confiec i unne mission mixtse id I'Arniit e de I'Air
et de ]a Direction de I'A6ronautique Civile en A. 0. F.
Sans en attendre les r~sultats, on pent affirmer quIe les
raisons de l'accident oft kt6 provoquies par de mauvaises
liaisons radio Ibi-lathrales don't les causes sent encore
inconnues imais que les eniqutenirs pourront appr6ieer apris
tlude des proces-verhaux de outles les stations ayant tra-
vaillH avec I'avion.
L'erreur de navigation, consecutive A I'irr6gularitl des
contacts << Sol-Avion >, s'cst traduite par I'epuisement de
la reserve de carburant, qui a contraint Ie pilot a effec-
wuer un atterrissage forc6.
II s'avere done pr6neature d'avancer ule la defaillance
d'une station terrestre est a I'origine de l'accident et les
conclusions de I'enqu8te nous fixeront sur ce point.


La mission agricole
de I'Assembl6e de I'Union Francaise au Cameroun

iLa mission, charge, par I'Assembl6e de
I'Union Francaisc, de I'dtude de l'amelioralion
rurale on Afrique, est arrivee a Douala, le 24
avril, venant de Brazzaville.
Elle a effectu6 ulne tourn6e dans les regions de
I'Ouest du Cameroun et s'est rendue, le 1" mai,
a Yaound6 oil clle a s6journ6 quelques jours
avant de gagner Ic territoire de 1'Oubangui p)ar la
route.

Le conditionnement du cacao
de la champagne en course

Au moment oh la champagne du cacao se ter-
mine au Cameroun (27.880 tonnes out 6td expor-
t6es a l'heure actuelle, le tonnage total devant
atteindre, scion toute probability, 38.1000 tonnes),
il est possible d'avoir un apercu sur les pourcen-
tages de production en quality. Approximative-
ment, 35 A 40 % sont sorts en sup6rieur ; 50 %
en courant ; le reste en limited. La forte baisse,
enregistr6e ainsi sur la quality par rapport a
I'an dernier, a suscite de s6riouses inqui6tudes


chez les exportateurs. En effet, si cl product n'a
pas eu de peine, dans 1'ensemble, h s'dcouler par
suite de la forte demand, les risques se sont ac-
erus, poulr I'avenir, d'un Imaliv'is renom du ca-
cao dui Caineroun.
11 est incontestable que la rapidit cet les hais-
ses successives, cnregistrees au course de la cam-
pagne, n'ont pas encourage l'achctcur et le ven-
deur a so plier h la r6glementation en vigueur,
qu'il est difficile, et, parfois, vexatoire, de vou-
loir faire respecter partout et toujours. Un sys-
t6me de verification, fond6 uniquement ou prin-
cipalenient sur le control a I'achat ati produc-
tour, seinble, d'ailleurs, s'av6rer insuffisant. 11
sera, sans doute, niicessaire de renforcer la v6ri-
fication entire lc lieu d'achat et le port ,i'embar-
quement pour oblenir un control efficace de la
quality.


La champagne du cafe

La campnagne (du cafl, qui s'est ouverte, le
1" janvier, au Cameroun et avait Idbuld ti des
prix anormalement 6lev6s, a subi un certain ra-
lentissement lorsque la baisse est intervcnue. A
I'heure actuelle, le producteur a repris normale-
ment ses venues. Le prix d'achat au producteur,
nu-bascule Douals, oscille entire 112 et 115.000
francs la tonne. Les provisions de cominerciali-
sation atteignent 8.000 tonnes pour la champagne
en course, soit sensiblemennt le-tonnage exported en
1949. Le prix FOB s'6tahlit entire 127 et 131.000
francs.
La situation du march reste tris caline, d'oh
ii r6sulte une diminution sensible des transac-
tions a I'exportation. Au 1" avril, 74;3 tonnes
seulement avaient tc6 explort6es i destination de
la m6tropole et les stocks au territoire appro-
chaient de 1.250 tonnes don't prs de mnille ton-
nes au port.


Progression des exportations de bois

LEs BOIS EN GRUMES
La champagne 1950 pour les bois en grumes
s'annonce favorablement, surtout pour ceux de
second quality. La production est pouss6e acti-
vement et des contracts important ont, d6ji, 6t6
passes, notanment sur I'Allemagne. Des mar-
ch6s sont en course avec la Hollande, la Belgique
et la Grande-Bretagne.
II est certain que le tonnage de 52.880 tonnes
cxport6 en 1949 sera d6pass6 et I'on pr6voit, pour
1950, ine exportation sup6rieure a 60.000 ton-
nes ; 13.800 tonnes ont 0 6t commercialis6es du
1" janvier au e1' avril. Sir ce tonnage, pres de








quatre in lie lonnes ontl 61( cxporltes isur la min-
tropole el 9.190l tonnes a tdeliination de I'6tran-
ger.
Le nonthre des tracteurs forestiers conditionne
encore momentandment les possibilities d'expor-
tation, des comniandes de gros materiel, passes
depuis 1947 n'ayant pas encore 6tW livrbes.
LE.s nois mI:BrIT:s
D'imnp rtanles scieries sont install6es au T'er-
ritoire par la Coimpagnie Francaise du Cameroun
et par la Socikt6 < Les Bois dui Cameroun >>. Ac-
tuellemeitc, la majeure parties de la production
te dhbit.s est utilisbe sur place. Toutefois, les
tonnages products doivent s'aceroitre sensibll-
ment an course de 19.50 et les marches des bois
ddbit6s :vec I'Europe seront amnplifids. Contre
une explotation qui a alteint 8.870 tonnes en
1949, on prdvoit que le tonnage commercialiset
atteindra 13.000 en 1950. La seule SociWte des
hois du 'lameroun produira, h la fin de l'annce
en course 1.500( mtres cubes de tlbites au lieu
de 350 actuellement.


Le Cameroun exporterait
45.000 tonnes de bananes en 1950

La cadence d'ivacuation des bananes fraiches
a tendani e a s'accl61rer chaque iois. Depuis d6-
cembre (dernier, un navire bananier touche, cha-
que semiiine, Ie port de Bonaberi. Pour les trois
premiers mois de 1950, 13.682 tonnes ont tdc ex-
port6es a ors que 10.656 tonnes seulement 6taicnt
sorties (.urant la periode correspondante de
1949. Sur ces 13.682 tonnes, 9.157 ont Wtd expor-
ties sur a metropole et 4.527 sur 1'Ntranger.
Les exi)ortations pour 1950 sont 6valuecs h
45.000 tonnes contre 33.000 en .1949.


Le programme d'extension du port de Douala

Pour f ire face techniquement "t 1'essor om-n-
mercial du port de Douala (on prdvoit, pour
1952, un traffic de 500.000 tonnes centre 340.01)0
en 1948), un programme d'extension du port a
Wtc ctabli, don't 1'dconomie repose sur la cons-
itrction de 1.000 m6tres de murs de quai, par
des fond, de huit mitres, dans le prolongement
amount des quais actuels.
Les trris premiers quais seront affects an
traffic de. divers ; le quatrieme sera reserve aux
navires bananiers, qui abandonneront l'appon-
tenient provisoire de Bonaheri aprbs la construc-
tion du pont sur le Wouri, et trouveront, A
]ouala, in outillage specialist. Les trois der-
niers pos:tes seront affects aux grumes et d6bi-
tes qui :-eprsenteront cinquante pour cent des
exportations. Ces postes seront adjacent a un
grand p. re i hois puissamment outill6,


P;iIra :lileIme1l. I'(quipemJI nl de1 s (Iis sera
realis; par Ia costlriiflio! dre inagasins et la
rnise en service d'apparcils de levage et de ma-
nutention.
L'ensemble de cos installations pourra, nor-
malemenl, absorber un traffic de 1.200.000 ton-
nes et atteindre 1.600.000 tonnes avec une exploi-
tation trcs serrie et un outillage renforce. On
pent raisonnablement esperer que les besoins se-
ront ainsi convertss pendant les vingt anndes a
venir. Les posibililils d'extension, en tout etat
de cause entiereiment reserves, pourraient 6tre
realisdes par I'itablissemcnt de bassins entire le
pare i l)ois et le pont.

La Mine d'etain de Mayo-Darl6

Mayo-I)arle, i 60 kilomnieres an Sld de Banyo, est un
village peulh modest et queiluc e pen ecras par u1n paysage
austere de collins depouilles. La piste presented en raison
du relief, des virages surprenants et trEs caillouteux. On re-
grette q(I'elle retienne toite l'attenlion du tourist car le
paysage est magnifique. Cette piste s'arrite A 10 kilonrtres
au delh tie la mine, an soinmmet de la falaise qui surplombe
la plaine fertile des Tikar. On sait qne la route de Foum-
ban vers Banyo est en chantier. Lorsque la route franchira
ee passage abrupt la Mine die Mayo-Darl] scra a 500 kilo-
metres de Douala, alors qu'elle en est maintenant A pllus
de 950 et i 660 kilometres de Yaound6. On l'appellc diji
la route de l'6tain, Inais il y passer bien d'auitres hoses,
de la kola, par exemiple, et des touristes...
La Mine de Mayo-Darle est exploited depuis just ui
an par la Societe des Etains u (:Caimeroun, don't le !)ir"e.
teul ;i servi de nomil reuses aniies es dans les Mines di
Tonkin.
Le metal se trove melang all sol lat6ritique, Ai trois
ou quatre mitres de profondeur. On I'exploite en lavant
la terre dans les ranaux alimentes par le Mayo-Darli ct
que 1'on deiplacc a fur ct i Ilesure que le front de taille
recule. Au flane des collins rouges les parcelles exploit6es
resseiiilent i des champs laboures.
La terre it c6ain role ensuile dans des sluices ol des
homnimes la trinllrcnt la Ipelle. Les grains plus denses de
mineral restent an fund dt sluice mitlange i des pierres ou
il n'est pas rare de voir lies crisllaux de topaze et de co-
rindon. C'est i la battle qu e le inlia'ge est tried pour don-
ncr la cassitbrite pure qui litre 70 % d'etain. Traite comnne
I'or alluvionnaire, 'rtain est un niltal pr6cieux ; dans le.-
bonnes tcrres, sa tencur est de :00 granunes au umtre cube
et lorsque les coulrs mondianx solt favorables on reprend
les vicilles parctllcs dejah lavecs pour leur arracher quel-
ques kilos supplhementaires.
Les manillovres sont pour noitii d(es aiouns, pour moi-
ti6 des Bayas. Its sont plus tie trois cents ct pour la majo-
rite vivent en famille dans le village d'aspct geoil0trique
qui s'etend en face des blitimnents de l'usine. Les missions
protestantes et ratholiques de Banyo y out detached des
imoniteurs pour cnseigner les infants. Autour des cases,
les femmes cultivent quelques lCgumes car les resources
alimentaires sont rares dans la region.
Le march mondial depend surtout de la presqu'ile Ma-
laise et des Indes Neerlandaises et durant la guerre, la
production bolivienne ne put suffire ai pourvoir a elle seule








aux lIesoinus dles Allibs. Dans I'lliion IFran'aise, le Ton kin
et Ie Laos utiliiselit plus de 5.000 travailleurs i 1'exploitation
de la cassiterite alluvioninire. Les ivineiments dl'pribs
guerre ount rompriois cctte avtivit, miniiiir. l)epuis 1932
h(! Cameroun apporte en ioyenine 2 i 300 tonnes de mine-
rai i la Metropole. L'epuisemint des terrains alluvioniunircs
i partir de 1944 a pu faire penser que la production trait
en dimlinuant. Mais l'introduction l'n matl.riel perfee-
lionne tel qu(e les monitors pour l'extraction et des tables
imecaniques pour le lavage permlettent de trailer Its Olu.-
vilos et lre maintenir la caidenc e de la production.

Soutenance de thbse

Le mercredi 24 mai 1950, M. Marcel BEBEYF
EYIDI a brillanment soutenu th la Facull6 ie Md-
decine de Paris sa these de doctorate consacri it


, Lia vie ct Il'luivre indlico-soitale en Afrique in-
lerlropicale fran raise d'IugI. ne .IAMOT >>. Le juLI'
preside( par AM. Ie pirolesseur lI.VHIER a d(Iernl it
cette thise la mention < tIris hlonoral)le :.
M. BKin:K EYIDI est 1'un des trois Camerounais
diplt)1is del'Ecole de Mdtecine de l)akar qui
I)rclarent actuellement ih Paris leur doctoral
dl'Etat. Ancien combattant des Forces Francaises
Libres il est dicore de la Legion d'Honneur et de
la Croix de Guerre.
Le nouveau docteur, qui rentrera prochaine-
ment an Cameroun, occupe les fonctions de chef-
adjoint du Cabinet du )octeur AUJouiLAT, Secre-
taire d'Etat A la France d'Outre-Mer. M. Au.jor-
iL.v a personnellement assistI i la cedrmonie de
soutenance.








MADAGASCAfk


-5 De6clarations de
M. Bargues, Haut-
Commissaire de France
a Madagascar
13HA R G ; ES,
Haut .- Com-
missaire do
France it Madagascar,
a fait les declarations
suivantcs avant de
prcndre l'avion qui le ranicnait de la Conf6rence
des Hauts-Commissaires.

En dcllho de la conference dcs lauls-Coummissaires de
la Republicquc, don't I'inttret a et6 considerable, ma prin-
cipale preo,-cupation, a Paris, a t6 lec probleme du plan
a appliquer A Madagascar.
J'espere ( u'avcc les credits counplemnntaircs, obtenus pour
1949 et cetiu qui sont pr6vus pour 1950-1951, Madagascar,
que les 6veeiimentts (isolcment du fait de la guerre et trou-
bles de 1947) out uin pen mis a l'ecart des grands circuits
cconomiques, pourra reprendre progressivement la place
qui lui re icnt et que justifient ses richesses interieures.
Monl intention est, par une serie de measures i mettre an
point, de provoquer des investissmcenits prives de maniere
A pousser, en marge de l'utilisation des credits publics,
'6cquipenier t et les productions dc Madagascar.
Je compt< envoyer en mission, ia Paris, MM. Minot, direc-
teur des Travaux Publics, et Razafi, directeur de 1'Archlitc'-
lure, pour prendrc contact avec les Bureaux d'etudes ct
conclude d( marches de travaux important et de longue
haleine cffecctucr dans la grande ile.
Des credits d'etudes nous out ee1 accords, tendant a
r6aliser un programmine routier, qui nmrite une particulibre
attention car le problitme des communications est primor-
dial a Madagascar. L'Assemblel representative aura, dans
le courant du mois d'aoiit, i voter le budget general de
1951 ct le iudgct lid plan de 1950-1951.

Enfin, iin project, visant Ia la ercation d'un Ins-
Ltiul, qui tiendra de 1'Ecole Francaise d'Extrimc-
Orient ct de 1'lnstitut Universitaire de l'Afriquc
Noire, va Mtre mis h l'dtude sans retard pour sa-
Lisfaire Ics v6rilablcs << a)pptils intellcctuels de
Madagasc ar.


Une reception aux 6tudiants malgaches

Au course d'une rcelption offerte le 17 mai :nux
cludianis nmalgaches dc Pariis, Ie D)r Au.ior:LAT,
secretaire d'Etat a la France d'Outre-Mer, qu'as-
sistait M. BAnIOuEs, haut-conmmissairc de France
a Madag;scar, a expos I'impress.ion qu'il avail
retiree de son recent voyage dans la grande ile.
MN. AITI,).AT a ivo(qud, tdans un tour d'horizon
complete, les i)robl llcs icoionlomi(lqus, sociauix,
d'enscigliinment cIl tic sanic aclucllleienl kt I'or-
dr'c du jo ir a Madagaiscar.


Aprcs avoir ral)pel6 qcue I's difficultls de Ma-
dagascar venaient (d'ine part de son isolcment
pendant la guerre ct d'auttr part ties v6neineints
douloureux qui s'y sont doroules, Ic secr6taire
d'Etat it la France d'Outre-Mer a manifesto la
volontu du gouvernemenet el de son d6partcment
dc consentir en favcur de Madagascar tout I'e'-
fort necessaire lpourt augnenter son potential tic
production, Iotalnient par un renforcemicnt
progressif de son 6quipcmenl.
Sur le plan de I'cnseignement ct de la sant6
publique. le secritaire d'Etat a indiqu6 que Ma-
dagascar bendficiait d'une infrastructure solid
don't il convenail d'assurer le ddveloppenlent ct
la modernisation. II a announce que des projects
tlaient ddja mis it I'clude en vue de doter Ma-
dagascar d'une -cole uni.versitair tie inddecine
et de pharmacies, d'uue rcforme de I'cnseigne-
mient du 1"l dcgrc ce secondaire ainsi que de 1'cn-
seignement technique actuellement insuffisant.
M. AUJOULAT a (dautre part SOulligne la progres-
sion d6mograplhi(lue enregistree dans la grande
ile depuis quelques anndes, qui command unc
productivii accrue par la recherche de ressour-
ces et de debouches nouveaux ainsi que par une
mise en valeur plus ioussde des richesscs du
pays.
En termiinant, le secretaire d'Etat a exprimi le
sentiment tic voir Madagascar s'orienter vcrs un
destin de prosp'lrit6 justified par ses possibilities
dans une atmoslphier e d collaboration confiante.
On nolcrail la ipresencCe (I MM. GENTET, R\-
zAip-ANonIuzA., Henri GiI'INAUII,;AU, mclnbres idu
Conseil ecionomique pourl Madagascar ct de
M. DAVID, dirccteur (Id la Dl)6dgation de Mada-
gascar hi Paris, ainsi (que tie noiibreuses autrcs
person nalil6s.



La vulgarisation agricole
dans la region de Tamatave

Sur I'initiative (I la Chalmbre dt Commeiirce
de Taialtave ct I'invilation idu cli t de la pro-
vince, tin Coniilti local d'aclion agricole, coml)re-
nant coninlereantis, colons et plantleurs europeens
ct autochtones s'est ri'iuni Ic 1"' avril. ])'iinl)or-
lantes mcsurcs o(t (Itl approuv.es concernant
la vulgarisation agricole elt I'cnlrctien des Iplan-
tations ie caf6icrs ct de girofliers. Le respect tli
programme agricole Nlahli sera confict an Foko-
nolona cit la Comm(ission a estlimi souhaitable
I'extension (Id sys litii de la CI ollcli\ilt d'Ami-
pasiinla qii lprc\oil ol}ligations cl sanctions.








agricole etabli scra conlfi au Fokonolona et la
Commission a estim6 souhaitable 1'extension du
systeme de la Collectivit6 d'Ampasina qui prd-
voit obligations ct sanctions.


Le d'veloppemuent de la rizicullurc a 6t6, ega-
lement, 6tudie et la mise en valeur de ious les
terrains susceptible d'etre aminag6s en rizie-
res, recommand6e.


COTE FRAN(AISE DES SOMALIS


Au Conseil
Repr6sentatif

L.-. p reminre ses-
sion du Conseil
Relpr6sentatif de
la COte Francaise des
Somalis a Rte ouverte
solennelle m e n t, le
Q- vendredi 28 avril,
tdans les nouveaux
hItinments de l'Ecole
professionnelle, par le Gouverneur Sadoul, qui a
prononce le discours d'usage.
M. Sadoul a failt tat des progrLs rdalisis de-
puis un an dans les divers doinaines de l'dcono-
mie, de l'dducation et de la sant, publique, (le
l'urbanisme, progr6s don't il a attribud une large
part aux efforts de son prdd6cesseur, le Gouver-
neur Siriex. 11 a, ensuite, fait le point des ame-
liorations et reforms restant a accomplir, no-
tamment pour la complete r6alisation du port
franc, la poursuite des travaux rdalis6s au titre
du FIDES ces dernicrs constituent, pr6cis6-
ment, le principal time des travaux du Conseil
au course de la present session et I'attribution
de credits suppl6mentaires a prlever sur la
Caisse de Reserve pour pallier I'insuffisance
momentanke des imp6ts.
R6pondant au discours d'ouverture de M. Sa-
doul, M. Marine, deputy, qui pr6sidait, a fait
observer quelles rdalisations mentionnees par cc-
lui-ci n'avaient pu &tre men6es a bien que grace
a la collaboration confiante du Conseil et du
Gouvernement. II a form des v(rux pour que cel
esprit se maintienne au course des sessions h ve-
nir afin de rendre aussi fructueux que possible
Ic travail de l'Assembl6e jusqu'a ce qu'un statute


definitif vienne fixer ses attributions ct sa com-
position.
Rappelons qu'en I'altente du texte ligislatif,
toujours en discussion au Parlement, qui doit
rggler cette question, l'Assemblee Nalionale a
adoptL, r6cemment, un project de loi prorogeant
Ics pouvoirs du Conseil actuel jusqu'au 1" no-
vembre 1950. 1


Arrivee d'une mission
de la Banque Internationale de Reconstruction

iLe lundi ,1" mai -est arrive, h Djiboati, une
mission, envoyde en Ethiopie par 1' < Internatio-
nal Bank for Reconstruction >, afin d'cxaminer
les possibilities d'investissements am6ricains dans
ce pays. Cette mission, compose de trois mem-
bres amlricains, d'un Anglais et de deux Fran-
eais : MM. de Fargues et Wubnig, a tenu A ap-
precier sur place le role de Djibouti dans le d6-
veloppenment 6conomique de l'Ethiopie, el h com-
parer les possibilities de notre port avec celui
d'Assab, son concurrent ventuel, qu'elle avail,
6galement, visit. Ses membres ont paru favora-
bleincnl iin.pressionnds par les capacities de tra-
fi c que comporte Djilouti, tant par sa situation
que par l'iquipement de son port ct de sa voic
fcrrcc.

Le relev6 photographique du territoire

Deux << forteresses volantes > ont ainend, de
France, une mission g6ographique qui doit exC-
cuter, h haute altitude, un relev6 photographi-
que complete de la Cote Francais-e des Somalis.
Cette mission, arrive le vendredi 5 mai, a sG-
journi une quinzaine de jours dans la colonies.







SAI NT-PIERRE-ET-MIQUELON

-,/ Travaux

A i1, '.s un hiver
p articulibremenit
1 o n g, certain
Stravaux entrepris I'an
dernier et stoppds de-
puis janvier ont 1pu
Store repris :
L- Ia Centrale Elec-
t rique Li Saint-Pierre,
don't la pinrtie supdrieure des pignons a ite cou-
1We et les socles de moteurs colffres. Le materiel
de ligne idcessaire au nouveau riseau com-
mence 'A larvenir des U. S. A. et la mise en place
a 6td enter opris fin nmai.
La (entrale Electrique de Mliquelon, prati-
quement ermnine int6rieurement. Le riseau est
en course cl'installation.
L'Ecole Mlaternelle de Saint-Pierre qui sera
prete fin juin. Tout le cloisonnement intbrieur
est termirm6 ; les murs doubles, les menuiseries
mises en )lace, les sols des caves et garages bd-
tonn6s.
Le Sichoir Administratif ohl on a entrepris
la construction d'un troisiLime tunnel.
Les B ureaux du Gouvernement dont les ins-
tallations ;anitaires et de chauffage sont termi-
n6es.
Ont W1d commences 6galement les travaux de


Lerrassemient du nouvcl H6pital de Saint-Pierre,
du S6choir h more de Miquelon (2' tunnel et
nouveaux magasins a more verte) et la cons-
truction de la diguc de protection de I'avant-port
du Barachois.


ETABLISSEMENTS FRANCAIS
DE L'INDE

a L'etablissement francais
de Chandernagor
est transfer a I'Union
Indienne
U COur'S d'unle cc-
r6m A ronie, M. Tail-
"' leur, administrv-
teur franais de Chun-
t -... C dernagor, a remis, Ic
9) mai, I MI. B. K. Ia-
nelrji administrator
indien, un court document, tape A la maclinc,
aux termnnes duqucl I'adlinistration de l'etablis-
sement francais de (Chandernagor est remis aux
mains de 1'Inde.
Apres la c6rniionie, AM. Tailleur et sa feinec
sont parties pour Calcutta.
Le gouvernement de l'Inde n'a pas inclus, au
point de vue adminislratif, la ville de Chander-
nagor dans le Bengale oc-cidental et il adminis-
trera la ville lui-mmine.









INFORMATIONS ADMINISTRATIVE


ADMINISTRATION

* D)crct i" 50-476 du 21 avril 1950 fixant la lisle des pro-
duits originaires des [erritoires frauniais d'outre-lmer ill
2' group i regime non preferentiel admissibles en fran-
chise des droits di doulane i I'imnportation dans la imiir-r-
pole, dans les d6partements francais d'outre-mer et en
Alg&rie (J. 0. 2 mai).
* l)Dcret n" 50-484 du 26 avril 1950 r)lablissant la llibcrt
dtl commerce et de la detention de l'or ih intericur des
territoires non groups et des groups de tcrritoires rele-
vant du minister de la France d'outre-imer (J. 0. 3 mai
1950).
* Organisation et otuverture de 1'exanien professional pour
l'accession an grade de conducteur dlu service des lines
ouvert aux v6rificatcurs principaux ct aux chefs d'equipe
principaux des transmissions (J. 0. 5 mai 1950).
* D)cret n" 59-494 du 3 mai 1950 iodifiant l'acte valid
dit decret n" 2807 dul 10 septembre 1912 portant reorga-
nisation du service des caux el forkts aux colonies (J. 0.
5 mai 1950).
* Creation du << Bureau d'etndcs pour le developpcmennt
de la production agricole dans les tcrritoires d'outre-mir >e
(J. 0. 5 mai 1950).
* Decret du 5 mai 1950 accordant a la Compagnic Mini-re
de l'Oubanghi oriental un permits g6n6ral de recherches en
Afrique Equatoriale Francaise (J. 0. 9 mai 1950).
* Dl)cret du 5 mai 1950 portant admission exceptionnelle
en franchise de certaines importations non comnnerciales de
Jivres, publications. films, disques, partitions imusicales et
products divers de 1'art graplique (12 mai 1950).
* D)cret du 13 mai 1950 portant designation des Juagis-
trats charges de pr6sider le tribunal militaire pcrminaiient d t
Tananarive ou appel6s a y singer conune juges civil pour
Ic scmcistre du 1'' avril 1950 au 1' octobre 1950 (J. 0.
14 inai 19501.
* Decret du 11 mai 1930 portant attribution d'un perinis
gineiral de recherches miinieres au president grant dll syn-
dicat d'6tndes ct de recherches petrolicres A Madagascar
(J. 0. 14 mai 1950).
* Nomination des memlbres du. conseil d'administration dll
bureau d'etudes pour le developpcment de la production
agricolc dans les tcrritoircs d'outre-nmer (J. 0. 17 mai 1950).
* Iecret n" 50.548 du 15 mai 1950 portant abrogation dul
tdcrct n" 491-449 du 30 mars 1949 relatif an tour de ser-
Sice outre-mer des fonctionnaires des cadres generaux rele-
vant lidu ministire de la France d'outre-mer et modifiant ie
dle des visits medicales prescrites aux fonctionnaires, cnmployes
et agents des services diu mime nministiere en i:.slance d'ent-
quncment (J. 0. 17 mai 1950).
* Creation d'une commission d'itulde et ic .standardisation
tle 1'equiplcneiit et des approvisionneiments sanitaires des
lerritoires d'outre-mer de l'Union Francaise (J. 0. 26 ii;i
19 50).
Dteret i" 50-584 diu 25 mai 1950 fixant la listed iecs pro.
dinits wriginaires des territoires franimais d'onutre-mer di
dleuxiiemc group ia r-gimne pri-rentiel, admissiblle en fran-
chise des droits de douane a 1'imporlation dans la miidro-


pole, dans les departments frantais d'outre-weir ct en
Alg&rie (J. 0. 26 mai 1950).

FINANCES ECONOMIC

* DIcreit 1" 50-506 di 5 nimai 1950 modifiant Ic i6gime d4e
I'indlcinile pour charges niilitaires applicable aux person-
nils militarres en service dans lcs departements d'outre-mer
ct les territoircs relevant di miinistire de la France d'outre-
iner (J. 0. 9 mai 1950).
* Decret n" 50-521 du 5 mai 1950 fixant le regime de
sold des gouoiiers marocains en service en [ndochine
(J. O. 11 mai 1950).
* Reclassement an budget des dBpeses militaires de I'exer-
cice 1949 (ministire de la France d'outre-incr) de. credits
ouverts pour l'exercice 1948 an titre de la premiitre tranche
de reclassement de la fonction publique (J. 0. 14 mai 1950).
* Secret n" 50-5,0 ldu 12 mai 1950 nodifiant le decret
du 29 drcenmbre 1903 portant rbglemecnt sur la solde et les
accessoires de sold des troupes coloniales et rnitropoli-
taines A la charge du d6partemncit des colonies (J. 0. 16 mai
1950).
* l)6cret du 17 mai 1950 attribuant uine inddmnit6 Ilr-
faitaire exceptionnelle aux tributaires de la caisse intcrco-
loniale de retraites (J. 0. 18 mai 1950).
* Decret n" 50-558 du 17 mai 1950 modifiant les disposi-
tions du decret du 15 avril 1949 fixant les conditions
d'attribution des indemniites pour frais de representation
aux fonctionnaires servant dans les territoires de la France
.d'outre-mer (J. 0. 18 mai 1950).
* Decret n" 50-556 di 17 mai 1950 modifiant le dicret
n" 49-1542 du 1''' decembre 1949 determinant lus indenini-
lfs diverse susceptilblcs d'etre payees au titre de la sold
aux militaires de 1'armiee de terre en service dans les tcr-
ritoires ct departeiicnts d'outre-mir (J. 0. 18 miii 1950).
* Decret n" 50-557 du 17 mai 1950 relatif aux indemniies
lioraires speci'alcs de nuit pouvant etrc attribute s au per-
sonnel du cadre des ing6nieurs ties travaux meteorologiques
de la France d'outre-mer (J. 0. 18 inai 1950).


PERSONNEL

I'ar decrtl di 5 maii 1950, M. Torre (Xavir-Aniiloine,
administratcur de 1' classes des colonies, sous-directeur
tlii plan a la direction des affairs econoiniques ot du plan
de administrations central dit minister de la trance
d'outre-iner, est nonun6 dirccteur adjoint de la minme direc-
tion en replacement de M. Frecaut (Jean-Marie,, appele
i d'antres functions.
Par arrte dlu miniistre de la France d'ounre-iner en date
dui 19 avril 1950, Ics adniinistrateurs des colonies dont les
noins suivent sont reclasses ainsi qu'il suit dans les fone-
lions de directcer adjoin t et de sous-dircctlur d I'adnminis-
tration central du ministbre de ]a France d'outre-iner :
M. Frccaut (Jean-Marie), administratlur de 1"' classes
apr.is tris ails (indice 550), depuis le 1" avril I')lt, nomiiii
stos-direclcur it computer ldu 25 janvicr 1949.
Sous-directeur l"r' echelon iA coimptr ldu 28 fivricr 1945 :
Sous-directeur 2'" echelon i conipler du 218 fvricr 191~ ;









D)irectur adjoint 2' 4chelon ia olimpter di 25 jan-
viir 1949 :
lireclemr dlj.inl 3' 'echelon a onumpltc du L,; Ic-
vrier 1919.

* M. Lagneau (Jules-Louis), adminiistrate-r de 1" class
apris huit ans (indice 600) depuis le 25 mars 1943, nonni,
sous-directe ar i computer du 1 juin 1945 :
Sous-directeur 2" 6chelon i computer du 1"' juin 1945
Sous-directenr 3" echelon ai computer du 1" juin 1947.
* M. Cariouilly (Liopold), administrateur de 1" classes
apres trois ans (indice 550), depuis le 9 aoit 1045, inonmin
sous-direct ur i computer du 16 aofut 1945 :
Sous-dire:teur 1"' echelon i computer du 16 aofit 1945 ;
Sous-directeur 2e echelon A computer du 16 aofit 1947 ;
Sous-direeteur 3' echelon a computer du 16 aofit 1949.
* M. Bruniquel (Adolphe), administrateur de 1" classes
apres huit ans (indice 600) 'lepuis le 19 mai 1947, nomini
sous-directcur a computer du 26 aofit 1948 :
Sous-dircrteur 2' echelon i computer du 26 aofit 1948.

M. B, issaud (Albert-Jean-Pierre), administrateur de
1" classes apris huit ans (indice 600) depuis le 26 juin 1949.
nomm6 so is-directeur A computer du 20 octobre 1949 :
Sons-dire teur 2" &chelon A computer du 20 octolre 1949.

M. Torre (Xavier-Antoine), administrateur de 1"' classes
avant troi: ans (indice 525) depuis le 1" janvier 1947.
nomm6 so ns-directeur a computer du 13 mai 1948 :
Sous-dir cteur 1" echelon it computer du 13 mai 1948.
M. Valdant (Pierre-Louis), administrateur de 1" classes
avant trois ans (indice 525) depuis le 1" juillet 1948, nommnn
sous-direct ur ai computer du 25 janvier 1949 :
Les fon tionnaires ci-dessns designs continneront a per-
cevoir leuis traitements de grade et d'6chelon dans leir
corps d'ortgine lorsque ces traitements seront sup6rieurs a
ceux affer ents aux echelons de directeur adjoint ou lde
sous-direct ,ur auxquels ils sont reclass6s (J. 0. 2 mai 1950)1.
Par d6cret en date du 4 mai 1950, M. Durand-Viel (Jac-
ques-Marie Georges), administrateur de 1" classes des colo-
nies, est nomm6 secr6taire g6n6ral par interim du Niger, en
replacement de M. Thomas, autoris6 a rentrer en conge
en France (J. 0. 5 mai 1950).
Par dcret en date du 5 mai 1950, sont promus, i comp-
ter du 28 mars 1950, an point de vue de la sold et de
1'anciennelt :

Au grfRe d'administrateur de 1" classes des colonies
MM. :
Buttavand (Andr6-Pierre-Germain), Hillenweek (Ferdi-
nand-Thiophile), Lelong (Roger-Maurice-Lion).

Aut gradt d'administrateur de 1" classes des services civil
de l'lndochine.
-- M. Ciillot (Roger-Gustave).
Par dieret du 5 mai 1950, sont promus, A computer lut
21 mars 1950, du point de vue de lasolde et de I'incien-
net6 :
A. --- Au grade d'administrateur de 1' clas.se
des services ciils de I'lndochine.
MM. de Redon (Raouil-Gnil lauine-Henri), Lelmn ,;Eui-
lien-Liber nan), Grange (Antonin-Jean-Louis).


B. -- A la 2" classes (du grade d'administrateur
des srrrices cirils dr I'lndobhine.

SMM. le Jariel (lI{ayilniol-,;Gabiriel Sablear-Jouannet
(P'ierre-J rules hots cadres aupris dIe la caisse central de
la France d'ontre-mer ; Lalaunne (Jean), Jalton (Georges-
Camille), Mali (Paul), Goutorbe (Lucien-Prosper), Souchi
IlHenry-Aim6), Peyrotte (Jean-Leon-Henri), Sourdois (Henri-
Marie-Adrien). Rouget (Jean-Alexandre), Perez (G6rard-
Eugene-Antoine), Pellier (Camille-Victor-Charles).

C. Au grade d'administrateur de 3" classes
des ser ices civils de I'Indochine.

MM. Schmit (Andr6), Guillaume (Paul), Marie (Jac-
ques-Clarles-Ferdinand), Jousselin-Chagrin de Saint-Hilaire
(Guy), hors cadres aupris de la Soci6t6 d'etudes pour les
transports fluviaux en Indocline ; Martinaggi (Jules-Benoit-
LIonard), Pillard (Jean-Raymond-Leon), Mallet (Ren6-Mau-
rice), Reny (Paul), hors cadres aupres du gouvernement du
Sud-Vietnam ; Lepage (Marie-Gabriel-Georges-Francis), Bar-
det (Jean-Louis), Perrier (Yves-Joseph-Henri), Dequecker
(Jacques-Louis-Raoul), Massin (Pierre), Ilerly (Jean-Lucien-
Emile) (J. 0. 6 mai 1950).

* Par de6ret en date du 5 mai 1950, M. Goguillot IPierre).
avocat general en retraite, est noninie premier president
honoraire de court d'appel (J. O. 9 mnai 1950).

* Liste des candidates recus an concourse pour le recruie-
ment de contr6leurs stagiaires des installations radio6lec-
triques du cadre general des transmissions (J. 0. 14 mai
1950).

* Par d6cret en date du 16 mai 1950, M. Roche (Atha-
nase-Jude), administrateur de 2" classes des colonies, est
admis a fair valoir ses droits i tine pension de retraite
pour anciennet- de services pour computer du 2 mai 1950
(J. 0. 18 mai 1950).

* Par d6cret en date du 16 mai 1950, M. Butel (Paul-
Joseph-Vincent) adininistrateur de 2' classes des colonies,
est admis a faire valoir ses droits i une pension de retraite
pour anciennet6 de services pour computer du 24 mda 1950.
(J. 0. 18 mai 1950).

* Par d6cret en date dui 17 mai 1950 :
M. Turpaud (Paul), avocat a la cour d'appel de Paris,
est nonmm6 juge an tribunal de 3" classes de Bangui.
M. Garrigou (Jacques), commis des services judiciai-
res de la Nouvelle-Caledonie, est nom ne juge supplant la
tribunal de Noumea.

-- M. de Chanac de Lanac, secretaire principal de la
police f6d6rale de l'lndochine, est nommin juge supplant
dans le resort de la cour d'appel mixte de Saigon (J. 0.
21 mai 1950).


DISTINCTIONS HONORIFIQUES


Dieret du 6 mai 1950, portant nomination dans I'nrdre
national de la Legion d'lonneur, i litre civil.

Par decret en date du 6 mai 1950, sont nonun6s dans
I'ordre national de la L6gion d'honneur, i titre civil :









.4I titre de ch'evalier.
MM. :
Biros (Marc), administrateur de 1" classes des services
civils de I'lndochine i Saigon;
-- Bonfils (Charles-Henri), administrateur de 1" classes
des services civils de 1'Indochine a Saigon ;
Charrier (Andre-Pierre-Delphin), doctenr en mie-
cill ;
Ecarlat (Pierre-Engne), administrator de 1"' lasse
des services civils de I'Indocline hi ITanoi ;
--Faingre (Fernand-Dominique), contrilleur g6n'ral de
la sfiret6 fBddrale a Saigon ;
Gantelge (Elise-Antoinette), en religion saour (Marie-


Eliunniijnell. Imissioinuairec i Mata-Utu (ile Wcallis) iNouvelle-
Salddouii, ;
Giraud (Leopold Louis), officer m6canicien de
1" classes marine marchande ;
Guiriec (Hyacinthe-Antoine-Jules), administrateur id
1" classes des services civils de I'lndochine;
Larivirre, (Paul-Louis), administrateur de '1" classes
des services civils de l'Indochin ;
Mile Leenhardt (Paule-Valkrie), infiriniere en chef de
assistance imdicalc de 'Indochine SaTgon (J. 0. 7 inai
1950).

* I)Dret dtr 5 umai 1950 yortant suppression de l'ordre
colonial du Dragon d'Annant (9 nmai 1950).





















REVUE DE PRESS


Nous rappelons que la revue de press publiee an.prdsent bulletin esl purement objective. Elle n'impliquc
4videmmenit aucune adhesion du Ministere de la France d'Outre-Mer anx opinions exprirnes dans les
articles r products d litre d'information.



PRESS D'OUTRE-MER


INDOCHINE

Le nouveau Gouvernement vietnamien

La nomination de M. Tran Van Hun come
Chef du G;overnement et la formation du non-
vean ministre ont joui dans la majority de la
press d'l.n )prejuig favorable.
Ainsi li' DOAN KET (Solidaritd), soulignant la
, conception clairvoyante > du nounean presi-
7TenT7 dan:, I'iirnre de solidarild dui people viet-
namien ei d'abolilion du regime colonialiste, de-
clare :

Le President Tran Van Huu a contribu6 dans une
large par' a la r6alisation des aspirations natio-
nales.
Cette ao vre gigantesque et important n'est pas
encore termin6e Car, la mauvaise destine est sur-
venue : a moment ol Icls Vietnamiens patriots sin-
cires ont le droit de s'attendre aux succbs proclies,
de gros ruages apparaissent Ai I'horizon, menacant
de d&chainer un orange violent.
La desertion d'un certain nombre de nos compa-
triotes, d, ceux qui abandonment leur patrie pour
courir de-'riere un pays imperialiste idouveau, le re-
noncement de certain qui ne veulent pas compren-
(Ire que l'indiff6rence i la patrie dans les circons-
tances prisentes constitute la trahison, sont autant de
facteurs cui ont engendr6 des affaires pr6judiciables
au pays.
Par coi tre, A 1'6gard du Pr6sident Huu, ces affai-
res ne s':;v6rent pas insolubles ; elles ne sont pas
insolubles;, non plus a l'egard de la majority du peu-
pie vietn imien qui est d6cid6e i prifrerr la patrie
avant tout.
Il n'y a plus que la solidarity, le d6vouement anu
travail, i l'action commune, pour realiser nos es-
poirs. Hiureusement, nous ne sommes pas isol6s,


car, en s'unissant i la France et aux autrcs pays
libres, le Vietnam, pent affronter l'orage.
La barque 6tant manoeuvrde par un pilote decid6,
n'est-il pas certain qu'il y a une garantie pour qu'on
puisse esp6rer et avoir confiance ?

Politique du nouveau Gouvernement

Le President Hlui a inscrit dans le programme
ld'alion de son 1youvernement : << Une politique
anti-vietminh sans equivoque. >
Affirmation n6cessaire, approve M. de Lachevro-
tiire, qui a cette occasion rappelle dans l'Union
Francaise la politique pratiqul e par les pr6cedents
gouvernements presides par Ic g6ndral Xuin, S.M.
Bao-Daf et M. Nguyen-Phan-Long.
Ces trois cabinets successifs avaient le mine but
ritablir la paix na Vietnam afin de pouvoir ensuite
se livrcr a une ceuvre constructive susceptible d'as-
scoir sur des bases solids le nouvel Etat.
TI y avait deux moyens de rbtablir la paix :
Le premier consistait a faire entendre raison anx
Vietminh en leur montrant que l'independance 6tait
un fait acquis el itie la lutte n'avait plus d'objet. On
les aurait ramenes ainsi au sein de la communaut6
vietnamienne oi ils auraient pu travailler an relM-
vement des ruins et a la grandeur de leur Patrie.
La deuxiime solution Ctait de combattre le Viet-
minh afin de le ridluire L I'imlpuissance.
Le g6niral Xutin fit de tinuides avances ai Ho-Chi-
Minh, il s'adjoignit mniime qucltues ministres choisis
parmi les Vietminh notoires. Malheureusement, Ia
reussite ne r'pondit pas aux efforts de ce gouverne-
ment provisoire, le Ceniral Xulin nc pouvant appor-
ler aux rebelles iCen de concrete, les signatures
eiuhangecs sur le Dugiiuy!-Trouin, en baie d'Along,
n'6tant qut'une promesse et une 6bauche.
S. M. Bao-Dai, Li son retour en Tndochine, venait
de signer A ]'Elysde les Accords du 8 mars 1949.


J i r Z-041








C'ctait li un acte solennel, iln Irail' paraplih par
hI Chef de I'Etat francais et I'li'ritier du ro valnime
dies Nguyicn, 'reconlnaissal l'indipenldance dii Vi L-
I1:1111.
Conscient d'avoir obtleniiii u rsultal, S. M. Bao-
Dai s'empressa de lancer un appel A tons ses conm-
patriotes en leur sp6cifiant bien qu'aucune exclusive
n'Mtait envisage, il conviait tons les gens de bonne
volont6 a se rassembler autour tie lui pour btlir
le Vietnam ind6pendant et jouissant de sa pleine sou-
verainete.
Bien que les rebelles n'aient pas repondu i cet
appel, S. M. Bao-Dai se mit risolument t 1'ceuvre
pour l'application int6grale des Accords du 8 mars
1949 consacrant l'ind6pendance.
Le 30 d6cembre 1949, les conventions d'applica-
tion ayant 6t6 signees A la mairie de Saigon, S. 1M.
Bao-Dai pass Ic pouvoir A S. E. Nguyen Phan Long.
Le nouveau Pr6sident du Conseil se tourna de nou-
veau vers le maquis, ayant A ce moment-la quelque
chose de substantial A presenter a ceux qui preten-
daient combattre pour l'ind6pendance, puisqu'ltn
CGouvernement vietnamien prenait la direction effee-
tive du pays, jouissant tie tous les poutvoirs, diri-
geant tons les services.
Non sculement les Vietmiili continubrent i' fire
la sourde oreille, mais encore, ils repondirenl aux
advances qui leur 6taient faites par des menaces de
mort, d6clarant que S. M. Bao-D)a, le general Xu:1ui
et M. Nguyin-Phan-Long 6taient virtuellement cCo-n
damn6s A mort ct qu'ils seraient extcut6s.
Ccci d6montre bien que ce procedt de concilia-
tion A d6finitivement 6chotu6.
Reste aujourd'hui le deuxicme moyen, la solution
de force qui permettra de reduire les Vielniinib i
l'impuissance afin de travailler sans .eux A i;dific..n
tion d'un Vietnam fort et prospbre.
Le President TrAn Van Huu, qui vient de succc-
der A M. Nguyin-Phan-Long, a prononce des paroles
inergiques en d6clarant : < Mon government scr:a
un gouvernement d'action. Mon intention est de mie-
ner une politiquc anti-vietminh sans iquivo(que. >
La conciliation n'ayant pas 6te accepted, il ne
rest en effet qu'A prendre le taureau par les cornes
pour le terrasser et le rendre inoffensif. Le notveaui
President du Conseil I'a compris, il cst oblig tde se
resoudre a pratiquer une politique de force qu'il
aurait probablement aim eviter, come ont cher-
c1ih6 l'A viter ses trois pridecesseurs.
Mais le nouveau oouverneent Io'a pas le cloix,
cc sont les Vietminhl eux-inlEnics qui onl impose cettl
solution.
S. M. Bao-Dai l'a d'ailleurs comprise puisque ces
jours derniers, avant de dissoudre le Ministbre


Nguyven-anla-Long, elle avait charge M. PIan Van
Gino, (;loverneiir Id Centre-Vietnam, de l'organisa-
lion de I'armiie vietiiiniamee, pour une lutte effec-
five, une lutte anu < finish >.
II nie faut point tie demi-niesure, la lutte s'annonce
severe, elle loit Mtre impitoyable et il faut profiter
de I'aide frantcaise actuelle pour ticher d'en finir au
plus vite.
lais a cot ties forces militaires et de l'arme, ii
tant un service td renscignemett, un service de sfi-
ret confl, ai un hlommc 6nergique, ayant dtIja fait
ses preaves, car il faudra traquer les Vietminh par-
tout out ils se trouvent surtout dans les agglom6ra-
tions. II faut que tons les Vietnamiens se roupent
autour de S. M. Bao-Dai et que celle-ci 1dclare
< Ceux qui ne sont pas avec moi sont contre noi !
On devra ensuite agir en consequence. >


Representation diplomatique n6cessaire

< Le Vietnam se doit d'avoir an plus 16t un
rnibassadenr d Londres el d Waashington >, pro-
clame M. Nguytn Qu6c Hdi qui estime qu:e les
iifficultis de I'heure sont avant tout des diffi-
cnllls financi;res. II affirmed dans I'lCHo DoL
VIETNAM, organe de M. Ngnyen Phan Long -
que c'est le manque d'argenl qui empeche le
gouvernement de mener line propaganda bien
orchestrde et continue. On ne pent esconipter le
relour des nationalisles du maquis que s'il esl
possible d'assurer leur subsistence dans le camp
legal, dit-il.
Or, alors que les Vietminh, avec 1'aide des com-
munistes chinois, augmentent sans cesse leurs
moyens offensifs, < le Vietnam ldgal n'en pent plus,
il est a bout de souffle financibrenent parlant ,.
Pour I'editorialistc de l'Echo dt Vietnam, le re-
mede est : ...que le commerce receive le coup de
fouel d'un cordial. Cc cordial c'est 1'or amn6ricain.
II taut done que le Vietnam ait aussit6t que pos-
sible des ambassadeurs chez ses amis naturels. Ap-
puyant de leurs pressantes demarches les ambassa-
deurs de France on pent esp6rer qu'on atteindra
enfin un risultat concrete.
L.e choix te telles personnalitis ne sera pas nis6.
11 en existed cependant.
Qu'on y prenne garden: le Vietnam non 16gdl saura,
s'il ne I'a dteja faith, trouver un reprsentant lpur Mos-
cou et les Etats satellites dignes d'etre contractcls.
Dans cetle course de vitesse c'est A la France de
jouer le rile de starter.








PRESS ETRANGERE


La collection complHte des articles de press dlrangcre traduits en francais peut 6tre consulate d
la Section de la Presse Etrangere (Direction des Aflaires Politiques, 27, rue Oudinot, Piece 17, 1" 6tage).
Les numeros qui figurent ci-dessous d la suite de l'indication d'origine des articles de press per-
rnelteni de se reporter au texte complete des dits articles.


<< One World >, le th6me lanc6 par M. Wendell
Wilkie s, montre chaque jour plus exact. Les
probleme; politiques ou 6conomiques des diff&-
rents pa- s qui jusqu'alors se posaientt t se r-
solvaient separement tendent de plus en plus a
nc devenir que les 610ments d'un vaste probl6me
et d'une solution g6nerale.
La concentration de puissance entire les mains
des deux < supergrands >, l'hostilit6 qui, les s&-
parant, Il;s conduit a ne sc d6sinteresser d'au-
cunc partie du monde qui risqucrait de dcvenir
un atout dans les mains de I'adversairc, l'affai-
blissemcr t des nations de i'Europe occidental,
tous ces [acteurs provoqucnt une cristallisation
des force; et des problems.
Les diffr'entes conferences internationales
tendent 6galement a int6grcr toutes les questions
particulieres dans une solution d'ensemble.
Cette evolution se montre particulierement
nette dans les pays d'outre-mer et notamment
en Asie du Sud-Est.
L'imipotance des 6venements qui s'y derou-


lent actucllement fait que nous concentrons la
revue de press etrangere de cc mois sur la rd-
gion Asie Orientale-Pacifique.
Depuis la fin de la deuxieme guerre mondiale
jusqu'aujourd'hui, la lutte n'y a pas arret6 : en
Inlon6sie, au Vietnam, en Malaisie et en Chine,
en Birmanie, dans 1'Inde et le Pakistan, les
adversaires n'ont cess6 de s'exterminer.
Cc n'est que tout r6cemment que l'on s'est
aperu dc la gravity de ces guerres ouvertes, que
1'on s'est aper(:u qu'elles n'6taient pas des ph&-
nomenes isoles, inais la consequence d'un mou-
venment general, nationalist ct revendicatif, fai-
sant se dresser les masses asiatiques a la fois
contrc les nations colonisatriccs et centre leurs
lpro)res classes ldtentrices de la richcsse ct du
pouvoir. Chacun cherchant ses appuis li ohi il
pouvait les trouver, les forces hostiles sont ve-
nues, de fagon quclque peu artificielle, se mou-
ler sur les antagonismes d6ja constitutes et se
sont ranges dans I'un ou l'autre camp que s6-
pI;re actuellement la guerre froidc.


Le problem du Suid-Est asiatique


Danrs in edlitorial, le TIMES presence le pro-
blne :
Au course des six derniers mois, la situation dans
Ic Sud-est asiatique s'est aggrav6e. Des cinq pays qui
representcnt l'aire strat6gique la plus important,
quatre on: vu un affaiblisseinent des forces demo-
cratiques qui sont la seulc barrier d'importance
contre l'a, ance du comniunisnme. Le cinquieme pays,
le Sianm, e;t une exception ; sous la direction de son
< hoinie fort >>, le Marlchal Pibul, qui a la con-
fiance td'ui people relativemient satislait et relative-
ilent prospere, iI s'est, de facon plus ouvcrte qu'il y
a quelque temps, rang6 an c6te des puissances demo-
cratiques. Partout les communists ont &t& encou-
rages par le trionmple du communism en Chine,
suivi de l'entente etroite realisee entire PNkin et Mos-
cou; et ils ont profit des erreurs faites par les Gou-
verneinen s des pays individualists.
Au norc-onest de- ce bloc du sud-est asiatique, il
y a la Biiranie ; jusq(t'a l'automne dernier, les affai-
res de la Birmanie seniblaient s'ameliorer. Le (Gou-
vernemnen avait l'air de vouloir laisser les pays du
(Conlmon\\ealth l'aider a renforcer ses resources
ecoonomiqies et poliliques contre les insurg6s qui
etaient divises ct avaient perdun 'initiative. Les
demands les plus miodiries des Karens avaieni etet
accept6es en principle ; diverse parties de la Ligue


anti-fasciste pour la libelrti des peoples avaicit com-
menc6 ia revenir aux c6t6s du Gouvernemient, les peu-
ples des collins demeuraient solides. II semblait
qu'il suffirait d'un effort r6solu pour discr6diter et
briser les rebelles communists, mais cet effort n'a
pas r6ussi, les communications sont encore rolnpues;
le commerce et l'industric sont encore paralysis; les
communists ont pris advantage du rlpit pour cr6er
une administration nominal peut-ctre rival.
Les chefs birmans sont trop divis6s par des jalousies
personnelles et trop inexp6riment6s dans les affairs
de 1'Etat, trop meliiants vis-a-vis des experts 6tran-
gers qui, seuls, pourraient leur donner 1'aide don't ils
ont besoin.
Ie Gouvernement n'est pas pret de s'effondrer ;
et Ic nouveau prct du Commonwealth lui permet-
tra de se.survivre en soutcnant sa monnaic. Mais la
Birmanie, au lieu td'tre Ic bastion solide du front
d6ioocratique dtun le Sud-est asiati(quc, est encore
une region particulibrcement faible.
En Indochine, le problenie du Ion systnme des
relations entire les pays occidentaux et les nouvcl-
les forces nationalisles esl envisag; t'e facon opp)o-
see. Alors que la Biriianic recherchani, :i bon droit,
son inldpendancc, a pcur de fair appel A l'aide
etrangere et se Irotuve par elle-nicime inutilemnent fai-
ble, le nouvel etat du Vietnam depend tellement de








i'aide etrangere que de nombreux patriots viet-
namiens soutiennent on opt rejoint lcs communists.
En automne dernier, I'Empcreur Bao-Dai semblait
en train de gagner du terrain contre le riginme dt
Vietminh, contr616 par les communists et dirig'c
par Ho-Chi-Minh. Ses forces prenaient unc partly dl
plus en plus important a la restauration de LaIm l t
de 1'ordre. Scs territoires s'etendaient constammenit.
Pourtant, il n'a pas et6 capable de se dispenser ites
fonctionnaires frangais ; il est aid6 par des varies
franchises. lHo-Chi-Minh a convaincu ine Jpart
important du people annanite ique << lindtpen-
dance au sein dte 1'Union fran(caise >> impliqucI tIrop
de liens pour I'attacher; le mouveincnt en favour tdc
I'Emnpelreur Bao-Dai a cess. Les guerillas du Vicl-
mIlin li e prevent p)is s'opposer aux troupes cntrai-
nces des Francais et des Vietnaniiens, mlais clles
sont mobiles et fugitives det sore cqu'elles pcuvent
coniitrolr avec eflicacit dets regions du Vienaiii
notablement plus importantes lue cclles que I'iEmlpc-
reur dirige nmintenant. Au Canmbodge, au Iaos et
miinmc en Cochinchine, qui est important grace it
la region tdu << 1ol dc riz >>, la situation est mcil-
leure, mais la restairation tie 'ordre en Annalm ct
au Tonkin se montre specialement lente et cofile
extriemeennt clier en argent et en vie. La France
doit maintnant faire appel A ses associes occiden-
taux. La Grande-Bretagne est dtejt lourdemcnt enga-
gee en Malaisie ; les Etats-Unis, bien qu'ils aicnt
promise du secours, n'ont piis aucune decision sur
la forme suivant laquelle ils le donneront. Sera-t-il
donned aux forces vietnamiennes directeineni pIr'
l'interni6diaire des autorit6s franlaises ? Ce qui esl
clair c'est qu'un ellondrement en Indochine --
comem le deroulement des 6venemcnts au course tde
la derni6re guerre I'a prove -- ouvrirait la route
du Siam, de la Malaisie et de la Birmanie jusqu'aux
portes de 'lInde elle-mnme. Cc qu'il fant prevenir ia
tout prix A la fois en soutenant Bao-Dai de fatonu
tellement energique, que les populations d'Indochine
prennent conliance en sa puissance et a la fois en
le convaincant que sa victoire ainencra l'indei)en-
ldance reelle qu'elles rechcrlchent. L.es Francais onL
outru ide gros risques militaircs, Imais ils se sont
montr6s pen dislposs a prendrc les risques politi-
ques que la situation reclanmc.
En Malaisie 6galcment les affairs vont mal. 11 y
a quelques inois le terrorisme semblait tellement stir
son decline que la masse des conmmunantes chinoi-
ses commengipit A travailler avec les Autorit6s pour
restaurer l'ordre. La fin de la rebellion ne semblait
pas impossible mais, en depit du hon travail effectui
p]ar les troupes ct la police et du grand courage mion-
tr6 par les Europeens, les Malais et les employees
clhinois sur les plantations et les mines qui ont
nmaintenu la production centre toutes attaques, lcs
rebellcs sc montrent plus agressifs qu'ils l'etaient en
autoinne dernier. Deux choses sciblent indispeln-
sables si l'on vent r6tablir la situation. 11 fault recon-
naitre la rbelllion pour ce qu'elle est : un lat tde
guerre demandant ique toutes les resources possi-
bles soient conicentrcs sur place. II faut ralpid-
ment preindrl des measures pour satisfairc lis aspi-
rations du pcuple malais en lui accordant lune part
plus important i la gestion di ses propres allaircs.
II faut accorder aux populations chinoises tine


influence proportionnee au role economliqlue qu'ellcs
jouent dans le pays ; enfin, il ne faut pab retarder
le moment de s'occuper des nombrcux squalters chi-
nois qui vivent actuellement terrorists dans des
abris dte fortune ct aident les bandits.
11 est malhcuireux qu'en Indonesic dgaleinent I's
coniiiunistes semblent en train de gagner do terrain.
En aultomne dernier les republicans ct les If6draux
se sont allies si etroitement pour edifier I'ind6pen-
dance indonesienne sur ie base f6edrale, qu'il sem-
blail qu'il y ait peu d'avcnir pour Ic part cominnc-
niste, discrCdite conmme il 1'tait par l'eclcc de son
coup d'etat. Mais des ressentiments sont apparus
entire, d'une part, les dilfferents chefs qui travaillent
it raliscr la constitution centralisCe que la 1epubli-
quc tie .logiakarta a toujours demanded, et ccux,
d'auire part, qui ont donn leIur adhiesion aux ins-
titutions fidtralcs tells qu'elles avaient etc divul-
guCes it La llaye. 11 y a deja eu deux instirccltions
contre la politique dce centralisation du (Gouverne-
ineni f6dtral. Si la querclle continue, le Pirti coim-
inuniste en sera le seul gagnant. Son influence est
encore capable d'aniener des desordres civils qui
peiuvent freiner la reconstruction 6conomique ; Ie
(iouverneinent serait sage de consacrer Ioute son
attention a la restauration de la s6curite interne
avant que d'entamer le problem vexant de ]a recon-
ciliation constitutionnelle.
(cette revue miontre que ccs pays ont liisoin tde
1'aide dt l'Occident s'ils veulent survive. 1I est de
l'intiert des Occidentaux de donner cette aide a
lquelque pri xque ce soit, imais il est egalenentt clair
cooperation entire l'Orient et POccident ne peut
(lie dans cette region tie nationalism allaibli, la
reussir (iui si les puissances occidentales reconnais-
sent la detrnlination des peoples du Sud-est asia-
tique it realiser deux buts : l'indpcendance .,olitique,
la prosper'ite conomique. La oi ces deux buts scii-
blent en vue, conime an Siam et peut-tre tin pen
inoins en Indonesic, la resistance A la menace coim-
inuniste est solid ; la ou la iiarche vers ces deux
buts semnble se ralentir, les conmnunistes trouvent des
facilities. Ie inois prochain, les affaires du Sud-esl
asiatiqtue scront examines i Londres par M1. Bevin,
M. Acheson et M. Schuman afin de rapprocher les
politiques de la Grande-Bretagne, des Etats-Unis et
d'e la France dans cette region. Peu apres il y aura
line reunion des representants du Commonwealth i
Sydney oil le Comite consultatif, constitute apris la
conference tde Colombo, fcra une estimation des
besoins tie base des pays du Sud-est asiatique dans
les domains tels que la nourriture, le transport ; il
etablira des plans pous satisfaire A ces besoins aussi
bien que possible. Le resultat de ces deux reunions
pourra dtecider du sort du Sud-est asiatique qui est
encore dans l'incertitude.
(a The Times ), Londros, 25 avril 1950, it' 5.558).

L'attitude am6ricaine

M. Foster D)Illes, adjoint an Sccr6taire d'Etat
aniericain et porte-parole du parti ripublicain, a
declare rCcenmment que si << nous avons reii-
porte quelques succes en certain points notam-







inent en Europe oceidentale, la guerre froide a
donn6 au:. communists < des victoires bien plus
importanles que cells qu'eussent pu reporter
le Japon dans la guerre rbelle >>. < Si l'on fait
le bilan tes gains ct des pertes, a-t-il dclare,
j'estime que les Russes viennnt nettement en
tite >>. Devant cet 6tat de choses, les milieux
gouvernementaux de Washington estiment qt!'il
'faut pren:lre des measures appropri6es.
Sylvain Mangeol, dans le CONTINENTAL DAIY
MAIL expose que : << Les Etats-Unis doivent pren-
dre une otcision en Asie >. El il pursuit :

La rcenite declaration de M. I)ean Acheson, Secie-
Laire d'Etvt des Etats-Unis, que Ic but de l'Ainmrique
(dans la guterre froide implique la formulation d'une
< diplomalie total >> a pos6 le probl6lme d'une d6fi-
nilion plus claire de la politique anm6ricaine i
l'gard tie, questions asiatiques.
Si ine < diplomatic total > doit avoir une quel-
conque signification, les changes die vues entire les
Mlinistres des Affaires Etrangeres des Puissances
allantique,, en mai, doivent avoir pour resultat une
tentative erieuse, non seulement pour coordonner
leurs politiques en Europe, mais 6galement pour lier
ces politiques au theAtre tres changeant de 1'Extreme-
Orient.
Des observateurs pcnsent que les hiesilations ie
la politiquo amiricaine dans cette partic du monde
out jusqu'5 present rendu toule cooperation effective
impossible.
Quatre i touveients diplomatiques distincts, ayant
pour but de preciser le tableau des intentions et des
possibility,. de Washington en Extreme-Orient, sont
maintenani en march. Ce sont :
1 La visit du Premier Mlinistre du Pakistan,
M. Liaquat Ali Khan, aux Etats-Unis, sur l'invitation
du President Truman;
2 Les discussions entire Paris el Washington sur
attitude t e 1'Amnrique iA l'gard ie la guerre en
Indochine ct sur les perspectives de l'aide ameri-
caine i la France dans cc combat ;
3 Le (omit de preparation dti Iraite de paix
japonais d i Cominonwealtl qui a conmmenc6 ses tra-
vaux A Lo idres le premier mai ; et
4 Le C(tmiit consultatif tdul Commonwealth sur la
politique (conomique en Asie du sud-est et du sud
qui s'ouvr'- a Sydney le 15 mai.

Nous ne cilerons idi que son couiiOtenlaire sur
le premier poinl :
De mime qu'en cc qui concern le Pandit Nehru,
son vis-t-v s en Inde, les conversations de Washing-
ton avec le Premier Ministre du Pakistan seront
bases sur 1'hypothbse de la complete souverainet6
de son pa, s en ce qui concern toutes negociations
presentes (u it venir avec les Etats-Unis.
Mais nombreux sont ceux qui pensent cqu'il peutt
6tre plus libre que le Pandit Nehru de prendre des
decisions de principle qui 'engagent et qu'en cons6-
quence les r6sultats de sa visit am6ricaine pourront
etre plus oncrets que ceux te la rCcente visit tii
Premier Ministre indien. Bien que le Pakistan affi-


che une politique de non implication dans le coni-
bat ideologique centre, d'une part, Moscou et le
Kominform, et de l'autrc les Puissances occidentales,
cc pays est plus capable que I'lndc d'adopter une
position anti-communiste dans la guerre froide, a
condition que les assurances ct les encouragements
necessaires viennent des autres Puissances non coll-
iunistes.
On pense que M. Liaquat Ali Khan saisira certai-
nenlent l'occasion de fair connaitre au Pr6sident et
t ses conseillers ses idees sur l'arret de l'extension
diu conimunisme, plant en Extr6me-Orient et dans les
pays musulmans dui Moyen-Orient.
L'initiative du Pakistan, lorsqu'il convoqua en
novembrc dernier ai Karachi la conference 6cononii-
qtie panislanmique i laquelle assistirent des represen-
lants inulsulmans de pays aussi occidentaux que le
M;aroc et aussi orientaux que l'lndon6sie, fut sanc-
tionnee de la fl'ion la plus < avantageuse > par des
attaques extraordinairement s6evres de la part de
Moscou et de IPekin, n'est lit qu'une indication de
!'attention qu tle c (ouvernement de Karachi a accor-
dte aux aspects at long terne de la guerre froide.
Les idces de Karachi, suivant lesquelles la bonne
attitude i Il'egard de la guerre froide en Asie cons-
siste i ameliorer la stabilitC Conomique et politiquE
ties pays sous-developp6s, coincideront certainement,
sinon toujours, avec cells de J'Am6rique.


La conference de Londres

I, conference de Londres qui s'esl lelrince
le 13 mnai a permits aux represenlants des Irois
, Grands >> occidentaux de tender de coordonner
leurs poliliques dans cette region.
Le NEW YORK TIMES en dresse un resume :
Le communique des ministries des Affaires Etran-
Unis public mardi soir, i la fin de leur conference,
geres de Grande-Bretagne, de France et des Etats-
cst n6cessairement general dans ses terms. En cc
qui concern lat region critique du Sud-Est asiatique
don't on a 6tudid les problnmes, ii ne done pas dle
plan d6taille. Peut-etre cst-ce it cause du caract';re
general te la declaration; peut-etre est-ce aussi parce
qu'on n'a point encore formula de plan unifil qu'on
puisse mettre en application. Des actions concretes
comme l1ide que les Etats-Unis se proposent d'accor-
ter it 'Indochine et au Thailand, les renforts bitan-
niques en Malaisie ne sont pas encore lies les uns
aux autres.
C'est pour cctte raison qu'il faudra chercher dans
le communique tons les signes d'un accord sur ine
politique 6tant donned que c'esl sur les bases d'un
tel accord' qu'on pourra ilablir tin programme de
travail conmmun. Si I'on se r6fere au communique,
on voit qu'on a pu sc mettre d'accord sur un cer-
tain nombre de points essentials et qu'on a pu attein-
dre un certain nombr e ti decisions specifiques. Elles
representent une tape supplementaire vers un
accord sur les points suivants :
1 Les trois puissances occidentales se sont miss
d'accord pour enccourager et soutenir les nouvteux
Etats ind6pendants de la region ci ils etablissent








leurs lignes de defense centre la menace de l'expan-
sion communist. Ceci comprend la Birmanie, 1'Indo-
n6sie ct les Philippines ; les Francais d6sirent cer-
tainement Ic voir 6tendu au government de Bao
Dai en Indochine et aux nouveaux Etats di Caim-
bodge et du Laos. La promnesse quie les Etats Uuis
ont faite d'aider ces pays, montre tie leurs vui'-
concordent avec les vues franchises.
2 Les puissances occidentales sont d'accord suri
l'utilit6 d'une collaboration regional pour develop-
per ces regions et accroitre leur niveau de vie.
< Tous les governments >> dans cette region
devront collaborer dans cc but, a-t-il teclare, et cela
signifie sans doute qu'il faut y comprendre les pays
qui ne sont pas conipl6tement independants commune
1'Indochine et la Malaisie.
3 On a proced6 i n change d'informiation sur
les measures A prendre pour la r6partition des res-
ponsabilites. Une tell r6partition, si elle est pour-
suivie pourra avoir l'importance la plus grande, il est
impossible, sans elle, d'etablir tn plan adequal.
4" II a 6t6 d6cid6 de coordonner les efforts pour
eviter la contrebande d'arnies entire ces regions.
Autre accord 6minemment utile.
5" On s'est nis d'accord pour intensifier les efforts
de propaganda dirig6e contre l'impilrialisine com-
muniste et son mauvais usage de sentiments authen-
tiquement nationalists. II v a beaucoup A fair dans
cc domain et il serait bon d'accroitre les activities
d'informations en Occident minme, aussi bien que
dans le Sud-Est asiatique.
Cet ensemble d'accords et ces decisions ne cons-
tituent pas en elles-minmes une base suffisante pour
ine politique vigoureuse de << containment > du
communism agressif. Elles ne constituent pas non
plus, telles qu'elles sont, un ensemble solid pour
d6fendre cette region. Elles reconnaissent pourtant
le danger tel qu'uf existe et constituent quelques
measures pour y parer. Elles sont, dans leur carac-
t6re, positives et non negatives. On petit 6difier beau-
coup de choses sur chacune d'entre elles, mais it
reste encore beaucoup a 6difier et il reste encore a
poser bien des foundations.
(s The New York Times ), New-York, 15 mai 1950, no 5.625).

La conference de Sydney

Mais la conference e Londres n'a p1i 6tR la
seule a proposer des solutions. Renouvelant lecu
r6union de Colombo en janvier dernier, les 'rc-
presentants du Commonwealth britannique se
sont rencontr6s a Sydney pour apporter une so-
lution plus particulierement britannique aux dif-
ficultes du Sud-Est asiatique.
C'est I'Australie qui s'y Rlail ionlre, ainsi que
I'expose M. Wlerner Levi dans le FAR EASTERN
SURVEY, le promoleur le plus ardent d'une aidte
econonuiqe :
La polilique tu sliralienui, vis-:1-vis duI Sud-Est asia-
tique, est plus coinstlulive en raison du fait peu-
tire (lue l;i voix de I'Ausltralie y a plus de poirtec.
Ie Dr iEvialt a coniinncc et iM. Spender a conliutui


line politique de base : il faut stopper Pexpansion
du communism car c'est une affaire qui int6resse
an premier chef l'Australie. Le meilleur moyen de le
faire est de realiser le developpement 6conomique
le plus important possible qui assurerait un accrois-
sement du niveau de vie, affermirait la croissance
de l'autonomie politique et 6tablirait des institutions
democratiques. Sur ces points, il y a peu tie dsac-
cords de principle entire les membres du Common-
wealth britannique. 11 y a, par centre, quelques
16gers d6saccords stir son application ; ces lifferen-
ces reposent sur les diff6rentes falcons don't on juge
de l'urgence de la politique anti-communiste. C'est
vrai, par example, dans le cas du Gouvernement de
Bao-Lai" en Indochine : ii a 6t1 reconnu par la
Grande-Bretagne et I'Australie, mais Nehru ne l'a'
pas reconnu parce qu'il consid6rait qu'il elait sous
tutelle franchise.
L'Australie a propose, t la conference du Com-
monwealth i Colombo, un plan, qui l6gbrement ame-
nagi pour se fondre avec une proposition cingha-
laise, a 6et accepted h la conference avec un enthou-
siasme considerable. Ce c plan Spender >' 6tablissait
une priority pour les bcsoins (ld Sud-Est asiatique.
D'abord :
1" les products alinientaires e tid consonniation;
2" les avis et assistance technique;
3" I'6quipement en capital et, en permanence, des
credits en .
Le Commonwealth pent satisfaire tous ces besoins,
inmme s'il ne le petit I tin degree aussi important
qu'on le voudrait. Au commencement, le plan devra
s'appliquer aux imembres du Commonwealth et La
leurs d6pendances ; les autres nations non commiu-
nistes tie I'Asic di Sud-Est et des Etats-Unis devront
s'y joindre aussitot que possible. L'assistance ne sera
pas h sens unique, mais mnutuelle. Chacun des parti-
cipants y contribucrait pour cc qu'il peut dans la
measure de ses moyens ; on espere que ces changes
mineront A uine integration vcentuelle de cette
region.
Un Comit6 consultatif du Commonwealth a 6et
6tabli pour enquiter sur les possibilities de coopbra-
tion qu'il y avait dans la region. Les participants A
ce plan se r6uniront prochainement a Canberra pour
rendre compete des reactions de leurs Gouvernements
et donner des details sur leurs possibilities de con-
tribution.
Ensuitc, le plan pourra etre mis en action aussi-
tot que possible. Georges McGhee, Sous-Secretaire
d'Etat des Etats-Unis, a suscite des espoirs dans le
Commonwealth lorsqu'il a d6clar6, aprrs la publi-
cation du plan, que les Etats-Unis suivront les efforts
que les nations du Commonwealth s'6taient mis
l'accord pour accomplir A Colombo.
Les sceptiques en Australic out rapidemnent vu les
difficult6s (k ce plan. L'un d'entre ux 6erivait :
c< 'Australie sera classili6e come une nation << pos-
sedante > en ee sens qu'elle est une sore de n6o-
Etats-lUnis, toiil on s'alllend Li cc (qui'lle done i)lus
(qu'elle li recoil. Nols In'av \ ns piis eIcore ctvoiinelic('
i1 penser i c e ce'la ret[iprl sclle coiiiiiie ilipots el
comlelll) sacrilices ,.
Ice Goiiveriiiienl t aiuslralien realise I'anpleltir de
cetle enlreprise et n'a aucune illusion sur les possi-








bilitls td'lin succbs rapiide et facile. Qnoi qii'il en
soit, ce plain apparait, pour la pluparl des Ausr;a-
liens qui le connaissenii, conimc Mtaint reaaisable et
plein de proniesses.
(it For Eastern Survey 1), New-York, 14 avril 1950, n" 5.568).

Voir le conimenlltie qe le e MANCHESTER (I'AUI-
DIAN fail tlit dtiroulement de la conference :

Beaucoutp de gens se sont plaints de la derniere
conference du Connonwealth ( Colombo en janvier
dernier pirce qu'elle itait ennuyeuse. Aprls les fan-
fares des trompettes, cut lieu une reunion plein ide
decorum ia il n'y eut rien it remarquer si ce n'est
I'unanimit. La conference de Sydney semble avoir
appris quelque chose de cette experience. Elle a
commence par un feu d'artifice. Sans feu d'artifice
aucune conference ne capte l'imagination. Hier < on
a mis les misententes sur le tapis >>. Mais il rest
encore ide; ides confuses. Quelle divergence y a-t-il
entire la d( lgation britannique et la delegation ans-
tralienne. Les Britanniques desiront etulier la situa-
tion. 11s [isirent r6diger un' rapport. Ils dlsirent
avancer iiassivement mais avec precaution. Leurs
projects snt certainement bases sur l'experience
qu'ils ont acquise A I'O.E.C.E. ct sur l'6valuation
comprehensive que Whitehall a faite pendant la
preparation de la conference. Pour les Australiens
qui sont impatientes par les coutumes bureaucrati-
ques, il est peut-itre irritant de constater qu'aucune
pierre n'a et6 pose qui n'ait et6 tournee et retour-
nee. Ils sont tres proches de 1'Extrcme-Orient -
< En Asic bien que n'6tant pas de 1'Asie >> a-t-il et6
dit et Is sentent la chaleur du feu te facon plus
vive que Whitehall. Le nouveau gouvernement aus-
tralien desire fortifier son prestige en pregnant de
facon har lie la tite dans les affairs internationals.
Si l'Au: tralie vent investor de l'argent dans les
projects A court terme qu'elle a proposes, son initia-
tive sera la bienvenue. L'Australie a tine solide situa-
tion financiire. Sa balance en livres sterling doit
atteindre tans les 400.000.000 de livres et a augmentL
de pros di 100.000.000 au course de l'annce derniibre.
Mais il faut examiner le plan en detail. C'est li le
propos d( la conference. Toute depense nouvelle en
Asie du isud signifierait de nouveaux besoins en
mati[res premieres et en services techniques. Peut-on
les oblenir ? Le point sCrieux dans les nouvelles qui
viennent le Sydney est que la conference n'a pas
l'air capable de decider si elle discutee de plans a
court terrme on A long term ou des deux. D'un ctL6,
les Austr:liens ont propose des d6penses ia court
terme qui sont de si faible importance qu'elles no
risquent pas de trouble la zone sterling it ne
s'agit ique de 8 millions miais qui ne peuvent pas
changer -rand chose a la situation politique. l)'un
autre cote, les Britanniques d6sirent mnettre en nar-
che une tries grande machine ; la niettre en marclhe
demande tant de temps que les yeux sceptiques et
les esprit, volages d'Asie ne seront pas tris impres-
sionnes par ce qui a ete fait. II y aurait un ichcc
reel i la conference de Sydney si elle ne parvenait
las ia susciter I'intirit du iondle dans des projects,
tels que l'irrigation aux Indes, les barrages an Siamn
et les projects de ports. Cc qu'il faut arriver a fusion-


ner c'cst I'entlioiisl;siine australien et la planification
Firit.mnnique.i
(i 'rt Mavl iulchester CurFiadin N, Maichesl er,
18 m uai 1950, i" 5.630).

''rois pays sont jugs en Occident contrie par-
ticuiliererlenit menaces par la lutte qui s'y d6-
roule. Ce sont I'lindochine, a MIilaisie et la Bir-
1maiic.

Indochine

De ce premier pays, le TIMES dlress,e un bilnn
pessimiste qu'il inlitule : IMPASSE APR.IS QUIATRE
ANNEES )DE CONFLICT
Lorsqu'on clierche A dresser le bilan des gains et
des pertes de 4 ans de conflict en Indochine, on cons-
tate que le seul succes net a 6tR la reoccupation
franchise apres une champagne imthodique et '6pui-
sante, ide la phls grande partic du delta tonkinois
et d'un peu moins de la moiti de cclui de Cochin-
chine. Bien qu'il s'agisse lil des regions les plus
riches en riz du pays, ces gains ont moins de valour
iqu'ils sembleraient en avoir au premier coup d'ueil.
Le control du territoire reconquis, grace an system
d(tfensif bas6 sur un reseau compliqu6 de tours de
guet, n'est completement efficace que pendant le
jour. A la nuit, les patrouilles retournent dans leurs
camps retranch6s et restent barricades jusiqu'h
l'aurore en laissant les guerillas du Vietminh libres
de poursuivre leurs exactions dans les villages.
On trouve de nombreuses prcuves d'accords de
<< vivre et laisser vivre >, et on en trouve un exem-
ple (dans 1' << arime privie ) lev6e par la minority
religieuse caodaiste dans le slid qui, bien qu'6quipbe
par les Francais, se refuse resolument a s'ecarter de
sa politique de neutrality& armce h 1'6gard du Viet-
minh. Un inconvenient plus serieux du systeme se
trouve dans la qlualitl douteuse des irreguliers viet-
naniens, qui sont enclins i se rendre avec leurs
arms i la moindlre provocation, i cominettre des
actes de banditisme centre les villages et mtme it
])iller les vehicles qui trainent derriere les convois.
Les troupes franiaises ont subi des pertes lorsqu'elles
ont dif reprendre des postes tdfensifs peu de temps
apres y avoir install leurs turbulent allies.
La conquete des deux deltas qui a fait surtout
1'objct des ellorls militaires francais est reprcsentie
conmme d'une importance strat6giquce i long term
avant pour objet tie cooper Ic territoire occupy par
le Vietminhi de ses principles sources de ravitaille-
iIent. Au point on en est cete champagne, cependant,
lorstque son premier object est enfin en vue, tons
les products alinlentaircs restent meilleur marclih et
plus abondant dans les zones restant i libibrer anl
point lque des quantities de riz et de poissons secliLs
sonl vendues, avec Ic consentenient du Vietminh, i
Saigon mleme.
Ce commerce, iquc les Francais voyaient d'abord
(I'uii mauvais (wil common fournissant une source
imiportante des fonds du Victminli, se pursuit par
I'intermcdiaire des nmarchands chinois de la ville
(qui foiurnissent egalement an Vietminl tout son
petrole) et les autorites se sont imaintenant r6signies
it dblivrer des licences regulieres. En admettant








icinme la reconqutle lolale de In Cocbinchline,
d'inlinllciss Z6n le cc sc iiond ires de tcullures de 'riz slib-
sistcraient lout le long deI l: cotle annaulte, et an;
rythime actual de la progression, la reduction tde ces
districts constituerait tine tAclhe qui demanderait tde
nombreuses anne s. Et ccci. ne tiendrait ninime pas
compete de l'effort intense du Vietminli pour accroi-
tre la production agricole dans Ics regions oil le riz
ne pousse pas, une attention special ctant accordee
a des cultures relativement pen familicres tells liue
cells des poinmecs de terre, du mais et de l'igname.
Tout rccelmcnt encore, I'opinion tie nomlbreiux
observateurs francais conimptents dtait lque la Viet-
ininh se fdlicitait d'une situation oft les offensives
relativement limitees, le laissant ainsi libre de per-
francaises s'etaient concentrees dans deux zones
fectionner son organisation dans le rest de son ter-
ritoire. Cependant, au course des dernidres semaines,
I'offensive de Travinh, dlclenchdec par le Vietminih
en Cochinchine au debu d'avril ,a montre uine nou-
velle combinaison de la guodrilla ct de la guerre
ouverte. Au lieu de sc retire aprbs leurs premiers
success centree les posts dt defense, les troupes duI
Victminh denicuraicnt sur place pour liver bataillc.
Sur le front (d Tonkin egalement, les commandants
francais dissent (lue l Vietinhini a montre line supd-
riorite tempnoraire ein 6quipemnnt aulre que 1'avia-
tion et qu'il est bien approvisionn6 en howitzers
animricains de 105 et en mortiers japonais de
120 mm.
On ne peut dresser un tableau qul'approximatif des
proportions respective de 1'ensemble des territories
Ienus actuelleneint par les forces en presence at:int
dotnne qu(e dans les plateaux d(u (Cntre-Annam il v
a des regions imnienses qui ont i6tc incompltc)lement
explorees et cartographies. Cependant, uni bilan
oflicicux estinie que les 4/5 du territoire actuelle-
ment habit par les Vietnamiiens o Icls Europdens,
deiiiurent sous le contrile du Vietminh. Ceux-ci
comprennent la plupart des villes cotieres situces
au-dessus de Quinhon avec toulefois I'exceptioii
iltportante tie Iuli.
Contre l'ex)pansion lente et cofiteuse du territoire
occii'u p)ar les Francais au nord et atu sudi du Vi l-
nani, il faut tenir compe de I'aggravation die la situa-
tion au Cambodge, ct dans une proportion moindre
au Laos, ofi Ic systemic des convois a dli tre repris
sur plusieurs routes. La souniission de I)ap-Chuon,
ai Cambodge, permit maintenant aux tourists tie
visitor Angkor sans escorted armne, mais il existed
encore cinq bands Issaraks nationalistse) dans la
brousse. On pense qu'elles sont ei contact toutes les
cinq avec le Vietminh et bien qu'elles soient nuimri-
(luement faibles, elles sont tries mobiles et mieux
6quipdes que l'arm6e r6giulire cambodgienne. Ce
qu'il v a de plus grave, c'est que la cite cambod-
gienne est maintenant sous le contrilc du Vietminh,
permiettant ainsi le passage s ns enlraves des arnmes
entre Ic Sianm t la Cochinchine...
11 est difficile d'envisager la victoire finale soit
des Francais, soit du Vietinnh sur la base ide
I'actuclle division des forces. La limited des possibi-
litds franchises avoc les cf'ectifs actuels est proba-
blement la conquete complete dcs deltas qui
devraient encore dtre dtfendus pendant tin tem)ps
indetermin Li tin prix approchant celui de la guerre


ac!ielle (lii coltfe on million de dollars par jour. T.e
temp:- iJul en e all ir du Vielriinhl qui cspre uneic
tourniltur illimitic d'armes chinnises.
Sans blinds et sans appli aLrien, Ic Vielininh lie
peut esprer chasser les Francais (des deltas
Le pessimisme s'est aggravc depuis les r6cenies
mceutcs s6rieuses tie Saigon lorsque la pressed at com-
menclC alimlement le fait que la police vietiimienne
n'avait 6et capable tque de proceder sept arrcsta-
lions sculemenl. Un autre incident a celte occasionn
quii n'a fail ]'objet d'aucune publicity( a ti le rel'us
tie la part des troupes auxiliaires vietnamieiiines, qui
avaient d't anmences pour faire face aux 6nieutiers,
de dbbar(quer de lers camions. II convent .iussi de
se rappeler que l'extension dl'une aide militaire Ai
grande 6chelle aux Francais jetterait autoimatique-
ment et irrevocablemnent le Vietmini entire les bras
des cominunistes chinois. Jusqu'a maintenance il est it
peu prbs certain (iue les arms chinoises oat ete
payees et que l'indlependance d'action du Vietminh a
elt mnaintenue. Si, en ldesespoir de cause, le Vietninli
(tait oblig( de fair appel i une aide it toul pris,
it en pourrait r(sulter sa subordination i lal plus
puissante politique cliinoise...
( The Times );, Londres, 5 mai 1950, n' 5.579).



lValler Lippman, dans in idilorial qui enl 'in
grand relentissement, se demandte si uine < poli-
iique grec(iie i ne Jlporrai! pas reussis en in-
dochine :
La defense de 'Asie dli sud-est qui int6resse an
premier titre l'lndochine fournira bient6t un tmioi-
gnage essential pernmettant de savoir si le Secrtnaire
si les l6pubilicains lui pernmettront de l'appliquelr.
Acheson est capable tie d6velopper ine ipoliiique el
Jausqu'ici, les probleines tie base qui sont a r'soudre
n'oit MtC ni ddcrits, ni dtlinis tout an mnoinis pibli-
(lucnient par' M. Acleson ct M. Jessup.
L'deliment essential de la situation est que les seu-
les forces militaires de cette zone sont I'armice fran-
caise ct, derriere elle, les forces colonials brilan-
niques en Malaisic.
Pour nmesurer hl gravi(l de la situation, il suffit
tie penser qtu'alors uie Ils puissances allantiques ont
mis sur pieds (les plans militaires it Ia IlHye, i'essen-
tiel de la puissance militaire fIrancaise est o'n Indo-
chine. Dans la prCparation tie la d('fense de I'Elurope
occidental, les Britanniques ct nous complons sur
la France pour fournir 1'essentiel des forces terres-
tres. En consequence, tant on iurope tqu'cn Asie,
L'alliancc occidental, qui dispose dl'une grande force
maritime et aerienne, aniis qui ne comlprend qu'une
tris faible infanterie, compete principalenimnt sur
l'infanterie franchise pour Itnir la line de front.
L'armie francaise d'lndochine tient d'uiin facon
precaire une partic dt pays. Elle subit des pertes
serieuses et, en cc quli concern les resources finan-
cieres franchises, elle est maintenue it grand prix.
Cependant, cette arnime ne b6nCficie pas du soutien
de l'ensemble e la population, ct l'Empereur Bao
Dai n'a pas faith grand chose pour r'llier nimen les
clenmens nlt i-comn Illlu isles de la popul;:lion.








Clacill sail (1ue l grande inajori!f dcln pop;la-
lion ind(chinoise est formeincciil opposec ai la con-
tinuation de la doniniitioni fran'-:l:isc erl ciquin nl
pourra 1 unir derricrc nil (;onllvrncenent qu( si cc
(Gouvern( iient so dlonne claireiiint el avec certitude
pour but de rendre l'lndochine aussi ind6pendante
que l'Indonbsic, les Philippines, P'Jnde, le Pakistan
ct Ceylain.
Mais s I'on proinllait ia Bao DaT on i quelqruun
d'autre 1' ndpcendance, ii cst 6gigleient certain qu'il
scrait impossible de d6cider I'armee franchise hI con-
tinuer la guerre. Les oflicicrs et les troupes fran-
gaises aiasi que 1'Assemblke franchise peuvent vou-
loir continue le combat pour preserver les int6rets
francais dans cette riche colonies. On ne pent pas
computer sur cux pour mener une guerre dangerous,
malpropre, pen concluante qui devrait so terminer
par l'aba ndon des int6rsts francnis cn Asie.
C'est pourquoi une crises se (ldveloppe semblable it
cclle qui conduisit les Britanniques a nous decider
I prendr en mains les responsabilit6s en Grbce, on
encore plus semblable a cell qui a oblige les Britan-
niques a abandonner leur niandat en Palestine et it
remettre le fardeau aux Nations Unies. Nous devons
nous att ndre i ce que le Gouvernement francais
fasse qm lIque chose de tres semblable a moins que"
nous pu ssions remplir deux conditions qu'il nous
est extronmenint difficiles, sinon impossible de
remplir.
Une di ces conditions est que nous abandonnions
l'id6c d'l ne ind6pendance sincere dle 1'Indochine et
souscrivions ai la continuation ind6finic doe 'cssentiel
de l'autorite imp6riale franicaise. La second condi-
tion est quie nous fournissions assez l'arnmes et (l'ar-
gent, qui' nous les fournissions sur une chlelle assez
large et pentlant une period asscz longue, pour per-
mettre 1( maintain dc l'armie ct pour soutenir 1'6co-
nomie di territoirc.
Si l'or voit les choses carrnment mais avec fide-
lite, on ie peut computer sur l'armie franchise pour
continue- it defendre I'Asic du sud-est que si le Con-
gris des Etats-Unis s'cngage i apporter un souticn
linancier important so chill'rant a plusieurs ccn-
taincs d. millions de dollars par an et pendant ide
nombret ses annees it venir -- tune guerre franchise
colonial destine a soumettre non seulement les conm-
iiiuniste, mais aussi les nationalists.
A d6fiut de cela et i moins de cela, que peut-on
fair d'alutre ? Une seule chose, me secnble-t-il, c'est
de se turner maintenant vers les Nations Unies
pour qu elles prennent maintenant la charge du pro-
blWme d6liberement, plut6t que d'attendre de s'en
d6charg, r sur elles plus tard.
Iljn'cs:, cependant, pas facile pour nous de confier
le probl :me aux Nations Unies tant que la question
de la representation chinoise n'a pas 61i resolue et
quc le (,onseil de S6curite n'est pas encore capable
d'agir. Mais si cette question ipineuse pouvait etre
tranchec, il existerait alors le fondcment d'une poli-
tique en Asie du sud-est.
La protection des frontilres de l'Indochine et (de
la Birmninie pourrait alors .Atre assure autour d'une
commis: ion des Nations Unies, comparable it cell
qui fut etablie pour la frontiere de la Grecc. Der-
riLre colle bIarripbr, (liii querlle (ii'en soit la faiblcsse,


seiril aiu mioins :l ssi forle que c(lle susccllible
i tlire dl'esM(' : ir 'ii'ec frilii ise, il selait possi-
le i, :II 111minll c ( 'cvi' :Jbii (que Is I'lliiss inie s asias i-
(lqus doiinian!es Inde et Pakistan puissent itre
amen6es it agir cn hIint que mi6diatrices.
11 n'y a guere de chance pour que les Francais,
les Anglais et nous-iemens puissions, t la lumiire de
I'lhistoire implacable de celte region, aider et guider
les peoples indochinois et birmans it r6soudre le
problems de leur indbpendance national. 11 est con-
cevable que 31. Nehru et le Premier Ministre du
Pakista i t Al Khan, i l Al Kanpuissent r6aliser dans
cctte parties d(u mionde ce qu'aucun hominme d'Etat
occidental ne petit cslsprer fire.
Nous n'avons pu, jusqu'it present, disposer d'au-
cune politique correct en Asie du sud-est parcel que
nous essayons de resoudre le problime par des
moyens diplomaliques qui ne convicnnent nullement.
Nous sommes semblables i un joueur d'echecs qui
incapable de mouvoir toutes ses piLces a la fois
advance deux ou trois pions et un cavalier dans
l'espoir de capture le roi.
L'arm6e colonial franchise, Bao Dai, 1un pen d'ar-
gent amnricain et quelques arms, un peu de point
4, quelques visits de batiments de guerre ct une
bonne quanti6 ite (hdclarations bruyantes, ne sont
pas assez pour faire une politique qui ait quelque
espoir de succbs. Le probl6me est trop vaste pour
des measures de cc genre. Nous devons d6passer la
notion de la possibility de le r6soudre en apportant
(quel(que aide aux Francais, et nous levrons traitor
cc problem dins le cadre difl'frent et plus large de
n6gociations q(ui, l)ar l'intcrmneiiaire des Nations
Unites impliquier;lient la mise en jell des influences
des Puissances dirigcantes de I'Asie et du imonde
enticr.
( L Los Angeles Times ), Los Angeles, n" 5.574).

Malaisie

II semlble bien (que la guerre de Malaisie repre-
sento un conflict aiu moins aussi grave que cclui
d'lndochine. [L,: faillesse tdu Parti communist
l)ritannique qui n'a pu susciter en Grande-Bre-
tagnc imne cainpagne d'opinion semnllable Li cello
(lue le Parti coinimunniste francais et diff6rentcs
organizations ti gauche ont d6clench6 cn
France, 1'abscnce en Malaisic d'un Parti aussi
solidemcnt organism que cclui dlu Vietnam en
Indochine, l'ablscnc d'un gouvcrnement malais
analogue au gouvcrnement de la << R6puhlique
d6mocratique du Vietnam >>, l'absence 6galcmcnt
d'homme ayant autant de prestige qu'Ho Cli
Minh, 1'absence pour les r6volt6s de Malaisic
d'une experience du pouvoir analogue Li collc
qu'a cu le Vietnam d'aoit 1945 L d6cembre 1946.
'I'clles sont les raisons quj font (quc la champagne
de Malaisie cst loin de su'sciter les commcntai-
rcs nationaux ou international que suscite la
guerre d'Indochinc.
Les critiques ne sont ndanmoins pas comnpl-
lencnl abhsrnif (' de la press brilanniquie, el lec








DAILY WVORKEiR allaqtue violennmment le oiierne-(
menti.
)emandez 'i n'imnporte quel membre uii Gouverne-
ment combien il pense (iue cofite la guerre de Malai-
sie, et vous verrez ce q(l'il vous ripolndra... on nous
a dit que la guerre coatait environ 30.000 lives par
jour, soit 10 millions par an a pen prbs. Est-ce
exact ?
Le Financial Times c'est suirelment un journal
respectable faith allusion le 9 aofit 1949 t < uine
dlpense annuelle, pour le War Office, de quatre mil-
lions de lives pour le'paiement des forces inipC-.
riales employees en Malaisie.
Mais quatre millions par mois, cela fait 48 millions
par an. C'est de I'arithm6tique simple !
Oui, les gens qui onus racontent l'histoire des
30.000 livres par jour sont conpl6temcent Ai cit6 des
faits. Le fait est que la guerre coute dix fois plus.
Elle cofite a peu pres 300.000 lives pour jour on
(quelque chose cominic 100 millions par an.
Et I'un clans l'autre, la guerre doit avoir dtjia cofiti
dans les 150 millions.
Cet argent a et6 d6pens6 pour conserve les pro-
fits des comp!agnies d'etain et de caoutchouc.
Le people britanniqu e n recoit rien de tout cela
- sauf un lord fardeau.
Mais 150 millions, cela aurait pu fair 100.000 mai-
sons. 100 millions par an auraient pu augmenter de
2 livres par semaine, la pension de 2.857.000 vicil-
lards et auraient apport6 un petit rayon de soleil i
leur vieil ige, an lieu de cette ombre de la mort lui
plane sur la jeunesse de Malaisie et de Grande-Bre-
tagne.
Le cofit est dijit i1cvy, mais il ne fera que monster
si la guerre continue. Le Daill Telegraph r6velait
r6cemment que la situation allait de mal en pis et (Iqu
le march du caoutchouc s'effondrait et que < le
double de troupe britannique en Malaisie scrait
insuflisant pour arrter les progris dlu commii-
nisme >>.
Et plus r6cemment encore, le G6neral Sir John
Harding commandant en chef des forces terrestres
en Extrime-Orient, a insisted pour dnmander plus tde
troupes et plus de blinds pour la Malaisie.
11 n'y a qu'un moycn d'alleger cc fardeau : arritez
la guerre. Donnez sa liberty h la Malaisie. Faites
revenir it la maison les garcons britanniiues.
(11 Daily Worker ,, Londres, 3 avril 1950, n" 5.481).

Birmanie

Quant h la Birmanic enfin, c'cst par une aide
financiere que le Commonwealth envisage (te hl
soutenir. Mais Ious ne sonL ] pas d'accord suir sonl
efficanite.
Voici comme le DAILY TELE(;RAPIH la com-
mente :
11 est malheureusement exact que la disintegration
politiquc e e la Birmanie depuis qlu'elle a quittl le
Commonwealth Britannique a fait die ce pays le sec-
teur le plus faible dans la ligne de resistance prI-
caire it expansionn communist dans le Sud-est asia-


tique. Son enforcement par tons les moyens effi-
caces conslitne un ibt urgent de la polilique ocei-
denlale inais des doltes ont etc a just li're expri-
mns it la Chambre des (CommuntLnes au sujet de savoir
si le prit dtu Commonwealth de 6.250.000 aiqutel
la Grande-Bretagne contribute pour 3.750.001 est
bien calcul pour atteindre ce but. M. Thakin Nu,
Prenierc Ministre birman, qui est arrive hlier A Lon-
dres, fait preuve de dispositions amicales ia l'gard
du Commonwealth. Mais il est At la tie d'uLn gou-
vernenment don't les ordres resonnent faiblenient au
milieu d'un chaos mena(cant. Sa faiblesse n'est nulle-
ment doe uniquement it des circonstances qui le
dlpassent. S'il 6tait decid6 a concentrer toute son
6nergie A la seul defaite de ses principaux ennemis,
les communists, les progress vers la restaural ion de
la loi et de I'ordre pourraient etre plus rapides.
Mais tant qu'il refuse d'arriver i un accord avec les
Karens, nos solides amis pendant la guerre, il cdeu-
ple ses propres difficulties.
Ccs considerations renforccnt les doutcs au sujet
ie la vOritable valour du prnet. En fait, on n'a pres-
(lue aucune idte de la facon don't il pourrait se ren-
dre utile. Les principles diflicult6s de la Birmanie
sont d'ordre politique et non pas financier. Elle a
r6ussi A tirer un profit raisonnable de son surplus
de riz. Auparavant, elle avait encore exports d'im-
portantes quantit6s de petrole, de minerals et de
bois mais si ces sources de revenues sont maintenant
tries, cela est dft non sculemnent aux ravages de la
guerre et tdu banditisme, mais encore a sa politique
hostile envers les concessionaires strangers sur les-
quels elle doit se reposer. Les companies qlui ont
englouti des fonds enormes dans la reconstruction
d'apr~s-guerre ont itd obliges par l'6tat trouble du
pays de mettre leurs operations en veilleuses. Mais
les communists qui dominant dans les syndicate
insistent pour que ces companies maintiennent
intact leurs effectifs de travailleurs qu'clles ne peu-
vent employer et ont port le litige devant la Couir
Industriclle don't le verdict est imprevisible. in pays
(li- va jusqu'a accepter une procedure judiciaire
(tans une question come celle-ci neut difficilement
s'attendre attircr les capitaux strangers don't elle
a tant besoin et qui seraient beaucoup plus utiles
q('u1n prti politique.
11 se pourrait (done que la crainte de nous enfon-
cer davantage dans une mauvaise affaire soil justi-
fice. Le secteur-cle du front contre le commininismne
(dans l'Asie du Sud-Est (qui est maintenant dans son
ensemble reconu universellenent comment etant tin
secteur-cl6 de la guerre froide mnondiale) est l'Indo-
chine au sujet de laquelle M. Achcson vient d'annon-
cer l'intention de l'AmBirique d'etendre son aide
militaire et economiqne. C'est li uine decision 6mti-
neimment pleine te processes car I'lndochine, que
les Francais ont it just titre appelee la < Grice de
l'Asie dtu Sud-Est >> off'rc (luclque perspective (d'tre
sauvee d'une attaque communist si elle. est propre-
ment app)uye. Les Francais y ont conduit uine lutte
longue et dure don't les r6sultats ne sont pas encore
en vue. Mais les perspectives sont pour le moins
beautcoup moins d6favorables lu'en Birmanie. La
politique occidental ne pett pas permettre A l'Asic
du Sud-Est de s'ellondrer. Mais pour enipecher cette
chute, il faut s'assurer que les resources limitees








pouvant .trc jetces dans la balance sont ide la catgo-
ric qui ,coivient et sont dispenses aux b6nfliciaircs
qui conviennent. 11 se pourrait que la visit a Lon-
dres de i[. Thakin Nu fasse quelque chose pour amie-
liorer la candidature de la Birmanie A titre de bene-
liciairc.
(u The Daily Telegraph ), Londres, 10 mai 1950, n" 5.598).

Indonesie

De nllne, d'npres M. Tillnlan Duirdin, les
Elals-U iis (d'ItdonLsie senlblentl accontplir des
progress :
La nou velle l6publique des Etats-Unis d'lndon6sic
est passed,, depuis son indt6pendance obtenue an die-
but de I'annie, par une p6riode inevitable et conti-
nuelle dc rLajusteinents et die changements revolu-
tionnaires.
Avant iu'clle ait conquis sa souveruinet, Ia lt lte
pour la I berte 6tait Ic souci majeur de tous les &li'-
ments di pays. Avec l'obtention tie 'indtpendance,
Ics groups, les idles et les personalities out coim-
nmenc6e i op6rer an scin d'un nouveau contcxte et
ont remoile les structures politique, 6conomique et
social. La mise en route de nouveaux proceeds a
provoqu6 des moments de tension et a dkvelolpp6 des
conflicts i'intirets. On a jusqu('ici 6vite tonie rul)ture
serieuse. Le Inois (qui vient perimettra de t(1terminer
si la mis en route qui est necessaire pent s'accom-
)lir sans qu'il y ait tie ruptures irreparables de
I'unitc.
.E HOLE )IRIGEANT DE JOGJAKARTA
Lorscqu les Etats-Unis d'Indon6sie ont commenic6
a exister officicllement, ils constitunient une Repu-
blique ficSrale de seize Etats, don't Ie plus grand
ctait la ]6Upublique d'Indon6sie, de capital Jogja-
karta.
Le not veau Gouvernement federal, sous la direc-
tion tidn J'rsident Sukarno et dut Premier MAinistre,
Mohamed Hatta, se trouvait domino par les dirii-
geants di la Retpublique de Jogjakarta qui avaient
victoricu.ecment menc la resistance contre les Hol-
landais depuis 1945.
Le Cab net comprenait 6galement les reprlsentants
des Etat qui avaient et& organisms par les Hollan-
dais avart I'intdpendance ct etaient devenus les uni-
tes constitutivcs de la nouvelle nation conformniinent
i la constitution rdtigbe avant le transfer (de souvc-
raincte pir les Pays-Bas.

LES PiMIEIRS PAS
Le Parlenient federal 6lait constitu6 des chefs re-
presenlatlfs de tous le pays. Le nouveau regime fut
tres occiip) par les nombreuses tiches multiples
(qu'inmpliquaient la reprise en mains de l'autoriti(,
Forganisition d'un system administratif ct la crea-
tion d'tn etat-major. On entama le travail qui con-
sistait ai rerucr ne armne national avec les forma-
tions de guerillas qui avaient comlbattu Ics Hollan-
dais sous Ia direction de Jogjakarta. Les troupes hiol-
landaises coinmencbrent i retourner en Hollande, et
Ic nouveui pays colni1mencna i incorporer A leurs


forces 1'arm6c hollando-indon6siennc. Hou K.N.I.L.
- (ui avait oplre avec les troupes hollandaise con-
tre la l6epublique.
On adopta tes lois pour reformer le systmme d'en-
seignement, 6liminer la langue hollandaise des 6co-
Ics primaires. On commenca A restaurer le rCseau
dIes chemins de fer et tie routes d6truit par la guerre.
Du fait de ces fusions nombreuses, les Etats-Unis
d'tndonesic se trouverent r6duits a trois Etats --
l'Ouest ie Born6o ne s'tait pas joint aux autres offi-
ciellement, nmais Ie processus Ltait en route de
sorte que ai question de savoir s'il fallait reconsi-
tdrer la structure federal se trouvait devenir une
question d'urgence.
11 n'y a actuellement aucune divergence fonda-
nmentale entire les chefs du pays sur la question de
principc de l'unit6 national. La structure federal
inisc sur pied A I'6poque de l'ind6pendance 6tait arti-
licielles ; elle itait I'hiritage du systime d'6tat cree
par les Hollandlais pour grignoter la Republique die
Jogjakarla. Ia tradition indoncsienne est unitairi, ('n
ce sens que les llollandais pendant trois sicle ont
gouvernle avec un regime central fort de sorte que
les iiouvcenints d'inde~endance naquirent an milieu
td'lie hostility de principle.
Cc qui se cache derriere les difficulties d'Ttal)lis.-
sement d'un nouveau syst6me unitaire, c'cst la rIsis-
tance d'c16nents de 1'Est-Indtonssie et de l'Est-Su-
matra, et bInLficiant de privileges du fait de leur
statute d'Etals aulonomes, tel qu'il avait 6et crCe par
les flollandais.
I.'EF1FV-OT i'UNIFICATION
Tout en acceptant Ics idbes unitaires, ces elements
pensent uie l'unit6 imnpliquerait leur subordination
ai une puissance extiricure en fait a < Jogja >.
Ce serait pour les chefs de Jogja un progr6s sup-
plnemntaire de la revolution, une elimination du
f&d6ralisme, tel qu'il avait Wtc instaure par les Hol-
landais et tn reinforcement tie leurs propres pou-
voirs.
Les chefs federaux favorisent la tenue d'une con-
lerence gLncralc qui dhciderait de la nouvelle struc-
tiur e 'e Italt en modifiant la RIpublique de Jogja
et Ics autres Etals. C'cst dans les problems dte pro-
cedure que les divergences sont manifestes, plantt
donn6 que tons les leaders sont d'accord pour la
crLation d'un systleme plus centralis6 en mnme temps
qu'ils dcsirent, (ans le nouveau systmce, une ulus
grande attonomnic r'gionale ct provincial.
Les elements indonisiens ls plus radicaux consi-
(irent la concentration (du nouveau systime unitaire
autour de la veille lCepmublique commc un proccssus
neccssaire )our (liminer Ics 6nilclents coiscrvalcutrs
don't curtains sont pro-hollandais el ainsi accomplir
le (dsir r6volutionnaire tie c 'lIndon6sic aux Indo-
lnl6siens >>.
Les presl)ectives sont bonnes 6tant donn q(lue i'ln-
donesic pourra tenter tie se sortir dte ce probli'ne
sans avoir cu it sourffrir de doimmages de guerre s'-
rieux. Le besoin de i'unite sous la direction tie la
B6puiblique, unit autrefois imiposce par la Ilollande
est tn facteur favorable. UIn autre facteur est la vo-
lonte iionltrc mirmiii la plulpart des chefs indtonc-
siens dc rigler pacililluemient les divergences.
((s The New York Times ), New-York, 3 mai 1950, n" 5.584).









LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUITS EN FRANIAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTED :

A la Section de la Presse Etrangrre, au Minisltre de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7'),
(Direction des Afl'aires Po!itiques, Pi.ce 17, le1 Elage).
La Section de la Presse Etrangtere peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, A quicon-
que lui en fera la demand, copie des traductions avant moins de deux mois de date.
Le N de r6efrence sulfit A designer le document d6sir6.
._----------------------------------- ----------- ------


TITIE: I'E l.'ARTICILE


5.558
5.567
5.568
5.571
5.573
5.597
5.598
5.619
5.624
5.625
5.628
5.636
5.643
5.645
5.647


5.559
5.560

5.574
5.579
5.585
5.590

5.591
5.593
5.594
5.595
5.601
5.602
5.603
5.604
5.606
5.608
5.609
5.615
5.616

5.617
5.621
5.622
5.623

5.626
5.639


5.630
5.631
5.633
5.635
5.637
5.640
5.642
5.644


ORusINE Du DoCUMENT


PROBLEMS GENERAUX
Le Sud-Est Asiatique ....................................
Une polilique pour I'Afriqu ............... .............
L'Australie et la Nouvellc Asie ..............................
U ne politique pour I'Asie ...................................
D ileninie africain .. ........................................
Les Dominions et les coni unii istes ..............................
Renforcemient ou gaspillag:e? (Asie du Sud-Est) ................
M enace sur I'Asie du Sud-Est ...............................
L 'esc lavage africain ............................................
DI visions dans le Sud-Est Asiatique ............................

Quelques reflexions sur 1'Afrique .............................
Le nalionalisnme se depchle (Asic du Sud-Est) .................
Aido I l'Asie du Sud-Est .....................................
V ers l'Eurafrique ? ............. ............ ...................
UNION FRANQAISE
Duel pour l'Indochine .............. ......... ............
Les Etats-Unis poussent Ics Fraincais a salisfaire les desirs de
I'Indochine ......................... .................
Une politique grcrque pourrait reussir en Indocline .........
Adversaires cn Indochine .................... ................
L'ulcere de la France .................... ...................
La guerre d'Indochine degarnit les forces francaises mitropoli.
taines .. ...............................................
Point lournant final (Indochine) .............................
Les Etats-Unis doiveit preidre ~ne decision en Asic............
La menace vient de 1'Orient ...............................
Aide a 1'Indociine ............ .............. ..............
Qu'adviendra-t-il de I'lndocline ? ...........................
L'Indochine est en danger, inais cllc n'est pas perdue.........
Les conversations Schruman-Acheson et ]a question indochinoise
Indochine ................ ................................
Le probl nie de l'Indochine .................................
Des marines pour 1'Indochin.e ................................
Une aide pour 1'Empereur .................................
La guerre en Asie (Indochine et Birmanie) ....................
Bao-Dai entend proc6der a un referendum sur le pouvoir lors-
que la Nation aura 6t6 pacific ............................
La situation inilitaire en Indochine ..........................
La situation international ....................................
L'avenir et I'A O F. .......... ............... .............
La situation politique du Viet-Nam inquiete les imilieux politiques
francais .. ............................... ..............
La security dte 1'Asie ....................................
Une aide < Ibouche-trou > (Indochine) ..........................
COMMONWEALTH
Generalites
Squibs h Sydney (Conference du Commonwealth Britannique) ....
La Conf6rence de Sydney .................................. ..
La Conf6rence de Sydney ..................... .............
Une initiative du Coinionwealth ............. ...............
La Conference du Coinmmonwealth pour It S id-Est Asiatilque...
Apri-s la Conference tde Sydney .................... ..........
Apres Sydney ............................................
LUgitime orgueil .................... ......................


New York Times
Newc' York Times (supp.
Newsweek


Manchester Guardian
Time and Tide
New York Times
Daily Telegraph
Nete Ziircher Zeitiingt
The Times
Manchester Guardian
Co nentanral Daily Mail


heldd)


The Times
The Spectator
Iar Eastern Surrev
The Economiis
The Economiss
Th e Economist
The Daily Telegranh
Continental Daily Mail
Daily WIorker
New York Time::
Nenc Ziircher Zeiltrng
African II orld
The Ecornonist
VNew York Timres
Journal de Geniie


United Nations Wrorld

New York Times
,os Angeles Times
The Times
The Daily Telegraph

The Sunday Times
N'V:r Yolk Herald Tribunei
Continental Daily Mail
Contineittl Daily Mail
[New' Yorik T'imnes
journal de Genaive
Neue Ziircher Zeitung
NeVce Ziircher Zeitung
The Manchester Guardian
New" York Times
The New Statesman and Nation
The Spectator
The Sunday Times

New York Times
Neue Ziircher Zeituing
Journal de Genive
West African Review


DATES




25-4-50
28-4-50
19-4-50
15-4-50
22-4-50
6-5-50
10.5-50
16-5-50
16-5-50
15-5-50
15-5-50
Mai 50
20-4-50
21-5-50
24-5-50


Avril 50

25-4-50

5-5-50
5-5-50

7-5-50
9-5-50
8-5-50
8-5-50
6-5-50
10-5-50
29-4-50
8-5-50
10-5-50
9-5-50
13.5-50
12-5-50
14-5-50

13-5.50
7-5-50
11/'15-5-50
'lai 50

10-5-50
14-5-50
22-5-50


18-5-50
20-5-50
16-5-50

17-5-50
22-5-50
22-5-50
24-5-50










TITLES


INDE ET PAKISTAN
DIelii et Karachi ............................................
Inde et I'akistan ... ...................... ............
La Conlf ener Le Prenmie r Miniistre ldu Pakistan ......... .... ... ..........
Un visitel'r Iticin aceciu illi (Lia ual \ii hini: ....... ... ....
Ie (olirage (t i lakislan .................. .....
U ne g el rre est evit6c ............. .. .. ... ......
La guerre entire i'nnde ct Ic lakistai .........................


MALAISE
5.566 Nouvicll attiltu e eln Malaisi ........................... .
5.620 La M alaisi ................... ........... ...... ......
5.634 Malaisie ..................................................


Afrique Occidentale Britannique
Le Dr Azikiwc (N igeria) ................... ...........
Conduitc dangercuse en Nigeria (lli) ............................
(IV)............................
> (V .............. .........
> (VII) ............................

Afrique Orientale Britannique
11 faut un 8" I) iiini nii (Rhod sics) ............................

AFRIQUE DU SUD
Le Dr M alan c t I'Apartheid ....................................
V ers une 1tlpul iliqI c .........................................
Le Dr M al an et Its Protectorats .............................
Le Dr M alan va plus loin ....................................
Encor Malan .................................................
Le tour d'horizon du Dr Malan ...........................
Seretse............................................

BIRMANIE
A l s'cotirs (1'iIn Elat quiii chancellc ...........................
Birmi ani ................................................
B irm anic ...................... .............................
Un pret pour la Iirn anie ......................................
Le pret i la Ilirm anic .......................................
La guerre cn Asic (Indochine et Birmanic) ...................
Credit britarnique pour la Birmanie ..........................

UNION HOLLANDO-INDONESIENNE
Revolte i A l lioine ............................................
M eurtre i .Java ............................... .......... ....
VUalgre des frictions, hls Etats-Unis d'lndon La NouvcllIe-( uinint hollandaise .......................... ...
Evolution illfontesienl c ........................................

COLONIES PORTUGAISES
I,'Afriquc Orientale Portugaise ..............................
PHILIPPINES


ORIGINE DU DOCUMENT


5.562
5.564
5.565
.5.575
5.585
5.596
5.613:
5.614


5.577
5.586
5.587
5.588
5.589
5.638



5.607


5.561
5.570
5.576
5.580
5.581
5.582
5.629


5.592
5.599
5.600
5.610
5.611
5.615
5.027


5.563
5.569
5.584
5.641
5.616


5.612


5.578
5.605


lThe Spectator
The Times
New York Times
Th7e, Tiimes
The i"w.p York Times
'Ni. Yorl. Times
T"h '1(litill
'The actionn



The Economist
Mailohester Guardian
Iai!y Ilerald


iliairchster Guardian
I es:' ,/rica
II (' s: .i riica
F i'sI iriru:

Ife.s-: Irica



(ontinental !aily Mai!


The Spe'ctalor
Mn111alhster CGuardian
The Times,;
'infi and Tide
Tribune
'hth Specrator
Daily Ilerald


The hi'yv Tlegralph

The T'imf
The Spectt:or
Time (ind Tidrl
The Sundora Times
Neite Ziircher Zei'ung


The Times
New I ork Times

ITh TirTis
New Yiork Times


Continental Daily Mail


Pour la cause ph! ilippine ...................................... New York Timel
ie chaos philippin ............................................. New. York Herald T'ribunet


DATES




28-4-50
27-4-50

3-5-50
3-5-50
5-5.50
22-4-50
22-4-50


29-4-50
13-5-50
22-5-50


3-5-50
8-4-50
15-1-50(
29-4-50
6-5-50
20-5-50


9-5-50


28-4-50
2-5-50
3-5-50
6-5-50
5-5-50
5-5-50
18-5-50



108-5-50
12-5-50
10-5-50
12-5-50
1i:-5.50
14-5-50
12-5-50


28-.-50
30-4-50
3-5-50
23-5-50
22-5-50


9-5-50


S2-5-50
9-5.50


I _____ __ __ __















COMMUNIQUES


AVIS DE CONCOURS

Le Ministre de la France d'Outre-Mer colimnunique :
Un concours sera overt les 5 ct 6 septcnlbre 1950 pour
le recrutelnent ie trois chiffreurs destines i servir oulre-
iler.
Ce concouirs esl accessible aux candidates francais iA titre
originaire, aiges de 21 ans i 30 ans et lilulaires dull acca-
lauraat, du blrevet supericur ou d'uni diplhine equivalent.
La lisle d'inscriptioi scra close Ilc L" juillet 1950.
Les dentdes de renlseignelienits cl les pieces a prodiuire
doivent etre adressees an Miniisterec de la France d'outre
mier, I)irection diu IPersonnel, 4' Bureau, 27, rlue Oudinol,
Paris (7).

CODE CIVIL DE L'UNION FRANCHISE

Applicable aIx citoycns de statut civil franucais, par
G.-H-. CAMERLYNCK, ancient Doyen de 1la 'acultl de )roit
d'Ildochine, Professcir a l'Ecole Nationale de la France
d'outre-mner, Dirctclur general de I'Enseigneincnt en A.O.F.,
avcc Ie concourse de R. )ECOTTIGNIES, loctteir en )roit.
Le Code Civil iniiropolitain iprsentc des differences imi-
portantes avec le Code applicable dans les divers depar-
tements et territoires de I'Union franlcaise car sous I'il-
fluence des conditions propres ii chaque pays s'est elabloree
progressivement une legislation distinct.
Le r6gine juridique de chacun des pays de l'Union fran-
(aise soul-ve des difficulties qui vont se trouver r6solues
par Ic Code Civil de 1'Union frantaisc.


Ce Code perniitllra it chaqie citoyen (d slatut (ivil fran-
tais residanl hours de la metropole, dans les diff&rents tcr.
riloircs de 1'Union, de connailre les texts dlu Code Civil
qui lui sont applicables.
Le Code Civil de 1'Union frani(aise est inidispcnlable aux
mnagislrats, avocals ct a tous Irs praticiens, quelle que soit
la region de l'Union frantaise qu'ils habitent.
1950. UIn fort volume in-4" car6 r........ 1.500 >>

ACTIVITIES I)U MIUSEE

AVIIL 1950
Enllriies pat)antls : 13.052 pour 210.050 Iran cs
Eiitri's graluiles : 43 groups, 965. 6ivces ;
Vente du guide du iilusc : 132, pourl.980 ftliCls.

TIIAVAUX

Seclion dart et d'histoire : AitinagCentcil d'ni1' i sale :
< Travaux d'art Outre-Me'r >.
Don : Du iiuste de Versailles, t I,ouis XVI dotlianli
La Perouse dles instructions pour son voyage lltour dll
imonde >, peilture par Monsialux.
Section Iconomique : Aiieiiagllellnt dt'une vitrine de
fruits exotiques. Conferences a des groups de visiteurs.
Section aquarium : Remise en service du grand bassill
sud-ouiest devant la facade du mius6e. Soins halituels aux
planlcs ct aiux animaux.


U. P. i. 2 bim, Impam. du UMet-Tonnerre, Paris (15-)









































































Edited par la Documentation Francaise

Prix du numero : 90 francs
Abonnement :six mois .... 520 francs
: un an ...... 1.000 >
Membres de l'enseignement et
journalists : un an ........ 700 D

Souscription et vente
a la Documentation Francaise
16, rue Lord-Byron, Paris (8')
C. C. P. : 9060-98
T#I. : ELYsdes 82-00


Ir




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs