• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Problemes du jour
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Bibliography
 Communiques
 Back Cover






Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00020
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00020
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    Nouvelles de France
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
    Revue de presse
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
    Bibliography
        Page 75
    Communiques
        Page 76
    Back Cover
        Back Cover
Full Text

LA


FRANCE DOUTREMER


4-L


I;,


IO1 II 101 l lii






PRESIDENCY DU CONSEIL

SECRA'ARIAT GNIARAL
DU C(OUVERNEMENT

Direction ae la Documentation:
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7')


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA


FRANCE


D'OUTRE-MER


SOMMAIRE


PRCBLEMES DU JOUR :
Le probl6me Ew6 ................
L'U.N.E.S.C.O. ct 1'6ducation dans les
Territoires sous tutelle ..........
L activity miniere dans les Territoi-
res franiais d'Outre-Mer ........

NO1 VELLES DE FRANCE :
L.t vie parlementaire ..............
L activity minist6rielle ............
Informations diverse .............
Manifestations coloniales ..........

NO JVELLES D'OUTRE-MER :
ii dochine .....................
A 0. F. ........................
A E F .. .... .... .. .. .. .......
C uI1nero l .. .......... ..............


M adagascar ....................
,; Nouvelle-Calhdonic et D6pendances
O c6anie ......................
7 C6te fran.aise des Somalis ........
Etablisements Francais de 1'Inde .
10 Informations administrative ......


REVUE DE PRESSE :


Presse d'Outre-Mer .............
Presse Etrangbre ................
Union francaise ...............
Commonwealth britannique .....
Union n6crlando-indon6sicnne ...
Territoires italiens .............

BIBLIOGRAPHIE ................

COMMUNIQUES ....................


76


Mai 195') N0 143


Mai 1950


N 143












AGENCE DE LA FRANCE DOUTRE-MER
20, rue La Bo6tie Td61phone : Anjou 26-94 a 26-97
M6tro : Miromesnil Autobua : 28-32-43-49-80


L'Agence de la France d'Outre-Mer, Service
Officiel du Ministere de la France d'Outre-Mer,
renseigne sur toutes les questions intercssant
les Territoires d6pendant du Ministere de la
France d'Outre-Mer; Afrique occidentale, Afri-
que 6quatoriale, Cameroun, Togo, C6te des
Somalis, Madagascar. Etablissements francais
de l'Inde, Indochine, Nouvelle-Cal6donie. Nou-
velles-Hebrides. Saint-Pierre et Miquelon.
* Son Service de Documentation informed le
public sur le commerce, l'industrie, la produc-
tion, les tarifs de douane et les statistiques, la
fiscalit&, le climate, le coot de la vie, le tou-
risme, la chasse, etc.:. Les journaux officials
locaux, les budgets administratifs, les tariffs
douaniers et fiscaux, les statistiques du conm-
merce exterieur de chaque Territoire et tous
autres documents d6tenus par le Service pcu-
vent ktre consults sur place.
* Son Service de Placement met en rapport
gratuitement les employcurs avec les per-
sonnes desireuses de trouver un emploi outre-
mer.
* Sa Cin6mathbque diffuse gracieusement en
France des films documentaires sur les Terri-
toires d'Outre-Mer.
Le prit de ces films est consent A tout orga-
nisme official ou priv6 d6sirant effectuer des
projections non commercials d'information,
d'6ducation ou d'enseignement.


* Sa PhotothBque possdde 30.000 cliches sur
tous les Territoires 6numbr6s plus haut. Ces
cliches peuvent faire l'objet de cession.
* Sa BibliothBque, riche de 30.000 volumes.
est ouverte au public sans d6semparer, de
9 heures a 18 heures, samedi apres-midi
except&.
* Son Service des Foires et Expositions as-
sure la representation des Territoires de la
France d'Outre-Mer dans les manifestations
commercials 'et expositions organisees en
France et A l'Etranger.
* Son Service de Publicit6-Propagande as-
sure la publication et la diffusion de toute
documentation se rapportant aux Territoires
d'Outre-Mer.
I1 6dite des brochures monographies, de-
pliants, plaquettes, affiches et cartes-affiches.
Ces documents sont en vente a la Librairie de
1'Agence, qui diffuse 6galement, a titre one-
reux, les publications des Services de Docu-
mentation de la Pr6sidence du Conseil, ct de
nombreux ouvrages concernant 1'Union 'ran-
caise.
Des expositions de peinture, de sculpture et
d'ouvrages de l'artisanat des Territoires
d'Outre-Mer sont organis6es A la Galerie de
1'Agence, 20, rue La Bo6tie.


Listed des diverse publications en vente a I'Agence de la France d'Outre-Mer


SERIE DE 30 DEPLIANTS traitant des divers Ter-
ritoires relevant de la France d'Outre-Mer :
Sendgal, Mauritanie, Guinee, Soudan. Cote
d'Ivoire, Haute-Volta, Dahomey, Niger, Came-
roun, Togo. Gabon, Moyen Congo, Oubangui,
Tchad, Somalie, Madagascar, Laos, Cambodge,
Nouvelle-Caledonie, Oceanie. Prix de cession :
(h titre de propaganda) 10 francs 1'un.

SERIES DE BROCHURES MONOGRAPHIES se rap-
portant : Afrique Occidentale, Madagascar.
Dahomey, Togo, Moyen Congo, Oubangui, Tchad.
Gabon, Oc6anie, Nouvelle-Calddonie, Cameroun.
Guinde, Somalis, Saint-Pierre et Miquclon. -
Prix de cession: (A titre de prcpagande) 40 francs
l'une.


PLAQUETTE GENERAL DE VULGARISATION :
( L'Union Francaise ). Prix de cession (A
titre de propaganda) 20 francs.
Guide du Tourisme en A.O.F. et au Togo 120 fr.
Parure feminine aux colonies .......... 30
Confidences senigalaises .................. 30
Contes et legendes d'Afrique ........... .10
La peche aux colonies .................. 20 >
Etude sur Charles de Foucauld ........ 60 a
Exportations des cercles de I'A.O.F. et du
Togo .................................. 250
POCHETTES DE REPRODUCTIONS PHOTOGRA-
PHIQUES (pochettes de 12 photos) concern nt:
L'A. 0. F. .............................. :1 fr.
L'activite economique de I'A.O.F. ...... 55
Le Cameroun. ............. .............. 0
L'Art khmer ............................ -0 a


Carte des changes comnierciaux dans 1'Union Francaise en 1938 et 1946 : 100 francs..
Bulletin d'Information de la France d'Outre-Mer :90 francs.
Guide de I'A.O.F., addition 1949 : 500 francs.
Annuaire Noria 1950 sur 1'A.O.F. et le Cameroun : 400 francs.


Y







!


PROBLEMS DU JOUR


Le problem Ewe
par M. HEPP, Administrateur des Colonies


L est, depuis quatre ans, un probl6me Ewe don't
bien pen de personnel sont averties dans la Me-
tropole. L'6tude qui va suivre a pour objet d'ex-
poser les donn6es de ce problnme don't est actuel-
lement saisi le Conseil de Tutelle de 1'Organisation
des Nations Unies.
Pour la clarte de 1'cxpos6, dans une premiere
parties, sercint fixes les limits de I'habitat Ewe,
precis6cs I s caract6ristiques de cette race et indi-
qu6 come at elle s'est installed sur la cete dn Golfe
de B6nin. Dans une second parties seront d6termi-
nCes les or: gines du problbme que posent les reven-
dications p6rsent6es aux Nations Unies par les Ewb.
II sera rappel6, dans ine troisibme parties, les me-
sures d6jA prises par les Puissances europ6ennes
int6ress6es, Grande-Bretagne et France, pour faire
perdre de :-on acuit6 a une question delicate. Enfin,
dans une ( erniere parties, il sera soulignu l'iimpor-
tance des obstacles A carter pour parvenir a un
rbglement d6finitif de ce probl6me et montr6
combien il est n6cessaire de peser miurement les
decisions i intervenir.

*
Les Afrirains de race Ew6 sont aujourd'hui re-
partis sur trois territoires diff6rents : Togo sous
tutelle de la France, Togo sous tutelle du Royaume-
Uni et colonies de la Gold Coast. An nombre de
800.000 environ, ils ont eux-memes indiqu6 pour
limits de ieur zone de peuplement la rivi6re Mono
A 1'est, le (olfe de B6nin an sud et la rivi6re Volta
a 1'ouest. (Quant a la frontibre nord de leur expan-
sion, il est plus difficile de donner une ligne id6ale
)prcise : c:r, s'ils arrivent jusqu'au centre des deux
Territoires du Togo, ils s'y trouvent en r6alit6
melang6s i d'autres Africains d'origine bicn difl'e-
rente. Encore doit-on faire remarquer que dans cc
chiffre ap)roximatif de 800.000 Ew6, on compete
une bonne proportion, un quart environ, de races
apparentCts, usant du mEme language on de vari6tes
dialectales de celui-ci (Guang, Fons, Minas, Ouat-
chis et m nie Yorubas par lesquels s'opere le con-
tact avec la Nig6ria voisine). D'autres tribus de
moindre importance voisinent encore avec les Ew6
dans cette m6me aire g6ographique.


Comme pour beaucoup d'autres groups etchni-
ques qui occupent actuellement la c6te du Golfe de
Guin6e, le berceau de la race Ew6 semble bien
avoir 6t6 la region des bouches du Niger. De 1A, it
une 6poque qu'il est difficile de pr6ciser avec exac-
titude, mais qui pourrait remonter a cinq ou six
cents ans, les Ewe auraient 6migr6 vers la zone
qu'ils occupent actuellement en utilisant tant la
voie terrestre que la voie maritime. Certaines obser-
vations faites parmi les Ew6 de Gold Coast mon-
trent, en effet, que beaucoup de traditions et de
coutumes encore observers ou pratiquces, sont mar-
quees par une influence maritime extr6mement
nette. Quant aux groups Ew6 du Togo, qui emprun-
tirent la voie de terre, il est t peu pres 6tabli qu'ils
se d6tach6rent de 1'Empire du B6nin pour occuper
leurs positions actuelles. L'miigration terrestre
aurait d'ailleurs eu lieu apres la migration mari-
time et son caract&re i la fois sporadique et grb-
gaire ferait contrast avec l'organisation parfait
des expeditions par mer.
Les migrants se heurterent i l'ouest et au nord-
ouest aux populations Ashanti, don't l'homog6n6it&
et l'ardeur au combat sont hien connues et de cc
fait, se virent rapidement confines A la zone qui est
maintenant la leur.
Enfin, il pent itre int6ressant de signaler que,
r6parties le long du Golfe de Guin6e, les populations
Ew6 payerent leur tribute au traffic des esclaves des
Ic xvn si6cle. Bon nombre d'Ew6 furent ainsi db-
portes en Am6rique du Sud et sp6cialement au
Br6sil. A noter qu'apres l'abolition de l'esclavage,
certain Ew6 regagnerent leur patrie d'origine, ce
qui explique que l'on trouve aujourd'hui sur la
,c6te quelques families, puissantes et riches, fort im-
lpregnes de l'influence portugaise.
11 convient maintenant de donner quelques indi-
cations d'ordre ethlnologique touchant aux Ewe.
Agriculteurs dans l'int6rieur, picheurs et commer-
cants sur la cote, les Ew6 constituent parmi les
groupements humn:ins diss6min6s au long du Golfe
de Guin6e, l'un des plus individualists. De religion
rftichiste, ils ont line structure familiale A la fois
commuinautaire et polygamique. Leurs artisans sem-








blent bien avoir puis6 leur inspiration dans l'art du
royaume du B6nin, tandis que leurs musicians pas-
sent pour avoir 6t6 A l'origine de creations origi-
nales.
Lorsqu'il' entreprit son 6tude sur les langues Ewe,
le grand savant Westermann en vint A conclure i
existence d'un dialecte unique utilis6 par toutes
les populations mentionn6es ci-dessus. Des travaux
r6cents ont montr6 que cette g6n6ralisation avait
peut-ktre 6t6 un peu hAtive et qu'il existe des modes
d'expression bien diff6rcnci6s notamment pour les
Ouatchis, Fons, Kplas et Gins, bien que les traces
d'un fonds commun de language soient ind6niables.



Du fait de la r6partition des populations Ew6
entire des pays politiquement distincts, un probl6me
a surgi d6s 1946 lorsque certaines notabilit6s de
cette race s'adress6rent aux Nations Unies pour de-
mander que soit mis fin A une situation s'opposant
h l'6volution harmonieuse de l'ensemble ethnique
qu'ils repr6sentent.
Pour comprendre ais6ment la genese de cc pro-
blWmc, il faut d'abord priter attention aux deux
considerations suivantes :
a) Le Togo allemand, occulp en juillet 1884 par
Nachtigal, commencait A pine A s'organiser en
1914. D6s la declaration de guerre, 6tant donned le
danger que pr6sentait cc territoire pour leur dispo-
sitif g6n6ral de s6curit6, les Alli6s d6cidaient de
l'occuper. Le 27 aofit 1914, les operations militaires
6taient termin6es. Jusqu'au 10 juillet 1919, date ai
laquelle intcrvint une declaration des deux Puis-
sances fixant une limited th6orique A leurs spheres
respective d'influence, l'ex-Togo allemand ffit oc-
cup6 conjointemcnt par les Britanniques et les
Francais. De 1927 A 1929, on proc6da sur le terrain
a la d6limitation de I'actuelle fronti6re.
Comme les autres frontieres s6parant les 6tablis-
sements britanniques et francais du Golfe de Guin6e,
celle-ci avait le s6rieux inconvenient de ne pas tenir
suffisamment compete de la r6partition ethnique des
populations. Cette r6partition 6tait, en effet, inter-
venue en function des zones climatiques don't 'in-
fluence sur les types humans parait certain. Ainsi
trouve-t-on des fronti6res ax6cs sur les voices de
p6n6tration du continent a partir de la c6te (axe
sud-nord) alors quc les groupements humans ont
pour origine de large bands de terrain parallles
orient6es perpendiculairement A ces axes.
b) Jusqu'en 1940, les incidences d'une tell situa-
tion avaient 6t6 surmont6es sans difficulties grAce '
la tr6s grande liberty laiss6e aux mouvemcnts des
personnel, des capitaux et des marchandises entire
zones d'influence britannique ct franchise.
Mais en 1940, les relations se tendircnt en Afrique
Occidentale entire les Francais et les Britanniques ;
il en r6sulta pour les diff6rents territoires une s6rie
de restrictions dans leurs liaisons habituelles. Le
Togo francais souffrit particuli6rement de ces entra-
ves nouvelles.


Lorsqu'en 1943, I'A.O.F. rejoignit le camp de la
France Libre, la tension franco-britannique s'effaca
aussitot dans cette region. Mais la guerre rendit n6-
cessaire une s6rie de measures 6conomiques et fi-
nanci6res (contrble des changes et contingentements
des changes commerciaux) don't le bien-fonde n'ap-
parfit pas toujours aux Africains et que certain
all6rcnt m6me jusqu'A consider come des attein-
tes A leurs libert6s, libert6s don't les Puissances res-
ponsables ont souvent et avec force reconnu le ca-
ractire imprescriptible.
U'sant de ces libert6s, les autochtones de la C6te
du Golfe de Guin6e (qui furent les premiers au con-
tact de 1'Europ6en), s'organis6rent en parties politi-
ques pour faire aboutir celles de leurs revendica-
tions jug6es les plus urgentes. C'est ainsi qu'en pays
Ew6, on vit d6s la fin de 1944, apparaitre ou se
reconstituer des associations comme la < All Ewe
Conference >, qui prone l'unification de tous les
territoires habits par les Ewe, la <( Togoland
Union > qui r6clame la reunion des deux Territoi-
res sous tutelle et, plus sp6cialement du cot6 fran-
cais, le << Comit6 de 1'Unit6 Togolaise > (C.U.T.) qui
pursuit le mnme objectif. I1 existe enfin an << Parti
Togolais du Progr6s >, de tendances beaucoup plus
moderees, mais d'influence moins affirnmie.
A la t6te de ces diverse organizations, se trouvent
des personalities don't les plus marquantes sont
M. Ainu (All Ewe Conference), M. Sylvanus Olympio
(Pr6sident de l'Assembl6e Repr6sentative du Togo
sous tutelle francaise et animateur du C.U.T.) et
M. Augustino Da Souza (Pr6sident du Conseil des
Notables de Lome).
Lorsqu'en 1946, des elections eurent lieu au Togo
sous tutelle franchise pour etablir 1'Assembl6e Re-
pr6sentative, le C.U.T. mena avec beaucoup d'habi-
let6 sa champagne et remporta d'appr6ciables success.
Aussitot apr6s, le contact fut 6tabli, par l'interm6-
diaire de M. Olympio, avec la < All Ewe Confe-
rence > pour presenter le cas des Ew6 aux Nations
Unies. Des avril 1947, 1'Organisation Mondiale 6tait
saisie de plusieurs petitions des Associations Ewe
soulignant << l'injustice que constituait le partage de
leur pays par les fronti6res >, injustice mettant en
outre obstacle < au d6veloppement politique, 6cono-
mique, social et cultural > du people Ewe.
Les petitions Ew6 furent renvoybes, pour examen
devant le Conseil de Tutelle des Nations Unies ce-
pendant que les Gouvernements de Londres et de
Paris, apr6s s'6tre consults, d6cidaient de prendre
l'initiative et de presenter devant cette Instance
international un memorandum commun pr6coni-
sant un certain nombre de measures destinies i apai-
ser les inqui6tudes des int6ress6s.



En d6cembre 1947, le Conseil de Tutelle, apres
avoir entendu les repr6sentants des populations Ewe
et notamment M. Olympio, acceptait les terms du
document que lui soumettaient conjointement la
Grande-Bretagne et la France et demandait a ces
puissances de mettre rapidement en oeuvre les me-
sures qu'elles avaient annonc6es.







A cet effel, come le pr6voyait le memorandum,
une Commi:,sion Consultative Franco-Britannique
pour les affaires togolaises fut institute d6s le d6but
de l'ann6e 1.48.
Si6geant Ilternativement a Accra et Lome, pre-
sid6e conjoi:itement par le Gouverneur de la Gold
Coast et le Commissaire de la R6publique au Togo
et comprenant, en outre, quatre membres africains
6lus (deux your le Togo sous tutelle frannaise elus
par 'Assemi,16e Repr6sentative, deux pour le Togo
sous tutelle blitannique), cet Organisme a permis
aux repr6seitants de la population de travailler en
confiance avec les autorites locales pour l'amiliora-
tion du sort des Ew6.
II faut rajipeler que les measures preconisees par
les deux Go ivernements se situaient sur les plans
6conomique, fiscal ct cultural. En mai 1948, la Com-
mission Consultative tenait sa premiere session
(trois autres sessions ont cu lieu depuis) pour l'ap-
plication, all Togo, des decisions des deux Gouver-
vernements.
A I'heure actuelle, le bilan des travaux de la Com-
mission Mixte s'6tablit comme suit :
a) dans li domain de la circulation des person-
nes, des bie is et des monnaies, des assouplissements
appreciable: ont 6et apport6s aux r6glementations
en vigueur, puisqu :
les at tochtones des deux territoires peuvent
maintenant traverser librement la frontiere. sans
certificate dl voyageur ni passport ;
une to!6rance de dix livres ouest-africains (ou
l'6quivalent en francs C.F.A.) est accord6e ih toute
personnel traversant la frontibre ; de plus, dans des
cas d6termines, les offices des changes locaux ont
instructions d'accorder les sommes demand6es sous
reserve de justification de la demand ;
enfin, de large tolerances ont encore 6t6 ac-
cord6es po Ir la circulation des marchandises di-
verses de part et d'autre de la frontiere.
b) Dans le domain de la fiscalit6, il a 6t6 pro-
c6d6 a une harmonisation des taux de l'imp6t, pris
les measures n6cessaires pour 6viter la double impo-
sition et, aui Togo frangais, supprime les patents
qui n'existiiient pas au Togo britannique.
c) Dans le domain des communications routiires
et de la circulation des vl6hicules, des progress a)p-
prCciables nt 6et obtenus, puisque :
un pr grammee de travail commun pour l'ami-
nagement ct le d6veloppement des liaisons routiircs
entire les dlux Territoires est en course d'ex6cution ;
de grandes facilities ont 6t6 donn6es pour la
circulation des v6hicules et la simplification des
foinalitts :iu passage de la fronti6re.
d) Dans !e domaine de la Sant6 Publique, les ser-
vices resp insables ont procede en common A dtes
campagnes de vaccination anti-varioliques ct it des
campagnes de dtpistage systematique de la maladic
du sommeil..
A noter qu'une action similaire a 6tW entreprise
dans le domaine de la protection zoo-sanitaire.


e) Dans le domaine de l'enseignement enfin,
deux questions importantes ont fait 1'objet d'6tudes
tr:s pousses et des nlcsures pratiques sont d6jA
intervenues, il s'agit :
de 1'6ducation de masse ; une experience com-
mune a eu lieu en 1949 i Palinm et une Conf6rence
de 1'enseignement en Afrique Occidentale 6tudiera,
dans le courant de l'ann6e 1950, les moyens de d6-
velopper cette action.
de 1'enseignement ldu vernaculaire ; le Gou-
vernement francais a d6jh pris certaines disposi-
tions i ce propos.
De ce bref expos, il apparait que des progress
certain ont pu 6tre obtenus grace 'i l'activit6 de la
Commission Consultative Permanente. De plus, si
l'on tient compete ldu fait que le Gouvernement bri-
tannique a 6tendu i la fronti6re entire le Togo sous
tutelle francais et la Gold Coast toutes les measures
ci-dessus nnumerbes, il apparaitra que la situation
des populations Ew6 a 6t6 en moins de deux ans
notablement amilior6e.
11 semble bien, A l'heure actuelle que ce soit 'in-
tention des dcux Gouvernements responsables de
I'administration du Togo de poursuivre leurs efforts
dans cc sens, afin d'climiner progressivement les
difl'icult6s resultant de l'existence des frontires.



En novembre ct deccmbre 1949, une Mission de
Visite du Conseil de Tutelle, conform6ment aux r6-
solutions adoptees par cet organism en d6cembre
1947, s'est rendue an Togo ct a consacre un rapport
special au problime Ewe.
Le Conseil de Tutelle aurait voulu proc6der i la
discussion de cc document a 1'occasion de sa
sixinme session iqui vient de se terminer A Gen6ve.
Cependant, le rapport special de la Mission de Vi-
site n'ayant pu 6tre conlmuniqu6 aux Puissances
Administrantes avant la fin du mois de f6vrier 1950,
i] a fallu laisser Ai celle-ci le temps n6cessaire it
l'examen des propositions que renferme ce docu-
ment. Aussi, le Conseil de Tutelle dut-il d6cider, le
13 mars dernier, sur la proposition des d616gu6s
britanniques et francais, de renvoyer A sa septibme
session la discussion de cc problimc.
Toutefois, cette decision de renvoi ne fut pas con-
nue en temps utile des repr6sentants Ew6 qui de-
vaicnt assister aux d6bats du Conseil. Ceux-ci ayant
rejont Genbve entire temps furent entendus n6an-
moins par le Conseil et M. Sylvanus Olympio, dans
une declaration faite en terms mesur6s, sugg6ra
Mux Puissances Administratives d'6tablir un plan
pour la realisation de 1'unification des deux Togos
et l'octroi du < self government >> A 1'expiration
dl'une plcriode de cinq ann6es.
Les chose en srit lit. 11 cst difficile de presager
quelle sera I'attit'viue de la Grandc-Bretagne et de
la France lors dte ]i prochaine session du Conseil
de Tutelle, qui se tiendra en juin it Lake Success.
Mais on -peut insisted ici sur quelqucs-unes des
donn6es essentielles d'un probl&me qui preoccupe
1'opinion locale d'Afrique Occidentale.







En premier lieu, sur Ie plan politique, il est main-
tenant certain que l'enthousiasme de 1946 est quel-
quc peu tombD. N'6taient la constance et l'habilct
des leaders, convaincus de la justesse de leur cause,
le movement revendicatif des Ew6 aurait d6jh
perdu la plus grande parties do sa force. Cela est
si vrai que de nombreuses protestations se sont fait
jour apris le passage de la Mission de Visite au
Togo, que ce soit dans le Nord des Territoires (oft
les contrasts ethliques sont accuses) ou mume ldans
le Sud (en plein fief Ewe, les opposants experiment
maintenant avec vigueur leur point de vue). Dans
ces conditions, les Puissances administrantcs doi-
vent-elles consider les sculs int6rEts Ewe ou, au
contraire, tenir compete de toutes les opinions ma-
nifestees ?
En un mot, pourraient-elles, le cas echeant, envi-
sager de prendre des measures en faveur des Ewi
uniquement, alors que ces measures ne seraient pas
conformes aux aspirations des autres fractions de
la population ?
En second lieu, sur le plan 6conomique qui a
servi de premier tremplin au movement revendi-
catif Ewe, cl probl6me se pr6sente de facon encore
plus complete. Le noeud en peut ktre trouv6 dans
la tres difficile question du contr6le des changes
entire Territoires britannique et Francais, c'est-i-
dire entire zone sterling et franc. Les contingente-
ments aux changes commerciaux ne sont que le
corollaire des measures de protection des monnaies
et la suppression du contr6le des changes ne peut
intervenir que pour l'ensemble des Territoires grou-
pes dans les deux zones mon6taires.
Les travaux que pour uit ajourd'hui 1'Organisa-
tion Europ6enne tde Cooperation Economique pour
la liberation des changes intra-europ&ens, trouve-


ront sans doute prochainement Ieur prolongeinent
dans les Territoires d'outre-mer et des Eiats curo-
pldens. A cc moment-lA, la situation du pays Ew6
connaitra un progres appreciable puisque l'une des
revendications de base n'aura plus de raison d'etre.
Quant au r6tablissement te la libre convertibilitG
des monnaies, c'est affaire metropolitainc, voire
international, qui ne peut etre examine sculement
sous la perspective que connaissent les Ewe.
Aussi, dans cc domain, comme sur le plan poli-
tique, les Puissances Administrantes se voient obli-
g6es d'agir avec prudence car le Togo fait partic
d'un ensemble 6conomique dans lequel il ne peut
etre cr66 de brbche sans risque tde voir compromise
tout le systeme des changes dans cette parties de
I'Afrique.


Lorsque la discussion du probl6me Ewe s'ouvrira
en juin devant le Conseil de Tutelle, li faut esp6rer
que les parties intdress6es, comme les membres du
Conseil, sauront appr6cier exactement les difficul-
tcs rencontr6es et prendre une just measure des r6a-
litcs togolaises.
Quoiqu'il en soit, l'essentiel est bien que, depuis
quatre ans, les changes de vues et discussions entire
les Ewd, les Puissances Administrantes et le Con-
seil de Tutelle, aient pu avoir lieu dans cette atmos-
phere de confiante liberty qui est le fait des v6rita-
bles democraties. Ainsi, malgr6 les obstacles de
toutes sortes qu'il faut encore carter, il ne doit pas
y avoir de doute que l'on parviendra a un c modus
vivendi > satisfaisant et susceptible d'assurer que
le progrbs politique, 6conomique, social el cultural
de cette region de l'Afrique se poursuivra harmo-
nieusement.










L'UNESCO et 1'Education

dans les Territoires sous Tutelle
par Alain ROUGEOT
(Dipl6nm de la Facultg de Droit de Paris)


LA notior de responsabilit6 international envers
les populations des territoires non autonomes
qui s'e.t dcvelopp6e progressivement au course
du siccle dernier a amen& la Conf6rence de San
Francisco, qui 6tablit la < Charte des Nations
Unies >, A ;dopter des dispositions destinies A favo-
riser le pro grbs politique, &conomique et social et le
developperr ent de l'instruction de millions d'indivi-
dus dans les territoires non autonomes.
Les lecteurs du Bulletin de la France d'Outre-
Mer >, sont d6ej informs des resolutions qui ont
kt6 prises ; ce sujet (1) ainsi que de l'organisation
et du fonctionnement du Conseil de Tutelle des Na-
lions Unies.
Dans une r6ccnte resolution adopt6e en mars 1949,
]e Conseil c:e Tutelle avait recommand6 que les dif-
f6rentes in;titutions-sp6cialisces des Nations Unies
examinent les rapports annuels, transmis par les na-
tions char!.:es de administration des territoires
sous tutellc. En application de cette resolution, l'Or-
ganisation des Nations Unies pour 1'Education, la
Science et la Culture, (U.N.E.S.C.O.), a proc6d6 A
une premiere etude portant sur les rapports de 1948
concernani les six territoires sous tutelle d'Afri-
que : Tang:anyika, Togo et Cameroun sous adminis-
tration briLannique; Togo et Cameroun sous admi-
nistration francaise et Ruanda Urundi sous admi-
nistration !,elge.
11 nous ai paru utile, de presenter, les principles
observations faites au sujet du d6veloppement de
1'6ducation dans les territoires en cause, continues
dans le document soumis par le Directeur G6n6ral
de 1'U.N.E S.C.O. A l'examen du Conseil de Tutelle.
lors de sa sixibme session tenue au d6but de cette
element intilressant d'indiquer a l'occasion de cette
ann6e. En outre, nous avons pens6 qu'il strait 6ga-
vue d'ensenble, comment 1'U.N.E.S.C.O. envisageait
de mener ia mission aupres des puissances adminis-
trantes, pcur guider leurs efforts dans la rCalisa-
lion de nowvelles ami6liorations.



On doit d'abord souligner la prudence avec la-
quelle 'O:'ganisation aborde les probl6mes pos6s;
elle indique nettement son intention de s'abstenir,
autant quc possible, de toute observation ou recom-
mandation particuliire A un territoire., M8me les
grands pr:ncipes exposes ne doivent &tre appliques
aux situat ons particulieres qu'avec precautions.

(1) Nations Unies et Territoires non autonomes, Bul-
letin de la France d'Outre-Mer, janvier 1950.


Apris avoir pris note de l'accroissement consid6-
rable (13 %) de la population total des territoires
en question, 1'U.N.E.S.C.O. enregistre P'existence de
preuves 6videntes de progrbs : augmentation du
nombre des 616ves et, dans une moindre measure,
du nombre des 6coles et des maitres; attribution
d'un plus grand nombre de bourses (1.533 bourses
mises A la disposition des ressortissants des terri-
toires sous tutelle et des territoires non autonomes,
don't 650 bourses d'6tudes offertes par le gouverne-
ment frangais aux ressortissants des territoires fran-
cais d'Outre-Mer pour 6tudier en France ou dans
L'Union Francaise); accroissement g6n6ral et r6gu-
lier des budgets consacr6s A 1'6ducation. En outre,
on peut reliever des signes certain d'une amnliora-
tion dans la formation des maitres, dans 1'l6abora-
tion des plans d'6tudes et parfois aussi dans les m6-
thodes d'enseignement.
Un examen rapid de la situation actuelle dans
les diff6rentes branches de 1'6ducation conduit aux
constatations suivantes : en ce qui concern l'ensei-
gnement primaire, la gratuit6 de l'enseignement et la
frequentation scolaire obligatoire sont les deux ob-
jectifs proposes aux efforts des puissances charges
de l'Administration.
L'enseignement secondaire a besoin d'etre d6ve-
lopp6 d'une facon g6n6rale, de manibre A aboutir,
par la suite, A la creation d'un veritable enseigne-
ment sup6rieur propre A chaque territoire; la atssi
d'ailleurs, il convient de s'attacher A r6soudre le
probl6me des frais de scolarit6, trop elev6s dans la.
plupart des cas, notamment par une augmentation
du nombre des bourses, qui doivent permettre aux
6elves, soit de b6neficier de 'enseignement secon-
daire local, soit de poursuivre des 6tudes universi-
taires A l'6tranger.
Le d6veloppement de l'enseignement technique et
professionnel semble par contre, s'effectuer a un
rythme plus satisfaisant.
L'enseignement sup6rieur est encore totalement
inexistant et 1'U.N.E.S.C.O. constate que les rares jeu-
nes gens autochtones, qui pourraient 6tre appeals
A en b6n6ficier doivent, ou bien s'inscrire dans des
6tablissements d'enseignement sup6rieur des pays
voisins, ou bien postuler une bourse pour aller faire
des 6tudes dans les m6tropoles respective.
Enfin, les progrbs de l'enseignement pour adults,
sont tres in6gaux selon les territoires; cependant
dans certaines regions, la tiche a W6t engage d'une
facon satisfaisante en cr6ant des centres de d6velop-
pement social et des ecoles du soir, ainsi que par la
mise en circulation de camions cinema et l'emploi







ie la radiodiffusion (organisation dans les territoi-
res francais d'un Comit6 pour 1'emploi du cinema
et de la radio dans 1'Pducation de base pour les
adultss. Par contre, peu de localit6s ont des biblio-
theques et cclles-ci sont le plus souvent d'initiative
privee.



Le document aborde en outre l'examen de pro-
blWmes g6n6raux interessant 1'organisation de l'6du-
cation et les m6thodes d'enseignement, mais il s'atta-
'che principalement a ce sujet A d6finir des positions
de principle, ou A signaler des problbmes pour les-
quels il rest 6 mettre au point les solutions.
D'une fagon g6nerale, sur le plan de l'organisation
de 1'education, 1'U.N.E.S.C.O. pr6conise dans tous
les territoires, l'institution d'un d6partement distinct
de 1'education et la creation d'une Commission Con-
sultative, qui serait charge d'adapter les program-
mes d'enseignement aux besoins locaux en tenant
compete de la psychologie propre des 6leves autoch-
tones.
II y a lieu ensuite de savoir si l'organisation sco-
laire dans les territoires sons tutelle, doit se con-
former au syst6me en vigueur dans chaque m6tro-
pole ou se modeler, an contraire, sur les besoins
particuliers des ensembles r6gionaux africains. Les
efforts entrepris par les autorit6s franchise et bri-
tannique charges de 'administration du Togo, et
qui ont about A l'institution d'une Commission
mixte permanent, sont sp6cialement signals A ce
propos.
Dans le mime ordre d'id6es, les rapports entire
l'enseignement priv6 et les autorit6s charges de
l'exercice de la tutelle doivent etre 6galement exa-
mines. II apparait en effet indispensable que les gou-
vernements encouragents, par des subventions, l'ini-
liative privee qui vient completer leurs efforts. Mais
il imported cependant que les conditions precises ct
les normes 6tablies en mati6re d'octroi de ces sub-
ventions soient rigoureusement appliques. Les gou-
vernements doivent exercer avec fermet6 la surveil-
lance et 1'inspection des institutions privdes; de plus,
l'existence d'nn enseignement de cette nature ne les
dispensent aucunement de l'obligation qu'ils ont
d'instituer un syst6me d'6coles publiques adminis-
trees et finances par eux. L'observation portant sur
la gratuity de P'enseignement primaire s'applique, en
outre, non seulement aux 6coles d'Etat, mais aussi
aux 6coles qui sont subventionn6es sous une forme
quelconque.
Parmi les probl6mes touchant directement aux
m6thodes d'enseignement, I'U.N.E.S.C.O. signal la
question de 1'emploi des langues vernaculaires dans
1'6ducation de base. Le probl&me est complex, de
longues 6tudes ainsi que de nombreuses experiences
paraissent devoir etre entreprises avant d'arriver a
une solution satisfaisante. Une exccllente m6thode
exp6rimentale 6 cet 6gard est celle qui a 6te adoptee
par la Commission mixte permanent franco-britan-
nique pour les all'aires du Togo, en vertu de laquelle
la langue indigene est employee A titre exp6rimen-


tal (tans l'6ducation de base pour le territoire sous
administration britannique, tandis que dans les
6coles sous administration franchise, la langue de
l'enseignement continue 6 Otre le francais. Le docu-
ment insisted, par ailleurs, sur la n6cessit6 d'accorder
une place plus large A l'enseignement rclatif aux
Nations Unies et A leurs institutions specialisees dans
les 6coles de tous les degr6s, et notamment-dans les
6tablissements d'enseignement primaire et (~es course
d'adultes.

Passant en revue, pour finir, l'ensemble des acti-
vitbs culturelles dans les territoires consid6r6s,
l'U.N.E.S.C.O., apr6s avoir remarqu6 que, d'aipres les
renseignements fournis, pen d'initiatives s6rieuses
semblaient avoir 6t6 prises dans ce domaine tr&s
important, malgr6 les efforts croissants pour rem.-
dier A cet 6tat de chose, sugg6re l'adoption de me-
sures s'inspirant essentieeUement des donn6es sui-
vantes :
connaissances des valeurs traditionnelles el
neccssit6 de poursuivre sur place des recherches sur
la culture et l'histoire de la population indigene;
Ptablissement de directives en vuce de 'adapta-
tion de la population A une vie nouvelle et aux va-
leurs de la civilisation moderne, par une Evolution
de la personnalit6 des intCresss, sans ruptilre avee
le pass, ni changement brusque;
mise en cruvre des plus grande quantit6s pos-
sibles de matiriels et (l'quipements inieressant
l'instruction des adults et portant sur des activities
relles que : muses, theiatres, cinemas, organisation
de bibliotheques, etc...;
formation d'une lite indigene, sans qu'il y ait
toutefois d6racinement cultural, et en 6vitant de
mouler les esprits d'apres une mentality Ptrang&re;
--enfin, d6veloppement des arts et des m6tiers
indigenes, en utilisant ceux-ci aussi bien cornme une
m6thode d'enseignement que comme un moyen de
developpement 6conomiquc des regions, tout en pre-
nant soin (de prot6ger ccs activities contre les ten-
tatives possibles d'exploitation.




I'cxpose de ces principles peut paraitre assez
th6orique. Mais le rSle que I'U.N.E.S.C.O. puet joucr
pour guider les nations administrantes dnns leur
application s'eclaire lorsque l'on se reported A la de-
claration faite, en f6vrier 1950, par M. Piaget, re-
presentant de 1'U.N.E.S.C.O., A la sixieme session du
Conseil de Tutelle, lors de l'examen du rapport an-
nuel sur administration du lerritoire sons tutelle
du Tanganyika pour 1'annie 1948. Le reprosentant
de 1'U.N.E.S.C.O. a tenu ) bien lprciscr que son Or-
ganisation n'entendait pas s'6riger en un ministire
mondial de P1'ducation, et qu'il n'avait d'aillcurs au-
cun pouvoir pour s'immiscer dans les al'aires inti-
rieures des Etats, ni dans le mode administration
des territoires sous tutelle. Elle n'est pas qualified
pour imposer l'adoption d'un ensemble do techni-
ques ou de solutions particulibres. Par contre, sa
mission est d'aider les administrations dans tous les







domaines intdressant son activity : organiser des
campagnes d'6ducation de base, envoyer des mis-
sions d'6ducateurs et d'experts, provoquer des exp6-
riences pratiques en vue de faciliter les solutions des
problbmes p)oss. C'est dans un esprit exp6rimen-
tal, d6clara M. Piaget, que nous nous offrons A or-
ganiser des experiences sur les points oil cela peut
6tre utile dans les territoires sous tutelles > ; et, en
conclusion de sa declaration, il ajoutait : c L'U. N.
E. S. C. O. est a votre disposition pour entreprendre
cce que voi s d6sirez : c'est aux Etats membres et
aux Nations Unies, et en particulier au Conscil de


Tutelle, A fair appel A nous, s'ils d&sirent que nous
agissions >>.
II est certain que cette offre sera entendue: le tra-
vail de recherche et de synthese qu'assure 1'Institu-
tion sp6cialis6e des Nations Unies qu'est 1'U. N. E.
S. C. O., le rayonnement mondial qu'elle a obtenu
par ses efforts croissants depuis sa creation, est le
plus sir garant que les nations charges de l'admi-
nistration des territoires sous tutelle sauront se ser-
vir au mieux de I'int&rkt des populations adminis-
tr6es, des avantages qu'elles pourront retire d'une
intinie collaboration avec elle.








L'activit6 minire dans les Territoires frmanals

d'Outre-Mer en 1949


Le rapport qui a td6 soumis A l'Assembl6e an-
nuelle de la Chambre Syndicale des Mines Colo-
niales, polir I'exercice 1949, passe en revue l'ac-
tivite miniere dans les territoires francais
d'Outre-Mer. Voici. succinctement analyses, les
dispositions essentielles de ce document.

L'OR
La vente de 'or colonial an march libre de Paris a elt
autoris6e au debut du second triniestre 1949 et r6alisee par
la Coniiiission de la vente de F'or de la Chamibre Syndi-
cale.
Pendant ces neuf inois, il a 6te receptionn6 4 tonnes d'or
brut qui ont donned 3.431 kgs de fin, en provenance des
territoires suivants : A.E.F., 1.624 kgs ; A.O.F., 1.305;
(uyane, 307 ; Cameroun, 137 ; Madagascar, 78.
Cet or a W6t vendu en trois p6r6quations trinmestrielles :
1" avril-30 juin: 988 kgs an prix moyen tic 573.296 fr.
le kilo ;
1'" juillet-30 septelnbre : 1.221 kgs an prix mnoyen de
619.243 francs le kilo ;
1"' octobre-31 d6cemibre : 1.242 kgs au prix mnoyen de
620.632 francs le kilo.
Les sonnnes reparties aux producteurs se sont elevces a
un total d'environ 2.100 millions de francs.
En A.E.F., la production de 1949 s'est elcvee a 1.750 kgs
d'or brut, inf6rieure A celle de 1948. La cause de cette re-
gression doit itre recherchee dans l'epuisement des gise-
ments alluvionnaires riches et dans la p6riode de transition
qui exige une orientation nouvelle des exploitations et une
conception niodifi6e des mnithodes. Des sonnnes importantes
out Wte d6ji engagees en depenses d'cquipement et de m6-
canisation, nais elles ne sont encore ni assez g6neralisees,
ni assez d6cisives pour porter leurs fruits.

Le rapport souligne que le coefficient du prix
de vente de 1'or s'cst Rtabli A 7,5, alors que l'in-
dice des prix de revient en A. E. F. s'est situ6
a 12. La chute de l'or, au d6but de 1950, a fait
tomber le coefficient du prix de vente A 6,5.
Au Cameroun, un essai de m6canisation est
en course a la Soci6t6 Miniere de B6tard-Oya.
En A. O. F., des travaux de recherche d'une
certain ampleur, auxquels participe le Bureau
Minier de la France d'Outre-Mer, sont active-
ment pouss6s dans la zone c6tirce au Sud-Est de
la C6te d'Ivoire, sur le prolongement d'un des
alignements filoniens de Gold Coast.
En raison de la grande multiplicity des petits
ateliers indigenes et du nombre restraint d'en-
treprises priv6es de quelque importance cre6es
a ce jour pour l'extraction de For, il n'a pu
jusqu'ici, dtre envisage en A. O. F. de r6el pro-
gramme d'ensemble tendant i l'intensification


de la production aurif6re. Celle-ci n'e:t passee
de 600 kilos en 1948 A 1.500 kilos en 1949, nais
elle reste encore loin des 4 tonnes produites
en 1938.
Le rapport note que l'insuffisance du reseau
routier est miniemment prbjudiciable a la re-
cherche et aux exploitations minieres qui ne
sont pas, dans la F6d6ration Ouest-Africaine, ce
qu'elles devraient et pourraient &tre. II serait
souhaitable, souligne encore le rapport. que les
regles d'application du Plan Marshall soient s6-
rieusement assouplies pour que les coinpagnies
minibres en course de d6veloppement puissent re-
cevoir, en temps voulu, les materiels d'6quipe-
ments qui leur sont necessaires.
A Madacgascar, les difficulties rencontries par
ies producteurs sont presque toutes relatives a
la main-doceuvre pour les gisements alluvion-
naires et aux moyens de financement de l'6qui-
pement pour les gisements zloniens. II a etR pro-
duit 80 kilos en 1949 (contre 65 kilos en 1948).
Des programmes ont W6t pr6vus ou Rtablis
6quipement pour les mines d'Ambatobd, recher-
ches pour les Mines d'Anvakodra.

LE DIAMANT

La production de diamants, en A. E. F. a WtC
approximativement la suivante en 1949 :
Compagnie Miniere de l'Onbangui Oriental :
66.000 carats centree 57.000 en 1948) ; Sociele
Miniere Intercoloniale 20.000 carats centree
24.000) ; Etablissements Dulos Freres 23.000 ca-
rats centree 20.000). Une saison exceptionnelle
de pluies a gSne ces productions de juillet a fin
n',vembr'e 1949.
La Miniere de I'Oubangui Oriental construit
une usine central de triage a Berberati don't la
mise en march est prevue avant 1'6tC 1950. La
Miniere Intercoloniale achve sa premiere cen-
trale hydro-6lectrique de 400 CV sous 5.000
volts, destine A l'exploitation de trois camps
m6canis6s situ6s dans un rayon de 15 kilome-
tres. Les Etablissements Dulos Freres mettent
en action un important materiel belge et fran-
cais moteur, groups moto-pompes, etc.).
Le rapport note l'augmentation massive des
vols de diamants en 1949. Un project de texte,
qui aurait permis l'introduction d'un mode de
protection comparable a celui existant au Congo
Belge, a et6 repouss6 par la majority aut:)chtone
du Grand Conseil de 1'A. E. F.
En .4. O. F.. la Soguinex a product 55 000 ca-







rats (contre 69.700 carats en 1948) ; elle va
compl6ter son 6quipement par I'emploi de bull-
dozers.
D'une fagon gen6rale, ouites les soci6ets dia-
mantif6res 6tudient des complements de meca-
nisation orients vers trois objectifs; extraction;
transport, traitement.

LE PLOMB ET LE ZINC
La production de la Conpagnie Miniire du
Congo (A. E. F.) a 6te tres r6duite en 1949, en
raison de 'arret, pour renovation et modernisa-
tion, de l'asine de traitement ; ses expCditions
se sont e61vees ai 4.500 tonnes de concentres de
plomb et a 4.000 tonnes de calamines mar-
chandes.
En 195(, la Coinpagnic compete poursuivre le
d6veloppement de la mnie de M' Fouati, paral-
lelement iF l'ex6cution de ses programmes de
prospectioi et de recherche, dans toute la mc-
;sure permise par Ics possibilities de recrutement
en cadres europ6ens qualifies et en main-d'ocu-
vre africaine.
En Indcchine, inactivity totale des mines do
Chodien.
LE CIIARBON
La production indochinoise, en 1949, s'est l6e-
v6e a 380. )00 tonnes, sur lesquelles 250.000 ton-
nes ont salisfait les besoins locaux et 70.000 ton-
nes ont 6ti export6es vers le Japon.
A Madagascar, les projects en course de la So-
eite& des Charbonnages de la S. A. K. O. A. ont
pour but t'installation d'un siege d'exploitation
sur la base d'un premier stade de production
annuelle (e 300.00 tonnes ; devant passer ultf-
rieurement a 600.000 tonnes. Les travaux de
recherches qui se poursuivent doivent permettre
de d6ter: niner l'emplacement de ce sigge
d'extractic(n.
L''ITAIN
Le rapport s'6tend sur les difficulties rencon-
tr6es dan, le recrutement de la nmain-d'oeuvre
par les catreprises stanniferes indochinoises ;
les salaircs indigenes sont actuellement au coef-
ficient 40 par rapport ai l'avant guerre alors que
le prix de l'6tain n'est qu'au coefficient 16.
11 formiule le vcu que soit laiss6e aux produc-
teurs la libre disposition des devises obtenues
par la vente des minerais et que l'administration
cherche a aider les producteurs en Icur procu-
rant de 1I. main-d'acuvre bon march.
Au Canieroun, un vaste programme de pros-
pection el de recherches a 6te prepare par la
SociEt6 < Les Etains du,Cameroun > ; la produc-
tion de 1'149 a 6t( d'une centaine de tonnes de
eassil&ritl titrant 70-72 5- d'clain.


LE WOLFRAM
Etant donn6 la situation dans la region du
Nord du Tonkin, aucun project pour l'avenir ne
peut 6tre fait actuellement.

LE GRAPHITE
Grice aux amdliorations apportles a l'outil-
lage et aux perfectionnements des m6thodes de
traitement, la production malgache de graphite
en 1950 dcvrait clre sup6rieure a celle de 1939.
Le rapport exprime le vau que soient abaisses
les tarifs douaniers qui d6favorisent, a leur en-
tree aux Etats-Unis, les graphites de Madagascar
par rapport aux products analogues en prove-
nance de Ccylan.

LES PHOSPHATES ET LA BAUXITE
En Ocianie, Ie progralmme de reequipement
peut 6tre consider come termine : les expor-
tations de phosphates s'6tabliront aux environs
de 200.000 tonnes. La premise en 6lat des exploi-
tations concurrentes de Nauru et Ocan Island
est de nature a r'duire les d6bouch6s stirJ'Aus-
tralic et la Nouvelle Zdlande, mais la Compagnie
Frangaise des Phosphales de l'Oceanie escompte
pouvoir reprendre pied au Japon.
En A. O. F., la Compagnie Alais, Froges et
Camargue (P&hiney) a poursuivi en 1949, dans
son domaine minier voisin de Thi6s (S6engal)
les travaux de mise en exploitation du gisement
de phosphate de claux de Lam-Lam et achev6 la
construction d'iine premiere tranche de loge-
ments dans la cit6 curop6enne de Thi6s.
L'exploitation au rythme industrial est prevue
pour 1951.
La mnme comlangnie a procdd6 aux travaux
pr6paratoires de son gisement de phosphate
d'alumine de Pallo. don't une cargaison d'essai
a ete expbdi6e de Dakar, ot a poursuivi ses pros-
pections de bauxite dans divers territoires de
I'A. O. F.
La Social dies bIn.riles il Midi a poursuivi
I'equipement des gisements des lies de Loos ; le
materiel destined : I'usine de Kassa est pr1t a
etre livr5 ; la construction de l'usine commen-
cpra imm6diatement et les trav\aux dureront
deux ans.
LE FE
En Guince, Ia Compnizpnie Mini're de Conakry
a exp6die vers la (Grande-Bretagne plusieurs lots
de mineral de l'cr lun total de 11.000 tonnes,
aux fins d'essais indlustriels en hauts-fourneaux.
Les resultats onIt et concluaIlts et la sid6rurgie
britannique a, dls it present, manifesto l'inten-
tion de consommer annuellemenl plusicurs cen-
taines de milliers de Ionnes de mineral de
Conal)krvy.








Des ,tudes topographiques out 6te enterprises
en vue de l'implantation d'une voie ferree d'une
dizaine de kilomrtres de longueur, et de la cr6a-
tion d'une cite europ6enne, d'une cit6 indigbne,
ainsi que d'un atelier de concassage du mineral.
D'apres les evaluations actuclles, les d6penses
des immobilisations necessaircs a la mise en va-
leur du gisement pour une extraction annuelle
de 1.200.000 francs A partir de 1952, se chiffrent
a 1.200 millions de francs C.F.A.

LE PATROLE
Le Syndicat du Gabon s'est transformed en So-
ciet6 anonyme : la SociWte des P6trolcs d'Afri-
que 6quatorialc franaise, au capital de 775 mil-
lions de francs C.F.A., port par la suite A
987.500.000 francs C.F.A. Le Syndicat de Mada-
gascar envisage de proedder h la mmne trans-
formation.
A Madagascar, on n'a pas encore d6pass6 le
stade des rechcrches preliminaires geologiques
et g6ophysiques. Au Gabon, le programme de
forages A grande profondcur s'est poursuivi; ces
sondages montrent 1'existence de couches per-
meables et impermieables constituent un ensem-
ble favorable A l'accumulation de petrole.

LE NICKE.l
La production des mines de nickel en Nou-
velle-Cal6donic a atteint 110.000 tonnes en 1949.
Celle de la soci6t~ < Le Nickel >, sous form de
nickel pur et de fonte de nickel, a covert un
peu plus de la moitic des b)esoins des consom-


amateurs trancais I'an dernier, le solde ayant ete
couvert par l'importation.
Les projects pour 1950 pr6voient l'ach6vement
de l'6quipement d'une premiere tranche m6cani-
s6e de l'cxploitation forestiere miniere et la re-
prise normal de la production des usines de
Nouvellc-Caledonie, si toutefois l'approvisionne-
.ment en carbon australien, assure rnguliere-
ment depuis le quatrieme trimestre 1949, ne
vient pas subir de nouvelles interruptions.

LE CHROME
La production des mines de chrome en Nou-
velle-Cal6donie s'est elevLe a 80.000 t. en 1949
centree 71.000 tonnes en 1948 cy 43.000 tonnes
en 1947).

LE RUTILE
Le rapplort note enfin que l'exl)ortation du ru-
tile au Cameroun peut devenir une source im-
p)ortante de devises pour l'bconomie francaise.
Les producteurs souhaitant la r6alisation d'une
raffinerie qui permettrait de donner au rutile
une quality unifoimec et une presentation com-
merciale assurant son utilisation immediate par
les industries, sans nouveau l)royage.



Dans sa derniere parties, le rapport signal que
le Bureau minier de la France d'Outre-Mer et
1'Union Miniere Panafricaine sont devenus, en
1949, memlbres de la Chambre Syndicale des
Mines Coloniales.


a/\t~L




















NOUVELLES DE FRANCE


LA VIE PARLEMENTAIRE


ASSEMBLE NATIONAL

Designation d'une Commission d'enquete
La Coiinmission des Territoires d')utre-Mcr
de l'Asseinblee Natiunale a choisi sept de ses
imembres appel6s, en principle, A fair parties de
la Commission d'enquete qui doit sc rendre en
C6te d'Ivoire, afin de s'informer des conditions
dans lesqLelles se sont derouls les r(cents inci-
dents. Cc choix doit etre soumis, pour etre va-
lable, ia 'approbation de l'Assembl6e Nationale
qui en s(ra saisie A l'une des prochaines sean-
ces de la rentree parlementaire.
Ont &t-, jusqu'ici, d6sign6s : MM. Arthaud
(comm.); Lisette (R. D. A.); Jacquet (S.F.I.O.)
Juglas ct Noel (Andre) (M. R. P.); Caillavot
(rad.).
Le d6part de la Commission aura lieu vrai-
semblabl,-ment dans la premiere quinzaine du(
mois de inai.


CONSEIL DE LA REPUBLIQUE

La solde des fonctionnaires d'Outre-Mer
Le 31 mars, sous la presidence de Mine De-
vaud et cn presence de MM. Letourneau, de Tin-
guy du ]ouit et Aujoulat, le Conseil de la R&-
publique a adopt, par 217 voix contre 0, au
terme d'un debat de neuf heures, qui fut, sou-
vent, confus et morcel6, la proposition de loi
fixant le, conditions d'attribution des soldes et
indemnits des fonctionnaires civils et militaires
relevant du minister de la France d'Outre-Mer
ainsi que les conditions de recrutement, de mise
en cong6 ou A la retraite de ces memes fonction-
naires.
Le texite adopt apporte de nombreuses modi-
fications de detail A celui qui a 6tr vot6 au Pa-


lais-BourbonI. ce quLi incessiLera une deuxinme
lecture A l'Assemblhe Nationale.
La proposition de loi pose, notammient, le
principle que < la determination des soldes et
accessoires de soldes de toute nature, don't sont
appelhs i hbn(6ficier les fonctionnaires civils et
les militaires relevant du ministere de la France
d'Outre-Mer, ne saurait, en aucun cas, etre fon-
d(e sur des differences de race, de statut person-
nel, d'origine on de lieu de recrutement >> ct
qu'A 6galit dtie grade et, s'il y a lieu, de classes
dans le grade ct d'&chelon dans la classes ou le
grade des trailemnnts, majorations ou supple-
ments de traitement, indemnit6s et prestations
de toute nature doivent etre fixes A des taux
uniforms dans 1'intiricur d'un mime cadre et
d'un m&me territoire on group de territoires et
d'une mime residence.

ASSEMBLE DE L'UNION FRANCHISE

D6part d'une Mission agricole
de I'Assembl6e de I'Union francaise
pour I'A. E. F. et le Cameroun
L'Assembl6e de l'Union Francaise avait decide,
dans sa seance du 17 mars 1950, l'envoi, en Afri-
que Noire, d'une mission charge d'6tudier les
possibilities d'adaptation aux conditions locales
du syst~me des Secteurs d'amulioration rural,
d6ja pratiqu6 en AlgSrie.
Cette mission a quitt6 Paris pour I'A.E.F. et
le Cameroun. Elle est presidec par M. Cazelles,
d(ej president 1'an dernier de la mission de la
m&me Assembl6e, qui avait 6tudi6 les r~alisa-
tions de cette nature, effcctutes en Alg6rie, et
comprend trois imem)res africains : MM. Bouda,
Gueye Momar Djim et Kemajou, et trois mem-
bres m6tropolitains : MM. Le Brun Koris, Roul-
leaux-Dugage et Schock.







Apres avoir pris les contacts el reuni les in-
formations necessaires a Brazzaville, la mission
se rendra a Douala et entreprendra un circuit
d'un mois environ, a travers' le Cameroun, 1'Ou-
bangui et le Tchad, par Yaounde. Bangui et


Flort-AIrcI1uinhaull, )por sc Iermiinr 1 Forl-
Lamy. La mission se propose, enfin. de se ren-
dre ult6rieurement en A. O. F. apr6s avoir tire
les enseignements de son premier voyage
d'A.E.F.-Cameroun.


L'ACTIVITE MINISTERIELLE


Une declaration de M. Jean Letourneau
Ministry de la France d'Outre-Mer

Interrog6 sur les problems indochinois il l'oc-
casion des conversations en course avec les Etats-
Unis, M. Letourneau, ministry de la France
d'Outre-Mer, a fait a un repr6sentant de
I'Agence France-Presse les declarations sui-
vantes :
Des conversations avec les Etats-Unis. mec
dites-vous? Au vrai, ces conversations n'ont pas
ccss.6 pas plus qu'avec nos autres amis, la
Grandc-Bretagne par example, et elles so pour-
suivent par la voice diplomatique normal. Sans
doute sc sont-ellcs acc6lerkcs ct prkcis6es depuis
que des missions sont allies de Washington i
Saigon, celle de M. Jessup, en particulier. Nos
amis am6ricains, 6clair6s sans doute sur les pro-
blemes d'Extreme-Orient par les Philippines, la
Chine. Ic Japon ou l'Indon6sie, ont tenu cepen-
dant A se rendre compete des conditions exactes
qui sont celles de la p6ninsule indochinoise. II
leur faut aussi prendre une measure exacte de la
construction nouvelle qu'est l'Union Franqaise.
Du rest, lorsque M. Bonnet, notre ambassa-
deur A Washington, est r6cemment venu a Pa-
ris, il a pu connaitre avec precision la position
du government frangais.
Q. Une solution des problhmes qui se po-
sent actuellemenl est-elle done d'abord politique,
on bien est-elle militaire, on essentiellement dco-
nomique ?
R. A nos yeux, la solution n'est pas poli-
tique. Sur ce plan, ele a W6t r6gl6e par les Ac-
cords du 8 mars et par le transfer des pouvoirs
qui a suivi. II semble parfois que certaines gens
6prouvent de la difficult a se rendre compete
de la r6alit6 des choses. Ce qui a 6t6 cr66 par
ces accords, qu'il suffit de lire pour bien les
comprendre, ce sont dans l'Union Francaise des
Etats souverains et ind6pendants. Du reste, il
n'y a plus maintenant, dans aucun des trois
Etats d'Indochine de pouvoirs qui soient aux
mains de l'Administration francaise. C'est, pour
ne parler que du Vietnam, le seul Gouvernement
Vietnamien qui dirige la totnlite des services. et


dans ces services ainsi places sous sa direction,
il est m6me des fonctionnaires francais qu'il a
demand iA conserve.
Q. -- Le Gouvernement vietnamien est-il vrai-
inent en measure d'exerccr son autoritd ?
R. Lcs 6meutes qui ont trouble h plusieurs
reprises la vie de Saigon ces derniers temps sont,
quelque regret qu'on en ait, une large d6mons-
tration qu'un jeune gouvernement peut hien
eprouver quelques difficulties au depart dans
l'exercice du pouvoir.
Mais si ccs difficulties existent, ce n'est en tout
cas pas par la volonte du Gouvernement fran-
cais. Tout ce que nous d6sirons, c'est de trouver
a nos c6t6s un gouvernement fort, d6cid6 A gou-
verner et dot6 de tous les moyens d'administrer
son pays. II est evident que, nouvellement former,
ce gouvernement peut ne pas 6tre imnmdiate-
ment en measure d'exercer la plenitude de ses
pouvoirs. Mais les instructions donnees au Haut-
Commissaire de France a Saigon sont bien de
laisser la totality des responsabilites au seul
Gouvernement vietnamien, et c'est aussi de 1'ai-
der a acquirir peu A peu et le plus vite possible
tous les moyens d'exercer pleinement son auto-
rit&.
Q. Dans ces conditions, en quoi consist
l'appartenance 6 l'Union FranCaise et quelles
sont les limitations qui en rdsultent ?
R. Deux constatations semblent d'evidence:
1 Dans Ic monde actuel, et peut-ktre plus en-
core dans l'Extreme-Orient, il n'est gubre d'Etats
meme moirs jeunes que les Etats Associ6s d'In-
dochine, qui puissent 4tre assures de leur ind&-
pendance en se fiant a leur seule force.
2 Quelle autre r6ponse que negative donner
a cette question : Existe-t-il des Nations deci-
dees aujourd'hui a exp6dier leurs homes en
Indochine pour y effectuer la relive des trou-
pes de l'Union Francaise?
Or, il est 6clatant, et tous les raisonnements
plus ou moins specieux n'y changent rien, que,
nos troupes parties, ce n'est pas l'ind6pendance
des Etats Associ6s d'Indochine qui est assure,
c'est au contraire la guerre civil installee A de-








meure et I anarchic. Ou bien e'est la mainmise
par d'autrls forces qui savent donner ailleurs
l'exemple le l'ind6pendance qu'elles accordent
aux pays ainsi attir6s dans leur orbite. Cette im-
p6rieuse nmcessit6 de la presence francaise suffit
A expliquer ce qui caract6rise en ces domaines
l'apparten nce A l'Union Francaise : la mise en
commun des moyens de defense, la conduit en
commun ce la diplomatic.

Q. M(,is pour ne relenir, ponr I'instant, que
l'aspect militaire, pourquoi ces Eiafs sonuerains
n'ont-ils l as leur propre armie ?
R. C'cst bien, en effet, le vocu de la France.
Nous consid6rons qu'un Etat ne peut vraiment
s'affirmer souverain et se sentir apte a parler
au nom des inthrets de son pays que lorsqu'il
a organism sa propre arm(ie et que par elle, il
est en me;ure de r&tablir et de maintenir I'or-
dre public sur I'ensemble de son territoire.
Aussi bien, dans les accords du 8 mars est-il
pr6vu que les troupes de l'Union Francaise se-
ront stationnbes dans quelques bases et garni-
sons, tout comme les troupes amCricaines aux
Philippines, mais avec un statut qui a Wte libre-
ment disciitt avec les Etats et qui peut soutenir
toute compiaraison sur le terrain du liberalisme.
C'est pourquoi dis la passation des pouvoirs,
exactement le 2 janvier, se tenait A Saigon une
conf6renc( entire le Gouvernement du Viet-Namn
et le Haut-Commissaire de France pour 6tudier
la questio:i majeure de l'organisation de l'armee
national. Depuis cette date, pour des raisons
varies, aucun autre contact n'avait pu 6tre pris.
Je viens l'apprendre avec satisfaction qu'une
deuxibme reunion avait enfin eu lieu, et j'espbre
que les closes vont pouvoir aller vite.
Nul n'ignore les difficulties don't la moindre
n'est pas ia formation des cadres. L'armne fran-
caise qui en a 6tc sollicite est pr6te a fournir
les premiers encadrements, mais c'est pour elle
une servi ude don't elle ne peut pas ne pas sen-
tir le poids et il est certain qu'il faudra pro-
mouvoir wvec quelque audace les jeunes cadres
de l'arm6: national du Viet-Nam.
I y a russi Ie probl6me de l'6quipement et de
I'armeme it de cette annbe; c'est l'une des ques-
tions don't nous nous entretenons pour l'instant
A Washir gton.
Un amiassadeur ami me disait il y a plusieurs
mois : < Quel succes vous auricz dans notre
opinion publique si vous rameniez vos troupes
dans leurs bases et garnisons >>. Et je lui r6-
pondis : < Ce serait un bien autre succes dans
l'opinion publique en France, car nous sentons,
nous, le poids cruel de cette 6preuve, mais r6fl6-
chissez ct dites-moi si, dans 1'6tat actuel des
choses, ce retrait ne signifierait pas, avec le
massacre de ceux qui luttent aujourd'hui aver


nous, le triomphe de ceux auxquels seuls nouw
avons jusqu'ici oppose un barrage efficace? >>.
Et j'ajoute aujourd'hui : < Quel est le pays
qui s'int6resserait desormais au Viet-Nam, au
Cambodge et au Laos, mlme sur le plan 6cono-
mique et financier, si la main francaise qui tient
le verrou A la frontirre du Tonkin venait A se
retire? >

Q. Cependanl, sur le plan diplomatique, il
semble que beaucoup craignent des snjetions
infiniment plus lourdes.
R. Lia encore, je vous dis : << Lisez les
accords du 8 mars. 11 n'y est precis6 que la n6-
ccssaire coordination d'unc diplomatic qui, de-
fendant des intkrrts communs, ne pent qu'6tre
d6termin6e en common.
II a et hbeaucoup question de la limitation
des postes diplomatiques A l'6tranger, En tout
cas, rien do tel no figure aux accords. A la de-
mande m&me du Viet-Nam, une lettre compl&-
mentaire avait fix6 A trois les premiers posters
ainsi pourvus, mais, dts que la n6ccssit6 d'un
Mlargisscment s'est faite sentir et que les possi-
bilites ont 6t6 trouv6es, un accord entire Sa Ma-
jest6 Bao-Dai ct le Pr6sident de la Republique,
President de 1'Union Franqaise, a r6gl le pro-
blmme. Mais, soyons 16alistes : ni en personnel,
ni en resources, il n'est possible d'esp6rer que
ces jeunes Etats aient la possibility& de pourvoir

d'un coup, A tous endroits du monde, les posters
diplomatiques.
Enfin, il faut hien reconnaltre que le monde
ne se faith pas en un jour. J'ai bon espoir que
le Haut Conseil de l'Union Francaise se r6unira
prochainement. Comme vous le savez, c'est lA oh
d16egation du Gouverncment de la R6publique et
dl66gations des trois Etats discuteront sur pied
d'6galith les probl&me s qui concernent la vie
cxterieure de l'Union Franqaise.
Q. Ne parle-l-on pas aussi d'une reorgani-
sation des services gonuernementaux d l'occa-
sion de l'accession r l'independance des Etals
d'lndochine ?
R. C'est, en effect, un probl6me qui est r6-
solu dans son principle. Des Etats souverains et
indepcndants ne peuvent, 6videmment, assurer
pendant longtemps leurs relations avec la Repu-
blique par l'intcrm6diaire d'un ministere don't la
vocation est I'administration directed de territoi-
res faisant parties de la R6publique. Mais qu'on
nous entende bien, des Etats librement associbs
a l'Union Francaise no seront jamais considers'
par nous come des Etats strangers, et de mrme
que ce n'est pas Ic Foreign Office qui assure les
relations de la Grande-Bretagne avec l'Australie
ou l'Afrique du Sud, de m&me, sous peine de
nier l'Union Francaise, les relations avec les trois







Etats d'Indochine ne sauraient passer par le
Quai d'Orsay.
Ces problemes sont si nouveaux qu'il est pre-
f6rable de preparer avec soin la solution la ineil-
leure. Mais, aprbs tout, ce qui imported, sp6cia-
lement dans cette p6riode pr6paratoire, c'est
l'esprit qui anime ceux qui sont charges d'assu-
rer ces relations.
Q. N'existe-l-il pas des conversations 4gale-
ment en ce qui concern l'aide economique d ap-
porter aux Etats d'Indochine ?
R. Des conversations sont en effet en course
et elles sont de trois ordres :
Tout d'abord nous 6tudions la possibility
d'une aide 6conomique directed sous forme de
premiers secours, que la R6publique Franqaise
pourrait apporter aux Etats.
Ensuite, nous preparons la conference inter-
Etats.
Comme vous Ic savez, la g6ographie impose
aux trois Etats qui vivent dans la p6ninsule in-
dpchinoise la recherche de certaines solutions en
common : Le commerce exterieur, les douanes.
les finances, les plans d'6quipement et d'inves-
tissements, les mofens de communications pour
ne citer que les principles. En consultant une
carte, on voit l'importance vitale du M6kong
pour ces trois pays et par consequent la n6ces-
site d'une entente. Lorsqu'on pense au plan
d'6quipemcnt et d'investissement, il est clair que
rien de sens6 et d'efficace ne peut se faire que
d'accord avec ces trois Etats.
C'est dans cette coordination qu'6clate egale-
ment l'utilit6 d'une formule come celle de
l'Union Francaise. II est inutile de rappeler
qu'avant la presence francaise, de graves diffi-
cultes existaient a 1'6tat end6mique au sein de
ce qui constitute aujourd'hui le Viet-Nam, ainsi
que de dire les rivalit6s opposant les terres de
1'Annam A leurs voisins. Le n6cessaire 6quilibre,
la n6cessaire compl6mentarit6 ne pourront s'6ta-
blir, nous en sommes certain, que grace a cette
cohabitation au sein de l'Union Francaise, d'au-
tant que par ses experts et ses technicians, la
France a une connaissance profonde, en particu-
her sur le plan 6conomique et financier, des he-
soins comme des possibilities de ces Etats.
C'est pourquoi, sur le troisibme plan, c'est-A-
dire celui de l'aide 6conomique que les Etats-
Unis envisagent d'apporter a ces pays qu'une
guerre durant depuis plus de dix ans a tant ap-
pauvris, la position de la France est la m6me.
Si on la veut efficace et bien adapt6e, il est
n6cessaire que l'aide soit 6tudie, puis repartie
par un organisme quadripartite, du type O.E.
C.E. qui group les trois Etats : Vietnam, Cam-
bodge, Laos et la R6publique Francaise, chacun
des Etats Associ6s en assurant la distribution a
ses propres ressortissants.


Q. -- C'est bien sur cel ensemble de proble-
res : militaires, diplomatique et dconomique, que
ceFtains voient, avec plus on moins de desintC-
ressement dans I'espril, des sujitions inadmis-
sibles ?
R. J'espere vous avoir fait sentir un cer-
tain nombre de r6alit6s.
La France, qui a fait un tel effort, n'entend
pas avoir fait tuer ses fils comme des merce-
naires que l'on cong6die, le danger passe. Elle
a le droit, sachant pour quelle cause elle combat
et qui elle defend, de parler haut et de pr6ten-
dre au maintien de son influence civilisatrice
dans ces regions d'Extrime-Orient oi, en dehors
du d6veloppement materiel, elle a tant fait pour
la civilisation par ses professeurs, ses mission-
naires, ses m6decins. Si cela n'etait pas compris.
elle ne pourrait que laisser A d'autres le soin de
defendre des positions vitales pour I'ensemhle
du monde libre.
La seule chose que vent la France, e'est que
ces jeunes Etats qu'elle a appeals a I'ind6pen-
dance aient, dans les dtlais les plus briefs, tous
les moyens de faire face a leurs devoirs de sou-
verainete. II est ais6 de comprendre qu'elle pour-
rait le dbsirer dans un sentiment uniquement
6goiste et chacun salt qu'il n'en est rien.
Elle n'ignore pas la puissance des jeunes na-
tionalistes asiatiques. Elle les a encourages, mais
elle sait qu'ils ont hesoin d'Stre aids dans leurs
premiers pas, d'&tre consolides. Son ancienne
experience lui a enseign6 qu'en les abandonnant
A eux-memes, le risque est grand de les voir s'ef-
fondrer. Dans ce cas, il ne resterait plus grande
force A l'opposition que certain imaginent entire
ces nationalismes et l'extension du communism
dans cette parties du monde.
La France aime ces peuples. Elle ne veut que
leur bonheur et elle salt qu'ils ne le trouveront
pas dans le bouleversement g6enral. Elle fait
done tous ses efforts our avoir a c6t6 d'elle des
gouvernements forts, decides a gouverncr et d6-
vou6s au seul bien public.
Et elle fait confiance A tous ses amis pour
qu'ils comprennent trois choses :
La valeur de l'exp6rience acquise par la
France dans ces territoires lointains;
Le sens de l'effort, cruel pour elle, fait de-
puis cinq ans au b6enfice de tous et la necessity
de I'aider dans cette tAche et non d'essayer, par
tous moyens, de la diminuer et de I'affaiblir;
La signification de l'ceuvre frangaise au-
pres de ces trois Etats, comme la signification
de l'Union Francaise, hors laquelle ni le Viet-
nam, ni le Cambodge, ni le Laos ne jouiraient
longtemps ni de la paix, ni de l'ind6pendance, ni
de la souverainet6.








Une Conference de M. Letourneau a Milan

M. Letourneau, ministry de la France d'Outre-
Mer, arrive le 20 avril A Milan, a fait, dans la
soir6e, une Conference A l'Institut des relations
Internationales.
Le ministry a fait un expose de l'histoire colo-
niale francaise en insistant sur la doctrine poli-
tique francaise d'Outre-Mer, politique qui aboutit
aux institutions n6es de la Constitution de 1946.
Illustrant ensuite l'effort fait sur le plan eco-
nomique, le Ministre a pr6cis6 : < De 1947 A
1949, cet effort sur le plan de l'investissement, a
depass6 soixante milliards de francs. Quant A
certaines productions, qui 6taient inexistantes,
elles vont maintenant sortir du n6ant. On extrait
250.000 tonnes de bauxite et 500.000 tonnes de
fer en Guinde, alors que la production du riz
est passee de 250.000 tonnes A 320.000 tonnes,
celle du coton de 27.000 a 52.000 et celle des
arachides de 440.000 h 720.000 tonnes >.
M. Letourneau et M. Robert Buron, Secr6taire
d'Etat aux Affaires Economiques, ont assist, le
20 avril, A une soiree de gala donnee en leur
honneur A la Scala de Milan, ofi ils ont ete sa-
lues A leur arrive par < La Marseillaise >>.
A l'issue du spectacle, une reception a Wet of-
ferte au thehtre meme.
MM. Letourneau et Buron ont inaugure, le
21 avril, le pavilion francais A la Foire de Mi-
lan.

Le sejour de M. Aujoulat 6 Djibouti
M. Aujoulat, se rendant A Madagascar, est
arrive A Djibouti par l'avion ordinaire d'Air-
France, le mercredi 19 avril. II 6tait accompagne
de MM. Masselot et Huber, respectivement di-
recteur et membre de son Cabinet.
La mission de M. Aujoulat 6tant sp6cialement
ax6e sur les questions d'ordre social : instruc-
tions, habitat, hygiene, statut de la medicine
aux Colonies, le Secr6taire d'Etat a porter une
particuliere attention aux r6alisations de cette
nature, qui lui ont Wte presentees. II a notam-
ment visited l'H6pital, les ecoles laique et reli-
gieuse, les nouveaux locaux de l'Ecole profes-
sionnelle et le Groupe scolaire en construction,
ainsi que le Centre d'estivage de l'Arta, A 40 ki-
lometres de Djibouti. II a parcouru 6galement
les installations et chantiers du Port ainsi que
la nouvelle central electrique en voie d'l66-
vation.
Aux diff6rentes personnalit6s avec lesquelles
il s'est entretenu au course de ces deux jours,
M. Aujoulat a exprim6 sa satisfaction de l'acti-
vit6 qui regne A Djibouti et des ameliorations


apportees aux conditions de vie et a l'apparence
exterieure de la ville.

M. Aujoulat est arrive a Tananarive
Venant de Djibouti par avion, M. Aujoulat, se-
cr6taire d'Etat A la France d'Outre-Mer, est
arrive le 23 avril A l'aerodrome de Tananarive.
II a ete accueilli A la descent d'avion par
M. Bargues, Haut-Commissaire et le vice-Ami-
ral Auboyneau, commandant interarmes des
troupes de Madagascar, et a Wet recu A l'entr6e
de la ville par l'administrateur Maire.
Dans l'apres-midi, M. Aujoulat a assist, A Ta-
nanarive, a la stance de l'Assembl6e represen-
tative ohi se trouvaient egalement M. Bargues,
Haut-Commisaire de France A Madagascar, et
de nombreuses personnalites civiles et mili-
taires.
Le Secr6taire d'Etat a notamment d6clar6 que
le Gouvernement se proposait de r6aliser la li-
beration des changes A l'6chelle de l'Union
Francaise sans qu'il soit pour cela question de
modifier le franc C. F. A., car a-t-il dit, le moin
dre remaniement dans ce domaine se traduirait
par une veritable catastrophe 6conomique.
11 a insisted sur la necessity d'exploiter plus
compl6tement les resources naturelles des ter-
ritoires d'Outre-Mer, afin d'y cr6er des riches-
ses nouvelles, et a precise, en ce qui concern la
grande Ile, que le Comit6 Directeur du F.I.D.E.S.
avait donn6 son accord complete pour l'exploi-
tation des mines de.charbons de la S.A.K.O.A.
M. Aujoulat, passant ensuite aux probl6mes
politiques, a rendu hommage A la < grande ma-
turit6 d'esprit > don't ont fait preuve les assem-
blees representatives. En consequence, a-t-il pre-
cise le gouvernemen consider comme necessaire
d'augmenter leurs attributions et de leur don-
ner des pouvoirs qui sont actuellement du do-
maine de la loi ou des decrets.
Le Secr6taire d'Etat a, pour conclure, abord6
les probl6mes poses par les r6alisations sociales
et de l'enseignement.
Il ne faut pas, a-t-il affirm, < donner le pas
A l'enseignement secondaire sur l'enseignement
technique, mais rechercher entire eux un just
6quilibre sans negliger l'enseignement supe-
rieur >>.
< Tels sont les objectifs que se propose la
France dans l'ensemble de ses territoires d'Ou-
tre-Mer >>, a pr6cis6 M. Aujoulat, qui a affirm
ensuite la n6cessit6 du progress social, condition
du developpement des populations autochtones.
Le 24 avril, M. Aujoulat a commence la visit
des principaux centres hospitaliers de Tanana-
rive, s'arretant particulierement a la 16proserie
situee A une douzaine de kilometres de la ville.







INFORMATIONS DIVERSE


Les Hauts-Commissaires de France en Afrique
vont se r6unir a Paris
Une conference r6unissant les Hauts Commis-
saires de la Repuhlique Francaise en Afrique,
s'est ouverte a Paris, le 8 mai, sous la presidence
de M. Letourneau, ministry de la France d'Outre-
Mer et de M. Aujoulat, secr6taire d'Etat a la
France d'Outre-Mer.
Cette conference avait pour but d'6tudier et de
coordonner toutes les questions, actuellement
pendantes, se rattachant A 1'Afrique Noire.


Le franc C. F. A. ne sera pas devalue

Une d6C6gation du < Comite de defense du
franc C. F. A. >, composee de parlementaires
d'Outre-Mer (d6putes, senateurs et conseillers de
1'Union Francaise de tous les groupss, a Wte
rescue, au ministire des Finances, par le Direc-
teur du Cabinet, M. Edgar Faure.
M. Sailer, conseiller de la Republique, qui con-
duisait la d6l1gation, a declare, A l'issue de l'en-
trevue, que le repr6sentant du ministry lui avait
assure que les bruits relatifs A une &ventuelle
devaluation du franc C. F. A. << 6taicnt sans au-
cun fondement, le Gouvernement n'ayant pas
l'intention de modifier la situation actuelle >.
D'autre part, la d6lgation a avis6 le ministry
du d6p6t par le Comite, d'une proposition de loi
it l'Assembl6c Nationale et au Conseil de la R&-
publique et d'unc proposition de resolution i
I'Assembl6c de 1'Union Francaise, propositions
tendant a stipuler quc le rapport entire le franc
C.F.A. et lc franc mitropolitain ne pourrait ktre,
dlsormais, modifi6 que par une loi.
La delegation a demand l'appui du Gouver-
nement pour ces propositions.


M. Bouteille, nouveau directeur
de I'Ecole Nationale de la France d'Outre-Mer

M. Paul Bouteille, nommd directeur de l'Ecole
National de la ,France d'Outre-Mer, est nd1 a
Souk-cl-Arba (Tunisie) en 1907.
Brevct6 de I'Ecole colonial, M. Bouteille est
entr6 dans administration comnme redacteur
stagiaire en 1930. II a appartenu au service in-
ter-colonial d'information et de documentation
et a Wte adjoint A M. Delavignette, alors que
celui-ci dirigeait I'Ecole Nationale de la France
d'Outre-Mer. Nomme secr6taire general A Mada-
gascar, M. Bouteille 6tait rentr6 h Paris, en 1948,


pour reprendre ses functions d'adjoint A M. Paul
Mus, A qui il succede aujourd'hui.
M. Bouteille a 6galement appartcnu au Minis-
t*re de la Sant6 Publique.

Mission d'information

Une mission aupres de tous les journaux r6-
gionaux de la M6tropole vient d'etre ex6cutke
par M. H6nard, administrateur aux Services
d'Information du Cabinet du Ministre de la
France d'Outre-Mer. Cette mission avait pour
but d'intensifier I'information 6manant des Ter-
ritoires au profit de la press de province. Par-
tout cette initiative a W6t rescue avec cormpr6hen-
sion et les directeurs ont manifesto leur inten-
tion d'amplifier les nouvelles concernant l'Union
Francaise en esp6rant que de celle-ci seront re-
cus une abondante documentation susceptible
d'eclairer un lecteur peu averti et une moisson
photographique pour l'illustrer.
Des projects d'extension de I'activit6 de l'Infor-
mation d'Outre-Mer, seront studies lors de la ve-
nue prochaine des Hauts-Commissaires de la Re-
publique en Afrique pour la Conference du
8 mai. .

Deux Conferences des lies du Pacifique

Detx Conf6rences des Iles du Pacifique, aux-
quelles participeront la France en ce qui con-
cerne les interets de la Nouvelle-Caledonic, des
Nouvelles-H6brides et de Tahiti, se tiendront ia
Suva (Ile de Fidji), la premiere du 27 avril au
7 mai, la second, qui sera la cinquieme session
de la Commission du Pacifique sud, du 14 au
25 mai.
La France sera repr6sent6e it ces Conferences
par M. Lasalerie, Conseiller de la Republique.

Les credits de I'E. C. A.

L'administration de l'E. C. A. a ouvert, hicr,
les credits suivants :
Afrique du Nord Frangaise. 1.513.000 dol-
lars, don't 933.000 dollars pour des products p&-
troliers provenant des Etats-Unis, et 330.000 dol-
lars pour de l'outillage agricole en provenance
des Etats-Unis et du Canada.
Autres territoires frangais d'Outre-.Mer. --
3.202 000 dollars pour des mat6riaux de cons-
truction, de 1'6quipement minier et de 1'equipe-
ment agricole.








Er outre, I'E. C. A. a ouvert, le 4 avril :
Aux territoires frangais d'Outre-Mer, un cr6-
dit de 2.201.000 dollars pour des pieces d6ta-
ch6es d'automobiles et de l'6quipement indus-
triel, (A. F. P.), et le 19 avril : des credits de
747.000 dollars A l'Afrique du Nord et 1.420.000
dollars aux autres territoires de la France d'Ou-
tre-Mer pour 1'achat de tracteurs en provenance
des Etats-Unis. (A. F. P.)

Le commerce entire la M6tropole
et les Territoires francais d'Outre-Mer

Voici un tableau comparatif en valeur des im-
portations et exportations entire la m6tropole et
les territoires frangais d'Outre-Mer au course du
mois de mars 1950, par rapport aux mois cor-
respondants de 1949 et de 1938 (en milliards de
francs)


Importations .....
Exportations ......

Balance < France
d'Outre Mer > ....4

Les importations ont
Wte compensees par
les exportations A
concurrence de ...


1938 1949


0,9
0,6


- 0,3




67


19,2
28,9


1950


21,3
29,3


9,7 + 8,0


Le Caoutchouc sur le march international
La hausse actuelle des course du caoutchouc
natural, course qui d6sormais, rejoignent presque
les course records enregistr6s en 1928, est consi-
derde comme dangereuse dans les milieux 6co-
nomiques de Londres. Hier encore, le course du
caoutchouc au comptant sur la place de Londres
a pris plus d'un penny et s'est 6tabli A un shil-
ling sept pence trois-quarts par livre-poids.
Selon ces milieux, cette hausse r6sulte essen-
tiellement d'une demand, momentan6ment gon-
fl6e, et d'une p6nurie de caoutchouc livrable
imm6diatement ou sous peu. Cette demand pro-
vient essentiellement des industries am6ricaines
milieux l'expliquent par la situation 6conomi-
d6sireuses de reconstituer leurs stocks.
Quant A la p6nurie de caoutchouc, les memes


que, financiere et politique difficile que traverse
actuellement l'Indon6sie.
Toujours selon ces m6mes milieux, ces fac-
teurs de hausse ont 6t6 exag6r6s par la sp6cula-
tion, notamment la speculation de commergants
chinois A Singapour et il est A craindre qu'une
reaction n'ait lieu d'ici quelque temps et pro-
voque une chute important des course.
Il est A craindre, 6galement d6clare-t-on
dans ces milieux que les course 6lev6s actuels
ne provoquent, aux Etats-Unis, une reprise de
la production et de la consommation du caout-
chouc synth6tique, actuellement moins cher que
le caoutchouc natural.
Les Etats-Unis et I'U,R,S.S, rivalisent pour les
stocks de caoutchouc ; telle est la conclusion
ineluctable A laquelle aboutissent les milieux
commerciaux britanniques A la lumiere de la
r6cente evolution des marches mondiaux de la
gomme.
Au march londonien de Mincing Lane, le
course du caoutchouc imm6diatement disponible,
a atteint hier, un niveau particulikrement l6ev6
rapelant le Boom > mondial des ann6es
1925-1926. Mais les stocks commerciaux de
caoutchouc livrables imm6diatement ou A court
terme, ont disparu du march, parce qu'ils ont
Wt6 litt6ralement rafl6s au course des semaines
pr6c6dentes par la Russie et l'Am6rique.
Dernierement, du caoutchouc valant un mil-
lion de livres sterling a 6t6 embarqu6 A Singa-
pour A destination de l'U. R. S. S. et la demand
russe, annonce-t-on a Londres, est loin d'etre
satisfaite.
La France, affirme-t-on encore A Londres, qui
s'est tenue A l1'cart du march en attendant une
baisse des course, est maintenant force d'acheter
aux niveaux 6lev6s, ses stocks de caoutchouc
Rtant tombs A un niveau < dangereusement
has >.


Un CongrBs a6ronautique de I'Union frarnaise

Un Congres a6ronautique de l'Union Fran-
gaise, plac6 sous le haut patronage du Pr6sident
de la R6publique, a eu lieu du 3 au 12 mai 1950,
a Paris, salle 16na.
Le programme des travaux a comport6 :
La Contribution de l'aviation a la mise en valeur de
l'Union Frangaise.
La Politique des lignes adriennes dans la France d'Outre-
Mer.
Le travail agrien, I'aviation priv6e, les moyens et les ma-
teriels.


,







MANIFESTATIONS COLONIALES


Le cinquantenaire de la jonction
des trois missions Joalland-Meynier,
Fourneau-Lamy et Gentil-

Au course d'un d6jeuner organism par le Cercle
de la France d'Outre-Mer, M. Delavignette, di-
recteur du cabinet du Ministre de la France
d'Outre-Mer, a annonc6 qu'une c6remonie se d6-
roulera le 10 mai prochain a la Sorbonne, pour
comm6morer le cinquantenaire de la jonction au
Tchad des trois missions parties respectivement
d'Alger, Dakar et Brazzaville, et de la victoire de
Kouss6ri le 22 avril 1900. Cette c6r6monie sera
pr6sidde par M. Vincent Auriol.
,Cinq discours seront prononc6s, au course de
cette cer6monie, successivement par M. Leon
Barety, president du Comit6 de l'Afrique fran-
caise ; par le general de Chambrun, repr6sen-
tant les survivants de la mission Fourreau-
Lamy ; par le general Meynier, representant les
survivants de la mission Joalland-Meynier ; et
par le g6n6ral Kaisser, representant -les survi-
vants de la mission Gentil.
La c6remonie sera cl6turee ipar un discours de
M. Letourneau, ministry de la France d'Outre-
Mer.

La participation des Territoires d'Outre-Mer
a la Foire international de Lyon
C'est sous 1'egide de < l'Agence Economique
des Colonies > qu'ont Wtr r6unies, A la Foire in-
ternationale de Lyon, les participation des Ter-
ritoires d'outre-mer.
Tout donne a ce grand stand de plus de
.100 mitres carries, aux vitrines luxueuses, a la
decoration original, une impression d'ensemble
qui ne parvient pas h rompre la diversity des
presentations, qui vont des tapis de haute lane
aux billes brillantes d'Okoum6.
On y trouve rassembl6s les principaux pro-
duits d'exportation de ces territoires, ainsi qu'une
synthese des principles activities dans l'ordre de
l'assistance m6dicale, instruction publique et
les oeuvres sociales.
Un dchantillonnage interessant ,permet de ju-
ger de la quality des cafes de Madagascar et de
la C6te d'Ivoire, des arachides du Sin6gal, des
caccos du Cameroun et d'A.O.F., de la vanille
de Madagascar et de Tahiti (8/10 du commerce
mondial), des tapiocas de Madagascard et du
Togo (qui assurent a eux seuls les besoins du
marchU fra~cais), des bois du Gabon ct de la
C6te d'Ivoire.


Par 1'6chantillon et le graphique, on apprend
en outre que la production du coton de 1'A.E.F.
est en pleine extension.
A c6te des products de base, tout l'artisanat
autochtone trouve sa place ct est < r6fdrenc6 >
pour l'exportation.
Dans l'ordre de l'assistance m6dicale, une do-
cumentation tris abondante souligne, par exem-
pie, que le nombre de consultations est passe de
4 millions en 1900 a plus de 56 millions h
1'heure actuelle.
M. Georges Bidault, president du Conseil des
ministres, et les membres du gouvernement ont
longuement visit le stand, oil ils ont .t6 recus
par M. Santoni, directeur de l'Agence Economi-
que des Colonies.
Les acheteurs et les visiteurs de la Mltropole
sont tres vivement intoress6s par cette participa-
tion, et plusieurs centaines de demands de ren-
seignements journalier.es ont E6t enregistr6es par
les fonctionnaires de 1'Agence. Elles sont, pour
une grande part, faites par des importateurs.
SDe nombreuses visits comments ont Wtc
r6serv6es aux 6tudiants de facult6s des grandes
kcoles commercials et techniques, ainsi quc des
centres d'apprentissage de la region.

Reception en I'honneur des 6tudiants
de I'lnstitut Universitaire beige
des Territoires d'Outre-Mer

Le Cercle de la France d'Outre-Mer a organism
le jeudi 27 avril, sous la pr6sidence du capitaine
de frigate Gamas, vice-pr6sident de la Federa-
tion international des Coloniaux, une reception
en l'honneur de l'Institut Universitaire belge des
territoires d'outre-mer, don't la delegation est
conduite par M. Laude, directeur de l'Institut
Universitaire belge des territoires d'outre-mer, et
M. Mast, ,president de l'Association des anciens
6l1ves de l'Institut Universitaire belge des terri-
toires d'outre-mer.
Le martin, h 1'Ecole de la France d'outre-mer,
M. Lande avait prononc6 une conference sur:
< Les problmes au Congo belge >.

Une Conference de M. Servan Schreiber
sur I'Afrique Noire

M. Servan Schreiber, directeur des Echos, a
fait samedi une conference dans laquelle il a
6voqu6 ses impressions sur un recent voyage
effectu6 en Afrique Noire.







Nouvel an cambodgien en France
C'est au mois d'avril que le Cambodge, Etat
associd de l'Union Francaise, clebre son Nou-
vel An, distinct du TUt vietnamien, qui a lieu en
f6vrier. En vue de faire revivre en France leur
tradition, les 6tudiants khmers ont, samedi
1" avril, dans la soiree, organism pour la pre-
miere fois a Paris cette f&te, qui cprrespondait
A l'annie 2493 de l'6re boudhique.
Elle a eu lieu A la Cite Universitaire, au pa-
vilion de 1'Indochine, r6unissant environ un mil-
lier d'invites. Apres l'arrivee des principles per-
sonnalitIs, le directeur de la foundation d'Indo-
chine prit la parole, retracant dans son allocu-
tion la douceur des moeurs cambodgiennes et le
souvenir ineffacable que garden du pays khmer
les Europ-ens qui y ont v6cu. Puis il remercia
les invites et leur souhaita une heureuse et nou-
velle annie du c Tigre >. Sur scene se d6roula
ensuite un spectacle folklorique, auquel succeda
un bal.
Le ministry de la France d'Outre-Mer, M. Le-
tourneau, malgr6 ses multiples occupations,
avait tenu h honorer cette fete de sa presence.

Academie des Sciences Coloniales
L'Acad6mie des Sciences coloniales a tenu
stance le vendredi 31 mars, sous la pr6sidence
de M. Charles Michel-C6te.
M. Jacques Bardoux a pr6sent6 un rapport
qu'il a redigd sur le Conseil de l'Europe et un
project de pate de 1'Union europ6enne.


MM. Victor Cayla, professeur Larnaude, G.
grandidier, ont analyse les ouvrages les plus im-
portants offers h la biblioth&que.
M. Jacques Millot, professeur au Museum, di-
recteur de l'Institut scientifique h Madagascar, a
projet6, en les commantant, des vues documen-
taires et de belles photographies en couleurs de
Madagascar et de l'Afrique du Sud. AprBs avoir
fait passer ces cliches sur 1'Ncran, M. Jacques
Millot a rappel6 ce que la race blanche a apport6
h ces pays, et en quelques mots il a indiqu6 l'in-
quietude que peut faire naitre le d6veloppement
d6mographique si rapide des races noire et
jaune.
L'Acad6mie des Sciences coloniales a tenu
une autre stance le vendredi 21 avril, sous la
presidence de M. Michel-Cote.
M. le Secr6taire perp6tuel a soulign6 que ce
vendredi 21 avril 6tait le cinquantieme anniver-
saire, jour pour jour, du combat de Kousseri;
il a rappel6 la portee de la victoire franqaise.
M. le general Meynier, ancien combattant de
Kousseri, oii il a &t6 lui-m&me bless, a racont6
quelques souvenirs personnel et rendu hom-
mage a la m6moire de son chef et de ses cama-
rades tombs lors de ce combat.
M. Louis MWrat, inspecteur general des colo-
nies, a trait des causes d'6branlement de
1'Union Francaise, celles ext6rieures aux terri-
toires d'outre-mer. L'Acad6mie a charge une
Commission d'6tudier les solutions qui pour-
raient ktre proposes pour pallier a cette situa-
tion.







t


NOUVELLES D'OUTRE-MER


INDOCHINE


Haut-Commissariat
de France

Es 2 et 3 avril,
M. Leon Pi-
gnon a entre-
pris une tournee au
Cambodge. Accompa-
gn6 du commissaire
de Raymond et du
g6ndral -des Essars, le
Haut-Commissaire s',est rendu le premier jour g
Battambang, oh il a procd6 hL un examen de la
s~curite de la region.
Le deuxibme jour, ii a tdW re.qu par S.M. Siha-
nouk, avec qui il a eu un long entretien sur la
situation ginerale du royaume.
Avant de regagner Saigon, M. Pignon a tenu
une conference sur la s6curit6, h laquelle ont
particip6 les principles personalities civiles et
militaires du Territoire.
Le 15 avril, le Haut-Commissaire, accompagn6
du g6ndral Chanson, a quitt6 Saigon pour une
tournte d'inspection dans le secteur de Travinh
et Soctrang oil, durant les jours prfcidents, se
sont diroul6s de violent combats. M. Pignon a
visit les posters de Cau tCng et Tra Cu, gqui ont
subi les plus violentes attaques, et filicit6 les
cadres et les hommes des units qui se sont dis-
tinguies dans les ricents engagements.
A Soctrang, le Haut-Commissaire a renouvelI
aux autorit6s civiles vietnamiennes et militaires
francaises l'assurance de sa constant et agis-
sante sollicitude.

Le Commandant en chef des troupes francaises
en Extreme-Orient b Hong-Kong
R1pondant h l'invitation du g6ndral John
Harding, commandant en chef des troupes bri-
tanniques en Extreme-Orient, de participer h


une conference militaire a Hong-Kong, le g6n6ral
Carpentier s'est rendu dans cette derniere ville
le 29 mai et y est demeur6 jusqu'au 2 avril. II
a W6t pendant ce temps lPh6te de Sir Alexander
Graham, gouverneur de Hong-Kong.


Retour de M. Avinin en France

M. Avinin, repr6sentant des Francais d'Indo-
chine au Conseil de la Republique, apres un s6-
jour de cinq semaines en Indochine, est reparti
pour la France le 14 avril. Avant son depart,
M. Avinin a exprim6 a la press sa satisfaction
de la confiance qu'il a trouv6e chez les Frangais
d'Indochine.
< Je ne crois pas insurmontables les difficul-
t6s actuelles, a-t-il declare; mais la bonne volont6
franchise exige, en contre-partie, un -effort de
comprehension de la part des autorites vietna-
miennes. Celles-ci doivent prendre rapidement
conscience de l'ensemble de leurs responsahi-
lit6s. >


M. Kenneth Landon en Indochine

M. Kenneth Landon, directeur des Affaires du
Sud-Est asiatique au D6partement d'Etai ameri-
cain, est arrive Saigon le 4 avril pour un sejour
en Indochine qui entire dans le cadre de la tour-
n6e qu'il doit faire dans le sud-est de l'Asie.
M. Landon s'est rendu successivement a Da-
lat le 6 avril, h Hanoi le 8 avril, a Vientiane et
Luang-Prabang les 9 et 10 avril, et A Phnim-
Pen'h le 12 avril.
M. Landon a quitt6 l'Indochine le 13 avril.
Le colonel Mac Quillen, de l'Ntat-major de
l'amiral Berkey, a Wte nomm6 attach naval a la
lCgation des Etats-Unis.







Conference du Bois a Dalat
Pour la premiere fois, une conference inter-
nationale a eu lieu en Indochine, sous les aus-
pices d'un organisme sp6cialis6 des Nations
Unies, en l'occurrence l'O.A.A. (Organisation de
l'Agriculture et de l'Alimentation). I1 s'agit de
la Conference du Bois, qui s'est tenue a Dalat du
3 au 8 avril, et qui a r6uni des d6l1gues de I'In-
donesie, du Siam, de la Malaisie, du Japon, de
l'Angleterre, des Etats-Unis, de la France, et des
Etats associ6s de l'Indochine. La Birmanie,
l'Inde, la Nouvelle-ZBlandeet les Philippines, qui
n'ont pu participer a cette conference, ont en-
voy6 des documents techniques qui ont Wte Rtu-
dies.
Les travaux de la conference ont port princi-
palement sur les relations entire les repr6sentants
sp6cialis6s des gouvernements, 1'6tablissement
d'un recensement g6enral du bois industrial, et
la fixation des normes susceptibles de faciliter
les changes commerciaux.
Les resultats ont donn6 complete satisfaction
aux del6gues presents.

Restitution de diamants par le Japon

Le Japon a restitue A la France un lot de dia-
mants totalisant 223 carats 85, d'une valeur esti-
mee A 20.000 dollars amBricains, et qui avaient
Wte derobes par les Japonais pendant la guerre
en Indochine. Cette restitution s'est effectude le
3 avril.

Nouvelles reconnaissances des Etats associes
Le Vietnam, le Cambodge et le Laos, Etats
associes au sein de l'Union Frangaise, ont Wte
reconnus par la Hollande le 12 avril, et par le
Paraguay le 13 avril.


Gouvernement Central du Viet-Nam

D6missions dans le Cabinet Nguyen Phan Long

Le 25 mars, trois ministres appartenant au
parti < Dal-Viet ont remis leur admission:
LL. EE. Pham Huy Quat, ministry de la Defense
national ; LA-Thang, sous-secretaire d'Etat aux
Affaires itrangeres ; et Nguyen T6n Hoan, se-
cr6taire d'Etat a la Jeunesse. Cette admission
avait 6td precedee tpar une champagnee dd press
menee par les journaux saigonnais et hanoiens
d'obedience Dai-Viet.
Les trois ministres d6missionnaires ont adres-
se A la press le texte de d6mission collective,
qui reproche notamment i M. Nguyen Phan
Long, president du Conseil, une attitude 6qui-


voque vis-a-vis du communism, alors que de-
puis le debut de l'annee ,S.M. Bao Dai a au con-
traire, dans plusieurs discours ou proclamations,
affirm la position categorique de son gouverne-
ment contre le communism.

Manifeste des < Intelleduels mod6res >
et pouvoirs de requisition aux Ministres

Par ordonnance du Chef de 1'Etat parue au
Journal Officiel, le president du gouvernement,
les ministres et les secr6taires d'Etat recoivent,
< par suite des besoins d'administration et jus-
qu'au r6tablissement complete de la paix au
Vietnam >, les pouvoirs de requisition person-
nelle nicessaires au bon fonctionnement des
services administratifs vietnamiens.
Tout refus de r6pondre A lin ordre de r6quisi-
tion est possible d'amendes variant de 500 i
10.000 piastres et de peines de prison allant de
trois mois i un an. Cette measure est due au re-
fus de nombreux intellectuals, qualifies d' e at-
tentistes >>, d'aider l'actuel gouvernement vietna-
mien dans sa tAche.
Une ipreuve de cet 6tat de fait est le manifesto
public le 23 mars par la revue Tinh Than (Es-
prit) et sign par trente et un < intellectuals
mod6r6s > du Sud-Vietnam, qui demandent :
une ind6pendance reconnue garantie par
I'O.N.U. ;
un statut au moins 6gal h celui du Pakis-
tan ;
le retrait des troupes francaises sur certai-
nes bases, puis leur evacuation;
un trait& d'alliance avec la France;
un groupement vietnamien d'union natio-
nale, ayant un programme d6mocratique pro-
gressiste.
Parmi les signataires figurent des pro-viet-
minh notoires et des sympathisants de S.E. Ngo
Dinh Diem (personnalite catholique qui a refuse
jusqu'ici de collaborer au gouvernement de
S.M. Bao Dai.
Quatre des signataires ont, aprbs coup, retired
leur signature. Il y a tout lieu de croire qu'ils
1'ont fait sous la !pression du Viet-Minh, bien que
le programme de ces intellectuals ne soit guere
different de celui du Vietminh, puisqu'ils vont
jusqu'A repudier 1'appartenance du Vietnam a
l'Union Francaise.

Conference des Gouverneurs

Les 18 et 19 avril s'est tenue i Dalat, sous la
pr6sidence de S.M. Bao Da', une conference r6u-
nissant MM. Nguy&n Huu Tri, Phan Van Giao et
Tran Van Huu, gouverneurs du Nord, du Centre,
et du Sud-Vietnam.






Cette conference a examine la question de la
repartition des fonds prevus pour le recrutement
d'616ments << suppl6tifs >> charges de la pacifica-
tion dans les zones places sous le contr6le des
autorit6s vietnamiennes.
L'arm6c vietnamienne compete actuellemenl
une cinquantaine de mille homines enr6l6s dans
les < gardes nationals > : 15.000 dans le Nord-
Vietnam, 10.000 dans le Centre-Vietnam et
25.000 dans le Sud-Vietnam. A ces forces s'ajou-
tent environ 20.000 < supipl6tifs >> don't le recru-
tement s'effectuc surtout parmi els organizations
politico-mililaires du Sud-Vietnain. L'unification
de ces forces a iet decide par une conference
national militaire, tenue i Dalat du 11 au
14 ;!vril.


Conference national militaire

Sur l'initiative du gednral Tran Van Soai,
commandant en chef des forces << Phat-Giao Ho'l
Hio >, du general Nguyen Van Thhnh, chef
d'dtat-major des forces coadaistes, du colonel LU
Van ViWn, commandant en chef des forces natio-
nalistes Binh Xuyen, et du commandant Nguyin
Ngoc LO, commandant en chef des Viet Binh
Doan, une conference militaire s'est r6unie ,i
Dalat le 11 avril, i l'effet d'6tudier les modalites
d'une unification des forces nationalists vietna-
miiennes.
De nombrcuses personnalit6s militaires et
leaders nationalists assistaient a ce congress,
parmi lesquels :
-- le lieutenant-colonel Tran Thai Hue, le
commandant Nguyin TuAn Phu, des forces cao-
daistes ;
le capitaine Phan Ha, M. Nguyen Phuoc
Haiu, repr6sentant politique des forces Phat Giao
Hoa Ho ;
-- MM. Lai Hun Tai, conseiller politique,
Nguyen Hon HiSp, attach militaire des forces
nationalists Binh Xuyen ;
le lieutenant-colonel Le Roy, le comman-
dant Vo C6ng Muu, le commandant Nguyen Huu
Trieu, des units mobiles de defense des Chrd-
tientes ;
-MM. Hoang Nam Hung, Bui Trach Dan, Li
Vict Cuong, du part Vietnam Phuc Quoc D6ng
Minh H6i ;
MM. Do Dinh Dao, Trianli Danh, du part
< Vietnam Qu6c dan dang >;
M. LU Quang Luat, dd6lgu'd du groupement
catholiquc autonomy de Phat Dim ;
-- MM. L Quan, Nguyvn Huy, du parti < Mat
Tran Dan chu Dai Viet Quic > ;
Vo Dinh liuyin, du parti < Vittnam Cach
mang Hai Ngoai doan > ;


Nong Qu6c Long, du < Vietnam Phuc
Qu6c Quan > ;
le commandant Nguyen Ngoc LO, du < Viet
Binh Doan >> ;
MM. Linh Quang Vien, attach militaire, et
Doan Chi Khoan, deldgue du << Bao Chinh
Doan >.
La conference a fourni aux nationalists viet-
namiens l'occasion do tinoigner, d'une manicre
delatante, leur volont6 d'unir etroitement leurs
efforts sons I'6gide de S.M. Bao Dai.
Au course de la premiere stance de la conf-
rence, le Chef de l'Etat a ddfini les principles qui
doivent prdsider a l'unification des forces ar-
Inees :
<< Les forces nationalists doivent se grouper
de facon a constituer une seule armbe, anim e
d'unc scule volontd, combattant sous un meme
drapeau, organisde selon un reglement unique.
Ainsi sculement elles pourront d6fendre effica-
cement notre territoire et notre civilisation tradi-
tionnelle contre les entreprises de destruction,
don't le but est de faire triompher les doctrines
qui font peu de cas des valcurs humaines. >
Les d6lcgu6s, de leur cotd, ont vote la triple
motion suivante :
1" Toutes les forces nationals, reprdsentces a
la conference militaire, decident de s'unir afin de
constituer une seule armce national;
2 Toutes les forces nationals, representees i
la conference militaire, experiment leeur entire
confiance en Sa Majestd Bao Dai, chef de l'Etat
du ViOtnam ;
3 Un 6tat-major unique sera constitud, si Sa
Majeste Bao Dai le juge opportun. Les comman-
dants des forces armies presents h la conference
se placeront entirrement sous les ordres de cet
6tat-major unique.
Un Comit6 d'6tudes pour I'unification des for-
ces armies nationals a Wt6 immndiatement d6-
sign6. Les membres de ce Comite ont fait ser-
ment << de faire le sacrifice de tout intCr&t de
parti afin de servir la patrie, de travailler A la
rdalisation complete de l'unit6 et de l'indCpen-
dance nationals, et d'apporter un soutien absolu
a S.M. Bao Dai >>.
Le 15 avril, le Chef de 1'Etat a sign uine or-
donnance d6signant M. Phan Van Giao, gouver-
neur du Centre-Vietnam, en quality d'ins]ecteur
gendral des forces armies nationals vietna-
inennes.


Congres du < Viet-Doan >

La Ligue < Viet Doan > (qui compete deux imi-
nistres dans l'actuel gouvernement central) a
tenu i Saigon, les 9 et 10 avril, son congrAs na-
tional. Y parlicipaient notamment le gindral








Xuan et S.E. Pham C6ng Tac, chef du caodaisme
de Tay-Ninh.
Le congres a d6cid6 de maintenir ses ministres
au gouvernement et d'appuyer activement la po-
litique de S.M. Bao Dal.

Ralliements
Le colonel Hai Sinh, commandant le 66e r6gi-
ment de la troisieme zone du Vietminh dans le
Nord-Vietnam, et cousin du ministry des Affai-
res 6trangeres du gouvernement Ho Chi-Minh,
s'est rallied au gouvernement 16gal.
Le colonel Hai Sinh, qui s'est pr6sent6 le
14 avril au poste de la garde national, aux en-
virons de Hue, a declare notamment :
A Actuellement, la population du Nord-Viet-
nam, dans les zones contr6l6es par le Vietminih,
souffre et vigbte dans un 6tat lamentable de p6-
nurie. La majority des combatants guettent I'oc-
casion propice pour servir le pays sous l',gide
de 1'empereur Bao Dai, mais ce project se heurte,
momentan6ment, a la surveillance des commis-
saires politiques communists.
D'autre part, on a not6 dans cette p6riode
quelque 6.000 Vietnamiens qui se sont rallies
dans la region de Bac-Ninh; et onze villages
dans la region du canal des Bambous, au sud-est
de Hanoi, qui se sont mis sous la protection des
forces franco-vietnamiennes.

S. M. Bao Dai reqoit M. Kenneth Landon
M. Kenneth Landon, directeur des Affaires du
Sud-Est asiatique du D6partement d'Etat, accom-
pagne de M. Gullion, charge d'affaires de la 16ga-
tion des Etats-Unis A Saigon, et des attaches
militaires am6ricains, se sont rendus le 6 avril a
Dalat, of ils ont 6td recus par le Chef de l'Etat
vietnamien.
M. Landon a remis a cette occasion a S.M. Bao
Dai un message sign du President des Etats-
Unis, dans lequel celui-ci informait < Sa Ma-
jest6 imp6riale, chef de l'Etat du Vietnam > que
le gouvernement des Etats-Unis reconnaissait le
Vietnam comme un Etat independent dans lo
cadre de l'Union Frangaise et souhaitait 1'6change
de repr6sentants diplomatiques entire les deux
pays.
M. Landon 6tait porteur, en outre, d'une pho-
tographie du President Truman, didicac6e -A
S.M. Bao Dai.
En remettant ces documents h S.M. Bao Dai,
le d6l1gu6 du D6partement d'Etat amBricain lui
a fait part des sentiments de confiance sympa-
thie du Pr6sident Truman a son 6gard et a
1'6gard du gouvernement et du people vietna-
miens.
S.M. Bao Dai a pri6 M. Landon de transmettre
au President et au gouvernement des Etats-Unis
l'expression de la vive reconnaissance du gou-


vernement et du people du Vietnam, qui 4 me-
surent tout le prix de l'amitie que leur accord
la grande nation ambricaine ; cette amitie, jointe
a celle de la France, des Etats associ6s et des
Nations Unies, constitute un pr6cieux encourage-
ment pour le Vietnam, qui fait actuellement ses
premiers pas comme nation souveraine >.
D'autre part, le lieutenant-colonel Freeman,
attach adrien am6ricain pres du Chef de l'Etat
vietnamien, est arrive le 17 avril au Vi6tnam,
accompagn6 du capitaine Lindsay, son adjoint,


Relations avec le Vatican
et nominations plans le clergy
Le Gouvernement vietnamien a charge de mis-
sion aupres du Vatican M. Vu Ngoc Tran, qui a
quitt6 Saigon le 4 avril Ipour se rendre A Rome,
afin de preparer 1'echange de repr6sentants di-
plomatiques entire le Vietnam et le Vatican.
Cette question a aussi et6 le principal sujet de
l'entretien que S.M. Bao DaY a eu a Dalat avec
le d61lgu6 apostolique repr6sentant le Saint-
Siege au Vietnam, Mgr Drapier, avant le depart
du prelat pour Rome.
En I'absence de Mgr Drapier, le R.P. Ber-
tin-Bresson, sup6rieur du Couvent des Francis-
cains de Nhatrang, a etd d6sign6 pour assurer
l'interim.
D'autre part, le R.P. Doan, qui 6tait pro-
fesseur au S6minaire des Dominicains de Hong-
Kong, a et6 nomm6, par Sa Saintet6 Pie XII,
6veque du diocese de Bac-Ninh. Cette nomination
porte a quatre le nombre des e6vques vietna-
miens.

IDEPLACEMENTS DE PERSONNALITES
M. Vu Hong Khanh, leader militaire du
parti nationalist << Vietnam Qu6c DAn Dang >>
-- qui s'est rallied l'an dernier a S.M. Bao Dai et
r6sidait depuis lors a Langson s'est rendu a
Hanoi, puis h Dalat, ofi il doit 6tre regu en au-
dience par le Chef de l'Etat.
Ont Wt6 Egalement requs par S.M. Bao Dai:
MM. Tran Van Kha, Nguyen Van Ty, Nguyen
Huu Thuan, conseillers a l'Assembl6e de l'Union
Francaise, qui, de retour de France, se sont ren-
dus a Dalat le 12 avril pour lui faire, part des
travaux de la delegation vietnamienne a cette
Assemble.
Le 14 juillet, le g6nral Xunn a quitt6 Sai-
gon pour la France, oih il compete prendre son
conge.

Nord-Vietnam
Une important conference franco-vietna-
mienne s'est deroul6e le 6 avril, sous la ipr6si-
dence conjointe du gouverneur Nguyen Huu Tri

25







et du general Alessandri, commissaire de la
R6publiquc du Nord-Vietnam, pour 6tudier no-
tamment les questions relatives a la circulation
des products et des personnel, aux embarcations
lluviales, h la procedure concernant l'examen du
cas des ddtenus de guerre vietnamiens. Des so-
lutions ont 6t6 prises en commun accord dans le
sens de I'assouplissement et de la simplification
des measures en vigueur jusqu'ici, par suite du
progris du r6tablissement de l'ordre et de la se-
curit6 dans les region soumises au controle et h
administration du Nord-Vietnam.
II a Wte, en outre, decide de diviser le delta du
Fleuve Rouge en deux zones A et B : la premiere
comprenant le delta proprement dit, dans la-
quelle les products et les personnel ipourraient
circuler librement, sauf de rares exceptions ; la
second, comprenant les regions sous control
vietnamien situdes aux lisieres de la zone del-
taique, dans laquelle l'interdiction de circulation
s'appliquerait h un plus grand nombre de pro-
duits.
-- Le 8 avril, le gouverneur du Nord-Vietnam,
en companies de M. Kenneth Landon, a visit
les villages du delta tonkinois et notamment
ceux de la province de Sontay et Had6ng.
Le 15 avril, M. Wendell Blanke, nouveau
consul des Etats-Unis i Hanoi, est arrive pour
prendre possession de son poste.
Le 29 mars s'est d6roul6e h Hanoi la cerd-
monie de l'installation de M. Than Hoang Tin
come maire de Hanoi. M. Tin succde dans ces
functions h M. Pham Xuan Dai.
Le transfer du service du Cadastre du
Nord-Vietnam aux autorit6s vietnamiennes s'est
effectu6 le 31 mars a Hanoi, en presence du ge-
neral Alessandri et du gouverneur Nguyen Huu
Tri. Le nouveau chef de ce service est M. TrAn
Van Lam.

Sud-Vietnam
M. Nguyen Tan Cuong, ancien ministry des
Sports du gouvernement du Sud-Vietnam, a etd
nomm6 chef de la police municipal de Saigon-
Cholon. M. Cuong, succedant h M. Lecuir, a pris
officiellement ses functions le 26 mars 1950.
Le 31 mars, M. Tran Van Xuan, chef des
c Jeunesses Patriotes > et directeur du journal
Thanh Nien, a 6te arrEt6 par la Sfiret6 vietna-
mienne pour activity subversive.

Cambodge

Tournbe d'inspection
du Commissaire de la R6publique
Accompagn6 des autoritis responsables de la
pacification dans la province de Kandal, M. dd


Raymond a visit le 4 avril, par voie fluviale, les
organizations d'autod6fense sur l'axe du M6kong
et les postes voisins. II n'a pas cach. sa satis-
faction de voir, dans cette region, les autorites
civiles et militaires franchises et cambodgiennes
d6velopper ensemble un effort continue et effi-
cace de pacification.

Ralliements

Dans la province de Kandal, au course du mors
de mars, 760 soumissions ont et6 enregistrees.
Plusieurs d'entre elles ont eu lieu avec armes et
munitions.
D'autre part, le 5 avril, la bande de rebelles
colmmandde par Tak s'est rallide A l'autorit6 16-
gale du royaume.

D6placements de personnalit6s au Cambodge

S.M. Sihanouk a requ le 3 avril le Haut-
Commissaire Pignon et a eu avec lui un long
entretien .portant principalement sur la situation
politique du pays.
Le 12 avril, Sa Majestd a recu en audience
M. Kenneth Landon, venu lui apporter les voeux
ldu President des Etats-Unis pour sa personnel et
le people cambodgien.
Le Roi a reeu le 16 avril le gIndral Vallin,
inspecteur des forces a6riennes franchises en
Extreme-Orient, venu h Phnmi Penh scntrete-
nir avec le general des Essars de la situation
militaire au Cambodge.

Personnalites vietnamiennes au Cambodge

Le ~ Ho Phap > Pham C6ng Tac, Sup6rieur
du caodaisme de TAyninh, accompagn6 notam-
ment du Dr LU Van Hoach, ancien president du
Gouvernement provisoire de Coohinchine, et de
M. Trin Van Tuyin, ex-secr6taire d'Etat a I'In-
formation du Gouvernement central, a visit, du
1" au 8 avril, les coinmunautds caodaistes du
Cambodge.


Remise du drapeau de I'Armee royale khmere

Au course d'une cdr6monie militaire nu stade
de l'Ecole des 1hives-ofriciers khmers, Sa Majeste
le Roi a remis son drapean a I'armde royale
khlinre. Le souverain a tenu a souligner, dans
une brbve allocution, toute l'importantc solen-
nit, de cette manifestation.
A cette occasion s'est effectude 6galement la
premise solennelle des gallons d'as-pirant a la nou-
velle promotion des c6ives-officiers.









Laos

Transfer des pouvoirs au Gouvernement laotien

Le 13 avril, a Vientiane, le Pr6sident du Con-
seil des Ministres laotien et le Commissaire de
la Republique au Laos ont sign les proces-ver-
baux du transfer des pouvoirs, pr&vus par les
accords particuliers franco-laotiens du 6 f6-
vrier 1950.
II s'agit des proces-verbaux concernant la
press et l'informationi, les affaires sociales,
l'inspection du travail, les travaux publics, les
mines, l'enseignement, les eaux et forts.
Le transfer des pouvoirs coincidant avec le
dernier jour de l'annee laotienne, de grandioses
ceremonies se sont d6roulees dans l'enceinte de
la Chambre des Deput s.
A cette occasion, le gouverneur de Pereyra a
remerci, le gouvernement laotien pour la com-
pr6hension don't il a fait preuve au course des
n6gociations et a formula ses meilleurs voeux a
l'adresse de la nation laotienne, dorenavant res-
ponsable de son destin. Le president Phouy Sa-
nanikone, de son c6te, a invite la population h se
montrer digne de ses nouvelles responsabilites,
et a remercie tons les homes d'Etat ayant tra-
vaill A la realisation de l'ind6pendance laotienne,
sa pensee allant d'abord vers S.M. Sisavang Vong
<< don't la haute et paternelle sagesse a parfaite-
ment compris les vceux unanimes de ses sujets >.


Budget du Laos

L'Assembl6e Nationale laotienne a vote a une
forte majority le budget ordinaire du royaume,
qui s'eleve pour 1950 h 119 millions de piastres.


Visite de M. Kenneth Landon

Le directeur des Affaires du Sud-Est asiatique
du D)partement d'Etat ambricain, au course de
son s6jour en Indochine, s'est rendu le 9 avril h
Vientiane, oil il s'est entretenu avec les membres
du Cabinet et les parlementaires laotiens.
Le lendemain, M. Landon a gagn6 Louang-
Prabang pour apporter h S.M. le Roi le salut du
President des Etats-Unis.


INFORMATIONS MILITAIRES

Cette p6riode a 6t6 caracteris6e par une intense
activity qui d6passe de beaucoup celle observe jus-
qu'A present. C'est surtout le Sud du territoire qui
en fut ]e th6itre, le Vietminh y ayant d6clench6
des operations d'envergure dans le but de contre-


balancer aux yeux de la population l'6chec que
lui a inflig6 les troupes franco-vietnamiennes dans
le nord.
En effet, dans le Nord Vietnam, le potential mi-
litaire et economique du Vietminh s'est trouv6 sin-
gulierement diminu6 du fait de la liberation des
territoires du delta du Tonkin par les troupes
franco-vietnamiennes, et il n'exerce plus aucun
contr6le sur la region de Phat Diem, Hung Yen et
Thai Binh. Son action se r6duit actuellement A des
embuscades, en particulier au Sud-Est de Haiduong,
mais ces embuscades ont 6et d6joue6s par nos trou-
pes, lesquelles, poursuivent leurs operations de net-
toyage, ont r6cup6r6 une quantity important de
materiel de guerre, notamment dans la region de
Bac-Ninh.
Ce n'est que hors du delta que les rebelles mani-
festent une activity plus important. Ainsi, ils ont
lance plusieurs attaques contre les positions du col
de Hotao, au Sud-Ouest de Hoang Su Phi, mais tou-
tes ont 6chou6, et la derni6re, le 13 avril, s'est
soldee pour eux par des pertes s6rieuses. Ils ont,
d'autres part, entrepris des operations de harc6le-
ment contre nos convois et nos ports de la zone
frontiere, particuli6rement dans la region de Lang-
son, cependant sans r6sultats.
Dans le massif du Tam Dao et la region d'An
ChAu oI le Vietminh a install des fabriques d'ar-
mes, nos troupes ont entrepris de vastes operations
de nettoyage qui ont permis de r6cup6rer des stocks
d'armes important. Dans ce secteur, l'ennemi pour
s'opposer A notre progression a df, par endroit,
incendier la fort.
D'autre part nos elements qui avaient la charge
de nettoyer la valley du Fleuve Rouge dans le sec-
teur de Lao Kay ont repris aux rebelles le poste
de Pho Lu, que nos troupes avaient 6vacu, en f6-
vrier dernier. Pour compenser ces 6checs, le Viet-
minh n'a pu que se livrer A des actes de sabotages
dans les grands centres oh leurs 6elments peuvent
facilement s'infiltrer parmi la population notam-
ment A Haiphong, oh il a d6truit, le 16 avi'il, les
conduites d'eau alimentant la ville en eau potable,
interrompant ainsi la distribution pendant plus de
deux semaines, p6riode durant laquelle ont t6 .ex6-
cut6s les travaux de reparation..
Dans le Centre Vietnam, la situation a Wte dans
I'ensemble relativement calme.
Au Nord, la pression des rebelles a 6t6 assez forte
dans les secteurs de Hu6 et de Tourane oi ils ont
manifesto leur activity par des sabotages des voices
de communication, des harclements de postes et
des actes de terrorism. Une operation dans la re-
gion de Hu6 nous a permis de leur infliger des per-
tes sensibles. Au Sud-Ouest de Tourane, un accro-
chage s'est termin6e notre advantage : les pertes
des rebelles sont assez l6ev6es.
*Au Sud, de fructucux raids et coups de main
ont 6t6 dirig6s contre le ravitaillement de l'ennemi
dans toute la region c6ti6re ; plusieurs jonques de
ravitaillement ont 6t6 interceptees par la Marine.
Sur les Plateaux, trois companies rebelles ont
Wt6 dispersees apres avoir slibi de fortes pertes.
D'autres part, deux cents montagnards Chams se
sont rallies dans la region Ouest de Phan-Ri.
C'est dans le Sud Vietnam qu'on a observe les
operations les plus s6rieuses de cette p6riode. En







lffet, a la fin de mars le Vietminh a lance uine
graride offensive, la plus important dcpuis le de-
but des hostilities, et q(u'on a appel << l'offensive
de Travinh >>.
Le 26 mars, les troupes du Vietminh commencent
( declencher nne action generalise dtans la pro-
vince (de Tra-Vinh, leur effort portant siur la region
Sud de cette ville, vers Tra-Cu et Cau Cong.
De violent combats ont lieu notamment aux en-
virons tie Tricu-Can of l'aviation intervient effica-
cement et permit aux 616ments d'intervention lo-
caux de sc d6gager de I'emprise d'el6ments rebelles
tres supcrieurs.
Deux groups operationnels, appuyes par la Ma-
rine, sont iimmdiatement constitute et amorcent,
le 27, un movement convergent vers la zone mena-
c6e. Le 28, l'un de ces groupements subit quelques
pertes an course d'un tr6s dur accrochage, tandis
que l'autre pursuit sa progression en refoulant les
rebelles. Ceux-ci s'6tant concentres autour du post
de Tra-Cu, un el6ment parachutiste est largu6 le 29,
et d6gage immediatement le poste ; le mnme jour,
une bande rebelle prise sous le feux combines de
l'aviation, de l'artillerie, de la marine et d'un ba-
taillon intervention, subit ;es pertes importantes.
Au course des journ6es des 30 et 31, nos deux
groupements, renforces d'autres elements, conti-
nuent leur progression avec l'appui de la chasse, et
font leur jonction avcc les 6 lments parachutes 'i
Tra-Cu. Les forces de l'adversaire flclchissent ct glis-
sent vers le Sud. Diverses actions locales dispersent
des groups rebelles qui tentent de saboter les voics
de communication.
Les 1" et 2 avril, nos groupements poursuivent
favorablement leur progression. L'attaque d'un fort
cement rebelle contre un de nos 61ements de recon-
naissance est stopp6e au course de violent combats,
puis repoussee et ecrasle avec 1'appui des < cra-
bes > (vchicules amphibies) et de l'aviation. Toutes
nos liaisons sont r6tablies avec les postes qui avaient
Wte momentanement encerclCs. En particulier, le
poste de Dong Hau, qui avail it6 scricuscment atta-
qu(, est degage.
Le nombre de Vietminh qui ont participC i l'ac-
tion est 6valu6 Ai 3.000. Des succbs initiaux leur ont
permis de s'emparer de quelques tours de garden.
Tons nos posies ont tenu, et l'engagement de nos
groupements oplrationnels a rapidement provoqui
le reflux, puis le desarroi de l'adversaire, tres dure-
ment harcel6 par 1'aviation et les tirs de l'artillerie
et de la Marine. Les rebelles ont subi des pertes
chiffrees a 400 tues ct A un trbs grand nombre de
blesses. Un important armement est tomb6 entire nos
mains.
Nos communications sont entirenicnt r6tablies et
nos tours remises en 6tat des le 5 avril.
A cette date, les rebelles declenchent une nouvelle
operation, mais de moindre cnvergure, dans la r"-
gion de Soc-Trang avec pour objectif principal la
prise de la ville mime de Soc-Trang, apris les postes
d'autodefense. Mais intervention rapid de notre
aviation a oblige les rebelles a battre en retraite des
le 6 avril, en subissant de lourdes pertes. Et a partir
du 7, nos 61ements terrestres d'intervention ont pour-
suivi les operations de d6gagements te la region qui,
quelques jours plus tard, a recouvr6 de nouveau le
came.


Le Vietminh, a la suite de 1'cchec de ces deux
operations d'envergure, a cherche des compensations
dcans I'attaque des tours de garde et des convois.
Les 18 ct 19 avril, ses partisans ont declenche une
attaque generalis6e contre les tours de contr6le rou-
tier du secteur de Bicn-Hoa, ofi d6jh le 30 mars ils
avaient intercept le convoi routier de D.ilat qui n'a
pu 6tre d6gage que par intervention de l'aviation.
Ce sont les tours de la region de Tan LyJvn et de
Tam-Ba qui ont subi les assauts les plus serieux,
qu'ils sont cependant parvenus it repousscr avec suc-
ccs.
C'est encore pres de Bien-Hoa qu'une nouvelle at-
que s'est produite, le 23 avril, contre le convoi fer-
roviaire Saigon-Nhatrang qui, encore une fois, a 0t6
degage par 'aviation.

Parallelement i ces actions, le Victmirh a accen-
tue son activity terrorist dans la region Saigon-
Cholon, oft il a multipli6 ses attentats A la grenade.
Au Cambodge, une operation, appuyee par la ma-
rine et 'aviation, s'est deroulee en zone Est, dans la
region du Vaico occidental. Plusieurs camps et ins-
tallations militaires Vietminh ont et6 d6truits. D'au-
tres operations locales dans la minme region ont cu
des resultats favorables ; en particulicr 30 rebelles
ont kt6 tubs dans un coup dte main effctuL contre
on camp d'instruction fortifib.
Au Laos, la region de Muong-Xia a kt6 le centre
d'une certain activity. D'autre part, des actes de
terrorism ont 6et commis par le Vietminh dans la
region de Luanrg-Prabang.







AFRIQUE OCCIDENTALE FRANCAISE


F6diration

L'enseignement pri-
Smaire 66lmentaire en
A. O. F.

Sgv L e s fr quen-
__ tant les pcoles
N %primaires eldmentai-
id'A.O.F. s'6&lve, ac-
tucllient, a 98.697,
r parties en 827 6co-
les.
Pour le nombre
d'616ves, le Sdndgal vient on tite, avec un pen
plus de 23 000, suivi du Soudan, avee 20.000, et
tie la C6te l'Ivoire, avec 16.000.


L'activ t& du port de commerce de Dakar
en 1949

L'activil' du port de commerce de D)akar est
en accrois;emcnt constant sur tous les points, de-
puis 1943, annde du traffic le plus faible de toute
la guerre.
Sur cer ains points, le traffic de 1949 est tris
supiricur a cclui d'avant-guerre, et, dans 1'en-
semble, il d6passe largement les rdsultats de l'an-
nde 1948.
C'cst ainsi qu'en 1949, 4.685 navires sont en-
trbs ou soitis, totalisant 10.327.789 tonneaux de
jauge nelte contre 4.198 navires en 1948, pour
8.915.334 tonneaux de jauge nette. L'augmenta-
lion est tone de 487 navires pour 1.412.405 ton-
neaux de jauge nette.
Pour 1(s marchandises, en 1949, on enregistre
2.358.191 tonnes entriess et sorties) centre
2.005.106 tonnes en 1948, soit une augmentation
de 353.0F5 tonnes.


Creation d'un service f6edral de I'hydrauiique

Un service de 1'Hydraulique vient d'etre orga-
nise, a 1:' direction g6ndrale des Travaux Publics
pour 1'dlude des important problmes de I'eau
en A. O F. et la realisation des travaux qui s'y
rattacheat.
Ce service travailler en liaison 6troite avee
ccux de l'Agriculture et de l'Elevage.

La traite des erachides
Le tonnage des arachides decortiquues, com-
merciali sc depuis le debut de la traite, s'61eve, en
ee d6bu!. d'avril, h :


403.000
16.600
2.000
7.000
12.000


tonnes au S6negal ;
tonnes au Soudan ;
tonnes environ en CWte d'Ivoire ;
tonnes en Haute-Volta :
tonnes an Niger,


soit:
440.600 tonnes au total.
Pour le Sdndgal, on estime que le tonnage com-
mercialisd avoisinera 4210.000 tonnes, soit sensi-
blement la imnee r6colte que l'an dernier.
Au Soudan, trenle mille tonnes seront vraisem-
blablement r6eolties.

Guinee

Amelioration du systeme routine;
de la Guinee Francaise
Les Services da Gouvernement de la Guinte
Francaise ont cntrepris un vaste programme de
rifection du rdseau routier du territoire.
Parmi les rdalisations en course, on peut noter
lea travanu d'une route de jonction de 1.100 me-
tres de la route Nord et de la route < Conakry-
iiili da se composant de deux allCes parallb-
les ic neuf mnitres chacune (elle sera dotEe, en
outre, de trottoirs latLraux ct d.e pistes cycla-
h!es) et les travaux, sur une distance de 300 kms
(ionakry-Mamou) sur la R. I. C. 4.
Les marches oat eti passes avec trois grosses
enireprises ipriv\es qui, avec les important
moyens iecaniques don't elles disposent, modi-
fient le trace de la route d6jh existante, assurant
une larger de neuf mitres corrossables don't six
in'tres emn)ierrcs et hitumds. Pas moins de dix-
sept ouvrages d'art, d'une dizaine de metres et
deux de trente miAtres sont et seront effectuds. La
Konkourd sera ifanchie par un de ces ouvrages.
Le troncon Conakry a Manmou sera ainsi dote
d'une bonne route bitumee.
Les credits d'enscmble pour ces travaux s'd1-
Li pr&s de 500.000.000 de francs C. F. A.
Des itudes reitiicaiives de la route Mamou-
Dl)aola sont en course.
Des Studes porLtnl sur 75 kilometres en par-
tani de Iaib. sur la route Mamou-SCnSgal, sont,
6galement fai;le. Execution sur cette mime
route de travaux de deviations et d'amliorations
de passages difficiles, trois grands ouvrages d'art
i Koni-Messou et Bensance.
Enfin, il faut signaler que la Corniche, qui
ceinture toute la ville de Conakry a WtS prolong6e
de quatre kiloiublres sur la presqu'ile de Tumbo.
Cc troncon, large de seize m6tres, est ouvert a la1
circulation.






Par ailleurs, en vue de supprimer les diff6rents
points provisoires sur la route reliant Boffa et
Boke, la construction de points m6talliques est en
course de Manian, Koube, Sogoun, Singuila, Kitali,
Songolon et Bourama. Ces ouvrages enjamberont
fleuves ou rivicres sur des longueurs comprises
entire 20 et 100 m6tres.
Sur la route de Kindia-Telimele-Gaoual, la
construction du nouveau pont de la Timinec,
long de cinquante mbtres, est entreprise. Ceci
permettra une liaison de Goual, jusqu'h present
pratiquement isol6, avcc la Basse-Guinde.
Sur la route Conakry-Bonty, un pont de 175 nm.
compose de sept trav6es de 25 in., remplacera, a
Forccariah, un bac don't les crucs de la rivi6re nc
permettaient pas d'assurer constamment le pas-
sage r6gulier.

Session ordinaire annuelie du Conseil general

La premiere session ordinaire du Conseil Ge-
neral de la Guinde Francaise s'est ouverte a Co-
nakry le 27 mars. A cette occasion le Gouverneur
a proononce un discourse dans lequel il a soulign6
I'importance des questions qu'aura h r6soudre
l'assembl6e locale au course de sa session et oil il
exprimait le souihait que la collaboration centre
les autorit6s administrative et les Repr6sentants
Mlus et coutumiers de la population reste aussi
etroile et cordial que par le pass.
Le Gouverneur a soulign6 le caract6re d'ur-
gencc que prCsente, pour permeltre l'essor 6co-
nomique du Territoire, la creation de la Soci6te
d'Economic Mixte qui sera charge de l'aminage-
ment cl de l'exploitation de l'usine hydro-6lectri-
que de < Grandes Chutes >>.
Abordant la question budg6taire, il rappela la
necessity pour ipallier la suppression ce la taxes
sur 1'essence, votec l'annie derniere et annulde
par le Conseil d'Etat, de trouver des recettes sup-
pl dmentaires.
1I mit l'accent 6galement sur les brillants rc-
sultats oblenus par les course de formation pro-
fessionnelle du b1itiment, de la comptabilit6 el
stlno-dactylo, et terminant en soulignant que
1949 avait c16 l'ann6e du rapprochement plus
grand encore entire 'Administration locale et en
parliculier les commandants de cercle et les re-
prlsentants (de 1'autorit coutumibre chefs et no-
Iables.


Le project de construction de I'h8pital territorial
de Conakry est mis en concourse

Un concours vient ld'etre ouvert entire les ar-
chitectes pour l'dtablissement du project de cons-
truction de l'ho^pital territorial de Conakrv ct de
I;a citi hospitalirc, construction pr6vue au Plan


du FIDES d6s 1950. IL'ensemble conmprendra un
h6pital de sept cents lits, une maternity, le loge-
ment lu personnel hospitalier et la pharmacie
d'approvisionnement du territoire.
L'emplacemennt rtclcn est situd h (jqultre kilo-
mitres de Conakry, dans la plane oil s'ei6vent,
d6ja, les chantiers de construction des colleges
iioderne et technique.


Chemins de fer

A computer du 4 avril 1950, la rayice des trains
de voyageurs premiere ct deuxi6me classes assu-
rant la liaison Conakry-Kajan, comportera une
voiture-lits et une voiture restaurant don't le ser-
vice sera assured par le personnel de la Compagnie
International des Wagons-Lits.


Les roches refractaires en Guinee

La Guin6e Francaise possede sur son territoire
des roches ayant une tres grande valeur pour
I'industric des products r6fractaires dent eiles
constituent une mati&re premiere de base tres ap-
)recice : la syenite nhph6linique et la sillimanite.
La sydnite n6ph6linique constitute la roche
riiibre e 1'ile de Kassa dans les lies de Loos. C'est
ave elle qu'a 6td construite la Digue de la Pru-
dente du Port de Conakry et que seront r6alises
les travaux d'extens-on actuellement en course.
(etle roche, finement broy6e sert A la fabrication
de nos plus fines porcelaines, et h cc tire int6-
resse ;particulibrcement les procelaines de Limo-
;:es, don't un repr6sentant est all 6tudier de pr6s
la'carribre de Kassa d'ofi la sy6nite est extraite.
I'autre roche, la sillimanite, parait exister en
region forcstiere, ou on en a relev6 de nombreux
indices. La prospection des gisements reste ce-
pendant encore a cntreprendre. La sillimanite
est une roche extr6mement rare. que la France
fait venir actuellement aL grands frais d'Austra-
lie pour la fabrication des mat6riaux r6fractai-
res utilises pour les hautes temperatures, parti-
culierement dans l'dlectro-m6tallurgie. L'exploi-
tation de la sillimanite en region forestiere, ren-
due aujourd'hui possible par l'existence de la
route du Liberia et du port de Monrovia. 6vite-
rait a la France des sorties non n6gligeables de
devises a-ppreciees.


Dahomey

Realisations d'equipement social
Des appeals d'offres pour la furniture de matd-
riaux n6cessaires a un certain nombre de bati-
ments d'dquipement social viennent d'6tre lan-
c('s au Dahomey. Ils concernent, notamment : le








College classique eu moderne et le Coll6ge d'agri-
culture de Porto-Novo ; le Coll6ge technique et
professionnel de Cotonou.
Ces travaux doivent, en principle, 6tre compl&-
tement terminus en janvier 1951. Ils seront con-
duits de toutes falcons, de telle sorte que la ren-
tree des classes pourra y etre effective en no-
vembre prochain.
D'autre part, un march a Rte agr6e pour la
construction d'un immeuble destine au service
des Contributions directed h Cotonou, ce bAti-
inent devant servir h usage de bureau et de loge-
ment.
La crise du logement a, d'autre part, amend
les Services publics h entreprendre un effort im-
portant pour remedier aux difficulties actuelles.
C'est ainsi que, pour le personnel enseignant,
trois pavilions sont en construction b Porto-
Novo.
Pour les autres services administratifs, huit
pavilions a deux logements chacun vont etre sou-
missionnis, tant a Cotonou qu'h Porto-Novo. Le
service des Travaux publics, de son c6t6, cons-
truit un bloc de quatre .logements pour son per-
sonnel.

D'importantes fetes f6tichistes se sont droulees
dans la rqion de Ouidah

A Decame d'abord, les c6ermonies commen-
cees le 2 mars se poursuivent ; elles ont pour
but la purification du Chef de la Terre, qui,
apres ces f8tes, sera admis h pen6trer dans la
case sacr6e oil reposent les corps de ses anc&-
tres et des anciens rois de la Terre. Des envoys
des chefs d'Abomey, de Porto-Novo, d'Athieme,
et d'anciens habitants de Decam6, 6tablis ail-
leurs, sont venus prendre part a ces ceremonies;
certain sont venus meme de Lagos.
A Savi, du 6 au 10 mars, ont eu lieu les c6r&-
monies consacr6es au f6tiche de la famille Vi-
nagre, famille du chef de canton Agouns6 Vi-
nagre ; un grand concours de people etait r6uni
a cette occasion au tata du chef de canton, a
Kloubadja, pour assister aux tam-tams et aux
danses rituelles.

Station agricole de Niarouli
La section agricole de Niaouli est situee dans
la subdivision d'Allada, a environ 70 kilombtres
de Cotonou.
Elle s'occupe de toutes questions concernant
les cultures du Stid-Dahomey (a deux saisons de
pluies), et plus particulibrement des selections
du cafe et du mais.
La station de Niaouli travaille en cooperation
etroite avec le Secteur cotier de recherches agro-
nomiques, don't la direction est h Bingerville.


En f6vrier dernier, une mission composee de
MM. Poupart, directeur de ce Centre, et Fres-
sanges, g6n6tiste, est venue au Dahomey pour
6tablir les fiches botaniques des plantes-meres de
la variety Niaouli et mettre au point le pro-
gramme A suivre durant les ann6es a venir. La
selection g6n6alogique de la varietW de' caf6
<< Niaouli > est entree alans une phase active
avec l'obtention de plants autof6cond6s. Les
plants ci-dessous, presentant les caracteres des
pieds-meres, seront a leur tour autofecondes, ce
qui permettra, apres quelques generations, d'ob-
tenir un pourcentage de ipuret6 suffisant et une
stability certain des caract6res.
En dehors de la question selection, des essais
comparatifs de comportement des vari6ths pro-
venant de divers territoires de l'Union Francaise,
des essais de bouturage, de greffage, de future,
sont effectues parallblement par les diverse sta-
tions agricoles d'A.O.F. s'occupant des cafeiers.
Un programme de selection massale du mais,
avec croisement, est ,en course de r6alisation ; iil
doit permettre, dans un avenir rapproche, de
fournir aux cultivateurs de la region des semen
ces am6liorees a haut rendement. Cette selec-
tion sera double d'une selection genealogique
tendant a obtenir une vari6ete caracteres stables
de productivitY, de iprcocit6, de resistance aux
maladies.
La station de Niaouli possede des collections
de la majority des especes arbustives que l'on
peut rencontrer dans le Sud-Dahomey, de diff&-
rentes plants vivrieres et conomiques, de plan-
tes de couverture.
Elle est a meme de livrer des semences di-
verses, des agrumes et manguiers greff6s de qua-
lite, des plants racines de fruitiers, essences fo-
resticres et arbustes ornementaux.
Elle met a la disposition des cultivateurs de la
region son usine pour le traitement du cafe et
ses moto-concasseurs a noix de palme.
Un Centre d'apprentissage, don't les plans sont
h 1'etude, y sera installed et contribuera a l'ons-
truction et h l'evolution des populations rurales.


Mauritanie

Conference annuelle des Confins sahariens
En vertu de l'article 2 de la Convention de
Tindouf, la Conf6rence annuelle des Confins
sahariens, qui r6unit les delegues de 1'Algerie,
du Maroc et de l'Afrique Occidentale Frangaise,
a eu lieu h Saint-Louis-du-S6nigal le 22 mars
1950, sous la presidence de M. le Haut-Commis-
saire de la Republique Paul B6chard, gouver-
neur g6enral de l'Afrique Occidentale Francaise.






Les Deligations
La premiere, la Delegation marocaine, venant
de Rabat par Agadir, Tindouf, Bir-Moghrein et
Atar, est arrive h Saint-Louis le 20 mars 1950,
a bord d'un peloton de voitures de la Compagnie
saharienne port6e. Elle etait compose de MM.
Lacoste, ministry pl6nipotentiaire, representant
le general Juin, le general Miquel, commandant
les confins alg6ro-mauritano-marocains, le chef
de bataillon Blanckaert, chef-adjoint du Cabinet
militaire, le capitaine Margara, des Affaires indi-
genes, le lieutenant Lherbette, officer d'ordon-
nance. Le peloton de la Compagnie portie 6tait
command par le lieutenant Noel.
La Dlh6gation de l'Algerie, comprenant MM.
P&labon, secr6taire general du Gouvernement g6-
neral de l'Alg6rie, repr6sentant le gouverneur
g6nCral Naegelen, Casset, directeur des Territoi-
res du Sud alg6rien, le colonel Quenard, com-
mandant militaire du Territoire d'Ain-Sefra, et
le chef de bataillon Marliave, du Cabinet mili-
taire du Gouverneur g6n6ral, est arrive h Saint-
Louis le 22 mars 195,0 par la voie des airs, en
mime temps que M. le Haut-Commissaire B&-
chard.
Outre ce dernier, les repr6sentants de l'Afri-
que Occidentale Francaise h la Conf6rence des
Confins dtaient : MM. Terrac, gouverneur de la
Mauritanie, le g6nnral Rousseau, commandant
militaire des Territoires S6negal-Mauritanie et
repr6sentant du General commandant supirieur
des Forces terrestres, Aurillac, directeur g6enral
de l'Interieur, qu'assistaient MM. Baniclis, direc-
teur des Douanes, -et le colonel Revol, chef du
Cabinet militaire du Gouverneur general. Le ge-
neral Astier de Villatte, commandant interar-
mes de l'Afrique Centrale, 6tait repr6sent6 par
le commandant Laure.

Arriuoe du Haut-Commissaire
et overture de la Conference
Le 22 mars, au matin, M. Terrac, gouverneur
de la Mauritanie, accompagn6 de l'administra-
teur Van den Wiele, son chef de Cabinet, et du
commandant de la MWnardiere. chef du Bureau
militaire du Territoire, se rend au terrain d'avia-
tion de Saint-Louis pour recevoir M. le Haut-
Commissaire de la R6publique, gouverneur gen6-
ral de l'Afrique Occidentale Francaise et presi-
dent de la Conference alg6ro-mauritano-maro-
caine, les membres de la (D616gation de l'Alg6rie.
M. Lacoste, entour6 des membres de la D616-
gation du Maroc, M. Bailly, gouverneur du S6ne-
gal, MM. Horma Ould Babana, d6put6 de la
Mauritanie, Diwar Sar, conseiller de l'Union Fran-
gaise, Dey Ould Sidi Baba Grand, conseiller de
I'A.O.F., le g6ndral Rousseau, commandant d'ar-
mes de la place de Saint-Louis, sont 6galement
presents sur le terrain.


Des sa descent d'avion, M. Paul BWchard
passe devant le piquet d'honneur et, aussit6t, eI
cortege gagne le siege du Gouvernement de la
Mauritanie. Devant 1'h6tel du Conseil general, oft
doivent se tenir les assises de la Conference, uh
important d6tachement du 1"' Rgiment de Ti-
railleurs s6negalais, drapeau et musique en t te,
et des 616ments de la Compagnie saharienne
portie, ipresentent les armes.
Apres la revue des troupes, la Confdrence a
ouvert aussit6t ses travaux.


Soudan

Le sacre de Mgr Leclerc a Bamako

Le sacre de Mgr Pierre Leclerc, nouveau vi-
caire apostolique de Bamako, s'est d6roul le
25 mars en la cathedrale de la capital du Sou-
dan francais.
Mgr Molin, ancien vicaire apostolique de Ba-
mako, assist de Mgr Dupont, vicaire apostoli-
que de Bobo-Dioulasso, et de Mgr Mercier, vi-
caire apostolique du Sahara, a consacrc le
nouveau pr6lat.
Mgr Guibert, adjoint au Vicaire apostolique de
Dakar, assistant 6galement a cette c6rdmonie re-
ligieuse, qui s'est deroulde en presence du Gou-
verneur Louveau, gouverneur du Soudan, des
autorites de la ville et d'une foule considerable
de fiddles.
Dans la soiree, le chef du Territoire a offer
une reception en l'honneur .de Mgr Leclerc et
des pr6lats de passage.


C6te d'Ivoire

Les r6sultats de la traite du cacao en Cote d'lvoire

Selon des renseignements non encore conifir-
mes, le tonnage commercialism de la trait du
cacao, en 1949-50, avoisine maintenant 50.000
tonnes. Ii semble que le chiffre total de 55.000
tonnes sera facilement atteint.
Les quantit6s dEji exportees au 21 janvier
atteignent pros de 30.000 tonnes, don't 8 % en-
viron ont et6 ,expedides sur la MEtropole ou
l'Afrique du Nord, le reste ayant et6 dirig6 sur
1'etranger, et notamment I'Allemagne.
Les course pratiqu6s durant cette p6riode de
traite ont permis une remuneration moyenne du
producteur de 60 i 62 frs le kilo.

Les recettes douanieres de la C6te d'lvoire
Les recettes douanieres de la C6te d'Ivoire se
sont elev6es, en 1949, a 2.317 millions de francs







C.F.A. centre 1.465 millions en 1948, soit une
plus-value de 852 millions, chiffre jamais atteint
encore.


Niger

Le Gouverneur Toby rejoint son poste

M. Toby, gouverneur du Niger, revenant de
France a repris possession de son poste
Huit jours apr6s, M. Jean Toby a effectu6 dans
les principaux cercles du-Territoire une tournbe
rapide. Parti en avion sur Zinder le 3 avril, il re-
gagna Niamey par la route en s'arretant succes-
sivement a Tessaoua et Maradi, Madaoua-Tahoua
Set Konni, Dogondoutchi et Dosso.
Dans chacun de ces posters, le gouverneur
Toby fut accueilli par les notabilit6s et les chefs
en grand apparat; il requt les fonctionnaires et
les repr6sentants des diverse activities, et visit
les nombreux chantiers en course.
Le but essential de la tournde 6tait la mise au
point d'un system d'approvisionnement de se-
mences d'arachides dans les Cercles de Maradi
et de Zinder, dans le but de maintenir, malgre la
recolle 1949 d6ficitaire, la culture de l'arachide
au niveau normal atteint en 1948. L'accord fut
obtenu par une large coordination de l'action
personnelle des Chefs, du Commerce et des S.P.,
et la comprehension intelligence du Service des
Douanes, et il y a tout lieu d'esp6rer qu'avec une
pluviom6trie r6gulibre l'arachide continuera h
faire la richesse du Niger central.


Une formation sanitaire mobile pour le Niger

Le Dr Aujoulat, Secritaire d'Etat a la France
d'Outre-Mer, a pr6sid6 le 17 avril, en presence
de nombreux parlementaires et de personnalit6s
du monde universitaire et medical, au Palais de


Chaillot, la presentation d'une < formation sani-
lisde dans le Niger, sur les directives du Dr Bor-
rey, president de la Commission des affaires
sociales de l'Assemblee de l'Union Frangaise, et
du Dr Vigan, du Corps de sant6 colonial, charge
de mission du Cabinet du Secretaire d'Etat a la
France d'Outre-Mer, et m6decin-chef du convoi.
Cette formation, munie des derniers perfection-
nements techniques, a Wte entitrement r6alis6e par
1'industrie frantaise. Elle comporte deux camions
de 7 tonnes climatises, l'un comprenant une salle
d'op6rations, des appareils de radioscopie et de
radiographie, une cabine de d6veloppement de films
de radio, et l'autre servant de voiture d'accompa-
gnement pour le personnel. Cette formation partira
du Havre fin avril pour le,; Niger.
Le Dr Aujoulat, apres avoir rendu hommage
aux initiateurs de cette creation, a soulign6 que
le Territoire du Niger faisait exclusivement a ses
propres frais une experience a laquelle le gou-
vernement a apporte tout son concours techni-
que, et qui s'6tendra, il l'espere, a breve
echdance, a toute I'A.O.F., a I'A.E.F., au Came-
roun, au Togo et a tous les autres Territoires de
l'Union Frangaise.


Haute-Volta

Les r6alisations d'6quipement...

A Ouahigouya et Koudougou, des logements
pour\les agents des P.T.T. et les magistrats sont
en course d'ex6cution.
Enfin, pros de Ouagadougou, des moyens mo-
dernes ont Wtd mis A la disposition des entrepre-
neurs s'occupant a la r6fection de la chauss6e.
submersible sur les routes de Po.
A Fada N'Gourma, les travaux du dispensaire,
de la maternity, du pavilion d'hospitalisation des
malades et des logements des fonctionnaires afri-
cains, ont Wt6 commences au d6but du mois de
f6vrier.















&







AFRIQUE EQUATORIAL FRANCHISE


Federation

Organisation de la So-
S ci6t6 Immobiliere en
Afrique Equatoriale
Frangaise

A Soci6td Immo-
bilicre a pour
objet toutes en-
treprises et toutes
operations immobili-
res en A.E.F. et, no-
tamment, l'ex6cution de toutes conventions, ave-
nants et accords i intervenir avec les autoritbs
administrative et les collectivit6s publiques de
I'A.E.F. ayant pour objet la construction et la
gdrance de tous immeubles, ainsi que toutes
operations d'urbanisme d'int6r6t general et, s'il
y a lieu, la creation de soci6tes nouvelles et la
prise de participation dans celles qui existent
deja.
Le siege social est fix6 L Brazzaville. Des sie-
ges administratifs d'exploitation et de direction
pourront 6tre 6tablis partout oii le Conseil d'ad-
ministration le jugera convenable.
La dur6e de la Soci6td est fix6e a quatre-vingt-
dix-neuf ann6es h computer du jour de sa consti-
tution definitive, sauf les cas de dissolution anti-
cip6e ou de prorogation pr6vus aux status.
La Societ6 est g6rde par un Conseil d'adminis-
tralion de douze membres nomm6s par l'assem-
blee g6n6rale. Les administrateurs doivent etre
citoyens de l'Union Frangaise et jouir de leurs
droits civils et politiques.
Les soci6t6s peuvent fire parties du Conseil
administration.
Le Conseil d'administralion est invest des
pouvoirs les plus 6tendus pour agir au nom de
la Soci6t6. L'assembl6e genMrale des actionnaires
de la S.I.A.E.F. a nommn, comnme premiers ad-
ministrateurs :
1" un repr6sentant du Ministre de la France
d'Outre-Mer, en la personnel du Bureau central
d'6tudes pour les Cquipements d'Outrc-Mer ;
2 les collectivit5s publiques de I'A.E.F. en les
personnel de : M. Flandre, membre du Conseil
repr6sentatif du Gabon et du Grand Conseil de
I'A.E.F. ; le gouverneur de Nattes, charge de
mission aupr6s du Haut-Commissaire de la Rt-
publique en A.E.F. ; M. Arabi el Goni, membre
du Conseil repr6sentatif du Tehad et du Grand
Conseil de I'A.E.F. ;
3" la Caisse Centrale de la France d'Outre-
Mer en A.E.F. ;


4" M. Jean Fau, directeur de la Caisse Cen.
trale ;
5" la Banque de l'Afrique Occidentale ;
6" la Banque de Paris et des Pays-Bas ;
7" ia Compagnie Iinmobilire de I'Afrique
Noire ;
8" la Compagnie G6ndrale des Colonies;
9" la Compagnie Nouvelle Fonci6re et Finan-
cire ;
10 la Socield de I'Energie Electrique de
I'A.E.F.

Le traffic des ports maritimes de I'A. E. F.
L'examen des statistiques relatives aux trois
principaux ports de mer de I'A.E.F. r6v6le une
augmentation constant de leur traffic, tant au
point de vue du nombre de passagers embarqu6s
ou d6barqu6s, que du point de vue du fret.
Pointe-Noire enregistrait, en 1935, un traffic de
4.465 passager.s, don't 2.183 a 1'cmbarquement et
2.282 au d6barquerment. AprBs un net ralentis-
sement pendant les ann6es de guerre, le traffic
est pass en 1949 h 8.638 passagers,, don't 4.286
departs pour 4.352 arrives.
Le port de Libreville est pass entire 1935 et
.1949 de 2.789 a 3.876 passagers, et Port-Gentil
de 3.032 en 1935 h 3.276 en 1949.
Pour Pointe-Noire, mime phdnomine en ce
qui concern les marchandises. L'actuelle capi-
Lale du Moyen-Congo, ville a l'6tat larvaire
en 1925, manipulait 7.100 tonnes A cette date.
Un premier palier a 6t6 atteint en 1937 avec
125.500 tonnes, pour arriver en 1949 a 71.000 t.
export6es et 193.000 tonnes import6es, soil un
total de 264.000 tonnes, d6i aux livraisons elIec-
tu6es au titre du Plan.
Libreville et Port-t(entil, ports traditionnels
d'exportation de bois, exportaient respectivement
en 1925, 165.00'0 et 154.000 t. DIs 1939, l'etat
de guerre devait ralentir consid6rablement les
exportations de bois, r6duites longtemps h quel-
ques tonnes ; depuis 1946, la remontce est nette
et constant : en 1949, Libreville sortait 109.500
tonnes ct Port-Gcntil 101.000 tonnes. Leurs 'm-
portations, qui Staient de 4.600 tonnes pour Li-
breville en 1925 et de 11.1500 tonnes pour Port-
Genlil, ont atteint, en 1949, 27.200 tonnes pour
la capital du territoire du Gabon et 41.100 ton-
nes pour Port-Gentil.

L'exploitation des viandes dans j'Ouest
et le Centre Africain est a I'6tude
Une mission franco-britannique d'6tudes pour
I'exploitation des viandes dans l'Ouest et le








Centre africains, comprenant deux repr6sentants
de la Nigeria, le chef du Service des Affaires eco-
nomiques du Tehad, repr6sentant le Haut-Com-
missaire de la Republique en A.E.F., le chef du
Service des Douanes et le chef du Service de
I'Elevage, s'est r6unie recemment h Fort-Lamy.
Elle a 6tudi6 diverse questions int6ressant les
territoires du Nigeria et du Tchad : disponibi-
lites en b6tail, industrialisation, measures sani-
taires; ainsi que les problemes d'organisatiun
pr6liminaire de la Conference franco-britanni-
que qui groupera les repr6sentants des Services
de l'Elevage et des Affaires 6conomiques de la
Gold-Coast, de la Nig6ria, de la Haute-Volta, du
Soudan, du Niger et du Tchad.


Oubangui-Chari

Le Gouverneur Colombani est arrive a Bangui
Le gouverneur Colombani, nomm6 chef du
territoire de l'Oubangui-Chari, le mois dernier,
a quitt6 Brazzaville le 30 mars a bord d'un
avion special, accompagn6 de Mme Colombani et
de M. Colonna d'Istria, son chef de Cabinet,
pour Iprendre son poste h Bangui, ofi ii est ar-
rive le meme jour, en fin de matinee.


Gabon

Au Conseil Repr6sentatif du Gabon

Dans le discours qu'il a prononc6 l' ouver-
ture de la premiere session ordinaire du Conseil
repr6sentatif du Gabon, en l'absence du gouver-
neur P6lieu, en mission en France, M. Lanata,
secr6taire general, a pass en revue les travaux
appeles A 6tre r6alis6s ou amorc6s en 1950, in-
teressant l'ensemble du Territoire :
le problem de l'eau et de l'6lectricit6 de
Port-Gentil, qui sera vraisemblablement resolu
cette annie ;
I'ouverture des travaux routiers sur le tra-
jet Libreville-Mitzic, don't la premiere tranche
est dejh amorc6e en partant de Libreville ;
l'execution des travaux sur fonds d'em-
prunt communaux dans les centres urbains ;
I'extension de l'adduction d'eau et le trans-
port de I'6lectricith a Libreville, notamment
vers les quarters Glass et Louis, ainsi que l'ex6-
cution de la reform du regime foncier.
D'autre part, le Secretaire general a signal
que le project de regroupement des villages en-
trait dans une nouvelle phase. Une mission de
sociologues, envoyee specialement par le Gouver-
neur g6enral pour 6tudier sur place les meilleu-
res possibilities de creation de centres de regrou-


pement, vient de visitor les regions de la Nyange
et de la N'Gouni6, et se rendra prochainement
dans le Woleu N'Tem.
M. Lanata a termine son discours en rappe-
lant que le centenaire du Gabon, qui n'avait pu
6tre c6lbr6 en temps voulu du fait de l'Ctat de
guerre, le sera solennellement cette annee.

Mission d'6tude du Gouverneur Vuillaume
au Gabon

A la suite d'une mission d'etude effectuee au
Gabon, le gouverneur Vuillaume, inspiecteur des
affaires administrative, a ,rvd6l qu'un effort
considerable etait fait actuellement dans ce ter-
ritoire, aussi bien dans le domaine public que
dans les entreprises priv6es ou les corporations,
pour developper la production des oleagineux, du
tabac et du caoutchouc.


Deux reserves provisoires sont constitutes
au Gabon

Une parcelle rectangulaire de 11.200 hectares,
de 8 km. sur 14 km., situee dans la vall6e de la
Moukalaba-Doughoughou, district de Mouila,
vient d'etre constitute en reserve provisoire dite
< Reserve provisoire de la D!boteha ,.
Une parcelle d'environ 9.500 hectares, situee
dans la vall6e de la Moukalaba-Doughoughou,
districts d'Ombou6 et de Tchibanga, vient d'etre
constitute en reserve provisoire dite < R6serve
provisoire de la Douvedzi >.
Ces deux reserves sont rattac'hes a l'Inspec-
tion forestibre de la N'Gouni&-Nyanga.
t

Tchad

Le discours du Gouverneur de Mauduit
au Conseil Repr6sentat:f du Tchad

Dans le discourse qu'il a Iprononc6 h la seance
d'ouverture du Conseil repr6sentatif du Tchad, h
la fin du mois de mars, le gouverneur de Mauduit
a bross6 un tableau d'ensemble de la situation
du Territoire au d6but de l'annde 1950 et a 6vo-
qu6 les projects don't la realisation doit Ctre -en-
treprise dans I'ann6e en course.
Bilan economique et financier
Analysant la situation financiere, il a observe
que les annies 1947 et 1948 laissaient apparat-
tre un exc6dent substantial de recettes, et que
I'annee 1919 apporterait dgalement un bilan po-
sitif, cependant que le montant des r6les emis en
recouvrement au titre de 1949 laisse apparaltre
une plus-value de 14 millions.







Faisant dtat de l'evolution favorable du com-
merce exterieur, le chef du Territoire a d6clar6
qu'en 1949 le nombre des bovid6s exports avait
d6t sup6ricur de 41.000 unites a celui de 1948,
cependant que le colon-fibre export en 1949 par
la voie inridionalc attcignait 12.800 tonnes.
c Mais cct essor dconomique ne pourra se con-
tinuer, a-t-il ajout6, que par la poursuite in-
flexible d'une rigoureuse politique de voies do
communication. >> El il a 6voque les conventions
passes avec de grande entreprises m6tropolitai-
nes pour l'aminagement des axes Lamy-Benger
ct Kousseri-Nigeria, ainsi que des tronCons Ben-
ger-Pala-Garoua et Pala-Lai. Un pont de bateaux
facilitera le passage du Chari et du Logone d'ici
peu de temps.

Situation (gricole
Poursuivant son expos par l'examen de la si-
tuation agricole, le Gouverneur a iprecise que le
renouvellement des conventions cotonnicres a dtW
I'6v6nement marquant de 1'annie 1949: < II don-
nera au producteur africain I'assurance quo soi
travail sera r6muner6 h la plus just valeur. >,
Le chiffre record de la champagne cotonnibre
aura Ld6 atteint en 1959 aivec 52.500 tonnes
de colon-graines, soit une augmentation de 8.000
tonnes sur I'ann6e precedente.
Deux forces de multiplication pour semences
silectionn6es de coton seront cr66es cette annie,
et un effort du -mime ordre sera tentk pour la
production du rz.
La station et i'6cole d'agricultur.e de Ba-Ili se-
ront terminees on juin ; cnlin, I'hydraulique
agricole entrera dans la phase des rdalisations
avec l'irrigation du jardin d'cssai de Fort-Lamy,
la creation d'un jardin semblable a celui de
Fort-Archamlbault, et l'('dification d'une digue de
3 km. de long et 1 mitre de hauteur dans la zone
de capture du Logone h Er6.

Elevage
Passant ensuite aux rtalisations du service de
I'Mlevage. le chef du Terrltoire a fait tlat de


1'edification A Fort-Lamy d'un nouveau labora-
toire parfaitement 6quip6.
Un programme d'hydraulique agricole pasto-
rale permettra d'accroitre le cheiptel tchadien ; il
fait l'objet d'6tudes approfondies.
Le gouverneur de Mauduit a dit sor espoir de
voir realise un jour le transport de la viande par
avions gros porteurs, grace a la construction d'un
novel abattoir a Fort-Lamy, d'une part, et h
I'allongement de la piste du terrain de Fort-
Lamy, d'autre part.

SantM -- Action sociule Enseiqlnemienl
Mais l'irnportance du programme cdu ldevelop-
pement dconomique ne faith pas oublier au gou-
verneur de Mauduit 'action social enlreprise
par la France au Tchad.
Le programme est riconfortant pour la sante
publique, a-t-il dit : creation d'une &cole territo-
riale d'infirmiers, construction pour Ali, Fort-
Lamy et Fort-Archambault de dispensaires,
pharmacies, blocs operatoires et blocs radio. Un
credit d'engagement de 205.000.000 de francs
pour I'h6pital de Fort-Lamy est prdvu pour
1950-51.
L'aclion social m6dicilc se continuera, a
ajout6 le chef du Territoire, par I action des
assistants sociales aupris de la femine africaine
et de l'enfant dans le centre social de Forl-Lamy
et celui de Fort-Arclambiiault, qui sera ouvert
cette annee.
Quant aux efforts de l'enseignemcnt, ils ont
port h la fois sur le Iprimaire, le secondaire et
le technique.
Le gouverneur de Mauduit a preciis enlin que
c'est grace i la France, par la mise a la dispo-
sition des Territoires d'outre-mer des ,-rdits con-
sid6rables du Plan, que le Tehad peut poursui-
vre son d6veloppement 6conomique ct social; il
a conclu en faisant appel a la collaboration to-
tale et fraternelle de tous pour la rinlisation du
programme don't il venait do fixer ies grande
lignes.






M. BOUTEILLE
Nouveau Directeur de I'Ecole Nationale
de la France d'Outre-Mer


Le ministry do la France d'Outre-Mer
a a foire de Kankan






Jeune femme ew6 d'An6cho


Pays Ew6. Plage du Sud


*1










































MADAGASCAR. Lac Andraikiba


ANTSIRABE. L'Etablissement de bains










































~2-2j-- L---h- --'


ILES DE LOOS, pres Conakry (lie de Kassa). Explosion de 80.000 m3 de roches a la Pointe de I'Amarante


PAPEETE. Am6nagement de la route de Ceinture








CAMEROUN


Le Haut Commissaire
S Soucadaux precise les
brands traits de I'ac-
lion camerounaise

SNOMIE des for-

le I'effort pour
(a prosp6rit6 rapid
du Territoire >, tels
sont les impdratifs
(lue M. A. Soucadaux,
Haut-Con missaire de la R6publique franchise au
Cameroui, rappela an ddbut du discours qu'il
prononga h Yaound6 le 27 mars dernier, l'Foe-
casion de l'ouverture de la premiere session or-
dinaire die 'Assemnble representative.
Avant d'aborder le vaste inventaire de la si-
tuation c: merounaise, le Haut-Comissaire measure
en ces termes le climate g6ndral dans lequel s'ef-
fectua sa prise de contact avec le Territoire :

II y a deux mois, je vous disais conibien c'6tait i mrcs
yeux une ]heureuse circonstance d'avoir pu, d&s mon arri-
vce, prendi e un premier contact avee votre Assemiblce.
Ce contact a s tc suivi de beaucoup d'antres et, en par-
ticulier, la visit al Cameroun tie M. le Secr6taire d'Etat
Aujoulat nrus a permit en un temps tras bref d'61argir dcs
l'ahord le champ de nos investigations communes ct de
dAgager les principals lines des problems camerounais.
Je me suis efforc6 depuis lors, en m ne temps que j'or-
ganisais mn( services, tie dvelopper en toutes circonstanres
cette prise lirecte avee la rvaliti qui colditionne les titudes
que nous a .ons i fire ensemble, et j'ai essay de voir ceux
qui, dans tIus les domnaines, conrourent au dtveloppementi
du Territoiie.
A Doual; et Yaound6, j'ai iu tdes entretiens avec les re-
pr6sentants des organisms politiqucs, administratifs, &ono-
miques et sociaux ; j'ai visit les regions du Nord et de
l'Ouest, ofi la chaleur de l'accueil que m'ont reservt les
populations t6moigne avee evidence de la solidity des liens
unissant ce pays a la France.
II m'est tgrtable de le constater aujourd'hui devant vous,
qui avez v e)ulu et su entretenir, par uine action incessante
et d6sintircssee. un clinmat de confiance ct de mnutuelle comn-
prehension.


Parmi les preoccupations les plus imperieuses
du Gouvernement du Cameroun, M. Soucadaux
pose en premiere place la n6cessit6 d'une r6-
forne te-rritoriale et administrative :

DWs la premiere session ordinaire de l'annie, d6clare-t-il,
je d6pose devant votre Assemblee des projects de r6orga-
nisation tecritoriale et administrative. Leur souci dominant
demeure la d6centralisation. Je vous propose d'ouvrir ii
nouveau It s regions de Fort-Foureau et du Mandara.
Les cine units territoriales du Nord-Cameroun seront
places sots l'autorite d'un DB6lguB qui aura pour mission
essentielle de coordonner leur action, de suivre les grands


problems et de m'informcer de leur 6tat d'ensemble, enfin
de contrS!er la bonne execution de mes directives.
Ce project a 6el~ tuidi6 avcc un souci primordial : 6viter
tout ce qui pourrait aboutir i crcer un echelon supple.
nientaire tie bureaucratic, de nature it alourdir inutilement
la machine.
Deux autris ri('ions doivent, si vous partagez eel avis,
revoir le jour : la Ioumba-Ngoko ct le Nkam.
Ceae derniire region hb6nficieri ait nsi, je l'espbre, d'ui
regain doe prosprrite et de prodiwtion, qui accroitra sens;-
blement Ic volaMie des apports de vivres a la grande cite
portuaire. Ce ravitailleime't, vwOs Ic save, est on de nos
principaux souiIs.
Un post adminisiratif sera cree A Mouako, dans la
Sanaga-Maritiime.
Par centre, je cirois judicieux de souniettre a lne direc-
tion colnmune les services qui participeront au mainlici die
l'ordre public : sarelt generale et police territorial. En
l'espece, la coordination doit faciliter et accl1rcr la r6pres-
sion de la crimiinalite, dolrt ii ne faut pas sous-estimer les
dangercuses rLpercussions dans un pays neuf en pleine
croissance.
Dans uin Cgal sici d'efficaciit et d'&-onomie, vous aurez
egalemcent a appr de Douala ct la r6giio du Wouri.
Pour consoli'ler c-tic ossature administrative, j'ai le vif
desir de fair pIrticiper a l'examen des problmes qui les
intAressent, les itl66nints les plus representatifs des diff&-
rentes categories de- la population. Je vous ai, i cette fin,
soumis un arrL6t porliant creation de Conscils r6gionaux.
Le niomient paraitl venu de doter egalement les grands
centres urbains de Kribi, d'Edea, Ebolowa, M'Balmayo et
N'Kongsamba de coliinIruiies l ixies, formule qui a d6ja fait
ses preuves a Yaoun,16 ct Dounla. J'ai la ferime conviction
que ces Conseils s-nuliendront, eclaireront et stimuleront
l'action administration dans les circoinsriptions, en pregnant
en im&ne temps conscience des devoirs ct tes lourdes res-
ponsalilites qii'iiimlilque une saine conduit des affaires
publiques.
Cet ensenbile die miestires souligne ilia preoccupation do-
mninante : donner A tons la Ilaitude de connaltre et d'ap-
pr&cier les lines d, 'r'-ales de notre action et d'y apporier
leur concourse.


Le Haut-Conmi :iisaire passe ensuite la revue
des moyens d'aclion mis "l la disposition de l'ac-
tion camerounn;ise et considcrc que l'enseigne-
ment en demenure une des < pieces maltresses >.
Traitant de ha ri'forme en course de l'enseigne-
ment du premier degree, il announce la pr6para-
tion d'un texte qui doit apporter une sensible
amelioration t cc cycle de formation.

Les scrtcurs rgtionaux trop vastes et trop absorbs par
des hesognes purcment administrative disparaitront. Les
instituteurs des chelfs-lieux de subdivision reccvront mis-
sion de conseiller les naitres des 6coles rurales les plus
proches. Ils seront tenus de leur faire des classes-type pour
perfectionner leur technique pedagogiquc.
Quatre inspectcurs tres mobiles assureront le conirule de
l'ensemble des maitres et soulageront ceux-ci des taitces
accessoires qui jusqu'ici leur incoimbaient.








Des stages periodiques offriront ai tous Ics maitres la pos-
sibilit6 de se r6impregner. Ainsi sera dissipee cette sensa-
tion d'isolerrent et d'abandon don't que!ques-uns se plai-
gnalent.
Le programme dc constructions scolaires, partout fidele-
ment ex6cute, prmenttra d'accroitre les effcctifs i la pro-
chaine rentree.
Nous ne pensons pas avoir atteint notre but quand nous
avons d6!ivre des dipl6mes aux certifies. II est indispen-
sable de guider et instruire les enfants dc6ia fornts et dc ,
leur fair acquerir un mtoier manuel oni intlelClecCtl.
Cette nicessit6 a retenu nmon attention ct je pcnse attein-
dre le resultat recherchl :
d'une part, en s6lectionnant ceux qui sont appel6s A
pours'ivre des itudes secondaires. A ect 6gard, il convi-nt
de souligner que lenr effectif, qui n'6tteignait pas 100 uni-
t6s en 1939, depasse les 1.100 en 1950;
d'autre part, en orieitant les autres infants vers les
professions manuelles (li leur permettront de participer
efficacement au dtveloppement de cc Territoire. L'essor
economique actual. pour durer et croitre, exiie des agri-
culteurs, des ouvriers et des artisans de quality. Tous nos
efforts tendent i favoriser et A developner I'enseinemnent
professionnel et nous reussirons, en depit de tens les
obstacles.
La conference recenle tenue a Douala par M. le Secre-
taire d'Etat Aujoula', avec le eoncours dn Scretaire d'Etat
i l'Enseigneiment techlnime Morice, a permis de deFiaer
les grande lines d'une formation professionnelle acc6lerbe.
Mais, il appartient par ailleurs a toutes lcs entrcnriscs,
politiques et priv6cs, de mnettre en cette formation :
d'ahord, en fournissant i clhaiue te'chnicien, en dehors
de sa tachie pronre, les moyens de former clfaqiue annee lun
petit group d'hiWves ou apprentis ;
ensuite, en pregnant soin, chaque fois iqu'un Africain
manifesto dans son m6tier des aptitudes on des m6riies par-
ticuliers et atteint un rendement exceptionnel, de l'aider Ai
se perfectionner et de lui procurer uine situation person-
nelle de nature it sen ir d'exemple et a stiniuler l'eimulation.

** -

Le chef dlu Territoire en vient alors auix pro-
blImes du travail et it la situation des salaries.
II announcee le r6tablissement des Con inissions
paritaires rEgionales et propose l'institution
d'une Commission consultative dtI travail, com-
posde a 6galit6 d'employeurs ct de travaillcurs,
qui se superposcra aux Commissions paritaires
r6gionales.

Les faits nous dndmontrent, poursuit-il, q(ie nous ne pou-
vons plus ignore les fluctuations du march tdu travail. Les
travaux d'tquipcent t, l'industrialisation, le developpement
econoniique en g6nnral, multiplient les Iesoins en main-
d'oenvre et affeelent considtrablement la r6partition de
celle-ci. II devient iimpratif d'intervenir pour detcriminter
les resources humaines et l'anmpleur des bcsoins, pour celn-
traliser les offrcs et les deiandes et orienter les courants.
A cet effet, je vous propose I'ouverture de l)urcaux de pla-
cement i l'interieur du Territoire, ainsi qu'aupres de ma
DIl6gation i Paris, ce dernier afin de d6tecter les techni-
ciens europkens qualifies.
La question social reste dominee, plus que jamais, par
le problme du travail.


J'ai inlassableient repete partout, lu'adressant aux not:-
bles, aux cultivateurs, aux manouvres, que le travail de-
meurait la supreme loi de la vie et le facteur foniamental
du progrs materiel et moral de cc Territoire. Vous aspi-
rez, je le sais, i am6liorer la qualitW de I'ouvrage Et le ren-
dement du salari6. Des discours et la persuasion ne suffi-
sent point, il faut aussi offr-r aux Ihonmnes cqui liavaillent
une alimentation abondante et un habitat conforta:le.
Riche de sa grande diversity le Territoire diinoie de res-
sources vivribres suffisantes, si celles-ci sont cultiv.es.
Les paysans camerounais sont, l6gitimlcrent, atiris par
les produits d'exportation, mais doivent rCecrver e-icore lne
bonne part aux cultures vivrieres traditionnell-s, pour
approvisionner les grands centres urbains et maintenir un
just equilibre. 11 n'y aura pas de prosperity dans les c'ai-
Iagnecs, si la nmisire s'installe dans les villes en raison d'une
hausse continue des prix, nde de la pinurie.
L'honine doit aussi rtre Iien loi:e : ii est siuprflu de
mettre en relief I'influence de l'hlabitat sur !e oomporte-
mient de 1'humain et d'entreprendre le trop classiqcue proces
du taudis.
Un aspect particulier du prohlime mirite cependant
d'etre soulign6 ici.
Aprc's avoir tourn6 dans tous les sens la question, vitale
pour le Cameroun, de la stimulation au travail, j'en suis
arrive it penser que la construction en grande series de mai-
sons d'labitation confortables, d'un prix modninc, corres-
pondant aux possililites d'nchat on d'amortissunment de
I'Africain moyen, constitute peiut-tre le moyen Ie plus ra-
pide et le plus sfir de provoquer un choc psychologique
dans ce sells.
Si un on plusienrs types de maisons poiurn-ient tre
offers aux diffrrentes categories de la population, et en
particulier A la classes imoyenne des employees, ouvilers qua-
lifies, fonctionnaires, etc. ;
Si chaeun, par des versements ms eniesuells clhetlni s siur
plusicurs annees, pouvait avoir la perspective de devenir
proprietaire d'une maison de son gouit, nous ;uri)ns peut-
etre trouvt le moyen d'obtenir cd tous cet effort constant
pour uin rendtneent accru ct suivi. pour un niveau de pro-
duction et de vie supiricur, c'est-i-dire ce stimula'nt collec-
tif qui fait la force de la production d'un pays ct I'assise
solid de son d6veloppement.
Le couft actuel de la construction est un obstacle serieux.
Je pense que la bonne volontd de tous les techlniiens, en-
trepreneurs, homines d'affaires, et la perspective pour eux,
des quis nous en auront fourni les bases, de voir consti-
tuer, sons des former diverscs, des soci6tes de construction,
de vente on de location-vente Id'habitations en grande s6rie,
nous permettra de trouver rapideniment la solution de ec
problime.


Et M. Soucadaux insisted sur le r6le important
que sont appeals a jouer les organismes it forme
cooperative dans l'am6lioration des nivcaux de
vie :

Pour cette evolution de la masse, nous disposons encore
de deux excellent instruments : les Societ6s de pritvoyance
et les Cooperatives. Les unes et les autres doivent, par des
r6formcs appropriees, intcrvenir d'une maniere decisive,
d'une part, pour intensifier les travaux de g6nie rural, ra-
tionaliser les cultures, silectionner les semences et le choep-
tel de toutes especes, developper les products laitiers, ame-
liorer 1'acheminement et la repartition des denrte:; ; d'autre







part, pour equiper villages et bourgs an machines produi-
sant vite el: i uu prix raisonnabla tous mat6riaux do cons-
truction. Psut-ktre aussi pour participer directement i cet
soci6tes de construction et de vente d'habitation don't je
parlais plu: haut.
J'ai souV ant dit tout le bien que je pense des coopera-
tives, et l'( spoir que je mets en elles.
Mais, je considire que les Societis de prevoyance repri-
sentent ellcs-mrmes un echelonn parfois tres important siur
la voie de a cooperation. Ce sont des Coop6ratives ofi I'ef-
fort coopil atif se borne i verser une cotisation modique.
et se trouvi par ailleurs appuyP et control par un apparril
administratif pr6existant.
S'il est souhaitabcl de parvenir, sur cette 6chelle tie la
cooperation a dcs degrees superieurs, oil des homines met-
tent en coliiun leurs capitaux, leurs champs, leur travail
ou leur pt duction, ii serait dangereux, en ce domain
come en I ien d'autres, de n6gliger les echelons de base.
La formule la plus sage serait d'utiliser l'outil don't nous
disposons, (de l'amnliorer, d'apporter, sans aucune faiblesse
ni complain ance, tous les rcdressements iecessaires, d'ac-
centuer le caractrre d6mocratique de la Socie6t de pre-
voyance en faisant jouer i plein les attributions du Conseil
d'administra ion.
On pourrit alors, partant d'une S.I.P., determiniicr, ct b)e-
neficiant an depart de 1'appui considerable qu'clle repre-
sentc avec snm outillage et son personnel, constituer chaqne
fois que ce a paraitrait possible et souhaitable des < see.
tions coopl itives >> de cctte S.I.P., ayant un objectif iicn
delini, et apiiclees pen i pen a s'en d6tacher i mnesure
qu'elles prelidraient force.
Ainsi serae.nt evitees les experiences cofiteuses, don't il ne
saurait etre luestioi que la collectivit6 contiinuit A suppor-
ter les frait. et strait etablie line gamnme harmonisec de
cooperatives s'eenidant lde la S.I.P. de base i la cooperative
que nous polrrons appcler la < Cooperative 100 % ,.
II n'est pa question, bien entendu, de condamner syst&-
matiquemicnt les cooperatives existantes, mais il faut fair
in choix en re cells qui ont r6ussi et qui m6ritent d'&tre
precicusemliet conserves, cells qui out une vie difficile
mais qui r&:iiissent des conditions de succes ct doivent 6tre
soutenucs, enfin cells qui n'ont apporti d'autre resultat a
,la collectiviti que des pcrtcs asscz lourdes ct des dvcep-
tions pour hturs mnembres.
Ces derni -cs elles-mlnmes ne doivent pas, de gaiet6 de
cacur, itre su apriniSes. II faudra les inviter i diminuer leur
train de vie, i chercher en elles-mnmes les 616ments d'un
assainisscmcnl necessaire ct A considered que si elles n'ont
plus a compttr sur d'obligcantes facilities du TrBsor public,
il leur apparlielt de sauvcr l'essentiel de l'esprit cooperatif.
c'est-a-dire la volont6 commune d'un group d'honmcs pour
]a rialisation d'un inthrkt collectif.
Meme sans grandes resources, et surtout en matiire de
vente des prcduits, ce r6sultat doit pouvoir etre atteint par
voice de contr it collectif avec le commerce, qui serait, ainsi,
appel6 a jouec son rile normal tout en assurant an pro-
ductenr un rnvenu maximum.




Apres avoir fait le point des diffCrentcs acti-
vites 6conciniques du Territoire, le Haut-Com-
missaire observe la situation particulire du Ca-
meroun du faith de son statut de Territoire sous
tutelle :


Taut dans le domain dri importatioas que deo oxporta-
tiont, le Territoire r6agit trs sainement dans e1 climate
nouveau de comp6:ition international. L'nnne 1950, qui
verra sans doute l'extension des measures de liberation des
Changes, doit permettre it ce pays de faire la preuve qu'il
est suffisanlment armne pour s'adapter aux conditions nou-
velles qui lui seront faites. En effet, sans vouloir enter
dans le detail d'unc situation encore iupr&cise, il faut note
que ce Territoire cst it cet regard li6 par les obligations
d'egaiile ecolloiqut La qnu-:ion r6ecenuent agitee devant
one Assemblice m6itiopolitaine de ce ql'on est convenul
d'appeler la ,. prifer-'nci de 'lUnion ', re qui comportcrait
les Territoires, nc penut se poser dle inene manitre pour
ce pays. Ne pouvant proteger les products qui nous vien-
ncnt de France, il strait difficile d& demanuder i la Metro-
pole de proltgeir ls notres. Le Tcrritoire doit done comp-
ter avcc la possibility dc voir les exigences dc la compe-
tition iutterniat:onitc, t du point d o de vue de la quality que
des prix, s'enditre nir\ deboluchl s mltropolitains cux-mjimes.
C'est pourquoi ii noius faut poursuivre sans desemparer
'1 quipement de l'i;fra!sructure ct des moyens d'6vacuation,
afin d'assurer an nuiam iuniu la contraction de nos prix de
revient interieurs, et parallelment rechercher, d'abord le
reindement et la qualitye superieure, ensuite un 6quilibre de
la production et de la consommnation interieure qui ne soit
point trop vulnerable aux alhas de la conjoncture ext6rieure:
d'ulnc part, en eencourageant et en suscitant le d6velop-
pement de productions viriures dans des regions naturelle-
ment voices a ce'; cultures ou non encore ouvertes A la
penetration ;
d'autre part, en oricitlant ics efforts du credit et de
l'initiative privec vers une industrialisation des products
agricoles, textiles on semi-finis, industrialisation primaire
sans doute, mais d'iun importance capital pour l'6volution
du Territoire.
Sur ces diffitents points, nous pouvons pr6ciser que:
1 Les travaux d'iiquipcnient routier, portuaire, ferro-
c.iairc, sont en plein cssor. Des projects sont actuellenient i
l'eudc pour equiper Ic pays d'un rsecau acrien nicessaire
aux changes entrc Ic Sud ct le Nord.
Le Nord-Camecroun n'cst pas un isole dans cette politique.
,on dtilveloppementc dans le secteur tie distribution sc des-
sine :
un accroissement des moyens d'6vacuation, capital pour
I'avenir de ccs regions, doit intervcnir an course des anntes
qlui viennent.
2 L'effort des SociEtias dt prevoyance et des Cooperati-
ves permit de promouvoir d'lune maniuire systltmatique des
cultures qui, pen intlressantes au regard des exportations,
doivent cependant contribuer i assurer progressivement et
dans une certain measure l'autonomic du pays quant i la
consonmmation.
3 En attendant la production massive d'6nergie, des in-
dustries diverse out deji coinnienc6 i turner (tabac,
scieries, usine, textile, brasserie), d'aitres sont pres de d&-
lmarrer on en course tie montage (grossewsavonneric, scieries
ct industries do bois), sans computer le secteur qui s'est
donni pour tfiche l'cntretien ct la reparation du materiel
d'6quipement (atelier, chantiers des Travaux publics, de la
R6gie, grosse chaudronnerie). II est souhaitable d'encoura-
ger et d'orienter ces essais, de crder une activity sire et
diffirencide dans cc domaine. L'&nergie hydrauliqup, lors-
qu'elle sera fournie en abondance, pourra ainsi etre imme-
diatement utiliste et donner un veritable coup de fouet au
secteur industrial.







Le Territoire pourra dans ces conditions, satis'aire par
lui-meme i des bcsoins qui n6cessitent actudllement des irr.
portations cotteuses et tendre vers un iquilibre moins
vulnerable de sa structure dconomique.
II convient pour cela d'attacher une grande attention iau
probleme des invcstissements priv6s, car il scrait vain de
cr6er i grands frais un 6quipement de base pour ce Terri-
toire, si, simultandment, les 6quipements secondaires qui in-
combent g6n6ralement et tout naturellement aux cntreprises
privies de transformation, de construction, de collected, de
transport et de distribution, n'etaient pas vigoureusement
entrepris et devclopp6s.
Ccrtcs, pour une part, l'extension de cc volume de capi-
taux ne depend point de nous ; mais une politique verita-
lenient attractive du credit doit itre ttndiee, politique fis-
cale en particulier, qui peut encourage le secteur priv6 A
mncubler et ktoffer le cadre structural que dessine I see.
teur public.
Avec votre Pr6sident, Messieurs, je considered conine in-
dispensable un << investissement r6el, effectif, produelif >.

*-

Ce credit n'a d'ailleurs pas 6te niemna'i au Ca-
meroun, ainsi que le fait observer le Haut-Com-
missaire Soucadaux. L'cffort raiiso grace au
concours du F.I.D.E.S. pernet de < turner les
regards vers l'avenir avec confiance >> et de se
rassurer au spectacle du present. Et le Haut-
Commissaire consacre un long expose aux reali-
sations en course ; il rappelle que le plan d'6qui-
pement du Territoire, tel qu'il a ,it approuv(,
comporte l'investisscment de 24 milliards 800
millions de credits iniputables en majeure parlie
au budget m6tropolitain, don't plus de 19 mil-
liards seront affects aux projects d'ordre dcono-
mique et plus de 5 milliards aux d6penses so-
ciales et scientifiques.
Mais l'cx6cution d'un tel progr:mnne rei-non-
tre de rdelles difficulties.

Le Comite directeur du F.I.D.E.S. ct Ic dtparlement doi
vent, en effect, repartir Ics credits dilinin s don't ils dispo-
sent scion l'Nconomnie la plus strctle, et limiter Ics donations
aux Territoires et aux services ayant pronv6 lcur aptitude
a utiliser effectivcement et judicicusemcent I's crediis ante-
riecrement ouverts.
Or, dans ce domnaine, la position tdu TerriLoire est bonne.
S'il est vrai que ces eludes de pure speculation out (et au
(ameroun effectu6es a une cadence assez lente, et suivant
un plan qui merite d'etre precise, il n'en reste pas moins
tque les r6alisations dEjh effectuees, coilinle le souri que
vous avez pris d'affecter a t cl dquipement une part impor-
lante de resources locales (budget ou fonds soutien cacao),
plaident en faveur du Territoire.
Nous recevrons au d6but de l'exercice < 1950-1951 >, une
masse de credits qui ne sera pas infericure a 3 milliards
et demi de francs CFA, ce qui nous permettra d'entrepren-
dre et de poursuivre tons les travaux d'6qu;pement reali-
sables en 1950-51, compete tenu de nos possibilities effective
d'exkcution.
Certes, il n'a pas 6t6 possible d'allouer au Territoire, d'ici
le 1'" juillet, une tranche de credits complneentaires sus-
ceptibles d'alimenter des rubriques btldgtaires don't les
credits s'6puisent.


IMais des accords sont intervenus qui permcttent de pui-
ser, selon une procedure de simple vircment, dans les dis-
ponibilitds des services aujourd'hui largoment dotes, pour
couvrir les chances correspondent A une execution nor-
male du programme.
De plus, la possibility d'obtenir en cas de n6Cessite, et
avant le 30 juin prochain, des credits d'engagement nou-
\eaux, n'a pas ete exclude.
Dans ces conditions, je nm'autorise i dlire que les pers-
pectives dans Ie domaine de Il'quipement du Territoire
dtiemurent favorables et nous enconragent a poursuivre la
tiiche si nellement amorcee.




M. Soucadaux precise pourtant :

Ii elait tris fructueux et trop commode de se corner i
exploiter les resources du F.I.D.E.S. Nous ne nous sommes
pus laisse tenter par cette politique de facility. C'est pour-
quoi vous avez, dans le budget ordinaire de l'exercice 1950,
privu des sonmnes importantes pour l'6quipemenit, initiative
qu'ont hnutement appriciee ct louue les services metropo-
litains du Plan.


La nouvelle structure 6conomique ct budg6-
taire du Cameroun, nee du programme d'6qui-
pement ct de l'essor de la production, ont con-
duit par ailleurs le chef du Territoire At laborer
une concentration des services 6conomiques et
financiers, qu'il d6finit ainsi :

Plan, budget et economic, qui co',liotic ent ,troitement
le d6veloppcment economiique, exigent line synchronisation
parfaile.
C'est pourquoi est appariu aux obscrvatcurs a tcntifs de
]a vie de re Territoire, qu'ils resident ou travaillent dans
la Metropole, la n6cessit6 d'ajus:cr itroitement nos ressour-
crs financisres on materielics aux I)'ts ique nous nous
sommies fixes.
II imported, en effet, an moment oil I'ex-cutlion du Plan
entire dans sa phase la plus active, j'all:is dire decisive, de
re'pecter le sain principle de l'conomiic des forces qui
nous interdit Ics doubles emplois come les r6alisations
prtematurces.
Ii imported que toulles les initiatives de ce Tenitoire, ad-
iinistratives on privies, s'excrcent dans une association
.troite, sans sterile concurrence dans la disposition des
Inoyens, sans vain esprit de chapelle dans l'cxplottation des
cnseignements acquis par les different ouvriers d'une meme
entreprise, du Cameroun.
On concevait inal, par example, que, sur les fonds de
trois budgets different, trois organismes distincis poursui-
vent chacun pour leur compete, dans une ignorance souvent
involontaire du voisin, les mnmes recherches et les m8mes
entreprises.
J'ai done charge l'actuel dirccteur des Finances, dans le
cadre des directives que je lui donnerai, de coordonner
d'une facon permanent I'action des diff6rents services pu-
blics et activities privecs concourant a l'ex6cution du Plan
d&cennal.
En 6troite liaison avec le Service des finances, avec le
Service 6conomique, l'Institut d'6mission ou les etablisse-
ments de credits, enfin la Chanibre de Commerce, don't je
souhaite utiliser au maximum l'aide et les avis, il suivra







l'ex6cution du Plan et le developpement economique du
Territoire, et veillera A ce que le meillcur usage soit fait
des resource; en credits et devises, des inoyens en person-
nel et mater el mis a la disposition, ou acquis par le
Cameroun.
II utilisera pour cc fair, les etats-majors existants, car
il doit etre Ilicn entendu qu'il n'est pas dans notre pensie,
ni de super ser aux directions traditionnelles une super-
direction qui ralentirait le fonctionnement de la machinerie
administrative ni, sous pr6texte de regroupement, d'enlever
aux usagers tie Douala les facilities que leur donne la pr&-
sence, a cBte de leur porte, des bureau et services avec
lesquels ils d oivent travailler.



Et le Ilaut-Commissaire de la R6publique
francaise a: Cameroun termine son discourse par
un acte de foi et I'affirmation de la confiance en
I'avenir, r cueillie au course de ses recentcs
tournees:

La dcrnier, mission de la Commission de visit des
Nations Unie, a fourni A toutes les categories de la popu-
lation des mo:ens de s'exprimer librement, ct a permits aux
repr6sentants des Nations Unies de se rendre compete, de
faCon approfo;idie, du bilan de notre effort et des resultats
de la tutelle.
Elle a abouti A un rapport d'cnsemible qui sera sans doute
prochainemen public, mais don't je puis dire dejhi que les
conclusions s Cet examen des realisations que le Cameroun ct la
France effect ent a un regime accl616r, ce bilan largement
positif de note action commune, constituent pour nous un
pr6cieux timcignage et un encouragement.
J'en ai puisi bien d'autres encore au course de mes tour-
nees.
J'ai constatc, sur place, le magnifique potential du pays.
J'ai senti ig element les aspirations qui se font jour parmi
la masse. Ellei convergent toutes, sons des formes diverse,
vcrs le but qt i est le nLtre : Ic d6vcloppemcent economique,
cultural et sot ial du Cameroun, dans l'ordre et dans 'Funion
des coeurs.
J'ai 4t6 heureux, au course de mon piriple, d'avoir a miles
c6tLs des parlnmentaires on des dellgu&s a I'A.R.C.A.M. des
regions que ji traversais, et de recurillir avec cux, et sou-
vent par eux, I'accord des populations sur les limnents de
notre programme.
Les fondaticns de cc pays sont dans une tradition encore
trks forte et q ii n'a pas de raison de s'affaiblir, si elle sait
s'adapter aux necessitis de l'fige moderne.
J'ai tenu ai lire aux chefs, en presence des 6volues et des
repr6sentants de la democratic nouvelle, qu'ils continue-
raient d'etre respcctes et soutenus s'ils savaient, commne
leurs ancetres l'ont fait pour devenir des chefs, fair l'ef-
fort n6cessairc pour itre, partout ct toujours, les meilleurs
de leurs pays, les premiers sur la voie de la justice et du
progres.
En meme t mtps, j'ai dit aux evolues, devant les chefs,
que dans la n esure mmie oi nous voulons r6aliser une de-
mocratic prosiere, ce serait une faute grave que de renon-
cer a cct 1e6 nent de force considerable que constitue la
tradition.
Nous n'avon:; pas le droit, dans cette recherche du d6ve-
loppement et lu progr s rapide, de ne negliger aurune des
forces don't ncus disposons.


Nous devons bfatir sir des foundations stables : l'organisa-
tion traditionnelle, dans la plus grande parties du pays, en
est encore le < liant > le plus solid, car il tient au ceur
de la masse.
Je comprends l'inipatience de la jcunesse. C'est un de
ses defauts les plus sympathiques, mais il ne doit pas
obscurcir la raison et aboutir au disordre et A la negation
du passe.
Cette impatience, nous la partageons tons, dans notre hate
a r6aliser.
Mais cette hbite sera d'autant micux satisfaite que nous
agirons avec plus de vigueur.
< L'intcntion est fugitive et nous n l'atteignons jainais, a
moins que l'action ne l'accompagne ., disait quelque part
Shakespeare.
Or, cette action n'est efficace (lue si elle s'effectue dans
1'ordre, ct par une autorite respectee de tons.
Or, a tous les dcgres de l'Union Francaise, la discussion
a lien entire tous les rcpr6sentants des populations qui la
component, librement choisis par elle.
Nous sonunes tous sounis a la loi, aux rfgleinents, an
plan, au budget, ct tous ces principles, an nom dc quoi
s'exerce l'autorit6, sont librement debattus soil A Paris. soit
ici avec vous.
Cette autorite, expression d'une volonti commune, n'cn a
done que plus de force pour cxiger cette discipline det I'f-
fort (ie je ne cesserai, pour ma part, de demander i tous
pour Ie bien du pays.
C'est dans nos deliberations, dans nos changes de vues,
dans nos contacts permanclnts que je puise et continucrai a
puiser les forces de la ddfcndre, pour le service cxc!isif
du Cameroun et de 1'Union Francaise.
Avec votre aide, avcc rclle de touts les forces vives du
pays, avec P'appui de la France, nous continlerons ensem-
ble, sur cette route du progris, de inanierc A parvenir le
plus loin possible, le plus vile possible.


Exposition de la m6canisation et de I'automobile
a Douala

L'Exposition de la nmdcanisation et de l'auto-
mobile, organis6e, du 6 au 14 avril, par la Cham-
bre syndicale de l'automobile du Cameroun,
a tenu la vedette de l'actualit6 economique a
Douala.
Le Haut-Commisaire, au course de son sdjour
dans le port camcrounais, en a rccu les orga-
nisateurs ct les a chaleureusement f6licit6s dc
leur heureuse initiative. 11 leur a propose, no-
tanmment, de susciter, h cette occasion, une con-
ference de la mncanisation et de la route en
Afrique. Cette proposition a it6 accueillie avec
faveur par la Chambre syndicale, et la confe-
rence s'est tenue it Douala le 8 avril. Elle a rduni
les chefs des services techniques et les princi-
paux representants, a Douala, des industries md-
canisees et des entreprises de travaux publics.
Les organisateurs de l'Exposition de l'automno-
bile et de la mncanisation ont offert un banquet
auquel ont assist M. Soucadaux, haut-commis-
saire de France au Cameroun, et de nombreuses
personnalites franchises et camerounaises.







Repondant au discours de MM. Lalo, presi-
dent de 1'Automiobile-Club du Cameroun, et de
Nazarre, president de la Chambre syndicate de
I'industrie automobile, le Haut-Commissaire a
fdlicit6 chaleureusement les exposants qui, en
quelques semaines, ont su organiser une exposi-
lion comparable -t cells de la M6tropolc.
<< Je vous demand, a-t-il notaniment d6chi:rd,
dc ne pas oublicr que cc miracle de la mecanique
moderne cst dfi aux lents ct patients eirorts de
generations de savants, de chcrcheurs, d'ouvriers
ct d'artisans. Lcs habitants du (Cameroun sau-
ront, en ulilisant ces machines, se souvenir du
lresor de travail, d'esprit el (l'amnour qu'clles re-
)presentntt. Ce pays a 'in grand effort it fire
pour s'dquipcr el sc developer. Les homes
Iravailleront mieux avec des machines, mais
leur travail resie essentiel. Je voudrais enfin que
cette manifestation, bel example d'dnergie et
('sprit d'entreprise, rallie toutes les volontes et


toutes les ferveurs constructive des homess du
Cameroun. >>

Creation d'un Centre d'6ducation physique
et sportive

Un Centre d'educalion .physique et sportive a
etd cree, par arr6td, au Cameroun. Ce Centre
fonctionncra hi Dschang, station climatique de la
region Bamildkd, dans l'oucst du Terr: oirc.
Les dludes dureront deux ans et se termine-
ront par un examen donnant droit au dipl6me
de moniteur d'dducation physique, situ6 au
meme niveau que la premiere parties du dipl6mc
mitropoiitain de maitre d'dducation physique et
sportive.
A la sortie du Centre, les dipl6m6s pourront
pr6tendre h un poste de moniteurs d'education
physique, dans la limited des places disiponibles.







MADAGASCAR


M. le Gouverneur
Gautier secr6taire g6-
g6neral du Gouverne-
ment g6ndral est arrive
a Tananarive.
SNSIEUR le gou-
verneur Gau-
tier, secrbtaire
general, est arrived hi
'Tananarive le 4 avril.
Ii a 6t& accueilli i
Im gare pa" M. le gouverneur Angammarre et
M. le vicieamiral Aubovneau, commandant en
c(hef interarines.
M. le go iverneur Angainiarre, secrdtair g6e-
ndral, a en:uite pr6sent6 a son successeur les
diverse pe sonnalitds presentes.


La production du cacao

Les expo -tations de lcves de cacao de Mada-
gascar sont infiieis par rapport a celles des Ter-
ritoires d'Afrique Oceidentale (iune centaine de
tonnes cont e environ 90.000). Mais des possibi-
litis novel es sont olfertes i ce product, liberr
depuis le 2: cddeembire dernier par la dissolution
de son Grum;icinecnt d'achat. Les course sont
maintenant trailt' it l'aniiable chaque sernaine
par un Centre d'achat on se rencontrent les cino-
colatiers ulilisateurs et les expoi:tateurs des
T.O.M. Les planteurs ont, par ailleurs, tout loi-
sir de fire des olrres a l'6lranger.

Intensify cation de la production rizicole

I 'effort d( dtveloppement des rizieres se pour-
suit dans I'e isemble du territoire de Madagascar.
Dans le Sull, ndtamment, on signal que les
gains de suierficic rialis6s portent, pour la caim-
pagne en ci urs, sur un total de 8.000 hectares.
repartis de a facon suivante :


Circonscript on de Tuldar ..... .
Circonscript oin de Fort-Dauphin.. .
('Circiinscript on de Morondava .....


2.200 ha.
1.300 ha.
4.500 ha.


Cet accroi; seenlt n represent 12 % des super-
ficies cultivt'ls en 1918. II ne pernmel, loutefois,
pas d'escom iter une augmentation parallble des
tonnages ai 'r6coller, en raison de conditions
alimosphdriqies d-ieetleuses et de certaines dif-
lihulies d'irr nation.
D'autre ;: rt, pocur la province de Tananarive.
on estime i 1.850 hectares les gains de superfi-
cie rizicole ,alisis pour 1950, et on escompte,
pour 1950, uiie rIcolte global de 199.600 tonnes
de paddy c('n!re 174.000 en 1949.


Des travaux d'cdmnagement hydraulique sont
pouss6s dans les plaines d'Andranomanelatra et
Vinaminony, du district d'Antsirabe, et dans la
valley de I'Onivo, du district d'Ambatolanipy.
Une action constant esi mende, d'autre part,
pour l'ai6lioration de la productivity par le con-
trile de 1'eau, I'ciuloi de moyens mecaniques et
d'engrais.
Le Territoire, sur la canipagne qui s'acheve, et
malgr6 le pronosic dtfavorable sous lequel elle
s'ouvrait, aura pu o;pGier la soudure annuelle
sans recours tux riz d('inportation.


Exportations en 1949

En 1949, lcs exporta:tions de Madagascar (chif-
fres provisoires) se sont rlevues h 137.663 tonnes,
valant 7.369 millions de francs C.F.A., centre,
en 1948, 140.300 Lonnes, valant 5.945 millions
en 1948.
Mais Ics chiffres des tonnages de 1949 et 1948
doivent Mtre ainsi corrig'. s pour etre absolument
comparable :
D'une part, en 1198, il a 6dt reexport6 3.300
tonnes de houille Ics products du cru repr&-
sentaient done, en chilfres ronds, 137.000 ton-
nes. D'autre part, en 1949, Madagascar a enre-
gistr Icls premieres sorties d'huile de balcine
produite par Ia < SOPECOBA >, soil 10.237 Lon-
nes ; les autres products du cru exports inter-
viennent done Ipour, en chilTres ronds : 127.000
tonnes. soil, en moins, 10.000 tonnes par rapport
it 1948.
\Vici (quelIues celifll'rs d'exportations de ces
dernibres ann6es :
19)44 : 132.000 tonnes ; 1946 : 132.800 tonnes;
1948 : 140.300 tonnes.
Coninars a la moyenne des trois derniircs an-
n6es normales d'avant-guerre
1936 : 204.000 lonnes ; 1937 : 232.000 tonnes ;
1938 : 262.000 tones, soit une movenne de
234.000 tonnes, 1'annce 1949 rcpr6sentant seule-
Inent 58 % de ce chiffre.
Les risultats d'ensemble inontrent que Mada-
gascar soulfre incontestablement d'une cruise se-
rieuse de reductionion, pour laquelle on incrimine
certain prix de rev:ent trop 1lev6s et une qua-
lite qui laisse parfois h d6sirer.

Eau et dlectricite

Les benifces lbruls d'cxploitalion de 1'exer-
cice 1949 de la Compagnic < Eaux et Electricit6
de Madagascar >> resorlent "l 83.700.000 francs
C.F.A. contre 63.400.000 francs C.F.A. en 1948.







Autorisation d'emprunt
Par decret paru an J. O., la Chambre de com-
merce, d'industrie et d'agriculture de Tanana-
rive est autorisee a contractor, aupres de la
Caisse central do la France d'Outre-Mer, un
emprunt de 50 millions de francs C.F.A. desti-
nds a l'agrandissement des magasins generaux
d'Antanimena et a la construction d'une pre-
minre tranche de I'entrepbt d'hydrocarbure
d'Antsirabe.

L'arrivee du < Commandant-Charcot
a Tananarive
Le navire polaire << Commandant Charcot >>,
command par le capitaine de vaissc;u Dugucl,
et revenant de la Terre Addlie, oil il a laiss6 la
mission Liotard, est arrive Ic 24 avril a Tama-
lave. Le bateau, ayant passe aux miles Kerguelen
et i F'ile d'Amsterdam, a ramen6 la mission des
iles Kerguelen. dirigee par l'administrateur Si-
caud.
Des son arrive, le gouiverneur Capagorry, re-
presentant l Iaut-iCommissaire, le vice-amiral
Aubovncau, commandant interarmes, le colonel
Caubct, commandant aviation, et l'administra-
tcur chef de la province de Tamalave, se sont
rendus ai board pour saluer lc commandant ct
1'dquipage.
Le navive polaire restera deux jours a Tama-
tave, puis so rendra A Diego-Suarez, oui il sdjour-
nera pendant une quinzaine de jours, pour des
reparations, avant de regagner la France.

Visit britannique
Le lieutenant-colonel Simonds, des Royal Ma-
rines, officer de I'dtat-major du Vicc-Amiral
commandant en chef de l'escadre britannique de
I'Atlantique Sud, est passe A Madagascar an de-
but d'avril, pour preparer une prochaine visit
des navires de guerre britanniques dans les
ports de I'ile.
Au course de son sejour, il a 6t6 recu :par M. Ic
Haut-Commissaire et par Ic Vice-Amirnl com-
mandant interarmdes, auxquels il n prdsentd les
compliments du vice-amiral E.D.B. Mac Marthy,
C.B.E., D.S.O., commandant en chef de i'esca-
dre britannique de l'Atlantique Sud. II s'est, en
outre, rendu iT Didgo-Suarez, en companies du
Consul g aln de Grande-Bretigne h Tanana-
rive.

Air-France distribute des m6dailies
a ses < millionaires )>
Le 6 avril, Air-France, en la personnel de
M. Larchet, son directeur, recevait le tout Tana-
narive, official on non, A I'occasion d'une cer6-


monie neouvante : la revise a cinq mienibres du
personnel naviguant de I'insigne du < Million
on (II << Bi-million > de kilometres.
M. le Haut-Commissaire y vint, avec quelques
membres de son Cabinet civil et militaire. L'ani-
ral Auboyneau, commandant interarnes, le ge-
neral Rocafort, le colonel Caubet, commandant
de l'Air, representaient les trois armes.
M. Larchet 6voqua Ic ddbut de l'aviation ctvile
a Madagascar, retraca I'historique d'Air-France
dans la Grande Ile, les difficultIs qu'il fallut
vaincre, cells qui restent encore i vaincre.
C'est en considdrant Iprecisiment ces difficul-
t6s que l'on comprend et (lque 1'n adlnire d'au-
tant mieux I'ncrgic couragcuse et Ic sang-froid
patient de ces homines qui toialiscnt heurcs
apres heures, jour apris jour, mois apres mois.
des rubans de kilometres impressionnants, prou-
vant ainsi la pcrennitd et le movement cons-
tant du traffic, quels que soicnt les dangers et les
obstacles rencontr6s.
M. Bargues repondit en marquant I'int"rM
parliculicr qu'il porte aux questions (!d commu-
cations intercoloniales, en particller aux coim-
munications aricnnes. )Depuis les d~liuts do s:
carri're colonial en Afrique, il a sui\i le dive-
loppement des riscaux adriens d'outrc-mer y
participant du rest souvent come pissager.
Apris ces deux allocutions du C(hef du Terri-
toire et du Directeur (d'Air-France, le Chef Pilote
Roth proceda i la lremi'se des insign~c..
Voici du reste quelques-uns des brillants 6tals
de service des cinq r6cipiendaires.
L'officier Pilote Schieider Georges, 43 ans,
a fait ses ddbuts dans I'aviation i Madagascar,
en 1936 come nicanicien.
Depuis 1946, il est intigrd au R6seau Malgache
d'Air-France, et totalise 5.950 heures de vol et
1.060.000 de Hilometres.
L'officier radio navigant Edouard Soulas.
45 ans, a fait parties, en 1930, de la premiere
equipe de I'Amirique du Sud, avee Mermoz.
Saint-Exupery, Guillaumel, Reine. tolts disparus
en mcr.
II pass pnus de 120 fois la Cordilire des An-
des, domin6e par les 7.000 m1itres d& I'Aconi-.'-
gua. avec un avion mono-moleur jqutipd de I'(-
mission radio seulcment.
En 1945, il est affect au I1Rseau Malganhe. et
totalise 11.150 heures de vol, 2.120.000 kilomnb-
tres.
En 1935, ii entire "i Air-Afrique (' effectue
vingt traverses du Sahara, d'Alger 'i Cotonou,
sur avion Phalene-Caudron, moteur de 120 che-
vaux a la vitesse de 130 km-heure.
Militaire, Duteriez participe a la Campagne de
Tunisie et est affect h Madagascar en 1945, ii
totalise 11.5'00 heures de vol ct 2.060.000 kilomb-
tres.







L'offi :ier radio navigant Manuel Jean, 48
ans, a conmmence son m6tier de radio sur un-
chalutier e fait une champagne h Terrc-Neuve
cn 1919. Il est affect sur sa demand au riseau
Malgache d Air-France depuis 1948.
11 totalise 8.870 cures de vol et 2.220.000 ki-
lometres.

Enfin, le toujours jeune Doyen des Navi-
gants officit r pilote Henri Dedicu. Engag6 volon-
taire h 17 ns 1/2 en 1914 dans la cavalerie et
I'infanterie, Chevalier de la Legion d'honneur,
Medaille Militairc, Croix de guerre, 5 citations,
4 blessures, est entr6 dans l'aviation militaire en
1919.
Entr6 au R6seau Malgache en 1945, il totalise
13.600 lieuc, de vol et 2.040.000 kilomitres.


Le regime de I'6mission a Madagascar

La loi, po'tant rdorganisation du regime de
l'emission a Madagascar, est promulguie, au
Journal Oficiel du 30 mars. Elle confie, A In
B:!nque de ? ladagascar, le service de l'dmission a


dater du 1" janvier 1948, qui sera exerc6 dans le
territoire de Madagascar et d6pcndances et dans
le lerritoire des Comores.
Le capital de la Banque de Madagascar sera
augmenle. Les modalitcs de cette augmentation
de capital devronl assurer une participation ma-
joritaire a l'Eiat, au territoire de Madagascar et
d6pendance ct au territoire des Comores.
La Banque de Madagascar est autoris6e a ef-
fectuer, dans les territoires oi elle a ses succur-
sales et agencies, les operations suivantes :
1" toutes operations i court term ; 2 le roes-
compte des effects ai moyen terme dans les limits
des conditions fixiees p'ar arrWte des ministres des
Finances et de la France d'Outre-Mer.
Des conventions annuelles fixeront les limits
dans lesquelles la Banque de Madagascar pourra
consentir des advances i la caisse central de la
France d'Cutre-Mer, aux caisses de credit agri-
cole et aux autres organismes de credit.
Dans tin d6lai maximum de trois ans, a comp-
ter de la promulgation de cette loi, la Banque
de Madagascar devra ouvrir des agencies, notam-
ment dans les ports de Fort-Dauphin, Manakara,
Morondava et Moroni. (A. F. P.).


NOUVELLE CALEDONIE ET DEPENDANCES


SL'aviso colonial
<< Francis Gamier >>
arrive a Noumn6a

'AVISO << Francis
Garnier >>, com-
mand6 par lc
capitaine de frigate
Philippon, lest arrive
a Noulina le jeudi 16
mars a 9 h. 15, ve-
nant de Nour elle-Zdlande. Le < Francis Garnier >.
est 1'ancien ] 'ritria de la marine italienne. Lanc6
en 1935, il fit c6dd la France le 15 f6vrier 1948
en vertu du trait de paix. 11 dIplace 2.172 ton-
nees ; sa vitesse atteint 20 ncwuds. Quatre pieces
de 120 en toirelles, quatre canons anti-adriens
(Beaufort) ,.t quelques mitrailleuses lourdes
(Oerlikon) constituent son armement. Son equi-
page est fort de 150 homes environ. Le << Fran-
cis Garnier t'st mis la disposition de M. le


Haut-Commissaire, pour les diff6rentes tournees
que celui-ci accomplira au course des prochaines
semaines dans les iles franchises du Pacifique
Sud.


Le F-BBCB vient grossir les effectifs de la Trapas

Lundi 13, vers 14 heures 15 est arrive Nou-
mia un nouvel al)pareil (un Catalina amphibie)
destini6 la Trapas. Le F-BBCB a donn6 un ma-
gnifique coup d'aile en parcourant en 86 heu-
res l'itineraire suivant : Toulouse, Tunis, Tri-
poli, El Adem, Damas, Barhein, Karachi, Delhi;
Calcuta, Rangoon, Saigon, M6nado (C6lbes),
Guadalcanal et Noumna.
A bord de l'apparcil se trouvoit M. Pamier, di-
recteur de la Trapas, grand aviateur et pionnier
de la ligne franchise dans le Pacifique Sud. Le
Nouveau Catalina est aminag6 pour le transport
de 16 passagers alors que les appareils ddja en
service ne peuvent en transporter que 12.








OCEANIE


Le sejour a Papeete
de la mission d'etudes
d'AIr France pour la
d U" creation d'une liaison
-''"'' rguiere << P a r i s -
i'ahiti >.

missioR d c
tech nicien s
UMd' <. Air-Fran-
cc >>, charge d'tu-
dier la creation dven-
Luelle d'une ligne rd-
guli&re entire Paris et I'Ocanie, et qui 6tait par-
tie de Saigon, est arrive rdeemment a Borabora,
d'ou elle a gagnd Papeete. Elle a dte6 -etue, dans
cette ville, par le Gouverneur Anziani, qui avait
organism de nombreuses receptions en I'honneur
des membres de la mission.
Le Gonverneur des Eiablisscmints Francais
d'Ocdanie, a souligne << la ndcessit6 imp6rieuse Ide
la creation d'une line adrienne pour faire sortir
Tahiti de son isolement >>. La mission est repar-
tie, le 2 avr!l, pour Paris, via Noumna et Saigon.
Quelques jours plus tard, La Comnpagnie Air-
France annoncait que les relations aeriennes di-
rcctes entire la France ct Tahiti, interrrompues
depuis trois mois, allaient reprendre.
La ligne Nouima-Ta'hiti, assure par la Socid6d
Fran.aise de Transports adriens du Pacifique
sud (T. R. A. P. A. S.) et don't I'exploitation avait
tcd suspenduc, fonctionnera Li nouveau en mai
en correspondence avec la line Paris-Saigon-
Brisbane-Noumida. D'Air-France la prochaine
liaison sera assuric au depart de Noumda Ic (i
mai.
L'acheminement des passagers, des marchan-
dises et de la poste au depart de Paris sera effec-
tu6 par l'avion d'Air-France quittant Orly le
mercredi 3 mai.


Mouvement commercial

Le mouveennt commercial du Territoire pour
I'annde 1949 a marqud, plant aux importations
qu'aux exportalions, une augnientation sensible
par rapport h 1948.
A I'cntr6e, l'augmcntation du tonnage porte
nos importations au niveau de celles de 1947, soit
a 173 % de colles de la p6riode tricnnal ayant
prcdd lan guerre. Une augmentation moyenne
parallble des prix, de 24 % pa'r rapport h 1948.
porte la valour loiale ie nos implortations I
899 % de cells de 1937-1939, soit, par rapport 5
la period de reference, une augmentation
moyenne des prix de : 518, 91 %.


imp (l'tions


3loyeiin


Tonnage. .. 22.846 39.951 34.248 39.575
Valeur. .... 65.669 3G8.837 411.478 590.294


A la sortie, une augmentation tres sensible du
tonnage porte nos exportations a un niveau su-
iptricur i I'annee la plus favorable : 1946
253.002 tonnes. Cc tonnage h 158 % de la
moyenne 1937-1939. La mioyenne des valeur est
en baisse tie 18 % sur celle de 1948. La valeur
total e nos exportations de 1949 est 857 % de
celles de 1937-1939, et la moyenne des prix par
rapport h la menic periode donne unre augmen-
tation de : 541.17 %.
Les rapports de hausse qui ressortent des sla-
tisliques sont done sensiblement les min es pour
les importations et les exportations.


Exportations


In 1148 10I"


onnage. 168.035 232.2451 204.66831 266.343
Valeur. .... 55.115' 431.5981 443.245 472.638


Le mouvemennt commercial s'est el d en va-
leur en 1949 i :


(Valeurs en miller de francs)


1948 1949 En plus


Implortations 411.478 590.294 178.816
Exportations 443.245 472.i38 29.393
TotaLux 854.723 1.06i2.932 208.209



Le coilmmece avIcc i: MAlropo!e et les dtivcr
Tcrritoires de I'Union Franqaise a mrnrqui6 une
augmentation tris nette pour les importations en
poids et valour. Pour Ics exhortations, line 15gbre
augmentation (id lonna:ge, inisuffisante pour
compenser la diminution des valcurs qui r6sultc
principalement d'une baisse de 18,40 r des course
niqyens du coprah.


1337-1391 li7: 1948 19!


MaIoene 137-1939







Importations
(en milliers de francs C. P.)
----- '- -- : -- --
1948 1949 El p!us El moins


Poids (qx) .49.000 94.000 45.000
Valeurs (f-.) 115.000 232.000 117.000]


Expor ta tions


1948 1949 El p!us En moins


Poids (qx) .. 210.000 214.000 4.000
Valeurs (fr.) 311.000 261.000 50.000
--~- --- ~ -


Les principles deportations onl eld les suivan-
tcs :
(en niillier de francs C. P.)
--~~~ _-----


Poids iO Q.iI.



Nacre. ................ 6.956
Coprah .............. 251.228


V anille ..............

Huile de coprah non
raffin e ............
Phosphates ..........


:;.002


3.392

2.395.322


Valeurs ill
milliers de
Irancs


2i.271
272.978
39.948


4.445
127.558


COTE FRANCAISE DES SOMALIS


Arrive du Gouver-
neur de la C6te Fran.-
caise des Somalis

S p Ri,: s vi n gt
ann'es passes
S anu Gabon oft il
a success ve in e n t
gravi les echelons tde
Ina hidrarchie de la
France d'Outre-Mer,
M. Numa Sadoul a
pris, a Djiboutli, In succession du Gouverneur Si-
riex.
II a d6clarc i un repr6sentant de 1'A. F. P. :
< Ce n'est I as sans regret que j'ai quitt6 I'Afri-
(quC Noire oi j'ai laiss6 tant d'ainis. Je me trouve
maintenant h l'extrdmiil est du continent afri-
cain dans u a pays totalement different de celui
oil j'ai pass la plus grande parties de ma car-
riere. La lache a accomiplir est encore tris
grande el in )n premier dessein est de poursuivre
l'(ruvre si Iagistraleinent corninene'e par nion
pl)redcesseui. Le port doit Stre termin6, la cen-
trale 6lectrimrue inise en service, les nouvelles
ecoles over es t une fouic d'ccoliers, aussi iien
autochtones qu'curopidens. La cdte franchise des
Somalis maniaiqu encore d'cau, inais avec l'aide
de notre cor s d'ingdnicurs et de technicians,
j'espire pourioir lui en fournir ik sa suffisance.
< Les prollbmes 6conomiques doivent etre ,ga-
lemcnt l'olbjit d'examens attentifs et de irises au


point sucee.ssives et cela en. tenant compete d'a-
bord de 1'6troite collaboration 6conomique (qui
doit s'ktablir avec i'Ethiopie et ensuite du fail
materiel cri par l'ieist.en:'' I Djibouti d'une
monnaie appreice.
<< De longs mois d'leforts seront necessaires,
efforts auxquels doivent ktre convies tous ceux
qui resident et travaillent dans la Cote franchise
dies Somalis, quelles que soient leur race. leur re-
ligion on leur tendance. Quant i ce que certain
appellent << la situation politique >, je n'en dirai
rien, sinon q(i'i' I)jil)outi je n'ai pas trouv6 autre
chose que les divergences qui existent toujours
entire citovens d'une niinme nation. Djibouti est
un inorceau de France aux portes de la Mer
Rouge, a conclu Ic Gouverneur Sadoul, un inor-
ceau de France oit doivent regner partout a 1'om-
bre de notre drapeau. Ia justice, la paix et la
prosperity franchise >.


Tournee du Gouverneur

Le 12 avril Ic (Couvcrneur Sadoul s'est cmbar-
(que i)por (Ohock, rn.cienne capit;le de la cote des
Somalis (. centre i'une imnilorante circonscrip-
lion, d'oui il a ,agn, TIdj.ouirah, chef-lieu du Cer-
cle voisin. II esL rentr(' i )Djibouti le 15 avril. Cc
voyage in:tlguranit ui serie de tourndes desti-
nics a nletlre le (Gouverleur au courant des pro-
blmiies partieuliers die In region, notammnent en
cc qui conccrne Ic dveloppenemnt des measures
d'hygibne el la recherche des points d'eau.







Pour la formation professionnelle

Les bAtiments destines a la creation d'un
course de formation professionnelle a l'usage des
autochtones, out c6t remis a administration. Le
cours, qui ouvrira ses portes pour la rentrde
d'octobre comprendra deux sections consa-
crces l'une au travail du bois, I'autre an travail


des m6taux. Une troisieme section, dite < Admi-
nistrative > leur sera adjointe pour la formation
de secr6taires, dactylographes et comptables ;
une instruction generale 616mentaire sera en ou-
tre donn6e aux apprentis des sections manuelles.
Cette institution a 6tc finance en parties par le
F. I. D. E. S. en parties par une donation de
M. Desse, commcrcant francais 6tabli h Aden.


ETABLISSEMENTS FRANCAIS DE L'INDE


Le Gouverneur Cham-
bon quite Pondich6ry,
M. Menard lui suc-
Sc6re.
L E Gouverneur
t_ CChambon, Com-
Sn' missaire de la
R6publique par intd-
rin dans les Etat-
Sblissements francais
de l'Inde, a quitt6
Pondich6ry le 20 avril pour rentrer en cong6 en
France. It s'est embarqu6 le 22 i Colombo "i
Iord Idu paquebot << Andr6 Lebon %>.
M. M6nard, ancien Commissaire-R6sident aux
Nouvelles HWbrides, qui fut aussi administrateur
dans les comptoirs francais aux Indes, lui suc-
cdera dans les functions de Commissaire int6ri-
maire.
Dans la premiere quinzaine d'avril, le Gouver-
veur Chambon, accompagn6 de M. M6nard, a
fait une tourn6e d'adieux h Karikal et L Mah6.
Au course de ce d6placement, les deux repr6sen-
tants de la France ont 6tW l'objct d'6mouvantes


manifestations de loyalisme caract6risant l'6vo-
lution du climate politique dans les etablisse-
ments frangais.

L'Autorit6 francaise a Chandernagor
a 6te transf6r6e au Gouvernement Indien
La date du 2 mai a 6t6 fixCe pour le transport
de facto a Chandernagor de l'autorit6 francaise a
I'autorit6 indienne, au course d'une conference te-
nue hier a Calcuta.
Le consul de France a Calcutta, l'Administra-
teur francais L Chandernagor et un repr6sentant
du Ministlre indien des Affaires Etrangeres ont
pris part a cette reunion.
On precise, dans les milieux francais de Cal-
cutta, qu'a cette date, l'Administrateur francais
cessera ses functions. On rappelle que la police
indienne avait d6jh repris le contr6le de la ville
en aofit 1949.
L'accord reconnaissant le caractbre de jure h
cette decision, d6clare-t-on dans les milieux in-
liens, sera prochainement sign A Paris. Sa con-
clusion n'est liHe en aucune facon au referendum
organism dans les comptoirs francais du sud.








INFORMATIONS ADMINISTRATIVE


ADMINISTRATION

* D6cret n i0-114 du 6 avril 1950, portant creation d'Un
Institut des hliutes etudes i Dakar (J.O. 7 avril).
* D6crct n 5 1-460 du 21 avril 1950, 6tendant aux militaircs
te la gendarn erie en service dans les territoires et depar-
temnents d'Outie-Mer Ic b6nefice des dispositions du decret
n1" 49-709 du 2 7 mai 1949, portant creation d'une indemnity
de risques en faveur des militaires de la gendarmerie en
service dans t miitropole et modifiant le d6cret n 49-1542
du 1' dEceml re 1949 determinant les indemnit6s divcrses
susceptible d'. tre payees au titre de la sold aux militaires
de larmie de terre en service dans les tcrritoires et d6-
partements d'Cutre-Mcr (J.O. 23 avril).
* DWeret ni gW'-461 du 21 avril 1950, portant rgglemnent d'ad-
ministration publique relatif au rieime des pensions de la
Caisse internat;onale de retraites (J.O. 23 avril).
* D rcrct du 21 avril 1950, accordant i Ia Soci6t6 Miniicrc
de Mitzic un periis general de rechlrches en Afriquc
6cquatoriale fra caise i(Gabon (J.O. 23 avril).
* D-erct du 17 avril 1950, approuvant la dElib6ration
n1 170-49 du 2 octobre 1919 de l'Asscmbl6c representative
dui Cameroun iodifiant le code general des inmpts directs
(J.0. 23 avril).
* DWeret du 2! avril 1950, relatif i 1'approbation de deux
deliberations di Conseil general du Dahomcy instituant une
taxe sur le clit're d'affaires et fixant les tarifs (J.O. 23 avril).
* DWcrct u ii I avril 1950. approuvant la deliberation
n1 493-49 dii 6 deceimbre de la Commission permanent
de l'Asscmblee representative de Madagascar fixant les ta-
rifs ct droits d'usage dcs posters radiolcctriques privds
d'emission (J.C. 23 avril).
* Decret du 2. avril 1950, accordant it la Compagnie Mi-
ni-re de l'Oub.nghi oriental un pernis general de recher-
ches minibres cl Afrique 6quatoriale franchise (J.O. 23 avril).

FINANCES

Decret n 5(-431 du 4 avril 1950, modifiant les disposi-
tions da d6cret du 3 juillet 1897 portant reglement sur les
indemnait6s de r)ute et de s6jour, les concessions de passage
et les frais de voyage i l'etrangcr des officers, fonction-
naires, employ; et agents civils et militaires des services
coloniaux ou Ihcaux (J.O. 8 avril).
Indemnit6s p ur frais de representation allou6es a cer-
tains fonctionna res servant dans les territoires de la Franc,
d'Outre-Mer.
)&cret du 1"' avril 1950, suspendant pour une nouvelle
p6riode maximinm de six mois, la perception des droits de
donane d'entr6c en Afrique occidcntale frantaise, a comnn-
ter da 2 avril 950 (J.O. 8 avrill.
Decret n" 50-131 modifiant les dispositions du dtcret du
3 juillet 1897, p irtant rtgleiment sur les indemnites de route
et de s6jour, 1 s concessions de passage et les frais de
voyage i l'etran ,cr des officers, fonctionnaires, employs ct
agents civils ct militaircs des services coloniaux ou locaux
(J.O. 23 avril).
Arr8t6 du 15 avril 1950, noimnant an cabinet du Sccr,-
taire d'Etat ai I France d'Outrc-Mer, en quality d'attache


de cabinet, M. Alioune Diop, professeur licenci6 du second
degr6, en replacement de M. P. Klein, appel6 A d'autres
functions.
PERSONNEL

9 Par decret dp 21 avril 1950, M. Digo (Yves-Jean), gou-
vcrneur de 1' classi- des colonies, est nonmne, a titre int6-
rimaire, coimmissaire de la Republique an Togo pendant
I'absence de M. le gotm crneur Cedile, autoris iA rentrer en
conge en France (J.O. 22 avril).
* Par d6cret dp 21 avril 1950, M. Bonfils (Charles-Henri),
adininistrateur de 1" classes des services civils de 1'Indo-
chine, est nonmne gouverncur de 3' classes des colonies
(J.O. 23 avril).
* Par d6cret du 21 avril 1950, M. Dcschamps (Hubert-Ju-
les), gouverneur de 2" classes des colonies, est admis, sur sa
dcmande, i fair valoir ses droits it la retraite, a computer
Idu 25 janvier 1950 (J.O. 23 avril).
* Par decret en date di 21 axril 1950, M. Bouteille (Paul-
Rcn&-Lucien), adminisi;ratcir de 1'" classes des colonies, di-
recteur adjoint de l'Ecocl national de la France d'Outre-
Mer, cst nommne directcur de l'Ecole national de la France
d'Outrc-Mer, it computer du 16 avril 1950, en replacement
ide M. Paul Mus, appel6, sur sa demand, a d'autres fonc-
lions (J.O. 22 avril).
* Par arret6 du miinistre de la France d'Outre-Mer en date
du 22 mars 1950, M. Reste (Francois), gouiverncur g&e6ral
lionoraire des colonies, a eta noninit aidministrateur de la
Banque de l'Afrique oceidentale pour une nouvclle periode
de cinq ans, iL computer du 4 avril 1950 (J.O. 6 avril).
* Par decret en date du 7 avril 1950, sont nommes admi-
nistrateurs en chef honcraircs des colonies :
- MM. Laforgue (Pierrc-Lucien), Feger (Marccl-Eugcne-
Alfred), Filatriau (Henri), Nafyn (Virginie-Edouard-Hector ,
administrateurs des colonies en retraite (J.O. 9 avril).
* Par d6cret en date du 7 avril 1950, sont nommes :
- Administrateur honoraire de 1' classes des services ci-
vils de l'Indochine : M. Charlcs-Gervais (Albert-Georges).
- Administrateur honoraire de 2' classes des services civils
de l'Indochine : M. Dubois (Adolphe-Eugene).
- Administrateur de 3' classes des services civils de 'Indo-
chine : M. de Bascher (Gonzague-Flrraniois-Antony) (J.O.
9 avril).
Par decret en date du 7 avril 1950, MM. Cuneo (Henri)
ct Lauraint (Andr6), ing6nicurs en chef hors classes des tra-
vaux publics des colonies, sont promus au grade d'ing6nieur
general de 2' classes des travaux publics des colonies (J.O.
9 avril).
Par decret en date dii 28 mars 1950, M. Riviere (Aimi-
Francois-Charles), administrateur de 1o classes des services
civils de l'Indocline, est admis i faire valoir ses droits i
une pension de retrait pour anciennete de services, pour
computer du 28 avril 1950 (J.O. 5 avrill.
Liste des candidates autorises ai sibir les epreuves du con-
cours dc 1950 pour Ie grade d'inspectcur de 3' classes de la
France d'Outrc-Mcr (J.O. 16 avril).
Par d6cret en date du 28 mars 1950, M. Boyer (Marcel-
Paul-Louis), inspector de 2 classes de la France d'Outre-








Mer, est promu au grade d'inspecteur de 1'" classes, pour
prendre rang du 20 avril 1950 (J.O. 5 avril).

* Par d6cret en date du 28 mars 1950, sont admis, sur leur
demand, a bh6nficier des dispositions de la loi du 3 sep-
tembre 1947, relative au degagement des cadres:

1" Fonctionnaires ayant droit d une pension pour ancient.
netc de services :
M. Cand6 (Paul-Marie-Jacques), administrateur de 1" classes
des colonies.
M. Castex (Marcel-Antoine-Jean-Marie), administrateur de
Ire classes des colonies.
M. Paolini (Pierre-Francois), administrateur de Ie classes
des colonies.
M. Baumeister (Charles-Francois) administrateur de 2" classes
des colonies.
M. Manage (Pierre-Louis), administrateur de Ire classes.
M. Gamichon (Maurice-Henri), administrateur de 2' classes.
M. Michelot (Marius), administrateur de 2" classes (J.O.
4 avril).


2 Fonctionnaires ayant droit d une indemnity de licencie-
mcnt :
M. Roulict (Jean-Richard), administrateur adjoint de 1'" cl.
des colonies.
M. Trancart (Henri-Marie-Yves), administrator adjoint de
:y classes des colonies.
Cette measure aura pour effet pour computer de .'expiration
du conge de quatre mois accord A ces fonctionnaires par
application de I'article 6 de la loi du 3 septenbre 1947.
Le point de depart de ce conge sera la date de notification
du present decret aux int6ress6s, ou, pour ccux d'entre cux
bln6ficiant ou pouvant b6inficier d'un cong6 administratif,
le terme dudit conger.
* Conditions d'admission au concours pour l'emploi d'ins-
pecteur du travail outre-mer.
* D6cret du 7 avril 1950, portant promotions dans le per-
sonnel des administrateurs des colonies (J.O. 9 avril).
* Decret du 14 avril 1950, portant promotions dans le per-
sonnel des administrateurs des colonies (J.O. 18 avril).
* Tour de service outre-mer des fonctionnaires civil ap-
partenant aux cadres regis par decret (J.O. 15 avril).




















REVUE DE PRESS


Nous rappelons que la revue de press publide au present bulletin est purement objective. Elle n'implique
evtdemment aucune adhesion du Ministare de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimdes dans les
articles reproduits d litre d'information.




PRESS D'OUTRE-MER


INDOCHINE

Aucuin sajet n'a accapard t lui seul tous les
commentai.-es de la press, lesquels portent sur
cls questions les plus diverse. Cependant au mo-
ment oil circule frequemment le bruit de cruise
gouvernenzmntale du Vietnam, il a apparu oppor-
tun i cerlirins organes de faire le point de la
situation.

Le point de la situation au Vietnam

C'est I'EICHO DU VIETNAM qui, le premier, sic
charge de le faire,par la plume de M. Nguyeni
Quoc Hoi .

Les derniers mois de l'ann6e 1949 semblaient mar-
quer les pr'mices d'une ire nouvelle... le monde en-
tier paraiss dt vouloir se recueillir afin de preparer
des lendemAins qui ne pleureraient plus. Puis subi-
tement, corlme un coup de tonnerre dans un ciel
impollu6, de violentes ondes hertziennes secou6rent
toutes les a:tennes de l'univers, rompant une qui6-
1tude que d';iucuns esp6raient annonciatrice de temps
nouveaux : << La Chine communist lie son destiny a
celui de Moscou. Le Kremlin reconnait H6-Chin-
Minh. > Et la solidarity de Mao Ts6 Toung pour Sta-
line devait )ient6t se traduire par une violent prise
de position A l'encontre des puissances occidenta-
les. Ceux qui peusaient pouvoir d6couvrir chez le
maitre de l1 Chine des sentiments analogues A ceux
qui animent Tito durent d6chanter.
En contr,-partie la nation championne de l'id6al
d6mocratique, sentant la proximity d'un danger d6-
sormais r6el, d6p6chait aussit6t des envoys sp6ciaux
sur les points les plus menac6s du globe.


Parmi ces points l'un d'eux figurait en rouge. Le
Vietnam. La jeune et fire nation, d6ja fatigue par
ses dissensions intestines n6es de son Apre lutte pour
l'ind6pendance, allait-clle trouver le resort moral et
les moyens militaires necessaires pour imposer le
respect de ses frontirres A son nouveau voisin don't
1'ombre immense plane sur tout le sud-est asiatique ?
Non comme va l'indiquer par la suite M. H6i. Le
chef de 1'Etat vietnamien, sur le plan interne, a fait
acc61rer la passation des pouvoirs d6tenus par la
France au Vietnam, tandis que, sur le plan diploma-
tique, il a nou6 des relations avec la plupart des
pays strangers.
C'est sur ces entrefaites que devaient arriver les
envoys sp6ciaux du President Truman, ils purent
constater l'existence d'un ordre r6el, pr6caire peut-
ktre parce que bas6 sur des lois d6mocratiques, mais
ordre quand meme et, a tout prendre, pour le moins
aussi sfir que celui obtenu par les regimes totali-
taires avec une police arm6e jusqu'aux dents.
De telles constatations ne pouvaient echapper i de
< vieux renards >> de la politique tels le professeur
agr6g6 de philosophic Jessup ou au journalist de
renomm6e mondiale Griffin.
Ainsi done, 1'Am6rique ne pouvait plus se desin-
t6resser du Viet-Nam. D6sormais, son aide, bien que
lente a venir, nous est acquise.
Nul n'a le droit de sous-estimer les resultats ac-
quis par le Gouvernement vietnamien. Cela, sans pro-
pagande tapageuse et face a une opposition qui ne
d6sarme pas, puisque se croyant anim6e par un ideal
don't elle ne saurait p6netrcr les arcanes du fait de
son manque de r6elle information.
En r6sum6, du point de vue politique, voici le
Vietnam devant une situation nouvelle qui permet
des espoirs solides au moment meme oi les pays cir-
cum voisins sombrent dans l'anarchie et la mis6re.


P-mam UwzMn mi







Parlant ensuite de la situation iconomique,
I'dditorialiste de l'EcHo DU VIETNAM est amend d
cloquer l'aide americaine.
Ce sang nouveau qui nous est promise et don't la
transfusion s'effectuera t6t ou tard, dit-il, permettra
au Vietnam de consolider les r6sultats acquis. Si on
ajoute i cela que, des la conclusion des accords
issues de la conference inter-Etats, le Vietnam dispo-
scra des lors de la totality de ses moyens d'action et
de I'int6gralit6 de ses resources economiques, il est
bien evident qu'il y aura changement tries net des
conditions d'existence que la masse cllc-mime res-
sentira.
IIlas, cc ne sera pas encore le retour i la pros-
peritc d'antan ni i celui de la paix total, mais ce
sera I'6chelon qui y mbne et sur sequel chacun sen-
tira bien qu'il y a d6jit pos6 Ic pied.

El M. Hdi termine par celle impression opti-
miste :
HFiter davantage 1'Nvolution de cette gu6rison et si
possible annuler les sdquelles qui restent toujours
aprbs les longues maladies ? Cela, seul le people
vietnamnien le peut. Qu'il prenne conscience de sa
force en appuyant les efforts de son gouvernement
et dans un temps relativement court on verra se le-
ver une aurore nouvelle annonciatrice des plus beaux
jours d'une grande civilisation en march sur le
chemin de 1'6ternit&.


Manifeste des Intellectuels mod6r6s >>

An moment oil le government vietmamien
s'efforce de rassembler toutes les bonnes volon-
ids susceptibles de l'aider dans sa t6che, l'alti-
tude de ceux qui ont signed le manifeste appeld
< des Intellectuels modedrs > a Cdt jug&e fort s5-
vurement par la population, et aussi par la ma-
joritd de la press.
Ainsi, on lit notamment dans l'UNION FRAN-
CAISE :
Messieurs les intellectuals mod6res, tous ces < at-
tentistes > don't Saigon et Cholon sont peupl6s, ont-
ils enfin compris ? Sc sont-ils rendus compete que le
Vietminh n'a pas plus de sympathie pour eux que
pour tout ce qui constitute la population laboriouse
de ce pays ?
En tons les cas, la rCponse A leur manifesto, en
une r6cente emission de la Radio-Vietminh, est des
plus cat6gorique : leur manifesto est qualified par le
commentateur vietminh de simple < tentative d'es-
croquerie >. Un tel accueil prouve la pietre estime
en laquelle ils sont tenus et devrait leur d6montrer
qu'ils n'ont qu'une seule determination i prendre :
renoncer i l'expectative et se ranger r(solument au-
pres du Gouvernement de S.M. Bao-Dai, alin d'entre-
prendre, avec les partisans de l'ordre, des tAches
constructive susceptibles de contribuer au releve-
ment du Vietnam.
L'attitude de cc group, gravitant autour d'un an-
cien ingenieur de notre Service des Travaux pu-


blics, fut jusqu'A ce jour totalement negative. Ce fu-
rent ces intellectuals mod6r6s qui, s'6tant prudem-
ment places sous la protection des armes frangaises,
depuis 1945, se posbrent en adversaires du malheu-
reux Docteur Thinh lorsque celui-ci constitua un
gouvernement du Sud-Vietnam afin de sortir la Co-
chinchine du gachis en lequel elle se trouvait plon-
ge. Ce furent les critiques de ces intellecluels, dits
mod6r6s, qui provoqubrent le d6couragement du Doc-
teur Thinh et l'incit6rent A mettre fin A ses jours.
II &tait facile A cctte 6poque de critiquer les actes
d'un hommie r6solu, honnete et d6vou6 it son pays
qui s'etait courageusement attel6 a une besogne si
rude qu'elle pouvait alors sembler vouee A l'echec.
Ces intellectuals, prudemment r6fugibs it SaTgon et
Cholon, posaient aux irr6ductibles et, en attendant
1'6poque des manifests, ils furent les auteurs de ces
fameux slogans : << L'ind6pendance ou la mort. >
Ils se sont gard6s d'aller au devant de la mort, et
d'autres, plus r6alistes, ont obtenu l'ind6pendance.
II est vrai que cette ind6pendance ne semble pas
leur donner satisfaction.
Pourquoi se sont-ils cantonn6s dans l'expcctative
au lieu d'apporter leur collaboration a P'hlritier'des
Nguyen, leur ancien souverain, qui, en traitant avec
la France obtenait de celle-ci la satisfaction des
vceux platoniques qu'ils faisaient eux-memnes en des
slogans d'une farouche 4nergie a laquelle ne r6pon-
dait pas leur attitude pusillanime ?
Mais il n'est jamais trop tard pour bien faire. 11
est encore temps pour eux de mettre leurs connais-
sances et leurs aptitudes au service de leur patrie.
Ils peuvent encore se rendre utiles, car la tache est
loin d'Stre termin6e. Au lieu de se cantonner en une
muette disapprobation ih 1'gard des homes d'ac-
tion qui prennent des responsabilit6s, ils feraient
mieux de partager ces responsabilit6s en apportant
au Gouvernement 16gal leur experience de techni-
ciens.


Protestation contre la deformation des nouvelles

Les journalists d'lndochine n'ont pas 9tC
sans remarquer les exaggerations dans la relation
des faits touchant les divers eddnements qu'ils
ont pu observer de visu, par certain de leurs
confreres de la metropole. Et s'ils n'ont pas man-
que d'attircr attention de ceux-ci sur cet Otat de
choses, ils l'ont fait sans sdvdritd excessive -
temoin, ce qu'tcrit le JOURNAL D'EXTR]ME-ORIENT
6 cc sujet :
II nous faut conclure avec regret que si les jour-
naux parisiens reproduisent sur l'Indochine les nou-
velles sensationnelles de pr6f6rence aux nonvelles
exactes, c'est parce qu'ils le veulent hien. Ce qui
n'absout nullement certain de nos confrires cor-
respondants de press en Indochine, du o6ch6 de
gigantisme en information !
Et l'on pout se demander A ce propos oiel serait
leur ennui si certaines des calembredaines qu'il lear
arrive de chbler A tours de bras dans P'aulre h6mi-
sp6re 6taient reproduites ici, avec la r6f6rence, pour
la joic goguenarde du public saigonnais.







La representation vietnamienne
& I'Alssembl6e de I'Union Frangaise

Le Conseiller Nguyen Van Ty, apres la pre-
midre pdriode de travaux t l'Assemble de l'Union
Franqaise, de retour au Vietnam, a exposed l'at-
titude de la Dedlgation vietnamienne a cette As-
semblke d !a press locale. Le JOURNAL D'ExTR9-
ME-ORIENT. qui reserve une < tribune libre > i
l'opinion des Victnamiens, a public celle expri-
mee par ua de ces derniers t la suite de I'exposd
de M. Ty. L'auteur de l'article qui signed N. H.,
dit i ce propos :
Le Vietnam ne songe nullement A jouir d'une in-
d6pendance de facade. Son ind6pendance, il la veut
reelle ; la representation du Vietnam A Versailles
constitute pr6cis6ment une parties de cette ind6pen-
dance exaclement comme le signifierait une partici-
pation d'aclionnaires dans une socitk.
Le fait que les domestiques du colonialism russe,
en service A Versailles, ont pris no; repr6sentarts
pour point:. de cible de leurs attaqucs, est a cct
4gard caract6ristique.

Apris aooir ensuite rappeIl que MA. Ty avait
indiqud : < Sobridet, came, discipline de vote,
tell a etc notre attitude >, I'auteur de l'article
pursuit :
Faisons ici remarquer simplement aux Vietna-
miens de bonne foi que si, au lieu de patriots d6-
cid6s A travailler pour la nation, des valets vietna-
miens de Moscou avaient 6tW d6sign6s, comme ce fut
le cas par une bizarrerie de la constitution actuelle
de la R6publique frangaise, les communists fran-
cais n'auraient pas eu assez d'applaudissements pour
leurs camarades en domesticity.
Car, ce qu'il y a, en v6rit6, d'ecoeurant dans le
regime dit populaire que l'imperialisme sovi6tique
pretend imposer au monde, c'est la facon remar-
quable, le ; le fanatique avec lequel les ukases du
Kremlin sont admis, obeis et ex6cutes sans la moin-
dre discussion, sans la moindre observation.
Que du jour au lendemain et 1'hypothese est
inconcevable heureusement Thorez soit au pou-
voir en France, il n'y aurait pas assez de voix dans
le rang des purs du Vietminh pour ce61brcr la d6mo-
cratie populaire fraunaise comme aujourd'hui on vi-
lipende Iim prialism, frangais. Le < fascisme > chi-
nois de Tcliang n'esr-il pas devenu la d6morratie
de Mao, en d6pit de la famine et de ses s6quc-ces ?
F6licitous nos representants d'avoir Iraite par Ic
m6pris des insults qui, en v6rit6, les honorcnt. I es
patriots, quelle que soit leur appartenance, les lhon--
mes, quellcs que soient leurs affinit6s, pensent
d'abord A l:ur patrie et a Phumanit6. Laissons aux
domestiques le soin de penser, eux, d'abord A leurs
maitres !


Prochaines 61ections au Cambodge

Au Cambodge, on prepare des elections qui
vont avoir Deu prochainement pour la ddsigna-
tion des reprdsentants du Royaume i l'Assenm-
blde Nationale. C'est le moment choisi par
le << Samleng Khmer > (La voix cambodgienne)
pour se livrer i des commentakres appropriis.
II n'est guere possible, dit le journal, d'6tablir un
pronostic pour lavenir et d'6valuer l'importance res-
pective des divers parties, car depuis les seconds
elections et jusqu'A maintcnant 1'6tat d'esprit du peu-
ple a beaucoup 6volu6.
La tendance g6nerale sc manifestant pr6sentement
dans la masse semble bien etre que les gens se d6-
sint6ressent de toute consideration de parti pour ne
plus songer qu'A la valeur personnelle des hommes qui
solliciteront leurs suffrages. On dit en effet que si de
nouvelles elections avaient lieu, on ne voterait plus
pour 1'6tiquette du candidate, mais pour le candidate
lui-meme, vu sous I'angle de la valeur personnelle.
On voterait cette fois pour celui qui pr6senterait le
plus de garanties au point de vue instruction, hono-
rabilit6, civisme, experience et morality, sans tenir
aucun compete de son affiliation A tel ou tel parti.
Certains dissent A ce propos qu'ils ne retomberaient
plus dans Perreur des pr6c6dentes elections, ou la
confiance qu'ils avaient mise en certaines personna-
lites A cause de leur degr6 d'instruction se r6evlera
mal place du fait de leurs agissements qui ne jus-
tifient guere cette confiance. En effet, bien que les
Rlus aient hautement proclam6 qu'ils d6fendraient
l'int6ret sup6rieur de la nation, ils ne song6rent qu'A
leur int6rit personnel, foulant aux pieds l'int6rit du
pays.
En ce moment oh le pays se trouve sans parlement.
il serait premature, sinon fastidieux, de se livrer a
des supputations sur importance actuelle de chacun
des parties existant ici. Toute estimation nous sem-
ble en effet des plus hasardeuses. On ne pourra va-
lablement se faire une opinion A ce sujet que le jour
ot de nouvelles elections auront lieu.
Pour ces raisons, nous estimons non forld6es, voire
intempestives, les discussions auxquelles se livrent
actuellement certain de nos compatriotes shr ]'im-
portance des parties politiqucs khmers.
Que ceux qui veulent courir leur chance A la d6-
putation fassent montre, d6s maintenant, de leurs
qualities pour que le people puisse les juger et les
jauger a l'avance, en provision d'6ventuelles 6lec-
tions.
Que le people, de son c6t6, et cn tant que premier
int6resse puisque c'est de son choix que d6pendra
son sort, < 6tudie > avec un soin minutieux ceux qui
pourraient demander A le repr6senter. Il imported,
en effet, que toutes precautions n6cessaires soient
prises pour n'accorder des suffrages qu'A des hom-
mes de valeur vraiment dignes de confiance.








PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press etrangere traduits en francais peut etre consulate d
la Section de la Presse Etrangere (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, Piece 17, 1" 6tage).
Les numeros qui figurent ci-dessous d la suite de l'indication d'origine des articles de press per-
rnettent de se reporter au lexte complete des dits articles.


QUESTIONS GENERALS


1. Evolution historique
de la politique colonial

L'un des lminents les plus important de la
transformation du monde actuel est la monte
progressive des peoples coloniaux, leur appari-
lion massive dans la vie international oil ils
revendiquent line place sans cesse accrue.
Les Nations Unies ont reconnu l'importance
de ce problem et lui consacrent line attention
particilicre attest e par la place qn'elles lii
accordent dans leurs ddlibdrations et dans leur
Charle.

Les deux chapitres de la Charte des Nations Unies
traitant des Tutelles et du Conseil de tutelle sont pr&-
cedes du Chapitre XI intitule < Eclaircissements an
sujet des territoires defendants >. Le dogme de la
preeminence des interets des habitants de ces terri-
toires s'y trouve express6ment contenu ; l'ob6issancc
an principle stipulant < que les int6rets des habitants
de ces territoires passent avant tout autre int6rit >>
est pr6sent6 comme un < devoir sacr6 >> aux Etats
membres qui les administrent. II leur est en outre
impose touted une serie d'obligations en vue de fair
progresser les peuples int6ress6s sur le plan politi-
que, economique, social et cultural et en mimc temps
de hiter leur acheminement vers l'autonomie admi-
nistrative en tenant compete de leurs voeux politiqucs
et de leurs espoirs.
L'Article 22 du Pacte ie la Soci6t6 des Nations
content cette phrase qui s'applique express6ment
aux habitants des territoires sous mandate :
< Le principle consistent a promouvoir la prosp1-
rite et le d6veloppement des pcuples incapable de se
gouverner cux-mimes dans les conditions difficiles
du monde moderne est un devoir sacred de la civi-
lisation. >>
C'est li que fut exprim6 pour la premiere fois
dans un document de droit international ayant force
de loi le concept d'une responsabilit6 international
en cc qui concern la politique colonial et le dive-
loppcment des peuples coloniaux. La Charte des Na-
tions Unies ne limited plus maintenant cette respon-
sabilite aux territoires en tutelle, qui sont en reality
les anciens mandates de la Socikt6 des Nations, mais
fait du principle de la responsabilit6 a 1'6gard des
peuples coloniaux une obligation fondamentale de
caractlre general. Elle devient le point de depart
d'une politique dynamique tendant A promouvoir le
hien-etre des populations non autonomes et leur 6du-


cation en vue de l'autonomie politique. Jusqu'alors,
le principle de la responsabilite n'avait pas k6t autre
chose en r6alit& qu'une protection contre les abus
des administrations coloniales. Avec le system de
tutelle et Ic Conseil de tutelle les Nations Unies pos-
sedent la base constitutionnelle permettant de pour-
suivre el'ectivement sous leur controle une politique
active de responsabilite A l'6gard des populations des
territoires en tutelle. Grice aux activities du Conseil
de Tutelle, cette politique est rendue perceptible an
monde entier dans ses multiples repercussions com-
me a travers un verre grossissant. Elle commence
d6jh a rayonner jusque dans les territoires non sou-
mis au system de tutelle.

Apres avoir cedlbrd le rdle essential des puis-
sances coloniales dans ie ddveloppement des
peoples soumis d leur administration, I'article
continue :
La nouvelle politique colonial correspond a un
changement radical de la situation dans le monde
colonial du fait des repercussions r6volutionnaires
de deux guerres mondiales. L'6volution de la d6pen-
dance vers l'autonomie a progress rapidement en
Asie au course des dernieres annies. Le movement
est plus lent en Afrique. Cependant, les Puissances
coloniales ont partout compris que le probl6me psy-
chologique consistent A faire naitre la confiance mu-
tuellc itait le plus important et pour cela des actes
sont n6cessaires. C'est ainsi, par example, que dans
la plus grande colonies ouest-africaine de l'Empire
colonial britannique, en Nig6ria ou la population at-
teint le chiitfre de 23 millions d'habitants, les der-
nieres ann6es ont vu accorder aux Africains I'accis
des h6pitaux europ6ens et lever les restrictions con-
tre l'etablissement de ces dcrniers dans les quarters
residentiels curop6ens ainsi que les discrimination
dans les hStels.
Le passage de 'ancienne politique colonial A la
nouvelle formule s'est effectu6 tout i fail ind6pen-
danmment du communism qui essaie depuis bient6t
une generation d'exciter les peuples coloniaux con-
tre leurs metropoles. Cependant, il n'est pas contes-
table que la menace communist a acc6lr6I la ca-
dence de cette evolution. Si les Puissances coloniales
ne s'6taient pas decidees a la nouvelle politique, la
plupart des Africains attendraient leur salut princi-
palement de Moscou. Il est tine question decisive, i
savoir dans quelle measure ces puissances r6ussiront
maintenant A gagner la confiance des populations des
territoires qu'elles administrent. Avec le programme
contenu dans leur Charte, les Nations Unies offrent
a ces populations tine garantie appreciable de la sin-







ceritW et de l'efficacit6 de la nouvelle politique co-
loniale. Des maintenant le contrble de 1'administra-
tion des terr itoires africains sous tutelle a commence
i exercer e.:alement une action stimulante sur 'ad-
ministration des autres territoires non soumis A la
tutelle d'un bout a l'autre du continent.
(t Neue Zircher Zeitung I, de Zurich). N" 5.478

II. L'Asie du Sud

1. -- LA STl NATION DANS LE SUD-EST ASIATIQUE
Cependatl, si les Nations Unies se consacrent
sur in plati gtndral d la promotion d'une politi-
que coloniole progressive, dans le domaine poli-
lique immdrn ial, le Sud-EsI asiatique relient l'at-
lention g.iuerale. L'Histoir;e s'y dcrit d vive
allure et ditvant les progress tld communism, le
< monde occidental > s'agite.
FAR EAS EN SURVEY, de New-YorKi, tente une
nouvelle aralyse de la situation.
La mission urgente de l'Ambassadeur extraordi-
naire Philip C. Jessup au Sud-Est asiatique, la d6ci-
sion prise par la Birmanie, l'Inde et la Grande-Bre-
tagne de rec mnaitre le regime communist en Chine,
le litige actael au sujet de la representation de la
Chine au Conseil de S6curite des Nations Unies,
la Conference du Commonwealth britannique A Cey-
lan et les rumneurs ayant trait A la reunion aux Phi-
lippines au d4but de 1950 d'une Conference de re-
presentants de divers gouvernements d'Asie meri-
dionale son autant d'el6ments soulignant I'impor-
tance critique des d6veloppements politiques actuels
en ce qui cc(ncerne le Sud-Est asiatique.

L'auteur consulate le caracltre << inquitdant l>
du problmnte Indochinois, evoque la question
Birmane, p is propose :
La rechel che de measures curatives destinies ;
faire cesser la menace immediate de l'expansion de
I'influence s;,vieto-communiste en Asic Sud-Orientale
a amen6 it siggerer l'elaboration de quelque accord
g6n6ral tenant it la cooperation de tous les gou-
vernements lu Sud de l'Asie en ce qui concern les
dangers communs represents par la Chine. La f6de-
ration qui e i r6sulterait pourrait vraisemblablement
englober le vaste territoire triangulaire s'etcndant
des Philippines et de l'Indon6sic A l'est et au sud jus-
qu'a 1'Inde it au Pakistan A l'ouest. Elle serait pro-
bablement cioncue comme un pacte regional de secu-
rite ct de de veloppement appele A jouer dans le ca-
dre de la Charte ties Nations Unies. On pense qu'une
telle federation pourrait fournir une foundation so-
lide pour d s contre-mesures de l'Occident contre
]'expansion lu communisme en Extreme-Orient sans
faire naitre le soupcon d'une renaissance du systmme
imp6rialiste. Les possibilities d'6tablissemcnt d'une
telle f6ddration dcmandent A rtre examinees atten-
tivement.

11 poursiA it
La menace qui pese actuellement sur le Sud-Est
asiatique pri senate deux aspects don't l'un est chinois
ct l'autre co nmunistc, tous les deux 6tant 6galement


important. D'une maniere g6nerale tous les 616ments
politiquement articul6s de cette region s'opposeraient
A extension vers le sud de 1'autorit6 de la Chine,
qu'elle soit communist ou de toute autre nuance.
Les nationalists Viet-Minh du Tonkin et de l'Annam
sont les seuls susceptibles de tircr profit d'une in-
tervention chinoise centre l'autorit6 franchise, mais
les populations du nord de l'Indochine conservent de
fAcheux souvenirs de I'occupation temporaire de la
region par les forces chinoises aussit6t apris la fin
de la guerre et Ho-Chi-Minh lui-mime rechercherait
probablement des garanties quant i une evacuation
chinoise ult6rieure si ine aide ouverte lui ctait of-
ferte.
Les autorit6s de Bangkok, dejA rendues ncrveuses
par les ddsordres don't sont le theLtre les territoires
voisins de Birmanic, d'lndochine et de Malaisic, sont
depuis longtemps en litigc, au sujet des programmes
d'enseignement et de contr6le de immigration, avec
les quelques millions de residents chinois du pays
don't un grand nombre r6clament la citoyenncte chi-
noise, aussi hien que celle de Thailande.
L'autorit6 britannique en Malaisie pourrait 6gale-
ment Utre mise dans l'embarras si Pekin d6cidait de
faire siennes les plaintes des Chinois d'outre-mer qui
resident dans ce pays ct qui repr6sentent l'616ment
le plus important de la population malaise. Les Chi-
nois moderes de Malaisie eux-m6mes reprochent aux
Britanniques de leur avoir refuse l'6galit6 de droits
politiques, pour ne pas parler du mouvemcnt de
guerilla communist a direction chinoise qui pro-
gresse depuis plusieurs ann6es.
Les Philippines et l'Indon6sie sont moins vulnera-
bles i la pression cliinoise du fait de leur position
insulaire et par suite des facilities d6fensives qui leur
sont fournies aux terms des traits existants avec
les Etats-Unis et les Pays-Bas.
En depit du fait que toute extension de l'influence
chinoise serait nettement impopulairc, la propaganda
communist exerce un certain attrait sur les popula-
tions du Sud-Est asiatique, sinon sur leurs gouverne-
ments. Son attraction reside dans son accent vigou-
reusement anti-imp6rialiste et dans les promesses
d'assistance qu'elle prodigue A une paysanncrie mi-
s6rable que les 6venements de la second guerre
mondiale ont rendue mrire pour un changement so-
cial.

Bien que la situation soil grave, elle est << lotn
d'etre disespdree >.
La question principal est celle des :
Divergences entire Pekin ct Moscou.

En ce qui concern la question crucial consistent
ia savoir si la politique chinoise dans le Sud-Est
asiatique diff'rera du programme communist dirigi
dc Moscou, on peut admcttre que dans les circons-
lances actuclles ces politiques seront trbs semblablcs
et tendront h s'Rtavcr mutuellement. La fin de non
recevoir opposee par Pekin aux premieres d6mar-
ches de la Birmanie et de l'Inde en vue d'une recon-
naissance portait la marque de Moscou et la confis-
cation plus r6cente des bicns consulaires americains
sugggre les memes rcmarques. La Russie et la Chine
continueront A attaquer toutes les manifestations de







l'influence occidental dans cette region et n'auront
rien de satisfaisant A exprimer At '6gard des Gou-
vernements ind6pendants de l'Inde, de la Birinanic,
de l'ndon6sie et des Philippines qui sont tons, h ce
qu'ils pretendent, allies aux < fascistes-imnp6rialis-
tes >> d'Europe. Mais les int6rits de la Chine et de
I'U.R.S.S. en Extrnme-Orient ne sont pas identiques
et une stimulation convenable peut amener d'impor-
tants desaccords Ai se d6velopper.
Cepcndant, avant qu'une divergence marquee entire
P6kin et Moscou puisse etre envisagee certaines con-
ditions essenticlles devront Stre reunies. La premiere
serait de r6soudre la situation en Indochine, si pos-
sible, au moyen d'un accord du type indonisicn, nu-
goci6 par les Francais avec le Victminh on quelque
autre group authentiquement nationalist ; la se-
conde consisterait a assurer le regime conmmuniste
chinois que les Etats-Unis ne nourrissent aucune in-
tention hostile a son 6gard ; la troisiLame serait
d'inaugurer un effort A long term en vue de stimu-
ler la production et le commerce dans tout 1'Extr&-
me-Orient, effort auquel la Chine strait invite A par-
ticipee sur une base cooperative. Ce n'est pas lh une
tache facile, mais aucun autre programme n'est sus-
ceptible de d6veloppcr une divergence marquee en-
tre la politique de Moscou essenticllement orient6e
vers 1'Europe et I'interet capital que pr6sente pour la
Chine communist la restauration 6conomique de la
zone extreme-oricntale. Cette tieche r6clame, entire
autre chose, un eirort am6ricain persistent afin d'en-
visager la situation en Extrmne-Orient non pas scion
des vues occidentalcs st6r6otypJes mais tell qu'elle
apparait a des yeux asiatiques.

Un facteur grave :
la faiblesse des petils Etats asiatiques
Les petits Etats du sud-est asiatique ne seront
probablement pas en measure d'accomplir grand
chose de leur propre initiative pour d6velopper un
programme regional economique on d6fensif. Aucun
d'entre eux n'est acluellement capable de contribuer
d'une maniere sensible A la s6curit6 de l'un quelcon-
que des autres. A la some des faiblesses indivi-
duelles viennent s'ajouter les l66ments d'hostilit6 et
de mnliance mutuelle. Le Pakistan se croit menace
par 'Inde ; celle-ci est redouiile A Ceylan ; la mi-
norit6 indienne est unanimement d6test6e en Birma-
nie. Les relations de la Thailande avecc la Birmanie
et l'Annam sont marques de temps immemorial par
une vive hostility.
Les Philippines et l'Indon6sic pr6sentent des di-
vergences culturelles et aucun de ces deux territoires
n'a de grades affinit6s avec les pays voisins du
continent, sauf en ce qui concern la Malaisic quii
est sons l'autoril6 britannique. Les petites nations du
Sud-Est asiatique peuvent pariiciper A des confl6-
rences panasialilqucs periodiques, come ceile qui a
cu lieu en janvier 1949 an sujct de l'Indon6sie, et
elles peuvent prendre une part active aux affaires
des Nations Unies ; mais, en delors d'une associa-
tion avec des puissances 6trangbres A cette zone,
elles ne peuvent gu6re contribuer individuellement
on coop6rer h la stability politique ou aIn secu-
rit6 de la region prise dans son ensemble.


Une f6d6ration economique des petits Etats serait
egalement sans profit. Leurs economies t:e sont pas
comipl6mentaires mime si l'on y inclut les industries
tie l'Inde. La Birmanie, la Thailande et 1Indochine
se vendent pen les unes aux autres et sent en con-
currence sur les mi&mes marches pour l'acoulemecnt
de Ieur riz et de leur stock en excedent. .'n d6velop-
ipemcnt industrial coopiratif n'est pas non plus rea-
lisable.

On peat alors se poser li question id r6le de
la Grande-Breiagne.
L'objectif de la politique britannique Ipur le Sud-
Est asiatique est de rctablir dans toutc la measure
possible 'influence et Ic prestige qui firent de Lon-
dres l'arbitre virtual de cette region avant la second
guerre mondiale.

A ce propos, I'auienr assure que
La seule chance qu'a la Grande-Bretagne de rega-
gner une partic de l'inlluence dominant iu'elle avait
autrcfois dans cette region consist par ccnsquent ai
lendre vers cet objectif par l'intermidiaire de l'or-
ganisation du Commonwealth, ainsi qu'il fut fait lors
de la r6cente conference de Colombo. Le r6lablisse-
nent de association.

II sugglre enfin les bases d'une polilique amd-
ricaine :
1. La cl de toute solution de base de la crise
du Sud-Est asiatique reside dans la conclusion d'un
reglement negoci6 de la controversy entire les natio-
nalistes du Viet-Nam ct les Francais d'Indochine. t1
sc pent que Bao-Dai ne soit pas enti6rement un pan-
tin francais mais il n'a visiblement aucune adhesion
nationalist. Tout en admettant les risques que l'on
court en off'rant d'importantes concessions politi-
ques a Ho-Chi-linh, on doit reconnaitre 6galoment
les grands perils qu'impliquc le soutien du regime
patronni par les Francais, car une telle politique as-
surerait la continuation ies intrigues communists
chinoises en Indochine ct susciterait de la m6fiance
a 1'5gard tds Etats-Unis de la part des peuplcs de
I'Asie m6ridionale auxquels la politique le refoule-
ment du Commni ismc chinois est ccnsle devoir rtre
profitable.
2. II est n6cessaire de reconnaitre pie les de-
mandes de r6formes 6conomiques ct sociales radi-
cales dans les pays du Sud-Est asiatique ctiouvent un
fondement aitthentiquc dans les griefs locaux ct que
meme les efforts r6volutionnaires en vue d'y porter
remede n'imnpliquent pas n6ccssairemcnt I'accepta-
tion des objectifs de la politiqu(e 6(trangure sovie-
tiqne, i moinis qu'iine resistance d6ttce;ininii e dcs
Etats-Unis et des autres; )puissances occidentales s'op-
posant an changement n6ccssaire ne vienne fair le
jeu de Moscou.
3. Un programme patronn6 par 1'Amlrique et
tendant a ressusciter la production et le commerce
dans toute la zone extrlme-orientale en cooplraiion
avec les groupements nationalists locaux et en uti-
lisant les resources induhstrielles du Japon et de







'lInde pourrait etre developp6 come I'antithbse
frappante de la politique sovi6to-communiste des-
Iructrice d'aigitation revolutionnaire continuelle don't
le but est de sacrifier le bien-Mtre des peuples asia-
tiques aux objectifs ultbrieurs de la politique imp.-
riale soviet que en Europe.
4. Si le nouveau regime communist en Chine
pouvait tri., persuade qu'il n'existe pas de vengeurs
patronnes par I'Occident complotant sa chute, la
Chine pourrait alors etre puissamment incitee i coo-
perer au dveloppenent des relations commercials
mutuellemceat avantageuses avec les pays voisins
d'Asie oriental. MAme si la Chine devait faire la
sourde oreille i cette invite, cette politique exerce-
rait un pui:.sant attrait sur les autres pays asiatiques
et aurait p tnr eL'et td contrecarrer l'intluence coim-
muniste.
5. --- A nolnbre des iultiples barrieres s'oppo-
sant a I'eliinination de la menace d'une domination
possible des Soviets sur les pays du Sud-Est asia-
tique figure la difficult qu'ont les peuples occiden-
taux i par enir i juger la situation locale d'une m;i-
niere imaginative et comnprehensive. Les idbes pri.-
concues onn la vie dure.
(a Fai Eastern Survey. n New.York, 3 fv. 1950) N" 6.479

2. I-IN PLAN PouR L.'Asiu MNitIDIONAI.E

La sitlntlion de I'Asie dii Sod inqutiiie tyale-
ment le M iNCHESTER GUARDIAN iqui propose 1n
< Plan pour l'Asie nieridionale >.
L'intlret que la Russic a A obtynir le control (de
cette region; est double : d'une part I'avantage n6ga-
tif de l'enlever i l'influence et au commerce de
l'Occident, de l'autre la perspective positive d'ame-
ner dans le sein de la famille communist ce group
tde people nombreux et excellent, qui 6taient, il y a
tres peu d( temps encore, sous la domination impi-
rialiste. Pour l'Occident, la liberty de cette zone est
important pour des raisons historiques, strat6gi-
ques et ecnnomiques. L'acces i ses matieres premie-
res et i s5s .marches est essential it la prosp6rit6
occidentale.
Les conditions sociales et economiques de ces
divers pays, offrent de vastes perspectives aux agents
de la revolution et les Russes le savent tres bien. La
fin de la domination anglaise a Mlimind de l'esprit
des Indien; les rancoeurs i 1''gard de l'Occident,
mais dans d'autres pays beaucoup d'amertume per-
siste. On pourrait supprimer celle-ci si l'on promou-
vait un plan imaginatif de diveloppement economi-
que susceplible d'introduire quelques facteurs dyna-
miques datns les economies stagnantes de cette zone.
L'Asie (ti Sud-Est a besoin d'unle aide finan-
ciere cons.:drable. La Grande-Bretagne a faith uin
gros effort pour la lui apporter. La Conference
de Colombo de fevrier a crid un << organism du
Commonwealth >>, charge de preparer un plan de
ddveloppemient economique pour l'Asie du Sud-
Est.
Mais, p pursuit l'auteur,
La zone est 6norme, les facteurs politiques et Bco-


nomiques y sont plus miles qu'en Europe. 1I faul
tenir compete de i'histoire passee. Ii existe deux sor-
tes de d6tresse, la politique et 1'economique. Cer-
lains pays, tels que l'lndochine, et la Birmanie,
seraient dans ine situation relativement bonne s'ils
avaient la paix. )ans ces pays, il faut une solution
politique plut6t qu'une solution economique ; dans
d'autres, les besoins kconomiques predominent.

Le problem diI financement capitalist esl
compiexe :
Les investissements capitalists dans 1'Asie du Sud-
Est, of l'on ne trouve pas d'industrics importantes
ktablies, de tradition industrielle ni d'appareil kco-
nomique moderne, sont attires beaucoup moins qu'en
Europe oii toutes ces donnbes existent. I1 est impor-
tant qu'on le comlprenne. On verra certainement
dans 'Ilnde le centre de la cruise c onomique et jus-
qu'a present, les plans pour la remise en etat de
1'economie indienne ont MtC ktablis sur un investis-
sement capitalistU, important. Ies nouveaux plans
doivent mettre l'accent aussi bien sur la furniture
technique que sur celle d'apports iirportants de
capitaux, et il importera peut-etre de faire un usage
plus efficace des resources locales. Une grande par-
tie des r6sultats depend de la solution que l'on
pourra trouver dains ce cadre. Le probleme financier
de la Grande-Bretagne et de la zone sterling depend
tie l'avenir des importations en capitaux de cette
region : ces dcenandes extraordinaires d'aprbs
guerre en dollars et en livres sterling ont lourde-
ment contribute ii la crise de la zone sterling. Si l'on
ne peut ni moderer, ni partiellemient finance a par-
tir de nouvelles sources ces importations, clles pro-
vo(Iueront la ruine de la zone sterling.

Dans le Sud-EIst (de 'Asie, 'linde occupe une
place de cho.r.
II est quasi certain que 'Inde est le principal
malade econoniquc de I'Asie du Sud et que si l'6co-
nomie indienne, de stagnant qu'elle est, peut ktre
rendue dynamique, cela provoquera une telle am&-
lioration de la situation economique dans toute la
zone qu'une grande parties des problemes qui int6-
ressent la confdrcnce sera r6solue au moins partiel-
lement.
La crise econoinique indienne a plusieurs causes,
don't deux sont dominantes. La premiere est 1ac-
croissement de population, la second, la diminu-
tion des prots financiers faits par la Grande-Breta-
gne.

La situation de I'lnde a eti aggravue par la
perte de provinces prodincives.
La position de I'lnde s'cst aggravee depuis le par-
tage du sous-continent. Elle a perdu le Punjab occi-
dental et le Sind, qui ont un surplus substantial en
blh. Ses besoins en importation de denrees de con-
sommation se sont done accrus fortement. En 1947,
les importations de c6rcales s'elevaient a 2.600.000
tonnes ; en 1948, 2.800.000 tonnes ; en 1949 presque
4.000.000. Pour 1950, le Ministre indien de l'alimen-
tation, apres avoir declare de favon optimist que les
importations de c6erales ne devraient pas d6passer
1.500.000 tonnes, pr6voit dejA 2.000.000 de tonnes et







pour finir le chiffre peul etre aussi considerable que
celui de l'an passe. Normalement, 1'Inde chercherait
i importer les c6rdales don't elle a besoin en Birma-
nie et dans les pays A riz de I'Asie du Sud-Est. La
population des regions d6ficitaires de l'Inde 6tant
mangeuse de riz, il y a 10 ans, la Birmanie aurait
pu couvrir la plus grande parties des besoins de
l'Inde, sinon ses besoins totaux, mais aujourd'hui,
la Birmanie n'exporte qu'un million de tonnes de
riz; cette ruine de la production de riz birrnane est
]e r6sultat des troubles politiques qui d6vastircnt le
pays ; mais meme si le Gouvernement birman pou-
vait r6tablir le calm et on ne peut pas computer
li dessus la Birmanie ne pourrait probablenent
plus jamais produire la quantit6'de riz qu'elle pro-
duisait au temps de la domination britannique.
La second cause important du malaise economi-
que indien est le tarissement du flot des investisse-
ments britanniques durant le dix-neuxime siccle.
Ce fut le capital britannique qui promut la transfor-
mation economique du pays, qui A son tour permit
l'accroissement de population. La Grande-Bretagne
invcstit ses capitaux dans les chemins de fer, l'irri-
gation, les ports, les entreprises de service public
et les industries. La consequence en fut un extra-
ordinaire d6veloppement des terres gaspill6es, cc
qu'on trouve par example au Punjab. Les territoires
irrigu6s par les Anglais dans l'Inde d6passcnt la su-
perficie total irrigu6e en Russic ct en AmLrique.

Apres avoir constatd la gravity dn problnme
Indien, l'anteur propose quelques remkdes de
technique agricole et l'apport de Iechniriens
nombreunr.


,'lnde a; un besoin essential en technicians d'un
type < plut6t humble o, fonctionnaires scientifiques
brevets, qui apporteraient les connaissances du
laboratoire et des centres d'exp6riences aux fermiers
sur le terrain. L'Inde peut trouver utile de recourir
A l'iide du reste du Commonwealth pour obtenir du
personnel entraini. Si elle peut 6galement se pro-
curer une certain masse de capitaux utilisables A
des buts agricoles, celle-ci pourra peut-etre ctre uti-
lisee avec le plus de profit et en tout premier lieu
pour creuser de nouveaux puits d'irrigation. I1 est
certain que l'Inde pr6sentera h la conference une
estimation du 'capital qu'elle pourra obtenir dans
l'Inde elle-mime par reduction des d6penses et par
d'autres moyens. Mais cc modest programme serait
transform si les Etats-Unis, seules sources capable
de fournir des capitaux additionnels important,
pouvaicnt offrir < un plan Marshall >> 1'Asie.
En conclusion, il en vient done lui aussi 6
l'aide amdricaine qui, seule, peut apporter d ces
pays dWsherites, le soutien indispensable et pose
le problkme de la forme qn'elle pourra prendre.
Une autre question d'importance essentielle est la
facon don't une aide future amnricaine serait accor-
(de -- soit directement, soit en accord avec le
Commonwealth. Une double pression de la part des
fournisseurs et de la part de ceux qui recevront
I'aide insistera pour que cette aide americaine soit
attribute directement aux pays de 1'Asie meridio-
nale. Mais, information, l'exp&rience, l'organisation
financikre, les contacts commerciaux et ardministra-
tifs so trouvent tous A Londres.
(i Manchester Guardian ), 27, 28, 29, 31 mars 1950
Numerous 5.462, 5.464, 5.470, 5.483.


UNION FRAN9AISE


I. Indochine

C'est surlou I'lndochine qui retient 'allen-
tion de la press mondiale. La situation n'!y Co-
lue guere et la confusion qui r;gne dans la pe-
ninsule ne parait pas devoir tlre dissipe de si-
161, si l'on en juge par les articles de press in-
ternationale. La strategie communisle, lucide et
rdaliste, s'appuie sur des bases renforcees par la
vicloire de Mao-Tsc-Toung. La Chine marxiste
s'organise et I'on peut pruvoir qu'elle pourra en-
voyer aux rebelles Indochinois ine aide sans
cesse accrue. En face, les puissances < occiden-
tales > ne savent pas dresser line politique uni-
fiee. Angleterre, Etats-Unis, France, suivent des
routes bien divergenles, et notre pays y assume
presque seul la redoubtable t4che de la defense de
I'Occident en Asie.

1. IMPORTANCE DE L'ENJEIT VOLONTi FRANCAISE

Pourtant, I'imporlance de I'enjeu apparait a
beaucoup, et P'Economiste le souligne *avec une
precision particulibre,


11 est maintenant g6n6ralcmcnt admis que le sort
de toute 1'Asie du Sud-Est se joue dans la lutte qui
se pursuit au Viet-Nam. Si ]e Viet-Nam dcvait tom-
ber aux mains ie la faction d'Ho-Chi-Minh, a qui
l'Union Sovi6tique et la Chine communist ont ac-
cordd la reconnaissance diplomatique, il est bien cer-
tain que le Siam et la Birmanie ne tarderaient pas
a suivre le mnime chemin. La situation ne serait alors
tenable en Birmanic que grace it des ren orts mas-
sifs apportes A l'armde britannique qui y est actuel-
lenient engage.
(a The Economist ), Londres), 1r avril 1950). NO 5.474

La gravitW de la situation inquidte le gouver-
nement francais.
Commentant la declaration de M. Lelourneau,
ministry de la France d'Outre-Mer, le 10 avril, le
MANCHESTER GUARDIAN ecrit :
La declaration sur les problems indochinois faite
par M. Letourneau, ministre de la France d'Outre-
Mer, lundi, ne constitute qu'une indication des sou-
cis que le gouvernement francais 6prouve au sujet
de la tension continue de la situation et de opinion
britannique et americaine il cet 6gard. La declara-








tion elle-neine s';! ressail probaldenlt nl d;avallnh:i
ai 'opinion britannique et americaine qu'a l'opinioi
vietnamienre et il n'est pas surprenant qu'elle ait
etC accueille i Saigon sans satisfaction particuliirc.

Le jourTnal colmmente les raisons de la reac-
lion saigonnaise, puis pursuit :

N6anmoins, l'irritation victnamienne ne peut rien
changer A :I v6rite essentielle qui vent que le Viet-
Nam de B o-Dai n'ait un avenir que si quelqu'un
est ldcide ii se battre actuellement pour lui et A se
battle pour lui beaucoup plus longtemps et beau-
coup plus d( recent que les Britanniques n'ont com-
battu les communistes en Grcce.
La persi'.tance d'un manque de comprehension
politique mutuelle au sujet de ces questions devient
de plus en plus grave en face de la preuve que le
gouvernement de tHo-Chi-Minh donne de son apti-
tude A armir et d6placer une force impressionnante
aux approclies de Saigon, c'est-a-dire dans la partic
du Viet-Nai qui est la plus loign6e de la Chine.

Et conclit :

< LE Mo:nDE crit cc soir : < Le Gouverncmient
fran~ais es decides A poursuivre la lutte, mais il
demand anx Anglo-Saxons de d6montrer qu'ils sont
solidaires a'cc lui, de lui accorder promptement une
aide et de ne plus laisser les Francais jouer en
Extreme-Orient le r6le denlaisant et iimmriit du
c mauvais lanee >>.
( Le Manchester Guardian ), 13 avril 1950) NO 5.511

2. ILf:IItNTrS PIOSITIFS

a) Succcs francais.

Malgr Icur faiblesse relative, les tronpes
frangaises ont remport de grands success :
Etant doin6 les forces relativement faibles don't
ils disposernt, les Francais ont obtenu un success con-
sid6rable eii nettoyant les poches de resistance dut
Viet-Minh lqui subsistaicnt dans !e delta de IIanoi,
dans le noi d, et, pour une plus faible measure, dans
la vaste et narecageuse Plaine des Jones en Cochin-
chine, oft Ho Chi Minh a l'un de ses trois etats-
majors.
II n'y a pas de doute cependant, m6me pour un
observateur de passage, que le pouvoir militaire
dominant en Indochine est aujourd'hui l'armee fran-
caise, une :irm6e qui a reconquis l'orgueil des armes,
qui a t dlurcie par la bataille et qui individuelle-
ment critique Aprement ce qu'elle considire come
le refus dc I'Amerique et de l'Angleterre de recon-
naitre l'imnortann e (dI la tliche qu'elle accomplit...

b) Bao-Dai.

...Bao Dai est ine personality qui a du relief dans
une Nation qui manque de personnalites marquantes,
et, pour des raisons politiques et religieuses, il 0tait
normal qu'il soit choisi come Chef des Vietnamiens
et des inti rets francais qui recherchaient un sym-
hole di nationalisme A opposer au communism,


L.ps dliploinates britanniques el americains qui
>ent ici soulignent que l'Indochine est devenue if
point oil se livre la bataille politique pour l'Asie du
Sud-Est et reconnaissent franchement que Bao Dai
est sans doute la seule alternative i Ho Chi Minh.
(c Conservator Daily Mail )a 1" avrll 1950). N 6.486

3. LiE VIENIINII

a) Pression communisle.

Au sein des formations rebelles, les commiu-
nistes renforcent leurs positions pour 'durcir
lenr action. Snr celle manclnolre polilique inthres-
sante, le NEW YORK IIEHA.I) TRIBUNE prEsenle
I'ctude que voici :
De source sCire on rapportait aujourd'hui que le
Parti Communiste Indochinois avait renforce serieu-
sement son contr6le de l'armie du Vietminh.
Les 616ments comiunistes out renforc6 au course
de l'annec passe Icur emprise sur les 616ments Vict-
minh qui luttent depuis 1946 centre la domination
franchise du Viet-Nam. Les nationalists non com-
inunistes qui forment la majority du Vietminh (mots
(ui signifient << Ligue pour l'lnd6pendance du Viet-
Nam >) ont &t6 frustris de tout pouvoir reel par les
chefs communists.
Des descrteurs Vietminh rapportent qu'il se mani-
feste des hesitations chez les nationalists non com-
munistes qui craignent la main mise sur leur mouve-
ment par les communists. Ce sont ces 616ments que
le gouvernement d'ob6dience franchise espere Bloi-
gner de Ho.
La base d'une tell attraction est I'accord par la
France au Viet-Nam au course du mois dernier d'une
grande autonomic dans le cadre de 1'Union Fran-
caise...

h) L'Eliment nationalist.

...Jusqu'a present, le sentiment nationalist chez
les Vietnamiens politiquement conscients se pro-
nonce largement en faveur de Ho.
L'arm6e du Vietminh est commander par un vicux
militant communist, le ministre de la D6fense natio-
nale, Vo Nguyen Giap, qui est consider par beau-
coup d'officiers francais comme un officer de valeur.
11 preside le Conseil Militaire Suprnme du Vietminh
qui est compose en majority de commnnistes.

c) Purge de l'arm&e.

...Un < coup de balai ) general dans l'armee du
Vietminh, effectue au course de 1'ann6e passee a 6li-
min6 des postes important tous les offlcie s don't la
lovauti h 1'Agard (Iu Parti Communiste 6tait dou-
teuse. La purge atteignit son paroxysme en septem-
bre, octobre et novembre derniers, mais elle s'est
continuCe jusqu'ii maintenant.
Le Vict-Nam, qui correspond a l'Indochine moins
les pctits royaumes du Laos et du Cambodge, est
divis6 en 19 districts politico-militaires vietminh,
dans lesquels un seul individu assure souvent le dou-
ble commandment politique et militaire. Dans tons







lee cas que nous connaissons, les chefs dle diistict
sont communists.
Un nombre estimb A 75 % des officers supbrieuii
du Viet-Nam sont communists. Ce chiffre n'est pas
comparable aux 30 % environ de communists qui
figurent dans les homes de troupes dans la pro-
vince du Tonkin ; cette fraction est probablement
inf6rieure dans le rest du Viet-Nam.

d) Ccrnmissaires poliliques.

...On nc trouve actuellement que des coniinunisles
dans les 6coles de preparation aux grades sup6ricurs
A celui de lieutenant. Dans chaque section de com-
bat, un commissaire politique a un pouvoir de veto
sur les promotions A des grades sup6rieurs et igatux
a lieutenant.
Les meilleures troupes d'Ho-Chi-Minh sont coln-
centr6es au Tonkin. On pense que 1'Etat-Major mili-
taire du Vietminh se trouve a Thai-Nguyen, dans les
montagnes A 60 miles au Sud-Est du point ofi nous
nous trouvons (Langson).
On pense 6galement que la capital politique de
Ho est situee i Thai-Nguyen.
Ho est president de la RLipublique democrat ique
du Viet-Nam :>. II a et6 instruit en Russie et se joi-
gnit pour la premiere fois au parti communist fran-
cais dans les ann6es 1920. II1 fonda le Parti commu-
niste indochinois en 1931 i Hongkong of il dirigeail
Igaletnent un bureau du Comintern pour l'Asie dlu
Sud-Est.
Les portefeuilles minist6riels essentials sonl attri-
bues, dans le government de Ho, a des communis-
tes. L'Assembl6e, qui n'est pas actuellement r~unie,
fut choisie aux terms de soi-disantes elections qui
se d6roulerent en 1946.
La Chine communist et le bloc sovi6tique out re-
connu le gouvernement de Ito. Des < comites de
resistance >> fonctionnent a I' lhelon administration
moyen du Viet-Minh et jusqu'au village ; ils y agis-
sent comme gouvernements locaux...

e) Le conlrole commnniste.
...Les comit6s communists exercent habituelli-
ment le contr6le, soutenus par la milice du Vict-
minh.
L'organisation du parti communist est parall&le
A la structure du gouvernement civil. L'organisme
ex6cutif le plus puissant du Vietminh est le Tang Bo
qui est le conitL central du parti communist indo-
chinois.
Au Tonkin, 30.000 irr6guliers, qui ne sont pas
compris dans le total de 70.000 hommes de 1' < Armee
Populaire du Vietminh > sont commands par des
communists come I'arm6e r6gulibre. Dans la
troupe le pourcentage des communists est sembla-
ble A celui que l'on trouve dans l'arm6e rbgulilre,
soit L peu pr6s 30 'i.
(n New-York Herald Tribune 5, 28 mars 1950). N0 5.467

4. L'INDIEPENDANCE, OBJECTIF NUMIERO UN
DU VIETNAM

Sous ce titre, Tillman Durdin, envoy special
du NEW YORK TIMES dans le Sud-Est asiatique


souligne avec force ce qu'il estime ilre Ie facteur
ussentiel du problhme vietnarnien.
La principali question dans l'Etat iinduh-liiiois du
Viet-Nam, en ce qui concern la majority dle la popu-
lation, est la simple question fde 'indipendance
national.
Le fait qu'il y existe 6galement une question com-
muniste en meme temps que les questions tes impe-
rialistes chinois et russe est reconnu par de nom-
breux vietnamiens bien informs et constd6r6 avec
inquietude par certain. Mais pour le pa3s dans son
ensemble, ces probl6mes, s'ils semblent sister, sont
subordonn6s de loin A la question de l'independance.
Le caractere irresistible de l'unique aspiration qui
se manifeste dans la situation du Viet-Na m est par-
ticulierement frappant pour l'observateur qui vient
just de quitter le tli( tre chinois. En Chine, les
communists se sont rues vers le pouvoir grace A de
nombreux slogans. Uls ont faith appel en vocif6rant au
nationalism anti-imp6rialiste, mais ils ont 6gale-
inent pretend representer la revolution compr6hen-
sive social, politique et 6conomique et out promise
le maximum de rbformes agraires en passant par
l'l6imination du capitalism bureaucratique pour
atteindre A une nouvelle et meilleure dnm iratie.
Au Viet-Nam, on se r6fere en passant :tx proble-
me sociaux et economiques, mais la question de 'in-
d6pendance monopolise attention. Le movement
vietminli, avec son noyan communist s'csi concen-
tr6 sur le d6sir passionnu et presque psyelopathique
que les Vietnamiens ont de mettre liin .u regime
colonial des Francais...

I'Ps de ri'ormes < coups de baldi >

...Dans les zones contr616es par le Vietininh, on ne
trouve pas de r6formes draconiennes tells que cel-
les mises en application par les comnministes chi-
nois. On y chercherait en vain des programmes
<< coups tie balai > de partage de terres (,o d''imi-
nation des anciens et de leurs vieilles id6cs.
Le Vietminh declare qu'il a proc(ld a des 6lec-
tions, institu6 une sorte de democratic constitution-
nelle et fait progresser des secteurs tels que la sant6
publiquc et l'enseignement. Jusqu'A maintenant,
tout au moins, des changements radieun dlans le
vieil ordre des choses ne se sont pas products. Le
Vietminh continue m6me A utiliser dans ses zones
des fonctionnaires du temps de 1'epoque colonial.
On trouve dans la soci'te vietnamienne une pau-
vrete rural et urbaine largement repandue, une
classes moyenne relativement peu important et seu-
lement une petite ecorce sup6rieure de riches vrai-
ment alarms par la menace communist.
Le communism vietnamien est avant tout quel-
que chose de vague don't ils ne connaissent pres-
que rien et qui, de toute facon, meme si on le con-
sidere comme 6ventuellement nocif, demciure loin-
tain, compare A I'omnnipotence du colonialism hai.
Ceci est encore vrai pour la menace ,ventuelle
d'une domination chinoise ou russe s'imposant par
I'interm6diaire du communism.
(a New.York Times ), 28 mars 1960). No 6,468








5. -- IANQUE D'ENTHOUSIASME POPULAIRE
Cependaut, alors que le Vietnam fetait le 8
mars le premier anniuersaire de son indepen-
dance, il ne semble pas d'apres le NEUE ZUR-
CHER ZEITING de Zurich que cette celebration
ait provoqi: l'enthousiasme atiendu.
Le Viet-N.ni, le novel Etat instaurh dans l'an-
cienne Indolchine franchise, a c616br6 le 8 mars le
premier anniversaire de son ind6pendance. A cette
occasion, les: plus hauts dignitaires du Gouverne-
ment, les r presentants des divers parties ainsi que
de nombreux lhtes internationaux se rassembl6rent
dans la matin6e dans le vaste H6tel de Ville de Sai-
gon.
L'Emperciir Bao-Dai, Chef d'Etat du Viet-Nam,
ne part p;is A ces c6r6monies c616br6es dans la
chaude hun idit die Saigon afin de donner, dit-on,
une << grande face >> au Pr6sident du Conseil et au
Gouverneme it. 11 reside dans la fraiche station d'al-
titude de D;lat don't le climate, ainsi qu'il l'a recem-
ment d6clarr un reporter anglais, porte a la m6di-
tation et don't le forces se pritent A sa grande pas-
sion, la chaise au gros gibier. De Dalat il adressa
dans un me.-sage radiodiffus6 ses voeux A la popula-
tion et I'exhorta A s'acquitter fidblement de ses
devoirs envers l'Etat.
Les personnel qui avaient escompte que cc pre-
mier anniversaire de la proclamation de l'ind6pen-
dance aurai: 6et marqu6 par I'enthousiasme de la
population I'urent profond6ment d6iques. Tous les
magasins ful ent bien ferm6s l'apris-midi sur l'ordre
des autorit6;, mais on ne vit nulle part dans les rues
de foules jo:.euses ou d6tendues exprimant leur joic
d'avoir obteau la liberty. Seules se rassemblbrent de-
vant l'H6tel de Ville quelque cinq cent personnel,
au nombre desquelles figuraient de nombreux Aco-
liers avec 1,urs professeurs, pour 6couter les dis-
cours retransmis par haut-parleur. Dans les princi-
pales art6re,; de la ville de nombreuses banderoles
portaient, 6 phrases exprimant principalement des remetcci
ments aux Etats ayant d6jA reconnu le gouvernement
du Viet-Nani ; on y lisait par example : < Honneur
aux champions de la paix : France, Amerique, An-
gleterre >> ou < Aux puissances dm ocratiques le
Viet-Nam reionnaissant >.
Le manqu'e d'enthousiasme frappant de la popula-
tion s'explique en parties par le faith que les indigi'-
nes d'une n ani6re gen6rale n'attachent pas encore
grand int6ret A cet 6v6nement qu'ils ne comprennent
gu6re mais egalement par une certain crainte ins-
pir6e par le: partisans du movement Vietminh qui,
en tant que cinquiime colonne, exercent une in-
fluence notable A l'int6rieur mnime de la ville de
Saigon et s'efforcent de maintenir la population en
6tat d'agitation par des actes de terreur et des atten-
tats occasionnels. On espbre cependant que la recon-
naissance du gouvernement Bao-DaY par diverse
grades puissances ainsi que I'assurance de l'aide
am6ricaine -contribueront efficacement h la stabili-
sation de la situation politique incertaine, mais en
m6me temp., on ne se cache pas que le Viet-Nam
restera longtemps encore le point nevralgiquc dii
Sud-Est asi tiquc.
(4 Neuc .tilcher Zeitunlg n, Zurich, 23 mars 1950). N" 5,463


6. QUE FIRE ?...

Voici, presentees par Chqistophe Rand

< Les trois solutions (pour I'Amrrique)
en Indochine )
II parait probable que la politique am6ricaine se
soit lance dans une course sans espoir au Viet-Nam,
ou Indochine francaise, oh un movement nationa-
liste A direction communist est en 6tat de r6vblte
centre ce qui rest de la puissance imp6riale fran-
caise...

La solution Bao-Dai

...La politique americaine a agi en s'appuyant sur
la th6orie qu'il v a ici trois solutions : soutenir les
Francais malgr6 notre repugnance A l'6gard du colo-
nialisme, travailler au retrait occidental de l'Indo-
chine en abandonnant ce pays A ses propres moyens
et probablement au communism ; ou encourager
une < Troisibme Force >> d'Asiatiques non commu-
nistes. D'opinions divis6es et enclins aux solutions
detourn6es dans notre politique extreme oriental,
nous avons choisi la troisiime solution qui est cer
tainement la plus ais6e actuellement. Nous avons
soutenu la soi-disant < solution Bao Dai >, gouver-
nement d'inspiration frangaise sous un ancien Empe-
reur annamite, et nous avons rcconnu ce Gouverne-
ment.
Le malheur est que la solution Bao Dai n'en esl
peut-etre pas une du tout.
Peut-dtre la facon la plus ais6e de d6crire la fai-
blesse du regime de Bao-Dai est-elle de le compare
A d'autres Gouvernements. Les Vietnamiens le coin-
parent souvent au Gouvernement francais de Vichy
pendant la guerre, en ce qu'il est une marionnette
qui mbne une champagne de press centre les gu6-
rilas nationalists mais qui le fait sans confiance et
sans le soutien de la population...


L'aide aux Frangais

L'auleur souligne I'efficacit des forces fran-
(aises qui opibrent en Indochine.
...Cependant on peut faire de graves objections a
une politique de soutien total des Franvais. Les for-
ces francaises paraissent sans racines dans ce pays,
et il est difficile de voir quelle aide pourrait les ren-
dre < naturellement florissante > au Viet-Nam. Peul-
itre aussi l'opinion am6ricaine, malgre son anti-
communisme croissant, ne pourrait-elle pas se re-
soudre a soutenir d'une favon aussi flagrante unr
domination colonial qui dans l'ensemble parait
aussi impopulaire que toute autre en Asie. Certai-
nement, en soutenant les Frangais nous d6tourne-
rions de nous la sympathie des Vietnamiens et nous
perdrions du terrain dans d'autres territoires de
l'Asie come l'Inde et l'Indon6sie on critique
de6j en Inde notre reconnaissance de Bao Dai.
Peut-6tre la gucrre froide est-elle encore trop froide
pour quc I-s .\mltricains aillent i 1'enrontre de e opinions...








L'Asia aux Asiatiques

...La troisieme solution est d'admettre que le slo-
gan < P'Asie aux Asiatiques > constituc une force
rdelle devant laquelle il faut s'incliner. Si nous vou-
lons le fair de facon sincere, nous devons sans
doute admettre que les Asiatiques ont le droit de
fixer le type d'organisation politique qu'ils d6siient
en toute liberty. Cette organisation serait peut-etre
pour tous le communisme...

Christophe Rand conclul

...II1 se peut qu'une claire decision de la part de
I'Amdrique sur l'attitude qu'il imported d'adopter en
Asie doivent attendre une decision g6ndrale de l'Am6-
rique sur le monde entier et principalement une
r6ponse A la question de savoir si une guerre mon-
diale vient et comment elle 6clatera. Cette question
parait nous avoir terriblement troubles. Quclques
Ambricains conscients insistent pour que nous agis-
sions sous une form telle qu'une intervention
armre contre le communism qui puisse consti-
tuer une preparation visible d'une guerre dans un
bref ddlai, mais cela semble tdmdraire dans une
situation qui present quelques promesses de paix.
D'autres insistent pour que nous prenions des mesu-
res telles que le programme du Point IV qui
paraissent des measures de paix, mais qui sont ina-
d6quates A la veille d'une guerre. Peut-etre est-ce ce
seul nuage sur notre mentality qui est essentielle-
ment reponsable du fait que la politique amdricaine
est maintenant considered comme l'un des mystbres
les plus profonds de l'Orient mystdrieux. Jusqu'A ce
que ce mystere s'6claircisse nous ne serons capable
de rien faire si ce n'est de patauger en Indochine
pendant le reste de cette p6riode, nous maintenant
sur ce th6dtre, mais en nous exposant A y commet-
tre des erreurs et A nous y faire des ennemis.
(n New.York Herald Tribune ), 1er avril 1950). No 5.485




II. INDE

Dans FAR EASTERN SURVEY, Russel H. Fifield
analyse le problime pose par les lerritoires fran-
Cais de l'Inde.

Dans un discours adress6 au Parlement indien le
11 f6vrier 1949, le Premier Ministre Javaharlal
Nehru d6clara ce qui suit : i Nous estimons qu'il
est natural et opportun, pour une infinite de raisons,
que toutes les possessions 6trangBres en territoire
indien soient unies A l'Inde. Nous nous proposons
de mettre cette politique en application au moyen de
discussions amicales avec les puissances int6res-
sees >. Cette declaration exprimait Pattitude offi-
cielle du Gouvernement indien A I'egard des petites
possessions frangaises et portugaises diss6mindes sur
le territoire de la nouvelle nation ind6pendante.
L'Inde devenant un Etat souverain au sein da Com-
monwealth, de nombreux Tndicns avaient suppose


que la France ne tarderait pas h renoncer a ses pos-
sessions. N6anmoins, celle-ci a abord6 le problem
avec une certain lenteur...

L'auteur situe gcographiquemnent les posses-
sions frangaises et decrit ensuite leur statute po-
litique.

...Tous les etablissements de I'Inde francaise ont
maintenant nlu des conseils municipaux. L'Inde fran-
caise fait parties de l'Union franchise ; elle envoie
un repr6sentant A 1'Assembl6e de 1'Union frangaise,
deux au Conseil de la RWpublique et un a l'Assem-
blee national a Paris. Eu 6gard A l'Pventualit6 de
changements politiques dans I'Inde franchise, Parti-
cle 27 de la nouvelle constitution franchise est si-
gnificatif. Aux terms de cet article, les traits
< impliquant la cession, 1'Pchange ou l'addition de
territoire ne deviendront pas d6finitifs tant qu'ils
n'auront pas 6t6 ratifies par un- acte 16gislatif > et
< aucune cession, aucun change ni aucune addition
de territoire ne seront validds sans le consentement
de la population interessde >...

M. Fifield aborde l'examen des ndgociations en-
ftl les gouvernemenis de l'Inde et de la France.

...Les negociations entree les Gouvernements fran-
cais et indien sur l'avenir de l'Inde frangaise ont Wt6
longucs et souvent orageuses. Aprds les discussions
qui eurent lieu centre les deux Gouvernements A New
Delhi, il fut fait le 8 juin 1948 A 1'Assembl6e natio-
nale francaise une declaration 6tablissant les princi-
pes selon lesquels les populations de l'Inde frangaise
d6termineraient leur avenir. Cette declaration 6tablit
ce qui suit : < Leur decision sera prise au moyen
d'une consultation libre et sincere don't :es details
seront fixes en accord avec les Conseils municipaux
6lus de chacun de ces 6tablissements et a une date
qui sera fix6e conforlnement A leurs indications. Les
resultats de cette consultation seront valuables pour
chacun des cinq 6tablissements pris individuelle-
ment et non pas globalement pour 'ensemble.
L'Ambassadeur de France A New Delhi 6crivit ce
qui suit au Premier Ministre Nehru, le 29 juin 1948:
<< La date de la consultation sera fix6e pour Chan-
dernagor par I'assemblec municipal de cette ville
libre, pour les quatre autres 6tablissements par leurs
conseils municipaux groups en une assemblee uni-
que. Dans ce but ces assemblies municipales seront
entibrement renouvel6es et de nouvelles elections
auront lieu A des dates qui seront fixes le plus t6t
possible >.
Le Premier Ministre Nehru r6pondit le jour m&me
en ces terms A 1'Ambassadeur :
c Mon Gouvernement note avec satisfaction que
les principles contenus dans la declaration (faite a
1'Assembl6e national franchise le 8 juin 1948) sont
conformes A son propre point de vue selon lequel le
sort des 6tablissements frangais de l'Inde devrait
6tre d6termin6 le plus t6t possible conformement
aux voeux librement exprimes de leurs habitants...
Mon Gouvernement partage cordialement le d6sir
du Gouvernement francais de voir le referendum au
moyen duquel sera consult la population de PInde








frangaise se derouler dans une atmosphere exempt
de passion ou de haine et sans qu'intervienne la
moindre pression, interieure ou ext6rieure >.
Les elections municipales furent fixes au 24 octo-
bre 1948 A Pondichery, Mahl, Yanaon et Karikal
conform6mcnt A l'accord general franco-indien sur
l'avenir des etablissements. Avant les elections, les
Francais olpposerent une fin de non recevoir A une
requite du Gouvernenment de New Delhi tendant i1
ce que les abservateurs indiens soient places dans
les municipilit6s, mais ils affirmbrent au Gouverne-
ment indien que les autoritis franchises avaient recu
1'ordre de ::onserver < une complete neutrality >>.
Des 6meute; 6claterent a Mahe le 22 octobre et les
Francais pe 'dirent momientanement le contrile de la
ville. Le Ccinmissaire francais attribua ces nemeutes
i la << pre:sion exterieure > du Parti du Congres
indien. Les autorit6s indiennes cependant nierent
que leurs nmtionaux aient participe aux troubles. Les
registres miitnicipaux avant ti detruits ii Malie, les
elections fu rent provisoirement ajournees dans cette
colonies, mn;is elles se d6roulbrent comme prevu it
Pondiclihry, Yanaon et Karikal. Les candidates pro-
francais du Parti socialist s'assurirent la majority
dans tous (es 6tablissements. Le Dr R. Subbaroyan,
leader du Parti du Congres indien, qualifia les elec-
tions de << ;upremiement anti-di6mocratiques >.
Le 21 mars 1949, les conseils miunicipaux 6lus de
Pondichry, Yannon, Karikal et IMalh se rassemble-
rent a Pond ich6ry et accepl6rent unanimement qu'un
re6frendum ait lieu le 11 decembre pour d6terminer
la souverailiet6 future des 6tablissenments. 11 fut con-
venu que, .,'ils votaient en faveur d'in clangement
d'all6geancc, ils devraient etre assures d'une < conm-
plete autonomie > pendant une p6riode transitoire
de trente ans...

Le jouri'alisle ;ooque e different douanier el
le blocus cconomique declenchi par le gouver-
nement inlien pour appuijer ses revendications,
les ndgoci itions reprennent.

...La con reverse douanibre ne fut pas 6trangere a
la decision prise en mai 19,19 par le Gouvernement
francais de demander au Dr Jose G. Guerrero, vice-
pr6sident (ie la Cour international de justice, de
nommer dts observaleurs neutres pour les pl6bis-
cites appeals a avoir lieu dans l'Inde franchise.
Le 30 m.in, cepeidant, un porte-parole du Minis-
thre indien des Alfaires Etrangreqs d6clara que les
plebiscites pourraient ne pas Etrc pris en conside-
ration par l'Inde s'ils avaient lieu dans des condi-
tions inaccptables. 11 accusa les Frangais de violer
1'accord de juin 1948 fixant ces conditions, d'omet-
tre de r6p ndre aux demands de renseignements
indiennes 4t d'accepter deux observateurs neutres
sans consulter l'Inde au sujet de leur designation.
Ult6rieurement, en juin 1949, New-Delhi et Paris
aboutirent a un compromise sur certain aspects du
litige. Conme on l'a not6 prectdemment, l'Inde a
pris des m esures en vue de modifier les r6glemen-
tations dot anieres qui avaient, disait-on, occasionni
des difficult iconomiques aux 6tablissements fran-
cais. La Fiance, de son crt6. accept que les noms


de douze personnel design6es comme observateurs
par le Dr Guerrero soient soumis a l'examen de
l'Inde et que les Gouvernements de Paris et de New-
Delhi en choisissent six d'un commun accord. Le
plebiscite a Chandernagor ayant kt6 fixed an 19 juin,
les deux observatcurs d6ej d6sign6s A la requete de
'la France observeraient les elections dans cette mu-
nicipaliti.
Les elections iunicipales qui avaient eu lieu a
Chandernagor en septembre 1948 avaient ament une
administration fortement pro-indienne. En avril
1949, 1'Assembl6c inmnicipale de l'enclave se de-
clara en faveur de l'incorporation A l'Inde, consi-
d6rant un referendum comnne inutile. Les Franqais
rejethrent cette procedure ct Chandernagor s'oppos:
a une suggestion francaise proposant l'ajournenlent
dii referendum en deccmbre ; pen de temps avant
Ic 19 juin, alors que le referendum etait decide,
l'Assembl6e municipal cnvoya au President de la
6lipublique franchise uni telegrammne dans lequel
elle d6clarait ( redouter que le future referendum
sur le sort de la ville ne soit pas libre et equitable >
mais ajoutait qu'en tout 6tat de cause il aurait lieu
< sous toutes reserves >. La decision d'annexion i1
l'Inde fut tres nltte : 7.163 voix contre 114. Les
elections se d(roulerent dans le came ; la force de
police locale fut rcnforcee par un contingent de
Pondich6ry et des piquets de police furent places
par le Gouvernement dut Bengale occidental aux
entries de la locality.
Le 14 aoflt 1919, second anniversaire de l'inde-
pendance de l'Inde, la France proceda A tin trans-
fert de facto de Chandernagor a 1'Union indienne.
Pour proclamer la souvcrainet6 de jure, il fallait
attendre, naturellement, un trait entire la France et
l'Inde. Le message adress6 par le Premier Ministre
Nehru a Chandernagor fut significatif. II declara
accueillir les habitants de l'tablissement < come
des associes dans la liberty discipline d'un grand
pays et dans les grandes tAches qui nous atten-
dent > et ajouta que le changement intervenu dans
la municipality etait < rendu inevitable par des
raisons l'histoire, de geographic, de culture et par
l'csprit de l'epoque >...

Pour finir

...La date du referendum pour le rest te l'Inde
francaise, initialement fixie au 11 d6cembre 1949,
fut report ult6riiircement an 15 f6vrier 1950.

El I'anller de conclure :

Mais cc qui est certain, c'est que le fait que l'Inde
est devenue un Etat indtpendant g6ographiquement
considerable de l'Asie mdridionale ambnera la dis-,
parition des anciens avant-postes de l'empire euro-
p6en. T6t ou tard les dernieres parcelles imp6riales
dans le sous-continent scront absorbecs par leur
grande voisine. Tout cc que le monde peut esp6rer,
c'est que cette transformation se fasse par voie de
n6gociation et non par la force.
(v Far Eastern Survey ), New-York. 22 mars 1950). N" 5.506







COMMONWEALTH


1. Le Commonwealth 6volue

Il est solvent difficile d'analyser les eoene-
ments don't on a etd on don't on est le timoin. Le
manque de recul historique ne permet pas de dis-
cerner les forces, les facleurs, qui ont declenche
les courants. Les gros plans ne se dctachent pas
aisement et l'on se perd dans le labyrinthe in&-
vitable des fails.
Le Commonwealth est l'in des eldments les
plus attachants et les plus originaux du monde
conlemporain. Sa complexity cependant est tell
que l'on peut d peine en saisir les traits princi-
paux, et dWfinir son evolution.
ITHE ROUND TABLE nous apporle d ce sujel des
precisions utiles.
L'ampleur du changement intervenu entire le
Commonwealth d'avant 1939 et celui d'aujourd'hui
n'a pas encore 0t6 pleinement saisie par l'ensemble
du public.
Ce changement comporte deux elements d'6gale
importance. L'un est l'accroissement intervenu dans
la stature des Dominions, ce qui n'a rien it voir
avec leur statut. L'ind6pendance et l'6galit6 de sta-
tut ont, en effet, 6ti consomm&es dans l'accord
intervenu pour conserver dans le Commonwealth
en quality de membre integral et 6gal en droits un
pays ayant utilis6 sa liberty pour devenir une r6pu-
blique ; mais cela, envisage sous l'angle historique,
n'a 6t6 gubre plus que l'aboutissement logiquc d'un
principle d6jh tabli. Plus important 6tait son aspect
positif : le faith que la Couronne ait etW accepted,
mbme par la R6publique, come l'autorite supreme
du Commonwealth et le symbol de son unit, ce
qui est quelque chose de plus qu'une adhesion puru
et simple de ses parties. La stature est quelque chose
de different. Les Dominions ont grand, en partic
du faith de la guerre, non seulement en force mais
egalement en experience et en assurance. Chacun
d'entre eux a developpe sa conscience national et
sa volont6 national. Chacun a sa propre facon de
voir le monde. La politique 6trangire du Canada.
celle de 1'Australie et des autres Dominions sont
maintenant des terms pleins de sens.
Le second elmient de la metamorphose esl I'ap-
partenance de trois nouvelles nations asiatiques,
I'Inde, le Pakistan et Ceylan. II est lie avec le pre-
mier element parce que ces pays ont, naturellement,
toujours fail parties du Commonwealth, mais ils
n'etaient pas membres ind6pendants et par conse-
quent n'apportaient pas la contribution de leurs
conceptions internationales sp6cifiques et de leurs
politiques nationals. Leur admission en quality de
membres egaux et souverains, bien que ne d6pla-
Cant pas le centre de gravity physique du Common-
wealth, a certainement d6place son centre de gra-
vite politique. Sur huit membres trois sont situes
en Asie m6ridionale et ont des points de vue et des
intfrCts nettement asiatiques. Etant donned que lo
carte mondiale de chaque nation est egocentrique,


les leurs sont trbs diff6rents de ceux de ]a Grande-
Bretagne, du Canada ou de tout autre Dominion.
Leur attitude a l'6gard des questions raciales et
imp6riales, si vitales aujourd'hui dans les affaires
internationales, est Cgalement nettement diff6rente.
Leur presence cr6e un nouveau Commonwealth,
plein de potentialities nouvelles et intdressantes, spd-
cialement dans le domain ies relations raciales et
en ce qui concern le rapprochement dtes elements
epars du monde non communist.
(a The Round Table n, Londres, mars 1950). N 5.492

Eludiant un problem tries voisin, PACIFIC
AFFAIRS consacre un long article aux < Domi-
nions asialiques au sein du Commenwealth >.
Lorsque l'Inde et le Pakistan, et ensuite Ceylan,
devinrent des membres complete et ind6pendants
du Commonwealth, le centre de gravity de celui-ci
se d6placa d'une maniere perceptible vers l'Asic. II
est vrai que le Royaume-Uni est profond6ment
engage en Europe et qu'il doit computer sur son
influence plut6t que sur sa puissance en Asic et
dans le Pacifique, que le Canada et I'Afriquc du
Sud s'interessent encore relativement peu t ces ter-
ritoires et que l'Australie et la Nouvelle-ZMlande se
consid6rent < en Orient plut6t que d'Oricnt >. Ce-
pendant aucun de ces Dominions ne peut meconnai-
tre l'importance de la soudaine expansion du Com-
monwealth, passe de six pays don't la population
total atteignait moins de 90 millions d'habitants,
presque tous de souche europeenne h huit pays
(1'Irlande s'6tant retire) don't la population total
de 500 millions d'habitants environ compete plus de
400 millions d'individus de souche non-europenne.
11 est plus facile, cependant, d'etre impression'
par l'importance de cet 6v6nement que d'en mesu-
rer exactement la port@c...

L'auteur s'altache d dCfinir la natur dede la
cohesion du Commonwealth puis continue...

Mais, qu'elle est done la situation du Common-
wealth en 1949 ? II est trop t6t pour tirer des con-
clusions d6finitives des derniers evenements mais
certain faits sont evidents. Les Dominions asiati-
ques sont entrCs( dans le Commonwealth conlle
dans uine < bonne affaire > et veulent en faire partic
parcel qu'ils estiment qu'il offre des avantages
positifs. C'est la nature exacte de ces avantages
qu'ils sont en train d'examiner. IIs ne resteront
vraisemblablement dans le Commonwealth que s'ils
constatent que ce lieu est payant, non pas neces-
sairement de la mime mani&re mais dans la pro-
portion approximative oiu il s'est revele historique-
ment payant pour les membres plus anciens. En
mrme temps les Dominions asiatiques doivent asso-
mer leur part de responsabilit6 dans le maintien do
la cohesion du Commonwealth, car les avantages
inherents au fait d'en etre membre dkcoul'nt de re
sens de cohesion.







Apris avuir examine I'interel des Dominions
asiatiques d'apparlenir an Commonwealth, sur le
plan militai.e, et avoir conclu i sa faiblesse,
I'article, ponzrsnit en insistant sur le problime
economique.
Alors que la defense et la politique 6trangere
peuvent semlbler pour les Occidentaux presenter le
plus d'int6rit et d'importance, c'est le probl6me
6conomique lui tient n6cessaircment la plus grande
place en Asio. Les leaders des nouveaux Dominions
doivent trouvcr des moyens d'6lever les standards
de vie de m nierre it soulager la inisre humane pr&-
dominante dans leurs pays ; ils doivent 6galement
trouver des moycns d'6quilibrcr d'une maniere
plus raisonr able les resources et la population.
S'ils y sont forces, ils essayeront eux ou quel-
qu'un d'autre de s'acquitter de ces tachcs ii
l'aide de mcryens ne different pas de ccux utilis6s
dans l'Uniori Sovi6tique ou en Chine communist,
c'est-A-dire (n se hissant cux-minmes i la force des
poignets et en s'imposant tous les sacrifices que
comporte ccte facon de proc6der. En ce moment,
la tactique consiste A rechercher 1'aide 6conomique
occidentale : assistance technique pour construire
le nouveau project hydrolectriquc de Ceylan, pour
prospecter le p6trole au Pakistan, pour amnliorer
les usines d:ns 1'Inde et egalement assistance finan-
ci6rc pour ( 6velopper l'industrie. notamment dans
1'Inde qui poss6de d'importants gisements de cha'r-
bon et de fer...
11 conclio'.
Sous certiins rapports, le Commonwealtl a tou-
jours 6t6 une entreprise de foi. Mais la foi et les
acts ont beacucoup d'inter-connexions, parliculifre-
ment en matierc d'affaires internationales. La voie
est libre po ir permcttre aux membres plus anciens
du Common wealth de profiter de l'occasion unique
qu'ils ont d( soutenir le d6veloppement des Domi-
nions asiati(ues par leur comprehension et, en liai-
son avec le; Etats-Unis, par leur aide mat6rielle.
Quant aux Dominions asiatiques, il se prescnte it
eux 6galemeot une occasion unique de trouvcr leur
place dans les affaires internationales en companies
d'un group intime et souple de pays se renforcant
mutuellemer t par des changes d'informations et
de discussions amicalcs. Si 1'on petty de part et
d'autre s'&lever a la hauteur des chances qui se pr&-
sentent, il e,.t possible que le Commonwealth contri-
hue au pro.,ries pacifique et an bien-6tre individual
de ses mem bres d'une maniere faisant de lui u ne
force cr6atr ce dans le domain des affairs inter-
nationales.
(a Pac fie Affairs a, New-York, d6cembre 1949). N" 5.445

II. Les relations indo-pakistanaises

1. GRAVITt: DE LA SITUATION
Les deu.; derniers mois oni it le dcveloppe-
ment dans Ic << sons-continent > indien d'ulne ,si-
loatioin tri grave provoqone par une tension
aignui des relations indo-pakistanaises.
Nombret x 0laient, an cours dt mlois de mars
cl du commencement d'avril, ceux qui craiunpaieni


le pire, et le ton des journaux refltfail lne
grande inquidiude.
L'un des aspects les plus d6solants de la vie en
Inde aujourd'hui, est le nombre des gens qui croient
sincerement que le Pakistan sc prepare a attaquer
leur pays.

Sous le lire /, On joie avec le fec en Inde >.
ie NEW YORK TIMES publiait :
La situation en Inde est de nouveau (peut-etre
pourrait-on dire encore) alarmantc. Les extr6mistes
hindous out lanc6 un appel a la guerre contre le
Pakistan...
...Le conllit du Cachcleire dtait en suspense, atten-
dant une action des Nations Unies, mais entire temps
il forcait P'un et l';autre dominion:s a consacrcr plus
de la moitid de leur budget pour la d(pense mili-
tairc. Une guerre commnerciale s'est instauree, can-
sant une grande miisere et des pertes importantes
dans les dcu;x pays. Plus tard, les troubles du Ben-
gale Oriental et Occidental ont cree une situa-
tion extrcmement dangerous. Lorsqu'on partagea le
Bengale an Pakistan, onze millions d'Hindous furent
laisses dans le Bengale Oriental, et cinq millions de
Msisulinans dans le :Bengale Oriental...
(a New-York Times ), 20 mars 1950). 'i" r,.476

Le CONTINENTAL D AIL MAIL. iltrail << Le Caclhe-
mire est encore in loneillei (ie poindre a et con-
clhiil son articie.
Deux armies bien cnitriaincs s' font face et le
printemps est proche. 11 ne faut pas grand chose
dans Patmospliere actuelle pour faire repartir les
coups de feu.
Derriere tous ces conflicts qui affectent mainte-
nant le Pakistan et 1'Inde, il y a une cause fonda-
mentale d'hostilite : le Cachenmire.
C'est au Cachemire que les gens bien informs ldu
Pakistan pensent quL'il y a un danger d'explosion.
(a Continental Daily Mail a, 5 avril 1950). N" 5.498

2. --- A(c ORD NEHRU-LIAQUAT
Cependant, brusquement, les nouvelles s'amd-
lioraient. La bonne volonlt des gouvernemenls
reississait d dominer la situation. La press
dirangire a soulignd l'initialive heurense de MM.
Liaqnal Ali Khan ct Nehru' come un geste im-
portant dans l'hisloire de 'Asie.
L'accord, auquel viennent d'en arriver les Pre-
niers Ministres Jawalarlal Nehru el Liaquat Ali
Khan, semble avoir 'et un point crucial dans l'his-
toire de l'Asic. Le Pandit Ncrhnu tait plein d'es-
poirs. 11 estinmait que les deux pays s'etaient eloi-
gnes d'un precipice et d'une catastrophe cffroyable
greice celt effort (ldscspir'.
Quant au Premier Ministre du Pakislan, il declara
qu'il consid'rait eet accord conimme le precurseur
d'une nouvelle colnipriiension centre les (',t',x doini-
nioiis.
Si ces espoirs sont reniplis, il sera facile de mnt-
tre fin A l'une des situations les plus dilficiles et les
plus dangereuses idu monde.







On aura une idee de l'importance du problime en
pensant que les terms de l'accord affectent plu-
sicurs millions de personnel. Et cela seulement
dans une des regions critiques et pour la p6riodc
r6cente. L'ensemble des migrations au course des
deux ans et demi qui viennent dt s'ecouler s'dlve
a plus de 10.000.000 ; on pense que le nombre des
morts au course des bagarres entire communists
s'clive a plus d'un million.
L'accord qui vient d'etre sign s'occupe d'un
ensemble de probl6mes qui concern sp6cialement
les droits des nations, la representation des minori-
tes, les migrations, la propri6t&, les conversions for-
cecs et 1'incitation aux d6sordres.
(a New-York Mail ), 11 avril 1950). No 5.510
Sous le lilre < Detente dans l'Inde >, la NEUE
ZURCHER ZEITUNG de Zurich precise :
Commc l'a declare Liaquat Ali sur un ton de
grande satisfaction, presque toutes les questions
interessant les deux pays, y compris par cons6-
quent le conflict. du Cachemirc, ont kt6 traitees au
course de ses entretiens avec Nehru.
Cependant, sur in mode mesurd, ce journal
ajoute :
La victoire de la sagesse et de la bonne volont6
- c'est ainsi que l'on peut qualifier I'accord inter-
venu i Delhi centre les deux Premiers Ministres --
n'est done pas encore pleinement assure. II faut
attendre de savoir comment 1'opinion publique ct,
notamment, la population des territoires agit6s r6a-
giront aux exhortations des hommes d'Etat et des
politicians responsables.
(a Noue Zurcher Zeitung ), Zurich, 11 avril 1950). N" 5.515

III. Malaisie
1. -- LA SITUATION S'AGGRAVE
Alors qu'aux Indes la crise d faith place ci 1'es-
perance, le probl&me malais ne parait pas en voie
de solution. Un ddbat d la Chambre des Lords lui
a donned une place prioritaire sur le plan politi-
que anglais et l'opinion britannique s'inquiete de
ne pas apercevoir les ameliorations si souvent an-
noncees.
Scrutator affirme dans le SUNDAY TIMES que la
situation s'est aggravee.
Les discours de Lord Killearn et de Lord Man-
croft, au course du d6bat A la Chambre des Lords sur
la defense, la semaine dernibre, ont donn6 A la
situation en Malaisie une nouvelle importance. Les
deux Pairs ont, dans ce domaine, des connaissances
particulibres. Lord Killearn, don't la reputation pre-
miere fut 6tablie en Chine, et qui en 1946 fut, apris
avoir quitt6 1'Egypte, Commissaire special en Asic
du Sud-Est pendant deux ans, est Pun des v6t6rans
les plus capable de nos services des Affaires 6tran-
gBres ; dix jours plus t6t il 6tait encore en Malaisie.
Lord Mancroft est, quant A lui, un homme plus
jeune, mais il a h6rit6 d'une grande parties de la
sagacity de son pere, et il connait 6galement bien
la question.


La situation en Malaisic a k6t tout r&cemment
aggrav6e consid6rablement par deux &,inements
cxt6rieurs la conquite de la Chine par les com-
munistes et la reconnaissance de leur Gouverne-
ment par la Grandc-Bretagne.

Son tlude fait une part importance i l'action
des sociedls secreles chinoises, souligne la gra-
vitd du problmne, puis conclut en exprimant lef
< premieres exigences >.
Le territoire le plus facile a envahir de Chine est
le Viet-Nam, oil les Frangais ont la rcsponsabilite
militaire ; ensuite viennent le Siam et la Birmanie ;
la Malaisie vient en dernier lieu. Mais en r6alit6
nous ne sommes pas aussi abrit6s que cela. Djah
des guerillas operent en Malaisie a partir de bases
siamoises centre la volont6 du Gouvcrnement sia-
mois. Et vice-versa, un succbs de cent pour cent,
obtenu en Malaisie par la Grande-Bretagne, fortific-
rait l'anti-communisme dans tous les autres pays.
Pcut-ktre faut-il tout d'abord, et en premier lieu,
affirmer de facon absolument claire que nous
n'avons pas l'intention d'abandonner la parties. La
grande majority de la population en Malaisic veut
nous soutenir, mais comment l'osera-t-elle s'il est
possible qu'elle soit abandonn6e dans 1'embarras ?
Une volont6 non ambigue, un commandment plus
unified, des troupes plus nombreuses (peut-6tre quel-
ques Australiens) et une aviation plus forte, telles
semblent etre les premieres exigences que le Gou-
vernement lui-mime reconnait maintenant. La no-
mination de Sir Herald Briggs serait excellent s'il
disposait de pouvoirs suffisants.
(a Sunday Times a, 9 avril 1950). No 5.504

Le JOURNAL DE GENIVE a public (9-4-50).
N" 5.504, une court synthise de la question ma-
laise. que nous reproduisons ci-apris.

2. LES TROUBLES EN MALAISIE
L'Angleterre n'en a pas fini avec ses soucis en
Extreme-Orient. Apris avoir di passer la main aux
Indcs et en Birmanie 6lev6es A l'ind6pendance, elle
se heurte depuis plus de deux ans A une resistance
opiniitre en Malaisie et elle se voit inexorablement
contrainte A prendre des measures energiques et de
grand envergure pour r6tablir l'ordre ct imposer
son autorit6.
Les troubles de Malaisie sont, comme en Indon6-
sie et en Indochine, un reliquat de Poccupation
japonaise. On sait que les Japonais ont abondam-
ment us6 du slogan : 'Asie aux Asiatiques De cette
manibre, ils ont gagn6 A leur cause des partisans
d6vouds dans tous les pays occupies. Leur d6faite a
ruin6 le credit de leurs sympathisants, mais le na-
tionalisme qu'ils ont contribu6 a eveiller dans une
si large measure reste actif. Et cette force avec la-
quelle il faut computer, les communists Putilisent it
leurs fins comme on le volt particulierement bien
en Indochine.
Il ne semblait pas, en 1948, lorsque 6claterent les
premiers troubles en Malaisie, que ceux-ci fussent
inqui6tants. Les < terrorists > itaient peu nom-
breux. Leur elimination paraissait facile. 11 apparut








bientot que leur movement devait etre pris au
serieux ; Ics partisans ne reculent devant aucune
violence et les massacres de planteurs europ6ens
se multiplii.'cnt bient6t ; en outre, lirant le profit
maximum di, la configuration du pays, ils disparais-
saient dan,. la jungle sit6t leurs coups accom-
plis et il snmble bien qu'ils b6neficicnt de conni-
vences non:breuses parmri le proletariat chinois,
ainsi que d(1 la lienveillance tacite ou avouse de la
paysanneric malaise.
En Malai..ie, l'Angleterre basait son autorit6 sur
l'arbitrage lu'elle exercait entire Malais et Chinois,
avec une fiiveur marquee pour les premiers et au
detriment les seconds, qui jamais ne recurcnt de
v6ritables droits politiques. Or, la population de la
Malaisie es' compose, pour plus de quarante pour
cent, de C]linois qui fournissent la main-d'oeuvre
des plantations d'h6v6as et des mines d'6tain et qui,
ai Singapo r, exercent le commerce, of certain
d'entre cus ont conquis des positions eminentes.

La victoire communist en Chine a transformed"
les donndes du problem.
Le jeu 6t lit relativement ais6 aussi longtemps que
]a Chine n'tiait pas en measure d'assurer A ses natio-
naux une protection efficace. Les choses ont change
depuis l'aN\nement de Mao-tse-tung, et surtout de-
puis la reconnaissance par la Grande-Bretagne du
gouvernemint communist chinois. Par un pheno-
mene Iien connu, le success que ce gouvernement a
remport6 Iii attire les sympathies de ses nationaux
fix6s h l'! ranger. Le gouvernement de P6kin n'a
pas manque d'utiliser sans retard cet 6tat d'espril.
11 a 6galcinent proc6d6 A la nomination de nou-
veaux fontionnaires consulaires en Malaisie, come
l'6tablissertent de relations diplomatiques r6gulibres
avec 1'An. leterre lui en donne le droit. Les parti-


sans communists se sentent done appuy6s et leurs
entreprises en deviennent encore plus hardies.

II faut agir vite.
Londres doit done rbagir rapidement s'il ne veut
pas voir la Malaisi, subir le sort de 1'Indochine,
c'est-A-dire assisted i l'installation d'un gouverne-
ment communist dissident qui serait aussit6t re-
connu par la Chine ct les pays d'ob6dience commu-
niste. Les forces britanniqucs sont djjh consid6ra-
bles puisqu'elles competent vingt et un bataillons
soutenus par des escadrilles de bombardiers lourds
don't la derniere est r6ccmment arrive d'Angle-
terre, tandis que de l'infanterie debarquait encore
de Hong-kong et que des unites de la marine de
guerre patrouillent le long des cotes. Mais la lutte
est ardue, car les forces ne peuvent etre engagees
en masse dans la jungle oi la guerilla peut se
poursuivre longtemps.
Mais il faut agir vite. La Chine, qui s'organise, ne
peut encore mener une politique ext6ricure active.
I1 s'agit de d6faire les partisans avant que l'inter-
vention chinoise devienne en quelque sorte offi-
cielle, mais 1'operation sera coiteuse. Cependant,
l'Angleterre ne peut sc permeltre de tergiverser. D6ji
l'opposition conservatrice s'6tonne de la lenteur des
operations de police. Surtout, la Grande-Bretagne
possede un int6rit evident A se maintenir en Ma-
laisie ; Singapour est une tape important sur la
route de 1'Extreme-Orient et 1'Australie s'inquiete
de voir ce port menac6 ; de plus cette colonies est
une source precieuse de dollars products par la
vente de l'6tain et du caoutchouc ; enfin, un succes
communist en Malaisie affaiblirait encore les posi-
tions occidentales dans 1'Asie du Sud-Est. La cam-
pagne de Malaisie devient ainsi une affaire interna-
tionale.
(o Journal de Geneve a, 5 avril). N" 5.543


Indon6sie

Les noiiveaux Etats-Unis d'lndonesie ont bien
du mal d assurer leur domination sur l'ensemblc
du territ ire.
Peu ap res la fin de la rebellion de << Turk >
Westerling que nous avons relate en son
lemps, uwe autre revolte a eclatd dans l'Etat
d'Indonesie oriental.
La GA;ETTE DE LAUSANNE a donned de cette af-
faire un compete rendu assez complete.
L'ordrc rbgne A Macassar. Mais c'est le capitaine
Abdul Az z, chef des rebelles, qui le maintient. II a
refuse d( venir t Djarkarta, capital f6d&rale, oih
le gouver element des Etats-Unis d'Indonesie lui inti-
mait l'orilre de se rendre. Bien mieux, le chef des
rebelles lmaintient prisonnieres sur leurs bateaux de
transport les troupes f6edrales qui devaient debar-
quer l acassar.
C'est I r'cis6ment l'envoi de ces troupes dans la


capital de l'ile des C61Bbres qui a mis le feu aux
poudres. Ces troupes sont apparues comme le sym-
hole d'une autorite central consid6r6e, particulii-
rement dans l'Etat d'Indon6sie orientale, comme
trop envahissante. L'Etat d'Indon6sie orientale com-
prend quinze territoires autonomes, et sa popula-
tion est de 11 millions d'habitants environ. L'auto-
nomie de l'ensemble a 6t6 proclam6e en decembre
1946. Or la tendance qui domine a Djarkarta est
aujourd'hui A la centralisation, et non h l'autonomie
(nous dirions cliez nous au f6d6ralisme). Pas plus
tard que vendredi dernier, sept Etats indon6siens
ont 6t6 incorpores dans la r6publique indon6sienne
de Djokdjakarta, et la Conf6ddration indon6sienne
se compose maintenant de quatre Etats : la r6publi-
que cite ci-dessus, Sumatra oriental, Borneo occi
dental et l'Indonesie orientale oil viennent d'6clater
les troubles. On attendrait nmme la liquidation de
Sumatra oriental et de Borneo occidental, qui se-
raient incorporis A Ieur tour dans la fameuse < Re-
publique >.


UNION NEERLANONDO-NDNESIENNE








On peut done s'expliquer l'attitude des rebelles
de Macassar, qui semblent tenir avant tout i sauve-
garder leur autonomie. Mais cela ne veut pas dire
que d'autres preoccupations n'aient pas pu guider
les rebelles. Leur chef serait li6 i << Turco > Wes-
terling, cet ancien capitaine de l'armde hollandaise
qui s'est taill6 des succes sanglants et avant tout
personnel, au mois de f6vrier, dans Pile de Java,
s'est ensuite r6fugi6 it Singapour grfce a des com-
plices hauls places ct, emprisonne dans la colonie
hollandaise pour y ctre entr6 en fraude, y purgera
un supplement de peine pour avoir mis knock-out
un compagnon de cellule. L'aflaire rocambolesque
de Westerling vient d'ailleurs de rebondir une fois
de plus par arrestationn du sultan de Pontianak, qui


s'inqui6tait lui aussi des tendances centralisatrices
de Djarkarta et aurait eu des liaisons avec << Tur-
co >>.
Toute cctte agitation politique n'est guire rassu-
rante pour l'avenir de l'Indonesie, oft la grande di-
versit6 des regions et des peuples est une cause
constant de fermentation. Les Hollandais, qui out
tir6 officiellement leur 6pingle du jeu, restent appa-
remment calms. Le commandement des troupes
hollandaises de Macassar a observe les combats du
seuil de sa maison, dans le simple apparel de son
pyjama, tandis qu'il consignait ses homes dans
leurs casernes. Souhaitons qu'elles puissent y rester
jusqu'au bout.
(a Gazette de Lausanne v, 11 avril 1950.


TERRITOIRES ITALIENS


Somalie

La Somalie esl a nooieau soninise d une ad-
ministration italienne, contrdlde par l'Organisa-
lion des Nations Unies.
Le transfer de souverainetd s'est effectdi dans
I'ordre. Cependant la situation est delicate.

Les conditions (tans lesquelles l'Italie va reassu-
mer administration de la Somalic ont fait l'objet
d'un examen local tres minuticux et le fait que
'administration sera soumise au control d'un orga-
nisme consultatif et des Nations Unics, auxquels il
sera fait appel en cas de friction en matitres poli-
tiques, n'est pas pass inapergu en Somalie. < On
a donn6 A PItalie ine magnifique occasion de prou-
ver son changement de disposition ; tell est la
remarque que l'on contend fair communement parmi
les intellectuals somalis.
En y regardant ie plus pris, cependant, on peut
dtcouvrir une note de menace, car si 1'Italie ne con-
formait pas sa politique aux voeux des nationalists,
ceux-ci sembleraient d6cid6s A avoir recours aux
pouvoirs tres consid6rables don't ils disposent pour
mettre en 6chec touted measure de administration en
faisant l'usage maximum des armes que les clauses
du transfer ont mises entire leurs mains. Sous une
administration don't chaque decision souliverait un
nuage de controversies et de chicanes politiques, la
Somalie tomberait rapidement dans le chaos, situa-
tion g6ndralement appel6e i fournir des 616ments
don't pourraicnt faire usage ceux qui ont int6ert ai
discr6diter l'imperialisme dans toute l'Afrique.


Le gouvernement italien agit avec la prudence
qui s'impose.
Le Gouvernement italien, pleinement conscient de
cette situation delicate, procede avec la circonspec-
tion qui s'impose. En effet, le choix des membres
du parti italien progressiste a mime rencontre 1'ap-
probation initial des Somalis.


La GAZETTE DE LAUSANNE insisle sur ha reson-
nance italienne de l'dnenemenl.
La ceremonic qui vicnt de se derouler til Soma-
lie a, pour nos voisins de la peninsule, une impor-
tante signification : apres ncuf ans d'exil, ils ren-
trent en Somalie.
Toutefois il ne s'agit li que d'un demi-rctour, et
les Italiens s'en rendent compete : ils sont parties
colons ; ils rentrent mandataires des Nations Unies,
et, fait unique et sans pr6c6dent, la dur6c de cc
nandat est limited a 10 ans et son exercise soumis
Sla condition qu'ils prtpareront la Somalie pour
qu'elle puisse devenir ind6pendante a lP'chance du
d6lai imparti.
Mais pour 6tre une victoire limited, cc demi-
retour est quand mrme un succts pour i'Itale : elle
rentre officiellement en Afrique, et elle pourra met-
tre it profit les dix ans qu'clle a Ai sa disposition
pour assurer la s6curite de tris nombreux Italiens
qui sont rests dans l'ancicnne colonies et de ceux
qui ne manqueront pas d'y affluer de nouveau.
Note l'importance essentielle de la question
pour le people italien.
Comme l'6crit en substance le Corriere della Scra,
I'ltalie doit s'inspirer maintenant de 'cxemple mon-
tre par les Anglais dans la question de l'Inide.
Et c'est pour l'Italic une question vitale : trop
peuplte, la p6ninsule ne peut nourrir tons ses habi-
tants. La perte des colonies est une des causes na-
jeures du terrible ch6mage qui rbgne actuellement
dans le pays : la Somalie va de nouveau i'tre un
debouch6.
...Et conclut.
I1 n'cn rest pas moins que'le movement d'iman-
cipation est d6tjh avanc6, qu'il continue ct que ha
majority h l'O.N.U. l'encourage.
Si les Italiens savent Ie comprendre, agir en So-
malie avec doigtt et respecter les clauses tie Icur
mandate, ils y trouveront d'ailleurs leur avantagc :
non plus certes dans le systtme colonial pur, mais
(tans une formula plus large de conciliation des
locaux et des intriets europcens.
(a Gazette de Lausane a, 5 avril 1350.








LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUITS EN FRAN(AIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTES :

A la Section de la Presse Etrangbre, au Ministere de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7),
(Direction des Affaires Politiques, Pi6ce 17, ler Etage).
La Section de la Presse EtrangBre peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, i quicon-
que lui en 'era la demand, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
Le N dle r6f6rence suffit A d6signcr le document desire.


N"s TITHE DE L'ARTICLE


5.464
5.470
5.473
5.477
5.478
5.479
5.480
5.48,
5.488

5.523
5.534
5.540
5.546
5.548
5.549


5.463
5.466
5.467

5.468
5.474
5.485

5.406
5.511
5.516
5.552
5.556



5.492
5.544

5.469
5.475
5.476
5.489
5.496
5.498
5.501
5.502
5.503
5.505
5.510
5.512
5.513
5.514
5.515
5.519
5.520
5.522
5.525
5.531


PROBLEMS GENERAUX
U n plan pour 1'Asie Meridionale (suite) ........................
d
U ae i:re nouvelle pour les peuples du Pacifique-Sud ...........
Le Quatrinme Point et 1'Afrique ..............................
E solution historique de la politique colonial ...............
L) fi dans le Sud-Est asiatique ...............................
< Ces dames de Battersea >>. (Etudiants coloniaux en Angleterrc).
Ua plan pour 1'Asie mnridionale .............................
Les Etats-Unis en face des problbmes dblicats dans le Sud-Est
asiatique . ..................................... .. .
E:ctrbme-Orient : progrbs du communism et du dbsordre ......
L'Est-Asiatique consider come un tout .....................
Conference de l'Est-Asiatiqu .............................. ...
Pays surpeupl6s ct spaces videos ..............................
(Cois6s en Asie .........................................
L s iles du Pacifique Sud ............... ........... ......... .
UNION FRANCHISE
L anniversaire de 1'Ind6pendance du Viet-Nam ..................
U i programme pour l'Indochine ...............................
L ,s Rouges auraient Ie control complete des forces armies du
Vietminh . ...........................................
L'ind6pendance, objectif num6ro un au Vict-Nam ..............
V et-Nam, Moscou et Lake Success ............................
L -s trois solutions en Indochine ............... ..............
Indochine bastion de l'Asie ..................................
L avenir de l'Inde francaise ................................. ..
Anxiet6s francaises au Viet-Nam ..............................
P litique en Indochine .....................................
L here de la decision en Indochine ...........................
L Conseil de Tutelle et les Camerouns .......................
EMPIRE BRITANNIQUE
Generalites
Colombo et le Commonwealth .............................
Lt:s soucis africains de la Grande-Bretagne ...................
INDE
L.- barom etre oscille ........................................ ..
Bingale ................................................
Oni joue avec le feu dans 1'Inde ................................
B ,nne volont6 a Delhi .... ............................
L s conversations de Delhi ..... ...........................
L Cachemire est encore un tonneau de poudre ................
F, u de Bengale ........................................
C B de vofite de l'Asie .... ..............................
L'[nde et le Pakistan .................. ................... ..
Evpoir d'un arrangement dans 'Inde ............................
L' [nde et le Pakistan se mettent d'accord .....................
L s pourparlers de paix A Delhi ........................
L prix de l'hostilit6 indo-pakistanaise .........................
L accord de Delhi ........................................
D-tente dans l'Inde ................ ........... .............
Treve entire I'Inde et Ie Pakistan .........................
A,:cord i Delhi .........................................
Espoirs de Delhi... .......... ............................
EK poirs (Inde, Pakistan, Cachemire) ..........................:.
Lt m6diateur du Cachemire ....................................


ORIGINE DU DOCUMENT



Manchester Guardian
Manchester Guardian
The Crown Colonist
The Economist
Neue Ziircher Zeitung
Far Eastern Survey
The Observer
Manchester Guardian

The New York Times
Newsweek
New York Times
New York Times
Foreign Affairs
The Spectator
The Times


Neue Ziircher Zeitung
New York Herald Tribune

New York Herald Tribune
The New York Times
The Economist
New York Herald Tribune
Continental Daily Mail
Far Eastern Survey
Manchester Guardian
New York Herald Tribune
Continental Daily Mail
West Africa



The Round Table
Journal de GenBve


The Nation
Manchester Guardian
New York Times
Daily Telegraph
Tribune
Continental Daily Mail
Daily Herald
New York Herald Tribune
The Times
Neue Ziircher Zeitung
New York Times
Neue Ziircher Zeitung
New York Herald Tribune

The Spectator
Time and Tide
The New Statesman and Nation
Tribune
The Observer
New York Times


I


DATES




28-3-50
29.-3-50
{ vril 50
1-4-50
21-3-50
3-2-50
24-50
31-3-50

2-4-50
174-50
15-4-50
18-4-50
Ivril 50
21-4-50
21-4-50


23-3-50
30-3-50

28-3-50
28-3-50
1-4-50
14-50

22-3-50
13-4-50
154-50
244-50
22-4-50



Mars 50
204-50


4-3-50
30-3-50
29-3-50
34-50
74-50
5-4-50
11-4-50
11-4-50
114-50
5-4-50
11-4-50
7-4-50
114.-50
144-59
11-4-50
15.4-50
15-4.50
14-4-50
16-4-50
16-4-50









NSo



5.532


TITRES


Inde ct Pakistan ....
FT-_ll .." i^_ 1Z".. .


ORIGIN DU DOCUMENT

\


.531 ein lnl e i K aracim ......................................... .
5.541 La lumii re de 1'Asie (Inde) .................................
5.542 Conciliation a Delhi ........................................
5.553 L'Inde et le Pakistan ................. ....................
Pakistan
5.526 Karachi est en confiance apres un depart difficile .............
MALAISE
5.465 Les Jingoistes rugissent .....................................
5.471 L'arrire-plan m alais ..........................
5.481 Un gaspillage de vies hunmaines en Malaisie, tel est le prix ......
5.484 La M alaisie ....................................
5.490 Faire c-happer la Malaisie au common nise ......................
Progris en M alaisie ........................................ .
5.499 Situation critique en Malaisie ...............................
5.504 La guerre en Malaisie ...................... ..
5.543 Les troubles en M alaisic ........................................
5.550 Les nouvcllcs L gions .......................................
5.555 Une initiative australienne .................................
Afrique Orientale Britannique
5.517 Censure aux colonies .......................................
5.533 Colons europ cns n Afrique ........................... .......
5.538 Probll incs racianx africains ...................
Afrique Occidentale Britannique
5.518 P'rogr cs en Gold Coast ........... .......... .............
5.535 Le Dr Azikiwe (Nigeria) ............. ...................
5.557 50.000 poulcts en Gambie ...................................
AFRIQUE DU SUD
5.495 Noirs et Blanes en Afrique du Sud ................. .........
5.521 Scretse Khanma . ......................... ..
5.524 lUne solution national ..............................
5.527 L'Apartheid miise au point ....................................
5.528 Mati-re i conflit en Afrique du Sud, oih Malan revendique les
protectorats britanniques ....................
5.529 Un choix in ninent ........................................
5.551 U ne tutelle sacr e ? ....... ................ .............. .
TRINIDAD
5.491 Constitution de Trinitad ........................................
BIRMANIE
5.539 La Birmanie suit sa propre voie ...........................
INDONESIE
5.472 Le commerce avec l'Indon sie ................................
5.482 Les apprentis d'Indon6sie .....................................
5.493 Revoltes i M acassar ............. ................. ...
5.508 Unitcation indonisienne ........................................
5.509 La revolte de M acassar ....................... ................
5.550 Discorde en Indonesie .. ................... .................
5.536 L'Indon6sie apres trois mois d'ind6pendance ...................
5.545 Les troubles en Indon sie ....................................
EX-COLONIES ITALIENNES
5.494 Les voisins de l'Ethiopie ......................................
5.554 Le puzzle Erythr6en .....................................
CONGO BELGE
5.547 Les sorciers du Congo sont-ils inspires par Moscon ? ............
HAWAI
5.507 Enquite aux Hawai ........................................
PHILIPPINES
5.487 Desordres aux Philippines ............ .. ............
LIBERIA
5.500 Le gouvernemcnt local en Liheria ..............................


New York Times

African World


DATES


.


2-4-50


Avril 59


Sunday Times
The Times
New York Herald Tribune
The Economist
The Nation

New York Times

The Daily Worker
The Spectator
The Daily Worker
Manchester Guardian
Daily Telegraph
Tribune
Neue Ziircher Zeitung
The Sunday Times
Journal de Gencve
Continental Daily Mail
The Daily Telegraph

Manchester Guardian
Manchester Guardian
The Times

Manchester Guardiant
Manchester Guardian
The Crown Colonist


The Spectator
Tribune
Sunday Times
The Economist

Neue Ziircher Zeitung
Manchester Guardian
The Spectator


The Times

The Economist


The Times
The Observer
The Times
New York Times
The Times
New York Herald Tribune
The Daily Telegraph
Tribune


The Spectator
SNew York Times


United Nations World


The New York 7'inme


16-4-50
194-50
18-4-50
154-50
8-450

144-50

29-3-50
31-3-50
34.50
1450

7-4-SO
14-50
94-50
204-50
214-50
21-4.50

134-;0
15-4-50
194-50

13-4-50
18-4-50
Mai 50

74-5;
14-450
16-1-50
154-5'

164.50
174 FO
214-50


44-50


84-50


31-3-50
24-50
64-50
8-4-50
134-50
174-50
194-50
21-450


7-4.50
214-50


Avril 50


104-59









BIBLIOGRAPHIE


La France du Pacifique
Par Jan Bourgean

Edition Geographiques, Maritimes et Coloniales, Paris
Long de ;7.000 kilomitres, des Moluques h Panama,
large de 12.0 10 kilonmtres du Nord an Sud, l'Oc6an Paci-
fique est la plus vaste 6tendue d'eau du globe. On I'appelle
parfois z Grand Ocean >, et on le connait aussi sous le
nom de < M. rs du Sud >, parce que sur les 9 millions de
kilomitres carries de tcrres 6merg6es (hormis certes l'Indo-
nesie et le Japon), qui parsement sa surface de 150 mil-
lions de kilom~tres carries, la quasi-totalite se trouve dans
l'h1misphire Sud. ,
C'est dans ette imnmensite et parmi cette multitude d'iles
et d'archipel, que se situent des territoires oit flotte le
drapeau fran :ais. Ils comprennent quatre groups insulai-
res, Nouvelle Cal6donie et dependances, Wallis et Futuna,
Nouvelles-H6l rides et Etablissements Francais de l'Oc6anie,
que l'auteur ie cet ouvrage a reunis sons la denomination
just et expr, ssive de < France du Pacifique >>.
L'immensit, du Grand Ocean ne fut soupconnee qun' ulne
date relative ent r6 ente de I'histoire de notre monde euro-
peen ; les ci constances de sa decouvcrte sont particnlire-
ment romance ques, et Jan Bourgeau y consacre des pages
attachantes, ch parmi les noms fainmux de Balboa, de Qui-
ros, de Wallis et de Cook, surgissent ceux de nos grands
navigateurs, -a Perouse, d'Entrecasteaux, Marchand, Dillon
et Dumont d'Urville, qui affirmirent a force de tinacite et
d'audace, les droits et la presence de la France dans les
Mers du Sud.
Les diff6re sites parties du volume traitent du pays et de
ses Ialbitants. de sa geographie physique ct Bconomique, de
son organisation administrative et social qui est I'ueuvre
de la France On y decrit pareillement le charge des iles
oc6aniennes ,t de leurs resources touristiques qui invitent
au voyage. Ie lecteur, exactenient renseign6, trouvera dans
ce livre une image tris vivante et trcs actuelle de la France
des Antipodc s, ct une appreciation claire de ses relations
avec les territoires et les puissances voisines, car l'auteur,
apres avoir esquiss6 les perspectives qu'il est raisonnable
d'en attendrc, constate I'importance de 1'effort d'6quipe-
ment 6cononlique et social poursuivi avec l'aide de I'Etat,
et conclut q uc nos lies du Pacifique sont ainsi assurees,
tant par l'appui de la Metropole, que par leur integration
6conomique plans lcur milieu geographique, de poursuivre
dans les nieilleures conditions, leur march vers le progres.


L'Est Africain britannique
par Louis Roux

Editions C 6ograpliqucs, Maritimes et Coloniales, Paris
Louis Ron a vecr en Afrique Orientale Britannique. oi
il a rempli les fonetions de vice-consul de France. II a
appris Ai co naiitre ees vastes territoires qui couvrent uine
superficie to al tie 1 .750.000 kilomiercs carries, entire P'Ethio-
pie, Ic Coni o Belge, le 'Mozambique Portugais et I'Ocan
Indien, oin ios almis britanniqucs s'appliquent h resoudre
les problimn s sociaux et Cconomiques que pose 1'eveil des
populations autochtones i la vie politique, et qui sont dec
m8me nature< en Afrique, pour la France et pour la Grande-
Bretagne.


Aussi est-il pour nous tres opporttun d'6tudicr, avec un
compatriote particulicrenment averti de ces problmtes, et qui
a cu l'occasion de servir en territoire anglais, les m6thodes
employees par nos voisins, et de juger de leurs r6sultats.
L'auteur nous offre ici Ic fruit de son experience, laquelle
est riche d'enseignements et vient a point nous inviter a
une mnulation feconde, an moment m6mne oi le retrait des
forces britanniques des Indes ct du Moyen-Orient, la nou-
velle r6partition stratogique des moyens militaires dans Ie
monde, les conversations des puissances africaines et leur
d4sir de cooperation, out appele l'attention sur le continent
noir, et spccialement stir 'Est Africain Britannique consi-
dCre come une des bases futures de la puissance mili-
taire de la Grande-Bretagne.
En fait, 1'Est Africain Britannique est un groupement
territorial de mneme olidience, qui comprend quatre terri-
toires de status diff'rents : une colonies de la Couronne,
le K&nya, deux Protectorats, l'Uganda et Zanzibar, et un ter-
ritoire sous trusteeship, le Taganyika, don't I'unit6 est assu-
ree par I'admlinistration du Colonial Office ct la rise en
place d'organismes de coordination et de cooperation. Par
sa position gBographique, I'imnportance du peuplement curo-
peen, sa production actuelle ct les perspectives offcrtes par
des resources encore inexplorees, l'Est Africain britanni-
que peut devenir une des meilleures positions africaines de
la Grande-Bretagne. Elage du nivean de la mer aux plus
hauts sommets de l'Afriiqu, il jouit au surplus d'une grande
vari6t6 de climats, ct reserve au tourisnie un choix infini
de paysages.
Dans ce vaste pays, une society nouvelle s'cst edifice,
li ou quelques tribus africaines inorganiques, miindes par
la imaladie, affaiblies par les diskettes, decimees par des
luttes continuelles, terrorisees par le surnaturel et assujet-
ties an sorcier, disputaient a la nature hostile une pr6caire
existence. Dans cette society se c6toient lEurope, 1'Afrique
et I'Asie ; la Grande-Bretagne s'efforce d'obtenir que cha-
cun des elements disparate qui la composent apporte, selon
ses capacit6s et en parfaite harmonic avec les autres, sa
contribution A la prosperity de 1'ensemble. Cette collabora-
tion active, cette association confiante, sont les gages de
son avenir.

Victoria-Cross
par le Commandant Vulliez
Editions Andre Bonne, Paris

Les combats des 10 et 13 avril 1940, qui opposerent les
Anglais et les Alleniands pour la possession de Narvik, sont
unique en leur genre. Ils devaient au surplus d6clencher
i cette date < la vraie guerre >> entire les deux puissantes
marines. Jamais, pent-utrc, des baitiments torpilleurs, ne se
sont livrEs, comnie ces jours-li, des combats de melee, qui
font penser h des charges de cavalerie plutot qu'a des enga-
gements naval.
Jamais, non plus, I'Ii6roisnie des ex6cutants et la valeur
personnelle, n'ont pel.s sur les resuilats d'une facon aussi
d&eisive. De part ct d'autre les adversaires acharnes ont
rivalises d'audace ct de bravoure et fait face aux situations
les plus impr6vues. aviec ui rare esprit de decision.
Le plus souvent ces homnmes se battaient en aveugles,
dans la neige et dans la fumne, et dans des parages incon-
nus et dangereux. Mais dans Ic combat sur mer, oi la fuite








individuelle est inconceivable, le sacrifice stoiquc de la vie
humaine ne suffit pas. La victoire sourit a ceux qui font
preuve de plus d'adresc, de competence et de tenacity. En
ces journ6es d'avril 1940, la marine anglaise prouvera
qu'clle avait conserve intact le sens de la'mer, l goRot du
combat, en un mot le < fighting spirit > qui l'a toujours
varacteris6. En fait, les marines anglais sc sont montr6s plus
deklrouillards, les officers de quart plus habiles.
I.es recits que le Capitaine de frigate Albert Vulliez a
group sous le titre signicatif de Victoria-Cross, qui est la
plus haute ct la plus prcstigicuse distinction nilitaire bri-
tannique, sont dans leurs moindres details d'une scrupu-
leuse exactitude historique. Lcs dvenements qui y sont rela-
tes, avec la vigucur limpide et directed d'un home d'actioni


ayant vecu pour sa part d'autres ventures de mer ct
affront d'autres dangers, ont pu Ltre reconstitues avcc une
precision presque absolute par la confrontation des rapports
anglais avec Icurs homologues allemands, mis A la disposi-
tion de I'auteur par 1'Amiraut6 britannique. Le thime domi-
nant dc cet ouvrage est la psychologie du chef, ftudi6e en
pleine action, dans la connivence permanent du comman-
dant avec son 6quipage.
Et dans l'oubli qui, peu a peu, cstompera le souvenir des
dures batailles d'avril 1940, pour Narvik, ct da combat de
I'Onslow, dans la mer de Barentz, Ic 31 decelnbrc 1942, les
noms de Rammer Roope, de Warburton Lee (1 de V. Sher-
brooke resteront ceux de trois h6ros 16gendaires de la ma-
rine anglaise, dignes des plus hautes traditions.


COMMUNIQUES


ECOLE DE SERVICE SOCIAL DE PROVENCE
39, rue Saint-Jacques, MARSEILLE

Rconnue administrativement : par le Ministere de a1i
Sante et Population, pour le diplome d'Etat d'Assistante
socilec ; par hI Miinist're de 1: France d'Outre-Mer, pour
le Certificate d'Orientation colonial.
L'Ecole org;anisc du 12 mai an 12 juillet 1950 une Session
d'Orientation coloniatf, destin&e aux Assistantes sociales qui
vouilnt servir en pays d'Outre-Mcr.

Sonionaire diI Programme

Organisation politique, administrative, judiciaire et erono-
inique ;
Histoire et Geographie coloniales ;
Problemes alimentaires et sanitaires : hygiene et patho-
logic, 6quipemeint sanitaire et social ;
Ethnologic, Psychologie de I'indigLne, D1mographic :
Relations sociologiques des diverscs religions et civilisa-
tions ;
Le milieu europeen ;
Perspectives de d6veloppement social et 6conomique dans
les tcrritoires d'Outrc-Mer.


Horaire hebdomadaire

Chaque jour dcux course de 18 h. i 20 h. (sauf un aprls-
midi), et le samedi de 15 h. i 17 h. En out-rc, des stages
specialists sont privus.
DiplBme

L' cycle d'ltudes scra sanctionni par Ic Cerlijicat d'Orien-
lation Coloniale, rcconnu par le Ministbre de la France
d'Ouit r-Mer.
Conditions d'admission

Avoir moins de 35 ans. Etre munie du diplonme d'Etat
d'Assistante social. Le dipli6me d'infirmiiere hospitaliere
cst exig6 par le MinistLre de la France d'Outre-Mer, pour
le depart et sjour aux Colonies. Des auditrices libres
peuvcnt itre admises i certain course.
Toute demand d'admission doit &tre accompagn6e d'nne
lettre de rif6rences morales et d'une photo d'identit6. Elle
doit parvenir avant le 30 avril.
Pour tols renseignements, s'adresser a 1'Ecole de Service
social de Provence, 39, rue Saint-Jacques, Marseille. T6. :
DR. 71-36.


S. P. I., 2 bis, Impasse du Mont-Tonnerre. Paris (15*)







































































Edited par la Documentation Frangaiee

Prix du num6ro : 90 france
Abonnement :six mois .... 520 francs
: un an ...... 1.000
Membres de 1'enseignement et
journalists : un an ........ 700

Souscription et vente
a la Documentation FranCaise
16, rue Lord-Byron, Paris (8')
C. C. P. : 9060-98
TMI. : ELYes6e 82-.0




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs