• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Advertising
 Problemes du jour
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Bibliography
 Communiqués
 Back Cover














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00019
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00019
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
    Table of Contents
        Page 1a
    Advertising
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
    Nouvelles de France
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
    Revue de presse
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    Bibliography
        Page 67
    Communiqués
        Page 68
    Back Cover
        Page 69
Full Text

LA


IFRANCE D'O%1R


aIl 1!16


[Ilk


-
'_T
&^^1







RESIDENCE DU CONSEIL

SECRETARIAT GANARAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation:
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8")


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MINISTER DE LA FRANCE.
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7*)


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA



FRANCE D'OUTRE-MER


SOMMAIRE


PROBLEMS DU JOUR :
La Gold Coast au d6but de 1950 ..
Conakry, port minier .........
La conference r6gionale asienne de
l'Organisation internationale du
Travail de Nuwara-Eliya (Ceylan)

NOUVELLES DE FRANCE :
La vie parlementaire ............
L'activite minist6rielle ............
Informations diverse ............
Conferences et manifestations ....

NOUVELLES D'OUTRE-MER :
Indochine ......................
A. O. F. ........................


A. E. F. ........................
3 Cam eroun .............. .........
5 / Madagasca ...........
C6te Frangaise des Somalis ........
Etablissements Francais de l'Inde .
Informatipns administrative ......

REVUE DE PRESS :
9 Presse d'Outre-Mer .............
3 Presse Etrangere ................
8 Union Frangaise ............ .
:0 Commonwealth britannique ...
Birmanie ...

S BIBLIOGRAPHIE ..................

10 COMMUNIQUES .................


Avril~~ 190N 4


Avril 1950


N 142











AGENCE DE LA FRANCE DOUTRE-MER
20, rue La Boetie T616phone : Anjou 26-94 B 26-97
M6tro : Miromesnil Autobus : 28-32-43-49-80


L'Agence de la France d'Outre-Mer, Service
Offlciel du Ministere de la France d'Outre-Mer,
renseigne sur toutes'les questions int6ressant
les Territoires d6pendant du Ministere de la
France d'Outre-Mer; Afrique occidentale, Afri-
que 6quatoriale, Cameroun, Togo, C6te des
Somalis, Madagascar, Etablissements francais
de 1'Inde, Indochine, Nouvelle-Cal6donie. Nou-
velles-H6brides. Saint-Pierre et Miquelon.
* Son Service de Documentation informed le
public sur le commerce, 1'industrie, la produc-
tion, les tarifs de dolane et les statistiques, la
fiscalit6, le climate, le coft de la vie, e tolu-
risme, la chasse, etc... Les journaux officials
locaux, les budgets administratifs, les tariffs
douaniers et fiscaux, les statistiques du com-
merce exterieur de chaque Territoire et tous
autres documents d6tenus par le Service pcu-
vent 8tre consults sur place.
* $on Service de Plaoement met en rapport
gratuitement les employers avec les per-
sonnes desireuses de trouver un emploi outre-
mer.
* Sa Cin6mathbque diffuse gracieusement en
France des films documentaires sur les Terri-
toires d'Outre-Mer.
Le pret de ces films est consent A tout orga-
nisme official ou priv6 d6sirant effectuer des
projections non commercials d'information,
d'6ducation on d'enseignement.


* Sa PhotothBque poss6de 30.000 cliches sur
tous les Territoires 6num6r6s plus haut. Ces
clich6s peuvent faire l'objet de cession.
* Sa Bibliotheque, riche de 30.000 volumes.
est ouverte au public sans d6semparer, de
9 heures A 18 hbures, samedi apres-midi
except.
* Son Service des Foires et ,Expositions ,as-
sure la representation des Territoires de la
France d'Outre-Mer dans les manifestations
commercials et expositions organis6es en
-France et 1l'Etranger.
* Son Service de Publicit6-Propagande as-
sure la publication et la diffusion de toute
documentation se rapportant aux Territoires
d'Outre-Mer.
II 6dite des brochures monographies, de-
pliants, plaquettes, affiches et cartes-affiches.
Ces documents sont en vente a la Librairie de
I'Agence, qui diffuse 6galement, ltitre one-
reux, les publications des Services de Docu-
mentation de la Pr6sidence du Conseil, et -de
nombreux ouvrages concernant l'Union Fran-
gaise.
Des expositions de peinture; de sculpture et
d'ouvrages de I'artisanat des Territoires
d'Outre-Mer sont organis6es a la Galerie de
I'Agence, 20, rue Ea Bo6tie.


Lists des diverse publications on vents A I'Agence de la France d'Outre-Mer


SERIE DE 30 DEPLIANTS traitant des divers Ter-
ritoires relevant de la France d'Outre-Mer :
SQnegal, Mauritanie, Guinde, Soudan. C6te
d'Ivoire, Haute-Volta, Dahomey, Niger, Came-
roun, Togo, Gabon, Moyen Congo, Oubangui,
Tchad, Somalie, Madagascar, Laos, Cambodge,
Nouvelle-Calidonie, Ocdanie. Prix de cession :
(a titre de propaganda) 10 francs l'un.

SERIES DE BROCHURES MONOGRAPHIES se rap-
portant a : Afrique- Occidentale, Madagascar,
Dahomey, Togo, Moyen Congo, Oubangui, Tchad,
Gabon, Oceanie, Nouvelle-Cal6donie, Cameroun.
Guinde, Somalis, Saint-Pierre et Miquelon. -
Prix de cession : (a titre de propaganda) 40 francs
l'une.


PLAQUETTE GENERAL DE VULGARISATION :
< L'Union Frangaise ). Prix de cession (Q
titre de propaganda) 20 francs.
Guide du Tourisme en A.O.F. et au Togo 120 fr.
Parure feminine aux colonies .......... 30 a
Confidences sne6galaises ................ 30 a
Contes et 16gendes d'Afrique ............ 30 )
La peche aux colonies ........... ...... 20
Etude sur Charles de Foucauld ........ 60 a
Exportations des cerdles de I'A.O.F, et du
T ogo ............................. ...... 250
POCHETTES DE REPRODUCTIONS PHOTOGRA-
PHIQUES (pochettes de 12 photos) concernant:
L'A. O. F. .............................. 35 fr.
L'activite economique de I'A.O.F. ...... 35 >
Le Cameroun. ........................... 40 )
L'Art khm er ............................ 40


Carte des changes coanmerciaux das 'l'Union Francaise en 1938 et 1946 : 100 francs..
Bulletin dfInformation die la France d'Outre-Mer :90 francs.
Guide de I'A.O.F., edition 1949 : 500 francs.
Annuaire Noria 1950 sur 1'A.O.F. et le Cameroun : 400 francs.


I .L... "~ .. -. -.


-
--











^A^ 'U',,,,,


PROBLEMS DU JOUR


La Gold Coast au debut de 1950
par Jacefes MULLENDER, Administrateur adjoint des colonies


AL'AVANT-GARDE des territoires coloniaux d'Afri-
. que Britannique, la Gold Coast vient au course
de ces derniers mois d'attirer Pattention de
opinion international. En effet une experience
d'6volution politique rapide s'y d6veloppe dans une
atmosphere tour a tour d'6tudes et d'6meutes, tandis
que'le pays lutte avec acharnement pour sauver sa
richesse 6conomique que la grave maladie du cacao
vient menacer. Effort pour trouver une formule sta-
ble d'organisation politique, effort pour maintenir la
prosp6rit6, tels sont les deux aspects essentiels de la
Gold Coast au debut de 1950.
*.

Limitrophe A I'Ouest et au Nord de 1'Afrique Occi-
dentale Frangaise, 1'Est des Togop sous tutelle
frangaise et britannique, ouvert sur la mer par une
facade de plus de 500 km, ce territoire de 203.000
km2 a une population de 3.600.000 habitants. Ethni-
quement tr6s disparate, le pays est peu A peu domino
par le groupement Ashanti, A la d6mographie puis-
sante. Cette race guerriere qui causa aux Britanni-
ques de consid6rables difficulties lors de la conqukte,
reste solidement organis6e sur le plan traditionnel.
Par centre au sein des populations de la c6te, en
contact depuis le xvi' si6cle avec1ia civilisation occi-
dentale, est n6e une classes nombreuse d'6volubs,
commergante et riche don't 'organisation stribale
s'est peu A peu affaiblie c6dant place A des aspira-
tions d6mocratiques, articul6es bient6t en parties poli-
tiques ou en syndicats. Le proletariat cr6_par lins-
tallation des entreprises europ6ennes devait venir
grossir le nombre des partisans d'une modernisation
des institutions africaines.
Le malaise qui agita 1'Afrique a la fin de la guerre
mondiale n'avait pas manqu6 d'atteindre la Gold
Coast. Les Anciens Combattants, glorieux soldats
d'Abyssinie et de Birmanie, 6taient particuli6rement
nombreux (plus de 35.000) et leur reclassement posait
des problemes delicats. La Charte des Nations Unies
et ses -g6nreuses id6es 6taient comment6es A Accra
par des 6tudiants africains revenues des universities
occidentales tandis que I'application en Afrique
Francaise des recommendations de Brazzaville 6veil-
lait de profonds echos. Une r6forme de la Constitu-


tion, r6alisde en 1946 par le Gouverneur Sir Alan
Burns r6organisant largement conseils 16gislatif et
ex6cutif (la constitution Burns est encore en vigneur
actuellement) ne satisfit pas toutes les revendica-
tions des groupements progressistes. Ceux-ci com-
menc6rent une champagne concert6e en vue d'obtenir
pour le pays un statut plus autonomy. La crise 6co-
nomique consecutive a la rar6faction des products et
a la hausse des prix cr6a rapidement un fort mou-
vement d'opinion en faveur du << Parti de la Gold
Coast Unie > et de ses leaders le Dr Danquah et
Kwame Nkrumah, organisateuir de cette champagne.
L'atmosphire se chargeait tout 'au long de 1'ann6e
1947 et des incidents sanglants 6clataient A Accra en
f6vrier 1948 A la suite d'un long boycott des mar-
chandises britanniques. Les leaders nationalistes
6taient emprisonn6s. Une commission parlementaire
d'enqu6te venue de Londres et pr6sid6e par M. Wat-
son concluait le 9 juin 1948 A la n6cessit6 d'une nou-
velle r6forme constitutionnelle et preconisait la d6si-
gnation d'un comit6 < ad hoc >, a tres grosse majio-
rit6 africaine, charge de mettre au point un project
de r6forme, tant A 1'6chelon local que regional et
central. Ainsi se r6unit le comit6 Coussey pr6sid6 et
int6gralemerit form d'Africains a l'exception d'un
secr6taire britannique, don't le travail acharn6 de jan-
vier A aoft 1949, jeta les bases de propositions detail-
lees.

**

II ne saurait etre question de faire une analyse
complete des recommendations Coussey : elles sont
continues dans un Livre Blanc de pres de 100 pages.
Une comparison avec I'actuelle constitution Burns
permettra, sur les points essentials de preciser quelle
sera la structure des organes gouvernementaux a la
promulgation de la future constitution.
Le Comit6 Coussey s'est inspire lors de la redac-
tion de son rapport des quelques id6es suivantes :
modernisation des anciens conseils africains.
notamment par une democratisation du suffrage, mais
en s'inspirant largement de 1'exp6rience acquise par
ces anciens conseils fond6s sur les racines les plus
solides de la vie africaine ;









respect de Pautorite des chefs don't le niveau
d'education et d'instruction sera ameliore ;
large decentralisation administrative et finan-
ciere au profit d'administrations r6gionales ;
appel tres large au suffrage populaire pour les
elections au Conseil 16gislatif lui-meme charge 'de
designer le conseil exdcutif.
Le rapport Coussey s'est longuement apesanti sur
I'organisation des autorites locales, cellules 'de base
de la r6forme. Les recommendations tendent a laa
creation de nombreux conseils locaux, a la structure
tres souple, aux attributions tres large, d'ordre tant
administratif qu'ex6cutif, repr6sentant des autorites
regionales pr6vues au nombre de quatre. L'une d'en-
tre elles grouperait le Sud du Togoland Britannique
et certain districts de la Gold Coast rest de la
Volta.
Sans se prononcer de facon definitive sur le prin-
cipe de I'uni ou du bicameralisme le comite Cousseg
propose une Assembl6e de 78 membres, don't 75 elus
au suffrage universal indirect. Cette Assemblee suc-
cederait a l'actuel conseil 16gislatif de 30 membres
don't 18 elus. En cas de bicam6ralisme, un Senat de
35 membres, form pour 2/3 de chefs traditionnels
serait 6galement elu..
Mais le changement essentiel dans la constitution
Burns propose par le Comit6 Coussey est 'abolition
de l'actuel conseil executif qui donne au gouverneur
toute la responsabilite du gouvernement et son rem-
placement par un conseil ex6cutif responsible de la
politique devant 1'Assemblee et don't les membres
auront le titre de ministry. Ce transtert des respon-
sabilites s'accompagne d'un changement radical dans
la composition de ce conseil. Actuellement design'
par le gouverneur parmi les hauts fonctionnaires
assists de trois membres africains, il serait dans
l'avenir choisi par le gouverneur au sein de 'Assem-
blee, sur proposition de cette derniere. Seuls trois
ministries seraient laiss6s a des fonctionnaires.
Si le gouvernement de Londres accept sans re-
serve important es recommendations relatives aux
collectivites locales, a la decentralisation r6gionale et
au Parlement, il adopta une position tres differente
quant a la responsabilit6 du nouveau conseil ex6cu-
tif propose. En effet, d6clara-t-il, la responsabilif6
finale du gouvernement incombant encore dans le
nouveau syst6me au Gouverneur qui garde des
c Pouvoirs reserves > de promulgation et de veto, la
responsabilit6 collective des membres du Conseil
ex6cutif doit se situer a la fois devant le Parlement
et le Gouverneur.
*

Aprbs ces reserves de Londres et une approbation
quasi compete par le Conseil 16gislatif de Gold Coast,
les recommendations Coussey servent de base en ce
debut de 1950 a de nouvelles commissions charges
de la r6alisation pratique de la r6forme. Critiquees
par quelques extremistes d6gus de ne pas voir s'ins-
taurer sans delai un < Dominion de 'Gold Coast >,
attaquees par certain milieux qui. leur reprochent
d'avancer trop vite sur la route de Plvolution; les
recommendations Coussey prouvent que la Gold
Coast possede d6ej une elite d'Africains capable de
concevoir un systeme coordonn6 de gouvernement.
Mais les mois et les annees a venir doivent encore
demontrer que ce pays est suffisamment riche en


homes competents et integres capable d'assurer
un fonctionnement, efficace et profitable au bien
public, des ortanes de gouvernement proposes :
2.000 conseillers pour les divers postes representa-
tifs, plus de 5.000 fonctionnaires, tels sont les besoins
en personnel exig6 par la r6forme. Toutes les races
du territoire doivent participer a l'effort n6cessaire
dans les domaines de 'instruction et de la < quali-
fication > morale et technique, si ron ne veut pas
constater les abus que le monopole des uns risque-
raitfde faire subir aux autres. La Gold Coast n'existe
pas encore en tant qu'entit6 national. Le gouverne-
ment central tel qu'il est propose ne semble pas cor-
respondre a un besoin que ressentirait 1'ensemble de
la population ; son r6le future sera plut6t de grouper,
de cr6er cette communaute national. I1 est done
indispensable pour le succs de dette entreprise
qu'iune representation equitable et complete de la
population puisse promouvoir le sentiment national
jusqu'aux villages et apporter a 1'6chelon central
l'appui conscient des habitants de la brousse.

*
Le contact 6troit du chef-lieu et de la tribu, don't
les differences de genre de vie sont sans doute beau-
coup plus grandes qu'entre la ville et la champagne
de nos, pays occidentaux, semble Stre l'un des moyens
de sauvegarder la prosperit6e conomique du pays.
En effet les progres terrible d'une maladie comme
le swollen shoot > qui atteint les cacaoyers au
rythme de 15 millions de pieds par an, ne pourront
etre enrayes que si les planteurs r6alisent le danger
sur le plan national d'une baisse des exportations de
ce produit (207.000 t, en 1948 pour 18 millions de i
soit les 2/3 des exportations en valeur du pays) qui
influerait dangereusement sur les recettes douanieres
et 1'equilibre meme du budget. Realiser le danger, ce
serait le pas essential vers l'application des consi-
gnes de destruction des cacaoyers malades, seul
frein a de nouvelles infections. 'Seuls pourront y par-
venir des cooperatives ou des syndicats de planteurs
don't Pactivit6 s'exercerait a la fois sur le plan de la
production et sur celui du conditionnement et de
l'exportation. Le Ministre de P'Agriculture africain
propose par le Comit6 Coussey ne devra pas 6tre un
intellectual dipl6mb des universities occidentales,
mais bien un technician suffisamment connu de la
brousse pour 6tre entendu d'elle. Car c'est lui qui
devra poursuivre, sous sa propre responsabilit6 la
lutte centre le swollen shoot, en pregnant des measures
assez efficaces pour carter la menace mortelle, mais
qui ne mettent pas en danger l'ordre public en pro-
voquant un trop vif m6contentement des planteurs.

*
**

Au debut de 1950, la situation en Gold Coast se
present de la fagon suivante :
Aprbs que des elements extr6mistes aient en jan-
vier 1950 provoque de nouveaux troubles en deman-
dant, au moyen de violence et de groves d6clar6es
illegales par le gouvernemeut britannique, 1'octroi
d'un statut de dominion pour la Gold Coast, les
commissions specialisees charges de mettre en
application les recommendations Coussey et.en par-






ticulier de preparer les prochaines 'elections genB-
rales, sont au travail avec le d6sir d'aboutir a une
solution viable avant que l'impatience populaire ne
se manifeste a nouveau.
-Le parti de la Gold Coast Unie et son president
le Dr Danquah participent activement a 1'elaboration
du nouveau statut constitutionnel et se sont d6so-
lidaris6s du parti de la Convention du people et de
son leader Nkrumah qui purge jusqu'en mars 1951
une peine de prison pour participation active aux
derniers incidents.
La prosp6ritd Bconomique, favorisBe par les
hauts course du cacao sur le march mondial, rest


grande mais la menace du swollen shoot croit rapi-
dement et le gouvernement s'efforce de trouver de
nouvelles sources de richesses (ol6agineux, force
hydro6lectrique propre A d6velopper l'industrialisa-
tion, mines).
Une synthese harmonieuse des fondements tradi-
tionnels de la soci6t6 africaine et des concepts
modernes de gouvernement, respectant ou renforcant
par une solide organisation Bconomique et finan-
ciere les cadres habituels de la vie indigene, tell
semble Utre la voie of la Gold Coast de 1950 s'est
engage hardiment a la recherche d'une formula
inedite et original de gouvernement.


Conakry, port minier
(D'apr6s une 6tude 6tablie par les soins du Service d'lr formation de Guin6e)


C ONAKRY, port importateur de produits fabriques
et de matirres premieres d'origine m6tropoli-
taine (ciment, engrais) ; port exportateur de
products agricoles (bananes, palmistes), et don't le
traffic total (importation et exportation) n'a encore
jamais depass6 200.000 tonnes, est en voie do chan-
ger A la fois de caractere et d'importance.
Ce sera, dans quelques annbes, un grand port
minier et un des premirs ports de l'Union Francaise
par l'importance de ses exportations.
Une situation gdographique exceptionnelle : des
richesses minieres concentrates autour d'une rade
naturelle devaient t6t ou tard amener ce d6veloppe-
ment de Conakry.
Deux facteurs ont pr6side au d6veloppement de
Conakry en tant que port :
la presence d'une zone de bas-fonds au voisi-
nage imm6diat de la c6te, abritbe de tous c6tBs, au
Sud-Est par l'ile Tumbd, sur laquelle est bAtie la
ville de Conakry, au Sud-Ouest par les iles de Loos,
au Nord par le banc sous-marin de la Prudente sur
lequel a 6te construite une digue de protection ;
L'existence d'un courant parall6le A la c6te, qui
joue le r61e de courant chasse au jusant entretenant
ainsi les profondeurs (vitesse de 3 nceuds).
Quant aux resources minieres, elles sont consid6-
rables : mineral de fer de la presqu'ile de Kaboum,
A la sortie de Conakry et bauxite des miles de Loos
en face de Conakry.
La reserve de mineral de fer est estimee A 2 mil-
liards de tonnes. L'extraction annuelle de 4,2 mil-
lions de tonnes est pr6vue/ en premiere tape, de
3 millions en deuximme tape.
La reserve de bauxite est 6valuBe A 10 millions de
tonnes et une extraction annuelle de 300.00 tonnes
est pr6vue.
L'ensemble de ces exportations minieres ne peut
-6videmment se faire par les installations portuaires
actuelles, qui comportent seulement trois postes A
quai et qui, des maintenant, en raison de 'augmen-
tation constant du traffic permettent tout just de
faire face aux besoins presents. Il ne faut pas perdre
de vue, en effet, que ce traffic, des le premier mois
de l'annee 1949, a atteint le double en tonnage de
l'ann6e derniere et qu'avec l'augmentation des expor-


stations agricoles de la Guin6e particuli6rement des
bananes et des palmistes, et Paccroissement en fleche
de ess importations de biens d'equipement, les quais
actuels-vont devenir tres prochainement insuffisants
pour le traffic ordinaire. II est d'ailleurs pr6vu de les
augmenter d'un poste bananier tout de suite, A l'occa-
sion de la creation d'un quai minier et de prolonger
le quai actuel du commerce de deux nouveaux postes
dans une second tape d'extension.
Des installations ind6pendantes du port de com-
merce actuel vont done etre r6alisees tant pour le
fer que pour la bauxite. Ces installations sont con-
cues avec la preoccupation de pouvoir r6aliser en
vingt-quatre heures le chargement de gros navires.
11 est, en effet, indispensable que le transport mari-
time de ces minerals soit assure par des navires A
fort tonnage et A rotation rapide pour obtenir le prix
de fret minimum.

L'EXPORTATION DU MINERAL DE FER
LE FUTURE QUAI MINIER
L'exp6dition du mineral de for se fera au moyen
d'un quai de 300 metres dans le prolongement du
quai de commerce actuel. Un intervalle de 150 m&-
tres sera laiss6 entire les quais pour reserver Pen-
tree d'une darse.
Le quai miner offrira des fonds de (- 11), afin
de permettre I'acces des gros cargos. Le chenal et
les cercles d'evitage seront dragu6s A (- 8,5). Les
gros cargos miniers pourront arriver A toute heure
et pourront partir des la mi-maree.
Le quai minier sera un quai leger, n'ayant pas a
supporter un stockage de mineral. I1 sera reli6 a la
terre par un terre-plein 6troit, le mineral stock sur
un l6argissement de ce terre-plein y sera amen6 par
chemin de fer A voie normal et lourde, qui reliera
directement le port A la mine. Le mineral sera en-
suite repris et conduit jusqu'au bateau par un sy.;-
t6me de transporteurs A courroies A gros debit.
En cas de besoin, le quai minier pourra 6tre pro-
long6 vers le Nord.
En retour de ce quai minier sera construit un
nouveau quai commercial r6serv6 au traffic bananier
et qui sera 6quip6 imicaniquement (hangars, engines
de chargement). II est destiny A remplacer le quai






bananier actuel qui se,prete mal A cette destination.
Le future quai bananier sera prolong au fond de la
darse par un quai r6serv6 au cabotage.
DIGUES ET DRAGAGES
Des ouvrages sont n6cessaires pour prot6ger les
extensions du port contre la houle, la digue de la
prudent sera prolongee de 100 m. vers le sud et de
200 m. vers le nord. Elle sera complbtee par une
digue nord de 750 m. et 6ventuellement par une troi-
sime digue de 300 m. Ce dispositif a W6t adopt
afin de ne pas modifier le courant qui joue un r6le
important dans le maintien des profondeurs.
Enfin pour pouvoir permettre au courant de < col-
ler > contre le quai minier et pour assurer A ce cou-
rant une vitesse suffisante pour empecher les d6p6ts
de vase, on a pr6vu un 6pi partant de la c6te orient
Sud-Est Nord-Ouest, long de 900 m. et don't l'extr6-
mite nord est situee A 1.200 m. dans le prolonge-
ment du quai actuel).
La r6alisation des projects est prevue de la maniere
suivante :
La construction des digues a fait l'objet en
1948 d'un march avec la Soci6te des Grands Tra-
vaux de Marseille qui a deja construit la digue de
la Prudente et dispose de la carriere de syenite de
Kassa. On en est actuellement A la phase des travaux
pr6liminaires.
Le premier abattage en carriere est pr6vu pour le
mois de septembre, les blocs seront mis en place au
moyen d'un ponton-mfture de 60 tonnes.
L'achevement des travaux de digues peut Utre
pre6u pour, fin 1951.
Les autres travaux-de construction du quai minier,
du quai bananier et du quai de cabotage, dragagues,
execution des terres-pleins, font 'objet d'un con-


course qui sera ouvert trbs prochainement a Paris et
jug6 A la- fin de l'ann6e. Les travaux pourront com-
mencer au d6but de l'ann6e prochaine et la dur6e
pr6,vue est de deux ans et demi pour leur ach6ve-
ment.
L'EXPORTATION DE LA BAUXITE
Le probleme de 1'exp6dition de la bauxite est entib-
rement different. Celle-ci extraite actuellement de
'ile de Tamara, sera charge en rade par I'inter-
mediaire de chalands. La bauxite sera amenie sur
les chalands par des transporteurs portes par un
wharf en course de construction.
Dans les annees A venir, la bauxite sera toujours
extraite de 'ile de Kassa don't le gisement est beau-
coup plus important et un port en eau profondd y
sera 6tabli. Ce sera un port priv6. La construction
doit commencer a la fin de la saison des pluies en
meme temps que celle des installations de la mine.
*
En conclusion avec les travaux pr6vus, 1'ensemble
portuaire de 'Conakry se composer done des 616-
ments suivants :
a) Le Port de Commerce, qui disposera en pre-
miere Ctape de trois postes A quais pour longs cour-
riers et d'un poste bien 6quip6, est susceptible d'un
rendement l6ev6 pour les bananiers. Ceux-ci pour-
ront; d'ailleurs, en cas de besoirr, charger 6galement
a un poste pour cargos. Les terres-pleins a'ctuels de
100.000 m2 seront compl6t6s par 115.000 m2 de ter-
res-pleins nouveaux.
b) Le Port Minier qui disposera de 300 m. de quai.
Les cargos pourront accoster a l'ile de Kassa.
Le Port de Conakry pourra ainsi s'adapter au
d6veloppement economique de la GuinBe.







La Conference R6gionale Aslenne de l'Organisation

International du Travail de Nuwara-Eliya (Ceylan)
(D'prs le Bulletin Economique de dochine)
(D'apres le Bulletin Economique de I'lndochine)


D ONNANT suite A une resolution adoptee par la
Conference R1gionale Asienne pr6partoire
(New-Delhi, octobre-novembre 1947) au sujet
de l'intensification des activities de l'Organisation
International du Travail en Asie, et conform6ment
A une decision prise par le Conseil ,d'Administration
du Bureau International au Travail (105eme session,
San-Francisco, juin 1948), une Conference R6gio-
nale Asienne de l'Organisation Internationale du
Travail s'est tenue a Nuwara-Eliya, dans 1'ile de
Ceylan, du 16 au 27 janvier 1950.
Les pays suivants y etait reprisentes :
Hong-Kong Viet-Nam
Inde Afghanistan
Laos 4ustralie
Nouvelle-ZAlande Birmanie
Pakistan Cambodge
Pays-Bas Ceylan
Philippines Etats-Unis d'Indonesie
Royaume-Uni Federation Malaise
Singapour France

S Chacun des pays ci-dessus, a 1'exception de quatre
seulement, avait envoy une d6elgation complete,
comprenant : deux repr6sentants gouvernementaux,
un repr6sentant des employers et un representant
des travailleurs.
La Conference s'est ainsi trouv6e compose de 32
del6gues gouvernementaux, 14 d61lgues des em-
ployeurs et 13 d6elgu6s des salaries, auxquels
s'ltaient joints : 33 conseillers techniques gouverne-
mentaux, 14 conseillers techniques employers et 15'
conseillers techniques salaries.
Soit au total : 59 d6legu6s et 62 conseillers tech-
niques.
Des observateurs ont WtA envoys par les Etats-
Unis d'Amerique. Il en est venu 6galement du Japon,
accompagn6s par ui observateur et un conseiller
technique du Commandeinent Supreme des Puis-
sance Alliees.
En outre, conformement aux terms de l'accord
entire les Nations Unies et 1'Organisation Internatio-
nale du Travail entr6 en vigueur le 14 d6cembre
1946, des repr6sentants des Nations Unies assistaient
A la Conference.
Enfin, les organizations internationales suivantes,
qui possAdent un caractere official, avait. defb6r a
F'invitation d'assister A la Conference, qui leur avait
Wet adress6e conform6ment aux decisions prises par
le Conseil d'Administration du B.I.T. :
Organisation des Nations Unies pour 1'Alimenta-
tion et 1'Agriculture. (O.A.A.)
- Organisation des Nations Unies pour 1'Education,
la Science et la Culture (U.N.E.S.C.O.)
- Organisation Mondiale de la Sante (O.M.S.)


A l'unanimite, la pr6sidence de la Conference fut
confine A Mr T.-B. Jayah, Ministre du Travail de
Ceylan..
Le Conseil d'Administration de 1'O.I.T. avait fix6
comme suit Fordre du jour de la Conference :
1 Inspection du Travail (une conference pr6para-
toire s'6tait tenue A Kandy, Ceylan, en novembre
1948 au sujet de c)tte question) ;
2 Moyens A pr6voir pour am6liorer le bien-etre
des travailleurs.
S3 D6veloppement du movement coop6ratif ;
4 Points a prendre en consideration dans une
6tude sur les salaires dans agriculture et les gains
des producteurs de base,,en vue d'aboutir A une re-
glementation des salaires et a l'adoptfon de measures
propres A accroitre ces gains ;
5 Organisation de la main-d'oeuvre et plus parti-
culierement d6veloppement des services de i'emploi
et de la formation.
En consequence, furent institutes les cinq Com-
missions ci-apr6s, chacune d'elles etant charge spe-
cialement de traiter 'une des questions A l'ordre du
jour :
Commission du movement coop6ratif, au sein
de laquelle la France et le Viet-Nam 6taient repr6-
sent6s ;
Commission des salaires agricoles, au sein de
laquelle la France et le Viet-Nam 6taient repr6-
sentes ;
Commission de l'Inspection du travail, au sein
de laquelle la France et le Viet-Nam etaient repr6-
sentes ;
Commission du bien-etre des travailleurs, au
sein de laquelle la France, le Viet-Nam et le Cam-
bodge 6taient repr6sent6s et don't la presidence fut
assumee par S.E, Neal-Phleng, Ministre de la Sant&
et du Travail du Cambodge ;
Commission de l'organisation de la main-d'ced-
vre, au sein de laquelle la France, le Viet-Nam et le
Laos 6taient represents.
Dans chacune de ces commissions, les travaux,
quoique tres animes, ne cessArent de se derouler
dans une atmosphere caract6risCe. par une volonte
general de bonne entente en vue du mieux-6tre des
travailleurs.
L'une des plus importantes parmi les resolutions
BlaborBes par ces commissions eut pour auteur Mile
Guelfi, Inspecteur g6enral du Travail de la France
d'Outre-Mer, qui, s'inspirant d'un arrWtA du 21 mai
1947 du Dr Le-van-Hoach, alors President du Gou-
vernement Provisoire de la Republique de Cochin-
chine, fit adopter le texte ci-apres :
< Consid6rant que Pl'tude des conditions d'emploi
< et de r6muneration des travailleurs agricoles doit







\<< obligatoirbment int6resser diff6rentes categories
t de travailleurs et, en particulier :
< 1) Ceux qui sont li6s au propri6taire du fonds
< par un contract de travail instituant des rapports
a de salari6 a employer qui entrainent, en change
< du travail fourni, le pavement d'un salaire en es-
c pieces ou en nature;
< 2) Ceux qui, n'ayant d'autres resources que le
< produit de leur travail, sont lies au propri6taire
< du fonds par un lien de caractore essentiellement
<< coutumier qui entraine, en change du droit
< d'usage d'un terrain de culture et g6neralement
d'avances A caractrre divers, 'obligation pour le
< cultivateur de verser une redevance constitute le
plus souvent par une part de r6colte et accompa-
< gn6e du remboursement avec nterets des avances
< consenties ;
< Consid6rant que cette derni6re cat6gorie de
< travailleurs classes parmi les producteurs primai-
a res'tire exclusivement ses moyens d'existence du
< produit du travail d'une terre d'autrui et ne b6n6-
< ficie d'aucune r6glementation, done d'aucune pro-
< tection.
e Considerant qu'il y d bien IA une forme parti-
< culitre de contract de travail qui, avec des moda-
< lites variables selon les regions, interesse, pour
< l'ensemble des pays d'Asie, des millions de travail-
< leurs ;
< La Conference r6gionale asienne de PO.I.T., reu-
i nie a Nuwara-Eliya, Ceylan, invite le Conseil d'Ad-
< ministration du Bureau International du Travail A
c examiner la possibility :
< a) de charger le Bureau International du Tra-
< vail de preparer, en consultation avec l'Organisa-
g tion des Nations Unies pour 1'Alimentation et
<< l'Agriculture, une 6tude d6taillke des conditions
e d'emploi de ces travailleurs ruraux, portant en
< particulier sur les questions suivantes :
< 1 les conditions de passation des contracts en
t vue d'en garantir et d'en contrdler Pex6cution,
e 2 les conditions de redevance du cultivateur,
< 3" les conditions auxquelles doivent mtre assu-
<< jetties les avances,
< 4 les conditions de rmglement des conflicts entire
c propri6taires et cultivateurs,
< 5 le contrble de 'application des contracts par
< l'inspection du Travail ou un corps de contr6-
c leurs specialists relevant de preference de Fins-


<< pection du travail' et jouissant d'un statut et de
< garanties d'ind4pendance similaires ;
< b) de tenir dans un pays d'Asie une reunion
a d'experts en vue de reexaminer cette etude et de
e< formuler des recommendations A 'adresse de la
< prochaine Conference r6gionale asienne.
Parmi les autres resolutions adoptees par la Con-
f6rence, mais don't le texte est trop long pour pouvoir
6tre reproduit ici, il y a lieu de citer les suivantes :
1) Resolution concernant PInspection du Travail.
2) Resolution concernant les Conferences de re-
pr6sentants des services d'inspection du travail
asiens.
3) Resolution concernant la protection des fem-
mes et des jeunes gens.
4) Resolution concernant les moyens A prevoir
pour am6liorer le bien-6tre des travailleurs des pays
d'Asie.
5) Resolution concernant 'action A poursuivre sur
le plan international en matjAre de cooperation dans
les pays d'Asie.
6) Resolution concernant Paction A poursuivre sur
le plan national en matiere de cooperation dans les
pays d'Asie.
7) Resolution pour l'organisation du service de
'emploi.
8) Resolution sur la formation professionnelle et
technique.
9) Resolution concernant les salaires agricoles et
les revenues des producteurs primaires en Asie.
10) Resolution concernant la representation des
pays asiens au sein du Conseil d'Administration et
de ses commissions.
11) Resolution concernant '6tablissement des
centres d'action en Asie.
12) Resolution concernant les gens de mer asiens.
13) Resolution concernant l'intensification des ac-
tivites asiennes de i'O.I.T.
14) Resolution concernant le programme d'assis-
tance technique.
La mise en oeuvre de ces resolutions interviendra
A la diligence du Bureau International du Travail.
Il y a lieu d'en esperer une hedreuse incidence sur
la condition des travailleurs des divers pays d'Asie.


/Nx



















NOUVELLES DE FRANCE


LA VIE PARLEMENTAIRE


ASSEMBLE NATIONAL

La designation de nouveaux membres
de I'Assembl6e de I'Union Franqaise
Au d6but de la stance du 3 mars, le president
Herriot a proclam6 membres de I'Assembl6e de
l'Union Francaise :
MM. Feix, Lozeray, Alard, Vanier et Georges
communistse) ;
MM. Charnay, Scelles, Vignes, Delmas
(M.R.P.) ;
MM. Reverbori, Boutbien, Thomas (socialis-
tes);
M. Omer Sarraut (rad. soc.).

CONSEIL DE LA REPUBLIQUE

Les investissements dans les T. O. M.

Le Conseil de la R6publique a abort l, le 28
f6vrier, l'examen du project de loi relatif aux
d6penses A imputer sur l'exercice 1949 pour
l'ex6cution des programmes de d6veloppement
economique et social des d6partements et terri-
toires d'outre-mer pendant la p6riode du 1" juil-
let 1949 au 30 juin 1950.
M. Sailer (R.G.R.-Guin6e), rapporteur de la
commission des finances, exprima le souhait que
1'6quipement administratif suive l'6quipement
6conomique, sans le pr6c6der, d6plorant que
< trop souvent on ait satisfait par priority des
besoins secondaires >. II demand qu'un con-
trble financier comptable et 6galement technique
soit 6tabli lors de l'6tude de la mise A execution
des projects. Rapporteur de la Commission de Ia
France d'Outre-Mer, M. Durand-Reville (R.G R.-
Gabon) protest contre < la dictature du plan
qui, veut ,s'tendre at toute l'dconomie national >>


et sugg6ra que les projects soient eux-mfmes sou-
Smis a l'approbation du Parlement. L'orateur dit
son regret de constater trop souvent l'inutilit6
de l'intervention des assemblies locales, comme
les Conseils g6neraux.
M. Kalenzaga (R.I.-Haute-Volta) rendit hWofh-
mage aux travaux entrepris par la France dans
les territoires d'outre-mer. Aprbs les interven-
tions de MM. Aube (R.G.R.-Oubangui-Chari), et
Sailer, M. Aujoulat, secr6taire d'Etat A la France
d'Outre-Mer, apporta xdiverses precisions aux
orateurs. Il indiqua notamment que si les cul-
tures vivrieres n'avaient pas b6nfficiM de credits
suffisants alors que des credits important ont
W6t consacr6s aux d6veloppement des cultures
d'exportation et des centres de recherches, la
faute en incombait non pas seulement au gou-
vernement, mais aussi aux Grands Conseils.
M. Aujoulat indiqua que les dispensaires de
plus. en plus nombreux seront installs dans la
brousse pour r6pondre aux besoins des popu-
lations.
Il rappela ce qui avait 6te fait en matiere
d'6quipement scolaire, et annonca que tout le
possible serait fait pour donner au Parlement les
indications et renseignements n6cessaires sur
l'emploi des credits demands.
Une controversy s'institua sur les r6les respec-
tifs des Grands Conseils et des Conseils G6neraux,
puis M. Aujoulat dit son intention de donner,
par quelque moyen, une representation. au
Conseil de la Republique au sein du Comit6 di-
recteur du F.I.D.E.S. (Fonds d'investissement et
de d6veloppement 6conomique et social).
AprBs des explications de vote, de MM. Totolehibe
(R. I., Madagascar), Primet (Comm., Seine), Symphor
(Soc., Martinique), LodBon (R.G.R., Madagascar), Pa-
tient (Soc., Guyane), le project fut finalement adopt;
A la difference du texte vote le 25 janvier dernier
au Palais Bourbon, le project qui resort des travaux

9







du Conseil est amput6 de deux articles disjoints.
Ceux-ci concernaient un blocage de credits ouverts
d'ailleurs a titre conditionnel et don't la suppression
est pr6vue au project de loi portant d6veloppement
des d6penses civiles d'investissement,


ASSEMBLE DE L'UNION FRANCHISE

L'enseignement social h 1'6cole
de la France d'Outre-Mer

Le 7 mars, l'Assembl6e a discut6 une proposi-
tion de MM. Catrice et Razac et des membres du
Groupe du M.R.P., invitant le Gouvernement a
cr6er A l'Ecole national de la France d'Outre-
Mer une section des inspecteurs du travail et
des affaires sociales et A d6velopper dans cette
colee l'enseignement social.
M. Catrice (M.R.P.), rapporteur de la Commis-
sion des Affaires sociales, a rappel tout d'abord
qu'il a d6ja eu l'occasion d'insister sur l'impor-
tance de l'inspection du travail outre-mer, pour
tous projects et toutes r6alisations effective d'un
progres social.
Elle aura dans les territoires d'outre-mer un r6le
considerable qui sera beaucoup plus un r6le de con-
seil, de guide, de suggestions que d'inspection pro-
prement dite. Ce sera aussi un travail extremement
important d'l6aboration et d'adaptation de tous les
textes legislatifs et r6glementaires concernant les
affaires sociales.
D'aprBs le d6cret de base, le recrutement dit c par
assimilation de solde > serait r6alis6 parmi les admi-
nistrateurs et parmi les inspecteurs m6tropolitains.
Jusqu'ici le recrutement n'a jou6 que parmi les admi-
nistrateurs, et il est indispensable, ajoute l'orateur,
d'en augmenter le nombre.
Les administrateurs peuvent 6tre, A I'occasion, s'up-
pleant des inspecteurs du Travail. Ils auront aussi,
comme les magistrates d'ailleurs, i s'occuper des
questions de legislation du Travail, il imported done,
precise M. Catrice, qu'administrateurs et magistrates
aient au moins une teinte s6rieuse d'enseignement
social.
Il termine en d6clarant qu'il faut a 1'Ecole de la
France d'Outre-Mer, des course sur la legislation so-
ciale m6tropolitaine et sur I'histoire de la legislation
du travail.

M. Aujoulat, secr6taire d'Etat A la France
d'Outre-Mer a indiqu6 que la plupart des me-
sures envisages dans la proposition en discus-
sion figurent deja, dans un project de reorganisa-
tion de l'ecole de la France d'Outre-Mer. La car-
riere d'inspecteur du travail est deja ouverte par
le mtme concours que celle d'administrateur ou
de magistrate d'outre-mer : le concours d'entr6e a
l'Ecole national de la France d'Outre-Mer.
Quant a l'enseignement social, il est d6jh donned
a titre d'essai dans cette cole. C'est dire, d6-
clare le ministry que le gouvernement est plei-
nement d'accord.


II a donn6 ensuite un apercu du project de r6-
forme de 1'Ecole de la France d'Qutre-Mer. A un
moment sa disparition et sa fusion avec l'Ecole
National d'Administration a Wte envisage. Ce-
pendant la specialisation n6cessaire de l'ensei-
seignement a donner aux futurs administrateurs
d'outre-mer a fait carter le project.
L'essentiel 4tant de leur procurer des moyens
d'adaptation, la seule solution consistait dans la
modernisation de l'Ecole de la France d'Outre-
Mer qui a la chance de poss6der des professeurs
6minents, pourvus d'une trbs profonde connais-
sance des choses d'outre-mer. Un enseignement
largement humaniste y est donn6, tenant compete
des particularismes de ces pays, humanisme in-
dispensable h P'exercice de leur future charge,
humanisme a base de culture et de science
social.
Quant A l'inspection du travail, le ministry est
particuli6rement convaincu de son importance
et s'applique A assurer son recrutement dans les
meilleures conditions, les r6sultats d6jh obtenus
sont tres encourageants.
L'Ecole national de la France d'Outre-Mer
est, comme son nom l'indique, ouverte non seu-
lement aux candidates de la m6tropole, mais en-
core, et le plus largement possible, aux candidates
des territoires d'outre-mer. II conviendrait done
que cette cole, charge de former les futurs ad-
ministrateurs, les futurs magistrats et inspec-
teurs du travail d'outre-mer, trouve aupres des
bacheliers de Dakar, et d'Afrique en g6enral, une
certain faveur.
II souhaite voir les classes preparatoires a
'l'Ecole de la France d'Outre-Mer se grossir de
boursiers d'outre-mer, en attendant que de tells
&coles preparatoires soient ouvertes a Dakar et
A Tananarive.
L'Ecole de la France d'Outre-Mer deviendra
un des piliers de l'Union Frangaise et il esperc
conclut-il que l'Assembl6e nous aidera A faire
d'elle 1'cole de l'Union Francaise et la maison
de tous.
Apres discussion g6nerale, la proposition a
ete adoptee.

Le renouvellement des Commissions
L'Assemblee de l'Union Francaise a proc6de
au renouvellement des membres de ses Commis-
sions, don't les nouveaux bureaux sont composes
comme suit :
Affaires culturelles. President : M. Griaule (M.
R.P.) ; Vice-Presidents : Mme Malroux (S.F.I.O.),
M. Gervais (St-Pierre-et-Miquelon, Union ind.) ; Se-
cr6taires : Mile Alemand (Comm.). M. Cianfarani
(Constantine, U.M.O.M. ind.).
Affaires 6conomiques. President : M. Aubert
(I.M.O.M. ind.) ; Vice-pr6sidents : MM. Boussenot
(Comores R.R.), Schmitt (M.R.P.) ; Secretaires : MM.
Montrat (Guinee Francaise I.O.M.), Alard (Comm.).







Affaires fintncieres. President :'M. Antonini
(R.R.) ; Vice-prbsidents: MM. Themia (M.R.P.), Bouk-
heloua (ind. U.M.O.M.) ; Secr6taires : MM. Ebid6
(Cameroun, app. S.F.I.O.), Louis Delmas (Guinee
Francaise, A.E.S.).
Affaires sociales. President : M. Borrey (Niger,
I.O.M.) ; Vice-presidents : Mile Le Ber (M.R.P.),
M. Coulibaly (C6te d'Ivoire, R.D.A.); Secr6taires :
MM. Soppo Priso (Cameroun, app. S.F.I.O.), Georges
(Comm.).
Agriculture. President : M. Georges Monnet
(C6te d'Ivoire, R.R.) ; Vice-presidents : MM. Madem-
ba Racine (Soudant, S.F.I.O.), Bouda (Haute-Volta,
I.O.M.) ; Secr6taires : MM. Roulleaux-Dugage (U.M.
O.M. ind.), La GraviBre (M.R.P.).
Defense de l'Union Frangaise. President : g6nd-
ral Chevance-Bertin (R.R.) ; Vice-pr6sidents : MM.
Esnault (M.R.P.), lieutenant-colonel Bichon (Nouv.
'Cal6donie, U.M.O.M. ind.); Secr6taires : Mme Moreau
(8.F.I.O.), M. Dorange (Hte-Volta, I.O.M.).
Legislation. Pr6sident : M. Bourgarel (Senegal,
S.F.I.O.) ; Vice-presidents : MM. Michard PBlissier
(R.R.), Adesselam (U.F.) ; Secr6taires : MM. Jousse-
lin (M.R.P.), Momo-Toure (Guinee Frangaise, I.O.M.).
Plan et 9quipement. Pr6sident : M. Jacobson (M.
R.P.) ; Vice-presidents: MM. Gueye Momar Djim (SB-
.negal, S.F.I.O.), Longuet (ind., Madagascar) ; SecrB-
taires : M. Cianfarani (U.M.O.M., Constantine), Mile
Allemand (Comm.).
Politique gendrale. President: M. Albert Sarraut
(R.R.) ; Vice-pr6sidents : MM. Ya Doumbia (Soudan,
app. S.F.I.O.), Corval (M.R.P.) ; Secretaires : MM.
Souvannavong Ourot (Laos), Coubeche Said Ali (So-
malis I.O.M.).
Relations extirieures. President : M. Bidet (S.F.
1.0.) ; Vive-presidents : MM. Savi de Tove (I.O.M.,
Togo), Riond (U.M.O.M. ind.); Secretaires: MM.,Le
Brun Keris (M.R.P.); Omer Sarraut.
RIglement et petitions. Presidents : M. Bour
(M.R.P.) ; Vice-pr6sidents.: MM. Rosenfeld (S.F.I.O.),
Polycarpe (Guyane Francaise, I.O.M.) ; Secretaires :
MM. Laforest, Buu Kinh (Vietnam).

ComptabilitN :
President : M. Cazelles (S.F.I.O.);
Vice-President : M. Juge (M.R.P.);
Secr6taire : M. Lautissier (Com.).
Instruction :
President : M. Savary (S.F.I.O.);
Vice-President : M. Boluix Basset (U.M.O.M. Ind.);
Secr6taire : M. Hazoume (Dahomey I.O.M.).

Investissements pour le ddveloppement
des Etats associes

Le 23 mars I'Assemblee a discut6 la proposi-
tion de r6sqlution de MM. Boisdon, Jacobson,
Rend Moreux, Schmitt, Schock, Th6mia et des
membres du group du M.R.P., recommandant a
l'Assembl6e Nationale, d'affecter, aux investis-
sements destines a l'ex6cution dcs plans de d6ve-


loppement social et Bconomique des Etats asso-
cies de l'Indochine pour l'exercice budg6taire
1950, le montant global de huit milliards inscrits
dans le project de loi de d6veloppement des de-
penses d'investissement du 1" decembre 1949 ,t,
par suite, de ne pas admettre I'abattemeint de 00
millions propose dans la lettre rectificativ&.du 8
fevrier,1950.
M. Jacobson (M.R.P.), president et rapporteur
de la Commission du plan; a d6clar6 que la r6-
cente ratification des traits entire la Republique
francaise et les trois Etats associ6s de 1'Indo-
chine ne permettait plus d'admettre de nonveaux
d6lais dans la r6alisation du plan de d6veloppe-
ment social et economique de ces Etats.

Les auteurs de la proposition estiment -- precise
l'orateur qu'aucun abattement n'est acceptable sur
le credit de huit milliards offert, a titre de prkt, aux
Etats associes d'Indochine. Faisant le point au sujet
des plans concernant les Etats associ6s d'Indochine,
il rappelle que, calculus en francs 1950, les investis-
sements pour 1'ensemble de 1'Indochine repr6sentent
675 milliards et, qu'avant-guerre, l'Indochine comp-
tait pour un tiers dans les investissements accords
par la metropole i l'outre-mer. I1 serait ajoute-t-il
- bon que le nouveau statut d'Etats associes d'Indo-
chine ne changeAt rien a la proportion accord6e :
ces pays comme credits d'investissements. 11 y a, en
effet, une aide urgente A apporter au developpement
Bconomique et social de ces nouveaux Etats.
Comme rapporteur, M. Jacobson a precise que la
commission'du plan, estimait que des que les condi-
tions le permettront, la Republique francaise doit
assister, le plus completement possible, les Etats as-
socies dans I'effort pour leur d6veloppement econo-
mique et social.
II a conclu en demandant d'adopter la proposition
de resolution.
M. Ton That Can (Vietnam) a remerci6 les auteurs
de la proposition mais ne voudrait pas que ce geste
put 6tre mal interprdte en Indochine. En effet, un
doute general s'est empard de la population toujours
extremement jalouse de son ind6pendance et il ne
faudrait done pas qu'une 6quivoque puisse s'6tablir
et que la proposition risque d'etre consid6ree comme
une ingerence de la France dans la souverainete in-
terne des Etats associes. I1 serait d'autre part, ajoute-
t-il, pen politique d'envisager dans le texte mime de
la proposition la repartition des credits entire les dif-
Cfrants Etats associes, et demand quelques modifica-
tions de forme A la proposition.
La Princesse Yukanthor (U. F.) a demand qu'une
parties des credits soit affectee a la reconstruction
des dommages de guerre.
M. Jacobson, president et rapporteur de la com-
nission a donna son accord aux suggestions faites par
M. Ton That Can et r6pondu A la Princesse Yukhan-
thor qu'en plus du credit actuel de 8 milliards, un
autre de 3 milliards est prevu pour la reconstruc-
tion.
M. Albert Sarraut (R.R.) a demand que des credits
suffisants soient mis A la disposition de l'Ecole Fran-
caise d'Extrkme-Orient pour la conservation des
monuments d'Angkor.







La discussion g6nerale 6tant close, I'Assembl6e
passe A la discussion de la proposition de r6so-
lution dans son nouveau texte qui a W6t adopt
par la Commission.
L'Assemblde de l'Union Francaise,
Propose d l'Assemblde Nationale :
De n'admettre aucun abattement sur le credit
de 8 milliards offer pour I'exercice budgetaire
1950, d titre de pret, aux Etats associds de I'ln-
dochine, pour l'exdcution de leurs plans de deve-
loppement social et dconomique ;
De considerer que cette disposition est inscrite
a titre de faculty offerte aux dits Etats, sans
qu'il y ait, pour eux, obligation d'y recourir et
que les credits ainsi ouverts ne sont effective-
ment attribuds aux dits Etats qu'apres accord de
la Rdpublique Francaise sur l'utilisation de ces
credits ;
Et de s'en remettre aux organismes conmpd
tents pour la repartition, entire les Etats associes,
des 8 milliards pricitis.


Pr6t pour le d6veloppement social et 6conomique
du Laos
Le 23 mars a 6galement W6t discut6e la propo-
sition de M. Bilavarn Khoun (U.F.-Laos) invi-
tant le gouvernement A d6poser un project de loi
accordant A l'Etat associ6 du Laos un pret pour
la r6alisation de son d6veloppement social et 6co-
nomique, soit : a) un milliard sur les huit mil-
liards pr6vus au project de loi de finances cor-
respondant au d6marrage necessaire en 1950 ;
b) des credits d'engagement de cinq milliards
pour la premiere tranche de son plan d6cennal..
Dans son expos M. Bilavarn Khoun rappor-
teur, expose que la pr6sente proposition avait
pour but d'inviter le gouvernement A prendre les
dispositions qui permettront, sous bref d6lai, A
l'Etat associ6 du Laos de prevoir les measures
necessaires pour l'ex6cution de son plan de d6ve-
loppement social et 6conomique.
Ces measures consisteraient en la mise A la dispo-
sition du Laos, par la R6publique Francaise, de
pr6ts, A la fois au titre d'engagements de d6penses et
au titre de credits pour 1950.
L'insuffisance d'6quipement, 1'incapacit6 finan-
ciere locale, la pr6carit6 des conditions d'existence


font au Laos un pressant devoir de solliciter une aide
de la M6tropole pour son 6quipement et sa moder-
nisation, condition n6cessaire d'un plus haut niveau
de vie.
Seul un pr6t important, presque equivalent au
montant de son revenue national, permettra le d6mar-
rage du plan project, et, par IA, le salut m6me du
Laos.
L'effort demand ainsi A la France peut 6tre con-
sid6r6 come momentan6 : tr6s vite le Laos y sup-
pl6era par ses propres resources, accrues par la
mise en oeuvre du plan d'6quipement.
Les pr6ts en question conclut l'orateur, pourraient
avantageusement etre attribu6s A raison de 60 % en-
viron A destination de grands travaux comme des
points, des barrages et des routes, et de 40 % A des-
tination d'habitations, d'urbanisme, de materiel agri-
cole et de materiel de petites exploitations notam-
ment pour le travail du bois, ce qui interpr6te le
vceu qu'une parties, sinon majeure du moins impor-
tante, des credits soient affects aux ameliorations
int6ressant la vie rurale.

La proposition suivante mise aux voix a 6tW
adopt6e A mains levees, A l'exception des commu-
nistes qui se sont abstenus :
L'Assemblde de l'Union Francaise, consciente
de l'insuffisance de I'dquipement du Laos ;
Vu la convention gendrale entire la Rdpublique
Frangaise et le Royaume du Laos en date du 19
juillet 1949, en son titre 11, paragraphs et ainsi
libelld;
t La Rdpublique Francaise s'engage d fournir
pendant une periode donnee, dans des conditions
ad determiner, une aide financidre au Laos >.
Invite le gouvernement :
A recommander les dispositions ci-dessous d
la conference quadripartite inter-Etats qui dolt
se tenir prochainement en Indochine, la Rdpu-
blique Frangaise etant une des quatre parties sie-
geant d cette conference.
Prets mis a la disposition du Laos pour la rda-
lisation de son plan de developpement economi-
que et social et ce, sans qu'il y ait obligation,
pour cet Etat associe, d'y recourir :
1 Pour les annees 1950 et suivantes, et d ti-
tre d'engagement de depenses : 5 milliards;
2 Pour l'annee 1950, et le montant ci-apres
etant compris dans les 5 milliards precites : 1
milliard, lequel ferait d'ailleurs parties du credit
de 8 milliards inscrit d titre de prets pour l'exer-
cice 1950, dans le project de loi de finances.








L'ACTIVIIlE MINISTERIELLE


Le voyage du Ministre de la France dOutre-Mer
en A. O. F.

Le s6jour du Ministre au S6negal

M. Letourneau, ministry de la France d'Outre-
Mer, est arrive a'Dakar le 2 mars oft il a Wte ac-
cueilli par M. B6chard, Haut-Commissaire de
France en A.O.F., entour6 des autorit6s civiles
et militaires, ainsi que par le g6n6ral Valluy, ins-
pecteur des forces terrestres d'outre-mer.
A travers la ville indig6ne, puis par les princi-
pales art6res, le cortege a gagn6 le Palais du Gou-
vernement g6n6ral au milieu d'une foule compact
oil se m6laient les Europ6ens et la population au-
tochtone.
AprBs s'Rtre fait presenter les principles person-
nalit6s et les repr6sentants des corps constitu6s,
M. Letourneau a parcouru les diff6rents sites de
Dakar et s'est int6ress6 longuement aux travaux en-
trepris pour le d6veloppement de la ville.

Une important prise d'armes a eu lieu le
3 mars.
Le 4 mars, le ministry donnait ses premieres
impressions sur sa reprise de contact avec
I'A.O.F.
Au sujet de Dakar, le ministry estime que le
d6veloppement de la ville est uraiment impres-
sionnant et que l'effort entrepris est remarqua-
ble. L'dquipement economique du pays a-t-il
ajoutd pour lequel la mrtropole fait un grand
effort, ne doit pas aboutir d ce qu'on pourrait
appeler ufne < civilisation industrielle, il doit pre-
parer le mieux-etre de la population, une sdcuritd
materielle permettant son epanouissement. Voili
le but du Gouvernement, dans le droit fil du ge-
nie de la France. La France ne doit pas innover,
elle doit contribuer d une evolution .
Le 4 mars le ministry s'est rendu A Saint-Louis
ofi la population lui a fait un accueil particuli6-
rement chaleureux. A son retour il a 6t6, A diner,
l'h6te du Grand Conseil de I'A.O.F.
A cette occasion, et en r6ponse aux souhaits de
bienvenue de M. Lamine-Gueye, Pr6sident de
cette Assembl6e, le ministry a mis I'accent sur
l'integration complete et absolue de I'A.O.F. dans
le cadre de la Republique francaise.
Traitant des probl'mes 6conomiques, M. Le-
tourneau a rendu hommage A M. B6cnard pour
l'impulsion qu'il a donn6e aux travaux d'6qui-
pement 6conomique et social.
Faisant 6tat des bruits circulant sur le change-
ment de la parity du franc C. F. A, le ministry a
d6clar6 : i C'est un probleme qui ne peut etre pose


et qui n'est pas posd. La parity du franc C.FA. est
definitivement riglee. > M. Letourneau a, alors, mis
en garde ses auditeurs contre les rumeurs c souvent
incontr6lables >, ayant pour but de freiner les in-
vestissements dans les pays d'Outre-Mer et de tenter
de cr6er, ainsi, un climate de defiance vis-a-vis de la
m6tropole. Enfin, le ministry a soulign6, A nouveau,
< le sens de l'humain > que doivent comporter tou-
tes les actions en Afrique Francaise et il a termin6
en remerciant du c Message de confiance et d'es-
poir > qu'il rapportera de son voyage en A. O. F.

Le s6jour du Ministre en Guinee

Lors de son sejour A Conakry, les 5 et 6 mars.
M. Letourneau a visit le group scolaire et les
imposants chantiers du college technique. II s'est,
ensuite, rendu aux mines de fer du Kaloum don't
le Directeur, M. Delage, lui a expose les immen-
ses possibilities : 1.200.000 tonnes pour la pre-
miere ann6e, puis 3.000.000 dans un proche ave-
nir. Aux lies de Loos, le ministry a parcouru les
chantiers des grands travaux de Marseille, ou-
verts dans 1'Ile de Kassa, puis les installations
des mines de bauxite. M. Letourneau a exprim6
sa grande satisfaction d'avoir pu constater la
hardiesse raisonn6e et l'optimisme agissant qui
president au d6veloppement et A la nouvelle
orientation de l'6conomie de la Guin6e. Le 6
mars, le ministry s'est rendu a Kankan oi il a
inaugur6 la Foire artisanale et agricole. Le 7
mars, le ministry a passe les troupes en revue,
puis a proc6d6 A l'inauguration d'un pont sur le
Milo, qui o.uvrira une nouvelle route inter-colo-
niale entire les territoires du Sahel et les regions
forcstieres. Dans l'apres-midi, M. Letourneau a
inaugur6 la Foire-Exposition et a assist une
fete folklorique.


Le s6jour du Ministre au Soudan

M. Letourneau et sa suite sont arrives A Ba-
mako dans la soir6e du 7 mars.
Le mercredi 8 mars, dans la matin6e, le mi-
nistre de la France d'Outre-Mer s'est rendu A la
ferme de Sotuba, oii il a 6tW regu par le Directeur
du service de 1'61evage, qui lui a donn6 toutes
explications sur les buts poursuivis et les r6ali-
sations accomplies.
II a pose, ensuite, la premiere pierre de l'Ins-
titut f6d6ral des recherches zootechniques.
Puis il s'est rendu au port fluvial -et a visit
l'Institut Marchoux, centre de la lutte centre la
16pre en A.O.F., ofi il a f6licit6, avec une visible
motion, le m6decin directeur.
Apres avoir pose la premiere pierre du nouvel








H6tel des P.T.T., visit les ateliers de l'Ecole de
l'Artisanat et parcouru le march, acclam6 par
une foule tres dense, il s'est rendu A la Maison
du Combattant, puis A la Chambre de Commerce
ofi il a ete recu par le Pr6sident Izaure.
Apres un d6jeuner au Palais du Gouverne-
ment, le ministry a d6pos6, A 17 heures, une gerbe
au monument aux morts et remis des d6cora-
tions, notamment la Legion d'Honneur au d6put6
Silvandre. Devant une 6norme affluence, A la fois
vibrant et recueillie, il a passe les troupes de la
garnison en 'revue.
II a e6t recu, dans les jardins de la mairie,
par les membres du Conseil g6n6ral et de la mu-
nicipalit6.
Prenant la parole, le ministry a dit quel r6con-
fort il emportera des heures passes A Bamako
et a exalt6 la fraternity des efforts de la popula-
tion assemble sous le drapeau francais. Apres
avoir affirm l'unit6 de la France m6tropolitaine
et d'outre-mer, le ministry a d6clar6 que le Gou-
vernement 6tait fermement r6solu, en s'appuyant
sur l'union de tous ses fils, A refuser toute ing6-
rence 6trang6re dans des affaires qui 'ne rele-
vaient que d'elle. Enfin, A 21 heures, une r6cep-
tion a eu lieu, au nouveau Club Africain ofi toute
la Socie6t europ6enne et africaine de Bamako
6etait r6unie.
PQursuivant son voyage, M. Letourneau, est
arrive, le 9 mars, A Segou, oi il a 6te regu, au
terrain, par les autorit6s. Il s'est fait presenter
les notables et a proc6d6 A une remise de d6cora-
tions. II a visit la ville en voiture et s'est rendu
A l'Office du Niger ao le Directeur, M. Pierre Vi-
guier, a fait un rapide expose de l'ceuvre et des
projects de I'Office.
Reprenant I'avion, le ministry a survol6, i
basse altitude, pendant une heure et demie, le
barrage de Sansanding et les zones d'irrigations
et a atterri A Markala. II a visit les installations
du barrage devant lesquelles les notables et la
population 6taient groups.
Le ministry a remis la L6gion d'Honneur a
M. Pierre Viguier.
Apres un lunch au Club de Markala, M. Le-
tourneau s'est rendu aux ateliers de I'Office du
Niger of il a exprim6 sa vive satisfaction pour
l'ceuvre grandiose qui honor la France.
Le ministry est reparti dans la soiree pour
Mopti, oi il a e6t accueilli, sur le terrain, par
M. Ortoli, inspecteur des Affaires administrati-
ves, les parlementaires et diverse autres person-
nalit6s.
11 est entrd .dans la ville, au milieu des accla-
mations d'une foule trbs nombreuse et a inspect
les travaux de construction d'une digue qui doit
permettre l'agrandissement de Mopti et le deve-
loppement de la riziculture dans le cadre du sys-


teme de travaux de genie rural institud par le
Haut-Commissariat en A.O.F.
Recu au Club de Mopti, M. Letourneau a pris
la parole pour dire le plaisir qu'il avait eu d'avoir
pu venir dans la ville et a remercie la population
africaine et europ6enne de l'accueil chaleureux
qui avait 6t6 reserve < au repr6sentant du gou-
vernement francais >>.

Le s6jour du Ministre en Waute-Volta

M. Letourneau, accompagn6 de M. BBchard, est
arrive A Ouagadougou dans la matinee du 10
mars.
Accueilli par M. Mouragues, Gouverneur du
Territoire de la Haute-Volta, et les autorites lo-
cales, le ministry, auquel d'importants d6tache-
ments de troupes ont rendu les honneurs mili-
taires, a ete recu par le Moro-Naba roi des
Mossis et s'est int6ress6 aux r6alisations do
l'artisanat local.
Le 11 mars, M. Letourneau, a fait escale A
Bobo Dioulasso, oi, il a inaugur6 la gare du che-
min de fer et donn6 le signal du depart du pre-
mier train A circuler sur le trongon de ligne de
cent kilometres en direction de Ouagadougou,
chef-lieu du territoire.

SLe s6jour du Ministre en Cate-d'lvoire

Arrive A Abidjan en fin de soiree, le ministry
s'est rendu, le 12 mars, au monument aux morts;
a inspect les travaux du port et A recu les corps
constitutes. Il a remerci6 M. Capri Djedje, pr6si-
dent du Conseil de la CSte d'Ivoire, de ses sen-
timents de loyalisme A l'6gard de la France.
La France a d6clar6 notamment, M. Letour-
neau veut la paix civil. Elle sera comprdhen-
sive pour les faibles, mais impitoyable pour les
meneurs.
Aprbs avoir affirm que les conqu8tes politi-
ques et sociales ne seraient jamais remises en
cause, le ministry de la France d'Outre-Mer a
conclu en exprimant son admiration pour l'6vo-
lution et la mise en valeur de la C6te d'Ivoire.
Dans la journ6e, apres avoir proc6d6 une
remise de decorations, le ministry a visit la re-
gie industrielle de cellulose colonial et les nou-
veaux chantiers de la route de Dabou.

Le s6jour du Ministre au Togo
Le 13 mars, le ministry est arrive au Togo; il
a Wt6 accueilli par le Gouverneur CUdille, Com-
missaire de la Republique et les autorites locales.
Apris une presentation des Corps constitutes
et une remise de decorations, M. Letourneau a
pris la parole rendant homage au travail ac-







compli par rAdministration en liaison avec 1'As-
sembl6e repr6settative at les chefs locaux. Le mi-
nistre a, ensuite, Wte regu A l'Assembl6e Repre-
sentative don't le President lui a souhait6 la
bienvenue, exaltant l'oeuvre accomplie par la
France dans le territoire. Dans sa r6ponse, M.
Letourneau a dit sa joie d'etre A Lom6 et son
motion de I'accueil qu'il recevait au Togo.
H a 6voqu I'ceuvre de la France au Togo et
rappele le t6moignage qu'en a fourni le rapport
de la Commission de tutelle de I'O.N.U.


Le s6jour du ministry au Dahomey

M. Letourneau, apres avoir visited le nouvel
h6pital g6enral de Lome, est reparti par la route
en direction de Cotonou. A Agou&, premier vil-
lage du Dahomey, le Gouverneur Valluy 1'atten-
dait. Le cortege a, ensuite, gagn6 Cotonou, puis
Porta Novo.
Le 14 mars, M. Letourneau a visited le nouveau
lycee et I'hOpital et a assist a une cer6monie
devant le monument Bleve A la memoire du Pere
Aupiais, ancien depute.
A Cotonou, au course d'une reception a la
Chambre de Commerce, le ministry a proqonce
une allocution dans laquelle il a souligne l'int-
'&t que le Gouvrenement portait au territoire.
R6pondant au discours du vice-president de la
Chambre de Commerce, il a declare, notamment,
que, si 1'appui de la m6tropole etait coifteux aux
Frangais, il 6tait n6cessaire a tous et serait pour-
suivi, aussi bien dans le domaine du FIDES que
dans la recherche des moyens de tous ordres pour
resoudre les probl6mes poses par la mise en valeur
des territoires d'Outre-Mer.
M. Letourneau a tenu A marquer que les achats
Ait 'tranger posaient un probleme de devises n6ces-
sitant encore quelque patience. II a termin6 en sou-
lignant qu'il convenail de reconnaitre qu'un certain
dirigisme raisonnable de PI'conomie avait Wet, jus-
qu'ici, efficace.

Le s6jour'du Ministre au Niger
Le ministry et sa suite se sont arret6s le 15
mars a Niamey, of ils ont Wt6 accueillis 1par le
Gouverneur Colombani.

A

Dans la soiree le ministry a quitt6 le Niger
pour Gao.
Apres un arret h Tamanrasset, M. Letourneau
a fait escale le 17 A Alger.
A son arrive A Paris, dans la soiri6e du 18
mars, le ministry a fait la declaration suivante :
, Le voyage, tout d la fois long et rapid que je
viens d'acheuer dans les huit territoires de la F&-


duration de I'A.O.F. et au Togo a et6 riche de
fant d'emotions et de tant d'impressions diverse
qu'il est bien impossible de dresser, au debar-
quer, une sorte de tableau d'ensemble.
Cependant, it y a des constatations si 9clatan-
tes qu'elles n'ont besoin d'aucune rdflexion pour
les affirmer.
Tous ceux qui ont pris part d ce voyage vous
diront que la plus forte de ces constatations,
c'est l'attachement affectueux, total, ddfinitif de
toutes ces populations pour la France. Des fou-
les gnormes, des chefs prestigieux venus souvent
de fort loin, en ont donnd des temoignages emou-
vants au representant du gouvernement de la
Republique et personnel ne sera surprise qu'au
premier rang se soient, partout, trouvis les an-
ciens combattants don't les sections constituent,
dans chacun de ces territoires, les bastions les
plus indestructible de la foi dans les destinies
de la patrie.
Une deuxihme constatation frappe l'homme
politique qui n'dtait pas venu depuis longtemps
en A.O.F. C'est la maturity politique si rapide-
ment acquise par les assemblies representatives.
Frangais d'Europe et Franfais d'Afrique y tra-
vaillent dans la plus cordiale harmonies au plus
grand bendfice des populations.
J'ajoute que la collaboration avec le pouvoir
executif que reprdsente l'Administration a par-
lout donni les rdsultats les plus riches et les
plus satisfaisants.
II est non moins frappant de constater com-
bien les dirigeants de ces assemblies, comme
tous les 6lus, sentent la ndcessite de conduire la
march de ces nouvelles institutions ddmocrati-
ques en respectant les vieux cadres sociaux tra-
ditionnels qui, souvent, depuis de longs sikcles,
forment l'armature solide de ces populations.
Une troisidme remarque d faire, c'est le desir
de ces peuples de sentir administration fran-
Caise les protdger contre tdutes les exactions ;
leur assurer l'exercice, sans risques personnel,
des libertis que la Constitution leur a ddfinitive-
ment accorddes.
Personne ne s'etonnera que je fasse ici une
particuliare allusion d la C6te d'looire, oiI tous
ont regu, avec joie, cette assurance, comme
celles, non moins formelles et qui rdpondent d
ties campagnes menses avec perseverance, ten-
dant d faire croire que le gouuernement va reve-
nir sur les liberties politiques et sociales nees de
la Liberation.
Enfin, ce qui frappe le plus aveugle en A.O.F.,
c'est l'extraordinaire travail qui s'accomplit par-
tout. La F4deration est un chantier immense :
hopitaux, dispensaires, dcoles, institute de re-
cherches centre la lIpre, le trachome, la maladie
du sommeil, font l'objet des travaux les plus
pOussis,






Tout en rendant un hommage unanime d
l'oeuvre dinsi permise par le F.I.D.E.S., personnel
n'oublie qu'il n'y a pas de progras social defi-
nitif sans une base economique solide. C'est
pourquoi, dans ce domaine, qu'il s'agisse de cul-
tures vivrieres ou de cultures d'exportation, de
voies de communication ou de ports, partout un
effort sans precedent est en route.
II est difficile de faire des exceptions, mais les
travaux de Dakar, l'oeuvre gigantesque du port
d'Abidjan sont des tMmoignages splendides, de la
volont6 et du genie frangais.
En terminant, je voudrais rendre hommage
aux hommes admirables que j'ai partout ren-
contrds. Administrateurs, professeurs, institu-
teurs, mddecins, soldats, font, Id-bas, chacun d
leur place, dans des conditions souvent rudes,
mais avec une foi magnifique dans oeuvree don't
ils ont la charge et une grande amitid pour les
populations auprds desquelles ils sont en service,
un des plus beaux metiers auxquels un homme
puisse aspirer. Beaucoup de ces hommes sont
l'honneur de leur pays et je ne sais rien qui,
plus que leur example, puisse nous permettre
d'avoir pleinement confiance dans son avenir.

Un expose de M. Letourneau
au Comit6 National M.R.P.

Au Comit6 national M.R.P., qui s'est ouvert
le 25 mars A Paris, M. Letourneau, ministry de
la France d'Outre-Mer, a fait un expose sur les
probl6mes de l'Union Francaise apres que M.
Max Andr6 les eut 6voques.
Le ministry a soulign6, notamment, que la
question de l'Indochine 6tait A envisager a
l'6chelle international. << No.tre position a-t-il
dit est, lh-bas, une position forte par excel-
lence, parce que notamment, il suffirait que nous
abandonnions la parties pour que l'6quilibre mon-
dial soit rompu dans le Sud-Est asiatique >>.
Au sujet de 1'Afrique Noire, oui il vient d'ef-
fectuer un voyage, M. Letourneau a affirm, en
r6ponse A certaines critiques, la valeur des mem-
bres autochtones des Assembl6es locales qui ga-
gnent, chaque jour, en autorite. La conviction du
ministry est qu'il n'y a pas, la-bas, de problem
de loyalisme A l'6gard de la France.
M. Letourneau a fait observer qu'on ne doit
pas m6connaitre l'effort Bconomique gigantesque
accompli en Afrique par la R6publique dans l'un
des moment les plus difficiles de son histoire.
Cet effort doit Atre accompagn6 a-t-il ajout6
- d'un effort de pens6e : Il s'agit de r6aliser
l'int6gration, sans assimilation inconsid6r6e qui
pourrait aller A l'encontre du but poursuivi. II
faut batir l'Union Francaise en partant de don-
nAes de fait.


Une interview radiodiffusee du Ministre
de la France d'Outre-Mer

M. Letourneau a donn6 le 22 mars A la Radio
une interview au course de laquelle il a notam-
ment fait les declarations suivantes :
Les Assiembl'es representatives des Territoires
au sein desquelles Frangais d'Afrique et d'Europe
travaillent pour le bien commun dans I'harmo-
nie la plus cordiale, montrent une maturity poli-
tique, une sagesse, un sens des realitis et des
possibilitis qui m'ont vivement frappd. Partout,
dans'ces Assembldes, j'ai rencontrd des hommes
remarquables. Partout aussi la collaboration de
ces Assembldes -- Conseils gendraux dans les
Territoires, Grands Conseil d Dakar, avec le
pouvoir exdcutif que constitute I'Administration,
s'est rgvDlde loyale, aisde et ficonde. La ddmons-
tration est faite que la France a eu raison de con-
duire dans cette voie les populations noires qui
se sont confides d elle. Mais la grande originality
peut-etre de ce nouveau statut, c'est que les di-
rigeants de ces Assembldes, de meme que les re-
prdsentants Olus des territoires, ainsi mis d la
fois, en measure de girer leurs propres affaires et
associds d la gestion des affaires propres de la
Metropole ont comme d'instinct trouvd l'dqui-
libre entire la conduite de cette Cvolution d&mo-
cratique si heureusement engage et le respect
des cadres sociaux traditionnels qui, souvent de-
puis de longs sidcles, forment I'armature solide
de ces populations. II y a Id quelque chose don't
le monde, ni dans le present ni dans le passe,
n'a je crois offert nulle part un autre example.
Dans un monde oti tout se tient, il edt ete sur-
prenant que l'Afrique echappdt totalement d cer-
taines influences ideologiques, ni que certaines
rivalitgs internationales ne s'y manifestassent
point. Mais, en rdsume, la France peut regarder
le monde la tate haute. Elle n'a pas de dossier d
plaider. Son oeuvre parole d'elle-mgme. Au Togo,
par example, qui est, lui, un territoire sous tu-
telle, I'attachement d la France n'est pas moins
evident qu'au Soudan ou au Sdnegal, et je n'ou-
blierai pas de si t6t ni I'accueil de son Assem-
blee Representative, ni l'enthousiasme de rin-
nombrable jeunesse de Lomd. Et cela nous rend
plus impassibles encore devant les critiques par-
fois exprimees dans certain milieux. Nous nous
en tenons scrupuleusement d nos engagements
internationaux, mais sans en rien retrancher et
sans pouvoir aller au deld.
Je concluerai en disant que la France donne
en Afrique et se donne d elle-mgme un
grand example. Son genie propre, sa Constitu-
tion, les hommes qui la representent attestent
Id-bas sa fiddlite agissante a une mission essen-
tiellement humaine. J'ai vu durant trois semai-







nes d'innombrables fonctionnaires. Administra-
teurs, medecins, professeurs, instituteurs, soldals
font en Afrique, chacun d lear place, dans des
conditions souvent fort dares, mais avec une foi
magnifique dans lear tdche et une grande amitid
pour les populations aupres desquelles ils sont
en service, an des plus beaux mntiers auxquels
un homme puisse aspirer. uIs sont dans lear en-
semble admirables et la Metropole l'ignore trop.
Mais je ne sais rien, pour ma part, qui, plus que
leur exemple,'puisse nous faire toucher du doigl
la reality de l'Union Frangaise et nous rendre
pleinement confiance dans notre avenir.



Les attributions du Secr6taire d'Etat
6 la France d'Outre-Mer

Le sous-secr6tariat d'Etat h la France d'Outre-
Mer don't M. Aujoulat assume la charge, ayant
Wte transform en secretariat d'Etat, un d6cret
paru au J.O. du 2 mars, a determine ses nouvel-
les attributions.

M. Aujoulat, secr6taire d'Etat A la France d'Outre-
Mer, est charge de toutes les affaires que le ministry
de la France d'Outre-Mer lui confie sp6cialement
dans le cadre de I'action d'ensemble du d6parte-
ment.
En outre, relevent directement de son autorite les
directions et services ci-dessous :

Direction du service de sante;
Direction des travaux publics;
Direction de l'agriculture, de 1'6levage et des
forts ;
Inspection g6enrale de 1'enseignement et de la
jeunesse;
Service central du travail et de main-d'oeu-
vre;
Service des postes et telecommunications ;
Service des mines et de la g6ologie;
Service social colonial;
Agence de la France d'Outre-Mer;
Office de la recherche scientifique d'Outre-
Mer.
Les attributions du secr6taire d'Etat comportent
I'examen de toutes les incidences des questions don't
il a la charge, y compris celles qui portent sur la
cooperation technique international ainsi que sur
1'ex6cution du plan.
Delegation permanent est donn6e a M. Aujoulat
pour contresigner les d6crets et pour signer tous
actes, arretes et decisions interessant les services
designs ci-dessus, y compris les actes visant le
personnel.


Composition du Cabinet du Secretaire d'Etat
b la France d'Outre-Mer

Par arrWte public au Journal official du 1"
mars, sont nommes, au Cabinet de M. Aujoulat,
secr6taire d'Etat A la France d'Outre-Mer :
Directeur du Cabinet, M. Jean Masselot, ins-
pecteur de la France d'Outre-Mer;
Conseillers techniques, MM, le Gouverneur
Maurice Bertaut, tr6sorier-payeur du Cameroun;
Melchior de Lisle, ing6nieur des Ponts et Chaus-
sees, ing6nieur en chef des Travaux Publics des
Colonies;
Chef de Cabinet, M. Jacques A. Chatelain, doc-
teur en Droit, inspecteur du travail;
Chefs adjoints de Cabinet, MM. Robert de
Montvalon, docteur en m6decine, journalist ;
Marcel Eyidi Bebey, m6decin africain de pre-
miere classes;
Chef du secretariat particulier, M. Maurice Ar-
nould, licenci6 en Droit, administrateur des Co-
lonies;
Attaches de Cabinet, MM. Alphonse Boni, di-
pl6mb d'6tudes sup6rieures de Droit, magistrate
colonial; Pierre Klein, dipl6m6 d'6tudes supe-
rieures de lettres, ancien directeur du College
fran.ais de Shanghai; Joseph Foray, dipl6mb
d'6tudes sup6rieures d'histoire.


Inauguration d'un premier cycle de conferences
consacr6es aux techniques sanitaires
applicables aux pays chauds

M. Aujoulat, secr6taire d'Etat a la France
d'Outre-Mer, a inaugur le 21 mars un premier
cycle de conferences consacrees aux techniques
sanitaires applicables aux pays chauds, speciale-
ment aux territoires'de la France d'Outre-Mer.
Apres un bref preambule du professeur Heim de
Balzad sur c la raison d'etre de ces conferences >,
le m6decin g6ndral inspecteur Vaucel' a fait un
expose montrant ce que < le m6decin hygieniste
attend du technician sanitaire dans la France d'ou-
tre-Mer >.
Dans une court allocation, le Dr Aujoulat a dit
tout I'int6ret que le Gouvernement attache aux tech-
niques sanitaires d'Outre-Mer. II a soulign6 1'impor-
tance que pr6sentent la modernisation des m6tho-
des et I'int6gration des futurs ing6nieurs sanitaires
dans un corps de sante rdorganis6.


R6union a Paris du Groupe de I'Etain

Le lundi 20 mars, A 15 heures, s'est ouverte, A
la Maison de la Chimie, rue Saint-Dominique,
l'une des sessions du Groupe International d'Etu-
des de l'Etain.







Au nom du Gouvernement frangais, le docteur
Louis-Paul AujQilat, SePoit.air. d'Etat A la
France d'Outre-Mer, leur souhaita la bienvenue
dane la eapitale.
II salua les personnalit6s 6minentes r6unies
dans les diverse de'lgations et il se plut, en par-
ticulier, 4 remarquer avec joie que pour la pre-
mi6re fois la Republique d'lndonesie participant
come membre aux travaux du Groupe.
Le Ministry d0clara notamment : J'ai apprio
l'iA4dret tout particulier qwi s'attaf ie 4 la t4u-
nion de cette anlige. Vpus tes, en effet, places


devant ce probleme si delipat de savair si un
accord international sur !'4tqin est 'possible.
Apr4, avoir souligni que de longues saanfii
d'$tudes seraient probablemept nkcessaires avant
d'arriver A une conclusion en cette natrtie,
M. Aujoulat, rendant hommage A 1'esprit de coo-
p6ration qui anime les d6l6gues et A leut haute
competence, exprima sa certitude de voir leufs
travaux couronn6s de succes. Aussi avons nous
essayd ajouta-t-il de vous donner toutes les
facilities dssirables pour vous permettre de mener
d bien votre tdche.


INFORMATIONS DIVERSE$


Les transports au sud du Sahara
Un examen d'ensemble du d6veloppement des
moyens de transport en Afrique, au Sud du
Sahara, vient de donner lieu a une reunion sp&e
ciale au siege de 1'O. E. C. E., A Paris. Comment
c6e le 13 f6vrier, cette reunion a pris fin le 2
mars. Elle a Wet tenue sur lFinvitation du Se-
cr6taire de I'O. E. C. E.
Les pays represents A cette reunion etaient:
la Belgique, la France, le Portugal et le
Royaune.Uuai, pays memnbres de I'Orgapisation,
ayant des responabilit4s en Afrique, ainsi que
la Rhod6sie et 1'Union Sud-Africaine. Des mem-
bres du Bureau du representant special des Etats-
Unis en Europe et du Comit6 des Territoires
d'Outre-Mer de I'O. E. C, E. 6taient 6galement
presents aux seances.
L'intBrt que porte 1'Q, E. C. E. A cette ques-
tion avait Wt6 provoqu6 par un rapport du Co-
mit6 des Territoires d'Outre-Mer sur les princi-
paux projects de mise en valeur des Territoires
d'Outre-Mer des pays participants. Ce rapport
soulignait l'importance pr6sent6e par la coor-
dination du d6veloppement des transports en
Afrique. Cette 'coordination est essentielle pour
les progrbs 6conomiques et sociaux des peuples
de ce continent.
La reunion qui se termite n'est qu'une phase
de l'importante cooperation que tous les gouver-
iements int6ress6s poursuivent poir resoudre le
probl6me des transports en Afrique. Une conf6-
dence avait eu lieu A Dakar, en 1947, entire les ad-
ministrations britannique et francaise ad I'Ouest
africain pour coordonner les plans de d6veloppe-
ment des transports dans cette region. Les pro-
blenms de d6veloppement des transports en Afri-
que du Centre, de l'Est et du Sud, avaient te6
examines par les gouvernements interess6s 4 Lis-


bonne en mai 1949 ; F1une des decisions prises
fut de tenir, A Johannesbourg, en octobre 1950,
une conference afin de proeeder A une 6tude ap,
profondie de ces problems apres une pr6para-
tion technique d6taill6e et d'envisager la creation
des transports dans cette region.
Un secretariat provisoire est d6ej en function
A Pretoria pour preparer la conference de Johan-
nesburg, et son secretaire g6ndral 6tait present
A la reunion sp6ciale. Ii apparait done que celle-ci
s'inscrit dans le cadre general de cete coopera-
tion et qu'elle a l'avantage particulier d'associer
l'oeuvre de coordination entreprise par les gou-
vernements m6tropolitains membres de 1'O. E.
C. E. dans le cadre du programme de relvement
europeen, au programme de cooperation en Afri-
que. A cet 6gard, et, notamment, dans le pro-
blme des transports, la Rhod6sie du Sud et
I'Union Sud-Africaine ont un rBle important A
jouer. C'est pour donner une impulsion A cette
collaboration que fut cr66e la Commission de
Cooperation Technique dans les regions au Sud
du Sahara qui a tenu sa premiere reunion A Pa-
ris, en janvier 1950.
Les objectifs de la present reunion etaient de
consid6rer les donnees' fondamentales d'ordre
Bconomique du d6veloppement des transports en
Afrique ; de delimiter les probl6mes qui deman-
dent une action international et de d6finir les
methodes A suivre dans la recherche de leur so-
lution. Les 61degations ont fait ui expose com-
plet du developpement economique prevu dans
les territoires qu'elle$ repr6sentaient ont ou-
lign6 que cc d6veloppement exigera un effort
particilier du system de transports de la re-
gion.
11 apparut que les problems se rOpartissaiant
on 4lux groups bien 4dtermines. Ceux du pre-
mier affectent les territoires de 1'Ouest afrieain






depuiS Dakar jusqu'au Congo, et les prncipgux
d'entre eux deeoulent du fait que Iq line c6ti re
des territoires frangais est rompue par des terri-
toires britanniques et d'4utres territoires par of1
doivent done passer les voies de communication
avec la c6te. Les probl6mes du second group se
posent du fait de que Sud du Congb beige, les
deux Rhodigie at le Nyassgaland sp cveloppent
rapidement et ,.figgt une extension des moyens
de transport pour maintenir le cadence desirable
d'&xpansion. Ce group de problems appelle une
cooperation plus 6troite entire ces,Territoires et
les Territoires Portugais et britanniques situbs
sur los cotes Est et Ouest de I'Afrique et l'union
Sud-Africaine.
Ces deux groups de probl!mes ont fait 1'objet
d'un examen d4taille. Le but essential de la reu-
nion special etait de poser chaque probl6me par-
ticulipr dans son cadre 6conomique regional,
compete tenu des int6erts du d6veloppement 6co-
n9mique et social des peuples de la region.
Des r6sultats de grande valeur ant Wt6 obtenus.
Pour le group de probl6mes int6ressant 'Ouest
4frieain, la reunion a recommand6, aux gouver-
nements britannique, franais et beige, de convo-
quer prochainement une conference pour 6tudier
sur place le difficile probl&me des voies de com-
munication rattachant la c6te a l'importante
zone de developpement des territoires francais
situes au sud du lac Tchad. Le travail prepara-
toire pour cette conference a ete precise. Pour
les probl6mes des regions CentTr, Est t St ld, la
reunion a reaffirm% l'importance primordial de
1'extension du port de Beira et.elle a pris note
de l'action entreprise A cette fin. Elle a, 6galc-
msent, examine le developpement et l'utilisation
ulth~ieure des itineraires d'importance interna-
tionale tels que ceux aboutissant aux parts de
Dar-6s-Salaam et Lobito, ainsi que 1'6tude de
nouvelles voies de chemin de fer permettant d'as-
surer des debouches a l'Afrique central. Un
utile et important travail preliminaire a 6te ac-
compli pour assurer le succs de la conference
de Johannesbourg. Une base commune pour la
presentation des statistiques et donnees concer-
nant les transports a 6t6 6tablie. Les enquetes et
oIs etudes requises pour la conference de Johan-
nshourg ont 6te pr6cisees et les t&ches ont &et
rebagties entire les diverse administrations.
De plus, certain principles g6neraux de coop,-
ratipn dans le domaine du developpement des
transports ont ete etablis ou confirms. Le prin-
cipe fundamental accept unanimement par la
reunion est que les moyens de transport en Afri-
que doivent constituer le service le plus 6conomi-
que pour les besoins du continent dans son en-
semble et que, pour les differentes voices d'accks
a l'iptegieur, il faudra g.iminer, 14 oi elles exis-


tent, les .conurrences abusives et les pratiques
discriminatoires par une action commune des
pouyoirs interesses. Les progres realises pour
trouver la solution de problemes particuliers et
pour creer un mecanisme qui assure une 6tude
commune des probl6mes qui peuvent se poser
dans l'avenir montrent la voie que suivent les
puissances intBress6es pour promouvoir en
6troite cooperation le bien-etre et la prosperity de
l'Afrique et de ses peuples.


Organisation du rallye-aerien et tprrestre
Le Cap-Alger

Le general Meynier, ancien directeur des ter-
ritoires du Sud et un des promoters du VRal-
lye aerien et terrestre < Alger Le Cap q, qui
doit se derouler A la fin de 1950, est arrive a
Paris, le 11 mars, pour mettre au point certains
details d'organisation concernant cette manifes-
tation.
D'autre part, une mission, comppsee d'experts
sahariens, parties d'Alger pour les principal
points d'etape du parcours < El Gpoea In Sa-
lah La Guezzan Agades Zinder Kano PNia-
mey Gao, Bidon-Cinq Adrar Colomb-Be-
char, est rentr6e a Alger aprbs avoir parcouru
dix mille kilometres en quarante jours. Ce
voyage avait pour but de constater, sur place, les
difficulties qu'auront A vaincre les concurrents,
d'examiner le balisage des pistes, les conditions
d1hebergemeant, de ravitaillement, de control et
de depannage 6ventuel des concurrents.

La mission a constat6 des difficulties particuliires
sur la voie orientale < Alger-Taipanrasset-Agades >,
relatives, surtout, au manque de balisage et a 1'etat
du sol. Ces difficulties seront aplanies, en temps
opportun, par le genie saharien.
Le parcours passant par Fort-Lamy offre, 6gale-
ment, des embf.ches, mais le Resident de la province
de Kano, M. Sohonwoodsmith, a promise que les tra-
vaux n6cessaires seraient entrepris A temps, notam-
ment entire Kano et Postikum. Le balisage sera ter-
mine en novembre 1950, done un mois avant le
depart de 1'6preuve,
Par contre, la piste principal tranSsaharienne
< Gao-Colomb Bechar > par le Tanezrouft est dans
un 6tat remarquable. Bien tracee, bien signalee, elle
offrira, aux participants, moins de difficulties que
la piste du Hoggar.
La mission a, enfin, mis au point les measures d'or-
ganisation pour 'hebergement de douze a quinze
personnel a toutes les tapes. Mais, tandis que le
Rallye de 1930 avait pr6vu le franchissement du
desert en voitures groupies ou en convois, les con-
currents du prochain rallye effectueront le parcours
individuellement. A chaque tape, une 6qiuipe sera
pr6te a porter secours aux concurrents qui seraient
en difficult.







Modification sur les lines d'Air-Frahee


A partir du 14 mars, les quatre services hebdo-
madaires d' < Air-France > sur la ligne < Paris-
Casablanca-Dakar > seront r6partis en < Servi-
ces de premiere classes >, en < D.C. 4 > A qua-
rante-quatre places, les mardi et vendredi, et
en < Services tourism >, en < D.C. 4 > A cin-
quante-cinq places, les mercredi et samedi.
< Air-France > ouvrira < Paris-Rome-Le Caire-
Djibouti-Dar-es-Salam-Tananarive > par < D. C.
4 en service hebdomadaire.
Le second service, A destination de Tananarive,
continuera a 6tre assure, chaque semaine, via
Karthoum et Nairobi.
A partir du 1" avril, la Compagnie < Air-
France > envisage un < service normal > Bor-
deaux-Dakar.
Pour desservir plus comiplbtement le centre de
la F6d6ration de l'A.O.F., la Compagnie < Air-
France crera, en avril, une nouvelle ligne de
Paris A Gao par < D.C. 4 > et par < D.C. 3 > des
liaisons seront assures sur Bamako, Abidjan et
Fort-Lamy.
Dans le mmme but, le report du terminus de
la ligne < Paris-Lagos > sur Lome, sera effectu6
fin avril, des que les installations necessaires se-


ront terminees dans la capital du Togo. Enfin,
des services dits < speciaux > sent envisages.
DBs avril, et une fois par quinzaine, un service
direct < Dakar-Beyrouth .> et retour est pr6vu.
Les escales seront Accra, Kano et Karthoum.

La Maison de I'Union Francaise
a la Cit6 Universitaire
Le Haut-Commissariat de l'A.O.F. a fait par-
venir, au Secr6taire g6n6ral de la Cit6 Universi-
taire, une some de cent cinquante millions de
francs, montant de sa participation A l'6difica-
tion de la Maison de I'Union Frangaise.
D'autre part, le montant des souscriptions vo-
lontaires en faveur de cette institution a atteint,
jusqu'A ce jour, quatre millions de francs.
Les travaux de construction de cette maison
sont actuellement pouss6s trbs activement. Le
premier etage est en voie d'achevement.
La maison de l'Union Francaise dans laquelle
seront groups les 6tudiants francais et au-
tochtones de tous les territoires d'Outre-Mer re-
levant du ministbre de la France d'Outre-Mer,
comprendra deux cents chambres et pourra abri-
ter deux cent cinquante 6tudiants. Elle ouvrira
officiellement ses portes le 1"9 octobre 1951.


CONFERENCES ET MANIFESTATIONS


Conferences

Au course d'un d6jeuner organism par le Cer-
cle M6tropolitain de l'Empire Frangais et pr6-
side par M. Eugene Guernier, M. de Chevign6,
ancien Haut-Commissaire de la R6puublique A
Madagascar, d6put6 des Basses-Pyr6enes, a fait
le 9 mars, un expos sur la situation de la
Grande Ile.
AprBs une breve analyse des principles dif-
ficult6s que Madagascar a rencontr6es sur sa
route. au course des dernieres ann6es et avoir
marqu6, en particulier, l'absurdit6 de la rebel-
lion des ann6es 1947-1948 qui ne pouvait, si elle
avait r6ussi, que longer Madagascar dans une
anarchic permanent, M. de Chevign6 a fait le
point de la situation actuelle.
M. Louis Aujoulat, Secr6taire d'Etat A la
France d'Outre-Mer, a inaugur6, le 23 mars,
l'exposition des laques et peintures sur soie de
l'artiste vietnamien Vu-Gia, en presence de nom-
breuses personnalit6s.


Vu-Gia est membre de la Socie6t des Artistes
frangais et titulaire d'une M6daille d'or de l'Ex-
position Internationale de Paris en 1937.

Dans une conference placee sous 1'6gide des
< Amis des Lettres M. Maurice Bedel a fait, le
23 mars, la relation de son voyage de 40.000 ki-
lometres qu'il vient d'effectuer en Afrique Tro-
picale et A Madagascar. Le conf6rencier qui s'est
rendu successivement a Dakar, en C6te-d'Ivoire,
au Dahomey, au Togo, au Cameroun, au Gabon,
au Congo Belge, a Tananarive et a l'Ile Maurice,
a soulign6 l'effort de civilisation accompli dans
tous les domaines par la France. Ces efforts s'im-
posent aux'regards des voyageurs. II a 6galement
mis l'accent sur l'extraordinaire faculty d'adap-
tation des noirs d'Afrique et des malgaches A
cette civilisation.
II a rendu hommage aux repr6sentants de la
France dans ces territoires et a 6voqu6 la figure du
Dr. Schweitzer, fondateur d'un h6pital de brousse au
Gabon, don't il assume entibrement la charge mat6-
rielle. Faisant allusion A l'6dification de la cath6drale








de Sainte-Anne du Congo, il a mis en lumiere la
grande poussee mystique qui se d6veloppe actuelle-
ment en Afrique Noire.
En ferniinant, 'orateur a d6clar6 que a la France
jouissait, en dehors des luttes politiques et partisa-
nes, d'un prestige intact parmi les populations afri-
caines et qu'elle le devait a son profound humanisme
et au disinteressement de son action .

& M. Hoffherr, ancien Haut-Commissaire de la
RIpublique au Cameroun, de retour d'une mis-
sion A Lake Success, a faith, le 24 mars, au Co-
mite central de la France d'Outre-Mer, pr6sidd
par M. Giscard d'Estaing, un expos sur la posi-
tion adopt6e par I'O. N. U. A l'6gard des territoi-
res sous tutelle et des pays d'Outre-Mer en g6n6-
ral.

M. Hoffherr a indiqu6 qu'il avait constat6 pendant
son s6jour en Ambrique, dans les milieux de 1'O.N.U.,
une evolution vers une plus just comprehension du
probl6me africain. II a constate, 6galement, la dispa-
rition progressive de certaines 16gendes, telles que la
survivance, dans les territoires d6pendants, de 1'es-
clavage et du travail force.
L'ancien Haut-Commissaire a, ensuite, marqu6 la
necessity, pour la France, de d6montrer, contraire-
ment A certaines assertions sur I'absence d'6pargne
dans les pays dits insuffisamment d6velopp6s, que
des territoires comme le Cameroun et I'A.O.F. 6taient
capable, dans une certain measure, de participer au
financement de leur propre 6quipement et que 1'Afri-
que du Nord 6tait en train de couvrir elle-meme ses
emprunts. M. Hoffherr a declare, en outre, que les
investissements du FIDES, qui se chiffrent par plus
de quatre-vingts milliards de francs, ainsi que les
investissements priv6s francais, m6ritaient d'8tre
mieux connus de l'opinion mondiale.
II a termin6 en 6numnrant les principles mati6res
premieres des pays de PUnion Franpaise susceptibles
d'avoir acc6s aux Etats-Unis (cacao, huile, vanille,
sponges, fer, plomb, chrome, graphite) dans la measure
oh le barrage douanier am6ricain serait assoupli.
AprBs une intervention de M. Grassard, s6nateur,
president de Passembl6e representative du Came-
roun, M. Giscard d'Estaing a 6galement mis en
relief 1'effort financier consent par la France en
faveur des territoires d'Outre-Mer au course de ces
dernieres ann6es en assurant qu'aucune n'etait s6rieusement A pr6voir dans le domaine des
investissements priv6s pour assurer les risques pris,
jusqu'ici, exclusivement par' les capitaux francais >.


Acad6mie des Sciences Coloniales


Seance du 3 mars :
L'Acad6mie des Sciences Coloniales a tenu seance
le vendredi 3 mars, sous la pr6sideace de M. Charles
Michel-C6te. Au debut de la reunion, le President a
fait part du d6ces de M. Paul Bourdarie, premier
secr6taire perp6tuel, fondateur de l'Acad6mie des
Sciences Coloniales, il a, 6galement, fait part de la
mort de M. Georges Hersent, membre titulaire dans
la troisieme section.
M. Maurice Bedel, de retour d'une mission de con-
ferences don't Pavait charge l'Alliance Frangaise, a
sous le titre << A vol d'avion de la Mauritanie A
Brazzaville >, donned un r6cit de ses impressions de
voyage en A.O.F. et en A.E.F. Le conf6rencier a
constat6 que, partout ofi la France est pr6sente, elle
d6veloppe < ses grades qualit6s de nation civilisa-
trice, de grande nation industrielle et agricole >, et,
souvent < pour les seuls autochtones ,.
L'Acad6mie a proc6d6 ~ deux elections : le g6n6-
ral Hurault, directeur de l'Institut g6ographique na-
tional, a Wt 6Blu dans la premiere section, et M. Paul
Devinat, ancien Secr6taire d'Etat, d6put6 dans la
troisieme.
Seance du 17 mars :
M. Albert Sarraut a rendu un 6mouvant hommage
A la m6moire du President Albert Lebrun, retenant
de son action publique dans, cette Compagnie don't
il fut un des fondateurs, le r6le pr6pond6rant qu'il
a consacr6 au domaine francais d'outre-mer.
M. le Gouverneur Oswald Durand qui 6tait lie par
une longue et fid6le collaboration au President Albert
Lebrun a dessin6 le portrait moral de I'ancien chef
de PEtat.
M. Henri Saurin a rappel6 le souvenir de M. Paul
Bourdarie, premier Secr6taire perp6tuel, fondateur
de I'Acad6mie, d6tachant par ordre chronologique de
son activity unified 'par le souci de 'Poeuvre colonial,
la creation de la Revue Indig6ne, la Fondation de,
I'Acad6mie des sciences coloniales a laquelle il se
consacra pour lui donner autorit6 en France et au-
delk des frontieres.
M. le professeur Larpaude, r6cemment l6u mem-
bre de la Compagnie, a 6t6 regu par M. le profes-
seur Robequain qui a retrace sa carriere d'universi-
taire et soulign6 sa collaboration avec Padministra-
tion dans de vastes enqu6tes concernant principale-
ment r'Afrique du Nord,
Dans. son discours de remerciements, M. Larnaude
a rappel6 la part important que son pr6d6cesseur
au fauteuil qu'il occupe, M. J.-H. Ricard, avait prise
dans les questions Aconomiques, sociales et agricoles
particuli6rement en Afrique.


, 21




















NOUVELLE$ D'OUTRE-MER


INDOCHINE


Haut-Cotnthittaiiat de Fraine

De retour de son
voyage A Paris, an
course duquiel il A fait
au Chef dui Go-uet e-
Smetid ti rapport gut
la situation en Iridd-
chine, M. Pigtiort est
arriv6 A Saigoin le 5
niars.
e- Le lendemain, i
mars, est parvenu au
Haut-Commissaire un
t616gramme du ministry de ia France d'Outre-
Mer, qui Btait en tourn6e en Afrique Occiden-
tale Frangaise rodig6 eli ces tertnes -
< AE moment ohi vous rejoignez Oatre poste en
Indochine, je tiens d vous renouveler l'assurance
de ma haute estime et de ma ptlu entire cbn-
fiance pjour meneir bfen la idche qUle dout dbez
mitrw'agettseinent ace eptee. >>

Une Conference de- praise du Haut-Commissaire
Le 11 mars, A Saigon, le Haut-Gommissairi a
tenu une important conference de pi'bse au
course de ldquellb il a i6pondu A de nilmbfjuises
questions ayant trAit aiiigsi biei & la p6litique
g6nbrale qu'au problmnie iilitaire. Le flaut-Coni-
missaire a fait un certain nombre de mises au
point importantes.
Les rumeurs touchant d'6ventuels n6gocia-
tions entire S.M. Bao Dai et H6 Chi Minh :
< Ces rumeuurs naissent periodiquement et trou-
vent la plupart du temps leur origine dans des
declarations faites par des personnalitds n'appar-
tenant pas aux milieux responsables, ne repre-
sentant en general que des cdnacles tres res-


treints et qui recherthent une prblicite tjiad-
geuse aupres des journalists trop crddules.
Au cas oil S. M. Bao Dai, qui n'a jamais pro-
nonce aucune exclusive, prendrait la decision de
negocier avec le Vietminh, le gouvernerient fral-t
Gais suivrait avec intirit les efforts du Chef
d'Etat vietnamien.
L'attittde de Id France est, a prrori, favbruble
d toute mesuie qui serait de nature d hdler Id
fin d'un cdrflit qiii nout offlite prdfoidhdinklt et
iqui d top longteips dute. Toutefois, eni edfe.
occurrence, la Frdnce serdit en droi d'exiger Md
gdranties foimnelles, et sur le plan du respect des
traits ddjd eonclus, et sur le plan de la politi-
que international >.
L'6ventualit6 d'une demand du retrait du
corps exp6ditionnaire par les nationalists, con-
aitibtl princpdjle de leur raliiement -
lue la question suivante, laquiele est prejudi-
ciella : Les nationilistes qui combattent ddns les
rangs du Vietminh sont-ils capable de se diga-
ger de l'empreinte des communists et de leur
unposer leurs volontes ?
Or, je le rdpete, nous n'avons jusqu'd present
ni preuve, ni meme comriencenient de preuve, dd
la eapacitd que les nationalistes airtmient de 0-
eouer l jottg coriuriniste. Sans garaflies sttieu-
ses, le retrait des troupes francalses seaiit edh
mdiie temps qt'une lefrible impridence, uti ih-
concevable ddfi au bon sens.
Par contre, s'il existe des chances valables de
paix, la France serait infiniment heureuse de ra-
patrier l'essentiel de son corps expdditionnaire
pour ne maintenir que des effectifs necessaires d
l'occupation et d la defense des bases et garni-
sons qu'elle tient des traits b,
la place de la France dans l'administration
vietnamienne :






a Lit FFrnet n'td ps a se' retier de I'Adminis-
tfbihi biiifttifti@nfie. Elt 1P't dEif fiflt pour tifi-
tei 1t& &duithisfiatio9i dbfit it'eed9 A'd pds M
jreervde, id'cdord tire parties, d Mi conference
ithtieEtas iut doit se rnunir prodliiiiehf et.
II h'existe absoliuient aucuh rapdpor it nire It
maintien ou le depart du corps expeditioinnire et
la passation des compdtences aux Etats associes.
La presence du corps expdditionnaire corres-
pond d une menace don't vous connaissez l'ori-
gine et la gravity >.
1'em8nloi des techniciens frangais :
a Prcdiquement, le Viethniit d constibe let
technicians frangais des services trdnsferds et ses
Ip detiSidants oi expminm ttrs souvent leIr in-
ienitin de ne pas bouleverser ta sirucltre des
services qu'ils recevaient. La trance, jusqu'd pre-
ejit, H'a pas ife salsie de demands partichlid-
res d ce sujef et Ia question de savoir si etle poiit
uait on non y satisfaire he s'est donc pdr poste >.
a1 representation diplomatique du Viet
Nbilh i
Ii y a, semble-tlit, inlerpidtatloni iiexjcte des
accords du 8 mars et de ses actes annexes, io-
tamment de la lettre explicative, du meme jour,
de M. 1e Piresident de iad 8ipubitiqe Prdnfa ise.
Le droit du Vietnam d'entretenir des idgations
dans des pays rangers n'a jamais tdi limited
dans l'absolu d trois pays. 11 atait simplement
convenu, d l'dpoque oil furent signs les accords,
que le Vietnam serait represents pour commen-
cer dans trois pays determines, mais rien n'exclut
l'extension de ce droit d d'autres pays.
G'est ainsi que le gouvernement franfais a,
Iuidmme, pris l'iiitiatir)e de proposer au gouver-
nement dui Vietnamr d'etendre ses missions dipl&-
ifatiqtlie d Londres et d Washirigtoh.
C' qz'll faut rteilir sur cette question des di-s
Positions des traits, c'est le principle d'iut accord
fpiatlble entire hos gounerinements, simple appli-
cation du principle plus general, selon lequel dans
le cadre des institutions de i'Union Frangaise,
nos politiques 6trangeres doivent etre concer-
tees >.
les inegures prises pour lutter eontre le
eammunimme :
< Satif eh ce q~ii boiiekizne la rdsistance mitl-
iaire d l'dgression atimee, on peaut dire que, jus-
qu'd ce jour, les measures prises pour letter con-
tre e communism oat 0t4 conformes au prin-
cipe chrdtien suivant lequel on doit tendre I'au-
ti j6the a celei qui visht de otios frapper:
Le pitgl grand libedialisin, Id plus #rantie ih-
dulgence ont ete opposts au~ actiniis viblenleC et
deletininees'du communism. Les rdsiliiat bbe-
ni s par cette attiltde soft discutiibes. iepen-
dana, it convient de noter un effort social tres


soutenu en faveart des classes populaires, qui
sont assurnmeht plus heuineues, mieuri vetues
dans les regiofis places sous iautoritd du gou-
vernemeht du Vietnam que dans la zone encore
soumise d Ia dbminatioh du Vietminn,
Sur le plan moral, elles connaissent egalement
des possibilities d'dpdnouissenlent qui leur sont
refuses par le regime totalitaire du Vietminh .
la position frangaise A I'6gard ies s6idats
nationalists chinois :
< Rapatrier les soldats nationalists chinois
siir FPrftps attract consliiit~ une infdrence dins
le Oftifit litHidl.
Remettre les soldats hatiofalistes chinois ua
gouvernement communfste chinoid, sais avoir
obtenu au prdalable des garanties quant d leur
sdcurite, aurail ete un grabe manquerient au
droit d'asile que la France a toujours respected.
Pour i'instant, nous dvons pris la settle dici-
sion correct, encore que tres lottrde pour nous,
au regard du droit international, i'internemenit
des soldats nationalists chinois .
i'aide amtlricaine :
Le nieifteiuw genre d'aide economiqibe d doriner
au Vietnam. c'est I'aide militaire, parce que le
fondement de la crise economique et de a mni-
sere des campagnes, an Nord-Vietnam comme au
Sud-Vietnaft, est l'insdcuritd.
L'aide militaire la plus appropriee est celle qui
dmthinea lea a tlite dit Vietlinm d cohtaebdttr la
gitEti f et d protiger les villages et lds rteclte'.
La P ance eMt responsible de aI condttite p~gi-
dle des operations actuellement en eoun e t In-
dochine. La France a dejd aide le Vietnam subd-
tantilletthant d constitutr les premier$ elhrhents
de esn aridde L'aide militaire que Id France re-
cebtd des Etdts-Uziis sera rdpartie pdr elle entire
les Etats associds de l'Indtbchine et ske pfopres
troupes. Toute autre mdthode serdit gdndratrice
de confusion et entrainerait une mauvaise utili-
sation des Inoyens d ritettie en euvre dain line
-lutte commuiie. L'objectif que nous nods propo-
sons est te rnettre sur pied, dans lee tneillduts
tdlais, de aurnmde nationals fdites, aptes d
piletire Uine part de plus er plus grdhde ddhs
la regpbnsdbilitg du maintien de l'ordre domnie
de la sdesritd exterieure des terrttdires nattbilaux.
En ce qui concern l'aide economique) je rap-
pelleraf tout d'abord que la France n'est pas par-
tie prenante. Elle n'est intdressie d ce problem
qu'indirectenent, par le ddsir de voi afferniir
Ia solidit i cohibmiqie et financidre des Etats
Assoeids et de voir releber le anitau de vie deg
pipulation6. Le pfblrmte ti'si doite pas pfiti
Abus tde adtrit if cfttaie did lfi dbithO aitx Eflait
direcetnenti udt ptr t'iahtemediilir e Id Prdiace;
it cbnsisfie dtdrriitner si celie aide, don't iitos
savons qu'elle ne sera pas illimitee sera impih-







qude aux secteurs qui ont le besoin le plus imm&-
diat, en un mot, si elle sera judicieusement mise
en ceuvre. A cet dgard, nous possddons une expd,
rience que j'ai la faiblesse d'estimer irrempla-
gable; nous possddons dgalement des droits. car
s'agissant d'un moyen de lutte contre le com-
munisme, ii conviendrait de ne pas oublier que
nous supportons toujours, et ceci depuis plu-
sieurs anndes, dans tous les domaines, y compris
les domaines dconomique et financier, le poids
le plus lourd du combat .

Ce vaste tour d'horizon fait par le Haut-Com-
missaire a 6t6 accueilli avec faveur par l'opinion
d6sireuse d'etre entierement 6clair6e dans la
conjoncture indochinoise.

Par la suite, le Haut-Commissaire a assisted
aux conferences groupant les repr6sentants fran-
cais, vietnamiens, cambodgiens et laotiens et des
membres de la mission 6conomique am6ricaine
dans le Sud-Est asiatique lors du sejour de cette
derniere A Saigon.

Le Haut-Commissaire a egalement assisted
aux c6r6monies offertes en l'honneur de 'esca-
dre am6ricaine qui vint par la suite visiter
l'Indochine.


Mission am6ricaine en Indochine

Le 6 mars est arrivee a Saigon une mission
d'information Bconomique du D6partement
d'Etat am6ricain charge de visiter le Sud-Est
asiatique pour fournir ensuite au Secr6taire DEAN
ACHESON un rapport sur les plans agricoles, sur
I'am6lioration possible des m6thodes actuelles de
transport et sur les measures susceptibles d'am&-
liorer 1'6tat g6n6ral de sante de la population
afin de stabiliser la situation economique et poli-
tique de cette region menace par le commu-
nisme.
Cette mission est dirig6e par M. ALLAN GRIF-
FIN, ancien sous-directeur de I'E.C.A. en Chine,.
et MM. WILLIAM MACAFFEE, membre du Bureau
des affaires d'Extreme-Orient du D6partement
d'Etat, SAMUEL HAYES, sous-secr6taire d'Etat
charge des affaires d'Extreme-Orient, et le co-
lonel RUSSEL G. DUFF, conseiller militaire.
Aprbs la premiere journee consaeree A une prise de
contact, au course de laquelle M. GRIFFIN expos, dans ses
visits sucecssives au Haut-Commissaire PIGNON, au Pre-
sident M. NGUYEN PHAN LONG, au general CARPENTER, et
au gouverneur du Sud-Vietnam TRAN VAN Hun, les buts
de la mission americaine, celle-ci a aussitBt commence ses
travaux qui ont port uniquement sur une aide economique
6ventuelle des Etats associes I'aide militaire devant Btre
6tudide entire Washington et Paris. Ces travaux ont dure
jusqu'au 16 mars, date A laquelle la mission a quitter
Saigon.
En plus de la d6elgation vietnamienne, -sur place, les


gouvernements du Laos et du Cambodge ont envoy &
Saigon, une d6elgation aupres de la mission pour 6tudier
avec elle les questions int6ressant leur pays respectif, et
aussi celles int6ressant 'ensemble des Etats associes d'In-
dochine. A cette occasion, LL. EE. SANANIKONE, d6l6gu6 du
gouvernement aupres du Haut-Commissaire, SOUVANNA-PHOU-
MA, ministry des Travaux Publics, et OUTHONG SOUVANNA-
VONc, ministry de 1'Education et de I'Information, ont repr6-
sent6 le Laos, et S. E. NEAL PHLENG, ministry de la Sant6 et
cinq experts ont repr6sent6 le Cambodge.
La mission au complete a particip6e une longue conf6-,
rence qui s'est tenue A Dalat le 10 mars groupant les
membres du gouvernement vietnamien, sous la pr6sidence
de S. M. BAO DAI, et au course de laquelle a 6t6 discut6e
la question de I'aide au Vietnam en particulier.
M. GRIFFIN a aussi fait un court s6jour dans le Nord du
Vietnam, visitant cette region, la plus touch6e par I'ceuvre
de destruction du Vietminh.
Durant le s6jour de la mission en Indochine, plusieurs
receptions ont 6t6 offertes en son honneur. Au course de
celle offerte le 13 mars par le Gouverneur du Nord Viet-
nam, NGUYEN Huu TRI, M. GRIFFIN a rappel6 les liens
d'amiti6 qui unissent les AmBricains & leurs < Vieux amis
frangais >, et a affirm que < les Etats-Unis accueillaient
corhme un egal leur nouvel ami, le Vietnam, ami qu'ils
souhaitent ne pas voir tomber sous la domination chinoise
et encore moins sous la domination russe >.
M. GRIFFIN a soulign6 en particulier la n6cessit6 pour
le Vietnam, comme pour tous les pays auxquels les Etats.
Unis offrent une aide Bconomique, de s'aider aux-mames en
tirant le meilleur parti possible de cette assistance. a Ce
faisant, avait-il ajout6, les peuples, aides par les Etats-Unis,
doivent appuyer de tous leur poids le Gouvernement de
leur pays. >
D'autre part, a une reception offerte en son honneur par
le president NGUYrEN PHA.N LONG, et a laquelle assistaient
le Haut-Commissaire PIGNON et les membres du gouverne-
ment vietnamien, le chef de la mission am6ricaine, r6pon.
dant A une allocution du president LONG, a d6clarb notam-
ment : < L'idge de supplanter les Frangais, qui nous est
attribute, est absurd, nous disposons de bases adriennes
et navales a revendre et nous souhaiterions en avoir moins
et non davantage >. Selon M. GRIFFIN, aucune production
vietnamienne n'int6resse les Etats-Unis, qui disposent de
resources suffisantes et, de plus, le march vietnamien n'in.
teresse pas non plus les Etats-Unis don't la production
actuelle est presque entierement absorbbe par le march
int6rieur.
< L'intdrgt que nous vous portions, a ajout6 le chef de
la mission am6ricaine, peut 6tre expliqud simplement, bien
que de faVon forcmment incomprehensible pour les commu-
nistes : nous desirons un monde pacifique, correct et libre,
ce qui est l'idgal que nous partageons avec le Common.
wealth britannique, I'Union FranQaise et tous les peuples
qui jouissent de la liberty individuelle >.
En quittant Saigon, le 16 mars, M. GRIFFIN a indiqu6 que
les nombreuses informations obtenues dans les trois Etats
associ6s ont permis A la mission 1'tablissement de recom-
mandations qui seront examines par Washington, et il a
exprim6 particuli6rement son intention d'aider au r6tablis-
sement de meilleures conditions de vie dans les villages
du Tonkin.







Visite d'amiti6 am6ricaine


Sous le commandement de 1'Amiral BERKEY,
commandant de la 7' flotte americaine, le porte-
avions a BOXER > et les contre-torpilleurs
< STICKWELL > et < ANDERSON > ont p6netr6 dans
les eaux indochinoises, le 16 niars. pour une vi-
site de courtoisie qui a dur6 jusqu'au 20 mars.
Alors que le < BOXER >, a cause de ses dimensions, 6tait
oblige de rester ancre au Cap Saint-Jacques, le < STICK-
WELL > et. < ANDERSON > ont remont6 la Riviere de Saigon
jusqu'd la capital mAme. La presence du < BOXER > nest
cependant pas passee inapercue, car 71 chasseurs rapides
de la 7' arm6e de I'Air des Etats-Unis qu'il transportait ont
exicute une imposante parade aerienne au-dessus de Saigon,
de Hue et des zones contr6lies par le Vietminh.
Cette visit de l'escadre americaine qui tendait a assurer
lee populations de rIndochine de la sympathie des Etats-
Unis et a prouver les liens etroits existent entire cette puis-
sance et la France et les Etats associ6s d'Indochine dans la
lutte contre le communism, a fait une profonde impres-
sion sur la population autochtone. Le Vietminh ne s'y trom-
pant pas, a cherch6 h crier des incidents a cette occasion,
en commandant A ses partisans de protester, par des mani-
festations, contre 1'aide americaine, suivant en cela la con-
duite tracee par les communists.


D6placements de personalities officielles

* Le general HARTEMANN a Wt O nomm6, A comp-
ter du 1" avril, commandant de l'Air en Extreme-
Orient, en replacement di g6enral BODET,
appel6 A d'autres functions, et a ,regagn l'In-
dochine.
* Les Conseillers f6edraux du Haut-Commissaire,
MM. BOURGOIN, PANAVAIRE et DEVILLE, charges
d'6tudier en France avec les experts 6conomiques
et financiers m6tropolitains la situation economi-
que des trois Etats de la p6ninsule indochinoise
ont regagn6 Saigon le 11 mars apres un sBjour
de pres d'un mois h Paris.
* Le 15 mars, M. AVININ, representant des Fran-
cais d'Indochine au Conseil de la R6publique, a
quitt6 Paris pour Saigon. M. AVININ A son depart,
a declare A la press : Avec beaucoup de retard,
je vais rejoindre les Frangais d'Indochine. Restd
d Paris en raison de la situation politique et de
mes obligations, je vais retrouver, Id-bas, dans
une atmosphere qui est difficile, I'ensemble des
Vietnamiens et des Frangais fiddles au principle
de l'unitd de l'Union Frangaise. Je serai avec eux
dans les heures les plus graves comme dans les
jours meilleurs.
Le soir du 24 mars, alors qu'il dinait dans un
restaurant de Saigon, M. Avinin a Wte blessed par
1'celatement d'une grenade lance sur lui par
deux terrorists qui ont pu 6tre arr6t6s aussit6t
apres.


Nouvelles reconnaissances des Etats Associes

Au course du mois de mars, les gouvernements
du Vietnam, du Cambodge et du LAos, Etats as-
soci6s au sein de 1'Union Francaise, ont Wte re-
connus par :
la CORBE : mars;
I'ESPAGNE : 3 mars;
le VATICAN : 11 mars;
I'UNION SUD-AFRICAINE, le VNItZUtLA 12
mars;
la BOLIVIE, COSTA-RICA : 14 mars ;
CUBA : 16 mars.


Gouvernement central du Vietnam

Anniversaire des accords du 8 mars 1949
Le 8 mars, A la premiere heure de la matinee,
la facade de l'H6tel de Ville de Saigon 6tait pa-
voisee aux couleurs francaises et vietnamiennes,
et orn6e des drapeaux des pays ayant reconnu
le Vietnam comme Etat indkpendant au sein de
l'Union Francaise. Sur l'esplanade qui y menait,
de nombreuses banderolles flottaient, portant en
frangais et en vietnamien divers slogans, tel que :
Toute notre reconnaissance d l'Assemblge Natio-
nale Frangaise, Aux Etats-Unis, la reconnaissance
du people vietnamien, Aux puissances ddmocra-
tiques, le Vietnam reconnaissant. Vive l'entente
franco-vietnamienne. Salut aux Nations amies.
De nombreuses personnalit6s civiles et militaires, fran-
Caises et vietnamiennes, 4taient pr6sentes dans le salon de
l'H6tel de Ville : le general CARPENTIER, commandant les
T.F.E.O., 1'Amiral ORTOLI, commandant les F.N.E.O., les
membres du gouvernement central du Vietnam, le gouver-

neur TOREL, les conseillers du Haut-Commissariat, les
repr6sentants du corps consulaire, Mgr CASSAIGNE, eveque
de Saigon, les membres des assemble territoriales du Sud-
Vietnam, ainsi que des delegations des groups politiques
et les membres de la mission economique americaine.
Pres de l'escalier, 6tait trace sur un tableau une carte
du Monde avec au centre le Vietnam vers lequel conver-
geaient des flkches, venant des divers pays ayant reconnu
le Vietnam.
Apres que le programme de la c6r6monie eut ete annonc6
en francais, en anglais, et en vietnamien, les repr6sentants
des divers groups politiques et religieux Binh Xuyen,
Cao-Dai, Front Populaire du Sud-Vietnam, Viat-Doan, Hoa-
Hao, Jeunesse Patriotes, minorities ethniques du Centre-
Vietnam dans de braves allocutions, ont remercie les
puissances mondiales de leur sympathie A l'6gard du Viet-
nam, rendu hommage A S.M. Bao-Dai et A la France qui
ont r6alise l'inidtpendance du Vietnam an sein de l'Union
Francaise et exhort le people i s'unir, puisque les aspira-
tions nationals 6taient d6sormais satisfaites.
AprBs que le gouverneur Huu efit exprim6 sa reconnais-
sance envers les puissances qui ont reconnu le Vietnam et
lanc6 un appel aux r6sistants nationaux leur demandant de
revenir pour reconstruire la patrie, S.E. NGUYEN PHAN LONG,
president du Conseil, et M. PIGNON, Haut-Commissaire de

25







France, ont entsuite prononeb d'importants diicours rAtra-
gant le chemin parcouru depuis la signature de l'accord.
Dats son dideours, Ie HBsit-Cohitila sirie a d6elati tlotam-
ment :
< Pour nous Francais, je ties d repeter ict que nous
sommes conscients de nos devoirs, non seuleaentt eitvers le
Vietnam mais envers le monde libre, et que nous soute-
nons 'depuis plus de quatre ans une lutte coiteuse centre
la monte des perils communists,
< Nous sommes prdts a continue e .remplir notre r6le
dans cette lutte centre les tgnabres. Mais nous dssirons que
les Vietnamiens nationalists et patriots prennent une
conscience de plus en plus nette que le pays que nous dis-
putons a I'oppression est le leur priore et qu'il est neces-
saire qu'ils assurent d'abord leurs libres institutions et leur
Gouvernement pour pouvoir acqudrir, bient6t, suffisamment
de fotce po r s'opposet, aWec noti~ aidea a touts les tee-
tatives de subversion on d'invasion qui risquent de planer
encore longtemps sur leur destin. >
Apres avoir ensuite d6nonc6 la politique criminelle du
Vietminih, le Haiit-Comnmissaire a poursuivi : < tiU Vietdam
qtt veUt se sauver peut computer sur ses amis, qui sohtt
nombreux et d'abord sur la Prance qui est son associde
naturelle, et qui est prdsernt sur les champs de bataille.
II peut computer dgaleient sUr tes grades puissances de-
mocratiques quti Ant d6ciddes A faire obstacle a l'entre-
prise de subversion mondiale. Mais il doit Stttout computer
sur lui.tnme, car ce serait en effet Une illusion mortelle,
qu'il faut ,4 tout prix 6viter, que de croire que les nations
responsables du maintieri de la liberty dans le monde
peuvent se permettre d'appliquer leurs efforts sur des fronts
trop faibles et engager des batailles sans chances de vic-
toire, au profit de gouvernements qui n'auraient pas la
volonte de se ddfendre eux-memes.

A 1'occasion du, 8 mars Bgalement SM. BAo-DAI s'est
adress6e par radio au people vietnamien. < Apres de lon-
gues et dures negociations, j'ai sign avec la Prance un
trait don't nous calibrons aujourd'hui I'anniversaire, a dit
notamment le Chef de I'Etat Vietnamien.
< Ceux qui ont le plus ardemment critique cette con-
vention n'ont pas osg vous dire qu'ils lui reprochent surtout
d'avoir largement ddpass6 les textes qu'eux-memes ont signs
et d'avoir servi les interAts du Vietnam et non les leurs.
Leur propaganda a ce sujet est base sur la mystification
et la -menace. Elle est la negation mdme de la d6mocratie
don't ils se rdclament, laquelle implique le respect du
people qui a le droit de connaitre la veritd.
< Quand un traltd ddfinit nos rapports organiques dvec
le pays qui reconnait notre indppendance, il doit etre juge
uniquement sur ses rdsultats et au deld de toute propa-
gande. Devant notre conscience libre de citoyen d'un pays
devenu de nouveau libre et sur la base de vos seules exigen-
ces nationalists, je vous convie aujourd'hui t mesurer la
route ddja parcoutue depuis un an.
< La souverainetd de notre pays s'est raalisde en deux
tapes qui ont Wtd parcourues en un tn, a dit ensuite S.M,
BAO-DAI. La premiere tape a 6td atteinte lorsque la France
a renoncd aux traits antrrieurs de protectorat et recornu
la plenitude de nos competences internes et ihternationales.
L'Are de administration colonial relive d'une 6poque
ddfintitvement rdevoue. C'est un gouvernement national qui
gere maintenant vos affairs et il en sara toujours ainsi.


Das le ratablissement de I'ordre et de. a Paix, ce gouver-
nement sera responsible devant vous car j'ai toujours affir.
n&- at effitWre eneote que le petuple et la sources Ssen-
tiell deJ activites nationals.
Sur le plan externe, I'independance acquise nots a
d6ja permis de singer a plusieurs conferences intarnatio-
hales.
< Tout sera mis en oeuvre pour accroitre notre presence
directed aux diffirents organisms internationaux auxquels
nous ddsirons ardemment participer.
< II me fallait igalement cherchet a consolider les bases
de notre indepeadance retrouvde. Ce fut I'etape des
garanties.
< Les instances constitutionnelles frangaises ont solennel-
lement ratified le trait du 8 mars. Ainsi, dans un elan gdn~-
reux vers la liberty, le people de France qui a toujours su
victorieusement letter centre l'oppression a accepted hotte
inddpendance. Cette concordance entire le sentiment popu-
laire et I'action gouvernementale ainsi que la valeur de la
signature de M. le Prdsident de la Republique frangaise
donnge au nom de la France constituent une garantie solid
de notre ind6pendance. >
S.M, BAO-DAI a termrinA ed lan ant bin appel A l'Union
.de toils les Vietnamiens pout neuvrer i la grandeur et a la
prospgrit6 de la patrte.


Transfer des Services de la SOret6
aux Autorites vietnamiennes

Les conventions du 30 d6cembre 1949 regoi-
vent, l'une aptles l'autre, letitr appliditttiot par la
retilse au Vietnam des gratlds servicess qui sd0lt
les instrumIents d'ex6eution et d'action de 1a sdut
verainetb tiatiornale.
C'est ainsi que la transmission des sertibes de
de sfirete et de police a eu lieu le 10 mars dans
le grand immeuble de la Siret6 de la rue Catinat.
Le president NGUYEN PHAN LONG a pr6sid6 a cette
ceremonie don't M. PERRIER, directeur de la Sfi-
ret6 F&ddrale et M. NGUYEN VAN DAY, nouveau
chef de la Sfiret6 vietnamienne, 6taient les prin-
cipaux acteurs. C6r6monie toute simple : deux
signatures au has du proces-verbal constatant la
passation du service, des allocations du prlsi-
dent du Conseil vietnamien, de M. PEH titE et de
M. DAY, aussi simples, aussi sobres que la cit&-
monie elle-mtme. Apres qudi, le drapeai vietlra-
mien a pris place au hatit du bAtimerit de la
Sirete.
Ainsi, peu a peu, prend forme 1'Etat ind6pendant du
Vietnam.
M. NGYEEN VAN DAY avait 6t4 nomm6 directeur g6enral
de la Sfret6 et de la Police du Vietnam le 5 mars. Avant
d'occupet ce pdste, il avait 4te apras avoir fait ses etudes
de droit a Paris, successivement president de fribuiiaux pro-
vinciaux, adjoint au chef de la Siret6 du Cambodge et
substitute du procureur pras du tribunal de Saigon.
Apres son entree en fonction, le nouveau chef de la
Sareta viethamienne a affirm6 dans une conference de
press que ses services atront tolajotit des < irapports
6troits et cordaiux > avec les services franeais qui 6ht la






ditttiba de ia QAcuiiL tiu TkhRditbiRE 5. 11 ti adUhi
annonce la- i&ft i ni ptdehfMi tiB'tihe coio tIutti fdimet~ tl
commissaires vietnamiens.

4Asassinat du chef des 4 Jeuti6Ssei PatriAdt1s l
Clest I~ 3 mars, alors qu'll se rendait au siege
des Jeuneskes Patriotes < Thanh Nien -Bao
Quoc Doan > que M, Do VAN NANO fut atteint
de deux balles de revolver par son meurtrier qui
s'6tait embusque derriere la cl6ture d'un terrain
vague se troivant siir sa route. t1 d6dida presque
aassit6t.
Si. )D VAN NAiNG, connu Iobut stb til tra-ihitonAlidfii et.
sori attitude tidlemment anti-cofimithiste, hadit rS4, 1ie
Mouvement des Jeunesses Pattidtes ViietaniiUrltela q'il
dirigeait lui-meme et qui avait pris une rapide extension
dans le Sud et le Centre du Vietnam.
La d6pouille mortelle du chef des Jeunesses Patriotes a
6t6 salu&e dans ine chapelle ardente dress6e ail siege du
parti, par les membres du gouvernement vietnamien et de
finobr6uises personalities politiqii6k parkti lesqaelles1 le
riteadent N4tiYuii PttAN LoNi, le gouverneur TRAN VAN
Itlji ,SE. 'UNf AN, repr4senthnt S.M. BAO DAI, le g6niral
XUAN, le pr6fet de Saigon TRAN VAN DON.
C'est.actuellement M. TRAN Co VIEN qui succede a M. Do
vAN NANG a la tgte des < THAN NIEN iAO Quoc DOAN >>.

Ralliemefits u Couetteement de S.M. Bao-Dai

Prbs de 3.000 i'6sistants nationalists HOA-HAO
dissidents, de la region de LONG-XUivN, se sint
rallies au gouvernement vietnamien.
C'est le 16 mars, au Palais du Gouverneur du
Sud-Vietnam, qu'a eu lieu la c&6rmonie solen-
nelle au course de laquelle M. NGUYEN GIAC NGO,
/ chef des troupes Hoa-Hao dissidents, s'est en-
gage devant l'empereur, A mettre ses forces A la
disposition du gouvernement du Vietnam.
Aprbs la prestation du serment par NGUttEN
GIAC NGO, le chef de i'Etat l'a fflicit6 d'avoir r6-
pondu, avec empressement, A son appel du S
mars; puis, il a souhaite que cet exeniple soit
sutvi par d'autres groups tiationalistes.
Les troupes qui se sont rallies etaient groU-
pies en sept bataillons disposant de deux canons,
neuf mditiers, sept fusils-mitrailleurs, une mi-
trilleuse lourde et cinq cent cinquante armes le-
geres, chacun.

Deplacements de personnaliifs
Le prince Buu Loc, directeur du cabinet tie
S. M. BAO DAI, qui avait ete envoy eh mission
aut Etati-lthis et en France, et avait dece faith
quitt6 le Vietnam depUlis trois mois y est reventi
le 18 mars.
Unti dl6gation de journalistes vietnamiens,
canipbA6 de MM. ThAN VAN TRI, directeur du
Thtrifi Nien (Jeufibsse), TftlUG VAN EN, direc-
teur du Anh Sang (LumiBre); et M. NGUYEN Due


KItEM, directeur du Saigon Moi (Nouvdau Sai-
g6n), bt odinduite par M. NGUYEN HUu LUONG,
dir'etetir de 'Inforination du Sud-Vietnam, a fait
un voyage d'etude A Paris. Durant leur s6jour
dans la capital de la France du 6 au 16 mars
- les membres de la del1gation ont visit le~
installations des prltipalx organes de la press
parisienne, ainsi que les studios de la Radiodif-
fusioi. Fraiicaise.

Nord Vietnam
SLe Contisil general de 'Inde h Saigon, M. MLLto
KIMATH, a falt.un dejtiur d'une semaine dui 6
au 11 mars dans le Nord-Vietiiam oil ii a
visit les provinces du delta en compagnie du
gouverneur NGUYEN Huu TRI, II a d6clar6 aprbs
son voyage que la situation au Nord-Vietnam
est bien meilleure qu'on pourrait le croire d pre-
miere vue,
* Le 19 inars, s'est droutl6e al Palais de Jus-
tice de Hanoi la c6r6monie d'installation de la
Cout d'Appel miutie du Nord-Vietnam, en pr6-
sence de M. NGUYEN KHAC VE, ministry de la
Justice, et M. GUIRIEC, representant le Haut-
Cdmmissaire de France.
Le premier Pr6sident LAVAU, et M. 'IRAN VAN
TRI, nouveau procureur general pres la Cour
d'Appel ont, dans de braves allocutions, exDrim6
l'espoir d'une fec6tide collaboration franco-
vietnamnienne.
* Le 18 mars, M. GAIDEing6nieur aux Charbon-
nages de DONG TRIEU a ete enleve par une bande
vietnminh, A proximity de Port-Redon, alors que
revenant de Haiphong, il regagait son poste. Ii
a WtC emmen6 dats le massif ihtditagneux de
Dong Triel.

Centre-Vietnramn
L'anniversaire de la signature des accords
franco-vietnamiens a ete cCelbrie dahs l'enthou-
siasme dans la capital impCriale. Dans le cadre
magnifique du PHU VAN LAU, en presence de
toutes les personnalit6s civiles et militaires' du
Centre-Vietman, du.gouverneur PIHAN VAN GIAO
et du general LORILLOT, commissaire de la Repu-
bliqtte; la population de Hue, encore plus nom-
breuse que lors du passage, l'annee derniere, de
S. M. BAO DAI, a sale Bavec enthoitsiasme les
nombreux defiles, des groups de jeunesses viet-
namiennes, des groupements religieux, des trou-
pes vietnamniennes, sons ls banderolles aux ins-
criptions exaltant I'amitid franco-vietnamienne,
bt la foi en l'averiit du nlohvel Etat ind6pendant.
Le goiverneur GIAO a soulign6 que le success
de cette erfmohie a tldpass6 t6utes les provisions
et a Sprim6 toute Sa reconnaissance A la. poppi-
lation qui a repondu A l'appel a l'union lanc6






par S. M. BAo DAI, et aux autorit6s francaises qui
ont porter une aide des plus pr6cieuses dans la
tAche qu'il entreprend pour la paix et la pros-
p6rit6 dans cette region du Vietnam.

Sud-Vietnam

* La ville de CAO LANH a vu affluer au course du
mois de mars plus de; 1.200 femmes et enfants
fuyant les operations militaires et venant se met-
tre sous la protection des autorit6s 16gales. Le
chef de la province de Sadec a fait proc6der, a
cette occasion, a la distribution de 2.000 kilogs
de riz et 500 kilogs de sel aux refugies.
* Le 9 mars, le- g6enral CHANSON, Commissaire
de la R6publique au Sud-Vietnam 'a inspect
l'Ecole des Cadres des forces suppl6tives. Cette
cole install6e pres de BIEN HOA, au kilom6tre 4,
sur la route de Dalat, est le centre oi sont forms
les jeunes officers des forces suppl6tives viet-
namiennes.
Le g6n6ral CHANSON a profit de sa visit pour
remettre au course d'une c6remonie, les. decora-
tions aux officers francais et vietnamiens du
Centre pour leur brillante conduit dans les
r6cents combats auxquels ils ont participe.

Cambodge

Inauguration du batiment
des Contributions directed
Le 1" mars, le Ministre des Finances, S. E. Au
CHOEUN, a inaugur6 le batiment affect aux Con-
tributions directed et indirectes.
Le Ministre a rendu hommage a cette occasion
a ses pr6d6cesseurs, LL. EE. SON SANN, HAK
MoNo SHENG, MEACH KONN, et SVAY So, qui, tous
ont contribu6 a la mise en place de la fiscalite
cambodgienne, aides parfaitement par M. TRUC,
conseiller financier aupres du gouvernement A
qui l'actuel ministry a tenu a adresser officiel-
lement ses remerciements.

Inspections et tourn6es

M. DE RAYMOND, Commissaire de la R6publique
Frangaise au Cambodge, s'est rendu le 8 mars a
Kompong-Cham pour une court visit d'infor-
mation au course de laquelle il a r6uni le Comitk
de Pacification.
Les diff6rents/problimes poses par l'insecurit6
ont 6t6 examines dans une atmosphere de con-
fiante collaboration. S.E. SAUKHAM KHOY, Gou-
verneur de la province, le colonel ROUMIANZOFF,
Commandant le Secteur Est, le Commandant
ROUANET, Commandant le Quartier de Ko3pong-
Cham, M. JACQUEMART, Chef du Service Frangais


de Security A Kompong-Cham et M. MARION, Con-
seiller Regional, assistaient a cette reunion.
0 Le 11 mars est arrive a Phom-Penh le g6nBral
MONCLAR, Inspecteur g6enral de la Legion Etran-
gere. Ilia conf6r6 au course de son sejour dans
la capital avec le general DES ESSARS, Comman-
dant les Forces du Cambodge, sur la situation
militaire present dans le royaume.

S.A.R. Montreth so rend en France
Le prince MONIRETH, nomm6 par S. M. SI-
HANOUK, chef d'Etat-Major de I'ArmBe royale
khmbre, est arrive A Paris le 17 mars. Le prince
effectue un voyage d'etudes,

Laos

Le nouveau Gouvernement laotien
Le nouveau gouvernement qui s'est pr6sent6
le 27 f6vrier devant l'Assembl6e Nationale et
avait recueilli un vote de confiance favorable de
celle-ci est ainsi compose :
S.E. PHOUY SANANIKONE President du Conseil et Ministre
de la Defense Nationale.
S.E. PHAO PANYA .... Ministre des Finances.
S.E. TUAo LEUAM .... Ministre de 'Economie.
S.E. Kox VORAVONG ... Ministre de 1Int6rieur, du Culte,
des Sports et de la Jeunesse.
S.E. PHAY KHAMMAO .. Ministre de la Justice et de la
Sant&.


S.E. OUTHONc SOUVAN-
NAVON .............


S.E. SOUVANNA PHOUMA


Ministre des Affaires Ext6rieures,
de 'Education et de 1Informa-
tion.
Ministre des Travaux Publics, des
Communications et du Plan.


La nouvelle formation minist6rielle pr6sente
un caractere d'union national. En effet, elle
comprend un membre de l'ancienne position,
S. E. OUTHONG SOUVANNAVONG, et deux anciefs
Ministres du gouvernement issara de Bangkok :
LL. EE. SOUVANNA PHOTMA et PHAY KHAMMAO.

Elections a I'Assembl6e Nationale
L'Assembl6e Nationale a proc6d6 le 2 mars a
l'Blection de son nouveau President qui devait
remplacer S. E. PHOUY SANANIKONE, appele de-
puis le 27 f6vrier a assumer la charge de Pre-
mier Ministre.
L'ancien vice-president, S. E. PHOUY PANYA,
a ete elu par 18 voix centre 12 a M. BONG SOU-
VANNAVONG, et une abstention.
D'autre part, M. THAO OUN SADANIKONE, frere
du president du Conseil, d6pute de Vientiane et
ex-issara ralli6, a W6t d6sign6 par 16 voix centre 5
et une abstention pour occuper le poate de vice-
president.








INFORMATIONS MILITAIRES

Contrairement au mois pr6ecdent oh lactivit6 mili-
taire s'est concentr6e surtout dans le Nord du Viet-
nam, on n'a enregistr6 dans cette region aucune
operation, ni aucune attaque d'envergure.
Le long de la frontiere, d'apres certaines informa-
tions, il paraitrait que les communists chinois
auraient achemin6 du materiel aux rebelles du Viet-
minh, vers la region de LAO-KAY, mais ces renseigne-
ments n'ont pu etre v6rifies.
Par centre, un fait est certain, c'est que dans le
delta tonkinois, les forces franco-vietnamiennes ont
poursuivi l'oeuvre de pacification dans de nouvelles
Provinces qui ont pu Atre remises A administration
locale. Le enforcement de notre dispositif entire
HOA-BINH et SON TAY a permis d'am6iorer la liaison
entire ces deux centres. Les troupes ont poursuivi
l'elimination progressive des 6elments rebelles, entire
la route colonial N 5 et le Canal des Bambous,
dans la region r6cemment lib6ere, et ont Blargi le
couloir NAMDINH-HUNG YEIN. Par ailleurs, les forces
terrestres ont entrepris, avec l'appui de la Marine et
de 1'Aviation, la pacification de la zone comprise
entiree le Fleuve Rouge, le Canal des Bambous, le
SONG THAI BINH et la mer.
De leur c6t6, les rebelles se sont livrbs A des actes
de terrorism centre les villages rallies, notamment
dans les regions de DAP-CAU, de GIA-LAM et D'HAI-
PHONG, enlevant des notables, assassinant, pillant et
incendiant. Dans la grande majority des cas, les mili-
ces villageoises d'auto-d6fense, soutenues par notre
aviation et par nos elements de secteur, ont r6ussi
A les disperser rapidement.
Dans la region comprise entire LAI CHAU et PHONG
THO, A quelque 80 kms a l'Ouest de LAO-KAY, deux
groups important de soldats nationalists chinois,
comprenant respectivement 3.500 et 1.450 hommes,
6vacuant le territoire du YUNNAN, ont traverse la
frontiere de la zone Nord-Ouest. Ces deux groups
ont Wt6 desarmes, interns provisoirement dans les
environs de LAI-CHAU, puis acheminks vers le delta
of ils sont arrives sans incident, apres avoir traverse
une zone rebelle sous la protection de nos troupes.
Dans le Centre Vietnam, lactivitn rebelle s'est
essentiellement exerc6e contre nos voies de commu-
nication, cherchant A isoler notre base de TOURANE
ou des actes de terrorism se sont products.
Dans la region de DONG Hoi, nos postes ont WtA
fortement harceles, mais les milices locales d'auto-
d6fense ont envoy le developpement de 'action
Viet-Minh.
Dans le secteur Sud, ou les actes de terrorism ont
constitu6 1'essentiel de l'activite Vietminh, nous
avons execut6 plusieurs operations A objectif limited,
don't deux, vers NHA TRANG et1 PHAN-THIET, ont Wt6
particulibrement fructueuses.
Sur les Plateaux, nous avons pouss6 une forte re-
connaissance vers la zone rebelle de QUANG NGAI oh
des populations c MoI de la region montagneuse
se sont soulevees contre P'emprise Vietminh.
Dans le Sud Vietnam, deux operations, menees
dans la' zone Ouest vers LONG XUYEN et CAO-LANH,


ont suscite des ralliements de dissidents HoA HAo
avec leurs arines. Aux environs de TRA-VINH, d'au-
tres ralliements analogues, mais de Caodaistes cette,
fois, ont 6t6 enregistrks.
Dans la region forestibre s'etendant an Nord de
Bein Hoa et de Thu Dau Mot, des reconnaissances
et diverse actions ont refoul6 et disperse plusieurs
bandes rebelles.
Nos forces navales et aeriennes ont apport6 aux
troupes a terre une aide important. Dans l'ile de
MOCAY, notamment, nos marines se sont empar6 d'une
flottille Vietminh compose de jonques et de sam-
pans.
L'activitN rebelle ne s'est manifest6e que par des
sabotages.
Dans certain centres celui de SAIGON-CHOLON'-
en particulier, le terrorism a accuse une recrudes-
cence don't la population vietnamienne a support
exclusivement les mbfaits.
Au Cambodge, des bandes rebelles ont attaque sans
success le poste d'Au LEANG A 60 kms au Sud-Ouest de
KOMPONG CHHNANG.
De leur c6te, les forces franco-khmbres ont men6
deux operations, l'une au Nord de KAMPOT avec un
important appui abrien, Pautre au Nord-Ouest de
HATIEN oi 25 agents Vietminh ont Wte captures.
Au Laos, le came a r6gn6 sur l'ensemble du terri-
toire, sauf dans la region de SAM NEUA qui demeure
le centre d'une assez vive agitation le poste de
MUONG XIA a subi des harcelements.








AFRIQUE OCCIDENTAL FRAN AISE


La culture du
quinquina
E Es preTjibrs :6in-
troductions 4e
quinqqUnqs en
Afrique Ocpidepttale
Franoaise rempontent
A 1932 et, depuis lors,
des plants d'origine
et de valour trbs di-
verses ont Wt6 acclimates en CMte d'Ivoire et en
Guin6e.
Ces premiers essais, poursuivis jusqu'en 1089,
ont permis de tirer des conclusions satisfaisantes
car on pouvait, alors, affirmer que, dans les
regions choisies, le qoinquina peut y66ter nor-
malement dans des conditions telles qu'on ne ris-
quait pas un echec.
En consequence, il fut decide de passer aux
r6alisations pratiques en se fixant compme objectif
de satisfaire aux exigences de la consommation
locale.
Aprs. prospection des massifs montagneux in-
teress6s a priori par cette culture, un plan quin-
quennal fut arrWt6 en 1944 et linit6 A' 450 hep-
tares environ dont 330 hectares sur leZiama 4t
120 hectares sur le Ton Koui.
Cette limited 6tait fixee compete tens des moyens materials
et financiers don't on croyait pouvoir disposer et, surtoqtt,
suivant les possibilities d'introduction de planes de valeitr
grainss clones et greffone de Dschapg (Cameroup), plants
prbc6demment introduits du Sud-Est Aesitiqqe (Indonesep,
Indochine, etc...).
En fin d'annbe 1945, soixante-trois hectares Btaient d4ja
debrousses dans la montage du Ziama et 41 hectares
etaient plants, cependant qu'une prenijre pEpiniBre tajit
creee.
Parallelement 6taient mxenies les constructions (logemeqjs,
baitiments administratifs, magasins,, etc...) ainsi que l' ta-
blissenmnt des voices d'acpes, route A Sedarou plaine, routs
de montagne au Ziama at ua Ton Keui.
En 1946, en raison des difficult de main-d'oeuvre, on dpt
se contenter d'entretenir les plantations r6alis6es en 1945 ft
de creer une pepiniere d'pn million de plants de Ledge-
riana. Thboriquement, ces jeunes plants permettaient de
planter cent hectares nouveaux mais sogs la condition d'Atre
mis en terre avant la fin de l'anpne, 1947.
La penurie contingelle de main-d'oeuvre nra pas pernis
de poursuivre l'effort et il ttait envisage, an d6but de 1948,
de repiquer les plants en pepiniAres et de terminer,, par
priority, la route du Ziama fin de permettre un apprqpi.
sionnement rationnel de la plantation..
Au d6but de 1949, la rbalisation trbs retarded portait sur


60 hectares an Ziama, prAs deoSir'dou, t,25 hectares aevi-
ron A Man au lieu de porter sur lee 450 heetaree privus
initialement au plan,
Pendant touted cette period, is au fur, et 41 esure de lq
croissance dea arbres, les conditions, techniques d'exploitar
tion out pu etre precisies et des analyses de coptrqle effect
tues.
Lee roseltats optenus monlrent, d'ue part, que Il v4ge-
tation eat at moins aus$; rapid que dan lpes meilleures
plantations du Cameroun et, d'qutre part, que la rirhesne ea
quinine eat patisfaisante et comparable 4 cell des meilleurq
clOnes coloniauw,

L'Vctivit6 du Service g6ographiqqe
L'ann6e 1949 est cell oI le service g6ographi-
que de l'Afrique Occidentale Frpn9aise est entr6
dans la vole des r6alisations, tant sur le terrain
oil opirent pnze brigades qu'& Pakar, oQu Sont
activement pouss6s les travanx, des batinments
neufs et leur 6quipement en materiel de tous gen-
res.
Dans le dernier trimpstre, 1'escadrille photographique spa-
cialishe de I'Institut National a amorce la couverture verli-
cale ganarale de I'Afrique Occidentale franajese par 125.009
kilometres carries de prises de vqes sur le territoire du
Dahomey ct du Togo.
Les travaux topographique de l'apn4e 1949 ont permits,
notamment, l'achAvement de deu" feuilles r6gulieres au
1/200.000" commencees en 1948, Thies et Nielle, et la mise
en chantier d'une feuille nouvelle ; Korhoo.
Recevant up appui important de 1'Institut G6ographique
National, employant les proc6ds les plus mqdernes dans
le dqmaine cartographique, install r 'aise dags dei locaux
bien adaptAs A ses techniques, ce Service sera, enfin, en
mpepsrp do jouer son role dans 1'Nquipement Ccononiiquc et
d'aasurer une meilloure connaissance des vasteo territoires
de l'Afrique Occidentale Franasiee,

iR4nion du Conseil protestant de !'A,O,F.
Le Conseil Protestant de I'A. O. F. s'est r6uni,
dans la premiere quinzaine de mars, A Ouaga-
dougou. A cette occasion, le Conseil a adress6, au
Gouverneur G6n6ral, un tel1gramme exprimant
< Ses sentiments de ferme reconnaissance pour
la liberty et l'indpendance du travail mission-
nqire >, -et affirmant < la fermne Solontd de toutes
les missions de c6ntribuer d I'Peuvre de paix,
d'ordre et de progrhs poursuivie par l'Admints-
tration Francaise >.
A ce til6gramme, M. Paul BIchard a r6pondu en adres-
sant ses vifs remerciements et en < exprimant son ddsir de
voir se perpdtuer d'excellentes relations entire les missions
et l'Administration >. II a ajout6 : < J'exprime mes soUhaits
de rdussitq d4an 1'euvre de dEveloppement social entreprise
par ces missions et eour trqnsme me s fliFitq;jfi s pour Iqs
rdsultats qu'elles ont ddjd obtenus. >>







Arrive a Dakar
de la c Croisibre Noire de la Sant6 ,

A bord du << Dives de la Compagnia Paquet,
la Mission Ocem-Laforge est arrive A Dakar.
Patronne par les plus hautes autorites de la
R6publique et de la France d'Outre-Mer -
MM. Vincent Auriol, Gaston Monperville, Letour-
neau, Fourcade, Paul BAchard, etc... elle se
propose de presenter, h tous les responsables de
la sant6 en A. O. F., ce que industriese frangaise
peut mettre imm6diatement A leur disposition en
appareils 6lectro-medicaux et de radiologie.
Elle so propose, 6galement, 4e wpontrer ep A.O.F. ot au
Togo, .m important y6iculia tract dot6 dq tons les instru-
ments dairprgicaut perfectionnns pernettaut dpa interven-
tions urgntes., Le prpnoteur de la Cropiere est M. Louis
Ignacio Pinto, avocat i la Cpur d'Appel de 1'A.O.F., sena-
teur du DahoMey. Le chef de la mission est M. Souques.
Un mndecin, un chirurgien, un op6rateur de cinema font,
notamment, parties de la mission.


Le traffic de I'e4roport do Yoff on 1949

4 l'a6rqdrome de Dakar-Yqff, il a WtA enregis-
trO, en 1949 ; 3.404 iouvements d'appareils,
20.349 passagers out et6 d6barqus a t 20.383
ont Wti enmbarqu6s. 44.005 sent passes on transit.


Guinae

Motoculture bananibre

Les difficultEs que connaissent actuellement
les planteurs de banane de Guinee les a incit6e
6tudier la question de la m6caanisation de lelrs
plantations.
Ils y trouvent deux advantages principaux :
I'augmentation du rendement de la main-
d'oeuvre;
I'am6lioration des conditions de culture.
La F6d6ration BananiiBre a dopc entrepris un
travail d'Atude des different materiels proposes
tant par l'Industrie francaise que par l'Industrie
6trang6re.
Deux directions peuvept 4tre prises par la
mecanisation :
la transformation radical de la forme d'ex-
ploitation par l'utilisation d'un materiel surpuis-
sant A gros rendement donnant aux planters la
possibilities d'6tendre consid6rablement leurs
plantations, mais les obligeant A r6adapter la
structure de leur entreprise A son nouvel outil-
lage.
1i'introduction dans une exploitation gar-
dant ses dimensions et sa former aptuelles d'un
petit outillage capable de fair plus faeilpment et


avec moins de main-d'ceuvre les travaux d'entre-
tien et d'extension normal des plantations,

11 apparait de 1'6tude faite par les planteurs, que pour
I'instant, que ce soit pour le defrichement et le desouvhage,
de labour, les travaux superficiels derriere lea labours, la
plantation des pieds, le transport des fruits, etc... seul le
materiel am6ridain offre une game complete et relative-
ment pen onereuse (toute question de devise mise H part)
d'appareils, tracteurs, etc...
Cependant, certaines marques francaises comme Renault,
Continental, Laffly, Latil, pr6sentent des modAles int&res-
sants. II serait certainement utile queoles fabricants francais
de tracteurs puissent 6tudier la question de la moto-culture
colonial, bananiere et autres et presentent des appareils
pouvant soutenir la concurrence du materiel ambricain. Ils
y trouveraient un d6boqef6 int6roeaapt et permettraient une
serieuse Bconomie de devises.


Le point du Milo

Le Pont sur le Mile, qui vient d'etre inaugure
par M. Letourneau, mirnistre de la France d'Ou-
tre-Mer, au course de son voyage en A. O, F., A
Kankan, a une longueur hors cul6es de 230 mb-
tres; sa larger hors trottoirs est de neuf m6tres.
11 se compose de dixsept trav6es en arcs surbaips6s dont
une de 13 metres 80 entire axes des piles et six de 32 m. 20
entire axes des piles 6galement.
Les travaux, qui furent commences en 1942, ont 6t6
ralentis et parfois arretes par la guerre moodiale. Ils repr&-
sentent une ddpense de I'ordre de 200.000.000 de francs
C.F.A. environ.


L'aonmnagement do In route a Guin6e-Libdrla >

La route devant relier la Guin6e Frangaise au
Lib6ria est sur le point d'etre terminbe. La cons-
truction d'un pont de trente metres sur la rivi6re
Ouanigoua est achev6e. Cet ouvrage permet, A la
route, d'atteindre le gros village de Daro, chef-
lieu du Koadou, situ6 A douze kilomnttes de
Macenta.
Les treize kilometres, qui separent Paro de la frontiere
lib ripnne, sent dAja d6frich6s et nivel6s. Pour qqe cette
portion soit ouverte A la circulation, il reste A construire
deux points de longuepr moyenne et trois remblais sur buses
de ciment.


Les travaux d'urbanisme a Conakry

La municipality de Conakry a d6cid6 de faire
proc6der A la r6fection des chaussees. A cet effet,
un appel d'offres a 6et lance et on espere que ces
travaux seront finis avant la fin de l'ann6e.
Par ailleurs, il est prevu la construction de
villages indigenes dans la banlieue proche. C'est


, 31







ainsi que l'am6nagement du village Dixinn Fou-
lah est en course de r6alisation et que celui de
Dixinn Soussou va entrer prochainement dans
une phase active.
Une grande emulation r6gne parmi les indig6-
nes qui reconnaissent 1'utilit6 de tels travaux et,
partout, ils portent aide A l'Administration, qui
leur fournit les outils n6cessaires.
A l'initiative du Service de l'Elevage un project
d'abattoir moderne est en course d'6tude ppur
remplacer les installations ant6rieures qui ne
pr6sentent pas des conditions d'hygiene suffi-
santes.


Cate d'Ivoire

Les provisions de production du territoire en 1950

D'apres des estimations faites a Abidjan la
C6te d'Ivoire, les tonnages de production de ce
territoire, pour la champagne 1949-50, seraient.les
suivantes :


Cacao ......
Cafe .........
Bananes .....
Palmistes ....


50 A 55.000 tonnes
50.000 >
25 A 28.000 >
5 A 6.000


Election de M. Capri Djedje
b la presidency du Conseil G6n6ral

M. Capri Djedje a 6te 6lu President de 1'Assem-
blee territorial de la C6te d'lvoire par 28 voix
centre 9 au President sortant, M. Denise (R.D.
A.). Aucun membre du R.D.A. n'a 6t6 61u au
Bureau.


D6mission collective du R. D. A. A Samatiguila

Au course d'une reunion publique les notables
du village de Samatiguila (Cercle d'Odienn6) se
sont associ6s A une declaration, aux terms de
laquelle < tous les membres R.D.A. de Samati-
guila ont ddcidd de donner publiquement leur
admission collective de ce parti, en raison de son
attitude 4nvers l'Union Francaise et enters
I'Islam >>.


La premiere liaison commercial aerienne
c France-Cate d'lvoire >

Le < Late > 631 de la Soci6t6 pour I'exploita-
tion du materiel a6rien frangais (S.E.M.A.F.) a
effectu, le 15 mars, le premier voyage sans
scale Biscarosse-Abidjan, soit 4.500 kilometres


en 14 heures 47 de vol, A la moyenne de 318 kms
heure.
L'appareil qui transportait 13 tonnes de fret
vari6, don't une automobile, 6tait parti de Bis-
carosse le 14 mars a 15 heures 33 ; il se posait
A Abidjan le 15, A 7 heures 27 (heures G.M.T.).

Le verdict du procbs de Treichville
Le verdict des Assises de Grand-Bassam, con-
cernant 176chauffour6e de Treichville en f6vrier
1949, a Wte rendu le 23 mars, au terme de d6-
bats qui duraient depuis le 3 du meme mois.
Au course des derni6res s6ances, M. d'Arbous-
sier, conseiller de l'Union Francaise, vice-pr6si-
dent du R. D. A., a, notamment, Wte entendu. II
s'est attache A d6montrer que le R. D. A. 6tait
< un movement spdcifiquement africain d'une
appartenance accidentelle au communism >. Et
il a rejet6 la responsabilit6 des troubles sur l'Ad-
ministration.
Pour la parties civil, M" Geni a diclar6 que les
6v6nements du 6 f6vrier furent < une 9preuve
de force don't le but etait d'empicher une reu-
nion et, ainsi, de crier une terreur politique pour
interdire, aux autres parties, de se lever centre le
R. D. A. >. II a precise, en outre, que < des con-
signes, venant de trrs loin, ont caused des pilla-
ges et des meurtres > et soulign6 le caractere
pr6m6dit6 de toutes ces manifestations. C'est a
cette pr6m6ditation que s'est attach, surtout,
apres lui, M' Josse, 6galement de la parties ci-
vile.
Le verdict, tr6s nuance, montre avec quel s6rieux et quelle
impartiality la Cour a statue.
1 Trois acquittements au b6enfice du doute, du chef
d'inculpation de meurtre.
20 Sept acquittements pour m8me motif du chef d'incul-
pation pillage en bande.
Sont condamnes pour ce motif :
1 inculp6 : 6 mois.
1 inculp6 : 1 an.
2 inculpAs : 2 ans.
1 inculpe : 3 ans.
2 inculp6s : 4 ans.
3 Acquitte 1 inculp6 pour coups et blessures.
4 Condamne, pour rebellion et port d'armes, 1 inculp6
A 3 mois, un autre A 8 mois.
5 Condamne pour port d'armes, deux inculp6s A 3 mois
et un inculp6 A 8 mois.
6 Pour complicity de pillage et violence, acquitted un
inculp6, en condamne, avec sursis, un a 2 ans, un A 3 ans,
un A 5 ans, et A 5 ans sans sursis quatre inculp6s.
Ces derniers sont Jacob William, secretaire du ComitA
Directeur du R.D.A. en CSte d'Ivoire, Paraiso Albert, Mok6,
conseillers g6neraux de la CAte d'Ivoire, et Ekra Mathieu.
70 Pour complicity de pillage, acquitted un inculpe, en
condamne un A 2 ans avec sursis et un A 3 ans sans sursis.
Soit 12 aequittements, 3 condemnations avec sursis et
13 condemnations fermes de 3 mois A 5 ans de prison.
Les condamnes se sont tous pourvus en cassation.















































(Photos S. Fr. d'Inf. du Haut-Commissariat)


L'Hotel de Ville de Saigon pavois6 aux
<-- couleurs des puissances alliees qui ont reconnu
I'Etat associ6 du Vietnam.



































La creche des soeurs
de Saint-Vincent-de-Paul a Cholon.

1


(Photos S. Fr. d'Inf. du Haut-Commissariat)
































A son arrive & Dakar, M. Letourneau, ininis-
tre de la France d'Outre-Mer, accompagne
du Hau+-Commissaire B6chard est accueilli par
des notabilit6s autochtones






















Le ministry, ayant a sa gauche le Haut-
<- Commissaire B6chard passe en revue les;
troupes de la Place.


*


17 I







A Saint-Louis du S6n6gal, le ministry revolt
des souhaits de bienvenue des fillettes Saint- -
Louisiennes.



































Les Anciens Combattants, A Saint-Louis, comme
parfout ailleurs. 6taient presents pour accueillir
le ministry.


~~c


i1










































(Photos S. Inf. du Gt Gal)


Vue d'ensemble de Majunga (Madagascar)
La ville et le port.


Les installations du port de Tamatave
(Madagascar)







AFRIQUE EQUATORIALE FRANCHISE


FCd6ration


Francaise, du sisal et du cafe.
L'potondrz uLibert d'exportation, du






tabac, de tons les products miniers, or et dia-
ants rest souis 'obtention d'une autorisa-






tion d'exportation, delivree soit par les chefs de

territoire qui peuvent deleguer leurs pouwvoirs
notamment aux chefs de region de relvent
les bureau d'exportation.'expota-
La quality du cacao exports d'Afrique
Equatoriale Frangai-






Le Service du Conditionnement nation de faire
une troptude sur les ulits de cacao export des en







1949.
Sressort de cette tude que sur une exporta-
I'Union Frangaise, du sisal et du caf6.







tioexp totationle de 2.725 tones, 853u riz, du mas, d caaoton, don't
tabac, de tonnes sortes pr Pointe-Noirers, or et 2.704 ton-
nes reste387, sorties Bitam, l'obtention d'une autorisa-
1.425tion d'exportationnes 604 de cacasoit par les chefs de
tritoire, e qui epreuvente 52,30 guer leurs produc-irs







tion total;
notame- 688 tonnes 891 de gicacao de quality cou-








rante, soit 25,25 % de la production total;
les569 tonnes 303 de cacao de quality limited,

ce qui represent un pourcentage de 20,85 %.
Le Service du Conditionnseulement vient e recondi-
tioneude sur les-dire 1,60 % de acao exports en
1949.







Sressort de cette tudamp e qui s'est ouverte







en novembre, les chiffres denotent une amelio-
rtion totasensble de 2.725 tones, 83 de caao, dnt








Ainsi pour la production de decembre 1949, le
Service du Conditionnement a constate que sur
971,46 tonnes environ.rties Pointe-Noire et 2.704 ton-
nes 387, sorties A Bitam, on a export :








830.425 tonnes 604 de cacao de quality suprieure, ce
rieure, ce qui repr6sente 52,3085,07 % de la production total.
tion total;
688 tonnes 891 de cacao de quality cou-






ran141 tones soit 14,060 % production totale;







courant. /
On n'a pas relev de cacao de quality limited
ce qui repr6sente un pourcentage de 20,85 %.






et 4,325 tonnes 055 seulement ont Wth recondition-
tionnes, c 'est--dire 0,44 % de la production.
Pour la nouvelle champagne qui s'est ouverte
en novembre, les chiffres d6notent une amblio-,
ration sensible de la quality.
Ainsi pour la production de d6cembre 1949, le
Service du Conditionnement a constat6 que sur
976 tonnes environ. :
830 tonnes Rtaient de quality supdrieure, ce
qui repr6sente 85,07 % de la production total.
141 tonnes soit 14,060 % Rtaient du type
courant.
On n'a pias relev6 de cacao de quality limited
et 4,325 tonnes seulement ont WtC recondition-
nkes, e'est-A-dire 0,44 % de la production.-


L'activit6 des transports fluviaux en 1949

Les statistiques relatives aux transports flu-
viaux font ressortir pour l'annee 1949 un traffic
en augmentation par rapport A l'ann6e prc6-c
dente.
C'est ainsi que le tonnage de marchandises
embarquees au port de Brazzaville pour toutes
les destinations du secteur Oubangui-Sud, s'est
6lev6 a 50.352 tonnes en 1949, centre 38.203 ton-
nes en 1948 et 28.582 tonnes en 1947.
Parmi les gros tonnages transports on relieve
10.940 tonnes de ciment, 18.387 tonnes d'hydro-
carbures et 5.464 tonnes de sel.
Le traffic A la descent, c'est-A-dire le tonnage
de marchandises debarqu6es au port de Brazza-
ville, se chiffre a 31.976 tonnes pour l'ann6e 1949
centre 30.681 tonnes en 1948.
Le tonnage le plus important est constitu6 par
le coton qui figure pour 16.382 tonnes en 1949
alors qu'il n'6tait que de 14.697 tonnes en 1948.


Fixation du taux d'interet
de la Caisse d'Epargne Postale

La Caisse d'Epargne Postale de 1'A.E.F. ver-
sera A ses d6posants, un int6ret don't le taux a Wt6
fix6, pour 1950, a trois pour cent.


inauguration d'une nouvelle piste en ciment
a I'a6rodrome de Brazzaville

L'inauguration de la piste en ciment du nou-
vel a6rodrome de Brazzaville < Maya-Maya >> a
eu lieu le 7 mars en presence de nombreuses
personnalit6s.
La piste permet l'atterrissage de tous les appareils actuel.
element existqnts. Le traffic pour Brazzaville, qui passait,
autrefois, par LUopoldville, se fera sur le nouveau terrain.
On compete que installation complete sera termin6e le
15 juin prochain. Elle comprendra une piste en ciment de
deux mille sept cents metres ; une grande aerogare et un
grand h6tel.

La production minibre en 1949

Les statistiques de la production miniere en
A.E.F. donnent, pour 1949, les r6sultats provi-
soires suivants :
Diamants ........... 123.000 carats
Colombo-Tantalite .... 5.890 kilos
Or ............ ......... 1.700 >
Zinc A 40 % ........ 811
Plob a 50 % ........ 1.400







La monnaie du Territalre

A partir du 1" juin 1950, les pieces en bronze
d'aluminium de 1 franc et de 2 francs, type
< A.E.F. ,. seront retires de la circulation. Les
pieces de m6me valeur, 6mises en France ou dans
les Territoires d'Outre-Mer autre que l'A.E,F.,
ainsi que les pieces en aluminium, type < Etat
Francais cesseront d'avoir course legal en A.E.F.
A partir de la m6me date.
Les pieces de cinquante centimes demeureront
provisoirement en circulation.
La Caisse Centrale de la France d'Outre-Mer
vient de mettre, en circulation, une nouvelle cou-
pure de cinq cents francs.


Le traffic du chemin de fer Congo-Ocean
en 1949

Le traffic commercial, A la monte x Pointe-
Noire-Brazzaville > toutes gares comprises, s'est
Blev&, au total, A 206.377 tonnes.
Dans le chapitre des < materiaux et divers >>, le ciment
repr6sente 32.421 tonnes ; les carburants et les lubrifiants
5.618 tonnes ; les machines et l'outillage, 6.638 tonnes.
A la descent (toutes gares) le traffic repr6sente 99.616
tonnes. Les principles marchandises transportees dans ce
sens sent le maniod (3.679 t.) ; les caf6s (3.906 t.) ; le
coton-fibre (14.032 t.) ; l'huile de palme (4.287 t.) ; les
palmistes (8.162 t.) ; les bois de grumes (20.988 t.).
A la monte, le traffic direct de bout en bout repr6aente
87.892 tonnes. Le meme traffic direct s'b!lve, pour la des-
cente, A 25.367 tonnes.
Le tableau ci-dessous resume les traffic des trois dernieres
anires e tonnee ;
Monte Descente


1947 ... ..................... 108.575
1948 .......................... 161.381
1949 ......................... 206.377


,Moyen Congo


Progression de Pointe-Noire
et de la region du Kouilou

L'essor de Pointe-Noire et de la region du
Kouilou se pursuit et se d6veloppe actuellement
de fagon nmpressionnante.
A Pointe-Noire, chef-lieu du Territoire du
Moyeq-Congo et grand port de I'A.E.F., cet essor
se manifesto avec une vigueur et une rapidity qui
t6molgne d'une foi unanime dans les destinees
de la cit6.
En 1949 de nombreuses sociteS et entreprises
s'y sont install6es.
Du point de vue de l'urbanisme, des travaux
consid6rablqs ont Wte entrepris. Le transfer h


125.382
113.933
99.616


Pointe-Noire ou Couvernement du Moyen-Congo
a sans aucun doute favoris6 l'acc616ration des
constructions de nouvelles maisons d'habitation.
l'ouverture de nouveaux chantiers. L'extension
de l'agglom6ration africaine, oft 50 nouvelles
cases viennent d'etre 6difi6es, la creation d'un
nouveau quarter europ6en, .1'quverture de nou-
velles avenues, l'ainnlagement. et la r~lection
d'anciennes art6res, tout cela doune 4 Pointe-
Noire ville un aspect neuf, moderne, qui traduit
bien son intention de devenir le Casablapca de
I'A.E.F.
De son c6te pointe-Noir0p'ort connatt une qc-
tivite accrue : le tonnage maninulW est passe de
226.000 tonnes en 1948 A 259.000 tonner en 1Q49.
L'accroissement du trafic du port t roFaileoncnt
lie aux possibilities d'accroissement du tragic dlu
C. F. iC. O. Aussi un important effort a-t-il Wte
entrepris par la, direction du Chemin de Fer
Congo-Ocean pour activer la paise en place du
materiel destine a lui permettre d'assurer dans
les neilleures conditions I'6vacu4tion des mar-
chandises debarquees au port et I'achemienient
vers Pointe-Noire des denr6es a exporter.
En attendant l'arriv e de ce materiel, qui aura
lieu dans les prochains mois, et pour 6viter des
risques de pertes prejudiciables aux importa-
teurs et com ercaents d'A.E.F,, le port est Oquipe
d'un ensemble de cinq hangars desservis par la
voie ferr6e et par une grande route ciment6e.
Ces hangars appartionnent a des soci6t6s privies
et a l'arm6e.
En ce qui concern la region du Koiuilou, les
trois derni6res annees refletent 6galement une
augmentation important de la production et des
exportations de bois.

PRODUCTION


1947 ................
1948 ...............
1949 ...............


15.715.456 m3
17.977.921 m3
22,034.126 n3


EXPQRTATIONS


1947 ...............
1948 ................
1949 ................


7.229.797 m3
5,735.864 m3
6.0408003 m3'


Grurngs

48.536.000 m3
45.-79.434 m3
63-.019-.0 Wi


10,382.000 pil
U-725,149 n3
27,971,725 Wi


Prochaine transformation deo olisia
on Fommuno pixtso

Le Haut-Cbmmissairp de la R6publiqte a dd-
cid6, le 14 mars dernier, de mettre en oeuvre la
procedure r6glementaire pour origer Dolisie en
commune mite.
Cette measure repond aux necessites du plan







decennal de d6veloppement 6conomique et sqpi~!,
Elle correspond aussi aux voeux des habitants de
Dolisie et de leur Chef de region.
On compete que l'octroi des franchises munici-
pales, conformes aux principes democratiques
appliques, par la France, en A.E.F., aura, sur
l'avenir de cette cite qui a deja connu, jusqu'ici,
un d6veloppement particulibrement rapide, une
influence d6terminante.

Tchad

Lo modernization do I',ggilQmraftIn
de fort-Lamiy
Lors de son recent passage a Fort-Lamy, le
Haut-Commissaire a pris certaines decisions im-
portantes en matiere d'urbanisme,
Grace aux creditss d'investissement, l'urba-
ninsme, a Fort-Lamy, va Otre dirige contormement
au plan directeur, 6tabli par I'achitecte Fanny
Joli. Huit cents hectares sont affects a la future
ville de Fort-Lamy. De large arttres, deja des-
sin6es, et une grande place, la place de France,
vont donner, a la ville, un caractere typique. Le
maire et les chefs des services du territoire n'en-
treprendront, dorenavant, de constructions
qu'aprbs en avoir fait verifier, sur plans, la qua-
lite et le style par An architecte-conseil.


Creation d'un Centre
de formation professionnelle au Tchad
Un centre de formation professionnelle vient
d'Atre cre6 a Fort-Archambault. 11 est annex6 A
l'Ecole des M6tiers,
La premiere section appelee A fonctiqager sera
celle ayant trait a la magonnerie

Creation d'un centre zoatechnique
a Fort-Lemy

Grace aux credits alloues an service ve6trinaire
dans le cadre du Plan decennal, un important
centre zootechnique sera edifie, des la fin de l'an-
n6e 1950, dans la proche hanlieue de Fort.Lamy.
Les services de 1'l6evage ont d6ja entrepris
la preparation massive de s6rums et vaccins des-
tin6s aux troupeaux consid6rables du Tchad.
Une Bcole d'infirmiers-v6tbrinaires et une ferme
module seront cr66es.

QOierture d'un nQoueau secteur scRolare
Par un recent arr6t6, le seeteur scolaire de
Mao, s'dtendant sur toute 1a region du Kanen,
vient d'8tre ouvert.







CAMEROUN


Examen du rapport
sur le territoire par
le Conseil de Tutelle
D EVANT le Conseil
de Tutelle, M.
Charles Watier,
repr6sentant -special
du territoire, a sou-
lign6 le 14 mars, no-
S tamment, que les ins-'
titutions nouvelles,
dans lesquelles les Africains jouent un rble pre-
pond6rant, .fonctionnent efficacement au Ca-
meroun,
M. Watier a fait observer, d'autre part, que le
rapport pr6sent6 au Conseil avait comme base
des documents qui ont W6t mis A la disposition
de la mission du Conseil de Tutelle lors de sa
tourn6e au Cameroun.
L'Administration locale et le gouvernement
francais, a indiqu6, enfin M. Watier, se sont r6-
serves de r6pondre, devant le Conseil de Tutelle
seulement, aux petitions qui avaient 6t6 remises
aux membres de la mission. Les representants de
la R6publique dominicaine, du Royaume-Uni et
des Etats-Unis ont recommand6 au Conseil de
Tutelle de f6liciter la France pour l'oeuvre qu'elle
a accomplice au Cameroun dans les domaines
social et medical.
Interrog6 par le repr6sentant chinois, M. Wa-
tier, a d6elar6 que le travail force, impose par
des particuliers, avait completement disparu.
D'autre part, A une question du repr6sentant phi-
lippin, qui lui demandait des renseignements sur
l'importation de main-d'oeuvre italienne au
Cameroun, M. Watier a r6pondu qu'il avait Rt6
n6cessaire de faire venir des travailleurs euro-
peens pour la construction du barrage d'Edea.
R6pondant A des observations des d616gations,
M. Laurentie, d616gu6 de la France, a d6clar6 que
association avec 1'Union Frangaise avait fait
faire, au Cameroun, un grand pas en avant mais
qu'il serait pr6matur6 de juger le syst6me qui
n'existe que depuis trois ans. La France, a-t-il
poursuivi a l'intention de d6velopper la com-
p6tence de 1'Assembl6e representative, mais, une
veritable ind6pendance exige une 6conomie saine
que tend a d6velopper le plan d6cennal entrepris.

La Conference des Chefs de R6gion
Une conference a r6uni a Yaound6, du 6 au
9 mars, les quatorze chefs de region du Terri-
toire. Jou'rnes d'6tudes au course desquelles les


chefs de region 6tudiBrent successivement les
probl6mes essentiels pos6s par leurs commande-
ments.
Le lundi 6 mars, furent examines la creation 6ventuelle
de communes mixtes dans certaines villes du Sud, l'institu-
tion au chef-lieu de chaque region de conseils de region,
les conditions d'extension de 1'6tat-civil africain et le regime
domanial forestier. Le 7 mars, l'ordre du jour comportait
un vaste project de reorganization administrative a base
d6centralisatrice comportant notamment le decoupage de
certaines regions (creation de regions a Fort-Foureau, Mo-
kolo, Yabassi, Yokadouma) et l'ouverture de nouveaux
postes et subdivisions ainsi que la creation podr les trois
regions nord (Nord-Cameroun, B6nou6 et Adamaoua) d'une
Delegation du Haut-Commissaire ou d'une Inspection per-
manente, charge de coordonner le developpement de ces
regions islamis6es. L'apres-midi fut plus sp6cialement Von-
sacr6e a l'examen des probl6mes de security, de repression
du vagabondage ainsi qu'aux conditions d'exercice de la
justice et a la situation des cooperatives et soci6t6s de pr6-
voyance. Les deux derniers jours, 8 et 9 mars, permirent
de traiter un grand nombre de questions diverse : per-
sonnel, agents r6gionaux, auxiliaires et contractuels de 1'Ad-
ministration, enseignement et notamment le r6le des inspec-
teurs primaires et des chefs de secteurs scolaires, service de
sant6. Une large place fut enfin reserve aux probl6mes
budg6taires, A 1'ex6cution du plan d'6quipement et aux rea-
lisations de travaux publics.


Le commerce exterieur du territoire en 1949

Les deux chiffres < Importation et < Exporta-
tion > se balancent presque exactement : 201.000
tonnes pour les importations centre 204.000 ton-
nes pour les exportations. Les valeurs ne sont
pas encore d6finitives, mais le chiffre global d6-
passe 14 milliards, don't plus de 8 aux impor-
tations et 6 aux exportations.
Cette difference dans les valeurs est due a' la
place pr6pond6rante qu'occupe la m6tropole dans
les importations locales, ainsi qu'A la nature des
biens imports, don't un pourcentage, sans cesse
croissant, est constitu6 par des engines lourds
d'6quipement, des machines et des products finis,
alors que les products A l'exportation ne sont tou-
jours que des products agricoles ou forestiers non
transforms, en ge6nral, don't la valeur com-
mence seulement a s'aligner sur les course mon-
diaux. Le prix moyen, en effet, des biens expor-
t6s, s'inscrit A 30 fr. environ le kilo, centre 42 fr.
pour les biens imports, compete tenu du fait que
le produit a l'importation est enregistr6 pour sa
valeur < C.F.A. >>, la difference est en moyenne
d'environ 8 fr. C.F.A.
,Cet Bcart, cependant, est consid6r6 comme nor-
mal dans l'6tat actuel de l'6quipement du terri-






toire. La modernisation et le d6veloppement des
moyens de production, qui conditionnent l'ave-
nir du pays, ne peuvent, en effet, etre r6alis6s
que' par une importation massive de machines
diverse et de denrees de consommation cou-
rante, don't le prix moyen est, forcement, sup6-
rieur A celui.des products bruts exports.


La traite des arachides

La champagne des arachides, commence tardi-
vement au 27 decembre 1949, se d6veloppe trbs
normalement et s'annonce comme devant etre
1'une des meilleures depuis plusieurs ann6es. Les
estimations du tonnage global portent sur 6.000
A 6.500 tonnes, et plus de 3.000 tonnes avaient
deji 6te commercialisees fin janvier.


Le march du caf6

La liberty de prix a la commercialization et a
1'exportation des cafes du Territoire, a Wte ren-
due par un arretb N 401 du 31 janvier 1950, et
la fixation de nouvelles valeurs par la commis-
sion des mercuriales, a 6te enterinie par arrete
N* 400 du 31 janvier. Le caf6e tait le seul grand
produit non encore rendu A la liberty, sa revalo-
risation etait nettement inf6rieure A celle des au-
tres products coloniaux.

En fixant it 100 frs C.F.A. pour le Robusta et 140 frs
C.F.A. pour 1'Arabica les valeurs mercuriales, la Commis-
sion des mercuriales n'a pas voulu engager l'avenir, ktant
donni que importance des stocks m6trdpolitains p6sera
certainement sur les prix frangais pendant le premier semes-
tre 1950, et ne permettra pas au prix F.O.B. A 1'exportation
d'atteindre les course mondiaux actuellement situ6s autour
de 160 F.O.B. paur les qualitis Robusta. Ceux-ci par ailleurs,
sont susceptibles de variations sensibles, la recolte bresi-
lienne ne devant etre connue que dans quelques semaines.
Le Territoire, malgr6 la hausse tres sensible de ce pro-
duit, n'a pas estim6 de bonne politique d'augmenter les
droits de sortie sur les cafes. Alors que la moyenne des
droits dans le reste des pays producteurs de I'Union Fran-
gaise s'inscrit autour de 12 a 13 %, les cafes camerounais
resteront taxes a 5 %. Une tell moderation est de nature
a encourager fortement le, producteur, et h accroitre les
tonnages exports dans les annies qui viennent.


La campaagne du cacao

La champagne du cacao. 1949-1950 a continue
pendant le mois de janvier a Atre caracterisee
par des achats accl16res, A des prix tres 6lev6s.
Les course A New-York qui se situaient fin d6cem-
bre autour de 22,23 cents la livre, 6taient fin
janvier A 25 cents en moyenne, soit 96 fr. C.F.A.
le kilo correspondent A un prix F.O.B. de 80 a
85 fr. le kilo. Ces course soutenus ont permis aux


course interieurs d'atteindre et de d6passer 70 fr.
C.F.A. le kilo.
D'autre part, le relevement de la valeur mer-
curiale, qui est passe, A partir du 1" mars 1950,
de 45 A 50 fr. le kilo, a contraint les exporta-
teurs a r6aliser, avant cette date, le produit
achet6 l'an dernier. Les exportations de janvier
ont d6pass6, comme en decembre, 7.000 tonnes.
La quality souffre de ce regime d'achat acce-
16r6 ainsi que de la concurrence serree que se
font les acheteurs : c'est ainsi que le tonnage
export en sup6rieur n'atteint pas le quart du
tonnage total au course du mois de janvier.
Dans une conjoncture plus s6v6re, ii est cer-
tain que la commercialization serait beaucoup
plus difficile et les tonnages exports tres di-
minu6s.


Installation d'une brasserie a Douala

Le Cameroun pursuit son d6veloppement 6co-
nomique et possede, maintenant, une brasserie,
installed A Bafia, quarter de Douala.
La SociBtB compete produire immediatement 20.000 hecto-
litres de biere par an, chiffre qui pourra stre bientot port
a 40.000. Elle produit, en outre, cinq tonnes de glace par
jour qu'elle vend par quatre dip6ts r6partis dans Douala. Les
Brasseries du Cameroun disposent, 6galement, d'une impor-
tante chambre froide de 300 metres cubes.
La Societi imported les matisres premieres n6cessaires a
sa fabrication : le malt de France, en caisses zinguees et
les houblons de Tch6coslovaquie et d'Allemagne. Les Bras-
series du Cameroun approvisionnent, deja, le commerce de
Douala et seront bientit susceptibles de servir l'intirieur du
Territoire. Le prix de la biire au detail est de cinquante
pour cent inf6rieur au prix des bieres d'importation.


Exposition d'automobiles et d'engins m6caniques

La Chambre Syndicale de l'Industrie Automo-
bile du Cameroun organise A Douali une exposi-
tion d'automobiles et d'engins mecaniques du 6
avril au 14 avril 1950.
Cette semaine d'exposition sera agr6ment6e le
r 9 avril jour de PAques d'une grande manifesta-
tion automobile avec la collaboration de l'auto-
mobile Club du Cameroun (A.C.C.).
Cette exposition se propose de presenter aux autorites et
a la population les efforts des maisons de commerce et les
progres des engines et machines micaniques prouvant ainsi
l'iclatante victoire de la march irresistible du progres dans
nos Territoires d'Outre-Mer.
Des lignes aeriennes front des voyages sp6ciaux pour
cette reunion de Brazzaville, Pointe-Noire, Port Gentil, Li-
breville, Douala, Fort-Lamy, Bangui-Douala, Yaound6.Doua-
la. Des autocars pour les broussards sans v6hicules desser-
viront les principles villes du Cameroun.






Db plig;, iln grand rally est organism de tous les poihts
du Cameroun A Douala pour cette manifestation saec depart
des diverse villes sous pointage official .et arrive ious
contrle officieil Douala : ce rally pout etre courn par
n'importe quel genre de vehicules, voitures,-- pick-up,
camionis, etc..., pour chaque genre de v6hicules la moyenne
ideale" sera i respecter.

La dot dans le marriage africain
Cette important questiofi a Wte abord6e le 8
decembre au Conseil des Notables de la Region
de M'Bam, pr6side par M. I'Adniinistrateur en
Chef Cuill, Chef de Region, en presence de
M. le SMnateur Okala, del6gtt6 dii M'Bail A
1'A.R.C.A.M,, des Chefs de Subdivision de Bifia,
Yoko et Ndikinitneki, de diveirses persbnnalitOs
europeennes et des Chefs coutumiers de la RH-
gion.


Le President, apths avoir dorih6 lecture da Pordir du
jour qui ne comportait qu'tite settle qtetiolon : k< Ii,. i.
pression de la dot. De l'avlb utainib~, cetth in-titution
s'a4tr ttruinetise pour la fanlille dut ialri et4 comfe le: fait
reoiarquet M. Mimba, planteur a Egoha, d elle incite di l
paresse beaucolp de gens no voulant pas tr4vailler t. no
cherchant qu'dt vendre leurs filles >, enfin elle est suscep-
tible de faire naitre de grosses difficulties de rembourser en
cas de divorce. _
De nombreuses tenues de palabres dans les diverse chef-
feries de la R6gioii oit hhoibti amk imensm conclusions.
Le Conseil des Notables a9 en consequence, a l'unanimit6,
accept la suppression de la dot et 6mis pour transmission
a M. le Baut-Commissaire, le voeu < que le marriage entire
africains soit absolument libre sans versement de dot oi
indemnites sous quelque forme que ce Sait. $
< II demand A l'autorite supirieure une nouvelle reor-
ganisation de 'Eitat Civil africain et que trinscriptidon dii
marriage soit reindie obligatoirH sous paine de sahctidhg
graves. >


MADAGASCAR


Le r6einme
du cohinercte
inf6rieur

D ANS tin article
S surr le regime
du commerce
interieur de Mada-
gascar, le Bulletin
je Madagascar rap-
pelle les diff6ren-
tes tapes qui ont
conduit el'conomie de la Grande Ile du dirigisme
le plus strict it une liberty presque total.
Apris avoir prMcis6 que l'arrWt& du 10 octobre
1949 avait rendu la liberty A la r6partition des
mairhandises d'importation et rendu sans obbjet
Stout le mncanisme dirigiste de l'Farrt6 dii. 23 f&-
vrier 1949, le journal ajoute que << parilllemetit
A lI disparition progressive de la ropattition, le
regifmei du contrOle des prix a Wtd assoupli >> et ii
preeige que, maintenant, seuls restent soumi s
a declaration, pour i h certain temps encore, ces
products don't un gouvernement soucieux de l'ali-
mentation de la population ne saurait se d6sin-
teresser : paddy et riz, farine de froment, lait
concentr6, mais A partir de deux caisses seule-
ment, sucre A partir de 100 kilogrammes et sel A
partir de 50 kilogrammes. Quant au cafM, l'obli-
gation de declaration ne joue plus pour une
quantity moindre d'une tonne.
t Les tissus de cotan peutent Otte stocks
librement, sans declardfti'on. Seats, les tissus


derus, le < soga > des pOpulttions des villages,
doivent encore 6tre ddclar~s, mais si leur qulahit
est inferieure chez le idme commereant a une
balle, elle bdndficie de ta franchise,
D'autre part, tout un systdme de marges bend-
ficiaires, tendant d susciter le rtveil de l'fntgrit
individual et I'appel d la concurrence, a te inan-
gure par l'arretd du 5 mat 1948.
A l'heure actuelle, il ne subsiste, sur les lists
des limitations bendficiaires, qu'une cinquantaine
de produits. Toutes les limitations de marge quti
subsistent sont libdrales.
Aprds le tournant de 1949, on peut at'firmer que
,le commerce de Madagascar est sort de l'dcono-
mtie de guerre pour revenir aux normes de l'dco-
nomie de paix. La psychose de la pdtlrik a dig-
paru. Ddjd, se manifestent quelques indices de
lassitude dans la demand de certaines mdrchiai-
dises.
Une tdche nouvelle se prdsente d la puissance
publique : animer et coordonner toutes les ener-
gles en vue d'aboutir au plein emploi des res-
sources de la Grande Ile et d'en clever le niveau
dco~omique at SOdcil >,


Le service de la statisfique du territoire

Un service de la Stattstique G anrale fonc-
tionne, depuls delx ans, A Tananarive. Son uti-
lit6 est, d'ores et djih, retonnue de totus ceux qui
ayant eu besoin d'un renseignement pr6eh ont
ptt l'obtenir rapidement.






Le Service db Stttittltii .G4hrle lftli ekn effect, A jour,
des ebiffres et informatiohs s~r la olimatologie de Mada-
gacar, 1'6tat et le movement de la population, les irix et
It coft de lIa ie, le commerce ext6rieur, les transports, I'en-
sdignement, la justice, la sant6 publique, les finances publi-
ques, la monnaie, le credit, les industries, la production
agricole et miniere, etc... ii joue le r6le, pour la Granide le,
d'un veritable barometre 6conomique et social.
On petit, edgleihent, y trbuver des irensefigtnethts du
ftfiin oedrig onitrltant la Franeb m6tropolitairie tous les
autres d6partements et territoires de 1'Union Fraiisaise Outre-
Mer et la totality des pays strangers. Diverses publications
sont a ia disposition du public eb petivent Wtfe diisltites
sur place.
infih, le serviet de Statistitiue Genrale de Madagdsear
6dite, en principle, 6hagiq trinieAtde, tin bulletih tias
coinplet, vititable synthbse des detniers renseignements
Schiffr6s qu'il lul a 4t6 permis de recueillir.

L'equipement de la Sakoa
Deux trains routiers, chacun de quarante ton-
nes de charge utile, destines au transport de
charbon de Sakoa, viennent d'etre amenes, de
Tul6ar t Soalara, par voie maritime. Cette op6-
ration, audacieuse en raison des difficulties qu'elle
presented, a Wt6 men6e a bien par le service des
Travaux Publics de Tulear. Chaque train routier
se compose d'un camion Willeme, d'un poids A
Vide de quatorze tonnes (charge utile, 20 tonnes,
capacity, 18 trite etibes) et d'tne rmorque
Sort d'uri poidt A vide, de 6 tones et de mime
charge utile et capacit qtte le camion.
Ce imatjtriel t'iancais aVait 6t& directetietit
debarque a Tulear, ucuiine route lie lui permet-
tant de rejoindre Soalara par ses propres
moyens.

La rizitulture a Mbjunga

Une experience est en course pour ameliorer la
production rizicole dans la province de Majunga.
Tout d'abord, pour am6liorer le rendement, on
a poliss6 la mIcanisation : 385 charrues nouvel-
les ont 6t6, au course de 1949, mises en service.
Dettx stations pilots de la notoculture ont Wt6
Ef66es : la premiere dans le Sambiraio, est,
d'ores et d6jA, en mnesure de mettre en route ses
tro6i tfactetlrs et leur polysocs ; la second, A
'i ferine d'Ambahivahibe, prts de Diego, attend
son materiel dBej commander.
Oil a favotdse, eti outre, I'atenfdgement de rizieres noil-
vlles par ine tteilleute tFpattitiah de l'eau.
atMlij s les tenseignnemrnts obtenus du service contp6tent,
1l re4dlte prit4le ia 1950 eai orry asa a (riz de la preiamire
recite) dphtiAerait de plus de sept imille tonnes celle de
1944 Bt de pred de 10.000 tOtines elle de 1948. S'il est vrai
que dette rtcblte est srtout ittilige pir la ednsotnmation
locale, st fhahtion exed6ntitre adit, par eotittr, libtrer, stit
sit viry jeby (tit de la deiutinme ricolte) int tonnage sUitp
pl6mentaire 6quivaleit qdi potirfl itte conihieteialis$.


L'Ailth 1-96t ~lOt v dtfid, dais la t-O thc de Majiana,
euti des iuSpile ifVotdilet- et l'hbonidtnce d son ravitiili
element aura des incidencea heureuseg sur le territoirE des
Comores don't .'conomie est 6troitement lije a la sienne.

La lutte anti-palustre

Dans un bilan g6n6ral de la lutte entreprise
par les services sanitaires de Madagascar, con-
tre lesv maladies, le Bulletin de Madagascar sop-
ligne que le paludisme principal fl6au de la
Grande lie, qui etait la cause de trente mille
mbrts chaqiie anfiee est l'objet de ia cam-
pagrie prophylactique la plus important.
On ii'ignore pas cr6it-il quite cette cam-
pagne intensive a perthis, jtisqu'ici, de cquadru-
pler l'exc6dnbit d6 nai5satlb il st les ddecs de-
ptis 1946 (45.000 en 1949 centre 11.000 en 1940).
Les moyens mis en oeuvre sont nombreux et
puissants, mais, tout en continuant les distribu-
tions de m6dicaments anti-palustres, on s'est at-
taqti6 sirtotit eh 1949, au moustique anophele,
comme, pour la peste on s'est attaqu6 A la puce.
Frapper a la source du mal, tel est le mot d'ordre
qui a 6te donn6. Apres avoir pulv6ris6 du
< D.D.T. > darts toutes les maisons de Tanana-
rive et de ses environs, les 6quipes et leurs ca-
mions, sous la haute direction du m6decin-colo-
nel Bernard, rayonnent, mititenant, vers les au-
tres centres en colnthencaint piar Tamatave.
Mais, salt-on qtie Madagascar a ddpens6, en
1949, plus de cenrt millions de francs CF.A. pottr
la seule champagne anti-palustre par A D.D.T. >>.
sans computer la distribution gratuite de quina-
crine ou autres medicaments ?


R4partition des sommes attaches
aux parts beneficiairres re ~isss a 1'Eat
par la Banque de Madagascar

La sonime de 6.741.000 francs m., reprtsen-
tant le montant net des revenus attaches atix
3.000 parts b6neficiaires renises A l'Etat par la
Banque de Madagascar at titre de i'Exercice
1948, sera repartie comme suit :
5 p: 100 pour le terrltdire des Comores a
affecter A I'achat de lives pour bibliothiqies.
95 p. 100 pour le tei-ltoire de Madagasear
a affected atx oeuvres d'ifiteret social (Ooutted
de Lait, cantines et coopdrativbs scolaires, scdu-
tisles).

Repartition du produit de la redevance
sur la circulation fiduciaire de la Banque
de Madagascat

Par dbcret pari au < J. O. du 8 mars, > le
product de la redevance stir la circulation fidu-







ciaire de la Banque de Madagascar (premier se-
mestre 1949), soit plus de 22 minioils de francs
m6tropolitains est ainsi r6parti :
5 % pour le territoire des Comores k affec-
ter A :
Am6nagement sommaire de sales de lec-
ture et d'information ; journaux et revues ; li-
vres, bibliotheques.
95 % pour le territoire de Madagascar, a af-
fecter A :
Developpement des sports, achats et ame-
nagement de terrains de sport, de materiel spor-
tif, etc. ..................... 7.000.000
(Euvres d'assistance .......... 7.000.000
CEuvres d'int6ret social (Gouttes
de Lait, cantines et cooperatives sco-
laires, scoutisme. ................ 6.943.157


Creation d'un 6tablissement
permanent administratif b-I'lle Amsterdam

Par une loi, publiee au < Journal Officiel > du
2 mars, le ministry de la France d'Outre-Mer
est autoris6 a crier, A l'Ile Amsterdam, un eta-
blissement administratif permanent.
Cet 6tablissement comprend, essentiellement,
une station m6t6orologique d'observation et une
station de radiot61lgraphie.
L'ing6nieur de la m6t6orologie remplira les
functions de chef du Centre Administratif sous
la haute autorit6 du Haut-Commissaire de la R6-
publique francaise A Madagarcar.
Les d6penses de fonctionnement du Centre
sont A la charge du budget de l'Etat (minist6reo
de la France d'Outre-Mer).


COTE FRANCAISE DES SOMALIS


Designation d'un
nouveau chef
du Territoire

SSIRIEX, Gouver-
neur de la Cete
S frangaise d e s
Somalis, a quitt6 Dji-
bouti le 15 mars. Son
S successeur, M. SA-
DOUL, est attend
pour la ,fin du mois.
Durant les quatre anndes qu'il a pass en So-
malie il avait pris son pose en juillet 1946 -
M. SIRIEX s'est attach particulibrement au dB-
veloppement bconomique du territoire, notam-
ment A la r6forme mon6taire et A la creation du
port franc de Djibouti.
M. SADOUL, qui vient d'6tre nommd Gouver-
neur de la C6te des Somalis, est n6,le 10 juin
1906, A Bois-Colombes (Seine).
Ancien 616ve brevet6 de l'Ecole Coloniale, il a
WtC successivement directeur des Affaires Politi-
ques A Brazzaville, Gouverneur intbrimaire du
Gabon en 1944, d616guB dans les functions de
Gouverneur du Moyen-Congo en 1946 et nomm6
Gouverneur du Gabon en 1947.
Il est Chevalier de la LUgion d'Honneur depuis
1946.

La liaison a6rienne c France-Djibouti 3
La Compagnie Nationale < Air-France >> a re-
pris le 14 mars, la liaison adrienne r< France-


C6te des Somalis en d6tournant, par Djibouti.
l'itineraire de sa ligne A Paris-Tananarive ..

Une liaison < Alger-Djibouti > via Tunis, Tripoli, Ben-
gazi, El Adem, Le Caire, Wadi-Halfa, Khartoum, Asmara,
avec prolongement sur Addis Abeba, assuree jusqu'en 1947,
avait dfi etre interrompue en raison des conditions 6cono-
miques defavorables dans lesquelles elle 6tait exploited. II
ne fut pas possible, dans l'immndiat, compete tenu de. 1'tat
de l'infrastructure locale et des disponibilites de la Compa-
gnie < Air-France > en materiel volant, de mettre a ex6cu-
tion le project consistent a 6tablir une liaison directed < Me-
tropole-C6te des Somalis Toutefois, dAs la fin de l'ann6e
1947, un voyage d'6tude sur < DC. 3. permettait a < Air-
France > de r6unir, daji, lea premiers 6elments techniques
de la future exploitation d'une tell ligne.
La Compagnie t Air-France >, grace au deroutement de
sa ligne < Paris-Tananarive > par Djibouti, met au service
des relations entire la mAtropole et la C6te Francaise des
Somalis un des plus moderns appareils long-courriers des
lignes internationales, le quadrimoteur < DC. 4. > (Skymas-
ter) de 350 km./heure de vitesse de croisiere. Avec une
grande regularit6 de route, il permit A quarante-quatre
passagers de faire confortablement le voyage < Paris-Dji-
bouti > en vingt heures (18 h. de vol). L'itin6raire com-
porte les escales Rome, Le Caire, dans le sens Djibouti>, et Dar-es Salam dans le sens bouti >. Le service actuellement hebdomadaire doit, au
debut du printemps, etre port a la fr6quence de deux ser-
vices par semaine. L'alternance des escales de Rome et
d'Athunes permettra de satisfaire a la demand engendree
par la presence d'int6rets grecs dans les regions desservies.
Le fait que, sous l'impulsion du gouvernement local, le
terrain de Djibouti ait pu 6tre aml6ior6 et dot6 des 6qui-
pements necessaires permet, non seulement I'ouverture du
nouveau service, mais laisse encore prisager les conditions
d'utilisation les meilleures dans l'avenir.







ETABLISSEMENTS FRANCAIS D'OCEANIE


'ri N fin d'annie, le
S a Service des
190.140 N fin d'annte, le
bli6 les statistiques
relatives aux trois
premiers trimestres
de l'ann6e 1949 :
Elles font apparai-
tre que :
10 avions et 75
navires jaugeant
190.140 tonneaux ont d6barqu6 295.512 quintaux
de marchandises diverse, pour 435.133.000 fr.
C.P I
10 avions et 73 navires jaugeant 194.725
tonneaux ont embarqu6 1.290.549 quintaux de
products divers du cru pour 279.495.000 fr. C.P.
Le total des importations s'61lve A 31.023 ton-


nes repr6sentant 480.462.000 francs pour 26.714
tonness (321.636.000 francs) pour la p6riode cor-
respondante en 1948.
Le total des exportations s'6blve A 202.234 ton-
nes repr6sentant 357.075.000 C.F.P., contre
151.513 tonnes (280.611.000 francs) pour la pe-
riode correspondante en 1948.
Les principles exportations ont 6t6 :


Q. M.


Coprah ........
Nacre ..........
Vanille ........
Phosphates .....


186.924
5.584
2.060
1.824.736


pour


Francs CP

212.217.000
20.472.000
21.927.000
96.951.000


Les recettes douanieres donnent sur les trois
premiers trimestres correspondent de l'ann6e
6coul6e une plus-value de :,18.711.433 francs CP.


ETABLISSEMENTS FRANCAIS DE L'INDE


Q L'ouverture de la
Session de I'Assem-
Sbl6e Repr6sentative

L E Gouverneur
Chambon a pro-
nonc6, le 11
mar s, le discours
.g;. d'ouverture de la ses-
S'*? sion normal de l'As-
sembl6e repr6senta-
tive de Pondich6ry et fait, en terms mod6r6s,
allusion aux tracasseries bconomiques, douani&-
res et policieres exerc6es par l'Union indienne.
II a bross6 un tableau de la prosp6rite econo-
mique, notant l'accroissement des affaires A
Pondich6ry, puis il a expos les projects d'elec-
trification, d'irrigation et d'adduction d'eau don't
la r6alisation s'6tendra jusqu'en 1953.
De meme, il est pr6vu une activity accrue du
service de sant6 et le d6veloppement de l'ensei-
gnement pour lequel il faudra pr6voir des cons-
tructions nouvelles. II a aboard6. ensuite. l'exa-
men du budget local don't l'exercice 1949 laisse


apparaitre un exc6dent des d6penses de deux
cent mille roupies.

Remise de decorations
Au course d'une important prise d'armes, qui
s'est d6roul6e en presence d'une foule exception-
nellement nombreuse, M. Chambon, Commisaire
de la R6publique Francaise pour les Etablisse-
ments Frangais de l'Inde, a remis le 21 mars, la
Croix de Chevalier de la Legion d'Honneur a
MM. Carnindramodeliar et Goubert, conseillers
du Gouvernement; Moutoussamy, maire, et Titus,
conseiller municipal de la ville.
M. Carnindramodeliar a prononce un discours
tres applaudi A la reception qui a suivi la c6re-
monie, discours dans lequel il a exalt6 la fid6-
lit6 francaise.
C'est implement en continuant leur tdche -
a-t-il declare en transmettant inalterde d nos
fils la tradition de fiddlitd frangaise que nos an-
ciens nous ont legude, que nous parviendrons 4
nous rendre plus dignes de la confiance& et de
l'estime don't la France vient de nous donner
l'inappreciable temoignage.








INFORMATION ADMJNISTRATIVES


ADM INIftllif ATION
Une loi du 28 f6vrier 1950 redd Applicablbs a la Nou-
velle-Cal5donie et d6pendances les dispositions du decret
dii 30 octobre 1935 r6tdrmant le regime de lPhiterdi tion
de djoiir (J.O. 14 malt).
tn arret6 du 24 fevrier 1930 (J.O. 1- mars) fixe la com-
position du cabinet du S. Etat a ln F.O.M.
Une loi diu 1" mars 1950 autorise la creation d'un ta-
/blissement administratif permanent a l'ile Amsterdam, don't
lei. depenses de fonctionnement seront a la charge du bud-
get de la F.O.M.
6 thi atrete du 28 f6vrier (J.O. 2 mars) fixe les littii-
ti1eik di S.8. A la F.O.M.
n tUn deciet du 25 f6vrier 1950 modified 'organislibdi de
1;PAgre Bbinptable des timbdre-p6stes d'outre-ier (J; 0.
3 mars).
Un decret du 28 f6vrier 1950 porte declassement d'une
portion du domaine public a 'interieur du perimitre urbain
de Kribi (Cameroun) (J.O. 2 mars).
Un arrat6 du 31 janvier 1950 abroge l'arrAt6 du 7 jan-
vier 1949 et reorganise la commission consultative des mar-
ch6s de fournitures ou transports imputables sur les budgets
a des T.O.M. et sur les programmes d'ex6cution des plans
(J.O. 4 mars).
Un d6cret du 28 f6vrier iitt6 tiddifitfion du ltfeet'
n0 46-433 dun 13 mars 1946 organisant le cadre d'adminis-
tration g6n6rale des colonies autres que l'Indochine (tableau
de concordance pour integrationn des agents et cadres lo-
caux) (J.O. 7 mars).
Un d6cret du 28 fevrier 1950 tranfAre de Brazzaville Ai
Pointe-Noire ie chef-lieu du territoire du Moyeii-Cohgo
(J.O. 8 mars).
Un arr8t6 du 8 mars 1950 fixe la composition de la com-
mission consultative chargA de P'eameti des marches de
travaux imputables aux budgets generaux et locaux des
difitoirtb d'bitre Ier ainsi qui'atii progriamines d'exAeution
des tilans decennaux d'6quipement de ces tetritoiids (J.O.
12 mats).
Uii asrrt du 16 noverimbre polite rec6ddstitdtibn4 avec
adgmentatiofi du fonds de roulenieht ft dbs fondi spdeiaux
de renouvellement et de reserve, du port de commerce de
Dakar (roulement 16 m. C.F.A. reserve : 20 m. CGFA. -
renouvellement : 100 m. C.F.A.) (J.O. 14 mars).
4 tUne loi du 15 mars 1950 Atend dans certain territoires
d'outre-mer ct territoires sons tutelle des Adspositions de
iPi-drondidee du 8 jutrii 1945 modifiant les articles 356
et 357; di cbdb pAnal (J.O. 16 iiimrs). (Rapt ital 1 tiarigg
et eddlftn6l m t de i intBurs).
Un d6cret du 16 mars 1950 modified lPaipellBtioh du
cadrb de l'Admin diltatibrd gAherdl6 des Cblonies autien que
lIndoehilie qti pired 16 inot de Cadre de l'Administiation
g6n6rale d'Outre-Mer (J1O. 18 iinis).
U Ut dietib dat 17 larts 1950 feporte all indik dtatil 1h
pienlibre session ordinaire de assemblee representative des
E tablissements frandais d'Oc6anie poufr r'aunne 1950 (J Oi
21 mars).
Un arrat6 du 9 mars 1950 porte d6classement de la bat-
terie de Bel-Air, A Dakar (J.O. 21 mars).


* Un arr~t6 du 15 mars 1950 fixe la composition ad cobseil
consultatif db recherche4 de Pinstitiit firdni d'Oc6anie
(J.O. 21 mari).
* Utn decret du 17 mars 1950 rAgletiehte la vacelittibil
pr6fientive dts chiens cohire la rage a Madagascir ft D-
pehdances (J.O. 24 mars).
* Un decret du 21 mars abroge le decret dtt 21 jui 1947
relatif aux diplacemeknts A P'tranger dii persoimel 9i dnsr-
vices coloniaux on locaux et fixe le nouveau bAki~ie (J)b.
24 mars).
* Un decret du 25 mars 1950 renodvelle pour une 'pdriode
d'un an la prorogation de jouissance accord6e aux loea-
taires des locaux d'habitation en Afrique occidentale fran-
caise par le decret nO 48-2049 di 31 d6cembre 1948 (J.d.
26 mars).
* Ut decret dii 25 mai-s 1950 prdroee jisqhiuii 31 d6cem-
brB 1950 les dispdsitiohs du d6cit dti 21 obtobre 1946 06dt
taht institntitu h doe esures exceptionnelles ei tettiioair't
en vue .de remedier A la crises du logement dans les com-
mines de Ddkar et de Rliisque (J.O. 26 miais).
* Un d6cret nO 50-365 du 17 mars 1950 proroge pour une
nouvelle p6riode d'une annie, a computer du ler d6cem-
bre 1949, les dispositions du d6cret du 29 avril 1942 deter-
minant, en Nouvelle-Caledonie et dependances, les cas dans
lesquels les proprietaires sont autorises a donner congA a
leurs locataires (J.O. 22 mars).
* Un decret du 17 mars 1950 proroge d'une ann6e les dis-
positions du d6cret n 46-2821 du 27 novembre 1946 insti-
tuant a Madagascar et d6pendances des measures exception-
nelles en vue de remedier a la crise du logement (J. 0.
28 mars).
* Un d6cret du 17 mars 1950 pltilse 1ls indices toletion-
nets de ceitaini directeurs des flhances et dti 6ohtuile inan-
ciet des gouvAtnememits g6neraux dptnidant diu minisiere
de la France d'outre-mer (J.O. 28 mdrs).
* Uh decret di 27 mar 1950 pbrle attribilUttn dle droilt
ntiltlers en Afritqub qdhtoriale frbncaise ail i6fit de la
Cib minire du Congo frangals (J.O. 30 mars).

FINANCES
* Uhf dAcfet dii 28 f6itier 1950 ptite inscription d'office
an budget local de la Nouvelle-Cal6donie exercisee 1949) de
cr6ditb supl6mentaites cortespoddant a de\ dApenses obli-
gatoires (allocation provisionnelle et allocation speeiale for.
faitaire) (J.0. 3 mars).
* Un decret du 28 f6vrier 1950 approve cinq deliberations
du conseil gAniral d lii Haule-Volia en matire fi~tcale (axe
sir Ib bitil, ci~At de Jionla, iinp t perbirinel, etc.) (J.6:
3 mtiasi).
4f U dArel di 28 jvrieir 195 porte nioh-alpproatidiin h
la deliberatidii di bChseigl gnAtrai dru Sndgal dii 2 bct.
bre 1949 modifiadt Y'imp6t sur la population flottanid et
annule les tariffs (J.O. 3 mars).
* Un dB6ret du.28 fevrier 1950 approve la deliberation
du 9 novembre 1949 an conseil general du $gnbgal relative
aux redevances d'exploitation forestiAre (J.O. 4 mars).
* Un d6cret du sle mars 1950 approve une d6ib6ration de
l'assemblee representative des 6tablissements frangais de







I'Oediiie tendant a modifier 1e rg6iime des decladitidns de
cabotage des marchandises (J.0. 7 mhrs).
SOn decret du ier mars i950 oIrte r'titititidti At d emuiies
attaches aux parts bnrificiaires re ises iA 1tht pai la
Banque de Madagascar (J.O. 8 mars).
Un decret du ler mars 1950 porte r6partition du produit
de la redevance sur la circulation fiduciaire de la Banque
de Madagascar (1"' semestre 1949) (J.O. 8 mars).
4 Un d6cret du let mars 1950 tend le regime de l'admis-
sion tempbrdire a 1'argent m6tal (J.0. 8 mars).
SUtn decret du 1" mars 1950 ingtitue des indettiit6s de
fonctioni ti fateur du personnel dii cadre gAnrMil des tra-
vaux publics d'outre-mer (J.O. 9 mars).
Un decret du 1'" mars 1950 institute une prime de ren-
dement en faveur du personnel du cadre general des tra-
vaux publics d'outre-mer (J.O. 9 mars).
Deux aftrt6s du 8 fevtibe 1950 atiribuefit ine ihdem-
nit auix gdtivernetrs int6rimaires dnt Niger et de 1'Ouban-
gui-Chari (J.O. 9 mats).
Un decret du 10 mars 1950 tend A Saint-Pierre et Mi-
quelon ies dispositions des d6ereis du 15 avril 1949 rela.
tifs A application du reclassement de la fonctidn publique
ontre-mer (J.0. 11 mars).
Un decret du 10 mars 1950 tend les dispositions des
dekrets du 15 avtil 1949 relatifs a application du reclas-
sement de la function publique aux territoires de la zone
du frane C.F.P. et dans 'Inde frangaise (J.0. 11 mars).
Un dderet du 10 matr 1950 applrtive ia deiib6ratiofl
li" 18 dii 29 juillet 1949 di cebileil g6n6ral de la Cote
d'lt ire en nmatiAre de redevancs mitiAres (J.O. 15 mart).
Une loi du 15 mars 1950 porte ratification : 1 de la
d6lib6ration du conoeil de gouvernement de 'Afrique aqua-
toriale franqaise du 30 mai 1947 relative : I. a l'abrogation
dtU d6cret du 21 septembre 1940 6tendant an Gabon le re-
gime douanier du bassin eonventionnel du Congo; II. A
I'ahrogation du deeret du 27 dAcembre 1941 portant sup-
pression de la frbhtiere douani6re entire r'Afrique iquato-
riale francaise et le Cameroun; III. ,la suspension de la
perception du drolt de douane dit de surtaxe; 20 du d6-
cret du 18 octbbre 1948 approuvant une d6lib&ration du
obnedil d'administration du Cameroun tendant A abroger le
decret du ?7 deemnbre 1941 qui a suprim6 la fronti6re doune
niore entire 'Afrique Aquatoriale, francaise et le Cameroun
(J.O. 16 mars).
* Une loi du 15 mars 1950 porte ratification de la d4Mi-
b6ration dii conseil ge6nral de Saint-Pierre et Miquelon,
en date du 20 juin 1947, tendant A rAglemerter le eondi-
dttii d'6ntrepot des morues vertes d'origine traitigh~ e dans
cet archipel (J.0. 16 mars).
* Une loi du 15 nars 1950 polite ratification diu decret
du 21 janvier 1949 apirorivant ime delib6ration dri eonsbil
general de Saint-Pierre et Miquielon, en date du 21 octobre
19484 modifiant l'article le de la d8lib4rltioh de ladite
assetibl6e en date du 20 juin 1947, fitxnt la r6glemeiutation
des conditions d'entrep6t a Saint-Pietre des moeis vektes
d'origine 6traig6re (J.O. 16 mars).
* Une loi n' 50-317 du 15 mars 1950 porte ratification de
la d6lib6ration de la commission permanent de I'asenm-
Wle representative de Madagascar, en date du i2 d6cem-
bre 1947, demandant de rendre applicabies a ce terrltoire
les dispositions du decret du 2 septembre 1947 ,qui a mo-


difie le code m6tropolitain des douanes, a l'Axctption de
eertaines d'entib elles (J.O. 16 mars).
Une loi dtii 15 mar 1950 pdrie ratification du dc6"it di
9 novembre 1948 rendant applicables A Saint-Pierre bt
Miqutelon, A partir du 30 juin 1948, les concessions tari-
faires n6gociees A Genive (J.O. 16 mars).
Un decret du 16 mars 1950 porte non approbation deh
delib&rations du Conseil repr6sentatif du Tehad du 17 octo-
bre 1949 cr6ant une taxe locale sur le coton et fixant le
tarif (J.O. 19 mars).
Un d6cret du 16 mars 1950 approve deux delib6ra.
tions de Passembl&e representative des ktablissements frAil-
gais de l'Oceanie en matiere fiscled (J.O. 19 mars).
Un d6cret du 16 mars 1950 tend le regime de 'admis-
sion temporaire aux tissues de coton et de rayonne destines
A la fabrication des parapliies'(J.O. 19 mars).
Un d6cret du 11 mars 1950 annule les tariffs fixes par
d6lib6rations du conseil g6enral du S6n6gal en matiere de
taxes sur le chiffre d'affaires et des taxes compensatrices
(J.0. 30 mars).
O Un d6cret du 13 mars 1950 approve la dl6ib rdtion
n 29 du 4 novembre 1949 du conseil general de la COte
d'Ivoire ~modifiait leg regles d'assiette de l'imp6t peoton-
nel et fixant les tarifs (J.O. 30 mars).
Un decret du 13 mars 1950 annule les tarifs fixa pair la
d6liberation n* 34 du 4 novembre 1949 du conseil general
de la Cate d'Ivoire cr6ant ine taxes additionnelle db la
taxe sur les transactions (J.O. 30 mars).
Un d6cret du 13 mars 1950 porte non-approbation de la
d6iberation n 815-49 du 16 novembre 1949 du conseil
general de la Guin6e francaise cr6ant une tane locale sur
1'essence et annulant le tarif (J.O. 30 mars).
Un d6cret du 17 mars 1950 approve une deliblrhtion
du conseil general de la Giun6e frantaitse bn mtiaArt de
redevances minieres (J.O. 30 mars).
Un decret du 27 mars 1950 porte non-approbation de
certaines regles d'assiette et annulation d'in tarit de la
deliberation du conseil general di S6n6gal du 7 noveriibre
1949 fixant les tarifs des imp6ts cedulaires sur les revenues
et de I'imp6t general sur le revenue (J.0. 30 mars).
Un decret du 27 mars 1950 fixe le montant maximum
des Amissianib utbrisees db la Banqie de l'Aftiqub dc&l-
dentale (23 milliards de francs C.F.A.) (J.O. 30 iaitii).



a Ont Etd ddsignds come gouverneurs :
- de la Cate francaise des Somalis : M. Sadoul (Numa),
gouv. de 36 cl. des Col;
- du Moyen-Congo : Le Layec (Paul), gouv. de 3" cl. des
Col.;
- de 'Oubangui-Chari : Colombani (Ignace), gouv. de
3 cl. des Col. (D6crets du ier mars, J.0. 4 mars).
* L'honorariat du grade de geuverneur a 6te. Ctnf6re A
M. Babin (Marie), adm. en chef des Col. (D. Ier mars,
J.O. 4 mars).
* Ont egt prbnuis parmi les gdivetneurs des colonies I
- MM. Fourneau (Jacques), gouverneur de 1" cli des Col.;
- Noutary (Jean), gouverneur de 1" cl. des Col.;
- Rapenne (Jean), gouverneur de l" cl, des Col. (D.
18 mars, J.O. 22 mars).








* A &td reclass~ :
- M. Chauvet (Paul), gouverneur de 2- cl. des Col. a comp-
ter du le1 mars 1948 (D. 18 mars, J.O. 22 mars).
* M. Geay, adm. de 1" cl. des colonies, a 6te d6sign6
comme gouverneur int6rimaire pour le territoire de Ja Haute-
Volta (D. 22 mars, J.O. 25 mars).
* M. Jourdain (Maxime), adm. de 1' cl. des Col., a &6t
nomm6 secr6taire g6n6ral du Cameroun (D. 28 mars, J.O.
29 mars).
* Un arrWt6 du 10 mars 1950 (J.O. 16 mars) porte inscrip-
tions au tableau d'avancement a computer du ler janvier
1950 pour les administrateurs des colonies et les adminis-
trateurs des S.C. de l'Indochine.
* Ont Wtd reclasses :
Domergue (Jean), adm. de 2' cl. i computer du ler jan-
vier 1946.
Picquier (Andre), adm adjt de 3" cl. A computer du 101
aoft 1948;
Simeon (Paul), adm, adjt de 2' cl. A computer du les
aoft 1949: i
Thill (Jean), adm. adjt de 2' cl. A computer du ler aoft
1948;
Alain-Chatelain (Jacques), adm. de 3e cl. A computer du
led juillet 1949;
Sttphan (Henri), adm. adjt de 3" cl. a computer du
lei juillet 1948;
Berigaud (Jean), ad. de 2' cl. des Col. a computer du
ler juilet 1947;
P6rilhou (Jean), adm. de 2' cl. des Col. A computer du
1' janvier 1947;
Lavergne (Georges), adm. de 2' cl. des Col. A computer du
ler janvier 1946;
Daquo (Amed6e), adm. de 3' el. i computer du 1' juil.
let 1947;
Siegfried (Jean), adm. adjt de 1" cl. a computer du
1' janvier 1947;
Cadet (Henry), adm. de 1" cl. des Col. a computer du
ler juillet 1941;
Devic (Jean), adm. de 2' cl. des Col. i computer du
15 mars 1941;
St Blancat (Marcel), adm. adj de 1" cl. des Col. A
computer du 1'" janvier 1942 (D. 17 mars, J.O. 30 mars).

* Ont etd admis i faire valoir leurs droits a une pension
de retraite :
MM.
Gauthier (Jean), adm. de 1' cl. des Col. A computer du
3 avril 1950.
* Dggagement des cadres :
SUn d6cret du 21 mars-1950 porte degagement des cadres
d'administrateurs des colonies et d'administrateurs des S.C.
de l'Indochine. La liste comporte 75 noms (J.O. 24 mars).

DISTINCTIONS HONORIFIQUES

Ont 6t6 promus dans l'ordre de la Legion d'Honneur :
Au grade de commander :
M. Sgid Achmet Zaki ben Sultan Said Ali, chef de
la famille royale de la Grande-Comore, A Moroni. \
Au grade d'officier :
MM.
Aguibou Barry (El Hadj), Almamy-de-Dabola (Guinee)
(Afrique occidentale francaise).


Mountage Tall, amrabout, notable i SBgou (Soudan)
(Afrique occidental francaise).
Mbakhane Diop dit Lat Dior, chef de province hono-
raire, Kaotak (Senegal) (Afrique occidentale francaise).
Au grade de chevalier :
MM.
D'Almeida (Vincent-Alexandre), instituteur au college
omderne, a LomB (Togo);
Anaya Koneriape, chef de canton A Ti6b616, cercle de
Ouagadougou (Haute-Volta) (Afrique occidentale francaise);
Arsene (FBlix), gouverneur de 4' classes de l'adminis-
tration indignne (Foulpointe, province de Tamatave) (Ma-
dagascar);
Bala Traore, chef de canton de Sindou, subdivision
de Banfora (Haute-Volta) (Afrique occidentale francaise);
Bore Nouhoum, chef de canton de Bor6 (cercle de
Mopti (Soudan) (Afrique occidentale francaise);
Cheikh Ali would Fadel, chef des Arabes du Salamat a
Am Timan (Tchad) (Afrique 4quatoriale francaise);
Dauhuin Ounssounou, chef de canton de Nuatja
(Togo);
Dia Mamadou Alpha Sada, interprtte a Kaolack (Sene-
gal) (Afrique occidentale francaise);
Dinh Ngoc Phung dit Hoang Van Ngoc, president du
conseil r6ional du Cao-Bac-Lang, i Langson (Tonkin) (Indo,
chine);
Gaiba Sissoko, commissaire de police contractuel &
Tananarive (Madagascar);
Gaye Babacar, notable commergant A. Diamagueune
Sor, Saint-Louis (Sen6gal) (Afrique occidentale francaise);
Goncalves (Adolphe-Assomption-Jos6), commis adjoint
hors classes des service sadministratifs de 1'Afrique occiden-
tale frangaise A Agbovill6 (C6te d'Ivoire) (Afrique occiden-
tale frangaise);
Grimaud (Jean), chef de canton de Pahou (cerele de
Ouidah), Dahomey (Afrique occidentale franchise);
Guidi Djoude, chef de province de Toulepieu (cercle
de Man), Cote d'Ivoire (Afrique occidental francaise);
Seek Amadou, sous-chef du service des quais du C.F.
C.O. A Pointe-Noire (Moyen-Congo) (Afrique equatoriale
franvaise);
Siaka Traore, chef de canton i Sirakele (cercle de
Koutiala) (Soudan) (Afrique occidentale francaise);
Sinatoko (Jean), chef du canton de Biro (cercle de
Parakou) (Dahomey) (Afrique occidentale frangaise);
Soucou Cragbe, instituteur adjoint hors classes a Presco
(cercle de Grand-Lahou) (C6te d'Ivoire) (Afrique occiden-
tale francaise);
Sylla (David-Daouda), chef de canton de Labaya (cercle
de Dubr6ka) (Guin6e) (Afrique occidentale francaise);
Tchikaya Tchiloumbou, interprite principal t Pointe
Noire (Moyen-Congo (Afrique 6quatoriale francaise);
Tenga Tapsoba (Dominique), commis expeditionnaire
principal de 4- classes A Leo (cercle de Ouagadougou)
(Haute-Volta) (Afrique occidental frangaise);
Thierno Souleymane Agne, iman de la mosque de
Tambacounda (S6nigal) (Afrique occidentale francaise);
Tierno Sambo Diallo, almamy de Ouahigouya (Haute-
Volta) (Afrique occidental francaise);
Timera Sada Cire, chef de canton du Goye sup6rieur
a Yafera (cercle de Matam) (Senegal) (Afrique occidentale
francaise);
Toure Ousmane el Madane, chef comptable de la
F.A.O., conseiller g6enral A Bamako (Soudan) (Afrique occi-
dentale frangaise).
A titre posthume








Au grade de chevalier :
MM.
N'Gan (Francois), chef de canton de Fort-Sibut (Kemo-
Gribingui), Oubangui-Chari (Afrique 6quatoriale frangaise).
Mort pour la France. A t6i cities a 'ordre de la Nation.
Rakoto (Florent), de16gu6, canton de Vohilava, district
de Mananjary. Mort pour la France. A 6ti cit6 A lordre de
la Nation.
Ramarijaona (Stanislas), medecin de I" classes du
cadre special de I'A.M.I. Mort pour la France. A 6t6 cit6
i l'ordre de la Nation.

4 titre civil
Au grade de chevalier :
MM.
Deriaud (Paul-Charles), administrateur en chef des co-
lonies, directeur g6n6ral des services iconomiques d'Afrique
occidentale francaise, Dakar;
De France (Jules), en religion frere Fulgence, mission-
naire i N'Gazobil (S6n6gal) (Afrique occidentale francaise);
Grivot (Ren6-Henri-Max), administrateur en chef des
colonies, inspecteur des affaires administrative, Porto-Novo
(Dahomey) (Afrique occidentale francaise);
Viguier (Pierre-Charles-Alexandre), directeur g6enral
de l'Office du Niger i Segou (Soudan) (Afrique occidentale
francaise) (D. 1"' mars, J.O. 8 mars);

Au titre de l'Union Frangaise :
Chevaliers :
Guingoro Fofana, infirmier a Bamako (Soudan) (Afri-
que occidentale frangaise);
Iba Ba, agent sanitaire, conseiller repr6sentatif du
Gabon a Libreville (Gabon) (Afrique occidental francaise);
Mai Moussa, sultan de Kousseri (subdivision de Fort-
Foureau (Cameroun);
Mamado Souleymane Dem, retraiti i Korhogo (C6te
d'Ivoire) (Afrique occidentale francaise);
Markinzaye (Pierre). chef du canton M'Baye, a Lai
(Tehad) (Afrique equatoriale frangaise);
M'Botou Abeng, chef superieur i Ngoulemakong (re-
gion du N'Tem) (Cameroun);
Medjo M'Azang (Frederic), chef superieur i Mazess6
regionn du N'Tem) (Cameroun);
Medoune Cisse, entrepreneur de travaux publics a
Abidjan (C6te d'Ivoire) (Afrique occidentale francaise);
Mendy (Andr6), maitre ouvrier principal des chemins
de fer d'Afrique occidentale francaise A Abidjan (Cate
d'Ivoire) (Afrique occidentale francaise);
Nagnimeta Diarrassouba, chef de canton it Napieole-
dougou (cercle de Korhogo), C6te d'Ivoire (Afrique occi-
dentale francaise);
N'Diaye Amadou Moustapha (El Hadj), commis prin-
cipal de classes exceptionnelle des services financiers et


comptables d'Afrique occidental franaaise A Kaolack (Si-
n6gal) (Afrique occidentale francaise);
N'Diaye Magale, m6decin africain principal i Seguela
(C6te d'Ivoire) (Afrique occidentale frangaise);
N'Diaye Moussa, chef de la communaute s6n6galaise
de Pointe-Noire (Moyen-Congo) (Afrique 6quatoriale fran-
caise);
Nguyen Khoa Toan, ancien ministry de l'Education
national et des rites i Hui (Indochine); .
Dinh Cong Tuan, Tholang de Cao Phong, president
du conseil Muong (province de Hoa Binh), Tonkin, Indo-
chine;
Niang Bouna Semou, chef de canton A Koumpentoum
(cercle Tambacounda), S6enal (Afrique occidentale fran-
caise)
Olympio (Pedro), docteur en m6decine i LomB (Togo);
Ongolo Zogo (Pierre), chef sup6rieur des manguissa
A Saa (Cameroun);
Ouedraogo T&k6d6, chef de canton du Tengaye (Haute-
Volta) (Afrique occidental frangaise);
Oussenous Diagne, sous-chef mecanicien de 3e classes
contractuel i Douala (Cameroun);
Poaty (Sylvestre), infirmier principal hors classes en
retraite a Okondja (region du Haut-Ogou6) (Gabon) (Afri-
que, 4quatoriale frangaise);
Rabarijaona (Bernard), sous-gouverneur de 2" classes
en retraite de administration indigene de Mampikony
(province de Majunga) (Madagascar);
Rajemison Dafine (Jacques), assesseur i la cour d'ap-
pel i Tananarive (Madagascar);
Rajerison (Jean), marchand tailleur, president des no-
tables i Antsirabe (province de Tananarive) (Madagascar);
Rajery (Edouard), planteur notable i Betavilona (pro-
vince de Tamatave) (Madagascar);
Ramanase (Isra8l), chef d'atelier en retraite de l'impri-
merie de la London Missionary society, notable a Tanana-
rive (Madagascar);
Ramboasolo, 6crivain interprnte principal de 3' classes
honoraire A Tananarive (Madagascar);
Randriamahaleo, agent du syndicate lyonnais de Mada-
gascar, chef notable i Andriamena (province de Majunga)
(Madagascar);
Rarija (Samuel), maitre dessinateur du cadre special
du service topographique a Tananarive (Madagascar);
Ragovondrahona (Eloi), commergant notable, membre
de la chambre de commerce de Tananarive (Madagascar);
Ratsimba (Jean-Baptiste), propri6taire notable i Anka-
zotokana (Tananarive ville) (Madagascar);
Razanabahiny (Laurent-Delphin), chef comptable de
3' classes de administration g6n6rale i Faravohitra (Tanana-
rive ville) (Madagascar);
Sal Abdourahjmane dit Amadou, chef de canton du
Toro oriental 4 Podor (S6n6gal) (Afrique occidentales fran-
caise);
Sangare Adama, chef de canton de Tiamala (cercle de
Bougouni) (Soudan) (Afrique occidentale francaise).


AV",



















REVUE DE PRESS
Nous rappelons que la revue de press publide au present bulletin est purement objective. Elle ndimplique
dvidemment aucune adhesion du Ministere de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimtes dans les
articles reproduits d titre d'information.



PRESS D'OUTRE-MER


INlPOClN g

Anniversa~lp ddes a~cprds franco-vietnamiens
Un an exactement a passe depuis que la France
et le Vietnam ont signed ?e 8 mars 1949 les-
accords regissant leurs relations et fqaisnt du
Vietnam un dtat independant au sain de l'Union
Frangaise. Cette date n'a pas manque de retenirl
attention des principaux 4ditorialistes des jour-
naux d'Indochine.
Mf. 3Ponipini, dans SAIGON PRESSE 9crit :
Dpue mois ont pass don't chaque jour concr6tise
advantage cette ind6pendance et fortifie de plus en
plus l'Union de tous les territpires frangais' en un
bPoc In4ivisible.

P.rla.lf ensuite de lg pouss'e rouge d travers la
Chine, pousdee qui s'eat arrht e pau limits du
Nord-Vietnam et qui demeure un sujet de preoc-
cupations de toutes les nations qui entendent ne
pas se laisser submerger par des theories de dic-
tatures marxistes, I'ditorialiste de SAIGON PRESSE
ajute :
Les unes apr6s les autres ces nations ont reconnu
le gouvernement 4e S. M. Bao Dai... Le Vietnam
comme on voit reste au premier rang des pr6occupa-
tions mondiales.
II le doit a la pers6v6rance de S. M. Bao-Dai, A la
diplomatic de M. Pignon et a lappui de la France
qui conduit ses premiers pas, A la France qui, A plu-
sieurs reprises, solennellement et sans reticence, pro-
clama que toucher A l'Indochine, c'est toucher A elle-
m6me et A l'Union Francaise toute entire.

Or, ce sont les accords du 8 mars qui ont promu,
pour une grande part, toute la nouvelle politique en
Extr6me-Orient.
Et c'est sous cet angle que la journ6e d'aujourd'hui
est une journey qui d6passe le cadre de la politique


locale pour int6resser celle de tout le Sud-Est de
1'Asie et par IA m6me la paik du monde.

Au lendemain des fetes commemorant l'anni-
versaire de la signature des accords, dans le
JOURNAL D'EXTRtME-ORIENT, M. Pierre GeAtan
fait remarquer qu'd cette occasion
Trois homes places en pointe des respond abilitAs
de par leurs functions ont dans leurs discours mis
I'accent sur les tAches qui attendent le nouvel Etat.
C'est S. E. Nguyen Phan Long, president du Con-
seil, qui declare : La position du Vietnam en pre-
miere ligne est dangereuse, surtout en raison de son
6tat d'impreparation actuelle.
C'est S. M. Bao-Dai qui, en face de cette consta-
tation, affirme : 4 L'histoire se fait malgre nois, si
elle ne peut pas se faire avec nous >. Et c'est, enfai,
le Haut-Commissaire de France qui, apres avoir son-
lign6 la n6cessit6 de construire aU plus tot un Etat
fprt et une armee efficace, rappelle que le Vietnam
doit surtout computer sur lii-meme et que les nations
occidentales n'aideront pas les gouvernements qui
n'auront pas la volont6 de se d6fendre eux-ip6mes.
Le probl6me capital pour le Vietnam, c'est celui
de sa survive et non pas d'avoir des timbres A son
effigie. Le Haut-Commissaire de France a eu parfai-
tement raison de parler avec franchise. Les tiches
que le bon sens impose a un pays ind6pendant qui
vent le rester sont identiques sous toutes les latitu-
des. Pour ktre accomplies au moindre frais, il faut
au gouvernement vietnamien 1'adh6sion de la majo-
rite de son people. II faut pour cela que la masse des
attentistes fr6misse et s'l6ance vers I'un des deux
p6les en presence, qu'elle cesse enfin de brouiller les
donnees du probl6me. L'heure des options d6finitives
est venue et les nationalists vietnamiens doivenl
savor que tous ceux qui ne sont pas avec eux sorit
contre eux.

Du c6td vietnamien, I'opinion exprim6e est que
cet anniversaire est une occasion pour rappeler
que la lutte doil se continue. Quelle lutte ?







L"dditorialiste de PEcHo Dv VIETNAM. M. Le
2ifrSg rFam, I'explique
N p eatrans aujourd'hui dans la deusinlme ain6e
qui suit ce fameux accord du 8 mars 1949 consacrant
l indipendance officillHo du Vietnam, sinon son ind6-
pendance reelle. Certes, c'est deja beaucoup. Nous ne
voulons pas tenir pour n6ant le text par lequel la
France renonce solennellement kux formes ancienn6
de sa domination. Nous ne voulons pas davantage
ignorer ni sous-estimer la valeur des premieres r6a-
Ifsations par lesquelles a commence de so concr6ti-
ser la souverainet6 du Vietnam. Simplement, nous
faitons observer que cela ne suffit pag : que notre
iqdependance est encore loin d'6tre complete. 1 a
fallu luller pour obtenir ce qui est. I1 faudra letter
encore pour ahiever i'couvre ;bauchee, Litter centre
qui ?
NoUs devons letter contre ceux qui ne veulent pas
suivre siaceremnent i politique dans laquelle la
Finance s'est engage r6solument mais safis avoir
lInergie d'imposer cette politique A ceux qui ont
vpeu miissien de Pappliquer. Nou's devons letter con-
tri las insenses qui rPvent encore de nous asservir ;
coontre la sottise, centre l'entetement, eontre la rou-
tine. Nous devons letter contre le dernier carrd colo-
nialiste qui no se rdsigne pas a Wtre frustrk de la belle
vie dor4e d!autrefois. Non la lutte par les armes, mais
la lutte par la discussion et la persuasion.
Nous n'avons pas encore touch le but, c'est vrai.
Mais A present qu'il est en vue, c'est le moment de
redoubler d'efforts:
Et pour cela, tout d'abord, il faut nous unir. S6pa-
res ,de nous par une barriAre de sang, nos freres lut-
tent les armes a la main. Leur ideal est le n6tre, ni
les moyens different. Ceux-14 mAme, s'ils s'estiment
satisfaits par la promesse formelle qu'une prochaine
Conference inter-Etats reglera les questions pendan-
tes et 1'espoir qu'au lendemain de cette Conference,
le Vietnam sera effectivement ind6pendant, nous les
accueillerons parmi nous, quand ils reviendront, les
bras largement ouverts. Mais deja il faut que s'unis-
sent tous ceux qui sont d'un m&me c6t6 de la bar-
riere. Et qu'ils s'unissent sans arribre-pensCe,
oubliant pour un temps leurs divergences partisanes
afin de ne songer qu'a l'int6ret supreme du Pays.
Le salut du Vietnam est a ce prix.

tUn autre anniversalre

Une autre date rappelant un anniversaire plus
douloureux, est aussi grave dans la mdmoire des
Indochinois ; et si d'autres l'oublient, eux, s'en
souviennent toujours : celle du 9 mars 1945.
La date du 9 mars, 6crit le JOURNAL D'EXTItME-
ORIENT, doit premierement rappeler le sacrifice de
tant de h6ros authentiques, les souffrances de tant de
victims. Honneur A la poign6e de Frangais qui, ont
alors pris la brousse et y ont v6cu jusqu'A la capi-
tulation nippone.
Mais elle devrait aussi premunir centre tout ro-
mantisme en politique : les lourdes consequences du
-coup du 9 mars sont assez pr6sentes A tous les,
esprits pour qu'il soit inutile d'insister.
L'imprudence frangaise qui fit merveille en tant


d'occasions, n'est peut-6tre pas la seule parmi les
causes du coup du 9 mars : elle en est pourtant la
prineipale. La'fiertA national ot les souens de pres-
tige peuvent bien inspire une politique fertile en
advantages : mais il faut voir la port6e et Ig limits
de ce bienfait. J'eqtends qu'il est ais6 d'en parlor
cinq ans aprbs et de refaire l'histoire a s4 guise.
Mais 1'exp6rience ne date pas d'aujourd'hui qui
montre qu'il n'existe pas de principle absolu. A la
veille du 9 mars on s'appr6tait a recourir apx armes
et A donner la main aux Allies qui allaient croyalt-
on, d6barquer sous peu. Cette fi6vre et cette agitation
qui n'6chappaient gu6re a Pennemi, s'apparentaient
trop bien a ce que Barr6s appelait < nos tumultes
pour que la plupart des Frafinais y aient renonc6.
Cependanit il subsistait de beles et larges voices de
fortune da s lejeUle.s les negqriations et aptrqs
mpypns d f'esprit politique pouvaient conserver le
prestige, l'infpluepce. et la s*curitO que leps ra 1ais
out dqngerpUsesMent eomproplmi pour avoir rev6 de
trouver mieux qqe ce qqi leur an etait rest.
La'leco. ne vaut pas seqlemeent pour les Fraicais.
II suffisait de transposer correctement les donu.es
d 1'e-xperienc pour qu'elle s'app!ique exactement ft
d'autres pays proches uo lointains.
Mais elle retentit, en cet anniversaire, si tragique-
ment pour les Francais, qu'il convient d'evoquer la
mdmnoire des morts qu'elle a co ite,- et qui, da.s
notrp souvenir, rejoignent ceux qui sont tonmbe en
France, en Afrique, en Italie, ceux qui tombent en-.
core ici pour une cause qui fut et qui demeure la
plus noble.

MADAGASCAR

Paroles de bon sens
TANA-JOURNAL se rdjouit des paroles pronon-
cdes par le Haut-Commissaire Bargues lors de sa
reception par la Chambre de commerce de Tama-
tave.
A des paroles de bon sens, il a repondu par des
paRrles de bon sens. II se d6clara d'accord avec les
orateurs sur la necessity de d6velopper la produc-
tion, sur celle de favoriser les investissements et
terminal en affirmant qu'il voyant la la facon la plus
pratique d'amnliorer les resources fiscales du pays.
D'une manirre g6nbrale il se montra favorable a l'ac-
tivit6e conomique et alla jusqu'a dire qu'il ne deman-
dait pas mieux que les entreprises fassent beaucoup
de b6nefices pour pouvoir leur prendre beaucoup
d'imp6ts sans affaiblir leur essor. Aussi paradoxal
que cela puisse paraitre, il s'agit li sinon d'un lan-
gage tout A fait nouveau, du moins d'une attitude
tout A fait neuve.
Lorsqu'on r6fl6chit au sort de ce pays, on en vient
A cette conclusion que la direction de ses affaires a
surtout Wt6 marquee par un manque de bon sens.
Pays neuf, Madagascar a W6t trait comme un vieux
pays et souffre depuis longtemps d'une fiscalit6 cal-
qu6e sur celle de la M6tropole. Si enfin il se trouvait
entire les mains d'un homme qui change cette poli-
tique, son sort se modifierait rapidement.
(Tana-Journal, 27 favrier).







Le project de d6centralisation administrative

Dans l'AVENIR DE MADAGASCAR, M. Le Garrec
se declare partisan du project de decentralisation
administrative de Madagascar propose par
M. de Chevignd et actuellement d I'dtude au
Gouvernement.

11 est bien evident, 6crit-t-il, que si l'on tient A
d6centraliser au maximum la machine administra-
tive actuelle, il ne peut 6tre trouv6 de meilleure
solution. Les organismes repr6sentatifs Etant d6jA
en place, le moment est, en effet, venu d'en user,
pour apporter a tous les probl6mes 6conomiques et
sociaux qui se posent dans les diff6rentes regions de
Madagascar, les solutions les plus rapides et les plus
efficaces. On ne peut nier que des probl6mes tres
particuliers sont poses par chaque region et qu'ils
ne peuvent 6tre traits que par des gens qui les con-
naissent parfaitement, c'est-A-dire, encore une fois,
sur place avec une autonomie absolue.
Une telle refonte de la trop lourde machine admi-
nistrative centralis6e avec exces a Tananarive de-
puis cinquante ans, permettra A la Grande Ile de
prendre l'essor qu'elle m6rite.
M. Le Garrec conclut : < Mais c'est beaucoup plus
sur le plan 6conomique et social que sous leurs
impossible resonnances politiques que doivent 6tre
consid6r6es les profondes measures soumises au Gou-


vernement. En accordant une autonomie absolue aux
diff6rentes regions de Madagascar, on leur permettra
de se d6velopper et de produire, selon tous leurs
moyens, c'est-A-dire de sortir enfin de la stagna-
tion >.
(L'Avenir de Madagascar,, 10 mars).

Critique du d6nigrement
La FANDOSOAM-BAOVAO s'indigne de la ten-
dance au denigrement systimatique don't fait
preuve un article public par un journal local de
langue frangaise.
II est absolument permis d'avoir son opinion sur
la IV' R6publique ; on a le droit absolu de la criti-
quer, d'autant plus que les hommes qui tiennent ses
rennes sont des hommes absolument comme nous
tous... Mais dire que cette IV R6publique est un
regime ou << la corruption apparait souveraine >
c'est autre chose. Pour un Malgache, m6me non
nanti d'un dipl6me universitaire, un tel propos est
incompatible avec le patriotism. Depuis que I'homme
est sur la terre, qu'il s'offre le luxe d'un regime,
fNodal, royaliste, r6publicain, communist, fasciste...
les scandals existent, parce que les ind6sirables
sont de tous les temps. Aussi quel vil d6nigrement
que d'accuser la France d'aujourd'hui le pays de
< 1'accumulation massive de scandals de toutes
sortes... >.
(Fandeosoam-Baovao, 10 mars)







PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press etrangdre traduits en frangais peut Otre consulate d
la Section de la Presse Etrangere (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, Piece 17, 1" 6tage).
Les numeros qui figurent ci-dessous d la suite de l'indication d'origine des articles de press per-
rnettent de se reporter au leixte complete des dits articles.

Nous nous sommes surtout attaches. dans notre revue du mois dernier, a citer les articles de
press 6trangBre qui refl6taient une conception philosophique et morale de la colonisation
ou, des rapports entire les Nations d'Occident et les peuples d'Asie et d'Afrique. Passant
des theories aux faits, nous exposons, ce mois-ci les < situations >.


Le souci majeur des puissances coloniales sem-
ble Otre aujourd'htli les progrds de l'iddologie
anti-coloniale par excellence, le communism.
C'est plus particulibrement en Asie oft cette
ideologie dispose d'une puissante base geographi-
que, politique, dconomique, humaine et militaire,
la Chine que se faith sentir son action.
Andrew Roth, un des plus brillants et des plus
lus des correspondents amrricains dans le sud-
est asiatique, (on le qualified de << rose > aux Etats-
Unis et parfois mrmie de ) faith le
point sur cette question.
A dessein, son titre : < Red Star over Asia >>
(l'Etoile Rouge sur I'Asle >> parodie le titre qu'en
1937 Edgar Snow donnait d l'ouvrage tres cdle-
bre aux Etats-Unis : < Red Star over China ,
(l'Etoile Rouge sur la Chine), oft Snow Otudiant
le petit movement communist chinois mon-
trait qu'il avait en lui tous les dliments pour
conqudrir la Chine entire. Roth suggere done
par id que l'Etoile Rouge dominera toute I'Asie.
Que vont faire les Communistes chinois dans le
Sud-est asiatique ? Cette question n'a pas cess6 de
hanter les gens ide cette region depuis la chute de
Moukden en 1948. Avec 'apparition des r6guliers
communists chinois aux frontitres de l'Indochine et
de la Birmanie, elle est devenue d'une brfilante actua-
lit6 pour des pays situ6s bien au-dela du Sud-est
asiatique. Les importations de riz en provenance de
la Birmanie et du Siam compensent le deficit consi-
d6rable de l'Inde, de Ceylan et du Pakistan oriental
et leur absence d6terminerait une situation tres pr6-
caire. Une parties considerable des credits en dollars
de la Grande-Bretagne et de la Hollande depend du
caoutchouc, de l'etain et des autres products exports
aux Etats-Unis en provenance de la Malaisie, de Bor-
neo et de 'Indon6sie. Le bloc occidental consid6re-
rait la perte militaire du Sud-est asiatique comme
aussi important que celle du control de la M6diter-
ran6e. L'Oc6an Indien a WtA de tout temps la chasse
gard6e de la Marine britannique et la p6n6tration des
communists sur ses rivages, ne fut-ce qu'en un seul
point, changerait radicalement la carte strat6gique
de l'Orient. L'6quilibre des forces mondiales serait
presque aussi s6rieusement affect qu'il I'a Wte par
la victoire communist en Chine.
Si les communists restent exclus du Sud-est asia-


tique, ce ne sera pas faute d'occasion ni d'alli6s.
Chaque pays de cette region compete une minority
chinoise considerable et un Parti communist local,
'Sur les 160 millions d'habitants qui l'habitent il y a
bien 10 millions de Chinois. Les minorities chinoises
sent composes en general d'artisans, de membres
des professions 'lib6rales et de petits capitalistes.
Etant relativement prosp6res, ils ne constituent pas
ce que l'on considere habituellement comme un bon
materiel pour les agitateurs, mais des liens senti-
mentaux puissants les rattachent A la Chine, et, lors-
qu'ils seront convaincus que les communists front
de ce pays une Puissance mondiale, ils passeront
certainement dans leurs rangs en grand nombre.
Certains journaux de langue chinoise du Sud-est
asiatique ont deja change leur orientation. Les parties
communists locaux soutiendront naturellement les
communists chinois. Ils ne sont nulle part tr6s puis-
sants ; dans la plupart des pays ils ont perdu dans
une measure considerable l'appui populaire lorsqu'ils
organis6rent leurs soul6vements en 1948 conform6-
ment A la resolution prise par le Kominform en 1947
et a l'exemple des fauteurs de coups d'Etat indiens.
Mais, en rejaillissant sur eux, la, gloire des victoires
communists en Chine les aidera A regagner du ter-
rain.
L'agitation politique g6n6ralis6e fournit de nom-
breuses occasions aux communists chinois. I1 n'est
guere de pays qui poss6de les 616ments fondamen-
taux de la stability : un gouvernement populaire pro-
fond6ment enracin6, une administration fonction-
nant normalement, un syst6me de transports s'6ten-
dant A toute la nation, une arm6e capable. La Birma-
nie apparait la plus vulnerable. L'inefficace et impo-
pulaire gouvernement birman ne contr6le pas plus
de la moiti6 de la surface du pays et 25 % de sa
population ; il ne dispose que de 25.000 soldats. II
lui est impossible de prot6ger sa fronti6re chinoise
longue d'un miller de miles. '
En Indochine, le Gouvernement et les forces
armies d'Ho-Chi-Minh, le leader vietnamien, com-
mandent aux trois quarts du pays. Les efforts des
Frangais pour susciter des sentiments de loyalisme
A l'gard de Bao-Dal, en sa quality de souverain
h6reditaire, ont A peine entam6 l'immense masse
populaire des partisans du Gouvernement de coali-
tion d'Ho-Chi-Minh. Maintenant que le Gouverne-
ment de Ho a W6t reconnu par P6kin, sa position
sera encore plus forte.
En surface le Siam semble relativement stable. Ses







18 millions d'habitants ont suffisamment a manger et
ne s'int6ressent pas a la politique. Parmi ses 3 mil-
lions de Chinois on compete environ 3.000 commu-
nistes qui sont rests 6galement inactifs jusqu't pre-
sent. Les coups d'Etat militaires et les contre-coups
qui se sont repktes au course des trois dernieres an-
nees ont 6t6 l'expression du conflict opposant la cli-
que soutenue par l'arm6e du Mar6chal Pibul Song-
gram, actuellement au pouvoir, et, celle du leader
anti-japonais et ancien Premier Ministre, Pridi Pha-
nomuong, que soutient la marine. En d6pit d'all6ga-
tions soutenant le contraire, il n'y a pas eu de preuve
d'une intervention de l'exterieur. Les diplomats bri-
tanniques et ambricains reconnaissent cependant que
les communists chinois ont une occasion ideale de
controler le pays en aidant le socialist et A demi-
chinois Pridi contre le conservateur anti-chinois
Pibul.

Dans la jungle malaise les autorites britanniques
ont fix6 comme objectif A la pr6sente champagne 1'6ra-
dication total des gu6rillas communists chinoises,
mais elles ont peu de chance de le r6aliser. Bien que
quelques douzaines de guerilleros aient faith r6cem-
ment leur soumission A la suite d'une champagne ex-
tensive de propaganda par prospectus, ceux qui res-
tent seront inevitablement encourages a tenir par les
victoires des communists en Chine et par les pro-
messes d'aide prochaine que leur font leurs leaders.
La population de Malaisie et de Singapour compete
facilement 43 % de Chinois et la plupart d'entre eux
estiment avoir 0t6 traits en citoyens de second
zone. Les communists chinois ont rmontr6 qu'ils
comprenaient la situation malaise en nommant un


eminent Chinois de Malaisie, Ten Ka Kee, a un
poste l6ev6 dans leurs conseils a P6kin.
Les leaders indon6siens, qui ont fort A faire avec
la tAche effrhyante d'organiser une nouvelle nation
dans leur archipel si 6tendu et d6chir6 par la guerre,
jettent par dessus P1paule un regard craintif vers la
Chine communist. Les Communistes indonesiens ont
perdu un grand nombre de leurs leaders et de leurs
partisans lors de I'insurrection pr6maturbe de sep-
tembre 1948, mais ils peuvent ktre en measure de
reconstruire leur organisation en prechant un natio-
nalisme extremiste et en accusant le Gouvernement
d'une < liquidation > au profit de la Hollande et des
Etats-Unis.
La facility superficielle et la surabondance de
products de consommation qui regnent aux Philip-
pines obscurcistent fondamentalement des conditions
instables. L'Bconomie colonial de l'archipel depend
presque completement de la vente du sucre, du co-
prah et du chanvre de Manille sur le march ambri-
cain. Les ventes de coprah sont deja affect6es par
la devaluation de la monnaie en Indon6sie. Le mb-
contentement des fermiers du centre de Lugon four-
nit des partisans au leader communist, Luis Taruc,
qui maintient en activity de 5 a 10.600 guerilleros
hukbalahaps, en depit des efforts intensifs de la
police philippine." Un m6contentement g6enral se
manifesto a 1'6gard de la corruption du regime de
Quirino, de son attitude servile vis-a-vis des Etats-
Unis et de son inaptitude A attaquer un probl6me
aussi fundamental que la r6forme agraire. Une v6ri-
table depression ferait des Philippines un pays mAr
pour l'agitation social.
(o The Nation ), New-York, 4 fevrier 1950). 5.406


1. UNION FRANgAISE


A. Indoohine
Devant ce qui reprdsente 9galement une me-
nace pour leurs intfrits, les Etats-Unis se sont
S dcides d aider les Puissances coloniales d rdsis-
ter au communisme dans le Sud-est asiatique.
Tout d'abord, ils ont reconnu en Indochine le
regime que soutiennent les Frangais. Cette me-
sure n'a pas toujours 0t6 populaire aux Etats-
Unis oi certain milieux sont hostiles autant d
la presence frangaise en Indochine, et plus gdn6-
ralement d tout maintien d'un regime 'm~me
crypto-colonial on n'a pas oublid les declara-
tions de Roosevelt qu'd la presence d'un sou-
verain jugd < non ddmocratique >. A. T. Steele
dans le NEW YORK HERALD TRIBUNE expose que :
La reconnaissance inevitable de Bao-Dai fut un
acte d'opportunite politique susceptible d'atteindre
davantage le prestige americain en Orient ; elle
nous a 6t6 impose par Moscou et P6kin. C'est une
measure qui 6tait devenue. inevitable apres que les
Russes aient accord leur soutien diplomatique a
Ho-Chiri-Minh, Iadversaire r6volutionnaire de Bao-
Dai dans la lutte Indochinoise. Une fois de plus, les
bommunistes ont place la diplomatic ambricaine
dans une situation qui lui devient de plus en plus


familibre c'est-a-dire exactement derriere la hui-
tieme balle (1).
II ne sert de rien de discuter si l'initiative am6-
ricaine a 6t6 sage ou non. Elle a 6t6 prise. Si les
Etats-Unis continuaient a se d6tacher du fouillis
indochinois il en resulterait certainement ceci : lac-
c6l6ration de I'absorption 6ventuelle de 1'Indochine
dans I'orbite communist. C'6tait la une perspective
que nos dirigeants politiques ne pouvaient 6videm-
ment pas consid6rer avec siernite. La perte de oette
region-.cl aurait place l'ensemble du Sud-est asiati-
que dans un grand peril.
Mais nous nous montrerions pen sages si nous ne
prenions la totality des risques nouveaux et des res-
ponsabilites nouvelles dans lesquels nous nous em-
barquins. L'Indochine semble devoir devenir une
nouvelle Espagne principal champ de bataille de
la guerre chaude et froide en Asie. La decision de
Washington d'accorder son soutien diplomatique au
regime de Bao-Dai 6paule par les Frangais arrive -
d'une fagon embarrassante l'heure of 1'adminis-
tration Truman cherche a se laver les mains de son
6chec en Chine et essaie de redonner une haute
expression morale A 1'ensemble de notre politique en
Asie Orientale.

(1) Situation la plus dlfavorable au jeu de billiard am6ri-
Cain.







LE FAIT BRUTAL
Aucune torture de l'imagination ne peut permet-
tre de consid6rer aujourd'hui Bao-Dai comme ayant
6e choisi par le people pour diriger le Viet-Nam.
Le fait brutal c'est qu'au Viet-Nam comme en Chine
nous mettons le poids de notre diplomatic au ser-
vice d'un regime minoritaire don't la principal
vertu est d'etre anti-communiste. On espere natu-
rellement que le soutien nouvellement accord par
la Grande-Bretagne et les Etats-Unis aidera Bao-Dai
A se rallier, venue des rangs d'Ho-Chi-Minh la majo-
rit6 non-communiste du Viet-Nam. Un personnage
aussi important que Malcolm Mc Donald, Commis-
saire britannique pour 'Asie du Sud-Est, croit que
Bao-Dai a un peu plus de 50 % des chances de r6us-
sir. De nombreux autres, y compris le Premier Mi-
nistre Jawaharlal Nehru, de 'Inde, conservent leurs
doutes.
De toute facon, les chances de succes de Bao-Dai
resteront minces tant qu'il ne pourra pas d6montrer
au people du Viet-Nam que son gouvernement :
1 jouit d'une reelle ind6pendance et 2 peut main-
tenir l'ordre sans le secours de l'armee frangaise.
Comme on l'a r6p6t6 et comme il est vrai, la r6vo-
lution au Viet-Nam est plus anti-francaise que pro-
communiste. Aucun gouvernement viet-namien n'a
de chance d'6tre populaire tant qu'il depend de l'ar-
mde francaise pour se faire obbir.

TRAGEDIE
La trag6die de l'Indochine c'est que tout ce qui
est arrive aurait pu 6tre 6vit6 si les Francais
6taient arrives il y a deux ou trois ans a un com-
promis avec le nationalism vietnamien aux terms
de conditions g6n6reuses. A cette 6poque, la mino-
rit6 communist du Viet-Nam 6tait faible et chance-
lante. Aujourd'hui, bien qu'elle soit toujours une
minority, elle s'est solidement implant6e. De plus,
les r6volutionnaires ont fait des progrs. important
en puissance, en confiance, en experience et en sou-
tien populaire. Et aujourd'hui, sur le pas de leur
porte, stationnent les communists chinois, avec la
promesse d'une assistance morale et peut-6tre ma-
terielle.
Un obstacle majeur a une solution politique au
Viet-Nam a toujours &6t constitu6 par l'instabilit6
politique continue de la France elle-meme. I1 est
encore trop t6t pour dire quel effet la reconnais-
sance anglo-am6ricaine du regime de Bao-Dai aura
sur la situation en Indochine. R6cemment, des ren-
forts militaires francais ont permis d'6tendre tant
soit peu les limits des zones places sous le con-
tr6le des Francais. Le groupement de Bao-Dai pr6-
tend aussi avoir gagn6 quelques convertis bien que
leur nombre soit probablement r6duit. Il n'est pas
douteux qu'il existe d'autres Vietnamiens, compre-
nant la plupart, des deux millions des catholiques
du pays, qui pr6f6reraient demeurer en dehors de
Forbite des Rouges s'ils voyaient une autre solution
leur offrant une veritable autonomie et une r6elle
security. Ils ne sont pas encore convaincus que Bao-
Dai peut leur offrir P'une ou lautre.
L'essentiel du probl6me reside dans les efforts
faits par Bao-Dai pour cr6er une arm6e vietna-
mienne qui puisse se substituer aux forces francaises


pour la pacification et la police. I1 faudra beaucoup
de temps, si elles y arrivent jamais avant que l'ar-
m6e de Bao-Dal et que sa police puissent se su'fflre
A elles-memes. Les chances p6sent lourdement contre
lui. I1 est certain que si les Frangais se retiraient
aujourd'hui, toute la structure politique de Bao-Dai
s'effondrerait, ce serait une question d'heures ou de
jours, sous la pression des r6volutionnaires d'Ho-
Chi-Minh.
(0 New-York Herald Tribune a, Paris, 24 fevrier 1950). 5.390

Les autorites americaines se sont ensuite ddci-
ders e accenituer leur effort et a enuoyer des ar-
mes en Indochine, mais d qui ?
Le NEW YORK TIMES pose la question.
Ce pourrait etre d6sastreux si une querelle au su-
jet de la forme a donner l'aide que les Etats-Unis
doivent accorder venait retarder assistance au gou-
vernement de Bao-Dai en Indochine. II existe une
profonde divergence entire les Francais et le gouver-
nement de Bao-Dai sur la m6thode A suivre. Les
Francais insistent pour que notre assistance passe
par leur canal. Le gouvernement de Bao-Dai insisted
pour une assistance directed court circuitant les
Francais. On trouve de chaque c6t6 des arguments
tellement bons qu'il conviendrait de reconnaitre leur
valeur et de rechercher un terrain d'entente.
Les Franqais ont une position 16gale tres forte.
II a 06t admis que les relations 6trang6res du gou-
vernement de Bao-Dai seraient conduites par lin-
term6diaire des Frangais. L'aide militaire en prove-
nance des Etats-Unis fait sans aucun doute parties
des relations 6trang6res. Les Francais disposent 6ga-
lement d'un argument d'ordre pratique p6remptoire.
Ils font remarquer que le gouvernement vietnamien
de Bao-Dai ne dispose ni des militaires, ni des tech-
niciens capable de dresser une liste adequate des
besoins et qu'il ne peut pas donner Passurance que
l'assistance peut etre et sera effectivement utilis6e.
D'autre part, les Indochinois se placent sur un
terrain solide lorsqu'ils insistent sur d'autres aspects
du problkme. Bao-Dai et son gouvernement sont
constamment attaqu6s sur le fait qu'ils ne sont pas
r6ellement ind6pendants, mais de simples < marion-
nettes > des Francais. Ils d6clarent que I'aide des
Etats-Unis donn6e directement vaudrait a leur pres-
tige une impulsion don't il aurait grand besoin et
servirait a r6pondre a leurs d6tracteurs. Ils veulent
qu'on reconnaisse le fait qu'ils sont r6ellement auto-
nomes ; des secours directs des Etats-Unis consti-
tueraient un symbol de cette reconnaissance beau-
coup plus patent que n'importe quel geste diploma-
tique.
II faudrait faire la just balance de tout ce
qui pr6ecde. I1 devrait 6tre possible de cr6er un or-
ganisme conjoint franco-indochinois ayant express6-
ment pour but de tirer les avantages de assistance
am6ricaine. On pourrait exprimer clairement que
l'aide des Etats-Unis est destine a l'Indochine et
non pas aux Francais en Indochine comme tels. En
m&me temps, on pourrait 6galement expliquer clai-
rement que 1'emploi de cette assistance devrait etre
fait en coordination complete avec les forces fran-
caises et le commandement franqais. Ce qu'il faut,
c'est reconnaitre le danger et le desir conjoint et







mutuel d'y faire face. Ii he s'agit pas d'un d6bat
acad6mique sur le < colonialisme > ou sur ses diver-
ses manifestations. II s'agit d'une menace r6elle et
actuelle sur la survivance de la liberty en Indo-
chine.
(aNew-York Times ), New.York, 13 mars 190). 6.417

B. Afrique Noire
Sans qu'ils atteignent la mgme gravity, les
troubles d'Indochine ont leur pendant en Afri-
que franqaisle. La GAZETTE DE LAUSANNE les
resume.
A la fin janvier, des troubles violent ensanglan-
t6rent plusieurs localit6s de la C6te d'Ivoire. A Dim-
boko, notamment centre administratif et commer-
cial, A 150 kilometres au nord d'Abidjan, sur la ligne
de chemin de fer qui relief la c6te a l'int6rieur, une
rencontre entire la police et des manifestants du
< Rassemblement d6mocratique africain >> se sold,
par 12 morts et 38 bless6s, parmi les 6meutiers, et
22 bless6s ; don't 2 grayes, du c6te du service d'ordre.
Ces 6v6nements ne sont pas accidentels; ils font
parties d'une champagne d'agitation, qui, depuis 1946,
trouble 1'A.E.F. et 1'A.O.F., et plus particulihrement
la C6te d'Ivoire, et s'inscrit dans le d6roulement ge-
n6ral de la guerre froide. II suffit de songer l'im-
portance Bconomique et strat6gique de l'Afrique
pour comprendre l'int6r6t que Moscou peut avoir A
susciter le d6sordre dans ces regions. Mais ici,
comme ailleurs, le Kominform n'agit que par per-
sonne interpos6e et se camoufle derriere le < blement d6mocratique africain >. Le R.D.M. se pr6-
tend l'instrument de defense des noirs centre le ra-
cisme, le travail forc6 et exploitation de I'indigene
par le blanc. Pratiquement, ses repr6sentants au
Parlement francais votent toujours avec les commu-
nistes et soutiennent leurs campagnes contre le
< bloc imp6rialiste >. Pourtant le R.D.A. se defend
d'etre une filiale, du parti communist et justifie sa
position par le fait que seule l'extr6me-gauche sou-
tient son action en faveur des a freres de couleur >.
L'HumanitM, en effet, accueilli avec une extreme
complaisance dans ses colonnes les articles des diri-
geants du movement, MM. Houphouet et d'Arbous-
sier.
Ce dernier, qui siege a l'Assembl6e de PUnion
Francaise, est un ancien administrateur colonial.
Secr6taire g6n6ral du movement, il passe pour un
communist convaincu, docile executeur des consi-
gnes du parti. La personnalit6 de M. Houphouet,
president du R.D.A., est plus curieuse. Issu d'une fa-
mille de chefs indig6nes, il dirige le < Syndicat des
planteurs africains >, qui group les planteurs noirs
de caf6 et de cacao. Riche planteur, M. Houphouet
est catholique et ne dedaigne pas, A l'occasion, de
soutenir les missions. II joue un peu le r6le de pa-
ravent, utile pour masquer orientation extr6miste
di parti qu'il preside et rassurer ainsi les timor6s.
Comme moyen d'action principal, le < Rassemble-
ment d6mocratique africain > pr6conise le boycott
des products blancs imports et tente d'empecher la
population de fr6quenter les marches. Comme le.
marchands indig6nes ne se montraient guere dispp-
ses A observer ces consignes, le R.D.A., d6s 1949,
passa A 'action directed : violence contre les per-


sonnes, incendies, pillages de magasins et d'entre-
p6ts. A la suite de tels incidents, un certain nombre
de meneurs furent incarc6r6s, et c'est A l'occasion
d'une manifestation en faveur de leur mise en liberty
qu'6clat6rent les sanglantes 6meutes de Dimbokro.
A 'heure actuelle, il est encore facile A P'admi-
nistration colonial de maintenir 'ordre dans la
rue. A peine arms, les fauteurs de troubles ne peu-
vent menacer s6rieusement les forces francaises.
Quant A mettre fin a une champagne d'excitation et
de nationalism habilement orchestrbe par les com-
munistes, c'est une autre question, surtout quand la
propaganda moscovite trouve un aliment facile dans
certaines injustices criantes de I'administration eu-
rop6enne et dans la misere trop r6elle de large cou-
ches de la population noire.
(( Gazette de Lausanne ), Lausanne, 23 fevrier 1950). 5.386

C. Les lies Australes
Les difficultis politiques que rencontre la
France dans les grands territoires d'Asie on
d'Afrique ne lui font pas oublier ses petites pos-
sessions, et notamment ses miles Australes de
de l'Ocean indien.
LE JOURNAL DE GENAVE public d ce sujet un
article dlogieux.
Au moment of les expeditions Paul-Emile Victor
et Liotard prospectent le Groenland et la Terre-Ade-
lie, au delA, des glaces, il sled de souligner Pimpor-
tance immediate qu'est appel6 a prendre pour la
France le chapelet d'iles qu'elle possede dans le sud
extreme de loc6an Indien et oi, nous Pesp6rons,
front escale les navires frangais et apres eux,
l'avioni ?
Depuis plus de deux ans, l'envoi d'une mission
donnait lieu A des discussions tant dans les commis-
sions parlementaires qu'au minist6re des Finances.
M. BourgBs-Maunoury avait pris Pinitiative et
nous tenons A Pen feliciter de rAserver un budget
special pour que la France pft t affirmer et mat6-
rialiser sa souverainet6 sur les iles australes fran-
vaises >. Son depart du gouvernement avait quelque
penu cette question. Mais elle avait fini
par rebondir et deux missions organis6es par le mi-
nistore de la France d'outre-mer viennent d'arriver
l'une aux Kerguelen, Pautre A Pile Amsterdam. Tou-
tes deux se sont mises aussit6t au travail. Une sta-
tion m6teorologique fond6e dans une cite nouvelle :
Fort-aux-Frangais, a commence ses premieres obser-
vations. A Amsterdam, les vaillants m6t6orologistes
sont occup6s A d6barquer leur materiel et P'tat de
la mer les a quelque peu g6n6s jusqu'ici.
Que sont ces iles qui appartiennent A la France
depuis Louis XV, et que ron songe, pour la pre-
miere fois, A prospector s6rieusement ? Quel int6r&t
presentent-elles pour le pays ?
Saint-Paul n'est pas tres habitable, en raison de
sa formation volcanique, et la mission parall6le A
cell des Kerguelen, qui est en parties, il y a quelques
jours, s'est installed A Amsterdam, de superficie plus
grande 80 kilometres carr6s et qui est plus
s6duisante. La c6te est d6fendue par de hautes fa-
laises ; la v6g6tation assez nourrie, la terre propre
A la culture, les eaux abondantes : il y a meme des
chutes d'eau. La mer est tres poissonneuse, les crus-







taces y abondent; des sociekts frangalses y ont, dans
le temps, exploit la p6che h la langouste, ainsi qu'A
Saint-Paul. Cette mission installera probablement
dans cette ile une station m6t6o-radio.
L'archipel des Kerguelen, plus au sud, a une su-
perficie sup6rieure a celle de la Corse ; le climate y
est temp6re, elle est parfaitement habitable. Une ri-
che v6g6tation etde gras paturages ouvr'ent des pers-
pectives pour l'elevage des ovins... Les c6tes se d6-
coupent en fjords profonds ; on y trouve des mouil-
lages et certainement une surface plane propre a
l'atterrissage des avions.
Le sous-sol continent des minerals varies ; sur les
c6tes les c6taces abondent, on peut y exploiter l'hui-
!e de baleine ; les oiseaux pullulent, le guano y est
en grande quantity.
Ces iles sont merveilleusement places pour re-
cueillir des observations m6t6orologiques, ce qui ex-
plique que certaines puissances 6trangBres les ont
tant convoit6es pour y 6tablir des postes, premiers
jalons des lignes a6riennes, en attendant les travaux
d'infrastructure qui precedent immdiatement 1'ex-
ploitation des lignes elles-memes.
Nous avons trop souvent renonc6 dans le passe a
des terres que nous avions prospect6es : ainsi la ma-
gniflque' escale des Agores, que la France a laiss6


echapper et qui est devenue la plus important base
de 1'Atlantique.
Cependant on s'6tait 6mu; un project de loi, sou-
mis a la Chambre, avait pour but de donner d'abord
un regime et une vie politique A ces iles administra-
tivement abandonn6es, de les constituer officielle-
ment en group sous la.d6nomination < Terres aus-
trales et antartiques francaises >.
Ce project a 6tW repris. Une r6alisation immediate
se pr6sente par la creation d'un poste de radio et
de m6teo dans l'ile Amsterdam.
II s'agit de prendre position pour ne pas se laisser
devancer. I1 n'est que temps de mettre en valeur ces
possessions francaises don't l'importance strat6gique,
politique et 6conomique a command l'envoi de cette
mission d'implantation et d'exploitation, qui va faire
du bon travail durant les quelques mois qui nous
s6parent du passage aux Kerguelen du Commandant-
Charcot, retour de la Terre-d'Adl6ie. Ce bateau ra-
mbnera en France les vaillants missionnaires, avec
dans leur poche, esperons-le, le plan d'un terrain
d'atterrissage.
Puissent les Kerguelen, terre franchise, devenir
l'escale a6rienne entire 1'Afrique du Sud et 1'Austra-
lie. La France aura ainsi ajout6 le dernier maillon
a la chain qui ceinture le globe.
(a Journal de Geneve ), Geneve,;24 janvier 1950). 5.294


II. COmMONWEALTH BRITANNIQUE


Le concept de dominion qui s'est montrg si
riche au course des derniere, annces semble fas-
ciner les populations d'obidience briclnnique qui
vivent encore sous statut colonial; les Iles Carai-
bes d'une part, les territoires d'Afrique central
de l'autre veulent s'unir pour former des domi-
nions et confirmer ainsi que l'Empire ez. mort
et que vit le Commonwealth.

A. CanaTbes
Citons pour les premiers, un article de TRIBUNE
qui fait le point :
Les colonies des Indes occidentales ont fait un pas
de plus vers l'ind6pendance en publiant deux rap-
ports du Comit6 pour une Association plus 6troite
des Caraibes britanniques. Ce Comit6 qui repr6sente
toutes les iles des Irides occidentales et les deux
territoires continentaux de la Guin6e britannique et
du Honduras britannique, a examine le probl6me
de la reunion de toutes ces colonies en une f6d6ra-
tion qui soit suffisamment large et suffisamment forte
pour devenir prochainement candidate au statut de
'dominion. II a pr6sent6 son rapport a ce sujet, ainsi
qu'un rapport sur l'unification des services publics
aux Caraibes, relatif A la 16gislation dans toutes ces
units g6ographiques.

CONTRIBUTION TRAVAILLISTE
L'un des traits essentiels de la discussion qui s'est
produit depuis la Conference de la Bale de Montego,
en 1947, a et6 la contribution apport6e
par le Mouvement Travailliste des Indes occidenta-
les. A chaque tape, le CongrBs Travailliste des Ca-


raibes qui repr6sente presque tous les dominions, a
fait des propositions.
En 1947, avant la reunion officielle de la Conf6-
rence de la Baie de Montego, le CongrBs travailliste
a etudi6 et vote, ligne par ligne, un texte de consti-
tution f6d6rale qui a i6t mis en discussion par son
president Grantley Adams, des Barbades. Le syndicate
des fonctionnaires a propose 6galement l'uniflcation
des services publics afin que lesdits fonctionnaires
puissent avoir des espoirs de promotion en dehors
de leur petite ile ; il se trouvait par 1A tres en advance
sur les propositions officielles. Et tout au long des
discussions, les chefs travaillistes ont soutenu la po-
litique de la F6deration et ont d6nonc6 les manifes-
tations r6actionnaires p6riodiques des Bustamentes,
a la Jamaique, ou des opposants A mentality racis-
tes, en GuinBe britannique. Is ont meme port leurs
regards au delA des colonies britanniques et etudi6
la possibility de la reunion 6ventuelle d'une F6d6-
ration britannique avec les colonies francaises, ame-
ricaines et hollandaises aux Caraibes.
ASSEMBLE FEDERAL
La proposition actuelle ne va pas; on s'en doute,
aussi loin. Elle suggere la creation d'un gouverne-
ment central avec un Gouverneur g6n6ral et un Con-
seil d'Etat; mais ce ne serait pas un cabinet plei-
nement responsible ; il comprendrait trois hauts
fonctionnaires. Mais en definitive, huit membres, y
compris le Premier Ministre, seraient issues d'une
Chambre qui repr6senterait toutes les parties de la
F6d6ration. L'une des teaches les plus difficiles a 6te
de decider de combien de membres chaque colonies
disposerait au Parlement central.
I1 n'est pas facile de mettre en balance les de-
mandes de la Jamaique qui est tres avanc6e et cells







d'une petite lie comme Antigua ou d'une region
grande mais peu peupl6e et sous-d6velopp6e comme
la Guyane britannique. Le compromise auquel on est
arrive au Comit6, donne a chaque colonies except6
Montserrat), deux sieges au SBnat, mais, A la Cham-
bre Basse, la Jamaique en aura seize, les Barbades
quatre, la Trinit6 neuf, etc...
On peut largement discuter 1-dessus ; on peut
6galement discuter des pouvoirs qui seront exerc6s
respectivement par le Gouvernement central et les
Gouvernements coloniaux. On critiquera 6galement
le fait que toutes les unites qui constitueront la F6-
d6ration n'auront pas d'organe 16gislatif entiere-
ment Blu, ni de gouvernements au moment oh se'
fera la fusion. Peu imported. Ces discussions qui
se prolongent commencent a donner des r6sultats ;
il ne fait pas de doute que les forces progressistes
dans les Indes occidentales, qui ont 6te puissam-
ment renforcees, par le succbs du P.M.P. aux 6lec-
tions de la Jamaique, en decembre, permettront
d'ameliorer les propositions pr6sentes.
Ce probl6me de la F6d6ration n'est que l'un des
problhmes des Indes occidentales. Si l'on peut arri-
ver a l'unit6 politique, il sera plus facile de mener
a bien le d6veloppement 6conomique don't on a tant
besoin ; si l'on peut arriver A unifier l'adnrinistra-
tion, on la renforcera consid6rablement ; car on
ouvrira des carrieres d'avenir a des hommes com-
p6tents don't les services aux Caraibes pourront 6tre
utiles. Il y a deja une nouvelle university a la Ja-
maique qui appelle tous les bons 616ments des colo-
nies et constitute les foundations d'une nouvelle culture
des Indes occidentales. Tout le monde espere qu'on
pourra realiser les modalit6s d'une structure politi-
que unifi6e aussi rapidement que possible, car il y
a de la vie, mais aussi de la pauvret6 aux Caraibes,
car aussi un nouveau dominion pourra apporter une
contribution int6ressante au monde.
(s Tribune 1), Londres, 17 mars 1950). 5.430

B. Afrique Orientale

Citons, ensuite, pour I'Afrique, cet article de
Cyril Ray dans THE SPECTATOR.
Les six colonies et protectorats de l'Afrique bri-
tannique orientale et central teint6s en rouge sur
la carte s'elendent depuis les sources du Nil Blanc
jusqu'aux rives du Limpopo. Ils constituent un
Sgroupe ininterroqipu le Kenya, I'Ouganda et le
Tanganyika ; le Nyassaland et les Rhod6sies de-
puis I'Equateur jusqu'aux tropiques du Capricorne
et les visionnaires les voient f6d6res peut-6tre avec
I'Afrique portugaise orientale .et occidentale, ains'i
que le Congo beige, pour former une vaste < Afrique
diu Capricorne >, capable d'absorber les exc6dents
de population de PEurope, capable de faire vivre
une population blanche de 150 millions d'Ames, et
une population noire aussi important, capable
d'6tayer les d6mnocraties occidentales contre une
pouss6e communist vers le Sud-est, venant de la
propaganda moscovite trouve un aliment facile dans
Caspienne, oi vers le Sud, venant de la Chine.
Tel est le r6ve, tel que vous pouvez Pentendre des
colons a Nairobi ou le lire dans des pamphlets et
des articles de revues a Salisbury. Cependant, jus-
qu'A maintenant, le r6ve est si loin de devenir une


reality, que pour accomplir le lent mais simple
voyage entire ces deux capitals britanniques, du
Kenya a la RhodBsie du Sud, en traversant des ter-
ritoires britanniques tout au lqng du parcours, le
voyageur britannique doit remplir une declaration
de fonds et se soumettre A deux visits de la douane.
II ne doit pas prendre plus de 5 livres d'un terri-
toire quelconque est-africain pour entrer en Rhod6-
sie du Nord oi de toute fagon, il doit changer
les fonds qu'il possede en une monnaie diff6rente --
et il est sujet a payer des droits de douanes sur
ce qu'il apporte de RhodBsie du Nord en Rhod6-
sie du Sud don't les cigarettes produites sur place
content la moiti6 de leur prix lorsqu'elles ont 6tc
export6es dans le territoire britannique voisin, au
nord.
Les trois territoires de I'Est-africain le Kenya,
lOuganda et le Tanganyika ; une colonies, un protec-
torat et un territoire sous mandate jouissent de la
mime monnaie et de quelques measures de coordina-
tion des services communs grace a la Haute Com-
mission de 1'Est-af'icain. Pour ce qui est des Rho-
d6sies et du Nyassaland, une colonies autonome et
deux protectorats, ayant aussi une monnaie com-
mune, le Conseil Central Africain pr6voit des servi-
ces communs relativement insignifiants, tels qu'in
Office m6t6orologique, un bureau de statistiques, un
archiviste et un service de films documentaireg. Et
cependant, c'est ici dans les territoires du Centre
africain qu'on a insist avec le plus de force pour
une F6d6ration ou un amalgame, et il parait peu
douteux que si un Dominion du Capricorne doit ja-
mais voir le jour, il prendra naissance dans un
centre rhod6sien.
Mais il est 6galement clair maintenant que les pro-
gr6s vers une F6d6ration, ne serait-ce que des deux
Rhod6sies, marquent un reeul. Douze ans se sont
passes depuis que la Commission Bledisloe a ex-
prime l'opinion que I'amalgame 6ventuel des trois
territoires Centre-africain 6tait non seulement desi-
rable, mais inevitable. Douze mois se sont seulement
passes depuis que les d61egu6s des trois territoires
ont accept, a l'unanimit6, une Constitution f6d6rale
a la Conference de'Victoria Falls, et ont cr66 des
Comit6s charges de la r6diger. Mais ces Comites
ayant eu a faire face a des probl6mes constitution-
nels auxquels ils ne pouvaient r6pondre, ont depose
leurs outils et sont tombs dans 'oubli, et Sir God-
frey Huggins, Premier Ministre de la Rhod6sie du
Sud, a d6clar6 que la F6d6ration 6tait arrive a an
point mort.
Les principaux motifs de l'impasse. actuelle sont
les differences de constitution entire les territoires,
les differences de structure sociales et 6conomiques,
le, differences entire les politiques indigenes. La
Rhod6sie du Sud est un < pays de blancs> un
pays dans lequel les petits-enfants des premiers co-
lons, second g6n6ration de Rhod6siens-n6s, sont
eux-mmnies adults et sont plus profond6ment enra-
cin6s dans le pays que les plants de tabac qui leur
procurent leurs foyers luxueux et leurs grosses au-
tomobiles. Ils sont jaloux de leur quart de sibele
d'autonomie, plus prompted A s'offusquer des inter-
ferences de Whitehall et a les r6pudier, que ne le
sont les habitants blanes de la Rhod6sie du Nord,







qui ne sont que 30.000, a c6te des 128.000 de la
Rhod6sie du Sud et qui pour la moiti6 d'entre eux
sent des fonctionnaires du Colonial Office ou des
mineurs de la Ceinture de cuivre, nombreux d'entre
eux 6tant nis en Grande-Bretagne ou en Afrique du
Sud, et se promettant d'y retourner pour mourir.
A Pinverse de la RhodBsie du Sud, autonomQ, la
Rhod6sie du Nord et le minuscule Nyassaland sous-
Bvolue, avec leurs infimes populations blanches, sont
des protectorats et leurs populations indigenes sont
consid6rees par le Colonial Office comme ses pupil-
les, don't il convient d'entendre la voix avant de
pouvoir approuver la Federation et qui doivent etre
repr6sent6s dans tout gouvernem'ent central qui
pourrait etre former. Ce qu'il y a d'6trange, mais de
r6vElateur, c'est que tandis que les opinions expri-
mees par les. Africains des deux territoires du Nord
rev6lent une peur de la politique indigene 'de la
Rhod6sie du Sud peur qu'une discrimination ra-
ciale et une repression s'6tendent vers le nord de-
puis l'union de l'Afrique du Sud et deviennent pr6-
dominantes dans toute Federation oi la Rhod6sie
du Sud serait le partenaire principal celles des
propres Africains de la Rhod6sie du Sud sont que
leur plus haut niveau de vie doit etre sauvegard6 et
que, selon les mots d'un d6l6gu6 au recent Congr6s
des indigenes africains, a Salisbury, << ils ne veulent
pas pidtiner pendant 30 ou 40 ans, alors que les
Africains de la Rhod6sie du Nord et du Nyassaland
essaieront de les rattraper >. Bien qu'il existe dans
les droits au self-government de la Rhod6sie du Sud
quelques limitations en ce qui concern les affaires.
indigenes, la colonies pursuit une politique indigene
qui est nettement aussi diff6rente de la politique de
trusteeship du Colonial Office, dans les propectorats
qu'elle serait diff6rente, aux dires des Rhod6siens
du Sud de la' < barriere de couleur horizontal > de
l'Union.
D6finie par la Commission de Lord Bledisloe, de
1938, comme une politique *de < d6veloppement pa-
rall6le >, on la d6crit maintenant comme une poli-
tique de < barri6re de couleur verticale> ou de
< pyramids jumeldes ,. En bref, la theories est que,
tandis qu'en Afrique du Sud, 1'Africain ne peut ja-
mais s'elever au-dessus de la condition de l'esclave
de l'homme blanc, en Rhodesie du Sud, il peut at-
teindre le sommet de l'arbre, d'un arbre aussi haut
que celui de P'homme blanc mais un arbre s6par6.
C'est la politique de 1'Apartheid, mais de 1'Apartheid
appliquee d'une maniere plus logique et sans nul
doute plus humaine q'ue celle du Dr Malan. C'est une
politique qui n'a pas 6te jusqu'A maintenant aussi
clairement d6finie qu'elle est clairement comprise,
mais qui doit 6tre expose d'une maniere precise
dans une brochure qu'on attend de Salisbury, au
course du mois prochain, avec une introduction de
commentaires de Sir Godfrey Huggins. Les Africains
des protectorats du Nord, c'est d6ja evident, la con-
sidereront simplement comme une forme plus police
du racism du Dr Malan et, elle pourrait confirmer,
leur opinion que ce qui a recemment tu6 toute id6e
d'une Federation de la Rhod6sie du Sud avec le Sud
plut6t qu'avec le Nord et il fut un temps ot elle
aarait pu devenir une province de l'Union ce
n'est pas tant la haine largement r6pandue de 'at-


titude de 1'Afrique du Sud envers les Africains, que
le fait que 1'Afrique du Sud est bilingue et qu'elle
est susceptible de devenir une R6publique.
(a The Spectator n, Londres, 17 mars 1950). 5.431
C. Afrique du Sud
< L'affaire Seretsd > Seretse Khama est le
chef design des Bamangwatos dans le protec-
torat du Bechuanaland vient agalement de
jeter le trouble dans les milieux coloniaux.
Voici come, TRIBUNE en resume le ddbut.
Lorsque S6erts6 Khama, dipl6m6 de l'Universit6
d'Oxford, d6cida d'6pouser une dactylo londonienne
qu'il aimait, il omit de consulter le < Kgotla > (le
Conseil Tribal des chefs) qui a, seul, le pouvoir de
sanctionner un marriage royal.
Son oncle, le Regent Tsj6kedi un chef haut en
couleur et plein de dynamisme contrecarra im-
m6diatement ce marriage, A la fois a cause de l'oubli
par S6rets6 de consulter le Kgotla et parce qu'il pen-
sait qu'une femme blanche ne pouvait pas remplir
les functions de la femme du chef.
Le Kgotla fatigue des agissements de Tsjekedi,
et pouss6 par le petit-fils du Grand Khama par-
donna A S6rets6 et r6affirma son appui pour lui et
sa femme. Mais la tribu avait 6t6 boulevers6e par la
dispute.
Le ministry des relations du Commonwealth d6-
cida de nommer une commission judiciaire pour en-
qu&te sur la dispute. Mais avant que Mr Justice
Harrigan ait achev6 son enqukte, les choses commen-
cerent A se giter.
MALAN ENTIRE DANS LA DANSE
Le Dr Malan, Premier Ministre d'Afrique du Sud
profit alors de l'occasion pour renouveler la de-
mande traditionnelle de 1'Union : la demand d'in-
corporation des trois protectorats britanniques -
Swaziland, Basutoland, Bechuanaland. En mIme
temps soutenu par les sentiments outrages des
EuropBens d'Afrique du Sud, il adressa une pro-
testation officielle aupr6s du Whitehall centre la re-
connaissance de ce marriage e mixte>>. La perspec-
tive d'un chef < bitard > (un batard, tel ne peut
qu'6tre par definition le r6sultat d'un marriage noir-
blanc, dirigeant un -pays aux fronti6res de l'Union,
au course des ann6es a venir le remplissait d'un just
courroux.
Au Parlement de Rhod6sie egalement, le vieux et
gentil Premier Ministre de RhodBsie du Sud, Sir
Godfrey Huggins, eleva la voix centre ce marriage
qui, dit-il, 6tait << repugnant pour tous les Europ6ens
en Afrique >.
Le r6sultat fut que, le temps que Mr Justice Harri-
gan remplit son rapport, il y a deux mois, le d6bat
6tait devenu infiniment plus large qu'il ne s'y 6tait
attend A P'epoque oi il l'avait 6tudi6. Au lieu de
publier les conclusions de Harrigan, le ministry des
Relations du Commonwealth demand 1'6tude com-
plete des faits.
Le problnme en son entier fut alors pr6sent6 de-
vant le cabinet par Mr Noil-Baker.
(( Tribune a, de Londres, 17 fevrier 1950). 6.365
A







Nous empruntons au NEW YORK TIMES un re-
sume de la suite de l'affaire :
Mr Khama fut convoqu6e Londres pour conf6rer.
Sa femme qui attend un enfant pour juillet demeura
au milieu du people de son maria. Le chef virtuel
recut un traitement glacial dans les bureaux du Se-
cr6taire d'Etat pour les relations du Commohwealth.
On lui d6clara qu'ils devraient, lui et sa femme,
quitter le Bechuanaland pour une p6riode de cinq
ans. En compensation, le Gouvernement britannique
leur allouerait une some de 1.100 livres sterling
par an.
Cette decision du Gouvernement travailliste son-
leva une temp&te A la Chambre des Communes.
Winstop Churchill la qualifia de << transaction exe-
crable >. Des deux c6t6s de 1'Assemblee on adressa
des questions au Gouvernement. Patrick Gordon-
Walker, Secr6taire d'Etat aux relations du Common-
wealth (1) nia que la decision ait quoi que ce soit
A faire avec la << color bar >. Ces r6ponses aux ques-
tions furent 6vasives et laisserent 1'impression A
1'Assembl6e que des raisons qui n'avaitnt pas 6t6
donn6es commandaient l'attitude du Gouvernement;
vis-A-vis de Mr Khama.
(e New-York Times ), New-York, 16 mars 1950).
Devant le nombre et la violence des protestations,
et pregnant en consideration la grossesse de
Mme Khama, le Gouvernement autorisa Srgts6 ai
rentrer au Bechuanaland mais non dans sa tribu
- et a y demeurer avec sa femme jusqu'd I'6poque
de l'accouchement.
Le 22 mars 1950, enfin, le Gouvernement publia
un Libre blanc oh il expliqua ses raisons d'agir,
mais fit allusion & un rapport secret de sorte que la
press ne s'estima pas satisfaite de cette explication
et que le probldme lui parait demeurer entier.
D. Union Sud-Africaine
Mais dans l'orchestre du Commonwealth, il est
des instruments qui font des couacs. La politi-
que racial et meme racist de l'Union Sud-
africaine est plus particulibrement mal vue, non
seulement de Londres, mais des dominions < de
couleur >>.
LE JOURNAL DE GENAVE, sous la plume de
Pierre A. Dentan, analyse cette politique :
Les nouvelles measures l6gislatives pr6sent6es par
le gouvernement sud-africain au Parlement don't
la session s'est ouverte le 20 4anvier et les contr6-
les toujours plus s6v6res d'une police momentan&-
ment d6vou6e aux nationalists, provoquent dans la
population un ressentiment croissant : le debut de
l'ann6e a R6t marqu6 deja par des incidents qui re-
fl6tent suffisamment 1'6tat d'exasp6ration auquiel
sont arrives les gens de couleur. A Johannesbourg,
et dans certain villages des environs, des 6meutes
ont 6clat6, au course desquelles la foule, devenue
soudainement furieuse, a saccag6 ou incendi6 des
boutiques, bris6 des r6verbbres et jet6 des pav6s
centre les automobiles et la gare.
(1) M. Patrick Gordon-Walker succeda, aprfs les elections,
a M. W. Philip Noil-Baker.


RELATIONS C CRIMINELLES >

Si l'on examine certain projects du gouvernement
du Dr Malan, on comprend sans peine cette hosti-
lit6. Nous avions signal&, A la fin de I'ann6e der-
nitre, quelques-unes des measures envisages pour
renforcer cette < coloured bar > A l'abri de la-
quelle les ultra-blancs se proposent d'entretenir la
toute-puret6 de leur race. On apprend maintenant
que parmi les projects de loi soumis a attention des
parlenentaires actuellement r6unis au Cap, il s'en
trouve un destiny A renforcer la loi sur l'immoralit6 :
il s'agit de declarer immorales et criminelles les re-
lations sexuelles entire Europ6ens et personnel de
couleur et de punir meme les rapports entire Indiens
et Noirs.

LA SEPARATION DES RACES
Mais comment 6tablira-t-on la nette separation
des races ? Un autre project de loi propose la cr6a-
tion d'un Registre national don't l'objet serait
d',tablir des cartes d'identit6 avec indication de la
race de leur titulaire. Quatre categories sont pr6-
vues : les EuropBens, les Africains (noirs), les In-
diens et les m6tis. Cette carte d'identit6 qui n'est
pas sans rappeler 1'6toile jaune impose aux Juifs
par les nazis accompagnerait chaque personnel
de sa naissance A sa mort et devrait 6tre produite
en diff6rentes circonstances de la vie priv6e (ma-
riage, etc...) ou publique candidaturess A des postes
officials, etc...). Il ne serait des lors plus possible A
un jeune homme don't 'un des parents est color,
de sortir de sa condition racial, m8me si sa peau
est blanche et son education < europ6enne >.
En outre, l'existence d'un Registre national facili-
terait la preparation de scrutins spares, les voix
6tant < pond6eres > diff6remment suivant la race
de 1'l6ecteur. Sans qu'on puisse l'affirmer, il n'est
pas impossible que cet aspect de la question re-
tienne attention des nationalists et de leurs amis.
Ce project de loi, s'il est accept, aurait entire
autres effects de d6masquer un nombre de families
assez 6lev6 qui passent aujourd'hui pour blanches et,
comme telles, resident dans les quarters europ6ens.
Leurs membres devraient aller chercher fortune ail-
leurs et tous contacts sociaux avec les < blancs
purs > leur seraient interdits du jour au lendemain.
On concoit que cette proposition ait suscit6 de
violentes reactions. Une organisation bantoue me-
nace de publier une liste d'hommes influents et hauts
places don't la blancheur est contestable. Une autre
organisation a lanc6. un appel aux ouvriers pour
qu'ils cr6ent des syndicats de lutte et a demand
A l'Eglise n6erlandaise r6form6e d'intervenir aupr6s
du gouvernement pour qu'il renonce A poursuivre
les communautes religieuses r6fractaires A sa politi-
que de discrimination racial.

OU LE MARACHAL SMUTS PERD UNE BATAILLE
Le Parlement sud-africain ent6rinera-t-il les pro-
jets de loi qui lui sont soumis ? Voila ce qu'il est
encore impossible de dire. II y a certain signes de






dissension au sein de la -coalition gouvernementale,
mais ils ne permettent pas de conclure a un proche
effondrement. L'ouverture de la session a 6tB mar-
quee par une tres violence attaque du chef de Pop-
position, le mar6chal Smuts. Celui-ci a pr6sente une
motion de defiance A l'6gard du gouvernement, d6-
clarant sans ambages qu'il se revelait << incapable
d'ex6cuter ses promesses Blectorales > et que < sa
politique conduisait le pays a la ruine >, pour
conclude que < le plus t6t il disparaitra sera le
mieux >> Les principaux griefs du mar6chal Smuts
centre M. Malan se r6sument en deux phrases : il a
honteusement exploit les passions raciales et il a
Porte prejudice A la reputation de PUnion outre-
ner.
Mais apres un d6bat anime, au course duquel
M. Donges, ministry de l'Int6rieur, n'h6sita pas A
declare que << la grande part du malaise qui regne
actuellement est df aux discourse irresponsables faits
par le chef de l'opposition dans tout le pays > et
a qu'il n'y avait pas de plus grand fauteur de trou-
ble que le mar6chal Smuts >, la motion de defiance
fut finalement rejet6e par 78 voix contre 71. Avant
ce vote qui fut suivi d'un vote de confiance au
gouvernement, avec la m6me majority M. Ha-
venga, ministry des Finances et chef du parti afri-
kander tint a preciser qu'il n'y avait pas de r6elle
opposition de principle entire le parti nationalist et
le sien sur la question d' << apartheid > (en clair :
de discrimination raciale.
Cette declaration oppose un d6menti a ceux qui
pensaient que M. Havenga pourrait quitter la Cham-
bre avec ses partisans si le gouvernement persistait
dans son intention de restreindre le droit de vote
des gens de couleur. Il reste naturellement A savoir
si cette attitude est vraiment sincere ou purement
diplomatique. Et la chose est'd'importance, car sans
cet appuj le Dr Malan ne saurait survive.

UNE MAJORITl PRtCAIRE
Face A la coalition gouvernementale, le parti du
mar6chal Smuts a de la peine A adopter une politi-
que ferme qui lui permette de renverser A coup sir
la majority en attirant a lui les h6sitants. Sur la
question racial il. continue A osciller entire deux
tendances, lune nettement lib6rale et l'autre qui ne
fait que refltter, de fagon att6nuee, les vues natio-
nalistes.
N6anmoins, certain partisans du mar6chal sont
optimistes. Is rel6vent que quoique le gouvernement
ne soit au pouvoir que depuis dix-huit mois, sur les
cinq ans du mandate, il pourrait fort bien tr6bucher
avant qu'il soit longtemps. Sa majority de quatre ou
cinq voix, obtenue par I'alliance des nationalists
(70 membres) et des -Afrikanders (9 membres) n'est
6videmment pas de celles qui permettent A un mi-
nistere de dormir sur ses deux oreilles I

LES JOUEURS ET LES AUTRES
On ne saurait oublier enfin que derriere ce jeu
d'Achecs parlementaire of toutes les pieces sont blan-
ches, il y a tout un vaste people de bourgeois plus,
on moins colors, d'Indiens et de travailleurs noirs
qui n'a pour ainsi dire pas voix au chapitre. I1 y a
mmme comble d'horreur I une classes d'indi-


genes 6volu6s, sur lemodele europ6en et don't M. E.-
G. Jansen, ministry des Affaires indigenes, a pu dire
rAcemment < qu'on ne peut l'assimiler A la popula-
tion europ6enne >. Ces gens, a ajout6 le ministry,
avec indignation, < deviennent m6contents et r6cla-
ment des droits que les Europ6ens ne sont pas pr&ts
a leur accorder, ce qui les rend mal disposes envers
eux >.
Cette classes est 6videmment fort g&nante dans cette
Union sud-africaine chant6e par M. Jansen comme
6tant < le seul pays au monde ofi une petite com-
munaut6 blanche dominatrice a suivi une ligne de
conduite precise visant A maintenir la puret6 de la
race au milieu d'un nombre 6crasant d'habitants de
couleur >. Peut-6tre finira-t-il cependant par com-
prendre, avec ses colleagues, que les temps ont change
et qu'on ne pourra pas ind6finiment prot6ger la tres
contestable sup6riorit6 blanche A coups de lois in-
justes ou... de mitrailleuses. Et que le enforcement
de la z coloured bar > n'est plus une politique...
(( Journal de Genbve ), Genbve, 24 f6vrier 1950). 5.389
E. Inde
Enfin, dans le < sous-continent Y indien, les
petites enclaves frangaises et portugaises refu,
sent de-se laisser phagocyter par le nouveau do-
minion et demeurent en dehors du grand orga-
nisme indien.
Le correspqndant special du DAILY TELEGRAPH,
Douglas Brown, comment ainsi la situation :
Ce que M. Nehru a appeal < les pustules 6trang&-
res sur la carte de l'Inde ,, c'est-A-dire les terri-
toires frangais, portugais de 1Inde. se r6velent plus
difficiles A Bliminer que Pon ne s'6tait imagine ici,
il y a deux ans et demi, dans le premier l6an de
l'ind6pendance.
Les trois gouvernements int6ress6s, de Delhi, Pa-
ris et Lisbonne, ont des points de vue.tout A fait
diff6rents sur la position morale de ces possessions
6traneBres de la nDninsule indienne, qui ne sont pas
d6pourvues d'intirft.
Les Indiens consid6rent ces territoires comme es-
kentiellement indiens et pensent nue leur transfer
sous la souverainet6 indienne suit logiquement le
depart des Analais. Les accords prdvovant les p16-
biscites, les traits ou les actes constitutionnels don't
]e but est d'effectuer ce transfer sont consid6r6s par
Delhi comme de simples measures formelles qui enre-
gistrent le fait patent que Pondich6ry. Goa et les
autres territoires dependent fondamentalement de la
m6tropole indienne.
C'est l'opinion que reconnut M. Nehru en aofit
dernier, lorsqu'il d6clara d'un air doucereux que, si
le referendum qui devait avoir lieu dans l'Inde fran-
caise se prononcait centre la fusion avec I'Union
indienne, c il faudrait trouver quelque autre solu-
tion au problem >.

RECOURS UNIQUE AU PLEBISCITE
Les Francais ont adopt un point de vue moyen.
Ils ne sont pas irr6m6diablement opposes A la ces-
sion de leurs possessions A l'Inde, mais ils declarent
que la Constitution de- la Quatri6me Republique
exige que cela soit fait avec le consentement ex-






press de la population int6ress6e. Pondich6ry, sou-
tiennent-ils, ne fait pas parties, par nature, de l'Union
indienne, mais peut le devenir, conform6ment A la
loi francaise, c'est-A-dire par plebiscite et trait sub-
sequent.
De plus, le plebiscite doit 6tre une affaire essen-
tiellement francaise. S'il rev6t quelques marques
d'arrangement international ou franco-indien, ce ne
peut etre, du point de vue francais que par suite
d'une concession gracieuse.
Les Portugais sont encore plus opposes au pl6-
biscite que l'Inde mais' la raison en est qu'ils
estiment que 1'Inde portugaise fait parties l6galement
et moralement du Portugal. Ils craignent que l'Inde
ne tente un de ces jours de s'en emparer, comme
elle fit pour Hyderabad et Junagadah, et ils ne se
font pas d'illusion sur la resistance qu'ils pourront
offrir aux forces sup6rieures locales. Mais ils ne n6-
gocieront jamais le transfer d'une quelconque par-
tie du patrimoine portugais.

VICTOIRE POSSIBLE DU PORTUGAL
Le Dr Salazar, Premier Ministre portugais, a r6-
fut6 la th6orie de la < m6tropole indienne > en se
r6f6rant simplement a l'accord du part du Congr6s
pour la formation du Pakistan ; si 1'Inde absorb
les possessions portugaises, cela devra 6tre par un
acte d'agression op6r6 A decouvert.
De nonibreux observateurs pensent que s'il y avait
un plebiscite dans l'Inde portugaise, le Portugal y
triompherait. Les habitants de Goa sont chr6tiens et
different des autres communaut6s indiennes en ce
qu'ils 'ont adopt avec le catholicisme un mode de
vie presque enti6rement occidental. Bien qu'il n'y
ait qu'une faible quantity de sang portugais dans
leurs veines, l'atmosph6re global de 1'Inde portu-
gaise est eurasienne. Sur le plan politique, il n'y a
certes plus de m6contentement a 1'6gard des m6-
thodes du colonialism portugais, mais les diver-
gences sociales opposes A la domination hindoue
seraient beaucoup plus fortes.
A tout prendre, P'hritage d'Albuquerque avec
son rivage longuement d6ploy6, ses excellent ports
et son agriculture relativement r6ussie, son unit
spirituelle et l'ombre de l'ancienne alliance anglo-
portugaise constitute < une noix difficile A bri-
ser ,.
II n'est pas 6tonnant que le gouvernement indien
ait concentr6 son action, pour commencer, sur les
<< 6tablissements > francais. Dans ceux-ci, les habi-
tants sont g6n6ralement A peine distincts des Tamils
et des Bengalis, qui les entourent, et les -raisons mo-
rales de leur absorption par l'Inde sont en cons6-
quence beaucoup plus forte.
En juin de l'ann6e derni6re, le gouvernement
frangais accept le principle que les populations des
possessions francaises de l'Inde choisissent elles-
mmmes leur destin. Les dispositions n6cessaires pour
la r6alisation de cette measure ont cependant 6t6 tr6s
lentes. Un seul plebiscite a eu lieu jusqu'A present,
A Chandernagor, minuscule faubourg de Calcutta.
Mais bien que le vote fut d'une facon accablante fa-
vorable A 'union avec 1'Inde, six mois plus tard le
transfer n'avait pas encore et6 effectu6, sous diffe-
rents pr6textes.
Les pl6biscites dans le rest des territoires fran-


gais devaient avoir lieu ce mois, mAis ils ont kgale-
ment Wte retards, pour la raison cette fois que les
listes Blectorales devaient 6tre mises a jour.
Les Indiens commencent A douter de la bonne foi
des Francais. En principle, Delhi considbre les pl6-
biscites comme superflus, mais s'il doit y en avoir,
le gouvernement indien aimerait participer a leur
contr6le. A Chandernagor, les Frangais, sans consul-
ter le gouvernement indien, s'arrang6rent pour avoir
deux observateurs de la Cour Internationale de La
Haye, charges d'6tablir un rapport sur la loyaut6
de la procedure.
Les n6gociations progressent sur le processus a
adopter pour les plebiscites qui restent A faire, et
il apparait que les Frangais ne veulent pas coop6-
rer. L'une des propositions francaises est que le pl6-
biscite ne devrait pas permettre de changement au
statut des territoires, A moins d'un pourcentage de
60 %. Du point de vue indien, une tell measure,
outre qu'elle est ind6fendable d'un point de vue de
logique politique, donnerait A la police francaise une
possibility d'influencer le r6sultat en d6courageant
les 6lecteurs de venir aux urnes.
Chandernagor n'avait qu'une importance 6conomi-
que faible pour la France et les Frangais n'y prirent
jamais le referendum au s6rieux. C'est autre chose
pour Pondich6ry, Mah6 et le rested, qui repr6sentent
une some considerable d'int6r6ts francais investis.

SANCTIONS ACONOMIQUES
M. Nehru a promise que dans le cas oil elles se
joindraient A.l'Union indienne, ces zones ne seraient
pas imm6diatement fondues dans les provinces en-
vironnantes, et que les membres de administration
auraient leur m6tier et leur salaire confirms. II ac-
cueille da collectivit6 franco-indienne avec ses
qualit6s qui lui conferent un int6r6t particulier sur
le plan de la culture national.
Cependant, cela p'influence pas les hommep d'af-
faires francais de Pondich6ry don't les avantages
commerciaux sp6ciaux disparaitraient sous le regime
indien.
Le d6roulement des n6gociations en course est d6ej
long et compliqu6. II a 6t6 marqu6 de la part des
Indiens par des measures de sanctions 6conomiques :
en avril dernier, les territoires frangais furent d6-
clar6s territoires strangers en ce qui concern les
douanes et furent temporairement priv6s des appro-
visionnements essentiels. Des incidents de fronti6re
malheureux ont 6galement eu lieu.
On verra qu'il faudra avoir recours A un grand
deploiement de resources diplomatiques et de pres-
sions 6conomiques pour 61iminer finalement les
< pustules francaises >. De mAme que les pustules'
portugaises, qui ne sont en r6alit6 pas.plus grande
que des anthraxs ; elles ne cdderont qu'au bistouri
du chirurgien.
((('Daily Telegraph a, Londres, 30 ddoembre 1949). 5.235

F. Cachemire

Entre les deux plus jeunes dominions s'est
trouvge jetde une pomme de discorde : le Ca-
chemire.
Un editorial du MANCHESTER GUARDIAN rap-






pelle les principdux dedments du conflict et ses
possibilities de solution.

Le Conseil de SBcuritB s'est, A nouveau, occupy
du conflict du Cachemire. Aprbs avoir enteadu la d6-
claration du reprbsentant indien et la tr~s longue
declaration du repr6sentant du Pakistan, il fit une
pause pour dig6rer leurs arguments ; il reprendra a.
la fin de cette semaine ses efforts pour rapprocher
les deux points de vue, Ce qui est ressorti du recent
debat et que 'Inde, avant de consentir A un ple6-
biscite au Cachemire, desire amender certain d6-
tails de I'accord qu'elle a conclu en juin 1949, au
sujet de la procedure du plebiscite, De plus, en ce
qui concern administration des regions du nord,
pour lesquelles I'Inde avait reserve sa position, lors
de 'accord precedent, I'Iade propose un arrange-
ment dent 11 est & peu pres certain qu'il ne pourra
Etre accepted par le Cachemire. M. Nehru est instruit
du fait que ses deraieres declarations ont choqu&
l'opinion 6trang6re ; et vraisemblablement il ne s'en
soucie point. Le fait- que dans cette querelle un
home aussi 6clair6 que M. Nehru se laisse entrai-
ner pat des passions puissantes sur la voie de la
deraison montre combien la querelle est devenue
dangereuse. Elle peut m6me devenir plus critique,
s'il y avait de nouveaux dechainements de passions
du c6f6 des Musulmans, Quelques Punjabis ressen-
tent aujourd'hui ce que les Pathans ont ressenti il
y a trois ans. Dans certain cas, l'esprit critique des
observateurs ne peut rien faire de bon. Ils doivent
r6aliser qu'ils out affaire a un jeu de forces tradi-
tionnelles et non a. une dispute juridique. La seule
attitude utile qu'ils puissent prendre est d'essayer
de creuser de nouveaux canaux obi les 6v6nements
pourraient flotter,

Ce qui a laiss6 le plus d'espoir au course de la
recent discussion au Conseil de S6curit6, est le fait
que le repr6sentant de l'Inde a r6affirme la volont6
de l'Inde de decider en principle du future du Cache-
mire par plebiscite. Sir B. N. Rau s'est reported A
1'6poque de 'accession du Cachemire A l'Inde.
< L'Inde, d6clara-t-il, s'est impose l'obligation que,
6tant donn6 que 'accession eut lieu A une 6poque
de graves d6sordres, la question soit r6gl6e en se
ref6rant -au people aussit6t que la loi et 'ordre
auraient 6t6 restaures, et que le sol du Cachemire


aurait WtB lib6r4dde 'envahisscur. Cette obligation a
et6 enti6rement impose par nous-memes sur nous-
mines. C'est un fait que les critiques oublient sans
cesse : si I'Inde ne desire pas un plebiscite, rien ne'
pourrait faire qu'elle s'y estime liCe. La promesse
sujette A ces conditions demeure poUrtant. C'est 14
une declaration blen venue. Elle met fin a la suspi-
cion suivant laquelle l'Inde essaierait d'Bviter un pl6-
biscite et elle rapproche le conflict de la question des
conditions suivant lesquelles le plebiscite devrait 6tre
organism. II est net que, pour l'Inde, Parrangement
ideal serait le retrait des troupes du Pakistan de tout
le Cachemire, la dispersion et le d6sarmement des
forces d'Azad Kashmir. Le plebiscite serait ensulte
organism par le Gouvernement de 1'Etat .du Cache-
mire aid6 par une petite garnison indienne r6duite
et sous le contr6le tris g6enral des Nations Unies.
Mais si I'Inde desire sincrrement un pl6biscite, il est
inutile de proposer cela. Malheureusement, ni le peu-
ple d'Azad Kashmir, ni le Pakistan n'auront con-
fiance en un plebiscite men6 de cette fagon. Uls sont
convaincus qu'il serait truque et que le Gouverne-
ment de 1'Etat et PArmBe indienne feratent usage de
pression. Un bon plebiscite n'est pas possible lA oir
il y a des forces militaires int6ress6es au resultat.
Le seul plan qui offre quelques promesses est eelui
qui assurerait la d6militarisation maxima des deux
citBs dans la ligne de cessez-le-feu. Au lieu que les
forces diverse du Cachemire soient retirees, ou dis-
loqubes par tapes successives, elles devraient etre
retires ou disperses tout a la fois. Les forces der
l'Azad Kashmir, les forces de 1'Etat du Cachemire
et la Milice devraient toutes etre places sur un pied
de paix. L'administrateur du plebiscite 1'Amiral
Nimitz ou quelque substitute acceptable devrait
se rendre au Cachemire aussit6t que possible. II
devrait bien entendu avoir les pouvoirs effectifs de
contr6le sur les forces de police locales. Un m6dia-
teur patient et r6solu agissant avec une haute auto-
rite personnelle pourrait faire beaucoup pour impo-
ser une attitude raisonnable tant a l'Inde qu'au
Pakistan. L'Inde doit reconnaitre que, comme elle
a rejet6 les suggestions pr6c6dentes de compro-
mis, elle a maintenant une obligation sp6ciale d'aider
A 1'etablissement d'un plan. Des suggestions don't on
sait l'avarice qu'elles sont inacceptables pour le
Pakistan ne sont pas une contribution serieuse.
((( Manchester Guardian ), Manchester, 20 fevrier 1950). 5.376


III. BIRMANIE


Du bloc britannique, un seul element s'est se-
pare lorsqu'il en a eu le loisir : la Birmanie.
Est-ce pour cette. raison ? Est-ce pour une
autre ? Est-ce pour d'autres ? Elle se trouve au-
jourd'hui en bien mauvaise posture.
Voici le tableau de sa situation dconomique tel
que le dresse Robert Trumbull dans le NEW
YORK TIMES. Aprls I'avoir qualified en titre, de
<< chaotique >>, il dcrit :
La rebellion et Pirrespect des lois, la presence de
revolt6s dans toutes les regions productrices et sur
toutes les routes vitales ont-cr66 une situation 6co-


nomique chaotique en Birmanie, alors que c'est Pune
des regions les plus riches du monde, et des mieux
dot6es en resources naturelles.
Bien que la Birmanie possede de grandes richesses
en matibres premieres en face de gros besoins mon-
diaux, le budget du Gouvernement pour 1950 se
trouve reposer essentiellement sur les revenues pro-
cures par la vente de ses exc6dents de riz dont'la
Birmanie fut le premier exportateur du monde.
Avant la guerre, la Birmanie exportait chaque an-
n6e trois millions de tonnes de riz. L'ann6e derniere
cette exportation fut de 1.224.525 tonnes, ce qui n'est
pas mal, 6tant donn6 la situation int6rieure. Les esti-
mations officielles pour 1950 sont de 800.000 tonnes,






ce qui pourrait Atre aml6ior6 si les armies reconqu6-
raient les richesses rizicoles actuellement tenues par
les rebelles.
Le riz, bien qu'il soit tomb6 bien en-dessous de la
normal, se trouve ainsi le point favorable de P1co-
nomie birmane. La situation g6n6rale a 6t.,rbsum6e
comme suit au rapport annuel de la Chambre de
Commerce :
<. L'une apr6s Pautre toutes les industries essen-
tielles dh pays ont W6t amen6es A cesser leurs acti-
vit6s avec tout ce que cela implique d'arr6t de pro-
duction, d'exportation, de pertes en revenues, en de-
vises 6trangeres et de ch8mage. I1 ne pourra y avoir
aucune amelioration permanent de la situation 6co-
nomique du pays, tant que l'6tranglement des art6-
res essentielles du pays A Prone (tenues par les rebel-
les communists) et A Toungo (actuellement aux
mains des KaIens) n'auront pas W6t supprimees, et
tant qu'on n'aura pas pu r6tablir un r6seau de com-
munications sfres, par rail, rivibres et routes entire
les principaux centres de production industrielle et
agricole >.
Les businessmen pensent que les conditions vont
aller -en s'aggravant encore avant de s'am6liorer. Mais
des que l'ordre aura e6t r6tabli et que le redresse-
ment aura commence, le pays redeviendra trbs rapi-
dement riche grace au riz, aux minerals et a 1'6tain,
a moins qu'il n'y ait des erreurs d'administration
6normes.
Les principles villes du pays ne sont accessible
que par air. L'institution d'un pont a6rien serait
trbs coiteuse. Le Gouvernement possede une ligne:
1'Union of Burma Airways, mais cette Compagnie ne
possede que quelques petits Doves britanniques qui
ne peuvent transporter de marchandises. Une com-
pagnie priv6e : Air Burma possede huit Dakotas qui
sont lou6s A Burma Airways.
Les Indonesians Airways ont 6galement lou6 qua-
tre Dakotas au Gouvernement Birman. Cette Compa-
gnie ne peut, pour le moment, fonctionner dans son


propre pays, car la Compagnie hollandaise Garruda
Line a un contract de monopole.
Le commerce maritime du port de Rangoon a 6t6
de 1.434.548 tonnes en 1948, soit 486.163 de moins
qu'en 1948. Les importations, la m6me ann6e, sont
tomb6es de 702.134 tonnes A, 519.842 tonnes, et les
exportations de 1.218.577 A 914.706 tonnes. Les auto-
rites portuaires ont de la difficult pour 6quilibrer
leur budget.
Le pays a done une balance commercial favo-
rable, mais d'aprbs les experts, ce n'est pas une
bonne chose, car elle r6sulte du fait que le pays
n'importe aucun des products qui pourrait am6lio-
rer sa situation. Les imp6ts l6ev6s sur les transac-
tions priv6es ont r6duit le commerce int6rieur pres-.
que A l'inexistence.
L'industrie du teck qui a Wte la gloire de la Birma-
r.ie a du, pour toutes ces raisons pratiques, fermeir.
La fermeture de l'Irrawaddy par les rebelles com-
munistes et ceux de L'Organisation Populaire des
Volontaires de la Bande Blanche > a emprch6 les
arbres d'atteindre Rangoon depuis janvier 1949.
Les mines une des autres grandes industries
birmanes d'avant la guerre ont cess6 de fonction-
ner. Les operations de fusion a la mine de plomb
de Bawadwin, la plus grande mine du monde, ont
cess6 en janvier 1949, lorsqu'il devint impossible
d'apporter du coke de Rangoon. Les mines d'6tain
et de wolfram au Tenasserim, sont aux mains des
insurg6s et les 6tats-majors britanniques de toutes
les mines qui sont & 'est de Tavoy ont e6t expul-
s6s. Le p6trdle descendait la riviere de Chauk a Man-
dalay sous la garde d'escortes armies jusqu'd il y
& un mois, mais il ne put atteindre Rangoon.
La 'grande usine de ciment de Thayetmyo a 6tW
prise par les communists ; sa direction britannique
a W6te vacu6e. L'activit6 des insurg6s accompagn6e
de la destruction des plantations a r6duit la produc-
tion de caoutchouc au 1/3 de sa capacity.
(UNew-York Times ), New-York, 17 mars 1950). 5.436












LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUIITS EN FRANOAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTES :


A la Section de la Presse Etraingbre, au MinistBre de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7').
(Direction des Affaires Politiques, Piece 17, 1er Etage).
La Section de la Presse Etrangere peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, A quicon-
que lui en fera la demand, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
SLe N de r6f6rence suffit A designer le document d6sir6.


TITRE DE L'ARTICLE


PROBLEMS GENERAUX
Nuages d'orage sur 1'Asie MBridionale ...........................
Les bailleurs de fonds priv6s et le Quatrieme Point ............
Perils a 1'Est ....................... ............................
La ligne de defense en Asie ....................................
L'6toile rouge au-dessus de 1'Asie .............................
ils attendant toujours (Sud-Est Aliatique) ......................
Les pays du plan Marshall dressent leur plan d'investissement
colonial ................................ ................
Le communism en Extreme-Orient .............................
L'ex6cution du Point IV ........................................
Africains a Londres .........................................
La politique am6ricaine en Asie ................................
Liberty pour 1'Asie .................... ........ ............
La Confederation Internationale des Syndicats Libres et le Sud-
Est Asiatique ...........................................
Un plan pour 1'Asie MBridionale ...............................
UNION FRANQAISE I
Les Etats-Unis sur place en Indochine ..........................
Comment les Ouest-Africains pr6parent leur movement de masse
en CBte d'Ivoire ? .......................................
Des armes pour Bao-Dai ........................................
Les Frangais poss&dent la cl6 de la guerre en Indochine ........
Le chef de l'Indochine declare que les Rouges dbsertent ........
Qui aidera-t-on en Indochine ?..................................
Les deux Viet-Nams ........................................
L'oeil sur les Rouges (Indochine) ...............................
Le Vietminh et Moscou ......................................
Epreuve de force en Indochine. L'expbrience Bao-Dai ........
Avance francaise en Indochine .................................
Un singulier courant religieux en Indochine ....................
L'avertissement de Saigon .......................................
M arionnettes et Patriotes ........................... ..........
EMPIRE BRITANNIQUE
OGn6ralitus
Des mains se tendent par-dessus l'Oc6an Indien .................
L'Afrique dans la temptte .....................................
Conflit racial en Afrique ......................................
L'Afrique du Capricorne le rbve et la realit6 ................
Les relations raciales en Afrique ................. ...........
Les Dominions Asiatiques au sein du Commenwealth ............
SInde
La guerre froide dans rInde ................................
Une chance au Cachenire .....................................
Espoir au Cachemire ................................... ........
La lutte pour le Cachemire ................................
L'O.N.U. et le Cachemire ..................................
SMalaisle
Malaise en Malaisie ..............................................
L'affaire malaise est-elle secondaire ? .........................
Les communists et la Malaisie ................................


ORIGINE DU DOCUMENT



The Economist
The Economist
The Daily Telegraph
The Economist
The Nation
New York Herald Tribune


New York Herald
The Spectator
The Economist
The Economist
The Times
The Observer


Tribune
*


5.392
5.394
5.395
5.399
5.406
5.407
5.409

5.414
5.415
5.428
5.434
5.442
5.455

5.462


5.390
5.411

5.417
5.419
5.424
5.425
5.435
5.437
5.440
5.444
5.446
5.449
5.450
5.456



5.403
5.413
,5.420
5.431
5.439
5.4'45

5.404
5.429
5.432
5.441
5.443

5.453
5.459
5.461


Tribune
Manchester Guardian

New York Herald Tribune

The Daily Worker
New York Times
New York Times
The Los Angeles Times
New York Herald Tribune
Eastern World
Newsweek
New York Herald Tribune
The World To Day.
New York Herald Tribune
Neue Ziircher Zeitung
The New Statesman and Nation
The Nation


Time and Tide <
Tribune
The Economist
The Spectator
Sunday Times
Pacific Affairs

The New Statesman and Nation
The Spectator
The Times
Daily Worker -
New York Times

The Spectator
The Economist
Daily Herald


24-3-50
25-3-50
28-3-50


I


DATES



18.2-50
25-2-50
28-2-50
25-2-50
4-2-50
4-3-50

6-3-50
10-3-50
11-3-50
11-3-50
16-3-50
19-3-50

24-3-50
27-3-50

24-2-50

9-3-50
13-3-50
12-3-50
6-3-50
16-3-50
Mars 50
20-3-50
18-3-50
Mars 50
22-3-50
15-3-50
25-3-50
4-3-50



4-3-50
10-3-50
11-3-50
17-3-50
19-3-50
Dec. 49

4-3-50
17-3-50
16-3-50
20-3-50
19-3-50











TITLES


Afrique Occidentale
L'avenir de la Nigeria (I) .................... ............. .
L'avenir de la Nigeria (II) .. .................................
L'avenir de la Nigeria (III) .................................
D6veloppement << bauch6 et d6sordonn6 >> .....................
Recherche de la v6rit6 au sujet du Togo .......................
Les objectifs des Ew6s (Togo) ...............................
Conduite dangereuse en Nigeria (I) ...........................
Conduite dangereuse en Nigeria (II) .........................
Afrique Orientale
Ce chemin vers la mer (Rhod6sies) ............................
Afrique du Sud
Variations parlementaires sur un theme racist ..................
Le cas Seretse ...................... ......................
Serets4, une affaire du Gouverinement .................. .......
Serets6 Khama ................................... .........
i


-5.393
5.400
5.402
5.397
5.410
5.422
5.438
5.460


5.448


5.389
5.412
5.454
5.458


5.405


5.416
5.430
5.452


5.391
5.421
5.4'26

5.427
5.436
5.447


5.398
5.401
5.433
5.457


5.408
5.451


5.396


5.418
5.423


ORIGINE DU DOCUMENT


Manchester Guardian,
Marichester Guardian
Manchester Guardian
West Africa
West Africa
West Africa
West Africa
West Africa


Manchester Guardian


Journal de Geneve
Manchester Guardian
The Daily Herald
The Economist


The New Statesman and Nation
Tribune
The Economist


The- Times
The Times

The New York Times
The Nation
New York Times
Eastern World


Manchester Guardian
Time and Tide
The Times
New York Times


The Economist
East Africa and Rhodesia


The Economist


The New York Times
The Economist


Hongkong
Complications a Hongkong ...................... ............. The Economist
Caraibes


Un.nouveau Dominion ? ...... ............... ................
Pour un nouveau Dominion .................. ............
La FBd&ration des Indes Occidentales ........................
BIRMANIE
Project pour la Birmanie ....................................
Soci6t6s 6trangBres en Birmanie .............................
La Birmanie favorite la renaissance du Bouddhisme afin de con-
trehalancer le communism ..............................
Le bariolage birm an ........................................
La situation 6conomique de la Birmanie est chaotique .........
La paix en Birmanie ? ............... ... ............
INDONESIE
Indon6sie ........ ............... .........................
Le nouvel imperialisme ...................................
Centralisation A Java .....................................
Le contract indon6sien ......................................
EX-COLONIES ITALIENNES
L'Erythr6e parole aux Etats-Unis ................................
Transfer d'administration en Birmanie ........................
CONGO BELGE
Un plan d6cennal pour le Congo .............................
PHILIPPINES
L'aide am iricaine au Sud-Est Asiatique .......................
Crise aux Philippines .... ..... ............................


27-2.50
28-2-50
2-3-50
25-2-50
4-3-50
11-3-50
18-3-50
25-3-50


22-3-50


24-2-50
9-3-50
23-3-50
25-3-50


4-3-50


11-3-50
17-3-50
25-3-50


27-2-50
15-3-50

25-2-50
14-3-50
17-3-50
Mars 50


28-2-50
4-3-50
17-3-50
25-3-50


4-3-50
16-2-50


21.2.50


11-3-50
11-3-50


66


.11-


I


DATES










BIBLIOGRAPHIE


Le Grand 'Prix littdrairpe
de I'Afrique Occidentale Frangaise

Deux 6crivains de note Afrique Noire, OUBMANE SOCE et
DIOP BIRAGO, viennent de reporter, ex-aequo, le Grand
Prix litbraire de 1'A.O.F., institub pai l'Association Natio-
nale des Ecrivains de la Mer et de 1'Outre-Mer. DWcern6
pour la premiere fois dans le cadre de la grande FBddration,
ce prix marque une date important dans 1'histoire de la
litt6rature franco-africaine.
En couronnant Karim et Les Contes d'Amadou-Koumba,
le jury, pr6sid6 par Jean d'ESME, a fort pertinemment desi-
gn6 attention du grand public, deux meuvres qui, par leur
quality et leur rbsonnance, permettent au lecteur d'inter-
roger I'Afrique avec sympathie et de d6couvrir la valeur
de ses originalit6s folkloriques "et de ses r6alit6s humaines.
Car 1'Afrique est complex. < Des nappes de sediments
culturels, 6crit Thbodore MONOD, ont coul6 au course des
sibcles, a la surface de 1'Afrique, se recouvrant les uns les
autres... II est bon de savoir admirer chez le Noir ses dons
artistiques, l'inspiration de ses pobtes, les facultns supra-
normales de ses devis, 1'expression d'une pensee philoso-
phique, symbolique, religieuse ou mystique. >
Pour enrichir le patrimoine de pens6e qui est common
A toute l'humanit6, le monde moderne exige de tous les
homes un effort de synthese auquel l'Africain est venu
r6solument se joindre. Dans Karim, roman sen6galais pre-
face par Robert DELAVIGNETTE avec une lucide competence,
Ousmane SOCE traite un grave, problem, celui que pose
1'entr6e des societ6s africaines dans un cycle nouveau.
Aimant les homes qu'il d6crit, il les fait vivre intens6-
ment dans leurs allures, dans leur variety, et avec une
grande originality d'expression il atteint leur etre nmme
Son livre n'est pas seulement un attrayant r6cit ; on y trou-
vera toute I'ame sen6galaise, sa vocation collective, son
trouble devant I'apport de 1'Europe, et on assistera A la
naissance de cette '< civilisation m6tisse >> qui se dbveloppe
dans -une sociWte en movement, entire Saint-Louis, vieille
ville frangaise, et Dakar, << prolongement de la metropole >>.
Les Contes d'Amadou-Koumba, de DIOP BIRAGO, sont
d'un Bcrivain subtil qui s'est abreuv6, d&s l'enfance aux
sources mbmes du folklore sAengalais. On y respire toute
rAfrique Noire. < J'ai bu l'infusion d'Bcorces et la d6coc-
tion de racines, j'ai grimp6 sur le baobad >>, nous confie
l'ateur. Dans la nuit claire et tilde, il ecoutait avec une
finesse delicate et un exquis sens po6tique, les histoires
d'Amadou-Koumba, le vieux griot, il s'injtiait aux surpre-
nantes ventures de Golo-le-Singe, de Kakatar le CamBeloan,
et fr6missait aux contest terrifiants des lutins et des genies.
Et ce sont ces contest et ces 16gendes du terroir natal que
DIOP BIRAGO nous offre en ce recueil qui constitue une
introduction A la vie familial d'Afrique Noire, presented
par un lettr6 avec 'art souriant du fabuliste.
Karim et Amadou-Koumba appartiennent a une floraison
d'oeuvres africaines, oit s'expriment, dans une discipline ori-
ginale, la pensae et I'ime d'une mime g6enration de Noirs,
nos contemporains. II faut souligner l'importance de cette
entree de 1'Afrique Noire dans les lettres fran.aises, et y
voir le signed et la promesse d'un rapprochement cordial
et fructueux sur le plan le plus efficace, celui de l'intelli-
gence et de l'amiti6.


Le Prix Savoignan de Brazza

Fond6 par I'Association Nationale des Ecrivains de la
Mer et de l'Outre-Mer, le Prix Savorgnan de Brazza, qui
recompense la premiere oeuvre inddite d'un 6crivain ori-
ginaire de 1'Union Francaise, ayant pour cadre la Mer ou
les Territoires d'outre-mer, a AtA remport6, le 31 mars 1950,
par Francis d'Autheville, pour son roman, Echec au Destin.
Ce prix litteraire est d6cern6 sur manuscrit, pdr un jury
anonyme, et l'ouvrage couronne, regoit, avec une dotation en
especes, l'assurance d'itre 6dit6 a Paris, aux conditions nor-
males du contract de la Soci6t6 des Gens de Lettres.
Le laurbat, Francis d'Autheville, capitaine de frigate,
r6formA A la suite d'un grave accident comme pilote de
I'abronautique navale, a longuement sejourn6 dans l'Extr8me-
Sud marocain, don't il a 6tudib les coutumes et les etranges
superstitions. Son premier roman, Echec au Destin, est l'his-
toire de Sfadia, jeune fille berbdre, qui, par une sorte
d'aberration collective, est considered dans sa tribu, comme
mal6fique et possedee du demon.
Mais un m6decin militaire, qui jouit d'un immense pres-
tige auprbs des populations, entreprend d'arracher la jeune.
fille A l'emprise abominable d'une sorciere, seule responsible
des calamities publiques don't on accuse l'infortunee Siadia.
Autour de cette lutte tragique qui oppose l'inergie clair-
voyante de la science moderne aux forces tenaces et fa-
rouches d6chaindes par la magicienne, l'auteur a su com-
poser une atmosphere de verite robust oi se developpent
les themes 6ternellement emouvants de l'amour et de la
mort. Et il se d6gage toutefois de ce recit toujours pregnant
et intense, conduit avec une sire maitrise, un sentiment de
po6sie consolante et de gdnbreux espoir.

Sables de feu
par Jean d'Esne. Editions du Dauphin, Paris

Dans les trois r6cits groups sous ce titre expressif, et qui
relatent trois episodes authentiques de notre epopee afri-
caine, nous retrouvons la force 6vocatrice de la hardiesse de
style qui sont la marque d'un 6crivain don't l'ceuvre abon-
dante et robuste, parvenue A sa plus haute periode, reserve
toujours a ses nombreux lecteurs l'emotion de l'aventure et
le plaisir de la d6couverte.
Parmi les nombreux livres qu'il a consacrds A la vie in-
quiete et magnifique des homes et des b6tes d'outre-mer,
Sables de Feu est peut-Atre celui oi ce maitre de l'exotisme
revAle avec le plus d'Bvidence son pouvoir << climatique >> de
cr6er l'action, en faisant vivre d6cor et personnages dans
un accord tel qu'il constitute un veritable contrepoint litt6-
raire.
Et ce movement si personnel, s'identifie du temperament
mnime du conteur, et animant le r6cit, le traverse d'un souf-
fle d'intense verite, qui s'empare de l'esprit et l'entraine dans
son jeu. C'est ainsi que nous participons a l'epique randon-
n6e des quelques tirailleurs estes fiddles a Casemajou,
assassin A Zinder par le Sultan Ahmadou et rejoignant a
bout de souffle, apres une march hallucinante, le pre-,
mier post francais sur les bords du Niger. C'est ce pres-


- Les Contes d'Amadou-Koumba, Ed. Fasquelle, rue de
Grenelle, Paris.
- Karim, Editions France-Afrique, Casablanca.
- Echec au Destin, Editions du Dauphin, Paris.


67
'4









tige qui nous jette, en compagnie du Lieutenant Le Coq,
A la poursuite d'un group de dissidents a travers neuf
cents kilom6tres de sable, c'est par lui que nous haletons
dans cette extraordinaire course qui conduit yn rezzou
maure du Rio de Oro aux bords du SB6ngal et se ternmne
sur une < piste sans retour >.
A chaque page de ce livre nous respirons l'air brfilant
des dunes mauritaniennes, et nous entendons, sur les rives
du Niger, m6eles aux you-yous des femmes, les plaintes des
guitars monocordes. Et si nous voyons les tombes des
n6tres s'6grener le long des pistes, nous savons que d6sor-
mais s'6tend, sur les Sables de Feu, la paix, rien que la
paix, que nous avons voulue fraternelle et bienfaisante.

Equateur
par Francis Didelot. Editions Dumas, Paris.
Des rivages de l'oc6an Indien, aux sombres touffeurs
de l'Afrique Noire, des douceurs antillaises aux froidures
de Saint-Pierre-et-Miquelon, Francis Didelot, toujours Apris
d'aventure humaine, a rapport de ses longs s6jours outre-
mer, la substance et I'atmosphere d'une oeuvre dAja longue
qui le classes au premier rang des 6crivains d'Union Fran-
caise.
Aujourd'hui il nous transport dans la solitude Bcra-
sante de la sylve 6quatoriale, oi vivent sept hommes blancs
qui forment, parmi les autochtones, un veritable micro-


cosme de la civilisation occidentale. Administrateur, mede-
cin et colons, personnages classiques des subdivisions et
postes de brousse, sont d6crits avec une virit6 saisissante
par le relief et les contrastes, qui fait de chaque caractbre
un type bien d6fini que l'auteur a eu, on le devine, le
loisir d'6tudier sur le vif.
Soudb jusqu'alors autour d'une Loi unique, proscrivant
la femme blanche, spouse ou fille, le group a pu, en ba-
nissant le sexe ennemi de la petite collectivit6, 6chapper a
son influence dissolvante a'amiti6 et d'6nergie viriles, et
conserver intact son potential offensif dans la lutte entre-
prise centre les forces, moins pernicieuses sans doute, que
'leur oppose 1'Equateur.
Pourtant la loi inhumaine sera transgress6e; 'un de ces
hommes, le plus vulnerable peut-etre, arrive avec celle qu'il
vient d'epouser en France, la blonde Alice FBral, tout cou-
rage et toute puret6, et enthousiaste au surplus. Elle croit
A sa mission, A celle de ces homes, de ces civilises, elle
croit a I'ideal, A l'amour.
Experience douloureuse, car la presence de cette femme,
appelle des d6sirs, des rAves insatisfaits. Des lors il n'y a
plus d'amis, mais des rivaux, tous resolus A vaincre, a
frapper. Qui triomphera ? Alice ou les instincts dechaines ?
La blonde ou 1'Afrique ? Tel est le theme qui se diroule
dans Equateur. C'est aussi, sur un plan plus subtil, la con-
fession de sept hommes recueillie par un 6crivain devant
qui la grande fort africaine a 6cart6 ses voiles magiques.


COMMUNIQUES


MUSEE DE LA F.O.M.

Entrees payantes : 8.467 pour 157.780 francs.
Entrees gratuites :1.176 61Aves, 35.groupes.
Vente du guide du mus6e : 79 pour 1.185 francs.



Travaux : Section d'art et d'histoire, dons :
1 Musde de Versailles. Une toile de Monsiaux,
< Louis XVI donnant des instructions A la Perouse
pour son voyage autour du monde >>.
2 H6tel des Monnaies. Une m6daille a l'effigie
de Schoelcher. Pieces de monnaie r6cemment frap-
pees pour les colonies.
Nouvelle presentation de la section historique de
Madagascar et des meubles de la Compagnie des
Indes.


TROPIQUES
La Revue des Troupes Coloniales
Au service de. 1'Union Frangaise
Poursuivant 1'reuvre entreprise par la < Revue
des Troupes Coloniales >, il y a pros de cinquante
ans, < Tropiques >, s'est fix6e pour tAche non seu-
lement de tracer les activities passees et pr6sentes
de notre glorieuse armee colonial, mais aussi de
faire connaitre nos territoires d'Outre-Mer sous
tous leurs aspects: g6ographie, ethnologie, arts,
Bconomie...
Luxubusement 6ditae, riche en articles de fonds,
accompagnes de belles photos, a Tropiques est
susceptible, d'int6resser un tres large public. Elle
est par excellence la revue 'de 'Union Frangaise,
qu'elle contribiue A faire connaitre et aimer.
Abonnements
Pouzet et Ciea 10, rue Saint-Roch
Paris 1" C.C.P. 4755-46
Tarif : 1 ans : 1.500 francs. 6 mois : 800 francs
(France et Colonies)


8. P. I., 2 bis. Impasse du Mept-Tonnerre, Paris (15.)




































































Edith par la Doeumentation Frangaise

Prix du num6ro : 90 france
Abonnement :six mois .... 520 francs
:un an ...... 1.000 s
Membres de 1'enseignement et
journalists : un an ........ 700

Souscription et vente
a la Documentation Frangaise
16, rue Lord-Byron, Paris (8')
C. C. P. : 9060-98
TIl. : ELYades 82-00




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs