• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Errata
 Table of Contents
 Problemes du jour
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Communiques
 Bibliography
 Back Cover






Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00018
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00018
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Errata
        Errata
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Nouvelles de France
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
    Revue de presse
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Communiques
        Page 71
    Bibliography
        Page 72
    Back Cover
        Back Cover
Full Text




L i

LAA



son imid -re

:1.


-: C
-U:











4061
N..i




III',I



*1

~~~ C5 -..., ~ .










PRESIDENCY DU CONSEIL

SECRE'[ARIAT GENERAL
DU OUVERNEMENT

iDirection de la Documentation:
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8")


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7')


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA



FRANCE D'OUTRE-MER



SOMMAIRE


PROBLEMS DU JOUR :

Les conventions d'application des
a( cords vietnamiens ............

Le ]lan de modernisation et d'6qui-
piment des pays d'Outre-Mer de
1'Union Francaise .... ..........

Les Iles Kuerguelen ..............

NOUVELLES DE FRANCE :

La vie parlementaire .............

L'ac tivit6 minist6rielle ............

Informations diverse ............

Con:: rences et manifestations .....

NOUVELLES D'OUTRE-MER :

Indcchine ......................
A. C. F .........................


A. E. F. .......................

Cam eroun ......................

Madagascar et D6pendances ......

C6te Francaise des Somalis .......

Saint-Pierre-et-Miquelon.........

Informations administrative ......


11 REVUE DE PRESS :

17 Presse d'Outre-Mer ..............

18 Presse Etrangere ................

21 Questions g6n6rales ............

Union Francaise ...............

23 COMMUNIQUES ..................

32 BIBLIOGRAPHIE .................


,Mars 1950


N 141











AGENCE DE LA FRANCE D'OUTRE.MER
20, rue La Bo6tie T616phone : Anjou 26-94 i 26-97
M6tro : Miromesnil Autobus : 28-32-43-49-80


L'Agence de la France d'Outre-Mer, Service
Officiel du Minist6re de la France d'Outre-Mer,
renseigne sur toutes les questions int6ressant
les Territoires d6pendant du Minist6re de la
France d'Outre-Mer; Afrique occidentale, Afri-
que 6quatoriale, Cameroun, Togo, C6te des
Somalis, Madagascar. Etablissements francais
de 1'Inde, Indochine, Nouvelle-Cal6donie. Nou-
velles-H6brides. Saint-Pierre et Miquelon.
Son Service de Documentation informed le
public sur le commerce, l'industrie, la produc-
tion, les tarifs de douane et les statistiques, la
fiscalit4, le climate, le cofit de la vie, le tou-
risme, la chasse, etc... Les journaux officials
locaux, les budgets administratifs, les tariffs
douaniers et fiscaux, les statistiques du com-
merce ext6rieur de chaque Territoire et tous
autres documents d6tenus par le Service pcu-
vent 6tre consults sur place.
Son Service de Plaoement met en rapport
gratuitement les employers avec les pcr-
sonnes desircuses de trouver un emploi outrc-
mer.
* Sa Cin6mathbque diffuse gracieusement en
France des films documentaires sur les Terri-
toires d'Outre-Mer.
Le prit de ces films est consent A tout orga-
nisme official ou priv6 d6sirant effectuer des
projections non commercials d'information,
d'6ducation ou d'enseignement.


* Sa Phototh6que posside 30.000 cliches sur
tous les Territoires 6num6ris plus haut. Ces
cliches peuvent faire l'objet de cession.
* Sa Biblioth6que, riche de 30.000 volumes.
est ouverte au public sans d6semparer, de
9 heures A 18 heures, samedi aprss-midi
except.
* Son Service des Foires et Expositions as-
sure la representation des Territoires de la
France d'Outre-Mer dans les manifestations
commercials et expositions organis6es en
France et A 1'Etranger.
* Son Service de Publicit6-Propagande als-
sure la publication et la diffusion de loute
documentation se rapportant aux Territoires
d'Outre-Mer.
II 6dite des brochures monographies, de-
pliants, plaquettes, affiches et cartes-affiches.
Ces documents sont en vente A la Librair.e de
1'Agence, qui diffuse 6galement, A titre one-
reux, les publications des Services de Docu-
mentation de la Pr6sidence du Conseil, et de
nombreux ouvrages concernant 1'Union Fran-
caise.
Des expositions de peinture, de sculpture et
d'ouvrages de 1'artisanat des Territoires
d'Outre-Mer sont organis6es A la Galerie de
l'Agence, 20, rue La Bo6tie.


Listed des diverse publications en vente a I'Agence de la France d'Outre-Mer

S6rie de 20 dipliants traitant des divers Territoires relevant de la France d'Outre-Mer: Sen7gal,
Mauritanie, Guin6e, Soudan, C6te d'Ivoire, Haute-Volta, Dahomey, Niger, Cameroun, '"ogo.
Gabon, Moyen-Congo, Oubangui, Tchad, Somalis, Madagascar, Laos, Cambodge, Nouvelle-
Cal6donie, Oc6anie. Prix de cession : (A titre de propaganda) 10 francs l'un.
S6rie de brochures monographies se rapportant A : Afrique occidentale, Madagascar, Dahomey,
Togo, Moyen-Congo, Oubangui, Tchad, Gabon, Oceanie, Nouvelle-Cal6donic. Prix de ces-
sion : (A titre de propaganda) 30 francs l'une.
Plaquette g6n6rale de vulgarisation : << L'Union Frangaise >. Prix de cession : (A titre de pro-
pagande) 20 francs.
Guide du Tourisme en A. O. F. et au Togo .................. Prix 120 francs
Parure fPminine aux colonies ............................ 30 >
Confidences sdnigalaises .................................. 30 >
Contes el Nlgendes d'Afrique ............................. 30 >
La peche aux colonies .................................... 20
Elude sur Charles de Foucauld ............................ .60 >
Exportations des cercles de l'A. O. F. el du Togo ............ 250 >
Pochettes de reproductions photographiques (pochettes de 12 photos) concernant:
1'A. O. F. ..................... 35 francs
1'Activit6 6conomique de 1'A. O. F. 35 >
le Cameroun ................... 40 >
1'Art khmer .................... 40 >
- Carte des Echanges commerciaux dans l'Union Francaise en 1938 et 1946: 40 francs.
- Bulletin d'Information de la France d'Outre-Mer : 90 francs.
- Guide de l'A. O. F., edition 1949 : 500 francs.




















PROBLEMS DU JOUR


Les conventions d'application

des accords franco-indochinois


L E Parlment francais a ratifi6, le 2 fevrier, les
accor Is conclus avec chacun des trois Etats de
l'Indo-hinc, Ic Vietnam, le Cambodge et le
Laos. Ces accords s'expriment, pour le Vietnaim,
dans la deilaraiion commune du 5 juin 1948, signed
en Baic d Along et dans les lettres 6changees le
& mars 1949 entire le President de la Republique et
S. M. Bao .)ai ; pour le Laos et le Cambodge dans
les traits signs a 1'Elys6e rcspcctivemnent les 19
juillet et 8 novembre 1949.
Ils recornaissent l'independance des trois pays
sans autre iimite que cclc qui d6coule de leur adh-
sion librenimnt consentie a I'Union Francaise et leur
confi eent 1. qua itL consitultonnelic d('taL Assoeie
au sein de iette Union. Tons services et competences
relevant au aravant de la France et de I'Union indo-
chinoise cr ie en 1911, devaient done, aux terms de
ces accords. ctre transfers aux nouveaux Etats. En-
core convenail-il cependant d'6viter touts pertur-
bations dans la vie publique et de tcnir compete pour
le transfer des services et des pouvo rs de souverai-
net6 de la condition particuliree e chacun des trois
pays et de,; exigences du r6tablissement de I'ordre
public. II tait necessaire, en outre, de preciser, en
execution des clauses de ces accords, les nouveaux
rapporls A inslituer entire la France ct chacun des
trois Etats iomme centre ces trois Etats centre eux et
1'Union Frangaise.
C'est cc que stipule le pr6ambule de la lettre adres-
s6e le 8 mars 1949 A S. M. Bao Dal par le Pr6sident
de la 1R6publique qui confere par ailleurs, au Haut-
Commissaire de France, le pouvoir de traiter pour
la France ct 1'Union Francaise.
< II appartiendra, dit le pr6ambule, au Gouverne-
nent de Vctre Majest6, d'une part, de conclure avec
le Haut-Commissaire de France en Indochine, les
conventions particulibres on provisoires qui r6gi-
ront, compete tenu des r6gles poses dans le present
Change de lettres et de l'etat de fait existant jus-
qu'au irtablissement de I'ordre et de la paix, les rap-
ports de 1'1 union Francaisc et du Vietnam; d'autre
part, de pr,'parer avec le repr6sentant de la France
et en liaison avec les Gouvernement royaux du Laos


et du Cambodge, les reglements n6cessaires tels qu'ils
d6couient des presetes. >>
Le m6me jour, ic Ilaut-Conninssaire de France pr6-
cisait au souverain :
S11I est entendu que les conventions particul.6res
prevues par 1'6change de lettres pour le transfer au
Vietnam des Services relevant actuellement de I'au-
torAte franchise seront negociics et conclucs avant
le 31 decembre 1949. >



Sur la base do ccs principles, les conventions A 6ta-
blir se rattachent done a trois categories :
1 Transfer des competences exercees par les
autorites frangaises ;
2 Rapports de chacun des pays avec la France
dams l'Union Francaise ;
3 Conventions rdglant avec les Gouvernements des
Etats Associ's, le staiut d os m organismes de caractlre
common A 1'Union indochinoisc.
II est evident que les travaux pour cette derniere
categoric ne pouraient i1re utilement commuenc6s
qu'apres le rgleiii.nt des deux premlares.
Engages des scplembre 1949 avec le Vietnam, les
n6gociations ont alouli a la signature des congen-
lions des deux premieres categories, le 30 d6cembre
avec les reprCscntants du Vietnam et le 24 janvier
avec les repr6sentants du Laos. Elles seront inces-
samment concludes avec le Cambodge.



Les transferts de souverainet6 qu'elles pr6voient
avaient cependant commence bien avant ces dates.
C'est ainsi qu'au V etnam par example, les Gouver-
nements locaux, cr66s, en 1946, en Cochinchine, en
1947, en Annam et au Tonkin, puis le Gouvernement
Central, des 1948, avalent successivement regu la
quasi totality des competences internes. A I'ouver-
ture des n6gociations, tons les services administratifs
ct techniques locaux des trois regions du Vietnam


~m~ ~~c~i








se trouvaient int6gralement centre les mains Vieina-
miennes. Les conventions signees le 30 dccembre
achevent de dissocier le reliquat des pouvoirs poli-
tiques et administratifs encore d6tenus par la France
et d'attribuer au Vietnam les Services qui d6pen-
daient de l'ancienne union indochinoise. D'une facon
general, le transfer consent est total : competence,
personnel, locaux et materiel. Les conventions s'y
rapportant sont nonmbreuses. Ainsi, au term fix6 par
le Haut-Commissaire, se trouvent r6gl6s les problc-
mes pos6s par les instruments passes entire 1'Etat
du Vietnam et la France.
Quant aux rapports a instituer entire la France et
Ic Vietnam dans le cadre de '.Union Francaise, si la
lettre du 8 mars r6gle la question diplomatique, il
incombait aux representants des deux pays d'organi-
ser dans le detail ces rapports en matiere de jus-
tice et de defense et sur le plan cultural. Les travaux
des Commissions sp6cialis6es ont about A la conclu-
sion d'une convention jud ciaire, d'une convention
culturelle et de deux conventions inilitaires, I'une
sur les bases et garnisons, I'autre sur l'organisation
et les rapports des armies franchise et vietnamnienne.
Les discussions a ce propos ont fait apparaitre
cependant la n6cessit6 d'organiser egalement les rap-
ports entire les reprcsentants ie la France au Viet-
nam et du Vietnam en France et te fixer leurs pou-
voirs respectifs. De mnme se sont poss les l deux
problmes de la nationality et du Domaine. Ces
points front I'objet d'une convention g6nerale il
intervenir ult6rieurement
Les dispositions ainsi a'rretC6s avec le Vietnam out
servi de base aux travaux des commissions consti-
tuWes avec les represcntants du Cambodge et du Laos.



Le bilan des travaux apres la signature des con-
ventions du 30 d6cembre inontre que sur le plan
indochinois et en cc qui concern le Vietnam, le
reglement de tons les problencs administratifs et
politiques pent Ctre consider conine terminne a
I'exception de la convention gCnerale qui viendra
couronner tons les travaux. Les questions 6conomii-
ques et financiires restent a resoudre par la Conf&-
rence Inter-Etats don't les discussions porteront sur'
les questions suivantes : Service tes Transnmission;s,
Contr6le de l'ininigration, Commerce exlericur ct
Douanes, TrCsor, Plan d'Wquipemenlt.
Cette mimie Conf6rence on ilne Colnf'6rence ana-
logue dcvra cependant ld6cider des organismnes
techniques d'6quipl)ecnlet t de certain servicesI
conlmuns a mainlenir on organiser : Aeron(aiutique
civil, Infrastructure aerienne, Service il'i'oroilogi-
que, Service g6ographique, Statut du M6kong et du


port de Saigon, Institut oceanograpllique, Peches
maritinles, Statut du bureau de caoutchouc ct de la
station du poivre.
Des maintenant, ce qui denieurait de l'entit6 poli-
tique indochinoise est dissocie an profit des Etats
associes qui reccoivent au propre cc qui d6pendait
du Budget et du Domaine. Les Etats poss,:ent leurs
jurisdictions nationals et services de sfrietC. Les
anciens services g6neraux, les directions, les offices
sont d6meinbres ct transf6res aux Etats as;ocies.
Sur' Ie plan indochinois, la France conserve, i
titre d6finitif, le droit d'organiser des services pro-
prement francais et de g6rer certain organisms
communs, de caracttre technique ct scientifique ct
a titre transitoire des pouvoirs qu'inipliquc la n6ces-
sit6 d'assurer la s6curite du Corps Exped tionnaire
et la protection des Francais jusqu'au r6tablisscment
de I'ordre public. Les rapports entire la Fiance et Ic
Vietnam, dtans le cadre de 1'Union Fran!aise, sont
organisms en matiere de justice et de defense et dans
le domaine culture!.
Certaines dispositions garantissent la protection
des interits et des ressortissants francais a qui sont
reconnues les liberties d'etablissemnent, de circulation
et de coinmierce ainsi iue 1'6galitt de statute pour les
biens et entreprises al regard de la fiscalit6 et de
la legislation du travail. Cette protection est assure
par deux Cours td'App)el mixtes (Hanoi ct Saigon),
sept tribunaux de Premiere Instance et tiois tribu-
naux de Conmmerce qui connaitront des litiges ou
sont engages les interets francais et appliqueront la
loi francaise chaque fois (lu'un ressortissant fran-
cais est en cause.



Etablies sur des bases sensiblemnent identiques, Ics
conventions avec le Camlbodge et le Laos dispense-
ront sans double uine protection analogue. On pent
d'ores et dCja affirmner (lqe les instruments d'appli-
cation tids accords, tout en respectant la souverai-
nete interieure des trois Etats associes, sauvegardent
les interets francais ct instituent une harmonieuse
collaboration de la France ct des trois Etals dans une
Union oi se conjuguent les intlrets de toutes les
parties.
Lors des d6bats de ratification devar. les trois
Assemnbles, certain parimeinntaires ont regretted que
ne fussent en iiinnce telmps soumises a l'approbation
du Parlemient, !es conrentions d'application des
accords. En lr6poanse ;' ces observations, Ic rcpr'-
sntnant iu (ioulvernemllclni a fait savoir iu'ellcs le
seraient p)robableinent au d(ilbut dtu print'imps pro-
chain, (i5s achtvenlicnt des Iravaux de la C(onfi'rnce
in'er-Etals (qui doit incessanimeint so re!uiir.










Le Plan de modernisation et d'6quipement

des pays d'outre-mer de I'Union Franqaise



LE RYTHME DES INVESTISSEMENTS




Nous avons dcjd publiC dans le Bulletin d'Information de la France d'outre-
mert de jrlin 1949 (n" 132) n erxtrait du rapport liabli par le Commissariat General
an Plan, concernant les rtsultats de deux annies d'eFxeritiozn du Plan de moder-
.isalion et d'equipemenl.
En janover 1950, le Commissarial (;;inmral an Plan vient de renlre couple des
rsillals oblenus et des rialisalions en course, ainsi que da clhemin a parcourir
pour rtaliser d'ici 1V.9, les objeclifs precises par la loi di 17 aout 1948 : I'cqui-
librc te a balance des paiemcntis de l'Union Francaise avec l'etrainger.
Nots nous sommes surlout alinches a l'aspect financier de's realisalions en
course el projelees cl nouts en anons clrgini le cadre i tons les pays d'onlre-mer de
I'Union Francaise.


AFRIQUE I)U NORI)

A PHs l Liberation, I'Algerie, la Tunisie et Ie
Maroe, ont )prpare, chacun pour leur propre
comp c, un plan decennal de modernisation ct
d'equipemeit. Ces plans, pr6voyant surtout un pro-
gramme de travaux publics, no sont pas harmonises
cntre eux. Le coit total des investissements A rea-
liser pour ]a p6riode decennale a etC estim6 A 1'6po-
que la 250 nilliards 1946 (soit plus de 750 milliards
actuels).
La loi du 17 aoft 1948 a fait l'obligation au gou-
vernement de presenter a l'approbation du Parle-
ment un 'ian qunadriennal de ,modernisalion el
d'equipnemt,'l delinissant pour 4 anndes les objcc-
tifs de production A atteindre pour d6velopper la
production national et assurer 1'equilibre de la
balance de: competes de 1'Union Francaise. Chacun
des trois pa vs d'Afrique du Nord a 6tabli un nouveau
plan dans ce cadre. Les programmes ont 6te exa-
mines et hirrmonisbs par un Co:nil. special pour les
investissemn'nls en A.F.N.
L'efrort 'c'6quipcment de 1'Afrique du Nord doit
essentiellen ent porter sur ios moyens de production
de facon A :
1) accro 'tre la prodliclion des ressources aliien--
laires;
21) rdaiis,'r une indusitrsialisa!ion locale.
Pendant I'annie 19419, les1 depenscs dl'investisse-
menis de cliractlre ,ciconoiqic, en course dans les
territoires nord-africains, sc sont chiilfrds A 58.243
millions de francs, expriins aux prix actuels. Scion
I'6chl6ancier du Plan, il restra it financier jusqu'i
1952-53, po Ir atteindre les objectifs fix6s, un mon-
tant de 21C.716 millions de francs.


Si l'on tient comipte de utilisationn des 8 milliards
reports sur l'exercice 1948, c'est une some de
64 milliards environ qui a Wt6 d6pens6e en invcstis-
sements durant I'annie 6coulCc. L'Alg6rie y a con-
tribuC, par ses resources locales, pour 13 milliards
et le Maroc pour 6 milliards. Les finances tunisiennes
ne sont pas intervenues dans ce financement.
Pour 1950, les investissements envisages sont :
Alg6rie : 40 imilliards don'tt 16 sur resources lo-
cales); Tunisie : 10n milliards; Maroc : 19 milliards
don'tt 5 milliards sur resources locales).
Les resultats atlcndus en 1952-53 de ces investis-
scments son't une extension important des surfaces
cutival)lcs (irrigation et assainis;sement), des patu-
rages, et une inmeanisation des inoyens de cultures;
dans le domain intiier in accroissement de la pro-
duction des phosplates, du carbon, des minerals
de plomb, de fcr et de manganese; un d6vcloppe-
ment important de I'ono'rgie electri(que.
Le d(velopl)lement des exporlatiions doit reduire
Ic deficit de la zone dollar, accroitre le sold credi-
teur dans la zone sterling, ainsi que les 6clianges
ave? les autres pays strangers, on escompte cnlin
une economic inpiortante de devises, par la fourni-
ture par 1'A.F.N. de products que la Metropole aclvhte
A I'hleure actuelle h I'e6trianger.


INDOCIINI"

Juridiqtl'nient, ]a loi tli 30 avrfl 1946 s'appliquait
Sl'Indochine. Coiipte tenu du fait, qu'au sortir de
l'occupation laponaise c'6tait un vWritable program-
eic de reconstruction qui s'imposait, l'&tablissement








du plan decennal de ces territoires fut confi6e une
sous-commisson sp6cialis6e de aI Commission dti
modernisation des T. O. M. Les investisscmcnts du
plan decennal, repartis sur deux periods Iqu nqun-
nales furcnt estimes A 54.366 miLlons (1916). Le plan
elaborel pour 1'lndochine, suivant les objectifs traces
par la loi du 17 aofit 1948 estimait le montant dies
investissements de la per.ode quadriennale i 200
milliards de francs environ, la puissance publiquc
devant supporter 146 milliards (francs 1918).
Pratiquement, l'extension des operations du F.I.
D.E.S. aux pays de 1'lndochine n'a jamais et6 r6a-
lis&e.
Depuis la Lib6ration, l'Indocline a consacr6 des
credits important aux travaux les plus urgents tde
reconstruction et d'6quipement. Ces d6penses ligu-
rent au budget extraordinaire de l'Etat. Pour 1950
le financement sera excusivement assure par des
resources votes par le Parlenent, soit 7,5 milliards
provenant d advances (lu Fonds de Mlodernisation et
d'Eqinpement et 3 milliards rcpr6sentant la contri-
bution du ministire de la Reconstruction ct ide
1'Urbanisnie (dommages de guerre). La reconstruc-
tion doit absorber 60 % tics credits (routes ct che-
mins de fer), les travaux de premier equipenient
se voyant affecter le sold.



TERRITORIES D'OUTRE-MElP

Le progranune d'6quipement des T.O.M. se pursuit
dans le cadre de la ioi du 30 avril 1916 qui a pr'evu
F'etablissemenn de plans d6cec.naux. Tous les terri-
toires ont A 'licure actuelie transmis Icurs plans a
administration central. Le linancement est assure
par le F.I.D.E.S. (Fonds d Investissement pour le D)e-
veloppement Economique et Social) g6r1 par un Co-
m.te directeumr et aiiment6 par (des donations annuel-
les inscrites au budget nmtropolitain ct par la con-
tributlon tes territoires, provenant pour une faib!e
part tie lurs resources propres et pour une forte
part, d'avances de la Caisse Cenlrale de la France
d'Outre-Mer.
Le montant des d6penses A accomplir pour la r6a-
lisation des objectifs du plan ddcennal fut estimn6
par la Commiss-on de Illodtrnisation ties territo res
d'outre-mer A 285 milliards 1946 (soit 900 milliards
actuels) pour les Territoires ct les DWpartemcnts
d'outre-mer (Antilles, Reunion, Guyane).
Le plan quadriennal etabli dans le cadre de la loi
du 17 aodl 1948, sans annuler le pr6cident, a scule-
ment modifib le rythme des r6alisat ons, en le dotant
d'une acceleration particuliSre. Les investissenients
envisages se montalent a environ 200 milliards don't
160 a la charge de la puissance publique, le rest de-
vant etre fourni par le secteur priv6.
Le rapport Monnet de d6cembre 1949 apporte des
precisions nouvelles. Les actions en course repondcnt
aux objets suivants :
1) Intensification des eludes et des recherches;
2) Diveloppement des productions de base;
3) Amblioration de l'infrastructure economique:-


4) Engagement d'un programme d'lquipement
social.
Pour plus de details sur les r6alisations cntrepri-
ses ou projlees nous ne pouvons que renvoyer aux
renseignciiients djhA donnis dans Ic Bullet. d'Infor-
nation de la France d'outre-mer du lmos tie juin
1949 (n" 132). 11 parait plus important de prec.ser
1'origine et le rythime des investissements envisages.
Un secret du 3 juin 1949 don't nous avens donn6
I'analyse dans le Bulletin d'lnformation de ,a France
d'outre-mcr de juillct 1949 (n" 133, p. 18--9) fixe la
procedure d etablissement et d'execution des pro-
grammes des plans de d6vcloppement economn que et
social. Iappelons sculcnment que chaque programme
comprend une section gndriale, groupant les de-
penses d'interet coinmunn la Metropole et tous les
territoires, et des sections d'oulre-mer (une par F6-
deration on territoire autonome) comprena it les d&-
penscs d'interet purement local. Toutes les depenses
de la section general sont supporters par la subven-
tion de 1'Etat au F.I.D.E.S.
La majeure parties ties investissenents dans les
T.O.M. ligure dans les budgets propres des territoires.
11 s'y ajoule la contribution de la Caisse Centrale de
la France d'outre-mier a ceriaines operations r~aii-
sees par ies coliectivit6s publiques, societ6s d'6cono-
mie mnixte ou entreprises lprivdes. 11 est bon en outre
de rappeler que la C.C.F.O.M. pcut con:;ntir aux
terrAoires des advances consiituant tout ou parties de
ieur contribute on au F.I.D.E.S.
L'cnsemble des operations autorishes par le Co-
mitl diricteur di F.I.D.E.S. depuis 1946 elevie an
31 d6cenibre 1919 L 145 milliards de franc,: en auto-
risaoions d'engagcment. II faut y ajouter une trance
de 57,5 milliards de francs correspondent pour par-
tie dates operations ayant faith 1'objet d'un accord de
principle du Comite directeur du F.I.D.E.S., mais don't
l'engagemiicnt ne sera autorise qu'apres le vote des
credits demands au Parlement pour l'exe;cice 1950,
ct pour partic i des operations nouvclles don't 1'enga-
gement est pr6vu dans le courant du s-cond sc-
mestre 1950. La leateur du demarrage a nlcessit Ic
report de credits de paiement autorises anterieure-
ment au 30 juin 1949. Ces credits so r6:;, rent de
facon :,atisfaisantc. Cependant la deteriii action des
credits de lpaenment a ouvrir en 1950 a tenu compete
de ces reports. Ces credits de pavement t out e ra-
mien6s h 29,7 milhards. II faut y joindre unt tranche
d'operations coiinplmentaires et nouvelles (57,5 mil-
liards de credits d'engagement, 6,3 milliards de cre-
dits de payemnent). Le total des credits de payment
sollcit6s pour 1950 se trouve porter a 36 milliards.
Pour 1951 ct 1952 sont pr6vus respectivement des
credits de payeiment s'elevant a 50 et 55 milliards.
Les advances files par la C.C.F.O.M. aux commu-
nes, organisms publics, soci6t6s mixtes et entre-
prises privecs s'clvent en 1949 a 3,6 billiards de
francs. AprBs examen des dossiers a 1'Ctude actuel-
lement, il avait 6ti prevu qu'clcls sera'ent portees
A 11,5 mill:ards en 1950 pour s'dlever a 15 ct 18 mil-
liards en 1951 et 1952. Le chiffre prevu a dfi Atre
ramend pour 1950 A 4,5 billiards.
Le rapport 6tabli en d6celnbre 1949 indique le coit
des investissements en course dans les territoires
d'outre-mer.









Le tableau se pr6sente ainsi (en millions de fr., chiffres arrondis)


L Programme d'equipement public (F.I.D.E.S.)
a) Operations autoris6es au 31 d6cembre 1949 ....
b) Operations compl6mentaires et nouvelles ......
Total general des programmes d'dquipenent publics
(arrondi) ....................................

II. Investisse'ments a la charge de la C.C.F.O.M.
(avances aux collectivit6s publiques secondaires, 6ta-
blissements publics et entreprises priv6es) ....
Total general arrondi des investissements sur fonds
publics dans les T.O.M ....................... .


Depenses au course :
1949 et annees ante-
ricures



65.000



65.000



5.000


70.000


Total a finance


83.400
54.200

t37.600



4.500


142.400


Sur les 65 milliards repr6sentant les d6penses en cours, la part de la M6tropole repr6sente 33 mil-
liards 600 millions, la part des T.O.M. 31 milliards '400 millions.
Les r6sultats attendus de ces divers investissementssont les suivants :


Riz tonness) .................................. 320.000
Coton tonness) ............................... 42.000
Arachides tonness) ............................ 720.000
OkoumB tonness) .......................... 200.000
Autres bois tonness) .......................... 100.000
Contreplaqu6s (m6tres cubes) .................. 100.000
PAtes A paper tonness) ........................ 50.000
Phosphates tonness) ....... .................. 200.000
Bauxite tonness) .............................. 250.000
Nickel tonness) .............................. 14.000
Fer tonness) .................................. 500.000
Graphite tonness) ............................. 15.000
Plomb minerali) tonness) ...................... 12.000
Chromite tonness) ............................ 100.000
Or tonness) ................................... 12,5
Diamants (carats) ................... ....... 250.000


Departements d'outre-mer
La loi du 30 hvril 1946 s'appliquait A la Guade-
loupe, la Martinique, la Guyane et la R6union qui
sont devenus, depuis, des D6partements d'outre-mer.
Entre 1'6tablissement des premiers budgets sp6ciaux
(1947) et la r6alisation de la r6forme administrative
(1948) il y a eu une p6riode d'incertitude qui a
frein6 la r6alisation des plans d6cennaux locaux. En
attendant 1'6ventuelle constitution d'un organisme
special de financement, une loi du 28 septembre 1948
a ouvert des credits specialement affects A la mo-
dernisation des d6partements d'outre-mer et g6r6s
par la C.C.F.O.M. comme une section du F.I.D.E.S.
Toutefois, certaines r6alisations ont 6te accom-
plies et un programme minimum d'6quipement 6co-
nomique et social lanc6. II doit 6tre achev6 en 1950
mais certain secteurs important : infrastructure,
realisations sociales, recherches agronomiques, mar-
quent du retard. Un programme nouveau destiny A
rattraper le temps perdu dans ces domaines doit
etre lance en 1950. Les actions en course, qui portent
sur 6 milliards et dans les quatre d6partements


en 1952
en 1956
en 1955


en 1956
en 1952

>

>


centre


250.000 en 1948
27.000 >
480.000 >
112.000 en 1947
19.000 >
6.000 >
n6ant actuellement
n6ant en 1948
> >
2.300 >
n6ant
9.000 en 1948
5.000 >
26.000 >
1,6 >
116.000 >


d'outre-mer, les d6penses 'd'investissements en course
A fin 1949 (c'est-a-dire les credits de payment
ouverts I'an dernier et ant6rieurement) se sont chif-
fr6es A 5.900 millions de francs aux prix actuels.
Elles s'616veront a 6.500 millions pour 1950; A 4.200
millions en 1951 et a 1.400 millions en 1952.
On doit retenir ici, en tant que r6sultats essentials
attendus :
I'accroissement de la production sucriere de
200.000 tonnes actuellement A 350.000 tonnes en 1952;
1'6quipement du service des mines de la
Guyane en moyens de production et laboratoires;
le d6veloppement des recherches de minerals
autres que la bauxite et l'or;
l'extension des r6seaux de distribution d'6ner-
gie;
la transformation de pistes en routes modernes
praticables en toutes saisons.
Paralll6ement doit se poursuivre une politique de
r6alisations sociales dans les domaines de 1'enseigne-
ment, de la sante, de l'hygiene social et de I'urba-
- nisme.


Cofit total


148.400
54.200

202.600



9.400


212.000









Les Iles Kerguelen




CONDITIONS DE VIE ET RESOURCES


N OUS demons a M.1. Aubert de la Rue, qui fit parlie, (t ilr:e, dte gdologue el nalu-
raliste de la mission (Ies Iles Kerguelen que dirige 1'Administralemr Sicaud,
d'offir aux lecleurs diu Bulletin ces impressions directes et les documents
pholographiques des pages 30 et 37. 'Ces elements nonueaux complr'lent et recli-
fient dans line certain measure les renseignements deja donnis dans le Bulletin
de dlcembre 1949 (n 138, p. 43).
L'auteur, qui a ddji visild l'archipel en 1928-29 el 1931 vient de passer Irente-
sept jours auix Kerguelen du 11 dicembre 1949 an 15 janvier 1950,; 21 journees
oni 0id consacrdes d des reconnaissances et des investigations scientifiques d I'inte-
rieur des terres. Un group de F~,ancais est inslalli a Porl-aux-Francais sur le
plateau bordant la cdte Nord-Esl du Golfe dii Morbihan.


Si 1'on except le vent, frequent et violent, le climate
de 1'Archipel n'est pas tries p6nible. Il est nime
remarquablement sain. Les 6t6s manquent de chaleur,
mais les hivers sont Ires doux, la temperature
moyenne annuelle ctant de +3". Les temperatures
extrinmes observes sont de --8" et +20", valours
assez exceptionnelles, le thernomnitre se tenant plus
souvent cntre -5' et +10".
Au point de vue dcs tcmpites, il ne semble pas
que cclles-ci soicnt plus fr6quentes en hiver qu'en
etl, la saison froide passant inime pour computer un
plus grand nombre de jours de beau temps.
La mer ne gic pas et ]a banquise polaire en drive
ne vient jamais bloquer les c6tes de l'Archipel.
Les resources propres diu pays, nu point de vue
alimentaire, sont des plus linitees. Le climate inter-
dit les cultures. Quclqucs rares lCgumes hitifs pou-
vant sculs ilre obtenus sous chassis. La flore locale
ne comptc qu'une scule plante comestible : le chou
de Kerguelen. Il manque totalement dans toute la
region de Port-aux-Francais oft les lapins, malen-
contreusement introduits aux Kerguelen, il y a 80
ans, I'ont fait disparaitre. Cette plante pr6cieuse
n'existe plus, en quantity appreciable sur la c6te
Ouest de la Grande Terre et sur un certain nombre
d'iles -- le chou de Kerguelen se mange cru en sa-
lade, il a la saveur de la capucine, mais son ame--
tume est grande.
La chasse permit de sc procurer sans difficulties
des sarcellcs ct des lapins qui sont excellent. Les
resources de la mer, en dehors des moles. tris
abondantes, sont nulles.
L'6evage des animaux domestiques, sur une petite
6chellc, pour Ic ravitaillement d'une station en
viande fraiche, lait et oeufs est realisable, A condi-
tion d'importer du grain et du fourrage pour 1'hiver.
Les essais limits pratiques autrefois i Port Jeanne
d'Arc et A Port Couvreux 1'ont prouve. Les pores
r6ussissent parfaitement bien et les animaux de basse-
cour 6galement.


-- Quelles sont les possibilities econoioiques id
1'Archipel ?
Les derniires campagnes de chusse aux phoques
ont pris fin en 1931. II ne seible pas que des expe-
ditions elandestines soient venues depuis lors chas-
ser l'elephant de mer aux lies Kerguelen, u moins
n'cn constate-t-on aucun signed le long les c6tes
sud-est de I'archipel qui viennent d'etre visitkes et
qui, de tout temps, out &6t parmi les mici eurs see-
teurs tde chasse du group avec les c6tes sud et oues'.
Depuis qu'ont cess&, voici 20 ans, les hicatombes
d'Ilephants de mer, les troupeaux migrateurs qui fre-
quentent les Kerguelen pendant 1'6ti austral ont pu
se reconstituer quelque peu. On peut estin:i-r quel-
ques milliers le nonibre des elephants de mer ren-
contr6s sur les c6tes (lu Golfe du Morbihen et dans
la Baic Norv&gienne.
Les elphanls de mer 6taicnt autrefois e.eu nom-
breux dans le fond des babies cloign6es de la pleine
nmer. Leur nombre n'a nullement augment. C'est
ainsi qu'il n'y en a aucun dans la parties Ouest du
Golfe du Morbihan. L'absence de phoques dans la
region de Port Hopeful doit 6galement itre sou!i-
gnee.
II semble que si une nouvelle concession pour la
chasse aux phoques doive rtre accord6e, il y aura
lieu d'etre prudent et d'exiger du concessionnaire
eventual le respect d'une r6glementation severe, afin
d'6viter la destruction A breve 6chiance du troupeau
actual.
-- I1 existe une regrettable confusion, entretenue
dans Ic public par des articles de press rial infor-
nm6s, quant aux resources economiques respective
des divers groups insulaires formant les 1erres aus-
trales franmnaises. Si les resources de la mer en
poisons et langoustes sont tris riches le long des
c6tes des Iles Saint-Paul ct Nouvelle-Amsterdam, elles
sont nulles, par contrc dans les eaux des Kerguelen.
- Un proedd industrial nouveau permit actuelle
ment d'utiliser 1'algine, extraite de certaines lami-
naires, pour la preparation de substances textiles
artilicielles.








---- *--- OEst Greenwich

KE RGUELEN


0'- -_____ _cd L WA -._----- -'-_.' .- ___
i er

Echelle
3 I Uau n o 20 3o oktl.
--- M -Cass- -- ( Facto'erie
~----..o,,rable dans "ae et Ig l obt Point Jesi-nrnt bes ports connuS























tc dr--cipl-. Ele o suscPtib 0 e- de Ct chute s- -'tai (1111llonent arc6iel, a....










I. i_-.t-t _- .. l... -A' I_ dmand. -'i Laortor slg s ont r 828 p' (C lac.









L(cs privies c golandes ldiminaireu s ont line cxten- L'cnergie hIdso- ;leclrique pourrait 6tre aisment
sion consei able dansles (baces et ic lonp des eats obtenui par l'cqaipement des innotsbrables torrents
cxerieurs o 'archipel. Elles sont susceptible erees dC a chutes d'tans di sillonnnt l'arehipcl, aiment

frsurnir av, ntuCllement une atie. premiere en acr la fontl oi t nciges ct s nglaciers et dont pht-






dle cette substance pourrait sC fire sur place, dh cvcntueleicllict envisage. L'une d'clles, haute de pros
fagon assez simple, parait-il, a condition dc disposer de 30 mdtres, est forne par tn gros torrent des-
de l'6nsrghi clcctri(|iie ncessairc. cendant du Mont Amery, Ic soinniet Ie plus meridio-
Mar



Sorn de I(Euf

7 S ou's tes m Hooker C Sa dwids
T't a .ourbeL
dYr FRI 0 OUR BET T

I o tCharlotte


=--C, F. hon th













re-- -e/








sion considerable dans les baics et te lony des cites obtenue par F'kquipemient des innombrables torrents
extbricures (te l'archipel. Elles sont susceptibles de et chutes We'enu qIui sillonnent F'archipel, aliments
fournir 6n ntucllement une mnatibre premiuire en par la fonte des neiges ut des glaciers et dont plu-
quantite co isid6rable. A la demand du Laboratoire n
des P&chcs Coloniales du Aluskumi dI'H-istoire Natu- 11 existe dans les mnontagnes (te la p6ninsule Cour-
relle, it a 6i proc&d16 A la rdcolte et au scehale d'un bet les plus prochecs (to la nouvelle station de Port-
lot de ces gi andes algues (1acropcystis pyrifera) afin uix-Francais au moins deux chutes d'eau d'un acces
de se rendrie complte si lour teneur on alpine est int6- facile, distantes d'ine douzaine (te kilomitres on
ressante au point de vue 6conomj;ique. L'extraction li-ne droite et dont I'ambnagement pourrait Wtre
de cette substance pourrait se faire sur place, de 6ventuellement envisagb"6. L'une d'clles, haute de prbs
fagon assez simple, parait-il, A condition (te disposer (te 30 mbtres, est formne par un gros torrent des-
de 1P6norgi( 6lectrique nceessaire. cendant du Mlont Amery, le sommict le plus mbridio-







nal (950 m.) de la chain du Crozier et se trouve
sur le flanc Oucst du val Studer inf6rieur. La second
correspond au bras oucst de la rivicre du Chateau
(le principal course d'eau de la partic Sudi de la
p6ninsule Courbet, passant 1 3 kms sculemenit a 'Est
de Port-au-Francais et se je!tcnt dans la Baic Nor-
v6gienne). Ce torrent provenant d'tin grand cirque
s'ouvrant inini6diatement a I'Ouest du Mont (du Cha-
teau, forme brusquement une succession de clinics
d'une hauteur total d'inc contain e di mbires.
Plusieurs tentatives d'levaqge' de nmoulons ont
&tc faites aux Kcrguelen entire 1900 et 1930 par les
soins de la Compagnie G6ndrale des Iles Kerguelen,
qui toutcs aboutirent a des echecs. Ccrlaines ne
furent pas toujours effectuecs dans les regions les
plus propices au point de vue fourrager, mais les
essais realisCs sur l'Ile Longuc, relativement ver-
doyante, n'ont pas WtC plus concluants. Les herbages
qui constituent la mcilleure alimentation du mou-
ton sont les prairies d'acocna, tris developp&cs dans
]a zone littorale, mais qui sont lo'n d'etre d'un seul
tenant, etant entrecoup~es de zones st6riles. D'autre
part l'acoena prospere souvent dans des lieux humi-
des et forme mnme de v6ritablcs marecages qu'6vi-
tent les moutons. Enfin, I'acoena ne verdict quc dans
le courant de d6cembre ct se d6sscche au avril. Les
mioutons ne trouvent done praliquement pas dc nour-
riture durant les mois d'hivcr. II faudrait se preoc-
cupcr d'en faucher des r6scrvcs suffisantcs en 6t6,
mais c'est une plante fragile qu sc r6duit aisemcnt
en poussiere une fois sbche. Sans doute pourrait-on
envisager de la conserver verte dans des silos.
Dcs regions visit6cs, I'une d'ellcs m6rite d'etre
6vcntuellement retcnue pour une nouvclle tentative
d'l6vage en grand, conduite rationncllement. 11 s'agit


di la presqu'ile du Prince de Galles, al une dizaime
de kms au Sud-Est de Port-aux-Francais, peu acci-
denlee ; recouverte de trbs belles prairie, d'acoena
ct don't le sol est g6neralemnent sec. II serait facile
(te la cl6re a la hauteur de I'isthme Bas, en partic
occuni p)ar" des e!;lngs, pour Iqe les im tons ne
puisscnt s'en echalpper.
Tonie idle d'cntreprendre des cilln",cs en un
point quelconque de l'Archipel, mmne dan., la penin-
sule (ourbet de configuration pen accidenite, doit
itre dlfinitivement 6cart6c. La frequence et la vio-
lence des vents, les basses tempDratures de 1'6t6, don't
les mois les plus chauds, janvier et fdvrie-, out une
moyenne a peine sup6rieure A 60 et la nature rocail-
Icuse ou marecageuse du sol s'y opposent. L'6chec
total des quelques essais de culture rdalisis jusqu'a
present est signilicatif.
-- Les prospections minihres faites ant6rieurement
en d'autres parties de l'Archipel n'avaicnt pas donn6
de resultats trts encourageants. Elles avaient con-
firm6, en divers cndroits, la presence dc quelques
depots de carbon de mediocre quality (lignite) et
conduit A la d6couverle de certain gisements de
pierres ornementales (agathe, jaspe) ct de beaux
echantillons de spath d'Islande, malheureusement
isoltes.
Les recherches entreprises durant certi exp6di-
tion n'ont donn6 que des resultats nCgatifs, aucune
substance mindrale d'interet 6conomique n'ayant &tc
rencontree.
La nature gtologique de la Ptninsule Courbet, pas
plus que cclle du rest de I'Archipel, n'est favorable
a des dccouvertcs miniires.
AuIrERT DE A. RUE.






















NOUVELLES DE FRANCE



LA VIE PARLEMENTAIRE


ASSEMBLE NATIONAL

Les incidents de C6te d'lvoire

L'Assembl6e Nationale a fix6 le 15 f6vrier la
date de la discussion des interpellations de
MM. Lisette (R.D.A.-Tchad), Bayrou (A.D.S.-Ga-
bon), Cermolace (comm.-Bouches-du-Rh6ne),
Felix Tchicaya (R.D.A.-Gabon), Arthaud (comm.-
Vaucluse), Citerne (comm.-Deux-S6vres),, Wal-
deck-Rochet (comm. Sa6ne-et-Loire), Castellani
(A.D.S.-Madagascar) et Mamadou Konate (R.D.
A.-Soudan) sur les r6cents incidents en C6te
d'Ivoire.
M. Letourneau si6geait au bane du gouverne-
ment.
Le ministry indique A l'Assembl6e qu'une en-
quete est en course. II announce qu'il compete se
rendre lui-m6me en C6te d'Ivoire au debut de
mars pour y proc6der a une enqu6te personnelle
et il a demand qu'on report a son retour la
discussion des interpellations. II a propose la
date du .18 mars.
Aprbs une br6ve,intervention des interpella-
teurs, le ministry a affirmed, alors, que l'Admi-
nistration est en measure de maintenir l'ordre
public et de garantir la liberty& des populations
autochtones.
II a ajout6 que la justice < suivra son course
dans la s6renite et apres avoir indiqu6 que
Mme Matarasso s'6tait conduite, en Afrique Noire
moins en d6fenseur qu'en agitateur, M. Letour-
neau souligne qu'il s'agit d'un < plan d'ensem-
ble tendant a secouer, les uns aprbs les autres,
nos territoires d'Outre-Mer >.
II a donn6 lecture d'une circulaire sign6e de
M. d'Arboussier et s'est oppose a l'envoi d'une


Commission parlementaire d'enquite avant que
l'instruction judiciaire en course soit achev6e. Le
renvoi A la suite a 6t ordonn6 par 400 voix con-
tre 201.

Les soldes et indemnit6s des fonctionnaires
relevant du Ministere de la F. O. M.
Le 21 f6vrier, l'Assembl6e Nationale a proceed
a l'examen de la proposition de loi de M. Lamine-
Gueye, tendant A fixer les conditions d'attribu-
tion des soldes et indemnit6s des fonctionnaires
relevant du minist6re de la France d'Outre-Mer.
M. Lamine Gueye, rapporteur de la Commis-
sion des Territoires d'Outre-Mer, fait observer
qu'il s'agit de fixer, A des taux uniforms, les
traitements de ces fonctionnaires, quelle que soit
leur race.
M. Duveau (M.R.P.-Madagascar) a appuy6
M. Lamine-Gueye. M. Burlot a indiqu6 que la
Commission des Finances n'6tait pas en 6tat de
faire connaitre son avis.
M. Letourneau a propose qu'apres la discus-
sion g6n6rale, A la suite du d6bat soit renvoy6e.
Les commissions seront saisies d'un nouveau
texte d6pos6 par le Gouvernement,
M. Senghor a indique que les ind6pendants
d'Outre-Mer voteront le texte de la Commission
< pierre angulaire dans l'edification de l'Union
Francaise >.
M. Aubame s'est f6licit6 de voir mettre fin aux
in6galit6s actuelles. Puis M. Malbrant (A.D.S.) a
soulign6 quelques inconv6nients de la proposi-
tion.
La discussion s'est poursuivie le 23 f6vrier.

11








M1. Inrlol, puis 3L. Laniherl onl expos& les con-
clusions des commissions des Finances et de la
Defense Nationale, pr6sentant, notamment, un
certain nonbre dte reserves quant aux inciden-
ces Cconomiques cl financibres de la proposition
de loi ct quant aux consequences qu'elle pour-
rait avoir sur le recrutement de 1'arnme.
La discussion g6neralc est close apres les in-
Lerventions de MM. Tchicaya (R.D.A.) ct Sissoko
(Soc.) qui tous deux, insistent pour l'adoption du
tcxte en discussion.
L'Asseimble decide que les fonctionnaires cu-
ropeens touclicront, au depart de la mitropole,
un p6cule -- que perccvront, egalement, les
fonctionnaires d'Afrique muths en France.
D'autre 1)art, lc rapporteur, M. Laniine Gueye,
donne l'assurance formelle (Iuc le statut des ini-
litaircs nc scra pas modific.
L'enscimlle a etd adopt, a l'unanimit6 des 427
votants.

CONSEIL DE LA REPUBLIQUE

Ratification des accords avec le Laos,
le Cambodge et le Vietnam

Le Conseil de la 6Repuhliluc aaborde le 1" I'-
\ ier, en presence de M. Lelourneau, ininistre dti
la France d'Outre-Mer, I'examinn du project relatli
Li la ratification des << Accords concernant le Viet-
naii, Lc Laos ct lc Cambodge >, rapport par
.M. Dronne (A.D)..-Sarthc).
La discussion g6n'rale, qui s'est ])oursuivic eI
seance de nuit, a 6tc6 )rkced6e lpar les ex\)os6s des
deux rapplorteurs : 3MM. Dronne, pour la Conm-
mission de la France d'Outre-Mer, ct Peze'
(M.R.P.) pour celle des Affaires Etrangercs.

Apres avoir loiguenient lappele I'hislorique et le
contend des accords concliis ntre le Vietnam, ]e
.aios, le Cambodge et la France, M. Dronne a )pre-
scnt6 diverse remarques 6mises par une lres large
majority de la Commission. Celle-ci aurait souhaitc
la presentation de trois projects sp6ciaux, tenant
c:miple des personalities distinetes des trois Etats.
I'lle a estimni que la reconnaissance d'Ho Chi Milih
par Mao 'Ts T'oung et par I'U.R.S.S. a montre que la
ratification efit di ktre demanded plus t6t.
L'intervention te M. Pezel fut plus particuliere-
ment consacrCe i 1'analyse des stipulations diploma-
tiques des Accords. ,'orateur tint, cependant, it sou-
ligner, de sio-ce6t, I'cffort de pacification poursuivi
par la France.
Le rapporteur devait, egalement, souligner an pas-
sage, la gravity des consequences de ]a reconnais-
sance dIu (;ouverneient Ho Chi Minh par I'UT.I.S.S.
et marquer la necessity d'une lhationisation des poli-
tiques suivies par les puissances en Extreme-Orieiil
et dans le Pacifique Sud.
La seance a repris par tu exp,'osi du Minoistre de hi
IFrance d'Outre-Mer.
Analysanl le contenu des accords, Ic miniistre a
soiligne, it la fois, le fail ique les jeunes Jatals bIlei-


licieraicnl (I'ueic iindicpendance el d'une souveraincle
authentiques dans lc cadre de ]'Union Francaise ct
les measures prises pour preserver les biens et inte-
riLts francais en Indochinc.
Quant aux n6gociations qui furent menees, M. Le-
tourneau tint l marquer < la particulitre continuity
de la politique francaise dans ce domain, notam-
mcent depuis la decision prise en septembre 1947 par
M. Moutet, lors de 1'appel de la Baic d'Along >>.
Le ministry a conclu en saluant < d'une maniere
particulirement affectueuse et respectueuse >, les
soldats d'Indochine, aux applaudissements des s6na-
It.urs, coinlmunlistes excerpts.
Au course de son discourse, M. Lelourneau a pre-
cise que le Haut-Conseil de 1'Union Francaise serait
en nmesure de fonctionner aussit6t apres la ratifica-
tion.
M. Durand-iRevillc (R.G.R.) topt en se ialliant i la
ratification a fait quelques reserves sur le contenu
de ceux-ci.
M. Hauirion (Soc.) consider les accords come
<, Ires favorables et reconfortants >>. C'est, dit-il,
iine rrpoiise peut ttre incoml)letc, mais valuable aux
aspirations victnamiennes h hereue oi sent dechai-
n6s eIs nationalisincs asiatiques >.
IL'orateur eniet ]'esloiir que les accords produiront
nil clhoc isycliologiqtiu susceptible de iiittre lin i
un guerre civil douloureuse.
.'intervention de M. )David (con.) provoque qucl-
titues reilous.
M. lamoii (M.H.l'.) vin[ t i la triune protester con-
Ire la faecon ( don't I'T.I.S.S., er rcconnaissant le
ioiuvcrnemint I ]Io (Chi Alinh, s'Mtait iiniiscee dans
les questions ne relevant que de 1'Union Fran.aise >.
TI rendit Iiominage nux soldats victiines de leur de-
voir, ct ine nouvelle fois la quasi-totalitC des s6na-
tcurs et l(es inellbres lti gouverfnenlllnt, se leverent
plour se joindre i cl lhoinnage.
Dans une intervention, M. Plaisani (R.G.R.) souli-
gnant que le deal s'tlait 61eve sur lc plan interna-
tional, indiqua que le ininistre des Affaires 6tran-
icrecs avait reeu de l'ambassadcur des Soviets une
response rejetant la note du gouvernemnent frangais,
ajoutant (Iue I'U.I.S.S. ne considerait pas coinmc
possible I'examen de eette note. < C'est lh, dit-il, un
ton surprenant et en contradiction avec le pacte de
1944. Non sculement les Soviets s'immiscent dans les
af'aires intericures de la France, mais encore ils
noiconnaissent par leur note les usages internatio-
lnaux >> .
M. Schneiler, Ministre des Aflaires etrangeres par
intirini, reimercia le Pr6sident tie la commission des
Al'aires cirangeres et le Conseil de la tres large
i;'l)robalioin don't ii avait faith preuvc, et don't le sou-
lien liii sera precieux.
I,. President du Conscil a pris cnsuitc la parole.
II a notaiiimment dclar6 :
<, Lc youverinemnct a eslinm indispensable de fair.
duns le cadre de l'Union Frangaise, a des homes
qui n'elaient pas des agiesseurs, une situation aussi
libralc que possible. C'est pourquoi le mot < indi-
piudtance ,, quc le Gouvernement n'o pas employ
lorsque les communisles taientd associs a(l pouvoir,
I'a ( t lorsquc les conuiuni.isles en ficrul parlis.








< Aujourd'hui, note pays est vise sur son terri-
toire national et sur l'ensemble de l'tnion Franfaise.
< L'un des points les plus gravement menaces est
l'lndochine.
<< La France est engage dans une entreprise sans
precedent dans l'histoire du monde et fondle sur la
liberty, elle a eu raison de le faire.
I II faut tenir compete de'toutes les conditions en
cause et de l'immensitl du pdril pour resserrer les
liens de millions d'hommes qu'anine le mdme ideal
et qui ddfendront la mnme cause >.
Apres des explications de vote, le project fut
vot6 par 294 voix contre 20 (comm.).


R6organisation de I'6mission a Madagascar

Le 1" fevrier, le Conseil de la RWpublique a
adopt le project de loi portant r6organisation' de
l'mnission A Madagascar.
Ce project fut vot6 dans un texte tres voisin
de celui de 1'Assembl6e Nationale.


Motions sur les incidents de C6te d'lvoire

Au course de la reunion qu'elle a tenu le 8 fe-
vrier, la Commission de la France d'Outre-Mer
du Conseil de la R6publique a adopt, A l'unani-
mit6 des commissaires presents, deux motions
relatives aux incidents de la C6te d'Ivoire.
La premiere, 6manant de M. Durand-Riville, s6na-
teur R.G.R. du Gabon, est ainsi conque :
< Prenant acle de la reconnaissance par i'U.R.S.S.
et un certain nombre d'Etats satellites de celte der-
nitre du soi-disant gouvernement de la Republique
dmnocratique du Viet Minh, la Commission s'6leve
avec indignation contre l'intrusion inadmissible que
constitute un tel acte, d'un Etat al[id d la France par
un traits d'alliance auquel notre pays n'a cess6 de se
conformer, dans la politique intdrieure de l'Union
Frangaise, et en contradiction au surplus avec l'ar-
ticle 2 de' la Charte des Nations Unies.
< DWnonce l'incontestable relation qui existe entire
cette strange action diplomatique, le sabotage dans
la metropole du ravitaillement die nos soldats en
Indochine et les douloureux et sanglants incidents
provoquis en Afrique francaise par un parti politi-
que apparemment africain, mais devenu, en reality,
au fur et t measure qu'il perd de son prestige vis-a-vis
des populations africatnes franFaises, I'instrument
pur et simple du communism international >.
Par cette motion, la commission envoie son salut
affectueux et ses encouragements aux populations de
I'Afrique franCaise < qui l'ont saisie par tUligrammes
d'appels angoisses a la protection francaise contre
l'oppression et de protestations emouvantes de leur
attachment d l'Union francaise >.
Elle demand au gouvernement a de repondre avec
serenitW, mais avec toute la vigueur compatible avec
la lgalite rppublicaine d ces appeals >, et de prendre
d'urgence toutes measures en vue de pr6venir tous
incidents de cette nature, tant en France que dans
d'autres territoires de 1'Union francaise.


La second motion, adopt6e sur l'initiative de
M. Marc Rucart, s6nateur R.G.R. de la Haute-
Volta, est plus particuliirement consacr6e aux
6v6nements de la C6te d'Ivoire, elle declaree que
la responsabilit6 de ces 6v6nements < income
aux dirigeants du Rassemblement Democratique
Africain >.
Cette motion estime < qu'on ne saurait assimiler
a une action normal de propaganda politique ni
d'organisation des services d'ordre ou des tribunaux
de parties, ni la substitution de versements de eotisa-
tions au recouvrement des imp6ts, ni les votes de
fait contre les citoyens qui refusent d'adhdrer au
R.D.A., ni les appeals i la violence contre les agents
de l'autbritU, ni les entreprises de force pour suppri-
mer les marches ou interdire les ventes et les achats
de productions ndcessaires d l'alimentation >.

ASSEMBLE DE L'UNION FRANCHISE

Les 6v6nements de la C6te d'lvoire
La Commission de politique g6nerale de l'As-
semblie de l'Union Francaise a entendu le
8 f6vrier un expose d6taill6 du Ministre de la
France d'Outre-Mer.
Aprbs l'audition du ministry, et en conclusion
du rapport pr6senti par MM. Schmitt et Schock
(M.R.P.) relatif a ces 6v6nements, la commis-
sion a adopt le texte d'une proposition invitant
le Gouvernement A prendre toutes measures pro-
pres a garantir l'ordre et la liberty constitution-
nelle, a recr6er un climate de confiance entire
tous les 616ments de la population int6ress6e et
a 6tablir clairement les causes et les responsabi-
lit6s des 6meutes.
Les 9, 10 et 14 f6vrier, l'Assembl6e A discut6
la proposition de MM. Schmitt et Schock et des
membres du group M.R.P. tendarrt a demander
au Gouvernement de prendre toutes measures
utles pour r6tablir l'ordre public A la suite des
r6cents 6vbnements de Bouafle et Bouake.
M. Shock (M.R.P.) rapporteur, a estim6 que les
troubles r6sultent d'une reaction de defense du
R.D.A. don't influence est en regression. II a 6voqu6
ensuite les 6evnements du 6 f6vrier et ceux de Grand
'Bassam. II a cit6 une declaration de M. d'Arboussier
don't il estime qu'elle signifie que les troubles ne sont
pas terminus.
M. d'Arboussier (R.D.A.) a fait a son tour un
expos des Bvenements qu'il impute f un manque de
sang-froid de la part de l'administration qu'il accuse
d'avoir entretenu une psychose de terreur < parmi
1'616ment europ6en >.
AM. Djim Momar Gueye (S.F.I.O., S6n6gal) s'est fait
l'interprbte du loyalisme de ses compatriotes et
exprim6 sa confiance en la justice.
M. d'Arboussier a rejete toutes les responsabilites
sur administration. II a conclu A 1'envoi en A.O.F.
d'une commission d'enquet objective.

13








M. Monnet (R.R.) estime que M. d'Arboussier n'a
pas donn6 du R.D.A. une image exact; il a d6mon-
tr6 la mainmise du parti communist sur ce mouve-
ment. II ne.pense pas que 1'envoi d'une commission
d'enqute soit susceptible de ramener le calme.
M. Zinson (Dahomey, I.O.M.) a donned lecture d'une
motion de son group qui c regretted et desapprouve >>
l'action ayant about aux evenements de C6te-d'Ivoire
et en d¬e l'origine dans la politisation des fonc-
tions publiqucs. La motion insisted pour que le Par-
lement soit tres exactement rcnseign6 sur la situa-
toin en Afrique Noire et en Cote-d'Ivoire sp6ciaie-
ment, pour que toutes measures soient prises afin de
r6tablir la paix des esprits.
La discussion s'est poursuivie Ic 10 f6vrier.
M. Sehimitt (M.R.P.) a d6clar6 que l'iinportance
qu'attache l'Assembl6e aux graves 6evnements de
C6te-d'Ivoire se manifesto par le nombre des pro-
positions qui lui ont it6 soumises. II pense que cc
qu'il faut, c'est rechercher et 6tablir les causes et
les responsabilit6s des 6mcutes et faire la justice.
M. Lapart (Soudan, N.I.) est intervenu pour rap-
peler le r6cit des 6cynements fait par M. d'Arbous-
sier et a demanded au gouvernement qui mieux que
personnel doit Wtre inform, de dire si M. d'Arbous-
sier a dit la v6rit6 ou non.
M. Schmitt (N.E.) n'a pas mis en doute la bonne
foi de M. d'Arboussier, mais doute de la v6racit6 des
faits sur lesquels les temoignages ne sont pas concor-
dants. II appartient A la Justice d'6tablir la vdrit6 de
ces faits.
M. d'Arbouissier (R.D.A.) expose ensuite les raisons
pour lesquelles il ne votera pas la proposition socia-
liste qui fait confiance au gouvernement. II met sur
le compete du gouvernement les six 6venements san-
giants qu'il a mentionnes ct par l'entremise de ses
fonctionnaires les responsabilites des troubles graves
et des morts, et announce qu'il pr6scntera un contre-
projet.
L'orateur declare ensuite que les relations entire les
membres du R.D.A. et du Parti communist ne sont
pas la subordination nais une franche collaboration.
Les peuples d'Afrique Noire connaissent leurs amis :
les forces d6mocratiques du monde enter, et leprs
ennemis : c les colonialists et imperialistes de tout
poil >.
M. Monnet (C6te-d'Ivoire, R.R.) intervenant, a fait
remarquer que M. d'Arboussier s'efforcee d demon-
trer que le R.D.A. n'a pas pris des communists
come militants parcel que communists, mais parce
qu'ils 6taient ses meilleurs militants. Par lh mieme,
ajoute-t-il, le R.D.A. introduisait a sa tkte des com-
munistes, et c'est un fait qu'ils dirigent ce parti. C'est
par la faute du Parti communist que le R.D.A. a
pris ce caract6re aigri et dangereux qu'il a mainte-
nant.
M. Albert Sarraul (R.H.) a constant que M. d'Ar-
boussier mettait l'accent sur ses sympathies avec ]e
Parti communist. IL s'cst indigne des efforts faits
pour d6truire la vitality, la liberty et l'existence de
la France. II s'est efforc6 de d6montrer le caractere
< colonialiste et imp6rialiste >> de 1'U.R.S.S., don't il
a expos les objectifs et les manoeuvres d'ensemble.
II a fait le proc6s du regime sovi6tique qui opprime
f la fois la personnel physique et la personnel morale.


La discussion s'est terminie le 14 f6vrier.
Le 14 f6vrier, dans la discussion g6n6rale, M. Cor-
tinchi (Soudan, A.E.S.) a d6clar6 qu'il n'est pas suffi-
samment 6claird sur cette important question et a
conclu a I'envoi d'une commission d'enqukte.
M. Barbs (com.) a violemment pris A parties M. Sar-
raut et exprime l'opinion que l'opposition de la
commission de politique g6n6rale a l'envoi d'une
commission d'enquete traduisait la peur de la v6rite.
M. Aldwy (S.F.I.O.) a approuv6 les terms du dis-
cours de M. Sarraut.

AI. Aujoulat, secr6taire d'Etat a la France
(l'Outre-Mer a affirmed le souci du Gouvernement
dc ne pas laisser se d6velopper l'6preuve de
force tent6e par le R.D.A. II rend hommage au
sang-froid du service d'ordre qui ne s'est pas
servi de ses armes. La justice suivra son course.
Le Gouvernement veut que toute la lumiere soit
faitc. II accepted une commission d'enquete de
l'Assembl6e Nationale, A condition que son ac-
tion n'empietc pas sur celle de la justice.
II n'y a pas d'anti-communisme systmatique
dans l'attitude de l'Administration A l'6gard du
R.D.A., mais une defense n6cessaire centre une
action seditieuse nettement caract6ris6e. Le Gou-
verncment s'y opposera fermement mais ne fera
pas de martyrs.
Par ailleurs il n'ignore pas que trop de reven-
dications des Africains restent pendantes, le
code du travail, le probleme de la r6organisation
de la sant6 publiquc, celui de l'enseignement, de
l'habitation, etc... La veritable lutte contre le
communisme est dans une vaste action social
et ddmocratique en Afrique.
L'orateur regrette que le R.D.A., qui au d6but,
avait rassembl6 les esprits les plus 6clairds
d'Afrique pour des revendications lCgitimes, ait
sul)i de plus en plus l'influence communist et
perdu son caract&re en se livrant A la sedition,
mais conclut-il l'oeuvre sera poursuivie pour le
bien des peuples d'Afrique.
M. d'Arboussier (C6te-d'Ivoire, R.D.A.) dans sa r6-
plique a MM. Alduy et Aujoilat, s'est plaint de ce
que les avocats des inculp6s ne puissent accomplir
leor tAlich. )'autre part, il explique 1'attaque de cer-
taines maisons par le fait que des coups de feu en
avaicnt 6tC tir6s.
II a renouvel6 la demand d'envoi d'une commis-
sion d*enquete.
Un contre project communist demandant l'en-
voi immddiat d'une commission d'enquete a 6t6
repousse par 84 voix contre 59 sur 143 votants.
L'cnsemble de la proposition a Wt6 adopt par
124 voix centre 34 sur 148 votants. L'Assemblie
invite le Gouvernement :
1. -A assurer, en dehors de toute discrimi-
nation racial, la garantie des libert6s constitu-
tionnellcs a tous les citoyens.








2. -.A 6tablir clairement les causes et les
responsabilit6s des 6meutes, tant en Afrique que
dans la M6tropole et,
3. A prendre toutes mesurespropres i re-
cr6er un climate de confiance entire tous les ele-
ments de la population de la C6te d'Ivoire.
Il invite d'autre part l'Assemblee Nationale au
cas ofi elle d6signerait une commission charge
d'enqueter sur les 6v6nements de la C6te d'Ivoi-
re A int6grer dans cette commission des repr6-
sentants de l'Assembl6e de l'Union Francaise,
choisis par celle-ci.

L'Assembl6e Repr6sentative territorial
de la Nouvelle-Caledonie
Les 26 janvier, 2, 7 et 21 f6vrier, l'Assemblhe
a discut6 une demand d'avis sur un project de
loi fixant le regime electoral, la composition et
la competence d'une assemble representative
territorial en Nouvelle-Cal6donie, ainsi qu'une
proposition de loi de M. Colardeau (U.R.R.) et
des membres du group communist, conseillers
de la R6publique, une proposition de resolution
de M. Gaignard (M.R.P.) et des membres de son
group, et enfin une proposition de resolution
du lieutenant-colonel Bichon (U.M.O.M.), sur le
meme objet.
Dans son expose, M. Gaignard, rapporteur de
la Commission de politique g6n6rale insisted sur
le fait que le project qui est soumis a l'approba-
tion de l'Assembl6e parait r6pondre tout aussi
bien aux vceux des Cal6doniens qu'aux disposi-
tions et A l'esprit de la Constitution. II tient
compete 6galement de la phase actuelle de d6vc-
loppement du territoire et de ses possibilities
dans l'avenir.
Le d6bat s'est poursuivi le 2 f6vrier.
Le lieutenant-colonel Bichon a expose les ca-
racteres de ce territoire don't il est originaire, et
demand pour lui une solution particuliire.
Outre les travailleurs japonais et indochinois,
la population comprend trois 616ments distincts :
1. Les autochtones, d'origine m6lanesienne.
2. Les Cal6doniens, tres attaches A leurs
pays cal6donien et don't beaucoup n'ont jamais
vu la France ni les pays voisins.
3. Les m6tropolitains.
L'autochtone, precise l'orateur, est tres atta-
ch6 a ses coutumes et A ses droits mat6riels et
moraux, ainsi qu'A l'organisation des tribus. 11
ne faut y toucher qu'avec prudence ; les 30.000
Melanesiens sont r6partis en 300 tribus et 38 dia-
,lectes.
Il faut prendre garde, de ne pas imposer de
solution non adapt6e Chaque people de l'Union
Frangaise ddclare-t-il, doit suivre sa voie propre,
sans hearts, dans le respect de ses costumes et
de ses croyances. >


M. Jousselin (M.R.P.) signal a l'attention de
l'Assembl6e deux contradictions par rapport a
des positions prises pr6c6demment.
II y a contradiction, d'abord, entire le regime
electoral propose et la position d6jA prise par
l'Assemblee de l'Union Frangaise en ce qui con-
cerne les Assembl6es territoriales de l'Afrique
Noire. Pour etre logique, c'est le suffrage uni-
versel qui devrait 6tre adopt. Le syst6me envi-
sage tend A enlever le droit de vote A 30.000
habitants sur 50.000.
Il y a contradiction ensuite entire la condition
de droit public qui est celle de la population
autochtone de Nouvelle Cal6donie et la position
prise par la France sur le plan international
relativement A ce territoire. Or, en vertu de la
Charte des Nations Unies, la Nouvelle-Cal6donie
pouvait 6tre consid6ree comme territoire non
autonome mais un texte official reconnait qu'elle
est un territoire autonome.
M. Egretaud (Com.), signal que l'une des ori-
ginalit6s de la Nouvelle-Cal6donie est que les
deux 616ments de la Population tendent vers
l'6quilibre : 20.000. blancs, 30.000 autochtones ;
de. plus beaucoup de blancs ont fait souche, au
contraire des pays d'Afrique. Il s'agit de trouver
la solution just au problem actuel, ce qui n'est
pas le cas, precise l'orateur, puisque sur 10.000
electeurs, il y a 9.000 blancs et 1.000 autochto-
nes. II a d6plor6 que les autochtones soient 6car-
tes du Conseil g6enral et affirm que le project
du Gouvernement 6tait destine A assurer la
main-mise capitalist sur l'6conomie du terri-
toire.
L'orateur demand en conclusion, 1'6tablisse-
ment d'un Conseil g6n6ral comprenant deux sec-
tions, avec un nombre 6gal de membres, sie-
geant ensemble et elues A la proportionnelle.
M. Alduy (S.F.I.O.) se declare partisan du col-
16ge unique car ce n'est pas avec le double col-
l6ge que l'on combat le racism, au contraire on
le perp6tue.
L'Assembl6e a ensuite abord6 la discussion
general du project.
Un amendment a l'art. 2 de M. Bichon main-
college, d'origine communist a e6t repousse par
87 voix centre 39 sur 126 votants.
Un amendment A l'art. 2 de M. Bichon main-
tenant 1'equilibre entire Noum6a et la brousse a
6te egalement repouss6, de m6me qu'un amende-
ment A l'aft. 5 pr6cisant que les electeurs des
deux sexes doivent savoir lire et 6crire le fran-
cais.
La discussion s'est poursuivie le 7 f6vrier ; un
certain nombre d'amendements ont 6te adopts,
d'autres renvoyes A l'6tude de la Commission.
Elle a repris le 21 f6vrier.
Dans le vote sur l'ensemble, M. Catrice, au
nom du M.R.P., declare qu'il votera l'ensemble








du texte qui est susceptible de rcaliscr un pro-
grbs politique veritable en Nouvelle-Caldonie c:i
donnant satisfaction aux 16gitimes revendic,-
lions des autochtoncs. 11 sera, contrairement :aux
craintes de M. Bichon, la mcilleure defense coii-
tre le communism.
M. Bichon (Nouvelle-Cal6donie (U.M.O.M. Ind.)
a dtsapprouv6 le project ;: n consequence, ii
s'est abstcnu.
M. Gaiginard (M.R.P.), raporleur, s'cst abstenu
lui aussi dans le vote final, car le project apres
les amendments adopts, est a son avis devenu
un monstre qui ne contribuera pas a l'6tablissc-
ment de la paix entire blancs ct noirs en Nou-
velle-Cal6donic.
M. Egretaud (Com.) a remarqu6 que les votes
annonces de tous c6tes scraient 6mis en fone-
tion de F'anticommunisme. Le project final est
loin de celui qu'ils avaient eux-mimes presents,
mais son group le votera.
M. Boluix-Basset, au nom du group U.M.O.M.
a d6clare qu'il voterait centre le project, tandis
que M. Jousselin (M.R.P.) le.votera.
M. Aldiu (S.F.I.O.) a d6clar6 son tour que
les socialists voteraient le project qui institute la
d6mocratie ; partout oii la d6mocratie fonctionne
normalement, le stalinisme n'a aucune chance.
M. Juge (M.R.P.), pour les memes motifs, a
vot6 le project. Finalement mis aux voix par scru-
tin public, il a Wte adopt par 103 voix centre 19
sur 122 votants.

La liberation des changes
Les 21, 23 et 24 f6vrier l'Assembl6e a discut6
la proposition de MM. Egretaud, Boubou Hama
et des mcmbres des groups communists ct du
R.D.A. et apparentes, tendant d inviter le Gou-
vernement a prendre d'urgence, toutes disposi-
tions propres A faire lesser la grave menace de
m6vente et de ch6mage que faith peser, sur les
populations d'outre-mer, la rccente measure de
< Liberation des changes .> visant de nombreux
products coloniaux.
M. Gueye Momar Djim (S6negal S.F.I.O.), rap-
porteur, fait un large expos sur le probl6me
vital qui se trouve pos6 pour les rapports entire
la m6tropole et les territoires d'outre-mer, pro-
bleme vital aussi pour l'avenir 6conomique et
politique de l'une comme des autres. Il rappelle
les arretes du 5 octobre 1949 et des 27 d6cembre
1949, don't les dispositions sont graves de con-
sequence pour ces territoires, et la port6e que
risque d'avoir la position de principle qu'elles
tentent d'"tablir.
Il s'agit de savoir, pursuit l'orateur, si l'on
veut demeurer enchain6 par les int6rets particu-
liers, s'acharner a couler dans le moule de la


cooperation international I'antique airain dul
pacte colonial, ou bien de rallier effectivement
iuix measures &eonomiques ct sociales sur quoi
doivent se baser la stability politique et la paix
dans l'Europe occidentale.
Puis il demand dans quelle situation sont
places les producteurs des territoires d'outre-
imer satellites de la France, lorsque la mrtropole.
par la liberation des changes, met en concur-
rence leurs products avec les similaires 6tran-
gers. Tandis que refusant d'6tendre cette lib6ra-
tion des changes aux importations don't ont
besoin les territoires d'outre-mer, elle les con-
traint de ne pas b6n6ficier, pour leurs achats, de
cette meme concurrence qu'elle leur impose A la
vente.
En conclusion il a souhaite que le texte de
synth6se qui a Wte adopt par la commission ait
l'approbation de l'assembl6e.

Dans la discussion g6nerale, M. Rend Moreux
(M.R.P.), reconnait que le movement de 'histoire
tend a l'unification des resources de la plankte et
a la suppression des barrieres qui s'opposent aux
changes. Mais il y faudra du temps, car une tell
transformation ne s'accomplira pas sans boulever-
sement des economies particulieres. D'ailleurs, les
protagonistes de la liberation des changes, eux-
mnmes les Americains ne mettent nullement
leurs actes en accord avec leurs principles. Ils restent
protectionnistes. Tout en nous conseillant le vendre
A 1'Amerique pour acqu6rir des dollars, ils s'oppo-
sent h P'entr6e de nos products, c'est qu'il s'agit de
prot6ger le haut niveau du revenue national ameri-
cain, pass de 72 milliards de dollars A 200 en
dix ans.
II 6tudie alors successivement le sort d un grand
nombre de products d'outre-mer. La situation de cer-
tains de ces producteurs est certes d6favoris6e, ce-
pendant il ne semble pas que les r6centes measures de
liberation des changes soient alarmantes, A la seule
condition d'etre vigilants et de maintenir des droits
de douane suffisants A I'6gard des products strangers
Tant que 1'6conomic des territoires d'oulre-mer ne
sera pas assez forte, il est impossible de la laisser
affronter sans protection la concurrence des pays
puissamment cquipes.
Au Pacte Colonial. nous avons substitu,, conclut
l'orateur, la pr6f6rence imp6riale. Il faut :a mainte-
nir tout le temps qu'il faudra.
M. Egrelaud (com.) a affirm que les difficulties
don't souffrent les producteurs d'outre-mer sont la
consequence naturelle du plan Marshall.
M. Gentet (Madagascar) a souhait6 qu'il ne soit
pas oubli6 que la majority des planteurs est autoch-
tone et que la fermeture de toute usine outre-mer
frappe avant tout les ouvriers autochtones. VoilA
quelles sont les victims des r6centes measures. Si
c'6tait pour le bien de la M6tropole, nous y consen-
tirions, ajoute-t-il, mais il semble bien qu'il s'agisse
surtout de la sauvegarde d'int6rets strangers.
Craignons, en tout cas, poursuit-il, de fire nous-
memes le jou des communists en dressant centre








la France les autochtones fiddles certes, mais qui
ont avant tout besoin de vivre.
Telles sont les raisons pour lesquelles ii votera le
texte pr6senti par la commission.
M. Georges Riond (U.N.O.M. ind.) a d6clar6 qu'au-
cun pays ne peut satisfaire A ses besoins. L'autarcie
n'est done pas une solution. II faut tendre a la lib6-
ration des changes. II a approuv6 l'expos6 de
M. Moreux.
M. Jacobson (M.R.P.), president de la Commission
du Plan, a montr6 l'effort d'6quipement r6alise
outre-mer par la France depuis l'origine de ses entre-
prises. Par ailleurs, du fait de la devaluation, les
sommes investies outre-mer equivalent A des cadeaux.
En effet, 200 millions-or pr6t6s en 1914 aux terri-
toires d'outre-mer et rembours6s aujourd'hui en
francs-papier equivalent A un million-or.
II a soulign6 l'effort d'6quipement fait a l'heure
actuelle.


M. Guege Momar Djin (Sen6gal, S.F.T.O.), rappor-
teur, a estimb qu'll fallait consid6rer l'etat de fait
actuel : << Libert6 des &changes >. Ce qu'il faut, c'est
que la liberty ne soit pas A sens unique mais qu'elle
existe A l'importation et A l'exportation.
II a adress6 i l'Assembl6e un Bloquent'appel pour
que de justes measures soient prises pour le d6ve-
loppement de l'economic africaine, I'tnion de la
technique europ6enne et des resources de l'Afrique
devant cr6er le bonheur de tous.

Trois contre projects ont 6te d6pos6s, le pre-
mier par M. Riond (U.M.O.M. Ind.) qui a 6t6
retire, le second, par M. Moreux (M.R.P.) et le
troisi6me par M. Egretaud (Com.).
L'Assembl6e a exprim6 le d6sir qu'on arrivft
a un project de synth6se entire celui de la commis-
sion et celui de M. Moreux. Le project a en con-.
s6quence W6t renvoy6 A la Commission des Af-
faires 6conomiques.


L'ACTIVITE MINISTERIELLE


Le voyage de M. Letourneau en A. O. F.
Lu 1" mars au 18 mars, M. Letourneau doit
accomplir en A.O.F. un voyage qui le condnira
A Dakar, Saint-Louis, Conakry, Kankan, Bama-
ko, Djenn6, Mopti, Ouagadougou, Bobo-Diou-
lasso, Abidjan, Lom6, Cotonou, Niamey et Gao.
Au moment de quitter Paris, le ministry de
la France d'Outre-Mer, interrog6 sur le but et le
sens de son voyage, a fait la declaration sui-
vante :

II est natural que le Ministre de la France
d'Outre-Mer ait tenu d prendre un contact per-
sonnel avec les autoritis et les populations du
plus important des groups de Territoires qui
font parties de l'Outre-Mer Francais. J'avais ac-
cepte depuis longtemps de me rendre en Guinee,
d l'occasion de la fire de Kankan; mais le de-
roulement des affaires d'Indochine m'a faith. a
plusieurs reprises, differer ce voyage. Ce conlre-
temps m'aura du moins amend d en elargir sensi-
blement le progrqmme, d'abord pour rdpondre a
maintes autres 4ollicitations venues des Terri-
toires et qui eussent suffi d m'y decider, mais
aussi en raison de certain incidents qui n'ont
pas ltR sans dmouvoir d la fois le Parlement et
le pays. Je fais allusion, vous le savez, d l'agita-
tion qui s'est manifestge au course des derniers
mois en C6te d'Ivoire. Si fdcheux qu'aient 0td cas
incidents, je demeure convaincu qu'ils ne sont


pas de nature d nous inquitder vraiment : il y
a dans leurs causes quelque those d'essentielle-
ment artificial qui pose bien pen au regard du
loyalisme et de l'affection de l'immense maioritM
des autochtones. Si j'avais pu avoir Id-dessus le
moindre doute, le nombre des protestations de.
fiddlitg qui me sont parvenues par tMldgrammes
rue Oudinot m'ebt Mdifid. Mais il imported d'dvi-
ter le retour de tels troubles; c'est d la fIis
affaire de fermetd d l'dgard de leurs faut-'urd.
affaire de gnderositd active et constant l'd guard
des populations don't nous avons la charge.
-- Comme je l'avais annonce d l'Assemblie Na-
tionale, j'ai tenu d aller m'informer moi-mime, et
sur place, de tous les elMments du problem, de
faqon i prendre ensuite, en toute connaissance
de cause, les measures utiles. Mais si la rdpres-
sion est parfois necessaire, elle ne peut gtre d
elle seule une politique positive. J'attache beau-
coup plus de prix d tout ce qui peut favoriser la
justice social, I'quiipement des Terrttoires,
finalement le mieux-dtre des populations. C'cst
dans cet esprit qu'au course du long voyage qui
va me conduire depuis Dakar jusqu'au Daho-
mey et au Niger, je compte recueillir une vasle
information, entendre les vceux des autorites au-
tochtones qualifiees, confronter les realisations
accomplies ou en course, aux necessites.
J'espLre tirer avec vous, dans quelques se-
maines les lemons de ces contacts,







INFORMATIONS DIVERSE


L'avis du Conseil Economique
sur les problmes 6conomiques et sociaux
de I'Union Francaise
Le Conseil 6conomique a 6mis, le 15 f'vrier,
par 103 voix et 40 abstentions (C.G.T.), un avis
sur les probl6mes 6conomiques de l'Union Fran-
caise.
Dans cet avis, le Conseil, considdrant que la
realisation d'une communaute d'interets effec-
tive et durable est la condition essentielle doin
depend l'existence meme de l'Union Francaise,
qpreconise :
1" D'acce61rer par tous les moyens possibles
1'6quipement des Territoires d'Outre-Mer en ce
qui concern principalement les industries ,de
base (6nergie et transport et les moyens de com-
munication) ainsi que l'6quipement agricole et
sanitaire.
2 De prendre des measures en vue d'obtenir
d'entreprises priv6es l'investissement sur place
d'une parties substantielle des benefices realisdes
3 D'accorder une plus large participation ef-
fective de la population autochtone au capital, i
la gestion, A administration et aux profits des
societes d'economie mixte don't la forne semble
se g6n6raliser.
4 D'6tudier la r6forme de la fiscalit6 et des
regles budg6taires en vigueur dans les territoi-
res d'outre-mer, afin de les adapter aux besoins,
r6els de l'economie de ces territoires.
5 De faciliter le d6veloppement de la coope-
ration sous toutes ses formes en collaboration
avec les Societes Indigenes de Pr6voyance.
Le Conseil preconise en outre la recherche du
meilleur prix de revient pour nos productions
d'outre-mer par la compression des marges h6ne-
ficiaires, l'abaissement des droits de douane ex-
cessifs et l'amrlioration des conditions de trans-
port.
En ce qui concern le regime du credit, I'avis
du Conseil 6conomique pr6conise, en outre, d'in-
terdire dans un m&me 6tablissement le cumul
des operations de credit A court terme, d'une
part, et des operations A long et moyen term,
d'autre part.
Le Conseil 6conomique souhaite 6galement la
revision du statut de la Caisse central de la
France d'Outre-Mer pour la transformer en un
organisme specialist du credit A moyen et a long
terme, en l'autorisant A emettre des emprunts.
11 demand en outre que soient d6velopp6s les
organismes de credit specialist et le volume des
credits qu'ils sont en measure d'octroyer notam-


inent en ce qui concern les caisses de credit
,agricole mutuel et de credit coop6ratif
Dans un avis sur les problems monetaires de
l'Union Francaise adopt par 104.voix et 35 abs-
tentions (C.G.T.), le Conseil economique preco-
nise :
1 Le maintien des parites actuelles entire les
diff6rents francs des territoires d'Oulre-Mer et
le franc m6tropolitain;
2 La creation d'un organisme charge de r1-
partir plus 6quitablement les devises 6etrangeres
entire la metropole et les territoires d'Outre-
Mer afin de d6velopper l'equipement de ces der-
niers ;
3 Le d6veloppement du credit it moyen et
long terme dans ces territoires.
Le Conseil estime, enfin, d'une part. que, dans
I'6tat actual de leur 6conomie, les territoires
d'Outre-Mer, sont dans l'impossibilit6 de consti-
tuer et de gager une monnaie autonome et que,
d'autre part, I'alignement des francs coloniaux
sur une devise 6trangere aurait des consequences
commercials et politiques nefastes pour la cohW-
sion de I'Union Francaise.
Un amendment de la C.G.T. tendani li deman-
der la nationalisation des hanques d'emission
d'Outre-Mer, a Wet repousse par 90 voix centre
_7
Dans le m&me avis, le Conseil 6conomrique con-
sidire que chaque group de territoires ne sau-
rait prctendre A posseder une unite monetaire
don't la valour serait fixee, compete tenu des fac-
tours qui lui sont propres, car cette situation
provoquerait un antagonism regrettable entire
ces groups mon6taires et serait prejudiciable A
la cohesion de-l'Union Francaise.
Le Conseil considere, en outre, que la r6forme
rnonttaire du 25 d6cemhre 1945, proportionnant
a I'importance de la devaluation la situation par-
ticuliere de chaque territoire, visit a empkcher
des perturbations 6conomiques profondes et r6-
pondait A un souci d'opportunit6 mais que la
confiscation des hiens et l'indemnisation des per-
tes does aux manipulations monetaires n'ont pas
donn, des resultats satisfaisants.
Enfin, la creation du franc C.F.A. et C.F.P. ne
s'est pas r6evele une operation avantageuse pour
tou, les territoires de 1'Union Franqaise.
Sur la proposition de M. Assale (Cameroun),
le Conseil Economique a adopted, en ce qui con-
cerne les problmmes sociaux dans les pays de
I'Union Francaise, I'avis suivant :
La diversity geographique, physique et ethni-
que des pays qui composent l'Union Frangaise,








n'est pas incompatible avec une politique social,
financidre et dconomique de l'ensemble de ces
pals.
L'organisation economique n'est possible
qu'avec un minimum de condition de vie per-
mettant l'effort du travailleur. On ne peut retar-
der les ameliorations sociales jusqu'd l'aboutisse-
ment d'une politique economique. II est obliga-
toire, au contraire, de crier au depart, une situa-
tion social saine pour pouvoir tenter l'effort
economique qui permettra de progresser.
Le probinme de la sous-alimentation dans les
territoires d'outre-mer, doit etre rigld par prio-
ritd. Ce probldme apparait d'autant come une
question d'organisation et de rdpartition que
comme une question de production.
11 est urgent de supprimer l'analphabetisme el
de ddvelopper l'enseignement pour permettre aux
populations d'outre-mer de participer reellement
d la vie politique et dconomique de leur pays.
La situation demographique en Afrique doit
etre considerablement amiliorde par la reduction
de la mortality infantile, par l'amdlioration du
niveau de vie des populations autochtones et par
le ddveloppement de l'hygidne et de la santd pu-
blique. Des rdsultats d cette matiere peuvent
etre obtenus par une politique active de distri-
bution de l'eau et par des measures gInerales de
prevention sanitaire.
L'insuffisance d'industries locales de transfor-
mation et d'dquipements indigenes ainsi que la
pinurie de moyens de transports, constituent le
principal obstacle au ddveloppement dconomique
et social. Ce retard doit etre rattrapd dans le plus
bref ddlai et l'industrialisation doit avoir pour
premier objectif la satisfaction des besoins lo-
caux de chaque territoire.
Le Conseil Economique a terming ses travaux
en adoptant par 104 voix et une abstention (le
group de la C.G.T., n'a pas pris part au vote) le
rapport g6nbral pr6sent6 par M. Poilay, sur la
politique economique, social et mon6taire de
l'Union Francaise.
Ce rapport conclut : En definitive, le develop-
pement economique et social des territoires d'ou-
tre-mer est le but qui doit etre poursuivi par Ics
pouvoirs publics avec le concours du Parlement
et des Assembldes locales des Territoires d'Ou-
tre-Mer. Ce ddveloppement est conditionnd :
1 Par l'dtablissement de budgets locaux equi-
librds, compete tenu des ddpenses prises en charge
par la metropole.
2 Par une monnaie saine aussi directement
rattachge que possible d la monnaie mitropoli-
laine.
3 Par la creation d'un Conseil superieur dul
credit et de la fiscalitd charge de l'elaboration cl


de I'application d'une doctrine budgdtaire el fis-
cale applicable d tous les territoires d'Outre-
Mer.

Aide am6ricaine
et mise en valeur des Territoires d'Outre-Mer
Certains journaux financiers et la Presse sp&-
cialis6e ont rapport, ces temps derniers, des in-
formations de source americaine, pr6cisant l'aide
revues par les Territoires d'Outre-Mer, et 1'A.O.F.
en particulier, au titre du Plan Marshall. Cette
aide est reelle et il ne saurait 6tre question de
la minimiser, encore moins de la nier. C'est eri
grande parties, grace aux devises procurees par le
Plan Marshall, que la majeure parties du materiel
mecanique (d6frichement, travaux publics, ex-
ploitation forestiere ou agricole), a pu etre mise
en place dans les Territoires d'Outre-Mer.
L'aide americaine, au course de la premiere an-
nee du Plan Marshall, s'est 6lev6e a 18 millions
de dollars pour l'ensemble des Territoires d'Ou-
tre-Mer, don't 7 millions environ ont Wte attributes
A 1'A.O.F. Pour l'ann6e 1949-50 (2" ann6e du Plan
Marshall), il a Wte pr6sentI une demand global
-de 24 millions de dollars : la moitie environ est
actuellement satisfaite.
Parallblement A cet effort exterieur de finan-
cement en devises, la M6tropole et les Territoires
d'Outre-Mer poursuivent leur action pour mettre
en valeur et &quiper des pays qui ne sont ni q les
plus arrier6s >, ni < les plus riches du monde >.
Au 31 d6cembre 1949, les credits attributes, pour
le plan de d6veloppement economique et social,
s'6levaient A 145 milliards de francs auxquels il
faut ajouter 57 milliards pour le programme
1949-50, soit plus de 200 milliards. On value a
.50 milliards environ le rythme annuei des inves-
tissements qui permettront la realisation du plan
decennal 6labor6.
En ce qui concern 1'A.O.F., les credits ou-
verts au 31 decembre 1949 atteignaient 29 mil-
liards, don't les postes principaux sont :
La production agricole .... 4.297 millions
Les chemins de fer ...... 4.195
Les routes ............... 4.734 milliards
Les ports ............... 5.823
Le d6veloppement social .. 5.630 millions
Un programme compl6mentaire'de 23 milliards
est pr6vu pour 1950.

Le commerce de la Metropole
avec les Territoires francais d'Outre-Mer
Voici les chiffres comparatifs en valeur des
importations et exportations de la m6tropole
avec les territoires francais d'Outre-Mer, au
course du mois de janvier 1950, par rapport au

19








mois correspondents de 194-19 e de 1938 (en mil-
liards de francs) :
1938 1949 1950


Importations .......
Exportations .......
Balance France d'Ou-
tre-M er ............
L e s inmportations
ont et6 compensees
par les exportations
a concurrence de ...


cinquante pour cent des cas, le trailmient a la
< premacetine > enraye les progrbs de ia maladie
ct I'empiche d'atteindrc son stade final.


-- << La << premacetine >> est un produit deriv6e dts
3,9 21,0 21,0 sulfamides, mis au point dans les laboratoircs de
J,6 24,9 26,8 cette 16proserie qui est, d'ailleurs, la seule a 1'em-
ployer aux Etats-Unis. Je nc veux pas dire que cc
0,3 + 3,9 + 5,8 traitement guerisse compl6tement les maladcs a
precise le Dr Johanssen il les guerit dans la mc-
sure ou ceux-ci ne constituent plus un danger pour
la society. >


67 c, 119 128 K


La conference international du riz
La Conference Internationale du riz a close, le
11 fIvrier, sa second session, qui se tenait, dc-
puis plus d'une semaine, a Rangoon.
Au course de cette cession, qui avait pour but
principal d'6tudier les moyens de d6velopper la
production et la consonmmation Imondiales de
riz, il a CtI d6cid& que la Conf6rence Interna-
tionale du riz se reunirait tous les deux ans. La
prochaine session a Rtd prdvue en mars 1952, a
Bandoeng (Indon6sic).

Liberte des prix pour les arachides
de la champagne 1950-1951
En r6ponse a une question ecrite, M. Letour-
neau, Ministre de la France d'Outre-Mer, a fait
savoir le 2 fevrier, que la liberty complete des
prix sera renduc effective pour les arachides de
la champagne 1950-1951. D'autre part, la question
de la liberty de destination fait l'objet d'6tudes
dans le cadre de la fixation d'une politique ge-
n6rale d'6changes entire la mitropole et les Terri-
toires d'Outre-Mcr, en voic d'6laboration.

Liberty de prix et de destination
des sisals d'Outre-Mer
En response A une question ecrite, M. Letour-
neau, Ministre de la France d'Outre-Mer, a fait
savoir le 30 janvier que la libcrt6 de prix et de
destination a 6t6 rendue, le 14 janvier, aux sisals
des Territoires d'Outre-Mer.

Decouverte aux Etats-Unis
d'un nouveau traitement centre la lepre
Le Dr Johanssen, chief de la cliniquc i 1I l('16ro-
scric de Carvillc, a declare le 8 f6vrier. quc, (dans


Les relations maritimes entire la France,
I'A. O. F. et I'A. E. F.

Les relations maritimncs entire la France,
1'A.O.F ct 1'A.E.F. vont etre renforcees par la tries
prochaine mise en service progressive de quatre
cargos de 6.600 tonnes. Construits dans les Chan-
tiers de Nantes et de Saint-Nazaire, ces cargos,
qui transporteront 6galement, des passagers, au-
ront une vitcsse de 17 noeuds.
Lc premier de ces cargo effectuera son pre-
mier voyage Ic 15) mars.

ADDITIF

La cooperation international en Afrique

Ajouter. dans le Buleetin d'Infornmation de Ia
F.O.M. de fevricr 1950 (no 140), page 5, A la fin
de l'6numiration des conferences interafri-
caines :

II. Confelrence sur l'enseignemenl
Paris 15 et 16 mars 1949
Au d6but de I'ann6e 1949 des representants c',
la Belgique, de la Grande-Bretagne et de i:
France se sont reunis a Paris pour examiner I.,
problemes communs don't ces trois Etats ont :
connaitre dans le domain de l'enscignement cr
Afrique au Sud du Sahara. Parmi ces probl6mes
on notera : la formation des maitres, 1'6ducatio;,
des masses, etc... Un observateur de l'Unesco ;
6t6 invite a participer a la discussion.
La conference a en outre recommend que de:.
conferences r6gionales (Afrique Occidentale, Cen
trale et Orientalc), organisees A la diligence de,,
gouvernements locaux, examinent de plus pre-
ces questions dans un cadre plus restreint.
II est probable que les conferences interessant
lAfrique Occidentale ct I'Afrique Orientale 'e-
ront reunies dans le premier semestri de 1950.










CONFERENCES ET MANIFESTATIONS


Une exposition de manuels scolaires
au Musee pedagogique

Une exposition de manuels scolaires a 6te
inaugur6e, le 2 f6vrier, au Mus6e P6dagogique de
Paris, par M. Marcel Abraham, inspecteur g6ne-
ral de l'Enseignement au minist&re de 1'Educa-
tion Nationale, en presence de M. James Torres-
Bodet, directeur g6n6ral de 1'U.N.E.S.C.O.

Organis6e sous les auspices de la Commission na-
tionale francaise pour I'U.N.E.S.C.O., l'Exposition
comprend des manuels redig6s par 1'U.N.E.S.C.O.
dans des langues indigenes pour servir a l'enseigne-
ment des tribus d'Afrique.
Lcs gouvernements n6erlandais et indonCsien, ainsi
que les Commissions nationals franchise, belge ct
britannique, ont contribu6 A cette r6alisation qui
montre les diff6rentes Rtapes parcourues dans la lutte
contre 1'analphab6tisme.
L'Exposition, qui est rest6e ouverte jusqu'au 10 fe-
vrier, a 6t6 transf6r6e A Bruxelles, puis a Amster-
dam et a Londres.

Conferences
* Dans le cadre des conferences de l'Universitt
populaire (17' arrdt.), M. Lamine Gueye, d6put6
du S6n6gal, maire de Dakar, a fait un expos sur
les probl6mes sociaux dans 1'Union Francaise.
M. Lamine-Gueye, apris avoir fait l'historique
de la colonisation francaise et marqu6 les tapes
qui ont conduit a la d6nonciation du Pacte Colo-
nial, a d6clar6 que les problemes sociaux repo-
saient, d'abord, sur la notion d'6galit6, sans le
respect de laquelle ne peut se construire ni >,e
d6velopper l'Union Francaise telle qu'elle a 6tW
de6inie par la Constitution.

* M. J.J. Juglas, d6put6 de Paris, Pr6sident do
la Commission des Territoires d'Outre-Mer a
l'Assembl6e Nationale, a ouvert, le 14 f6vrier.
une s6rie d'expos6s sur le theme des problbmes
sociaux de la France d'Outre-Mer, organis6c par
le College Libre des sciences sociales et 6conomi-
ques.
M. Juglas, aprbs avoir 6tudi6 le contact de la
civilisation francaise avec les civilisations
d'Afrique musulmane et d'Extr6me-Orient, a con-
clu en formulant le souhait que cette collabora-
tion aboutisse a une synth6se des cultures en


presence, 6loign6e de l'assimilation total, et qui
doit demeurer I'objectif majeur de la presence
franchise dans les Territoires d'Outre-Mer.

* Au course d'une reunion, tenue le 3 f6vrier au
Comit6 Central de la France d'Outre-Mer, sous
la pr6sidence de M. Cangardel, M. Louis Br6guet
a annonc6 qu'un Congres A6ronautique de
I'Union Franaise se tiendrait, A Paris, du 3 au
12 mai prochain, le premier congrbs s'6tait tenu
a Paris, en 1931, A l'occasion de l'Exposition co-
loniale.
Cc congrbs groupera tous ceux qui se propo-
sent de mettre en valeur les resources de l'Union
Francaise. II s'efforcera de d6gager comment
l'aviation pourra rendre productive des activities
que les moyens anciens laissaient v6g6ter.
M. Br6guet a, ensuite, fait un expos sur la si-
tuation pr6sente et future des liaisons d'Outre-
Mer.

* Le 9 f6vrier, M. Raymond Postal, chef des ser-
vices d'Information du Minist&re de la France
d'Outre-Mer, a fait dans les Salons de l'Associa-
tion Rhin et Danube, une conference, intitul6e :
< Presence de Lyautey >.

* M. Ren6 Hoffherr, ancien Haut-Commissaire
de France au Cameroun, a fait le 11 f6vrier, au
Centre d'Etudes de Politique Etrangbre A Paris,
une conference sur le sujet suivant : < Proble-
mes d'Afrique Centrale >. On y notait la pr6-
sence d'un certain nombre de personnalit6s pari-
siennes du monde politique et 6conomique.
M. Hoffherr, apr6s avoir soulign6 la diversity
des politiques europ6ennes en Afrique, s'est ef-
forc6 de caract6riser les traits propres de notre
action en Afrique Centrale.

* M. Bordarier, administrateur des Colonies,
attach au Service de l'Instruction publique an
Minist&re de la France d'Outre-Mer, a fait le 16
f6vrier, dans le cadre des conferences organis6es
par la < Cit6 Future > un expos sur l'Afrique
Noire.
M. Bordarier, aprbs avoir evoqu6 la civilisation
de 1'Afrique Noire dans l'histoire, a bross6 un
tableau pr6cis des moeurs et des coutumes qui y
regnent actuellement. II a ensuite dress un bilan
de l'oeuvre frangaise accomplice sur les plans de
I'6ducation et de l'hygienc, ainsi que sur le plan
politique.


21








Academie des Sciences Coloniales

Sicince du 3 fdorier
Au d6but de la reunion, M. Henri Saurin a rendu
homage a la mCmoire de M. Daniel Serruys qui ap-
partenait a la Compagnie depuis 1947.
A la suite de la communication de M. Jean d'Esmc,
a la dernibre s6ance, sur la crise du film docu-
imentaire colonial, une Commission comprenant
MM. Vatin-P6rignon, Saurin, Jean d'Esme, a redig6
ine lettre don't elle a soumis Ic texte A l'Academic,
celui-ci 6tant approuv6, la lettre sera envoy6e au
ministry de la France d'outre-mer.
Le G6neral Meynier, de la Mission Joalland-Mcy-
nier, donne la premiere, devant 1'Academic, des cau-
series qu'il a l'intention de faire pour c6elbrer Ic
Cinquantenaire de la bataille de Kousseri et la ren-
contre des trois missions Foureau-Lamy, Gentil,
Joalland-Meynier qui a 6t6 l'origine du bloc africain
frangais. Le titre de cette causcrie < De l'Afrique
franchise a l'Eurafrique, souvenirs du pass, vucs
d'avenir > en resume I'esprit.
Le Secr6taire perp6tuel a donn6 connaissance des
decisions prises par la Commission des Prix :
Le < Prix Lyautey > de 12.000 francs a R6t attri-
bud a la Sup6rieure des Religieuses de Taroundant
(orphclinat indigene) Maroc;
Le < Prix Eugene Etienne > de 10.000 francs au
M6decin colonial Blanc et au Docteur Siguicr pour
l'ensemble de leurs travaux de medicine exotique:


Le prix fond6 par M. Rlenu Bouvier, de 15.000 fr.,
a M. Vayssiere, professeur au Mus6um, pour ses tra-
vaux consacr6s a la lutte biologique au service des
v6g6taux.


Sdaace du 17 fevricr

M. Ic Gouverneur Francois a pr6sent6 << Approches
de l'Inde >> 6crit en collaboration par des sp6cia-
listes francais et strangers et parmi ccux-ci des
Hindous sous la direction de Jacques Mansui,
ouvrage qui apporte des lumieres sur I'Ame hindoue,
sa culture, sinon ses tendances.

M. Maurice Mercier a comment un arlicle sur le
Fczzan.

Le G6n6ral de Boiboissel a expos 1'apport des
territoires d'outre-mer a la grandeur et au salut de
la France. Dans la premiere partic de sa commu-
nication il a indiqu6, en technician, 1'effort human
fourni par les Territoires d'outre-mer en 1914-1918
et chiffr6 plus approximativement, par suite de la
disparition de nombreuses archives, celui fourni en
1939-1945. Dans la second parties, il a indiqu6 cc
que fut en quality, c'est-A-dire en valeur morale, ce
recrutement. Cette valeur il l'attribue au fait que la
France, dans son action outre-mer, a 6t1 plus sou-
cieuse d'id6al que preoccup&c d'int6rEts mat6riels,
qu'elle a plac6 au-dessus des facteurs 6conomique et
politique un 61ement huniain.





















NOUVELLES D'OUTRE-MER


INDOCHINE


Haut-Commissariat

Ratification des accords entire la France
et les Etats Associes.de I'lndochine
Aprys le vote du Parlement franqais, le 2 fe-
vrier, le President de la R6publique a signed la
loi porlant approbation des accords conclus
entire la France et les Etats associ6s du Vietnam,
du Cambodge et du Laos (loi n 50.142 du 2 f6-
vrier 1950, J.O.R.F. de la mime date).
ImmMdiatement apres, M. Letourneatn, minis-
tre de la France d'Outre-Mer, a address, le t6le-
gramme suivant A M. Pignon :
< Je vous informed que le Prdsident de la Rd-
Spnblique a signed aujourd'hui la loi portant ap-
probation des accords conclus avec les Elats as-
socies.
< A cette occasion, je tiens d vo u dresser mes
trds vives felicitations pour le r6le drineint que
vous avez joud dans les longues et difficiles ne-
gociations ayant permis d'aboutir d cette heureu-
se conclusion.
<< Vous voudrez bien transmettre mes fdlici-
tations d tous ceux de vos collaborateurs, civils
et militaires, qui vous ont apportd leur concourse
dans I'accomplissement de votre mission. '
Le haut-commissaire de France en Indochine
a adress6 a son tour A S. M. Bao Dai le message
suivant :
< Apres le vote du Conseil de la Rdpubliquc
qui vient de cl6re la procedure parlementaire de
ratification des accords du 8 mars 1949 et des
Conventions d'application du 30 dicembre 1949
el consacrer ainsi formellement l'inddpendance
du Vietnam au sein de l'Union frangaise, je tiens
d apporter d Votre Majesti mes biens sinceres
felicitations pour le brilliant succhs que vient de
reporter Son Gouvernement.


< Je souhaite que l'approbation ainsi donnde
d une trds large majority par le Parlement per-
mette d'obtenir dans des jours tres prochains la
reconnaissance international du Vietnam et ap-
porte en meme temps un soutien nouveau d
l'action entreprise par le Gouvernement de Votre
Majeslt pour hdter le retour de la paix au Viet-
nam. >
Par des messages analogues, le repr6sentant
de la France en Indochine a fait savoir de meme
aux souverains du Cambodge et du Laos, la -ati-
fication des accords conclus entire leur pays et
la France.


Deplacements du Haut-Commissaire

LeAl" f6vrier, M. Pignon, accompagn6 du
gouverneur TrAn van Huu et du g6n6ral Chan-
son, commissaire de la R6publique pour le Sud-
Vietnam, a rendu visit au Saint-Siege caodaiste
de Tayninh. Avant d'atteindre la cit6 sainte, le
haut-commissaire s'est arrWt6 dans la ville meme
de Tayninh ofi un accueil enthousiaste lui avait
Wt6 r6serv6 par la population et les autorit6s
locales (voir photos, p. 35).
Au seuil du temple caodaiste, Sa Saintet6 Pham
.C6ng Tac a accueilli les hauts repr6sentants de
la France et du Vietnam avec simplicity. < Ser-
viteurs de Dieu, nous n'avons sur terre qu'une
ambition : rdaliser la paix entire les hommes >,
a dit le sup6rieur du Caodaisme A qui M. Pignon
rendit hommage, pour son courage et pour celui
de tous ses fiddles.
* Le 6 f6vrier, le haut-commissaire s'est rendu
A Vientiane pour participer A la c6remonie de la
signature des conventions 6tablies par la com-
mission d'applicatior des accords franco-lao-
tiens. II 6tait accompagn6 dans ce d6placement
par MM. Torel, directeur de l'administration du


i+~j~:l~;asrPiP;~fi~d_







haut-comnimissarinat Schneyder, president dt In
delegation l'ran:iise de la colinission d'applieu-
lion des accords. Monlhiard, Giraun on et Mallet,
membres de cetle dlblgation.

Revenant de son voyage au Laos, M. Pignon
s'est arret le 7 f6vrier a Hu& oiu il a conf6rc
avec le general Lorillol, commissaire de la Re-
pul)lique et commandant les forces du Centre-
Vietnam, et avec le Gouverncur Phan van Giao.
Pour f&ter le passage du Haun-Commissaire dans la capi-
talc historique du Vietnam, les corps constitu6s de la ville
ont offcrt un diner en son honneur, auquel assistant notam-
mant Mgr Drapier, de61gue apostolique pour I'Indochine. Au
course de cette reception, repondant a un discours de Son
Excellence Phan van Giao, M. Pignon a d6elari, faisant allu-
sion A la reconnaissance du Vietnam par Ics puissances demno-
cratiques qni venait d'8tre connue :
e< Vous venez justement de souligner la gravity des heures
que vivent actuellement la France, le Vietnam et l'humanite
toute entire. Certes, nous visions des heures graves, mais
nous n'avons pas lieu. de nous en nhmozlvoir, car nous nlous
presentons devant I'histoire avec de nombreuses chances.
< Le Vietnam, disormais, n'est plus seul. II a aver Iri
beaucoup de puissances qui representent certes un apport
materiel mais aussi un port moral considerable. Les rvcents
cvanements ont ct. le grand advantage de clarifier la situation.
Pour gagner la parties, il ne suffit phflr, maintenant que dS'
durcir nos volontes et nos corrs r .

De retour it Saigon, le S f6vrier, M. Pignon
s'est rcndu I D)alat le 10, pour s'entretenir avec
S. M. Bao Dai, avant de pariir Ic 12 f6vrier pour
la France, afin de rendre comnpte an gouverne-
ment francais de la situation cn Indochine.


Activit6s du Haut-Commissaire en France

Arrive i Paris Ic 14 fcvricr, Ic haut-cominis-
saire a 5te relu Ic jour inmnie par le Ministre d(i
la France d'Outre-Mer qui avait reiarde son
voyage en Afrique pour pouvoir le rencontrer.
M. Pignon a rcndu compete aun ministry de lai
situation en Indochine.
Le 17 f6vrier, le tlaut-Comminissaire, ainsi lque le g6n6ral
Carpentier, qui 6tait arrive La Paris un jour aprbs lui, ont
assist a une reunion du Conscil Sup6rieur de la Defense
National qui s'est tcnue a 1'Elysee, et an course de laquelle
fut etudiee speialement la situation militaire en Extremnc-
Orient.
Le 25 f6vrier, M. Pignon s'est di nouveau entretenu lon-
guement avec le iministre de la France d'Outre-Mer.
Durant son sejour a Paris, Ic IHaut-Conmnissairc a assisted
aux diverse receptions organisecs h l'occasion de la Fete
du TWt, jour de 1'An vietnamien, qui tombait cette ann6e
le 17 fevrier.
D'autre part, M. Pignon est venue t6moigner par trois fois
A la Comnnision d'enquete de << I'affaire des g6n6raux >. La
premiere fois, le 21 f6vrier, pour faire sa deposition ; et
les deux autres fois, les 24 et 28 f6vrier, pour itre confront,
en mime temps que M. Paul Coste-Floret, avec le gn6ral
Revers.


La presence t Paris de NM. Pignon i coincide
avec la reunion d('experts economiques (e finan-
ciers charges d'etudier la situation 6conomique
He la p6ninsule indochinoise pour les trois Etats
associ6s du Vietnam, du Laos et du Cambodge.
Cette Commission comprend notamment, MM.
Meaux, inspci.teur gna(ral des Travaux Publics ;
BIourgoin, conseil au Plan ; Penavaire. conseil-
Icr cconomi(qe!c, ci de Ville, conseillcr dlu Haul-
Commissariat.


Le reginme des Iransferts de fonds
entire la France et I'lndochine

L'Indochine, faisant partic de la zone-franc A
l'int6rieur de laquelle les movements de fonds
sont libre-, les envois de fonds de F'ance en
Indochine et vice-versa sont, en principle, des
operations parfaitement normales. Toutefois, en
reason des conditions particulikres dani lesquel-
les s'est trouvee l'lndochine depuis qu'elle a etC
lil)ree de l'invasion japonaise, certain contr6-
les et cerlaines restrictions ont et& 6tablis, A ti-
Ire excctlionnel, sur les mouvcments de fonds
entire cc territoire et In France.
Le regime de ces movements de fonds est,
actuellement, le suivant :

1" Aussi bien dans Ic scu(s << Indochine-
France > (lie dans le sens .< France-Indochine >>,
les transferts, par la voice postal, sont limits
i vingt-cinq mnille francs par expediteur et par
Inois;
2' Des movements de fonds par la voice ban-
caire ne pcuvent ktre faits dans l'un on I'autre
sens que par Ic canal des etablissements ayant la
quilitd d'inilrmndiaire agrdes de l'Office des
Changes.
a) Dans Ic sens < France-Indochine :>, les de-
mandes d'envoi de fonds 6tant peu nombreuses
et les risqucs d'abus Rtant faibles, 1'Office des
Changes a donn6 de large d616gations aux inter-
mcdiaires agr66s pour ex6cuter les transferts
normaux ci courants, a charge par eux d'exiger
toutes justifications nicessaires:
b) Dans le sens < Indochine-France >, au con-
traire, en raison de l'ecart entire le course official
de la piastre (17 fr.) ct son course normal, et de
la tendance qui en resulte a une transformation
syst6matiquc en francs de tous les avoirs en
piastres, un contr6le plus strict est exerc6.
Tous les transferts a destination de la France
sont subordonn6s i l'autorisation de l'Office in-
dochinois des changes. Cet organisme n'a d616-
gue, aux interm6diaires agr66s locaux, son pou-
voir d'autorisation que dans certaines limits et
pour des categories de transferts determines.








Gouvernemsnt Central du Vietnam

Ratification des accords franco-vietnamiens
Apr&s que le Gouvernement du Vietnam e6t
R6t officiellement inform, par le ministry de la
France d'Outre-Mer, M. Letourneau, et par le
Haut-Commissaire Pignon du vote du Parlement
franciis ratifiant les accords du 8 mars, S. M.
Bao Dai a adress6 des messages au president
Georges Bidault, i M. Letourneau, A l'ancien mi-
nistre de la France d'Outre-Mer M. Coste-Floret,
et A M. Pignon, pour leur exprimer ses remercie-
ments les plus sinceres, et ceux du people viet-
namien, pour les efforts qu'ils avaient entrepris
< en vue de l'6tablissement des relations franco-
vietnamiennes sur la base de l'amiti6 et de la
cooperation >, et qui ont about A la ratification
de ces accords.
En commemoration de la ratification des accords franco-
vietnamiens, la journ6e du 7 fevrier a 6t6 ch6mee par les
services administratifs francais et vietnamiens ; et les villes
du Vietnam 6taient pavoisees ce jour-la aux couleurs franco-
vietnamiennes.
Le 11 fevrier, en presence des membres du corps diploma-
tique, le gouverneur Trdn van Huu et le haut-commissaire
Pignon ont c6lebr6, au Palais Lagrandirre a Saigon, la rati-
fication des accords. Les plus hautes personnalit6s civiles et
militaires, francaises et vietnamiennes, assistaient au diner
offert, i cette occasion, en I'honneur de M. Pignon.
Parlant au nom du gouvernement vietnamien, M. Tran van
Huu a dit sa < grande fierte, en cette here ou s'est accom-
pli le destin du Vietnam >, et a soulign6 que < la France
avait promise, elle a tenu >. < Puisse-t-elle entendre en ce
jour, par ma voix, a ajout6 M. Huu, I'immense clameur de
reconnaissance de tout un people qu'elle n'a pas dqcu .
Le gouverneur a ensuite remerci6 M. Pignon pour la grande
part qu'il a prise A la r6alisation des aspirations du people
vietnamien. Enfin, s'adressant a ses compatriots, il a lance
en terms 6lev6s un 6mouvant appel a l'union.
Le haut-commissaire Pignon, dans sa r6ponse, s'est d6fendu
de m6riter les Bloges que lui a d6cern6s les gouverneur Huu.
Mettant 1'accent sur I'importante majority qui, dans les deux
Assemblies parlementaires, a vot6 la ratification des accords,
il a affirm la volont6 de la France de tenir ses engagements,
et a ajoute que pour les Vietnamiens, < l'heure du choix a
maintenant sonnm >>. < II faut datruire cette cinquiame
colonne de profiteurs et d'apeurs qui sabotent, jusqu'a pr-
sent, sans risque, tous les efforts mengs pour le redressement
national, a dit M. Pignon. Dans la lutte que le gouvernement
du Vietnam doit entreprendre d cet effect, il faut computer sur
le soutien de la plus large opinion, dans son pays et ailleurs,
quant a mon concours, vous savez qu'il vous est toujours
enticement acquis >.

Reconnaissance du Vietnam
par les grades puissances d6mocratiques

* La Grande-Bretagne a e6t la premiere grande
puissance A reconnaltre les gouvernements du
Vietnam, du Cambodge et du Laos. Le 7 f6vrier,
le ministere des Affaires 6trang6res britannique
faisait savoir que les accords entire la R6publi-


que franqaise et les Etats du Vietnam, du Laos
et du Cambodge ayant W6t ratifies par le gouver-
nement francais, le gouvernement de S. M. Bri-
tannique a decide d'6tendre sa reconnaissance a
ces Etats comme Etats associbs au sein de
l'Union Francaise, conform6ment aux accords
mentionn6s ci-dessus.
Le Secr6taire aux Affaires 6trangeres britanni-
que a envoy en consequence un message aux
ministres des Etats en question : A M. Nguyen
Phan Long, President du Conseil et Ministe des
Affaires 6trangires A Saigon; A M. Yem Sam-
baur, Premier Ministre et Ministre des Affaires
etrangeres du Cambodge A Phnom Penh, et au
Prince Bonn Oum, Premier Ministre du Laos a
Vientiane.
Le message est libelle comme suit :
J'ai l'honneur d'informer Votre Excellence que
le Gouvernement de S. M. dans le Royaume-Uni
reconnait les Etats du Vietnam, du Laos et du
Cambodge en tant qu'Etats associds se trouvant
au sein de l'Union Francaise, conformement aux
terms de l'accord du 8 mars 1949 entire le Pre-
sident Auriol et S. M. Bao Dai; le trait franco-
laotien du 19 juillet 1949; le trait franco-cam-
bodgien du 8 novembre 1949; et reconnait les
gouvernements de S. M. Bao Dai, de S. M. Sisa-
oang Vong, de S. M. Norodom Sihanouk en tant
que Gouuvernements respectifs de ces Etats.
Afin de marquer l'importance accrue du Con-
sulat G6n6ral de S. M. Britannique a Saigon, ii
a Wte decide que M. Frank Gibbs, actuellement
titulaire de ce poste, portera le titre de Ministre.
* La decision de la Grande-Bretagne a Wte pres-
que imm6diatement suivie par celle des Etals-
Unis. Et le 9 fevrier, MM. Abbott et Guillion,
Consuls g6n6raux des Etats-Unis a Saigon, se
sont rendup a Dalat pour remettre a S. M. Bao
Dai un message du president Truman. M. Guil-
lion, qui 6tait nomm6 depuis la veille ministry
des U.S.A. au Vietnam, et 6tait arrive le jodr
meme A Saigon, a pr6sent6 a cette occasion ses
lettres de cr6ance a S. M. Bao Dai.
Arrives a l'a6rodrome de Lidn-Khang, oil ils
out e6t accueillis par S. A. Vinh Can, chef du
protocole, et le Dr. Nguyen Manh D6n, secre-
taire particulier de S. M. Bao Dai, MM. Abbott
et Guillion se sont rendus aussit6t au Palais Im-
p6rial. Apres qu'un d.tachement de la Garde
Imp6riale leur efit rendu les honneurs, les deux
repr6sentants am6ricains ont ete introduits au-
pres de S. M. Bao Dai A qui ils ont remis le mes-
sage suivant du President Trumah :
Votre Majeste Impiriale.
Je suis en possession de la lettre de Votre Ma-
jestd m'informant de la signature des Accords
du 8 mars 1949 entire Votre Majestd agissant au
nom du Vietnam et le President de la Rdpibli-







qne francaise agissant! in nom de Ia France.
Mon Goiiiernement a tc;l informtn cgalemenl de
Ia ratification le 2 f{vrier 1950 par le Gounerne-
menl francais des Accords (d 8 mars 1949.
Ces acles Itablissanl le Vietnam en tant
qu'Etan independent dans le cadre de l'Union
SFrancaise, je liens d filiciler Volre Majeste et le
people dii Vietnam de cel henrenx ivenemenl.
Le Gouvernement des Elais-Unis d'Ameriqne
est henrenx de sonhaiter an Vietnam la bienve-
nue dans la communante des Nations du Monde
qui recherchent la paix el d'accorder sa recon-
naissance diplomatique an gouvernement di
Vietnam. Je sozhaite que nos deux pays ne tar-
dent pas t changer des representants diploma-
tiques.
Je saisis cette occasion pour exprimer d
Votre MajestL mres meilleurs sentiments person-
nels ainsi que tons mes v'nu pour la prosperity
et la slabilitc du Vietnam.

Sign6 : Harry S. Truman.

S. M. Bao Dai a remercib MM. Abbott et Gnil-
lion de Icurs hons offices et les a retenus pour
un d6jeuncr intime au Palais Inp6rial. Les deux
representants amiricains ont quitter Dalat pour
Saigon I'naprs-midi m0me.

Aprbs la Grande-Bretagne et les Etals-Unis,
1'Anstralie ct la Nouvelle-Z~lande (le 8 f6vrier),
la Belgiqne (le 10 f6vrier), le Luxembourg (le
11 f6vrier), la Grece (le 12 fevrier), I'Italie (le 18
f6vrier), la Jordanie (le 20 f6vrier), le Brdsil (Ic
26 f6vrier) ct enfin le Siam (le 28 f6vrier), ai
leur tour ont reconnu les Etats du Vietnam. (du
Cambodge ct du Laos.


Toirnee de S M. Bao Dai dans le Nord-Vietnam

S. M. Bao Dai, qui s'6tait rendu A Hanoi a la
fin du mois prec6dent pour y rencontrer M. Phi-
lip Jessup. cst rcst6e dans la capital du Nord
et a prbsitd Ie 29 janvier le Conseil des Ministres
au course duqucl ont Wte etudices la question de
I'accueil i r6server aux combatants venant dte
la zone de resistance et se ralliant au gouverne-
ment vietnamien, les measures d'assistancce social
a la population revenant des zones vietminh,
ainsi que les measures de s6curit6 indispensable,'
pour assurer sa protection.
Le 30 janvier, le chef de 1'Etat vietnamien s'est rendu A
Langson, ct, le lendemain, il a poursuivi son voyage jusqu'i
Lai Chau, capital du pays thai oh il est rest jusqu'au
2 f6vrier, visitant dans l'intervalle la zone-frontibre sino-
vietnamienne.
S. M. Bao Dai a ensuite regagn6 Dalat le 3 f6vrier, en
faisant une hrive escale a Hue oif le souverain s'est entre-
tenu aver la Rcine-MWre.


Apris son retour ii Dalat, le chef de l'Etat ietnamnien a
rencontre le haut-commissaire Pignon, qui etait venu s'entre-
tenir longuement avec lui avant de partir pour Paris.

Sejour du President Nguyan Phan Long
dans le Nord-Vietnam

Le president Ngnyen Phan Long, accompagn6
de plusieurs ministres et du gouverneur du Nord-
Vietnam, s'est rendu le 6 f6vrier dans la zone
maritime du Nord-Vietnam ofi il a visit notam-
ment le chef-lieu de la province de Kien-An
(300.000 Vietnamiens sont actuellement sous
contr6le militaire franco-vietnamien dans cette
province) puis A Haiphong oil il a regu les prin-
cipales personnalit6s francaises, victnamiennes
et Mtrangeres de la ville.
April's avoir visit differents Services publics, le president
a kt6 recu officiellement par la (hambre de Commerce de
Haiphong.
A l'issue de la reception, il a vislt6 longuenient les tra-
vaux acruellemient entrepris dans le port : un nouveau dock
don't la construction s'ach ive, des qnais en bhton armn don't
la construction commence et qui sont deq;tins i remiplacer
les appontements en hois.
Le president etait de retour as Hanoi dans la soiree.
Au course des jours prctldents, il avait visited les impor-
tants chefs-lieux de provinces de Son T4y, Ha D6ng, Bar
Ninh et Hai Duong.
Durant son s6jour dans le Nord-Vietnam qui a dur6 jus-
qu'au 11 f6vrier, M. Long a studi6 les details dcs questions
de passation des services du Nord-Vietnam d(s autorit6s
francaises aux autorit6s vietnamiennes. C'est d'ailleurs cette
question qui a fait l'objet des principles d61ilIrations du
conseil des ministres vietnamiens qu'il a preside et qni s'est
r6uni le 7 f6vrier.
Le president s'est 6galenient occupy de la reorganization
de la d6elgation A Hanoi du ministire de l'Inforration. II a
nomm6i M. Trmin Van Long, journalist nord-vietnamien,
directeur general de 1'Information du Vietnam.

Creation de deux Assembl6es du Sud-Vietnam

S. M. Bao Dai, poursuivant la mise en place
des nouvelles institutions du Vietnam, a fait pu-
blier le 20 f6vrier, une ordonnance crcant deux
Assemblecs locales pour le Sud-Vietnam.
La premiere, exclusivement compose de Viet-
namiens, comprend 48 membires et aura pouvoir
dl6iblerant; la deuxibme est un Conseil Economi-
que el Financier, form de membres francais et
vietnamiens, don't le nombre n'est pas encore
fixed.
On s'attend aussi A la publication d'ordonnan-
ces cr6ant des Assembl6es locales pour le Centre
et le Nord-Vietnam. Le Souverain a d6cide de
crber, d'abord, les Assembl6es du Sud-Vietnam,
afin de montrer qu'il etait fiddle A sa promesse
de respecter les particularismes locaux.
D'autre part, le chef de l'Etat vietnamien a
sign une second ordonnance maintenant le








statut actuel des territoires peuples de minorities
ethniques, en attendant 1'6laboration d'un nou-
veau statut g6n6ral de ces minorit6s en accord
avec la France.
Mgr. Le Huu Tu, 6veque de Phat Diem et de
Bui Chu, a adress6 A S. M. Bao Dai, le 11 f6vrier
1950, une lettre dans laquelle il declare notam-
ment :

Le 16 octobre 1949, vous avez daignd m'hono-
rer de Votre confiance. Je vous announce, mainte-
nant, que la security a ete retablie d Bui Chu. La
population me charge de demander, d Votre Ma-
jesid, qu'Elle lui epargnc les inconvdnients du
regime diu < Conseil des Notables >> et qu'Elle lui
donne une administration plus conforme d la si-
tuation national actuelle. Pour ma part, je con-
tinue, de toutes mes forces, d aider du point de
vue moral, les organismes administratifs afin de
servir le people.

Fate du Tet
Le 17 f6vrier a commence le nouvel An viet-
namien, ann6e place sous le signe du Tigre,
qui succede au Buffle, comme le veut la tradition
annamite.
Partout, au Vietnam, du Nord au Sud, la tra-
dition a Wt6 respect6e, et le < Tet > a Wte digne-
ment c616br6.
Cette ann6e, I'ann6e de I'ind6pendance du Vietnam, a 6t6
marquee par des c6r6monies qui ont d6pass6 en ampleur
eelles qui avaient 6t6 organis6es lors des < T6t > prdc6dents.
S. M. Bo Dai a regu, le premier Jour de 1'An, les corps
constitutes et les repr6sentants diplomatiques et strangers
venus lui presenter leurs vceux,. ainsi que les vceux qu'ils
formulent pour le people vietnamien.
De France, oii il se trouvait alors, le haut-comnmissaire
Pignon a adress6 ses vaeux personnel au chef de 1'Etat viet-
namien qui a en mame temps recu ceux formulas par le
President de la R6publique fgancaise, le president du gou-
vernement frangais, et le ministry d& la France d'Outre-Mer.
A Paris m6me, le prince Buu L8c, directeur du cabinet
de S. M. Bao Dai, a offert, A cette occasion, un cocktail
d'honneur auquel ont assist de nombreuses personnalit6s
franqaises, 6trangeres et vietnamiennes de la capital. On
notait parmi I'assistance : M. Letourneau, le haut-commis-
saire Pignon ; MM. Coste-Floret, Ramadier ; Sir Oliver
Harvey, ambassadeur de Grande-Bretagne; M. David Bruce,
ambassadeur des Etats-Unis; le general Vannier, ambassa-
deur du Canada, les repr6sentants de 1'Union Sud-Africaine,
de la Turquie, de I'Iran, du Luxembourg, de 1'Italie, des
Pays-Bas, de 1'Arabie s6oudite; les repr6sentants du Cam-
bodge, du Laos, a l'Assembl6e de I'Union frangaise, qui ont
pri6 le prince Buu L6c, d'6tre aupris de S. M. Bao Dai, du
gouvernement et du people vietnamiens, l'interprite de leurs
voeux pour le Nouvel An.
A l'occasion des fetes du Tet 6galem.ent, le gouverneur du
Sud-Vietnam a fait lib6rer 1.327 d6tenus politiques. De son
c6t6, le gouverneur du Nord-Vietnam a aussi ordonn6 la
liberation de 1.020 d6tenus.


Nord-Vietnam

* le 10' fvrier, au course d'une breve c6r6monie
a laquelle assistaient le g6n6ral Alessandri, Com-
missaire de la R6publique au Nord-Vietnam, et
de M. Nguyen Phan Long, President du Conseil
vietnamien, les autorites francaises ont transf6r6
aux autorit6s vietnamiennes les services du
Nord-Vietnam.
Ainsi, ont UtP remis officiellement aux autori-
t6s du Nord vietnam,
les services et comp6tences : en matibre
d'information, press, cinema, radiodiffusion, td-
lvision; en matibre d'hygitne et de santg publi-
que; en matibre de travail; en matiere de service
social;
la circonscription territorial des Travaux
Publics du Nord-Vietnam;
les services de l'Agriculture, de 1'Elevage,
des Eaux et Forets, de l'Enseignement primaire
et secondaire dans le Nord-Vietnam, de 1'Ensei-
gnement technique, du Cadastre;
les services economiques rattachds au Com-
missariat de la R6publique frangaise du Nord-
Vietnam.
* Le gouverneur du Nord-Vietnam, S. E. Nguyen-
Huu-Tri, dans une conference de press, a fait
le point de la situation du Vietnam aprls les r6-
cents 6v6nements. La reconnaissance du Vietnam
venant sit6t aprcs la ratification par les assem-
blies francaises, des accords du 8 mars, se tra-
duira par des faits de cohesion et de solidarity
d'un people reellement ddmocratique, dans !(
lutte contre l'impirialisme nouveau, capable dc
conduire l'humanitg vers les plus sombres leu le-
mains, a dit notamment le gouverneur Tri.
Le people vietnamien, celui des villes comme
celui des campagnes, a l'exception dvidemment
des elements infeodds a la doctrine gtrangere et
totalilaire, a accueilli avec alldgresse la recon-
naissance de l'etat vietnamien, que le chef
S Ml. Bao Dai, est rdsolu d conduire dans la vie
du progrcs et de la liberty.
Cette declaration a Wte consid6r6e comme ex-
primant le point de vue official du gouvernement
vietnamien.

Centre-Vietnam

* Le 2 f6vrier, Hu6 a recu la visit d'une mis-
sion sud-vietnamienne compose des g6n6raux
Trdn Van Soai et Nguyen Van Thanh, du colo-
nel Le Van Vidn, des commandants L6 Quang
The, Van Phu, du capitaine Phan Ha, et du con-
seiller politique du Groupement Hoa Hao,-Lai
Hun Tai. Les visits effectu6es dans le Centre-
Vietnam par ces personnalit6s repr6sentant les

27








forces militaires et les families spirituelles du
Sud-Vietnam, aux divers organismes administra-
tifs et surtout au corps du V6 Binh Dodn furent
chaleureusement interpretees Comme un renfor-
cement de l'union et la conjugaison de tous les
efforts pour servir la patrie vietnamienne sous
l'6gide de S. M. Bao Dai.
* En application des accords franco-vietna-
miens, M. Abitbol, chef du Service de l'Informa-
tion francais dans le Centre-Vietnam, a remis en-
tre les mains de l'administration vietnamienne
le hall d'information de D6ng Hoi qui a pr6lud6
A la remise des Halls des autres provinces du
Centre-Vietnam, qui a eu lieu au course du mois
de f6vrier.


Sud-Vietnam

Le 24 f6vrier, s'est d6roul6e A Saigon la
c6r6monie de la mise en place des tribunaux
vietnamiens.
Le Ministre de la Justice a d6sign6 a cette
occasion les magistrates composant la Cour d'Ap-
pel et les Tribuanx constituent la Justice Ra-
tionale au. Sud-Vietnam.
Ont &t6 d6sign6s les magistrats suivants :
I Cour d'Appel de Saigon


Procureur Gendral, chef du Ser-
vice Judiciaire du Sud-Vietnam.
Premier Prdsident ..............
Substitute du Procureur Gdneral..
Conseillers .....................


M. Nguyen Van Danm.
M. Nguyen Van Vo.
M. Ngo Sach Vinh.
MM. Nguyen Van Thoi,
Truong Minh Chieu,
Tran Van Lieu.


Tribunal de Premiire Instance de Saigon


President ......................
Procureur de l'Etat .............
Vice-Prisident .................
Substitut du Procureur de l'Etat.
Juge d'Instruction ..............
Juge .. ........ ................
Juges supplants ...............


M. Le Van Dinh.
M. Le Van Mao.
M. Ly Van Luong.
M. Luu Dinh Viep.
M. Huynh Hiep Thanh.
M. Tran Tlhien Due.
MM. Tran Van Thuan,
Nguyen Van Duc.


Justice de Paix A cormptence 6tendue de Ctntho
President ...................... M. Nguyen Van Si.

Justice de Paix i competence 6tendue de Rachgia
President ..................... M. Phan Van Thiet.

e Le 13 fevrier, le gouverneur Trdn Van Hutt
accompagn6 des membres de son Cabinet, s'est
rendu dans l'ile d'An-Hoa-, dans la province de
Mytho, pour inspector les forces suppl6tives
catholiques qui s'y trouvent, commanders par le
chef de bataillon Leroy.


Le gouverneur du Sud-Vietnam a pu ainsi
constater le moral parfait de ces 616ments qui,
par leur action pacificatrice, ont rendu A la pros-
p6rit6 cette region peupl6e de 82.000 habitants.


Cambodge

Ratification des accords franco-cambodgiens

Le vote du Parlement francais a ktd accueilli
avcc une grande satisfaction au Cambodge. Apres
que le ministry de la France d'Outie-Mer en eft
porter le r6sultat A la connaissance de S. M. Si-
hanoik, le Pr6sident du Conseil cambodgien,
S. E. Yem Sambaur, a aussit6t adress6 au Pr-
sident Georges Bidault et aux membres du Gou-
vernement de la R6publique un message expri-
mant les sentiments de reconnaissance du peu-
ple cambodgien.

De son c6te, S. M. Sihanouk a adress6 an president de la
R-publique et de 1'Union franraise, le t6legramme suivant :
< Je vous prie, d l'occasion de la recent ratification du
traits franco-cambodgien par le Parlement franCais, d'agrier
l'expression de mes sentiments de gratitude pour les efforts
personnel que vous n'avez cess6 de ddployer en vue d'une
heureuse solution du probleme des relations nouvelles de-
vant existcr entire la France et le Cambodge.
< Au Prisident de l'Union Franiaise, don't fait parties le
Cambodge independant, je suis heureux de donner l'assu-
rance que le people cambodgien s'attachera d jouer son rale
d:ns cette Union pour contribuer ai sa grandeur et je vous
price d'agreer l'expression de mes sentiments de tres haute
consideration ?>.
La ratification des accords 6tant intervene A une date qui
coincidait avec la period de festivities organisees a Phnom-
Penh a l'occasion d'un tournoi international, les fetes ont
gagne en ampleur, comnmmorant ainsi dignement cet acte
sanctidhnant l'ind6pendance du Cambodge au sein de
l'Union Francaise, dans le cadre d'une collaboration itroite
et confia'nte.


Reconnaissance du Cambodge par les puissances
Occidentales

Le Cambodge a Wte reconnu par les puissances
occidentales en meme temps que le Vietnam et
le Laos (voir < Gouvernement Central du Viet-
nam >). Le gouverncment cambodgien, en ce qui
concern sa reconnaissance par les Etats-Unis,
avait et6 officiellement prevenu par les repr6sen-
tants amiricains en Indochine. Ces derniers,
MM. Abbott et Guillion, s'etaient rendus A cet
effect a Phnom-Penh, le 10 ftvrier.
Accueillis par M. Prak Sarinn, du ministare
des Affaires 6trangsres, et M. Ginouvns, repr6-
sentant le Commissaire de la Republique,
MM. Abbott et Guillion se rendirent A l'H6tel
du Commissaire de la R6publique puis au Palais
Khemarin ofi ils ont Wtl presents au Roi par
M. de Rtai:mond, Commissaire de la Republique.






Is remi.cnut i S. .11. Sihanouk un message du
Pr6siden: Truman informant le Souverain du
Camnlod:e de la decision du gouvernement des
Etats-Un is.
Le Ro a cu ensuite un amical cntrctien avec
Ies deux diplomales anicricains qui, leur mission
rempie, ont aussit6t quitti Phn6m-Penh.
Aprcs la decision de la Nouvelle-Zlande d(e
reconnai:re les trois Etats dc i'Indochine, S. 1M.
Sihanoul" a publiqucment cexprime son opinion
sur Ics : ut derniers 6venements.
C'esi a rec la plus vive satisfaction, a dit Ic sou-
vcrain, c ie j'ai enregfisltr la reconnaissance de
I'indepeidance di RoIyaunne, Etat associcd !a
'rancc, par les Elats-Unis d'Amnriqne, la
Grandc-iirelagne, I'A nstralie, la Belgique el la'
Nonnvelle Zelande, el je suis heure.ux, aa noin de
mon pet pie et de mon nomn propre, d'en expri-
mier ma gralilide, d'abord an President et an
Govern -ment de la Rlpnblique Fran(aise, grdce
a l'entremise -desquels ce rsziltat a et; alleinil,
ensuite ,iax Chefs et anx Goniernemnents des
Etfas qui ont effeclt6s ces reconnaissances.
Ainsi, rn des principanux objectifs dui petup!e
k'hmer e, t atleinl. Revenant a la vie internalio-
nale, le Camnbodge, lout en se rendant compete des
devoirs ruii en redsulleront pourt li, se felicile de
cce fail ,qui lii permneltra d'entretenir des rela-
hions p! is ciro;tes avcc les Nations qui, unies par
nn inm:ie ideal, s'ef'orcent d'Ytablir et de fire
respecie.' la liberlt des indliidus et des peuplcs>
e! de collaborer avec ces nations afin d'andlio-
rer les iondilions de vie de leurs populalions
respectiries.
J'espic fernmement, de plus, que cette recon-
inissancl de notre inddpendance enlvuera ioute
inceriit.de de esprit dut people khmer, et quc
re;unis a itonr de leur gouvernement, les Cambod-
giens ir.vailleront a fire rdgner l'ordre et la
paix ci nontireront qn'ils sonl digfnes de la ,0on-
fiance (es nations dans la conmmunalne des-
q(uelles le Cambodge esi appeld disormais d vi're'
ei d collaborer.
Aprs I' ouive'rain, le president (du Conseil eambodgien a
aussi souli ne que < la reconnaissance du Camrbodge par des
puissancea,; trangires renforce la position du gourerneiientl
royal qttr certain criiiquent ort critiqulret:l d tort, noiumn-
ient lorsi it'il conclic t le traitl' urcec ia France, don't on conl-
mincce d iapcrcevoir les premini'r. arat' ages .A. ,< Aussi, a
ajoutc S. S. Yem Sambaur, Iv gourernement invite-t-il It,
people cal.tbodgien d s'unir derr.irc Ili pour concrlter d;fi-
nitivecm,"n. sonr indilpendance ai :;in de I'L'nion Francaise.

Laos

S;!nature des convc.nions prrticuiibres
des accords fi'nco-!ao"irns
C'est :lani", la Maison lWO:ale de Vientiane, ca-
pitalc d I.aos unifi&, en prscence de Son Altesse


Ic Prince Savang, representant lc roi du Laos,
que Son Altesse Ic Prince Boin Oium et le Haut-
Commnissaire Lion Piignon ont sign, le 6 fevrier,
lcs conventions particuliircs fixant lcs modalites
d'application des accords du 19 juillet 1949.
L'ind6pcndance du Laos au sein de 1'Union
Francaise cst done auiourd'hui accomplice.
31. L[on P'ignion. Ic gouvcrncur Torel et de nombreux col-
laborateurs (]itu laut-Connlissaire se sont rendus a cette
occasion a Vientian'; iis ont it accnci iis i leiur descewn'
d'avion par le prini' Boun Ount ellloulr d ties ininistres. Un
accucil chaleureuix a 6t6 reserve par la population au Haut-
Conlinissai re l t sa sd ile.
C'est a 1l3 licures 30 que la cereinonie de signature des
24 conventions fra.:o-laotiennes cut lieu -i la Maison Royale.
Le prince Boun OInn a prononce un discourse auquel a
rcpondu M. Pignon. Le Chef du (;ouvernement laotien avait
tenu a souligner :
< La France et le Laos viennent de donncr la vie aux
accords particiiiicrs qui prdcisent le noureau statute du Laos
au sein de I'Union Francaise. Cette date rerat un caractere
solennel >. < C'est surtrout de la confiance et de l'amitid que
je ressens eer'crs Ic pays que vous reprfsrentez et que vois
renez d'engager ., a ajoute S, A. Boun Oum, s'adressant a
I1. Pignon.
Puis, le reprslni.m;t de la France et le president du Con-
seil laotic:i appos rLnit leurs signatures str les documents
relics de rouge. La creimonic, deipouillee de toute emphases
inutile. prit fin ls)!'sue. devant Ia foule assemiblle, le Haut-
(Coimmiissaire, S. \. 4, prince Savang, et le prince Boun
Oum, sortant dtc a \llison Royale, sauihrcnt l'hyminc natio-
nal laotici et lua Marseillaise >. Puis l c: basi "> tradi-
tionnel ful oifert i I'litel du Coinnissaire def la Republique
apres Ic diner offiei,'l offert par le prince Savang At la Mai-
son Royale. Une relmrite aux flalmbeaux clo6ura la soiree.


Ratification de la convention general
franco-lactienne du 19 juillet 1949

Apres Ic .vote favorable du Parlement francais,
S. A. Bonn Oum a tenu a' exprimer la gratitude
du people laoticn a 1'cgard du gouvernement
francais dans Ic message suivant address at son
chef, le Frisident Georges Didault :
Ie Goluvernenicnt laotien a appris avec joie
et satisfaction la ratification par I'Assemblee a(.-
iionaie franc'iise de la convention ge,idrole
/'rr.nc ei.-oolien~ du 19 jinillct 1949.
Au ielden;aini de cellc ralifi'ca;ion el de la
silnaliure (i V'ieniane des accords d'(apllicaiion
de It: convention gfInrale, je liens a vous exr-
primer les sventinmenis d'amiicale g'raliilde
qn'dprotu e le people laolien a l'Igard drt qou-
vernement fran(cnais. Tonjours an service l'idces
hinmaines el cfficaces, la France vicnt de donner
line fois de plirs; la mesure de son esprit de cnnr-
prehension cl de sa gindrosild.
Je suis con ilincil q(Je s'oiuvre )pour la France
et le Laos utn aticnir de confiance et de fr'uc-
lteuse collabinraion digne dii passe d'amitie
tnissani nos deax. pays.







Je vous prie d'agreer, Monsieur le Prdsident
du Conseil, I'assurance de ma respectueuse et
trWs haute consideration.


Reconnaissance du Laos par les puissances
d6mocratiques

La reconnaissance du Laos par les Etats dt-
mocratiques a Wt announce en mime temps que
celle des deux autres Etats constituent la penin-
sule indochinoise.
La Grande-Bretagne a fait connaltre sa d6ci-
sion dnns un commnuniqu6 reproduisant le mes-
sage adress6 commun6ment aux trois Etats asso-
ci6s d'Indochine par le ministry des Affaires
ktrangeres britannique (voir rubrique << Viet-
Nan >> ). Les ELats-Unis ont charge les irej,'e n-
tants americains en Indochine, lMM. Abbott et
Guillion, de se rendre A Vientiane pour remettre
eux-m&mes un message personnel du Pr6sident
Trunman a S. M. Sisavang Vong. C'cst le prince
heriticr Savang, representant le souverain, qui
recut le message, en presence du Pr6sident du
Conseil laolien, du President de I'Assemblec Na-
tionale ct des membres du gouvernement roya!.
Le message du Pr6sident Truman est ainsi
concu :

Sire,

Je suis informed de la ratification le 2 fdourier
1950 par le Gounernement Frangais de l'accord
enlre ce .gonuernement et le gouvernement d
RKolaurme du Laos qui declare qu'd partir de
celle date, le liR aumne da Laos sera an Elat
inddpendant dans le cadre de l'Union Francaiso.
Je tiens a fcliciter Votre 3ajestI et le people
laotien de Cel lh. reu e ni' izic;Uie, i.
Le Gonverneiment des Elals-Unis est heureux
de sonhaiier an loyiaumre dii Laos la hienvennue
dans la comminnauMt des nations (li monde ani
recherchent la paix el d'accorder sa recon-
naissance diplomatique au gouvernement du
Royalmne dtl Laos. J'espire que nlos dcn(lt pdlys
ne tarderoni pas d &changer des representants
diplomatiques.
Je saisis celle occasion pour exprimer d Votre
Majesi mers mneilleurs sentiments personnel
ainsi que tons nzes vceuix de prospdrild et de sta-
bilild pour le Laos.
Sign6 : Harry Truman.

Pour fPter cctte journey m6moralle, 11 f6-
vricr 1 90, S. A. R. le prince Savang donna dans
la soir6e, en la Maison Royale de Vientiane un
banquet auquel assistaient outre les reprlson-
tanis des Etats-Unis, les plus hautes personna-
liies francaises et laotiennes pr6sentes dans la
capital du Laos.


Soumission des rebel!es

Le 5 fivrier, 159 rebellcs ont fait leur soumis-
sion avec Icurs arms a S. M. le roi du Lacs. dans
la Cit6 royale de Luang Prabang. Ces rebclles,
comnmand6s par le Chef Oniane, op6raient le long
du MAi kong entire Luang Prabang et Honeisai sur
la fronliere birmane.

Crise ministdrielle

Le 16 f6vrier, le prince Bonn Oum, prIsident
du Conseil laotien a remis au Roi la dmniss;ion
de son ministere.
La raison de la demission idu gouverneenent da prince
Boun Oum reside dans I'opposition de la inajorit6 tles d6pen-
tes laouicns au project du budget propose par le president
du Conseil et qui entraine un alourdissemenpt de Ia fiucalite.
Le prince Boun Onm considerait n6cessaire la creation de
nouvelles rcssources fiscales, afin de permettre un renforce-
incnt de I'administration necessity par le nouveau statut d'in-
dlpendanre du Laos; niaiesles deputis se sont imoltres hos-
tiles i cc project, estinmant que jusqu'a ce jour, !e citoyens
laoticns ont toujours pay~ des impots tres reduits.

Le 21 f6vricr, le roi a cha/rg e prince' Ironn
Oum (le former un nouvenu gouverneme;;t. MNis
les efforts du president du Conseil dbinission-
naire n'nyant pu aboutir apres trois jours de
consulltalions, le Souverain a confi6 cctel ltcihe
M. Phoun Sananikone, Pr6sident de I'Assem-
blIc national laotiennc.
Le 28 f6vrier, presentant son Cabinel devanti
l'Asscmnl)e national, M. Phouy Sananikone a
obtenu la confiance qui lui a W6t accordle par
22 voix contre 5 et 1 abstention.

INFORMATIONS MILITAIRES

Dans l'ensemble, l'opposition des rebelles a not-c action
militaire s'ei;t raidic sensiblement. Avec un achrncmennt
accru, ils tenient de fair echlc a l'extonsion de la pacifi-
cation enlreprise par les forces franco-vietnainiennes.
'l Dans Ie Nord du Vietnam, le Vieltminh a into sifie ses
efforts pour essayer d'cffacer les dt~laites sulies dans Ic
delta tonkinoss. Son action s'cst surtout concentric sur la
region de Laokay, en particulicr sur le poste isol6e iu Pholu
centre lequel il a lance plusieurs attaques successives avec
d'importan:s effectifs. ses partisans ont reussi a oc uper le
poste (que nous avons evacue an course de la nuit Ilu 13 an
1t fevrier. La garnison, apres avoir subi un violent hoinbar-
dement an canon, ct suhi des pertes, a pu rallic, Laokay
avec son arnim ent individual.
Les rebelles ont church, ainsi dans l'attaque le petits
postes isolhs, des effects spectaculaires qui pourraient conm-
penser (quelque peI la perle definitive de Phat l)Dim, Bui
Chui, Hung Yen et Thai Binh, provinces d6sornais lilbirecs
du joug coimniuniste.
En effet, la ville de Thai Iinh, chef-lieu de la province
du mimie unosi, a 61t facilement lihbree par les troupes
franco-vietnamiiennes quelques jours avant. Son contr6le par
nos troupes constitute un pas important vers I'(ocupation
total du delta du Fleuve Rouge, qui est la region la plus









peupl6e ct la plus riche du Vietnam. L'occupation de Thai
Binh et de sa region, doit permettre de boucler un deuxiime
cte6 du triangle form par le delta du Fleuve Rouge. Le
premier c6!e Hanoi-Haiphong est, actuellement, con-
tr61e par ls troupes franco-vietnamiennes. Le control du
second axe Haiphong-Phat Dimn est en course de r6alisation.
Une point rebelle s'inscre encore dans lc troisitme cot-
Hanoi-Phat Didm dans la region de Phuly, qu'occupe encore
le Vitmini L.
D'autre r[art, Ic long de la frontiere, sur la route R. C. 4,
ractivit6 d( nos elements de protection a permis A nos con-
vois de ciruler sans incident s6rieux.
Vers Nan,: Dinh et Phat Diem, l'action de pacification, si
fructucuse, d6veloppec les mois pr6c6dents, s'est poursuivie
avec le concours efficacy des milices locales en depit des
efforts d6ployes par l'advcrsaire qui a tent6 des actions de
force sur n is posies don't certain avec l'appui d'arnmes lour-
des. La riposte energique de nos garnisons a cofit6 aux rebel-
les des per es severes.

Dans 1; Centre Vietnam, la region de Quang Tri a etc
d6gag6e et e calc e r6tabli. Toutelois, autour de D6ng Hoi,
les bands vietminh, refoulhes tout 1'abord vers l'int6ricur,
font a nou can peser ulne certain menace.
Dans la province du Quang Nai chef-lieu Tourane --
on observe une recrudescence des harcelcnients et des sabo-
tages de la part des rebelles.
Aux alen:ours de Hue, une operation de nettoyage a en-
gag6 nos 66nments d'intervention avc deux bataillons viet-
minh forte tent armeis. 11 y a des pertes de part ct d'autre ;
inais les rei elles sc sont replies en laissant sur le terrain
plusicurs c( ntaines d'hoimmncs et d( noimbrcuses arms. Nos
forces aerie Imes out rcussi i dectruire'par bombardment des
ateliers d'a nmement, tandis que notre artillerie mnetait A
iral une falirique d'armes au nord-ouest de Hue.
Par aillel rs, la route fedt.rale 1n 1 a 6t6 premise en "tlat
sur plus d( 50 kilomitres de son parcours cotier au nord-
est de Phai Thiit. (.cpendlant, le Vietminh, de son c6t6i, a
fait sauter deux points du Transindoclinois, dans cetie
region.
Dans le secteur de Nhatrang. 1'agitation rebelle, tries
accentu6ee I4 mois precedent, a etl dissipee rapidement a la
suite de 'at tivite soutenue de nos elements locaux.
Dans ? Sud-JVietnam, 1'activitn rebelle a marque ulne
notable ret rudescence dans l'Ouest oi les Vietminh out
dtclench6 deux actions de force centre notre systmie ddfen-
sif, vers le idebut de cclte p6riode.
Dans la province de Travinh, une violent attaque centre
trois postes de la region de Cau NVgang 6tait miise en 6chee
par 1'6nergi que resistance de nos garnisons de partisans ;
par centre, certaines tours de garden out ete enlevees avant
que nos re forts aient pu intervenir, mais plusieurs ont
ete occup6e: de nouveau par la suite.
Dans la -Egion de Cao Lanh, (province de Sadec), de
fortes band s rebelies out attaque successivement plusicurs
le nos postes ; les interventions rtpetees et efficaces de
'aviation ct de la marine out permits de disperser les
assaillants.
D'Iu'.re p rt, les embuscades tendues par les rebelles oit
ett plus nol dircuses ct plus s6ricuses que prectdencnmet. L,
13 fierier, le convoi Saigon-Dalat a kt6 attaque prbs de
Trang Ban:: ; ct on a cu it d6plorer 1 tui, 9 blesses ct 4 dis-
parus parmr les soldats, 4 tues ct plusieurs blesses parmi les
civils. Six t6hicules out 6kt brfil6s ct 5 autres legercment
cndommrag6;. Les partisans du Vietminh ont pu 6tre repous-
s6s, un quai t d'heure apres le debut de l'attaque, grace a des
renforts de blinds et d'aviation.


En outre, le jour precedent, 12 fivrier, des 616ments du
Victminh out attaqui Ic pose de Thu Thiim, sur la rive
go:uche de la Rivitre de Saigon, face aux quais des Messa-
geries Maritimes. Simultanmient, des attentats terrorists
avaient lieu A Saigon, attentats surtout A la grenade, qui out
fait surtout des victiimes parmi la population civil ct
vietnamienne.
Au Cambodge, la vigilance des forces franco-khmli res a
permis de maintcnir le came dans 1'enseiible du Royaume.
On note cependaul, dans le secteur Nord, une attaque do
rebelles contre les postes de Prahal, dans la region de Pur-
sat ; une operation l'a dLgagee.
Nos troupes, en collaboration avec les forces khmbres,
ont effectue plusicurs operations, dans le sud-est, notam-
ment dans la region de Chaudoc frontiere du Sud-Viet-
nam et entire Ic Ilassac et le Mekong, infligeant aux
rebelles des pertes sirieuses.
Enfin, aux environs de Kompong Trabek, nous avons d6i-
vre une centaine de Camliodgicns que les rebelles avaient
enlev6s.
An Laos, Iactivite militaire a &t6 tries vive dans la
region de Sam Neia. Les rebelles ayant subi plusicurs
revers, out appliquvI leIr effort plus loin vers 1'Est ct le
Sud-Est, vers Sanm 'Tea, Sop lHao et Muong Xia. Nos forces,
cn cooperation avcc des elements du Nord-Tonkin, out
declenchle une vast et important operation dans la vall6e
du Song Ma. Elle Inus a permis de detruire une quinzaine
tic camps militaircs et de liberer plus de 800 habitants,
doni 140 otages. 'Par ailleris, des formations franco-lootien-
les out operc 6igai ecnt dans la region de Ban Houei Sai
(3(5 kilomntres Nordl-Onest dte Luang Prabang) ; une bande
loo-issara, s'est rallied, v ec ses armes, an gouvernement


- -aoKy
\PhoLu

-. HANO'I H aphong
'Sopta'n o P .ul t bIi Biinh
Samn Neua 0 Phu D Na inh
SMuong Xa ptPat Dem -
SLuang Pabang ,XaimTeu -_ _

ME!E

S -- CH/NE
S VIENTIANE ngH
S 7 u angTr


SIAM -
Tc

1Z

CAMBODGE
i cKS









AFRIQUE OCCIDENTALE FRANCAISE


Federation


Le traffic de I'aeroport
de Dakar en 1949


1 E s statistiquesc
sur Ie traffic
adrien de Dakar
Saccusent, pour l'an-
Ce 1949, une netted
augmentation p a r
rap)ort die I'annb e
dernibre.
Dans le courant de l'annee, 3.760 entries et
sorties de navires ont Rt6 enregistries, soit une
augmentation de 447 unites par rapport i 1948.
Le traffic < passages > est pass de 36.041 en
1948 a 45.552 en 1949. En outre, 62.500 passa-
gers en transit ont fait escale A Dakar en 1949.
Le traffic adrien, de son c6te, s'cst accru d'une
faqon tris netted. Alors qu'cn 1948, on avait not6
6.145 movements d'avions, on en a enregistre
7.543 en 1949.
Le traffic < passages > pour l'ann~c 1949
s'16,ve, au total, A 85.555 (arrives, departs et
transit) alors qu'il n'6tait quc de 84.000 en 1948,


Ouverture d'un course de droit constitutionnel

Le 24 janvicr, M. Paul Bechard, Haut-Conm-
missairc, a pr6sid6 la seance inaugural du course
de Droit Constitutionnel donn6 i l'Institut Uni-
versitaire Ie Dakar par M. Lamupue, Professeur
L la Facult6 de Droit de Paris.
Apris avoir pr6sente le Professeur Lampue, le
Haut-Commissaire dit son espoir de voir naitre
la Faculty de Dakar en un temps qu'il souhaite
proche.
Prenant ensuite la parole, M. le Professeur
Lampu6, se declare heureux d'avoir A enscigner
aux 6tudiants africains ce Droit Constitutionnel
<< fondeinntt t point de depart de l'6tude du
Droit Public >.
Puis il passa a l'etude du sujet du jour
<< 'Union Francaise : Innovation la plus impor-
tante de la nouvelle Constitution .


Abrogation du decree du 31 octobre 1926,
relatif a I'emploi de la deuxieme portion
du contingent autochtone

Le dderet du 31 octobre 1926 relatif it l'execu-
tion des travaux d'int&ert g6n6ral en A.O.F. par
des travailleurs prelev6s sur la dcuxibme portion
du contingent autochtone, vient d'etre abrog6


pour computer du 11" janvier 1950, par u: decret
du 6 f6vrier 1950 (J. 0. 9 f6vricr).


Mesures en faveur de I'effort de construction

Le Journal official de I'A.O.F. du 4 fevrier
1950 a publli certaines instructions du Haut-
Commissaire en vue de consacrer une politique
d'encouragement a la construction d'imineublcs
a usage d'habitation.
Ces instructions visent i permettre, aux entrepiises indus-
trielles ct coninerciales qui, i la date idu 1'' janvier 1950,
out comm.ence, etl celles qui, post6ricurement A cette date
auront entrepris la construction d'innicubles d'.abitation
destines an logement de leur personnel, d'amortir excep-
tionnellciiment, d&s I'aclevement de ces constructictns, 40 %
de leur prix de revient et d'obtenir ]a diducticn de cet
amortissement dans e6tablissenient de l'impot sut les bene-
fices industriels ct commerciaux.
Ces inesures, de caractere excepionnel, et qui s'appliquent,
au surplus, uniquement a des iinmeubles pr6sentani certaines
conditions requiscs en matirec d'urbanisine et d'lygiene ct
ne d6passant pas certaines linites d'invwstissrienw', pourront
tre comiplelecs, aprEs approbation par Ic Grand Uonseil de
I'A.O.F., sa prochaine session, par une nesure d'exemp-
tion teniporaire plus etendue de 'iminpot foncier luquel ces
immeubles sont assujettis.


La Conference de Tenkodogo

Le 21 d6cembre 1949, s'est r6uni "I Tcnkodogo
(Haute-Volla) sous la pr6sidence de M. Paul BL-
chard, HIaut-Commissaire de !a Rc6publique en
A.O.F., une conference, en vue de l'examen de
certain problnmes interessant les Territlires Est
de la Fd16ration et le Togo.
Etaient presents :
IM. L les Gouverneurs de !a llante-Volia, du iNiger, du
Dalioniiiy ct M. Sagnes, Comiiiandanit tie Cercle de Mango.
repr3sentant Ile Conunissaire de ia r'publique au Togo.
1M[. Malnil:dou Ouedraogo, l)iputi', Kalenzaga ct Sigue
Noulhoium, S.nateurs, Bouda Francois ci Bougourioua Oue-
draogo, Conscil!e(rs de l'Union.
MM. c l)ircteur du Cabinet du Haut-Commnissaire, les
Direilcnrs g6niraux de Itii&rieur, des Affaires Econoniques
ei des Travaux publics.
Le Commandant de Cercle de Tenkodogo;
Les chefs de Cabinet des Gouverneurs preiilts :
Le Moro-Naba de Ouagadougou ;
Le Noro-Naba de Tenkodop, :
Le Nouipela-Naba et le Onareaye-Naba. Chef d.' Province.

A i'ordre du jour de la Confrrence figLraient :
1" Acces vers la mer de i'Est Vola :
2 Relation avec le Togo ;
3" Chasse, Tourisme, Folklore.

1" 1a conference a procdd6 A: l'exaien des








deux projects d'acces possibles de l'Est Volta vers
la mer.
a) Route Tenkodogo-Mango-Blita, chemin de
fer Blita-Port de Lom6.
b) Route Fada N'Gourma-Natitingou-Tchaou-
rou, chemin de fer Tchaourou-Cotonou.
Une observation dirimante a Wt6 pr6sent6e par
M. Lantenois, Directeur g6n6ral des Travaux Pu-
blics. La route de Tenkodogo a'la frontiere du
Togo compete, sur 112 km. de parcours, 3 km. 600
de pont. Certains ouvrages en mat6riaux provi-
soires atteignent 100 m6tres de longueur avec
une flbche de 8 metres. La d6pense serait consi-
d6rable et l'on ne peut raisonnablement penser
que les moyens financiers disponibles permet-
tront d'y faire face. 11 est proc6d6 a des 6tudes
faites sur les deux tracks par le Service des
Travaux Publics. Is figurent en annexe au pro-
c6s-verbal.
Apres change de vues et compete tenu : 1 de
l'existence d'une bonne route de saison seche
Tenkodogo-Togo; 2" des disponibilit6s 6conomi-
ques d'avenir des regions consid6r6es, il est de-
cid6 que l'axe Fada N'Gourma-Natitingou, sera
seul retenu. II doit se raccorder A la route inter-
coloniale n 7 Tchaourou-Paga oft de grands tra-
vaux sont actuellement en course en vue de son
complete 6quipement. Par ailleurs la recherche
d'un trac6 joignant Pama a la route Tenkodogo-
Ouargaye sera effectu6e. Enfin il convient de
faire ressortir que le Togo peut facilement se
raccorder par Boukonbe A la route projet6e.
Ainsi les commerce dahom6ens et togolais
pourront-ils 6galement rechercher les products et
placer les marchandises d'importation. La con-
currence jouera au profit de ceux qui sont A la
fois producteurs et consommateurs ce qui, en
definitive, est le but A atteindre.
2' Circuit touristique. Le Gouverneur de la
Haute-Volta, a fait valoir l'int6r&t que pr6sente
au point de vue cyn6g6tique, pittoresque et fol-
klorique le circuit Fada-Pama-Natitingou-Lama-
kara-Mango-Ouagadougou. La faune du Cercle de
Fada, les curiosit6s des pays Somba et Cabre,
l'altitude permettant de se reposer des fatigues
de la chasse, inilitent en faveur d'une 6tude s6-
rieuse. Un campement en dur de 8.000.000 est
inscrit au budget 1950 pour Fada N'Gourma.
Le Gouverneur du Dahomey a indiqu6 qu'il
existait A Natitingou un comfortable campement-
Le Gouverneur du Niger a propose que le cir-
cuit commence par Niamey oiu les tourists dis-
posent d'un excellent terrain d'aviation.
M. le Haut-Commissaire a demand aux trois
Gouverneurs int6ress6s et aux autorit6s du Togo
de bien vouloir proc6der A un examen complete
de cette affaire qui est pleine d'int6ret et devrait
se trouver au point au moment de la Foire Inter-
nationale de Dakar en 1952.


S6ingal

Les cultures en forts classes au S6n6gal

Dans certain cantons, les forts classees sont
'l'objet de reclamations fr6quentes de la part des
populations voisines. Si l'on ne peut envisager
de revenir sur le principle meme des classements
don't la n6cessit6 est indiscutable, il est certain
que les limits des reserves les mieux 6tudi6es ne
.peuvent dans un morcellement excessif et coft-
teux, exclure tous les terrains a vocation agricole
et toutes les jachbres oiu les usagers actuels, trbs
attaches aux traditions voudraient porter la daba
sur la trace de leurs anciens.
Par ailleurs, la fort s6negalaise est souvent
constitute par des peuplements melanges pau-
vres en especes donnant de bons bois de cons-
truction. C'est pourquoi l'Administration pour-
suit depuis d6jA longtemps l'enrichissement de
certaines forts en esp6ces de valeur. De telles
plantations sont cofiteuses, elles ne peuvent 6tre
r6alishes que par un d6gagement du covert, et
pendant quelques annees les jeunes plants mis
en place doivent etre proteges contre le feu puis
defendus centre l'envahissement de la v6g9tation
concurrente et centre la dent du betail.
Ces considerations ont amen6 a associer cer-
tains d6frichements de culture avec des planta-
tions d'enrichissement en forts classees.

L'article 20 du decret forestier a pr6vu, bien que d'une
facon tres restrictive, la nise en culture temporaire de ter-
rains en fort classes en vue de leur enrichissement en
especes de valeur.
A la suite d'essais tents depuis plusieurs annies an S6nd-
gal avec des r6sultats satisfaisants, il a 6tB possible d'orga-
niser ces cultures en fort classes sur des bases rationnelles
et precises. Dans ce but, l'arrite n 1.853 du 27 avril 1949
reglemente I'attribution de v6ritables contracts de culture
passes entire le chef de Territoire et les cultivateurs int6-
ressds. II s'agit en l'espece d'actes precisant d'une maniere
detaill6e les droits et obligations des parties.
D'une part 1'Administration met a la disposition du culti-
vateur certain terrains parmi les meilleurs et bois6s de
longue date done aussi fertile que de bonnes jacheres.
Des maintenant, le dispositif est en place et pourra fone-
tionner dans des conditions satisfaisantes pour la nouvelle
champagne de culture de 1950.
II est indispensable de signaler que cctte action est stric-
tement limited par les possibilities techniques, en personnel,
et en plants forestiers (p6pinieres) et par les inscriptions
budgetaires (frais d'am6nagement, de plantations, primes,
etc., etc....).
En dehors des forts classes, dans les forts dites pro-
teg6es, cet management des cultures et de la fort pourrait
etre tres largement d6velopp6 car il constitute un progres
considerable sur la technique agricole actuelle du S6n6gal.
La permanence d'un leger covert sur le sol peut limiter
la lat6risation et assurer une protection efficace contre l'ro-
sion. Le choix judicieux des essences forestieres d'enrichisse-
ment, leur mise en place sous forme de rideaux aligns per-








mettant la culture tractee sent anutant d'amneioioraio qu'il
serait interessant de mette an point d'apres les r6sultats
acquis par I'experience.
Cette methode d'amunagement sylvo-agricole ne boulcvcrse
nullement la technique anccstrale tdu paysan noir, clle in-
transpose pas les proc6dls de culture qui font la fortune
d'autres territoires, car dlle fait appel a la jachlre forestiere
qui jusqu'a ce jour, et pour longtcmps peut-ktre encore, tient
lieu en pays tropical d'engrais et de funicr.
Une g6neralisation de cette m6thode d'anicnageiment forl-
culture permettrait peut-6tre de passer, par une transition
hcureuse, du stade actuel de 1'agriiulture itin6rantc ct epui-
sante dite de << rapine >, a unc agriculture qui retrouverait
par une rotation coordonnee dcs cultures sur le sol forester
enrichi, la conception essentiellcment paysanne du bon pi-re
de famille qui usant de son fonds a le souci constant de
le transmettre amilior6 a ses descendants.



C6te d'Ivoire

Les 6vdnemenfs de C6te d'lvoire

Au sujct des incidents qui se sont d6roules fin
janvier en C6te d'Ivoire, le gouvernement gene-
ral de I'A.O.F. a public Icl 31 janvier, le commu-
niqu6 suivant :

Le Ccrcle de Daloa, en Moyenne C6te-d'lroire, a dtd re-
ce'nmcnt, le theatre d'incidents qui s'inscrivent dans le ca-
dre d'une agitation par laquelle les dirigeants du R.D.A.
s'efforcent d'effectuer une violent pression sur la popular.
tion africaine, qui marque line disaffection croissant pour
les mnthodes et les buts de ce parti.
Ces incidents ont revetui, depuis pen, un caractire de gra-
vitd certain.
C'est ainsi que, le 21 janvier, h Bouafld, it la suite d'une
attaque mende par des partisans du R.D.A. centre an nota-
ble commercant qui s'est refused a se plier aux ordres donn6s
par cc part, une violent dchaiffourde s'est deroudie entire
manifestants et service d'ordre, cai course de laquclle un
capitaine, un lieutenant africain et plusieurs tirailleurs ont
itd blesses, deux manifestants tuIs et plusieurs blesses.
Cependant que l'ordre dtait aussit6t retabli dans cette
region oft les autoritis judiciaires ouvraient une information
et qu'il 6tait procdde l'arrestation des fauteurs de trou-
bles, I'agitation se dcplaCait vers la region de Yamoussoukro,
residence du ddpute Felix Houphoiut, President du R.D.A.
Ce dernier qui dtait arrived Bouafll dans la soirde du 23
janvier, avait rejoint Yamoussoukro, sous la menace d'une
information judiciaire.
Une vive agitation ltait signalee, depuis le 25 janvier, dans
la region voisine de Yamoussoukro, Dimbokro, Toumrodi, Bo.
canda, Bongouanou. Un rassemblement de duix mille indi-
vidus environ, arms de hachettes, des tentatrces de barra-
ges des routes autour de Yamozissouihro, la presence de
groups arms sur la route Toumodi-Ytamoissoiikro, et un
sabotage sur la line tclegraphique ont 6tc signals, ainsi
qu'une violent manifestation au course de laquelle un gen-
darme et deux manifestants out etd blessIs derant la prison
de Dimbokro, a la suite de l'incarcdration de sept ddlin-
quants don't un leader local du R.D.A. Cette agitation rent
de s'illustrer d'une faCon deplorable, par un violent incident
survenu d Dimbokro. Le 30 janvier, deux (i trois mille indi-


ridus, don't un certain nomnbre arms, ont occup" le march
de Dimbokro, le commandant dit Cercle en orilonna l'&'a-
cuation. L'operation effectuLe par la gendarrterie et la
troupe s'est d6roulde sans hearts. Refouls jusqu'a la gare,
les manifestants ont tired sur le service d'ordre qui riposta.
On comppte douze morts et trente-huit blesss patini les i:ani-
festants et vingt-deux blessds, dent deux gric vrnent parmi
le service d'ordre.
Toutes les imesnres nkcessaires ont &;t p.ires par les
autoritrs responsables afin de continue d'assr rer I'ordre
public. Des renforts de troupe et de police onr dtd diriges
sur les lieux.
L'autoritd judiciaire, rgulibrenment saisie, pursuit son
enquate. D'autre part, le calne complete semble ;tre revenue
dans la region oai se sont dierouls les premiers incidents.
On signal, enfin, & Abidjan, oil est indiqude 'a presence
de M. Gabriel d'Arboussier, conseiller de l'Ution Fran-
caise, vice-president du R.D.A., de retour en C6te d'Ivoire
depuis le 18 janvier, qu'une gr're prrue pour le 30 janvier,
a complitement avortl.

Le 3 fevricr le:, partisans du R.D.A. provo-
quaient une nouvelle dchauffourie it Seguela,
ayant pour origine l'altaque d'un notal .e hostile
au mouvcmcnt R.D.A. Les manifestants ont eu
un moral. et deux blessis et Ic service d'ordr'e deux
bless6s.
A I'occasion de ccs troubles un certain nombre
d'arrestations ont 6le op6eres. Des measures (Id
security ont RC6 prises immn diatement.
Dans la population mime, des protestations
s'elevent centre les menaces et les exactions con-
tinuclles des partisans du Rassembler ent D-
mocratique Africain.
Un tdlegramme-manifeste, signed par les res-
ponsables de la section S.F.I.O. de C6te d'Ivoire,
du Parti Progressiste de la C6te d'Ivoire, du Bloc
D6mocratique Eburn6en et de 1'Entente des In-
d6pendants de la C6te d'Ivoire, a 6t6 adress6 au
President du Conseil, au ministry de la France
d'Outre-Mer et aux presidents des troi, assem-
blWes.
Ce tel6gramme stigmatise, en terms categori-
ques, l'action du R.D.A., demand < une inter-
vention efficace > et r6clame < que le parli
R.D.A. soit inlerdil. come part Otranger, par-
jure c sa doctrine premiere d'Union Fran iaise,
come parti de dWsordre, de pillage et de rebel-
lion qui fail dottier de nous, en France ct dans
le monde, et entrave la libre evolution d'un pays
qui aspire au travail dans la paix, dans l'union :.
Le parti des Ind6pendants de la C6te d'Ivoirc,
preside par M. Etienne Jaument, Prdsident du
Bloc d6mocratique, et don't M. Dourouya est se-
cr6taire general, a adress6 Ic 4 fivrier, ;t M. Paul
B6chard, Haut-Commissaire de la nRipublique en
A.O.F., un til6gramme, sign, 6galemcilt, par
Aoulou, secr6taire g6enral du part progressidse.

Ce message declare notamnment :
Nons cspjrons que la justice r'Ipubliciine, serci.ie et ra-








(Cliches dii S. d'Inf. du IHaut-Commissarial)


M. PIGNON, au course de son voyage & Tayninh
entour6 de personnalitfs frangaises et vietnamiennes sur le seuil du temple caodaiste.


M. PIGNON s'entretient avec M. PHAM CONG TAC,
Chef religieux des caodaistes.







(Cliches Aubert de la Rile)


r~ie
I -11


CI -~


Une region montagneuse de la p6ninsule Courbet.
Au centre, le lac Studer, que domine, a gauche, le massif du Crozier (1.000 metres).


'9';:


La station m6t6orologique
et les constructions de Port-aux-Franqais.


rt:.w


Si


.~..








(Cliclis Aubert de la Hfie)


'-Ta---0


Les Ties de la parties ouest du golfe du Morbihan vues du Mont Wyville Thomson.
Au loin le massif neigeux du mont Werth.


~ s~W~ C*)~~'V~~'-''. aC~
"""tW*.im ~ -


Elephants de mer dans les prairies
d'acoena de la presqu'ile du Prince
de Galles










M. Robert BARGUES
Ancien el6ve de I'Ecole Nationale de la
France d'Outre-Mer
Inspecteur G6n6ral des Colonies
Haut-Commissaire de la R6publique
a Madagascar


(Clichl Service Inf. Madagascar)


L'arriv6e du Haut Commissaire au Lac Anosy
ob il est accueilli par les notabilitfs frangaises et malgaches.








pide, frappea les v6ritables responsables de la rebellion
afin de ramt ner la paix et le travail dans le pays et que le
gourernemen, dissoudra le R.D.A. d obedience etrangere,
association dr, malfaiteurs, qui a fait couler tant de larmes
et de sang.

Des rep: 6sentants des diff6rentes collectivit6s
religicuses et ethniques de Dakar r6unis le 6 f6-
vrier, sous la pr6sidence du maire de la ville ont
vot6 une motion et adress6 diff6rents t61lgram-
mes au Pr, sident de 1'Union Francaise et a plu-
sieurs meiibres du Gouvernement, condamant
les m6thodes du R.D.A. en C6te d'Ivoire, deman-
dant que j'on intervienne pour empecher le re-
tour de toite nouvelle agitation.
Le Haut.Commissaire a transmis le 8 f6vrier,
au President de la R6publique, un t6elgramme de
MM. El Hldj Ibrahima Diop, grand S6rigne, et
El Hadj Mbor Diagne, maire indigene de Dakar.
Cc message declare notamment que toules les
collecliuivte coutumnires el religieuses dtt Cap
Vert jusqLu Rufisque et les chefs de quarters et
de villages affirment le profound attachment diz
Sdnegal d la France, sligmalisent les fauteurs de
troubles dc la C6te d'lvoire; font appel d l'arbi-
trage supri me du Chef de l'E:at pour'le maintien
de l'ordre public dans le cadre de la IlgalitM cons-
tittlionnelte et deplorent des eddnements doulotu-
reux qui ne sauraient meitre en cause les prin-
cipes fondAmentaux de l'Union Frangaise.
Le Pr6si lent de la Republique a r6pondu qu'il
etait profoiLd6ment touch par le nouveau temoi-
gnage d'atlachement A la Republique, exprim.6
par MM. El Hadj Ibrahima Diop et El Hadj Mbor
Diagne. Le Gouvernement, a qui a et6 commu-
niqu6 ce message, est sensible A cctte manifesta-
tion dans laquelle ii voit une prcuve de la sa-
gesse et de la fid6lit6 a l'esprit de la Republique
des Assem l6cs municipales et des collectivites
coutumieres et religieuses de la prcsqu'ile du
Cap Vert. Vous sommes convaincus a-t-il
ajout6 qle toutes les populations d'A.O.F. par-
lagent ces ;:entiments.
Les Anciens Combattants de 1'A.O.F. ont
adopt le 11 f6vrier une motion deplorant les vies
humaines sacrifices en C6te d'lvoire, rdprouvant
les actes d,. violence, protestant centre les pro-
vocations el les appeals d la rebellion, demandant,
aux autoritls responsables, de prendre des mesu-
res pour maintenir l'ordre et la sdcuritl dans le
pays.
M. Mau -ice Gueye, maire de Rufisque, a
adresso le 12 f6vrier un t6legramme an Haut-
Commissaire dans lequel il souligne que le Con-
seil Municipal de la ville de Rufisque fletrit les
fauteurs de troubles en C6te d'lvoire et reitere,
au reprdsen tant de la France, son profound el in-
ddfectible ai achement.


Lcs chefs coutulniers des pays Agni et Abron,
situ6s a 1'Est de la CSte d'Ivoire, ont adresse, le
14 f6vrier, a MA. Bichard, Haut-Commissaire de
France en A.O.F., un tel6gramme d6clarant que
ces pays decmeurent ind!fectiblement attaches
d la France et demandant que totes measures
soient prises- afin qu'aucune inspiration Otran-
g&re ne vienne, comme c Seguela et Dimbroko,
trouble le pays.

Dc son co6t M. Robert Ldon, Conseiller Gn6-;
ral de la CMte d'Ivoire, Conseiller de l'Union
Francaise (ex-R.D.A.) non inscrit, a d6clar6 le 3
fevrier aux representants de la presse a propos
des derniers incidents qui viennent de se d6rou-
ler sur ce territoire :

Les declarations des journaux relatives aux incidents de
la C6te-d'Ivoire ont rivement emu l'opinion publique et
particuli6rement ceux qui ont des parents ou des amis dans
cc territoire.
Je ties d rassurer tous ceux qui peuvent s'inquiLter. La
population europenne nest pas et ne sera pas inquidtde
dans quelque partic du territoire. Les incidents restent stric-
tement dans le cadre forces de police et population africaine.
Je puis me porter grant des sentiments de la population
autochtone de la C6te d'lvoire envers la population mdtro-
politaine, planters, colons, commercants ou fonctionnaires.

.Le 11 f6vrier, les rcsponsables de diverse or-
ganisations de la Cote d'Ivoire : MM. ELienne
Djaument, President du Bloc Dimocratique
Eburn6en; Kagou Aoulou, secr6taire g6n6ral du
Parti Progressiste; Dignan Bailly, secr6taire f&-
d6ral S.F.I.O.; Vame Coumouya, secr6taire g6-
neral des Ind6pendants, ont adresse, au Pr6si-
dent de la R6publique et de l'Union Fran.aise,
au President du Conscil ct au Ministre de la
France d'Outre-Mcr, le t616gramme suivant :

Depuis les massacres d'Abengourou, fomentis le 7 fevrier
1947, par le R.D.A. pour donner un tr6ne a son President
communist Houphouet, les attentats terrorists se multi-
plient sur tout le territoire.
M. d'Arboussier, secretaire general du R.D.A. aidd par des
avocats communists et par divers agents de la propaganda
metropolitaine, use de tons les moyens d'agitation pour ter-
roriser la paisible population de la Cote d'Ivoire et lui extor-
quer d'cnormes cotisations la menaCant d'interventions ar-
mdes socvitiques en cas d'abstention.
Ces fauteurs de troubles reulent l'obliger a s'insurger con-
tre l'ordre public, pensant influence ainsi les ddbats aux
Assises sur les vvdnemnnts du 6 f6vrier, don't ils sont les
auteurs.
"Avertis par la sanglante venture malgache, les responsa-
bles de l'Union Francaise ne sauraient abandonner les ci-
toyens de la Cte d'lvoire quand ils apprendront que, de-
puis l'arrivke de d'Arboussier, des incidents dramatiques ont
dclate a Zuenoula, Daloa, Afferisinfra, BouaflE, Koud-Noufla,
Senafla, Daboussara, Kalata, Barata, Degdezrre, Diemoufla
et Dimbokro.








Enfin, lc ti mars, Ie ininistre de la France
d'Outre-Mer a recu un t6legrainme, nmanant de
M. Capri Djodje, President du Conseil G6neral
de la C6te d'Ivoire, et dans lequel celui-ci, r6uni
en session ordinaire. adressc, au President de la
Republique ct die 1'Union Francaise, < 'assu-
rance de I'indefectible attachment des popula-
lions du terriloire d la France el (a I'iddl qu'elle
n'a cesst de reJprsenler pour e!lcs.
Le message Li1ve, d'autre part, une < prolesla-
lion vlhem;enle conire ne agilationo crice, en
Cd6te d'Ivoire, ( seatle fin de substiluer la dicla-
lIire de qulelques-ilns ( I'adminiislralion fran-
caise, setle reconnue ddeions. >


Visible du Haut-Commissaire

M. B6chard est arrive le 9 f6vrier i Abidjan.
Apres avoir assist h un defil militaire, Ic
Haut-Commissaire s'est adress6 a la foule venue
l'accueillir devant le Palais du Gouverncur. Je
suis venue pour affirmer que snr ce lerriloire il
ne sera jamais tolCrd que soil porld atteinle i
la liberal individuelle, ainsi qu'd la liberal de
pensce, a notamment d6clare M. Bchard.
Si tons les parties politiques sont libres de fire
leur propaganda, a-t-il ajotcl, il est une limile et
celle limile avec la liberty de chacun c'est la pa.
irie franchise.
Apris avoir rappcl6 les manoutvres concerlees
pour atteindre la France, le Haut-Commissaire a
affirm que la justice connailra tous les fails
et I'heure venue fera peser la rigueair de la loi
snr les conpables, les urais coupables.
Au debut de l'apres-midi, M. B6chard s'est
rendu i Trcichville, oii il a proceed h l'inaugura-
tion officielle d'une nouvclle maternity.
Dans un discours of il a repris les themes
de l'allocution prononc6e le martin A Abidjan,
M. Bechard a stigmatise les m6thodcs qui, a-t-il
dit, sous pretexte de vouloir instaurer la liberty,
autorisent les pillages, les brutalit6s ct les exac-
tions a l'6gard des paisibles commercants ou
agriculteurs.
Dans sa conclusion, M. Bechard a announce
qu'il allait parcourir les diff6rents cereles avec
les chefs do territoires pour avertir les popula-
tions de ne pas se laisser dtper et de reprendrei
courage si par hasard elles favaient perdau.
Le Haut-Commissaire s'est rendu dans les
jours suivants a Toumodi, Dimbokro, Bouafli,
Zu&noula et BouakW.
Dans ses allocations il a soulign6 la volont6
formelle de l'Administration de faire respecter la
lgalit6 r6publicaine ct a rappel6 les measures pri-
ses aussit6t en vue de rdtablir l'ordre et l'action


judiciaire qui ont empcch6 les recentes 6chauf-
fourbes de d6g6nerer.
Se r6f6rant a des t6moignages locaux le Haut-
Commissaire a declare que le caractirc delibere
de l'agitation semblait d6sormais talbli. I1 a
ajout qu'il avait eu la confirmation (ue, dans
certain centres tels que Bouafle et Zuinoula, les
sevices sulis par les habitants rCfractaires ou
hostiles au R.D.A. avaient 6t6 particu.ierement
odieux. II a cite des destruction systimatiques
de cases, des incendies de denries e! des vio-
lences corporelies.
Enfin, M. B1chard a stigmatis6 la methode de
violence et multiplied les appeals pour qu'une vie
normal soit r6tablic en indiquant que ( seuls,
les vrais responsables subiraient les rigueurs de
la loi ,.

Guinee

La prospection de i'or

Une mission de geologues effectue, depuis deux
ans, pour le compete du Gouvernement general,
la prospection de la chain montagneuse du
Niandan-Bani6.
Cetle claine de cent cinquanto kilometres, bordant, a
l'Ouest, le bassin aurifere de Siguiri, est divis6e en deux
tronCons par Ic Niger. C'est entire Kouroussa (t Labh, sur
la parties Imridionale oui les coiim indications et .e ravitaille-
ment sont le plus faciles, que la premiere 6tude a 4t6 entre-
prise dans le nivean g6ologique apple Birinien sup6rieur ;
c'est dans ce niveau, en cffct, que les Anglais cut d6couvert
les riches gisements d'or, de manganese ct de iiamapts des
montagnes de la Gold Coast, don't cette chain n'eet que
le prolongemcnt.
Les premiires dicouvertes sont cxtrcemeineit 4ncouragcan-
tes : trois systimes filonicns d'or, don't nn tris important,
s' tendent sur vingt-einq ki!o:nitres de Ires l)eCux quartz a
mispickel -n nord du Tinkisso; enfin, des g:sements de
bauxites, du type classique des hautes peneplaiiins laltriques
entire Kouroussa ct le Tinkisso.
La mission de rechrcries pursuit ses travarnx. L'avance-
ment fut trIs lent au debut, avec les inoyens midiimentaires
employes. Pourvue, aujourd'hui, d'un materiel ultra-modcrne,
groups de compresscurs avec imartcaux perforateurs, exca-
vateuses, laveuses mecaniques; relief au monde civilis6 par
une route sp6ciale qui monte, pour elle, jusqtl.' Soubako,
on pent computer qu'elle achivera rapidement ]a reconnais-
sance complete e e c system filonien qui prsecnte de nonm-
breuses analogies avec ccux qui out fait la fortune de la
Gold Coast. Des maintenant, on peut assurer qi e la Guinbe
possede un premier gisement d'or filonirn piAin de pro-
messe.

La lutte centre le charan;on noir du bananier

Pour letter contre l'un des plus nccifs para-
sites des plantations, << Ic charan.on noir du
bananier >, don't Ics ravages s'6tendcnt en Gui-
ne franchise, le government local a interdit









toute circulation des plants sans une verification
par des agents des services de l'agriculture.


L'activit du Port de Conakry en 1949

Pour I'ann6e 1949, l'activit6 du port de Cona-
kry a 6t6 :
Entrees : 367 navires, jaugeant 972.200
tonnes de jauge nette ;
Sorties : 365 navires, jaugeant 973.300 ton-
nes de jauge nette ;
Marchandises export6es : 94.176 tonnes.


La Foire de Kankan

A la Foire de Kankan, une centaine de stands
environ ont 6te amenag6s et sont particulibre-
ment r6servys au commerce, a l'industrie et A
I'agriculture. Des stands sp6ciaux ont, 6gale-
ment, 6t6 pr6vus pour l'artisanat.
Des conduites d'cau potable seront reparties sur toute la
superficie du terrain; 1'eau ainsi distribute sera assainie et
son grand debit pourra satisfaire toute demand.
Pour assurer l'h6bergement des visiteurs, don't le nombre
prevu est d'environ 25.000, des dortoirs out 6te amenag6s
pour pallier l'insuffisance de moyens de la ville.
Des stands de divulgation seront tenus par les Services de
Sant6 et d'Hygicne, par la Mission Catholique en Afrique et
par les diff6rents cercles administratifs du Territoire,
'I.F.A.N., etc...
Un concours d'6levage et de products agricoles donnera
lieu a distribution de prix et dipl6mes.


Crise de la production bananiere

La crise actuelle de la production banani.re
a amen6 le Gouvernement local A examiner axecc
les planteurs les differents 616ments composant
les prix de revient de la banane et les remedes
a la mevente.

Actuellement, la situation financiere des planteurs de Guti-
nee est extrcmcment critiques; en six mois ils out enre-
gistr6 une perte de tr6sorerie de 172 millions de francs
metropolitains. Une 6tude serr6e menue par les reprscen-
tants des planteurs a permis de decomposer ainsi le prix de
revient de la banane :

(Prix au kilo, en francs metropolitains)
Prix de plantation, emballe .......... 36 fr. 32
Magasin port Conakry ................ 41 fr. 85
Fret ................................... 25 fr. 70
Droits de donanes, taxes diverse, conm-
missionnaires ...................... 32 fr. 45
cc qui fait un prix quai,.wagon, depart Marseille a 84 fr.


II apparait done que le prix plantation n'est pas supe-
rieur aux prix mondiaux et que le niveau trop Alev6 du prix
de vente en France est dfi d'une part au prix du fret, d'au-
tre part aux droits et taxes diverse qui frappent la banane.
Pour ce qui est du prix du fret, le prix francais de 25,70
est incomparablement trop l6ev6 par rapport au prix anglais
qui est de 11 a 13 fr., (le prix francais 6tait avant guerre
de 0,70).
Pour ce qui est des taxes et des droits de douane, le pro-
blime est celui de la fiscalit6 m6tropolitaine.


Creation d'une section sp6cialis6e
dans I'hydraulique

Une section du service des Travaux Publics
s'interessera sp6cialement aux probl6mes d'hy-
draulique.
Ce service, qui demand des sp6cialistes, pros-
pectera toute la Guinde pour y 6tudier les possi-
bilit6s de construction de barrages, de reservoirs,
afin de doter le territoire du r6seau hydraulique
indispensable A ses villes et A ses cultures.


Visite du Secretaire d'Etat du Lib6rip

M. Dennis, secr6taire d'Etat de la Republique
du Liberia, est arrive, le 4 f6vrier, A Conakry,
accompagn6 de M. de Schompr6, ministry de
France a Monrovia.
Une reception a eu lieu. le lendemain, au Gou-
vernement, en son honneur.


Niger

La traite de I'arachide

Les pronostics actuels de r6colte exportable du
Niger Est en arachides d6cortiquees portent sur
15 A 20.000 tonnes centre une production com--
mercialisde et exportbe de 45.000 tonnes pour la
champagne 1948-1949.
Un hivernage 1949 peu pluvieux et de court
duree, comportant des pr6cipitations mal repar-
ties dans le temps est la cause essentielle de cette
regression dans les provisions.
Au 1'~ janvier 1950, les tonnages commerciali-
ses atteignent 9.200 tonnes seulement pour Niger
Est.
On estime que l'ouverture tardive de la traite
(28 novembre au lieu de 4 novembre, date d'ou-
verture des op6ranions dans les provinces du
Nord), puis l'interdiction d'exportation avant
fixation sur le plan f6d6ral d'une valeur mercu-
riale ont occasionn6, sans aucun doute, des fui-
tes substantielles d'arachides vers les marches
frontaliers britanniques de la Nigeria du Nord.





41









AFRIQUE EQUATORIALE FRANCHISE


Le commerce
exterieur
Ss du Territoire
SELON le service de
la statistique g&-
n&rale, le bilan
ldu commerce exth-
rieur de l'A.E.F. s'Rta-
blit ainsi par patyV
pour l'annic 1949 :
1o IMPORTATIONS
Quantities Valeurs
cee tonnes 1.000 frs CFA

..... 143.633 7.263.452
d ... 6.708 226.837


5.450
52
8.116
6.500
83.642
7.008
1.734
1.674

130

1.469
31.229
4.653
193
5
6.905
309.101


2 EXPORTATIONS


France ............
Afrique du Nord ...
Belgique ...........
Congo belge .......
Etats-Unis ........
Grande-Bretagne ....
Afrique du Sud ....
Nig6ria ...........
Soudan anglo-6gyp-
tien ........... .
Pays-Bas et T. O.-M.
Portugal et T. O.-M..
Suisse ..... .......
Italic .............
Allemagne .........
Autres pays .......
Total ......


177.605
3.332
419
3.350
354
37.635
2.893
19.891

1.664
11.335
42
7.645
303
690
32.835
327.340


281.502
380
176.245
294.239
1.672.760
192.192
26.693
108.535

13.249

89.701
486.859
64.262
59.523
440
312.697
11.309.566


4.797.190
53.946
7.280
150.851
8.094
61.947
38.005
S129.269

17.047
88.867
1.613
49.726
2.479
4.692
250.743
6.313.202


Les exportations du Territoiro

Les chiffres compares des exportations du ter-
ritoire pour 1948 et 1949 s'6tablisscnt comme
suit :


Produits


Produits animaux :
Bovins (tltes) ........
Bovins et caprins (titcs)
Autres animaux (tetes)
Bcurre frais ct fondue
(T I). .. ............
ire (TM). ............
[voire brut (kg.) ......
Peaux brutes (T\I ...

t'roduiits vgrtaitx :
Cacao en fvs ......
Cdfe ...............
Caoutchouc ...........
Colon fibre ..........
Fecule de manioc ....
Gonim e copal ........
uile de pahne ......
sesam e. ..............
Palm istes .............
rabac en fruilles .....


1948


Quantitis


33.133
4.272
1.634

1.299
229
6.820
412

Tonnes

2.041
2.416
325:
32.27
567
400
2.389
7.5633
287
135


Valeurs
millions
de frans
C.A.F.



53,8
0,8
4,7

136,3
28,6
4,4-
71,9



84,7
114,0

2.964,8
6,3
16,1
108,6
154,3,
6,0
7.5)


1919


Valours
Quantites, millions
de fra n(
0.A.F.


63.187
E.079
2.642

951
288
10.423
393

Tii Ifnl

1.826
2.683
182
23.612
109
177
3.911
3.518
32
9S


91,0
2,0
5,6

52,0
38,1
7,0
65.0



65,0
199,0
8,0
2.248,0
8,0
7,4
136,0
175.0
6.0
0,3


A u t r e s territoires
francais .......
Argentine ..........
Belgique ...........
Congo belge .......
Etats-Unis .........
Grande-Bretagne ....
Afrique du Sud ....
Nigeria ............
Soudan anglo-igyp-
tien ........... .
A u t r c s possessions
anglaises ........
Pays-Bas ct T. O.-M.
Portugal ct T. O.-M.
Suisse .............
Allemagne .........
Autres pays .......
Total .....


Fid6ration


Pays de provenar

France .......
Afrique du Nor


Valeurs mercuriales pour le colon

Le Journal official de 1'A.E.F. du 15 janvier
1950 done les nouvellcs valcurs mercuriales it
l'exportation des cotons cn laine :
-- Varitl << Allen > .... 83.500 fr. la tonne
Vari66 << Triumph > 70.200 :> >
Cet arrl't annule les dispositions de celui du 3
deceml)re 19.!9 qui ]prvoyaicnt, pour la variWte
< Allen >, 81.580 fr. et, pour la varitiL
<< Triumph >, 77.350 fr.


Valeurs mercuriales pour le caf6

Les nouvelles valeurs nmercuriales ])our le cnlf
sont les suivantes pour le premier scmestre
1950 :
< Arabica > ................ 16 .000 frs
< Robust >, < Nana >, type
prima et sup6ricur ...... 140.000
Type courant .......... 12.1.000








c Excelsa Indenie o, type li-
m ite ................. 113.000
Toutes brisures et triages '... 100.000 o
< Liberia > ............... 100.000 >,


Le budget de I'Office des Anciens Combattants
de I'A. E. F.

Le budget de l'Office des Anciens Combattants
d'A.E.F. pour l'exercice 1950 est rendu provisoi-
rement ex6cutoire. Ce budget s'61lve, arret6 en
recettes et en d6penses, A plus de quatorze mil-
lions de francs C.F.A.


La cooperation africaine

Le deuxibme congres des experts des < rickett-
sioses > africaines s'est ouvert, le 8 fevrier, a
Brazzaville. Le Dr Gaud, d1Clgu6 francais, direc-
teur de l'Office international de l'Hygiene Publi-
que, a souhaitd la bienvenue aux d6C1gues. Le
professeur Rhodin (Belgique) a Wt6 6lu Pr6sident
A l'unanimit6.
La conference a abord6, alors son ordre du
jour concernant la distribution geographique des
<< rickettsioses >.


Creation d'un arrondissement F6deral
des travaux publics a Brazzaville

Le d6placement, A Pointe-Noire, du Service
des Travaux Publics du Moyen Congo a necessity
la creation, A Brazzaville, d'un service f6d6ral
des Travaux Publics, plac6 sous l'autorit6 directed
du Directeur General des Travaux Publics.
Cet arrondissement federal se verra confier un certain nom-
bre de tiches, parmi lesquelles :
l'ex6cution, A l'inttrieur du p6rim6tre de Brazzaville de
tons les travaux publics neufs ou d'entretien prevus notam-
ment au titre du Plan (sauf, toutefois, les travaux confines a
dea services specialists);
I'execution de certain travaux situts a proximity de
Brazzaville et qui lui seront confines par decision sp6ciale,
soit du Gouverneur du Moyen-Congo, soit du Directeur gOn&-
ral des Travaux Publics;
l'achat, l'exp6dition ou le transit de materiel (ou mat6-
riaux) destines aux regions du Moyen-Congo don't l'approvi-
sionnement par Pointe-Noire serait difficile.

Creation d'un service de I'identification

Par un recent arrete, un service de l'identifi-
cation vient d'etre institu6 au Gouvernement
G6neral de I'A. E. F. II a pour tAche de prendre
toutes measures permettant aux personnel resi-
dant en A.E.F. de prouver leur identity.


Ce service, dirig6 par M. Agreyge, commissaire principal
nomm6 par arrett du Haut-Commissaire de la R1publique,
chef du service de l'identification, comprend un organisme
central a Brazzaville qui a, sous son contr6le, les Centres
d'Identit6 cr6es dans les agglomerations importantes de la
Federation.
Ces centres s places sous l'autorit immediate des chefs
de regions ou des administrateurs-maires de leur resort. Un
personnel sp6cialis6 assurera le fonctionnement de l'ensem-
ble du service. Un materiel technique complete est mis a sa
disposition.

Gabon

Installation d'une nouvelle Compagnie francaise
de navigation a6r;enne

Une nouvelle Compagnie de navigation
a6rienne vient de s'installer a Pointe-Noire. Elle
y est represent&e par l'Agence des Chargeurs
Reunis.
L'itin6raire qu'empruntent les < D.C. 4 > de
< l'Union Aeromaritime de transport > est le
suivant :
< Paris, Alger, Gao, Douala, Libreville, Pointe-
Noire et retour ,.
La fr6quence des voyages effects par cette
Compagnie est de deux < aller et retour > par
mois.

Constitution de reserve forestiere

Une nouvelle reserve forestiere provisoire
vient d'etre constitu6 dans le district de
N'Djol6.
Cette reserve couvre une superficie de 5.700
hectares environ et s'6tend sur la zone e Ou-
banga >.

Moyen-Congo

Installation du Gouvernement a Pointe-Noire
M. Fourneau, Gouverneur du Moyen-Congo, a
quitt6 le 30 janvier Brazzaville A destination de
Pointe-Noire, nouvelle capital du Territoire.

Une parties des Services : Office des Changes, Travaux
Publics, Inspection du Travail ainsi qu'une Section.du Bu-
reau des Finances, se trouve d6ja installed A Pointe-Noire.
Les autres Services ont suivi d6but fevrier et le transfer
se terminera par l'installation dans la capital des Services
de Sant6, de 1'Agriculture et de l'Enseignemcnt; cette der-
niere parties du programme est prevue pour le d6but du mois
de mars.
L'installation des Services du Gouvernement du Moyen-
Congo presente un caractere d'innovation qui ne manquera
pas d'etre appr6ci6e de tous ceux qui peuvent ktre appel6s,


43







par leurs fouctions on leur profession, a entrer en relations
avec eux; pour la premiere fois en A.E.F., tons les Services
et Bureaux appartenaut a un Gouvcrneemnt sont logs dans
le m8me immcuble, ce qui facility Avidenument an maximum
les demarches et recherches. Le Bureau mimen du Gouver-
neur se trouve dans ce building, en l'occurcncc, l'iimmeuble
Ottino.
Dans le cadre du transferement a Pointc-Noire des services
du Gouvernemnt du Moyen-Congo ct afin de conserver, au
commandement du Territoire, une unite et une cohesion
aussi parfaite que possible, le Gouvernement militaire s'ins-
tallera, 6galement, an nouveau chef-lieu.
Le lieutenant-colonel Seillan et le personnel du commande-
ment militaire ont quitt6 Brazzaville A la fin du mois de
fevrier.

Les taux des salaires

A la suite des r¢s travaux de la Commis-
sion consultative du Travail au Moyen-Congo, le
Gouverneur a fix6, par arretes, les nouveaux
taux do salaires minima, applicables, A computer
du 1" janvier 1950, aux salaries africains.
Selon ces arretes, le taux de salaire journa-
lier minimum d'un travailleur est fix6, pour
Brazzaville, i 39 fr. CFA s'il est nourri et A
68 francs CFA s'il ne l'est pas.
Ces mnmes taux sont respectivement de 29 et
51 francs CFA pour Dolisie et de 37 A 62 francs
CFA pour Pointe-Noire.
Les salaires minima du personnel domestique
A Brazzaville sont fix6s ainsi :
Par mois

Boy ordinaire ........ 1.775 fr. CFA
Cuisinier ........... 2.075 > >>
Boy cuisinier ........ 2.175 >> >>


Le regime du travail des enfants

Un arrrte du chef du territoire du Moyen-
Congo, en date du 23 dccmbre 1949, vient de
fixer le regime du travail de la main-d'oeuvre
infantile dans le territoire.
Le principle de cet arret6 est que les enfants
au-dessous de 14 ans ne peuvent ktre employes
a titte de salaries dans aucune branch, A l'ex-
ception de celle des < gens de maison >.
Concurremment avec ccette ensure, il est 6galement pres-
crit que certain metiers, particuliercment penibles, dange-
reux ou insalubres, ne sauraient ,trc cxerc6s que par des
adolescents ag6s de 18 ans au moins.
Par ailleurs, l'emploi d'enfants de 14 a 18 ans n'est auto-
rise que sur consentement de leurs parents on tuteurs et en
vertu d'une autorisation 6crite, Binanant de 1'Inspection du
Travail.


Tout travail nocturne est prohib6 pour les enfants de cet
Age. II est, en outre, pr6vu que le travail confi6e chacun
d'entre eux pent Etre, a tout moment, analyse par un mde-
cin en vue de v6rifier s'il n'excde point ses forces.
Cc text est assorti de sanctions s6veres A 1endroit des
contrevenants.


Creation d'un Syndicat des employers
a Pointe-Noire

Au course d'une reunion, qui a group, r6cenm-
mcnt, les representants de quarante-quatre
societes oil entreprises a la Chambre de Com-
merce du Kouilou Niari, Ye principle de la crea-
tion d'un Syndicat des employers de Pointe-
Noire a 6te adopt.

Un Comit6 provisoire a Wtd former, qui a 6lu
M. Poteau, Pr6sident. Les status du Syndicat
ont Wte accepts en Assemble g6nerale.


Ouverture d'un course de st6no-dacylographie

Le Service de l'Enseignement du.ferritoire du
Gabon vient d'6tendre son champ d'action en
cr6ant un course de st6no-dactylographie don't
I'acc6s sera ouvert par concours, A des jeunes
gens titulaires du certificate d'6tudes primaires et
ages de 18 ans au plus, au 31 decembre de
1'annie de leur admission.


Oubangui-Chari


Construction d'une nouvelle line telegraphique

Une ligne tel6graphique, longue de quatre-
vingt-dix-sept kilombtres, vient d'etre construite,
entire Bouca et Batangafo, en Oubangui-Chari.


Le budget de la commune mixte de Bangui

Par arret du Gouverneur par interim de l'Ou-
bangui-Chari, le budget primitif, pour 1950, de la
Commune mixte de Bangui, a Wt6 approuv& ct
rendu ex6cutoire, arrite, en recettes et en dc-
penses, a la some de : 43.263.999 fr. C.F.A.


Prix de vente de la viande de boucherie a Bangui

Un recent arret' vient de fixer le prix de vente
de la viande de boucherie (au dCtail) dans les
agglomerations urbaines de Bangui et Biimbo.
Soit :
Viande de 1" cat6gorie 70 fr. CFA le kg.
Viande de 2' cat6gorie 50 fr. CFA le kg.







Tchad

Reglementation. des Economats d'entreprises
au Tchad

Le chef du territoire du Tchad, a recemment
pris un a.-rrte du r6glemente la condition des
economats d'entreprises.
Cet arri'te stipule que les 6conomats d'entre-
prises du territoire du Tchad, rCgulierementc
constitutes ou autoris6s, seront consid6res en cc
qui concern leurs approvisionnement aupres des
commerants importateurs comme des commer-
cants en detail.
Ils bC6nl'icieront done des prix de gros, mais
ceci n'est valuable que dans la measure, ot les


achats qu'ils effectueront seront destinds A sa-
tisfaire aux besoins de leurs clients salaries.
En cas de rar6faction des marchandises, des
arretes pourront ultirieurement etre pris afin
d'assurer, aux economats ou unions d'economatl
d'entreprises, une priority dans la repartition des
products destines aux salaries int6ress6s.

Reglementation de la circulation du mil
Afin de pourvoir, dans de bonnes conditions,
au ravitaillement des agglomerations urbaines
du territoire du Tchad, la circulation du mil
vient d'etre r6glement6e. On ne pourra, d6sor-
mais, acheter ou transporter cctte denr6e hours
du district d'origine que sur autorisation sp6-
ciale d6livree par le chef du Territoire.







CAMEROUN


Les travaux
de I'Assembl6e
Representative



pr6sentative
du Cameroun,
S rdunie le 16 janvier
en session extraor-
dinaire, a achev'
ses travaux le 27
du m 8me mois.
Au course de sa session, I'Assemblie a 6mis le voeu que soit
construit, d'urgence, un h6tel moderne i Yaound6. Le Com-
missaire du Gouvernement a signal, aux d61guLs, le n6ces-
sit6 imp6rieuse de doter aussi Douala d'un novel H6tel
d'une centaine de chambres et a propose que ces deux hotels
soient edifi6s par le Territoire A l'aide des fonds du FIDES
et remis en g6rance A des Sociltas spcialispes dans l'indus-
trie h6telire.
L'Assembl6e a adopted, d'autre p:ert, un project de conven-
tion pour Ia distribution de l'ancrgie Blectrique, etablissant
-ine discrimination de prix pour le courant A haute tension,
r6serv e aux etablissements industries, ct le courant i basse
tension, a l'usage des particuliers.
En ce qui concern les credits du Plan, une some de
quatre cent millions sera demand6le A la M6tropole pour
satisfaire plus particuliurement aux travaux du point de Lolo-
dorf.
L'Assembl)ic a albord6 le problnime des bourses aux 6tu-
diants camerounais envoy s en France, ainsi que la question
de la r organisation de I'Enseignement primaire. Elle a 6mis
un vaeu en faveur du recul de la limited d'lige scolaire.
A la suite d'une demand de I'administration, relative i
l'attribution, au Territoire, de certain immeubles sons
sLquestre, I'Assemblee a accordee six de ces iniuncubles an
Territoire.
Elle a approuv certaines overtures de credits suppl6men.
taires pour la formation professionnelle accileriL adopt le
principle d'une augmentation de la valeur mercurial du
cafe, modifi6 les droits fixes et les redevances miniires au
Cameroun, ainsi que ceux affbrant aux permis de recherches,
et decide I'exon6ration 'des ponmnes de terre A l'importation,
le r~tablissement d'une taxe de sortie sur le caf6 et le reli-
vement des taxes de consommation sur les alcools.
Elle a d6cid6 la participation du Territoire A la nouvelle
Socikt6 de transports a6riens << Air-Afrique >, A condition
que ce:te soci616 exploit les lignes int6rieures au Came-
roun. Elle a exprimn le vixu que toutcs les regions puissent
Alre dotics d'un terrain am6inag6 pour recevoir des appa-
reils < D. C. 3 >. Elle a vote, d'autre part, un credit de
vingt millions pour l'achat, par le Territoire, d'un < D.C.3 >>
et d'un << Beechcraft >>.


L'Assemblbe a adopt, enfin, un project de delibiratien
creant une licence de vente de boissons alcooliques, dite
< licence des restaurateurs et gargotiers > et fBlicite le Gou-
vernement pour cette heureuse initiative.


Le frafic sur la Benou6 en 1949
I.'objet de cette session 6tait essentiellement
l'examen du programme modificatif au Plan
d'Equipement et les autorisations d'achat, par
le Territoire, des biens immobiliers sous s6ques-
tre.
La saison fluviale 1949 pour la B6noue a Wtd
marquee par une diminution du traffic A l'im-
portation, compensbe en parties seulement par
une augmentation A l'exportation :


1948


Importations ....
Exportations ....


1949


11.464 t. 10.014 t.
12.612 t 13.774 t.


Les raisons de la reduction du traffic resident
en la faiblesse de l'6tiage A partir d'aofit et en
l'insuffisance de la flottille. Pour rem dier a
cette situation, la << Niger Cy > pr6voit la mise
en service de nouvelles units en 1950.

L'6quipement dconomique du territoire
Venant de Brazzaville, les repr6sentants de
l'E.C.A., sont arrives A Yaounde, le 26 f6vrier,
pour y 6tudier les conditions de 1'aide techni-
que apportee par les organismes sp6cialises A
1'6quipement du Cameroun. Ils ont Wte regus
par M. Soucadaux, Haut-Commissaire de la
Republique et ont visit les chantiers de la route
de M'Balmnayo, particuliirement intrressants par
leur experience de revtements routiers, adapts
aux regions tropicales.
La mission a, ensuite, gagn6, par la route, Douala et a
visit les chantiers du barrage hydro-electrique du Sanaga,
puis les important travaux routiers du Wouri et de l'outil-
lage portuaire de Douala et Bonamerik.
Elle a inspect, enfin, le materiel lourd affectAi aux instal-
lations industrielles de Bassa et, dans la banlieue de Douala,
les travaux d'un future centre industrial, parmi les plus impor-
tants de l'Afrique Noire.

Designation du Secretaire G6neral par interim
Par decret, en date du 23 f6vrier 1950, M. Des-
cottes, administrateur de premiere classes des
Colonies, est nomm6 secr6taire general par inte-
rim du Cameroun, A computer de la date du depart
de M. Casimir.







MADAGASCAR ET DEPENDANCES


S L'arrive
de M. Bargues
Sa Tananarive
T, E Haut-Commis-
saire A Mada-
gascar, accom-
pagn6 de Mme Bar-
gues, est arrive A Ta-
nanarive, le 2 f6vrier.
(V. photo p. 38).

Accucilli, i sa descent
d'avion, par le Gouverneur
Angammarrn, charge de l'exp6dition des Affaires courantes
au Haut-Cormmissaire, l'amiral Auboyneau, commandant
inter-armes, l'inspecteur g6n6ral des Colonies M6rat et le
g6n6ral Ro. afort, commandant sup6rieur des troupes i
Madagascar, le Haut-Commissaire a pass en revne une
compagnie le I'Air qui lui rendait les honneurs et s'est
fait pr6sentc r les personnalits civiles, militaires et reli-
gieuses venues le saluer.
Tout le long de la route amenant de l'asrodrome i Tanm-
narive, le E aut-Colmmissaire a t6 l'objet die manifestations
de sympathie te la part de nombreux Malgaches. A son
arrive dans la capital, M. Bargues a d6pos6 une gerbe au
monument ;ux morts, devant lequel se trouvaient rassenl-
blIes les id616ations d'anciens combatants franc:ais et
autochtones. Puis, sur la place de l'Hrtel-de-Ville, il a pass
en revue let troupes de la garnison en presence d'une foule
trZs dense.

M. de Clievign, Gouverneur G6n6ral honoraire
Par dic ret, paru au Journal Officiel, du 10 f6-
vrier, le litre du Gouverneur g6n6ral honoraire
est confi6r A M. de Chevign6, d6put6 A l'Assem-
blWe Nationale, pr6c6demment charge, A titre de
mission temporaire, des fonetions de Haut-Com-
missaire de la RWpublique Madagascar et
d6pendane e.

Le plan d6cennal du Territoire
La p 'r ode d'ex6cution du Plan s'6tend de
1947 A 1957, en principle, car en faith il est bien
possible (que la p6riode de r6alisations se pro-
longe au delA. Le programme complete coiftera
quelque cent quinze milliards de francs m6tro-
politains et son approbation definitive par le
gouverneinent francais doit intervenir prochai-
nement.
Mais, (16jA, certain projects, les plus urgents,
ont 6tin is en chantier et. tout compete fait, le
bilan de ces travaux est assez important si l'on
songe, siirtout, que la premiere p6riode a 6t6
employee A des 6tudes et A des projects de d6mar-
rage qui vont permettre, A partir de 1950. d'acc6
16rer, toujours davantage, I'6quipement de la
Grande Ile.


!._ PRODUCE (' ION ARIilCOLE
Les 6tudes entreprises, jusqu'ici, pour la mise
en valeur de nouvelles terres, ont port, presque
exclusivement, sur le lac Alaotra, vaste d6pres-
sion de cent mille hectares, facilement irriga-
ble, situ6e au nord-ouest de Tananarive .Une
society sp6cialis6e de la M6tropole a 6tW charge
des 6tudes don't l'6tat d'avancement permettra,
en 1950, le d6but de travaux portant sur vingt-
cinq mille hectares.
Un autre project comporte la mise en valeur de
cent mille autres hectares dans la basse vall6e du
Mangoky.
... D'autres travaux de moindre envergure pro-
fiteront directement aux collectivit6s autochto-
nes. I1 en est,ainsi de l'am6nagement de la plaine
de la Mahavavy du Nord, qui vient de d6buter.
Dans cette region, une soci6te priv6e procede A
l'irrigation de 6.000 hectares pour la culture de
la canne A sucre. Prbs de 11.000 hectares seront
cultiv6s par des colons europ6ens et autochtones
en riz et en canne A sucre, grAce A ces memes
travaux..
Tout autour des grandes villes, des travaux
d'hydraulique agricole sont d6jA fort avanc6s. Ils
permettront, surtout, de fournir aux citadins une
quantity important de products don't ii est per-
mis d'attendre une baisse des prix trop 61ev6s.
Les travaux hydrauliques ne constituent, du
rest, qu'une parties de ce plan agricole. Dans les
provinces de Tul6ar, Tamatave, Majunga et
Tananarive, quatre stations d'essai sont en course
d'am6nagement et de modernisation. Ces centres
travaillent A 1'adaptation de certaines cultures A
Madagascar. L'6quipement du centre agronomi-
que du lac Alaotra est fort avanc6. Dans la m6me
region, une station de motoculture est presque
achev6e.
Plusieurs h6licoptbres serviront A la lutte con-
tre les sauterelles qui ravagent p6riodiquement
los rizi.res.
En ce qui concern l',levage, l'effort porte
essentiellement sur la selection, I'am6lioration
de l'alimentation et la lutte centre les 6pizooties.

IA PRODUCTION MINIRIE
C'est, cependant, la production miniere qui
constitute la principal resource exportable de
Madagascar.
Quand on parole de mines, on pense automa-
tiquement aux players aurif6res. Ils viennent,
cependant, en dernier rang, 6tant donn6 leur dis-
persion et l'impossibilit6 constat6e de les exploi-
ter de faCon m6canique.
Mica, graphite, b6ryl, great, don't l'exploita-
tion a Wte modernis6e grAce aux dollars Marshall,







revitent, en r'alitL, unoe oule autre importance.
sans parler du gisement charbonnier de la Sakoa
don't les reserves sont estim6es a un milliard de
tonnes. Le retard apport6 A son exploitation a
fait couler beaucoup d'encre a Madagascar. On
sait que son emplacement est difficilement acces-
sible et qu'avant toute chose, une route ou une
voie ferrie est n6cessaire. Mais il est apparu, tout
compete fait, que la Sakoa int6resse 1'6conomic
g6nerale de l'Union Francaise et que c'est, en
consequence, a la matropole a en couvrir les
frais..
II n'en est pas moins vrai que les charbonna-
ges de la Sakoa pourraient permettre, par exem-
ple, d'ex6cuter un vaste programme d'l6ectrifi-
cation pour Madagascar et compensera ainsi l'ir-
r6gularit6 du rbseau hydro-6lectrique. II y a lh
une richesse inestimable a exploiter : les gise-
ments sont partiellement a ciel ouvert.
Ce sont, jusqu'ici, les credits qui ont manque
pour finance les travaux pr6liminaires. Il est
16gitime d'esp6rer que le plan r6soudra cette dif-
ficult6.
Dans cc domaine, des resources 6nerg6tiques,
il faut signaler que les recherches pftrolieres se
poursuivent activement depuis deux ans et
qu'elles seront encore intensifies dans les
ann6es qui viennent.
On n'ignore pas, non plus, que de l'uranite a
ete d6couvert dans la region d'Antsirabe. mais
cela aussi concern la m6tropole.

LES ROUTES
Madagascar possede d6ja quatre mille kilomn-
tres de routes. C'est peu, on le concede, par rap-
port aux pays europ6ens, mais c'est, tout de
meme, important par rapport a l'Afrique Noire,
par example.
Le plan pr6voit leur modernisation et la cons-
truction de mille kilometres suppl6mentaires.
Mais deux difficulties se pr6sentent tout de suite :
Le rev6tement indispensable a l'utilisation des
routes en toute saison et A l'abaissement des
tarifs de fret cofite cher. Or, les routes desser-
vent, pour la plupart, des regions peu peupl6es,
cc qui a toujours fait h6siter, jusqu'ici, devant
l'immobilisation de gros capitaux. Mais, d'autre
part, un rev6tement durable permettrait d'6co-
nomiser une main-d'oeuvre rare. Les hitumes de
Folakara pourraient etre utilis6s dans ce but'et
l'on procede actuellement a des essais en divers
points de l'ile choisis en function de divergences
qu'ils pr6sentent du point de vue du climate.
La deuxieme provient des points. Les rivieres
de Madagascar sont nombreuses et torrentueuses.
L'exemple de Brickaville en t6moigne. On ne
peut pas toujours se contenter de points de for-
tune qui, du reste, par I'entretien qui'ls r6cla-
ment, finissent par cofiter cher.


Sinr la sele o rtlre I)ibgo-Majunga, treize
lpouts sur vingi prtivuls. sont en construction,
tandis qu'on en compete une dizaine sur la route
du Sud. Sur la route de Majunga a Tananarive.
l'6tude des points A reconstruire est termin6e et
les travaux doivent commencer incessamment.
On ne saurait n6gliger, du reste, le contours
trbs important apport6 par le G6nie inilitairc.
Plus de six cents kilom6tres de routes et de pis-
tes longitudinales et transversales ont At6 lan-
cees A travers la fort malgache, centre de la
reccnte rebellion.
Enfin, une route moderne remplacera bien-
t6t le chemin difficile qui relief, sur cinquante
kilom6tres, I'a6rodrome imperial d'Arivonimamo
a Ia capital. Les travaux sont d6ja commences.

LES CHEMINS DE FER
Le r6seau ferroviaire malgache est relative-
ment peu important. II ne sera pas augment en
raison du d6veloppement pris par les transports
routiers. Toutefois. les traces actuels seront am6-
lior6s.
CANAUX ET POR''S
Dans ce domain, le canal des Pangalanes, de
Foulpointe i Farafangana, dolt etre compltc-
ment refait. 11 mettra tons les centres produc-
teurs de la cote Est en liaison avec le port de
Tamatave. Les sections existantes doivent etre
draguecs ct crcusdes plus profondinent tandis
que les sections nouvelles front, de cette magni-
fique artbre fluviale de 600 kiloinmtres, un
moyen de communication de premier ordre, ac-
cessible aux chalands de 80 tonnes. Les premiers
travaux sont en course, qui vont relier la parties
sud du canal a Tamatave.
En cc qui concern les ports poulnons de
tout continent insulaire -- le premier effort a
kt6 orient vers l'amelioration des installations
actuelles de batelage et de manutention.
Plus tard, les travaux d'extension de I'infra-
structure seront entrepris.
Tamatave, qui a d6ji bh6nfici6 d'une am6lio-
ration de ses engines de levage, de ses hangars,
attend la creation de deux nouveaux postes i
quai pour les gros navires. Le renouvellement
du batelage est, actuellement, en course a Ma-
junga, TulBar et Fort-Dauphin. L'ann( 1950
sera marql6e par le d6but des travaux d'infra-
structure proprement dits A Majunga, Moron-
dava et Fort-Dauphin. Enfin, un pare iL hydro-
carbures doit etre construit incessamment a
Tamatave.
LES VOIES AERIENNES
Grace a ses quelques deux cents terrains de
categories diverse, Madagascar b6enficic, dfja,
d'un r6seau a6rien particulierement dense et qui







correspondent a un besoin trbs r6cl, en raison
inmme de la dispersion considerable des centres.
Le plan d&e:ennal pr6voit l'extension et l'amblio-
ration des terrains existants, ainsi que l'6quipe-
ment des raoyens de navigation au sol qui assu-
reront un s'urcroit de security. Cette ann6e, deux
terrains entierement nouveaux ont Wt6 ouverts ;i
Antsirabe et A Fianarantsoa, cependant que
d'autres ter:rains, parmi les plus important, ver-
ront leur piste allong6e pour permettre le rent-
placement des a Junkers >, actuellement en ser-
vice, par des < D.C. 3 >> et des < Bloch 161 i.
Sur vingt de ces terrains, les travaux sont en
course.

LES TELECOMMUNICATIONS
Le service des Postes et Telecommunications
procede A un renouvellement total de ses instal-
lations. Dans deux ans, Tananarive possedera un
reseau t6l;phonique automatique et souterrain
don't le Central est, djAi, en bonne voie de reali-
sation.
II est toujours question d'un radio tl-
phone A l'usage du public, reliant Madagascar A
la France.

POLITIQUE SOCIAL
La campagne pour la sante publique (lutte in-
tense contre le paludisme, la syphillis, la polio-
myelite, I'alcoolisme), engage depuis un an
deja, bat !.on plein.
Des tonnes de < D.D.T. > ont, deja, W6t pulv6-


rises a Tananarive et cette guerre an mousti-
que sera, prochainenent, intensified grAce it
I'achat l'helicoptkres.
Un centre special pour les petits poliomyeliti-
ques sera construit, l'ann6e prochaine, i Antsi-
rabe.
Des groups sanitaires mobiles et des voitures
operatoires permettront bientOt d'apporter en
brousse les bienfaits de la science m6dicale mo-
derne.
D6ja, cette annee, on enregistre un exc6dent
de 45.000 naissances environ sur les deces, con-
tre 10.000 A peine en 1946.

Designation du Secretaire g6n6ral du Territoire
Par d6crets, publi6s au Journal official du
25 fevrier, M. Gautier (Georges), gouverneur de
1" classes des colonies, est nomm6 secr6taire
g6n6ral du gouvernement g6ndral de Madagascar
et d6pendances, en replacement de M. Angam-
marre, autoris6 "i prendre son conge.
M. Angammarre est promu gouverneur de
2 classes.
M. Georges Gautier est n6 le 11 avril 1901, a
Boulogne-sur-Mer.
II fut secretaire g6n6ral du Gouverneur de
l'Indochine de 1941 a 1943, puis resident sup6-
rieur du Cambodge jusqu'en 1944. ArrWt6 en
1945 par les Japonais, il fut rapatri6 en mars
1946. 11 avait e6t charge de mission aupres de
M. Tony R6villon, ancien sous-secr6taire d'Etat
A la France d'Outre-Mer en 1949.


Le Commerce exterieur du premier semestre 1949
I.es statistiques douanibres, qui viennent d'etre 6tablies pour les six premiers mois de
1949, t-aduisent, ainsi, le movement commercial de Madagascar par rapport aux periodes
6quivailntes de 1948 et 1938 :


1949


1938


Poids bruts en Valeurs en milliers Poids bruts en Valours en milliers Qulntauc mtriques
-quintaux metriques de francs quintaux metriqucs de francs


Importations ..........
Total .................
Exportations ..........


Les principaux pays fournisseurs et acheteurs
ont 6tW les suivants :

Pays fournisseurs


France ..........
Am6rique (U.S.A.)
Indes Francaises ..
Indochine ........


En quintaux m6triqucs
Six premiers Six premiers
mois 1938 mois 1949
230.160 456.292
15.031 102.838
9.234 4.280


9.421


10.633


Pays achefturs


France ..........
Amerique (U.S.A.).
Indochine ........
Reunion ..........


246.592
28.206
52
11.197


464.647
15.119
58.320
33.476


Mouvement commercial d'ensemble
La balance commercial est d6ficitaire d'un
milliard cent millions.
Ces chiffres traduisent l'effort d'6quipement
considerable qui se pursuit actuellement.


1.111.508
629.707
1.741.215


2.892.403
2.587.666
5.480.069


861.769
646.947
1.508.716


4.477.010
3.372.789
7.849.799


729.920
901.240
1.631.160


-----








Informations diverse
Pour le riz de premiere saison (vary aloha), la moisson
est commence dans les bas fonds de la plaine de Betsimi-
tatatra, ainsi que dans les vallees bien exposes, voisines de
Tananarive. Le rendement A I'hectare est d'environ 3 t. 200.
Le riz de la saison intermddiaire, qui occupe la majeure
parties des regions de Mananara et de la vallee de Manjakan-
driana, a et6 attaqu6 par le Trihispa sericoa, mais les pluies
dte la premiere quinzaine de d6cembre ont arritt I'extension
de cet insecte.
Enfin, le repiquage de deuxieme saison (vary vakiambiaty)
est en retard de plus d'un mois sur Ics annies pr6c6dentes
par suite de l'insuffisance des pluies. Neanmoins, la recolte
sera superieure a celle de 1949 par suite d'une meilleure
repartition des pluies et d'une augmentation sensible des
rizieres cultiv6es.
Les provisions de recoltes, en 1950, sont, pour la province,
de 192.000 tonnes.
Depuis le vendredi 20 janvier 1950, les prix de detail
des riz mis en vente par I'Office du Riz, ont 6t6 abaiss6s de
0 fr. 50 par kilo, soit, au kilo :
Riz rouge, 22 francs ; riz blanchi, 23 fr. 50.

Le tonnage manutentionn6 au port de Tamatave a etc :
Du 1" au 7 janvier 1949 ............ 2.507 tonnes
du 1' au 7 janvier 1950 ........... 2.302 tonnes

9 La sixieme pile du pont de Brickaville a 6t6 pose le
19 janvier, sans incident. Les deux rives sont, d6sormais,
relies. La mise en place de la voie ct la pose du ballast
sur les voices d'acces sont commences.

Le Conseil d'administration de la Caisse Centrale du Cre-
dit agricole vient de porter i deux millions le plafond des
pr8ts A court et a moyen term. L'ancien plafond Btait d'un
million.

A Sadoba, district de Manjakandriana, un nouveau post
sanitaire de I'A. M. I., construit par les soins des Fokono-
lona interesses, avcc l'appoint du budget provincial de Tana-
narive, a 6t6 inaugur6 par le Chef de la province de Tana-
narive.

Un cyclone qui s'est abattu le 5 fivrier sur la region
d'Antalaha. Selon les premieres estimations officielles, il a
caus6 2 morts.
Malgr6 le nombre considerable de sinistres, I'itat sanitaire
de la region est satisfaisant, grace aux dispositions prises
pat les autoritis qui out immediatement proede it des distri-
butions de vivres et de v8tements.
A Antalaha m6me, et dans un rayon de 40 kilomitres
autour de cette locality, toutes les habitations et construc-
tions ont 6t6 d6truites ou gravement endonunag6es, a I'excep-
tion d'une dizaine. Les plantations ct les r6coltes out extra-
mement souffert du cyclone. 160 tonnes de vanille entrc-
posBes dans la ville ont t6B mouill6es et peuvent itre consi-
d6r6es comme perdues. La r6colte de caf6, estimne A 220 ton-
nes, ne d6passera pas 60, selon les provisions officielles et le
prejudice materiel subi est de 1'ordre de 200 millions de
francs.
Les digits sont 6galement important dans plusieurs
antres districts de la province de Tamatave et notamment it
Maroantsetra.


France Australe


Les operations de d6barquement et I'installation
sur la c8te de la terre Adelie

La Mission Antarctique frangaise de Paul-
Emile Victor, qui est arrive, a bord du < Com-
mandant Charcot >>, le 17 janvier, A un mille au
nord du cap de la D&couverte, a effectu6, avec
I'aide des officers et de 1'6quipage du navire, les
premieres operations de d6barquement.

Les travaux ont dfi itre interrompus pendant vingt-quatre
hcurcs a cause du vent, soufflant i une vitesse ide 90 kms-
heure. Le point de d6barquenent, situ6 A 660 46 de latitude
sud et 141" 20 de longitude est, se trouve a 60 kmns A I'ouest
du cap Denison (situ6 dans la baie du Commonwealth) ois
I'explorateur australien, sir Douglas Mawson s6journa pen-
dant deux ans, en 1911, avec dix-huit hommes, et A cin-
quante kms A 1'Est de la pointe Geologie, pris ie laquelle
quelques compagnons de Dumont d'Urville, don't Dumoulin
et du Bouzet, plantercnt, en janvier 1840, le drapeau fran-
cais sur un ilot et oil fnrent ramassis quelques chantillons
gbologiques.
Sir Douglas Mawson avait dicrit le terrain clhoisi commei
extrmcinment favorable an d6barqiinement. Les affleureiments
rochcux y sont tris nombreux et la cetc, a cet cndroit, est
abritic des vents dominants Sud ct Sud-Est. De ce fait, il
s'y trouve beaucoup d'oiseaux, ainsi que plusieurs crookeries.
Le rclcv6 geographique de la c6te est encore tries incertain
et l'on ne peut affirmer encore si le Cap de la Decouverte,
ainsi appel6 par Dumont d'Urville, ct le Cap Margerie, qui
port le nom d'un ami de Mawson, sont ,en r6alitB, un seul
et meme cap.
L'un des premiers travaux de la mission Paul-Emile Victor,
dirig6e par M. A. S. Liotard. sera done de faire un relev6
exact de la c6te du sectcur francais du continent antarctique.
M. AndrB Liotard, chef de l'exp6dition polaire francaise,
a communique, le 7 f6vrier, que le d6barquement des deux
cent cinquante tonnes de materiel de l'exp6dition est ter-
mine depuis le 3 f6vrier et que les couleurs ont et6 hisses
a terre.
II a done fall seulement deux senaines pour effectuer
ce d6barquement, malgr6 la violence du vent, qui n'a permits
de travailler pratiquement qu'un jour sur deux.
La baraque principal d'hivernage est, maintenant, pres-
que termin6e grice A la collaboration des membres de l'expi-
dition et de l'6quipage du Cominandantl-Charcot. Cette bara-
que, qui measure 5 metres sur 12, est constitute de. cloisons
multiples, a pans inclines, ct a 6t6 connue pour resister a
des vents de deux cent cinquante kilomiitres-heure.
Tons les membres de l'expcdition sont en bonnm sant6 ct
s'occupent, maintenant, de chasser des phoqucs pour consti-
tuer un stock d'hiver suffisant pour les cluiens.
La station mn6torologiqnr de ]a mission polaire frangaise
a commence6 fonctionner rn Tcrre-AdI6ie le 14 f6vrier a
0 here. Elle effectue dls maintenant quatre observations par
jour qui sont acheminees an service nm6torologiqu., de Mel-
bourne pour diffusion international.
Les membres de la mission signalent que installation de
la station a 6t6 ralentic par suite de la violence des vents.







COTE FRANCAISE DES SOMALIS


Attribution au Terri-
toire du b6n6fice pro-
: venant de la r6forme
mon6taire du 18 f6-
vrier 1943

d6cret, paru au
SJournal official,
du 14 f6vrier,
a pr6voit que la Caisse
Scentrale de la France
d'Outre-Mer, mettra,
h la dispose tion du territoire de la C6te Frangaise
des Somalis, le b6ncfice provenant de la r6forme
mondtaire du 18 f6vrier 1943, soit 31.817.904 fr.
de Djibouti.

La composition et la competence
de I'Assembl6e Territoriale locale
Une lettre rectificative au project de loi fixant
le regime electoral la composition et la compe-
tence d'une. assemble representative territorial
h la C6te Franqaise des Somalis, presented atI
nom de M. Georges Bidault, Pr6sident du Conseil
des MinistLes, et par M. Jean Letourneau, Minis-


tre de la France d'Outre-Mer, a 616 distribute,
le 9 fivrier, a l'Assembl6e Nationale.

L'expErience du fonctionnement de l'actuel conseil reprd-
sentatif est-il d6clar6 en Particle 5 du project et les
revendications des differents groups ethniques relatives d
leur representation a la future assemble territorial ont
d4montrC qu'il (tait indispensable, pour mettre un terme aux
conflicts aigus qui ont oppose ces groups ethniques d'assurer,
i chacun d'eux, une representation equitable. Or, celle-ci
n'est pas autoinatiquement assure par la r6daction actuelle
de l'article 5 prcitd.
Apres un novel exanmen de la question, il est apparu au
Gourernenment qu'il dait souhaitable :
1" D'dviter la division en deux colleges (autochtones et
arabes) des citoyens ayant conserve leur statute personnel ;
2" D'assurer veritablement une representation equitable de
chacun des rgoupes ethniques (Dankali, Issas, Oberaoual-
Darod, Gadabourcy, Arabes), ceux-ci l'expirience l'a mon-
trc maintenant actuellement, de fa.on irreductible, leur
propre personnalitc. >
Pour arriver iS ce result, il est n6cessaire, d'une part,
d'elevcr a 24 Ic nomlbre des membres de 1'AssemblSc, d'autre
part, de diviser la (:Ct des Somalis, y compris Djibouti, en
dix circonscriptions ierclcorales dfinies de telle maniere qule,
dains chacune d'elles, les lecteurs d'un group ethnique
dclcrniiin6 y soient en miajorit6.


SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON


"// Le voyage en France
du << Miquelon >>

P ouR lh premiere
fois depuis la
guerre, un navire
de la Flotte Adminis-
trative du Territoire
a etfctut unne liaison
directed Saint-Pierre-
France et retour.
Ayant quilt Saint-Pierre le 16 d6ccmhbre avec
14 passagers, (lont 6 alinos, et 260 tonnes de
imarchandises (mIorue et capelan s6ch6), ii est
arrive, le 27 d6cemnbre i1 Brest oii l'attendaient
M. Laurelli, d6put& du Territoire et le R. P. Ger-
vain, rerri'sentant des lies .i l'AssemnbiWe (ie
I'Union 1,raniaise, specialement venus de Paris.
Apres a" oir d6barqu6 ses inalades, immni6diate-
1ient dirig( s sur urine naison de santc de Morlaix,
et une pet te partic tie son fret, le navire a fail
route sur La Pallice oih ont i6t (d6chargi"s ses
250 tonnes de more vere, puis ii s'esl rendu it
Bordeaux lju'il (quitl Ic 7 janvier )ourI jiint-
Pierre ofi ii est rentre Ic 18 avec 238 tonnes tie


marchandises diverse don't 123 tonnes de bois
de construction.

La champagne de p6che 1949
'l'rs mauvaise au ddbut de la saison, la pro-
duction locale de piche s'est quelque peu amr-
lioree en fin de campagne ; neanmoins les resul-
tals d'ensemblle restent infirieurs A la moyenne
des annees precedentes.
Pour les 188 doris de I'armemncnt local, le total
de la collect n'atteint en effet que 903 tonnes de
inorue alors que la champagne 1948 elle-mnme
consid6r6c coinme dtficitaire avait rapport
120 tonnes de plus pour 199 elmbarcations...
D'autrc part, les chalutiers mitropolitains
armiits pour la p)i(he au large quil avaient livr6i a
Saint-Pierre en 1948, 6.926 tonnes de more,
n'ont d6barqu6, au ours de 1'Ct5 dernier, que
6.430 tonnes.
La majeure partic de ce poisson a diji etC
expidi6 vers la Metropole, I'Espagnc, la Grece on
le Portugal.
La Martinique l( 1'Ilalie comiptent aussi au
noimbre des meillcurs clients de Saint-Pierre et
Miquelon.








INFORMATIONS ADMINISTRATIVE


ADMINISTRATION
* Une loi du 2 fevrier approve les actes d6finissant les
rapports des Etats Associ s du Viet-Nam, du Cambodge et
du Laos avec la France (J. 0. 2 fevrier 1950).
* Un decret du 3 f6vrier 1950, proroge les measures transi-
toires applicables a l'avancement des administrateurs colo-
niaux issues des cadres sup6rieurs de 1'ancienne administra-
tion central du minister des colonies (J. 0. 7 fevrier).
* Un decret du 6 fevrier 1950 porte riglement d'adminis-
dui 31 octobre 1926 relatif A l'ex6cution des travaux d'inte-
rit general en Afrique ocidentale francaise par des tra-
vailleurs preleves sur la deuxinme portion du contingent
autochtone (J. 0. 9 fevrier).
* Un d6cret du 6 f6vrier 1950 porte abrogation du dLcret
tration publique modifiant le decret du 17 f6vrier 1930 insti-
tuant in registre du commerce au Camcroun (J. 0. 9 f6-
vrier). o
* Les conditions du Concours d'admission A 1'emploi de
r6dacteiur des transmissions coloniales, fixees par arrete du
6 juin 1947, out 6t6 modifies par arr&t6 du 31 janvier 1950
(J. 0. 18 f6vrier 1950).
* Un decret du 25 fevrier 1950 porte creation d'une f6di-
ration des chambres de commerce, d'industrie et d'agri-
culture t Madagascar (J. 0. 28 fevrier).
* Un decret du 25 f&vrier 1950 retire le territoire de
l'Oubangui-Chari du resort de la section de la court d'appel
de Brazzaville si6geant i Fort-Lamy (J. 0. 28 f6vrier).

FINANCES ECONOMIC
* Un d6cret du 28 d6cembre 1949 habilite les gouverneurs
g6n6raux, hauts commissaires, commissaires de la Ripubli-
que, gouverneurs et chefs de territoire a' determiner par
arr6et le regime de solde, les accessoires de solde y compris
les allocations familiales, ainsi que le droit au cong6 des
personnel des cadres non g6n6raux (J. 0. 5 f6vrier 1950).
* Des primes sp6ciales d'utilisation de langues etrang6res
sont attributes aux fonctionnaires des services des postes et
telecommunications apres examen (anglais, allemand).
(A. 23 janvier, J. 0. 6 fivrier).
* Un d6cret du 8 f6vrier 1950 porte annulation d'une d6li-
beration du conseil g6enral du Niger du 14 novembre 1949
tendant i doter chaque repr6sentant du territoire d'une voi-
ture achet6e sur les fonds du budget local (J. 0. 9 fivrier).
* Sept decrets du 6 f6vrier 1950 approuvent des deliberations
de l'assembl6e representative des etablissements francais
dans, 1'Inde, des conseils g6neraux de la C6te d'Ivoire, dui
Dahomey, du SBnegal et du Soudan francais et du Conscil
repr6sentatif du Gabon en matiere fiscal (J. 0. 9 f6vrier).
* Un decret du 6 fevrier 1950 porte non-approbation ct
annulation de d6liblrations du conseil general du Niger
creant une taxes sur les dioulas et caravaniers ct fixant Ic
tarif de ces taxes (J. O. 9 fevrier).
* Un decret du 6 fevrier 1950 abroge les decrets du 16 juin
1892 et du 31 janvier 1928 relatifs i la taxe sur les chiens
dans les etablissements francais d'Oceanie (J. 0. 9 fevrier).
* Un decret du 13 fivrier 1950 approve la deliberation du
Conseil g6n6ral du Soudan fraincais du 31 octobre 1949
instituant unc taxes special dite de ccrclc.


* Un decret du 18 fivrier 1950 approve la deliberation de
l'assemblee representative des Etablissements francais de
I'Oceanie modifiant la taxe A 1'exportation.
a Un d6cret du 18 f6vrier 1950 aprpouve trois deliberations
dui conseil general de la C6te d'Ivoire en matiere fiscal.
* Un decret du 18 f6vrier 1950 approve trois deliberations
10 novembre 1949 du conseil g6n6ral de la GuinBe francaise
modifiant la contribution des patentes.
* Un d6cret du 18 fevrier 1950 approve la d6lib6ration du
11 octobre 1949 du conseil repr6sentatif du Tchad instituant
une taxes d'apprcntissage.
* Un decret du 18 fevrier 1950 approve les regles d'assiette
de la deliberation du 27 octobre 1949 du conseil general de
la Guinec francaise, modifiant les taxes forestieres et annu-
lamn Ic tariff pour les cspeccs non protegees. (J. 0. 22 f6vrier).
L Le colpic difinitif des recettes et des depenses adminis-
t'ativcs de la Caisse Intercoloniale des Retraites pour 1'exer-
cice 1948 a etc arrct6 par arrete du 15 fevricr (J. 0. 19 fe-
vrier). Un excrdcnt de 4.065.407 francs a et6 reported sur
1'exercice 1949.
* Les provisions pour 1'exercice 1950 s'elevent i 22.222.000
francs (A. 15 fevrier, J. 0. 21 fevricr).

PERSONNEL
* M. de Clievignu (Pierre), ancient Haut-Connmissaire de la
RWpubliquc a Madagascar, a et6 nonune gouverncur general
honoraire des colonies (D. 3 fevrier, J. 0. 10 fevrier).
0 M. Bertheux, sous-directeur a l'Administration central a
6t6 integr6 dans le corps des gouverneurs des colonies A
computer du 18 novembre 1942, et adinis a faire valoir ses
droits a une pension de retraite a computer du 31 d6cembre
1942 (Decret du 31 janvier, J. 0. 5 f6vrier 1950'.
* M. dc Mauduit, gouverneur de 2' classes des colonies, a &te
titularis6 dans ses functions de gouverneur du Tehad (De-
cret e1 fevrier, J. 0. 5 f6vrier).
* M. Descottes (Jean-Marie), administrateur de 1'" classes
des colonies a te6 design come secretaire g6n6ral p. i.
du Cameroun (D. 23 f6vrier, J. 0. 24 f6vrier).
* M. Moujauze (Jacques), administrateur de 1'" classes des
colonies, a 6te designed connne secretaire general de la C6te
d'Ivoire (D. 6 f6vrier, J. 0. 9 f6vrier).
* M. Daufresne (Fr6d6ric), administrateur de 1" classes des
colonies, a 6et d6signe comme secr6taire g6n6ral de Mauri-
tanie (J. O. 11 fevrier).
* Un arret6 du 23 janvier 1950 porte rcclasscnient dans le
cadre dd l'administration g6n6rale des colonies (J. 0. 5 f6-
vrier 1950).
* Ont dtd rdclassds (Adm. des col. cl des S. de l'Indo-
rhine :
- MM. Bourguil (Maurice), Adin. adjt de I classes, A
computer du '1" janvier 1944, an lieu diu 1" juillet 1944
(D. 14 f6vrier, J. 0. 17 fevrier).
-- M. Bayle (Roger), adm. de 2' classes, pour comipter du
1" juillet 1944 (D. 14 fdvrier, J. O. 17 fIvrier).
-- Cousserav (Jules), adm. adj de 3" cl., des S. C. de
I'lindochinc, pour copter du I" aoft 1948 (D. 14 fevrier,
J. 0. 17 fevrier).








Rebouillat (Robert), adm. de 2' cl., des S. (:. de l'Indo-
chine, a conipter du 1"' janvier 1945 (D. 18 favrier, J. O.
21 fevrier).
S Val6ani (Charles), adm. de 2' cl., des S. C. de 'In-
dochine), i computer du 1"' janvier 1945 (D. 18 fevrier, J. 0.
21 f6vrier).
* M. Lauletta (Charles), secr6taire comptable a ate charge
de la liquidation definitive des groupements professionnels
coloniaux (A. 30 dec., J. 0. 17 flvrier).

* Ont demanded i b6nificier du regime de la loi sur le diga-
gement des c:adres :
1' Administrateurs ayant droit a pension
MM.
Chaulelr (Pierre), admlinistateur de 1" classes des
colonies;
Edwige (Clement). adminiistrateur de 1" classes des
colonies;
Martin (Lion), administrateur de 2' classes des colonies;
Gauthier (Edouard), administrateur adjoint de 3' classes
des colonies
M. Balin (Marie Joseph), Admi. en chef des colonies
(D. 14 f6vrier, J. 0. 17 f6vrier).

2 Adminisirateurs ayant droit i une indemnit6 de dpipart

MM.
Fayet (Charles), administrateur de 2' classes des colonies;
Blot (I ucien), administrateur adjoint de 1" classes des
colonies;
Ropke (Guillaume), administrateur adjoint de 3' classes
des colonies;
Carreal-Gaschereau (Bernard), administrateur adjoint
de 3" classes des colonies. (D. 20 janvier, J. 0. 22 janvier).
* M. Le Barcher (Gonzalvo), administrateur adjoint de 1'"
classes des S C. de l'Indochine a it6 admis, sur sa demand a
b1n6ficier des dispositions du digagement des cadres. (D. 1:3
janvier, J. (. 17 janvier).
* M. Chatelard (Pierre), administrateur en chef des colonies
a 6t6 admis a faire valoir ses droits i la retraite it computer
du 12 mai ]945 au lieu du 10 novembre 1943. (D. 13 janvier,
J. 0. 17 janvier).
* La revocation de M. Darr6 (Edouard), administrateur en
chef des colonies a Wt6 annul6e. I1 est admis i faire valoir ses
droits i une pension de retraite i computer du 8 janvier
1943. (D. 13 janvier, J. 0. 17 janvier).
* M. Cagniard (Elie), administrateur de 2' classes des colo-
nies est admais i faire valoir ses droits i une pension de re-
traite pour invaliditt. (D. 13 janvier, J. 0. 17 janvier).
* M. Lecoartier (Auguste), administrateur de 3' classes des
S. C. de '] ndochine a 6te admis A fair valoir ses droits it
ine pensioia de retraite pour anciennete de services. (D. 23
janvier, J. 0. 25 janvier).
* M. Clerc (Joseph), admi. de 1' cl. des col. pour computer
du 7 fivrier 1950, a c&t admis i faire valoir ses droits it
ine pension de retraite (D. 6 fevrier, J. 0. 9 fevrier).
* M. Mercier (Jacques), administrateur adjoint de 1" classes
des colonies a 6te maintenu en position de disponibilite, sans
traitement pour une periode de 1 an. (D. 20 janvier, J. 0.
22 janvier).
* La sanction frappant d'un retard de 2 ans i l'avancceent
M. Tusque- (Paul), adminiistrateur adjoint de 17 classes des


colonies a eta rapportee par decret du 20 janvier. (J. 0.
22 janvier).
* La sanction de deux ans de retard i l'avancement frap-
pant M. Vial (Maurice), adm. de 3' cl. des colonies, a t6&
rapportee par decret du 6 fivrier 1950 (J. 0. 9 fAvrier).
* Par dicret en date du 6 janvier 1950, M. Stephan (Henri-
Marcel) est titularis6 come administrateur adjoint de 3"
classes, i computer du 18 mai 1946, date de sa nomination a
titre pricaire. (J. 0. 10 janvier).
* La dimission de son emploi affect par M. Prebot
(Jean), alev6 administrateur des colonies, a it6 accepted
(D. 6 f6vrier, J. 0. 9 fevrier).
* Un arretk du 28 dcenmbre 1949 porte promotions dans le
corps de l'inspection du travail. (J. 0. 22 janvier).
* 11 est institute au minister de la France d'outre-mer une
commission charge de l'6tude des indemnites de dipayse-
ient, des cong6s et des allocations fainiliales. (A. 10 janvier,
J. 0. 12 janvier).
* Un d6cret du 18 janvier 1950 determine les niesures ne-
cessaires pour rigler la situation de certaines categories de
fonctionnaires d'Indochine (cadres locaux europaens r6gie
par arrtea; fonctionnaires detachis; contractuels et journa-
liers. (J. 0. 19 janvier).
* Par derogation aux dispositions du decret du 13 mars 1946
relatives aux conditions de recrutement dans le cadre d'admi-
nistration ginerale des colonies autres que rIndochine, les
personnel recrut6es a titre pr6caire dans le cadre des admi-
nistrateurs des colonies par application de rordonnance du
7 juillet 1945 et qui n'ont pas obtenu 'agriment de la com-
mission d'aptitude pour Atre titularisees dans 1'emploi d'ad-
ministrateur, pourront 6tre int6gr6es directement et a titre
d(finitif, dans le corps de administration ginerale des colo-
nies autres que 1'Indochine. (D. 9 janvier, J. 0. 10 janvier).
* Dicret du 20 janvier 1950 porte integration d'aides de
sante du Cameroun et d'Afrique iquatoriale frangaise dans le
cadre des m6decins, pharmaciens et sages-femmes africaines
avec retroactivity du point de vue de la solde. (J.O. 22 janv.).
* Un arrati du 30 d6cembre 1949 porte ouverture d'un con-
cours pour le recrutement de redacteurs de 1" classes ayant
trois ans d'administration g6enrale des colonies autres que
1'Indochine. (J. 0. 7 janvier).
* Un arrate du 30 d6cembre 1949 porte ouverture d'un eon-
cours pour le recrutement de redactcurs stagiaires d'adminis-
tration g6nerale des colonies. (J. 0. 7 janvier).
* Tour de service des fonctionnaires devant servir outre-
mer. (J. O. 1' janvier).
*La premiere session de l'examen professionnel d'entrec
dans la magistrature d'Outre-Mer, sera ouverte le 28 avril
1950. Les candidatures seront rescues an ministare de la
France d'Outre-Mer jusqu'au 15 mars 1950 (J. 0. 17 fivrier).

DISTINCTIONS HONORliFIQUES
Ont ete protmus dans l'ordrc de la Legion d'honneur :
Au grade de commander :
M. Le Gregam (Jean), inspecteur general des colo-
nies (DBcret 7 f6vrier, J. 0. 8 favrier).
M. Guernier (Eugene), membre de l'Acad6mie des
Sciences Col. (D. 14 fevr., J. 0. 15 f6vrier).
-- M. Ramnas (Jules), President de la Societ& des Ing. de
la France d'Outre-Mer (D. 14 f6vricr, J. 0. 15 fevrier).








Au grade d'olficier :
M. Debey (Jean), Inspecteur de 2" classes ies colonies
(D. 7 f6vrier, J. O. 8 fivrier).
M. Pinassaud (Jean), inspecteur de 2" classes des colo-
nies (D. 7 f6vrier, J. 0. 8 f6vrier).
Baffeleuf (Antoine-Jean), president de la chambre dle
commerce de IIanoi (Indochine).
-- Coppin (Jean-Alexandre), procureur r general par interimn
pres la cour d'appel de Hanoi (Indochine).
Glaize (Maurice-Victor), architect D.P.L.G., anriell con-
servateur des monuments d'Angkor (Indochine).
Lataste (Marcel-Louis), ing6nicur hors class des tra-
vaux publics (Indochine).
Maze (Jean-Maric), 6veque de Hung-Iloa, Nord-Viet-Nami
(Indochine).
Mcraud (Pierre), ilissionnaire eatloliqiie la Dalire ((Cte
d'Ivoire) (Afrique occidental franeaise).
Zanolini (Lbon-Anatole), chiffreur principal de 2" classes.
Chevalier du 16 juin 1920 (D. 14 f6vrier, J. 0. 15 fevrierl.
M. Sow Alioune, chef de cantan de Kaolack Banlieu,
conseillcr g6n6ral. Chevalier du 1l octobre 1931 (1). 11 f6v.,
J. 0. 15 fevrier).

An grade de chevalier :
R. P. Aupiais, Provincial des Missions africaines de
Lyoy. Titre posthumne. (D. 7 f6vrier, J. 0. 8 f6vrier).
Lambalot (Jules), commissaire de police. Tilre lpos-
thulme (D. 7 f6vrier, J. 0. 8 fevrier).
Beaussart (Andr&-Leon), president directeur ge6nral de
la Compagnic franiaisc des charbonnages de Dakar.
Davee (Robert-Louis), secretaire general du coinile
icoinomique de I'Indochinc.
Didelot (Roger-Francis), vjce-pr6sident de l'association
national des 6crivains coloniaux et maritime.


Fabric (Louis-Marius), directeur du budget et du con-
trlec de 1'Indochine.
-- Gallet (Jean-Marie), president des isol6s coloniaux.
Lorenzi (Laurent), chef du service de l'inscription maril
Saigon (Indochine).
Maestracci (Pierre-Baptiste), controleur principal des
transmissions coloniales.
Marche (Georges), agent de la Compagnii de FAfrique
o:cideltale francaise, president du groupemenct des inter6ts
colnuerciaux, Bobo-Dioulasso.
-- Massicye (Franois-Joseph), vice-president ld la (ham-
lire de conimerc e de la Cote d'Ivoire.
-- Iillet (Jean), vice-president de la cliambrl e de coumlerce
de Douala.
-- ougeyron (Louis), couiiiierant, planter, conseiller
general de la (Guinee.
-- Valette (Louis-Rayniondl, agent general dt la society
Chavanel, i Konakry.
Valmary (Alfred-Gabriel), administrator t des colonies, commnissaire ie la RIpublique par interim au
Laos (Indochine).
-Walwein (Paul-Charles), receveur honoraire des posies,
t6elgraphes et te61phones, conseiller municipal de Majunga.
Waltier (Charles-Marie), administrator dei 1" classic
des colonies i Yaounde (Camneroun) (1). 14 fk river, J. O.
15 fevrier).
M. Sar Ioubakar, assistant sanitaire horse classes du
cadre commun n du Cameroun ; 31 ans 11 mois dle services,
don't on an de majoration pour mobilisation, in tire de
l'Union Francaise (1). 14 f6vrier, J. 0. 15 f6vrier'.
M. (achard (Rolert-Louis-Gaston), chef du group des
plantations des Terres-Rouges, dans la region d'Honquan
(Indochine). Titres exceptionnels (D. 11 fevrier, J. 0. 13 fe-
vrier).





















REVUE DE PRESS
Nous rappelons que la revue de press publide au present bulletin est purement objective. Elle n'implique
ovldemment aucune adhesion du Ministere de la France d'Oulre-Mer aux opinions exprimdes dans les
articles reprodults d litre d'information.


PRESS D'OUTRE-MER


INDOCHINIE

Reconnaissance des Etats d'lndochine

La ratification des accords consacrant I'in-
dependance du Vietnam. du Cambodge et dui
Laos dans le cadre de 1'Union Francaise Rtant
acquise, les commentaires des journaux in-
dochinois se sont alors ports sur la reconnais-
sance de ces pays par les puissances d6mocra-
tiques qui est intervene anssit6t aprbs. Cette re-
connaissance etait attendne, car if ne faisait de
doute pour personnel qne Londres et Washington
ne pouvaient pas ne pas reconnnitre I'importance
de l'Indo(hine, < halcon du Pacifirne > come
le dit M. Henri Bonvicini dans Saigon-Presse.
L'Tndocliine, falcon du Pacifique. De qui est cette
phrase ? On ne sait trop a ijuslc. car il est des mofs
come des expressions qni. a force ld'tre rhnet6s,
tombent (ians ]e domain public sans au'on pnisse
remonter In source, anportant mar la meme occa-
sion des Trbeisions de date et de Daternite. En tout
cas, le public les a adons parce que. dans leur
concision, ils rcpr6sentnte soil une image, soit une
formule.
A moins. que je ne me trompe << Tndochine. balcon
du Paciflune > fut nrononc6 pour In premiere fois
en 1913 par Albert Sarraut.
A ]'enorue. on ne se rendait nas encore exacte-
ment comn te de son sens rtel. On Ie prenait pour
une envolhe litt6raire. Mais an fur et 5 measure que
]e temps Tasse, que les iv6nements se dld6oulent, on
voit commne it est inste de comnarer ce navs h nne
sorte d'av mnce, de snillie sur le Pacifique. Une ma-
gnifique c tWte de pont >.
Et rece nment. un journal indien des ilus mode-
res, dans un article particl;rement doc'umentt. a
mis en va eur !e fait one les Janonais ne nurent r6a-
liser leur inarche vers le Sud-Est que lorsoun'ils eurent
occupy I'[ndochine. TIs parvinrent ainsi jusqu'a


Imphal oi la contre-offensive allide r6ussit A les
arr8ter d'abord et A les repousser ensuite de plus
en plus vers leur point de depart.
L'Tndochine, falcon du Pacifique I...
Dans le camp adverse, on s'en est hien rendu
compete, ce qui explique pourquoi on fould les lois
internationales, et on cherche a se rendre maitre
de ce pays.
Car &tre maitre de I'ndochine, c'est dijA Wtre en
parties maitre du Siam ct de la Birmanie. C'est la
possibility de s'Wtendre ensuite jusqu'i I'Tndochine.
Balcon du Pacifique ? Je crois imme que ]'expres-
sion est depass6e par les faits.
C'est << tremplin du Sud-Est asiatique > qu'il fau-
drait maintenant appeler I'Tndochine. Cclle-ci cons-
titue effectivement une premiere tape vers P'acea-
parement de tons les greniers A riz de 1'Asie.
L'Tndochine, sons la coupe de Mao Ts6-Toung.
c'est pour ce dernier une victoire a la fois politique
et alimentaire. C'est, par consequent, un double gain.
Londres et Washington n'ont certainement pas
perdu de vue cet aspect du problme qui donnernit
A IPallie des Moscovites un bh6nfice qui satisferait
du mbme coup et leur ideologic et leur venture. Et
I'on ne sait si celui-ci, en la circonstance, ne pri-
vaut pas sur celle-Ia.
La Grande-Bretagne a W6t la premiere a recon-
naitre le Viet-Nam sous I'Pide de S. M. Bao-
Dai, Avant mnme que les autres Etats aient suivi
son example sa decision n'est s6par6e de celle
des Etats-TInis cnue de (uelques heures L'Echo
du Vietnam puhlinit d(iA un article de M. Ngu-
yvn-QuOc-Hoi exprimant I'opinion vietnamienne.
VoilA done le Vietnam et son Gouvernement re-
connus par la Grande-Bretagne. Depuis lonatemps
annonce, 1'ev6nenmnt n'a pas surprise, 6crit M. Nguy6n
QuBc-H6i. Cependannt, i est d'importance. Le rble
jou6 pendant Ia derniere guerre par les Etats-Unis
et I'U.R.S.S.. I'influence de celle-ci sur une grande
partic de ]'Europe et de 1'Asie, la puissance indus-







trielle de coux-la ont in peu fauss6 les id6es do nos
compatriots. Dans cetle extreme advance die I'Orieo'l.
principalement, nous somrnes portes I considered quw
le monde est divis6 en deux morceaux don't Truiman
et Staline sont respectivement les inaitres absolus.
C'est une conception trop schematique pour etre
exacte. 11 est encore des valeurs assez solidenint
install6es sur le piedestal de plusieurs siteles dc
gloire pour lie pouvoir etre aussi ais6ment dhbotllon-
n6es. I.a Grande-Bretagne et la France sont tde ces
valeurs; elles sont mienie les tleux principles. La.
voix de I'une et te I'autre, dans les assemibl.cs du
monde, est toujours d'un poids suffisant poutr faire
pencher la balance. Leur appui est bien loin d'etre
n6gligeable et c'est IA, pour le Vietnam, lorsqu'il
sollicitera son admission A I'O.N.l., une serieuse ga-
rantie de success.
Mais la decision que la Grande-Bretagne vient de
prendre apr6s une longue r6flexion nous intiresse
pour d'autres raisons encore. Elle comporte lne utile
lecon. Que le pouvoir soit aux mains des Whigs on
des Tories que les conservateurs oi les lib6raux
soient la majority, la politiquc de I'Angleterre re-
pose sur deux principles immuables : tradition, rea-
lisme. R6aliste, le gouvernement de Sa Gracieuse Ma.
jester n'aurait jamais consent A reconnaitre un gou-
vernement stranger sans avoir I'assurance, duiment
mnotivee, que celui-ci reprisente effectivemient le
pays et qu'il est dote d'une suflisanti autorit6. Aux
yeux de la Grande-Bretagne, l'ind6pendance du Viet-
nam ne fait pas de doute. Elle n'en fait pas davan-
tage aux yeux des Etats-Unis. C'est une constatation
que nous pouvons enregistrer avec joic comnle ln
jugement desinteresse.
Les FranCais et nous-nmmes sonmmes en effte
mauvais juges sur cette malitre ou nous sommes
parties. Pousses par le d6sir patriotique de voir le
Vietnam au plus t6t lib6re des chaine de sa vicille
servitude, nous ne pouvons avoir toute I'impartialit6
desirable. Des Frangais, mime parmi ceux qui sont
de sinceres partisans de la souverainet6 du Vietnam
nous font parfois grief d'une hate excessive. lls se
plaignent que, jamais satisfaits de ce qu'ils nous
accordent nous r6clamions sans cesse davantage.
Mais quel people a notre place, n'agirait de mime.
Nous n'avons pas i rougir d'aimer notre pays dl'une
tendresse jalouse, inquikte, peut-etre m me bougonne.
Et d'ailleurs, nous ne cesserons pas de rcclamier
toujours davantage, jusqu'au jour ofi it ne restera
plus rien i reclamer et oi le Vietnam jouira d'une
ind6pendance sans restriction, si 1Mgere soit-clle.
Mais ce z6le a vouloir toujours notre pays plus libre
et plus grand ne doit pas nous rendre injustes. Tout
en ayant le regard fix6 sur ce qui nous reste encore
a obtenir, nous ne pouvons pas ignorer les progress
r6alises et les avantages d6ji consentis. Mcme, ii
fant avoir la loyaute de convenir que ce qui rest
a recevoir est peu de chose aupres de cc que nous
avons d(ljh recu.
Que de chemin parcouru depuis ces propositions
que M. Bollaert, en septembre 1947, formulait A Ha-
D6ng en les representant commune I'extrine limited des
sacrifices que la France pouvait consentir. Jamais
bien certainement, I'Angleterre et les Etats-Unis
n'eussent reconnu ]e Vietnam constitu6 selon ces
propositions. fis n'auraient pas en, d'ailleurs, l]e


Iaire piuisque la France, a cclle ipoque, n'adlmcllil
pals quer It Vietnanm eit sa diplomatic propre. On
peut ttre ou n' ttre pas partisan de placer S.M. Bao
Dai ii la tete du Vietnam. Mais comment ne pas re-
connaitre que ce r6sultat tangible est Ie fru-t de sa
pers6v6rance et de son habilet6 ? Comment, apres
cela, pourrait-on refuser de le placer au rang des
hons serviteurs de la Patrie ?
I(egrellons serlcinent qu'il ait fallu 29 niois de dis-
cussions pouir arriver ai celte ineluctable conclusion.
Si le Vietnam avait recu il y a deux ans l'ind6pen-
(lance qui lui est octroyce aujourd'hui, songez A tout
ce qui aurait piu etre r6alis6 pendant le temps perdu
h des d6bats don't l'issue ne pouvait etre (dluteuse.
Mais il est trop tard, maintenant, pour des regrets.
Si nous doutions encore que le Vietnam fidt ind6-
pendant, le geste de la Grande-Bretagne, que va
suivre un geste semblable des Etats-Unis, doit nous
rassurer plcinement. A nous, maintenant, de nous
montrer dignes de notre ind6pendance reconquise.
Par notre resolution. Et d'abord par notre union.
De la reconnaissance des Etats constituent la
peninsule indochinoise, le Journal d'Exrtrme-
Orient observe les faits suivants :
Tandis que les diplomats americains accr6dites
en Indochine sillonnent le ciel pour apporter dans
les differenles capitals de la p6ninsule les messages
du President Truman, concr6tisant la reconnais-
sance du gouvernement des Etats-Unis, l'on constate
en France un raidissement tr6s net de l'opinion pu-
b)lique quant aux activists subversives du parti com-
muniste. La situation a done tendance a se clarifier
de plus en plus et come vient de le d6clarer le
Haut-Commissaire de France a Hue : << Pour gagner
la parties, il ne suffit plus maintenant que de durcir
nos volontes et nos coeurs. >
La miime satisfaction, colorbe d'esperance, vient
d'etre exprimnie par S.M. Bao-Dai. Satisfaction de
voir 6tablic sur le plan international la 16gitimit6 de
son gouvernement, non point tant par sympathic
iddologique que par consecration d'un 6tat de fait.
Il n'cst pas douteux que le bon grain est en train
de se separer de l'ivraie. La venue continue des po-
pulations des zones Vietminh vers cells oft la s6cu-
rit6 et l'ordre existent grace aux troupes franco-
vietnamiennes, la volont6 arrte6e des minorit6s ra-
ciales d'6chapper A la domination Vietminh pour d6-
pendre du government vietnamien sagement libt-
ral, demontrent en effect les veritables aspirations
des populations.
II en est de mime au Cambodge oil la reconnais-
sance des grandes puissances d6montre aux rebelles
nationalists que I'ind6pendance de leurs pays est
rbelle et que leur lutte armec n'a plus sa raison
(l'Ctre, sinon de fair le jeu du communism interna-
tional, ennemi nI 1 des nationalismes asiatiques.

D6fense des soldats d'lndoohine

Les communists out entrepris une vaste cam-
pagne contre la guerre au Vietnam. Dans le cadre
de cette champagne, au sabotage des expeditions
d'armes et de ravitaillement au Corps exp6dition-
naire on Extreme-Orient, se joignent les caloni-








nies al l'adresse de ce dernier. Si certain orgn-
nes les approuvent ct mnne les encouragent, la
plupart de; autres journaux ne nianquent pas i s'elcver centre cotte action antinationale. A cc
sujet, on trouve dans 1'Union Francaise, un arti-
cle des pl.is significatifs. Co journal r6prouve
pertains a 'tides parus dans la press francaise.
notamment dans Tenmoignages C:hrdlien.
Le chef d(n (Gouivernement francais en a, d'ail-
Icurs, fait tonne justice. 11 leur a oppose, ;i la tribune
de 1'Assem )le Nationale, un public et solennel dtl-
menti, et t,,us les d6putes, A 1'exception, cela va de
soi, des co imunistes et de leurs amis, l'ont applaud
chalcureusi ment.
L'UNION FIIANCAISE reproche i M. Paul Mus d'avoir,
en raison d s functions officielles qu'il occupe, donn6
du poids A des assertions insuffisamnment control1ec
sur la con duite du corps exp6ditionnaire en Indo-
chine.
Consid6rant la question d'un point de vue plus
g6n(ral, S rigon-Presse ajoute a cc qu'i 6crit son
confrere
...A l'heire ou Mao Ts6-Toung accepted de faire
encadrer s -s troupes par des strangers, et de trans-
former, pa la mine occasion, celles-ci en une armec
international, il est mal venu de critiquer la pre-
sence ici des gars de 1'Union francaise, lesquels ne
demandera ent d'aillcurs pas micux de ceder leurs
places a Icurs d6nigreurs. II est hours de doute que
ceux-ci se sentiraient moins a I'aise a monter la
garden aux frontibres que douillettenient assis dans
un fauteuil rcmbourr6.
La critique ou plut6t la demagogie est facile,
mais se faiie casser la figure pour quelques centaines
de piastre, par mois est autrement plus h6roique.
C'est un co -rage que I'on paie de son sang qui a tout
de mmne i ne autre valour que l'encre d'imprimeric
d(1 ces messieurs.

TOGO

Le r6sultat de la presence europ6enne au Togo

Sous ce titre le Guide di Togo, journal bilin-
guc (the ogo Leader) ecrit dans son numero du
15 janvier 1950 :
Partout dans le pays 6w6 du Sld et du Centre et
chez les p( pulations ldu Nord-Togo, les membres de
la mission de visit out eu occasion d'6couter les
divers elements africains appartenant A toutes les
activists ei couches sociales de la vie togolaise :
homes et femmes paysans et habitants des villes,
chefs tradi.ionnels et simples artisans. Les points de
vue librenment exposes par tous ces Togolais pour-
raient so r summer en une seule expression precise et
significatix e, celle fournic en faveur du r6sultat
concluant ile la presence europdenne au Togo.
Et le journal en conclut que l'excellence de ses
rapports p]ermet au people Ew6 d'envisager son
unification I.
II n'est, en effet, nul besoin d'insister sur le fait
qu'un peu plus d'nn demi-sibele d'reuvre de civili-


station occidental basIse sur le christiallismel a per-
mis aix Togolais de r o'inaitre I'excellence de leurs
relations entretenucs avec les Europenris. Et it
imported 4galement de faire ressortir que c'est en
se pronongant intg.raleiment pour les avantages d&-
coulant de ce long contact en avec les champions
de la civilisation que le people 6we ne saurait admet-
tre encore longtemps l'injtustice qu' liii causait le
ii eircelle iiienit arhitraire de son pIlys.
(( Le Guide du Togo ), 15 janvier).


MADAGASCAR

Sous le titre < Equipement et colonisation >>,
Roger C6lnent dans Tana-Journal prend la d6-
fense dc la colonisation de Madagascar.
La meilleure preuve que 1'esprit d'entreprise anime,
plus que jamais, la colonisation a Madagascar -
6crit-il reside dans l'effort qu'elle a entrepris
pour s'6quiper et moderniser ses moyens de produc-
tion. Sur chaque concession de ce vaste pays, des
tracteurs, des charrues, des moteurs, des groups
6lectrogones arrivent ou sont attendus. Et le colon
vit, actuellement, avec les preoccupations qu'en-
trainent l'installation et ]'emploi de cc materiel :
preoccupations finnncibres, car toutes ces machines
cofitent fort cher; preoccupations pratiques, car il
faut construire les hangars et les locaux pour les
abriter; pr6occupalions techniques, car il faut ap-
prendre a connaitre cot outillage cofiteux pour en
tirer le meilleur rendement.
...Cela, nous I'avons vu, de nos propres yeux, dans
les regions les plus diverse, et nous avons 6prouv6,
devant cette manifestation d'6nergie et d'esprit d'en-
treprise, un sentiment profound d'admiration et
d'estime.
(a Tana-dournal, 1'e fevrier).

L'Avenir de Madagascar (L. Le Garrec) parole
du vceu qu'a 6mis 1'Assembl6e de 1'Union Fran-
caise pour que I'Assembl6e Nationale adopted un
project de loi tendant i mettre, a la disposition
des territoires d'Outre-Mer, producteurs de caf'
les benifices r(alis&s par le Gouvernement sur la
vNente des stocks. Et I'6ditorialiste, so demandant
quelles chances (dc succes a ce vamu, crit notani-
nent :

Mais I'AssemblO e Nationale consentira-t-elle a cette
restitution ? On parole, d6jh, d'utiliser ces b6nefices a
combler les ldficits des exploitations sucrifres en
France lont l'influencce est grande puisque, d6jA,
apres la guerre de 1914-1918, les << colonies >> pro-
ductrices de sucre current a souffrir de la violent
champagne qu'elles ont menec contre les sucres
d'outre-nier. Et ccci laisse supposed que les elus m6-
tropolitains seront, une fois de plus, sensibles aux
arguments de ces organismes politico-financiers.
Autrement dit, il n'est pas certain du tout que les
territoires producteurs de caf6 revoient jamais les
centaines de millions qui leur out WtC subtilis6s.
(a L'Avenir de Madagascar )), 3 fevrier).







PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press ~irangere lraduits en francais pent ltre consulate a la
Section de la Presse Elrangere (Direction des Affaires Poliliques, 27, rue Oudinot, Piece 17, e" Elage).
Les ninmnros qui figurent ci-dessous d la suite de l'indication d'origine des articles de press permellent
de se reporter au texte complete des dits articles.

I. QUESTIONS GENERALS


A un moment << particnilierement chand de la
guerre froide >, pour reprendre l'expression d'un
journalisle anglo-saxon, il est interessant tde
fire, en Afrique et en Asie, le point d'lne situa-
tion qui inquiHte gravement les esprits auertis
des problWmes internationaux majeurs.
En Asie, en face d'une action dynamique et
savamment concentree des communists, les


( occidentaux > cherchent piniblement i dtablir
an front common.
En Afrique les positions sont moins edidentes
i premiere vne, mais on devine une lulte violence
souterraine don't quelques incidents epars, revd-
hIs par la press, ne sont que les indices super-
ficiels de l'antagonisme plus puissant qui oppose
rreux philosophies rivales..


A. AFRIQUE


Une competition pour la suprematie mondiale

Sons ce litre, M. S. Herbert Frankel, Profes-
seur d'Affaires Economiques coloniales d I'Uni-
versit d'Oxford, analyse le problem africain,
commenlant << les conclusions d'nn outrage pu-
blid tn an auant le d(clenchement de la second
guerre mondiale.

1 S'int(ressant particulierement au cot6 ,co-
nomico-social de la question. il etudic tout
d'abord :
I. Le Reveil de l'Afrique :
Laissez-moi recapitnler. Apres avoir montri que
ceux qui minimisent les r6alisations positives des
puissances coloniales < n'appr6hendent pas ]'essence
de la revolution qni a halaye 1'Afrique... et a r6-
veill ses habitants dIn somnmeil des ges >>, je
concluais que (< le fait Ie plus significatif pour ]e
future reside dans le caractire encore fluid tes rela-
tions economiques en Afrique >. J'affirmais qu' << i
ne s'est encore manifesto aucun systeine d6finitif
d'organisation economique, il ne s'est encore cristal-
lis >> aucune sorte de structure economique au
milieu des facteurs 6conomiques qui sont toujours
changeants sur la scene africaine >.
Dans certaines parties de ]'Afrique, j'ai trouv6 << ]e
degr6 de rigidity dans les relations 6conomiques >>
plus grand que dans d'autres mais je ne consid6rais
pas que < cc soient lh des normes permanentes ou les
lignes fondamentales des demarcations 6conomi-
ques >. Mm'e en Afrique du Sud < oii la rigidity..
est plus accentuee > il est clair que << ]es forces de
cliangement exercent deja une pression econoni-
que >>.
Aussi < Ie test amer, non seulement de la souverai-
net" africaine mais de la civilisation d'Afriqne dui
Sud et, peut-&tre minme de I'Afrique > mentira si Ic
movement de prolktarisation et de paup6risation
croissante pent, ou non, ktre ralenti par l< ]'volu-
tion pacifique de nouveaux procedts de cooperation
economique constructive.


J'avais lanc6 un avertissement contre les concep-
tions mecanistiques du d6veloppinent social qui ne
tenaient pas compete de I'importante puissance orga-
nique du progrcs social. << L'experience passe de
I'Afrique montre lue le rythlme auquel un capital
peut otre ahsorb6 par des terriloires coloniaux d(e-
pend du rythme auquel les autres facteurs compl6-
mentaires de ravitaillement peuvent etre rendus
accessible et depend dui faith q(ue le rythme du d6ve-
loppement economique de I'Afrique ne peut ?tre acc&-
1rb6 par des exp6dients artificiels. par des d6penses
prodigues de capital on par l'utilisation de la con-
trainte >. En fait, je pr6voyais que << les 6vWnements
d'Enrope poussent, en tout cas, I'Afrique t s'en rc-
mettre Ah 'extension et l'augmentation de ses pro-
pres resources en capital >. A part cela, il semblait
<< extrimement ind6sirable que l'avenir des pays afri-
cains continue il trc hypothequ6 pour que conti-
nuent Ah tre assnur pour les preteurs strangers les
mitnmes interets que par le passe. Un investissement
biranger inutile provoque un foss6 entire Ie legr6 de
developpement de I'6quipement en capital du pays
et le degr6 dd d6veloppement des moyens liabituels
de production et de consommation. Les eff.ts ind6-
sirables ne < peuvent Rtre evitis que si le tiux d'in-
vestissement en capital est plus lent > cc ciii impli-
que < un svstime de production plus souple >> et
< un ralentissement dans l'accroissement des servi-
ces administratifs et sociaux >.
En dernier resort, << 'avenir des investissements
en capital come P'avenir de tout le progres &cono-
mique de I'Afrique d6pendra de la liberation des peu-
ples africains des facteurs qui ont limit ses pro-
gr6s dans le passe et des restrictions artificielles qui,
dans certain territoires, les emlp)chent de deployer
leurs aptitudes... Si l'espbrance du 20' siicle en Afri-
que a jusqu'ici, prouve quelque chose c'est que les
richesses de ]'Afrique < n'ont 6t6 jusqu'ici qu'A peine
d6couvertes parcel qu'elles etaient profond6ment en-
fouies dans le sol de l'Afrique elle-mime. Cc n'est one
par les efforts en cooperation des Africains et des
Europ6ens qu'elles scront d6tcrr6es ; toute hAte inu-
tile en ditruirait ine bonne part. Ce do-nt on a








besoin, c'tst d'un effort patient et uni... Le rideau
vient seulement de se lever sur la scene africaine -
reste a jouer la piece >.

2" Ana'ysant la <, Formule europeenne pour
le d6velo'ppement >, il glorifie le sens politico-
econromique don't a faith preuve la Grande-Brela-
Sgne.
Pourquoj alors ces conclusions me semblent-elles
maintenani beaucoup plus lointaines que lorsque je
les 6crivais ? La raison, je pense, reside dans le fait
quc le ridiau s'est maintenant lecv et que la piece
a comment, i i se jouer. Mais nous, les Europeens,
qui croyioi s il y a quelques annees que nous la diri-
gions, nowu avons maintenant l'impression dcsagrea-
ble de n'dti e plus que des spectateurs; nous ne soin-
nies plus cue les temoins d'une piece sans produc-
tcur et san:; Ianuscrit.
Si je puis me permettre de poursuivre cette ana-
logie, je d raise que, jusque rCceniment, les puissan-
ces m6trop3litaines croyaient qu'il y avait un < ma-
nuscrit > ou une < formula >> pour le ddveloppement.
A la base eur philosophic relosait sur la croyance
que les Em opens pourraicnt fournir et fourniraient
en fait la charpente politique et economique t'une
action sociile en Afrique, qu'ils pourraient assume
et assumer:nient l'ordre et un < bon gouvernement >>.
C'est a 1'alhri de cette charpente que les entreprises
privies de l'extrieur et de 1'intdrieur de la commu-
naut6 africaine en developpeinent, viendraient cons-
tituer la c lair et le sang d'une nouvelle economic
qui grandii ait pour habiller la structure squelettique
fournie pa les investissements en capital dans les
commnunic tions ct le rest.
Ainsi le enforcement de la cooperation entire Afri-
cains et E, ropdens n'etait pas un objectif < cons-
cient >>. Dans certaines regions, par example en
Union Sud Africaine, il a toujours 6et considered que
le develop: ement itait essentiellenent constitu& d'un
processes (lont le seul constituent actif etait l'initia-
tive et la direction europbenne base sur une domi-
nation europCenne. L'Africain devait s'adapter en
tant qu'individu non en tant que group ra-
cial aux demands de l'6volution economique euro-
peenne. II ne lui restait qu'ia tre un agent passif
de cette evolution, retranch a l'int6rieur d'un statut
6conomiqu.- inferieur fixs a la fois par la loi et par
la coutume
La Gran! e-Bretagne il faut le dire A son inimor-
tel credit n'a jamais souscrit A cette doctrine
ind6fendabie. Meme dans les territoires coloniaux
britanniqucs, il a Lt6 admis implicitement que la
base de l'architecture d'une action social et eco-
nomique pmurrait dtre ddifice sans cette doctrine. Ii
imported p(Cn qu'une telle structure etrangbre soit le
<< laissez f;iire >> ou qu'elle comprenne les plus ele-
gantes tent itives faites pour transplanter en Afrique
les modalil s de < 1'Etat-Providcnce >; la question
fondamentale demeure cclle-ci : la structure est nee
a l'ext6rieur des soci6tes indigenes d'Afrique. Une
croissance organique social, en faith, ne peut se de-
velopper qie de l'interieur des communautis et par
la seule responsabilit6 d'une action social exp6ri-
mentale.
II faut 6galement verser au credit de la ,politique
britanniqu, que le fait qu'elle a reconnu la 'direction


dans laquelle les changelments s'ettectueraient, cc qui,
particulierenment dans les organizations politiques,
encouragerait les responsabilites indig6nes. C'est
pour cette raison que je consider le changement
constitutionnel r6ceminent recommande pour la
Gold Coast combine i'inevitable commencement de la
fin d'une 6poque non seulement politique, mais aussi
economique. Mais elle implique une longuc period
d'incertitude, au course de laquelle le mode et la
structure de l'inlucnce 6conomique europcenne se-
ront progressivement modifies.

3 11 commence ensuite << L'incerlilnde en
Afrique dii Sud >:. lerminant ce paragraph par
les phrases suivantes :
II serait presoiptleux de tenter d'indiquer dans
un berf article les questions principals qu'implique
cette incertitude ; ou nmeme de sugg6rcr quelques
r6ponses. Mais une chose est certain : la souverai-
nete mondiale, si elle veut 6viter le danger d'un long
conflict, doit s'attaquer resolument et bient6t aux
problems de la formulation d'un nouvel ensemble
de principles pour l'Afrique sans luquel les 6v6nc-
ments d'Afrique peuvent fort bien menaccr la paix
du monde. I1 dolt y avoir bonne volont6 de part et
d'autre pour jeter i; la mer la cargaison des pensecs
et des pratiques qui n'adhirent plus aux realit6s du
monde moderne.

4" II conclul sons le litre << Sources de conflict
social >.
11 y a un fail sociologique don't je pense qu'on a
souvent oublid la signification et qui marque la di-
rection dans laquelle on peut trouver au moins une
partic de la r6ponse ai notre problem. Si, pendant
un instant, nous fernions nos oreilles aux racistes a
la voix rauque et nos yeux aux implications exa-
g6rees des differences de coulcur, nous verrons, je
crois, la scene africaine avec les yeux de l'esprit
comme l'une de cells oi << le heurt du progres de la
sdcurit >> prend la forme de la d6sintfgration d'une
6conomie rurale etablie d'une part et de l'interpen6-
tration par l'&cononie mon6taire du monde ext6rieur
d'autre part. Lorsque le vicux mode d'action social
indigene se trouve desintegre, it se cr6e un prol6ta-
riat non libre qui, cst la source principle de d6shar-
nonie et de conflit. Dans le passe, la seule tentative
faite pour ralentir cetle evolution a 6t la rserva-
tion de large superticies de tei-ritoires A la popu-
lation rurale pour qu'elle ne soit pas trouble. Mais
ce n'est pas le chemin pour sortir de l'impasse. L'his-
toire a montr6 conbien facilenient de tells regions
pouvaient prendre I'aspect de < reserves hunaines >>
et rendre ses habitants plus inadequats au lieu de
les rendre moins au combat pour la survivance cul-
turelle social et economique. Le prol)lme r6el est
de dinner a I'houniie dans sa reserve et a l'homme
dans sa tribu une sdcurit6 oft il trouve de nouvelles
forces de facon A ce que, ayant a passer par les b6ne-
fices du changement, i; puisse pourtant resister a
ces pressions.
Le problem reel est, a ce que je vois, double.
)'une part il s'agit de cr6er de grandes units re-
gionales et nationals qlui sont necessaires pour un
gouvernement cconolmique dans ce monde moderne.








El d'autre part tic cr6er a l'inltericur de celles-ci des
units autonomes et decentralis6es douees de l'auto-
nomie economique et social et mises en accord avec
le statut 6volutif de leurs habitantsi Ce faisant,
il sera n6cessaire de formuler tne garantie constitu-
tionnelle r6ellc qui rendra viable economiqueient
ces units locales autonomes ou d6centralisecs. Elles
ne rCserveront pas seulement des garanties politi-
ques mais aussi des garanties iconomiques. Ces ga-
ranties economiques ne doivent pas 6tre laiss6es dans
le vague. Par example it faudra garantir aux unites
autonomes plus petites une certain proportion tie
revenues des grandes regions, alin d'aider leur d&-
veloppement ind6pendant. Cela a et6 fait par excim-
pie dans le Natal et tdans l'Etat libre d'Orange et
dans les constitutions de diff6rentes federations nlo-
lernes. Et je ne parole li pas seulement de provin-
ces mais aussi de plus petites regions.
C'est parcel que je crois que l'avenir pacifiquc de
I'Afrique depend d'une nouvelle formulation des rela-
tions entire les regions plus on moins d6veloppees et
les peuples (du continent, que je crois qu'il est impor-
tant que certain aspects tie la proposition pour un
type de solution f6edrale des probl6mes regionaux
et nationaux de l'Afrique central britanniquc tell
qu'il a et6 recenmnent mise en avant en lhod6sic,
doit recevoir une nouvelle appreciation critique. 11
n'est pas possible que dans cctte region il y ait la
possibility d'une nouvelle experience constitution-
nelle degagte de toute peur conune un pas dans le
d6veloppement d'un nouvel aspect qui lib6rera
I'Afrique dans son enter de la grande incertitude (qui
menace d'arrieter son d6veloppenment an course des
nonlbreuses anlnies a venir.
(I African World n, Londrcs, tevrier 1950). 6.336

Sous It lilre i ILa Russie cl la MarCe noire >,
Halcyon cniiiu re les causes de la force dynami-
que du communism.
1o Pair el Injustice.
Tout le imonide admeit que IC comlumerce trotIve til
sol favorable dans la pauvrele et dans les sentiments
d'injustice ct de frustration. La pauvrete est le far-
deau de la race africaine. ct un sentiment d'in-
justice et de frustration gtte la vie ties Africains
informs qui, instruits des closes qui permettent une
vie pleine et satisfaisante, s'en voient encore refu-
ser la jouissance total. Cette impression d'injustice
est accrue par despolitiques qui sont en contradic-
tion avec les principles don't on persuade penible-
ment les Africains qu'ils leurs servent de bases. En
consequence, on doit admettre que les Africains,
comme beaucoup d'autres peuples qui meurent de
faint au milieu de i'abondance mat6rielle et spiri-
tuelle que peuvent procurer le progres scientifique
et un system social Iequitable, sont inevitablenient
seduits par une id6ologic qui insisted sur Ic besoin
que 'hommne a de ces choses.

2" Ce que souligne le Comnmunismie.
Le communism. dans la measure ou ii souligne les
dures contradictions d'un ordre economique et so-
cial d6s6quilibre, fascine la classes intelligent en
Afrique, et il n'est pas douleux (iue la vilesse cl la
direction de la << Mare Noire > seraicnt inlluenicecs


par la propaganda persistanle dc la 1lussie, fondee
sur dcs questions sociales et economiques qui peu-
vent itre rapidement comprises et appreci6es par
Yindividu moycn.
Mais c'est une errcur dc supposed qu'il y ait des
< Cellules comunnistes > et des < Troupes de choc >
en Afriquc, on que cls Africains instruits unvisagent
le remplacenent de la domination de leurs suzerains
actuels par 1'hiegemonie niondiale de la .-ussie. La
liberty, pour ceux qui la rclanient en Afritiue, signi-
fie liberation de la domination etrangere ; et Ie natio-
naliste africain n'a pas besom des tableaus sinistres
de la lRussie et du mode de vie russe pour se ren-
dre comipte que la Ihussie est une puissaace aussi
etrangere que cells don't it rejette impaticmment la
domination. De quel profit serait pour l'Africain me-
prise et opprinm de mis6rc la pleine connaissance
des atrocities russes s'il reste privet de choses elBmen-
taires telles que l'assurance d'au moins (ioux repas
couplets par jour, un vetemcnt correct sur une car-
casse en bonne sant6 ct un abri confortal.le contre
les lcinments ? Que signifies la description des droits
et des systbiies dtemocratiques pour un ionune qui
lutte desesp6rement pour sc procurer les elements
simplemnent necessaires ai la vie ?
L'Africain qui a un esprit critique se deniande
mine alors que cetle propaganda anti-russe a
grande puissance ne l'impressionne nullement si
les faiblesses ecrasanles allribuees au ilec de vie
russe sont plus penibles que celles qui niirquent sa
propre vie sous i'une ou l'autre des puissances colo-
niales.
11 n'y a guIere interel ai lui rappeler qu'il demneure
dans un paradise polilique bien supericur l tout cc
qu'il serait en (iroit (lattendre SOUs in'iliuporle quel
iutre r6ginne. Ainsi que Ie disait un Af'icain de
l'Onest instruit, it y a Ipeu de temllps : : J'ai acquis
l'exsprience ie l'iinperialisime et sais cc qu'il repre-
sente pour limoi et unon peul)le. Le comlniiilisme cst
une valeur inconnue >. L'Africain qui a un esprit
critique peul aisinent Ipenser qu'il suffil pour pre-
senter des tableaux de la vie en Russic (a dans un
Terriloire colonial, une iniagination vivo et une
plume facile, et qu'on i)cut ii peinc dislinguer 'Pun
des tableaux de l'autre -

Face a cette ideologie tdon la puis.ancc tde
shape se reiC le edrangemenl forte, Halcyon
affirmne Ic danger (d'une altitude purenlcn nIlega-
live.
Attitude negative
L'atmospliere est si lourdement charge c'une pro-
pagande qui clierche i discrditer la lussic et tout
cc qu'elle faith, qu'un grand nonibre de personnel qui
dans d'autres conditions se contenteraient le laisser
les \evencientcs t delrouler sans s'cn occuij'er, oil en
leur accorldant in intl'rCt passif, sont condluites, par
la persistence tie attitudee niga!ive a l'cgarl du pro-
bleme conmuniste, ai se renseigner sur tout ce qui Ic
concern cc qui a des resultats bien eCoigncs de
ceux esperes par ceux quios'y intkressent.
La doctrine economique que la Russie propage si
frentiquenment aujourd'hui est tres pen 6loignbe de
celle que les socialists britanniques pr6nclit depuis
des decades. Si la propaganda ruisse est pilun efficacy
el l'applc plus tendlu, c'cst parce que les latl'irts le








I'organisa ion economnique de la Grande-Brelagne unt
toujours rendu difficile pour clie la traduction dans
la r6alite de ses principles sur une 6chelle vaste et
impressioinante, et aussi en raison des forces terri-
bles que deux guerres mondiales ont d6chain6es, pro-
voquant 1'6veil de peuples assujettis conscients de
plus en plus des incapacites qui les frappaient sous
les emprises capitalist et impbrialiste et qui en
faisaient les enfants en has age de puissances 6tran-
geres.
La Rusie est consideree par le < pauvre diable >>
come le seul pays du monde o << ils > ont abattu
les puissances de leur tr6ne, et exalted ceux qui sc
trouvaieni aux stages inf6ricurs, et oi les << Riens
6th6r6s > de la fraternity humane, si religieusement
proclam6s par des Puissances coloniales, mais rare-
inent mis on application, ont recu une < localisation
et un non >>. L'effet psychologique de ce sentiment
chez les peuples qui luttent ne peut etre surestime6.

Puis, upris avoir noted influence essenlielle
de la prisse < pointe de lance du combat de
l'Afrique pour sa liberation de la domination
dlrangrt >), I'aulenr conclnl.
La craiate du coiiiunisme et de l'inlluence coin-
imuniste tourne a I'obsession, et a iiioins (qu'une na-
lion coinie la (irande-Bretagne avec ses liens colo-
#iaux importants, ses id6aux dCimocraliques 6tablis
ct son bon sens natural, refuse de sc laisser preci-
piter dans des politiques qui sont iiianifestemenl
contraires it son caractere, ses relations avec ses
colonies ,e determineiront i in point qui affectera
serieuseim nt ce qui pourrait etre un Commnenwealth.
c'est-h-dir' unle Grande Assemble dr p)euples qui
pent et doit consliluer n imodble pour Ie mondc.

Dans IAASI AFHICA AND RHODESIA, Sir Philip
Mitchell, gouverneur du Kenya, assure que < La
Reponse aux activilds subversives en Afriqiie,
doit etre 'a confiance .
El lou.' d'abord it conslat le danycr dte la p)-
riode qut nous traversons.
Nous traversons une p6riode d'atlaiblissemient de
la liberty, de la d(mocratie ct de la justice, et toute
soci6t6 o ganis6e a aujourd'hui A faire face a des
tentatives visant A 6tablir une tyrannic. Dans le jar-
gon politique courant cc danger est appel6 commu-
nisme. Ccux qui pratiquent les vieilles m6thodes
habituelles, sont appel6s communists ; it d'autrcs
p6riodes ils 6taient fascistes, nazis, jacobins et
< sans ciulottes >. Certains sont violent, d'autres
id6alistes, quelques-uns enthousiastes et, s'ils devien-
nent un t;int soit peu nombreux, ils constituent une
masse igrorante d'individus jouant au d6but darns
une grantc measure le r6le de figurants et ensuite
celui d'esclaves pendant une period d'une (lureti
igal A cell de la tyrannic.
11 pousuiil en ddmontani le mecanisme
employee par les agitateurs pour emouvoir les
foules noires, el en indiquant les raisons de leur
succes.
Cette teshniquc est maintenant cu passe de deve-
nir st6erolypce : exploitation des griefs, de la miisre,


tin imecontentenicnlm el dtl racisiue ; tdeformation des
nouvelles et amplification de tout ce qui est de
nature A nuire i la reputation du Gouvernement ;
imputation de tols les mefaits A I'imp6rialisme, au
capitalism, etc... ; infiltration dans les syndicats ou
creation de syndicate, souvent fictifs, dans cc but,
et constitution ulterieure d'une federation dans la-
quelle chaque syndicate est represents par les hom-
mies de pailles ou les revolutionnaires militants qui
ont 6t6 implants dans ses principaux bureaux ; pro-
pagation de graves et de troubles, sp6cialement dans
les docks, les chcemins de fer et les services publics;
propaganda parini les 6tudiants; formation de soci&-
tes terrorists secretes ; vol ou importation illicite
d'armes; enl6vcments et extorsion d'importantes som-
mes d'argent aux citoyens prosperes sous la menace
de meurtre, menaces qui sont irises i execution si
on le juge opportun. Ce tableau n'est pas imaginaire;
c'est la photographic de ce qui se passe en beau-
coup d'endroits.
Dans les territoires coloniaux les serviteurs ou les
dupes de la nouvelle tyrannic ont simplement pour
tAche de d6sagreger le Gouvernement existant et de
creer des conditions r6volutionnaires susceptible
selon cux de r(agir defavorablement sur 1'6conomic
des puissances coloniales et de faciliter ainsi leur
destruction en Europe. 11 en resulterait, entire autres
consequences, I'etablissement d'une s6rie d'Etats poli-
ciers a la place tes colonies et l'asservissement de la
population de manii(re a produire des matieres pre-
inieres au moycn de la main-d'oeuvre tropical non
payee qu'elle fournirait.
En Grande-Bretagne et dans d'autres pays de I'Eu-
rope occidental. il existed encore de nombreux r6vo-
lutionnaires ideologiques qui croient, d'une maniere
sentimental plutot qtue raisonnec, A 1''tat social
lheoriquenment ideal susceptible d'ctre r6alis6 au
moyen d'unc gale distribution des richesses et du
control diu Gouvernenient et de toutes les entre-
prises econoiniques par des personnel d6sint6ress6es
et d6vouices ne rechercihant aucun profit ou pouvoir
personnel. 11 existed 6galenient des gens qu'inspire un
socialismne sentimental et par consequent favorablcs
;I la fornme idealisec de la thcoric marxiste qui s6duit
trequemnment les intellectuals, specialement les intel-
lectucls adolescents. Ils n'ont pas la moindre idWc
tlu genre de perversion avec laquelle ils jouent et
qui est prte A tout instant A faire usage d'eux.

Abordant le problem e de l'instruclion il cons-
late.

La plupart des Africains ( 6duqu6s n
ne sont pas 6duques
Abstraction faite de quelques exceptions distin-
guCees. les gens que I'on a I'habitude dans cc pays
td considered coin( e les Africains 6duques sont des
individus possedant Ie degr6 d'instruction dc nos
enfants avant leur onzieiii ann6e. Ce n'est pas leur
fate, except e c e sens que l'on peut reprocher a
toute leur race de n'avoir pas, avant 1890, invent
ou seulement adapted un alphabet i leur usage. C'est
encore moins notre faute. II est certain qu'il ne nous
itait pas possible de career une population 6duqu6e et
techniquement compedtente dans le tris court space
de temps qui s'est ecomi depuis notre arrive dans
ces territories, space de temps qui a ct6 interrompu








par deux guerres mondiales et par la grande crises.
Si ces progress que nous avons r6alis6s sont pres-
que fantastiques en un si court space de temps, il
nous reste encore a faire un immense effort en cc
domain et cet effort dolt 6tre planifi6 avec intelli-
gence et enthousiasme, mais egalement avec r6alisnme
et bon sens; il doit tendrc i satisfaire les v6ritables
bcsoins de la population et A amnliorer son aptitude
A se career de bonnes conditions de vie.

Le << nationalism passionned > des Africains
lii sugghre les remarques suivantes.
Tout cela cst attribu6 A la presence des colons
britanniques, A bon droit dans un sens, car, si nous
n'6tions pas 1, les sautdrelles, la variolc, la peste
bovine et les secheresses end6miques, concurreim-
nment avec les guerres inter-tribales, auraient tot
fait de r6duire la population a ce qu'clle 6tait avant
1890; il y aurait alors de la terre 'de reste pour tout
le monde.
11 existe 6galenment en ce moment une sorte de na-
tionalisme racial et sentimental, qui est un mouve-
ment impulsif plut6t qu'une politique rationnelle et
qui est suscit6 en parties par le nationalism aigu qui
domine dans d'autres parties du monde, en partic
par les reactions provoqu6es par la propaganda
6trangere contre la << colonisation >> et peut-6tre dans
une grande measure par un sentiment nouveau portant
i croire que les Africains devraient s'unir en tant
qu'Africains. Mais, 6tant donned qu'il n'a rien existed
autrefois au del du tribalisme et qu'au Kenia ce
tribalisme 6tait tres lAche, cc sentiment cst d6pourvu
de toute base hisiorique.
11 n'y a jamais cu nulle part de nation < afri-
caine >>, come il y a cu une nation chinoise ou une
nation birmane, et aucun gouvernement africain n'a
jamais existed en Afrique Orientale ou Centrale, sauf
les exceptions limit6es fournies par les Buganda et
par certain autres groups tribaux parmi les plus
important.

Un facteur essenliel : La force explosive dti
christianisme.
II ne nous faut pas oublier l'effet qu'a eu sur ces
simple soci6tes tribales l'introduction du christia-
nisme. II n'y a peut-etre pas eu au course des si6cles
de cas comparable a celui pr6sent6 par l'Afriquc
Orientale et Centrale dans le dernier quart du siecle
passe et au d6but de celui-ci, 6poque ofi les soci6t6s
missionnaires entrerent en scene et coniuencerent
a precher l'Evangile et A enseigner les Ecritures a
une population se trouvant encore dans une condi-
tion primitive de superstition, d'animisme, et de
devotion aux esprits des ancetres. La force explosive
du christianisme s'exercant sur les croyances et sur
les superstitions tribales a k6t formidable. Qu'il soit
devenu chretien ou qu'il ait ktC laiss& voguant A la
drive entire les anciennes superstitions et la foi
nouvelle, l'Africain doit s'adapter au fait quc ies
vieilles croyances ct superstitions animistes, lien
que survivant a un degr6 plus ou moins considerable
dans une fraction tries important de la population,
ont Ct6 d6pouill6es de leur sens, de leur pouvoir et
de leur function i tel point qu'cllcs disparaitront
fatalement.
Si nous pouvons nous rcpr6scnter la situation


actuclle sur cc fond de decor nous lnus rcndons
compete que le maintien de l'ordre public est insuf-
fisant en lui-meme. Nous ne devons pas tellement
nous concentrer sur les enseignements de la thBorie
politique ou sur les manifestations te forces r6volu-
tionnaires subversives que sur les conditions poli-
tiques, 6conomiques et sociales existant au Kenia
et sur la inesure dans laquelle elles mot.ivent on
suscitent des mecontentements susceptible de servir
de pr6textes A des activities destructive et rvvolu-
tionnaires.
Les agents, la technique et les methodes; r6volu-
tionnaires sont sans pouvoir tant que n'existent pas
les conditions adequates a leurs activities et ccs
conditions sont jusqu'a un certain point end6miques
dans toute soci6t6 humaine. Nous devons vciller a cc
que notre forme de society n'iniplique pas tie condi-
tions susceptibles de favoriser le cas ech6ant ou de
provoquer activement le mal et pour cela nous de-
vons examiner avec objectivity et realism tous les
griefs r6els et renmdiables qui peuvent exister.

De celle ilude Sir P. Milchell lire une double
legon.
1" Nccessilt de I'amtiioralion de la vie afri-
caine qui

permettra A un grand noimbre d'individus de menkr
une vie civilis@e, stable et assuree et de faire de
nombreuses recrues pour Ie maintien de la soci6et
et de I'6conomie existantes.

2" N.cessil( de relations personnelles amnicales.
Pour aussi justifiable que puisse nous paraitre
l'existcnce de differences economiques el sociales
aussi marquees entire Europ6ens, Asiatiques et Afri-
cains clle ne semble nullement legitime i la plupart
des Africains et A de nombreux Asiatiques. En outre,
notre society, avec toutes ses in6galit6s, offre beau-
coup trop t'obstacles aux contacts personnel et h
la comprehension. II existe de noibreuses excep-
tions individuelles nais, d'une maniere general,
nous autres Britanniques ne sommes pas portes a
entretenir des relations personnelles cordiales avec
d'autres personnel; qui plus est, nous soiines pro-
bablement les plus mauvais linguists du monde.
Cependant, des relations personnelles cordiales, natu-
relles et sincerement amnicales sont essenticlles a
I'etablissement d'une society stable et, si notre 6tat
de soci6et drvait s'atrophier en une sorte de system
de castes sociales et economiques du xx siccle, ce
serait a n'en pas outer un desastre.
Les membres des communaut6s chrlticnnes orga-
nis6es devraicnt se rappeler que leurs coreligion-
naircs africains attendent d'eux des directives, de
1'esprit de camaraderie et de la comprehension. Si
nous adncttons le materialisme, qui cst I, theme
central autour duquel est construite toute l'ideologie
r6volutionnaire moderne, nous adnittons la recla-
mation. Si le monde occidental est reellemeni devenu
materialiste, s'il a perdu sa foi et ne croit plus en
Dieu, alors il n'attcnd plus que 1'Hitler ou Ic Mus-
solini lui convenant.
Cc n'est pas une Ih6orie politiqut que nous avons
a altaqucr, nais plutot I'existence, dans une measure
evitable ou excessive, des conditions sociales criti-







quables qui sont la p6piniere de l'agitation et de la
politique d magogique.
L'importante cat6gorie de la nrain-d'oeuvre non
qualifi6e constitue une parlie difficile de ce pro-
blWme general; nous ne voulons pas parler des tra-
vailleurs e:nployds d'une maniere r6gulibre et per-
manente mais de la masse des travailleurs d'occa-
sion qui sont attires vers les villes. Cctte masse
constitute en elle-m6me un probleme 6conomique
sBrieux 6tarit donn6 qu'elle a pour effet de maintenir
a un bas nliveau la moyenne de I'effort et des sa-
laires et q u'elle cmpeche par consequent le d6ve-
loppement d'une vie Bconomique saine et d'un niveau
de salaires souhaitable.

En effel, le gouverneur du Kenya croit << au
loyalisme des Africains >> :

Si la main-d'oeuvre est convenablement et r6guli.-
rcment pay6e, si la tache de chaque home lui a
W6t montrtic et 6ventuellement enseign6e et si le
personnel :le direction est ferme, just et lui-meme
laborieux, le niveau d'assiduit6, d'habilete et de
conscience est g6n6ralement au moins 6gal A celui
des salaires et des autres conditions d'emploi.
C'est daas la populace mal payee, ignorante,
incons6queate ct, il faut le reconnaitre, souvent
oisive que i'agitateur trouvera sa matibre lorsqu'il
jugera le moment venu de provoquer du d6sordrc.
Toute personnel pouvant contribuer a transformer la
populace ea une masse de travailleurs stables, bien
pays et s:itisfaits, aura port un coup efficace A la
politique d6magogique. Ce n'est peut-6tre pas facile
mais c'est tr6s efficace.
Sous beaucoup de rapports la nature humaine
africaine pr6sente des differences par rapport A
d'autres scrtes de nature humaine. Mais ces diff6-
rences portent -pour la plupart sur les 616ments non
essentiels. Presque tous les Africains sont actuelle-
ment, si on les compare a nous, des gens ignorants
ayant des connaissances 6troitement sp6cialis6es et
une experience trbs limitec, mais cela n'affecte pas


leur nature fondamentale en tant qu'hommes et
femmes. Les questions de race et de couleur sont
extr6mement compliqu6es et personnel ne peut les
r6soudre facilement, mais nous pouvons au moins,
tous tant que nous sommes, nous conduire scion nos
lumieres d'hommcs et de femmes civilises et faire
en sorte de croire en nous-nm6mes, en notre Com-
monwealth ct en notre society. Nous devons aban-
donner I'attitude d'indiff'rence cyniquc qui est le
refuge du fable et du lache ct fair face au monde
avec la robuste et charitable confiapce chrdtienne
qui nous a soutenus dans notre heure la plus sombre
et qui nous fera traverser infailliblement nos h6si-
tations actuelles si nous en sommes encore capable.

Et il conclut :
La confiance, seule parade efficace
Cc n'est pas en faisant exclusivement usage de
nimthodes policibres a l'igard de toute ideologies ou
pratique politique que nous d6sapprouvons que nous
viendrons A bout des probl6mes auxquels nous avons
A faire face. C'est uniquement en cr6ant un 6tat social
se rev6lant aux yeux des masses comme infiniment
pre6frable A la solution offerte par les.aspirants r6-
volutionnaires que nous conserverons le contr6le
des tentatives pr6visibles visant A renverser le gou-
vernement civilis6 dans ces pays et A les soumettre
pieds et poings li6s au bon plaisir des nouveaux
tyrans.
On ne peut pas r6aliser grand' chose a l'aide de
ce qu'on appelle commun6ment la contre-propa-
gande. La seule parade efficace est la confiance en
nous-mimes, la confiance en notre maniere de vivre,
la confiance dans Ie regne du droit et de la justice
ainsi qu'une determination r6elle et militant A faire
en sorte que J'6tat social don't nous sommes respon-
sables soit satisfaisant et just pour tous ceux qui
lui sont soumis dans toute la measure qui depend de
nous.
(, East Africa and Rhodesia ) Londres, 9 fevrier 1950). 6.36


B. ASIE


1950, I'Ann6e decisive en ,Asie

1950, i"annee decisive en Asie >, sous ce titre,
Robert Payne esquisse une feude rapide de la
situation de l'Asie au ddbut de l'annee.
A son avis,
L'ann6e 1950 est I'ann6e oi la politique am6ricaine
doit se decider en Asie. Au course des douze pro-
chains mois de jeu, cartes sur table, les Etats-Unis
auront leur derniere chance de racheter leur perte
de face en Extr6me Orient et de gagner a la cause
d6mocratique l'all6geance des populations de cette
region. Dans le cas contraire 1'U.R.S.S. annexera
leurs loyalismes, sinon leurs territoires et le cauche-
mar de 1'?miral Mahan, qui redoute que les Etats-
Unis en p::rdant I'Asie ne percent en m6me temps
leur position de puissance international, se trouvera
confirm.


II pursuit, interrogeant l'avenir.
La r6volte asiatique, dans la mesute oft elle 6tait
une r6volte contre I'Occident, a Wte couronn6e de
succ6s. Nous ne savons pas encore et pouvons diffi-
cilement nous repr6senter les formes sociales que
produira cette revolution. Le socialisme triomphera,
mais quelle sorte de socialisme ? Jusqu'oi ira-t-il ?
Et dans quelle measure impliquera-t-il une allegeance
de quelque nature aux forces sociales de la Russie
sovi6tique ou de l'Aimrique ?

La face de I'Asie lii apparait bouleuersde, mais
la situation present ne lii parait pas stable.
L'issuc de la lutte entire les artisans de l'ordrc
et les 616ments convaincus que la revolution n'est
pas all6e assez loin se d6cidera probablement dans
le courant de 1'ann6e qui vient. Les decisions finales
ne dependent pas entierement de la disposition int6-







rieure des factions; elles dependent dans une tres
grande measure de I'issuc de la guerre froide centre
I'Amerique ct la Russie sovi6tique, guerre qui con-
tinuera fatalement i affected directement ou indi-
rectement le moindre hameau d'Asie.

Dans < l'Instable Asie >>, il distingue des < for-
ces de dislocation >>, puis concentre son attention
sur le facleur qu'il estime essential : Le paysan
est le pivot central.
Pendant quglque temps encore nous devons ap-
prendre i regarder l'Asic lelle qu'eilc est vue a
travers les yeux du paysan asiatique qui considbre
l'autonomie de sa commune come le bien le plus
precieux. II veut que son village s'administre lui-
mmn e et repoussera, partout oi il le pourra, leI
empietements de 1'Etat. Si des imp6ts doivent itre
lev6s, il exige que le Conscil du village les 6tablisse
et les collected. Si des forces militaires doivent ltre
recrutees, il demand que le Conseil soit habilit6 ia
le faire et, dans toute la measure du possible, il
insisted pour que celui-ci veille h ce que les soldats
soient cantonn6s dans le voisinage. D'un bout it
l'autre de 1'Asie les paysans sont, par nature et par
tradition, des anarchistes. 11s n'ont pas appris A res-
pecter la democratic. Ils se milient des urnes 61c-
iorales. La volont6 du doyen (du village subsiste,
hien qu'en Chine cet ancient puisse fort bien prendrc
la forime d'un june hommne arm6 d(el1egu dans ccltti
function p-ir l'autorite central. Sous tous les a)p-
ports des dernieres annecs les anciennes forms tra-
ditionnelles persistent.
En Birnanie, en Indonesie et en Chine des vil-
lages ont declare leur ind6pendance. Il ne scrt it
rien de sourire et de dire qu'ils sont en retard suri
leur 6poque.
A moins (ue les paysans n'aicnt une garantie rai-
sonnable de jouir de leur bien dans le cadre de
1'Etat, a moins que cc dernier n'aide le petit culti-
vateur et n'eleve son standard de vie, cette tendance
a la disintegration subsistera toujours. Les decisions
politiques finales ne seront pas l'affaire des gouver-
nements. Ellcs d6pendront des decisions de millions
de conseils de villages disseminds sur toute la sur-
face de I'Asic.
Dans cinquante on cent ans les anciennes tradi-
tions seront morles et cc sera peut-itre alors pour
la democratic tell que nous la comprenons le
moment de s'introduire; mais tant qu'une Asie dimno-
cratique n'existera pas, nous devrons faire tout cc
que nous pourrons pour comprendre les perplexit6s
des paysans. Sous cc rapport, des ouvrages conmne
Ic livre de M. Sen sur les paysans indiens et cer-
taines 6tudes de Fei Hsiao Tung sur la vie paysanne
chinoise nous seront plus prcieux que des liasses
innombrables de documents politiques. II est signi-
ficatif que Fei Hsiao Tung, le sociologue chinois le
plus en vue, ait publiquement abandonn6 sa foi dans
la democratic occidental, vraisemblablement pour
la raison que le system electoral ne peut pas servir
aux masses chinoises tant qu'elles n'auront pas
atteint un stade plus 6lev6 d'6ducation.
Les decisions qui devront etre prises en Chine en
1950 affecteront, en bien ou en mal, 1'ensemble de
l'Asie. Un peu plus de neuf millions de jcunes gens
sont maintenant sous les arms. Quatre millions


l'entre eux an inoins devront Wtre mis i la terre
dans le courant d'une ann6e qui sera, tout eI laisse
supposed, line ann6e de famine. Si la famine se g6n6-
ralise on si un effondremcnt 6conomique so product
les comnnunistes chinois ,nc peuvent guero psp6rer
une aide de la Russie. Ils devront prouver aux
paysans q(ue leur autorit6 est moins pesantc que celle
des Japonais on du. Kuomintang. Et ils ne pourront
y parvenir qu'en donnant au paysan lui-m6ime davan-
tage de pouvoir et. de responsabilite.
Les leaders communists chinois sont des hommes
raisonnables et objectifs qui n'ont pas pour habitude
d'elaborer des theories iinpraticables. < Nous ne
consid6rons le marxismce, a dit Mao Ts6 Toung, que
conine un outil. Notre tAche principal est de satis-
faire les paysans. >> Iien n'indique non plus que
la Chine soit en train de devenir un Etat policies
communist. La clemence manifestee A l'egard des
membres du Kuomintang -- A 1'gard m'mcne dte la
gestapo du Kuomintang done l'impression qu'ils
sont sincres lorsqu'ils dissent envisager l'utilisation
des facult6s de tous les Chinois pendant la p6riode
de consolidation du pouvoir. II n'est pas non plus
probable qu'ils s'embarqucnt dans des ventures
6trangrces; il sc pourrait cependant qu'ils luttent
de vitesse avec les Russes et les Indiens dans la
course A Lhassa et qu'ils aident Ho Chi Minh au
Viet-Nam o6 la France, avec une arrogance presque
insensLe, est maintenant la seule de toutes les puis-
sances occidentales h essayer d'endiguer le flot r6vo-
lutioinaire asiatique.
Il est possible et probable qu'ils aident les com-
munistes en Birmanie; il sc pent egalement qu'ils
essaient, par l'interm6diaire ldu Kominform oriental,
de diriger les revolutions sur toute 1'tcntdue de
1'Extrcme-Orient. Mais il n'y a pas de raison de
supposed (lue ces moivcements rdussiroit. II est
extrminenicnt probable que ]a ferveur revolutionnaire
des conmnunistes chinois sera epuisde lorsqu'elle
atteindra les limits territoriales de l'Empire chinois.
L'une des raisons en est que la victoire communist
n'a resolu par elle-minme aucun des v6ritables pro-
blimes qui se posent a la paysannerie chinmise bien
que ]a revolution communist ait precis6ment pour
but de r6soudre ces problimes.

El voici sa conclusion.

Les dix piliers de I'avenir de I'Asie
L'espoir du monde reside dans une revolution ame-
ricaine renouvelant, sur un autre plan et ovec d'au-
tres objectifs, les succ6s de la premiere. Ce qu'il
faut, c'est que 1'entente privee ct publicqie place
l'Amrrique sur la voie de la revolution social. II
est des destinees qui doivent Otre accomplies, des
4taches que l'histoire impose aux grandes nations,
quite a les punir si ces titches ne sont pas accom-
plies. Au noimbre de celles-ci figurent les suivantes :
1" La publication d'un nanifeste aux nations
d'Asie dlfinissant les teaches que l'Amnrique s'assigne
en Asic et dans les miles du Pacifique.
2 La creation d'un secretariat special dans eI
cadre du D6partement d'Etat, avec rang dc membre
du Cabinet -- situation comnlarable i celle ldu mi-
nistre d'Etat Hector McNeil dans Ie Gouvcrnement







britannique, ce secretariat s'interesserait exclusive-
inent aux problnmes d'Asie.
3' L',noriciation d'une Charte du Pacilique.
4* Un pr( granume d'aide i i 'Asie analogue au pro-
gramme d'a ide ha 'Europe.
5 La niise en application du Quatri6ine Point
Truman sui une 6chelle aussi grande que possible.
6' L'exte vision de la Loi Fullbright de manibre ii
permettre i tn nombre jamais atteint d'apprentis
et d'tundia its asiaticqucs d'etre instruits en Amnd-
rique.
7* La ceilsur'e des films amnericains destines ia
htre repr6s nt6s en Asie.
Z' L'abardon de la politique de < refoulement >
du conmmiunisme en Asie, et !'admission du principle
scion Icque les conmmunistes asiatiques doivent 6tre
assists s'il; reprCsentent les nouvelles forces so-
ciales, tout m;n combattant en imeme temps l'id6ologic
du commuiisme totalitaire par tous lcs moyens d(I
propaganda disponibles.
9 L'abairdon, aussit6t que possible, de I'admi-
nistration iiilitaire au Japon et son remplacemeiit
par un gouvernement civil.
10* La i reconnaissance du gouvernenment co'ninu-
niste de P kin.
Aux pers )nnes faisant valoir que ccs measures sont
iimprnticabes, il suffit de rel6ondre que 1'absence
d'une politique amiricaine h l'cgard de l'Orient dure
depuis tro] longtemnps et qu'il est pen de choses
aussi 6vidcntes que celle-ci : l'annle 1950 est une
annCe de decision en Asie. Dcs decisions que pren-
dront les h]ommes d'Etat aminricains c1 1950 peili-
vent fort lien dependre les questions de paix o'u
de guerre ians le Pacifique pendant les cent pro-
chaines an ices.
(a Unit d lNa-ions World a New-York, janvier 1950). 5.332

Dans i!' e rliude panoramique rapide, NEWS-
w EK, dd(f.nit < I,'Asie mcridionale : des nations
nouvelles plans un ocean de fermenlations. >

I1 6nuir re successivement :
I. L'Irde : Des prieres.
II. Le .;:akislan : Des processes.
III. Ceylan : Perspectives souriantes.
IV. La iirmanie : Le chaos.
IV. La Fhailande : Un pion.
VI. L'lidochine : Danger.

Bien qut 1'Indochine franchise soit sous la me-
nace imminent d'une reconnaissance par la Chine
communist:: du r6volutionnaire Ho Chi-Minh former
a Moscou, les officials americains restent les bras
crois6s. D s rapports r6cents de premiere main
donnent lieu A un certain optimism. Les troupes tde
Ho ont tc battues dans plusieurs engagements re-
cents. La z me pacifi6e du delta du Fleuve Rouge aux
alentours ,l'Hanoi, aux confines des frontibres de la
Chine corinmuniste, s'6tend de plus en plus. Les
efforts dtsi sp6res que font les rouges pour tirer part
de bagarrcs d'6tudiants a Saigon ne trouvent qu'un
tr6s faible 6cho.


Le regime vielnamien patronne par les Francais de
Bao-Dai voit son prestige s'accroitre. Bao-Dai lui-
inime a acquis une autorilt ct un ascendant suffi-
sants pour venir i bout des rivalitCs se manifestant
dans son propre camp. II a tdi en outre renforce
le 29 janvier par le vote de 1'Assembl6e Nationale
frangaise approuvant I'accord conclu il y a onze
mois avec le Viet-Namn ainsi que les traitCs militaires
accordant une souverainet intericure 6tendlue aux
royaumes indochinois plus stables du Laos et du
Cambodge.
Le vote de 1'Asseinble -- 401 voix contre 193 a
prepare la voice, malgr6 1'opposition des communists
francais, a la reconnaissance par l'Am6rique de
Bao-)ai auquel I'ambassadcur A pouvoirs ctendus
Philip C. Jessup a transmis la semaine dernibre de
la part du Secretaire d'Etat Dean Acheson le vaeu de
voir s'6tablir avec lui < les relations les plus inti-
mes >>. Les Etats-Unis invitent maintenant instam-
ment la France a :
1) transf6rer le Viet-Nam dui Ministbre de la France
d'Outre-Mer au Ministbre des Affaires etrangbres;
2) lui accorder une representation diplomatique illi-
mitce; 3) lui promettre officiellement de nouvelles
concessions.

VII. Les Indes neerlandaises : Rdvolte.
VIII. Les Philippines : Etal chancelani.
El voici les consequences de cette situation

Les rapports parvenant A Washington en prove-
nance de Moscou indiquent que les negociations pro-
longees des Sovietiques avec les Chinois portent
peut-itrc .maintenant sur 1'6tablissement d'un pro-
cessus de manoeuvre sino-sovi6tique concert6e en
Asic m6ridionale. Ces rapports soulignent le fait que,
dans lours relations avec les puissances occidentales,
les autorit6s sovi6tiqnes sont revenues d'une arro-
gance sans bornes et que les affronts amonceles a
l'adress dtes Aniiricains a Moscou et dans les pays
satellites peuvent etre consid6r6s come des signes
indiquant que les Soviets sont en train td passer
d'une defense purenient passive contre le capitalism
h leur politiquc traditionnelle de revolution mon-
diale. A l'appui de 1'hypothese d'unc action en Asie
meridionale d'autres observateurs citent les proto-
coles secrets annexes aux accords Molotov-Ribben-
trop de 1949 dans lesquels il est d6clar6 que c les
aspirations sovi6tiques sont axecs au sud du terri-
toire national en direction de l'Ocean Indien et
que << la region situie au sud de Batoum et de Bakou
constitute le centre des aspirations de 1'Union sovi-
tique >>.
Des appeals angoisscs i 1'aide sont dcjh parvenus A
Washington en provenance des deux extr6mit6s op-
pos6es du continent asiatiquc. Le Gouvernement ira-
nien a faith connaitre que, sans assistance militaire
immediate dce 'AmLrique, son arm6e ne scrait pas
en 6tat de rdsister A un agresscur. Les Iraniens ont
toutes raisons d'&prouver de l'inqui6tude. L'ambas-
sadeur sovi6tique Ivan Sadchikov est soudainement
retourn6 A Teheran aprbs une absence de neuf mois.
Des rapports apparemment authentiques pr6cisent
que, de l'autre c6t6 de la frontibrc, les Afghans ont
recu des armes sovi6tiques. L'Inde et les autres Etats
de 1'Asie m6ridionale Ltant aux prises avec leurs







propres difficulties, Teh6ran ne voit aucun alli6 effec-
tif en cas d'attaque sovi6tique.
Des avertissements semblables ont 6t6 adress6s a
Washington par le Thailande. Les Thais sont con-
vaincus que la Birmanie figure en tite de la listed
des objcctifs sovi6tiques et que leur pays vient imm6-
diatement apres. Ils demandent eux aussi qu'on leur
envoie immediatement des armes. Leur or a deja
6t6 transfer aux Etats-Unis pour finance des achats
militaires.
Le State Department cherche a titons une strate-
gie generale r6pondant a une action sovi6tique en
Asie m6rid!onale. Une aide dans le genre de T'E.C.A.
est mise a la disposition de l'Indonesie et de l'Indo-
chine; des fonds seront 6galement pr6vus pour l'aide
militaire a 1'Iran. Mais la seule arme don't on dis-
pose actuellement pour les cas d'urgence est le credit
non d6pens6 de 75 millions de dollars prevu pour
< l'ensemble du territoire chinois >. Les observa-
teurs objectifs croient que cette some est deja
insuffisante. lIs pensent 6galement que, lorsque les
experts du State Department pour 1'Extrmne-Orient
auront d6cid6 de l'usage a en faire, elle arrivera trop
tard.
(a News weet N, 6 fevrier 1950). 5.339

C'est aussi d la politique americaine que s'in-
teresse l'EcoNOMIsT, mais sous un angle plus pro-
prement britannique : Il se demand s'il est prd-
ferable que l'aide amdricaine d l'Asie s'exerce par
l'intermediaire du Commonwealth, ou directe-
ment.


Parlant de l'aide directed il conclut :
<< Du point de vue britannique, cette fagon de pro-
ceder aurait l'inconvenient de relicher les liens
thnus unissant la Grande-Bretagne aux Etats qui ont
fait jadis parties de 1'Empire. Mais il est un fait,
c'est que la Grande-Bretagne ne peut pas finance
indefiniment ses entreprises d'outre-mer aux frais
du contribuable amrr:cain. >
C'est lA nettement la negation absolute de I'asso-
ciation. C'est la voix de la concurrence politique,
de la rivalit6, de la m6fiance. Si la Conference de
Colombo ne represente pas plus qu'une < cntreprise
d'outre-mer de la Grande-Bretagne, alors 1'6difice
politique asiatique dans lequel doit s'adapter 1' l6-
ment manquant de M. Acheson est tout simplement
inexistant. II n'est pas douteux que dans un monde
ideal on pourrait imaginer une meilleure foundation
que le vieux Commonwealth britannique couture de
cicatrices, maintenu par des liens fragiles, consid6-
rablement discr6dit6 mais inexplicablement vivant.
Il n'est pas douteux qu'avec Ie temps I'Ambrique
pourrait par son action directed creer des instruments
comparable de contact et de comprehension. Mais
a cette onziime heure qui sonne en Asie, le fait
d'exister est le plus grand atout politique et cet
atout, malgre toutes ses faiblesses et-la << tenuit6 de
ses liens >, Ie Commonwealth le posside encore. En
ce moment ce faith est l'avantage politique le plus
reel don't dispose le monde occidental. On commet-
trait un suicide absurde si, par un renversement
inopportun des prioritCs, on faisait en sorte que
les projects d'aide 6conomique future affaiblissent et
d6truisent leur unique fondement politique.
(a The Economist ), 4 janvier 1950). 5.297 *


II. UNION FRAN9AISE

VIETNAM


Alors que la gravity de la situation en Afrique
et en Asie retient l'attention gendrale et met di
l'epreuve les politiques occidentales, les commu-
nistes concentrent leurs assaults sur l'Union
Francaise jugee < le point le plus vulnerable du
Pacle Atlantique >. Avec une simultanditd remar-
quable, tandis que sur le plan inttrieur la press
d'extreme-gauche exploit < I'Affaire des Ggne-
raux >, des incidents &clatent en A.O.F., et sur-
tout, le Vietnam devient un p6le essential de
la politique sinro-sovidtique. Sur ce dernier thid-
tre, I'activitd s'est pricipitee, et les prises de po-
sition se sont affermies. Mao Tse Toung et Sta-
line ont comme d'habitude l'initiative, mais
l'occident semble enfin coordonner ses efforts
pour leur rdpondre. A la reconnaissance sino-
sovietiqie, suivie par celle d'un certain nombre
de pays satellites, ont repondu les reconnais-
sances de l'Angleterre et des Etats-Unis.
A ce titre, de longs ddveloppements font con-
sacres par les diffdrentes presses a l'rvolution
de la situation vietnamienne. Parmi une foule
d'articles nous relevons ceux parus dans le
TIMES, sous le titre < Rivalitis en Indochine >.


Nous n'insisterons pas sur le premier de ces
articles < Combats pour la perle du Sud-Est
Asialique >, qui reprend l'dvolution du problmme.
Voici le deuxicme qui s'intitule << Incertitude
de l'experience Bao-Dai >> et fait un point mesure
de la situation.
Au moment meme oi ils commencaient 1'expe-
rience Bao-Dai 'an passe, les Francais augmentirent
leurs forces militaires en Indochine, de 30.000 honm-
mes, et intensifirent les operations. Leurs troupes
comprennent un grand nombre de Sen6galais, de
Marocains et de 16gionnaires strangers, don't le plus
grand nombre est constitu6 par des jeunes Alle-
mands. L'objectif principal des operation" 6tait
d'eliminer le Viet-Minh des riches deltas rizicoles
du Tonkin et de la Cochinchine. On esperait re-
pousser le Viet-Minh dans les regions montagneuses
oi ses difficulties de ravitaillement se trouveraient
multipliees. On esp6rait 6galement que ]a guerre
prendrait graduellement la tournure d'une champagne
de guerillas.
Ces operations ont obtenu un certain succ6s. Au
Tonkin, par example, on espere que la < pac;fica-
tion > du delta du Fleuve Rouge sera total avant
deux mois. A Saigon et Hanoi, bien qu'on puisse








entendre occasionnellement la nuit des bruits de tir,
les conditions sont notablement plus calmes qu'il
y a un an. ;;ur ccrtaines routes, on peut inaintcnant
voyager sans escorted pendant la journey. Mais une
grande part de cette soi-disant c pacificat'on >> cst
illusoire. Li s Francais peuvent dominer une zone
pendant Ic j ur, mais le Vict-Minh la domine pendant
!a nuit.

Routes minees
Prenons 1 example de la grande route de Hanoi h
Haiphong, q i est l'une des voices (de communication
essentielles en Indoch ne. Le traffic ne comporte
aucune restriction pendant la journ6e ct on signal
a pine quelgues accidents ou incidents au course de
l'annee passee. Mais tout traffic est d6fendu apres
quatre heurcs trente de I'apres-midi. Des que le jour
sc live, les patrouilles inspectent la route a la re-
cherche des mines et fr6quemment en trouvent. Tout
lc long de li route on trouve des petits forts et des
posts milit;ires, qui rappellent les nouvelles de
P. Wren; ct lorsque notre 6quipe passa, il y a peu
de temps sur cette route, des ouvriers r(paralent une
locomotive (ui avail sautd deux jours avant sur le
chemin de er parallIe A la voice routierc et rem-
placaient p! isicurs rails qui avaient k6t scics avec
des scies ;i i i6taux.
Mlmc at S tigon le Viet-Minh est asscz hien or-a-
nis6 pour p Picver Irdgulirementiei des taxes sur les
Vielnamiens ct Ics Chinois. Un propriitaire d'usine
S1 z onu it restaurant qui ne pae pas so vc1r.'a
brfiler son usine on reccvra une grenade dans son
restaurant. i.es a.ecnts du Viel-Minh d(imaii;nreici
recemment I n:e g:ce gdn'rale il'un jouIr et si c" le
grvc ne n ful pas tres strictement observ6c, il etait
imn)ressionn nit qu'ils fussent capabies tout si'mipie-
mcnt de la r clamer a brief delai. On constate egale-
ment un mial.ise et une agitation chez !cs ktud;ianis,
qui comnimon cnt se d6velopper et qui rappellent
v'vement les anndes toutes rdcentes d( aI Chine dit
Kuomnintan';. Dans le nord. on consulate une amelio-
ration considerable de la technique de sabotage du
Viet-Minih. 1'"cenmnent, it a de(ruit uric denii-cou-
zaine d'aviox s franlcas sur le terrain d'atterrissage
situ- en deli rs doe Hanoi et quclques jours apr6s, il
fit sna[er sep) iransformateurs dan;s a vil!c. Les auto-
rites franrai cs attribuent I'amelioration de leur
technique lai presence de quelque 80 dCserteurs de
ia LIgion Eti angere don't on sail qu'ils sont dans les
rangs Vict-M nh.
Ce sont les paysans qui souffrent le plus. La nuit,
unc patrouille Viet-Minh leur fait creuser des tran-
chies en travers de la route; au martin une patrouille
franchise leur faith remettre la terre en place. Si le
Viet-M nh le:i suspect de collaboration avec les
Francais, ils abattent les plus vieux d'entre eux; si
les Francais les suspectent de collaborer avec le
Vict-Minh, leurs villages sont bril6s. On s'ctonne peu
qu'ils soient brfil6s > d'un d6sir de paix.

'Constitution d'une arm6e
Connaissan: bien la population, les troupes r6gu-
libres vietnaiiiennes du gouvernemlent Bao-Dai ont
particip6 a Li << pacification >, souvent avec efflca-
cit6. Mais ellcs ne comprcnient que quclques balail-
lons. Au contraire de ce qui se passait en Indonesie


oiu le gouvernement r6publicain avait sa propre
arnme, le gouvernement Bao-Dai ne dispose encore
que de resources militaires li:mites. Une armfie
vietnamienne est en voie de formation sous la direc-
tion des Francais. Mais elle ne peut prendre forme
en une nuit. A I'Fcole d'officiers de Hu6, capital de
1'Annam, il est diflicile de trouver les l i6ments con-
venables, pen de jcunes Vietnamiens de valour accep-
tant (de s'en'ager avant d'avo r vu comment les
choses tourncnt. Pendant longtemps, le gouvernenent
Bao-Dai devra compler sur cls resources militaires
francaiscs.
Cc gouvernement a fait plus de progres que bien
des observateurs ne I'estimaient possible il y a un an.
Il est de fait que les Francais ne lui appliquent plus
que rarement le qual ficatif << d'exp6rience >. Nean-
moins, il souffre de certaines faiblesses profondes.
Bao-Dai lui-meme, bien qu'il soit intelligent et ne
manque pas de sens politique, a encore A faire
oublier sa reputation de < fitard >. Unc certain
< mystique > monarchiste existed dans la foule. Mais
ces annecs rCcentes, la monarcllie a cu peu de sens
pour les Tonkinois (t prali(quement aucun pour les
Cochinchinois.
Unc grande part de I'enlourage personnel de Bao-
Dai est' francisde an point de parler le francais,
mime entire eux. On raconte que l'ancien chef du
gouvernement prov.soire, officer de l'armee fran-
!;aise active, ne connait qu'imparfaitement le viet-
namien. Beaucoup de i mcitbrcs (iu gouverneinent
viennent des anciennes classes de fonctionnaires ct
die propri6taires ict'r ens. On y itrouve 6ia!cieent
tine rose prcpondi'rance d(l Cochinchinois le
gouvernemeent recenmclnt forI6 ne content cute deux
Tonkinois ct c'est dans cl nord que sc trouve le
coeur riel du mouvemcnt nationalist. Quelques
holnces capables ont mise sur le regime Btlo-Dai,
tel le Gouverneur du Nord Vict-Nam 6nergique et
sincere, mais beaueoup d'autres hoinmes de valour
<< m6nagent la chevre et lc chou >>, les uns parcel
qu'ils n'aiment pas le reg ine, d'auires parce qu'ils
pensent qu'il no pent pas r6ussir, d'antres encore
parcc qu'ils craignenl les repr6sailles du Viet-Minh
sur leurs families.
Les progr6s du transfer de l'administralion aux
fonctionnaircs victnamiens sont lents, non seule-
ment .i cause des hlisilants ma s aussi parce qu'il
existe peu de Vietnainiens ayant des connaissances
techniques on an courant de la haute administration.
A ce point de vue, le Viet-Nam est en retard meme
sur l'Indon6sic et se situe cerlainement loin derriere
1'Inde de 1947. I1 est certain que les Francais vou-
dra ent leur donner une participation beaucoup plus
grande au contr6le administratif, et voudraicnt le
faire rapidement, mais il y a trop peu d'elnments a
qui confier cette administration. Le rssultat en est
que, malgr6 la propaganda faite autour de l'indepen-
dance. le Vietnamien << de la rue >> ne volt que peu
de difference prat que dans son entourage depuis
le transfer de pouvoirs du 30 decembre, A l'excep-
tion pcut--tre des oriflammes jaunes du nouveau
gouvernement. La difficult devant laquelle se trouve
Bao-Dai est que son gouvernement ne peut survive
sans les troupes franchises et sans le personnel tech-
nique frangais, et tant que cela est aussi evident que
ce chestt aujourd'hui, son ind6pendance ne peut pa-
raitre rdelle au people.








La puissance d'Hc-Chi-riiinh
On ne doit pas penser corollairement, que le Viet-
Minh a la parties belle. Les territoires qui sont sous
son contr6ie manquent ddsesp6rdment de products
mCdicaux, de vCtements et de denrees de consom-
mation. Dans quelques zones on constate un manque
grave de nourriture et de sel, qui provoque une mi-
gration des viliageois vers les zones < pacifies >
of la nourriture est plus abondante. Dans la zone-
frontierc au sud de Hanoi, la piastre viet-ininh a
chut6 par rapport A la piastre franco-indochinoise.
II y a un an, le taux 6tait tie trois centre tn, aujour-
d'hui il est de sept centre un. Trois ann~es de gue-
rillas p6nibles dans une vaste zone disposant de pcu
de communications out eproulv sedvrcment les
forces combattantes du Viet-Minh, ce qui a pour rm-
sultat de provoquer diverse difficulties internes et
dles tensions diverse A i'intdricur iiuinme du Viet-
Minh, ainsi que quelques desertions. II est probable
que c'est pour contrebattre ces tendances que 1'em-
prise coinituniste a et6 renforce recemmnent.
D'un autre cote il n'v a aucun signe qui indique
que le << Tong-Bo > (coinit6 central) perde son
emprise sur le inouvement tie resistance, ou que la
volonte de resistance faiblisse. Si la paix 6tait reta-
blic et que Ic people vietnamien puisse exprimer sa
volont6 dans un vote libre et secret (hypothiLse pure
puisque des elections librcs sont impossibles, on
peut, A tout le moins, se demander qui, du veteran
combattant ct rbvolutionnairc Ho Chi-Minh, ou de
1'cx-Enipercur Bao-Dai inearnerait pour lui le
combat national pour Findipendance.
Les opinions different sur I'6tendue du pouvoir
actuel d'Ho Chi-Minh, mais tout le monde reconnait
qu'il a encore une grande influence et un grand
prestige. Quelles que soient Icurs difficulties mat&
rielles pr6sentes, les leaders du Vict-Minh ne peuvent
manquer d'etre encourages par la reconnaissance (de
la Chine, de la Russie et des Etats satellites, cl par
les perspectives d'approvisionnemiints iiilitaircs illi-
inites A travers la fronliere chinoise. Seuls ceux qui
prennent leurs reves pour des rialitcs peuvent outer
que la Chine apporte une aide mat6rielle complete
an Viet-Minh, non sons forme de troupes, A l'e;xcep-
tion peut-,tre de sp6cialistes, mais tout au moins
d'approvisionnemnents. Entre les posts francais dis-
se6inins, la frontiLre chinoise est largement ouverte.
C'est sur cette sombre toile de fond que l'on doit
replace la recent reconnaissance du gouvernement
Bao-Dai par les gouvernemenis britannique, anlmri-
cain et autres. Les Francais, qui soutiennent Bao-
Dai, assurent q(ue la reconnaissance a deja com-
menc a contrebalancer la reconnaissance du Viet-
Minh par le << bloc sovi6tique > et A renforcer la
position interieure de Bao-Dai. Si on plermet que
Bao-Da'i clhoue, affirment-ils, la seule alternative est
un autre Etat communist en Asie, 6ventualit6 qui
provoquerait les plus graves implications pour les
autres pays de 1'Asie du Sud-Est aussi bien que
pour les puissances occidentaces.
0( Times ), 15 fevrier 1950). 5.155


Qnelques ours plus lard, paril dans le nime
journal une mise an point faite d'apr,.s les dc-
clarations des < imilieux. autorises > f[ranais.

Certes, un grande partic des raisons (qui peuvent
fair penser que les Franeais ont manifesto quelque
lenteur dans leurs relations avce ic Vit-Nam, ou
que Ic r6ginie de Bao-l)ai depend de !'appl.i francais,
prend racine dans la determination des deux parties
icue le Viet-Nan ne devienne pas un autre Etat com-
inuniste. On pense a Paris que, dans 'cs: mlation de
1'Ftendue de l'independcnee vietnamienne, votre
correspondent special n'a pas distingue avc ulne
clarte suffisante le transfcrt de pouvoirs < de jure >>
- qui a etC efcctuC dans prcsque tons l's secteurs
prevus par les accords -- ci la suibsIilution des Viet-
namiens aux personnalit6s officielles franiaises. On
a prevu six mois pour le d('roiulemnnt de ce dernier
processus, cc qui est tn dclai bien moins important
que celui sur lequel ion s'accordc en Indtnesie. Les
Francais ([ii restent dans l'admiin;stral on vietna-
mienne sont sous Ics ordres de I'lEipercur Bao-Dai.
S''l diait pcssibie de disposer d'uin ni':i:bre plus
praind dtr fonctionnaires d'oriine vifeinamicnne ct
disposes a renoncer a leur citoyennete f'ningaise el
a Icur post dans i'administration civil franyiaise
-- cr a quoi noin'bre d'enlre eux se rf';isent la
suIstituiiion pourrait se ifa i plus rapidemient. On
pent en dire autant idu (d6.ve'lo)ppI)'iit de l'arrnme
vietnamienne, aver ]'obser ovationn addiiti nnelle quc
les forces militaires frant;aises sent trop plauvres en
miatiriel pour etre en iiesure de 1'cquiper rapide-
icent.
On ne considCre pas ici coinice correct. la compa-
raison faite entire Ic statut des Etats de l'Indochine
et cclui des Dominions britanniques. Ii est vrai
que l'ind6pendance du Viet-Nain est moindre que
celle l'un Dominion; mais il est 6igalemrnt vrai que
l'Union Francaise prend des dispositions pour la
representation des Etats AssociCs dans 'es organis-
ies centraux de consultation et de d6libhration qui
siegent A Paris. L'Assembl6e de 1'Union FranCaise
don't les pouvoirs, il est vrai, sont ene re linmites,
comprend 27 repr6sentants indochinois ( ont 19 pro-
prement vietnamiens. Au Haut Conseil de 1'Union,
qui sera bient6t constitu6, chaque territoire scra
reprisentL Ah galit6, come les Etats le sent au SCnat
americain.
Bien que l'empercur Bao-Dai pnisse avoir une repu-
tation A faire oublier, les Francais insistent sur Jcur
confiance en sa sagacit6. Ils ra)pecllenl que ce ful
lui qui leur fit des overtures, qaprs que la mauvaise
foi d'Ho Chii-Minh se fut manifest@c. llo Chi-Minh
a reconnu les capacity s de Pao-Dai aussi hien que
son prestige, lorsqu'il le no:nima Conseiiler Politique
en Chef. Enfin, retourner en Indochine tdils Ics con-
ditions aciueiles est un acle qui ne requ.crt pas pen
de courage, et, dans l'opinion francais Icl courage
est la quality gouvernementiale a plus ir dispensable
maintenant pour obtenir Ie succbs en Indochine.
(0 Times n, 18 f .:rier 1956). G.380








LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADU,;TS EN FRANQAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTES :


A la Se:tion de la Presse Etrang6re, au Ministere de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7'),
(Direction des Affaires Politiques, Pi6ce 17, 1er Etage).
La Section de la Presse Etrangire peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, a quicon-
que lui en fera la demand, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
Le N de rbfbrence suffit A designerr le document d6sir6.


5.303
5.304
5.307
5.308
5.311
5.312
5.324
5.325
5.326
5.327
5.328
5.329
5.330
5.331
5.333
5.337
5.343
5.344
5.345
5.346
5.347
5.348.
5.352
5.353
5.354
5.355
5.362
5.370
5.380
5.382
5.385
5.386
5.388

5.332
5.336
5.339

5.341
5.349
5.350
5.360
5.366

5.373
5.375


5.309
5.314
5.319
5,322
5.361
5.368
5.378


ORIGINE DU DOCUMENT


TITRES


UNION FRANCAISE
L'ire des difficultEs en Indochinc n'cst pas close ...,...........
In lochine : Un point pour les Rouges ........................
Ini lochine ..................................... ...............
Et maintenant en Indochine ? .................................
Premikre 4preuve (Indochine) .................... ...... ....
Puzzle indochinois ..... .................................. .
Londres et la reconnaissance de Bao-Dai ........................
Inilochine ................................. ... .........
La Russie et le Viet-Nam ................... ................ .
Diplomatie de voyous (Indochine) .. .........................
Indochine ..................... .............. .....
La reconnaissance d'Ho-Chi-Minh par Moscou vue de Londres ..
LE; Russie et le Viet-Nam ................. .............
Dit point de vue des Francais (Indochine) .....................
Offensive contre la France (Inlochine) ..........................
B: o-Dai ...................... ........... ...... ...... ........
Indochine ...................................................
L'enjeu indochinois (Apres la reconnaissance d'Ho-Chi-Minh) ....
Li crise franraise en Indochine ......... ................
Satisfaction a Paris (Indochine) ................................
L.-s conununistes parent en guerre contre Bao-Dai ..............
Indochine : Tempbte sur HO ................. ..... ........
1F ance et Indochine ............. .... .....................
Vers une federation en Indochine .............................
Rivalit6s en Indochine (1) ................................
R ivalites en Indochine (II) ...... .......................
Los ycux fixes sir 1'Indochine ............. .. ...............
L'affaire (Indochine) ...... .................................
Aide francaise au Viet-Nam ....................................
L' lmnent manquant en Indochine .............................
Li France est scandalisie par l'affaire des generaux ..............
doubless en Afrique francaise ........ ............... .......
L Indl et I'Indochine ......................... ................
PROBLEMS GENERAUX
1 50 I'annee decisive en Asie ................. ...... .........
I'ne-ombre sur Ie d6veloppcment de l'Afrique ..................
I.'Asie m6ridionale : des nations nouvelles dans un ocean dc
ferm entation ........ ... .............................. .
,La Russic ct la maree noire ........... .... .............
La lutte en Extrime-Orient ......................... ........
Tnprcssiou s de Birm anie .................................
DI sordre en Asic du. Sud ......... ...... ...........
I a repo;ise aux activists subversives en Afrique doit &tre la con-
fiance ... ..
Ie traite de M M ao ..........................................
I iam ............. .............. .......... .............
EMPIRE BRITAN IQUE
Genera;ites
I a nouvelic trame du Commonwealth (Conference de Colombo)..
i es Constitutions du Commonwcalth ............................
(:c que le Parti Travaillistc a fait (dans les colonies) ............
Colombo a travers les yeux ambricains ........................
:r principal realisation du Parti Travailliste ..................
1 apport sur le Commonwealth .......................... .... .
! a politique colonial du Parti Travailliste ....................


De Courant (Amsterdam)
Newsweek
Manchester Guardian
The Nation
New York Herald Tribune
Daily Telegraph
Neue Ziircher Zeitung
Tribune
Time and Tide
Daily Telegraph
The Times
Neue Ziircher Zeitung
The Spectator
The New Statesman and Nation
The Economist
The Manchester Guardian
New York Tribune
Gazette de Lausanne
New York Herald Tribune
Neue Ziircher Zeitung
Journal de Geneve
Newsweek
The Economist
The Times
The Times
The Times
New York Herald Tribune
Gazette de Lausanne
The Times
The Economist
The Daily Telegraph
Gazette de Lausanne
Time and Tide

United Nations World
African World

Newsweek
West African Review
Time and Tide
Time and Tide
Spectator

East Africa and Rhodhisia
New York Herald Tribune
The Manchester Guardian


The Economist
Time and Tide
Tribune (Londres)
Time and Tide
Tribune
United Nation World
West Africa


DATES



17-1-50
30-1-50
28-1-50
24-1-50
30-1-50
30-1-50
1-2-50
3-2-50
4-2-50
3-2-50
3-2-50
22-250
3-2-50
4-2-50
4-2-50
4-2-50
10-2-50
9-2-50
10-2-50
9-2-50
10-2-50
13-2-50
11-2-50
14-2-50
15-2-50
15-2-50
17-2-50
20-2-50
18-2-50
18-2-50
24-2-50
25-2-50
25-2-50

Janvier 50
Fevrier 50

6-2-50
F6vrier 50
11-2-50
11-2-50
7-2-50

9-2-50
17-2-50
18.2-50


21-1-50
28-1-50
27-1-50
28-1-50
17-2-50
F6vr. 50
11-2-50















5.302
5.306
5.316
5.371
5.376
5.383

5.323
5.351

5.318
5.367

5.313
5.315
5.317
5.320
5.338
5.342
5.358
5.363
5.372
5.377
5.384

5.381

5.364
5.365

5.321
5.334
5.335
5.340

5305
5.310

5.369


5.356

5.357
5.359
5.374
5.379
5.387.


Inde
Jour d'orgueil ............................... .............. Daily Herald
La R6publique Indienne ...................................... The Times
L'Inde devient une Republique ............................... Tribune
L'impasse du Cachemire aide les Rouges ...................... Continental Daily Mail
Cachemire ................................................. The Manchester Guardian
Cachemire .............................. ................... The Times
Hongkong
Le mystere de Hongkong .......................... ........ Die Weltwoche
Agitation ouvrikre i Hongkong ................................ Neue Ziircher Zeitung
Malaisie
Malaisie ..................................................... Manchester Guardian
La guerre de Malaisie cst notre honte .......... ............... The Daily Worker
Afrique Occidentale
Les arrestations de Gold Coast ................................ The New Statesman and Nation
Arrestations en Gold Coast ................................... The Economist
La crise de la Gold Coast .................................... Tribune
Nigeria : on consulate le people ............................... Corona
Anomalies dans le systmne d'6ducation de la Nigeria .......... African World
Pas de Commission d'enquete pour la Gold Coast .............. West Africa
Mission visiteuse (Cameroun britannique) ...................... The Manchester Guardian
Politique britannique au Cameroun ........................... The Times
Le probl-me EWE (Togo franeais et britannique) .............. The Manchester Guardian
La politique britannique au Cameroun ......................... The Times
Mission au Cameroun britannique ............................ The Economist
AFRIQUE ORIENTAL
Les 6mcutcs de I'Ouganda ..................................... The Economist
AFRIQUE DU sUD
L'affairep Srcts6 (Afrique du Sud) ... ............ ........ .... Tribune
L'affaire S6rcts6 (suite et fin). Malan entire dans la danse ........ Tribune
UNION' HOLLANDO-1NDONESIENNE
L'apres-guerre en Indon6sie ................................... New York Herald Tribune
Un flibustier h Java ....................................... The Economist
L'avenir de la Nouvelle-Guinee ................................ The Economist
Guerilla en Indonesie : Westerling, le terrible Ture ............ Newsweek
COLONIES ITALIENNES
La frontibre Somalie ......................................... Manchester Guardian
S:rat6gic italienne pour 1'Afrique ... ......................... Newsweek
CONGO BELCE
Oil la colonisation s'oppose au colonialisme (La Belgique au
Ruanda Urundi) ...... ............................... Journal de Geneve
POLITIQUE AMERICAINE
La Conference des diplomats americains A Bangkok sur la situa-
tion dans le sud-est asiatique ............................ Neue Ziircher Zeitung
La Conference de Bangkok .................................... The Times
La Conference de Bangkok .................................... The Snectator
L'6laboration d'une politique amnricaine pour le sud-est asiatique The Manchester Guardian
Une direction en Asie ....................................... New York Herald Tribune
Ce que nous pourrions faire en ce qui concern I'Asie .......... The Nation


TITRES '


ORIGINE DU DOCUMENT


DATES




26-1-50
26-1-50
27-1-50
21-2-50
18-2-50
22-2-50

27-1-50
10-2-50

31-1-50
20-2-50

28-1-50
28-1-50
271-150
F6vr. 50

4-2-50
14-2-50
14-2-50
17-2-"0
14-2-50
18-2-50

18-2-50

17-2-50
17-2-50

2-2-50
4-2-50
4-2-50
6-2-50

25-1-50
30-1-50

21-2-50



14-2-50
16-2-50
7-2-50
14-2-50
22-2-50
28-1-50









COMMUNIQUES


L'application du regime de la 86curit6 Sociale
aux families de fonctionnaires coloniaux
domicilies en France

Un d6crct (n0 49-1039) du 1" aofit 1949, a fixed Ic
regime de ;6curit6 social applicable aux fonction-
naires des padres r6gis par d6cret, exercant norma-
lement leus functions dans les territoires relevant
du Ministbre de la France d'Outre-Mer.,
Il r6sulte de ces dispositions que, depuis le 1" juil-
let 1949, l s families de fonctionnaires r6sidant en
France, alors que le chef de famille est en service
outre-mer, l 6n6ficient de la S6curit6 Sociale.
Toutes les families de fonctionnaires coloniaux
places dan s cette situation relevent d'un centre spe-
cial install au Ministere de la France d'Outre-Mer,
]e Centre 11i 529 (France d'Outre-Mer). II est ins-
tamment ricommand6 d'adresser directement A cc
centre touts les demands de renseignements, ainsi
que tons les dossiers de maladie.
Ces dossi-ers de maladies doivent ctre constitu6s A
l'aide des i uprimes sp6ciaux qui sont delivres gra-
tuitement, .ur demande, dans n'importe quel centre
de S6curit6 Sociale.
II convie:lt de se conformer strictement aux indi-
cations qui y sont portees :
1 La feiiille de maladies, ou de soins dentaires,
doit ktre 6ta;blie au nom du chef de famille, minme
lorsque cclui-ci se trouve en service outre-mer;
2 Portez comme adresse cell que votre famille
a actuellement en France;
3 Ne nientionnez qu'une scule personnel par
feuille;
4 (Essen til). Joindre a votre premier envoi :
a) pour i'dpouse, un bulletin de marriage ou, a
d6faut, la copie, certili6e conform, du livret de
famille;
b) pour ,haque enfant, un bulletin de naissance
et, s'il est Aig de plus de quatorze ans, un certificate
de scolariti;
En cas dc grossesse, adresser un certificate de pre-
somption d grossesse, 6tabli par un m6decin, et y
joindre un bulletin de marriage ou toute piece en
tenant lieu. Le centre n 529 fera 6tablir dans les
meilleurs di lais un carnet de maternity qui permet-
tra A la m6re de percevoir toutes les prestations pr6-
vues pour I: cas de maternity.
Dans cha'lue cas, le montant des prestations acquis
au titre de la S6curit6 Sociale sera adress6 par man-
dat-poste a domicile, ou par virement A un compete
courant de ch6ques postaux si l'assur6 en possede
un. Ii convent, dans l'affirmative, qu'il en precise
le num6ro dans le premier envoi fait au centre
n 529.
L'attentio.t des assures est alliree :
1 Sur Ic fait qu'ils peuvent percevoir leurs pres-
tations avart mime d'avoir 6t6 informs de leur nu-


mero d'immatriculation i la Securit6 Sociale, il suf-
fit pour cela qu'ils se conforment aux indications
donnbes ci-dessus. concernant les formalities A rem-
plir (imprim6s).
2" Sur Ic fait que toute correspondence adress6e
a un organism de S6curit6 Sociale b6nCficie de la
dispense d'affranchissement.
11 est done inutile d'affranchir les lettres, envois
de dossiers, reclamations, etc., et de joindre un tim-
bre pour la reponse.
3 Sur le fait que Ic centre n 529 est A leur dis-
position pour leur donner tous les renseignements
don't ils peuvent avoir besoin. II vaut mieux se ren-
seigner avant d'accomplir certaines formalit6s plut6t
que de risquer de perdre des prestations auxquelles
vous avez droit.


.Avis d'exarmen

La premiere session d(e examenn professionnel
d'entr6e dans le cadre de la magistrature d'Outre-
Mer aura lieu A Paris et aux sieges des jurisdictions
d'appel des territoires d'Outre-Mer, les 28 et 29 aott
1950.
Les demands pour participer A cet examen doi-
vent etre 6tablies sur paper timbre et devront par-
venir au ministere ed la France d'Outre-Mer (direc-
tion du personnel services juridiques), 27, rue Oudi-
not, Paris, avant le 15 mars 1950.

a) Conditions d'admission d l'examen

1 Jouir de ses droits civils et politiques;
2" ELre licenci6 en droit;
3 Etre reconnu physiquement apte a servir dans
I'un quelconque. des territoires d'Outre-Mer d6pen-
dant du MinistBre de la France d'Outre-Mer.

b) Conditions et programmes de 1'examen

Difinies dans les articles 5 et suivants de l'arrWtd
du ministry de la France d'Outre-Mer et du Garde
des Sceaux, ministry de la Justice, du 25 janvier
1947 (J. O. du 7 f6vrier 1947, page 1767).

c) Nomination dans la magistrature d'outre-mer

Les candidates sont d6finitivement recus A I'examen
professionnel d'entree dans la magistrature d'outre-
mer sont nommes :
1 A un emploi de judge supplant, s'ils justifient
d'un stage accompli dans un barreau nmtropolitain;
2 A un emiploi d'attachl A un parquet general des
territoires relevant du ministbre de la France
d'Outre-Mer pour 'ls candidates qui n'ont pas suivi
le Barreau. A l'expiration d'un stage r6glementaire,
ils sont noimn6s judges supplants.









Activity du Mus6e de la F.O.M.

Ftvrier 1950
Entrees payantes : 6.675 pour 117.980 francs.

Entrees gratuites : 45 groups, 915 616ves.

Vente du Guide du MusBe, 84 brochures pour 1.260
francs.

Travaux executes : Section d'Art et d'Histoire.
Dons :
Mile Delanneau : fusils, pistolets et armes diverse
ayant appartenu A Samory.
M. R. Reboussin < Tam-tam d'Afrique 6quato-
riale >, peinture.


Du Ministere de la F.O.M. : Le Marechal Lyautey
et le G6enral Mangin devant Marrakech, peinture.
Collection de medailles de la Monnaie relatives A
l'Histoire de la France d'Outre-Mer.

Entrees payantes :9.370 pour 166.270 francs.
Entrees gratuites : 43 groups 1.070 616ves.
Vente du guide du mus6e : 98 pour 1.470 francs.
Travaux : Section d'Art et d'Histoire : Activit6
normal.
Dons : Gouvernement G6enral de Madagascar :
un aloao sculpture funeraire Art mahafaly.
M. Ary-Leblond : un coffret d'ivoire de la Compa-
gnie des Indes Epoque Louis XVI.


BIBLIOGRAPHIE


GiLnral CHARBONNEAU : < Charles Le Coq 3, Pouzet et
Cie, dditeurs, 10, rue Saint-Roch, Paris 1".

Le gienral Charbonneau evoque dans son ouvrage l'admi-
rable figure d'officier de Charles Le Coq, connu surtout
pour son 6pop6e mauritanienne. Une carrier exclusivement
consacr6e au service de la France et de l'Union Francaise,
qui du front francais l'a conduit au Maroc, puis en Afrique
Noire et en Extreme-Orient trouve sont accomplissement
hbroique, en pleine bataille le 11 mars 1945, a 1'age de
47 ans, au fort de Ha Coi, au Tonkin, sous les balles ja-
ponaises.
J. BOURCEAU : < La France du Pacifique ., Nouvelle Ca.
Iddonie, Tahiti, Nouvelles Hebrides, les dtablissements fran.
Cais de I'Ocdanie, un volume in-16" brochg, 16 planches
hors-texte et cartes, 256 pages, 700 francs.
Socidtd d'Editions Gdoraphiques, Maritimes et Coloniales,
17, rue Jacob, Paris (6').
Sons le titre t La France du Pacifique 2, la collection
< Terres lointaines >, presente un volume consacr6 aux ter-
ritoires du Grand Ocean oi flotte notre drapeau : La Nou-
velle Cal6donie, ofi 20.000 colons d'origine francaise tra-
vaillent a l'exploitation des mines de nickel et de chrome
et Futana, protectorat ou subsiste encore une royaut6 pit-
toresque; le Condominium franco-anglais des Nouvelles-
HBbrides, gouvernement d'une forme presque unique au
monde, s'exervant sur un territoire of demeurent pratiquees
les coutumes les plus 6tranges; Tahiti enfin, la << Nouvelle
Cythere > de Bougainville, don't les splendeurs et les char-
mes ont 6te rendus c6l8bres par Loti, Gauguin, Stevenson et
tant d'autres.
Tous ceux qui s'interessent a ces iles franCaises des mers
du Sud, a leurs beauties, a leurs resources varies, i leurs


population attachantes, a leur g6ographie ou a leur histoire,
trouveront dans cet ouvrage des renseignements abondants
et la documentation la plus recent.


D. P. de PEDRALS La Vie sexuelle en Afrique Noire
(Payot, Paris).

Apr6s avoir r6uni dans son < Manuel Scientifique de
I'Afrique Noire > l'essentiel des connaissanecs indispensables
a qui veut 6tudier 1'Afrique, D. P. de Pedrals se penche
aujourd'hui sur un problkme plus pronfondement human,
et encore entour6 de mystbre, celui de la sexuality; africaine.
En faith il s'agit la d'un domaine qui se signal par de cons-
tantes opposition et don't la vari6t6 s'explique par la diver-
site m6me des 616ments qui constituent la grande race noire.
Si les impulsions sexuelles des Africains sont d'uno nature
et d'une intensity normales, nullement hors de measure, il
apparait que la compenetration du sentiment et de l'instinct
genisique s'opere chez 1'Africain dans des conditions sensi-
blement comparable a celles qui peuvent Wtre observes chez
les Occidentaux. La vie sexuelle ds Africains n'avait pas jus-
qu'A ce jour, fait la matiere d'un d6bat general et l'interet
inmme du sujet sur le plan de la vie social et religieuse
demontre la n6cessit6 de rassembler tout ce que 1'on peut en
connaitre. P. de Pedrals vient d'ouvrir un important dossier
et un vaste debat sur un acte essential, qui, pour l'Africain,
n'est pas seulement < ceuvre de chair >, mais aussi cuvre
des dieux aussi bien que des hommes, des animaux et des
plants, oeuvre de l'Univers.

Ce livre bourr6 de faits et d'observations personnelles,
est indispensable a tout colonial qui fait carriere et que les
6vinements peuvent amener au contact des colleclivitis indi-
genes.


S. P. I., 2 bis. Impasse du Mont-Tonnerre, Paris (15')








































































Edited par la Documentation Franaaiie

Prix du num6ro : 90 francs
Abonnement :six mois .... 520 francs
: un an ...... 1.000
Membres de 1'enseignement et
journalists : un an ....... 700 ),

Souscription et vente
a la Documentation Francaise
16. rue Lord-Byron, Paris (8')
C. C. P. : 9060-98
Tel. : ELYsees 82-00




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs