• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Front Matter
 Problemes du jour
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Bibliography
 Back Cover






Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00017
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00017
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
    Front Matter
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
    Nouvelles de France
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    Revue de presse
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
    Bibliography
        Page 72
    Back Cover
        Back Cover
Full Text

LA


FRANCE DOII


b.


I'il Ik101 II1m


14-0






RESIDENCE DU CONSEIL

SECRET'ARIAT GENERAL
DU (OUVERNEMENT

Direction de la Documentation:
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7')


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA



FRANCE D'OUTRE-MER



SOMMAIRE


PROBLEMS DU JOUR :

La Conference de Paris et la Coop6-
i ation international en Afrique

Le, monnaies dcs Territoircs d'Ou-
t re-M er .......................

Le Protestantisme et 1'Enseignement

L'(sprit religieux des Vietnamiens .

NOUVELLES DE FRANCE :

La vie parlementaire .............

L'ictivite minist6rielle ...........

Informations diverse ............

Ma nifestations coloniales .........

NOUVELLES D'OUTRE-MER :

Indochine .......................

A. O. F.......................


A. E. F .......................

Cam eroun .......................
3
M adagascar .....................

6 Etablissements francais d'Occanie .
8
Informations administrative ....
10
REVUE DE PRESS :

Presse d'Outrc-Mcr .............
12
Presse Etrangere ................
!0
Questions g6n6rales ............
Union francaise ...............
!3 Commonwealth britannique ..
Union hollando-indon6sienne ..

Ex-colonies italiennes ..........
3 IBLIOGRAPHIE
M3 BIBLIOGRAPHIE ................


F6vrier 1950


N" 140











AGENCE DE LA FRANCE D'OUTRE-MER
20, rue La Bo6tie T616phone : Anjou 26-94 a 26-97
M6tro : Miromesnil Autobus : 28-32-43-49-80


L'Agence de la France d'Outre-Mer, Service
Official du Ministire de la France d'Outre-Mer,
renscigne sur toutes Ics questions int6ressant
lcs Tcrritoires dependent du Ministlre de la
France d'Outre-Mer; Afriquc occidenitale, Afri-
que 6quatoriale, Cameroun, Togo, Cote des
Somalis, Madagascar, Etablisscmcnts franc.ais
de 1'Inde, Indochinc, Nouvelle-Calddonic. Nou-
velles-Hebrides. Saint-Pierre ct Miquelon.
* Son Service de Documentation informed Ic
public sutr le commerce, l'industrie, la produc-
tion, les tarifs de doualne t les statistiques, la
fiscalii, le climate, Ic cofit de la vie. le tou-
risme, la chasse, etc... Les journaux officials
locaux, Ics budgets admninistratifs, ls tariffs
douaniers ct fiscaux, lcs statistiques du com-
merce cxt6ricur de chaque Tcrritoire et tous
autres documents d6tenus par le Service pcu-
vent Mtre consults sur place.
SISon Service de Placement mci en rapport
gratuitellent los clliiloye'(i's avec les pcr-
sonnes desireuscs de irouver un cemploi outrc-
mer.
* Sa Cin6mathBque diffuse gracicuseinent cen
France des films (docunie.ntaires sur lcs Tcrri-
loires d'Outre-Mcr.
Le prit tde ccs films est consent i tout orga-
nismc official on priv6 d6sirant cffectuer dtes
projections non commercials d'information,
d'cducation on d'enseignement.


* Sa Phototh6que possede 30.000 cliches sur
tous les Territoires 6num6r6s plus haut. Ces
cliches peuvent faire l'objet de cession.
* Sa Biblioth6que, riche de 30.000 volumes.
est ouverte au public sans d(semparer, dc
9 heures A 18 heurcs, samedi aprcs-midi
except.
G Son Service des Foires et Expositions as-
sure la representation des Territoires de la
France d'Outre-Mer dans lcs manifestations
commercials ct expositions organis&cs en
France ct A 1'Etranger.
* Son Service de Publicit6-Propagande a's-
sure la publication et la diffusion de touted
documentali.on sc rapportant aux Territoires
d'Outre-Mer.
II dlile des brochures monographies, de-
pliants, plaquettcs, affiches ct cartcs-affiches.
Ces documents sont en vented A la Librairic de
l'Agence, qui diffuse 6galement, a titre one-
rcux, les publications des Services de Docu-
mentation de la Pr6sidence du Conscil, et de
nombrcux ouvragcs concernant l'Union Fran-
caise.
Des expositions de pcinture, de sculpture et
d'ouvrages de l'artisanat des Territoires
d'Outre-Mer sont organisses A la Galerie de
I'Agence, 20, rue La Boetie.


Lists des diverse publications en vente a I'Agence de la France d'Outre-Mer


Sdrie de 20 d6pliants Iraiiant des divers Tcrritoircs relevant de la France d'Outre-Mer: S6negal,
Mauritanic, Guinee, Soudan, C1oe d'Ivoire, Haute-Volta, Dahomey, Niger, Cameroun, Togo,
Gabon, Moyen-Congo, Oubangui, Tchad, Somalis, Madagascar, Laos, Cambodge, Nouvele-
Caledonic, Oc6anic. Prix de cession : (a titre de propaganda) 10 francs 1'un.
S6rie de brochures monographies so rapportant A : Afriquc occidental, Madagascar, Dahomey,
Togo, Moycn-Congo, Oubangui, Tchad, Gabon, Oceanic, Nouvcllc-Cal6donie. Prix de ces-
sion : (a titre de propaganda) 30 francs l'une.
Plaquette gdnitrale da vulgarisation : a L'Union Fran(aise 2. Prix de cession : (a titre de pro-
pagande) 20 francs.
Guide du Tourisine en A. O. cl atu 7'oo .................. l'rix 120 francs
I- Parure feminine aux colonies ............... ... .......... -- 30 >
Confidences s;ncIl alaises ................................. 30 >
Conies el lhgendcs d'Afrique ................ .............. 30 >
-- La pche trx colonies ...... ............................. .- 20 >
-- ludle sur Charles de Foncauld. ........................... ..... 0 >>
x- .porltaions des cercles de l'A. 0. F. el du Togo ............ 250 >
Pochetes de reproductions photographiques (pochettcs dc 12 photos) concernant :
'A. O. F. ..................... 35 r'rah~ s,
'Activitc cconomiqui de ieA. 0. F. I 35 >
l Cameroun ................... 40 >
I'Art khm er ................... 40 -
Carl des Echonges commerciaux dons 'l'nion Francaise en 1938 cl 19i6 : 40 francs.
-Bulletin d'Informa!ion de la France d'Oulrc-Mer : 90 francs.
-Guide de 1'A. O. F., edition 1949 : 500 francs.
., _-- ., ,_ _ -


__l~____l______r1___I~ __~ __11__1_1__
)II~C-l ___l-Y -II __ __ ____.



















PROBLEMS DU JOUR


La Conference de Paris
et la Cooperation Internationale en Afrique

(d'apres les documents fournis par la Direction des Affaires Politiques
du MinistBre de la France d'Outre-Mer)


SConference tenue a Paris du 11 au 14 janvier
1950 et groupant les repr6sentants de la Bel-
gique, de la France, du Portugal, de la Rhod6sie
du Sud, du Royaume-Uni et de 1'Union de l'Afrique
du Sud, vient d'appeler I'attention du grand public
sur une rest6e jusqu'A present peu connue.
Afin de donner au lecteur les moyens de suivre
avec profit l'expos6 que I'on se propose d'en faire,
on a jug6 expedient :
de donner un bref rappel historique, ainsi
qu'un apercu d'ensemble de la politique poursuivie
en Afrique depuis 1945 par les Etats ayant des res-
ponsabilit6s dans ce continent;
de montrer, de quelle facon, A la fois exp6ri-
mentale et pragmatique, a pu etre institute une
cooperation s'6tendant a tous les grands problemes
techniques qui se posent A ces m6mes Etats;
dans le domaine du concrete, d'6numerer les
principles conferences interafricaines r6unies dans
le courant de ces quatre dernieres ann6es et d'en
indiquer les principaux r6sultats ;
enfin, de proc6der a 1'examen des recomman-
dations adopt6es par la Conference de Paris, re-
commandations qui tendent A 1'ktablissement d'une
Commission pour la cooperation technique en
Afrique au sud du Sahara.


La lecture des nombreux articles de press consa-
cres a la cooperation technique interafricaine dans
la semaine qui pr6c6da 1'ouverture de la Conf&-
rence de Paris a montr6 a quel point les interpr6-
tations d'une action commune, pourtant tout a fait
simple dans son principle et parfaitement d6termi-
nee dans ses buts, peuvent etre divergentes.
C'est pourquoi le rappel historique qui va suivre
a sembhl n6cessairc.
Au mois de novembre 1945, alors que l'Europe
liberee commencait A peine de sortir d'un long
cauchemar, les Gouvernements britannique et fran-


cais, soucieux de prolonger dans la paix l'amiti6
scellIe sur les champs de bataille, estimbrent qu'il
serait paradoxal que leurs Territoires d'outre-mer
situes en Afrique pussent continue d'6voluer dans
une ignorance mutuelle.
Aussi de premiers et officieux contacts furent-ils
pris i 1'lpoque qui devaient permettre de jeter les'
fondements d'une action commune en Afrique. DBs
I'ann6e suivante, ces conversations 6taient 6tendues
au Gouvernement belge; en 1947, une liaison 6tait
6tablie dans le m6me but avec le Gouvernement por-
tugais. Enfin, en 1948, l'Union de l'Afrique du Sud
et la Rhod6sie du Sud 6taient invites A participer
a l'ceuvre de cooperation technique interafricaine.
Entre temps des discussions bilat6rales avaient
pris place, et chacun des Gouvernements int6ress6s
pr6cisait vis-A-vis de ses interlocuteurs les buts qu'il
voulait poursuivre dans un certain nombre de do-
maines particuliers (par example : changes de per-
sonnels, collaboration sur le plan economique so-
cial, etc... Mais c'est principalement sur le plan
social qu'un accord general 6tait atteint. En effet,
la Belgique, la Grande-Bretagne et la France 6ta-
blissaient a Paris, en mai 1947, un programme
complete de cooperation technique que les autres
puissances int6ress6es devaient approuver par la
suite.
II est n6cessaire d'exposer les principles raisons
de cette politique.
Sans doute la premiere de ces raisons est-elle que
la n6cessit6 ineluctable d'une veritable organisation
de l'Afrique, continent jusque-lA 6conomiquement et
socialement < attard6 >, est apparue aux Gouverne-
ments intCress6s. Comment y proc6der, sinon en
s'efforcant de mettre en commun tous les moyens
actuels et futurs don't ils disposaient ou allaient dis-
poser.
En second lieu, la fin des hostilit6s ayant 6t6 aus-
sit6t suivie de la foundation de l'Organisation des
Nations Unies, ces nirmes Puissances ont signed ]a
Charte constitutive de l'Organisation et ont souscrit


J17







par la micme a ses engagements. Elles doivent no-
tamment s'attacher ai promouvoir le progres poli-
tique, economique et social > dans les Territoires
qu'elles administrent. Etait-il meilleur moyen d'at-
teindre ce but qu'une action concerted et un travail
en common ?
Enfin, et ceci est une consequence pratique de
leur adhesion aux principles de I'O.N.U., ces Puis-
sances ont tendu A crer, comme le recommande la
Charte des Nations Unies, une organisation regio-
nale aux buts bien determines et conformes A l'esprit
de cette m&me Charte. C'6tait la une des premieres
tentatives du genre. 11 n'est pas sans interet de noter
qu'elle a et concue pour 1'Afrique et en fonction
des besoins des populations africaines.



C'est dans le domaine de la cooperation technique
que les efforts d6ployes par les Puissances respon-
sables ont trouv6 leur meilleure forme d'expression.
En verite, cela ne s'est pas fait du jour au lende-
main et sans peine. Apres les conversations de
novembre 1945 c'est vers une cooperation purement
franco-britannique que l'on s'6tait oriented. Les con-
ferences d'Accra (novembre 1946, int6ressant les
questions m6dicales) ou de Dakar (mai 1946, inte-
ressant 1'elevage, et mai 1947, int6ressant les conm-
munications routieres et radio-t6elgraphiques) en
sont un bon example.
A la suite des contacts pris tant avec le Gouver-
nement beige qu'avec Lisbonne, il 6tait rapidement
devenu evident que c'6tait 1 un cadre 6triqu6, insuf-
fisant pour permettre de donner aux grands pro-
blemes techniques africains toute I'attention qu'ils
m6ritaient. Aussi, les conversations tripartites
(anglo-franco-belges) ouvertes A Paris en mai 19,17,
vinrent-elles A point pour largerr le champ de
Faction commune.
Sans doute, ai 1'poque, ce prograninie parut-il
ambitieux. Mais le faith que le Portugal, puis 1'Union
sud-africaine et enfin la Rhod6sie du Sud lui don-
nerent leur agr6ment, vint confirmer qu'il n'6tait pas
hors de proportion avec les tAches A remplir.
Sans doute encore, en 6tait-on en 1947 a la p6-
riode des tAtonnements du debut et ne voyait-on pas
de maniLre trbs precise les objectifs A atteindre, ni
la facon de donner a cette action comiiune une
orientation pratique.
Sans doute, enfin les moyens materiels (et plus
sp6cialement financiers) n6cessaires pour la mise en
oeuvre de cette politique faisaient-ils d6faut, mais
cc qu'il faut retenir c'est que pour la premiere foi.s
se manifestait, de facon indiscutable, une volonth
rielle des Puissances ayant des responsabilites en
Afrique, d'unir leurs efforts en vue d'apporter A
des problmes, auxquels les frontibres actuelles ne
sauraient fixer une limited, une solution arr&t&e en
commun.
*

11 convent maintenant de commenter brieveiment
essentialel du programme de cooperation technique
fixed en mai 1947 A Paris.
Afin d'eviter des redites, il a semblW plus exp6-
dient d'y proc6der en faisant suirre 1'bnonce de
chacune des Conf'_rences interafricaines d'un expos


sonuilaire des resultats pratiques auxquels elle a
permits de parvenir :
1 Conference sur la tse-tse et les trypanosomiases
(Brazzaville, fevrier 1948)
Un Bureau Central a 6ti cr6 a Ltopoldville-Braz-
zaville pour la diffusion des informations et la pre-
paration de 1'6change de visits d'experts des dif-
ferents pays.
Un Comite Scientifique international d'experts a
et6 6galement cr6 pour examiner ces questions.
20 Conference du Travail (Jos Nigdria, fc;Jirier 1948)
Un Bureau pour l'6change d'informations a 6te
cred sous la responsabilit6 du Secr6taire Principal
du Conseil de 1'Afrique Occidentale. On s'attend A
ce que la prochaine conference qui sera tenue en juil-
let 1950 A Elisabethville recommande 1'etablissernent
d'une organisation permanent.
3 Conference phytosanitaire (Londres, uoil 1948)
Une convention a 6t6 pr6parbe et sera probable-
inent ratifibe sous peu.
a) Une Commission Permanente d'un caractere
consultatif sera cr66e dans le but de diffuser les
informations relatives A la legislation phyto-sani-
taire;
b) Un Centre Permanent d'Informations sera eta-
bli A Londres sous la responsabiliti des Instituts.
d'Entomologic et de Mycologie du Commonwealthc
4 'Conference de la peste bovine
(Nairobi, octobre 1948).
On a recommand6 l'etabiissement d'tiine OrUani-
sation africaine de la peste bovine, coitprenant :
un Bureau Permanent d'informations;
et un Comite Scientifique.
Ces probl6mes du financement des d6penses cou-
rantes et d'investissement sont actuelleminct ia I'etude
dans les different pays int6ress6s.
5 Conference ur la conservation des sols
(Goma, Congo Belge, novembre 1948)
Un Bureau Interafricain d'informations fonction-
nera sans doute d6s le 1" mars 1950 : Paris; it
comprend un Conseil Ex6cutif et un Personnel tech-
nique. Le Conseil Executif sera compose au plus de
deux represcntants de chacun des Etats ayant signed
le project de convention actuellement a 1'6tude. Un
Service pedologique africain est sur le point de voir
le jour au Congo Beige.

(" Conference sur les communications
en Afrique Occidentale (Dakar, mai 1947)
et Conference sur les transports
(Lisbonne, mai 1949)
Parmi les recommendations de la Confirence de
Dakar, figurent :
1'6tude conjointe (franco-britannique) de tons
programmes d'extension des communications rou-
tibres entire territoires frangais et bri'anniques de
I'Afrique Occidentale; de mime en va-t-il pour le
d6veloppement du syst6me de communications radio-
t61lgraphiques;
-- exchange de toutes informations utiles sur les
progres r6alis6s dans ces domaines.
A Lisbonne, il a ete recommended que la Confe-
rence pleniere des Transports (.Johanncsbourg, octo-







bre 1950) examine 1'6ventualit6 de la creation d'un
Conseil Interterritorial permanent.
7 Conference de la Nutrition
(Dschan'g, Cameronn, octobre 1949)
Une recommendation aux terms de laquelle un
Bureau Permanent de la Nutrition devrait 6tre eta-
bli est a l'heure actuelle examine par les diff6rents
Gouvernements ayant particip6 a la Conf6rence.
8 Conference sur I'Economie Rurale Indigene
(Jos, Nigdria, octobre 1949)
Cette conference a recommande 1'6tablissement
d'un Bureau pour 1'6change de renseignements con-
cernant le d6veloppement economique et social des
communaut6s rurales africaines. Iil a 6te sugg6r6
que ce travail soit confi6 au Bureau Permanent des
Sols de Paris (cf. par. 5 ci-dessus).
9 Conferences concernant la lutte antiacridienne
a) Criqtet migrateur africain. A la suite de
diverse reunions tenues en Afrique Occidentale
Francaise, un project de convention anglo-franco-
belge a et6 6tabli et est soumis aux Gouvernements
interesses.
b) Criquet rouge (ou pelerin). Une Convention
sign6e en fevrier 1949 par l'Afrique du Sud, la
Rhod6sie du Sud, le RoyaUme-Uni, a 6te ratifile de-
puis par la Belgique.
Un service international de contrble a Wte en con-
sequence 6tabli en Rhodesie du Nord.
10 Conference scienlifique regionale
de Johannesburg (octobre 1949)
L6gbrement en marge de la cooperation technique
interafrlcaine, rais sans toutefois sortir du cadre
de leur politique de collaboration r6gionale, les puis-
sances interess6es ont tenu A Johannesburg en octo-
bre 1949 une Conf6rence Scientifique Regionale, qui
a recommand6 la confrontation des mbthodes et la
mise en commun des moyens de recherche scienti-
fique dans la meme zone geographique.
Afin de donner suite a cette recommendation, les
pays interess6s viennent, P'occasion de la Conf6-
rence de Paris, de prendre toutes dispositions pour
1'6tablissement d'un Conseil Scientifique Africain,
qui pourra utilement conseiller les bureaux perma-
nents interafricains chaque fois qu'un probl6me
scientifique se posera a eux. Ce Conseil comprendra
douze savants 6minents que d6signeront les six pays
participant A la cooperation technique interafri-
caine.


En raison m6me du caract6re empirique qu'avait
jusqu'alors pr6sent6 la cooperation technique inter-
africaine, aucune disposition officielle n'en avait
consacr6 I'existence devant l'opinion publique inter-
nationale. Aussi ne faut-il pas s'6tonner qu'au debut
de I'ann6e 1949, les Gouvernements int6ressds, mis
en presence des developpements auxquels elle don-
nait lieu, se soient preoccup6s de rendre officielle
une politique don't les r6sultats 6taient djiA notables
A cet effet, des conversations pr6paratoires eurent
lieu a 'Londres au mois de septembre 1949; elles
permirent d'esquisser les grades lignes de 'organi-
sation projetee. Cependant, ces discussions ne de-


vaient constituer qu'un stade aux yeux des Puis-
sances participants.
C'est pourquoi, aussit6t terminees les etudes don't
avaient Wte charges les Services Nationaux, il fit
decide de tenir A Paris la premiere session de 'orga-
nisation, session destinee A pr6ciser la forme d6fini-
tive des 61ements < institutionnels > de cette der-
niere.
L'annonce de la Conference de Paris suscita dans
la press international, un assez vif inthret si 'on
en juge par les nombreux articles qui lui furent
consacres. Cependant, pour les raisons rappelees ci-
dessus (notamment meconnaissance g6nerale des
buts de I'Organisation) les interpretations donn6es
par la press ne laisserent pas, en plusieurs occa-
sions, de reliever d'une certain fantaisie.
Quoi qu'il en soit les discussions qui s'ouvrirent
A Paris le 13 janvier dernier permirent cette cons-
tatation qu'un accord complete existait entire les Puis-
sances repr6sent6es quant A l'utilit6, sinon A la n6-
cessit6, de prolonger 'action entreprise depuis 1947.
En consequence, un memorandum final fut ela-
bore ; il est actuellement soumis a l'approbation des
gouvernements. II est possible d'indiquer 1'esprit
des dispositions essentielles de ce document don't
I'objet est d'instituer une << Commission de Coop6ra-
tion technique en Afrique au Sud du Sahara >
(C. C. T. A.).
En ce qui concern la composition de la Com-
mission, il est pr6vu qu'en dehors des gouverne-
nents represents a Paris, d'autres Etats ayant des
responsabilites dans la zone geographique ainsi d6li-
mit6e pourront ktre admis.
La Commission doit tenir, chaque annee, deux
sessions ordinaires et, en cas de besoin, des reu-
nions extraordinaires de travail.
Elle sera charge notamment de la preparation
des programmes de cooperation technique, de for-
muler toute recommendation utile dans ce but, de
donner aux Gouvernements-membres tous conseils
qu'ils solliciteraient dans ce domaine, etc., etc...
Un Secretariat, don't on entend qu'il ne constitute
pas un organisme trop lourd, sera '616mnent perma-
nent de I'Organisation. II assurera l'exp6ditiori des
affaires courantes comme la preparation des sessions
de la Commission.
Pour assurer que la politique de cooperation tech-
nique se d6veloppera harmonieusement, le memo-
randum pr6voit enfin la facon don't seront 6tablis
des liaisons ou contacts avec d'autres Organismes
internationaux, nationaux ou prives, don't les con-
naissances, 1'exp6rience ou r'appui seraient de na-
ture A faciliter les travaux de la Commission.

*

En conclusion, il n'est sans doute pas inutile de
souligner le caractbre original d'une ceuvre qui, en
dehors de toute preoccupation d'ordre politique, dB-
borde pour la premiere fois le cadre des frontieres
africaines afin d'assurer r6solument la mise en com-
mun de tous les moyens techniques et de toutes
les connaissances scientifiques des pays interesses,
oeuvre don't le principal objectif est de hater le dB-
veloppement 6conomique et social de 1'Afrique au
Sud du Sahara, pour le plus grand b6n6fice des
populations de cette region du globe.









Les monnaies des Territoires d'Outre-Mer

(d'apres les Documents fournis par la Direction des Affaires Economiques
du Ministere de la France d'Outre-Mer)


LA SITUATION EN 1945

JUSQU'A la fin de 1'ann6e 1945, l'unit6 mon6taire
(francs) cst la mime dans la m6tropole et dans
les Territoires d'Outre-Mer, sauf l'Indochine oif
la piastre, depuis 1930, apparait come un multiple
du franc (Piastre 10 francs).
En 1945, la metropole sort de plusieurs ann6es
d'occupation ou de guerre, diminuke dans son patri-
moine national et son potential Bconomique avec
une monnaic que l'inflation a d6grad6e.
Par contre, les Territoires d'Outre-Mer se trouvent
pour la plupart, a la meme 6poque dans une meil-
leure posture economique : ceux du Pacifique n'ont
en rien souffert du conflict mondial ct, au contraire,
ieurs economies se sont trouv6es favoris6es par les
6v6nements. Par ailleurs, les repercussions 6cono-
miques ont moins lourdcment frapp6 les autres ter-
ritoires.
Consequence : la valeur r6elle du franc est sensi-
blement inf6rieure dans la m6tropole A ce qu'elle est
dans ces tcrritoires. De m6me que le rapport entire
la piastre et le franc ne correspond plus a la r6alit6.

LE DiEICROCHEMENT DES MONNAIES COLONIALES
Le 26 (ldcembre 1945, la degradation du franc
dans la m6tropole et dans certain territoires don't
I'6conomic est habituellement lie A 1'4conomie me-
tropolitaine (Antilles, Guyane), est officiellement
constatie par rapport aux monnaies anglo-saxonnes
qui restent lies entire elles par le rapport 1 livre
4,03 dollars.
Le franc ayant course dans les colonies franchises
du Pacifique conservant sa valeur ancienne pour
cls raisons sus-indiqu6es voit maintenir sa parity
ant6rieure avec les monnaies anglo-saxonnes et ac-
quiert en consequence par rapport au franc m6tro-
politain la parity de 2,40.
C'est le franc' C. F. P.
Les autres < colonies francaises > en majeure par-
tie africaines se trouvant come nous 1'avons
vu dans une situation 6conomique interm6diaire
entire 1'6conomie d6labr6e de la metropole et 1'6tat
florissant des Etablissements du Pacifique, leur
monnaie se volt assigner la position correspondante:
Le franc C.F.A. est done cree a la parity de 1,70 par
rapport au franc 'mtropolitain (moyenne arithm6ti-
que entire 2,40 ct 1).
La piastre affect6e du mnme taux de devaluation
passe de 10 A 17 francs m6tropolitains.
A noter que ces nouveaux francs ne jouissent d'au-
cune autonomie monetaire : ils se pr6sentent comme
de simples multiples du franc m6tropolitain qui
en definitive assure seul, directement ou indirecte-
ment, la garantie de leur mission, et, par le fonds


de stabilisation des changes commun, les relations
de la zone franc avec l'ext6rieur.

VERS UNE COMPLEXITY CROISSANTS
DU SYSTLME MONETAIRE FRANCAIS
1" 26 janvier 1948 : D6valuation de 80 %' du franc
m6tropolitain par rapport A I'ensemble des devises.
Overture d'un march libre du dollar A Paris
don't le course est fix6 comme suit :
course libre pour operations financieres ;
course moyen : 50 % libre, 50 %c official, pour
operations commercials.
Le franc C.F.A. et la piastre suivent le franc m6-
tropolitain dans sa devaluation et conservent par
consequent le meme rapport avcc lui 1 franc C.F.A.
S1,70 F.M. ; 1 piastre I.C. = 17 F.M.
Au contraire le franc C.F.P. circulant dans les
territoires < enclaves dans l'6conomie anglo-saxon-
ne > n'est pas d6valu6 et se voit done appr6ci6 de
80 % par rapport au franc m6tropolitain 1 franc
C.F.P. = 4,32 F.M.
Pour les operations piastres-dollar, sont appliques
les memes regles que pour les operations F.M.-dollar.
Par centre, si les operations financi6res C.F.A.-
dollar se traitent au course libre, les operations com-
merciales C.F.A.-dollar se traitent non au course
moyen mais au seul course official.
Pour les operations C.F.P.-dollar il n'existe 6vi-
demment qu'un course, le course official.
2 18 octobre 1948 : Devaluation de 23 % du
franc m6tropolitain par rapport aux devises du
march official, par alignement des nouvelles pari-
t6s non plus sur le course official mais sur le course
moyen du dollar.
La piastre suit le F.M. dans cette devaluation.
Le franc C.F.A. au contraire n'accompagne pas le
F.M. dans cette nouvelle chute.
Le course official dollar-C.F.A. du 26 janvier
1948 est maintenu.
Sa parity devient 1 franc C.F.A. = 2 F.M.
Ce qui amene pratiquement pour lui au course libre
du dollar une 16gere appreciation sur la periode pr6-
c6dente.
Le franc C.F.P. conservant toujours sa meme
parity avec le dollar se trouve A nouveau appr6ci6
par rapport au franc m6tropolitain 1 franc C.F.P.
= 5,31. Cc course peut-ktre modifi6 automatiquement
dans les mnmes proportions que le course g6n6ral des
devises du march official, en function de certain
pourcentages de variation du course moyen du dollar.
Ce m6canisme entrera en jeu le 27 avril 1949, le
franc C.F.P. passant de 5,31 A 5,48.









2 Creation du franc de Djibouti : 20 mars 1949.
Le franc (anciennement C.F.A.) circulant en C6te
Frangaise des Somalis devient une unit mon6taire
autonome hors zone franc don't 1'6mission est garan-
tie par une coAverture int6grale en dollars.
11 est d6sormais s6par6 de la zone franc par la
barribre du Contr6le des Changes et se trouve cot6
comme le dollar au march libre de Paris.
Compl6tant la r6forme douaniere, cette r6forme
mon6taire doit assurer le d6veloppement d'un impor-
tant centre de transit au milieu de pays sterling.

RETOUR A UNE SIMPLIFICATION
DU SYSTME' MONATAIRE FRANgAIS

1 8 aofit 1949 : deux anomalies disparaissent.
Le course official dollar-C.F.A. n'avait pas 6t6 mo-
difi6 le 13 octobre 1948 et correspondait toujours A
la parity F. C.F.A. 1,70 F.M. ; il est d6sormais
d'apr6s la parity F. C.F.A. = 2 F.M., A la moiti6 de
la valeur de cette devise, en francs m6tropolitains.
Par ailleurs les operations commercials C.F.A.
seront trait6es d6sormais comme les operations com-
merciales F.M., c'est-A-dire non plus au course official
mais au course moyen.
2 21 septembre 1949 : devaluation de 22 % par
rapport au course moyen du dollar.
R66valuation de 10 % par rapport A la livre.


Le syst6me des changes est simplifi6.
Un seul course du dollar : course libre.
Le march official des devises est susceptible
de varier si certain pourcentages de variation du
course libre sont atteints.
La parity avec les devises des piastres, franc
C.F.P. et franc C.F.A. est determine par leur seul
rapport avec le franc m6tropolitain.
Le franc C.F.P. < rentre au bercail > il suit le
F.M. dans sa devaluation, arrondi A 5,50 et se trouve
d6sormais trait come la piastre et le franc C.F.A.

LA SITUATION ACTUELLE

Les monnaies des territoires d'Outre-Mer peuvent
actuellement 6tre classes en deux groups :


Zone franc

F. C.F.P. = 5,50 F.M.
F. C.F.A. = 2 F.M.
Piastre = 17 F.M.


Hors zone franc

Franc Djibouti rattach6 au
dollar course libre actuel
1 F. Dj. = 1,63 F.M. en-
viron.
R o u p i e frangaise : n'est
qu'un < substitute > de la
roupie indienne don't elle
suit tous les movements,
course official actuel : une
roupie = 73,50 F.M.


EVOLUTION DE LA PARITY DES MONNAIES DES TERRITOIRES D'OUTRE-MER

PAR RAPPORT AU FRANC METROPOLITAN


US. $ (< Cours de r6fdrence D)
Avril 1948 : 272,09 francs metro 3,22 %.
Janv. 1948: 214,39 francs m6tro.
Oct. 1948 : 263,59 francs m6tro 23 %


DIFFERENCES ETAPES
(les dates indiqudes sont les dates
mises en application des measures .


26 d6cembre 1945 :
Creation des francs coloniaux
(C.F.A. et C.F.P.) D6valuation de
140 % du francs m6trop. par rapport
au dollar des E. U. ..............
26 janvier 1948 :
Devaluation de 80 % du franc m6-
trop. par rapport au dollar des E. U.
18 octobre 1943 :
Devaluation de 23 % du franc m6-
trop. par rapport au dollar des E. U.
20 mars 1949 :
Creation du franc de Dijbouti ....
27 avril 1949:
Devaluation de 3,22 % du franc m6-
trop. par rapport au dollar des E. U.
20 septembre 1949
Devaluation du franc m6trop de
22 % .............................
par rapport au dollar U.S.A.
R6avaluation de 10 % par rapport l
la livre sterling.


ZONE FRANC Hors zone
Comp. aussi la livre libanaise francs


C.F.A.


C.F.P. I Piastres Rouple
I I.C. fse


Franc Dj.


OBSERVATIONS


1,70 = inoyenne du franc retrop. et du
1 = 2,40
franc C.F.F. -- = 1,7
2
17 = piastre I.C. Entr6 en application le
27 exactement.
t,32 2,40 = 80 %, le franc C.F.P. rested
aligned sur la livre et le dollar, ii subit
done une augmentation de 80 %.
Train des devises lih aux carts du course
moyen du dollar.
5,31 = Augmentation de 23 %.
2 = Augmentation de 17 %.
Seulement on a choisi une valeur rdnde.
Cours moyen.
Cour libre.
Le franc de Djibouti est rattache au
dollar avec une parity de : 1 $ = 214,39
francs Djibouti.
5,48 = augmentation de 3,22 %.
82,27 = augmentation de 3,22 %.

I.a roupie suit la devaluation de la livre.
Le franc C.F.P. suit le franc m6tropoli-
tain dans son alignement, il est-arrondi.











Le Protestantisme et 1'Enseignement

par le pasteur Etienne KRUGER


L Protestantisme a et6 (Id tout temps preoccup&
du probl6me de la formation intellectuclle et
morale de la jeunesse. Ses fondateurs, qui
posaient come principle l'autonomie de chaque
croyant, devaient se preoccuper de les mettre a
mnlme d6s l'origine de prendre contact avec les
texts sur lesquels il pourrait fonder sa foi person-
nelle, avec les textes sacr6s de la Bible dans lesquels
il trouvcrait les 616ments constitutifs de sa vie reli-
gieuse et morale. A Genbve en particulter Calvin
n'a pas tard6 A fonder le Colld ye, qui est a I'origine
de 'censeignement secondaire francais.
Dans ces conditions, l'importance attache par les
Missionnaircs Protestants a l'organisation de 1'En-
seignement n'a rien de surprenant. C'est uine mani-
festation normal et inevitable de Icur vie cclesias-
tique. La tradition protestante n'envisage point
1'6cole avant tout du point de vue de la diffusion
de connaissances encyclop6diques, encore que cet
616ment n'ait jamais fait defaut, et qu'il ait pris
une importance croissant au fur et a measure que
se d6veloppaient les sciences naturelles. Et, si l'ecole
est devenue le centre de diffusion d'une sagesse -
l'un code de vie morale cominun, d'une civilisation,
pour prendre cc mot dans son sens original, cela
n'a pas 6t6 de propos d6lib6r6, cela a dte le r6sul-
tat inevitable de son fonctionnement comme cole.
Le but recherche a toujours 6t6 avant tout de mettre
les 616ves en presence des textes fondamentaux et
de les rendre aptes A en tirer tout le profit person-
nel qui 6tait souhaitable, aussi bien dans le domain
de leur vie religieuse que dans celui de la vie social.

**

Ce n'est que vers la fin du xvini siecle que ]es
Protestants entrcprirent en grand de r6pandre dans
le monde leur conception de la religion ci6tienne.
Les pionniers de cette oeuvre se virent contraints,
de par Ia constitution mnme de leur doctrine,
d'aborder presque simultan6ment deux tAches pr6a-
lables : la traduction des lives saints dans la langue
indigbne, et 1'ouverture d'ecoles pour apprendre aux
indigenes A lire cette traduction.
La premiere de ces tAches 6tait gigantesque, en *
ce sens qu'elle supposait une connaissance appro-
fondie des langues des natifs au lieu de activityt6
du Missionnaire. La difficult 6tait tnorme deja dans
les pays connaissant 1'6criture, ct pos6dant une lit-
t6rature, come c'est le cas aux Indes par example.
II s'agissait, non seulement d'apprendre le language
du people, mais d'6tudier a fond ses 6crits, pour
s'approprier les terms abstraits, le language mystique
et philosophique qu'il emploie, de saisir les concepts
que repr6sentent ces terms et de les adapter, tout
paiens qu'ils fussent, aux concepts de la th6ologie
chr6tienne. il n'cst pas 6tonnant que les premieres
traductions ne soient arrives que pcu a peu a un


resultat salisfaisant. En Chine par example, des g6n6-
rations (ie missionnaires protestantss on catholiques,
car la difficult 6tait 6videmmnent la minme pour les
uns et pour les autres) ont discut6 pour savoir lequel
des cinq signes d6signant la divinity dans l'6criture
chinoise 6tait celui qui correspondait le ilieux A la
notion chrdtienne de Dien.
Mais combien plus grande encore 6tait la difficult
rencontr6e par les Missionnaires entreprenant des
traductions dans la langue de peuplades ne posse-
dant pas 1'6criture et n'ayant par cons6qcunt aucune
notion ni de granummire, ni de vocabulaire.
Aujourd'hui, aprbs 150 ans de travail, la Bible, en
tout on en partic, a 6t1 traduite en pliu de mille
deux cents langues, et chaquc annde vo t paraitre
quelques nouvelles traductions.
La deuxinme de ces Ialies, la formation d'Scoles,
etait mende de front avec le iravail de Iraduction.
Beaucoup de pionniers de la Mission avaient l'id6e
qu'avec des enfants ils apprcndraient plus facilement
la langue indigene, en nmme temps qu'ils enseigne-
raient la leur. Tres souvent, ces premiers el6ves
sont devenus ensuite Ics principaux auxiliaires de la
premiere traduction. L'exemple classiquc de ]a for-
mation d'une mission, puis d'une 6glise protestante,
c'est celui de Madagascar. Arrives en 1822, les Mis-
sionnaires anglais ouvrcnt de suite une ecole, avec
l'appui de Radama I" et apprenncnt la langue. En
1834, la traduction de ]a Bible cst entire nent ache-
vee et imprim6e. Cc!te mime ann6e, un changcnlent
de politique de Ranavalona PI, qui a succ6d6 a Ra-
dama, provoque P'expulsion des Europdens. Aueune
6glisc n'est encore constitute; il n'y a p:a de clergy
indig6ne; mais la Bible est entire les mains des pre-
miers chr6tiens baptis6s, et ce sont ces neophytes
qui, la Bible en mains, fondent 1'Eglisc Malgache,
malgr6 de tr's sanglantes persecutions qui cofitent
]a vie de milliers de croyants. Le texte sacr6 a agi
comme un ferment produisant la constitution d'une
6glise avec toutes les consequences morales, sociales
et civilisatrices qui en d6coulent. Quani en 1863,
les missionnaires parent revenir, ils cur'nt la sur-
prise de se voir accucillis par ties milliers de pa-
roissieris.
Ainsi, ce n'est pas le souci de former des colla-
borateurs (pastcurs, cat6chistes on instititeurs) qui
pousse les missionnaires A cr6er ties Scoles, mais la
conception meme de la vie religious prolestante qui
sc d6veloppe entierement autour de la lecture et de
Ia meditation de la Bible.
II est evident que tout de mIme, accessoirement,
la preoccupation du recrutement du clerg6 indigene
se pr6sente a l'esprit di missionnairc, et il est
natural que cc soit parmi les 6b1ves des 6coles que
se fasse ce recrutement. Toutefois, ces futurs colla-
borateurs restent 616ves des mnmes ecoles que les
futures laics, jusqu'au moltfent oil la n6cessit6 d'une
sp6cialisation plus pouss6e les faith admettre dans des








Rtablissemrnts particuliers (6coles normales, coles
de catechistes ou ecoles pastorales). La mission pro-
testante, pas plus que le protestantisme europecn,
ne connail done le petit seminaire.




Comment sc pr6sentent ces 6coles de la mission
protestant.; ?
Les unes sont extrmement modestes et extrmine-
ment nonibreuses. Cc sont ces petites ecoles de
brousse qui sont connues dans les territoires de
I'Union F-ancaise sous le nom d'ecoles de cat&-
chistes ou de garderies d'enfants. Les maitres de
telles 6col.!s ne sont d'ordinaire munis d'aucun di-
pl6me offi iel d'instituteur. Souvent, cc sont les eate-
chistes qut sont charges, conjointement avec leur
enseignement scolaire, d'une activity religieuse. Ils
enseignent A leurs el1ves la lecture et 1'6criture en
langue indigene, et de plus, ils font Ie cat6chisme.
Cet enseLgnement en langue vernaculaire, le protes-
tantisme.; tient beaucoup. Tout le movement de
la RWformi a propag6 cette idWe que la vie religieuse
devait s'e .primer en langue vulgaire, et non dans
une langu2 6trang6re (dans le cas particulier du
latin). Setles, les id6es que l'homime exprime dans
sa langue maternele, font vraiment parties de sa vie
interieure. Enseigner une religion dans line langue
etrangire, c'est en fair quelque chose de postiche,
inassimila)le tout au moins aux gens simples qui
n'arrivero it jamais A en saisir touts les nuances.
Le culte publicc se faisant normalement en langue
indigene, il va de soi que les infants qui doivent
un jour pouvoir s'y associer doivent apprendre A
parler parfaitement cette langue, A la lire et A
1'Pcrire.
La consequence tie cc principle, c'cst que, de m6me
que la litl6rature franchise a grandement b6nefici6
des efforts faits par les r6formis du xvi' siccle pour
exprimer en frangais tout ce que 1'on exprimait
auparavan: en latin (le droit, la theologic, la philo-
sophie) du mnme que les littiratures anglaise et
allemande se sont 6galement d6velopp6es A la suite
d'efforts analogues, tie mnme il est evident que P'une
des consequences des pratiques protestantes (cons6-
quence qui n'6tait pas rccherch6e, mais qui, en fait,
s'est produite) a kt6 la constitution de rudiments de
litt6rature en langue indigene, litt6rature qui a
atteint dtj:i un diveloppement appreciable dans cer-
tains terr toires. C'est le cas ai Madagascar par
example, ,as du reste assez exceptionnel, il faut le
dire; il s'agit d'une population assez nombrcuse,
parlant la m~me langue et possedant ties imprimeries
depuis plus de 120 ans. Mais d'autres territoires de
1'Union, le Cameroun en particulier, assistant aussi
A l'6closion d'une litt6rature autochtone.
Mais s'it est n6cessaire pour leur 6quilibre psy-
chologiquc autant que pour la comprehension de
I'enseignement religieux, que la langue indigine soit
employee au d6but, il serait absurd de vouloir
carter le; indigLnes de toutes les richesses cultu-
relles auxquelles ils pourront avoir acc6s en appre-
nant le francais. C'est pourquoi, dans toutes les
autres ecoles, Ic francais est enseign6, la langue indi-
gene n'6tant plus employee que pour les lecons de
religion.


Les autres ecoles sont : les 6coles 616mentaires
(ecoles prinlaires, Ccoles brevetees on coles du pre-
mier degree suivant les territoires) don't les maitres
sont ties institutcurs dipl6mnis. Leur programme,
beaucoup plus coimplet, s'ltend sur plusicurs annces,
ct les etudes q(L'onl y fait sont sanctionn6es, dans
certain territoires tout au Inoins, par un certificate
official de filn d'lu tIs du premiier deigr&6 Dans les
grands centres, des 6coles plus iimportantes et com-
prcnant un grand nombre tie classes, sont dirigees
par des missioinnires-instituteurs. Leur programme,
calu le I plus souvent sur celui des 6tablissements
de l'enscignenient official, iiine les 616vcs a un di-
plome e efiln td'ludes du deuxiime degree.
A c6te ct au-dessus dc ces ecoles viennent cnfin
quelques itablissements plus speeialisis : ecoles pro-
fcssionnelles, Ccoles secondaires prLparant soit Ie
contours ('entrCe aux ecoles de M&decine, soit le
baccalaurtat; on enlin e!s ecoles normales quii for-
ment des instituteurs.
II est fort dif!iLile de savoir cc que l'effort sco-
lairc protesiant represented, au point de vue statis-
tique. Depuis 1939, aucun annuaire international
complct des missions protcstanles n'a paru, de sorte
(que nous ne disposons quc des chiffres de 1938,
parus en 1939.
A cette 9poqiue 19 socitets de missions protes-
lantes 6taient represcntees dans lis teritoires fran-
cais d'O(utrc-IMer. Ces societis, il faut Ic dire, 6taient
d'iinportance tres diverse. Au point de vue de la
nationality, voici la repartition de ses societies :
1 franchise (mission protestante franchise)
4 scandinaves
5 anglaises
2 australiennes
7 americaines

19

Plusieurs de ces socidtis n'avaient que tres pcu
d'6coles ou pas du tout. On arrive aux r6sultats
suivants en additionnant des chiffres, souvent peu
comparable (par example, les chiffres du Came-
roun comprennent les l66vcs des ecotes de cate-
chisles, tandis que ceux de Madagascar les excluent).


Ecoles 616mentaires (de type tres divers)..
Eleves des ecoles 66lmentaires ..........
Ecoles sup6rienres (professionnelles, nor-
males, secondaires, etc.) ............
ElDves des ecoles supdrieures ............
Nombre total des instituteurs dipl6mes ..


2.961
111.544

57
3.826
2.602


II ne faut prendre ces nombres que come indi-
quant un ordre de grandeur. Depuis 1938, des bcoles
ont 6t6 ouvertes, et d'autres fermces; des socit6s
sont venues fonder une activity nouvelle, et d'autres
se sont retir6es... ct nous n'avons aucun moyen,
actuellement, de le savoir avec line precision satis-
faisante.
Compete tenu de ces prudentes reserves, il n'en
reste pas moins que les missions protestantes ap-
portent une contribution relativement important au
d(veloppement intellectual et moral des habitants
des territoires d'Outre-Mer.










L'esprit religieux des Vietnamiens


A FFIRMER, conmme on le fait encore aujour-
d'hui, que la religion des Annamites est
base sur le culte des Ancktres, c'est pren-
dre 1'effet pour la cause.
Les faits d6montrent qu'un culte religieux pro-
cede n6cessairemcnt d'un dogme, lequel tire son ori-
gine d'une croyance en une divinity quelconque.
Le souci d'une connaissance exacte de cette Indo-
chine en pleine evolution nous invite A essayer de
donner de l'esprit religieux des Annamites une idce
aussi exacte que possible.
Nous essaierons d'y parvenir en determinant,
selon une m6thode rigoureuse ressortissant A la lin-
guistique, les representations mentales auxquelles
correspond la terminologie religieuse usuelle des
Vietnamiens.
Le mot < dao > qu'on interpr6te ordinairement
par < religion >> veut dire << principle A suivrc... >
< saine doctrine > et par extension < raison >>. il
signifie encore << voie > (au figure) ; ct, dans ccr-
tains cas < condition >>.
L'expression c dao phdt >> signifie litt6ralement :
< principles A suivre > (enseign6s par) Phdt (c'est le
noni sino-annaimite du Bouddha) << dao nho > a le
scns de < saine doctrine confuc6enne >>.
Une religion est done tout d'abord, pour les An-
namites, un corps de doctrine philosophique et mo-
rale impliquant n6cessairement un double imperatif
cat6gorique : celui de la tenir pour vraie, et celui
de la mettre en pratique. C'est la < voie >> A suivre.
En l'espece, la connaissance reste inseparable de
l'obligation.
Cela revient A dire que celui qui la pratique con-
coit difficilement qu'on puisse se preoccuper de con-
naitre telle discipline religieuse par pur dilettan-
tisme.
On n'y croit pas parce qu'on l'a 6tudiBe, et par
l'effet d'un examen critique. On 1'6tudie parce qu'on
doit, il faut, y.croire. Et cette croyance a prior est
toujours n6cessaire, attend que le besoin de croire
en une puissance transcendante est une inclination
naturelle, inn6e, profonde, de ]a condition humane
(dao-nhon).
Compl6tons ce que nous venons de dire en ajou-
tant que le mot francais o religion > compris come
d6signant un ensemble de doctrines et de pratiques
constituent le rapport de I'homme avec la puissance
divine, n'a d'6quivalent exact ni dans la langue an-
namite parl6e vulgaire, ni dans la langue mandarin.

**

L'ensemble des obligations morales pr6conis6 par
les traditions annamites plus ou moins apparent6es
au < dao >> se r6duit A une morale du < devoir >
(nghia).


Et Ics devoirs essentiels comprennent non seule-
ment les obligations de la morale naturelle, mais
encore la pratique des < cinq vertus sociales > (nam
du'c).
On peut se rendre compete de I'id6e que ]es Anna-
mites se font de ces vertus en m6ditant 1'anecdote
suivante :
Du temps des rois Dh6ng (618-907), le pokte chi-
nois TAng-Cing disait de son chat qu'il poss6dait
les cinq vertus. < En effet, ajoutait-il, quand il voit
une souris, il ne la prend pas ; il pratique done
I'aminitg. S'il partage la couche de son maiitre, et il
la partage, il pratique le loyalisme. Quand il voit
arriver un visiteur, il s'assied devant lui, attendant
son bon plaisir. N'est-il pas plein de conrtoisie ?
Quand on a prepare un bon morceau, et qu'on le
cache pour qu'il ne vienne pas s'en emparer, il se
met en quite, et a tot fait de le d(couvrir. Si ce
n'est pas de la finesse, qu'est-ce done ? Enfin lors-
que vient la saison froide il se r6fugie A la cuisine
et se chauffe auprbs du foyer. Il est done singuli6-
rement perspicace et de jugement snir car jamais il
ne se trompe >
Boutade ?
Ce n'est pas certain. N6anmoins donnons aux cinq
mots de la languc mandarine que Tang-Clng inter-
pr6tait par < am6nit6 >, < loyalisme >, c: courtoi-
sie >>, < finesse >> et < jugement > leur traduction
officielle et classique : Charit6 (ndhn) ; justice
(nghia) ; science des rites (ld) ; prudence (tri) ; et
jugement (tin).
Cette operation donne lieu A des observations
qu'on peut r6sumer en ces terms :
La notion de justice se confonds avec celle de
devoir. Et le mot < nghia >, ou < ngdi ,>, don't le
sens primitif est < justice >> s'emploie pour exprimer
aussi bien le loyalisme envers le prince que la fid6-
lit6 conjugale.
Quant aux regles de savoir-vivre on les d6signe
par le mgme term, qu'on emploie pour designer les
c6r6monies culturelles. La civility pu6rile et hon-
n&te mise au niveau des rites de la religion ? Assu-
rement.
Et nous devons retenir que m6me encore aujour-
d'hui la politesse tant vantee des Annamites, n'est
pas, comme la n6tre, un art tout de nuances d6lica-
tes, un don gratuit et spontan6, mais une science de
formules et de gestes, tout un protocole froid, mi-
nutieux, rigide, qui s'apprend par coeur et s'ex6cute
comme un strict rbglement de police ; et dans cer-
tains cas, come une experience de laboratoire.
Quant A la < prudence >> on volt qu'elle e6toie ce
que nous appelons l'astuce.



Au sommet des devoirs de la morale naturelle,
tr6ne la pi6te filiale (hidu).







e'st ellI qui inspire le culte rendu aux Ancetres;
culte familial et prive, bas6 sur le respect de la vie
et la croyance qu'une entity humaine desincarnbe
peut faire du bien ou du mal a ses descendants selon
que ceux-ci auront ou n'auront pas accompli les
rites prop tiatoires prescrits par la coutume.
Et cette coutume est si g6ndrale, elle comporte une
obligation morale si grande, qu'clle peut etre con-
sid6rde co me tine veritable religion, ind6pendante
d'ailleurs le toutes les autres disciplines religieuses
ou pseudo religieuses que les Vietnamiens ont adop-
tees.



Consid -ant que ceux-ci sont census pratiquer
simultanei lent un bouddhisme et un taoisme tres
alterds, soit dit en passant sans prejudice de leur
adhesion .t la m6taphysique confuc6enne, on peut se
demander, ce qui pr6cede 6tant pos6, cc que valent
leurs con ictions religieuses.
Les fait; r6pondent.
En matitre religieuse, les Vietnamiiens se sont
toujours riontr6s fort clecctiques sinon toujours told-
rants ; et il ne parait pas que, du temps de leur
ind6pend: nee, leurs souverains aient voulu imposer
une religi n d'Etat plut6t qu'une autre, ou fair du
proselytis ne A l'extirieur en faveur de telle ou telle.
Les persecutions infligies aux catholiques par les
rois qui ,e sont succdes depuis le d6but de la p&-
riode Mih-Mang (1820), jusqu'/i l'instauration du
protectorit francais (1886), furent d'inspiration ex-
clusiveme it politique.
Les mandarins Ctaient jaloux de l'autoriti morale
grandissaite que prenaient les missionnaires euro-
pdens. Et les rois craignaient que cette influence
portat onibrage h leur prestige de mandataires du
Ciel.


Question de politique interieure ; voire mince,
dans de nombreux cas, questions de personnel.
Aucun fanatisme religieux.
L'ind6pendance d'esprit des Annamites en matirre
religieuse et leur opportunisme natif font que, dans
beaucoup de pagodes existe un autel place sous 'in-
vocation des dicux inconnus. On tient, en tout 6tat
de cause, A se mettre du c6i6 du nianche. Et c'est au
point, qu'il n'y a pas si longtenips, on pouvait voir,
autour des idoles chim, notamment autour d'un
tres beau taureau Nandin conserve A Tourane, -
des baguettes d'encens allumCes, et qu'on avait pla-
cees 1h pour se concilicr les bonnes graces des dieux
inconnus que representaient ces effigies 6nigmati-
ques.
**

Certains, nial informs, ont ])u porter des juge-
inents sommaires sur la sincerite des convictions
religieuses des Vietnamiens.
II serait injuste de ne pas rappeler que du temps
des persecutions -- et elles furent longues ct atro-
ces (2) de tres nombreux Annamites convertis au
catholicisme souffrirent le martyre on se hausserent
aux plus beaux sommels de l'h6roisme dans la re-
sistance qu'ils oploserent a leur persecuteurs. < Cc
people excellent > a dit, en parlant des Annainites,
Monseigneur de CGubriant.
Louis CuocuoD.
(Ancien mcmbre tid Comnil consultatif
et de la Commission cenlrale d'examens
de langiues orientaleo).

(2) Du 16 juillel au 4 octobre 1885, 24.000 chritiens
annamites furent massacres ; toutes les maisons des
chretiens, 225 6glises furent incendi6es dans les siq cir-
conscriptions territoriales formant la mission de Qui-
Nh6n en An-Nam.




















NOUVELLES DE FRANCE


LA VIE PARLEMENTAIRE


ASSEMBLE NATIONAL

M. Juglas est r6elu President de la Commission
des Territoires d'Outre-Mer

La Coinmission des Territoires d'Outre-Mer de
l'Assemblle Nationale a proedi d le 23 janvier,
'i I'6lection de son bureau.
M. Juglas (M.R.P., Seine) a 6t& re6lu Presi-
dent.
MM. Defferre (soc., Bouches-du-Rh6nc), Mal-
brant (A.D.S., Tchad) ont 6t6 d6sign6s comnme
vice-presidents.
MM. Senghor (ind. Outre-Mer, Sdn6gal) e. Li-
sette (R.D.A., Tehad) ont 6t6 elus secrdtaires.

La ratification des accords entire la France,
le Vietnam, le Cambodge et le Laos
(seances des 27 et 28 janvier)

Le 25 janvier, la Commission des Territoires
d'Outre-Mer a, par 29 voix conire 13, decide d'ac-
cepter la discussion d'urgence du project de loi
tendant it approuver le.; actes d6finissant les
rapports des Etats assocics du Vietnam, du Cam-
bodge et du Laos avec la France.
Elle a, ensuite, examine le rapport de M. D)vi-
nat sur cc project de loi eL l'a adopt par 22 voix'
centre 13 (com.) et 8 abstentions (soc.).
La Commission avait repousse une motion preju-
dicieile 6manant de AI. Deflerre et qui devait Otre
)prIesnt e par le group social iste an course (ln debat
public dlevant I'Assembi6e Nalionale par son aiuleur.
Cetie mnoion reprenait cerlains des termes do lan
r6cente lettre (i p)rofesseur i\ et an President de
la H16publique an sujet d(cs conditions dans lesquelles
il conviendrait de mettre fin i la guerre en Indo-
chine.

De son c6t6, la Colnmission des Alfaires 6tran-


geres avait, par 20 voix contre 15,
favorable a l'adoption de cc tcxtc.


6mis un avis


L'Assembl6e Nationale a abord6, le 27 janvier,
en presence de M. Letourneau, ministry de la
France d'Outre-Mer, la discussion du ipojet de
loi.
Le rapporteur de la Commission des Terri-
toires id'utre-Mer, M. Devinal, faith, tout d'abord
I'historique des 6v6nements qui ont pre6ed6 les
accords du 8 mars 1949. Puis il rappelle les cbn-
ditions dans lesquelles les accords furent con-
clus, puis entr6rent en application, soulignant,
notamment, I'affermiissement de I'autorit6 de
Bao-Dai.
<< Le gouvernement dn Vielnam d6clare-t-il
n'allend plus que la ratification des accords
pour apporter, ti la population qu'il dirige, la
prenve de sa compllee majorild. Pour ie Cam-
bodie el le Laos, don't les gouverncmenls eiaient,
ldejd, reconnus, il resle ri mellre en place les
organismes mi.rtes qui doineni gCrer cerlains ser-
Vices spdciaux el communs. >
L'orateur analyse, ensuite, les divers docu-
ments d6finissant les rapports entire la France,
!e Vietnam, ie Laos et le Cambodge, et rend
compete des debats qui se sont instauris, en com-
mission, sur ces texts. 11 conclut en :nvitant
1'Assembl6c voter le project qui lui est soumis
ct qui constitute < le seul moUen d'ouvrir, en
Indorhine. une ere de pair et de prospirie >>.
M. H. Teilgen, rapporteur de la Commission
des Affaires 6trangeres, succede h la tribune it
M. Pevinat.
M. Teitgen, apres avoir d6clar6 que les accords
soumis A l'Assemblec 6taient une application du







preambule de la Constitution, note qu'apres la
ratification, il y aura une politique de 1'Union
Franqaise et, apris avoir insisted sur le r6le capi-
tal du -aut-Conseil de l'Union Frangaise, il
traite des modalitls de ratification des accords.
< La France declare-t-il -- doit fire le
premier pas en aff'irmant independencee des
Etats as,:ocids. >
M. Pierre Cot (U.R.P., Savoic) ct M. Defferre
(soc., Beuches-du-Rhine) font observer, alors,
que, jur diqucmcit, le contract entire Bao-Dai et
le gouvernement consiste uniquenment dans les
lettre ecliangees. Or ajoutent-ils dans la
lettre de Bao-Dai, il n'csL fait mention ni du
regime politique ia inslaurer au Vietnam, ni de
la ratification des accords. 11 n'existe aucun
instrument juridique et diplomatique sur cc
point precis.
M. Teitgen ne contest pas. 11 met, toutefois,
en garden 1'Assembl6e contre curtains << excs de
cartesia isine >:. Pour lui, il reste 1'csprit et c'cst
en tenar t comptc. precishinent, de l'csprit qui
inspire c~s textes, que l'Asscmbl)6e doit voter le
project er discussion.
La pa ole a it6 ensuite donnee i M. Letour-
neau, milistre de la France d'Outrc-Mer.
Le ministre rappelle, tout d'abord, la haute
mission issum6e par la France en Indochine et
indique lue les actes en discussion donnent
corps unce important innovation juridique et
diplomat ique.
Ayant affirmi que la paix clait l'objcctif essen-
tiel que la France s'est assigned en Indochine,
M. Letourneau fail I'historique d(u movement
nationaliite indochinois et retrace les niegocia-
tions corduites par M. Bollacrt, alors qu'il 6tait
Haut-Cominissaire, et qui devaient aboutir, en
fin de coiiptle, aux accords du 8 mars.
< Nowu, considdrons que la pai. repose sur tune
double c(,ndilion poursuit-il I'iildpendance
du Vietn an et Ventrdte (it Vietnam dans 1'Union
Francaise an tiire d'Etat associe. Nons ne re-
chercholnS pas de solution miiiilaire an draine
qui rava, e le Vietnam. II esl /fauX.l ie parlor de
reconqunife. La France vent la paix. >>
M. Leiourneau expose, en le cominentant, le
contenu des accords qui assurent --- dit-il -
l'ind6pen :lance du Vietnam et son entree au sein
de l'Union Francaise. Pour lui, ceux qui vculcnt
trailer a 'ec Ho Chi-Minh ont choisi, en v6ritc,
le d6parl total de la France d'Indochine.
Et, ap.i&s avoir adresse, aux populations indo-
chinoise. et aiux soldats du corps expedition-
naire, lc ;alut du Gouverncmentl M. Lecourneau
a conclu que voteront le project < cenx qui out
confiance en l'avenir de la France el qui venlent
tlendre, i I'Union Francaise, I'ideal de pair el
de prosp:'rite de la Rdpubliqie >.


Les discussions out repris le mime jour dans
l'apres-midi.
Le Gindral Au'ieran (P.1.L., Alger) a 61eve cer-
taines critiques notamment sur le fait que les con-
ventions annexes sont cxclues des documents soumis
i ratification et sur cc qu'il appelle << 'abandon de
]a Cochinchine, de Hanoi, Haiphong, Tourane,
villes franchises >. ill demand le renvoi des d6bats.
A la demand id M. Letourneau, la question pr6a-
lable du g6niral Auicerau est rejet6e A mains levees.
M. el'eerre socialistt) reprend au nom de son
group une inolion pr6judicielle pr6cisant que les
accords passes avecle Vietnam sont valables quclle
que soit la forme d6linitive de son government; il
insisted pour qu'aucun moyen ne soit n6glig6 pour
trouver la paix. M. Lelonrnean demnande que pour
cela on fasse conliance au Gouvernement.
M. Arthland (coin.) saisit 1'occasion pour prendre
a parties M. de Chevigne; il est rappel6 A l'ordre par
]e prIsident Herriot.
La motion dc M. Deferre cst repouss6e par 483
voix contre 109.
AM. Dupont (P.H.L., Seine) announce qu'il votera les
accords; il deplore < l'hesitation du gouvernement
francais > et condaine << la propaganda acharn6e
qui s'exerce centre la guerre d'Indochine >.
M. Pleve~i, parlant de sa place, refute certaines
affirmations (du journal < Temoignage Chrltien > sur
des actions coupables commises par les troupes fran-
caises. M. Dupont demand l'cnvoi de materiel au
corps expeditionnaire. Minme Vermneersch (com.,
Seine) critique la < politique td'opprcssion colonia-
liste > du gouvcrnement, (1nic lout caractire rcpr6-
sentatif A Bao-Dai et fait lc process de la politique
de la France outre-mer. Elle conclut en denongant
I'imp6rialis'me amlricain et en faisant I'apologie de
Mao Ts6-Toung.
MM. Lelournea!' ct Pleven qui avaient quitt6 le
bane du gouvernenment, reprennent leur place.
M. Pleven essaic, sans pouvoir y parvenir, de se
faire entendre. M. (4e Chevignd r6pond a M. Arthaud
(com.). La stance est suspenduic A 21 heures dans
le tumulte.
Elle reprend tine here et deciie plus tard. M. Le-
tournean et M. Bidauill sonl au bane lidu gouverne-
mnent.
M. Mezerna (M.T.D.A.) exprime l'op)inion qu'il faut
traiter avec Ho Chi-Minh ct rapatrier le corps exp6-
ditionaire, M. Chanbeiron d6clarue que Bao-Dai ne
repr6sente rien el souhaite que les troupes ameri-
caines viennent assurer en Extriiie-Orient la relive
ies troupes francaises. M. Djemiad (coin., Constan-
tine) fait une fois de plus le process du < colonia-
lisme >.
Intervenant de son bane, M. Lelournean remercie
la majority d'avoir julg a leur exact valour les
apropos tenus par les orateurs coiiinunistes. < Ce qui
cst excessif, dit-il, ne couple pas >.
Les debats ont repris le samiedi 28 janvier.
M. Paul Coste-Floret (M.R.P.), ancient ministry de
la France d'Outre-Mer, souligne 1'importance des
actes souinis au Parlement et affirmed, qu'a 1'epoque
oi il faisait parties du gouvernement, M. Maurice







Thorez approuvait la politiquc suivie par celui-ci
en ,ndochine. M. Maurice Thorez soutient qu'A 1'6po-
que aucune exclusive n'avait 6te jet6e contre Ho
Chi-Minh. M. Cosle-Floret a d6montr6 la continuity
de la politiquc suivie par la France et a assure que
la situation s'est amelior6e au Vietnam.
M. Arthand (comn., Vaucluse) affirmed que les ac-
cords imposes aux Etats Associis ne tiennent compete
que des < interits colonialists francais > et que le
government ne veut pas la paix. II invite les sol-
dats francais A fraterniser avec les soldats du Viet-
Minh. M. Leloirneau I'interrompt :
< Les Francais de celte AssemblDe, dit-il, doivent
ecoutler avec un milpris glaciall de telles paroles.
Notre attitude esl d(sormais arrdtie, une fois pour
routes. Ceci ne compete pas >>.
M. Monlel (P.R.L., Rh6ne) adresse un homniage A
ceux qui comibaltent.
M. Signor (com., Finistere) revient sur les < crimes
commis au Vietnam >>.
M. Lamine-Gueye (soc., S6nigal) exprime une opi-
nion r6aliste : si cette solution qu'apportent les
accords n'est pas parfaite, c'est celle qui pr6sente
Ic moins d'inconv6nients. II demand au gouvernp-
ment de voir grand.
M. Paul Rivet (ap. U.R.P., Seine), au d6but de la
stance de l'aprls-midi, a estilnm que la < mission de
mediation > confiec A Bao-Dai se soldait par un
bchec. II a propose de cesser les hostilit6s ct de pro-
c6der a un referendum.
M. Saravane-Lambert (I.O.M., Inde) declare que
le people du Viet-Nam ne peut accepter Bao-Dai; le
gouvernement doit decider la fin des hostilities et
faire confiance aux peuples.
Puis M. Castellani (A.D.S., Madagascar) montre
qu'il n'est pas d'entente possible avec Ho Chi-Minh
assassin de Francais et chef de bande. 11 obtient
du miinistre l'assurance que les Eurasiens auraient
la qua!ite de citoyens francais.
M. Juiilas (M.I.P., Seine) souligne qu'aucun ora-
(eur n'a fait d('objection a l'accord conclu avec le
roi du Laos et 6voque les negociations qui furent
mcnens en 1946 avec Ho Chi-Minh. << I1 s'agit, dit-il,
de savoir si oui on non nous voulons que 1'Union
Francaise soit une r6alit6 >>.
iLl prconise la creation d'un minister sp6ciale-
mnit charge tdes relations avec les Etats Associ6s.
M. Pierrel Cot (U.R.P., Savoie) estime que la France
va A un 6chec. Il critique les accords eux-mimes et
accuse l'entourage de 1'empereur Bao-Dai de corrup-
tion. II 6voque les incidences de la reconnaissance
de Ho Chi-Minh par Mao Ts6-Tung et conclut que
dans ces conditions c'est avec Ho Chi-Minh qu'il
faut traiter.
Enfin, apris M. Denis (M.R.P., Dordogne) qui se
miontra, conmne M. Rivel et M. Lambert, favorable A
un ultime appel aux partisans du Viet-Minh, Bao-
Dai ne pouvant, scion lui, rallier la resistance natio-
naliste non communist, trois orateurs de l'extrime-
gauche, M. Benoist (Seine-et-Oise), M. Girardot (Bas-
ses-Alpes) et Mine Neddlec (Bouches-du-Rh6ne) onf
repris A la tribune trois points particuliers de ht.
position communist : l'ind6pendance pr6vue dans


les accords est une manoeuvre pour perp6tuer en
Indochine le regime colonialiste, condemnation de
la c sale guerre et de ses atrocit6s >, action dans la
metropole des dockers et des marines pour empecher
I'envoi d'armes et de materiel en Extreme-Orient.
Suivant le conseil qui lui avait ete donn& hier par
M. Lelourneau, 1'Assembl6e a 6cout6 avec la plus
grande indifference ces trois derniers discours.
La seance de nuit a d6but6 par le d6p6t d'une
motion par M. Pierre Montel (P..L., Rh6nel deman-
dant I'affichage du discours prononc6 la veille par
M. Pleven et que Ic tumulte d6clenche par les com-
munistes n'avait pas permis d'entendre. La motion
est adoptee par 377 voix contre 194.
M. Tournd (corn., Pyr. Orient.) obtient i l'unani-
mit6 que soit affich6e la listed des noms ports sur
les talons des cheques signs par M. Van Co.
M. Charles Serre (U.D., Oran) demand une libre
consultation des populations vietnamiennes et I'enga-
gement de n6gociations aboutissant A la fin des hosti-
lites et A la liberation des otages.
M. Arthand (com.) combat cette proposition.
M. Lelourneau fait observer que Bao-Dai s'est
engage A 6tablir un regime d6mocratique.
II ajoute que tout a 6te fait pour obtenir la lib6-
ration des otages. Nos appeals n'ont pas 6t6 entendus
jusqu'ici.
L'amendement de M. Charles Serre, reject par le
gouvernement et la commission est repouss6e mains
levees. On passe aux explications de vote.
M. Terrenoire precise que ses amis vo'eront le
project avec reserves et inqui6tude.
M. Pronteau (com.) affirmed que le gouvernement
ne vcut pas la fin de la guerre.
M. Jacques Bardoux votera le project, malgr6 des
reserves d'ordre historique, juridique et diploma-
tique.
M. Bastid apporte l'adh6sion de ses amis radi-
caux, en regrettant < le temps perdu >. << Cette rati-
fication, dit-il, est attendue des populations vietna-
miennes et des gouvernements strangers qui sont
pr6ts A reconnaitre Bao-Dai >.
M. Andre Nodl (M.R.P., Puy-de-D6me) declare
ensuite < qu'il n'est pas possible de conclure une
trLve avec Ho Chi-Minh, A cause de l'interlocuteur,
et A cause de la situation international >.
AprLs avoir 6voqu6 les atrocit6s des partisans d'Ho
Chi-Minh, l'oratcur M.R.P., tres applaudi, fait 6tat
<< du post modest, don't il est fier, d'administraleur
des colonies >. II demand A I'Assembl6c d. ratifier
les accords. < Abandonner l'Indochine, dit-il, ce
serait sonne'r le glas de touted l'Union FronFaise ct
ce serait liver ce pays a la pire des tyrannies et des
invasions >.
M. Lussjn, president du group S.F.I.O., souhaite
< que le people vietnamien receive an p!as t6t le
slatut democratiqne qui liui donnera sa veritable
place dans le cadre de I'Union FranCaise >.
M. Paul Coste-Floret (M.R.P., H6rault), ancient mi-
nistre, demand a l'Assembl6e d'exprimer un vote
human.
M. Pierre Chevallier (U.D.S.R., Loiret) insisted sur







l'importance du choix du personnel qui aura A ap-
pliquer 1:. accords.

De sa place, M. Georges Bidault intervient
alors et (16clare :
< Au terme d'un d6bat, au course duquel fut
dit tout lI n6cessaire, un pcu d'inutile, passable-
ment de ,uperflu et beaucoup d'excessif, je vous
demand simplement de ratifier les accords pr6-
sent6s qui concernent non seulement le Viet-
Nam, mais aussi le Cambodge et le Laos. Ces
actes aplortent I'ind6pendance a trois Etats,
dans le cadre de cette Union Francaise, qui n'a
pas beaucoup d'6quivalenccs dans le monde >.
<< I n'' a pas de choi.r. C'est pour le respect
de la liberty des peuples, el conlre ceux qui ne
sonhaitent que l'extension de la tache d'huile
chinoise ,que je demand la ratification >.
L'artic!e unique est mis aux voix et vote a
mains lex 6es. Mais M. Bidault demand un scru-
tin public.
L'article unique du project de loi tendant A
approuver les acts d6finissant les rapports des
Etats ass >cis du Viet-Nam, du Cambodge et du
Laos avcc la France est adopt par 401 voix
contre 193.

CONSEIL DE LA REPUBLIQUE

Election du President
de la Commission des T. O.-M.
La designation des bureau des commissions
g6n6rales du Conseil de la R6publique a pris fin
le 19 janvier.
A la Commission de la France d'Outrc-Mer,
M. Lafleur (Nouvelle-Cal6donie, R.I.) succdde a
M. Marc Rucart (Hautc-Volta, R.G.R.) come
president.
MM. Eurand-R6ville (R.R.) et Romani (R.I.)
sont vice presidents.


ASSEMBLE DE L'UNION FRANCHISE

Seance du 10 janvier
L'Asseinbl6e de l'Union Francaise a tenu, le
10 janvier sa premiere stance sous la pr6sidence
de M. A. Sarraut, Pr6sident d'age. II a souhaitW
dans son discours d'ouverture la bienvenue aux
premiers d616gu6s d6sign6s par le Vietnam. M. A.
Sarraut cnsuite fermement soulign6 le r6le
utile joui par L'Assembl6e qu'il regrette de voir
trop 6loii;n6e encore de la vie publique.

Seance du 11 janvier
Election du President
Quatre candidatures it la Pr6sidence de l'As-
semblee de 1'Union Francaise ont Ut6 d6posecs


avant l'expiration du d6lai de d6pat. C'6taient
celles du president sortant, M. Daniel Boisdon
(M.R.P.); des vice-prtsidents sortants : MM.
Jacques Fourcade (Union m6tropole Outre-Mer),
Gabriel d'Arboussier (Rassemblement D6mocra-
tique Africain) et du consciller Charles Julien.
Au troisi6me tour de scrutiny M. Fourcade
(U.M.O.) a 6t ilu it la majority relative par
58 voix contre 29 at M. d'Arboussier (R.D.S.)
(votants : 95; bulletins blanks ou nuls : 8; suf-
frages exprimes : 87). Au troisieme tour MM.
Boisdon et Charles Julien avaicnt retire leur can-
didature. A ce troisimnie tour :
Les conseillers des groups socialist et M.R.P.
A l'exception de deux conscillers de ce dernier
group, se sont abstenus. D'autre part, M. Albert
Sarraut, pressenti, de presenter sa candidature
pour le troisinme tour, a d6clin6 l'offre qui lui
a 6t6 faite.
M. Jacques Fourcade, qui a 6t 61u Pr6sident de
l'Assembl6e de l'Union Francaise, est n6 Ie 27 avril
1902, A Paris. II cst le fils (du batonnier Manuel Four-
cade qui fut vice-pr6sident du S6nat.
Inscrit au Barreau de Paris, il fut nommi secrd-
taire a la Conf6rence dans la mime promotion que
M. Edgar Faure, secr6taire d'Etat au budget aux
finances.
Mobilis6 Ie 2 septembre 1939, il servit en quality
d'officier d'aviation. Ancicn conseiller g6n6ral ind6-
pendant des Hautes-Pvr6n6es, il abandonne la vie
publique des juin 1940. il assura la defense de
M. Guy la Chambre, ancient ministry de 1'Air, devant
la Cour supreme de Riom.
Homme de lettres, il public de nombreux ouvrages
parmi lesquels un essai de critique politique intitul6
< La R6publique de la province >, qui constitute la
some des articles que publia, sous sa signature,
le journal < Le Temps >.
Elu au titre du Conscil de la lRpublique, M. Jac-
ques Fourcade siegca A 1'Assenmble e d 'Union Fran-
caise depuis sa creation. II lit partic des deux pre-
miers bureau de cette Assembl&e en quality de
vice-pr6sident et appartient au group < Union M6-
tropole-Outre-Mer > (ind6pendant).

Seance du 12 janvier
Election du Bureau

L'Assemblec a proc6d6 comme il suit a 1'llec-
tion de son bureau :
Votants, 126; bulletin blanc ou nul, 1; suffra-
ges exprim6s, 125; majority absolute, 63.
Voix
Vice-Pr6sidents :
1. M. Laurent Eynac (R.R.) ............ 120
2. Princesse Yukanthor (Cambodge N.I.).. 111
Mme Lefaucheux (M.R.P.) ........... 112
4. M. d'Arboussier (R.D.A. et Ap. Com) .. 105
5. Diop Babakar (S.F.I.O.) ...... ........ 108








Secretaires :
M ile Lafon (P.C.) ...................... 110
M. L6vy (S.F.I.O.) ........... ......... 113
M. Kemajou (Cameroun R.R.) .......... 123
M. Randretsa (Madagascar I.M.) ........ 122
M. Saidou Djermakoye (Niger I.O.M.) ... 122
M. Daber (U.M.O.M. indp) ............. 124
M. Souvannavong Ourot (Laos N.I.) ...... 124
M. Dadet (Moyen-Congo N.I.) ........... 123

Questeurs :
M Vivier (S.F.I.O.) .................... 114
M. Zinzou (Dahomey I.O.M.) ............ 113
M. Egretaud (Com.) .............. ... 87

S6ance du 19 janvier
Rapports des Etats Associ6s du Viet-Nam,
du Cambodge et du Laos avec la France
Les Commissions de politique g6nerale et des
relations ext6rieures de l'Assembl~e de l'Union
Francaise ont entendu le 16 janvier M. Letour-
neau, ministry de la France d'Outre-Mer qui a ex-
pos6 la position du Gouvernement concernant la
date de presentation des instruments diplomati-
ques soumis at 'Assembl@e et les raisons pour
lesquelles les conventions annexees n'ont pas Wt6
d6posees a la mime date. M. Letourneau a
insist sur l'urgence qu'il y a de faire aboutir
cette ratification en raison des 6v6nements inter-
nationaux.
Le ministry a precise, en outre, qu'une dis-
sur la Constitution : souverainete int6rieure
accordee aux Etats, c'est-A-dire suppression de
l'Administration directed ; souverainete ext&-
rieure reconnue dans le cadre de l'Union Fran-
caise.
Le ministry a precise, en outre, qu'une dis-
tinction doit 6tre observe entire les n6gociations
resultant des situations particulieres respective
du Vietnam, du Cambodge et du Laos. II a in-
sist6 tout particulierement sur l'importance de
l'acte qui 6tait demand A l'Assembl6e de l'Union
Frangaise.
La demand d'avis sur le project de loi a Wtc
discut6e par l'Assembl6e dans sa stance du 19
janvier. Le rapporteur, Mme Lefaucheux
(M.R.P.) a fait l'analyse du project de loi qui
constitute un article unique divis6 en trois parties.
Pour le Vietnam le project so r6f6re A la d6clara-
tion du 5 juin 1948 signee en Baie d'Along par
MM. Bollaert et le general Xuan et A l'6change de
lettres du 8 mars 1949 entire le Pr6sident de la
R6publique et S. M. Bao Dai. Les second et troi-
sieme paragraphes concernent le Laos et le Cam-
bodge.
La ratification ne pouvait attendre jusqu'a
ce que les Conventions announces soient soumi-
ses A l'Assemblee.


M. Letourneau, Ministre de la France d'Outre-
Mer a ensuite pris la parole. II a expos les rai-
sons pour lesquelles les textes n'ont pas (et sou-
mis plus t6t a, 'Assembl6c et pourquoi ils ne
comprennent pas les conventions annexes. Le
Gouvernement n'a d'une part pas voulu multi-
plier les d6bats sur cl mime sujet et d'aulre part
l'urgence imposait do no pas attendre quc les
conventions annexes fussent signbes. Le mninistre
a 6voqu6 l'appel lanc6 le 10 septembre 1947 par
M. Bollaert, point de depart d'une politique qui
trouve aujourd'hui son aboutissement. 1I a en-
suite fait l'analyse du contenu des accords :
Ils comportment la souverainete interne et to-
tale des trois Etats du Vietnam, du Laos et du
Cambodge. I1 n'y a pas de doute possible : scul
est responsible de la conduit int6rieure de scs
affaires, le gouvernement, respectif de chacun
de ces Etats. Au 30 deccmbre dernier, les ser-
vices des travaux publics mis h part, nous avions
d6jA r6alis6 la cession des divers services :lu gou-
vernement des nouveau Etats.
II ne reste actuellement entire les mains de
administration franchise que quelques services
(tr6sor, commerce exc6rieur, douanes, dont la
conference inter-Etats doit fixer le statut, et
Administration directed des territoires occup6s
par des minorities La France a done abnadonni
]'administration de pays qu'clle administrait,
pour certain, depuis longtemps.
En ce qui concern la souverainete exierne, le
droit de 16gation active et de 16gation passive est
reconnu aux Etats associ6s. Cette souverainete
externe est conditionnce par une coordination de
la diplomatic, coordination assure ai 1'chclon
du Haut-Conseil don't In constitution suivra im-
m6diatement la ratification des accords.
De cette souverainet6 externe, les conditions
sont explicitement formul6es dans les textes.
Elles coincident avec les possibilities des Etats
associ6s et avec l'intcrd6pendance intern tionale
qui caract6rise les rapports mondiaux d'aujour-
d'hui. Vis-A-vis de l'Union Francaise, lcs textes
envisagent la question des forces armces. Pas
d'Etat sans arm6e ni police, une des premieres
tAches des Etats associ6s sera done de constituer
une arm6e national. La R6publique Francaise
aidera cos jeunes Etats, de tout son pouvoir i
former lours armies.
La collaboration militaire entire ces Etats et
la R6publique Francaise comprend un statut de
bases et de garnison d6fini par des conventions
particulibres. II permettra a une armie fran-
caise de stationner dans les Etats int6resses et de
contribute d'ailleurs "i assurer leur ind6pendance.
Le ministry a ajout6 que 1'armie fran.aise
avait prot6g6 la frontire du Tonkin. En matibre
militaire, des conventions provisoires pernnettent
aux troupes franchises de participer au ritablis-
sement de l'ordre public.








Il serail singulirement faux de proclamer quc
la France n'a agi dans ces territoires lointains
que dans son int&ret, c'cst le leur qui a Wth satis-
fait. Les gouvernements qui s'associent h nous le
reconnais .ent.
Les Fr:tnais conservent la-bas des droits et
sont assures d'etre traits en parfaite 6galit6 avec
les natior aux vietnamiens, laotiens et cambod-
giens. Ils pourront continue en toute security
leur tAchc.
Au point de vue cultural, la France a obtenu
toutes satisfactions. La langue francaise jouit
d'un prixvilege et les 6tablissements d'enseigne-
ment enseignent le franmais. Dans l'enseignement
superieur. des ktablissements gloricux continue.
ront IA-b s leur activity.
Par suil:e du coup de force japonais du 9 mars
1945, quclques tatonncments ont 6tC inevitables.
Mais on re peut nier la continuity de la politique
suivie par la France.
Le ministry a affirmed que la ovation interve-
nue ne devait ni nous faire renier le passe, ni
douter de l'avenir; il cst de hon ton dans certain
milieux !ie parler a voix basse de ce que la
France a fait outre-mer, elle n'a pas A rougir de
son action, elle peut en etre fibre. Elle a partout
r6tabli la paix, relev6 le niveau sanitaire, devc-
lopp6 un< oeuvre culturelle tres considerable,
elle a r&Alise une oeuvre peut-6tre incomplete.
mais noble. Les soldats et les colons qui se sont
devoues la-bas, les Rivibre et les Courbet, les
Doumer, !es Varenne et les Sarraut ont droit A
toute noire reconnaissance. Dans ce xx sitcle,
qui est c,,lui de l'interd6pendance des Etats, cc
qui assure l'interd6pendance des peuples, c'est la
confiance et 1'amiti&.
Le ministry conclut : Ce serait bien pen de
chose d'aoir rdalisH outre-mer line aiivre mgme
ft1s considerable et mdritoire, si la France ne
gardait p'is pour I'avenir des responsabilitds en-
vers les .Ieuples don't elle a assure l'ascension.

M. Riond (U.M.O.M., ind.) a demand Ah tre ren-
scign6 sur lc statut future de l'6mission et le regime
d'(missior. II a ensuite conclu en souhaitant une
application loyale et conflante de la conception g,-
n6reuse de 1'Union Francaise.
M. Motlas de Narbonne (M.R.P.) affirme que le prf-
sent d6hal se resume A une adhesion on un refus
de principle de la politique de la France en Extreme
Orient. II faut s'unir pour donner satisfaction aux
justes aspirations des peuples vietnamien, laotien et
cambodgi n. D'autre part, le conflict franco-vietna-
mien oppose Ho-Chi-Minh qui veut ranger le Viet-
niam aux :6tWs de I'U.R.S.S. et Bao-Dai qui a choisi
la fidelit&.
M. Sok Hongg (Cambodge non inscrit) a affirm le
d6sir d'as;ociation du Cambodge et a declare qu'une
mkilleitre comprehension et plus de patience eit
permis de parvenir A un trait plus satisfaisant pour


le Cambodge sans leser les inl~rtls essentials die la
France.
M. Egretand (com.) d6clara que les accords de
mars 19.16 demeurent valuables et que ccux passes
avec S.M. Bao-)Dai ttaient juridiquement nuls. 11 a
ensuite critique ]e contenu ides accords et conclu A
la nceessitl de traitor avcc IHo-Chi-Minh.
.M. Laurentl ElInac (1.1l.) a critique les declarations
de M. Egretaud (comt.) et parlant au noi (o d rassem-
blement r6publicain, il a declar6 notamment :
Je dis que nous voterons de tout coeur le project
de loi relatif aux accor:ls avec le Viet-Nam, le Laos
et le Cambodge parcel que cc project est I'accomplis-
sement de toute une poiitique franchise conforne A
ses traditions comnme A la r6cente constitution fran-
caise.
Pcut-Rtre pourrionIs-noIus reprocher au Gouverne-
nent (d'avoir trop tardte a nous soulicttre cet accoin-
plissement constitutionnel et institutionne], inieux
vaut agir, et vile. pour ne pas semnbler ensuite avoir
cedl6 des obligations de circonstances. Telle reti-
cence de tels gouvernements strangers A reconnaitre
le Gouvernenl (tlt Viet-Nam n'a pcut-etre pas
d'autre raison.
II a insist sur la n6cessitW de mettre en place le
Ilaut-Conseil de 1'Union Francaise et souhait6 la
constitution d'un sous-secr6iariat d'Elat gindral pour

les affairs indochinoises.
M. Train Van Kha (Vietnam) a apport6 le salut
de la d6t4lgation vietnamienne A la France, et souii-
gn6 1'iniportance exceptionnelle du debat ainsi (iue
ses resonnances an Viet-Nanm.
L'orateur, qui a assist A la c6r6monie du 30 d&-
cembre a Saigon, consacrant le transfer de la sou-
verainet6 al Viet-Naln, a t6moign6 de l'all6gresse
populaire. Maintenant dans les villes et les cam-
pagne son parole de paix et on s'y prepare. II a donned
I'assurance que le Viet-Nam veut entretenir des rela-
tions conflantes avec le Cambodge et le Laos, et res-
pectera les intlirts francais.
M. Darlan (Oubanghi Chari) au nom du R.D.A., s:
declare solidaire de tous les peuples qui luttent pour
leur liberty y compris celui du Viet-Nam, et n'ac-
corde aucune conlance aux pseudo-accords passes
avec Bao-Dal.
Al. Eslibe (N.I.) (lit que I'accord d'aujourd'hui itait
en puissance dans la Conference de Brazzaville et
dans les accords de mars 1946 et demand aux Fran-
cais ct Vietnamiens un accord loyal.
.A. Lnurin (Tchad) a fait l'historique des accords
de mars 1946 et des vcrinements qui ont suivi. 11
a constant: que dans le mrondec actuel une defense et
unc diplomatic com1plOe1ient autonomes sont irreLa-
lisables pour les petits pays.
M. Souvianavotn Ouroi (Laos, N.I.) a signal qiue
les Laotiens attaclicront beaucoup de prix au vote
qui suivra la discussion actuelle. C'est qu'cn effet,
depuis pris de soixantc-dix ans, aiucun trait concer-
nant le Laos toui enticr n'est intervene, an point
que la situation juridique du Laos mime etait ind6-
cise.
La Convention gi6nrale du( 19 juillet 1949 consti-
tuera le premier acte diplomatique definissant le
statut politilque et juridique du Laos. Cela explique








la hAte des Laotiens A voir ratifier cctte convention
par le Parlement francais.
Et s'adressant au ministry de la France d'Outre-
Mer : < Qu'il me soit permis de formuler un veii
tr6s cher, declare-t-il : < Que la France soutienne la
candidature du Royalline da Laos pour son admis-
sion dans l'Organisation des Nations Unies >>.
Mme la Princesse Yukantlhor (Cambodge N.I.) a
declare qu'elle 6tait heureuse de voir le Gouverne-
ment francais se decider a ratifier les traits signs
avec les Etats d'Indochine. < Si j'ai demand la
separation des traits, dit 1'orateur, c'est parce que
j'ai vonul marquer l'independancei de ces Etals les
uns vis-d-vis des autres. >
L'orateur a rappel& enfin que le Cambodge a 6t6
le premier A donner sa libre adhesion A 1'Union
Francaise, que les (delgues cambodgiens ont et6 les
premiers a venir singer dans cette Assemble.
La princess Yukanthor a conclu a la ratification
des conventions.
M. Savary (S.F.1i.O.) a soulign6 l'importance de
ce d6bat et a demand au gouvernement d'appliquer
les accords dans l'esprit de la constitution. II a
souhaite qu'une truve soit recherch6c.
M. Chevance-Bertin (R.P.) a signals l'amelioration
considerable qu'il a consulate au course d'un recent
voyage en Jndochine. La paix existe dans des, regions
de plus, en plus vastes. It n'y a plus h parler de
< l'expericnce Bao-Dai >, il y a un gouvernement
vietnamien qui s'affirme de plus en plus.
M. Mitterand (app. coin.) a attaqu6 vivement Bao-
Dai, ce qui a provoque les oBservations du pr6si-
dent de 1'Assembl6e, qui le rappelle A l'ordre, ct la
sortie de M. Letourneau, ministry de la France
d'Outre-Mer, suivi des conseillers de 1'Etat du Viet-
nam, jusqu'A ce que M. Mitterand ait termine son
intervention.
M. Max Andrd (M.R.P.) a salu la d6elgation viet-
namienne ct exprimln son indignation des insults
qui lui ont 6et adressees par les communists qui ne
discreditent qu'eux-mlumes. Puis il a rendu homage
A l'effort accompli par Bao-Dai et exprime sa satis-
faction << du contract d'association > passe centre la
France et le Vietnam. I1 so f6licite de l'esprit de coo-
peration et de comprehension qui a pr6sid6 aux
conversations ayant about aux accords, esprit bien
different de celui qui regnait A la conference de
Fontainebleau.
M. Bizot (com.) qui est centre la ratification des
accords, a estime que ]a guerre faite au people viet-
namien, 1'est pour d6fendre les privileges colonia-
listes, et soulign6 que pour sauver leurs intirkts, les
capitalistes sont prits a tout c6der aux imp6rialistes
americains.
M. Gaignard (M.R.P.) a fait Ie tableau de la situa-
tion en 1945, et de l'amblioration qu'il a constatee
lors d'un recent voyage. Dans les regions oi 1'on
no circulait qu'en voitures blind6es, on va mainte-
nant en voiture d6couverte, en toute s6curit6.
II a rendu homage au corps expeditionnaire et
a l'armCe national vietnamienne qui se constitute.
M. Oudard (A.E.S.) a approuv6 les accords et
souhaite savoir quand les conventions particulieres
seront soumises A I'Assemblee.


M. Ronlleaux-Dugage (U.M.O.M. ind.), qui vient de
passer trois semaines en Indochine, a declare qu'on
ne peut plus parlcr d'experience, mais de r6ussite
Bao-Dai. II a rencontre des personnalites venant du
Viet-Minh pretcs h accepter la solution Bao-Da' st
celui-ci obtenait l'indipendancc dans l'Unican Fran-
caise. II a cit6 le tcxte d'une lettre 6crite dans ce
sens par une personnalite vietnainienne. Il est con-
vaincu, d'autre part, que l'arm6ne franco-vietnamienne
represents une rhelle force de pacification.
L'orateur a conclu en assurant que la ratification
des accords achlvera de donner an Gouvernement du
Viet-Nam le prestige auquel il a droit.
M. Borrey (Niger '.O.M.) a reproch6 h la France
de ne pas avoir su montrer, en Asie, qu'lle 6tait
parmi les vainqueurs, cc qui a provoque la plupart
de ses difficulties en Indochine. II a exprime le doute
que la ratification des accords puisse apporter une
solution satisfaisante au problem vietnamien et que
Bao-Dai et son entourage aient assez d'autorit6 pour
pacifier leur pays.
La discussion gindrale close, l'Assemblee a re-
pouss6 deux amendments communists, le premier
demandant le rapatriement du corps exp6ditionnaire,
le second excluant des conclusions de la Commis-
sion le Laos et le Cambodge. Un amendment de
MM. Boussenot et Laurent Eynac, demandant A ce
que les conventions annexes soient soumises A I'As-
sembl6e, a WtC, a la suite des explications fournies
par le ministry de la France d'Outre-Mer, retire
par leurs auteurs.
Un amendment de M. Savary, tendant ai insurer
dans le texte du gouvernement un paragraphe mar-
quant le d6sir de 1'Assemblee de voir le gouverne-
ment tenter d'obtenir une cessation des hostilities a
6te 6galement repouss6.
Dans les explications de vote sur l'ensemble,
M. Barb6 (corn.) et l'Amiral Moullec (ap. com.) se
sont opposes au vote des accords, tandis que MM. Bo-
luix-Basset et Roulloaux-Dugage (U.M.O.M. ind.) les
voteront.
M. Aldny (S.F.I.O.) a annonc6 que le group socia-
liste qui associc les accords a la paix regrettait que
l'Assembl6e n'ait pas accepted son amendment de-
mandant la trove. Cependant ne pas ratifier les ac-
cords, ce serait ne pas tenir la parole de la France.
Aussi le group socialist votera les accords au pro-
fit de la nation vietnamienne. sans tenir compete des
personnalit6s en cause.
M. Coulibaly (C6te d'Ivoire R.D.A.) ne votera pas
les accords tandis que la Princesse Yukanthor (Cam-
boge N.I.), Lanrent Eynac (R.R.). Chevance Bertin
(R.R.) les voteront.
En raison de I'heure tardive, le ministry a df
renoncer A repondre en detail A tous les orateurs.
N6anmoins, il a retenu deux choses : donnmr et re-
tenir ne vaut. En outre, ]a ratification esl un l66-
ment n6cessaire an r6tablissement de la paix. 11 faut
qu'elle soit votee A une large majority pour que les
jcunes Etats soient appeles A une vie nouvelle par
I'adh6sion en plus grand nombre de Frangais.
M. Bun Rinh, au nom de la delegation vietna-
mienne, a demand de voter en masse pour la rati-
fication des accords.






Finalement, mis aux voix. I'avis suivant a 6t6
adopt par 106 voix centre 39, sur 145 votants.

L'Assenible e de 'Union Francaise :
Appel& d se prononcer sur le project de loi
lendant d approuver que les actes definissant les
rapports nmtre les Etats associts du Vietnam,
du Camb.)dge et du Laos avec la RCpubliquiie
Francaise.
1' Done avis favorable d la ratification de ces
lextes qu. abrogent formellement les traits de
protectorot, reconnaissant I'ind.pendance des
Etats du Vietnam, du Laos et dui Cambodge et
associent ces Etats d la Rdpnblique Francaise,
dans I'Un on Francaise.
Considtrant qu'il s'agit de trois traits dis-
lincts coicernant trois Etats diffdrents, emet
I'avis que chacnn de ces traits fasse l'objet
d'une loi special de ratification.
2* En ce qui concern les accords passes avec
le Vielna: i, precise que ces actes solennels el irr;-
vocables .,oni souscrits par la France envers la
Nation vietnamienne, qu'elle que soil la forme
definitive du gouvernement et d, regime inle-
ricur que devront ddlerminer de libres elections.
Elle enregistre d cet egard l'engagement pris
par les si nataires vietnamiens de la declaration
commune du 5 juin 1948, < d'assurer constitu-
tionnellevient le respect ties principles ddmocra-
liques. '
3 Prei.tnt acte de cette premiere application
de l'art. Cl dte la constitution du 27 octobre 1946
invite le youvernement d poursuivre activement
la Inise ,'n place des institutions constitution-
nelles de I'Union Francaise.


Seance du 24 janvier
Affectation des b6ndfices r6alis6s
par le Gouvernement
iur la vente des stocks de cafe

L'Asseiblee a discut6 la proposition de reso-
lution de MM. Delmas, Longuet, Kemajou, Mo-
net et de; meinbres du Groupe d'Action Econo-
inique et Sociale et des ind6pendants de Mada-
gascar, tendant a inviter I'Assemblcl Nationale i
adopter an project de loi ayant pour object dc
mettre A la disposition des territoires d'outre-
iner, pro lucteurs de cafe, les b6nefices r6alis6s
par Ic Gouvernement sur la vente des stocks de
ce produit d6tenus an 15 janvier 1950.
La proposition misc aux voix a 6t6 adopt6e A
I'unanim t6.


Fonds forestier dOutre-Mer

L'Asscmblle a abord6 la suite de la discus-
sion de la demand d'avis, transmise par Ic pr&-
sident du Conscil des Ministres, sur le project de
loi, prescnte par le ministry de la France d'Ou-
trc-mer, instituant un fonds forestier d'Outrc-
Mer.
M. Gorse Sous-Secr6taire d'Etat A la France
d'Outre-Mer si6gcait au banc gouvcrnemental.
II a remercic 1'Assembl6e de reprendre ce
d6bat apres une longue interruption et d6clar6
que le problem don't il s'agit s'cst pose dans une
certain confusion, sons un double aspect :
technique (exploitation de la fort) et juridique
(propriWt de la fortt. II precise qu'il faut les
distinguer tres clairement.
Le problcmc de la propriicL fonciere d'outre-
mer est complcxe. II xa 6tre soumis A 1'examen
d'une commission technique qui se r6unira la
semaine prochaine ct qu'il presidera lui-innme
Quant "i l'cxploitation, ajoutc-t-il encore il faut
reprendre sans plus tarder l'cxamcn du Fonds
Forestier.
AprLs dbbats, I'Assemblic a adopt l'article 1*e
ct renvoyv la sui' te la discussion.

Seance du 26 janvier
Exploitation des gisements de carbon
de Madagascar
Au course du dbdat qui a cu lieu le 26 janvier
a l'Assembl6c e e 'Union Franqaise sur l'exploi-
tation des gisements charbonniers de Madagas-
car, M. Georges Gorse, Sous-Secr6taire d'Etat A
la France d'Outrc-Mer est intervenu an nom du
Gouvernement.
Repondant a une proposition de resolution de
MM. Charlier et Longuet, M. G. Gorse a fait
I'historique des prospections minibres du Sud de
I'ile, puis il a expos la politique que le Gouver-
nement entend suivrc, en cc qui concern l'ex-
ploitation des cliarbonnages de la Sakoa. II a
notamment mis I'accent sur la ferme volont6 du
r6aliser un project tendant a la production an-
Gouvernemcnt d'arriver, dans de briefs d6lais, A
nuclle de 300.000 tonnes, pouvant etre ctcndue
a 600.000 tonnes.
Au course de la discussion, le Sous-Secr6taire
d'Elat a accepic'. an nom du Gouvernement,
I'aimendcment prLsenti par M. Junillon, membre
de cette Assemblhe, qui fut adopted par 111 voix
centre 1.
Cc anmendetnint tend a consiitucr des Soci6t6s
d'Economic inixte et i pinmcltre iI la collectivit6
territorial dte ladagascar, d'en assurer le con-
trolc d'utilisati(in.






L'ACTIVITE MINISTERIELLE


Conference sur le plan decennal de I'A.E.F.
M. Letourneau, ministry de la France d'Outre-
Mer, ayant A ses c68ts MM. Gorse, sous-secretaire
d'Etat A la France d'Outre-Mer, ct Cornut-Gen-
tille, Haut-Commissaire en A.E.F., a presid6, le
17 janvier, une conference au course de laquelle
d'importantes questions, relatives au plan d6cen-
nal de 1'Afrique Equatorialc, out kt6 examines.
A cette conference participaient, outre de
hauts fonctionnaires du minister de la France
d'Outre-Mer, le Pr6sident de la Commission des
Territoires d'Outre-Mer au Commissariat gbnbral
du Plan de Modernisation et d'Equipement, et le
\ Directeur general de la Caisse Centrale de la
France d'Outrc-Mer.

Le voyage de MM. Aujoulat et Morice
en Afrique Noire
Du 5 au 26 janvier 1950, le Sous-Secr6taire d'Etat
a la France d'Outre-Mer a visitL successivement le
Sen6gal, la (Guiniee, l Soudan, la Haute-Volta, la
C6te-d'Ivoire, lc Togo, le Dahomey, le Cameroun, en
comniagnie du Secretaire d'ltatt l'Enseignemenit
ieclhnique don't la mission s'esl achev(e a Douala, le
19 janvier.
Ce voyage a permis d'teablihr une collaboration
6troite entire le l)partement de la F. O. M. et le
Department de 1'E. T., qui est dtcid( a porter
aux Territoires d'Outr-Mler, le concours de sa com-
p6tence particuliere, sois la responsabiiite du minis-
Ire de la F. O.-M1. II a etc decide que cetle collabo-
ration se materialisscrait dans I'elaboration d'un rap-
port common, destine anu iinistre de la F. O.-M. sur
les problnemes d'Enseignemcnit Technique en A. O. F.,
au Togo ct au Camiroun, et dans la creation d'un
organism restraint permianernt de coordination
technique.
En matiere d'cnseignemient technique, les deux
ministries ont pu constaler I'effort rcnariquable
accompli dans curtains territoircs, tel le Soudan,
ainsi que l'anlpleur et I'urgcnce de la tAchic restant
a fair. lus so sont trouves en plein accord avec les
reprCsentants locaux du Gouvernement de la Repu-
blique, les representants elus des populations ct les
inembres des organizations professionnelles, sur la
necessity absolute de promouvoir l'Enscignement
Technique au moment oi la realisation du plan de
l16vcloppelnent economiquc et social transformed pro-
fondenent I'Afrique Noire et exige le concourse d'une
main-d'oeuvre qualifiec qui ne peut pas ne pas Stre,
pour une tries large part, africaine.
Outre les probl6bmes d'Enseignemcnt Technique,
cc voyage a permits au Sous-Secretaire d'Etat Aujou-
lat, de fire sur place un tour d'horizon de Ila situa-
tion social.
Dans chaque ttrritoire, le ininistre s'est longue-
nient entretenu avc Ic Service de Sant&, 1' nspec-
t:oi du Travail, I'Enseignenint, les llepr)esntants
des Svndicats de patrons et salaries, ainsi ([lue des
chantiers divers. Ieenu par piusicurs Assembliles
repr6sen taives, il a recueilli leurs opinions et leur
a expose Ils )rojets gouverneientaux. 11 a notaim-
nent pris Ia parole devant l'Asseniblie Reiprsen-
ete r6alise au Cameroun.
Le Gouvernenent active l'dlaboration de textes
riorganisant le Corps de SantW Colonial en permet-


tant a celui-ci de poursuivre sa tAche par une adap-
tation necessaire aux besoins du moment present et
en tenant compete de la promotion de docteurs en
niedecine africains qui ne faith que communcer.
Un Service Social verra bientAt le jour dans cha-
que territoire outre-mer, a I'image de ce qui a dejL
et6 6alise au Cameroun.
Des deux problnies lmdico-sociaux les plus gra-
ves aujourd'hui, 1'un, I'alcoolisme, corcmencera
d'ctre resolu lorsque le Parlement aura pris position
suir les projects de loi don't I'A. 0. F. vient d'avoir i
connaitre ; I'autre, la menace demographique liee au
p6ril v6ndrien appelle une education de l'opinion a
laquelle tous les responsables doivent s'attacher. Le
GouIverneielnt est d'ailleurs tris attentif aux proble-
ines poses par le bouleversement des structures
sociales africaines, notanunent dans l'ordre de la vie
familiale et du marriage qui inquitce, non sans rai-
son, les dl66gu6s des Asseniml)es locales.
La necessit- d'un Code du Travail n'est pas dou-
teuse des lors qu'une large parties de l'Afrique Noire
a volumee vers un type d'economie moderne. Le Gou-
vernement doit tenter l'imlpossible pour anener le
Parlement a voter pronmptement un texte qui rem-
place une r-Colenmentation incomplete et disparate
par les rbgles d'un vLritable droit social africain.
I'n Instilul (d'tudes Supcrieuires va tre inces-
samniment cri6 i l)akar, qui assurera la preparation
de docteurs en lmilecine, de l)rofesseurs, d( juristes.
de scientifi(ies. Quant ati dleveloppemcnt (des ensei-
gncemnts technique, prinmaire et secondaire, il mani-
leste la volonte gouvernementlale de ne pa:; laisser
se developer i'Afrique sans faire dans ous les
domaines, aux Africains toute leur i)lace. L.a promo-
tion des elites doit marcher de pair avec l'Cducation
ldes masses, qui a besoin d'ktre elle-meme largement
amplifibe.

Visite de M. Gorse
a la Ligue Francaise de I'Enseignement
La Ligue Francaise de l'Enseigncraent a
ouvert le 26 janvier son siege, rue RWcamier,
une exl)osition pr6sentant d'une fagon particu-
lieremcnt original et suggestive la vie d'un vil-
lage soudanais.
C'est le village de N6ri-Koro qui a 6ti' dvoqub
i l'aide d( documents photographiques et d'ob-
jets usuels recucillis par la Mission P. Fourre,
des Eclaireurs de France. Cette Mission a visit
le Soudan au course de l'kt6 dernier, remontant
jusqu'h Tombouctou.
L'exposition qui sera visited -i tour de rble par
les elevis des diff6rentcs ecoles de la viile de
Paris, a iet inaugur6e par M. Georges Gorse,
sous-secr6taire d'Etat I la France d'Outre-Mer.
II a etc accueilli au sibge de la Liguc par le Pr6-
sident, Albert 1Bayel, et par le vicc-prdsident.
P.O. Lapie, ancicn ministry.
M. Georges Gorse, aprirs avoir felicit6 les mem-
brcs (de la Mission pour ieur performance spor-
tive (plus de 4.000 kilointres de pistes en moins
de dcux mois) et pour les resultats oblenus, a
souligne I'intlert de l'exposition qu'ils out orga-
nisee a leur retour.






INFORMATIONS DIVERSE


La sixibme session du Conseil de Tutelle

Le Con.,eil de Tutelle, qui s'est reuni, pour la
premiere ois a Geneve et qui a inaugurt, le
19 janvier. sa sixieme session par une court reu-
nion, siegigra jusqu'a la fin du mois de mars afin
d'examiner les dix-huit questions qui sont inscri-
tes A son ordre du jour. Le Conseil, qui est com-
petent pour regler, au noin de l'Asscmblee des
Nations Unies, tout cc qui concern les territoi-
res ex-enremis, places d6sormais sous sa tutelle,
devra dis:uter notamment :
-- Les rapports annueis des autorites admi-
nistrantes; la preparation d'unc mission des
Nations Inies dans les terriloires du Pacifique;
I'examen de I'accord qui vient d'etre pr6par6 a
Geneve par Ic Comitc special pour la Somalie,
et, enfin, la preparation d'un accord pour l'inter-
nationalisation de Jerusalem.
Le Conseil cst compose des representants de
l'Australio, de Belgique, des Etats-Unis, de la
France, de la Nouvclle-Zclande, doe 'Argentine,
de la Chiie, de I'Irak, des Philippines, de I'U.R.
S.S. et de la R6pullique Dominicaine et il a ktC
preside par M. Roger Garreau, repr6sentant de
la France.

Lc 27 anvier, Ic Conseil de tutelle a adopt,
a I'unaninitc des onze mnmembres presents, I'ac-
cord de tutelle au sujet de la Somalic. La d616-
gation si.vitique no participe pas aux travaux.
L'accoid sur la Somalic entire immn diatement
en viguelir, sous reserve de sa ratification d6fi-
nitive ptr 1'Assembl(e g6nerale des Nations
Unics.


Evolution du commerce ext6rieur de la France
avec ses T.O.M.
Le tal leau suivant retrace I'6volution des
changes commerciaux (de la France avec ses
Territoires d'Outre-Mer :

Importations Exportations
des T.O.M. vers les T.O.M.
1945 ............ 9.059 5.594
1946 ............ .. 51.690 33.505
1947 ............. 88.018 86.569
1948 .............. 190.433 192.635
1949 ............. 239.344 326.156
- - -

On remarque qu'apres avoir 6tc largement de-
ficitaire pour la Metropole en 1945 et 1946, la


balance coinmerciale s'tait virtucllcemnt 6quili-
brec, A 1.500 millions pres, en 1947, et A 2.200
millions pris en 1948. Pour 1949, c'est un sold
cr6diteur considerable de 86.812 millions de fr.
qui est A inscrire ia 'actif de la MAtropole.

La cause essenticlle de cc sold positif reside
dans le fait que la M6tropole a accru tr-s sensi-
blement ses expeditions de hiens d'equipemennt
et de products manufactures, dans le cadre des
plans de modernisation en course de realisation
dans les T.O.M., tandis que les receptions de pro-
duits coloniaux n'ont progress que dans une
proportion insignifiante.
Voici, d'aillcurs, Ics tonnages 6chang6s de part
et d'autre durant les deux dernieres ann~es :
---=-=- -- --_.. _..- ~.- _~-- _--,
Tonlnagrs requs Tonnages expedies
des T. O. M. veds!cs T. 0. a1.

(en millirs dtr tonncs)
1948 .......... 5.127 2.997
1949 ...... .5.3.574 4.497


Ainsi, centre 1947 et 1949, les tonnages de pro-
duits coloniaux recepLionn6s ont augmented de
4,4 %, 1,3 %, alors que les products mctropoli-
tains exports ont rejpresent6 un accroissement
de l'ordrc de 50 %.
Traduis en francs metropolitains, les bicns
d'6quiipement sortis des ports francais se sont
ic v6s it 61.713' millions centree 35.795 millions
en 1948).

Les matieres premieres et demi-produits ont
rcpr6sent6 69.895 millions en 1949 centree 45.844
millions en 1948).

En sens inverse, les products de consommation
regus des territoires d'Outrc-Mer sont passes
d'une annie a l'autre de 140,1 a 177 milliards de
francs.
De ccs donnccs, on peut retenir que Ic prix
moyen de la tonne de products des T.O.M., r6-
ccptionnce en France, s'est elevc A 44.700 francs
en 1949 et celui de la tonne de products mitro-
politains exports it 72.570 francs. En 1948, ces
prix avaient 6ti, respectivement, de 37.000 francs
ct de 64.200 francs en nomlbre round. Il y a done
cu un rcncherisscment de 13 5;, d'une annie -A
I'autre; dans Ic prix de la tonne nmtropolitaine
cxport6c, contre 21 % pour la tonne de products
coloniaux recep)tionnes.

Pour l'annee 1949, la repartition des changes
commlerciaux avcc les T.O.M. est la suivante :







France d'Outre-M'r

A. 0. F. .........
A lgcric ............
Camcroun .........
C6te fran(aise des So-
ialis ............
Nouvelle-Calddonie ..
Autres 6tablissemnts
franais en Oc6anic
Guadeloupe ........
Guyane francaise ...
Indes franiaises ....
Indochine ........
Madagascar ........
Maroc .............
Martinique .........
Reunion ...........
Saint-Pierre et Mique-
Ion ............
Nouvelles Hlibrides .
Togo .............
Tunisie . . .

Total general du corn
merce ext6rieur de
la France ........


Importations Exportations


48.374.495


1


41.383.931


sources, d'une part du F.I.D.E.S., et de l'autre de
taxes de recherchcs locales pr6levcs par les doua-
ics ct reverses sous forme de subvention par les
lerritoircs oni I'I.F.A.C. cxcrce son activity,


0./735.42/ 10/.611.614 Son budget, autonomy, est approve par Ic minis-
0.622.266 10.044.790 Ire de Ia France d'Outrc-Mer.
< Grace aux fonds ainsi obtenus, precise par ail-
39.007 699.965 leurs M. Guillerme, Directeur General, divers centres
1.739.896 1.453.691 d'essai, actuellement en plein essor, ont it6 crees
Outre-Mer. Les principaux fonctionnent i : Foula-
2.715.587 581.993 baya (GuinCe FranCaisc), station ccntrale ; Azaguie
5.923.000 4.418.108 (C6te d'Ivoire), Nyomb6 (Cameroun) ct les Antilles,
27.271 517.026 qui sont des organisms rcgionaux; une mission
59.998 408.479 exerce 6galement son activity en Afrique du Nord
I OittIn0 A 2 '79 n (au Maroc).


9.690.734
32.016.502
6.462.000
2.449.914

25.639
2.514.534
1.769.264
14.709.424



239.344.333


12.747.233
54.133.539
5.130.644
3.573.460

135.107
104.965
1.497.206
29.051.688



326.156.15t)


L'Institut des Fruits et Agrumes coloniaux

L'Institut des Fruits et Agrumes coloniaux.
fond6 en 1942, avee mission d'assurer l'amdlio-
ration et le dUveloppement des cultures fruitirres
dans les territoires de 1'Union Francaise, pri-
sente son premier rapport annual.
Cc rapport constate que l'ainn6e 1948 < a vu I
retablisscmcnt de la production fruiti~er, l'exporta-
lion dans tons les terriloircs francais, Ic dvecloppc-
ment des industries de transformation, et enfin, les
populations, suivre la tendance mondiale tendant a
augmenter la consommation des fruits frais de qua-
lite >. Le champ d'investigation de l'Institut s'd6argira
done de jour en jour, ct selon cc mirme rapport, < par
son organisation et l'expericnce qu'il a acquise, il esl
en measure d'y faire face tr-s largement >.
En effect, pursuit Ic rapport, << semi administratif
ct semi profcssionnel, l'Instilut b6ndficic dans son
Conseil administration, group sous la pr6sidence
de M. Petithugucnin, de l'appui de personnalits tel-
lcs que : MM. les minislres de la France d'Outrc-Mer,
de l'Agricultiur, des gouvc'rileirs geiniraux de
1'A. O. F., de I'A. E. F. ct du CameIroun; de la science
el des hauls fonclionnaircs techniques, et cnfin de
l'cxpericnce des representants des frdirations on
des organisms agricolcs de (iuinec Francaise, de
la CSte d'Ivoire, du Cameroun ct autres territoires
tels que les Antilles ct I'Afrique du Nord >>.
Pour subvcnir aux d6pcnscs qu'entrainent scs
experiences ct ses rcchcrches, 1'I.F.A.C. tire ses res-


D6part d'une mission cin6matographique
pour I'Afrique

Unc mission cin6matographique appuyce par
le ministrce de la France d'Outre-Mer et par le
FIDES, a quitter Paris, eet apris-midi, pour un
long p6riple en Afrique. Elle s'cst embarqu6e I
Marseille, le 25 janvier, pour Alger. Ell dloit se
rendre successivement au Dahomey, au Togo, en
Guin&e, en Cote d'Ivoire, en Gambie britannique,
au Cameroun, et terminera son voyage par
Dakar.
N'ayant pas un caract~re d'exploration, cette mis-
sion tournera sept films sur les bois, les palms A
huilc, les arachides, les ports de Dakar et ('Abidjan
et sur l'Cquipenent g6ndral de l'Afrique du point de
vue social, &conomique et traditionnel. A ces films
s'ajouteront 1.700 photographies.
L'arrivie i Dakar est prevue pour le moist d'octo-
bre prochain.
La mission sera accompagncd de M. Vaudiau,
administrateur des Colonies, chef de missio;i admi-
nistratif, charge de veiller A la rtalisation du pro-
gramme prdvu en accord avec le ministbr2 de !a
France d'Outre-Mer et le FIDES.

M. Delteil, directeur adjoint
des affaires politiques
du minister de la France d'Outre-Her

Par decret publiC au < Journal Officiel >, le
Gouverneur Delteil, Gouverneur de 1'Oubangui-
Chari, est nomm6 directeur adjoint h la Direc-
tion des Affaires politiques du minister de la
France d'Outre-Mer, en replacement de M. de
Percyra, nommin coinmissaire de la RCpublique
au Laos.
Le Gouverneur Delteil est n6 le e1' octobre 1907
a PRom, dans le Cantal. 11 est brevete de l'Ecole
Coloniale et doctcur en Droit. II a etC successivement
Secrdtaire gRneral de la Cl[e d'Ivoire en aoit 1945,
puis secr6taire g6ndral en Nouvelle-Caledon c, enfin
Gouverneur de I'Oubangui-Chari. II est cleva!ier te
la Legion d'Honncur et decor de la Mtdaille de
la Resistance.


___ __L~ ~


1









MANIFESTATIONS COLONIALES


Inauguration des nooveaux locaux
du Cercle de la France d'Outre-Mer

M. Vincent Auriol, President de la Rppubli-
que et de l'Union Frangaise, a inaugur6, le 12
janvier, aux Champs-Elysees, les nouveaux lo-
caux du t Cercle de la France d'Outre-Mer >.
On notait la presence de MM. Edouard Herriot,
President de 1'Assembl6e Nationale; Mounerville,
President .du Conseil de la Republique; Albert Sar-
raut, repr6sentant, comme doyen d'Age, l'Assemblee
de 1'Union Frangaise; Letourneau, ministry de la
France d'Outre-Mer; Gorse, sous-secr6taire d'Etat A
la France d'Outre-Mer; Cornut-Gentille, haut-com-
missaire de France en A.E.F.; la princess Yukan-
thor, vice-pr6sidente de 1'Assembl6e de l'Union Fran-
gaise, ainsi que de nombreux parlementaires et des
personnalites coloniales, parmi lesquelles M. Jean
d'Esme.
Le President de la Republique a Wt6 accueilli, A
son arrive, par M. Durand-RBville, President du
Comit6 de Gestion e du Cercle de la France d'Outre-
Mer 3 entour6 des membres du Comit6.

Dans son allocution, M. Durand-Reville a re-
merci6 de leur presence les invites.
M. Letourneau, ministry de la France d'Outre-
Mer, a prononc6, ensuite, une allocution, dans
laquelle, apres avoir salue la presence du Pre-
sident de la R1publique, il a d6clar6 notamment :
Plus que jamais, aujourd'hui, des homes,
d la tate de la Rdpublique, come au Gouver-
nement et au Parlement, dans le domaine public
come dans le domaine privd, qu'ils soient ori-
ginaires des territoires lointains ou de la metro-
pole, s'attachent d parachever ce grand edifice
de I'Union Francaise, d mettre en place ses insti-
tutions, d perfectionner inlassablement, dans le
respect absolu des diversitis ndcessaires come
d'une egalite qui n'est que expression d'une ami-
tie vraie, I'aeuure dijd accomplie pour ddvelop-
per sans cesse les resources culturelles, &cono-
miques et sociales, de territoires que d'aucuns,
ignorants Wde oeuvree accomplie s'acharnent d ap-
peler non autonomes alors qu'ils sont des par-
ties intdgrantes de la Republique; e harmoniser,
dans le sein de cette Union, les relations avec les
Etats nouvellement nds a l'inddpendance qui s'y
associent, enfin, d proteger cette independance
encore frele et d rdtablir une uraie paix, d I'int&-
rieur des frontidres de ces jeunes Etats. >
Trois enfants symbolisant par leurs races dif-
ferentes, l'Union Frangaise, ont remis au Pr6si-
dent de la R1publique et de l'Union Frangaise
une magnifique gerbe de fleurs destine A
Mme Vincent Auriol.
Prenant A son tour la parole, M. Vincent


'Auriol a exprim6 le souhait de voir les Assem-
bl6es francaises ratifier rapidement les accords
franco-vietnamiens.
< Nul plus que moi a-t-il declare notam-
ment ne deplore la continuation de la guerre
en Indochine. Mais la France a tenu sa pro-
messe : elle a accordS, sans reticence, son inde-
pendance au Vietnam. La paix ne depend plus
d'elle, mais de ceux qui poursuivent un combat
desormais sans objet sincere. >
Le President de la Republique a, ensuite, an-
nonc6 qu'A l'issue de la ratification, se tiendrait,
dans le plus bref delai, la premiere reunion du
Haut-Conseil prevu par la Constitution. II a ter-
mine en levant son verre A la paix, A la frater-
nit6 et A l'Ame unique des pays de l'Union Fran-
caise.

Apposition a I'E.N.F.O.M. d'une plaque
en I'honneur du gouverneur g6n6ral Ebou6

Une c6ermonie s'est d6roulee, le 21 janvier, A
l'Ecole Nationale de la France d'Outre-Mer, au
course de laquelle a Wte solennellement apposee
une plaque d6di6e A la memoire du Gouverneur
w General Eboue.
Tour a tour MM. Paul Mus, directeur de l'Ecole;
Delteil, directeur des Affaires politiques au minist6re
de la France d'Outre-Mer, et Moruac, doyen des gou-
verneurs en retraite, ont 6voqu6 la grande figure de
l'ancien Gouverneur general de 1'A.E.F., administra-
teur de haut m6rite, don't le ralliement A la r6sis-
tance a constitu6 un magnifique example de patrio-
tisme lucide et courageux.
A l'issue de ces allocutions, M. Monnerville, pr6si-
dent du. Conseil de la Republique, a decroche le
voile qui recouvrait la plaque commemorative. Un
po6me, 6crit a la m6moire de FBlix Eboue, a Wte
ensuite lu par un 6elve de 1'ecole.
On notait la presence du repr6sentant du ministry
de la France d'Outre-Mer; de Mme Ebou6, de
Mme Pavie, du Gouverneur g6n6ral Reste, ainsi que
de nombreuses personnalites frangaises et coloniales.

Une conference de M. d'Estailleur Chanteraine
Au Cercle M6tropolitain de l'Empire Frangais,
M. Philippe d'Estailleur-Chanteraine a fait, le
15 janvier, une conference sur < L'Aviation,
ciment de l'Union Frangaise >.
Le conferencier a montr6 le r6le 6conomique, mi-
litaire, moral, de l'aviation dans les territoirds
d'Outre-Mer, et a appuy6 son expos d'observations
personnelles directed. II a expose la vie de l'aero-
nautique militaire, priv6e et marchande. Puis il a
ddfini le probl6me des mat6riels actuels et de ceux









h prevoir pour les cinq ou six ann6es A venir. Enfin,
it a abord6 les questions techniques relatives aux
appareils et insisted sur l'imporlance essentielle de
infrastructure ct du systeine radio-mnCtdorologique.
Traitant particulibrcment du Statut de la Compa-
gnie d'Etat et des companies privees, il en est venu
A l'organisation g6nerale de I'a6ronautique d'outre-
mer qui aura a tenir compete des tendances ind6pen-
dantes inanifestkes en divers pays et des n6cessitcs
d'un maintien francais attentif et vigilant. I1 a, enfin,
conclu en insistent sur I'obligation urgent, pour la
France, de d6finir sa politiquc general qui dolt
orienter ses politiques commercial et technique
dans toute l'Union Francaise et de rendre, a ceux
qui devront l'executer, un esprit, une volonte, une
foi indispensable A la sauvegarde du r6le francais.

Conference de H. Tran Van Tung

Le vendredi 27 janvier, ii la Salle Debussy de
la rue Daru, M. Tran Van Tung, homine de let-
tres vietnamien, a fait une conference sur le
< Viet-Nam face it son destin >>.
Apres un hymne au patriotism vietnamien, le
conf6rencier a rappel les traditions et la cul-
ture de son pays ainsi que le reveil du nationa-
lisme traditionnel. II a mis l'accent sur l'aide
que peut apporter au jeune Viet-Nam les grande
puissances, il a aussi demand a ses compatriots
de nc pas montrer d'ingratitude i l'egard de la
France qui avait apport6 la culture occidentale
pendant le soinmeil de la vicille civilisation
extrame-orientale. Apres une p6roraison oi l'ora-
teur a rendu Ihommage a M. le Pr6sident Vincent
Auriol pour son action en faveur de l'ind6pen-
dance vxieinaminnne, des jounes filles et une pen-
sionnaire de la Comedie Francaise ont rdeite
quelques lponmes annamites de l'auteur.

Vernissage

Le mercredi 18 janvier a eu lieu, dans la Gale-
rie de l'Agcnce de la France d'Outre-Mer, rue La
Botic, le vernissage de l'exposition de Mine Ma-
deleine Chambon qui presentait des gouaches du
Dahomey.
Parmi la foule delgantc qui se pressait i cette
manifestation, on remarquait M. le Gouverneur
Chambon, Coninissaire de la R61publique aux
Indes Francaises, ct le Mdecin-Colonel Cham-
bon. Ibeaux-freres de l'arliste, Mine Moutel.
Mine Jane Vialc, sinateur de l'Oubangui-Chari,
Mme Augagncur, Mine Victor Marguerite,
Mine Kopp, Mine Castellani, M. Dickson.
L'atmosp)hire des laguncs et des palmeraies
dahombennes etait rendue avec beaucoup de sin-
plicit6 et de sinc6rit6. Une ambiance locale avait
(tW cr66e par les soins de l'Agence qui pr6sentait


alentour quclques products de l'artisanat du
Benin et une carte du territoire ex6cut&e en relief
par l'artiste elle-mmie attirait la curiosity des
amateurs.


Academic des Sciences coloniales

Seance dtu 6 jranvier

M. Charles Michel-Cote a pris possession de
ses functions de President. II succede L M. Fer-
nand Lior6.
M. Roger Heimn a rendu hoIlnage Ai la memoire de
M. Rend Maire, membre non resident, qui appartenait
a l'Acad6mie depuis 1936 et avait kt6 laurbat en
1934 du Prix Mar6chal Lyautey.
M. l'linspecteur Gen6ral des Colonies Gayet a parle
de l'ivolution recent des Philippines; en s'appuyant
sur des faits precis, il a constant n que si l'ind6pen-
dance politique existed, la subordination 6conomique
envers le gouvernement ainCricain est encore total.
L'Acadenic a declare I'ouverture d'un siege de
inembre titulaire dans la 1" et la 3' section. Elle a
procedC a l'election de deux nmembres non rIsidants;
d'un associe stranger et de 7 correspondents. Le
general Meynier et le general de Boisboissel ont 6t6
Olus membres non residents; M. Jules Cornet, asso-
ciC 6tranger; MM. 1'amiral Le Bigot, Prof. Despoix,
Prof. Garreau, Prof. Gerbinis, Dr Joseph Herber,
Maitre Sicard, Pierre de Sornay ont etc Olus corres-
pondants.
Scance du1 25 jaluvier
Le President a fait part, aux nmembres de 1'Aca-
d6ini, du deces de M. Daniel Serruys, leur eminent
confrere, qui appartenait fi la section des Sciences
juridiques, 6conoiniques et sociales de la Compa-
gnie.
M. Henri Froidevaux a expose ce que fut, a
Bruxelles, la session de novembre 1949 de l'ancien
Institute colonial international devenu 1'< INCIDI >,
c'est-a-dire < Institut ,international des Sciences Po-
litiques et Sociales appliquecs aux pays de civilisa-
tions difr6erntes >; il a rappel6 que c'est a la Sec-
tion franchise, pr6sid6c par M. Albert Charton, qu'a
6t6 confide l'organisation de la prochaine reunion de
I'INCIDI qui se tiendra h Paris en 1951.
M. Jean d'Esme, dans une communication inti-
tulle La crise du film documentaire colonial N, a
donned les raisons pour lesquelles le film l3cumen-
taire colonial est inrentable et, par consequent,
impossible realiscr, privant ainsi notre pays de la
possibility de dCfendre, devant le public mitropoli-
tain -- ignorant des questions d'outre-ncr -- et
devant opinion iiondiale, 'oeuvre colonisatrice
franchise injustement attaque.
En conclusion de son expose, M. Jean d'Esme a
indiqu6 les measures qui lui semblent n6cessaires
pour 6viter la disparition du film docunmentaire co-
lonial. Une commission doit poursuivre I'ctude de
cette important questiono.











ii~'Iifa'


NOUVELLES D'OUTRE-MER


INDOCHINE


Haut-Commissariat de France

DIplacements du Haut-Commissaire

Apres :.voir assist* it Saigon aux c6r6monies
qui ont :narqu6 le transfer des pouvoirs au
Vietnam, M. Pignon s'est rcndu le 3 janvier au
Laos oi :1 a rencontre d'abord, ai Vientiane Ic
Prince So vang.
Accompag:ia du Prince heritier, Ic IIaut-Conmissaire a
gagn c le lenlmain Luang Prabang oiu des son arrive ii est
alle present xr a S. M. Sisavang Vong ses voeux A l'occasion
du novel in. Ensuite il a visited diverse institutions de
Luang Prala ng et s'est entretenu avec Ies fonctionnaires
francais, pri cipaleiment au sujet des prochiaines conventions
franco-laotif nnes.
Le 5 jan'ier, M. Pignon s'est rcndu a Lai-Chliu, capital
dui pays TI.ai. La il a eu un long entretien avec M. Deo
Van Long, chef des Sisong Chilu Thai, et a visited les ser-
vices du Conseil R6gional en compagnic du general Ales-
sandri.
Le 5 jinvicr, le Haut-Commissaire est reparti
pour Har o0 ofi il a recu des d6lgations de fonc-
tionnaire; francais auxquels il a expos l'esprit
et les ter nes des conventions qui venaient d'etre
sign6es L Saigon. Le lendemain, M. Pignon a con-
f6r6 avec les commandants militaires des zones
d'opDrati mns et les conscillers regionaux et pro-
vinciaux.
Le 7 janvier. accompagn6 des principiux chefs
militaires, du nord Vietnam, le Haut-Commissaire
a visit a fronti6re sino-tonkinoise. II s'est ar-
ict6 notainment au post de Chima, au village de
Ban-Chu et A Langson. II a pu constater le came
qui y r6pnait malgr6 la presence proche des com-
munistes chinois a l'autre c6te de la frontiere.
Au cours de l'apr6s-midi du 8 janvier, M. Pi-
gnon a \isit6 le camp de Mong Duong A pro-
ximite d., Campha-Port sur la c6te du Golfe du
Tonkin oi sont interns plus de 19.000 sol-


dats nationalists chinois, et le camp < Raymond
Ferrand >> a mi-chcmin de Campha-port et de
Campha-Mines -- oil sont rassembl6s 5.000 au-
tres soldats nationalists.
Le 9 janvier, sa tourn6e dans le nord 6tant
achev6e, M. Pignon est rentr6 A Saigon.

Modification des attributions
du Commandant en chef
et du Haut-Commissaire en Indochine

Un dcret du 3 octobre 1949 avait rix6 les attri-
butions du Haut-Commissaire et de l'officier g6-
ndral commandant en chef et commandant supl-
ricur des forces terrestres en Indochine, cc de-
cret a t6l modifi6 par deux nouveaux dcrets
parus au Journal Offrciel de la R6publique Fran-
qaise du 22 janvier.
Le premier d&cret modifiant celui fixant les
attributions du commandant en chef est ainsi
concu :
Le general commandant exerce, sons l'autorild
diu Haut-Commissaire e een qIalitc d'adjoint (t
ce haut fonctionnaire pour I'cxercice des pou-
voirs devolus ti celti-ci en maliire de defense et
de security vis-d-vis des armnes et des Etats asso-
cids, les attributions qni sont ddfinies dans les
accords passes avec ces Etats.
II prepare et soumet, anI Haut-Commissaire,
les plans de defense et de securild de l'Indochine
en vuu e de lecr eramen par le Conseit de defense,
c: il assure la vice-pr'sidence de ce Conseil.
Quant au second d6cret modifiant celui portant
fixation des pouvoirs du Haut-Commissaire en
matiere dc defense ct de security, il est ainsi
congu :
Le Conseil de dIfense examine :es plans de
defense et de securile de l'Indochine ; delibere
ct formule son avis sur toltes questions d'ordre
general concernant la preparation et l'dquipe-








ment de l'Indochine en vue d'assurer sa defense
el sa sdcurilt. I" ieut dtre appele d formuler son
avis stir les questions devant faire l'objet de di-
reclives du Haut-Commissaire at: haut comman-
dant en chef.

S6jour de M. Philipp Jessup en Indochine

M. Philipp Jessup, ambassadeur extraordinaire
amnricain en Extreme-Orient est arrive le 24 jan-
vier a Saigon.
Le jour meme de son arrive, accompagn6 du
Consul general des Etats-Unis a Hanoi, il a rendu
visit au Haut-Commissaire Pignon ct i
M. Nguyen Phan Long, Pr6sident du Conseil
victnanien.
Le lendemain, M. Jessup a cu une longue entre-
vue avce M. Pignon a laquelle assistant \e g6n&-
ral Carpentier et les proches collaborateurs du
Haut-Commissaire. A l'entrelien qu'il a cu
cnsuite avec M. Nguyen Phan Long, assistaient
le gouverneur Tran Van Huu et le president Tran
Van Don.
Ces entretiens ont repris de nouveau le jour
suivant. Ils ont porter particuliirement sur 1'ac-
tion du gouvernement de S. M. Bao-Dai que le
gouvernement am6ricain suit avec attention et
sympathie et sur l'aide 6ventuelle des Etats-
Unis A l'Indochine tant au point de vue 6cono-
mique que militaire.
Le 27 janvier, l'ambassadeur amnricain s'est
rendu a Hanoi pour y recontrer S. M. Bao-Dai
et lui transmettre un message qui lui 6tait
adress6 par le secr6taire d'Etat Dean Acheson.
De retour A Saigon le lendemain, M. Jessup est
reparti d'lndochine le 29 janvier. Avant son d6-
part, I'ambassadeur am6ricain a remis a la
press une declaration dans laquelle il affirme
que la measure dans laquelle les peuples d'Asie
sont disposes d soutenir les gouvernements de
leur propre choix contre la tyrannie communist
cst le facteur primordial qui intervient pour d6-
terminer l'aide que les Etats-Unis peuvent appor-
ter aux peuples asiatiques.
Au moment de quitter le Vietnam, a ajoult
M. Jessup, je desire rpefter la declaration que
j'ai faite prceddemment sur la politique des
Etats-Unis ; I'interet que portent les itats-Unis
a I'inddpendance des pays asiatiques est constant
et sincere. L'histoire de ces 150 dernieres annees
cE est l'illustralion. Le message de M. Acheson
que j'ai l'honneur de remetire d l'empereur Bao-
Dai, est une manifestation de l'applicalion de
cette politique au Vietnam en particulier. Ma vi-
sile dant ce pays, bien que ,hicessairement.
court, a 6dt des plus agreables. J'emporte avec
moi le meilleur souvenir de la facon don't j'ai' td
reCu, tant (1 Saigon qu'd Hanoi.
(Voir photo p. 39


M. Aeschlimann en Indochine

Venant de Geneve, M. Aeschlimann, d'16gu,6 de
1k Croix-Rouge international pour 1'Extrime-
Orient est arrive Hanoi le 19 janvier apres
rtre passe a Saigon. II a visit dans le Nord Viet-
nam les camps d'internement des soldats natio-
nalistes et a constant clur 6tat sanitaire satis-
faisant.
Le d616gu6 de la Croix-Rouge a aussi adresse
au Viet-Minh un nouvel appel en faveur des ota-
ges qui sont encore entire ses mains. Ccpendant
aucune reponse ne lui fut faite.

Fin du voyage d'information des Conmeillers
de I'Assemblee de I'Union Francaise

Apres un sejour de plusieurs semaines en In-
dochine, les Conseillers de I'Assembl&e dc l'Union
Francaisc, MM. Gaignard, Roulleaux-Dugage et
Chevance-Bertin ont regagn6 Paris le 8 janvier
Au term de la mission d'information et d'6tude
sur la situation politique et militaire qu'il a
effectu6e pour l'Assembl6e de 1'Union Francaise.
M. Chevance-Bertin a r6sum6 ainsi les conclu-
sions qu'il a tires de son voyage : J emporte
l'impression trks nette d'une sensible amiliora-
tion. Nous nous sommes engagds depuis trois
ans dans une politique qui tlail apparue comme
la seule possible, et qui, j'en suis convaincu,
s'avdrera indiscutablement comme la meilleure.
Djjd I'expdrience Bao-Dai a vocu et a faith place
a un Chef, don't l'autorit et le prestige s'ac-
croissent chaque jour (quoiqu'en disent les es-
prits chagrins), d un Etat, qui, devenu inde-
pendant au sein de l'Union frangaise, y trouve
sa place et s'organise.
Militairement, grdce au enforcement ds effec-
tifs du Corps expeditionnaire et d l'ac.-roisse-
ment dn materiel mis d sa disposition, la :dcuriti
est pratiquement assure d la circulation sur de
nomnbreuses routes dans le Sud. Au Nord, le dis-
positif installed sur la frontiere a permis d'empi-
cher qne la guerre civil chinoise ne vienne se
poursuivre sur le sol vietnamien, landis qie d'im-
portantes regions du delta tonkinois passaient
sous le contr6le des troupes de l'Union Fran-
caise, qui etendaient ainsi leur protection & une
nombreuse population.
J'ai recueilli au course de mon voyage, a,:ec mes
collggues, MM. Gaignard et Roulleaun. Dugage.
des dlNments nombreux qui nous pernmllronl
d'agir efficacement, plant d I'interieur de Nf com-
mission de la defense de l'Union francaise, que
de nos groups et des milieux parlementires.
La tiche immediate : c'est la ratification des
accords du 8 mars qui doit etre obtenue dans les
plus brefs dtlais et d une majority aussi large
que possible.







La Jeccnde, ce sera de force loules les iner-
lies, et minme les hostilities. Si j'Yprouve le senli-
inent tres net qu'une amelioration est sensible,
et si je stis persuade que nous sonmmes engages
sur la bo'mle voie, I'ldifice esl encore fragile el
lotl-t n'est pas encore sauave.
En pre'nier lieu, notre politique ne doit plus
comporle, la moindre Cquivoque, il esl indispen-
sable ens ilee e poursuivre un effort militaire,
aussi lon lenmps qu'il sera necessaire, pour don-
ner d cell,' politique lons les nmoens de porter ses
fruits, en meme lemps que de permellre an Corps
expeditiol!naire de consolider puis de poursuivre
et parachlever les progres realises.
J'ajoul;'rai, enfin, que ces accords ensseni Ctc
impossible sans le caractire exlrimnenent sai-
sissant et claivooant de I'Emperenr Bao-Dai et la
finesse, Ic conscience el la perseverance du Haul-
Commiiss tire Ldon Pignon, tous deux lids dans
des sentiments qui ont ddpasse le cadre de I'es-
time, potur alleindre celui de l'amitiW trWs sin-
cere.


Reconnaissance de Ho Chi Minh
par le Gouvernement de Pekin et par I'U.R.S.S.

RiponLant i une initiative de Ho Chi Minh.
I'U. R. S. S. vient de faire connaitre le 31 janvier
qu'elle ri connaissait la << Rpublique populaire
du Viet-1 am >. Ceci fait suite it la reconnaissance
de Ho C:ii Minh par le gouvernement de Mao-
Ts6-Tun!, annonc6 quelques jours auparavant.
A l'heur: oit nous mettons sous press, ii est
trop t6t pour donner les incidences locales de
cet 6v6n,'ment particulierement important. On
peut sup ]oser qu'il aura pour consequence une
reconnai-.sance du gouvernement l6gitime du
Vietnam par la Grande-Bretagne et les U. S. A.


Gouvernement central du Vietnam

Tournee de S.M. Bao-Dai dans le Sud-Vietnam

S. M. 13ao-Dai, accompagnec du general Xuan,
du gouvrneur Tran Van Iuu, a visit le 6 jan-
vier plu ieurs localit6s du Sud-Vietnam situees
entire Sa gon et Mytho.
Aucur dispositif de skcurit6 n'avait te.,prevu
et en aimcun point du parcours la circulation
cependa:tt tris intense sur la route de Mytho ne
fut inteirompue.
Dans cl aque village, de Coden jusqu'i Tan Hief, en
passant p;r Tan Huong et Tan An, ce fut un accueil simple
et detnocr antique ; partout S.M. Bao Dai put se promener
librement.
Bien qie les travaux de la inoisson aicnt retenu dans les
rizieres de nombreux paysans, plusieurs niilliers de per-


sonnes se pressaient sur la grande place du march, somp-
tueusement d6corec.
A Mytho, M. Le Van An, administrateur de la province,
s'adressa le premier i S. M. Bao Dai qui avait pris place,
face i la foule, sur le perron de l'h6tel.
Apres avoir rappcle qu'au temps de son odyss6e, alors
qu'il menait la lutte contre les Tay Son, I'Empereur Gia-
long, predecesseur de S. M. Bao Dai, avait s6journ6 pen-
dant un certain temps dans une pagode de la province,
M. Le Van An souligna les success reports par S. M. Bao
Dai tant sur le plan int6rieur que sur le plan ext6rieur.
notanlment l'entree du Vietnam an sein du Conseil de
I'E.C.A.F.E.
Apres lui, M. Bui Duy Trinh, ancient conseiller, dit avee
emotion la joie que ressentait la population en accueillant
le Chef de l'Etat.
Repondant A ces discours, S. M. Bao Da'i dit tout d'abord
sa satisfaction de constater que la s6curit6 ct I'ordre 6taient
pelu A peu revenues dans la province ct remnercia la popu-
lation de son accucil.
Et apres avoir declare qu'il importait de r6tablir au plus
vite l'ordre et la paix dans tout le Vietnam, S. M. Bao Dai
diclara :
Dans la phase actuelle, il n'est plus possible d'hisiter da-
vantage. II importe de vous rdunir autour du government
et de ses reprisentants si rouis roulez que soient garanties
vos libertis individuelles.
Apris ce discourse, longuement applaud, les personnali-
t6s officielles de la province, parini lesquclles pris de
350 notables venus avec le colonel Leroy, de la region d'An
Hoa, depuis deux ans completcment pacifi6e, furent pr6-
sent6s au Chef de l'Etat.
Dans l'apris-niidi, le Chef d'Etat vietnamien visitait le
group scolaire primaire de Mytho qui abrite a lui seul
plus de 3.000 6leves tandis que la province entieire compete
20.000 lives contre 15.000 avant-gucrre .
Le cortige repris enfin la route de Saigon dans la soir6e
apres avoir parcouru sans escorted et sans le moindre inci-
dent 170 kilonietres de route dans une region ofi sculs se
risquaient, il y a deux ans, les convois fortenment armlns.


Dissolution du premier Gouvernement vietnamien

Le premier Conseil des ministres, apres le
transfer des services au gouvernement du Viet-
nram, s'est tenu le 5 janvier 1950 au Palais La-
grandiere sous la prisidence de Sa Majest6 Bao
Dai.
Divers textes ont WtC examines et approuv6s,
parmi lesquels figurent notamment :
1 Un project de Decret portant suppression de
la D616gation du Gouvernement Central Provi-
soire du Vietnam it Paris;
2" Un project d'ordonnance portant organisa-
tion de la D616gation vietnamienne Ai 'Assembl6e
de l'Union francaise;
3" Un project d'ordonnance portant creation
d'un Tribunal administratif.
A l'issue du Conseil, Sa Majest6 a annonc6 sa
(6cision de se consacrer exclusivement a ses de-
voirs de Chef d'Etat. Elle a fait savoir aux minis-







tres que du fail qu'Ellc n'cxercait plus les fonc-
tions de Pr6sident du Conseil, le gouvcrnemeni
sc trouvait ipso facto dissous.
1I appartiendra, a declare S. M. Bao Dai, d la
personnalite que j'aurai ddsignde come chef dli
luitr gouvernement de me presenter, en toute
hberle, ses collaborateurs.
Le Chef de l'Etat a ensuite remercie les minis-
tres de la prtcieuse collaboration qu'ils lui onl
apportre jusqu'd ce jour, et pour le ddvouement
au-dessus de lout eloge avec lequel ils ont servi
les interits nalionaux. Elle leur a demanded d'as-
surer l'expedition des affaires courantes jusqu'i
la constitution du nouveau Gouvernement.
La decision prise par Sa Majest6 a ete motive
par l'importance des questions qui vont se poser
pour Ic Vietnam sur le plan international. Pour
etudier et regler ces questions, il est n6cessairc
que le souverain puissc confier la charge mate-
rielle des affaires du pays a un chef du Gouver-
niemutet.


Constitution du nouveau Gouvernement

M. Nguyen Phan Long, qui avail ktc dCsignoe
par S. M. Bao Dai pour constituer le nouveau
gouvernement, apres de lalorieuses consulta-
tions, a mcne i bien la thche qui lui Rtait confiec;
et le 21 janvier. il a prksentP au chef de l'Etat
son ministbre ainsi form :

M. Nguyen Phan Prisidenl dn Conseil, Minis-
Long .......... tre de l'IntCrieur et des
Affairs Etrangdres.
M. Nguyen Khac
Ve ............ Justice.
M. Vuong Quang
Nhuong ........ Education Nationale.
M. Duong Tan Tai Finances.
Dr. Phan Huy Quat Defense Nalionale.
M. Le Quang Huy. Travaux Publics et Recons-
truction.
M. Dinh Xuan
Quang ......... Sous-Secrdlaire d'Elat 'i la
Prdsidence du Conseil.
M. Le Thang ..... aux Affaires Elrangeres.
M. Hoang Cung .. a Commerce et d l'Indus-
Irie.
M. Le Van Ngo .. aux Affaires Sociales.
M. Tran Van Chi d l'Agriculitre.
M. Nguyen Ton
Hoan .......... a la .Jeunesse.
M. Huynh Van
Trung ......... Secrdlaire general du Gou-
vernemenl.

Un Conseil des Ministres a cu lieu aussit6t
apres la presentation du gouvernemnent. A cette
occasion, S. M. Bao Dai a pris la parole pour


souhaitcr la biCnvenuci aux nouveaux ministres
ct leur indiqucr la ldche ingrale qui les attend.

Dans l'interit du public aussi bien que pour le prestige
national, a dit S. M. Bao Dai, il imported que le fonction-
neinent des rouages administratifs continue a s'effectuer
dans les meilleures conditions. Je n'ignore pas que dans
l'ensemble, et malgrd les difficulties de l'heure, la majority
des fonctionnaires font lear deroir. Le statut de la function
publique a fait I'objet d'une ltude minutieuse da prLcddent
goiuernenment, et le principle en a ett, adopted Itrs du der-
nier Conseil des Alinistres. II sera promiulgud incessanment.
Les fonctionnaires oont donc etre dots d'iun rdginte qui
leur assurera les garanties nIcessaires. A ceux qui souhai-
teront de inener line existence de dignity et de droiture, ce
statute permettra de se liberer, pour eux et leurs families,
d'une bonne part de leirs soucis nmai;riels. Maii les droils
appellent les obligations. II ne strait done pas inutile que
vous leur rappeliez quielques rPgles essentiellc,. Chaque
fonctionnaire derra d'abord se rendre compete qu'il est au
service du public et que sa function a etid crc e unique-
mIent dans cc but. Sa devise est de serrir. De cc point de
rue, on peut considcrer que le z.le et la conscience pro-
fessionnelle ne sont pus des quialit;s, mnais plitol des
devoirs,. contracts par le fonclionnaire des l'in. ant oi il
accepted sa charge.
II faudra que chacun ait line claire notion de ce qu'il
doit au government. II est peut-etre surannl de parler de
loyalisme. Mais il est inadmissible que par leie's paroles
ou par leur comportment, des fonctionnaires (i arrivent
a se faire les complices, inconscients et peut-itre, m7me
conscients, des entreprises de sabotage. C'est pct'rquoi je
Cousi demande, Messieurs, de veiller au maintien d'une
stricle discipline. Certes, le gourernement n'entend pas
restreindre la liberty de parole oil de pensde, nwis liberty
ne vent pus dire anarchie. Aiitant il est suir de promnouvoir
les vrritables intcrets de la Nation, autant il rcproiive les
attitudes equivoques, qui denotent un manque de courage,
et conduisent d la ldchet(.
J'ai tenu d vous entretenir aujourd'hui de cette question
car iune administration series par des homnmes competent
et disciplines est une des conditions essentielles de la sta-
bilite de l'Etat.
Sur le plan de la politique gourernementale, je me con-
tenterai de rous rappeler ce que j'ai dit d Saigon le 30
decenibre dernier ; Nous eutrons dans une pha::e defini-
tire oil nulle hesitation n'est plus permise. Disolrais au-
cune neutrality n'est plus possible, les attitudes doivent
etre nettes, aussi bien sur le plan intlrieur que sur le plan
exterieur. Je suis fermiement rrsolut realiser l'inion de
touts les tendances politiques, cilturelles et religieuses.
Mais je suis aussi decide a tout nmettre en ceurre pour reta-
blir et ntaintenir I'ordre et la paix. II faut que cet'x qui se
rlettent sous notre protection aient en toute occasion la
certitude que nous ne faillirons pas a notre devoir. Le
Vietnam, fort par l'uuion de tons ses enfants l'interieur,
et pratiquant une politique d'entente et de cooperation
. nec la France et les Nations ddmocratiques, sur ine base
d'egalitc et dans le respect de ses droits souverains, rdali-
sera pleinement son destiny de Nation libre et indfpendante.
En rLpondant i S. M. Bao Dai, M. Nguyen Phan Long
expose en m6ieme temps le progralllne du nouveau gouver-
ncment.
En esquissant ai grands traits le cadre de notre future
activile vos paroles bienreillantes, don't nous vous rendons







respectuei e:ment grdce, nous placent d'emblee a pied d'oeu-
vre, a dit 'e nouveau president du Conseil. Elles evoquent
a notre esirit l'image d'un immense chantier encombrd de
materiaux. Ces mnat6riaux sont fournis par les accords du
8 mars 1919, don't les conventions signees le 30 dicembre
dernier extraient la substance que nous aurons n mettre en
muvre pour raaliser la souveraineti interne. Celles qui res-
tent i sig .er, si elles rdpondent aux veux du people sur
les pgjnts essentials, acheveront de donner sa physionomie
definitive zu nouveau Vietnam.
Sur le plan adininistratif, la tdche nous inconbe de pro-
mouvoir :,ur le plan des rdalitas les virtualitas encloses
dans les t. xtes. Nous allons l'aborder avec le concours des
fonctionnnares de tout rang et de tout ordre, envers qui
vous avez marque votre haute sollicitude en vous praoccu-
pant d'amdliorer leur sort et de qui, par un just retour,
vous vene:: de rappeler les devoirs envers l'Etat et le people.
SecondEs par eux, nous remettrons en movement les
rouages d une administration qui ne marche qu'au ralenti
depuis plusieurs annges et don't il faut faire turner le
mecanism,' sans d-coups, a une cadence en rapport avec le
course des 6avnements intarieurs et extrieurs.
Dars lc domaine politique, conformiment i vos directi-
ves, nous nous ejforcerons de rallier autour de vous totes
les family s spirituelles, politiques et religieuses, afin que
vous puis.iez accomplir la grande aeuvre de reconciliation
et de pai.i: a laquelle votre auguste nom denmeurera attache
dans M'Hi:.toire. Nous nous appliquerons d rassembler, pour
les harmnniser, routes les tendances, toutes les forces vives
de la Naion. Nous accueillerons, nous solliciterons mame
toutes le, collaborations, hormis celles qui nient la Patrie
ou seron contraires c ses intirats.
Dans 1 xurre de renovation national, l'Education occu-
pera une place de premier plan ; nous mettrons la nour-
riture sp rituelle a la portde des enfants du people afin de
permettrc d celui-ci de bEndficier des bienfaits de la dd-
mocratie.
Dans 1l pariode d'instabilite international et de recons-
truction interne oil le Pays doit vivre pendant plusieurs
annaes e core, nous aurons di cour de cultiver les pracieu-
ses amiti.s des nations qui lui out t6moignd ou lui tmnzoi-
gnent leiirs sympathies, nations au premier rang desquelles
nous pla,;ons es-il besoin de le dire ? la France. A
l'exempli de ces nations ct nous inspirant des enseigne-
ments d, leur evolution politique et social, nous perfec-
tionnero, s les institutions nationals dans le sens d'une
saine dCnocratie, sans verser dans une iddologie utopique
ou dang,,reuse.
Sur le terrain social, cette politique doit se proposer pour
premier objectif le rel~vement du niveau de la vie des
classes I borieuses. Le Gouvernement ne manifestera jamais
assez d'intr&t au people, don't on ne saurait meconnaitre
sans injustice le r6le important dans l'meuvre d'nmancipa-
tion du pays come dans les travaux de la paix qui lui
donncnt la force et la prosparitd. Ses souffrances, ses mise-
res app. llent it dtifaut des remedies auxquels l'etat pra-
caire dc nos finances publiques ne nous permit pas, pour
le mom ent de recourir des palliatijs don't nous avons
l'imperiux devoir de tirer le maximum d'effet.

M. Nguyen Phan Long a, en terminant assure
I'Empl reur de 1'attachenient du gouvernement a
sa personnc et de son devouement a la patrie.


Message de M. Dean Acheson

Le 25 janvier, S. M. Bao Dai a quitt6 Dalai
pour Hanoi oi le 27 est arrive M. Philipp Jessup.
Le Chef de 1'Etat a eu un long entretien avec
I'ambassadeur am6ricain au course duquel ce der-
nier lui a transmis verbalement un message du
secr6taire d'Etat amiricain Dean Acheson.
M. Dean Acheson, a declare P. Philipp Jessup,
ni'a demand d'exprimer d votre Majesld la sa-
lisfaction Cprouode par le Gouvernemeni des
Etats-Unis d la suite de la prise par Volre Ma-
jeste des pouvoirs qui lui ont etc lransfdrds par
le Gouuernemienl de la Rtpublique Frangaise.
II m'a tgalement charge d'etre aupres de vous
I'interprdte de ses meilleurs va'ux et de son
espoir le plus confiant dans l'avenir de l'Etat
vietnamien, avec lequel il espere que des rela-
lions plus etroiles seront tlablies. C'est l'avis de
mon government que le people vietnamien et
le people frannais doivent dire f'licitds lous les
deux d l'occasion de ces rdalisalions.
Le secrLiaire d'Elal m'a pride igalemnent d'ex-
primer son espoir personnel que Volre Majeste
rtussira dans ses efforts actuels pour Clablir la
stability el la prospdrii, auxquels, Votre Majeste
pent en Olre assure, s'attachera l'altention cons-
tante de mon gouvernemnent.


Representation vietnamienne
a I'Assembl6e de I'Union Francaise

S. M. Bao Dai a d6sign6 les sept premiers
conseillers sur les dix-neuf qui doivent represen-
ter le Vietnam ai l'Assemble6 de 1'Union Fran-
caise. Cc sont MM. Nguyen Huu Thuan, Tran
Van Kha, Nguyen Van Ty, D6 Huu Tinh, Tran
Thien Vang, Nguyen Huy Lai, et Pham Van
Binh. Les autrcs conseillers scront d6sign6s ult6-
ricurcmcnt, le chef de 1'Etat comptant, d'autre
part, r6server plusieurs sieges aux personnalites
nationalists actuellement encore en zone con-
tr6 le par le Vietmninh. (V. photos pages 36 et 37).


R6suitats immediate du transfer
des pouvoirs du Vietnam

Un Institute de la Statistique et des Etudes
Economiques du Vietnam (I.S.E.E.), charge
d'etablir, de rassembler, de tenir A jour et de
publier les statistiques de toute nature du Viet-
nam, vient d'etre cr6e. Ses attributions compor-
tent, en outre, la coordination des m6thodes et
travaux statistiques dans les administrations pu-
bliques et des organisms prives subventionnes
par I'administration ainsi que la recherche et les
6tudes sur les questions statistiques ct 6cono-
miques.







Come suite an transfer des attributions exerees jus-
qu'ici par le Haut-Comnmissariat de France en Indochine
pour le compete du Vietnam, 'I.S.E.E. a pris la suite i
partir du 1' janvier 1950, de tous les travaux statistiques
ct 6conomiques relatifs an Vietnam, qui 6taient effectues
par le service de la statistique g6nerale de l'Indochine. Ses
bureaux ont etL provisoirement installs 36, rue Lucien-
Mossard, A Saigon. Des sections r6gionales, notamment une
section pour le Nord Vietnam, seront cr66es ulterieurement.

Des le mois dc janvier out Wte publiCs par l'Ins-
titut un bulletin &conomique et un bulletin sta-
tistique.
Les postes de radiodiffusion, et, notamment,
< Radio-Saigon >, qui fonctionnaicnt au Viet-
nam jusqu'au 31 decembre sous une direction
francaisc, ont et6 remis aux autorites vietna-
miennes.
Un nouveau poste &metteur < Radio-France-
Asie > a commence ses missions au d6but de
I'annee.


Nord-Vietnam

Au debut de janvier, la reouverture des exploitations
souterraines de la Soci6te de Charbonnage de D6ng Tri6u
s'est effectuc en presence de M. Gourgoin, conseiller au
Plan, entour6 du chef du service des Mines et du chef de
l'Arrondissemient miniralogique de Haiphong.
Le Conseiller au Plan a, a cette occasion, apport6 les
felicitations di Hlaut-Conmmissaire au personnel de ces
exploitations don't l'extraction doit atteindre 150.000 tonnes
au course des douze prochains mois, soit Ic quart de la
production annuelle d'avant-gucrre.
Cette reouverturc s'inscrit dans le cadre de la recons-
truction, grace en partic au sacrifice financier de la mn-
tropole, des industries de base du Nord-Vietnam.
C'est ainsi que, par ailleurs, la Soci6t6 Cotonniere du
Tonkin, don't le personnel ouvrier revient a ses anciens
postes a la suite des recentes operations de pacification,
s'apprate a travailler a un rythme normal.

0 Le 16 janvier, accompagne notanmment de M. Trevor
Wilson, consul de Grande-Bretagne, de M. William B.
Dunn, vice-consul des Etats-Unis a Hanoi, et de M. L6
Thang, sous-secretaire d'Etat aux Affaires Etrangeres, le
gouverneur Nguynj Huu Tri a inspected la region qui
s'etend an sud-est de Hanoi entire la rive gauche du Fleuve-
Rouge ct la route Hanoi-Haiphong. LibBre depuis deux
ans de la contrainte vietminh, cette region oi la reprise
6conomique est particuliereinent remarquable, est pratique-
ment pacifiee. Devant les populations assemblies a son
passage, M. Tri a soulign6 que la presence a ses c6t6s des
consuls de Grande-Bretagne et des Etats-Unis etait < le
symbol de l'interit port par les grandes puissances au
nouveau Viet-Nam. >

Centre Vietnam

Le 2 jcnvirr s'cst droulec, a Tourane, la ceremonie
solennelle de la remise des pouvoirs La la municipality de
la Ville, devant l'H6tel de Ville, en presence de nom-
breuscs notabilit6s civiles et militaires, francaises et viet-


namiennes, ct une foule Avaluee a plus de cinq mille
personnel.
M. Lebon representait le gouvernement fraonais, le
Gouverneur M. Phan Van Giao, a present le premier
maire vietnamien, M. Phan Dinh Thuyen, aux acclama-
tions de la population et a pri6 celle-ci de lui apporter
une collaboration total.

* Un appareil << Norecrin > avec quatre personnel j bord
a disparu le 10 janvier entire Nhatrang et Dalat.


Sud-Vietnam

* Le 5 janiver s'est deroule an Conmmissariat du 2'
arrondissement de Saigon la cerenonie au course de la-
quelle le docteur D6n, pr6fet de la region, a invest de
ses functions le premier Commissaire de police vicitnamien,
M. Trinh van Ca. Le gouverneur Tran van Huu, M. PBrier,
directeur des Services de Police, M. Lecuir, directeur de la
Police Municipale et de nombreuses personnalites assis-
taient a cette ceremonie.
En remettant 1'echarpe aux couleurs vietnamiennes au
nouveau Commissaire, le pr6fet D6n lui a dit notaniment :
Cette &charpe est un symbol : le symbol de la Loi, de
la volonte du Gouvernement qui entend que I'ordre et la
paix soient respects par tous. Soyez en digne, s~yez en
fier.


Cambodge

Ouverture de la session du Conseil du Royaume

Le 3 janvier a eu lieu a Phnom-Penh la
seance d'ouverture de la premiere session de
1950 du Conseil du Royaume, en presence du
Roi.
Dans un long message, adress6, A cette occa-
sion, aux Conseillcrs, le Souverain avait tenu A
faire connaitre, dans ses grandes lignes, les mo-
difications qu'il so proposait de faire apporter A
la Constitution.
Aussit6t aprbs le depart du Roi, le Conseil a
p)roced au renouvellement de son Bureau. et A
la designation des Presidents des diverse com-
missions de ladite Assembl6e.
M. Oum Chheangson, de l'Union Nationale, a
Wte 6lu Pr6sident au deuxiime tour, avec 13 voix
centre 8 A S. E. Khuon Nay, 2 bulletins blancs et
1 abstention. M. In Nginn a 6t6 elu vice-Pr6si-
dent. II appartient au parti d'Union Nationale.

S. M. Sihanouk, dans une lettre adressie au
President du Conseil du Cambodge, le 6 janvier,
a demandC la creation d'une Commission en vue
ld'tablir un project de revision de la Constitution
et de la loi electorale.

Cette Commission devrait s'attacher a itudier its nie-
sures propres a < assurer l'6quilibre entire les pouvoirs
des deux Chambres ct Ai eviter les abus qui sc sont pro-
duits >, precise le souverain. Des dispositions nouvelles
devraient, de mEme, permettre, au roi de jouer plus effica-








cement soi role d'arbitre et de donner << les garanties
voulues anx electeurs et aux candidates i la deputation >>
et davantage de pouvoirs aux Conseillers du Royaume.
* Les ti avaux de la Commission d'application
du traits franco-khmer se poursuivent a un
rythme normal et dans une atmosphere de con-
fiante cordialite reciproque. Les deux d616ga-
tions so it d6jA tomb6es d'accord sur de nom-
breux points, et il est a pr6voir que les conver-
sations pourront aboutir dans un d6lai assez
rapproclh6.
* Lc 14 janvier, a Phom-Penh, 1'ancien Pr6si-
dent de I'Assembl6e Nationalc, S. E. Ieu Koeus,
a 6t6 mortellement bless par les 6clats d'une
grenade lance au si&ge du parti d6mocrate,
apr6s ur e reunion qui venait de s'y tenir.


Laos

Les travaux de la Commission
d'application des accords

Le passage du Haut-Commissaire Pignon a
Vientiar e t Luang-Prahang, et les conversa-
tions qtu'il a eues avec le prince h6ritier Savang
et le Prince Boun Oum, president du Conseil
laotien, au d6but de janvier, ont largement con-
tribu6 i acc616rcr les travaux de la Commission
d'application des accords franco-laotiens.
C'est ainsi que les conventions passes en vertu des
accords s gn6s, le 19 juillet dernier, a Paris, entire M. Vin-
cent Auriol et S. M. Sisavang Vong, ont Bt& paraphees le
24 janvier, au course de la derniere stance plniere de la
commissi, n d'application des Accords, sous la presidence
de M. Lion Pignon, Haut-Commissaire de France, et du
prince B .un Oum, Pr6sident du Conseil du Laos.
Les traaux de la commission, qui avaient commence, a
Vientiane. en d6cembre 1949 et s'etaient poursuivis a Sai-
gon, s'eti ent d6roul6s dans une atmospiLre tres cordiale.
Les conventions s'inspirent largement des accords passes
entire la I:rance et le Vietnam, le Laos obtenant les memes
prirogatii'es que ce dernier pays en ce qui concern sa
souverainet6 interieure. Cependant, la France a 6t6 ame-
n6e a acorder une aide financiere assez substantielle an
Laos en raison de la faiblesse de ses resources natu-
relies et ile la n6cessit6 de preceder a son 6quipement 6co-
nomique et de d6velopper l'organisation administrative et
gouverneinentale d'un pays encore embryonnaire.
La signature solennelle des accords se deroulera, ensuite,
a Vientiine, capital administrative du Laos, en presence
de M. L 'on Pignon, et de S. M. Sisavang Vong.
S Un monument, 6rig6 A la m6moire des Fran-
cais m issacr6s par les Japonais apres le coup
de forc, du 9 mars 1945, a 6t6 inaugur6 h Thakek
par le Haut-Commissaire Pignon le 2 janvier.
Dans c tte ville meme, .i cette date, 1'adminis-
trateur Colin, chef de la province avait 61t assas-
sin6 par les Japonais.


* A Paris, le 23 janvier, M. Ouroth Souvanna-
vong, Conseiller a l'Assembl6e de 1'Union Fran-
caise pour le Laos, a re-u des mains de M. Bois-
don, president de cette Assemblee, 1'insigne de la
Legion d'Honneur. Cette distinction a 6t6 d6cer-
n6e au Conseiller, membre du Conseil du Royau-
me du Laos, i titre militaire, pour son action
dans la R6sistance pendant 1'occupation japo-
naise en Indochine.


INFORMATIONS MILITAIRES

+ Dans 14e Nord, ia situation a W6t mains calm que
durant les mois pr6edents, c'est li la consequence
de la presence des communists cliinois i la fron-
ti6re. Si les partisans du Viet-Minh n'ont lanc6
auctne attaque d'cnvcrgure malgr6 announce e
faite depuis des ntois, et r6petp6e maintes fois rcenm-
ment cette presence les a encourages hi entre-
prendrc des coups de mains et des acts de sabo-
tage et dc terrorism audacieux.
Ainsi, le 19 janvier, les rebelles aids par un
brouillard extr&mement dense ont r6ussi a p6n6trer
sur le terrain d'aviation de Bach-Mai, base militaire
de Hanoi, oil apres avoir endommnage huit appareils,
ils ont tented de miner la piste d'envol. Mais les
troupes franchises ont r6agi vigoureusement i I'aide
(le blinds et ont pu les chasser du terrain ct neutra-
liser les mines miss en place. D'autre part, le 23
janvier, a la suite d'actes de sabotage, sept trans-
formateurs 61ectriques de Hanoi ont explos6 privant
partiellement ]a ville d'electricite.
Mais dans les operations de detail, les rebelles
ont subi des portes serieuses inflig6es par nos
troupes. C'est ainsi qu'a la fin de la premiere quin-
zaine de janvier, au sud de Nam-Dinh, nous avons
disperse uine bande qui a perdu de nombreux tu6s
et prisonniers, 6 petits mortiers et 25 fusils. D'autres
bands ont WtC accroches prks de Phu-Lo, au sud de
Ha-Dong et pres de Bac-Ninh oil nous avons d6truit
tine fabrique d'armes.
D'autre part, poursuivant la liberation de la region
sud-est de Hanoi, nos troupes ont occupy 'ile de
Tien-Lang et bouscule 3 bataillons Viet-Minh ras-
sembl6s au sud de Ninh-Giang, leur infligeant des
pertes sev6res.
En rLgion frontirre. nos convois ont circul6 sans
incidents. Des concentrations rebelles ont Wte prises
a parties par l'artillerie au sud de Cao-Bang.
Dans le Nord-Onest. nous avons oper6 avec success
dans la region de Ban Nam Luu (20 kilomitres A
1'ouest de Son-La) et autour de Moc-Chau. 14 camps
militaires Vietnminh et deux il6ts fortifiCs ont k6t
d6truits. Pr6s de 1.000 personnel ont rallied notre
zone.

Dans le Centre Viet-Nam, une colonne constitute
par nos soldats, qiii venait de d6gager le post de
Van-Xufin, A 30 kilomnetres au sud de D6ng Hoi et
regagnait sa base, est tomb6e, le 4 janvier, dans une
embuscade tendue par le Vict-Minh le combat a 6t6
particulierement dur et des pertes s6veres ont et6
enregistries (te part et d'autre.









Une autre operation s'est d6roulhe dans la region
tie Tourane, au course de laquelle nous avons capture
de nombreux rebelles.
Dans la region de Quang Tri, une action de force
centre notre poste de Cua Tung (35 kilombtres an
nord de Quang Tri) s'est sold6c pour les Vietminh
par un cuisant 6chec. Ils ont 6t6 refoul6s et dis-
pers6s quoiqu'ils aient r6ussi a accrocher serieuse-
ment des 616ments envoys en rcnfort et m&me A
p6nctrer momentan6ment dans les defenses ext6-
rieurcs du post. Dans le sud, deux embuscades nous
ont caus6 quelques pertes. Nos forces ont effectu6
plusicurs operations couronn6es de succes autour de
Phan Thi et et 'cst de Ninh-Hoa.

Dans le Stud Vietnam, on observe surtout des
actes de terrorism, particulibrement dans la region
de Saigon. Cholon, illustr6s par des jets de grenades
qui heurcusement n'ont pas caus6 de d6gAts impor-
tants. Plus imnortants sont ceux resultant, le 4 ian-
vier, d'une attaque centre un de nos convois se
rendant A Ban M6 Thuof (plusieurs v6hicules endom-
mag6s et deux soldats bless6s), et Ic 25 janvier d'un
incendie de jonques transportant du caoutchouc
(600 tonnes d6truites).
De notre c6t6, nos troupes ont d6clench6, entire
la Route Coloniale 16 et le Mekong, une operation
qui a oblige les rebelles concentr6s dans la region A
se replier en laissant de nombreux prisonniers, et
nous a pcrmis de recup6rer une quantity important
d'armement.
Apres les operations entreprises, la libre naviga-
tion a Wte rendue sur le canal Nicolai, reliant le
Bassac au M6kong de Traon A Cainhum.

Au 'Cambodge, en g6n6ral, faible, l'activit6 re-
belle n'a marqu6 quelque importance qu'A 1'Est et
au Sud oil des postes ont maitris& des attaques sans
gravity et ofi plusieurs sabotages ont t6 commis. De
toutes nos operations, une seule avait quelque enver-
gure : elle s'est d6roulee dans la regionn du Vaico
oriental, i l'ouest de Tay-Ninh. Elle a permis la
destruction de plusieurs camps. D'une maniere g6n6-


rale, nos forces n'ont rencontrlr que pen d'oppo-
sition.
Au Laos, I'attention resale fix6e sur la rI'gion dl
Sam-Neua, oft les infiltrations de rebelles, venant de
l'Est, continent A faire peser une certain uenace.
Des renforts out kt6 envoys sur place et des bandes
<< Vietminlh > ont pu etre accroch~es A plusieurs re-
prises dlnt J'une, tres s6ricusement, A Nr \i -Khan.i.


,*' Caobang
S', Lai ChSu ,

Sonia S -Ba c Nmhnh-
SHANOI -0
roCcha o HAIPHO
*oC Ch Hau-. yD ng-
S -....H NinhGiang
Sam Neua '-. ..
- Luang Prabang'
:." MER








AFRIQUE OCCIDENTALE FRANCAISE


Federation


tine La r6gie
Sc des chemins de fer
de I'A. O. F.

SEPUIS 1948, Ia
I __ R6gic des Che-
mins de fer de
I'A. 0. F. s'efforce ide
d(truirc., une a une,
I Iles hastilles de la rou-
tine qui I'enserraient
et de cr( r un nouveau cliniat d'initiative et (de
progress.
A partir Inu 1 avril 1948, la r6gie a proe68 ai un apin-
nagenient d& ses tariffs.
Malgr6 tri,is iois de gr1ve, I'exercice 1918 se sold, d'une
part, parl transport de 346 millions de tonnes kilolmtri-
iues, don't 8 millions aclhemuinpes en grande vitesse centre
289 miillionm de tonnes kilomnutriques en 1938 don't 4 millions
cix grande .itesse, et, d'autre part, par un substantial b6en-
fice utilise iminfdiatemlent pour la liquidation partielle dut
d6ficit die 1' nn e 1947.
Le d6but de l'ann1 e 1949 est employs L la miise Au point
des tariffs t, le 1" octobre. la R1gie consent une nouvelle
diminution de tariffs sur certaines relations. Aux anciens prix
de petite vitesse, erle transported, d6sormais, celles-ri en
grande vitnsse; en ontre, sur les relations < Dakar-Saint-
Louis > et : Dakar-Kaolack >, un important abaissenient des
prix de transport est accord afin de periettre, aux clients
nii chemin ele fer d'utiliser les wagons qui, jusqu'l cette date,
remontaien: A vide de l)akar sur Saint-Louis et Kaolack.
Le 1 `" fCrier 1950, seront organisms des services tie camion-
nage (enls '-ment et livraison A domicile des hagages et mar-
chandises) dans los villes importantes du territoire. De plus,
ties traits de correspondence ont kit passes avec des trans-
porteurs rvoutiers afin de relier, par route, les diff6rentes
regions td r6seau entree elles. GrLce A la creation de ce tra-
fic direct, les clients poorront expidier leurs marchandises
de Dakar l Conakry, Abidjan, Cotonou et vice-versa.
L'effort i e la Rigie s'est 6teitdu, igalenent, an traffic voya-
geurs. Depuis le 1" ottobre 1948, la Comrpagnie Internatio-
nale des Veagons-Lits ct ties Grands Express Europ6ens a
repris l'ex doitation des voitures-lits, voitures-restaurants et
Iuffets-h6t Is de la region di Dakar-Niger. La region Alild-
jan-Niger ,lent d'etre, a son tour, 6quipge. Elle sera hien-
tLt suivie iar la Guin e ct par le D)ahomey, apportant, ainsi,
aux voyageurs le comfort et la quality qui, depuis longtemips.
ont fait sa reputation Ai travers le nionde.
Les serve ces d'autorails ont &te intensifies. Tout r6cemment
encore, la region << Dakar-Niger > cr6ait un service de week-
end destiny a permettre aux Dakarois de se rendre a Saint-
Louis. De plus, an Dahomey, un autorail effectue la dessert
de li banliene de Cotonou. Enfin, au course de l'ann6e 1950,
l'exploitation par autorail fonctionnera sur les regions
<< Abidjan Niger >> et << Conakry-Niger >>.
D'autre part, trois trains express an lien d'un seul actuel-
lement ci culent, dusormais, chaque semaine, stir les rela-
tions << DIkar-Bamako ,>.
Tels sort les ritsultats obtenus et les projects 6tndi6s par


1i R1gie lanns le domain de i'oexploitation conmmerciale.
Mlais l'exploitation technique n'a pas ete davantage negligee
et a fait I'objet d'une amilioration conslante.
Des locomotives Diesel, ainsi que des locomotives i vapeur
de construction recent, commie les < Mikado > et les < Paci-
Fr >, ties locomotives anciennes, modernistes ct Aquipees'
par la chauffe a fuel-oil, remplacent progressivement le pare
du materiel tracteur don't certaines unites datent encore de
la period de la conqulte. Des voitures de voyageurs moder-
ne., vont, ensuite, etre mnises en service sur la region < Dakar-
Niger ,>, enfin, I'arrivie prochaine de trois cents wagons
americains permettra de rajeunir le pare dn materiel roulant
et de fair face a tout le traffic.
L'etude de wagons speciaux est activement poussee :
wagonsbanaagonsanirs, agons-auto-dchargeurs pour ballast et
arachides en vrac, wagons-reservoirs (un wagon auto-d6char-
geur pour arachides en vrac vient d'arriver A Dakar). Enfin,
des wagons on containers frigorifiques ou frigorigenes. De
plus, des cngins de imanutention nouvcaux viennent d'etre
mis en service (grues automobiles, fourchettes el6vatrices).

Les prix F. 0. B. de I'arachide

Le Journal official de I'A.O.F. a public) un
arretP fixant la valeur FOB des arachides decor-
tiqu&es qui seront commercialisees au course de
la traite 1949-1950. Cellc-ci est fixt comnme suit
,I la tonne en vrac :
Francs C.F.A.
1 Qtalite S6ntgal :
a) FOB Dakar . . ..... 32.250
b) En droiture FOB M'Bour .... 32.250
c) En droiture FOB port du Sine-
Saloum .................. 31.863

2" Quality Casainanos :
a) En droiture FOB Ziguinchor. 31.658
h) En transit de Ziguinchor A
Dakar ......... .......... 32.150
3 Quality Soudan FOB Dakar ...... 32.250
4' Quality& colonies du Sud : FOB
Port-Bouet, Cotonou, Lagos .... 30.750

Organisation d'une direction fed6rale
de la Marine marchande
Le Journal official de 1'A.O.F. public un' arrt6r
groupant, en un service fdidral d6pendant de la
Direction G6nerale des Services Economiques,
pregnant le noin de : Direction Federale de la
Marine Marchande >, les differcnts services ac-
tuellement groups sous l'appellation << Inspec-
tion Maritime >>.
Le service est place sous l'autorit6 d'un admi-
nistrateur de l'Inscription Maritime qui prende le
titre de Directeur F6d6ral de la Marine Mar-
chande. Lcs territoires de 1'Afrique Occidentale
Francaise sont divises en quatre circonscriptions
maritime ;
Dakar : avec jurisdiction sur le Senegal, la
Mauritanie, le Soudan francais ;








Conakry :avec jurisdiction sur la Guin6e fran-
caise;
Abidjan : avec jurisdiction sur la C6te d'Ivoire
et la Haute-Volta ;
Cotonon : avec jurisdiction sur le Dahomey et
le Niger.

Sinigal

Mise en vente libre du riz
La mise en vente libre du riz vient d'etre deci-
d6e pour le S6n6gal. Cette measure supprime pra-
tiquement tout rationnement dans le Territoire

Traite des arachides
Les premiers r6sultats enregistr6s de la traite
des arachides au S6n6gal portent sur un chiffre
avoisinant 300.000 tonnes au 10 janvier.
La traite s'effectue, cette annie, A un rythme acc616rB et
il semble qu'A la fin du mois, les quatre-cinqui mes de la
recolte seront commercialis6s.
D'apres les renseignements rccueillis, tant aupres du com-
merce que de 1'Administration, il apparait que cette r6colte
sera 16gerement inf6rieure A celle de l'an dernier ct que le
chiffre total ne pourra guire exc6der 410 a 420.000 tonnes.
Dans les autres territoires, et, notamment, an Niger, la
traite a, 6galement, commence.
Les chiffres avances pour le Niger ne d6passent guere,
cette ann6e, 20.000 tonnes. Cette diminution, par rapport h
l'an dernier, est due, en parties, an fait que le retard de
l'ouverture a provoqu6 la vente d'un important tonnage dans
les terriloires strangers voisins.

Guin6e

Les productions du territoire
Le cafe de Guine est produit par la region
forestiere (cercles de N'Z6r6kor6, Macenta, Kissi-
dougou et Gucck6dou). Les plantations sont, en
presque totality, des plantations africaines ; il
n'existe que trois plantations europ6ennes, Ln
quality (Robusta courant), est moyenne.
En 1949, la production 6tait 6valuee a 20.000 tonnes, expor-
tees uniquement par Conakry. Jusqu'A ces derniers temps les
prix FOB fix6s par les services mrtropolitains 6taient inf6-
rieurs aux course mondiaux (70 fr. CFA le kg., au lieu de
150). Aussi, les producteurs se sont desinteress6s de cette pro-
duction qui devenait bien moins rmnunnratrice que la cueil-
lette du palmiste et ils auront un effort assez considerable a
fire pour remettre leurs plantations en 6tat.
La liberty qui vient d'8tre rendue a la vente et au prix
du cafe dans la metropole va permettre un novel essor de
la production. En effet, les planteurs vont pouvoir vendre
aux course mondiaux de 140 A 150 francs CFA.
Pour diminuer le prix de revient du cafe, on envisage le
transport par la route N'Z6r6kor6-Monrovia. Un planteur
europ6en a commence d&s le d6but de cette ann6e. Lh comme
ailleurs, la n6cessite d'organiser les producteurs pour leur
pcrmettre de d6fendre leurs int6rAts en face des commer-
cants existe, et la creation d'une cooperative de producteurs
de caf6 dans la region de N'Z6r6kor6 est envisagee.


La Guinme peut devenir rapidement un des
principaux productcurs d'agrmnes et d'ananas de
l'Union Francaise. En effet, en Basse-Guin6e
existent des plantations d'ananas d6jA assez d6-
velopp6es.
En 1948, la Guin6e a export sur la France
661 tonnes d'ananas et 1.048 tonnes d'agrumes
divers. Le probl)me est de resister A la concur-
rence nord-africaine, plus abondante et mieux
place. Pour cela, il s'agit que les products gui-
n6ens arrivent sur le marched francais pendant
I'6te, p6riode creuse des agrumes nord-africains.
D'autre part, pour les ananas le probl6me des
transports est capital; en effet ce fruit r6siste
mal au transport, mnme sur navire r6frig6r6 et
doit 6tre consomme dbs son arrive; or le march
m6tropolitain est assez 6troit, I'ananas 6tant par
excellence un fruit de luxe.
La solution est done dans la transformation
sur place du fruit, soit par la mise en conserve,
soit par la fabrication de jus de fruit.
Une sociWt, la COPROA, s'cst install6e en Guin6e et a
lmont6 dans la banlieue de Conakry une usine de conser-
verie et de jus de fruit. Cette usine, 6quip6e d'un materiel
ultra-moderne va pouvoir commencer A produire en 1950.
Elle a conclu avec Ics planteurs des contracts de culture et
met A leur disposition des moyens de perfection et des
m6thodes employees jusqu'ici.
Cette Soci6t6 pourra absorber toute la production gui-
neenne ; le problme des transports ext6rieurs ne se posers
pas, celui des transports intiricurs 6tant r6duit au minimum
par Ia proximitA des plantations du lieu de transformation.
La question des d6bouch6s est 6tudide attentivement, mais
de toutes fatons, le march m6tropolitain est capable d'absor-
her facilement toute la production : ainsi la m6tropole fera
une 6conomie sensible de devises, les conserves et les jus de
fruit venant en grande parties actuellement d'Anirique du
Nord. De plus, les prix seront tres sensiblement Elev6s au
niveau des prix mondiaux

Dans le cadre de la modernisation de la rizi-
culture en Guinee, il vient de se constituer A
Bakoro, dans le cercle de Kouroussa, une coop-
rative de producteurs africains qui vont mettre
en pratique, sur les directives du Service de
I'Agriculture et du Commandant de Cercle, les
m6thodes modernes de culture et d'am6nagement
des rizi6res.
L'exportation des bananes de Guinee sur les
marches strangers continue dans d'excellentes
conditions et permet de d6congestionner le mar-
ch6 m6tropolitain. L'int6ret de l'op6ration n'est
pas tant dans les ben6fices realis6s (de l'ordre
de 2 frs CFA le kg.), mais dans la possibility
d'emp&cher l'effondrement saisonnier des course
sur le marched m6tropolitain. II est d'un int6r&t
primordial que les planteurs. m Cme pendant la
period ou les course m6tropolitains sont tr6s ble-
ves, continent malgr6 le b6nefice restraint qu'ils
en retirent, d'exporter sur l'6tranger afin de con-
server ces marches.








ALBBERT SCHWEITZER est n6 en 1875 A
Kaysersberg en Alsace. II montra tout ieune
des dons remarquables pour la musique.
Sa passion pour J.-S. Bach le conduisit a
6crire en 1903 une biographies du grand
compositeur.
Fils d'un pas-eur, pasteur lui-m&me, Albe,t
Schweitzer, ,pres de brillantes 6tudes de
philosophie ot de th6ologie, entreprit en
1910 ses 6tudes de m6decine et r6solut de
consacrer so vie aux populations noires
d'Afrique. II s'installa m Lambarene au
Gabon ob I construisit par ses propres
moyens un n6pital avec I'argent que lui
avaient rapport ses talents d'auteur et de
musician. Sa femme HIelne Bresslau,
I'assista dan, sa tache.
Depuis son installation en Afrique, o0 ii
avait decide de vivre selon son cceur,
Albert Schweitzer n'a quitter Ia brousse con
golaise que oour quelques brefs s6iours en
Europe, con acr6s a des recital; et des
conferences.
L'oeuvre du Docteur Schweitzer offre le rare
example de talents exceptionnels mis au
service de la realisation d'un art de vivre
qui fait de lui I'un des plus grands hom-
mes de notre temps.


9, D^dkl ,fK etS^^^^^ ^t a-IYL~f Ai~u- e r~i aOf



aILttWoLht d4Uf-dHAIC'~ *btc(44 n~rcw a 4MEL/io5~.


k9^f9e44u ya~&n o~^ti '^ 'te. ^S. i^ a &Ast ,,o 46 4.- WJl4 e A,


1^^^^ .91 d A-c4644204
BLO~/~Q~~p~; ~rrHP~ ~$wthLW6~rc~L, L2~k~ac~r~Lcle" 4 -c
/--~c '~Hc~llMU Cz~ L~ L;~EuL/i7ao4A

,7F C~~~;uc~Lt;_&Lt(thSc~~


~9/o"oC-)-4/ah~w" d


~~U~~n/~ ./ur*A .A& L/~~e ~'k~r
.64 I#oWM 4GO<4 H ~ U-Ow

L XL ^


-' /-1 'AJL f A^.t g.6-40


i~&~~"r""









































M. J. FOURCADE
President de i'Assemblee
de I'Union Franqaise.


M. NGUYEN-HUU-THUAN
Ne en 1913 a Tanan (Sud Viet-Nam)
Proprietaire foncier, exportateur.
Conseiller de I'Union Frangaise.


M. NGUYEN-VAN-TY
Ne en 1905 a Tanan (Sud Viet-Nam).
Ing6nieur des Arts et Manufactures.
Conseiller de I'Union Frangaise


M. NGUYEN-HUY-LAI
Ne en 1908 a HanoT (Nord Viet-Nam).
Docteur en droit Licenci6 es Lettres Avoca-.
Conseiller do l'Union Frangaise.








































M. BUI-THE-PHUC
Ne le 15 juin 1907
Professeur.
Conseiller de I'Union Frangaise.


M. TRAN-THIEN-VANG
N6 en 1894. Ancien Ministre de I'Agriculture
du Gouvernement Central Provisoire du Viet-Nam.
Conseiller de I'Union Franqaise.


M. DO-HUU-T'HINH
Ne en 1881 a Cholon (Sud Viet-Nam)
Payeur du Tr6sor. Chevalier de la LBgion d'Honneur
Conseiller de I'Union Frangaise.


M. PHAM-VAN-BINH
Ne en 1908 a Thai-Binh (Nord Viet-Nam)
Journaliste.
Conseiller de l'Union Frangaise.









M. NGUYEN PHAN LONG
President du Conseil et Ministre des Affai-
res Etrang6res du Gouvernement du Viet-
Nam.
N6 a Hanoi, en 1889. Journaliste et homme
politique, il a 6tf Directeur-propri6taire de
< L'Echo du Vietnam >, quotidien politique
qui a d6fendu la these de I'ind6pendance
et de I'unitf du Vietnam.
M. Nguyen Phan Long etait ministry des
Affaires EtrangBres du gouvernement form
par S. M. Bao Dai.
(a droite M. Nguyen Huu Tri).


(Photos Bureau de press
et information du Haut-Commissariat)


?' Cp~


Au course de son voyage en
indochine, M. JESSUP, ac-
compagn6 du gouverneur
TRAN VAN HUU, est requ
par I'Administrateur de la
province de Bien-Hoa.








AFRIQUE EQUATORIALE FRANCHISE


F6d&ration


L'Enseignement
en A. E. F.
'IMPORTANCE que
S revCtent sur un
Territoire aussi
6tendu que I'A.O.F. A
l'organisation et le
fonctionnement d'un
Service tel que celui
de l'Enseignement est
primordial.
L'Utenduie du territoire, la dispersion des popu-
lations et le manque de personnel sont les ]rc-
iiers obstacles A surmonter.
L'organisation actuelle est la suivante :
Enseigrement de le dlegr6 :
Deux categories d'tablissemients du 1 degr6
sont ouve -tes aux 616ves :
6col s europ6ennes it programme m6tropoli-
tain;
ccoles africaines don't les programmes sont
adapts o ux n6cessiths locales.
L'effecl if scolaire s'61eve A 51.869 W1lves contre
21.895 en 1939.

Enseignement drt 2` degrn

II est ( onn6 dans les course secondaires et les
colleges I aodernes ouverts aux l6\ves europPens
et africaii ls.
L'effectif scolaire s'Wlve '1 444 &lives contre
106 en 1!39.

L'enseignement technique

Ii est -epr6sent6 par des sections d'apprentis-
sage rattachbes aux 6coles primaires qui prdpa-


rent a l'entrie aux ecoles de m6tiers peu i eieu
transform6es en ecoles professionnelles.
L'Ecole Professionnelle de Brazzaville cst le
prototype de ces dtablissements; les 6tudes y sont
sanctionn6es par un C.A.P. equivalent au C.A.P.
nmtropolitain. A 1'Ecole Professionnelle de
Brazzaville est annexec la Maison de 1'Artisanat
oii sont forms des maroquiniers, des relicurs,
des c6ramistes.
Enfin, des Centres de Formation Profession-
nelle acc6ler6e sont install s A Brazzaville et Ban-
gui.

L'Enseignement Supdrieur
II est, pour le moment inexistant en A.E.F. ce
qui oblige les bacheliers a poursuivre en M6tro-
pole leurs etudes superieures.

L'inslruclion des adultes

Elle s'adresse Atous les adults autochtones
qui veulent parfaire leurs connaissances et des
course sont ouverts dans tous les centres pouvant
fournir un minimum de 35 auditeurs.
Les course de perfectionnement sont particulib-
rement destin6s i permettre aux fonctionnaires
de se preparer aux examen et concours adminis-
tratifs. Us sont suivis avec assiduit6 et les r6sul-
tats en sont satisfaisants. Dans le cadre de cette
instruction pour adults entrent encore les course
de langues vernaculaires A l'intention des fonc-
tionnaires europrens.

L'enseignement prive

11 relive en particulier des Missions Religicuses
Catholiques qui possedent de nombreux 6tablis-
sements du le degr& et s'attachent plus speciale-
mrent A l'instruction et a I'6ducation des filles.
Les effectifs scolaires sont les suivants :


Enseign(ment public ......
Enseigncment priv ......
T otal ............

Garcons ................ .
Filles .. ................


1-r degr6


1939


9.290
2.605
21.895

18.196
3.699


1949


26.327
25.542
51.869

45.021
6.848


2 degr6

1939 1949


106


106

80
26


402
42
444

329
115


Ins. Techn.

1939 1949


746


746

725
21


Total

1939 1949


9.485
12.605
22.090

18.365
3.725


27.475
25.584
53.059

46.075
6.984


_ _____~ I~~~~


~ __








Un effort important a R6t fait dans le recrutlieent du personnel.


Pers. Europcen
)39 I 1949


Enseigneinent primlaire :
-- Instituteurs ................ .
Instituteurs-adjoints ..........
Moniteurs ....................
Enseignement secondaire ...........
Enseignement technique ...........
Education physique ................
Totaux ...............


Pers. Africain
1939 1949


- 4
46 150
356 884


89


343 402


1.127


Le personnel europlen est recrut6
en M6tropole.
Le personnel africain comprend
teurs et des moniteurs.


directement

des institu-


Insiltuteurs :
les inslituleurs sont recrut6s parni les institu-
teurs-stagiaires ayant obtenu-en fin de stage le
Certificat d'Aptitude P6dagogique ;
sont instiluteurs-stagiaires les jeunes gens
titulaires du dipl6me de sortie des 6coles nor-
males et les candidates titulaires du Brevet Supe-
rieur ou du Baccalaur6at, ainsi que les institu-
teurs-adjoints;
sont inslilt ueurs-adjoints et recrut6s sans con-
cours, les 616ves sortis des 6coles superieures des
Territoires, les 616ves de l'Ecole des Cadres Sup&-
rieurs et des 6coles normales au bout d'une an-
n6e d'6tudes. Les moniteurs de 1'Enseignement
ayant quatre ans d'exercice et des notes suffisan-
tes peuvent apris concourse 6tre recruits comnme
instituteurs-adjoints.

Monileurs :
Les moniteurs sont forms dans des sections
d'Wlves-moniteurs qui recrutent leurs effectifs
soit par concours, soit sans concourse.
Dans le premier cas le recrutement s'effectue
parmi les jeunes gens requs au certificate d'etudes
primaires 616mentaires ; dans le second cas les
futures moniteurs sont choisis panni les el6ves
des 6coles primaires superieures au bout d'une
ann6e d'6tudes au moins.
Les 6l1ves-moniteurs effectuent un stage d'un
an dans les sections de formation ; a 1'issue de
ce stage ils deviennent moniteurs stagiaires puis
moniteurs titulaires apres obtention du dipl6me
de moniteurs de l'Enseignement.
Le nombre de moniteurs d'6ducation physique
encore trop insuffisant doit etre dans un proche
avenir consid6rablement augment : la creation


d'un Centre de moniteurs africains est en effect
envisage pour 1950, ainsi que l'ouverture de sta-
ges de perfectionnement pour les instituteurs qui
sont actuellement charges dans leurs ecoles des
course d'6ducation physique.


Variation de I'indice du coat de la vie

Selon le Service de la Statistique gnOcrale, les
variations du cofit de la vie calcul6 pour un m6-
nage europeen avec un enfant s'etablissent ainsi
a Brazzaville :

Indice Indice Indice Indicee
general alim. domesi-. habil.

15 octobre 1938 ... 100 100 100 100
15 octobre 1945 .... 306 310 369 366
15 octobre 1948 .... 865 393 1.299 1.325
15 octobre 19491.... 1.102 1.135 1.967 1.471
15 janvier 1950 .... 1.125 1.120 2.040 1.47,



Remise en service du vapeur < Andr6 Balin >>
de la Compagnie G6nerale Sangha-Likouala

Le vapeur < Andrd Balin >> de la Compagnie
Generale de la Sangha-Likouala (C.G.S.L.) enti6-
rement remis a neuf a repris le 15 d6cembre
son activity sur la sangha, activity interrompue
depuis septembre 1947.

En effet, a cette 6poque, le Andrd-Balin fut retire de la
circulation et confie pour refection complied aux lhantiers
de la C.H.A.N.I.C., a LUopoldville.
Sa transformation est aclieve.
Long de 24 m. 50, large de 5 in. 50, le vapeur est 6quip6
d'un moteur a vapeur de 130 CV a machine compound, il
jauge 70 tonnes brutes et est pourvu de roues a subes.
Concu pour ktre utilis anu remorquage en poussee, en
fleche et i couple, il est dot6 d'am6nagements mnodernes qui
lui permetlront la marche de nuit.


260
150
884
57
133
6

1.470


2
507








Bien qu'id, antique an Monseigneur-A.mgoard, 1'AndrS-
Balin n'est pai3 pr6ivu pour le transport regulier des passa-
gers ct ne dispose que d'uie seule cubine i defxl couchettes.
II est affect specialenient an transport des marchandises
sur la ligne I razzaville-Onesso, grace au trois barges l('une
de 100/125 tones, les deux autres de 40 et 35 tonnes, qui
completeront le systenie et doit I'Une est affected an trans-
port des pass gers africains).


Creation d'un service fluvial
< Ouesso-Fort Soufflay > sur la N'Goko

A l'occaion d'une de ses tournbes dans la
region de ()Oesso, le gouverneur Fourneau avait
ktudi6 sur place les moyens a mettre en oeuvre
pour amliorer le reseau des communications. II
lui avait paru nucessaire, en particulier, de dou-
bler la rou.e Ouesso-Soualnke par un service flu-
vial relay.nt Onesso i Fort-Soufflay, sur la
N'Goko. A cet effet, command avait 6t6 passe
d'une pinasse de trois tonnes qui a Rt6 recem-
ment livr%'-.
Cette erbarcation measure une dizaine de
metres, cale 45 cm. et peut recevoir quinze pas-
sagers. Ur roof, parfaitement am6nag6, permit
a ceux-ci de s'abriter. Cette pinasse, qui sera
base a Fort-Soufflay, assurera les liaisons pos-
tales et ad ninistratives et permettra d'assurer les
tournbes s nitaires dans de meilleures conditions.


L:U problbme de la main-d'oeuvre

Si, dans les territoires du Nord a forte popula-
tion, le probleme de la main-d'owuvre peut .tre
r6solu dais des conditions habituelles, il n'en
est pas dc m&me dans les territoires du Sud oft
la main-d oeuvre, rare et flottante, ne perniet pas
la mise a execution d'un programme de trava'ux
sur des b:,ses normales.
C'est a cette fin qu'il a 6t1 fait appel a des
travailleurs civils, volontaires et contractuels, qui
ont Wte organisms en groupements de pionniers.
Cette ma ti-d'oeuvre, qui doit constituer une re-
serve future de specialistes, est consid6r6e comme
une mair-d'leuvre module quant aux soins par-
ticuliers apportes A l'encadrement, au logement,
a l'entrelien, a la nourriture et Lt l'habillement
des travailleurs.
C'est d ins le but de contr6ler ces divers points
que le Gouverneur Vuillaume, inspecteur general
des Affaires Administratives, a visit, r6cem
ment, 1'organisation du corps des pionniers du
Moyen-Congo.
Cette inspection se poursuivra a Bangui et A
Librevill; conform6ment aux instructions dui
Haut-Colnmissaire, afin de v6rifier le meillei!r
cmploi de cette main-d'oeuvre.


La production du cotton

Scion le Bulletin d'lnformuations Econonmiques et Soci:t-
lea de I'A. E. I'. >, les rsiultats de la dernirce campaign
cetonniiere 1948-1949 out btc les suivants en A. E. F. :


Oubahngi Tchad Totaux

Production de coton-graines (t.). 32.376 44.267 76.643
Production de colon-fibre (t.) .. 10.681 12.166 23.300


Ce tonnage d-dpasse de quelques unites cclui de la meil-
leure champagne ant&rieure, celle de 1945-1946, mais indique,
par rapport a celle-ci, une augmentation de la production
de 7,7 %', pour le Tchad et une diminution de 8,6 % pour
I'Oubangui-Ch:lri.
Les exportations accu:;cnt une augmentation assez consid6-
rable due a 1'amnelioration des moyens d'6vacuation qui a
permis la sortie des dlerniers stocks, reliquats des campa-
gnes pr6cedentes.
Bien que sept districts paraissent avoir d6finitivement
d6laissB la culture du coton, celle-ci subsiste ou progress
dans trente-necuf d'entre eux, don't la population (repr6sen.
tant 70 % de la population de l'Oubangui ct 43 % de celle
dlu Tchad) compte environ 1.700.000 habitants au total.


Protection de la variety de caf6 < Robusta >

Des mesurcs tendant a la protection de la va-
ri6tH du caft6 'Robusta >> viennent d'etre prises
en A.E.F.
La plus important a trait a l'interdiction d'im-
porter, dans la Federation, des f6ves, plants ou
fragments de plante de cette vari6td qui, Rtant
originaires d'A.O.F. ne seraient pas accompagnos
d'un certificate de contr6le phytosanitaire dilivri-
)par le service colmptent du lieu d'origine.



Gabon

Titularisation de M. Pelieu
et nomination au grade de Gouverneur

Par decrets ,parus um Journal official du 5 jan-
vier, M. Pin':.I qui assurait l'interim au Gon-
vernement du (;abon, a Rt6 nommnx au grade de
Gouverneur ct titulaire de ses functions de Gou-
verneur an Gabon.

M. Pelieu est no- le 8 mars 1906 i Borderes-Louron (Hau-
tes-Pyrenees).
It est brevet6 tie l'Ecole Coloniale, licenci6 en Droit et
dipl6mB des langues orientales.
M. Pelieu a 6te successivement administrateur de Bangui,
rcceveur de l'Enrcgistrenent A Libreville, directeur du Ser-
vice des Affaires Economiques et chef tes Echanges com-
Ilerciaux de la Miarlinique, charge de mission aux Etats-







Unis come directeur des Affaires Economiques, directeur
de 1'Economie .g6n6rale de la Martinique ct dtachi ia Was-
hington come chef du service des territoires d'Outre-Mer
d'octobre 1944 A avril 1949.
11 6tait Gouverneur int6rimaire du Gabon depuis le 6 avril
1949.
M. Pelieu est Chevalier de la L6gion d'Honneur.


Constitution de reserves forestieres provisoires

Le Chef du Territoire vient de decider la cons-
titution de deux reserves forestieres :
La premiere couvre une zone de 70.000 hec-
tares environ, dite << Waka Louga > et situde
dans la region de la N' Gouni6, district du Fou-
gamou et d6limitee par :
La riviere Waka, de son confluent avec In
N'Gounie jusqu'aux chutes Massango ;
Une ligne allant des chutes Massango 5 iha
source de la riviere Louga ;
La rivibre Louga, jusqu'a son confluent
avec la N'Gouni6 ;
La N'Goumii, de son confluent avec la
Louga jusqu'a son confluent avec la Waka.
Les droits acquis par les exploitants forestiers
du fait de permis d6livres anterieurement ou de
demands rbgulierement deposees et inscrites i
la date du 18 novembre 1949 sont strictement
reserves.
La second reserve, appelee t Gombwa-Ama-
ga > s'6tend sur 3.600 hectares environ, dans le
district de Lambar6n&. Elle est limited :
Au nord et a l'Ouest par le lac Agoumw6 ;
Au Sud, par le course de l'emissaire du lac
Gombou6 dans le lac Ogounmwv, puis par la rive
Nord du lac Gomboue ;
Enfin, A 1'Est, elle est limited par une ligne
< Ancien debarcadere Defaye, rive Ouest du lac
Amaga, course de l'6missaire du lac Amaga-lac'
Ogouemwe >.


Les nouveaux tarifs des transports routiers

Des modifications ont Wte apportees au regime
des prix des transports routiers au.Gabon.
Les nouveaux tarifs sont les suivants :
Routes mauvaises : 29 frs la tonne kilom-&
trique ; Libreville-Kange, Ebel, N'DjolI, La Lara.
Mitzic, Oyein, Bitam. La Lara-Beou6, Makokou,
M6kambo. Ebel, Lambar6n.n
Routes ordinaires : 23 frs la tonne kilo-
m6trique sud-Lambarn&6.
Routes du secteur de Libreville : 18 frs la
tonne kilom6trique.


Moyen-Congo

Aper;u sur la Region de < La Sangha >
Cette region comprend deux districts :
District d'Onesso ;
-- District de Souanke.
Le chef-lieu de la region est Onesso.
Sa superficie 6valuee A 55.000 km' est recou-
verte en presque totality par la fort. De petites
bandes de savanes existent sur les bords de la
Mambili et de la Sangha.
Elle est bord6e au Nord par la N'Goko qui la
spare du Cameroun, au Nord-Est par I'Ouban-
gui, a l'Est par la region de la Likouala-Mossaka,
A l'Ouest par le Gabon et au Sud par le District
de Makoua don't elle est s6par~e par la riviere
Mambili.
De climate chaud et humide, les saisons sont
mal d6marquees surtout A Ouesso; a: temp6ra-
ture ioyenne est de 27.
La population curop6enne compete 61 person-
ncs (50 FranCais, 6 Suedois, 4 Portugais, 1 Grec).
La population autochtone compete 13.655 per-
sonnes dans le district d'Ouessa. (Benngili, San-
gha, Bakola, Bayas) et 14.746 a Sonanke (Bayas.
Bakoueld, Mabez, Djem et Pahouins).
Onesso chef-lieu de la Region posslde :
un bureau des P.T.T. ouvert aux mandates
locaux, internationaux (a l'exclusion des man-
dats tel6graphiques).
Ce bureau effectue le paiement des remises
commercials et se charge de l'expddition des
colis postaux A I'exclusion des colis centre rem-
hoursement. En ce qui concern la radiot6Clgra-
phie l'ouverture prochaine d'un poste radiopho-
nique communiquant directement avec Brazza-
ville est prevue. Ouesso possede 6galement une
station m6teorologique ;
Du point de vue sanitaire, le chef-lieu de region
est pourvu d'un h6pital avec pavilion d'hospitali-
sation (en voie d'achivement) qui compete 4 lits
pour europeens et 40 lits pour autochtones, la
maternity est dirig6e par une sage!femrne euro-
p6pnne.
En ce qui concern l'Enseignement, I'Ecole
Regionale prepare les enfants au certificate
d'6tudes et au concours d'entrce i l'Ecole
Edouard Renard.
Elle comprend un atelier de pr6apprentissage
et un internal (pour africains) 50 lits.
Ouess6 possede en outre un terrain d'aviation
situ6 A 1 km. 500 au sud-ouest du centre urbain:
la piste a 1.000 metres de long sur 26 metres de
large; (pas de ravitaillement en carburant).
A SouankW m&me, sont installs :







un bureau des P.T.T. (ouvert aux mandates
locaux et internationaux);
une station de radiot616graphie;
un dispensaire;
une cole.
Les richesses naturelles comportent notam-
ment : dans le district d'Ouesso : les palmistes,
huile de palme, peaux. bois divers (acajou),
copal, caoutchouc.
Dans le district de SouankW : les arachides, les
peaux, I'or.


Arrivage de betail destine aux Centres d'elevage
du Moyen-Congo '

Un arrivage important de b6tail destine aux
centres d'elevage du Moyen-Congo s'est produit
le 10 d6cembre A Pointe-Noire.
Le cargo < Boff > des Chargeurs R1unis a en
effet amen6 de Guinee 180 bovins de race
N'Dama, don't la resistance A la trypanosomiase
est connue. Ce troupeau achet6 sur les credits du
Plan, comprend un grand nombre de vaches et
S g6nisses et servira de point de depart A l'implan-
tation de nouveaux centres d'elevage dans le
Moyen-Congo.
Des leur d6barquement les animaux ont 4tW
diriges sur Mindouli et Dolisie oh ils ont effectu6
un premier stage de quelques semaines qui leur
a permis de s'acclimater.

La briqueterie de M'Pila
quarterr industrial de Brazzaville)
La < Societd Anonyme des Tuileries et Brique-
tcries Africaines > (S.A.T.E.B.A.) a proc6de ces
derniers mois, A installation et A l'6quipement
sur son terrain de M'Pila, d'une usine pour la
fabrication et la cuisson des products de terre
cuite.
Les premiers essais auxquels il vient d'etre
proceed en novembre ont donn6 des resultats
excellent et la mise en route de l'usine est pre-
vue pour le debut de janvier 1950. A cette 6po-
que la capacity de production de la fabrique
atteindra 30 tonnes par jour.
De cette briqueterie sortiront des briques creu-
ses de tous formats, des tuiles dites 4c de Mar-
seille >, des drains, des hourdis, etc..;
AprBs la p6riode de mise en train, la capacity
de production journalire sera portee a 50 tonnes.
La conception technique de cette briqueterie est simple,
mais a 6t6 r6alis6e avec du materiel moderne.
Le travail de la terre est assure par un ensemble de
machines perfectionnies, reparties dans un hall de plus de
60 metres de longueur. Une force motrice de 140 CV ali.
mente la machinerie.


Le four de cuisson a feu continue, comporte 105 metres
de developpement, il est du type < Hoffmann >, et a 6t6
entierement construit avec des matbriaux spbeialement fabri-
qu6s sur place.

Recensement de la population africaine
de Dolisie et Pointe-Noire

Pointe-Noire, le recensement a donn6 les r6sul-
tats suivants :
Population africaine global : 19.201 habitants.


Hommes ............
Femmes ............
Gargons .........
Filles ...............


8.804
4.990
2.761
2.646


19.201
Dolisie : population africaine global : 6.121
habitants.


Hommes ............
Fefimes ............
Gargons ............
Filles ..............


2.795
1.657
883
786


6.121
En 1934, sur l'emplacement de l'actuel Dolisie
ne s'l6evaient que quelques cases.


La station principale de Sibiti

L'importance vitale des cultures ol6agineuses
pour l'6conomie de I'A.E.F. a justifi6 en 1946 la
participation de l'Institut de Recherches pour
les Huiles et Olbagineux (I.R.H.O.) A l'action de
mise en valeur de la Federation d6ja entreprise
par le Service de l'Agriculture.
C'est ainsi que la Station principal de Sibiti,
cr66e en 1942 par le Gouvernement g6enral est
devenue. sous la direction de 1'I.R.H.O., la prin-
cipale station de selection et de recherches exp&-
rimentales pour l'arachide et le palmier a huile

Etablie a la lisi6re sud de la fort iquatoriale la station
s'est d6velopp6e tres rapidement. Elle comprend dija plus de
260 hectares de champs g6n6alogiques et de parcelles exp6-
rimentales, soit 36.000 palmiers provenant de f6condations
artificielles, appartenant i 330 lign6es issues de 9 sortes de
croisements.
La Station comprend 5 habitations pour le personnel euro-
peen, une case de passage, des bureaux-laboratoires, un ate-
lier, des garages, des magasins, etc... Elle est actuellemeit
pourvue de 50 kms de route, d'un terrain d'aviation et d'une
ferme d'elevage.
En 1950, de nouveaux aminagements sont privus, qui
accroitront de facon sensible les possibilities et le rendement
de la station.
Du point de vue social, un s6rieux effort a deji 6t6i
accompli en faveur des 500 employs de la station et de







leyrs families : infirmerie, cooperative, Bcole (deux sales de
classes pour enfants et course d'adultes) restaurant, cinema
gratuit, terrain de sports, march covert, sources aminagees,
jardins fruitiers, etc...
Trois villages modules out dbji 6t6 construits pour lcs
Africains ; ils comprennent plus de 230 habitations ,en bri.
que cuite de 5 pieces (mieubl&cs) chacune.



En ce qui concern l'organisation du travail, tous les tra-
vuux sQnt donn6s a la tiche, avec primes au rendement et
i la' quality. Les travaillcurs out igalement des primes d'an-
eiennet6, d'assiduit6 et d'allocations familiales.
Un programme de creation de plantations rationnelles 6ta-
blies aver des semences sOlectionnies est en course de reali-
sation.
D'ores et dBjh plus de 300 hectares de plantations famni-
liales groupies a proximiit des villages out te semis par
les paysans qui en sont proprietaires, chaque planteur rece-
vant une prime par palmier plant.
Cette formule permettra aux cultivateurs africains de dis-
poser de plantations selectionnCes qui fourniront une produc-
tion sup6rieure pour un effort moindre.
De telles plantations augmenteront sensiblement les res-
sources des autocliones don't le systime traditionnel d'exploi-
tation est essentiellemcnt nomade. Elles les inciteront i
passer an stade des cultures fixes plus r6muneratrices.
L'I.R.H.C. contribute ainsi au developpement agricole et
social de 1'A.E.F. en liaison 6troite avec les organisms offi-
ciels et priv6s de la FBdBration.
Ces activitis coop&rent a l'accroissement de la production,
A I'amelioration de la quality des products et a I'abaissc-
ment des prix de revient.
Compl6tatqt l'amnnagement actuel de la Station, une huile-
rie de palme d'ane capacity de 500 tonnes par an est pri-
vue, don't les travaux d'installation ne comnienccroul qu'en
1951.

Election au Conseil representatif
du Moyen-Congo

Les elections au Conseil repr6sentatif du
Moyen-Congo, qui se sont d6roul6es, hier, dans la
circonscription de Brazzaville, pour pourvoir au
replacement de M. Balme (ind6pendant) d6mis-
sionnaire, ont donn6 les r6sultats suivants :
Inscrit, 2.900 ; votants, 850. Ont obtenu :
MM. Dr. Ren6 Grosperrin (R.P.F.), 741 voix. 6lu;
BessiBres (r6publ. tend. soc.), 67 ; Dcpuytorac
(ir*l,), 41 voix.


Oubangui-Chari

H. Even devient Gouverneur par interim
de I'Oubangui-Chari

*Par dkcret, paru au Journal official du 5 jan-
vier, M. EVEN, Secr6taire g6n6ral de l'Oubangui-
Chari, est nommi gouverneur par interim de cc


territoire, t computer du depart de M. DELTEIL,
nomm6 directeur adjoint des Affaires politiques
au Ministare de la France d'Outre-Mer.


Tchad

AperC; de la vie economique du territoire

Ressources economiques

Les resources economiques du Tchad sont es-
sentiellement :
L'l6evage ;
La culture du coton.
En outre, le Tchad dispose de resources quc
1 on peut consid6rcr comme secondaires, mais
qui valent cependant la peine d'6tre mention-
n6es : cire, ivoire, dattes, arachides, tabac, na-
tron, vannerie, etc...

Elevage el produits de l'dlevage

Sont exports du Tchad sur les voisins une
ir.oyenne annuelle de :


120.000
20.000
250
950
450
900


bovid6s en presque totality sur le Nig6ria
caprins ct ovins ;
chevaux :
chameaux
tonnes de peaux ;
tonnes de beurre.


L'exportation des bovid6s s'616ve A 650 mil-
lions de francs C.F.A.
L'exportation du beurre s'616ve A 65 millions
de francs C.F.A.
L'exportation des peaux 's'el6ve a 60 millions
de francs C.F.A.
L'exportation du b6tail et des products de l'l6e-
vage porte sur une moyenne annuelle de 820 mil-
lions de francs C.F.A.
Selon certaines evaluations l'exportation clan-
destine du b6tail a travers une frontibre perm6a-
ble A souhait, augmenterait le chiffre de ces ey-
portations de 150 millions environ.

Coton :

La production se fixe autour de 45.000 tonnes
dc coton-graine, don't le rendement en fibre est
de 2 %, soit 13.000 tonnes de coton fibre
<, Allen >.
En valeur cette exportation s'61eve a :
13.000 X 92.000 = 1.196.000.000 de francs C.F.A.
Le coton rapport aux cultivateurs autochto-
nes 540 millions de francs ii l'achat.
11 a W6t export cette ann6e 500 tonnes de grai-
nes pour essai de rendement d'huile sur les Hui-
leries Marocaines.







Ressoulrces diverse
I1 est a noter quelques exportations accessoi-
res :
cire, 2 tonnes vendues sur 1'Oubangui-Chari
(N'D 1) ;
ivoirc, 0 t. 600 exported sur la Nig6ria :
datt.'s, 62 tonnes !
arachides, 500 tonnes exportees sur la
France ;
-- tabac, 2 tonnes ;
gomme ;
encens, 11 tonnes, exports sur la Nigeri;a
et Soudan anglo-6gyptien ;
-- nation, 500 tonnes, exportees str le Came-
roul ;
van:ierie, 13 tonnes, exportees sur bl Sou-
dan anglo-6gyptien.

Ces exportations diverse repr6sentcnt une
resource poor le pays qui peut Etre 6valude !
20 millions de francs C.F.A.
En r6slmnn, les resources du Tchad se chif-
frent conmme suit :
Res- Valeur
sources
locales export


Elevage et sous-produits ..
-- Coton fibres et grains ....
Main-d'ceuvre et divers ser-
vices occ:;sionnes par 1'industrie
cotonnier e ....................
Resources diverse ......


820 820
540 1.196


95
20

1.475


28

2.044


Les ressources des autochtones doivent &tre
augment .es de la masse des salaires pays a dif-
fUrents titres, du revenue des exportations clan-
destines, du revenue des changes avec le Terri-
toire voi. in (Oubangui).
D'apres les evaluations les plus optimists,
cctte au:.mentation ne peut porter sur plus de
500 millions, cc qui portrait le revenue autoch--
tone A priCs de 2 milliards.

Mouvemeni commercial

L'analyse de la situation commnerciale de l'an
pass donne les 616ments suivants :


Importations sur devises y colmpris accords
comnmerciaux ........ 150 millions, 3 frs CFA.
Importations sur
contingents matiercs.. 324 millions, 6 frs CFA
Importations li-
bres ................ 425 millions, frs CFA.

900 millions CFA.FOB.
Ceci donne rendt u au Tchad un volume de mar-
chandises qui peut-etre estimh a 1 milliard ct
demi compete tenu des frais de transport, douanes
et frais divers.
En r6sumn l'6conomie du Tchad si elle est peu
developpce, prcscnte les advantages de stability.
Lcs prospections miniercs vont commencer et il
sc peut que dans ce domaine d'heureuses d6cou-
vertes vienncnt it se realiser.


Creation d'un Comite de surveillance
des prix
Afin de miener plus efficacement la lutte con-
tre la chert6 de la vie dans le Territoire du
Tchad, le Gouverneur de Mauduit a r6cemment
pris un arr&t* instituant un comit6 de surveil-
lance des prix.
Les attributions de cc comit6 lui permettent en
premier lieu de donner son avis sur les prix
pratiques. II peut en outre fire part au Gouver-
neur, de ses observations ainsi que des voeux
et propositions qui lui semblent opportuns pour
l'accomplissement de la tAche qui lui est assi-
gnee.
Le Comit6 comprend, sous la pr6sidence du
Secr6taire g6niral du Territoire, 3 repr6sentants
de administration, 2 representants du com-
merce, 1 reprcsentant des families nombreuses
et 1 rcpr6sentant des consommateurs.

Election partielle au Conseil Representatif
du Tchad
Des elections ont eu lieu, le 18 decembre 1949.
destinies A pourvoir au replacement d'un mem-
lrc d6c6d6 au Conseil Repr6sentatif du territoire
du Tchad. Les resultats ont 6te le suivants :
Inscrits : 5.628; votants : 2.914; suffrages ex-
primes : 2.849.
Ont obtenu : MM. Lorsale (U.D.T.), 2.451 voix
6lu; Dorsoma, 112; Ndoloum, 136; Kaifina, 105;
Abdoukino, 45.










45








CAMEROUN


EXPORTATIONS 1949


Arrivee
de M. Soucadaux

a Soucadaux,
n ouveau
Haut Com-n
missaire de la R&-
u blique, accompa-
gn6 de M. Texier,
4 tDirecteur de son
Cabinet, est arrive
A Douala, le mardi
10 janvier. 11 a 6L6 accueilli, A l'a6rodrome, par
le Gouverneur Casimir, les autoritr s civiles et
militaires, les parlementaires locaux presents
dans le territoire et le Conseil Municipal de
Douala.
Le lendemain martin, le Haut-Commissaire a d6pos6 des
gerbes au nionument aux morts et l celui du general Leclrce,
puis ii a parcouru la ville. Dans l'apr&s-midi, ii a reCu les
chefs de service, les associations professionnelles et les syn-
dicats. II a gagn6 Yaound6 jeudi par la route, s'arr6tant h
Ed6a, pour visitor les travaux du barrage sur le Sanaga, oii
sera install6e la central Blectrique qui doit constituer bien-
tMt un 616nent essential du d6veloppement 6conomique du
Cameroun.
Dans la miatin6e de vendredi, M. Soucadaux, accompagn6
du Gouvernour Casimir et du colonel Le Layec, comlnandant
militaire du Cameroun, a assist a une prise d'armes sur
l'esplanade du Gouvernement et s'est rendu au monument
Leclere pour y deposer une gerbe.
M. Casimir a pr6sent6, ensuite, au nouveau Haut-Conmnis-
saire, les parlementaires, les d616gu6s a l'Assembl6e locale,
les repr6sentants des services administratifs, les autorit6s
militaires et les personnalit6s civiles de Yaound6.


Le movement commercial du territoire

Tons les chiffres du movement commercial
pour l'ann6e 1949 ne sont pas encore connus,
mais on peut d6ji affirmer que l'conomie du
territoire a encore marqu6 un net progrbs par
rapport aux ann6es pr6c6dentes.
C'est ainsi que le tonnage total des exporta-
tions de l'annie s'6ilve A 204.000 T. centre
181.000 T en 1948 et 178.000 T. en 1937.
Le tonnage total des importations se situera
aux environs de 195.000 T. contre 148.000 T. en
1948 et 69.000 en 1937.
Le tonnage total Idu movement commercial
du Cameroun pour l'ann6c 1949 atteindra done
probablement 400.000 tonnes pour une valeur de
prbs de 14 milliards de francs CFA.
Pour l'ann6e 1949, le total des exportations
atteint 204.150, tonnages se r6partissant entire les
diff6rents products de la facon suivante :


Arachides .........
Tourteaux d'arachi-
des .............
Huile d'arachide ..
Palmistes .........
Huile de palme ...
Savon .............
S6same ..........
Bananes vertes ....
Bananes s6ch6es ...
Cacao .............
Cafe ..............
Farine manioc ....
Cuirs et peaux ....


Tonnes

4.003

686
120
31.975
6.695
835
185
34.884
296
51.256
8.076
11
578


Tonnes

Etain ............. 219
Rutile ............. 793
Grumes ........... 49.831
I) bit .s ........... 10.015
Caoutchouc ....... 2.246
B tail ..... ... ...... 609
Sisal .............. 45
Tabac ............. 262
Quinquina ........ 8
Strobantus ........ 6
Yohimbe .......... 39
Divers ............ 459

Total ...... 204.150


~- ---- ~----

La champagne du cacao

La trait du cacao a continue pendant le mois
de dccmbre a se d6rouler a un rythme acc616r6.
Aprbs une 16g6re baisse au d6but du mois de
I'ordre de 3.000 francs la tonne, les course ont
repris Icur niveau anterieur, et semblent s'6tre
stabilis6s en hausse.
A New-York, fin d6cembre, le course so situait
a 22, 23 cents la lb., soit 85 A 88 francs CFA. le
kg, correspondent i un prix fob de 70 A 75 francs
CFA Ic kg.
Sur la France, les course se situent aux envi-
rons de 186, 187 francs m6trop. le kg.. soit un
prix fob. d'environ 78 A 80 francs CFA. le kg.
Ces course 61ev6s et la concurrence resultant de
la liberty du commerce profitent largentent an
producteur autochtone, qui b6n6ficie d'une r6mu-
n.ration tres substanticlle. Si cette situation se
inaintient, il est a prevoir que le tonnage expor-
table de 35.000 T. pr6vu pour la champagne 1949
50 sera depasse.
Pour la saison 1949-50, la production mnondiale
est 6valu6 A 711.663.000 tonnes, alors que la
production de la champagne pr6c6dentc s'6tait
6leve ai 747.450.000 tonnes, et que la inoyenne
annuelle d'avant-guerre 6tait de 715.287.000 ton-
nes. I1 est A noter que la production de cacao
escomptec de l'Afriquc Occidentale britannique
constate une diminution de 60.000 tonnes par
rapport A l'an dernier.
Le rythme acc6 16r des evacuations de cacao
du Cameroun s'est encore accentu6 au course du
mois de d6cembre.
C'est ainsi qu'au course de ce mois il a W6t ex-
porte 5.905 T. portant le total des exportations
depuis le dhbut de la traite a 8.555 tonnes. Le
detail des sorties est donn6 dans les tableaux
ci-dessous :








ACCAO EXPORT ET VERIFIF

Sup. Courant Limite Total

1 En dcembre 1-19 :


Douala .......
Kribi ... ....



2' Preceddemnei
Douala .......
Kribi ... ..



3" Total lepuis
Douala .......
Kribi .


.876 3.138 437 4.452
5 1.155 290 1.451

881 4.294 728 5.903
nt :
586 1.423 368 2.378
197 77 274

586 1.620 445 2.652
le dWbut de la carmpagne :
1.462 4.561 805 6.830
5 1.352 367 1.725


1.467 5.913 1.172 8.555


On peut estimer de 18 A 20.000 tonnes, le ton-
nage total commercialism A fin d6cembre.


Fin des interventions
du Fonds de compensation

Deux :.rr!tx s du chef du territoire en date du
27-12-49 out supprim6 les deux dernieres inter.
ventions du Fonds de compensation.
Des que le texte de 5 % sur la valour mercu-
riale des cafes, encore percue au profit du fonds,
aura Wtc transform en un droit de sortie liquid,
au profit du budget, ricn ne s'opposera plus a
la suppression'comnplite de cc cornptc hors bud-
get.
Rappelons quele fonds avait t66 cr6 par arrete
876 du 2-2-1948 au 'moment de la devaluation de
janvier 1948, pour pallicr aux effects de cette dC-
valuatio!i sur le cofit de la vie au Territoire, et
6viter une hausse brutal des prix.
11 a iparfaitement rempli son office pendant
toute la p6riode oil il a fonctionn6, et sa cloture
intervici.dra avec un solde cr6diteur.


Le retour a des conditions 6conomiques nor-
males justific la disparition definitive d'une in'-
sure don't l'intcrvcention ne pouvait Stre que limi-
t6e dans Ic tcmps.


La visit de ia mission de I'O. N. U.

Nous avons rc:iat dans lc Bulletin d'Informi(-
lion du Imois de janvier 1950 (N" 139, page 42),
les (Idclarations faite; par M. Khalidi t l'occa-
sion de la mission de visible de l'O.N.U. don't ii
dtait le chef. II n'est pas sans interdt de rappor-
ter les terines nimlecs d'une allocation prononc~e
par celui-ci le 26 novemibrc ia Douala A l'occa-
sion l'uine rcceptlion officielle. M. Khalidi, de
nationaiiil irakienne, s'exprimant en francais, a
notamment declare :
<: J'ai (lit (i Yaounde et je repele ici que nous
avons did requs partout avec le plus grand ccaur,
la plus grande genlillesse des Fran-ais el je ner:x
Ic priciser, par les Frangais aussi bien que par
inos amis les Africains. Ayant uu beaucoup de
groups populaires, nous avons parle avec des
centaines d'Africains et nous avons appris beau-
coup de ce inagnifique people, C'est un mvste
pays, el c'est un grand pays. El le people afri-
cain, le people camuerounais a un grand avenir...
C'est ici i Douala oir nous nous trouvons pour
le moment, que je veux dire que les peoples ca-
merounais vivant en relations si amicales avec
les Franqais, ont fait beaucoup et il est bien clair.
avec toule l'actiuild qu'on voit ( Douala que les
Francais ont oraiment faith beaucoup pour les
(amerounais. Nuns remercions M. le Haul-Com-
inissaire. II se troupe d la tile d'une adminislro-
lion mag.nifique, une administration parmi la-
quielle nous a(lo;,s trouve des homes de grande
valer. Nons rc nicrcions nos amis les Africains
qui onl tonejou;rs rendi visible chez nous avec la
plus grande courtoisie, la plus grande franchise,
la plus grande gentillesse pour nous dire ce
qu'ils voulaient. Nous remercions nos amis les
Francais qui ont encourage les Africains d ventr
chez nous, pour nous parler. Je vons prie, les-
dames el Messieurs, de porter avec moi un grand
last d la France et au Cameroun >>.









MADAGASCAR


M. Bargues
est nomm6
Haut-Commissaire
de la Republique
a Madagascar

S E Conseil des
en L Ministres, r6u-
ni le 4 janvler,
a d6l6gu6, dans les
Rfonctions de Haut-
Commissaire i Ma-
dagascar, en rem-
placement de M. de Chevign6, don't la mission est
venue i expiration, M. Bargues, inspecteur g6ne-
ral des colonies.

M. Robert Bargues qui vient d'atre nommr Haut-Commis-
saire de la Republique Francaise ii Madagascar, est n6 B
Bordeaux, le 21 octobre 1900.
Ancient e61ve brevetu de I'E.N.F.O.M., don't ii est sorti en
1924, M. Bargues a kt6 successivement administrhteur puis
inspecteur des colonies depuis 19:32.
En cettc quality ii a acconmpli de nombreuses missions en
A.E.F., en A.O.F., en Indochine et auxAntilles.
Depuis le 16 mars 1948, M. Bargues Ctait directcur gn6~-
ral des Finances en A.O.F.

Dans unc declaration qu'il a faie, aux reprie-
sentants de 1' < Agence France-Presse >, M. Bar-
gues a notamment d6clare :

< Eu m'appelant d ce post, le goucernement de la Rlpui-
blique a roulu, non sculement me timoigner sa confiance,
inais, encore, narquer, par cette designation, qu'une prriode
inouceile s'ourre dans I'Administration de la Grande HIe.
<: Mon prdcccsseir, M. de Checigne, a en (i assumer la
rtiche delicate de la pacification. Je liens a lhi rendre honm-
'iage. Maintenant que le calme est revenue, Madagascar doit
.'acheminer vers ses destin;es nouielles. Le premier but i
utitindre sera d'linminer totes causes de dissentiments et
de rdtablir, entire les diners 61tmcents de la population, un
climat de confiance mutuelle. La Grande Ile possEde des
,-ichesses agricoles et minieres considdrables, don't la nmise en
raleur exige des capitaux qui devront 6tre fournis par les
resources locales, par le FIDES ol par des investissemenets
privcs. J'ai la conviction que je pourrai mettre rapidemncnt
won ourre un plan coordonn4 pour dpvelopper econonzique-
mn-nt et socialement Madagascar. Pour cela, il me fraudra
l'aide efficace et confiante de tous les Europdens et a:toch-
tones de Madagascar. Je ne doute pas que les terres francai-
ses de l'Ocean Indien ne parriennent d un stade harmonieux
de ddreloppement et d line prosp6ritd croissante. Pour attein-
dre ce plein tpanouissement, grace ar librc jen des insti-
tutions dimocratiques an sein de l'Union Francaise, iune
politique de dt;tente s'impose, qui n'exclut pas la fernmel.

Venant de Dakar, M. Bargues est arrive It
Paris le 16 janvier. II a Wte recu le 20 janvier
par M. Letourneau,'ninistre de la France d'Ou-
tre-Mer.


A la veille de son depart pour la Grande lie,
M. Bargues, Haut-Commissaire de la R6Ipublique
a Madagascar, a prononc6 une allocution radio-
diffusee it destination de ce tcrritoire :

< Je tiens d dire, tout le prix que j'attache t la confiance
que vient de me temoigner le Gourernemnt de la Republi-
que en me ddsignant au poste de Haut-Commissaire a Mada-
gascar. II serait, evidemment presomptueux de ma part d'ta-
bhr, de la metropole oil je me trove encore aujourd'luhi,
le programme detaillN de mon action future. Du moins
puis-je indiquer les grands principles qui doivent guider cette
action.
< Sur le plan politique, je veux associer i mon teuvre tous
ceux qui, dans un esprit d'entente, de comprehension et de
confiance reciproque dirigent leurs aspirations vers une evo-
lution de la Grande lie dans le cadre des institutions de
I'Union FranCaise. Des places restent a panser, des fosses d
combler. Je m'y emploierai avec l'aide de tous les homes,
de toutes les femmes de bonne volontd sans distinction de
race, d'origine ol de religion. Je compete, d'une maniare
toute special sur la collaboration des represenAunts elus
de la population an sein des assemblies mitropolitaines et
locales.
< Sur le plan iconomique, je connais les besoins de Mada-
gascar : ils sont immense. L'accroissement des resources
de la population ne peut provenir que d'une amelioration
et d'une augmentation de la production qu'il s'agisse de cul-
tures rivrneres on de products destins d l'exportation.
<< Cette anmlioration, cette augmentation de la production,
nous derons les attendre de la rdalisation d'un programme
coordonn, de nmise en valeur. Je sais, pour en (ioir fait
l'experience en d'autres territoires de I'Union FranCaise, que
/'aide des administrations mji'tropolitaines, et, particuliere-
ment, du mninistire de Ia France d'Outre-Mer et di Commis-
sariat Gednral du Plan nous est ;jdia acquise.
< An programme 6conomique doit s'adjoindre un pro-
gramme de rdalisations socials, qui constituera line arme
efficace dans la little engage par les populations inalgaches
Scontre I ignorance, la misre ct la maladie.
<< Pour ma part, je suis prIt d consacrer tous mre efforts
i ulne politique qui, dans tons les domaines, s'assigne, pour
objectif, ine amnelioration dtl sort nmatrriel et moral des
habitants de la Grande lle, lne politique don't le but est
de fair, de Madagascar, l'un des plus prosperes parmi les
tcrritoires on flotte le drapeau francais. >>

Le 24 janvier, le Haut-Commissaire Bargues a
kt6 requ par la section de 1'Afrique Orientale du
Comit central de la F.O.M.


Bilan de I'ann6e 1949

A l'occasion de l'ouveriure de la session extra-
ordinairdede I'Assemblie Representative, le 5 jan-
vier 1950, -t l'HOtcl de Ville de Tananarive, le
(ouverncur Angammarre, Secr6taire G(6nral de
Madagascar, charge des Affaires courantes, a
prononce un discours dans lequcl il a dress le
hilan des ann6es 6coulces.








L'augmnntation du budget est due A la fois i
I'amnlioration du sort des fonctionnaires et li
Fachat de materiel moderne. Madagascar a d6jhi
consacre, .,n 1949 des moyens puissants au dove-
loppemeni dc sa production, condition premiere
d'une l66 ation du standard de vie : a ce mimc
titre les engagementss so sont bleves a 164 mil.-
lions en 1)49 et les paiements t 98 millions pour
17 mois. I'est en matiere de transports e com-
munications que les r6alisations ontl tC les plus
nombreuses : mise en service de 6 locomotives,
150 wagons; amelioration des moyens de manu-
tention el de stockage des ports; ouverture do
chantiers, de routes avec l'aide du g6nie mili-
taire; aminagement du r6seau airien. Les enga-
gements ont porter sur 1.275 millions et les paic-
ments des derniers mois sur 680 millions.
L'6quil.ement social a progress6 A .un rythme
comparable : amelioration des installations hos-
iitalibres enseignement, hygiene, urbanisme ru-,
ral. Les cagagements out 6tt de 323 millions.
L'ann6. 1949 a vu un retour au liberalisme
cconomiq uc : l'accroisscment du ravitaillement a
pcrmis d' ibandonner toutes les measures de r6par-
tition et de rationnement. La liberty des prix i
Wtc rcnd:c h un grand nombre de product.
Les atiributions de devises, soit au titre dui
plan Mai shall, soit au titre d'accords conmmer-
ciaux (2";.800.000 dollars) ont )permis de faire
alppel largment aux marches strangers.
Le deficit de la balance commercial des 6 pre.
miers mncis implique par l'cffort d'6quipemcnt et
la rccon tlitution des stocks de biens de consom:n
nation.
Dans le domain de l'enseigncment, des re-
sultats f( rt int6ressants ont, 6galcmcnt, 6t6 obte-
nus. En 1948 ctait cr66 un course ide physique,
chimie et bioiogic (P.C.B.) diplime necessaire
pour les 6tudes mddicales et dentaires. A la rcn-
tr6e de novembre 1949, ont tdc ouvertes deux
classes )reparatoires aux Certificats d'Etudes
Sup6rieures de Math6matiques, Physique et Chi-
mie (M. ..C.), et de Sciences Physiques, Chimi-
ques et Naturelles (S.P.C.N.). Quant aux course
de droit licence et capacity ils r6unisscnt,
cette an ne, soixante-dix-sept 6tudiants contre
cinquanle l'an dernier. En cc qui concern I'cn-
seignem Int primaire -- )rogranmmes metropoli-
tains douze classes nouvelles fonctionnent dec-
puis trois mois ct huit autres vont ctre prochai-
nement .)uvertcs grace 'i l'ach&vemcnt du group
d'Antsirabe et du bAtiment suppl6mentairc de
1 Ecole (e Diego-Suarez. DWs quc les autres cons-
tructions, entreprises a Tananarive, Majunga,
Fianarantsoa et Didgo-Suarez scront termindes,
trente-deux autres classes nouvelles pourront
fonctior ner.


Les ecoles, qui dispensent l'cnseignement au-
tochtone sc sonL, 6galement, accrues sur un
rythme rapid. Le recrutement de quarante-six
instituteurs auxiliaires, pourvus du Certificat
d'Etudes du second degr6, en application de
l'arrte6 du 1" avril 1948, a permits l'ouverture de
quarante-six classes suppl6mentaires. Trente-
ctcux 6coles nouvelles du premlier dcgr6, d'autre
part, ont pu ctre cr66es, don't vingt-huit dans les
regions c6tieres contre vingt et une en 1948 et
neuf en 1947. De 112.000 en 1947, le nombre des
l66ves de ces 6coles est pass i 145.000 en 1949.
L'enseignement professionnel, enfin, si impor-
tant pour Madagascar qui manque encore de
technicians ct d'ouvriers qualifies, n'a pas 6t6
oubli6 : au course des douze derniers mois il s'est
accru de neuf ateliers et de deux sections < pro-
fessionnels.
Dans le domaine administratif, soixante-cinq
nouvelles collectivites-tcmoins avaient Rt6 cries
dans toute 'ile au course de l'annie derniere.


Population du Territoire

D'apres les dernieres statistiques, la population
de Madagascar s'elhve i 4.149.000 habitants.
Pour l'enscmble du territoire, on compete 41.505
Frangais et 19.252 Etrangers, don't 10.119 In-
diens, 5.234 Chinois et 670 Grecs.
Trois septiimcs de la population europienne
vivent A Tananarive.
On compete, ai Madagascar, quatre localit6s de
plus de vingt mille habitants : Di6go-Suarez :
21.287; Majunga : 27.181; Tamatave : 28.194;
TInanarive : 171.052.


Un voeu de la Commission permanent
de I'Assembl6e representative
concernant la Banque de Madagascar

La Commission permanent do l'Assembl6e Re-
pr6sentative de Madagascar, < enregistrant, avec
satisfaction, le texte de loi portant reorganisa-
tion du regime de l'Emission ai Madagascar,
adopt, par l'Assembl6e Nationalc, le 2 d&cembre
1949 >, a emis le vcu quo, < dans les nouveaux
slatuts qui seront approuvvs par decret, rendu
en former do reglenent d'administration pulli-
que, la Banque de Madagascar soit, ind!pendam-
ment de la facultC de rcescomple qui lui a 6t6
donn6e, autorisce a consentir la clientele. sans
intervention d'un autre Etablissement de credit,
des prets A mnoyen term dans les limits fixes
par le ministry des Finances et de la France
d'Outre-Mer sur proposition du Haut-Commis-
saire de la R6publique a Madagascar >.









Suspension de I'impot cddulaire
sur les traitements et salaires

Le J.O. ldu 24 dceinbre de Madagascar public
une delibdration de l'Assemblde Repr6sentative
en date du 29 nofit 1949, portant suppression de
l'imp6t c6dulaire sur les traitements et salaires,
pensions et rentes viag6res A computer du 1" jan-
vicr 1950.


Exportation du cafe

La direction des Services economiques :
La Direction des Services 6conomiques informed
les exportateurs qu'un arr&td du 11 janvier 1950,
abroge les arrites des 16 mars 1948, 1" dcembre
1948 et 19 octobre 1949 fixant les prix FOB des
caf6s.


La libcrte de prix est rendue a cc produit, les
transactions scront d6battucs librcment entire
exportatcurs et importateurs.
La sortie du caf6 n'cst autorisee quc sur la
Metropol. I)es contingents sont r6serv6s A di-
vers pays de l'Union frangaisc. Les autorisations
d'cxportation scront d6sorinais dtlivroes non
plus par la Dircction des Services ecoonmiques,
imais par le Chef de district du port ''embar-
( :e; c;1if. t.


Comores

Le budget du Territoire

Le budget du territoire des Comores a 6te
arret: en rccettes et en depenses A la soinme de
107.118.000 C.F.A.


ETABLISSEMENTS FRANCAIS D'OCEANIE


Tournde
du Gouverneur


L Gouverneur des Eta-
blissements Franeais
d'Oc6anie est rentr6 le
28 novembre d'une tourn6e
dans les Iles Australes
(Runatara, Rurutu, Tubuai,
Rawavae et Rafa). Cette
tourn6e a permits de duci-
der sur place des travaux
A effectucr dans un proche avenir, et en particulier la cons-
truction dc nouvelles ecoles, la r6fection et I'am6nagement
ties routes et des pouts, l'installation de quelques adductions
d'eau, ct l'am6nageiment de plusieurs passes dans les ceintu-
re coraliennes qui entourent ces iles.
La comparison centre les dcux iles ofi resid&rent il y a
quelques annees des administratcurs et les trois autrcs iles
qui ne sont visit6es que de loin en loin par un reprsecntant
du chef de Territoire, a fait ressortir la necessity de designer
pour les Australes un administrator resident obligatoire-
ment dans sa circonscription ct muni de moyens de naviga-
tion lui permettant de'circuler dans tons ccs archipels.
L'Assemblee representative, saisie de la question, s'cst
montr6e favorable i 1'unanimite i la da signation d'un admi-
nistrateur pour l'archipel des Australes ct d'un autre amii-
nistrateur pour 1'archipel des Marquises.

Mise en place des superstructures
du nouveau dry-dock
Le 7 decembrc, sont arrives par avion quatre inglniicurs
de la maison Crandall de Boston (U.S.A.) venant a Papcctp
pour surveiller la mise en place des superstructures du nou-
veau dry-dock destine i rcmplacer 1'ancien de tonnage insuf-
fisant.


L'equipament du territoire en materiel lourd

Le 10 (6cembre, dans la matinee, les materials lourda des-
tinds i l'&quipement de base du Territoire ct debarques a
Papeete an debut du mois, out et6 pr6sentes aux membres
de I'Assembl6e representative. Ont 6t6 ainsi presents : des
hull-dozers, aes raboteuses de route, des bhtonni';res, des
epandcuses d'emulsion, des perforateurs et des vibrateurs,
tons mat6riels destin6s ai tre mis en oeuvre tant pEr le Ser-
vice des Travaux Publics que par les particuliers i qui ils
pourraicnt etre loues.


Les travaux de I'Assemblee representative

Le 13 dteembre, a pris fin Ia dcuxieim session, dite ses-
sion budgLtaire, de I'Assembl6e representative des Etablisse-
ments francais de l'Oc6anie. Tous les travaux ont ,t6 entre-
pris dans une atmosphere de grande confiance et do grande
comprliension: Le budget local vote a l'unanimiit s'6qui-
liibre a 205.103.000 C.F.P. contre 163.551.000 (C..P. pour
1'annie 1949.
Le plan d6cennal d'6quipement du Territoire (budget
FIDES) s'e!evant au total a 1.277.573.000 C.F.P. a 61e 6gale-
meint adopt A l'unanimite.


Essais d'un post dmetteur-radio

Le 1 decembre, les premiers essais de fonctionnement
Tdi'n post 6metteur de 24 KW, don't I'installation it Papeete
a tc6 assure par le r6seau g6ndral radio-6lectrique, ont
donne6 des r6sultats cxtrbmemcnt satisfaisants. Ils so pour-
suivent actuellement et on pense que l'inauguration de la
station pourra avoir lieu dans les premiers jours du mois de
janvier.







INFORMATIONS ADMINISTRATIVE


ADMINI STATION
Un decree no 50-29 du 10 janvier 1950 port reglement
d'administralion publique pour la representation du Viet
Nam a 1'Ass, mbl6e de 1'Union francaise.
Le no1 ire des dedligus du Vict Narn I'Asscmblee
de 1'Union If aniaise est fixed i dix-ncuf.
Les de.6gues seront designs conforminient i la 16gis-
lation intcrr e du Vict Naii. (J. 0. 11 janvier).
Le d6crcl du 6 juin 1863 portant reglemientation pour
Saint-Pierre-, t-Miquelon de I'cxpropriation pour cause d'uti-
liti publiqu a et modific par une loi du 11 janvier 1950.
tJ. 0. 15 jaiivier).
Le concours d'aces I]'E.N.F.O.M. comportera Ai conpter
dc 1'annce 1951 les deux certificates des deux preumiires an-
n6es de lice nce en droit. La linite d'age est reports i 25
ans. (D. 13 invier. J. O. 18 janvier).
U Un arret du 7 mars 1919 (J. 0. 20 janv.) porte classc-
mnent des c nltres do t6leconmmunications dans les T.O.IM.
(J. O. 20 janvier).
O Un d6cre- du 20 janvier 1950 porte modification du dcretc
du 3 octobre 1949 portant fixation des pouvoirs du haut-coim-
lissaire de FrOnce pour l'indochine en matibre de defense
et de s6curi e. (J. 0. 22 janvier).
0 Un d cri du 20 janvier porte modification du dccret
du 3 october 1949 fixant les attributions de I'officicr g6enral
coi)iniialdawi eln chef et conuiian.lanit sup-rieur des forces
terres:res ei Indochine. (J. 0. 22 janvier).
Un deer -t du 20 janvier 1950 complete les dispositions
de l'article i7 du d6cret dil 3 juillot 1897, relatif aux passa-
ges. Le b6&iifice dcs dispositions de cc tlexe est tenuju aux
fiancics (J. 0. 22 janvier).

FINANCES ECONOMIC
* Deux d crets du 27 decembre 1949 approuvent diverse
dliblratiois du grand conseil de I'A.E.F. portant rdforime
fiseale et i modification du code grenral des imp6ts directs.
(J. O. 1'' ji nvier).
0 Un decrrt du 27 d6cembre 1919 approve une deliblera-
tion de 1'A semblec Representative du Canmeroui, modifiant
les droits ile sortie sur les aninmaux sauvages destines aux
organisms scientifiques. (J. 0. 4 janvier).
* Un decr, t du 27 d6ccnbre 1949 approve une deliberation
du grand < -nseil do l'Afrique occidental irancaise en date
du 26 sept, mbre 1949 modifiant le tarif des droits d'cntr6.e
et de soriii. (J. 0. 4 janvier).
Un d6cr t dn 27 di6cnembre 1949 approve une d1liibration
prise lc 28 septembre 1949 par le grand conscil de F'Afriquc
occidintale franchise tendant i mondifier le d' ret du 1" juin
1932 :6;!es tentant le fonctionnement du service des douancs
dalns ce tc .ritiire. (J. 4 janvier).
Un d!'ert du 27 delenbre 1949 approve unie liberation
en dtate d,( 28 septembnre 191.9 lu Conseil d'admini:stration
des ilcs \, allis et l'utina, mnodiliant le tariff d:es droits dv
douane ap:.licable dans eet arclipel. (J 4 janvier).
* Un dti et du 27 d6c-'enlre 1919 appr n" 48-19 d:1 25 aouit 191.9 du Conseil g6nural des (omiores
creamt ulne taxes sur les v6hicules automobiles. (J. 0. 4 janv.).


G Un dfcret du 28 dcceembre 1949 fixe la p6riode principal
d'cxecu:ion idu udget cx.reaordilraire pour ]a reconstruction
ct I'equipcnlent de 'Indochiue. (J. 0. 10 janvier).
* Un decret du 28 decemnlre 1919 porte approbation du
premier calier de credits suppleimentaires au budget ordi-
naire des services colt iinun de fI'ndochine pour l'exercice
1949. (J. 0. 10 janviei:.
* Un d6crt dii 31 doccmbre 1949 porte suppression du bu-
reau du caoutchouc. tJ. ( 10 janvicr).
o Un decree diu 13 janvier 1950 approve line dElib6ration
prise le 20 sepembre 1949 par le grand Coniseil de I'Afrique
occidental franlaise tendant a modifier le decret du 9 juin
1938 sur le regime doe admission tieiporaire dans cc terri-
toire. (J. 0. 18 janvier).
0 Deux d6crets !di 31 dcemibre 1919 approuvent deux d6li-
b6rations die 'assenilee representative du Togo relatives
aux iimpits sur Ics rIcnus, ct trois deliberations en nnatiere
fiscal. (J. 0. 11 janv!er).
* Un decrc' din 3i d.ccnemldre 194 9 appiouvne dcux di'ilbera-
tions de i'ausse!biie re!ri',en>tative du T.go eodi'fiant les
r gles d'assicate de l'iimp i personnel et de la taxes vicinale.
0 Un dcret dui 31 ilicembre 1959 .pprouve la deliii6ration
dii grand;i c;oscsil dc I'Afrique occilentale fi'rail -aise du 28
septenibre 1910( codil'ant la reglcimentation de 1'ceiregistre-
menllt el dnu iunbre eo Arique occidental francaise.
Un dlrcrct dl 31 deccimbre 1949 approve cinq d6lib)ra-
tions du conseil general de la Mauritanie en matiere fiscal.
0 Un dccret diu 31 <6eceinlre 1919 approuive trois d6lib6ra-
tions du conseil gp'aral du Dalntiney eln mitire fiscal.
0 Quaire hd6crls ldu 3 d6ccmbre 1919 approuvent : la deli-
bhration du 3 nov'.eimbre 191 du conseil general da Niger
iiodifianit ls rgldes d'assieue de,'inip6t personnel ;
les dtiiiberations i(ii 3 novembre 1949 : 1" modifiant les
rbigles d'assiettc tie la taxes de visit sanitairc; 2 portant
suppression Je la ta\ la deli; !a tion n d'assictte de lai c.;n.ribution dels patents ;
la d6lib6ration ;d 3 inovembre 1919 modifiant les regles
d'assiette de la taxes ie pacnge.
Un d6cret du 31 d6cembre 1949 approve la d6lib6ration
de la co nniission permianente du grand conseil de l'Afrique
n!uatoria!e fran-cai-, modifiant les droits de delivranice, de
prorogation de validity ct do visa des passports.
Un decret du 31 d6rembre 1919 approve la d6lib6ration
n" 5949 du 27 aofit 1949 du grand conseil de 1'Afrique equa-
teria!e fran,;aise lpritant suppression de la taxes d'apprentis-
suge.
O Un decret (lu 31 dremnibre 1919 approve la deliberation
n" 11-19 du 6 (,'t,,brc 1919 du con:.eil reprdsentatif du
Moyen-Con",(o mdrol'ant el comiplant le code local des
impo6ts dir"ets.
0 Un d6cret ilu 31 ldecenImbre 191.9 aipprouve la dlil6ration
n" 11-19 du 20 c:,lbre 1919 du conscil rcpr6sentatif de
I'Outlangu:-Ch(ari mimdiiant eI code local des imnpots directs.
(J. 0. 11 janviucr .
O Un d6cret nd 11 janvicr approve tine (llihieration prise
le 22 octolre 1919 par le grand conscil de I'A.E.F. nodi-






fiant le code des douanes en vigueur dans le territoire. (J. 0.
14 janvier).
* Un d6cret du 11. decembre 19-19 port admission cn fran-
chise douaniere en France, en Algerie ct dans les d6parte-
mients francais d'outre-mer, pour 1950, de products origi-
naires d'Indochine. (J. 0. 21 janvier).
O Un decret tdu 14 dcecmbre 1949 porte admission en fran-
chise douaniere en Indochine. pour 1950, de products ori-
ginaires de France, d'Algerie, des departments francais
d'outrc-mer, des territoires francais d'outre-mer et des terri-
toires africains sous tulelle. (J. 0. 21 janvier).
* Un decret du 20 janvier 1950 niodifie le decret du 1" d6-
cembre 1949 determinant les indemnit6s diverse susceptible
d'etre payees an titre de la solde aux militaires de l'armne
de terre en service dans les territoires et departements d'ou-
tre-mer. (J. 0. 22 janvier).
0 Un decret du 20 janvier 1950 porte modification des con-
ditions d'attribution et relevcnmnt des taux de l'indemnit6
dt reinstallation du personnel colonial. (D. 12 dec. 1923; 19
juin 1931; 24 oct. 1938; 6 oct. 1934).
Le personnel en service dans les dependances australes de
Madagascar reccvra une indemnity sp6ciale de residence.
(D. 13 janvici. J. 17 janvicr).
(ette indemnity est de :
70 r Archipel des Kerguclen, Crozet, Terre Adelie;
60 % iles Saint-Paul et Amsterdam.
Sur la base suivante :
0 it 2000.0 C.F.A, totality;
200.001 a 400.000 C.F.A., 3/4.:
Au dessus de 4100.000, 1/2.
Ele se rumult avec l'indeinit6 de residence accordee i
Madag,:s'-ar.
PERSONNEL

0 M. Robert Bargues, inspccteur general des colonies a ete
del&gue dans les fonctions de Hant-.Commissaire de la Rlpu-
blique Ai Madagascar en replacement de M. de Chevigne
don't la mission a pris fin sur sa demand le 15 janvier.
(I). 4 janvier. J. 0. 5 janvier).
M. Delteil (Pierre), Gouverneur de 3' classes tes colonies
a kte nommni Directeur adjoint t la I)irection des Affaires
Politiqucs de l'Administration central du minister de la
France d'Outre-Mer en replacement de M. de Pereyra
appel6e d'autres functions. (D. 4 janvier, J. 0. 5 janvier).
M. Pelien (Pierre-Francois) administrateur de premiere
classes des colonies a 6ti nommin gouverneur de 3' classes des
colonies.
M. Even (Auguste), administrateur de premiere classes des
colonies, secretaire gdenral de l'Oubangui-Chari a 6et nom-
me gouverneur par interim de ce territoire. (D. 4 janvier,
J. 0. 5 janvierl.
0 La date de nomiinalion de M. Torel (Albert) an grade
de gouverneur de 3" classes des colonies est reported du 20
octobre 1948 au 13 octobre 1946 rappelss mrilitaires epusisis).
M. Torel (Albert), gouverneur te 3" classes des colonies est
promu gouverneur de 2' classes. (1). 11 janv. J. 0. 13 janv.).
Comme suite i I'arrkt rendu par le conseil d'Etat le
23 novembre 1949, est rapport le decret du 26 mai 1945
prononcant I'annulation de l'admission A la retraite de


M. Pelicier (Georges-Marie-Mare), gouverneur tie 3* elassc
des colonies, ct revoquant I'intlresse sans pension pour
compler dlu 17 fevrier 1941. (D. 11 janvier, J. 0. 12 janvier).
o Par arrft, du 7 janvier 1950, M. Roux (Gcorges), inspec-
tour de premiere classes des colonies, est plac6 n position
tie d6tachement pour une durec (ie cinq ans, i computer du
2: noveinlmre 1919 inclus, pour exercer les functions de direc-
teur du contr6le financier en AfrijIue equatoriale francaise.
(J. 0. 10 janvier).
* M. Chovard a etk prouni inspector de 2' classes des colo-
nies i computer du 16 janvier 1950. (D. 20 janv., J. 0. 22 janv.
G M. Fernand Wibaux, administratcur des services civils de
l'Algirie a 6te nommn attach de cabinet au S.S.E.; A la
France d'O.-M. (M. Gorse) en replacement de M. Claude
Brossolette, admis A 1'ecole national d'administration. (A. 31
dec., J. 0. 8 janvier).
* Ont eti reclassis :
-- MM. IRemusat (Philippe), adm. adjt. de 3' classes des
colonies i computer du 1" aofit 1948;
Lindrec (Jean), adm. adjt. de 3"' lasse des colonies si
conipter du 1" aofit 1948:
Pierre-Duplaix (Alain), adin. adjt. de 3' classes des
colonies L computer din 1" aoit 1948;
Chenet (Jacques), adm. adjt. de 2" elasse a com)pter (1il
1" aoit 1919. (D6crcts 11 janvier, J. 0. 14 janvier).
Serre (Jacques), adm. adjt. de 3" classes a computer du
1" aofit 1949;
-- .l)a(o \(A ridec), adtl. de 30 classes des colonies est
adtl. adjt. de premiere classes a computer du 1" janvier 1945:
Salmon (ii :uy, ad 1" aoflt 1918;
uthic teAlired), s. ci de l'Indl. comipter (dli 1' aofl
19!4. (1)ecreis (du 13 janvier. J. 0. 17 janvierl.
Abitbol (Georgesi, s. c. Ind. coiimpter du I" aoCit
1943. (i). 19 janvier, J. 0. 21 janvier).
-- M. D'ufour adiii. de 2" classes ties S. C. de l'indochine
a vNu sa nomination i la 3" classes du grade d'administrateiu:
reported an 1" aofit 1946. (D. 23 janvier, J. 0. 2; janvieri.
-- M. Joffre (Andrc). admi. de 3' classes des colonies a et6
reclass6 dans ce grade i computer du 1'' janvier 1945 (1). 23
janvier, J. 0. 26 janvier).
M. Decomis (Robert), adnm. adjt. de premiere 'lasse des
colonies, precedenmment en position de disponibilit6 a iet
reint6gr6 dans les cadres. (D. 13 janvier, J. 0. 17 janvier).
La demission de M. Chimier (Andr6), adm. d( premiere
classes des colonies, a ete accepted. M. Chimier est secretaire
general de I'Assemible de l'Union franchise. (D. 11 janvier,
J. O. 14 janvier).

DISTINCTIONS HONORIFIQUES
Ont ite cites i lI'ordre dte a Nation :
MM.
-Ramarijaona (Stanislas), miedecin de IA. M. i. Ilort
pour la France cn participant A la defense du fort de Voti-
v;:lvi h Madagascar le 20 avril 1917.
Rakoto (Florent), de6le6g dll canton de Votil3va. Mort
pour la France.
-N'Gao (Francois), chef de canton de Fort-Sioit, assas-
sin6 dans l'exercice de ses fonetions. victim de la haute
conscience qu'il avait dc son devoir. (J. 0. 22 janvier).





















REVUE DE PRESS


Nous raippelons que la revue de press publide au present bulletin esl puremeni objective. Elle n'impliquc
6videmmen' aucune adhesion du Ministlre de la France d'Oulre-Mcr aux opinions exprimees dans les
articles re,)roduils d litre d'information.


PRESS D'OUTRE-MER


INDOCHINE

Manifeste des intellectuals

Le moi, pass, sur l'initiative du )professeur
Paul Riv t, un certain nombre d'intellectuels
francais, -- represcntants emiinents de la pensce,
de la scicace et de I'art -- ont adresse au Pre-
sident Vincent Auriol un < manifeste lui de-
mandant :le meltre fin ai la guerre ni Vietnam
en < s'ad essant a la resistance >.
<< C'est tout simplement entrctcnir unc Cqui-
voque et on s'etonne que des Francais qui pre-
tendent j:)uer un r6le dans la nation acceptent
d'etre si,' mal informCs >>, dit M. Jules Haag dans
le Journma d'Extreme-Orient.
Commer t peuvent-ils oublier qtu'i Fontaincbleau la
France a i)ropose un accord a Ho-Chi-Minh, et que
c'cst le leiider communist qui a rompu les n6gocia-
lions en course ? Comment peuvent-ils dire que 1'em-
percur Baa-Dai n'a pas reussi dans la mission de
mediation qui lui ktait confide, alors que tout de-
montre que ce que I'on a appel << l'experience Bao-
Dai > est couronnee de succis et qu'elle aboutit A
des accords d6finitifs ? Comment peuvent-ils esp)rer
un < 6ichonge des otages > alors que. nul ne sait cc
que sont ievenus ces otages, que Iii lho-Chi-Minh, ni
Giap, ni aacun de ceux qui ks entourent n'a pas per-
mis i tiun neutre, sujet suisse, repr6sentant de la
Croix-Rotge international d'approcher, fit-ce une
second L'S otages. li'.fus qui pose un douloureux
point d'ir tcrrogation a beaucoup de families fran-
caises. C minent peuvent-i!s oublier que Hlo-Chi-
Minh a pr6parl, voulu et organism le guet-apens du
19 dicembre 1946 A Hanoi ?
Les sig lataires de cette lettre portent des noms
que l'on re s'etonne pas de trouver au has d'un ma-
nifeste ai ssi contraire A la verit6 historique. Mais
il en est d'autres que l'on vent croire naivenient


abuses. M. Paul-lBoncour a-t-il it ce point vieilli qu'il
meconnaisse les plus Olmentaire: principles de la
liberty* et de la vraic democratic ?
Que vient fire en cclle al'aire M. Paul Levy, di-
recteur de i'Ecole Francaise d'Extrcme Orient, qui
devrait, encore qu'il ne s'agisse pas d'archeologic,
se souvenir des destruction operees par le Vietminh
ih l'nstitut Pasteur de Hanoi ?
t que vient siirtout faire M1. Louis Jouvet qui
ignore tout de i'indochine rt oublie qu'un < theitre
des operations >> i'est pas uin thdatre oi se joue la
conmddie. MI. Jouvel !... De quoi je 1me mile !...
Que ces gens soient de bone foi, nous ne le con-
testons pas.
De irop bonne foi, de cette bonne foi qui conduit
a prendre pour bon argent des pieces de plomb et
pour v6rites ds erretirs flagrantes. Ne vaudrait-il
pas micux qu'ils sc taiscnt ?

Quanta l'Echo du Vietnam, journal vietna-
mien de langue frangaise, voici ce qu'il dit A ce
propose :
II est navrant de constater qu'apres quatre annees
la France est encore si mal infornmle des choses du
Vietnam et qu'on ignore A Paris les elements essen-
tiels d'une question cependant vitale pour I'avenir
de notre propre pays. J)'un ce6ti, I'on voit des
liommes qui ha ussent les epaules en parlant de
<< I'exprience >> lao-Dai, et conseillent au chef de
1'Etat dec regner > avec ferimcti. D)e 'autre citL
l'on s'adresse i M. Vincent Auriol pour lui conseiller
d'ignorer S.M. Bao-Dai ct de traiter avec la rosis-
tance. Et cela pendant que les gouvcrnements amis
s'apprctent A reconnaitre officiellement le gouverne-
ment en place. Allons-nous recevoir de 1'6tranger des
Iccons de sagesse ?
II est temips de revenir aux r6gles de la raison.
Ce n'est point parce (que le gouvernement frangais
a sign avec S.M. Bao-Dai les accords ldu 8 mars
que nous devons, les yeux ferinms, nous ranger der-







riire la bannibre de l'ex-empereur. Ce n'cst pas
affaire de sympathie, pas davantage d'id6ologie po-
litiquc. Mais si un gouvernement aussi divis6 quc
celui de la France a pu se ralier tout enter A ]a
politique delinie le 8 mars 1949, c'est parce qu'il
n'en est pas d'autre possible. La solution Bao-Dai
pent plaire on ne pas plaire. Elle cst la seule solu-
tion possible. Si S.M. Bao-Dai, par maihcur, echouait
dans sa tentative d'union du people vietnamien, nous
n'aurions plus qu'a faire au plus t6t nos bagages.
Mais, n'cn d6plaise i ces messicurs de Paris, le chef
de l'Etat a le vent en poupe et chaque jour affermit
son autorilC, enforce son prestige, asseoit son
oeuvre.
Est-ce trop demander que de prier les savants de
retourner i leurs cornucs, les mcdecins a Icurs ma-
lades, les auteurs dramatiques A leur th6latre et ne
plus se mie.r des affaires d'autrui au nom d'une
liberty qu'ils violent allgrement ?
Les Vietnamiens sont assez grands pour savoir ce
qu'ils ont A fair. Et s'ils avaient besoin de conscils,
its iraient les demander sans doute i des homines
susceptibles, par leur connaissance du pays, de leur
donner d'utiles avis. Tout le rest est literature.

Gouvernameant Vietnamien

<< En choisissant M. Nguyen Phan Long, S. M.
Bao Dai done au Vietnam une chance de pre-
mier ordre >> dit M. Henry (de Lachevrotlire dans
1'Union Frangaise. Et il explique pourquoi :
S.M. Bao-Dai a decide de dissoudre le Gouverne-
ient du Vietnam fornn plu aprcs son retour en
Indochine. Cc premier Gouvernemnent, compos6 de
brick, de broc, alors que S.M. Bao-Dai n'avait pas
eu le temps materiel d'6tudier les honunes ct les
6v6nements, s'est montr6 jusqu'a ce jour vraiment
deficient. Ne disait-on pas que curtains des niembres
les plus inportants de cette formation avaient 6t6
en quelque sort imposes par des parties politiques
metropoiitains qui n'avaient pas A s'iinniscer en
cctte allaire.
Aujourd'hui, apres plusicurs mois de pouvoir,
ayant eu l'occasion d'apprecier la valeur de chacun
de ses collaborateurs, S.M. Bao-Dai a choisi la per-
sonnalit6 la plus qualified de i'ancienne equipe mi-
nisterie:le pour lui confier la tiche delicate de
former un nouveau Cabinet.
Cc choix fait honneur au Chef de 1'Etat victna-
mien ct prove qu'il sait juger la valcur de ses col-
laborateurs. C'cst une quality assez rare, c'est cclle
qui contribuc le plus a la grandeur d'un pays ou
d'un regnie.
J'ai d(ja d(it, en ces colonnes, cc que je pensais
de M. Nguyen Phan Long qui a et6 chargL de former
!e nouvau minister. J'ai pu, durant plus de trente
annees, appr6cier i';ntelligcncc et le sens politique
de ce!ui qui fut le crLateur ct I'animnatcur de I'Echo
Annamile e ensuite mon collcgue au Conseil Colo-
niil et an Grand Conseil.. M. Nguyen Phan Long sut
igalcment tonir son rile a Ia Conf6rence interna-
tionale de S:ngapour et obtenir ainsi la reconnais-
sance du Gouv rnement Bao-Dai, a!ors que les
Soviets pr6nacent Ho-Chi-Minh.
Ces rcussites justifient le choix de S. M. Bao-Dai.


M. Nguyen Phan Long est certainement, de tous
ses compatriots, l'homme don't la formation poli-
tique est la plus complete. Sa profession de journa-
liste et son appartenance aux deux plus grandes As-
sembles clues indochinoises lui ont permis de se
familiariser avec tous les probl6mes gouvernemen-
taux locaux et aussi avec la politique international
don't il a suivi, au jour le jour, tous les d6vclop-
pements. Nul plus que lui n'est capable de guider
d'une main habile les pas du Vietnam dans la voie
nouvelle de l'ind6pendance. il a l'intelligence et Ic
doigt6 voulus pour 6viter a son pays de nombreux
ecueils.
Sa premiere tiche, la plus ardue A coup sfir, sera
l'oeuvre de reconciliation du people vietnamien
actuellement divis6 en factions enemies. Je Ic crois
apte A faire valoir tous les arguments susceptible
de rallier A S.M. Bao-Dai les nationalists qui
s'6taient lances dans ]a lutte pour I'obtention de
l'ind6pendance. Ii saura leur d6montrer q .ic c but
est atteint et qu'aujourd'hui le Vietnam jouit de sa
total souverainete.
Pour lui perinettre de reussir en son c'uvre de
pacification, les pouvoirs les plus 6tendus devront
lui Otre accords et les moyens ne devraiert pas lui
ctre marcland6s.
J'estlime, pour ma part, que le Vietnam a aujour-
d'hui i sa tIte une personnalit6 ayant l'etoffe d'un
honinme d'Etat. II suffirait de lui laisser leI coudecs
branches ct de ne pas l'entraver en son action par
de mesquines considerations de personnel. Que
S.M. Bao-Dai ui fasse confiance, c'est la seune chance
qu'Elle a de voir le Viet-Nam tired du bourbicr en
lequel l'ont plong- quatre ann6es de guerre civil.

Consequences de la ratification des accords

La Grande-Bretagne, curtains pays du Com-
nmonwealth, et les Etats-Unis n'attcndent pour
reconnaitre le Vietnam que la ratification des
Accords du 8 mars par le Parlement Francais,
cclle-ci Ctait attendue avec une grande impa-
tience, car, come 1'expiique M. Henri Bonvi-
cini dans Saigon-Presse, < la reconnaissance du
Vietnam par les autres Etats est un fait primor-
dial pour la vie international >>.
Elle a 0ti discutde, aprbs une 6tude approfondie,
a la conference de Colombo, et i la suite d'une
intervention remarqude de M. MacDonald il semble
que les nations participant A cette conference se
sont rallies A la th6se du Haut-Commissaire britan-
nique, A savoir que le Vietnam pourrait, le cas
6cheant, servir de < bouclier contre le commu-
nisme >.
Cetti expression n'est d'ailleurs pas une simple
forniule lilttraire, car placees aux conlins dcs
marches des communists chiniois, nos froniitrces du
Nord constituent lein une barriere don't la garde est
conliCe ia nos troumis. Et il est inutile de rappeler cc
que personae n'ignore, A savoir Ic desordre profound
qu'eussent occ;s;ionne les nationalists chinois en
deroute. sans les measures prises par nos ;;itorit6s
militaires pour endiguer leur vagues, alors !aic l'en-
nemi se trouvait a leurs trousses.








Avec la reconnaissance du Vietnam, celui-ci sc
verrait plac,' automatiquement dans le giron des
nations et toute atteinte A son territoire prendrait
alors des proportions qui d6passeraient ses limits.
Le < bouclir indochinois > ne sera plus alors tenu
seulement p:r les troupes de 'Union Francaise, mais
encore par cells des pays qui ont int6r6t a voir
consolider l'ind6pendance et la s6curit6 du Vietnam.
D6ja, M. Acheson, dans nne declaration officielle
ne voyait atcun inconvenient a ce qu'une partic des
75 millions de dollars de reserve pr6vus dans le
cadre du o Programme d'aide militaire > h la
< region g;n6rale de la Chine > soit transferee A
1'Indochine
D6jA. de par le monde, un movement de svmlpa-
thie agissante s'est amorc6 et S.M. Bao-Dai. critique
bier, est ac 'ent6 de plus en plus par opinionn mon-
diale comme le chef du pays et admission du Viet-
nam a I'E.C.A.F.E. n'en est pas le moindre indice.
One ses ennemis chercheni a contrccarrer son
action et srs plans, cela entire dans la norme. Le
contraire s, rait plutAt 6tonnant.
Ouoi qu' I en soit, la prochaine ratification par
le Parlement francais des accords Bao-Dai-Pignon
mettra un loint final A 1'6re des revendications viet-
namiennes, lesquelles. d'ailleurs, n'existent plus en
fait depuis la passation des services. le 30 d6cem-
bre dernie-, entire les mains des autorit6s autoch-
tones.

MADAGASCAR

Changements
TANA-JCURNAL. sons le titre < Chanqements >,
consacre son editorial an depart de M. Pierre de
Chevignd.

Ainsi, u ne fois de plus 6crit-il nous assis-
tons A ur changement dans la direction du terri-
toire. Nois jugeons inutile de dire cc que tout le
monde pe ise. que le plus grand malbeur de cc pays
est de soiiffrir du manque de continuity dans son
haut com nandement: lorsque les hommes, qui ont
cu la resT'onsabilit6 du territoire. commencent A le
connaltre c'est le moment oil ils s'en vont. Dans
notre don'aine particulier, cet 6tat de choses d6nlo-
rable n'est que le reflet de l'instabilit6 de la m6tro-
pole elle-in6me, sonmise aux fantaisies des parties et
A leurs c prices personnel.

A prol os de la tche qui attend le snccessenr
de M. de Chevigne, Roger Clement derit :
Des observations qui pr6c6dent peuvent facile-
ment 6trr tires les grandes lignes de 'action que
devrait rormalement mener le succsseur de M. de


Chevign6. L'homme qui va prendre domain la res-
ponsabilit6 de la direction du territoire pourrait
facilement y laisser une trace durable de son pas-
sage s'il savait conserver ce qu'a cu de positif l'ac-
tion de son pr6d6cesseur, tout en am6liorant les
secteurs qui out 6te ou hien n6glig6s, ou bien insuf-
fisamment 6tudi6s.
Or, nous savons ici combien il est facile de fair
s'effondrer une autorit6. m&me solidement assise.
Quelques faiblesses. qnelques measures dictees par
1'esprit de part et, aussitAt, la chute s'amorce.
...Le sort de Madagascar depend, aujourd'hui, de
la position que prendra le Haut-Commissaire. S'il
choisit d'6tre le repr6sentant d'un part ou d'un
autre au lieu de se faire le rcpr6sentant de la
France, P'avenir de ce pays dcviendra rapidement
bien sombre.
Si, par contre, il choisit de remplir sa mission au-
dessus des consignes de parts, il aura ici une oeuvre
magnifique A accomplir.
Madagascar se trouve, en effet, A un tournant et,
si ce tournant a trop dur6, il n'en reste pas moins
qu'il laisse apparaitre de magnifiques possibilities.
De nombreuses energies sont pr6tes A se nianifester
et A cr6er avec ardeur; d'importants capitaux m6tro-
politains sont prets A s'investir ici, qui n'attendent
que d'etre fix6s sur les intentions exactes du Gou-
vernement. Enfin, le Plan est a1. offrant A ces 6ner-
gies et A ces capitaux les conditions de leur emploi.
L'homme, qui saurait s'attacher, pendant quel-
aues ann6es, tout en maintenant, avec fermet6, 'or-
dre indispensable a I'6panouissement Economique
du pays et A la r6alisation effective du Plan suivant
des conceptions, non pas 6triquees. mais vraiment
larges, cet homme-la so taillerait, dans l'histoire de
Madagascar, une place aussi belle que celle de Gal-
li6ni.
Pour atteindre ce r6sultat, d'importantes r6formes
s'imposent et. en premier lieu cell de I'adminis-
tration du territoire.
...Ceux aui arriveraient A faire construire ici les
deux arandes routes dorsales et les quelques routes
secondaires don't 'absence p6se lourdement sur la
vie 6conomique so verraient d6ii lever une statue.
Coux qui prendraient les decisions n6cessaires pour
tirer. de leurs cartons poussiereux, un certain
nombre de projects et les r6aliser, changeraient du
tout au tout les conditions de vie de la Grande Ile.
Pour cela. 6videmment. il faudrait sortir des
hangars ofi il dort le materiel des Travaux Publics
et tirer, de lour matelas de napiers, une foul de
gens inutiles A Tananarive. En some, mettre le
pavs au travail nar le baut, c'est-a-dire en commen-
cant nar la creation d'une administration efficacy
ct r6elle.
(a Tana Journal ), 16 janvier).








PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press itrangfre Iraduits en frangais pelt 6lre consal.'ie a la
Section de la Presse Elrangkre (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, Pi'ce 17, 1"' Etage).
Les nnumros qni figurent ci-dessous d la suite de I'indication d'origine des articles de press permellent
de se reporter an texte complete des dits articles.

I. QUESTIONS GENERALS


A. Les Nations Unies
et les territoires non-autonomes
Sous le litre << Le colonialisme sous le fenu >,
S. Alvarez Del Vayo, correspondent auprcs des
Nations Unies de l'hebdomadaire FIHE NATION
expose I'atlilude anticoloniale de l'organisnme
international, attitude qui prit un lour plus ca-
ractdrisd lors de la derniwre session de I'Assem-
blie gendrale ri New-York :
On peut enregistrer un gain positif dans un do-
maine important : le colonialism a regu un coup
don't il aura de la peine a se remettre. Hector Me
Neil, le jeune Ministre d'Etat britannique a invoqu6
en vain des raisons de haute politique pour s'oppo-
ser A une enquete sur les conditions qui regnent
chez 200.000.000 d'individus qui vivent dans les
pays d6pendants. On ne pouvait 6luder une question
d'une telle aniplcur. Dans le d6bat qui a suivi, Shiva
Rao, le distingu6 d61egue indien, r6primanda effi-
cacement le Ministre britanniquc pour avoir dtit que
les pays qui insistaicnt pour que les principles des
Nations Unies soient respects par tous les menibres
Ataient anim6s par < l'6motion et l'envie >. En d6pit
d'une opposition vigoureuse de la Grande-Bretagne
et de la France, la resolution r6clamant des rapports
sur le d6veloppement politique des zones coloniales
a 6t6 adopt6e a une imajorite 6crasante.
La mare montante de I'anti-colonialisme qui s'cst
manifested a diverse reprises dans cette Assemblee
avait recu sa premiere impulsion dans un ouvrage
public au xvin' siecle, la fameuse c Histoire philo-
sophique et politique des Etablissements et du Com-
merce des Europ6ens dans les deux indes > de
I'abb6 Raynal. Au course du xix' siecle, elle s'est ma-
nifest6e dans des movements qui s'6levaient contre
le regime d'oppression qui s6vissait aux colonies. Le
socialism curop6en adopt l'opposition au colonia-
lisme come un dogme classique lorsque Jules
Guesde, un des fondateurs du Parti Socialiste Fran-
gais, d6nonga ]a politique franchise a Tunis et lors-
que Jean Jaur6s condamna I'exploitation des habi-
tants indig6nes ldu Maroc. M. Me Neil, bien que Mi-
nistre travailliste n'a pas Fair d'etre familiaris6 avec
cette tradition socialist.
L'attitude de la d6l6gation sud-africaine a 6t1 moins
surprenante. A trois reprises au course des trois der-
nieres ann6es, l'Afrique du Sud a ignore les recom-
mandations de l'Assembl6e g6n6rale lui prescrivant
de soumettre un plan de tutclle pour le Sud-Ouest
Africain, ancienne colonies allemande qu'elle gouver-
nait depuis 1920 en vertu d'un mandate de la Soci6t6
des Nations. La semaine derni6re, lorsque l'affaire
vint A l'ordre du jour, sa 61e6gation quitta brusque-
ment le Comit die Tutelle compose de 59 membres.


Ceci causa peu de surprise car Daniel Malan, Pre-
mier Ministre de 1'Union de I'Afrique du Sud, est
connu come pro-nazi. I1 6tait avec son parti du
cote des nazis pendant la guerre.
Mais l'attitude du i6le6gu6 sud-africain, l'ambas-
sadeur de l'Union a Washington, G.P. Jooste, alla
'an delA de ce qu'on attendait. Son Excellence nc
pouvait tol6rer la presence devant le Conseil de
Tutelle du R6v6rend Michael Scott, un ecclisiastique
de Johannesbourg qui a parle pendant une lieure un
quart de la facon la plus impressionnante do la con-
dition des Noirs dans le Sud-Ouest africain. D'autres
ddl6gations trouverent aussi difficile de tolrer la
conduit du scul Etat membre qui refusait de rem-
plir les obligations de la tutelle impose par la
Charte.
L'article 80 de la Clarte ne pouvait etre plus ex-
plicite sur la question. II declare qu'aucune dispo-
sition ant6rieure < ne pourra etre interpr6t6e pour
servir de pr6texte A un dalai ou a une revise des
n6gociations et de la conclusion d'accorls pour
placer les territoires sous mandate et autres sous le
systemne de tutelle tel qu'il est pr6vu dans l'article
77 >. Cependant, le Gouvernement de l'Afrique du
Sud a trouv6 des pr6textcs les uns apres les autres
pour justifier les d6lais. Le jour minme oft l'ambas-
sadeur se retirait parce qu'une resolution des Na-
tions Unies demandait it son pays de se conformer
a une decision de l'Assembl6e, le Premier Ministre
Malan protestait A Pretoria d'une facon arrogant
contre la < manic d'intervention >> des Nations
Unies.
Le dl616gui de l'Afrique du Sud professe qu'il s'in-
t6resse aux obligations c 16gales > et non aux obli-
gations > morales > .En ineme temps, son gouverne-
ment a viol6 la loi des Nations Unies et devrait ktre
traduit devant la Cour Internationale A laquelle le
Comit6 de Tutelle sc propose maintenant de sou-
meltre la question ldu Sud-Ouest Africain.
M. Scott a 6tt charge par un certain nombre de
chefs indigines du Sud-Ouest Africain de presenter
leur cas aux Nations Unies. Son rapport 6tait si
accablant pour le gouvernemcnt de l'Union qu'il
atait facile de voir pourquoi l'ambassadeur Jooste a
fait tout cc qu'il a pu ])our I'empecher d'6tre enten-
du. dl a d'abord r6fut6 l'affirmation du goaverne-
ment scion laquelle unc majority des habitants de
cette region se prononcait en favour de l'incorpora-
tion A l'Union. Le gouvernement, dit-il, est ncapa-
ble de savoir ce que desire la population. II l'a
privec du droit de petition don't elle b6n6ficiait sous
le regime du mandate de la Societ6 des Nations et il
refuse aux indigenes une representation planss la
16gislature du Sud-Ouest africain et dans le Parle-
ment du Cap. 11 a alors d6crit la facon honteuse don't
los indig6nes avaient 6t6 traits. On leur a pris leurs








terres pour les donner aux Europ6ens, aux anciens
colons allemands et A leurs descendants et ils ont
6t6 exploits sans scrupules come travailleurs.
La question n'est pas tellement une question de
droit qu'une question racial, et les Nations Unies,
malgr6 tous leurs travers, n'admettent pas la discri-
mination racial. De plus 1'O.N.U. a une pr6domi-
nance europ6enne beaucoup moindre que I'ancienne
Socit&6 des Nations ; les Nations qui ont r6cemment
obtenu lcur ind6pendance dans d'autres parties du
monde jouent un r6le de plus en plus important
dans ses deliberations, et il s'616ve une voix vivante
et dramatique contre 1'ordre colonial. L'6norme
force vive qui anime toutes les masses de l'Asie au-
jourd'hui et qui animera celles de l'Afrique de-
main et qui constitute le fait transcendent de ce
sikcle a sonn6 le glas du colonialisme.
(t The Nation ) New-York, 10 dicembre 1949). 5.227

Le NEUI ZiiRCHER ZEITUNG partage ce point
de vue et intilule son article : << Les Nations
Unies sous le signe de l'anticolonialisme >.
Dans le domaine des tutelles et A l'6gard des colo-
nies proprement dites, qui, au terme du texte des
Statuts, ne regardent nullement les Nations Unies
d'une manibre directed, cette coalition majoritaire a
impose une s6rie de decisions qui furent assez mal
accueillies par les puissances tutrices et auxquelles
les Anglais. par example, finirent par refuser ouver-
tement de se conformer. Les membres des d616ga-
tions des autres puissances coloniales, A 1'exception
des Ambricains, se sont exprim6s avec une grande
amertume sur les Nations Unies don't I'action sape
les responsabilit6s assunies en Afrique et en Asie.
Bien qu'6tant eux-m6mes une puissance colonial, les
Etats-Unis ont pris position la plupart du temps,
pour ne pas dire toujours, en faveur de la th6se
< lib6rale > dans son acception anticolonialiste ; ils
ont agi ainsi bien entcndu pour ne pas perdre tota-
leinent leur influence dans les territoires coloniaux
au profit des Russes qui se posent naturellement par-
tout en cliampions de la liberation du < joug de
la souverainet6 colonial >.
C'est ainsi, par example, que le repr6sentant des
Etats-Unis approuva la resolution propose par celui
.des Philippines, resolution aux terms de laquelle la
puissance administrant un territoire en tutelle de-
vrait hisser, A c6t6 de son propre drapeau et 6ven-
tuellement A c6t6 de celui du territoire, le pavilion
bleu et blanc des Nations Unies ; cette decision
amena le repr6sentant britannique A d6clarer que
son Gouvernement ne n'y conformerait pas. II pro-
testa 6galement avec ses colleagues francais et belge,
contre une serie d'autres decisions portant sur les
questions de tutelle, notamment contre la resolution
sur l'amlioration de la situation 6conomique, socia-
le, politique et culturelle des indigenes dans les ter-
ritoires sons tutelle ainsi que contre la dAcision sur
l'opportunit6 de supprimer les Unions administra-
tives, c'est-A-dire la fusion d'une administration de
tutelle avec une administration coloniale.
La prolestation des puissances coloniales s'l6eva
toutefois avec une 6nergie toute sp6ciale contre les
dix resolutions adopt6es A une forte majoritW et qui
ont pour effet d'6tendre pratiquement aux colonies
proprement dites la jurisdiction qu'ont les Nations


Unies en matiere de tutelles, measure qui ne corres-
pond certainement ni aux terms ni A 1'esprit du
chapitre XI des Statuts. Des 1946, 6poque ofi 1'As-
sembl6e G6nerale crea une Commission special
pour verifier les rapports sur les territoires non
autonomes que les puissances coloniales sont tenues
A fournir conforimment A 1'article 73, paragraph
E, quelques-unes de ces puissances ont sans relfche
d6fendu le point de vue selon lequel une telle Com-
mission special pour les territoires non autonomes
n'avait pas 6te pr6vue dans les status et 6tait par
consequent contraire A leur esprit. Cette annee, 1'As-
sembl6e g6nerale prolonged de trois ans le mandate
de cette Commission et invita les puissances colo-
niales A lui soumettre r6gulibrement des rapports,
non seulement sur les progrbs r6alis6s dans le do-
maine de l'6ducation des indigAnes, mais encore sur
les r6alisations 6conomiques et surtout politiques
effectu6es dans ces colonies. Les Etats-Unis, qui
fournissent d&ej b6nAvolement aux Nations Unies
des rapports d'ensemble sur leurs colonies les
< territoires >) de 1'Alaska, de Guam, des Hawai, des
Samoa, de Porto-Rico et souscrivirent A la plupart
de ces resolutions, A 1'exception de celle concernant
les rapports sur le d6veloppement politique. Sur la
question de savoir si 1'Assemble devait Utre habili-
tee A determiner si un territoire relevait des dispo-
sitions du Chapitre X; des status (colonies) on du
chapitre XII (tutelles), les Am6ricains s'abstinrent
de se prononcer.
Dans une s6rie de resolutions ulterieures les orga-
nisations sp6ciales des Nations Unies furent char-
g6es de s'occuper de l'Aducation et de la sant6 publi-
que dans les colonies. L'adoption de ces resolutions
suscita chez les Britanniques et dans une certain
measure 6galement chez les Francais une telle emo-
tion et une telle irritation qu'ils se laisserent aller a
des attaques contre les Etats-Unis les accusant de
saper les status. Cette champagne, come on le salt,
cut son prolongement A la Chambre des Lords. Mais
les protestations ne servirent pas A grand chose ;
la majority des adversaires du colonialism prit posi-
tion contre les puissances coloniales auxquelles ii ne
reste rien d'autre A faire que d'ignorer purement et
simplement les decisions de 1'Assembl6e g6n6rale
comme les Russes ont l'habitude de la faire lors-
qu'une recomandation de celle-ci ne leur convient
pas.
(a Neue Zireher Zeitung ) Zurich, 21 decembre 1949). 5.213

B. Le point 4

Apr's avoir snscite beaucoup d'enthousiasme,
le quatridme point du discourse qu'en janvier
1949 le President Truman fit sur << l'Etat de
l'Union > ne semble pas, pour cerlains, tenir ses
processes. Hommes politiques et journalistes
critiquent la letter de sa mise en route et ses
modalitds. Rita Hinden dans THE NEW STATES-
MAN AND NATION fait... le point.
Il y a exactement un an, Ic president Truman, par
le retentissant < Quatribme Point de son discours
inaugural au Congr6s, fit appel << un program
enti6rement nouveau > pour faire b6n6ficier les
regions sous-d6veloppees de l'avance scientifique








am6ricaine et de son progrbs industrial. Th6orique-
ment, rien n'6tait plus admirable. Y a-t-il aprls tout,
de par le monde, quclquc problem d'une impor-
tance plus grande que les 6normes differences entire
la productivity et les richesses du citoyen amiricain
moyen et cells des Asiatiques ou Africains ? Mettez
A la disposition de tous les fruits du progres am6-
ricain et la plupart des maux don't souffre le monde
disparaitront ou se resoudront de facon tout-i-fait
nouvelle.
Mais, que le Pr6sident des Etats-Unis accouche
d'une bel'e id6e theorique est une chose, que les ex6-
cutants la mettent en application en est une autre.
Tout au long de 1949, des experts se sont consult
des Organisations des Nations Unics ont fait des
plans, des representants de gouvernements se sont
reunis autour de tapis vert, ils ont tous essaye -
avec bien pen de succes de construire la machine
conformenment A l'6pure pr6sidentielle La question
est : quell forme l'aide amnricaine prendra-t-elle ?
La plupart des gens ont devant les yeux des images
de prets on de dons s'l6evant A des centaines ou des
milliers de millions de dollars. Les dollars sont
destin6s A se transmuter cn 6quipement de touted
espices servis par uine nue de technicians am6ri-
cains qui front usage de leurs connaissancces et de
leur savoir-faire pour executer de vastes projects qui
transformeront les deserts .en champs de fleurs et
qui tircront du sol des richesses inconnues, taut
agricoles quo min6rales. Mais au rude contact des
r6alit6s, ces visions pAlissent 6trangement. Les Ame-
ricains ne voient pas tout A fait les choses de cette
facon lA et pour eux, le d6veloppement des regions
arri6r6es est une petite affaire commercial plus
compliquee A r6aliser qu'elle en a 1'air.

Les premiers contacts que nous avons eus ayec ces
realit6s fut le plan Marshall. Une parties de l'aide
Marshall fut destine au d6veloppement des colo-
nies de l'Europc Occidentale. II fut d6cid6 que ces
dollars seraient utilis6s dans les trois buts : assis-
tance technique, d6veloppement du materiel stratA-
gique, financement de l'6quipement d'origine ame-
ricaine don't le Gouvernement avait besoin pour ses
projects. L'O.E.C.E. a un group de travail special
pour les territoires d'outre-mer oil so trouv6rent des
Francais, des Belges, des Hollandais et des Anglais
qui ne cessent de discuter et d'6crire et se pr6sen-
tent r6gulibrement aux Americains avec des piles de
documents contenant des informations de base. Mais
les r6sultats sont maigres. Pour le dire en bref, cette
assistance est un fiasco.
D'abord il n'y a pas un tableau des experts am&-
ricains disponibles qui attendant qu'on les appelle.
Chaque ministry des colonies a a partir A la chasse
des experts qu'il desire et il est bien difficile d'en
trouver. Quand on a trouv6 I'homme qu'il faut, les
fonds Marshall lui patient son salaire en dollars,
mais ses d6penses accessoires qui sont payees par le
Gouvernement colonial d6passent souvent A elles
scules le salaire d'un technician britannique. De
sorte que le nombre total des technicians amnricains
qui ont ktC dans lcs colonies britanniques se compete
facilement sur moins de dix doigts. D'autres diffi-
cult6s so pr6sentent lorsqu'on en arrive au d6velop-
pement du materiel strat6gique ou A I'aide pour cer-


tains projects gouvernementaux. Los gouvernements
coloniaux out A faire des plans pour tell ou telic
regions, ils ne peuvent choisir un plan en function
die leurs besoins en materiel amnricain just
pour b6neficier d'allocation en dollars -- et lcs y
ajuster en function de ccs moyens de finnecement.
La plupart du temps, il n'existe pas de cos < pro-
jets >> gigantesques que les Amiricains adorent con-
cevoir. On comprend qu'il soit irritant pour les
dirigeants coloniaux qui essaient de r6alisce un plan
de dix ans soigneusement pr1par6 d'avoir a stopper
leur travail pour etablir dans tous ses details, une
demand en dollars pour un petit point pr6cis et
de remplir des questionnaires minutieux qui s'en
vont fouiner dans les details les plus inlimes. Et
l'irritation n'cn est pas diminu6e lorsqu'on apprend
que pour l'ann6e 1949-50, la some mise a la dispo-
sition des colonies des puissances occidentales ne
depasse mime pas 20 millions de dollars.
Mais maintenant, parlons du < Point 4 >. Jusqu'ici
il n'y a rien eu d'autre que des conversations pr6li-
minaires, la plupart au Conseil Economique et Social
de 1'O.N.U. LA, les discussions ont surtout port sur
I'assistance technique. Le Secr6taire g6n6r.d fit un
plan qui aurait cofit 36 millions de dollars la pre-
mibre ann6e ; mais le Conseil le r6duisit it 20 mil-
lions qui ne seraient pas fournis seulemen- par les
Etats-Unis, mais par toutes les nations qui le vou-
draient. Le texte est maintenant d6pos6 'levant le
Congres, afin de permettre aux Etats-Unis de payer
leur part ; mais il n'a pas encore pass. Entre temps
on a fait savoir officicusement A ]a Grande-Bretagne
que ses colonies ne recevraient pas grand chose et
meme qu'on esp6rait que la Grande-Bretagne verse-
rait au pool plus qu'elle en recevrait.
Mais il y a un autre aspect du < Point 4 >>. Les
Am6ricains ont parl6 d'utiliser leurs dollars publics
pour la garantie du capital privd qui se trouverait
ainsi encourage A s'investir dans les regions sous-
developp6es. Jusqu'A present, les capitalistes priv6s
americains sc sont montres d6lib6r6ment prudents.
A notre point de vue, ce n'est pas un d6savantage.
Des projects < faciles > qui garantissent A celui qui
les entreprend des benefices assures existent rare-
ment. Bien plus, meme s'ils semblent r6pordre aux
qualit6s requires, ils demandent de telles sommes au
d6marrage pour installer les services publics -
transports, 6nergie, reunion des travailleurs en quan-
tit6 suffisante que nous ne pouvons pas envisager
avec enthousiasme de r6unir d'abord tout ce capital
initial sur lequel les capitalists amnricains pourront
ensuite 6difier leurs < profits garantis >. Ce don't
nous avons r6ellement besoin, c'est d'une aide g6n6-
reuse en dollars pour l6argir notre programme de
d6veloppement qui comprend d6jA l'installalion d'un
r6seau 6tendu de service public. Mais c'est la seule
chose quo le << Point 4 > ne semble pas considBrer.
Si cette aide existait, il scrait possible de faire
quelque chose de vraiment grand pour changer com-
pl6tement, en Afrique. les conditions de vie, par
example pour des dizaines do millions de gens. Mais
bien loin de cela, une aide mesquine assortic de tout
un arsenal de clauses, de terms et de questionnai-
res contribute plus A aggraver la situation qu'A I'am6-
liorer. Car dans lcs limits de ce que nous avons
d6jA planifi6, les choses ne vont pas si mal. Le







manque d'hommnes et d'6quipemcnts qui nous a
retenu il 3 a quelques annees se fait maintenant
moins senttr et en 1950, pour la premiere fois, nous
atteindron5 le plafond des credits consentis pour un
an par l, << Colonial Development and Welfare
Act >>.
Le plan de dix ans pour les colonies qui est
finance A concurrence de 120 millions de livres ster-
ling par n< us et a concurrence de 200 millions par
les colonic; elles-mnimes, march maintenant sur sa
vitesse acq lise. Il y a plus de 110 millions de livres
que la < Colonial Development Corporation > pourra
d6penser pour ties projects particuliers. il est vrai
que jusqu'ici il n'y a eu que 14.500.000 livres d'al-
lou6es. Mais la C.D.C. ne fonctionne encore que
depuis un an; elle examine actuellement plus de
100 propositions diff6rcntes; elle a raison de se
montrer ci conspecte et de vdrifier que chaque pro-
jet a 6t16 oigneuscment pr6par6 avant de faire le
plongeon. 4:e qu'il faut avant tout qu'elle ne recom-
mence pas, c'est les erreurs des arachides. Ce qui
Pa jusqu'iti ralentie strait plut6t le besoin qu'elle
avait de plans bien Ctablis que le manque de dollars
ou de maidriel. 11 n'y a vraiment pas besoin de
pleurer pace qu'on ne recevra pas Ic pr6t de 5 mil-
lions de d llars de la Banque Internationale. Si la


Banque veut nous ennuyer en posant un tas de condi-
tions difficiles, nous sommes maintenant assez grands
et ind6pendants pour sortir de la piece des n6go-
ciations.
Cela ne signifies pas que nous ayons a nous enor-
gueillir de nos succis coloniaux; loin de la. Que nos
plans soient ou non, vraiment efficaces pour am6lio-
rer les conditions de vie colonial; qu'ils soient ou
non suffisamment important pour atteindre autre
chose que la surface du probl6me; que nous ayons
ou non agi assez bien pour infuser aux peuples colo-
niaux une parcelle d'enthousiasme; que nous ayons
ou non, en fait, riussi en apportant nos plans aux
peuples coloniaux; tout cela sont des questions
essentielles. Mais pour le moment, le fait est quo
l'aide am6ricaine tell qu'elle est envisage A pr6-
sent n'est pas seulement limited de par son 6chelle
mais ne nous apporte ricn pour resoudre ces pro-
bl6mes ou dCpasser nos difficulties rcelles. Peut-Ctre
le < Quatrieme Point > trouvera-t-il son utilisation
dans les regions arridr6es oh l'on n'a pas encore fait
ni plan, ni cnqucte. Mais pour ]e moment, les AmC-
ricains so montront dans leur comprehension des
r6alitCs des territnires sous-d6velopp6s infiniment
moins avanc6s que nous.
(n The New Statesman an Nation a Londres
14 janvier 1950). 5,274


II. UNION FRANQAISE


Indochine

La press:e dirangyre affiche gdneralement une
certain s, uerilt d noire 4gard.
La GAZI TTE DE LAUSANNE se montre pessimis-
le : < Un conflict qui se prolonge >, c'esl ainsi
qn'elle qualifie la guerre d'Indochine en tdte de
l'article oh, J.-P. 3Monlin, sons le titre < Ou va
l'Indochine > faith un resumd de la situation et
expose soi point de vue :
Cent vingt-cinq mille homines de troupes m6tro-
politaines .nviron, appuyhes par de trbs faibles con-
tingents in ligcnes, s'efforcent tie pacifier l'Indochine.
Voici en t.ros comment se pr6sente la situation :
les soldats francais tiennent, sur la carte, la plus
grande parties du Viet-Nam. En r6alit6, sur le ter-
rain, sculs les centres sont vraimcnt contr616s. A
Saigon, mcme, il arrive fr6quemment que des gre-
nades explosent dans les cafes..
L'Indocliine est de nouveau a l'avant-scene de
l'actualit6. L'avance des forces communists chi-
noises en directionn de la frontibre nord de la p6nin-
sule, la recrudescence de la guerilla entire les trou-
pes fancai.ces et celles du Viet-Minh; le pr6tendu rap-
port du pandit Nehru et les bruits selon lesquels
le nouveau gouvernement francais recherchait ulne
formule d'. mediation, sont autant de signes que
l'affaire irdochinoise tend a quitter le plan d'un
conflict par iculicr entire la France et des irreguliers
vietnamiers, pour se hausser sur le plan interna-
tional.
Il y a quelques jours, une d6piche de 1'Associated
Press anno nait que le gouvernement de 1',inde venait
de transmottre a M. Bevin un rapport hostile A la
politique franchise au Viet-Nam. L'histoire se r6v6la


rapidement inexacte. En fait, c'etait un fonctionnaire
francais du Haut-Commissariat d'Indochine, cong6-
die depuis plusieurs mois, qui 6tait l'auteur du rap-
port. L'agence I'avait public en l'attrihuant au pan-
dit Nehru. La bombe n'etait qu'un p6tard. II rest
que l'on parlait dc mediation et qu'on n'en parole
plus.
A regarder les faits objectivement, on est bien
oblige de reconnatre qu'une treve en Indochine de-
vient chaque jour plus aleatoire. I1 existed en effect
fort peu de raisons pour que la guerre cesse, alors
qu'en revanche il en est de nombreuses pour qu'elle
se poursuive.
Ainsi, il est devenu bien difficile pour les soldats
frangais de passer pour des lib6rateurs aupres des
populations victnamiennes. C'6tait possible il y a
quatre ans, lorsque comment la camlpagne. Mais,
dans la mlesure ofu cette champagne n'aboutissait pas,
le people vietnamien prenait conscience, d'une part
de ses facult6s de resistance, d'autrc part de sa race.
II perdait ce complex d'inferioritC qui d6terminait
ses rapports avec le blanc. Certes, on ne peut pas
dire que la population soutienne dans sa majority
le regime de Ho-Cli-Minh. 11 faut avouer n6anmoins
qu'elle n'est plus disposee A donner son appui aux
Francais. Ccux-ci combattent maintenant dans
l'indiff6rence ou dans l'hostilit6.
En outre, selon des renseignements recueillis de
la bouche m6me d'officiers et de soldats engages en
Indochine, 1'experience Bao-Dae-st un 6chec.
Cet echec tient ii deux faits. Premi6rement la per-
sonnalit6 m6me de l'empcreur n'est pas sympa-
thique aux Vietnamiens. Secondement, il ne faut pas
oublier que la guerre mcnCe par le Viet-Minh contre
les forces francaises n'est pas seulement une guerre
de liberation national du point de vue des mem-
bres de cc parti d'extrhme-gauche mais une guerre







r6volntionnaire et id6ologique. Sans doute, Ho-Chi-
Minh n'est pas entour,6 seulcement de conmnunistes.
Des elements mod6res, < bourgeois > pourrait-on
dire, sont avec lui, tout au moins l'taient. Mais il
apparait de plus en plus que le chef vietnamien
procede f l'inttricur de son parti it une 6puration
dans les regles, 6puration que les victoires de Mao-
Ts6-Toung acc61erent de jour en jour. Par cons6-
quent, l'ennemi centre lequel lutte le Viet-Minh prend
double face. C'est d'une part le Francais ct 'as-
servissement du jaune par le blanc. C'cst d'autre
part le regime monarchiste de Bao-Dai et l'asservis-
sement des classes populaires et mnoyennes par les
grands propriCtaires groups dans le parti de l'em-
pereur. 11 faut noter ici que les efforts de la France
pour assurer la reconnaissance international de
Bao-Dai n'ont pas about, l'Australic, la Nouvelle-
Zflande, l'Inde, le Siam et les Philippines n'y ayant
pas donned suite. << Si des elections avaient lieu
aujourd'hui pour ratilier la presence de 'Bao-Da"i A
la tEte du gouvernement provisoire vietnamien, il
n'y aurait aucune chance pour qu'elles tournament en
faveur de l'empereur > nous disait rccemment un
sergent rentre d'Indocliine apr&s avoir fait toute
la champagne. 11 poursuivait : << Le plus curieux, c'est
que, bien avant que le gouvernement francais ait
choisi de se rallier a cc que l'on a appel6 la << solu-
tion Bao-Dai >, des rapports extr&inement d6favo-
rables avaient r6vl61 que cette solution ne pouvait
pas rdussir >.
Au fur et a measure que les communists chinois
consolident leur victoire, l'ludochine cesse d'etre
une affaire exclusive entire la France ct lc Vict-Nanm
pour devenir un nouveau champ de conflict pour
I'U.R.S.S. et les U.S.A. On l'a remarqut au course dc
ces deux dernifres semaines : Washington s'inte-
resse beaucoup a la guerre d'Indochine. Ce bastion
extreme-oriental prend en effect une importance par-
ticuli6re aujourd'hui qute I'Am6rique a pratiquieent
abandonn6 la Chine A Mao-Ts6-Toung ct a l'influence
sovi6tique. Si paradoxal que cela soit, les troupes
francaises qui combattent Ho-Chi-Minh sont mainte-
nant a I'avant-garde de la guerre froide. On a parl6
d'envois de materiel amnricain en Indochine. Jus-
qu'alors, aucune information precise n'est venue
confirmed la chose. L'6ventualite n'en demneure pas
noins.
Dc son c6te. Ho-Chi-Minh montre de plus en plus
d'impertincnce et de pr6somption. II a fait savoir
par sa radio qu'il continuerait hitter pour un seul
objectif : la liberation total de son pays, en d'au-
tres terms le depart des troupes franchises et la
disparition de tonte influence franchise dans la pe-
ninsule. II est evident que le chef Viet-Minh compete
sur 1'appui chinois pour fortifier sa position et, qui
sait, pour assurer mat6riellement sa victoire.
Faut-il en conclure que ]a guerre d'indochine ne
peut avoir d'autre issue que dans l'ecrasement d'une
des armies par l'autre ? La question pourrait se
poser si l'une des forces en presence 6tait en me-
sure d'imposer sa loi at 'adversaire. Or cc n'est pas
le cas, pour Ic moment dun moins. II n'est pas pos-
sible pour la France d'cnvoyer 500.000 ionmies pour
rIduire Ho-Chi-Minh. Quant a cclui-ci, il est inca-
pable de venir a bout du corps exp6ditionnaire
frangais.


11 rest pour scule solution Ja mediation ou l'arbi-
trage. On parole d'une intervention (le 1'O.N.U. Mais
faudrait-il encore que les deux parties fUssent dis-
posees t accepter les reconimandations uventuelles
de l'autorit6 internalionale. Or il est pen probable
que, de part et d'autre, on soit psychologiquement
pr6par6 a remettre son sort entire les mains d'un
tiers, ce tiers serait-il maime l'Organi:;stion des
Nations Unies.
La guerre continue done et risque mniele de con-
tinuer longtemps !
(a Gazette de Lausanne n, Lausanne, 13-14 nov.) 1949).

Le NEW YORK HERAILD lie se monire pas moins
pessimiste et quelqne peu cyinique. Son corres-
pondcant Slephen VWhile &cril .
Le trait d' << independancie > du Viet-Nam est
lc moyen par lequel la France espece payer le prix
de la conservation de sa possession c'Extri6im-
Orient.

Et pursuit :
DILEIMIME
Tout ccci laisse deviner la' nature di dilenune
francais. La France ne peut esperer paciliir le pays
avant que les conmnunistes soient pr6ts i marcher
contre lui, elle ne peut davanlage esprerr contenir
les communists s'ils se decident jamais it avancer.
La France ne peut maintenir le slati qui)o cn indo-
chine que d'une facon br6ve et au prix l'6normes
tdpenses en argent et des d6penses consid'rables en
vies humaines.
Cependant la France ne peut emprunter le che-
min de la facility en se retirant tout siniplement
dc'Indociine. Ne serait-ce que pour des raisons d'or-
dre politique, sur le front interieur ou sur le front
international, une telle initiative est hors de ques-
tion. A l'int6rieur de la France, la plupart des chefs
politiques s'ent6tent a vouloir rester en Indochine
et tout government qui envisagerait de st conduire
autrement ne survivrait pas pour realiser ses plans.
Sur le plan international, ia France assume des res-
ponsabilites A l'6gard de P'ensemble du monde occi-
dental. Remettre l'Indochine aux conmunMstes serait
ouvrir tout le Sud-Est de l'Asie ainsi que .'Inde aux
menaces communists, et probablement 2n fin de
compete uine domination conununiste.
Cc sont la des raisons pressantes mais it cn est
une autre qui ne pent etre miinimnise. On peut sc
demander si la France a la possibility tie se retire
d'lndochine. La premiere retraite serait le signal
d'un holocaust; des vies franchises seraient sacri-
ti6es par milliers. Que la France le vcuille on non,
il ne lui est pas possible (ie quitter I'Inuochine en
beauty.
APPEL A L'AIDE
Tout ceci est a la base du probl6me indochinois.
Les questions qui ne font pas l'objet de declara-
tions publiques dte a part des autorit6s 'rancaises
peuvent leur n tre soutir6es dans le priv6 car il existed
pen de choses qu'elles puissent cacler or d6guiscr.
La c sale guerre > come les commur stes l'ap-
pellent, est un fait centre Icquel on ne pourrait dis-
cuter bien que l'on puisse avoir des rains diffe-
rentes pour motiver cette epithlte.
Etant donn6 que le probl6ene depasse nettement







la coimpeteace des Francais Jpour Ie r6glcr la scule
attitude q i'ils puissent prendre est d'appeler i
l'aide. Les accords signs par les deux gouverne-
inents repirsentent le premier indice de cet appel.
Cc que la France faith en ce moment, c'est de
franchir lec; tapes qui conduisent it l'daboration de
quelque clise au Viet-Nam qui aura la plupart dtes
caracteristiques d'un gouvernenient. Ce gouverne-
ment peut 6tre quelque chose lqui passee e1g6rc-
nient une facade mais il sera an moins capable de
se maintenir commii une pntreprise qui fonctionne,
entreprise etroitemennt lite, il est vrai, au sein de
1'Union Fr.mainise, mais se tenant cependant sur ses
propres ja nbes.
La secoide Ctape vers iaquelie on so dirige deja
consistera :i demander aux Etats-Unis et i la Grande-
Bretagne te reconnaitre le nouveau gouverneinent;
de 1'admeltre i la sociWt6 des Nations come un
organism qui fonctionne. il n'est pas douteux que
ces deux I ays Ic front avec plaisir; il existed itime
certain indices selon lesquels la Grande-Bretagne
est dlej pirte it Je faire. L'6tape finale consistera A
s'adresser A la Grande-Bretagne et aux Etats-Unis
pour venir en aide an Viet-Na-m. Cet appel sera rai-
sonnable : voici (diront les Francais) un gouverne-
ment 6tabli conformieinent A vos idees politiques,
reconnu c:mme tel par vos propres honines d'Etat,
et mienace maintenant d'une invasion d'idees poli-
tiques qui sont aussi hostile A vos propres intrt&ts
qu'aux sie is propres. Sur le plan moral et politique
A la fois (continuera-t-on a plaider) vous devez ]ui
offrir l'ai( e qu'il m6rite.
Dans ti tells conditions, cc sera la un appel
auquel il ,.era difficile de r6sistcr. Le prestige ami-
ricain ct le prestige britannique seront en jeu tde
imene que leurs int6rlts le sont deja. Et I'aide, si
elle dolt venir, sera dcdliCe non pas aux intrelts de
la France imperialiste mais aux int6rets d'un jeune
pays comliattant.


'out ceci pent piraitre miacliiavilique A entendre,
inais on peut diflicilmnient dire que cc lc soit. En
premier lieu, et on se donne A pine le soin de le
dissimuler, les autorit6s francaises laissent claire-
ment entendre que tel est leur programme; que c'cst
le seul iloyen qu'clles ont trouvC pour leur permettre
(de conserve leur colonic et de bh6nficier encore
de 'aide des pays anglo-saxons. Elles souffrent de
toute suspicion qui laisserait croire qu'ellcs pro-
cedent a une macliination. Si I'arrangement promet
de travaillcr pour !e b'nefice 6conomique de la
France, il n'est pas moins vrai qu'il travaille pour
Ic b6nefice politique de l'Occident tout entier.

< SALE GUERRE >>

Mais le procede est lent et, entre-temips, Ie temps
travaille contre les Francais. II est bien dans le
caracttre de cc pays que ce soient les Frangais eux-
mimes qui exercent le principal effort de traction
sur les roues du carrosse. Au point de vue adminis-
tratif, ils ont man(euvre i une allure louable; les
accords signs le 30 dtcembre ont 6tW elabor6s en
neuf mois. Mais bien qu'ils aient 6t6 signs et qu'ils
aient pris maintenant ciret, ils n'ont pas encore 6et
ratifies par l'Assembl6e Nationale Francaise.
Les Francais peuvent difficilement s'attendre it cc
que les Britanniques reconnaissent le Viet-Nam
quand il leur reste encore A Ie faire eux-memes. Et
il est certain, que tol pu tart, l'Assembl6e Cmettra
un vote favorable. < II est inimaginable qu'elle ne le
fasse pas >, a tdclare un porte-parole du minister
des Colonies, < mais nous sonmmes une nation de
juristes >>. La question doit ttre longuement rema-
ch6e avant d' tre avalee. Co remAichage pourrait tr6s
bien prendre tout eI mois de janvier si un change-
inent ou deux de gouvernement ne !c relardent pas
encore davantage.
(t The New York Herald Tribune ), 5 janvier 1950). 5.248


III. COMMONWEALTH BRITANNIQUE


A. La Conf6rence idle Colombo

La conj drence des ministres des Affaires Ctrain-
gcres di Colmmonwealth qui s'esl lenne d Co-
lobo du ( an 14 janvier 1950 el oi se lrouvlaieit
represenils le Royaiume-Uni, I'lnde, le Pakistan,
Ceylan, I'lAstralie, la Noivelle-Zelande el I'Afri-
que du SSud, a suscilM une abondante floraison
d'articles.
TRIBUN:E i voil Iin succes pour le ionuerne-
ment traaillisle qui a st assurer la saunegarde
du Com(n onweallh.
II est 6' ident que la rccenle conference du Com-
monwealtl a 6te6 'une ies plus r6ussies parmi cells
qui se soient jamais tenues. I1 est evident qu'une
tell conference n'aurait pas )u avoir lieu si un gou-
vernemen Tory avait itt &lu on 1945; (d mi'nee
que des c-onferences similaires ne pourront avoir
lieu si le.. Tories reviennont au pouvoir au course
des dix pi ochaines ann6es.
Si les Tories avaient 6t6 tlus on 1915, il n'y aurait
plus main enant de Commonwealth. L'Inde et le Pa-
kistan amuaient lutt6 jusqu'i ce qu'ils en sortent -


avec difficuite, mais avec l'appui de l'opinion nmon-
diale. M. Clhurcbill n'a jamais cu I'intcntion d'ac-
corder A lPinde son indtpendance et la scule r6ponse
qui fut faite A cetie attitude fut une revolution
sanglantc.
Si les Tories dcvaient 6tre maintenant dlus, le
Commuonwealtli coinencerait A se d6sint6grer. Ils
n'ont aucune symlpatlic pour le novel 6tat d'csprit
qui r6gne en Asic (dans laquelle la plus grande par-
tie du Commonwealth so trouve situte). Ils ont consi-
dter avec joic les ldsastres qui so sont abattus sur
l'Inde et le Pakistan immediatenient apr6s l'indepen-
dance. < Jc vous I'avais bien dit >, tels 6taient les
mnots qui tombaicnt avec espoir des 6lvres de
MI. Churchill. Ils contemiplerent ensuite avec une
dtlsapprolbation constcrnte le rapide rctour i la loi
el A I'ordrc ct la stabilil6 don't 1'Inde et le Pakistan
font prcuve aujourd'hui.
Tel qu'il est, le Commonwealth britannique est au
z6nitl de son influence. Organisation puissante et
volontaireinent consentic, i! chevauche l'Orient et
l'Occident, il riunit les aspirations raisonnables et
civilis6es de I'holnne de couleur avec cells de
I'homme blanc moyen, travailleur acharne et ami.
i constitute une institution dans laquelle la voix du








people parole de plus en plus haut et ofi la voix des
privil6gi6s est L peu pr6s 6trangl6e. C'est pourquoi
il constitute le rempart le plus str contre le commu-
nisme en Europe et en Asie.
((( Tribune ), Londres, 20 janvier 1950). 5.285

Le NEW YORK HERALD TRIBUNE, SOUS le lilre
< Fragments d'un Empire d Colombo >, cherche
d'abord d montrer le sens nouveau de la conf&-
rence :

II a pendant quelque temps Wt6 clair que des chan-
gements 6normes ont eu lieu dans le vicil empire
britannique qui cst maintenant le Commonwealth
des nations. Trois nations asiatiques, l'Inde, le Pa-
kistan et Ceylan, qui jusqu'ici ne faisaient que rece-
,voir des ordres, parent maintenant de facon inde-
pendante; les voix de l'Australie et de la Nouvellc-
ZWlande sont maintenant plus 6lev6es qu'clles ne
1'ont jamais 6t6; la renonciation de l'Inde A son all6-
gcance A la Couronne tandis qu'eile restait dans le
Commonwealth a d6truit le seul lien qui unissait
jusqu'alors les cinq nations 6parpillees a la surface
du globe. Ajoutez A cela le fait nouveau que lorsquc
lc glas sonne pour l'un des membres du Common-
wealth, il sonne pour tous les autres...
(e New York Herald Tribune n, 17 janvier 1950). 5.278

Le JOURNAL DE GENAVE met I'accent sur les di-
vergences.
Samcdi a pris fin A Colombo la conference des
ministres des Affaires 6trangBres du Commonwealth.
Un comniunique laconique r6vble (si l'on pcut dire !)
que les conversations ont permis de faire connaitre
l'opinion g6n6rale des membres du Commonwealth
A I'6gard des affaires internationales. La seule pro-
position concrete, A l'issue des six jours de d6libe-
rations, vise a la constitution d'un comit6 du Com-
monwealth charge d'am6liorer les conditions 6co-
nomiques dans le Sud-Est de l'Asic.
C'est 6videmment assez pen si 1'on consid6re l'am-
pleur et le nombre des questions trait6es. On aurait
tort cepcndant de conclure trop rapidement A un
6chec de la conference, laquelle n'avait pas pour but
de r6diger des conventions mais d'eclaircir une si-
tuation devenue quelque peu confuse et de d6finir
les elements d'une politiquc commune. Derriere le
communique final, il y a sans doute de l'excellent
travail. La conference n'a cependant pas jug6 ne-
ccssaire d'en r6v6ler tous les details.
Mais on aurait certainement tort aussi de parler
d'un succ6s, car I'entente n'a pas toujours 6et com-
pl6te entire les membres du Commonwealth. La
question de la reconnaissance du gouvernement conm-
muniste chinois, par cxemple, a fait apparaitre des
divergences d'opinion sensibles entire la Grande-Bre.
tagne, l'Inde, le Pakistan et Ceylan d'une part (c'est-
A-dire ceux qui se sont d6jh d6cid6s a fair le pas)
et le Canada, I'Australie, la Nouvelle-Z6lande et
i'Union sud-africaine d'autre part.
Sur ]a question du trait do paix avec le Japon,
les ministres ont 6t6 A pen pres unanimes h affirmer
qu'un tel trait devait etre conclu aussit6t que pos-
sible. M. Bevin a toutefois mis I'accent sur les diffi-
cult6s qui ne manqueraient pas de surgir du fait que


1'U.R.S.S. ct la Chine communist prendraient pait
aux n6gociations. Le pandit Nehru a insist pour
sa part sur la necessity d'un depart des troupes d'oc-
cupation americaines don't la presence risquerait a
son avis de favoriser le developpement du commu-
nisme en Asie de 'Est.
Enfin le probl6me indochinois a lui aussi fait ap-
paraitre des divergences. D'aucuns s'attendaient a
une reconnaissance generale de Bao-Dai, conform6-
ment A la recommendation de M. MacDonald, Haut-
Comnmissaire britannique pour l'Asie du Sud-Est. Cc
ne fut, on l'a vu, pas le cas. Le premier ministry
de l'inde se declare fermement oppose a cette recon-
naissance, faisant notamment valoir que Bao-Dai est
retourn6 en lndochine conformCment L la i olont6 de
la France et non a celle de la majority du pcuple
vietnamien, don't les sentiments nationalists ne
peuvent qu'etre hcurt6s par une telle c mise en
place >.
La suggestion de M. Spender, d6elgu6 australien,
relative a un effort collcctif des membres du Com-
monwealth en vue de favoriser le d6veloppement de
leurs resources et d'aml6iorer le standard de vie
des populations du Sud-Est asiatique a en revanche
6t6 retenue. Ce project qui est bien dans la ligne
du < point 4 > vise A letter centre le commu-
nisme sur le terrain mitie ofi il pretend marquer des
points.
Signalons pour termiiner qu'aucun communique
n'est venu jusqu'ici jeter quelque lumiere sur les
travaux des experts economiques, a propos desquels
les agencies d'information sont restees A peu pr6s
muettes.
(0 Journal de Geneve ), 16 janvier 1950). 5.278

Le TIMES, lui, montre d'abord < ce qui n'a pas
ete fait >.

Aucune tentative n'a l6t faite, sauf peut-itre dans
des conversations officieuses, pour discuter des con-
flits territoriaux ct economiques qui separcnt l'Inde
et le Pakistan. 11 n'y a aucun doute que c'6tait la
imesure prudent, mais il serait d6raisonnable d'igno-
rer que cette querelle pise sur la < communaut6 de
vue continuelle et substantielle > en cc qui concern
les autres questions. Tant que la dispute n'aura pas
6tL tcrminie, le Commonwealth ne pourra pas d6ve-
lopper une politique saine et hien dirig6c en Asie.
Les divergences au sujet de la reconnaissance du
Gouvernemient chinois peuvent sembler moins impor-
tantes, mais clles ont surv6cu a la Conference. II
serait malheureux que les nimes divergences se r6-
velassent A l'occasion de la reconnaissance de l'Empe-
reur Bao-Dai en Indochine que ia plupart des mem-
bres du Commonwealth considerent come leur seul
espoir contre le coinunisme, tandis que M. Nehru
ne le consider que common une marionette aux
mains des Francais.
Sur deux autrcs sujets il n'est pas encore possible
de (lire si les discussions ont 6t6 utiles on non. Le
communique fait savoir quc les experts Fnanciers
ont discutC de la balance des paiements de la region
sterling et des perspectives tde vente des contrees
du Commonwealth dans la region dollar, mais de-
mcure silcncicux sur la balance sterling-dollar. On
pouvait, avant la conference, penser que ce serait







un des principaux sujets de conversation. De mnme
il est impossible d'apprendre quelque- chose de la
declaration : < II est n6cessaire qu'il n'y ait aucune
incoherem e entire la politique suivie par le Gouver-
nement des Nations Unies en liaison avec l'Europe
occidental et le mainticn des liens traditionnels
entire le Rcyaume-Uni et le reste du Commonwealth >.
Que cela signifie que la politique suivic jusqu'a pre-
sent par Yi. Bevin en Europe et qui consiste i tenir
compete d(s int6r6ts du Commonwealth n'a pas 6t6
sans raison, c'est evident. Ce quc les pays de 1'Eu-
rope occidentale veulent surtout savoir, c'est s'il
serait pos.;ible au Gouvernement britannique d'aller
plus loin qu'il I'a fait jusqu'ici avec l'approbation
et l'aide des nations du Commonwealth.
(a The Times ), Londres, 16 janvier 1950). 5.278

C'est a't NEW YORK HERALD que nous emnprun-
terons ul, tableau de < ce qui a dtd fait > :
1) L'6venement aveuglant de cette conference fut
'apparition de l'Australic armee d'un plan bien de-
fini pour la cooperation future dans le Common-
wealth et la mise en commun de toutes les resources
dans l'intrr6t de toutes les nations du Sud-Est asia-
tique. Ce plan a 6t6 accept en principle par tons
les ministres qui ont 6t6 d'accord pour reconmmander
a leurs gcuvernements de faire une 6tude attentive
des ressoulrces disponibles ct d'en discuter au prin-
temps prcchain A Camberra (Australie).
On penie ici dans certain milieux que les repr6-
sentants du Parti Travailliste A la Conference pour-
raient avoir r6agi au plan australien 6tant donned
qu'il 6tail pr6sente par un gouvernement conser-
vateur et qu'il pouvait 6tre une arme puissante entire
les mains des conservateurs britanniques au course
de la prochaine champagne 6lectorale.
ill nous semble pourtant que M. Bevin comme
M. Noil-1laker, tout en regrettant peut-6tre que le
plan n'ai: pas Wt6 prisente par un Gouvernement
travaillistl, sont trop sages pour ne pas l'accueillir
avec bier veillance come une tape dans aIn conti-
nuation l'une politique qui a 6et mise en route et
qui est pursuivie par les Anglais. (Un caract&re re-
marquable des Anglais, pourrait-on remarquer au
passage, est qu'ils sont g6neralement Anglais
d'abord, membres d'un parti politique ensuite).
2) Le d6sir qu'ont les Anglais de voir le trait de
paix signs rapidement avec le Japon a g6n6ralement
Wt6 accept par tous les membres, bien que 1'Aus-
tralie et la Nouvelleo-Zilande ne soient pas tout a
fait d'ac ord sur le genre de trait qui est desirable.
Ils aimeraicnt un < trait dur > qui impliquerait des
inspections politiqucs et industrielles p6riodiques
apr6s sa conclusion.
3) Il y a peu de differences apparentes dans Pat-
titude vis-h-vis de la Chine. Bien que quatre des
pays du Commonwealth ne l'aient pas reconnue
(Australi Nouvelle-Z6lande, Afrique du Sud et
Canada) accepterent de presenter A leurs Gouverne-
ments l'opinion des autres.
4) A 1'exception de l'Inde, tous les ministres re-
connurer t avec la Grande-Bretagne que l'aide A Bao-
Dai en I:idochine 6tait le seul moycn de stopper les
infiltrations communists dans le territoire du Viet-
Minh (si,').


5) Tous les ministries furent d'accord pour recom-
mander h leurs Gouvernements de contribuer a la
formation d'un fonds commun en sterling oi le
pauvre Gouvernement birman pourra puiser jusqu'A
concurrence de 7.500.000 livres sterling.
6) Une evaluation reelle de la situation financiere
du Commonwealth a 6et faite par une conference
economique parall6le qui a examine particulitre-
mcnt les effects de la devaluation et a fait l'estima-
tion des moyens qui pourraient ktre pris pour mini-
miser le deficit en dollars du Commonwealth.
Aucune de ces decisions ne peut paraitre sensa-
tionnelle mais, prises toutes A la fois, elles impli-
quent que le Commonwealth des Nations, qui se
trouve encore sous ]a direction de la Grande-Bre-
tagne, mais auquel les autres membres participent
de facon tr6s active, semble se transformer et acque-
rir un role nouveau et beaucoup plus important
dans le monde.
Avant la decision qui a Wtt prise au printemps
dernier de permettre h l'Inde de rester dans le Com-
monwealth tout en renonCant A son all6geance au
Roi, la Couronne 6tait le seul lien 16gal qui r6unis-
sait le Commonwealth. Maintenant le lien de la Cou-
ronne a disparu mais malgr6 cette dispersion le
Commonwealth, ainsi que l'a montre la Conference
de Colombo, a resserr6 ses liens en montrant qu'il
comprenait que malgre les differences qui s6paraient
ses membres, il y avait en commun une ideologie
politique qui 6tait un lien plus 6troit que tout sym-
bole imperial.
(a New York Herald Tribune ), 17 janvier 1950). 5.278

Enfin, le MANCHESTER GUARDIAN donne la con-
clusion < spirituelle > de la conference :

La responsabilit6 national sera certainement c le
grand facteur de stability pour le Sud-Est asiatique >
et elle pent lui assurer ]'expansion de son economie.
Les jeunes gens qui auront recu de I'education pour-
ront consacrer leur 6nergie a fair des affaires au
lieu de comploter et de preparer la revolution. II
a sans doute Wti admis tant par les chefs du Com-
monwealth que par M. Acheson, que Paide 6cono-
mique est un talisman qui fait fuir le communism,
Ce serait pourtant une grave erreur si les pays du
Commonwealth n6gligeaient I'importance des idWes
et des id6aux dans le combat qu'ils livrent actuel-
lement pour 1'Pme de 1'Asie. La Russie et ]a Chine
sont accepties par 1'Asie avec cc qu'elles repr6-
sentent de nouvelle civilisation et de nouvelles id6es
sociales, culturclle et m6taphysiques. Que lui offre
I'Occident ? II y a trois on quatre generations nous
avons offert a I'Asie Ic pouvoir des lois et I'appareil
de I'etat moderne. C'6tait nouveau ct attirant parti-
culierement pour les jeunes. I1 y a une g6n6ration,
nous lui avons offert la democratic parlementaire.
Cela aussi 6tait nouveau et excitant. Cela suffisait i
inspire le Dr Sun Yat Sen et Ic chef du Conarks
indien. Mais ces id6es sont maintenant consider6es
comme acquises ; nous devons offrir quelque chose
de neuf ou bien nous serons consid6res comme d6-
pass6s.
En un sens, Ics richesses 6conomiques des Etats-
Unis peuvent Ntre une g6ne pour la guerre froide
en Asie. T1 cst en Asie plus facile qu'en Europe de








representer I'aide en dollars come un inmprialisic
du dollar. Les jeunes gens d'Asie sont prkts a dire :
< Personne ne donne des dollars pour rien. Pour-
quoi l'Occident nous offrirait-il une aide 6conomique
si ce n'est parce qu'il espere exercer un contr6le
cache. Or, la liberty ct la d6miocratie sont les mots
de passe de I'Ainmrique. 11 doit done y avoir quel-
que chose qui ne march pas dans la liberty et dans
la democratic >>.
M. Acheson lui-mnme ne surestime pas les rssul-
tats que l'on pourrait attendre d'une action econo-
mique. C'est ce qu'il dit a propos de la Chine : & Per-
sonne n'a dit que de vastes armies sont descendues
des collins et ont battu Tchang Kai Tchek. Ce qui
est arrive, a mon avis, c'est que la patience presque
in6puisable du people chinois en etait arrive a ses
limits. II a compl6tement retire son appui au gou-
vernement et celui-ci s'est effondr6. S'il faut stopper
le communisic en Asie du Sud, et si le Common-
wealth dolt survive, il faut que nous puisions offrir
a la jeunesse d'Asie autre chose que des exporta-
tions gratuites (finalement payees par les Etats-Unis)
et des m6tiers au scin d'une 6conomie en expansion.
Le Commonwealth dolt avoir une autorit6 spirituelle
et il doit avoir une presence determinante. L'une
des choses les plus int6ressantes qui soit arrive a
Colombo fut les ovations adress6es a M. Nehru dans
les rues de la ville. Peut-&tre 6tait-ce une ovation de
residents indiens de Ceylan a leur dventuel protec-
teur, mais c'6tait sans doute plus que cela. Tout au
long de sa carribre, M. Nehru a eu le don d'attirer
la jeunesse. C'est 1'ironie et la trag6die de sa car-
riere qu'au moment oi son influence a comn;enc6 a
grandir en dehors de linde, elle a connmencc a di-
minuer aupres de la jeunesse de son pays. Ofi sont
les autres homes d'Etat et les philosophies du Com-
monwealth qui portent en eux un message qui puisse
acce61rer le pouls de la jeunesse asiatique ?
(a Manchester Guardian ), 16 janvier 1950). 5.278

B. Afrique du Sud

La politique intdrieure du Dr Malan, Premier
Ministre de l'Union Sud-Africaine, inquinte les
milieux international tant politiques que jour-
nalistiques.
Avec un surlitre < Ceux qui n'ont rien appris ;.
Pierre A. Denlan public dans la GAZETTE DE
LAUSANNE un article sur les < Discriminations et
persecutions raciales en Afrique du Sud >.
Depuis la defaite inattendue du parti unionist du
marechal Smuts et l'arrivee au pouvoir du parti
nationalist du Dr Malan, la politique gouvernemen-
tale a l'6gard des populations non-europeennes a
suivi, come on pouvait s'y attendre, un nouveau
course.
Les Indiens, notamment, n'ont certes pas gagn6
au change. Le mar6chal Smuts 6tait favorable a une
amelioration progressive de leur statut et les diff6-
rentes lois adopt6es a cet 6gard qu'il se soit agi
du Pegging Act ou du Indian Repreisentation Act -
s'inspiraient du souci de r6soudre en quelque sorte
A l'amiable le probl6me pose par la coexistence en
Afrique du Sud de races diff6rentes. L'lndian Repre-


sentalion Act, par example, avait un double but :
d'une part faciliter l'acces des populations asia-
tiques a de nouveaux territoires (pour y vivre ou
pour y acquriri des propri6tes), d'autre part, leur
pemettre de se fair representcr au Parlement.
Le Dr Malan, en revanche, n'a jamais cess6 d'etre
oppose a toute concession politique faite aux indi-
genes. Les Indiens doivent a son avis ,tre traits
come une colmmunauiit d'iimmigrants don't i
imported, dans la measure du possible, de favoriser
le rapatriement. Devenu premier ministry, le docteur
nationalist se preoccupa aussitot de passer aux
actes. II avait d'ailleurs a ses c6tes une 6qnipe gou-
vernementale bien d(cidle a 1'appuyer ou, le cas
echeant, a le pousser dans la voie qu'il s'itait choi-
sie qu'on la nomine pudiquemnent a segregation >
ou plus franchement < discrimination racist e >>. Les
beaux projects unionists furent abandonnes ct le gou-
vernement fit claircment comprendre aux indiens
qu'ils ne pourraient dor6navant computer que sur
leur < space vital >> primitif et que, s'ils ne se d6ci-
daient pas a rctourner dans leur pays d'origine--
ce a quoi la plupart d'entre cux se refusent 16giti-
mement ils scraient parques dans des < reserves >
du m6me type que cells de la population noire.
Au mois d'aoit dernier, le Dr Malan a d'autre part
d6clare que, d(s la prochaine session parlemnntaire
(comncneant le 20 janvier 1950), un collbee lecto-
ral distinct serait cr6e pour les << lecteurs de cou-
leur > dans la province du Cap. II a ajoulhi que la
representation indigine a la Chambre sud-africainb
serait purement et simplement supprimec et que les
non-Europ6cns ne seraient plus represents qu'au
Senat.
Simultan6ment la < coloured bar > cst retablie
ou enforce dans tous les sectcurs. I1 est fcrtement
question par example d' tablir un Departerrent des
affaires mdtisses qui aurait notamment pour tache
de veiller < que les m6tis puissent faire part de
leurs voeux au Parlement et au gouverncenent >,
ainsi que l'a relev6 le ministry de l'Inteiieur au
Congress de septembre du parti nationalist. On est
6videmmcnt assez loin des projects de representation
parlementaire unionistes...
Au mime Congres, le Dr Malan a pr6cis6 que des
quarters d'habitation separ6s pour Eui'op6ens et
non-Europ6ens Rtaient un des points principaux du
programme (lit de s6gr6gation. La rigle de conduit
A cet 6gard, a proclaim le premier ministry, sera
de delimiter ces regions, puis, progressiveiient, de
tansferer les races dans le district qui leur sera r&-
serve. Les Indiens auront leurs magasins, leurs cind-
mas et leurs bureaux de post, a l'exclusion naturel-
lement de ceux des Europeens. De l'avis du ministry
de l'Int6rieur, le Dr D6nges, il serait d'ailleurs incor-
rect de coller a ces measures l'6tiquette de discrimi-
nation racial : < Grace a cette separation, a-t-il
dit, un commissionnaire un pen ambitieux ou un
employ subalterne des services postaux pourra de-
venir par example un employee de guichct on un
receveur des postes, ce qui leur a 6t6 toujours
impossible jusqu'A maintenant. >
On doute cependant que les interesses soient aussi
enchants de cette solution. Peut-ftre eussent-ils pre-
f6r6 pouvoir plus simplement devenir receveurs dans
des postes < europ6ennes > En faith, et en d&pit.des
belles explications officielles don't elles sont enro-









bees, ces measures marqucront bien Ic enforcement
de la < coloured bar > : cantonnes dlans leurs
< ghetto, >t in(liens, les Asialiques pourront Wtre
gard(s A .'ue et pcrdronl tout conlact avec la popu-
lation bl; nche, nous aloions ci ire : aryenne...
Enfin, )our vitri une surprise sur Ie terrain mi-
litaire, un coup dc force analogue it ceux qui perio-
diquemert se dichlainunt en Anicrique iatine, il a
etB decici' que les indigenes et les m6tis des
forces pe nminenles de I'Union lie joueraient A 1'ave-
nir que des roles (de non combatants et qu'ils
seraient iffectis i' des occupations pacifiques, aux
cuisines mi aux infirmeries. Leur uniform ne res-
semblera en ricn i ani unifornie militaire. Le mi-
nistre de la Dfiense, ?3. Erasmus, a precisi A cc
sujet que < les 6v,6nemients de Birmanie, des indes
et de 'In doncsie ont cnscigniie l'Union de ne pas,
et dans ucune circonstance, arnuer ses populations
non-curoi )cnnes >>.
VoilA ('one eIs Indiens rejetes, bien malgr6 eux,
sur leurs positions de depart. Alors clue la 16gisla-
tion Smu s leur avait ouvert des horizons pleins de
promessei, ils se retrouvent aujourd'hui plus que
jamais pi iv6s de droits civiques et ne peuvent pas
esp6rer les obtenir sons le r6gne du Dr Malan.
Ils ont fait appel i, lcur miere-patrie et aux Na-
tions Un es. L'effroyalle massacre de Durban, en
janvier dernier, au cours duquel des Zoulous 6gor-
gerent, 1.piderent on brfullrent vifs une centaine
d'entre ciix, aurait dfi semble-t-il decider I'O.N.U. a
d6picher sur les lieux une conunission d'enquete.
II n'a faith que susciter de platoniques declarations.
Le vieux mar6chal Smuts, qui n'a plus rien A dire
dans les affairs publiques, relcva que << l'Afrique
du Sud ctait en train de golter les premiers fruits
de la poiitique de repression racial du gouverne-
ment actnel >. Manilal Gandhi, fils du maliatma et
chef des Indiens d'Afrique tlu Sutl, affirma qu'on
n'avait < jamais rien connu de ce genre dans I'his-
toire de cc sons-continent >. Autant en emporte le
vent...
La lutte, indgale, continue au cceur de cc pays oil
- il convient 6galcment de Ie rappeler les noirs
sont ]'6c asante majorit&...
( Gazette de Lausanne 2, 24.25 janvier 1950).

C. Inde

Sois 'e litre : < Une Rdlmblique voude d un
syssime democraliqute >, le correspondent (dn
TIMES e pose les ytrandes lines de la nouvelle
Constitution indienne :

LA CONSTITUTION

L'Asse nbl6e constituante indienne a termin6 son
travail p:'-s de trois ans aprls sa premiere session.
La Constitution qu'elle a religbe entrera en vigueur
(A l'exce tion de qu'elqes paragraplues iimm6diate-
ment applicables) le 26 janvier 19501, lorsque 1'Inde
deviendra une r6publique < deimocratique souve-
raine >. Cette date marque !'anniversaire du jour
auquel 1: Congrbs National Indien avait 1'habitude
de cl66lrer 1'ind6pcndance, lorsque le pays Rtait
encore sous ]a domination britannique.


La nouvelle Constitution doil beaucoup h la philo-
sophie politique occidental, et plus specialement A
la pens6e liberale britannique qui, de la naissance
du nationalism indien A la fin du dernier sitcle,
jusqu'A maintenant, a influence consid6rablement les
leaders indiens. II n'cst done pas surprenant que
cette constitution, quels que soient les eniprunts
qu'elle fasse A d'nutres pays (par example c prin-
cipes directcurs de la politique de l'Etat >, qui sont
l)as6s sur la declaration americaine des droits), soit
inspire du syst6me parlementaire britannique. Par
example le Prisident de la Republique Indienne ne
possede pas les pouvoirs ex6cutifs du President des
Etats-Unis, mais sera un chef constitutionnel agis-
sant A l'exception des cas d, clanger national -
sur 1'avis des iiinistres rcsponsablvs devant le Par-
lement.

LE MMODI)LE CANADIEN

En depit de son nomn, l'Union indicnne scra une
federation don't les pouvoirs 16gislatif, ex6cutif et
judiciaire sont repartis entire Ic pouvoir central et
les 61nients de l'Union FIderale. Ces elements, qu'ils
soient constituis par les provinces existantes, par
les 6tats princicrs, on par des groups desdits 6tats
seront connus A I'avenir sous le nom < d'Etats > de
l'Union. A la difference de ce qui se passe pour les
Etats-Unis, les pouvoirs rdsiduaires ceux qui ne
sont pas attribucs aux e16iments constitutifs sont
confines au pouvoir central. En cela, 1'Inde suit le
modle canadien. Elle fait de m6nme cc que la cons-
titution content des prescriptions concernant les
elements constitutifs, aussi bicn que le pouvoir cen-
tral, alors que la constitution des Etats-Unis ne s'oc-
cupe que tris peu du Gouvernement des 6tats-
membres. Les politicians indiens constituent une
classes dou6e d'esprit vif qui se complaint dans les
subtilit6s 1egislatives. En consequence, la nouvelle
constitution est tn document etudi., compose d'un
preambule, de 395 articles, et de 8 annexes. Elle
cherche A traiter tous les cas possibles et bien que
cela puisse 6tre ndcessaire tdans un pays qui content
330 millions d'habitants composC s d'6e6ments tres
divers et d'aspirations virtuelles divergentes, il peut
en rTsulter de nombreuses contestations devant les
tribunaux. Dans les traditions anglo-saxonnes, le
pouvoir judiciaire r6alise un travail important pour
analyscr les documents 6crits, ct alors qu'en Grande-
Bretagne il constitute l'61e6ment Ic plus important
d'une constitution non-dcrite, aux Etats-Unis le r6le
de la Cour SuprLime fut bien plus simple. Mais l'Inde
avec sa tendance A rlduire chaque chose A des
terms 16gislatifs precis a produit une constitution
qui peut se r6veler un terrain de chasse excellent
pour Y s legistes.

PouvoIRs DU PRI SILENT

En partic en raison de sa volont6 de fixer tous
les points en discussion, les fondateurs de 1'Inde ont
donni des pouvoirs large A leurs successeurs pour
d6cider en toutes circonstances. De niume l'ancien
Acte de gouvernenent de 1'Inde de 1935 pr6voyait
que le Gouverneur general et les gouverneurs pro-
vinciaux pouvaient se dispenser des avis minist6-
riels et prendre eux-m1ines les affaires en mains








lorsqu'il semblait que la souverainet6 populaire
6chouait, de m6me le president de la R6publique
Indienne peut promulguer des ordonnances et sus-
pendre la constitution dans les provinces. On lit
dans l'article 365 : < chaque fois qu'un Etat a man-
qu6 de se conformer ou d'ex6cuter une quelconque
directive ddnn6e dans l'exercice du pouvoir ex6cu-
tif de 1'Union dans le cadre d'une des prescriptions
de la constitution, le president pent d6clarer qu'une
situation s'est cr66c dans laquellc le Gouvernement
de 1'Etat ne peut pas etre assure en accord avcc les
prescriptions constitutionnelles >. N6anmoins l'esprit
du texte est si 6videmment liberal que les partisans
de 1'Inde ne peuvent qu'esp6rer que ce texte sera
mis en oeuvre dans un tel esprit.
Apres avoir d6fini les units territoriales de
I'Union (qui comprennent neuf provinces existantes,
trois 6tats princiers existants et six groups de tels
6tats, ainsi que dix petites zones administrAes direc-
tement par eI pouvoir central, les iles Andanan et
Nicohar), la constitution trait des droits de ci-
toyennet6. Cette section n'est pas exhaustive et
pourra &tre ult6rieurement amend6e par un acted de
nationality; actuellement clle donne la definition
international habituelle du citoycn et tend sa pro-
tection aux r6fugi6s du Pakistan. Vient ensuite la
section relative aux t Droits Fondamentaux >. Parmi
ceux-ci, sont de beaucoup les plus important ceux
qui abolissent < l'intouchabilit6 > et qui prohibent
sa pratique sous quelque forme que ce soit. Ce texte
met un sceau de sanction 16gale A une r6forme social
trbs chore au coeur du Mahatma Gandhi. N6anmoins,
quiconque connait linde se rendra compete qu'une
g6n6ration ou plus sera n6cessaire avant que s'6va-
nouisse la pratique d'intouchabilit6. Aujourd'hui, on
n'a pas besoin de s'Aloigner de plus de quelques
mills de la capital pour la trouver florissante dans
beaucoup de villages ofi les intouchables sont tenus
A 1'Acart.
D'autres droits fondamentaux ont trait A 1'egalit6
devant la loi, A la liberty personnelle, A la liberty
de parole et d'expression, a la liberty d'assembl6e et
d'association et A la liberty de religion. En conse-
quence la nouvelle Inde est en principle vouee a un
destin d6mocratique et sCculier. II est cependant
correct d'ajouter que les prescriptions relatives A la
detention preventive des personnel pour une p6riode
sup6rieure A trois mois, que ce soit par suite d'une
decision parlementaire ou sur l'avis d'une chambre
de jurisdiction (mais sans jugement legal) sont 6car-
tees. Le chapitre suivant qui traite des << principles
directeurs de la politique de 1'Etat >> pr6sente une
serie de pr&ceptes moraux qui ne peuvent etre
imposes par les tribunaux. Ils enjoignent a 1'Etat
de veiller A fournir a tons une instruction primaire
libre, le plein emploi et une equitable distribution
de la richesse, des soldes 6gales aux travailleurs.
hommes et femmes, des allocations de maternity et
de vieillesse, et tout ce qu'on peut imaginer dans
cet ordre. En de qui concern l'alcool, ces principles
6tablissent que 1'Etat < cherchera A r6aliser la pro-
hibition de la consommation des liqueurs toxiques
sauf dans des buts m6dicaux >>.
Le texte de la onzibme parties traite de l'organi-
sation gouvernementale au niveau du pouvoir cen-
tral et dans les etats, et des relations entire les dif-


f6rents pouvoirs. Le pouvoir executif de l'Union est
assure par un president olu par un collAge 6lecto-
ral constitute par les menbres Alus du Corps Legisla-
tif Central et des diff6rents Corps Legislatifs des
Etats, les votes de ces derniers 6tant calculus de
telle sorte que la puissance de vote du corps 16gisla-
tif central soit Agale A celle de tous les Corps L6gis-
latifs des Etats reunis. Pour la premiere fois
cependant, le president sera Blu par un vole direct
de 1'Assembl6e Constituante scule. La dur6e du man-
dat pr6sidentiel est de cinq ans et le president est
rAeligible. Le Parlement est constitute d'une Chambre
du People et d'un Conseil des Etats. Ce dernier ou
Chambre Basse ne devra pas comprendre plus de
500 membres blus par vote direct sur la base d'un
suffrage accordA aux adults.

LIBPRALITI DU DROIT DE VOTE

II faut admettre que l'extension du droit de vote
a un grand nombre de millions de gens simple et
illettres constitute une grande experience. Chaque
membre 61u ne representera pas moins de 500.000
habitants et pas plus de 750.000. II n'existra pas
de Corps ilectoraux separes, sur une base commu-
nale, come par le pass; Musulmans, Sikhs, Chr&-
tiens, voteront avec les Hindous dans un college
general. Mais des sieges seront reserves A la Cham-
bre Basse aux < castes enregistrAes > (intouchables)
et aux c tribus inscrites > aboriginess) sur la base
de lcur population. Si la communfaute anglo-indienne
n'est pas repr6sent6e de facon satisfaisanle A la
Chambre du Peuple le president peut nommer jus-
qu'A deux membres de la coinmunautA A cette Cham-
bre. La duree normal d'une Chambre est de cinq
ans. Le Conseil des Etats ne comprend pas plus de
250 membres; 12 d'entre eux seront nonmmns par
le president en raison de leurs connaissances spe-
ciales et de leur standing cultural, et les autres
seront Blus par vote indirect par les membres elus
des corps legislatifs (cs Etats. Sur le modlle du
Senat am6ricain, le Conseil des Etats sera lu orga-
nisme permanent don't un tiers des membres se
retireront chaque deuxiAme annue.


DETT.E A L'IGARD DE L'OCCIDENT

Dans les Etats membres de l'Union, les assemblies
l6gislatives seront Alues sur la base d'un suffrage
adulte qui sera 6tabli de telle sorte que chaque
group de 75.000 personnel ne soit pas repr6sent6
par plus d'un membre. Six Atats les ftats de
Madras, du Bengale, de Bombay, les provinces
Unics, le Bihar et le Penjab auront une organi-
sation bicambrale, dans laquelle la Chambre Haute
(ou Conseil Legislatif) sera Clue suivant un systeme
compliqu6 d'elections indirectes. De meme que cela
se produit entire le Pouvoir Central et les Etats, les
Pouvoirs Lgislatifs sont divis6s en trois proupes.
La liste d'Union comprend plus de 90 groups de
questions qui comprennent la defense, les affaires
exterieures, les communications et le contrOle des
prix. La liste des Etats renferme quelque 70 para-
graphes parmi lesquels on note la justice, I'agricul-
ture, la sante et 1'6ducation; la liste concurrente







(qui complrend les domaines dans lesquels le Pouvoir
Central e' les Etats peuvent 16gif6rer tous deux, Ic
premier iyant un pouvoir sup6rieur) comprend la
16gislation criminelle ainsi que les textes relatifs
aux mari;lges, aux divorces, aux syndicats et A 1'or-
ganisation du travail. Les pouvoirs r6siduaires -
c'est-a-dire ceux qui ne figurent sur aucune des
trois liste;i sont r6put6s appartenir au gouverne-
mient central.
Cette esquisse peut permettre a celui qui 6tudie
les affairs indiennes de se rendre compete combien
la constitution ne s'inspire pas seulement de la
pens6e pilitique occidentale mais plus sp6cifique-
ment de 1'empire indien d'autrefois. il n'est pas
exag6r6 dle dire que dans la lettre aussi bien que


dans l'esprit, la nouvelle Inde est le legataire du
lib6ralisme britannique. C'est pourquoi, bien que la
constitution ne mentionne pas 1'appartenance de
l'Inde au Commonwealth britannique, il n'y a pas
de doute a lever a propos du r6le que la nouvelle
r6publique jouera dans les Conseils de cette commu-
naut6. Le texte de cette constitution est entierement
d'accord avec la proclamation de Londres d'avril
dernier par laquelle l'Inde se joignit aux autres pays
du Commonwealth en affirmant sa volont6 de < de-
neurer uni en toute liberty et 6galit6 aux autres
menbres du Commonwealth des Nations dans une
cooperation libre don't le but est la poursuite de la
paix, de la liberty et du progris >.
(e The Times n, Londres, 31 d6cembre 1949). 5.251


IV. UNION HOLLANDO-INDONESIENNE


La noulvelle Republique indondsienne est nee
le 27 de'embre 1949. Les augures se sont pen-
ches sur son berceau.
Voici ce qu'y a vu le correspondent du TIMES :

Le r6ci nt transfer de pouvoir en Indon6sic fut
un 6v6ne nent de la plus grande importance car
non scule nent la population d'un territoire de pres
de 80 millions d'habitants comprend quelques-uns
des peuples les plus doues et les plus industrieux de
1'Asie, vi, ant dans un archipel qui repr6sente pro-
bablemeni la region la plus riche du monde en res-
sources naturelles, mais encore parce que beaucoup
d'observaleurs sur place estiment que dans tout
]'Extreme -Orient c'est ici qu'il existed une perspec-
tive raisonnable de contenir l'avance de la mare
du comm unisme.
Le gouvernement du nouvel Etat est gen6ralement
consid6r6 A Jakarta come le meilleur que le pays
pouvait produire L I'heure actuelle. I1 poss6de dans
la personality de son President, M. Soe Karno, une
figure- synbolique douee d'un grand charme per-
sonnel, diont le talent oratoire exerce un pouvoir
puissant .ur les masses indon6siennes, et dans celle
de son premier ministry, M. Hatta, un politician
sagace el experimnente. Le cabinet comprend plu-
sieurs hoinmes capable tels que le mlinistre des Af-
faires 6conomiques, le Dr Djuanda. Quelques homes
competenis au sommet ne peuvent cependant rein-
placer cc qui constituera probablement la princi-
pale faiblesse du nouveau regime a savoir la
p6nurie c 'administrateurs experiments et de techni-
ciens qualifies aux echelons inf6rieurs. Les dirigeants
reconnai sent cette faiblesse et voudraient en prin-
cipe retenir pour le moment un grand nombre de
fonctionnaires hollandais et indo-europ6ens tout au
moins dans les domaines les plus techniques.

LA CHASSE AUX EMPLOIS
Comme cela s'est produit dans I'inde en 1947, un
changemunt d'attitude A 1'6gard de la cooperation
avec l'an:.ienne puissance administrante s'est mani-
fest6 au moment critique on l'ind6pendance 6tait
en vue. Les dirigeants indon6siens out Wt6 frapp6s
par deux choses par le spectacle de la Birmanie


et par leur experience du soul6vement communist
de Madiun en aofit 1948. Tout d6pendra de la fer-
met6 don't ils front preuve en face de la chasse
aux emplois qui se fait d6jh sentir de la part de
leurs parents ct des faiseurs d'antichambre poli-
tiques.
La question des emplois ne repr6sente qu'un
aspect d'un probleme psychologique beaucoup plus
important auquel doit faire face le nouveau gou-
vernement. Comme tous les movements d'opposi-
tion, il a tout proinis A tout le monde et I'homme de
la rue a 6te conduit a esperer un paradise terrestre
aussit6t que la << Merdeka > liberty6) serait atteinte.
Lorsqu'il s'apercoit que son sort ne s'am6liore pas
inmmdiatement il est beaucoup plus probable
qu'il s'aggravera au debut il est tout dispose A
tendre une oreille complaisante vcrs ceux don't le
but est de renverser le gouvernement actuel. La
plupart des patriotes indon6siens instruits ont ac-
ceuilli I'indepcndance sans restriction avec une joie
qui n'etait pas exempt d'une certain tristesse.
Le movement nationalist a 6t6 gravement affaibli
par les ennuis et les malheurs des quatre dernieres
ann6es, par la politique hollandaise d'encouragement
aux units f&ldrales semi-autonomes, et par l'ac-
croissement des factions et des rivalit6s du c6t6
indon6sien. I1 ne reste pas grand'chose aujourd'hui
de cette ferveur ct de cette unit spirituelle qui
empoignaicnt la population A la fin de 1945 et qui
auraient pu constituer une force motrice puissante
si elles s'6taient attaqu6es l'oeuvre de la recons-
truction national.

PRIORITY POUR L'UNITE
La sauvegarde de I'unit6 est la tfche la plus pres-
sante qui se pr6sente au gouvernement et, au course
de l'annbe qui vient on des deux ann6es A venir,
elle prendra le pas sur toutes les autres. L'archipel
indon6sien conprend des peuples de races, de reli-
gions, de langues diff6rentes ayant atteint diff6rents
degrds d'6volution et lc sens de I'unit6 indon6sienne
qui part du sonimmt dans les classes instruites doit
encore parcourir un long chemin avant d'atteindre
et d'unir les masses. Une structure f6d6rale telle
que celle qui est formul6e dans la constitution
actuelle, constitute indubitablement le meilleur moyen







de satisfaire l'intense conscience, r6gionale de
peuples tels que les Ashinais du nord de Sumatra,
les Bataks du centre-nord de Sumatra, les Balinais,
et les Amboinais. Mais son fonctionnement sans
heurt et efficace exige beaucoup de retenue de la
part d'une population politiquement inexp6rimentee.
ill d6pendra en grande parties du comportement des
Javanais race qui est la plus nombreuse, la plus
6voluee et la plus aggressive de toutes A 1'6gard
des autres groups.
Outre les possibilities d'activit6s s6paratistes de la
part de peuplades tells que les Ashinais, le novel
Etat dolt faire face A deux menaces principles
cnvers son autorit6. La plus inim6diate, bien qu'elle
ne soit peut-etre pas la plus s6rieuse, c'est celle du
Dar-Ul-Islam, inouvenlent fanatique niahom6tan de
la parties oriental de l'ouest de Java qui vise a 1'eta-
blissement d'une th6ocralie islamique. 1 control
one large bande de l'ile du nord au sud et a coupe
les communications entire l'est et l'ouest. Les estima-
tions de sa force arime varient dans une grande
measure mais il n'est pas doutcux que ses forces sont
bien armees et combattent avec bravoure. On estime,
de source bien informne, que ses chefs ont conclu
une alliance tenmporaire avec les communists de
Tan Malakka qui sont forts dans certaines regions
de l'ouest de Java. Selon des rapports renouveles,
que de nombreux observatcurs qualifies croient
authentiques, des armes seraient parachutes aux
4 groups du Dar-Ul-Islam, provenant sans doute de
quelque terrain d'atterrissage secret situ6 dans lea
iles environnantes.
A l'heure actuclle, le movement Dar-Ul-Islanm
agrandit la zone qu'il contr6le. Pour s'occuper de
lui, le gouvernement est handicap par le fait que
les forces armies du nouvel Etat en sont encore
aux premieres tapes de la rtorganisation et par la
n6cessit6 de conserve le soutien de la majority du
parti Masjuni, conf6d6ration d'associations musul-
manes. Les dirigeants se rendent cependant compete
que l'action contre le Dar-Ul-Islam ne pent pas Rtre
ind6finiment diff6r6e.
Moins immediate, mais plus s6rieuse en raison
de ses ramifications internationales, il y a la menace
du communism. 11 y a eu au course des r6centes
ann6es deux principaux groups communists en
Indon6sie. il y avait Je parti staliniste orthodox.
C'est ce parti qui avait lanc& Ic putsch avort6 en
aoft 1948. Le putsch a echou6, de nombreux chefs
ont 6t6 tuls, et Ic parti ne s'est pas encore remis
de cet echec. I1 y a encore un autre group qui
gravite autour de cet rangee et vieux r6volution-
naire Tan Malakka. Emprisonne pour avoir tent6
de kidnapper le Dr Sjahrir, ancien premier ministry
de la RApublique indonCsienne, en 1946, il a etW
relach6 par M. Hatta en aofit 4948 pour faire contre-
poids aux communists stalinistes qui s'6taient alors
r6volt6s. D6clar mnort A maintes reprises, il est
toujours r6apparu et il s mnontre inaintenant trbs
actif surtout (dans i'ouest de Java. Qu'il soit r6elle-
ment un trotskyste ou un communist nationalist du
type titiste, il ne peut y avoir aucun doute au sujet
de sa grande influence personnelle.
Certains rapports digncs de foi parent non seu-
lement de l'alliance de Tan Malakka avec le Dar-Ul-


Islam, mais d'un recent cntretien secret avec Ali-
min, un des rares chefs stalinistes encore en vie,
et d'un accord sur une politique commune contre
le gouvernement Hatta (11 est int6ressant de noter
que M. Hatta et ses colleagues ont Wte surprise et cha-
grin6s lorsqu'ils se sont entendus traitor aux Nations
Unies, par les delegu6s du bloc sovietique, de
< traitres > et de ( chiens courants des imp6ria-
listes &).

NOYAUTI PAI LES FACTIONS

11 existe trois facteurs qui d6couragent 1'extension
du communism en Indondsie. En premier lieu, l'isla-
misme dispose toujours tl'une forte emprise, Lien que
s'attenuant, sur les villageois. Decuxiinenmeint, de
grandes quantities de terres font i'objet de diverse
sorts de proprie6ts commuinautaires et il n'existe
pas une classes de grands proprietaires 'onciers
come en Chine. Troisinienient, les idces trsversent
les mers plus lentement que les frontieres terrestres.
Mais ces iles eles-mimes no peuvent rtre t'nues a
l'6cart des d6veloppenients qui so produisent dans
les metropoles continentales et les mEmes problems
de la misre cet de !a surpopulation existent a Java
comme partout en Asie. Au cours des prochaincs
annbes, ces moumveients r6eolutionnaires r:e man-
queront pas de vraies difficult6s 6conomiques ou
autres a exploiter.
Pour combattre ces mouvements, la principal
arme du gouvernement est la << Tentara Republika
Indonesia >, la vicille armue republicaine inainte-
nant en course de reorganization et d'incorporation
avec les delments indon6siens de l'arm&e colonial
hollandaise pour former une armic national. Mais
I'arm6e r6publicaine n'est pas une force unie ct
elle est elle-mmne noyaut6e par des factions dirig6es
par des officers amnbitieux. Par example, sur les
25 bataillons dans 1'est de Java, la moitie scuolement
sont effectivement sous P'autorit6 du colonel Sung-
kono qui commander la region de Sltrabaya. Qucl-
ques-uns font ouvertement parties de l'opposition,
telles les forces sous les ordres du Major Wa-
rouw a Malang. Les commandants dti rAgicns qui,
come le colonel Sungkone, sont rests loyaux
envers le gouvernement, sont en train d'6quil)er leurs
hommes surtout avec des armes q(ue les Ho landais
leur ont transferees ct il est pen probable qu'ils
passeront A I'action contre los groups dissidents
tant qu'ils n'auront pas Ic sentiment d'avoir le
dessus. La plupart des observaceurs 6tranecrs no
s'attendent pas A de grands 6vnnements dans Ic
domaine militaire avant queliues mois.
Le bicn-etre dconomique de l'Indon6sie dtpendra
trbs largement de la capacity du gouvernement A
preserver l'unit6 national ct i maintenir la loi ct
l'ordre dans les campagnes. C'esl ici, peut-Olre plus
que dans tout autre domain, que l'assistance Ctran-
girc sera n6cessaire. Si le gouvernemcnt n( rdussit
pas A maintenir I'unite et I'ordre ct si le pays com-
mence A dCgringolcr ai nouveau dans le chaos 6co-
nomique, les consequences seront incalculables, et
la route sera laissec grande ouverle aux mouve-
ments r6volutionnaires dans le dernier des Etats
ind6pendants de 1'Asic.
(O The Times n, Londres 18 janvier 1950). 5.277






V. EX-COLONIES ITALIENNES


On suit combien l'dlaboration des clauses co-
loniales du trait de paix avec l'ltalie s'est mon-
trde difficile. Leur application ne l'est pas moins.
Le JOURNAL DE GENiVE dans son article << Trois
projects d'accord... sur lesquels il faudra s'enten-
dre > expose les obstacles et les divergences qui
se sont fails jour d propos de la Somalie :

L'Ass',mbl6e gin6rale des Nations Unies a decide
de conlier A I'Italie, aide d'un < Comit6 consul-
tatif 3 de trois Etats, administration tut6laire de
I'ancienae Somalie italienne. Ce syst6me, pr6vu par
la Charge, soumet une tell administration au Conseil
de Tutelle des Nations Unies, qui doit conclure un
accord avec ce qu'on appelle a la puissance admi-
nistrante >>. Mais il doit d'abord se mettre d'accord
sur I'accord.
L'Italic a pr6sente un texte d'une grande habilete
diplomatique. Aucune allusion aux divergences de
vues entre les Grandes Puissances, mais une simple
reference A l'article du trait de paix qui remettait
aux Nations Unies le soin de decider du sort des
colonies iraliennes en cas de d6saccord entire les
Quatre. D'un bout A l'autre du texte italien, la Charte
des Nations Unies est mise en avant (c Consid6rant,
dit le preambule, que 1'article 73 pr6voit un syst6me
international de tutelles >...) ; I'Italie s'engage a la
respecter, a I'appliquer, a faire en sorte que les buts
qu'elle fixe soient atteints, que les droits de l'homme
soient cbserv6s et que < des institutions soient 6ta-
blies ql.i pr6parent le chemin de I'autonomie com-
pl6te d! ce territoire >>.

DIVERGENCES

C'est en soi un success considerable pour les
Nation, Unies que d'amener une Puissance colo-
niale A administer un de ses anciens territoires non
plus selon le bon plaisir de quelques interets parti-
culiers, mais conf6rm6ment A une politique raison-
nable -le d6veloppement 6conomique, social, edu-
catif el finalement politique.
Les Philippines veulent davantage. Leur d6lega-
tion semble vouloir tirer part du fait que 'italie
est une nation vaincue pour faire avancer le systnme
des tu:elles vers une intervention beaucoup plus
directed des Nations Unies dans le domaine colonial
(a Consid6rant, dit leur preambule, que l'Italie a
renonc iA tout droit et tout titre sur ses colonies >).
Ainsi les frontibres qui n'auraient pas 6t6 fixes
par accords internationaux devraient &tre d6termi-
n6es selon une procedure 6tablie par 1'Assembl6e
g6n6rale >. (L'Italie propose, elle, les fronti6res de
1935). Le Conseil consultatif, compose de la Colom-
bie, d. 1'Egypte et des Philippines, devrait, dans
I'esprit de ce dernier pays, 6tre pleinement inform
de torttes les questions concernant le d6veloppe-
ment politique economique. social et ieucatif tdu


territoire >. 11 < aidera et conscillera > les autorites
italiennes, et fera rapport aux Nations Unies. (Dans
le texte italien, c'est la puissance administrante qui
fait rapport). L'Angleterre, qui administre plusieurs
territoires sous tutelle, a d6jh protest a Lake Suc-
cess : < II n'y a qu'une puissance administrative et
une scule. Si vous faites partager cette responsabi-
lit6 par le Conscil consultatif, vous allez cr6er un
pr6c6dent. Prenez garde aux complications juri-
diques qui naitront de cette confusion >>.

STRATAGIE
L'ecart est encore plus grand quand il s'agit des
questions militaires.
Le texte italien prevoit que I'Italie < aura le
pouvoir d'Rtablir sur le territoire (de la Somalie)
routes installations militaires, navales et aeriennes
n6cessaires A la defense du territoire, d'y avoir ses
propres troupes, de lever des contingents de volon-
taires, et de prendre, dans les limits de la Charte
des Nations Unies, toutes measures qui A son avis,
sont de nature a assurer ]e respect de la loi et le
maintien de I'ordre, ainsi que la participation du
territoire (de la Somalie) A la paix et A la s6curit6
international >.
Le texte philippin prend le probl6me par l'autre
bout. On verra qu'il y a une nuance de taille :
< Sauf dans la measure oi elle y est autoris6e par
les Nations Unies et leurs organes comp6tents (R6d :
c'est-A-dire le Conseil de S6curitB, of les Russes ont
droit de veto) la puissance administrante n'6tablira
pas de bases navales, militaires et a6riennes, n'616-
vera pas de fortifications, n'entretiendra ni n'em-
ploiera pas ses propres troupes sur le territoire (de
la Somalie).

DIx ANS ?
En outre, tdais le project philippin, I'accord est
valuable pour dix ans, au bout desquels la Somalie
devient un territoire compl6tement ind6pendant.
Quelque sympathie que l'on ait pour 1'6mancipation
de peuples trop longtemps exploits sans 6gard pour
leur d6veloppement, on ne peut s'emp6cher de
mettre en regard de cette exigence le rapport de
]a Commission anglo-franco-americano-russe :
< Afin de s'assurer des d6sirs de la population,
]a Commission quadripartite d6cida d'entendre ses
representants l6us. La commission se rendit compete
que l'id6c d'une election d6mocratique 6tait 6trafn-
gere aux Somalis, et l'on eut la preuve qu'ils ne
comprenaient pas de quoi il s'agissait. Ncanmoins
des esp6ces d'l6ections eurent lieu, mais on s'apercut
que, dans la plupart des cas, les dBl1gues avaient
M6t d6sign6s par les anciens de la tribu ;.
Raison de plus, sans doute, pour agir vite. Mais
dans leur intir6t meme on aurait advantage A ne pas
trop charger le bateau.
(( Journal de GenBve n, 11 janvier 1950). 5.265


69







IISITE DES ARTICLES DE PRESSED ETRANGERE TRADUTS EN FRANQAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTED :


A la Section de la Presse Etrangire, au Ministire de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7'),
(Direction des Affaires Politiques, Piece 17, le, Etage).
La Section de la Presse Etrangere peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, ia quicon-
que lui en fera la demand, copies des traductions avant moins de deux inois de date.
Le N" del rl6frence suffit i1 designer le document desire.


'Trri[-s


OIlGINIE 1)U DOCUMENT DATES


5.227
5.230
5.231
5.240
5.261

5.267

5.275
5.274

5.283
5.291

5.293
5.295

5.297


5.235
5.246

5.248
5.262

5.263
5.264
5.275
5.288
5.294
5.299

5.500



5.249
5.239
5.241
5.244
5.250
5.252
5.255
5.254
5.255
5.256
5.257

5.259
5.268

5.271
5.273
5.281


PROBLEMS GENERAUX
Le colonialismie sous le feu. .......................... The Nation
Changements en Asic. ................................ Daily Telegraph
Inde, Grande-Bretagne, Anmerique. .................... New York Herald Tribune
Communistes d'Asie. ................................. Manchester Guardian
Les Elats-Unis modifient leur politique en Asic diu Suid-
Es. .. ................................ .... ... ....... ........ Sunday Tim es
Il n'est pas trop 16t (Politique (des U. S. A. en Extreime-
Orient). ... ....... ... .......................... New York H erald Tribune
Les Nations Unies sous le signe de l'anli-colonialisime .... .Neue Ziircher Zeitung
Cc QuatriemIe Point a .............................. The New Stalesman and Na-
lion
L'di l ministration colonial. ....... ............. .. Manchester Guardian
Les Puissances occidentales se divisent sur les i)olitiques
coloniales. ...................................... New York Tim es
Mise au point d'une politique colonial des allies ......... Newsweek
Les Etats-Unis devraient-ils reconsiderer leur politique I
itrangere ? ..... ....... ... ...... ...... FI'oreilgn Policy Reports
IU' < element inanquant >, ou 1'aidde eonomique americaine
au Sud-Est Asiatique ............................... The Economist
UNION FRANCAISE
Indes Francaise et Portugaise. .................. ........ Daily Telegraph
Un soutien pour Bao-)Dai ? ............................ The New Statesman and Na-
lion
L'lndochine : responsibility franiaise. .................. .New York Herald Tribune
La question indochinoise et l'ajournement de la reconnais-
sance de Mao-Tse-Tung par la Grande-Brctagne. ..... Necue Ziircher Zeiltng
La politique de la France en Extrnme-Orient. ............... Nee Ziircher Zeitung
Indochine. .......................... ............... The Times
Dilemme francais en Indochine. ......................... The Observer
Mao aidera les coinimunistes a conl(querir toute 1'Indochine. The Manchester Guardian
Ia France occupe ses iles australes de l'Oc6an Indien. ..... Journal de Geneve
Londres s'inquit e de la reconnaissance Id'Ho-Chi-MIinh par
Pekin .................... ....................... Neue Ziircller Zeilunil
l.a reconnaissance d'llo-(Chi-Mlinh par 'Pkin surpreilld e
inquible Paris. .................................. Neue Ziircher Zeilltng
EMPIRE BRITANNIQUE
Ceneralites
Des questions pour Colonmbo. ......................... .The Economist
Ordre du jour pour Colombo .......................... Time and Tide
Colonies et dollars. ............................... ... The Times.
Conference du Cominon\wealth i( Colombo. ............ The Spectator
Des dollars pour ls lola s P l colonies. ......... ............ ... Spectator
Le dollar ct les colonies .............................. T tribune
Les nouvelles antipodes a Colombo. ................... 7'Time and Tide
La conference de Coloniho. .......................... Tribune
Le Commonwealth confere. ........................... .lDaily Telegraph
Colom bo. ................... .................. ........ Standayi Times
Arricre-plan tl'unc reunion dl'importance vitale. Le Com-
monwealth dispute certaines questions. ........ .... .. Daily! Herald
Colombo. ............................................ Manchester GuCardian
Programme du Commonwealth pour uine aide a l'Asic du The Tinies
Sud-Est ........................... .............
Le Commonwealth en metamorphose. .................. Time and Tide
Synthbise sur la Conference de Colombo. ................ .Divers
La Conference de Coloimbo. ........................... The Economistl


10-12-49
28-12-49
29-12-49
3-1-50

3-1-50

12-1-50
21 12-49
14-1-50

1,3-1-50

10-12-49
23-1-50

1512-49

21-1-50

30( 12-49
7-1-50

i-1-50

27-12-49
9-1-50
11-1-50
15-1-50
20-1-50
21-1-50

22-1-50

22-1-50


31-12-49
31-12-49
3-1-50
6-1-50
6-1-50
6-1-50
7-1-50
11-1-50
9-1-50
1-1-50

9-1-50
9-1-50
13-1-50

14-1-50
14-1-50













5.284
5.285
5.286
5.292


5.226
5.245
5.266
5.270
5.290
5.296
5.298
5.301

5.223

5.347

5.251
5.279
5.282

5.225
5.257


5.269
5.272
5.276

5.224
5.228
5.229
5.232
5.235
5.234
5.236
5.238
5.242
5.243
5.258
5.277
5.287
5.289

5.260
5.265
5.280


ORIGIN DU DOCUMENT


TITRES



Ia Conference de Colombo .............. ..........
Commonwealth (Conference de Colombo) ...............
I'Asie et le Commonwealth. ............................
Verbiage occidental ct brouet oriental (Conf6rence de Co-
lom b o) ..........................................
Afrique Occidentale
College Universitaire de Nigeria ..................... .
Les voyages du Dr Azikiwe..........................
I e Continent de Demain nous reserve des difficultes.....
I.a Constitution de la Nigeria..........................
Arrcstations en Gold Coast. ........................
I tude sur la Gold Coast .............................
liPgne de la majority on de la c quality >> en Afrique ? ..
Exploration en Afrique Occidentale ....................
Jamaique
Jimaique .............................................
Inde
I dialogue dangereux dans l'Inde ..................... .

I a Constitution indienne .............................
Ia draison de l'Orient (Inde, Pakistan, Cachemire)
Fivalite indo-pakistanienne A la fronti6re du Nord-Ouest..
Malaisie
? etloyage d'importance en Malaisie ...................
( ampagne intensified en Malaisie.....................
Birmanie
I a Birmanic en liquefaction ..........................
Chlaos en Birmanie .................................
I irm anic. ...................... ......... ..........
Situation de la Birm anie .............................
UNION HOLLANDO-INDONESIENNE
I 'Indonesie souveraine .............................
1 U. I. (Etats-Unis d'Indon6sic .......................
l erdeka. .........................................
f. U. I. (Etats-Unis d'Indon6sie) .....................
i aissance d('une nation. .............................
Naissance d'une Nation ............................
Ies Etats-Unis d'Indon6sie. ...........................
I.'Indonesic independante. ............................
I ndonssie : necessity d'une Union ......................
?ouvelle Nation en Asie...............................
I a liberty ne nourrira pas les Kromos. ..................
I es Indonesicns au pouvoir. ........................
I 'Australie et la Nouvelle-Guince......................
I 'Indon6sie, Iiepublique tenue en lisire. ................
COLONIES EX-ITALIENNES
Irythree. ......................................... .
I a Somalie italienne sous tutelle ..................... .
I roubles en Erythree. ...............................


The Spectator
Tribune
Time and Tide

The New Statesman and Na-
tion
Manchester Guardian
Daily Worker
West Africa
The Manchester Guardianu
The Times
(Synthese en course )
The Crown Colonist
West Africa

Manchester Guardian

The New Statesman and Na-
tion
The Times
The )Daily Telegraph
The Economist

Daily Telegraph
Time and Tide

The Economist
The Spectator
Tribune
The Times

The Times
Manchester Guardian
New York Herald Tribune
New Statesman and Nation
Tribune
The Spectator
Time and Tide
The Economist
Newsweek
Sunday Times
Continental Daily Mail
The Times
Time and Tide
The Nation

Journal de Geneve
Manchester Guardian
The Times


DATES



20-1-50
20-1-50
21-1-50

21-1-50

23-12-49
5-1-50
7-1-50
13-1-50
23-1-50

f6v. 1950
21-1-50

22-12-49

7-1-50

30-12-49
18-1-50
14-1-50

23-12-49
31-12-49

24-12-49
13-1-50
13-1-50
S17-1-50

23-12-49
28-12-49
28-12-49
31-12-49
30-12-49
30-12-49
31-12-49
31-12-49
2-1-50
1-1-50
10-1-50
18-1-50
21-1-50
31-12-49

5-1-50
11-1-50








BIBLIOGRAPHIE


L. Roux : < L'Est Africain Britannique >, Kenya, Tanga-
nyika, Uganda, Zanzibar. Un volume in-16 broch6 de
219 pages avec 16 planches hors-texte et 4 cartes 650 fr.
(Soci&te d'Editions GCographiques, Maritimes et Colonia-
les, 17, rue Jacob, Paris (6').
Apres avoir consacre ses six premiers volumes i des
territoires francais d'outre-mer, la collection < Terres Loin-
taines >, l6argissant son cadre et fiddle i son titre, vient de
publier un volume sur 1'Est Africain Britannique, Tanga-
nyika, Kenya, Uganda, Zanzibar, sous la signature de Louis
Roux, Administrateur des colonies qui fut d6tach6 pendant
pres de 3 ans comme Vice-Consul de France au Kenya.
Arrive sans idBes priconcues, ses functions 'amenaient
a suivre de pres l'actualit6, i 6tudier le pays et ses habi-
tants, son histoire, sa faune et sa flore, ses conditions
d'existence, la vie administrative, financiere et social, afin
de mieux comprendre les probl6mes qu'avaient a r6soudre
les Britanniques et les Autochtones; par ailleurs, tournies
et loisirs lui permettaient de parcourir une region magni.
fique et presque inconnue.
Trop peu de nos compatriotes connaissent l'Afrique, ses
resources, son avenir, et cependant les possibilities du con-


tinent noir ne peuvent 6tre indiff6rentes a personnel, stra-
tiges et savants, technicians, commerCants et industries.

COMMUNIQUES

Activity du Musee de la France d'Outre-Mer
(d6cembre 1949)
Entries payantes : 7.125 pour 127.110 francs;
Entrees gratuites : 29 groups, 648 616ves;
Travaux executes : Section d'Art et d'Histoire.
Dons regis
De E. LAETHIER (de Besancon) : carnets de croquis de
la Mission Crampel.
Max de BEAUNAY : Lettre autographe sur le (af6 adres-
see a M. de Clieux (xviwn siecle).
F. de HERAIN : < Un march douteux >> (Maroc), pein-
turc; < Jeune Arabe du Sous >, << Fillette de Rabat >,
< Jeune ch6rif de Fez >,. dessins.
Ary LEBLOND : << La dame au chicle de l'Inde '> peinture
attribute A E. L. Dubufe.


REVUES


NEPTUNIA. Revue des Amis du Musde de la Marine,
Palais de Chaillot.
Le numero 15, (troisiemc trimestre 1949), est entiarement
consacr6 i la pache Outre-Mer. Une presentation de goft et
un choix remarquable de photographic et de reproductions
ajoutent i l'inttert des on ses sp6cialistes ont
abord6 les principles questions se rapportant aux questions
des peches d'Outre-Mer.
Au sommaire figurent notamment :
Editorial, par M. Coste-Floret, Ministre de la France
d'Outre-Mer.
Requinades, par Jean Marie Nordet.
Le pdcheur noir, par Th. Monod, Directeur de l'Institut
de l'Afrique Noire.
Bateaux de Pieche de la c6te Occidentale d'Afrique, par
J. Poujade.
Les cuisines de l'Union Francaise, par le Docteur Edouard
de Pomiane.
La peche en Afrique Equatoriale Francaise, par Ch. Roux,
Assistant an Museum.
Guet D'Nar, par Anita Conti.
Baleines, Harpons et Filets, par P. Budkers, Sous-Direc-
teur an Museum.
La P&che aux lies Saint-Paul et Amsterdam, par J. Verda-
vainne, Capitaine de Corvette de reserve.
Chasse i la raie cornue en Casamance, par Anita Conti.
Les bois coloniaux dans les constructions navales, par
P. Sallenave, Conservateur des Eaux et Fortts.
Le Commerce et la Marine de Marseille it travers les
sidcles, etc...


Air-France Revue
Air-France-Revue a consacre son numero d'autonme entie-
renent aux territoires franCais d'Afrique. PubliE sous les
auspices du Commissariat general au tourism, avec les
concourse des ministries des Affaires 6trangeres et de la -
France d'Outre-Mer, des R6sidences, Gouvernements g6n6-
raux et Hauts-Commissariats d'Afrique ct du Secr6lariat gen6-
ral i I'aviation civil et commercial, cet album a 6t6 concu
par < Air-France >> t un Comit6 de redaction, presid6 par
M. Maurice Lemoine.
Groupant des textes d'6crivains coloniaux tells que Ren6
Maran, Robert Delavignette, Jean d'Esme, Pierre Weiss,
George Vally, ou de sp6cialistes et savants come
Th. Monod, Emile Dermenghem, Leon Bertin, et present
par Georges Duhamel, cc num6ro, illustr6 de tris nombreu-
ses photographies et enrichi de planches en coulcurs donne
une impression de dynamisme qui accroit son caractire
documentaire. Les images succident aux images. C'est un
film qui se deroule, le film d'un voyage f travers des immen-
sites desertiques, des forts denses, des savanes pi6tin6es par
des hardes d'6lephants alternant avec des plantations goome-
triques, des barrages impressionnants, des installations por
tuaires et des buildings ultra-modernes.
SCes opposition permcttent de << mesurer I'ampleur de
l'oeuvre francaise >, realis6e en Afrique.
La revue announce que son prochain num6ro, qui paraitra
en f6vrier prochain, traitera des autres pays de l'Union
Francaise.

Revue du Genie :
La maison des editions < Berger-Levrault >> fait sa-
voir que la < Revue du Genie > est disormais mise dans
le commerce. L'abonnement de 6 num6ros annuels est de
1.000 fr. (5, rue Auguste-Comte, Paris).


S. P.I., 2 bis, Impasse du Mont-Tonnerre, Paris (15e)








































































Edited par la Documentation Francaise

Prix du num6ro : 90 francs
Abonnement :six mois .... 520 francs
S : un an ...... 1.000
Membres de 1'enseignement et
journalists : un an ........ 700 ,

Souscription et vente
a la Documentation FranCaise
16, rue Lord-Byron, Paris (8')
C. C. P. : 9060-98
Tel. : ELYsies 82-00




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs