• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Problemes du jour
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Bibliography
 Back Cover






Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00016
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00016
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
    Nouvelles de France
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
    Revue de presse
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
    Bibliography
        Page 68
    Back Cover
        Back Cover
Full Text



Xil,














09
zn
p C t




LL













BULLEIN DINFO







PRESIDENCY DU CONSEIL

SECRETAII IAT GENERAL
DU GO VERNEMENT

Direction de la Documentation:
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANCHISE






,- ....',


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7')


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA


FRANCE


D'OUTRE-MER


SOMMAIRE


PROBLEMS DU JOUR :
Nations Unies et Territoircs non-au-
ton om es ......................
Les investissements strangers nou-
ve tux dans la zone franc ......
Les Missions catholiques dans
Il' union franchise ..............

NOUVI LLES DE FRANCE :
La vie parlementaire. ..........
L'acl ivit6 minist6rielle ..........
Informations diverse ...........
Conferences et Manifestations. ....

NOUVI LLES D'OUTRE-MER :
Indoi hine.....................
A. O F .......................
A. E. F .......................
Camn roun ....................


Togo. ........................
Madagascar et D6pendances. ......
3 Etablissements francais de l'Inde...
Saint-Pierre et Miquelon........
6
C6te francaise des Somalis ......
Nouvellc-Cal6donic ct DWpendances.
9
Etablissements francais d'Ocanie. .
Informations administrative ....


REVUE DE PRESS :


Presse d'Outre-Mer ..............
Presse Etrang6re ................
G6n6ralit6s ....................
Union franchise .................
Commonwealth britannique ......
Union hollando-indonsienne .....
Ancienncs colonies italiennes ...

BIBLIOGRAPHIE ................


Janvier 1950


N" 139










AGENCE DE LA FRANCE D'OUTRE-MER
20, rue La Boetie Telephone : Anjou 26-94 a 26-97
Metro : Miromesnil Autobus : 28-32-43-49-80


L'Agence de la France d'Outre-Mer, Service
Officiel du Ministere de la France d'Outre-Mer,
renseigne sur toutes les questions int6ressant
les Territoires d6pendant du Ministire de la
France d'Outre-Mer; Afrique occidental, Afri-
que 6quatoriale, Cameroun, Togo, C6te des
Somalis, Madagascar. Etablissements francais
de l'Inde, Indochine, Nouvelle-Cal6donie. Nou-
velles-H6brides. Saint-Pierre et Miquelon.
0 Son Service de Documentation informed Ic
public sur le commerce, l'industrie, la produc-
tion, les tarifs de douane et les statistiques, la
fiscalit6, le climate, le cofit de la vie, Ic tou-
risme, la chasse, etc... Les journaux officials
locaux, les budgets administratifs, les tarif-s
douaniers et fiscaux, les statistiques du com-
merce exterieur de chaquc Territoire et tous
autres documents d6tenus par le Service pcu-
vent Wtre consults sur place,
* Son Service de Placement met en rapport
gratuitement les employcurs avec les per-
sonnes desireuscs de trouver un emploi outre-
mer.
* Sa Cin6mathbque diffuse gracicuscinent en
France des films documentaires sur les Terri-
toircs d'Outre-Mer.
Le prit de ces films est consent h tout orga-
nisme official ou priv6 d&sirant effectuer des
projections non commercials d'information,
d'6ducation ou d'enseigncment.


* Sa Photothbque posside 30.000 cliches sur
tous les Territoires 6numbres plus haut. Ces
cliches peuvent faire l'objet de cession.
* Sa Bibliothbque, riche de 30.000 volumes.
est ouverte au public sans d6semparer, de
9 heures A 18 heures, samedi apres-midi
except.
* Son Service des Foires et Expositions as-
sure la representation des Territoires de la
France d'Outre-Mer dans les manifestations
commercials et expositions organisees en
France et A 1'Etranger.
* Son Service de Publicit6-Propagande as-
sure la publication et la diffusion do toute
documentation se rapportant aux Territoires
d'Outre-Mer.
Il edite des brochures monographies, de-
pliants, plaquettes, affiches et cartes-affiches.
Ces documents sont en vente A la Librairie de
1'Agcnce, qui diffuse 6galement, A titre one-
reux, les publications des Services de Docu-
mentation de la Pr6sidence du Conseil, et de
nombreux ouvrages concernant l'Union Fran-
caise.
Des expositions de peinturc, de sculpture et
d'ouvrages de l'artisanat des Territoires
d'Outre-Mer sont organisecs A la Galerie dc
I'Agence, 20, rue La Bo6tie.


EDITIONS DE LA


DOCUMENTATION


FRANQAISE


CHRONIQUES ETRANGERES
Bulletins mensuels d'information sur
Ics ETATS-UNIS, la GRANDE-BRETAGNE, I'U.R.S.S., I'ALLEMAGNE,
I'AUTRICHE, I'ESPAGNE, I'ITALIE


Dans chaque num6ro
un expose complete et documented sur la vie de ces pays


ABONNEMENTS


Service global des sept bulletins ...........
Service du Bulletin d'lnformations autrichiennes
Service de chacun des six autres bulletins......


Six mois

1.300 fr.
160 fr.
200 fr.


Un an

2.500 fr.
300 fr.
380 fr.


En vente : 16, rue Lord-Byron, Paris (8e)
Versements a M. le Regisseur des Recettes. C.C.P. Paris 9060-98


=









I Wstt A-


PROBLEMS DU JOUR


Nations Unies et Territoires non-autonomes


N.D.L.R. Les decisions prises par la quatricme Assemblee Generale des
Nations Unies concernant les territoires < non autonomes > ont soulevd une assez
vive emotion. Le Bulletin d'Information de la France d'Outre-Mer se devait d'ex-
poser pour ses lecteurs, aussi objectivement que possible, les lamentss de ce pro-
blame nouveau pose aux puissances qui ont la charge d'administrer des pays
d'Outre-Mer.


LA quatrie:ne Assemblee general des Nations
Unies, actuellement reunie a Lake Success,
parait avoir consacre une important parties de
ses travaux a examenen de la situation des Territoires
dits < non-autonomes >. Elle a marqu6 ainsi que,
pour la majority de ses membres (Etats de l'Europe
orientale, Etots arabes et de 1'Am6rique Latine, et
meme U.S.A.), une volonte de poser A nouveau
devant l'opinion publique international le problem
colonial en son entier demeure, pour ne pas dire
qu'elle s'affirme avec plus de force et de nettete que
jamais.
Dans un but de clart6 ct pour permettre aux
lecteurs peu avertis du fonctionnement des orga-
nismes complexes des Nations Unies de suivre plus
aisement cet expos6, il a semble utile :
de fair une rapide genese des 6venements
ayant conduil au vote, par l'Assemblee g6nerale, de
dix importantes resolutions concernant les Terri-
toires non-aulonomes ;
d'indiquer brievement les dispositions essen-
tielles de ces dernieres ;
de rechorcher quelles ont 6te les reactions
propres A chaque Etat int&ress&, c'est-A-dire assu-
mant la responsabilite de l'administration des Terri-
toires en cause ;
de d6gag:er enfin les aspects essentiels du con-
flit d'id6ologii.s qui oppose actuellement aux vieilles
puissances europ6ennes, don't I'action civilisatrice a
permis d'obtenir d'appr6ciables r6sultats outre-mer.
les jeunes Nations depuis peu parvenues A l'ind6pen-
dance. Car, il ne faut pas s'y,tromper, un tel conflict
est appel6 a dominer, s'il ne domine deja, toute
I'histoire mo diale de ce milieu du xxe si6cle.


La Charte des Nations Unies comporte, dans son
Chapitre XI, une declaration relative aux Territoires
non-autonomes (articles 73 et 74). Aux terms de
l'alin6a (e) de l'article 73, les membres des Nations
Unies responsables de administration de ces Ter-
ritoires s'engagent < a communique regulieremenl
au Secretariat General, d titre d'information, sous
reserve des exigences de la security et de conside-
rations d'ordre constitutionnel, des renseignements
slatistiques el autres de nature technique relatifs
aux conditions economiques, sociales et de l'instruc-
lion... >
Il est apparu rapidement au Secretaire General,
charge de collector ces informations, que ses ser-
vices n'etaient pas suffisamment 6toffes pour en
assurer la diffusion, conmme l'cxploitation. Dans ces
conditions, il fut propose en 1947 d'instituer un
< Comite Special >, compose d'un nombre egal de
representants des Puissances administrantes et non
administrantes, pour l'examen des renscignements
concernant les < Territoires non-autonomes > (1).
Comme tous les organismes de cc genre, Ic
Comit6 Special > a dit faire un premier appren-
tissage en 1947. L'ann6e suivante, il affirme d6ji sa;
personnalite en s'inqui6tant du fait que certaines
puissances n'ont, a son avis, transmis que des rensei-
gnements incomplets. En 1949, fort d'une experience

(1) La Commission de tutelle a procede. le 5 decembre,
i 1'election de huit membres du < Comite special >>
charge de centraliser les renseignements sur les territoi-
res non autonomes. L'Egypte, 1'Inde, le Bresil et I'U.R.S.S.
ont Wt 6lus pour trois ans ; le Mexique et les Philip-
pines pour deux ans ; le Venezuela et la Suede pour un
an. Auparavant, la France, la Belgique et la Grande-
Bretagne avaient annonc6 qu'elles ne participeraient pas
au vote.


(Les etudes et documents du Bulletin peuvent 6tre utilises ou reproduits sans indication d'origine).









de deux anniies, il se transform en une sorte de
tribune politique of les jeunes Etats se livrent a
de violentes attaques centre le < system colonia-
liste >. Enfin, 1'Assemblee g6n6rale, en course de
session, par un vote acquis A la majority require,
decide de donner une existence legale pour une
periode de trois ans au < Comilr Special >, en depit
de l'opposition des Puissances administrantcs et du
caractere inconstitutionnel d'une parcille decision,
au regard de la Charte.
Si bien qu'cn 1949, le < Comi/t Special > pour les
.< Territoires non-autonomes > en vient A deborder
largement le cadre de sa competence premiere ct,
partant de renseignements d'ordre statistique, va au
fond des problmmes les plus divers auxquels doivent
faire face les Puissances administrantes.
*

Le r6sultat des activities du < Comitn Special >>
est d'inciter la IV" Commission de 1'Assembl6e g6ne-
rale a ouvrir un long debat sur la question des
Territoires << non-autonomes >. Dix resolutions sont
pr6parees par cette Commission, puis approuv6es
par l'Assembl)e generale. En voici un rapide
inonci :
1 Necessite de fournir des informations nou-
velles d'une part, plus pr6cises d'autre part (specia-
lement sur le gouvernement des Territoires) ;
2 Demand de renseignements precis sur le could
et les nmthodes de financement des 6tablissements
scolaires ;
3 Utilisation des langues vernaculaires dans
l'enseignement ; invitation adress6e a l'UNESCO de
proc6der A lune enqucte d'ensemble dans les Tcrri-
toires < non-autonomes >> ce sujet, ainsi qu'aux
Puissances administrantes de collaborer avec ctte
Institution specialisee ;
4* Lutte contre I'analphab6tisme par ]a mise en
oeuvre des moyens dopt peut disposer 1'UNESCO et
collaboration avec les Puissances adrministrantes
dans cc but :
5 Collaboration international pour le develop-
pement ccoinomique, social ct culture des mines
territoires ; appel A tons les organisms internatio-
naux conmpetnts pour concourir A celte woevre :
6" Creation ('un < Comild Special >, pour une
pdriode de trois ans, charge de l'cxamen des rcnsei-
gnements fournis en vertu de l'article 73 (e) de la
Charte; cc Comite dcvra fournir chaque annee
rapport A l'Assembl6e generale ;
7 Recommendation audit < Comile Special > de
consacrer la majoritA de ses travaux aux problcmes
de l'instruction dans les Territoires non-aulonomes ;
S" Competence de 1'Assembl6e g6nerale ct du
< Comilt Special >, pour la determination des cri-
teres selon lesquels un Territoire doit etre consideie
comme << non auonome >> ;
9' Publicity A donner A tous renscignements
concernant ces memes territories, renscignements
don't la valeur est jug6e < considerable > ;
10 Fourniture par le Secretariat General de
routes informations relatives A l'assistance technique


icrilec des organisms intcrnationatux pau les mnilues
Territoires.


Ce n'est pas taut la lellre nimme des resolutions
(redigAes en termes mod6r6s) adoptees par l'Assem-
ble) g6nerale que l'espril dans lequel sc sont dA-
roulis les debats qui a provoqu6 une emotion assez
vivc chez les Puissances administrantes.
La press international a rapport, en effet, que
la longuc seance qui pric&da le vote des recoinman-
dations/ci-dessus analyses, fut marquee par de
violentes attaques des delegues du bloc oriental
contre la gestion de ces puissances. Le theme en
reste invariable ct tend Ah tablir que l'on assisted
dans les Territoires non-autonomes A une exploi-
tation sans vergogne des populations autochtones.
Au course de la discussion, les repr.sentants des
Etats cropeens int6ress6s s'&taient efforc6s de
ramener I'affaire A de plus justes proportions, de la
<< d6politiser > ct de rappeler aux meumbres de l'As-
scemblAe l'oeuvre considerable d6ja accomplice dans
les Territoires < non-autonomes >.
En Grande-Bretagne, l'opinion publique parait
attached une grande importance A la n6cessit6 de
maintenir les Nations Unies dans leur r6le, qui ne
les autorise pas a intervenir dans les afalires inte-
ricures des Etats souverains. Whitehall semble avoir
pris I'affaire au serieux, si l'on en juge par les d6cla-
rations faitcs aux Communes par M. Creech Jones
et h la Chambre des Lords par Lord Listowel. Ccs
declarations peuvent se r6sumer ainsi : en ce qui
concern les Territoires sous tutelle, s'ricte appli-
cation des accords passes avec les Nations Unies ;
s'agissant des Territoires < non-autonomes >, refus
formel de reconnaitre A l'Assemble Imondiale un
droit de regard.
En Belgique, it ne parait pas y avoir cu de prise
de position aussi cat6gorique. Mais cela ne signifi.'
pas que nos voisins sont pour cela decides A admlettre
dcs enquites internationals dans les Territoires
qu'ils administrent.
En France, le Gouvernement n'a pas pris officiel-
lement position (exception faite toutefois d'une d6cla-
ration de M. Robert Scluman A un recent banquet,
affirmant < qu'on ne peal pas force la France d
briilcr les ;lapes dans ses Terriloires d'oulre-mer >).
Par contre, 1'opinion publique s'cst 6mue, ainsi
qu'en t1inoignent plusieurs articles de ]resse. Si, A
droite et au centre, il ne fait pas de double quce/nous
devons conserve I'initiative dans les Tcrritoires de
la Republique situes outre-mer et qui sont partic
integrante de celle-ci, par centre i'editorial donn6 au
< Populaire > par M. LUon Blum s'l6evc violemment
contre le fait que notre pays, signataire de la Charte
de San Francisco, ait l'air de redouter de se son-
mettre aux obligations qui s'y trouveat inscrites
el paraisse << avoir quelque chose d catcher >. Enfin,
Ic journal < Combat :d> du ( dcembre dernier ccrit :
<<.qu'en fail, les Etats-Unis, avec des airs de conci-
liateurs, souliennent el encouragent I'offensive, sans
jamais se incllre en avant : leurs reprise lanis savent
bien que parloun le recl des vieilles puissances
laissera un vide. A la soninission de jadis succedera







une independence nominal ou une quelconque pro-
tection de I'O.N.U. qui masquera d peine la main-
mise du capill azmricain >.
On voit que les points de vue sont asscz opposes.
L'impression 'lominante est qu'il subsiste tne large
incertitude sur la conduite a tenir et qu'il est parfois
difficile de concilier I'interit national avec le d6sir
sincere de coop6rer I'oeuvre des Nations
Unies... (1).



Le d6bat qui vient d'avoir lieu aux Nations Unics
souligne avec force I'ampleur atteinte par le conflict
d'ideologies qni divise l'opinion publique interna-
tionale. L'Avolition a la fois politique et historique.
qu'a pr6cipit6e la dcuxieme grande guerre mondiale
est entiiremert dominee par la discussion ouverte
centre < coloni distes et anti-colonialisles >> et a pour
consequence ene opposition farouche des nations
r6cemment pairvenues an stade de I'6mancipation
politique A F'igard des Puissances dites < posses-
sionnees >.
La passion apportee a cc d6bat par les jeunes
Nations est teile qu'il d6passe de loin la simple


(1) Voir d'aulre part les articles de MM. : Siegfried
dans le Figaro lu 3 janvier sous le titre < Casse-Cou >.
et L. Blum darts le Populaire des 9 et 10 janvier oft
ce]ui-ci r6pond 'L M. Siegfried.


discussion d'Ecoles. Au delay des principles philoso-
phiqucs, politiques, 6conomiques, sociaux on plus
simplcment humans, qui sont mis en avant, avec
une bonne foi et une honntet6 morale indiscutables,
c'est toute I'organisation actuelle du monde qui
risque d'etre boulevers6e.
Et pourtant, la France, si souvent attaqude en
tant (que < Puissance colonialiste >, a conscience
('avoir accompli et de poursuivre outre-mer une
grande oruvre. A i'occasion de ia r6forme constitu-
tionnelle de 1946. Elle a donne vie A cette construc-
tion original qu'est l'Union Francaise, au sein de
laquelle chaque citoyen jouit de droits egaux et
chaque territoire d'outre-lmer est maitre, dans une
tres large measure, de la conduit de ses propres
affaires. Elle assure aux populations de ses terri-
toires des conditions de vie sans cesse am6lior6cs,
tout en s'attachant scrupuleusement a respecter la
dignity de 1'homme.
Est-ce lI fire autre chose que promouvoir, suivant
la recommendation mnEme de la Charte des Nations
Unies, le progris politique, 6conomique et social
dans ces regions ?
Mais dans le mnme temps il reste difficile de
fire admettre A des peuples qui, apr6s de longues
luttes, viennent d'acc6der A la majority politiquc -
I'existence d'un esprit hien different de celui qui
peut pr6sider A une exploitation des populations,
esprit ayant permis, au terme d'une longue evolution
et apris qu'une tradition nouvelle ait germn de
reter les bases d'une veritable Union Francaise.


a










Les investissements strangers nouveaux

dans la zone franc

par M. Roger Gaben, Administrateur Civil 6 I'Office des Changes


L'UNE des premieres taelies qui sc sont imposes,
apres la guerre, aux difl'rents pays europeens,
a 6t& Ie relivement te leur economic, qui avait
particulicrement souffert des destruction interve-
nues au course de cinq ann6es de conflict.
Ce-continent, profond6ment ravag6, ayant d'6nor-
nues besoins en products de toutes sorts et ne pos-
sedant pas, par ailleurs, les moyens financiers de les
satisfaire, s'est naturellement tourn6 vers les Etats-
Unis, le scul pays au monde ayant, dans l'immediat,
suffisamment de richesses en exc6dent pour contri-
buer efficacement au redressement de l'6cononiie des
territoires d6vast6s.
L'aide am6ricaine s'est manifestee sous la forme
du Plan Marshall, qui a permis a I'Europe occiden-
tale de panser ses blessures les plus graves.
Mais, des inaintenant, les pays bhneficiaires de
I'aide Marshall doivent sc preoccuper d'augmenter
leurs recettes en dollars s'ils d6sirent, des la fin de
cette aide, pouvoir poursuivre leurs achats dans la
zone dollar des products ncecssaires A leur industries.
II leur appartient notamment, A cet 6gard, de fa-
voriser l'afflux des capitaux amiricains a la recher-
cle de placements.
Traditionnellement, les Etats-Unis ne sont pas un
pays qui investit a l'6tranger. Ainsi, en 1948, les
investissements priv6s am6ricains ont atteint pres
de 40 milliards de dollars, alors que, dans le m6me
temps, les investissements priv6s a 1'6tranger n'ont
pas d6pass6 5 milliards de dollars don't la ma-
jeure parties a k6t investie dans les p6troles d'Am6-
rique Latine et du Moyen Orient.
Aussi, le d6vcloppcment de l'aide am6ricaine A
l'etranger au noyen de placements priv6s a-t-il re-
tenu I'attention des Pouvoirs publics am6ricains. II
est contenu dans le programme 6conomique du Pr&-
sident Truman (Point Quatre), qui pr6voit la misc
en valeur des regions du globe insuffisamment dave-
loppees, grace au concours du capital priv6 am6ri-
cain et de l'assistance technique am6'ricaine.
Si les pays de l'Europe occidentale ne sont, en
general, pas directement vises par le Point Quatre
du President Truman, il n'cn est pas de meme de
leurs territoires d'Outre-Mer, souvent insuffisamment
d6velopp6s et i qui l'Europe, affaiblie par la guerre,
ne peut plus accorder une aide financi6re aussi large
que dans le pass.
L'aide priv6e 6trangere ne pourra se manifester
reellement que si les pays bIneficiaires r6ussissent
a crer et i maintenir des conditions int6rieures
favorables, notaminent en autorisant la sortie ult6-
rieure des capitaux investis.
Dans cet ordre d'idec, le Gouvernement francais a
recemment pris une measure qui a pour but d'cncou-
rager les investissements strangers en France et


dans les territoires de l'Union Francaisc. en permet-
lant dorenavant aux capitalistes 6lrangers d'obtenir,
ti tout moment, le transfer d l'etranger du product
de la liquidation de leurs investissements dans la
zone franc, lorsqu'ils d6cident d'y mettre fin.
Avant I'adoption de cette derniere measure, les
strangers qui faisaient des investissements dans la
zone franc, sous la forme d'un apport de devises,
ne pouvaient obtenir le rapatriement du capital in-
vesti, qui se trouvait immobilise. Seul le produit de
la r6muneration p6riodique de ce capital (int6rets,
dlividendes...) 6tait susceptible d'(tre transf6re.
D6sormais, au contraire, les strangers auront tou-
tes facilitbs pour obtenir s'ils le d6sirent, le rapa-
triement dans leur pays d'origine, des capitaux qu'ils
auront investis dans la zone franc, dts lors que ces
investissements r6pondent aux conditions 6num&-
ries par les avis n"s 419 et 426 de l'Office des Chan-
ges, publi6s au Journal Officiel des 2 septembre et
29 octobre 1949, don't certaines modalites d'applica-
tion ont fait l'objet de trois instructions adress6es
par l'Office des Changes aux banques ayant la qua-
lit6 d'interm6diaire agr66, le 2 septembre, le 25 octo-
bre et le 17 novembre 1949.



Scion ces diff6rents' textes, la possibility de re-
transfert est d'abord subordonn6e a l'observation
d'un certain nombre de conditions, que nous nous
proposons d'cxaminer successivement, et qui por-
tent, notamment, sur l'origine des capitaux invests,
la date de r6alisation des investissements, la forme
qu'ils revitent, ainsi que le mode de financement
selon lequel ils doivent ctre assures.
L'investissement doit Wtre effectu6, dans l'un des
territoires de la zone franc (1) par une personnel
physique on morale qui a sa residence habituelle,
ou son siege social, dans un pays don't la r6glemen-
tation autorise le transfer, vers la zone franc, dans
des conditions au moins aussi favorables des capi-
taux frangais qui y sont investis.


(1) Par zone franc, il faut entendre : aI France m6-
tropolitaine (y comprise la Corse et l'Alg6rie), la Prin-
cipaut6 de Monaco, le territoire de la Sarre, l'Afrique
occidental francaise, 1'Afrique 6quatoriale frangaise,
Madagascar et ses dependances, la R6union, la Guyane
francaise, la Martinique, la Guadeloupe, Saint-Pierre et
Miquelon, les Etablissements frangais de I'Inde, la Nou-
velle-Calddonie, les Etablissements frangais de I'Oc6anie,
le Condominium des Nouvelles-Hebrides, le Maroc, la
Tunisie, le Cameroun, le Togo.
Temporairemnet, I'avis n' 419 de I'Office des Changes
n'est pas applicable aux investissement.s r6alis6s en
Indochine.






A I'heure actuelle, ces pays sont essenticllement :
Ics Etats-Unis d'Amerique et la Suisse depuis le
2 septembre 1949 ; l'Union Economique Belgo-
Luxembourgeise depuis le 17 novembre 1949, A la
suite d'un accord intervenu a cc sujet centre la Bel-
giquc et la France.
Nc peuvent invoqucr le ben6fice des dispositions
de l'avis n 119, les personnel physiques ou mo-
rales qui ont ieur residence ou leur siege social dans
un pays autri que l'un des trois pays indiqu6s ci-
dessus et, no:amment, les personncs physiques de
nationaliti6 rangbre qui resident dans la zone
franc.
En second lieu, l'investissement doit Wtre post&-
rieur au 31 iuot 1949, s'il est realism par une per-
sonne r6sidarnt aux Etats-Unis ou en Suisse, et au
16 novembre 1949 si le donneur d'ordre est une per-
sonne r6sida;it dans l'Union Economique Belgo-
Luxembourge ise.
Le produit de la liquidation des investissements
cffectu6s A di.s dates ult&rieures a celles indiqu6es
ci-dessus, ne peut 6tre transf6r6 en application des
dispositions de I'avis n* 419.
L'investisseinent doit 6galement rev6tir l'une des
formes enumerees ci-apres :
souscription a des valeurs mobiliires frangai-
ses ou A des parts sociales francaises, que cette sous-
cription ait lieu au moment de la constitution de la
soci6t6 ou lrs d'augmentations de capital ult6-
rieures ;
achat dans la zone franc de valeurs mobilieres
frangaises ou de parts sociales francaises, y com-
pris les obligations A court terme et les bons A court
terme ;
achat, a une personnel ayant la quality de resi-
dent, de biens immeubles, de droits immobiliers ou
de fonds de commerce situes dans la zone franc ;
prkts stip.ules en francs frangais ou dans la de-
vise en laquelle est assure le financemcnt de l'in-
vestissement, consentis A des personnel physiques
ou morales ayant la quality de resident, sous reserve
que leur taux d'interet ne soit pas sup6rieur au taux
normalement pratiqu6 sur le march francais.
Quant au financement de I'investissement, il doit
4tre assure, s)it au moyen d'une cession de dollars
des Etats-Unis ou de francs suisscs librcs, soit en la
devise du p ys de residence du donneur d'ordre,
soit encore a i moyen de sommes en francs francais
provenant d'un compete don't les disponibilites rcv&-
tent le caracltre transferable, 6tant entendu que le
compete debil doit etre soit un compete << francs
libres > (cf. I'avis n" 296 de l'Office des Changes,
publiC au Journal Officiel du 3 f6vrier 1948), soit
un compete de la nationality du pays de residence
de la personnel qui effectue l'investissement.
Toutefois, :es accords financiers franco-suisses ne
pr&voyant pas les transferts de capitaux, le finance-
ment des irvestissements auxquels procident les
personnel r&;idant en Suisse ne peut Wtre effectue
par la voie de i'accord de paiement franco-suisse,
c'est-a-dire, soit par versement de francs suisses au
credit d'un compete < A > ouvert au nom d'une ban-
que frangaise chez l'un de ses corresgondants en
Suisse, soil i:ar le d6bit d'un compete suisse libre en


francs, ouvert chez une bailquc en France au nonl
d'une banque en Suisse.

A

Par ailleurs, les operations d'investissement sont
soumises a certaines formalies ; I'avis n* 419 de
I'Office des Changes ct les textes pris pour son ap-
plication 6numerent celles de ces operations qui
rcquierent une autorisation de i'Office des Changes,
et precisent la procedure suivant laquelle les inves-
tissements ine fois r6alises doivent etre ports A la
connaissance des Pouvoirs publics.
Tout d'abord, l'investissement dolt tre r6alis6
dans des conditions regulieres au regard de la regle-
mentation 'des changes, en cc qui concern, notam-
ment, les autorisations qui doivent etre, dans cer-
tains cas, demandees a l'Office des Changes.
L'avis n" 419 n'a apport6 aucune modification a
la r6glementation en vigueur pour les autorisations
auxquelles les investissements sont, dans certain
cas, subordonn6es, selon la forme qu'ils revdtent.
A ce sujet, il n'est pas sans int6r&t d'indiquer cel-
les des operations visees par cet avis qui sont dis-
pensees d'une autorisation, et celles qui, au con-
traire, n6cessitent une autorisation prealable d6li-
vr6e par l'Office des Changes.
Sont dispenses d'une autorisation de l'Office des
Changes :
en ce qui concern les operations d'investisse-
ment proprement dites : I'achat, en Bourse, de va-
leurs mobilieres francaises, et la souscription A de
telles valeurs, lorsque ces valeurs sont admises a la
cote officielle de toute Bourse en France ou A la
cote des courtiers en valeurs mobilieres de Paris, A
l'exclusion des valeurs don't les course de n6gociation
sont donn6s, A titre indicatif, par la Chambre Syn-
dicale des Courtiers en valeurs mobilieres de Paris,
sous les ruhriques << march hors cote > et << relev6
hebdomadaire > ;
en ce qui concern les operations tendant A
modifier la consistance d'un investissement, les ar-
bitrages sur valeurs mobilieres francaises effects
selon les dispositions de I'article 4 de I'arrWte du
15 juillet 1947 (J.O. du 20 juillet 1947) et de 1'avis
n 210 de l'Office des Changes (J.O. du 25 septem-
bre 1947), ainsi quc les ventes en Bourse, en France,
de valeurs mobiliires francaises acquises au titre de
1'avis n 419, en vue du transfer i l'etranger du pro-
duit de leur r6alisation.
En revanche, sont subordonnes d une autorisation
particulibre de l'Office des Changes :
en ce qui concern les operations d'investisse-
ment proprement dites, I'achat de valeurs mobilie-
res frangaises ou la souscription a de telles valeurs
lorsque ces valeurs ne sont pas admises i la cote
officielle d'une Bourse en France ou a la cote des
courtiers en valeurs mobiliires de Paris, I'achat de
parts sociales francaises et la souscription A de tel-
les valeurs, l'achat de biens immeubles, de droits
immobiliers ou de fonds de commerce situes dans
la zone franc, les prets ;
en ce qui concern les operations qui tendent







A modifier la consistance d'un investissement, toutes
les operations autres qiUe celles 6numree s ci-dessus.
Ainsi done, l'Etat continue, comme par le passe,
d'exercer un contr6le sur les investissements 6tran-
gers dans la zone franc, par l'intermediaire notam-
ment de la Commission interminist6rielle des inves-
tissemnnts, devant laquelle sont portCes les affaires
importantes.
D'autre part, 1'operation d'investissement, ainsi
que tout acte ult6ricur tendant a en modifier la con-
sistance, doivent, pour b6n6ficier des nouvelles dis-
positions, fire enregislres chez une banquet ayant la
quality d'inlermndiaire agree et portes, par celle-ci,
i la connaissance de 1'Office des Changes.
En pratique, c'est done avec une banque en France
ayant la quality d'intermediaire agr66, quc doivent
se mettre en rapport les strangers desircux de bene-
ficier des dispositions de 1'avis no 419.
C'est, en efret, par l'entremise de ces 6tablisse-
ments que s'effcctue le financement de l'investisse-
ment et que celui-ci est notifi& ai l'Office des Changes.
C'est aussi par ieur interm6diaire que doivent, le
cas 6cheant, Mtre sollicitees les autorisations neces-
saires, soit au moment de la constitution de l'inves-
tissement, soit ult6ricurement pour en modifier la
consistance.
Enfin, eux seuls ont quality pour presenter A 1'Of-
fice des Changes la demand de transfer, lorsque le
propri6taire des capitaux investis decide de mettre
fin a son investissement et d'en rapatrier le produit
dans son pays d'origine.
Cette derniere formality a uniquement pour but
de permettre A l'Office des Changes de s'assurer que
les conditions requises par l'avis no 419 ont bien
Wt6 remplies. En aucun cas, les demands correspon-
dant A des investissements r6pondant aux conditions
exposees ci-dessus, ne seront rejet6es par l'Office des
Changes.
Les transferts seront autoris6s dans la devise ce-
dee au moment de la constitution de l'investissement
ou par credit a un compete en francs frangais trans-
ferable, de meme cat6gorie que le compete d6bit6 ini-
tialement.
Cette disposition signifie notamment que l'achat
des devises ou la conversion en devises des dispo-
nibilites des comptes en francs cr6dites du produit
de la liquidation des investissements, se fera sur la
base des course de change en vigueur le jour de cette
operation. Les differences 6ventuelles de change
joueront au benefice ou au detriment de l'op6rateur


don't les avoirs dans la zone franc se trouveront, de
ce faith, intimement lies au sort du franc.
Dans le meme ordre d'id6e, I'autorisation de trans-
fert sera donn6e pour le produit en francs de Ja
liquidation de I'investissement, alors mnime que ce
produit sera sup6rieur a la some en francs inves-
tie initialement. Les plus-values beneficieront des
memes facilities de transfer que les sommes inves-
ties lors de la constitution de l'investissement.



II semble que ces nouvelles measures, qui sont une
premiere tape vers la suppression des restrictions
apportecs aux movements de capitaux. devraicnt,
assez rapidement, se traduire par un d6veloppement
notable des courants de capitaux vers la zone franc.
A cet 6gard, signalons la creation recent d'un
Comit6 frangais et americain don't le but est le de-
veloppcment des territoires franc.ais d'Outre-Mer au
noyen (d placements prives americains (1).
Dans la measure oi ils profiteront aux populations
des territoires d'Outre-Mer, les travaux de ce Comite
contribueront A la mise en vigueur du Point Quatre
du President Truman.
Enfin, il nous parait que la Bourse devrait etre la
premiere bendficiaire de ces nouvelles facilities, tant
en raison de la faible valcur hoursiere actuelle de
l'ensemble des titres francais, et des facilities de de-
gagement qu'elle offre aux operations, qu'en raison
du fait que les operations en Bourse sur valeurs
Inobilieres francaises peuvent etre faites sans au-
cune autorisation.

(1) Le group francais est presid6 par M. Emile Minost,
president de la Banque d'Indochine.
Ce group comprend M. E. Monick, de la <: Banque de
Paris ct des Pays-Bas > ; M. A. Avon. de .a < Banque
de l'Union Parisienne > ; M. A. de Boissieu, de 1' Union
Europ6enne Industrielle > ; M. E. Pollay, de la < Banque
de l'Afrique Occidentale >> ; M. Christian Valensi, de la
< Banque Lazard Freres > ; et M. R. Me.nial. de la
< Banque Worms >.
Le group americain est presid6 par M. Winthrop W.
Aldrich, president de la < Chase National Bank >, assist
de M. W.L. Kleitz, president de la < Guaranty Trust
M. H.C. Shepherd, president de la << National City Bank >:
M. Harold Stanley, associe de la << Morgan Stanley and
C > ; M. J.M. Schiff, associ6 de la << Kuhn Loob and
C ; M. R. Repley, associe de la << Harriman Repley
and C ,> ; et M. Douglas Dillon, de la < Dillon Read
and C >.
Le secrntaire de ce group est M. Schoepperle, vice-prb-
sident de la < National City Bank >.
Cc Comitl americain rcccvra les propositions formu-
M1es par le group francais et s'efforcera de finance les
projects retenus.


I"/"









Les Missions catholiques dans I'Union franchise

(Documents fournis par < L'CEuvre Pontificale de la Propagation de la foi >

N.D.L.R. : Les lecteurs din Bulletin d'lnforlmation~ de la France d'Oulre-
.Mer >, Ilrouierorn (loarn ce numnro une e lude d'eni:semble .nsr I'orjanisation
des missions calholliqu's dans l'Union Fran'laise. A cette eindue doil fire
stile dans nil prochai n11 U'tlIro, in expose sur FIacltiviii dfes missions
proteslantes.


SONT con; ider6s come territoires de missions
par l'E, lise catholique les pays oi elle ne se
trouve pas 6tablie d'une fagon stable, avec sa
hierarchies < omplete autochtone. C'est le cas de
tous les pay qui font parties de l'Union Francaise.
Ces tcrritoil es sont, pour la plupart, sous la juri-
diction ccciLsiastique de la Congregation de la
Propaganda ; ils sont divises en circonscriptions
appeiles dioneses, vicariats apostoliques, pr6fec-
tures apost(liques.
Les miss ons reklvent sur place d'un Delegue
apostolique relprsentant le Saint-Siege et la
Congregatica de la Propagande. En Afrique. lde
la D1)6Igatii n aposiolique qui se trouve a Dakar,
dependent routes Ics circonscriptions eccl6siasti-
ques, au numl)re( de 48 en 1949, qui sont dom--
prises dans les pays de 1'Union francaise'. Le
D616gu6 apostolique est Son Excellence Mgr
LEFEBVIE, Ides Peres du Saint-Esprit, Vicaire
apostoliqu( de Dakar. En Indochine, les 18 cir-
conscriptiolis eccl6siastiques rel.vent de la DMle-
gation fixes, Hue, don't la jurisdiction s'etend
6galement s ir ie Siam. Le d(e1gue apostolique est
Son Excelle ice Mgr I)RAPIER 0. P. Dans les Indes,
l'archidioc ,.o de Pondichery est rattach6 i l'in-
tcrnonciaiu de de )elhi. L'internoncc est Son
Excellence ligr KIEIiKELS. En Oc6anie, les vica-
riats apostc(liques dependent de la delgation
apostolique de Sydney. Le dcl6gu6 apostolique
est son Exc ,lleince Mgr MARELLA.

AF tIQUE SEPTENT1RIIONALE
ET NORD ORIENTALEI

MIAHOC. -- .L Maroc actuel conlprend deux
vicarints alostoliques : l'un a Tanger, pour la
zone intern: tionale et espagnole, l'autre A Rabat
pour la zonr frangaise. Le vicarial apostolique de
Rabat est c(,nfi6 depuis 1923 aux Frhres miners
franciscains de la province de France. Leu:
action aulirus de la population musulmane
s'cxerce sur.out au moyen des oeuvres de charite6
el d'enseigneement. Les catholiques qui setrou-
vent au Ma -oc sont d'origine europ6enne. Le vi-
caire apostolique est Son Excellence Mgr LEFE-
vnE, franciscain.
Catholiques .......325.000 Suturs du pays ... 421
Pretres du pays ... "33 Saeurs 6trang&res .. 331
Pr ttres tran ers .. 109 Cat6chistes ....... 54
Freres ktrang rs 36 Grands seminaristes 22


Ecules 4e6lmentaires.
Cloves ..........
Ecoles moyclnnes
avec 6lves .....


20
5.400

324


!hpitaux ..........
Dispensairc ....
Orphelinats .......


SAIARA. )ans les territoires' du Suid de
I'Algeric et de la Tunisie a et6 fornme en 1901 I1
prefecture al)ostolique de Ghardaia, confide aux
Phres Blancs, qui etaient deja etablis dans plu-
sieurs oasis. Cette prefecture fut 6lev6e au rang
de vicariat apostolique en 1948 ; ses limits sont
ce!les du Sahara francais. Comme au Maroc, la
population berbere ou arahe est surlout nusul-
inane et l'action des missionnaires s'exeree dans
icurls coles. ouvroirs, disp)ensaires et h6pitaux.
Le vicaire apostolique Mgr MERC:IEI P. B., a sa
residence ai Ghardaia.
(:atholiques ....... 10.596 (Cialechistes ....... 31
(Caichumi nes ..... 5 (rphelinats ....... 2
I'rPtres clrangers .. 44 Icols tlementaires. 21
FUr ercs ltran-'gers avc ci 1v ...... 2.267
if(ligicses ctrange- WHpilauix ....... 11
,'t, ............... 128 Di)i;p nsairec ..... 18
Ii'ligicliscs du pays 8

SotMAL~~I: A AN.1sa': Elle est iun;' p)refecture
a:!ostoliiqu coni'ice aux Frires miners capacins
dl Ia province dc Toulouse. Son centre est Dji-
bouti, oil reside Ic pr6fet apostolique (R. P.
HOFFIMANN O.F.M. Cap.)


Catholiques .......
Catchurnencs .....
Ecoles 616mentaires.
avec 16ves ...
Pretres 6trarigers ..
Frcres strangers ...


1.779
133
4
107
6
3


lIcoles mIyut:iiiie s .
avec 61eves ......
Seurs 6trangeres .
'P ofesseurs .......
1lS)pitaux ........
Dispensaires ......


AFRIQUE OCCIDENTALE

SENEGAL.. Les PIres du Saint-Espril y arri-
vurent en 1845 ; les Sncr's de Sainl-Joseph ide
(Cliny s'y trouvaliet dejiz depuis 1819. Actuelle-
mient, les P&res d(i Saint-Esprit ont au S6negal
I- vicarial aposloliqtue de Dakar et les pr6fectur,-s
apostoliques de Saini-Louis et de Ziguinchor.
Le Vicaire apostolique de Dakar est Son
Excellence Mgr LEFEBVRE', avec le titre d'arche-
veque et de I)D16g:.uu apostolique pour 1'Afriqae
fralngaise. Ia prefecture de Saint-Louis depend
de lui et de son coadjuteur, Mgr GIuBERT, toiu
recemment nommn ; Ie prefet apostolique de
Ziguinchor est le R. P. DOuDs S. Sp.









Grands seminaristcs
Ecoles l16mentaires.
avec blevcs ...
Ecoles superieures
avec 61ves .....
Ecoles profession-
nclles ...........
avec eleves ...
Dispensaircs ...
Orphliclinats .......


13
18
1.858
3
750

1
20
8
7


SoUDAN. Les Peres Blancs pen6trrcent au
Soudan par Ie S6n6gal en 1895. Ceux qui avaient
tcnt6 de l'alteindre en 1876 et en 1881 en tra-
versant le Sahara, avaient' ete massacres en course
de route. C'est aux P&res Blanes quc sont confines
le vicariat apostoliquc de B mako, (Vicaire apos-
tolique : Mgr MOLIN) 'e les prefectures aposto-
liques de Gao (R. P. LECL-ERC:), de Nouna (R. P.
LESOURD) et dc Sikasso (R. P. DE MONTCLOS).
11 existed 6galcment une prefecture apostoliquc
a KaUes (R. P. COURTOIS P. B.).


Catholiques . .
Catechumnes ...
Pr&tres indigcnes ..
Pr6tres strangers ..
Freres strangers .
Sceurs indigenes ..
Smurs ktrangercs ..
Catechistes ........
Irofesseurs .......


12.874
13.869
1
46
5
8
35
244
48


(rands seminaristes
Ecoles el6mentaircs.
avc lives ......
Ecoles profession-
nelles ...........
avec 61eves ......
)ispensaires ...
Orphelinats .......


GIINEIE FRAN(,AISE. Les Peres dii Sainl-Espril
v arriv&rent en 1877 et s'6tablirent a Boffa. En
1890 fut 6rigec la prefecture apostolique de Kona-
kry, c6cvce en 1920 au rang de vicariat. Le vica-
riat apostolique n'a pas de Litulaire nomm6
depuis le dlces de Son Excellence Mgr LEROUGE.
Unc nouvelle Prlfecture apostolique vient d'etre
6rigee le 1' mnai 1949 A Kankan et confine 6ga-
lement aux Pbres du Saint-Esprit. Les Peres
Blancs ont en Guinbe une prefecture apostolique
i Nz:rdkore depuis 1937. Le Pr6fet apostolique
en est le R. P. GutRIN (rcsidant a Sanmo).
Les progres de 1'6vang6lisation sont lents a
cause de l'Islam, qui tend de plus en plus son
influence.


Catholiques .......
Cat6chumnCnes ...
IPr'trcs indigenes ..
IPrtrcs eCrangers .
Freres indignes
FrIres strangers ..
Soeurs indigenes ..
Smurs 6trangeres .
Catechistes ........
Professeurs .....
(;rands s6minaristes


22.757
6.019
2
56
2
6
14
22
264
33


Ecoles 6C1mcntaires.
avec lves .....
Ecoles moyennes ..
avec hieves ..
Ecoles profession-
nelles ...........
avec ves .....
I)ispensaires .. .
Orphelinats .......
ILproseries ........


C(T: D'IvoIRE :ri I iATE-VoLT.\. Unc pr)fcc-
tiurc apostoliquC flul formle en Cole d'Ivoire en
1895, confiec aux Prlires des Missions Africaines
d( Lyjon. Elle ful erigec en vicariat apostolique
en 1911. Les debuts de I'evangelisation furent
ipnihles. En 1914, il n'y avait que 950 catholi-
ques. Actuellenient, la Cl6e d'voire comprend,


Catholiqucs .......
Catkchumnes ..
PrAtres indigenes ..
Pretres strangers .
Freres indigenes
Frbres strangers ...
Socurs indigenes ...
Seurs etrangbres ..
Catchistes ........
Professcurs ........


Calholiques .......167.657
Cat&chumnnes ..... 52.535
Pr6tres indigenes 13
Pretres strangers 185
Frires indigenes 6
Freres strangers .. 11
Smcurs indigenes ... 64
Seurs 6trangeres .. 155
Cat6chistes ........ 1.254
Profcsseurs ..... .. 362
(rands seminaristcs 39


avec 61hves .....
Icoles 6elnmentaires.
avcc elbves .....
Ecoles moyennes ..
rcole; profes'.ion-
nelles ...........
avec l66ves .....
)ispensaires ......
Orphlielinals .......
pi ai x . . .


7.480
163
3.291
19

19
605
38

3


DALIOMEY TOGO. -- Les premiers missionnai-
res furent des prktres des Missions Africaines de
Lyoh,, qui en commencerent l'6vangelisation en
186(. Remplaces au Togo par les Peres allemands
du Verbe Divin en 1890, ils y rentrbrent apres la
guerre de 1914. Ils dirigent actuellcment au
Dahomey le vicariat apostolique de Ovldah (Mgr
PARISOT) et la prefecture apostolique de Parakol
(R. P. FAROUD), au Togo, Ic vicariat apostolique
de Lonm (Mgr STREBLER) ct la prefecture aposto-
lique de Sokod( (R. P. LINGENHEIM).


Catholiques ....... 195.898
Cat6chumenes ... 23.031
Pr6tres indigines 21
Pretres strangers 82
l'rrres indigencs .
FrIres 6trangcrs 10
Srurs indigenes 31
Soeurs ktrangSres 102
Catkchisfes ........ 771
Professeurs ....... 393


(rands s6minaristes
Asilcs de vieillards.
Ecoles leementaircs.
Navec lKeves .....
Ecolts moyennes .. .
avec e leves .....
Orphelinats .......
I)ispensaircs ......
,L proscric .........


21
5
152
13.070
39
5.441
13
4


NIGER. La rIgion est tres islamisi.ect I'evan-
gelisation n'a obtenu, jusqu'a present que pen
de r6sultats. En 1942 a 6t6 formne la prefecture
apostolique de Niamey, qui avait etL confide aux
Pires des Missions Africaines de Lyon. Depuis
1948, cc sont les RCdemploristes qui on ont la
charge (Prefct apostolique R. P. QUILLARU).
(atholiques ....... 5.779 Swa rs indigent. ... 1
(;atCchumnncs ..... 2.285 Steurs etrangeres .. 20
'Prtres indigenes .. Catlechistes ........ 48
'Pretrs strangers 21 I',l'fcsseurs ....... 7

CALMER( )UN

iLe Cameroun csl une cdes regions d'Afrique oil
I Ch(ristianisme a faith Il plus de progrbs depuis
irente ans. lorsque les Pirces Pallotins allemands
qulilt'renlt en 1918 le Cmeroun, of ils 6taiclnt


76.395
3.396
3
59
7
11
101
44
290
119


au point de vue ecclesiastique, le vicariat apos-
tolique d'Abidjan (Mgr BoIVIN), le vicariat apos-
tolique de Sassandra (Mgr KIRnANN) et la
prefecture apostolique de Korhogo (R P. DURR-
IIEIMER).
La Haute-Volta est 6vangl6isee par les Peres
Blancs venus du Soudan. Elle comprernd Ic vica-
riat apostolique de Ouagadougou (Mgr. SOCQUET),
Ic vicariat apostolique de Bobo-Dioulasso (Son
Exc. Mgr Andr6 DIPONT), la prefecture aposto-
lique de Ouahigonyn (R. P. Joseph BRETAULT).
La formation de ces circonscriptions indiquc
les progrbs rapiids dc 1'6vang6lisation.








installs depuis 1890, ils laissaient 30.000 catho-
liques. Ce chiffre a plus que d6cupl6. Ce sont les
Padres du Saini-Esprit qui succe6drent aux mis-
sionnaires allemands. Ils ont maintenant le vica-
riat apostclique de Yaoundd (Mgr GRAFFIN), le
vicariat apistoliquc de Douala (Mgr BONNEAU) et
la prefecture apostolique de Doum6 (R. P, TEE-
RENSTRA).
Out 6t1 ftrmiS, nc 1923 le vicariat apostolique
de Foumban, confi6 aux Pretres du Sacre Coeur
de Sainl-Q ,enlin (Mgr BOUQUE) et en 1946 la
prefecture apostolique de Garoua, confine aux
Oblals de .Iarie lmmaculde (R.P. PLUMEY). Le
Cameroun ie caracterise par 1'extension qu'a
prise le Clerge indigene. Le Grand S6minaire de
Yaound6 ccmpte pr6s d'une centaine d'616ves ;
un second 6minaire est en construction a Oteld.
Les petits :,minaires de Akono, Mvaa, Edea et
Melong con- ptent 225 e61ves.
Mention doit etre faite des r6alisations d'une
association de laiques missionnaires < Ad
Lucem > dint le directeur est le Dr AUJOULAT,
depute du Cameroun (1). Ce sont des h6pitaux ct
dispensaire: a Efok, a Omunan et a Bafang et une
participation i en professeurs a l'Ecole normal de
M akak.


Catholiqucs ...... 477.692
Catechumines ..... 93.697
Pr6tres indigises .. 51
Pretres 6tranzers .. 175
Freres indigei es 24
Freres 6trang rs 36
Soeurs indigines ... 62
Soeurs ktrangi ces .. 82
Cat6chistes ....... 3.172
Professeurs ....... 3.383
Grands s6min; ristcs 95


Ecoles ~elmentaires. 1.083


avec lves ....
Ecoles profession-
nclles ...........
avec 6ives .....
Ecoles normales ...
Hopitaux ..........
Dispensaires ......
Orphelinats .......
L sproseries ........


48.194

9
321
2
2
37
11
2


AFRIQIE EQUATORIAL FRANCAISE
C'est en 1844 que les PNres du Saint-Espril
pen6trerent par Ic Gabon dans le bassin du
Congo. Aujourd'hui encore ils 6vangelisent Ic
Gabon et tout le Moyen-Congo, oi ils ont les
vicariats apcstoliques de Libreville (Mgr ADAM),
de Loango Mgr FAURET), de Brazzaville (Mgr
,IECHuY) et Ic Bangui (Mgr CUCHEROUSSET). .Le
principal or~ anisalour de ces missions, en nimme
Pretres


Catholiquws Indig.


temps grand explorateur du Congo, a ete Mgr
AUGOUARD (1842-1921). En 1941 a ete iormee la
prefecture apostolique de Berbirati, confide aux
Capucins frangais (R. P. Pierre ALCANTARA DA
HABAs). En 1946 le territoire du Tchad, qui
depuis 1931 6tait rattach6 au vicariat apostolique
tie Foumban (Cameroun), apres avoir d6pendu
jusqu'alors de celui de Khartoum (Haute-
Egypte), est devenu une prefecture apostolique
ind6pendante, confine aux Jdsuites de la province
de Lyon.


Catholiques ......
Catechumenes ..
Pretres indigmnes
Pr&tres Utrangers .
Frcres indigenes
Frrres strangers ..
Soeurs indigenes ..
Soeurs 6trangres .
Catechistes .......
Professeurs ......
Grands suminariste
Ecoles 616mentaires


.310.812 avec 6l6ves .....
. 77.433 Ecolcs moyennes ..
28 avcc eleves .....
179 Ecoles profession-
24 ncllcs ...........
51 avcc l66ves .....
44 Ecoles normales ...
115 avec 6l1ves .....
. 2.466 HM pitaux .........
370 Dispcnsaires ....
s 22 Matcrnite s ........
s. 372 Orphclinats .......


12.915
10
2.222

48
2.065
2
24
4
45
1
23


MADAGASCAR
Les premiers missionnaires jSsuites arrivkrent
i Madagascar en 1840, mais ce n'est que vers
1860 qu'ils purcnt s'Mtablir dans 1'ile. I1 existait
cependant depuis 1850 une prefecture apostoli-
que de Madagascar. Elle fut transformee en vica-
riat apostolique en 1895. Le morcellement eccl-
siastique de 1ile comnmenca en 1896. I1 y a main-
tenant dix vicarials apostoliques et une prkfec-
lure aposlolique, ainsi repartis :
AMBANJA : Capucins (Mgr MaESS1ME, vicaire apost.).
ANTSIRABE : Missionnaires de la Salette (Mgr FUTY, v. a.).
DIIco-SUAREZ : Peres du Saint-Esprit (Mgr WOLLF, V. a.).
FIANARANTSOA : J6buites (Mgr THOYER, v. a.).
FORT-DAUPHIN : Lazaristes (Mgr SEVAT, v. a.).
MAJUNGA : P'res du Saint-Esprit (Mgr BATIOT, a.).
MIARINARIVO : Clerg6 indig6ne (Mgr RAkMAROSANDRATANA,
v. a.).
MORONDAVA : Missionnaires de la Salette (Mgr FUTY, v.a.).
'AMATAVE : Montfortains (Mgr LE BRETON, V. a.).
TANANARIVE : JSsuites (Mgr SARTRE, V. a.).
TSIROANOMANDIDY : Trinitaires (it. P'cre MARTINEZ, pr6fet
apost.).
Voici les statistiques de 1949 pour chacune de
ces circonscriptions :


Etr. Indig.


Freres


I tr. Indig.


(rands
E:tr. seminaristes


AMBANJA ....................
ANTSIRABE ..................
DIEGO-SUARE ................
FIANARANTS( A ........ ......
FORT-DAUPH 1\ ........... ...
MAJUNGA ...................
MIARINARIVO .................
MORONDAVA ........ .......
TAMATAVE .. ...... ... ...
TANANARIVE ...... ..
"TSTROANOMA DIDV ....... ....


8.506
114.709
38.825
184.808
64.246
25.854
-31.581
19.836
45.862
149.000
6.800


Total .. .. ........ ......... 690.027


- 22 -- 7
12 12 28 15 32 15
7 :18 -- 18 44
13 63 17 11 47 56
5 27 4 28 58
2 30 3 7 20
11 1 8 8 2
1 1 5 3
23 I 1 7 26
39 52 :h ( 90 109
11 3 3.

89 287 11 1 90 242 337


(1) Actuclleieent sius-secretaire d'Etal i la Francc d'Outrc-Mer.








Ecoles normales ...
avec elevcs .....
H6pitaux .........
Dispensaires .....
Orphelinats ....
Maternit .........
Asiles de vieillards.
I.eproseries .......


LA REUNION

L'ihi de !ea lReunion est d6partement francais
et forine au point de vue eccl6siastiquc, un dio-
.'se organais comnme les dioceses de France, sous
lt nomi d'dvUche de Saint-Denis (Mgr CLHRET DE
IN':;w.kVANr. des PWres du Saint-Esprit). Cette
i!e cst :i peu pres entierement catholique.


Catholiqu(s ....... 229.472
Catlehuminecs ..... 16
Pretres indigenes 23
Pretres strangers 47
Frbrcs indigenes .. 27
Frbres strangers .. 7
Sours indigSnes ... 292
Srurs 6trangeres 43
Grand; s6minaristes 19
Ecoles i66mcntaires. 22
avec elves ..... 4.775


Ecoles moyennes ..
avec Mleves .....
Ecoles profession-
nelles ...........
avec 616ves .....
H6pitaux .........
Dispensaires ...
Orphelinats ....
Asiles de vicillards.
Leproserie ........


Ecolc c 61ementaires. 847
avec 6leves ..... 56.091
Ecoles moycnnes .. 47
avec Blives ...... 6.158
Ecolcs supdrieures 13
avec 616ves ..... 1.696
Ecoles profession-
nell s .......... 55
aver 61&ves ..... 1.764


Catholiques ... 1:534.360
Cat&chumnnes ...... 49.649
Pretres indigenes ... 1.470
Pr&tres strangers 402
Freres strangers ... 86
Freres indigenes ... 570


Sorurs indigene:; ....
Socurs 6tranghris ...
Catechistes .......
Professeurs .........
Grands sdminaristes


3.572
398
31993
5.978
518


INDES

Au; point de vue eccl6siastique, les 6tablisse-
nicenis franC;a; des Indes : Pondich6ry, Yanaon,
Kariko)l et Malh, d6pendant de I'archeveque de
Podi:'ch(r!l, don't la jurisdiction s'6tend m6me en
dehors (ida territoire franeais. Cet archidiocese est
confi' :rax prSires des Missions Etrangeres de
Poris (Mgr C(iL.\s, assist d'un Cv&que auxiliairc,
Son Exv Mgr GOPu),


Catholiques ....... 142.367
Catechumincs ..... 1.200
Pretres indigenes 65
Pretres strangers 44
Frbres indigenes .. -
Irercs strangers .. 4
Scmurs indigenes .. 336
Seurs 6trangeres 119
(.atcl histes ........ 73
Professeurs ....... 696
handsd s s6minaristes 13


Ecoles elementaires.
avec elves ......
Ecoles moyennes ..
avec 6dlves ......
Ecoles superieures.
avec elves ...
Ecoles profession-
nelles ...........
avec eleves .....
Ecoles normales ...
Dispensaires ......
Orphelinats .......
Asiles de vieillards.


173
13.017
7
2.003
3
2.259

4
208
2
5
14
3


INDOCHINE

L'linduchine cst, du moins dans une de ses
regions. Ic Vietnam. une des plus belles reussitsc
iiissionriaires en Asic. due surtout aux prntres:
ic;l Missions R!ra :jires de Paris qui y arriverent
e;i 166-1.
I.'clidcwhinue comprend dix.-sept vicarials iupo,-
haliques et ine prefecture apostoliqur, :ins:
r'partis :


Hu- : Missionu Etrangeres de Paris (Mgr Ur-
Kontum : Missions Etrangeres de Paris (Mgr
Quinhon : Missions Etrangires de Paris (Mgr


11 y a pour I'cnscmble de 1'Indochin' :


Ecoles elementaires.
avec leves ......
Ecoles moyennes ..
avec dl6ves .....
Ecoles superieures.
avec dleves .....
Ecoles normales ...
avec 6i Ecoles profession-
nelles ...........


1.338 avec 616ves ..
66.117 Ecoles pour soards-
122 m uets ...... ....
13.737 avec elves ...
10 Maternit6s .. ....
2.762 HIpitaux ........
8 Dispensaires ..
349 Orphelinats .....
I.lproseries .. .....
17 Asiles de vieil'ards.


OCEANIE

Au point de vue ecclesiastique, I'Oceanie fran-
(<;ise comirend quatre vicariats apostoliques.
Ceux de la Nouvelle-Calddonie (Mgr BRESSON) et
des iles Wallis et Fuluna (Mgr PONCET) sont
confics aux Peres Maristes, ceux des iles Mar-
fquises (Mgr LE CADRE) et de Tahiti (Mgr MAzi)
;ux Prdres des Sacrds Cwaurs de Picpns. On pent
:Ijouter i l'Oc6anie fran.aise les Nouvelles-Hdbri-
d'es, formant uu vicariat apostolique confi6 aux
Plrcs Maristes (Mgr IIALBERT).

NOUVELLE-CALliDONIE


Catholiques .......
Catiechumenes .
Prclres indigenes ..
Fr~tres strangers ..
Frbres indigenes ..
Freres strangers ..
Sours indigenes ...
Saeurs ktrangres .
Catichistes ........
Professeurs ......
Grands smininaristes


:11.280
132
2
43
13
22
76
95
208
39
2


EcIles 61lmentaires.
avec 6leves ....
Ecoles moyenoes
avec 6elves ......
Ecole normal ....
avec el6 ves .....
iHpitaux ....
Asiles de vicillards.
Dispensaires
LDproserie ........


53
2.496
5
976
1
8

I
5
1


Piquet). -- Thanh Hoa : Missions Etrangir:s de Paris
(Mgr de Cooman). Vinh : Mission:. Etrangeres de
Paris.
COCHINCHINE. -- Saigon : Missions Etrangercs de Paris
(Mgr Cassaigne). Vinh Long : Clerg6 incigene (Mgr
Ngo-dinh-Thuc).
TONKIN. Bac Ninh : Dominicains. Bui C :u : Clerge
indigene. -.- Haiphong : Dominicains (Mgr Gomez de
Santiago). Hanoi : Missions Etrangeres de Paris. -
Hung Hoa : Missions Etrangbres de Paris (Mgr Maz,).
I.angson : Dominicains (Mgr Hedde). I'iat Diem :
Clerg6 indigene (Mgr I.e-Huu-Tu). Thai Binh : Do-
minicains (Mgr Ulierra).
CA MBOiE. Pnom Penh : Missions Etrang&res de Paris
(Mgr Chabalicr).
I.Aos. Laos : Missions Etrangeres de Paris (Mgr Bayet).
-- Vientiane : Oblats de Marie Immacul[e (R. Pere
Mazoyer, prefecture apostolique).

Etant doinn la situation trouble de l'Indo-
chine, les missions sont dans l'impossibilite d'6ta-
blir avec precision des statistiques. Cells qui
sont donn6es ici s'echelonnent de 1939 a 1948.


ANNAoI.
run'tia ).
,ion).









ILES VWAr.IAsI FiUTU r


Catholiques ......
(atechumne ....
Pritres indigenes ..
Pretrcs 6tran.ers
Fr:res indigies .
Stcurs indigeIes ...
Srcurs 6trang res ..



Catholiqucs .......
Pretres 6tran),ers ..
Scurs etrangires ..



(C tiholiques .......
Catdchumines .....
P'retres etranL ers
Frbres 6trang rs ...
Sceurs indigen ;s ...
Scaurs ,'i.rangi -es
CaI chistcs .. .....
Professceur; .. .....


8.305

9
7

33
15


Professeurs ...
Grands s6minaristes
Ecoles hlimentaires.
avece lives ......
Ecoles moyennes ..
avec li'vs .


Il.,t' Mu.\rQISES

2.782 Cai chistes ........
6 Ecoles cl6mentaires.
7 avec 61ives ..


TAurITI


12.500
120
22
14
1
17
170
53


Grands siminaristes
Dispensaires ......
Ecoles h16mentaires.
avec lives .....
Ecoles profession-
nelles ...........
avec elbves .....
Orphelinat ........


5
14
1.672

1
12
1


Nouv EI.[ES-H i';ii n IES


Catholiques .......
Catdclumns .....
Pritres strangers ..
'Frres ktrangrs ..
S,',:urs 6trang&ies ..


4.871
1.676
20
1
40


Catechistes ........
Ecoles dlementaires.
avec dlves .....
Orph linats .....


AMERIQUE

Les territoircs frangais de l'Aimrique sont
confits aux Pares di Saint-Espr'!. Ils compren-
nent : deux liocdses don't les devchds sont A Fort-
de-France pour la Martinique (Mgr VARIN DE LA
BRUNELIERE et A Basse-Terre pour la Guade-
loupe (Mgr GAY), un vicarial aposiolique A Ca-
iennes pour la Guyane (Mgr MARIE) et une prd-
fecture apos'olique pour Saint-Pierre-et-Mique-
lct (}1. P. IMARTIN).

LA MARTINIQUE


t :tholiques ....... 227.112
Prtres indighnes .. 7
Prktres strangers 54
l r-res indlgines .. 2
Frblres strangers .. 4
Saours indigenes .. 63
Sceurs 6trangeres 55
Cat6chistes ........ 202
Grands s6minaristes 12


Catholiques .......
Catdchumnes .....
I'retres strangers ..
Freres strangers
Sarurs indignes ..
Stiurs ktrangbres ..
Cat6chistes ........
Professeurs .......
Ecoles 6l1mentairos.
avec dleves ......


24.200
200
22
1
4
71
-17
5
14
1.095


SAIT-PIEISI
Catholiques ....... 4.350
IPrtres strangers .. 6
Frercs strangers .., 2
Smeurs 6trangeres .. 34
Satechistes ........ 10
Professeurs ....... 10


Ecoles le6meent a;ir.
avec 61~ves
Ecoles moyennes
avec 61b ves ......
Ecoles supCriur'cs .
avec d61ves ......
Hl6pitaux .........
Dispensaires ....
Orphelinats ....
Asiles de vi'illards


Ecoles profession-
nelles ..........
avee el6 ves ......
Ecoles superivures .
avec eieves ......
Hipitaux .........
Dispensaires ...
Orphelinats ....
Leproserie ........


ET MIQUE.ON
Ecoles 616mentaircs.
avec l6 ves ......
Ecoles moyenne ..
avec leves ......
Orphelinat .......
.Asile (de vicillards


Nous n'naons envisag6 ici que les missions qui
se trouvent dans les territoires de l'Union fran-
caise. Plus nombreux sont les missionnaires fran-
(:ais qui travaillent en dehors de ces ierritoircs
comme le montre le tableau suivant, etabli d'aprcs
des statistique de 1946. Ce tableau marque la vita-
lit6 missionnaire de la France. Si les mission-
naires sont avant tout les reprssentants de
I'Eglise ct de Dieu, ils n'en conservent pas moins
Icur caractere national et la sympathies qui s'atta-
che A leur personnel rejaillit en quelque faqon sur
leur propre pays.

Missionnaires franiais
I rradillant en dehors de l'Union Francaise


Catholiques ....... 258.495
Pr6tres indign es 17
Pritres Ctrangc rs .. 76
Frires indign s ... 1
Frbres strangers ... 11
Smurs indigene ... 83
Scours 6trangbres .. 77
Catechistes ....... 265
Pr'fesseurs .. ... 6


Grands scminaristes
Ecoles 6ldmentaires.
avec dl6 ves ......
Ecoles suplriures .
avec elIves ...
H6pitaux ..........
Dispensaires ......
Orphelinats .......
Asiles de vicillards


11
1
250

800
8
2
5
3


Afrique .........
Amirique .......
A sie ............
Europe ..........
Oceanic .........


Pcetres F'rers Sueus

396 148' 656
868 978 2.389
1.364 374 1.959
42 72 200
111 10 293

2.781 1.582 5.497


(GUYANE FRANCHISE


Total

1.200
4.235
3.697
314
414

9.860


I.k ( c.UksK.our1n


a/N





















NOUVELLES DE FRANCE


LA VIE PARLEMENTAIRE


ASSEMBLE NATIONAL

La reorganisation du regime
de I'6mission a Madagascar
L'Assembl6e Nationale a abord6, le 29 novem-
bre. la discussion du project portant reorganisa-
tion du regime de 1'6mission A Madagascar.
Analysant les dispositions du project. M. CAS-
TELLANI a soulign6 qu'il s'agissait de transformer
la structure de la Banque de Madagascar de facon
A assurer, A la puissance publique, la maiorit6 du
capital de la Banque et la maitrise absolue des
organs de direction, et de confier, au nouvel
6tablissement, le service de l'6mission a Madagas-
car pour une periode de dix ans, avec possibility
de tacite reconduction de dix ans.
M. BURLOT annonga, ensuite, le dep6t, par la
Commission des Finances, de divers amende-
ments sur les articles. M. DEFFERRE, pregnant la
parole a estim6, que, dans la conjoncture actuelle,
missionin devait 6tre confide A un Institut
public. Il a reproch6 A la Banque de n'avoir point
men6 sa politique x avec toute l'impartialitg
ndcessaire > et d'avoir pratiqud des taux d'es-
compte excessifs..
M. LETOURNEAU, ministry de la France d'Outre-
Mer, lui a fait, alors, observer que les taux n'ont
6ie que de 1 % supkrieurs A ceux pratiqu6s par
la Banque de France.
M. DEFERRE a conclu en estimant insuffisant
le Iroiet du gouvernement pour corriger les
inconv6nients de l'etat de choses actuel.
Au nom des Ind6pendants d'Outre Mer,
M. APITHY s'est 6tonn6 qu'on ait renonc6 a la
nationalisation de la Banque de Madagascar; il
a critique la politique de cet 6tablissement et a
demand que des precautions soient prises pour


que les Banques d'Emission ne soient pas en
m6me temps des Banques d'Affaires. M. CITERNE
(com.) s'est montr6 favorable A la nationalisa-
tion.
Le 1" d6cembre, l'Assembl6e Nationale a
repris le d6bat sur la r6organisation du regime
de l'6mission a Madagascar. Tour A tour,
MM. DUVEAU, DIALLO et SAID MOHAMED CHEIKH
ont apport6 leur appui au project gouvernemental
< conforme aux interets supgrieurs de l'Union
FranCaise > et s'adaptant, avec souplesse, aux
Idalitis locales >.
Partisan, pour sa part, de la nationahsation,
non au profit de la m6tropole mais au profit des
Territoires, M. SILVANDRE a annonc6 qu'il se pro-
noncerait cependant pour la prise en consid6ra-
tion du texte rapport& par M. CASTELLANI et qu'il
soutiendrait, sur les articles, les amendments
qui lui semblaient necessaires.
Le 2 d6cembre, l'Assembl6e Nationale a
repouss6 deux contre-projets :
Le premier, d6fendu par M. LISETTE (R.D.A.-
Tchad), tendait A la creation d'un Institut publi-.
d'6mission g6r6 par la Caisse Centrale de la
France d'Outre-Mcr ; le second, tris voisin, 6ma-
nait de M. DEFFERRE. Is avaient kti, l'un et
I'autre, combattus par M. LETOURNEAU, ministry
cle la France d'Outre-Mer, qui tint, d'autre part,
a d6plorer << que les questions coloniales n'atti-
rent qu'un fout petit nombre de ddputes sur les
bancs de l'Assemblee >.
L'Assembl6e examine, ensuite, le texte de la
* Commission, qu'elle modifia sur quelques points.
Un amendment de M. DUVEAU (M.R.P.-Mada-
gascar), vot6 par'324 voix centre 277, porta de
dix A vingt ans la durbe pendant laquelle le ser-
vice de l'6mission est confi6 A la Banque.







En votand, par 308 voix contre 260, un autre
amendment du mnme auteur, l'Assembl6e d6cida
d'assurer, :: 1'Etat, une participation majoritaire
(texte du Couvernement) et non majoritaire ,es
Irois quart, (texte de la Commission).
M. LETOIJRNEAU fit observer que la participa-
tion de l'El:at serait, en fait, de 62 % (certaincs
soci6t6s na ionalisees ayant des int6rkts dans la
Banque).
L'article 3, habilite la Banque a d6velopper ses
positions s.,us forme de credit A moyen terme et
a escompter des effects. II pr6voit la quotit6 du
concours gratuit qu'elle pretcra au credit agri-
cole. Il est vot6 avec une addition propose par
M. DUVEAU et qui institute un control destine ai
eviter l'infl nation.
Apres une discussion longue ct minulieuse de'
articles relatifs a la composition du Conseil
d'Administration, qui sera comnpos6 de huit
rcpr6sentarnts des pouvoirs publics pour six re-
pr6sentant', des capitaux priv6s, ct des disposi-
tions concernant I'application de la loi, I'ensem-
ble du proict a 6t6 adopted par 340 voix contre
26(6.

Le debate sur le Fezzan

L'Assemlid6e Nationale, qui souhaitait simple-
nent fixer la date des interpellations sur le sort
du Fezzan, a, cn fait, longuement debattu cette
question at course de la seance de nuit du 14 no-
vembre.
MM. BAYROU (A.D.S.) ; CAILLAVET (rad. soc.-
Lot-et-Garoane) et CASTELLANI (A.D.S.-Madagas-
car) ont, tiut d'abord, soulign6 l'importance du
r6le que joi1ait le Fezzan dans 1'Afrique francaise
ct montr6 ie danger d'une presence 6ventuelle-
ment hostile ou miiime simplement inamicale aux
portes du ;;ud tunisien. Ils ont rappele que la
majority dcs Fezzanais avait r6clam6 la tutelle
franchise.
Pour M. Jacques BARDOUX (Paysan-Puy-de-
D6me), qui a soutenu qu'aucun lien ne pouvait
ktre 6tabli ]historiquement el politiquement entire
le Fezzan (t la Tripolitaine, le Gouvernenent
frangais doit s'employer A affirmer l'autonomic
du premier de ce tcrritoire.
Des le d6but de son intervention, M. Robert
SCHUMAN a tenu a d6clarer que la decision de
I'O.N.U. a it'6 inexactement rapport6e.
Un regime provisoire avait 6t6 6tabli en Libye
au lendemain de la victoirc. Par le trait de paix
de 1947, l'ltalie a renonc6 a ses droits sur ses
colonies do t le sort devait 6tre fix6 dans un
d6lai de quaitre ans par les << Quatre Grands >,
faute de qaoi la question serait soumise it
l'O.N.U.
Apres aoir 6voqu6 l'accord BEVIN-SFORZA
d'avril-mai 1949 (accord repouss6 par I'O.N.U.)
le ministry a signal que la Grande-Bretagne


s'6tait prononcec pour une Cyr6naique ind6pen-
dante et 1'Italie pour une Libye unie et autonomy.
La France s'est pr6occup6e d'bter ce qu'il y avait
de plus dangereux dans ces propositions.
Lors du vote du texte final, la France s'abstint.
(ce qui correspond li une opposition marquee).
La resolution adopt6c ne constitute aucunement
un abandon des droits de la France. En effet,
il n'y est pas fait mention de l'unit6 6ventuelle
de la Libye. La population de chaque territoire
conserve le droit de d6cider de son sort.
K Le Senoussi a ajoult M. SCHUMAN n'est
pas un ennemi de la France. Tous les intedrts
peuvent se concilier. La France doit favoriser
routes les possibilities d'entente. Elle poss&de,
d'ailleurs, an sein du comiti interimaire des dix,
dc plus grandes facilities d'action.
< La decision des Nations Unies pentl tre reii-
see. Seul complex, d'eant I'O.N.U., I'interit des
populations >.
Le ministry a conclu sur ces mrots :
< Notre position est forte. Le compromise
accept n'est pas dWfinitif. L'AssemblIe ne de-
urait pas adopter, aujourd'hui, une attitude qui
ponrrait goner les ndgociatenrs franqais >.
Peu avant minuit, le renvoi A la suite, demand
par le Gouvernement, intervenait par 333 voix
contre 272.


CONSEIL DE LA REPUBLIQUE

Audition de MM. Schuman et J. Moch
par la Commission des Affaires Etrangeres
du Conseil de la R6publique

La Commission des Affaires Etrangeres a
entendu, le 7 d6cembre, M. Robert SCHUMAN,
ninistre des Affaires Etrang6res, sur le sort des
ex-colonies italiennes et les resolutions de 1'As-
sembl6e des Nations Unies, relatives aux Terri-
toires non autonomes.
A cette occasion, le ministry a justifi6 < l'atti-
lnde reservode de la del.galion franchise i l'As-
sembl;e des Nations Unies en faisant remarquer
qu'il apparlenait, an Commissaire des Nations
Unies, de poursuivre son enquete sur les terri-
loires en cause puisque rien ne doit se faire sans
le consentement des populations intdressies el.
notamment, de cells du Fezzan >>.
En ce qui concern le regime des Territoires
non autonomes, le ministry (< a montrd, dit le
communique de la Commission, que les initia-
tives prises par la Commission des Nations Unies
tendant d donner une competence etendue et
permanent d une commission spdciale qui con-
Irl6erait les informations, sont en violation
directed des articles 73 et 2 de la Charte des
Nations Unies. C'est pourquoi la delegation fran-








caise a dti voter centre une motion qui contre-
v.naiit la Charte en portant prejudice aux terri-
loircs don't le ddveloppement et la prosperity soni
conrfiees a la France >.
Aprbs avoir entendu le ministry des Affaires
etrangeres sur 1'avenir des ex-colonies italiennes
et les recommendations de l'O.N.U. les concer-
nant et le ministry de l'Int6rieur sur la situation
du Fezzan, la Commission des Affaires 6tran-
geres a adopt, par 23 voix contre 10, la motion
suivante, pr6sent6e par M. Jacques BARDOUX
(Action Paysanne) :
< La Commission des Affaires dtrangeres
affirme, une fois de plus, que I'unitd de la Libye
est line creation artificielle et stWrile a suivre.
<< Artificielle puisqu'elle est dementie par l'His-
loire et condamnee par la Geographie ; sterile,
puisqu'elle ne disposera ni des investissements,
ni des technicians, ni des bras necessaires pour
feconder des terres panures et dCsertiques ;
< Constate qu'une note officieuse, parue le 23
novembre dans le < Times >>, announce que l'admi-
nistration britannique dans la Tripolitaine se
consider come << libre de crCer, come elle I'a
fait en Cyrdnaique, pour gerer les affaires loca-
les, an gouvernement autonomy >> avant qu'arrive
la Commission international charge de dresser
les lextes et d'installer les organismes constitn-
tionnels ;
< Invite le Cabinet francais o acheminer, par
des moyens approprics, les Fezzanais h&riditaire-
ment attaches a lear independance, vis-d-vis de
Tripoli et des Senonssistes. vers l'autonomie qui
leur permeftra de faire prevaloir leur volonte
devant la Commission des Nations Unies et
devant le Conseil des Dix :
< Saisit cette occasion pour filiciter la poignee
d'officiers, de mddecins et d'instituteurs qui, en
quelques annges, ont rdalise, au Fezzan, une
<(rinre social et economique digne de la France
cl de son qenie >.

ASSEMBLE DE L'UNION FRANCHISE
La lutte contre I'alcoolisme
dans les Territoires d'Outre-Mer
L'Assembl6e de l'Union Francaise a commence
le mardi 15 novembre la discussion de trois de-
mandes d'avis sur des projects de loi d'origine
gouvernementale traitant de la lutte contre l'al-
coolisme dans les Territoires relevant du Ministre
de la France d'Outre-Mer. Les d6bats se sont
poursuivis le 22 novembre.
M. le Docteur AUJOULAT, Sous-Secr6taire d'Etat
a In France d'Outre-Mer, qui repr6sente le Gou-
vernement a ce d6bat, est intervenu le 29 novem-
bre au terme de la discussion g6n6rale. II a tout
d'abord rendu homage A la quality du travail
accompli par 1'Assembl6e, et a souhait6 qu'en se


faisant sans equivoque l'avocat de la lutte anti-
alcoolique dans les Territoires d'Outre-Mer,
celle-ci facility la tache difficile du Gouverne-
ment. < J'ai le sentiment, a ddclard It Ministre.
que nous sonmmes lous d'accord sur la nature
di [flea ai combatire et sur les remides d em-
ployer ,. Et ii a donn6 A I'Assembl6e l'assurance
que le Gouvernement mettrait tout en ouvre pour
que, dans les plus brefs dblais, le Parlement se
s:isisse des textes en cause.
M. ArJOULAT a ensuite rappel6 que la protec-
tion de la sant6 des populations d'Outre-Mer
Mlait pogir la France un devoir strict d6coulant
de ses engagements internationaux et de sa mis-
sion propre.
11 n'a pas eu de pine A demontrer, se fondant
sur son experience personnelle de m6decin et sur
les t6moignages nombreux d'Europ6ens et d'Afri-
cains, de personnel publiques et privees, que le
d(veloppement actuel de l'alcoolisme outre-mer
fait peser une grave menace sur l'6tat sanitaire
des populations.
Les alcools, de fabrication locale et les alcools
d'innportation sont tous deux responsables de cet
,tat de choses. C'est pourquoi le Gouvernement
propose une r6glementation precise s'appliquant
aux uns come aux autres. << On a object, a dit
Ic Ministre, que les mesnres envisaqees se rev~le-
ront vile inapplicables. Cependant, I'applicabilitf
d'tune rtqlementation est function de sa simpli-
cit >. M. AUrOULAT a pourtant precis6 tres nette-
nent que << le gouuernement n'dtait pas, quant
ti lni, partisan d'un prohibitionnisme absoln >.
< II fanl arreter le mal, a-t-il dit, mais sans
onblier que le mieux est parfois l'ennemi du
bien >.
Le Gouvernement consider. en particulier,
que Ie contingentement a l'importation ne devrait
pas s'appliquer aux vins ordinaires et aux bires
titrant plus de dix-sept deares, auxorcels on ne
pelit adresser les memes critiques m6dieo-sociales
qu'aux boissons de fabrication locale on aux
autres alcools imports.
Au reste, le Gouvernement ne meconnait pas
les problems economiques serieux pos6s par les
textes en cause. S'il ne se prononce rIs pour le
contingentement des vins, c'est d'nilleurs la
preuve que les interets des viticulteu's et ceux
des populations d'outre-mer sont, sur certain
points. lareement conciliables.
Enfin, le Ministre a soulign6 que, conform-
ment a la Constitution. le Gouvernement s'ktait
interdit de donner le moindre caractire discrimi-
natoire A son nroiet de loi. << La legislation en
conse. a-f-il affirms. doit s'annlianer r, loans. sans
distinction de rare on de statnt >. El si. nhan-
moins, les sanctions proposes peenvent sembler
sevires. c'est qu'elles doivent Rtre a la measure de
la gravity du mal qu'on veut combattre.







< L'Assemnblee Nationale, a conclu le Minisrce,
vient d'tire saisie d'une proposition de resolution
dans laqiue'le on relrouve un certain nombre des
iddes exprimnes au course de ces debals mais ap-
pliquees i la M~tropole. Si done I'Assemblee de
1'Union Frangaise fait siens les projects qui lui
sont souinis, non seulenient elle n:'ara pas le
regret de p irailre, en se pronongant pour la l llte
contre I'alcoolisine dans les eIrritoires d'outre-
mer, se lai:ser guider par an esprit de discrimi-
nation qui z'est ni le sien ni celui dii Gouverne-
ment, nais elle aura peul-ctre la satisfaction
d'ouvrir deant I'Assemble Nationale la voice de
la sagesse .
Les d6ba:s out repris le 6 decembre. Des trois
textes soum is a l'examen des Conseillers un seu!
fut adopt : le premier ct I'article 1 fut reserve.
Le 20 d6cembre 1'Assembl6e a poursuivi la dis-
cussion : dh la demand d'avis, transmise par le
President d lI'Assembl6e Nationale, sur le project
de loi habili-.ant les chefs des Tcrritoires relevant
du minister e de la France d'Outre-Mer, autrcs
que l'Indocline, I'A.O.F., L.A.E.F., le Cameroun
et le Togo, a imposer un contingent d'importa-
tions des boissons alcooliques et A prohiber l'im-
portation des boissons jug6es nocives
De la denande d'avis transmise par le Pr6si-
dent de 'A.ssembl6e Nationale, sur le project de
loi ayant po ir objet dans les Territoires relevant
du minister de la France d'Outre-Mer autres que
l'Indochine, la repression de l'ivresse publique, la
police des dibits de boissons et l'aggravation des
peines encourues par certain delinquants en etat
d'ivresse.
Apres la discussion d'un certain nombre
d'amendemeaits l'ensemble des projects a rte
adopt A mains lev6e.

L'accord df Bruxelles et le Pacte Atlantique

Le 15 d6cembre, I'Assembl6e a abord6 la dis-
cussion de hl proposition de M. le g6n6ral CHE-
VANCE-BERTIN, President de la Commission et des
membres de la Commission de la defense de
l'Union frangaise, invitant le gouvernement A sai-
sir I'Assembl,~e de l'Union francaise des projects
militaires cons6cutifs a la conclusion des accords
de Bruxelles et a l'adh6sion de la France au
Pacte Atlantique en ce qui touch, l'organisation
de la defense commune des territoires d'outrc-
mer et 1'6qutpement 6conomique et industrial
de ces territoires en vue d'assurer la s6curit6 dc
1'Union fran aise. Le rapporteur, M. Laurent
EYNAC a insist sur la n6cessit6 pour la France de
coordonner st politique militaire A l'6chelon de
1'Union franc ise.
M. AUJOULvT qui repr6sentait le ministry de
la France d'Outre-Mer a cxprime son plein


accord aux propositions du g6enral CHEVANCE-
BERTIN et de M. Laurent EYNAC.
Par 104 voix centre 132 sur 136 votants 1'As-
seinbl6c a adopt la proposition suivante :
SL'Assemblhe de 1'Union franc.aise invite le
!iouvernemeldnt lai saisir des projects militaires
c ,isecutlifs d la conclusion des accords de
bruxielles et a ,l'adhesion de la France au Pacte
A lanlique, e cce qui louche l'organisation de la
defense commune des territoires d'outre-mer et
I'equipement economique et industrial de ces ter-
ritoires en vue d'asslirer la security de l'Union
'rancaise '

Le plan de d6veloppement economique et social
Outre-Mer
Le 16 d6cembre, I'Assembl6e a abord6 la dis-
cussion de la proposition de resolution pr6sent6e
par M. JACOBSON (M.R.P.), President de la Com-
mission du Plan, de I'Equipement et des Commu-
nications, au nom de cette Commission, recom-
mandant a l'Assembl6e Nationale, les montants
A inscrire dans les lois budg6taires de 1'exercice
1950 en vue de 1'ex6cution du plan de d6veloppc-
ment social et 6conomique des territoires d'outre-
mer, d6partements d'outre-mer, Afrique du Nord,
pays sous tutelle et pays associ6s.
M. JACOBSON, Pr6sident et Rapporteur a declare
que la Commission avait jug6 indispensable d'at-
tircr I'attention de I'Assembl6e sur les disposi-
tions financieres int6ressant l'outre-mer, d6bat-
tues a l'Assembl6e Nationale. Les credits pr6vus
A la loi de finances se montent, pour la France
d'Outre-Mer A 109 milliards. 11 est A craindre que
les abattements massifs proposes par la Commis-
sion des Finances de I'Assemblce Nationale ne sc
repercutent sur la France d'Outre-Mer.
Aussi. la Commission du Plan d6sire-t-ellc :
Inciter I'Assemhble de l'Union francaise it
indiquer de fagon nette, motive, ferme et posi-
tive A I'Assembl6e Nationale que les projects gou-
vernementaux cadrent i peu pres avec nos idees
et nos d6sirs en cc qui concern la realisation
du plan de d6veloppement de l'O.-M. pour 1950.
Et d'emp6cher dans toute la measure oil elle
le pourra, que les abattements proposes par la
Commission des finances a I'Assembl6e Natio-
nale, sur les abattements a venir, en course de la
discussion du budget, ne portent pas sur les cre-
dits affects dans les projects du gouvernement,
a I'outre-mer.
II insisted sur le fait que les projects gouverne-
mentaux constituent pour l'outre-mer des
minima. Il ne faut A aucun prix que l'outre-mer
fasse les frais des abattements.
L'orateur a trace ensuite un tableau des r6ali-
sations d6jh accomplies et examine l'importance
relative des credits destin6s A des fins sociales,







pour lesquelles la Commission du Plan a de-
mand6 un accroissement de 2 milliards.
M. AUJOULAT, qui assistant a la seance a sou-
lign6 l'opportunit6 de cette discussion.
Le project de resolution pr6sent6 par M. JACOB-
SON a e6t adopted.

Creation d'une Federation
des Chambres de Commerce, d'lndustrie
et d'Agriculture de Madagascar
Dans sa seance du 27 deccmbre, l'Assembl6e
a Cmis son avis sur un project de d6cret, pr6sente
par le ministry de la France d'Outrc-Mer, portant
creation d'une federation des Chambres de Corn
merce, d'Industrie et d'Agriculture it Madagascar.
M. CAZELLES (S.F.I.O.), rapporteur de ,a Com-
mission des Affaires Economiques donne lecture
do son rapport qui conclut A l'adoption du texte.
pr6sent6 par le gouvernement, l'cexception de
I'article 2 -i apropos duquel la Commission estime


quc les arr6tes du chef du territoire autorisant
les recettes de la Fed6ration devront Atre soumis
pour avis A l'Assembl6e representative.
L'avis et le project de d6cret suivant, modifi6
dans son article 2 ont Wte adopts.

Anciens Combattants et Victimes de ia Guerre
d'Outre-Mer
L'ordre du jour appelant ensuitc la discussion
de la proposition de MM. TETAU, ALDUY, BEGARRA,
BIDET, MADEMBA RACINE, VIVIER, Mines Emi-
lienne MOREAU et MALROUX et des membres du
group S.F.I.O. et apparentes, invitant le gouver-
nement a prendre toutes measures Imj-rssaires
pour que dans les territoires de l'Union francaise,
Ics autochtones, anciens combatants et victims
eic la guerre pergoivent les memes advantages que
les anciens combatants et victims de la guerre
d'origine m6tropolitaine ou ayant Ic statut de
citoyens francais.
La proposition a kt6 adopted.


L'ACTIVITE MINISTERIELLE


Allocution du Ministre de la France d'Outre-Mer
a I'occasion du Nouvel An

Le 31 ldecembre. le Ministre de la France
d'Outrc-Mer s'est adress6 dans une allocution
radiodiffusic aux <, Citoyens de l'Union Fran-
(aise >>, a qui il a adress6 los voeux du gouver-
nement. II s'cst en premier lieu address& aux trou-
pes qui assurent la presence de la France outre-
n cr.
<< Je lmnqnerais d un devoir si je n'avais ici
foul d'abord une pensde lotle sp6ciale pour vous.
Ifliciers, sous-officiers el soldats de I'Armee
'franucise slalionnee dans les diffdrenls territoi-
res de I'Union Franraise. La France sail dans
quelles conditions souvenir pdnibles vous Ira-
i:oillcz sur des terres lointaines pour difendre la
libre existence des peuples qui lui ont fait con-
fiance. Elle rons salie a(IeC affection el recon-
n11issance >.
Le4 Ministre n ensuite \voquiic le redresseinent
d( la France :
Depuis cinq uns, la France pursuit so re-.
construction el son reequipement dans un silence
qui ne permit cependant pas d'ignorer I'ampleur
des sacrifices consentis. ni celle des rdsultats
obtens. Ceux que des apparences parfois d(ce-


oanles n'abuseil pas suaent que, sur le fond de-
inenrd solide, le pays lout enter se rel've. A celte
tiche, s'est ajoutde outre-nier la nisie en placc
institutions nouvelles et d'un plan de develop-
pement d'conomique et social qui Ltait leur com-
plement nccessaire.
Le but vers lequel doil ire dirifi: cel ffj'or
ie lous, nons le connaissons. II est difini par le
'ait mime de l'Union Fran(aise. Nul n'ignore
plus qu'auxr termes de la Constitution de !'fnion
Franncise, les terriloires d'outre-nmer sood dans
la souverainetd franiaise -- d laquelle i!s partici-
peni au mnine litre que les dtpartemenls
imdlropolilains. Nul ne peut ignore qu'il ne sau-
rOil dire question de revenir sur re point, de
Ilnme, el je liens d le rdaffirmer soleunellement,
qu'il ne saurail Otre question de rtmeitre eni
cause une seule des rIformes fondiamentales pro-
ioncs librement onlre-mer par la IV1' ) lpublique.
Dans lous les donmaines, la France entend res-
Icr fiddle i ses devoirs conlne ( ses droils
l'ann&,d qui vient doil elre ine ann(f e d'acconm-
plissements. Des principles out eti poscs qu'il faul
meltre en oeuvre; des refornes ont dit confies
qu'il faut appliquer. A chacun lIe ces problPmes
concrete. nous chercherons en commiun les solu
lions qui front de l'Union Francais1 une raCliti
.s~Ins cesse plus vivanle cl pls-; f'ircrl '.







Ces solutions, la France les trouvera comme
ujours dans le passe, en suivant le course de
>n propre genie qui, ignorant les discrimination
iciales, danm la measure oil ce genie est d'abord
umain, est la source d'une comprehension gen&-
:use. Une ccnfiance rdciproque est necessaire a
eux qui pou rsiivent un mme but. Ici elle doit
aitre chez les uns comme chez les autres de la
ertitude que nulle atteinte ne sera en aucun
-ns toleree contre les fondements de l'Union
rancaise. Et en bdtissant sur ces fondements, ce
'est pas d I'aventure que l'on va. A ceux qui,
lal averlis, s'inquidteraient, je veux le dire :
Union Fran ,aise, Iterme naturel d'une longue
solutionn fru t d'une riche experience, est desor-
iais le visagi de la France dans la grande
imille des nations du monde. Association d'int6-
Its sans doule, mais d'abord et avant tout amitid
rganisee, conimunaute d'esprit, communault de
estins. Elle ist d ce titre, non pas seulement
our l'annCe qui vient mais pour l'avenir dans
'quel nous gu'rdons line foi entire, notre espoir
plus suir.

Ce soir, en vous adressant les voeux que le
'ouvernemen de la Republique forme et que
f:orme personnellement pour chacun de
ous, pour vos families, pour vos projects, je crois
e pouvoir ricn souhaiter de plus necessaire au
onheur de to is, come au salul de notre pays,
ue de voir l'Nnnee 1950 nous permettre de rea-
ser ensemble: par le travail et dans la confiance,
ul ce que iious attendons de l'Union Fran-
jise )>.


Allocution radiodiffus6e
du Minister de la France d'Outre-Mer
au sujet des relations entire la France
et les Etats Associ6s d'lndochine

Le ministry de la France d'Outre-Mer a pro-
once le vendredi 30 d6cembre une allocution
adiodiffus6e i l'occasion de laquelle il a notam-
ient declare :

< Le 30 decembre 1949 Lst une date qui
'mptera dans I'hisloire de I'Union Frangaise. II
a en effel q ielques heures, le Haut-Commis-
lire de Franc, en Indochine, M. Leon Pignon, a
nmis solennellement ,au nom du Gouvernement
t la Rdpubliq'ie, a Sa Majeste Bao Dai, Chef de
Elat Vietnam:en, les pouvoirs qui font du Viet-
mn un Etal iiddpendanl an sein de l'Union
rannfaisc.
Fidele a la politique que ses Gouvernements
Iccessifs ont ;ioursuivie, fiddle a la parole don-
ee lors de la signature des accords du 8 mars,
, France, a la date prevue, a transfer au Gou-
rnemennl Vielnamien les pouvoirs qui resaicenl


encore entire ses mains. Ainsi se trouvent satis-
foites les lIgitimes aspirations du people du
Vietnam...
Au jour dit, malgrc les vicissitudes d'une lutte
qui, malheareusement, se poursuit encore, mal-
gre les menaces qui pendant de longues semaines
ont pese snr la fronlicre Nord de l'lndochine, la
France a pu tenir so promesse. En evitant la
disorganisalion des pays et I'anarchie qui aurait
pu en rssulter, elle reiet aujourd'hui au Vietnam
la reality des pouvoirs.
Je puis done affirmer, au nom du Gouverne-
ment de la Republique, que le Vielnam a anjour-
d'hui acquis sa pleine independence el sa souve-
rainetd...
Les aspirations des nationalisles sinccres se
trouvent ainsi realisdes. Je reux done croire que
ceux qui sont encore de I'autre coet de la bar-
rirre, qui cependant sont pndelrjs du senl amour
du Vietnam, n'hNsiteront plus ( rejoindre leurs
freres groups autonr du Gonnernement de Sa
Majeste Bao Dai >>.
Le ministry a exprim6 son espoir de voir
s'achever fin janvier les n6gociations qui se pour-
suivent avec le Cambodge ct le Laos et se r6Inir
en f6vrier la Conf6rence inter-Elats qui aura pour
charge d'assurcr une vie commune entire pays
voisins. Dans des delais tris brefs, le Parlement
sera sollicit6 de donner son approbation aux
accords qui viennent d'etre passes.

Le ministry a poursuivi :
< Personne ne comprendrail qule ma pensce
n'allat pas en meme lemps vers nos compatriots
don't beaucoup ont dii supporter avec courage de
dures eprenues pour mainlenir la presence el
l'influence de la France. Je les en remercie et les
en felicite.
Les accords du 8 mars, les conventions qui
viennent d'dlre signees ou qui uoni l'dire, la
parole donnee par les Chefs des trois Elals sont,
pour eux come pour nous, la glarantie que ces
Elats pour la prosperife desquels ils olt tant fail,
Icur assurent la possibility de vivre el de travail-
ler dans la securitd et dans l'amitie confiante >.

Le ininistre a ensuite exprim6 la reconnais-
sance du pays aux troupes qui combattent en
Extreme-Orient et a conclu en ces terms :
< En cette fin d'annee, j'adresse r tlous, Fran-
cois, Vietnamiens, Cambodgiens, Laotiens civils
cl militaires, mes vcuxr les plus ardents et les
plus affectueux.
De tout caur, je sonhaite a tous de bonnes
fetes de Nouvel An el je forme le vou que 1950
ramrne enfin la Paix et la Concorde sur cette
lerre d'lndochine. La Francc, en tout cas, en








union avec les Chefs des Elats Assocics, recher-
chera sans reldche les moyens pour que rapide-
ment cette Paix plant desiree refleurisse. Les
hommes de bonne volontd comprendront qne ce
qui est fait anjourd'hui peil y contribuer
piissamnien >>.


SAudition de M. Letourneau par la Commission
dzs Territoires d'Outre-Mer
de I'Assembl6e Nationale

La Commission des territoires d'Outre-Mer de
I'Assemblec Nationale a entendu le 14 dc.embre
M. LE'TOURNEAU, ministry de la France d'Outre-
Mer, au sujet du project de loi relatif a l'organi-
sation d'un referendum dans les Etablissements
francais de Pondich6ry, de Karikal, de Yanaon
ct de Mah6.
Le ministry a fait I'historique des n6gociations
qui ont about A la decision d'organiser cette
consultation, d'abord h Chandernagor, ult6rieu-
rement dans les quatre autres Etablissements.
Le ministry, en conclusion de son expose, a par-
ticuli&rement insisted pour que la Commission
donne son approbation A ce project de loi.
Un large ddbat s'est alors institute sur les dd-
clarations du ministry, au course duquel M. SARA-
VANE LAMBERT (ind. Outre-Mer) a mis en valeur
les arguments qui, h son avis, militant en faveur
de l'ouverture de n6gociations entire le gouver-
nement de l'Union Indienne et le gouvernement
frangais, en vue de l'Mlaboration en commun
d'un statut pour les quatre villes int6ressees, sta-
tut qui serait ensuite soumis par la voie d'un
referendum a leur population.
RWpondant au representant de l'Inde fran-
caise, le ministry a pr6cis6 notamment qu'il 6tait
impossible de demander au Congrbs des muni-
cipalit6s, ainsi que I'avait sugg6r@ en derniere
analyse M. SARAVANE LAMBERT, de proposer la
r6daction du texte a soumettre au vote des po-
pulations.
A la demand de plusieurs de ses membres, la
Commission a d6cid6 de statue sur le project de
loi lors d'une prochaine stance.


Audition du ministry de la France d'Outre-Mer
par la Commission de la D6fense Nationale
de I'Assemblee Nationale

La Commission de la Defense national a en-
tendu le 16 dicembre le ministry de la France
d'Outre-Mer, qui a trac6 le tableau des credits
et des effectifs qui le concernent, et soulign6 l'ef-
fort fait par la France pour assurer la sicurite


dans les territoires d'Outre-Mer. A cette occa-
sion, le ministry a rendu homage aux troupes
actuellement stationnees en Indochine.

Preparation des ceremonies du Centenaire
du rattachement du Gabon a la France
M. LETOURNEA', ministry de la France d'Ou-
tre-Mer, a recu, le 16 (dcembre, avec le Haut-
Commissaire de la R6publique, gouverneur g6n&-
ral de 1'A.E.F., les d6putis, s6nateurs et conseil-
lers de l'Union Francaise, repr6sentants du Ga-
bon.
La d6lgation 6tait venue entretenir le ininis-
tre de l'organisation des ceremonies qui comm6-
moreront le centenaire du rattachement du Ga-
bon h la France.
Le ministry de la France d'Outre-Mer pr6si-
dera lui-m6me ces manifestations, qui sc d6rou-
leront au d6but du deuxibme semestre de 1950,
ct auxquelles l'A.E.F. entend donner la plus
grande solennit6.

Reception par M. Aujoulat de la Commission
de M6decine et d'Hyg'ene du Comite Central
de la France d'Outre-Her

La Commission de medicine et d'hygibne du
Comite central de la France d'Outre-Mer a 6te
rescue le 7 d6cembre par le Dr. AUJOULAT, sous-
secr6taire d'Etat an minister de la France
d'Outre-Mer.
Le professeur TANON, de 1'Acad6miie de Mde-
cine, president de la Commission, a exprim6 au
ministry les felicitations de ses confrbres, heu-
reux de voir un midecin charge, dans le d6par-
tement, des questions qui int6ressent la sante
publique d'Outre-Mer.
II a expos les points de vue des hygidnistes
sur le probleme de l'alcoolisme et les solutions
qu'ils recommandent.
M. GHEERBRANDT, directeur des Affaires g6n,-
rales an Comitd, a faith valoir l'oppcortuniti d'un
action sur le plan 6conomique : abundance de,
products d'alimentation et d'habillement, inter-
diction de l'abatage des palmistes, et, sur le plur
moral : conjunction de l'enseignement official ei
prive pour d&noncer les dangers de l'alcoolisme
et propaganda pour exalter la conscience de Ih
dignity humaine.
Le ministry a indiqu6 les measures preconis,6e
h l'Assemblee de 1'Union Frangaise et 6tudide:
par le D6partement, qui viendront, prochaine
ment, en discussion a l'Assembl6e Natirnale.
Un change de vues sur la reforme de l'orga
nisation sanitaire Outre-Mer, en voie de r6alisa
lion, a termin6 1'entrelicn.







INFORMATIONS DIVERSE


Les changes
< M6tropole-Territoires frangais d'(
Voici les ihiffres des changes
tropole et le:. territoires francais d'
course du me is de novembre 1949,


mois correslondants de
lizards de francs):


Importations ...........
Exportations ...........
Balance < Frande Outre-
Mer .> ................
Les importations ont 6t&
compensdes par les ex-
portations A concur-
rence de 8(1 % ........


1948 el de

1938

1,0
0,8

0,2


60 7,


Le.s exportations de banai

Les expeditions de bananes de
case sur 1'Allemagne interrompui
certain temlys, ont repris, en vertu,
vel accord commercial, qui n'est
sign, mais sur la base d'un cr6di
station permnttant le r&glement d'a
lances d6bitiices de la France env
gne de l'Oucst.
Le port d. Hambourg a ainsi re
cembre, un chargement de 990 t
nanes proveitant de la Guadeloupe.
Les expeditions vers 1'Italie on
commence plans les mnmcs cond
6 d6cembre, le navire < Brarena
toucher un ]lort mltropolitain, a 6t
G(nes, avec un chargeinent de 8(
hananes.

Un nouveau cargo
sur la ligne Marseille-A. C
Le jeudi ,: novembre a pris la 1
premier voy:ige le cargo < Foria >>, d
Fraissinet, allect6 h la line comme
scille-Afriqu, Occidentale >, dessert
autres poits jusqu'. Douala et Poir
Construit a la Seyne, le << Foria > e
de 7.100 tonnes de porter en lourd
transport de l'huile de palme et (de
diverscs, long dte 129 m. 50, large tde
:ant, en charge, 11.000 tonnes. Une
6.350 CV lui donne, A trois quarts d
vitesse "de quinze noeuds.
Les amienigements sont tries mo
< Foria :, piolrra reccvoir, en cabins
gers, la co mention international de
permettant p.is de depasser ce nomb
navires de c large.


Les credits militaires pour I'lndochine


ur~urm-Mlar w


Le ministre de la France d'outre-mer a indi-
entre la M&- qu6 le 7 decembre a la Commission des Finances,
Outre-Mer au que, sur les 140 milliards de credits militaires
compares aux figurant au budget de son d6partement, 119 mil-
1938 (en mil- liards devaient etre consacr6s h l'Indochine, aux-
quels doivent s'ajouter 5 milliards a la charge
1948 1949 du budget indochinois.
S I a insist sur la facon tris strict don't il
17,9 27,5 avait proced6 aux evaluations et ajout6 que la
Prudence ne lui semblait pas permettre de des-

5,5 + 8,3 cendre au-dessous des limits auxquelles il s'6tait
arrWt6, 26 milliards 6tant consacr6s aux territoi-
res d'outre-mer, ce qui represente, en matiere
d'effectifs, la limited des compressions possibles.
76 % 143 % Le ministry a donn6 quelques chiffres concer-
nant les effectifs actuellement stationn6s en Indo-
nes chine : les troupes d'origine m6tropolitaine s'616-
vent A 131.000 homes et les partisans sont au
l'Union Fran- nombre de 40.000. En outre une arm6e vietna-
es depuis un mienne de 50.000 homes serait en voice de for-
non du nou- nation a la charge des budgets locaux.
pas encore
t de compen-
anciennes ba- Un communique des < Anciens des F. F. L. >
ers l'Alleina-
au sujet de I'attitude des dockers de Marseille

qu, le 10 d6- En r6ponse i la champagne communist qui
onnes de ba- avait about A un refus des dockers de Marseille
de charger du materiel A destination de l'Indo-
t, 6galement, chine, les Anciens des Forces Francaises Libres
itions et, le ont fait publier un communique dans lequel ils :
,, qui devait
6 d6rout6 sur < demandent, aux organizations de marines
60 tonnes do et de dockers franCais de prendre conscience des
graves responsabilil;s qu'its prennent en se refu-
sant d charger les navires destines i nos soldals
du corps expeditionnaire francais en Exrtreme-
Orient ;
<< regrellent qu'une Ielle altitude ait 0te
ncr pour son prise par un groupement de travailleurs comp-
le l'armement lant de nombreux strangers vivant en paix sur le
erciale a Mar- sol accreillant de la France ;
'ant Dakar ct
ite-Noire. -- dclarenl, en dehors de lanue .onsidcra-
st un bAtiment tion politique et qonuvernementale, que, dans le
1, destine an cas ol dte telles decisions seraient maintenues, tls
marchandises se considtreraient come investis d'f'nne nonuelle
18 m., dtpla- mission et qu'ils ne permeitront pas que les meil-
machine de teurs des fils de France soient, une fois de plus
.c charge, une sacrifice. Ils assureront, alors, sans distinction

dernes et le de grade on de function, avec l'appui certain de
,douze pass;- routes les organizations d'Anciens Combaltants
Londres no frangais, le chargement et l'arrivee 4 destination
re a board des des navires ravitaillant le corps expeditionnaire
francais en Ertrmme-Orient >.







Resolution
des Anciens du Corps Expeditionnaire
4d'Extr6me-Orient >
Les communists intensifiant leur champagne et
pretendant faire parler certain rapatri6s d'Indo-
chine au nom des soldats du corps exp6dition-
naire, I'Association des < Anciens du Corps exp&-
ditionnaire d'Extreme-Orient > a mis les choses
au point en adoplant au course de 1'Assembl6e
genr'ale r6unie le 17 d6cembre A Paris, en pre-
sence des delcgu6s de sections venus de toutes
les regions de la m6tropole une resolution
dans laquelle elle -- < protest inergiquement
centre toules les manifestations qui, sous quel-
que forme que ce soit, portent atteinte d I'hon-
neur de ceux qui, sur ordre du gouvernement de
la Rdpublique, accomplissent lear devoir aux
frontilres de l'Union francaise en combattant
dans des conditions particulibrement sduvres ;
-- met en garden l'opinion publique contre ces
manifestations et centre l'exploitation, d des fins
partisanes, par des groupements politiques, des
sacrifices de nos combatants ; et demand, ai
la press francaise, de s'associer aussi intense-
ment que possible d toutes les manifestations
patriotiques du culte du souvenir et de l'entr'aide
et de donner la plus large diffusion aux nouvel-
les d'Extreme-Orient afin d'dclairer une opinion
trop souvent mal informed de la grandeur et des
sacrifices des combatants d'lndochine >.

Le rapatriement des travailleurs indochinois
Le ministere de la France d'Outre-Mer com-
munique :
< Les travailleurs indochinois, relevant du
Service central des travailleurs indochinois (an-
ciennement << M.O.I. >, puis << D.I.T. >), places
en levee temporaire de requisition, peuvent bB-
ndficier, dis A present, des measures de rapatrie-
ment appliquees h leurs camarades des forma-
tions encadrdes du S.C.T.I.
< Ces dispositions sont, 6galement, valables
pour les travaillcurs en situation d'absence, non
b6ndficiaires d'une lev6e de requisition.
< Les demands des interess6s doivent 8tre
adressees au plus t6t A M. le Chef du Service
central des Travailleurs indochinois, 235, boule-
vard Sainl-Germain, Paris (7"). >>


Attribution de r6compenses
par !a Societe des Beaux-Arts
de la France d'Outre-Mer
La SociLdt des Beaux-Arts de la France d'Ou-
tre-Mer vient d'attribuer quatre Grands Prix :
Prix d'Arclhologie, attribu6 A M. Maurice
GLAIZE, conservateur des ruines d'Angkor, pour


ses fouilles, reconstitutions et nombreases publi-
eations.
Prix d'Architecture, a M. Paul SABRIE, ar
chitecte principal des bitiments civils de l'Indo
chine et professeur A l'Ecole des Beaux-Arts de
Hanoi, auteur de nombreux monuments en Indo-
chine et dans les expositions internationals.
Prix des Arts du thdetre, a M. Georges Ri-
GNIER, pour son film << Paysans Noirs >, d'aprbs
l'oeuvre de M. Robert DELAVIGNETTE, laurtat du
Grand Prix de Litterature colonial en 1933.
Prix des Arts ddcoratifs, h Mme ALIX-
AYME, qui a pass vingt ans en Indochine : inter-
pr6tation artistique des laques et incrustations
de nacre.

La champagne de bienfaisance
de I'U. N. A. C. dans I'Union Francaise
La champagne de bienfaisance de l'U.N.A.C.
(appel des Nations Unies en faveur de l'enfance)
pour l'ann6e 1948 a permis de recueillir plus de
440 millions. Elle a 6t6 effectu6e dans tous les
departements m6tropolitains, ainsi que dans un
grand nombre de territoires de l'Union Fran-
caise 6t en Sarre.
En ce qui concern les territoires d'Outre-Mer,
le tableau suivant done le total des sommes
collectees :


Indochine ..................
A. 0. F. ................ ..
Togo ........... .......
A. E. F. ........... ......
Madagascar .................
Indes .......................
M aroc ......................
Alg6rie .....................
Somalie ............ .......
Comores ...................

Au total ................


59.108.800
13.318.000
1.976.262
1.962.720
28.995.100
334.000
1 1)00.000
24.436.448
944.164
1.224.690

133.499.184


Les prix de I'Academie de Medecine
L'Acad6mie de Medecine a tenu le 13 d6cem-
bre sa stance solennelle de fin d'annee, au course
de laquelle ont 6t6 proclames les prix d6cern6s
pour l'ann6e 1949. On relive notamment, parmi
ces recompenses :
Le Prix Chevillon, attribu6 au Dr JOYEUX, de
Saigon, pour son ouvrage intitul6 Le cancer en In-
dochine ;
Le Prix Laborie, attribu6 aux docteurs HUARD
et MONTAGNA, d'Hanoi, pour leur 6tude sur les am-
putations et d6sarticulations des membres et la
pathologies chirurgicale ;
Le Prix Leveau, attribu6 au Dr GOARBISSON,
Pbre Blanc, de la Mission d'Ouagadougou (Haute-
Volta, Afrique Equatoriale Frangaise), pour son tra-
vail intitul Guide Medical Africuin.
Le Prix Testut, atribu6 aux docteurs HUARD et
Do XU.N HOP, d'Hanoi (Indochine) pour leur ou-
vrage Morphologie Humaine et Anatomie artislique.







CONFERENCES ET MANIFESTATIONS


La trente-troisieme anniversaire
de I'aissassinat du Pbre de Foucauld
A l'occa:,ion du 33' anniversaire de l'assassinal
du Pore d' Foucauld, a Tamanrasset, le Comit6
national dis < Amities Foucauld 1'Africain >> a
organism k 1'" decembre, au < Cercle Militaire ).
une manifestation commemorative A laquelle
assistaient notamment : MM. LETOURNEAU, minis-
tre de la France d'Outre-Mer; MONNERVILLE, pri'-
sident du Conseil de la R6publique ; et BosI)ON,
president de l'Assembl6e de l'Union Francaise.

La vente des Ecrivains Maritimes
et Coloniaux
M. Vincent AURIOL a inaugur6 le 2 d6cein-
bre 1949 1:: journee de vente, avec dddicaces, or-
ganis6e dans les salons de l'A6ro-Club par l'Asso-
ciation Nntionale des Ecrivains maritime ct
coloniaux.
M. Vincent AURIOL a Wt accueilli i son arri-
v6e par M Jean D'ESME, president de l'Associa-
tion, et les; membres du Bureau.
L'amiral LEMONNIER, chef d'dtat-major de la
Marine, airisi que de nombreuses personnalitds
politiques :.t litt6raires, assistaient a cette mani-
festation d'Union franchise.
L'Assemblee de l'Union Francaise 6tait rcpr6-
sentbe par M. Daniel BOISDON, son president, el
la princess Yu KHANTOR, vice-pr6sidente.

Une conference de M. Jean Rouch,
Attache a la Recherche Scientifique
M. Jean ROUcH, attach a la Recherche scien-
tifiquc, a ;ait le 5 decembre, a la direction de
la Docume nation, rue Lord-Byron, une conf6-
rence sur une expedition de double caractre
ethnographique et ethnologique, effectuee au
nord du Niger de septembre 1948 i mars 1949,
avec le coacours du Gouvernement, du Centre
cindmatogr :phique et du Haut-Commissariat en
Afrique Occidentale francaise.
M. Jean Rouci a 6voque notamment les coutu-
mes fonde,; sur l'influence prepond6rante de ]a
magic de populations sp6cifiquement noires (les Son-
ghay), parnii lesquelles il a vecu come seul Euro
pden pendent six mois.
L'orateur a insist sur l'interet essential de me-
ner de fron dans ces pays lointains plncCs sons no
tre administration, 1'6quipement national auquel sont
consacres des budgets important et le probl6me
human d'6ducatiori et d'hygibne.
A l'issue ile cet expose, M. Jean ROUcH a pr6sent6
des films tourn6s au course de son expedition au
Niger : Les Magiciens du Wanzerbe, Initiation d la
Danse des Possidds (Grand Prix du Festival du
<: Film Maudit >> a Biarritz) et Circoncision.


Journee pour I'edification
de Sainte-Anne du Congo
La premiere jourinee d'nne vente de products
coloniaux, don't le montant est destine A l'ache-
vement de la construction du < Sanctuaire-sou-
venir de la France Equatoriale >, Sainte-Anne-
du-Congo, s'est d6roule le 11 decembre, dans
les salons de l'hitel George V.
MM. LETOURNEAU, jninistre de la France d'Ol-
tre-Mer ; BOISDON, president de l'Assembl6e de
I'Union Franeaise ; JUGLAS, president de la Com-
mission des territoires d'Outre-Mer a 1'Assemblec
National ; Pierre DE GAULLE, president du Con-
seil municipal de Paris; les g6neraux KOENI;.
UE LARMINAT, et le m(decin general SicE, inspec
teur du Corps de santl colonial, assistaient, no,
tamment, cettle manifestation.
(V. photo page 34),


Une Conference
de M. Pierre Gentil sur le Laos
M. Pierre GENTIL, adininistrateur des Colonies,
a fait le 17 d6cembre, a la Soci6et de Giogra-
phie, une conference sur le Laos et expos Icl
fruit d'ohservations personnelles faites sur place
au course d'un s6jour de trois ans. Le conf6ren-
cier a Wte prisent6 par M. DE MARTONNE, membre
de l'Institut, president de la Sociti d de Gogra-
phie. Cette conference, place sots Ic signe de
l'amitid franco-laotienne, a Wtd suivie avec inti-
ret par un nombreux public, of l'on reinarquait
notamment M. JUGLAS, president de la Commis-
sion des T.O.M., ct le g6ndral BLAIZOT, ancient
commandant en chef en Extreme-Orient. M. GEN-
TIL a soulign6, dans sa presentation des paysa-
ges et des hommes du Laos, la n6cessiti d'aller
au delay du pittoresque pour rechercher les cdn-
tacts humans, que facilitent la douceur et nl
gentillesse des Laotiens.

Declarations de M. Augarde
sur I'Union Fran;aise
Au course d'un dibat sur I'Union Francaise,
debat organism lc lti ddcembre par le < Cercle
Jean Moulin >, de la Maison de l'Universit6,
M. Jacques AUGARDE, deputy de Constantine, an-
cien sous-secr6taire d'Etat aux Affaires musul-
manes, a parl6 des difficulties qui assaillen!
quelques-uns de nos territoires d'Outre-Mer.
<< A Madagascar, a-t-il dit, des homes onl con-
mis des fautes : ii s'agissait d'edre ferme, mais la
grandeur de la France esl toujours venue de la ple-
nitude de son pardon.







( En Indochine, nos malheurs decoulenl de I'oc-
cupation japonaise et des erreurs qui furent conm-
mises d la liberation de ce territoire. Nous ne pon.
vons traiter avec des gens qui sont en rebellion con-
Ire nous. Notre but est de rdtablir cette paix que
nous desirons tous. >
M. AUGARDE a, ensuite, rendu lhomniage A I'aclion
des ministries qui ont eu la charge de la France
d'Outre-Mer. MM. MOUTET, COSTE-FI.ORFT et 'LETOI'II-
NEAU. < En traitant avec Bao-Dai a-t-il ajoutb ---
nous avons fail appel i la tradition. Que I'on sache
bien que les jeunes Frangais, qui tombent sur la
terre d'Indochine, ne meurent pas pour le capita-
lisme, mais pour la France ;.
Evoquant le probl6me du Fezzan, l'orateur a de-
clar6 que, quoi qu'il arrive, la France pourra etre
fibre de la grande oeuvre de civilisation accomplice
par elle dans ce territoire africain.
Passant au probl6me plus general de l'avenir de
1'Union Frangaise. M. AUGARPE dit que c'6tait esseh-
tiellement un probleme de comprehension mutnelle.
<< Rayons t jamais a-t-il ajout6 ce terme de
a colonies s. Cette pensge, qui veut assurer la sup6-
rioritM de quelques-uns sur d'autres homes, doit
9tre et jamais bannie de notre esprit. C'est une ceuvre
morale que la France doit accomplir dans les ter-
ritoires d'Outre-Mer et, pour cela, elle a besoin de
la jeunesse frangaise >>.
Avant M. Jacques AUGARDE, de nombreux orateurs
avaient pris successivement la parole, notamment
MM. Antoine LAURENCE, membre du Conseil Econo-
mique de 1'A. O. F.; M. SAID MOIIAMED CIEK, depute
des Comores, et M. SARAVANE-I.AMBERT, (diput (le
Etablissemenis Frannais de l'Inde.

A I'Acad6mie des Sciences Coloniales

Sdance du 7 decembre
Le m6decin general MATHIS, qui appartient it
I'Acad6mie des Sciences coloniales depuis sa fon-
dation come correspondent, et qui en a Wtd rc-
cemment Mlu membre titulaire, a 6t& re;u, a
cette Compagnie, par le Dr GIRARD.
Le medecin g6ndral MATHIS, dans son remer-
ciement, a prononc6 'Iloge du medecin cubain
Carlos Juan FINLAY, a qui il attribute la premiere
place parmi les vainqueurs de la fievre jaune.
pour avoir dceouvert le r6Oe du moustique dans
la transmission de cette maladie.
M. GHEERBRANDT et M. Albert-LAPRADE ont i('t
6lus membres de cette Acad6mie.

Seance du 9 dicembre
Apres des presentations d'ouvrages, M. Henri
BRENIER a donn6 lecture d'une communication
intitule : << La victoire du communism chi-
nois >. L'orateue a analyst le preambule de la


Charte adoptee le 1" octobre dernier par la nou-
velle R1publique populaire chinoise. 11 a insist
sur les deux grandes difficulties devant lesquelles
se trouve le nouveau regime : faire rendre a la
revolution agraire de quoi nourrir 450 millions
d'individus le 1/5 de la population de la terre
- et crBer une industries national malgr6 le
manque de tethniciens chinois ; a ces problems
s'ajoute la formation intellectuelle et morale du
people selon des principles stricts. Enfin, il a in-
diqu6 le danger politique que le communism
chinois, qui est aujourd'hui aux fronti6res de
I'Indochine, fait courir A celle-ci.

Seance du 16 ddcembre

M. Jacques BARDOUX a expos la question de
l'attribution des colonies italiennes et les recom-
mandations de l'O.N.U., puis il a indiqu6 les r6-
sultats obtenus a la suite de l'emotion qui s'est
nanifestee dans tous les groupements qui s'in-
tdressent h la situation de la France d'Outre-
Mer.
M. Henry SOLUS a adress6 a son nouveau con-
frbre. M. Louis MILLTOT. actuellement orofesseur
de droit musulman h la Facult6 de Paris, le dis-
cours de hienvenue. Aprbs avoir rapnele la car-
riire de son confrere, il a parl6 du r5le social
dtu droit.
M. Louis MILLTOT a d'abord remercie I'Acad6-
mie de son election, puis a exnos6 la situation
nctuelle de I'Islam, examinant historirtuement la
situation des pavs cni font partie de la Ligue
A'rabe et les possibilities d'un Islam d6ji f6cond6
par la puissance europ6enne.
M. Rene PINON a etd elu second vice-nresident,
pour acc6der a la pr6sidence de l'Acad6mie
en 1952.


L'Acad6mie des Sciences
recompense des fonctionna'res et chercheurs
d'Outre-Mer

L'Acadimie des Sciences a attribute le 30 no-
vembre :
-- M. Jean EMON, ing6nieur principal de la
nmdtorologie colonial A Madagascar, le prix de
la Fondation Himrn;
A M. Jean HURAULT, explorateur des re-
gions de i'Oyapoc et du Maroni en Guyane, et
A M. Georges MASSON D'ANTHUME, ing6nieur
g6ographe, pour ses explorations g6odesiques de
la region Logone-Toubouri-Mayo-Kabi. les prix
de la Fondation de Freycinet.










aL IuEIIF


NOUVELLES D'OUTRE-MER


INDOCHINE


Haut-Commissariat de France

Declarations du Haut-Commissaire Pignon
Le 9 d6cembre, M. PIGNON, s'adressant aux re-
pr6sentants de la press saigonnaise, a pr6cise
que des instructions tres fermes avaient Wet
donn6es aux troupes franco-vietnamiennes < de
s'opposer au passage des troupes chinoises ou de
les disarmer par tous les moyens >. II a dit 6ga-
lement son impression que la fin de non-recevoir
oppose A toutes les offres de cooperation de la
part des g6nCraux nationalists chinois avait per-
mis d'arriver A ce r6sultat.
Abordant cnsuite le probleme de la reconnais-
sance du gouvernement de MAO TsA TOUNG,
M. PIGNON a soulign6 que < dds son retour de
France, il avait officiellement entretenu l'Empe-
rear BAO DAI et M. NGUYEN PHAN LONG, ministry
des Affaires etrangires, des problemes posis pour
le Vietnam par cette reconnaissance >
M. PIGNON n'a pas cach6 que cette question
avait Wte abord6e A nouveau au course des entre-
tiens qu'il avait eus avec S. M. BAO DAI et que ce
dernier avait I'intention au course de son voyage
en France de s'en entretenir avec le gouverne-
ment francaii;.
Au sujet des travaux de la Commission des
Accords, le Ilaut-Commissaire a pr6cis6 qu'A la
suite de ses conversations avec le chef d'Etat
vietnamien, il pouvait d6clarer que les principaux
problimes pos s par la realisation de ces accords
seraient ltglcs le 31 decembre et il a ajout6 :
< Les travaux sont accdldrds au maximum. S'zd
resfe un reliquat, il n'aura aucune importance
politique, peut-9tre meme toutes les questions se-
ront-elles rgi'fes >.
M PIGNON a affirm enfin que le gouverne-
nment francais 6tait fermement decide a soumet-


tre le plus rapidement possible au Parlement la
question de la ratification des accords du 8 mars.
* Quelques jours auparavant, le Haut-Commis-
saire a recu une d6lgation du parti e Viet-Doan >
venue faire une demarche en vue de la prompted
application des accords du 8 mars. II a affirm
a cette d6Clgation qu'A la date prevue (31 d6cem-
.bre) l'essentiel serait r6alise, c'est-A-dire le Viet-
nam sera dote de pouvoirs suffisants pour deve-
nir un Etat ind6pendant. Toutefois certain pro-
blimes ne pourront &tre r6solus qu'en conference
< inter-Etats >, laquelle aura lieu courant janvier.
Le < Viet Doan >- est un groupement, fond i Saigon, i
l'instigation de M. TRAN VAN AN, ancien ministry. dans le
but de soutenir la politique de S.M. Bao Dai ct d'arriver a
la rapide application des accords du 8 mars. Dans son comit6
directeur figurent notamment, outre M. TRAN VAN AN, l'ing&-
nieur LA VAN Nc6, et le colonel BAY VIEN (chef du group
des Binh Xuy6n rallies). Tous les parties politiques repr6-
sentes i Saigon ont donn6 leur adhesion A ce movement,
tout en conservant, 6videmment, leur liberty d'action. Le
Viet Doan n'est pas. i proprement parler, un nouveau part
politique : il timoigne seulement de ce que tous les parties
politiques cochinchinois sont d'accord pour soutenir le pro-
gramme et I'ceuvre de S.M. BAo DAI.

Commission des Accords du 8 mars
Au d6but du mois, d'un commun accord,
M. PIGNON et S. M. BAO DAI ont admis la creation
d'un comit6 restreint, don't le souverain et le haut-
commissaire font parties, et auquel ont Wte soumis
les projects de conventions qui avaient Wte mis an
point par les sous-commissions et qui n'avaient
pu etre ratifies en seance pl6niere. Ainsi a 't6
acchel6r le travail de mise en application des
accords, ce qui a permis A ces derniers d'etre
signs avant la-fin de I'ann6e 1949, comme l'avait
promise M. PIGNON, au nom du gouvernement
francgis.








Menace de gr6ve des fonctionnaires

La greve illimitee, que les fonctionnaires de-
vaient faire le 2 d6cembre, n'a pas eu lieu, les
dirigeants des syndicats ayant Wte sensibles A
I'appel A leur patriotism qu'avait lance le Haut-
Commissaire et ayant d6command6 l'ordre de
greve.
Nomination officielle
de Commissaires de la R6publique au Vietnam
Au Journal official en date du 1" d6cembre est
public un arr6t& aux terms duquel les g6n6raux
LORILLOT, CHANSON et ALESSANDRI sont charges,
a titre provisoire et cumulativement avec leurs
attributions militaires, des functions de commis-
saires de la R6publique respectivement dans le
Centre-Vietnam, le Sud-Vietnam et le Nord-
Vietnam.
Visites officielles

- Le 12 d6cembre, I'amiral MADDEN, commandant en second
lea forces britanniques en Extr6me-Orient, i bord du croi-
seur britannique Belfast, est arrive i Saigon. Il a effectui
des visits protocolaires a l'amiral ORTOLI, a M. PIGNON et
in S.M. BAo DAI. De nombreuses ceremonies se sont dirou-
lees i l'occasion de la visit du croiseur britannique.
* Le 16 d6cembre sent ensuite arrives i Saigon, venant
de Batavia et se dirigeant sur Tokio le lieutenant-g6n6ral
STRATEMAYER, commandant des forces a6riennes amiricaines
d'ExtrEme-Orient, et le major general WILLOUGHBY, chef des
services de renseignements americains an Japon Les deux
generaux Americains, au course de leur s6jour i Saigon, se
sent entretenus avec diff6rentes personnalites francaises et
vietnamiennes, et notamment avec le Haut-Commissaire
PIGNON.
* Le 29 d6cembre, le general CHEVANCE-BERTIN, president
de la Commission de la D6fense Nationale i I'Assembl6e de
1'Union Francaise, est arrive in Saigon, oin il doit rester une
dizaine de jours pour 6tudier sur place les problimes
militaires.
*- M. BONFILS, Conseiller Politique du Haut-Commissaire
PIGNON, est arrive Paris, le 30 d6cembre, charge d'une mis-
sion relative i la ratification de l'accord du 8 mars par le
Parlement frangais.


Gouvernement Central du Vietnam

Activites du Chef de I'Etat

Le 7 d&cembre, S. M. BAO DAI s'est rendu A
Saigon pour s'entretenir avec le Haut-Commis-
saire PIGNON, des questions interessant l'applica-
tion des accords du 8 mars. Le chef de l'Etat a
accept, avec le Haut-Commissaire, la constitu-
tion d'un Comit6 restreint qui devait examiner
les projects de convention mis au point par les
sous-commissions, pour acce61rer le travail de la
Commission d'application des accords.


Durant son s6jour a Saigon du 7 au 20 d6cem-
bre, le chef de l'Etat a preside de nombreuses
fois les travaux de la d616gation vietnamienne.
Le 15 d6cembre il avait recu en audience une
D616gation du Viet Doan venue lui affirmer son
appui total A sa politique de r6alisation de l'unit6
et de l'ind6pendance national, K condition ni-
cessaire et indispensable du rttablissament de la
paix au Viet-Nam ,.
Aprbs 8tre revenue, le 20 d6cembre, A Dalat,
- oil M. PIGNON s'est ensuite rendu pour fair
avec lui une dernibre mise au point des textes des
conventions des accords -, S. M. B.Ao DAI est
retourn6 A Saigon, le 28 d6cembre, pour signer
ces conventions avec le Haut-Commissaire et
recevoir de ses mains le transfer des pouvoirs
au Gouvernement du Viet-Nam.

Applications des Accords franco-vietnamiens
Depuis le 19 septembre, les diff6rentes commis-
sions et sous-commissions de la Commission pour
l'application des accords franco-vietna miens, ont
tcnu plusieurs reunions a la moyenne de douze
par semaine pour des conventions jug6es impor-
tantes, comme celles sur la Justice, la SiretU, les
Finances, les Affaires Economiques et les ques-
tions militaires. Les questions secondaires ont
W6t 6tudi6es par les commissions intlress6es a
raison d'une reunion hebdomadaire. A ce rythme.
on pouvait, A fin novembre, consid6rer que toutes
les questions purement techniques 6taient
r6gl6es. 11 restait, alors, A trouver une solution a
certain problems dans lesquels a la politique e
prenait le pas sur la < technique > et qui d6pas-
saicnt la competence des experts charges de les
6tudier.
Une commission restreinte fut, alors, cr6e apr.s accord
entire les autorit6s francaises et vietnamiennes, sans se substi-
tuer aux d616gations charges des travaux d'application des
accords. Cette commission d6finissait, en quelque sorte, les
a limited entire lesquelles les commissions devaient recher-
cher la solution des problimes 6tudibs. Des contacts directs
entire l'Empereur BAo DAI et le Haut-Commissaire PICNON,
permettaient, en dernier resort, de trancher ou d'eliminer
d'Aventuels diff6rends.
A plusieurs reprises, le Conseil des ministres vietnamien
proc6da A l'Ntude des probl6mes les plus ardus ; de m6mce
lI Haut-Commissaire r6unissait ses collaborateurs immediate
pour rechercher certain compromise plus difficles A obtenir.
De ces nombreuses discussions, reunions d'experts ou tra-
vaux des commissions, sont sorties une centaine de pages
constituent le tcxte des diverse conventions franco-vietna-
miennes auxquelles sont ajouties de nombreuses annexes.
II s'agit d'un travail considerable si l'on en juge par la
complexity des questions i d6battre.
Les travaux se sont poursuivis dans une atmosphere de
cooperation des plus amicales.
Effectu6 en trois mois, le travail de la Commis-
sion pour l'application des accords franco-viel-
namiens a atteint son terme le 28 decembre. Et.








le 29 decembre au soir, A Saigon, les conventions
compl6tant les accords du 8 mars 1949 ont 0t6
signees par le Haut-Commissaire PIGNON, au nom
du Gouvernement de la R6publique Frangaise, et
S. M. BAO DAI, chef de l'Etat associ6 du Viet-Nam.
En execution de ces accords, le 30 decembre a
eu lieu a l'H6tel de Ville de Saigon, la c6r6monie
solennelle du transfer des pouvoirs au Gouver-
nement vietnamien. Cette c6r6monie qui s'est
deroulee entire M. le Haut-Commissaire de France
en Indochine et le Chef de 1'Etat vietnamien, et
en presence de tous les membres du Gouverne-
ment vietnamien et des plus hautes personnalit6s
civiles et militaires francaises, a 6et marquee par
une manifestation enthousiaste de la population
saigonnaise, A laquelle participaient notamment
30.000 Vietnamiens venus de la region de 1'Est,
sous contrl6e caodaiste.


Conference des Gouverneurs

Une Conference des Gouverneurs s'est r6unie,
le 15 decembre 1949, au Palais du Gouverneur du
Sud-Vietnam, sous la presidence de S. M. BAO
DAI, et en presence de M. Vu NGOC TRAN, secr&-
taire d'Etat a l'Int6rieur et directeur du Cabinet
imperial p. i.
Les Gouverneurs TRAN VAN Huu, PHAN VAN GIAO et
NCUYEN Huu TBI, ont, successivement, rendu compete an
Chef d'Etat de la situation dans leurs regions respective.
II lui ont expose les problemes n6cessitant une solution
urgente. Diverse' questions, telles que celles du ralliement
des 6elments nationalists, du ravitaillenient et des moyens
d'existence des populations ayant regagn6 leurs foyers et,
notamment, celle de I'organisation de la s6curit6 dans les
zones nouvellement liberees, ont 6et examinees en detail. Au
*ours de la Conf6rence, 1'6ventualit6 de la creation de
Comit6s de ralliement a ete envisage. Selon les conditions
particuliires a chaque region, les Gouverneurs ont revu, de
S. M. BAo DAI des instructions pour la solution de ces divers
probl6mes.

Mission du Prince Buu Loc

Arrive aux Etats-Unis A la fin du mois de
novembre, le prince Buu-L6c et M. NGUYEN DAC
KHE se sont rendus Washington le 2 d6cembre.
De la capital am6ricaine, oh ils ont eu des entre-
tiens avec des personnalit6s officielles am6ricai-
nes, les deux d616gu6s de S. M. BAO-DAI ont rega-
gn6 la France le 6 d6cembre. A son arrive a
Paris, le prince Buu-Lbc a d6clar6 A la press.
c Nous sommes satisfaits de notre voyage aux
Etats-Unis. Nous avons rencontrd la plus grande
comprehension, tant de la part de l'ambassade de
France que de Washington, et la sympathi'que
attention des personnalites amdricaines que nous
avons vues dans diffdrents milieux.
t 1( est incontestable que la question du Viet-
nam est complete. Je demand qu'on ne la com-


plique pas outre measure. Notre mission en France
se site dans le cadre des accords du 8 mars 1949
et nous estimons qu'il convient, ddsormais, de
marcher au rythme des evenements d'Extreme-
- Orient. Nous avons longtemps cherchU midi (
quatorze heures. II s'agit, maintenant, de ne pas
arriver d la treizieme here ,.
Durant son sejour A Paris, le prince Buu-L6b a
ete recu par le sous-secretaire d'Etat A la France
d'Outre-Mer AUJOULAT, le 14 decembre ; par
M. BOISDON, President de l'Assemble de l'Union
Francaise le 17, et le 23 par le president HERRIOT.
M. Vincent AURIOL, President de la Republique
a aussi regu le prince Buu-L6c, le 21 d6cembre.


Congrbs national
La Radiodiffusion vietnamienne

Pour la premiere fois s'est tenu, A Saigon, du
2 au 7 d6cembre, sous la pr6sidence du ministry
de l'Information, le Congres national de radio-
diffusion vietnamienne, r6unissant tout le per-
sonnel dirigeant vietnamien des stations de radio-
diffusion de Hanoi, Hud, Dalat et Saigon.
Sur la proposition du lieutenant NGUYEN HUU AN, direc-
teur general de la Radiodiffusion du Vietnam, le congrcs a
vote une motion de loyalisme envers S. M. BAo DAI et une
resolution de consacrer tous ses efforts A l'organisation de
la radiodiffusion national.
II serp cr6e incessamment un cadre de la radiodiffusion
vietnamienne don't le personnel rel6vera du ministire de
l'Information.
Pour permettre d'assurer le fonctionnement et I'entretilc
du materiel, un centre de formation technique sera institute
A Saigon et destiny, principalement, a former des radio.-elc-
triciens, d6panneurs, operateurs, preneurs de son, lecteurs
au son, tlettypistes, etc.
La Radiodiffusion vietnamienne se propose, tgalement,
d'envoyer des technicians viethamiens faire des stages,
notamment en France et en AmBrique.
Le Congres a decide, A l'unanimiti, d'envoyer M. THAI
VAN KIEr. chef du Service de 'Information du Centre-Viet-
nam et directeur de < Radio-Hue i fau Bureau international
des telecommunications don't le siege est i Berne, afin
d'obtenir I'attribution des longueurs d'ondes appropriees aux
pays tropicaux et spicialement r6servees au Viet-Nam, ceel
dans le but d'6viter tout brouillage par. des Ametteurs itran-
gers. Pour alimenter les programmes des emissions, il a ite
decide d'organiser, dans le plus bref delai, un centre de pro,
ductions "radiophoniques, avec la commercialization d'Wne
marque R. V. N. (Radio-diffusion vietnamienne).
Enfin, pour cl6turer le congress, diverse questions ,nt ite
abordees, notamment la creation d'une sous-agence Viet-Nam-
Press A Hue ; la publication d'un bulletin radiophoniqum ; ia
declaration, au ministere de I'Information, des postes recep-
tcurs detenus par les Vietnamiens et tons les strangers reii-
dant en territoire vietnamien ; l'etude et la creation d'une
station de television ; les cachets artistiques et drpits
d'auteurs.









D6placements de personnalit6s
4 Le 23 dicembre, M. D6-HuNG, charge de mission du Gou-
vernement vietnamien, est parti pour la Nouvelle-Delhi, afin
d'y preparer l'arriv6e d'une ; mission d'amitid vietna-
mienne >>.
I M. TRAN VAN KHA, membre du Conseil du Sud-Vietnam,
charge d'une mission par le Chef du Gouvernement en vue
de'preparer l'arriv6e et l'installation de la dnelgation du
Vietnam A l'Assembl6e de 1'Union Frangaise, est retourne a
Saigon le 7 d6cembre, apres avoir rencontre durant son
a6jour A Paris, de nombreuses personnalitis politiques fran.
raises, notamment M. JUFLAS, M. LE TROQUER, M. FEIDARIC
DuPoNT -, et avoir 6t6 regu par le Ministre de la France-
d'Outre-Mer et par le President de l'Assembl6e de l'Union
Francaise.
Le secretaire particulier de S. M. BAo DAI, le aR. NCUYEN
MANH D6N, en mission a Paris, a regagn6 Dalat au d6but de
Sd6cembre.


Nord Vietnam

M. MALCOLM MAC DONALD, A la suite de son
voyage en Indochine, a adress6 le 8 d6cembre au
Gouverneur du Nord-Vietnam NGUYiN Huu TRI,
un message dans lequel il declare < qu'il a &t9
tres heureux d^avoir eu l'occasion de visitor quel-
*ques villages avec lui, car a-t-il ajoutg -, cela
m'a donnd une nette impression de l'oeuvre de
pacification entreprise et de la joie des habitants
d se placer sous le contr'le vietnamien >>.
M. MAC DONALD a aussi rendu hommage A la
personnalit6 de M. NGUYEN HUU TRI :
a Votre personnalite, dit-il, vos aptitudes, votre
popularity donnent beaucoup de poids d faction
du gouvernement de S. M. BAO DAI au Tonkin.
Je suis sitr que ce dernier est destine d jouer un
tres grand r6le dans l'histoire contemporaine de
votre pays.
SAu course de ce mois, le gouverneur NGUYAN
Huu TRI a inspect pour la premiere fois, les
provinces de Bac Ninh et de Bac Giang, qui, apres
avoir et6 par les forces vietnamiennes depuis
1945, ont Wte reoccupees par les troupes franco-
vietnamiennes depuis le 14 juillet 1949.

La ville de Bac Ninh m6me est entiirement detruite A
exceptionn de la cath4drale dominicaine espagnole, grave-
ment endd nmagee A la suite de I'application par le Viet-
minh de sa politique de f terre brflee x. Cinquante-deux
families, soit deux cent cinquante personnel environ, sont
revenues dans ce qui fut Bac Ninh et, dans les mines, conm-
mencent A reconstruire lee maisons. Les operations se derou-
lent maintenant au deli de Bac Ninh, dans la region de Phu
Lang Thuong. Le gouverneur TRI, accompagn6 des princi-
paux chefs de service du gouvernement du Nord-Vietnam, a
augsi visited Thi-Cau et Dap-Cau, importantes agelna-,rmions
proches de Bac Ninh, egalement rasies par le Vietminh.
L'usine des papeteries d'Indochine, notamment, n est plus
qu'un souvenir : ferrailles tordues, murs effondris, etc. Dans


lee campagnes, quelques ilots intact apparaissent toutefois,
notamment lea gros villages catholiques de Dai Trang et de
Xuan Hoi ou le gouverneur du Nord-Vietnam a tenu a adres-
ser quelques mots A la population rassembl6e autour des
Bglises.
Actuellement, 45.000 Vietnamiens sont contr616s par lee
troupes franco-vietnamiennes dans la province de Bac Giang
et dans la parties de la province de Bac Ninh, situee au hnrd
du canal des Rapides. La parties de cette province, situ6e au
sud du canal a 6chapp6 depuis longtemps au controle du
Vietminh. Elle est maintenant peupl6e de 400.000 Viet-
namiens.

* c Dans un but humanitaire >, le Gouverneur
du Nord-Vietnam a pris un arret6 interdisant
formellement le moyen de locomotion par pousse-
pousse, dans la ville de Hanoi, a partir du 1" juil-
let 1950. Cette interdiction s'applique aussi bien
aux pousse-pousse de louage qu'aux pousse-
pousse dits a de maitre >.

* L'Association tonkinoise des Francais d'Outre-
Mer a tenu son Assembl6e Gne6iale extraordi-
naire de fin d'ann6e, en son siege, 106, rue Jules-
Ferry, le 18. d6cembre.
M. CLAVERIN, president sortant, en un rapide tour d'hori-
zon, a evoqun les efforts du comity et les resultats acquis
au course de I'annee 6coulke. II s'est attache A souligner que
le but constant du comit6 a 6t6 de ramener 1'A. F. T. C. M.
A sa veritable mission : mission d'entr'aide et de solidarity
par la camaraderie.
L'Assemblee s'est prononcee, a l'nmanimitn, pour l'affilia-
tion de I'A.T.F.O.M. A l'Union des Francais d'Outre-Mer et
la creation, en son sein, d'une society de Secours Mutuels.
Ont 6et6 lus, au comite 1950, les personnalit6s suivantes :
President : M. LAGRANCE, inspecteur du Travail ; vice-pr6-
sidents : M. MORICE, avocat gienral A la Cour ; M. JULIEN,
commercant.
* Dans la capital du Centre, le 7 d6cembre,
devant le PHU-VAN-LAU, a eu lieu la c6ermonie
solennelle de la nomination au grade-de com-
mandant de M. NGUYPN Nooc LP, commandant en
chef des t, Viet-Bao-Doan > (Corps' de security
vietnamien) et au grade de capitaine de
MM. TRAN NGUYPN AN et LAM-SON en presence
du g6enral LOiILLOT, commissaire de la R6pu-
blique pour le Centre-Vietnam, de Mgr DRAPIER,
d6legu6 apostolique, du commissaire adjoint, du
Chef de la province du Thua Thien, des direc-
teurs et des chefs de service et d'une affluence
nombreuse de fonctionnaires et des 6coliers des
divers 6tablissements scolaires de Hut.
' Le 8 d6cembre, le gouverneur PHAN VAN GIAO,
en compagnie du general VEZINET, d6l6gu6 du
Commissaire de la R6publique et Commandant
des troupes en zones du Sud et des plateaux, a
fait un voyage d'inspection dans les provinces du
Sud. II s'est arr&t6 notamment A Nha-Trang, A
Ninh Hob et Khanh Hoa. A la citadelle de cette
derniere ville, il a pr6sid6 une manifestation
populaire en faveur de S. M. BAO DAI. Prenant


28








la parole A cette occasion, le gouverneur GIAO a
affirmi6 la n6cessit6 de l'amiti6 franco-vietna-
mienne; il a insist sur le faith que son patriotism
ne 1'6loignait pas mais le rapprochait de' la
France, et a soulign6 la volont6 du people du
Vietnam d'6voluer vers le progres tout en conser-
vant les bonnes traditions.


Sud Vietnam

SLe 30 novembre, le Gouverneur TRAN VAN Huu
s'est rendu a Soc-Trang province du Viet-Nam
o6 les Cambodgiens se trouvent en plus grand
nombre pour presider la cer6monie de la pose
de la premiere pierre de 1'Ecole de Pdli. A cette
occasion, le Gouverneur Huu a prononc6 une
allocution qui a regu I'unanime approbation des
nombreux Cambodgiens et Vietnamiens presents:
c Bien que Vietnamiens et Cambodgiens nous ne soyons
pa. de la mnme race, nous avons toujours vecu, depuis nos
,nrAtres, ensemble sur cette terre oa nous sommes nds, a dit
le Gouverneur. Nous y avons vacu melanges les uns aux
autres. Nous avons partage les mimes vicissitudes, nous som-
mes soumis sans aucune distinction aux mAmes lois, a la
mame administration, de sorte que les Vietnamiens et les
Cambodgiens sont tous des enfants et des citoyens du Viet-
Nam, et que le Vietnam est notre patrie commune.
Vous avez pu remarquer sans doute que les Cambodgiens
peuvent Atre des notables, des chefs de cantons, des secrd-
taires, des instituteurs, des ddlagues administratifs, tout
comme les Vietnamiens. Les Cambodgiens ont 6galement des
ecoles pour l'enseignement de leur langue maternelle das
leur jeune age, et, dans les classes supgrieures, ils atudients
ensemble avec les Vietnamiens. Les Cambodgiens ont aussi
la liberty de construire des pagodes et de pratiquer la reli-
gion bouddhique comme les Vietnamiens. Is patient Agale-
ment les mmmes imp6ts.
Une preuve flagrant de la parfaite entente entire les Viet-
namiens et les Cambodgiens de ce pays, qui sont d'ailleurs
soumis au mame sort, est qu'il y a quatre ans, lorsque les
Japonais avaient entrepris leur coup de force dans ce pays,
les Cambodgiens et les Vietnamiens ont continue d vivre
ensemble dans une parfaite communautd sans que rien ne
puisse modifier leurs relations.
Aujourd'hui, je suis heureux de venir, jusqu'ici, au nom
du Gouvernement du Viet-Nam, sous I'autorite de S. M. BAo
DAI, poser ta premiere pierre sur cet emplacement ofi s'la-
vera une grrdde cole pour l'enseignement du pdli, qui est
la langue d'origine de la civilisation khmere, et, aussi la
langue qui permet de pdnetrer dans la profondeur de la
religion bouddhique Hinayana.
C'est parce que le Gouvernement comprend le d4sir des
compatriotes cambodgiens du Sud-Vietnam qu'il n'a pas
hisitd, malgre la situation budgAtaire ddficiente, d aider t la
construction rapide de cette cole.
A partir d'aujourd'hui, notre Viet-Nam est devenu un Etat
indppendant dans l'Union Francaise. Nous devons done tous
unir nos efforts pour reconstruire notre pays qui a etd forte-
ment datruit. Nous devons travailler ensemble i rebatir
notre pays sous la conduite dclairde de S. M. BAO DAI.
Je puis, au nom de Sa Maiestg, Chef de l'Etat, assurer a
nos frares cambodgiens, qu'ils seront traitAs comme jadis.
c'est-a-dire exactement sur le mmme pied que les Vietna-
miens. :


* Un nouveau groupement prend un rapide essor
dans le Sud-Vietnam : c'est le c Tranh NiMn Bao
Qu6c Dodn > (Jeunesses patriots) fond6 par
M, Do VAN NANG, socialist S.F.I.O. don't I'attitude
anti-communiste a toujours 6et tres ferme.
II a exists, d'abord dans la clandestinit6, puis ouvertement,
apres le 9 mars 1945, un movement de jeunesse f Thanh
Nign Tian Phong > a tendance communist et don't lea d6fi-
les tumultueux d'aoft-septembre 1945 sent encore dans lee
m6moires des Saigonnais. Le nouveau movement ae jeu-
nesse, qui se daveloppe rapidement, et surtout parmi les
classes laborieuses, compete djiA plus de 20.000 adherents. Le
4 d6cembre, A Saigon, ses membres ont pr&t6 serment de
fid6lit af S. M. BAO DAI, Chef de l'Etat vietnamien. Son
chef, M. Do VAN NANG, a r6affirmi publiquement a eette
occasion, la position anti-communiste' du groupement. La
ceremonie 6tait presidee par le Gouverneur TRANG VAN HUU
V et S. E. NGUYfN T6N HoAN, Sous-secrBtaire A la Jeuneese.

Cambodge

Commission d'application des Accords
A la Commission d'application du trait
franco-cambodgien, la commission d'Administra-
tion g6enrale s'est r6unie pour la premiere fois
le 14 decembre.

Le President de la'DQlegation cambodgienne, S. E. TIov
LONG, a demand an President de la DblIgation frangaise,
M. DUMONT, d'accepter la prisidence de cette premiere
seance. Celui-ci a remerci6 S.E. TIou LONG, de l'amabilit6 de
son geste, et, en quelques mots, a indique dans quel esprit
de franchise et de loyauti la delegation francaise entendrait
atudier les problems pr6sent6s A cette Commission.
S. E. Tiou LONG a fait part du dasir de la d6lgation cam-
bodgienne de mettre au point, dans le m8me esprit, lea ques-
tions poses.
Au course de cette seance, 1'ordre du jour des trdvaux
ayant 6t6 4tudia et arrat&, la delegation franchise a recnis, a
la d6elgation cambodgienne, un project de convention relative
au statut du personnel.
Une atmosphere de parfaite cordiality a r6gn6
au course de cette premiere seance.
A l'issue de la stance suivante qui s'est tenue
le 21 decembre, les deux d~elgations ont achev6
la mise au point de l'accord concernant l'Hygiene
et la Sant6 Publique.
Elles ont 6galement mis au point l'accord rela-
tif aux enseignements du premier et du second
degr6.

Commemoration du retour de Battambang
& la communaut6 khmbre

Le 8 decembre, en presence de S. M. NORODOM
SIHANOUK, des hautes personnalit6s frangaises et
cambodgiennes, et d'une foule nombreuse, s'est
deroulCe A Battambang la c6r6monie commemo-
rative du retour au Cambodge des provinces ai-
nexees par le $iam pendant la guerre.







C'est le 8 d6cembre 1947 que le Gouvernement
de Bangkok, A la suite de l'accord conclu le 17
novembre 1946 A Washington, restituait au Cam-
bodge par le truchement de la France les terri-
toires qui lui avaient 6t6 enlev6s.
La r6trocession de Battambang ne constitute
pas seulement un succ6s franco-kmer, c'est le
premier r6sultat de l'application des principles
de l'Union Francaise.

Laos

Une d616gation francaise s'est rendue au Laos
pour mettre au point l'application de la conven-
tion franco-laotienne du 19 juillet. Toutes. les
personnalit6s frangaises et laotierines de Vien-
tiane, don't le Commissaire de la R6publique et
les membres du Gouvernement laotien, ont
accueilli cette d61egation, A laquelle un important
detachement de forces du Laos' a rendu les
honneurs.
A la seance pl6niere de la commission. le
prince BOUN OUM, apres avoir exprim6 ses sou-
haits de bienvenue A ceux qui < reprdsenterit le
pays Lao et la France, lointains dans l'espace
mais proches dans nos coeurs, la France don't la
gdndrositd n'a jamais failli, la France qui ne peut
avoir de plus grand destin que celui de rester
elle-mdme,, a. precis ainsi le but" des travaux
actuels.
Le Laos, qui demand A vivre, doit trouver,
dans la conclusion des Accords, la possibility de
vivre; il lui faut trouver, dans chaque domaine,
au sein de l'Union Frangaise, une position 6qui-
libr6e et stable sur laquelle il pourra asseoir soli-
dement son economic, sa s6curit6.
Aux applaudissements de tous, le Chef du Gou-
vernement laotien a termin6 son allocation par
ces mots : < Si quelqu'un, parmi vous, Francais
ou Laotien, pouvait, pour quelque consideration
que ce soit, se sentir tented par 'l'esprit de mar-
chandage, je lui demand de se souvenir que rien
de solide ni de durable ne s'est fait dans ce pays
sans la confiance et l'amiti >>.
Les reunions techniques de travail ont com-
menc6 aussit6t apres la stance pl6niere.


INFORMATIONS MILITAIRES

Situation & la frontiere tonkinoise
En face des 6v6nements de Chine; les gouverne-
ments frangais et vietnamien ont exprim6 leur posi-
tion dans cette-d6claration que le Haut-Commissaire
IPignon a fait publier le.10 decembre :
*
< Je suis autorisi par les Gouvernements frangais
et vietnamien a faire connaitre qu'ils ont pris la
position suivante : *


Les Gouvernements francais et vietnamien esti-
ment ndcessaire de faire connattre quelle serait lear
position au cas oil des formations militaires chi-
noises seraient amenges d tenter de pindtrer en
Indochine, et en particulier au Vietnam.
Its prdcisent que les instructions donnees aux
troupes de 'Union Francaise sont de s'opposer i
toute entree en Indochine de troupes 6trangeres se
prdsentant en armes d la frontiere. Si un tel cas se
prdsentait, les dlments qui franehiraient la fron-
tiire seront refoulds ou dtsarmes et interns.
En aucun cas, les Gouvernements francais et viet-
namien n'admettront quie le territoire du Vietnam
comme celui d'aucun autre Etat de l'Union Fran-
caise serve de refuge i des elements susceptibles
d'affecter la sCcurit6 des regions frontieres et les
rapports de bon voisinage avec les Etats limitro-
phes. Sign6 : PIGNON, )
En conformity avec cette- declaration, les autorit6s
franco-vietnamiennes ont d6sarm6 et intern tous
les soldats nationalists chinois qui se sont pr6sen-
tes A la fronti6re d6s le 12 d6cembre. A partir 'de
cette date, jusque vers la fin de d6cembre, environ
30.000 soldats nationalists out franchi la frontibre,
il s'agit surtout de soldats de la 46" arm6e nationa-
liste, faisant parties du group d'arm6e command
par le g6n6ral Pai Tchoung Hsi. Les principaux
passages se sont effectu6s au Nord-Ouest de Tien
Yen.
Les premiers 10.000 soldats d6sarm6s sont arrives
le 20 d6cembre au Centre de regroupement de Hong
Duong, pres du port de Campha. Ceux qui ont pass
la frontire ensuite sont h6berg6s au camp de Tien
Yen.
De nombreux civils, femmes et enfants, ont suivi
I'arm6e nationalisteen retraite.
L'6vacuation de la zone fronti6re s'effectue, pour
les hommes, A pied et en colonnes; et pour les
femmes, les enfants et les blesses en camions ou
par voie maritime suivant les possibilities.
Le corps medical frangais est sur place dans les
camps, avec 1'6quipement anti-6pid6mique. Aucune
maladie 6pidBmique n'a 6t6 signalee.
Les operations de d6sarmement, d'6vacuation, et
d'internement, se sont faites dans le plus grand
came et sans aucun incident jusqu'ici.
Au Nord, l'activit6 de nos troupes a 't6 moins
important que durant les mois precedents. Aucune
operation d'envergure n'a 6t6 effectu6e contre les
rebelles, Rtant donn6 la situation nouvellement cr66e
A la frontiere par 1'arriv6e des nationalists chinois.
L'attention de nos troupes 6tant retenue par les
operations de d6sarmement et d'interneinent des
soldats chinois, le Vietminh en a profit pour lan-
cer les attaques contre nos postes isol6s ou contre
les convois.
Le 3 d6cembre, un convoy militaire, transportant
du ravitaillement destiny aux postes de Paxi et
Thampoun, A 20 kilometres an Nord-Ouest de Mon-
cay, pres de la frontiere chinoise, a Bt6 attaqu6 par
une bande d'environ deux cents Chinois et parti-
sans du Vietminh, venant de Chine. Des renforts,
envoys de Moncay, ont r6ussi a repousser les assail-
lants, qui ont dif repasser la fronti6re sans avoir








reussi a piller le convoi et en important leurslmorts.
Cinq partisans vietnamiens ont et6 tu6s.
Dans la nuit du 9 decembre, les forces frangaises
en garnison dans la region de Hod Binh, dans la
region montagneuse sitube au Sud-Est de la capi-
tale du Tonkin, ont eu A reagir vigoureusement con-
tre les groups vietminh qui les ont harcelees par
des'. attaques successives.
Le 17 d6cembre, les rebelles ont dirig6 deux atta-
ques, la premiere centre un poste au Sud-Est
d'Haiphong, la second contre des troupes franco-
vietnamiennes stationn6es dans le secteur de Nam
Dinh, toutes deux ont Wte repoussees.
A peu pres en meme temps, au Nord, le poste de
Polu, situ6 dans le secteur' de 'Lao Kay, a subi
I'attaque des 6elments vietminh qui ont df se reti-
rer en laissant deux morts sur le terrain des l'arri-
vee des renforts franco-vietnamiens. Cependant, les
rebelles, qui ont semble tenir particulierement au
poste de Pholu, sont revenues a la charge avec trois
bataillons disposant de mortiers et d'armes automa-
tiques. Onze assauts ont Wt6 successivement repous-
ses par la garnison franco-vietnamienne du poste
sur lequel plusieurs centaines d'obus de mortiers
ont Wte tires. Au course de cette important attaque,
l'aviation frangaise a Wte tr6s active, et 'adversaire
s'est retire, laissant plus de cent cinquante blesses.
Cette attaque don't le Vietminh avait pris l'initiative
apr6s une minutieuse preparation, s'est done termi-
u6e pour lui par un 6chec severe et peut etre consi-
d6rBe, tant du point de vue politique que militaire,
comme un grand succ6s des troupes de 1'Union
Frangaise.
Le 21 decembre, de nouveau, dans la region de
Hod Binh, le Vietminh a lanc6 trois assauts suc-
cessifs contre le poste de Chob6. Le courage et la
tenacity des troupes franco-vietnamiennes qui dB-
fendaient le poste ont annihil6 toutes les tentatives
des assailants; A cette occasion, les 6elments
muong se sont particuliArement distingues.
A cette date, dans la region de Vinh Yen, un d6ta-
chement vietminh, arborant le drapeau national
vietnamien, s'est avance jusqu'a. proximity d'une
patrouille frangaise et a ouvert le feu. Malgr6 cette
ruse deloyale, les rebelles ont Wt6 disperses A coups
de mortier.
De notre c6t6, nos troupes ne sont pas rest6es
inactives. Elles ont entrepris le 10 d6cembre, des
operations de nettoyage dans 'ile Van Coc, une des
iles du Fleuve Rouge : 110 partisans du Vietminh
ont 6et tues et une centaine faits prisonniers.
Le 20 decembre, nous avons tendu une embuscade
A une vingtaine de kilometres A Poudst de Haiduong,
aux rebelles qui ont perdu six tu6s et seize pri-
sonniers.
Le 23 decembre, 71 Viet Mlinh, ont Wt6 faits pri-
sonniers, lors d'une reconnaissance effectude par
nos patrouilles, A une dizaine de kilometres au Sud-
Est de That RKhe. En meme temps, au course d'une
embuscade tendue dans le secteur de Hanoi, dix
rebelles ont Wte tues, et un commissaire politique et
trois guerilleros ont etW arret6s. Enfin, dans le sec-
teur de Hai Duong, une de nos patrouilles a inter-
cept6 un convoi -du Vietminh, qui a laisse sur le
terrain six tues et neuf blesses.


Dans le Centre-Vientnam, la persistence des
mauvaises conditions atmosph6riques avait amen&
un ralentissement notable dans l'activit6 militaire.
Cette detente n'a pas dure et l'action rebelle s'est
fait A nouveau sentir, dirig6e principalement contre
nos communications. Des coupures ont Wtt effec-
tu6es sur la R.F.I. (la Grande Route C6tilre), et la
voie ferr6e (oi deux deraillements, au col des
Nuages et vers Quang Tri, ainsi qu'un sabotage au
d6p6t des machines de Hub ont caus6 des domma-
ges mat6riels). Des accrochages s6rieux ont eu lieu
dans la region de Quang Tri, et la, comme aux alen-
tours de Hu6 et de D6ng Hoi, la situation demeure
assez tendue. Nos forces, qui ont fourni un tres
Sgros effort pour la remise en Rtat des axes et des
'installations, d6vast6s par les pluie torrentielles et
les inondations des derni6res semaines d'octobre,
ont 6galement assure, dans des conditions tres diffi-
ciles et sans incident, le ravitaillement des postes
autour de Dong Ha et de Dong Hoi. En outre, elles
ont op6re, avec succ6s, dans les environs de Hl6,
de Quang Tri, de Dong Hoi, de Tourane et d6gag6 les
abords de la R. F. I. et de la voie ferree. Au course
de ces operations, plusieurs accrochages se sont
products avec l'adversaire.
Dans le Sud-Vietnam, une operation combine,
entreprise par les e16ments de l'arm6e de terre, de
'air et de la Marine, dans le Nord de la province
de Bienhod entire le Ddng Nai et le S6ng BD; s'est
.termin6e au debut de la deuxinme quinzaine de di-
cembre par un succAs complete.
Surpris par l'irruption en force de nos troupes
dans une region de forts qu'ils consid6raient jus-








qu'A ce jour comme inviolable, les rebelles ont subi
les pertes s6veres tant en personnel qu'en materiel
et en armement. La destruction de nombreuses ins-
tallations (deux usines d'armement, avec 12 machi-
nes-outils, 2 moteurs Blectriques et 1 group Blectro-
gene, plusieurs ateliers d'armes, des d6p6ts de
mines, grenades et explosifs, un centre de transmis-
sion radio equip6 de 5 postes, 16 camps fortifies,
4 gros d6p6ts d'cxplosifs et de matieres premieres)
a port un coup serieux h leur potential de guerre
et dcsorganise une zone don't iis semblaient manifes-
tement vouloir faire une place d'armes pour la pr6-
paration d'actions ult6rieures. Dans le domaine poli-
tique, la port6e de cette operation n'est pas moindre,
si l'on songe que nos unites, non seulement ont
foul un sol que les dirigeants Vietminh tenaient
pour d6finitivement a leur pouvoir, mais y ont
hivouaqu6 des jours entiers, enlevant aux rebelles
la possibility de se constituer les approvisionne-
ments n6cessaires pour intensifier la lutte.
D'autre part, le Nord de la Region de Soctrang a
connu a la fin de la premiere quinzaine de d6cem-


bre, une agitation s6rieuse lorsqu'une forte bande
rebelle, solidement arm6e, a attaqu6 le poste de Cua
K8, ainsi que les tours et les 616ments d'auto-d6fense
de la route de C u KM A Tieu Can. L'arriv6e sur les
lieux de renforts a permis de d6gager le poste encer-
cl de Chu KM et de rdoccuper plusieurs tours et
le poste de Tieu Can don't les garnisons avaient dfi
se replier. Nos forces ont ensuite entrepris le net-
toyage de la region, en cooperation avec des unites
de la marine et avec l'appui de la chasse.
Au Cambodge, I'activit6 reelle a &tr faible. II
s'est dbroul6 surtout des operations de police ; I'une
d'elles a amen6 la capture de nombreux pirates i
proximity de la R. F. I., au debut du mois.
Au Laos, A proximity de la frontiere lao-vietna-
mienne, dans la region de Sam-Neua, les bandes
vietminh ont attaquB nos postes et 6red une agita-
tion assez s6rieuse. Des operations ont 6t6 imm6dia-
tement declench6es. Dans cette region, toutefois, une
menace subsiste que le commandment suit de tr&s
pres.



















































(photo gouvt g6enral de 1'A.E.F.)


Un immeuble moderne de Brazzaville


(photo gouvt general de I'A.E.F.)
Brazzaville : Une maison d'habitation du nouveau village africain de Bacongo



















(I-


At. t M i-y~ il
*"* ':fiA^ ,ft<.E ** g


(photo gouvt general de I'A.E ,.)


Brazzaville : La cath6drale Ste-Anne


>1


(h o g tr.-. d ., '
(photo gouvt general de I'A.E.F.)


Pointe Noire : Les entrepbts du Port















1.~a.






-~' A


'': .- *". 'l"

'-, '- *.' /L
* ~ K K ;r 4


r ~ I


Iphoto ourtl n iiral do Madagascar)

Madagascar. Environs de Tananarive. Domaine de Faharctana
La micanisation des cultures : La charrue a socs au travail


(photo gouvt general de Madagascar)


Id. Deuxi&me labour a la charrue a disques


''
-r;' .r3l ~n.;-
CI;.*- '
=.~h;w~-r--~ ?c~~~;t;hj~!l~;i~c~ I~
~'~'- r'* ll~~J.~

.) ~. k ;r
ri,'-
L- .:....5- U~-I~J-~-;r*t-~

































k N- rW2rw.






(photo gouvt general dr Madagascar)
La m6canisation des cultures a Madagascar (Domaine deFaharetana)
Le semoir m4canique i mais au travail


>prio'o gouvL general ae Madagascar)
Madagascar. Route de Fort-Carnot : Le nouveau pont sur I'Ionilahy








AFRIQUE OCCIDENTALE FRANCAISE


Fidiration


La determination
de I'index
tuberculinique dans
les collectivites
scolaires
D L.s la rentr e pro-
chaine, et au
c ours de l'annu e
scolaire 1949-.50, tons
Sales Clves des 6coles
d'A.O.F. seront sou-
mis au test A la tuber-
culine, qui permettra de les classes en allergiques
et non allec giques, autrement dit de les diff6ren-
cier en suj,:.ts tuberculisis et en sujets neufs.

Temps prel minaire de la vaccination au B.C.G.. l'ptude
du test tuberculinique permettra non seulement de d6ter-
miner les individus justiciables de la vaccination, mais elle
rialisera en mnme temps une vaste prospection par l'index
tuberculinique et some toute sur l'impregation tubercu-
leuse en A.0.F chez les enfants d'fge scolaire.
Sans doute, cette prospection ne dispensera-t-elle pas
des enqu8tes cliniques, radiologiques, bactiriologiques,
autant de mcyens de dcpistage auxquels il appartiendra
ult6rieurement de faire le point sur l'importance r6elle de
]a : tuberculoiie maladie 1. Elle n'en constituera pas moins
uine source exm:rmement important de renseignements sur
.l p6nitration du B.K. et de sa dissemination dans les
populations africaines de la FBdiration.


Edition d'une carte des population-
de I'A. O. F.

La Mission anthropologique de I'A.O.F. vient
d'editer une carte des populations de l'Afrique
Occidentale, dressee par le medecin-lieutenant
colonel Lont PALES, chef de la Mission d'6tudes.
Cette carte, au 1/3.000.000, est a la meme
6chelle que la carte routibre de I'A.O.F.
Elle est accompagnee d'un Index alphab6tique
des populations, qui en rend la lecture et 1'em-
ploi particulibrement faciles.


ILa photographic a6rienne
des Territoires africains

Depuis le 24 octobre 1949, une escadrille photo-
graphique ;ip6cialisBe, d6pendant de l'Institut
G6ographique National (Ministere des Travaux
Publics et des Transports), pursuit son action
sur les territoires du Dahomey et du Togo. Les
appareils de cette escadrille, Forteresses volantes


SB 17 >, sont montes par des 6quipages civils
rattach6s At < Air-France .
Venant de Madagascar, oi elle avait travaill6 pendant
cinq mois, 1'eicadrille a 6tabli sa base sur le terrain de
Lomb, terrain susceptible de permettre 1'atterrissage et 1'en-
vol d'avions de plus de trente tonnes en charge.
Malgr6 les conditions atmospheriques d6favorables en
novembre et la fatigue cause par le travail journalier a sept
ou huit mille metres d'altitude pendant des heures, les equi-
pages sont parvenus a couvrir, a la mi-d6cembre, une surface
de 98.000 kilometres carrds en photographies verticales, i
une echelle voisine du 1/50.000', soit tout le Dahomey et Ie
Togo jusqu'au 11' parallele Nord.
En raison de la reussite de cette mission, doht la mise en
place a Wte assuree par le Service GBographique de 1'A. O. F,,
une nouvelle champagne de prises de vues a Wte prevue, pour
1950, sur le territoire de 1'A. O. F.


S&nigal

Le Budget du Territoire

Le budget du SEn6gal pour 195-0 a Rt6 vote le
30 novembre par le Conseil general. II se monte
a 3 milliards 157 millions de francs C.F.A.


C6te d'Ivoire

La production agricole de la C6te d'lvoire
EN TONNES
1938-39 31-8-48 31-8-49


,Cafe ..........
SCacao ....... .
Palmistes ......
Arachides .......
Coton .......
M ais ..........
Riz et paddy ...
Tabac ..........


8.752
52.321
6.435
9.729
7.253
538
2.142


37.423
27.325
6.228
39
2.513
718
5.485
24


48.418
47.566
3.805
3.114
818
446
3.1511
16


Le commerce exterieur de la C6te d'lvoire
Pour les sept premiers mois de 1'ann6e, les
importations de la C6te d'Ivoire se sont levees
h 93.464 tonnes, d'une valeur de 4.211.500.000
de francs, et les exportations t 153.749 tonnes,
d'une valeur de 5.845.137.000 de francs.

La population europ6enne d'Abidjan

A la suite d'une verification du nombre des
rationnaires de souche europ6enne, -la popula-
tion d'Abidjan et des environs s'6lverait a
6.200 Europ6ens.








AFRIQUE EQUATORIALE FRANCHISE


F6d6ration

Le r6seau routier
d'A.E.F.

L ES routes de
I'A.E.F. sont
classes en qua-
tre categories d'apres
la nature des liaisons
qu'elles assurent e t
I'importance du traffic
qu'elles supportent :
a) Routes fiddrales:
liaison entire les diff6rents Territoires d'A.E.F..
qui doivent en principle b6n6ficier de la parennit6.


b) Route premiere cat gorie : routes A gros
traffic surtout dans le nord de la Federation. Doi-
vent en principle jouir d'un praticabilit6 perma-
nente.
c) Routes deuxidme categorie : intcret econo-
mique; au Gabon et au Moyen-Congo ne servent
qu'a. assurer les liaisons de commandement.
d) Routes troisidme catdgorie et non classes :
int6r&t purement local.
L'entretien des routes fed6rales est a la charge
du Budget G6n6ral, les routes de premiere,
deuxieme et troisibme categories A la charge des
Budgets Locaux. Dans 16tablissement des Budgets
les assemblies locales firent une allocation kilo-
m6trique d'entretien selon la cat6gorie.
Le reseau (37.000 km.) est r6parti comme suit:


Routes Premiere Deuxieme Troisieme
fedCrales categoric categories categoric Non classes Totaux
Moyen-Congo .............. 1.817 501 944 1.218 2.473 6.953
Gabon ..................... 1.081 1.248 634 177 1.561 4.701
Oubangui-Chari ............ 2.401 567 607 1.183 4.708
Tchad ..................... 3.747 1.785 2.408 2.400 11.315 21.655
Totaux ................... 9.046 3.101 4.953 4.978 15.349 -


Entretien des routes : Les credits d'entretien
sont r6partis A l'int6rieur des territoires entire les
diverse regions selon le kilom6trage et la cat6-
gorie des routes. Les chefs de district sont
responsables de l'entretien des routes et pistes
ainsi que l'entretien des ouvrages d'art.
Classements des routes feddrales :
NP 1 (Nord-Sud) Brazzaville-Gamboma
frontiere Oubangui-Chari .......... 951
fronti6re Oubangui Nole-Canot-Bo-
zoum frontiere Tchad ........... 626
frontiere Tchad-Doba-Bongor-Fort-
Lamy-Largeau ................. 1.695

3.272


N 2
N 3


Brazzaville-Pointe-Noire ..........
Dolisie frontibre Gabon ..........
frontiere Lambar6n6 Mitzic fron-
ti6re Camerour ................


N 4 Libreville Kango Bifoum ........
N0 5 Cameroun-Bouar Bangui fronti6re
Soudan ........................
N 6 (Strategique) Damara frontiere
T chad .........................
frontiere Tchad-Archambault-Gue-
landangue .....................


No 7 Bossemb616-Bozbum .............
N" 8 (13' parallele) Massaguet Ati-Abe-
ch6-Adr6 ........................
N 9 Fort-Archambault Ab6ch6 (de Niou
A Melfi-Bitkine) ..................
N 10 Fort-Lamy-Garoua (de Bongor A
Fianga-L6r6 frontirre Cameroun) .


L'effort minier de I'A.E.F.
Bien qu'elle existe depuis de nombreuses an-
n6es, la production miniere de I'A.E.F., handica-
p6e par le manque de main-d'ceuvre et d'outillage
n'a progrcss6 jusqu'ici que lentement.
I cTf t fll 3 b130f i t0 L l E 1 1 0 1t


a/lalll llc, UI, p1lUomlU VIInV e poIlu-JL I A IV m ell llll-
6201 en tMte des products miniers de I'A.E.F. ; le
24( cuivre, le zinc, le manganese, 1'6tain s'inscrivent
ensuite. Quant au p6trole du Gabon, il fait en-
896 core I'objet de prospections, et n'est pas actuel-
lenient exploit, mais tout porte A croire A .la
1.762 presence d'int6ressants gisements petroliferes.


187 Bien que 1'A.E.F. ne possede encore aucune
exploitation minibre de grande envergure, et quc
1.93) l'industric minibre soit le fait de multiples
soci6t6s ou entreprises particulieres, (une cin-
434 quantaine environ) il n'en est pas moins vrai
qu'a ce stade que l'on pourrait appeler x stadc
533 pr6liminaire >, l'exploitation des resources du
sous-sol donne un chiffre d'affaire elev6 : 800
3.084 millions de francs CFA approximativement.







Pour les quatri' premiers mois de 1949, on constate que
la production de Diamant du seul Territoire de I'Oubangui-
Chari marq e une progression interessante, passant de :
11.012 carati: ert janvier, a 11.567 carats en fevrier,
11.360 carats en roars, et 33.939 carats en avril. L'extension
des prospect ons it les r6sultats obtenus autorisent les plus
grands espoirs pour l'avenir de 1'A.E.F. producteur de
diamant industrict (surtout).
En ce (qui concern l'or, les Territoires producteurs
ont donned p ,ur lts six premiers mois de 1949 :
le Gabor : i21,8 kilos d'or brut
le Moyen-Congo : 244,9 kilos ;
'Ouban,:ui-Cjari : 112,8 kilos.
Les extractions de Plomb pour le premier trimestre 1949,
se sont leeves a 2.000 tonnes, pour la region du Pool
(Moyen-Congo).
Le Cuivre, le Zinc font 1'objet dans le Moyen-Congo
d'exploitation, de petite importance mais des nouvelles pros-
pections sont en course pour detecter les possibilities d'une
exploitation : [us v waste.
L'Etain enfin don't la presence dans le Mayombe et en
Oubangui-Chari regionn Ouest) fait I'objet Agalement de
techerches poalss6co.
Grfice a activity6 du Bureau Minier, constitu6
par la Metropole et don't la tAche primordiale est
de dresser 'inventaire complete des richesses du
sous-sol de la F6deration, on parvient peu A pent
ia une idCe precise des possibilities des gisements
et flats; de leur importance dans 1'avenir et des
modes d'exploitation ti utiliser.
Le Bureau Minier cst 6quip: presque entiere-
ment au tire du Plan, soit :
18 millions et demi pour la construction
d'un labora!otre d'analyses chimiques jusqu'aux
lingotage et titrage de I'or ;
'7 millions pour I'achat de materiel de
prospeccion el de laboratoire ;
-- 11 mi lions et demi pour furniture de
maatlricl de I.lansport.

Modification aux reglements
concernant I'exportation des products

L'exportalion hors d'A.E.F. des produits, mar-
chandises, clenrees et objets de toute nature Ai
destination le la Metropole ct des territoires de
1'Union Frariaise est rendue libre sauf en cc qui
concern les products ou denrees ct-aprbs :
V1 Tous c.l,6agineux ainsi que les huiles ct
tourteaux d':trachides ;
2* Denr6e s coloniales de consommation : caf,.
riz, mais ;
3* Fibres textiles : coton, sisal;
4* Produits industries : tabac ;
5' Tous products miners et diamants.
La sortie des products ou denrees 6numeresn
ci-dessus est soumise A l'obtention d'une autori-
sation d'expcrtation.
Les autor'iations d'exportation sont delivr.es


par les gouverncurs chefs de territoires, qui pet!-
vent d616guer leurs pouvoirs notamment aux
chefs de region de qui relvent les bureaux d'ex-
portation.
D'autre part sont soumises A l'obtention prka-
lable d'une autorisation d'exportation :
Io L'exportation hors d'A.E.F. des products,
marchandises, denrees et objets de touted nature
a destination de 1'6tranger ;
2 L'exportation A destination de la M6tropole,
des territoires de l'Union Francaise, de 1'6tran-
ger, des marchandises, denr6es ou objets de toute
nature pr6alablement imports en A.E.F.
L'autorisation d'exportation visees au present
article est dl6ivree par le Gouverneur g6enral qui
pourra, dans certain cas, donner d616gation aux
chefs des territoires.
Enfin les demands d'autorisation d'exporta-
tion seront 6tablies sur les imprim6s conformes
au module 01 utilis6 jusqu'A present, en trois on
cmq exemplaires selon que l'exportation a lien
vers les territoires de 1'Union Francaise ou vcis
1'6tranger.
Chaque exemplaire devra 6tre rev6tu, par les
soins des exportateurs, de l'une des indications
ci-apres, port6es d'une manibre apparent en
haut des documents :
1" exemplaire : Direction on bureau des affai-
res 6conomiques ;
2' exemplaire : Exportateur ;
3" exemplaire : Bureau d'exportation ;
4" exemplaire :Office des changes (en cas
d'exportation vers l'6tranger) ;
5" exemplaire : Banque interm6diaire agr66e
pour la domiciliation de 1'exportation (en cas
d'exportation vers 1'6tranger).


L'lnstitut Pasteur de Brazzaville

Cre6 en 1908, 1'Instittt Pasteur de Brazzaville
a succ6d6 a la < Mission d'Etude de la maladie
dv sommeil ;>, qui. des 1906 s'installa au Moyen-
Congo pour y, 6tudier cette maladie don't les
ravages etaient considerable parmi la popula-
tion du Tcrritoirc.
Avaient et6 designs par le Docteur Roux pour
f;aire parties de cctte Mission, les docteurs Martin
et Le Boeuf, ainsi que M. Roubaud agr6eg des
Sciences Naturelles.
Depuis sa creation, il n'a pas cess6 d'etendre
son champ d'action.
Outre l'etude de la trypanosomiase, qui, pen-
dant de longues annies absorba 1'essentiel de
I'activit6 des chercheurs qui se sont attaches h
ci? decouvrir et mettre au point le traitement le
plus efficace, I'Institut Pasteur s'est donned pour
tAche de communique aux medecins affects
pour la premiere fois en A.E.F., ainsi qu'aux







infirmiers et agents sanitaires les notions prati-
ques indispensables sur la maladie du sommeil.
D'autre part 1'Institut s'est consacr6 A l'etude
des principles end6mies de la pathologies 6quato-
riale (parasitoses en particulier); aux recherches
microbiologiques (dysenteries bacillaires, rage
furent ainsi reconnues de m6me que les affec-
tions typhiques et les pneumococcies du noir ;
les tuberculoses humaine et animal furent etu-
diees et diff6rentes souches microbiennes
isol6est,
Compte tenu de l'extension de la sphere d'acti-
vit6 de l'Institut un nouveau batiment fut cons-
truit en 1932, don't 1'6quipement permit de mencr
A bien d'autres travaux, notamment sur la lym-
genes, les fievres exanth6matiques, la diphterie,
phogranulomatose b6nigne, les affections ict6ri-
la m6ningite c6r6bro-spinale et la fi6vre jaunc.
L'Institut Pasteur fonctionne aussi comme
laboratoire clinique : A ce titre il effectue la
presque totality des examens demands par les
formations sanitaires et les particuliers; il v6rifie
d'autre part tr6s r6gulierement la quality des
eaux d'alimentation de Brazzaville.

A*

En 1937, une station exp6rimentale pour
1'etude des maladies ayant le monde animal pour
origine a W6t 6difiCe A proximity immediate des
autres bAtiments de l'Institut.

**

De 1940 jusqu'A la fin de la guerre, l'Institut
Pasteur, bien que priv6 de relations avec sa
i Maison Mere > n'en a pas moins poursuivi son
action toujours conforme a l'idBal de son genie
fondateur.
D'importantes quantit6s de vaccin antityphoi-
dique ont pfi, ainsi, 6tre fournies aux combat-
tants de Koufra, du Fezzan, de Lybie...
La fabrication des vaccins antirabique, B.C.G.,
anticharbonneux symptomatique, antimeningo-
coccique, antipneumococcique s'est intensifiee,
de 435.000 cm' oundoses en 1940
elle est passee a :


456.000
478.000
767.000
1.472.000
2.395.000


> 1941
> 1942
> 1943
> 1944
> 1945


Parallelement A cet 6norme effort, l'Institut
menait A bonne fin la preparation du serum anti-
venimeux, il r6ussisait l'isolement du virus de la
poliomyelite infantile; l'authentification de la
rage humaine ; il compl6tait l'6tude du virus
typhique d'origine murine


Tout ceci pendant une p6riode des plus diffi-
ciles, et grice a la comprehension d'hommes tels
que le Gouverneur G6n6ral FBlix Ebou6.
De nouveaux batiments, 6quip65; de la fagon la
plus moderne, et don't l'achevenient n'est plus
l'affaire que de quelques semaines, vont dans un
tres proche avenir lui donner les Inoyens de mul-
tiplier encore ses recherches et ses services.
Ces nouvelles installations 6taient revenues
indispensables, car l'activit6 de l'Institut conserve
un rythme particulierement intense : le rende-
ment des services pratiques ne ccsse de croitre ;
le nombre des examcns ct analys',s qui 6tait de :


22.864 en
22.300 >>
25.250 >>
24.796 >>


1945
1946
1947
1948


Devant l'accroissement massif de la tAche que
le d6veloppement meme de la F&d~ration impose
au personnel de l'Institut, l'idee de la creation
dans les regions du Nord de 1'A.E.F., d'une
filiale de l'Institut Pasteur, a WLe reprise. Une
premiere tranche de 15 millions de francs vient
d'etre vote et les travaux du nouvel Institut
Pasteur de Bangui commenceront dans le con-
rant de l'ann6e 1950.

Le control de I'ex6cution du Plan
Le Haut-Commissaire de I'A.E.IF. a d6cid6 de
faire effectuer le contr6le de l'enscmble des rea-
lisations concernant l'6quipement et le d6velop-
pement de la F6d6ration.
Conformement a ces directives, .M. Devic, chef
du Service Federal du Plan p. i., vient d'inaugu-
rer la serie des missions qu'il doit accomplir
dans les quatre territoires; il est parti pour
Dolisie d'oi il parcourra, vers le Gabon, I'axe
f6d6ral don't les travaux sont en course
Par ailleurs, une mission photographique,
compose de MM. Castex, du Service federal du
Plan, et Robert Carmet, photograph de I'lnfor-
mation, est rentrCe A Brazzaville: aprbs avoir
visit le Moyen-Congo oil les r6alisations du Plan
decennal ont fait l'objet de trois cents prises de
vues.

'Prochaine ouverture
d'une nouvelle'ligne aerienne fran;aise

La SociWte Africaine des Transports Tropicaux
(S.A.T.T.) se propose d'ouvrir incessamment une
nouvelle line aerienne < Nice-Sltanleyville
Cette liaison sera effectu6e par des appreils
Lockheed, au rythme d'un voyage par quinzaine.
Les escales pr6vues sont les suivairtes : Bangui.
Zinder, Alger.








CAMEROUN


M. Soucadaux
SC est nomm6
SHaut-Comm ssaire
au Cameroun

L E Conseil des Mi-
-IL nistres, r6uni le
14 d6cembre, a
d6sign6 M. SoucA-
DAUX, Gouverneur de
premiere classes des
SColonies, come
Haut-Commissaire de
la Rlpubilique au Cameroun.
M. Soucadaux est n6 le 23 septembre 1904, A Auch
(Gers). c1 e:t licenci6 en droit, dipl6m6 des langues orien-
tales et brevet6 de 1'Ecole Coloniale.
II a servi dans diff6rents posters an Sn6gal et i la C6te
d'Ivoire. Nomm6 Gouverneur des Colonies le 26 mai 1945,
il a occup&, notamment, le post de secrktaire general de
rA.E.F. et t[ assure, pendant pros de dix-huit mois, I'interim
de M. Bay;irdelle, Haut-Commnissaire de France en A.E.F.

S Dclarations de M. Soucadaux
Haut-Commissaire de France au Cameroun
A la suite de sa designation, M. SOUCADAUX a
faith la d declaration suivante :
< Africain de vocation et ayant accompli toutr
ma carriire en Afrique Noire, je suis particuli6-
rem,ent heureux d'6tre charge par le Gouverne-
ment de la R6publique d'un territoire qui par sa
position g6ographique, par son pass et m.me
par son statut politique constitute une charniere
entire l'A trique Occidentale, oi j'ai d6but6 et
servi de longues ann6es et l'Afrique Equatoriale,
don't j'ai eu pendant deux ans la responsabilit6,
A titre de Gouverneur G6ndral int6rimaire, pen-
dant une p6riode qu'on peut qualifier de p6riode
de sondure politique et 6conomique.
L'exprqience m'a trop appris les m6faits des
transposiiions et des assimilations pour que,
mgme d'un territoire africain A un autre, je
puisse mie croire autoris6 A porter A priori des
appreciations et surtout A formuler des pro-
grammes.
La gra::de legon que Je retire de ma carritre,
e'est qu'il faut se soumettre aux faits. Je connais
un peu le Cameroun, que I'A.E.F. entoure et don't
il est, pour parties, le d6bouch6 natural. Je tiens
n6anmoins i faire le tour des probl6mes qui s'y
posent. A prendre contact avec les hommes pour
6laboier an programme d'action.
Je suis persuade que j'aurai l'appui et la colla-
bor'ation de tous les 616ments repr6sentatifs du
Cameroun et silis '6cir16 nnnr ma part A travail-
ler en plein accord avec eux.


Je sais d6ji l'excellent travail que l'Assembl6e
representative du Cameroun a accoinpli sur place
et le haut soui constructif qui anime ses nmem-
bres comme tous les parlementaires du Came-
roun.
J espere A bref dc61ai parvenir A mettre sur pied
un programme l'actiou. Ce que je puis dire, c'est
qu'il y a, come partout en Afrique, une oeuvre
immense a accomplir, et en particulier dans le
domaine de i'6quipement 6conomique et social,
- que si vastes que soient les moyens que la
M6tropole et le Cameroun pourront r6unir, ils
devront 6tre mis en oeuvre avec un strict souci
d'6conomie et d'efficience, (car il existera tou-
jours un immense hiatus entire ce qui est souhai-
table et ce qui est possible), qu'enfin toute
oEuvre viable ne peut l'etre, en Afrique comme
ailleurs, que par une 6troite soumission des
techniques A I'humain, par un 6clairage constant
du politique par le social.
Le Cameroun, il faut aussi le souligner, est
place sous un regime special de trusteeship.
Tout r6cemment, une mission du Conseil de tu-
telle de l'O.N.U. y a s6journ6. Les travaux de
cette mission se sont d6roul6s dans une excel-
lente atmosphere et sans pr6juger des conclu-
sions finales de la Commission I'ensemble de
ses constatations parait devoir 6tre extr6mement
favorable a notre action dans ce pays c'est
tout A I'honneur de la France, de son oeuvre et
de I'id6al qui l'anime, come A celui des hommes,
Europ6ens et Africains, qui ont particip6 a cette
ceuvre >>.


Message du Gouverneur Soucadaux
au Cameroun

Le Gouverneur SOUCADAUX a adress6, au Gou-
verneur CASIMIR, Haut-Commissaire par interim,
le t6l6gramme suivant :
a Appeld par le Gouvernement de la Republi-
que aux functions de Haut-Commissaire au
Cameroun, je liens, tout d'abord, d vous remer-
cier du divouement qui n'a cessd d'inspirer les
actes de votre commandement et de la distinc-
tion avec laquelle vous l'avez rempli. Je serai
particulibrement heureux de m'appuyer sur votre
experience et de henqficier de votre aide prd-
cieuse. Veuillez etre mon interprtle aupr6s des
populations du Cameroun pour leur exprimer le
grand honneur que je ressens de reprdsenter la
France et l'Union Francaise aupres d'elles et de
conduire ce magnifique territoire vers les bril-
lantes destinies que lui resevent, grdce au labeur
de tous, ses large possibilities gdographiques et
humaines. Je vous prie de dire, aux membres de







I'Assemblee representative, toute la confiance
que je place dans leur competence et dans lear
sens du bien public. Mon plus vif desir et mon
effort constant seront de travailler en etroite et
confiante collaboration avec eux comme avec
tous les elus du Cameroun. 4*
< Le Territoire a un statut special qui contere,
d la France, investie d'une haute mission par
accord international, des obligations particu-
libres. Je ne l'oublie pas et espcre que la rdcente
visit de la Commission de contr6le nous appor-
tera un encourageant appui comme je suis per-
suade qu'elle fera ressortir la continuitW, la rHus-
site de l'effort francais. Europeens et Africains
du Cameroun, je sais votre pays attachant par
so structure, par ses homes, par ses richesses.
Je sais son r6le eminent aux c6tes de I'A.E.F. et
des autres territoires de la France Libre dans le
monde magnifique de la Liberation. Certes, des
problems ardus s'y posent que tous, de bonne
foi; m'aident d les rdsoudre. Avec du bon sens, ade
la volontU et du cceur avec le soutien de la metro-
pole et avec notre travail ensemble, nous y par-
viendrons. Je n'ai, pour ma part, d'autre souci,
que de m'y consacrer dans le respect des insti-
tutions de I'Union Frangaise et de son esprit >

Declaration de M. Khalidi,
chef de la Mission de I'O.N.U. au Cameroun
Dans une declaration faite Ai envoy6 special
de 1'A.F.P. M. KHALIDI s'est declar6 satisfait des
conditions dans lesquelles s'est d6roul6e la visit
de la "mission de I'O.N.U. Une documentation
abondante remise par l'Administration franchise,
des contacts cordiaux avec les repr6sentants de
l'Administration, des conversations avec tous
ccux qui d6siraient etre entendus doivent permet-
tre A la mission de presenter au Conseil de
tutellc un rapport sericux :


M. KHALIDI a ajout6 :
K La Mission a constatd qu'une grande activui
regne au Cameroun et que le pays semble se
modifier rapidement. Le rythme des construe-
lions de bdtiments, de routes, les grands travaux
portuaires et d'electrification, les cultures et les
plantations temoignent d'une vigueur de bon
augure pour l'avenir du territoire.
< Je tiens d ajouter quelques mots pour expri-
mer, en mon nom et en celui de mes colleagues,
notre profonde gratitude envers l'adnministratinn
frangaise qui a fait l'impossible poir rendre
notre voyage au Cameroun, non seulemaent possi-
ble, mais agreable, malgrd la hdte qui a preside
a tous nos diplacements, malgre les changecments
de programme dus d des circonstances impre-
vues.
< Les solutions aux difficulties matirielles onl,
toujours, ite trouvues sur-le-champ. Toutes les
facilities nous ont ete donnmes pour aller ou nons
le ddsirions, voir qui nous voulions et recevoir.
en toute liberty, lous ceux qui ddsiraient tirt
reCus...
<< J'exprime, au nom de mes collNgues, les
uceux les plus sinceres pour la prospdrit, le de-
veloppement et l'avenir du beau pays quest le
Cameroun sous tutelle francaise >>.
< J'espere que notre voyage aura dl uWile, d la
fois, pour le Cameroun et pour le Conseil de
tutelle ; il aura, pour la premiere fois, ~tabli un
contact direct entire l'Administration et les popu-
lations du Territoire d'une part, et les represen-
tants du Conseil d'autre part. Et malgrd toutes
les imperfections de cette visit, il contribuera.
je l'espire, d une meilleure comprehension rdci-
proque danis l'esprit de la Charte des Nations
Unies et des Accords de tutelle et de l'inftdrt du
Terriioire >>.


TOGO


Pose de la premiere

h6pital de Lom6
LE samedi. 19 no-
vembre. a eu lieu
la c6r6monie de
la pose de la premiere
pierre du nouvel h6pi-
tal de Lom6, en pr6-
sence du gouverneur
S CIDILE, Commissaire
de la R6publique au
Togo, et du colonel PIARI, Directeur du Service
de Sant6.


Le nouvel h6pital de Lome est concu en deux
trenches d'ex6cution.
La premiere, livrable et exploitable le 1" juil-
let 1950; la deuxieme don't la construction suivra
imm6diatement, livrable le 1" janvier 1952.
L'ensemble permettra d'hospitaliser, dans des
conditions de parfait confort, prbs de six cents
malades, r6partis en huit services...
L'ensemble doit se presenter sous la forme de
pavilions, qui seront plus tard inclus dans un
jardin. Construit grace au F.I.D.E.S., le nouvel
h6pital sera l'un des plus modernes d'Afrique
Noire.








MADAGASCAR ET DEPENDANCES


Mise en vente
libre de I'essence
dans la province
de Tananarive


iU stock d'es-
U sence, repr6-
sentant la con-
sommation d'un
mois, vient d'etre
constitu6 h Tana-
narive par les"
soris du Service
Economique. En consCquence, un arrWtC a Wt
pris par le Haut-Commissaire rendant, a computer
du 1"' d6cembre, la liberty ha la repartition des
hydro-carbures dans tous les centres des provin-
ces de Tananarive et de Tamatave oi, en raison
de li rupture du pont de Brickaville, des restric-
tions subsistaient encore.


RI tablissement de la liberty des prix
pour certainss products

Le Haut-Commissaire vient de rendre la li-
bert6 aux prix d'un certain nombre de products.
Les articles de confection d'habillement sont
libres seulement au stade de la fabrication lo-
cale; les alcools pharmaceutiques, seulement au
stade du dMtail. "
Le prix des articles suivants est libre h tous
les states
Tissus. Couvertures de cotton sans limitation de
poids ; covertures communes, dites mi-laine, sans limita-
tion de poids ; voiles pour moustiquaires.
Alimentation. Epicerie ; Alcool i brfrler; Charcute-
rie fraiche ; Charcuterie scfie et saucissons ; F6cules et
semoules ; Farines alimentaires simples autres que de fro-
ment; huiles et graisses comestibles et boites on ef bou-
teilles d'origine ; huile de ricin, de pignon d'Inde, etc.;
ait coneentr6 ou en poudre ; 16gumes ses ; pites alimen-
taires ; savons communs; eel fin de table.
Ameublement, literie. Articles de literie r6duits i :
lits, sommiers, matelas.
Electricity. Ampoules lectriques tous voltages ; piles
d'6clairage portatif.
Articles de piche industries. Filets, hameeons, etc.
Pharmacie. Droguerie; products chimiques et galeni.
ques ; graines et semenced ; quinine et ses sels ; sp6cialit6s
pharmaceutiques ; pansements et accessoires; products
v~6trinaires.
Quincaillerie, Armurerie. Mat6riaux de construction;
plaques amiante-ciment, fibro-ciment, etc.


La politique administrative
des logements a Tananarive

Le programme de construction s'ex6cute au
rythme et dans les conditions pr6vus, et le pro-
blWme du logement des fonctionnaires perd ainsi
I'acuit6 qu'il avait voici moins d'un an.
Au surplus, I'Assembl6e representative a, au
course de sa derniere session budg6taire, accord,
pour l'exercice prochain, tous les credits deman-
dis a cet effet par 1'Administration. Parmi le.
118 logements nouveaux en chantier ou en pro-
jet, il convient de signaler une nouvelle cit6-
jardin qui sera construite dans le vallon d'An-
kadivato, entire la rue Pbre-de-Villele et le terrain
de jeux du lyc6e Jules-Ferry.
SLe project 6tudi6 par le Service de l'architec-
ture permettra de loger vingt families nombreu-
ses, tout en respectant un des derniers ilots de
verdure qui subsistent dans le p6rimetre urbain.


Le pont sur I'Onilahy
La 2' Compagnie du Genie a procede, le 21 no-
vembre, au lancement de la derni6re travee du
pont de l'Onilahy.
Ce pont, situ6 A 10 kilometres de Manampa-
trana, est. 1'ouvrage le plus important qu'il soit
donn6 de rencontrer sur la route d'Ifanadiana a
Fort-Carno. D'une port6e de 102 m6tres, il'com-
porte trois travies m6talliques de 34 m6tres cha-
cune, reposant sur cul6es en magonnerie, et deux
piles en b6ton arm6 de 15 m6tres de hauteur.
(V. photo, page 36.)


Demandes d'emploi de sp6cialistes francais

L'Inspecteur provincial du travail t Tanana-
rive a inform les chefs d'entreprise de 1'Ile qu'il
est, actuellement, saisi d'un certain nombre de
demands concernant des ressortissants francais
de la zone frangaise d'occupation en Allemagne.
Ii s'agit en particulier, de conducteurs de gros
materiel, di6selistes, mecaniciens, grutistes, fer-
railleurs, manutentionnaires, comptables, moto-
ristes,' lectriciens et peintres, qui pr6sentent,
tous, d'excellentes r6f6rences.


Le budget du territoire
Le budget du Territoire a Wt6 arretd en recet-
tes et en d6penses, pour I'annbe 1950, A la some
de 4.714.863.000 de francs C.F.A.








les Australes
Un arrWt6 du Haut-Commissaire de France a
Madagascar porte creation d'un district austral,
constitud par les miles Saint-Paul et Amsterdam,
les archipels Kerguelen et Crozet, et la Terre
Ad6lie.
Le chef de mission, charge de l'installation,
dans f'ile d'Amsterdam, d'une station radio-
met6orologique,. prend provisoirement le titre de
chef du district austral, qui est rattach6 h la pro-
vince *de Tamatave.
* Le navire e Sapher >, a quitt6 la R6union pour une canm-
pagne aux iles Saint-Paul et Amsterdam, emmenant les-
25 membres de la Mission m6t6orologique, don't 10 m6tro-
politains et 15 Malgaches.
* Le bftiment hydrographique < La P6rouse : a relAch6 le
8 d6cembre dans la baie du Marin, A l'ile de la, Possession,
dans l'archipel des Crozet.
Une plaque a 6t6 apposee sur la falaise de Pile, pour affir-
mer la presence de la France dans cet archipel.


Emission de timbres sp6ciaux pour les Comores
Le ministry de la France d'Outre-Mer a, sur
la demand des repr6sentants des Comores, db-
cid6a de doter l'archipel de timbres-postes sp6-
ciaux. Les maquettes, concernant une s6rie de
treize valeurs postales, ont Wtd ex6cutdes par des
artistes du d6partement, sur des documents pho-
tographiques envoys par I'Administration.
La vente de ces nouvelles figurines 'apportera


an budget local des recettes appreciables ; leur
emission constituera, surtout pour I'ext6rieur, le
temoignage frappant 'du retour des Comores' &
I'autonomie administrative, autonomie qu'elles
r6clamaient depuis longtemps.


ETABLISSEMENTS FRANCAIS
DE L'INDE


Designation
des observateurs
pour le R6f6rendum


SEUX membres de
la Commission
international
% charge, sur proposi-
tion du Gouverne-
,q-. -ment frangais, de'sur-
veiller, en tant qu'ob-
servateurs neutres, les
operations du referendum qui doit permettre I
la population des Etablissements franqais de
l'Inde de d-cider de son sort, ont Wtd designs
par la Cour de justice international de La Haye.
Il s'agit de MM. Albert MALCHE, d6put6 au
Conseil des Etats et ancien president de cette
Chambre, et M. Frangois PERRIART, deput6 au
Conse'l national et membre du gouvernement
genevois.
E


SAINT-PIERRE.ET-MIQUELON


Escale
/du croiseur-6cole
4 Jeanne-d'Arc 3

Le croiseur cole
JEANNE-D'ARc 7, qui
avait quitt6 Brest, le
5 novembre, p ur sa
traditionnelle c ro i-
siere d'instruction et
d e propaganda, a
mouillW le 13 au ma-
tin en rade de Saint-Pierre, premiere escale de
son p6riple de cetfe ann6e.


Mouvement du Port de Saint-Pierre
Le chalutier frangais c DUGUAY-TROUIN >. qui
6tait arrive le 8 novembre pour se ravitailler, a
quitt6 Saint-Pierre le 10 a destination de Saint-
Jean-de-Terre-Neuve.
Le C CHARLES-PRENTOUT a, arrive ce mlme
jour,. est reparti le 12 pour les banes de p&che.
apres avoir r6par6 ses avaries.
De son cot6, le I PRISIDENT-HOUDUCE a fr'l-
ch6 notre port le 26 novembre. II a fait route le
29 vers la France apres avoir embarqu6 150 ton-
nes*de more sale.
La cnmpagne de peche 6tant officiellement ter-
minCe -*i 1" d6cembre, les derniers chatutiers ont
quitter les banes A cette date pour rejoindre, dans
la M61opole, leur port d'attache respectif.


44









COTE FRANCAISE DES SOMALIS


Le project de budget

T E project de budget a 6ti
arrWte en recettes et en
S d6penses a la some
de 846.491.000 francs. Les
operations propres an Ser-
vice Local ne sont que de
477.491.000 francs ; la dif-
f6rence revient au budget
annexe des travaux sur le
FIDES.
Le D6partement a estim6 indispensable de fire figure
aux operations d'ordre du budget du Service Local les avan-
ces consenties par la Caisse Centrale pour l'ex6cution des
grands travaux. Le d6cret n* 49.732 du 3 juin 1949 qui
prescrit cette measure a pour but de faire ressortir l'effort
fourni par les Collectivit6s locales dans les domaines' cono-
mique et social. Si la prise en charge de cette dotation a
pour consequence de donner, de prime abord, un apergu
inexact et, mime, de d6former quelque peu l'instrument
financier, il n'en resulte pour le budget aucune charge nou-
velle ; ces operations n'affectent en rien celles propres au
Service Local.
Les charges et revenues incombant a l'exercice 1950 sont
en exc6dent de 74.217.000 francs sur les evaluations revenues
pour l'exercice ant6rieur. L'expos6 des motifs donne tous
iclaircissements sur les causes de ce depassement, elles sont
de trois ordres
1. Creation de charges nouvelles par suite de la misc
ep regie de la Soci6t6 Industrielle des eaux, d'un service
de pilotage et de l'affectation de fonds speciaux aux depen-
ses effectuees h.l'ext6rieur et imputees jusqu'A present aux
chapitres d'ordre ;
2. Alignement des d6penses de materiel sur I'indice
actuel des prix ;


3. Rel6vement des d6penses de personnel du fait du
reclassement de la function publique.
Les charges supplementaires incombant i 1'exercice 1950
au titre' des d6penses de personnel sont, en comparison
d'autres dotations, excedentaires, relativement moins impor-
tantes. En effect, elles ne sont que de I'ordre de 11.288.000 fr.
pour un exc6dent total de 74.217.000 francs.
Les d6penses de materiel ont Wet freinees dans une large
measure. Une compression serrie a Wte operde aux divers cha-
pitres du budget. Seules ont Wte revenues les d6penses d'une
n6cessit6 absolue.
Comme l'annee pr6c6dente, l'Nquilibre du budget a 6t6
assure par un pr&levement sur la Caisse de R4serve de
28.497.880 francs, en excedent de 5.634.000 francs sur celui
inscrit au budget de 1949.


Le traffic du port de Djibouti

Les rbsultats connus concernant le traffic du
port de Djibouti en 1949, atteignent pour le pre-
mier semeste 1.035.416 tonneaux de jauge nette,
don't 841.523 tonneaux pour les navires effec-
tuant des operations commercials et 193.893
tonneaux pour les navires n'effectuant pas d'op6-
rations commercials. Le traffic du deuxi6me
semestre sera infdrieur, mais il peut 8tre estim6
a 700.000 tonneaux, don't 5.50.000 tonneaux pour
les navires effectuant des operations comdier-
ciales et 150.000 tonneaux pour ceux n'effectuant
aucune operation de cette nature. Soit au total,
pour 1'exercice en course : 1.391.500 tonneaux
avec operations commercials et 344.000 ton-
neaux sans operation commercial.


NOUVELLE CALEDONIE ET DEPENDANCES


Project de construction
d'un nouvel
aerodrome

SE Conseil g6n6ral de la
Nouvelle Cal6donie et
SDpendances a pris
connaissance des disposi.
tions favorables prises r6-
cemment, par le D6parte-
ment, pour la mise en
route de la premiere tran-
che des travaux de cons-
truction de l'aerodrome de Magenta, destine A remplacer
l'aerodrome de Tontouta, actuellement utilise. Ce dernier


pr6sente le d6savantage d'etre situ6e cinquante kilometres
environ de Noumba, auquel il est relief par une route
sinueuse et accidentee. Au surplus, la piste de Tontouta,
construite sur un terrain de mauvaise consistance, est diffi-
cile A maintenir en 6tat et le travaux qu'il faut continuelle-
ment y entreprendre rendcnt son entretien fort cofteux.
Enfin, entour6s par des montagnes, I'approche de Tontouta
est difficile par tempp convert et les conditions de son exploi-
tation ne r6pondent plus aux obligations internationales.

Le novel 'arodrome de Magenta sera situ6 a quatre kilo-
metres de Noum6a. Construit au bord de la mer, son
approche sera facile. Ses caract6ristiques permettront d'en
faire un aerodrome de classes B. Les travaux, qui commen-
ceront incessamment, pr6voient la construction d'une pre-
miere piste de 1.400 metres.








ETABLISAEMENTS FAINAIS IYFOEANIE


Bilan de I'annie 1949

Lds r6formes
administrative

D EPUIS plu-
I'effort s'est porter
sur la r6forme de
la structure politi-
tique du Territoire.
L a refonte des
vieux textes de ba-
se a Wt 6tudiee et
dolt aboutir A une extension des pouvoirs pro-
pres des municipalit6s, A la formation de cellules
municipals dans les districts les mieux pr6pa-
res, A l'extension des pouvoirs des conseils de
districts dans le sens de la gestioia des affaires
comituneSl, preparation A utie participation de
plits et plus effective de 1l cottdliitp des int6Mrts
dti Tettitoire, le D6parterient a ete saisi d'un
,ifbjet d'extension des liberties municipale-.

L'activit6 du service judiciaire

Les activities du Service jpdiciaire ont Wte en
1949 d'une intensity accrue, malgrP une regret-
table diminution du nombre des magistrats en
service dans le Territoire.
Sins reduiie la frAquefnce oi ia dur6e des toutrnes jtidi-
ciaires dans les arcliipel des Tuaoino et Gambier ou aux
Australes, d'importants travaux ont 6t6 entrepris pour obte-
nir sous forme de lois ou de d6crets de nouvelles r6glemen-
tations, par example : en matiere de loyers d'habitation ou
de loyers commerciaux, pour le regime de l'interdiction de
sejour, de la relegation et des travaux forces en Oc6anie, on
pour une nouvelle charter de l'enfance delinquante.
Un tableau au complete de texts bn viguodr actiiellenlent
a 6t6 prepare et sera public en 1950, par 1'Imprimerie offi-
cielle du gouvernement.
Un project de reofganisation judiciaire comporte l'affecta-
ioon 'de deux magistrats supplementaires pour la tenue d'au-
diences foraines. Une Commission a Alabor6 un project de
modifications des rtgles de procedure.

L'enselgnement

Le nombre des 6elves de l'enseignement pri-
maire est passe de 8.297 en 1948 & 8.500 en 1949.
Cinq 6coles nouvelles ont Wt6 crebes. Le personnel
enseigant, insuffisant, ne d6passe pas 213 per-
sonnes; un effectif de 15 membres nouveaux est
prevu.
Des commander importAhtes de niatertil s9o-
laire ont Wte faites en 1949.


Pour l'enseignement du second degree les ame-
liorations orit port sur les installations matE-
rielles.
Uth atelier bois menuiserie charpenfe. fone-
tionne depuis le 30 dctobre.

Le service de sahtt
En 1948, il a Wte enregistr6 .9598 adinissions
dans les formations hospitaliras di Tetfitiioire
totalisant 115.218 journdes de triteeiiift tafidis
que 132.240 consultations ttaient donfiies tant
dans les dispensaires que dans les infirmeries.
Ces chiffres, compares A ceux de 1944 (1.848
hospitalisations avec 36.008 journ6es de traite-
ment 60.942 consultations), et A ceUx de
1947. (3.099 hospitalisations avec 116.230 jour-
nees de traitement et 106.548 consultations),
temioignent de la faveui qu'accordent les popui-
lations oc6anieniies A des mithodes de traite-
ment don't elles reconnaissent l'efficacit6.
Au chef-lieu, les 91 lits ont &6t respectivement
occup6s 336 jours par an en 1948. La maternity,
cr66e en 1927, a vu progressivement passer le
total des accouthements pratiques de 290 en 1937
A 398 en 1945, puis A 534 en 1948. Le service des
enfarits malades, A peihe ouvert, se revele iitsuf-
fisant pour accueillir ceux qui se presentent.
Le role du service de Sant6 cut Wte incomplete s'il s'Atait
borne i traiter les cas pathologiques. Dans ce pays, oif le
taux de la ngtalit6 approche de 40 0/00 et of la mortality
frappe trop lourdement l'enfance, il se devait de s'attacher
a sa protection. Avant toute admission dans un 6tablissement
d'enseignement, une visit medical a etB institute en vue
d'6carter tout sujet porteur d'affection contagieuse et un
carnet sanitairc est 6tabli.
Au course des neuf premiers mois de 1'annee, plus de
6.000 enfants ont Wte ainsi immatricul6s, tant a Tahiti qu'aux
miles Sous-le-Vent, prAs de 4.000 vaccinations au vaccin triple
associ6 ont At6 r6alisAes, plus de 5.000 cuti-r6actions ont e6t
pratiquies, justifiant 627 examens 'radioscopiques de con-
ttile.
La Tuberculose a retenu l'attention du service de sant6,
un nombre important de malades out 6t6 soignis dans les
formations sanitaires tatuelles et la construction d'un sana-
torium est envisage, Parallelement se poirstit une politique
d'amelioration de l'habitat.
La Syphilis affected sArieusenmeit la iOjbiiiaiio$, dt ter-
ritoire. En 1948 : 2.800 malades ont Bie traits, 34.60~ injec-
tions iiitrti-iUscildites et intraveiieties oiiit 6t pratiquies.
La Filariose fikit l'oBjet de rethiheS s ateiitiies. L'isole-
meilt des Hartsdnieits (lApre), doit Sttg amelior6 at 6rganise.
L'arriv6e de renforts inedicaux en 1950 dolt pi-inettre la
reprise du cycle des tournesesm icales df il le tifihpels
d6pourvus de medeeins.

L'6quipement radio-eledrique
Le nouveau centre radio-Mlectrique de Papeete
corote parimi les plus puissants di Paeifklqie.
Tous les jours sans exception, le Centre du R&-








seau g6n6ral radio-61lectf ihe it~afopblhAithf
assure des liaisons radio-6lectriques directed avec
Paris, Fort-de-France et les centres principaux
du Pacifique. L'installation d'un 6metteur mo-
derne A grande puissance de 24 KW antenne,
destine au traffic A grande vitesse et A la radio-
t6l6phonie est termin6e. Un systeme d'antenne
dirig6e d'6mission A grand rendement pour les
liaisons Fort-de-France et Noum6a a W6t cons-
truit. Trois 6metteurs de 10 KW antenne. t616-
graphie et tl16phonie, munis des plus r6cents
perfectionnements techniques ont W6t months.
Ceci a n6cessit6 l'installation d'un poste A haute
tension de 250 KW.

Les services des P.T.T.
La ceinture t61lphonique de l'lle est r6alis6e.
40 postes tl6phoniques publics desservent sans
interruptio ttous les centres habits de 'ile. La
liaison radiophonique et radiot61egraphique avec
les archipels a 6t6 acc616r6e.
Le traffic des lettres s'effectue en 3 jours avec
les U.S.A. et en 7 jours avec l'Europe. L'isole-
nient postal du territoire est vaincu.
f
LAgriculture L'Elevage Les Forets
L'Agriculture, 1'l6evage et les forts souffrent
d'une insuffisance de personnel. Un enforcement
des effectifs s'impose pour lutter efficacement
contre les maladies animals, notamment la piro-
plasmose et le tktanos, et la deforestation pour
d6velopper les cultures vivrieres, potageres,
fourrageres et m6dicinales. En effet, si l'on peut
consider que l'Oc6anie est un pays agricole
puisque le coprah et la vanille repr6senteqt 72 %
de nos exportations, il n'en demeure pas moins
que les besoins alinlentaires sont assures A con-
currence de 60 % par des products d'importa-
tion. Ceci rend indispensable l'iptensification de
la culture vivriere pour parer a l'6tat de d6pen-
dance alimentaire des Iles.

L'acivite Bconomique
L'exportation du coprah pour 1949 doit porter
sur 25.000 tonnes environ. Le territoire s'est
efforce de nouer des relations commercials avec
les pays voisins du Pacifique; mais la m6tropole
denieure toujours le meilleur client. Le march?
de la vanille a enregistre r6cemment une hausse
par rapport au course d'avril 1949 : le courant de
d6sint6ressement des producteurs se trouve ren-
verse. Mais l'avenir de la vanille est liMe A une
amelioration des m6thodes de production et dp
conditionnement.
Pendant les neuf premiers mois les exporta-
tions de vanille ont p6rt6 sur 206 tonnes contre
114 dans la mmre p6riode aiu Bulletin.


La ndcie 'a MAlifieil de course relativement fa-
vorables. Notre, production est passe pour les
neuf premiers mois de l'ann6e a 558 tonnes -
contre 362 tonnes pour la meme p6riode de 1948.
Pour conserver la bonfie rieputtion de cette pro-
duction il est normal de se plier aux r6gles d'uh
coriditionnement strict.
Les extractions de phosphates ont subi une
augmentation pendant 1949. Pour les netif pre-
miers mois de l'ann6e, notis enregistrois eh effect
182.478 tonnes contre 138.50i pour la nime
p6riode de 1948.
Des secteurs nouveau dans 1''oddriomie doiverit
ktre studies et renforces : p&cheries, tiurisine.


Les provisions budgetaires pour 1950

Le project de budget podr 1950 e6t ariit6 & 1
some de 204.725.000 fr. C.E.P. eni aligmintathbri
dc 41.174.000 sur l'exercice precedent.
Le mortant de la section oridinaire est de 173.725.000,
d6passnit de 14.381.000 celii de 1949, cette augnientation
'tant coinpens6e pour moiti6 par des recettes correspou-
dantes.
La section extraordinaire s'eleve i 30.860.000 francs, soit
26.793.0000 de plus que l'ann6e derniere. Cette difference
provient surtoit de la contribution du Territoire ou F.I.D.E.S.
(28 millions).
Au 30 juin, la Caisse de reserve, s'elevait A 32.062.771 don'tt
13.949.285 de numrraire).

Information diverse

Le 20 octobre, le Gouvernement a inaugur6 la premiere
naison d'habitation ouvriere a hon march, premiere r6ali-
sation social congue en Oc6anie avec I'aide du plan F.I.D.E.S.,
laquelle marque le d6but de la lutte contre les taudis qui
enlaidissent Papeete et sont un foyer de contamination pour
la population. Un premier project prevoit li construction dt
ioire, A proximity immediate de la ville.
39 habitations semblables sur un terrain achet6 par le Terri-
Le dimariche 23 bctobre, ont eu lieu des elections 16gis-
latives partielles afin de pourvoir au remplaceinent de
M. Ahnne, d6c6d le 3 aofit. Quatre-vingts pout cent des
r6sultats 6taient connus A Papeete le 23, A 22 h. 30, mais
l'absence de moyens de liaison radio-6lectriques dans la
phipart des petite miles des arliipels Tuamnotus et Gathbiers,
impose la colleete des scrutins par goCleties, et leg deritierg
'r6sultats ne furent conhus que le 6 iiovembre. Sur
15.785 votants, M. Pouvanaa A O'pa, candidate ibbial chr;-
tien fut ilu par 9.828 voix contrd deux autres cohcutrents.
Le 10 novembre, I'aviso Francis-Gdiinier, stationnaire du
Pacifique, actuellement en s6jour dans les Eiablissements
Francais de l'Oc6anie, embarquait 200 scouts et 61Bves des
6coles laiques et libres et leur fit fire le tour de l'ile de
Moor6a, pour les initier aux hoses de la mer.
Le meme jour, le Thorscape, naiire de l'Uhion steam
Sheep, a quitt6 Papeete a destination de Porto-Cabello
(V6n6zu6la), avec an chargement de 2.500 tonhes de coprah.
I! s'agit-lh de la premiere vente de coprah sur 1'6trAnger
depuis de tres noinbretises ani6e veifite rendie ntcesdiri
par suite de l'engbrgerment attuel dit mareh4 filtt6lptlitiit.









INFORMATIONS ADMINISTRATIVE


ADMINISTRATION
* Un arrate du 13 d6cembre modifie l'arr&t6 du 22 octo-
bre 1948, organisant la Direction du Personnel du minis-
tere de la France Outre-Mer. (J.O. 24 d6cembre.)
* Le d6tachement de gendarmerie de la C6te Francaise des
Somalies comporte d6sormais 2 officers, 30 sous-officiers et
50 auxiliaires de gendarmerie. (D. 10 d6cembre, J.O. 13 dec.,
Rect. J.O. 30 decembre.)
* Les dispositions de la loi du 23 avril 1949 permettant le
changement de pr6nom de 1'adopt6 en cas d'adoption ou de
legitimation adoptive et modifiant lea articles 350, 364, 369
du Code Civil, ont kt6 rendues applicables aux territoires
d'Outre-Mer par un d6cret du 14 d6cembre. (J.O., 15 decem-
bre.)
* Un d&cret du 17 d6cembre 1949, modifie le decret du
8 octobre 1948, r6glementant le commerce, la detention et
l'emploi des substances v6n6neuses en A. O. F. (J.O., 21 d6-
cembre.)
* Un arrete du 20 decembre 1949, cree un < Institut de
Recherches au Caneroun (I. R. C. A. M.), d4pendant de
I'Office de la Recherche Scientifique Outre-Mer (O.R.SO.M.),
place sous l'autorit6 du Haut-Commissaire de la Republique
au Cameroun. (J.O. 30 decembre.)
ECONOMIC ET FINANCES
Un decret du 17 dicembre 1949, modifie les droits de
douane applicables a l'importation des files de fibranne en
Indochine. (J.O. 12218.)
Le taux de 1'interet pour credit des droits de douane en
Indochine est fix6e 4,50 % par an. (Decret 2 decembre,
J.O. 6 d6cembre.)
Une deliberation du Conseil du Gouvernement de 1'Indo-
chine, accordant moderations de droits & certaines marchan-
dises originaires de France et d'Alg6rie, a Wte approuvee par
un d6cet' du 14 decembre. (J.O. 29 decembre.)
Une deliberation de l'Assemblee Repr6sentative de Mada-
gascar, relative a la reglementation douaniere, a 4t6 approu-
vee par d4cret du 30 novembre 1949. (J.O. 1" d6cembre.)
Une deliberation du 29 aofxt, de 1'Assembl6e Represen-
tative de Madagascar, modifiant le regime de 1'imp6t sur
le revenue des valeurs mobilibres, a 6ti approuvee par d6cret
du 10 d6cembre. (.0O. 13 dicembre.)
Une d6libiration du 23 aofut 1949 du Conseil General des
Comores, portant alignement de la fiscalit6 directed du ter-
ritoire sur celle de Madagascar, a Wte approuvee par decret
du 10 d6cembre. (J.0. 13 d6cembre.)
Une deliberation du Conseil G6nBral des Comores, en
date du 30 aofit 1949, relative aux imp6ts sur les revenues
a 6t6 approuv6e par un d6cret du 27 d6cembre. (J.O. 29 d6c.)
Deux d6ib6rations du 29 aofit 1949 de 1'Assemblee Repr6-
sentative de Madagascar, modifiant la r6glementation des
imp6ts sur les revenues et supprimant la perception de
l'imp6t c6dulaire sur les traitements et salaires ont 6t6
approuv6s par decret du 12 d6cembre. (J.0. 18 d6cembre.)
Un decret du 13 d6cembre determine les conditions d'ap-
plication en A. O. F. de I'indemnit6 forfaitaire pr6vue en
mati6re de dommages de guerre. (.0O. 16 d6cembre.)
Les deuxi6me, troisieme et quatri6me Cahiers de credits
suppl6mentaires au budget extraordinaire pour la recons-


traction et 1'lquipement de 'Indochine pour 1'exercice 1948
ont 6t6 approuv6s. Le budget extraordinaire se trouve ainsi
porter & 1.055.362.120 piastres. (Decret 5 d6c, J.O. 7 dec.)
* Le taux des indemnitis diverse susceptibles d'ltre payees
au titre de la solde aux militaires de l'arm6e de terre en
service dans les territoires et departements d'Outre-Mer a
kte fixed par un decret du 1" d6cembre. (J.O. 2 dicembre.)
* L'indemnit6 de premiere misc d'uniforme aux gouver-
neurs, a ete fix6e a 32.000 francs, par decret du 1" decem-
bre 1949 (J.O. 2 d6cembre.)
* Le taux des indemnites forfaitaires pour travaux suppl6-
mentaires pouvant 6tre alloues aux ing6nieurs du cadre colo-
nial des travaux m6teorologiques, est fixed Ipar un d6cret du
10 d6cembre. (J.O. 11 decembre.)
* Le decret du 10 d&cembre 1948, portant fixation du sys-
teme general de stabilisation des personnel assurant une
function d'enseignement, soit de fonctionnement de jurys,
d'examens ou de concours, .a fait I'objet deniwodalit6s d'ap-
plication en ce qui concern le Ministere de la France
d'Outre-Mer, par un arr8t6 du 12 d6cembre. (J.O. 17 d6c.)
* Les syndics de l'immigration ct des Affaires indigenes,
appartenant aux cadres de la gendarmerie Outre-Mer, en
Nouvelle-Cal6donie, percevront des indemnites fixees comme
suit :
Syndic de l'Immigration : 1.800 fr. C. E. P. par an;
Syndic des Affaires indigenes : 1.800 fr. C. E. P. par an.
Adjoint au chef du Syndic des Affaires indig6nes :
4.500 fr. C.E.P. par an. (A. 1 dec., J.O. 16 dec.)
Le decret du 15 avril 1949, relatif au regime des soldes
du personnel des cadres r6gis par decret relevant du minis-
tire de la France Ontre-Mer, a et' modified par un decret
du 28 d6cembre 1949. (J.O. 29 decembre.)
Un d6cret du 28 d6cembre 1949, &tend aux fonctionnaires
regis par decret relevant du minister de la France Outre-
Mer, aux fonctionnaires relevant des ministrres m6tropoli-
tains et qux militaires a solde mensuelle, en service en Indo-
chine, le benefice des dispositions relatives a la realisation
des deux premieres trenches de reclassement. L'indei de
correction est fixed pour l'annee 1948 & 1,3 ; a partir du
1" janvier 1949 a 1,7. (J.O. 29 d6cembre.)
Un d6cret du 28 decembre 1949 porte application a Mada-
gascar et aux Comores des dispositions du dernier alinea
(nouveau) de I'article 4 du d6cret du 15 avril 1949 modifiant
le regime des soldes du personnel des cadres regis par d6cret
relevant du ministere de la France d'Outre-Mer. (J.O.
29 d6cembre.)
Un d6cret du 28 d6cembre fixe l'indemnitA de residence
tie certaines categories de personnel civils et militaires
en service en Indochine. (J.O. 29 d6cembre.)
Un d6cret du 28 decembre 1949 modifie le regime de
sold des militaires a solde special progressive des forces
terrestres en service dans les d6partements d'Outre-Mer et
dans les territoires relevant du minister de la France
d'Outre-Mer. (J.O. 29 d6cembre.)
0 Le cautionnement de l'agent comptable du ministere de
la France Outre-Mer a ete fix6 i 1 million (A. 29 novembre,
J.O. 6 d6cembre.)
L'indemnit6 de responsabilit6 de caisse, attribute au secr4-
taire 6conome de I'E. N. F. O.-M., a Wte fixee a 4.800 francs
par an. (A. 25 novembre, J.O. 6 d6cembre.)








* Lc renmioursement anticipe au pair, sais deduction d.l
l'imp6t sur la prime de remboursementt de l'emprunt de
I'Annan-Tonkin, 2,50 % 1896, aura lieu i partir du
1" f6vrieri 1950 (A. 10 d6cembre, J.O. 17 decembre.)

PERSONNEL

* M. Soucalaux (Jean), Gouverneur de 1'1 Classe des Colo-
nies, a 6etc 161gue dans les functions de Haut-Commissaire
de la Repnullique au Cameroun (D. 17 dec, J.O. 21 d6c.)

* Ont 6t6 L6signis come Commissaires de la R6publique :
(dcrets du 28 novembre, J.O. 1" decembre).
Dans ie Nord-Vietnam : G6enral de brigade Lorillot.
Dans le Sud-Victnam : G6enral de brigade Chanson.
Dans 1, Nord-Vietnam : General de division Alessandri.
o HI. de Pe rcyra (Miguel), Gouverneur de 3' Classe des Colo-
nies, don't l date de nomination i ce grade a kt6 rapportee
an 18 fevri r 1947, an lieu du 25 aouit 1949, est nominu Gou-
%erneur de 2" Classe a computer du 22 decembre. (D. 22 de.,
J.O. 23 decvmbre.)
* M. de Pcreya (Miguel) gouverneur de 2' classes des Colo-
nies, a 6te nommn Conmmissaire de la Republique au Laos.
(D. 22 decembre, J.O. 23 decembre.)
* M. Roques, Gouverneur de 2" Classe des Colonies en
retraite, a i eu I'lionorariat de son grade. (D. 22 d6cembre,
J.O. 23 decembre.)
* M. Petitl on est Gouverneur de 2' Classe des Colonies, A
computer du 2 juin 1948, date a laquelle ii avait ete nomnin
Pr6fet de 2' Classe. (D. 2 decembre, J.O. 6 dicembre.)
* M. Massrlot (Jean-Pierre), Inspecteur de 1" Classe des
Colonies, eni service d6tache, a ete r6int(gre, sur sa denmande,
dans le cor:>s de l'inspection des Colonies. (D. 1" dec. 1949,
J.O. 4 decembre.)
* M. Antlhnioz (Pierre), Administrateur de 2' classes des
Colonies, a ete nominnn Commissaire-rBsident de France aux
Nouvelles-Fibrides, par interim, pendant le cong6 de
M. Menard (D. 10 d6cembre, J.O. 14 d6cembre.)
8 Ont et6 nainten's; en position de detachement :
M. Girouir (Louis), Administrateur de 1" Classe des Colo-
nieis, pour liquidation du Comit6 central des groupements
coloniaux. A. 6 decembre, J.O. 8 d6cembre.)
M. Sicaim (Pierre), Administrateur de 1" classes des Colo-
nies, aupres du Ministre des Travaux Publics, des Transports
ct du Tourisme (Secr6tariat g6enral A l'aviation Civile).
(A. 6 decen bre, J.O. 8 decembre.)
Out otd .-eclassc s :
M. C(.udert (Pierre), Administrateur de 1" Classe des
Colonies, i computer du 1"' janvier 1948 (D. 2 decembre,
J.O. 6 dice nbre.)
SMM. M tier (Maurice), Administrateur de 2' Classe des
Colonies, i computer du 1" juillet 1945, au lieu du 1" juil-
let 1947. (I. 13 decembre, J.O. 16 d6cembre.)
-- M. D(vigne (Georges), Administrateur de 2' Classe des
Colonies, conipter du 1" juillet 1945. (D. 13 dicembre,
J.O. 16 d(cembre.)
Ont td6 cddmis d fair valoir leurs droits d une pension de
retraite :
M. Vi;ier (Raymond), Administrateur de 2' Classe des
Colonies (niuvelle formation). (D. 2 d6cembre, J.O. 6 dec.)
M. Ro smann (Florian), Administrateur de 2' Classe des
Colonies, p,,ur retraite, du 28 dicemhre 1949 (D. 5 d6-embre,
J.O. 7 d6cemubre.)


M. Peux (Gr(goire), Administratcur de 1e Classe des
Colonics en retraite, a iet nomm6 Gouverneur honoraire des
Colonies. (D. 10 decembre, J.O. 11 decembre.)
* M. Toulladjian (Ldon), Administrateur de 2' Classe des
Colonies, pour retraite, ldu 27 decembre 1949. (D. 13 dec.,
J.O. 16 decenmbre.)
0 M1. Macstracci, Gouverneur de 2' Classe des Colonies, i
co.niptcr idu 1"' janvier. M. Maestracci a ete noimmi Gouver-
neur honoraire des Colonies. (D. 22 dcembre, J.O. 23 dec.)
* Out dti promus dans l'inspection du travail :
Inspecteur principal de 1" Classe : Desbordes lJean),
i computer du 25 avril 1949 ; Raynaud (Edgar), ia computer
du 1"' juillet 1949.
Inspecteur de 2' Classe : M. Brun, 1" janvier 1949;
M. Mouric, 1" juillet 1949 ; M. Reval, 1P aoiit 1949.
(A. 29 novenibre, J.O. 6 d6cemnbre.)
* M. Le Gaillande (Louis), Adininistrateur de 1"' Classe des
Colonies, a 6t6 integr6 dans le corps de l'inspection du tra-
vail aux Colonies, en quality d'inspecteur principal de
1"r Classe. (A. 9 novembre, J.O. 1" d6(cembre.)
9 M. Trognon, Avocat general A la suite pres la Cour d'Ap-
pcl de l'A. O. F., a ete nomme avocat G6enral titulaire.
(D. 17 decembre, J.O. 22 decembre.)
* M. Bernard, Avocat general de la Cour d'Appel de
1" Classe, a etk nominm Avocat general pres la Cours d'Ap-
pel de l'A. O. F. (D. 17 decembre, J.O. 22 decembre.)
M. Aubert (Marce, Administrateur de 1' Classe des Colo-
nies, a 6te nommni agent comptable de timbres-postes colo-
niaux, i computer du 1" janvier 1950, en replacement de
M. Chevrcau, adlmis i faire valoir ses droits i la reicaiie.
(A. 13 deceimbre, J.O. 17 d6cembre.)
V M. Tinibal D)claux de Martin, professeur a la Facult6 de
Droit de Lilce, a 6te mis en position de mission aupris du
HLut-Comnmissaire de France en Indochine, pour assurer des
course; i la Facule de Droit d'Indochine. (A. 25 octobre,
J.O. 6 decenlbre.)
9 Le commndadnt Simon, a et6 nommin an cabinet du minis-
tre de la France d'Outre-Mer. (D. 3 d6cembre, J.O. 7 Jec.)
* Un arrbt6 du 29 novembre porte designation des 61ives
admis i !'Ecole Siuprieure d'Application d'Agriculture Tro-
picalc pour 1'ann6e scolaire 1939.1940 (J.O. 2 d6cembre.)
9 Cinq decrets en date du 2 d6cembre (J.O. 6 d6cembre),
et deux d(crets du 30 novembre (J.O. 7 d6cembre), portent
nomination dans la magistrature d'Outre-Mer.
* Un arrkt6 du 30 novembre 1949 porte promotions dans le
cadre de I'Administration general des Colonies (J.O. 6 dec.)
* Le tour de service outre-mer des fonctionnaires civils
appartenant aux cadres regis par decret est paru an J.O. du
1" decembre.
* Un coincours pour l'admission au stage de I'E.N.F.O.-M.
est ouvert, par un arrkt6 du 13 decembre. La date des
6preuves est fix6e aux 3 et 4 avril 1950. La date de cloture
des inscriptions est fix6e an 1" mars 1950. Le nombre des
places mises au concourse est fix6 a 10. (J.O. 24 d6cembre.)

DISTINCTIONS HONORIFIQUES
Le Gouverneur GLndral des Colonies en retraite Reste, a
d6t 61ev6 i la dignity de Grand Croix de la Legion d'Hon-
neur. (D. 10 dicembre, J.O. 11 ddcembre.)
Ont &td promus au grade de commander :
MM.
L'Almamy Ibrahima Sory Dara Barry, chef superieur de la
Guinie (D. 10 dicembre, J.O. 11 decembre.)








M. Ho!ffher (Rene), Maitre des Requetes au C.E., Haut-Coum-
missaire de la R4publique au Cameroun. (D. 17 d6cembrs,
J.0. 21 d6cembre.)

Ont &ti nomrnes au grade d'officier :
MM.
Avi (Maurice-Edmond), administrateur de 1" classes des ser-
vices civils de l'Indochinc. Chevalier du 12 janvier 1932..
Payet (Jean-Joseph), chef de bureau hors classes des secreta-
riats gen6rautx a Tananarive (Madagascar). Chevalier du
27 d6cembre 1935. (D. 28 decembre, J.O. 29 decembre.)
Au grade de chevalier.
MM.
Tene4re (Lucien), instituteur, directeur de college en re-
traite, 54 ans de services. (D. 28 novembre, J.O. 1"' dec.)
Babin (Rene-Marie-Joseph), administrateur en chef des colo-
nies, direction du personnel.
Bertaut (Pierre-Eugene), tresorier-payeur du Cameroun, con-
seiller technique au sous-secr6tariat d'Etat i la France
d'Outre-Mer.
Carnindramodeliar, comniicriant, conseiller du Gouverne-
ment i Pondich6ry.
Cruciani (Joseph-Antoine), procurcur de la R1publique, chef
du service judiciaire en Nouvelle-Caledonie, Noumba.
Feunteun (Louis-Michel), veterinaire inspecteur general de
1" classes, chef du service de I'elevage ct des industries
animals au minister de la France d'Outre-Mer.
Filatriau (Tiburce), r6dacteur du Gouvernement h Karikal.
Goubert (Edouard-Joseph-Antoine), greffier en chef, premier
adjoint an mnaire de Pondich6ry.
Govinin (Valiavittil-Poquin), notaire, nmembre de l'Assemblec
representative de Mah6.
Guillou (Francois-Marie), administrateur de 1" classes des
colonies, secretaire general du Togo.
Huber (Pierre-Marie-LBon), ingenieur en chef du service
administratif colonial.
Jarton (Jean-Marie), administrateur en chef des colonies.
Martin (Raymond-Henri), prefet apostolique de Saint-Pierre
et Miquelon.
Mouttoussamypoulle, exportateur, vice-president de I'asseuw.
blee representative de Pondich6ry.
Rannou (Jean-Louis), administrateur en chef des colonies a
Tulea (Madagascar).
Raoul (Francois-Andre), administrateur de 1re classes des co-
lonies, administrateur maire de Douala, Cameroun.
Saint Mleux (Georges-Edmond), administrateur de 1"' classes
des services civil de I'Indochine.
Salzani (Maurice), agent general de la compagnie des mes-
sageries maritime i Colombo.
Titus (Germain), militaire en retaite, conseiller municipal
de Pondichery.
Valdant (Pierre-Louis), administrateur en chef des colonies,
sous-directeur aux affairs -conomiques du minist,-re de
la France d'Outre-Mer.
(l)ecret dui 28 dicembre 1949, J.O. 29 d6cemblre.)

Au grade d'officier.
MM.
Barbier (Georges-Charles-Paul medecin cn chef die
1" classes du cadre local de l'assistance medical indigent
en retraite. Chevalier du 23 d6cembre 1927.
Chevreau (Albert-Louis), administrateur de 1" classes des
colonies. Chevalier du 19 janvier 1926.
Damour (Joseph-Maurice), president du conseil d'admini-
tration de la Compagnie d'agriculture, de commerce 'et
d'industrie d'Afrique. Chevalier du 11 fIvrier 1923.


Guillanton (Andre-Adolphe-Pierre), ingenieur general de
1" classe des mines des colonies. Chevalier du 2 avril
1938.
Latour (Louis-Josephi, agent principal du service des tra-
vailleurs indochinois. Chevalier du 15 janvier 1927.
'cchoutre (Jacques-'ierre), gouverneur de 2' classes des colo-
nits ; president dii Conscil d'administration dc la Regie
industrielle de la cellulose colonial. Chevalier du 9 no-
vembre 1925.
itainault (Josephl, archilecte D. P. L. G. Chevalier du
26 aofil 1931.
Sevrain (Francois-Adolphe), ingenieur principal dcs travaux
publics des colonies. Chevalier du 31 d(eembre 1939, it
litre militaire.
Vally (Georges-Charles), secretaire gienral de l'Association
national dies 6crivains coloniaux et maritimes. Chevalier
du 4 aoit 1936.
'ari:n (Albert Augustel, industrial et colon ; conseiller gene-
ral de la Nouvelle-Cal&eonic et d6pendances, Noumewa.
Chevalier du mars 1930.
Volies (Johanlns-Antoin-, ancien directeur gen6iral des
Messageries africaints et Messageries du Senegal. Cheva-
lier tin 6 miai 1939.


AIt grade de chevalier.


Baimbridge (Antony-Pierre), negoeiant, nmelmbre du conscil
priv6 des Etablissements frantais de l'Ocianie, ['apeete.
llesairic (Henri-Michcl-Edouiard), geologue en chef hors-
Bieth (Maric), en religion, sutur Josepha, supirioure gene
classes des colonies, Tananarive.
rale des steirs imissionnaires du Saint-Esprit.
liobichon (Jean-Auguste-Charles), administrateur, directeur
de la socitet Ouhamn Nana.
liona (Raymiond-Pierre-Maric), charge de mission au minis-
tiere de la France d'Outre-Mer.
D)e Huttafoco (Pierre), administrateur en chef des colonies.
Claude (Marcel-Gustave), directeur g6enral adjoint de la
Sociie1 conuiercialee d 'Oucst africain.
D)ard (Lucien-Marcel-Louis), president directcur general de
la Society des etablissements L. Dard.
D)ugue (Paul-Lucien-Joseph), administrateur dl6egue des atc-
liers ct chantiers miaritines de Dakar.
Frallnois (Roger-Marccau), ing6nieur principal dcs techni-
ques industrielles des colonies.
Freundlich (Marcel), chirurgicn dentist du iministere de la
France d'Outre-Mer.
,aillard (Antonin-Alphonse), imnportateur exportateur.
Gariod (Louis-Clarles), administrateur de 3' class,; des coi
lonies.
Ganme (Leon-Antoine), directeur general des etablissemenls
A.-L. Gaunme t Cic, i Banguy (Afrique Equatoria'e Frai-
craise).
Gazonnaud (Pierre-Leon), chef du service foreslier dtc 1'Afri-
que Equatoriale Fran(aise.
(Guilbcrt (Pierre-Albert), administrateur de 2" classe dci
colonies.
Ilillenweck (Ferdinand-Theophile), "administratcur des co-
lonies.
line (Edmon.l-Frnancois), admiinistratceir on chef des colonii .
Fianarantsoa (Madagascar).
.Icanjean (Adolphe), nissionnaire ai Bonudji (Moyri-
Congo).
Kresser (Pierre-Jacques), administrateur de 1'" c asse des
services civils de 1'Indochine.
DIre La Dev6ze (Pierre-Marie-Joseph), procureur de .l miis.ion
catholique de Madagascar.








Lavignotte (Hi ari-Pierre), pasteur missionnaire.
Le Dain (Piul-Franvois-Louis), inspecteur en chef 'lc
1'? classes de la garde indochinoise.
Maridort (Be!nard-Maurice-Roger), president du syndicma
forester du Gabon.
Notari (Jacqurs-Philippe), ing6nieur hors classes des trans-
missions coloniales.
Pouderoux (M. W rice-Georges-Henri), secr6taire g6n6ral de la
Soci6tE des i.ngnieurs pour la France d'Outre-Mer.
Poumaillou (P ul), administrateur de 1" classes des colonies.
Rosier (Sympl~orien-Enile), administrator de 2' classes des
colonies.
Ilouchon (And r&-Henri-FMlix), administratcur de V" clasS
des colonies.
Roustant (Alpl onse-Paul-Henri), chef de division principal
des chemins de fer de l'Afrique Occidentale Francaise.
Sabatier (Hyplolyte-Junior), colon planter industrial.
(Decret du 21 decenbre, J.O. 31 d6cenibrc.)

Al tlitre de l'l union FranQaise :

Au grade d'officier
MM.
Baba Haidara, ilterprete titulaire de 1" classes i Niamey
(Niger) (Afr que Occidentale Fram;i.iise). Chevalier dui
10 f6vrier 1936.
Caye Athman Moustapl Malic, instituteur telegraphiste re-
traitW, ancien maire de Saint-Louis et president du Conseil
colonial du S;6ngal (Afriquc Occidentale Francaisc). Che-
valier du 14 ianvier 1931.


Au grade de chevalier.


Abdul Aziz Sy. marabout chef adjoint de la secte mnusul-
mane Tidjani, Dakar (Afrique Occidentale Francaise).
Adam Arab, cl ef superieur des Ctrangers a N'Konggamba
(Cameroun).
Boubacar Mom ir Ainidou, dit Manga Dicko, chef de canton
de Djibo (Htute-Volta).
Cheikh Amadout M'Barke, marabout clllivateur, president
de la cooperative agricole de M'Bake (Afrique Occidentale
Francaisc).
Demba Diallo, cominis principal de classes exceptionnelle
apris 8 ans de services financiers (Afrique Occidentalc
Francaise).


El Hadj. Alkaldi Toure Adboulaye, n6gociant i Niamey
(Afrique Occidentale Francaise).
El Hadj Amadou Seek, marabout i Mamou (Guinde) (Afri-
qne Occidentale Francaise), assesseur an tribunal du
2' degr6 de Mamou.
M'Bappe Koum (Richard), ridacteur des services civil et
financiers (Lameroun).
Sengat Kuo (Th6odore), r6dacteur de 30 classic des services
civils et financiers (Cameroun).
(Decret 29 d6cembrc, J.O. 31 d6cembre.)

A titre posthume, ait grade de chevalier.
Mine O'Connell, ni6 Lalbe (Maric-Madeleinc), colon, mort
pour la France. A 6t6 citee i l'ordre de la Nation.
MM.
Aroquiom (Lourdres-Louisi, ingenieur adjoint de 2"classe des
travaux publics, mort pour la France. A 6et cite i l'ordrc
de la Nation.
Lambert (Pierre-Henri), sous-ingenicur principal de 2' classes
du cadre local des travaux publics, mort pour la FrancS
A 6t6 cite A l'ordre de la Nation.
Robert (Paul-Jules), op6rateur de 3' classes des transinisious
coloniales. mort pour la France. A 6t6 cite a I'ordre de la
Nation.
'Imnault (Louis-Albert), op6rateur de 1 classes des trans-
missions coloniales, north pour la France. A et6 cit6 i
I'ordre de la Nation.
Wyckhuyse (Georges-Adolphe), controleur principal de
I" classes des transmissions coloniales, niort pour I
France. A 4t6 cite A I'ordre de la Nation.


Au grade de chevalier.


Nguyen Huu Thuong, dilbegum administratif de Go Quao
(Rachgia), (Cochinchine mort pour la France. A t t cite
a l'ordre de la Nation.
Nguycn Ngoc Chi, doc phu su, ex-dil6gu6 administration de
Tra cu (Travinh), mort pour la France. A et cite A l'ordre
de la Nation.
(D)cret du 29 decemlrc. J.O. 31 decenibre.)
A htt cite, i titre poslhume, a 1'ordre de la Nation, le
R. P. Marie Aupiais, principal des Missions Africaines de
Lyon.
(D. du 12 decembre, J.O. 14 decembre.)





















REVUE DE PRESS


Nous rappelons que la revue de press publide au present bulletin est purement objective. Elle n'implique
ovidemment aucune adhesion du Ministare de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimees dans les
articles reproduits d titre d'information.



PRESS D'OUTRE-MER


INDOOHINE

Ho Chi Minh et les Communistes ohinois

L'arrivoe prochaine des soldats de Mao Tse
Toung d la frontiere indochinoise suscite de nom-
breux commentaires. La plupart des journalists
sont d'accord pour reconnaitre que H6 Chi Minh
pourra bient6t recevoir une aide effective des
communists chinois. Tel h'est cependant pas
I'avis du THANH NIEN qui 9crit : < II ne faut pas
computer sur les communists chinois pour aider
le Vietminh, Mao Tse Toung se soucie plus de sa
reconnaissance officielle que du succes de la
resistance vietminh ou bien il soutiendra H6
Chi Minh avec sa salive d l'instar des communis-
tes francais ou bien il s'accordera avec l'Occident
pour reconnaitre le gouvernement de Bao Dai.
Les communists du Vietminh ne peuvent souhai-
ter I'entr6e des communists chinois au Vietnam,
car ils connaissent I'horreur du people pour les
hordes chinoises. De plus. si Mao Ts6 Toung leur
accordait une aide trop efficace, les U.S.A. ne man-
queraient pas d'apporter h la France une aide tout
aussi efficace et le Vietnam deviendrait un champ
de bataille.

Mais, M. Jules Haag, dans le JOURNAL
D'ExTBeME-ORIENT, souligne qu'un recent &change
de tdligrammes de congratulations entire H6 et
Mao prouve leur collusion :
Comment ne pas remercier le Vietminh d'avoir
enfin mis toutes choses au point, dit-il. Voici des
ann6es que nous d6nongons la collusion de H6 chi
Minh et de I'U.R.S.S., que nous en soulignons le
danger pour le people du Vietnam ; et si en gB6n-


ral les Francais d'lindochine et les Vietnamiens qui
savent penser et r6fl6chir ont partag6 notre convic-
tion, combien de fois n'avons-nous rencontre que
sourires ironiques ou scepticisme ?
Cette fois, le masque est jet6 et le Vietminh mon-
tre enfin son vrai visage a ceux qui s'obstinent k
ne pas vouloir en distinguer les traits reels. Sous les
apparences fallacieuses d'un nationalism qui
n'6tait invoqu6 que pour couvrir la merchandise
communist, le Vietminh a cherch6 A entrainer le
people vietnamien dans la pire des ventures. Poli-
tique trompeuse dict6e par le Kominform, et que
I'on retrouve dans tous les pays soumis A 1'ob6-
dience du Kremlin.
Jusqu'A nos communists frangais qui, a les enten-
dre, sont les seuls nationalists et n'hesitent pas,
apres l'avoir r6prouv6e, A entonner e la Marseil-
laise >, laissant < l'Internationale > au magasin des
accessoires.
Jusqu'ici, le Vietminh n'avait jamais os6 avouer
sa subordination a Moscou. L'approche de Mao Tse
Toung lui apporte autant de courage que d'illu-
sion ; et 11 ne cache plus qu'il compete a disposer de
1'appui national et moral, non seulement de 1'Union
Sovi6tique, mais encore de toutes les d6mocraties
populaires ). On volt ce que sont ces dmnocraties oif
s'exerce la plus sanglante des tyrannies, don't la
TchBcoslovaquie et la Pologne nous ont offert de
saisissantes et inhumaines illustrations.
Enfin, voilA qui est net Et ils ont bonne mine,
les Boutbien, les Rosenfeld, et d'autres que je ne
veux pas nommer pour ne pas ajouter A leur confu-
sion, qui, en Indochine ou en France, se sont faits
les d6fenseurs de H6 chi Minh. Calculateurs que
l'ambition d6vorait, de braves gens 'que la bonne
foi aveuglait, que le massacre de Hanoi ne suffit
jamais A 6clairer, et que imme le refus de laisser
approcher les otages par un neutre, deleguB de la
Croix-Rouge, ne r6ussit pas A 6mouvoir. Ils avaient
des yeux, mais ne voulaient point voir.









Ne nous 6mouvons pas outre measure de cette dB-
claration" claironnante au Vietminh. Elle exprime bien
plus des espoirs que des r6alit6s. Ii n'y a pas lieu,
pour autant, de s'endormir. L'heure est venue de
savoir oh l'on va et comment 1'on y va. II ne s'agit
plus c d'expbrience > Bao Dal. Elle est faite. L'Em-
pereur est revenue dans les Etats et en assume la
direction. C'est tout. La visit de M. Malcolm Mac
Donald a constat6 cet 6tat de fait et constitute une
reconnaissance de i facto du gouvernement Bao
Dal, et les danses sur la corde raide du pandit
Nehru n'y changeront plus rien.
Mais, il faut voir clair. L'Am6rique elle-meme peut
rester indiff6rente A une 6ventuelle pouss6e du
communism. Certes, les formations frangaises sont
de taille A repousser une invasion, mais une prise
de position formelle des Etats-Unis s'impose.
Peut-on esp6rer qi'elle ne se produise pas deux
ans trop tard ?

Reconnaissance du Gouvernement Bao Day
et ratification des Accords du 8 mars

C'est encore M. Jules Haaq qui demand quel
a did le but du vouaqe du Prince Buu L6c d Was-
hington, Probablement a-t-il etd question de la
reconnaissance du gouiernement prdside par
S. M. Bad Dal. A ce propos, I'dditorialiste du
JOURNAL D'EXTRtME-ORIENT ecrit :
La v6ritA est que le gouvernement des Etats-Unis
n'est nullement hostile a une reconnaissance du
Vietnam. II s'en faut : mais respectueux des usages
il entend subordonner cette formality A la ratifica-
tion des accords centre le Vietnam et la France. On
ne manquera pas d'obiecter que Mao Ts6 Toung ne
s'est pas demand si H6 chi Minh 6tait ou non uh
gouvernement 16aal pour le reconnaltre. Mais ch'a-
cun sait que l'observation des traditions diplomati-
ques n'a iamais embarrass tous ceux qui, de pres
ou de loin, se r6clament de Moscou. C'est d'ailleurs
le plus mauva's service qui pouvait Wtre rendu A H6
chi Minh qui ne peut plus auiourd'hui camouflei
son obedience A Staline et le prAsenter coinme un
nationalist sans compromission aucune. Il est n6-
cessaire, indispensable, que, mettant un point final
A de longues negotiations, le Parlement francais se
hAte de donner son approbation aux accords, per-
mettant ainsi A tons les Etats libres de reconnai-,
tre le aouvernement Bao Dai et en meme temps le
nouvel Etat vietnamien.
Le plus t6t sera le mieux. M. Pianon, a, il y a
quelques jours, affirm que i l'essentiel sera r6a-
lis6 A la date du 31 d6cembre prochaiti >. Nous
le souhaitons avec le Haut-Commissaire, don't la
bunne foi et la comprehension ne sont contest6es
par personnel.
II faut que le probl6me indochinois soit enfln et
deflnitivement r6solu, que le Parlement mette un
point final A des controversies habilement entrete-
nues par les communists et les quelques socialists,
de plus en plus rares, d'ailleurs, qui pr6tent A H6
chi Minh, un visage qui n'est pas le vrai. II faut
surtout que I'on cesse de faire de nos querelles
partisanes, autant d'articles d'exportation, qui n'ont


rien a faire en Indochine, ou elles n'ont jamais et
ne pourront jamais apporter que trouble et con-
fusion.

Dans L'ESSOR VIETNAMIEN, M. Ngo Ngoc Dong,
de son c6te, ~tudie les possibilities d'une interven-
tion gtrangere < pour le salut du Viet Nam >, et
se demand si la derniere visit de M. Mac Donald
ne precede pas une reconnaissance immediate du
Vietnam par le Commonwealth. Non, rdpond-il,
< car la situation de notre pays sur le plan diplo-
matique depend de la France. C'est de la ratifica-
tion des accords du 8 mars par l'Assemblde
National francaise que depend la solution du
problmme de notre reconnaissance par les puis-
sances etrangeres. Les accords signs sont ce
qu'ils sont. Nous n'y pouvons rien dans l'etat
actuel des choses >.

Ce n'est done pas aux puissances 6trang6res amies
de la France de prendre 'initiative de reconnaitre
notre pays. C'est A la France elle-meme qu'il appar-
tient d'aligner sa position politique en Asie du
Sud-Est.
Par ailleurs, la cl6 de la r6ussite de la solution
Bao Dai reside A la fois dans une ratification rapide
des accords et le rattachement du Vietnam au minis-
tere des Affaires 6trangBres, afin de faire disparaitre
les derni6res traces d'une suj6tion perimCe. Simple
question de dl6icatesse A l'6gard de notre pays.
Pour le Phuc Hung, il n'y a pas de doute A avoir
sur la ratification :
La France tient ses promesses, Acrit-il. L'accord
du 8 mars sera prochainement ratifi6 par l'Assem-
blee national franchise en m&me temps que les
traits avec le Cambodge et le Laos. i R6p6tons-le
une fois de plus : c'est sur la voie de l'anti-com-
munisme que le Vietnom trouvera A la fois son ind6-
pendance et la sympathie des,autres nations sans
laquelle il ne pourrait vivre dans la paix et la
.s6curit6.

Pour que vive Ie Vietnam

En plus de la sympathie des autres nations
don't parlait le PHUc HUNG, il faut une politique
interieure saine. A cet effect, < une politiaue de
fermetd s'impose d'urqence o, conseille M. Vuong
Quanq Nhuong en titre d'un article public dans
L'ECHO DU VIETNAM :
Le people, avant tout, le royaume est secondaire;
le Roi est insignifiant, disait un autre Maitre spiri-
tuel de la vieille Chine, Mencius, disciple de Confu-
cius. II ne semble pas qu'on ait applique en ce pays
encore si fortement impr6gn6 de l'esprit confuc6en,
ce conseil du Sage depuis que le Vietnam, en ce
coin d'Asie, en pleine 6bullition, balay6 d'un vent
violent de la d6mocratie, cherche A se frayer un
chemin vers la liberty.
, Bien au contraire, A ce people qui a dAiA trop
souffert et qui souffre encore pour letter centre le
sort iniuste qui a si lourdement pes6 sur lui depuis
pr6s d'un siecle, la politique du chien crev6 selon le
mot cruel mais just d'Andr6 Tardieu, a imposA un I








regime de d6faitisme et de corruption tel que si on
n'y mettait d6s maintenant bon ordre, il le condui-
rait sous peu et infailliblement, a un pire esclavage
df au desordre et a I'anarchie.
Au lieu de cet Eden, don't il rave au milieu de la
lutte pour lui-mgme et pour ses fils et ses petits-
fils, le Vietnam est devenu par la faiblesse des uns,'
par la veulerie et l'insouciance des autres, une chau-
diere de Macbeth autour de laquelle, aux lieu et
place des sorcibres de Shakespeare, rodent les pires
cupidites et les basses ambitions que le bouleverse-
ment des moeurs et de la morale, duf aux BvBnements,
a soulev6es du bas-fond de la soci6t6 pour les rejeter
a la surface.
Notre impartiality et notre souci de l'avenir du
pays nous ont fait un devoir de rompre le silence
et de denonctr publiquement au risque de nous
attireyr d'irr6ductibles inimiti6s les intrigues et
les maladresses des politicians improvises et des
maquignons de la politique susceptibles de compro-
mettre la grande oeuvre de liberation et de r6nova-
tion national A laquelle tout le people vietnamien
consacre les meilleures de ses resources materiel-
les et morales.
31 faut, par une politique d'6nergie, de fermet6,
et de decision, dissiper .cette atmosphere de cot-
ruption dans laquelle elle semble se prolonger de
plus en plus, restaurer 1'Etat vietnamien dans son
autorit6 en Bloignant de lui tous les incapables, tous
les courtisans sans scrupules et sans vergogne qui
confondent souvent et volontairement les intbr&ts
du people vietnamien avec les leurs propres.

MADAGASCAR
Le statut de Madagascar
Sous le titre 4 La question ne se pose pas v.
< Tana-Journal v commence la publication d'un,
sdrie d'articles de M. A. LIOTARD, senateur de
Madagascar, sur fe problem du Statut de
Madagascar >>.
La question no se pose pas -- 6crit, notamment,
M. Liotard car elle n'existe pas. Que remain,
quelques honorables bourgeois de la Dordogne s'en-
tendent pour faire savoir au monde qu'ils ne sont
pas satisfaits de leur situation dans la legislation
frangaise; qu'ils creent des journaux qui, a longueur
de journee, sans r6pit et sur tous les tons, r6petent
la chose; qu'ils trouvent, peu A peu, des appuis
parmi quelques groups de gens vivant plus ou moins
dans les nuages ; que le parti communist, d6celant,
en ce movement, un 6elment favorable a son tra-
vail destructif, apporte son concours, sa press el
ses meetings; que des bagarres, enfin, finissent par
se produire, faudra-t-il que le pr6fet de la Dordogne,
que son commandant de gendarmerie se mettent la
ttte A la torture pour r6soudre la question du statute
de cette portion du territoire ; faudra-t-il que la
press parisienne se demand s6rieusement, chaque
matin. comment cela doit, enfin, se terminer?
< Absurde comparison? > interroge l'auteur de
article. Pas du tout, car le < Mouvement Malgache >
est bel et bien une affaire fabriqube de toutes pii-
ces, lance et exploit6e par quelques individus et


soutenue, cdmme on vient de le dire, pour aboutir
a ce non-seas : poser une question qui ne se pose
pas. Les individus au dkmarrage: les trois ou quatre,
douzaines de families vivant au temps de la dynastic
liova de privileges feodaux, ayant garden, au course
des ans, le regret de ce passe oh ils etaient tout, sor-
tes d' e6 migres de Coblentz irreductibles. Les
appuis :en premiere ligne, ouvertement ou indirec-
tement, l'action communist. Cela, on ne le dira ja-
mais assez, car, en fin de compete, il n'y a que cela
et rien que cela. Un noyau de mecontents, un grou-
pement d'ambitieux qui y adhere et. aussi, se creent
les < profondes et legitimes aspirations des peu-
pies o avec le concours de la press, des meetings
et l'habile exploitation de bagarres parfaitement
organisees.
(u Tana-dournal n, 25 novembre)

tommentant la pro-
position de loi qui vient d'dtre ddposde a l'Assem-
blWe de I'Union Frangaise par M. Jean LAPART,
lendant d faire bndeficier Madagascar du statute
d'Etat associd dans le cadre de I'Union Fran-
qaise, dcrit notamment :
C'est en tenant compete des aspirations malgaches
qu on pourra sentir la presence frangaise A Mada-
gascar et c'est en toute sinc6ritW et en toute con-
fiance qu'on doit le faire...
M. Jean Lapart, I'un des conseillers de I'Union
Francaise venus A Madagascar, a dit, dans la propo-
sition de loi qu'il a d6pos6e, le 3 novembre, a
I'Union Francaise : K Quant aux Malgaches, prin-
cipaux interesses, ils ne cessent d'utiliser les moyens
possibles et toutes les occasions qui leur sont offer-
tes pour exprimer leur d6sir d'inudpendance immn-
diate suivie d'int6gration dans la grande. commu-
haut6 d'Union.Francaise ;. Nous %ommes heureux
qp'un homme se soit lev6, enfin, pour exprimer ce
qui est dans notre coeur.
(a Gazetin'ny Malagasy n, 30 novembre)
Sur la question du Statut de Madagascar.
<< Fandrosoambaovao >, ecrit :
II y a quelques annees, on pouvait prendre pour
un mirage les aspirations du people malgache A la
reconnaissance de sa personnalit6 politique. Au-
jourd'hui, on ne le peut plus, car, si mirage il y
avait, ces aspirations se seraient dej& vanouies. Or,
clies ont surmont6 l'6preuve du temps, de l'attente.
Elles ont franchi le cap de la periode difficile au'a
ete la rebellion. Peut-on encore dire, apres tout cela,
que les aspirations du* people malgache n'existent
que dans le cerveau divaguant de quelques families
types K 6migr6s de Coblentz ?
... Les aspirations du people malgache n'ont rien
de commun avec le communism. Elles se fondent
sur le besoin de justice, besoin que tout people a
pprouve bien avant m6me que Karl Marx et Engels
aient'jet6 les bases de leurs doctrines. Elles sont
naturelles elles decoulent des principles que. la
France elle-meme a inscrits dans sa .Constitution.
Jusqu'A preuve du contraire, nous ne croyons pas
que la 16galit6 de cette derniere soit une 16galit6
communist.
(a Fandrosoam Baovao n, 2 ddoembre)








PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press ltrangere traduits en frangais peat Otre consulted d la
Section de la Presse Etrangere (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, Pidce 17, 1P Etage).
Les numeros qui figurent ci-dessous d la suit e d I'indication d'origine des articles de press permelltent
de se reporter au text complete des dits articles.



1. GENERALITIES


A. Les Nations-Unles et la tutelle

On salt que le 2 novembre 1949, I'Assemblee
gdndrale des Nations Unies se rendant aux pro-
positions de son Quatrieme ComitN vota d lne
important majority une resolution suivaul
laquelle le comild special aurait le drpit de ddci-
der du moment oft il conviendrait de donner leur
,autonomie aux territoires sous tutelle ; elle
demandait egalement que les puissances adni-
nistrantes lui adressent des rapports sur les
droitg de l'homme, sur les progrhs politiques, etc.
La press britannique s'est montrie presque
unanime d critiquer cette resolution. Le TIMES
consacra plusieurs dditoriaux d la commenler.
Quelques jours auparavant, il avuit rappeld les
origins de cette politique :
Lorsque les Nations Unies furent fond6es, la
Grande-Bretagne et la plupart des autres Puissan-
ces qui avaient exerce administration sur les ter-
ritoires sous mandate de i'ancienne Socie6t des
Natons plac6rent volontairement ces territoires sous
la tutelle des Nations Unies. Les Puissances colonia-
les se virent imm6diatement demander de placer
leurs propres colonies 6galement sous une forme
quelconque de tutelle des Nations Unies. L'Inde pro-
posa que c les membres des Nations Unies respon-
sables le administration des territoires non auto-
nomes soient pri6s de soumettre des accords de
tutelle. pour tous ou quelques-uns de ces territoires
qui ne sont pas pres de b6n6ficier d'un gouvernc-
ment autonome 3. Cette franche attaque de front fut,
apr6s des modifications en Commission, rejet6e par
1'Assembl6e G6n6rale en 1947. Mais la champagne
continue sous une autre forme. Ses partisans com-
prenaient le bloc slave, d6sireux de mettre en accu-
sation les Puissances Occidentales ; certain Etats
orientaux, opposes au colonialisme pour des raisons
raciales, et quelques-unes des petites Republiques et
dictatures de 1'Am6rique latine, don't les delegations
desiraient conqu6rir un prestige dans leur pays en
critfquant les grandes Puissances sur une scene
international.
(c Times n, 28 novembre). 6.160

Les critiques du MANCHESTER GUARDIAN sont
assez violentes :
Le Conseit de Tutelle des Nations Unies a 6mis
en son temps un certain nombre d'inepties au sujet


de l'administration des territoires sous mandate. La
Commission ie Tutelle de 1'Assembl6e G6n6rale a
manifestement tendance a faire mieux encore. Elle a
adopt vendredi dernier A Lake Success une resolu-
tion invitant les pays qui administrent des territoi-
res en tutelle A soumettre dans le d6lai d'un an des
plans concrets et detaill6s en vue de l'ind6pendance
ou de l'autonomie gouvernementale de leurs popula-
tions. II faudrait ne pas manquer d'audace pour
dire, A vingt ans pres, A quelle date les populations
du Tanganyika ou de la Nouvelle-GuinBe, par exem-
ple, seront en measure de s'administrer elles-m6mes
ou quelles sont exactement les tapes qui leur per-
mettront d'arriver a ce point. Mais cela ne'trouble
pas la Commission de Tutelle A laquelle n'incombent
ni les decisions A prendre ni la responsabilit6 de les
appliquer. Toute I'affaire se ramene manifestement
a une manoeuvre politique que des hommes n'ayant
aucune connaissance des probl6mes sur lesquels ils
se permettent de porter un jugement ont concue
pour porter tort aux puissances coloniales. Le Gou-
vernement britannique devrait sans plus tarder faire
savoir qu'il ne tiendra aucun compete de la r6solu-
tion de la Commission dans le cas oi 1'Assembl6e
G6n6rale l'avaliserait. II est evident qu'une demand
de ce genre outrepasse les pouvoirs des Nations
Unies. L'Article 74 de la Charte est tout A fait pr6-
cis sur ce point. Il exige des puissances adminis-
trant des territoires sous tutelle qu'elles envoient
r6guli6rement au Secr6taire G6nBral c une docu-
mentation, statistique et autre, de caractere techni-
que ayant trait aux conditions 6conomiques, socia-
les et culturelles deS territoires don't elles sont res-
ponsables ;. Cette demand est satisfaite, tout au
moins en ce qui concern la Grande-Bretagne. Mais
cette sorte d'6pure constitutionnelle que r6clame
maintenant la Commission de Tutelle est loin de ren-
trer dans les limits de 1'Article 73.
(a Manchester Guardian) 18 dBo.). 5.08G

Le TIME AND TIDE, plus moddrd, comment et
explique :
Toute tendance A accepter comme sincere la
facade selon laquelle les Nations Unies se pr6sen-
tent comme le champion des droits des populations
indigenes opprim6es devrait 6tre rapidement dissi-
p6e par 1'6tude de la fagon don't ont e6t trait6es les
anciennes colonies italiennes en Afrique du Nord et
en Afrique Orientale. Pendant 4 ann6es les Nations
Unies qui ont toujours pr6tendu donner la priority
aux int6rets des habitants l'ont en fait donn6e aux

55









Puisances politiques de 'Europe ainsi qu'aux sus-
picions et jalousies des pays asiatiques et de 1'AmB-
rique du Sud. Pendant 4 annees les Nations ont
change d'opinion avec une ag'lit digne de danseurs
de ballet et un cynisme digne de Machiavel. L'apti-
tude au self-gouvernment s'est transformee en un
pion qu'on a d6pos6 et repris sans cesse sur 1'6chi-
quier.
Au contraire, le fait que la Russie a employee tou-
tes ses astuces pour grouper les Nations asiatiques
et sud-americaines contre les Puissances occidenta-
les est devenu le secret de Polichinelle. La suspicion
a l'gard des buts des Occidentaux 6prouv6e par
des pays qui venaient A peine d'etre libbr6s du Sta-
tut colonial 6tait naturelle et facile g exploiter ;
alors que d'autres, que l'on aurait pu selon la ter-
minologie d'avant-guerre classer parmi les < non-
poss6dants accueillaient presque avec des trans-
ports d'all6gresse une occasion d'embarrasser les
< possedants de nagu6re. ill n'est pas douteux que
les Puissances occidentales en portent en grande
parties la responsabilit6 en raison de leurs erreurs
du passe qui ont laiss6 un arriere gofit d'amertume
au lieu de bonne volont6 sur les palais nationalis-
tes ; quelle que soit la cause il n'en reste pas moins
que ce n'6taient pas les v6ritables interets des popu-
lations non-autonomes qui obs6daient les d6lgu6s
du Conseil de Tutelle A l'Assembl6e. C'6taient les
passions politiques des Nations qui les avaient
envoys Ma.
C'est pourquoi les Puissances coloniales ont refuse
avec quelque Apret6 d'accepter la demand de super-
contr6le implicitement cdntenue dans le dernier
voeu des Nations Unies. Rendre compete des progress
politiques n'est pas tres loin d'accepter que les
Nations Unies aient le droit de declarer ce que ces
progres devraient, 6tre en d'autres mots, cc serait
abdiquer ses responsabilit6s en faveur d'un orga-
nisme qui, au course de sa breve. existence, a dAjA
fait la preuve de son manque de s6rieux.
Notre tAiche aux colonies est tres difficilemais par-
faitement claire et ceci vaut sans aucun doute
aussi bien pour la France, la Belgique et la Hol-
lande. Pour la poursuivre, nous avons besoin d'aide
et de conseils et nous devrions 4ien accueillir l'une
et les autres, mais nous ne pouvons pas nous tour-
ner vers les peuples don't nous devons, peut-6tre
insuffisamment, guider les destinies et leur dire :
< Vous ne pouvez avoir reellement confiance en
nous, savez-vous, mais ne vous en faites pas, nous
demandons A 57 autres guides de nous 'dire ce qu'il
faut faire ; il est vrai que ces guides se nluerellent
entire eux ferocement, mais que cela ne vous inqui6te
pas, a nous tous, nous devrions etre capable de vous
montrer le bon chemin >.
(a Time and Tide ), 10 d6cembre): 5.182

Enfin, plus tard, le MANCHESTER GUARDIAN pre-
cise ce que, selon lui, devrait etre la politique du
gouuernement britannique.
Nous pensions que le Gouvernement britannique
n'est nullement oblige de se conformer aux injonc-
tions de l'Assembl6e. Mais on aurait tort de se con-
tenter d'ignorer les scrutins de l'Assembl6e. Ils peu-


vent &tre bass surtout sur le sentiment ou les pr6-
jug6s, mais ils representent en fait l'opinion d'une
grande parties du monde. Ils exigent une r6ponse
positive. Celle-ci pourrait immediatement comporter
deux parties. La premiere serait un effort vigoureux
et imaginatif pour mieux informer le monde. La
Grande-Bretagne possede un magnifique bilan de r6a-
lisations dans les. colonies ; et au course des derni&-
res annees, il y a eu un progres sans pr6c6dent vers
1'6mancipation. La second parties est encore plus
important A longue 6cheance. Les progres Bcono-
miques des colonies retardent dans de nombreux cas
sur leurs progr6s politiques. Ils attendent les inves-
tissements aussi bien que l'habiletW technique que
notre pays ne peut plus A lui seul leur fournir. Si
le President Truman reussit 6 persuader les capitalis-
tes americains, compete tenu des sauvegardes prevues
dans le programme de son i QuatriBme Point >
d'aller plus hardiment de I'avant, et de concourir
A 6quiper ces territoires et les autres parties du
monde les moins d6velopp6es, un grand pas vers
1'6mancipation aura Wte realis6. Le President a for-
tement insisted en d6clarant que toute aide ambri-
caine doit etre donn6e a partout ofi cela est prati-
cable par l'intermediaire des Nations Unies et de ses
branches sp6cialisees ,. II pense ainsi aux branches
telles que l'Organisation Mondiale de 1'Alimentation
et de 1'Agrictflture, l'Organisation Mondiale de la
Sante, les Commissions Economiques. MWme s'il pen-
sait ici A une aida technique plutot qu'A une aide
financiere, il est evident que cette derniere serait
soumise aux. directives de la premiere. Quelle doit
Wtre la reaction correct du Gouvernement britanni-
que A cet 6gard ? Ce serait sfrement de d6clarer net-
tement que la cooperation des branches des Nations
Unies recevra le meilleur accueil dans cette 'oeuvre
fructueuse ; que les fruits qu'elle donnera ne seront
pas 6goistement accapar6s par les int6rets britanni-
ques ; et que le progr6s g6enral rendu possible vers
une puissance et une stabilit6 Bconomiques dans les
territoires coloniaux sera utilis6 pour garantir les
progres politiques que l'Assemblee G6enrale est si
anxieuse de voir se rBaliser. Les.Nations Unies peu-
vent de cette facon aider consid6rablement les popu-
lations coloniales. Les raccourcis pr6conises par
I'Assembl~e ne menent nulle part.
(n Manchester Guardian ), 5 d6cembre). 5.173

B. Quatridme Point

La facon don't pourra se rdaliser le < Qua-
triime Point > du President Truman est analysde
Par le CONTINENTAL DAILY MAIL.
Lentement et prudemment les Etats-Unis se pr6-
parent A laborer les details du < nouveau pro-
gramme audacieux du, Pr6sident Truman destiny A
promouvoir le developpement industrial des terri-
toires arrieres du monde. -
AprBs avoir manifesto initialement une certain
meflance et une certain hostility, des groupements
allant des syndicats jusqu'A la c Chambre de Com-
merce des Etats-Unis > ont maintenant annonc6 leur
concours...
Se rappelant les accusations d' < imp6rialisme >
porthes sans arrit par les Soviets centre les pays








occidentaux, les personnalites qui patronnent ce pro-
gramme sont presque unanimement decides a 6vi-
ter tout acte susceptible de justifier une telle accu-
sation i l'avenir.
La Chambre de Commerce, en preconisant une
progression < modest et soigneusement circons-"
crite, a soulign6 combien il 6tait essential d'agir
de mianiire telle que < toute accusation d'imperia-
lisme ou de paternalisme > puisse Etre soit 6vit6e,
soit facilement balay6e. Ce changement d'attitude
de la part de personnel representant le group sus-
ceptible d'investir des capitaux est tres reel ct il
va sans dire qu'il est absolument essential a la reus-
site du programme de d6veloppement.
L'6poque oi des strangers pourvus d'argent pou-
vaient se rendre dans line region non d6veloppee et
extorquer le monopole d'une concession princi-
palement pour exploiter des resources naturelles
faciles a enlever et fr6quemment en corrompant les
fonctionnaires locaux approche rapidement de sa
fin. En de nombreux points du monde elle' est d6fi-
nitivement close. C'est 1 le r6sultat de l'extension
victorieuse du nationalism chez les nations autre-
fois coloniales et d6pendantes.
Mais quiconque n'est pas completement envofit6
par les contest de fees de Moscou doit reconnaitre
qu'au course des derni6res annees, diff6rentes sortes
de capitalistes de plus en plus nombreux, ont fait
leur apparition dans les regions 6cartbes du monde.
II s'agit lA d'hommes poss6dant les capacit6s techni-
ques et animes de la volont6 de s'atteler a une tAche
de longue haleine consistent a 6difier une entreprise
en cooperation avec les autorit6s locales et en asso-
ciation avec les capitalistes et les technicians locaux.
Les dispositions que le Congres est en train d'l6a-
borer aujourd'hui sont destinies dans une large
measure a encourager un accroissement substantial
du nombre et de l'esprit d'entreprise de cette cat6-
gorie de capitalistes. Le gouvernement leur donnera
des granties centre les pertes d6coulant des obsta-
cles d~pos6s A la reconversion en dollars des b6n6-
fices locaux et centre celles qui seraient dues a la
guerre, a des troubles civils et A une expropriation
sans indemnisation.
Selon les propres paroles du President Truman,
ces investissements prendraient la forme de c mat6-
riel de production machines et 6quipement et
d'une aide financiBre en vue de cr6er des entrepri-
ses productrices... pour le d6veloppement des ports,
pour les routes et communications, pour les projects
d'irrigation et de drainage ainsi que pour les pro-
duits d'utilit6 publique eI pour toute la game des
industries d'extraction, de transformation et de ma-
nufacture >.
En mmme temps, les Etats-Unis coop6reront en
fournissant a les connaissances techniques, scienti-
fiques et administrative n6cessaires au d6veloppe-
ment Bconomique,... les connaissances m6dicales et
culturelles, ainsi qu'une assistance et des conseils
dans des domaines fondamentaux tels que I'hygiene,
les communications, la construction des routes et
les services gouvernementaux, sans oublier -- chose
peut-6tre la plus important une cooperation a
l'inventaire des resources et a la planification du
d6veloppement 6conomique a longue port6e ,.
La maniere don't cette proposition a W6t trait6e
des le debut montre qu'il s'agit bien d'un < nou-


veau > programme. Mais il doit subsister certain
doutes en ce qui concern la question de savoir s'il
est suffisamment < audacieux ,.
La n6cessite et les possiblit6s d'un d6veloppement
industrial dans de vastes secteurs de 1'Asie, de l'Afri-
que, de 1'Am6rique latine et m6me dans certai-
nes parties de 1'Europe sont Bnormes. La nervo-
site des populations, de plus en plus exposes A con-
naitre les standards de vie l6ev6s des Etats indus-
trialis6s, constitute une menace constant pour la
stability social et politique.
L'aide propose par l'Am6rique pourra-t-elle 6tre
suffisamment considerable pour am6liorer assez rapi-
dement les conditions de vie de maniere a devan-
cer la revolution et le chaos ? De cela personnel ne
peut 6tre certain.
(( Continental Daily Mail ), 7 novembre). 5.125

La revue britannique CORONA s'attache plus
particulierement d examiner comment le < Point
Quatre > et l'aide americaine peuvent Otre pris en
charge par les Nations Unies.
Le d6bat g6n6ral sur les recommendations du Con-
seil s'ouvrit a la 4" session de 1'Assembl6e g6n6rale
le 29 septembre et suivit de tres pres les lignes des
discussions du Conseil. L'Assembl6e dispute mainte-
nant les resolutions proposes par le Conseil et lors-
que cet examen sera termin6, avec ou sans amen-
dement, le programme du 4" point des Nations Unies
sera lance. En attendant, on peut dire, a tout le
moins, que les agencies sp6cialis6es auront a I'ave-
nir des resourcess accrues et que les r6sultats de
leurs activities d6pendra autant du discernement des
gouvernements qui cherchent de I'aide que de la
sagesse de la gestion des agencies elles-m6mes.
Bien que le Pr6sident mit l'accent sur le r6le a
jouer par les Nations Unies, il a fait 6galement res-
sortir clairement que ce programme r6clamait un
effort direct important de la part des Etats-Unis. Les
intentions de administration am6ricaine ont 6tW
eclairBes par la presentation au congris de deux
projects de loi ; 'un doit autoriser le President A
fournir une aide technique aux pays arri6ers et a
consacrer 45 millions de dollars a ce dessein ; I'au-
tre permettra A 1' a Export-Import Bank > de garan-
tir les investissements prives am6ricains outre-mer
contre les risques particuliers a de tels investisse-
ments. Des discussions sur le premier project ont
commence au comite des affaires 6trangeres, tandis
que le second fut approuv6e l'unanimit6 par le
Comit6 bancaire et financier. Les progres ont W6t
arr8t6s par le programme 16gislatif abondant auquel
le congr6s doit faire face et on pense maintenant
qu'on ne peut attendre la reprise de 1'examen de la
16gislation qui doit traduire dans la r6alit6 le < Qua-
triime Point du President Truman, avant janvier
1950. Les 45 millions de dollars du Pr6sident com-
prennent 10 millions d6ej exig6s pour les activities
en Am6rique latine, don't on a parl6, et la contribu-
tion qui dolt Wtre apportee par les Etats-Unis au pro-
gramme des Nations Unies. Le sold sera consacr6
a la cooperation technique avec des pays pris indi-
viduellement sous forme d'accords bilat6raux. Dans
ce dernier cas, il semble probable qu'une importance
particuliere sera accordee aux accords avec des pays








pleinement ind6pendants, don't les resources n'ont
pas encore 6t6 entidrement d6velopp6es par l'appli-
cation des connaissances et des techniques moder-
nes. Des territoires d6pendants se tournent d6ej vers
leurs m6tropoles pour obtenir l'aide technique n6ces-
saire pour pousser leur d6veloppement. L'aide am6-
ricaine est 6galement a la disposition des territoires
don't les Metropoles font parties de P' Organisation
pour la Coop6ration Economique Europ6enne ; sous
forme des projects d'assistance technique finances
par PE. C. A. II est en consequence raisonnhble
d'affirmer 'que le programme du Quatri6me Point
Am6ricain de cooperation technique bilat6rale s'6ten-
dra surtout aux territoires arri6res du Monde don't
aucune autre nation n'a la responsabilit6.
(a Corona n, decembre 1949). 6.194


0. 6ud-Est Asiatique

Sous la plume d'A.T. Steele, le NEW YORK
HERALD TRIBUNE lire la conclusion d'une sdrie de
douze articles consacres au communism dans le
Sud-Est asiatique.

La trag6die chinoise a prouv6 que des measures
militaires n'ont aucune valeur contre le communism
asiatique A moins d'etre accompagn6es par des r6for-
ines Bconomiques, politiques et sociales. Ceci est
aussi vrai pour le sud-est asiatique que pour la
Chine.

Eoonomie paysanne et pauvret6
SOn peut consid6rer 1'Asie du Sud-Est comme com-
portant une unit geographique. A l'interieur de
cette unit on d6couvre au moins autant de dissem-
blances de races, religions et nationalit6s qu'en
Europe. La caract6ristique 616mentaire est une Bco-
nomie paysanne. Le probl6me de base est la pau-
vret6. Les d6sirs essentiels sont ceux qui tendent
A l'obtention de standards de vie amelior6s. La force
principal est le nationalism. On doit avoir A l'es-
prit ces 616ments dans toute 6tude r6gionale du pro-
blmne de la lutte contre le communism en Asie du
Sud-Est. Les mesur'es non-militaires sont plus impor-
tantes que*celles qui ont un caractere sp6ciflque-
ment militaire.


expulsionon du oolonlalisme
Le colonialisme europ6en est en train de dispa.
raitre de 1'Asie du Sud-Est, bien qu'il laisse derriere
lui un r6sidu profound d'amertume et d'extreme sen-
sibilit6 a 1'6gard de tout ce qui a une quelconque
allure d'interf6rence 6trang6r,e. Les nouveaux p6les
d'attraction chacun imprimant une direction dif-
f6rente, sont la Chine communist, les Etats-Unis et
l'lnde. De toute evidence, 'Inde occupe une posi-
tion-pivot. Elle est anti-communiste mais pr6f6re
adopter une position d6tach6e et neutre a 1'egard de
la guerre froide. C'est 6galement un point de vue qui
s'applique a plusieurs nations du sud-est asiatique
qui refusent de croire que expansion du commu-
nisme en Chine constitute une menace pour leur s6cu-
rite personnelle. Des pays tels que 1'Indon6sie et la
Birmanie ne participeront a aucun pacte regional
de security A moins que l'Inde n'y participe. L'Unde
consider de telles measures comme pr6matur6es. Que
peuvent faire les Etats-Unis dans ces conditions ?
D'un c6t& les Etats-Unis peuvent tenter de soutenir
1'economie des Nations du sud-est asiatique et ainsi
renforcer leur resistance contre l'infiltration com-
muniste. D'616ments d'importance gale, les Etats-
Unis peuvent essayer de mettre de leur c6t6 les
movements nationalists en d6clarant de fagon non-
equivoque que nous sommes favorables en tout temps
au principle qui donne aux peuples la libre disposi-
tion d'eux-memes et A la r6alisation dans Pordre
de gouvernements autonomes pour tous les peuples
d6pendants. Les Etats-Unis ont gagn6 la face vis-A-
vis des peuples asiatiques en lib6rant les Philippi-
nes et en soutenant les nationalists indonesiens
dans leurs n6gociations avec les Hollandais. Cepen-
dant, it existed dans 'attitude des AmBricains un
616ment d'incertitude et d'inconstance qui donne A
beaucdup de nationalists americains des incertitu-
des sur le parti dans lequel ce pays s'est class.
Cette inconstance est largement exploit6e par les
communists qui ne manquent aucune occasion de
ranger les Etats-Unis parmi les < imp6rialistes >
coloniaux. Ce point est puissamment discut6 en
Asie. On peut beaucoup parler de l'argument suivant
lequel quelques peuples d'Aksie ne sont pas encore
qualifies pour se gouverner eux-mmmes.' La Bir-
manie en est un example douloureux mais 'une
telle logique a pen de poids en face des valeurs
6motionnelles qu'engendre le nationalism.
(a New York Herald Tribune a, 2 novembre 1949). 5.099


II. UNION FRANQAISE


A. Indoohine
L'article precedent se termine par le paragra-
phe suivant :
L'exemple du problme indoohinois
Dans toute I'Asie du Sud-Est, nous avons pay6 en
prestige notre attitude plut6t negative A 1'Agard de
l'Indochine ofi depuis trois annees tristes, les Fran-
gais et les nationalists vietnamiens s'affrontent
dans un combat sans merci pour le pouvoir. L'ni-
dochine occupe une position cl6 en Asie du sud-est.
Bien qu'A beaucoup de points de vue il soit aussi
grave que le conflict indon6sien, le gachis indochi-


nois n'a en aucune fagon recu une publicity compa-
rable et n'a nullement provoqu6 une reaction ame-
ricaine du m6me ordre. Il est possible-que ce conflict
ait pu 6tre r6solu, il y a deux ou trois ans, si le
monde avait pris un int6r&t plus grand A ses possi-
bilit6s explosives. Aujourd'hui une minority de com-
munistes s'est install6e si fortement dans les rangs
r6volutionaires que l'on peut se demander si une
solution politique est possible, qui ne b6neficie pas
aux communists. Une bonne'partie de 'e6quipement
militaire de l'arm6e frangaise est d'origine am6ri-
caine. Cela n'a pas At6 pour nous aider.
Les Etats-Unis suivent une politique d'attente,
suspendue h l'issue des rapports frangais avec 1'ex-








empereur Bao Dai tendant au transfer d'une < inde-
pendance > substantielle dans le cadre de 1'Union
Francaise. Mais les perspectives de Bao Dai d'ob-
tenir le soutien populaire du Viet-Nam en 6vincant
le regime d'Ho Chi Minh ne sont pas tres promet-
teuses. Il est absolument n6cessaire qn'un ou plu-
sieurs observateurs neutres qualifies se rendent en
territoire r6volutionnaire, parent au leader r6volu-
tionnaire et d6terminent s6rieusement s'il y a quel-
ques possibilities d'un arrangement qui conserverait
1'Indochine hors de l'orbite communist. En cette
derni6re heure, ces perspectives sont peut-etre 16g6-
res, mais on ne peut les l6iminer comme ne repr6-
sentant aucun espoir jusqu'A ce que les recherches
n6cessaires aient W6t faites. En Indon6sie la sympa-
thie am6ricaine pour le movement nationalist s'est
.sold6e par une bonne volont6 indon6sienne. Cepen-
dant, en poussant les Hollandais A adopter une atti-
tude g6n6reuse nous avons assume la responsabilit6
tacite d'aider lflndon6sie ind6pendantc, si cette
ind6pendance est r6alis6e par la Conf&rence de La
Haye.
(e New York Herald Tribune e, 2 novembre 1949). 5.099

Le MANCHESTER GUARDIAN consider que 1'ln-
dochine est maintenant une question. internatio-
nale :

Les effects de l'avance communist
II est evident que meme si les troupes commu-
nistes respectent la frontiere, leur proximity stimu-
.lera A la fois le moral des forces de guerillas du
Vietminh et facilitera la contrebande des armes qui
leur sont destinies. La tentative des forces natio-
nalistes chinoises de s'6chapper en Indochine va
cr6er pour les Francais un grave problime dans
une region of ils ne contr6lent que les principles
villes et voies de communication, sans contr6ler la
plus grande parties de l'int6rieur.
On avait certainement esp6rB que le progres de
1'6tablissement du r6gimne de Bao-Dai au Viet-Nam
serait assez avanc6e l'heure oil les armies commu-
nistes chinoises auraient atteint la froritiere, et quc
les puissances don't la cooperation est n6cessaire si
l'on ne veut pas que le Sud-Est asiatique tombe en
grande parties aux mains des communists, seraient
prates A accepter le Viet-Nam de Bao-Dai comme un
Etat national autonome dnmeurant volontairement
membre associ6 de 1'Union Francaise, et digne et
capable de prendre part avec d'autres nations asia-
tiques A une Ligue d'auto-d6fense.

/' M6onten tement indien
Non sculement Mao-Tse-Tung atteint-il la frontiere
bien avant que le regime de Bao-Dai se soit com-
pl6tement install, mais l'incident du memqrendum
du consul indien de Saigon, qui a W6t communique
au gouvernement britannique, et dans lequel il
exprimait l'espoir que la Goande-Bretagne ne recon-
naitrait pas l'empereur Bao-Dai, cause de graves
doutes au sujet de savoir si le gouvernement indien
accepterait le regime de Bao-Dai comme un r6gim,
v6ritablement national.
MWme si la communication de ce document a une


autorite britannique n'est autre chose que la rou-
tine d'informations mutuelles entire Dominions, la
question demeure de savoir pourquoi 11 a 6tW com-
muniqu6 i la press selon toute vraisemblance
par l'India House de Londres. Le journal Le Monde
se plaint de ce que l'attach6 de press de 1'India
House est myst6rieusement impossible i atteindre.
Quelle que soit I'importance propre qu'il convient
d'attacher a cet incident, il diminue beaucoup les
espoirs francais, selon lesquels le Pandit Nehru
pourrait etre amen6 i s'associer A d6tacher les na-
tionalistes vietnamiens d'une alliance avec le com-
munisme, pour s'associer avec Bao-Dai...
On a pr6tendu, dans certain milieux, que le gou-
vernement indien pourrait avoir dans l'affaire une
attitude plus amicale si la France etait dispose A
rendre Chandernagor au Bengale, comme elle s'est
montr6e dispose A le faire, mais encore ses quatre
Etablissements (Pondich6ry, Yanaon, Mah6 et Kari-
kal) don't les populations semblent d6sireuses de
conserver leur association avec la France. Ce serait
la une measure que la France pourrait trbs difficile-
ment prendre.
(a Manchester Guardian e, 4 novembre 1949). 5.108


11 expose dans un aaure article comment il voit
la situation intgrieure.f
I1 y a trois mois, l'amiral Decoux, ancien gouver-
neur general de l'Indochine, a public un livre A Pa-
ris, qui montrait les id6es coloniales frangaises
sous leur aspect le plus d6favorable. L'amiral De-
coux semble avoir consid6r6 le maintien de la c sou-
verainet6 francaise > en Indochine comme une
chose ayant une importance presque mystique. II
justifle ses actes pendant la guerre actes qui ont
ouvert la voie i la chute de Singapour come
n6cessaires pour la sauvegarde de la souverainet6
francaise. Il ne se demand nulie part quels buts
doit servir hi souverainet6 francaise ; 11 la consi-
dere comme une fin en elle-mirv.
Fort heureusement, la France s'inspire mainte-
nant d'autres id6es. M. Pignon, I'actuel Haut-Com-
missaire francais, a un point de vue tres different.
GrAce i I'accord de mars dernier entire M. Auriol
et Bao-Dai, la France a fait le premier pas pour
mettre sa politique en Asie en harmonic avec les
nouvelles conditions. Il ne s'agit que d'un premier
pas. L'accord maintient le Vietnam dans un 6tat de
subordination : ses relations 6trangeres doivent en-
core 6tre en parties contr616es, et la France exige
des privileges 6conomiques qu'un Vietnam souve-
rain serait difficilement d6cid6 A conceder. Les na-
tionalistes annamites ne peuvent pas 6tre satisfaits.
Mais ils peuvent voir dans 1'accord un point de
depart vers une version revise, qui sera plus
acceptable et plus r6alistc.
La situation de Bao-Dai s'est l6gerement amelio-
r6e au course des derniires semaines. Quelques-uns
des chefs vietminh ne sont plus aussi inflexiblemeirt
opposes i collaborer avec lui et avec les Frangais
qu'ils 1'6taient auparavant. Ils redoutent la Chine,
m&me si leur sympathie va au communism. Au fur
et a measure que la pression chinoise s'accroit, les
chances d'une union national autod6fensive aug-








mentent en Indochine. Elles augmenteront encore
davantage si Bao-Dai est en measure de justifier sa
pr6tention d'etre un chef national et se d6barrasser
de sa reputation de fantoche des Frangais. Rien ne
peut l'aider davantage qu'une action rapide des
FranCais pour montrer clairement qu'ils respectent
en Bao-Dai un veritable agent libre, et qu'ils ont
l'intention de proc6der a un sincere transfer des
pouvoirs, II reste peu de temps aux Frangais. Re-
cemment encore, quelques observateurs pensaient
qu'il 6tait de6j trop tard. La r6cente amelioration
de la situation de Bao-Daileur donne une nouvelle
chance, bien qu'il s'agisse peut-Utre d'une dernierc
chance. Personne ne pense que dans l'avenir imm&-
diat la France pourrait aller aussi loin dans 1'6va-
cuation de 1'Indochine que ne l'ont fart les Hollan-
dais en Indon6sie. II n'existe virtuellement pas de
cadres de hauts fonctionnaires civils annamites.
Bab-Dai est assist de deux gouverneurs de pro-
vince annamites qui sont des hommes distingues,
mais a part ceux-lI, il est terriblement a court d'ad-
ministrateurs. Les Frangais devront pendant" qucl-
que temps lui fournir des fonctionnaires civils,
ainsi que des officers pour l'arm6e du Vietnam.
Leur probleme consiste A convaincre les nationalis-


tes annamites qu'en d6pit de cela, ils considerent le
Vietnam comme un veritable Etat libre. On fait etat
a Paris d'un argument selon lequel la France ne
peut pas prendre en consideration les concessions
r6clam6es par les Annamites, parce que si elle agis-
sait ainsi elle aurait a faire face a des demands
similaires en Afrique du Nord et en Indochine ;
l'Union Frangaise se d6sagr6gerait. Mais la France
pourrait se demander si ses interets ne seraient pas
mieux servis dans le cas oh le Vietnam cesserait de
faire parties de l'Union Francaise pour devenir un
Etat lie6 la France par un trait d'alliance intime.
Un grand obstacle a la restauration de la concorde
entire les Annamites et les Frangais provient du fait
que presque toute l'Asie nationalist, en dehors de
l'Indochine, se montre hostile a Bao-Dai, et 6prouve
par consequent quelque sympathie pour Ho-Chi-
Minh, m&me si son pr6tendu communism lui d6-
plait. Ce sentiment nationalist en Asic est une des
forces les plus puissantes qui dirigent les 6v6ne-
ments. La survivance de Bao-Dai depend autant du
besoin de gagner l'6stime de 1'Asie non communist,
que de celui de gagner des partisans au Vietnam.

(( Manchester Guardian n, 14 decembre 1949). 6.196


III. COMMONWEALTH BRITANNIQUE


A. Gold Coast

Le rapport Coussey, qui indique la fagon sui-
vant laquelle la Gold Coast pourra accdder au
self-government est I'objet de nombreux com-
mentairds. La revue WEST AFRICA 9crit :

Le Rapport Coussey sera presque certainement
consid6r6 par les historians comme l'un des grands
documents de l'histoire de 1'evolution du Com-
monwealth libre. h prendra rang aux c6t6s du Rap-
port Durham qui, il y a plus de cent ans, esquissa
les modalit6s d'agession du Canada a la responsa-
biliti gouvernementale et qui devint un module
pour les autres Dominions. C'est ainsi que d6bute
l'exp6rience unique de Dominions autonomes libre-
ment associ6s au sein d'un Commonwealth qui
compete actuellement une Republique et en aura
bient6t une autre.
Il est possible que le Rapport Coussey acquire
une importance gale dans l'histoire future du de-
veloppement de l'autonomie gouvernementale dans
les colonies africaines et autres. Le fait que le Se-
cr6taire d'Etat ait accept le rapport dans ses
grandes lignes est une nouvelle assurance, pour tou-
tes les colonies britanniques, que l'on croit r6elle-
ment a la politique de l'autonomie gouvernementale
future. Par centre, il est a redouter que l'on en
vienne a croire que seule la force, assurera l'octroi
prochain de l'autonomie gouvernementale, 6tant
donn6 le fait que ce furent les grandes 6meutes de
1948, en Gold Coast, qui amenerent A designer la
Commission Watson, qui recommanda des progrbs
constitutionnels, et que cette Commission entraina
l'institution de la Commission Coussey.
II est probable que la publication du Rapport


Coussey et la r6actiort favorable qu'il a suscit6e chez
le Secr6taire d'Etat auront pour r6sultat d'amener
plus, rapidement a de nouvelles Constitutions pour
la Nigeria, la Sierra Leone et les autres colonies. A
measure que de nouvelles legislatures coloniales s'as-
sureront des majorit6s non officielles, des measures
seront prises pour donner aux membres non offi-
ciels une responsibility executive plus grande que
celle qu'ils avaient jusqu'A present, puisque, comme
le dit le Rapport Coussey, << le faith de tolerer une
majority africaine non officielle dans la legislature,
sans octroyer en mime temps une certain measure
de responsabiliti, a consliue aun defaut constitution-
nel flagrant >.
Une nouvelle Constitution pour la Gold Coast met-
trait plus vivement en contrast les politiques de la
Grande-Bretagne a 1'egard de ses populations afri-
caines, d'une part, et celles de l'Afrique du Sud a
1'6gard des siennes, d'autre part. Elle susciterait
une resistance plus fernme au d6sir de l'actuel gou-
vernement sud-africain d'6tendre l'influence de sa
politique a travers le continent, en direction du
Nord. Egalement, la politique suivie en Gold Coast
contrastera nettement avec la politique colonial
frangaise, qui cherche a creer uie Afrique fran-
gaise, alors que l'objectif britannique tend a faire
naitre un Etat africain ind6pendant.
Dans le nouveau systmne sugg6r6 de gouverne-
ment local, les commissaires de district actuels
n'auront inanifestement pas de place. Il est possible
que la mime situation *se produise, lorsqu'on an-
noncera une nouvelle Constitution pour la Nigeria.
Il existed depuis longtemps une tendance A ce que
les functions et le statut des commissaires de dis-
trict officerss de district en Nigeria) soient sou-
mis aux empiktements des services techniques du







gouvernemint, sp6cialement en la personnel de leurs
agents locaux. Cependant, en mime temps, le com-
missaire de district a eu plus a fair an course des
dernieres ;nnn6cs, du fait des nouvelles functions
exerc6es p:ir les services politiques du gouverne-
ment, de la complexity croissante de la vie en tous
lieux, et des progris politiqucs, cultures et sociaux
de l'Africain. C'est sur les commissaires de district
que retombera toute la charge consistent a donner
aide et con sils en vue d'assurer le fonctionnement
d'une nouvelle structure de gouvernement local.
Cependant, lorsqi'clle finira par fonctionner, le
commissair:' de district sera d6mod6.
(a West Africa ), 19 novembre 1949). 5.175

B. Nigeria

La TRIBIINE commrentant les mnceules d'Enugu
&crit aprds avoir depeint les files de mineurs qui
parcourent les routes d'Enugu :

Ces homiies qui parcourent des nilles pour tra-
vailler sont represcntatifs de 1'instahilite qui carac-
terise toute la vie dans les Provinces Orientales.
Tous les inineurs d'Enugu ne parcourent pas
d'aussi longues distances. Un grand nombre d'en-
tre eux vivcnt dans une maison ouvriere correspon-
dant A leur emploi et leurs maisons sont parmi les
meilleures I'Enugu. D'autres vivent en ville, dans
de petites chambres qui leur sont louces a des taux
elev6s, comiae tous les autres habitants d'Enugu qui
n'ont pas Is chance de vivre dans des maisons af-
fect6es. Le i sultat net est que les mineurs ne cons-
tituent pas encore une communaute compact com-
parable A c'lle d'un village du Sud du Pays de
Galles.
Quoique disposant d'un Conseil Whitley et de tout
l'appareil pr6vu pour r6gler les diff6rends et bien
qu'ils aient de meilleures conditions et un meilleur
salaire que les autres ouvriers gouvernementaux des
mnmes catAgories, les mineurs sont agites depuis
longtemps car la Nigeria est un pays pauvre et tous
ses ouvriers sont mal pays. La direction du syn-
dicat des m neurs fait l'objet de constantes disputes
depuis les derni6res annees de la guerre et les lea-
ders des gioupes rivaux ont toujours tendance a
faire de la surenchire en pr6sentant de nouvelles
revendications. Mais celles-ci ne peuvcnt 8tre ais-
ment satisfaites car leurs taux de salaires sont ele-
v6s compares A ceux des ouvriers du gouvernement
et il n'est p:is possible de prendre en consideration
isol6ment unLe revendication particuliere. Ils recla-
ment un sal tire de base quotidien de 5 shillings 10
pence au lieu du salaire de base normal de 3 shil-
lings 4 pen, c par jour. Quelques-uns des ouvriers
les plus qua ifi6s touchent, dit-on, un salaire moyen
sensiblemenl sup6ricur a 5 shillings 10 pence, mais
le gouvernement fait valoir que I'augmentation re-
clam6e ferail monter de 2 shillings 6 pence le prix
de la tonne de carbon.
Le 13 novembre, un movement de greve perlbe
ayant d6g6en r en grive sur le tas, une bagarre cut
lieu lorsque la police fut envoy6e pour retire les
explosifs de la mine et 20 personnel au moins fu-
rent tuees. Dies 6meutes suivirent en ville.


II ne s'agit pas en 1'occurrence d'un diff6rend in-
dlustriel ordinaire. Celui-ci semble dAs le d6but
avoir pris un caractere racial, ou tout au moins po-
litique. Toutes les feiimes ct enfants europecns fu-
rent places dans les casernes et les hommes curo-
peens furent arms et enr6les dans les forces de
police. II ne senble pas quc l'on ait cu recourse a
l'arm6e. Dans d'autrcs villas, a Aba, Owerri, Port
Harcourt et Onitsha, des emeules sc produisirent ai
la suite de la fusillade d'Enugu ; quclques Emuo-
peens furent attaques ct un certain nombre de bou-
tiques piles. A Aba, quatre personncs furent bles-
sees par Ie feu de la police et i Port Harcourt, oil
la police suit un certain nombre de pertes, il y cut
deux tues. A Calabar, la foule fut disperse sans
qu'il soit utile de faire feu ; A Onitsha, apres avoir
fait usage de gaz lacrymogenes et charge a coups de
baton, la police ouvrit le feu ct blessa trois person-
nes. Le Gouvernement Nig6ricn a proclame l'etat
d'urgence
Ces manifestations sont une preuve formelle du
macontentement sous-jacent ct de la mefiance exis-
tant d'un bout A l'autre des Provinces Orientales.
II y a a cela de sericuses causes 6conomiques. Du
fait de la secheresse le prix des denrLes alimentai-
res a t61 61ev cette annee dans toutes les villes et
l'envahissement des agglomerations urbaines par les
travailleurs a d6pass6 de loin le nombre de maisons
disponibles, ce qui a eu pour effet de rendre les
loyers exorbitants. Des groves se sont produites
chez les cheminots et dans le personnel des eaux et
forts, une grive des services domestiques A I'echclle
national fut 6vit6e de peu en juin et, actuellement,
les travailleurs de la Sociat6 de D6veloppement sont
en greve au Cameroun.
L'616vation du coit de la vie n'est pas non plus
un problkme A court terme. Dans les territoires du
Sud, oi la density de la population est parmi les
plus hautes du monde, la terre est de plus en plus
rare et plus au nord, aux environs d'Enugu, 1'ero-
sion du sol r6duit les disponibilites des cultivateurs.
Le Plan decennal de d6veloppement du Gouverne-
ment n'a guere d'cffet sur cette situation. Quelques
huileries ont et6 cr66es et un certain nombre de
tentatives sont faites sur une petite 6chelle en vuc
d'installer des individus d6pourvus de terre sur des
terrains inutilis6s de la Province de Calabar, mais
les resources don't on dispose, aussi bien du point
de vue materiel que du point de vue capital, ne sont
pas suffisantes pour resoudre ce problem. Dans
certain districts la population est passee d'ellc-
mnme A l'action et execute, A I'6chelon du village,
des programmes intCressants de developpement,
don't le nombre devrait augmenter maintenant que
le Gouvernement offre de donner des subventions
egales au tiers de la valour de la main-d'oeuvre vo-
lontaire fournie.
(( Tribune ), 2 decembre 1949). 5.197

Quant d l'EcoNoMIST, it en profile pour faire le
point de la situation politique :
I1 est un autre aspect regrettable de cette affaire,
c'est qu'elle survient i un moment crucial de la nou-
velle revision constitutionnelle dans laquelle la Ni-
geria s'est engagee depuis le mois de mars et il se
pourrait que cette operation s'en trouve boulever-







see. II y a deux ans seulement la Nig6ria avail inau-
gur6e une nouvelle constitution elaboree par le Gou-
verneur d'alors, Lord Milverton. Celle-ci constituait
un bon pas en avant et avail le m6rite de reconnai-
tre que les trois regions tres distinctcs de Nig6ria
- le Nord, 1'Est et l'Ouest ne pouvaient pas etre
reunies. Des Assembl6cs r6gionales furent done in-
troduites et, d'une maniere generale, le principle re-
gional a admirablement fonctionn6. Mais la consti-
tution Milverton ciait viciee des le point de depart
parce qu'elle fut imposee sans < consultation ,. Le
Dr Azikiwe ct quelques-uns de ses colleagues refuse-
rent d'occuper leurs sieges aprds les elections et, en
1948, ils se rendirent en d616gation a Londres pour
presenter un project de constitution de leur propre
cru. Bien qu'ils se soient vu opposer un refus et
qu'ils aient decide par la suite d'cntrer au Conseil
L6gislatif, il 6tait evident que la Constitution n'etait
pas populaire. Un nouveau Gouverneur et un nou-
veau Secr6taire G6neral furent nommes en Nig6ria
et ils annoncerent qu'une revision complete de la
Constitution aurait lieu. Ils inviterent le public a
soumettre des propositions relatives a la maniere
d'effectuer cette operation.
L'une des suggestions pr6sentees, aussi bien en
Grande-Bretagne qu'en Nig6ria, proposait de convo-
quer une Assembl6e Constituante plut6t que de con-
ferer les pouvoirs d'elaborer la Constitution a une
Commission designee (comme il fut faith en Gold
Coast) susceptible d'etre d6savouee comme inf6o-
dee au Gouvernement. Mais il ne fut pas facile de
decouvrir pour cette Assemblee constituante une
forme pratique que tout le monde pourrait accep-
ter. La Nig6ria cst nettement divisec entire le Nord
Musulman feodal (oiu reside environ la moitie de la
population : 12 millions d'habitants de race
haoussa) et le Sud, habit par les tribus tr6s diffe-
rentes des Ibos et des Yorubas oui l'on trouve des
chr6tiens, des palens ou des musulmans. Le Sud est
lui-mcme divis6 et Aprement divise entire les
royaumcs yorubas occidentaux, avec leurs chefs ct
leurs conseils traditionnels et puissants, et l'Est ibo
ou n'existe aucune tradition du system des chefs.
Une m6thode d'61ection a l'Assemblhe Constituante
susceptible de satisfaire eI Nord ne serait pas du
goit du Sud et, mrme entire l'Est et l'Ouest, la di-
vergence de m6thode semblait insurmountable. Lors-
que la question fut ult6rieurement soumise au Con-
seil L6gislatif en mars dernier, on insist presque
uniquement sur les techniques et le Conseil fut in-
vite A designer une Commission d'enquMte appeleC
a limiter exclusivement son action A l'6tude des
moyens de r6aliser la chose.
Cette Commission d'Enquite, fait assez surpre-
nant, aboutit a un accord complete en l'espace d'une
quinzaine de jours. Il en fut ainsi parce qu'elle se
prononca immediatement en faveur de la miithode
regional de discussion. Elle suggera de permettre
au Nord, A l'Ouest et a l'Est, ainsi qu'a Lagos, l'avoir
leurs propres conferences constitutionnelles, puis
de soumettre ces quatre series de propositions a
tne Commission central d'etude qui en ferait un
tout homogine, apres quoi elles seraient present6es
a une Conference g6n6rale du pays don't les mem-
bres seraient 6lus par chacune des conferences re-
gionales. Cette suggestion allait meme plus loin en-


core en proposant qu'avant la reunion des conf6-
rences r6gionales des discussions aient lieu dans les
villages et les provinces et que les points de vue
de tous soient presents aux Conferences rtgionales.
Le rapport de la Commission d'enquetc fut ap-
prouve par le Conseil L6gislatif et les discussions
constitutionnclles furent imm6diatement miss sur
pied. Pendant les tout derniers mois les villages, les
divisions, les provinces ct les regions dc toute la
Nig6ria ont discute de la composition des organis-
mes cxecutifs et legislatifs, de la division des pou-
voirs entire Ic centre ct les regions, des systcmes
electoraux, du droit de vote et des pouvo.rs reser-
ves. Le degree de profondcur des discussions et l'in-
terit general suscit6 ont considerablement varied
d'une partic a l'autre du pays. Un certain mecon-
tentement a 6te exprime en divers endroils au sujet
de la composition des conferences r6gionales. Selon
certain, Ic r6le de direction assume en l'occurrence
par les fonctionnaires du gouvernement aurait ete
trop important, selon d'autres il ne l'aurait pas ete
suffisammcnt. Mais dans 1'Est et dans l'Ouest, ainsi
qu'a Lagos, la composition des conferences 6tait en-
tierement africaine ; toutes les personalities de
premier plan en faisaient partic et tous les points
de vue 6taient examines. Dans le Nord, an grand
nombre de fonctionnaires prirent part aux discus-
sions mais cela ne soulcva pas d'objection. A Lagos,
oil la lutte entire les parties connait son apogee, les
partisans du Dr. Azikiwe (qui 6taient en minority)
s'abstinrent totalement, mais la Conf6rence se pour-
suivit comme si de rien n'etait.
Les trois regions et Lagos ont maintenant pre-
sent6 leurs recommendations et la Commission
d'6tude (elle aussi enticrement africaine ai 'excep-
tion de trois officers britanniques indispensables)
s'est r6unie pour en faire un tout.
( Economist ), 3 decembre 1949). 5.286

C. Afrique du Sud

Le Dr. Malan, Premier Ministre de l'Union
Sud-Africaine, a fait savoir qu'il abandonnait,
pour la durc;e de l'actuelle Idgislature, son project
de segregation renforcee. Le SPECTATOR com-
inente celte decisionn :
Tous ceux qui considerent avec mefiance et
inquietude la politique etrangcre du gouvernement
du Dr Malan en Afrique du Sud et il en est bien
pen dans cc pays qui ne partagent pas ces craintes
applaudiront sans reserve Ic veto que M. Haven-
ga, chef de la Section Afrikan du Cabinet, a en fait
oppose aux propositions d'appliquer immediatement
la politique de I'Apartheid. Ce qu'envisageait le Dr
Malan consistait i restreindre a deux 6gards la
franchise des indigenes deja mis6rablement limited.
Actuellement bien que les indigenes ne puissent pas
singer a la Chambre de 1'Assembl6e de l'Union, ils
y sont sp6cialement rcpr6sent6s (ainsi qu'au SBnat)
par des dclegues europeens qu'ils 6lisent. Le Dr
Malan proposait d'abolir cette measure en ce qui
concern l'Assembl6e. Dans la province du Cap, les
dlecteurs de couleur, s'ils poss6dent les qualifica-
tions exig6es, figurent sur la listed 6lectorale com-
mune bien qu'ils ne puissent singer a l'Assembl6e







Provinciale. Le Dr Malan proposait de les exclude.
tous de ce te liste commune (r6duisant ainsi pour
une bonne part leur influence) et de lcur donner
en compensation une representation s6par6e au
moyen de Irois membres europ6ens de l'Assemblee.
C'est li une breche morale et peut-6tre technique
dans les dispositions de ]a Constitution sud-afri-
caine qui txige (iue toute modification apportee ;i
la franchise des non-europeens soit vote par une
majority dis deux tiers dans les deux Chanimbres
r6unies en session commune. M. Havenga, sans le.s
partisans d'iquel le Dr Malan ne peut rien fair it
1'Assembl6e a carr6ment pris position A cc sujet, ce
qui a eu pu r r6sultat d'obliger le Dr Malan A an-
noncer qu'il ne pr6senterait pas ses propositions au
course de la pr6sente session du Parlement, ce qui,
de l'avis ge n6ral, vent dire pendant toute la durec
de ce Parleinent. M. Havenga doit etre f61icit6 pour
avoir pris efficacemnnt la defense de la Justice et
de l'Honnetir.
(a Spectator ), 16 decembre 1949). 5.203

D. Ceylan

Afin de resoudre diverse questions qui les
intdressent en commun, et y apporter des solu-
tions egalement choisies en commun, les reprd-
sentants des diffdrents Dominions britanniques
sc reunirort en janvier 1950 d Colombo :

Le gouvernement de Ceylan ayant annonc6 offi-
ciellement la semaine derniere que les invitations
avaient 6t6 lances pour une reunion des MinistBres
des Affaire,; 6trang6res du Commonwealth devant
avoir lieu au d6but de 1950, il est probable que les
arrangements pr6liminaires pour cet utile change
de vues scnt assez avanc6s et qu'une 6chauche
d'ordre du jour a d6jli tW r6dig6e.
Le Dr Evatt a clairement laiss6 entendre i l'occa-
sion de 'rcentes declarations que l'Australie a l'in-
tention de ,'int6resser activement i toutes les affai-
res asiatiques et de 1'Extrmce-Orient, bien que la
Chine et li Japon soient probablement l'objet de
ses principles preoccupations pour le moment. II
se peut qut la question de la reconnaissance par
le Commonwealth du nouveau regime de la Chine
ait 6t6 resclu avant que les Ministres des Affaires
Etrang6res se rencontrent i Colombo. En cc qui
concern le Japon et les perspectives d'un prochain
trait, trop de choses dependent de I'issue des n6go-
ciations coinpliquees au sein du triangle D6parte-
inent d'Etal-Pentagon-Mac Arthur, pour qu'on ne
puisse pr6voir avec une quasi certitude que peu de
progrBs auront et r6alis6s dans ce domaine avant
janvier ou f6vrier de l'ann6e prochaine.
II existe iien entendu des quantities d'autres pro-
blemes qui sont tant soit peu trop delicats pour
qu'on leur lasse i l'avance de la publicity. Par exem-
ples, quelques-uns des Dominions peuvent demander
i etre rassures quant a 1'efficacit6 des m6thodes mi-
litaires et )olitiques que nous avons appliques i
la Malaisie. Et il y a encore la question plus embar-
rassante de l'Indochine. Ceux qui oublient que
l'Histoire a la fAcheuse habitude de se repiter an
moment oit on s'y attend le moins auraient besoin


qu'on leur rappelle que les Japonais n'ont pas pu
envahir la Malaisie avant de s'6tre assures une base
en Indochine. ilI n'est pas douteux que les commu-
nistes chinois connaissent eux aussi leur Histoire.
Les representants du Pakistan et de l'Inde il
s'agira alors de la R6publique de l'Inde seront la
pour d6clarer qu'il est impossible de combattre en
mime temps le conmmunisme et le nationalism asia-
tiqnc, mais que ce deruicr, si on salt le comprendre,
peut 6tre utilis6 comme alli& pour faire 6chec au
premier. L'Australie et la Nouvelle-ZMlande front
entendre leurs voix par l'intcrm6diaire de d6legu6s
iouvellement choisis par leurs corps 1lectoraux res-
pectifs.
A tout prendre, cc peut etre et ce sera sans doute
une grande occasion. Ce strait dommage que le
Cabinet britannique 'ne s'en rende pas compete et
d6legue quelqu'un de second plan pour repr6senter
I'Angleterre. M. Bevin devrait aller i Colombo. Un
tel geste constituerait une sorte d'hommage A Ceylan
qui offre aujourd'hui 1'exemple le plus discret et
cependant le plus r6ussi de l'aptitude de la Grande-
Bretagne A fair de nouvelles nations avec d'ancien-
nes colonies.
(a Time and Tide ), 26 novembre 1949). 5.156

E. Pakistan
Sous le titre : < Le Pakistan flirte avec Mos-
cou I'ECONOMIST &crit :
Les gens qui sont sur place considerent que les
Am6ricains commettent une s6rieuse faute en Asie.
Elle peut avoir des resultats que personnel ne pent
encore pr6voir. Le Pakistan est profond6ment affect
par ce qui apparait coumei un favoritisme amiri-
cain a l'6gard de 1'Inde. Tous ceux qui connaissent
les faits pensent que les aparences sont pires que
la r6alit6 ; mnais il n'en est pas de m6me pour le
musulman moyen. II entend parler de la reception
grandiose offerte au Pandit Nehru, premier ministry
hindou de li'ide seculaire et il a le sentiment que
c'est la une preuve de plus que le statut et les inte-
r&ts du Pakistan ne sont pas pris au s6rieux par
le rest du monde. Si M. Nehru est all6 A Washing-
ton suivi par le Shah de Perse pourquoi Lia-
qat Ali Khan ne serait-il pas egalement invite iL
s'y rendre ?
Il est facile de voir comment se produisent ces
malentendus. L'Indc est plus grande, elle a h6rite
du nom ie la p6ninsule tout entire et M. Nehru est
en quelque sorte uine personnalite mondiale. De
plus I's Amiricains ne sont pas les seuls i sembler
ignorer les 75 millions d'habitanls du Pakistan.
L'attitude appareinfnent accidentelle de la Grande-
Bretagne ;i la derniire conference du Common-
wealth, ont etc les facteurs dominants qui ont valu
i Liaqat Ali Khan une invitation A se rendre i
Moscou. Cette invitation fut faite, par l'intermidiaire
de Te6lhran, inmmendiatement apres la Conference, et
son acceptation a et le geste le plus populaire
qu'ait fait Liaqat Ali Khan depuis qu'il a succede
a M. Jinnah.
(I The Economist ),, 26 novembre 1949). 5.157
Quelques ours plus tard, on annonfait que
M. Truman invitait d Washington, M. Liaquat
Ali Khan et que celui-ci avait accept.







IV. UNION HOLLANDO-INDONiESIENNE


Le NEUE ZURCHER ZEITUNG etudie dans cet
article les aspects nouveaux de la situation en
lndonesie :

La Constitution provisoire de I'lndonesie

Le nouvel Etat indonesien, qui porte le nom de
SR6publique d'Indon6sie Serikat >, englobe tout le
territoire de l'Indon6sie, c'est-A-dire le territoire de
la Republique aux terms de l'accord du Renville,
Timor, Pasundan, Madura, Sumatra, Bangka, Billiton,
Riau. Les couleurs du drapeau national sont rouge
et blanc. Le si6ge du gouvernement est Batavia. A
la tete de l'Etat se trouve un Pr6sident dlu par les
dd16gu6s des Etats membres. La personnel du Pr6
sident est inviolable. II est en mime temps comman-
dant en chef des forces armies de l'Union. Le Chef
de l'Etat d6signe trois personnalitds pour former le
Cabinet ; celles-ci A leur tour proposent l'une d'entre
elles comme Premier Ministre. Le Chef de l'Etat
procede alors, en tenant compete de cette proposi-
tion, a la nomination du Premier Ministre ainsi que
des autres membres du Cabinet. Les Ministres de
l'Interieur, des Affaires Etrangercs, de la Defense,
des Finances et de 1'Economie Nationale constituent!
ensemble un Cabinet riduit, qui, dans les cas d'ur-
gence, peut agir au nom de 1'ensemble du Conscil
des Ministres.
Le Parlement se compose de deux Chambres : le
Senat et la Chambre des Deputes. Le Senat, qui se
r6unit A Jogjakarta, represente les Etats membres.
Chacun de ceux-ci peut y envoyer deux d1Clgues. Le
President du Senat est nomm6 par le Chef de l'Etat.
La Chambre des reprisentants se compose de 150
membres. La Republique delegue 50 representants,
les autres Etats membres 6tant reprdsentds propor-
tionnellement au chiffre de leur population. Les
Etats membres ont la faculty de decider la maniire
don't leurs mandataires sont Mlus ou d6sign6s. La
Chambre des D6putes 6lit elle-meme son President.
Le group minoritaire chinois sera repr6sent6 par1
9 membres, le group europeen par 6 et le group
arabe par 3.
Les stipulations de la Constitution provisoire ne
permettent guere de savoir dans quelle measure le
nouvel Etat est cffectivement federal. II est simple-
ment indiqu6 que la Feddration se compose d'Etats
membres egaux en importance et en droits et que
ccux-ci ont la faculty d'exercer la plus grande part
possible des functions publiques au moyen de leurs
propres organisms. 11 est toutefois stipule que le
pouvoir central ne peut intervenir et prendre en
mains certaines functions contre la volont6 des
Etats imembres que si le Senat et la Chambre des
Diputes sont d'avis que tel ou tel Etat ne s'est pas
acquitt6 convenablement des tAches en question.
L'Etat central se reserve 6galement un droit de
regard sur la gestion financiere des Elats nmembres.
La Nouvelle-Guinbe jouit d'un statut special.
Comme on l'a d~jh annonc6, cctte ile restera encore
pendant un an sous la souverainete hollandaise. Les
Indondsiens, qui d6sirent en tout 6tat de cause
inclure la Nouvelle-Guinde dans leur Federation.


n'ont dft souscrire a cet accord quc sous la pression
de I'U.N.C.I. La position des negociateurs hollandais
etait d'ailleurs particulibrement forte en cc qui con-
cerne la Nouvelle-Guinee, la Hollande 6tant en re-
sure d'arguer que les habitants de cette lie, I's
Papous, different totalcment par Icur origin et par
leur culture des peuples d'Indonesie et qu'ils ont
indubitablement exprime le voeu de rested sous ia
souverainct6 hollandaise,

Le Statut de I'Union
A la tdte de I'Union se trouve la reine Juliana,
on l'heritier legitime du tr6ne. Le chef dc l'Union
symbolise l'id6e de collaboration volontaire ct du-
rable. Les Ministrts des deux Etats de l'Union doivent
sc reunir en conf6rcnce au moins deux foi. par an.
En outre, un contact r6gulier est prevu centre les
Parlements ; il doit etre etabli pour la premiere fois
l'ici huit mois.
L'Union dispose d'un Secretariat permanent. Deux
Secretaires Generaux en assumeront la direction a
tour de r6le pendant une dur6e d'un an. Les d6ci-
sions du Conseil des Ministres commun, prises A la
majority simple, doivent 8tre ratifies par les Par-
lements. Ultirieurement sera institute un Tribunal de
l'Union, qui tranchera au nom de la Reine les dif-
f6rends survenus entire les parties de I'Union. La
residence en sera assuree A tour de r6le par un
juge hollandais et par un juge indon6sien. Dans le
cas, toutefois, d'un nombre de voix legal de part et
d'autre, le President ne peut pas faire pencher la
balance ; le Tribunal de l'Union demand alors au
President de la Cour Internationale de La Haye ou
A une autre Juridiction international de designer
un juge d'une autre nationality comme membr-,
extraordinaire du Tribunal de l'Union. Les deux
Etats s'engagent A s'en remettre aux decisions du
Tribunal arbitral.
Des Commissaires sont nommis par les Gouver-
nements de Hollande et d'Indon6sie pour sauve-
garder les interdts des membres de l'Union et pour
faciliter la collaboration. Ces Commissaires jouissent
du statut diplomatique et ont rang d'ambassadeurs.

Dispositions militaires

La Hollande s'est engagee A concentrer aussi rapi-
dement que possible ses troupes stationnecs en Indo-
ndsie dans des secteurs d6termin6s, de preference
dans les ports. Les forces hollandaises sent consi-
d6rees comme des < h6tes > sur le territoire d'un
gouvernemcnt ami. Les troupes doivent ttre 6vacuCes
dans un d6lai de six mois, pour autant quc cela ne
se revile pas techniquement impossible cu 6gard :u
tonnage disponible. Les soldats peuvent, s'ils le d&-
sirent, Mtre incorpor6s dans l'armre de la RWpu-
blique d'Indonesie. Ceux qui ne veulent servir ni
dans l'armic hollandaise, ni dans l'arme6 r6publi-
caine rccoivent du Gouvernement R6publicain,
d'apres leur grade ct leur temps de service, une
pension ou une demi-solde. Les taux en ont 6t1 fixes
par contract.
( ( Neue Zircher Zeitung ), 6 novembre 1949). 5.141








Le TIMES s'allache surtout a montrer les diffi-
cultis qui attendant la jeune Republique :

Les difficult que rencontrera probablement
M. Hatta s:)nt de deux sortes. La souverainet6 de
'Indonesie a et6 concede en principle. La prochaine
tAche consistera A la mettre en pratique. Le proces-
sus qui coisiste A prendre effectivement le pouvoir
des mains des Hollandais cst compliquc, bien que
personnel rle semble desireux de forcer beaucoup
I'allure, pr3bablement parce que le retrait preci-
pit6 des forces hollandaise a convaincu mcme les
plus sceptiques que le gouvernement necrlandais
agit entiercment pour de bon. Dc grandes regions a
Java et A Sumatra ont dejh Wt 6vacu6es par les
troupes ho.landaises qui pr6parent leur voyage de
retour dans la m6tropole. Entre temps, les Indon6-
siens emploient leur temps A mcttre sur pied le
comite qui contr6lera les details du transfer de la
souveraineti, bien que quelques experts indon6siens
aient djA t te introduits dans les services du gouver-
nement hollandais de facon A Utre prets A prerdre
Ja suite. Li Corpith sera 6galcment responsible de
1'lection cu President on admet g6neralement
les pr6tentions de M. Sockarno A cc post et du
choix des irois ministres qui formeront le premier


Cabinet F6deral. Personnel ne peut dire si tout ce
travail sera termin6 avant la fin de I'ann6e ; et tout
d6lai pourrait ktre dangereux.
Les adversaires les plus dangereux pour le nouveau
gouvernement et le nouveau regime sont les commu-
nistes et autres groups d'cxtrme-gauche qui
rejettent en bloc l'accord de La IIaye et persistent
A faire la guerre contre touted autorit6 constitute
qu'elle soit indonisienne ou hollandaise. Les parti-
sans qui suivent lc veteran communist Tan Malakka
semblent s'6tre mis d'accord avec le movement mu-
sulman fanatique connu sous le nom de Dar-Ul-
Islam. Dans l'ouest de Java tout au moins il s'est
form un front conunun pour s'opposer A la R6pu-
blique et fair de l'obstruction a la creation des
Etats-Unis d'Indon6sie. On y a enregistr6 des combats
s6veres. Pour le moment les R6publicains semblent
tenir le bon bout mais un d6lai apport6 par le
gouvernement a assumer la souverainct6 effective et
A crier les institutions federales, serait de nature a
affaiblir un peu plus et s6rieusement l'autorit6 de
M. Hatta. II n'y a pas de temps A perdre si l'Indo-
nesie doit elaborcr la solide administration qui pout
seule la preserver du danger d'une guerre civil pro-
longee.
(u The Times n, 26 novembre 1949). 5.153


V. COLONIES ITALIENNES


C'est le Ieglement par les Nations Unies de la
question di s ex-colonies italiennes qui appelle les
cozinmentaires les plus nombreux :
Etant dolan qu'un accord quelconque d'ordre
politique realis6 par les Nations Unies cst devenu un
ev6nement auquel on n'est pas habitue, M. Mac Neil
est fond6e dire qu'elles doivent Ctre felicit6es pour
avoir abouli a une decision au sujet des anciennes
colonies it;liennes.
La question a ete 6pincuse.
C'est de ,lus d'un an que le Conscil des Ministres
des Alfaire; Etrangbres a d6passe le dl6ai qui lui
6tait accord par le trait de paix avec l'Italie pour
arriver a un accord et le problem a 0te soumis,
comme le pr6voyait le trait, A l'Assemblee GA6nrale.
La principal complication, A part le d6sir pri-
mitif des 11usses d'etre pour quelque chose dans
l'affaire, consistait A savoir si l'on admettrait ou
non le reto ir des Italiens dans l'une quelconque des
colonies. Ci lui-ci etait fortement pr6conise par les
Etats de l'Am6rique Latine et combattu avec une
gale viguei r par les anciennes victims du fascism
italicn, notamment par 1'Abyssinie.
En cc qui concern au moins la Libye, les Bri-
tanniques cevaient s'y opposer car ils avaient pro-
mis aux habitants que la suzerainet6 italienne ne
scrait pas restaur6e.
Etant donne que toutes ces colonies, exception
faite du Fezzan, ont ete libhrdes surtout par les armes
britannique,, les unes au course de la premiere et
non de la moins remarquable des victoires de la
guerre, les nitres lorsque le vent de la victoire eut
tourn6 apre; Alamein, nous 6tions tout A fait fond6s
a influence:' la question de la disposition de ces
Icrritoires.


Le rIglement auquel on est arrive est tris loin
d'etre parfait. L'Abyssinie regrette naturellement que
l'avenir de I'Erythrec fasse l'objct d'une nouvelle
enquete, et que l'Italie soit la Puissance adminis-
trante en Somalie pendant les dix annees de tutelle.
II convient, cependant, de noter que le Gouverne-
ment italien a faith preuve d'une moderation remar-
quable dans toute cette affaire, et que personnel, tout
au moins dans un Imonde libre, ne souhaiterait que
les Italiens soicnt catalogues comme des parias ne
deviant pas Etre pris an serieux.
Scion toute probablite, le sentiment des Italiens
sera 6galement empreint d'amertume, malgr la
concession accorded pour la Somalie, car il existed
en Italic une impression tres forte selon laquelle
celle-ci a fait un ellffort sincere pour < gagner son
passage > et n'a gure rccu autre chose, surtout de
la Grande-Bretagne, que des protestations d'amiti6.
Pour ce qui est de la Libye (qui comprend, bien
entendu, la Tripolitaine, la Cyrenaique et le Fezzan)
cette province dolt acceder A l'indapendance en
1952 -- ce que certain consid6rent comme un pro-
gramme tres ambitieux.
II existe egalement le danger, que les Frangais
semblent avoir present A l'esprit, c'est que le natio-
nalisme arabe soit stimulA en Afrique du Nord fran-
calse.
On ne voit cependant r6ellement aucune autre
solution nermettant de voir comment ces accords
vont fonctionner. Les territoires interesses sont tous
loin de mCriter la description < d'une collection de
deserts >> qu'cn faisait Mussolini.
Sous l'Empire Romain, I'Afrique du Nord 6tait Ie
grenier de l'Europe et posedait une immense popu-
lation, et nombreux sont ceux qui ont pens6 qu'il









elait possible de r6cupecrer les lhectares devcnus la
proie des sables.'
Que cela soit possible ou non et quelle que soit
1'&vidence des objections qu'on peit fire ih cet
accord, toujours est-il que la sterilite politique a
enfin pris fin t
(t Daily Telegraph a, 23 novembre 1949). 5.149

Mais les assassinats d'ltaliens et d'Anglais, les
troubles divers qui ont lieu en Erythree inquie-
lent la press anglo-saxonne.
Rien ne pouvait moins surprendre que l'explosion
d'6meutes en Erythree. Quel que soit Ie im6rite qu'on
puisse accorder aux propositions de l'Assembl6c
G6n6rale pour disposer des autres ex-colonies ita-
liennes, on n'en trouve aucun dans la decision
timide de diff6rer le r6glement final en Erythree
jusqu'A ce que une fois encore une nouvelle Com-
mission ait visit le territoire 4< pour s'assurer des
voeux des habitants en ce qui concern leur avenir .
La perspective d'une nouvelle p6riode indifinie
d'incertitude, apres plus de 4 annees d'attente, ne
pouvait qu'cxciter la population. Ses d6sirs poli-
tiques sont assez simples : les chr6tiens aimeraient,
dans l'cnsemble, se joindre a leurs voisins Ethio-
piens, tandis que les musulmans pr(fcrent une solu-


lion --- tutelle on ind6pendance qui lcur confe-
rerait un certain degr6 d'autonomie. Les colons ita-
liens ne reclament qu'un regime qui lcur garantirait
ie n'Etre pas inolestes. Ccci rcssort en gros des rap-
ports faits par la Commision d'Enqu6te des Quatre
Grands qui a 6tudi6 la question il y a environ
18 mois, et personnel ne pense qu'une parties quel-
conque de la population ait modifl6 sensiblement
son point de vue dans l'intcrvalle. On laisse une
fois de plus les Britanniques -aux prises avec la
tiche d6courageante de maintenir la loi et l'ordre
dans un vide politique, tAche pour laquelle nous ne
serons remerci6s ni par les Nations Unies, ni par
le Gouvernement italien, ni par les Erythr6ens eux-
memes. Comme il eut 6t6 preferable que l'AssemblWe
G6n6rale accepted les propositions de l'accord Bevin-
Sforza aux terms desquelles l'Erythr6e (levait irre
divis6e centre une Ethiopie chr6tienne et un Soudan
musulman. Toute id6e d'ind6pendancc pouiles mil-
lions d'habitants h6t6roclites qui occupent cette
parties de la c6te de la Mer Rouge id6e qui a 6t&
patronnec a la fois par l'Italic et par la Russie pour
des raisons diff6rentes cst ridicule ct 1'Assem-
blie Generale a fait pour Ic Inoins prcuve d'une
sagesse negative en la reprenant.
(a Spectator ), 16 novembre 1949). 5.200


LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUiTS EN FRANCAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTES :

A la Section de la Presse Etrangbre, au Minist6re de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7'),
(Direction des Affaires Politiques, Piice 17, l1 Etage).
La Section de la Presse Etrangere peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, a quicon-
que lui en fera la demand, copies des traductions avant moins de deux mois de date.
Le N de r6f6rence suffit a designer le document desire.


TIRES


UNION FRANQAISE
Indochine ...................... ... .... ........
La future conference de Colonbo et la question indo-
chinoise ........................ ...... .......
Nationalisnie en lndochine ...........................
PROBLEMS GENERAUX
Responsabilit6 des colonies (Tutelle) ..................
Les besoins sociaux de l'Afrique .....................
Les Colonies a Lake Success ........................
Pr6paratifs en vue d'une Union du Sud-Est Asiatiqu .
Le Quatri6me Point est mnis de nouveau en avant .......
Dilenim e ou dispute ? ................................
L'Afrique I l'Assembl6e (O.N.U.) ......................
La Grande-Bretagne r6sistera sur la question des colonies
Nations Unies et Colonies .............................
Une politique extrime-orientale se dcssine ..............
La constitution 6ventuelle d'une armee africaine clans les
territoires britanniques ...........................
Nations Unies et tutelle ..............................
De Lake Success au Zamb6ze ..........................
Les droits de l'Afrique du Sud ........................
Une demand unacceptable des Nations Unies ..........


ORIGIN DU DOCUMENT



Neu Ziircler Zeilunnq

.Ianchester Gnardian
The Times

Spectator
African World
Times
N.one Ziircher Zeiltuni
Newsweek
Economist
Economist
Sunday Times
Manchester Guardian
Continental Daily Mail

Nene Ziircher Zeitung
Time and Tide
Time and Tide
Spectator
East Africa and Rhodisia


N"s



5.196
5.198

5.207

5.156
5.158
5.160
5.161
5.164
5.165
5.171
5.172
5.173
5.176
5.178

5.182
5.183
5.185
5.186


DATES



14-12-49

14-12-49
19-12-49

25-11-49
Nov. 49
28-11-49
19-11-49
21-11-49
26-11-49
3-12-49
4-12-49
5-12-49
26-11-49

22-11-49
10-12-49
10-12-49
9-12-49
8-12-49










TITHES


5.189
5.192
5.194
5.204
5.211
5.212

5.213
5.214
5.217
5.218


5.155

5.177

5.181
5.188
5.216
5.220

5.157

5.154
5.166
5.184
5.147
5.179
5.201
5.202
5.209
5.210
5.219

5.159
5.162
5.167
5.168
5.169
5.170
5.175
5.180
5.191
5.195
5.197
5.206

5.195
5.203
5.215

5.190

5.199
5.205
5.208

5.174

5.200
5.221

5.163


Faut-il le dire A I'O.N.U. ? .................... ......
La colonisation blanche et les aspirations africaines ....
Quatricm e Point ...................................
Le communism en Asie ..............................
MVao A M oscou ................... ...................
Miao A M oscou .......................................
Washington a ]a recherche d'une politique pour 1'Asie
oriental ................ ............... .
Le nationalism en Afrique Britannique ................
Le Pacifique (Conf6rence de Colombo) ...............
Les Africains veulent devenir des employes de bureau ..
COMMONWEALTH BRITANNIQUE
Generalites
La Conference de Colombo ............................
Inde
Les pacifistes convergent dans une Inde que Gandhi n'a
jam ais vue ....... ....... ... ........
L Inde et le Commonwealth ...........................
1~. Nehru d6couvre 1'Am6riquc ........................
Cachem ire ..........................................
Politique 6trangere de l'Inde ..........................
Pakistan
Le Pakistan flirted avec Moscou ......................
Afrique Orientale
Los Conseils du Tanganyika ..........................
Afrique Centrale ................................... .
Li formation du Dominion' Central est differee ..........
Une halte sur le cheinin de la Federation africaine .....
U arret ............................. ...... ......... .
La Rhod6sie du Sud et ses voisins .....................
M Strachey an Kongwa .............................
La terre dui Tanganyika ............................ .
M Strachey sur place ..............................
Fin de voyage (M. Strachey) ............................
Afrique Occidentale
< Descendez-les > (Nigeria) ...........................
N igeria .................... .... ... .... .....
T roubles en N igeria ................................
L s troubles de Niguria ...........................
A citation en N igeria ................................
T roubles en N igeria ................................
RMiflexons sur le rapport Coussey (Gold Coast) ..........
Des Nigeriens pour Moscou ? ........................ .
L, s tAches de la Gold Coast ........................ .
1, s turbulent Ibos .................................
L fond de d(cor de la revolt des mineurs de Nigeria ..
L *s Nige riens en Corimission .........................
Afrique du Sud
A arth eid ..........................................
Un 6chec pour l'Apaltheid ............................
L Apartheid differ e .................................
Indes Occidentales
V. rs une Federation des Indes Occidentales ............
UNION HOLLANDO-INDONESIENNE
Perspectives indon6siennes ..........................
L bert6 pour I', ndon6sic ..............................
P ogrbs en Indon6sie ...............................
COLONIES ITALIENNES
Une solution partielle va-t-elle &tre trouvec au sujet des
colonies italiennes ? ....... .............
Hesitations sur 1'Erythree ...........................
L, r61e de la France et de l'Italie sur la scene mondiale..
PHILIPPINES
L:'s Philippines votent pour I'Amnrique.


ORIGIN DU DOCUMENT


Tribune
African World
Corona
The Spectator
New York Herald Tribune
The Daily Telegraph

Neue Ziircher Zeitung
Neue Ziircher Zeitung
Manchester Guardian
The Round Table


Time and Tide


New York Herald Tribune
Times
Economist
The Times
New York Herald Tribune

Economist

Times
Manchester Guardian
New Statesman and Nation
Economist
Manchester Guardian
The Times
The Spectator
The Times
The Economist
Continental Daily Mail

Daili Worker
Manchesler Guardian
Time and Tide
New Statesman and Nation
Spectator
Economist
Wesi Africa
.Economist
The Times
The Spectator
Tribune
The Economist

The Times
The Spectator
The Economist

Da'lIy Telegraph

The Times
United Nations W'orld
New Slatesman and Nation


The World To Day
The Spectator
Foreign Policy Reports

Economist


DATES


9-12-49
Dec. 49
Dec. 49
16-12-49
19-12-49
19-12-49

18-12-49
15-12-49
20-12-49
Dec. 49


26-11-49


3-12-49
6-12-49
10-12-49
20-12-49
20-12-49

26-11-49

25-11-49
30-11-49
10-12-49
10-12-49
6-12-49
16-12-49
16-12-49
13-12-49
17-12-49
21-12-49

28-11-49
28-11-49
3-12-49
3-12-49
2-12-49
3-12-49
19-11-49
12-11-49
12-12-49
9-12-49
2-12-49
3-12-49

14-12-49
16-12-49
17-12-49

10-12-49

14-12-49
D6c. 49
17-12-49


D6c. 49
16-12-49
1-11-49

26-11-49










BI BLIOGRAPHIE


Guide di voyageur au Congo Belge et au Ruanda-Urumdi.
Editeur : R. Dufriez, Bruxelles.

Sous ce titre modest, l'Office du Tourisme du Congo
Beige ct du Ruanda Urumti vient de faire paraitre un
ouvrage qui, par sa presentation mat6rielle et l'int6ert de la
documentation qu'il apporte, peut etre considered come un
modele pour tous les pays soucicux de mieux faire connaitre
leurs territoires d'Outre-Mer ainsi que les r6alisations qu'ils
y ont accomplices.
Cct ouvrage de plus de 750 pages, d'un maniement corn-
mode, solidement cartonn6, compose ct imprim6 avec un
gofit parfait, s6rieusement documents et illuslr6 de facon
admirable, constitute une < some > claire et attrayante de
touies les connaissances que chacun peut d6sirer acqu6rir sur
les territoires africains don't la Belgique a la charge.
Aucun domaine n'est neglig6 : le premier chapitre fait
un tour d'horizon qui embrasse l'histoire, l'ethnographie, la
geographic, I'bconomie et l'organisation administrative des
territoires. Le chapitre II apporte des renseignements prati-
ques sur les conditions du tourism : materiel a emporter,
regime douanier, circulation automobile, Banques, hygiene,
cartographic. Les chapitres III et IV sont consacres aux
moyens d'acces et communications interieures (Compagnies,
itin6raires, tariffs Avec le chapitre V, on aborde la parties
specialement touristique de l'ouvrage : regions touristiques,
itin6raires, etc. La chasse ct la p6che font l'objet de ren-
seignements trLs complete dans les chapitres VI et VII.

GEographie et histoire de I'A.E.F., par Pierre Gamache,
Fernand Nathan, Editeur, 18, rue Monsieur-le-Prince
(publication du Gouvernement g6ntral de I'A.E.F.)

C'cst un pr6cis commode et complete que nous offre
M. Pierre Gamache, qui fut pendant vingt-cinq ans insti-
tuceur en A.E.F. Aprbs les g6enralitbs sur la geologic ct la
cliiatologic l'auteur expose syst6matiquenlent la geographic
physique, humane ct politique de la F6edration. Chaque
vliti6 territorial fait ensuite l'objet d'une etude particu-
litre. La parties historique, aprts une vingtaine de pages,
consacres aux premieres soci6t6s et aux premiers royaumes
autochtones, aborde la description des premieres explora-
tions, puis l'installation de la France. Deux brefs chapitres
cdlturent I'expose historiquc, l'un consacre Ai a rampagne
du Cameroun, I'autre a la second guerre mondialc.
Des cares nombrcuses, des reproductions intlressantcs,
agrimentent le texte volontairement d6pouill6 et didactique.
l) nombrcuses < lectures >, renvoyces en annexe, eclairent
l'cxpose purcment geographique ou historiquc.

Sorciers-flticheurs et gutrisseurs de la Haute-Volta,
par J. Kerhard et A. Bouquet.
Vigot Frbres, 4diteurs, 33, rue de l'Ecole-de-Mtdecine,
Paris (6). Prix : 450 francs d la souscription.

Au retour d'une mission scientifique pour l'etude de la
Pharmiacopbe indigene en Afrique Occidentale francaise, les
auteurs qui vicnnent de sojourner trois ans parmi les sor-
ciers, les fiticheurs ct les guerisseurs de la CUte d'Ivoire-
Ilantc-Volta, ont consigned dans cct ouvrage les croyances, les
connaissances, les pratiques de cette classes particulibre de
Noirs ignores on mial connus du public en raison de leur


approche difficile et des opinions souvent erronees 6mises
a leur sujet.
Vivre complttenient la vie des f6tichistes de la brousse
africaine avec eux, sous la thutte, dans leurs villages, leurs
campements toujours situ6s loin des routes, se faire admet-
tre dans ces collectivites g6n6ralement ferm6es a l'Europ6en,
y d6celer les sorciers et les feticheurs pour s'attirer ensuite
leur confiance, les comprendre, les 6tudier et percer enfin
leurs secrets... tels etaient les buts poursuivis par
MM. Kerharo et Bouquet.
Se defendant de toute fioriture, ils racontent sincereinent
ce qu'ils ont vu et nous livrent le fruit de leurs observations.

Gallidni, pacificateur,
par Hubert Deschamps et Paul Chauver,
Presses Universitaires de France, Paris.

Apris avoir 6tudi6 Madagascar en historien et en ethno-
graphe, Hubert Deschamps, en collaboration avec Paul Chau-
vet pour l'Indochine, viennent de publier, dans la series
< Colonies et Empires >, un remarquable ouvragc consacr6e
I'homme qui a le plus profond6ment marqu6 la Grande Ile
de son g6nie de pacificateur et de constructeur. Et c'est dans
les ecrits miame de Gallieni, que les auteurs d6gagent et nous
font saisir l'expression de la personnalit6 inimitable de ce
penseur de l'action.
A travers les correspondances, notes, rapporls et eircu-
laires qu'ils choisissent et coinuientent avec une rare per-
tinence, Hubert Deschamps et Paul Chauvet nous presentent
les grande tapes de la carrier de Gallieni, telle qu'elle
s'est deroulde au Soudan, au Tonkin et surtout i Madagascar,
et font ressortir, dans la continuity de la iache quotidienne
du chef, la methode vivante qui procede des faits eux-meames,
les utilise et les domine, ct l'intelligence souveraine d'une
doctrine qui devait assurer le succes de notre expansion
renaissance ct fixer pour de longues annues l'aspect de notre
action Outrc-Mcr.
ClartL, exactitude, realism, tells sent les qualit6s imi-
nentes de ces 6crits, qui rcfltent, dans un style ferme et
lucide, souvent elegant et savoureux, le vrai-visage du soldat
ct de l'administrateur. Et on y retrouve, magistralement
appliques aux problems economiques, ethniques et sociaux
qui se posaient alors en Afriquc ou en Extreme-Orient, les
niemes principles de justice, d'ordre et de travail, valables
aujourd'hui come hier, et la meme comprehension pro-
fonde de la condition humane.

Sur les Chemins de l'Union Francaist,
par Christian Laigret,
Editions Novelty, Chateauroux.

Dans une suite de recits authentiquement vecus, Christian
Laigret nous. fait parcourir les states d'une vie consacree a
Faction, qui temoignent de la presence francaise sur les
pistes de l'Afrique Noire, coinme dans les dunes Maurita-
niennes, ct jusqu'aux confines du Pacifique Australk
Qu'il soit violent ou nostalgique, ce livre est toujours
impr6gne de poesic d61icate, celle de la nature et de l'lime.
A cot6 des grands chefs autochtones, burines en pleine
lumiire, on voit s'y dresser les silhouettes vivantes des pion-
niers et des pacificateurs 6voquis dans leur cadre 16gen-
daire et surgis pour enseigner aux generations nouvelles la
foi ct la sagessc.


S. P. I., 2 bis, Impasse du Mont-Tonnerre, Paris (15e)





































































Edited par la Documentation Francaise

Prix du numlro : 90 francs
Abonnement :six mois .... 520 francs
: un an ...... 1.000
Membres de 1'enseignement et
journalists : un an ........ 700

Souscription et vente
a la Documentation Francaise
16, rue Lord-Byron, Paris (8')
C. C. P. : 9060-98
Tel. : ELYs9es 82.00




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs