• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Table of Contents
 Problemes du jour
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Communiques & Bibliographie
 Back Matter
 Back Cover






Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00015
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00015
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
        Front Matter 3
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Nouvelles de France
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
    Revue de presse
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
    Communiques & Bibliographie
        Page 66
    Back Matter
        Page 67
        Page 68
    Back Cover
        Back Cover
Full Text

LA


FRANCE D'O IIER


a1l]


I-


L
Ia
!
^J


..... :.....:. r; ..:,; .: i .;;,..~ $,~dii~j~iilajEs


'4. .






LA DOCUMENTATION FRANCAISE


BULLETIN DE LA FRANCE D'OUTRE-MER
(Suppl6ment au n 138 du mois de D6cemb re 149)
Questionnaire aux abonn6s et dest pataires d.. /
( Bulletin d'Information de la France aQutryeer


I. -- Nom, Prinom, Fonction on Profession
Adresse du correspondent :





II. Le Bulletin vous parait-il sous sa forme actuelle atteindre son objectif. Si vous
ne le pensez pas, que suggerez-vous pour y parvenir ?







III. Pensez-vous que le Bulletin doive etre oriented davantage vers la formule
a Revue D on demeurer un simple organe d'information et notamment d'informa-
tion administrative ?





IV. Le Bulletin est-il (ou n'est-il pas) pour vous un instrument de travail ?


V. L'ordre dans lequel sont presentees les rubriques, la composition actuelle du
Bulletin vous paraissent-ils bons ?
Que proposez-vous pour les amiliorer ?





VI. Des diffrentes rubriques du Bulletin (Problmnes du Jour, Nouvelles de France,
Nouvelles d'Outre-Mer, Revue de Presse) quelle est celle qui vous interesse le
plus ? Celle que vous disireriez voir toffee ? Celle qui vous parait sans incon-
venient pouvoir etre riduite ?






VII. La place reservee a la revue de press vous parait-elle insuffisante ou trop
important ?



VIII. Quelles sont vos observations de paractere general concernant la diffusion ?
DMlai de distribution par rapport aux autres publications metropolitaines ?



IX. Pouvez-vous nous indiquer des personnel investies de fonctions officielles, des
societies, des services publics ou prives susceptibles de souscrire des abonnements
a cette publication ?













Adressez vos r6ponses au
Bulletin d'Information de la France d'Outre-Mer
S(LA DOCUMENTATION FRANCAISE )


Paris (8e)


14-16, Rue Lord-Byron







BULLETIN D'ABONNEMENT
au

BULLETIN D'INFORMATION DE LA FRANCE D'OUTRE-MER



Je so sign : ............................... P profession :

demeu rant a D epartement........

souscris un abonnement de 6 mois (1) i partir du 194
S 1I an ......... ................................. .....................................
au Bulletin d'lnformation de la France d'Outre-Mer.
J verse (1) par mandate, cheques bancaire, cheque postal (C.C.P. Paris 134-11) (2) au nom de M. Le R6gisseur
des R cettes, 16, rue Lord-Byron, Paris, 8 la some de : (1)
Cinq cent vingt francs (6 mois) 520
Mille francs (1 an) 1.000

A le 194
A .............................................. ............................................ ....... 94
(Signalture)




(I) Rayer les mentions inutiles.
(:) Pour (viter tout retard dfl a la transmission tdes clihill~i IpH)- [i, pIi re l'adl'ssor C ];it Dlcumehntationl lF' rlii
li bull tilln 'abonnement correspondent aux versements.






BULLETIN D'ABONNEMENT
au

BULLETIN D'INFORMATION DE LA FRANCE D'OUTRE-MER


Je sou sign : ~Profession :
J e sou sign ...... ................................................................................... P ro session : .................................... ...............................................

dem eu ant ............................................................. .......................partem ent .........

souscri: un abonnement de 6 mois () a partir du 194
/ an .. ................. .. ..

au Bulletin d'Information de la France d'Outre-Mer.
Je verse (1) par mandate, cheques bancaire, cheque postal (C.C.P. Paris 134-11) (2) au nom de M. Le Regisseur
des Recettes, 16, rue Lord-Byron, Paris, 8' la some de : (1)
Cinq cent vingt francs (6 mois) 520
Mille francs (1 an) 1.000

A le ..... ............ 194
(Signature)




(1) Rayer les mentions inutiles.
(2) Pour eviter tout retard dOi a la transmission des cheques postaux, priere d'adresser A la Documentation Francaise
le lull, tin d'abonnement correspondent aux versements.







PRESIDENCY DU CONSEIL

SECRETARIAT GENERAL.
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documenlation :
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot,.Paris (7)


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA



FRANCE D'OUTRE-MER




SOMMAIRE


PROBLEMS DU JOUR :

Le trait franco-cambodgien du 6 no-
vembre 1949 .....................
experiencence mon6taire de Djibouti .
L'Oc6ani.e frangaise et l'Institut fran-
gais d'Oc6anie ..................
Le statut des Chefs Coutumiers Afri-
cains .............. ...............


NOUVELLES DE FRANCE :

L'Activit6 ministerielle .............

Informations diverse ................


NOUVELLES D'OUTRE-MER :

Indochine ................ .......
A.O .F, ................................
A.E.F ..............................
Togo ................. ....... ...........


Cam eroun ......... ......... .....
Saint-Pierre et Miquelon ..............
Madagascar et d6pendances .........
Nouvel~le-Caldonie ................
Informations administrative .........


REVUE DE PRESS :
9
Presse d'Outre-Mer .................
Presse 6trang&re .......................
1 Union Franqaise ...................
Commonwealth ....................
3
Union hollando-indonisienne .........
Anciennes colonies italiennes ........
Liste des articles de press 6trangere tra-
9 duits en francais .................
'7
COMMUNIQUES .......................
2
1 BIBLIOGRAPHIE ........................


Dkcembre 1949 No 131











AGENCY DE LA FRANCE D'OUTRE-MER
20. rue La Boetie Te6phone : Anjou 26-94 a 26-97
UM6tro : Miromesnil Autobus : 28-32-43-49-80


L'Agence de la France d'Outre-iMer, Service
Official di Ministbre de la. France d'Outre-M.er,
renseigne sur totes 'les questions int6ressant
,les Territoires d6pendant du Ministhre de la
France d'Outre-Mer : Afrique occidental, Afri-
que 6quatoriale, Cameroun, Togo, C6te des So-
malis, Madagascar, Etatblissements francais de
'Inde, Indochine, NouveIle-Cailedonie, Nouvel-
.les-Hbbrides, Saint-Pierre -et Miquelon.
Son Service de Documentation informed le
public sur le commerce, l'industrie, la produc-
tion, les tarifs de douane et les statistiques, ila
fiscalit6, le clim.at, le coat de la vie, le tourism,
la chasse, etc... Les journaux officieds locaux,
les budgets administratitfs, les tarifs douaniers
et fiscaux, Ics statistiques du *comnierce ext&-
rieu:' de chaque Territoire et tons autres docu-
'maents d6tenus par ]e Service peuvent etre
consults sur place.
Son Service de Placement met en rapport
,ratuitement les employers avec les p'ersonnes
d6sireuses de trouver un emploi outre-mer.
Sa Cin6mathBque diffuse gracieusement en
.France des films documentaires su.r les Ter-ri-
toi'es d'Outre-Mer.
Le pret de oes films est consent A tout orga-
nisme official *ou priv6 desirant effectuer des
projections non commercials d'information,
d'education ou d'e'nseignement.


* Sa Phototh6que possede 30.000 cliches sur
tous les Territoires 6numn,6rs plus haut. Ces
cliches peuvent fair l'objet de cession.

* Sa BibliothBque, riche de 30.000 volumes,
.est ouverte au public sans d6scmparer de 9 heu-
res A 18 hieures, samedi apres-midi except.
* Son Service des Foires et Expositions as-
sure la representation des Territoires de la
France d'Outre-Mier dans les manifestations
commercials et expositions organises en ,
Franc.e et A l'Etranger.

9 Son Service de Publicitd-Propagande as-
'sure 'a publication et la diffusion de toute do-
cumentation se rapportant aux Teritoires
d'Outre-Mer.
II 6dite des brochures iionographiies, di&-
pliants, pilaquettes, affiches et cartes-affiches.
Ces documents sont e.n vente a la Librairie de
I'Agence, qui diffuse 6ga'lem'ent, A titre on6reux,
les publications des Services de Documenta-
tion de la Pr6sid'ence du Conseil, 'et ,de ,nom-
.breux ouvrages concer-nant l'Union Francaise.
Des expositions de pointurc, de sculpture et
d'ouvrages de l'artisanat des Territoires d'Ou-
tre-Mer sont organisees la Galerie de l'Agence,
20, rue La Bo6tie.


Liste des diverse publications en vente a l'Agence de la France d'Outre-Mer

S6rie de 20 dipliants traitant dies divers Territoires relevant de la France d'Outnre-Mer : S6n6gal,
Mauritanie, Guin6e, Soudan, C6te d'Ivoire, Haute-Volta, Dahomey, Niger, Came'roun, Togo,
Galbon, Moyen-Congo, Ouba'ngui, Tchad, Somalis, Madagascar, Laos, Cambodge, Nouvelle-Cale-
donie, Oc6anie. Prix de cession : (A titre de propaganda) 10 francs ''un.
S6rie de brochures monographies se rapportant A : Afrique occidental, Madagascar, Dahomey,
Togo, Moyen-Congo, Oubangui, Tcha'd, Gabon, Oceanie, Nouvelle-CalCdonic. Prix de ces-
ion : (A titre de propaganda) 30 francs l'une.
Plaquette g6n6rale de vulgarisation : a L'Union Frangaise >. -- Prix de cession : (a titre (Id
propaganda) 20 francs.
Guide du Tourisme en A.O.F. et au Togo .................. Prix 120 francs
Parure feminine aux colonies ............................ 30 -
Confidences sinigalaises ................................. 30 -
Contes et legendes d'Afrique .............................. 30 -
La piche aux colonies ................................... 20 -
Etude sur Charles de Foucauld ........................... 60 -
Exportations des cercles de I'A.O.F. et du Togo ............. 250 -
Pochettes de reproductions photographiques (pochettes de 12 photos) concernant :
I'A.O.F. ...................... 35 francs
I'Activit6 economique de I'A.O.F. 35 -
!e Carmeroun ................. 40 -
]'Art khmer ................. 40 -
- Carte des Echanges commerciaux dans 'Un'ion Francaise en 1938 et 1946 : 40 francs.
- Bulletin d'lnformation de la France d'Outre-Mer : 90 francs.
- Guide de I'A.O.F., edition 1949 : 500 francs.





















PROBLtMES DU JOUR


Le trait franco-cambodgien du 6 Novembre 1949

par Andri Surlean, Administrateur des Services Civils de I'Indochine


LE 8 novem'bre dernier, a Wt6 sign A Paris, entire
la France et le Cambodge, un trait& qui fixe les
nouvelles' relations entire les deux pays (1).
On peeut dire quc, dans l'ens.eimble, ce trait re-
produit, ivec de 16gbses variations dans la forme,
les dispositions de I'Vchange -de lettres franco-viet-
namien du 8 mars 1949 et celles *de la convention
franco-laotienne du 19 juillet suivant. Cette simili-
tude s'imposait d'ailleurs... En effet, d'un-e part, ce
texte reconnait au Royaumre du Cambodge le mome
statut .d'i:id6pendance que celui ant6rieurement re-
connu aux deux autres Etats associ6s, et, d'autre
part, les clauses relatives aux futures Services com-
munns sont fatalement les mimes que celles figurant
dans les deux pr6c6dents instruments diplomatiques.
Nous ne croyons done pas n6cessai-re d'analyser
ean detail le traits franco-cambodgien.
Par oeel acte, le Canm'bodge, redonnu ind6p.endant,
r6affirme son adhesion a 1'Union Fnancaise en qua-
lit6 d'Etat associ6. < iLa France et ]e Camlbodge se
pr6teront aide et assistance mutuelles selon les prin-
cipes de l'Union Francaise >, et le Gouvernement
franvais .*< garantit les fronti6res actuelles du Cam-
bodge > stipulations qui ne figurent qu'implicite-
ment, on tout au moins sons une autre forme, .dans
les accords du 8 mars et du 19 juillet. La candida-
ture du Cambodge -A I'O.N.U. sera pr6sent6e par la
France.
La France << renonce A se pr6valoir .du statut par-
ticilier cronlf6r6 Ae u ne parties de la presqu'ile de
Chrui-Chingvar par P'article 17 du trait du 11 aofit
1863 tout come elle avait rennone au statute
particular des concessions frangaises de Hanoi,
Haiphong et Tourane au Viet-Nam. Dans la presqu'ile
de Chrui-Changvar, qui se trouve en face de Phn6m
Penh, au lieudit < les Quatre Bras > ien pAli :
Chado Mukh, ou < les Ouatre Faces > (de Brahma)
- availt (t6 conc6d6 A la France un terrain de cinq

(i) Texte publie6 dans les Notes et Etudes 'Documentaires,
Direction .le la Documentation, 14, rue Lord-Byron, n 1.241
du 7 d6cernbre 1949.


cents mntres sur les deux rives, pour l'installation
d'un d6p6t de carbon et d,e magasins d'approvision-
nements nbcessaires aux navires frangais.
Nous retrouvons dans le trait -du 8 novemb.re les
dispositions d6ja admises par le Vieit-Nam et le
iRoyaumme du Laos, en ce qui concern les points sui-
vants :
la participation du Gouvernement royal A une
conference groupant les trois Etats ,associes et la
France, et charge de mettre sur pied les organis-
mnes comanuns .et notamment le Service des Trans-
missions, le control de I'i.mmigration, le commerce
ext6rieur, les'douanes, le Tr6sor, le plan Ad'6quipe-
ment, ainsi ,que die r6aliser le transfer des Services
qui doivent reliever du Cam'bodge ;
sa participation a ,'union monetaire et A l'unioi
douaniere indochinoises ;
le droit de la France d'ouvvrir aau Camlbodge des
6tablissements d'enseignement public ou priv6 sa-
tisfaisant aux prescriptions ruglementaires locales,
de cr6er un enseignement sup6rieur au titre .de
,l'Union Frangaise, et des .6tablissieanents scientifiques
ou de recherches et -des organisms sanitaires
la participation d.u Cam'bodge au fo'nctionne-
nent d'une Universit6 commune aux trois Etats as-
soci6s iet A la France ;
les ressortissants de 1'Union Francaise et ceux
du Cambodge b6n6ficieront sur le territoire de l'au-
tre Partie Contractante diu m6me traitement que les
nationaux en ce qui conoerne la circulation, 1'6ta-
blissement, le commerce, l'indu.strie, la fiscait, la
16gislation ddu travail, le droit ,de proprikt6 ;
les capitaux francais pourront s'investir libre-
ment au Cambodge, sous la reserve que l'ouverture
des entreprises classes dans un secteur dit de d6-
fense national est subordonn6e A l'autorisation
pr6alable du Gouvernement royal, et ,que ce Gouver-
nement peut participer au capital de ces derniries
.entreprises;
le regime juridique des biens et entreprises ap-
partenant A des ressortissants ifrancais et de l'Union


(Les etudes et documents du Bulletin peuvent etre utilises ou reproduits sans indication d'origine)


.^I^fell









Frangaise ne pourra 6tre nodifi qu'apres accord
avec le Gouv.ernement francais, m-ais les conditions
d'etabaissement au Cambodge et Ie regime des biens,
droits et entreprises des ressortissants des autres
Etats indochinois pourront fair 1'objet d'aocords
particuliers entire Ie Cambodge et 1'Etat int6ress6.
Cette dernibre reserve ne figure pas il convient
de le noter dans la convention franco-laotienne
ni dans I'6change de lettres franco-vietnamien ;
des jurisdictions mixtes seront comp6tentes en
wnatieres civil, commercial et p6nale, en ce qui con-
cerne les ressortissants de l'Union Frangaise autre.i
que les Cambodgiens et certain strangers, jouissant
d'un privilege juridictionnel. Selon une convention
annexe, ces jurisdictions appdi-qu'eront, en matibre
Sd'obligations civiles et en matibres commerPciale el
p6nale, la loi resultant d'un accord entire les Gouver-
mements francais et cambodgien < et approuv6 par
les organisms constitutionnels de droit francais et
de droit canmbodgien > autrement dit par lI.s deu\
Parlements. On s'est &cart6, en 1'espbce, de la r6dac-
lion des accords du 19 juillet et du 8 mars, qui sti-
pulent qu'au Laos et au Viet-Nam les juridiclions
anixtes appliqueront Ja loi franchise lorsiqu'un Fran-
eais sera en cause ;
le Cambodge a une armie national, qui par-
ticipe A la defense de ses frontieres et a celle des
fronti6res de I'Union Francaise. Cette armBe natio-
nale, place sous le commandement en chef du Sou-
verain, pourra b6n6ficier du concours d'instructeurs
et de technicians franCais. L'armee de 1'Union Fran-
iaise pourra stationner .en des bases qui seront fi-
x6es ult6rieurement, et comprendre des 616.ments
cambodgiens; en temps de paix, ces garnisons nc
pourront comprendne que les l66mrents francais, de
la L6gion Etrangere et des elements frainco-cambod-
giens. Les dispositions relatives A la cooperation des
Etats-Majors francais et cambodgien sont les m6mes
.que celles adopt6es pour le Viet-Nam et le Laos ;
la souverainete externe du Cambodge est la


mnme que celle reconnue aux deux autr.es Etsta as-
socies (droit de ligation active et passive, r61e du
Haut-Conseil de 1'Union Frangaise pour la fixation
de la politique de l',ensemble de 1'Union). Le Cam-
bodge sera represent&, pour commencer, aupries du
Siam et de l'Inde;
-- le Gouvernement cambodgien fera appel par
priority ia des technicians on experts francais, et
par reciprocity le Gouvernemnent francais utilisera
par priority des Cambodgiens dans les 6tablissements
publics ou les entreprises A ca'ract6re public intBres-
sant la defense de 1'Union Francaise, installs au
Cambodge.
*

Aux terms de I'article 19 du trait, c le trait du
11 aoit 1863, 4a convention du 18 juin 1884, et les
conventions subs6quentes, sont abrog6s en ce qu'ils
ont de contraire aux dispositions et a l'esprit du pre-
sent trait >. (En r6alit6, la convention de 1884 porte
la date du 17 juin).
Seule, la pratique journalier,e permettra de d4ga-
ger quelles sont les dispositions qui subsistent, sous
le regime actuel, de ces deux anciens textes diplo-
matiques. Ii nous semble, a priori, que seuls subsis-
tent, du trait de 1'863, le droit d'btablissemient,
d'6vang6,liiation eit d'enseignement (y comipris le
droit de construire des edifices pieux, des s6minai-
rMs et des h6pitaux) reconnu aux missionneires ca-
tholiques, et i'obligation faite Ai la France de prot6ger
le Cambodge contre toute attaque extCrieure. Et nous
ne croyons pas .qu'on puisse retenir, de la conven-
tion du 17 juin 1884, autre chose que le droilt pour
le Commissaire de la Republique d'etre recu en au-
dience priv6e et personnelle par le Souverain. La
clause relative t l'abolition de I'esclavage que con-
tient ce texte n'a plus qu'un int6r6t historique.
II rest a passer, localement, les conventions par-
ticulibres d'application du trai't6 du 8 novembre.


(Voir photos page 34)











L'experience mon6taire de Djibouti

(d'apris les documents fournis par la Direction des Affaires Economiques et du Plan
du Ministire de la France d'Outre-Mer)


L ORSQU'IL fut cr66, le 20 mars 1949, le franc de
Djibouti, qui correspondait cependant, par sa
quality* de monnaie librement convertible, a
la franchi:;e doianiere don't le Territoire de la C6te
Francaise des Somalis avait *.t6 dote quelques mois
plus t6t, ;!t qui irpondait A un d6sir souvent ex-
-prime, fut accueilli avec quelque reserve en raison
du taux adopt.
Le fran,: C.F.A., qui avait course en Somalie Fran-
caise combine dans les autres Territoires d'Afrique,
avait, en effet, W6t port, en octobre 1948, A 2 francs
m6tropolifai.ns, alors que la parity de la nouvelle
unite mondtaire ressortait, an lendemain de la re-
Sforme, A 1.22 franc metropolitain pour les operations
comminerciles et A 1,44 pour les operations finani
cieres.
Cette parity d6coulait de la definition-or du franc
de Djibouli et.de sa convertibility en dollars au taux
fixe qui en resultait : le franc de-Djibouti valait d6-
sormais 1/214 de dollar et sa citation en francs
metropolitains devait stiivre celle de la monnaie des
Etats-Unis sur le march de Paris.
C'est celte consideration qui a conduit les experts
chargess d. 1'6laboration de la r6forie A choisir un
taux qui, ilans les conjonctures previsibles, ne fasse
pas du ncuveau franc de la C6te des Somalis une
monnaie <: trop forte > et, partant, de Djibouti un
port interrationalement trop cher.
Les aut es caract6ristiques .de la monnaie nou-
velle, et n:)tamment sa couverture A 100 %,.par un
dp6Bt en dollars, constitute A l'origine par les Fonds
de. stabili .ation des Changes, la dissociation de
1'emission et du credit, qui en faisait en quelque
sort une inonnaie ( reelle > ne retinrent attention
quc d'un i)etit nombre d'inities.
Des me:,ures transitoires avaient cependant &t6
prevues p ur pallier, dans la plus large measure, les
inconv6nients immediats de la d6pr6ciation tempo-
raire du fi ane de Djibouti par rapport au franc me-
tropolitain. Un d6lai fut donn6, pendant lequel les
transfers sur France furent admis a l'ancien taux
de 2 francs m6tropolitains. Cette measure permit
1'envoi en France, ayx, conditions anciennes, des
economies faites par les residents, et la constitution
par le cormeerce local des provisions dans la MB-
tropole pour la reconstitution A l'ancien taux des
stocks existants. .11 fut, par ailleurs, admis que les
obligations n6es avant la rtforme seraient d6nou6es
a I'ancienr:e valeur en francs m6tropolitain's de la
monnaie de la C6te Francaise des Somalis. Ces dis-
positions firent largement utilis6es et contribubrent
effectivement A amortir l'ench6rissement des pro-
duits en provenance de la M6tropole, qui consti-
tuaient prbs de la moitie de l'approvisionnement du
Territoire.


SL'incidence de la rAforme sur les prix des impor-
tations de la zone sterling A laquelle appartien-
nent les pays environnants devait, au contraire.
etre favorable, puisque, sur la place de change libre
de )jibouti, les monnaies sterling 6taient d6sormais
traitfcs A leur cross-rai,t reel, inf6rieur au course
official.
Quant aux products imports des Etats-Unis, don't
les prix furent affects dans le sens de la hausse par
1l taux adopt, ils entrent pour une part relative-
ment faible dans l'approvisionnement du Territoire.
b Le r6sultat de toutes ces influences, et de la poli-
tique .6conomique attentive du gouvernement local.
qui eut le role difficile de concilier la n6cessit6
d'un certain contr6le avec le retour A la liberty
aq'imposaient les deux rdformes douani6re et mo-
.n6taire fut que le movement de hausse que l'on
pouvait craindre en th6orie (30 A 40 %) fut sensi-
blement amorti. I1 pouvait, en juillet, Atre situ6 entire
15 et 20 %.
Mais cette tension des prix ne pouvait Atre que
temporaire.
Le commerce local, arm6 d'une monnaie libre,
devait normalement s'orienter vers la recherche des
marches les moins chers, et la tendance mondiale
A la baisse devait avoir sa rApercussion sur la place
libre de Djibouti. Ce ph6nomnne exigeait toutefois,
pour qu'il se manifestat rapidement, une structure
commercial different de celle qui existait A Dji-
bouti au moment de la r6forme oft, devant un mar-
ch6 encore assez 6troit, la concurrence A la baisse
ne jouait pas reellement.
C'est pourquoi, devant la hausse, limited certes,
'mais r~elle, du coft de ]a vie, des ajustements tem-
porAires de salaires furent accords, en mfme temps
que tft commencec la mise en place d'un organism
t6moin pour les products essentiels.
Commae il pouvait Atre prevu, I'alignement mon6-
taire de fin sep'embre vint denouer la situation.
Par r.pport anu lranc mItropolitain et aux mon-
naies rattqcho:s (francs C.F.A., C.F.P. et piastre), le
Sfranc de Djibouti, suivant, en raison de sa dBfinition
meme, le sort du dollar des Etats-Unis, se trouve va-
loris6. DAjli, lors de l'ajustemient du 27 avril, il avait
gagne. quelques points. Depuis le 20, septembre, il
cote 1,63 franc metropolitan contre, rappelons-le,
1,212 pour les operations commercials au moment
de la rdforme. On pe'ut ainsi mesurer la detente ap-
portpe A.l'approvisionnement de Djibouti en products
m6tropolitains.
Quant A sa tenue par rapport aux monnaies voi-
sines, le franc die 'Djibouti s.'est valoris6 tandis que
'on se familiarisait avec la soliditA de cette, nou-
velle monnaie, don't le bilan d'emission, le plus sim-









pie qui soit, est publiB hebdomadairement dans la
press locale.
D.s avant l'alignemnent general die septembre, 1i
valeuir de la monnaie de la C6te Frangaise des So-
malis sur la place libre de Djibouti par rapport aux
devises voisines s'6tait contininncnt 61ev6 au-dessus
de sa valeur de r6f6rence au jour de la r6forme.
Ainsi, au d6but du mois d'aofit, le dollar 6thiopien,
centre un course de depart de 71 francs Djibouti
ootait 60 ; le shilling est-africain parti de 36 francs
Djibouti ne valait plus que 30 francs Djibouti ; la
roupie, venant de 54 francs Djibouti 'se situait aux
environs de 45 francs Djibouti.
Cette tendance n'a pu que se consolider depuis
Slors, devant entrainer, A condition .qu'elle soit conve-
nablement mise en oeuvre un fl6chissement des prix
a Dijibouti.
On peut done consider que, devant cette con-
joncture favorable, I'adaptation de 1'Nconomie locale
aux conditions mon6taires de la r6forme du 20 mars
19419 est en bonne voie.



Mais c'est lI, en quelque sorte, l'a'spect n6gatif du
probl6me. Une question souvent pose est celle des
r6sultats positifs obtenus par la r6forme douaniere
et mon6taire. Et l'on s'est un peu Ihte de dire que.
ces measures n'avaient pas atteint les buts escompt6s.
La naissance du franc de Djibouti remote a six
mois A peine, et c'est peu dans la vie d'une monnaie I
Ses caract6ristiques, come l'excellente tenue
qu'elle a manifested sont de nature A donner con-
fiance aux capitaux. Et ceux-ci, don't la mise en oeu-
vre demand toujours quelque delai, ne sont pas
sans s'interesser a ce port don't 1'6quipiement, dBjA
r6alis6 dans ses parties essentielles, se pursuit ac-
tivement et qui est susceptible de grands developple-
ments par sa position dans le monde comme par
1'importance nouvelle que peut prendre l'arribre-
pays.


D6jA, le movement de la navigation du premier
semestre de l'ann6e en course marque un accroisse-
ment sensible par rapport A la periode correspon-
dante de l'ann6e 1948 (+ 20 %). Les fournitures de
combustibles aux navies ont double par rapport :n
ipr.emi.er semestre 11948.
Il y a lA l'incontestable indication d'un essor que
1'ach6vement des travaux en course ne pourra qu'ac-
c616rer.
Sur Ie plan .de la r6formie mon6taire elle-m&me,
certaines measures techniques compl6mentaires ont
W6t prises pendant ce premier semestre d'applica-
tion concernant notamment les relations commer-
ciales entire la M6tropole et la C6te Francaise des
Somali's, la mise A la disposition des passagers fran-
cais touchant Djibouti des devises n6cessaires pour'
effectuer dans ce port leurs d6penses d'escale, etc...
Enfin une refonte du regime fiscal doit venir tres
prochainement compl6ter la r6fornie douaniere. On
sait, en effet, que celle-ci avait W6t d6cid6e a la fin
de I'an dernier, alors qu'il 6tait difficile de modi-
fier profond6ment le budget local de l'ann6e 1949.
L'exp6rience des 110 mois qui viennent de s'ecouler
tend A prouver que 1'6quilibre budg6taire du Terri-
toire peut se concilier avec un r6am.nagement pro-
fond du systmme fiscal, qui aura pour effet de rendre
plus effective la franchise douanieire, .e d'ouvrir
ainsi plus largement cette place aux affaires interna-
tionales.
k L'op6ration Djibouti > est done en pleine pe-
riode de lancement et de penfectionnement, et I'on
peut mesurer combien, dans une affaire de cette en-
vergure, il est pr6matur6, apres quel'ques mois, de
porter un jugement cat6gorique.
II n'en demeure pas moins que, dans une conjonc-
ture 6con.omique ,en voie de stabilisation, Djibouti,
dot6 d'une monnaie libre et solide, 6quip& en port
moderne, largement ouvert au commerce internatio-
nal, comporte d6jA en grande parties et reunira des
remain toutes les conditions les plus favorable it
son plein d6veloppement.


T~-----










L'Oceanie franvaise et I'Institut franqais d'Oc6anie

par le Pasteur Maurice Leenhardt, Directeur honoraire de Il. F. 0.


I L y a dans le Pacifique Austral un domaine
frangais trop ignore de la M6tropole : A l'Orient,
les cent iles de la Polyn6siie. avec Tahiti au cen-
tre ; et A ]'Occident, l'archipel de la Nouvelle-Cale-
donie, et ses d6pendances, don't, 6conomiquement
surtout, l'zrchipel dies Nouvellos-H6brides, sous con-
dominium franco-anglais. La Nouvelle-Cal6donie,
dans cet ensemble, est < la Grande-Terre >>. Elle est
pareille A line chaine de montaignes longue de Nice
"i Belfort, large de cinquante kilometres en moyenne,
haute de i..000 A 1.6'00 metres. Lorsqu'on y arrive
par aner o0 par air, on voit ses somm:e'ts et sa masse,
couleur sanguine et irouille dorbe. Elle merge au
milieu d'u:i bassin de corail, et comme toile de fon.i
d'un plan d'eau d'6meraude aet de lapis serti d'6cu-
me. L'on sitbit alors son premier charme, avant bien
l'autres, q ui seront s6veres on captieux.
Dans cc territoire de 210.000 kilombtres carr6s,
vivent 312.,100 autoohtonres :et 1,8.000 Francais, don't
plus de 1,0.1010 sont groups dang Ic chef-lieu : Nou-
mna, port de commerce et d'industrie, don'tt la seule
fonderie d2 nickel compete plusieurs clentaines d'ou-
vriers. C'%'st dire que Noum6a est une capital.
Mais 1i8.001) Francais sur nne terre A mi-chemin de
1'Australie ,et de la Nouvelle-iZlande, a quelques
jours ou hcures de Balavia, Saigon on Manille, cons-
tituent un group de quality. Et c'est pour cela que
leur petite capital de Noum6a, que I'on compare
volontiers a une sous-prbfecture, devrait Rtre la ca-
pitale morale de la Ml6an6sie.
Les Calidoniens, qu'ils le veuillent on non, se-
ront conduits A suivre leur capital dans cette des-
tin6c, ce :;era leur honneur et leur salut. Colon's.
nincurs, a6gociants, r6alisateurs, ils n'y avaient
point song. Ils n'avaient par exemiple, jamais prWte
aucune attention A la bonne fortune de prestige qui
leur advini, il y a trente ans, ,ah 'issue de la guerre de
1914, ofi la gloire francaise 6tait d6jA monte si haut :
La peste avait s6vi dans un quarter du port .de
Sydney, et, dans ce termps sans avions, les ediles in-
quiets, avaient lance un S.O.S. vers Batavia ou Singa-
pour, od ils pensaient trouver aide. Mais la radio de
Noum6a installed pendant la guerre, avait capt6 le
message. Le gouverneur, en home avis6, app.ela le
m6decin-clief du laboratoire Pasteur annex a l'h6-
pitaB. Quatre jours aprbs, les gens de Sydney, stu-
p6faits, virent s'avancer dans leur belle rade un
navire francais porteur de plusieurs centaines de
doses de si!rum frais. Ils avaient attend le secours
de partout. sauf du plus 'pres, de Noumba. Ils d6cou-
vraient, ils palpaient, la- quality de la culture fran-
caise, qui est toujours de science et d'humanit6. Le
gesto de Noum6a etait une revelation pour eux.
Mais les Frangais de Noum6a ne preterent aucun
int6rit A l'heureux incident. A l'une des assises sui-
vantes de leur Conseil G6n6ral, il leur arriva .de vou-
loir discutor les credits de leur laboratoire Pasteur.
Vieille habitude de realisateurs, d'6conomiser, dans


les budgets sur ce qui ne parait pas de ren dement
imm6diat. Ainsi, au course des ann6es, sans y prendre
garde on avait laiss6 p6rir une ferme cole, une
cole d'application technique, une cale de halage,
etc., toutes choses de rendement lent. Et tandis que
le Conseil Gn&aral avait cr66 des Ibourses pour que
les bacheliers de leur college pussent joindre les
Univcrsit6s de France, voici que les meilleurs d'en-
tre .eux partaient et ne revenaient pas, faute de place
assure A leur retour. Ainsi pese, sur 1'esprit du
colon, la coutume des premieres ann6es, qui furent
toutes de lutte 6conomique. La soci6t6 cal6donienne,
qui se formait aprbs deux ou quatre generations,
n'avait pas encore assez v6cu pour savoir dejA que
les victoires les plus grande ne sont pas celles du
rendement immediate. Mais elle est entrain6e par le
lnempis.
Le souci de faciliter une pens6e plus hatite -dans.
les groups isol6s des territoires du Pacifique d6ter-!
mina, au Congres cultural de l'Exposition de 1937,
l'Vlaboration d'un voeu tendant A la creation A Nou-.
m6a d'une Ecole analogue A 1'Ecole d'Extrmnie-
Orient, pour l'6tude de l'Oc6anie. L'ann6e suivante
se fondait A Noumea, avec l'appui de toute la popu-
lation, une Societt d'Etudes Mi6lan6siennes, analo-
gue A la SociWtl d'Etudes Oc6aniennes, d6ji existante
a Tahiti. A Paris, un Centre d'Oceanie au Mitusum
qui avait absorb une petite Soci6te des Oc6anistes
et pris son nom, songeait d6jA ,A aider tous les efforts
culturels tents dan's le Pacifique. Et aprbs la guerre,
une magnifique confluence de toutes les bonn.es vo-
lontis -permit de sortir enifin des vell6it6s. La France
avait un plan d'6tudes des Territoirnes d'Outre-Mer.
L'Office de la Recherche Scientifique -d'Outre-Mer,
tfond6 d6j.A, pouvait ,enfin agir et choisir les endroit4
propices A ses Instituts : Abidjan, Brazzaville (Dakar
existait dBjA, d6pendant de I'A.O.F.), Tananarive.
II fallait que le Pacifique efit I sien L'Office en,
voya un d616gu6 qui, des margins americains can-
tonn6s dans l'i. depuis 'la guerre, sut recueillir l'h6
ritage de I'installation de leur 6tat-major et leur
h6pital. Un premier directeur envoy6 bilent6t put
am6nager cc cadre et organiser enfin 1'Institut Fran-
cais d'Oceanie.
11 y eut certes quelque hesitation parmi les Fran-
cais 'd.e Cal6donie. DejA, lors de la cession des bfti-
ments am6ricains, plusieurs s'6taient 6mus, qui
avaient vu plus rentable en leur place qu'un 6tablis-
sement scientifique. D'autres avaient peine A imagine
que des jeunes gens vinssent chez eux pour oeuvre
de science...
Mais quand l'ordre fut mis dans l'installation,
quand les laboratoires furent prets, le travail en
train, force ifut de se rendre A 1'6viden.ce... le soepti-
cisme s'att6nua... on vit ibientit un inter&t dans 'en-
treprise scientifique.
,Or, dans tout le d6veloppement international
des projects apres-guerre. s'6tait precise un plan du








Pacifique Sud, 6tabli en cooperation des Etats sou-
verains : Australi'e, Nouvelle-Zblande, Ameriqu.e
Hollande, France. Un Comiit permanent fut consti-
tue, avec un conscil de Recherche Scientifique. 1'
fallait a ce -groupe important un sibge. Sydney, Port-
Moreshy, en Nouvelle-Guin6e, Suva aux Fiji, Noum6a
enfin, se dispuntrent la faveur. Mais quand les int6-
ressbs vinrcnt A Noumna, et virent sur place cet
itablissemcnt scientitique et ses jeunes savants, les
hesitations tomniberent. Noumna fut choisi et devint
le siige de la Commission du Pacifique Sud...
On pent lire actuellement des communiques de
prnesse diffuses cn francais et en anglais dans le
monde scienti'ique. Voici Ics derniers parvenus en
France :
6 Septembre 1919
Le Directeur de 'lInstiltt Francais d'Ocanie, a
mis t t.a disposition du Conseil de Recherches de la
Commission dA Pacifique Sld des, laboratoires qni
contribueront an ddveloppement dii Programme ide
Conseil de Recherches.
A I'heure actlelle, deux membres du Conseil de
Recherches sont logs dans les bdtiments de l'Ins-
litut Francais d'Orcanie, grace aux bons offices do
Directeur de l'I.F.O., don't I'intlrdt soutenu pour le
travail di Conseil de Recherches a etk entierement
approved pair les autoritcs de la Mitropole.
La collaboration entire !'Inslitut Francais d'Ocea-
nie et le Conseil de Recherches de la Commission,
du Pacifique Sld, qui, selon les plans Htablis, doill
Vtre etroite et constant, s'est ainsi exprim6 officiel-
lement lne fois de plus.
Un autre communique du 8 septembre announce
que :
Le Vice-Prdsident de la Commission, le savant
hollandais Baus Becking, membre honoraire des
Jardins Royaux d'Indonesie ( Java, va faire lne
.srie de conferences a Noouma, sar I'avenir des
cultures tropica,!es, de m me que le Dr Massal sur
le problnme, dans le Pacifique, de la tubercilose.
Et ces simples notules d.e press ouvrent a tous
un regard sur cc qui s'est pass A Noumea A la suite
de cette pens6c persistante de doter 1,e Territoire
d'un Institut.
Aujourd'hui, les Calkdoniens voient l'Institut avec
fiert& et s6curit. Ils ont recours A lui en maintes
occasions, et jusqu'a lui demander des examinatcurs
pour l2s baccalaurbats du college ; 1'Institut jone un
r6le local et-un rile international. C'est un horizon
nouveau qu'il a ouvert a ee people nergique de mi-
neurs et de colons ; ils entrevoient d6sormais la va-
leur de la culture, le prestige qu'elle peut donner 'h
un pays ; ils ne sauraient d6sormais rester indiff6-
rents an rayonnement des laboratoires situes dans
leur ile, come il 6tait arrive trente ans auparavant
au laboratoire Pasteur de leur h6pital. Ils veulent
meme r6aliser un plan d'urbanisme nouveau qui
pourrait faire de leur ville une des plus belles du
Pacifique Sud. Noum6a peut d6sormais, s'ils le veu-
lent, devenir la capital morale de la M6lan6sie.
Et c'est A uine belle ambition de l'Union Francaise
dans le Pacifique Sud.


Les laboratoires


L'Institut posside actuellenment six laboratoires :
phytopatlologie, entomoleogie agricole, chimie oi'-
ganique, ocCanographie, gcophysique, ethnologic. El,
pour mimoire, un septiilee tout organism, celui de
geologie. Cclui-ci a servi trois ans A une important
mission geologique, et reste a la disposition du gbo-
logue attache au Service des Mines, ancient membre
lui-mmec d,e la Mission. Les autres laboratoires sont
Irop jcunes pour que leurs travaux aient pu 6tre pu-
blids dej, ; mais en vingt mois, chacun d'eux a
ttabli iA pen pris 1'inventaire essential de ce qui le
concern dans le pays. Et d6j'l' les agricultcurs son!
surprise de voir decclces des maladies du cate ou du
riz qu'Hls ignoraient, conrine de voir classes, des in-
sectes don't ils connaissaicnt les mefaits sans jamais
potvoir l:es observer. Les mineurs, qui ont suivi
avec une attention tris splciale les travaux .de gio-
logucs, reportent celle-ci sur Ies rechercihrs du la-
boratoire de geophysique. 1ls dnt de jenvnes impi-
tiences qui leur font oublier 1.e temps nrcessaire
pour 1',tablissement d'une bonne carte geologique
de leur lie.
Les deux laboratoires ;:i la tache la plus difficile
pour I'hcur.e, sont ceux d'oceanographie et d'ethno-
logie.
L'ocennographie, paree qu'il ne s'aigit point Swc-
lement de classifications d'esp&ces nouvelles de
poissons, etc., mais parce qu'il faut aussi dWceler les
resources, les lieux, le calendrier de la grande peche
dtans les mers du Sud. Un armement est n6cessaire,
et des credits pour le souvenir. Cela est possible, car
on peut trouver sur place an moins un ketct a trans-
former, pour aller observer thons, bonites, cetac6s,
et maints autres, don't les migrations s'opirent an
large, sans penetrer jamais dans le bassin que for-
ment les recifs.
Le second, I'ethnologic, parce qu'il s'agiI de Ia-
liire hiumaine, et que I'htumanit autochlone est en
plein bouleversemient. L'anthropologie n'a 6tudie
jusqu'ici que le squellette du Neo-Caleclonien ;
1'6tude des parties molles apporterait de rouvelles
revelations intlressant le problem des orinines. Au-
cune 6tude s6rieuse de demographic n'a et* tent6e
aux Nouvelles-H6brides, et fort peu en Cal&donic.
Toute la question de main-t'iruvre et de *;avsannot
gravity autour de la donnee ethnologiqnu. Travail
urgent qui nbcessiterait un second ethnologue.
Le champ investigation de l'Institut FranCais
d'Oc6anie, 1'I.F.O., comprend tout le Parifque fran-
cais, et va ainsi jusqu'l Clipperton. Lines, cocote-
raies, pecheries, sol, faune, Ilore, terrestres et mari
nes, tous ces domaines demandent exploration. Les
jeunes savants de I'I.F.O. ont une grande 6iche de-
vant cux. L'activit6 de leurs laboratoires et son
rayonnement les in.terf6rencces de leur travail sur
le group francais, justifient largeme'nt la creation
de l'Institut Francais d'Oc6anie. Et, c'est 'honner
de la MWtropole d'aider ainsi I'Union Francaise 'a
jouer son plein r6le dans le monde en la dotant de
large institutions scientifiques, don't le rayonne-
ment demeure inconteste et -sans limnites.


M. LEENHARDT










Le Statut des Chefs Coutumiers Africains

(d'apr&s les documents fournis par la Direction des Affaires Politiques
du Minist&re de la France d'Outre-Mer)


D ANS SO s6ance du 9 aout 1947 (1), 1'AssemblQe
National adoptait une proposition de M. Ya-
cine Diallo, demandant que fut precis& et
organism le statute des chefs coutumiiers -des Terri-
toires africains.

M. Lisette, apportant 4'adhesion de son group A
ce project de r6formes, eon soulignait les trois objec-
tifs : resp,'ct des coutum'es originelles et vivaces ;
amelioration de la situation morale -des chefs ; am6-
lioration di.. letir situation materielje, par l'allocation
d'indemnithis compensant ]a disparition -des presta-
tions en na ture coutumiBres. :Le Ministre de la France
d'Outre-Mer, l. Marius Moutet, marquait alors 'ac-
cord du Guvernement, et M. Fily Dabo-Sissoko 6vo-
quait le caractere du chef couturier, expression ve-
ritable .de la volonte publique.

Dans une circulaire adress e aux chefs de F6dera-
tions et *de Territoires, le Ministre de la France
d'Outr-Mer (2) soulignait 1'importanoe capital de
'organisation du commandment autochtone dans
les Territcires africains.

Van Vollenhoven, Gouverneur G&'nral de 1'A.O.F.,
et Felix EbouB, Gouverneur General de 1'A.E.F., ont
envisage 'l< proiblme A la lumiere de leur experience.
Un novel ordre politique est na dans les Territoi-
res d'Outre-Mer'depuis 1944, mais les chefs doivent
y conserve leur place traditionnelle : investis de
1'autorit# avec le consenteme nt de leur group hu-
main, ils ont leur r6le A jouer. Un commandment
territorial solide, reposant sur l'armature coutu-
mi6re des ,chefferies, pleut aider A promrouvoilr en
Afrique une -politique progressive. Aujourd'hui,
comme hier, le chef traditioonnel demeure l'auxiliaire
ncessaire de i'Administration, A condition qu'il soit
l'authentique repr6sentant d'une population don't il
ait la confiance.

Le chef veritable n'est pas un fonctionnaire
c'est une 6manation d'une collectivit6,. d'un terror.
Le chef a pr6existe > come 1'ecrit F61ix Ebou6 ; il
appartient a l'Administration de le i reconnaitre >.
Le chef n'est pas ldavantage un homme politique :
rien de ccmmun entire la quality de chef et un man-
dat Blectil'. Les diux peuvent coexister mais. ils ne
peuvent so. confondre : aucune des functions ne peut
pr6valoir sur I'autre.

Chefs, repr6sentants elus, fonctionnaires, appar-
tiennent ii des ordres diff6rents ; chacun a son r6le

(i) Voir Debats Assembl6e Nationale 1947. Seance du
9 aoft, p. 4.183, 4.185. Cette important discussion a et&
signalee en son temps dans le Bulletin d'Information de la
France d'Outre-Mer. Voir Bulletin n 1o8, du 25 aofit, p. 17.
(2) Marius Moutet. Circulaire du 25 septembre 1947.


A jouer : le chef a pour role de diriger, selon la cou-
tume, son group human.
La coutume d6signant presque toujours le chef, it
suffit le plus souvent d'ajouter notre investiture A
celle que confere la coutume. La reconnaissance
n'est pourtant pas completement passive : le chef
d6sign6 par la costume et reconnu par l'autorit6 doit
6tre le plus digne, il dolt 6tre former A sa tiche.
Tels sont les enseignements d'pne longue exp-
rience que nous ont livr6s Van Vollenhoven et plus
tard F6lix Ebou6.
Un project de loi a 6t6 6tabli A la suite d'une con-
sultation g6n6rale des Assembl6es locales, qui ont
t6moign6 son 6gard d'un vif int6rAt. Le gouverne-
ment s'est arrete A un texte general de principle, suf-
fisamment souple pour que les arr6&ts d'application
puissent 1'adapter aux situations r6gionales tres di-
verses. C'est ce project qui a 6t6 pr6sent6 au Conseil
des Ministres qui I'a adopt le 27 juillet 1949.
En voici les principles dispositions :
L'aptitude A la function de chef est d6finie par la
coutume ; la designation coutumiere doit faire I'ob-
jet d'une approbation administrative, mais tout refus
d'approbation doit 4tre motive.
Les fonctionnaires ne peuvent etre chefs, m8me
temporairement, s'ils n'ont au pr6alable d6missionn6
de leur emploi, ou s'ils n'ont e6t places en disponi-
bilitb.
En ce qui concern la repression des infractions
commises contre sa personnel ou son autorit6, le chef
coutumier a la quality de citoyen charge d'un mi-
nistere public. Les atteintes A son autorit6 1egitime
sont sanctionn6es par des peines de simple police.
D'aprBs le project, le chef repr6sente la collectivit6
dans ses rapports avec 1'Administration et les tiers ;
il collabore au recouvrement des impOts et des taxes;
il est invest, en cas de calamity 'publique, d'un pou-
voir de requisition, A charge d'en rendre compete A
I'autorit6 administrative ; il a le pouvoir de conci-
liation en matiere civil et commercial ; s'il est.suf-
fisamment instruit il peut faire function d'officier
d'6tat-civil et 6tre charge du recensement ; il peut
Agalement 6tre habilit6 A constater toute infraction
A la loi penale.
Dans 1'exercice de ses functions le chef est soumis
au control de l'autorit6 administrative. Les sanc-
tions qui peuvent I'atteindre vont de l'avertissement
A la destitution. Les sanctions les plus graves : sus-
pension d'allocations on destitution n'interviennent
qu'apres avis d'un c Conseil don't la composition
est fix6e par un arrAtA du Gouverneur, oft si6gent ses








sup6rieurs et ses 6gaux. Un chef inculp4 d'une in-
fraction grave peut 6tre suspend apres consultation
de ce Conseil par le chef du Territoire.
Les chefs des categories sup6rieures beneficient
d'une allocation annuelle a la charge des budgets
locaux, don't le chef du Territoire fixe le taux. Sui-
vant les responsabilites qui leur incumbent, les chefs
des categories inf6rieures peuvent recevoir des allo-
cations analogues.
Les chefs regoivent, en outre, des r6tributions par..
ticulibres pour certain services qu'ils assurent en
tant que representants des pouvoirs publics : re-
couvrement des imp6ts, tenue des registres de l'etat-
civil ou de recensement ; ils peuvent, en outre, per-


cevoir certaines indemnites de secretariat, d'enlre-
tien de leurs auxiliaires, de tournee. Enfin, des gra-
tifications exceptionnelles peuvent recompenser leur
maniere de servir. Toutes ces d6penses figurent aux
budgets locaux comme d6penses obligatoires.
Telle est l'economie generale du project qui a W6t
approuv6 par le Conseil des Ministres.
Le project de loi du Gouvernement repond aux
aspirations exprim6es par les repr6sentants des
populations. I1 existait A vrai dire a 1'6chelon local
des textes organisant, sur des principles semblables,
les chefferies coutumieres. I1 6tait bon que le 16gis-
lateur donnat a ce probl6me une solution plus
gneirale et plus solennelle.


--->





















NOUVELLES DE FRANCE


L'ACTIVITE MINISTERIELLE


Le Cabinet du Ministere de la France d'Outre-Mer

Le Cabi et de M. Jean Letourneau, est constitu6
de la faqor suivante :
. Directeur du Cabinet : M. Rbbert Delavignette,
Gouverneur Gendral des Colonies, directeur des Af-
faires poliliques au Ministere de la France d'Outre-
Mer ;
Chef de Cabinet : M. Jacques d'Avout, adminis-
trateur civil au Ministere de l'lndustrie et du Com-
merce ;
Conseiller technique : M. Francis Bour, ancien
eleve de l'I cole Polytechnique, ing6nieur des P.T.T. ;
Chefs-adjoints : MM. Jean Aubry, administrateur
civil au Ministere des Finances, et Albert Bros, sous-
prdfet ;
Attaches de Cabinet : MM. Georges Dickson,
Marceau-Lombard, Guy Georgi.
Charge de mission : M. Marcel Boyer, Ins-
pecteur de:. Colonies ;
Chef du secretariat particulier : Mlle Ray-
monde Clary ;
Chef des Services d'Information : M. Ray-
mond Postal ;
Sont nommes A 1'Etat-Major patticulier
Chef de l'Etat-Major particulier : le lieute-
nant-colonel Guelfi ;
Charge de missions : le capitaine Eymard-Du-
vernay ;
Aidea; de camp : le capitaine de la Cheneliere
et le capitaine Sekou-Kone.

Composition du Cabinet et attributions
de MI. Aujoulat, Sous-SecrBtaire d'Etat
a la France d'Outre-Mer

Le Cabinet de M. Aujoulat est compose comme
suit :


Chef de Cabinet : M. Jean Masselot, inspecteur
de i" classes des Colonies.
Conseiller technique : M. Maurice Bertaut, gou-
verneur de i" classes des Colonies, tr6sorier-payeur
du Cameroun.
Chef adjoint du Cabinet : M. Alain Chatelain.
docteur en droit, ancien directeur adjoint de Radio-
Brazzaville, inspecteur du travail en Oubangui.
Chef du secretariat particulier : M. Jean Huber,
administrateur de 3e classes des Colonies.
Attaches de Cabinet : M. Alphonse Boni, dipl6m6
d'6tudes superieures de droit, magistrat colonial.
M. Robert de Montvalon, docteur en m6decine,
journalist.
M. Louis-Paul Aujoulat, a, dans ses attributions,
tous les problimes concernant l'6quipement et For-
ganisation sanitaire et scolaire ainsi que les ques-
tions sociales et les questions relatives aux conditions
de travail dans les Territoires d'Outre-Mer. Ces at-
tributions comportent l'examen de toutes les inciden-
ces des problimes precites, y compris celles qui
portent sur le plan de la cooperation technique in-
ternationale. I1 a, en outre, dans ses attributions,
1'Agence dconomique des Colonies.
Le texte portant dedlgation pour ces attributions
est paru au Journal Officiel du ii novembre. Les
services de M. Aujoulat sont installs 20, rue Mon-
sieur.

Composition du Cabinet et attributions
de M. Gorse, Sous-Secr6taire d'Etat
h la France d'Outre-Mer

Chef de Cabinet : M. Pierre Messmer, adminis-
trateur de 2e classes des Colonies.
Chef-adjoint de Cabinet : M. Jean Le Guevel,
journal~ste.
Conseiller technique charge de mission : M. Geor-
ges Cassin, Conseiller de 2 classes d'Orient.








Attacbh : M. Claude Brossolette.
Chef du Secritariat particulier : M. Charles Her-
bert.
M. Gorse connaitra des problemes interessant les
Travaux Publics, les Mines, les Transmissions, les
moyens dc communication, I'agriculture, l'elevage et
les forts dans les Territoires d'Outre-Mer. Ses at-
tributions comportent l'examen de toutes incidences
des problimes pricit6s, y compris celles qui portent
sur le plan de la cooperation technique internatio-
nale. Le texte portant delegation pour ces attribu-
tions est paru au Journal Officiel du II novembre.
Les services de M. Gorse sont installs tlo, rue de
I'Universit6.

Visite du Ministre de la France d'Outre-Mer
A I'Assemblee de I'Union Frangaise

Le 3 novembre, le Ministre de la France d'Outre-
Mer, accompagn6 de MM. Aujoulat et Gorse sous-
secretaires d'Etat, a assisted A la seance tenue par
I'Assembl6e de l'Union Francaise. Prenant la parole
il a exprim6 sa satisfaction personnelle d'apporter A
I'Assembl6e le salut du Gouvernement. Apris avoir
rendu hommage a la competence des membres de
I'Assembl6e, le Ministre A form le vceu que ce pre-
mier contact soit maintenu de facon constant. Sou-
lignant les principles de liberty et de fraternity qui
animent la politique de la France, le Ministre a
declare :
Vous saveZ que ce sont ces principles qui animent
tous les homnmes rassemblis autour de cette cons-
truction difficile. L'effort demeure rude. Appuyes'"
sur des homes qui, come vous, ont la connais-
sance particulidrement concrete des probldmes de
I'outre-mer, nous pourrons, j'en suis si2r, faire pro-
gresser cette grande venture qu'est l'Union Fran-
(aise, la seule venture de salut pour les peuples
qui ont accepted cette collaboration intime avec la
Republique Francaise, et qui, autrement nous le
savons tous courraient d'autres ventures cruelles
pour leur indipendance et pour leur liberty.
Au nom de I'Assemblee, M. Boisdon a remerciL
M. Letourneau.

Audition du Ministre de la France d'Outre-Mer
par la Commission des Territoires d'Outre-Mer
du Conseil de la R6publique

Le 23 novembre le Ministre a rdpondu A diverse
questions concernant notamment :
r) La C6te Francaise des Somalis. Le ministry ,
exprimer 1'espoir d'y voir le came des esprits reve-
nu, la prosperity s'accroitre et contribuer au main-
tien de la paix social.
20) Le vote par l'O.N.U. de la creation d'un Etat
ind6pendant de Lybie comprenant Tripolitaine, Cv-
renaique, Fezzan. Les inter&ts franqais dans ce der-
nier territoire seront sauvegard6s.


3) Contr6le de I'administration des territoires
non autonomes : le department s'opposera A toute
tentative de ce genre.
4) Referendum dans les Territoires francais de
l'lnde : une protestation sera transmise A New-
Delhi contre certaines declarations du gouvernement
de l'Inde Nationale.
5") Resultats de la reforme judiciaire dans les
T.O.M. : le ministry a souligne le souci du gouverne-
ment d'ameliorer d'urgence le service de la justice
dans ces Territoires.
6) Achats a l'6tranger de products coloniaux :
le problime sera regle au mieux des inte6rls des pro-
ducteurs d'Outre-Mer et des consommate-irs.
7") Representation du Conseil de la R6publique
nu Conseil Directeur du F.I.D.E.S. : le Cesir 16gi-
time de cette Assemblee sera pris en consideration
lors d'une prochaine reorganisation.
o8) Continuit6 du commandement dans les
T.O.M. : le ministry assure qu'aucune pression poli-
tique n'influera sur les affectations des goLverneurs.

Reception d'une d6l6gation de p6lerins d'A.O.F.

Le 7 novembre 1949 en fin de matinee M. Letour-
neau, ministry de la France d'Outre-Mer a requ,
conduite par le commandant Soumar6, officer d'or-
donnance de M. Bechard. une delegation d.l pelerin;
iie I'A.O.F.. retour de La Mecque. Presentee au mi-
nistre par M. Paul Bechard, haut-commissaire de
la Republique en A.O.F.. elle se composait de
MM. Abdoul Aziz Sy. Marabout A Tivaoaane, d-
legue general des P41erins d'A.O.F., Sako Baba, dt-
e1gue des P61erins du Soudan, Bary Mody Sidi,
cdIdlgue des Pelerins de Guinee. Ces trois person-
nalites r6cemment debarquees a Casablanca du pa-
quebot Providence, retour de Djedda, avaient pris
i'avion pour Paris oi ils avaient atterri le )5 novem-
hre.
Prenant la parole au nom des pelerini AbdoIu
Aziz Sy remercia. en la personnel du ministry de la
France d'Outre-Mer, le gouvernement francais
d'avoir une fois de plus. procure aux Musulmans
id'A.O.F., toutes les facilities d6sirables pour accom-
plir le pelerinage annuel. II dit aussi tout I'amour
que les populations musulmanes d'Africue Noire
porlaient A la Mere Patrie et fit le plus grand loge
du haut-commissaire de Dakar. II terminal par un
mot qui ne put que toucher le Ministre : lorsque,
apres le pilerinage dans un pays au climate rude et
parmi des populations cupides, nous avons aperCu
dans le port de Djedda le Providence, notre paque-
bot battant pavilion tricolore, nous avons aussit6t
senti que dans quelques instants nous serious cheZ
nolus.
Le ministry a exprime sa satisfaction d'avoir pu
accueillir sette delegation au nom du gouvernement
francais, et a remerie6 le porte-parole des pdlerins
des sentiments de loyalisme qu'il venait d'exprimer.
e









A I'issue de la c6rimonie, le marabout Abdoul
Aziz Sy a ('t fait chevalier de la Legion d'Honneur
et MM. Sako Baba et Bary Mody Sidi, officer et
chevalier d.; l'Etoile Noire du Benin.

06r6monie a la m4moire des fonctionnaires
co oniaux morts pour la France

A occasion de l'anniversaire du II novembre. une
cer6monie i la m6moire des fonctionnaires co;h-
niaux morts au ccurs des deux guerres s'est drouleu
le io novenibre en fin de matinee, an Ministel de
la France c'Outre-Mer, en presence de M. .elour-
neau, ministre de la France d'Outre-Mer, du Dr Au-
joulat, de Il. Gorse, sous-secr6taires d'Etat A la
France d'Ottre-Mer et tout le personnel du Minis-
tere.

La r6ouvelture des course de I'Ecole Nationale
de la France d'Outre-Mer

La reouverture solennelle des course de I'Ecole Na-
tionale de lk France d'Outre-Mer, a eu lieu le 8 no-
vembre.
M. Letouineau, ministry de la France d'Outre-
Mer, retenu au Conseil des Ministres, etait repr6-
sente par le Dr Aujoulat, sous-secr6taire d'Etat A la
France d'Outre-Mer.


Repondan a M. Paul
qui avait deini les buts
nisme de preparation


Mus, directeur de 1'Ecole,
et les espoirs de cet orga-
aux vocations coloniales,


M. Aujoulat, s'adressant aux Ileves, a d6clar' no-
tamment :
Votre tache sera sans doute different de celle de
vos aines, nmais vous verreZ qu'elle demeure aussi
noble et aussi efficace. lis ont etd des chefs, vour
sere{ des tuteurs : ils ont domnn des ordres. vous
donnereZ surtout des conseils ; ils ont Ctd des difri-
cheurs, vous sere; des initiateurs. Vous bdtireq cette
Union Francaise c l'dchelle humane sans laquelle
la France cesserait d'etre vraiment prdsente dans le
vonde d'aujourd'hni. Vous construireZ un monde
nouveau oil l'homme blanc, l'homme noir et l'homme 46
jaune, solidairemenat e fraternellement muis. Irouve-
ront ensemble paix, honneur et joie de vivre.
A l'issue de cette ci&rmonie, le Dr Aujoulat s'est
incline devant le drapeau de l'Ecole de la France
d'Outre-Mer.

C6remonie A la Pagode du Souvenir
de Nogent-sur-Marne

Le Comite du Souvenir Indochinois, presid6 par
le resident superieur Bosc, A l'occasion de la Tous-
saint, a apporte un pieux hommage aux morts indo-
chinois des deux guerres, au course d'une 6reinonie
a la pagode du Souvenir de Nogent-sur-Marne.
M. Aujoulat. sous-secre!aire d'Etat A la France
d'Outre-Mer assistant a cette c6remonie, ainsi que
M. Albert Sarraut. Ic general Valluy, M. Pham van
Binh, representant de S.M. Bao Dai, M. Nguyen
Huy Lai, representant le president Boisdon, et de
nombreuses personalities franpaises et vietnamien-
nes et malgaches.


INFORMATIONS DIVERSE



L'inventaire financier de la France


En 1046, M. Robert Schuman, Ministre des Fi-
nances, avait publiC un < Inventaire de la situation
financidre >> ouvrant la periode de 1913-1946 et
contenant une documentation tres important sur les
Finances pub iques. L'inventaire que vient de pu-
blier M. Mat rice Petsche est inspire du souci d'une
indispensable mise A jour apris les changements
intervenus dans ces dernieres annees. Un tel docu-
ment doit echlirer les Commissions des Finances et
les membres des deux Assemblies dans leur discus-
sion du budget de 1950.
Dans le c lapitre < La situation financire des
Territoires d'l)utre-Mer >, l'inventaire financier de
M. Petsche retrace le role joud par la Caisse Cen-
trale de la F ance d'Outre-Mer ainsi que l'organi-
sation de l'6mission dans les Territoires de l'Union


Francaise. Une reform de ce regime interviepdra
prochainement en ce qui concern I'A.O.F., Maada-
gascar et les nouveaux departements franqais de la
'Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et La Reu-
nion. La mise en place de l'Institut d'Emission de
I'Indochine est en course ; il se substituera a la Ban-
que de I'Indochine.
L'inventaire fait, ensuite, I'historique des francs
coloniaux don't la creation, en d6cembre 1945, n'a
nullement porter atteinte au principle de l'unit6 de
la zone franc.
Le tableau suivant met en relief la situation des
budgets ordinaires de 1049 des principaux territoires
avec leur indice d'accroissement par rapport A 1938,
ainsi que l'importance des d6penses de personnel et
de la dette dans ces budgets :











0-
-al
m o~
0- >^ ',,Q


Algerie .......
Tunisie .......
Maroc ........
A.O.F. (1) ....
A.E.F. () ....
Madagascar () .
Indochine .....


1.834
2.319
2.394
3.952
1.068
706


Proportion (apenses


C


42 %
35 %
46,3%
24,3 %
26,2 %
29,8 %
44 %c


6 %
9,8 %
7 %
11,9%
5 %
17,9 %
1,3 %/


(1) Francs C.F.A.
L'inventaire passe, ensuite, en revue f1'volution de
la circulation mon6taire dans les Territoires d'Outre-
Mer jusqu'au 30 juin 1949. Voici quelques coeffi-
cients d'accroissements par rapport A l'indice de base
1oo en 1938 :


Alggrie : 2.181 ; Tunisie : 2.059 ; Maroc : 3.898 ;
Martinique : 2.374 ; Guadeloupe : 2.865 ; Guyane
886; A.O.F. Togo : 1.828; A.E.F. Cameroun
2.008 ; Madagascar 1.046; Reunion : 764 ; Nou-
velle-Cal6donie : '858: Oc6anie : 692 ; Indochine
2.164.


Fonds de modernisation et d'iquipement

L'inventaire public la situation, au 31 aofit 194).
du Fonds de Modernisation et d'Equipement se to-
talisant, tant A l'actif qu'au passif, par 312.804 mil-
lions de francs.
Ce Fonds, qui fonctionne comme un compete spe-
cial du Tresor dans la categorie des comptes de com-
merce, avait consent, A la date pr&cit6e, 277.718 mil-
lions d'avances remboursables don't : 6le:tricit6 e:
gaz d'Algerie, 7.5 ; houilleres du bassin oranais,
0,5 milliard.


Resolution du Conseil iconomique sur le probl&me des corps gras


Le conseil 6conomique a adopted le 24 novembre
un avis demandant notamment :
i. Que le gouvernement mette en ceuvre une
politique plus liberale des corps gras, et prenne pour
1'appliquer les measures ci-dessous definies
Pour la champagne 1949-1950 :
a) execution des engagements du G.N.A.P.O. qu'il
soit ou non en liquidation et financement de ces en-
gagements ;
b) maintien des garanties accord6es;
c) report des garanties de prix a 1'6chelon le plus
proche de la production et, par voie de consequence,
instauration d'un regime concurrentiel pour toutes
les transactions a partir de ce stade, jusqu'A la dis-
tribution incluse ;
d) intervention eventuelle du G.N.A.P.O. pour
I'achat en A.O.F. des surplus de graines d'arachide
qui n'auraient pas 6te directement commercialisees
et dans ce cas revente par le G.N.A.P.O.. en C.A.F
port frangais ;
e) liberty de commercialization dans toute l'Union
Frangaise des huiles concretes fluides et des tour-
teaux, A tous les states de la transformation et de la
distribution ;
f) liberty de commercialization dans toute l'Union
Francaise des huiles concretes et des tourteaux a
tous les states de la production, de la transforma-
tion et de la distribution ;
g) octroi de licences d'importation pour les con-
cr&tes, les fluides et les tourteaux en provenance des


pays strangers seulement apres absorption ou ecou-
lement constat6 trimestriellement de la production de
l'Union Frangaise et des Nouvelles-Hfbrides ;
h) rdpartition des licences 6ventuelles d'exporta-
tion de tourteaux entire les transformateurs acheteurs.
de graines de l'Union Franqaise au prorata des achats
respectifs, le soin de rdaliser ces' exportations pou-
vant ktre eventuellement confi6 au G.N.A.P.O.
20. Pour les campagnes 1950-51 et 1051-52
a) suppression definitive du G.N.A.P.O. ;
b) examen attentif et reductions aussi large que
possible des protections precedemment accords :
c) si des garanties se revelent encore indispensa-
bles les accorder aux seuls producteurs agricoles, et
les calculer en function des possibilities d'absorption
du march de 1'Union Franqaise ;
d) etablissement de taxes compensatrices sur les
corps gras pour permettre le financement des protec-
tions accordees et rembourser au Tresor ses avances ;
e) maintien de la limitation des importations
dans les mimes conditions que pour la champagne
1949-50 ;
/) creation, a titre provisoire, d'un organism
charge de :
io. proposer aux pouvoirs publics les bases des
taxes compensatrices, en percevoir et en r6partir le
montant ;
20. d6livrer, si besoin est, et en connaissance de
cause, les licdnces d'importation.









Le Commerce Angleterre-Union Francaise


D'apres les derni&res statistiques officielles du
Board of Trade. les importations britanniques er
provenance de la France m6tropolitaine ont presque
double pendant la periode janvier-septembre de cette
annee, tanlis que les exportations de retour ont
accuse une tendance a la diminution.
De memie, les importations britanniques en prove-
nance de l.i France d'Outre-Mer ont 6te en progres-
sion sensible, tandis que les exportations de retour
ont flechi.
En septcmbre dernier, la Grande-Bretagne a im-
port6, de a France m6tropolitaine, pour 6.265.160
lives sterl ng, centree 3.138.805 livres en septembre
1048) et a exported, en retour, pour 2.483.428 lives
sterling dent 284.014 livres de rdexportation (con-
tre 3.550.63o et 668.303 respectivement en septem-
bre 1948).
Le tableau ci-dessous, prepare d'apres les statis-
tiques du i3oard of Trade, indique la situation des
changes entire le Royaume-Uni et la France pen-
dant la priode janvier-septembre (en livres ster-
ling) :


Importatiojs


France meiropolitaine .
France d'Outre-Mer ....


Janv.-Scpt.
1948


Janv.-Sept.


31.919.611 54-545-342
15.835.873 22.646.173


Exportatiots (y compris les reexportations)
France me ropolitaine .. 34.034.894 31.818.115
France d'C utre-Mer .... 6.248.954 5.338.685

Si I'on unitt les deux groups de chiffres, I'on
constate qtie, pendant les neuf premiers mois de cettc
annee, les mportations du Royaume-Uni en prove-
nance de l'Union Franqaise ont totalis6 plus de
77 million:, de livres sterling centree 47,7 millions


pendant la pdriode correspondante de 1948) et ont
&et plus de deux fois plus levees que les exporta-
tions de retour (37,1 millions centre 40,2 millions).
Toutefois. malgre cetle balance favorable d'envi-
ron 40 millions de livres sterling, la France con-
tinue A enregistrer d'importants soldes d6biteurs vis-
a-vis de la zone sterling. Ceci tient au fait que les
&changes entire la France et l'Empire Britannique
presentent un tableau entierement different.
On ne possede pas les statistiques completes con-
cernant les &changes entire la France et le reste de
la zone sterling, Mais les seuls achats francais de
line dans la zone sterling (Australie, Nouvelle-Z&
lande et Afrique du Sud), atteignent 40 A 50 mil-
lions de livres sterling par an.
La balance commercial favorable de l'Union
Francaise vis-A-vis du Royaume-Uni disparait com-
pltement et se traduit, finalement, par une balance
des paiements d6favorable. Si l'on y ajoute les achats
francais de jute, de petrole et autres matieres pre-
mi&res indispensables, dans la zone sterling, si l'on
tient compete, d'autre part, du cofit des transports,
des assurances et autres < importations invisibles ,,
l'on comprendra pourquoi, I'annde derniere, le de-
ficit francais vis-A-vis de la zone sterling a' df &tre
finance par la Grande-Bretagne, dans le cadre du
Plan Marshall, jusqu'a concurrence de pres de 50
millions de livres sterling.
La recent devaluation de la livre sterling et la
mise sur pied d'un liberalisme plus grand dans les
paiements interieurs, autant qu'on peut en juger
actuellement, ne semblent pas devoir arrter ce
progress.
Cependant la dependance de la France vis-a-vis
de la zone sterling demeure important et rend ne-
cessaire un accroissement des exportations vers cette
zone.


Le Congres de Nairobi et 1'organisation du Tourisme africain


M. Duvelle, chef du service du Tourisme au Mi-
nist&re de a France d'Outre-Mer A Paris et repr6-
sentant du Commissariat g6enral au Tourisme, a
donn6 les p'cisions suivantes sur le Congres du Tou-
risme afric.tin de Nairobi. oil il a preside la d6lega-
tion franchise :
t Avant celui de Nairobi, deux congres inter-
nationaux Ju Tourisme africain s'etaient d6ej de-
.roulds : l'mn A Constermansville en 1937, I'autre A


Alger, en 1947. L'organisation de ces congris revient
A l'Alliance Internationale du Tourisme (A.I.T.),
organisme qui groupe'les societes touristiques. de
tous les pays. L'Union Internationale des Organisa-
tions Officielles du Tourisme (U.I.O.O.T.) qui group,
de son ccte, les services administratifs comptents
des diff6rents pays, y envoie r6gulierement des ob-
servateurs..
< Le congris de Nairobi, qui s'est ouvert le 4-oc-







tobre apres reunion de la Commission africaine de
I'U.I.O.O.T., a r6uni plus de cent participants,
repr6sentant tous les pays interesses du continent
africain. La France, outre le delegue du service cen-
tral du Tourisme Outre-Mer, comptait des represen-
tants de I'A.E.F., de I'A.O.F., de la Tunisie, de la
Cote Francaise des Somalis et de Madagascar.
< ... Les debats, tant en seance pl6niere que dans
les neuf commissions qui ont &td crdes, se sont pour-
suivis jusqu'au 8 octobre. De nombreuses resolutions
ont ete adoptees qui ont trait A tous les domaines
interessant directement ou indirectement le tourism
dans le continent africain.
z Tout d'abord, le Congrls a reclame des assou-
plissements aux formalities douanires qui creent,
souvent, de sdrieuses difficulties aux tourists. La
creation d'une carte de tourism a 6et envisagee sur
le vu de laquelle, entire autres avantages, les fonc-
tionnaires des douanes adouciraient, autant que pos-
sible, la rigueur de leur contrile. D'autres resolu-
tions, non moins importantes, ont trait a la politique
routiere des different territoires, A l'uniformisation
du regime des reserves et parcs naturels, A la coor-
dination des liaisons maritimes et aeriennes, a la
determination des principaux grands itineraires.
< En ce qui concern le fonctionnement des orga-
nismes internationaux de tourism sur le plan afri-
cain, le Congris a decide d'etablir, A Pretoria, une
liaison permanent entire le president de l'Union In-
ternationale des Organisations Officielles de Touris-
me et un delegu6 de l'Association Internationale du
Tourisme nomm6 sur place. En outre, une autre liai-
son sera instauree entire le centre de documentation
africaine de 1'Association Internationale du Tou-
risme, qui se trouve au siege 'du T.C.F. A Paris et
un representant de la Commission africaine de
I'Union Internationale des Organisations Officiels de
Tourism.
c Grace A cette unification et A ces contacts per-
manents, seront facilities toutes les measures qui in-
terviendront desormais rapidement et regulierement
pour la'mise en valeur touristique de l'Afrique.
< ... La France et ses Territoires d'Afrique n'ont
pas ete oublies dans les decisions prises au course
du Congris. Une resolution demand, en particulier.
I'amenagement du grand axe routier Alger-Le Cap,
qui traverse une etendue considerable de Territoires
francais avec Tamanrasset, Kano, Maidougouri,
Fort-Lamy, Bangui et Bangassou comme principaux
jalons.
<' Enfin, la presence au Congres de nombreux de-
16gu6s de l'Afrique Francaise a permis d'unifier notre
politique en matiere de tourism africain. L'organi-
sation des services touristiques des diff6rents terri-
toires pourra ainsi se faire suivant un principle com-
mun.
L'importance du tourism a declare M. Du-
velde en terminant -- non seulement sur le plan du


rayonnement politique, mais aussi, sur celui dir
rendement economique, justifie de tels efforts. Ainsi.
pour le-seul territoire britannique du Kenya, don't
I'organisation touristique est dejA fort satisfaisante,
les visiteurs strangers ont apporte, I'annie dernire.
plus d'un million de livres en devises.
< Une telle source de revenues n'est assurement
pas a dedaigner. >

Le project de budget
du Ministtre de la France d'Outre-Mer pour 1950

Les demands de credits sollicites pour 1950 au
titre du budget du Ministere de la France d'Outre-
Mer (depenses civiles) s'elevent A 5.698.971.000 fr.,
en augmentation de 1.090.586.ooo francs sur les cre-
dits accords pour l'exercice 1949.
Cet accroissement est motive, en regle general par
i'augmentation des depenses resultant du reclasse-
ment des effectifs civils, don't le nombre a ete ra-
mend de 3.681 A 3.657 entire fin decembre 1948 et
1949.
L'examen de ce fascicule budgetaire minist6riel
enseigne que trois postes nouveaux de radiodiffusion
sont en course d'installation Outre-Mer. GC sont :
<< Radio-Papeete >, < Radio-Cameroun >> et c Radio-
Saint-Pierre et Miquelon >.
'En 1950, le budget des etudes de materiel de che-
min de fer est supprime, sa rotation devant &re
finance, A l'avenir par le budget de l'Office Cen-
tral des Chemins de Fer d'Oufte-Mer.
L'Office Central de la Recherche Scientifique d'Ou-
tre-Mer voit sa dotation passer de 99 A I17 millions
de francs.

L'alcoolisme et le paludisme
dans les Territoires d'Outre-Mer
Au course d'une reunion tenue par la Commission
d'Hygiene et de Sante du Comite Cenlral de la
France d'Outre-Mer, le double probleme de I'alcoo-
lisme et du paludisme dans les Territoires d'Outre-
Mer a 6ete voqu6 successivement par M. Geerbrandt
et le Pr. Tanon.
. A l'issue de ces exposes, et d'une large discussion
la section a decide l'envoi d'une delegation aupres
du Dr Aujoulat, sous-secretaire d'Etat A la France
d'Outre-Mer A qui seront transmis deux voeux, le
premier tendant A demander au gouvernement A pla-
cer, sur le plan international, la lutte centre l'alcoo-
lisme dans les Territoires d'Outre-Mer et le second
A recommander l'emploi dans la prophylaxie centre
le paludisme de la Nevakine, .produit synth6tique
qui permet de juguler en une seule journde les aces
aigus, sans que pour cela soit abandonne le traite-
ment classique de la quinine.
M. Geerbrandt avait signaled les mifaits croissants
de l'alcoolisme dans les Territoires d'Outre-Mer, ce-








pendant que la discussion concernant la lutte centre
le paludisme avait porter principalement quant i
l'utilisation des products synthetiques, sur la neces-
site d'un examen experimental attentif propre A
prevenir des repercussions physiologiques sur l'orga-
nisme huraain.

Pour une meilleure connaissance
de 1'Union Frangaise

Le 3 novembre, l'Assemblee de l'inion Frangaise
a discutd mne proposition de M. Julien (S.F.I.O.) et
du group socialist et apparent6s, invitant le Gou-
vernement a organiser une enqu&te sur les connais-
sances. et ;es opinions des Frangais, en ce qui con-
cerne les pays et les problems d'Outre-Mer. De
nombreux orateurs ont expose, avec examples A
l'appui, combien les questions d'Outre-Mer restaient
6trang&res aux diff6rentes classes de. la soci6td.
M. Juge (M.R.P.), a propose deux sortes de me-
sures :
Les premieres qui consisteraient A modifier, a
perfectionner nos methodes d'enseignement pour tout
ce qui touche A l'Union Francaise, les seconds qui
tendraient A crier un organism particulier, un office
central cultural de l'Union Francaise, destined 6tu-
dier toute:; les initiatives susceptibles de faire con-
naitre au people francais et a.Ux peuples d'Outre-
Mer ce qu'est l'Union Francaise. sa nature, sa cons-
titution.

Une mission du Conseil de la Republique
en Afrique

Une delegation de la Sous-Commission de la bd-
fense national du. Conseil de la Republique, que
preside M. Pierre Doudet, S6nateur du Lot, est parties
pour I'Afrique le 23 novembre.
Cette delegation est composee de MM. Doudet
(M.R.P. -- Lot) ; Pellenc (R.G.R. Vaucluse);
" Alric (P.R.L. Aude), et Charles Cros (S.F.I.O. -
Sdnegal).
Elle vi:itera les installations et bases militaires
d'A.O.F. et d'A.E.F. et s'arr&tera notamment a Da-
kar, Douala, Abidjan, Brazzaville, Bangui, Fort-
Lamy et *entrera par Alger.

Resolution du Congres radical de Toulouse
au sujet de 'lIndochine

Sur la proposition de M. Bollaert, ancien Haut-
Commissaire .de France en Indochine, le Congres
radical, runi A Toulouse, a vot6 A l'unanimit6 la
resolution suivante :
Le Parti ripublicain radical et radical-socialiste,
conscient des dangers que fait courir, au pays, tout
atermoiement dans la solution du conflictt franco-
vietnamiii ;


Adjure le Gouvernement de prendre, sans retard,
pour ce qui le concern, les decisions qui's'imposent,
savoir :
io) crder un Secritariat d'Etat indipendant du
Ministire de la France d'Outre-Mer et spicialement
charge de l'itude des questions indochinoises ;
20) constituer un Haut-Conseil de l'Union Fran-
caise, seul organisme capable d'assurer l'uniti de la
democratic de l'Union FranCaise ;
3) soumettre, a la ratification du Parlement, la
Declaration de la Baie d'Along, le Protocole qui y
est annexed ainsi que l'accord du 8 mars 1949 ;
4) mettre en aeuvre les principles inoncis dans
ces accords, et, plus spicialement, de transfirer, dans
le plus bref delai, au Gouvernement des Etats As-
socies de l'Indochine, les compitences qui relivent de
leur souverainetd interne.

Resolution du Congrbs national M.R.P.
au sujet de 1'Indochine

Au Congris national du M.R.P. qui s'est tenu le
5 novembre a Paris, M. Bidault, Pr6sident du
Conseil, a declare :
Nous ne ferons pas d'economies sur les dipenses
necessaires i la Difense national, mais nous pren-
drons des measures draconiennes contre les gaspil-
lages commis sous le couvert de la Difense national.
Rien ne sera mesure a ceux qui combattent sous les
plis du drapeau ni a ceux qui sont charges de ddfen-
dre le patrimoine common de la civilisation.
De son c6t6, M. Maurice Schumann, a propos de
l'Indochine, a soulign6 la n6cessit6 de ratifier les
accords passes et a indiqu6 que la politique du pre-
sent Gouvernement continuera celle du precedent
Ministre de la France d'Outre-Mer.

Conference de press du general de Gaulle
au sujet de 1'Indochine

Au course d'une conference de press qu'il a tenue
le 14 novembre, le G6neral de Gaulle a d6clard, au
sujet de l'Indochine :
La France doit rester en Indochine, elle doit y rester
pour l'Indochine, car sans la presence et le concours
de la France, l'independance, la sdcuriti, le develop-
pement de l'Indochine serait bien compromise. D'ail-
leurs, plus le temps passe, mieux on s'apercoit que les
ivinements d'Indochine ne sont qu'une parties d'un
tout. En reality, il s'agit de savoir si l'Asie va rester
libre. Du moment qu'il est utile que le monde libre
coopere avec l'Asie libre, je ne vois pas pourquoi la
France ne coopererait pas avec l'Indochine.

Acadimie des Sciences Coloniales
Seance du 18 novembre
L'Acad6mie des Sciences Coloniales a tenu stance,
sous la pr6sidehce de M. Fernand Liord, pour rece-








voir le G6enral Juin, Commissaire-Resident- Genral
de France au Maroc, elu A l'unanimite dans sa deu-
xieme section.
M. Letourneau, Ministre de la France d'Outre-
Mer, assistant A cette stance, A l'issue de laquelle il
remit au General Juin, en sa quality de President
d'Honneur de l'Acad6mie des Sciences Coloniales, la
M6daille d'Or de la Compagnie, s'associant A l'hom-
mage qui venait d'etre rendu A l'illustre recipien-
dcaire, et non sans marquer qu'il y avait dans son
geste autre chose (et plus) que l'exercice d'un pri-
vilege < statutaire >.
L'assistance qui se pressait dans les salons de la
rue La Perouse avait et6 rarement aussi brillante.
Outre la plupart des membres de l'Academie, on y
remarquait MM. Aujoulat et Gorse, Sous-Secr6taires
d'Etat A la France d'Outre-Mer, Si Kaddour ben
Gabrit, Directeur de l'lnstitut Musulman A la Mos-
qute de Paris, et de tres nombreuses personnalites
civiles et militaires.
A M. le President Lior6 revenait l'honneur
d'adresser au G6n6ral Juin le discours de bienvenue.
11 rappela dans un raccourci plein de vie les diverse
tapes de sa carriere, mettant en particulier en lu-
mitre son r6le primordial dans la champagne d'Italie
:et son oeuvre de soldat-diplomate qu'allait couron-
ner, en 1947, sa designation au poste de Resident
General de France au Maroc.
Dans sa r6ponse, apres avoir remerci 1l'Acad6mie,
rendu un hommage visiblement 6mu au Marechal
Lyautey et au G6enral Leclerc, et evoqu6 le r6le de
l'Arm6e d'Afrique pendant la derniere guerre, le


General Juin fit essentiellement le bilan de la pre-
sence francaise en Afrique du Nord. Discours d'une
density, d'une argumentation et d'une force de
conviction 6galement remarquables, qui fut A main-
tes reprises coupe d'gpplaudissements extremement
chaleureux. Discours riche aussi de formules d'une
frappe vigoureuse. Retenons celle-ci notamment :
Le dossier de la France en Afrique du Nord ne se
plaide pas. Notre ceuvre est inscrite sur Ih terrain,
sur les visages, dans les regards et jusque dans la
courbe des passages que nous avons transformes...
Aux accents de cette eloquence, nourrie de convic-
tion et de faits, chacun pensait aux << PAROLES D'AC-
TION > de Lyautey, de qui le G6neral Juin s'6tait en
commengant affirm << l'humble disciple > et qui a
trouve en lui son heritier spiritual et son continua-
teur le plus qualifi6.

Seance du 25 novembre

M. le Gouverneur G6enral Oswald Durand a
donna lecture d'un hommage a Ren6 Caille A l'oc-
casion du cent-cinquantenaire de sa naissance.
M. Rene Legrand, de retour d'un court sejour en
Indochine, a fait part A ses confreres sous le titre :
Impressions d'Indochine des sentiments 6prouves
par un observateur impartial >.
Des elections ont eu lieu cans les premiere, deu-
xieme et cinquieme sections au titre de membres
titulaires ; M. le Professeur Marcel Larnaude a 6t6
elu dans la premiere section, M. Eugene Guernier
dans la deuxieme et M. S. Reizler dans la cinquieme.



















NOUVELLES D'OUTRE-MER


INDOCHINE


Haut-.Commissariat de France

Sejour du Haut-Commissaire i Paris

MIGNON qui
6 i tait venu A
PARIS depuis
le mois d'octobre pout
g aSister A la signature
du traits franco-cam-
bodgien a 6t6 regu par
le President de la R&-
publique le 4 novembre
pour un entretien qui
a port sur la situation
en Indochine et particulierement sur le'trait6 qui
devait &tre sign.
Ensuite. M. PIGNON a eu un long entretien, le
7 noyembre, avec M. LETOURNEAU, nouveau Minis-
tre de la_ France d'Outre-Mer, et le 8 novembre avec
M. AUJOULAT, Sous-Secretaire d'Etat au mime D6-
partement
Le 8 novembre .A midi, le Haut-Commissaire a
assist A la signature du traits franco-cambodgien A
1'Elys6e, et, la nuit meme, a regagn6 SAIGON.

Visite de M. Malcolm Mac Donald

Le Haut-Commissaire PIGNON, de retour A SAIGON
le 12 novembre, a regu dans cette ville M. MALCOLM
MAC DONALD, Commissaire general du Royaume-
,Uni pour le Sud-Est Asiatique, venu lui rendre la
visit de courtoisie qu'il lni avait faite il y a trois
mois (voir photos page 35).
Venant de SINGAPOUR, M. MALCOLM MAC DONALD est
arrive le '14 novembre a l'aerodrome de TAN SON NHUT bii
itient venues l'accueillir les plus hautes personnali't6s fran-
gaises et vietnamiennes d'Indochine. Le soir mime, une con-
f6rnice 'r&)bissait au P-alais du Haut-Commissariat les deux
Hauts-Comanissaires franrais et britannique, le general CAR-.


PENTIER, commandant en chef des forces francaises en Ex-
treme-Orient, le general HARDING, commandant en chef des
forces britanniques dans le Sud-Est de l'Asie, et leurs prin-
cipaux collaborateurs.
Durant son s6jour en Indochine, M. MAC DONALD, acoom-
pagn6 de M. PIGNON, a entrepris une tournee a travers le pays.
II s'est rendu le 16 novembre DALAT, oi il a rencontrie
S. M. BAO DAY et lui a remis un. message personnel de M. BE-
VIN. Le 19 novembre, il a 6t6 I'hate de S. M. SIHANOUK a
PHN6M PENH.
Apres avoir visits les ruines d'ANGKOR, le Commissaire
Genral britannique s'est rendu le 19 novembre & HANoi, ot,
,il s'est longuement entretenu avec le gienral ALESgANDRI,
Commissaire de la RWpublique au Tonkin, et M. NGUYEN
Huu TRI, Gouverneur du Nord-Viet-Nam, sur la situation
mil-itaire et politique dans 'le Nord-Viet-Nam. II a visit en-
suite le port de HAiPHONG et la baie d'ALONG.
Sa tourn6e se terminant par le Tonkin, avant de regagner
SINGAPOUR par SAIGON, M. MAC DONALD a declar6 devant
de hates personnalitis francaises et vietnamiennes rmunies
chez le Couverneur du Nord-Viet-Nam, le 20 novembre :
]e vous promets d'informer le Gouvernemen britannique de
impression encourageane 'que je retire de ma' to'urne enie
Indochine. Le Commissaire General britannique a ensuite sou-
lign6 'la sincerity du Haut-Commissaire PIGNON et le patrio-
tisme de S. M. BAO DAi, et exprimn sa conviction que les dis-
cussions" actuellement en course entire 'les aiutoritas frangaises
et vietnamiennes aboutiraient & une prochaine realisation des
accords du 8 mars 1949.
M. MAC DONALD a confirm& ses paroles dans une declara-
tion qu'il a faite & son retour a SINGAPOUR, le 24 novembre,
J'a vu les preuves ,videntes des constants progrts fais dansa
I'ceuvre de pacification des regions peuplies du pays, entre-
prise par les forces vietnamiennes et francaises len cordial
cooperation, a affirm M. MAC DONALD.
A PHNSM PENH, le Roi du Cambodge et les membres du
Gouvernement m'ont dit comment l'accord, recemment sign$
a Paris, et donnant au Cambodge le sttault fEtat independant
au sein de I'Union Franhaise, avait uni le people cambodgien...
Depuis que cet accord a t16 rendu public, d'inportantes uni-
tfs rebelles combattant centre le CoGvernement oant fait leu,
scumission et cooparent maintenant loyalement avec lui.
Au Viet-Nam... les pouvoirs administratifs concernant le'
affaires provinciales et locales ontd-dja 6t~ transmis, par led


^w-i^i-- -WdL
fiv q 19 fIV!








aulorites francaises, anx autoritls vietnamiennes. Les pourpar-
lers entire representants francais el vietnamiens se poursuivent
avec rapiditi, sincerite et bonne volon:, des deux c6ods. J'ai
appris qi'il j) a toute raison d'esp6rer, en consdque'nde, que le
tr4nsfert, au GoLvernement de BAO DAi, de po-'voirs impor-
*ants dans administration central a-ra lieu prochainemen'.
Concernant la pacification, M. MAC DONALD a ensuite
ajoutb :
An Tonkin ct en Cochinchine, j'ai visilc de vastes regions
et j'ai rencontre des dirigeants locaux et diverse personnel
dans un grand nombre de villes t de villages, controls, aupa-
ran,ant, par le Vietminh communist et qui, maintenant, ap-
puient librement et fermement Ie Gouvernement vietnamien.
La security y est assure par des partisans et des gardens viet-
namiens.
La situation militaire est, nmanmoins, difficile, et les pro-
gras en ce domaine, quoique rcguliers, sont lents. M. MAC'
DONALD a conclu en disant : Toutes les a',dori,6s, en Indo-
chine, sont d'accord pour estimer q'ie la solution au problame
ne peut Etre sculement militaire. Elle doil tire politique. De
1a, la valeur particuliere atlach6e aux negociations don't j'al
parle plus haul. Le facteur le plus important qui amene de
large couches de la population a apporter son appui au Gou-
vernement de BAO D'j est sa croyance grandissante que
S. M. BAo DAI, par son accord aiec la France, parviendrd
a oabtenir la paix, la libertI national et la reconnaissance
nternationale pour le people vietnamien.

Attitude frangaise face t la menace chinoise :
Interview de M. Pignon

Le 21 novembre, au course d'une interview ac-
cordee A un representant de la press, M. PIGNON
s'est declare autoris6 A dementir cat6goriquement,
au nom de S. M. BAO DAI, les rumeurs selon les-
quelles les emissaires du Gne6ral nationalist chi-
nois PAI CHOUNG Hsi seraient entries en contact avec
l'Empereur afin de lui proposer de coop6rer dans la
lutte contre les communists chinois et ceux du
Viet-Minh.
Au sujet de la conduite A tenir par les forces fran-
caises au cas oii les troupes nationalists chinoises se
presenteraient A la frontiere tonkinoise et demande-
raient A p6netrer sur le territoire du Viet-Nam, le
Haut-Commissaire a precise :
J'ai effectivement reCu des instructions qui ont
dij eitd transmises, pour execution, a tous les intd-
ressds. Ces instructions sont simples et ne font que
reproduire des principles connus de tous : si les forces
.armies nationalists franchissaient la frontidre, elles
seraient immddiatement disarmies et internees par
nos soins.
Quant A I'attitude du Gouvernement francais au
cas of les armies de MAO TSA TOUNG entreraient en
territoire indochinois, M. PIGNON a affirm :
Rien ne permet de supposed que les armies de
MAO TsE TOUNG puissent se risquer t commettre
en acte aussi lourd de consequences que la violation
de la frontiere tonkinoise. Dans cette hypothese, il
faut se reporter aux declarations faites par le Pre-
sident de la Rdpublique dans la lettre qu'il a adres-
see h S. M. BAO DAI. On sait que cette lettre declare


notamment : < Le Gouvernement de la Rdpublique
n'abandonnera pas le people du Viet-Nam ni ceux
des autres Etats associjs, a cette terrible solitude et d
ces ventures redoutables dans lesquelles ces peuples
risqueraient de perdre I'indipendance. et la liberty
auxquelles les. homes ont droit. La France ne les
abandonnera pas et, s'il le fallait, assurerait, avec
leurs Gouvernements, et, le cas ichdant, avec le
concours de l'O.N.U., centre toute atteinte exti-
rieure, la defense de leur indipendance el de leur
security si elles venaient a etre menacees :>.
Au journalist qui a demand, si la visite de
M. MALCOLM MAC DONALD en Indochine signifiait
que certain Etats occidentaux, tels que l'Angleterre,
eussent l'intention de participer directement ou indi-
rectement A la defense de l'Indochine en tant
qu'Etats du Sud-Est Asiatique, le Haut-Commis-
saire a precis :
La visit du Commissaire Gineral britanrique, qui
suit celle que je lui ai faite a SINGAPOUR en mars der-
nier, a certainement, en ce moment, une grande im-
portance, mais ne dipasse cependant pas le cadre
d'un change simple et confiant d'informations.
Nous nous efforgons de mettre au point, ensemble,
une doctrine commune au sujet des principa/es ques-
tions qui intiressent I'Asie du Sud-Est. Le fait que
M. MAC DONALD, en debors des obligations proto-
colaires, ait disird s'entretenir longuement de ces
memes problimes avec les chefs du Viet-Nam et dut
Cambodge, est significatif de l'esprit dans lequel
nous travaillons. Je pense done que les suugestions
que nous pourrons adresser a nos gouvernements res-
pectifs, apres des changes de vues aussi approfondis
et aussi sinceres, offriront une rielle valeur.

Inspection du commandant en chef des F.F.E.O.
a la frontiere sino-tonkinoise

Le 18 novembre, le General CARPENTIER est arrive
A HANOI. Le lendemain, il a commence son voyage
d'inspection A la frontiere sino-tonkinoise, s'arr&tant
notamment A CAOBANG, THAT KHE, LANGSON et
MONCAY. Arrivant dans cette derniere ville, le 21 no-
vembre, le Commandant en chef a prisid6 une conf6-
rence militaire A laquelle ont assist le Colonel RE-
DON, Chef d'Etat-Major : le G6enral ALESSANDRI ;
le Capitaine de vaisseau KIRIELLE, Commandant la
Marine au Tonkin ; le Colonel LANDRAGIN, Inspec-
teur du materiel, et le Commandant du secteur de
MONCAY.
Le general qui s'est ensuite rendu A HAIPHONG,
NAMDINH, puis au Laos, s'est d6clar6 trbs satisfait
de son inspection des postes frontaliers. Apres ce
voyage d'inspection qui a dur6 une semaine le G6-
neral CARPENTIER est parti le 27 novembre pour
SINGAPOUR, rendre au G6enral HARDING, Comman-
dant en chef des Forces britanniques en Extr8nr-
Orient, la visit que celui-ci avait faite quelque
temps auparavant, et conferer avec lui de la situa-
tion actuelle dans l'Asie du Sud-Est.








Travaux
de la Conmnission d'application des accords

Au court de cette periode, plusieurs sous-commis-
sions, poursuivant avec efticacit6 leurs travaux, sont
parvenues se mettre d'accord sur diffdrentes ques-
tions qui leur etaient confines.
La sous-commission Presse-Information a ap-
prouv le project de convention relatif A la radiodif-
fusion. Avec ce texte qui vient compl6ter l'accord
realism ant6rieurement sur la Presse et le Cinema, on
peut cons:derer que cette sous-commission a mainte-
liant accompli la plus grande parties de sa tAche. II
lui reste A etudier divers transferts de personnel et
de materel.
La sou:;-commission de l'Economie et du Plan est
arrive A un accord pour le service de la Statistique.
La sou,-commission des Finances a mis au point
le transfer du service de l'Enregistrement, des Do-
maines et du TImbre.
Enfin, la sous-commission du statut du Personnel
a adopted la presque totality des articles d'un project
Sde convention.
Les autres sous-commissions, Travaux publics,
Education continent l'examen des multiples pro-
blames q.i'elles ont A resoudre, et procedent A des
changes de notes.

Le nouveau Conseil d'Administration
de l'Office Indochinois du Riz

Le Conseil d'Administration de l'Office Indochi-
nois du Riz, nouvellement constitud, a tenu sa pre-,
miere reunion le o novembre A SAIGON. Ce Conseil
comprend des reprdsentants des Etats associds et un
certain nombre de technicians franqais, sa compo-
sition est la suivante
Prsiden' : M. TRAN VAN HUU, Gouverneur du Sud-
Viet-Nam.
Vice-President : S. E. SONN VOEUN SAI, ancien ministry
de la D6fense national du Cambodge.
4 repristntants du Viet-Nam : MM. DANc VAN DAN,
vice-presidcnt de la Chambre d'Agriculture de Cochinchine ;
LE THUAP' HOA, ancien membre du Grand Conseil des Inti-
rets &conor iques ; LU VAN LUU, directeur des Services co-
nomriques e: du Ravitaillement du Centre-Viet-Nam a HuE ;
DIN- MAI IH TRIPT, chef du Service agricole du Nord-Viet-
Nam B HANOI.
2 repres ntants du Cambodge : S. E. SINN CHHOI, mem-
bre du Conseil du Royaume du Cambodge ; M. HUOT SAM
ATH, directeur du Bureau du Ministire de '1'Agriculture du
Cambodge.
I repr&s:mtant du Laos : S. E. Kou VORAVONG, ministry
de J'Economie nationale et du Plan.
3 riziculteurs indochinois : S. E. LON .SAEM, p&sident des
Importateurs et Exportateurs du Cambodge ; M. DIEP QUANG
PHuoc, m:mbre de 1'Assemblie du Sud-Viet-Nam ; M. But
VAN NHArl, membre de 1'Assemblye du Sud-Viet-Nam.
2'rizicull-eurs francais : M. Antonin EMERY, president de
l'Associaticn des Riziculteurs francais de Cochinchine; M. Er-


nest BEC, vice-pr6sident de I'Association des Riziculteum
francais de Cochinchine.
2 e:aportateurs de riz : le directeur du Comitt des Riz et
Mais; le Dr NGUYRN VAN NHUNG, president de l'Associa-
tion des Exportateurs du Sud-Viet-Naim.
2 industries du riz : M. BARDOUILLET, directeur ginira
de la Soci&6 Franqaise des Distilleries de &'Ilndochine;
M. NcUYvN THANH DAI, directeur de la Rizerie Nguyit
Thanh Liam a CHOLON.
Le Conseiller financier.
Le Directeur du Service de I'Agriculture et de I'Elevage.
Le Directeur de l'Office du Cridit Populaire.
Le Conseiller au Plan, Comsnissaire du Haut-Commissariat
aupris du Conseil.


Gouvernement central
du Viet-Namn

S. M. Bao Dai recoit M. Mac Donald

Le 16 novembre, M. MAC DONALD est arrive "i
DALAT. Apr&s ktre rest quelques instants A la R4si-
dence du Haut-Commissaire, il s'est rendl, accom-
pagnd de M. PIGNON et de M. HOPSON, Consul de
Grande-Bretagne A SAIGON, au Palais Imperial.
M. PIGNON a prdsentd le Commissaire G6enral bri-
tannique a S. M. BAO DAI et s'est retired aussit6t, lais-
sant les deux ifiterlocuteurs en t&te A tete, M. HOP-
SON servant d'interprkte.
Au course du long entretien qui a eu lieu, et qui
s'est ddrould dans une atmosphere extremement cor-
diale, M. MAC DONALD a remis A S. M. BAO DAi le
message suivant :
Le principal Secrdtaire d'Etat de S. M. Britanni-
nique pour les Affaires itrangeres, M. Ernest BEVIN
n'a charge d'exprinmer a Votre Majesti ses vaux
personnel et son espoir que vous rdussireZ a itablir
un Gouvernement stable et reprisentatif qui ama-
iera la paix et rendra la prosperity a votre pays.
/e profile de cette occasion pour exprimer a Votre
llajestd l'assurance de ma plus haute consideration.
Siglt ." MALCOLM MAC DONALD.

Ce message etait adresse A S. M. BAO DAI, Chef
de l'Etat Vietnamien.
Dans la sairee, S. M. BAO DAY a offert, en 'honnerr de
M. MAC DONALD, un grand diner auquel assistaient routes
les personnalitis britanniques, frangaises et vietnamiennes pre-
sentes a DALAT.
Au sujet de l'entretien entire S. M. BAO DAi et M. MAC
DONALD, une personnalit6 du Gouvernement vietnamien a de-
clard :
Apras l'attitude amicable de la Grande-Bretagne a I'gard,
du Couvernement de S.M. BAO DAY a SINGAPOUR, nous
franchissons aujourd'hui un nouveau pas avec la visit de
M. MALCOLM MAC DONALD, Commissaire CGneral dans le
Sud-Est asiatique. Nous mesurons I'importance de cette vi-
site a S. M. BAO DAi par le Haut-Repr6sentant de la Grande-
Bretagne dans le Sud-Est de I'Asie. Les pays spris du meme
ideal de liberty se rencontreni partout.








Dans les milieux britanniques, on consider la remise du
message de M. Ernest BEVIN come un encouragement et
'une aide dans les efforts qi'il accomplit au Viel-Nam depuis
son relour. Cet 6v6nement est consid&r6 aussi, dans les mi-
lieux francais comme pouvant constituer un premier pas vers
la reconnaissance de I'Etal vietnamien par la Grande-Bretagne.

Depart en mission du prince Buu Loc
Le Prince Buu L6c et MN NGUYEN DAC KHF qui
,ont 6td charges d'une mission en France et A l'6tran-
ger par S. M. BAO DAI, ont quitter SAIGON le 18 no-
vembre pour se rendre d'abord A WASHINGTON en
passant par HONGKONG et MANILLE.
Concernant cette mission, le prince Buu Loc a declar6 a
la press : Notrc voyage a PARIS a evidemment un but poll-
tique. Nous sommcs charges par Sa Majestd d'une mission
don't ii n'est pas possible de riveler l'objet precis. Notre rico-
chet en Am&ique el d'ordre priv6. Notre voyage au'x Etais-
Unis est un voyage d'6tudes. Nous passons par HONGKONG,
MANILLE, NEW-YORK et pourquoi pas WASHINGTON,
avant de rejoindre PARIS via LONDRES. Ce ne sont pas Ia des
escales politiques, mais pour employer le language de i'aviation.
purement techniques. Nous reviendrons au Viet-Nam de;
fachevement de notre mission en France.
En son absence, le prince Buu L8C a &t6 remplac6 par
M. Vu NGoc TRAN, Sous-secr4taire d'Etat i l'Interieur.

Inspection du gen&al Xuin

Le Gnderal NGUYEN VAN XUAN, Ministre de la
Defense national, accompagne du Gouverneur du
Nord-Viet-Nam, a fait, le 8 novembre, une tournee
d'inspection a P-H Luu, lieu de cantonnement du
2e Bataillon vietnamien.
La population, venue nombreuse des villages environnants,
attendait les autoritis dans le grand temple communal de PHU
Luu. Le Gouverneur TRI l'a assure de la sollicitude cons-
tante du chef de l'Etat et lui a conseille de vaquer a ses be-
sognes quotidiennes et d'avoir foi en I'avenir : L'unie natio-
nale, a-t-il dit, est chose faite ; l'indCpendance, nous I'aurons
certainement sous l'dgide 6clairee de notre chef d'Etat.
De son c6te, le g6ndral Xuan a declare que le 2 bataillon,
premier noyau de l'armie vietnamienne, veille i la security
de la region et que les villages pourront s'adresser i son Com-
mandant, Vu VAN THU, pour toute intervention necessaire en
vue de la protection de la prochaine rcolte du 10' mois. Le
Ministre de la Defense national, i cctte occasion, a adresse
au 2" bataillon I'o-rdre du jour suivant, qui est le premier
de I'armbe vietnamienne :

Officers et Soldats,
Une nation indipendante et souveraine doit avoir une ar-
mee forte pour difendre ses frontiires et sauvegarder ses droits.
Vous avez la fierle d'apparienir au premier noyau de PAr-
.mee national du Viet-Nam. Vous etes les soldats de I'avant-
garde pour la defense de la Patrie, les ouvriers de la premiere
here pour la construction national.
Votre attitude dolt etre digne pour servir de module a ceux
qui viendront apris vous.
Soyez energiques et braves pour accomplir vote devoir face
t l'adversaire, mals soyez aussi les pionniers du droit, les pro-
tecteurs des faibles, des humbles qui ant deja connu trop del


souffrances. La population doit pouvoir vivre en s&icrilt pour
avoir foi en I'armke et en le Couvernement.
Dans vos paroles come dans vos actes, tdchcz de vo.s
montrcr irreprochables pour avoir ecstime de la population ct
dementir routes les propagandes nensongeres et porr quc l'on
puisse dire q4e le Viet-Nam independent a vraimeni des sol-
dats dignes de lui.
S. M. BAO DAY ct le Gouvernenent vietnamien scent qu'ils
peuvent computer sur vous.

Message de Sa Saintete Pie XII

En rdponse a un message du Gouvernement viet-
namien lui annoncant la signature des Accords du
8 mars, Sa Saintet6 PIE XII a adresse, le 25 no-
vembre, A S. M. BAo DAI une lettre le re:nerciant
des sentiments qu'Elle a manifestos a 1'egard de
I'Eglise catholique.
Sa Saintete PIE XII a termine son message en ces
terms : Nous elevons vers Dieu Tout-Puiirant *no
pridres pour la prosperit dtie Votre Majest., de son
Auguste Epouse ct du people vietnamien to't enter.

Fete du ( Van Tho ))
L'anniversaire de S. M. 13Bo D)I, ou Fete du Van
Tho, qui tombait le 13 novembre, a 6td c6t;brd non
seulement A DXL AT oi r6side le Chef de 1'Elat, mais
aussi clans les capitals des trois Ky sous la presi-
dence des Gouverneurs rdgionaux.
A HuE, oil traditionnellement le Van Tho 4tait cAlebre
de faqon fas:ueuse, cette fete a et& simplifiee i la demand
express de Sa Majesrs, afin de pouvoir employer en faveur
des pauvres et des dishiritis les fonds ainsi degagse. En dehors
des c6ermonies officielles (priires pour la longevity ju chef de
l'Etat, presentation de vceux i S. M. la Reine IVt/re, salut
aux couleurs devant la port Ngo M6n), il y cut line distri-
bution de riz et de fonds aux pauvres, de giteaux a des or-
phelins, de vivres aux prisonniers et aux malades de l'h&pital.
Au micro de la station de radio locale, un ancien combattant
du maquis vietnamien a rendu hommage a l'ceuvre entreprise
par S. M. BAO DAi.

Limitation des declarations a la press
par les fonctionnaires

A la suite des d6claraiions faites A di\ l rs jour-
naux par quelques personnalites du Sud-Viet-Nam,
Sa Majest6 BA.o DAI, Chef de 1'Etat: a adres;e A tous
les Ministres et Secretaires d'Etat. ainsi qu'aux Gou-
verneurs, une instruction interdisant forrellement
aux fonctionnaires, quels que soient leurs grades et
leurs functions, de faire des declarations politiques
A la press. En ce qui concern les affaires adminis-
tratives relevant de leur competence, les fonction-
naires et agents de tous grades ne pourront faire de
declarations qu'avec l'autorisation expressed et sous
la responsabilit6 du Ministre ou du Gouverneur
don't ils relivent.
Le Dr NUYEN MANH D6N a &t6 nomme Secre-
taire particulier du Chef de I'Etat vietnamien.








Nord-Viet-Nam

* Le pass Lge de M. MAC DONALD a HANOi, le 18 novem-
bre, a et6 ['occasion d'une manifestation d'amitii fanco-bri-
tasninque. D'ans le grand amphitheatre de l'Universite de la
ville, en p:isence de MM. PHAN HUY QUAT, ministry de
1'Education national, du Gouverneur NGUYiN Huu TRI,
du general ALESSANDRI, s'cst d6roul6e la ciermonie de la
revise du dip!6me de docteur honors causa de 1'Universite
de HANOI u Commissaire Gnedral britannique, qui s'est mon-
tir par:icul.,rement touch de cctte distinction.

* La pop elation de HANOi et de HAiPHONG et de tous les
chefs-lieux du Nord-Viet-Nam, a celebrd le Van Tho avec
ferveur et implicitt. Elle a fail entendre, par la voix de ses
icpr(sentan s, le succes politique de S. M. BAO DAi pour
I'inde6enda ice, l'uniti, la paix ct la prosperity du Viet-Nam.
Des dist ibutions de iiz cl d'articles scolaires ont cu lieu
partout. Di nombreux tilegramimes de voeux pour S. M. BAO
DAi, prove iant des maires et des chefs de provinces, sont
airiv6s che; le Gouverneur du Nord-Viet-Nam, affirmant no-
tamment i ir confiance ct leur dtvouement.
A HAN i, le Van Tho a te mnarqu6 particulieremcnt par
u:' profus on de drapeaux victnamiens et francais flottant
pIartout c6t i a cote.

*A NAMn INH, naguire troisiemc ville du Tonkin, qui 6tait
picsque un amas de ruines deserts lorsqu'elie fut liber&e par
les troupes franchises, se relive pcu a peu de ses ruins. Au-
jourd'hui, ilus de 10.000 Vietnamiens ont reint6gr6 ia ville.
Truis cent' boutiques ont rouvert, les 6cc!es sont fidquent6es
par 700 6ives. A la SociWet Colonnisre, 2.500 ouvriers ont
ri pris le ti ivail. sur les 10.000 d'avant-guerre, et produisent
quotidiennc nent une dizaine de lonnes de fil6s de colon et
18.000 mil es de lissus.


Cent:e-Viet-Nam

A Le 11 novembre, le Gouverneur du Centre-Vict-Nam,
PHIAN VAN GrAO, a pr6sid_ une reunion de notables de la
ville, au ccurs de laquelle ont 6t prises die's measures de self-
ddfense dais les quarters et les faubourgs de la capital.
Malgrd le terrorism, plus de 200 notables assistaient a cette
reunion.
A l'oc asion de la fPte Van Tho, S. M. la Reine Mire
a accord. un don de 15.000 piastres i diverse associations
de bienfa sance, aux orphelins. aux veuves, prisenniers
et divers .utres groupements d'assistance social, laiques et
religieux.

Au cct rs d'une emission spiciale de la radio de la Voix
du Centre-\Viet-Nam, le 15 novembre, M. TRAN Ncoc CHAU,
resistant rse li, a lanc6 un vibrant appel a ses anciens com-
pagnons, 1(s invitant i revenir coopdrer avec le Gouvernement
de S. M. BAO DAI, rendant hommage a l'Empereur qui,
scvi!, a pi rdaliser l'unilt elt independencee du Viet-Nam
dans le co;'cert des nations libres.
Le Gonverneur PHAN VAN GiAO a annonc6, le 15 novem-
bre, la cr6 ition d'un Comit6 de Pacification du Centre-Viet-
Nam, ccmn;lortant entire autres un Conscil de Reception des
Rallids et quatre sous-comitds militaire, de security, de pro-
pagande, d'entr'aide social, qui doivent s'etendre progressi-
vement dark's tout le Centre-Viet-Nam.


Sud-Viet-Nam

* M. NONG Quoc LONG, Commandant des forces armies
nationalists Phuc Qu&c Quan qui vient de r6intlgrer avec
ses partisans la communaute vietnarnienne et se mettre a la
disposition de S. M. BAO DAi ---, en rendant visit au Gou-
verncur du Sud-Viet-Nam, a exprimd sa joie de prendre con-
tact avec ses compatriots du Sud et a declard combien il 6tait
frappe par la facilile des communications el de la circula-
lion dans cette region, q ii niontre blen les progres realiss
dans la pacification.

* A l'occasion du retour en France du general DE LA TOUR,
Commissaire de la Rdpublique au Sud-Viet-Nam et com-
mandant les forces franco-vietnamiennes du Sud, le Gouver-
neur Huu a offer, le 17 novembre, un banquet auquel assis-
taient les principaux collaborateurs du general et le gCniral
CHANSON, son successeur. Dans une allocution qu'il a pro-
noncde a 1'issue du banquet, M. Huu a notamment d&clare :
Haul Rcprdscniarrt do la France, vous avez montr6 le vrai
visage de la France, ;cla;ir du sourlre de I'amitid et de la
bontd.
A. moment oil vIs alecz quitter ce pays, permnettez-moi,
nion Gtnrral, de vois remercier pour oeuvree immense et
liline de promesses de paiL q,.e vous y avez laissee.
Mes comFairiotes se souvicndront avec emotion du respect
et de l'affection que vous avez portes aux institutions et au)
.ipe.Fple du Viet-Nam.
Vous avez su troi;'er le, chlenln de leur ccer : sovez sTr
qu'ils vidnreront voire hnor, car ils savent reconnafire ceux
q;i les aiment el garder la mdmnoire des bienfaits qu'ils en ont
requs.

Au cours de la seance tenue le 17 novembre a 'I'Assem-
bl6e du Sud-Viet-Nam, les Conseillers vietnamiens ont voti
a l'unanimitC une motion demandant a S. M. BAo DAi, chef
de l'Etat, de :
I ") a) r6aliser au plus t6t la souveraineti interne du Viet-
Nam ;
b) matirialiser ses declarations en actes, en proc6dant im-
mediatemcnt B la mise sur pied de l'Assemblee national viet-
narienne ayant pleinement voix delibrative, conformdment
aux principles dcmlcraliques, pour aider le chef de l'Etat,
..enda.nt cctte prriode transitoirc, a rdtablir l'ordre et la s6-
cuiit6 dans le pays.
2") l6aliser au plus tol les promesses crimess et verbales
quant au statut de SLd-Viet-Nam, a savoir :
a) installer une Assembl!e mixte du Sud-Viet-Nam ayant
:lcin pouvoir dBlibtratif sur toutes les affaires publiques du
Sud-Viet-Nam ;
b) la nomination du Gouverneur du Sud sera faite d'aprbs
le choix de l'AssemblCe du Sud-Viet-Nam. Une motion de
cdfiance de 'ladite Assembl6e ia 1'gard du Gouverneur entrai-
nera automatiquement sa admission
c) les hates functions administrative du Sud-Viet-Nam
seront confines aux hommes originaires du Sud-Viet-Nam, qui
sernt nomm6s par le Gouverneur.
Les Conseillers franqais se sont abstenus dans le vote de
cette motion. us ont precisd que ce n'6tait pas en signe de re-
noncement, mais (a par souci de respecter la souveraineti int&-
rieure du Viet-Nam ,.








Cambodge

Signature du trait franco-cambodgien a Paris

Le 8 novembre, au Palais de 1'Elys6e, M. Vincent
AURioL, President de la Republique et de l'Union
Francaise, et S. A. R. le Prince SISOWATH MONIPONG,
ont signed le trait franco-cambodgien qui consacre
solennellement I'independance du Royaume du Cam-
bodge et son entree dans l'Union Frangaise.
M. Georges BIDAULT, President du Conseil,
M. Ren6 MW iER, Garde des Sceaux, Ministre de la
Justice, et M. Robert SCHUIMN, Ministre des Affai-
res dtrangfres, ont contresigne l'acte au nom du Gou-
vernement de la Rlpublique ; S. M. YEM SAMBAUK.
President du Conseil du Cambodge, a ensuite appose
son contre-seing au norn du Gouvernement royal.
S. A. R. le Prince S!sowvATH MONIPONG et S. E. YEM
SAMBAUR avaient ete d6signes en quality de plenipo-
tentiaires tde S. M. NoRoDOM SIHANOUK qui avait di
regagner PHN6M PENH, avant cette date, pour prdsi-
der les fetes traditionnelles de son anniversaire.
A 1'issue de la c&rimonie, S. A. R. le prince SISOWATHr
MONIPONC ct S.E. YEM SAMBAUR ont exprim4, dans une
declaration radiodiffus6e, leur satisfaction de voir, par cet
instrument diplomatique, consacrer l'independance du Cam-
bodge dans le cadre de l'Union Francaise.
Le Haut-Commissaire PIGNON, pregnant ensuite la parole,
a declare : Je ne peux, a mon tour, qu'cxprimer ma profonde
satisfaction devant cette nouvelle edape de relations franco-
cambodgiennes franchise dans l'amitie. je suis convaincu que
le trait prolongera les liens d'affection qui unissent les deux
peuples et ddmontrera que I'Union Franqaise, conception ori-
ginale el vivante, assurera sirement la paix dans cette parties
de I'Asie.
M. LETOURNEAU, Ministre de la France d'Outre-Mer, a
ensuite donn6, B 1'Hatel de Crillon, un dejeuner en l'honneur
de la d616gation combodgienne. A l'issue du banquet, le Mi-
nistre a remis, au nom du Gouvernement de la R6publique
franqaise, la plaque de Grand-Officier de la Lggion.d'Hon-
neur au prince MONIPONG, et la roselte d'Officier a S. E. YEM
SAMBAUR.
A l'occasion de la signature du traits, M. Vincent AURIOL
a adress6 i S. M. SIHANOUK le message suivant :
En signant aajourd'hui l'acte qui ddfinit la place du
"Cambodge dans l'Union Francaise, je liens a faire part a,
Votre Majestd de la satisfaction que le CoGvemement fran-
fais ct moi-meme eprouvons a apporter ainsi une solennelld
consecration aux efforts accomplish de part et d'autre pour
asseoir les rapports franco-cambodgiens sur des bases nouvel-
les. Le Cambodge accede des a present aux responsabilit6s les
plus hates et s'associe librement a la France, avec la certi-
tude qu'll a les moyens de faire entendre sa voix dans l'Union.
Je suis convaincu qu'cn ddfinissant d'une facon prci'se ct
.claire les liens qui caracterisent cetle Union et qi font de
nos pays, come de leurs associ&s, non pas des Etats 6tran-
gers el rivaux, mais les membres d'une mnme famille, pour-
suivant un meme ideal et la satisfaction de levrs intre8ts comi-
muns, nous aurons largement contribute au retablissement de
I'ordre el au retour de la prosp&ritW dans ce beau pays. leP
suis certain que c'est avec la sagesse don't le people khmer a
su dEja donner des preuves, que le Cambodge jouira de son


indppendance ct c'est avec conflance que le Couvernement et
moi-meme formons des vceux pour le developpemeni harmo-
nieux, au sein de l'Union Francaisc, du Cambodge ]e prie
Votre Majeste d'accepter I'assurance de ma tras haute con-
sideralion ct lui renouvelle I'expression de ma fiddle amitif.
Le texte du traits franco-cambodgien a ensuite ,te public
le 21 novembre. Cette date a &te cel&brie avec eclat au Cam-
bodge.

Fete du Tang Toc

Cette annee, la f&te dLu << Tang Toc >>, anniver-
saire du Roi, a revatu ine solennit6 particuliere, du
fait de la signature du trait franco-cambodgien.
Durant les premiers jours de cc mois, PHN6M PENI'
a \ecu Line atmosphere de liesse et 1'enceinte du
Palais Royal, oil tout le monde peut penetrer le jour
du Tang Toc, voyait defiler Line foule nombreuse
venue manifester par sa presence son attachment
au Roi a qui le Commissaire de la Republique,
M. DE R.\YMOND, a present~ les v(eux de la France.
A cette occasion, M. DE RAYMOND a evoqu6 les &v6nements
important qui ont jalonn6 cette ann6e, don't le principal est,
sans doute, la preparation de l'acte destiny i concr6tiscr
l'indipendance du Royaume au sein de 1'Union Frangaiue.
C'est ainsi que s'cst operee tine revolution politiqu'e t social,
sans queo poir autant le ddveloppceent harmonieux du Cam-
bodge f6t compromise, a dit M. DE. RAYMOND, qui 1 ensuite
ajoutd : Ce qu'il faut sturout retenir de celte period rich
d'enseignemcnts, c'est une lecon de confiance. Lc sagesse
manifest&c par le pe',ple lehmer au course de la cri.s; r&cnte
ne peut qu'inciter la France a cire toujours prate a repondre a
l'appel du Cambodge.
Le Roi a rcmercid le Commissaire de la R6puhlique de
ses vceux, et cxpim6 sa foi dans I'avenir.
Dars les jours suivants, S. M. SIHANOUK a pr;.d6, le 6
novembre, la traditionnelle Fate des Eaux, qui s'est drouule
dans le fast habituel.

Visite de MI. Mac Donald au Cambodge

C'est le 17 novembre que M. MAC DONALD .st
arrive a PHN6M PENH. Le Commissaire Gen'ral bri-
tannique, en compagnie de M. PIGNON, a im-i6diate-
ment rendu visit a S. M. NoRno M SIHANOUK au
Palais Royal. Puis. selon la tradition, le Ro., a son
tour, rendit sa visit a M. MAC DONALD aU Palais
du Commissariat de la lR6publique, et a eu avec cc
dernier un entretien qui dura pris d'une heure, sans
la presence meme de M. PIGNON qui avait tenu a les
laisser s'entretenir seuls.
Le soir. dans le Palais somptueusement illumine,
S. M. SIHANOUK recevait A diner M. MA c [)ONALD,
M. PIGNON, M. DE RAYMOND et de nombreuses per-
sonnalitds. Au dessert. le Roi leva son verre a Sa Ma-
jest6 Britannique; M. MAc DONAtL), A sen tour,
porta un toast a S. M. SIHANOUK, et par une d6li-
cate attention, un second toast au Pr6sident de la
R6publique de l'Union Francaise. Ce fut ensuite
dans la salle des danses la traditionnelle presentation
de ce que le folklore cambodgien a de plus expressif
et de plus gracieux.







.Le lendeinain, M. MAC DONI.D s'est rendu A ANG-
KOR, en compagnie de M. DU GARDIER, Conseiller
diplomatic ie, et de M. BONFILS, Conseiller politique
du Haut-(ommissaire PIGNON, qui, de son c6td,
avait regand SAIGON.
Le Roi : indiqu6 qu'il avait fait avec M. MAC
DONALD, ai course de leur entretien, un tour d'hori-
zon sur la situation generale clans le Sud-Est Asiati-
que et sur la situation plus particulire du Cam-
'bodge.

Retour au Cambodge'
du prince et de la princess Suramarith

LL. AA. RR. le Prince et la Princesse SURAMA-
RITH -- at devant de qui s'etait rendu leur fils, le
Roi du tC;mbodge, jusqu'au Cap Saint-Jacques -
rcvenant c( France, sont arrives a SAIGON A bord
de La Alarseillaise le 18 novembre, et ont regagne
aussit6t PiN6M PENH avec 1'avion personnel du
I laut-Comm nissaire.

Le gEneral Carpentier au Cambodge

Lc General CARPENTIER s'est rendu le 6 novembre
a PHNOM PENH! 011 il a assist A la traditionnelle
I'te des Eaux. Le lendemain, poursuivant son
voyage jusqu'a SIEM REAP, il a visit le secteur au-
tonome teiu par l'Armee royale khmere.
Pour re' enir a SAIGON, le Commandant en chef
dles forces Irmies en Extreme-Orient a pris la route
n" 17, rec moment ouverte A la libre circulation, et a
inspected ai si les postes franco-cambodgiens installs
sur le nouwel itineraire.

Ralliement de Khmers Issarak

Le mou' ement de ralliement des Khhmers Issarak
s'amplifie alans le Royaume. A KOMPONG THMAR,
province de KOMPONG THOM, le chef issarak VOEUNG
s'est soumis avec une centaine d'hommes. Dans le
district de KOMPONG CHAM, 1 13 ralliements ont 6td
enregistres
A SIEM RZEAP, le It novembre, a eu lieu une cer6-
monie mar quant l'int6gration officielle, dans l'Armee
royale khrtire, du corps franc de DAP CHHUON, en-
tierement 6equip6 et portant I'uniforme de l'Armee
royale. Les; insignes de leurs grades ont 6td remis
aux officers et sous-officiers.


Laos

Seance inaugural de 1'Assemblee Nationale

Sous la haute prdsidence de S. M. SISAVANG VONG
s'est ouveite, le 24 octobre, A VIENTIANE, la seance
inaugural de l'Assemblee national laotienne, en
presence du Commissaire de la R6publique, de toutes
les personTalites et d'une assistance nombreuse.


Apres le discours du President de la Commission perma-
nente, qui a remerci6 le Roi de sa presence, preuve d'une
tres grand sollicitude, S. M. SISAVANG VONG a pris la pa-
role :
Nous avons un plaisir sincere, Monsieur le Commissaire de
la Republique, a vous exprinmer nos remerckements, a vous el
a tocs vos collaborateurs, pour I'aide et les conseils qu'au nom
de la France vous n'avez cess., loyalement el amicalenient,
de nous prodiguer, a-t-il dclar6.
S'adressant ensuite aux d6putes, le Roi a attire leur at-
tention sur l'importance de cette session, pendant laquelle ils
devront accepted ou rejeter la totality des terms de la Con-
vention franco-laotienne.
II a demand a tous les membres de la communaut6 lao-
tienne de maintenir, avec tous les representants de la France,
de cordiales et branches relations, afin de conserver la m8me
atmosphere d'cntente et de sincere collaboration.
Analysant les changes nouvelles imposes au Laos par 'in-
dependance, le Souverain a deplore 'la situation financiere cri-
tique du Royaume et demand une simplification du system
fiscal, afin d8 permettre une amelioration de rentries d'im-
p6ts. Le peu:ple lao, a-t-il dit, est trop attache a ses 1bert&s
pour faillir a ses devoirs fiscaux.
M. VALMARY, Commissairc de la RWpublique, a remercie
alors lc Roi et le Gouvernement laotien qui avait convie ai-
mablement les representants de la France et tcus 'les Francais
a la seance inaugural. Puis il a parlI de la Convention
franco-laotienne.
Les nombrcux retours d'dmigres enregistlrs et i'annonce du
ralliement imminent de la presque totalite des Laoliens vivant
encore a l'etranger, a-t-il d6clare, sont la preuve evidence de
la satisfaction des aspirations nationales.
Abordant ensuite le chapitre de l'Union Francaise, M. VAL-
MARY a ajout6 : La France ne marchandera jamais, a votre
pays, ni son amitid .i son appui, mais, dordnavant, c'est a
vous qu'll appartient principalement d'assurer le developpe-
ment harmonicux de votre pays et l'epanouissement de son
ind6pendance.

Composition du Bureau de 1'Assembl6e

Dans la soirie du 25 octobre, l'Assembl6e natio-
nale a constitIu son Bureau comme suit :
President : S. E. PHouY SANANIKONE (12 VOiX
stir 18) ;
Vice-Prisident : S. E. PHOUY PANYAK;
Secrdtaires MM. PHONGSAVATH et NOUTHAT
SITHIMOLADA ;
OQesteur : M. N41 THOUANE.

Ratification du traits franco-laotien

Le 28 novembre. I'Assembl6e national !aotienne
a ratified le trait franco-laotien par 24 voix centre 6.

Retour des 6migres

Vingt-cinq Laotiens, 6migrds depuis 1945 A BANG-
KOK, ont regagne VIENTIANE par l'avion special du
Haut-Commissaire de France, le 9 novembre. Parmi








eux se trouvent les membres du Gouvernement Lao
Issarak, dissous le 25 octobre : MM. PHYA KHAMMAO,
THAO KRUONG, TIAd SOMSANITH, PHYA OUN HUEUM.
Le Prince SOUVANNA POUMA, principal artisan du
ralliement, avait quitter BANGKOK quelques jours
avant pour le Laos, afin d'y organiser leur accueil.


INFORMATIONS MILITAIRES

Nord-Viet-Nam

Malgri les bruits annongant des pr6paratifs d'attaque du
Viet-Minh, la situation et came, dans l'ensemble, a la fron-
tibre sino-tonkinoise, oi l'arriv6e de nouvelles troupes et de
materiel nouveau a considerablement renforci notre dispo-
sitif de defense. L'activit6 des rebelles s'est traduite par des
tentatives d'attaque de postes isoles, qui ont vigoureusement
riagi. La tentative la plus sarieuse a 6tW un d6barquement
effectu6 par 'le Viet-Minh sur I'ile de TRAco, face A MONCAY,
le 17 novembre ; la garnison de cette dernibre ville a effectue
un violent tir d'artillerie, surprenant les agresseurs qui pri-
rent alors la fuite, perdant une jonque coulee et deux autres
oapturees.
Dans la region de PHAT DIEM, a la suite des operations
de nettoyage, un secteur de 300 kilomitres carries se trouve
maintenant totalement libird des Vietminh. 150 villages, comp-
tant plus de 200.000 habitants, se sont rallies et ont fourni
spontanement pres de 2.000 partisans arms.
Les ralliements au Gouvernement de S. M. BAO DAi
augmentant chaque jour, le Viet-Minh a entrepris des incur-
sions de represailles centre les populations vietnamiennes, c'est
ainsi que ses partisans ont entibrement incendie le village de
TRUNG NINC, dans la region de BAC NINH, le 23 novembre.

Centre-Viet-Nam

Les regions de QUANG TRI, de DONG H1I et HuE restent
toujours le sibge d'une agitation sensible, mais qui s'est con-
sidrablement ralentie en raison de tres mauvaises conditions
atmospheriques ; des pluies torrentielles ont cause aux routes
et aux postes des dgats sarieux, notamment dans la region
de QUANG TRI.
Dans le sud du pays, I'action des partisans du Viet-Minh
a &t faible ; par centre, celle de nos troupes s'est intensified,
et plusieurs succes locaux ont 6te remportes, en particu'lier au-
tour de VINH HAO, de PHAN TIET et de PHAN RANG.

Sud-Viet-Nanm

Au d6but de cette p6riode, qui a vu peu d'actions d'enver-
gure, nos troupes intervenant dans les environs de TAN AN,
our le VAiCO occidental, ont detruit 3 ateliers d'armements
et pris de gros stocks de munitions ; les rebelles, accroches
.i plusieurs reprises, ont eu des pertes sevires en personnel et*
en mat-riel. D'autre part, dans la region de D6Nc-XoAI, a


65 km. au nord-est de THU DAU MOT, nos forces sont ister-
venues avec succes centre une concentration rebelle qui mc-
naaait la route SAiGON-BAN MW THUaT.
Sur ''ensemble du pays, le terrorism constllue nco'.re
l'essentiel des rebelles.


Cambodge

Au course des operations de pacification entrepi-ises -c-
tuellement par les troupes autochtones, ces dernixres out 'ur-
pris a REANG KHVAO une bande de Khmers Issarak et lui
out inflig6 une perte de 9 tubs et 2 prisonniers. U le au're
bande rebelle, accrochee A PREY SAI, au sud de KOMPONG
CHAM, a eu 2 tubs, don't le chef de bande, et des armes en.-
lev6es. Enfin, au course d'une operation dans la r: ion situe
au sud de BATTAMBANG, un camp rebelle a 6re cnt ci'ea--t
detruit.

Laos

La situation est came, consequence du ralliemeni du CG;u-
vernement Lao Issara, qui est revenue se mettre sous l'autorit6
du Souverain.











AFRIQUE OCCIDENTALE FRANIAISE


F4edration


L'Office F6deral
de Placement
de I'A.O.F.


SI du Travail dans
Sales Territoires
d'Outre-Mer d6pos6 par
ie le Gouvernement sur le
Bureau de l'Assembl e
National a prevu des
disposition; relatives A l'organisation de l'emploi des
travailleur; par des Offices de Main-d'CEuvre.
Aussi I' trretC du 19 octobre 1949 vient-il d'ins-
tituer aupi s de l'Inspection G6ndrale du Travail un
service central de placement dit < Office Fe6dral de
Placement de I'A.O.F. >, charge de la centralisation
des offres 2t des demands d'emplois et de leur dif-
fusion aux organisms correspondents territoriaux.
Le mrn e arr6td permit aux chefs de territoire
d'envisage en function des besoins particuliers A
chaque teiritoire, 'institution auprds de l'lnspection
territorial du Travail << d'Offices territoriaux de
Placement >>.
pEn prem -r lieu, il apparat que deux offices territoriaux
pourraient &'re installs, I'un i Dakar, l'autre ii Abidjan (C6te
d'Ivoire). Erans le cas oo i la creation d'u.n tel organism ne
paraitrait pas d&s i present n6cessaire, dans les autres Terri-
toires, I'Insection du Travail serait charge provisoirement
des mmes attributions. L'6tablissement de ces Offices de
Placement et leur fonctionnement jusqu'5 l'intervention du
Code du "Iravail permetra d'itudier efficacement les moda-
lit&s optima de mise en place des Offices de Main-d'Euvre




ordres conc;-rnant les travailleurs nuxiliaires demands par le
secteur pll lie (Services administratifs, Services militaires,
Travaux p blics, Chemins de fer, etc...). Les offres d'em-
plois d-s S Yvices publics important seront adressees A 1'Of-
fice Fe&cmrsi de Placement.
Cet Off, e Federal de Placement, en liaison avec les Of-
fices de P cement mn.tropolitains (Office de Placement du
D136partemer t, Office de Placement du Ministere du Travail),
recevra les demand d'emplois dd'ep la Metrovole et les dif-
fusera i l','chelon territorial. I1 centralis era les ffres et les
demands c emplois qui n'ont pu &tre satisfaites localement et
suivra. l:acti vit g 6nrale des Offices territoriaux de placement
dans le cadre du march du travail.

Project d'organisation
d'une Ex:osition Internationale N Dakar en 1952
M. Bechard, Haut-Commissaire de France en
A.O.F., a.:compagn6 d'une delegation de parlemen-


tarres de I'A.O.F., a entretenu, le 17 novembre, I1
Ministre de la France d'Outre-Mer du project d'or-
ganisation d'une Exposition Internationale A Dakar
en 1952, don't 1'idee initial remote A 1947.
II a soulign6, dans son expose au Ministre, 'les raisons gao-
graphiques et economiques qui militent en faveur de ce pro-
jet et marque l'int6r&t qu'il y avait, pour I'A.O.F. a 6tendre
ses courants commeiciaux et 6conomiques. M. B&chard a in-
diqu6 que la future Exposition comporterait des installations
d6finitives, don't b6neficierait, i son expiration, le port de Da-
kar. I1 a bross6, dans ses grandes lines, le programme de
1'Exposition du point de vue des transports maririmes et
aeriens qui contribueront a son succes et envisage de fair
coincide l'Exposition avec une serie de congress m6dicaux no-
tamment.
M. Letourneau a exprim6 son vif int6rt pour le project et
a assure M. B&chard et les parlementaires de son appui;
Le 22 novembre, M. Letourneau, accompagn6 de M. B6-
chard et d'une delegation de parlementaires de I'A.O.F., a
expos au President de la R6publique les buts et les moyens
de l'Exposition. Le lendemain, la meme d6~lgation a entretenu
du project le President du Conseil.

Le commerce ext6rieur de I'A.O.F.

Pour les sept premiers mois de l'annee, les chif-
fres contr6lIs du Commerce exterieur de I'A.O.F.
font ressortir un Idger exc6dent des importations sur
les exportations. Pour l'ensemble de I'A.O.F. les im-
portations reprisentent 567.400 tonnes d'une valeur
de 1g.o19.ooo francs et les exportations A 536 tonnes
pour une valeur de 17.413.100o000.

Les liaisons a6riennes d'Air-France

La Compagnie < Air-France > a proc6di A l'inau-
guration d'une nouvelle ligne adrienne interieure en
A.O.F. reliant Dakar A Saint-Louis du Sinegal.
A cette occasion, la direction de la compagnie A
organism un voyage inaugural, auquel ont 6td con-
vids diff6rentes personnalitis et des reprdsentants de
la press locale.
La ligne Dakar-Bathurst-Ziguinchor-Bissao, don't
l'exploitation avait 6dt suspendue au course de l'et6,
fonctionnera A nouveau A partir du to decembre, A
frequence hebdomadaire.
Une troisieme liaison hebdomadaire Dakar-Abid-
jan sera assuree A partir du 7 decembre. Sur les trois
services, deux emprunteront l'itineraire interieur
Bamako-Bobo-Dioulasso, le troisieme, desservant les
villes de la c6te (Conakry, Freetown, Robertsfield).

L'activit6 du port de Dakar

Depuis le debut de l'ann6e 1949, l'activite du port
de Dakar a nettement progress sur la p6riode cor-


I










respondante de l'annee 1948. C'est ainsi qu'au
30 septembre 1949, on a enregistr6 : en entrees, 141
navires francais et 64 strangers de plus qu'en 1948
A la meme epoque ; en sorties, 154 navires frangais
et 86 navires strangers de plus qu'en 1948. Cette
augmentation laisse pr6voir que 4.500 navires tou-
cheront, cette annee, Dakar alors que les chiffres
indiquent 4.198 pour 1948.

D6part, pour I'A.O.F., d'une mission
du Plan Marshall

Une mission de I'E.C.A., compose de MM. Vaurs,
de la Direction des Affaires Economiques au Quai
d'Orsay ; Enzo de Chetelat, Horace Porter, Drift-
maler et Clemens, membres americains de l'E.C.A.,
a quitt6 Paris, le 30 octobre, A destination de
I'A.O.F. pour 6tudier les possibilities de financement
de deux projects a 1'tude clans le cadre de I'aide
Marshall.


Ces projects concernent, l'un le
d'une plantation d'arachides ; 'autre
de rizieres et 'de champs de coton
l'Office du Niger.


d6veloppement
l'amenagement
dependant de


Mission du Prisident du Bureau Minier
de la France d'Outre-Mer

Le Gouverneur Gnd6ral Barthes, Prdsident du
Bureau Minier de la France d'Outre-Mer, est arrive,
le 25 octobre, A Dakar, par avion. II a 6te accueilli,
a l'aerodrome, par le Gouverneur Chauvet, Secr-
taire Gnearal, et par M. Murard, Directeur du Ser-
vices des Mines.
Le Gouverneur Gendral Barthes devait 6tudier, au
course de son sejour, A Dakar, le problime pos6 par
les activities du Bureau Minier en A.O.F., et effec-
tuer une court tournde a l'interieur de la Fde6ration.

La cooperation international en Afrique

La conference des delegues des Territoires britan-
niques africains pour l'examen des m6thodes de
l'exploitation des sols s'est ouverte, le 7 novembre,
A Jos en Nig6ria du Nord.
M. Blondeleau, Inspecteur G6ndral de l'Agriculture
de I'A.O.F., a pris part a cette conference comme
observateur. II a represents, ensuite, I'A.O.F. A la
Conference Inter-africaine sur l'Economie rurale in-
digine, qui s'est tenue, egalement, A Jos du 17 au
24 novembre.

Condamnation du journal u R6veil )>

Le journal Riveil, organe du R.D.A., et son g6-
rant ont 6t6 condamn6s, par le tribunal correction-


nel de Bassam, pour diffarnation et injures envers
un commissaire de police.
Pour le premier motif d'inculpation (diffamation dans le
journal RIveil), une condemnation trois mois de 'prison avce
sursis et cinquante mille francs d'amende, a ti infligie. Pour
injures, une amended de 2.500 francs a &t6, igalement, notridic.



Senfgal

Le Conseil General du Sen6gal

E 22 octobre, l'ouverture de sa deuxieme ses-
sion ordinaire, le Conseil G6neral a 'proc&1e
a l'dlection de son bureau.
Le bureau pr6cicent, compose comme slit. a 6et
reelu :
President Me Lamine Gueye ;
Premier Vice-President M. Adama Lo:
Deuxime Vice-President : Me Bonnifay ;
Secritaires : MM. Diop Obeye, Doudou Kane
Questeur Titulaire M. Assane Diop;
Questeur Adjoint Me Monville.
La composition de la Commission permanent est
la suivante :
M. Karim Gaye,
M. Magor Gaye,.
M. Alexandre Angrand,
M. Alioune Sarr,
M. Sar Amadou Babacar.

L'activit6 du Service de Sant6

Dakar mis a part, le Sin6gal, pour sa population
de 2.000.000 d'habitants, dispose d'une infrastruc-
ture sanitaire don't les bases actuelles soni les sui-
vantes :
i h6pital et 31 centres medicaux avec 1.184 lits
d'hospitalisation ;
27 maternits ;
I 15 dispensaires.
L'activit6 des organismes de traitement a co'nserwn un ren-
dement tres eleve, m'algr .les difficult de tout oa're ren-
contr6es a l'heure actuelle.
Le bilan des trois dernieres annies s'etablit a : 88.000
malades traits dans les h6pitaux, avec 1.800.000 jorn&es de
traitement.
46.000 accouchements, 3.500.000 consultants daTin les dis-
pensaires, avec 11.000.000 de consultations.
Ces chiffres 'genraux sont mieux mis en valeur par I'in-
dication num&rique des r&sultats obtenus dans diverse bran-
ches particulieres du Service.
Operations chirurgicales dans les hopitaux : 4.376 inter-
ventions en 1948, contre 3.203 en 1947.
Le personnel technique demeure insuffisant.
Par contre, la politique des constructions sanitaires est
activement poursuivie partout.








Au totZl : 25 constructions neuves ont 6t6 rea-
lisees au (ours de l'annee 1949 soit
4 mate nits ;
o dispe isaires
3 pavil'ons d'hospitalisation
2 logen ents ;
7const uciions div erses ( 1. -.:. cuisines, etc.).


Mauritanie

Lt. budget du territoire pour 1950

LE CoL seil General de la Mauritanie a vote, au
con i de sa seance du 3 1 octobre. le budget
de I exercise l1050o qui a ete arrete. en recettes
ct en deelenses, a la sommlne de 5o6.157.ooo francs,
marquant par rapport au budget de 104o, tin ac-
croisseme:it de 127.577.000 francs.
L'effort fiscal, consent par le Territoire et 6quitablement
reparti ent e les populations sedentaires et nomades, repre-
s eite, pour les seuls impots percus sur r6les, environ 30 ',.
Le souc d'6quipement apparait nettement dans les posters
de depense oiI la masse des travaux figure pour 122.400.000
contre 68.109.000 francs en 1949, soit une augmentation de
pros de 1(10 C. Quant au materiel, ses credits passent de
89.666.000 francs en 1949 & 129.537.000 francs pour 1950.
Les dep nscs de personnel representent 48,29 f de la
masse du b idget. En 1949, la proportion 4tait de 55,47 %. La
rouvelle proportion semble encore assez forte, mais il con-
vient de r oter que le recrutement d'agents nouveaux a ete
kendu in&~ table par la creation d'organismes indispensable,
mis en pla::e grace aux fonds du F.I.D.E.S.


Soudan

L'agriculture fruitiere

D EP IS quelques annees l'arboricuilture fruitiere
a pris, au Soudan, in essor considerable en
par:iculier A proximity des grands centres.
Chaqu annee, au debut de l'hivernage, des plants
greffes : rangers, citronniers, mandariniers, man-
guiers et d'autres semences telles que : govaviers.
pomme-c.innelier, rejets de bananier, etc., sont dis-
tribues ; titre gracieux par le Service de l'Agri-
culture. AuL total, la Pepiniere administrative de
Bamako a fourni a elle seule, en 1949, io.ooo plants
fruitiers inviron et 2.000 pieds de vigne.
De leiur c6te, la Station agricole de Katibougou et
la Ferme Ecole de M'Pesoba ont distribu6, gratui-
lement e: respectivement io.ooo fruitiers don't 3.187
greflfes. t 3.000 manguiers greffes.
La St.ition de Soninkoura, appartenant lOffice
du Niger'. concourt au developpement de l'arbori-
culture Iruitiere par des cessions annuelles impor-
tantes.
Enfin certain cercles de l'Ouest et du Centre,
Kayes. lafoulabe, Kita, et Bamako possedent des
ppiniercs distribuant les plants sur place.


Le ravitaillement de Bamako en fruits est assure
par les plantations en plein rapport situses dans les
environs immrediats : (Massad Haddad), dans la
subdivision de Koulikoro (Kebenademba, Labasse,
Katibougou. Nienebale) et t Baguieda.
Les maraichers des environs de Bamako ont entre-
pris depuis quelques annees, dans leurs potagers, la
plantation d'arbres fruitiers greffes et francs de pied,
et nombreux sont de A ceux qui participent A l'ap-
port d'agrumes et de mangues sur le march de
Bamako.

Demission d'office d'un Conseiller Ge6nral

Le Conseil General du Soudan a prononc6 la de-
mission d'office du Conseiller Mamadou Diallo
(R.D.A.) qui fait l'objet d'une condemnation pour
fraud electorale.
Des elections partielles pour pourvoir a cette va-
cance. auront lieu le i8 decem-be.


Haute Volta

D6mission d'office d'un Conseiller G6n6ral

E Conseil Gineral de Ia Haute-Volta a prononce
la admission d'office du Conseiller Malo
Traore, condamni d 18 mois de prison et don't
la peinei vient d'Etre confirmed en appel.
Le college electoral de Gaoua, qui a 6td convoqu6
le 27 novembre, a elu .1. Pierre Dit6 Dabirt (Union
Indep. du Pays Lobi), par 2.820 VoiX centre 138 au
candidate R.D.A.


Niger

Le Conseil G*n6ral du Niger

E 17 octobre s'est ouvert A Niamey la deuxieme
session du Conseil Gen6ral du Niger. Le bu-
reau en est ainsi compose :
President : M. Denys Comte Roy de Puyfontaine;
Premier Vice-Prdsident : M. Moumouni Aouta
Djermakoy ;
Deuxirike Vice-lPrsident : M. Maitournam Mous-
tapha :
Premier Secretaire : M. Salha Alil
D)euxieme Secretaire : M. Yahaya Touraoua;
Questeur : M. Hamani Salle.

L'agriculture et les centres de colonisation

Le materiel destine aux experiences de culture
mecanique dans les planes ouvertes sur le fleuve est
en voie de livraison 2 tracteurs A chenilles Fiat
sont A Niamey depuis deux mois et les premiers
essais sur le terrain ont kte satisfaisants. Ces trac-








teurs sont destinds au travail des rizieres. Deux trac-
teurs a roues Sift adapts A la culture des planes
du type Koulou sont en course de d6barquement A
Cotonou.
Un plan de travaux, portant sur plusieurs centaines
d'hectares, sera mis en execution aussit6t le d6but de
la decrue.; Les agents contractuels nouvellement
affects au Niger sont specialists dans la conduite
des tracteurs et front cole.
Le centre de colonisation de Koulou group 10 villages
oultivant 1.078 ha., don't 540 dans la cuvette, soit une aug-
mentation de 218 sur l'an dernier. La recolte sera bonne, su-
p6rieure a celle de 1948 et il y a lieu de noter une reprise de
cultures souterraines (manioc, patates) a la suite des mcsures
prises pour prot6ger les cultivateurs centre les divagations des
troupeaux des nomades.
Le centre de Kolo, avec 350 ha. dans la cuvette, a sa re-
colte 6prouve- par la fin primatcrec de l'hivernage. II est
rctenu au programme des travaux a r6aliser sur le F.I.D.E.S.
en 1950-51, I'installation d'une station de pompage qui, nous
rendant maitres de l'eau, fera de Kolo un centre permanent
de haute production agricole aux portes de Niamey.
Le petit centre de Say a secauo sa torpeur. AnimE par un
chef avis6, les 22 families du village de Rouga ont entretenu
d'une facon remarquable les terres de la cuvette. La ircolte
sera belle.
Le centre de Firgoun se d6veloppe a un rythme int6ressant.
Le chef Yacouba s'int6resse personnellement a 1'exploitation
de sa parcelle et don le le bon ton. Le travail au cultivateur
attel6 a 6te introduit 6 Firgoun cette annee. On peut tabler
sur la culture d'une centame d'hectares de rizircs.
Au centre de Koutoukale, les rizieres (200 ha.) sont bien
entretenues, mais digue et chemins d'acces sont n6glig6s.
II a &t6 propose aux colons de devenir propri6taires du
materiel agricole et des boeufs de trait qu'ils emploient. Ces
propositions ont 6t6 acceptees avec emprcssement a Say et
Koulo'u. Koutoukale, qui dispose d'une main-d'oeuvre abon-
dante, a faith savoir qu'il n'avait plus besoin de charrues n;
de boeufs.
La culture m6canique n'6tant pas susceptible d'intlresser
toutes les exploitations agricoles en terres fortes, des marches
ont &t6 passes pour la furniture de 300 charrues, 100 houes,
20 cultivateurs, 10 piocheurs, attendus en d6cembre prochain.

Les projects d'amelioration rurale
Les ameliorations rurales ont fait 1'objet de projects
portant sur 42.635.ooo francs de travaux sur lesquels
la Commission permanent du Grand Conseil n'a
accord la participation du fonds f6ddral que pour
une some de 6.015.000 francs A repartir comme
suit :
Forage de puits ........... 4.775.000
Am6nagement des mares ... 080.ooo
Silos A grains ............. 260.000
Le restant de la defense doit etre support par le
fonds local et les soci&tts de prvoyance.
La participation des fonds de g6nie rural 6 I'achat de d6-
cortiqueuses d'arachides, de tarares, de pulv6risateurs, etc...,
n'a pas te6 admise et la tr6sorerie des soci&tis de pr6voyance,
ne pouvant supporter tous les frais d'achat, fait appel au cre-
dit agricole.


L'aminagement des mares de Madarounfa et de Keita aera
terming avant la prochaine saison des pluies. L'approvisionne-
ment du chantier de Madarounfa est commence (t la cons-
truction du barrage de Keita va &tre entreprise a1 aide de la
main-d'ouvre locale.
Le Territoire est en train de constituer un pare du g6nie
rural, qui groupera des engines do terrassement a grand rende-
ment tels que scraper, bulldozer, pclles mecaniques, indis-
pensables lIa realisation rapide des petits travaux d'amblio-
ration rurale.
Enfin, le Service de l'Agriculture s'est pr6occup6 dee redon-
ner vie a la station agricole de Tarna. Cet organisme, dirigd
par un agent competent, va beneficier du contr6le technique
du Secteur soudanais des Recherches Agronomiques. Des
subventions lui seront allou6es. Cette ann6e, la station de
Tarna a introduit, en vue de la vulgarisation dans le milieu
agricole, des types d'arachides industrielles a port drcsse et
des vari6t6s d'arachides de bouche.
Des vari6t6s de sorghos nains et a cycle v6g6t if rapide
sont en voie d'introduction.

La conservation des sols

La conservation des sols prdoccupe 6gal-ment le
Service de I'Llevage. L'expansion d6mographique
rapide et l'accroissement excessif des troupe.ux s'ac-
cordent mal avec les techniques habituelles gricoles
et pastorales.
La secheresse de cette annie a confirn1, un-
fois de plus. la necessity d'organiser une 'olitique
des pAtuirages en relation avec leurs p;esibilites
fourtageres.
A la p6riade de concentration du b6tail (fin de la saison
seche), les troupeaux peuhls ont &6t particulierement 6prouves
par le manque de nourriture. C'est le drame de l'over stocking,
celui de la surcharge des pAturages. Le problem est grave.
I1 m6rite que chacun le pense et le fasse comprencde author
de soi.
I1 est temps, pour les pasteurs nomades, de rentrec dans un
circuit &conomique en se d6barrassant des animau:x en sur-
nombre. Une augmentation de la taxe sur le betail appartenant
aux Peulhs nomades, s'ajoutant a une augmentaticn de la
taxe de package, obligerait les int6ress6s 6 liquider les sujets
inutiles.
Un bureau de la Conservation des Sols sera cr6e prochai-
nement au Niger. II mettra en oeuvre tous les mo ens per-
suasifs et fera appel au bon sens de tous pour que le plus
rapidement ,possible, le Territoire evite la a se6ngalisation ,
menacante, en adoptant des techniques et des mesures protec-
trices et gen6ratrices de la fertility.


Guinoe

L'exploitation miniere

LE Gouverneur General Barthes, Prdsident du
Bureau Minier de la France d'Outre-Mer, a
annonce, lors de son sejour en Guin6e, I'ou-
verture de l'6mission d'une premiere tranche d'ac-
tions de 720.000.000 de francs pour l'exploitation de
gisements miniers de Guinee, les prochains debuts
des travaux et un important achat de materiel.








Aupara',ant, une garantie avait 6t6 demandee au
Conseil General de la Guinee sur le taux de rede-
vances.
Le Conseil General a consent, pour la Compagnie
Miniere d.! Conakry, une redevance proportionhelle,
limitee i %, pour une duree de quinze ann6es.


La recolte du riz


L'estim;ltion de la prochaine recolte de riz est
6valuee, par les services comp6tents, A environ
200.000 tonnes.

Les travaux du pont du Milo

Dans 1( courant du mois prochain sera termine
le pont d. Milo, aux abords immediats de la ville
de Kankan. Cet ouvrage, le plus important dans son
genre en Afrique, comporte six arches principles.
11 enjamlbera le fleuve don't il porte le nom sur une
longueur de 350 metres.
La mise en service du pont de Milo, qui fera
suite A cclle du pont de Sokotoro datant du mois
d'aoit dernier, donnera le passage A la route colo-
niale et a la voie ferroviaire.

L'6quipement scolairk

Deux cent vingt millions de francs sont prevus
pour la construction et l'amelioration des 6coles de
Conakry.
En replacement des anciens locaux, qui seront
d6saffectis, des travaux sont actuellement en course
pour l'edification de colleges classique et technique
d'une part et de batiments destin6s A l'education
primaire d'autre part. L'achvvement de ces diffe-
rents tra' aux est prevu pour fin 1950.
En ce ]ui concern le college classique, les 6tudes
prepareroat au brevet 616mentaire et au brevet du
premier cycle (baccalaureat A partir de 1952) et le
college technique au brevet industrial.

Amrinagement de la mairie de Conakry

Une premiere tranche de 8.ooo.ooo de credits
vient d'& re vote pour l'amenagement de la mairie
de Conalry.
Le vieax bAtiment actuel gardera ses foundations
mais ser. entierement transform. Les locaux re-


serves a l'usage des bureaux seront totalement mo-
difies. Les travaux, qui doivent commencer vers
avril-mai 1950, doivent &tre achev6s pour la fin de
la meme annee.
L'ensemble des credits necessaires ne doit pas d&
passer 12.500.ooo francs.


Dahomey

L'enseignement

SE Service de 1'Enseignement du Dahomey pour-
suit son effort. 11 mrne de front le d6veloppe-
rent continue de l'enseignement secondaire au
college classique Victor-Ballot qui, en 1949, ouvra ses
classes de 3e au coHlge de jeunes filles et au college
technique, la formation de moniteurs et monitrices
de 1'enseignement primaire (Abomey et Parakou),
et le developpement de 1'enseignement primaire en
function du nombre des maitres disponibles.


Les slatistiques scolaires sont instructives.
ENSEICNEMENT SECONDAIRE ET TECHNIQUE


College Victor-Ballot .................
College moderne de filles (y compris une
section du course normal) ............
College technique .....................
Centre d'apprentissage annexe ..........
Cours normal d'Abomey ..............
Cours normal de Parakou .............


entrees
1948 1949


ENSEIGNEMENT PRIMAIRE

Public e6~mentaire : 103 icoles, 311 classes et 9 ateliers,
divis6s en 50 ecoles et 53 ecoles regionales ou urbaines. 13.617
eleves : 10.757 garcons; 2.860 filles.
A ajouter : Foyer des Metis d'Abomey : 15 garcons.
343 maitres, don't : 38 cadres common superieur ; 169 ca-
dres common secondaire ; 116 moniteurs et monitrices de
cadre ; 20 moniteurs et monitrices auxiliaires.
32 maitres en surnombre seront affects dans les classes &
ouvrir : 34 sont privus.
Priv' "catholiq'e : 48 ecoles, 239 classes, 13.292 6lLves,
don't 9.088 garcons et 4.254 filles.
Prive proiestant : 4 ecoles, 21 classes, 906 elves, don't
867 garcons et 39 filles.
PrivW Idique : 2 ecoles, 6 classes, 244 eleves garcons.









AFRIQUE EQUATORIALE FRANCAISE


F6dFration

L'activit6
de la Commission
Permanent
du Grand Conseil

M A U cours de sa ses-
A'sion d'octobre
I la Commission
permanent du Grand
Conseil a proctde i
l'Ctude et au riglement
de diverse importantes
,questions.
Elle a en autres measures d6cid6 d'accorder l'aval
de la F6deration aux trois emprunts suivants :
Io) Emprunt de too millions sollicit6 par le Credit
de I'A.E.F. ;
20) Emprunt de 1oo millions sollicite par la Mai-
rie de Brazzaville pour la construction de logements;
3) Emprunt de 150 millions sollicite par la Mai-
rie de Pointe-Noire dans le meme but.
D'autre part, la Commissiorf a donn6 son accord
Sla cession au secteur priv6 de l'Imprimerie du Ser-
vice de Presse ; puis elle a examine et approuv6 les
comptes definitifs de l'exercice 1945.
L'ordre du jour 6tant 6puisi, la session s'est ter-
rninee le samedi 29 octobre.

Le d6veloppement
des installations radiot6l6phoniques
dans la Fed6ration

La Direction federale des Postes et Tel&communi-
cations pursuit ses efforts pour l'amelioration du
reseau radiotel~phonique dans les territoires.
On sait que 'la liaison Brazzaville-Bangui est ouverte au
public depuis le 12 septembre 1944.
En ce qui concern la liaison Brazzaville-Libreville, le
g6n6rateur de courant triphase necessaire a I'alimentation du
poste de Libreville ayant Et6 deteriore par un incident de
transport, les essais de fonctionnement ont dfi tre recul6s au
mois de d&cembre.
C'est en d&cembre 6galement que doivent etre realises les
premiers essais de liaison entire Brazzaville et Fort-Lamy. Le
gOnrateur destine au ,poste de Fort-Lamy a ddja &te debar-
qu6 a Douala.
L'installation Pointe-Noire de l'4metteur de ,radiotelppho-
nie pour !a liaison directed sans fil avec la capital fed&rale est
,en course. Les premiers essais auront lieu en novembre. En
.outre, un appareil (( i courants porteurs I, a et6 commander,
qui permettra de superposer une second communication sur
le circuit direct du C.F.C.O. sans trouble la premiere.
Enfin, au Gabon, une liaison radioteliphonique entire Libre-
vile et Port-Gentil est privue pour le mois de mars 1950, et,


au Tchad, une liaison Fcrt-Lamy-Fort-Archambacult -est
1'6tude.
Ainsi, dans le courant de l'ann&e prochaine, la F-derat Ia
doit disposer du r6seau radiot6lephonique suivant :
Brazzaville-Bangui ;
Brazzaville-Libreville ;
Brazzavillle-Fort-Lamy ;
Brazzaville-Pointe-Noire ;
Brazzaville-Port-Gentil ;
Brazzaville-Fort-Archambault.

La situation de la Caisse de Soutien du cotor

L'actif, au 2( octobre, s'6levait 1t 085 millions.
443 millions ont ete repartis pour les differ nts pro-
grammes d'emploi.
Le programme de 1'I.R.C.T. s'eleve. pour I'exr--
cice 1950, it 58 millions A r6partir entire les kinq st--
tions qu'il possede dans les zones cotonnie-es.
Le programme du Service d'Agriculture s'61eve ih 141 rr.i--
lions, don't 3/7' sont reserves a l'Oubangui-Chari i,: 4/7' aU
Tchad, selon la repartition dtablic en seance priv. e par I's
repr6sentants de ces deux Territoires. Parmi ces cr.Edits, u:ie
parties servira a la construction de fermes; une autrc (33 rr. -
lions) a l'achat d'outillage, qui sera distribute entree les pri-
ducteurs autochtones (22.000.000 au Tchad ; 11.000 000 pcrr
l'Oubangui-Chari). L'effort fourni cette ann6e par le Servi':e
de l'Agriculture sera done notablement plus important cue
les ann6es prec6dentes.
En dehors de ces ameliorations agricoles, le Tchac et 1'Ou-
bangui-Chari se r6partiront 344.000.000 (142.000.000) pour e
Tchad ; 102.000.000 pour l'Oubangui-Chari).
Ces attributions, une fois faites, les fonds reserve pour .e
soutien des course s'6lvent i 242.000.000 pour I'exercice cri
s'ouvre.

Les accords franco-nderlandais
et franco-hell6nique

Aux terms de l'accord commercial franco-neet-
landais, signed a Paris le 3 aoct 1049 et valuable poir
la period << I"' aoft 1040-30 juin 10co >>. 'A.E.'.
importer pour 225 millions de francs motropoi-
tains de marchandises, don't notamment


MRarchanilises

Lait concentric ......
Beurre ............
Fromages ..........
Biere ..............
Papiers et cartons div.
Cotonnades diverse ..
Couvertures de cotton .
Articles 6maills : en
t6le et fonte ......
Aiguilles de machines a
co udre ..........


Co Iliii,,ent,
Phl 011O
1on0ne1 1i

150
150
150
- 3.000
40 -


I"stimt-
lion-
'i'
Illiniri
' irM.

- 16.5
- 75
- 60
- 24
- 4
10 10
2 2


- 2 2

- 0,5 0,5











































M. LETOURNEAU
Ministre de la France d'Outre-Mer


M. Louis AUJOULAT
Sous-Secr6taire d'Etat a la France d'Outre-Mer


M. Georges GORSE
Sous-Secr6taire d'Etat A la France d'Outre-Mer

33


r .





.-i


.d









Au course de son sejour a Paris pour
la mise au point des nouveaux accords
franco-cambodgiens, M. Vincent-
Auriol, President de la R6publique
et de l'Union Frangaise, s'entretient
avec le Roi du Cambodge et la
Reine-Mbre.
(Photo Agence Intercontinentale)














Signature, le 8 Novembre 1949, A
1'Elys6e, du traits franco-cambodgien,
entire M. Vincent-Auriol, President de
la R6publique, et S. A. R. Kron Luong
Monipong, au nom de S. M. Sihanouk
Norodon, Roi du Cambodge.
(Photo Agence Intercontinentale)












































Venant de Singapour, M. Mac Donald (au centre), Commissaire britannique pour le S.-E. asiatique, a s6journ6 pendant
une semaine en Indochine. M. Mac Donald boit a la jarre d'alcool au course d'une reception chez les populations Moi.
(Photo Agence Intercontinentale)


Au course de son voyage en Indochine, M. Mac Donald a rendu visit A 1'Empereur Bao Dal.
(De gauche a droite : M. Pignon, Haut-Commissaire de France en Indochine, l'Empereur Bao Dai et M. Mac Donald).

35


































Les travaux du pont de Brickaville, A Madagascar,
a la date du 18 Novembre 1949.


Le nouveau pont sur la Sakay, A Madagascar, qui a 6t6 inaugur6 le 9 Novembre 1949.


? ,;i 'n*'








En ce qui concern I'accord franco-hellinique, la Fidera-
tion pourra di.sposer, a l'importation, de qualtre tonnes de sul-
tanines et ,de p:-oduits divers reprbsentant une valeur de 4 mil-
lions 320.000 :'rancs m6tropolitains.

Amelioration
de I'habital; dans les agglom6rations africaines
de Brazzaville

Apres la construction du quarter neuf de Ba-
congo, 1'Adriinistration s'attache A resoudre, main-
tenant, le problem de l'amelioration de l'habitat
dans l'autre agglomeration africaine de Brazzaville,
Poto-Poto.
Pour cetti realisation, les autorites municipales
envisagent L ne formule nouvelle, sensiblement dif-
ferente de c(lle employee a Bacongo.
D6sormais toute personnel desireuse d'habiter une
des maisons A construire devra se faire connaitre A
l'Administra'eur-Maire qui lui fera presenter tous
les models .le plans 6tablis a cet effet avec indica-
tion du pri: de location on d'achat par location-
vente.
Les intercsses pourront mime produire des plans
personnel, i condition que le coit des rtalisations
demeure dar s le cadre des prix normaux. Et la mai-
son ne sera mise en chantier qu'apres le choix et
l'accord pr alables du future locataire ou pro-
priftaire.
Ainsi, les nouvelles habitations pourront-elles etre
occupies au for et A measure de leur achievement.


L'6volution des prix de detail a Brazzaville

Selon le Service de Statistiques de la Federation,
l'indice des 3rix de detail a Brazzaville, calcule sur
34 articles d,2 base (alimentation, eau, 6lectricit6, bois
de chauffagc, savon) est passe de 1.208 (base ioo en
1038) au i. juillet 1949 a !.170 au 15 octobre.
Voici un tableau comparatif de quelques derniers
indices :
Brazzavil e : 1938 .................. 100
15 octobre 1948 .................... 937
15 janvier 1949 .................... 1.017
15 mars 1949 ...................... 1.108
15 mai 1949 ..........'............. 1.098
15 juillet 1949 ...................... 1.208
15 octob:e 1949 .................... 1.179

Mission de M. et M'"" J.-P. Lebceuf

M. et M-ne Jean-Paul Lebceuf, charges de mis-
sion par le vlusde de l'H-omme et le Centre National
de la Reche-che scientifique, ont quitter Bordeaux, le
28 octobre, par le paquebot Bra1Za, A destination
de l'Afrique Equatoriale Francaise.


Mise en service d'un nouveau chalutier
Appartenant A la Socidte Frigorifique et d'Arme-
ment, un nouveau chalutier, capable d'amener sur
le march 40 tonnes de poisson par semaine, est
actuellement A l'essai en France.
II doit appareiller incessamment pour Pointe-
Noire et etre mis en service des son arrivee.

Ouverture d'une ligne a6rienne
( Paris-Douala-Brazzaville )

Le lundi 7 novembre, < Air-France > a ouvert un
nouveau service hebdomadaire qui reliera Paris a
Brazzaville par Alger, Kano et Douala, en moins de
24 heures. Les departs auront lieu le lundi te Paris
et le mercredi de Brazzaville. L'exploitation sera as-
suree par des quadrimoteurs Douglas < D.C.4 >.
S'ajouta.nt aux liaisons deja existantes, ( Paris-Douala ,
et ( Paris-Brazzaville ),, la nouvelle ligne permettra de faire
face a un accroissement sensible du traffic entire la France et
1'Afrique Equatoriale Francaise. Elle fournira, en outre, une
liaison rapide entire Douala et Brazzaville, liaison qui sera
d'autant plus appr&cide que les deux villes n'etaient relies,
jusqu'a present, que par des itinraires detournes, I'un cotier,
l'autre int6rieur.

Le traffic de I'aerodrome de Pointe-Noire

L'atrodrome de lPointe-Noire a enregistre, pen-
dant le mois de septelmbrI 1040 :
Passagers : arrives. 276 ; departs, 208.
Fret : arrives, i i tonnes : departs. 33 tones S.

Nomination du ncuveau Consul de Suisse
pour I'A.E.F.

Le President de la RI publique vient d'accorder
l'exequatur A M. I rnest Theillier en quality de
Consul de Suisse pour I'A.E.F.. avec residence a
Leopoldville.
M. Theiller succle A M. Orlandi.

La production de I'or
pendant le premier semestre 1949

Pendant les six premiers mois de l'annee 1949, le

Territoire du Gabon a product 521,8 kilos d'or brut.
La production du Moyen-Congo a atteint 244,0
kilos. L'Oubangui-Chari vient ensuite avec 112,S
kilos.

Gabon

Reboisement
et enrichissement de la fort gabonaise

E secteur priv6 fait un tres gros effort pour une
exploitation de plus en plus rationnelle de la
for& gabonaise. Les problrmes de reboisement
et de l'enrichissement des essences ont dejA 6te abor-









des en certain endroits avec succes. ParallIlement,
le Service f6ddral des Eaux et Forkts et le Service Fo-
restier du Gabon poursuivent des efforts semblables
sur le plan experimental destines A augmenter la
density en Okoume.
Les efforts ont ete concentris dans la region de la Mondah,
au cap Estirias.
On a pu enrichir une parcelle de 12 ha. de surface total,
constitute par des bands de 20 mitres de larger 'oi l'on
s'est content de ceinturer des arbres de diamntre suprieur i
30 cm.
En raison du manque de semence, la 2" moiti6 de la par-
celle a &t6 enrichie par plantation a la distance de 2 me-
tres 50 x 1 m. 50.
Toutes Ics parcelles plantees depuis 1943 ont 6te degag&es
periodiquement. Elles forment un total de 250 ha. environ.
Le nombre des degagements varie de 1 parr les plantations
datant de 1943 a 5 pour les plantations de 1947. On s'est ef-
forc6 de reprendre les degagements au rythme normal, sui-
vant les exigences de la vigtlation. Dans les plantations sur
bands, les lisibres des bands non plant6es ont 66t abattues
sur 5 mitrcs de largour pour degager les bandes planties. Les
existants ont 6 e tous ceintures.
La route du cap Estlrias, nccssaire A l'exploitation de .-tte
aire forestiere, a etd remise en 6tat ; son entrelien n'a demand
en moyenne que 15 hommes par jour pour une longueur total
de 23 km.
Enfin, les travaux necessaires indispensables ant &t6 effec-
tu:s : ccupcments, reconnaissances, recherches d'echantillons,
servitudes diverse.
Les r6sultats encourageants obtenus dans la region du cap
Esterias permettront de mettre sur pied un plan d'action pour
le reboisement et l'enrichissement d'autres secteurs.

La champagne de p6che A la baleine

C'est le 16 octobre qu'a kt6 effectud au Gabon la
derniere p&che- la baleine de la champagne o104. Le
17 octobre le navire baleinier rentrait a Port-Gentil
et le 20. 35 Norvegiens, agents de la Sociktd de Peche
Coloniale a la Baleine quittaient Libreville pour Oslo
par avion.
Les r6sultats de la champagne de peche effectuee
cette annee au large des c6tes du Gabon par la Sope-
coba, Societe mixte franco-norvegienne, don't les ins-
tallations de transformation se trouvent au Cap
Lopez ont d6pass6 toutes les espirances.
1.356 baleines ont Rtd captures, produisant 54.619
barils d'huile de 170 kilos chacun, soit un total de
pres de 9.ooo tonnes d'huile.
Ce r&sultat est nettement sup6rieur a celui des meilleures
campagries effectubes par la Soci6te au Sud de Madagascar.
Aussi, le bateau qui a faith champagne dans l'Ocean Indien
devra-t-il, cette annee, passer par Ponte-Noire, afin de pren-
dre l'excedent de chargement produit sur les cates d'A.E.F.
Outre l'huile, principal deriv6 immediat, le navire balei-
nier a rapport des montagnes de d6chets, lesquels seront trans-
formis en engrais. Une usine a guano, actuellement en con-
truction au cap Lopez, sera dans un bref delai i meme de
traiter les products de cette champagne. Soit par leur utilisa-
tion sur place on pourrait envisager de les utiliser pour


favoriser les cultures maraicheres autour de Pcit-Gentil -,
soit par leur exportation, ces engrais constituent eux aussi une
resource considerable.
La fin de la champagne de p&he i la baleine n'arrktera pas
pour longtemps l'activit6 de la Soci6te. En effet, s'ouvrira as-
sez rapidement la champagne de pche au recuin, laquelle
est extrhmment remunratrice, les quality du foic de requin
en faisant un produit tres demand sur de nombi eux marches,
notamment le march pharmaceutique.
Les observations scientifiquement effectu6es par 1'equipage
du navire baleinier au course de la champagne pel nett'ent aussi
une autre conclusion : la peche industrielle des poissons
<< tout venant sur les &ctes du Gabon, et nctamncent dans la
region de Port-Gentil serait, elle -aussi, tres fructu,, .:,-. Certain
secteurs pullulent litt6ralement de banes de pois;.ins de toute
sore et une entreprise qui d6sirerait s'intdresser ? co te pAche,
ne ffit-ce mm.e, au d6but, qu' l'aide d'un seun chalutier, y
tiouverait un rapport certain. Elle contribueralt aussi pour
une large part a complete l'alimentation des populations ga-
bonaiscs, consommatrices de poisson s6ch6.


Moyeae Congo

La vie dconomique du Territoire

L ECONOMIE du Moyen-Congo present des symp-
t6mes tris encourageants d'un dc\i loppement
rationnel favoris6 par l'amelioratior de l'outil-
lage et de i'equipement.
Prod ,its vivriers. Le manioc, destined au ravitaillement
des grands centres, a &t6 abondant et les mois dc saudure oc-
tobre et novembre, qui correspondent aux mois des cultures,
ont 6te facilement traverses.
La culture de paddy s'est principalement accrue dans la
region de Mossendjo qui, a elle seule, a prodlait 706 ton-
nes, centre 577 en 1947 et 245 en 1946.
Le dvcelcppement de cette culture dans une region parti-
culierement propice permit d'envisager que, d&s 1950, il ne
sera pas n6cessaire de faire appel aux importations du Congo
belge ou de l'Indochine pour satisfaire les besoir:, locaux.
Le main's, qui se cultive dans les regions du Niari et du
Pool, a t,6 un pricieux airport pour la nourriture des pores,
don't 1'61evage se developpe le long de la line du C.F.C.O.
et principalement dcans les regions de Madingou, Loudima,
Dolisie.
La region de Djambala s'est revele propre a la culture de
la pomme de terre les r6sultats obtenus sont salisfaisants.
Produits ind:striels. Dans l'ensemble, tuos les products
industries destinds A l'exportalion se sont d6velolpps, excep-
tion faite du caoutchouc et du copal, difficiles i placer sur
les marches exterieurs, et dent les demands ont 6t4 moins
nombreuses que les annees precedentes. La baisse des prix a
eu igalement un effet sur la production.
Les arachides ont &t6 trait6es par l'usine Ott:io et trans-
form6es en huile (690 tonnes sur les 900 tonnes produites).
Le tabac, grace aux efforts du S.E.I.T.A., organisme ad-
ministratif metropolitan qui, en collaboration avec les Soci&ts
Indigenes de Prevoyance, a 6tabli des stations d'essai et de
d&veloppement, s'est non seulement amblior6 en quality6 mais
egalement en tonnage. Cette culture, d'un excellent rendement








pour le cult vateur, compensera le manque a gagner qui est
i privoir su. les products de cueillette.
La S.O.F .I.C.O., qui a active son installation dans la re-
gion du Nia ri, a su intrresser les producteurs dans la culture
du pounga .t de l'urena. Lat galement des contracts passes
avec les Soc e!s de Prevoyance, donnent une garantie d'achat
et de prix e ax cultivateurs.
Enfin, la production palmistes et h;-ile de palme a pro-
gresse sensib: ement du fail des prix offers.
Minerals. -- La production de For se maintient aux envi-
rons de 500 kg. I1 faut esperer qu'avec la liberty, le :onnage
extrait dans les annees a venir augme.tera, en rapport avoc
les efforts d quipemnent r6alis6s par les exploitan's miniers.
Le mincr i de plomb qui est extrait par la C.N.C.F., a
M'Fouati, e: t en regression sensible du fail de la transfor-
mation de I: laverie, op6ree 'dans le dernier trimestre 1948.
La product, n doit reprendre son rythme acc6l6r6 dans le
dernier trim tre 1949.
Productions diverse. La majority des exploitations fo-
restieres rest( t installIes dans le Mayumbe. Les exp-ortations
en 'augmenia ion sensible et les demands d's usagers locaux
croissants. L e tonnage atteint en 1948 d6passe toutes ls pre-
visions.
Toutef'is, les products usins (sciages, placages et contre-
plaqu6s) devaient pouvoir &tre exports cn plus grande quan-
tit6, mais a c andition que la quality en soit surveillee et am&-
lior6e.
A cette pi duction de 75.000 m3 de bois d'ceuvre, il con-
vient d'ajoul, r 595.000 stores de bois de chauffage, qui per-
mettent le ra iitaillement des centres urbains (335.000 stores)
et celui des )ateaux qui circulent sur le fleuve (260.000 st:-
res).
Cette den iere production est insuffisante au ravitaille-
ment normal des bateaux et il scrait n&cessaire de developper
cette exploit ion le long du fleuve et d'obtenir un meilleur
rendement de coupe en employant des moycns micaniques.
L'usine de diroulage Plexafric a terming son montage a
Pointe-Noire en 1948 et commence i produire ; sa capacity
de production est de 6.000 m3 annuellement.
Enfin, I'an i6e 1948 a vu la suppression du monopole d'ex-
portatioan qui appartenait a 1'Office des Bois, tout d'abord
pour les bois debites (janvier 1948), puis pour les bois durs
en grumes (afit 1948).
L'industrie du savon, qui s'6tait developpbe en 1947, est
rest6e stationiaire en 1948, du fait des measures ,dict&es
en matiere de condiiionnement.
L'usine de la S.I.A.N. (Ottino), a Kayes, a product 42
tonnes de fec re et tapioca, contre 450 en 1947.
Cette affai e, rachetee au d6but de l'ann~e par un group
financier important, est appelKe a se dvelopper rapidement et
modifiera dars un avenir proche les conditions economiques
d'une regionn particulirement riche.
La S.I.A.N. a 6galement product 202 tonnes d'huile d'ara-
chide destinies a la consommation locale et 360 tonnes de
tourteaux.
-Les deux tImneries installees au Moyen-Congo, la Tanco-
fran a Dolisic et la Tannaf A Brazzaville, ont trait 125 ton-
nes de cuir qiii ont 6t6 export6es sur la M6tropole et les Ter-
ritoires de 1'IJnion Francaise. Cette production represent
une valeur de 25 millions de francs C.F.A.

Lt'essor de Dolilsie

Plaque tournante et regulatrice de la circulation
routiere et ferroviaire, centre minier et agricole,


Dolisie est le type minme de la ville champignon qui
de par sa situation geographique verra converger
vers elle toutes les richesses d'une region don't la su-
perficie est gale i" celie de la France.
Dolisie tire son nom de la halte qu'y fit en 1884 Albert Do-
lisie, a sa sortie du Mayumbe. Depuis cette date, le site de
Dolisie a toujours constitu6 ulne tape. En 1934, le Chemin
de Fer Congo-Ocian y prevoit une station.
Les premiers Europeens furent les constructeurs de la route
et de chemin de fer. Des essais de plantations de sisal suivirent
bicntat ; le premier p.:rmis de recherches minieres fuw donned,
et parall'lcment les b;limenis de la ville s'dlevirent.
En dix ans, Dci.ic a jeli ses racines. Une ddconcentra-
tion opportune a permit au chef de region de coordonner les
l66ments de mise en valour.
Au coeur de cette v,.llee, a 62 km. de Dolsie, des dizai-
nes de traeteurs, des dizaines de machines agricoles sont 6tu-
dids tant au point de vue de leur adaptation micanique que
de celui de leur rend. ent agricole.
Des milliers d'hectares subissent ainsi une experimentation
complete par la ( Station de moderrisation agricole ,, qui
pourra aider, conseiller et diriger !a colonisation agricole de
toute la vallie.
Plus loin, a Sibiti, cn bordure de ]a forkt primaire, la
a Station de selection du palmier i huile offre l'alignerent
de ses 36.000 palmiec.s, de 340 espakecs differentes, et pursuit
la selection qualitative de la production.
La S.O.F.I.C.O. cntrepiend la production des fibres
I d'uerna n, v6egtal donnant un product ayant les qualities du
jute.
Enfin, au milieu des terrains agricoles se trouvent les zones
de recherches et d'exploitations miniires. Elles constituent la
s reserve de la region, qui produit chaque annCe de gran-
des quantities d'or, de diamant et de colombo lantflite.


L'activit6 du Service de Sant6

L.e Service de Santd du Moyen-Congo a conside-
rablement developpe son action au course de ces der-
niers mois.
L'intensification de ses efforts a kt6 rendue pos-
sible par le recrutement de sept medecins contrac-
tuels et la mise A la disposition du Territoire de plu-
sieurs medecins des Troupes Coloniales.
Chaque region est maintenant pourvue d'une
Chefferie du Service de Sante A laquelle sont rat-
tach6s dispensaires, infirmeries et formations m6di-
cales de brousse.
L' ( A.M.I. du Territoire a consomme, pour les huit
premiers mois de l'annee, 4.101.000 frs de medicaments, et
1'h1pital de Pointe-Noire en a distribu6 pour plus de six mil-
lions pendant la meme p6riode.
La chimie-prophylaxie de la maladie du sommeil, par I'em-
ploi d'un nouveau product fran;ais, la lomidine, a donni des
resultats tres encourageants, notamment a Madingo, Kimongo
ou i'index de la trypano a 6te ramen6 de 2,4 et 4,8 % a
0,4 et 0,2 %.
'La lomidine, employee a titre preventif, immunise pendant
six mois. Elle s'emploie aussi a titre curatif i la premiere pe-
riode de la trypanosomiase.








Inauguration
de la nouvelle station 6lectrique de Zanaga

Le Gouverneur Fourneau, chef du Territoire, a
inaugure le 26 octobre la nouvelle station radio-
Mlectrique de Zanaga.
Cette station secondaire, rattach6e a la station primaire de
Dolisie, dessert un secteur de brousse don't 1'isolement -
quasi total en saison des pluies itait des plus prejudiciables
A la vie et a I'&onomie du Territoire : en effet, outre les
Services administratifs, de nombreux miniers sont installs
aux environs de Zanaga et il est Avident qu'a de multiples
6gards, la creation d'une station etait devenue necessaire.
La station de Zanaga complete l'6quipemenmt du d:parte-
ment du Niari, qui comprenait deja : la station primaire de
Dolisie et les deux stations second'aires de Sibiti et Mossendjo,
ouvertes en juillet dernier.

Installation du Gouvernement du Moyen-Congo
A Pointe-Noire
Project depuis longtemps envisage, mais don't la
rdalisation a maintes fois ete retarded en raison de
l'accumulation des difficulties materielles et financie-
res qu'elle soulevait, le transferement, de Brazzaville
a Pointe-Noire, du gouvernement du Moyen-Congo
est imminent. Le gouverneur Fourneau, chef du
Territoire du Moyen-Congo, a. en effet, annonci
qu'il serait pratiquement rdalise le 15 janvier pro--
chain.


Creation de deux reserves de reboisement
dans le Niari

Deux reserves de reboisement viennent d'etre d6-
limitees dans la region du Niari, i proxirnite de la
ligne du chemin de fer < Congo-Ocean > (C.F.C.O.).
Elles relevent du district de Dolisie.
L'une, de 96 hectares, est la reserve de la Lou-
bomo ; 'autre, de 4.280 hectares, est la reserve de la
Mafoubou.
Les bois de chauffage susceptibles d'etre exploits,
seront reserves an C.F.C.O.


Les allocations familiales

Une allocation mensuelle de 1oo francs par mois
et par enfant (de moins de 14 ans) est disormais,
accordde, sur l'ensemble du Territoire du Moyen-
Congo. aux travailleurs africains chefs de famille.
Le terme < travailleurs > s'applique, en l'occur-
rence, A tous ceux (A I'exception des fonctionnaires
et agents des cadres administratifs) don't les services
sont remuneres, quels que soient I'emploi et la durie
des services. L'allocation ainsi cr6ee est i la charge
de 1'employeur ; elle est due a computer du mois qui
suit celui de la naissance et payable en fin de mois.










TOGO


Les travaux
de la Commission
Consultative
franco-britannique


S A (quatrieme session
de la Commission
Consultative fran-
co-britannique pour les
Affaires Togolaises s'est
dlroulde A Accra le 7
octobre 1049, sous la
Co-Preside ce de Sir Charles Arden-Clarke, K.C.
M.G., Go Iverneur de Gold Coast, et de M. le
Gouverneu CUdile, Commissaire de la Republique ani
Togo sous tutelle frangaise. Comme prec6demment,
M. Sylvanlis Olympio et M. Fare Djato represen-
taient le rogo sous tutelle francaise alors que le
Togo sous tutelle britannique 6tait represents par
M. W.S. E onu et M. F.Y. Asare.
On annon .a qu'une mission d'6tudes avait &6t institute par
les GouvernEments francais et britannique pour enquter sur
'le problem de la zone conventionnelle, et qu'elle commen-
cerait ses tracaux vers la fin du mois d'octobre en visitant les
deux Togo, ioour examiner la question sur place. Cette mis-
sion d'tudes sera composee d'un representant de chacun des
deux Gouveriements metropolitains, ainsi que d'un autre re-
pr6sentant de chacun des deux Gouvernements locaux.
Les membi s de cette commission d'6tudes sont :
MM. Cae t, Inspecteur GCneral des Colonies, pour la
France, et M. A. Muchmore, ancien secr6taire financier a
Aden, pour I Grande-Bretagne.
M. Toque, chef du Service des Dauan'es, pour le Togo
sous tutelle frangaise, et M. C. M. Bayfield, contr8leur adjoint
du Service c s Douanes, pour le Togo sous tutelle britan-
nique.
Son mandc t est fix6 dans les terms suivants :
a) enqutel sur les inconvenients d'ordre pratique que cause
aux population ns des deux Territoires sous tutelle l'existence
d'une frontier' douanibre ;
b) passer 'n revue les effects des measures deja intervenes
pour carter de tels inconvenients et rechercher jusqu'a quel
point ces mesi res ont eu, a cet 6gard, d'heureux resultats ;
c) rechercher dans quelles measures il serait possible d'eta-
blir une zone conventionnelle concernant les deux Territoires
sous tutelle sa is porter, pour cela, atteinte au principle du con-
tr6le des charges entire les territoires britanniques et francais
en Afrique ;
d) examiner quelles autres measures d'ordre &conomique
pourraient 81i prises pour supprimer les inconv6nients qui
Spourraient subsister du fait de l'existence d'une frontibre doua-
niere.
Diverses plaintes individuelles au sujet du control fron-
talier furent ,rbsentees a la Commission. Les co-prssidents
furent d'accord pour faire procider a des enqutes a ce sujet
mais ils rapp lerent que routes les plaintes de cette nature
devaient &tre oumises dans les d6lais les plus brefs aux Ser-
vices des Dot anes ou aux fonctionnaires administratifs de la
region en cauie pour etre examines rapidement.


Une note exposant les r6sultats des quatre experiences
communes d'E6dcation de masse r6alis6es dans les deux Togo
fut prise en consideration et les membres africains exprinm-
rent 1'espoir de voir mettre en oeuvre les measures qui permet-
traient de donner une suite utile a l'accomplissement de ces
stages. La Commission enrcgistra la demand suivant laquelle
la champagne d'6ducation de masse devrait s'6tendre aux r6-
gions de langue twi au Togo sous tutelle britannique. Un rap-
port succinct sur la realisation du project de bourses communes
universitaires fut examine.
On annonga que l'enseignemen't de la langue ew6 devait
commencer au college de Lom6 des cette 'ann6e scolaire. Les
membres africains ont marque leur satisfaction de voir les
langues vernaculaires enseignees comme langue de base dans
les coles primaires.
Une motion de felicitations fut 'enregistr5e a 1'lgard du
Gouverneur du Togo sous tutelle franqaise pour la propo-
sition de d6lib6ration soumise a l'Assembl6e Representative
portant suppression de la plupart des patents pour les pro-
fessions artisanales.
Les progrs accomplish dans le programme des liaisons rou-
tieres transfrontalieres furent passes en revue et l'on mit i'ac-
cent sur l'int&rft particulier que presentait la T6alisation rapid
de la route Bassari-Yendi jusqu'a l'Oti.
A la suite d'une proposition de M. Olympio, la position
que devait prendre la Commission en ce qui concern les re-
gions de langue ewe de la colonie de Gold Coast fit l'objet
d'assez longues discussions, mais le Gouverneur de Gold Coast
expliqua qu'en raison de sa competence la Commission ne
pouvait pas faire de recommendations utiles a cet 6gard.
La prochaine session de la Commission fut 'prevue pour le
mois de f6vrier 1950, a Lom6.

La lutte centre 'alcoorisme

Pour enrayer le developpement qu't pris ces der-
nieres annees la consommnation des boissons alcooli-
ques, le Commissaire de la Ripublique vient d'ar-
rkter, en Conseil prive. des measures r6glementant la
police des d6bits de boissons.
C'est ainsi qu'aucun caf6, cabaret et autre debit de bois-
sons alcooliques a consommer sur place ne peut &tre ouvert
au Togo sans l'au'torisation prialable de l'autoritt administra-
tive. II en sera de mnme des hotels, restaurants et auberges
lorsque des boissons alcooliques y seropt offertes, meme l'oc-
casion et comme accessoires de la nourriture.
Pour etre autorises a ouvrir ces etablissements, il est de-
mand6 aux grants ou propriitaires de sorieuses garanties de
moralit-, de meme que les locaux doivent repondre aux con-
ditions modernes d'hygiene, de confort et d'agrement.
Cette autorisation sera refusee a quiconque demandera a
ouvrir un d6bit de boissons alcooliques a consommer sur place
dans les localit6s oi1 il existe actuell-ement un 6tablissement de
cette nature par 300 habitants agglomer6s ou 1.000 habitants
non agglom6r6s. Nul ne pourra non plus &tre autoris6 a ouvrir
un tel 6tablissement dans un rayon de 100 metres autour d'un
edifice consacr6e un culte quelconque, des cimetibres, des
hospices, de tous etablissements d'instruction publique, des sa-
natoria, des priventoria et des organisms publics, cries en
vue du d4veloppement physique de la jeunesse et de la pro-
tection de la sant6 publique.










CAMEROUN


Mission de visit
du Consell
de Tutelle


1 mission de vi-
L site Ldu Conseil
de Tutelle,
composer du prtsi-
S dent Khalidy, de
MAIM. Gerig, Clacs,
ouvaert, Predrucza
accomlpagnes du Dr
Hoo, secr6taire g6ndral adjoint de I'O.N.U., est arri-
vWe, le 12 novembre au matin, i Mora (Cameroun
frangais), venant de Bama (Cameroun britannique).
Apris avoir 6te recus par M. Casimir, Haut-Commissaire
int6rimaire, les membres de la mission se sont entretenus avec
les autoritis administrative et les representants elus de la pu-
pulation europ6enne et africaine des questions int6ressant la
region. Ils ont, ensuite, visit les installations sanitaires et les
&oles, s'interessant particulierement A l'organisation de l'en-
seignement public et a la density scolaire.
La delegation de I'O.N.U. a visited 1'Ecole d'Agriculture
de Maroua. Elle s'est interessee particulierement a l'amelio-
ration et a la modernisation des m6thodes employees par les
indigenes.
La delegation a quitter Maroua le 13 au matin, puis s'est
rendue a Mokilo, a Rumsiki et, enfin, A Garoua, oA elle a
visit le port fluvial et les importants 6tablissements scolaires
et hospitaliers de la ville et s'est entretenu avec les notables
autochtones.
Le 14, la mission s'est rendue par avion a N'Gaoundir6,
oii elle a assist ai un Conseil de notables. Continuant son
voyage par la route, la mission de l'O.N.U. a visited sue-
cessivement la station d'l6evage de Wakwa, prAs de N'Gaoun-
dir6, puis Moiganga.
La mission a passe la journBe du 15 novembre dans la
region de Metare-Oya, pour visitor les camps miners.
La mission de l'O.N.U., arrive A Yaound6 le 17 novem-
bre au soir, a visit It 18 les installations scolaires et sani-
taires de la ville, et, le lendemain, Ayos, centre de lutte con-
tre la maladie du sommeil, et Ebolowa, centre de grande
culture africaine du cacao.
Le 20 novembre au martin, les d6legu6s ont assisted a une
grande reunion de notables de la region, puis ont &t6 requs
par le chef sup&rieur Martin Abega.
Dans la soiree, le Gouverneur Casimir, Haut-Commissaire
par interim, a offert une grande reception en leur honneur.
Au course d'une reception, organisee a Berona, un mem-
bre belge de la mission de visit du Conseil de Tutelle, a
rendu hommage A l'action de la France au Cameroun.
A Yaounde, la mission a visited des formations scolaires et,
notamment, une cole menagere de jeunes filles. Elle a ins-
pectf, ensuite, les installations sanitaires de la ville, ainsi que
la nouvelle maternity.
Le 21 a-u martin, la mission a gagn6 Foumban, pour com-
mencer la visit du Cameroun occidental.
Arrive dans la region Ouest du Cameroun, la commis-
sion de visit s'est int6ressie, dans les principaux centres,


aux h6pitaux, 6tablissements scolaires, usines, barrages et plan-
tations.
Au course de diffirentes receptions, le president te la Com-
mission a f6liciti les autorits francaises pour leurs belles
r&alisations dans ce Territoire.

L'activit6 du service des posters
et telecommunications

Quelques chiffres, tires des statistiques postales,
fournissent d'interessants apergus sur 1'activit &6co-
nomique du Cameroun, au course des derni&res an-
nees :
La progression du courier postal a&rien est rapid. On re-
live, au d&part du Cameroun :
--en 1946 : 3.801 kg. ; en 1948 : 6.601 kg. ; paur 1949 :
9.250 kg. provisionss fond6es sur les sept premiers mois de
l'annee (5.392 kg).
A I'arriv&e, les chiffres sont les suivants :
1946 : 9.080 kg.; 1948 : 17.348 kg.; pour 1949 :
26.900 kg. provisionss fondles sur les sept premiers mois de
1'ann6e (soit 15.676 kg.).
La statistique des ( articles d'argentl du regime franco-
colonial et intercolonial, c'est-A-dire des mandates envoy&
hors du Cameroun ou provenant de l'exterieur, (st un i-
ment important de la balance des comptes du Tenitoire :
en 1946 4 41.000.000 d'imissions et 31.000.000 de paie-
ments ;
en 1948 : 174.971.000 d'6missions et 56.281.030 de paie-
ments ;
pour les sept premiers mois de 1949 : 258.964.000
d'emissions et 35.076.000 de paiements,
ce qui representerait, si ce rythme devait se maintenir, un
deficit de la balance des compete d'environ 380.000.000 au
titre des movements de fonds opr&s par les P.T.T.
Le nombre des competes de la Caisse d'epargne, don't plus
de 85 % appartiennent A des Africains, est en progression
constant, plus rapide d'ailleurs que le solde cr6diteur.
Nombre Solde
de competes creclitenr

31 d6cembre 1946 ................ 3.077 16.270.000
31 decembre 1948 ............... 4.491 31.340.000
31 aoft 1949 (8 mois) .......... 4.925 30.326.300
Si, pendant les sept premiers mois, les retraits totaux ont
l6gerement exc6d& les versements, le montant des comptes de-
tenus par des Africains s'est accru de plus de 5.000.000.
Le nombre des abonnis du telephone est passe de 370 au
31 d&cembre 1946 a 528 au 31 juillet 1949.
Les recettes budgetaires sont en progression constant a :
1946 ............... ......... .. 25.300.000
1948 .......................... 57.000.000


1949 provisionss sur la base des re-
cettes des 7 premiers mois, qui at-
teignent : 46.300.000 frs) ....


73.000.000


Le budget du Territoire

A la session budg6taire de 1'Assembl6e Represen-
tative du Cameroun, qui s'est terminde le 3o octobre.
le budget de ce territoire a ete vot6. 11 est en 6quili-








bre et porte sur 3.125.472.ooo'C.F.A. L
acquis A unanimity, apres une etude
des ressources et des besoins du Camerc
Les men bres.de l'Assemblee ont proc
cessitd d'Lln travail productif, afin d
d6veloppenlent 6conomique et social
dans le cadre de l'Union Franqaise.

I..es exportations du Territoi
depuis le 11 janvier

A la date du 30 septembre, les tonna
de produit; ont 6te exports, depuis le
1949, par e1 Cameroun
Exportations

Arachides ......... 3.576 t.
Huile d'arachides .. 20 t.
Palmistes ......... 2 1. 167 t.
Huile de palme .... 4.276 t.
Savon ............. 788 t.
Sesame .. ......... 162 t.
Bananes s-chdes .... 254 t.
Cacao .. .......... 40.806 t.
Cafe .............. 6.614 t.
Cuirs et peaux ..... 392 t.
Etain ............. i 59 t.
R utile ............ .531 t.
Bois grumi s ....... 34.844 t.
Bois d6biti s ....... 7.129 t.
Caoutchout ........ 1.784 t.
Bananes v( rtes ..... 22.852 t.

(1) A4t port.


e vote a et6
e minutieuse
>un.
clam6 la ne-
'acc6elrer le
du' territoire


Les travaux g6ographiques

Le group geographique du Cameroun, qui depend
du Service G6ographique de l'A.E.F.-Cameroun, ins-
tall6 A Brazzaville, continue son travail geodesique.
topographique et cartographique du Territoire.


Un certain nombre de lev& d'itin6raires ont 6t effect&
dans les regions de Yoko, Banyo, Tibati, N'Gaound6r, pen-
re dant que, malgr6 des circonstances atmosph&riques particu-
lierement d6favorables, la mission de prises de vues ariennes
poursuivait la couverture photographique du Sud-Cameroun
ges suivants et qu'une mission entreprenait d'importants travaux a la fron-
t" janvier tire de I'A.E.F., dans la zone du Logone-Tchad.
De son cote, 1'atelier de reproductions et tirages de
YaoundC a ridig6 Ircize feuilles des croquis provisoires au
Stocks restant 1/200.000" : Lomi-Sud, Akonolinga, GambU, Tibati, Mo-
a territore loundou, Souank6, Batouri-Sud, Yoko, Tignere, Yaounde,
Banga-Eboko, Banyo, N'Gaoundire. L'6dition de ces feuil-
70 t. les a 6t6 assure par 1'atelier d'imprimerie de Brazzaville; neuf
236 t. autres cartes ont &6t, par ailleurs, 6tablies sur calque : Nya-
8.785 t. bessan, Bertoua, Rei-Rouba, Btar-Oya, Ebolowa, Foum-
5.663 1. ban, Batouri, Abong-Mbang, Poli. Douze autres feuilles sont
622 t. en course de r6daction.


238 t.
1.575 t.
148 1.
8 t.
868 t.
5.760 t. (')
.907 t. ()
302 t.


Inauguration d'un monument
a la m6moire du gn.6ral Leclerc A Douala

En presence d'une nombreuse assistance africaine
et europ&enne, un monument a la m6moire du genera;
Leclerc a 6td inaugure, le ii novembre, A Douala.
MA" Leclerc et ses enfants, Iluber t et Bndicte,
qui sont pupilles (du Cameroun, assistaient A cette
c6rdmonic, ainsi qiuc M. Casimir, I laut-Commissaire
par interim, et le g6nrial Bourgund, commandant
superieur des troupes en.A.E.F. et au Cameroun.


SAINT PIERRE ET MIQUELON ,


SProjet de premise
7/ en exploitation
du frigorifique
de Saint-Pierre

LA site d'un ar-
m ret6t minist riel
du 23 aoit 1949,
portant autorisation de
constitution d'une so-
cifte d'6conomie mixte.
dite Soci6t6 d'6tudes
pour l'exploitation d'une station de congdlation A
Saint-Pierr, et Miquelon, une commission de tech-
niciens md ropolitains conduite par le commandant
Castel et comprenant :
MM. Caulier, ing6nieur frigoriste; Claireaux,
sdnateur du Territoire; Crouzet, ing6nieur en chef


des Ponts-et-Chauss6es ; Deillion, directeur des fri-
gorifiques de la Villette, repr6sentant les exploitants
frigorifiques; Gaulier, representant les armateurs
francais ; le commandant Petit de la Ville-Leon, re-
presentant les usiniers des sous-produits du traite-
ment du poisson, est arrive le 31 octobre i Saint-
Pierre, via Gander, apres avoir visit les installations
frigorifiques de Saint-Jean de Terre-Neuve.

Apris examen des conditions techniques, financie-
res et commercials de la remise en exploitation du
frigorifique, ces personnalitis, accompagndes de
M. Cointet, representant A Saint-Pierre de la Caisse
Central de la France d'Outre-Mer, ont quitt6 le Ter-
ritoire le 5 novembre, par la voie des airs, pour
Sydney, Halifax, Boston, Gloucester et New-York,
en vue de rdunir de nouveaux 616ments d'apprecia-
tion.









MADAGASCAR ET DEPENDANCES


L'inauguration
du point de la Sakay


S nier a 6t inatu-
tem- pk gure le point de la
So Sakay, aux confines des
-. districts de Tsiroano-
Smandidy et de Soavi-
Snandiana, i quelque 200
kilomitres de Tana-
rive.
La nrcessit: du passage de la rivicre dans la zone out cet
ouvrage vient d'etre construct s'6tait impose depuis trbs long-
temps pour assurer la liaison entire le pays a l'ouest de la ri-
vibre, oh se pratique l'dlevage, et la riche region de culture
de l'Itasy. Jusqu'. maintenant, ce passage 6tait mal assure par
le gu~, oi0 le bac et le regime torrential de la rivibre le ren-
dait impraticable pendant plusieurs semaines par an.
Certain habitants signalent qu'outre les frais 6levis du
transbordement, plus de cinquante boeufs 6taient perdus, cha-
quc annse, du faith des crocodiles ou du courant. La construc-
tion du point profit aux habitants des dcux c6trs de la riviere;
-ux uns, ce point permit d'assurer, de faoon commode et sore
1'vacuation des products de leurs exploitation vers Soavinan-
driqpa, vers Tananarive et au delay ; pour tous, ii am.liore les
pcssibilit6s d'&changes 6conomiques. D'autre part, ce pont
constitute un chainon de la liaison des plateaux vers la c6te
ouest s r~aliser dans un proche avenir. En outre, ii servira
i l'accks vers Folakara oii 1'ventualiti de l'ouverture d'une
industries important d'extraction de bitume permet des pers-
pectives favorables a l'&conomie du pays. Ce pont a 6t6 rea-
lis6 suivant un type d6finitif moderne, capable de supporter
des charges de 25 tonnes (voir photos page 36).

Creation d'une nouvelle prefecture apostolique
Une nouvelle prefecture apostolique vient d'etre
institute A Madagascar Tsiroanomandidy (ouest
de Tananarive). Cette nouvelle circonscription eccl6-
siastique, qui vient s'ajouter aux deux autres pr6fec-
tures et aux huit vicariats existant auparavant est
signal6e par l'Osservatore Romaiio comme une nou-
velle preuve de l'essor pris par les Missions catholi-
ques dans ce pays.

Constitution de la F6d6ration
des Anciens Combattants de Madagascar

Les Anciens Combattants se sont rdunis en Assem-
blie GCnerale, le c novembre, i Tananarive, afin de
constituer definitivement la Fed6ration des Anciens
Combattants de Madagascar, qui deviendrait une
union d6partementale de l'U.F.A.C. comportant des
subdivisions provinciales et locales.
Le nouveau Conseil d'Administration, 6lu A l'issue
de l'Assembl6e. comprend quinze membres, don't cinq
autochtones. Un membre comorien reste A l6ire.


Des sp6cialistes italiens demandent du travail
a Madagascar

L'lnspecteur provincial du Travail A T.inanarive
a informed les chefs d'entreprises qu'il 6tait. actuelle-
ment, saisi d'un certain nombre de demand. es d'em-
plois. introduites par des specialistes d'origine ita-
lienne, residant en Afrique Orientale et dteireux de
se fixer A Madagascar. 11 s'agit, en particuiler, de
plusieurs 6lectriciens, mecaniciens, ajusteuis, moto-
ristes, ainsi que de technicians du batimeiit et des
industries du bois, pr6sentant'tous des rtefrences se-
rieuses.

Le Haut-Commissaire 6tudie la question
des prix du riz

Le Haut-Commissaire a procde A uine consulta-
tion sur les measures propres A enrayer un movement
de hausse enregistri, ces jours derniers, sur les riz.
et a assurer la stability des prix.
On declare, dans les milieux autorises. que 'in-
tervention du stock de sccurite, aux disponibilites
Iri's samples, permit d'assiurer les consoinmateurs
qu'ils trouveront, en permanence, le march tris
largement pourvu en riz vanga a 22 fr. 50 le kilo et
blanchi a 24 francs jusqu'a la prochaine recolte, et
que l'eventualilt d'une baisse de ces tarifs A l'ap-
proche de la r6colte de vary aloha est mrme envi-
sagee.


L'avancement des travaux A Brickasille

Des A present, tout colis, quel que soit ;on poids
-- on peut, en pratique, atteindre le chii're de 15
tonnes peut etre transbord6 sans risq.es. Cette
possibility de transbordement des gros et tres gros
colis lIve, d6sormais, une hypothique qui etait tres
lourde pour certaines entreprises et permetr a d'am&-
liorer et d'augmenter le nombre des priorities deli-
vrees.
D'ores et deja, il passe quotidiennement par Bric-
kaville, le mrme tonnage de marchandises que celui
qui passait, en periode normal, par le point, soit 300oo
tonnes en moyenne.
La rotation des transbordements est tell que l'en-
combrement du port de Tamatave, que l'on a pu
craindre uin' moment donned ne souleve plus d'in-
quietude. En fait, le tonnage, actuellement stocks,
est absolument identique A celui qui existait l'annie
derniere A la mrme 6poque, alors que le pont 6tait
intact. II n'y a, de meme, pas de difficultWs A prevoir
du fait que des,arrivages attendus dans les prochains
mois.








Parallelernent aux travaux de transbordement, les
travaux de construction du pont provisoire ont 6t6
men6s avec diligence.
Toutes le, piles sont, actuellement, couldes sur des
foundations 6rieuses et la construction se poursuivra,
desormais, ;)artout au-dessus du niveau des eaux.
On peut iestimer que la date du 15 janvier 1950
prdvue par la Socidte des Entreprises M6tropolitai-
nes et Coloniales pour la livraison du pont au traffic.
sera respect le At quelques jours pris, si les conditions
metdorologi Lues restant normales (voir photos page
36).

Declaration de stocks

Le Haut-"Commissaire vient de prendre un arrete
relatif au r gime des prix dans le Territoire de Ma-
dagascar et Dependances.
Selon uct arrete, dans toute l'etendue du Terri-
toire de Madagascar, les industries ou commer-
cants qui I s d6tiennent, doivent. obligatoirement,
d6clarer les products, denries ou marchandises enu-
meres ci-apres :
a) Denre. s alimentaires paddy et riz de toutes
sortes dans les conditions fixees par arr&te special
farine de froment; lait concentre sucre ou non
sucre, deux caisses et plus ; sucre cristallis6 de toutes
provenance., ioo kilos et plus ; sel, 5o kilos et plus
cafe, une tonne et plus.
b) Tissu' tissus &crus, une balle et plus.
c) Diver: hydrocarbures dlans les conditions
fixees par irrt6e special.


Liberty des prix des micas A I'exportation

Les prix P.O.B. des micas, tant pour les vente,,
sAur la Fran *e que pour les venues sur l'Etranger, ont
&t6 rendus libres par arrete date du 24 octobre 1040


LIes lies Kerguelen

Au course de sa stance de 5 novembre, l'Assemblee
National a voted un project de loi ouvrant un credit
de 20 millions pour l'organisation d'une mission
d'dtudes au lies Kerguelen et Crozet (').
L'archipe des Kerguelen constitute la plus ancienne
colonie frat:caise dans 1'Antarctique. Le 13 fvvrier
1772, le ca.)itaine Yves de Kerguelen, commandant
la Fortune .-t le Gros Ventre en prit possession au
nom du Roi de France. Jusqu'aux missions .du geo-
logue Aube t de la Rue (1928-29 et 1931), la France

(i) Voir Bidletin d'Information de la France d'Outre-Mer,
n" 134, a Le problLme des lies Australes ).


ne manifest aucun inter&t particulier pour ces iles-
La derniere visit est celle de l'aviso Bougainville
en 1939.
L'archipel des Kerguelen est situe dans le sud de I'Oc&an
Indien, i 3.300 km. de Madagascar. II est a la limited du do-
maine antarctique. II est form d'une grande lie, de forme
sensiblement triangulaire, en'tour6e de 300 ilots d'importance
diverse. La superficie total de 1'archipel est de l'ordre de
6.500 km2 superieuree a celle des Bal6ares, 'mais inf6rieure a
celle de la Corse).
Les iles Kerguelen (possession francaise) et les miles Heand
(possession anglaise) sont les emergences d'un mame seuil soMs-
marin et possadent la msme constitution gaologique. Ce sont
des terres decoupees de babies profondes, tombant souvent a
pic dans la mer. L'intieieur des terres est former de plateaux
et de pics. Le mont Ross, point culminant de l'archipel (1.960
mitres), situ6 dans la presqu'ile de Gallieni, est un volcan par-
faitement conserve. Une grande parties des montagnes est re-
couverte de glaciers, de n6ves et de champs de neige.
Les miles Kerguelen s3nt de formation volcanique ou pre-
dominent les basaltcs, les trachytes et les phonolites. M. Au-
bert de la Rile put decouviir des gisements int6ressant suscep-
tibles d'exploitation industrielle. Le sous-sol content des li-
gnites, de la calcedoine, du quartz hyalin, de I'amethyste et
de l'cpale. II est possible que de nouvelles prospections puis-
sent mettre a jour d'autrcs gisements.
Le climate des Kerguelen est celui qui regne dans route la
zone subantarctique. 11 est caract&rise par des hivers d 'ux et
des &t6s froids, par une forte humidity et une intense n6bulo-
sit6. La moyenne annuelle est de 3" environ. II tombe de I
a 2 m&tres de precipitations par an. Les journees ensoleillbes
sont rares. Les vents sont fiqquents et souvent tres violent.
La tremiere tentative de mise en valeur des sites Kergue-
len date de la fin du siecle dernier. Les fires Bo'ssiere obtin-
rent dd Gouvernement une concession pour une durie dec
50 ans. Ils crierent la Compagnie CGn&rale des lies Kergue-
len, qui aboutit L un cheec. Le iles australes francaises, !et
principalement I'archipel des Kerguelen, places en avant-
garde de l'immense continent antarctique, occupent des situa-
tions privil6gi&es pour !'6tablissement de la carte du temps.
Situoes sur le trajet des futures lignes aeriennes qui relre-
ront 1'Australic 1'Afrique du Sud, le miles Kerguelen int-t
ressent particuliarement ces dcux Etals, qui esp.rent y &tablir,
dans un avenir qui n'est plus si lointain, une escape anrienne.
Celle-ci devra &tre francaise.
II semble agalement que l'intaret purement 6conomique de
l'archipel de Kerguelen ne soit pas a d6daigner. Les mere
australes recklent des richesses qui sont meme loin d"avoir
6te comp16tement recensees et, a l'exception de l'industrie de
la baleine, tout reste h faire.
Aprbs de serieuses recherches d'oc6anographie physique et
biologique, il parait vraisemblable de supposed que les pIche-
ries et les industries des crustac6s seraient rentables.
Du point de vue des richesses du sous-sol, les charbons des
Kerguelen pourraient servir aux industries locales, pendant
que les pierres semi-pr&eceuses (agate, calcadoine, calcite, etc...)
pourraient mame tre exportees.
L'eevage du mouton, ayant pleinement r6ussi aux Fal-
klands, il n'est pas impossible de supposed que des tenta-
fives semblables seraient couronnies de succis aux Kergueln.









NOUVELLE CALEDONIE


de la commission
du Pacifique-Sud

A quatriinme session
de la Commission
du Pacifique Sud
s'est tenue, i Noumea,
cdu 22 au 31 octobre,
Les representants des
Gouvernements partici-
pants : Austraiie, Fran-
ce, Nouvelle-Zelande, Pays-Bas, Etats-Unis et
Royaume-Uni y assistaient. Le premier commissaire
supplant poulr la Nouvelle-Zlande, le lieutenant-
colonel F.W. Vocioker, a pr4sid6 les reunions, con-
formiment i la rigle attribuant la prbsidence, A tour
de r6le, A chacun des gouvernements participants.
Les reprisentants de la France, etaient : M. R.
Lassalle-S6rI, commissaire permanent; M. P.C.J.
Bonnard, et M. A.H. Fourcade, conseiller.
La Commission a examine les progris accomplish dans la
mise en oeuvre de trente projects de recherche qu'elle a ena-
trepris en mai dernier, et qui se rapportent i la Santl&et au
Developpement 6conornique 'et social de deux millions et
demi d'habitants de la region du Pacifique Sud. Le project,
concernant I'6change d'infomnations 6pidemiologiques centre
les quinze Territoires non-autonomes de la region, est achev6
et commencera a fonctionner dans le courant de novembre
1949. Des progris encourageants ont it6 rcmarques dans
d'autres projects, tels que :
une etude pour la production d'une nourriture conve-
nawe pour les nourrissons ;
une 6tude sur la filariose;
un project d'introduction de plants a caractere econo-
mique, avec des centres d'acclimatation a Fidji, en Nouvelle-
CalBdonie, en Papouasie et en Nouvelle-Guinee hollandaise;
un project d'amilioration de la productivity des iles corallien-
nes. Des experts ont commence des investigations sur l'anthro-
pologie social et la linguistique social, en cherchant a ap-
profondir les applications pratiques des r6sultats obtenus ;
une documentation en vue d'attaquer le probleme de
l'analphab6tisme est dcja r6unie ;
1'6tablissement d'institutions centralis6es pour I'education
technique et l'utilisation de films et autres aides visuelles pour
des buts educatifs ;
un projet-guide pour determiner les methodes d'utilisa-
tion des terres commencera bientst en Nouvelle-Caledonie;
des measures ont ete prises pour un plan de developpe-
ment communautaire sous la direction d'indigenes entraines.
L'ex6cution commencera en janvier, sur 'ile Moturiki, dans
l'archipel des Fidji.
En vue d'affecter, aux travaux de 'la Commission, des re-
prisentants des populations locales et des institutions officiel-
les ou non s'int&ressant direclement au territoire compris dans
'le rayon d'action de la Commission, la Convention passe
entire les six Gouvernements membres prevoit une conference
du Pacifique Sud, organisation consultative et auxiliaire de


la Commission. Aux terms de la Constitution de la Com-
mission, cette conference doit se rEunir tous les trois ans en-
viron, -et la Commission a approuv6 les measures rises pour
la premiere conference, qui se tiendra i Nasinu (Suva) le
24 avril 1950. Des representants des territoires suivants, pour
la plupart indigenes, assisteront i la conference :
Papouasie, Fidji, Nouvele-Guinee, Nauru, Nouvelle-
Calidonie et dcpendances, -Oc6anie franaaise, Nouvelle-
Guin&e hollandaise, Samoa nro-zelandaise, archip(l de Cook
et Niue, royaume de Tonga, protectorat anglali des Salo-
mon, iles Gilbert, iles Ellice, Samoa ambricaine, Nouvelles-
HEbrides, archipel de Tokelau.
Sir Brian Freeston, Gouverneur des Fidji, sera president
de la conference. Des rapports prliminaires sul les sujets
suivants seront pr6sentes par les del6gues des diflfrents terri-
toires places sous la jurisdiction des six Gouvernernents mem-
bres :
Sante publique : r Lutte contre les moustique' ; t Le
village sain ,.
Dcveloppcmneni social : E L'Ecole au village ; a Orien-
tation piofessionnelle ) ; a Soci6t6s cooperatives ,.
Developpement &conomique : ( M6thodes dr piche ,;
i Am4lioration et diversification de l'alimentalion et de. r&-
coltes marchandes ,.
En tenant compete du role que la Commission pourrait jouer
dans le programme d'assistance technique pour les regions peu
diveloppies du monde, la Commission a demand au Secre-
taire gi6nral de preparer, pour I'approbation dc:i Gouverne-
ments participants, un project de programme d'assistance tech-
nique a Figard des territoires entrant dans le rayon d'action
de la Commission.
Le Secrntaire general soumettra un rapport etendu, afin
de couvrir, le plus possible, les besoins a long terme de la
region.
La cinquiime session de la Commission du Pacifique Sud
aura lieu a Suva, en mai 1950, apres la conferer.e du Paci-
fique Sud.

L'enseignement

Poursuivant, en stance publique. l1'ti ud du pro-
jet de budget i950, l'Assembl6e locale a c.amin6 les
ciffi'rents postes de depenses aff6rentes :a Service
des Affaires Indigines et a evoque, a cettc occasion,
le developpement des Ecoles Indigenes en Nouvelle-
Cal~donie.
Sur la Grande-Terre. les 6coles se ,;partissent
ainsi :
Ecoles officielles : 27. frequentie- par 880
6elves ;
-- coles privees catholiques : 30. i-cluentees
par 2.330 elves ;
Ecoles privdes protestantes : 14, '-equenl6es
par 580 el&ves.
Aux lies Loyaut :
21 ecoles officielles, comptant 1.035 l66ves;
7 ecoles catholiques, comptant 530 eleves;
5 dcoles protestantes, comptant 305 eleves.











INFORMATIONS ADMINISTRATIVE


,* Cabinel ; d'Outre-Mel :
Composil on : Cabinet civil, arr6tis du 28 octobre
et -du 9 nov \nbre (J.O. 3 et 11 novembre).
Dblegaliois de signatures, arrte6 du 28 octobre
(J.O. 3 nov nrbre).
Cabinel i iilitaire, arret6 du ,9 nov. (J.O. 11 nov).

* Cabinet ile M. Gorse, Sous-Secretaire d'Etat a la
France d'O()lre-Mer :
Composil ion, arrete du 2 irovembre (J.O. 5 nov.).

* LI's allribulions de M. Gorse, Sous-Secr6taire
d'Etal I Ia France d'Outre-Mer ont 6t6 determinees
par d6(rel lu 9 novembre 1949 (J.O. 11 novembre).

* Cabinel le M. Aujoulat, Sous-Secr6taire d'Etat h
la France il'Oilre-Me-r :
Composite on, arrt6 ,du 10 novembre (J.O. 13 nov.).

* Les aliriblutions te M. Aujoulat, Sous-Secrtaire
d'Elat A la France l'Oitre-Mer, ont W6t d6terminees
par d6crel uI 9 no'vembre 1949 (J.O. 11 novembre).

* ORGANISATION I)I LA DIRECTION DES AFFAIRS PO-
LITIQUES PEl 4)ANT I.'ABSENCE DU DIRECTEUR :
Pcndant I durLe de ses functions de Directeur du
Cabinel diu \inislrc, M. le Gouverneur General Dela-
vignelle ser I suppll6 dans ses functions de Directeur
des Alffirie p olitiqucs A l'Administration central
par M. le ( ouverneur de Pereyra, Directeur-adjoint
de c tte ])ii section.
M. le Got verneur de Pereyra sera lui-mime sup-
pl6C d(ans les fonctions de Directeur-adjoint par
M. Bruniqi 1, sous-directeur.
M. Brani(liel sera A son tour supple par M. Ha-
nin, ch f dlt 2" Bureau.
M. Hanin sera suppl66 conmme chef du 2' Bureau
par M. D)ujiux, Administrateur des Colonies (arrtle
du 10 novcibre, J.O. 20 novemnbre).

* Le Conscil d'Adiministration du << Centre Techni-
que Foresti r Tropical >>, cr&6 par un arret6 dil
10 mai 194'), a vu la composition de son Conseil
d'Administr;ition miodifite par un arrte dui 15 no-
vemlbre 194 I (J.O. 20 novembre).

* La Socitt6l d'Exploitations Forestieres et Indus-
trielles du ( ameroun (S.E.F.I.C.) a obtenu un permits
d'exploitation for.stiere au Cameroun (decret du
19 novembr3, J.O. 22 novembre).

* Le d6crct du 28 juillet 19,42 modifiant le decret
du 29 mai 1931 instituant le rCgime des redevances
minieres en Indochine, -a 46t abroge (drcret du 26 no-
vembre, J.O. 30 novembre).


* Approbation d'un certain nombre de deliberations
d'AssemblCes locales (Etablissements d'Oc6anie) : r6-
giCme des patents, droits d'entr6e, assiette des droits
de douane, Grand Conseil de I'A.E.F. : droit d'en-
registrement sur les marches administratifs relatifs
au plan, admission on franchise de materiel minier.
- Togo : modifications dt. droits fiscaux d'entr6e et
de sortie. -- Guinde : taxes additionnelle aux droits
'de mutation A titre on6rcux d'immcubles et droit.
immobiliers, taxe locale sur le chiffre d'affaires
(dicret du 21 novembre, J.0. 26 novembre).

* Certain tissus ldestines ah tre brodes on confec-
tionn6s sont admis nu regime de l'admission tempo-
aaire a leur entri.e en Indochine. Leur importation
et leur reexportation ne pourra s fire que par les
bureau de Saigon, Haiphong, Tourane, Pnom Penh
(d6cret du 21 novembre, J.O. 26 novembre).

* Le droit de transaction en matiere d'infractinns
douanibres en Indochine est modifi6 comme suit :
Sous-directeurs chefs de subdivisions et ins-
pecteur du Laos : jusqu'a 7.000 piastres en ce qui
concern les droits frauds et 30.000 pour les pena-
lit6s encourues.
Directeur 16.000 et 80.000 piaslrcs.
--- Le Haut-Commissaire an lelt (decret du 24 ao-
vembre, J.O. 25 nov~enbre).

* Le budget de l'O)fice du Niger pour 1949 a eti ar-
ret&, on recettes ct dtpenses, A 320.325.000 francs
pour la section ordinaire et 117.325.00 francs pour
la section extraordinaire.


PERSONNEL

* Ont etd nommns Inspeccftrrs de 3' classes des Co-
lonics :
MM. Truitaard (Jean-Philippe), Administrateur-ad-
joint de 1"0 classes des Colonies;
Dennery (Ren), Administrateur-adjoint de 1'"
classes du S.C. d' l'lndochine ;
16hl] (Jean-Charls), Commissaire de 1" classes
de la Marine;
Galbrun (Rend), Admninistrateur de 30 classes du
S.C. de l'Indochine (d6cret du 4 nov., J.O. 15 nov.).

* Ont etC promus :
Parmi les Gouverneurs : ia la deuxiene classes de
leur grade :
M. Maestracci (Pierre-Louis), ,pour computer du
1" avril 1949 (dcret du 17 novembre, J.O. 1.8 nov.).
M. Boissier (Jacques), pour computer du 1" aodt
11949.


ADMINISTRATION


FINANCES


I










M. Angelini (Antoine), pour computer du 25 novem-
bre 1949.
M. Mouragues (Albert), pour computer du 28 no-
veinlbre 1949 (drcrets du 28 novembre, J.O. 30 nov.).
* M. Casimir (Fernand) .a Wtr nomm6 Gouverneur
de 3 classes des Colonies (.dcret diu 4 novem:bre, J.O.
8 novembre).

* Ont' te nomins Sous-directeurs an Ministire de
da France d'Outre-Mer, :en ridgularisation de fonc-
lions qu'ils occupaient dejh it la Direction des Affai-
res 6conomiques :
MM. Camouilly (Leopold), pour computer du 16
aoit 1945 ;
Torr6 (Xavier), pour computer du 13 Inai 1948 (d6-
cret du 10' nove'mbre, J.O. 11 novembre).
Ont d~e reclasses :
M. BLrigaud (Jean), Administrateur de 20 classes
dies Colonies, aI la 3" classes du grade d'Admin'iistra-
leur au 1" janvier 1944, an lieu du i1" juilldet 19,44
(decret du 21 novembre, J.O. 24 novembre).
M. Aubin (Pierre), Administrateur de 2' classes des
Colonies, pour computer du 1" juillet 1947 (d6cret du
2( novembre, J.O. 30 novembre).
M. Jeannin (Charles), Administrateur de 1" classes,
a computer du 1" janvier 1940, an lieu du 1"' juil-
let 1943 (de1rel dii 241 novembre, J.O. 24 novembre).
M. Frances longerr), Adminisltralte'ur-adjoint de 1"I
classes des Colonies, pour computer dul 1" juillet 1947
(decret du 211 novemibre, J.O. 24 novenibre).
M. Lacour, Administrateuir-addj'oint de 1'' classes des
Colonies, i conipter du 1"" aolt 1948 (.d6cret du 21
novemnbre, J.0. 24 novembre).
M. Bondonn,-'au (Gilbert), Aldiniislra .et!ur-adjoint
(de 1' classes des Colonies, A coni.plcr du 1'"" aoit 1945,
anl lieuu l 1'' janvier 1947 (d.cret (lu 21 novembre,
.1.0. 24 novenibre).
M. Debl6 (Louis), Atdminislraleiir-adjoint d:, 3"
classes des Colonies, it computer l 1"" anit 1948 (de-
c.ret du 21 novembre, .1.0. 24 novnclibre).
M. Chabrol (Gilbert). Administrateur-adjoint de 3"
classes du S.(:. ie 1'I ndoclhin.e, i compl)l-r du 1'" iaofit
1948 (dicretl du 21 novembre, J.(. 24 novembre).
M. Gue (Roger), Ad.ministrateur-adjoint de 3' classes
dti S.C. (de 'l'nochine, A comlnter du 1"' aofit 1948
(decret du 21 november., .1.O. 21 'novemnbre).
M. Gasscau (.J;cques), Adminiisi:trteur-adjoint *de 3
classes du S.C. de 'In-dochine, A' co'nipter du 1'" ;:oit
1948 (decret tdu 21 nov.enibre, J.O. 24 novembre).
M. Balard (Ilobert), Administrateur-adjoint dte 2
classes des Colonies, i computer du 1" ofilt 194!) (d&-
cre't du 26 novcmbre, J.O. 30 novemnbre).
M. Malrieu (Jean), Administrateur-adjoint de 1"-
classe (du S.C. de l'Indochinir, h computer dult 1" aoit
1944 (decrel (ui 2,6 novembre, J.O. 30 novembre).

0 M. Emmanuel.ly (Georges) a Wet titularis6 come
Administrateur de 2" classes des Colonies, L computer
du :9 mars 1941'. datl. de sa nomination Lt tire lpre-
caire (dicret du 26 novembre, J.O. 30 november).


* Ont fti places en position de disponibilite :
M. Di.ffire (Thaddee), Administrateur de 3 classes
des Colonies, pour la piriode du 18 aofit 19418 au
17 septembre 1949 (decret du 10 nov., J.O. 15 nov.).
M. Paget (Rend), Admniinistrateur-adjoint de 1'*
classes 'des Colonies, pour 6 niois, A computer dn 1"
septenrbre 1949 (d'Bcret du 21 nov., J.O. 24 nov.).
M. Ducaud (Jean), Administrateur de 3 classes
des Colonies, maintenu en disponibilite pour 1 an,
a co-nipter -du 1" novembre 1949 (decret du 21 no-
vem'bre, J.O. 24 novembre).
M. Carries (Georges), Administrateur-adjoint de 2*
classes du S.C. de 1'Indochine, maintenu en position
tie disponibilite pour 1 ,an, i computer -du 1" novem-
bre 1949 (d6cret du 21 novembre, J.O. 24 nov.).
M. iHobert (Christian), Administrateur-adjoint de
2" classes des -Colonies, pour 6 nmois, Ai conmpter du
14 septemnbre 1949 .

* Ont ei admis i fire valoir lears droils iune pen-
sini dte relraite :
M. )a Costa Soares (Jean-Charles), Ad4ininistra-
Iteur de 2r' classes des Colonies (d6cret du 10 novem-
bre, J.O. 15 novembre).
M. Pechoutre (Jacques-Pierre), GouverVieur de 2"
classes des Colonies, avec 1'honorariat de son grade
(dcIr,'t du 17 novemnbre, J.O. 18 novenibri).
M. Peux (Gr6goire), Administrateur de 1"' classes
des Co'lonies, Ah computer du 17 novembre 1949 (d6-
rret dlu 31 novembre, J.O. 24 novembre).
M. I)or (Louis), Administrateur de 2' classes des
Colonies, a computer du 27 octobre 1949 (ddcret du
21 novemnbre. J.O. 24 novembre).
M. Poydonrenge (Jean), Admiinistrateur Ide 2' classes
des Colonies (d6cri't du .21 nov., J.O. 24 nov.).

M. Colaneri, Admninistrateur-adljoini de 2" clusse
des Colonies, prbeedemment en position Ie disponi-
bilili, a eeit revoqui (dlcret tdu 10 n)ov(lubre, J. 0.
15 novemibre).

0 M. I,' Q)uaing 1)Dng (Flralncois), Adiliinistrateur-
adjoiinl de 1'" classes des Services Civils de I'Indo-
cihinii, mis en position ide disponibilite gains traite-
nentl i cumiip)ter tiLI 1 9 mars 1947, a ele ro:yi des cadres
a: ('liciipter du 27 inai 1918.

M. de Carbon Ferriere (Jacques), lnlspecteur de
1'" classes des Colonies, a ietC place pour 5 ans on posi-
lion de d'lachement pour exercer les folnctions de
I)ireeteur (G6neral de la Conipagnie des Textiles de
l'l'nion Franniaise (J.O 10 novembre).

SMI. Leenharrdt a cisse ,d'assurer, 6 conlipter du
1'' noveinibre 1949, les fonctions de it ri'ecteur -de
I'Institut Fran'Cais d'Oceanie. L'honorarial dui litre
die Directeur lui a Wte confer6.
M. Bugraicourt (Francois) a succedl ,'i M. Leen-
hardt i l'Institut Fiancais d'Oc6anie (al rlt1 du 14
novembre, J.O. 19 novelbr',).

a M. Canierlynck, Professeur dte Droit A li Facult( de
Lille, provisoirement charge tie la chair de Civilisa-
lion et Langues indochinoises Li I'E.N.F.).-M., a Mt&
titularis6 dans ces functions (J.O. 4 novembre).








* M. Jeanain (Albert), Vatbrinaire Inspecteur en-
chef, est miintenu en position de cong6 hors cadres
et mis A la disposition du Ministre des Affaires 6tran-
g&res pour .ervir au Venezuela (J.O. 4 novembre).
* M. Augute Chevalier, Membre de l'Institut, Pro-
fesseur honoraire au MusBum d'Histoire Naturelle, a
6te plac6 ce position de mission aupres du Haut-
Commissaire de la R6publique en A.O.F. pour effec-
tuer au S6negal, au Soudan et au Niger des recherches
de botanique agricole (J.O. 6 novembre).
* Trois dei rets du 19 novembre 1949 (J.O. 23 novem-
bre) porteni nominations dans la Magistrature d'Ou-
tre-Mer.
* Le tableau d'avancement des fonctionnaires du
cadre de l'Agriculture aux Colonies a fait I'objet de
2 arrtb6s er date du 26 octobre (J.O. 6 novembre).
* Le table au d'avancement compl6mentaire pour
1949 des foi ctionnaires du cadre g6enral de l'Elevage
et des Indu: tries animals des Colonies fait 1'objet de
3 arretes dui 12 octobre 1949 (J.O. 6 novembre).
* Un conci urs pour le grade d'Inspecteur de 3" classes
des Colonie; est pr6vu pour mai 1950. Les demands
de candidature devront parvenir au Ministbre de
la France I'Outre-Mer avant le 1" mars 1950 (J.O.
9 novembrc).
* Lc tableau d'avancement des fonctionnaires du
cadre g6ni al des Eaux et Forits aux Colonies a fait
l'objet d'un arrWt6 du 9 novembre (J.O. 19 nov.).
Un arr6ti de m6me date porte promotion dans ce
cadre A coinpter du 1" juillet 1949 (J.O. 19 nov.).
* Le table: u d'avancement des infirmibres et sages-
femmes coloniales a fait I'objet d'un arri6t en date
du 12 octolire (J.O. 19 novembre).
Un arr&t, de m6me date porte promotions dans
ce cadre (J 0. 19 novembre).


* Tableau de service Outre-Mer des fonctionnaires
civils appartenant aux cadres r6gis par d6cret. Em-
barquement A partir du 1" janvier 1949 (J.O 3 no-
vembre, rectificatif J.O. 10 novembre).


DISTINCTIONS HONORIFIQUES

* On1 6t cihts d titre poslhumer Ia 'Ordre de la
Nation :
M. Lambalot (Jules-Emile), Commissaire principal
contractuel de police. M. Lambalot a trouv6 la mort
en service command a Prokkoy, province de Kan-
dal au Cambodge, le 2 juin 1949.
Mme O'Conncl, n6e Labb6 (Marie-Madeleine), mor-
tellement bless6e sur sa plantation le 30 d6cembre
1947 et d6c6d6e a Saigon.
M. Nguyen Huu Thuong, d6legue administratif de
Go-Quao (Rachgia) Cochinchine.
MM. Nguyen Ngoc Chu, Doc Phu Su, cx-dle6gue
administratif de Tra-Cu (Travinh), tons deux morts
dans l'exercice de leurs functions.
M. Aroquiom (Lourdes-Louis), Ingenieur adjoint
de 2' classes des Travaux publics;
M. Lambert (Pierre-Henri), sous-Ing6nieur princi-
pal de 2" classes du cadre local des Travaux publics;
M. Robert (Paul-Jules), Operateur de 3 classes des
Transmissions colonials ;
M. Thinault (Louis-Albert), Operateur de 1'" class
des Transmissions coloniales;
M. Wyckhuysc (Georges-Adolphe), Contr61eur
principal de 1" classes des Transmissions coloniales,
morts A la suite de leur arrestation A leur post
par la gendarmerie japonaise.






















REVUE DE PRESS


Nous rappelons que la revue de press publide au present bulletin est purement objective. Elle n'implique
tvidemment aucune adhesion du Ministere de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimies dans les articles
reproduits i titre d'information.



PRESS D'OUTRE-MER


INDOCHINE

Le nouveau Gouverneoment et I'lndochine

Le problem vietnamien est intimement lid a la
situation intdrieure de la France. Dans cet ordre
d'idies, l'avZnement du Gouvernement Bidault a ted
accueilli avec sympathie par la press d'ndochine.
Le JOURNAL D'EXTREME-ORIENT, par la plume de
son direcleur politique, Jules Haag, applaudit, vive-
ment aussi bien << l'habileti de maneuvre > de
M. Georges Bidault que la nette prise de position
sur le problem indochinois.
M. Bidault a done r6ussi, ecrit M. Jules Haag. II
le doit moins a son prestige personnel qu'd la lassi-
tude, et, aussi, A la crainte de l'electeur qui est, pour
les parlementaires, le commencement de la sagesse.
Autre facteur de sa r6ussite : son habiletC de ma-
ntcuvre. II a resolu le problime e1 e retournant !
Au contraire de ses prdt(ecesseurs, MM. Jules Moch
et Ren6 Mayer, il a d'abord constitute son Cabinet,
et ne s'est present& devant la Chambre qu'avec, dans
sa poche, la listed de ses Ministres. II avait bien cal-
cul, puisque 3(67 d6putes lui ont donn' un blanc-
seing, et que 183 seulement lui ont signifii leur me-
fiance. Ce sont, on s'en doute, les communists et
leurs cousins proches.
Sur le problem indochinois, M. Bidault a pris une
position tres nette,et, disons-le tout de suite, la seule
possible. M. Jules Moch avait un peu c6d6 aux ten-
dances qui divisent son parti et xopposent M. Bout-
bien A M. Moutet, et envisageait volontiers on ne sait
quelle trove, accompagnee d'une conversation avec
H6 Chi Minh. Une telle politique efit Wt plus qu'inop-
portune, elle efit Wt~ injurieuse pour Bao Dai, don't
l'exp6rience a r6ussi, et don't le Gouvernement re-


cconnu par l'O.N.U. est dCsormais d6finitivement
6tabli. H6 Chi Minh est en 6tat de rebellion contre
le Gouvernement lIgitime et 16gal de son pays. Re-
prendre 'avec lui les entretiens interrompus par le
massacre du 19 d6cembre A Hanoi n'eit pas M6t au-
tre chose qu'un acte de defiance envers l'Empereur
Bao Dai.

Au surplus, de quelle trove pouvait-ii s'agir ?
Ignore-t-on done i Paris que la guerre ne se pour-
suit en Indochine clue parce que H6 Chi Minh le
veut ? M., Lussy, malgr6 tout son bon sens, parait
l'ignorer et on le regrette. Les communists peuvent
plans des meetings, ou par voice d'affiches, r6clamer
la paix au Viet-Nam, ils savent bien qu'il ne tient
qu'' eux de l'obtenir. Que Staline donne I'ordre a
H6 Chi Minh de cesser le feu et tout rentrera dans
l'ordre !

M. Bidault a 6vit d(e tomber dans le piege. Et,
pas un Vietnamien, pas un Francais ne '616Cveront
centre cette parole du Pr6sident du Conseil : << Nos
buts sont de maintenir la presence de la France.
d'assurer le respect des engagements contracts et
d'arriver ainsi A la Paix >.

Et, nous permettra-t-on d'ajouter, de travailler en
commun A ]a prosp6rit6 de l'Indochine ?


Admission du Viet-Nam h I'E.C.A.F.E.

Cet dvenement a eu un grand retentissement au
Viet-Nam. La press a ite unanime a publier des
commentaires favorables.

Dans la press vietnamienne, les journaux les
moins favorables a la cause de S. M. Bao Dai n'en
ont pas moins applaud chaleureusement l'dvene-








ment. Voici ce qu'ont dcrit les diffirents journauxw
vietnamien: et francais

Le Vi Nuoc :
... C'est lH le premier pas du Gouvernement du
Viet-Nam dans sa vie international, permettant
d'envisager avec optimism l'admission prochaine a
1'O.N.U. Cette admission a I'E.C.A.F.E. signifie la
ruine de la politique d'H6 Chi Minh jusqu'ici cache
derriere un rideau rouge.
Le TIA SANG ."
... C'est 1.i une date memorable digne d'&tre ins-
crite dans I'histoire. Cette admission montrait au
people du" Viet-Nam que la voie a suivre d6sormais
est la voie Bao Dai.
Opinions entirement partagee par le Phuc
HUNG
Ce grand success est dif au prestige de S. M. Bao
Dai. Tout Vietnamien patriote n'aura plus A h6siter
sur le chentin qui mine a 1'ind6pendance.
Le CONG TOI de son c6ti icrit :
...Nous-siluons avec satisfaction cette admission
a I'E.C.A.F E., mais ce n'est pas tout de poss6der
cette position international. Ce qui imported main-
tenant, c'est de concr6tiser d'une facon nette de
toute ambig.it6 et conform6ment a 1'espoir de tout
un people, les accords du 8 mars. < Le people du
Viet-Nam vit dans l'attente fiUvreuse de la date du
31 d6cembre 1949 qui d6cidera ,du sort de la na-
tion -
L'EcHO ,D VIET-NAM
Succ6s certain pour le Viet-Nam et aussi pour la
France dort la recommendation a pes6 dans la ba-
lance d'une masse decisive. Mais le Viet-Nam a Wt6
admis parce qu'il a W6t affirm ind6pen'dant. II im-
porte done que les accords soient mis en applica-
tion rapidement. Alors le Viet-Nam pourra poser sa
candidature 'I'O.N.U.
Ce journal reconnaft que la recommendation de
la France a pesi sur la decision finale. Son confrere,
le CAP TIEN est plus net encore puisqu'il icrit :
Cette adriission a I'E.C.A.F.E. est un succ6s diplo-
matique. Et l'on doit rendre homage A la bonne
volont6 de la France et de ses Alli6s dans cette
affaire h6riss6e de difficulties que le Viet-Nam avait
abord6e.

Du c6te de la press frangaise, SAIGON PRESSE
icrit :
De I'admission du Viet-Nam a I'E.C.A.F.E., il nous
faut retenir le vote bizarre de l'Inde, qui a lance un
system nouveau de vote distributif. Ceci parait une
h6r6sie A nos cerveaux d6form6s par la logique,
mais, de I'lnde, on ne peut s'6tonner de rien.
Nous devons consid6rer cette admission non com-
me un depart, mais comme une tape. Dans ses d6-
clarations, M. Long parait vouloir aller un peu vite
et oublier que le Viet-Nam ne fait encore que ses
premiers pas et qu'il aura, pour un certain temps
encore, besoin de la paternity spirituelle de la
France.


Et I'UNION FRIANCAISE
... Au sujet de l'admission du Viet-Nam A I'E.C.
A.F.E., notons bien que la violent intervention du
d6l6gu& sovi6tique en faveur d'H6 Chi Minh prouve
surabondamment que celui-ci est en rapports suivis
avec les Soviets. H6 Chi Minh est bien l'esclave du
Kominform.

Et en/in le JOURNAL D'EXTREME-ORIENT
... L'admission du Viet-Nam a 1'E.C.A.F.E. n'a pas
06t accueillie par lous avec enthousiasme. Certains
r1vaient de voir 1'Inde devenir m6diateur entire
S. M. Bao Dai et He Chi Minh... M6me M. Moch avait
parl6 de tr&ve. C'eit et6 la un retour au bon vieux
temnps du modus vivendi, salon d'attente du 19 de-
cembre.


Visite de M. Malcolm Mac Donald

<< Une visit applaudie >>, icrit M. Jules Haag
dans le JOURNAL D'ExTREME-ORIENT qui, a cette oc-
casion levient sur l'attitude adoptie par le Pandit
Nehru h l'igard du problime vietnamien :
L'incartade prktMe, abusi-vement d'ailleurs, au
Pandit Nehru, aura au moins eu un effet heureux
bien que longtemps attend, dit M. J. Haag. S'il
n'&tait pas exact, come on l'a aflirmi, que le chef
du Gouvernement de New-,Delhi ait officicllement
pris position en faveur de H6 Chi Minh, il n'en est
pas moins vrai qu'il n'a cess6 de manifester ses sym-
pathies pour le leader communist. Les raisons de
cette attitude, on les connait. 11 s'agissait surtout,
pour le Pandit Nehru, d'6viter de m6contenter Sta-
line en lui offrant l'occasion d'exercer sa vindicte.
Que le chef du nationalismne indien marque quclques
pr6f6rences pour ceux qui lui apparaissent comme
les champions du nationalism ne sauiait surpren-
dre. La seule erreur du Pandit est de n'avoir pas
compris que le nationalism affich6 de certain
leaders birmans, malais ou annamites, rejoignait di-
rectement cet internationalisme qui puise sa s6ve
dans le communism tel qu'on le conqoit et pratique
A Moscou.
Cette errenr, la Grande-Bretagne se garde de la
commettre, et, tout bien considered, on doit quelque
merci au Pandit Nehru d'avoir, sans le vouloir,
amend le Gouvernement de Londres A fixer sa posi-
tion. Le fait que le Commissaire g6n6ral britannique,
M. Malcolm Mac Donald, soit charge, de communi-
quer A 1'Empereur Bao DaY un message de M. Bevin,
est d'une importance qui n'6chappera a personnel. Ce
n'est pas sans y avoir r6fl6chi que le chef du Fo-
reign Office fait presenter an chef de I'Etat viet-
namien des voeux de success.
Si la Grande-Bretagne ne peut reconnaitre le Gou-
vernement vietnamien avant la ratification definitive
des accords signs en mars dernier accords d'ail-
leurs virtuellement ratifies par le Parlement le
geste de M. Bevin n'en a pas moins une portee consi-
d6rable, i'initiative de la Grande-Bretagne prove
que l'on a compris A Londres que les probl6mes
poses dans les divers pays du Sud-Est Asiatique sont
partout les mgmes, et qu'il faut done, pour les rB-
soudre, entreprendre et fixer une action commune.









L'attitude de la Grande-Bretagne sera sans doute
observe, A Washington, avec quelque sympathie.
Les Etats-Unis ne peuvent demeurer indiff6rents au
d6veloppement de la situation en Asie.
Car, s'il est bien de faire barriere aux pretentions
du sovi6tisme en Europe, il n'est pas moins indis-
pensable d'endiguer en Asic les ambitions de Sta-
line.
Et peut-6tre M. Acheson finira-t-il par admettre
qu'un Pacte du Pacifique serait n6cessaire, puis-
qu'en signant le Pacte Atlantique on a pech6 par
omission, en n6gligeant d'y inscrire quelques ga-
r:nties pour la defense de l'Asie.


GUINIE

Tentative
do modernisation de I'enseignement coranique

A N'Zirehord vient d'etre autorisi l'ouverture
d'une nouvelle cole coranique qui veut tenter d'in-
troduire les mithodes modernes dans l'enseignement
coranique traditionnel :

La Guinee Franqaisc, sous la signature de Baro
Mamadi icrit el ce sujet :
c Cette ecole vient i son here. Son but essentiall
ost 'de tenter de r6aliser une id6e que nous nourris-
sons depris de longums ann6es, qui n'est autre chose
que d'.appli'quer A 1'ecole coranique la mnme mo-
thode d'enseignement que cell pratiqu6e dans nos
bcoles francaises. Cola consist simplement A ap-
prendre aux enfants, en imime temps que la' lecture
d(n Coran, des rudiments de la langue arabe avec
leur signification, suivant un programmed soigneuse-
ment etudie (les dettres de l'alphabet classes par
groups suivant la facilitC de oleur prononciation et
non leur ordre chronologique, vocabulaire et exer-
cices oraux, les inombres, les cinq piliers consti-
tuant le fondement de l'Islam en insistent tout par-
ticulibrement sur la priere, les pratiques qui la pr6-
cident et la suivent, etc., etc...).
Un live n'est pas un perroquet. 1 faut donner it
l'enfant de gofit de l'instruction en lui faisant con-
naitre, des l.e d6but, le sons de tout ce qu'il apprend.
Un autre point, non moins important, doit 6tre
5galement signal A attention des maitres corani-
ques. C'est la formation morale de l'enfant. En m6me
temps que ses devoirs .envers Dieu, il doit connai-
tre ses obligations envers ses parents ct la socit6. v
(v La Guin6e Frangalse v, 24 novembre).


MADAGASCAR

Fandrosoam-Baovao, sous le titre < Le pays et les
bommes >, dcrit notamment .
c Nous aussi avons suivi l'enqu.te faite par Le
Figaro aupres des Francais m6tropolitains sur leur
connaissance de l'Union Francaise, on mieux, des
colonies francaises.


< ... Louons, d'abord, I'initiative du Figaro, qui
consist a cr6er un courant d'opinion vers les peu-
ples de couleur (ou les pays) groups autour de la
France.
< ... Ce qui nous int6resse en premier lieu, c'est le
but .que se proposent d'atteindre ceux qui d6sirent
,connaitre les colonies. C'est ass'ez ennu3 ux qu'un
Metropolitan, qui n'est jamais sorti de sa patrie, ne
sache oh placer Madagascar sur une mappemonde ;
qu'il compare la Grande lie iA une archer de No6...
mais, apres tout, ce n'est qu'un demi-mal. La oi la
chose deviendrait grave, ce serait qu'il i nore que,
lA-bas, existe un people, plus arriere stur de plan
technique surtout, mais qui a ses aspira ons et sa
destine.
<< Nous ne ferons pas l'injure au Figar:o de vou-
loir s'in't6rsser au pays et laisser les homines i Far-
rierc-plan. Mais, sur certain points, not;-e inqui6-
tude trouve sa justification.
(< ... L'homme civilis6 devrait, en prornier lieu,
s'int6resser a I'homme. Autrement, le Ipays donnerait
tonics ses richesses alors que les habitants croupi-
raient dans 'a misbre. L'homme d'abord! Cela nous
rappelle l'apostrophe du c61bre industrial ameri-
cain, Henry Ford : < A quoi bon d6velopper le Mexi-
que si l'on ne d6veloppe pas le Mexicain ? > Nous
croyons que cela est vrai dans les rapports de la
Metropole avec ses 'colonies >.
( Fandrosoam Baovao ', 4 no'vembre).


Le rapprochement des coeurs

So.s ce titre le Fandrosoam-Baovao price I'union
et le rapprochement franco-malgache
Le but de la France, helas contrecarr- par les
gu"rres, les souffrances, la politique, est e faire de
tons les Territoires qu'elle administer des pays r6-
pondant A sa propre image.
Pour coux qui ont le bonheur de connanitre la M6-
tropolc, bien douce doit etre .ctte image empreinte
de belles promesses.
Pour ceux qui ont le bonheur de conn aitre 1'Afri-
que du Nord, les r6sultats de ,la grande iruvre que
pursuit la France mne peuvent etre que des encou-
ragemenis ; cependant, il rest un coin cbscur : be
rapprochement des coeurs.
Pour que vive la grande famille de 1'Union Fran-
caise, ii ne faut pas simplement constru '- des vil-
les, des usines, -des h6pitaux, mettre sin pieds des
arm6es, non ; ce qu'il faut avant tout, c'cst le rap-
prochenment intellectual et moral.
Rapprochement des coeurs. serais-tu un mythe ?
Non, car il y aura pour cela des fils de la M6tro-
pole, semblables aux ap6tres de Dieu, ils apporte-
ront 1'amour, I'amour d'un people qui no demand
qu'une chose : sourire a ses frbres des pays lointains.
II faut done, pour arriver au but, multiplier les
conferences, fair connaitre aux M6tropolitains ce
qu'attcndent les eloignes ; il faut, vice-versa, faire
connaitre aux membres de notre grande famille le
visage r6el1 de da France, c'est-A-dire un visage d6-
pourvu des artifices n6fastes que cr6ent l'ignoble po-








litique, Ies haines personnelles, pour que domain, la
main dani; la main, M6tros et Coloiniaux aillent en-
semble A la rencontre du bonheur.
(a Fandrosoam Baovao -, 11 novembre).

L'Easelgnement Frangais pour les C6tlers

L'Aurorb, de Majunga, public une interview de
M. Ramampy, reprisentant de Madagascar h l'As-
semblie de l'Union Fran(aise, sur le probleme de
l'enseignement cheZ les C6tiers et les Betsileos.
Je me permits d'attirer attention de la M6-
tropole, (t, par 1h m&me, du Gouvernement a
d6clar6 natalmment,'iM. Ramampy sur le d6sir
exprim6, par les populations des provinces de Fia-
naraintsoa et de Tul6ar, A voir crber un Lyc6e et une
0 Ecole Normale A Fianarantsoa i capital du Sud de
Madagascatr :.
L'4tat d'esprit r6gnant, actuellement, en Imerina,
ne permit plus aux Betsileos et CAtiers d'envoyer


lerws enfants poursuivre leurs 6tudes, soit au lyc6e
et autres 6tablissements d'enseignement de Tanana-
rive, soit au Lyc6e et A 1'Eco]e Normale d'Antsirabe,
don't ]a construction est pr6vue pour cette annee.
Ces deux centres .scolaires sont, d'autre part, trop
eloignes pour les 6blves venant du Sud de Madagas.
car et les conditions de vie qui les attendent con-
tribuent A les d6moraliser.
D'autre part, ]e Gouverncment ne devrait pas to-
16rer que, parmi le nombre des hoursiers malgaches
admis A venir en France bC6nficier de I'enseigne-
ment et de la civilisation francai.se, 1'on ne trouve
qu'un *nombre infime d'itudiants cotiers et betsileos.
Sur plusieurs centaines d'etudiants malgaches de-
nieurant dans la M6trolole, il n'y a mfme pas une
vingtaine d'etudiants c6tiers et betsileos. A Paris, il
n'y a qu'un 6tudiant betsileo.

(a L'Aurore de Majunga ,
cite par France-Madagascar ,, 18 novpmbre).









PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press etrangdre traduits en franFais peut etre consulted a la
Section de la Presse Etrangere (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, Piece 17, I" Elage).
Les num6ros qui figurent ci-dessous a la suite de l'indication d'origine des articles de press permettent
de se reporter an texte complete des dits articles.



1. UNION FRANQAISE


A. Indochine

La press g occidental > exprime des points de
vue variables sur la politique suivie par le Gouver-
nement francais en Indochine, mais, de fa(on geine-
rale lut est plus favorable que le mois precedent.
La < solution Bao Dai > parfois vivement critique.
trouve 1naintenant quelque audience ; en particulier
i'hebdomadaire Time icrit :
Autrefois, le sport favori de Bao Dai consistait
(outre la chasse aux girls) a poursuivre le tigre, l'i6e-
phant et le gaur (farouche buffle savage) a pied
dans la jungle. Ii fallait pour cela de 1'intilligence
et du cran. L'un et 1'autre sont n6cessaires dans la
jungle farouche de la politique victnamienne, et Bao
Dai montre qu'il ne manque ni de l'un ni ,de l'autre.
La radio communist avait pr6dit .qu'il serait assas-
sin ; les ,autorites francaises ktaient tellement in-
quiites qu'aux c6r6monies publiques, elles mainte-
naient la foule a c:int mbtres de Sa Majest6 et lui
avaient donn6 une voiture blindbe. Mais Bao Dai
dbdai.gne ces measures de protection. A Hanoi, don't
il a fait sa capital, il a parcouru une rue 6troite,
au milieu de 50.000 individus, don't n'importe lequel
aurait pu le tuer d'un coup de pistolet ou d'une gre-
nade. 11 a recommence maintls et maintes fois dans
totit le pays, mairchant avec autant de callme qu'il
lie faisait quand il chassait le gaur.
t Tout homme d'Etat doit avoir son sport fa-
vori >, dit-id en clignant de l'.oeil. Puis il ajoute s&-
rieusement : < Je ne peux pas gagner des partisans
en saluant du haut d'un balcon lointain. >
Bao Dai igagne des partisans. Beaucoup de natio-
nalisies qui combattaient les Francais dans le pass
vont A lui. Ils ont fini par croire A la sinc6rit6 des
Francais quand ceux-ci donnent a l'Indochine le
droit de se gouverner elle-m6me. A la fin de 1'ann6e.
c'est le Vict-Nam qui administrera la justice, les fi-
nances, les chemins de fer et les services publics.
Les Francais seront oblig6s de conserver une auto-
rite preponldrante dans les affaires militaires ; ils
sont actuellement en train d'instruire une arm&e na-
tionaliste vietnamienne de 90.0,00 hommes pour ajou-
ter aux 130.000 soldats francais aujourd'hui en
Indochine. Le principal probl6me qui se pose aux
Francais est de nettoyer des elements communists
les riches regions productrices de denrees alimen-
taires et d'empecher la jonction entire les forces de
H6 et les communists chinois victorieux.


Les Francais obtiennen.l de bons resultats sur ces
de.ux points. L'an dernier, les, communists avaient
pratiquenment la haute main sur le pays tout entier,
a l'exception des grades villes. Depuis lors, ils ont
perdu les regions rurales d'importance capital,
don't Ie .delta du Fleuve Rouge et le delta du Mekong,
oi l'on cultive 90 % du riz indochinois. I)ans un
pays don't les cinq sixibmes sont converts par la
jungle, H16 et ses troupes peuvent encore attaquer
presq.uc dans n'im.porte quel endroit. Mais a!ors que,
I'an dernier, les communists avaient pr6leve pour
30 millions de dollars d'argent et de riz sur les agri-
culteurs amenant leurs recoles en ville, aujourd'hui
les forces gouvternementales garden si bien le.s rou-
tes que Ie butin des communists a 6te presque nul.
Ce r6sultat a W6t obtenu avec cc qu'un colonel fran-
cais a appel& < un petit cachet m6dieval > : des sen-
tinelles sont post6es sur des tours hauls de 40
pieds, rccmmment 6difikes sur les routes, A un mille
d'intervalle. A l'aube, une patrouille partic de cha-
que tour cnlbve les mines posees par les communis-
tes durant la nuit.
L'opinion de The Economist de Londres c:;t cepen-
dant plus nuance :
La politique de Bao Dal ne pent encore 6lre consi-
der6e comme un 6chee ni Ai proprement parler avoir
commence. L'ex-empereur transplant essnie avec
I'appui de Francais capable, sincres mais assez
impopulaires d'assumer la direction d'un novel
Etat thhorique > manquant de toutes sortes de
coherence et de tradition administrative. En mmme
temps, il est oblige .A nouveau, en comp.agnie de I'ex-
puissance colonial don't il tient la proclamation de
I'ind6pendance vietnainienne, .de conduire une
guerre interminable contre un chef nationalist qui
a un prestige plus grand ct plus de capacity qu'il
n'en possede lui-mime et auquel un grand nombrc
de ses propres 27 millions de sujets > sont rallies
par conviction ou commodity. Mime les catholiques
out h6site A rompre avec le 16gendaire H6 C'ii Minh.
I1 est iglalement soulign6 par quelquess-uns que le
nationalism de Bao Dai est surtout effectif dans la
measure oft il est x6nophobe, c'est.a-dire anti-fran-
cais et ccla a un 16ger goit de Kuomintang, man-
quant .de l'essentielle < ideologie progressive a don't
le Viet-Minh et tous les < movements de liberty ,
d'Orient tiennent leurs succ6s. Les autorites colo-
niales francaises qui n'ont jamais entibr'ement tolere
une opposition administrative directed et qui ont









de oe fait pendant des decades jet6 les nationalists
indoohinois dans les bras du Kremlin ont cr66 pour
leurs successeurs un probl6me presque insoluble.
EH6 Chi Minh lui-m6me, A l'origine un disciple des
socialists Francais, a rejoint la II" Internationale en
1921 et depuis a surtout v6cu a Moscou et en
Chine. Airsi c'est selement A l'Age de 60 ans que
lui, un sujet francais, vint pour la premiere fois a
avoir une politique realiste d'accord avec les auto-
rit6s franyaises.
Les Indochinois oependant regardent leurs voi-
sins du nord avec autant d'affection que les Fran-
cais regardlent les Prussiens, et cela pent pr&venir,
an moins pour quelque temps, une union centre le
'Viet-~iinh et les communists chinois. Mais il est
evident qi e si les communists chinois continent
leur pouss e a l'int6rieur du rice Sud-Est Asiatique
avant d'es ;ayer de consolider la Chine elle-meme,
les Indocl-inois seraient transposes im.m6diatement
sur le plan de la strat6gie mondialc. En mime temps
une intervention directed de la part des Etats-Unis
dans Ie Si:d-Est Asiatique est, tans l'opinion fran-
caise, peu probable d'une part en raison de la vague
de d6sapprobation am6ricaine pour les restants de
, colonial sme a et d'autre part pour le compete de
tout un piss6 r6ellement ternmin6. Du reste, depuis
que I'aide am6ricaine est maintenant peu probable,
la France doit avoir soin d'bviter de donner I'im-
pression de la solliciter. Car toute suggestion d'im-
mixtion americaine aurait pour r6sultat ultericur de
discrediter Bao Dai comime uine marionnette 6tran-
gbre.
(. The Economist ., du 12 novembre 1949) 5.128


Le journtaliste americain A.T. Steele, de son c6te,
public une interview d'Ho Chi Minh.
Interrogti sur la question de savoir si une solution
de la quest ion du Viet-Nam est possible dans I.e cadre
de l'Union Francaise, il r6pondit : ( Oui, si 1'Union
Francaise est organis6e sur les bases de la demo-
cratie et (:e 1'6galit6. 11 a d6clar- cependant que
le retrait les troupes francaises du Viet-Nam est la
principal condition d'un rbglement. ,
H6 Chi Minh maintient catkgoriquement son refus
de n6gocier avec l'ancien empercur Bao Dai auquel
les Franc; is ont accord une sympathies complete
et leur appui dan-s 1'6tablisseiment d'un i-rgime viet-
namien nouveau et rival. II a 6cart6 cette possibility
avec ce cmmentaire precis ( nous n'avons rien 'a
faire avec des Quislings >.
(a Tribune 1, 1" octobre 1949). 5.124


De son c6te le Neue Ziircher Zeitung expose les
raisons qa i empichent les puissances occidentales de
coordonne:r une action en Extreme-Orient .
Selon le. Anglais, les conversations qui se derou-
lent A Paris entire Bevin, Acheson et Schuman n'ont
qu'un seu but principal, qui est d'6claircir la poli-
tique des puissances occidentales A 1'&gard de la
R,6publiqu f6derale d'Allemagne occidentale. Cette
version es t pr6sent6e awec insistence par le Foreign
Office. On n'a visiblement pas l'intention de parler
en ce mcment des probl6mes d'Ext.rme-Orient si
M. Aches.on et M. Schuman, n'insistent pas dans ce


sens. Cependant, les problems cxtr6me-orientaux,
ou meme titre que l.e probl6me allemand, 6tant pas-
s6s au premier plan ces derniers jours du c6t6 ame-
ricain et francais, le Foreign Office s'attend a ce
que Bevin soit 6galement oblige die traiter avec ses
partenaires des questions d'Extreme-Orient, pour
aussi dlesagreable qu'une telle conversation soit en
ce moment.
La raison de olite altitude ih6sitante de 1'Anglc-
terre reside avant tout dans le fait q'u'il est deux
probl6mes actuels sur lesquels l'opinion de la Grande-
Bretagne diff6re de cellies de l'Amrrique et de la
France. En premier lieu, I'Angleterre est toujour
decide i reconnaitre le gouverniement communist
de P6kin dans le cas oh s'offrirait ine occasion
td'tablir des relations reigulieres... Alors qu'elle a
visiblement l'intention de maintenir ses relations
commercials avec ]a Chine en mettant le point
final A ses rapports avec le gouvernement national,
l'Ambrique et la France y semblent moins que ja-
mais d6cid6es. EL cela nous m6ne ,a la second con-
troversc actuelle, c'est-ka-dire ar celle qui a trait A
1'Indochine. Un Iinimorandlum adress6 par le Consul
G6n'ral dce 1'Inde h Saigon au Ministere indien des
Affaires !Etrangeres de Delhi a Rt6 transmis par
Nehru, a titre d'information, au Foreign Office de
Londres. Dans ce in6moire le diplomat indien s'ex-
prime d'une mani&re d6favorable au sujet tie 'em-
pereur Bao D)ai rtabli par les Francais ; il affirmne
que les insurnges controlent au imoins 80 % du pays
et 6galement que la France et le government de
Bao Dai n'exerceraient qu'un pouvoir fant6me. La
conclusion que Delhi tire visiblement de la situa-
tion est qu'une reconnaissance .de Bao Dai par l'Inde
serait peu judicieuse car il n'en resulterait finale-
ment qu'une brouille avec les insurg6s indochinois
alors qu'il pourrait y avoir encore quelque chance
de conclure avec cux un modus vivendi.
On ne pcrcoil pas encore tres bien I'attitude de
Londres an sujet de celte question, mais il est 6vi-
dent (qu'il est difficile de d6f6rer au desir des Fran-
cais et de reconnaitre Bao Dai si Nehru defend ur
point de vue tout i fait different. 'Beaucoup d6pen--
dra dies conversations entire Nehru et le Cabinet bri-
tannique cqui doivent avoir lieu i Londres dans le
courant de la semaine. A I'ordre du jour de ces
conversations figure, entire autres questions, celle de
la guerre d'lndochine et de la reconnaissance de
I'un des deux regimelns de cc pays. Mais, tant que
Londres et Delhi, Attlee et Nehru ne se seront pas
mis d'accord sur l'attitude A adopter, Bevin ne peut
naturellement pas d6voiler son jeu an course des
conversations avec Schuman et Acheson. Cependant,
on considbre a Londres comnme tres vraiscmblable
que, 'par regard pour ses allies francais, I'Angleterre
Sne refusera pas de reconnaitre Bao Dai bien qu'elle
ne croie plus au fond depuis longtemps quc cette ex-
perience de la France en Asie Orientale ait de v6ri-
tables chances de succ6s.
(, Neue ZiUrcher Zeitung ,, 7 novembre 1949). 5.119

B. Afrique Noire

J.-H. H-uiiniga itudie dans West Africa les prin-
cipes regissant la politique frangaise en Afrique :









Pour saisir le caractere r6el et nullement reaction-
.naire de la politique francaise dans 1'Afrique Noire,
il faut d'abord se debarrasser d'une confusion de
pensres tres r6pandue qui se pr6sente si facilement
aux esprits 6leves .dans les conceptions coloniales
britanniques, et .qui provient de la confusion de
1'm6ancipation politique avec I'autonomie. L'obser-
vateur britannique serait amene A rai.sonner ainsi :
les Francais rofusent A leurs populations coloniales
le droit de se gonverner eux-mcmes voir les db-
clarations tr&s explicites de la Conf6renoe de Braz-
zaville sur cc sujet done ce sont des reactionnai-
res coloniaux qui entendent s'asseoir sur leurs sujets
de couleur A jamais. Mais est-oc que Lincoln s'est
montre riactionnaire lorsqu'il a refuse aux Etats du
Sud de l'Union le droit de se gouverner eux-me-
mes et il a utilis6 la force pour leur imposer sa
volonte ? Peu nombreux sont ceux qui le soutien-
draicnt pas davantage, soutiendraient-ils que les
populations du Sud sont dcmeurCes dans 1'etat
d'oppression colonial pour avoir dft abandonner
leur rave de secession. En fait, apres quelque trente
ann6es d'exp6rience de la doctrine d'un autre Presi-
dent amCricain qui a dirige le monde dans une di-
rection opposee lorsqu'il a proclaim sacr6 le droit
de libre arbitre, on pourrait bien commencer A se
demander si Lincoln n'a pas faith de l'anarchie, et,
A en juger par I'6tat actuel de l'Europe orientale,
dde la tyrannic qui est son r6sultat inevitable. La seule
chose A dmnontrer ici, c'est que le refus francais de
considercr l'accord de l'autonomie a une rpoque
quelconque, n'cst nullement l'Fquivalent d'un refuse
de I'6mancipation politique. L'essence de la poli-
tique franchise, c'cst que, au fur et A measure que
les populations coloniales arrivent A maturity, leurs
repr6sentants doivent avoir les memes droits A une
pleine participation au gouvernement, ce qui avec
le system actuel de centralisation, signifie que ces
repr6sentants figureront au Parlement de Paris
come les repr6scntants de toute autre province
ou comme les membres du Congrls du Sud A Was-
hington, on les Ecossais, ou les Gallois qui sont
membres de la Chambre des Communes.
II n'y a qu'un droit qu'on leur refuse .d'une facon
permanent, de nmeme qu'on le refuse A tout autre
group de citoyens francais, c'est le droit de s6ces-
sion. On pr6voit une Agalit* de statut dans le ma-
riage, I'obligation unilat@rale d'ob6ir et d'honorer
devant etre pen A pen efface du contract maintenant
que la jeune femme africaine s'6mancipe. Mais ii
ne doit pas y avoir de divorce. Ceux que Dieu a
unis et les Francais le connaissent bien ne
peuvent ktre d6sunis par l'homme.
C'est lA une experience passionnante et coura-
geuse, mais une experience qui, en Afrique Noire
tout au moins, n'a faith que trbs r6cemment entrer
dans le stade des efforts qui se distingue de la lon-
gue p6riode preparatoire pr6c6dente. Car jussqu'aux
reformes constitutionnelles de 1946, les promesses
de plein droit civil et politique 6taient surtout res-
tees une promesse. Sur une population total de
20 millions d'Ames environ, en Afrique Noire fran-
caise il n'y avait que 4.000 individus environ qui
pouvaient se vanter d'avoir le statute de citoyen
tfrancais et un ,seul d6put6, membre de la vicille
colonies du S6negal qui ne comptait en tout et pour


tout que 2 ou 3 millions de citoyens africains, repre-
sentait la population africaine *dans le Parleanent
francais. Le rest de la population, sujets francais
sans aucun des droits politiques et civils dent 6taient
favoris&s les citoyens, 6tait presque toujours B IF'cole
et n'avait done pas .de riepresentation.
Mais .depuis la guerre il s'.est passe beaucoup de-
choses ce qui fait que dans son tres intlressant
livre ihtitul& < Sur le .gouvernement des colonies >
W.R. Crocker 6crit : q Les r6formes de 1946
ne semblent pas rendre pleinement justice aux
Francais. Les pleins droits civils ont et6 accords
a la population toute entire qui b6n6ficic mainte-
nant des nimces .garanlics constitutionnelles de
liberty d'association ct de liberty de la presse que
les Francais de la IMctropole qu'ils aicnt ou non ac-
cept6 le Code Civil francais (qui jusqu'alors 6tait
une condition indispensable pour obtenir le statute
et le privilege de la citoyennet6) ou qu'ils continent
a vivre selon la loi indigene qui entire autre chose
sanctionne la polygamie.
En inme temps on a accord des droits politiques
tres etendus a ces 20 millions de citoyans, homes
et femmes qui, maintenant n'ont plus besoin que de
produire un permis ide conduire ou un pcrmis de
chasse ou un livret militaire on pratiquement toute
autre piece permeltant de les identifier de facon a
avoir la quality d'electeur aussi bien pour les Con-
sells coloniaux qui peuvent etre compares aux As-
sembl6es d6partementales de la France que, et c'est
plus important, pour l'Assembl~ e Nationale A Paris
on ils envoient maintenant pas moins de 23 d6putes
africains.
Comme l'aurait declare le regrett6 Damon Runyan,
cela repr6sente tout de miime quelque chose. On se
rend mieux compete en essayant de s'imaginer ce que
serait A la Chambre des Communes 1'arriv6e sou-
daine de 23 < Ziks >. On peut admettre que c'est
encore beaucoup moins que Ie nombre des membres
de 1'Afrique Noire franchise que ce pays pourrait et
en theorie aurait le droit d'envoyer sur la base des
populations compares ce ne serait pas moins
que la moitie du nombre total des membrcs de la
Chambre. Mais m&me si l'on tient compete des pers-
pectives vacillantes don't je parlerai plus longue-
mient dans un prochain article il est dejA tout a fait
suffisant de prouver que les Francais sont appa-
remment aussi prits iA accepter les pleinea conse-
quences de leur conviction democratique on Afri-
que Noire que les consequences de leur politique
paternaliste radicalement diff6rerite qu'ils considb-
rent la plus appropriec pour le Maroc afin d'at-
teindre leur but, toujours le meme, qui consiste A
ne rien lAoher de ce qu'on possede.
Tout ce que les d6centralisateurs semblent avoir
obtenu pour la peine qu'ils se sont donn6e, c'est ia
facade vide d'un organisme f6d6ral, l'Assembl6e de
1'Union Frangaise don't les pouvoirs restent jusqu'ict
purement consultatifs et don't on comprendra mieux
le caractere si I'on imagine ce que pourrait Etre le
monstre constitutionnel Adent6 qui emergerait sons le
pont de Westminster si le gouvernement d, Sa Ma-
jest6 se .dcidait un jour A apaiser les nationa!istes
gallois et ecossais en creant A c6t6 du Parlement une
Assemble de 1'Union Britannique dans laquelle les








repr6senta nts 6cossais ct gallois pourraient s'amu-
ser A fire des propositions pendant que la Chambrc
des Comnimnes conserverait un droit complete et ex-
clusif de disposer. On pourrait penser que c'est
plurtt une perte de temps. Et c'est en r6alit6 exacte-
ment cc que pensent de nomibreux dlput6s africains.
Non seule'nent par rapport LA ce que I'on pourrait
appeler Icur simple devoir 16gislatif dans le corps
fbd6ral, m nis encore lorsqu'on en arrive aux v6ri-
tables et riels pouvoirs 16gislalifs don't ils disposent
au Parlenient national. Pen reconnaissants ? Pas
tellement lorsque l'on se rappelle qu'au moins pen-
dant les t ois quarts ,du temps ces d6putes doivent
s'oocuper il'une 16gislation qui n'int6resse nullement
leurs commettants africains.
Est-ce qtue cela signific qu'on doit s'attendre a ce
qu'ils constituent un parti ahtonomiste sur le mno-
dble des Ilandais Ai Westminster? Il est encore
beaucoup rop t6t pour le savoir. La plupart d'en-
tre eux se :ontentent encore de s'incorporer pour
no pas dire so noyer dans 1'un ou l'autre des
parties poliliques francais, surtout chez les socialis-
tes et les coninunistes. Mais deepuis la formation
du ,Groupe des Ind6pendants d'Outre-.Mer qui compete
maintenant environ le tiers .du nombre total des
d(1put6s af icains, et (dont on pourrait dire que 1e
mot d'ordre est Afrique d'abord > 1'embryon d'uij
tel parti a pris naissance. Copendant pour l'instant,
rien ne mnintre que leur ambition aille au delay de
measures ralsonnables de decentralisation permettant
line autonomic regionale au sein d'un solid cadre
f&diral. Un nationalism du genre de celui qui s'est
nianifest6 ricemment si bruyamment en Afrique Oc-
cidentale britannique et qui ne sera pleinement sa-
tisf'ait que par un divorce ne se fait remarquer jus-
qu'ici que par son absence en territoire francais.
En fait, ien no frappe davantage le voyageur que
la difference entire l'atmosph6re politique turbulent
d'un c6t6 ile la frontiere et le calme apparent de
l'autre. Bie i entendu, cc peut ctre un came trom-
p.ur di scit A I'absence d'une presse quotidienne
en Afrique franchise au moyen de laquelle le senti-
ment nationalist pourrait se faire sentir, ou au
degr6 moindre le d6veloppement 6conomique et de
conscience politique qui vont g6n6ralement de pair


ou enlfin A l'cxistence d'un 6tal de sati6te politique
essentiellement transitoire provoqu6 par l'impor-
tante aide apportee A l'6mancilation que les Fran-
cais avec leur brusquerie ont jet6 tout d'un coup
dans l'assiette des Africains. Mais aprrs avoir admis
toutes ces explications possibles, il est just de pen-
ser que la politique peut avoir sa part, que I'assi-
'milation ibien que n'ayant pas reussi A transformer
les Soudanais on les S6n6galais en Francais cent
pour cent, a cependant d6pose un certain sediment
francais dans leurs cceurs et leurs esprits qui pour-
rait agir come un ciment pour donner de la co-
h6rence A la structure imperial. Car < semper
liquid haeret >> (il en reste toujours quelque chose)
n'est pas sculement vrai dans le cas de la boue.
iCependant on mlme temps on ne peut nier que
coimme r6stltat du recent compromise entire les par-
ti.sans die I'Assimilation et ceux de 1'Association, la
politique franchise, autrefois si logique et si coh6-
rente, en est arrive a souffrir d'une sorte de contra-
diction interne qui, pourrait-on penser, doit in-vi-
tablement cr6er une tension croissante.
Recapitulons ce qui s'est pass&. L'Assimilation, la
francisation qui est i la fois le ioyen indispensable
de la condition prCalable d'une emancipation colo-
niale dans le cadre d'uin tat unilaire et sans laquelle
l'intimite d'un miariage mixte devient vite intolC
rable pour les deux parlenaires, a e6t partiellement
abandonnce, exermple la r6cente extension des plains
droits politiqnes A des millions d'Africains qui n'ont
pas 6te francis6s le moins du monde. Et cependanl,
les liens du marriage demeturent aussi serr6s que

jamais. La p)olitique nPcessaire pour atteindre le but
d'une sanctification de ]'annexion a 6te considered
absolument impraticable, ou dte toute facon trop
lente dans sa facon d'opcrer pour satisfaire la
revendication contemporaine d'un paradise colonial,
aucune autre politique susceptible d'atteindre ce but
ne lui a 616 substiluce par la simple raison qu'une
telle politique n'existe pas, et cependant on n'a pas
modifi6 le but d'un iota. On a rejet6 la plupart des
moyens d'atteindre le but, iais on n'en continue pas
noins A proclamer ce but avec une vigueur renou-
vel-e. Cela ne semble pas trbs logi.que.

(W West Africa ,, 12 novembre 1949). 5.133


II. COMMONWEALTH


A. --- Afrique Orientale

( L'opdration aracbides > est actuellement l'objet
d'un vif a-bat au Parlement, oih M. Strachey,
Ministre di Ravitaillement, supervisant l'Overseas
Food Corporation chargee du difrichement de l'Est
africain est violemment attaque :

Le Parti onservateour a intention d'exiger un de-
bat parlem ntataire sur le rapport officied qui vient
d'6tre public touchant les r6sultats obtenus par le
Gouvernement dans les plantations d'arachides du
Tanganyika.


Les conclusions de cc rapport
le dire ? sont accablantes.


est-il besoin de


Espoirs
En 1946, le Gouvernenent travailliste laneIait,
grands renforts dlc publicity un project mnagnifique
de defrichements des terres africaines : on trans-
formerait les brousses et mar6cages du Tanganyika
en un immense champ d'arachides et 1'on parvien-
drait ainsi A rem6dier nau manque d'huiile et de ma-
tibres grasses don't souffrait le Royaume-Uni. Project
iexaltant, oil I'on respirait un peu le parfum perdu
de l'aventure colonial, et qui devait consoler d'opi-
nion *de la grande .dislocation de l'Empire. Une mis-









sion, la mission Wakefield, ifut envoyde sur place
pour 6tu.dier les possibilities, les prix de revient, en
some los chances de succ6s d'un dessein aussi
hardi. La mission Wakefield revint pleine d'opti.
misme. En moins d'un an, on allait pouvoir difri-
chcr plus de 70.000 hectares de brousse dans la r6-
gion de Kongwa .et le prix de revient ne d6passerait
gubre 7 lives par hectare. 11 scrait ais6 de rarmener
ile prix d-s matieres grasses, ruineuses en Angle-
terre, i moins de 20 livres la tonne.
... et disillusiozns
Or, les choses sont loin d'avoir tourne6 comine on
l'esprait. Aprbs trois ans, on n'a gubre d(d.rich6
que 15.000 hectares (soil i pine le quarl .de co qui
0tait prevu pour la prcminire annee), plus de 20 mil-
lions dc lives ont 6tC engouffries, les prix d,. revient
r6els sont dix fois plus 6leves quc les provisions, la
production a pine Jle dixibme de c.e qu'on cspnrait.
Chose plus grave, 1.es enquiteurs sont oblig6s de re-
connaitre que, << les livres de comptes de la Corpo-
ration n'ayant pas 6t6 lens a jour, il leur est im-
possible de faire 6tat d'informations pr6cises >.
La Corporation n'est autre qu. la Corporation du
Ravitaillement d'Outre-Mcr, organism official, plac6
sous la haute autorit6 de M. Strachey mi:nistre -du
Ravitaillcment, et charg6c de realiser 1.e programme
de ddfrichement africain. La commission d'enquete,
annulant routes les conclusions optimistes de la mis-
sion Wakefield, ajoute qu', les plantations d'arachi-
nies. Les principa:les difficulties ont 6t6 dues jus-
iqu'ici au climate et a 1'imperfection des transports.
L'uniqu.e port praticable, celui de Dar el Salam,
n'6tait pas suffisamment grand pour permetlre un
afflux rapid de marchandises. La main-d'oeuvre,
d'autre part (28.000 indigenes), ,est loin .de donner
satisfaction.
Gare l'opposition !
Cependant, trop -de capitaux ont 6t6 investis dans
l'entreprise pour que le Gouvernement y renonce.
En d6pit des fautes initiales et des estimations trop
optimists de la mission Wakefield, le d6frichement
sera poursuivi. Mais ii est probable quc le Gouver-
nement, qui va devoir affronter l"s s6v6res remon-
trances de P'opposition, proc6dera,h une r6organisa-
tion complete de la Corporation sur la base du rap-
port de la commission d'enqu6te.
(- Gazette de Lausanne ,, 9-10 novembre 1949).


Avant d'affronter 1e m6contentement des Commu-,
nes, M. Strachey avait pris la precaution < de
d6missionner > deux hauts fonctionnaires, M. Wake-
field et M. Rosa, qu'il semble tenir pour responsa-
bles de I'insuccs.
Cela dit, M. Strachey, pour sa defense, n'en a pas
moins d6montr6 qu'on avait grandement exag6r6 les
pertes subies, et qu'aprbs 1'in6vitablc rioganisation
a laquelle son minist6re va proc6der on pourrait
continue sur une 6chelle plus modest les travaux
de d6frichement ct de plantations. II est exact que
23 millions de lives ont 6t6 d6pens6s dans les
brousses qui environment Kongwa. II est exact que
la surface d6frichee 'est tr.s inf6rieure aux pr6vi-


sions. Ces 23 millions de livres, affirmed Ic ministry,
sont loin de representer une perte nette, car on peut
Bvaluer les installations, machines et outils -- choses
qui constituent un aclif --- a pr6s de 15 millions. Les
8 millions qui restent representent les frais engages
dans le ( dfrichement lui-mime.
Tout en declarant qu'il ne fallait on effet pas
abandonner une .entreprise dans laquelle plant de ca-
pitaux out 6t6 invests, le porte-parole (d l'opposi-
tion, M. Stanley, ne s'en est pas nioin; montr6
extrcin'ment severe -- ct ses amis du paili conser-
vateur plus encore que lui --- pour le ministry du
lavitil ilement.
Aux yeux de l'opposition, toute l'affaire est r6v6-
lairi e' des graves n6gligences d'une mauvaise
administration, et montre l'inf6riorit6 des ( entrepri-
ses ld'Elil comparde.s aux entreprises priv6es. Le
fail (ue le rapport official qui a servi dc point de
d6part a cc d6tbal rev ble que les competes n'ont pas
6el Itnus Ui jour >, est particuli6rement significatif.
M. Stanley estime que le devoir du gouvcrnement
serait de former une commission d'enqu6tc qui cher-
clirait i dresser lc bilan des fautes coramises et
I'invenlaire de.s chances do succ6s qui subsistent. Le
dtbat est en cou'rs i I'heure oh nous te6161honons.
Quoi qu'il en soil, il est clair que 1'chice d'une
Operation que les travaillistes avaient exploit6e au
be6ndice de leur propre publicity conslitie un 616-
ment de plus dans le jcu electoral de lears adver-
saires. Un argument de plus contre le planisme
d'Elat. Et, malheureusemcnt, un facteur de plus dans
la balance des difficult6s 6conomiques anglaises.
(, Gazette de Lausanne ,, 22-23 novemblie 1949).


B. Gold Coast

C'est avec quelque impatience qu'on allendait les
conclusions du rapport Coussey, president de la Com-
mission de 40 Africains nommie par le Gouierneur
de la Gold Coast. Elespeth Hupley l'anal ,se dans le
Time and Tide de Londres :
II etait evident depuis quelque temps que la Gold
Coast serait le premier territoire colonial en Afrique
a attcindre le but du < S.G. > (Self-Government)
comme a'outissement de la politique bhilannique
bien connue. II s'agit simplement d'une questionn de
temps. Au d6but de 1948, une eruption d'6meutes a
Accra eut l'effet d'un chien dans un jeu de quilles
par rapport au d6roulement pr6vu des v6Cnements
et provoqua le rapport Watson qui 6baucha les
grandes lignes d'une nouvelle Constitution. En de-
cembre dernier, le gouvernement de la Gold Coast
nomma un comit6 .de 40 imembres, tous Africains, di-
rig6s par un juge distingu6, M. J. Henley Coussey,
pour s'6tendre sur les propositions Watson.
Son rapport, atten.du avec quelque fi6vre en Gold
Coast, sugg6re une Constitution qui approche de trbs
prIs du Self-Government. 11 propose de laisser an
gouverncur des ponvoirs de veto on maliere de 16-
gislation ct 6galement de gouverner par d6cret dans
les cas extremes et -de conserver trois membres ex-
officio ,an Conseil Ex6cutif don't l'un d'eux serait
ministry de la D6fense et des Relations ext6rieures.
Ces questions mises a part, on se trouve en face du









project fanili-er de 1'ind6pendance d6mocratique :
une legislature elue de 75 membres (bien que com-
prenant le,; 3 membres ex-officio) ; un suffrage uni-
versel des adults pour des elections au second de-
gr6 ; un cmnseil ex&cutif compose de ministres d6-
tenteurs d,'s portefeuilles halbituels.
Toutes l'.s nuances de opinion 6taient represen-
t6es dans ce grand iComiit et c'est un exploit consi-
d6rable qu'il ait produit un rapport sign de tous,
bien que ('eux rapports de minorit6s ne soient pas
en ifait d'ac cord avec ses dispositions les plus impor-
tantes. Huit membres parmi Icsquels se trouve le
v6tiran politician et aVocat, le Dr Danquah souhai-
tent que le Conseil Ex6cutif soit un veritable Cabinet
n e compreiant pas dle membres ex-officio et refu-
sent le veto du gouvorneur ; deux membres protes-
tent centre la proposition de cr6er quatre conseils
r6gionaux dotes de leur propre administration.
H existe un large terrain d'entente entire ce que
l'on pourrait appeler les trois parties en cause : le
gouvernemint britannique, les < mod&r6s > de la
Gold Coasi don'tt les vues sont exprim6es par le
rapport Couss'ey et les extr6mistes, group minus-
cule mais ictif qui ne reculerait pas devant l'usage
de la violet ce et de l'intimidation pour atteindre son
objectif qt i est le < S.G. > irmm6diat et libre de
toute attache. Tout le imonde est d'accord sur la n6-
cessit6 d'ui e Chamibre de l'Assembl6e lue et repre-
sentative pour remplacer le Conseil L6gislatif actuel
qui possd e depuis 194i6 unse majority africaine.
Bien qu'il n'y ait peut-&tre que 10 % seulement
de la population qui sache lire et 6crire, et qu'un
seul enfani sur cinq .qui aille A 1'6cole, personnel
ne songe .h discuter du bien fond6 de la revendica-
tion pour le suffrage des adults. La creation de
conseils r gionaux, les rfformes consid6rables pro-
pos6es par le gouvernement local et la question de
savoir s'il faut une Clhambre ou deux provoqueront
sans doute des discussions qui n'iront pas jusqu'A
exciter les passions. C'est probablement sur la ques-
tion du Conseil Executiif que se livrera la bataille.
Tons les gouvernements coloniaux ont des con-
seils exxct tifs, petits conseils prives qui ont pour
functions (ie conseiller le gouverneur sur la conduit
au jour le jour des affaires. (Us n'ont pas de pou-
voirs finar ciers). Au d6but de l'Fvolution politique
ils taitent exclusivement composes de fonctionnai-
res sup6rieurs du Service Colonial, tels que le
secretaire gn6rral, le chef du bureau des finances
et autres pachas locau'x. A measure que le temps
passe, des membres non fonctionnaires sont nom-
mes par Ii gouverneur ; ce sont g6n6ralement des
chefs poliliques et des meimbres de la Legislature.
Leur situation est particuliere. II leur faut en
meme tem],s partager la responsabilit6 des actes du
gouvernement et repr6senter une opinion publique
qui pent s'opposer avec rancoeur A de tels actes.
Pour beaucoup d'Afrioains, le Conseil Ex6cutif est
le symbol du pouvoir, beaucoup plus que le Con-
seil L6gislltif plus 6tendu et plus public qui vote
le budget At faith les lois. Son mode d'6volution na-
turel est de devenir un conseil de ministries sur le
module britannique. Le rapport Watson recomman-
dait que oI Conseil Executif se transforme en un
Comit6 de Ministres comprenant cinq Africains et
quatre fonctionnaires, tous nommts par le gouver-


neur. Le rapport Coussey reduit le nombre des fouc-
tionnaires a trois et propose que tous les membres
soient responsables deviant la Chambre de l'Assem-
bl6e.
C'est ih un compromise qui est rejet6 par ceux
qui veulent la liquidation complete de I'administra-
tion colonial et un Cabinet pleinement responsa-
bile. R1este le point de vue du troisii6m a parti : le
Gouvernement de Sa Majest6. M. Creech Jones a
public& -en mnm.e temps que le rapport une .d6peche
accueillant la plupart des propositions mais reje-
tant cettc dernitre qui est la proposition cl6. Tant
que le gouverneur, dit-il, conserve die.s pouvoirs
r6serv6s, le Conseil Executif doit 6tre responsible
devant lui bien que les ministres devraient bien
entendit &tre sppar ment responsables devant 1'As-
sembl6e pour la conduit des affaires de leur
d6partement respectif.
Cela pourrait sembler des querelles of P'on coupe
les cheveux *en quatre et elles contiennent certaine-
ment des particularites beaucoup trop techniques
pour etre comprises par la grande imajorit6 dies 4
millions d'habitants .de la Gold Coast qui sont sur-
tout des paysans. La vraic question se pose en verite
entire ceux a qui il demange de so saisir du pouyoir
ici et tout de suite et ceux qui croient qu'une nou-
velle p6riode de penfectionnement sous ]e regime
de association est indispensable pour obtenir l'ex-
periecnce du gouvernement et de I'administration qui
fait encore presque en'tierement d6faut A tons si
ce n'est a une poign6e minuscule d'Africains. Apres
tout il ne s'est ,gubre pass plus de 115 ans .depuis
que Ie premier Africain a si6g6 au Conseil L6gis-
latif.
'On peut soutenir, comime on le fait fr6quemment,
qu'@tant al11 si loin, il vaudrait mieux prendre le
taureau par les corners, affronter les risques et ac-
Scorder A la Gold Coast son ind6pendance complete
en esp6rant que le sentiment de la responsabilit[
conduirait ,i la sagesse. On peut dire 6galement que
les risques ne sont pas seulement trop grands mais
qu'ils sont encore trop certain; que, sans exp6-
rience on presque sans experience, sans opinion
publique 6clair6e, sans tradition du service public
ni resources 6conoiniques ad6quates, la Gold Coast
sombrerait dans le chaos, lie marasme et peut-tre
la guerre civil. Ni les Africains, ni les Europ6ens
occidentaux ne peuvent s'offrir ce luxe.
(a Time and Tide ,, 5 novembre 1949). 5.117

C. Nig6ria

Mais alors que la population de Gold Coast ac-
cueillait avec came le rapport Coussey, des troubles
viennent d'iclater dans les mines de carbon de
Nigdria :
Situ6e, entire des collins basses, A l'endroit oft
s'ouvre une clairiere dans la region forestire verte
,de la Nig6ria Orientale, les mines de carbon
d'Enugu joueront tin r61e vital dans la vie 6cono-
mique de l'Afrique Occidentale. Elles fournissent le
combustible pour les chemins de fer surcharges de
travail qui 6vacuent les arachides des emirats du
nord et transportent les palmistes, et le cacao des
regions plus m6ridionales vers les bateaux qui at-









tendent A Lagos et A Port-Harcourt. Elles approvi-
sionnent le Gold Coast en carbon et peuvent A Poc-
casion exporter sur les colonies francaises voisines
et m&me an Brisil. Toute interruption dans leur
fonctionnement comporte de graves consequences
pour I'Afrique Occidentale tout entire et en raaalit6
pour le Royamne-Uni lui-m6me. Rbpondant l'autre
jour A une question qui lui 6tait posl e -A la Cham-
bre des Communes, M. Creech Jones declarait que
grace au magnifique travail accompli par les che-
nins dg fer de Nigeria, les seccos d'arachides de
Kano pourraient Atre 6vacus, au d6bnt du printemps
(et Achapper ainsi aux depr6dations de l'insecte
Tro!goderma) a la condition qu'il n'y conflit du travail. Tout cc bon travail est compro-
mis par les manifestations des houillres d'Enugu
qui ont cause 18 morts.
Les quclques fauteurs de troubles en Nigeria se
sont appliq.us 5 prendre pied au sein des syndicate.
Les syndicalistes actifs ne sont probablement pas
plus de 60.000 pour une population qui approche
maintenant de 30 millions d'habitants mais on les
'rouve maintenant dans tons les endroits-cles. Le
syndicaliste mnoyen africain depend dans une tr6s
large measure de ses chefs et il est trbs facile de le
.debaucher. C'est cc qui s'est produit dans les houil-
lbres d'Enugu qui appartiennent au government.
Les conditions d'habitat et les commodities qui y
sont fournies aux ouvriers sont d'un standard Alev6
et il s'y est d6velopp6 une bonne tradition de mi-
neurs transmise de pere en fils mais la production
a etc r6cemment affected par l'abstent6isme et des
mouvtements de gr6ve perl6e qui ont oblige la di-
rection a proceder a des licenciements. Lorsque,
par measure de precaution, la police recut l'ordre
d'enlever les explosifs qui se trouvaient dans les
mines, elle fut attaquo e par les mineurs et dut ou-
vrir le feu pour se defendre. Le gouverneur de la
Nigeria, Sir John NMac Pherson a immediatement or-
donn6 une enqukte publique approfondie qui de-
vrait prevenir la propagation de suspicions non
fond6es, si faciles et si dangereusps en Afrique, et
6viter ainsi que les troubles n'eclatent A nouveau ou
ne s'atendent a d'autres regions.
(( The Times n, 22' novembre 1949). 5.146

D. Inde

Le voyage de M. Nehru aux Etats-Unis a suscite
de nombreux commentaires. De ceux-ci il ne semble
pas risulter que des objectifs pricis aient ete at-
teints:
Selon la coutume qui permet aux hom:mes d'Etat
Strangers distingues de s'adresser au Congres des
Etats-Unis, M Nehru a parlk A Washington devant


la 16gislature am6ricaine .de la politique de son
pays. Sans faire d'allusion directed A 1'Urion So-
vi6tique on au communism il a d6clar6 que les
buts de la politilque 6tran,gre de 1'Inde 6taient de
< preserver la paix mondiale et accroitre la liberty
humanee > ; 1'Inde devait 6tre prete A d6fendre la
liberty qu'elle avait obtenue, contre toute aggression
et la force i employer < doit etre adapt6e au but
poursuivi > Ainsi, ajouta M. Nehru, < mrnme lors-
qu'on se pr6par.e a resister a l'agression, ]'objectif
final, 'objectif de paix et de reconciliation, ne doit
jamais etre perdu de vue, ct les coeurs et les esprits
doivent etre en harmonic avec cc but sulprime au
lieu d'etre ballots on obscurcis par la hai ne on la
peur. ',. Nehru s'est r6f6r& L la technique de la non-
violence de Gandhi < qui nous a conduits ion seu-
lenient I la lIhiert mais A PFamitie avec ceur centre
iqui nous 6tions hier encore en conflict. > II a declare
qu'il ne savait pas jusqu'lh quel point la technique
de Gandhi pouvait s'appliquer dans des << Jomaines
d'action plus etendus > car ( les moyens to pr6ve-
nir Ie mal doivent etre faconnas et adapts a la na-
ture du mal > ; mais ii est convaincu que c'est IA
en dernier resort, a le bon moyen d'envi',ager les
Sffaires himaines.
Pour quelques-unes des tltes amnricaines les plus
chaudes qui misent sur la guerre froide le discours
de M. 'Nehru a pu paraitre pen compromnttant de
sa part. Si l'on se rappelle, cependant combien il a
etc difficile pour les chefs politiques du parti du
CongrAs Indien -- et combien plus difficie encore
'pour la troupe d'envisager m&mne un alignement
av.ec un < bloc de nations comprenant I'ancien
Raj britanniqne contre un pouvoir qui a 6t& pen-
dant si longlemps considered come le Galahad de
l'anti-imperialisme, on est m.erveille que I nde ait
pu aller si loin.
Lorsque M. N'ehru a dit que < nous ne sommes ni
aveugles aux raalit6s, et nous ne nous proposons
pas davantage d'accepter n'importe quel defi aux
liberties humaines d'oil qu'il vienne n, ii p-ononcait
Ia, ce qui, pour le chef d'un movement nationalist
asiatique qui luttait encore r6cemment contre I'as-
cendanl occidental, constitute une d6claralion tres
iferme.
Parlant du movement autrefois dirig6 par
Gand.hi, M. Nehru a bien ifaif d'affirmer la foi de
F'Inde dans les m6thodes de persuasion et de con-
ciliation pacifiqucs.
IMais il faut ,esp6rer qu'a la suite de ses entretiens
avec le Pr6sident Truman et M. Acheson, il s'est
rendu compete de l'importance que le gouvernemient
americain, aussi bien que le gouvernement britanni-
que, attache a la question du Cachemire comme do-
maiie d'application de tels principles.
(, The Economist ,, 22 octobre 1949) 5.076


III. UNION HOLLANDO-INDONESIENNE


La nouvelle < Union hollando-indonisienne > est
vie a La Haye. La souverainete sur I'Indonisie doit
itre officiellement transfdree par la Reine Juliana a
la jeune Ripublique a la fin du mois de ddcembre ;


La Conference de la Table Ronde a pris fin le
2 novenmbre et I'Indon6sie est libre. A un moment
quelconque d'ici la fin de l'ann6e, la Hollanle trans-
fArera solennellement sa souvierainet6 sur les an-








ciennes Indes Orientales Ai la a R6publique Indon6-
sienne Serikat > ou R6publique des Etats-Unis d'In-
don6sie; e I leI fera a inconditionnellement et ir-
r&vocablen:ent >. La plus grande parties des d616gues
indonesicn: a la Conference sont rentr6s chez eux,
important avec eux une ,charte par le transfer de
souverainci une Constitution pour l'Indon6sie et
un statute pour l'Union hollando-indon6sienne -
qu'emportealr-ils reellement, que laissent-ils derrir're
eux, et h (iuoi auront-ils A faire face A leur retour
en Indoneste ?
Des trois documents, deux ont 0i6 r&diges par les
Hollandais ,t les Indon6siens ; Ic troisieme, la fu-
ture Consl;tution indonesienne, a e6t fait par les
Indonesien. eux-m&mes c'est-a-dire par les R6-
publicains et les a Fobdralistes > --. II 6tait clair,
d&s le de6 it qu'en ce qui concern la question es-
sentialle, 1h transfer de souverainet6, on 6tait d(ja
d'accord ; eci 6tant, les F6d6ralistes, en tant qu'61e-
ments les plus mod6r6s dans la future R6publique
Indon6sienei (et comprenant de nombreux b)ons
amis de ia l[ollande) se rang6rent progressivement
aux cotEs ( es R6publicains radicaux, de sorte qu'ils
n'ont pas i loins demand que la complete ind6pen-
dance et s i garantie. L'issue tail inevitable apr6s
tout cc qi! ifait arrive : le bouleversement de la
guerre, un revolution national, deux actions mi-
litaires qui 6chouBeent, et une situation menacante
dans 1'Est oi l'Ouest pouvait seulement esp6rer
quelques st cces en (( contenant > les Soviets, si une
pleine indtlpendance 6tait garantie aux jeunes na-
tions d'Asi;'.
Tant qu' I s'agissait du transfer de souverainet,
une question essentielle a &t1 laiss6e de c6t6 par la
conference pour un r6glement ult6rieur : le statut
de la partic occidental de la Nouvelle-Guin6e. Cc
territoire plus primitif n'a jamais particip6 A au-
cun mouvi mqnt nationalist et n'est pas encore
capable, e fait, de se gouverner par lui-m&me.
Les Hollan:lais h6sitent i la transf6rer, comme une
autre < co oni.e a I'adininistration inexpirimentbe
d'Indon6sic ; d'un autre c6t6 I'Indon6sie, pour des
raisons de prestige, pent difficilenent la laisser a
mi-chemin entire la Hotlande et I'Indon6sie.
D'apris ia constitution la future R&publique in-
don6siennt sera constitute doe n6garas >> don't la
rdpublique prtecedente sera le plus important. Dans
1'Assemble16 populaire, 75 des 150 membres serlont
R6publicai 's, et il n'y a 'pas lde doute que le Pr6si-
dent de la R6publique Soekarno sera encore Presi-
dent de 1; nouvelle R,6pu'blique Les negaras fed6-
raux seron capable de tenir en clihee une part du
pouvoir dt la Republique au Senat, ol chaque ne-
gara aura :leux membres, et ldans I'institution nou-
vellement .'r6e te trois personnel te toute 1'Indo-
n6sie qui. ensemble, conseilleront au Pr6sident un
Preinier 3Mnistre et une liste des membres du Cabi-
net. Mais 1 ancient hymne national de la R6publique,
son drape;u rouge et blanc et sa langue, le bahasa
indon6sien seront adopts par la nouvelle R6publi-
que, et ccci indique A quel point le nouvel Etat f6-
deral sera. comme il est coutumier apres les revo-
lutions nalionales, guid6 par l'aile la plus radical.
Le refus .du n6gara de Sumatra oriental, au dernier
moment de ;parapher la Constitution en pr6textant des


questions territoriales peut 6tre un signe de conflicts
A venir entire les partcnaires A l'int6rieur de la Fo-
d6ration. Des elections g6n6rales auront lieu dans
toute l'Indon6sie d'ici un an. Alors, une Asseml,6e
Constituante, consistent en une Assembl6e Populaire
et un S6nat, les deux avec le double de membres,
6tabliront une Constitution pour remplacer les ar-
rangements provisoires actuels.
Les ex- ( Indes N6erlandaises > comprenaieit
un certain nomlbre d'Etats semi-autonomes. r6gis
par des traits speciaux avec le gouvernement
hollandais. Ils 6taient sur bien des points analo-
gues aux Etats indig6nes des In-des et bien que la
Constitution de 1'Indon6sie stipule que leurs traits
avec les IIollandais seront simplement remplacps par
des traits avec le nouveau gouvernement, ii est pro-
bable que, comnme leurs semblables aux Indes, ils
tendront a s'associer etroiteient avec l. noiivelle
Republique.
L'Union hollando-indon6sienne a 6et 6rig6c sans la
superstructure que beaucoup ie Hollandais esp6raient
encore. II n'y aura pas de minislercs de l'Union, pas
de pouvoir ex6cutif dts institutions de PUnion, seu-
lement une court d'arbiirage combine avec trois
memtbres hollanduis et trois Indonesiens pour r6gler
les difficult6s conslitutionnelles, et une confri .cc
commune d'au moiiis trois ministries du Cabinet dIes
deux parties se reunissant deux ou trois fois par an
en tant qu'inslitulion consultative. Aucun aspect de
cooperation n'est exclu ; au contraire, les Indon6-
siens ont expressinient (lit qu'ils esp6raient unc
cooperation imporlante au scin'de l'Union, et beau-
coup d'entre eux ont confie dans le priv6 qu'ils se-
raient heureux de voir les Hollandais, mais de pri-
ference des Hollandais nouveaux sans experience
< colonial >>, venir en Indon6sic conine technicians
et conseillers, plutit que d'autres originaires d'au-
tres pays. Tout laisse provoir, cependant, que les
Indonusiens ont par6 avec plein succes an relour de
l'influence politique des Hollandais.
La pierre de touche de la future coop-ration
se situe pcut-etre dans les allaires militaires. Ici,
6galement, on est lomb d'laccord sur le retrait de
toutes les troupes hollandaises. Du meme coup, ce-
pendant, les Hollandais promettent leur aide pour
I'organisation de I'armee ct de la marine f6derale
indon6sienne ; Ic plus dur reside et depend du trans-
fert de quelques petils bateaux que les Hollandais
ont promise. Les Iroupes indon6siennes sotis com-
mandenent hollandais, I'ex- << Armne Royale des
Indes Neerlandaises > pteut passer si elle le desire,
aux troupes hollandaises ou indonesiennes. (L'aidc
naval A ]'Indonssie qui coItera an contribuable hol-
landais une some considerable, s'est attire beau-
coup de critiques .'n Hollande).
Soerabaya reslera une base navale utilis6e par les
Hollandais sous les ordres d'un commandant hol-
landais qui sera tlCsign6 par les Hollandais et nom-
mi par l'Indon6sie. Le fait que le commandant est
sous les ordres dii (;oivcrnement indon6sien rend la
situation moins favorable pour les Hollandais que,
par example, I'accord de Simmons Town en Afrique
du Sud ne 1'rtait pour la Grande-Bretagne, bien que
le port soit praticable aux operations allies en cas
de conflict arm6 dans le Pacifique.








Un point n6vralgique de la Conf6rence fut la
division de la dette. Les Hollandais demandaient aux
Indon6siens d'assumer la responsabilit6 de 5.800
millions de couronnes, et les Indon6siens commen-
cerent par offrir de ne pas supporter plus de 3.400
millions de couronnes. Le diff6rend essential r6si-
dait en ce que, de facon comprehensible, les Indo-
n6siens ne voulaient pas payer pour les operations
militaires hollandaises. Comme de coutume une so-
lution de compromise fut acceptee et 4.300 millions
de couronnes de ]a dette seront mis A la charge de
l'Indon6sie.
Une des questions les plus importantes est le
statute des entreprises et des plantations hollandaises
en Indon6sic. Les d6tenteurs hollandais ont peur
d'une nationalisation ; l'accord 6conomique et finan-
cier ne fait rien pour abattre cette crainte, mais sti-
pule qu'il pourra y avoir' une procedure 16gale et
< une indemnisation pr6alable ou garantie >. Quel-
que chose de plus rassurant est la disposition sti-
pulant que les concessions et les licences pour des
entreprises et des plantations nouvelles ou existantes
peuvent Utre renouvele's ou garanties pour une
certain p6riode, et tant que ces entreprises deneu-
rent ou sont viables sur des bases d'affaires saines
et que les d6tenteurs l6gaux garantissent la pour-
suite de leur activity >. Mais il y a la clause condi-
tionnelle d6daigneuse << except dans les cas con-
traire A l'intC6rt public y compris la politique gen6-
rale 6conomique de la Republique indon6sienne
Serikat >. Les Hollandais peuvent placer leurs es-
poirs dans un autre article qui r6duit les fardeaux
peasants sur les affairs h des < limits raisonnables
permettant des remplacements normaux, amortisse-
ment et reserves, et permettant un b6enfice raison-
nable pour le capital invest dans les dites entre-
prises >.
L'opinion publique en Hollande est loyalement
came A l'6gard de la nouvelle situation, si on le
prend dans Ic sens que ceci signifies la fin d'un lien
historique de quelques si6cles. L'extreme droite pro-
teste vigoureusement, et le public moyen ne voit pas
tres bien pourquoi le Gouvernement d6penserait
autant d'argent pour une aide (militaire et economi-
que, pour ne pas mentionner la d6pense de la Con-
f6rence de la Table Ronde toute entire) aux Indo-
n6siens < si les camarades veulent se d6barrasser
completement de nous >. Quelque m6contentement
a 6t+ c aus6 par les precedents employes civils hol-


landais qui n'obtiennent qu'une garantie de deux
ans, mais il est possible que le Gouvernement hol-
landais en ce qui les concern l6argisse grindement
cette p6riode de s6curit6. Beaucoup de gens pensent
que le Cabinet a eu raison en d6cidant que l'accord,
bien que peut-6tre d6plaisant, 6tait n6tessaire en
tout cas ; quelques uns pensent qu'on aurait pu y
parvenir et cela eut Wte mieux trois ans plus
t6t ; et on pense g6n6ralement que les bruits de
l'opposition dans deux des plus petits parties de la
coalition gouvernementale n'apporteronit a'ucun
changement A l'actuelle politique.
En Indon6sie, cependant, la situation est bien
diff6rente. Meme si une guerre civil n'esl pas une
sequelle necessaire A toute revolution national,
come le suggbrent quelques proph6tes de malheur,
il est un fait que ni l'actuel Gouvernement r6publi-
cain, ni le future Gouvernement d'Indonesie n'ont
une autorit6 complete et effective sur tous les terri-
toires et leurs 60 millions d'habitants. Les d616gues
indonCsiens ont de la chance en ayant une ( souve-
rainete inconditiounelle et irrevocable > A rappor-
ter chez eux, sans laquelle ils seraient rcntres dans
une position analogue a celle des d6legu6s irlandais
de 1922 : pour se trouver face au meurtre par leurs
propres compatriotes. Et, A la v6rit6, mine avec le
succes reported sur le paper, les .meurtres, ou au
moins une grave agitation civil n'est pas impro-
bable.
Personnel ne sait quelle est la force reelle des com-
munistes en Indon6sie. D'un autre c6t6 on salt que

les troupes r6publicaines sont d6sorganisees et mal
disciplines, et l'aide militaire hollandaise. mrme si
elle est donn6e de bon coeur, devra &tre offerte avec
tact et accepted adroitement si la contribution A la
restauration de la loi et de l'ordre doit etre efficace
et durable. L'6preuve n'est pas encore finie. Non
seulcment la Hollande a perdu une part de sa ( zone
couronne >> conomique qui avant lat guerre four-
nissait centre 10 et 16 % du revenue national hollan-
dais -- montant qui ne peut 6tre compens6 par au-
cune cooperation a venir, aussi profitable soit-eilb
mais l'Indon6sic 6galement, avec pas plus au
micux qu'une aide du plan Marshall, devra remettre
de l'ordre chez elle, restaurer son system 6conomi-
que et maintenir sa position ind6pcndantc contre
des influences peut-etre plus puissantes que l'ancien
colonialisme de la Hollande.
(a The Economist ,,, 12 novembre 1949). 5.188


IV. ANCIENNES COLONIES ITALIENNBS


Apris quatre annies de marchandages, le sort des
anciennes colonies italiennes a enfin ete fixd.
Le debat sur les colonies italiennes est enfin ter-
nmin6. Si la question de 1'Erythr6e est encore pen-
dante et sa solution renvoyee a l'an prochain, le sort
de la Libye et celui de la Somalie sont desolrmais
fix6s.
La Libye dolt devenir ind6pendante dans un d6lai
de deux ans, ou, plus exactement, jusqu'au 1" jan-


vier 1952. Pour preparer cette emancipation, aur-
veiller la gestion de l'Etat future et l'aider a Blaforer
une Constitution, on nommera un Commissaire qui
sera assist d'un Conseil compose de repr6sentants de
la France, de l'Italie, de la Grande-Bretagne, des Etats-
Unis, de 1'Egypte, du Pakistan, de la Cyrvnaique,
de la Tripolitaine, du Fezzan et des minoritAs li-
byennes.
La Somalie est place sous mandate italien et dolt
devenir ind6pendante dans les dix ans.









QuanI A 1'Erythr6e, I'Assemblke a d6cid6 de ren-
voyer A ur, an sa decision. En attendant, une Com-
mission de cinq membres est charge de < s'infor-
mer des vi,:ux el des aspirations de la population >>,
et de fair rapport pour le 15 juin 1950. Les mem-
bres de ]a Commission sont des dl16gn6s de la Bir-
manie, diin tilemala, de la Norvege, du Pakistan et
de l'Union Sud-Africaine.
Tells sont Ies solutions. Toutes trois marquent
incontestaljlenment un succ6s de la diplomatic ita-
lienne, qui a su, depuis l'6chec, au printemps der-
nier, (lu icmpromis Bevin-Sforza, renoncer A des
revendicati ns )proprement coloniales et se retire
sur des p) sitions de repli certes compromissoires,
mais qui ont 6t6 preferes aux solutions anglo-
saxonnes.
Chose re narquable, I'Assembl6e G6n6rale a adopt
sans retoucies les projects prepares par la sous-com-
mission ins iluee a cet effect et don't nous avions com-
ment6 les l.avaux ici-mnime il v a un mois. En outre
la decision a Mt& prise A une trbs forte majority( :
48 voix far orablcs, un seul opposant (1'Ethiopie) et
9 abstentio is (le group slave plus la Yougoslavie,
la France. la Nouvelle-Z6lande et la Suede).
Enfin, l' v'nement a un caractere historique : ces
decision (;e I'O.N.U. sont les premieres qui aient
force obli itoire. Ordinairement, l'assembl6e g6nd-
rale ne pe it voter que des recommendations aux
Etats mcem )res, tandis que dans le cas particulier
1'O.N.U. a t&. d6sign6e dans le traits de paix avec
l'ltalie pou rancher la question des anciennes colo-
nies italiennes. Au moment ofil 'on parole de crise de
I'O.N.U., la solution de ce probl6me est une r6ussite
que l'on pent porter a son actif.
II est vr: i que cette solution n'est que provisoire.
Si la Sonmlie prend aujourd'hui un visage qu'elle
gardera pendant dix ans au moins, nous ne pouvon'
encore sav ir (lnel sera celui de la Libye. Dire que
cc vaste teiritoire sera ind6pendant dans deux ans
ne veut pa;( dire grand'chose. Pour un pays en voice
d'6mancipnlion, l'ind6pendance constitutionnelle ca-
che la d6p dancee 6conomique on meme politique,
et la lutte d'influence va continue entire les puis-
sances intiressdes. L'issue de cette lutte d6pendra
6videmmen (de l'activit6 des Anglais, des Francais
et des Italiins qui sont sur place, mais elle d6pen-
dra aussi eIs decisions de la Commission et de
1'6quilibre les forces qui y sont repr6sent6es. Ces
forces se repartissent en trois groups : 'Italie et la
France d'ulne )art, 1'Angleterre et les S6noussis d'au-
tre part, et enfin les tendances nationalists opposes
aux S6noussis. 11 v a trois pays qui peuvent servir
d'arbitres les Etats-Unis, 1'Egypte et le Pakistan.
Mais il est encore trop tbt pour dire dans quel sens
,chacun d'eux pbsera.
(. (,azette de Lausanne ., 23-24 novembre 1949).


Le Spectator d Londres montre mains de neutra-
lite et porter sur cet accord un jugement sivdre.
Les imp rtantes majorit6s avec lesquelles le Co-
mite Politique de 1'Assemblee Gne6rale a adopt le
plan pour iccorder en fin de compete l'inedpendance
a la Libye et A la Somalie et envoyer une Commis-


sion d'enquete en Erythr6e ne prouvaient pas telle-
ment qu'on avait la conviction que la bonne solution
avait 6t6 trouvee, mais plutot qu'on s'inqui6tait
d'avoir a retenir la question peu attrayante des ex-
colonies italiennes de l'ordre du jour de l'Assem-
bl6e. Il n'y a pas davantage de vraie sagesse ni de
responsabilit6 dans cette derniere decision qu'il n'y
en avait dans les manoeuvres pr6cipit6es et les com-
binaisons de couloirs qui ont fait echouer toutes les
solutions prdcd(lemment proposes.
La Libye doit etre confine aux bons soins d'une
Commission des Nations Unics et d'un Conseil
consultatif jusqu'en janvier 1952 date a laquelle elle
doit devenir ind6pendante et souverainc. La Somalie
doit 6tre place sous tutelle italiennc, 1l encore
flanqu6e d'un Comit( des Nations Unies, pendant
dix ans, aprbs quoi elle sera mfre pour recevoir
la m~me recompense quc la Libye. Le rapport de la
Commission en Eryltlhre doit 8tre iprc en juin pro-
chain.
Mais que la p6riode prcscrite soit de :leux ans. da.
dix ans on de huil Mnois, ct que le buil :poursuivi soit
I'ind6pendance des territoires ou un accord realis6
entire les divers membres des Nations Unics chlr:3s
de supervisor l'op&ration, il y a I;scz. pemi de raisoins
d'escompter un succhs.
Les difficulties dei raliser l'unit6 et un gouverni-
ment responsible autonomy dans ces territoires, dc-
meurent formidable., les chances d'une promrile re-
conciliation de leurs populations avec la reenaiss: ;i(c
probable de l'inlluence ilalienne sonl niaigres, Ies
terrains d'entente entire les minebres des Conmmis-
sions seront difficile a Itrouver, et le chagrin de ne
pas se trouver en face d'une pronmesse forme d'ind,-
pendance pourrait tre tr's vif dlans les terriloir-cs
les plus 6volues de 1'Afrique.
En faith si l'Asseimbl1e des Nalions Unies pense
s'6tre d6jA tirCe d'affaires, elle sc troilpe probable-
ment. Peut-ctre que tout (dpend surtout de l'apti-
tude des Italiens f gailner la confiance des popu-
lations des territoires. Ils ont pris un bon depart en
acceptant par advance de s'incliner dans tous les cas
devant le verdict des Nations Unies et ilJ out totes
les raisons de se comporter avec beaucoup de pre-
cautions et de consideration. Mais it leur reste in
long sillon A creuser.
(< The Spectator ), 18 novembre 1949). 5.142


The Economist, de son c6td, y voit une occasion
d'analyser certain des diffdrents qui opposent Outre-
Mer, Francais et Britanniques
Peu de gens dans ce pays se rendent compete du
nombre de situations en Asie et en Afrique qui pro-
voquent chez les Francais des griefs au sujet de la
politique britannique. Maintenant que la querelle au
sujet de la Syric symbolis6c par le G6n6ral de
Gaulle d'un c6te et par le G6n6ral Spears de l'autre
- est termin6e, quelles sont les causes de malen-
tendu qui demeurent ? la th6se francaise est la sui-
vante : 1) comparisons anglo-saxonnes d6favora-
bles entire l'Indochine franchise et 1'action britan-
nique dans 1'Inde ou 1'action hollandaise en Indon6-
sie ; 2*) < parrainage >> britannique de la Ligue









Arabe qui conduit a une Libye unifi6e provoquant
des troubles -en Tunisie que les Frangais esp6rent
voir opter pour son inclusion dans l'Union Frangaise
aux terms d'un nouveau traits, et en Alg6rie qui
constitute une parties de la France. Les arguments
francais sont puissants : < Pourquoi nous encou-'
ragez-vous a faire en Indochine ce que vous ne
faites pas en Malaisie ? >>. < Nc voyez-vous pas que
'encouragement que vous donnez aux Arabes no,
d6membre leur population musulmane vit just
en face de Marseille nous d6membre beaucoup
plus qu'il ne le fait pour vous au Soudan ou
Aden ? >. Ces points de vue ne peuvent ktre avances
Sla la 6gre d'un c6te justement parce qu'ils sont pro-
f6r6s en m&me temps que des affirmations gratuites
- telles que celle selon laquelle l'anschluss entire
I'Irak et la Syrie serait un project britannique visant


a placer Damas sous le poing d'un fantoche britan-
nique.
Ce serait un grand malheur si on permettait a ces
frictions de se manifester entr,e les six pays la
Grande-Bretagne, Ja France, l'Italie, les Etats-Unis,
1'Egypte et le Pakistan qui doivent aider les Li-
byens a laborer leur Constitution f6d6rale. Au mo-
ment oi les relations franco-britanniques au sujet
de l'Allemagne sont troubles, des accords pr6limi-
naires tout au moins entire les membres de 1'Union
Occidentale, sont grandement d6sirables pour des
petites questions telles que celle du Fezzan et de la
Cyrinaique. Un accord franco-britannique a r6ussi
en Afrique au sud du Sahara. N'est-il pas possible
de Ie rialiser ailleurs ?
(a The Economist 19 novembre 1949). 5.143


LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUITS EN FRANCAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTES :

A la Section kde la Presse Etrangere, au Ministere de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7'). (Direction
des Affaires Politiques, Pi&e 17, 1' Etage).
S La Section de la Presse Etrangere peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, a quiconque lui en fera
la demand, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
Le N' de ref6rence suffit a designer le document desire.


TIRES


UNION FRANQAISE
Pour mettre fin a la guerre en Indochine ..............
Un ldepute du Cameroun francais (M. Jules Ninine) ....
Tndochine ..........................................
L'lndochine devient une question international .......
Im passe en Indochine ................................
Le point de vu. de Londres a propos des questions
d'Extrmce-Orient (Indochine) ....................
Indochine ...........................................
Le Chef du Viet-Nam veut discuter avec la France ......
L'Indochine en jeu ................................
Craintes francaises en Indochine ......................
Mariag~c d'amour on ipariage de raison ................
PROBLEMS GENERAUX
Territoires sous tutelle ...............................
Des measures militaires dans le Sud-Est Asiatique comme
en Chine n'ont aucune valeur sans r6formes politiques,
&conomiques et sociales ............................
L'Asie du Sud-Est suit le guide .......................
Tutelle et Colonies .................................
COMMONWEALTH BRITANNIQUE
Inde
L'Inde bastion de la d6mocratie .....................
Regards bienveillants, visages amis (Inde) ..............
L'Inde et une Asie Rouge ...................... ...
L'accueil r6serv6 de Nehru ..........................
L'Inde et le Cachemire ..............................
Nehru, Quisling de l'Asie ............................
Le peril jaune est une menace rouge .................


DATES



25-10-49
29-10-49
4-11-49
4-11-49
Nov. 49

7-11-49
9-11-49
1-10-49
12-11-49
12-11-49
12-11-49

27-10-49

2-11-49
2-11-49
4-11-49


27-10-49
3-11-49
3-11-49
22-10-49
18-11-49
48-11-49
22-11-49


ORIGINE DU DOCUMENT



The Hindu (Madras)
West Africa
Tribune
Manchester Guardian
Eastern World

Neue Ziircher Zeitung
Manchester Guardian
Tribune de New York
Time and Tide
The Economist
West Africa

Manchester Guardian


New York Herald Tribune
Far Eastern Survey
Times


New YorkeHerald Tribune
New York Herald Tribune
Daily Telegraph
The Nation
Spectator
Tribune
Continental Daily Mail


5.091
5.097
5.105
5.108 .
5.115
5.119

5.123
5.124
5.126
5.128
5.133

5.087
5.199

5.130
5.135


5.089
5.104
5.110
5.122
5.140
5.148
5.151









TITLES


5.092
5.093
5.094
5.095
5.100
5.101
5.103
5.111
5.112
5.116
5.117
5.132

5.134
5.145
5.146
5.147



5.088
5.107
5.144
5.150


5.136


5.120


6.090


5.096
5.098
5.102

5.106
5.109
5.113
5.114
5.118
5.121

5.127
5.129
5.137
5.138
5.141
5.152
5.153


5.131
5.139
5.142
5.143

5.149


I.


DATES


Afrique Britannique
Progres en Gold Coast .............................
R1forme constitutionnelle en Gold Coast ..............
xrachides ...........................................
Une trag&dic dans la d6faite (Arachides) ..............
Progris lents dans les spaces videos (Tanganyika) ......
NIovens de sauver le plan des arachides ................
Objectifs britanniques en Afrique .....................
En vue de l'ind6pcndance ? (Gold Coast et Nigeria) ....
La rise du cacao en Afrique ........................
Le gouvernement de la Gold Coast ....................
Un plan pour le Gold Coast ..........................
Une initiative de la Nigeria en matiere de recrutement des
fonctionnaires .................... ............
L'Uccueil r6serv6 par la Gold Coast au rapport Coussey ..
Appel A M oscou .....................................
Les imeultes d'Enugu ...............................
Le siiccs de la methode de lecture Laubach inspire des
craintcs a son auteur ............................
Afrique du Sud
Pretentions sud-africaines ..........................
Le d6fi du Dr Malan ..................................
Esclavage sud-africain ..............................
L'Afrique du Sud a besoin de ses agitateurs ............
Malaisie
Pierre de touche en Malaisie ..........................
Antilles
Vers 1'union aux Indes Occidentales ..................
BIRMANIE
La situation en Birmanie ............................
UNION HOLLANDO-INDONESIENNE
Accord sur l'Indon6sie ............................
Une nouvelle Nation est nee ..........................
La Conference hollando-indon6sienne de La Haye appro-
che de son term e ................................
Rtglement indonesien ................................
Accord A La Haye ..................................
Indonesic ...................................
Accords sur l'Indon6sie .............................
La politique des Etats-Unis en Indonesie ..............
PR6signation mais embarrass hollandais dans la question
indon6sienne ......... ..................... ...
Les Pays-Bas bAtissent une Nation ....................
Accord sur l'Indon6sie ...............................
L'Indonbsie libre et ind6pendante ....................
Les Etats-Unis d'Indon6sie ..........................
La Hollande renonce A ses privileges en Indon6sie .....
( Merdeka > (Indonesie) ...........................
Epreuve en Indondsie ................................
COLONIES ITALIENNES
Les Colonies italiennes ...............................
Les Colonies italiennes ...............................
Les Colonies italiennes ...............................
France d'Outre-Mer centre Grande-Bretagne d'Outre-Mer
(Colonies italiennes) .............................
Colonies italiennes ...................................


29-10-49
28-10-49
2-11-49
2-11-49
3-10- 19
22-10-49
Oct. 49
4-11-49
16-10-19
5-11-49
5-11-49

5-11-49
5-11-49
18-11-49
22-11-19

22-11-49


28-10-19
5-11-49
18-11-49
17-11-49


16-11-49


7-11-49


26-10-49


3-11-49
3-11-49

31-10-49
4-11-49
5-11-49
3-11-19)
5-11-49
26-9-49

4-11-49
12-11-49
11-11-49
14-11-49
12-11-49
6-11-49
12-11-49
26-11-49

15-11-49
19-11-49
18-11-49
19-11-49

23-11-49


Times
New Statesman
Snectator
The Economist


and Nation


Daily Telegraph


ORIGIN DU DOCUMENT



The Economist
Nene Ziircher Zeitung
Daily Herald
Daily Telegraph
Manchester Guardian
Yorkshire Post
Foreign Affairs
Tribune de Londres
The Observer
New Statesman and Nation
Time and Tide

West Africa
West Africa
Tribune
Times

West Africa


Tribune de Londres
Ncr Statesman and Nation
Tribune
Daily Worker


The Economist


Daily Telegraph


New York Herald Tribune


Times
Daily Telegraph

Neuc Ziircher Zeitung
The Spectator
New Statesman and Nation
Manchester Guardian
The Economist
State DepiTrtement's Bulletin

Daily Telegraph
Time and Tide
Tribune
Newsweek
The Economist
Nene Ziircher Zeitung
The Nation
Times


I










COMMUNIQUES


Avis relatif A I'ouverture en 1950 de deux
examens de culture g6n6rale pour le recrutement
d'Agents techniques d'hygibne
de I'Afrique Occidentale Frangaise

Le Gouvernement G6ndral de I'Afrique Occiden-
tale Francaise, recrute des agents de la Sante publi-
que pour le cadre des agents techniques d'hygiene.
Infirmiers, agents de la police sanitaire, techni-
ciens des bureaux d'hygiene, monteurs d6panneurs
radio, aide radiologiste, secr6taires mddicaux et comp-
tables des services de sant6.
La solde mensuelle actuelle varie pour un celiba-
taire de 20.000 fr. C.F.A. A 38.000 fr. C.F.A.
Ces fonctionnaires perqoivent au moment de cha-
cun de leurs embarquements pour I'A.O.F., de 15.000
A 25.000 fr. metropolitains selon leur grade, aug-
men.tes de 25 % pour l'6pouse et to % par enfant.
Les sdjours Outre-Mer sont de deux ans suivis de
six mois de cong6 dans la M6tropole.
L'int6gration dans le cadre des agents techniques
d'hygiine. s'effectue actuellement sur titres.
Sont necessaires au minimum :
10) La possession du brevet le6mentaire de l'ensei-
gnement, ou du brevet de fin d'6tudes du premier
cycle du second degree, ou du certificate d'etudes se-
condaires modernes ou classiques.
20), La possession d'un dipl6me technique de la
sp6cialit6 en cause, delivr6 par l'Etat ou par un
organisme habilit6 par l'Etat, ou le brevet 6elmen-
taire d'infirmier ou de secretaire comptable des ar-
mnes de terre, de mer ou de 'air.
La possession d'un dipl6me technique est impdra
tive. Seuls les titulaires du baccalaureat (i" et 2
parties) en sont dispenses.
Les candidates qui ne d6tiendraient pas l'un des
titres de l'enseignement ci-dessus enumeres pourront
subir un examen de connaissances gne6rales du ni-
veau du brevet 616mentaire.


Les candidates doivent adresser une demand au
ministry de la France d'Outre-Mer (direction du per-
sonnel 3e bureau), 27, rue Oudinot Paris (7e).
A cette demand seront joints les documents su.
vants :
i) Extrait de naissance nationality6, francaise,
ag6s de plus de 21 ans et de moins de 30 ans).
2") Etat des services militaires.
3) Certificats de visit et contre-visite etablis par
les m6decins militaires et concluant A l'aotitude de
l'interesse A servir Outre-Mer, et a l'absence de toute
affection tuberculeuse.
4) Copie des titres techniques et scolaires.
5) Certificat de bonne vie et moeurs.
6) Extrait du easier judiciaire.
7) Adresse de l'interess&.
Ces documents devront parvenir A I'adresse ci-
dessus indiquie avant le ie' janvier !)50 ou le
1" juillet 1950.

Musee de la France d'Outre-Mer

Objet : activity du Musde Novembre 1949.
Entries payantes ; 7.103 pour 127.710 francs.
Entries gratuites : 235 delves, 9 groups.
Produit de la vente du Guide du Mus6e : 47 bro-
chures pour 705 francs.
Travaux executes : Section d'Art et d'Histoire. -
Presentation de l'Exposition des peintures, aquarel-
les et dessins (A.E.F.) du peintre animalier R. Re-
boussin, parmi les trophies prftes par des Musees
et des collectionneurs.
Section economique. Nettoyage des vitrines de
la Section et des reserves. Contribution A l'installa-
tion de l'Exposition de peintures Reboussin.
Section Aquarium : arrivage de Dakar de tarans
et de tortues. Travaux de la serre. Liaison ave:
la Soci6et Centrale d'Agriculture.


BIBLIOGRAPHIE


L'INDOCHINE DANS LE CADRE DE L'ASIE ET SES PROBLEMS AG-
TUELS, par ile colonel Jean MARCHAND. Peyronnet, 6di-
teur, 33, rue Vivienne, Paris (2e), prix 270 francs.
Cet ouvrage, fruit de dix annees Ipasses en Indochine et
de voyages effectues aux Indes, A Ceylan, en Malaisie, au
Siam, en Chine, au Japon, aux Hawai, ecrit dans le feu de
,'action, permet de saisir les probl6mes qui se posent dans
9'Asie d&chir6e et l'Indochine ,meurtrie.
Cet ouvrage comporte des syntheses sur :
Les influences asiatiques et la situation present des


Etats voisins de I'lndochine : Chine, Inde, Siam, Birmanie,
J apon.
L'attitude des puissances occidentales en Asie ': U.R.
S.S.. U.S.A., Grande-Bretagne, Hol'lande, France.
Les Etats de l'Indochine, Viet-Nam (Cochinchine, Ton-
kin, Annam), Laos, Cambodge : structure, histoire, civilisa-
tion, resources economiques, organisation politique et ad-
ministrative, possibilities d'avenir.
Les evenements qui se sont succ6de en Indochine de-
puis 1939 : interventions japonaise et sianmoise; les diffe-
rentes phases de notre r6tablissement.
Le problIme de la -pacification.










LA DOCUMENTATION FRANQAISE
a 6dit6 un nombre important de publications traitant de sujets relatifs a


LA FRANCE D'OUTRE-MER


Parmi les documents les plus recents, on relieve
1o) C(N RALITES
Notes et Etudes Documenlaires :
N" 1.131 Principales realisations politiqucs accomplice dans les Territoi-
res d'Outre-Mer depuis 1945 ................................. 65 francs
Brochures de la Documentation Francaise Illusltre :
1'Art dans 1'Union Francaise ..................................... 25 -
Caries glographiques :
I changes conmnerciaux A I'interieur de I'Union Francaise ............... 4Q -

20) AFRIQUE NOIRE
Notes et Eludes Documentaires
902 Le tourism ct les voics dc pIn&~tration en Afrique ........... 70 -
(t 903
," 28 L'A.O .F. ........... .. ................... .......... ........ 75 -
897 Le M oven-Congo ............................................ 50 -
8N" 98 L'Ouba.ngui-Chari ........................................... 50 -
SN" 910 Le Gabon .................. 60 -G
N" 1.181 Le Cameroun ....... .......... ...................... 100 -
(t 1.182
N" 1.193 Le Togo ......................................... ......... 155 -
(t 1.194
Brochures de la Documentation Francaise Illustre :
I,'A frique N oir,, ..................................... ......... ....... 25 -

3) OCtAN INDIEN
Notes et Etudes Documentaires :
N" (604 Madagascar .................... epuise
Brochures de la Documentation Francaise Illuslrie :
[Iadagascar .............................. ............................ 25 -

4) PACIFIQUE
Notes et Eludes Documentaires :
N 395 L'Oc( ani.h franchise ............. ... ......... ......... .. 75 -
I t 396
N" 1.146 La Nouvelle-Caldonie ................ ....................... .60 -

5) INDOCHINE
Notes et Etudes Doctumentaires
'q" 007 Le Siam et 1'Indochine l'rancaise ............................. 35 -
'1o 809 'Le plan d'oquipemnent de l'indochine ........................ 75 -
9" 998 L'evolution 6conormique de I'lndochine ....................... 40
Carles gyographiques :
L'Union indochinoise .................................................. 75 -

6) DEPARTMENTS D'OUTRE-MER
Notes et Etudes Dociunentaires :
: 2o 248 La Guya'ne frangaise ........................................ 40 -
N 263 Les Antilles francais'es ...................................... 40 -
:N 930 Les nouvcaux departements francais d'Outre-Mer .............. 40 -
:N0 1.099 Le d6partement .de la RBunion ............................. 40 -

EN VENTE : 16, RUE LORD-BYRON PARIS (8W)
Versement A M. le R6gisseur des Recettes : C.C.P. Paris 134-11











LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE
publi6s dans a Orient-Occident ) en Novembre 1949


N" CXLVI du to novembre)
(Articles et Documents no 1.699)
PRESS ANGLAISE
L'Egypte et la Ligue Arabe (i times du 28-10).
PRESS AMERICAINE
Les Etats-Unis et le project d union syro-iraquienne
(Fitzhugh Turner dans New York Herald Tribune du
1-11). PRESS EGYPTIENNE
Activity politique et militaire dans le Moyen-Orient
(Al-Misri du 13 et du 22-10).
Le Liban et le project d'union syro-iraquienne (Sawl
AI-Umma du 13-10).
Destins syro-iraquiens (Reine Jauffret dans Bourse
Egyptienne du 18-10).
La cruise politique en Egypte (Akhibar AI-Yom du
11-10).
Parlementarisme et loi martial (Salama Moussa dans
Sawt AI-Umma du 10-10).
PRESS LIBANAISE
Le conflict 6gypto-iraquien (Al-Halat du 2-10).
PRESS IRAN'IENNE
Les Kurdes de l'Iran et la propaganda 6trangire
(Etelaat du 18-9).
PRESS IRAQUIENNE
Crise ministirielle en Iraq (Faiq Samarayi dans Liwa
Al-lstiqlal du 11-10).
PRESS DU' PAKISTAN
Une conference economique islamique (Dawn du
18-9). PRESS SUISSE
Le communism et la reaction au Japon (Bund cuh
r4-10).
Hong-Kong, derniere oasis (Robert Guillain dans
Gazette de Lausanne du 22-10).

N" CXLVII (du 19 novembre)
(Articles et Documents n" 1.707)
PRESS AMERICAINE
La France et I'Indochine (Times du 10-10).
PRESS INDIENNE
L'U.R.S.S. et la Mandchourie (Amrita Bazar Pa-
trila du 1-10). PRESS CHINOISE
Et le Tibet ? (China Weelly Review du 17-9).
PRESS SOVIETIQUE
Les Etats-Unis et la Turquie (G. Ossipov et N. Pol-
tavski dans Krasnaia Zvezda du 18-10).
Presse g6orgienne
La Grande-Bretagne et le Yemen (S. Merguelova
dans Zaria Vostolia du 8-10).
PRESS EGYPTIENNE
L'Egypte et l'union syro-iraquienne (Mohammed Al-
Tabai dans Akhbar Al-Yom du 15-10).


PRESS SYRIENNE
Le niveau de vie de la population arabe (Dr Nazem
Al-Kodsi dans Alif-Ba du 27-10).
PRESS IRAQUIENNE
L'union syro-iraquienne (Faiq Al-Samarayi dans
Liwa Al-lstiqlal du 19-10).
Israil et les r6fugies arabes (Al-Nahda du 20-10).
PRESS ISRAELIENNE
Les Juifs d'Irak (Fred J. Zusy dans Palestin" Post
du 17-10).
Les Juifs americains et Israiil (Arthur Heitzberg
dans Palestine Post du 12-10).
PRESS SUISSE
Le communism en Israil et dans les pays arabes
(M. Y. Ben Gavriel dans St-Caller Tagblct! du
25-10).
N0 CXLVIII (du 30 novembre)
(Articles et Documents no 1.716)
PRESS SOVIETIQUE
La d6mocratie du Proche-Orient (G. Akopian dans
Pravda du 27-10).
Presse uzbeke
L'Islam et le communism (A. Ortykov dans Kizyl-
Uzbelistan du 30-9).
PRESS EGYPTIENNE
Le bilan de la Chambre dissoute (Ali Abd A!-Azim
dans Sawl Al-Umma du 7-11).
La Syrie et le project de scurii collective (Al-Misri
du 10-11).
Les electionss syriennes (Al-Misri du 5-11).
PRESS DU SOUDAN ANGLO-EGYPTIEN
Le Saudan ct la politique britannique en E.gypte
(Al-So:dan Al-Djadid du 31-7).
PRESS SYRIENNE
Les projects de secu:ite collective et de pace m6di-
terranden (Alif-Ba du 30-10 et du 3-11).
PRESS JORDANIENNE
L'activitb des compagnics anglaises dans les pays ara-
bes (AI-Urdun du 21-10).
PRESS SUISSE
Les Arabes ont-ils besoin d'un plan Marshall ?
(Weltwoche du 11-11).
PRESS DU PAKISTAN
L'opinion afghan et l'Islamistan (Dawn du 6-10).
L'Iran et l'unit6 musulmane (Dawn du 8-10).
PRESS ANGLAISE
Tibet et N6pal (Manchester Guardian du 18-11).
PRESS DE SINGAPOUR
Guerre clandestine a Java (Hugh Laming dans
Straits Times du 28-10).


ORIENT-OCCIDENT, 1'abonnement de 6 mois (18 numdros) : 250 Frs
Renseignements, souscription, vente au detail :
SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEM ENT, Direction de la Documentation,
14 et 16, Rue Lord-Byron, PARIS (8') Compte Cheques Postaux Paris 134-11

Imprimrnere de I'Agence France-Presse, Paris (2-)
SD6pot 1dgal. D6cembre 1948. No 4315












































































Edited par la Documentation Franqaise

Prix du num6ro : 90 francs
Abonnement: six mois. .. 520 francs
> : un an. ..... 1.000 s

Souscription et vente
a la
Direction de la Documentation Franvaise
14, Rue Lord-Byron, Paris (7
Tel. : ELYsees 82-00




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs