• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Problemes du jour
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Bibliography
 Communiques
 Back Cover






Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00014
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00014
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Nouvelles de France
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
    Revue de presse
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
    Bibliography
        Page 76
        Page 77
    Communiques
        Page 78
        Page 79
    Back Cover
        Back Cover
Full Text


YEi


4-


K


II 1,I


ItI


-41


mRA






PRESIDENCE DU CONSEIL

SEC RETARIAT GENI:RA1.
DI GOUVERNEMENT

Direectioi de la Doc,,Pmennliion :
14-16, ru Lord-BNron, Paris (S')


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7')


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA



FRANCE D'OUTRE-MER





SOMMAIRE


PROBLEMS DU JOUR :

Une politique d'industrialisation et
d'5quipement strat6gique de 1'Afri-
que franchise ................ ......
Ie port d'Abidjan .................
I a Conf6rence interafricaine de l'ali-
mentation de Dschang ............
Folklore africain ......................


NCUVELLES DE FRANCE :

L.a vie ministerielle ..................

Conferences et manifestations diver-
ses ............. ...................
Informations diverse .................

NCUVELLES D'OUTRE-MER :

Indochine ....................
A.O.F. .................................
A.E.F. ................... ..............


To ,o ..................................
Madagascar ........................
Nouvelle-Caldonie ..............
Etabiissements de l'Inde .............
Informations administrative .........


REVUE DE PRESS :

Presse d'Outre-Mer ..................
Frerse 6trangere ...... ............
U nion Francaise ...................
Q questions genrales .................
Commonwealth .....................
Union hollando-indonisienne .........
Liste des articles de press .trangere tra-
duits en francais .................


BIBLIO G RAPHIE ........................


COMMUNIQUES- .......................


Novemlre 1949 N~ 137


November 1949


No 137










W jZ
& W71


PROBLEMS DU JOUR


Une politique d'industrialisation et d' quipement

strategique de l'Afrique Francaise

N.D.L.R. Depuis la Liberation, les problems d'equipement de l'Union Francaise ont donni lieu & de
nombreuscs itudes et en particulier a l'6tablissement par le Commissariat au Plan, sous la haute direction
de M. Jean Monnet et sous l'impulsion de la Commission de Modernisation et d'Equipement des Territoires
d'Outre-Mcr, presidde par M. Pleven, d'un plan de modernisation et d'dquipement de ces territoires. Nous
en avons "ntretenu nos lecteurs dans les numeros de juin, aoit et septembre 1949 du Bulletin de la France
d'Outre-Mcr. Par ailleurs le regime des' investissements strangers nouveaux dans la zone franc a fait I'objet
d'un avis o'e l'Office des Changes n" 419 du 2 septembre 1949, paru au Journal Officiel du mdme jour. M. Eirik
Labonne, ambassadcur de France, conseiller diplomalique du Gouvernement pour coordonner les etudes de
l'Organisa'ion politique et economique de l'Union Francaise, a condense, au course de travaux effectugs avec
la collaboration de milieux politiques, militaires et financiers les principles qui pourraient servir de base
d une polilique concrete d'industrialisation et d'equipement Outre-Mer. C'est l'ensemble de ces principles que
le Conseil de Redaction du Bulletin de la France d'Outre-Mer a pens6 devoir soumetti4e ci-apres, en en don-
nant de lorges extraits, aux reflexions de ses lecteurs.


Le cadre
d'une politique compl6mentaire africaine

Au cour:i de l'annee 1932 paraissait a Paris, sous
le pseudonyme de ( E. Jussiaume >>, une petite bro-
chure intilul&e R6flexions sur l'Economie Africaine,
qui, prenint pour base 1'axiome contemporain :
< les products ne s'6changent pas .contre les mimes
products >, posait les principles, toujours valables, de
ce que devrait etre une politique &conomique afri-
caine comrplmentaire en disant :
( Une politique africaine compl6mentaire ou, plus
simplement et mieux, une organisation africaine
compl6mentaire peut se d6finir brivvement : hater
le d6veloppement de 1'Afrique franchise par la mise
en harmonic de 1'6conomie m6tropolitaine et de 1'6co-
nomie afr caine.
Proposition simple sous cette forme, ni th6orique
ni id6ale nais plut6t naturelle et 6vidente. N'est-ce
pas le ibon sens m6me ? Pourquoi la France ne vou-
drait-elle ]as hater le dCveloppement de 1'Afrique ?
Pourquoi ne mettrait-elle pas son 6conomie en har-
monie avi'c celle de l'Afrique francaise ? Le con-
traire seml)le absurde.
Si l'on va un peu plus loin, si l'on indique quelques
traits de cette organisation, l'assentiment spontan&
et general reste le mnme : determiner les produc-
tions minirales et agricoles don't la France manque
et qu'elle peut demander A l'Afrique ; prendre les


measures aplpropriees pour provoquer leur d6couverto
en Afrique .et assurer leur d6bouch6 en France.
En r6alite, ces quelques lignes d'allure inoffensive
visent l'un des problmes francais contemporains
les plus difficiles. L'organisation administrative et
economique est en cause et avec ,elle plus d'une
question de politique interieure et internationale... 2
Cette politique compl6mentaire demeure le fonde-
ment des 6tudes actuelles, ( ... elle vise, pour toutes
les productions, I l'6tablissement de ces d6bouch6s
stirs et stables, ceux qui, dans une vaste entity, doi-
vent 8tre ou consolid6s ou orients ou institutes ou
prot,6gis par un pouvoir central disposant de
moyens r6gulateurs et *coordinateurs convenables.
Mettre l'accent sur la stability autant que sur l'am-
pleur des debouch6s et des circuits d'6changes entire
les membres de I'Union Francaise, ic'est tenir compete
des obstacles innombrables auxrquels se heurtent
maintenant les changes avec l'ext6rieur.
L'on sait par example qu'une grande parties des
disponibilit6s en dollars du plan Marshall est con-
sacr6e A l'achat et au transport du carbon d'Am6-
rique. L'on sait, pareillement, ,que l'obtention de
carbon en Pologne nous coite 1'exportation d'une
parties des automobiles que nous avons tant de mal
A construire et don't les membres de 1'Union Fran-
caise comme la m6tropole sont si durement priv6s.
Or, ce carbon, il devrait 6tre pro-duit par 1'Afrique.


(Les etudes et documents du Bulletin peuvent etre utilises ou reproduits sans indication d'origine)








C'est maintenant une certitude : l'Afrique pourrait
nous fournir les millions de tonnes qui nous man-
quent et recevoir, en change, une part de l'6qui-
pement on des credits am6ricains don't la soif la
d6vore. Evideimment les retards ne se rattrapent
pas d'un coup de baguette. I1 y faut des annies. Au
anoins faudrait-il mcttre les bouech6es doubles... ,


La poussde d6mographique

<< ... lais en m6me temps les statistiques conlir-
ment ou rev&lent une donn6e appel6e A exercer unn.
grande influence sur le volume et la composition de:s
changes. Cette donnec est 1'absorption croissant"
par les populations locales de beaucoup de denr6es
vivrieres, qu'elles soient d'origine animal ou vege6-
tale.
Sous l'effet de la pouss@e dmiograpihique qui est
si forte dans les parties nord-africaines de l'Union,
sous l'effet 6galement des besoins grandissants, el
16gitimement grandissants de la population, ces den-
rbes vivrieres animals et v6g6tales, ont tendance
A 6tre consommCes de plus en plus sur place elt i
devenir de moins en moins disponibles pour 1'ex-
portalion et les dclhanges.
De ce phCnomene en some normal et previsi-
ble, et que r6velent notamment les statistiques 'iu
Maroc, nous avons A nous r6ijouiir puisqu'il ripond
A 1'616vation gen6rale du niveau de vie. Mais di!
point de vue du volume disponible et des echanies..
ces 6vCnements doivent evidemment Qtre compense.s
par la mise A jour et en circuit d'autres pro(duc-
tions, c'est-a-dire surtout par les substances mine-
rales brutes ou elab'orkes et en g6n6ral par tout ce
qui n'est pas consomme sur place et qui reste dis-
ponible.
Les problimes de I'accroissement d6mographique
et ceux de l'616vation du niveau de vie constituent
en effet l'une des preoccupations fondamentales et
1'un des objectifs essentiels d'une telle politique.
C'est, nous en sommes convaincus par I'ensembl"-
des dispositions comprises sous les terms d'indus-
trialisalion lourde ct ig6re, l'organisation compli-
mentaire, que se trouvent les vWritables moyens d'y
faire face.
Mise A jour de richesses nouvelles ou inexploitbes,
valorisation des productions, aocroissement des
salaires en nombre et en valeur, stability du travai!,
faculty rationnelle de construction et d'habitat, pro-
motion p6dagogique et organisation sociale...
Ajoutons-y l'absorption sur place ou la r6parti-
tion convenable en Afrique mime de la main-d'ceu-
vre disponible. Les Africains, malgr6 d'irruption
nord-africaine en France, n'aiment pas quitter
leur pays. Ils y resteraient s'ils y trouvaient leur
subsistence normal. Or cette immigration pose des
problmes si nombreux et si douloureux que toute
solution permettant l'absorption sur place serait in-
finiment preifralJle aux movements actuels desor-
donnes, moralement malsains et g6nerateurs de
conflicts de main-d'oeuvre et de syndicats particulli6-
rement inopiportuns... ,


La politique des products de base

Cette mise a jour de richesses nouvelles cst, diie
d'abord i une politique de products de base qui
sont :
< ... pour l'industrie : le kilowatt (de toules sour-
ces : hydraulique : barrages ; thermiques : patrol.,
charlbon, lignite ; olienne : usines aeriennes;
marine : maree, houle, difference thermique ; so-
laire : fours solaires ; atomique) ;
et le carbon, indispensable lui-m&me At lint d'in-
d(ntr;lis ipar son r6le chimique ;
pour I'agriculture : le kilowatt encore, g6nbra-
teur de l'extension illimit6e des pompages, c'est-i-
,dire de l'eau et de la mecanisation ; et le.s engrais
composes.
Ces iproduits de base sont tout aussi indispensa-
bles a la vie d'une nation et de son 6conomie cque
les routes ou mnme la justice ou I'enseignement... >


Les facteurs de I'industrialisation
et le principle de la jonction des forces

Cos r sultats 6tant ac:tuis, < ... les perspectives qui
ppa'pnrai;sent sount I'cuv're de la prospect on et de
Faction jointes des bureaux miners et des entrepri-
ses privies. Ils consacrent 1'efficacite de principes
sur lesquels l'industrialisation africaine dcvra, elle
aussi se fonder, et de mdthodcs, v6ritables prci',-
dents 6prouv6s, auxquels elle devra se r&idrer.
La prospection pr6cede et commander ividenm-
ment I'industriaisation. IIors d'elle et de ses ap-
ports aucune industrialisation lourde et moyenne
n'est conceivable, ni r6alisablle, de n'imporie quelle
facon, el aucune industrialisation legbre n'est r6a-
lisable d'une maniere ind6pendante.
Il fallait done commencer par le commencement.
Ce qui heureusement, a Ipu 6tre entrepris. il y I
qwnIile vingl anns, .par le bureau minier chdlrificn el,
dei.uis, par les bureaux alg6rien, d'outre-mor, guya-
naic.
Mais a son tour, la prospection, qui garde toute
son importance, a absolument besoin de l'indus-
trialisation et la r6clame.
Nous ne sommes, eeffet qu'; I' aube des d4cou-
vertes 6nergetiques et min6rales. Leur aecroisse-
ment, leur ampleur dependent de I'intensification de
recherches, qu'il faudrait certainomnent doubler, tri-
pler, quintupler. Mais la prospection, comme 'cex-
ploitation minicre, ne peuvent, pour s'cparnuir, de-
meurer subordonn6s aux seuls dlebouclhs orimitifs
et al6atoires de l'exportation des substances brutes.
sans valorisation, alourdies par la gangue, hypoth6-
qu6es par les charges de transport et ie fret et
soumises aux sou'bresauts tes course mondiaux. II
leur faut aussi bien et meme principalement, los
d6bouch6s r6guliers des industries voisines, d'1aibo-
ration et de transformation qui raccourcissent les
tran:)ports valorisent les productions, 6conomisent
le fret et engendrent les considerables rIpercussions
de la formation des -circuits int6rieurs.
A d6faut de ces d6bouches, valorisations. consom-
mations locales et exportations, les recherches ne
sont ni stimul6es ni m&me parfois justifies. Et la
machine tourne A vide, ou mal, ou pas du tout









commc c. fut le cas longtemlps. Comme c'est encore,
loin des -6tes, le cas.
II s'&ta'blit ainsi entire prospection et industrialisa-
tion, une veritable solidarity. L'une, d'abord, permet
l'autre et l'engendre. Puis, l'une et l'autre s'appuient
et 'commandent leur mutuel developpement. ,
< ... Mq is une condition fondamentale domine tout
le systbme : le prix de revient. Ces entreprises doi-
vent 6tre concues et bAties de telle sorte que, par
la qualityt et Ie prix de leur production elles soient
en &tat d affronter les marches mondiaux et de favo-
riser 1'6ilanouissement des circuits d'echanges in-
terieurs. TAche, aussi ambitieuse que difficile Ne
nous y Iaiprenons pas. Y )prtendre sans un pro-
gramme :ationnel, rigoureusement suivi, sans l'abat-
tement initial du coit .de construction par la jonc-
tion ide outes nos forces, serait pure vanity. Car,
seule, ce'te jonction des forces permettra aux en-
treprises de se d6gager rapidement des servitudes
et hypotlhques originelles qui kcrasent tant de prix
de revier t... >
<< ... L(s grandes entreprises nationaies privees,
bancaires ou industrielles reconnaissent qu'il est de
leur dev ir national en m&6me temps que de leur
inthrIt h utement entendu, d'etablir ou de prendre
part A 1' tablissenent d'industries lourde et 160gre
ainsi con ues et articulkes.
Beaucotip, et des plus importantes, agissant en
groupem nt on indcpendamment sont prates A le
faire. EllIs disposent dbjA h cet effet, inland and
abroad, de grades disponibilites finan.cieres et
techniques.
tMais elles butent devant un terrible obstacle limi-
naire : celui des charges non rentables du d6but :
exploration, foundation, d6penses de premier 6tablis-
sement, ;;ervitudes strat6giques, etc... Elles savent
que dans bien des cas elles ne peuvent ni conduire
bien, ni raisonnablement initier, ni m&me conce-
voir s'il leur faut, d6s 1'origine, faire face a ces
Bnormes charges non rentables ou renlables seule-
ment avc incertitude : les acc6s, les transports,
les enfouissements, les charges de s6curit6 social,
les installations serieuses, scolaires, postales, medi-
cales, etc..., tout ce qu'exigent la repartition strat6-
gique, la dispersion, les foundations.
iCes raisonnements sont 6galenment vrais et ces
exigences 6galement influentes sur les investisse-
ments de fonds en provenance des entreprises 6tran-
g6res aprpelhes A collatborer a cette oeuvre d'indus-
trialisation... >>
D'autre part, 1'armne moderne c'est I'industrie
lourde et l6gcre. Ce sont les transports aCriens et
autres, tous movens issues de l'industrie lourde et
16gere... I! est done bien normal, en presence d'une
telle situation que les trois armes considbrent corn-
me l'une de leurs teaches capitals et imm6diates tde
provoq-ue- I'imnlantation de ces industries lourdes
et 16g6re: condition de l'Mlablissement des bases,
arsenaux ct d'y participer elles-memes. Elles savent
qu'elles ont et elles portent effectivement un intC6rt
6gal et fundamental A fournir un concours puissant
et direct pour Mdifier Ih oi1 il le faut et come il
le faut, ct le plus rapidement possible, en liaison
avec les forces nationals, ces industries, ces bases,
ces arsen ux, et ses ateliers qui sont en raalit6 les


conditions mimes de leur survive, de leur reg6n6ra-
tion, et de leur devoir au service de la nation.
M. Paul Ramadier, ministry de la De6fense Natio-
nale, levant le d6'bat et le situant sur les plans oi
il doit 6tre plact, a mis l'accent a plusieurs repri-
ses, notamment dans son allocution inaugural des
travaux de l'Inslitut 'des Hautes-Etudes de Defense
National, sur l'identite des fondements de 1'armbe
moderne et de l'6conomie industrielle... a
<( ... Ces concours que l'on demand A 1'armee et
le r61e que l'on envisage de faire jouer aux trois
armes est-il nouveau ? Pas du tout, c'est bien le
contraire qui est exact. II s'agit en fait de renouer
une veritable et v6nerable tradition.
Avec le saut d'un sibcle et les formidable boule-
versements de la technique le probl6me est tout A
fait analogue i celui auquel Bugeaud a en h faire
face en son temps et qu'il a si bien r6solu. Sans les
routes, les canalisations, les villages construits par
ses sapeurs, les colons francais n'auraient certes
pas pu 6ta'blir leurs villages ni menie s'installer.
Pareillement, et cette fois dans I'ordre industrial,
on Ipeut justement &voquer le puissant concours que
Gouvion Saint-'Cyr, I'une des plus belles figures de
l'armbe du genie, a su apporter avec ses sapeurs
et l'outillage de son temps, a des constructions in-
dustrielles.
A 1'6chelle contemiporaine, il en va de ni'me au-
jourd'thui de ices vastes cntreprises minieres, indus-
trielles, qui sont A Ia base du dd6veloippement do
l'Afrique francaise, a la base de son industrialisa-
tion lourde et legbre, ct de son 6quipement strat6-
gique, A la base aussi de son ind6pendance et de
sa puissance ; ainsi peut-on dire v6ridiquement que
le concours attend des trois armes n'est autre chose
,que la reprise d'une tradition consacree par l'6cla-
tant succes de la colonisation franchise en Afrique
du Nord... )
< ... En face de 'oeuvre 6norme de l'industrialisa-
tion africaine, si 1'arnime n'existait pas il faudrait
I'inventer... )

Les zones d'organisation industrielle

Partant done des donn6es fondamentales, pnises
dans les prospections, bashes sur les possibilities de
vie, et ax6es sur de grandes lines de courants de
transport, il a Wtc jug6 ad6qual d'etuidier en Afrique
la creation de quatre zones d'organisation indus-
trielle (Z.O.I.A.) : les confins allgero-marocains ; les
confins alg6ro-tunisiens; Afrique Centrale; Mada-
gascar.
< La politique de d6veloppemenl par < lots de
prosperity et celle, anpparentc et plus accentu6e,
du connaissent actuelle-
ment une grande faveur dans l'opinion mondiale et
particulierement dans l'opinion anglo-saxonne. Elles
font l'obict de publications multiples, et de d6bats
approfondis dans les conferences et congress inter-
nationaux. C'est une poliliquc de cc genre qu'il im-
porte de mettre en oeuvre... >

Le Comit6 d'Etudes

c ... AprTs cette vue d'ensem'ble, de quoi s'agit-il
d'une manibre precise maintenant ? De la constitu-









tion non pas d'organismes ou d'instruments d'action,
mais seulement d'un onganisme d'etudes chlrg",
avec tous les ,d6lais convenalbles, mais ave c des
moyens aussi puissants et ad6quats que les .ludes
1'exigeront (certainement plusieurs dizaines de mil-
lions et plusieurs centaines de teclhniciens de tous
grades : ing6nieurs, dessinateurs, mis A la disposi-
tion par les trois -armes) de determiner le possible
et I'impossible, le raisonnable el I'irrla isable.
Adopter cette methode prudence, respecter ainsi
les exigences et la march du tell)ps, aussi bien qui
la circonspection politique el technique, c'est suiv're
en les melant les voices du r6alisnme, die I'uidace nuo-
vatrice et de la siret6.
I)e quoi s'agira-t-il (Idaimain, lo'rs(uCe 'or1'ga;lisnul
d'6itudes ayant accompli sa tI;'che, prrscnlerl des
propositions et projects autant que p)ossi;bl! pour !"
budget de 10950 et se transforniera s'il y lieu cii
organe d'cx6cution ?
De la mise A la disposition par les trois :nrime
pour les organismes et soci6les exislanis on nou-
vetaux, des specialists, des credits, des bataillons die
pionniers, des bataillons de la L6gion, de I'affectfi-
tion de centaines de milliers d'hom.mes-jour, dii-
iment enregimentes avec leurs cadres, leurs moyens.
leurs pics, leurs pioches, leurs bulldozers, Icurs
scrapers, clurs broyeurs, leurs enalions, leurs inten-
dances, lcurs caopemielis, leur poste.... Icurs clrec-
tifs provenant de contingents noriaux ou de cCux
de la .idgion ou de ccux d'un Service National du
Travail don't la creation est envisagic depuis lon,'-
temps et qui lev'ra enfin itre mis (l'l)hlomnh... ,

Conclusions

<( .. S'il convient pour conclude de resunler en
quelques mots ces conceptions et projects, leur espril
et leur dessein, il s'agit d'accomplir maintenant en
Afrique, dans l'ordre industrial, ce qui a 6`I accom-
pli en son temps dans l'ordre ininier.
Les bureaux miners don't le premier, 1 Ch6rilien,
a kt6 fond6 il y a vingt ans, l'Allig6rien, celui d'Outre-
Mier, le Guyanais sont d(jiA des organs essentiels
et peuvent devenir les organes ]cs plus imporlants
de la vie economique de l'Union Francaise.
Les vastes et decisifs mobiles tie leur foundation,
les principles et m6thodes dte lur fonctionnenient
valent aussi bien aujourd'hui pour l'impilantation
rationnelle dans l'Union Francaise des industries,
lourdcs et 1Cg6res. L'nI comanini e l'autre et trace
la voice de I'action.
Et, d'une vue plus g6ncrale encore, d'une vue emii-
brassant deliberement l'ensemble de 1'Union Fran-
raise et l'avenir de la France, il s'agit de mettre en
oeuvre, pour la premiere fois Ah '6chelle voulue,
cette politique compl6mentaire qui est la condition


fondainentale de la coherence come de la prospc-
V-ilt et de la puissance de 'ensemble francais.
N'apparait-il pas en presence de 1'6volution 6co-
nomique du monde, de la contraction continue des
(e.pcri'alions agricoles, de la menacante rarifaction
des devises, qu'iil nous faut placer 1'accent sur cells
des productions ide 1'Union Francaise qui sont < ex-
portables > et d.6efcitaires >> et non sur cells qui
sont < inexportalbles >> et ( exic6dentaires > ?
La preuve n'en est-elle ,pas dans le fait que pris
de la moiti6 de nos maigres disponibilit6s en devi-
ses, de nos disponibilit6s si exiigues et si pricaires,
soit dCvor6e par P'acquisition du carbon, du pe-
trole et des minerals !
Et de mime, I'Afrique du Nord n'est-ele pas con-
I:iiel e !( lprIever sur les fonds de( change ilus do
80 millions de dollars pour acquCrir des co.nbusti-
bles !
Ta:ndis utie I'Afrique du Nord et I'Afrique, qui
regorgent en r6alite de resources 6nerg6liques et
di substances rminerales, qui sont, par excellh ice, les
ij0od(iucions < deficitaires > ct < exportables >>, de-
vraient etrc mises en measuree a la cadence at avec
,Ls nmoyens voulus, (dc fair face A de lelles carences
et de telles h6morragies.
Ces anomalies et ces contradictions fonciries sont
maintenant si apparentes et dommageables qu'elles
exigent un scrieux coup de barre dans I'oriLntaiion
de notre politique econonique. Car mainteiir I'ac-
cent sur les productions de concurrence inlerne,
c'est-a-dire sur ce qui est < excedentaire > el ( inex-
portable >, c'est assume ]a responsabilile an sein
de 1'Union Francaise d'une redoulable crises d'anta-
gonisme et d'opposition au lieu de renforcer avec
les productions < dtlicitaires > et < expor :.les >
!'harinonie et la cohrence.
; Ii Mclropole et I'Afrique du Nord, en particu-
lier, s'enllfoncnt dans les chemins de la concurrence
interne, si clles s'acharnent I'une et I'autre ia vou-
i;r s vecndre ce qu'elles ne peuvent exp)rter --
i)roblmie menacant des contingents agricolles alors
qu'il n'y a pas de problem de contingents mine-
raux si l'une et P'autre ne s'adaptent pis avec
lucidity et resolution aux imperatifs des productions
Je marches, des productions exportables, pour 1'ex-
Ioricur, et des productions compl6lmentairc:s, pour
l'iniericur, les perspectives vont devenir en virit6
bien sombres.
i/issue, l'une !des issues an moins, une issae par-
faitement harmonieuse et feconde, c'est I'industria-
iisation rationnellement concue et rationnellelnent
conduit.
L'une des bases de cette Lutilaire politiquie com-
Ipl6imentaire est I'organisation des zones industriel-
iles africaines. ,


Tous les extraits constiuaant
tires des brochures suivantes :


le present article ont eti


1. I. JUSSIAUME. Refle.ionls wir I':coT'oie afri-
canille.
1I. Deux conferences de M. Eirik ILA toNNE., Ambas-
sadeur de France, i I'Ecole Nationale 'Aldministration
(juin 1948).
III. Industrialisation et equipenieni straltgique, etude-
programme. Fevrier-juin 1949.









Le port d'Abidjan
Documents fournis par 1'Inspection Ginirale des Trataux Publics du Ministere de la France d'Outre-Mer


DBs !e d6but dve Ila mise en valeur de la Cote
*d'Ivoire, V'inter&t ide disposer d'un port s'tlait
fail sentir, Imais les difficultiess que pr6sente a
cet egarc! une c6te presque riigoureusement rectiligne
et plate sur 60,0 km., avaient oblig6 A se contenter
d'ouvrag,s plus moidestes.
Et, cependant, 1es .circonstances naturelles sont
infinimeit plus favorables que ne le feraient penser
ces prem-nires indications. En effect, si la cite est
plate, et de plus defendue par plusieurs lignes con-
tinues des rouleaux A peu pres infranchissables (ce
qu'on appelle < la barre >>), il .existe, sur 30.0 km.
de long: ur, de Fresco A la frontiere de la Gold Coast
et m.me lu delA, une serie a .peu pres ininterrompuc
de Jagun.'s offrant des profondeurs dep.assant 20 m.,
sCparkes de *la mer par un cordon littoral de tries
faible largeur et don't le percement par un .canal pou-
vail raisinnablement &tre envisage. I1 paraissait par-
ticulibremnent indiqu6 d'eflfectuer
ine telle operation en face de la
ville d'Abidjan, installed come
on sail s ir une avancee de terrain
on ibord.ire de la lagune Ebrie,
celle-ci pr6sentant A cet endroit,
sur une superfi.cie considerable
(plus de 700 hectares), des fonds
sup6ricurs A moins de 10 mbtres et
par consequent suffisants pour le
mouillage des plus gros navires.
L'insufisance des Wharfs de
Grand Eassam et de Port-Bouet
Rtait app true des avant 1930 et ce
fut en 1931' que la decision fut
prise d'e'ltreprendre la construc-
tion du port d'Abidjan. Le pro-
gramme le grands travaux, Rtabli
par I'A.O.F. quand elle lanca l'em-
prunt de 1931, comprenait A cet
effet la premiere tranche dds tra-
vaux, A savoir le percement du
cordon littoral par un canal de
pres de :I kilometres de long per-
mettant I'acces en lagune des na-
vires de laute mer.
Des les premieres .tudes, il ap-
parut qui, la construction de ce
canal po!nait un problem techni-
que extrtmement dClicat en raison
des 6normes volumes de sable qui
cheminen! d'Ouest en Est, poussts
par le courant contre-6quatorial
le long di littoral. En 1933-34, il
se produisit un plihnombne natu-
rel qui permit de prtcieuses obser-
vations sutr le volume de ce che-
minement de sables et les risques
de combliment d'un canal tel que
celui project. En effet, A la suite
d'une criie lagunaire exception-
nelle qui se produisit en octobre
1933, on l'ut amen6, pour &viter la


submersion des terrains riverains de la lagune h
creuser tres rapidement un petit canal d'6vacuation
que le courant de crue clargit rapidement. On ob-
serva ensuite la fermeture progressive de ce canal
par les sables littoraux accumul6s A son d6bouch6
en mer. Gette fermeture, devenue total en mars
11,34, permit d'avoir une id6e precise du volume de
sable qui circle ainsi annuellement le long du ri-
vage de la C6te d'Tvoire et qui d6passe un million
de mitres cubes.
Pour rtsoudre le d6licat problem qui se posait,
on r6alisa, en 1935, au Laboratoire d'Hydraulique de
Delft, une maquette du canal, a laquelle on adjoignit
plus de 40 modules de digues de protection de di-
verses courbures et d-e diverse orientations. La con-
clusion de ces essais fut quc le canal resterait stable
et ne se comblerait pas aux 2 conditions suivantes :
I") que des dispositions soient prises pour emp6-









cher son approfondissnement aussi bien que son Olar-
gissement an d6bouch6 ien mer, de facon a provo-
quer a chaque maree (variant de 0,40 A 1 m. 20) un
courant de jusant assez puissant pour garder ou re-
mettre en suspension les sables introduits par le
courant -de flot et les rejeter vers le large ;
2) que la forme des digues de protection et leur
emiplacenment dirigent ce lot -de jusant vers une fosse
sous-marine qui se trouve au voisinage de Port-
Bonet, fosse connue sous le nom .de < Trou sans
fond > cet qui, en raison de sa profondeur, ne risque
pas de se combler.
La solution adoiptee se caracterise par les dimen-
sions suivantes :
a) en section courante, sur 2.700 metres de lon-
gueur, un canal large (d 200 metres au << plafond >,
situ6 a la cote inoins 15 e.t de 320 metres au plan
d'eau avec des rives prot&6ges par des matelas de
fascinages Icstecs d'enrochements et par des cordons
d'cnrochement (voir photo page 39) ;
b) au d6bouche en mer, deux lines courbes ser-
vant d'une part a carter les sables du cheminement
littoral, ce pourquoi la digue Ouest s'avance pro-
fond6ment en mer et d'autre part a favoriser 1'en-
gainement des courants produits par la marc des-
cendante et par les crues lagunaires qui se produi-
sent a la saison des pluies. La digue Ouest, d'une
longueur total de 520 mitres, est en saillic de 420
metres sur la line primitive du rivage ; elle est
incline d'environ 45 degr6s ct s'avance jusqu'aux
fonds de 15 mitres. Au contraire, la digue Est a seu-
lement pour rle ide contribuer avec la digue Ouest
A diriger vers le << Trou sans fond Icl courant re-
gnant dans le canal; elle a ainsi sculement 180
metres de longueur et s'incurve tres fortement en
se rabattant vers le rivage. (Voir photo page 39).
Enfin la question important de la stability du
debouche en mer trouve sa solution dans des tapis
des fascinages places sur toute la larger du canal
et surcharges d'enrochellents.
Les travaux furent entrepris en 1938, par un con-
sortium d'entrcprises dirig6 par la SocietI Fran-
gaisc d'Entreprises de Dragage ct de Travaux
Publics, apris d'importants travaux preliminaires
comportant notamment l'ouverture d'une carrirec
pros du kilometre 40 du chemin de fer d'Abidjan :
Bobo Dioulasso et le raccordement de cette carrier
A la voie principal. La grande importance de ces
travaux est caract6risee par les chiffres suivants :
17 millions et demi de metres cubes'de d6blais
pour le crcusement du canal, don't 15 millions en


section courante et 2 millions 5 au (debouchi en
mer.
1 million de mitres cubes d'enrochements pro-
venant de la carriere de l'Ake-Befiat A 80 kilomi-
tres du canal, A transporter et immerger pour la
construction des digues.
400.000 m6tres carries de fascinages lestis, pour
tapisser d'une part les berges du canal, d'aulre par!
pour le seuil A prot6ger de 1'6rosion.
C'est par le creusement du canal que comenmenc-
rent les travaux. Une drague A godets fut rise en
service et devait etre, en fin de travaux, assisted
d'une drague marine capable de travailler au creu-
sement du d6bouch6 en mer. La construction des
jetbes, rclativement plus rapide, devait 6trc entre-
prise en 1940. L'achbvement des travaux etait privu
pour 1942.
La mobilisation vint porter un coup sensible :'
l'activit6 du chantier ; on pu cependant lc main-
tenir A un rythme r6duit mais la p6nurie de carbu-
rants amena bient6t l'arrkt complete des (d'agagcs.
A ce moment I'installation des chantiers et de la
voie ferree des carribres 6tait terminbe. ,L' uar!
des deblais du canal, soit 4 millions de mbtres cubes,
avait et6 extrait. Les difficulties ne cessbrent pas
avec les hostilities et meme aprbs 11944 la disorgani
station des transports maritimes et l'insuffisance des
wharfs rendaient tris difficile et surtout excessive-
ment longue la remise en Mlat du materiel, cn d6pii
de 'action de administration pour oble ir de(
priorit6s de transport maritime.
Quoi qu'il en soit les travaux du canal sont desor-
mais trbs avanc6s et seule la protection du ,;uil du
canal par des fascinages lestCs offre encore quel-
ques d6licatesses. L'ensemble des travaux est prvtii
comme dcvant etre achev6 au d6but du iiuxieme
trimestre 195'0 et l'ouverture du canal aux navires
de haute mer doit avoir lieu en mai proch.ini. A cc
moment les navires et le chalandage opereront en
toute s6curit6 dlans l'eau came de la league : cc
traffic s'effcctuera done dans de toutes autr:; condi-
tions qu'en rade; le cofit des opBrations sera diis
lors sensiblement r6duit et la capacity& de tragic pour
ainsi dire illimit6e. Pour r6duire encore advantages
le prix de manutention, accroitre sensiblement la
rapidity ct donner 6galement aux navires tcutes les
facilities d6sirables, il faut leur permettre d'accoster
A quai. C'est en 1944 qu'on entrepi:it l'6lide des
quais en eau profonde. L'emplacement qui i 6ti fi-
nalement choisi est situ& a 1'interieur de la lagune,
dans la region nord-est de l'ile de Petit-Bassan.


---~-------










La Conference Interafricaine de I'Alimentation de Dschang
Documents fournis par la Direction du Service de Sant6 de la France d'Outre-Mer


A u Cameroun, dans le cadre magnifique de
Dschang, vient de se d to octobre, la premiere Conference Africaine
de 1'Alimentation et de la Nutrition. Elle a r6uni des
represent;:nts des pays suivants : Gambie, Gold
Coast, Nigeria, Afrique orientale britannique, Afri-
que du Sud, Congo beige, Portugal et France.
La delegation franchise, preside par le medecin-
colonel Saleun, du Ministere de la France d'Outre-
Mer, 6tait particulierement important ; elle compre-
nait, notamment, le m6decin-colonel Pales, chef de
la Mission Anthropologique en A.O.F. ; le comman-
dant pharmacien Auffret ; le medecin-colonel Legac,
chef du Service de sant6 de 1'Oubangui-Chari ; le
medecin-colonel Vaisseau, directeur de la S'ante pu-
blique au Cameroun ; le mrdecin-colonel Beaudi-
ment, ch.:f du S.H.M.P. au Cameroun, ainsi que des
representants des services de l'Agriculture, des Eaux
et Forits et de l'Elevage.
Outre ces dcligues, assistaient A la conference, en
quality c'observateurs : le chef de la division < Nu-
trition > de l'Organisation Internationale pour l'Ali-
mentation et I'Agriculture, et le chef de' la section
< Nutrition > de l'Organisation Mondiale de la Sante.
La conference a 6et ouverte; au Foyer Africain de
Dschang, le 3 octobre, par M. Descottes, Secr6taire
General du Cameroun, qui a prononc6 une allocu-
tion. Puis le president design par ses colleagues, le
colonel Saleun, a retrace les r6sultats que 1'on atten-
dait de .ette conference.
Apres plusieurs jours de discussions en commis-
sions, ure seance pleniere eut lieu, afin de mettre au
point les diverse recommendations don't le texte sera
incessamment rendu public.
Le diinanche 9 a eu lieu la seance officielle de
cl6ture.
A l'issue de la conference, l'Inspecteur General
Duren, chef de la delegation belge, a d6clare notam-
ment au correspondent de l'A.F.P.:
La conference, qui vient de se terminer, doit, par
ses resul!ats, persuader les Gouvernements de la Md-
tropole et du Congo de l'importance du probleme de
la nutrition en Afrique. Il convient, d'ailleurs, de
remarquer que des efforts soutenus ont, ddja, dtd en-
trepris dans ce sens et qu'il s'agit plut6t, maintenant,
de contiltuer, de facon encore plus efficace, ce qui a
ete commnenici. L'un des premiers rdsultats pratiques
sera, saris doute, la creation, au Congo belge, d'un
organisnme local charge de coordonner les activities
dans le domaine de I'alimentation et de la nutrition.
La participation de la Belgique a la conference de
Dschang est une preuve de notre ddsir de rdaliser, en


Afrique, une association tripartite avec la Grande'
Bretagne et la France, association qui peut etre dlar-
gie aux autres territoires ayant des problemes nutri-
tionnels communs.
De son c6te, Miss Grant, chef de la delegation bri-
tannique, a declare :
Outre l'importance des recommendations qui ont
dte adoptdes, je pense que cette conference aura itd
profitable sur le plan des contacts pris personnelle-
ment par les deleguds et j'esprre que les liens creis
ici entire technicians qui ont, dans leur travail de tous
les jours, des preoccupations communes, seront, de
plus en plus, itroits. En effet, cette conference aura
demontre que, sur le plan de la nutrition, come sur
d'autres plans d'ailleurs, les problems auxquels ont
a faire face les puissances responsables des territoires
africains, sont pratiquement les memes.
II convient de souligner, d'ailleurs, que, au course
de nos ddbats, les questions d'ordre medical ont itd
accompagnies de discussions d'ordre technique, gio-
graphique et social. Amrliorer la nutrition et I'ali-
rnentation, oui, mais dans le cadre de l'amilioration
gendrale du-standard de vie des populations africai-
nes.
Le Dr Gale, chef de la delegation de l'Union Sud-
Africaine, a souligne :
Bien que les bases administrative des questions
nutritionnelles en Afrique tropical different de cel-
les de l'Union Sud-Africaine, celle-ci dtant indepen-
dante, les problems techniques sont les mimes. II y
a le mime besoin urgent d'accroitre la .production de
denrdes alimentaires, non seulement pour faire face
aux deficiences de certain ailments, tels que les pro-
tdines et les vitamins, mnais, aussi, pour satisfaire la
totality des besoins d'une population indigene qui,
sous l'dgide de Gouvernements pacifiques et de ser-
vices midicaux et d'bygiene augmente rapidement en
nombre.
Le professeur Feuga de Azevado, directeur de :'Ins-
titut de Medecine tropical de Lisbonne et chef de la
delegation portugaise, s'est montre < etonne du de-
veloppement 6conomique du Cameroun, notamment
A Douala, ofi il a et6 frappe par l'important mouve-
ment du port >. L'agriculture au Cameroun semble
ddveloppde a-t-il precis. Les autochtones ont un
aspect physique sain, ils sont bien habillds, beaucoup
d'entre eux savent le francais. II me semble que ce
pays occupe une place de choix dans le diveloppe-
ment actuel des territoires africains.
Le Dr Aykroyd, directeur de la division < Nutri-
tion >> de la < Food and Agriculture Organisation ,,








a estim6 que la conference .6tait un succes. 11 en est
resulted a-t-il dit une serie de recommendations
tris pratiques, auxquelles, nous l'espirons, les Gou-
vernements intiressis apporteront la plus grande at-
tention. Elle a etabli les foundations d'une collabora-
tion future entire les nutritionnistes d'Afrique et a
ouvert des boriTons nouveaux dans le domaine de la
recherche et de la pratique de la nutrition.
En marge des travaux de la conference, un certain
nombre de manifestations avaient e6t pr6vues par le
Commissariat. Outre des promenades organisees dans
le pays Bamilek6 et Bamoun, qui permirent aux de-
l6gu6s de visiter les chefferies de Bansoa et de Bafou,
ainsi que la ville de Foumban, des receptions offi-
cielles eurent lieu au Centre climatique et chez le
chef de la Region Bamilek.


LES RECOMMENDATIONS

A la suite de l'etude des problemes alimentaires et
nutritionnels, la Conference Inter-Africaine a fait un
bilan de la situation et a finalement adopt un cer-
tain nombre de conclusions et recommendations, don't
voici 'l'essentiel :
I. Besoins alimentaires et etat nutritionnel :
Considerant que la couverture des besoins inergeti-
ques n'est, en general, pas assuree ; que les disponi-
bilit6s alimentaires sont, en general, insuffisantes, la
Conference recommande : que les Gouvernements,
avec le concours des services sp6cialisis, s'efforcent
de preserver et d'accroitre, par les moyens les plus
appropries, la production alimentaire et, plus parti-
culiirement, celle des denrees de consommation lo-
cale.
Apris avoir etudie les consequences graves de la
p6nurie de proteines, notamment, sur la croissance
des enfants et les moyens d'y remedier, les dileguus
ont etudie les measures propres a corriger la deficience
en calories des populations autochtones par une aug-
mentation portant, surtout, sur les provides et les
lipides et a assurer une consommation accrue mieux
r6partie des matieres grasses.
II. Necessite de plus amples itudes sur les pro-
bldmes de l'alimentation et de la nutrition.


III. L'alimentation des groups physiologique-
ment prioritaires (meres, nourrissons, enfants d'age
pre-scolaire, ecoliers, travailleurs).
IV. Mesures propres a accroitre la production
de vivres et la quality de I'alimentation
a) dans le domaine de l'agriculture ;
b) dans le domaine de l'elevage ;
c) dans le domaine des peches ;
d) amelioration de la condition social du paysan.
V. Education du public en matiere de nutrition :
La Conference, soulignant l'importance primor-
diale de l'6ducation des populations, recommande no-
tamment
qu'une large diffusion soit donn6e aux principles
d'une alimentation rationnelle ;
que l'education alimentaire commence dcs
l'ecole et que soient incorporees, dans les program-
mes d'enseignement, les grandes questions d'ordre
alimentaire et nutritionnel, notamment celles ayant
trait a 'la protection de la nature, a la production, a
la preparation, A la consommation et A la conserva-
tion des products allimentaires ;
que soient encouragees, des l'ecole, les carrieres
orientees vers l'agriculture et 1'elevage.
VI. Mise en place d'organisations ou de coinites
locaux de la nutrition : Pour coordonner, d'une fa-
gon satisfaisante, 'action dans le domaine alimen-
taire et nutritionnel, la Conference preconise l'ins-
titution d'organismes locaux.
VII. Bureau inter-africain d'informalton sur
l'alinmentation et la nutrition : Considerant la neces-
sit6 de centraliser, de coordonner et de diffuser 'les
different travaux des chercheurs en matire d'ali-
mentation et de nutrition
d'assurer des changes rapides d'infoimation
entire les institutions et laboratoires d'etudc'; et de
recherches existant dans les territoires africains :
cd'tablir une liaison permanent, reguliere, ef-
fective entire les chercheurs et tous organismes na.
tionaux ou internationaux s'interessant aux problk-
mes alimentaires et nutritionnels,
La Conference emet le vceu qu'un Bureau Inter-
Africain d'Information soit crde.










Folklore Africain

Une peuplade du Haut Cameroun : les Matakam
par M. LAVERGNE, Administrateur des Colonies


our: 6crire l'histoire des tribus animistes qui
peaiplent le Haut-Canieroun on doit, en l'ab-
sence de documentation 6crite, s'en tenir aux
recits ldes vieillards Ibien que !es traditions orales
qu'ils ra )portent soient parfois contradictoires ; il
est ceperdant permis d'admeltre qu'il y a environ
4 ou 5 siecles, plusieurs colonies soudanaises venues
tie l'Est s'installirent dans le pays; les premieres
occupire t une region situee entire. le lac Tchad et
Ie course iup6rieur de la B6nou6 (affluent du Niger).
Lorsql e vers Ie ,milieu du xvin" sickle des grou-
pes peu'hs parvinrcnt dans cette contr6e, its se
hleulrltre: it L des alversaires resolus et farouches.
Des lu:tes sedvres s'ensuivirent qui durcrent jus-
qu'Ai la f n du xix' siecle ; les peulhs restercnt mai-
Ires du pays tandis que les pniens se rcfugiaient
dans Ies montagnes oil its viveni depuis lors (chaine
du Man( ara).



Dans a soci6te Matakam. (Babgay) la faimille, du
type pat local, se compose d(I chef de famille, de
ses feini ics et de' lur's descendants vivant dlans la
inmrie fc rme.
Le ch. f de famille, loul puissan. sous son toit, y
fail .'6rLer 1'olrdre et la justice ; ai'rbitre supreme de
]a celiul.,' qu'il diripe, il rLgie notan iment les diff'6-
rends ci.re jeunes .6poux de In faimille ct peut pro-
noncer !e divorce don i les s'eules causes advises
sont la it6rilite, et Ires nrrcment. Pl'ulliere.
I.cs e infants quTillent le (iomicile palernel a le]ur
mari'ae sauf le 1)pls jeune fils oqui continue a 1'ha-
hitier, m. me mairi et p're de famiille, L condition
que I'en ente reigne entire jeunes et 'vieux. Les au-
t,'es ,gar'-ons icons!ruiisenL leur deneure A proxiimiti
immdldi; Ie de celle de 'leuc pbre ou, en tout cas,
dans le mlme quarter.
,e ch.?f de famille d6ccd6 est reniplace dans ses
fonrcion et pr&rogaiives par le fils ain6, mais l'ha-
bilation paternellc areste la pIronriDi'i du plus june
f'ls tui a touiours vei'cu. Tous !cs aulres hiens ne
sont pa tags entire les enfants males qu'apres la
c6rinmor ie de F'olitande. ,S'il n'y a pas de fils, 1i sue-
cession revient anu frire tId defunct on i' son once.
I.orsque le d(6funl laisse une feiiinme sans enfant,
elle doil en principle epouser son l)au-ifrire ; sinon
elle retcurne chez son pire qui doit rembourser la
dot. Si elle a -des cnfanis, elle pent 6tre 6pous6e
par le ils, nouveau maitre idu foyer, a 'condition
de ne pas ire sa mbre car 1'inccste est puni de
mort e' les cadavres des coupa'bles sont jetCs en
l)Atures aux fourmios. Si la Ifemme desire reprendre
sa liber 6, elle ne peut le faire que si elle n'a pas
d'enfani au sein, sinon elle doit attendre qu'il puisse
s'alirer ter seul. Les enfants mincurs sont confies


a I'ain6 des fils devenu .chof de famille on h d6faut
a un frere ou un parent du id6funt.
Si l'un de se's fils meurt, le chef 'de famille re-
cueille l',hLritage ct prend chez lui femmes et en-
fants. Les femmes peuvent apres sevrage des nour-
rissons qui doivent rester A la famille paternelle.
retourner cihez leur pere. S'il n'y a pas d'enfant, el-
les sont libres immiidiatenient, mais leuir pere doit
dans ce cas rembourser la dot.




Bien que la naissance ne soil marquee par aucune
ceremonies (1) elle est considir6e comime un e6v6ne-
ment tries licurcux surtout lorsque la rmire met au
monde un garcon rqui doit perp6tuer la famille et la
race. La s.triliit est 1'origine de fr6quentes .quereel-
les entire les 6.poux, iqui alboutissent souvent a leur
divorce.
Le mari n'a pas d'tgards particuliers pour sa
femme enceinte qui continue ,i travailler jusiqu'A ee
qu'elle ne lpuissI plus marcher; les epoux cessent
leurs relations sexuelles a partir du Ihuitiime mois,
pour nie les reprendre que quatre mois aprbs l'ac-
couclhvement.
La femme du ,forgeron, pregnant pour la circons-
tance ce titre de son mariai remplit le role de sage-
feimme, aide de deux autres mc.res d(e faamille pa-
rentes ou voisines. L'une d'elles fail chauffer l'eau
qui servira la toiletle de l'enfanl, puis ,i celle de
Ia mere ai qui on doniie aprbs l'op6ration une cale-
hasse d'eau bouillie ndditionn6e de natron ou de
cendres. La toilette est ensuite compl6tee par des
applications sur Ie corps de In mere ct de 1'enfant
d'un im6lange d'hluile de cailc6dira et de lat6rite.
Puis I'on tue nn ou deux poulets .et prepare pour
I'a.ccouc'h'd e un repas << reoconstituant >> compose
d'nne boule de mil el d'une sauce dans laquelle on
a mis beatucoup de graisse animal.
L'cnfant recoil un peu d'eau bouillic avant que la
inbre, le jour mi mcne, nie commence l'allaitement. Si
In ,mere n'a pas de lail, on invoque les igrisgris : on
prend une poigni'e de millet que l'on pile et place
sur un rocher ; pis I'on attend .qu'un oiseau vienne
le picorer et les mielles qu'il a laissi.es sont frottBes
s.ur la poitrine e d.e la maman... S.i les rssultats sont
negatifs, on a tout simplement recours a une nour-
rice ou au lait de chlvre.

(i) Sauf pour les naissances gimellaires qui font l'objet
de reJouissances auxqu'elles parents et amis sont convies.
Tandis que la biure de mil coule A flots I'heureux pere remet
a l'oncle maternal ou I'aine .des ondles une poule qui
doit utre sacrifice Melon les rites decrits plus loin








Lorsque l'acc.ouchee sort d.e sa case, de cinq a
huit jours plus tard, le chief ,de falmille tue un mo-u-
ton, parfois deux s'il s'agit de naissances g6mellai-
res, Ir6s rares. Et 1'on faith un bon repas ,copieuse-
ment arros6 de Ibibre de mil, qui met line joyeuse
animation dans 1'heureuse dem.eure.
Pendant deux ans la mire allaite son enfant don't
Ia resistance est mise A rude ,preuve : en saison
des pluies, q.u'il vente on qu'il pleuve, la mire passe
toutes ses journ6es aux champs, le Ibambin maintenu
sur son dos par une peau de chevre. De mame par
les fortes chaleurs, elle se rend au march aprirs
avoir pris soin de gaver d'eau le marmot jusqu'A ce
qu'il n'en puisse plus, afin de l'empScher de crier.
Aussi, en raison du imanque d'hygin.e dans lequel
les infants sont l1ev6s, le (ecihel est-il :grand.
ISi la mere cst contrainte de cesser d'allaiter son
enfant, on fait appel i une parent ou a une ainic el
s'il est dlj(le grand on le nourrit de bouillies
d'igname et de lait de chievre.
Si I'enfant est malade, le pbre se rend aupris diN
sorcier auquel il apporte un poulet en paie'ment tde
la consultation ; le sorcier s'informe des troubles
presentbes par 1'enfant et donne le << midicamnent >
ou le gris-gris (le plus souvent nn morceau d'ama-
ryllidacec a lige quadrangulaire) qu'il faudra a!la-
cher au cou ou au venture du .maloade. Ou bien il in-
terroge les cailloux dans le but de savoir quel sa-
crifice doit Ctre fait pour la gnurison.
Si la mere cmeurt, 1'enfant est confi6 a une nour-
rice cihoisie pairmi le. parenles cl, lorsqu'il pourra
marcher, il scra rendu i son pre centre versement
d'une indemnil6 tie trois A cinq moutons.
Apres consultation des pierres P'enfant recoit son
on ses noms, car souvent le p6re et la mbre lui ren
donnent chacun un, de six A dix jours apres sa venue
an monde..Ce jour-la, au dtbut de la .matinee, on le
sort de la case en tournant son visage face au soleil,
en presence des parents et des personnel ayant as-
sist6 A la naissance.
Les junieaux doivent vivre sous le me&me toit jus,
qu'a leur marriage, sinon le mauvais sort s'abattra
sur la famille ; mais si l'un d'eux meurt, il falut que
le survivant soil immidiatenlent confl6 A une pa-
rente on A une anmie qui ne le raminnera A ses pa-
rents que deux iunes plus lard.
L'enfant n'est pas 6troiteemnt surveill6 et senle
la mnire, qui n'a aucune autoril6d, s'en occupe. Aussi
prend-il rapidement un caractbre ind6pendant qui
ne fera que s'afirrmer avec 1'age.



L'homme est de taille et de constitution moyen-
nes. Figure ouverte, franche, gaie, prite a rire, sym-
pathique.
Il ne porte aucun tatouage sur le visage mais
quelques traits droits, ou petits cercles, sur la poi-
trine ou sur les 6paules et perce parfois ses oreilles
pour y faire tenir un brin de paille ou un anneau
de Ter. II va souvent nu comme un ver, sans cache


sexe, portant queliquefois une peau de mouton sur
Ale c6t6 gauche mais rarement devant, bAton A la
main, serpette sur l'epaule ou couteau au poi:net ;
les plus aiss ont une ibande de gabac roulel autour
des reins ou en turban; certain se couvrenit I
chef d'un morceau de peau de chevre ou de 'rat de
rocher, que les jeunes renplacent depuis quuelque
temps par des chapeaux de paille genre canotier.
La tit'e n'est ras6e completement qu'en signed de
deuil et les adolescents, d'allure eff6minee et souvent
par6s de (bijoux ide fer, ifont preurve dans lear coif-
fure d'une grande fantaisie appreciee des jeunes
files : demico pe, touffe laisse sur le devant,
raies rashes au centre et sur les c6tis, bands aurio-
16es, etc... Le system pileux, peu abundant, .,-st sou-
vent rash.
Le inalakam ne pratique pas an circoncision, au-
cune fete d'initiation ne marque la puberty.
II .est en g6ndral trcs sale ; sans doute nO vetil-il
pas' en saison scche gaspiller une can que ses feni-
mes vont parfois chercher loin... Mais A vrai dire il
n'aime pas se laver et ne le fait que contraini, lors-
que les liesis venues, les tornadoes Ie surtl;ronnent
hors de sa demeure.
Sildntaire, agreste, il n'a pas I'humour vicyagcuse
et vil en vase close ; aussi esl-il frequent de -encon-
trer des vicillards qui de touted leur vie n'ont pas
depass6 le village voire mmne le quarter vc sin.
Profondmcnnt altacha a sa montagne et A ses tra-
ditions qu'il garden jalousoment, il esl tris inklividua-
liste, 6pris de liberty, d'indpecndance et di justice
et a le sens de la solidarity.

C'est un agriculteur averli, laborieux et iers(v'i-
rant, nmaltheurensement d'une i!n;ii'voyance 'ironi-


Les femnmes sont de taille inf6ricure A Ia movenne,
courts en ji:mibes. Les june.. filles ont soulent un
visage agrCable, sour~ils et aisselles epilis, .-e Iris
beaux yeux, un corps gracieux mais quii pric'td vite
des forms plantureuse. Elles ne mettent nucune
coquetterie dans leur coiffure et ne laissent pas
pousser leurs cheveux longtemps inais con;ervcnt
toujours une on plusieurs touffes sur le de. ant on
le dessus dui crine qu'elles ne rascnt complltement
qu'en cas te dcuil dans la famille.

Elles ailment a porter des colliers de fer, de cuivre
on de perles aux couleutrs voyantes et parec leoirs
bras de cercles de fer ou de bracelets en pailei tres-
she. Cerlaines portent des boucles d'oreillei, d'au-
ires percent leurs 16vres pour y fire tenir un
brin d'e paille on leurs narines qu'elles agr6manen-
tent de minuscules plaques tie fer. Beaucoup ornent
leurs jambes de gros anneaux de bois superposes
for'mant de v6ritables bottes.

La fillette va toute nue tandis que la vierge recou-
vre son dos t'une peau de cabri symbolisant son
d6sir de maternity, peau don't elle sc servira plu,
tard pour enserrer son nourlrisson, et se protege
contre les regards indiscrets par line petite jupp
cache-sexe en fibres de ties de haricots ou en fils









de cotton ; cette jupe, panfois pare de cauris est
port6e par 'lipouse jusqu'a ce qu'elle devienne
imbre ; elle est complit6e au moment du marriage par
une fine lani6re de cuir : < vitement d'interieur a
toujours dissiinul6 pour les sorties par un cache-
sexe.
Jnsqu'au moment ofi it prenld femme, le Matakam
rest chaste ; il ne se marie qupe tres rarement avant
d'avoir attlint dix-huit ans, in.me s'il est fiance trirs
jeune A ure petite fille qui rest chez ses parents
jusqu'au niariage.
Au d6but de la saison seche, l'6poque -des mois-
sons donnm lieu 1i des rtjouissances don't une grande
fMte est le couronnement.
Les rec ltes assures et les greniers sur le point
d'etre remplis, jcunes gens et jeunes filles se livrent
aux jeux e: aux plaisirs, sans toutefois so permettre
la moindr( privantl6 n principle formnellement inter-
dite sous ]eine des pirgs mal6dictions...
C'est la period qui, donnant l'occasion aux ado-
lescents dc se mieux connaiire, voit le plus de finn-
cailles et < e marriages.
Pard de ses plus beaux tours : couteau de jet an
bras gauc e, bracelet de filali blanco au poignet
droit, plume .de coq dans les chevcux, peau de mou-
ton ou de ]hlier sur le c6t6 gauche, un collier de cuir
autour du cou et portour de sa mandoline char-
mcuse, le jeune Matakam s'approehe de celle qu'il
a choisie it lui adresse un petit compliment : < Tu
es tr6s jolie, lui dit-il, et je voudrais bien t'6pouser.
si j'etais s ir que c'est pour moi que tu es venue ici
ce soir. > La coquette sourit... < Interroge ma main,
rapond-ell et tu sauras... a Puis, si elle accepted 1'in-
vitation du soupirant, clle s'agenouillc.
Se plan at alors prbs d'elle l'homme met un genou
en terre e tout en continuant ses lounges, lui ca-
resse 1tgierement a plusieurs reprises la pointe des
seins a l'aide du majeur de la main droite qu'il lui
pr6sente 'nsuite. Si la jeune fille, en reponse,
press son index contre ce doigt,; c'est un refus. Si
au contrail re elle offre les trois premiers doigis au
courtisan, cclui-ci est agr66 et les deux majeurs
frott6s vi oureusement 1'un contre I'autre font en-
tendre un -laquement triomphal : les fiancailles sont
concludes.
Le consentement des chefs de famille n'est pas
exig6, mais celui des parents de la future est en
gandral so!liciti, i moins que celle-ci craignant un
refus ne 'y oppose et dans ce cas la dot ne sera
payde que plus tard, lorsque resigns les parents de
la fiancee la r6clameront.
Le plus soavent le fianc6 d6pche un de ses amis
aux parent s de 1'Clue de son coeur. Si ceux-ci accep-
tent, la 'ldt est payne dbs le lendemain, dot tTbs
imodique, le trois a six ch6vres selon la fortune de
la famille du jeune homme, le rang social et les
exiigences de celle de la promise. L'aimi qui a servi
d'intermin diaire recoit une chevre pour prix de ses
services.
Parfois le pr6tendant fait d'abord sa cour A celui
qu'il d6si-e avoir pour beau-pere et, s'il sent sa


cause gagn6e, lui apporle quelques presents, vivres,
fagots dte bois, I'aide mime ia preparer son habita-
tion ou en saison ties pluies travaille son champ.

Quant aux parents du fiance, ils ne sont que ra-
rement consults. S'ils sont consentants et s'il s'agit
du plus jeune fils, ce dernier continuera A vivre an-
prbs .d'eux avec son spouse selon la coutunme.

L'accord conclu, les jeunes se donnent rendez-
vous quelques jours plus tard ct le fiance, suivi d'un
de ses amis, dirige sa compagne vers sa nouvelle
demeure. La jeune fille rest A quelques metres de
la porte d'entree tandis que Ic fiance a avertir sa
,m6re ou a d6faut la plus ancienne femme de son
pere.

Celle-ci munie d'un bracelet, se rend alors au-de-
vant de la future qui se tient a genoux, silencieuse
dans une attitude recueillie ; puis la (( Mamgay (I)
conduit la jeune fille dans nl chambre qu'elle doit
occuper, en jalonnant le parcours de petites stations
pendant lesquelles elle jette i terre son bracelet et
le ramasse ; la promise suit en cffectuant en signed
de soumission, une succession de g6nuflexions qui la
menent jusqu'au lil ruslique qu'on lui destine.

AprEs quoi la mere remet au garcon d'honnour
un poulet qui est sacrifi6 scion les rites habituels.
Si dans ses derniers soubresauts le volatile place
sa tite vcrs la porte de.sortie et rejette en arr.iire sa
patte gauche tendue c'est l'indice que la future sera
voltage et inconstante ; heureux prdsage Uar .contre
si la tite est dirigoe vers l'interieur de la forme,
patte droite en avant; eI fiance crie alors sa joie.
La dur6e d'es fiancailles peut itre ide deux ou
trois mois et si lin vierge est encore i.npubire il
faudra attendre que I'd6vnement survienne ; pendant
ce laps de temps les fiances doivent prendre leurs
repas s6par6ment et ne jamais rester seuls...
A la date fixee par les parents, la fiance pDnitre
dans sa chambre au coucher du soleil avec sa con-
fidente qui procede A sa toilette, toilette qui con-
siste A huiler son corps et A lui passer entire les
jambes la laniere de cuir attache au has du venture,
don't elle ne se siparera plus sinon pour la rempla-
cer.

Les salutations et les coquetteries d'usage cpui-
s6es, le june home qui pour la circonstance est
vetu d'un cache-sexe en penu de rat de rocher, se
laisse < d6shabiller > apros avoir fait tomber la
( robe > de la marine. Celle-ci lave le corps de son
compagnon, sans oublier les parties g6nitales, et
i'oint ensuite soigneuseient et entibrement d'huile
de cailc6dra et de lat6rite. Et tous deux s'allongent
sur leurs couches assemblies.
Vers minuit, la confidence riapparait qui, par la
porte entr'ouverte, lance A I'int6rieur de la chambre
une braise aussitot rejetee si le marriage n'a pas en-
core WtC consomme ; si l'acte est accompli la femme
se 16ve, allume A ce aharbon ardent la flame du

(i) ( Mamgay a : Mere de famille ou spouse la plus
ancienne.








nouveau foyer cr66 et prepare un Ibreuvage stimu-
lant conmpos6 id'eau, .de far.ine de mil et de souchet
comestible ique les amants boivent A la umime carle-
basse.
Et la lune de miel continue ,qui durera de cinq
A huit jours pendant lesquels repas et boissons sont
pr6par6s et apport6s par la mre du marie et l'amie
de la marine, car les 6poux ne peuvent sortir de
leur chambre que la nuit pour leurs besoins et en-
core ne doivent-ils pas s'en 6loigner. II leur est 6ga-
lement d6fendu de lever les yeux au plafond, sinon
ils deviendront chauves, connaitront une vieillesse
pr6matur6e et leur prog6niture ne sera pas nom-
breuse.

Le sixidmc jour on tue une ch6vire don't la viande
est ainsi repartie : I'6pouse recoit un gigot et une
'paule, la poitrine est prise par I'homme, A son ami
revient le cou, tandis que 1'autre 6paule est
remise A i'aimie de la mariBe. Le restant et le sang
oont partag6s entire tous les membires de la famille.
mais s'il y a des enfants la tete leur est r6senrve.
Le septieme jour, 1'6pouse refait une beauty a son
malri qui, v6tu de la peau de ch&vre tuee ]a veille
et aocompagn6 de son ami, se rend an village ofi on
lui fait quelques presents de noce (poulets le plus
souvent). Lorsqu'il juge .ceux-ci suffisants, il re-
tourne chez lui.
Le huitieme jiour, la femme sort A son tour et
prend une grosse jarre iqu'elle doit rapporter rem-


plie d'eau avant de vaquer A ses occupations m6na-
g&res. On fait ce jour-1l un bon repas auquel on
invite les parents ide i'.Apous6e, les amis et les voi-
sins.

Si homee iA plusieurs Apouses, la derinire en
date est en principle seule honor6e plusieurs mois;,
puis chacune d'elles, quelle que soit son anciennet6
dans la .deaneure, partage A tour de role la (< plan-
che > du maitre.
;Si une femme est surprise entretenant des rela-
tions coupables avec un autre homlme, i'aanant est
.d'abord copieusement rosis ; puis il dolt payer au
mari une indemnit& de deux h six ch6vrcs. L'infi-
d(le n'est pas punie. L'enfant adult6rien appartient
au mari.

La femrme matakam n'est ipas volage et il est rare
que des meres de famille quittent le foyer conjugal;
faute consid6rce comime tres grave si ellcs emmE-
nent leurs enfants qui doivent Atre rendus sans d6lai
au pere. La dot est rembours6e pair le pire de la
fugitive, mime si son depart a 6t& provoqui par de
mauvais traitements.

U.ne spouse qui n'a pas connu de maternity apres
deux ou trois ans de marriage pent divorcerr pour se
remarier et la idot est irembours6e an dilaiss6 A
moins que ce dernieIr ait de son plein gr6 renvoy6
sa femme.

G. LAVEU(GNE.


Extrait de ( Folklore Africain Les Malakam ),
imprimerie Servant-Crouzet, 4, place du G6n6ral-
Beuret, Paris. (Voir photos pages 40, 41 et 42).













---^i-~---




















NOUVELLES DE FRANCE


LA VIE MINISTERIELLE

I
Declaration de M. Georges Bidault
& la Tribune de I'Assembl6e Nationale, le 27 Octobre 1949,
concernant la France et I'Indochine


L'Union Francaise est affaire de confiance et
d'amitie. La loi peut fonder la socitei : elle ne suffit
pas a l'animer. Notre croyance fondamentale en la
dignity de I'homme, notre fidelity' une morale don't
les principles sont valables sous tous les paralliles,
notre devoir de gratitude envers des peuples qui nous
sont rest; fiddles dans la pire adversity, la solli-
citude de la Rdpublique pour tous ceux qui miri-
tent un sort moins douloureux, telles doivent etre
les donnies fondamentales de l'Union FranCaise.
Telles sont aussi les justifications de la France
pour l'Indochine.
Soldats frangais et soldats vietnamiens se battent
disormais c6te a cote, pour preserver l'indipen-


dance du Viet-Nam don't l'Union Frangaise est la
seule garantie.
Je sale les victims d'un combat que nous
n'avons pas voulu et j'adresse d ceux qui sont tom-
bes sous les plis du drapeau l'expression de la fierti
et de la reconnaissance de la patrie.
En servant une cause dtrangere a celle du people
vietnamien, I'agresseur entrave l'application pacifi-
que des accords conclus. Mais cette obstination -ne
detournera la France ni de sa voie, que les traits
librement ndgocids ont trade une fois pour touted,
ni de son but constant, c'est-a-dire le rdtablissement
de la paic auquel nous travaillerons de plein caur,
en saississant et en suscitant toutes les occasions.


M. Letourneau nouveau Ministre de la France d'Outre- Mer


M. Georges Bidault, President du Conseil desi-
gne, ayant recu, le 27 octobre, I'investiture de 1'As-
semble Nationale, a form son Cabinet.
M. LETOURNEAU (M.R.P.) devient Mihistre de la
France d'Outre-Mer, en replacement de M. Coste-
Floret (M.R.P.).

Biographie de M. Letourneau

M. Jean Letourneau, Ministre de la France d'Ou-
tre-Mer, est n6 le 18 septembre 1907 au Lude (Sar-
the). Apres des etudes de Droit, il entire dans une


compagnie de charbonnages A la direction de laquelle
il est appel6 par la suite.
Membre du Comit6 directeur du Parti Democrate
Populaire, M. Letourneau fait parties du Comit6 de
direction de la revue Politique et collabore au Petit
Democrate et A I'Aube.
Apris la guerre de 1939-1940 qu'il fait dans l'In-
fanterie, M. Letourneau milite dans des organisa-
tions de resistance. En 1941, il gagne la zone Siid
oi il rejoint M. de Menth'on et s'inscrit au mouve-
ment < Libert6 >. 11 second M. Georges Bidault,
puis travaille en compagnie de M. Pierre Henri Teit-


15








gen. 11 prepare, ensuite, avec M. Francisque Gay,
1'apparition de la Presse de la Liberation.
Nomm6 Directeur de la Presse au Minist&re de
informationn, M. Letourneau quite ce poste le
21 octobre 1945. 11 est alors elu d6put6 de la Sarthe
sur une liste M.R.P. M. Letourneau a tde Ministre
des P.T.T. en 1946, poste qu'il conserve dans le
Cabinet Bidault, puis Ministre du Commerce en
1947 dans le Cabinet Ramadier.
Lors du remaniement qui a lieu en mai 1947, aprEs
le depart des Ministres communists, il reqoit, outre
le Ministere du Commerce, celui de la Reconstruc-
tion et de 1'Urbanisme.
En octobre 1947, M. Letourneau est nomm6 Se-
cr6taire d'Etat A la Reconstruction, A la suite du
troisieme remaniement du Cabinet Ramadier.
En mars 1048, M. Letourneau preside la d6l6ga-
tion franchise A la Conference sur la liberty de
la press A Geneve, et, en juillet, la d6elgation
francaise A la Commission mixte franco-italienne
d'Union douaniere.
Le nouveau Ministre de la France d'Outre-Mer
est Chevalier de la Legion d'Honneur et titulaire de
la Rosette de la Resistance.
*.

M. Georges Bidault a compl6et son Cabinet par
la designation de Secretaires et de Sous-Secretaires
d'Etat, le 29 octobre.
Deux postes de Sous-Secretaires d'Etat A la


France d'Outre-Mer sont cr6es ; ils sont lenus par
MM. M. L. AUJOULAT et Georges GORSE.
*

M. M. L. AUJOULAT, Docteur en M6decine, deputy
du Cameroun (Ind. d'Outre-Mer), est ne le 28 aoit
1910 A Saida (Oran). 11 a 6td membre des deux As-
semblees Constituantes ofi ii siegeait sur ',es bancs
du M.R.P.


M. Georges GORSE est nd le 15 fdvrier 1915 a
Cahors. Agr6ge de Lettres, M. Gorse a ete, en 1943,
charge de mission du Cabinet du Gendral de Gaulle.
II est membre de l'Assemblie Nationale, of ii est
inscrit au group S.F.I.O.
II assuma, dans le Ministere Blum, en 1946, la
direction du Sous-Secr6tariat d'Etat aux Affaires
musulmanes.

'LA PASSATION DES POUVOIRS
AU MINISTER DE LA FRANCE D'OUTRE-MER
Le 28 octobre apres-midi a eu lieu, au Ministere
de la France d'Outre-Mer, la c6r6monie de passation
des pouvoirs de M. Coste-Floret a M. Letourneau,
nouveau Ministre de la France d'Outre-Mer.
M. Coste-Floret avait regu, auparavant. les di-
recteurs et directeurs-adjoints et les chefs de services
du Ministire auxquels il adressa une court allocu-
tion.


En France


* Le President Boisdon et le Bureau de l'Assemblee
de l'Union Frangaise, A l'occasion du sejour de
S. M. Norodom Sihonouk en France, pour la signa-
ture du trait franco-cambodgien, ont donn6 en
l'honneur du Souverain, le 19 octobre, dans le cadre
somptueux du Palais de Versailles, une reception a
laquelle 6taient invites, outre les membres de l'As-
semblee de l'Union Francaise et les membres du
Cabinet du Roi, LL. AA. RR. le Prince et la Prin-
cesse Suramarith, le Prince Monireth, MM. Paul
Coste-Floret, Ldon Pignon, Haut-Commissaire de
France en Indochine, Ziwes, Pr6fet de Seine-et-Oise,
les principles personnalit6s politiques frangaises,
cambodgiennes, et vietnamiennes.
Au President Boisdon, qui, en l'accueillant, avait
exprim6, dans une allocution, ses vceux de paix et
de prosperity pour le people cambodgien, S. M. Si-
hanouk a repondu en ces terms :

Monsieur le Prisident, je tiens, d'abord. a vous
remercier des sentiments que vous avez bien voulu


exprimer a I'adresse du people cambodgien, en md-
me temps qu'd celle de Ma Personne et des membres
de ma famille.
II m'est agreable de vous assurer, en response, de
tout le plaisir que j'eprouve t eitre de nouveau ac-
cueilli dans ce palais par le Prisident de 1'Assem-
blee de l'Union Francaise, assemblee qui compete,
parmi ses nmembres, plusieurs reprisentants du Cam-
bodge, et notamment, Son Altesse Royale la Pri'n-
cesse Ping Peang Yukantbor, qui a l'bonneur d'y
occuper les hautes functions de Vice-Prisidente.
Cela signifie, pour nous, que cette A.;semblje
constitute, deja, un lien vivant entire nos deux pays.
Nos reprisentants sont ainsi a mnme de faire en-
tendre, en France, les veux et les aspirations du peu-
ple cambodgien. Leur rdle et celui de tovte votre
Assemblee va, desormais, grandir en importance
alors qu'il s'agira de mettre en euvre le trait que
je suis venu signer a Paris.
Cette mise en ceuvre, en effet, va placer mron Gou-
vernement devant de nouveaux problemes. Je sou-








baite vivement, Monsieur le Prisident, que les mem-
bres cambodgiens de votre Assemblie puissent, avec
le concourse de leurs colleagues et en debors de toute
consideration partisan, travailler ii 'heureuse so-
lution de ces problimes. Je sais que je puis, pour
cela, computer sur votre concours et je vous en re-
mercie par advance.
Vous aver bien voulu, enfin, souligner que la
France et le Cambodge sont des nations d'antique
civilisation, que leur amour commun des arts et de
la culture ne pouvait que rapprocher.
J'ajouterai que leur amour commun de la paix
et de la liberty doit constituer pour elles, s'il en
etait besoin, un lien supplimentaire, qui me donne
le ferme espoir que leur association s'ipanouira dans
une atmosphere de sympatbie, de comprehension et
de confiance renouvelies.
C'est dans cet espoir, Monsieur le President, que
je souha:te h votre Assemblie, de jouer de plus en


plus pleinement le rdle qui lui a iti divolu et, a tra-
vers elle, a la France et a l'Union Franfaise, de
connaitre, disormais, une ere d'harmonieux dive-
loppements dans tous les domaines.
Au course de la reception, le Souverain a decore
M. Daniel Boisdon de la Croix de Grand Officier de
I'Ordre de Sahametrei.'

* Au course de son sejour en France, S. M. Siha-
nouk a aussi 6td I'h6te, le 13 octobre, de l'Ecole de
Cavalerie de Saumur oi, I'an passe, il avait fait un
stage parmi.les officers du < Cadre Noir >.

* S. M. Norodom Sihanouk a fait parvenir, le
21 octobre, une lettre et un chique d'un million au
nom de M. Vincent Auriol. Le Souverain prie le
President de disposer de cette some en son nom,
en celui de son Gouvernement et du people cam-
bodgien, en faveur d'ceuvres franqaises, de l'assis-
tance social, en particulier aux sinistres de France.


Union FranCaise


RENTREE
DE L'A/SSEMBLEE DE L'UNION FRANCHISE

L'Asse;nblee de I'Unign Francaise a tenu, le
13 octob:-e, sa premiere seance. Au course de celle-ci,
M. Boisdon, President de l'Assemblee, a, tout
d'abord, rendu hommage A M. Ranzafiala, Conseiller
de Madagascar, d6ced6 le mois dernier.
II a ensuite exprimb le vceu que << le chef du Gou-
vernement de demain, quel qu'il soit, prenne une
just me:.ure des vastes probl&mes qui nous int6res-
sent >.
Souhbaions, a-t-il conclu, qu'il se decide enfin a'
constituer ce grand ministire de l'Union Francaise,
que votre: Assemblie tout entire appelle, je suis sur,
de tous ;es veux.
Puis il a ete decide que la date de la prochaine
seance strait fix6e par la Conference des Presidents
de groups.


UNE INTERVIEW DU PRESIDENT BOISDON
AVANT SON DEPART D'AFRIQUE

Le President Boisdon, President de l'Assemblee de
l'Union Francaise, a regagn6 Paris, apres un periple
de plus de quinze jours en A.O.F.
Au cotrs de ce voyage, il a, notamment, parcouru
le Daho'mey, le Togo, la Basse C6te d'lvoire et une
parties de la Guinee Francaise.
Interrog6 par un representant de l'Agence France-
Presse, sir ses impressions, M. Boisdon a d6clar6 :


Etant donni la diversity des territoires que j'ai
parcourus, il m'est bien difficile de donner une opi-
nion ginirale.
Au Dahomey et au Togo, j'ai trouvi des popula-
tions essentiellement rurales, trWs traditionnalistes,
avec un pass bistorique don't elles tiennent a con-
server le souvenir.
Au Togo, j'ai iti satis/ait d'entendre affirmer, a
la fois, le disir que soit maintenu le statut interna-
tional et confirms les liens qui unissent ces popu-
lations d la France.
En raison peut-itre de l'antiquiti des coutumes
auxquelles ces populations sont infiniment attaches,
il ne semble pas que ces pays soient pridestinis, ico-
nomiquement parlant, i un diveloppement indus-
triel intense, sauf dicouvertes imprivues dans le
sous-sol.
II est probable qu'ils verront se divelopper une
economic rurale paisible sans entrer dans la vie
fievreuse que l'om sent, dijd, en C6te d'Ivoire et en
Guinee Francaise.
Par centre, pursuit le President, la C6te d'Ivoire
et la Guinee Frangaise paraissent destinies a entrer
rapidement dans la vie iconomique mondiale.
Le percement du canal de Vridi va divelopper
brusquement les possibilities de la C6te d'Ivoire.
Ce territoire va disposer d'une des plus grandes
rades du monde oi toutes flottes commercials et
militaires pourraient se riunir. Lorsque l'achive-
ment des travaux de percement de la bande-littoral
permettra d'utiliser la lagune, Abidjan deviendra
certainement un tres grand port d'Afrique.








Je disais, ricemment, au Gouverneur Pechoux :
Abidjan, c'est Casablanca 1912. En 1912, Casa-
blan'ca avait 12.000oo habitants ; il y en a 600.000
aujourd'hui >.
Toutefois, pour que ces perspectives se realisent,
il faut que se poursuive activement l'amelioration
des routes et du systine ferroviaire.
Quant a la Guinee Frangaise, je ne connais encore
que Conakry et le paradise des Iles de Los, mais il
est evident que cette ville et ces miles se trouvent dans
une situation absolument exceptionnelle. Deux mines
de fer et de bauxite, d'une richesse inouie, a proxi-'
mite de la mer, cela est rare et pricieux.
Au sujet de I'atmosphere de son voyage, le Pr&-
sident Boisdon a dclare :
Ce serait fire preuve d'une suffisance imperti-
nente que d'avoir une opinion definitive apris avoir
parcouru quelques jours seulement ces territoires.
Toutefois, I'accueil, les amabilites don't j'ai ete
l'objet me prouvent le prestige de l'Assemblee que
je preside et les repercussions profondes des refor-
mes realisies en 1946. Ces reforms ont bien ete un
acte de foi vis-a-vis des populations africaines, acte
de foi que la France a dte la seule h accomplir aved
une telle ampleur.
Dans un autre ordre d'iddes, un fait, m'a frappe :
on m'avait souvent dit que les Africains rdpugnaient
aux travaux mecaniques et preferaient, a l'enseigne-
ment technique, les professions de la plume et de
la parole. En reality, je crois qu'il y a la beaucoup,
d'exageration. Le Haut-Commissaire Bechard me
precisait qu'au Lycee, a Dakar, une parties des prix
de mnathdmatiques tait l'apanage d'Africains.


D'autre part, dans les usines, j'ai rencontrd. a c6te
de simples manaeuvres, bon nombre d'ouvriers qua-
lifies et mime, dans certaines imprimeries, des lino-
typistes. Ceci me prouve que cette pretendue inf'-
rioriti n'est pas fondue et qu'en tout cas, si elle
existe, une sage orientation professionnelle permet-
tra de surmonter cet obstacle. II faut que les Afri-
cains comprennent qu'ils peuvent, en partant d'un
travail manuel, s'elever a la culture intellectuelle et,
meme, a la plus haute culture. Spinowa gagnait sa
vie en polissant des verres d'optique.
Interrog6 sur la vie politique dans ces pays, le
President de l'Assemblee de 1'Union Franqai'e a re-
pondu :
Vous supposed bien que je ne peux vous rdpondre
que d'une faeon tris gendrale. ]e ne veux pas m'oc-
cuper des petites disputes locales.
Les populations font l'apprentissage de la demo-
cratie. Cela ne va pas sans inconvinients, hesita-
tions, troubles. II en fut tout pareillement dapns la
Metropole et il serait miraculeux que la terrn d'Afri-
que, qui s'eveille de son long sommeil, ait des enfants
plus sages que la vieille Metropole, avec ses deux
mille ans de civilisation.
Ce que j'ai trouve che? presque tous les elus, et.
en tout cas, chef les dlus de mon Assemblie, c'est
une grande bonne volonte et beaucoup de b'n sens.
Certains out parfaitement comprise que ies que-
relles idjologiques, comprhbensibles dans la Metro-
pole au vieux passe politique, ne sont pas de mise
dans des pays neufs qui ont tant a faire pour s'elever.
Et cela, conclut le President. il me semble que c'est
la sagesse.


CONFERENCES ET MANIFESTATIONS DIVERSE


L'EXPOSITION
POUR L'EQUIPEMENT DE L'UNION FRANCHISE
L'-re de l'entreprise individuelle, de l'effort h6roi-
que des pionniers et des defricheurs est r6volue, et
c'est d'une conception d'ensemble et d'un travail de
group qu'il faut attendre desormais la promotion
&conomique de nos Territoires d'Outre-Mer. L'inves-
tissement de nos capitaux et de nos energies est
I'affaire du Plan, les solutions pratiques et la mise
en oeuvre reviennent aux competences techniques.
C'est en vue de franchir ce pas decisif et malaise, de
la thdorie a l'efficience, que la Soci6et des Ing6nieurs
pour la France d'Outre-Mer a organism l'Exposition
pour l'Equipement de l'Union Francaise, qui s'est
deroulee a Paris, sur la rive gauche de la Seine,
entire les points de la Concorde et de l'Alma. Dans
le hall de la R6trospective et de la Modernisation


on a vu cc qui a 6te accompli dans les Teri tires ;
ct dans !e Pavillon du Plan Monnet, ce qui va y itre
fait. Ft le corps meme de l'Exposition montrait avec
quel materiel sera realis6 le Plan.
Cette manifestation, qui se conjuguait avec un
Congris des Ing6nieurs coloniaux de toutes les na-
tions. et se situait dans le cadre des premieres mani-
festations parisiennes d'automne, a ete organisee sur
initiative de la Commission de la France d'Outre-
Mer, en vertu d'une resolution de l'AssembH6e Na-
tionale du lo d6cembre 1048, sous le haut patronage
du President de la Republique. Tous les Ministeres
interesses, et leurs services, le F. 1. D. E S., le
F. I. D. O. M., ainsi que les Territoires eux-memes,
lui ont apporte leur appui. Ce fut la premiere expo-
sition < colonial > depuis celle de 1031, mais avec
cette difference qu'elle se proposait, non plus de
montrer ce que les Territoires peuvent offrir a la








Metropole, mais ce que la M6tropole a fait et peut
faire pour la France d'Outre-Mer.
En premier, lieu il etait necessaire de faire le point,
et de prcuver au Francais moyen, qui ne r6alise pas
toujours le sens exact de l'Union Francaise, l'effort
de modernisation accompli en quelques ann6es par
son pays dans nos provinces lointaines. En circu-
lant le long' des ports du Gros-Caillou et des Inva-
lides, le visiteur etait d'abord instruit, par 1'l6o-
quente clart6 des panneaux statistiques, de l'accrois-
sement de la production dans tous les domaines ; il
avait ens.uite le loisir d'examiner sur place les r6ali-
sations frangaises sp6cialement adapt6es aux n6ces-
sites tropicales.
Une ;6rie de maquettes, ex6cut6es avec soin,
lui ont fait savoir que des usines, des centrales
Olectriques ultra-modernes, ont surgi dans des r&-
gions on s'etendait naguere la brousse sauvage,
que la motoculture dispose de toute une game
de tracteurs A chenilles, et que I'hydroglisseur
Couzinet assure, avec un tirant infime, une na-
vigation comfortable et rapide sur les fleuves afri-
cains. I'ne 15 CV Delahaye. haute sur roues,
a refroidisseur perfectionn6, procure des facilities
nouvelle, aux coureurs de pistes, et des modules
d'avions conqus pour les pays chauds, permettent de
franchir d'un coup d'aile forces et savanes. Les Ate-
liers et Chantiers de Dakar ouvrent de large pers-
pectives sur le d6veloppement du grand port de no-
tre Ouest Africain, et les Chemins de Fer d'Outre-
Mer exposent un. wagon climatis6 et une locomotrice
Diesel d2 47 tonnes qui assure, depuis deux ans, la
remorque de trains de 450 tonnes, de Dakar au
Niger, soit 2.500 kilometres sans rentrer au d6p6t,
Suine v tesse de 70 kilom&tres A I'heure.
Et voici, parmi les stands des Grands Instituts du
Caoutchouc, des Ol6agineux, des Fruits et Agrumes,
celui de l'Energie Thermique des Mers, hier encore
une anticipation hardie, sur.le point de passer au
stade industrial. Ses travaux, actuellement en course
de d6emarrage A Abidjan, r6aliseront dans un proche
avenir 6'quipement du port et de la ville, et tien-
dront I'audacieuse promesse de cr6er une force in-
dustriele illimit6e par la confrontation des eaux
chaudes de la lagune avec les eaux froides d'une
profonde valley sous-marine.
A celte vaste exposition, monte en 97 jours, ce
qui est une gageure, plus -de 500 participants, aux
sections m&caniques, electriques et marchandes, ont
apport6 leur materiel forestier, industrial, agricole
et .domcstique : bull-dozers, grues de levage, instal-
lations frigorifiques, chirurgicales, dentaires, etc., et
de confortables et riantes habitations prefabriquees
6levaient sur les berges de la Seine, leurs construc-
tions m6talliques a air conditionn6, d'un montage
facile, qui orneront bient6t les rives de l'Oubangui
ou de la Sangha. Toutes les grandes industries
etaient representees par leurs appareillages electri-
ques, til1mecaniques, leur materiel de mines et de


siderurgie, de broyage, de forage, de nivelage, par
leurs machines de semoulerie, de maiserie, de rizerie,
par leurs compresseurs, leurs points d6montables,
leurs v6hicules sur chenilles, par leurs complexes et
dtlicats instruments d'optique et de radio. Et la
pointe elancee d'une pagode ajoutait au pittoresque
exotique des souks nord-africains reconstitu6s sous
les vouites du pont Alexandre-III.
Temoignage encourageant de notre relevement
economique, I'Exposition poiur 'Equipement de
l'Union Franfaise a offert au public parisien, avec
un voyage instructif, un rapide tour d'horizon sur
des contrees qu'il connai,t mal, et rev6le aux Fran-
cais des d6bouches immense A leurs activities cr6a-
trices. Les idees don't s'inspirait cette belle mani-
festation ont 6t6 clairement degagees par M. Dard,
son Commissaire General. Le but est d'abord de pre-
senter aux utilisateurs d'outre-mer les products et
materiels sp6cialement adapts A leurs conditions
particulibres, et que l'industrie m6tropolit(aine est
aujourd'hui en measure de leur fournir.
L'industrie mecanique francaise d'apres-guerre a
fait d'enormes progres, et la conjunction des utili-
sateurs d'outre-mer et des producteurs m6tropoli-
tains, en assurant une meilleure definition des ca-
ract6ristiques d'emploi'de ces materiels sur nos ter-
ritoires, et de leurs conditions de main-d'oeuvre, per-
mettra d'6conomiser au maximum les dollars Mars-
hall, et de les reserver pour des fournitures que nous
ne poss6dons pas. Cette collaboration indispensable
entire les exposants et leurs visiteurs, grace aux
changes de vues et aux observations precises, re-
tenues de part et d'autre, donnera la possibility aux
divers syndicats d'orienter ou de modifier la produc-
tion de telle ou tell industries suivant des techniques
conformes aux performances r6clam6es par chacun
des secteurs interesses d'outre-mer.
Producteurs et utilisateurs 6tant d'accord, un autre
probleme se pose, qui est d'ordre administratif, celui
des formalities d'exportation et des taxes douanieres.
Signalons A cet 6gard que le Commissariat G6n6ral
envisage, d'une part la creation d'un centre perma-
nent d'information oi tous renseignements seront
fournis sur les besoins et les possibilities, et d'autre
part, I'institution d'un organisme unique ayant pour
mission de delivrer les industries des formalities re-
butantes et de les inciter en c6nsdquence A d6velop-
per leurs exportations vers la France d'Outre-Mer.
La mise en place de services < apres vente >, avec
des dep6ts et des technicians sur place, charges d'ins-
taller les materiels fournis, et au besoin de les de-
panner sans retard, et de les pourvoir en pieces de
rechange, est actuellement A l'etude.
11 s'agit done de guider vers l'Union Francaise nos
energies constructive et d'6quiper des pays franqais
avec du materiel francais, oeuvre considerable par
ses responsabilites et par sa grandeur, qui requiert
toutes nos forces vives et fournira la base economi-
que solide sur laquelle reposera notre civilisation.
Georges VALLY.








AU COMITE DE L'ORGANISATION FRANCHISE

Le Comit6 National de l'Organisation Franqaise
a tenu, le 13 octobre, sa stance pleniere, au course
de laquelle il a ete fait des exposes sur une << Mis-
sion en Afrique Noire > triple etude de psycho-
biologie, de formation acceleree et d'organisation
scientifique du travail en Oubangui-Chari.
Mme Leone Bourdel a parl6 de la psychologie des
peuples oubanguiens ; M. J. Genevay de la forma-
tion social et professionnelle des Noirs ; M. Luc-
cioni du problime de la creation des cadres africains.
M. Luccioni avait 6galement cree, A Bangui, en
1948, un centre de formation pour les cadres admi-
nistratifs indigenes don't la premiere promotion est
sortie en janvier dernier. Les resultats furent si en-
courageants qu'une deuxieme session est' actuelle-
ment en course.
De ces rdalisations, il resort que, si les pouvoirs
publics en comprennent la portee, l'Afrique Noire
pourra, tris rapidement, prendre un essor original
d'inspiration purement francaise, qui l'integrera or-
ganiquement dans le cycle des nations modernes.


ACADEMIE DES SCIENCES COLONIALES

L'Acad6mie des Sciences Coloniales a tenu seance
le vendredi 21 octobre sous la pr6sidence de M. Fer-
nand Liord.
M. Leon Bar6ty a rendu un 6mouvant hommage
A la m6moire de M. Louis Morard avec qui il a col-
labor6 au Comite de l'Afrique du Nord.
Certains des ouvrages recus par la bibliothique
ont et6 presents par MM. Charles-Roux, Aubre-
ville, Robequain et G. Grandidier.
M. Fernand Blondel qui a represents l'Academie
des Sciences Coloniales A la Conference scientifique
de I'O.N.U. A Lake Success, pour la conservation
et I'utilisation des resources naturelles, conference
A laquelle le Gouvernement francais l'avait ddlegue
pour les questions geologiques et minieres, a expose
A ses confreres les impressions qu'il a retirees des
seances auxquelles il a assisted.



L'Acad6mie de Sciences Coloniales a tenu stance
le vendredi 7 octobre, sous la pr6sidence de M. Fer-
nand Liord.
M. Rene Pottier, don't les travaux sur le Sahara
font autoritd, a fait une communication sur < La
datte et l'eau >, communication dans laquelle il a
retrace I'histoire du dattier et de ses fruits tant au
point de vue ethnographique qu'economique.
Mgr Leynaud, Archeveque d'Alger, a etd 6lu
membre titulaire, dans la premiere section, A l'una-
nimitd.
A la correspondence, M. le Secr6taire perpetuel a
donn6 lecture d'une lettre qui lui a 6et adressee par


le Comiti Central de la France d'Outre-Mer, lettre
relative A la question des Colonies italiennes, don't
ci-apres le texte :

Paris, le 6 octobre Iy4-.
<< Monsieur le Secr6taire Perp6tuel,
< Le Comit6 Central de la France d'Outre-Mer
< croit devoir faire part A l'Acad6mie de l'inquie-
< tude que lui cause une affaire actuellement dd-
< battue A I'O.N.U.
<< La solution quest en train de recevoir la ques-
.< tion des Colonies italiennes content un grave dan-
< ger pour la situation de la France en Tunisie.
< Cette solution tend, en effet, A attacher un brO-
< lot aux flancs de la Tunisie franchise.
< L'independance de la Tripolitaine est prima-
a turee. Meme prdcede d'une periode transitoire
< de trois ou de cinq ans, elle est une conception
< actuellement d6pourvue de serieux.
<< La population de la Tripolitaine n'est pas mire
< pour l'independance. pas plus que ne l'est, d'ail-
< leurs. celle de la Cyrena'que.
< L'Angleterre, qui a proclame l'ind6pendance de
< la Cyrenaique, a donned l'exemple de n'y pas
< croire, en l'assortissant d'une < protection pro-
< visoire > britannique, sans terme defini.
< L'unit6 de la Libye, argument don't il est fait
< usage pour pr6ner la reunion de la Tripclitaine
< A la Cyrenaique dans une ind6pendance corn-
<< mune, est un principle forg6 pour les besoins de
< la cause.
< Cette pretendue unite ne correspond A aucune
< r6alit4 geographique, ethnique, ni historique.
< Peut-on parler s6rieusement d'unite libyenne.
< alors que la Tripolitaine est separee de la Cyre-
< naYique par un large desert, l'un des plus dsserti-
< tique qui soient ?
< Peut-on consider Tripoli comme une d6pen-
< dance de Koufra. si tant est qu'on l'ait pt pour
< Benghazi ?
<< Le rtsultat le plus clair de la solution envisag6e
< pour la Tripolitaine serait de cr6er aux portes de
< la Tunisie un foyer d'agitation et un nid d'intri-
< gues. Une tutelle collective ajournerait-elle ce dd-
< plorable effet pendant quelques annies, qu'on le
< verrait se produire des que la tutelle prendrait
< fin.
< II semble y avoir d'autant moins de doites A
< cet 6gardl que le Bey de Tunis, descendant d'une
< dynastie ancienne, considere le Cheick El Se-
< noussi, chef de confrerie et de tribu, come un
< seigneur de mince importance, et que beaucoup
< de sujets du Bey tiennent les habitants de la Tri-
< politaine pour moins avances qu'eux en civilisa-
< tion.
< L'etablissement du protectorat francais en Tu-
< nisie a tir6 la R6gence de Tunis d'une condition
< arrieree, de la decomposition gouvernementale,








< de I'incapacit6 administrative et de la stagnation
< &conom ique.
< L'ceu 're accomp!ie par l'administration du pro-
< tectorai est une des plus belles realisations de la
< Troisi& ne Republique franchise. *
< Cette realisation a pu etre prescrvee pendant la
< p6riode pathetique que la France et la Tunisie ont
< travers,,e depuis 1'6te de 1940 jusqu'i l'hiver de
< 1942.
< Or il ne serait pas moins menace du dehors que
< du ded.ins, si la solution don't il est question pour
< la Tripolitaine venait i pr6valoir.
< La sicurit6 du protectorat francais en Tunisie
< est aut'ement int6ressante, pour le progress de la
< civilisaiion en Afrique du Nord, que l'institution
< Tripoli d'un regime d'indipendance, qui ne
< pourra t etre qu'illusoire ou malfaisant, mais qui
< jouerail le rble d'une sape a 1'6gard de la Regence
< limitrophe, en raison rhmme du desordre don't il
< ferait iairoiter l'attrait.
< Le r:loment n'est-il pas venu de reagir ouver-
< tement centre les mirages don't certain pays se
< plaisen: A 6blouir des populations natives, inflam-


< mables et insuffisamment 6volues pour se gou-
<< verner elles-mimes ?
<< Ces mirages, don't ne sont pas dupes ceux qui
<< les suscitent, conduisent i des terms qui mar-
< quent une regression certain de la civilisation.
< Pour que la civilisation puisse continue i pro-
< gresser en Afrique du Nord, il faut que les moyens
<< de la promouvoir soient maintenus i une autorit6
< tutClaire, apte ai une mission civilisatrice.
< Toute meconnaissance de cette r6alit6 ne saurait
< aboutir qu'a fire retrograder le pays oi on la
< mlconnaitrai t t trouble l'atmosphire dans le
< pays voisin onl il en serait encore tenu compete.
< Notre Comite vous soumet ces considerations,
< sur lesquelles il ne doute pas de son accord avec
< l'Academie. A plus forte raison s'appliquent-elles
< A l'Aventualit6 inattendue de l'independance du
< Fezzan, qui est d'une originality integrale et qui,
< logiquement, justifierait celle du Borkou, du Ti-
< besti, du Ouadai, du Tchad et de l'Oubangui-
< Chari.
< Veuillez agrjer... .


INFORMATIONS DIVERSE


AVANT LE DEPART
DE LA MISSION FRANCAISE
POUR LES KERGUELEN

La mission franchise d'etudes scientifiques, mili-
taires et economiques, dirigee par l'Administrateur
colonial Sicaud, est parties le 15 octobre pour les
lies Kerguelen.
Composee de quinze personnel, elle passera qua-
tre mois dans cette possession franchise, d6couverte
en 1772 ar l'officier de marine franais don't le nom
fut donn, ia ces miles australes.
Le cele bre explorateur arctique, Paul-Emile Vic-
tor, 4tait venu dire au revoir i ses camarades, an
course d't n cocktail auquel le Ministre de la France
d'Outre-ller s'6tait fait representer.

LE PREMIER CONGRESS INTERNATIONAL
D'INGI NIEURS POUR LE DEVELOPPEMENT
DES PAYS D'OUTRE-MER

Le premier Congris international d'lngenieurs
pour le developpement des pays d'Outre-Mer a
donned, Ih 7 octobre, au Grand AmphithAitre de la
Sorbonne, une soiree solennelle, sous la presidency
de M. Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-
Mer, en presence de M. Mechery, representant le
President de la Republique, de membres du corps
diplomat que des pays participants et de personna-
lit6s du nonde colonial.


M. Jules Raman, Pr6sident de la Soci6td et du
Congris, a prononce le discours d'ouverture.
Le President Albert Lebrun, ing6nieur des Mines,
President d'honneur de la Societe des Ing6nieurs, a
d6fini, dans son discours, le r6le de l'ing6nieur et du
constructeur au service des Pays d'Outre-Mer et,
particulierement. de 1'Union Francaise.
Dans le domaine de la cooperation des recherches
pour I'amelioration des techniques, le r6le de l'ing6-
nieur dans les Pays d'Outre-Mer est vaste, a-t-il de-
clar6. Vaincre une nature hostile ; assagir des fleuves
indompts ; lancer des voices A travers la savane;
irriguer des regions entieres ; faire profiter les po-
pulations autochlones des techniques modernes.
Au sujet de l'Exposition, qui a lieu, actuellement,
le long de la rive gauche de la Seine, destinee A
I'equipement de l'Union Francaise, M. Albert Le-
brun a fait l'eloge de la retrospective qui a ete rea-
lisle et qui. a-t-il dit, fait honneur A la France.
Ft le President Lebrun a termine par un appel
a la vocation colonial, invitant les jeunes ingenietirs
francais i s'expalrier : < Partez. a-t-il ajout6, et que,
dans cinquante ans. on puisse dire de vous, comme
on I'a dit de vos ainms, ils ont bien travaill6 >>.

LES REPERCUSSIONS DE LA DiVALUATION
SUR LES MARCHES AERIENS
On commence i pouvoir deceler, en France, les
repercussions probables de la devaluation de la livre
sterling sur les taux du transport aerien.








La Compagnie < Air-France > (service < Fret >)
fait prevoir une hausse d'environ 28 % sur ses trans-
ports transatlantiques. Par centre, en vertu des ac-
cords I.A.T.A., une baisse de 1o a 12 % serait effec-
tude sur les lignes europdennes, tandis que les tarifs
appliques sur les lignes Metropole-Union Franqaise
resteraient inchang6s.
Nous pensions, neanmoins, que les taux de fret sur
ces derni&res relations n'6viteront pas une hausse.
D'une maniere g6nerale, d'ailleurs, il semble impro-
bable qu'une baisse sensible puisse s'effectuer ou
meme qu'une hausse des course n'intervienne pas a
plus ou moins breve 6cheance.
Un grand nombre de companies, en effet, sont
Cquip6es d'appareils am6ricains et sont obliges de se
procurer les pieces detachses dans la zone dollar;
l'augmentation des frais generaux, consecutive au
replacement des pieces et moteurs d'avions. rendra
n6cessaire une revalorisation des taux de transports
de fret.


NOUVEAU PRIX DE TRANSPORT
POUR LE CACAO DE L'AFRIQUE DE L'OUEST
A DESTINATION DES U.S.A. ET DU CANADA

La Conference du fret, entire les milieux d'affaires
americains et africains, a decide de reduire le bareme
des transports du cacao en provenance de tous les
territoires de l'Ouest A destination des Etats-Unis et
du Canada. Cette diminution resort A cinq dollars
par tonne et le'nouveau prix, qui sera de vingt dol-
lars par tonne, entrera en vigueur pour les navires
commenqant leur chargement A partir du 1" novem-
bre prochain.


LA VENTE DE L'OR COLONIAL
AU MARCH LIBRE DE PARIS

Depuis le to avril 1949, les producteurs d'or des
Territoires frangais d'Outre-Mer sont autoris6s A
n6gocier l'integralit6 de leur production sur le mar-
ch6 libre metropolitan.
Voici quelles ont ete les quantit6s d'or ainsi ven-
dues A Paris depuis cette date :


Deuxieme trimestre 1949 ..........
Troisieme trimestre 1949 ..........


les producteurs d'Outre-Mer, en particulier aupres
des petits producteurs don't les frais d'exploitation
sont moins 6lev6s que dans les grandes entreprises.
C'est I'A.O.F. qui a fourni, depuis le ro avril, le
contingent le plus important des ventes d'or.


LE COMMERCE ENTIRE LA METROPOLE
ET LES TERRITOIRES FRANCAIS
D'OUTRE-MER EN SEPTEMBRE

Pendant le mois de septembre 1949, le bilan des
importations et des exportations entire la M&tropole
et la France d'Outre-Mer s'6tablit ainsi, compara-
tivement avec les annees 1938 et 1948 :

(en milliards de francs)
Septeumb e
a 1938 1948 1949


Importations ............
Exportations .............


Balance France d'Outre-Mer
Les importations ont ete
compensees par les ex-
portations a concurrence
de ...................


1,1 17,6 19,1
0,7 18,9 23.6

-0,4 + ,3 +4,5


64 % 107 %


124 %


LES EXPORTATIONS AIRIENNES FRANCHISES
DE TEXTILES
PENDANT LE MOIS DE JUILLET 1949

La France a expedie, par la voie aerierne, au
course du mois de juillet dernier, 303.725 kilos de
matieres textiles comprenant, surtout, des tissus, des
fils ou files.

Voici la parties de ce tonnage concernant 'es Ter-
ritoires franCais d'Outre-Mer :


900 kilos
1.200 kilos


Pendant le quatrieme trimestre, le rythme des en-
vois et des ventes s'est encore acc6lere, soit 500 kgs
pour les trois premieres semaines d'octobre ecoule.
On consid&re, dans les milieux iiteresses, que la
decision ministerielle ayant autoris6 la vente libre
de l'or colonial a exerc6 un precieux stimulant sur


A.E.F .......
A.O.F. .....
Indochine ...
Madagascar ..


Tissus
Fils et autres
Fil6s articles
Ficelles textiles


131 5.565
7 348
90 126


3.222


1.267


Total
(y compris
les matleres
p-miBres
textiles
non mental.
q( centre)

; .696
355
216
4.489












LE FONDS D'INVESTISSEMENT


Nous donnons ci-dessouseun extrait de la docu-
mentation mensuelle publide par le Service Colonial
de Statistique sur la situation du Fonds d'Investis-


segment pour le Diveloppement Economique et So-
cial des Territoires d'Outre-Mer, crd6 par la loi du
3o avril 1946.


SITUATION AU F.I.D.E.S. AU 80 JUIN 1949

Section : Territoires d'Outre-Mer
(Millions de francs m6tropolitalns)


*1. Budgets sp6oiaux ......
A. O. F. ..............
Togo .................
Cameroun ............
A. E. F. ..............
Madagascar ............
Comores ..............
COte fran(;aise des Somalts
Nouvelle-C(al6donie ...
Oc6anie ...............
Saint-Pie:re et Miquelon
* Indes .................
2. Offlcee et Institute de
Reoherchmo ..... .. ..
3. Missions et Etudee .....
4. Constitution Capitl 8. E.
et 8. E. M. (a) .t......
5. Subventions & divers ...

TOTAL GENERAL ....


79.137,9
37.214,1
1.964,0
12.422,5
12.841,6
10.697,3
177,4
853,7
1.909,5
721,0
129,1
156,2

2.827,5
1.081,9

1.299,4
1.336,7

85.683,4


42.262,8
20.350,2
1.436,0
.6.649,5
5.493,0
5.727,3
147,6
768,7
1.125,3
389,8
87,8
87,4

2.287,8
566,1

1.299,4
1.223,8


18.048,0
8.166,6
691,4
2.747,6
2.644,7
2.507,1
81,3
334,0
545,5
236,0
46,9
47,8

2.287,8
566,1

1.299,4
1.223,8


22.760.7
11.113,7
744,6
3.9-01,0
2.788,8
3.050,2
66,3
434,7
579,8


40,0
39,6


1.453,2
1.069, )



59,5
170,0




153,-
153,8

i '


47.639,9 23.426,0 22.760,7 1.453,2


14.624,1
0.324,5
163.0
1.629,8
1.034,0
1.630,2


370,4
257,3
190,6
14,5
8,0

1.570.9
514,1

588,1
882,'J


4.769,9
2.821,0
64,1
652,3
405,5
536.0


114,2
116.0
45,0
7,8
8,0

1.570,9
514,1

588,1
882,9


18.180,1 I 8.335.9


(a) S.M. = Soci6t6 d'Etat.
S.:.M. = Soci6t6 d'Economie Mixte.


8.746,2
5.770,6
99,8
977,5
569,9
924,-2


256,2
141,3


6,7











8.746,2


1.108,0
732,U

I --

59,5
170,0



-1
--"
145,&









.-1.,


1.108.0,


_ =


c~g~



















NOUVELLES D'OUTRE-MER


INDOCHINE


Haut-Commissariat de France

y E Haut Commis-
I saire PIGNON, ac-
Scompagn6 de M.
DUGARDIER, Conseiller
S diplomatique au Haut-
Commissariat, a quitt
P I SSAIGON, le 2 octobre,
pour PHN6M PENH d'o6i
il est part le lende-
main, en compagnie de
S. M. NORODOM SIHA-
NOUR, pour se rendre A PARIS en vue de la signature
du trait franco-cambodgien.
Avant son depart, le Haut-Commissaire avait eu
une important conference militaire avec 1'Empereur
BAo DAI et le Gen6ral CARPENTIER. A son arrive A
PARIS, le 6 octobre, M. PIGNON a fait la declaration
suivante A la press :
1 y a trois mois, je venais en France pour la si-
gnature du trait franco-laotien. Je reviens aujour-
d'hui pour la signature du trait franco-cambodgien.
Ainsi se trouvera complitie la sirie d'instruments
qui difinit la situation des trois Etats associis de
I'Indochine dans l'Union Frangaise.
Nous sommes entris, par la voie rigoureuse et
solennelle des traits, et non plus par celle des dis-
cours et des declarations d'intentions, cans une
phase nouvelle de la vie politique frangaise.
Avec beaucoup de comprehension, avec beaucoup
de patience, nous pouvons espirer batir, sur ces as-
sises, une construction original oit les peuples de
France et d'Indochine se rencontrent a l'aise, sur un
terrain ddblayd des priventions, pour discuter leurs
intirits communs dans l'igaliti et l'amitii. Malgri
bien des vicissitudes, cette politique a didj port ses
fruits. L'opinion itrangere, meme en Asie, nous de-
vient plus favorable, et si 'on attend encore nos


realisations concretes pour porter un jugement difi-
nitif, du zoins nos efforts sont-ils suivis gendrale-
ment avec sympathie.
En Indochine mime, le climate s'est sensiblemeirt
amiliore avec les consdquencts heureuses que l'on
connait : reconciliation des Laotiens, clarification
de la situation politique au Cambodge et soumissions
de bandes importantes d'Issaraks au Souverain,
affermissement chaque jour plus marqud de l'auto-
rite de S. M. BAo DAI au Viet-Nam et ralliements,
quotidiens de villages ou d'individus au pouvoir le-
gitime. Il imported maintenant de ne pas dicevoir
l'espoir que nous avons .veilli cheZ les Indochinois,
par une attitude hisitante influence par l'egoisme
ou empreinte d'un scepticisme non fondi ou d'un
esprit critique trop systimatiquement malveillant.
Je ne parle pas des intrigues singulidres don't la
reivlation a ricemment dmu et ddconcertd l'opinion
indochinoise.
En dipit des obstacles artificiellement ajoutis
aux difficultis inherentes aux problmes qui nous
confrontent, nous avons marque de grands progres.
Je ne dirai pas que nous sommes arrives au dernier
quart d'heure, celui oih la victoire se dessine. Je crois,
en tout cas, que nous n'en sommes plus iloignis,
et qu'il faut, maintenant plus que jamais, persi-
virer dans notre effort et affermir notre volontd.

Le s6jour du Haut-Commissaire A PARIS a coin-
cide avec la longue crise politique provoqu6e par la
admission du Minist&re de M. QUEUILLE, et, lors
des consultations entreprises par M. Ren6 MAYER
qui avait 6t6 A un moment donn6 d6sign6 pour suc-
ceder A M. QUEUILLE, M. PIGNON a 6et entendu par
le President d6sign6. La crise politique durant plus
que d'ordinaire, le Haut-Commissaire, qui avait
compt6 regagner l'Indochine vers la fin du mois
d'octobre, a df prolonger son sejour A PARIS dans
l'attente de la signature du trait fran'co-cambodgien
qui n'est possible qu'apres la constitution d'un Gou-
vernement en France.


24
f .








* Au Journal Officiel, en date du 7 octobre 1949,
a paru Ln decret portant fixation despouvoirs du
Haut-Commissaire de France en matiere de defense
et de sc.irit6. Aux terms de ce decret, le Haut-
Commissaire regoit ses directives du President du
Conseil des Ministres par l'intermediaire du Minis-
tre de la France d'Outre-Mer. 11 est assists d'un
Conseil de defense.
Dans le cadre des directives revues, le Haut-Com-
missaire donne ses instructions d'ensemble A l'offi-
cier general commandant en chef et commandant
superieur des forces terrestres en Indochine.
Le Coriseil de defense est pr6sid6 par le Haut-
Commiss.ire et examine les plans de defense et de
security ce 1'Indochine ; dlibere et formule son avis
sur toutes questions d'ordre g6enral concernant la
preparation et 1'6quipement de l'Indochine en vu,
d'assurer sa defense et sa security ; formule son avis
sur les directives que le Haut-Commissaire se pro-
pose d'acresser au commandant en chef ; delibi-n
et formu e son avis sur l'opportunit6 des operations
avant le d6clenchement de celles-ci.

M. Frederic DUPONT, d6pute de la Seine, et
M. DUVBAu, d6putd de Madagascar, qui etaient
charges d'une mission d'information en Indochine
par l'As;embl6e Nationale, apres un s6jour d'en-
viron un mois, au course ,duquel ils se sont entre-
tenus av~c de nombreuses personnalites locales et
ont visit divers secteurs militaires, ont exprime a
la press l'opinion qu'ils emportent de leur voyage.
le pars avec la certitude que le Viet-Nam indd-
pendant, aujourd'hui terre d'epreuves, sera, dks le
retour de la paix, l'un des membres les plus pros-
peres de l'Union Francaise. a dit M. Frederic Du-
PON.
Je ties, d'abord, i rendre hommage i l'Armee,
don't j'ai admire l'allant, le courage et la mithode
pacificalrice. J'ai vu l'auvre admirable de nos admi-
wistratevrs et de nos fonctionnaires, de nos planteurs
et de (,s commerGants. Au point de vue militaire..
j'ai constatd que, dans de nombreux villages, ce sont
les notables vietnamiens qui dirigent I'auto-difense;
dans d'a'utres, ce sont djti des units enticement
Svietnamiennes qui protegent la population. La
France vient de faire de gros sacrifices pour difen-
dre ceux qui ont trait avec elle. Elle a le droit de
demand que la jeune armne vietnamienne prenne
une par; de plus en plus active a la liberation du ter-
ritoire et que la press vietnamienne l'aide dans cette
tdche.
De son c6te, M. DUVEAU a declare :
J'ai remarque le ineme dynamisme, le mime
allant, la mime determination cheT tous, officers,
sous-officiers et hommes de troupes, animis de l'es-
prit de pacification. Conservant l'incognito, je me
suis. entretenu, au hasard, avec des soldats. Tous ont
fait montre d'un sens parfait de la discipline quoi-


que soulignant, en passant, I'insuffisance de la solde.
itant donnd le coat ilevi de la vie dans ce pays.
Quant aux moyens materials, mis a la disposition de
l'Armde, je suis satisfait qu'ils soient maintenant
adequats ; le ravitaillement, les munitions et du ma-
teriel de quality arrivent en quantitis normales, pro-
portionnellement aux possibilities de la Mitropole.
Au point de vue economique, la situation semble,
egalement, satisfaisante itant donned les circons-
tances particulieres. Le niveau de la production
atteint 50 a 60 % de celui d'avant-guerre. Une au-
vre frangaise a dtd crdie dans ce pays. Chacun s'y
est accroche et semble devoir poursuivre ses efforts
avec ardeur jusqu't l'ultime limited.
Soulignant ensuite que le probleme politique du
Viet-Nam est, dans une certain measure, function
de la situation international, le d6put6 de Mada-
gascar a exprime sa confiance en l'amitie franco-
vietnamienne, faisant ressortir que le Viet-Nam aura
besoin de l'assistance de technicians francais.

* Lors de la devaluation du franc, le mois dernier,
il avait ete un moment question d'un changement
de la parity de la piastre et du franc, mais en d6fi-
nitive la parity de ces deux monnaies a et6 main-
tenue. A ce .sujet, le Haut-Commissariat a public
le 3 octobre le communique suivant
I/e Conseil des Ministres vietnamien a accept de
maintenir' a dix-sept francs le taux de la piastre indo-
chinoise. La parity < piastre-franc >> reste donc in-
changee. Connaissant parfaitement la position des
Etats en cette matier6 position encore tout ri-
cemment confirmee, en ce qui concern le Viet-Nam,
par S. M. BAO DAI a l'occasion du sejour que le Sou-
verain vient de faire a SAIGON le Haut-Commis-
sariat s'en est fait l'interprete aupris du Diparte.
ment. II l'a fait avec d'autant plus de force que cette
position correspondait a son sentiment propre au re-
gard des intirits indochinois.
Le maintien de la piastre i 17 francs implique de
lourds sacrifices pour la Mitropole. En acceptant de
subordonner les intirits de celle-ci ii ceux de l'In-
dochine, le Gouvernement francais a marque que le
souci de solidarity de l'Union Francaise primait, a
ses yeux, les considerations d'ordre strictement ico-
nomique et financier.

Une mission parlementaire americaine d'etudes
en Extreme-Orient, comppos6e de trois Democrates,
deux R6publicains, et un repr6sentant du D6parte-
ment d'Etat, venant de Bali, est arrivee le 30 sep-
tembre A SAIGON. Ces parlementaires ont eu des en-
tretiens avec diverse personnalitis frangaises et viet-
namiennes, notamment avec le Haut-Commissaire
PIGNON, S. E. NGUYvN PHAN LONG, Ministre des
Affaires etrangeres du Viet-Nam, sur les probl6mes
et les perspectives 6conomiques de l'Indochine. Le
but principal de cette mission envoyee en Asie du
Sud-Est est d'examiner les possibilities d'aide amiri-

25








caine aux regions economiquement arrieries, telle
qu'elle fut envisage au < Point IV > de la proposi-
tion Truman.

Gouvernement central
du Viet-Nam

Une lettre de S. M. Bao Dai
i M. TRAN VAN KHA, ancien Conseiller a L'As-
semblee du Sud-Viet-Nam, charge par le Gouver-
nement vietnamien de venir A PARIS preparer l'ins-
tallation des repr6sentants A 1'Assemblie de l'Union
Frangaise, a remis le 17 octobre deux lettres de
S. M. B.O DAI, I'une au President Vincent AURIOI,
I'autre A M. BoISDON, President de 1'Assemblee ide
l'Union Francaise.
Dans celle adressee au President de la Republique,
le Souverain rappelle la promesse faite par le Chef
de l'Etat Francais de se porter garant de l'execution
integrale et loyale de l'accord du 8 mars et I'assu-
rance donnee que la France coop6rerait A la defense,
A la s6curit6 et A l'independance du Viet-Nam et
ferait appel t I'O.N.U. si besoin 6tait. II le remercie
,de cette assurance et declare que son Gouvernement
donne son entire adhesion au recours eventuel A
I'O.N.U. 11 souligne en outre que cette garantie du
President de la R6publique a recu l'approbation
enthousiaste du people vietnamien, et affirme la
confiance du Gouvernement dans l'avenir des rela-
tions mutuelles.
Dans la lettre adress4e au President de l'Assem-
blee de l'Union Francaise, S.,M. BAO DAI(annonce
la nomination prochaine des representants du Viet-
Nam A cette Assemblee.

Conference de Singapour
* A la conference de I'E.C.A.F.E. (Economic Com-
mission for Asia and the Far-East) qui s'est tenue
A SINGAPOUR du 20 au 20 octobre, a etd discutie la
question de 1'admission du Viet-Nam dans cet orga-
nisme.
Le vote de l'admission s'est derould au course de
la seance du 21 octobre apris trois heures de discus-
sion pendant lesquelles les d6legues sovietique et
indien ont pris le plus souvent la parole, le premier
pour demander le rejet de la candidature de l'Etat
vietnamien preside par S. M. BAO DAI et I'appro-
bation de la demand d'admission de la < Republi-
que democratique du Viet-Nam > presidee par H1-
CHI MINH ; le second pour proposer un vote en fa-
veur des deux candidatures en raison du fait que les
deux candidates affirmaient representer 6galement le
Viet-Nam. Apres le rejet de la proposition du del6-
gu6 indien, le debat se limita aux diverse interven-
tions approuvant, ou desapprouvant la proposition
frangaise appuyant la candidature de l'Etat vietna-
mien presid6 par S. M. BAO DAI, la proposition so-
vi6tiaue appuyant la candidature du parti de H5
CHI MINH.


Dans son intervention. M. lenri MAUX, del gii
de la France, a attaque la < soi-disant Republique
democratique du Viet-Nam > preside par 1!6 Cli
MINH, communement appele < Viel-Minh >,. qiii
n'.i d'autre statute que celui de < part armed :>, et es
consider comme tel puisqu'aucun pays n'a tabli
avec lui de relations internationals et que I'O.N.U.,
non plus, n'a jamais pris en consideration la de-
mande d'admission qu'elle avait recuce de par,.
Si la Commission acceptait de prendre en consi-
deration cette demand, a dit. M. MAUX. elle se
placerait resolument en dehors de la 1ipalite et
creerait un precedent que pourraient invoquer, di.-
main, d'autres groupements scmblables. M M ALx
a eCnsuil rappel que la situation confuse (IL Viet-
Nam en 1047 s'6tait clarifiee, car S. M. D;io D,
a assume la charge dc regrouper les divers elementss
du people, diclarant souennellement que son premier
but 6tait de permettre au people vietnamier de se
prononcer lui-meme sur la forme de son Gciuvernc_-
ment. Apres avoir expo~ les terms des Iraites d:!
5 juin 10.48 et 8 mars 1040, par lesqueis la France
reconnait I'independance de la souverainete d(\ Viet-
Nam, M. MAaUX a conclu en deposant un p"Ljet de
resolution tendant A adoption de la candidalure (ii
Gouvernement de S. M. B.Ao Di, ajoutant qu'il
s'agissait Ia d'une premiere tape ; en effet. ce gou-
vernement a fait connaitre son intention de poser.
6galement, sa candidature a I'O.N.U. et la France
s'est engage A la soutenir.
Le d(i1gu6 francais a lu aussi une court dtclara-
tion de S. E. NGLuYN PHAN LONG, Ministre des
Affaires etrangeres du Gouvernement de S. M. BAo
DAI, soulignant le caractere representatif du Gou-
vernement qu'il repr6sente, Gouvernement qui a
realis6 progressivement la pleine independence du
Viet-Nam come le prevoient les accords franco-
vietnamiens des 5 juin 1048 et 8 mars o1040 le Mi-
nistre a insisted en outre sur les travaux de la Com-
mission d'application des accords reunie a SAIGON
et qui doivent permettre le transfer de la souve-
raineti A l'Etat vietnamien.
Dans son intervention, le d6l6gul du Cainbodge
a aussi appuv6 la demand du Gouvernement de
S. M. BAO DAI.
De son c6td, M. NEMTSINA, dl66gue de 1'U R.S.S..
a tented de justifier la demand d'admission de Hl6
CHI MINH en affirmant que le Gouvernement qu'il
preside jouit d'un immense appui populaire a.i Viet-
Nam. Le delegu6 sovietique a d'autre part attaque
violemment le Gouvernement BAO DAI.
Dans le vote qui est intervene, le project de r6so-
lution de la dl66gation franqaise a et6 ado6nie ar
8 voix (Australie, Chine, France, Inde. Pavs-Bas,
Nouvelle-ZWlande, Grande-Bretagne et Etats-Unis),
contre I (U.R.S.S.) et trois abstentions (Siam, Phi-
lippines et Birmanie) ; tandis que celui de la d61&-
gation sovietique a 6td rejete par 7 voix centre 3
(U.R.S.S., Inde) et 3 abstentions.







A issue de ce vote, la d6elgation vietnamienne
pr6sid6e par S. M. BAO DAI a 6te invitee A prendre
place, des le lendemain, parmi les autres d6elgations
et A participer aux travaux de 1'E.C.A.F.E.
Ce suc,:es a 6td acquis grace surtout aux efforts
deploys par la delegation francaise. S. M. BAO DAI
I'a particulierement souligne dans un telegramme
adresse ;iu Haut-Commissaire PIGNON se trou-
vant en I-rance en reponse a un message de celui-
ci adress;.nt ses felicitations au Gouvernement viet-
namien pour le r6sultat obtenu :
'Trs sensible a votre telegramme a l'occasion de
l'admission du Viet-Nam a l'E.C.A.F.E., je vous
prie de z ouloir bien accepter. mes vifs remerciements
pour les sentiments que vous avec tenu d m'expri-
mner et pour la part diterminante que vous aveZ
prise da-'s cet dvinement qui est d'une importance.
essentiell; pour le Viet-Nam. Conscient igalement
de l'efficacite des efforts de la delegation francaise
et du pr:cieux appui des delegations des pays amis,
tant de i'Union Francaise que de l'dtranger, je vois
dans cel acte consacrant la participatio-n du Viet-
Nam a 'a vie international le symbol d'une riali-
sation c:mfiante et sincere de .l'accord du 8 mars.
ainsi que la promesse d'une action efficace sur le
plan de la politique extirieure grdce a l"appui reci-
proque t ia la solidarity des diplomaties respective
de membres de l'Union Francaise. A cette occasion,
je vous serais reconnaissant de vouloir bien trans-
mettre i Leurs Excellences les Ministres des Affaires
itrangeres et de la France d'Outre-Mer du Gouver-
Iement de la Ripublique Franc.aise mes sinceres re-
merciements. Je vous renouvelle l'assurance de nma
tris haute consideration.
Sign6 : BAo DAI.

De retour de SINGAPOUR, S. E. NGUYfN PHAN
LONG, cans une conference de press, tenue A SAIGON
le 25 octobre, a exprime sa vive satisfaction de l'ad-
mission du Viet-Nam au sein de I'E.C.A.F.E. : Si
les a.ccrds du 8 mars sont reellement'appliquis, a-t-
il declsrd, la situation du Gouvernement- de S. M.
BAO D.:I, consolidde par ce vote, sera bien assise.
Le Ministry a affirm qu'il n'avait jamais eu au-
cun contact avec les membres de la d6elgation du
Viet-Minh. Je ne crois pas, a-t-il ajoute, a la possi-
biliti d'un rapprochement entire S. M. BAO DAI et
H6 CHI MINH. Notre politique tend d ramener les
risista'ts nationalists en isolant le Viet-Minh.
Pour atteindre ce but, il faut rialiser des accords.

L'application des Accords franco-vietnamiens
La Commission a continue ses travaux au course
de ce rnois.
Le :!6 septembre, les d6elgations vietnamienne et
francaise de la Commission < Justice et Sfiret6 > ont
enterinl l'accord intervenu entire leurs presidents
respeclifs aux terms duquel des sales d'audience du


palais de justice de HANOI, sont mises A la disposi-
tion de la Cour d'Appel de cette ville. Le 29, les de-
legations se sqnt mises d'accord sur la designation
d'une commission restreinte compose d'un reprd-
sentant de chacun des deux pays, charge de la re-
daction d'un project de convention judiciaire.
La Commission de l'Education a tenu aussi le 29
sa premiere reunion et abord6 le problem du trans-
fart des services et des locaux de l'Enseignement.
Ce meme jour encore, la Commission militaire
franco-vietnamienne pour l'application des accords
du 8 mars a tenu sa premiere stance au siege de la
vice-pr6sidence du Gouvernement vietnamien, sous
la prdsidence du Gdneral XUAN. L'Amiral ORTOIr
dirigeait la dedlgation francaise.
La Commission des Finances a continue 1'6tude
qu'elle avait commence le 27 septembre du project
de convention relatif au transfer des services d'en-
registrement, des domaines, du timbre et de la pro-
priete fonciere.
A la Commission de la Sante publique et des Af-
faires sociales, les deux delegations sont tombees
d'accord, en ce qui concern les Instituts i Pasteur '
srr la procedure A suivre : le contract concernant les
etablissements doit ktre passe directement entire
I'Etat du Viet-Nam et un representant de 'Jnstitut
Pasteur a PARIS, diment mandate a cet effet.

Le leader du movement nationalist Phuc
Quoc Quan >, NONG Quoc LONG, qui se refugia en
Chine en 1946 apres la repression de ce movement
et proclama, le mois passe, son ralliement A l'Em-
pereur BAO DAI, est arrive A HANOI, venant de
LANGSON, le 19 octobre. Le Prince VINH Du, du Ca-
binet de S. M.. BAO DAI, a donn6 une reception en
son honneur.
Recevant la press, M. NONG Quoc LONG a de-
clare que les aspirations nationals semblent devoir
se realiser avec la signature des accords franco-viet-
namiens par I'Empereur. II est done inutile de fair
cooler le sang davantage. Si H6 CH MINH est mui
veritable patriote, il n'a qu'd se rallier a BAO DAI et
a cesser toute effusion de sang, l'indipendance .du
Viet-Nam ayant ite reconnue.

k M. LA VAN HOACH, ancien President du Gouver-
nement provisoire de la R6publique de Cochinchine,
a 6td nommi par S. M. BAO DAI, charge de mission
avec rang et prerogatives de Ministre.

Le 18 octobre s'est envol6 de PARIS, a destination
de SAIGON, via CANNES, un avion < Douglas D.C.3 >
recemment acquis par le Gouvernement Central du
Viet-Nam. L'appareil, pour ce voyage, a transport
750 kilogs de livres classiques destines aux 6tudiants
vietnamiens. L'Imp6ratrice, qui avait fait un court
sejour 5' PARIS, avait pris place A son bord pour re.
gagner CANNES.







NORD-VIET-NAM

Pour la premiere fois depuis 1945, HANOI a Ir-
trouve. A l'occasion de la fite de la < Mi-Automne e,
qui cst aussi celle des enfants, sa physionomie des
grands jours de liesse. Une foule immense, masses
autour du Petit Lac, a assist A diverse rejouis-
sances, notamment a un defil6 de sampans alligo-
riques. organisees sous la presidence de M. NGUY&I:
T6N I-lOAN, Secretaire d'Etat aux Sports et A la Jen-
nesse, en presence de M. NGUYiN Huu TRI, Gouver-
neur du Nord-Viet-Nam, don't le nom a 6te acclame
par la foule avec celui de S. M. BAo DAI.
A l'occasion de cette f&te, le Gouverneur TRI a
lanc6, du theatre municipal de HANOI, un appel A
la jeunesse vietnamienne. La rdalisation de l'indd-
pendance et de l'unite du pays, a-t-il dit notamment,
ne saurait etre I'wauvre d'une seule personnel, mais
aelle de toute la nation, de toute la jeunesse vietna-
mienne. En consequence, le chef de l'Etat et le Gou-
vernement vietnamiens se font un devoir d'ilargir,
pour les leunes, leur champ d'activite pour leur per-
mettre d'unir leurs forces et de participer aux avzvres
de redressement national pour lesquelles le chef de
TEtat leur fait confiance.
A l'heure actuelle, dans le but d'itendre le champ
d'activite des jeunes, le Gouvernement fera tout son
possible pour rdsoudre des problemes tels que le pro-
blWme de la sicurite et le probleme du ch6mage.
Le nouvel Etat du Viet-Nam a besoin d'un per-
sonnel nombreux, notamment dans le domaine de
I'assistance mddicale, dans les teuvres sociales et de
la jeunesse, dans les services diplomatiques et dans
routes les branches de l'agriculture et de l'industrie.
Le nouvel Etat du Viet-Nam devra se doter d'une
force armee puissante, qui correspondra a sa posi-
tion important en Asie.
Lorsque les circonstances redeviendront normales,
et puisque le Gouvernement se basera exclusivement
sur les talents et les vertus de chaque citoyen dans
le choix des fonctionnaires, les hommes capable et
disireux de servir la patrie n'auront pas a se plain-
dre de n'avoir pas eu l'occasion de ddvelopper les
leurs.
Le village de NASO, situe A la frontihre sino-
tonkinoise, a e6t cite A l'ordre de la division pour
avoir repousse, du 9 au 14 mai dernier, des attaques
lancees par les rebelles. < Leurs habitants, dit no-
tamment la citation, ont eu, A plusieurs reprises,
1'occasion de prouver leur h6roisme et leur vif atta-
.chement A la cause franqaise. Le village, attaqu6 et
complementt invest par des forces rebelles tres im-
portantes, et priyv d'eau des le second jour du si&ge,
a tenu, d'une fagon splendid, repoussant, avec
25 fusils et l'appui du mortier d'un poste voisin,
egalement encercle, tous les assauts des forces re-
belles, leur causant des pertes serieuses >. Cette ci-
tation comporte attribution de la Croix de Guerre


des Territoires d-'Outre-Mer. C'est la premiere fois
qu'un village a 6te cit6e l'ordre en Indochine.
* Le 13 octobre, dans l'apres-midi, au cimetlire
d'HANOI, une ceremonie a r&eui de nombrcux Hla-
noiens et plus d'une centaine de mcmbres de la po-
lice fiderale en un adieu supreme a l'ancien chef
de la resistance, Jean-Philippe OBRECHT, chef de
laboratoire du Service des Laboratoires et de l'lden-
tit6, victim, en 0145, de la gendarmerie rippone,
et don't la d6pouille allait etre embarquee pour la
France le lendemain.
* Sur la demand de S. M. BAO DAI et A l'occasion
de sa visit A HAIPHONG, 150 d6tenus ont etd libhres
dans cette ville, le I" octobre.

CENTRE-VIET-NAM

A Le 12 octobre, le Gouverneur PHAM VAN GIAO e'
le General LORILLOT, Commandant les forces fran-
caises du Centre-Viet-Nam, ont signed un protocol
militaire aux terms duquel les forces vietnamiennes
du < cadre national du Centre-Viet-Nam >, fortes
de 8.ooo homes, se verront confier progressivement
la responsabilite du maintien. de l'ordre dans les r1-
gions liberees de l'emprise du Viet-Minh.
Les autorites francaises tentent ainsi au Viet-Nam
une experience recemment faite au Cambodge, o6
plusieurs regions 6vacu6es par les troupes francaises
ont 6td places sous la garde de l'arm6e national
cambodgienne.
Le Gouverneur PHAM V\N GIAO s'est rendu le
19 octobre A DALAT pour participer aux travaux de
la conference des Gouverneurs qui s'est tenue dans
cette ville. Le problem du riz dans le Nord-Viet-
Nam et le droit d'association don't depend, en parti-
culier, la formation des syndicats, figurent parmi les
questions Etudides par la conference.

SUD-VIET-NAM

* Le 26 septembre. en la cathedrale de SAICON, a
6et c6l6br6 un service religieux A la m6moire des
i5o Francais massacres par les Vietminh en septem-
bre 1945 A la Cit6 H6raud a SAIGON. Grfce A 'inter-
vention de Mme DENIER, Presidente de l'Association
des Veuves de guerre d'Indochine, et A 'action du
Haut-Commissaire PIGNON, 17 bourses vont etre
attributes aux enfants des victims.
* Trois quotidiens et deux hebdomadaires, qui
avaient public des reportages inexacts sur l'activil
des troupes Hoa-HAo et des articles contre la poli-
tique d'apaisement poursuivie par le Gouvernement,
ont et6 suspendus.
* Un violent incendie s'est declare dans la nuit du
13 octobre en bordure de l'Arroyo, situed 2 kilome-
tres au sud du centre de SAIGON. II n'a pu etre mai-








trise qu'apris intervention de tous les pompiers de
la region, .id6s par d'importantes forces de police.
On ne compete heureusement pas de victims.


Cambodge

A Le 1" cctobre, dans la clairiere d'ANGKOR THOM,
s'est deroulee la cer6monie de la soumission du chef
ISSARAK D\P CHHUON. Le chef khmer, A genoux, a
remis sa c;arabine personnelle A S. M. NORODOM
SIHANOUK. tandis que ses hommes, ranges derriere
lui, d6poscient leurs armes devant eux.
Apres ui e br&ve allocution, le Roi a rendu sa cara-
bine au c ief khmer, puis lui a remis les insignes
de Commandant. Aussit6t, le Commandant DAP
CHHUON ; donned l'ordre A ses hommes, au nombre
de 200, de reprendre leurs armes. Ceux-ci formeront,
desormais, le corps-franc khmer.

A C'est 1 3 octobre que s'est tenue la premiere
reunion cu nouveau Cabinet khmer former par
S. E. YEM SAMBAUR, en presence du Commissaire de
la Repub ique, du Gen6ral commandant les forces
du Camb('dge. et des principles personnalites cam-
bodgienne; et franchises de la capital.
Dans s:)n discours d'ouverture, le Pr6sident du
Conseil a exprime l'espoir que l'une des missions du
Gouverne nent qu'il preside < consistera A s'occuper
de la mis-. en application du trait franco-khmer >,
et qu'il \erra aussi < le retour de l'ordre dans le
Royaume avec le concourse de la France >.

Au le idemain de cette ceremonie, S. E. YEM
SAMBAUR et S. E. IOE IKOEUS, ancient President de
l'Assemblie khmere, prirent I'avion pour PARIS pour
assister la signature prochaine du trait franco-
cambodgien.
De son c6te, S. M. SIHANOUK s'est rendu en France
en compagnie de M. PIGNON, venu a PHN4M PENH A
sa rencoi tre. Avec le Souverain se trouvaient aussi
le Gouve-neur DE RAYMOND et M. DU GARDIER, con-
seiller dialomatique du Haut-Commissariat.
L'arri ee du Roi A PARIS, le 6 octobre, a coincide
avec la dimission du Gouvernement preside par
M. Hem i QUEUILLE. La signature du trait franco-
cambodpien, prevue pour le milieu du mois d'octo-
bre, a di &tre ajournee dans l'attente de la formation
d'un nouveau Gouvernement succedant a celui de
M. QUEL ILLE. La crise politique franqaise se prolon-
geant, et les fetes religieuses du Tong-Toc devant se
derouler A PHNiM PENH A la fin du mois d'octobre,
le Roi s est vu dans l'impossibilite de prolonger son
sejour e:i France pour pouvoir signer lui-meme le
trait a' ec le President de la Republique. S. M. SI-
HANOUK decida done de regagner le Cambodge le 26
octobre, pour pouvoir arriver A temps A PHN6M PENH
pour prisider la fete du Tong-Toc.


La veille du depart du Roi, le 25 octobre, le Pre-
sident de la Republique a offert en son honneur un
dejeuner au Palais de 1'Elyse, auquel assistaient
LL.AA.RR. le prince et la princess SURAMARITH, le
prince MONIRETH, MM: COSTE-FLORET, QUEUILLE,
RAMADIER, SCHUMAN. PIGNON, DE RAYMOND, LL.EE.
YEM SAMBAUR, IOEu KOEUSS, TIOU LONG.
Le d6jeuner a 6t6 precLd d'une conference au
course de laquelle a ete mis au point 1'acte qui sera
signed entire la France et le Cambodge des que, du
c6tI frangais, le Conseil des Ministres aura pu se r6u-
nir pour en approuver les terms. S. E. YEM SAMBAUR
a recu delegation du Roi pour le representer A la ce-
r6monie de la signature.
Quelques jours avant de quitter la France, au
course d'une conference de press donn6e A I'H8tel
Crillon, S. M. SIIHANOUK a donned quelques precisions
sur le trait franco-cambodgien. Ce trait, a indiqu"
le Roi, doit entrer en vigueur d&s sa signature, mais
il n'aura sa pleine valeur qu'apris les ratifications de-
vant suivre son approbation par les AssemblIes qua-
lifices. Le transfer des competences devant revenir
au Gouvernement cambodgien est prevu comme de-
vant Stre effectu. dans toute la measure du possible,
d'ici le 31 dccemhre 1940. On peut esperer un effet
favorable sur les rebelles v6ritablement nationalists,
selon les resultals visible de application du trait
en ce qui concern la concretisation de l'ind6pen-
dance khmere. Cette remarque n'est toutefois pas va-
lable pour tous les Issarak, certain n'etant que des
pirates et d'autres relevant d'organisations 6trang6-
res don't les sentiments n'ont rien A voir avec le na-
tionalisme cambodgien.
La date des elections legislatives sera aussi proche
que possible, mais elle est function de la pacifica-
tion du pays. qui est indispensable pour assurer la
liberty et la sincerity du vote. Des elections partiel-
les pourront avoir lieu, s'il y a une majority de cir-
conscriptions dans lesquelles l'ordre regnera.

Le 17 octobre, est parties pour SINGAPOUR la
delegation cambodgienne, pr6sid6e par S. E. SUM
HIENG, vice-president du Conseil, qui doit participer
aux travaux de la Conference de 1'E.C.A.F.E.


Laos

r Sous la direction de S. E. THAO Kou VORAVONG,
ministry des P.T.T., une delIgation laotienne s'est
rendue a SINGAPOUR le 17 octobre pour participer aux
travaux de la conference de I'E.C.A.F.E.

r Le < Gouvernement du Laos Libre et Ind6pen-
dant >, dit Gouvernement Lao Issara, vient de d6ci-
der de se dissoudre et de se rallier au Gouvernement
royal laotien. Le 24 octobre, il a public A BANGKOK
(Siam), le communique suivant :








Au lendemain de la capitulation japonaise, un Gou-
vernement provisoire du Laos Libre et Indipendant,
plus connu sous le nonm de Gouvernement Lao Issara,
fut constitud pour s'opposer au retour pur et simple
de l'ancien regime colonial fran.ais. Aux terms de
la convention gdnerale franco-lao signde le 19 juillet
1949, le Laos a ete reconnu par le Gouvernement
francais come etant un Etat inddpendant, libremenl
associd a la France dans le cadre de l'Union Fran-
faise. Le but principal du movement de resistance
lao crid par le Gouvernement provisoire du Laos Li-
bre et Inddpendant est donc atteint. C'est pour'quoi le
Gouvernement provisoire du Laos Libre et Inddpen-
dant, aprds avoir obtenu du Gouvernement royal du
Laos et des bauts reprdsentants du Gouvernement
francais en Indochine, totes les assurances ndcessai-
res, a, par decret signed ce jour par son Premier Mi-
nistre, contresignd par tous ses autres membres, pro-
noncd sa dissolution en mnme temps que celle de tou-
tes les organisalions militaires relevant de son auto-
ritd. Cette dissolution comptera a partir de demain,
25 octobre 1949, tous les anciens chefs et dirigeants
du Gouvernement, des organizations et des organis-
mes Lao Issara civil et militaires, ainsi dissous, pre-
teront cependant a titre officieux et personnel leur
concourse au Gouvernement royal du Laos, afin que le
ralliement des rdsistants Laos Issara et le retour des
Lao dmigrds s'effectuent dans I'ordre, dans l'amitid.
dans la confiance, dans l'honneur et dans la sdcuritd
la plus total, ainsi qu'il en a dte convene de part et
d'autre. Au moment oih disparait le Gouvernement
provisoire du Laos Libre et Independant, les anciens
chefs et dirigeants Lao Issara se font un devoir d'ex-
primer leur sincere et profonde gratitude a toutes les
personnalitds politiques et journalistiques dtrangeres
ainsi qu'a tous les organismes publics et privds d'ici
et d'ailleurs, grace a la sympathie on a l'aide desquels
ils ont pu mener a bien leur tache. Que tous veuillent
bien trouver ici l'assurance de notre fiddle souvenir
et de nos sentiments les meilleurs. Sign6 : PHYA
KHAMMAO.

* La Chambre mixte de Commerce et d'Agriculture
du Laos a repris son activity ia partir du mois d'octo-
bre, pour la premiere fois depuis le 9 mars 1945.

A La line IIANOY-VIENTIANE, desservie par < Air-
France >, a etd rouverte dans le courant du mois
d'octobre.

INFORMATIONS MILITAIRES

* Dans le Nord, ofi s'est concentrate toute l'activite
militaire au course de ce mois, deux evenements im-
portants se sont products : une attaque en force par
les rebelles d'un de nos convois ; des operations d'en-
vergure d6clenchees par nos troupes dans la region
de PHAT DiiM.
Le 2 octobre, un 1d6ment de securitE couvrant un
convoi routier frangais qui se rendait de LANGSON A


CAO BANG a 6t6 attaque A 9 km. de NACHAM, A mi-
chemin entire les deux villes, par une forte bande de
rebelles qui a bendficid d'une superiorite numerique
et de I'effet de surprise permis par la difficulty du
terrain. Le convoi, qui comptait 8o v6hicLes, a pu,
neanmoins, arriver A CAO BANG. Nos pertes ont 6te
de 20 tuds, 37 bless6s, 44 disparus et 8 vehicules ont
6te incendies. De leur c6t6, les rebelles ont eu 127
tues denombrds.
Une important operation militaire a 6.t d6clen-
chde, le 16 octobre au matin, centre les forces du
Viet Minh, dans la province catholique de PHAT
DiEfiM, A 40 km, au Sud-Ouest de NAM DI\H. Cette
operation est mende par des troupes de parn,:hutistes.
exclusivement composes de soldats vietnamiens,
avec l'appui des troupes terrestres frangaiscs.
La region de PHAT DiifM, qui compete environ deux
cent mille catholiques, est, actuellement, sous 1'auto-
ritd de Mgr LP HIuu Tu, 6vique catholique vietna-
mien, qui avait reussi a la conserver dans u-ne neu-
tralitd total depuis mars 1945, tant i I'agard du Gou-
vernement d'H6 CHI MINH que des autoritis civiles
et militaires franchises. C'est sur une demand 6crite,
adressde par 1'dveque Li Hluu Tu a l'empereur BAO
DA'I, que cette operation avait det d6cidee. La posi-
tion de Mgr LL Huu Tu 6tait devenue, au cours de
ces derniers mois, de plus en plus difficile du fait
qu'il avait conserve, du moins officiellemenl le titre







de Conseiller supreme du Gouvernement d'H8.CmH
MINH, et que ce dernier craignait un ralliement des
* population! de cette region au Gouvernement BAO
DAi, notamient depuis la publication du d6cret d'ex-
communica:ion du Saint-Office. Recemment encore,
la radio vietnamienne avait fait 6tat d'une lettre,
adressde par Mgr LA Huu Tu au Gouvernement d'H6
CHI MINH et dans laquelle 1'6vEque protestait con-
tre les decl rations et les sentiments pro-communistes
qu'on lui ivait prkt6s. La prise de position de Mgr
L9 Huu Tu et de la population de la province de
PHAT Diil peut avoir une repercussion politique
important notamment sur les catholiques vietna-
miens nati malistes.
Le centre de PHAT DifNi a etd immediatement oc-
cup6 par r os troupes, qui ont ensuite progress dans
la provinc.. sans rencontrer d'opposition serieuse du
Viet Mini, et recevant partout un accueil enthou-
siaste de la population, en majority catholique, qui
se sent dordnavant protegee. Le comitd de pacifica-
tion, qui troupe les chefs des differentes communau-
tes, a fonctionne sans tarder.

Dans 1, centre du Viet-Nam, des forces de l'ar-
mee de terre et trois commandos de la Marine, ap-
puyes, nolamment par le croiseur Duguay-Trouin,


ont effectu6, les 5 et 6 octobre, un raid important &
un cinquantaine de kilometres au Nord de VINH. Ces
unites ont d6truit ou sabote des objectifs d'interet
strategique ou 6conomique, notamment des salines.
Des armes, don't des mitrailleuses lourdes, une im-
portante quantity de munitions et plus de quatre mille
metres cubes de sel. ont te r&cupres ; le sel cons-
tituant la principal monnaie d'6change dans cette
region, c'est lA un coup grave port A l'economie du
Viet Minh.
* Dans le Sud, on observe un temps de repit apris
les dernieres operations entreprises dans la Plaine
des Joncs et le long des rives du Bassac. Les rebel-
les, en dehors des actes de terrorism, dans l'agglo-
meration de SAIGON, songent plut6t en ce moment
A s'amenager une voie de retraite, celle que leur of-
fraient les provinces cambodgiennes limitrophes etant
couple depuis la soumission du chef issarak DAP
CHHUON A S. M. SIHANOUK.
* Le came caractdrise la situation au Cambodge,
un flottement s'etant produit parmi les rebelles apres
les ralliements qui se sont products.
* Au Laos, I'activit6 rebelle a 6t6 nulle, la dissolu-
tion du movement Lao Issara en est la principal
cause.









AFRIQUE OCCIDENTALE FRANCAISE


F6ddration

UNE EXPOSITION
INTERNATIONAL
A DAKAR EN 1952

e GP. AUL BECHARD,
Haut Com-
La" smissaire de
France en A.0 F., va,
au course de son scjour
dans la capital, oix il
est arrive le 20 ictobre.
jeter les bases de 'organisation d'une Exposition
International qhi doit, en principle, se tenir A Dakar
en 1952.

LE GRAND CONSEIL
D'AFRIQUE OCCIDENTAL FRANQAISE
A TERMINIE LES TRAVAUX DE CETTE SESSION

Le Grand Conseil de I'A.O.F. a terming ses tra-
vaux.
La session ordinaire, prolonged par une session
extraordinaire, afin d'puiser l'ordre du jour, a per-
mis aux Grands Conseillers de voter, notamment, le
programme d'6quipemont du F.I.D.E.S. et le bud-
get g6nDral de 'A.O.F. pour l'exercice de 1950.
Au course de la derniere journde, les seances, pr&-
sid6es par M. Meignan, ont vu l'tude d'un certain
nombre de questions int6ressant les diff6rents dupar-
tements. En outre, les Grands Conseillers ont adopted
le budget de I'Ec6le de M6decine qui s'6quilibre A
quelque 64 millions et approuv6 les nouvelles dis-
positions relatives au calcul de l'assiette de l'imp6t.

LE COMMANDANT-CHARCOT
A QUITTIE DAKAR

Le navire Commandant-Charcot, qui emmine une
expedition frangaise en Terre Adblie, a quitt6 Dakar
pour Durban.
Au course de l'escale, I'6tat-major du Commandant-
Charcot a &t6 regu par le Haut-Commissaire, qui
s'est, ensuite, rendu A bord pour une visit du navire.

LES ( MAISONS DU COMBATTANT EN A.O.F.

On sait l'importance des < Dar El Askri > (Mai-'
sons du Combattant) de l'Afrique du Nord Fran-
aise ofi les Anciens Combattants marocains, alg6-
riens et tunisiens trouvent un accueil, un gite, un
bureau de renseignements. Une cuvre semblable a


6t6 mise en route en Afrique Noire et, pour I'A.O.F.,
les credits dejA engages approchent de ioo millions
de francs C.F.A.
Dakar aura, dans six mois, sa < Maison ; Ba-
mako et Conakry vont bient6t inaugurer la leur, et
Ouagadougou et Niamey en commencer la construc-
tion. Saint-Louis va bient6t presenter ses plans de
construction et Abidjan est dot6 dejA d'une magni-
fique < Maison du Combattant >.
En brousse, un effort du meme ordre est realis6
ou en course de r6alisation.

CREATION
D'UN CENTRE D'EXAMEN DE DROIT A DAKAR

Le Journal Officiel de I'A.O.F. public in arr&t6
creant A Dakar un centre d'6preuves 6crites de li-
cence en droit. Les sujets des epreuves 6crites seront
choisis par le Doyen de la Faculte de Droit de l'Uni-
versit6 de Bordeaux. Les epreuves seront corrigees
par les professeurs de la Faculte de Droit de Bor-
deaux.

MONSIEUR MAURICE. BEDEL A DAKAR

Invit6 par l'Alliance Francaise, M. Maurice Bedel.
ancien President de la Soci&et des Gens de Lettres.
est arrive A Dakar pour donner deux conferences
sur :
< Le Romantisme et 1'Amour, hier et aujour-
d'hui >, et la < Position de la France dans la So-
ci6et contemporaine >.
La premiere de ces conferences a eu lieu le 15 oc-
tobre au. Lyce Van-Hollenhoven, en presence de
M. le Haut-Commissaire Paul B&chard, de M. Bar-
gues, Inspecteur General des Colonies, President du
Comit6 Central de I'Afrique Occidentale Francaise
de l'Alliance FranCaise ; des principles notabilites
de Dakar et d'une tris nombreuse assistance.

INAUGURATION
DE L'AERODROME DE DAKAR-YOFF

En presence de toutes les autorit6s de la capital,
des representants des puissances etrangeres et des li-
gnes commercials intercontinentales, M. Paul Be-
chard, Haut-Commissaire de I'A.O.F., a inaugure les
nouvelles installations de l'a6rodrome de Dakar-
Yoff.
Ces installations remplacent les baraquements nes
de la guerre et permettent dorenavant A Dakar de
figure au premier rang sur la liste des aerodromes
parfaitement 6quip6s.
M. Paul B6chard, Haut-Commissaire de la Repu-
blique, en des terms particulierement chaleureux,








a pr6sente la r6alisation de cetle aerogare comme un
'e acte de -oi > ; il a ensuite adress6 les remercie-
ments de 1'Administration A tous ceux qui ont con-
tribue i ce'.te aouvre et notamment la Chambre de
GCmmerce de Dakar et le Grand Conseil.
Le Haut-Commissaire, apres avoir mis l'accent
sur I'avenir plein de promesses de Dakar, a souligne
que I'Expo:..ition Internationale qui doit se tenir en
1Q52 dans i)akar devrait &tre la polarisation de tous
les efforts actuellement entrepris dans les domaines
de l'equipement, de l'habitat et de l'urbanisme. A
I'adresse dcs representants des puissances etrangeres
il a dit son espoir d'une large participation interna-
tionale et termine en demandant A tous de faire de
Dnkar < u ie ville digne de son importance r6elle >.

Cote d'Ivoire

CREATION D'UN CENTRE PERMANENT
D'INSTRUCTION PROFESSIONNELLE
DES POSTES ET TELECOMMUNICATIONS
A ABIDJAN

M PLCHOUx, Gouverneur de la C6te d'Ivoire,
a proc6de A l'inauguration du < Centre
Permanent d'instruction professionnelle des
Postes et T61Fcommunications d'Abidjan >. Ce Cen-
tre a pour objet de donner, au personnel des P.T.T.,
une formation professionnelle ,plus complete par
l'etude et la comprehension des diff6rentes r6glemen-
tations inl&ressant cet organisme public. II s'agit, en
outre, de commencer la formation de commis ~our
lesquels le chef du Territoire a accepted de creer vingt-
cinq emp.ois nouveaux en supprimant un nombre
correspon.lant de facteurs. Au rythme de cinq par
semaine. .:es course dureront trois mois.

LE VOYAGE DE M. BOISDON
EN COTE D'IVOIRE

Arrive par avion a Abidjan, le 3 octobre, M. Bois-
don. President de l'Assembl6e de l'Union Frangaise,
a et6 acci eilli par le Gouverneur Pechoux et les per-
sonnalits civiles et militaires.
Le 4. le President Boisdon, accompagn6 du Gou-
verneur, !.'est rendu au Monument aux Morts, oi il
a d6pose une gerbe de fleurs A la m6moire des
combatants des deux guerres. Puis le cortige offi-
ciel a vis ;t les travaux du port.
Dans I apres-midi. le Gouverneur P&choux a pre-
sent6 les corps constitutes A M. Boisdon, qui a tenu
A dire conbien il avait admire les nombreux travaux
du port et a exprim6 le souhait que, << sous l'impul-
sion des Europeens et avec la volonte des Afri-
cains >, la C6te d'lvoire devienne le premier pays
agricole 'A.O.F.
Le resle du sejour de M. Boisdon en C6te d'lvoire
a et6 consacre A la visit des plantations d'Eloka.


Le 7 octobre, le President Boisdon quittait Abidjan
en avion, pour Conakry, oi I'attendait M. Paul B&
chard, Haut-Commissaire en A.O.F.

LES BOIS DE LA COTE D'IVOIRE

L'exploitation foresti&re, I'une des principles res-
sources de la C6te d'Ivoire, remote a la fin du
xlx' siecle. Elle portait, surtout A cette ppoque, sur
1'acajou, destine A remplacer celui des Antilles don't
les peuplements avaient 6te saccages au course des
Xville et xiXe siicles.
Apris le ralentissement cause par les hostilit6s,
cette activity a presque retrouv6 son rythme d'avant-
guerre.
Actuellement, quelque Soo permis (chaque permis
autorisant l'exploitation d'une parcelle de 2.500 hec-
tares) ont 6t6 accords. Ils sont rdpartis entire 65 ex-
ploitants environ : grandes soci&ets et particuliers
travaillant pour leur compete se partagent des chan-
tiers ; certain n'en possedent qu'un seul, tandis
qu'une soci&et en group jusqu'a 89.
L'exploitation forestiere de C6te d'lvoire a 6volui
depuis sa naissance.
Au d6but, elle portait A peu pris uniquement sur
I'acajou de Bassam ; immediatement apris la pre-
miere guerre mondiale, plus loo.ooo tonnes etaient
export6es annuellement.
En 1937, la meilleure ann6e de la derniere decade,
81.ooo tonnes de bois (46.500 d'ebenisterie et 34.500
de divers) 6taint export6es de C6te d'lvoire.
Pendant la guerre 1039-1945, les exportations de
C6te d'ivoire s'effondrerent A cause du manque de
fret et de la rupture des communications avec la
AMtropole.
En 1948, les tonnages d'avant-guerre etaient, de
nouveau, atteints avec 73.100 tonnes, mais I'acajou,
qui ne represent plus que le 1/5e des exportations,
cede la place a I'iroko et les bois divers, niangon
notamment, prennent de plus en plus d'importance.
La France absGrbe plus de Ia moitie des expor-
tations, les Etats-Unis un peu plus de o1 '%, la
Grande-Bretagne, la Hollande, la Belgique sont les
autres principaux clients.
Les perspectives d'avenir sont encourageantes
deji, pour les cinq premiers mois de 1949, malgre
la baisse des course, 35.ooo tonnes ont ete exports ;
on peut esp6rer une augmentation des importations
vers les Etats-Unis, I'Allemagne et l'Italie, gros
clients d'avant-guerre.
Les chiffres des exportations ne donnent, d'ail-
leurs, pas une id6e complete de I'activit6 forestiere
de la C6te d'Ivoire, car la consommation locale en
bois d'ceuvre, satisfaite par une quinzaine de scieries,
s'est considerablement d6velopp6e :. 30.00ooo m de
bois d'ceuvre ont et6 d6bites en 1948 et I'on peut
escompter un accroissement de cette production en
rapport avec les besoins de la Fdderation, le deficit
etant, actuellement, couvert par des importations de
bois des pays tempers (35.000 m3 environ en 1948).








LE PROJECT DE BUDGET DE LA COTE D'IVOIRE

Ouvrant la deuxieme session ordinaire du Conseil
General de la C6te d'lvoire, le Gouverneur Pechoux
a prononce un discours, au course duquel, apres avoir
trait des problimes des prix et de la fiscalite, il a
present le project de budget de son territoire pour
l'annee 1950.
Ce project de budget est arr&t 2.469.781.000 frs,
don't un milliard 074.o16.ooo pour la section ordi-
naire ; 66.ooo.ooo pour la section special et
379.675.000 pour la section extraordinaire.
Sur le budget de 1940, le project actuel est en aug-
mentation de 616.668.ooo francs. 55 % de ces aug-
mentations concernent des creations ou des cons-
tructions nouvelles.
Pour les recettes, les provisions accusent une auig-
mentation de 378.641.000 francs par rapport au bud-
get de 1949.
Les d6penses d'administration, de personnel et
materiel se montent A 38 % du total de la section
ordinaire ; les depenses a caractere social A 23,5 :
les d6penses de travaux a 24 '.,' Les dpenses de per-
sonnel s'delvent a 891.728.836 francs et representent
36 % du total. Par ailleurs, le total des travaux
s'eleve A 648.171.000 francs.

EN COTE D'IVOIRE,
LE PRIX DU PAIN EST DtMlINUE
DE 5 FRANCS PAR KILO

La ration journaliere de pain vient d'etre portee,
en C6te d'lvoire, de 300 A 4oo grammes et une attri-
bution mensuelle de 2 kilogrammes 400 est faite aux
Africains titulaires des cares de ration.
En outre le prix du pain a 6t6 diminu6 de 5 francs
par kilo.


Soudan

LE DEVELOPPEMENT
DE LA CULTURE MARAICHERE A BAMAKO

'ACCROISSEMENT r6gulier de la population euro-
peenne et africaine de Bamako qui compete
actuellement plus de 70.000 Ames pose un
grave problime de ravitaillement en legumes frais.
La production maraichere est, actuellement, notoire-
ment insuffisante pour satisfaire la consommation et
les prix sont par trop elev6s.
Pour augmenter cette production, il a 6te decide
de favoriser l'extension de la culture maraichire par
des attributions de terrains et de consentir aux ma-
raichers, en voie d'installation ou deja installs, des
pr&ts individuals A court term, de 25.ooo francs,


remboursables en neuf mois. Une cinquantaine de
maraichers ont d6ej benefici6 de cette meuiire et si-
gne un contract par lequel ils s'engagent a mettre en
valeur un demi hectare au minimum sous Ic conor"le
technique du Service de l'Agricuiture.


L'URBANISME AU SOUDAN

Un project de constructions economiques, reserwve
aux autochtones, a 6te mis au point au Soudan.
Cette realisation consistera en l'edificaticn a B.i-
mako d'une vingtaine de maisons don't Ie prix de
revient un:taire sera de 1'ordre de i.Goo.oco francs
C.F.A. Le project prevoit que le droit d'habitat im-
plique, pour le bendficiaire, un premier versement
de io '.' de la valour lotale et un versement men-
suel forfaitaire jusqu'; epuisement du reliquat,
6poque A laquelle le locataire se troupe proprieaire
ddfinitif de sa concession. Une telle formuiC semble
recevoir un tris boln accueil de la part de 1.: poplia-
tion.


LE BUDGET DU SOUDAN FRANC;AIS

La session ordinaire du Conseil G6neral du Sou-
dan Francais a ete ouverte, A Bamako, par un dis-
cours du Gouverneur Geay, qui a pr6sent6 le project
de budget pour le territoire.
Celui-ci est arr&t6 A I.714.6o0.ooo francs, don't
1.414.690 francs pour la section ordinaire et :oo mil-
lions pour la section extraordinaire. Les resources
ordiriaires sont composes de 892.075.000 francs,
soit 63 % par les imp6ts directs et taxes assimilTes.
Le rapport du minimum fiscal est estime A 18 mil-
lions 564.000 francs. Le rendement des imrpits sur
le revenue passe 8.84o.ooo000 francs du fait de l':-
tivit6 accrue du Service des Contributions _)irectes.
Les recett.s diverse, malgre un 16ger remc iement
des taux d'hospitalisation, ne peuvent etre (Stim6es
A plus de 28.230.000 francs.
En ce qui concern les d6penses militaire;, cells
du personnel tiennent compete des soldes appliquees
depuis le i" janvier et atteignent 6o6.;S3.cioo frs.
soit plus de 40 % du budget ordinaire. Pour le ma-
teriel on arrive A un total de 413.381.ooo francs.
A !a section extraordinaire, 48.ooo.ooo so t con-
sacres aux logements. Le renouvellement di mobi-
lier administratif est poursuivi avec 16.ooo.ooo. Un
credit de 3.000.000 est inscrit pour I'achat d'un
avion destiny aux evacuations sanitaires et ,.ux d6-
placements du chef du territoire.
Le renouvellement du gros outillage est inscrit
pour une some de 1.500.ooo francs.
Apres le discours du Gouverneur, qui a declare
ouverte la deuxieme session ordinaire de I'annee
1949, les differentes commissions se sont r6unies
pour examiner le project qui leur 6tait soumis.







GuinCe

UNE EXPERIENCE DES PLANTEURS GUINIENS

A i N cl'obtenir des prix de revient moindre lui
permettant de lutter plus efficacernnt contre
la concurrence etrangere ou celle Tes autres
Territoires de l'Union Francaise, la Feidration Ba-
naniere et Fruitiere de la Guinee Francaise a affrete
un navire norvegien, le Bitancuria, pour le trans-
port de se:, products.
Alors qice le fret de la marine inarchande est de
21.0oo francs la tonne, sur ce navire, et a la condi-
tion d'un chargement minimum, le fret revient, y
comprise l'assurance tous risques, A 13.ooo francs la
tonne, soil une difference de pres de 9.000 francs par
tonne.
Ainsi, (:t sans que les prix aux consommateurs
soient modifies, les planteurs guineens pourront lut-
ter plus facilement pour leurs products.
Le Bitancuria a quitter Conakry le 19 octobre
pour atteindre Bordeaux le 25 et Nantes le 27 octo-
bre. Si c(tte prenmiere experience est concluante, la
Federation Bananiere envisage d'affreter, par la
suite, deuK navires mensuellement.

INSTALLATION D'UN CAMP D'ENTRAINEMENT
DE PARACHUTISTES

(Tn made de Dalaba que le camp d'entrainement
de parachutistes de I'A.O.F. sera dffinitivement ins-
tall6 dan;, la valley du Ten6.
Cette vallee encaiss6e, comportant de nombreux
obstacles naturels, constitute un magnifique champ
d'entrainement pour les troupes parachutes, dans
un clim.t ,sain leur permetlant de se maintenir en
excellent 6tat de sant&.
Des rraisons en dur vont etre construites. apris
approbation par l'architecte-urbaniste, pour y loger
les families des officers et sous-officiers.

L'EXPORTATION
DES CONSERVES D'ANANAS SUR LA FRANCE
La Guinde Fran.aise announce que les producteurs
guineens viennent d'etre informEs que le nouveau
tarif douanier m6tropolitain, qui risquait de frapper
leurs products de droits allant jusqu'a 35 % de leur
valeur. ne s'appliquerait pas aux Territoires de
l'Union Francaise A regime pref6rentiel, c'est-A-dire
en particulier A la Guinee. Les conserves d'ananas
guinnennes sont done admises en franchise, sans li-
mitation de quantity, tant dans la Metropole que
dans les departements d'Outre-Mer et en Algerie.
< Etant donn6 l'importance que pr6sente l'indus-
trie de la conserve et des jus de fruit pour l'organi-
sation rationnelle de notre production fruitiere, 6crit
le journal, puisque seule elle permet d'assurer l'ecou-
lement des fruits en periode de pointe de produc-


tion, les assurances qui viennent d'etre ainsi donnees
A nos planteurs et A nos usinicrs auront les plus heu-
reuses repercussions sur l'avenir agricole de notre,
territoire >.

UN COURSE DE STIENO-DACTYLOGRAPHIE
EN GUINEE

Un course de st6no-dactylographie sera ouvert, a
Conakry, aux jeunes filles pourvues du Certificat
d'Etudes. Ce course, qui a commence le i" octobre.
est destiny, A la fois, aux daclylographes exercant
dejA cette profession et aux debutantes.

UN CENTRE
DE FORMATION PROFESSIONNELLE
D'ILECTRICITI EN GUINEE

Un centre de formation professionnelle d'dlectri-
cite sera ouvert incessamment dans les locaux de la
Central electrique de Conakry.
Les candidates devront etre pourvus du Certificat
d'Etudes et &tre Ages de i6 a 23 ans.

LE GOUVERNEUR DE GUINEE
EN REGION FORESTIERE

M. Roland Pre, Gouverneur de la Guinee Fran-
gaise, a effectue une tourn6e d'inspection dans la
region forestiire de la Haute-Guinee. Au course 'de
son voyage, et apr&s la visit des Cercles de Beyla
et de N'Zerekord, le Gouverneur s'est arrtde A Ke-
rouane, ofi se trouvent les vestiges du Tata de Sa-
mory.

M. BOISDON EN GUINEE FRANCAISE

Poursuivant leur voyage en Guinee, M.Boisdon,
President de l'Assemblee de l'Union Frangaise, et
M. Bdchard, Haut-Commissaire de France en A.O.F.,
en compagnie du Gouverneur de la Guinee ont ga-
gne, par mer, Benty of ils ont pris contact avec les
planteurs de bananes. Apres une entrevue avec les
colons et la visit des plantations, ils se sont rendus,
par la route, A Forecariah, puis A Kindia. Partout.
l'accueil des populations africaines a et6 enthou-
siaste.
A Kindia, une prise d'armes a 6t6 suivie d'une pre-
sentation des corps constitutes puis d'une visit A
Pastoria et A I'I.F.A.

UN MONUMENT
A LA MIMOIRE DE MGR LEROUGE

Pour repondre au voeu de la population guindenne,
desireuse de perpetuer le souvenir de Mgr Lerouge,







qui exerca, pendant quarante-sept ans son sacerdoce
dans ce territoire, un comit6 a 6t6 constitute n vue
de recueillir les fonds n6cessaires A l'ereetion d'un
monument a sa memoire.
t f
LA NOUVELLE CENTRAL ELECTRIQUE
DE CONAKRY A IET INAUGUREE
PAR LE PRESIDENT BOISDON

Le President Boisdon a inaugure la nouvelle cen-
trale 6lectrique de Conakry le 7 octobre.
II a mis en march les nouveaux groups, et les
vieux moteurs A gaz pauvre se sont arretes et sont
entr6s en. sommeil definitivement.
Cette inauguration est le symbol de l'effort
d'equipement, qui est actuellement entrepris, pour la
Guinee, et dans toute l'Union Frangaise, pour la
prosperity de tous nos territoires.

INAUGURATION
DE LA ROUTE DU COL DE CITA

Parmi les importantes realisations routieres pr6-
vues au Plan d6cennal d'equipement economique et
social,.la route Lab&-Sengal figure en bonne place.
Cette artere de longueur sup6rieure A 300 kilo-
m&tres doit tre realisee avec des caracteristiques de
route definitive. Elle permettra une liaison perma-
nente entire les colonies du Senegal et de ia Guinde
FPangaise.
Dans I'ensemble, sur le territoire de la Guinee,
cette route est praticable mais plusieurs trongons
comportent des caractdristiques tres dures; c'est le
cas notamment du. trac6 qui franchit le col de .Cita,
situ6e 80 kilom&tres au Nord de LabK, et qui com-
portait:des pentes et rampes de 15 A 18 %.
Unt gros effort vient d'8tre fait pour ameliorer ce
passage.
Le trac6 nouveau d'une longueur de 6 kilometres
ne comporte pas de rampes superieures A 7 %.
De large virages bien balis6s en rendent le par-
cours facile. Sur cette faible distance, il a Wte ex&-
cut6 54 ouvrages d'art : busesdalots, ponceaux et
points.
La presence de talus de 12 m&tres de hauteur
donne une idee de l'importance des terrassements
effectues.
Ce nouveau passage a 6te ouvert A la circulation
le dimanche 2 octobre 1949.
A cette inauguration etaient presents :
M. l'Administrateur du cercle de Lab6, des repre-
sentants du services des Travaux Publics de Cona-
kry, de Mamou et de Lab6, le Directeur local et
.plusieiurs agents d'une important entreprise rou-
lire.


Le chemin de fer de Conakry au Niger etait re-
pr6sent6, de jeunes 6tudiants d'une &cole d'agrono-
mie de Tunis s'etaient joints A la caravane. Les
transporteurs locaux, afin de marquer leur satisfac-
tion, avaient delegu6 un de leurs repr6sentants, venu
specialement de Youkounkoun.
La caravane apres avoir parcouru successivement
l'ancien et le nouveau trace se rendit au passage de
la riviere Kounba pour assister A la mise en service
d'un nouveau bac constitute par des caissons m6tal-
liques assembles.
Ce bac qui sera actionn6 par un treuil remplacera
I'aricien ouvrage a pirogues, de charge portante in-
suffisante.


LA SESSION ORDINAIRE
DU CONSEIL GENERAL DE LA GUINEE

La deuxi6me session ordinaire du Conseil G6n6ral
de la Guin6e a 6t6 ouverte par le Gouverneur Roland
Pr6, Gouverneur de la Guin6e Franqaise, qui a pro-
nonc6 le discours d'ouverture et pr6sent6 le project.
de budget du -territoire pour l'annee 19507
Celui-ci sera effectivement discute au course de
cette session ainsi que la question des taux de l'im-
p6t personnel pour l'ann6e 1949.


Dahomey Niger

L'ELECTRIFICATION DE NIAMEY

A premiere serie de machines, destinies A assu-
rer la distribution du courant 6lectrique dans
les divers secteurs'de la ville de Niamey, a e6t
mise en place, cependant que se poursuivent les ins-
tallations des lignes d6finitives de distribution.


POUR LE DEVELOPPEMENT AGRICOLE
AU NORD DU DAHOMEY

M. F. Bouffil, Directeur de 28 classes du cadre ge-
n6ral des Laboratoires, Directeur de la Station de
Selection de l'Arachide de M'Bambey (Senegal) et
du secteur soudanais de Recherches Agronomiques,
est pass A Cotonou. I1 etait accompagn6 de M. Cor-
riols, G6enticien du cadre g6enral des Ing6nieurs
d'Agriculture.
Apres avoir pris contact avec la Direction du Ser-
vice de l'Agriculture cette mission, envoyee par le
Gouvernement G6neral, s'est pr6sent6 A M. le Gou-
verneur, auquel elle a developpe le but de sa venue.
Accompagn6 de M. R. Guerard, chef du Service
de l'Agriculture, la mission s'est rendue A la Ferme









experimental d'Ina. Un programme d'6tudes et tra-
vaux a Wet etabli.
Dans ses grandes lignes ce programme comprend :
iEn relation technique avec la station de 'M'Bam-
bey I essais comparatifs de diverse vari&ts .d'ara,
chides en vue de trouver une variety parfaitement
adapt6e aux conditions ecol6giques'du Nord du Ter-
rifbire ; selection de cette varit&6 suivant les m&
thodes modernes production de semences selection-
nees.
,En relation avec le secteur soudanais de Recher-
ches Agronomiques : l'inventaire de toutes les va-
ri6tes de plants alimentaires (mil, mais, vorgho,
riz, manioc, igname, nieb6, etc...) ; change de va-
rietes avec les autres Territoires du group et 6tude
compare.
Choix, pour chaque espice alimentaire, d'une va-
ri6et adaptee au milieu ; selection de chacune de ces
varijets ; production de semences selectionnees.
Seront 6galement entrepris des essais cultureux,
d'engrais verts et d'assolements. Lorsque le materiel
sera A pied d'ceuvre des essais de culture mecanique
seront commences.
Jusqu'A ce jour, par manque de moyens dans le
Nord-Dahomey, le Service local de l'Agriculture
n'avait pu faire grand'chose pour le d6veloppement
agricole de cette region. La reouverture de la Ferme
exp6rimentale d'Ina permet la r6alisation de nom-
breuses 6tudes et-essais, et les resultats obtenus se-
ront susceptibles de profiter aux populations agri-
coles des cercles de Kandi,. Natitingou, Parakou,
Savalou, ainsi qu'A celles des Territoires du Niger
limitrophes du Dahomey et du Nord-Togo.
MM. Bouffil et Corriols prenaient ensuite contact
avec M. Marchal, chef de Service de l'Agriculture
du Niger et poursuivaient dans cette Colonie leur
mission qui va les conduire successivement dans tous
les Territoires du Groupe.
Grace A cette mission tous les etablissements agri-
coles situes dans les Colonies du Nord et dans les
regions du Nord des Colonies du Sud, travailleront
suivant une doctrine et une directive scientifiques et
techniques unique permettant des etudes et obser-
vations en commun comparable pouvant profiter
(apres interpretation) A chaque 6tablissement, done
A chaque Territoire.


Mauritanie

LA SESSION BUDGLTAIRE
DU CONSEIL GENERAL DE LA MAURITANIE

Ouyrant la session budg6taire du Conseil G6neral
de la Mauritanie, le Gouverneur Terrac, Gouver-
neur.de la Mauritanie, a 6tabli le bilan 6eonomique
du Territoire et a etudie particulierement la situa-
tion des paimeraies, du cheptel et des industries de
p&ches.


Nigeria

LE CENTRE SOCIAL FRANCAIS DE LAGOS

Le Consul de France a organism A Lagos le eCen,
tre Social Francais > destined aider les 15.000 Afri-
cains frangais r6sidant en Gold Coast et A leur per-
mettre de se regrouper.
Ce centre install au 2* etage d'un immeuble nou-
vellement construit comprend un hall spacieux uti-
lise comme salle de lecture ; un bar ; une salle de
jeux ; une piece plus petite servant de salle de classes,
et une autre piece susceptible d'8tre utilisee soit com-
me salle medical, soit comme logement des nota-
bilites africaines de passage.
Dans la salle de lecture, claire .et aeree, confor-
tablement meubl6e, se trouvent une table central
couverte de journaux francais et des 6tageres ex-
posant des livres frangais mis A la disposition des.
Africains.
Des conferences ont ete organisees ainsi 'que des
course du soir qui sont actuellement suivis par des
originaires du Dahomey et des enfants.
L'assistance medical gratuite fonctionne egale-
ment. A plusieurs reprises un medecin militaire fran-
cais du Dahomey est venu donner des consultationS
et le Directeur du Service de Sant6 du Dahomey a
fait parvenir un petit stock de m6dicaments pour
les soins urgents. Un oculiste orthop6diste nigerien,
qui vient de terminer ses etudes en Angleterre, est
venu apporter son concours benevole.
De leur c6te, les Dames frangaises sont en train
d'organiser un course de couture et de tricotage pour
les femmes africaines.
Enfin, le secretariat du Centre Social a ouvert un
service de placement.














AFRIQUE EQUATORIALE FRANCHISE


F4d6ration

NOUVEAU
A COMMANDANT
SUPESRIEUR
') DE TROUPES


E G6n&ral de Bri-
gade Bourgund
est nomm6 com-
mandant supdrieur des
troupes en Afrique Equatoriale Franaaise.

LE NOUVEAU CONSUL DE BELGIQUE
A BRAZZAVILLE

Par arr&~ du Prince Rdgent de Belgique, M. Huir
bert Balme, Directeur de la Compagnie GNnerale
des Transports en Afrique, a 6t6 nomm6 consul de
Belgique A Brazzaville en replacement de M. De-
lorme, qui, rentr6 en France, a demand At re d6-
charg6 de ses functions. M. Delorme a 6t6 nomm6
Chevalier de l'Ordre de la Couronne.

L'ACTIVITE DE LA MISSION PARLEMENTAIRE
EN A.E.F.

Dis leur arrive dans la capital f6ddrale, les
membres de la mission de 1'Assemblie Nationale ont
commence A s'informer de I'activit6 des principaux
services administratifs. Ils ont requ MM. Connilliere,
Inspecteur general du Travail ; Lauraint, Directeur
g6npral des Travaux publics, et Rossignol, Directeur
des Services Economiques.
Le samedi 8 octobre, MM. Castellani, Salinhan,
Temple et Benoit ont visit la ville, en particulier
F'arodrome de Maya-Maya, les coles, les quarters
africains, les travaux du port, la cathidrale Sainte-
Anne et le post de Radio-Brazzaville. Ils ont rendu
visit au Gouverneur Fourneau, chef du Territoifre
du Moyen-Congo.
Apris Brazzaville et le Moyen-Congo, la mission
parlementaire se propose de se rendre en Oubangui-
Chari et au Tchad.


MEASURES ECONOMIQUES DU GRAND CONSEIL
DE L'A.E.F.

Le Grand Conseil de I'A.E.F. s'est r6uni, le
24 octobre, en session extraordinaire, sous la prdsi-
dence de M. Regnault. Cette reunion a 6t6 demanded


par le Haut-Commissaire en vue de l'examen des
effects de la devaluation sur 1'economie de la Fd-d&
ration.
Les points principaux de la session concernent la
dur6e des conventions cotonnieres et une modifica-
tion des droits de sortie pour le coton. L'adminis-
tration propose de fixer les droits de sortie a 35 %
centre 18 % actuellement. Cette measure augmen-
terait de ioo millions de francs C.F.A. l'ensemble des
recettes douanieres.


VOYAGE DU PRESIDENT
DE LA COMMISSION DES TRAVAUX PUBLICS
A L'ASSEMBLEE NATIONAL

M. Louvel, d6putd du Calvados, maire du V6sinet,
President de la Commission des Travaux publics A
l'Assemblee Nationale, effectue, actuellement, un
voyage d'information en A.E.F.


ENTRETIENS FRANCO-BRITANNIQUES
EN A.E.F.

Sir John Mac Pherson, Gouverneur du Nigeria,
est arrive, le 8 octobre, A Brazzaville, accompagne
de M. Cornut-Gentille, Haut-Commissaire de la
Republique en A.E.F., qui s'etait porter A sa ren-
contre.
MM. de Mauduit, Gouverneur du Tchad par in-
terim, et Kieffer, President de la Chambre de Com-
merce de Fort-Lamy, sont 6galement arrives dans
la capital de I'A.E.F., ofi ils doivent 6tudier, avec
le Gouverneur britannique, les questions communes
entire le Nigeria et le Tchad, en particulier dans le
domaine 6conomique.
Au course de son sejour a Brazzaville, Sir John
Mac Pherson, Gouverneur General de la Nigeria et
M. Cornut-Gentille, Haut-Commissaire de la R6pu-
blique en Afrique Equatoriale Franqaise, ont exa-
mine divers problemes d'ordre economique intires-
sant la Nigeria et le Territoire du Tchad, les voices
de communications entire le Tchad et la Nigeria ont
fait l'objet d'un examen attentif.
Le Tchad doit, en effet, emprunter les voies de
communication de la Nigeria pour assurer une
parties de ses approvisionnements et de ses expor-
tations.
La voie terrestre Fort-Lamy-Maidigouri et la voie
fluviale de la B6nou6 par Garoua, sont les deux iti-
neraires les plus habituellement fr6quent6s.
La route de Maidigouri-Fort-Lamy est surtout une
voie d'importation : 30 A 35.000 tonnes seront ache-
minCes par elle, cette annee. Pour faciliter ce traffic,



































Drague en train de d6blayer les derniers bancs de sable donnant sur le canal de jonction


Vue du chenal A l'arriere du d6bouch6 sur la mer











Le pays Matakam


Le village Matakam











Une femme Matakam


Les fianqailles












.t..


r0Y


,s


Artisanat Matakam


7we


~s- ~~~ya2~,,~n

H'
'''
~i~4~a~a~i~.. .r








;M. Cornut-Gentille a demand aux autorites nig&
riennes si elles avaient 1'intention d'ameliorer la
.route de Miaidigouri A la frontiere du Cameroun, la
construction de la route Fort-Lamy A la frontiere du
Cameroun, route qui deviendrait praticable en toute
saison, devant etre assure dans un avenir tres pro-
chain.
11 s'agi: la d'une question vitale pour le Tchad,
les impor ationg sont acheminees par fer jusqu'A
Joss et de IA, par la route A Fort-Lamy via Maidi-
gouri. Les routes nigeriennes 6tant excellentes jus-
qu'A Maidigouri, il serait tres souhaitable que la
route de Maidigouri A la frontiere soit amelioree.
Le Go verneur G6neral de Nigeria et le Haut-
Commissa:re de la R6publique en A.E.F. ont d6cid6
de faire -econnaitre l'itin6raire Fort-Lamy-Maidi-
gouri par Jes ing6nieurs des Travaux publics anglais
et frangai, et d'examiner, par la suite, dans quelles
conditions 1'amelioration de la route de Maidigouri
A la fronl ire du Cameroun pourrait etre sensible-
ment augmlentee. En effet, le fleuve n'est navigable
que six semaines par an, ce qui gene consid6rable-
ment la :onstiitution d'une flotte plus important
que celle 2xistant actuellement, sa trop longue im-
mobilisation en faisant une operation particuliere-
ment one euse.
Les au'orites nigeriennes ont toutefois signaled
qu'une an elioration interviendrait en 1952, 6poque
A laquelle les companies de navigation pourraient
mettre 20 000 tonnes par an A la disposition de
I'A.E.F. el du Cameroun.
Au cou s de cette conference, ont 6galement 6t6
examines ;es problemes pos6s sur les exportations du
betail du Tchad.
Par ailleurs l'accord, conclu entire la Nigeria et
I'A.E.F. sur la possibility de recrutement de main-
d'ceuvre nigerienne pour le Gabon, vient d'etre pu-
bliC.
11 etait d'une n6cessit6 vitale, pour le d6veloppe-
ment de ce Territoire, et, en particulier, pour l'ex6-
cution du Plan, que la raret6 de la main-d'oeuvre ne
vienne pa goner la r6alisation des travaux en course
ou projects. D'autre part, la Nigeria, qui voit un
accroissement tris rapide de sa population, ne voyait
que des aantages A des transf6rements de travail-
leurs.
L'accorc s'inspire, dans ces principles g6ndraux, de
la Convention international du Travail concernant
la politiqu, social dans les Territoires non metropo-
litains, notamment par les measures qu'il prevoit
pour enco-irager le transfer d'une parties du salaire
et des 6co lomies vers le pays d'origine et par la ga-
rantie que les avantages fournis aux travailleurs ne
sont pas inferieurs A ceux qui leur sont consentis
dans le p ys qu'ils ont quitt6.
II assure, jusque dans les details, la protection
et le bien- tre des travailleurs ainsi volontairement
deplac6s. Leur affectation ne sera accordee qu'A des
employerr; fournissant toutes garanties en ce qui


concern I'hygibne, le salaire, le type de travail, la
nourriture, le logement et le maintien des traditions
de ceux qu'ils emploient.
Les travailleurs, qui b6enficient A leur arrive de
franchises douanieres, peuvent amener avec eux leur
femme et leurs enfants, ag6s de moins de 16 ans. Les
conditions de transport, au course du d6placement
sont r6glement6es.
Ils passent, avant le depart, une visit m6dicale et
sont, en course de sejour, l'objet d'une surveillance
m6dicale constant.
Des chapelains et des marabouts sont autoris6s a
les accompagner. Le voyage < aller >, comme le
rapatriement en fin de contract, est A la charge de
l'employeur. Chaque travailleur aura un contract de
deux ans, renouvelable, mais le troisieme renouvel-
lement ne pourra se faire qu'apris un cong6 du tra-
vailleur dans son pays d'origine. C'est dis mainte-
nant que l'accord entire en application. En effet le
recrutement d'un premier contingent de 200 travail-
leurs est en course at leur affectation est d6jh decide
sur I'initiative de la Chambre de Commerce de
Libreville.


NOUVELLE ORIENTATION
DE L'ICOLE DES CADRES SUPIRIEURS

La creation de l'Ecole des Cadres Sup6rieurs a
repondu A une double necessity : celle de faciliter
la constitution d'une solide elite autochtone d'abord
(et de repondre ainsi A de multiples et lgitimes as-
pirations) ; celle d'associer intimement cette elite A
la vie meme de la Fed6ration, ensuite.
Pour cela il faut lui fournir des moyens d'actibn.
Ces moyens, 1'Ecole des Cadres les lui donne.
Les 6elves sont recrutes parmi les meilleurs sujets
sortis des ecoles superieures des Territoires. L'ensei-
gnement qui leur est donned A l'Ecole des Cadres les
prepare au baccalaur6at premiere parties et, paralle-
lement, i la function qu'ils choisissent des leur en-
tree A l'Ecole.
A partir de cette ann6e, 1'Ecole des Cadres
s'oriente dans une nouvelle direction.
Elle tendra A former des sp6cialistes qui, outre
I'enseignement general preparatoire au baccalaur6at
(commun A tous) recevront un enseiignement tres
sp6cialis6 reserv6 A chacune des sections sp6ciales A
I'interieur desquelles ils seront repartis.
Des la rentr6e, les elves anciens et nouveaux
vont subir des tests d'orientation professionnelle,
identiques A ceux pratiques en M6tropole. Les resul-
tats de ces tests conditionneront en grande parties,
l'ori'entation future de chaque 6elve, vers l'une des
activities particulieres qui ont pr6side A 1l'tablisse-
ment des sections.
Les meilleurs sujets pourront cependant avoir,
ainsi que cela se fait en general, le choix entire les
diff6rentes sections.








Quoi qu'il en soit, ici comme ailleurs, I'orienteur
conseillera, et en aucun cas ne pourra imposer un
choix particulier A l'6lve.
Selon les provisions actuelles (la rentree n'6tant
pas encore effectuee), 1'Ecole recevra pour 1'annee
1949-1950 une cinquantaine de nouveaux elements.
Ce qui portera l'effectif total A une centaine de
jeunes gens.
Les sections cr6ees cette annee sont les suivantes :
la section normAle, oi sera donn6 un enseigne-
ment comprenant des course de psychologie, des s6an-
ces de travaux pratiques de pedagogie dans les 6coles
primaires des environs de Brazzaville;
la deuxieme section qui preparera A l'aide de
course speciaux de sciences naturelles et de course
para-medicaux, les candidates A l'Ecole de M6decine
de Dakar ;
la troisieme section ofu seront reunis les futurs
stagiaires de 1'Ecole d'Agriculture de Bukoko, des
agronomes du Jardin d'essai y donneront des course
techniques ;
la quatrieme section oil seront forms les elves
qui se destinent A l'Administration g6n6rale ;
la cinquieme section d'of sortiront des meteo-
rologistes, un abri va &tre construit dans la conces-
sion de l'Ecole pour initier les elves A la technique
de l'observation. Tous participeront aux exercices
ceci d'une part pour leur donner des 6elments d'ap-
preciation toujours utiles dans un pays comme
l'Afrique, et pour d'autre part jeter a travers la Fe-
deration les bases d'un reseau d'informateurs meteo-
rologistes don't les renseignements contribueront
dans I'avenir A renforcer les organizations de secu-
rit6 a&rienne.
En outre, independamment de ces course pratiques,
les eleves appartenant a cette section suivront des
course sp6ciaux (mathematiques. etc...) ;
enfin, la section Postes et Telecommunications
initiera ceux qui en front parties A la technique de
I'exploitation postal et au maniement des appareils.
Tous les course speciaux seront faits par des techni-
ciens appartenant aux Services correspondents.
Dans le courant de l'annee, des stages pratiques
d'une quinzaine de jours mettront les eleves en con-
tact direct avec les services vers lesquels ils s'orien-
tent.
Ainsi en trois ans d'etudes, 1'Ecole entend former
de la facon la plus complete des jeunes gens qui en
plus de la satisfaction personnelle que leur procu-
rera la culture acquise, rendront dans le domaine
technique les plus grands services A la F6ddration.
L'orientation professionnelle doit permettre de
preparer A bon escient les futurs cadres de I'A.E.F.
II imnorte en effet, d'une part, de donner A cette
elite africaine I'enseignement sp6cialis4 en harmonie
avec les aptitudes d6cel&es par les tests, et d'autre


part de lui assurer A sa sortie de 1'Ecole l'acces aux
professions qu'dlle a dhoisies.
Or, ceci risquait de devenir de plus en plus dif-
ficile.
Certains emplois en effet ont, a priori, semble plus
tentants que les autres pour les avantages inmmdiats
qu'ils offraient.
Or, ces emplois voient maintenant une pl6thore
de postulants pour trop peu de places.
Ce sont des dangers de ce genre qui seront 6cartes
par la nouvelle orientation de l'Ecole des Cadres.


L'A.E.F. ET LE PROGRAMME D'ACHAT
SUR L' ( UNION BELGO-LUXEMBOURGEOISE a

Un programme d'achat sur l'Union belgo-luxem-
bourgeoise, programme don't la validity s'dtend du
ie" juillet 1949 au 30 juin 1950, vient d'etre 6tabli.
L'A.E.F. pourra importer pour go millions de
francs belges de marchandises et produits divers.
Pour la periode du 1" juillet au 30 septembre
1940, le credit d6bloque s'eleve au quart du total
general : 5 millions de francs belges (reserves A titre.
federal), soit pour chaque territoire :


G abon ..............
Moyen-Congo .......
Oubangui-Chari ....
T chad ..............


3.776.500 frs b.
7.212.000 frs b.
5.254.750 frs b.
4.976.750 frs b.


Ce credit doit, en principle, etre utilis6 pour la rda-
lisation d'importations s'6levant, pour chaque poste,
au quart du contingent prevu pour l'ann6e de validity
du programme.
Cependant, pour les contingents trop pei impor-
tants pour etre repartis par quarts ou pour ceux don't
la livraison est particulierement urgente, il pourra
&tre fait exception A la rigle, A condition que le mon-
tant du contingent annuel, prevu pour chaque poste,
et le credit trimestriel ne soient pas depasses.


L'A.E.F. ET L'ACCORD FRANCO-SUEDOIS

L'A.E.F. doit recevoir, au titre de la Commission
mixte franco-su6doise, qui arrivera A expiration le
30 novembre 1940, les contingents supplementaires
suivants de marchandises, representant une valeur
global de 776.187 couronnes suddoises :
Lait en poudre ; biere ; paper Kraft ; fleurets de
mine ; lampes A souder, lampes tempetes et pieces
de rechange ; lames de scies pour machines, lames
tranchantes, d6rouleuses ; rechauds A p6trole, lampes
A petrole et pieces detachdes ; moteurs A combustion
y compris moteurs marines, pieces de rechange de mo-
teurs A combustion et de moteurs marines ; compres-
seurs et pompes ; materiel de sondage, couronnes de
sondage, materiel de pompage et pieces detachees ;
machines A bois et pieces de rechange ; outillage pneu-
matique ; caisses enregistreuses.







LIAISONSS TILEIPHONIQUES

Le plan decennal d'6quipement prevoit I'aminage-
ment de 13 centraux tel6phoniques A batterie central
destines au\' principles villes de I'A.E.F. Cela per-
mettra de porter le nombre d'abonnis de 200 A 900
a Pointe-Ni ire, de 152 A 900 Bangui, de too A 6oo
A Librevilk. de 80 a 6o0 a Fort-Lamy, de too A 400
A Port-Genlil. Provisoirement, Brazzaville sera dotee,
fin 1950, d un central A batteries centrales, qui sera
installed dais l'aile en construction de l'H6tel des
Postes. Par; llIlement, est prevue la construction d'un
immeuble cestind A abriter, en 1053, la direction des
tel6commurications et l'installation d'un auto-accu-
mulateur pntur les communications automatiques. Ce
systeme mo.erne permettra de satisfaire 1.500 abon-
n6s.. Sur le alan interurbain, on pr6voit 270 millions
pour la construction, dans chaque chef-lieu de district,
d'un bureau de poste accompagn6 d'une station de
radio.


L'EQUIPEMENT RADIOTELEGRAPHIQUE
DU TERRITOIRE

Le Service federal de la Radio a poursuivi l'equi-
pement du rerritoire en stations autonomes pourvues
d'un mat&r:el moderne.
Depuis l1i derniere session budg6taire, ont 6et ou-
vertes au traffic les stations de Souank6, M'Pouya,
Mossendjo, Sibiti, Mossaka.
Avant la fin de l'annie, les stations de Zanaga et
de Kell seront mises en service et deux autres stations
probableme:it ouvertes a Mayama et N'Go.


LA LIBER'FT DER PRIX EST RENDUE EN A.E.F.

M. Coriut- Gentille, Gotlverneur Gneral de
I'A.E.F., a pris un arr&t6 rendant la liberty des prix
A la presqt e totality des marchandises, denr6es ali-
mentaires, natieres premieres, products et objets im-
portes ou dr fabrication locale.
Cependant, certain articles de premiere necessity
resent souinis a r6glementation.


DEPART DE M. RAGUIN

M. Ragu:n, Ingenieur en chef des Mines, Directeur
de la Carte gdologique de France, Professeur de geo-
logie applicude A 1'Ecole des Mines de Paris, est re-
parti pour Paris. II 6tait venu en Afrique Centrale en
quality de g6ologue-conseil du Bureau minier de la
France d'O itre-Mer.
L'objectif essential de sa mission 6tait l'6tude, en
vue d'une Irochaine reprise des prospections, des ter-


rains cupriferes des environs de Mindouli, d'oil l'on
a jadis extrait du cuivre. Les nouvelles recherches
doivent commence. en principle, avant la fin de
l'ann6e.


TRANSPORT DE TAXIS PAR AVION

A l'aerodrome de Maya-Maya est arrive, venant
'de Pointe-Noire, un << DC3 >, de la compagnie S.T.A.,
qui transportait deux taxis automobiles Renault Juva-
quatre, pour une entreprise de Brazzaville.
Ce transport, qui 6tait considered comme une exp&-
rience, a parfaitement reussi, tant pour le chargement
que pour le dechargement.


LE NOUVEAU PORT FLUVIAL
DE BRAZZAVILLE EST ENTREE
DANS LA PHASE DES RIALISATIONS

Les travaux du nouveau port fluvial de Brazzaville
ont commence en septembre. 70 ouvriers et manceu-
vres s'activent acluellement sur le vaste chantier qui
s'6tire le long du fleuve, A M'Pila, face A l'ile
M'Bamou.
L'emplacement choisi pour l'installation du nou-
veau port est des plus favorables : la berge, rectiligne
sur toute la longueur du future quai de 360 mitres,
offre un terrain de choix A l'dtabilissement des amina-
gements prtvus (quai, voie de chemin de fer, grues
de 3 tonnes, hangars de 35 mitres sur 1oo, etc...) et
se prktera. le cas hcheant, A des extensions nouvelles
si le traffic future l'exige.
La terre, arrach&e par les engines modernes mis en
service (bulldozer, scraper, etc...), sert A ass6cher les
terrains voisins en vue de la construction d'une nou-
velle route.
Si rien ne vient entraver le rythme actuel des tra-
vaux de terrassement, ioo metres de quai seront pr&ts
dans dix mois, permettant l'accostage de trois bAti-
ments.
Les technicians privoient I'achevement total du
quai de 360 metres dans un delai de quatorze mois.

CREATION
D'UN CENTRE DE PERFECTIONNEMENT
DES FONCTIONNAIRES

Depuis le i" octobre un Centre de Perfectionne-
ment des fonctionnaires du Gouvernement G6ndral
de I'A.E.F. commence A fonctionner A Brazzaville. II
est ouvert A ceux qui d6sirent soit simplement com-
plter leurs connaissances et se perfectionner dans leur
m6tier, soit se preparer aux examens et concours pro-
fessionnels auxquels ils ont aces. La duree prevue


'N\







pour le stage de perfectionnement est de deux mois et
demi. Les 1eeves b6enficieraient d'un enseignement
general double d'un enseignement professionnel, theo-
rique et pratique.


RECLASSEMENT DU PERSONNEL DU C.F.C.O.

La question du reclassement du personnel du
C.F.C.O., depuis longtemps en suspens, vient d'etre
reglee. Un arrft6 du Haut-Commissaire donne satis-
faction au personnel qui se trouve align6 sur les au-
tres cadres locaux.
Cette solution a trouv6 6galement I'accord du De-
partement don't le souci 6tait d'harmoniser les soldes
des cheminots d'A.E.F. avec celles des autres reseaux
d'Outre-Mer.

LE JOURNAL ( A.E.F. ) SUSPEND
SA PUBLICATION

Depuis la second semaine de septembre, le journal
A.E.F., bi-hebdomadaire paraissant A Brazzaville,
s'est trouve dans l'obligation de suspendre sa publi-
cation. Cette disparition prive la Fed6ration du seul
organe de press, qt'elle possedait.
Le journal A.E.F. avait commence A paraitre en
1043, pregnant la suite du journal France d'abord, pu-
bli6 depuis 1941.


LA PREMIERE ORDINATION FEDERAL

Le dimanche 9 octobre, dans la cath6drale de
Brazzaville, Mgr Biechy, vicaire apostolique, a con-
fire les ordres mineurs et le sous-diaconat A neuf ,s-
minaristes du seminaire f6ddral Libermann. Une foule
trbs dense, dans laquelle on remarquait plusieurs no-
tabilites africaines, se pressait dans l'edifice.
C'etait en effet la premiere fois qu'6taient groupIs,
pour une ordination, des repr6sentants des divers
Territoires.


INSTITUTION, EN A.E.F.,
DU BREVET SPORTIF POPULAIRE

Le brevet sportif populaire vient de prendre offi-
ciellement rang parmi les institutions don't est pour-
vue la Feddration aefienne.
En fait, I'arrkt6 qui en porte creation ne fait que
sanctionner un 6tat de chose assez ancien. Depuis
trois ans d6ej, le brevet sportif populaire existait;
sa premiere apparition date de 1946 au Gabon.
En 1946-1947, ce Territoire, le premier A ouvrir
des sessions du brevet sportif en A.E.F., eut le merite
de presenter 658 candidates, sur lesquels 452 furent
re.us.


En 1947, le Moyen-Congo, A son tour, prdpara des.
candidates : 52 furent requs sur 53.
Cette ann6e, A Brazzaville, on compete 371 presen-
tes et 292 recus.


UN CONCOURS PROFESSIONNEL SPECIAL
S'OUVRIRA POUR LES FONCTIONNAIRES
DE LA BRANCH SUPERIEURE DES CORPS
COMMUNS LE 21 NOVEMBRE PROCHAIN

Un concours professionnel special est crie a l'in-
tention des fonctionnaires appartenant A la branch
sup6rieure des cadres communs d'A.E.F. (ui bn&6-
ficient, actuellement, de l'indemnitI compensatrice.
Des sessions de ce concourse s'ouvriront simultan-
ment le 21 novembre dans tous les chefs-lieux de Ter-
ritoires, et, au besoin, dans les chefs-lieux de R6gions.
Les candidates, qui auront satisfait aux 6preuves
de ce concours pourrori obtenir un advancement d'une
classes dans leur grade ou etre promus au grade sup&-
ricur s'ils ont atteint la classes superieure de leur
grade en conservant I'anciennete qu'ils avaient ac-
quise dans leurs classes et grades actuels.
Ce concours s'inscrit dans 1'ensemble des measures
prises A l'initiative de l'Administration, en vue de
porter remide aux difficulties provenant du reclasse-
ment de la function publique, touchant, surtout, les
fonctionnaires des branches superieures.


Moyen Congo

LES TRAVAUX DU CONSEIL REPRESENTATIF
AU MOYEN-COIFO

L E Conseil Representatif du Territoire s'est
reuni en session Oleniere. sous la prcsidence de
M. Lounda, et a etudie le plan d'urbanisme de
SPointe-Noire.
Etabli par M. Normand. architect urbaniste,
Grand Prix de Rome, ce plan avait d6ja et6 pr-
sent6 A l'Assembl6e en mars dernier. Modifi6 sur des
points de detail, il est, A nouveau, inscril A l'ordre
du jour de l'Assemblee. Dis que le Conseil en aura
termine avec l'6tude du plan. il abordera celle du
"budget 1950, objet principal de cette session.
*

Le Conseil representatif du Moyen-Congo a ter-
mind ses travaux de la deuxieme session ordinaire
1949. Dans une allocution, prononc6e en seance de
cloture, M. Fournea.u, Gouverneur du Territoire, a
indiqu6 les resultats de la session : budget en equili-
bre et programme de travaux proportionn6 aux
moyens de la Tr6sorerie.









LA SITUATION DE L'EXPLOITATION
FOI.ESTIERE AU MOYEN-CONGO

Sur les 1 0.ooo ha. concedes au 31 decembre 1948,
99. oo se t'ouvent dans le Mayumbe; 11.9oo au
bord de la Sangha et du Congo.
Au Mavynmbe, toute la place disponibie le long du
chemin de ier est occupe ; les nouveaux arrivants
doivent s'in,taller plus a l'interieur. La region com-
prise entire la Lodm6 et le Cabinda sera bient6t con-
c6dee en pr.'sque totalit&.
Les bord, de la Sangha et du Congo, inondes une
parties de 1'; nnie, ne sont exploitables que par ilots
emerges, d&nommes < Terres >. Ces terres sont, en
general, rides en essences de valeur : limba et ikoro
surtout.


LA DCCONCENTRATION ADMINISTRATIVE
SE FOURSUIT AU MOYEN-CONGO

L'action, ntreprise sous l'impulsion du Haut-Com-
missaire de la Republique en A.E.F., en vue de la
realisation c'une d6concentration administrative pro-
pre A assouplir le fonctionnement des services et a
accroitre leur efficacit6, se pursuit notamment au
Moyen-Con;:o.
C'est ains qu'apres la ferme administrative du ki-
lometre 17 le la station d'Inoni, les stations-pilotes
de Komono 'hevias) et Sibiti (palmiers a huile) sont
placees sous l'autorit6 directed du Gouverneur chef du
Territoire.


LINE RESERVE DE CHASSE
DANS LA REGION DE LA LEFINI

Afin de prot6ger le gibier des regions avoisinant
immediaternmnt Brazzaville et de conserver, a ces der-
nitres, leur attrait cyneg6tique et zoologique, I'ins-
titution d'une reserve de dhasse dans la zone de la
Lefini est, a .tuellement, en project.

Un repre entant de l'Inspection des Chasses, le
chef du Service Forestier du Moyen-Congo et les
chefs des districts de Djambala et de Brazzaville se
rendront bicnt6t sur les lieux afin de delimiter les
limits et le conditions d'etablissement de cette re-
serve.


LA LEFINI, AFFLUENT DU CONGO,
VA-T-ELLE. ETRE LIVREE A LA NAVIGATION

Poursuivznt ses recherches pour l'amelioration du
r6seau des voices navigables, la Direction Gendrale
des Travaux Publics a fait etudier, par une mis-
sion, les po:;sibilites de navigability de la Lefini.


Cette artere fluviale represente un int&rft certain
pour l'dvacuation des products agricoles des plateau
Batikes, en parriculier l'arachide, qu'il serait ques-
tion d'y cultiver.
On declare, de source autorisee, que les resultats
de la mission sont fort satisfaisants. A partir du con-
fluent du Congo, la Ldfini est navigable sur environ
280 km. pour des bateaux de I m. 20 de tirant d'eau
pendant la majeure parties de l'annee ; de i m. seule-
ment de juin A septembre en amount du bac de
Boembe (km. So).
Quatre rapides se succedent dans le course inf&-
rieur, mais ils sont franchissables toute l'ann6e, sauf
un oil le passage n'est, actuellement, possible que du
1" octobre au i" fevrier. Des aminagements assez
simples dans les rapides, le degagement du chenal,
des dirochements amelioreraient encore la navigabi-
lit6 de cette riviere, don't l'importance deviendrait
ainsi primordiale pour la mise en valeur des plateaux
BatIeks.


FIXATION DU PRIX DU COTON EN GRAINES

Le prix d'achat du coton en graines, pour la canm-
pagne 1949-1950, a &t6 fix6, en A.E.F., A douze frs
le kilo.


LA POPULATION DU MOYEN-CONGO

Les recensements, effectuds dans les Territoires de
la Federation, ne peuvent, certes, etre considers
come aussi rigoureux que ceux effects en M6tro-
pole, o6i les moyens mis a la disposition des services
de statistique d6mographique sont infiniment plus
perfectionn6s.
Consid6rds comme des estimations plus que come
des resultats parfaitement exacts, les chiffres obtenus
permettent, ndanmoins, de suivre la courbe ascen-
dante de la population de I'A.E.F. de celle du
Moyen-Congo en particulier.
Le tableau suivant rveile, sur 1947, un accrois-
sement de population de 28.000 Ames en 1949 :

Estimation Estimation
1947 1949


Commune mixte de Brazzaville ..
P ool ........................
N iari ........................
Alima-Lefini ..................
K ouilou ......................
Likouala-Mossaka .............
Sangha ......................
Likouala .....................

Total ..................
en plus ..........


60.000
172.000
139.000
68.000
46.000
100.000
28.000
20.000


80.000
178.000
140.000
70.000
50.000
95.000
28.000
20.000


633.000 661.000
28.000








LE REGIME CONCESSIONNAIRE
DE LA VALLEY DU NIARI

Recemment s'est tenue, A Brazzaville, une conf&-
rence relative au regime concessionnaire de la valley
du Niari, en presence de M. Grimald, Gouverneur.
Secretaire Gen6ral de la Federation.
A l'issue de la reunion, au course de laquelle cha-
cune des personnalites prbsentes a expos son point
de vue, le Secr6taire General a demanded, au repre-
sentant du Moyen-Congo, d'etablir, en liaison avec
les representants des Services economiques et ceux
des Services de I'agriculture et de l'6levage, un pro-
jet qui tiendra compete des suggestions 6mises.

DIEMOUSTICATION
MASSIVE DE BRAZZAVILLE

Depuis quelques semaines, des operations de de-
moustication massive se deroulent dans Brazzaville.
Bien qu'un sixieme seulement du materiel prevu ait
pH etre mis en service, elles ont un caract&re d'une
ampleur tris sup6rieure a celle de l'an dernier. Con-
trairement A ce que l'on pourrait croire. le Service
urbain d'hygiene n'utilise pas d'avion pour mener a
bien la demoustication qu'il a entreprise : ceci en
raison de la topographie de Brazzaville, de la brise
au sol qui chasserait rapidement le produit et de
I'abondance de la vegetation qui l'intercepterait
avant son arrive au sol. La pulv6risation se fait donc
au moyen d'un apparel special, la < Tifa.>, fix6 sur
une remorque, elle-meme aocroch6e A un camion.
Ce systeme permet A la fois un travail efficace dans
les rues et une action non moins efficace de d6motus-
tication des cases. En effet, dans ce dernier cas, la
remorque est d6croch6e du camion et peut etre pous-
see A la main d'une habitation a l'autre tris rapide-
ment. L'objectif que s'est fixed le Service urbain d'hy-
giene est la distinction aussi complete que possible
des moustiques de Brazzaville. Divises en secteurs
sucdessivement visits, apres une' reconnaissance en-
tomologique serieuse, le centre urbain et les agglo-
m6rations africaines ont done toutes les chances d'etre
d6barrasses de l'agent vecteur no i du paludisme.
La d6moustication se d&roule parallelement sur
deux plans distincts : lutte anti-adulte : lutte anti-
larvaire.
Lutte anti-adulte
Elle est pratiquee dans les logements, bureaux,
ecoles, cinemas, lieuix publics, etc... ; les bateaux et
les wagons du C.F.C.O. sont disinsectises A periodes
fixes. La d6moustication s'effectue A chaud avec une
solution de D.D.T. < Spray > en dissolution A 5 %
dans le p6trole. Cette solution est pulvdrisde sur les
murs et les plafonds A raison de 40 gr. au m2, ce
qui correspond A 2 gr. de D.D.T. pur au m2.
Pour les locaux A murs poreux, telles que les cons-
tructions africaines en banco, et les locaux de dimen-
sions particulierement importantes, hangars, maga-


sins, etc..., on emploie de preference la poudre mouil-
lable de Ditrene W.P. A 35 % de D.D.T. pur. La con-
centration de 70 gr. de poudre par litre d'eau per-
met, avec les moyens actuellement mis en service,
d'obtenir une dose de i gr. de D.D.T. pur au mn.
L'op6ration etant immediatement rep6t6e donne une
dose de 2 gr: de D.D.T. pur au m', et peut done Ctre
consid6r6e comme tris efficace.
Lutte anti-larvaire
Elle a pour objet, apres une reconnaissance des gi-
tes, la destruction des ceufs de moustiques partout ofi
ils ont pu etre reports. Pour cela, des 6quipes specia-
lis6es visitent les terrains vagues, les flaques d'eau.
enlevent les boites vides et autres objets susceptibles
de servir de gites A larves, et signalent les gites per-
manents qu'elles ont d6couverts.
Les products utilises sont :
-- la poudre du Gyron (geigy) A 5 % de D.D.T.
pur (2 gr. au m2) ;
le malariol H.S. (shell) A 5 % de D.D.T. en
dissolution dans du gas oil. 30 litres de ce produit A
l'hectare suffisent pour la destruction rapide des lar-
ves.


Dans l'tat actuel des choses, compete tenu de la
penurie de personnel specialist, et du fail que tous
les appareils demands par le Service urbain d'hy-
giene n'ont pu etre mis en service (i sur 6 fonctionne
en ce moment), 1'efficacit6 de la lutte anti-palustre
est encore relative.
Cependant, tout est mis en oeuvre pour pallier ces
carences : les pulverisations sont r6ept&es plusieurs
fois dans le meme secteur ; en particulier apres les
tornades qui delavent la vegetation et detruisent les
dep6ts de D.D.T.
La d6moustication des grands centres n en est en-
core qu'a son stade initial.
Les premiers rdsultats obtenus, tant a Brazzaville
qu'A Pointe-Noire. Dolisie, etc... sont des plus en-
courageants.
11 n'est pas douteux que, dans un proche avenir,
la lutte anti-palustre ne soit aussi generalisee et ne
s'avere aissi efficace en A.E.F. que dans d'autres
Territoires voisins d'Afrique, oi les moustiques ont
pratiquement disparu, entrainant la reduction mas-
sive de la morbidity paludenne, de la mortality in-
fantile et des auttres affections causes ou propagees
par les anopheles.


UNE NOUVELLE ZONE D'ELEVAGE
EST
EN VOIE DE CREATION DANS LE M'BOMOU

Depuis le premier exode patronn6 par le Service de
l'Elevage en 1939, les yeux des Peuhls nomades de
I'Ouham Pend6 n'ont cess6 de se turner vers I'Est
pour y trouver de nouveaux parcours de package.







Aprbs la formation de ce troupeau, d6jA impor-
tant puisqu'il atteint 80.oo0 ttes, I'attrait exerce par
les savanes situees a l'Est de la Kotto s'est manifests
A plusieur: reprises par des demands de pousser
vers le M'Bomou, nouvelle Terre Promise, puisque
neuve. Mais ces demands n'ont pas etd prises en
consideration, I'espace etant jug6 suffisant dans la
region de Klambari.
Favorablement, par centre, a 6td accueilli un mou-
vement am3rc6 ayant le Baguirmi pour point de dd-
part et le Soudan anglo-egyptien come objectif
primitif pour penetrer dans la region de Yalinga et
finalement la zone des plateaux de Pombolo, entire la
Kotto et le M'Bari. Plus de 3.000 bovins de race
m'bororo ;oajou ont franchi maintenant la ceinture
de glossine.; de Ouadda Djale pour arriver a Yalinga.
Cette percde, tres dangereuse sinon impossible, a
pu &tre realisbe dans des conditions satisfaisantes,
grace A la chimio-prophylaxie par emploi du chlorure
de dimidiu n. Du long interrogatoire mend aupr&s de
28 pasteur: don't les troupeaux totalisent 1.447 tetes
d'animaux ayant recu la piqree i Gordil, 27 ont suc-
comb6 A Ila trypanosomose on a d'autres causes, 8
en effet ont 6te vi'times du traitement lui-meme peu
aprts ce drnier et 28 autres dans un delai de deux
A trois sen aines a des accidents de photo-sensibilisa-
tion deter nines eux aussi par la trypanocide. La
mortality consecutive A l'injection est done au total
de 2,5 %.
Par conlre, un troupeau appartenant A Kochori et
qui n'a pa 6te6 trait, etant venu trop tard au poste
de control, a perdu 35 sujets sur 50 en course cde
route, ce cui correspond A 70 7 de dichet pour la
traversee c e la ceinture de tse-tses.
II n'y a done rien d'dtonnant A voir les eleveurs
satisfaits lie cette intervention et annoncer, pour la
prochaine ;aison seche l'arrivee de nombreux coreli-
gionnaires .
Sans doi te faudra-t-il surveiller et, le cas chantn,
traiter ce nouveau stock. 11 y a, incontestablement,
en effet, d,.s sujets qui, malgre le chlorure de dimi-
dium, sont arrives malades de trypanosomose et don't
certain ne survivront pas.
Quoi qu ii en soit, il est probable qu'un nouveau
troupeau s.: constituera dans lc -secteur Est et qu'une
nouvelle z( ne d'dlevage sera creie.
Les troi peaux doivent rejoindre les savanes de
Pombolo. 1n aucun cas, i's ne doivent s'infl&chir vers
Bria et Ipl'y.
Cette measure est parfaitement judicieuse : si la
poussee en provenance du Tchad se renouvelle en
effet I'an prochain, comme l'a announce l'un des chefs
de groupenent, il faut 6viter introduction de mala-
dies redoul ables don't I'existence est certain au Tchad
et encore inconnue en Oubangui-Chari : la peste,
particulir.,ment.
Us pourront fournir les chantiers niiniers ou les
centres urhains, don't les besoins en viande sont tou-
jours croi:;sants.


Gabon

LE DIAMANT DU GABON

LES recherches de diamant au Gabon viennent
seulement de commencer. Jusqu'A ces dernieres
annees, les socidtes ne s'6taient interess6es A ce
Territoire que pour la recherche de l'or, et c'est
I'Oubangui qui possedait, a peu prEs, le monopole
de l'extraction du diamant.
En 1948, il en a exported 120.000 carats.
Cependant, des permis de redherches avaient &t6
accords au Gabon avant la derniere guerre, en par-
ticulier dans le Sud. entire le N'Gounie et l'Ogoud, et,
dans le Nord, autour d'Oyem, non loin des frontiB-
res de la Guinee espagnole et du Cameroun.
En 1946, s'est installed la premiere compagnie spd-
cialisde : une filiale de la Compagnie Miniere de
I'Oubangui oriental s'est form6e pour la prospection
de permis g6neraux accords en 1939. Puis, la So-
cidte de Recherches et d'Exploitation Diamantiferes
Soredla a ouvert dans le district de M'Bigou. Mais
cette installation ne constitute qu'une premiere tape,
d'autres etant prevues dans quelques mois sur des
permis plus riches.


PROSPECTION DE MANGANESE AU GABON

Accompagnd d'un representant du Service des Mi-
nes du Moyen-Congo, le repr6sentant de 1' << Oliver
Iron Mining Company >, qui sejourne actuellement
en Afrique central. visitera les mines de manganese
de Franceville et Sindara.


ARRIVE DE DEUX PONTONS
DU PORT FLOTTANT D'ARROMANCHE

Deux pontons Mulperry, qui appartenaient au*
port flottant d'Arromanches, ont et6 amends de Port-
Gentil A Libreville par le remorqueur hollandais
< Rhodesie >.
Le placementn, qui a eu lieu en deux temps, s'est
termine le 2 octobre. Les deux pontons sont destinds
A &tre cou.les et serviront de caissons pour les fonda-
tions du nouveau port de Libreville.


LE GABON ADOPTED LE DEPARTMENT
DES LANDES

Le Conseil Representatif du Gabon a adopted le
department des Landes et mettra, pendant dix ans,
a sa disposition la superficie de ses forts exploita-
bles. Le Conseil a vott un credit immediate de cinq
cent mille francs pour venir en aide aux sinistr.s.







LE DIVELOPPEMENT DE L'ELEVAGE
AU GABON, POUR L'APPRIVOISEMENT
DES BUFFLES SAUVAGES
DANS LA REGION DE LA N'GOUNIE

Comme toutes les autres zones du Gabon, la
N'Gounie est d6pourvue de bceufs domestiques et
seuls moutons et chevres gravitent autour des ha-
meaux et des villages.
Un 6levage bovin serait cependant susceptible d'y
Etre d6velopp6 par l'implantation de troupeaux do-
mestiques en provenance d'autres contries (Came-
roun, Guinee, etc...).
C'est une solution analogue qui est projet6e au
Voleu N'Tem.
Toutefois, la region de la N'Gounie parait 6mi-
nemment propice A une autre experience plus inte-
ressante : celle de la domestication des buffles sau-
vages par croisement avec le buffle domestique, sui-
vant un mode A mettre au point.
Le buffle abonde dans le pays. Des essais de do-
mestication ont reussi a plusieurs reprises au Tchad
et au Gabon. Mais ils ont toujours port sur un pe-
tit nombre d'indtvidus. Pour recueillir des jeunes, il
faut sacrifier inutilement des adults et si les petits
captures sont trop pris de la date de leur naissance,
ils succombent en grande proportion A des accidents
de regime. (A noter aussi qu'il est difficile de se pro-
curer le lait necessaire A les clever).
La meilleure faqon d'operer semble resider dans
la capture d'un troupeau complete, en l'amenant A p6-
n&trer dans une zone de son habitat tenant A la fois
de la savane et de la fort, pourvue d'eau et pr6ala-
blement cl6tur6e.
Enferm6 dans cette barriere, le troupeau serait de-
barrass6 des mAles par des chasseurs professionnels.
Ces males seraient remplac6s par des taureaux im-
portes d'Europe, d'ltalie par example, en Age de pro-
creer.
Les jeunes, n6s dans un delai de to mois apris
cette introduction, seraient captures et mis dans un
autre parc A l'epoque du sevrage. Les products ap-
parus alors constitueraient un lot form de metis que
1'on pourrait domestiquer et exploiter par la suite.
Le project, bien que hardi, ne parait pas utopique.
Sans doute ignore-t-on et le comportement des ani-
maux don't I'importation est envisagee et celui des


metis dans le milieu natural. Mais l'operation est in-
t6ressante au double point de vue zootechnique et
zoologique.
La zone de N'Dend6 semble convenir A cette ten-
tative.
Tel est le r6sultat des observations effectuees au
course d'une r6cente tournde dans cette region par
M. Dauzats, Inspecteur general de 1'Elevage.
Des experiences interessantes en doivent decouler,
don't la port6e est ind6niable, d'abord sur le plan
zootechnique, mais aussi, A plus longue echeance, sur
celui de la mise en valeur du Territoire.


Oubangui Tchad

LA SESSION BUDGETAIRE
DU CONSEIL REPRISENTATIF DU TCHAD

L E Conseil Representatif du Tchad a tenu sa
session budg6taire. Cette session s'est cuverte le
20 septembre A l'H6tel du Gouvernement, en
presence du Gouverneur de Mauduit et des chefs des
services administratifs.
Dans son allocution d'ouverture, le chef du Terri-
toire a expose, d'abord les difficulties rencontrees
pour 6quilibrer le budget. I1 a fait part des r6ali-
sations envisagees et insisted sur la necessity d'accom-
plir un effort productif pour active le programme
d'6quipement et les realisations sociales.
Le senateur Bechir Soj presidait la seance.

REPRISE DE LA LIAISON
a ALGER-ZINDER-FORTLAMY ;

La Societe Africaine des Transports Tropicaux,
qui assure des services r6guliers entire l'Algerie et le
Tchad, reprend ses liaisons automobiles transsaha-
riennes < Alger-Zinder-Fort-Lamy > et vice-versa, A
la fr6quence d'un voyage tous les quatorze jours
dans chaque sens.
Ces services seront assures de bout en bout par des
autocars pullman de huit A dix places, offrant un
confort appreciable eu regard aux difficulties de par-
cours.


7ppp-









TOGO


PASSAGE
DE M. BOISDON
A LOME


S., jour A Lomd, M.
3 Boisdon, prdsi-
dent de 1'Assemblde de
l'Union Francaise, a
visit la ville, les tra-
vaux en course de reali-
sation et a 6t6 regu A la Chambre de Commerce et a
1'Assemblec Repr6sentative. 11 a pris contact avec
1'ensemble de la population A l'occasion de plusieurs
receptions donndes au Palais du Gouvernement. 11
s'est particulierement intdress6 a l'6tude du pro-
gramme d( developpement de l'enseignement, ainsi
qu'A l'exar;en de la situation economique.


DISCOURS DU GOUVERNEUR CEDILE
A L'OUVE RTURE DE LA SESSION BUDGETAIRE
DE L'ASSEMBLEE REPRESENTATIVE

Le 30 septembre s'est ouverte, A Lomd, la session
budg6taire de l'Assemblee Representative du Togo.
A cette occasion, le Gouverneur CUdile, Commissaire
de la R6pLblique, a prononc6 un important discours.
don't voici les passages essentiels :
La tend,,nce de 1948, caracterisie par un fort ac-
croissemen: des exportations et un sensible ralentis-
sement des importations, a ite, cette annde, totale-
ment renvi'rsde puisque nous notons, le 31 juillet,
vis-a-vis d une tris grosse augmentation des importa-
tions de tcutes sortes une stagnation relative des ex-
portations.
L'elevat.'on des importations itait prdvisible et
nous le so tbaitions. Les fournisseurs, jusqu'ici inca-
pables de l.vrer la multitude des conmandes don't ils
dtaient chbrgds, se sont vus, d'un coup, dans la pos-
sibilitd de satisfaire tris rapidement tous ces mar-
chbs nos importations, de 18.ooo tonnes en 1946,
sont pass' a 20.000 tonnes pour les sept premiers
mois de l',nnie ; ce n'est pas encore, certes, I'abon-
dance, ma s nous n'avons plus a redouter la pdnurie.
La situation est aisde pour le sucre, la marine ; la
liberty de vente du ciment a dti accordle ; les ar-
rivages de t6les onduldes permettent d'importantes
distributions ; le march noir, si difficile a combattre
tant il est favorisd par une deplorable organisation
du commerce de detail, ddcroit, grace a l'abandance
des stocks : de nombreux vdhicules automobiles neufs
sillonnent !es routes, des engines mecaniques sont en
service daas nos fermes et sur nos chantiers ; de


meme est en course de livraison le materiel routier
que nous attendions avec tant d'impatience.
Nos exportations qui, durant le premier semestre,
maintenaient une progression comparable a celle de
1948, ie s'amiliorent plus et, mene, commencent a
diminuer. Cette diminution ne touche pas tous les
products, puisque les arachides decortiquees, favori-
sees par une excellent recolte, le coprah, le cafe sont
en augmentation. Mlalbeureusement, nous notons des
reculs important sur le tapioca et les palmistes,
moins graves sur le cacao.
C'est done surtout l'avenir des exportations qui
nous preoccupe, et, en particulier, celle des oliagi-
neux.
L'activite du commerce local, I'effort accru des
producteurs pour amnliorer tant la quantity que la
quality de leurs products, nous permettront, egale-
ment, de compenser une baisse des course.



Les travaux da plan dicennal contribueront a
maint'ezir, dans ce Territoire, un effort iconomique
et financier qui empichera tout ralentissement d'ac-
tivite. Cette annee 1949 voit le < lancement*effec-
tif > du plan, sorti de la period difficile et longue,
ddsesperante, parfois, des itudes.
... Acceleration du rythme des realisations ? On en
trove le reflet dans la progression trimestrielle de
ces depenses : elles sont passes de 1.239.920 francs
au troisieme trimesire 1948 a 14.489.955 francs pen-
dant le quatrinme, puis a 28.862.905 pour le premier
trimestre 1949, pour atteindre, enfin, 884.84.576 pour
les mois d'avril, mai et juin.
Ainsi, en dipit des lourdes difficultis initiales, mal-
grd des retards dus aux incertitudes et aux flotte-
nents qui accompa,,lenct toujours la naissance d'une
entreprise de tell envergure, nous sommes, actuelle-.
ment, outilles pour poursuivre ces travaux a une ca-
dence acceldrde. Nos demands de credits sont par-
faitement en rapport avec notre pouvoir d'utilisa-
tion.
... Dans tout Ie Togo, des chantiers sont ouverts.
Chacun de vous a pit se rendre compete de la rapidity
avec laquelle s'edilient les p[., i'll.'i' de l'b6pital de
Lomd ; le march relalif a la deuxidme trance sera
incessamment pass : les chantiers du lycee s'ouvri-
roni dis les premiers mois de l'annee prochaine. Une
socidti a entrepris l'dtude de os routes pour la cons-
truction de cbausseis stabilisies et le mois de dicem-
bre verra commencer la rifection de la route d'And-
cho ; les travaux d'adduction d'eau de la region de
Tsevie, le perfectionnement du systinie de distribu-
tion de Lome seront entrepris d'ici pen ; ceux de Pa-
limi sont presque achevds.








Nous poussons, sans cesse, I'equipement agricole,
sanitaire et scolaire de l'intirieur ; dans ces domaines,
je desire que les efforts portent, en priority, sur les
regions jusqu'ici moins favorisees et, tout particu-
lidrement, le Nord du Territoire...



Les rdalisations actuelles, dans les domaines so-
ciaux, de l'enseignement et du service de sante, faites
dans l'interit unique des habitants, necessiteront, an-
nuellement, pour leur entretien et leur fonctionne-
ment, des dipenses considerables.
Ces depenses devront itre paydes par les utilisa-
teurs et le principle de la gratuity des services, come
celui de l'enseignement, imposera, sans delai, une rd-
vision complete des tarifs et une augmentation des
imp6ts pay's par chacun, directement, pour assurer
la vie de la collectivitd.
Le Gouverneur C6dile a donned, ensuite, des pre-
cisions sur 1'amenagement d'un certain nombre de
taxes, droits et imp6ts et, soulignant que les depen-
ses de personnel sont toujours plus imporlantes -
elles constituent pros de 45 % du total du budget -,
il a ajoute qu'elles 6taient justifiees :
.. Parmi les grands resultats que l'on peut met-
tre a l'actif du Togo, les plus beaux sont, d'ores et
dja, ceux du service de l'enseignement. Notre but
vous le connaisse. : il est le v6tre. C'est de pouvoir,
un jour prochain, constater que tous les enfants du
Togo peuvent aller a l'ecole ; c'est d'avoir, dans
chaque village, l'ecole que les chefs, les habitants, et
vous-mnz es, Messieurs, vous riclamez ; c'est de pou-
voir, a breve echbance, declarer l'ecole obligatoire.
Ce jour arrivera. Plus que vous encore, je voudrais
qu'il ait deja lui. Nous employons toutes nos forces a
hater sa venue. Je ne pense pas etre optimiste en dd-
clarant que nos espoirs seront devenus, dans peu
d'annees, une certitude si nous maintenons, sans flj-
chir, le rythme actuel de nos progrds.
Je ne veux brosser qu'un bref tableau de nos rea-
lisations et de nos projects l'enseignement official,
avec 216 classes le \" octobre 1948, comptait 1 .709
elves ; au 1" octobre 1949, nous ouvrirons 200 clas-
ses, c'est-a-dire une augmentation de 34 '. avec
20.000 eldves. Parallelenzent, le nombre d'ejlves de
I'enseignement secondaire et technique passera de 303
a 450 ileves.
Avec l'appoint si utile, et qui fut, si longtemps
predominant au Togo, de l'enseignement mission-
iaire, c'est 35.000 eleves environ qui frequenteront
nos ecoles primaires, et 6oo qui suivront les classes
des etablissements secondaires.
... Notre action nous place resolument, et nous
maintiendra en avant. Nous avons, les premiers, dans
tous les Territoires de l'Union Frangaise, commence
a rdaliser l'education de masse. Deux stages out eu
lieu a Palime et a Blitta, tous les deux avec'le plus

52


grand succes : plus de deux cents stagiaires en ont
suivi les course au milieu d'un grand enthousiasme.
Nous pensions, en continuant dans cette vote, ripan-
dre, dans les villages les plus recules, non certes une
education exclusivement scolaire, mais une formation
social qui fasse participer chacun aux avantages et
aux joies de la vie.
... Ce budget de 1950, sur lequel je ne m'etendrai
pas plus longtemps, est, pour le Togo, le tetmoignage
d'une situation stable, aisee, enviable. Ce Territoire,
malgri des charges sans cesse accrues, charges qu'il
a voulues, qui sont ndcessaires a son deveioppement
social et. economique, prove qu'il peut svbvenir a
ses besoins. Le travail et la volonte de tons assure-
ront seuls, en depit des difficulties possibles et en de-
pit des depenses accrues imposees par son evolution,
le maintien de cette situation favorable.


UNE INTERVENTION DU DIELEGUE
BRESILIEN
A LA COMMISSION DES TUTELLES
DES NATIONS UNIES

Au course de la stance de la Commission des Tu-
telles des Nations Unies, consacree A la question des
unions administrative liant certaines pulssances a
des territoires non autonomes, M. Ivo Daquino, d6-
l1gu6 du Bresil, a d6clar6 que le system ce l'Union
Francaise faisait naitre des doutes quant a la possi-
bilite de la libre evolution, dans l'esprit de la Charte,
de certain territoires sous tutelle.
L'orateur a precise que l'union administrative
liant, notamment, leTogo et le Cameroun A la France
dans le cadre de l'Union Francaise, ne tenait pas
compete de l'opinion des peuples int6resses e: pouvait
etre considedre, sous un certain point de vzi', come
susceptible de faire obstacle au complete developpe-
nent vers l'autonomie ou l'ind'pendance de ces ter-
ritoires.


A LA COMMISSION CONSULTATIVE
FRANCO-BRITANNIQUE

Lors de sa ,derniere reunion A Lom6, le 22 avril,
la Commission Consultative pour les Affaires togo-
laises avait prevu sa prochaine. session pour la fin du
mois d'aouit, a Accra. La designation du nouveau
Gouverneur de la Gold Coast a fait remettre la reu-
nion au 7 octobre.
C'est donc A cette date que la session s'es- ouverte
a Accra, sous la co-presidence du Gouverneur Cedile,
Commissaire de la Republique au Togo, et de Sir
Charles Noble Arden Clarks, Gouverneur de Gold
Coast. Les deux membres representant le Togo sous
tutelle franqaise sont toujours M. Sylvanus Olympio
et M. Fare Djato.








Les questions frontalieres et douanieres, la coop&-
ration culturi:le, les communications et la collabora-
tion dans les different domaines techniques figurent
comme matiires importantes A l'ordre du jour de
cette session.


L'ETABLISSEMENT D'UNE CARTE
AU .1/100.000'
DU TOGO ET DU DAHOMEY

L'a6rodronme de Lome a requ, le 18 octobre, les
trois forteres;es volantes et le Junker, transportant


le personnel et le materiel du Service G6ographique,
qui vient entreprendre la carte au I/Ioo.ooo" du
Togo et du Dahomey.
Les procedes employes seront ceux de la photo-
grammetrie, partant des plus recentes techniques de
1'Institut Geographique National. Les avions evolue-
ront, pour prendre leurs photographies, A plus de six
mille metres du sol. On estime que la couverture des
deux Territoires pourra ftre achevee en trois 'mois.
Pour le d6veloppement, le tirage, I'assemblage des
cliches, un laboratoire a 6t6 construit A proximity de
l'a6rodrome, ainsi qu'un magasin. Le courant 6lec-
trique sera amen6 5 ces installations.









MADAGASCAR


A L'ASSEMBLIEF
PROVINCIAL
DE TANANARIVE

EUNI rc cn session

bl6te Provinciale tie
Tananarive a procide
l'election de son buleaUl
ct de sa Commission
pelr.iranncltc.
A l'unanimite, M. Labrousse a et6 rtSelu president
de 1'Assemble Provinciale.
\ocici la composition du Bureau :
President : M. Labrousse : vice-presidents :
PMM. Valentin et Rakotonirina : secrttaires
MM. Gay et Rabenja.
D'autre part, M. Louis Rakotomalala a etc reeliu
a la presidency de la Commission permanent, qui
est ainsi composer
PrIsident : M. Louis Rakotomlalala : secreaire
M. Rakotonirina; membres : MM. Gay. Robert
Lapidaire el Rabenja.
L'Assemblee Provinciale s'est, ensuite. reunie en
C(ominission pleniere pour I'examen du budget sous
la presidence de M. Louis Rakotomalala.


DES OUVRIERS SPECIALISTES
CHERCHENT DU TRAVAIL A MADAGASCAR

A la suite de la demand, presentee par I'Organi-
sation Internationale des R6fugies (O.1.R.) A divers
Gouvcrnements et, notamment, au Gouvernement
frangais, d'envisager le placement, dans l'Union Fran-
aise, de << personnel deplaces >> actuellement sans
emploi et offrant des references professionnelles tde
premier ordre, I'lnspection Generale du Travail a
Madagascar vient de lancer un appel aux entrepri-
ses privees de I'ile susceptibles d'offrir des emplois
a ces refugies.


UNE NOUVELLE ECOLE OFFICIELLE
DANS LE DISTRICT DE L'ANDROY

Le village de Sampana, canton d'Ampasimpolaka,
dans le district -de l'Androy, est dot6 d'une cole de-
puis le mois de septembre. II a fall, pour la cons-
truire, surmonter de grosses difficulties ; I'eau, en ef-
fet. devant ktre amen6e de quinze kilometres et les
mat6riaux de couverture de vingt-cinq kilometres.


La collaboration de la population Tandroy a permis
de les surmonter.


LE PROFESSEUR MILLOT EST PARTI
POUR NAIROBI

Le prolesseur J. Millo't, Directeur de Ie Recherche
Scientifique, a quite Madagascar le i" crtobre, par
I'avion d' << Air-France >>, pour Nairobi. II v fera
line conference sur la Grande Ile, i I'occa;son du troi-
sicme congress international de tourism africain. et
visitera les principaux centres de recherches de 1'Afri-
que oriental.
II se rendra, ensuite, en Afrique du Sud ; il y re-
presentera le Gouvernement francais A I'importante
Conference Scientiiique Internationale it Johannes-
burg. oi doivent ktre examines, a I'exclusion de toute
question politique, les problems essenliels d'ordre
technique interessant l'homme, sa vie el son milieu
en Afrique et dans les terres avoisinantes et ofi sera
envisagee, entire tous les organisms interesses, la mise
sur pied d'une cooperation effective dans les domai-
nes scientiliques et techniques.
Le professeur Millot sera assisted du professeur Me-
nod, cde nIMM. Besaisaire et Grandclemeni:. represen-
tant respeciivement l'Afrique occidenta: franchise,
Madagascar et le Cameroun.


CREATION D'UN BUREAU
DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES

Le joiurna! Of/iciel de Madagascar du 24 septem-
bre public un arrete diu aut-Commissaire creant
un Bureau des Affaires sanitaires et social es A !a Di-
rection des Affaires politiques et portant oiodification
a I'orgaanisation de ce service.
Ce Bureau est charge tu contrnle et de la coordi-
nation de I'activite ties dilTirentes oauvies medico-
sociales existantes et, nolamment, de c(lles ayant
pour objet la protection de l'enlance (ccuvres officiel-
les, ceuvres privees diver'ses faisant appel iux subven-
tions et A l'aide materielle des budgets general et pro-
vinciaux de Madagascar, Weuvres filiales de la Croix-
Rouge, etc...).
Le Bureau des Affaires sanitaires et sociales eta-
blit, complete ou article les programmct des diff-
rentes ceuvres.


LA QUESTION DES ORIGINAIRES

M. Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-
Mer, a requ, le 3 octobre, le Dr Maurice Payet, pr&-








sident de l'A:,sociation des Originaires de Madagas-
car.
Cette audience ministerieiie faisait suite a l'entre-
tien que le Di Payet avait eu, quelques jours plus t6t,
avec M. Babcau, sous-directeur du Budget au Minis-
tere des Finances.
Au course di ces conversations, a 6et reprise la ques-
tion des originaires telle qu'elle se present apres les
etudes qui ort 6et effectuees dans le divers d6parte-
ments ministtriels int6ress6s durant ces derniers mois.
II semble quC le Gouvernement soit appel6 tris pro-
chainement A se prononcer sur les nouvelles solutions
envisages.


LE COUT DE LA VIE

Le Journal Officiel de Madagascar public l'indice
g6n6ral du coat de la vie. Au i" octobrel949 (base
ioo au I" janvier 1946), il s'6tablit a 321.


LA LUTTE CONTRE LES SAUTERELLES
A I 'AIDE D'AVIONS LEGERS

Selon l'hel domadaire Tana-Journal, le Service
anti-acridien a effectue, dernirrement, des essais de
protection de:- rizieres contre les sauterelles, dans la
region de M irovoay .(carte nord-ouest de 'ile) au
moven de tro.s appareils < Morane 502 > don't dis-
pose l'aviatio i militaire.
L'ann6e derniere, a pareille 6poque, des dommages
consid.rables, values A plusieurs dizaines de millions
de francs, avaient 6t6 causes aux rizieres. Ces pre-
miers essais a-iraient donn6 d'excellents r6sultats.


LA CULTURE DU QUINQUINA

Sous le titi << Les Quinquinas de Madagascar >.
M. Baranger, professeur A l'Ecole Polytechnique.
actuellement .'n mission dans File, public un article,
tres document 6, sur l'importante question de la cul-
ture du quin luina que Galli6ni introduisit dans ce
pays, oil il pousse remarquablement bien et qui y
trouve un teirain particulierement favorable.
< Ces pr(duits (extraits du quinquina), 6crit
Baranger, acqui6rent une importance supplemen-
taire pour Madagascar, car ils peuvent y &tre fabri-
ques sur pla..e et rendre ce pays ind6pendant des
fournitures enirop6ennes ou americaines, notamment
en temps de .uerre.
< Les qui iquinas poussent, en effet, remarqua-
blement bien dans 'ile. Les ecorces, recolt6es A la
montagne d'Ambre ou A la Mandraka, pros de Tana-
narive, sont parmi les plus riches du monde, leur te-
neur en alcaloides d6passe souvent o1 et 12 %. De
nombreuses ecoles de la region de Tananarive ont
plant, avec succes, des quinquinas. Dans la region


montagneuse d'Ambohidray, les graines de quin-
quina trouvent un terrain si favorable qu'elles se
resement spontanement dans les sous-bois avec au-
tant de facility que dans leur pays d'origine. D'au-
tres regions seront indiquees. par le Service des Eaux
et For&ts, A ceux qui voudraient constituer des plan-
tations de quinquina. Ils recevront, de ce Service,
tous les conseils n6cessaires.
< L'extension de ces plantations est, en effet, en-
visag6e dans 'ile en vue de la distribution de reme-
des abondants et bon march aux populations mal-
gaches. Une premiere usine d'extraction des 6corces
est en course de construction dans la region de Didgo-
Suarez. Cette usine pourra traiter les 6corces en pro-
venance de la montagne d'Ambre. Les proc6d6s d'ex-
traction, nouvellement mis au point par le Labora-
toire de Chimie Organiquee de 'Ecole Polytechnique,
sont extremement simples ; ils n'exigent aucun appa-
reillage complique et peuvent Stre mis en oeuvre dans
des usines faciles a installer n'importe oil, A tres bas
prix. Ces procedes sont mis gratuitement A la dispo-
sition du Gouvernement. >


DANS L'ARCHIPEL DES COMORES

Slier encore, peu connu, les iles Comores, Mayotte,
Anjouan, Moheli, Grande Comore. connaissent au-
jourd'hui ine activity febrile.
Des plans sont dresses, des programmes 6tablis, des
technicians circulent, des elus des populations s'af-
fairent dans les Assemblees consultative ou parle-
mentaires. Oui, comme l'a soulign6 M. G. Bousse-
not, I'un des porte-parole du Territoire, < les Como-
res sortent de I'oubli >.
Le riglement du problem agraire
Jusqu'A une date recent, ce fut en effet le grand
problem de l'archipel, le plus angoissant si l'on se
rend compete qu'a la Grande Comore et A Anjouan,
oii la density de la population est la plus forte, la
quasi totality des terres se trouvait etre le domaine
des soci6ets de colonisation. D'ofi les importantes
migrations qui eurent lieu vers les regions plus
propices de l'Afrique orientale : Kenya, Tanganyika,
Zanzibar, Mozambique, et surtout vers la Grande
lie sceur : Madagascar.
Aujourd'hui, A la suite des dol6ances des popula-
tions et de l'action pressante de leurs representants,
la question agraire est en voie de reglement. Les so-
ci6t6s ont c6dd des terrains pour les cultures vivri-
res des habitants autochtones ; une commission sp6-
ciale est sur place qui a pour mission une nouvelle
repartition, equitable, des terres.
Equipment iconomique et social
Dans le cadre du F.I.D.E.S. (Fonds pour le Dove-
loppement Economique et Social), un plan a et6
6tabli, don't le montant s'6elve A pres de 625 millions








de francs, don't 254 millions incomberaient A la
France sous forme de subvention, tandis que 371
millions seraient supports par le budget propre du
Territoire sur credit du F.I.D.E.S. au taux de I o
en 50 ans. C'est ainsi que, du "' juillet 1948 au
30 juin 1949, 117.400.000 francs d'autorisations d'en-
gagements et 147.600.000 francs de credits de paye-
ment ont ete mis a la disposition de l'archipel.
Tel est le programme. Oii en est la r6alisation ?
11 semble, A premiere vle, que la mise en oeuvre
de ce programme, qui touche l'ensemble de l'infra-
structure economique et social de l'archipel (ports,
r6seau routier, bases aeriennes, communications
radio-electrique, agriculture, enseignement, 6quipe-
ment sanitaire et social, etc...), ait rencontr6 d'assez
serieuses difficulties, imputables en particulier au
manque de technicians. au peu d'empressement des


soumissionnaires pour les adjudications de travaux,
au defaut de mat6riaux de base.
Ces difficultis n'ont pas manque d'avoir leurs re-
percussions sur le rythme des realisations. C'est pour-
quoi, sans doute le quatrieme rapport semestriel sur
la realisation du plan de modernisation et d'6quipe-
ment portant sur les resultats au 31 d6cembre 1948
ne fournit aucune indication sur le bilan des travaux
effectues aux Comores.
La substitution du plan quadriennal au plan d&-
cennal primitivement adopt permettra-t-elle d'im-
primer le dynamisme necessaire A la rdalisation du
programme envisage ? 11 faut du moirs l'esperer.
Quoi qu'il en soit, il est certain que la rotation du
Territoire d'un minimum d'equipement economique
et social est la condition indispensable a sdn d6velop-
pement.


NOUVELLE CALEDONIE


,-- LE COMMERCE DE
-LA NOUVELLE-
CALEDONIE
AU COURSE
DU PREMIER
TRIMESTRE 1949

L commerce ext&-
t6rieur de la Co-
lonie au course des
trois premiers mois de cette ann6e se pr6sente com-
me suit :
Importations. 48.445 tonnes pour 169.299.000
francs (pour les trois premiers mois de 1948, 19.788
tonnes pour 135.508.ooo francs).
Exportations. 28.932 tonnes pour 83.277.000
francs (pour les trois premiers mois de 1948, 11.307
tonnes pour 40.816.000 francs).
Les importations se repartissent de la facon sui-
vante :


France ..............
Colonies frangaises ...
Etats-Unis ...........
Australie ............
Autres pays ..........


53-438.o00 Frs
15.125.000 >>
6o.652.coo >
36.903.c00 >
5.205.c0o >


Les exportations s'etablissent ainsi qu'il suit :


France ..............
Colonies franchises ...
Etats-Unis ...........
A ustralie ............
Autres pays ..........


52.200.(,OO Frs
1.821.000 >
16.836.coo >>
4.627.coo >
7.703.c00o >


Les principaux products exports sorn : mineral
de chrome. 26.289 tonnes, contre 10.363 tonnes pour
la mrme periode de 1948; mattes et ferro-nickel,
1.120 tonnes centre 340 tonnes pour les trois pre-
miers mois de 1948; caf6, 302 tonnes (346 tonnes
en 1948) ; coprah, I13 tonnes (2 tonnes en 1948);
peaux. 119 tonnes (119 tonnes en 9)48) ; trocas,
Ito tonnes (99 tonnes en 1948).


~9-L-









iTABLISSEMENTS DE L'INDE


A PROPOS
DE LA DATE
DU REFERENDUM
DANS LES
ETABLISSEMENTS
FRANQAIS
DE L'INDE

decision de fi-
xer au i i d6-
cembre le refe-
rendum da is les Etablissements Francais de l'Inde
a kt6 prise d6clare-t-on dans les milieux auto-
rises en mars 1940, par le Congres des Munici-
palites, r6uni A Pondich6ry.
Cette d6.:ision fut, peu apris, approuvee par le
Gouvernement francais, et le Gouvernement indien,
inform de cette decision, ne soulevait pas, alors.
d'objection'.
On ajoule, clans ces milieux, qu'aussi longtemps
qu'un Gou ernement francais n'est pas form et que
la question n'est pas soumise au Conseil des Minis-
tres, le probl&me de la date du referendum resiera en
suspens.
On ap'prend par ailleurs que le Gouvernement de
1'Union Imnienne a 4t6 saisi, par le Gouvernement
francais, pour avis, d'une liste d'observateurs disi-
gn6s par le vice-president de la Cour Internationale
de La Flaye pour suivre les operations du referen-
dum, qui do>it avoir lieu, A une date encore indeter-
minde, A Pndichery, Karikal, Yanaon et Mah6.
On sait que le Conseil municipal de l'Inde Fran-
caise, r6uni a Pondichery, a vote une resolution re-
commandar t I'ajournement du referendum prvvu ini-
tialement pour le ii decembre 1940.


ASSE VIBLEE PLENIERE DES MAIRES
ET CONSEILLERS MUNICIPAUX
DE L'INDE FRANqAISE

Le 17 ocl.obre, I'H-Itel de Ville de Pondichdry,
s'est ouverte la stance pl6niere des assemblies des
deux cent doux maires et conseillers municipaux des
Etablisseme ats Francais de l'Inde. Le discours d'ou-
verture a e1- prononoe par le Gouverneur Chambon,
puis le conseiller du Gouvernement Goubert a donned
lecture du ,irojet d'autonomie offerte par la France.
Une commission lue, compose des seize membres
des assemlbees municipales, de 'six conseillers du
Gouvernem,.int, d'un Musulman et d'un Congressiste,


soumettra au vote des assemblies plenieres, un project
de motion tendant A fixer la date du referendum en
avril ou mai, afin que les Gouvernements de Paris et
de Delhi aient le lemps de rigler les questions doua-
nitres relatives aux enclaves territoriales.


VERS LA CONCLUSION DU PREMIER ACCORD
COMMERCIAL FRANCO-INDIEN

M. Mohan P. Mathur, charge des Affaires com-
merciales A 1'ambassade de l'Inde A Paris, a d6clare,
le 18 octobre, A un collaborateur du Service Econo-
mique de I'A.F.P., que les negociations commercia-
les entire la France et I'Inde arrivaient A leur terme.
Ce traits, le premier liabord entire les deux nations,
sera pret A breve echeance. II portera, dans les deux
sens, sur plusieurs milliards de francs de marchandi-
ses.
L'Union Indienne achetera, notamment, A la
France, ioo.ooo tonnes de products siddrurgiques,
des colorants, des engrais, des products pharmaceuti-
ques, des machines-outils, de l'dquipement 6lectrique,
ainsi que des cereales.
La France achetera mille tonnes de mica par
an ; du thd vert pour ses Territoires extdrieurs, du
jute manufacture, cuirs, manganese, peaux, huiles et
chanvres.

L'industrie franchise va equiper l'Inde

M. Mohan P. Mathur a ajout6 que la France va
envoyer une mission de technicians (Schneider,
E.D.F., etc...) pour 6tudier divers projects de cons-
Struction de barrages hydro-6lectriques en Inde. Des
contacts ont 6te pris, avec la Soci&et Lumiere, pour
envisager la creation d'une usine de fabrication de
pellicules photographiques, en raison du fait que
l'Inde se classes au second rang mondial en tant que
consommateur de pellicules. D'autres projects sont en
vue.
Rappelons que, depuis le debut de 1I49, le Gou-
vernement indien a, deji, confi6 A plusieurs entre-
prises et technicians francais le soin d'l1aborer di-
vers projects d'installation d'un m6tro A Calcutta,
d'une usine pour la fabrication d'6quipement radio-
phoniques et radars, ainsi que de nouveaux chantiers
de constructions navales aux Indes.
En terminant cet entretien, M. Mohan P. Mathur
a precise que diverse banques priv6es frangaises

prftaient leur concours A la realisation de ces pro-
grammes et apporteraient tout leur appui A l'indus-
trialisation g6nerale de l'Union Indienne.








LES INCIDENCES DES DEVALUATIONS
SUR L'ECONOMIE DE L'INDE FRANCAISE
r
Les devaluations ne semblent pas entrainer des
incidences serieuses sur l'6conomie de l'Inde Fran-
caise, sauf pour l'approvisionnement de trois usines
textiles, en coton brut et en jute du Pakistan, don't la
roupie a 6t6 maintenue A sa parity ant6rieure. D'oii
la n6cessit6 d'acheter du coton brut dans les pays qui
ont d6valu6 pour conserver a la production textile
les marches de l'Afrique francaise.
Les milieux int6resses souhaitent I'inclusion de
l'Inde Franqaise dans le trait de commerce entire
la France et le Pakistan que n6gocient actuellement,
A Karachi, trois membres d'une mission francaise.


L'ACTIVITI DU PORT DE PONDICH-IRY

L'activit6 du port de Pondichery est en plein
essor du fait de la reprise du traffic avec l'etranger.
On signal que, le 13 septembre dernier, pour la pre-
miere fois depuis 1939, un bateau japonais a decharg6
huit mille tonnes de ciment en provenance du Japon.
Par ailleurs, un cargo anglais a amend des machines
textiles. De nombreux autres bateaux sont attendus.
Par centre, on se plaint de 1'irr6gularit6 du ser-
vice frangais.


L'ACTIVITE ECONOMIQUE DE PONDICHERY
PENDANT LE PREMIER SEMESTRE 1949

L'activit6 &conomique de Pondich6ry, au course du
premier semestre 1949, s'etablit ainsi :
a) Importations : valeur total 28.520.000 roupies.
Pays fournisseurs :
Indochine : riz, 2.000 tonnes ; products p6troliers,
300 tonnes.
France : materiel 6lectrique lourd, 1.500 tonnes;
vins, alcools divers, 500 tonnes.
Pakistan : coton brut, 1.030 tonnes.
Inde : carbon, 2.400 tonnes ; coton brut, 1.380
tonnes ; divers, 1.050 tonnes.
b) Exportations : valeur total 28.600.00o roupies.
Pays destinataires :
Madagascar : cotonnades, 670 tonnes.
A.O.F. : cotonnades, 580 tonnes.
Indochine : cotonnades, 75 tonnes.
Pakistan : cotonnades, 170 tonnes.
Inde : cotonnades et tissus, 1.290 tonnes
Inde : divers, 2.540 tonnes.
On souligne, dans les milieux autorises, que les
changements de courants commerciaux, depuis la de-
nonciation de l'union douaniere avec 1'Inde, le I"
avril 1947, sont tres favorables A l'&conomie de Pon-
dich6ry.


<9 '-










INFORMATIONS ADMINISTRATIVE


* L'EXPLOITATION DE L'HELIUM. Par arre6t, du 2
octobre, outre les minerals d'uranium, de thorium
et de glue: nium, ainsi que ces m6taux eux-memes et
leurs composes, prvvus A l'article premier de l'ar-
r6t6 du 5 avril 1946, l'h6lium et place sous le regime
institu6 p: r l'article 5 du d6cret du 5 avril 1946
dans les territoires relevant du ministry de la
France d'( utre-Mer.
Ce decret est relatif A l'exploitation des substan-
ces utiles aux redherches et realisations concernant
1'6nergie atomique dans les territoires relevant de
l'autorit6 lu ministry de la France d'Outre-Mer au-
tres que les Antilles, la Reunion et la Guyane Fran-
caise.
* D6cret du 27 septembre approuvant une delibe-
ration pri:e le 2 juin 1949' par le Grand Conseil de
l'Afrique Occidentale Francaise tendant A modifier
le d6cret lu 1'r juin 1932 r6glementant le fonction-
nement dii service des douanes dans ce territoire.
(J.O. 30 s(ptembre 1949).
* D6cret du 15 septembre 1949 6tcndant aux coo-
peratives le pecheurs les dispositions du d6cret du
26 juin 41931 portant r6organisation ldu credit agri-
cole mutu 1 en Afrique Occidentale Francaise. (J.O.
1" octobrl 11949).
* D6cret du 25 aofit 1949 relatif au conditionne-
ment des :trachides. (J.O. 1" octoibre 1949).
* Dicret du 25 aofit 1949 relatif au conditionne-
ment des 6corces de quinquina. (J.O. 1" octobre
19419).
* D6cret lu 3 octobre 1949 portant (drogation tem-
poraire aux r6gles de recratement dans le cadre
d'adminisl ration g6nerale des Colonies. (J.O. 5 oc-
tobre 1949).
* Arret6 du 4 octobre 1949 portant nomination des
membres ilu conseil d'administration du centre tech-
nique for:'stier tropical (J.O. 11 octobre 1949).
* D6cret du 5 o'ctobre 1949 modifiant les disposi-
tions du i(cret du 5 dcem'bre 1947 fixant les con-
ditions d'int6gration des fonctionnaires du service
central de la direction g6nerale du contrBle et des
enquetes iconomiqucs dans les cadres institutes par
les textes portant r6forme de la function publique.
(J.O. 13 oi tobre 1949).
* Dcret du 5 octobre 1949 ,portant r6glement d'ad-
ministration publique pour l'application A Madagas-
car et d6pendances de la loi du 1" aofit 1905 sur
la r6pres;ion des fraudes en ce qui concern les
graisses ei huiles comestibles. (J.O. 14 octobre 1949).
* D6cret du 5 octobre 1949 relatif A la reintegra-
tion des ;inciens cadres locaux des services civils
des colonies autres que 1'Indochine dans le nouveau
cadre d'administration g6n6rale des colonies autres
que 1'Indochine. (J.O. 14 octobre. 1949).


* D6cret du 26 septembre 1949 modifiant le regime
de l'indemnit6 de depart d'Outre-Mer des corps de
contr6le des d6partements de la France d'Outre-
Mer, de la Guerre, de la Marine et de 1'Air. (J.O. 1"r
octobre 1949).
* Decret du 2 octobre 1949 modifiant le d6cret en
date du 5 mars 1949 iportant fixation des taux des
indemnit6s de d6placement allou6es aux militaires
en service dans les territoires et d6partements
d'Outre,Mer. (J.O. 8 octobre 1949).


PERSONNEL

* Designation des ing6nieurs ihors classes dii cadre
general des travaux publics, des mines et des tech-
niques industrielles des Colonies appel6s A bn6nfi-
cier des nouveaux traitements correspondent A 1'in-
dice 47:5. (J.O. 23 octobre 1949).
* D6cret du 23 ,ofit 1949 portant d6gagement sur
leur demand, d'administrateurs des services civils
de 1'Indochine. (J.O. 11 octobre 1949).
S'M. Prudhlomme (E'mile-Euigene-Louis), ancien di-
rccteur de l'Institut National d'Agronomic de la
France d'Outrc-Mer, est nomm6 directeur ihonoraire
de l'Institut National d'Agronomie de la France
d'Outre-Mer (devenu Ecole Sup6rieure d'Application
d'Agriculture Troipicale). (J.O. 30 septembre 1949).
* Par arrt6 du( ministry de la France d'Outre-Mer
en date du 1" octobre 1949, M. Lantenois (Roger),
ingenieur en chef hors classes des travaux publics
des Colonies, en service en Afrjque Oecidentale
Francaise, a 6t6 nommn direcleur general des tra-
vaux publics ,de ce territoire. (J.O. 6 octobre 1949)
* D6cret du 27 septembre 1949 nommant des admi-
nistrateurs des Colonies (honoraires).
Par d6cret en (late du 27 septembre 1949, sont
nomm6s :
Administrateurs en chef honoraires des Colonies
'M. Bouquet (Raymond-LUon) ; Corbier (Auguste-
Francois-Louis-AndrO).
Adminislrateur honoraire de 1' classes des Colonies
M. Servant (Edonard-Louis).
Adminislrateur honoraire de 22 classes des Colonies
M. Oilier de Marichard (Louis). (J.O. 30 septembre
1949).


DISTINCTIONS HONORIFIQUES

Decret du 5 octobre 1949 portant promotions et
nominations dans I'ordre national de la L6gion
d'Honneur an titre de 1'Union Francaise. (J.O. 12
octobre 1949).
D6cret du 5 octobre 194,9 portant nominations
dans l'ordre national de la Lgion d'Honneur a ti-
tre civil. (J.O. 13 octobre 1949).


ADMINISTRATION


FINANCES






















REVUE DE PRESS


Nous rappelons que la revue de press publide au present bulletin est purement objective. Elle n'implique
ividemment aucune adhesion du Ministire de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimees dans les articles
reproduits d titre d'informatiop.


PRESS

INNDOCHINE

Le passage de la dildgation de parlementair
amiricains a Saigon a ite un sujet de commentair
pour les journalists indochinois.
A l'occasion de la visit de la d6l6gation amer
caine, il convient de noter que nombre de nos cor
patriots se nourrissent d'illusions, Acrit le Phi
Hung. Ils voient dans leurs ecrits, comme dans leui
paroles, en ces d l6gues, des sauveurs qui vont r
soudre toutes les questions, aplanir toutes les diff
cults. D'autres, bien novices, estiment que cetl
d6l6gation, d'un coup de baguette magique, fera r,
couvrer imm6diatement au Viet-Nam son ind6pei
dance, la paix et la prosp6rit6 !
Voulant, semble-t-il, Aviter une grande d6ceptio
au people vietnamien, le consulate g6n6ral amrricai
de Saigon a communique hier, dans un bullet
*d'information, des renseignements assez pr6cis qi
doivent 6tre interpr6tes comme suit : les membre
de I'Assembl6e Nationale am6ricaine qui vont arr
ver ici, appartiennent A la commission des finance
et sont charges par le Parlement americain d'un
6tude 6conomique en Extreme-Orient.
De quoi s'agit-il en faith ? De l'ex6cution du pla:
d'aide aux pavs asiatiques qui sont d6cid6s A par
ticiper A la ligue anti-communiste.
Toutefois, les Etats-Unis ne cessent de nous rame
ner A la maxime c6L6bre : a Aide-toi, le ciel t'ai
dera a. Cela veut dire que pour recevoir des Etats
Unis une aide militaire et p6cuniaire, chaque pay
doit d'abord arranger ses affaires int6rieures, s'ef
forcer de se reliever et de produire.
Les Etats-Unis ne soutiennent que les pays puis
sants, capable d'assurer leur s6curit6 et leur orga
nisation. Et avant de d6bourser le premier dolla
pour aider un pays, ils envoient par prudence de


D'OUTRE-MER

hommes de confiance pour constater sur place si le
pays en question a r6ellement ou non besoin d'une
es aide.
es Ainsi la visit de la dl6Cgation ambricaine ne vise
qu'un but d'observation et ne revet qu'un caractbre
,i- amical. En dehors de cela, il ne faut pas trop se
S nourrir d'illusions, trop computer sur de grands
c changement kventuels pour s'attirer A la fin des d6-
rs boires.
a- Pour le Viet-Nam, mieux vaut s'attacher A quel-
i- que chose de concrete.
te L'assistance am6ricaine exige deux conditions :
_- Oue le Viet-Nam se soustraie A I'influence com-
muniste du Viet-Minh.
n Que le gouvernement de Bao Dai se montre ca-
n pable de r6ussir, la condition essentielle nour arri-
n ver au suc.cs rAsidant dans une collaboration
Ii amicale avec la France.
;s Nous avons done besoin de 1'aide de la France
i- avant de recourir aux Etats-Unis.
e L'aide de la France we peut se concevcr qu'en
restant dans l'Union Francaise. Tel est aussi le point
de vue de LA VOIX LIBRE.
n
Quitter I'Union Francaise, proclamer une orgueil-
leuse repudiation de tout lien meme simplement
affectif... Est-ce concevable, alors que bien plus que
'Inde encore lointaine, nous savons qu'au nord
comme au sud, des ennemis en puissance nous guet-
ent et n'attendent que ce moment pour satisfaire
s leurs convoitises ?
f-
Ajoulerons-nous que plus encore que ]'Inde A
I'6gard de la GrandeiBretagne, nous avons avec la
- France des liens d'ordre cultural, des affinit6s
- d'id6es, des attaches familiales qui ne sauraient 6tre
r bris6s d'un coup, meme par un ukase de l'autocrate
s du Kremlin ?









Non, en 'v6rit6, la -maintenance du Viet-Nam en
toute souverainet6, sa maintenance librement consen-
tie an sein de l'Union Francaise, sur un pied d'6galit6
absolute, cotime tel est le cas de l'Inde dans le Com-
monwealth britannique, loin d'etre pour nous un
amoindrisseinent, sera un enforcement et aussi un
hbnneur.
Le NGAY NAY dcrit de son cti :
Nous ne saurions accepter une ind6pendance pa-
reille a cell que certain (les communists) veulent
nous imposer.
A I'heure actuelle, les Francais nous ont sinc&-
rement confib la souverainet6 interne et externe.
Nous devcns done, d'ores et d6ja, r6aliser effecti-
vement d'ur e part cette souverainet6 pour prouver
aux nations du monde que notre people est parvenu
A sa majority -.
D'autre part, nous devons choisir une ind6pen-
dance comportant la liberty, c'est-A-dire ofi nos
biens et nos vies sont garantis.
Nous devns choisir une ind6pendance qui nous
assure nos (croits de souverainet6, c'esst-a-dire une in-
d6pendance ofi nous ne nous laisserons point ad-
ministrer di facon arbitraire par un parti quelcon-
.que. Sous ds vocables sonnanis d'apparence scien-
tifique, ce parti-lA A la mauvaise foi do nous longer
sous le regime de 1'effroi et de l'esclavage afin de
nous exploi er ; nous n'acceptons pas de laisser ces
gens contiiuer d6lib6r6ment ainsi leurs agisse-,
ments.
[1 nous f tut choisit une ind6pendance qui nous
apportera le bonheur. Cette ind6pendance respec-
tera la famille, ]a soci6t6, la morale, les mceurs et
coutumes, lt civilisation ct la culture du Viet-Nam.
Nous ne saurions ire hheureux en vivant sans fa-
mille, sans patrie. Les vocables recherch6s em-
ployes par les agents de pays strangers pour nous
leurrer out :ous pour but de d6truire les fondements
de la family: et de la soci6t6 vietnamiennes. Nous ne
daignerons jamais accepter une telle ind6pendance.

Ce qui siynzifie que le NGAY NAY a optdepour lae
c solution ?ao Dai solution que certain journa-
listes de la 4 itropole s'obstinent a qualifier < d'ex-


perience >>. M. Jacques Dupont, dans l'EcHo DU
VIET-NAM, s'lve centre ce term : t experience
Bao Dai > :
Et si S.M. Bao Dai n'est pas le cobaye d'une exp6-
rience centre plusieurs autres, que valent les accords
du 8 mars passes avec lui ? Ce n'est pas de Saigon,
assur6ment, que peuvent venir ces billevesees. Ici,
les homes au .courant des r6alit6s savent fort bien
que le gouvernement de S.M. Bao Dai ne peut pas
6tre une experience. DAjA, en janvier 1947, l'amiral
Thierry d'Argenlieu, parvenu aux conclusions d'une
4tude approfondie, consid6rait l'ancien souverain
comme 1'unique sauveur possible. Et ce n'est pas
M. Pignon, qui 6tait alors son conseiller politique,
qui Ipeut avoir des doutes sur l'impossibilit6 de don-
ner A S.M. Bao Dai un remplagant.
Quoi qu'il en soil, le chef de l'Etat vietnamien a
fait aux allusions fielleuses dde article du Monde
une r6ponse vraiment royale. Son discours de Hai-
phong est un 6clatant d6menti A toutes les insinua-
tions sur son loyalisme incertain. AprAs un bel hom-
mage rendu aux Francais qui ont travaill6 A la gran-
deur et A In proslprit6 du Viet-Nam <( jusqu'A la
limited de leurs forces >, S.M. Bao Dai a proclam6 :
< Le Viet-Nam ainme i reconnaitre et dire ce que
sa partenaire lui a apiport6 dans 1'edificalion de
cette ville. L'int6rEt commun demand que cette as-
sociation soit mainfenue. Dans la confiance ct la
loyaut6 vous b6neficierez des liberties qui font les
pays d6mocratiques. Vous exercerez les droits d'6ta-
blissement, de circulation, de commerce. Aucune
discrimination ne sera faite entire vos biens et vos
entreprises et ceux des Vietnamiens.
iDie telles paroles sonnent agreablement A des
oreilles frangaises. A celles, du moins, des Francais
qui ne veulent pas faire les frais d'une nouvelle < ex-
p6rience >> d6cid6e par la bureaucratic parisienne,
des Francais qui repondent a la confiance de S.M.
Bao Dai par une 6gAle confiance.
L'hlritier des Nguyvn m6rite cette confiance. Mais
il serait tout de mmie singulierement impudent
d'exiger de lui une precipitation don't ses interlo-
cuteurs ne lui ont pas precisCment donn6 l'exemple.
Qu'on le laisse done travailler en paix. Qu'on le
laisse agir. C'est la condition de son succes.


-Apw_!!!s










PRESS ETRANGERE


La collection conmpldte des articles de press etrangere traduits en francais peut etre consulate d la
Section de la Presse Etrangere (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, Pidce 17, 1" Etage). ,
Les numtros qui figurent ci-dessous a la suite de l'indication d'origine des articles de press permettent
de se reporter au texte complete des dits articles.



I. UNION FRANCAISE


LA SITUATION EN INDOGHINE

La situation en Indochine ne parait interesser la
press anglo-saxonne que dans la measure oi ce pays
- au meme titre qu'Hong-Kong et les Etats du Sud-
Est asiatique -- constitute une barriere a la poussie
victorieuse des armies communists chinoises.

Dans le New-York Herald Tribune, A.T. Steele -
qui public une serie d'articles sur la situation dans
les divers pays limitrophes de la Chine miridionale
- craint, que les Frangais n'aient trop attend pour
mettre de l'ordre dans leurs affaires.
Steele fait remarquer que les FranGais s'efforcent
de digager la frontidre chinoise pour avoir le con-
tr6le de celle-ci. lb note l'inquiitude de la population
franraise et estime que le probleme ne peut etre rd-
gli par une seule solution militaire.
Les Francais out 6t6 extraordinairement lents a
reconnaitre les dures ralit6s et la force prpfonide
du nationalism asiatique. Les n6gociations sur
place actuellement dirigees par un haut-com-
anissaire capable, LUon Pignon, ont Mt6 manifes-
tement haridicap-.es par les politicians parisiens, et
par la nmcessit6 d'6valuer clhaque changement en
function du danger des repercussions dans les au-
tres territoires francais d'Outre-Mer.

Steele estime ensuite que la grosse majority de la
population vietnamienne est ralliee au regime d'H6
Chi Minh.

L'auteur pense que l'offre < libdrale >> de la
France que reprdsentent les accords du 8 mars sur-
vient avec deux ans de retard et l'expirience Bad
Dai ne parait guere itre voude au success en raisonl
de la popularity et du prestige d'H6 Chi Minh. II
croit que le regime d'H6 Chi Minh n'est pas, malgre
certain de ses aspects, un regime purement commu-
niste mais plut6t une coalition de parties nationa-
listes.
Quelques-uns, mi6me en France, croient que les
Francais percent leur temps avec Bao Dai, et fe-
raient anieux de r6aliser un accord audacieux et
g6n6reux avec le regime H6 Chi Minh avant que la
maj:orit6 non-communiste n'ait 6t& amen.e par la


force au camp communist. Les conditions de H6
cependant sont dures. Dans un recent interview, il
a d6clar6 qu'il d6sirait faire la paix A 1'int6rieur de
1'6quit6 >. Mais il a insist sur le complete retrait des
est organis6e sur les bases de la d6mocratie et de
r'Fquit6. >> Mais il a insisted sur le complete retrait des
troupes francaises comme < condition essentielle ,
A un accord. II est un peu tard pour y venir, bien que
si Bao Dai 6ccaoue, les Frangais peuvent &tre forces
de reconsid6rer la question. Ghaque success commu.-
niste en Chine enforce 1'emprise ide la minority
communist au Viet-Nam.

Steele conclut en faisant ressortir la chute des ex-
portations, comparativement a celles d'avant-guerre
et la lourde charge que constituent pour le trisoi
franCiais les defenses militaires.
(< New York Herald Tribune ., 21 octobre 1949). 5.069

Felix Bolo, dans le Continental Daily Mail, se
mo:tre moims pessimiste
On croit qu'une offensive genCrale pour oliminer
Ic Viet-Min'h (autonomistes) ct donner aux troupes
francaises une forte position pour parer A toute atta-
que a venir de la part des troupes commniistes chi-
noises, tst en preparation au Tonkin.
Bien qu'on ne rposs6dc pas de detail, on s'attend
a ce que ]'offensive soit Ianc"e par les troipcs fran-
caises lo-rsque la saison frair.he et sechli comnen-
cera le mois prochain.
Les experts militaires frannais, 6valuenl Ics forces
Viet-Minh au Tonkin a environ 60.000 hommes. On
estime le nomlbre des troupes franchises, dans la
totalitE de l'Indochine a environ 150.0,00 iiom.mrs.
Le Tonkin est considi6r6 icomime la cli' du( pro-
'blme rmilitaire en Indochine...
DJepuis juin 11946, les troupes ftancaises, par une
serie d'attaques pr6liminaires contre les positions
Viet-Minh, se sont emparees de quatre centres im-
portants du delta tonkinois, au nord-est de Hanoi.
Une offensive au nord-est de Hanoi a eu pour
r6sultat la prise de deux autres villes importantes,
Vinh Yen et Phue Yen. Les Francais 6tendent teur
emprise sur ces deux riches regions rizicoles, pri-
vant ainsi le Viet-Minh de la plus grande part de la
r6co!te.








Les troupes franchises jusqu'ici post6es dans la
region monlagneuse de Bac Kan au nord de Hanoi,
ont d&ja 6ti' retires et concentr6es dans le -delta.
Les troupes nationalists vietnamiennes se chargent
progressivement de la s6curit6 des zones les plus
paisibles, laissant aux troupes francaisces qui les
pr6ecdaient des besognes plus urgentes au Tonkin.

iDes renifcrts en homes et en materiel ont com-
menc6, 6galement, a arriver de France. Le materiel
r6cemment arrive comprend 55 avions de chasse 'i
grand rayon d'action et 25 Junkers, 18 Thunderbolts
P. 47 sont ittendus incessamment.

On s'attend a ce que ceux-ci, avec les chasseurs
Spitfire et les Dakotas de transport en service pr6-
ic6demment, permettent a l'aviation de contribuer
plus large int aux operations d'Indochine. La piste
d'envol de Haipliong a Wtc refaite, si bien qu'elle
peut mainti nant etre utilis6e par des avions beau-
coup plus imporlants que jusqu'i maintenant.

Suivant ies renseignements de source francaise,
il semble que le VietMinih ne se manifeste plus, si
Ibien qu'il i perdu 1'initiative des operations. Un
recentt communique& ,du Haut-Comlmnandement fran-
cais ,parlait de raids et d'enmbuscades et adlmettait
quelques p 'rtes lors d'attaques de postes francais
dans les zones d'Hoa Binh et de Vu Ban.

Le comniandemnent VietiMinh announce constani-
ment une ittaque g6enrale des troupes viet-mirh,
d6clarant [iue Hanoi sera entire leurs mains avant
un an. Des appeals sont 6galement lanc6s pour le re-
crutement de volontaires pour < la brigade du sui-
cide >> desin6s al d6truire Saigon-Oholon ofi les acti-
vitis viet-ninih se sont accrues ces temps derniers.

L'activitc la plus important du Viet-Minh parait
actuelilemenit tre concentr6e sur 1'Annam, oil la ca-
pitale, Hui, est assi6g6e par les troupes autonomis-
tes.

On dit cpendant que la vie a l'interieur d'Hanoi
et de Hu6 est normal. Seulement li presence du
Viet-Minh ne permet pas (de quitter la ville sans
escorted militaire. Derri:re des pr6paratifs pour la
liquidation des troupes viet-minh an Tonkin, se
trouve la r enace croissante du commnunisme chinois
d'au deld des frontiBres.

Le co itrole effectif de la frontiere sino-indo-
chinoise r quiert une puissance militaire considlra-
ble. MCJme les troupes franchises, avee leurs effectifs
actuels, 6prouveraient quelques difficultis A pr6ve-
nir l'infiltliation des agents communists A travers
la frontier cherchant a aider le Viet-Minh ai direc-


tion communist a l'int6rieur de l'Indochine voi-
sine.
Done, pendant que Bao Dai, chef du gouverne.
ment national, exige de devenir < maitre chez lui ,
afin de gagner la confiance de la population, il sait
qu'avec A peine 40.000 homimes sous les armes, seu-
ies les troupes franchises peuvent assurer Ia defense
de ses firontibres d'une manibre ad.quate.

La population vietnamienne est encore loin de
montrer un 16ger penchant pour coop6rer avec le
nouveau gouvernement. Elle a une complete indiff6-
rence a son egard et quelquefois m&me se miontre
hostile A I'arnme. Mais s ds dbservateurs bien rensei-
gn6s A Saigon, croient que son attitude peut subir
un rapide changenment, au vu .de I'all6geance ouverte
A 1''gard de Moscou, r6cemment profess6e par H6
Chi Minih, le chef Viet-Min.h form i 1'l'cole commu-
niste.
Dles observateurs a Saigon croient qu'une rapide
remise des pouvoirs au gouvernement Bao Dai coni-
bine avec une amelioration de l'ordre int6rieur r6a-
lisee par une action militaire franchise ferait beau-
coup pour clarifier la situation iquelque pen obscure.

Aiais il est peu probable qu'il se produise uw:
soudain renversement des forces. Quels que soient
les ohangements qui puissent intervenir en faveur
du gouvernenent Bao Dai, ils seront ldsaxes par le
raidissement dCjal apparent du Viet-Minh. L'avance
communist en Chine conslitue indulilablemenl un
appui moral pour HO Chi Minh ct pourra aussi se
traduire par une aide mat6rielle.
D'autre part, dans le domaine des affairs Ctran-
gires, si les Vietminh gagnent la sympathie des com-
Inunistes chinois et de la !Russic sovi6tique, ils
perdront celle des autres pays asiatiques non conm-
munistes. Ces derniers regarderaient alors plus fa-
vorablement Bao Dai et son gouvernement.
On peut d6lCj voir une illustration de ice change-
ment possible dans le d6sir exprim6. par I'Inde de
recevoir une mission d'amiti e d la part du Viet-
Nam.
Ainsi, alors que la situation A l'int6rieur de l'Indo-
chine franchise demlneure un probl6me national que
Bao Dai et son gouvernement peuvent r6soudre par
eux-m6mes, le problbme militaire, en gagnant de vi-
tesse les communists chinois, est devenu un pro-
blhme international 6troitement li iLh I'attitude de la
France et h la presencee dans le pays de I'arm6e
franchise.

(< Continental Daily Mail,, 29 septembre 1949). 5.025










II. QUESTIONS GENERALES


A. LE QUATRIEME POINT

Dans son discours du 24 octobre, le Prisident
Truman n'apporte aucune precision sur les moda-
litis d'application du Quatrimne point de son pro-
gramme.
Un autre domaine ,dans sequel les Nations Unies
entreprennent actuellement l'&dification des fonda-
tions d'un monde pacifique est celui du .d&veloppe-
ment 6conomique. A I'heure actuelle, la moiti6 an
moins de humanityt6 vit dans une pauvret6 affreuse.
Des centaines de millions .d'hommes, de femmes et
d'enfants manquent d'aliments, de vttements et
d'abris suffisants. Nous ne pouvons r6aliser une paix
et une prosp6rit.e permanentes dans le monde, tant
que le niveau de vie dans les pays 6conomiquement
retardataires ne sera pas l6eve.
C'est pour cette raison; que 'j'ai r6clam6 quc soit
entrepris un effort vigoureux et conccrt6 pour ap-
pliquer la technodogie moderne et 1'investissement
des capitaux afin d'ameliorer le sort de ces popula-
tions. Ces regions ont ibesoin d'un grand d6veloppe-
ment, de 1'investissement ct du commerce. En vue
de r6aliser ccci, elles ont 6galement Ibesoin de l'ap-
plication d'une connaissance scientifique et de
1'explrience technique a leurs problems fondamen-
taux production d'une quantity plus important
de denr6es alimentaires, amlioration de la sant6 et
de I'hygiine, utilisation rationnelle de lours ressour-
ces naturelles, et education de leurs habitants.
Pour satisfaire ces 'besoins, les Nations Unies et
leurs organisnies sont en train de ]prparer un pro-
gramme d6taill d'assistance technique aux regions
economiiquement rctardataires.
Le Conseil 6conomique et social a d6fini l'6te
dernier les principles fondamentaux qui devront
soutenir ce programme. L'ASsembl6e g6nerale est ac-
tuellement en train de compll6er et de perfectionner
ses plans initiaux. Le fait que la commission cuono-
micque de 1'Assembil6e ail vot6 i l'unanimit6 la reso-
lution .portant sur I'assistance technique d6niontrc
que c'cst 1a une cause commune qui appellc le sou-
tien -do tous. Mais, bien *que cortaines divergences
puissent se fire jour en cc qui concern les d6lails
du programme, j'espere ardomment que les membres
des Nations Unies demeureront unanimes dans leur
determination d'lever les niveaux de vie des mem-
bres les moins fortunes de la famille humaine.
Les Etals-Unis ont l'intention de jouer tout leur
r6le dans la grande entreprise. Nous poursuivons
dBja un certain nombre d'a.ctivit6s dans cc domain.
Je 'demanderai instammeni au Congres, lorsqu'il se
r6unira A nouveau en janvier, de donner la priority
aux propositions qui sont susceptibiles de rendre
possible une assistance telohnique et un investisse-
ment de capitaux suppl6mentaircs.

(a Bulletin Quotidien des Services Am6ricains
d'information ., 25 octobre 1949).


B. LA MENACE COMMUNIST

Dans le Crown Colonist de Londres, sous le titre
< La menace communist a l'egard des peuples co-
loniaux >, T. Reid itudie < les buts du Politburo et
les mithodes employees pour les atteindre >.

Hitler, croyait que l'Occident ne prendrait pas au
s6rieux les menaces d'agression qu'il exprimait dans
Mein Kampf. Prenons-nous aujourd'hui au s6rieux
on est-ce que nous connaissons seulemcrt les me-
naces similaires ouvertement exprim6es par les
agencies du Politburo Russe compose d'une dou-
zaine d'Whommes ayant Staline A leur t6te, qui dirige
l'agrcssion communist ?
L'ouvrage < Probldbmes du Lininisme est un
manuel sovi6tique encore aujourd'hui, et des mil-
lions d'exempilaires, colnme pour les autres ouvra-
ges cit6s ci-dessous, en ont 1et mis en circulation
dans les populations sovitiques. Cc livre declare
que l'ojectif consist h consolider la Dictature du
Prol6tariat dans un pays afin d'aider h clhasser 1'Im-
p6rialismc dans les autres. La revolution ;s'6tend au
delah des frontieres d'un pays et F'ire de la r6volu-
tion nmondiale a commence. ,
Le Politburo a ainsi repris dans son enseigne-
ment Marxiste-L6niniste Ia doctrine de classes anti-
d6moocratique pr6conis6e par lMarx, au 1 eu de la
doctrine d6mocratique du people entier par le peu-
ple tout entier. En faith, bien entendu, it a cr6 une
doctrine tyrannique de diclature sur le Frol6lariat
classese non poss6dante) et sur toutes les autres, tout
en adilherant i4 I'appel ide Marx en favour de la r6-
vollulion mondiale.
Elant donn6 qu'on no tolore en U.R..S.S. aucun
part, ni aucune politique pouvant rivaliser avee
,ceux du Politburo, est-ce que les esprits faconnes
des peuples sovietiques peuvent r6sisler a eet ensei-
gneiment agressif rablc'bh sans cesse ? .;st-il quel-
qu'un qui ose lui r6sister, pour s'exposer i 6troe a li-
quid6 ) pour sa t6mcrit6 ? Et si les cii yens des
Soviets ou de leurs satellites accordent Iour appui
aux dirigeants dans une guerre << froide a ou meur-
tri're contre la Grande-Brelagne ou d'aoutres d6mo-
cratics, allons-nous avaler les monts d'orldre du Po-
litiburo, ou allons-nous r6sister quelles qti'en puis-
sent 6tre les consequences ?
Dans un autre manuel sovictique, inlitul5 e Cours
abr6'g6 de l'Histoire du Parti Communiste a Ia vic-
toire .du Communisme dans le monde en, or >> est
proposic co'mme but A atteindre. Dans un mutre ma-
nuel << Communisme d'extrime-gauche >> an pres-
crit l]s tactiques L employer avec zile dans la guerre
R froide >>. II est n6cessaire d'employer routes les
ruses, lous les artifices, les m6thodes ill6gales, les
cehappatoires, Je travestissemient de la v6rit6.
Tout cet enseignement est r6pandu dans les mas-
ses. Que signifie-t-il ? I1 signifie que le Polilburo est
en guerre avec tous ceux qui n'acceptent pas son








syst6me e: qu'il part A la conquete du pouvoir mon-
dial. 11 extend imposer 6 tous son syst&me par la
force.
Mais, pourra-t-on nous objecter, il ne s'agit lA que
d'une guerre de mots. Et bien, ces enseignemehts
ont 6t0 imposes par la violence par les cinquiemes
colonnes d'une minority communist en Tch6coslo-
vaquie et ailleurs, alors que les troupes sovi6tiques
se trouvaient sur les frontieres.
On not s objectera encore : < les aboiements des
communi .tes sont pires que ses morsures. > L'aboie-
ment sert de prelude a la morsure ct la morsure est
pire que les aboiements. Cela signifierait en cas de
succ's, 1ii mort, la torture, 1'exil, le travail force
ou la peite des siens pour beaucoup, et pour tout
le monde, da perte ,de la dignity humane, de la li-
beirt., du respect hunlain, de la justice, de la bonne
foi, de la confiance Imutuelle, de la paix, de ]a
loyaut6 entre les Etats ou dans leur sein.
On devrait considerer le communism comime une
irreligion malsaine provenant des bas-fonds de l'hu-
manitt, i npitoyable, sans scrupule et fanatique dans
sa convo tise du pouvoir absolu. C'est une r6volte
contre la morale et la raison et ses fervent ne pen-
vent, mnine s'ils le dlsiraient, collaborer avec les
Etats qui admettent les droits de la morale et de la
raison el qui acceptent les compromise entire des
points dc vue divergents 1i6gitimes.
Des qje l'imp6rialisme conimmuniste a triomph&'
dans la second guerre mondiale, avec il'aide des
peuples libres don't ill s'est servi pour la circons-
tance, il est parti en guerre centre cux par l'inter-
mndiaire de ses satellites on directement, en pa-
roles et en actions depuis la Grhce jusqu'A la CorTe.
I1 s'est applique A (( lilbirer > les peuples ind6pen-
,dants de leurs gouvernements 1i6gaux et A se poser
en chainpion des peuples de couleur ayant A s'af-
franchir de la domination des blanks, de la mlme
facon qu il a essay d'inciter parlout les groups les
plus df ivorises a fomenter des d6sordres on des
r6volutio is.
II a salbote les tentatives internationales de .panser
les bless ires du monde de l'aprisguerre et d'ins-
taurer la paix mondiale en cr6ant la prosperity.
Rien .'arrktera l'imperialisme communist. Et it
ne peut i'hanger d'orientation sans 'd6sastre pour ses
fiddles cl pour ilui-inime. 11 s'assure le pouvoir par
la force et la fraud et il entend le conserve que
le peupl' accepted ou non sa r&gle. Sa tyrannic, son
baillonniment de la liberty d'exprcssion et d'asso-
ciation lie contr6le totalitaire qu'il exerce sur la
religion, les lettres, les arts ct les sciences ct imme
sur les opinions intimes a l'aide d'une propaganda
de mass; a sens unique monopolis6e par 1'Etat, de
ses espions et de sa police secrete, de ses elections
et lgisl;ttures truqu'es, de ses process truqu6s, tout
cela est indispensable a ides chefs qui pr6ten.dent
qu'une ,;eule opinion publique suffit 6tant donn6
que Marx et Lnine ont solutionn6 4de facon infail-
lible tot;s les probl6mes politiques, sociaux et ico-
nomiqucs.
Mais, objectera-t-on, le Politburo n'a pas l'inten-
tion de faire la guerre. Il est, en reality, dcji en


guerre centre nous, en guerre < froide > ; alors
qu'en Grbee, en Ghine, en Indochine, en Birmanie
et en Malaisie il s'agit de guerres meurtrieres. La
guerre est .d'ailleurs indivisible dans le imonde mo-
derne tout au moins lorsqu'un gouvernerment
tente la conqute du monde enter.
11 est vrai que l'Occident possede la bombe atoani-
que et d'autres dispositifs idlvastateurs scientifiques,
qu'il est organism en une Union Occidentalle et qu'il
a arm6 le Pacte Allantique. Aussi doit-on penser que
le Politburo n'a pas l'intcntion d'entamer A l'heure
actuelle une vraic guerre avec l'Occident. Mais il est
cependant en iguerre centre l'Occident. Pour 1'ins-
tant il compete sur ses < cinquilmes colonies > dans
les pays occidentaux et ailleurs et il existe en Gran-
de-Bretagne et dans d'antres nations dCmocratiques
du 'c6t du Pollilburo plus de Marxistes que de mem-
bres ouvertenment declares des parties communists.
Cependant le meilleur pent sortir du pire.
L'Am6rique a appris que son isolationnisme entree
11919 et 19410 6tait aveugle. Les petits Etats se ren-
dent comipte qu'ils sont pitoyablement faibles face
A la menace communist. Tous les Etats libres se
rendent complexe que l'unique rem8de pouvant ctre
oppose a l'annihilation de l'lhumanit6 dans une guerre
atomique, bacteriologique ct toxicologique est l'uniti
dans un systime de s6curit6 collective r6gionale.
Le monde libre r6clame des homines d'Etat d'une
experience et d'un caractire exceptionnels pour
adapter la vie international It I'ampleur de la me-
nace -communistc et pour prevenir un d6sastre lu-
main sans prec-dent si le monde enter devait par-
ticiper A une guerre. Mais ah moins que I'impirialisme
comnmuniste ne soit bris6 par la violence, la
corruption, l'apathie ou le degoitt et tant que cela
ne sera pas r6alis6 il n'y aura aucune 'chance nulle
part .d'harmonic ou de Ipaix, aucune chance d'rtre
liberb de la pour. Les peuples britanniques de la
M6tropole et d'Outre-Mer qui connaissent ces v6ri-
t6s .dsagr6ables sauront faire face A ces faits en
temps utile; ils ne tenteront pas d'apaiscr i'iinp6-
rialisme commnuniste come ils l'ont fait avec le
fascisme, pour obtenir les m&mcs r6sultats desas-
treux la scconde guerre mondiale ct ses suites.
(a The Crown Colonist ,, octobre 1949). 5.029


/1. T. Steele itudie plus particulikrement les inci-
dences de la victoire communist en Chine sur les
pays voisins du Sud-Est asiatique :
La naissance d'un gouvernement comaniuniste
chinois fA P6kin constitute un &v6nement d'une signi-
fication important et inquiftante pour le rest de
i'Asie. Elle marque le passage official des *comnmu-
nistes chinois du domain de la politique locale A
celui de l'arenc international. Les ondes de cette
transformation seront ressenties A un degr.6 plus ou
moins important dans chaque pays asiatique. L'Asie
orientale A part la Russie a une population d'un mil-
liard 200 millions. Presque un tiers de cette impor-
tante masse humane a 6te absorbed dans la glaciale
advance du icoimmunisme. Encore y -a-t-il quelque es-
poir dans Ile fait que les deux tiers de la population
sont encore en dehors de l'orde communist, dans








]e grand arc de territoire bordant la Chine A P'st
et au sad et qui va du Japon l'In.de A travers le
sud-est asiatique.

Cet arc de cerele dui continent ct des iles est
tacheti partout de movements communists, ndo-
communistes et nationalists. Dans deux pays 'In-
dochine et la Birmanie la menace communisle est
immediate et urgente. La malhiureuse Cor6e, enjeu
des puissances politiques sovi6tiques et am6ricaines,
est A moiti6 rouge et A moiti6 grise. I y a un sitcle
ou ,deux, la moiti6 de 1'Asie Orientale payait tribui
la court imptriale de P6kin. II semble que P'histoire
est .en train de teraminer iun cycle complete. Pikin
sous la loi rouge promet de devenir une sore de
Moscou oriental, un pole d'attraction, un centre
d'intrigues et un modle de rriforme pour les r6vo-
lutionnaires de gauche dans les autres pays de I"Ex-
tr6me-Orient. Et Mao Ts6 Tung president du nou-
veau regime peut bien devenir un L6nine asiatique..

Bien qu'un nouveau r6gionalisme puisse se d6ve-
lopper dans Ic monde communist avec P kin
comme foyer il n'est pas du tout question de direc-
tion de la part de Moscou. D'une facon g6nerale les
communists asiatiques sont moins assujettis a l'au-
torit& so'vi6tique que leurs colleagues d'Europe Cen-
trale, mais presque tons reconnaissent Ie Kremlin
comme le centre du systeme plan,6taire communist
et Staline comme son phare. En d6pit de certain
points de friction, il est certain que pour leur pro-
pre protection les Rouges de I'Asie s'appuicront
puissamment sur la direction sovidtique et sa puis-
sance militaire pendant encore longtemps. L'actuclle
reconnaissance par Moscou du government de
P6kin montre que pour 1'instant les relations sont.
intimes. Cerlains signes permettent de supposer que
ce marriage diplomatique sera bientot ciment& par
des accords militaiires mutuels.

La technique russe de la revolution cependant
constitute un m6dicament un peu trop 6nergique
pour Utre applique A 1'Asie. Depuis des ann6es des
communistss chinois ont travaill6 en deiheors des
prescriptions marxistes en se pliant aux conditions
et au temperament des pays de 1'Extr6me-Orient.
On doit s'attendre toutefois ce que pendant que
des movements r6volutionnaires d'inspiration com-
muniste en Extr6me-O'rient regarderont vers Mos-
cou pour y trouver des avis sur les 'questions de
haute politique ils tendront A trouver des id6es e.
une line de conduit en Ohine meme sur les ques-
tions de r6forme gouvernementale, social et agrairc.
Les 6crits de Mao Ts6 Tung qui constituent avee les
ouvrages de Marx et de L6nine la bible des commu-
nistes chinois ont dLjh trouv6 une risonnance pro-
fonde dans les pays d'Extr6me-Orient. Cette in-
fluence s'accroitra probablement...

Le choc des succ6s communists en Chine s'est
djhA faith sentir a des degr6s variables dans les re-
gions avoisinantes. Chacun de ces pays est davantage
prdoccupe par ses propres probl6mes que par le
danger ext6rieur. II n'y a pas de plan conmmun d'ac-
tion pour arr6ter le communism et les effo-rts
pour en organiser un n'ont rencontre jusqu'a pre-
sent que de, faibles Bchos. Les Etats-Unis sont A un


croisement. La faillite de la politique des Etats-Unis
en Chine les a laiss6s ind6cis, troubles, sans aucune
idde nette de ce qu'il convient de faire A l'rvenir.

,Les conrmunistes chinois arriveront bienttt aux
fronlieres de l'Asic meridionale. Des rensci inements
pr6tendent que la lointaine province occidentale du
Sinking est prlie i suivre celle dii Kansu. Ceci
monlre quel 6norme saut le communism a r6alis6
an course des deux derniers mois. Au Sinkiang les
communists cliinois, et probablement leurc; cousins
russes seront pour la premiere fois en contr't direct
avee la fronti6re dte l'Inde. Ccci n'est pas 'une im-
mediate importance car .une immense barriere mon-
tagneuse spare les deux pays mais son elfet psy-
chologique peut ctre considerable. La zone soumise
A un Ir's grand danageri de p.6ntration conimuniste
immediate est le sud-est asiatique. Les cominunistes
chinois n'ont pas encore atteint les fronli6res de
1'Indochine et de la Birmanie. Mais ils v seront dans
quelques semaines ou moins, a moins que le regime
nationalist decr6pi soit capable de r6aliser un
miracle de resistance. On ne s'attend pas a ce que
les Chinois rouges fassent passer A leurs troupes les
fronti6res. Ceci n'est point leur facon de Froceder.
Mais il est probable que les colmmunistes donneront
leur concours dans la measure du possible :'u mou-
vement r6volutionnaire pro-communiste des pays
du sud-est asiatique. Les rouges chinois sonl ouver-
tement pr6posCs A la cause de la revolution mon-
diale. Ils ont ouvertement diffuse des prlmesses
d'aide materieille ct morale aux troupes anti-colonia-
les et anti-imp6rialistes du sud-est asialtique.

II est normal que la principal direction de l'ex-
pansion communist soit vers le sud. De toiites les
zones non-communistes de l'Extrime-Orient, I'Asie du
sud-est est une des plus vuln6rables A la pe6rn'tration
communist. De plus elle offre ,es b6enfices ;es plus
prometteurs au moindre prix. Les terres de 1'Asie
du sud-est sont un panier de richesses naturelles.
Elles constitueraient un surplus bien accucilli par
le bloc communist des < pays d6mocratiques >.

La question des products alimentaires constitute
un probl6me critique pour les communists chinois
ainsi que la base de leur monnaie, la question des
salaires, et A la v6rit6 toute leur Iconomie. Dans les
ann6es normales, la Chine est un pays d6ficitiire du
point de vue des products alimentaires et elle im-
porte 800.10000 tonnes de riz annuellement (bien que
la recupiration de la Mandehourie sur le Japon
puisse modifier cet 6tat de choses). Au suil de la
Chine sc Irouvent les pays gros exportateurs ie -riz :
la Birmanie, le Siam et 1'Tndochine. Avant I:l guerre
ces trois pays vendaient au monde au total 5.'0i0.000
tonnes tie riz annuellement. En raison des dif'icunlts
de l'apris-guerre, leur surplus est aujiiurd'hui
moins Clev&. Cependant l'exportation normal de
chacun de ces pays pourrait largement r6soudre le
probleme du riz de la Chine.

Est d'une gale importance pour la Chine le pp-
trole du sud-est asiatique. La Russie est intress6e
par son caoutchouc et son Mtain.

((( New York Herald Tribune n, 19 octobre 1949). 5.060










III. COMMONWEALTH


A. QUESTIONS GENERALES

Le Commonwealth subit une profonde evolution.
David C. Williams, analysant dans The Nation de
New York, les tendances qu'a rivile la Conference
africaine ie Londres, y voit < la fin de l'Empire
britanniqu' >>
II n'y a pas, il n'y a jamais eu la moindre po6sie
en ce qui concern l'Afrique ibritannique. C'est une
vaste 6tentlue de laudis ruraux oh I'on ne rencontre
en g6n6ral que la jungle, la ibrousse, les marecages
ou le 4d6si rt. Ses habitants sont, dans leur enorme
majority, :ffam6s, malades, arri6res, illettr6s et 6ner-
v6s par un climnat impropre a tout effort soutenu.
Ils ne sent mime pas unis. Ils parent un grand
nombre dt langues ct appartiennent La de nombreutt
ses tribus et nations.
Dans c(t o c6an de ipeuples africains vit une in-
lime mninirit6 d'individus Ide souche britannique
don't le tctal est inmfrieur A 100.10100 Ames. I1 existe
peut-etre le double d'Indiens et d'Arabes qui cons-
tituent une grande parties de ce qui tient lieu de
classe movenne. Pour aussi petites que soient les
minoritbs non africaines, leur importance et leur
nature on uine influence presque decisive sur 1'btat
present et sur les perspectives futures des colonies.
LA ou les Blancs se sont fix6s et se livrent a l'agri-
culture comee en Afrique Orientale, particuliere-
anent au Kenya et en Rhod6sie septentrionale) ils
.cherchent A 6tablir et A perp6tuer le mode de vie
sud-africain. Les Ouest-Africains sont plus heureux
parce que les maladies propag6es par le moustique
ont long~ mps d6courag6 installation permanent
des Blanc;. Ils se proposent, lorsque I'ind6pendance
viendra, td'elever solennellement un monument A ce
bienheureix insect.
Les Africains reprochent amirement A Londres
de ne pas s'opposer A l'accroissement de l'int6r6t des
colons. Mais il est equitable de dire que, n'eut Wt6
la resistance oppose par Londres (A partir du mo-
ment oh le Colonial Office se mit A adimettre le
principle .le la priority de l'int6r&t indigene), la ma-
nihre de' vivre sud-africaine se serait propag6e bien
davantage et se serait enracin6e beaucoup plus pro-
fond6menl. Le pire qui pourrait arriver pour les
Africains serait que les Blanes, comnme en Afrique
du Sud e: en Rhod6sie m6ridionale, acquierent la
puissance gouvernementale Idans un 6tat ou domi-
nion ind6pendant.
Mais, si l'on peut admettre que ce soit 1 de la
part ,de Londres une vertu sur le plan administratif,
c'est tout au plus une vertu negative. En effet, le
contr6le britannique a eu jusqu'Ah ces derniers
temps un caractbre g6n6ralement nagatif, ayant pour
principal objectif .de maintenir l'ordre public. II
n'6tait pas question d'une maniere tangible de pro-
mouvoir le d6veloppement social, bconomique et po-
litique des populations. 'Comme dans 1'Inde, la sou-
verainet6 britannique a perp6tu6 des modes de vie


d6suets qui, (dans d'aulres conditions, auraient 6t&
r6duits en mieltes par l'impact de la civilisation
moderne. Cc ne fut qu'en 1.940 que la premiere v&-
ritable Loi de )Developpement et .de Bien-Etre fut
vote par le Parlementt et qu'en 1945, avec l'av6ne-
ment du Gouvernement travailliste, que le travail
r6el comnienca. Aux terms de la loi, telle qu'elle
fut amend6e par le Parti travailliste, il ifut allou6
une some de 4804 millions de lives A d6penser en
10 ans. Cela permettait de disposer d'une sonime
d6termince pour chaque colonies de telle sorte que
son Gouvernement pouvait laborer un plan A long
term bas6 non seulement sur les subventions bri-
tanniques mais 6galement sur les imp8ts et les em-
prunts qu'il 6tait en measure de lever. Les revenues
coloniaux ont 6te consid6rablement augments par
institution -de l'imp6t sur le revenue qu'un grand
nombre de colons considerent encore come du pur
bolchevisme...

Et l'auteur de poursuivre qu'en raison de la crise
iconomique qzie traverse la Grande-Bretagne, et de
la mifiance accrue des Africains seuls les Etats-Unis
sont ia mnme de fournir l'effort necessaire a la ise
en valeur de l'Onest Africamr.
En meilleure Ihypothese cependant, un gouverne-
ment travailliste ne peut pas en conscience admi-
nistrer un empire. ISeule parmi les Ipuissances
europ6ennes qui dominant I'Afrique, la iGrande-Bre-
tagne a declare que l'ind6pendance finale 6tait son
objetctif. En Afrique Occidentale, ,oh n'existe aucune
colonisation blanche permanent, cette perspec-
tive n'est nullement lointaine. Chose assez si-
gnificative, il existed' dans administration ci-
vile ouest-africaine des centaines de postes vacant
pour lesquels on ne trouve ipas de candidates
britanniques et de nombreux sp6cialistes bri-
tanniques employs actuellement dans les colonies
ouest-africaines et ne voyint, disent-ils, aucun
avenir dans ces territoires demandent a &tre
mut6s dans les colonies est-africaines. Si la souvc-
rainet6 britannique devait cesser demain en Afrique
Orientale, les colons y prendraient le pouvoir. Les
Est-Africains ont un long ilhemin A parcourir avant
de pouvoir etre certain de d6tenir eux-memes le
pouvoir dans un etat ind6pendant. Une tutelle sous
une forme ou sous une autre est essentielle ; toute-
fois, de nombreux Americains pri6freraient indubi-
tablement la souverainet6 international ,a 'actuel
monopole britannique du pouvoir.
Qui isuccdera h la souverainet6 que I'on voit pro-
gressivement echapper aux Britanniques ? II cst A
la mode aujourd'hui de voir les communists par-
tout et ceux-ci ont effectivement fait une prppagande
efficace parmi les 3.100,0 Africains de Londres, en
grande parties aux frais du iColonial Office. Mais plus
ces 6tudiants sont absorbs dans la doctrine com-
muniste et plus ils tendent a perdre contact avec
les masses intensement conservatrices de la popu-
lation africaine. Beaucoup plus efficaces sont les









demagogues nationalists, come Bustamente A la
Jamaique, qui surgissent in6vitablement chez les
peuples d6primts. Le danger actuel n'est pas le
communism, mais les dictatures selon la manibre
classique de I'iAmirique latine.
(a The Nation ,, 20 aoOt 1949). 4.992

Dans le Sunday Times, II. V. Hodson, relatant
les conclusions de la Confirence des Relations du
Commonwealth de Bigwin Iun, pense au contraire,
que celui-ci < est bien vivant >> .
L'immense evolution qui s'es, produite depuis
193:3 comporte a mon avis trois 61ements principaux.
Tout d'abord, les questions de statu t et de former
constitutionnelle ne nous empichent plus de consi-
d6rer les problcmes courants scion leur importance
intrins6que. Les experiences rtalistes pendant la
guerre, l'octroi de 1'autonomie aux trois Dominions
asiatiques et le rlglcment de la question rdpubli-
caine avec l'Inde ont balay6 une foule de vieux ar-
guments sans valour et d'inhibitions. Ce fut un
dle6gu6 indien qui dtclara iA Bigwin que le proccs-
sus de devolution du Commonweallth avait mainte-
nant d6pass6 sa phase critique et que le moment
Ctait venu de se rapprocher.
Une second cause de cette hcureuse evolution est
la nouvelle position des Etals-Unis. Au course des
annces qui suivirent 1930 le d6sir de ne pas trop
s'ecarter des Etats-Unis constitute un obstacle a 1'dla-
boration de programmes audacieux et i l'adoption
d'une action commune en matitre d'affaires inter-
nationales, sp6cialement dans le cas du Canada.
Maintenant nous sommes plut6t entraints en avant
que retenus par des Etats-Unis adults nantis d'une
politique mondiale.
En troisirme lieu, la presence de trois nations
souveraines d'Asie est un facteur stimulant et forli-
fiant. Les d616gations petites numCriquement
mais composes d'hommes de valeur de Ceylan,
de I'lnde et du Pakistan ontkjoue un r6le capital i"
la Conference. L'attitude de ces trois Dominions h
l'6gard du Commonwealth est i la fois riservye et
constructive, r6servee parce qu'ils ont besoin d'tlre
confirms et fortifins dclns leur present conviction
de la valeur relle que pr6sente association pour
eux-memes ct pour le monde, constructive parce
qu'ils sont pr6ts, sem'ble-t-il, a apporter leur contri-
bution dans ce sens. Certains dl61gucs insistlrent
auprts de 'Inde et du Pakistan sur 1'urgence d'un
r&glemcnt de leurs diff6rends afin de leur permeltre
de prendre une plus grande part aux tAiches commu-
nes A accomplir pour la defense de l'Oc6an Indien
et ailleurs ; toutefois, A Bigwin, les appeals A 1'Pmu-
lation vinrent tout autant des nouveaux Dominions
que des anciens.
L'attitude asiatique n'a i6l en aucune occasion dis-
cut6e avec autnyt d'animation qu'en cc qui con-
cerne la defense centre le communism internatio-
nal, question qui nous interesse tons et qui a domine
les dCbats politiques, strattgiques et mAme, dans
une grande measure, Acono.miques. Sous leurs regimes
actuels les Dominions asiatiques sont aussi ferime-
ment opposes au communism que n'importe lequel
des autres. Mais ils h6sitent i accepter come
quelque chose de permanent la division du monde


en .deux blocs irr6conciliables qui les exposerait hi
6tre entrain6s automatiquement dans toute guerre
survenant entire eux. En outre, bien que celA ne les
emp6che pas de conclure des arrangements r6gio-
naux de defense mutuelle dans leur propre int6rRt
ni de faire parties d'un Commonwealth don't certain
membres ont pris des engagements de cette nature,
ils insistent tout sp6ecialement sur le fait que la so-
lidarit6 sur le plan militaire n'est pas une id6fense
silre si on laisse le communism s'infiltrer sur les
fronts 6conomique, politique et inter-racial, en par-
ticulier dans le Sud-Est asiatique. Cette attitude est
partag6e par l'Australie, don't les porte-paiole ont
exprim6 de nouveau le puissant. int6rit qu'ils por-
taient aux progrbs economique et politique des pays
asiatiques situ6s au nord de leur territoire, proggres
int6ressant iA la fois la d6mocratie et la sdcurite.
(a Sunday Times ,, 25 septembre 1949). 5.024

B. AFRIQUE DU SUD

*C'est avec defiance que Tribune, de Lond,'es, cri-
tique certaines initiatives du Gouvernement Malan.
M. Te Water, ambassadeur extraordinaire du
Dr Mialan a rendu lui aussi visit aux capilales de
I'Europe et de I'Afrique pour pr6coniser tine asso-
ciation plus etroite en matiere de defense ci l'Afri-
que et de lutte contre le communism. Derr .re tout
ceci se trouve le plan du Dr Malan concernant un
pacte d6fensif pour toute l'Afrique au Sud du Sa-
hara, pacte africain calqu6 sur le Pacte Allantique
mais sur une base de suprimatie absolute des Blancs.
Les dangers d'un tel pacte dans lequel le:; natio-
nalistes sud-africains professant des opinions racia-
les extremes, joueraient un rBle pr6pondcrant et
grace auquel la lutte centre le communism ipourrail
ais6ment se transformer en lutte contre les droits
des indigbnes africains, ne sont que trop i vidents.
La participation britannique a un tel a.icte ne
pourrait pas davantage cadrer avec la polilique du
gouvernement travailliste qui tend a favoriser 'au-
tonomie en Afrique occidentale.
Les plans du Dr Mialan demandent h 6tre surveil-
16s de pres.
A ce propos, la question se pose au ;sajet du
< Congr6s (exclusivement Blanc) Scientifique sur les
Probl6mes Africains >> qui dolt se r6unir le mois
prochain h Johannesburg sous les auspices dlu < Con-
seil Scientifique et Industriel Sud-Africain. ) On
vient d'annoncer qu'h la place du Pr6sirent du
iConseil, come on le croyait d'abord, cc sera le
Dr Malan en personnel qui ouvrira le Congr's. Une
d616gation britannique y participera 6galement,
mais il est possible que intervention du Dr Malan
donne au Congris une signification nouvelle at poli-
tique surtout pour les espri's africainm. Nous
voulons esperer que M. Creech Hones suit ces 6v&-
nements de pres.
(a Tribune ,, 30 septembre 1949). 5.021

C. HONG-KONG

< Wait and see >, telle parait itre l'attitude adop-
tie par les Anglais :








Les autorit6s se conduisent sagement A Hong-
Kong, Comme les troupes communists atteignent
la frontiere aucune measure sp6ciale n'est prise et
la police qai patrouille normalement sur les ports
de la front re n'a pas 6t6 remiplac6e par des mili-
taires. Resier calm.e et se conduire comme si on
s'attendait naturellement A des relations amicales
est le meilleur mnoyen de prolonger le stata quo sans
trouble.
De leur c6te les troupes communists semblent
6tre bien t(nues en mains. Toutes les nouvelles in-
dicquent que rien ne semble faire craindre des trou-
bles. Au contraire un rapport announce que les trou-
pes communists ont d6clar6 A un officer de la
police britannique qu'elles ont recu des ordres, pre-
mi6rement d'6viter tous incidents avec les troupes
britanniques et, deuxi6mement de n'occuper le long
de la frontiBre de la colonies ique les positions 6va-
cu6es. par les troupes nationalists.
Jusqu'ici tout va bien, mais l'arriv6e des troupes
communistss sur les frontieres de Hong-Kong pose
criment la question de la prochaine politique bri-
tanniqu.e dins cette zone.
Une cert::ine opinion met en doute la valeur que
repr6sente :oute tentative de se maintenir a Hong-
Kong. La tthorie est ique le Iprix des 6tablissements
militaires passee le total des revenues qui profitent
A la Grande-Bretagne. Hong-Kong tient surtout son
importance du commerce de r6exportation qu'elle
fait avec 1: Chine du Sud, les Philippines, et les
autres 6tab issements du Pacifique. En 1938 ce com-
merce atteignait au total 69 millions de livres. De-
puis la guerre il s'est, largement augment. De plus,
Hong-Kong est l'un des plus grands, sinon le plus
grand des centres bancaires de 1'Extr6me-Orient.
En ibriques et ciment le total des investissements bri-
tanniques (st igalement considerable.
En consi'iquence, les d6penses d'ordre militaire
devraient ;itteindre un niveau tres l6ev6 avant de
dbpasser 1l's avantages .commerciaux. Mais Hong-
Kong peut-elle 6tre militaireiment d6fendue contre
une attaque communist soi'gneusement pr6parAe ?
II existed quelques hauts fonctionnaires et quelques
chefs d'6tat-majors qui r6pondent par l'affirmative.
Leur optirrisane pent &tre justifiC. Mais il est certain
.que Hong-Kong ne pourrait pas tenir A la fois con-
tre une at!aque de l'ext6rieur et contre une gr6ve
inspire p:!r les communists A l'int6rieur.
Lorsqu'on met en balance les facteurs qui inter-
viennent centree le succAs d'une defense militaire et
civile de H[ong-Kong, ceux-ci depassent les facteurs
en faveur dle cette defense.
N6anmoins si Hong-Kong devait 6tre attaqu6e tout
,d6pendrait de savoir si l'on tente de la d6fendre.
Si la Grar.ide-Bretagne capitulait au premier coup
de feu nous capitulerions en minme temps en Mlalai-
sie. Dans ce dernier pays de nombreux Ohinois,
probablement la majority, sont d6cid6s A soutenir le
gouverneirent dans la champagne qu'il men.e centre
les -bandits communists chinois et ne se contentent
pas d'esp6rer passivement que le gouvernement l'em-
portera.
Mais si la Grande-Bretagn'e devait 6vacuer hum-
blement Hong-Kong .sous la menace des ordres .com-
munistes tous les Chinois de Malaisie prendraient
imm6diatement soin de montrer qu'ils soutiennent


les nouvelles forces de la Chine et qu'ils d6savouent
leur amiti6 pour les Britanniques. I1 est done abso-
lumnent n6cessaire de d6fendre Hong-Kong. La ques-
tion qui se Ipose est celle-ci : avec quelles forces ?
fDepuis quelques mois la garnison de 'Hong-Kong
a U6t sensiblement double. Bientot et dans une
p6riode de grandes restrictions financiores on pr6-
sentera au Parlement une note pour des credits sup-
pl6mentaires. Gette note sera l6ev6e. Ce que le Gou-
vernement doit montrer, et ce don't nous ne sommes
pas convaincus c'est que les frais suppl6mentaires
imposes rendent la defense -de Hong-Kong aussi effi-
cace qu'il est possible. Sa garnison 6tait dejA capa-
ble d'agir comme un puissant ipr6ventif contre une
6ventuelle attaque des troupes communists agissant
soit suivant des ordres 6manant du centre, soit sui-
vant .des ordres locaux.
Il faut de la fermet6, mais il est impossible de se
d6fendre jusqu'au bout. En consequence on peut se
demander s'il est sage de s'y preparer. Ce qui est
important c'est de poursuivre nos buts pacifiques
normaux dde montrer un d6sir d'6tre amis et de
commerce avec les nouvelles forces, d'indiquer
clairement que si nous sommes disposes a n6gocier
nous ne nous laissons pas intimider et de sugg6rer
aux communists chinois que si notre presence A
Hong-Kong leur d6plait, le bon moyen consiste a
poser la question aux Nations Unies.
(. Tribune ), 21 octobre 1949). 5.068

En m6me temps, on ne dcvrait pas supposed
qu'une reconnaissance transformera ipso facto les
communists chinois d'ennemis en amis. Quelles que
soient les conditions iqui inlerviendront avoc cux,
elles devront, si 1'on veut qu'elles soient opcrantes,
6tre gouvernCes par des considerations pratiques.
Nous pouvons 6tre stirs que les communists chinois
ne respecteront l'intigrit6 territorial de Hong-Kong
et ne coop6r.eront avec les autorit6s de cc territoire
que tant iqu'il sera de 1.eur int&r*t d'agir de la sorte.
Notre attitude devrait Atre exactement la unime.
Naturellement, il .est de la plus extreme impor-
tance que les politiques britannique et amnSricaine
soient 6troitement coordonnues, aussi bien sur le
plan diplomatiqie que sur le plan militaire. Sous ce
rapport, on apprend avec satisfaction que des con-
versations communes d'6tat-major vont avoir lieu
prochainement a Hong-Kong et P'on peut affirmer en
toute certitude qu'aucune decision relative A une
reconnaissance ne sera prise s6par6ment A Washing-
ton ou A Londres. Soit dit en passant, de nombreux
desastres auraient pu etre 6vit6s si une telle coordi-
nation avait exist plus tot. C'est il n'y a pas trbs
longtemips, A Yalta, que le Pr6sident Roosevelt, selon
le regrett6 Harry Hopkins, aurait effectivement sug-
g6rb au course d'une conversation priv6e avec le
Mar6chal Staline que le Gouvernement britannique
devrait renoncer A contr6ler Hong-Kong. A cette
6poque, chose assez bizarre, le Mar6chal Staline sou-
leva des objections. Ult6rieurement celui-ci et le
Gouvernement des Etats-Unis modifibrent radicale-
ment l'attitude adopt6e en cette circonstance. La Rus-
sie aimerait certainement voir les puissances occi-
dentales enmbarrass6es en Extr8me-Orient par une
attaque des communists chinois sur Hong-Kong et








1'Amrrique, tout aussi certainement, n'apprecierait
pas un chengement de propri6taire.
(a Daily Telegraph ), 17 ootobre 1949). 5.055


D. INDE

La visit du Pandit Nebru aux Etats-Unis souleve
de nombreux commentaires. The Far Eastern Survey,
sous la plume :de Lawrence K. Rosinger, s'efforce
de difinir la position de l'Inde dans la politique
mondiale.
L'opinionr officielle am6ricaine sur l'Inde est en-
core au debut de sa formation. La politique ftiran-
gere indienne n'est pas encore enti6rement cristal-
lis6e. Bien que conscients du rl6e que leurs pays
peut jouer, ide nombreux indiens se sentent dans
1'ombre des deux giants, les Etats-Unis et I'U.R.S.S.,
et on peut discuter sur la tfaon don't ces ombres
se d6placeront, ou sur celle don't 1'Inde se d6pla-
cera par rapport A elles.
Le dessein etabli de ]a politique indienne a 6t6
de suivre une route ind6pendante dans les affaires
mondiales, quelque part -entre les blocs des deux
grades puissances. 'Ce th nie a e.6t d6velopp6, avec
des insistances variables, dans une longue s6rie de
discours et declarations par Nehru. II a affirm par
example, le 4 d6cembre 11947 :
< Nous avons proclam6, l'ann6e passee, que nous
ne nous attacherons A aucun igroupe particulier.
Cela n'a rien A voir avec la neutrality ou quelque
hose du m&me genre ou la passivity. S'il y a une
grande guerre, il n'y a aucune raison particulibre
que nous nous en mnlions. NBanimoins, il y a de nos
jours une petite difficult demeurer neutre en cas
de guerre mondiale... Nous ne nous m6lerons pas i
une guerre si nous pouvons 1'Aviter et nous nous
mettrons du c6t& oil sera notre int6rit lorsque le
moment de choisir viendra. >
La politi-que 6trangbre, a soutenu AM. Nehru, 6tait
en dernier resort le r6sultat de la politique .cono-
mique; et jusqu'A ce que la politique 6conomique
indienne se soit d,6velopp6e normalement, !'6volu-
tion gAnbrale du pays en ce qui concern la politi-
que 6trangbre aura tendance Ai 6tre vague, incohA6-
rente, et incertaine. A nouveau, au course du mois
d'avril 1948, il declara f un auditoire de 5.0100 per-
sonnes :
Nous veillerons A ne nous aligner sur aucun
group, quel qu'il soit, pour obtenir des gains term-
poraires... Nous d6sirons entretenir des relations
amicales avec tous les pays et suivre notre route
propre ou notre politique dans tous les domaines,
demeurant neutres pour les questions qui ne nous
interessent pas.
En d6cembre i1948, le parti du Congres declarait
dans une resolution de ipolitique 6trangare :
Le but constant ide la politique 6trangere de l'Inde
doit 6tre de .maintenir des relations amicales et coo-
p6ratives avec toutes les nations et d'.viter de par-
ticiper A des alliances militaires ou similaires don't
le resultat est de diviser le nmonde en groups rivaux
mettant en danger la paix mondiale.
Dans I'Inde, comme dans les autres pays, le sou-
bassement de la r6alit6 se trouve habituellement


bien au-dessous de la surface. Indiscutablement,
dans de nomibreuses questions internationales, New-
Delhi a adopt une position plus indkpendante que
beaucoup de puissances plus faibles. Mais cette in-
dipendance s'est affaiblie avec 'le temps. La tension
.croissant centre les grandes puissances et entire les
61ements opposes dans l'Inde, le IGouvernement in-
idien a &volu6 progressivement vers les fEtats-Unis et
la Grande-Bretagne. 'Dans un discours significatif de
mars 1'949, Nehru a reconnu que o'Inde avait main-
tenant < des relations bien 'plus 6troites avec cer-
tains pays du monde occidental qu'avec d'autres. -
Et il ajoutait que o< nous ne devons pas d6sirer nous
placer dans une position oi, politiquement parlant,
nous serions 6troitement align.&s sur un group par-
ticulier et lies a lui en ce qui concern notre con-
duite future >...
L'attitude de l'Inde a l'egard du Commonwealth
6claire largement sa politique r6cente. Au moment
du partage de l'Inde et du Pakistan en 1947, les deux
pays devinrent des Dominions, mais on affirmait
largement que l'Inde se s4parerait de ]a Grande-
Bretagne lorsque le moment de la id6cision finale
viendrait. Maintenant il apparait qu'au moins, pour
le moment, l'Inde demeure dans le Commonwealth.
Depuis que le Commonwealth s'est rapproche des
Etats-Unis, une telle attitude isignifie des relations
plus 6troites entire l'Inde-et 1'Amerique. Cette evo-
lution s'accentuera si, comme le suggrrent certaines
discussions actuelles, les Etats-Unis assumaient une
parties des obligations 6conomiques de la 'Grande-
Bretagne dans l'Inde.
L'attitude officielle de l'Inde A l'6gard du Com-
monwealth a connu une evolution important ayant
pour but d'Aviter l'opposition de la majority de
l'qpinion indienne qui tient fermemeni A 'id6e
d'ind6pendance en politique 6trangere et in-
siste sur le fait qu'un lien Atroit avec le
Commonwealth ne doit pas porter ombrage A
cette indpcendance. Un tournant de premniere im-
portance dans les relations de l'Inde et du Common-
wealth a 6ti atteint ,A la Conf6rence des Premiers
Ministres du 'Commonwealth A Londres du 11 au 22
octobre 1948. L'Inde repr6sent6e par Nehru donna
son accord aux principals decisions de la Conf6-
rence. Bien que la nature 'precise des discus-
sions ne soit pas .connue, il est clair que l'Inde
s'associait elle-m,6mne publiquement a un programme
de soutien de 1'Union Occidentale et de riarmement
en accord avec le Royaume-Uni et les autres nations
du Commonwealth. En r6alit6, elle 6tait incorpor6e
dans un sens plus profound qu'auparavant au cadre
formel de la politique 6tran.gre anglaise et .am6ri-
caine. Receemment, en avril 11940, lors d'une autre
reunion des Premiers Ministres A Londres on tomba
d'accord sur une formula qui permit A I'Inde de
rester membre du Commonwealth tout en demeurant
une r6publique. Au mois de mai cette formula fut
approuv6e par le Parlement indien...
Lorsqu'on porte un jugement sur la politique
6trangbre de l'Inde, il est essential d'etudier l'opi-
nion publique dans ce pays. Cette opinion publique
a en effet joun un grand r6le dans P16la'boration du
concept original d'une politique indienne ind&pen-
dante et en maintenant jusqu'A present ce concept
come doctrine officielle. Les g6n6ralites suivantes









ont pour but de sugg6rer un apercu de 1'Inde poli-
tiquement consciente au course des 'quelques ann6es
passes, quooiique nous reconnaissons certes que
chaque obs 'rvateur puisse avoir des modifications
et des additions propres A y faire :
1) La grande majority de 1'Inde politiquement
consciente est profond6ment effray6e d'une implica-
tion de 1'Inade dans une autre guerre. En conse-
quence elle ne desire participer iqu'au minimum A
une lutte des grandes puissances qui est g6n6rale-
ment reganclde comme ne servant pas les int6r6ts in-
diens et 'qui certainement ne prend pas naissance
dans ces inl_6rts. Une minority ifaible mais tr6s in-
fluente et t:' s < articulate > est favorable A un ali-
gnement plus ou moins net sur la position anglo-
am'ricaine.
2) La plupart des Indiens politiquement cons
clients, pen:;ent que 1'industrialisation *de leur pays
est un prob lme essential et ique la r6alisation de ce
dessein exi;.e des capitaux strangers important. En
meme temps ils craignent les implications possibles
d'une aide Bconomique ext6rieure. Mais si l'aban-
don d'une politique BtrangBre ind6pendante est pr&-
sent. comn.e n6cessaire pour 1'acquisition de capi-
taux ou do toutes autres formes d'aide exterieure
n6cessaire 1''all6gement du fardeau 6conomique
de 1'Inde, i! est probable qu'ils I'accepterQnt, en par-
ticulier si cela ne s'accompagne d'aucun engagement
politique e::plicite.
3") La plupart ,des Indiens politiquenient cons-
cients sont favorables, 'bien plus A une conception
gouvernem'ntale et A une politique A tendance an-
glo-am6ricaine qu'A une conception A tendance so-
viitique.
4") Modifiant le point pr6c6dant, on note le fait
que la plupart des Indiens politiquement conscients
montrent tine certain suspicion A I'6gard des quel-
ques aspects des institutions et des politiques an-
glaise et am6ricaine. 'Bien qu'ils pr6f6rent largement
la m6thode am6ricaine A la sovi6tique, ils sont loi,,
d'admirer sans reserve la premiere. Par example,
ils sont an courant de la discrimination racial aux
Etats-Unis. Et quelle que soit leur conception 6co-
nomique iladividualiste, ils ne consid6rent pas la
m6thode am6ricaine dl' < entreprise libre > come
appropric( a un pays 6conomiquement en retard
comm e e ieur. En bref, leur attitude dans ]e monde
est pronreinent a indienne ,.
5) Une minority 6troite mais significative sou-
tient ou penche vers une conception sovi6tique du
monde. En outre, beaucoup dde non-communistes et
m6me d'anti-communistes sont attir6s par les as-
pects sp6cifiques du rd6veloppement sovi6tique on
des perspectives communists. Par example, ils mar-
quent un Randd interit A I'histoire de l'industrialisa-
tion sovi6tique comme guide Ipossible pour 1'Inde
dans ]a solution de ses propres problems.
6") La crainte de l'imp6rialisme est un 616ment
puissant de la pens6e indienne A 1'egard des affaires
mondiales et il existe une grande apprehension --
souvent non exprim6e et peut-6tre souvent sub-
consciente que l'ind6pendance acquise en 1947
apr.s tant de souffrances et de sacrifices puisse 8tre
subtileme it attaqu6e par des manoeuvres'des gran-
des puissiinces.
(( Far Eastern Survey ,, 5 octobre 1949). 5.065


La Neue Ziircher Zeitung de Zurich, precise les
intentions qu'il suppose i M. Nehru :
La crise .6conomique en Angleterre et dans la zone
sterling a Bgalement assombri les relations entire
'Anigleterre et l'Inde. Les ministres des Finances
du Commonwealth furent invites en juillet A assister
A une Conference A Londres et ils 4tablirent les li-
gnes g6nerales des n6gociations finan'cirres qui de-
vaient avoir lieu en septembre entire 'Angleterre.
l'Amerique et le Canada sans qu'il y soit question
de la devaluation. Lorsque celle-ci fut dbeidee par
.le Cabinet britannique au mois d'aofit, 1'Anigleterre
ne mit pas ses associ6s du Commonwealth dans la
confiance ; ce ne fut que deux jours avant la d6va-
luation qu'ils furent informs de 1'Av6nement. Les
capitals du Commonwealth durent prendre leurs
dispositions dans 1'espace de 48 heures.
L'Inde en. prit ombrage pour trois raisons. Pre-
miArement, elle consider l'attitude de Londres
comme un abus de conflance ; deuxibmement, elle
fut ulc6r6e de n'avoir pas eu suffisamnment de temps
pour 6tudier A fond la situation et, troisiemement,
elle en voulut a Londres de n'avoir mnme pas eu le
temps de se concerter avec le Pakistan. I1 en result:t
que l'Inde suivit t'exemple anglais en d,6valuant, ce
que ne fit pas le Pakistan. Celui-ci de son cit6 pro-
testa aupres de Delhi en faisant valoir l'accord fi-
nancier indo-pakistanien aux terms duquel aucum
des deux pays n'avait le droit de devaluer sans s'tire
au pr6alable concert avec l'autre. La protestation
6tait justified et le Gouverne.ment indien n'eut pas
d'autre resource que de faire d6clarer publique-
ment au Parlement indien ,par son ministry des
Finances 'Matthai que 1'Anigleterre avait pris Delhi
A l'improviste et que la roupie indienne avail di
Atre d6valu6e < par measure de protection >>. Toute-
fois, les relations entire Delhi et Karachi s'en trou-
verent plus tendues qu'auparavant.
Les difficult6s 6conomiques produites dans I'lnde
par le fait que ce pays a devalun et que le Pakistan
ne l'a pas Ifait sont considerables. En effect, le Pakis-
tan devient subitement sur le march mondial un
acheteur favors& par sa monnaie. Le faith que les
memibres du Commonwealth ne disposeront pas en-
core de longtemps pour leur reconstruction int6-
rieure des moyens de production necessaires ma-
chines, chemins de fer, tracteurs- represente pour
la roupie indienne affaiblie un inconvenient consi-
d6rable dans cette lutte de concurrence des exlporta-
teurs. Pour Nehru il s'agit Agalement d'obtenir tout
au moins des Anglais la promesse qu'ils effectue-
ront les livraisons ant6rieurement promises A I'lnde
et qu'ils ne les d6tourneront pas sur le Pakistan.
Au course des n&gociations qui ont eu lieu A Was-
hington entire Cripps et Bevin d'une part et Snyder
et Acheson de I'autre, I'Amerique s'est d6claree
prAte A aider I'Angleterre h accorder A l'Inde de
plus grands credits et A lui livrer davantage. Mais
lA encore l'Angleterre a compt, sans son h6te car,
si Nehru desire I'aide arpericaine, il en redoute les
conditions et les consequences politiques. II veut
s'assurer avant son arrive A Washington que le repli
&conomico-politique qu'effectue 'Angleterre dans
I'Inde n'est pas liH A des conditions inacceptables
pour le Gouvernement indien. L'Inde a besoin de
credits ambricains, aussi bien de capitaux priv6s









que d'une aide ide l'Etat; toutefois Nehru veut etre
assure de l'appui 'diplomatique et politique de 1'An-
gleterre pour ne pas se laisser frustrer sur le plan
politique.
Nehru voudrait 6galement s'informer A Londres
de l'issue probable des elections en Angleterre.
Churchill a donn,6 plusieurs reprises A Nehru 1'as-
surance que m&me un gouvernement conservateur
consid6rerait comme irrevocable l'ind6pendance
de l'Inde don't il fut I'adversaire .acharn6. Mais l'an-
cienne m6fiance de l'Inde A 1'6gard des conserve.
teurs subsiste toujours. Lorsque,-au course du d6bat
sur la devaluation A la Chambre des Communes,
Churchill emit le voeu que 1'Inde et les autres mem-
tres du Commonwealth consentent A ce que des det-
tes contracts par 1'An,gleterre passent au compete
des d.penses et des prestations du temps de .guerre,
l'ancienne hostility se ranima. Le Gouvernement in-
dien fit connaitre immediatement qu'il s'opposerait
Sunne tell attaque par tous les moyens h sa dispo-
sition et il menaca 6galement de se retire du bloc
sterling.
Enfin Nehru veut Agalement obtenir au course de
ses conversations avec l'Angleterre une id6e aussi
claire que possible de la situation politique inter-
nationale pour 6tre prit A n6gocier avec l'Amrrique.
L'Inde soutient la these suivante, A savoir que, tout


en combattant le communism A 1'int6rieur, elle
doit rester completement neutre sur la plan de la
politique 6trangire et ,qu'il n'existerait qu'une seule
possibility de lutter centre le communism dans
l'Inde : une politique Bconomique et social cou-
ronn6e de success. On dit que l'Inde devrait reclamer
au moins 3010 millions de dollars par an jusqu'en
19519 pour ex6cuter le programme de reconstruc-
tion 6labor6 par le Gouvernement. Mais, selon les
evaluations les plus optimistes, elle ne peut pas s'at-
tendre A recevoir plus d'un milliard et demi de dol-
lars, pas plus de 1'Am6rique que de I'Angleterre.
Abstraction faite de ces probl6mes relatifs aux
rapports de l'Inde et des Anglo-Saxons, la question
decisive consiste A savoir jusqu'A quel point les
puissances occidentales sont disposes A reconnai-
tre 1'Inde comme la nouvelle- grande puissance asia-
tique. Jusqu'A present les Anglo-Saxons, surtout les
Etats-Unis, 6taient enclins a consider la Chine
come la seule grande puissance en Asie ; c'est pourt-
quoi ils ont accord aux Chinois un siege perma-
nent au 'Conseil de S6curit6. Amener les Anglo-
Saxons A confier 1l'Inde le role qui revenait jusqu'A
ce jour A la Chine national n'est pas ]c moindre
objectif de la visit de Nehru A Londres et A Was-
hington.
(< Neue Zfrcher Zeitung >, 12 octobre 1949). 5.051


IV. UNION HOLLANDO-INDONESIENNE


INDONESIE

La Conference de la Table Ronde, a La Haye,
traine en longueur, et il semble qu'aucun accord
n'ait itd encore conclu sur les questions essentielles :
Au course de la derniire semaine l'atmosphrre de
la Conference de la Table Ronde de La Haye sur
1'Inldon6sie s'est tendue lorsque le Comit,6 financier
et 6conomique a df attaquer ses problimes. On a
surtout insist pour savoir qui serait responsible
de la dette publique considerable contracted par
rapport a 1'Indon6sie. Les Hollandais pr6tendent
que le nouveau government indon6sien devrait en
assurer la responsabilit6 total ao 'exception de la
proportion de .cette dette rest6e flottante pour finan-
cer les operations militaires hollandaise men6es
contre la Ripublique. Les Indonisiens pr6tendent
maintenant que ces sommes ainsi que certaines au-
tres dettes contractees envers eux par les Hollandais
d6passent de quelque 540 millions de guilders
(50.750.000 livres) ce oqu'ils devraient A la Hollande ;
ils ne seraient done redevables d'aucune dette. Au
course des discussions, les deux parties semblent
s'6tre tellement 6loign.6es l'une de l'autre que le
Comit6 de conciliation des Nations Unies a saisi 'oc-
casion pour intervenir pour la premiere fois A
La Haye et proposer ses bons offices.
On serait tent6 d'en deduire qu'un rIglement 6co-
nomique satisfaisant est plus Bloign6 .que jamais,
mais on aurait probablement tort de penser ainsi.
La Conff6rence a d6j.6 surmont6 la plus grande de
ses difficulties agr6ment de principle sur 'Union


neerlando-indon6sienne et de fortes influences
continent A rapprocher les deux partenaires. Ces
forces sont mieux comprises lorsque l'on examine
le point de vue indonesien car pour les Hollan-
dais il est clair que leur intirit Icur conimande de
conserve le plus de controles et de sauveopardes pos-
sibles sur l'enjeu qu'ils ont plac6 en Indon6sie.
Les Indonisiens ne d6sirent pas chasser l'6tran-
ger, mais ils riclament une souverainet6 complete.
En consequence, ils sont decides A. ne p:s se lier
par des engagements formels tels que ceux propo-
ses au debut par les Hollandais la Hollande au-
rait conserve un droit de veto sur la polilique ban-
caire indonesienne ijus'qu'A ce que toutes les dettes
soient 6teintes, etc... D'autre part, les chefs indone-
siens actuels entendent poursuivre A ,1'igard des
strangers et particulibrement a l'6gard des Hollan-
dais une politique 6conomique r6aliste et, autant
que possible, magnanime. Ils n'ont pas l'intention
de nationaliser autre chose .que les chemins de fer,
les services publics et probablement la navigation
intcrieure. Ils consid6rent qu'en allant plus loin ils
courraient le risque de reproduire le chros de la
Birmanie et qu'en allant moins loin ils rcsteraient
a ]a merci ides monopolies hollandais. Ils ne veulent
pas exiger par la force qu'une plus grande parties
du capital des societies soit aux mains des Indon&-
siens ; cependant, ils entendent obtenir une plus
grande representation des Indon6siens dans les Con-
seils d'administration des societes 6trang6res ope-
rant ssur leurs territoires. Dans tout ceci, ils sont
guides par un desir d'arriver A un r6glement avec
les 1Hollandais qui puisse survive A l'6preuve de la









vie 6cononmique et politique dans la nouvelle Indo-
n6sie. Ce sint ces 'faits qui animent et rapprochent
les Hollanclais et les Indon6siens dans les n6gocia-
tions 6conomiques.
(i, The Economist ,, 15 ootobre 1949). 5.053


Une disillusion tres nette s'est emparie du public
hollandais, ainsi que des milieux gouvernementaux
et m6me d(s d6mocrates sociaux. Le chef de la d616-
gation hollandaise, le ministry Maarseveen, a re-
,connu que la lenteur des n6gociations occasionnait
des soucis et que la Conference 6tait en danger. Le
principal crgane des socialists, fet Vrije Volk, re-
connait ouvertement le p6ril s6rieux qui menace la
R.T.C. 'On (lit dejh que les d616gu6s de la R6publique
seraient d&eid6s A plier bagage A la fin du mois et A
prendre le chemin du retour. La Conf6rence est
done vraisimblablement entr6e dans sa phase finale
et on aspire A une conclusion.
Comme on 1'a d6ej dit, ii n'a jamais 6tW possible
au course des sept premieres semaines de cette con-
f6rence qu devait durer deux mois, d'arriver a un
accord sur l'un quelconque des sujets important
qui devaiert etre discutes. On n'a ni formula ni pa-
raph6 des conditions d'accord concretes et pr6cises.
L'unanimit, n'a pu se faire ni sur le statut future de
l'Indon6sie et de l'Union ni sur la situation des mi-
norit6s, ni ;ur la position de la Nouvelle-Guin&e, pas
plus que sar la future politique financiere et mo-
netaire de l'Indon6sie, sur la responsabilit6 des det-
tes ou sur l'organisation future de la marine et de
l'armee. I1 este a r6gler une foule de questions qui,
pour &tre des questions de detail, n'en sont pas
moins extimmement importantes dans les circons-
tances pr6Ientes. Pour ne citer .qu'un example, les
hoses ont pris un tour fAcheux lorsqu'il fut ques-
tion de savoir quelle serait la participation du future
Etat indon sien aux dettes ext6rieures et int6rieu-
res .de l'Indon6sie et de ,quelle facon elles seraient
ilhonorees. ])u c6t6 indonesien on 'cherche .A obtenir
toutes les c ncessions possibles et l'on maintient que
toutes les chargess financibres relatives aux actions
militaires (le la Hollande n'incombent pas au nouvel
Etat. Comnie les Indon6siens etendent au maximum
le cadre dt's d6penses militaires il se creuse entire
les revendications hollandaise de l'ordre de
6 milliards 300 millions de guilders et l'offre in-
don6sienne de 2 milliards 600 millions un fosse,qui,
come on le comprend facilement, ne sera pas fa-
cile A comiler. Si l'on Imet. en balance la dette inte-
rieure quc 1'Indon6sie ne veut pas prendre A sa
charge du fait de son caractre << militaire > avec
le solde de la dette ext6rieure vis-A-vis des Pays-Bas,
il resulte de cette bizarre operation que ce n'est pas
l'Indon6sie qui doit A la Hollande, mais la Hollande
A 'Indon6s ie.
Pendant ce temps les mauvaises nouvelles d'Indo-
n6sie s'accumulent. A Jogjakarta le President.Soe-
karno a pronono6 un discours peu ort'hodoxe et a
r6clam6 de retrait des forces hollandaises dans un
d6lai de six mois. Presque tons les jours sont rap-
portes des d6sordres et des attentats au course des-
quels des soldats hollandais trouvent la mort. Le
d616gu6 ide la R6publique aupres des Nations Unies,
Palar, a fait un bref sejour en Hollande en se ren-


dant aux Etats-Unis et il a apport6 aux membres
r6publi'cains de la Conf6rence les dernieres instruc-
tions de Jogjakarta. Les declarations contradictoires
qu'il fit avant, pendant et apres son sejour a La
Haye ont accentu6 encore la confusion. On
s'acharne en Indon6sie A faire courir le bruit que
d'importantes divergences d'opinion auraient surgi
entire les dirigeants de Jogjakarta et la d6l6gation
r6publicaine a La Haye. Jogjakarta serait d'avis que
ses envoys A La Haye ne seraient pas assez fermes
et feraient trop de concessions.
Du c6te indon6sien on soutient le Ipoint de vue
selon lequel seules les < questions principles de-
vraient 6tre r6solues A la Conf6rence de La Haye, le
rest pouvant Wtre rBgl6 ult6rieurement. On devrait,
en d'autres mots, se limiter A laborer le nouveau
statut juridique de 1'Indon6sie des Etats-Unis
d'Indon6sie et les principles de 1'Union Hollando-
Indon6sienne. Cela signifierait d'une maniere plus
concrete que les Pays-Bas devraient au prealable oc-
troyer officiellement A l'Indon6sie la souverainet6 et
l'ind6pendance qui lui ont 6tW promises A diverse
reprises par les Hollandais. Naturellement, ce serait
chose facile d'aprbs cette m6thode d'annoncer,
pour ainsi dire du jour au lendemain, une stance
de cloture et de donner une conclusion o heureuse >
A la Conf6rence. Si on avait adopt cette facon de
proceder, la s-ance d'ouverture du 23 aofit aurait
offert une excellent occasion pour le Gouvernement
hollandais de reconnaitre de jure la souverainet6
de l'Indon6sie. Celte R.T.C. n'aurait eu tres vrai-
semblablement que le grave d6faut de voir les d616-
gu6s r6publicains s'Avanouir A la premiere occa-
sion.
II appartient done an Gouvernement hollandaise,
avant sa renonciation officielle, d'6tablir d'une ma-
niere exacte et faisant autorit6 les droits et les de-
voirs des deux partenaires. On comprend facilement
leur acharnement A 6tablir un trait .g6n6ral
maintenant et non pas A une date ult6rieure ind6-
termin6e. Une fois que la iHollande se sera desspisie
de ses droits de souveraincti elle ne dispo-
scra plus de Ia dcrniire av'me qui lui reste
pour sauvegarder ct garantir les immense int6rets
qu'elle possede dans ses domaines des Indes Orien-
tales et qui n'ont fait que acroitre pendant trois si&-
cles. Les plus o'ptimistes eux-m6mes ne manquent
pas de r6alisme au point de penser serieusement
que les futurs dirigeants de l'Indon6sie, pouss6s par
un sentiment du devoir ou par la reconnaissance a
1'6gard de la H-ollande, preteront la main de leur
propre movement A une collaboration fructueuse
avec les Pays-Bas et A des concessions politiques,
militaires ou Bconomiques. Les 6v6nements san-
glants des ann6es ecoulees ne permettent nullement
de nourrir de tels espoirs. Rien n'est oublie, rien
n'cst pardonn6. A celA s'ajoute le fait que 1'Indon&-
sie sera dans la n6cessit6 de demander des concours
et ,des appuis mais qu'elle n'a pas besoin pour cela
de s'adresser A la Hollande. Celle-ci en effet est de-
venue faible et pauvre. Jogjakarta recherchera une
aide vigoureuse et des amities plus puissantes que
celles que la Hollande serait en measure de lui
donner.

(a Neue ZUroher Zeitung ), 18 octobre 1949). 5.062










LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUITS EN FRANqAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTES :

A la Section de la Presse Etrangere, au Ministere de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7"). (Direction
des Affaires Politiques, Pice 17, 1" Etage).
La Section de la Presse Etrangere peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, a quiconque lui en fera
la demand, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
Le N' de rif6rence suffit a designer le document desir6.


TITRES


No.



5.025
5.028
5.031
5.054
5.063
5.069


5.023
5.029
5.037
5.060
5.079
5.080
5.085
5.086



5.013
5.026
5.027
5.032
5.050
5.051
5.056
5.064
5.0165
5.076
5.084


5.012
5.03.6
5.046
5.073


5.016
5.072
5.074
5.078
5.081
5.082
5.083


5.021
5.070


5.014


UNION FRANQAISE
L'Union Francaise en Indochine .....................
L'Union Francaise ..................................
Le port de Conakry va-t-il supplanter Dakar ? ..........
Les Francais d'Hlanoi sont vaillants ..................
Ne pas 1acher cc que l'on a .........................
Enigme rouge de l'Asic ...............................
PROBLEMS GENERAUX
Le Commonwealth esl bien vivant ....................
La menace communist a 1'lgard des peuples coloniaux
N ouvelles voix d'Asie ................................
Enigme rouge de l'Asic .............. .............
Enscignem ent colonial ...............................
Nouvelles Universilhs coloniales .......................
Commerce imperial ........ .........................
Tutelle ...............................................

COMMONWEALTH
Inde
La langue national (de I'Inde ........................
Echec an Cachemire ............. .................
L'Inde redoute-t-elle un plebiscite ? ...................
Les plans amn ricains dans I'Inde ......................
L'importance de la visit de M. Nehru ................
Ce que Nehru voudrait obtenir des Anglo-Saxons (Inde) ..
L'Inde prend la dl1e de la Nouvelle Asie ................
Visit de M. Nehru aux Etals-Unis ....................
L'Inde dans Ia politique mondiale ....................
M. Nehru h W ashington ............................
L'Inde dans le Commonwealth ........................
Malaisie
Citoyens de Malaisie ...............................
Paradoxe en Malaisie ...............................
University m alaise .................................
Enigm e rouge de l'Asie ..............................
Afrique Britannique
On enterre le pass .................................
Arachides on tournesols ? ...........................
Tournesols au lieu d'arachides ................. .......
Vers un gouvernemcnt autonome en Gold Coast ........
Gold Coast .............. ........ .... ..............
Reform e en Gold Coast ..............................
R6forme en Gold Coast .............................
Afrique du Sud
Les d6placements de M. Louw et les plans du Dr Malan..
Peau blanche dans un continent noir ..................
Indes Occidentales
L'avenir des Indes O-ccidentales ......................


DATES




29-9-49
10-49
1-10-49
17-10-49
1,-10-49
21-10-49


25-9-49
10-49
25-9-49
19-10-49
26-10-49
26-10-49
14-10-49
18-10-49



21-9-49
30-9-49
1-110-49
3-10-49
17-10-49
12-10-49
10-49
19-10-49
5-10-49
22-10-49
28-10-49


23-9-49
16-9-49
7-10-49
24-10-49


23-9-49
22-10-49
21-10-49
24-10-49
16-10-49
27-10-49
28-10-49


30-9-49
8-10-49


24-9-49


ORIGIN DU DOCUMENT




Continental Daily Mail
The Crown Coloni:t
West Africa
Continental Daily Mail
West Africa
New-York Herald Tribune


The Sunday Times
The Crown Colonist
The Observer
New-York Herald Tribune
Daily Telegraph
The Times
The Times
Manchester Guardi'an



Yorkshire Post
Spvcltator
The Economist
Continental Daily Mail
News week
Neue Ziircher Zeitang
United Nations Wocld
Daily Telegraph
Far Eastern Surveil
The Economist
The Spectator


Spectator
The Spectator
The Times
New-York Herald tribune


Tribune
New Slatesman and Nation
Spectator
Manchester Guardian
Manchester Guardian
The Times
Spectator


Tribune
The Nation


Time and Tide










TITHES DATES


5.043
5.055
5.057
5.0.58
5.05.9
5.066
5.067
5.068
5.071
5.077


5.011
5.018
5.020
5.022

5.033
5.040
5.042
5.049
5.053
5.002
5.07 5


5.034
5.045
5.047
5.052


5.015
5.017
6.019
5.,0130
5.035
5.038
5.039
5.041
5.044

5.048
5.061


Hong-Kong
Les communisles chinois altaqueront-ils Hong-Kong? ..
Une frontiere avec la Chine Rouge ....................
IIong-Kong : le calme affronte les communists ........
Moment critique A Hong-Kong ............ ...........
Hong-Kong ............................ ............
Les Rouges atteignent Hong-Kong ...................
Les enjeux A Hong-Kong ............ .............
Hong-Kong ................... .........................
La question de Hong-Kong ...........................
Les Communistes devant Hong-Kong .................
UNION HOLLANDO-INDONESIENNE
La souverainet d(e l'Indonssie ........................
La conferencee indonu sienne ..........................
Optimismie mod6er a La Haye (Indonesie) ............
Les Indon6siens A La Haye .........................

La conference A La Haye ...........................
R6sultats A La Haye .................
Commandement cominuniste en Indon6sie ............
L'entktement hollandaise .............................
Une ossature conolmique pour l'Indonesie .............
Bilan.provisoire negatif de la Conference de La Haye ..
Java ...............................................
BIRMANIE
Espoirs birm ans .... ......... .................
Birmanie .................... ........ ..........
Communisme ct nationalism en Birmanie ............
La Chine, la Birmanie et I'Inde .......................
COLONIES ITALIENNES
L'avenir de la Libye ..... . ..............
Le sort des colonies ilaliennes ........................
Colonies italiennes ................................. .
Les plans d.cs puissances occidentales pour la Libye ....
Colonies ilaliennes .................................
Ind6pcndance en Afrique ............................
L'ind6pendance pour la Libye? ......................
Tout !e mionde joue pour la Libye ....................
Les colonies italiennes .............................

L'Angleterre et les anciennes colonies italiennes ........
La position de Sforza et la question des colonies italiennes


10-49
17-10-49
10-19
17-10-49
17-10-19
21-10-49-
27-10-49
21-10-49
22-10-49
22-10-49


10-9-49
2.3-9-49
1-10-49
1-10-49

3--10-49
8-10-49
10-()-49
14-10-49
15-10-49
1 -10-49
22-1-0-49


4-10-49
(-10-49
24-8-49
15-10-19


2(2-9-49
18-9-49
3-10-49
30-9-49
3-10-49
4-10-49
7-10-49
8-10-49
8-10-19

8-10-49
17-10-49


TITRES


DATES


ORIGIN DU DOCUMENT



Eastern World
Daily Telegraph
United( Nations World
Nene Ziircher Zeitung
Yorkshire Post
Spectator
New Statesman and Nation
Tribune
Time and Tide
The Economist


New-York Herald Tribune
Manchester Guardian
The Economist
The Nciw Statesman and
Nation
Manchester Guardian
New Statesman and Nation
Far Eastern Survey
Tribune
The Economist
Nene Ziircher Zeitung
M1anchester Guardian


The Times
.1anchester Guardian
Far Eastern Survey
The Economist


Manchester Guardian
Neue Ziircher Zeitung
Daily Telegraph
Neue Ziircher Zeitung
Manchester Guardian
The Times
Spectator
The Economist
The New Statesman and
Nation
Neue Ziircher Zeitung
Nene Ziircher Zeitung









BIBLIOGRAPHIE


SATYRES ILLUSTRiES DE L'AFRIQUE NOIRE, par le
M6decin General MURAZ. Editions du Comit6
de Documentation et de Propagande de l'Afrique
Noire Francaise, Paris.
L'auteur a parcouru en tous sens, pendant trente
annees, les brousses de I'Afrique Equatoriale, du
Cameroun, du Togo et de l'Afrique Occidentale, en
une incessante prospection de la pathologie du Noir,
particulierement vouee A une apre bataille centre
cette hydre si puissante >, la maladie du sommeil.
11 en a rapport, sous la presentation de luxe d'un
tres curieux livre en prose, en vers et en images, les
mceurs, les rites et les pratiques secretes des popula-
tions au milieu desquelles il a v6cu, dans la fort et
dans la savane.
Dans ses Satyres illustries de l'Afrique Noire,
qu'il a ainsi nomm6es par analogie avec un c6lebre
et classique pamphlet de la fin du xvIe sickle, le
Dr Muraz, sa seringue hypodermique dans une
main, son kodak de l'autre, et I'esprit critique sans
cesse en eveil, a reuni les documents les plus inat-
tendus, et les plus incontestables que peuvent offrir
A l'explorateur perspicace la terre d'Afrique et ses
habitants.
En lui, le praticien traquant en tous lieux la mou-
che ts&-ts6 et son end6mie hypnosique, se doul-1-;t
d'un observateur lettr6 en qu&te de spectacles sin-
guliers et 6mouvants, et c'est pourquoi son livre,
don't I'iconographie est d'un reporter et le texte d'un
humaniste, est aussi captivant que la mysterieuse
Afrique qui sert de cadre A ses savants travaux et A
ses precieuses decouvertes.

LA NUIT DE SURIGAS, par Serge OUVAROFF. Les
Grandes Editions Francaises, Paris.

Preface par Claude Farrere, 40 ans apris La Ba-
taille, le dernier roman de Serge Ouvaroff comporte
deux actions < qui se vissent ensemble comme
chaine et ancre >, I'aventure passionnelle et I'aven-
ture politique et racial, que l'auteur situe aux Phi-
lippines et dans les mers malaises, don't la possession
fut dispute entire les d6troits de Surigo et de San
Bernardino, par les dernieres escadres japonaises et
l'immense armada americaine.
Ecrivain maritime de grande classes, Serge Ouva-
roff, qui a ecrit nagu&re Lame de fond et Baroud en
mer, nous fait assister ici aux manoeuvres de forces
navales gigantesques, mettant aux prises des civili-
sations differemment 6voluees, la nippone, origi-
nale et tres ancienne, I'am6ricaine, merveilleusement
technique, I'espagnole, apparemment sur son declin,
et la philippine, qui nait A peine.


Et ces forces, toutes modernes, sont symbolisees
par des 6tres humans qu'agitent des passions hu-
maines, profondes et immuables. Ce recit concentr6
et sobre, reduit au choc de cinq personnalit6s essen-
tielles, est une oeuvre significative des recentes peri-
peties de I'histoire mondiale.

AFRIQUE OCCIDENTAL FRANCHISE, par Jacques Ri-
CHARD-MOLARD. Berger-Levrault, Paris.

Chef de la Section G6ographique de l'Institut
Francais de l'Afrique Noire, Jacques Richard-
Molard a r6dig6 pour I'utile -collection de l'Union
FranCaise, et A l'usage d'un public de plus en plus
vaste d'Africains et d'Europ~ens, ce panorama A la
fois robust dans son information et plaisant dans
sa forme, qui constitute un ouvrage d'ensemble sur
l'Afrique Occidentale Francaise.
II s'agit en effet d'une veritable some de nos
connaissances sur cette < vieille plateforme inter-
tropicale, don't les 6elments fondamentaux taient en
place bien avant l'aurore de l'ere primaire et que
nous retrouvons ici ordonnes et repens6s par un emi-
nent g6ographe. Dans les chapitres consacr6s au
climate, aux milieux naturels, aux groups humans,
a la vie &conomique et urbaine, aux probl&mes de
I'6volution social, on decouvrira partout, mieux
qu'un compendium scolaire, I'opinion murie d'un
homme et d'un savant qui, renoncant aux discus.
sions et d6pouillant tout appareil syst6matique, a
voulu d6blayer, clarifier et ouvrir, A travers l'en-
chev&trement des faits, les large avenues de la con-
naissance exacte.
Ainsi se trouve constitute, en pleine serenit6, un
dossier coherant et solide sur un territoire francais
don't l'immensit6, avec ses 4.701.500 kilom&tres
carrots, d6fie la perspective habituelle de I'Europeen
occidental, et dans lequel on peut faire plus de
3.500 kilometres A vol d'oiseau, sans rencontrer de
frontieres.

ISSANDRE, LE MULATRE, par Jean-Louis BAGHIO'O. -
Fasquelle, Editeurs, Paris.
Nourri de lettres et de cadences, plong6 dans I'en-
chantement de la nature tropical, Jean-Louis Ba-
ghio'o se classes desormais au premier rang des jeunes
ecrivains creoles des Antilles. Dis les premiers cha-
pitres de son livre, Issandre le Alullitre, pr6fac6 avec
enthousiasme par Catherine Dunham, on p6netre
dans le monde legendai're et dramatique d'un long
poeme ouf tout est agency selon les categories d'un
veritable contrepoint litteraire.








Lauteur, qui est ing6nieur de la prise de son et de
la radio, techniques auxquelles il a, par ailleurs, con-
sacr6 plusieurs ouvrages excellent, abandonne ici ses
formules et ses experiences, pour reprendre, avec une
seduisante originality, ses traditions ancestrales.
Dans une suite de themes inspires du plus pur fol-
klore guadeloupeen, on retrouve son h6ros Issandre,
amoureux ('une creole, et toujours persecut6 par la
femme du Diable, acharn6e A sa perte. Tour A tour
devoyd ou ,nspire, il se perd et se retrouve dans les
grands bois du < Matouba >, < ofu son esprit s'ac-
croche A des idees nouvelles, comme ses mains aux
lines >, et il implore la petite fee couleur de sapo-
tille.
Ces ventures poignantes nous apprennent que,
sous le ciel des Tropiques, lorsque la montagne a
vomi ses nt:6es ardentes, toujours une aube nouvelle
et consolan e se lIve sur les crateres.

OCCULTISM. ET MAGIE EN EXTREME-ORIENT, par
Louis CEOCHOD. Payot. Editeur, Paris.

Le maison d'6ditions Payot, 1o6, boulevard Saint-
Germain A Paris, vient de r6dditer un ouvrage inti-
tule Occulthsme et Magie en Extreme-Orient. L'au-
teur, M. Louis Chochod, Professeur principal hono-
raire du Service de 1'Enseignement en Indochine,
s'est propose de reunir en un seul volume, facile A
lire et A consulter, I'essentiel des grandes traditions
6sot6riques des anciens peuples de la Chine, de l'Inde
et de I'lndochine. Son essai comporte des solutions
nouvelles el entierement indites de questions restees
jusqu'a present obscures. On doit encore ajouter
qu'ayant une connaissance approfondie de la lan-
gue et de la litterature annamites, M. Louis Cho-
chod a pu, au course d'une carriere de trente annees
recueillir s ir place de precieuses informations, de
toute prerriere main constituent des t6moignages
irrecusables d'exactitude.
Rappelor!s enfin que la premiere edition avait 6te
bien accueillie de tous ceux qui s'inf6ressent aux
hommes et aux choses de la lointaine Asie, et fait
l'objet d'appreciations elogieuses de la part de hautes
personnaliti's litteraires et scientifiques.


AZAWAR, p;.r R. THIELLEMENT. Camille Belluard.
Editeur, St-Waast-la-Hougue.

C'est un beau et honnete livre que nous offre
M. Thiellemnent. Une narration exacte et precise nous
entraine A sa suite dans l'Azawar qu'il command
comme chef de subdivision. Dans la corne Nord-
Ouest du Territoire du Niger, au Nord du Cercle de
Tahoua nomadisent cinquante mille.Touareg Oul-
liminden mrlds de Peuls et d'Arabes. C'est ce monde
presqu'intact qui s'ouvre a nous. L'administrateur
se double ici d'un conteur pr6cis et sincere : c'est un
homme qui prend sans passion et sans pr6jug6s la


measure exacte des hommes qu'il a la charge de faire
vivre et, si possible, 6voluer dans la paix. 11 faut
rendre hommage A l'auteur de s'8tre A la fois gard6
de 1'exotisme facile, des considerations pseudo phi-
losophiques et de l'ethnographie sterilisante. C'est
1'Homme vrai qui anime ces pages. Le Targui et le
Peul pour &tre d6pouilles de leur mystire tradition-
nel n'en sont que plus proches et plus accessible.
Tous ces hommes sont vrais. Nous en donnons t6-
moignage pour les avoir vus et connus A 1'escale de
Tahoua, port de l'Azawar. Tels etaient bien Idder
l'interprete don't le frangais exigeait une retraduc-
tion, Moktar, le chef des goumiers, A la fois retors
et fiddle, Mohamed el Moumin le maraboutique pa-
telin et tortueux, Sidi Pali l'intrigant, Matafa le chef
jalous6 par son mauvais sujet de parent Bazo, le
Targui a la criniere noire.
Ce livre ira au cuwur des Nigeriens et particuliere-
ment de ceux qui ont vu se profiler sur la dune, les
cubes roses aux d6mes blancs du poste de Tahoua.

LISTE DES DIVERSE PUBLICATIONS
EN VENTE A L'AGENCE DES COLONIES
Serie de 2o depliants traitant des divers Territoires
relevant de la France d'Outre-Mer :
S6negal, Mauritanie, Guinde, Soudan, C6te d'Ivoire,
Haute-Volta, Dahomey, Niger, Cameroun, Togo,
Gabon, Moyen-Congo, Oubangui, Tchad, Somalis,
Madagascar. Laos, Cambodge, Nouvelle-Caledonie,
Oceanie.
Prix de cession : (A titre de propaganda) io francs
I'un.
Serie de brochures monographies se rapportant a :
Afrique Occidentale, Madagascar, Dahomey, Togo,
Moyen-Congo, Oubangui, Tchad, Gabon, Oceanie,
Nouvelle-Caledonie.
Prix de cession : (A titre de propaganda) 30 francs
I'une.
Plaquette gindrale de vulgarisation
< L'Union Francaise >.
Prix de cession : (A titre de propaganda) 20 francs
Guide du Tourisme en A. 0. F. et au Togo,
prix : 120 francs.
Parure feminine aux Colonies, prix : 30 francs.
Confidences senegalaises, prix : 30 francs.
Contes et LUgendes d'Afrique, prix : 30 francs.
La P&che aux Colonies, prix : 20 francs.
Etude sur Charles de Foucauld, prix : 60 frs.
Exportations des cercles de I'A.O.F. et du
Togo, prix 250 francs.
Guidaof, edition 1949, prix : 500 francs.


Sont 6galement en vente A l'Agence des Colonies
toutes les publications de la Direction de la Docu-
mentation (Presidence du Conseil), se rapportant
aux diverse Territoires d'Outre-Mer.










COMMUNIQUES


BUREAU DU CONSEIL SYNDICAL AUTONOME
DES ADMINISTRATEURS DES COLONIES

Ont &et6 lus A l'unanimite au sein du Conseil syn-
dical:
Secr6taire general : M. Joncour, Administrateur
en chef des Colonies.
Secretaire g6enral adjoint : M. Germain GaCtan.
Administrateur des Colonies.
Secr6taire pour l'Afrique : M. Bergerol, Adminis-
trateur des Colonies.
Secretaire pour 1'Asie : M. Cousso Charles, Admi-
nistrateur-adjoint des Services civils de l'lndochine.
Tresorier : M. Vouters, Administrateur-adjoint
des Colonies.
Tresorier-adjoint : M. Removille M., Administra-
teur-adjoint des Services civils d'Indochine.


AVIS DE CONCOURS

Une session de concours pour l'accession au grade
d'ing6nieur-adjoint des Travaux publics et des Mines
des Colonies est, actuellement, ouverte. Les epreu-
ves d'admissibilite auront lieu au mois de mai 1950.
Les inscriptions seront closes le 31 d6cembre 1949.
Pour tous renseignements, s'adresser, soit a la pr6-
fecture du d6partement de la residence, soit au Mi-
nistere de la France d'Outre-Mer (Direction des Tra-
vaux publics), 27, rue Oudinot, Paris.



Le College Libre des Sciences Sociales et Economi-
ques, 28, rue Serpente, Paris-Vle (Danton 85-80),
communique le programme des course pr6vus pour la
Section d'Outre-Mer pendant l'annee 1949-1950 :


Problemes sociaux de la France d'Outre-.er, par
M. J. J. Juglas, d6pute, president de la Commission
des Territoires d'Outre-Mer de 1'Assemblee national.
8 lemons, chaque mardi A 19 h. 30, du 14 fevrier
au 25 avril.
Evolution contemporaine des Politiques d'Outre-
Mer :
i') De l'Empire a l'Union Frangaise, par M. J. M.
Sedis, secretaire g6ndral de i'Association < Pour
1'Union Francaise >.
6 lecons, chaque mardi a 19 h. 30, du 8 novem-
bre au i3 decembre.
2") Les Empires britannique, nerlandais, belge et
portugais, par M. Paul-Marc Henry, Administrateur
des Colonies.
6 lemons, chaque mardi i 19 h. 30, du ; janvier
au 7 f6vrier.
3) Les organismes internationaux et les problemes
d'Outre-Mer, par M. Georges Le Brun-Ktris, Con-
seiller de l'Union Francaise.
3 lecons. chaque mardi A 18 h. 30, du 7 mars au
2 1 mars.
L'Indochine contemporaine, par MM. Philippe
Devillers, ancien correspondent du Monde en Indo-
chine, et Andr6 Fraisse, Administrateur des Services
civils de l'Indochine.
8 lemons, chaque mardi A 18 h. 30, du 8 novem-
bre au to janvier.
Les maladies coloniales, par le Docteur Marcel Le-
fevbre, des Instituts Pasteur coloniaux.
6 lemons, chaque mardi A 18 h. 30, du 17 janvier
au 28 fevrier.
Les liaisons coloniales, par M. J. M. S6dIs, secre-
taire general de 1'Association < Pour 1'Union Fran-
qaise >.
3 lemons, chaque mardi A 18 h. 30, du 28 mars au
25 avril.


nImrlmerle de 1'Agence France-Presse, Paris (2*)
D6pOt l6eal. D6cembre 1948. N- 4315











LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE

publics dans (( Orient-Occident )
en Septembre 1949


N" CXL (du 10 septembre)
(Articles et Documents no 1.647)
PRESS ANGLAISE
Le Tibet et la guerre froide (Mark Finley dans Con-
temporary Review de juillet).
L'Inde et le Pakistan (Douglas Brown dans Daily
Telegraph du 15-8).
PRESS SUISSE
Inquidtudes britanniques au sujet de la Birmanie
\Neue Ziircher Zeitung du 12-8).
Plans et problbmes communists en Chine (Walter
Bosshard dans Neue Ziircher Zeitung du 3-8).
PRESS IRAKIENNE
Les pourparlers sur le p6trole (Liwa al Istilelal du
15-7).
Conversations sur le Moyen-Orient (Liwa al Istillal
du 10-7).
PRESS INDIENNE
Les tribus de l'Assam (Amrita Bazar Patrika du
2-6).
Afghanistan et Pakistan (Anirita Bazar Patri!a du
17-6).
PRESS DE HONG-KONG
Tendances fondamentales de l'Extreme-Orient
(E. Stuart Kirby dans Far Eastern Economic Revienw
d'ao&t).
PRESS CHINOISE
Les Etats-Unis et la Chine (New China News
Agency du 15-8).
PRESS SUISSE
Formose, l'Alsacs-Lorraine de l'Extreme-Orient
(National-Zeitung du 17-8).
PRESS EGYPTIENNE
Le bloc des Etats islamiques (Al Misri du 4-9).
PRESS JORDANIENNE
L'avenir de la Ligue Arabe (Al Urdun du 21-8).
PRESS IRAKIENNE
Le niveau de vie de la population irakienne (Liwa
al Istillal du 18-8).
PRESS ISRAELIENNE
Les 6vinements de Syrie (Journal de Jerusalem du
18-8).
PRESS TURQUE
Les evinements de Syrie (Ripublique du 18-8).


N" CXLI (du 20 septembre)
(Articles et Documents n 1.655)
PRESS SOVIETIQUE
Divergences anglo-americai'nes dans le Proche-Oriees
(V. Artemiev dans Krasndia Zvezda du 19-8).

N" CXLII (du 30 septeCmbre)
(Articles et Documnieis n 1.664)
PRESS SOVIETIQUE
Divergences anglo-am6ricaines dans le Proche-Orient
(V. Loutzki dans Troud du 2-9).
Les troupes britanniques en Malaisie (capitainc Ma-
karova dans Krasnaia Zvezda du 4-9).
PRESS GEORGIENNE
Les Am6ricains en Afghanistan (V. Chichkinc dams
Zaria Vostolea du 1-9).
PRESS ANGLAISE
Defense de la Turquie (Times du 9-9).
PRESS SUISSE
Revirement m-,ral en Tuxquie (Bund du 14-9).
PRESS LIBANAISE
Quelle sera la politique du nouveau Gouvernement
syrien ? (Al Hayat du 17-8).
PRESS SYRiENNE
Les causes des derniers coups d'Etat (Alif-Ba da
2-9).
PRESSE EGYPTIENNE
La visit du roi Abdallah en Espagne (Al Misri du
6-9).
L'industrialisation de l'Egypie (Hafiz Afifi Pacha
dans Althbar Al Yom du 27-8).
PRESS JORDANIENNE
La crise de la Ligue Arabe (Al Nahda du 10-9).
PRESS TURQUE
Le voyage du roi Abdallah a Londres (Suha Sahib
Taner dans Rcpublique du 1-9).
PRESS DU PAKISTAN
Les Musulmans de l'Inde (Dawn du 10-8).
Danger dans le Moyen-Orient (Dawn du 23-8).
AZAWAR. --- Editions Camille Belluard, Saint-Waast
La Hougue Manche.


ORIENT-OCCIDENT, l'abonnemnent de 6 mois (18 numeros) : 250 Frs
Renseignements, souscription, vente au dtLail :
SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEM ENT, Direction de la Documentation,
14 et 16, Rue Lord-Byron, PARIS (8')
Compete Cheques Postaux Paris 134-11











































































Edit6 par la Documentation Franqaise

Prix du num6ro : 90 franc::
Abonnement : six mois. 521' francs
S : un an...... 1.000 >

Souscription et vente
A la
Direction de la Documentation Fiangaise
14, Rue Lord-Byron, Paris (7')
Ti. : ELYsees 82-00




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs