• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Problemes du jour
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Bibliography
 Communiques
 Back Cover














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00013
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00013
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Nouvelles de France
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
    Revue de presse
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    Bibliography
        Page 69
        Page 70
    Communiques
        Page 71
    Back Cover
        Back Cover 1
        Back Cover 2
Full Text















I v







BLEI -I









PRESII)ENCE DU CONSEIL

SECRETARIAT GENERAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation :
14-16, ru<' Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7)


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA



FRANCE D'OUTRE-MER





SOMMAIRE


PRC)BLEMES DU JOUR :

Considerations g6nrales sur le trans-
port et le travail a6riens et les Ter-
ritoires Frangais d'Outre-Mer ......
L'en'seignement dans 1'Union Fran-
gaise ..................................


NOUVELLES DE FRANCE :
L activity6 miinistrilelle ..............

Conferences et manifestations diver-
ses ................... ....... ........
Information diverse ..................


NOUVELLES D'OUTRE-MER :
Indoichine ..............................
A.O.F ......... ...................
A E .F. ..................................
T ogo .....................................
C;):meroun ..............................


Madagascar ...........................
Etablissements de 1'Inde ............
Nouvelle-Cal6donie ....................
3 Informations administrative ........


7 REVUE DE PRESS :

Presse d'Outre-Mer ....................

11 Presse :trangere .......................
Questions gendrales ..................

11 Union Francaise ...................
12 Empire britannique .................
Birmanie ..........................
Union hollando-indonesienne ..........
15 Liste des articles de press 6trangire tra-
duits en frangais .................
21
30
3 BIBLIOGRAPHIE .......................
40
41 COMMUNIQUES ......................


Octobre 1949 No 136


No 136


Oct~obre 1949














2tii


PROBLEMS DU JOUR


Considerations generales sur le transport et le travail airiens

et les Territoires Fran ais d'Outre-Mer


L 9 Institut Frangais du Transport Adrien a bien
voulu nous aider d expos.er certain aspects
des .problemes de l'Aviation civil dans les
Territoires frangais d'Outre-Mer. Nous l'en remer-
cions.
iOn sait que l'Institut Francais du Transport Adrien
est une Association qui constitute an centre commun
de documentation et d'dtude et don't I'activite, re-
servue a ses adherents, s'Htend a tous les aspects
(technique, exploitation et economie, politique et
organisation) du transport et du travail adriens dans
le monde. Cette Association, 4, rue de Solferino d
Paris, publie des choix d'analyses documentaires
(Informations Selectionnies), des etudes (Notes de
Travail et d'Information) et se tient a la disposition
de ses adherents pour les aider dans leurs Htudes et
aeurs recherches.'
Cet Institut compete parmi ses adherents de nom-
breuses administrations publiques, des companies
de transport aerien francaises et Otrangeres, des
gouvernem ,nts strangers, des constructeurs adronau-
tiques, des organismes de recherche, des companies
maritimes, des Regions Economiques, des gouvferne-
ments d'Outre-Mer, etc...


*


< L'avenir de l'Union Francaise depend pour une
large part de i'essor qu'y prendra l'a6ronautique >>
a db6clar6 rcemment M. P. Coste Floret, ministry de
la France d'Outre-Mer, lors d'une interview accord6e
A la revue L'Air.
Le transport aerien doit en effet y jouer un r6le
croissant qui constitute I'unq des conditions majeu-
res du d6veloppement eoonomique et politique de
I'Union.
Faute de pouvoir, en quelqcies pages, examiner les


donn6es et les possibilities de I'aviation dans les Ter-
ritoires francais d'Outre-Mer de fagon qui ne soit
pas troip incomplete, on n'envisagera ici et fort
sommaireement que trois aspects du probl6me :
la situation de quelques-uns de ces territoires &
1'6gard des gradess .communications a6riennes mon-
diales qui s'inscrivent djh' sur les. cartes ; les d6ve-
loppeim.ents actuels .qu'y a pris le transport arien
des manichandises ; enfin, en quelques maots, les ai-
des diverse que pent apporter le travail a6rien sous
ses applications multiples.





Tout d'abord l.a valeur de position des territoires
africains de l'Union Frangaise leur doinne dans la
g6ographie monldiale du transport a6rien qui s'61a-
bore, une, chance de premier odr'de.
Le bloc de territoire ifranco-africain s'6tend de
Dunkerque A Pointe-Noire et de Dakar A la pointe
Orientale de 1'Oubangui-Ghari, c'est-h-dire, isans im-
portante discontinuity, sur 16.000 kilombtres. du Nord
au Sud et sur 5.0010 kilom6tres de 1'Ouest h I'Est,
pour en prendre les points extremes. II s'agit d'une
situation fondamentale, du'plus grand inter6t sur des
itin.6raires intercontinentaux majeurs. : itinkraires
mediterraneens entire Europe et Mrique (Nord-iSud)
et entire Amerique et Moyen,-Orjient (Onuest-Est) pour
lesquels le Maroc, 1'Alg6rie et la Tunisie, compl6t6s
par la C6te francaise im6diterran6enne ont une posi-
tion de choix ; itin6raires sud-am,6ricains pour les-
quels le Maroc et l'Afrique' Occi.entale marquent
des escales auxquels tant de souvenirs d'aviation
frangaise sont d6ja, attaches ; itin6raires qu'on pour-
rait appeler < m6ridiens ) qui relient I'Europe oc-
cidentale A 1'Afrique centrale et australe.
En function de ces liaisons g646rales, trois points
particulibrement important sont A consider :


(Les ludes et documents du Bulletin peuvent etre utilises ou reproduits sans indications d'origine)


B









Casablanca, au carrefour 'de I'Europe occidental et
die l'Aifrique, de l'Atlantique, et de! la MBditerranie,
en une position exceptionnelloe qu'on pourrait appe-
ler ( atlantico-imn6ditoerran.eennae >> ; Dakar, in villc
la plus proche A la fois de 1'Am6rique du Sud et des
pays maditerranCuens ;.Fort Lamy, lea icas dchAant, siur
la route la plus coundte meant du CGolfe 'de Guin~e au
carrefour Agyptien de 'lAifriique, de l'Europ'e, et du
Proche-Orient et sur le, chemin! le plus direct deo
'Europe Occidentale I'Aifriique ,oongolaioe et m6ri-
dionale.

On pent noter fque la NouvelleiCialAdonie dans le
Pacifiique Sud et 1'Indochine en Extr6me-Orient occ-
cupnent galement une place iqui peut 6tree de rAelle
valeur sur les grades routes aeriennes dde remain.
Celplendant cette va'leur gAneralie de position et ces
situations particuli6reis ne soint pas suffisantes pour
fixer les grande lines abriennes mondiales et, par
vote de conselquIencee, pour permettre de tirer le
meilleur profit du develoqpppenmeint Aconomiique qui
devrait en r6sulter aux points et dans lets r6gilons
consid6r6s. Pour ne prendre que deux exeimples,
Dakaar et Fort Lamy, les positions francaises sont in-
t6ressanteas mais elles ne sont pas nAicess.aires.

Pour Dakar, il ne faut pas oublier .que si tout
l'arrirre pays de l'Afriique olccidentale et nord-6qua-
toriale est francais, 'la fade noe l'est pas toujours,
6tant < truffle > d'entralves Atranglres ; on pourrait
donc en principle (et ne faith) remplacer Dakar par
Bathiurst, par l'une -des iles du Cap Vert, par Bolama,
par Frieeto'won, par Monrovia, ipar Accra, par Lagos ;
d'autant que nombre de ces points ont 'une trbs
grande activity& ; en Ibref, on pourrait, .si on le ju-
geoait nacessaire pour une raison quelconque, envi-
sager un syst6me de < saute-mouton a par dessus les
possessions francaises.

Pour Fort-Lamy, bien qu'il sei trouve trbs exact.
moent sur la line droite Londres-Johannebourg, on
salt qu'il ne constitute pas une Rtape vers l'Afrique
du Sud ; les raisons n'en, sont pas seulement tech-
niques et 6conomiques ; elles isont aussi ipolitiques :
lacontinuitA de I'influence ou des piossesisons bri-
tannilques en Afriqute orientale infl6chit vers 1'Est
unoe important parties des liaisons a6riennes A des-
tination de 'Afrilque.

IDoe cies considerations, on tire facilement deux
conclusions.

D'abord l'aminagement et I'dquipement des routes
et bases adriennes sont -des conditions primordiales
du d-veloppeoment du transport a'irien aux points
cihoisis. iC'e'st pour beaucoup oen fonction de 1'infras-
tructure et des Aquipem:ents de sAcuritA (en fonc-
tion aussi de la fagon don't ils seront mais en oeuvre)
que les choix se sont fixisi, volueront, se fixeront :
il faut donc appoirter iaux queliqueos points qui out
paru susceptible de fixer leos grades routes aerien-
nes 'mondiales: les soins, pt les crAdits n6cessaires a
leur amxnagement puis' A leur dveloppement qui
doit suivre et iparfois pr6c6eder l'"rvolution rapid du
transport aerien. I1 sf'agit, pe. 'oublions pas, d'un
travail urgent mais aussi d'un travail qui, pour' tre
aefficace, .ex clut toute dispersion : on ne peut Bqui-


per en Afrilque Noire. francaise dix abroports
<< mondiaux ',.
En .second lieu, il fatt pr)ter une, attention cons-
tante A l'aspect politique des problanes. La position
privilagiee que nous avons sen Afrique sera suscepti-
ble, semble-t-il, d'acqu8rir une signification nou-
velle et plus r large par la cooperation qui doit pou-
voir s'tablir, dans l':exploitation du transport
a6iriem, entire les icompagniesi et les pays inte6resses A
l'Afriqae. Si la Gold' "Coast et le 'Nigeria son't encla-
vies dansi note A.O.iF., et si la line beige vers le
Congo passe nnceessairement par des territoires qui
ne sont pas belgeis, l'accas. noirmial A Madagascar se
fait par Afrique rie o nale britannique. L'implica-
tion de territoires de nationality different, la pre-
pondaranoe franiaise au Nord-Ouest etl ritanniquge
a lIEst, l'iimrportanice econoirnique du Congo beige au
centre et de 1'Union sud-africainoe an iSud p;araisr
sent indiquer assez 'clairenment p'utilite d'une colla-
borati on technique iqui pourrait etre menie jusiqu'A
celle de l'exploitation.
Au course id'uneo rece:ne reunion de l'Organisiation
de 1'Aviation Civile Inteornati.onale, tenue ai Loundres
en mars-avril 194a9, les principaux Etats int6resses
Royaume-Utni, IFranel, Belgique, Portuigal.
Egypte, Afrique du iSud, Italie ont spu discuter
dves advantages ,d'une cooperation sur le, plan de
infrastructure. Queliquoes spi,6cialistes ont :)pens& que
cette cooperation pourrait utilement avoir dies ob-
jectifs encore plus 61tendus, estimant souhaitadbles
des exploitations conjointes sur certain itinraires
eurafricains et inter-africains. ILa question poeut se
poser de fadon sinon identique, du moins compa-
rable, pour la region du Pacifique Sud.
I1 oest toutelfois niecessaire de consider, selon
eux, qu'A une perspective r6egionale ou msme natio-
nale des advantages et des inconvvenienits il faut alors
non pas sub'stitu'er mais tout au mooins .superposer
les advantages neationaux .et inteornationaux qui de-
vraient dacouler, sur lie' plan de I'klconomie et de
la politiique gpnierales, d'une collaborationn inter'na-
tionale pratique et ( rentable sur ces points d'ap-
plication particuliers.

*



II 6tait utile d'inisister et il 'est ibon de re1fitchir
sur ies donnaies 'd'enisemble, faute .de dquoi on perd
ide vue, au profit de: tel aslp'eict particulieir, les pro-
bllmes .gen6raux qu'implilque Te transport a6rien
dans la France d'Outre-Mer.
A 1'ichelle de cheacun des telrritoires fra'nais
d'Outre-oMer et de leaurs relations aveic la France, le
transport aerien est un remarquable instrument kco-
nomiique, politique eit, si l'on peut dire, psychologi-
que.
Psychologique en ice sans qu'il a modifi6 pour
une grande, part la mentality, du ( colonial >>. L'ache-
minIement aerien du courier, la possibility d.e liai-
sons rapides avec la miltroplole soit pour besoins
familiaux soit pour questions adaministrati'ves, 1'&ven-








tualite ,d'un clong annual en France ont la'gement
contrilbun a ameliorer les conditions de vie : qu'on
considre *qu'en 1935 on mettait 20 jours par mer
pour gagner Brazzaville ; en 1939, si l'on .employait
l'avion, 3 jours ; iet qu'on met aujourd'hui 24 heures.
L'Aflg6rois est par avion plus prAs de Paris que le
Lyonnais ne l'est par Ie train et il a a sa disposition
plus de trcis services par jour ,en moyenne.

Instrument politique aussi, parce qu'il est un re-
malrquable facteur de cohesion entire des territoires
extremement vastes, le, plus, souvent mal desservis
par les transports de surface, hetBroig6nes pour cer-
tains de lelrs ailments, disprersis, de par le maonde
et fr6quemment tres oioign6s de la Metropole. La
valuier politique du transport aerien est si r6elle
qu"on n'a pas 'hesit, bien que P'op6ration ait toute
chance .de n'Atre pas viable 6,conomiiquemnent, A pr&-
parer Fin auguration prochaine d'une liaison
aerienne r61guliere sur la Nouvelle-CalAdonie et
l'Oclanie. e
Instruime:t administratif d'ailleurs, autant que
politique, jqui permit au gouverneur g6nnral d'e
preindre rAgulibrement contact avec son ninistre et,
dans l'autri: sens, d'avoir des; liaisons personinelles
beaucoup Iplus itr6quentes avec .ses ,gouverneurs et
administrators et qui, par ces << changes > facility
les tAches t.int sur le plan de l'efficacit6 que sur ce-
lui des'relations humaines. *

Facteur ]uissant de dAveloppement 6conomique
enfin. Ces transports aeriens dremanderont des
avions-cargcs spe.cialises ou mixtes don't on pent
esp6rer que' la capa.cit6 abaissera, le prix de rervieint-
kilom6trique, et toute une organisation clommer-
ciale, que le traffic contrilbuera d'ailleurs A crAer,
visant spcialemnent la recherche! du fret de retoftr.
D6jIA, pour ]es denrresi p6rissables et les objets coi-
teux, le gain de vitesse Avitant la deterioration des
marchandistcs -et les investisselments de stocks, l'ab-
sence de rupture de ,charge, le failble taux des as-
surances, I'intAret du wol en altitude rendant sou-
vent inutile l'emploi de la ir6frig6ration ont assure
au transport an6ien des nmarchandises une part non
n6gligelalble du trafdc A destination ou en provenance
de 1'Afrique du Nord et une Ipart encore minime;
mais croissantel, sur l'Afrique Noire. On sait 6gale-
ment I'int&rit que le gouvernemnent general d'A.E.F.
a' attach, au transport aerien rgulier de viande de
la r-gion du Tchad sur Brazzaville : il s'algit d'un cas
dbsoranais lassique des services que peut rendre
l'avion pour les relations eantre territoires colo-
niaux. ;On laura d'autre part une id6e de l'activit6 de
transport de passages, A I'interieur d'un territoire,
par l'exemple de (Madagascar : superficie' supArieure
A celle ,de la France, mais 20.000 kiloimetres de rou-
tes seulement ; actuellement 116 << relations > int&-
rieures explhit6es par 1'2 avions d'Air France aux-
quelles s'ajouitent les liaisons ( A la demand > de
la soci&t6 Air Maadagascar qui dispose de 4 appa-
reils ; au total plus del 40.0010 passagers transports
en 194,8 A 1'int6rieur de 1'Ile, chiffre: qu'on! compa-
rera utilermealt A celui de 57.i1000 Europ6ens residant
dans ce territoire de 4 inillions d'habitants.

I1 faut noter l'importanoe primordial d'un rHseau
assez dense d'adrodromes onu tout au moins de pis-


tes qui penr ette de donner sa pleine valeur A la
souplesse de l'avion. ParallLeelment A l'Aamenage-
ment des grands aro!ports imondiaux don't il a dAjA
t'6 idit un mot, il est souhaitable di consacrer un
r6el effort sur ce r6seau d',aerodromes secondaires,
don't certain au ibesoin tres amodestes, let sur les
6quipements de s6curiit6 necessaires A leur judi-
cieuse exploitation. L'instruction sur l'am6nagement
des routes et bases a6iiennes 6tablie par le Conseil
SupBrieur des travaux de I'Air a du reste about a
un plan d'6quipement tr6s complete iqui-prrvoit par
exemple pour 1'A.O.F., outre les a6roports pour les
li!gnes ritgulieres mondialels et transcontinentales, 211
a6rodromes de classes C pour les lines d'apport et
une centaine de terrains de classes D, pour les liai-
sons, le tourism et les secours.

I1 faut noter, conjointement, l'intirt mnajeur iui
s'attache A l'avion maniable, peu coditeux d'achat et
d'exploitation, qu'on a d.jA appel, I'avion adminis-
tratif ou l'avion d.e liaison (oe demniner ternme parce
qu'il n'est pas seulement utile du n6cessaire A 'ad-
ministrateur). II s'agit d'un point particulibrement
important. On peut penser, A ce proposal, qu'on pour-
rait avoir advantage, A lc6 t des modles ,d6jA sortis ou
projects, A examiner si un avion lent mais sur et
,conolmique n'a pas des I'abord un r6le essential &
jouer dans les territoires francais d'Outre-Mer oh le
gain de vitesse sera toujours considerable par rap-
port aux moyens de transport de surface et of la
rusticitb de l'avion et son << boon march >> seront
en fin de compete souvent plus limportants que sales
performances horaires. L'hllicoptlre, pour sa part,
apporte des solutions trbs s6.duisantes A de multi-
ples probl6mes de liaison par ses qualitAsi particu-
hlires qui soint spkcialement appr6ciables en consi-
d6ration du faible 6quipement d'infrastructure tant
a6rienne que terrestre des territoires .d'Outre.-Mer.
On salt que P'helicopt6re a ifait de Inotables progrbs
ces derniers temps.


se


A ces d6veloppiements du transport a6rien s'ajou-
tent ceux du fravail adrien. C'est unie des functions
les plus neuves, les plus initressantes et les plus
utiles de l'avion .et de l'h6licoptrre outre-maer.

L'abronef A un role considerable A y jouer ar
service de I'Agriculture : soit comane moyen sou-
vent irremplacable et g6n6ralement le moins coft-
teux de lutte centre les dnsectes (invasions .de
sauterelles, parasites divers) ; soit comnie apparel
de surveillance des frets contre l'incendie ; soit
come << outil > de travaux agricoles ,de semailles
on d'Apamndage d'Tengrais ; soit commpne agent de pro-
duction artificielle deI la pluie. En Miitropole mane
des experiences ont W6t faites ; en Afrique et en In-
docohine des rA6sultats positilfs ont d6j,hA 6t obtenus
let rapidement l'id6e de se servir ide I'avion et de
llh6licloptbre pour P'agriculture progressed A la fois
dans .des milieux priv6s et dans administration.

L'arvion et P'hiblicoptbre, don't on ,debat encore les
mbrites respectifs pour le travail a6rien et .qu'on








pleut en fire consider, lA bihen des 6gardis, come
compl6amentaires, seront encore utilises pour le tra-
vail sanitaire, soins, d'urgeonce A porter aux blesses,
evacuations difficiles, lutte centre les insects ap-
pliqu6e aux foyers de malaria.
Ils &eront en loutra l'instrumeint de, plus en plus
normal et indispensable- idu travail de recherche
scientifique, soit idans ses applications archbolo'gi-
ques on etlhnographiquels, :soit A des fins cartogra-
phiquees, soit pour les rechenches ninirnes : on sait,
sur ce dernier point, l'usarge qu'on a fait aux Etats-
Uniis du magnritomltre aeroport6 ,pour la ,d couverte
des nappes p6trolif6res.
Ce sont touteis ces applications qu'on. est convenu
d'appeler le travail arien. Elles pr6isentent, pour
les territoires francais d'Outre-iMer, un interet con-
sid6rable, 6tant A la measure de leur tenduei et ra-
chietant largement, p.ar les moyens accrus iqu'elles
mettent A la disposition -des colons et des adminis-
trations, l'insuffisanice .deo 1'quip',ment routier et
ferroviaire, la faiblesse des nmoyens mat6riels don't


souffrent endorse ,de nombreuses regions de 1'Union
Francaise et, pour I'Afrique Noire dui moins, le man-
que de main-d'ceuvre.


*
a**


Sur le plan de 'or,ganisiation et dde l'administra-
tion ces tAches d'aviation civil sont essentielloement
assurieis par le ;Seicritariat Gn&ral a A lAviation Ci-
vile et Cormnenrciale, par oel Ministore de la France
d'Outre-Mer ofi fonctionne un .actif bureau de I'avia-
tion civil A la Direction des! Affaires Economiques
et du Plan oet, pour clhaque. igroqpe de territoires,
par unme Direction de l'A ronautiique Ciivile. Les
gouverneurs g6n6raux et ihauts-commissaires leur
accordent une place croissante dans, eturs prboccu-
piations. II est ,de grande portee iqu'on les considered
comime des 616ments maaijeurs du dbvelopipement po-
litique. 6conomique let social ,des territoires fran-
gais d')utre-Mer.


Les appareils actuellement en service sur les diffi-
rentes lignes sont en majeure parties de construction
amnricaine avec quelques types fran ais des meil-
leurs modules. (Voir photos pages 35 et 36)
,











L'enseignement dans 1'Union Frangaise
par M. Guy Hinard, administrateur a' Ministere de la France d'Outre-Mer


A L'INSTANT 01A s'l"abore FUni'on. Franiaise, il
e-sl int'ressant de faire le point sur l'action
mnme ide l'un des moteurs principaux d'e
cette edification : ceiui qui p.ermret et entretient le
rapprochement des rtres par la langue et la 'con-
naissance, c';est4h-dire l'enseigneriment.



AFRIQUE DU NORD


Une revue tres rapid de 'Afrique du Nord, qu'il
est impossible del passer sous silence, montre en
Alg6rie un total d'"environ 140.1000 6 ves distribuas
en 900 classes .de gargon's et 2100' de files pour 'en-
seighinement primaine. Pouir I'ensei,gneanent tiechni-
quee et pro esisio'n;nel, ies 6coles d'aipprentissage grou-
pent environ 2J100 l66ves, I'eseinsigneanent agricole
200, de mn m.e que l'enseignement .industri'el et P'en-
seiignement commercial.
Plour Blienseiiginement seooindaire, 22 6tablisseanents
ctla'siques, avec 16.0010 l16rvs et 3,0 i.tablissements
secondaines modernes, avec 8.1001' 16veves.
Pour P'ensreignement sup6rieur einfn, 1'Universit6
d'Alger avec ses 'quatre FacultAs, son Eoole dies
Beaux-Arts et un certain n.ombre d'Instituts specia-
lis6s.
Au iMaroc, 394 6talblissements ;priniraires et pri-
maires sup(rieurs avec. 2.155 classes ouvertes, grou-
pant ain total de 97.0010 Blves,.
37 aablissements d'enseignemnent technique et
professional avlec plus de '6J0 fOi 6lves. 18 6tablis-
sements du second deigr6 amvec 115.000 61Aves.
Pour l'enseignement sup6rieur, il n'existe pas en-
core .de igroupement emn ifacult6s et les .6tudiants d6-
pendent de l'Utniviersit6 de iBordeaux pour les exa-
mens. En plus, 'PInstitut scientifique chierifien
groupie le Centre d"'tudes slupriieures scienfifiques
et deux organismes .de recherncihes : Ie Centre de Re-
dheohces sicientifliques et le iSiervicei de iPhys.ique du
globe et de .m6tdorologie. Die anime le Centre d'Etu-
des Juridiques et l'Instituit des Hautes4-Etudes maro-
caines preparent, des 6tudiants.
IEn Tunis e 580 6tablissements du premier degr6
avec 1210.10000 l 61ves, don't environ 60.100.i misul-
mans ; 53 e tablissements d'ienseignement technique
et profession:nel avec plus de, 4.0100 6lves ; 1,3 6ta-
blissements ri sieeond deigr6 avec 8.0010 l6vimes.
L'Institut des Haautes-Etudes del Tunis crS6 par
un d6cert du iler octobre 119415 est plac6i sous le, pa-
tronage de I'Univeirsit ,de Paris et prepare aux exa-
mens meitdropolitains, .dans ses quatre sections
d'tuidels juridiqites, scientifiques, philoloigiques et
linguistiques, sociologiiquels et historiques.


Une cole des Beaux-Arts et un Conservatoire de
musique existent aussi A Tunis ainsi que 1U'niver-
sit6 musulmane de la Grande Mosquce.


DEPARTEMEhTS D'OUTTRE-MER

Dans les quatre nouveaux d6parterimentsi des An-
tilles, de la Guyane et de laa Runlion qui ont dE6j
donn A la France des poites, des juristes, des mb6
decins, des Ihommes politiques, 7en.seignemeint suit
depuis longtemps le regime de la M tropole.

Pour le premier deigr6, 1115 Bcoles A la Martinique,
11i2 A la Guadeloupe, 202 A la R6union, 24 en
Guyane, groupanit lA peua ptrs 110'0.000 .16ves, aux-
quelles il faut encore adjoindre 1'einseigneimient priv6
dote d'organisations .confessionmneuleis et laiques, au
nombre de 11 pour la Martinique, 14 pour la Gua-
deloupe, 46 pour la Reunion et 8 pour la Guyane.

L'e'nseign.ement technique et professionnelle.n'a
pas connu un d6veloppement particulirieimenet im-
portant, mais il faut ajouter aussi ique les besoins
sorit moins considierables iqu''en Aifriiqu.e du Nord.

Deux Bcolesi pratiques de coanomerce et'd'industrie
A Fort-de-Franie et ha PointeA-iPitre, .avec des sec-
tions I bois, forge, ajustage, radio, 'et ilectricitA join-
tes A lIa section commercial .et une Acole d'Agri-
culture. A la Guadeloupe et A la IRunion, .deux cen-
tres d'apprentissage.

Pour l'Ensieignerment secondairei, la Guadeloupe
possede ,deux lyc6es de garcons et un course de filles
pour 1.0010 616ves environ. La iMartiniqie, le Lyc6e
Schoelcher et le pen'sionnat colonial 'A Fort-die-
France, avee 2J0100 616ves. La Guyanle a le Lyc6e
Ebou6 et la Rmunion, lie Lyc6e, Leiconte de Lisle a
Saint-Denis, pour les gargons, et le, Lyc6e Juliette
Dodu pour les filess'

L'Enseignemnent ,Supriieur, enfinfl organise une
Ecolie de Droit A Fbrt-de-France et des projects sont
en course pour la constitution de deux facultes
Droit et Lettres, ainsi iqu'un Institut des Travaux Pu-
blics et un Institut d'Aggriculture.

La Reunion, a elle aussi t Ae- Ecole de Droit A
Saint-Dienis et un Institut d'Hygiene 'et .de Micro-
biologiae.


INDOCHINE

Dlans les Etats Associes d'Indochine, l'enseigne-
ment comporte -des types varies, depuis .celui en
league maternelle, complete. parT la morale confu-
o6einiae bouddhique, puis lei mixte, enmin celui des









6coloes de pagode, co.niA aux bonzes traditionnels.
Tout cet eeonseignemoent si'6tend A plus, de 900,0000 en-
fants ,par annie.
L'enseignrement technique et professionnel a Ate
dirig6 d'une p.at sur l'eniseingnenment industrial avec
des ateliers-6coles anu Tonkin, Camboodge et Laos,
des sections d'apprentissage annexAes aux Acoles
primaires ; 1'Ecole technique industrielle de Hanoi,
avec un cycle < m6tiers > et un cycle << maitrise > ;
i'Ecole de iSaIgon qui formle lels macaniciens pour
la Marine et I'Anrmem.ent cochinchinois ; I'Ecole
technique industrielle de,- Hun ; 1"Ecole profession-
nelle de Pnom-Penh, et dd'aitrei part l'enseignement
d'Art appliqu ayant pour but de former des arti-
sans qualifies comprend : 1'Ecole des Arts Appliqu.s
de Hanoi (b6nnisterie, .cramique, cisellure) ; les
trois E'coles d'Art de Coichinchine, : Giadinh pour
les Arts graphiques, Bienhoa pour la c6ranmique,
Thudaumot pour I'Ab6nistterie et 1'Ecole des Arts
canmbodgiens de Pnom-Penh qui compote sept sec-
tions.
L'ensieignemient du second degr6, comprend un en-
sei,gnelme'nt francais et un eniseignement indochi-
nois. Trois lyc6es franaais A Siaigon, Hanoi et Dalat,
avec 4.000 lr61ves environ ; six colleges francais qui
ont reomplaic6 les 6coles primairest superieures se
r6partissant en trois etabli.ssements. au Tonkin, deux
en Cochindhine et un: en Annaam.
L'enseignement indochinois prepare des candi-
dats iA i'enseignemleint superieur forme les cadres
n6oessaires A administration .di pays. Des sections
classiiques occidentales .et extreme-orientales ont Ate
cr66es da'ils les principaux 6tablissements, dans coes
doerniers lanigue et litt6rature chinoises reniplacent
le latin .st le grec. Quatre grands ly;cees indochinois
a Saiigon, HuA, Hanoi 'et Pnhom-Penh groupent en-
viron 7.000 616ves.,
Tout cet enseignement 'a un caractrre populaire
et ne s'adiresse pas simpleament A une minoritA. L'en-
selignement supkrieur est une chose relativement r6-
cente, c'est aussi un 'enseignomient de pay's majetur,
co:mme oe disait le Dir ecteur de .ce Service dans
une conference de f6ivrier 1947. L'Ecole ide M6de-
cine cr66e en ;119134 est maintenant une FacultA et a
foim6m depuis le debut plus die 200 'mdecins. La Fa-
cult6 de Droit reunit plus del 600' 6tudiants et 1'E ole
Suip rieure dies Sciences idiri:ge vers I'aigronomie,
P'agri'culture, la cihimile, la physique et l'1lectricit6.
Autour 'de 1l'Universit. gravitent une Ecole des
Beaux-Arts, une Ecole d'Agriiculture, une Ecole V6-
t6rinaire, une Ecole des Travaux Publics. On a
consid6r6 plus favorable ioA notre culture de ne pas
organiser de Facult6 de Lettres et de laisser pour-
suiivrie ce's Atudes a 18 MVtropole mAme.


MADAGASCAR

A Madagarscar, l'ensieignemnent existait avant no-
tre arrive ofi des lois du Royaun.re M6rina i'avait
inppose.
L'enseigneiment indignne primaire a la charge de
980 6Acoles rurales, avec l120.10001 enfants, A pen prks1


auxiquellies sont annex6s des jardins scolaires, des
ateliers et des, 6coles midnagBres, ainsi que des ,can-
tines, qui .augmentent ,chaque alnnAe. En plus, les
Acoles rdgionales au nomnbrie de, dix-nieuf, don't ciniq
de files recoi'vent les meilleurs 616ves des ecoles ru-
rales et groupent environ 1.6010 61ve's pour un cycle
de trois ans et lies dirigent ensuite vers une forma-
tion technique oii la preparation .d'6col'es speciales.
L'enseignement primaire osupp6rieur a son centre
dans I'Ecole Le Mlyre de Vilers et prepare, des can-
didats %A la mdeicine et A l'Administration, en sblec-
tionnant A son tour les meilleurs 616rves des 6coles
rgionales.
L'enseigneanent fraia'is possAde vingr-neuf Acoles
de villages iqui recoivent environ 3.J0100 ienfants, et
l'Ecole Prianaire ,Supri.ere de Tananarive, cr6ee
depuis 11936.
L';eniseilgnement p.riv6 recoit lui aussi environ
70.000 enfants frangais on malgaches.
IPour l'enseiignement technique, en dehors des an-
nexes dB(ij mentionn6es des 6coles ruralees, des sec-
tions industrielles existent a Maroantssedra et A Va-
homondry pour la charpenterie de marine, A Fiana-
rantsoa pour la manonnierie et oie, charronnage.
A l'Ecole Le iMyre de Vilers ont 6tA organisbes ides
sections de Travaux Pulblics, P.T.T. et Topographie.
L''Ecole industrielle de Tananarive, Aquip.e en ma-
chines *de tous ordres, parfait 1'instruction des aip-
prentis et forme d.es contremaitreg 6lectriciens, mA-
caniciens, ajusteiurs, imeiniuisiers.
A I'Ecole Supirieure de Tananarive, quatre sec-
tions (industrielle, commercial, agricole et mnna-
g6re) forment les cadres manuels europbens.
A Tananarive aussi, deux 6tablissements secondai-
res : le Lycee Galli6ni, avec '600 l66ves pour les ,gar-
9ons, et le Lyc6e Jules Ferry, avec 400 dlAves !pour
les files.
L'enseigneiment sup6rieur a install, 1'Ecole de M6-
decine, l'Ecole des Boeaux-Arts, 'l'Acaidmie malgache
et i'Institut Pasteur, qui devient de plus en plus le
centre d'6tudes de biologie humai:ne, animal et v6-
g6tale de Madagascar.


A.O.F., A.E.F., CAMEROUN,' TOGO

Nous terminerons enifin par les vastes territoires
de 1'Afrique Noire, I'A.O.F., 1'A.E.F., le Cameroun
et le Togo, dans. lesqjuiees ci acun a 6tA divis6 en un
certain noimbre die secteurs scolairels comprenant a
la Base des, 6coles rurales utrbaines oet au chef-lieu
une cole rAgionale.
Maalgi6 cet effort imimense, il ne! faut pas celer que
tout le contingent des eenfants d"Ageo scolaire ne peut
recevoir 'cet enseignoelmnent. En A.O.F., avec l'ensei-
gnemnent priiv6, le nombre des. enfants atteint 100.0010,
en A.E.F. 30.000, au Caimeroun 1201.O000, au Togo
20.000, alors qu'en A.O.F. le nombre des scolarisa-
bles atteindrait pr6s doe .2 millions, en A.E.F. 500.000
et au Canmeroun 375.1000.









Un enseignement specialeanent musulman, mais
avec .participation de l'enseigneiment francais po's-
sade cinq m6d.ersas contr16es, par l'Instruction Pu-
blique en Mauritanie et au Soudan.
L'enseiglnement primaire sup.rieur a d'abord des
6coles ,de cadres :
l'Ecole William Ponty an .S6ngal, fonme des
institutes et des futurs m6deciins ;
E1'cole Normale de jeeuanies files de Ruifiskque,
forme des institutrices et des, sageis-femmes;
l'Eccle des Moniteurs d'Enseignement rural au
Soudan, C:te ,d'I:voire, SiAngal, Gui:ne, Diahonmey ;
-- l'Ecole des Cadres sup6riseurs de Brazzaville,
qui prepare dans sa section scientiifique les can-
didats A Ia m6decine, aux T.P., A architecture --
dans sia si"ction normal .a Ienseignement, dans sa
section aid ministrative, au fonctionnariat des divers
services.
Les Ecoles Normales du Moyen-Congo, de l'Ouban-
gui et du Tchald forment leis instituteurs .et les mo-
niteurs du cadre local. Les Ecoles Sup'eriieares des
territoires pr6eparent des agents autoclhtolnes pour
Ie commerce ou I'adiminisitration et assiument un
recrutement A I'Ecole, des cadrels.
Au Cameroun, deux *ecoles prianaires superieures
pour garoins eit filles fornment les cadres autochto-
nes, et ai Togo une ave.c course compl6mentaire
pour les filles.
Cet enseignement 616mentaire dans les territoires
d'Afrique Noire s'associe en ensei,gn:enent pratique
d~s 1'6cole rural.e par aa creation. de jardins scolai-
res et ,d'ateliers. Ensuite lesa sujets les meilleurs peeu-
vent p-oursuivre dans les 6coles sp6cialishes qui les
formenst A an m6tier.
En A.O.iT,., Peniseignemient du second degr6 est
dosnn& dains des licoles proifessionneilles (une par ter-
ritoire) et Wui competent plus de 800 i6ves.
L'ensieigreiment artisanal est orlganis6 sein Guin.e'
et au .Soludan, ainsi qu',h Dakar, dan's lequel uine
formation a.rtistiique esit donnsei tout en conservant
les insipiral ions locales.
En A.E.F., le principle est le mimne, avec des sec-
tions de pri6apprentissage et les ecolels de m6tiers
qui forment les ouvriers qualiif6s d'e la mancanique
et du bftiment. L'Boole profiessionnnelle ,de Brazza-
ville prepare des oointreamaitrels et dies chefs d'ater
liers. Quatre- autres ecoles forment .des agents agri-
coles qualifies set il existed des projects ,pour une cole
sup6rieure d'agriculture en Ouibangui Chari of l'on
sp6cialiserait pour le cotton et le palmier A huile.
Au Cameroun, un atelier coirporatif, A Ebolowa,
forme des ouvriers du bois, du ifer et de P'ilvoire. La
section teclinique ide '6c:ole sulpdrieure de Yaound6
regoit les 61ives qui n'onit pas 6te pris au coincours
d'entrde de lEcole Proifessionnelle de Dionala, puis
forme, A soun, tour, les techn iciens des cadres, moyens
d:e l'indiustri.e.
Au Togo, les ecoles nagionales et urbaines com-
portent des sections id'aippr eintissage avec ateliers
scolaires. A l'6chelon du chef-lieu, les 6coles profes-
sionnelles de Sokod6 et de LomB, bientot celle de
Dapango, forment des ouvriers du bois, du fer et des
m6caniciens.


En ce qui concern 'enseignement secondaire,
deux lyos6es mixtes A Dakar et A Saint-Louis, an
course secondaire A Abidjan qui va jusqu'A la troi-
sidme.
En A.E.F., un course secondaire A Brazeaville qui
prepare jusqu'au baccalaureat inclus, trois course
secondaires pour petites classes )A Pointe-Noire, Li-
breville iet Bangui.
Un course secondaire jusqu'i la troisidme existed A
Yaound6, au Cameroun, et jusqu'A la rh6torique au
Togo.
L'ensieigneime'nt sup.6rieur a organism 1'Ecole Afri-
caine de madeciine et de pharmacies de Dakar, ainsi
qu'une &cole v6tbrinaire. Existe ausisi 1'Institut Fran-
cais d'Afrique Noire qui, sous la direction ,de Th6o-
dore Monod, compnrend .des- sections d'etnographie,
doe ipr6histoire, d'anthropologie, d'arch6ologie cet de
zoologie.
Un project .est A 1'itude pour l'organisation ,d'une
University& pour ce vaste territoire. Rien n'existe
encore 'en Afrique Equatoriale.
I1 rest un mot A direi sur la 'Cte des Somalis,
i'Oc6anie et les Etaibiissiementsi de l'Inide.


DJIBOUTI

A Djibouti, quatre 6coles d'enseignement public
et trois Acoles priv6es, don't unel musulmansei et une
juive, reoivent iA elles seules A peu prbs 1.5100 en-
fants. Une Ecole professionnellee rudimentairer qui
conpreind une trentaine d'616ves.


NOUVELLE-CALtDONIE

En Nouvelle-Cal6donie, 34 6coles indilgenes et 41
ecoles europ6einnes pour l'eniseignement 616mentaire
Dans Y'archipel, 7.0010 416ves sur 152.0010 habitants ;
un enseignement supdrieur A 1'6cole central de
Papeete noif un course normal eest annex polir la for-
mation des miaitres. I faut y ajouter six Bcoles des
'Milssions Catholiques, tiois des Missions protestantes
et quatre booles dhinoises.
Des sections annexes pour l'enseignement profes-
sionnel sont organis6es dans ices tenritoires.
En Nouvele-Cal6donie, le College La PNrouse, A
Noumea, prepare aux baccalaur6ats.


INDES FRAN9AISES

Aux Indes, I'enseignem.ent indigane donne un
certificate d'6tudes primaires indigdnes avec des
course faits par des maitres, autochtones. Les effectifs
atteigncnt une moyenne ,de 6 A 7.000 61ves,. L'ensei-
gnement frangais est bilingue et .aboutit au certifi-
cat d'tundes mAtropolitain. Plus de 65 ecoles grou-
pent 10.1000 616ves environ.
L'enseignement sup6erieur est donn6 au college
Calv6, aux pen'sioinnats dre jeunes flles de Ponsdi-










ct6ry let d,e ClOhandelrnagor, aux course comnpl6mentai-
res .de Karikal let de MIiadh.

L'enseignement priv6 a 70 6coles. 616mentaires lai-
ques, 16 .lcoles conifessionnelles, 2: 6coles primaires
suprieurnes laiqufes, 2 6coles sup6rieures de mis-
sions catholiques ,et une des missions, protestantes.

iL'enseignelmenrt professionnel est relst6 A 1'Ptat
larvaire.
Poindichry a son collegee secondaire qui va jus-
qu'aux baccalaur'ats et .Karikal, un course secon-
daire ju:squ'l a quatrieme. A Pondich6ry aussi,
'Ecole de Droit et I'Ecole do e Mde decline.





Pour resumer, en moins de, cinquante ans, sauf
en ce qui conoerne PL'.I ri- prbs de 25.0010 6tablis-
semnelnts primaires et primaires superieurs awvec plus
de 50.0010 classes ont .6t1 ouverts A notre enseigne-
ment et le dispensent A plus de 2 millions d'enfants,
sons l'autoritd de plus .de 45.'009p miaitres.

336 Atablisssements technilquels set pr:ofesisionnels
enseilgnent A 25.10100 ld6ves sous la comlp6tence spe-
cialisde de 2.1110 professeurs, tandis ique plus de
3.0100 professeurs s:'ocicup.ent de 813.101001 61Aves die
second degr6, r6partis dans 173 tablissiements des
territoirels.
L'effort A poursuivre est 6videmment dans le do-
maine de 1'le:nsleignement superieuir oh ,2194 profes-
seurs et maitres de conferences dispensent A 12.0100
6tudiants un enseignement oih mne se retrouvent que
deux university s (Alg6rie, Indochine) et six faculty
don't quatre en Algdri.e et ideux en Indochine.
Dians ce domain de l'enseilgnement qui a toujours
~&6 une preoccupation de la France dans tous ses
terriitoires ; ii ne f.aut pas penser que les r6sultats
.acquis solnt et suffisants, et immortels,.

La masse touch6le par 1'enseignemennt m&me du
premier deigrA est encore trbs inif&ieure A celle qil
'iestoe anialphabhte, .et d'est au moment iof les avan-
tages politiques sont consentis que l'effort A accom-
-plir rest immense. D'autre part, l'ensei:gn.ement est
le lien par excellence qui none e territoire au con-
cept d'Union Francaise et le maintenir est affirmer
la 'culture f'rancai'se dans les pays ofh nous avons
djJA apiport6 la p aix et le travail dans la liberty.


Pour tous ces pro'bilmes, les plans. ont Wte 6tablis
pour, d'une part, divelolpp-er les institutions par
une politique de decentralislation suffisante susci-
ter ensui,tte et former miles cadres qui iront de l'6cole
de village A i'Universitd ; d'autre part,. men er une
politique d',ducation et d'enseigneanent des peoples
et des cadres en rapport avec le d6velopipement
social et 1'Avolution economique.

Pour l'enseignemient prilmaire il s'algira, en dehors
de l'action scolaire propre, d'ami6nager des centres
de lecture et ,d'6ducatio,n populaire en utilisant un
equipment miodernel de radio .et de cini ma, tout en
incorporant de Iplus en plus Ieducation pllysique a
la vie scolaire.

L'enseignement du second degrel sera d6velopp6
par la constitution plus large des diff6rents types
d'ttablissements m6tropolitains: et I'enseignement
technique d~vra prdvoir une Aducation capable de
produire, outre la *mailn-idetuvre qualifile, des in-
geni.eurs nCicessaires aux ee.ntreprises et a la vie
Bconoimique, aussi Mbi'en que des centres, agricoles
spdcialises.

Enfin, I'enseignem'ent suprielur dolt apporter sa
haute culture dans les diffdrentes f6ddrations et il
est apparu n&cessaire que 'einseignement des scien-
ces,, de la mind;ecine et des techniques: appliques
puisse avoir lieu sur place, au voisinage des pays
d'lexercice.

Parallbleement, en France, dev!ront Stre d6velop-
p6es des institutions miltropolitaines desitinkes a
I'iOutre-Mer, telles pair example que ( la ,Recherche
Scientifique CoGoniale >>, dothe, de laboratoires et
d'lquipements moderines qui lui siont ndoessaires
pour promouvoir la rechechel. (De imme l'inttr&t
devra s'attacher au, d6veloppenent de l'In;stitut
l'Agronomie tropical et d'une Acole superieure de
g.olofgie applique.

iPar ailleurs, il'6ducation des m6tis .delvra Atre re-
prise en main pour la rinicoriporation de ceuix-ci
dans les cadre's de la vie frangaise.

Tous ces progr'amlmes doivent ,6videmment se cal-
quer sur les pi-,:t.hiiii buidgotaires et se synchro-
niser sur 1'lquipement ooriomique et social. Ainsi
P'oeuvre de l'Union Francaise sera accoimplie dans
la parfaite collaboration entiree les gouvernemeints
dlocaux, leurs coriseils, et les autoritds centrales qui
diterminent les prinrcipes de r6alisation et loes
moyens d'ex6cution.


(Voir photos pages 317 et 38)




















NOUVELLES DE FRANCE


L'ACTIVITt MINIISTVRIELLE


Au course du mois de septembre, M. Coste-Floret,
Ministre cle la France d'Outre-Mer, a, en deux s6an-
ces cons::utives du Conseil des Ministres, donned
lecture de deux rapports concernant la situation dans


les Etablissements Frangais des Indes et en Indo-
chine.
Les conclusions du Ministre ont 6t6 approuvees
par le Gouvernement.


CONFERENCES ET MANIFESTATIONS DIVERSE


LES INGENIEURS
ET L'IQUIPEMENT DE L'UNION FRANCAISE
Au course de l'Assemblee et du diner annuel de
la Soci6td des Ing6nieurs pour la France d'Outre-
Mer, qui ont eu lieu le 15 septembre, M. Jules Ra-
mas, President de la Soci6t6, et M. Lucien Dard,
Commissaire general de l'Exposition pour l'Equipe-
ment de 1'Union Francaise, ont donned des details
sur le Congres International d'Ing6nieurs et l'Expo-
sition qui se tient A Paris actuellement.
L'Exposition pour l'Equipement de 1'Union Fran-
caise a overt ses portes sur la rive gauche de la
Seine, entire le pont de la Concorde et le pont de
l'Alma, le 28 septembre. Organisee sur I'initiative
de la Commission de la France d'Outre-Mer de
I'Assemblee Nationale et realisee par la Societe des
Ing6nieurs pour la France d'Outre-Mer avec l'appui
des Ministires interesses, du 'F.I.D.E.S., du F.I.D.
O.M. et des Territoires d'Outre-Mer, l'exposition
pr6sente aux utilisateurs de ces territoires les mat&-
riels et les products que l'industrie metropolitaine
est en measure de leur fournir. L'exposition a etd
inauguree par le Ministre de la France d'Outre-
Mer et visit6e par le President de la R6publique.
L'action qu'elle entreprend se poursuivra par la
creation d'un centre permanent de documentation
et d'information.
Le Congris aura lieu du 1" au 9 octobre au Con-
servatoire national des Arts-et-M6tiers sous la pre-
sidence de M. Jules Ramas. Dix commissions pre-
sidees par MM. de Martonne, Delavignette, Guil-
laume, Blondel, Coursin, Albert Caquot, Cangardel.


Paul Bernard, Dugnd et Combes 6tudieront les pro-
blames relatifs aux Territoires d'Outre-Mer et int&-
ressant le milieu physique, le milieu human, I'agri-
culture, les mines et carrieres, l'equipement general,
l'6nergie, les transports, I'industrialisation, le mat&-
riel et la recherche scientifique. Diverses visits,
don't le programme d6finitif sera ulterieurement
fix6, seront organisees pour les congressistes. Le rap-
port general sera pr6sent6 par M. Auguste Pommier.

ACADEMIE DES SCIENCES COLONIALES

L'Academie des Sciences Coloniales a tenu seance
le vendredi 16 septembre sous la pr6sidence de
M. Fernand Liore.
M. Henri Saurin a expose ses confreres les im-
pressions qu'il a tires d'un recent voyage A Mada-
gascar ; ses notations ont d'autant plus d'inter8t que
M. Saurin, Inspecteur General des Colonies (C.R.),
a et6 maintes fois en mission A Madagascar et a
pu faire de judicieuses comparisons entire deux
epoques d'6conomie colonial.
M. Bouchet, ancien Administrateur des Services
Civils d'Indochine a d6crit l'etat d'esprit de la jeu-
nesse annamite dans l'Annam nouveau en s'ap-
puyant particuliirement sur des articles parus dans
la press tonkinoise et sur ses relations personnelles
avec les Vietnamiens. En preambule le conf6rencier
avait rapidement parl6 de la jeunesse dans I'ancien
Annam puis de la naissance d'une nouvelle g4ndra-
tion encore impregnde de confuceisme avant de
parler de la jeunesse actuelle qui a rompu avec le
passe








INAUGURATION D'UNE EXPOSITION
DES TROUPES COLONIALES A LORIENT
Dans le hall de la Chambre de Commerce de
Lorient a 6te inaugur6e, le "er septembre, I'Exposi-


tion des Troupes Coloniales, ,en presence, notam-
ment, du General Philippe, des Troupes Coloniales,
et du Commandant Bauville, representant le Minis-
tre des Colonies.


INFORMATIONS DIVERSE


L'AFRIQUE ET LE PLAN MARSHALL

De l'Atlas A l'Union Sud-Africaine, le continent
africain va devenir, avec l'aide du Plan Marshall,
un vaste champ experimental dans; les domaines
minier et agricole, afin que ses resources servent A
ameliorer le standard de vie du monde declare
une communication faite par les services europeens
de I'E.C.A.
Des etudes ont te6 entreprises en ce qui concern
les mines, I'agriculture, les conditions sanitaires et
les transports dans le but de mettre en application
cette parties du Plan Marshall visant au d6veloppe-
ment des Territoires d'Outre-Mer. On escompte que.
l'accroissement de la production, dans ces regions,
stimulera le commerce < triangulaire > en augmen-
tant les courants de matieres premieres vers l'Eu-
rope comme vers les Etats-Unis.
Les nations possedant des territoires d'outre-mer,
la Belgique, la France, le Portugal et le Royaume-
Uni possedent chacun leur propre plan de d6velop-
pement. Elles ont eu, avec les representants de
I'E.C.A., des entretiens portant sur le soutien que
cette derniere serait A meme de fournir pour assurer
1'ex6cution de ces plans.
SC'est l'Angleterre qui, pour l'instant, est A la tate
des r6alisations dans ce domaine. Elle a soumis,
officiellement, une demand d'aide pour des projects
bien determines. L'E.C.A. a affect ainsi 1.8oo.ooo
dollars pour recruter soixante-deux geologues, chi-
mistes et topographes qui 6tablissent un rapport
complete sur les territoires britanniques en Afrique
et dans les autres parties du monde.
M. -John E. Orchard, Conseiller special de
M. Averell- Harriman, Ambassadeur itinerant du
Plan Marshall, a fait ressortir la necessity de large
investissements priv6s pour d6velopper 6conomique-
ment les territoires africains.
L'Assistance technique et les projects de divelop-
pement, en course ouen preparation, encourageront
ces investissements, a-t-dit. La plus grande atten-
tion est accordee A cette question et I'on 6tudie, en
ce moment, les dispositions qui r6giront les investis-
sements priv6s dans les territoires d'outre-mer.


COMMISSION
DES TERRITOIRES NON AUTONOMES
A L'O.N.U.

A la Commission sp6ciale des Nations Unies pour
les Territoires non autonomes autres que sous tu-
telle, M. Soldatov, delegu6 de I'U.R.S.S., a accuse
les puissances administrant ces Territoires de ne pas
prendre les measures n6cessaires pour stimuler le pro-
gris economique et social des populations indigenes.
M. John Fletcher Cooke, au nom de la Grande-
Bretagne, a repondu longuement A ce r6quisitoire
qui est, a-t-il dit, pure propagande, d'ailleurs fami-
liere. M. Roger Garreau, delegue de la France, sans
s'6tendre sur les accusations sovietiques, a comment
une proposition egyptienne demandant que les puis-
sances administrantes suppriment toute discrimina-
tion entire indigenes et Europeens dans l'enseigne-
ment et donnent I'instruction en langue indigene.
M. Garreau a expose comment au Maroc, par exem-
ple, les eleves frangais et marocains frequentent les
memes ecoles ou I'enseignement est donned, A la fois,
en francais et en arabe. C'est la creation d'ecoles
distinctes qui serait une discrimination contre la-
quelle les indigenes protesteraient a just titre, a-t-il
ajoute.
M. Rickmans, d6lgue de la Belgique, a insist
pour que les statistiques sur le ddveloppement des
pays non autonomes soient fournies sous la forme
de courbes de progris et non en chiffres absolus qui
donnent des id6es fausses .lorsqu'on les compare avec
ceux des pays hautement civilises.
Lors des debats, le d6elgu6 sovietique a depos6
une motion visant A supprimer l'examen des rensei-
gnements sur la Republique indonesienne puisque
celle-ci, a-t-il dit, est devenu Etat independent. Le
delegue hollandais a affirmed que le Comit6 n'6tait
pas competent pour traiter ce point.

AVANT L'OUVERTURE
DE LA CONFERENCE GENIRALE
DE L'U.N.E.S.C.O.

Une quatrieme session de la Conference g6enrale
de 1'U.N.E.S.C.O. s'est ouverte le 19 septembre, au
siege mondial de I'Organisation A Paris.








La Conference 6tudiera notamment la participa-
tion de I'U.N.E.S.C.O. au < plan d'assistance tech-
nique des Nations Unies aux pays don't l'6conomie
est insuffiiamment developp6e >, cette assistance
devant &tre finance non directement par I'U.N.
E.S.C.O. mais par des contributions volontaires de
certain gouvernements. En outre, elle l6ira pour
trois ans, six membres du Conseil executif don't les
mandates viennent A expiration.


DEPART
DE LI MISSION D'ETUDE DE L'E.CA.
POUR L'AFRIQUE

Trois ing6nieurs des mines de I'E.C.A. ont quitter
Londres pour le Kenya, afin d'etudier les possibi-
lites miniires de huit territoires britanniques d'Afri-
que, a annonce M. John Kenney, charge de la di-
rection A Londres de la mission du Plan Marshall.
Leur mission, qui durera environ trois mois, cou-
vrira egaleinent des territoires africains de la France
et du Portugal.
Les inginieurs 6tudieront particulierement les pro-
jets de d.veloppement minier prepares par la
Grande-Bretagne, la France et le Portugal dans leurs
territoires d'Afrique.
C'est M. Charles Scott, un ing6nieur des mines
americain, qui dirigera la mission. Ses deux coll&-
gues sont MM. Lewis W. Perguson et George Guil-
laute. Ils seront assists dans les territoires portu-
gais par M. Mark C. Bandy, de la section des me-
taux non ferreux de la direction de I'E.C.A. A Paris
et, dans les territoires franqais, par M. Enzo de
Cheterat, geologue et ing6nieur des mines, qui fait
egalement partie des services parisiens de I'E.C.A.


LES MONNAIES DE LA FRANCE D'OUTRE-MER
APRES LA DEVALUATION
DU FRANC METROPOLITAN

Les milieux autorises du Secr6tariat d'Etat A la
France d'Outre-Mer, charges des affaires economi-
ques, ont donned les precisions suivantes sur la situa-
tion cr6ee par la nouvelle devaluation du franc me-
tropolitain :
io) le C.F.A. demeure lie au franc metropolitan.
Sa parity est inchangee, conform6ment aux enga-
gements pris tant l'Assembl6e Nationale qu'au
Conseil de la R6publique, par le Gouvernement ;
2) le C.F.P. don't la valeur a 6te fixee A 5,50, est
I'objet d'une measure nouvelle. D6croch6 du dollar
auquel il etait liE, il est desormais rattache au franc
metropolitan. Sa valeur ancienne, qui correspondait
A une fraction precise du dollar, etait de 5,48 me-
tropolitain. La decision du Gouvernement consolide
ce rapport en arrondissant simplement la parity ;
3) la piastre indochinoise garde sa parity par
rapport au franc mitropolitain.


DEPART
DE LA SECOND EXPEDITION ANTARCTIQUE
FRANCAISE
La second expedition antarctique, qui s'est em-
barquee le 20 septembre A bord du Commandant-
Charcot A destination de la; Terre-Adelie, comprend
un cartographe, M. Yves Vallet; le Dr Sapin
Jelous; un photograph, un cineaste, M. J. A.
Martin; un hydrographe, M. Tebuteau; un m6t6o-
rologue, M. Henri Boujon, et un radio, M. Rene
Gras.
Les trois autres membres de l'expedition, MM.
Andre Liotard qui en assume la direction ; Maris
Marret, ingenieur radio et Maurice Harders, meteo-
rologue, embarqueront sur le Commandant-Charcot,
lors de l'escale prevue A Dakar pour le I" octobre.
Le navire doit, en principle, passer A Durban, fin
octobre, peut-&tre, le 25 novembre A Melbourne oft
l'expedition retrouvera les chiens esquimaux qu'elle
avait di laisser au zoo de Melbourne, A son retour
de l'Antarctique.
Si tout va bien, a declare l'un des membres de
l'exp6dition, nous serons Hobart le i" decembre
et il nous restera a entamer la dernidre parties de
notre randonnie. Nous tacherons de toucher terre
et il faudra alors debarquer une difaine de tonnes
de materiel que nous avons embarqud ainsi que 26
tonnes de carbon et 20 tonnes de carburant et mon-
ter la cabane oit nous devrons vivre a dix pendanp
un an.
Le Charcot repartira pour les Kerguelen et Ma-
dagascar avant de revenir au debut de janvier 1951.
Nous savons ce que nous allons trouver ld-bas : les
derniers rapports que j'ai regus parent d'une dd-
bacle de glace come on n'en a jamais vue. Le pilot
Widlund sera charge de reconnaitre, a bord de son
hydravion, les passes par lesquelles le navire pourra
se frayer son chemin.
Le Commandant-Charcot, qui est commander par
le Capitaine de frigate Douget, est monte par qua-
rante hommes d'equipage tous volontaires.

L'ACTIVITE~ SYNDICATE
C.F.T.C.-Outre-Mer. Une delegation de la
C.F.T.C., conduite par M. Espertet, secretaire confe-
deral, et comprenant des representants du Tchad,
de I'Indochine, de la F6edration des Cheminots et
des Fonctionnaires d'Outre-Mer, a 6te rescue par le
Ministre de la France d'Outre-Mer qu'elle a entre-
tenu de diverse questions int6ressant les travail-
leurs de ces territoires et les branches d'activite, no-
tamment de la promulgation du Code du Travail.

UN CONGRESS DU MANIOC A MARSEILLE
Le 25 septembre s'est d6roule A la Foire de Mar-
seille un Congris du manioc, organism par l'Institut
Colonial de Marseille.








De nombreux rapports ont 6te presents, relatifs
A la culture et aux qualities du manioc dans les di-
vers pays d'Outre-Mer : Indochine, Madagascar,
Dahomey, Afrique Equatoriale, Cameroun, C6te
d'Ivoire.
L'utilisation de la farine de manioc dans I'alimen-
tation des animaux a fait l'objet d'un important
change de vues.

LE COMMERCE
ME!TROPOLE-TERRITOIRES FRANCAIS
D'OUTRE-MER

Voici les chiffres comparatifs en valeurs des im-
portations et exportations du mois d'ao6t 1949 par
rapport au mois correspondent de 1948 et de 1938
(en milliards de francs) pour le commerce entire la
M6tropole et la France d'Outre-Mer :


Importations ......
Exportations .......

Balance ...........
Les importations ont
et6 compens6es par
les exportations A
concurrence de ...


LA SOLIDARITIE
ENVERS LES SINIS'

S. M. l'Imp6ratrice Na
Ministre de l'Int6rieur d
une lettre de condoleances
tional qui a frapp6 la Fra
des Landes. S. M. Nam F
tre un cheque de cent mi
Comit6 de Secours aux si
r\^ --.- -it- 1- U,.TT.<


et de 1'Union Frangaise, M. Bechard, Haut-Com-
missaire de France en A.O.F., a precise que cette
decision a 6et prise en accord avec le president de
l'Assembl6e f6derale de l'A.O.F., pour < affirmer les
liens de solidarity et les sentiments profonds d'atta-
chement des populations de I'A.O.F. A la R6publi-
que>.
De son c6te, M. Lamine-Gueye, president du
Grand Conseil de I'A.O.F., a telegraphi6 au Pr6sident
du Conseil pour faire connaitre la participation de
l'A.O.F. A la souscription et a rappeld les liens de
solidarity unissant l'Afrique occidentale aux provin-
ces frangaises.


LES MANUFACTURES FRANCHISES
DE CAOUTCHOUC
REPRENNENT LEURS ACHATS EN INDOCHINE


1938 1948 1949 Des negociations se poursuivaient, depuis plusieurs
948 semaines, au Secretariat d'Etat aux Affaires econo-
1,1 11,0 17,4 miques, entire manufacturers francais de caoutchouc
0,7 14,8 22,6 et l'Union des Planteurs Indochinois de Caoutchouc.
S Elles tendaient A reprendre, sur un rythme acc'-
- 0,4 + 3,8 + 5,2 1ere, les achats frangais en Indochine, virtuellement
au point mort ces derniers mois. Ce Territoire d'Ou-
tre-Mer n'avait export vers la M6tropole, entire le
i" janvier et le 31 juillet 1949, que 19.439 tonnes
63 % 134 % 130 % de gomme. Les stocks s'accumulaient A Saigon et
autres lieux, menagant d'etre une proie incendiaire
facile pour les partisans du Viet-Minh. Quant aux
DE L.'INDOCHINE manufacturers frangais, ils prefdraient acheter le
TRES DES LANDES caoutchouc sur le march de Singapour, en raison de
la modicite des prix pratiques.
am Phuong a adress6 au On apprend qu'un premier accord est intervenu le
u Gouvernement frangais 26 aoat, aux terms duquel les manufacturers me-
A l'occasion du deuil na- tropolitains se sont engages A prendre en charge, du
nce au course des incendies e'" novembre 1949 au i" f6vrier 1950, livraison usine,
'huong a joint A cette let- dix mille tonnes de gomme, au prix de 7 piastres 90
lle francs A l'intention du f.o.b. par kilo. Cette decision va permettre de d6con-
nistr6s landais. gestionner les stocks qui existaient au I" aoft en
;,;,o .... .., Indochine.


iDe son coLt, le HauL- t mssairelll uc l e
Indochine a adress6 au Prefet de la Gironde une
some d'un million de francs destinee aux memes
sinistr6s, et l'a price de transmettre aux families frap-
pees par cette calamity, I'assurance des sentiments
d'affection des populations frangaises et indochinoi-
ses.
Enfin, le Bureau federal de la Federation des Syn-
dicats de Fonctionnaires de l'Indochine (C.G.T.- F.O.)
a ouvert une souscription parmi tous les fonction-
naires locaux en faveur des sinistres du Sud-Ouest.

L'A.O.F. A SOUSCRIT DEUX MILLIONS
POUR LES SINISTREI S DU SUD-OUEST

La Federation a souscrit deux millions afin de
venir en aide aux sinistres du Sud-Ouest. Dans un
tilegramme, adress6 au President de la Republique


Les conversations se poursuivent actuellement dans
le but de d6cider de l'affectation des tonnages qui
seront products d'ici la fin de l'annee, period la plus
favorable A la production caoutchoutiere indochi-
noise.
PARTI SOCIALIST UNIONISTE
VIETNAMIEN

Le 24 septembre, A Paris, M. Hoang van Co a
port A la connaissance du public, au course d'une
conference de press tenue A la D6elgation du Viet-
Nam A Paris, l'existence du Parti Socialiste Unioniste
Vietnamien, don't il est le Secr6taire general. M. Co
a expos la doctrine et le programme de ce nouveau
parti, qu'il present comme devant &re socialist,
progressiste et unioniste, en meme temps que natio-
naliste.




















NOUVELLES D'OUTRE MER


INDOCHINE


Haut-C ommissariat de France


SuM PIGNON, Haut-
Commissaire
de France en
Indochine, accompagn
par le G6naral DE LA-
TOUR, Commissaire de
la R6publique en Co-
chinchine, s'est rendu
A MYTHO et BfNTRE
par la route, le I" sep-
tembre, sur l'invitation
de M. TRAN VAN Huu, Gouverneur du Sud-Viet-
Nam, et en la compagnie de ce dernier. Ils ont rendu
visit au I" Bataillon de l'Arm6e Nationale vietna-
mienne qui pursuit la pacification de 1'ile de MOCAY
pros de BiN TRE. S'adressant A ses compatriotes, le
Gouverneur TRAN VAN Huu les a invites A prendre
franchement position : Et je crois que vous aver dija
choisi, car vous save tres bien, si les homes de
H6 CHI MINH revenaient au pouvoir, quel sort vous
serait rdservw a tous.
* Le Ge6rr:tl de Corps d'Armee CARPENTIER, ap-
pel6 A prendre le Poste de Commandant des Forces
Armees en [ndochine et Commandant des Forces
Terrestres en Extreme-Orient, en replacement du
General de Corps d'Armie BLAIZOT, a quitter ORLY
par avion le I" septembre. Arrive SAIGON le 4, il
a pris officiellement ses functions le 12, et A cette
occasion a adresse aux troupes un ordre du jour
leur demandant notamment < d'observer les tradi-
tions de 1'horneur et de la discipline militaires >. Le
14 septembre, le G6enral CARPENTIER s'est rendu a
HANOI par voie adrienne.
* Le G6enral BLAIZOT a regagne PARIS le 4 septem-
bre. Aux terms d'un decret ins6er au Journal Of-
ficiel de la Ripublique Frangaise, du 7 septembre.
il a Rtd 6leve a la dignity de Grand Officier de la Le-


gion d'Honneur. Le G6neral ALESSANDRI' a pris le
12 septembre le poste de Commandant de la zone
d'op6rations du Tonkin.
* Le poste de Commandant de la Marine en Indo-
chine a 6te confi6e partir du 23 septembre au Con-
"tre-Amiral SENS ; et celui de Commandant de
1'Artillerie en Indochine, au General TOUSSAINT
GIROLAMI, a partir du 29 septembre.
* Un d&cret paru au J.O.R.F. du o1 septembre
supprime la Cour de Cassation de I'Indochine qui
avait 6et institute par la loi du 7 ao0t 1942 en rai-
son de l'isolement dans lequel se trouvait, A l'epoque
l'Indochine.
* M. PpNAVAIRE, Conseiller Economique du Haut-
Commissariat, a effectu6 une tournde d'information
dans le Nord-Viet-Nam. A son passage A HANOI, iA
a examine la question de I'approvisionnement du
Nord en riz.
* M. MALCOLM MAC DONALD, Commissaire General
de Grande-Bretagne dans le Sud-Est Asiatique, a
fait escale A SAIGON le 13 septembre, regagnaint
SINGAPOUR apres un voyage a HONG-KONG.
* La Commission d'application des accords franco-
vietnamiens du 8 mars s'est reunie pour la premiere
fois, le 30 aout, A SAIGON, sous la presidence de
M. NGUYEN PHAN LONG, Ministre des Affaires
Etrangires du Gouvernement Central du Viet-Nam.
Tous les: Ministres et Secretaires d'Etat vietnamiens
etaient presents, A l'exception du General XUAN qi
se trouvait alors A DALAT. La Commission a te u
le lendemain sa reunion inaugural A huis-clos, lIs
seances devant en effet &tre tenues a huis-clos. Dats
sa second reunion pl6niere, le 3 septembre, sous a
presidence de 1'Administrateur GUIRRIEC en veru
du principle de I'alternance des presidences a
Commission a etabli la liste des Services don't l s
modalites de transfer sont A etudier, et celle d s
conventions particulieres A 6tablir en application e
1'accord du 8 mars. Cette derniere liste compor e


WON&








plus de cinquante rubriques, parmi lesquelles prio-
rit6 a 6t6 donnee aux questions de Justice, de Finan-
ces et -de Sfiretd, et au statut du.personnel des ser-
vices qui seront transfers. Une sous-commission a
et6 chargee de fixer le programme de travail, et dix
sous-commissions ont 6et constitutes pour l'6tude
des questions suivantes : Justice et Saret6 questions
militaires, questions culturelles et sports, finances,
economic et plan d'6quipement, commerce, industries
et agriculture, travaux publics et communications,
sante publique, press et information, statut du per-
sonnel des services transfers, questions g6nerales.
Par suite d'un voyage que fit au Tonkin S. M.
BAO DAI avec quelques-uns des membres de son Gou-
vernement, les dix commissions sp6cialis6es n'ont pu
commencer que le 19 septembre A tenir leurs r6u-
nions. M. NGUYAN PHAN LONG estime que les tra-
vaux dureront trois mois.
Le Dr AESCHLIMANN, D6elgud de la Croix-Rouge
International dans le Sud-Est Asiatique,. quittant
SAIGON le 19 septembre A destination de GENAVE, a
declare qu'il avait recemment adress6 aux autorit6s
vietminh du Sud-Viet-Nam un message demandant
les listes des piisonniers et otages frangais que ces
autorites d6tiennent ainsi que des informations sur.
l'6tat de sante de ces detenus. I1 a ajout6 que les
autorites en question lui ont r6pondu le 17 septem-
bre par l'intermediaire du representant de H6 CHI
MINH A BANGKOK, que la question relevait de la
competence du Gouvernement Central du Viet-
Minh. I1 imported de rappeler, A ce propos, que le
regime de H6 CHI MINH n'a jamais consent jus-
qu'ici A fournir des renseignements sur les prison-
nier et otages detenus dans le Sud, ni A proc6der
A des changes de colis, de fonds, de m6dicaments,
de courier, en leur faveur.
Selon une information de WASHINGTON, le Gou-
vernement americain a decide de d6bloquer une
quantity d'or de 37 millions de dollars se trouvant
actuellement au Japon et qui doit revenir A la
France. Cet or, entrepos6 au Japon au d6but de la
guerre par la Banque d'Indochine, avait 6et saisi
par le Gouvernement nippon. II ne s'agit done pas,
en l'occurrence, de riglement de dommages de
guerre.
Un temoignage official de satisfaction a 6t6 de-
cernd A M. Antoine MARTIN, Directeur de la Regie
des Chemins de Fer de l'Indochine, pour la reussite
qui a couronn6 l'effort qu'il a d6ploye depuis sep-
tembre 1945, second par tous les cheminots, pour
la reconstruction et la remise en exploitation de plus
de 1.200 kilom&tres de lignes, malgre les difficulties
de toutes sortes et les attaques incessantes des re-
belles.
La radio du Viet-Minh a diffuse le 21 aofit, en
langue tonkinoise, un commentaire ofi figure cette
phrase : < En signant avec M. Marius MOUTET,
un modus vivendi, le President H6 CHI MINH
n'avait qu'un but : prolonger la treve de trois mois


afin d'organiser le soulevement du 19 d6cembr.
1946 >. A la suite des protestations soulevies dans la
press parisienne par cet aveu de duplicity, la radio
vietminh a contest l'exactitude de la citation ci-
dessus. I1 est opportun de faire observer que l'6mis-
sion du 21 aoilt a Rt6 enregistree, et done que les
denegations du Viet-Minh sont sans port6e.
La propaganda vietminh varie en effet selon l'au-
ditoire auquel elle s'adresse. Par example, la station
< la Voix du Viet-Nam > a proclam6 le 13 septem-
bre (en langue vietnamienne) que < les troupes viet-
namiennes sont decidees A ouvrir les bras aux < trou-
pes populaires de la liberation chinoise > pour com-
battre A leurs c6tes et emp&her les colonialistes.
frangais d'ouvrir leur frontiere A n'importe quelle
arm6e etrang&re >>. Mais quelques jours plus tard
le chef de la d6elgation vietminh A BANGKOK d6cla-
rait au-x journaux siamois que le Viet-Nam < ne
tolerera l'entree d'aucune arm6e &trangire > tandis
qu'un envoy special de H6 GHI MINH A BANGKOK
invitait < la Thailande et le Cambodge A s'unir au
Viet-Nam pour resister simultanement au commu-
nisme et a l'imperialisme >.

Gouvernement central
du Viet-Nam

Les Gouverneurs des trois Ky se sont reunis A
DALAT, en fin aoilt, sous la presidence de S. M. BAO
DAI, pour etudier diverse questions courantes. Ils
ont notamment etudi6 le probltme du recrutement
de la main-d'ceuvre n6cessaire au Sud-Viet-Nam.
S. M. BAO DAI, accompagn6 du Prince Buu L6c,
Directeur de son Cabinet, et du General XUAN, s'est
rendu par avion A Huf puis HANOI Ou il est arrive
le 14 septembre. Le 16, I'Empereur a preside au Pa-
lais Imperial de HANOI un Conseil des Ministres ofi
ont it6 notamment etudiees la question de la repre-
sentation de la France au Viet-Nam et celle de la re-
presentation du Viet-Nam. En attendant l'interven-
tion d'une convention reglant ces deux points,
M. NGUYAN TRUNG VINH a 6te d6sign6 pour presi-
der la d6elgation du Gouvernement du Viet-Nam A
Paris. La participation du Viet-Nam aux diverse
conferences internationales a ete egalement etudiee.
Le 18 septembre, S. M. BAo DAI s'est rendu A HA-
DONG, et, au Square Bollaert, devant 15.ooo Vietna-
miens, a pris la parole : La France, a-t-il dit en par-
ticulier, a tenu sa promesse et a reconnu I'indipen-
dance du Viet-Nam. L'unite national, une des aspi-
rations du Viet-Nam, est maintenant une rialiti.
Une nouvelle dre d'amicale cooperation franco-
vietnamienne est ouverte. II s'agit maintenant de re-
construire. Le 19 septembre, S. M. BAO DAI se rendit
A SONTAY par la route. Salu6 par des salves d'artille-
rie et acclam6 par une foule d'une vingtaine de mil-
liers de paysans venus des regions avoisinantes re-
cemment lib6rees des Vietminh, I'Empereur a cons-
tat6 l'ampleur des travaux de reconstruction dej!
realises (SONTAY a 6t& rasee par le Viet-Minh).


16








Le 20 septembre, toujours par la route, S. M. BAO
DAI s'est rendue sans escorted A BAN YEN NHAN et
HAl D'UONG sur la route de HAIPHONG. 30.000 pay-
sans vietnamiens lui ont fait au passage un vibrant
accueil. De retour A HANOI le mime jour, 1'Empe-
reur s'est rendu A HAIPHONG le 23. Cinquante mille
Vietnamieris se pressaient devant le thditre muni-
cipal pour &couter I'allocution du chef de l'Etat dii
Viet-Nam. S. M. BAO DAI a fait appel A tous :
Frangais, Vietnamiens, strangers, pour reliever le
Viet-Nam sur les plans 6conomique et social. Au
course d'un,.! reception qui lui a 6t6 offerte A la Cham-
bre de Commerce de la ville, l'Empereur a pr6cis6
qu'aucune discrimination ;ne serait faite entire les
biens et entreprises francais et vietnamiens, concer-
nant la 16gislation du travail et la fiscalit6. I1 a rendu
hommage ; la part de la France dans l'6dification
de HAIPHONG. I1 a ajout6 : L'interet common de-
mande que cette association soit maintenue. A l'in-
tention des Vietnamiens, il a dit : J'eloignerai le
spectre des ideologies qui exploitent la misdre pour
des fins etrangeres aux interets du people.
Apris avoir visit les mines de houille de HONGAY
et CAMPHA. l'Empereur a regagn6 HANOI le 24, et
SAIGON le lendemain.
Le 26 septembre, il a regu la visit du Haut-Com-
missaire, qui l'a longuement entretenu des probl&mes
en course.
Au retou.r de son voyage dans le Nord, 1'Empe-
reur a exprim6 sa satisfaction de l'accueil qui lui a
6te r6serv6 A HADONG, SONTAY, BAC NINH, HAI-
DUONG et cans la zone maritime. I1 a ajout6 qu'il
avait constat6 dans ces centres une reprise d'acti-
vit6 telle qi'elle lui permet d'envisager I'avenir du
Viet-Nam avec confiance.
Nous entrons dans la phase de realisation, a-t-il
declare notamment. Les travaux en cours a la Com-
mission d'application des accords du 8 mars permet-
t ront bientot d'effectuer le transfer des compitences
et des services prdvus par la Convention que j'ai si-
gnie avec le Prisident AURIOL, II est utile de confir-
mer que l'exercice de la souverainete interne du Viet.
Nam, qui doit etre total, n'exclut pas nais suppose
le concours de la France. A HAIPHONG, j'ai deja dit
que la cooperation des capitaux et des technicienz
francais, dans le cadre des dispositions prevues par
les accords du 8 mars, est iminemment souhaitable.
II faut developper rapidement l'economie du pays
pour obtenir une amelioration du niveau de vie des
masses laborieuses.
D'autre part, lors du transfer des compitences et
des services, le Gouvernement du Viet-Nam repren-
dra un nombre suffisant de fonctionnaires et agents
actuellement en functions, pour iviter une solution
de continued dans la march de l'administration.
Leurs droits et obligations seront ddfinis avec net-
tete' et dans un esprit de comprehension. Le Gou-
vernement du Viet-Nam ne connaitra que des bons
ou des mauvais fonctionnaires sans discrimination
d'origine.


En d'autres terms, il faut border les probldmes
qui se posent dans un esprit objectif et constructif.
La mifiance et la ddmagogie sont incompatible avec
la phase de realisation dans laquelle nous entrons.
La volonti'de travail, que j'ai constatie partout dans
le Nord, la reprise des activitis dans les centres que
j'ai visits, et la continuity avec laquelle les citis
profondement meurtries se reconstruisent, me per-
mettent. d'envisager l'avenir immidiat et lointain du
Viet-Nam avec confiance. D'autant plus que le
Haut-Commissaire PIGNON, auquel je tiens encore t
renouveler ma sympathie, a voulu m'assurer que la
delegation francaise a la Commission de l'applica-
tion des accords abordera le probldme de la souve-
raineti interne du Vizet-Nam, non :seulement avec
loyauti mais, egalement, avec amitie.
Abordant le problime de l'Union Francaise, S. M.
BAO DAI a d6clare que son Gouvernement prendrait
prochainement des measures en vue d'assurer la pre-
sence du Viet-Nam aupres de l'Assembl6e de Ver-
sailles et du Haut-Conseil de l'Union Francaise et
une representation sera, 6galement, accr6dit6e au-
pres du President de la Republique Francaise.
Sur le plan de la politique international, il a af-
firmd que son Gouvernement accueillerait, avec sym-
pathie, toute initiative tendant A d6fendre la paix
dans le cadre de la d6mocratie, celle-ci impliquant le
respect de l'ind6pendance des nations et des libert6s
essentielles des individus. Au Viet-Nam, a-t-il de-
clard, aucune politique ne serait possible si elle
n'avait comme base le respect et la garantie de I1
personnel humaine et de ses droits.
k Dans une declaration faite le 6 septembre au
course d'une interview, M. NGUYAN PHAN LONG, Mi-
nistre des Affaires Etrangires, a affirmed qu'il avait
bon espoir quant A l'issue des travaux de la Com-
mission d'accord.
En ce qui concern les affaires etrangeres du Viet-
Nam, le Ministre a declare que les lettres notifiant
l'ind6pendance du Viet-Nam et la creation du Gou-
vernement de BAO DAI allaient ktre adress6es inces-
samment au President TRUMAN et au Roi GEORGE VI.
M. NGUYEN PHAN LONG a aussi affirm, en ter-
minant, que application integrale et loyale des ac-
cords du 8 mars amenera l'adhesion sans reticence
au nouveau Gouvernement des nationalists qui sont
encore dans 1'expectative.
Deux representants des < resistants > ont rendu
visit, au course de la derniere semaine de septembre,
A M. LONG, et lui ont laiss6 entendre que leurs man-
dants se rallieraient au Gouvernement si les travaux
de la Commission des accords aboutissaient a la rea-
lisation de la souverainete du Viet-Nam, ce qui sem-
ble confirmer la pr&cedente declaration faite par le
Ministre.
* Vingt-deux officers vietnamiens sortis de l'Ecole
interarmes d'Extreme-Orient de DALAT, dans les pro-
motions < Docteur Thinh > et < Bao Dai >, envoys
en France par le Gouvernement vietnamien pour
faire un stage de perfectionnement dans les diverse








kcoles militaires francaises, sont arrives A PARIS le
16 septembre. Ils ont ete les h6tes du Cabinet de
Sa Majest6 BAo DAI qui a organism en leur honneur
une reception A laquelle ont assist les journalists
parisiens et les 6tudiants vietnamiens de PARIS.
r Le Gouvernement indien, dans le but de resserrer
-les liens entire l'Inde et ses voisins, a d6cid6 d'offrir
des bourses d'6tudes dans les universities indiennes
A des 6tudiants strangers, particuli&rement A ceux
de l'Asie. Deux bourses sont r6servees A l'Indochine.
* M. TILLARD, Conseiller cultural auprbs du Cabi-
net de S. M. BAO DAI, a gagne l'Indochine le 26 sep-
tembre.
* Le Dr NGUYAN MANH DON; d6sign6 comme secre-
taire particulier du Chef de 1'Etat et du President
,du Gouvernement du Viet-Nam, est arrive A PARIS
le 13 septembre.

NORD-VIET-NAM

M. NGUYAN TRONG TRACK dit XICH DAO a 6et
nomme au poste de chef du Service de l'Information
du Nord-Viet-Nam, poste oi il replace M. NGUYEN
BICH LIEN, demissionnaire.
Ag6 de 45 ans, M. NGUYAN TRONG TRAC a appar-
tenu comme redacteur A Ngay Nay qui appartenait
au group nationalist de NGUYiN TUONG TAM, puis
a 6te directeur du Le Song et du Len Duong. I1 6tait
directeur du Cong Toi quand il a 6et appel6 A son
nouveau poste.
Un nouveau quotidien vietnamien, le Doi Moi,
dirig6 par M. NGUYEN HONG TIAN, vient de paraitre
A HANOI. Par centre, le quotidien Cong Dan a cesse
de paraitre, etant suspend pour son caract&re ten-
dancieux.
L'ancien directeur du quotidien nationalist Thoi
Su, le Dr HOANG PHAM TRAN, a ete assassin le
'8 septembre de plusieurs balles de revolver sur la
route de HuE alors qu'il se rendait aupres d'un ma-
lade.
Le 8 septembre, les autorites francaises ont pro-
c6de A la remise des locaux de la < Maison de
France > A HAIPHONG aux autorites du Gouverne-
ment du Nord-Viet-Nam.
Le G6enral KOCH, qui, pendant pres de deux ans,
a exerc6 le commandement des troupes du Nord, a
quitt6 HANOI le 15 septembre pour rentrer en France.
Le General CARPENTIER au course de son premier
voyage d'inspection au nord de l'Indochine a preside
A HANOI, le 16 septembre, une important conference
militaire A laquelle assistaient le General ALESSAN-
DRI, nouveau Commandant des Forces d'Indochine
du Nord, et le Gendral BODET, Commandant des
Forces A&riennes en Indochine.

CENTRE-VIET-NAM

Le General LORILLOT a 6et d6signe pour exercer
a titre provisoire, et cumulativement avec comman-


dement militaire, les functions de Commissaire de
la Republique au Centre-Viet-Nam.


SUD-VIET-NAM

* Dans les salons dtu Commissariat de la R6publi-
que Francaise, le General DE LATOUR a remis, le
26 aoit, A un jeune pretre vietnamien, le R.P. Jo-
seph Bui VAN NHO, aumonier A l'h6pital Lalung-
Bonnaire et cur6 de l'eglise de Jeanne-d'Arc, la Me-
daille de la Reconnaissance frangaise, en presence
du General XUAN et du Gouverneur TRAN VAN Huu.
Le General DE LATOUR, Commissaire de la Repu-
blique pour le Sud-Viet-Nam, a prononc6 une allo-
cution dans laquelle il a 6num6er les merites du
R.P. NHO sous l'occupation japonaise et durant les
journdes dramatiques de septembre 1945. I1 a rap-
pel6 notamment que le R.P. NH9, A cette epoque,
a sauv6 d'une mort certain, le R.P. SOULARD ; c'est
6galement grace A lui que le R.P. TRICOIRE a pu
avoir une s6pulture decente ; en effet, ayant appris
que le R.P. TRICOIRE avait 6te assassin, il se pr6-
senta aux autorites viet-minh pour reclamer son
corps ; il obtint satisfaction mais d&s ce jour sa tete
fut mise A prix.
* Le Gouverneur TRAN VAN HUU a offert le 6 sep-
tembre au Palais Lagrandiere un diner en l'honneur
de S. M. SISAVANG VONG et aux membres de la fa-
mille royale qui l'accompagnaient, a leur passage .A
SAIGON, de retour de France. Les allocutions pro-
nonc6es par le Roi, son A. R. le Prince SAVANG et
par S. E. TRAN VAN Huu, pour exalter l'amiti6
Lao-Viet-Nam, ont ete longuement applaudies.
SLe 6 septembre egalement, le General XULN a requ
A diner le G6neral CARPENTIER, diner auquel assis-
taient les officers gendraux francais des diff6rentes
armes.
Toujours au course de la journey du 6 septembre,
un cocktail a 6td offert par la Compagnie des Mes-
sageries Maritimes A bord du paquebot La Marseil-
laise. Les invites, parmi lesquels se trouvaient le
Haut-Commissaire PIGNON, le General XUAN, le
.Gouverneur TRAN VAN HUU, le pr6fet TRAN VAN
DGNC, ont, sous la conduite du Commandant de
La Marseillaise et de son equipage, visited en detail
les installations du grand et luxueux navire.
Une manifestation qui, sous le nom de < Semaine
Saigonnaise >, a eu pour but de mettre en valeur les
richesses artistiques et artisanales des divers pays
de l'Indochine en les faisant exposer par .les com-
mergants de SAIGON, a eu lieu du to au 18 septembre.
L'Assembl6e du Sud-Viet-Nam a repris ses tra-
vaux du 23 septembre. Elle va &tre appel6e A voter
le project, promise par S. M. BAO DAI, concernant le
futurer statut respectant les particularismes locaux du
Sud-Viet-Nam qui prevoit notamment une Assem-
blee composee uniquement de Vietnamiens charges








des affaires politiques et une Assemblee mixte char-
gee des interkts 6conomiques franco-vietnamiens.


Cambodge

Le Commissaire de la R6publique DE RAYMOND
s'est rendu le 31 aouit a KOMPONG-TRALACH, PREI-
KHMER, KOMPONG-CHHNANG Oi1 il a visit les instal-
lations d'fensives de la, voie ferree et des exploita-
tions fore:tieres qui la bordent. Le lendemain, M. DE
RAYMOND a visited LEACH et PURSAK dans la region
sud des lacs.
k Une ctir6monie solennelle s'est deroulde le 8 sep-
tembre A ANGKOR, A l'occasion de la mise en oeuvre
effective de I'arrangement militaire franco-khmer
concernant la zone de pacification autonome des
deux provinces de l'Ouest du Royaume : SIEMREAP
et KOMPO'G THOM.
Le Roi du Cambodge y.assistait ainsi que M. DE
RAYMOND, LL. EE. IEU KOEUS, President de l'As-
semblee Nationale ; KHNON NAY, President du Con-
seil du Royaume ; YWM SAMBAUR, President du Con-
seil ; le Gsineral des ESSARS, Commandant des Forces
du Cambodge et franchises.
Le Roi du Cambodge a passe en revue les unites
khmeres groupies devant le temple et, quelques ins-
tants plus tard, en un geste symbolique, le capitaine
frangais, commandant le quarter, remettait au com-
mandant cambodgien, appel6 A lui succeder, le fa-
nion du 2 Bataillon de chasseurs cambodgiens.
Apris une allocution of M. DE RAYMOND souligna
que ce jour marquerait dans l'histoire du Cambodge
.une tape vers la r6alisation pratique de son indd-
pendance au sein de l'Union Frangaise, le Roi lut en
cambodgien une proclamation A ses troupes. Le sou-
verain analysa d'abord les principaux aspects de l'ar-
rangement militaire franco-khmer puis remercia la
France de la ge4nreuse confiance qu'elle avait place
dans l'armee royale en lui remettant ce secteur de
pacification ; enfin il terminal en demandant la ces.-
sation des luttres fratricides, obstacles 6vidents sur
la voie de l'ind6pendance du Royaume.
* S. M. SIHANOUK NORODOM, roi du Cambodge,
est arrive A Paris le 6 octobre, pour signer le traits
qui consacrera la souverainetd et l'ind6pendance du
Cambodge.
* Le 18 septembre, l'Assemblee Nationale cambod-
gienne a 616 dissoute par un < Kret > pris par S.'M.
NORODOM SIHANOUK. Cette dissolution, aux terms
de la Constitution, a entraine la d6mission du Gou-
vernement de M. YAN SAMBAUR.
M. IEU KOEUS, President de l'Assemblie dissoute,
s'est vu confier la presidence du Cabinet charge de
I'expedition des affaires courantes en attendant de
nouvelles elections. Dans ce Cabinet, M. SONN
VOEUN SAI occupe le poste de Ministre de l'Interieur,
et M. YAB SAMBAUR celui de Ministre de i'Infor-
mation.


Le 23 septembre, au course d'un Conseil pr6sid6
par le Roi, les Ministres ont d6cid6 de reunir les
Gouverneurs des provinces pour examiner avec eux
si des operations electorales regulieres 6daient pos-
sibles dans les circonstances presentes, la Constitu-
tion prevoyant qu'en cas de dissolution de l'Assem-
blee, les elections doivent avoir lieu dans les deux
mois suivants.
Les Gouverneurs provinciaux, reunis le 26 sep-
tembre, ont repondu par la negative. Sur leur avis,
le Roi a charge le President du Conseil demission-
naire de constituer le nouveau Gouvernement.
S. E. YEM SAMBAUR a done commence ses consul-
tations en vue de former le nouveau Gouvernement
qui a 6te definitivement constitute le 29 septembre
et qui a re'u le jour meme l'investiture dans la salle
du Tr6ne du Palais Royal. Le nouveau Gouverne-
ment est ainsi compose :
M. YEM SAMBAUR, Prdsident du Conseil des Mi-
nistres, Ministre de l'Intdrieur et de la Difense Na-
tionale ;
M. SUM HIENG, Vice-President du Conseil des
Ministres, Ministre de l'Economie Nationale et des
Cultes ;
M. KOSAL, Ministre de la Justice ,
M. Au qHHOEUN, Ministri des Finances;
M. PHLEK PLOEUN, Ministre de l'Agriculture, des
Travaux Publics et des Communications,;
M. RAY LAMOUTH, Ministre du Commerce, de 'In-
dustrie et du Ravitaillement ;
M. NEAL PHLENG, Ministre de la Sante;
M. KOUTH KHOEUN, Ministre de l'Information et
des Beaux-Arts ;
M. MEAS SEN, Ministre de l'Education Nationale;
M. PHOPROEUNG, Secritaire d'Etat a la Difense
National.

Laos

- De retour de France, S. M. SISAVANG VONG est
arrivee A LUANG PRABANG le 9 septembre. Le souve-
rain etait arrive A SAiGON le 5 septembre et a ete
l'h6te pendant deux jours du Gouverneur du Sud-
Viet-Nam TRAN VAN Huu ; il s'est ensuite rendu A
PHNOM PENH Oii un accueil chaleureux lui a 6et re-
serv6 par S. M. SIHANOUK et la famille royale du
Cambodge.
k Les dirigeants du movement dissident c Lao
Issara >, 6migres A BANGKOK, sont entries en contact
avec les autorites francaises et le Gouvernement royal
laotien, en vue de leur ralliement. Ces conversations
se poursuivent encore actuellement.

INFORMATIONS MILITAIRES

k Apres les operations d'envergure couronn6es de
succ6s entreprises par nos troupes au Nord-Viet-Nam,
au course du mois d'aoit, une relative accalmie a et6
observee durant ce mois. Les principles actions mi-








litaires ont surtout Rt6 des operations de degage-
ment des provinces de VINH YAN et PHUC YEN, op6-
rations qui ont progress favorablement. Les rebel-
les qui avaient evac'ue rapidement ces provinces ont
.effectud fans les premiers jours de septembre un
retour offensif. Apris trois engagements successifs
aux environs de VINH YAN, ils ont et6 mis en fuite,
abandonnant sur le terrain de nombreux morts et
.une centaine d'armes individuelles, collectives et lour-
des.
Les troupes parachutees dans la region de VINH
YEN et TAM DAO qui ont particip6e ces operations
sont rentrees A HANOI le 13 septembre, apris avoir
atteint leurs objectifs. Un important butin a ete
capture, notamment des d6p6ts d'armes et de muni-
tions ainsi que, dans un h6pital abandonnd, de la
literie et des instruments mddicaux qui, selon cer-
taines indications, seraient d'origine russe.
Dans la region de BAC NINH, les populations qui
avaient 6td evacu6es de force par le Viet-Minh re-
viennent nombreuses se placer sous notre protection
:et reprennent la culture des riziires.
Dans la region frontiire du Nord-Est, un convoi-
auto est tomb6, 1e 3 septembre, dans une ambuscade
ennemie. Un certain nombre de v6hicules ont 6td
incendies et on a eu A deplorer quelques pertes en
.personnel. Les renforts envoys a CAOBANG, de D6NG
KHE et THAT KHA, ont oblige les rebelles A aban-
donner le terrain et une parties du materiel a 6et rd-
cup6ere. Les operations de poursuite ont 6et aussi-
t1t d6clenchees.
Les operations, qui ont dur6 de mars jusqu'A sep-
tembre, ont permis la remise en liberty de plus de
2.000 prisonniers du Viet-Minh dans le secteur de
HA'PHONG.
Dans le Centre-Viet-Nam, I'activit6 rebelle a 6td
principalement A base de terrorism, faisant surtout
des victims parmi la population civil autochtone.
Un train a 6td attaqued une vingtaine de kilomitres
de TOUR CHAM. Nous avons remporte des succes con-
,tre les bandes locales et intercepted plusieurs convois
vietminh de ravitaillement.
Pres de FAiFOO, au course d'un engagement, une
bande rebelle a eu 32' tus ; tandis qu'A GIOLINH,
pros de QUANG TRI, les rebelles ont perdu 130 hom-
mes, don't 100 prisonniers.
Dans le Sud-Viet-Nam, nos forces terrestres, ap-
puydes d'6elments de la marine, ont effectue sur tous
.les territoires de multiples actions locales, notamment
aux alentours de MYTHO, TRA-VINH, BIENHOA. La
lutte centre le traffic fluvial vietminh a 6t6 tris ef-
ficace et la batellerie rebelle a subi de lourdes pertes ;
I'intervention continuelle de nos forces adriennes a
&t6 d'un grand secours.
L'ceuvre de pacification se pursuit dans de bon-
*,es conditions, et le nombre de ralliements a aug-
ment&
Les activities terrorists du Viet-Minh, caract&ri-
.sees surtout par des jets de grenade dans les endroits


publics, sont en regression devant 1'action 6nergique
des services de police du Sud-Viet-Nam. Durant la
periode du 9 au 15 septembre, 45 terrorists ont pu
&tre arret6s ; parmi eux se trouvaient des membres
de la Sfiret6 vietminh, des Comites d'action, de la
Milice populaire et du Comit6 de << suppression des
traitres >.
* La situation militaire au Cambodge n'a pas ac-
cus6 de changement important'et I'activit6 y reste
localisee A l'Est et au Sud. Dans ces deux regions,
les forces franco-khmires ont ex6cute plusieurs op&-
rations de poursuite contre les bandes rebelles. La
plus important s'est d6roul6e dans le Sud, le lorg
du M6kong : I'adversaire a perdu une quarantine
d'hommes et de nombreuses installations ont 6te dd-
truites.
Au course de la semaine du o1 au 17 septembre,
165 Khmers Issaraks se sont soumis aux troupes
franqaises apris que leur chef ait t~ fait prisonnier.
* Au Laos, les regions frontaliires ont connu quel-
que activity : une bande venue de l'extirieur a atta-
qu le poste de HONG SA (80 km. de LUANG PRABANG),
qui a 6t6 d6gag6 par des renforts. Dans la region de
PHONG SALY (Nord-Laos), une autre bande a 6gale-
ment 6td rejet6e au delA de la frontiire. Enfin, les
forces franco-laotiennes ont ex6cut6 plusieurs raids
fructueux sur des centres vietminh dans la region de
SAM NEUA.








AFRIQUE OCCIDENTALE FRANAAISE


Federation


LE DISCOURS
DU GOUVERNEUR
GENERAL BECHARD
DEVANT LE
GRAND CONSEIL


D ANS le discours
qu'il a prononce
devant le Grand
Conseil, M. Paul Be-
chard, Haul:-Commissaire de 'la Republique en A.O.F,
a fait 6tat en premier lieu de la < deconcentration
administrative comportant I'allegement des services
centraux di Gouvernement general >. Cette reforme
a amene notamment la creation de la Direction g6-
nErale de ]'Interieur, qui offre un groupement plus
efficace des services devant travailler en liaison
6troite, et qui apporte une reduction appreciable du
personnel.
La situation des effectifs, d'ailleurs, est rest6e
gravement d6ficitaire au course de l'annee ecoulde.
Le deficit reel en personnel 6tait, en juillet, de 86
administraleurs, soit environ 20 %, et de 377 fonc-
tionnaires d'administration gendrale, soit < le pour-
centage vraiment catastrophique d'environ 60 % par
rapport aux effectifs optima >.
Des difficulties en resultent : les effectifs sont
squelettiqucs dans les bureaux des Territoires et il
y a eu jusqu'A 44 subdivisions fermees. En ce qui
concern les cadres techniques, les effectifs budg6-
taires prevus pour l'ann6e 1950 accusent aussi un
important deficit.
Le Gouverneur General demand aux Grands
Conseillers de bien vouloir lui accorder les moyens
de r6aliser des reformes dans la police, en admet-
tant le prircipe du rattachement de toutes les d6pen-
ses de police au budget g6enral, cette riforme, pre-
cise-t-il, n','nlevant rien aux prerogatives des Gou-
verneurs qui, en toutes circonstances, conserveront
la libre dis position des fonctionnaires de police pla-
ces sous leur autoritd.
La reorg;anisation de la gendarmerie est entree
dans la voice des realisations par la creation des com-
pagnies du Sedngal et de la C6te d'Ivoire et des di-
verses sections et enfin par la mise en service pro-
gressive de 20 pelotons mobiles.
Pour les gardes-cercle, 12 pelotons mobiles ont 6t6
organisms et repartis dans l'ensemble de ia Federa-


tion. Un statut definitif de ce corps est en preparation
et le recrutement s'y fait parmi les anciens militaires.
La r6glementation de la circulation entire l'A.O.F.
et la Metropole, I'obligation et la frequentation sco-
laire, les problimes de l'extension de l'6tat civil, sont
ensuite evoqu6s par le chef du Territoire, de mime
que des questions comme la creation 1de nouveaux
cercles ou la creation de communes.



Au sujet de la justice civil coutumiire, le Gou-
verneur Ge6nral rappelle la mise en place des tribu-
naux coutumiers. Cette rforine, dit-il, constitute une
experience particulidrement intiressante puisque les
nouvelles jurisdictions, tres proches des justiciables,
pourront, dans le respect des coutumes, dicharger le
personnel de commandement de nombreuxlitiges
d'ordre civil et commercial et preparer progressive-
ment les notabies'africains d la tdche delicate de dire
le droit. A l'heure actuelle, 154 tribunaux coutumiers
ont ete institutes en A.O.F.



Dans le domaine du travail, le Haut-Commissaire
rappelle brievement les differentes decisions qu'il a
ete amene A prendre pour regulariser les conditions
d'emploi. I1 ajoute : J'ai deja dit la nicessiti impd-
rieuse oit se trouve la Federation de bloquer dorina-
vant les salaires pour privenir la bausse des Prix de
revient et pour assurer une stabzlzsation absolument
necessaire. Une fixation des prix est la condition sine
qua non de la stabilisation du franc C.F.A.
Tous nos efforts doivent porter sur la baisse des
prix des marchandises livrdes au consommateur. Et
I'une des measures les plus approprides c fire baisser
les prix de revient-"est sans aucun doute l'obtention
d'un meilleur rendement professionnel. II ne peut
etre trouve que dans une formation adequate des
travailleurs.
a*

Dans le domaine de la sante publique, des progris
substantiels ont ete r6alis.s. En medecine curative,
tout un programme de modernisation des formations
existantes, de leur capacity d'hospitalisation ou de
renovation de leur 6quipement est actuellement en
course. En particulier, I'ouverture de l'h6pital de
Fann, qui ne comptera pas moins de 3.000 lits.
La preparation du P.C.B. A Dakar a donn6 des
r6sultats tris satisfaisans et, en novembre ioso, s'ou-
vriront les course de premiere annee de medecine et
le temps n'est plus loin oh les premiers docteurs en







medecine de l'Universit6 de Dakar viendront joindre
leurs efforts A ceux de l'admirable corps des m6de-
cins africains.
*

Le Gouverneur General en arrive ensuite A la po-
litique financiire de I'A.O.F. II analyse tout d'abord
la conjoncture mondiale et la situation dans la Md-
tropole. La situation &conomique fait conclure que
les resultats obtenus a l'aide d'un iquipement incom-
plet permettaient les meilleurs espoirs pour un pro-
che avenir.
Les chiffres attestent que, d'une annie A l'autre
la production s'est ameliorde dans tous les domaines
et, pour certain products, a meme d6pass6 les rdsul-
tats' escomptes.
Le Gouverneur G6enral passe ensuite en revue un
certain nombre de problimes int6ressant les coop6-
ratives, les soci6t6s de prevoyance et le g6nie rural.
-Pour ce dernier, cre6 par arrte6 en mars 1949, les
engagements atteignent dejA 81.974.000 francs. De
son c6te, le credit agricole a pris un essor tres mar-
qu6 puisque, pour les 7 premiers mois de 1949, les
pr&ts accords s'6levent A 81 millions, alors que pour
toute I'ann6e 1948 ceux-ci n'ont 6td que de 19 mil-
lions.
Le Haut-Commissaire reserve ensuite une parties
de son discours A la production forestiere. I1 rap-
pelle qu'en 1948 le tonnage des bois a 6t6 de 75.100
tonnes, centre 48.723 en 1947. Cette annie, I'orien-
tation du marched est moins bonne, mais on note des
progres dans l'installation des scieries en C6te
d'Ivoire, au Sen6gal et en Guinee. Les difficulties du
march de la gomme sont ensuite 6voquies, de m&tne
que les efforts entrepris pour le reboisement et I'en-
richissement de la fort. Concernant 1'.levage, M. B6-
chard note que, dans le domaine de la protection sa-
nitaire, la situation est tres satisfaisante. Des progris
restent cependant A faire pour lutter efficacement
centre les 6pizooties et pour ameliorer la politique
de I'eau, notamment dans la zone soudanaise. Ces
plans d'6quipement seront en parties gages sur les
credits du F.I.D.E.S., mais les budgets locaux de-
vront 6galement y participer.
Le Gouverneur General attire ensuite l'attention
des Grands Conseillers sur la grave question du miel
de Guin6e, don't la mevente est lourde de consequen-
ces pour de nombreux eleveurs. La distillation sur
place et surtout une amelioration de la quality sont
les remedes que l'on peut envisager.

*

Le Haut-Commissaire evoque alors 1'evolution des
relations commercials et de la reglementation qui
les r6git. Les importations ont atteint, en 1948 :
677.696 tonnes, soit un tonnage superieur A celui
d'avant-guerre. En ce domaine, la France demeure
le principal fournisseur, avec 217.197 tonnes. Les


exportations se soldent par 795.854 tonnes, centre
926.993 en 1939. C'est encore la France qui est le
principal client. Le volume total des operations com-
merciales s'6tablit A 1.473.350 tonnes pour l'Ynnee
1948.
En 1949, les statistiques pour les 5 premiers mois
accusent une progression tris sensible sur la p6riode
correspondante de l'ann6e 1948. Le traffic maritime
s'est accru de meme, et d'une fagon beaucoup plus
nette que le traffic aerien.
Le Gouverneur General, apres avoir parle du ma-
laise 6conomique dfi au desequilibre des prix A l'im-
portation et A l'exportation, nous ne pouvons, dit-il,
vendre au minimum et acheter au maximum, note
les efforts entrepris pour resoudre, tant A Dakar qu'A
l'interieur, l'irritante question du logement. I1 estime
que, malgre I'essor de la construction, il faut encore
computer un dilai que l'on peut ivaluer a deux ou
trois ans avant qu'un nombre suffisant d'immeubles
soit a la disposition de la population. Pour reprimer
les abus n6s d'une telle situation, un texte a 6t6 pre-
pare et est actuellement soumis au Departement.
*

Le tourism et l'Exposition international de Da-
kar sont A leur tour 6voqu.es avant que M. Bechar'd
ne parle du probl&me des devises etrangeres. Au titre
du plan Marshall, les dotations rescues sont de
7.207.347 dollars pour 1948 et de 20.138.498 dollars
pour 1949. Compte tenu des attributions directed du
Fonds de Stabilisation des Changes, les allocations
en dollars se sont levees A 30.002.494 pour 1947-48
et 23.823.139 pour 1948-49. En bref, depuis le 3 avril
1948, les credits notifies au titre de ce plan s'leivent
A 3.453-780.32I francs C.F.A.
Ce sont ensuite les problimes d'equipement, de
communications, de transports, que le Gouverneur
General est appele A d6velopper.

Sans vouloir, dit-il, exagirer les realisations, il
m'est agreable de constater que certain projects se
sont concretises en chantiers actifs constituent la
meilleure preuve de notre disir d'equiper et de dd-
velopper les Territoires de notre Fdderation.
C'est un ordre de grandeur de io milliards de frs
C.F.A. qui, sous forme d'autorisation d'engagement
a tde mis d la disposition du service des Travaux
publics par les diverse sources budgetaires.
Les difficulties qui, jusqu'alors, s'dtaient opposes a
la mise en route d'importants travaux ont disparu
peu h peu au point que nous sommes assures de voir
suivre des maintenant un rythme de travaux en rap-
port avec I'amplitude de notre plan d'equipement.
Les matiriaux precddemment contingents se trou-
vent disormais sans difficult sur le march libre, la
cimenterie de Bargny nous apporte l'appoint sdrieux
de ses 60.doo tonnes de production' annuelle. Le ma-








teriel mecanique de travaux routiers, command
dvec l'aide amiricaine, commence a arriver en grande
masse.
Les entire rises ont retrouve leur potential d'avant-
guerre et plusieurs grosses firmes mdtropolitaines ont
recherche, Outre-Mer, un nouveau champ d'activite.
Des prolets ont pu itre dresses pour permettre,
d'une part, d'apfricier plus justement la rentabilite
des travamu:, d'autre part de lancer des appeals a la
concurrence pour l'execution de ces travaux.
La pinurie de personnel technique de contr6le de
I'Administration reste cependant critique, mais il est
permis d'espirer une amelioration de cette situation,
en raison de l'augmentation des soldes.
C'est sur!out, pursuit le Gouverneur G6neral, sur
les voies de communications que porte plus spiciale-
ment l'effort de demarrage de notre plan d'equipe-
ment ainsi, pris de 500 km. de routes sont en'voie
de construction, I'entretien des voices existantes sera
amdliore. L'amelioration du fonctionnement des che-
mins de fer de I'A.O.F. porte sur la revision de I'in-
frastructure et acquisition de materiel. De leur
c6te, les d;ffirents ports de I'A.O.F. verront leurs
aminagements portuaires, soit agrandis, soit trans-
formes. En/in, se pursuit le enforcement de l'infra-
structure a.rienne par l'dquipement des adrodromes
de l'intirie ur et des stations.

Les travaux d'hygiene et d'adduction d'eau, l'dlec-
trification des centres urbains sont A leur tour sou-
lignes pour marquer les important efforts accom-
plis en ces domaines, .tant A Dakar que dans la plu-
part des colonies du group. L'exploitation miniere,
enfin, de rrmme que l'urbanisme et les activists du
Service gdographique, cl6turent cette parties de l'ex-
pose du Haut-Commissaire.

**

Ce derni:r dresse ensuite le bilan de l'exploita-
tion du Service des postes et telecommunications.
Les efforts en ce domaine doivent porter sur la mo-
dernisation du materiel, I'amenagement des locaux,
l'instruction professionnelle du personnel et, enfin,
l'augmentat:on des 6tablissements postaux. Le Haut-
Commissaire conclut son expos en d6clarant no-
tamment : Nos Territoires qui, petit a petit, acci-
dent h la vie moderne sont impatients de combler
le retard, tous les retards qu'ils ont par rapport ae
d'autres pays. Cette impatience est just et legitime.
La satisfaire par l'dquipement, par l'enseignement,
par l'amelicration de la situation civique, iconomi-
que, sanita:re, intellectuelle et social des homes
que vous represented, c'est la notre but, c'est notre
raison d'etre. C'est a cette tdche que nous devons
consacrer tcus nos efforts.
Nous n'y parviendrons d'ailleurs que si, tous en-
semble, nous creont le climate moral et social qui


permettra l'adhbsion spontanee de tous a l'ceuvre
commune. Et pour cela, il faut d'abord briser les
barridres, celles de I'egoisme, celles qui riservent &
certain des privileges perimes. II faut que les meil-
leurs sachent qu'ils pourront toujours pretendre aux
postes de direction, quelle que soit leur origine, a
la seule condition qu'ils aient des qualitds intellec-
tuelles et morales necessaires, ces qualities qui seu-
les designent les hommes pour le perilleux honneur
de diriger leurs semblables dans la voie du progres.

LE BUREAU DU GRAND CONSEIL DE L'A.O.F.

Au course de sa premiere reunion, et apres 1'audi-
tion du discours du Gouverneur G6ndral, l'Assem-
blue f6ddrale a elu son bureau.
La pr6sidence en a 6td confide A Me Lamine-
Gueye, maire de Dakar, d6pute du S6negal. M. Mei-
gnan (C6te d'Ivoire) a 6td nomme premier vice-
pr6sident, et M. Tidjani Traord (Soudan) deuxieme
vice-president.
Les secrdtaires sont : MM. Dey Ould Sidi B'aba
(Mauritanie) et Maurice Yamrgo (Haute-Volta).
Enfin, la questure a 6td confide A M. Robert Delmas
(Sendgal).
De son c6td, la Commission permanent du Grand
Conseil aura, come president, M. Robert Delmas
(Sen6gal) et, comme vice-president, M. Jean Dela-
fosse (C6te d'Ivoire).


LES TRAVAUX DU GRAND CONSEIL DE L'A.O.F.

En seance pl6ni&re, pr6sidde par Me Lamine-
Gueye, d6put6-maire de Dakar, le Grand Conseil de
I'A.O.F. a 6tudie et adopted le budget du F.I.D.E.S.
pour l'ann6e 1949-50, budget 6tabli en commissions.
Dans son rapport de presentation, M. Oumar Ba,
s6nateur du Niger, president de la Commission des
Finances, sur le budget special du F.I.D.E.S., pre-
cise les nouvelles dispositions de project apres le rejet
du texte initial par le D6partement.
Alors que nous prdvoyions, dit-il, en chiffres ronds
51 milliards C.F.A. d'engagement, nous ne dispo-
sons plus que de 20 milliards. Alors qu'en juin l'on
nous garantissait I I milliards et demi de credits de
pavement, nous ne pouvons plus disposer aujourd'hui
que de 10 milliards C.F.A., don't 500 millions en
tranche conditionnelle.
Cependant, le premier project 6tait prevu pour une
duree de quatre ans ; celui propose aujourd'hui est
un budget annuel et en autorisations d'engagement
vous disposer .en une annee budgitaire de 20 mil-
liards de francs, pres de la moitil des credits que vous
privoyief pour quatre ans (51 milliards).
Toutefois, ajoute M. Ba Oumar, pour ce qui con-
cerne les credits de paiements nouveaux, il est ma-









nifeste que les autorisations sont reduites-d'un mil-
liard et demi. Mais si vous vous rappeleZ qu'il vous
reste 4 milliards environ de report de credits d'exer-
cices passes, vous disposer au total de 14 milliards
C.F.A.
A son tour, M. Meignan, vice-president du Grand
Conseil, expose le micanisme du plan F.I.D.E.S. tel
qu'il a 6t6 adopted par le Conseil des Ministres. Ce-
lui-ci, dit-il, consentit a debloquer un acompte de
75 milliards mitropolitains d'autorisations d'engage-
ments nouvelles reparties en deux trenches, l'une in-
conditionnelle de 63 milliards, l'autre conditionnelle
et utilisable seulement aprds avis favorable du Mi-
nistre des Finances de 12 milliards. Sur cette ouver-
ture d'autorisations nouvelles, I'A.O.F. recevait 40
milliards, soit 20 milliards de francs C.F.A., don't
9 milliards 500 millions en tranche inconditionnelle.
M. Meignan souligne ensuite que ces 20 milliards
ne sont pas une limitation au plan d'6quipement,
mais seulement une premiere tranche et que les cr6-
dits de paiement ont 6td r6duits pour cette annee
dans une proportion asset faible de l'ordre de 13,5 %.
Le Grand Conseil a 6galement adopted une propo-
sition crdant une commission de trois membres pour
chaque Territoire de la Feddration. Chacune de ces
commissions, don't la mission ne pourra exceder 20
jours, sera charge d'enquiter et d'dtablir un rapport
sur l'emploi des fonds d'6quipement du F.I.D.E.S.
dans les diff6rents Territoires.
Le budget du port de Conakry, la creation et la
modification de certaines taxes, l'obtention de cr&-
dits suppl6mentaires' pour l'6quipement technique
ont retenu l'attention des conseillers. Les proposi-
tions des commissions pour ces questions ont 6te
adoptees sans modification par l'Assemblee.
Le budget du port de commerce de Dakar a
ensuite 6td mis en discussion. Celui-ci s'6tabli A
321.620.000 francs, some dans laquelle sont ins-
crits quelque 11 millions pour la construction de
bAtiments neufs et I'am6nagement de la capitaine-
rie.
D'autre part, une proposition de ream6nagement
des tarifs postaux incluant notamment la suppres-
sion de la taxe adrienne pour les lettres d'un poids
inf6rieur a Io grammes a &td adopt6e.

EXPORTATION DES PRODUCTS D'A.O.F.

Par une question du 'io jdillet 1949, M. Mamadou
Dia exposait, au Ministre de la France d'Outre-Mer,
que d'apres des informations officielles, un certain
nombre de products d'A.O.F., destinds A l'exporta-
tion, remplissaient encore les magasins et les entre-
p6ts par suite de difficulties de payment don't les
importateurs m6tropolitains ne pourront pas 6tre
responsables et demandait quelles measures il comptait


prendre pour donner, aux producteurs et aux expor-
tateurs d'A.O.F., les garanties qui doivent 6tre la
contre-partie de l'effort de production exig6. La rd-
"ponse suivante a etd faite par le Ministre :
La question de l'ecoulement de la production
-d'Outre-Mier fait I'objet des preoccupations cons-
tantes de mon Dipartement. Le Secrrtaire d'Etat a
la France d'Outre-Mer a fait le point de la situation
devant le Conseil de la Republique au course de la
seance du mercredi 20 juillet 1949 dans un expose
tres complete, auquel il est particulibrement interes-
sant de se riferer.
Des difficulties se sont, en effet, prisentdes au
mois d'avril, en ce qui concern le prix et le finan-
cement des cacaos destines a la Mitropole ; ces dif-
ficultes sont, maintenant, resolues. Le probl&me se
pose, actuellement, pour les matidres grasses concre-
tres parce que l'industrie metropolitaine et le grou-
pement d'achat se trouvent en possession de stocks
considerables reprisentant plus d'une annie d'avance
sur la base de la consommation metropolitaine. Cela
s'explique, en grande parties, par le fait qiue la con-
sommation mensuelle d'huile concrete a retrograde
de 12.000 tonnes l'annie passee a 6.000, puis a 3.000
tonnes au course de ces derniers mois. Des dispositions
ont ete prises pour assurer le financement des ton-
nages actuellement flottants et programmes, cepen-
dant que different moyens sont a l'etude pour me-
ner la resorption des stocks.
Le placement du surplus de notre production sur
les marches ext'rieurs, qui a ite autorisi au dibut
du mois de juillet, fait parties des measures qui doivent
ameliorer rapidement la situation.

LA BALANCE DU COMMERCE EXTERIEUR
DE L'A.O.F.

Pour le premier semestre 1949, le commerce ext6-
rieur de I'A.O.F. avec la zone franc est bendficiaire.
En effet, les exportations se chiffrent par 13 mil-
liards 785.944.000 francs, centre 12.900.403.000 frs
pour les importations. Les b6ndfices de I'A.O.F. se
chiffrent en consequence par 885.541.000 frs C.F.A.
La France vient en tate pour .les exportations, don't
elle a regu pour pros de 12 milliards de frs C.F.A..
Elle est suivie de 1'Algerie et du Maroc. D'autre
part, la France a imports vers I'A.O.F. pour un peu
plus de ii milliards de products et est suivie par
l'Indochine.
On remarquera, enfin, que c'est avec la M6tropole
que la presque totality des operations commercials
.est effectude.


RETOUR A DAKAR DU PROFESSEUR MONOD

Le professeur Thdodore Monod, Directeur de l'Ins-
titut Frangais d'Afrique Noire, est rentre A Dakar,
apris avoir participe, A Lake Success, A la < Confe-







rence Internationale pour la Protection de la Na-
ture > organisee par I'U.N.E.S.C.O. et a la < Con-
ference po.ir la Conservation et 1'Utilisation des
Ressources >, ouverte sous les auspices de I'O.N.U.
Des travaux de ces deux reunions, M. Monod dd-
clare avoir rapport l'impression reconfortante que
les Gouvernements se rendent maintenant mieux
compete de l'extreme prudence necessaire quand il
s'agit de toucher aux regles naturelles qui rigissent
le globe, que ce soit dans les domaines animal, veg6-
tal ou mineral et qu'A la period d'expansion indus-
trielle sans 'rein qui a boulevers4 certain continents,
il convient maintenant de substituer des rIgles plus
en harmonies avec les lois fondamenta'e< de la na-
ture.
Pour sa part, le professeur Monod, au course de
I'une de ses interventions, a expose ses opinions pour
< la conservation des resources naturelles en Afri-
que Noire Frangaise et 1'Education des populations ,>,
insistant sui la ndcessite d'une protection efficace de
la nature et une exploitation raisonnab!e des riches-
ses naturellks.

POUR L'AMILIORATION
DE, L'EQUIPEMENT DE L'OFFICE DU NIGER

Pour parlaire l'dquipement de l'Office du Niger,
command a et6 passee d'un < trencher buckeye 51 >,
excavatrice giante, qui a 6td debarquee, ces jours-ci,
sur les quais de Dakar. Cette machine, d'un poids
de trente tonnes, d'une puissance de 150 CV, est
congue pour creuser des canaux de 2 m. 30 de pro-
fondeur et de I m. 40 au fond, grace A une roue
a augets dents. Elle peut effectuer.ce travail a rai-
son de 800 metres A 2 kilom&tres par jour, suivant
les terrains. Un train special a di &tre command
pour emporler ce materiel au Soudan.

NECESSITY. D'UNE POLITIQUE DE LOGEMENT

M. Bechard, Gouverneur Gendral de 1'A.O.F., au
course ,de l'inauguration d'un nouvel atelier de con-
fection, a notamment declare : Le problem du per-
sonnel est lie a celui du logement. II est absolument
inadmissible que l'etat de choses actuel continue. II
nous faut border hardiment le probleme de l'ha-
bitation africaine. II nous faut construire le plus
rapidement possible des quantitis de petits logements
b bon marcbe, quand bien mime cela nous oblige-
rait h diplacer d'importants il6ts et a reloger leurs
habitants...

LE GOUVERNEUR GENERAL
VISIT LES INSTALLATIONS RIZICOLES
DE RICHARD TOLL

M. Paul Bechard, Haut-Commissaire de la R&
publique en A.O.F., s'est rendu a Saint-Louis du S&


n6gal et a visited ensuite les travaux d'am6nagement
de la plaine de Richard Toll. II a parcouru les ins-
tallations en course qui permettent d'ensemencer cette
annee 6oo00 hectares de riz, centre 170 en 1948.

LES ALLOCATIONS DE DEVISES

Du i" juillet 1948 au 30 juin 1949; les devises al-
louees A la Federation au titre du plan Marshall se
sont levees a 3.414.861 dollars, don't 385.586 ont et6
utilis6s pour l'6quipement et 3.029.273 pour les ap-
provisionnements.
D'autre part, et depuis le d6but de I'annee, la F&
duration a regu 500.000 dollars et 7.988.384 sterling,
monnaie de compete du Fonds de Stabilisation des
Changes.

L'EQUIPEMENT AERIEN EN A.D.F.

Deux appareils < Beechcraft >, don't le Gouverne-
ment general s'est rendu acquereur en 1948, sont
arrives A Yoff.
Ces deux appareils sont destines aux grandes liai-
sons de commandement et aux evacuations sanitaires.
Les < Beechcraft > ont une vitesse de croisiere de
250 km.-heure et un rayon d'action de i.ooo km.

INAUGURAL ION
DE L'AERODROME DE DAKAR-YOFF

En presence de toutes les autorit6s de la capi-
tale, des representants des puissances etrangeres et
des lignes commercials intercontinentales, M. Paul
Bechard, Haut-Commissaire de l'A.O.F., a inaugure
les nouvelles installations de l'aerodrome de Dakar-
Yoff.
Ces installations remplacent les baraquements nes
de la guerre et permettent dorenavant A Dakar de
figure au premier rang sur la liste des aerodromes
parfaitement 6quip6s.
M. Paul Bdchard, Haut-Commissaire de la R6pu-
blique, en des terms particulierement chaleureux,
a pr6sente la realisation de cette aerogare comme un
acte de foi ; il a ensuite adress6 les remerciements
de l'Administration A tous ceux qui ont contribute A
cette euvre et notamment la Chambre de Commerce
de Dakar et le Grand Conseil.
Le Haut-Commissaire, apres avoir mis l'accent sur
I'avenir plein de promesses de Dakar, a soulign6
que 1'Exposition Internationale qui doit se tenir en
1952 dans Dakar devrait &tre la polarisation de tous
les efforts actuellement entrepris dans le domaine de
l'equipement, de l'habitat et de l'urbanisme. A
I'adresse des representants des puissances 6trangeres,
il a dit son espoir d'une large participation interna-
tionale et a termine en demandant A tous de faire
de Dakar une ville digne de son importance rielle.








Cote d'Ivoire


EN FAVEUR DES SINISTRIS DU SUD-OUEST

L9 ASSOCIATION Fraternelle des Anciens Combat-
tants de la C6te d'lvoire a adress6, au, Pr6-
fet des Landes, la some de cinquante mille
francs C.F.A. pour etre r6partie entire les sinistris
de la fort des Landes.


LA TRAITE DU CACAO EN COTE D'IVOIRE

La traite du cacao, champagne 1948-49, recolte
principal, ouverte le i" novembre 1948, s'est ter-
minee le 31 mai 1949.
La commercialization atteint 50.437 tonnes con-
tre 48.495 tonnes pour la champagne 1947-48. Les
exportations se chiffrent A 48.166 tonnes, don't
18.313 A l'etranger A fin aoft 1949.
Les 2.271 tonnes qui restent seront exportees dans
le courant du mois de septembre.
On enregistre done un progres appreciable par
rapport a la champagne pr6cedente et il y a tout lieu
de croire que la nouvelle recolte sera satisfaisante.
La traite intermediaire n'a pu etre ouverte, le prix
f.o.b. n'ayant pas 6t6 fix6 dans le d6partement qui
\ envisagerait le retour de la liberty des transactions
pour la prochaine traite.


PREMIER CHARGEMENT A A'QUAI
DANS L'AVANT-PORT DE VRIDI

Le bananier Edea a, pour la premiere fois, accosted
'avant-port de Vridi. Une fois la manoeuvre ter-
minCe, les pontons destines A relier le quai au bord
ont 6t6 disposes et les operations de chargement ont
commence immediatement. 12.000 regimes de ba-
nanes ont ete charges en un peu plus d'une demi-
journee, permettant ainsi un gain de temps de pris
de 50 %.

UN NAVIRE SUEDOIS
S'ECHOUE A PORT-BOUET
ET DOIT ETRE ABANDONNE

Le s/s suddois Hoegh-Brook s'est echou6 devant
le wharf de Port Bouet. Sous la violence du choc, I'un
des flancs du navire s'est crev6 et porte une dichi-
rure d'une trentaine de metres. En outre, les billes
de bois, dejA A bord sont parties A la mer.
Malgr6 les efforts de trois bateaux venus pour
tenter de l'arracher aux sables, le Hoegh-Brook n'a
pu etre sauv6 et son 6quipage a quitt6 le bord.


LE DIRECTEUR DU CABINET
DU MINISTRY DE LA FRANCE D'OUTRE-MER
EN COTE D'IVOIRE

M. Carcassonne, Directeur du Cabinet du Mi-
nistre de la France d'Outre-Mer a fait une court
scale A Abidjan avant de poursuivre son voyage
vers le Togo et I'A.E.F.
En compagnie du Gouverneur P6choux, il a visited
les installations du port d'Abidjan et a 6t6 tres favo-
rablement impressionn6 par l'activit6 actuelle de
l'avant-port de Vridi.

Soudan

UNE PREMIERE REALISATION AU SOUDAN
SUR LES CREDITS DU F.I.D.E.S.

L E problime de l'eau dans le massif de Bandia-
gara, au Soudan, ofi il ne pleut que trois mois
par an, est primordial et, jusqu'ici, les popu-
lations locales ne disposaient que des maigres res-
sources des marigots.
Un barrage a 6et r6cemment construit dans la
vall6e de la Gona, riviere d'hivernage tres encaiss6e,
A proximity du village de Sangha et de quatre au-
tres agglomerations totalisant quelque 4.500 habi-
tants.
L'ouvrage, qui measure 14 m. 50 de hauteur sur
9 m. de larger A la cr&te, retient 2.500.000 m3 d'eau;
le cubage total de la maqonnerie est de 275 m3. Une
vanne, posse A 9 m. 20 de la base du barrage, permet,
A volont6, de vider A peu pres totalement la reserve
d'eau.
Cet management permettra, outre la satisfaction
des besoins domestiques, la mise en valeur d'un mil-
lier d'hectares suppl6mentaires.
Enfin, la furniture d'eau aux villages, situes dans
la plaine immediatement au pied de la falaise, peut-
ktre envisage en ouvrant simplement, par inter-
mittences, la vanne d'6vacuation du barrage et en
amenageant le fond de la vall6e inferieure de la
Gona.

LE F.I.D.E.S.
ET L'AGRICULTURE AU SOUDAN FRANCAIS

Plus de 80.000 hectares sont actuellement englo-
b6s, au Soudan Francais, dans un vaste program-
me d'6quipement hydraulique finance en parties par
le P.I.D.E.S. et permettant une culture plus inten-
sive du riz.
On sait les travaux entrepris dans ce territoire,
dis la creation de l'Office du Niger, afin d'utiliser les
crues periodiques du grand fleuve africain pour les
cultures irriguees du coton d'abord, du riz ensuite.








Si, pour le premier les resultats n'ont pas et e la
measure des provisions il semble bien que dans ce
pays A l'agriculture inexistante, tributaire en grande
parties de :'importation pour les products vivriers,
l'extension de la culture du .riz a bouleverse l'6conb-
mie interieure.
Le Niger, avec son principal affluent, le Bani, for-
me pendant la saison des crues de vastes deltas at-
teignant parfois plus de 1oo kilomitres de larger
comme dans la region de Niaffunk6. Le probl&me
consistait ii former, par des ouvrages artificiels, les
different plans d'eau ainsi constitutes pour conserver
le precieux liquid pendant un laps de temps suf-
fisant A la bonne germination du riz.
Dans diff6rentes regions, des 1942-43, les premiers
essais donnaient entire satisfaction et la culture
du riz entrait rapidement dans le cycle des cultures
soudanaises. Aujourd'hui, grace au fonds d'6quipe-
ment du F.I.D.E.S., ces amenagements sont entre-
pris sur ui.e plus vaste 6chelle, s'etendant sur une
periode de deux ou trois ans. Dans les regions de
San, de Mopti, de Djenn6, de Baroueli, comme
dans les planes de la haute vallee du Niger, des
amenagements sont actuellement en course pour la
construction d'ouvrages r6gulateurs. 80.000 hectares
seront ainsi mis en valeur. 70.000 personnel grou-
pees en une centaine de villages y trouveront des
possibilities de travail plus rentable et une nette am6-
lioration dc leur condition de vie.

ON PEUT TIPLlPHONER
DE PARIS A TOMBOUCTOU
L'equipement du r6seau de transmissions du Sou-
dan s'est augment, A la fin de 1'ann6e 1948, de 40
6metteurs, -io recepteurs et 40 groups 6lectrogenes.
Au d6but de 1949, les premieres installations ont
6t6 r6alisees et aujourd'hui, apres Tombouctou, Gao,
Kayes, Nioro, Aioun el Atrouss, c'est Kidal qui
vient d'etre terminee.
Dans les six premiers mois de 1950, les stations de
Menaka, Gourma-Rharous, Hombori, don't le ma-
teriel est pIresqu'entierement sur place, seront r6-
equipees.
D'autre part, A Bamako meme, les conditions de
reception sont suffisantes pour que techniquement
rien ne s'oppose A ce qu'un abonne de Paris soit mis
en relation avec un abonne de Tombouctou, de
Kayes ou de Gao.
Enfin, I'Fquipement t6liphonique urbain de Ba-
mako a 6et tris nettement augment et amelior&.


ESSAI D'INSPIMINATION ARTIFICIELLE
AU SOUDAN

Des essais sont actuellement tents au Soudan en
vue d'ins6miner artificiellement des vaches des races


locales avec des semences provenant des centres
d'6levage franqais et notamment de l'Ecole V6teri-
naire d'Alfort.
TransportEe par avion, la semence rdcolt6e deux
jours auparavant A Alfort, n'a nullement souffert
du voyage et Rtait encore vivante '13 jours apris la
recolte.
Les premieres inseminations pnt 6t6 pratiqu6es
avec des semences des races Montbeliard et Nor-
mande.

Guinde

INAUGURATION DU PONT DE SOKOTORO

LE nouveau pont de Sokotoro, destine au fran-
chissement du S6negal, qui porte dans cette
parties de son course le nom de Riviere Bafing,
par la route international Conakry-Kankan, entire
Mamou et Dabola, a 6et inaugure le 14 aoft dernier.
Sa longueur total d6passe ioo mitres entire cu-
lees et se compose d'une travee central Eiffel, en
charpente metallique, de 30 mitres de portte, de
trois travees Nord et de quatre travees Sud de 1o
mitres chacune, constitutes par des poutrelles me-
talliques A longues ailes, au nombre de huit par tra-
vee. Piles, culees et tablier du pont sont constitute
en b6ton armed, completes sur les bords par un para-
pet de tubes metalliques.
Ce pont a 6t6 calcul6 pour des charges de 16 ton-
nes et pourra done supporter les plus lourds ca-
mions.
Cet ouvrage est le plus important construit en
Guinee depuis 1939. Cette inauguration illustre l'ef-
fort d'6quipement public qui a 6t6 entrepris par ce
territoire depuis deux ans : 300 batiments publics,
1.500 kilometres de routes nouvelles, 1.200 metres de
points ddfinitifs.


UN COURSE DE LANGUES AFRICAINES
A CONAKRY


Un course de langues africaines a 6t6 ouvert A Co-
nakry; sur l'initiative d'un group de jeunes metro-
politains, d6sireux de mieux connaitre les mceurs et
les coutumes des autochtones.


L'EQUIPEMENT DU PORT DE CONAKRY

De nouveaux engines americains de manutention
viennent d'etre mis en service dans le port de Cona-
kry. 11 s'agit de deux grues de o1 tonnes sur pneu-
matiques ; de deux Karry-Cranes et de deux Lift
Trucks appeles A 8tre d'une grande utility particu-
lierement en cette p6riode d'hivernage oif le traffic
d'importation porte surtout sur les colis lourds.








La presence de ces engines mobiles et robustes
s'ajoutant A ceux r&cemment mis en service, a change
totalement I'aspect que le port avait il y a quelques
mois et commence A lui donner une physionomie de
port moderne.


LE CHAMP D'AVIATION DE CONAKRY
EST DOTE D'iUN CONTROL ELECTRIQUE

Le Gouverneur Roland Pre, Gouverneur de la
Guinde Frangaise, a inaugur6 la nouvelle central
Slectrique du champ d'aviation situe A une quin-
zaine de kilom&tres de Conakry.
Dotee d'un' 6quipement moderne, cette nouvelle
installation r6pondra aux besoins de la station ra-
dio et du balisage de l'aerodrome. Le balisage de
pistes n'est pas encore realise, mais des travaux sont
en course et seront terminus avant la fin de l'annee.

LA TRAITE DU RIZ EST DISORMAIS LIBRE
EN GUINEE

Pour la premiere fois la traite du riz pourra s'ef-
fectuer librement en Guinee. Les achats, les trans-
ferts ne seront plus subordonnes aux autorisations
habituelles. Seuls les marches permanents et perio-
diques seront, pour un temps encore, contr61s par
l'administration.
Un stock de security important sera en outre cons-
titue afin de garantir la soudure.

Dahomey

M. BOISDON EST ARRIVE EN A.O.F.

M BOISDON, Pr6sident de -l'Assemblee de
l'Union Francaise, est arrive, le 26 septem-
Sbre au Dahomey, oui il sejournera une se-
maine. M. Boisdon se reridra, ensuite, A Lom6
(Togo) puis dans la Guinee Francaise.

DEPART DU GOUVERNEUR BOISSIER

Le Gouverneur Boissier, Gouverneur du Daho-
mey, a quitt6 d6finitivement Porto-Novo par voie
maritime, apris avoir pris cong6 des autorites lo-
cales et effectu6 uin certain nombre d'inspections.

ASSOCIATION
DES FEMMES DE L'UNION FRANGAISE

Mme Marie-Hleine Lefaucheux, Vice-Presidente
du Comiti Directeur de I'Association des Femmes de
1'Union Francaise de Paris, Conseillre de l'Union
Frangaise, est arrive le 5 septembre 1949 A l'aero-


drome de Cotonou oa elle fut accueillie par M. Gex
qui lui souhaita la bienvenue au nom de M. le
Secr&taire G6n&ral, par Mme Gex, Mme Ffranch
et Mile da Costa Soares, Presidente et Vice-Presi-
dente du Comit6 local du Dahomey.
Une assemble generale de l'Association des Fem-
mes de l'Union Francaise A laquelle etaient cordia-
lement invitees toutes les dames europeennes et afri-
caines, adherentes et sympathisantes, a eu lieu le
mercredi 7 septembre, en 1'H6tel du Gouvernement,
sous la pr6sidence d'honneur de Mme Valluy.
A cette occasion, Mme Marie-Hdline Lefaucheux,
apr&s avoir remercie la Presidente du Comit6 local
du Dahomey de lui avoir donni l'occasion de ren-
contrer toutes les dames presentes, et dit les raisons
de son voyage au Dahomey, a defini les buts et ex-
pos6 les r6alisations de l'Association des Femmes de
1'Union Frangaise.


LES GRANDS TRAVAUX ROUTIERS :
850 KM. DE ROUTES MODERNES BITUMIES

Le programme des grands travaux routiers sur
budget comporte essentiellement la r6alisation des
deux grands axes : Togo-Nigeria et Dahomey-
Niger, reprdsentant un total d'environ 850 kilome-
tres de routes modernes bitumees.
La r6alisation de cette grande oeuvre sera rendue
possible par l'approbation d'un plan quadriennal
comportant des autorisations de programme permet-
tant des engagements de d6penses sur plusieurs exer-
cices et par suite la possibility de passer d'impor-
tants marches avec de grandes entreprises.
M. le Gouverneur G6neral, Haut-Commissaire de
la R6publique en Afrique Occidentale Francaise, a
bien voulu approuver un premier march avec la
soci&te anonyme < Hersent > lui confiant l'6tude de
I'amenagement de la route Togo-Nigeria, depuis le
Togo jusqu'A Porto-Novo y compris celles de cer-
tains ouvrages important de cette section
Pont sur la Sazue A Zandji;
Pont de Guezin.
Cette entreprise va &tre ainsi amenee A d6ployer
son activity en y apportant la contribution d'une
parties de son materiel moderne avec lequel la socidt6
s'est 6quip6e ces derniires annees. Elle dispose en
effet actuellement A pied d'ceuvre A Dakar d'environ
250.000 dollars de gros materiel americain de tra-
vaux publics.
Le march qui vient d'&tre approuv6 par le Gou-
verneur G6n6ral charge l'entreprise de toutes les
6tudes necessaires A l'exclusion des etudes topogra-
phiques fondamentales qui ont 6t6 effectuees ou se-
ront achevees par le service des Travaux publics.
Ces etudes portent essentiellement sur les solu-
tions techniques qui seront A retenir par la consti-








tution de la chauss6e de six metres de larger (fon-
dation, revktement moderne bitum6), sur les ame-
liorations A apporter aui trace (augmentation du
rayon des virages, regularisation du profile en long),
sur le drainage, el6ment important de la bonne tenue
de la route.
La constitution de la chaussee pour permettre la
circulation de camions pesant jusqu'A 15 tonnes et
plus en charge pose en effet un probl&me qui ne peut
&tre resolu economiquement qu'apris des recherches
attentives sur place et en laboratoire.
II ne peut surtout etre resolu d'une faqon g6nerale,
chaque section deroute pose un probleme particulier
sp6cialement delicat dans le Bas-Dahomey, region
pauvre en pierre, materiau fundamental de la cons-
truction des chaussees.
C'est ainsi que pour la seule section Ouidah-Porto-
Novo la solution qui consiste A recharger avec le
melange gravier argile, extrait de la carriere de Co-
me,, sur dix centimetres d'6paisseur, les sections ac-
tuellement pourvues d'une simple couche de terre
de barre, et a reprofiler avec le meme materiau les
sections qui en sont dejA revetues, conduit A envi-
sager un transport d'environ 140.ooo tonnes de ma-
teriau sur une distance moyenne de pres de 65 kilo-
metres.
Sachant que ces transports devraient &tre realises
A la cadence compatible avec la rapidity d'avance-
ment des travaux que l'on desire, on voit toute l'im-
portance de ce problem et I'on concoit que les do-
sages ,en pierre, les 6paisseurs A admettre doivent
etre d6terminees avec toute la precision desirable
chaque centimetre gagn6, chaque litre de pierre
6pargn6 poavant se traduire par des economies
sensibles en vehicules, pneus, essence, main-d'oeu-
vre, etc....


Les etudes portent 6galement sur les ouvrages
.d'art precites, ouvrages d'art d6finitifs en beton ar-
me A voie de six m&tres.
Elles aboutiront A la remise de projects d'ex6cu-
tion complete sur la base 'desquels seront confi6s A
la meme entreprise, et le march en question le pr6-
voit d'ores et d6jA, l'execution des travaux.
La p6riode d'6tudes susceptible de du er environ
huit mois et au course de laquelle des ess sur place
seront executes sera d'autre part mise A profit pour
permettre A l'entreprise de construire les installa-
tions qui lui sont indispensables :
Bureaux, logements, ateliers, etc..., et de consti-
tuer sur place un parc de materiel afin d'eviter toute
perte de temps entire l'achevement d'une premiere
tranche d'6tudes et la mise en route d'une premiere
tranche de travaux (route de Ouidah A Porto-Novo
et construction du pont de Guezin).
Cet effort n'est pas sans etre poursuivi assidu-
ment puisque vient d'etre mis au point un project
de march semblable A passer avec les Entreprises
Graux pour Porto-Novo-Nigeria et Porto-Novo-
Ketou, project qui sera soumis tres prochainement A
I'approbation du Gouverneur G6n6ral.

Niger

ARRIVEE DE MATERIEL AU NIGER

U N convoi de dix camions-bennes, commandos
par le Territoire du Niger en vue de l'entre-
tien et.de la refection du reseau routier, est
arrive, recemment, A Niamey.
D'autre part, les premiers 6elments de maisons
pr6-fabriquees sont, egalement, arrives au Niger,
par avion.


~4-----









AFRIQUE EQUATORIALE FRAN(AISE


AU GRAND CONSEIL
DE L'A.E.F.

E Grand Conseil
L de l'A.E.F. a exa-
Smind, au course
*rn des stances des 5 et
septembre, un ensemble
de projects visant plus
at particulidrement deux
suimportants domaines de
la fiscalit.o Tout d'abord, il a faith siennes les pro-
positions du Gouvernement g6ndral tendant A auto-
riser l'importation en franchise du materiel minier
destined A la prospection et aux recherches, puis il a
adopt un ensemble de measures tendant A r6amina-
ger la fiscalit6 minibre, par une diminution du taux
de la redevance proportionnelle sur l'or et le dia-
mant, tout en compensant budg6tairement cette me-
sure par introduction de droits et taxes A la sortie
sur ces ml mes denrdes.
La revision des taux des taxes d'abatage A per-
mis A l'Assembl6e f6ddrale un tour d'horizon sur le
march des bois coloniaux, don't les course mondiaux
sont soutenus.
Avant d'aborder plus particulibrement l'itude du
budget fedddal, le Grand Conseil a mis au point la
refonte du tarif par une mise en harmonic de la no-
menclature douanitre avec les engagements interna-
tionaux pris par la France aux conferences de Ge-
n6ve et d'Annecy. Les measures adoptees par 'Assem-
blWe constituent un retour vers une taxation homo-
ghne et normalisde, compete tenu des n6cessit s 6co-
nomiques.
Enfin, abordant le budget f6ddral, le Grand Con-
seil a adopt6 les chapitres A et B des d6penses pour
l'exercice 1950.


Au course de ses sdanceS des 9 et 1o septembre, le
Grand Conseil a arr&t6 le budget federal, 6quilibr6
en recettes et en depenses, A la some de 3 milliards
267.700.000 francs. Les recettes sont assurees dans
la proportion des 2/3 par des droits et taxes de
douane, don't 1.527 millions perqus A l'importation
et 723 millions percus A l'exportation.
En matiere de d6penses, les dettes exigibles cons-
tituent un poste de 64.500.000 francs et les d6penses
d'ordre sont de 350000.000o. L'ensemble des d6pen-
ses de personnel, qui s'elevent A 814 millions, repre-
sente 28 % du total du budget et marque une pro-
gression par rapport A l'exercice 1949, due pour une


grande part aux augmentations privues des traite-
ments et des soldes. Le chapitre le plus important,
constitud essentiellement par les ristournes et subven-
tions aux Territoires, s'dlEve A 1.227 millions; la
part r6servee aux Territoires y entrant pour un mon-
tant global de 1.076 millions, repr6sentant tres ap-
proximativement le tiers des recettes f6derales.
Cette aide important apport6e aux Territoires
sera majorde de ristournes provenant de la reparti-
tion du solde de la Caisse de P6drquation.
L'ensemble des credits prevus pour les travaux et
la main-d'euvre, qui s'&lvent A 323.700.000 francs,
peut paraitre assez peu important puisqu'il ne reprd-
sente qu'environ o1 % des resources f6derales;
mais ce programme doit etre double par l'execution
du programme 1949-50 du plan decennal et pour le-
quel sont prevus des credits de plusieurs milliards.
1.1 sera aussi compl6td des programmes de rdalisa-
tions prevus sur les budgets locaux et finances soit
sur la caisse de reserve territorial, soit sur les fonds
provenant de-la Caisse de Soutien du Coton, soit en-
core d'emprunts ddjA attribuds aux municipalities ;
ces emprunts, don't I'ensemble reprdsente 900 mil-
lions de francs C.F.A., pourront etre compl6ets par
une deuxiime tranche d'un montant 6gal aux prets
ddjA a'ccordes.
En matiere de r6alisations de caractere social et
cultural, le budget 1950 marque un progres tres net
dans la voie des credits accords tant au Service de
sante et a l'Enseignement qu'au Service proprement
social et cultural. En effet, pour les seules depenses
de fonctionnement incombant A la F&deration, le
Service de sant6 se voit attribuer, compete non tenu
des services de l'Institut Pasteur, un credit de l'ordre
de 156 millions de francs, repr6sentant une augmen-
tation de l'ordre de 70 % par rapport aux credits de
1949.
L'enseignement du second degr6 qui, seul, est A la
charge de la Federation, voit ses credits passer de
51 millions en 1949 A 77 millions en 1950.
Les Services d'action et d'assistance social dispo-
seront en 1.950 de resources s'elevant A plus de 40
millions de francs, marquant une progression de
80 % par rapport A 1'exercice precedent.
En annexe au budget g6ndral, le Grand Conseil a
arret6 le budget du Chemin de Fer Congo-Ocean
(C.F.C.O.), 6quilibr6 en recettes et en depenses, au
total de 590 millions, et les budgets des ports de
Brazzaville A 3.550.000 francs et de Pointe-Noire A
55 millions.
La session ordinaire 1949 du Grand Conseil s'est
terminee le samedi o1 septembre.








REUNION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION
DU CREDIT DE L'A.E.F.

Au course de sa 2e reunion, qui s'est tenue le 12 sep-
tembre A Brazzaville, sous la pr6sidence de M. le
Gouverneur de Nattes, le Conseil d'administration
du < Credit de 1'A.E.F. > a 6tabli le programme
d'activit6 de la Soci&et.
D'institution r6cente, cet organisme de credit, don't
le but essenriel est de favoriser 1'6volution econo-
mique et social de la Fd&6ration, est d'ores et dejA
tres largement sollidit6 par Europeens et autochto-
nes.


C est ainsi que, du 20 juin,
reunion du Conseil d'administr,
bre 1949, le Cr6dit de I'A.E.F.
de prets sui antes

I) Court term ............
2) Moyen terme :
a) Europdens .........
b) Africains ...... ..
3) Immobilier :
a) Europdens .........
b) Afr:'cains ..........


UN AVION S'ICRASE A POINTE-NOIRE :
18 MORTS

Un appareil Halifax, appartenant A I'armee de
l'air, s'est 6crase le 19 septembre A l'adrodrome de
Pointe-Noire, au moment de l'atterrissage.
L'appareil ayant pris feu des qu'il eut touch& le
sol, les 18 passagers ont peri carbonise. Parmi les
victims se trouve le Dr G. J. Stefanopoulos, chef des
Services de la Fi&vre jaune A l'Institut Pasteur de
Paris.

PECHES A LA BALEINE AU GABON


date de la premiere Une entreprise de peche A la baleine, la S.O.P.E.
action, au 10 septem- C.O.B.A., vient de s'installer A Port-Gentil. Cette en-
a recu les demands treprise compete, A I'heure actuelle, cent-cinq'uante
technicians norv6giens ; son activity est presque ex-
clusivemerit dirigee vers l'exportation ; mais elle
3 26.901.86i peut, en meme temps, assurer le ravitaillement nor-
mal des regions avoisinantes.
23 I1 semble curieux, A premiere vue, qu'une entre-
23 46550. 0 prise de p&che A la baleine s'etablisse sous l'Equa-
39 30-55-000 teur, mais on ne doit pas perdre de vue le fait que
le courant froid de Benguela aboutit au large du
49 16742.oo cap Lopez et entraine sur son parcours les 6normes
73 21.120.000 ctaces des regions froides sub-antarctiques.


4) Divers ................. 9 13.000.000

196 154.818.861
On estime, dans les milieux autoris6s, que, dans,
un bref avenir, le Credit de I'A.E.F. deviendra I'un
des rouages cssentiels de l'6conomie adfienne.


EXPOSITION DES TOILES D'HERVIGO,
PEINTRE BOURSIER DE L'A.E.F.

Le peintre Hervigo, membre de la Societe Natio-
nale des Beaux-Arts, don't il obtint le Grand Prix en
1948, sejourne depuis pres de 6 mois en A.E.F.
Tour A tour, le Moyei-Congo, le Tchad, l'Ouban-
gui ont fourni A cet artiste les sujets de toiles; d'aqua-
relies, de gou aches et de dessins fiddles au caractere
propre de chacun.
Une .exposition des oeuvres d"Hervigo vient d'8tre
pr6sent6e ; le vernissage a eu lieu en presence du
Gouverneur Delteil, chef du Territoire.


L'A.E.F. ET LE PLAN MARSHALL

En juillet, la F6deration a regu, au titre'du plan
Marshall
- du lait concentre, 3.000 caisses, soit 6.244 kgs;
- des tierce;; de tabac en feuille : 45.271 kgs;
- du gas-oil : 1.995 ffts, soit 335.730 kgs.


SOUSCRIPTION POUR L'ERECTION
D'UN MONUMENT AU SOUVENIR
JDU GOUVERNEUR GENERAL ANTONETTI

Sous le haut patronage de M. Tony R6villon,
Secretaire d'Etat A la France d'Outre-Mer, et de
M. Cornut-Gentille, Haut-Commissaire de la R6pu-
blique en A.E.F., une souscription vient d'etre lan-
cee pour r6aliser le project congu par le Gouverneur
General et le Gouverneur Fourneau, chef du Terri-
toire du Moyen-Congo, de faire 6riger A Pointe-
Noire un monument en souvenir du Gouverneur G&-
neral Antonetti qui, pendant io ans, de juillet 1924
a juillet 1934, a consacre toutes ses forces A I'achi-
vement du Congo-Oc6an, commence le 4 fevrier 1921,
sachant bien le r6le capital que cette voie ferree al-
lait jouer dans l'6conomie de I'A.E.F. et du centre
africain ; et s'attaquant ensuite A la rdalisation d'un
port A Pointe-Noire, choisi par son predecesseur.


TRAVAUX ROUTIERS EN OUADDAI

Sous I'impulsion du chef de region, de serieux
travaux ont et6 effectuds sur les routes du Ouaddai
au course du premier semestre 1949.
Malgr6 une reelle penurie de moyens mat&riels,
un programme d'amelioration de l'itineraire Fort-
Lamy-Abecher-Adrd (A la frontiire du Soudan anglo-
6gyptien) a 6t6 poursuivi, faisant suite aux travaux
executes les annees precedentes.









Sur le district d'Ab6cher, dans la portion Abecher-
Adre, la plus delicate de l'itin6raire precit6 deja
trois grands radiers ont 6t6 ancr6s dans le sol, trois
ponceaux ont ete achev6s, une digue de 40 metres est
en voie d'achivement et 30 km. de routes ont ete
ports aux normes nouvelles (8 mitres de large en-
tre deux foss6s, suppression des virages a rayon trop
r6duit ainsi que des rampes A fort pourcentage).


L'OUVERTURE
D'UNE LIAISON RADIOTELEPHONIQUE
BRAZZAVILLE-BANGUI

Depuis le 12 septembre, la liaison radio-telepho-
nique Brazzaville-Bangui est ouverte au public tous
les jours ouvrables de 8 A 9 heures ; cependant, des
vacations supplementaites sont prevues, en function
de l'importance du nombre des appeals.
Cette premiere liaison Brazzaville-Bangui sera
suivie de liaisons analogues entire Brazzaville et cha-
cun des chefs-lieux de Territoire, ainsi que de liai-
sons transversales telles que Bangui-Fort-Lamy, etc...


RAPATRIEMENT
DES CENDRES DU GENERAL TESTART
ET DE SES COMPAGNONS

Le 5 mars 1945, au course d'un accident aerien, le
general Testart, adjoint au general chef d'Etat-
Major de la D6fense national, trouvait la mort avec
son 6quipage pres de Stanleyville, au Congo belge.
Le 6 septembre dernier, les corps des 5 disparus
ont 6t6 solennellement- emis aux autorites frangaises
par les autorites du Congo belge.


LA POSTE AUTOMOBILE EN OUBANGUI-CHARI

En Oubangui-Chari, des services de transports
postaux par automobile desservent, une fois par se-
maine, tous les chefs-lieux de region, sauf N'Dele
et Birao, et la plupart des chefs-lieux de districts.
Trois grands services sillonnent le Territoire :
le double circuit de l'Ouest, assure par le S.T.
O.C., par Bossangoa, Bozoum, Bouar, Carnot, Ber-
berati et M'Baiki, effectue dans les deux sens. A ce
service, on peut rattacher la ligne directed sur le Ca-
meroun, par Bossemb6el, Baoro et Bouar;
la ligne de l'Est, assure par la C.T.R.O., par
Damara, Fort-Sibut, Grimari, Bambari, Mindao,
Kembe et Bangassou, avec les deux bretelles : Bam-
bari-Ippy et Fort-Sibut-Fort-Crampel ;
la ligne du Tchad, assuree par la S.T.O.C., par
Damara, Bouca et Batangafo.
On constate que, A l'exception du Centre et du Sud
du Territoire, de vastes 6tendues, oi sont situes des


districts et des centres europeens, sont a l'6cart de
ces lignes de transport : toute la parties Est, le Nord-
Est, le Sud-Est, le Nord-Ouest, le Sud-Ouest et la
boucle de l'Oubangui entire Fort-de-Possel et Ouango.
Pour combattre l'isolement dans lequel se trou-
vent ces regions, le Territoire de l'Oubangui-Chari
vient, en plein accord avec l'Assemblee representa-
tive, de prendre l'initiative de crier un certain nom-
bre de services de poste automobile, analogues A ceux
qui existent en France, dans les campagnes, sous le
nom de Poste automobile rurale.
Le principle de l'organisation est de substituer l'au-
tomobile au pi6ton pour le transport des correspon-
dances jusqu'en des points determines, A partir des-
quels sont utilis6s des porteurs n'ayant plus qu'un
parcours r6duit A effectuer,

**


Deux formules ont ete utilis6es : la premiere con-
siste A amenager l'arriere de la voiture en veritable
agence postal ambulante dans laquelle prend place
un facteur qui, au chef-lieu de chaque commune
desservie ofi un arret est prevu, se tient A la dispo-
sition du public pour y effectuer les operations pos-'
tales les plus usuelles.
Dans la deuxieme formule, il est cr6e, dans cha-
que commune, un correspondent postal qui effectue
les operations avant le passage de la voiture, de sorte
que celle-ci n'a plus A stationner dans chaque vil-
lage ni A ftre amenag6e en bureau : son rle 'se
borne au transport du courier.


LA LIAISON ( TUNISIE-TCHAD EN AUTO

A la suite de la conqu&te du Fezzan par Leclerc,
une premiere tentative de ligne automobile entire
Fort-Lamy et Gabes fut r6alisee par le Gouverne-
ment du Tchad entire 1944 et 1946 avec du materiel
et du personnel militaires.,La ligne fonctionna pen-
dant pres de deux ans, mai's son rendement fut d6-
ficitaire du fait meme de son organisation.
En janvier 1948, la R6sidence G6nerale de France
a Tunis tenta de retablir la liaison. Une mission de
reconnaissance se rendit A Fort-Lamy par Sebha,
Zouar et Faya.
Des officers, des ingenieurs et les representants
d'une important compagnie automobile (la < Tuni-
sienne Automobile Transports >) composaient la
mission, don't le rapport official conclut A la possi-
bilit6 d'dtablir une ligne automobile sur cet itind-
raire. Le premier convoi commercial d'essai partit
fin janvier de Tunis, y rentra deux mois plus tard,
ayant couvert 9.000 kilometres aller et retour (le re-
tour avait 6t6 fait en 24 jours).
La Direction de la T.A.T. d6cida done d'ouvrir
une ligne r6guliere et, avant tout, d'6tablir une base








commercial et de reparations A Fort-Leclerc (Sebha),
au Fezzan. Elle pense r6aliser, A partir d'octobre
1949, un ou deux convois lourds r6guliers par avion
entire Tunis et Fort-Lamy.
De son c6te, la R6sidence Generale d6cidait d'am6-
liorer le parcours entire Tunis et Fort-Leclerc, sur sa
demand, I'4.E.F. effectuait le balisage d6finitif du
parcours situe sur le Territoire du Tchad, ce qui
facility dej i le premier convoi commercial.


AU CONSEIL CONSULTATIF DE RECHERCHES
DE L'INSTITUT D'ETUDES CENTRAFRICAINES

,Le 21 septembre, s'est r6uni le Conseil Consulta-
tif de Recherches de l'Institut d'Etudes Centrafri-
caines, qui group les chefs des services techniques et
les principles personnalites du monde scientifique
et economic ue aefien.
L'an dernier avait 6et mis sur pied un programme
realiste portant sur la periode 1948-1951.
Ce programme a recu un commencement d'ex6cu-
tion, don't il a 6t6 rendu compete.
I1 s'agissait, cette annie, de le pr6ciser sur cer-
tains points et de le completer A la lumiere des tra-
vaux d6jA poursuivis. C'est pourquoi le professeur
Trochain, Directeur du Centre, a demand aux mem-
bres presents d'apporter leurs suggestions concernant
de nouveau problems d'intiret 6conomique et so-
cial.
Ainsi se r6alise la coordination des recherches
scientifiques A l'echelon territorial.
Des apports nouveaux au programme primitif ont
6t6 enregistris ; ils ont trait aux domaines suivants :
Documentation. L'Institut d'Etudes Centrafri-
caines deviant le centre de documentation don't
I'A.E.F. a besoin.
La collection d'ouvrages et de p6riodiques s'est
consid6rablernent enrichie et un fichier de documen-
tation genreale est en course de realisation, en mme
temps que la creation d'une photothique et d'un ser-
vice de microfilmage. Cette section a encore pris en
charge la publication de m6moires, don't deux sont
dejA sous press et il est d6cid6 de faire paraitre un
Bulletin de liaison. Un Comit6 de lecture est prevu
A cet effet.
Ocdanographie, Hydrobiologie, Hydrologie physi-
que. L'6tude de la p&che en mer (stations a Pointe-
Noire et Port-Gentil) sera compl6tee par celle de
la peche fluviale (n6cessit6 d'appuyer une r6glemen-
tation efficient sur des donnees biologiques) et de
la pisciculture.
D'autre part, est demanded l'6tude du < debit so-
lide > des course d'eau (transport de limon par les
eaux), qui int6resse la riziculture, les cultures irri-
guees (apports d'6lements fertilisants par 1'eau) et
les installations hydro-electriques (envasement des
barrages).
Sciences humaines. Aux importantes etudes qui
ont d6jh fait l'objet de rapports d6taills A la de-


made du Haut-Commissariat s'ajoute une demand.
d'information sur l'importante question du d6peu-
plement des villages petitionn d6pos6e par un mem-
bre du Grand Conseil).
Ceci se relie au probleme de la main-d'oeuvre : at-
traction des villages, amelioration des conditionsso-
ciales, facteurs de stabilisation.
Botanique. D'accord avec le Directeur de le
station de I'I.R.H.O. A Sibiti, il est d6cid6 qu'une
prospection d6taillee de l'influence r6ciproque de la
fort, de son abatage et de la reconstitution de la
valeur des sols (humidification) sera poursuivie A la
station de Sibiti ofi une oeuvre de longue haleine, qui
donne l'Age exact des d6frichements, a 6et entreprise.
Quant aux sections : entomologie medicale et v6-
terinaire, musicologie, p6dologie physique, aucune
suggestion nouvelle n'est apportee au programme de-
taille mis sur pied I'an dernier et qui continuera A
se. realiser.


LA VARIATION
DES PRIX DES TRAVAUX DU BATIMENT

Voici un tableau de quelques prix moyens des
travaux du bAtiment en 1939, 1948 et 1949


Designation


Main-ad'euvre (h.) :
Ouvrier .........
Aide ...........
Maneuvre ......

Terrassement en ter-
re 16gere jusqu'i
1 m. de profondeur
(le m a) ........

Maqonnerie de moel-
lons i 250 k. (le
m 3) ...........

B6ton arm6 a 350 k.
(compris armature
et coffrage, le m3)

Couverture en t61e
ondul6e 6/10 (com-
pris recouvrement,
le m 2) .........

Menuiserie pleine
(batthnts de por-
tes, le m2) ...


1939


475


31,10



66,40


1948


11,25
6,875
4,875


2.184


9.300


930


1949


15,25
10
7,125


2.900


12.850



900


1.600


UNE INTERVIEW DU METTEUR EN SCENE
CLAUDE VERMOREL

Le metteur en scene Claude Vermorel est-en route
pour le Gabon en compagnie de Claire Maffei et








d'Alain Cuny. I1 a expose quels etaient ses projects
de travail.
Mon intention, a-t-il precise, est de turner deux
grands films dramatiques : << Les Conquirants soli-
taires >, avec les vedettes que vous connaisseZ, et
< Yab >, avec des acteurs indigenes que nous comp-
tons trouver sur place. Mais nous projetons, egale-
ment, de produire -cinq documentaires : < Escales
maritimes d'Afrique > ; < Escales aeriennes d'Afri-
que >>; < Bois d'Afrique >>; < Neiges d'Afrique >>
(le cotton) et < Cinq mois en brousse >>.
Notre studio et nos cases s*ront installs au con-i
fluent de l'Ogoue et de la Lebe, sur un chantier fo-
restier don't le Directeur local, Gabonnais depuis
vingt-cinq ans, a bien voulu organiser notre sdjour..
En outre, et pour la premiere fois dans une entre-
prise de ce. genre, nous emportons, avec nous, un ap-
pareil de projection nous permettant de juger le tra-
vail des ours pr'ceidents.
Claude Vermorel a, ensuite, souligne l'importance
des capitaux engages, le budget de l'expedition s'6le-
vant A quelque cinquante millions de francs.


QUESTIONS DOUANIERES ..

Le tarif douanier de 1'A.E.F. comporte tres peu
de droits sp6eifiques et repose, dans son ensemble,
sur des droits ad valorem. Aussi la definition de la
valeur. imposable a-t-elle toujours revetu dans ce ter-
ritoiie; une importance particulihre.
De m&me que dans la Metropole et dans les autres
pays, les droits et taxes d'entr6e ad valorem sont
6tablis en A.E.F., d'aprhs la valeur de la marchan-
dise au moment et au lieu ofi elle est d6claree en
douane.
La valeur imposable comporte, dis lors, deux 61e-
ments distincts, d'une part, le prix d'ac.t, d'autre
part, les frais necessaires pour l'importation jus-
qu'au lieu d'introduction, c'est-A-dire, le transport,
le fret, I'assurance, les commissions, etc...
La determination de ce deuxiime element s'av6-
rant parfois difficile et cette situation etant suscepti-
ble d'apporter une gene s6rieuse aux importateurs,
la rhglementation locale avait adopted un system
forfaitaire, d'aprbs lequel-la valeur imposable 6tait
constitute par le prix d'achat major de 25 % pour
tenir compete de tous les frais necessaires A l'impor-
tation.
Mais, A la suite des engagements pris par la
France dans des conventions internationales (Charte
de La Havane, Convention de Genhve), le Gouver-
nement GIl6ral s'est trouv6 dans la necessity
d'abandonner ce regime forfaitaire et, sur les ins-
tructions imperatives du D6partement, il a dO adop-
ter, comme definition de la valeur imposable, le prix
C.A.F. ou prix frontiere A.E.F.


Cette measure a eu pour effet de penaliser les ter-
ritoires du Tchad et de l'Oubangui-Chari qui,
n'ayant aucun d6bouch6 sur la mer, regoivent une
parties important de leur approvisionnement au tra-
vers de territoires strangers (Nigeria, Soudan anglo-
6gyptien) ou reputes comme tels du point de vue
douanier (Cameroun).
La meme difficult se present encore en ce qui
concern les marchandises transportees par la voie
a6rienne qui, d6jA grevees d'un fret eleven, ont, de ce
fait, une valeur en douane nettement superieure A
celle des mnmes products' imports par la voie ma-
ritime.
En presence de cette situation, susceptible d'en-
gendrer de graves inconv6nients et d'entraver le d&-
veloppement economique de la Fedration, le Gou-
vernement General a propose au Grand Conseil,
d'apporter quelques assouplissements A une regle
trop strict pour son application rigoureuse en
A.E.F.
Faisant droit A sa demand, le Grand Conseil a
adopt, A sa,session de mai, une deliberation qui mo-
difie, sur deux points essentiels, la definition de la
valeur imposable.
En premier lieu, en ce qui concern les mar-
chandises importees par la voie aerienne, le total
des frais necessaires pour l'importation en A.E.F.
(fret, assurance, etc...), A inclure dans la valeur im-
posable, est limit A 30 % du prix d'achat, lorsque
le debarquement est effectue sur un aerodrome si-
tu6 dans le territoire du Tchad, et A 50 %, dans les
autres territoires.
D'autre part, les derogations suivantes sont
prevues en faveur des marchandises destihnes au
Tchad et A l'Oubangui-Chari et achemin6es en tran-
sit A travers un territoire reput6 stranger.
Pour la liquidation des droits et taxes d'entree,
I'ensemble des frais de transit en territoire repute
stranger est deduit de la valeur en douane, de telle
sorte que la valeur imposable devient le prix c.a.f.
port de debarquement.
Deux conditions cependant sont imposees
La measure ne s'applique qu'aux marchandises dd-
barqu6es,
soit, A Douala, A destination de l'Oubangui-Chari
ou du Tchad,


soit, dans
Fort-Lamy,
egyptien, a


un port de la Nigeria, A destination de
soit dans un port, du Soudan anglo-
destination d'Adre ou d'Ab&cher ;


En outre la preuve doit 8tre apportee que les mar-
chandises avaient bien I'A.E.F. pour destination d6e
finitive, dis le depart de leur lieu d'origine. Cette
preuve peut r6sulter de la production, soit du con-
naissement, soit des factures originales ou de tout

















































Ohargement d'oiseaux a Abidjan


,.,-t : ..- 1
.; .

4>.' ... ,





L a .- ,.
: .}e' 'i-^dtej llB^


Le Courrier a Port-Gentil











































Ravitaillement en essence h Dakar










P..








S


Scale Lagos






Escale a Lagos


DAKAR \iOFf














ri


















Dakar. Ecole de M6decine


L


Tananarive. Ecole (PArt applique


N


'i
''










































Bamako. Ecole professionnelle
La grille forge par les elPves


Hanoi. Lyc6e Albert-Sarraut








autre document probant, soit d'une attestation 6ma-
nant des autorites consulaires ou douanieres du port
de transit.
La delib6ration du Grand Conseil qui avait
adopt ces diverse dispositions, a 6te approuvee par
1d6cret du 23 aoft dernier.
La measure entrera en application incessamment.


LES BOIS DU GABON

La richesse principal du Gabon est son bois. Le
tiers des exportations totales du territoire, en 1947,
a 6t6 fourni, en valeur, par les bois. En 1948, la
proportion est:encore plus forte : sur 1.1oo millions
de francs d'exportations, 1.050 proviennent des bois.
Encore faut-il signaler 'que la production n'a pas
encore atteint les tonnages d'avant-guerre. La
moyenne des dix annees d'avant-guerre s'6tablissait
a 300.000 tonnes, representant l'exploitation de
1.200.OOO hectares environ.
Pendant la guerre, la fermeture des marches ex-
terieurs et la mobilisation du personnel d'encadre-
ment avaient provoqu6 une baisse considerable de
la production, qui ne fut que de 43.000 tonnes par
an en moyenne entire 1939 et 1945.
Le redressement ne se fait d'ailleurs que lente-
ment pour plusieurs raisons que nous 6voquerons
plus loin. En 1947 par example, la production n'at-
teignit encore que 135.000 tonnes. En 1948, elle n'at-
teint pas 200.000 tonnes.
Les exportations suivent, dans l'ensemble, le mou-,
vement croissant de la production,' sauf pour les
sciages d'okoum6 et les placages. La France est le
principal client, avec 39.500 tonnes achetees en 1947
et 8i.ooo en 1948. L'Angleterre et la Suisse viennent
ensuite. L'ar, dernier, en outre, de nouveaux clients
se sont presents : Danemark, Norvige, Liban, Aus-
tralie, Palestine. -Un autre fait A noter : l'industria-
lisation du Gabon, qui tend A augmenter la propor-
tion *des sci;ges et placages par rapport aux bois
bruts exports. I1 existe actuellement douze exploita-
tions de sciage et deroulage au Gabon. Trois grandes
usines sont, en outre, *en construction et pris d'8tre
achev6es. L une d'elles, installed a Port-Gentil.
pourra fournir 30.000 mitres cubes de contreplaqu6
par an, don't les d6bouch6s sont nombreux en Afri-
que meme, sur place, en A.O.F. et en Afrique du
Sud notamment.
Est-ce A dire. que tout aille pour le .mieux pour
l'industrie forestiere gabonaise ? On ne saurait le
pretendre. Au contraire, des difficulties importantes
se pr6sentent. Les unes sont mat6rielles et.sont les
plus faciles A r6soudre. Les autres sont financieres -
et surtout fiscales et leur solution ne depend 6vi-
demment pas des exploitants.


Les difficulties mat6rielles resultant des nombreux
problemes pos6s par l'insuffisance de main-d'ceuvre
et le ravitaillement de celle-ci, par I'usure rapide du
materiel, l'expirience du nouveau materiel recu, et
I'adaptation a des m6thodes de travail nouvelles qui
permettront d'abaisser les prix de revient pour con-
server aux bois gabonais leur place sur les marches
mondiaux. II s'ajoute A cela 1'puisement progressif
des concessions forestieres actuellement exploities et
1'6loignement des nouvelles exploitations des voies
d'evacuation. Ici, le problime A resoudre d6passe le
cadre forestier : c'est un problem de commurli-
cations qu'il s'agit de r6soudre et sa solution depend
.A la fois des credits don't disposera le territoire et
de la main-d'euvre qu'il pourra employer.
A ces difficulties materielles s'en ajoutent de finan-
cieres : d'une part, les frets maritimes grivent le
*prix des bois gabonais de charges excessive ; d'au-
Ire part, une fiscalit6 trop forte compromet tout d6-
veloppement 6ventuel des exploitations foresti&res.
Un seul chiffre donnera une idee de l'importance
'des frets maritimes dans le prix de revient A la M&-
tropole des bois du Gabon : le fret correspond, pour
certains bois, A 6o % du prix A l'embarquement.
Nkrtons. d'ailleurs, que les frets maritimes sont
beaucoup plus 6leves sur les lignes francaises que
sur les lignes 6trangires. Mais la liberty des frets
n'existe pas.
Quant aux charges fiscales d'une exploitation fo-
restiere, elles peuvent, A premiere vue, paraitre
moins lourdes que les charges supports par le con-
tribuable metropolitan. I1 n'emp&che que ces char-
ges poussent les exploitants A un certain malthusia-
nisme de la production. Les, producteurs d'okoum6
patient, en effet, la patente, des droits de .coupe, des
-taxes diverse A la sortie des bois (1.4oo francs par
tonne), l'imp6t sur les b6nefices industries et com-
merciaux. Ceux qui travaillent A leur compete paint,
en outre, I'imp6t sur le revenue, qui est A: la charge
des actionnaires dans les soci6tes anonymes ou. a:
. responsabilit6 limit6e. Pour les exploitants travail-
lant A leur compete ou en nom collectif, cet imp6t de-
vient vite tris lourd : 17 % .jusqu' 3o00.00 frs
C.F.A. de gains bruts, 42 % de 501.ooo A I million,
66,7 % au-dessus d'un million.
En fait, peu d'entreprises forestieres, au Gabon,
peuvent augmenter leur production : elles ne sont
pas sires du tout d'en tirer advantage. Si meme elles
disposent des capitaux necessaires A-des nouveau
investissements, les difficulties qu'elles rencontrent
dej ne les incident guere A s'etendre. Elles ont par-
fois advantage a restreindre leur production, prefe-
rant faire durer une exploitation. modest qu'6puiser
dans une exploitation intensive leurs concessions
sans ttre sirs d'en obtenir d'autres qui -lur garan-
tiront le maintien de leur activity..

(Extrait du Courrier Agricole)









TOGO


LES DESASTREUSES
INONDATIONS
SDU NORD DU TOGO


o Es crues exception-
Snelles causes par
les pluies inces-
santes ont etendu leurs
Savages dans le Nord.
Cette situation criti-
que n'a heureusement
pas caus6 d'accidents de personnel. II1 n'en reste pas
moins qu'elle apporte des degats consid6rables aux
biens des populations et aux voices de communica-
tions.
En quelques jours, une quinzaine de points ont 6t6
emportis, don't certain pour la deuxifme fois en
moins d'un mois (A Aoulosso notamment).
Au total, les communications ont 6t6 interrom-
pues sur les trongons Lama-Kara-Mango, Lama-
Kara-Koumea, Sokod&-Blitta, Sokod&-Bassila, etc...
Les chefs de circonscription portent tous leurs efforts
sur la riouverture rapide du traffic routier.


DIVELOPPEMENT DE L'ENSEIGNEMENT

Le d6veloppement de l'enseignement official se
pursuit vigoureusement. Les chiffrps suivants en
donnent un apergu :
Enseignement primaire : Les effectifs scolaires du
territoire en ce qui concern le premier degree ont ete
de :
Annee 1946-47, 8.960 elves repartis dans 175
classes ;
Ann6e 1947-48, 11.709 el1ves repartis dans 216
classes ;
Annie 1948-49, 20.000 environ, repartis dans 290
classes ;
Soixante-quatorze classes nouvelles ont 6te ou-
vertes cette annee, ce qui repr6sente une augmenta-
tion de 34 %.
On doit pouvoir computer A la rentree prochaine,
pour tout le territoire, sur environ 35.000 elves.
Enseignement secondaire : L'enseignement du se-
cond degree a e6t dispense :


En 1946-47, A 217 eleves ;
En 1947-48, A 303 6leves dans Io classes;
En 1948-49, A 450 elves dans 14 classes.

On espire atteindre pour la rentr6e le chiffre de
600 eleves.
Les 6tudes secondaires verront leur couronnement
en juin 1950 par la premiere session au baccalaureat
organisee au Togo.

Dans le domaine de 1'enseignement technique, it
existe deux centres d'apprentissage : le premier a
Sokod6 (bois, fer, mecanique), le second a Lomb
(bois, fer, mecanique, automobile, electricity, section
commerciale. L'ouverture d'un troisieme centre est
envisagee pour Dapango, dans le courant de l'ann6e.
Enseignement post-scolaire : Les course d'adultes,
reorganises et d6veloppes touchent pros de 8.000 il-
lettr6s. L'education de masses a egalement requ une
impulsion energique et donne, selon les milieux au-
torisfs, des resultats satisfaisants.


POUR ASSURER
L'AUTORITI DES CHEFS COUTUMIERS

Un arr&t6, qui vient d'etre pris le Conseil Priv&
entendu punit de peines de simple police tous
,actes, paroles, gestes, manoeuvres quelconques, tou-
tes abstentions' volontaires susceptibles de constituer
une opposition a l'autorit6 legitime d'un chef cou-
tumier reconnu par l'Administration, et, par la,
d'attenter A l'ordre public ou d'entraver la bonne
march des services administratifs, ainsi que toute
excitation 4 cette opposition. En cas de recidive, la
peine d'emprisonnement sera toujours prononc6e par
le tribunal.


OUVERTURE DE LA TRAITE DU TAPIOCA

La traite du tapioca de la champagne 1949-1950
est ouverte, A computer du o1 septembre 1949. Les
achats se front sous le regime de la liberty des prix
et de la libre concurrence.
La d6lib6ration de l'Assemblie Representative du
Togo, supprimant la taxe de sortie de 2.000 francs
par tonne de tapioca, a 6t6 rendue ex&cutoire.









CAMEROUN


LE MOVEMENT
COMMERCIAL


L E mois d'aofit 1949
a 6t6 caractdris6
par un accrois-
sement tris sensible des
exportations par suite
de l'exp6dition par la
SBnou6 de 3.429 ton-
nes d'arachides stoc-
kees A Garoua, du placement de 7.149 tonnes de pal-
mistes sur la Grande-Bretagne liberty6 total rendue
.aux ol6agineux concrets) et de l'dvacuation des der-
niers reliquats de cacao de la champagne 1948-49.
Pour les huit premiers mois de 1949, il a 6t6 ex-
port6 132.290 tonnes contre 122.400 pour la meme
periode en 1948 et 178.000 pour l'ann6e 1947 toute
entire (meilleur chiffre d'avant-guerre).
L'huile de palme except6e, la situation des stocks
du territoire s'est nettement amilior6e.
Le movement des importations locales n'a cess6
de s'ampli'ier au course des trois premiers trimestres
1949, correspondent A l'achivement de la mise en
place des diverse socidtis et entreprises, chargees de
1'ex6cution des travaux du Plan et notamment du
programme routier.
L'essentiel du materiel lourd indispensable est ac-
tuellement A pied d'oeuvre, les parcs engines et autos
du Territoire reconstituds A l'6chelle des nouveaux
besoins.
L'arr&te 2.635 du 28 juillet 1949 a supprim6 la
compensation sur le sel, les pneumatiques, les cham-
.bres A air et le gaz oil.
La Caisser de Compensation n'intervient done plus
que pour la vente de la farine d'origine m6tropoli-
taime (ramende ainsi A 37 francs prix moyen du
kilog en gros A 29 francs le prix de cession aux bou-
langers) et pour l'octroi de primes aux transporteurs
de vivres destinies A la population autochtone de
Douala.
Ne demeurent soumis A contr6le administratif
homologationn prialable, declaration de stocks, au-
torisation de transfer) que les marchandises sui-
vantes:
Farine de froment, riz, laits conserves et medi-
caux, sel, sucre, r6frig6rateurs, machines A coudre
(d'origine), machines A 6crire (6trangere), autos et
camions, pneus de camions, tabac en feuilles, t6les.
Les carburants et lubrifiants font l'objet d'un
texte special (arr&t 207 du 7 avril 1949).


LES ACCORDS COMMERCIAUX DU CAMEROUN

Au cowrs du mois de septembre 1949, les accords
commerciaux suivants ont 6t6 modifies au Terri-
toire :

i) Accord hongrois

Cet accord a et6 prorog6 au 31 octobre 1949. Les
contingents suppl6mentaires de marchandises sui-
vants ont Wte allou6s au territoire :


Ciment tonness) ..........
Emaill6s (F.M.) ...... ..
Tissps de coton (F.M.) ...
Divers (F.M .) ...........


6.500
4.000.000
10.000.000
500.000


2) Commission mixte franco-suedoise du 27 juin
1949 :
Contingents allouds :


Lait en poudre (C.S.) .......
Biere (C.S.) ................
Papier Kraft (200 t.), (C.S.)
Laine d'acier (C.S.) .........
Lampes A souder, lampe-tem-
pete et pieces (C.S.) .......
Rechauds A p6trole, lampes' A
p&trole et pieces (C.S.) ....
Machines A bois et pieces (C.S.)

3) Accord franco-suisse :
Principaux contingents alloues (date
lisation, 31 mai 1950) :
Laits condenses (Fr.) .... ....
Laits medicaux en poudre (Fr.)
Fromages A pAte dure, y com-
pris creme de gruy&re (Fr.),
Tissus de coton fins (Fr.) ....
Tissus de coton puv (Fr.) ....
Broderies (Fr.) .............
Confections (Fr.) .........
Machines-outils (Fr.) ........
Outils de machines-outils (Fr.)
Machines A &crire et pieces (Fr.)
M ontres (Fr.) ..............


2.800
25.000
8o.ooo
180.000
417

20.000

5.000
118.333


limited d'uti-


35.000
35.000

26.000
25.000
280.000
40.000
5o.ooo
50.000
70.000
50.000
50.00
150.000


4) Accord franco-espagnol :
Contingents alloues :
(milliers de francs m&tropolitains)
Poissons secs ........ ........ 5.000
Vins courants de 140 et plus .. 17.000


? I








SX&rs, Malaga et autres vins si-
m ilaires ..................
Fil pour filet de p&he ........
S Espadrilles ..................
T&tes de machines A coudre ...
Bonneterie de coton ..........


2.000
i.6oo
3.500
12.500
7.250


Date limited d'utilisation : 30 juin 1950.
D'autre part, les accords franco-tch6coslovaques
et. franco-bizone ont 6t6 respectivement proroges au
31 octobre 1949, et au 30 septembre 1949.
Au titre du programme 'formal d'approvisionne-
ment courant, un credit de 75.000 dollars a 6t6 alloue
au Territoire pour importation de pick-up et pieces
de rechange.


VISITS AU CAMEROUN

L'annee 1949 aura ete marquee, pour le Came-
roun, par une s6rie de- visits, de missions, de re-
cherches et d'enqu&tes qui traduisent I'int6r&t que
suscitent, dans les milieux et dans; les domaines les
plus divers, la rapide evolution de ce territoire et
les formes de son avenir.
Deux Ministres de la Republique Francaise ont
visit le Territoire cette annee : M. Tony-Revillon,
Secretaire d'Etat A la France d'Outre-Mer, et
M. Moreau, Secretaire d'Etat a l'Air, qui, en com-
pagnie du General Vallin, a etudie I'infrastructure
aerienne du Cameroun. A signaler A cette occasion le
passage a Douala et Yaound6, de l'Ecole de l'Air,
en voyage d'etude en Afrique, sous la; direction du
General Girardot et de M. Bougrain, depute A 1'As-
sembl6e Nationale.
D'autres parlementaires ont s6journe recemment
au Cameroun : M. Boisdon, President de l'Assem-
blee de l'Union Francaise; M. Alduy et Mme Emi-
lienne Moreau, Conseillers de l'Union Francaise,
venus etudier sur place les conditions sociales et sco-
laires.
La collaboration africaine s'est affirmee par la
visit de M. Pellieu, Gouverneur du Gabon, par
celle de Sir John Mac Pherson, Gouverneur General
de la Nigeria, et par celle de M. Wikley, Consul
General d'Angleterre pour l'Afrique Centrale.
La recherche scientifique a &et favorisee par une,
mission du Gouverneur Deschamps, cependant que
M. Malcolm Guthrie pursuit des recherches sur les
langues bantoues du Cameroun au nom de l'Institut
international des langues et civilisations africaines.
Dans le domaine social et cultural on relive le pas-
sage de M. Bouzanquet, President de la C.G.T.-
F.O., ainsi que la visit de Mgr Lefevre, ev&que de
Dakar et vicaire apostolique pour l'Afrique Noire ;
de Sidi Ben Amor Tidjani, Cherif de la Confrerie


Tidjania. A noter egalement les visits de Mme Le-
faucheux, Conseiller de l'Union Frangaise, qui s'est
particulierement int6ressde aux questions sociales;
de M. Martine, Deput6, rapporteur A la Commission
du Travail de l'Assemblee Nationale, et de M. Fro-
ment Guieysse, Directeur G6neral de l'Encyclopedie
colonial, charge de conferences pour l'Alliance
frangaise.
Sur le plan administratif, une mission de contr6le
du Minist&re de la France d'Outre-Mer et une mis-
sion de la Cour des Comptes ont sejourn6 longue-
ment au Territoire. En outre, de hauts "fonction-
naires sont venus 6tudier les conditions techniques
de certaines realisations economiques, M. Coursin,
Inspecteur Gen6ral des Travaux publics et M. Au-
breville, Inspecteur G6enral des For&ts de la France
d'Outre-Mer.
Pour les derniers mois de 1'annee il est pr6vu des
conferences internationales qui ont pour objet la
vie africairie et oif le Cameroun sera represent&
conferencee du Tourisme africain A Nairobi, confe-
rence de l'Economie rurale A Joss, conference Scien-
tifique africaine A Johannesburg, conference de la
Nutrition africaine, qui se reunira sur le Territoire
meme, A Dschang, du 3 au o1 octobre prochain).
A cet ordre de preoccupations internationales se
rattache egalement la mission de visit du Conseil
de Tutelle qui passera trois semaines au Cameroun
au mois de novembre. Cette mission comprendra les
d6l6gues de la Belgique, des Etats-Unis, de l'Irak
et du Mexique et sera presidee par M. Awni Kha-
lidi, delegue de l'Irak au Conseil de Tutelle. Aprls
son s6jour daps le Territoire, elle visitera 6galement
le Cameroun sous tutelle britannique et les deux
Togos.
Enfin une mission parlementaire est attendue au
Territoire fin septembre.


LE 3 OCTOBRE, S'OUVRE A DSCHANG,
LA CONFERENCE
SUR LA NUTRITION EN AFRIQUE

Une conference de la Nutrition en Afrique se
tiendra A Dschang du 3 au 9 octobre prochain. Cette
manifestation, qui s'inscrit dans le programme de
cooperation entire les Territoires du Continent afri-
cain, se pr6sente sous un aspect essentiellement
scientifique. Les pays repr6sentes deleguent A
Dschang leurs technicians specialists dans les pro-
blimes d'alimentation et de nutrition, professeurs
de faculties, chercheurs, medecins hygienistes. C'est
ainsi que le Congo Belge sera repr6sent6 par le Pro-
fesseur Bigwood, professeur de chimie biologique, et
de nutrition A 1'Universit6 libre de Bruxelles, par le
Dr Duren, inspecteur g6enral de l'Hygiene au Mi-








tiistire de; Coldnies, ainsi que par un m6decin hy-
,gi6niste de L6opoldville et un dle6gu6 de I'I.N.E.A.C.
La delegation britannique, compose de huit per-
sonnalites, comptera notamment le, Professeur Platt,
,de la section de nutrition humaine au Conseil de la
Recherche M6dicale, et des representants de la Ni-
geria, de la Gold Coast, du Kenya, de l'Ouganda, et
de l'Est Africain. Pour l'Union Sud Africaine, le
Professeur Gale, Secr6taire de la Santd du Gouver-
nement Sud-Africain et president du Conseil de.la
Nutrition, a exprim6 son intention de participer lui-
m&me aux travaux de la conference de Dschang.
Les territoires portugais et le Liberia seront 6ga-
lement represents.
Parmi les membres de la d6elgation frangaise, on
'note le m(decin Lieutenant-Colonel Pales, Chef de
la mission anthropologique en A.O.F. ; le m6decin
Colonel Legacn, Chef du service de sante de l'Ou-


bangui; le Directeur des services de la sant6 publi-
que au Cameroun et le chef du service d'hygiene
mobile.

Repondant A Tinvitation du Gouvernement fran-
gais, I'Organisation des Nations Unies pour l'alimen-
tation et I'agriculture et I'Organisation mondiale de
la Sant6 ont d6signe, pour les representer A Dschang,
les directeurs de leurs sections alimentation et nu-
trition, M. le Dr Aykrod pour la premiere et M. le
Dr Clements pour la second.

I1 s'agira pour les delegues A cette conference de
dresser un inventaire des regimes alimentaires afri-
cains qui permette, par comparisons interr6gionales
et confrontation avec les normes scientifiques 6ta-
blies, de definfir les rations alimentaires actuelle-
ment pratiquees en Afrique, d'en rechercher les ca-
rences et de proposer les solutions propres A amelio-
rer les conditions de nutrition des populations.









MADAGASCAR


LES TRAVAUX
DE L'ASSEMBLtEe
REPRESENTATIVE


aofit a 6t6 consa-
cr e A l'examen,
en stance pl6niire, de
divers projects int~res-
sant I'agriculture, les
travaux publics, I'inspection du travail et le plan.
Apres une legere modification apportee au texte
pr6sent6 par l'Administration, I'arrfte instituant le
conditionnement des clous de girofle exports du
Territoire a ete approuve A la majority. L'Assembl6e
a soulign6, A cette occasion, son d6sir, maintes fois
renouvel6, et, actuellement, erige en systime, de ne
mettre, sur les marches mondiaux, que des products
don't la quality est irreprochable.
A, 6galement, 6et adopted le principle du rachat,
par le Territoire, des installations de la S.E.E.M.
pour la distribution de l'6nergie 6lectrique A Diego-
Suarez.
En presence de l'Inspecteur G6neral du Travail,
a eu lieu la discussion sur le bareme d'indemnisation
a appliquer aux accidents du travail. Apres change
de vues, le project de l'Administration a 6et approve.
Dorenavant, I'ancien systeme d'indemnisation for-
faitaire est, remplac6 par une procedure plus libe-
rale admettant le principle de I'attribution d'une
rente ou d'une indemnity variant selon le degree de
l'invalidit6.
**

Des 1'ouverture de la seance pleniere du lundi 29
aofit, l'Assembl6e a rendu hommage aux victims
Sde la catastrophe des Landes et, apres avoir observe
une minute de silence, a vot6, A l'unanimitd, un se-
cours de cinq cent mille francs C.F.A. en leur fa-
veur, soit un million de francs metropolitains.
I1 a et6, ensuite, passe A l'examen des nombreu-
ses questions portees A I'ordre du jour.
La premiere deliberation intervene concernait la
r6forme fisc'ale. Le regime fiscal adopted comportera,
A computer du i" janvier 1950 :
d6grevement d'imp6ts sur *les b6enfices divers
en faveur des contribuables investissant, dans le Ter-
ritoire, tout ou parties de leurs benefices ;
exoneration temporaire des plus-values consta-
tees lors de l'apport A une tierce entreprise;
relevement de l'abattement A la. base 80.000ooo
francs en matiere d'imp6t sur les benefices divers, et


A 125.000 francs en mati&re d'imp6t general sur le-
revenu ;
augmentation des d6grivements en faveur des
contribuables charges de famille ;
suppression total de l'imp6t cddulaire sur les
traitements et salaires.
En definitive, il s'agit d'un all&gement tr&s sensi-
ble de la fiscalit6 directed pour la majority des assu-
jettis, puisque les differentes measures prises ne s'ac-
compagnent que d'une legere augmentation de l'im-
p6t general sur le revenue, sur la tranche d6passant
trois millions et de certaines taxes indirectes sur des
products considers comme de -luxe : tabac et alcohol.



En ce qui concern le budget, l'Assembl6e a.ap-
prouv6, sans modifications, les propositions de la
Commission des Finances. La section ordinaire
s'6quilibre, en recettes et en depenses, A 3.832.223.000
francs, et la section extraordinaire A 882.640.000 frs.
Sans reclamer d'imp6t nouveau, le budget g6ne-
ral pourra faire face A des d6penses sans cesse crois-
santes d'dquipement economique et social. En parti-
culier, un effort budg6taire tres important est con-
senti pour entreprendre, avec du personnel et du ma-
teriel sp6cialises, la lutte A outrance centre les acri-
diens et le paludisme. L'A.M.I., l'Enseignement, les
Travaux publics et l'Architecture sont les principaux
postes. qui ont prioccu.p l'Assemblee et pour les-
quels des credits massifs ont 6td octroyes.
Une modification des dispositions de 1'article 34
de l'arret6 du 10 janvier 1928 sur le regime fiscal
des valeurs mobilieres a 6td approuv6e A l'unani-
mit6. Elle consiste A affranchir de l'imp6t sur le re-
venu des amortissements ou remboursements totaux
ou parties de capital effectues par les soci6tes en
execution d'une clause obligatoire de leurs status si
cette clause a 6et inscrite dans les status avant le
1" janvier 1928. I1 est precise, toutefois, que l'im-
p6t sera applicable aux amortissements procedant,
soit d'une disposition obligatoire inseree post6rieu-
rement au i" janvier 1928 dans les status des so-
cidtes, soit d'une clause obligatoire au pacte social
primitif ou modifi6 des soci6tes constitutes depuis
cette date.
Cette r6forme a pour but de mettre fin aux dva-
sions fiscales qui consistaient, pour les soci6tes, A
distribuer leurs benefices ou leurs reserves sous forme
d'amortissement ou de remboursement de leur capi-
tal. Pour favoriser le developpement economique du
Territoire, 1'Assembl6e a jug6 opportun d'accorder
l'exoneration des droits de sortie du sucre.
Divers amenagements, rajustements ou relive-
r








ments ont teA apportis aux tarifs postaux des regi-
mes franco-.colonfal, inter-colonial, international, A
ceux du transport postal aerien a l'interieur, et, en-
fin, A celui de la surtaxe aerienne applicable aux
correspondances postales entire Madagascar et l'en-
semble de I'Union Frangaise.


Apres l'6tude, en commission pleniere, des der-
ni&res affaires inscrites A l'ordre du jour, I'Assem-
bl6e a tenu, mardi 30 aoft, dans la soiree, sa stance
de dl6ture.
Ont 6td, notamment, approuv6s les projects de dd-
liberation portant :
modification des tableaux des taxes d'importa-
tion applicables aux divers products en vue de main-
tenir en harmonies la nomenclature locale avec celle
du tarif douanier metropolitan.
L'Assemble a, 6galement, adopt :
a) le principle de creation, A Madagascar, d'une
soci6t immobiliere avec participation privee ; 1'l6a-
boration et I'approbation des status devant etre 6tu-
dides par la Commission permanent. L'apport du
Territoire es: fix6 A soixante millions ;
b) le principe du project de creation d'une soci6t6
d'Etat << Credit de Madagascar >;
c) le project de d6cret portant attribution, au Com-
missariat A 1 Energie atomique, d'un permis g6ndral
de recherche, type < A >, ainsi que le project de con-
vention y annex, riglant les conditions d'exercice
des droits de recherches et d'exploitation 6ventuelle ;
d) le project d'attribution, au Syndicat d'Etudes et
de Recherches p6troliires, d'un permis de recher-
ches pour hydrocarbures, la convention A intervenir
devant &tre rise definitivement au point par la Com-
mission permanent qui reooit, A ce sujet, une de-
16gation special de pouvoir ;
e) le project de creation, dans les cinq provinces
malgaches, de collectivites autochtones rurales.
L'Assemblie a concrete l'int6ert qu'elle attache au
d6veloppement de I'enseignement en d6cidant :
la construction d'un nouvel internal au lycee
Galli6ni ;
I'extension de l'ecole europ6enne de Faravo-
hitra colee Canut) ;
la construction d'un group primaire scolaire
A Mahamasina ;
et, enfir, la construction, A Antsirabe, de deux
internats prirnaires : un pour les garcons, un pour
les filles.


LA SITUATION INDUSTRIELLE ET AGRICOLE
,DE MADAGASCAR
Le rapport pour .l'exercice 1948 de la Banque de
Madagascar, qui a et6 soumis A l'Assembl6e an-
nuelle, signal que la balance commercial de la
Grande Ile et des Comores s'est soldie, 1'annie pas-
sde, par un deficit de 2.821 millions de frs C.F.A.


Les Territoires de la zone franc ont assure 65,40 %
des besoins de Madagascar ; en sens inverse, la M&-
tropole est rest6e le meilleur client de ce Territoire
et des Comores (70 % des exportations malgaches).
Le rapport passe ensuite en revue les principles
exportations de la Grande Ile, au course de l'annie
6coule :
Cafe : 19.944 tonnes, d'une valeur de 975 millions
(contre 29.333 tonnes, valant 793 millions en 1947).
Vanille la liberty a 6et rendue au march le
4 mai 1949; exportation aux Etats-Unis en 1948 :
140 tonnes, valant 200 millions.
Rhum .: expeditions passes, d'une annee A l'autre,
de 12.520 A 15.189 hectolitres, valant 88 millions de
francs.
Raphia : exportations, 4.015 tonnes (162 millions)
centre 5.887 tonnes en 1947.
Sisal : 3.588 tonnes sorties (145 millions) contre
3.664 tonnes en 1947 (76 millions).
Plantes a parfums : ventes de 577 tonnes pour
135 millions.
Viandes congelees et conserves : exportations de
13.278 tonnes (1.298 millions) contre 11.960 tonnes
(820 millions en 1947).
Peaux de baufs et de crocodiles : ventes de 6.146
tonnes (672 millions).
Graphite : sorties de 8.438 tonnes (121 millions)
contre 8.717 tonnes (61. millions en 1947).
Mica : exportations passees de 547 A 711 tonnes
(de 60 A 133 millions).

LA CIRCULATION FIDUCIAIRE
La circulation fiduciaire a progress A la cadence
de Ioo millions en moyenne par mois. De 3.043 mil-
lions or7.370 francs en 1947, elle est passee A 4 mil-
liards 302.161.295 francs C.F.A. au 31 d6cembre
1948, en augmentation de plus de 40 %.
Le coefficient de rel&vement de la circulation fi-
duciaire par rapport A 1938 (o1,80) est un des plus
faibles de l'ensemble des Territoires de l'Union Fran-
gaise, alors que le coit de la vie atteint, comme en
France, pris de 17 fois celui d'avant-guerre.

LE PLAN D'EQUIPEMENT
Le rapport signal ensuite que le plan d'6qui-
pement d6cennal destine A renover 1'economie de
Madagascar et des Comores est actuellement soumis
A l'agrement du Ministre de la France d'Outre-Mer.
Sa r6alisation entrainera une d6pense 6valuee A
57 milliards de francs C.F.A. environ. Le rapport
souligne A ce propos l'effort financier consent par la
M6tropole. L'Etat prend A sa charge 50 % des in-
vestissements 6conomiques, les deux tiers des depen-
ses relatives A l'6quipement social et la totality des
frais de recherche scientifique et de cartographie, en
tout pris de 30 milliards de francs C.F.A. La diff6-
rence incombera aux Territoires auxquels le Fonds
d'Investissements et de D6veloppement Economique
et Social des Territoires d'Outre-Mer consent toute-







fois actuellement des prets A faible interet, grace
aux avances du Tresor metropolitain.

DICES DE M. RAZAFIALA,
REPIRESENTANT DE MADAGASCAR
A L'ASSEMBLiE DE L'UNION ERANQAISE

M. Razafiala, Conseiller de l'Union Frangaise, re-
pr6sentant la c6te Est, est dic6d6 le 2 septembre A
l'h6pital de Tananarive.
I1 avait 6t6 ilu sur la liste Longuet (liste des In-
dependants).
Le Directeur des Affaires politiques a salu6 sa
depouille mortelle au nom du Haut-Commissaire.

ARRIViE A TANANARIVE DE MGR LEFLVRE

Mgr Lefevre, vicaire apostolique de Dakar, dl66-
gu6 apostolique pour les missions dans les Terri-
toires frangais d'Afrique et de Madagascar, est ar-
riv6 le 18 septembre A Tananarive, par avion, venant
de Paris. Le pr6lat a 6t6 accueilli par le repr6sentant
du Haut-Commissaire, ainsi que les vicaires aposto-
liques de Tananarive et de Miarinarivo.
Mgr Lefivre repartira pour Paris au d6but du
mois d'octobre.

ODYSSIE DE DEUX JEUNES FRANCAIS

Partis de Paris le 20 d6cembre 1948, deux jeunes
gens, MM. Netter et Monserrat, sont arrives A Ta-


nanarive par le chemin des 6coliers, le 26 aoft der-
nier, A bord d'un Dodge 4x4 des surplus baptism, par
une reminiscence rimbaldienne : < Le Bateau Ivre >.
Leur itineraire se soucie, en effet, fort peu de la
ligne droite, comme on peut s'en rendre compete ci-
apres.
Ils ont traverse la France de Paris A Marseille;
l'Alg6rie par Alger, Mascara et Colomb-Bechar ; le
Sahara par Bidon V et le Tanezrouft; le Soudan par
Gao, les falaises de Bandiagara, Bobo-Dioulasso,
Bamako; le Senegal par Kayes, Dakar ; la Guinee
par la route du Fouta Djallon, Konakry, Nzerekor6 ;
la C6te d'Ivoire par Man, Abidjan, Agnibilekrou;
la Gold-Coast par Kumasi et Accra ; Lome au Togo ;
Cotonou au Dahomey et Abomey ; le Niger par Nia-
mey, Maradi, Zinder; la Nigeria par Kano ; le
Tchad par Fort-Lamy et Fort-Archambault ; 1'Ou-
bangui-Chari par Bangui; le Cameroun par Yaounde,
Douala; le Gabon sur une des routes les plus dif-
ficiles ; et une parties du Congo belge l'Uguanda
par Kampala et le lac Victoria ; le Kenya par Nai-
robi et Mombasa ; enfin, Madagascar par Majunga
et Tananarive.
Cette randonn6e de 40.000 kilometres a 6t6 effec-
tuee avec le strict n6cessaire pour la voiture et moins
que le necessaire pour .les deux voyageurs, sur des
routes impossible A d6crire.
Les deux jeunes voyageurs, qui ont d5 6videm-
ment computer avec les pannes, le poto-poto, la pluie,
la chaleur et le froid ont effectue des arr&ts assez
longs dans les centres important et ont participe A
de grandes chasses.


ETABLISSEMENTS DE L'INDE


AVANT LE
REFERENDUM
A PONDICHPIRY
ANS un dis-
cours qu'il a
prononc6 A
I'occasion de la den-
xilme session de
S I'Assembl6e Repr&-
sentative, le Gouver-
neur Chambon a fait allusion au referendum du Ii
d6cembre.
Quel que soit le resultat de ce choix, a-t-il declare,
je souhaite que vous conservieT dans vos institutions
et vos libertis l'autonomie qui consacrera l'origina-
lite et le charme de votre pays. Vous saver que ld
France, au nom de qui je parole, s'est engage for,
mellement dans cette voie.









NOUVELLE CALEDONIE


S LE DISCOURS
SDU GOUVERNEUR
COURNARIE
mAU CONSEIL
GENERAL

L'OCCASION de 1'ou-
verture de la ses-
sion extraordinai-
re du Conseil General,
le 30 aofit dernier, le Gouverneur Cournarie, Haut-
Commissaire de la R6publique Francaise pour les
Etablissements Franqais du Pacifique, a prononc6 un
discours dan:; lequel il fait un tour d'horizon et exa-
mind la situation financiere de la Nouvelle-Caledo-
nie.
Voici les passages essentiels de ce discours :
En ce qui concern l'exercice 1949, au 31 juillet
les recettes s 'elvent a 143.700.000 francs, pour les
dipenses de 136 millions, soit un sold criditeur de
7.7000.000 francs.
La situation apparait done favorable.
Le budget s'est ixecuti depuis le debut de cette'
annie-ci de facon assez rigulidre ; cependant il sem-
ble que nos provisions de recettes aient etd quel-
que peu exagedres. Les tabacs marquent une moins-
value pour les premiers mois de plus de 2 millions ;
quant aux douanes, la part la plus important des
perceptions a sa source, non pas dans les importa-
tions mais dans les exportations.
... II semble maintenant que l'industrie, et en par-
ticulier l'industrie du nickel soit arrive aux previ-
sions mensue'les qui avaient te eitablies l'annee der-
mere.
En ce qui concerne notre situation en devises, au
27 aoit, novs avions en caisse 250.000 dollars et
200.000 livre: australiennes. Quant a notre program-
me d'importction pour le troisi&ne trimestre il 6tait
deja couvert par des autorisations de devises jus-
qu'aux 2/3.
La situation apparait done bonne de ce c6te-ci;
nous sommes a peu prds assures de nous procurer
l'essentiel de ce don't nous avons besoin.
Le premier semestre de notre balance commer-
ciale avec la Mitropole parait devoir etre favorable.
Voila, Mes.ieurs, trWs rapidement le point sur no-
tre situation financidre et notre situation des chan-
ges.
Le Gouverneur Cournarie a declare ensuite vou-
loir faire le point de l'economie cal6donienne. Fai-
sant 6tat des premieres statistiques 6tablies sur son
initiative, il en a conclu que la richesse du pays


apparaissait relativement moderee et qu'il fallait, en
consequence, rechercher les moyens d'accroitre le re-
venu caledonien.
II a alors soulign6 que le fonctionnement des ser-
vices a la charge de la communautd s'6levait A pres
de 22 % du revenue, proportion considerable pour un
pays jeune, en periode d'amelioration de son equi-
pement et s'est prononc6 en faveur d'une diminution
de ces charges.
La guerre est terminee depuis plusieurs annies, a
dit encore le Gouverneur, le monde par une serie de
paliers et d'echelons se trouve maintenant a une p6-
riode qui approche de la stability et cela signifie un
retour a des mdthodes normales et rationnelles, dans
une certain liberty economique, dans une certain
possibility pour chacun de faire valoir ses initiatives
et de rechercher ses solutions propres. II en risulte
que certain products qui bindficiaient du fait de la
reglementation et de l'intervention des comites de
rdpartition, d'une sorte de priority et d'une sorte de
favoritisme, vont se trouver, sur le march', au con-
tact de products venant d'autres territoires et de-.
vront, pour etre achetes, s'aligner sur les course mon-
diaux.
II est done necessaire de savoir jusqu'oi nous pou-
rons aller, comment nous pourrons y aller, de recher-
cher les moyens de diminuer nos prix intirieurs, de
presenter nos products sur les marches exterieurs a
des course acceptable ; pour ce, il faudra peut-etre
peser sur le prix de la vie en Nouvelle-Calidonie,
amorcer une baisse intirieure qui devrait itre nor-
male puisque dejh on l'a constate en France sur cer-
tains products, sur les products agricoles par exem-
ple, et en Amirique sur l'ensemble de la production.
II faut aider notre production en nous iquipant
mieux que nous ne le sommesaujourd'bui ; il faut
penser a une organisation plus rationnelle et donner
au producteur plus de facilities pour s'equiper. Com-
me deja vous aver bien voulu le faire pour l'agri-
culture, il faudra sans doute ddtaxer les moyens de
production et les matidres qui servent a produire.
De plus, je vous le disais tout a l'heure, il faudraite
peser sur les prix intirieurs, essayer de faire dimi-
nuer le prix de la vie .en Nouvelle-Calidonie. La
structure fiscal de ce pays a pour rdsultat une aug-
mentation du prix des biens de consommation.
Abordant le problime de la main-d'ceuvre, le
Haut-Commissaire a precise qu'apres un flechisse-
ment tris marque, la population indigine semblait
amorcer une courbe ascendante. Quant a la popula-
tion europeenne, elle s'accroit A la cadence de 500
unites par an.
En terminant, M. Cournarisa parl6 du poste de
Radio-Noumea qui trouve ses credits amenuises par







leeMinistere de la France d'Outre-Mer et que le
Haut-Commissaire consid&re comme tris utile au
Territoire et demand A 6tudier la fagon don't pourra
ktre conserve et amenag6 ce moyen d'information et
d'6ducation.


DISCOURSE
DU PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL

M. Henri Bonneaud, President de l'Assembl6e, a
pris la parole apres le Haut-Commissaire. Dans le
discours qu'il a prononce, M. Henri Bonneaud s'est
plaint tout d'abord de ce que les deliberations du
Conseil G6enral, depuis deux ans et demi, n'aient
pas 6t6 ex6cut6es par 1'Administration. Puisque, mal-
gre nos multiples interventions nous ne sommes pas
encore arrives a mettre viritablement au travail la
lourde machine administrative, a-t-il d6clar6, c'est
sans doute qu'il doit y avoir quelque part dans cette
machine un vice de forme. Il conviendrait peut-etre
d'y remidier.
II convient done qu'en accord avec la Haute-Ad-
ministration et faisant table rase des dissensions qui
pourraient exister entire nous, nous nous mettions
les uns et les autres autour de la mime table afin
d'y faire ce travail en commun. Je ne vois pas, pour
ma part, d'autre moyen de sortir de cette situation
de demi paralysie dans laquelle nous nous trouvons
installs, tres provisoirement, je l'espere. II convient
done que tous ensemble nous examinions les raisons
de cette incapacity. Elle disparaftra sans doute des
que nous aurons donhf aux services techniques de
l'Administration les moyens de rdalisation necessai-
res. Ce qu'il faut, c'est realiser et donner a ce pays'
l'essor que nous voulons et que nous avons, en fait,
les moyens de lui donner. II convient donc, avantP
tout, d'itablir en accord avec la Haute-Administra-
tion les moyens de rinover et de transformer com-
pletement les nethodes anciennes de travail qui se
re'vlent aujourd'hui pdrimees. Ensuite, cette trans-
formation itant devenue effective, il convient que
l'on puisse entrer enfin dans la voie des rdalisations
et utiliser les divers moyens financiers qui se trou-
vent encore actuellement a notre disposition.
Le dirigisme iconomique que nous avons subi jus-
qu'a present doit disparaitre. II faut qu'il disparaisse
pour laisser la place a un regime de liberty economi-
que qui fera que la vie sera moins chire parce que
si, au lieu, par example, d'acheter notre riZ en Indo-
chine, nous utilisions nos contingents australiens, il
nous coiterait nettement moins cher ; parce que si
nous poursuivions la meme thiorie pour le ciment
et pour d'autres articles, nous nous en trouverions


mieux et c'est la le probleme que nous avons a re-
soudre en accord avec l'Administration. Je dois dire
que d'ores et ddja ce probleme a ete envisage et que
nous avons rencontri auprhs du service economique
une comprehension que je me plais a reconnaitre.
Mais cette comprehension doit s'exprimer non pas
par des paroles mais par des rialisations, cela est
possible et cela sera, parce que c'est une necessitel
economique et qu'il ne saurait en etre autrement.
Ce n'est qu'd cette condition que nous pourrons
attaquer le probleme d'une compression raisonnable
de nos depenses. Ce n'est qu'd cette condition que
nous pourrons amdliorer notre economic gendrale et
nos prix de revient de production agricole ou mi-
niere, et c'est la ce vers quoi il faut tendre, c'est pour
le diveloppement future de ce Territoire une ques-
tion vitale. De plus, peut-etre certain prix pratiques
sur place le sont-ils sans tenir compete des pourcen-
tages raisonnables et normaux de majoration fixe's
par l'Administration. Si cela itait, je rappelle a cette
Administration que nous lui avons donned une arme
don't elle n'a qu'a se servir s'il est nicessaire, c'est
celle du contr6le des prix.


LA PREMIERE LIAISON COMMERCIAL
PARIS-NOUMEA

Un quatrimoteur d'Air-France a quitter, le 21 sep-
tembre, l'a6rodrome d'Orly A destination de Nou-
mda, pour accomplir le vol d'inauguration de la li-
gne France-Nouvelle-Cal6donie.
A bord avaient notamment pris .place le colonel
Deve, qui, du 6 mars au 5 avril 1932, rdalisa la pre-
miere liaison Paris-Noumea, A bord d'un trimoteur
Couzinet ; M. Miggon, directeur de l'aeronautique.
civil en Nouvelle-Caledonie ; deux conseillers de
l'Union Frangaise et cinq midshipmen qui regagnent
feur poste A Tahiti.
La nouvelle ligne qui 6tendra dorenavant L'acti-
vit6 d'Air-France aux cinq parties du monde, sera
exploit6e par des Skymasters D.C. 4. et passera no-
tamment par Tunis, Le Caire, Karachi, Saigon, lBa-
tavia et Brisbane.
Les departs auront lieu un mercredi sur deux, et
la dur6e du voyage sera de sept jours avec trois es-
cales de nuit.
L'avion est arrive le 27 septembre A 61 heures 30
(heure locale) A Noumea, realisant la premiere liai-
son commercial Paris-Noumea.
Un appareil est parti de Noum6a pour Pepeetee le
29 septembre, assurant par les ailes frangaises la
continuity de la ligne jusqu'A Tahiti.










INFORMATIONS ADMINISTRATIVE


ADMINISTRATION

* DIecret du 213 aot 11940 approuvant la d4lib6ration
du Grand Conseil de 1'Arique Equatoriale Fran-
9aise du 2,3 avril 11949 insitituant une, taxes de con-
so.mmation sur les tabacs fabriqu6s en Afrique Equa-
toriale Frangaise. (J.O. 2 'septembre 1'940).

* Un arrRtt portant organisation de la direction
des, affaires politiqces de 'administration central
ddu Minist're de la France ,d'OutreWMer. (J.O. 2 sep-
tembre 19,49).

* Un arrEt6 portant fixation de 1'effectif du cadre
des tr6sorleries de l'Afrique' Equatoriale Francaise.
(J.O. 3 septembre 1949').

* Decret du 216 aoftt 119419 portant naturalisation,
reintegration, mention d'enlfants miners susicepti-
bles de b6'naficier de 1'effet collectif attach A l'ac-
quisition :par leurs parents de .a nationality fran-
.aise. (J.O. 4 sleptembre 1949).

* Decret ldu 10 aofit 1949 surpprimant la Chambre
de Cassation d'Indochine. (J.O. 7 septembre 1949).

* Compl6mnent de I'arr&t6 du 13 juin 1949 portant
nomination des membres du Counseil Suip6rieur de la
chasse aux 'Colonies. (J.O. l10 septemibre 1'949).

* Autoris:ition de constitution d'une soci6tW d'6co-
nomie mix:te- dite Societe d'6tudes pour l'exploita-
tion d'unle station, de cong6lation a Saint-Pierre et
Miquelon. (J.O. 11 septembre ,11949).

* Creation .de comit6s techniques paritaires au Mi-
nistbre de la France d'Outre-Mer. (J.O. 119 septembre
1949).

* Un arrit6 du 18 septemlbre autorise la constitu-
tion d'une nouvelle socie6t d'econoimie mixte d6-
nomm6ne Soci6th InmmobiliBre de 1'Afrique Equato-
riale Franc;aisie.

Cette soci,6t a pour objet toutes entreprises et
toutees operations immobilibres en Afrique Equato-
riale Frantgaise et notamm.ent l'ex6cution de toutes
conventions avenants et accords A intervenir avec
les autorit6 s administrative et leis colllectivit6s, pu-
bliques d'e 4'Afrique Equatoriale Frangaise, ayant
pour bbjet la construction et la g6rance de tous im-
meubles ainsi que toutes operations d'urbanisme
d'int6ret gnenral.

S'il y a lieu, la crBation de soci6t6s nouvelles; la
prise de participation dans cells existantes et g6-
anraltemenil toutes operations induistrielles, commer-
ciales, financiOres, mobilibres et immobilibres, se


rattachant directement ou indirectenent a l'objet
social on de nature a favoriser son d6veloppement.

* DBcret du 211 septemlbre 1'949 compl6tant les dis-
positions *de I'arrkti du 13 octobre 19142, relatif A
l'indemnit6 de depart colonial de.s fonctionnaires.
(J.O. 24 septembre 1949).

* Par d6cret du 28 septembre, il est crr6, sous le
nom d'Institut de redhereches m6dicales des Etablis-
sements Frangais de l'Oceanie, un 6tablissement pu-
blic dot6 de la personality civil et de l'autono-
mie financiere. Le sibge de cet Institut est A Papeete.

Cet Institut, place sous 1'autorit6 du Gouverneur
des Etablissements Francais de l'Oc6anie, a pour
objet 1'6tude et l'application de tous les moyens
,de lutte cointre les endmmies, et, nota~mment, la fi'la-
riose, .en Olc6anie frangaise.

Get Institut ,est, en outre, charge des relations
avec leis organisms strangers de mime nature, en
particulier, avec l'universit6 de Californie.


FINANCES


* Un arrt6 portant creation de regies d'avances
pour le r'iglem'ent des d6penses des camps de va-
cances des dtudiants d'OutreoMer. (J.O. 2 septembre
1949).

* D6cret du 28 aofit 11949 irelatif a l'admission de la
preuve testimoniale pour les piayements A la .charge
des budgets loicaux des communes ,et des 6tablisse-
ments publics des Territoires d'Outre-Mer. (J.O. 7
septemlbre 1949).

* D6cret du 24 aofit 1949 complktant les dispositions
du d6cret du 4 juillet 119312 portant rgglement de la
situation des fonctionnaires et agents -quittant pr6-
maturdment le service Outreo-(er apres avoir bBn6-
fici6 du passage gratuit. (J.O. 20 septembre 1949).

* D1cret du 27 aofit 1949 6tendant les dispositions
des d6crets du 15 avril 11949, relatifs A I'application
du, reclasisement de la function publique et aux
charges de la faimiille Outre-Mer, A la Cote Francaise
des Somalis. i(J.O. 210 septeimbre 11949).

* Bourses, pirts d'honneur et siecours scolaires ac-
,cord6s par les Territoires d'Oiutre-Mer autroes que
1'Indocihine aux etudiants on l6dvies en course d'dtu-
des dans la mn tropole, les dplarteiments d'Outre-
Mer ou 1'Algirie. (J.'O. 23 septeombre 11949).

* Decret portant approbation du budget ,extraor-
dinaire pour la reconstruction et l'6quipement de
1'Indocihine pour le premier seimestre 1949. (J.O. 27.
septembre 19419).









PERSONNEL

* P.ar arret! en date du 2 septembre 11949, M. Hoff-
herr i(RenQ), haut-commissaire de la R&publique au
Cameroun, iest place dans la position de mission en
France pour une p6hriode de trois mois allant du 4
juillet 1949, date de son arri-vCe dans aa m6tropole,
au 3 octobre 19419 inclus. (J.O. 4 septemibre 1949).

* Art. lr. M. Valuy (Claude!), administrateur de
1" classes des colonies,' secr6taire Ig6nCral du Daho-
mey, est nommn gouverneur par interim .de ce ter-
ritoire. ,(J.O. 119' septembre *1949).

* Art. 1er. M. iSaint-Andr6 (iMaurice), gouverneur
de 2' classes des colonies en retraite, est nommn6 gou-
verneur honoraire des colonies: .et directeur hono-
raire A l'administration .oentrale du Ministhre de la
France d'Outre-Mer. i(J.O. 19 septembre 1949).

* Par arreth du '9 septembre 19419, M. Geraud de
Galussus, administrateur de "1' classes des colonies,
est maintenu sur sa demanded dans la position de
service dCtach6e aupres du Miniisthre des Finances
et des Affaires Ecoinomilques, pour servir en quality
d'attach6 commercial du Chili, pour une dur'6e de
deux ans A computer du 3 septembre 1947. (J.O. 11
sefptembre 19419).
* Par dicret eni date du 3 septembre 19149, M. de
Valence de Minardiere (Guy), .est nomm6n aduminis-
trateur adjoint de 2' iclasse des colonies, a computer
du de' juillet 1949. (J.iO. 6 septembre 19449).

* Dicret du 3 septemlbre 1949 portant nomination
d'un directeur adjoint et d'un sous-dire'cteur A ad-
ministration central du Minist.re de la France
d'OutresMer. (J.O. 7 septembre 19419).

* Par arr&tA du 115 septembre 1949, M. Gorce
(Pierre-Marie-Joseph-Edmond), administrateur ad-
joint de 1" Iclasse des colonies est intBgr8e dans le
corps des inspiecteurs du travail aux colonies en
quality d'inspecteur de 1'" classes, pour computer du
212 aofit 1949,. (J.O. 65 septembre 1,949).

* Tour .de service Outre-iler des fonoctionnaires ci-
vils appartenant aux cadres r6gis, par decret. Enm-
banqueiment A partir dul 1' novembre 19419 (J.O. 1er
septembre 1949).

* Decret du 3 sieptelmbre portant nomination d'un
sous-directeur A a'adlministration central du Minis-
tere de la France d'lOutre-Mier (r6gularisation. (J.O.
7 septemobre 1949').

* Par arrete du .30 aoft 1949, M. Henrys Rou6i, ad-
ministrateur de 3, classes dies colonies, .est maintenu,
sur sa deapande, dans la position de service d6ta-
ch6 auprbs du IMinist.re des Affaires Etran.gBres,
pour servir A la residence g6n6arale de la R6publique
frangaise au Maroc, pendant trois ans, i computerr du
5 f6vrier 1949. <(J.0. 3 septembre 11949).

* Inscription d'administrateursi des colonies au ta-
Ibleau d'avancement ,du deuximae semestre 1'949 (J.O.
24 septembre 19491).


* Admission dans les sections administratives de
1'4cole national de la France d'Outre-Mer :

MM. Maitre; Caillard; Lambert; Sarazin ; Le
Meur ; Mar6chal ; Roy ; Gayet ; Lambrey ; Valy;
,Giry ; Veyrent ; Uzel ; Latu ; Serniclay ; Bentegeac
Jouanielle ; ILajus ; Ritblet ; Alliot ; Giraud ; Dietz ;
Mac6 ; Peetetin ; Surand; Pares ; Soulbeste; Forget;
Viaud ; Le Bellee; iDelos-Santos ; Barreaux; Ozoux.

Par d6cret en date du 216 septembre. 1.949, M. Avi
(Maurice), administrator de' 1" classes des services
civils d'Inidoichine, admis A fire valoir ses droitss A
la retraite, est nonimm& sous-directeur honoraire A
administration centrale du Ministere de la France
d'Outre-.ier. (J.O.. 28.septemibre 19149).

D61cret du 26 septemnbre 11949 portant promotion
dans le personnel des administrateurs des colonies.
(J.O. 218 septembre 11949).

Par d6cret en date du 26 septemibre 1949, M. Le-
bas (Maurice-Ange) est nomm6 administrateur ho-
Snoraire de 1" classes des services civils de 1'Indo-
chine. (J.O. 28 septemibre 119419).

* C'lassemient, dans la nourvelle hi6rarclhie fix6e par
d6cret, des inignnieurs principaux du cadre g6nsral
des travauix publics, des mines et des techniques in-
dustirielles des -colonies. (J.O. 28 septembre 1949).

* Par d6icret du .26 sieptemibre 1949 les administra-
teurs des colonies don't les noms suivent sont re-
clasisks dans leur grade du seul point .de vue de
1'anciennet6, comime indiqu6 ci-aprbs :

M. Braclhet (Pierre), administrateur die 2" classes,
'A computer du lJr janvier 1i946, au lieu du 1 janvier
1'947.
M. Villandre (Jean-Jacques)l, administrateur de 2*
classes, A computer du 1"' janvier 1947, au lieu du 1er
juillet 1947.

'M. Decisier (Maurice-Edmond), adminiistrateur .de
2" classes, A computer du ler juillet 1947, au lieu du 1'"
janvier 1948.
,M. Berrod (Francois), adaministrateur de 2' classes,
A computer du liver janvier 1948, au lieu du 1'" juillet
1948.

M. Moncoucut (Andr6-Daniel-Henri), administra-
teur de 3 classes, A computer' du le1r f6vrier .1947, au
lieu du 1"' aoft 1947.

M. Durand (Etienne-Joseph-Victor), administrateur
adjoint de "1, classes, A computer du 1"' juillet 1946,
au lieu du 1'" janvier 1,947.

M. Parini (Marcel-L&on-CUsar), pr6c6demrment ad-
ministrateur adjoint de 2" classes, A computer du ler
juillet 1948 est reclasse6 come adtministrateur ad-
joint de 2' classese A computer du ler janvier 1948 et
come administrateur adjoint de 1" classes, A comp-
ter du 1"' juillet 1949).







M. (Revest (Jean-Maarie), pr6cdemment adminis-
trateur adjoint de 3 classe, computer du 8 mars
1,946, est relcass.e comme administrateur adjoint de
20 Iclass, iA computer du l1r jianvier 1948 et commie
administrateur adjoint de '17" classes, a computer du
1'" jjuillet 1949.
M. Boquel (RenB-Charles-Arthur), pr6cedemment
administrator adjoint *de 3" classes A computer du
ler aofit 1'948 est recdass6 dans ce grade A computer
du 1!" aoft 1'947.
M. Sicard (Jean-Auguste-Jules), administrateur de
1" classle des colonies est reclass coamme suit, du
point de vue de l'anciennret6 :


Administrateur de 2" classes, a computer du 19 no-
vembre 1940 ;

Administrateur -de 1I" classes, A computer du 1" jan-
vier 11945.
M. Voters (Gerard), administrateur adjoint de 2'
classes est reclasse come suit :
Administrateur adjoint de 23 classes, A computer du
lier juillet 1947, du point de vue de I'anciennet&.
Administrateur adjoint de 1" classes, a computer
du ler juillet 1949, du point de vue ide la sold et de
I'ancieennet,6 (J.O. 28 .septembre 1949).






















REVUE DE PRESS


*
Nous rappelons que la revue de press publiee au present bulletin est purement objective. Elle n'implique
4videmment aucmne adhesion du Ministere de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimzes dans les articles
reproduits & titre information.



PRESS D'OUTRE-MER


INDOCHINE

Ce sont les travaux de la Commission de l'appli-
cation des accords du 8 mars qui ont alimenti, pen-
dant cette pdriode, la plus grande parties des com-
mentaires publids par les journaux d'Indochine.
Ceux de langue vietnamienne, pour la plupart, re-
prochent a la delegation vietnamienne d'etre insuf-
fisamment qualifiee au point de vue technique.
En effet, 6crit entire autre le VIET-NAM, la majority
des membres est co.mpos6e de ministries, de sous-se-
cr6taires d'Etat, doone de politicians, et non pas de
tecihniciens. Le malheur est que la plus large part
des discussions porte sur des questions d'ordre
technique, le -stade des d6bats politiques 6tant d6-
pass&. Par contre, la d616gation francaise coimporte
des fonctionnaireis eexp6rimentrs et sp6cialises dans
les donmaines techniques.
Le DOAN KET aussi partage ces inquietudes, car
...Al est evident, constate-t-il, que le Viet-Nam n'a
pas Ai l'iheure actuelle isuffisammaent de personnel
coinmptentes capa.bles dcassurer la direction des di-
'vers services que va lui rendre la France.

Et ce journal saisit cette occasion pour < adjurer
le Gouvernement de songer i encourager le mouve-
ment d'expatriation des itudiants vers l'itranger et
de les aider a poursuivre leurs itudes dans les payst
occidentaux >>.

Pourtant le PHUC HUNG ne semble pas avoir les
memes soucis que ses confrdres.
Gardons notre icalme, dit-il, et fondons notre
confiance en 1'esprit de redressement de notre peu-
ple; c'est cet esprit qui aidera nos reprrsentants a


r6ussir. Nous n'avons nullement a nous effrayer de
la ipolitique du ifait accolmpli, car les accords sign.6s
ult6rieureiment seront souimis au people qui poss-
dera plein droit de les juger. En dpit des unionss
secretes, les deux commissions ne percent pas de
vue la presence de la masse. Aussi devons-nous sou-
tenir notre d616gation on lui donnant carte blanche
dans son action.
Parlant de ces travaux de la Commission de l'ap-
plication' de l'accord, LA Voix LIBRE se livre a des
considerations d'ordre gindral.
Si strange qu'il y paraisse, 6crit l'dditorialiste de
cet hebdomadaire, il y a des gens sie trouvant au
VietbNam pour lesquels le retour a la paix et an tra-
vail paisible A qui aspire toiute une population lasse
de la guerre, serait une calamity. II y a d'abo.rd ces
< ,tranges combatants ) pour les qualifier de leur
nom exact, pour lesquels le patriotism n'est qu'un
masque commode qui leur permet imp6nutment de
terroriser et de ranconner les malheureux villa-
geois ; il y a aussi les affairistes douteux qui profi-
tent de 1'6tat d'incertitude et de trouble dans lequel
nous vivons, pour r6aliser die fructueuses opeIa-
tions. 11 y a enfin ices politicians, ces journalists
qui, ibien a F'abri des vicissitudes dans les grands
,centres, ne cessent .de pousser A la haine un public
abuse. Alors que des Ihommes de bonne volontA font
tons les efforts pour que prenne fin un conflict dou-
loureux d6sormais sans but, eux is'acharnent a le
prolonger.
Dans le cadre des accords conclus A 1'Elys6,e et
que la lettre .du Pr6sident Auriol au Chef de l'Etat
vietnamien a oonfirm6e sans aucune amnbigulite, en
terms parfois mi&me path6tiques. qui t6moignent
d'une indisputable loyautt, quel Vietnamien sincere
pourrait affirmer que des aspirations nationals ne
sont point satisfaites ?








Reste application. Nous en convenons, c'est
dans la r6alit6 qu'on j'ge de la valeur des acte's,
mais meme planss ce ,domaine pr6cis6, d6limit6, com-
ment ne point 'constater que d6j[ un ;goiverement
national lgal est en functions, que les chefs d'ad-
ministrations des trois IPhAn sont Vietnamiens, de
m6me que, le pr6ifet de la capital du Sud et les mai-
res des grades cites,.; que la passation des services
s'opere peu 4i peu A partir ,du cadre regional. Bret,
que la machine est en branle et ique rien ne l'arrr-
tera...
Nous vouilons une ind:ipendance effective, c'est in-
discutable. Nous pensions sincerement que nous
l'avons pratiluement obtenue et qu'elle est en course
de mat6rialiation, mais A la condition! essentielle
que tons les Vietnamiiens fassent taire leurs rancu-
nes, 'que tous .s'unissent pour la patrie, contre les
saboteurs. I .faut lque chacun ait lei courage de sa
position si nous voulons que Ie Viet-Nam vive !

Dans.le mime ordre d'iddes, on note aussi l'opinion
exprimie par L'ESSOR VIETNAMIEN, Opinion teintie
d'un certain pessimisme, que ne le laissait pourtant
pas privoir un dibut flatteur pour le public viet-
namien
L'historien qui relatera les 6rv6nements ayant mar-
quA la renaissance du Viet-Nam et son accession
aurang d'Etat au lendemain de la premnire guerre
atomique, nc maniquera pas de noter que le Viet-
Nam, faisait parties de la promotion des peuples af-
franchis d'apr6s-guerre a su se mettre .d'enbl6e au
niveau des a tries nations.
C'est une des vertus de la race, en effet, que cette
capacity, cette facility d'adaptation (d'imitation, di-
roont les mauivaises lan,gues) qui a permis A nos
ane6tres d'6gir8er leurs maitres de Cihine, et qui per-
mettra A nos fils de ne pas 'se laisser distance par
leurs contemporains des. pays voisins. Cette douce
penske ne doit cependant pas nous faire oublier
que, si nous avons des qualit6s, elles sont malhbeu-
reuusement neutralis6es, annihilles par beaucoup de
difauts. Et il ne convient pas seulement de d6nom-
brer ceux-ci :, il faut encore les combattre si nous
voulons preparer pour le Viet-iNam une: place hono-
rable dans 1'l st asiatique.
Le premier, et A notre sens le plus .dangereux de
nos d6fauts, est i'orgueil 'qui nous obnubile et nous
fait perdre lee sens de la r6alit. iCe n'est pas parce
que notre pays .s'appelle maintenant Etat du Viet-
Nam,, que nous devons nous encombrer d'un nomibre
imrposant .de ministbres et de secr6tariats d'Etat, au-
tant, sinon plus, que beaucoup d'Etats autrement
plus riches, sinon plus Avolu6s que nous. Nous
n'avons oublij qu'une seule dhose. qui n'est pas n6-
gligeable et qui ne pent 6tre n6,gligbe. C'est que les
autres pays qui sont en paix pourvoient A leurs d6-
penses normsles avec des resources normales, alors
que Je Viet-Nam, ne QontrAlant qu'un dixieme de
ses su.jets et n'ayant pas le imoyen de payer ses
fonetionnaires avec ses seules reicettes budig6taires,
devra d6pendrae encore, pour nquelque temps de la
France qui liii prktera son argent et sa puissance.
I efit W6t plus exp6diant .de maintenir l'appareil gou-
vernemental existant, d'e l'Atoffer au besoin, an lieu
de cherdher a donner satisfaction A tous les app6tits.


Le nationalism exaspird constati ces temps der-
niers chef de nombreux journalists vietnamiens a-
done quelque peu ivolui devan4 les realitis qui se
sont enfin entierement rdvelees a leurs yeux. Le
PHUC HUNG semble heureux de le constater et en
meme temps en profile pour montrer la necessity
pour le Viet-Nam d'appartenir a I'Union Francaise.
A l'6po'que actuelle, dit-il, un nationalism born
ne fait que ccr6e l'esprit de x6nophobie qui n'est plus
.de mode.
Au contraire, un nationalism < pur et liberal >
est respectable car, -en *ce si6cle atomique, aucun
pays ne saurait mener une vie A part.
Ainsi, aprbs la d:euxieme ,guerre, de nomlbreux
pays tendent A s'allier pour former des blocs. Cette
alliance ne reside pas dans l'union par la force inm-
posee par un dictateur, Imaisi dans une libre union
conform aux principles d6moicratiques.
A ce sujet, l'exemple des Etats-Unis est significa-
tif. Avant La premiere guerre de 1'Europe, les Etats-
Unis preconisbrent la doctrinee Mionroo, suivant la-
quelle ils devaient rester isol6e du monde. Apr.s
les deux guerres mondiales, ils renoncerent A cette
doctrine et conseill6rent aux nations europ6ennes et
asiatiques de s'unir pour panser leurs blessures et
se redresser. D'heureux r6sultats ont 6t6 obtenus
grace iA cette initiative. DI6ji, l'accord de Rio re-
groupe les nations des Am6riques et le plan Mars-
hall encourage l'union des nations de 1'Europe o'cci-
dentale. L'acicorld de Bruxelles, suivi du pacte du
Nord-Atlantique, visent iA consolid.er cette union en-
tre les nations europeennes et 6gale,ment celle centre
1'Europe et P'Amerique. Par ailleurs, la Conference
de Strasbourg 6volue vers la F6d&ration europ6enne
qui devrait poss6der une Charmbre et un igouverne-
ment communs.
En Asie, bien que l'Inde, l'Indonesie et le Viet-
Nam, aux prises avec leurs difficulties int6rieures, sie
montrent r6serv6s quant aux affairs Btrang6res, les
Philippines, encourages par les U..SA., travaill.ent
activement A r6aliser le pacte du Pacifique pour
unir les nations d6mocrates du Sud-Est asiatique.
Ainsi, tous' les pays du monde cherchlent A se grou-
per dans le but d'am,1liorer leur condition de vie et
de sauvegarder leur liberty et leur ind6pendance. Le
Viet-Nam ne peut rester 1'Acart. II doit faire parties
de I'Union Francaise pour sauvegarder a la paix,
la libertA aet le droit de vivre. >


MADAGASCAR

Dans la press de Madagascar

Le Journal de Madagascar public une interview
du Professeur Choux,. Doyen de la Faculti des
Sciences de Marseille, venu 4 Tananarive pour prd-
sider la premiere session des examens du P.C.B. el
du Baccalaurdat, et du Professeur' Isnard, de la Fa-
culte des Lettres d'Aix, venu prisider les deux ses-
sions du Baccalaurdat.









Apris avoir assured que le niveau de l'enseigne-
ntent secondaire est igal & Tananarive a celui de
la Mitropole et que les risultats sont sensiblement
les memes, le Professeur Choux a declare au sujet
du P.C.B. :
Je suis tres satisfait des resultats obtenus. Si l'on
considrre que nous nous trouvions 'devant une pre-
miere ann6e de P.C.B. A Madagascar, premiere an-
n6e qui, parties de z6ro et avec des moyens de for-
tune, arriva, cependant, grhce an dYvouement du
directeur, et des prolfesseurs. A forlmner s6rieusement
les candidates ddont Ia mioitia fut d6clar6e admis, on
ne peut 6tre qu'en'coiurag6 pour les ann6est A venir.
Abordant la question de l'enseignement secon-
daire, le Doyen a declare notamment :
Le nomlbre d'"tablisselments seelondaires parait in-
suffisant. Je prbconiserais la ,dr6ation de collAges
dans les villes excentriques come Di6go-Sufarez,
italjunga, Fianarantsoa et peut-itre Tananarive. II
m'a At6 donn6, anu course de imon voyage dans ''ile de
constater combien 6taient *defavoris6es les families
vivant en brousse. Oes colleges seraient done d'une
grande utility.

Sous le titre < L'Avenir et le diveloppement de
Madagascar et sa fiscaliti >, Tana-Journal public
un article de M. Andre Liotard, Sinateur, qui dcrit :
Au course de mon sljour en Franc.e, j'ai 6t6 frapp6
par I'obsession .qui pbse, sur tons les m.ilieux sociaux
productifs de travail et d'initiative, obsession qui se
traduit par clette formula : < L'ann6le dernilre, j'ai
travaill,6 tant de mois pour le fisc. ,
Des industries ique cette brutale. constatation pr6-
occupe sans arrkt, nuit et jour, icommne un slogan
lancinant sont prkts A liquider leurs affairs, A trans-
porter leur materiel avec .eux dans. tous pays oA ils
pourront espCrer s'&vader de cette obsession.
J'en ai dBjA vu, malgr6 les conseils de prudence
que je leur ai donn6s, s.e d6cider A tenter leiar
chance et qui sont venus se n6rfugier A Madagascar.
IM'entretenant d.e celiA l Paris,, quelques jours
avant mon part, j:'tais inform qu'au moins deux
pays de l'Union Francaise jouissaient d'un rginme
fiscal of le slogan : < J'ai travaill6 tant de mois
pour le fisc > n'existait pas le Maroc et le Cameroun.
La chose existed de longue date au Maroc ofi l'im-
p6t sur le revenue est inconnu et oft I'imp6t direct
sur les ben.ifices ne peut en aucun cas d.passer
15 %. An Carmeroun, une nouvelle 16gislation ,d'or-
dre seimblable a fait doubler, en moins de trois ans,
la population enrop6enne.


II va sans dire que les d penses d'un pays doivent
Atre couvertes par I'imp6t et il est Ibien evident, qu'en
fin de compete, sous une forme on sons une autre,
les habitants de de pays payen't tout de mme air
total, des ,contributions couvrant les d6penses. Mais
ice qui imported, c'est l'effet moral sur le contribua-
ble. On voit par IA iquel intAret il y aurait iA attirer
a iMada,gascar des .Fran.gais ,qui ne demandent qu'A
travailler, qui en ont 'les moyens, les connaissances
et les capitaux, par une 'modification profonde de
.notre regime fiscal.

L'Avenir de Madagascar, sous le titre < Le Pro-
blame des Cdtiers >, public un article du Dr Le
Garrec qui icrit
Personne ne pent nier que ,ce sont les populations.
de la co6te Est qui ont surtout fait les frais des 6v6-
nements de 1947 et ,de 1948 et que le s6nateur Zafi-
mahova 6tait particulibrement qualifi.6 pour expri-
mer les vceux de ses mandates puisqu'il est de 1'une
des regions qui en ont le plus souffert.
'Et j'estime encore Atre dans le vrai lorsque je
precise que les cAtiers repr6sentent trois millions
d'6tres sur les quatre 'millions d'habitants de Mada-
gascar et iqu'il convient, .dans I'interlt .de tous, que
la M6tropole tienne com'pte de cle. qu'ils pensent,
surtout aprAs la tounmente 'qui vient de s'abattre sur
eux. L'avenir de la 'Grande Ile en est le prix.

Lumiere, sous le titre < Madagascar dans l'Eco-
nomie national >, public un article sur la question
du rig a Madagascar. Apres avoir rappele que le
rig est la base de l'alimentation pour les deux tiers
du genre human, et que sa pinurie provoque sou-
vent de cruelles famines, il jcrit :
En ce qui concern notre grande iVe, nous nous
efforcerons d'apporter A 'ce grave problIme notre
'contribution, base sur une vieille experience de la
culture du riz, de son usinage, de. son commerce.
Deux points sont A retenir : .n6oessit6 de .dvelop-
per la production du riz ; necessit& d'assurer sa
quality.
Sur le premier point, celui du tonnage, il faut
constater qu'il 'correspond de justesse aux besoins
alimentaires de Madagascar.
,Sur le second, il est incontestable que Mladagascar
produit des riz .qui se classent parmi les plus beaux
du monde. C'est en partant deo Teurs semences que
les Etats-Unis ont obtenu leur fameux << Caroline s
et .es Indes N6erlandaises leur ( Java G6ant >.
SAlectionner oe magnifique produit qu'est notre
<< vary lava >> fut I'oeuvre des services d'agriiculture
et des riziculteurs.


~-~----









PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press etrangere traduits en francais peut etre consulate a la
Section de la Presse Etrangire (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, Piece 17, 1" Etage).
Les num.iros qui figurent ci-dessous d la suite de indication d'origine des articles de press permettent
de se reporter au texte complete des dits articles.



I. QUESTIONS GENERALES


LE QUATRIEME POINT TRUMAN

Le fameux Quatrieme Point du programme Tru-
man l'aide aux < pays arridres > a parfois sus-
citi dans la presse etrangere des critiques acerbes, en
particulier dans les presses anglaise et amiricaine.
Dans la Gazette de Lausanne, Bertrand de Jou-
venel montre qu'en raison de l'insicuriti politique,
les lois dconomiques selon lesquelles les capitaux de-
vraient affluer la oi its manquent ne jouent plus.
Paradoxalement, les Etats-Jinis, qui devraient in-
vestir d'dnormes capitaux d l'etranger, sont les pays
oi s'investissent le plus volontiers les capitaux etran-
gers. D'oi la ndcessite d'un programme d'aide gou-
vernementale amiricaine, plus << genante > en fait
pour ceux qu'i la regoivent que ne le seraient des
placements de capitalistes animis par l'espoir du
gain.
De sorte qi'il y a des conditions politiques au
anouveiment international des capitaux : un certain
respect de la propri.ete in'scrit dans 'iddologile des
peuples ava'n:'s, .une centaine autorit6 tut6~aire d'un
pays avance dans le's regions arrierees. IT est re-
marquable que si les Europeens ne comprennent
pas la premiere, niecessitl, les Aim.ricains ne corm-
prennen:t pas la iseconde.
Faute de r talblir le flux des capitaux, il n'y a de
moyen de d6velopper les pays qu'au prix d'une
politique d'ir vestissiements qui consist en fait, lors-
que la fisicali::6 ampute I'6pargnue individuellle, dans
des pr6ltvementsi autoritaires sur le revenue natio-
nal : les investissemients s'insicrivent dans le bud-
get : c'est la mithode russe, et c,'est cielle iqui est
pratiqaue, iquoique mollement, en France mime.
'Pour finir, le programme audacieux et nouveau
ddu Prisident Truman ine, serait, r6alise, que la re-
prise de 1'loeivre acicomplie par le capitalism au
xIx' siicle : pour n'6tre pas nouivelle, la hosee n'en
est pas moin s desirable.
(a Gazette de Lausanne ), 13 Juilllet 1949).


Pour d'autres motifs, Henry Hazlitt, dans le News-
week de Ne'w-York, est beaucoup plus violent dans
ses critiques
Les prittntionis de base du < Quatribmie Point >,
cotmme .celle.; de la proposition communist de Earl


Browder qu'il imite, sont collectivistes et 6tatistes.
Ceci resort d'unn bout A l'autre, du message de
M. Truman. I1 reserve& un r6le, au capital' pri've,
mais c'est le dr'un con parse. Le QuatrimAne
Point > fera appel a l'entreprise prirvCe... aussi bien
qu'au Gouvernement... II fauldra utilisier non seule-
ment les resources des organisrnes internationaux
et du Gouvernement des Etaits-Unis, mais encore les
possibilities elt 1'expirience ,des affairs privies ,
etc...
L'entreprise privie qui sait maintenant la girati-
tude .qu'eille doit pour un r6le quelconque A jouer
idans les plans grandiose de (Mi. Truman, doit &tre
( encourage' >. IDie quelle facon ? En autorisant
1' < Exportpotmort Bank (( igaranitir les capitaux
prives des Etats-Unis... contre leis risques particu-
liers A ces investisseiments 1(i I'6tran.ger)... Certains
placements peuveint n.'exiger qu'ane igarantie centre
le danger d'inconvertibilite, d'autres peuvent avoir
besoin d'Stre protlges contre le danger' d'expropria-
tion aussi bien ,que centre d."autres menaces.
,Que nous propose M. Trumaln ? II ipropolse qu'en
vue d'inciter los capitalists prives ambricains a
risquer leurs fonds A 1''tranlger, nous permettions a
ices capitalistes de conserver les profits raaliss par
leurs placements, mais :que nous. lobligions le c:on-
tribuable amBriicain A assu meir [b;eis pertes. peine besoin dei formuler .cette proposition pour
voir qu'elle serait adbsurde et intol6raIble. Les ca-
pitalistes priv6s et les baniquiers, d'affaires qui ap-
plaudissent A cette suggestion font preuve d'une
6troitelsse de vue a peine croyable. Elle ne! pourrait
que :conduire .a une evenituelle nationalhsation de
tous les placements A I':tranger.
De plus, une telle solution. ne supprimerait pas et
'ne reduirait mime pas les risques, des placements i
l'itranger. Elle ne iferait que transfer ces risques
du placeur au contribuaible. Le Quatriame Point >
repose sur I'alssurance que le iGouvernement pour-
rait faire davantage que leis capitalistes priv6s pour
reduire de tels risques. Ceci est exactement V'inverse
de la v6rit6.
<< Nous n6gocions, des accords avec d'autres; pays )
dit M. Truman, < pour protnger le capitalist ami-
ricain centre les traitemuents sanis; Igarantie on dis-
ciriimination qui pourraient lui &tre infligl6s aux
terms des lois Idu pays oi il fait sesa placements. 4
Si un Gouvernement stranger es$ dispose hI traiter
hoonnntement et loyalemnent les placements jprivvs,








strangers ou nationaux, nous. n'avons pas besoin de
tels accords. S'il ne l'est pas, d':une Tagon ou d'une
autre, il violera ou tournera l'accord.
Et que fera d6s lors notre 'Gouverneoment ? Nous
n'avons pas besoin do nous le deimander. L'histoire
de I'E.C.A. n:oust l'eqpli'que dejA. II1 aura peur de
faire pratiqouement quoi que cle 'soit. Car les insi-
nuations leis plus timindes et les, plus delicates de la
part des repr6sentants de notre ,Gouvernement se-
ront d6nonc6es colmme une ( pression >> outra-
geante sur le TGouvernement emprunteur, coonme une
intervention dans 'ses affairs inttrieures, come
une tentative d'arr6ter ses plans socialists grandio-
ses pour r6imposer an capitalismie discr6diit', etc..,
Les icapitalistes priv6s, 'qui prltent A leurs pr'o-
pres risquesi, ont iune fagoan Ibeaucoup plus efficace
de traiter .de tells affairs. Ils n'imposent pas.
Ils ne s'immiscent pas. Mais tant que les Gou-
vernements strangers pr616vent des taxes qui
sont de v6ritalbles confiscations, exproprient la
propri6t6 priv&e, socialisent, nationalisent, imn-
poseit un roseau 6trangleur 'de controls des
changes et commerciaux ou interdisent A leurs
propres nationaux de remboursier honnAteme'nt leurs
dettes, les capitalilstesi priv6s se relfusent respec-
tueusement A fair des prts. Ils ne se laissent pas
inapressionner par les processes crompliquees, ecri-
tes, de demeour.er honnote, mais seulelment par les
proves palpaibles d'honintet6.
Et l'auteur, de conclure que le programme du Qua-
tritme Point entramierait indvitablement le monde
un peu pTus avant vers le < national-socialisme >.
(a Newsweek n, 18 Juillet 1949). .4.898


Manifestant son dipit pour les maigres rdsultats
pratiques obtenus jusqu'd ce jour, The Economist,
de Londres, ecrit :
C'est un article de foi A Lake Suiccess que les di-
vergences politiques cessent d"'tre ignantes lorsque
les discussions Bconomiques internationals sont
< imaintenues sur ITe plan: technique >>. A l'aide d'une
hitrarchie deroutante de 'Comits,, les discussions des,
experts sur ce d'veloppem'ent economique 6taie'nt
en fait, pratiiqu'ement i'sol6es et prot6g6es des bou-
leversements qui atteignent rgulibreoment les orga-
nisrmes politiques. On attendait done beauco-up :de
leurs dAcisions 'qui, affirmait-on g&n',ralement, pro-
Curetaient le moyen ide placer l'O.N.U. a la t&te du
nouverment du < nouveau programme audacieux. >
Mais il setible que quelque chose n'ait ,pas march&i
Le fait brutal est que les observations des experts
sont caract6riSies par une m6dioocrit6 effrayante
lorsqu'elles sont correcttes, et par une ineptie inr-
oroyable dans le cas ,cointraire.
Le rapport 'du Secr6taire Ge&nral, sur le plan de
I'O.N.U., pour I'aide technique, constitute une con-
tribution impressiionniante sur le sujoet. On a A peine
iesoin d'affirmer que le plan englobe les deficits de
sujbsistafice, et que les budgets, pr6senths ci-d'essous,
sont, dahts ,ce but pratique, 6val'us en dollars.


(millions de dollars)


Nations Unies .....................
Organisation international. de travail
Organisation miniire et agricolei...
U nesco ........................
'Origanisation inter. d'aviation civil
Organisation mondiale de la sant6.


1"i ann. 2' ann.
5,9. 9,3
4,7 6,8
'9,4 11,4
'6,2: 10,7
0,5 1,0
9,2: 11,0

,35,9 50,2


ICes sommes modestes en apparenc:e doivent Wtre
dopens6es pour l'envoi de missions d'experts dans
les pays sous-d6velopp6s, I'entrainenient d'6tudiants,
le ifinancemeent de la rechechhe s;cientifique et in-
idustrielle et les publications les concernant ; la
furniture de semences, d'.6quipement medical et
technique, et A .d'autres 6igards, la diffusion de la
technique moderne danis les iterritoires arri6res. Le
but est inattaquable et la loi desi moyennes aura
pour r6sultat indubitable que certaines de ces in-
tentions .admirables porteront deals fruits. Mais les
possibilities de trouble sont apiparentes meme A cette
premiere t tape.
Le fait que les travaux prdparatoires,;et notam-
ment les budgets, n'aient pas pu etre rdalisis par un
seul organisme, mais aient dtd mis au point par des
organismes diff/rents, tels que I'O.N.U., la Banque
International, les agencies spdcialisdes, etc...,
ne surprendra pas les fonlctionnaires exp6rimen-
t6s families avec la stratigie des bureaucrats cons-
tructeurs d'emnpire de Londres ou dde Washington.
Mais il peut paraitre inc:omprehoenisible au public
'g6n6ral. Il est maliheureux ique deos disputes 'juridic-
tionnell;es entre les organismes de 1'O.N.U. n'aient
pas pu etre mises de cot6 dan's une affaire de cette
importance.
Le manque d'experts compitents, constituera, en-
fin, I'obstacle essential d la ddpense efficace de ces
85 millions de dollars privus pour deux ans.
( The Economist ,,, 2 juillet 1949). 4.886


Cependant, M. Benjamin Welles, dans le New
York Times du i" septembre, indique que les Brt-
tanniques disirent fire aux Amdricains des propo-
sitions d'investissement en Malaisie.
La revue Business Week du 3 septembre croit pou-
voir exposer que la France, dans cet ordre de ques-
tions, desire s'entourer des garanties necessaires con*
tre l'etiprise des capitaux amiricains : elle desire
maintenir le nombre des technicians strangers a un
niveau minimum et limiter l'aide exterieure a des
points particuliers, plut6t que de I'appliquer aux pro-
grammes .dndraux de ddveloppement.
Toutefois, M. Lansing Warren ecrit, dans le New
York Times du 7 septembre, que la France est < prite
a inviter les capitaux amiricains a aider au ddve-
lop'pc.: t. t des resources de ses territoires africains
et en done pour preuve le recent dicret du Gow-








vernement francais autorisant le retrait dans la mon-
naie d'origine de tous les fonds investis dans la Zone
franc.

L'EURAFRIQUE

Roberto Cantalupo, dans I1 Tempo di Milano, voit
dans les puissances opposes a la rdalisation de
1'Eurafrique (ou plus exactement au retour a la mare
patrie des anciennes colonies italiennes) des < beati
possidentes > hostiles a une < doctrine economique
anti-impdrialiste > qui < s'oppose a l'amilioration
productive et par consequent social de certain pro-
letariats euiropeens, don't ellas redoutent le dyna-
misme vital psychologique et ddmographique et l'es-
prit d'aventure persistent >.
Des technicians italiens trAs s6rieux estiment que
l'Afrique pourrait accueillir dans ises parties utiles,
si elle .6tail. soutenue rigoureusement par le capital
ambiricain, environ 2901 Imillions d'Euro:pi6ens en F'es-
pace de quelques decades.
( II Tempo di Milano ), 6 Juillet 1949). 4*912


R. W. G. Mackay, membre du Parlement britan-
nique, et d, la diligation britannique a l'Assemblie
consultative europeenne, propose d'dtendre a l'Afri-
que le binefice de l' < Union Occidentale >> :
Car tous les pays de l'Europe Ocicidentale la
Grande-eBretagnoe, I'Allemagne, 1'Italie, 1'Espagne, le
Portugal, la IBeligique et la Hfollande out eu, un
jour on 'Fautre, V'occasion d'6tendre leur souverai-
net et d'envoyer leurs nationaux commne colons
dans diff6rentes parties du mnonde. Aujourd'hui, ce-
pendhnt, i] ,existe de nomibreuses politiiques diff6-
rentes donl: il faut tenir.:oomipte. Les Anglais, par
example, a,.cordent I'autonomie et l'ind6pendance a
jquelques territoires d'OutredMer alors que les Fran-
qais pr6f6rennt accorder une autonomie comprenant
une representation an Parlement Francais.
La plupart des < territoires d'Outre-Mer a dde
1'Europe Occidentale qont situ6s ,en frique et je
propose de consider d'abord ce continent car une
federation de 1'Europle Olocidentale comprendrait la
presque totality de 1'Afrique. Elle placerait certai-
nemnent soils: la nmme autorit6 politique tous les ter-
ritoires coloniauix africains des puissanices ide 1'Eu-
rope Occid entale.
iSi la Ft646ration ,die 'Europe Occidentale se re6a-,
lise, elle comprendra quelque 87 territoires colo-
niaux conm] renant ienviron. 1150 millions .d'habitants.
Environ 410 de ceux-ci se trouvent en Afrique avece
80 millions dlhabitants.
II est evident que deux prolbl6mes, se posent : I'un
concern les territoires coloniaux d'Afrique, qui
doivent rtre considhr~s dans leur ensemble, et l'au-
tre les terr itoires icoloniaux situ6s ailleurs. La solu-
tion du second n'est pas tris difficile, a condition
qu'on y mette ide la bonne volonth, et elle serait
beaucoup sidmplifdie A partir du moment ofi iI y au-
iait un s eul ministhre des territoires d'Outre-Mer
dans un, Go tverneent Earop6en.


Ces territoires ne constituent de toute facon tant
en superficie qu'en population 'qu'une petite parties
du probl6me principal. Dans son livre passionnant
Empire ou D6mocratie >, IM. Ilionard Barinos, trai-
tant die l'Atriquy Tropicale souligne qu'il n'est pas
possible .de parler de l'ind6pendance ,de I'Afrique
Tropicale d'aujourd'hui de la m, me ifacon que pour
l'Inde. II .d6montre que, pour des raisons d'ordre
social et 6conomique, pour dies raisons aya.nt trait A
la g6ographie et A l'ethnologie et pour des raisons
,d'ordre militaire, il n'est pas possible d'envisager
I'autono;mie imim6diate des colonies africaines. Mais,
s'iW n'est pas possible d'accorder l'autonomie, il y a
toutes les raisons d'olffrir aux Africains davantage
id'oc!casions de s'organiser eux-mAmes et d'organiser.
leurs resources aconoomiques pour le b6n.ficie prio-
ritaire de 1'Afrique.
Au CongrBs Parlemientaire Europ6en d'Interlaken
en 1948, j'ai soumis troils propositions concernant
les territoires d'OutreMer,. Les voici, le mot
< Union >> se rAfrant A la F6d;ration de l'Europe
Occidentale :
a) 1'Union disposera des pleins pouvoirs pour le-
gi'frer en matiBre de paix, d'ordre et ,de bon gou-
vernement pour tous les territoire.s d'Outre-Mer de
tous les Etats miembres .de 'Union ; elle porter an
plus haut de:gr& le bien-#tre materiel et les progres
d'ordre social des habitants, des territoires id'Outre-
QMIer et, lorsqu'elle fera des lois destinCes aux ter-
ritoir.es -d'OutreiMer, elle respectera le principle selon
sequel le hien-tre et le proggr s Ade ces peoples
constituent pour elle une mission sacr6e.
b) dans 'administration ,des territoires d"Outre-
Mer, l'Union aura pour objectilf de doter les popula-
tions, aussit6t qu'il sera raison.nable, !de gouverne-
ments autonomes suivant les principles: didmocrati-
ques de ufagon 4ue oes territoires d'Outre-Mer
deviennent des Etats ind6pendants .au sein ou en
deihors ide P'Union ;
c) dans la poursuite de I'obj:ectif 6nonc6 dans le
paragraph prBcedent, 1'Union gratiflera entr6
temps, ,ds ,que cela sera applicable, les territoires
,dOutre-Mer d'une Charte LilbArale des Droits Di-
mocratiques comportant :
1) '.ensseignemient iobligatoire libre ;
2) la liberty de parole, de movement et d'asso-
,ciation ;
3) ,an minimum des conditions de travail et des
dispositions d'ordre social;
4) une representation plopulaire dans les 16gisla-
tures de chaque territoire ;
5) des dispositions concernant le suffrage des
adults et une participation au Gouvernement auto-
nome.
iSi la Fedaration se r6alisait, et si elle englobait
les territoires id'Outre-Mer, le Ministre intAressA et
Ile Gouvernement auraient lune occasion magnifique.
On pourait 6taiblir de suite une Commission pour
le Gouvernement de tous les territoires d'Outre-iMer
et il serait sage que cetto Commission ne comnprenne
pas seulenient desi Eurmopens 'bnaficiant d'une expl&-
rience colonial, mais unim.e des Amirricains ,et des
Russes. La Conlmission aurait deux ti&cdes A rem-









plir, I'une d'ordre piolitiiqpe; l'.autre d'.ordre Bcono-
unirque. En matirre politique, elle devrait tendre
vers le gouvernement autonomy 'et vers une F6td6-
ration Africaine. En matiere tconolmiqueo, ele au-
rait a d6velopper la production des matiires pre-
miires de l'Afrique et a amiliorer le standard de
vie de ses habitants.
On fait souvent des declarations exag6rtes, au su-
jet des resources coloniales, qui ,ne fournissent en
anoyenne qu'environ 3 % de la production mon-
diale des matieres premieres. Cependant, le niveau
de production a de l'imiportanqe dans certain cas
- les colonies fournissent, par example, 9'6 % du'
caoutchouc mondial, 56 % ,d'e l'tain, 75 % du ca-
cao, 918 % de l'huile de palme, 13 % de la bauxite,
4'6 % du graphite. Et oien que l'Afrique ne figure
pas *dans tous ces chiffres, elle a de l'importance
pour certain d'entre eux.
Le probl6me des territoires .dOutre-Mer est un
probl6me Bconomique et politique fundamental. Les.
populations des territoires d'Outre-Mer entendent
6tre libres, non par simple satisfaction politique,
mails aussi pour faire des progris d'ordre economi-
que. Notre devoir id'Europben's envvers c et heritage
est de ne pas l'.abandonner, mais de prendre toutes
initiatives construtives en qritant une Fi.dration
Africaine qui permette d'atteindre iA la fois .ces deux
objectifs.
(% West Africa ), 6 aoQt 1949). 4.945


POLITIQUE AMERICAINE EN ASIE

Le New York Herald Tribune analyse les faibles-
ses de la politique amdricaine en Asie face a la pous-
sde impdrialiste des Communistes, et propose un pro-
gramme d'action :
Les calamitis: qui s'abattent sur ''Asie, y corn-
pris les eivnements de Chine, n':ont ipas, encore 'fait
naitre A Washington un sentiment 'd'urgence. L'in-
t6r&t considerablee iqui .s'attache .aux difficult r.en-
.contr6es ,par les Britanniquues, ainsi qu', d'autres
questions europienies, a ten.du A fire n6igliger ce
qui se passe A l'autrie bout du mondel. I1 semble
qu'.on soit enclin A s'occuper au jour le jour des' pro-
bl6mes .de 1'Asie. Cette inclination se'mble s'aggraaver
avec les controversies relatives IA la responsabilit6
des vicotoires comrmunistes en Chine. Des homes
compktents 6puisent toute leur inerlgie .dans des ef-
forts pour determiner sur qui il faut fire retomber
le blime des 6v6nements passes alors ,que ce don't
on a un besoin pressant aujourd'huli, c'"eist d'labo'-
rer une politique solide et d''agir conformniment a
cette politique, de s'occuper d'un present dangereux
et d'un avenir efflrayant.
L'effet psychologique que product -en Asie l'ac-
tuelle inaction de Washington est extrnmement d6-
oconcertant. Diu fait que les Etats-Unis ne font pas
preuve d'un puissant interit en Orient de nombreux
Asiatiques ont tendance A conclude que dde nouvelles
victoireg des rougeis sont in6vitable.s.. Cette reaction
est ficheouse en 1'itat actuel des choses. De nnu-
veaux retards d'ans 1'ilalboration d'une politique
amtricaine ferme et dans sa mise .en application


Bnergique ne front que rendre la situation encore
pire.

Ce qui serait le plus sonuhaitable actuellement, ce
serait une declaration 6nergique sur les intentions
de I'Am6rique en Asie., et il serait preferable que
cette declaration soit ifaite par le Pr6sident Truman.
Cette declaration devrait constituer un stimulant
pour les Asiatiques, particulibrement pour ceux qui
manifestent actuellement des craintes, et elle devrait
avoir un caractire tel qu'elle lui permette de recueil-
lir l'appui des chefss d6mocrates, et r6publicains au
Congr6s. Elle ne deivrait pas *se limiter A ]a Chine,
car le problmme chinois n'est qu'une parties, bien
qu'importante, idu problime asiatique. Cette d6cla-
ration ne devrait pas traiter unique'ment de la me-
nace communist, icar les Asiatiques .ne sont pas
'vWritablement frapip6s, par- des prises ,de position,
surtout negatives, sur ice sujet. Elle ne .devrait pas
insisted surtout sur i'aide militaire Ai accorder aux
forces anti-comimunistes, 6tant donn6 que le be'soin
d'aide militaire ne constitute qu'un facteur et
dans certain .dolmaihes un facteur secondaire -
dans l'ensemble de la situation.

Les points essentiels id'ane tell declaration de
politique pourraient bien etre bass sur deux id'es
qui sont absolument conformes aux traditions am6-
ricaines et qui soulevent plus d'enthousiasrme parmi
les Asiatiques que n'importe quel autre 616ment. Le
premier de ces points, c'est que tous les peoples
capable die se 'gouverneur euxmniemes devraient
pouvoir controller leurs propres affairs. Le second,
c'est que le niveau de vie en Asie est beaucoup trop
bas et que les Asiatiques deivraient recevoir une
aide de la part de l'Ouest pour le reilever.. Ces id6es
pourraient &tre propag6es grosso modo de la ma-
nimre suivante :

1) Les, Amrricains approuvent totalement les
movements nationalistss en Asie. Ils .sont convain-
'cus que les peoples asiatiques, y coimpris ceux dWIn-
dochine et d'Indonisie, sont iA mime, de se gouver-
ner .eux-mimes. Les Am6ricains sont favorable a
l'octroi de la souveraine't aux pays asiatiques par
les anciennes puissances coloniales. Les Anmricains
sont fermement opposes au movementt connimuniste
en Asie, entire autre raison parce que c'est une nou-
velle forme d'imp&rialisme dirilg6 par Moscou et des-
tini6 exploiter I'Asie au profit de 1'Union iSovikti-
que. Compete tenu du fait que la resistance A cet
imniprialisnie income en premier lieu aux Asiati-
ques, les Etats!-Unis front tout leur possible, lors-
que 1'occasion se prisentera, pour ravitailler en
equipment militaire les ennemis des rouges jouis-
sant de i'appui populaire et suscelptibles par conse-
quent de comibattre avec chance de succis.

2) Les Ameiri'cains sont convaincus que les stan-
dards de vie dans le monide entier, et specialement
en Asia, p.eovent 8tr.e am6lior.s. Lorsique des plans
judicieux auront itt elabores pour accomplir des ef-
forts dans ce sens en Asie, les Etats-Unis seront
prets a fournir des experts pour aider i diriger l'en-
tre:prise et, lorsque ce sera possible, At priter leur
concourse sous d'autr.es forces. Les projects qui ren-
contreront le plus de, faveur seront ceux qui 'bn6-
ficieront au plus .grand noimlbre d'individus.








Ulne prise de (position comme ,celle 'esquissie ci-
dessus ne signifierait pas grand chose si des
measures n'etai.ent pas prises rapidement pour la
compl6ter. La premiere measure pourrait fort bien
etre une disposition *qui jouit m6me maintenant de
I'appui 'des s6nateurs republicains et .d6mocrates. II
s'agit ,de mettre A la disposition du Prisident un im-
portant fonds disc'rtionnaire A d6penser en Asie.
Un fonds discr6tionnaire der cette nature ne peut
naturelle.ment etre justifi6 qu'en temps de crise.
C'est oertaineiment le cas actuellelment. L'arigument
de base en faveuir du fonds est que personnel ne
peut &tre certain de la m,aniere don't on pourra le
plus utilement effectuer des d6epen.ses en Asie dans
un .dllai de queflques tmois A computer de imaintenant.
II reste toujours possible, par example, .que de nou-
veaux d6veloppeements ,de la situation en Chine r6-
clament urnt nouvelle action dans ce pays, peut-Atre
uniqu.ement pour ralentir I'avance rouge mais peut-
&tre .6galemeint pour realiser des obj'ectifs plus am-
bitieux. II est probable que des situations d'urgence
se presenteront en Chine et ailleurs en Asie. Mais it
est Ipossible de idtterminer longtemps a l'avance les
endroits oif elles se produiront ni les ennemis les
plus utiles du .comnmunisme.


Le fond discretionnaire serait g6r, de la facon la
plus efficace si les Etats-Unis adoptaient uine m6-
thode utilis6e par les Britanniques dans ie Sud-
Est asiatique et cboisissaient une personnalite de
premier plan pour supervisor non seulement l'af-
fectation des fonds mais ;galeiment toutes les acti-
vit6s americaines en Asie. Cette facon 'de proce6der
soulagerait le Pr6sident de la principal parties de
cette t ohe, pourrait ,engendrer' i la fois la coordi-
nation et I'entihousiasme et, dans, le cas ofi ce choix
serait fait avec un extreme discernement, serait sus-
i'cptible d'aider A fair sortir la politique asiatique
du domain de la controveirse.
De toute facon:,. quelle que soiit la manirre don't
ces details pourront itre 6lalborrs, il n'y a plus ide
temps a perdre pour s'occuper des problnmes de
1'Asi.e et il ne s'agit plus de formuler des rAcrimi-
nations ou ,de rester passif. A moins que les Etats-
Unis n'aoceptent de laisser 1'Union Sovi.tique do-
miner la majeure parties .de I'Asie et acceptent les
consequences terrible qui en dicouleraient, le mo-
ment est venu de prendre des decisions politiques et
de les appliquer.

(. New York Herald Tribune >, 14 septembre 1949). 5.002


II. UNION FRANCAISE


Apris avoir analysis l'dvolution du statut de l'Em-
pire francais d'Outre-Mer depuis Francois I", la
Neue Ziircher Zeitung de Zurich critique l'actuelle
rdalite de I' < Union Francaise > :
Dians a Constitution Ifrancaise actuellement en
vigueur, le concept du Commonwealth est exprim&
sous une forme d'apparence extraordinairement li-
berale et d'ane grande larger d'esprit ; par centre,
la definition de la structure de la nouvell e commu-
nautb de peoples et de ses tAches pratiques pr6sente
des imiprecisions et des lacunes troublantes. Dans
loe prlanibule de la Constitution, il est question d'une
<< union dde la France avec ses 'populations d'Outre-
Mer base sur l'4gallit6 des droits et des devoirs >>.
La France prend l'engagement de guider ces peu-
ples < ve.rs la liberty, l'autonomie administrative et
Ra gestion dsmocratique de leurs propres affaires, ,et
cela en excliant tous systemes coloniaux fond6s sur
'arbitraire i,. Dans la Constitution ii est mAme pro-
mis A tous les membres des populations -d'Outre-
Mer la iqualite de < citoyen de i'Union Francaise >.
L'Bga'lit6 de traitement, par rapport aux Franvais
originaires de la Metropole est ass'ur:e, mais sous
reserve d'une legislation sp6ciale qui reste encore
A .laborer.
Une solution boiteuse a WtA trouv6e .dans la ques-
tion ,des organs parilementaires de l'Union Fran-
caise. En 1U'45 et en 1946, lors de la discussion de
ce problm e par les deux iConstituantes, deux ten-
dances soe .manifesterent parmi les parties bourgeois
de France. Les uns voulaient instituer un organism
particulier pour reopr6senter 'Union -et, par cons6-
quent, ce qui paraissait logique, exclure 'les indigA-


nes doe l'Assembl6e Nationale et du Conseil de la
RApublique. Les autres, par centre, d6siranient voir
donner A .oelui-ci la double function de Deuxieme
Chamibre et d'organe de 1'Union. Quelques repr6-
sentants noirs demandai.ent .carr6ment pour. les in-
digones la moiti- .des sieges des deux Chambres Ifran-
caises. Sous l'influence des parties de gauche, on se
d6cida A un compromise qui louvre partout un peu
plus les portes aux gens de couleur, sans toutefois
dBcouler d'un principle bien defini. Les .indigenes
out 419 diputes A 1'Assembl6e Nationale (15 Algeriens
et 34 repri6sentants des gens de couleur) et 1/5" des
sieges du Conseil de la R6publique leur revient. Ils
,dtiennennt de la sorte *une influence limited sur le
choix du Pr6sident de la Republique appell a etre
proclaim o en meme temps Pr6sident de l'Union Fran-
caise.

L'AssemblPe .de 'Union Francaise constitute quel-
que chose de tout A faith nouveau ; .elle est constitute
pour moiti id.e menibres Alus au suffrage indirect
dans les Territoires d'Outre-Mer, F'autre mnoiti .6tant
compos,6e de representants de la M6tropole manda-
tes pour deux tiers par 1'Assembl6e Nationale et pour
un tiers par le Conseil de la RBpublique. Cette crea-
tion de type parlementaire est, toutefois, loin de
refl' ter complement 1'Union. Parmi les protecto-
rats, seuls le Cambodge oet le Laos en font parties. La
Tunisie et le Maroc restent A Fl'cart et ont adopt&
sur toue la aligne, A l'6gard de o'Union, une attitude
mBfiante et m&me hostile. La nouvelle R6publique
du Viet-Nami elle aussi, qui n'est pas encore sortie
de la p.riode critique de la naissance, n'est pas re-
presentee actuellement A I'Assembl6e. Les < Etats
associes > constituent la question crucial de 1'Union.









On n'a pas encore d6fini Jeurs relations A 1'6gard
de Y'ensemble de association. iLe Haut Conseil pr6vu
par la Constitution pour repr6senter sp6cialement
les < Associ,6s a n'.a pas 6te r6alisb.
L'incertitude rbgne 4galement en ce qui concern
les attributions precises A donner A 1'Assembl6e de
l'Union Frangaise, *qui siege dans le cadre majes-
tueux du chAteau de Versailles. Elle doit se limiter
A une activity (( consultative > trbs Vague. 11 n'est pas
6tonnant que cet organisme soit parfois consider
come un membre superflu et que la press ne s'in-
tbresse pas A des dbbats concernant *d'une manibrf
g6nbrale la prescription de tel ou tel s6rum centre
la piqfire de tel ou tel inseote venimeux du Daho-
mey...
Tout cela est du domaine .des tentatives d'orien-
tation ingrates et probl6matiques. II ne s'agit encore
que d'une expAiience. Le thb6tre des v6ritables de-
cisions n'est pas, *en tout cas, le chAteau de Versail-
les, mais bien les sables et cailloux africains et la
jungle indo.chinoise. 11 existed trois, cinq ou sept reb-
gions critiques, au nombre desquelles ont doit main-
tenant computerr Des anciennes possessions indiennes,
avec leurs 323.0100 habitants, incapable dIe resister
A la pression politique et 6conomique de leur grande
voisine. L'Afrique noire elle-mime ne connait pas
un came total. La propaganda, communist, d'une
part, et musulmane de l'autre, y travaille centre les
int6rbts francais. Quant A l'Afrique .du Nord, l'Orient
y livre une lente et opiniAtre guerre d'usure centre
I'Europe affaiblie.
En attendant, l'Union Francaise est un toit qui,
defiant toutes les lois de la physique, ise maintient
dans 1'air sans abriter le 'moindre appartement ser-
vant de cadre A une vie ordonn6e. Tout un monde
d'int6irts contraires et de forces de vie diff6rentes
est engage dans une dispute compliqu6e. Le imot
<< f bdralisme > est ici un signed *de ralliement trbs
indertain let m6me dangereux, susceptible ,de favo-
riser une dissolution plutSt qu'une union. Le role
de la M6tropole frangaise n'est pas encore jou ; mais
il requiert de l'initiative, des tr.sors de p6netra-
tion et la conviction ,de remplir une mission poli-
tique A l'chelle mondiale ne correspondentt pas en-
tibrement :aux voeux de la grande majority de la po-
pulation. Les Frangais ont perdu le 'Canada parce
qu'ils (( ont pr6fire la paix A Qu6bec >. Si, aujour-
.d'hui et dans l'avenir, ils s'adonnaient A ,cette ten-
,dance, il serait alors difficile d'6viter la perte de
Saigon, d'Hanoi et de Tananarive.
(a Neue ZUroher Zeitung ), 13 aoQt 1949). 4.968


INDOCHINE

La press itrangere, malgre quelques violentes
critiques centre la < solution Bao Dai >, est dans
l'ensemble asseZ rdservie sur la question d'Indo-
chine :
Si, lorsqu'on parole a des officials frangais, on en
arrive au fait, on s'apergoit rapid-ement que la guerre
au Viet-Nam se ramene r6ellement A une sorte d'ope-
ration d'arribre-garde. Cela s'appelle < s'accrocher a
jusque... jusqu'A-quand ? Evidemment jusqu'i ce quoe
lels Etats-Unis blaborent un project g6nbral de defense


occidental dans I'Asie du Sud-Est et se d6cident &
faire .de la region d6limit6e par Langson-Moncay,
Hanoi-BPaiphong un ( rAduit > qui barrerait les com-
amunications entire la Chine let le Viet-Nam.
Que le Gouvernement francais .ait, au fond de son
comur, Ifoi ou non en la creation d'un reduit anti-
rouge en Indochine ayec 1'aide de 1' < Empereur >>
Bao Diai, 'qui se'm'ble ne jouir actuellement dans la
population que d'un soutien n6gligeable, la lecture
de la d6peche envoy6e par iStewart Alsop de Saigon
au Herald Tribune a Idfi n6anmoins lui causer un
'choc car cette d6plche, selon toute probability,
.doit refliter une des opinions du D6partement d'Etat.
L'essentiel en est que *les Am'Aricains seraient fous
d'avoir des rapports avec i'instauration de Bao Dai,
ou avec toute autre personnel, << repr6sentant du co-
lonialisme Ifrancais ,>, et ique leur meilleure carte
serait << de fair peser la totality de la puissance
ambri.caine pour promouvoir et soutenir le Gou-
vernement conmmuniste d.e 116 Chi Minh. Un tel iGou-
vernement, declare M. Alsop, ne ddevrait all6geance
A aucune .grande puissance ni A la France, ni A
la Russie, ni aux Etats-Unis.
Tout coeeci semble tant soit peu paradoxal et j'ai
ente.ndu un comrm entaire frangais de cette proposi-
tion 'qui disait : a C'est parfait que les Ambrioains
Utablissent un r6duit anti-coimmuniste 'en Indochine
avec P'aide d'H8 Chi Minh (si H1 Chi Minh accepted,
.ce don't nous doutons) ; mais ique faut-il entendre
par < la pileirie force de la puissance ambricaine '? >
Est-ce que catte << puissance > ne sera pas une fois
encore' repr6sente par des troupes frangaises ? Dans
,ce cas, n'est-il pas peu aimable -de parler d'une fa-
gon si m6prisante et si pharisaique du < .colonia-
lisme frangais >> ? On aura du mal A sortir .de ce
cercle vicieux. >

(a The New Statesman and Nation ), 9 Juillet 1949). 4.882


Queiques progrbs ont .6t faits par les Frangais au
course des mois rbcents pour la r6cuparation de posi-
tjons-cl6 sur le Viet-Minh et les prinicipales villes
(Hanoi, Ha'iphong, Hub, Saigon) sont fQrtement te-
nues. Mais, approximativement, la moiti6 de la sur-
face total du Viet-Nam i(les deux autres parties de
l'Indochine, le Cambodge let le Laos 6tant A peine
troubles) est entibrement entire les mains du Viet-
Minh, et m4me edans les endroits ofi les Francais ont
6limin6 l'opposiition ouverte, les raids de guerilla,
les assassinate et les iactes de sabotage sont fr&-
quents...
Pour le moment, les troupes engages sous le com-
mandement francais semblnent 6tre suffisantes A te-
nir les positions occupies et A effectuer de petites
avances locales. Mais la fin 'de 'la guerre n'est pas
en vue 'et la situation peut devenir critique pour les
Frangais si les Communistes chinois viennent A
compl6ter la conquete du Sud de la Chine, compre-
nant les provinces du Kouang Si et idu Yunnan, et
apportent sur une large 6chelle leur aide au Viet-
Minh, don't les positions essentielles sont situ6es dans
les montagnes, just au Sud de la frontibre.

(a The Economist ), 17 septembre 1949). 5.006








IA FRANCE ET LE FEZZAN

The Economist public un article favorable a la
politique et au point de vue francais :
Le ma'entendu franco-britannique au sujet du
monde arabe aura-t-il jiamais une fin ? On a l'impres-
sion .qu'il feir:mente une fois d'e' plus, cette foisAci au
sujet de la I.ibye. La situation est la suivante : la
France, ayant en vue la tranquillity de sies d6pen-
dances nord-'africaines, iaimerait conslerver la tu-
telle sur le F]ezzan, c'.est-A-dire sur la parties occi-
dentale du desertt libyen 'int6rieur, don't les frontiA-
res s' 6endednl le long des quatne territoires franvais
d'Afrique. Elle serait 6galement heureuse, pour .6vi-
ter lia progression de 1'ind6pendance arabe vers 1'Oc-
cident, ,de voir quelque autre puissance tutrice, de
pr6f6rence 1'ltalie, 6tablie en Tripolitaine.
Les Britanniques sont plus sensibles au climate de
l'opinion d.es Nations Unies. Ayant essay, sans suc-
cis, avec le plan Bevin-Sforza, d'apaiser la suscep-
tibilit- italienne, ils patronnent mlaintenant une Li-
bye ac'e6danl A l'ind6pendance dans un laps de
temps relativwement limit. La question a 1et discut6e
par M. Beivin et par M. Schu~man lorsique le premier
se rendait a Evian. Elle sera soumise a la decision
de l'Assemblce. Entre temps, il semble que les bles-
sures se soilent rouvertes et que renaisse l'opinion
selon laquelle, maintenant en Libye, comme au
Moyen-Orient en 1944-45, le but de la politique bri-
tannique est d'affai'blir la France outre-mer.
'Les relations anlo-fran.aises s.nt d'une impor-
tance capital. N'est-il pas possible de proposer que
la France conserve le Fezzan ? Economiquement par-
,aint, *ce project pr6sente des advantages. Ce terriitoire
se compose rle iquatre vall6es relativement fertile,
produisant des dates 'et des c6r6ales, perdues dans
une immensite de deserts sablonneux et doe crates
rocheuses. Un standard de vie raisonnable pour les
45.0010 habitants ne peut Atre maintenu que si une
bonne police s'oppose aux incursions des pillards


et si un certain tragic touristique lui procure .des re-
venus. Ce territoire n'est situB sur aucun parcours
important, si oe n'est sur la route meant des parties
septenotrionales de F'A.O.F. et de oI'A.E.F. A la M6-
diterranee.
Dans 1'espoir de le conserver, les Francais, depuis
1' poque oi il fut 'conlquis par le igenr;al Lecle~c sur
Mussolini, ont assum 'dde fortes dppenses pour son
'6conomie. Ils ont dota ses habitants, autrefois des
demi-esclaves, de petites pareelles ; 'ils les y ont ins-
tall6s en les exemptant d'imp6ts et en leur avangant
les semenoes; ils ont effectu6 des sondages A la re-
cherche d'eau potable, F'ont trouv6e A 180 pieds et
ont for8 18 puits artesiens ;! ils ont install 40 moto-
pompes pour la distribution de I'eau ainsi obtenue.
Consequence naturelle deJ leur poflitique, ils se sont
efforecs doe d6tourner le traffic des routes orientales
sur Misurata et Tripoli vers cells menant en Tuni-
sie eit en Algerie. Le Fezzan ne pourrait pas 8tre
,en de meilleures mains.
Dans ces conditions, pourIquoi les Britanniques
doivent-ils proposer I'ind6pendance libyenne aux
Nations Unies ? En premier lieu, -ils savent qu'avec
,a croissance du nationalism arabe, 1'ipolque des
annexions britanniques est r6volue. Le vent glaci
de la x6nophob.ie a atteint le Fezzan et y cause du
m.contentement. Encourages, aux dires des Fran-
cais, par les Tripolitains isous patronage britannique
et par 1'mmir des Sinoussis, des fanatiques musul-
mans ont attaqu6 la garnison de Sa bha le 17 juin
et tuA deux Francais avant d'.tre repouss6s.
Les Britanniques sont 6galement .dsireux de se
Id6barrasser du fardeau que constitute l'administra-
tion du rest de l'ex-empire italien. La politique ac-
tuelle britannique eslt done principalement caractA-
risoe par la constatation 'qu'en dehors de l'octroi
de l'indpendance a Plensemble 'de la Libye dans
un dAlai de cinq ans, aucune autre solution ne peut
obtenir 'la majority inecessaire A 'la prochaine Assem-
bl e.
(< The Economist ,, 10 iseptembre 1949). 4.998


III. EMPIRE BRITANNIQUE


Le danger que reprisente le communism pour
les intirets anglo-saxons, non seulement dans les pays
voisins de I'L.R.S.S. et de la Chine mais encore dans
les autres pays du Commonwealth, constitute la prd-
occupation essentielle des journaux de langue an-
glaise :
Tous -ceux qui ont leur tete en dehors des nuages
ou en dehors des sables savent que la vWritable ques-
tion iqui se pose maintenant est celle-ci : < De com-
bien .de temps disposerons-nous ? > Pour quoi faire ?
Pour stabiiliscr les 'conditions regnant .dans nos ter-
ritoires coloiraux, de tell sorte qu'il soit difficile
au communism de se propager, pour d6velopper les
onorm'es resources potentielles de 1'Afrique orien-
tale, central et occidentale, de manidre A ce que. les
Africains voient un nouvel espoir veritable ,d'avenir
sous !la tutelle britannique.


Que l'on ne s'y trompe pas; les Communistes
n'ignorent rien de cette course contre le temps et
ils tirent le meilleur part de toutes les erreurs stra-
t.giiques que nous commettons. Et la 'plus grande 'er-
reur que nous ayons commise ces derniers temps fut
la igreve des dockers, qui a aliment& les foyers com-
munistes dans tout l'Empire.
M. Austin Duffield, r6dacteur en chef de l'Uganda
Herald, le plus ancien journal du protectorat britan-
nique, 'dit ceci : < Les Communistes de o''Ouganda
ont des relations suivies avec I'ambassade russe en
Abyssinie (''une des plus importantes du monde) et
avec aes Partis communists d'Amerique et de
Grande-Bretagne. Nos troubles recents ont 6 t lins-
pires par les Communistes. Nous n'avons pas un
jour Ah perdre >>.
Cependant cet Ouganda poss6de toute la richesse
du monde si seulement nous pouvons 1'exploiter et









peut-tre la bonne volont6 la plus grande qui soit
si seulement nous pouvons amener la population
africaine A croire que son avenir est avec nous.
Je parlais A un Africain *du-grand project hydro-,
Alectrique de Jinja oh les ing6nieurs britanniques
endiguent le Nil pour irriguer le Soudan et l'Egypte
et fournir 1'6nergie Blectrique A I'Ouganda.
< Mais, me dit-il avec un sourire, de quelle bonne
volofit6 pourrait-il s'aigir en ce qui nous concern ?
Nous serons toujours charges de toutes les corv6es >.
C'est la lave communist insinuante qui d6ferle
lentement et dangereusement A travers tous ces ter-
ritoires. C'est pourquoi nous devons combattre rapi-
dement et de toutes nos forces.
Ecoutez les propos sans fard de ce savant qui re-
vient d'une tourn6e dans la zone cuprifere de l'Afri-
que. ( De grandes possibilities Avidemment, dit-il.
Mais je me demand ce que sera 1'avenir. Une agi-
tation se manifesto deja chez les travailleurs >.
Ecoutez 6galement l'architecte de Liverpool en-
voy6 fair une enqu&te sur les possibilities de cons-
truction de l'Ouganda.
( Les Indiens ont tout accapar6. Ils sont disposes
A travailler sans arr6t et ils vivront de l'odeur d'un
chhiffon graissieux. L'Afiricain 4prouve un grand res-
sentiment A constater la manibre don'tt ils s'empa-
rent du pays >.
Nous devons done d'une fagon ou d'une autre sur-
monter ce manque de foi de 1'Africain dans ces
grands projects de d6veloppement ; nous devons
d'une facon ou d'une autre montrer A la population
africaine qu'il s'agit r6ellement d'un advantage reci-
proque.
Les extr6mistes sentimentaux qui insistent pour
lque administration britanniique s'en aille aussi ra-
pidement que possible ne connaissent pas les faits.
Avec une population qui s'accroit rapidement,
avec 1'6rosion du sol et la pire scher.e.sse que l'on
ait connue de m6moire d'homme, I'Afrique aura A
faire face dans les prochaines ann6es A des probl6-
mes effrayants joints A la redoutable BventualitB
d'une fantine sur une grande 6chelle.
La Grande-Bretagne il faut entendre par IA
Whitehall aussi bien que les homes qui sont sur
place devra faire appel A ses meilleurs cerveaux
pour r6soudre ces probl6mes car un 6chec ne si-
gnifiera rien de plus ni rien de mioins qu'une vic-
toire communist definitive.
Prenez le cas strange des Etats F6d6r6s de Ma-
laisie, dans le voisinage imm.6diat de Singapour,
celle des colonies de la Grande-Bretagne qui rap-
porte le plus de dollars et oh 20.000 soldats et po-
liciers britanniques font toujours la chasse A des
bandits communists don't le nombre est 6valu6 en-
tre 3.000 et 5.000 hommes.
Aprbs une ann6e dure et harassante pour les
nerfs, les planteurs estiment que les bandits sont
< en d6route > et que le tournant a maintenant 6t6
atteint.
Cependant aujourd'hui lindustrie du caoutchouc
est peut-&tre en face de la ruine du fait de l'indus-
trie synth6tique americaine.


Pendant ce temps les strateges communists se
frottent les mains et attendent les 6venements. Pres
d'un demi-million de travailleurs sont employes sur
les plantations d'h6v6as.
Imaginez les possibilities qu'il y aurait de susciter
les troubles dans le cas oh une cruise se produirait
-dans le caoutchouc et oh ces plantations ferme-
raient.
< Pourquoi faut-il que nous poursuivions ce duel
commercial alors que l'ennemi est pret A fondre
sur nous ? Nous faisons purement et simplement son
jeu >.
Traversez l'Inde en avion, traversez la path6tique
Birmanie d6chir6e par la guerre et vous vous ren-
drez compete A quel point la Malaisie devient main-
tenant la clef de l'Asie Sud-Orientale. Les commu-
nistes indiens, birmans et indochinois applaudiront
A un effondrement de l'industrie du caoutchouc.
Ce serait le signal d'une nouvelle grande offensive
destinAe A prouver que le chomage, la famine et la
misbre sont les seules consequences de 1'entreprise
britannique.
D'un bout A l'autre de la ligne, vous vous 6tes
rendu compete que le temps n'est pas notre all.i6 et
qu'il faudra un effort surhumain pour mettre nos
territoires coloniaux dans un tel 6tat d'ordre que la
volont6 des peuples satisfaits r6siste automatique-
ment A la progression -du communism.
Au moment oi je quittais l'Afrique un group
d'ing6nieurs ambricains arrivait pour 6tudier les.
possibilities d'une grande jonction entire les chemins
de fer de la Rhod6sie, du Kenya et de l'Ouganda.
Ce serait lh un immense pas en avant. Chaque
avion qui fait route ces jours-ci vers l'Orient trans-
porte des commissions ou des experts isol6s venant
enquater sur une possibility ou sur une autre.
I1 y a davantage de foinctionnaires civils A Sin-
gapour qu'en tout autre endroit, Whitehall mis A
part.
Tout cela est tres bien mais nous devons voir pas-
ser l'action, et rapidement.
Qu'on le veuille ou .non, le communism progresse-
dans tous nos territoires d'Extrmme-Orient et d'Afri-
que. Nous devons sortir de derriere les barricades
et agir d'une maniere positive.
(C Continental Daily Mail ., 4 aoOt 1949). 4.935


MALTE

Une ligdre amelioration partt" s'etre produite
dans la crise que traverse Malte :
I1 semble que, bien que le Dr Boffa, Premier Mi-
nistre de Malte, n'ait pas obtenu a Londres tout ce
qu'il d6sirait, il ait toutefois obtenu satisfaction dans,
une certain measure. On a l'impression que les Mal-
tais ont eu tendance A escompter que la Grande-
Bretagne assumerait la responsabilit6 total en ce.
qui concern ses problemes 6conomiques en d6pit
du fait que Malte jouit actuellement de l'autonomie
gouvernementale. D'autre part, lorsque les Maltais.
presentrent leur demand d'assistance, ils ne se-









preoccuperent gu&re de preciser dans ses details le
concours don't ils avaient besoin.
Cependant, la negligence et I'inefficacit6 dues
en parties A l'inexp6rience don't a fait preuve le
Gouvernement maltais n'excusent pas le manque
d'int6 t maniifestW en 'occurrence par le Colonial
Office. II est d6plorablement vrai que la plupart des
territoires relevant du Colonial Office, sp6cialement
lorsqu'ils sent petits, doivent faire beaucoup de
bruit pour qu'on s'int6resse A leurs difficulties.
11 "semble que le Colonial Office va maintenant ai-
der Malte A effectuer une enqu&te destine A con-
naitre ses besoins 6conomiques exacts ; des tenta-
tives seront faites 6galenent pour aider l'ile a 16la-
borer les plans d'une emigration don't elle a grand
besoin. Finalement, en dehors de l'6tablissement
d'un certain nombre d'industries 16g6res, Malte ne
peut rien faire, si ce n'est maintenir par 1'4migra-
tion sapopulation au niveau auquel les installations
de base brilanniques peuvent 1'employer int6grale-
ment. En l'occurrence le Commonwealth britanni-
que pourrail. et devrait .tre d'un secours consid6-
rable.
Le fait que Malte se rend compete de tout cela est
.dmontr6 par les terms de l'ultimatum > qu'elle
a anterieurmenent adresis6 anu Colonial Office iet qui
vient maintnmant d'etre public. Dans ce .document
elle menacait de s'offrir aux Etats-Unis ou ce qui
etait un peu enfantin -- << toute autre grande puis-
.sance > pour 4tre utilisee comme base militaire.
Tout ce qui int6resse Malte,, c'est d'obtenir des com-
pensations et une s6curit6 Bconomique ad6quates en
change d'une telle utilisation. C'est l1 un objectif
qui n'est pas d6raisonnable.
Ce qui dmnontre le plus nettement que le Colonial
Office est actuellement en train de faire quelque
chose a ce .sujet est le fait que le Dr Boffa a obtenu
un vote de confiance du Parti travailliste maltais.
Mais si l'on veut 6viter des troubles s6rieux il est
essential que le Colonial Office ne se content pas
de faire quclque chose pour assainir 1'6conomie de
Malte mais :ncore que cette action soit 'visible.
En attendant nous esp6rons que les admissions
dramatiques et les declarations incendiaires cesse-
ront d'etre l'ordre du jour A Malte. Ce territoire
a besoin d'un Parti travailliste puissant. I1 ne tirera
aucun profile de divisions inutiles qui ne peuvent que
faire le jeu du communismie militant. Tout le va-
carme qui a Wte fait n'a servi qu' h'cet usage. Les
energies qui ont Wte d6pensees pour le cr6er de-
vraient &tre maintenant consacr6es A la tAche cons-
tructive consistent a laborer, en cooperation avec
le Colonial Office, des programmes tendant a pro-
mouvoir le bien-&tre de Malte.
( Tribune ,, 16 septembre 1949). 5.009


CACHEMIRE

La misentente entire I'Inde et le Pakistan en-
core ricemnent illustrie par le refus du Pakistan de
suivre la devaluation de la livre n'a pas encore
permis de rdsoudre la question du Cachemire


II y a seulement deux mois en juillet de Pan-
nee en cours- il semblait y avoir une chance rai-
sonnable ide voir r6soudre rapidelment le plus ardu
de tous les litiges existant au sein du Common-
wealth. La Commission des Nations Unies pour
1'Inde et le Pakistan, connue sous les initiales
d'U.N.C.I.P. dans le jargon de notre 6poque, apres
avoir arr4t6 la guerre non d6clar6e qui se livrait au
Cachemire proprement dit, semblait avoir mis les
deux parties dans un 6tat d'esprit susceptible de
rendre un plebiscite non seulement possible mais
utile. Maintenant l'huile est de nouveau dans le feu
et, ,dans une tentative pour sauver la situation, le
President Truman et M. Attlee ont fait une d6marche
simultan6e et ont invite Delhi et Karachi A accep-
ter l'arbitrage de l'Amiral Chester Nimitz.
Passer en revue en quelques lines toute l'histoire
de cette lamentable affaire serait impossible. Com-
me il arrive si souvent dans les litiges internatio-
naux, et plus encore peut-Atre dans ce cas particu-
lier, il y a beaucoup a dire en faveur des deux par-
ties. Tout depend de l'adh6sion de chacun au point
de vue essentiellement juridique (indien) ou au point
de vue pragmatique (pakistanien). En outre, toute
laffaire semble avoir W6t encore compliqute par une
inconsquence de la part de 1'U.N.C.I.P. qui, come
notre gouvernement de Palestine autrefois, a donned
aux deux parties des assurances mutuellement con-
tradictoires.
Ce qui resort de la moindre 6tude du diff6rend
du Cachemire, c'est sa gravity et la possibility de le
voir occasionner -des degAts encore insoupconn6s.
Tant qu'il ne sera pas resolu on ne pourra pas com-
bler la briche entire 1'Inde et le Pakistan et tant que
les relations entire ces deux nations sceurs n'auront
pas 6t6 consid6rablement ameliorbes il est peu vrai-
semblable que le probl.me du Cachemire soit r6el-
lement rissolu. On trouve lh4 par counseiquent l'exemple
le plus exasp6rant d'un cercle vicieux dans les af-
faires contemporaines.
Mais des questions plus essentielles encore sont
en jeu. Quatre grandes routes con merciales en di-
rection de l'Asie Centrale passent par le Cachemire.
A quelques miles au delA de la frontibre septentrio-
nale de cet Etat se trouve l'Union Sovi6tique qui a
un interet permanent a ce que le litige reste irresolu.
Le recent veto oppose par la Russie A la demand
d'admission aux Nations Unies formul6e par le Ne-
pal montre qu'elle ne manque pas unei occasion de
mener un jeu politique en Asie Centrale. La Grande-
Bretagne et les Etats-Unis sont pleinement cons-
cients de cette situation, et c'est ce qui explique la
d6marche Truman-Attlee.
(a Time and Tide ,, 17 septembre 1949). 510007


HONG-KONG

Les craintes qu'inspire d Hong-Kong la perspec-
tive d'une collusion avec la Chine communist pa-
raissent s'attinuer :
Au d6but de mai, aussit6t apres I'humiliation subie
par 1'Empire Britannique sur le Yang-Ts6, il sem-
blait possible que les communists foncent sur









Hong-Kong et s'en emparent par un coup de main.
Cette crainte a toujours 6t6 en fait plus apparent que
reelle, comme aurait pu le r6v6ler une connaissance
616mentaire de logistique militaire.
Mais la Colonie, alors relativement sans defense,
,semblait constituer une proie tentante pour la puis-
sance qui avait .d6jA marque des points A l'occasion
de 1'incident de l'Amgthyst et qui n'avait pas encore
connu la mortification de voir la frigate s'echapper.
II se trouve que la p6riode d'alerte coincide, d'une
manibre toute fortuite, avec une vague soudaine de
criminalit6e Hong-Kong. Il semblait vaguement
possible que les avant-gardes descendent du Nord a
toute vitesse pendant que la cinquibme colonne frap-
pait de l'int6rieur.
Cette hypoth6se ne se r6alisa pas et il n'est pas
probable maintenant qu'elle se r6alise, tout au moins
de cette manibre. II est vraisemblable que t6t ou tard
les communists chinois chercheront A faire passer
Hong-Kong sons leur contr6le, mais' ii semble im-
probable qu'ils aient recours A une tactique de force
dans un avenir imm6diat.
Les renforts qui ont etA envoys en toute hAte
pour faire face a la menace en puissance sont hours
de proportion par rapport A leur puissance reelle.
II est evident que, si les Chinois 6taient pleinement
decides a poursuivre leur attaque, la presence .de
trois bataillons suppl6mentaires ne serait pas suf-
fisante pour les arrkter.
L'importance supreme du renfort est principale-
ment symbolique. C'est 14 une indication de notre
determination A ne pas nous laisser expulser d'une
ile qui 6tait autrefois un roc d6nud6 et que nous
avons transformed en l'espace de cent ans en la ville
la plus prospere de tout I'Extreme-Orient.
II est Avident que Hong-Kong, renforc6e et en 6tat
total d'alerte, est maintenant en position de rAsister
A toute tentative des forces communists chinoises
pour prendre ses defenses d'assaut. Manquant de
puissance navale et d'une aviation s6rieuse elles se
trouveraient obligBes .d'employer la tactique de 1914
(l'attaque avec d'importantes forces d'infanterie)
contre un d6fenseur capable tout au moins de les
affronter avec des moyens assimilables A ceux de
1942.
Sans une participation russe active sous forme
d'armes et d'aviation, il est difficile de voir comment
les communists chinois pourraient esperer rem-
porter un succes ; quant l'intention des Russes de
participer A une telle venture on n'en voit pas la
moindre trace.
Cela ne veut pas dire qu'Hong-Kong serait faci-


element defendable dans 1'6ventualit6 d'une guerre
mondiale ; ce ne serait pas le cas. Nous ne pour-
rions pas nous permettre d'y enfermer les forces
militaires qui sembleraient n6cessaires A sa defense
prolong6e et, dans le cas oif nous le ferions nous ne
pourrions pas facilement les ravitailler....
Etant donn6 qu'un assault livr6 A Hong-Kong de-
clencherait 6videmment de notre part une reaction
violent et puissante conduisant peut-etre A une
grande guerre, il est extr6mean ent improbable qu'il
soit tent6. En outre une tell m6thode est entiere-
ment contraire A toute la technique du communism
en action, qui pr6conise toujours la strategie de 'ap-
proche indirecte et qui, comme son frrre nazi, pr&-
fbre saper et affaiblir de P'int6rieur en attendant
d'etre en measure de donner le coup de grAce.
II est evident qu'une offensive, don't le d6velop-
pement pourrait Wtre lent, peut prendre la force
d'une agitation progressive au sein des syndicats de
Hong-Kong, pour protester non sans raison -
contre l'accroissement du cofit de la vie, et peut-6tre
d'un certain nombre de graves de < sondage >.
Cette facon de proc6der peut etre la plus facile
A mettre en train, car rien n'est plus ais6 que d'in-
troduire dans la Colonie des menbhres entrain6s du
Parti munis de consignes specials. II n'existe pas
de maniere pratique de s'y opposer. Le control de
l'immigration, essay6 A plus d'une reprise au course
des vingt dernieres ann6es, a toujours about A un
echec total. La rccente introduction de l'inscription
est un moyen louable mais probablement inefficace
d'entraver 1'accroissement de la population...
Si l'on avait besoin d'un nouvel indice d6mon-
trant que la Chine communist n'envisage pas pour
le moment une action directed contre Hong-Kong,
celui-ci est fourni par I'attitude de la press com-
muniste de la Colonie. Depuis la publication de la
d6p6che annoncant les renforts britanniques, elle
s'est efforc6e .d'att6nuer les diff6rends possibles en-
tre la Grande-Bretagne et la Chine de Mao Tse Tung.
Les communists mod6r6s de Hong-Kong, facile-
ment accessible aux journalists occidentaux, d&-
bitent les slogans families des environs de 1930 au
sujet de la possibility d'une cohabitation pacifique
du lion communist avec l'agneau d6mocratique et
de I'int6r&t du miaintien de contacts commerciaux
en d6pit des divergences id6ologiques.
On a I'impression que ce serait presque manquer
de tact que de leur rappeler que leurs propos sont
du pur stalinisme de 1930 et que Staline est aujour-
d'hui le plus ardent des trotskystes.

(c Daily Telegraph ,, 8 septembre 1949). 4.996


IV. BIRMANIE


Le Gouvernement birman n'est pas encore parvenu
a reprendre entidrement en mains la situation et
continue a lutter contre les Karens et les diverse
factions communists. Pour se reliever de ses ruines,


il semble que la Birmanie soit contrainte de faire
appel a l'aide itrangare :
II est facile de voir pourquoi le Gouvernement de
la Birmanie est si d6sireux d'obtenir l'aide des en-








reprises industrielles et des capitaux strangers. Ce
pays manque A la fois des resources et des capa-
*cites techniques tant pour reliever son Bconomie au-
trefois prospere que pour r6parer les graves des-
tructions causes par la guerre civil. Le Ministre
des Finances, U Tin, a bross6 un sombre tableau
des destruction lorsqu'il a pr6sent6 le budget pour
1949-1950 au Parlement provisoire de Rangoun,
au debut de cette semaine. La consequence la plus
grave de ces miois de lutte .a 6t6 la dislocation des
communica tions.
Les stations de chemin de fer, les voles, le matl-
riel roulant, les points, les ateliers les bateaux de
passagers et les cargos ont 6t& sabot6s par les rebel-
les et la vie economique du pays a 6t6 paralys6e.
Les industries qui fournissaient ordinairement A
1'Etat un revenue substantial et procuraient un em-
ploi a des millions d'individus sont pratiquement
paralys6es. II a Wt6 impossible de r6parer le pipe
line amenant le p6trole des zones de forage aux raf-
fineries de Syriam et le Gouvernement, au lieu d'etre
en measure de satisfaire tous ses besoins locaux et
d'exporter un pr6cieux exc6dent, a dfi utiliser une
parties de ses devises 6trang6res Jimit6es pour ache-
ter du p6trole A 1'6tranger.
Lorsque les rebelles menacerent cet Wte les
champs pt rolif6res de Yenangyoung les technicians
britanniques durent ktre 6vacues par measure de se-
crit6 et le Gouvernement fut oblige d'intervenir et
de produirke du p6trole A l'aide de m6thodes primi-
tives disperidieuses afin d'6viter la famine aux tra-
vailleurs. industries e du teck a Wte presque aussi
tprouvke. La seule production brillante a Wte celle
.du riz ; les exportations de riz ont d6pass6 toute at-
tente mais Ie Ministre des Finances a annonc6 iqu'el-
les seraient certainement moindres l'ann6e pro-
chaine.
Les d6penses militaires consacrees A la r6pres-
sion de la rebellion viennent encore au premier


rang dans les d6penses de la Birmanie, mais on es-
pAre que grace A une strict .conomie, A de nou-
veaux irffp6ts et A des pr6l6vements effectues sur les
fonds de reserve constitutes grAce aux profits r6a-
lis6s sur les exportations de teck et de riz, le deficit
budgetaire n'exc6dera pas 3 % du revenue total. Rien
ne sera n6glig6 pour reliever le pays et son economie
apres ce bouleversement. Cela d6pendra d'une aug-
mentation de I'aide commercial et des investisse-
ments consentis par 1'6tranger et d'une aide tech-
nique directed. C'est pour cette raison que la Ban-
que de Birmanie a d6clar6 en juin dernier qu'il fau-
drait operer un changement radical dans 1'6cono-
mie politique et, depuis lors, l'attitude chauvine ma-
nifest~e jusque lI a 1'6gard des entreprises et des
capitaux strangers s'est progressivement modifi6e.
Le Premier Ministre, Thakin Nu, et le Ministre
des Affaires 6trangeres, U E Maung celui-ci lors
de son retour du voyage qu'il vient de faire en
Grande-Bretagne et aux Etats-Unis ont, tout com-
me U Tin, insist sur le grand r6le que pourrait
maintenant jouer 1'entreprise ext6rieure. Dans son
discours A l'occasion du budget le Ministre'des Fi-
nances a d6clar6 sans detours qu'il ne pourrait pas
y avoir de longtemps de nouvelles nationalisations
dans I'industrie et ii a promise une attribution libA-
rale .de devises 6trangAres et un relachement des
measures restrictives sur les importations.
La Birmanie s'est rendu compete que i'isolemient
Aconomique ne payait pas. II appartient maintenant
A ses dirigeants de prouver que les concessions qu'ils
offrent sont rTelles, que des compensations conve-
naibles seront verses aux entreprises 6trangeres qui
ont 6te expropri.es et que ceux qui viendront main-
tenant aider la Birmanie A reconstruire les bases de
son commerce et de son industries :se verront accor-
der des conditions de travail loyales. C'est lA Le
moyen pour la Birmanie de sortir 'de ses difficulties.
(< The Times P, 15 septembre 1949). 5.003


V. UNION HOLLANDO-INDONISIENNE


Apris de tongues discussions, il semble que la Con-
firence de la Table Ronde de La Haye soit sur le
point d'aboutir, malgre les divergences de points de
vue, notamnment sur les questions de la souverainetd,
des affairer economiques et de la Couronne :

Le fait e.;sentie1, en ce iqui concern la Conference
de la Table Ronde, actuellement r6unie A La Haye
pour d6cider de 4'avenir de I'IndonBsie, est qu'elle
repr6sente la dernire -chance d'un reglement v6ri-
tablement p]acifique. C'est une occasion que les ob-
servateurs ,presents en Indon.sie au moment ofo eut
lieu F'action de police hollandaise, en d6cembre der-
nier, estimaient ne jiamais pouvoir se presenter dde
nouveau. Le fait ,que cette possibility d'un transfer
de souverainetc dans l'atmosphlre de raison et de
bonne volcint6 tout A fait inattendue .qui rignue a La
Hfaye se soit reproduite n'est pas loin .de constituer
un miracle. Ce miracle doit produire une solution.


Aucune des deux parties n'a le droit .de la laisser
avorter.

I1 est evident qu'il ne pent y avoir qu'une seule
solution : un transfer < r el, complete et incondi-
tionnel > de la souverainet6 aux Etats-Unis .d'Indo-
n sie. C'est dans ce but ,que la conference a Wte con-
voqube. Ni il'une ni l'autre des deux parties ne peut
se Ipermettre un resultat moindre. Pour Mohammed
Hatta et les autres membres de la d6elggation indo-
n6sienne, la souverainet6 est la seule issue possible.
IIs se-considerent dejA comime leurs propres mai-
tres et ne peuvent rien accepter d'autre qu'une re-
connaissance formelle de ce fait. En outre, ils sont
soumis A la pression de leurs propres partisans. Les
forces indonesiennes, avides de combattre, ,ne peu-
vent pas 6tre maintenues indAfiniment l'arme au
pied. On ne epent pas non plus escompter que les na-
tionalistes indondsiens de gauche negligent d'exploi-
ter ce d61ai.

65









A l'actif du bilan, on doit enregistrer le faith que
ni Mohammed Hatta et ses associ6s, bien que n'ayant
pas un passe sans teaches, repiresentent nkanmoins
1']l6ment ,dirigeant le plus responsible don't dispose
'Indons.ie. L'exp.rience les a assagis. Ils ont ap-
pris A mod6rer leurs exigences en toutes choses, a
exception du principle fundamental de souverai-
net6. Us representent un movement nationalist
dans lequel, A la difference de -quelques autres mou-
vements du Sud-Est asiatique, les Communistes ne
tiennent aucune place. II n'en a pas toujours 6t6 dde
mime, mais il en est ainisi maintenanti. Les leaders
indon6siens affiirment qu'au course des derniers mois
30.000 Communistes ont 6t16 Boarti6s des posters im-
portants, mis en prison ou confines dans des bands
montagnardes de faible importance.

Ce que les dirigeants actuels veulent obtenir plus
que tout c'est le genre d'accord que les Indiens ont
r6alis6 avec les Britanniques. Le fait ,que le transfer
de pouvoir britannique hante les di6ligues si6geant
aux tables, de conference dde La Haye donne une
measure de la nouvelle imod6ration indon6sienne. Un
grand nombre. de d.l16tguis A la Conf6rence de la
Table Ronde se sont arr6ti6s dans 1'Inde en chemin,
afin d'itudier en detail les measures adoptees pour
le transfer de pouvoir de la IGriande-iBretagne. On
est loin de la rupture r6volutionnaire redoutB6e par
un si grand nombre de Hollandais. Cette facon de
proc6der est marqu6.e au 'coin de la grande politique.

La position r6publicaine a 6te igalement renfor-
c6ie par J'accord rBalise entire les.-Rpulblicains et les
Federalistes indonesiens. Les F6ed.iralistes reprsen-
tent les Gouvernements autonomes cre6s en accord
avec les Hollandais dans les parties non r6publicai-
nes de 'Iindoni.sie. Jusqu'iA present, ils ont eu ten-
dance iA representer des Etats-Unis d'Indon6sie dans
lesquels la R6pub'lique pourrait ne pas figure le
moins du monde si elle, refusait d'accepter les con-
ditions hollandaise. Aujourd'hui, par contre, ils ont
une reaction cordial devant la position dirigeante
de la R6publique. 1 est peu d'o'bservateurs r6alistes
pour croire qu'il soit maintenant possible ide se pas-
ser des Republicains pour idifier une nouvelle In-
don6sie avec l'aide fed6r:aliste ; ce novel Etat de
76 millions d'habitants sera construit par les ideux
groups id'Indon.siens, agissant en accord et en
cooperation.

Voil ce qu'il en est de la ,dil6gation indon6sienne.
Que dire de la hollandaise ? Ce n'est pas une petite
chose A la v6riti que .de perdre un Empire et I'en-
jeu hollandais en Indon6sie est immense. Sans les
vastes investissements et interets commerciaux des
Pays-Bas A Java et dans les iles voisines, le standard
de vie de ce pays serait amput6 de 10 % .e t peut-
etre mime de 125 %. Mais les .v6;nements ont joun
centre les Pays-Bas. 11 y a six mois, avant 9a se-
conde action de police, .alors que les Hollandais
itaient menaces d'uune R.publique anarchique et
eventuellement communist don't les leaders sem-
Iblaient renier leurs engagements 'apres 'chaque ac-
cord, leurs efforts pour aboutir A un riglement par
une action ferme 6taient justifies par de bons ar-
guments. Mais cette 6poque est passee, Le probl6me
consist maintenant, pour les Hoalandais, A reconi-


naitre les faits essentiels, i savoir que F'occupation
japonaise 'a mis les Indon6siens dans un novel .6tat
d'esprit, sans. 'ispoir de retour ena arriere, que les-
deux actions dde police hollandais ont dtmontr6
,que cet etat d'esprit ne pouvait pas etre combattu
par la force et que, mnanmoins, la Hollande se trouve
en presence d'un gr'oupe de leaders indonesiens
encore prn~ts a coopirer et hostiles au communism.
Les principaux n6gociateurs hollandaise compren-
nent .celA. Ils savent qu'en conformant leurs actes A
leur conviction, ils peuvent icontribuer A la creation
d'une Indonisie prospirre et satisfaite, dans.laquelle
les Pays-Bas trouveraient unie place avantageuse et
honorable., Mais, ia question de isaivoir si le point de
vue hollandais .6clair6, ,d6fendu particulirrement par
le Dr Drees, Premier Ministre, et par le Dr Van
Royen, l'emportera constitute encore une inconnue
de la Conf6rence.
En un sens ce fait va i l'encontre du but de la
Conference : L Le transfer d'une souverainete
reelle, complete et inconditionnelle aux Etats-Unis
d'Indonesie conform6ment aux principles du Ren-
ville >. On ne peut pas nier qu'il plane un certain
scepticisme dans les corridors de la < Ridderzaal >
quant A la confiance que P'on peut avoir en la sin-
cerit6 de cet objectif. Par example, ar course du rn-
cent d6bat au Parlement hollandais Auquel assis-
taient du haut des tribunes les premiers Indon6siens
arrives on n'a jamais su nd'une fagon certain,
avant Pintervention du professeur Romme, leader
catholique, si celui-ci essaierait ou non de limiter
les << concessions > que les IHollandais sont disposes
A faire A cette Conference.
Ceo hesitations ne signifient pas ncessairement
que des r6flexions faites iapres-coup par les Hollan-
dais saperont le succes de la Conference. L'autorit6
d'hommes d'Etat tels que le Dr Drees et le Dr Van
Royen devrait etre suffisante pour fair comprendre
A une important majority de l'opinion des Pays-
Bas que cette conference est en reality leur dernirre
chance d'effectuer un transfer pacifique et ce
qui est aussi important de s'assurer un r6le cons-
tructif et influent dans l'Indonisie nouvelle qui,
comme le savent les leaders indonesiens eux-mmmes,
manquera de capitaux, de main-d'oeuvre qualifiee,
de technicians et d'administrateurs. Le danger est
plut6t que les hesitations qui se manifestent en Hol-
lande puissent obliger la Conf6rence A se derouler
Sune' cadence trop lente. La possibility d'ouvrir la
Conference avec une declaration sensationnelle de
souverainete a deji 646 manquee. II est essential que
l'on ne laisse pas la bonne volont6 s'6chapper par
les interstices des Commissions techniques.
L'ordre du jour de la Conference est long et dif-
ficile. II comporte 1',tablissement d'une Constitution
provisoire pour l'Indon6sie nouvelle ; il income
aux Republicains et aux F6d6ralistes de 1'elaborer
conjointement avant de la discuter avec les Hol-
landais et il faut esperer qu'ils ne tarderont pas i
s'y mettre car dans le cas contraire iJs donneraient
un dangereux argument A opposition hollan.aise..
L'ordre du jour prevoit 6galement un, project de
Char.te pour le transfer de la souverainete, des dis-
positions en vue d'une union hollando-indon6sienneo
et d'accord au sujet -de 1'evacuation militaire des.








Hollandais, le transfer de l'Administration dcono-
mique et financi6re, le probleie de la citoy.ennete,
le statut des fonctionnaires civils hollandais et un
certain nombre d'autres sujets.
Quelle est celle de ces questions epineuses qui
pr6selterait 6ventuellement le plus grand risque.de
collision ? Et quel espoir y-a-t-il de les r6gler toutes
en detail dans un delai de deux mois, m.me en sup-
posant qu'il rigne de part et d'autre une cordiality
total ? La maniere don't chiacune de ces questions
seraa abord.&e d6pendra de la conviction initrieure
,des .deux parties en ce qui concern la question de
savoir si une souverainet << re6elle, complete et in-
conditionnelle > sera ou ne sera pas effectivement
transf6ere sans hesitation. Le problem de 'union
hollando-indonesienne est probablement le plus dan-
gereux en puissance 6tant idonn6 que c'est 1l que la
port6e du transfer de souverainet6 est le plus per-
ceptible. II est evident que, quelles que soient les
interpretations auxquelles songent les Hollandais,
les Indon6sjens n'en ont qu'une : une union dans
laquelle leur souverainete total ne soit pas affected
et dans laquelle le monarque ne soit pas autre chose
qu'un symlbole comme c'est le cas dans l'Inde. Ils
ne recherchent pas des liens plus 6troits A moins
qu'ils ne soient d'un interAt economique et social
evident. Tout icela, on doit le dire, constitute une
considerable 6.volution par rapport aux idees qui
ont preside aux accords ant6rieurs entire les Pays-


Bas et les Republicains indon6siens, accords aux-
quels certain esprits hollandais reviennent encore
avec insistence.
En un sens ce,tte conference est une conference
de details. Toutefois, en les traitant on soul6vera
'toujours le principle fundamental sur lequel le regle-
ment doit etre bas6. La souverainete indon6sienne
sera-t-elle reellement sans restriction ou non ? En
,outre, les Hollandais ont pour caract6ristique d'ai-
,mer les contracts 6crits ; neanmoins il sera presque
impossible d'aboutir A des accords 6crits sur tous
les details n6cessaires dans le laps de temps don't on
dispose. Par consequent, pour que la Conference
reussisse il faudra que bien des choses soient ac-
cept6es de confiance. A chaque phase de cette lon-
gue dispute il s'est r6ev6l que les idbes hollandaises
suivaient les 6v6nements plut6t 'qu'elles !ne les de-
vangaient. Tous les moyens possibles de revenir A
1'ancienne Indon6sie ont maintenant UtB tents et
ont 6choue. Cependant un sentiment de confiance
a reparu A la douzieme here. L'avenir depend de
l'usage qui isera fait des dispositions favoraibles qui
regnent actuellement A La Haye pour Bdifier 1'Indo-
nesie nouvelle don't ont besoin les deux parties. Mais
cela dolt etre fait imm6diatement. Tout ajojrnement
ne profit qu'A l'extr6misme indonsien et A la r6ac-
tion hollandaise.
(a The Economist >, 3 septembre 1949). 41995


LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUITS EN FRANCAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTED :

A la Section de la Presse Etrangere, au Ministere de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7"). (Direction
des Affaires Politiques, Piece 17, 1" Etage).
La Section de la Presse Etrangbre peut en outre fournir gratuitement, par retour -du courier, a quiconque lui en fera
la demand, copie des, traductions ayant moins de deux mois de date.
Le N' de r6efrence suffit i designer le document desire.


N" TITLES


UNION FRANQAISE
Indochine ............ ..............................
De l'Empire colonial a la FAddration ..................
La guerre d'Indochine dure depuis quatre ans ........
11 combat pour faire des Africains des Frangais ........
La France et le Fezzan ..............................
La guerre en Indochine ..............................
PROBLEMS GENERAUX
Chemins de fer africains .............................
Les rapports de gestion des puissances tutrices ........
Lecons coloniales ................ ......... ............
Nationalisme en Asie .... ......... ...... ........
Une politique americaine pour l'Asiel ...................
Investissements coloniaux ............................
COMMONWEALTH
G6n6ralit,6
La fin de l'Empin e Britannique......................


DATES


17-8-49
13-8-49
23-8-49
27-8-49
10-9-49
17-9-49

11-8-49
11-8-49
14-8-49
31-8-49
14-9-49
17-9-49


20-8-49


ORIGINE DU DOCUMENT


The Manchester Guardian
Neue Ziircher Zeitung
Daily Telegraph
West Africa
The Economist
The Economist

The Manchester Guardian
NewYYork Herald Tribune
The Sunday Times
New-York Herald Tribune
New-York Herald Tribune
The Economist


The Nation


4.9,62
4.968
4.972
4.980
4.998
5.005

4.951
4.95,5
4.960
4.981
5.002
5.010


4.992


-1









TITRES DATES


4.985
4.986
4.990
4.999
5.000
5.009


4.964
4.973

4.9516

4.952
4.957
4.958
4.963
4.966
4.967
4.984

4.971

4.977
4.978
4.991
4.993
4.997
5.000
5.001
5.007
5.008

4.965
4.996


4.950
4.961
4.982
4.994
5.003


4.954
4.959
4.969
4.970
4.974
4.975
4.976
4.979
4.983
4.987
4.988
4.989
4.995

4.953

5.004


SMalte
La prosperity de Malte ...............................
La situation de Malte ...... ........................
Malte ............................................
Le retour a Malte du Dr Boffa ........................
Un nouveau depart pour Malte .........................
Le litige de Malte ....................................
Afrique Occidentale Britannique
L'autonomie administrative pour I'Afrique Occidentale ..
Discussions constitutionnelles en Nigeria ..............
Afrique du Sud
Bechuanaland ........................................
Inde et Pakistan
Nehru est-il un Hamlet asiatique ? ....................
L'Inde et le Pakistan : PBriode de relations mieilleures ..
Une rupture possible du Jion du Pakistan avec la Couronne
Une modest proposition (Inde) ......................
L'In'de et le Pakistan ................................
Le miracle de 1'Inde .................................
Les Republiques villageoises indiennes ................
Hayderabad
H ayderabad ..........................................
Cachemire
Impasse au Cachemire ..............................
Encore le Cachemire !............ .................
Cachemire ............................................
La question du Cachemire ............................
Le diff6rend du Cachemire ..........................
Intervention au Cachemire ...........................
Le diff6rend du Cachemire ...........................
Le dilemme du Cachemire ............................
Le different du Cachemire ...........................
Hong-Kong
Hong-Kong ......................................
Les craintes qu'inspire A Hong-Kong la perspective d'une
collision avec la Chine rouge se sont att6nu6es ....
Birmanie
Cr6puscule en Birmanie : L'ind6pendance et ses suites :.
Inqui6tudes britanniques au sujet de la Birmanie ......
La Birmanie remote la pente .......................
La Birmanie et l'Occident ............................
L'aide don't a besoin la Birmanie .....................
UNION HOLLANDO-INDONESIENNE
La nouvelle Indon6sie ................................
La Republique indon6sienne est en vue ................
La nouvelle Indon6sie ...............................
La Conference de La Haye ..........................
La Conference de la Table Ronde de La Haye ..........
La paix pour I'Indon6sie ...........................
Indonesie (Conf6rence -de la Table Ronde) 1..............
Le problime indon6sien sera-t-il r6gl ? ................
La Conference de la Table Ronde de La Haye ..........
Hollandais et Indon6siens .............................
Marchandages A La Haye .............................
Indonesie : Optimisme mitig6 ........................
L'Indon6sie a La Haye ...............................
COLONIES ITALIENNES
Le point de vue de la Grande-Bretagne au sujet des ex-
colonies italiennes ...............................
La question des colonies italiennes ...,...............


2-9-49
2-9-49
5-9-49
10-9-49
17-9-49
16-9-49

Aoit 49
20-8-49

13-8-49

12-8-49
,15-8-49
14-8-49
13-8-49
20-8-49
19-8-49
2-9-49

19-8-49

2;6-8-49
2.6-8-49
3-9-49
7-9-49
10-9-49
10-9-49
13-9-49
17-9-49
16-9-49

17-8-49

,8-9-49

Juin 49
12-8-49
27-8-49
9-9-49
15-9-49

13-8-49
13-8-49
21-8-49
23-8-49
23-8-49
26-8-49
2,3-8-49
26-8-49
26-8-49
2-9-49
5-9-49
27-8-49
3-9-49


11-8-49
45-9-49


TITRES


DATES


ORIGINE DU DOCUMENT



Times
Daily Telegraph
The Manchester Guardian
The Economist
Times
Tribune

The West African Review
West Africa

The Manchester Guardian

New-York Herald Tribune
Daily Telegraph
The Observer
New-York Herald Tribune
Time and Tide
Tribune
Times

The Spectator

Times
The Spectator
The Manchester Guardian
The Manchester Guardian
Times
The Economist
The Manchester Guardian
Time and Tide
Tribune

The Yorkshire Post

Daily Telegraph

Pacific Affairs
Neue Ziircher Zeitung
The Economist
Times
Times


Time and Tide
The Economist
The Observer
Times
The Manchester Guardian
New-York Herald Tribune
The Manchester Guardian
Spectator
Tribune
New-York Herald Tribune
Newsweek
The Nation
The Economist


The Yorkshire Post
Times










BIBLIOGRAPHIE


AFRIQUE OCCIDENTALE FRANgAISE. 2 vol. grand
in-8 relies. Encyclop6die Coloniale et Maritime,
Paris.
Parmi les; travaux encyclop6diques consacres A
l'Union Frangaise il faut 'assigner la meilleure place
.aux magnifiques et copieux volumes que public 1'En-
cyclopedie .'Varitime et Coloniale, sous la direction
d'Eugene Guernier et Froment-Guieysse. Avec leurs
textes sign; par les plus savants sp6cialistes, leurs
nombreuses illustrations, cartes et graphiques, ces
confortables reliures contiennent I'ensemble de toutes
les connaissances relatives aux Territoires de la
France d'O.ltre-Mer. Poursuivant avec methode sa
vivante et remarquable carriere, cette utile collec-
tion vient de s'augmenter de deux nouveaux volu-
mes, vaste panorama de notre Gouvernement Ge-
n6ral de l'Ouest Africain.
La documentation considerable est recent, riche
et precise, et nous nous bornerons A signaler ce qui
fait I'essentiel de chacun des deux tomes. Le pre-
mier 6tudie I'histoire et la geographie de I'A.O.F.,
sa structure politique et administrative et les grandes
lignes de son economie. Dans le second tome, on
p6netre plu;, intimement dans ce domaine 6conomi-
que, et des perspectives d'avenir sont ouvertes sur
1'equipement, tandis que des chapitres sur le tou-
risme et la chasse, les arts et les lettres, et enfin
I'ceuvre des missions, couronnent cet ensemble digne,
a tous points de vue, des premiers ouvrages de cette
collection.? Une bibliographie complete chaque cha-
pitre.
L'ouvragc sur I'A.O.F., comme ceux precedem-
ment parus, est un veritable instrument de travail
qu'on souhaiterait voir entrq les mains de l'adminis-
trateur, de I'industriel, du colon, de 1'ecrivain, et de
tout Frangais requis par les problimes actuels et
I'avenir de nos Territoires d'Outre-Mer.


CHARLES LE COQ, OFFICER DE FRANCE, par le G6-
neral Jean CHARBON'NEAU. Pouzet et Cie, Edi-
teurs, Paris.
Le G6n6ral Charbonneau presente, dans un bel
ouvrage illustr6 de photographies et de cartes, un
de ses jeures camarades de l'Infanterie Coloniale,
1'un de ceux qui ont porter avec fiert6 le meme uni-
forme que lui, et sous cet uniform, les memes aspi-
rations, les memes espoirs ; parfois aussi les memes
deceptions.
Apres avoir retrace les phases successives de la
carriere trepidente du Colonel Le Coq, I'6veil de sa
vocation, son entree au service en 1917, ses campa-
gnes str le front frangais dans la Division Mar-
chand, pui:s; au Maroc, ses premiers contacts avec


I'Afrique Noire comme mehariste, sa participation'
A l'epopee mauritanienne, I'auteur evoque le depart
du jeune officer pour l'Indochine en 1938. Sur le
front siamois, en 1941, Le Coq donne dejh sa me-
sure et son rayonnement s'exerce sur tous ceux qui
I'approchent.
Chef du I" Territoire Militaire, il s'organise pour
la lutte contre les Japonais. Le Ii mars 1945, A
Moncay, il prend spontanement le commandement
d'un d6tachement de renfort, pour tenter de degager
le poste de Ha Coi encercle par l'ennemi. I1 dirige
le combat, debout sur la ligne de feu, et galvanisant
sa troupe par son attitude. Soudain il chancelle et
s'ecroule, frapp6 au coeur.
Ce livre don't la verve brillante, souvent teintde
d'emotion et toujours contr616e par I'exactitude du
technician, est I'hommage d'un soldat d'elite A un
h6ros franqais don't le courage, la droiture et le sens
elev6 du devoir resteront 16gendaires.


LE PREJUGE DE RACE ET DE COULEUR, par Sir ALAN
BURNS. Traduction de Denis-Pierre de P6drals.
Editions Payot, Paris.
L'auteur de cet important ouvrage, Sir Alan
Burns, est un ancien Gouverneur britannique de la
C6te de l'Or, qui a vecu plus de 40 ans dans les
pays d'Outre-Mer. Son livre a 6te traduit par un
ethnographe de quality, D.-P. de P6drals, auquel
nous sommes redevables, par ailleurs, d'un excellent
Manuel scientifique de l'Afrique Noire.
< Surmonter le prejug6 de couleur, dit Sir Alan
Burns dans son introduction, n'est pas chose facile.
Seuls ceux qui n'ont jamais v6cu dans des pays ou
cohabitent des peuples de diverse races, peuvent
tenir ce prejuge, les difficulties qu'il provoque et ses
effects malheureux, pour n6gligeables >>.,
Consid6rant que le probl&me essential du xxe sii-
cle est celui de la demarcation des couleurs, et celui
des relations entire races sombres et races claires, il
6tudie l'attitude de divers pays A l1'gard du prejug6
de couleur, et present librement les avis de nom-
breux penseurs sur ces antagonismes auxquels il est
souhaitable de mettre un terme, pour s'engager en-
fin dans une voie nouvelle, conforme A la dignity
humaine.
Et si l'auteur fait appel A la raison et A la cour-
toisie des Blancs pour resoudre cet irritant et dou-
loureux problime, il estime que l'apaisement ne peut
se faire qu'avec la cooperation des Noirs qui doi-
vent, en oubliant leurs rancunes, s'imposer A leurs
antagonistes par leur foi dans le progris et I'amiti6.
Et il conclut en rappelant, avec Cic6ron, que < d'hu-
main A human il n'existe pas de difference essen-


69 t








tielle, et qu'en fait toute creature, de quelque race
qu'elle soit, si elle trouve un guide, peut atteindre
A la vertu >>.
La traduction en frangais de ce livre ne
manquera pas d'6veiller l'inter&t de toutes les per-
sonnes que leurs dispositions ou leur experience in-
clinent A se pr6occuper des relations entire Blancs et
Noirs. ,


LES BARBARESQUES, par Pierre HUBAC. Editions
Berger-Levrault, Paris.
M6diterraneen de naissance et Nord-Africain
d'adoption, c'est avec une sympathie spontanee, une
ferveur fraternelle que Pierre Hubac a 6crit cette
histoire des Barbaresques, corsaires de Djerba, de
Tripoli, de Tunis, de Sale, de l'Archipel, de Cilicie,
qui tinrent la mer jusqu'en des temps tres proches
des n6tres.
Sous sa plume exactement renseignee et parfai-
tement 6l6gante, c'est 1'6pop6e de la MWditerranea
qui revit tout entire, avec tout son people, dans le
grand Mystere de notre Empire du Soleil. De cette
mer, Pierre Hubac nous parle comme de notre pa-
trie, de ce people comme du n6tre. < L'histoire des
Barbaresques, nous dit-il, relive d6sormais de l'his-
toire de France, et il nous est licite de traiter les
h6ros moghr6bins comme tous nos autres h6ros na-
tionaux >.
Sur les bords de la MWditerranee, les Barbares-
ques sont depuis longtemps dans la tradition, dans
le folklore et la < grande joute avec mise A mort >,
la longue bagarre navale entire Provence et Moghreb,
l'auteur en a relev6 les vestiges sur le sable de Cas-
tellamare, sur les galets de la Galite, sur les recifs de
Malte, et aussi sur de tres vieux documents taches,
jaunis, dichirds et sur des parchemins 6gratignis de
croix et d'hieroglyphes.
I1 a suivi les Barbaresques sur les routes marines,
et sur ces m8mes voies d'eaux limpides et colonies,
il a trouv6 leurs 6ternels adversaires, les hommes des
rives europeennes, des miles maltaises et grecques. Au-
tant que pour des profits materiels, ils se sont battus
pour l'honneur, pour la gloire, pour une rose ou un
sourire de femme.
Ce r6cit passionnant, compose dans une langue
admirable, n'est pas une histoire romancee, mais
plutht un album de voyages A travers le temps, une
resurrection saisissante de la course en M6diterra-
nee qui fut l'aventure total dans la griserie du dan-
ger, la fievre de l'action, l'exub6rance du sang, sous
1'ardent soleil et dans l'6blouissement de la mer.

JOURNAL DES TEXTILES
(Numiro special, aoit-septembre)
Fortement documents, tres bien illustre, le nu-
7mnro special que le Journal des Textiles vient de


consacrer aux relations de l'industrie textile mitro-
politaine avec les Territoires d'Outre-Mer, apporte
une contribution int6ressante A la connaissance de
ce problime. Pr6fac6 par MM.. Coste-Floret, Mi-
nistre de la France d'Outre-Mer, et Revillon, il reu-
nit les noms des personnalites professionnelles et des
technicians les plus qualifies des milieux textiles
francais.
Ainsi que le souligne un des articles : < La pro-
duction de fibres sur le sol de l'Union Frangaise, la
fabrication en France de tissus destines a l'Union,
les conditions et les incidents des changes, les resul-
tats djiA acquis de l'industrialisation dans les Ter-
ritoires d'Outre-Mer, les perspectives d'avenir doi-
vent etre portes A la connaissance d'un nombreux
public dans la M6tropole et dans les pays de
l'Union >.
Cet ensemble d'6tudes, abordant tous les aspects
de la question envisagee, sur le triple plan technique,
6conomique et human, repond tres heureusement A
cette intention et A ce besoin.

Dans sa preface, M. Coste-Floret 6crit :
< Le d6veloppement 6conomique des Territoires
d'Outre-Mer ne saurait avoir de mobile plus l6ev6
que l'amelioration des conditions de vie des popu-
lations autochtones. Sans doute, I'accroissement de
la production, l'amilioration des methodes de tra-
vail, donneraient-elles A ces populations un pouvoir
d'achat plus important ; mais il serait vain de faire
cet effort s'il ne pouvait etre accompagne d'un tris
sensible progris dans les qualitis et les quantits.
des biens de consommation qui leur sont offers.
Un effort particulier est A entreprendre dans le
domaine des articles textiles qui constituent, comme
nul ne l'ignore, l'un des besoins essentiels des popu-
lations autochtones .

M. Tony-Revillon, declare'de son c6t :
< Ai-je besoin de dire A quel point il me parait
indispensable d'intensifier les productions suscepti-
bles d'ameliorer le bien-&tre des populations auto-
chtones, de favoriser, par ces productions, l'equilibre
de la balance des comptes franraise et d'ouvrir a
notre industries textile de large marches.
En affectant, conform6ment au plan et grAce,au
F.I.D.E.S. des subventions importantes au d6velop-
pement des Territoires de l'Union Frangaise, le Gou-
vernement marque clairement et, il I'espire, effica-
cement, ses intentions.
I1 est n6cessaire qu'A ces moyens d'action, que
s'efforcent d'apporter A la communaut6 les Pouvoirs
Publics, correspondent, le plus harmonieusement
possible les -efforts conjug6s des industries et des
producteurs de la M6tropole et de l'Union Fran-
caise .










COMMUNIQUES


AVIS DE VACANCIES D'EMPLOIS
DANS L'ENSEIGNEMENT TECHNIQUE
D'OUTRE-MER

Le Ministlre de la France d'Outre-Mer fait con-
naitre que les postes suivants sont d6clar6s vacants
dans les Territoires d'Outre-Mer relevant de ce D&-
.partement
un inspecteur ou professeur technique adjoint
au Directeu: de l'Enseignement technique A Dakar ;
deux professeurs techniques chefs de travaux
comme directeurs du Centre d'apprentissage de Sai-
gon et de 1'Ecole professionnelle de Tananarive ;,
six professeurs de math6matiques : 3 en
A.O.F. (Bamako, Saint-Louis et Cotonou) ; A Ta-
nanarive; i A Noum6a ; I en Indochine;
cinq professeurs de dessin industrial ou ing6-
nieurs des Arts et M6tiers : 2 en A.O.F.; 2 en A.E.F.;
i A Tahiti ;
un professeur des Travaux publics A Bamako;
neuf professeurs techniques : 2 en A.E.F. ; 7
en Indochine ;
six professeurs techniques adjoints au College
technique : 3 de menuiserie-charpente (2 en Indo-
chine ; i a Bamako) ; 3 de forge-serrurerie (2 en
A.E.F.; i ; Bamako);
vingt professeurs techniques adjoints du Cen-
tre d'apprentissage recus au concours pour leur sp-
I..


cialit6 ofI le concours est exig6 : 4 de menuiserie-
charpente (i en A.O.F. ; 2 en A.E.F. ; I A Madagas-
car) ; 4 d'ajustage de machines-autos (2 en A.O.F.;
2 en Indochine) ; 7 de magonnerie-beton arm6 (2 en
A.O.F. ; i en Indochine; i en A.E.F. ; 2 au Came-
roun; i A Tahiti) ; 5 electricity (3 en Indochine;
2 en A.O.F.) ; I commerce, en A.O.F. ; i cramiste,
en A.E.F. ; I section auto, en A.O.F. (Saint-Louis).
Les demands doivent 6tre adress6es au Ministere
de l'Education Nationale (Service de Coordination
de l'Enseignement dans la France d'Outre-Mer, 55,
rue Saint-Dominique, Paris (Vile), ou A l'Inspection
G6nerale de I'Enseignement du Ministire de la
France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (VIIe).


NOUVEAU REGIME
DES COLIS POSTAUX-AVION
AVEC LA METROPOLE

A computer du i" octobre, il sera ouvert un service
de colis postaux-avion dans les relations r6cipro-
ques entire 1'A.E.F. d'une part, la France et la Corse
d'autre part.
Les colis seront admis jusqu'au poids de vingt ki-
los. Le minimum de perception sera de i kilo. Au-
dessous de I kilo, les colis seront taxes par 500 gram-
mes.


Imprimerie de 1'Agence FradLe-Presse, Paris (2*)
DftpOt Ifgal. D~cembre 1948. No 4315




_MW_


Edit6 par la Documentation Francaise

Prix du num6ro : 90 francs
Abonnement : six mois ... 520 francs
: un an ..... 1.000

Souscription et vente
& la
Direction de la Documentation Frangaise
14, Rue Lord-Byron, Paris (7e)
TB6. : ELYsees 82-00




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs