• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Problemes du jour
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Bibliography
 Communiques
 Back Cover














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00012
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00012
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3-4
        Page 5
        Page 6
    Nouvelles de France
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
    Revue de presse
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62-63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    Bibliography
        Page 69
        Page 70
    Communiques
        Page 71
        Page 72
    Back Cover
        Back Cover
Full Text







La I


9tS I


kq II !


0- I


1I
11






RESIDENCE DU CONSEIL

SEC ITARIAT GENERAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation :
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8")


LA DOCUMENTATION FRANCAtSE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
217, rue Oudinot, Paris (7')


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA



FRANCE D'OUTRE-MER





SSOMMAIRE


PROBLEMS DU JOUR :

Message du Plr6sident de la RWpubli-
que a 1'empereur Bao Dai ........
Le plan d'6quiperment des Territoires
d'Afrique Frangaise Noire ......


NOUVELLES DE FRANCE :
Les travaux parlementaires :
Conseil de la R6publique .............
Union FranSaise : Fonds Forestier d'Ou-
/ tre-M er ..........................
L activityt minist6rielle ..............
Conferences et manifestations diver-
ses ............ ..... ..................
I formations dive'rses ..................


NOUVELLES D'OUTRE-MER :
Indochine ............................... 19
A.O.F. .................................. 26


A.E.F. .............. .. ...............
T ogo .......... .........................
3 Cameroun ............................
Madagascar .........................
5 Etablissements de 1'Inide ..............
Information administrative .........


REVUE DE PRESS :

7 Presse mntropolitaine ..................
Presse d'Outre-Mer ....................
8 Presse 6trangere .....................
9 La pouss6e communist ..............
La situation en Birmanie ............
12 Indochine ..........................
S4 Liste des articles de press 6trangere tra-
duits en francais ..................


BIBLIOGRAPHIE ........................

COMMUNIQUES ..........................


September 1949 No 135


No 135


Septembn~: 1949





Pages
3-4
Missing
From
Original









Le plan d' quipement

des territoires d'Afrique francaise noire


D ANS le cadre du rapport general appr'ouv6 en
1947 par la Commis.sion idie Molderniisation des
T.O.~ chiaque territoitre avait coltnmence, on
lie sait, des Ie premier celmelstrie 1948, l'l8aboration
de son propire plan' d6cennal. Ces traraux, ont Wte
pour la paiuplart pr6selntcisi al'agr6ement des aisslem-
bh6es locales dans le courant diu second semestre die
11948. C'est aiirsi que le plan d'6quipement et de
d6veloppleament ide 'Afriquie Equatoriale ifrangaise a
Wte adopt pa;r le grand cons:eil de I'A.E.F. en .octo-
bre 1194,8.
Dan.s tle mani~e temps, s'.est ,pois t le problnm'e die la
contribution dies T.O.M. A 1'6quilibre 6conomiqule de
l'Unio'n IFrarnaise pour 1962. Aussi, les services m,-
tropolitains ont-ils -t86 atnmenAs a pir6cis,er 'en accord
avoc les .autorit6s iaocales responsables les objectifs
A atteinidine let aes. imnoyelnis a mettre len oeiu-vre au course
de la p. rioddl:i 19'419-1t952;.
Ces plans de' .quatre ans qui sont ,actuellement di-
posis sur li', bureau die I'Assiemble Natiomnae ne
constituent pats une nmourvetle 'version des plans d6-
cennaux : ils sourlignent simp lenient Ies objectifs doe
base isur lesqiu:els 'derroint itrne ooncentabis piar prio-
.rite tons les .efforts..
Leis principale:s r.alisations actuellemeint en course
portent sur eles points suivants :


Equipment agricole

En A.E.F., la station ide ,modieiriniistation agAt.oole
de Loudima, d!estin6ee A pr6p'arer la m.o-diernisation
de l'agricul:lure d'u tierritoire .a icomnmenlec a fPonc-
tiolnaer sur 50 heletaires en octobre 1948. Leis esisaiss
en course auitorise nt lies plus grands espoirs eet per-
mettent d'envisageir la amise en culture proihaine ide
8.000 hectaares d'Wariachides, de sioja, ide mals et de
piaates.
.A Madagascar, a 6t crI'er iune station. jd'essai die
machines ag ricoles A proxiimit6 dn lac Alaotra et des
travaux hydnaiuliques ont te entrepris ddains le lit die
la Maromvay.
Dans ensemble die 1'Afriique frangaisl noire,
1'Bquipenenrt ,des origanismes .codlectifs charges de la
valorisiationu des prouduits agricoles se pursuit A un
rythme aco"'irA6. Dies r6sultats, encouragean.ts ont Wt6
obbeinhuls, tehli que l'a c'cirodsseirent de a production
des piaimiste:' (2101.000 tonnies e 1948 centre 12,.0i00
en 1947) ,et le d&velopplement des, plantations de ba-
nanres e:n Guinee, 'et 1'extleinsi'on ide la culture des
anianas qui a trouv6 isuir la Cte d"'voire son terrain
d'lliection, enn manmre temps qu':!tai engage6 Le mon-
tage dies deux usines-pi'oltets pour la production de
jus ide fruit et de conifitures.


Au ,Sfiengal, la lCoiunpagnie GUnirale dies Olragi-
neux tropiciaux constitute, en juillet 11948, a obtenu
dan's la province de Casaimancie: u ne concession de
20l0.0010 hectares sur' lesquels jelle doit se liver A la
culture m6ceanis6'e, de il'arachi'de. 650 tracteurs lords
die d'6fricleement sont imports des; Etats-Unis et 35'
inginieurs et technicians ont 6te rsecirutes 'danns La
mntropole. Oes cultures qui portent sur plusieurs
centaines d'heictaresi ont ted icoimanencdels en 1949.


Equipment forester

Les importants credits laccord6s au course, d d deu-
xi rme semnestre 19418 ien vue de pioursuivre l'"iqui-
,pemaent foiriestieitr et les travaux die reiforiestation en
A.iO.F. et en A.E.F. ifont ,d6j sienir vtlurs leffets.
L'aceroiissaonent die la production fore:stibre est
tr6s niette len A.E.F. ol l'Offioe des, 'Bois a lexport6 en
1948 1150.'000 itonnels de grulmes d'lOkoum6 don't 95.000
tonniels A destination ide 'litramnger et plus de 20.0100
metres cubes d'autnes gruimes. En im6me temps siest
poursuiivie la r6alisiation :des installations industriel-
les desti'n'es A valoriser aa production. C'iest ainsi
notanmment qu'a tc instalelile A Pointe-Noire uine
usine die contr'e-plaquis de Liba.


Equipment minier

De mime 1'equipement milnier 'dets territoiies a
fait P'objelt d'inportanits invelstissiements qui ont per-
mis au course du second semelstre 11948 la reprise de
la prospectieon, dies giselments idle bauxite, de Boik,
la pursuit e aclc66r6e des rechercihes d'"mi~atite *die
for dans la ir6gion ide Forecariah en GuinBe, et la
reprise des proslpections 'avec un imatt'riell modernize
et puissant dan's la r'i6giion montagneuste ide Niamban-
BDaimn qui borde A I'lOuest le bassioinnaurifere de
Silguiri. En outre, la production d',Utain au a iOame-
roun a repris grAce aaux 'moyeinis puissants mis & la
disposition de la Soc.ite qui traitei actuellement a-
oaessiitrite.

Equipment 6conoanique de base

C'est slur Ie plan die la production inergi6tique et
daes transports que doivent porter d ans lets territoines
encore insuffisammient equip.,s ,de l'Afrique, Noire
les .efforts les plus important. Dans 'le domain de
la production d'ianergie 6lectri'que, ,les 6tudes en
course et lies proelmiires Irbalisiations foinrt une tres
large place a 'Aquiipement ides chutes auxiquelles
doit etre affectI d'ici 1952 un Icradit die pres de 12
mihlaibands.
On pr6voit en A.O.F. 1'equipemaent A proximity de
Konakry de chutes qui faciliteront l'exf 'action et







6vientruellemie'nt le traitement die iminerails ide fer et
de ,bauxite. En Ctie d'lvoire, lelst prvule 1'instaila-
tion -d'unie usimne-plilote; utilislaint l':i6nergie thermiiqu'e
des imes.. En. A.EiF. on p.rvoit dlans la region de
Brazzaviillie 1"qiuipelmenit die 1'une ,des deux chutes die
30.000 A i810.000 killo'wlollts-amlpeiwels a DjiouB6 iet Fou-
laikali. A Madagascar, qui dispose' d"un. riidhe poten-
tilel hydrro,61'ectriquiel, l"'iquiiplem'e nt des. chutes d'Am-
boldiroka, d'Antellomnita et die ftegez 'doit permeltre,
outrte El'quiplenment Blectrilque 'de a liagnie Tamatave-
Tananariive, ',e dd6veloppiermenit de cette dernitre
ville, ailnsi que l.a anise 'en valeur du laac Alaoutra
et de la r6.gi'on die IMalnnga. Au Car nroun, enfin, i
60 kilomtreis die Doualaa, Ila cheuite id'Edeia doit ofour-
nir 'en 119521 310.000 kilowolts-amp-pereis. A ces ress'our-
ces lein 6nergie ihydr'oilectriqu'e, vienidr.oint s'aj'o'uter
cells obtenue's par 1extraiction sur nune plus grande
echelle .du carbon, de laI sakoas ai Mad;agascar et par
le :succis des irecdhercihes dle p6trole 'quti sel poursui-
vent tr6s. activeanent an A.E.F. idans. le bassin dft
Galbon, a Madagascar (dan,si le bassiin' de iMMorandava
Tulear leit dan1s Ie bassin s:ictier' dr Cam!eroun.

Equipment portuaire

Pour ',6quipenleint dies, polrs, 22 riniilards sont
pr6vus 'dans Ile plan quadnriennal. Ils d,oi'vent per-
mettre l'aohtvement ,diu, port I-'.\lbIja;n 4tnlt le traffic
pouirra s"i'1,ever en 1952 i 6'5i0.01010 tonines, le dragage,
PI'largi'sseimleint d'un mole dainms Ila zone suld let la
construction ,d'un mnle et d'uner darxse dans la zone
nortd de Dakar. A Konakry, un 'marche6 lest pass
pour P'aIllongement de la digue de la Prudient. A
Dionala, ies itnavaurxi en course poritentt sur la cons-
truction die 1.21010 mtres idie quai len euaa proifondle.
A Tamantave, la constructionn dia'n quai idte batelage
de 210 mitrnes ct Idle 500 imhtrnels idle quai suppipl6men.-
taires oen eau profonde. Aljouto ns qu'ai Port-Gentil.
le traffic dels bois sciis' et ou.vr6s n6cessite le crenu-
seaient Id'un port en leau, profonidie. Des tinavaux sont
4~galeme;nt pri6vus ,. .Librerville, Owando, Poiinite-Noire,
Kriibi, Koaulikoro et Segon 'sur leM Niger, Garaoua
sur la iBeince let Banigui suir l'0ubangui. Enfin, A Ma-
dagasicarr, t'achBvemient du icanlal deals. Panigalies doit
permtlttre id'amienenr 6eoinormiiqu'ement an port ldie Ta-
niatave les proiduits de la c6te Est.

Les routes

L"effort financier Ie plus inp'ortant (45 miliiards)
est cossacrie a 'a m'bli'ioation et A extension diu
r6seau m routier.
EY n A.O.F., sloint 'en icoturs a transformation de la
route tKonakry-Coyail et ila reconstruction id finitive
die tons les ponits pro-visoiires d'e la route Kainkan-Ko-


nakry. Ces triavaux seronit facilities par 'impont.aition
d"'un important mat6iiiel '6tiranger et R.a misle en ser-
vice ceitte anin6ee ,die la falbrilque de' poutrels .en beton
arnmi prncontraint monte A Dakar. Au total, 6.000
kilolmetres die routes diorivient, .d'ici 1;9i52, i6tre 6qui-
p'6e's ien A.O.F.
Au Cammeroun, la route M'iBalmayo-Akonolinga r6-
coa me.nt o'uver'te au trafl c Ifacillite I'6vacuation suar
M'Blaimayo, t.te de lignie .du ichemin de ter, dies pro-
dulits ide la brousise. Dans ce telnritodre, 10OO00 kilo-
metres die routes idoivent ,tre mils .en B6at d'ici 1952.
A Madagasicar, les ttra-vaux .d'amnlIioratioin deals itin6-
raires Maijunga-Fort-Berg6 let Majiuniga-Bolaniamary se
p'ours'uivent un Irythme laccl66r. En Gui'nide .enfin;
l!a route de' N'Zerekor4-IMonronrvia rieeoemnment ouverte
!ipermlet Pexportation par le Liberia 'd'un important
tonnage de painmistesi qui, dansa ie: palss6, supportaient
des frais considbrables 'de transport par route et
par fer. Pour ''eosemablnle ide' I'A.E.F. 2.500 kilometres
,de routes doivent i6t-le 'oturerts au traffic d'ici 19522.

Chemins de fer

Un cnbdit de 34 mililardls a '1t piriviu pour 'P6qui-
pement ferrorvialire. Deis. aclhats ide maitiriell roulant

qui permniettroint *de renoutveler un pan e v tuste doi-
vent, d'ici 11952,, portelin sur une acentlaiine de locomo-
tives don't la mnoitiO ilectriqtue on Diesel, 310 auto-
rails, 1.300 wagons 'de marnchandises, 200 volitures
de voyageurs let divers engines die signalisiation et de
d6ipaninaige. Les corom,anides les plus, imn(portant'es
ont At6 passises par I'A.O.F. et Ie 'Cameiroiun. En ou-
tre, doivent etre acihevoisi les travaux .d'installation
du cheomin de tler diu Moossi lqui proo'nge i'Abidjan-
Niger jusqu'" OIuagad!ougou. On prevoit, d'autre part,
l',6tude dle pirojiets nouvewaux cioncernant les. liignes
d'Anoubama A Ouimne et diet Sagn6'-Lomi-Athieme-Da-
ho~mey. A iMadlagasicar, on' pr6vioit la Iconstruction
.d'iune dign.e desservant leis charbonnages de la Socos
et aboutissant A ISoalliara sur la c6te ouest 1160 ki-
lom nies, ainsi quie Ie proloingement d'un embran-
cheiment ,sur La liignie T.ananlarive Wc8tt est, qui dresser>
vira la irigion idun Lac Aialolutra.

Transports a6riens

'Dans Ie domain, des tiransiports aBriens, l'amina-
gement die I'infirastructure de A'l"riquiet se pursuit
A un rythmae trits saltilsfaisant particulireiim'ent en
A.O.F. Au Camieroun, les travalux eintrepris sur six
abroldromes sont en Ivolie idiacihbea'ent rapid. A
Madagascar lenfin, la construction die, buit a6roldro-
mes nouiveaux so powuisuit. Diesi icrdiTs out en olutre
Wt acconrdis u;a diff60lents territolirs 'de l'Afrique
Noire pour w'achat ide nouMeaux ,appaireils'.


~-~----



















NOUVELLES DE FRANCE


LES TRAVAUX PARLEMENTAIRES


Conseil de la Republique


Le d6bat relatif A la politique economique et
financfere du gouv'ernement dans les Territoires
d'Outre-Mer s'est achev6 au course de la stance du
20 juillet du Conseil de la Republique par le vote
d'une resolution presentee par M. Marc-Rucart
(R.G.R., Haute-Volta).
SApris des interventions de MM. Okala (Soc.,
Cameroun), Poisson (M. R. P., Dahomey), Aube
(R.G.R Oubangui), M. Tony-Rivillon, Secretaire
d'Etat A la France d'Outre-Mer, qui avait assist A
l'ensemble du d6bat, confirm les d6claratioris pr&-
c6demment faites par lui au Palais-Bourbon. Actuel-
lement, dit-il, d'une maniere cat6gorique, le program-
me de la modification de la parity du franc mitropo-
litain par rapport au franc C.F.A. ne se pose pas.
Ce n'est pas par des devaluations qu'on retablit une
situation iconomique. La parity des deux francs sera
maintenue.
Apres avoir rendu hommage au F.I.D.E.S., le Se-
cretaire d'Etlat donna l'assurance aux orateurs que
le Gouvernement se pr6occupait de d6velopper des
debouch6s pour des products tels que le cacao et les
bananes.
A M. Aube, il indiqua que le Gouvernement envi-
sageait favorablement la demand que celui-ci avait
formulee pour I'octroi dans la proportion de o1 %
de devises aux producteurs d'or.
Le Gouvernement consacrera, dit-il d'autre part,
ses efforts A la creation de cooperatives autochtones.
Un systime de credit rural aux cooperatives sera mis
sur pied.
M. Tony.-R6villon s'eleva contre les assertions
selon lesquelles une preference constant serait don-
nee A la Metropole sur les Territoires d'Outre-Mer.
I1 assura que si des marchandises fran(aises sont
vendues Outre-Mer A des prix superieurs A ceux des


marchandises 6trang&res, des measures seront prises
pour r6duire les inconvenients n6s de cette situation.
Qtant au retour A la liberty du commerce pour les
products d'Outre-Mer, le Secretaire d'Etat indiqua
qu'elle ne pouvait tre que progressive, et il conclut
en soulignant la mission de la France dans les Terri-
toires d'Outre-Mer.
Une proposition de resolution, resumant le d6bat
fut ensuite vote A mains levees, les communists
s'abstenant, celle-ci constate la concordance des in-
terventions relatives au malaise &conomique grave
qui sevit sur l'ensemble des Territoires et D6par-
tements d'Outre-Mer.

Le Conseil prend acte des declarations faites par
le Gouvernement et enregistre, notamment, I'enga-
gement formel qu'il a renouvel6 quant A la stability
des monnaies 'd'Outre-Mer. II demand :

qu'il soit mis fin A des measures susceptibles de
compromettre l'execution de ces engagements,
que des decisions d'application pratique soient
prises qui mettent les rapports mon&taires entire les
Territoires d'Outre-Mer et la Metropole en har-
monie avec les declarations r6it6eres du Gouverne-
ment,

que soit assure ou renforcee la liaison entire
les departements ministriels int6resses A l'economie
d'Outre-Mer,

que le Gouvernement assure les possibilities
d'6change sur un plan d'6galit6 entire les produc-
teurs des Territoires d'Outre-Mer et ceux de la M&-
tropole et se preoccupe de fournir, aux products des
Territoires d'Outre-Mer, des debouches tant A l'in-
terieur qu'A l'exterieur de l'Union Frangaise.







* Le Conseil de la R6publique a adopt, sans d6bat,
le 20 juillet, une proposition de resolution de
MM. Durand-R6ville (R. G. R., Gabon), Robert
Aube (R.G.R., Oubangui Chari), Bechir-Sow (A.
D.R., Tchad), Coupigny (A.D.R., Moyen Congo),
Julien Gautier (R.G.R., Tchad), Grassard (R.G.R.,
Cameroun) et Mme Jane Vialle (R.G.R., Oubangui-
Chari), invitant le Gouvernement << attribuer aux
villes de Fort-Lamy, Brazzaville, Banguy, Douala et
Yaounde, la Croix de la Legion d'Honneur, en rai-
son de leur action face A la d6faite et A I'armistice de
juin 1940 >>.


* M. Durand-Reville (R.G.R.) et Mme Ebou6
(A.D.R.) ont d6pose, sur le bureau du Conseil de
la R6publique, une proposition de resolution invi-
tant le Gouvernement << organiser la comm6mora-
tion solennelle du centenaire de la presence francaise
au Gabon ; A ouvrir les credits n6cessaires A la c616-
bration de' cet 6evnement et A attribuer A la ville de
Libreville, capital du Gabon, la Croix de la Legion
d'Ionneur, en raison de l'attitude de ce territoire
lors de l'armistice de juin 194o et de sa participa-
tion A la liberation de la Metropole >.


Union Frangaise


Fonds Forestier d'Outre-Mer

A sa seance du 23 juillet, l'ordre du jour appelle
la discussion de la demand d'avis, transmise par le
President du Conseil des Ministres sur le project de
loi, pr6sent6 par le Ministre de la France d'Outre-
Mer, instituant un fonds forestier d'Outre-Mer.
M. Monnet (C6te-d'Ivoire), R.R.), President et
Rapporteur de la Commission de l'Agriculture, de-
clare que s'il est un domaine oa le Ministre de la
France d'Outre-Mer se doit d'engager pleinement sa
responsabilit6, c'est bien celui de la sauvegarde, de
I'amelioration et de l'exploitation rationnelle du ca-
pital forestier de l'Union Frangaise. Au maintien et
au. d6veloppement de la fort tropical se trouvent
en effet lids de la fagon la plus intime la r6gularit6
du climate, le regime des eaux, et la conservation des
sols, c'est-A-dire la productivity agricole, la vie ma-
terielle, en un mot l'existence meme des populations
locales. D'autre part, ajoute-t-il, la mise en valeur
et I'exploitation rationnelle de nos forts d'Outre-Mer
pourrait reduire le deficit annuel de notre balance
commercial de quelque 30 milliards de francs.
Mais, declare I'orateur, que peuvent faire certain
territoires reduits A leurs seules resources, lorsqu'il
s'agit d'entreprendre des travaux qui, parfois, con-
ditionnent tout leur avenir ? La solution ne peut ktre


trouvee que dans la mise en commun d'un certain
nombre de resources, c'est-A-dire par l'institution
d'une taxe pergue dans l'ensemble des Territoires,
sous l'egide d'une organisation centralisee.
En conclusion, il propose A 1'Assemblee d'emet-
tre un avis favorable au project du Gouvernement
tendant A instituer un fonds forestier d'Outre-Mer.
Cependant la Commission propose une redaction des
articles 16girement different de celle du project gou-
vernemental.
A la suite des discussions la motion prejudicielle
suivante, mise aux voix, est adopt6e A l'unanimit6 :
<< L'Assemblee de l'Union Frangaise, saisie de la
demand d'avis tendant A cr6er un fonds forestier
d'Outre-Mer et considerant que le problime de la
propri6et fonciere dans les Territoires d'Outre-Mer
revet un caractere d'urgence, insisted aupres du Gou-
vernement avant l'examen de cet avis pour que soit
depos6 sans tarder un project definissant le statute
juridique de la propriety fonciere individuelle, com-
munale, territorial en tenant compete des coutumes,
des traditions ou des religions locales.
S<< Elle prend acte des assurances formulees A ce
sujet devant la Commission de l'Agriculture par
Monsieur le Secretaire d'Etat A la France d'Outre-
Mer >.


----~








L'ACTIVITh MINISTERIELLE


Voyage du Ministre de la France d'Outre-Mer en Indochine


Le 7 aoft, I'avion ayant A son bord le Ministre et
Madame Cosle-Floret, S. A. la Princesse Yukanthor,
d6elguee du Cambodge A 1'Assembl6e de 1'Union
Frangaise, S. E. Pham van Binh, d1l6guE du Gou-
vernement vietnamien en France, M. Herzog, direc-
teur de Cabinet du Ministre, le Gouverneur de
Pereyra et diff6rents membres du Cabinet du Mi-
nistre, atterrit A l'aerodrome de Tan Son Nhut ou
etaient venus accueillir le Ministre, le Haut-Com-
missaire Pignon, le Gendral XuAn, le Gouverneur
Tran van Huu, le Ge6nral Blaizot, les ministres
vietnamiens Nguyen Phan Long et Nguyen Khac
VW, les gendraux de Latour, Bodet, Alessandri et
Robert, 1'Amiral Mariani, le President de l'Assem-
blee du Sud-Viet-Nam Nguyen Chanh Hai, M. le
Gouverneur Torel, Me Motais de Narbonne, Conseil-
ler de l'Assernblee de 1'Union Frangaise pour 1'Indo-
chine, M. le 'Prfet de la region Saigon-Cholon Trin
van D6n et d.e nombreuses personnalites frangaises
et vietnamiennes.
Le Ministre, apris avoir assist au defile des
troupes venues lui presenter les honneurs, se fit pr&-
senter les principles personnalites et gagna le Pa-
lais Norodom en compagnie du Haut-Commissaire
Pignon.
Peu de tem:)s apres son entr6e A Saigon, M. Coste-
Floret alla saluer S. M. Bao Dai au Palais Lagran-
diere. Cette visit protocolaire terminee, le Ministre
se fit presenter au Haut-Commissariat le corps cons-
titue. S'adressant, dans une allocution, aux fonction-
naires frangais, il leur a dit nota'nment : Je suis
heureux de constater que nous sommes enfin sortis
du tunnel et je tiens a vous remercier au nom du.
Gouvernement de la Republique des efforts que vous
aveZ diployes a des postes difficiles et souvent dan-
gereux pour aider au rdtablissement de la paix.
Toujours au course de cette premiere journee, le
Ministre, accompagn6 de M. Pignon, a effectue une
visit de Saigon qui l'a conduit successivement au
tombeau du .'Varechal L& van Duyet A Gia-Dinh,
A celui de l''v&que d'Adran A Cholon, et a l'arsenal
de Saigon.
La premiere: declaration du Ministre concernant
son voyage a ete faite A la fin de cette premiere
journde charge. Mon sejour en Indochine, a-t-il dit,
a pour objet de repondre aux invitations que m'ont
adressees S. MA. le Roi du Cambodge et S. M. le Roi
du Laos. Au course des conversations que j'aurai avec
ces souverains. les diffdrents aspects de la mise en


application des accords ricemment coniclus entire la
France et les trois pays d'Indochine seront examines.
Apres avoir rendu visit aux blesses militaires
dans les h6pitaux saigonnais, en compagnie de
Mme Coste-Floret, et preside la premiere reunion du
< Comite des accords > dans la journee du 8 aofit
et, dans la soiree, assisted au diner offert en son hon-
neur par S. M. Bao DaY, le Ministre a pris I'avion
le 9 aout, en compagnie du Haut-Commissaire
Pignon, du Gouverneur Huu et du Commissaire de
la Republique en Cochinchine le General de Latour,
pour visiter les provinces de l'Ouest cochinchinois.
Le Ministre est arrive d'abord A Soctrang of un
representant des minorities ethniques cambodgiennes
lui a present les souhaits de bienvenue de la popu-
lation, et of le Lieutenant-Colonel de Lignyville,
commandant le secteur, lui a donned des precisions
sur les progress de la pacification dans l'Ouest cochin-
chinois.
De Soctrang, le Ministre et sa suite ont regagn6
Saigon par la route en passant par Cantho et par
Vinhlong oii un accueil chaleureux leur a et6 reserve.
Le long du parcours de Vinhlong A Saigon, le Mi-
nistre a fait de nombreux arr&ts dans les tours de
guet echelonnees le long de la route, et il a pu ainsi
se rendre compete de la security r6gnant sur les grands
axes de communication et apprecier les progris rea-
lises dans ce domaine.
Le o1 aoft, le Ministre, accompagne du Haut-
Commissaire Pignon, a quitter Saigon pour une tour-
nee en Indochine. A Nhatrang, premiere tape de
ce voyage, il a visited I'arriere-pays recemment pa-
cifie et s'est interess6 particuliirement A l'organisa-
tion administrative confide, r6cemment, aux auto-
rites vietnamiennes.
Le Ministre s'est ensuite rendu A Hue, capital du
Centre-Viet-Nam, of une foule nombreuse lui a re-
serve un accueil chaleureux, ce qui lui a permis de
dire, dans un discours en reponse A celui prononc6
par le Gouverneur Giao, que la manifestation de ce
jour etait un timoignage de l'amitie franco-vietna-
mienne, sans laquelle l'indipendance du Viet-Nam
serait un leurre. Le Ministre a ajout6 ensuite : Les
Vietnamiens savent bien que leur independence ne
peut pas se divelopper en dehors de l'Union Fran-
caise. Si la France s'en va du Viet-Nam, elle sera
remplacde par un autre qui ne travaillera pas en
faveur du Viet-Nam.







Le 11 aoft, venant de Hue, M. Coste-Floret est
arrive a Hanoi, capital du Nord-Viet-Nam, qui fut
la cite la plus cruellement 6prouvie par I'insurrec-
tion vietminh de 1946. Passant cette journee et celle
du 12 aoit A Hanoi, le Ministre a visited, en compa-
gnie de M.Nguyin Huu Tri, Gouverneur du Nord-
Viet-Nam et du G&neral Koch, commandant des
troupes du Nord, les principaux points de la ville.
A la Chambre de Commerce, M. Coste-Floret a pro-
nonc6 un important discours dans lequel il a rap-
pele notamment que, dans le monde moderne, il
n'y a pas d'independance absolue possible, et il a cit6
A ce propos, l'exemple de deux grands Etats voisins
devenus independants et demeures au sein du Com-
monwealth.
Le 13 aoit, le Ministre s'est rendu a Haiphong.
Presidant le soir un banquet qui lui 6tait offert par
la Chambre de Commerce, il a, au course d'un impor-
tant discours, mis l'accent sur le fait que l'exercice de
l'ind6pendance accord6e au Viet-Nam par les ac-
cords du 8 mars ne d6pendait plus que des autorites
vietnamiennes elles-memes. Cette independence, son-
ligna-t-il, intervient a un moment oi IlInde indd-
pendante tend chaque jour a se rapprocher du Com-
monwealth britannique, oiu les nations europeennes
delibdrant i Strasbourg s'appretent a sacrifier une
portion de leur souveraineti en faveur de I'Union
Europeenne. Les ivenements humans en effet de-
passent actuellement le cadre des nations. Le Viet-
Nam a voulu suivre l'evolution ginirale en adbhd.
rant a l'Union Frangaise afin de participer a un des-
tin historique plus vaste que le sien. Nous croyons
cette association rice d'avenir.
Le lendemain le Ministre est parti visiter les cen-
tres miniers de la baie d'Along, Campha et Hongay.
De Haiphong, le Ministre s'est dirig6 sur Vien-
tiane oi il est arrive le 16 aoft. Accueilli au nom du
Roi qui se trouvait encore en France, par le Prince
Boun Oum, M. Coste-Floret, au course d'une cer6-
monie, A la residence du President du Conseil lao-
tien, a souligne la signification de sa visit au lende-
main de la signature du trait franco-laotien : mar-
ques d'amiti6 qui unit la France et le Laos.
Poursuivant son voyage, le Ministre est arrive A
Phnom-Penh le 17 aofit. Lors de sa reception au
palais royal par S. M. Sihanouk, il a prononc6 un
important discours, affirmant notamment que le
Cambodge, integre datis ce vaste concert de nations
qu'est l'Union Frangaise peut 8tre assure de trouver
l'aide n6cessaire A son essor economique, social et
cultural. Mais, a ajouti M. Coste-Floret, il ne pourra
connaitre un avenir brilliant que si, fort et sir de lui-
mreme, il sait redonner aux campagnes et aux villes
la security necessaire ; un gouvernement, a quelque
tendance qu'il appartienne, ne peut faire ceuvre utile
que s'il est resolu a l'action et se montre ferme a
l'dgard de ceux qui ne veulent pas comprendre que
l'intiret du pays passe au-dessus de l'idjologie po-


litique. La France ne marchandera pas son soutien
a tout gouvernement qui lui presentera un program-
me d'ordre et lui offrira des garanties de bonne ges-
tion. Mais les fauteurs de troubles et les adversaires,
plus ou moins camoufl!s, de l'Union Franiaise, doi-
vent savoir qu'ils n'ont rien a espirer de sa volonti.
Le Ministre a aussi exprime le vceu de recevoir
prochainement A Paris le Roi et le President du
Conseil cambodgien pour la signature du traitO
franco-cambodgien.
Apres Phn6m-Penh, Dalat a recu en dernier la
visit du Ministre qui, avant de regagner la France,
a tenu a proc6der avec le Chef de 1'Etat vietnamien
a un large tour d'horizon des relations franco-viet-
namiennes et A s'entretenir avec lui des prochains
travaux de la < Commission de l'application des ac-
cords du 8 mars >.
Par Dalat s'est acheve le voyage du Ministre en
Indochine et le 19 aoft, avec les memes personnel
qui l'ont accompagne A I'aller, il est reparti pour
Paris oui il est arrive le 23 aoit. Le Ministre, a son
retour a declare Rtre touched de l'accueil que lui a
reserve le Viet-Nam, le Laos et le Cambodge, a ex-
prime la conviction que les visits qu'il a faites aux
souverains des trois Etats associes ont contribute, de
maniere efficace et tangible, A resserrer les liens qui
unissent les peuples vietnamien, cambodgien et lao-
tien a la Republique Frangaise.


ALLOCATION DU MINISTRY A SON RETOUR

Le 27 aoilt, M. Coste-Floret a prononc6 une allo.
caution, A la radiodiffusion national, dans laquelle
il a declare :
Le voyage que je viens d'effectuer dans les trois
Etats associes d'Indochine differe fondamentalement
de ceux qu'ont accomplish mes predecesseurs avant et
depuis la guerre. ,
Les Ministres des Colonies, puis de la France
d'Outre-Mer, allaient jadis en inspection dans le5
territoires frangais d'Extreme-Orient.
En me rendant a l'invitation de leurs souverains
et dirigeants, j'ai eu l'honneur d'etre le premier
membre du Gouvernement francais a rendre une vi-
site de courtoisie et d'amitie aux populations, disor-
mais associees a l'Union Francaise, du Viet-Nam, du
Cambodge et du Laos.
La faCon don't s'est diroule ce voyage timoigne de
son caractere nouveau.
Que ce soit dans les capitals de chacun de ces
Etats, oui j'ai ete regu par le Souverain ou par le
Premier Ministre, ou bien que ce soit dans chacune
des provinces que j'ai traversees, j'ai ete l'hbte des
autoritis locales et ces autoritis sont autochtones.
J'ai pu constater partout que la delicate period
de transition au course de laquelle l'administration







frangaise initie a ses charges l'administration des
Etats associds et lui code ses pouvoirs se ddroule de
facon satisfaisante.
II ne s'agit pas la, pour la France, d'eviction.
L'neuvre frangaise demeure en Indochine et elle de-
meurera. C'est la nature des liens qui unissent la
Metropole et cette parties du monde, oiu notre pays a
mis tant de lui-meme, qui dvolue et se perfectionne.
Au statut colonial de la Cochinchine, au statut de
protectorat de l'Annam, du Tonkin, du Cambodge
ou du Laos succide la libre association.
Tandis que nos inteirts legitimes restent proteges,
l'esprit de'ocratique comme la gindrositd frangaise
trouvent en cette nouvelle situation matiure a satis-
faction.
Au Viet-Nam menme, j'ai pu constater que le Gou-
vernement de S. M. Bao Dai, nd au milieu de mul-
tiples difficultis, fait face avec bonheur aux respon-
sabilites qui sont les siennes. Effectivement, anime
par la personnaliti de I'Empereur qui en est le Prd-
sident, ce Gouvernement existe et gouverne.
Ses grands services naissent et se diveloppent. Son
administration se construit, son armie se forme. Cela
ne va pas sans entrainer des repercussions profondes
dans la Zone encore tenue par les rebelles du Viet-.
Minh.
Les renseignements qui depuis cette Zone parvien-
nent continuellement au Gouvernement vietnamien
et aux services francais tant militaires que civils te-
moignent de l'aspiration de plus en plus grande des
populations encore sous la coupe du Viet-Minh de
retrouver, avec le ralliement et la paix, des conditions
de vie plus humaine sous la protection des autorites
legitimes du pays.
C'est la ie point oi la solution politique inter-
venue rejoivt le probleme militaire proprement dit.
Celui-ci, encore, est un probleme essentiellement
vietnamien. Comme vient de l'ecrire a S. M. Bao Dai
M. Vincent Auriol, il appartient au people du Viet-
Nam d'opirer lui-meme sa reconciliation interne.
En fait, il s'agit de rompre un cercle de terreur.
L'assurance d'une protection efficace contre le terro-
risme des rebelles est la condition indispensable du
ralliement.
L'expirience de ces deux dernieres annees a prouve
que l'organisation de l'auto-difense concritee par
des postes arms et fortifids, s'appuyant les uns sur
les autres, done les meilleurs risultats.
Les masses vietnamiennes, qui prennent, de plus
en plus, coifiance en leur gouvernement national et
inddpendant, participant, chaque jour davantage, d
cette auto-ddfense. Avec son extension continuelle,
la security et I'ordre reviendront peu a peu avec la
prosperity sur tout le territoire du Viet-Nam.
La France, comme je l'ai dit a chacun de mes in-
terlocuteurs indochinois, soutiendra, de tous ses


moyens, cet effort national. C'est, en effet, son de-
voir d'aider chacun de ses associds en l'Union Fran-
caise a venir a bout de leurs difficulties et a se diriger
vers un meilleur avenir. Ensemble, Vietnamiens,
Cambodgiens, Laotiens, Francais, nous construirons,
dans la paix retrouvde, notre Union Francaise, pros-
pere et fraternelle, pour des lendemains meilleurs.


LA QUESTION DES (( ORIGINAIRES

Le Ministre de la France d'Outre-Mer a recu, le
2'5 aouit, M. B6chard, Haut-Commissaire de France
en A.O.F., et M. Lamine-Gueye, depute, President
du Grand Conseil de I'A.O.F., qui sont venus lui
exposer les difficulties pratiques soulevdes par l'ap-
plication des decrets des 20 octobre 1948, 30 novem-
bre 1948 et 15 avril 1949, qui d6finissent I'origine
des fonctionnaires en service Outre-Mer pour la de-
termination des droits A cong6 administratif, A per-
ception d'indemnitds de depaysement et d'eloigne-
ment et aux indemnitds familiales.
A l'issue d'une conference, qui rdunissait, avec
les personnalitds precities, les directeurs des Affaires
politiques et du personnel, le Ministre de la France
d'Outre-Mer a d6cidd de proposer, au Conseil des
Ministres, 1'adoption de la proposition de loi Du-
veau, votee, A l'unanimit6, avant la separation des
Chambres, par la Commission des Territoires d'Ou-
tre-Mer de l'Assembl6e Nationale. Cette proposition
abroge les dispositions des d6crets sus-visis. En ce
qui concern la definition des originaires des Terri-
toires d'Outre-Mer, jusqu'A la promulgation d'une
loi definissant ces originaires, elle remet provisoire-
ment en vigueur les textes anterieurs.


M. COSTE-FLORET
RECOIT LES PARLEMENTAIRES
DU CAMEROUN

M. Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-
Mer, a recu, le 25 aoit, les parlementaires repr6-
sentant le Cameroun A l'Assemblee Nationale, au
Conseil de la R6publique et A l'Assembl6e de l'Union
Francaise, avec lesquels il s'est longuement entretenu
de la situation actuelle au Cameroun.


LES ENTRETIENSi DE M. TONY REVILLON

M. Tony-Revillon, Secretaire d'Etat A la France
d'Outre-Mer, a recu, en presence de son Directeur
de Cabinet, M. Desfougires, M. Roger Duveau, de-
pute de Madagascar. L'entretien a port plus sp6cia-
lement sur le prix du caf6 export, les importations
de manioc et la mise en train de la S.A.K.O.A.








CONFERENCES ET MANIFESTATIONS DIVERSE


BANQUET VIETNAMIEN

A l'occasion de la presence de M. Leon Pignon,
Haut-Commissaire de France en Indochine, A Paris,
et de la signature du trait franco-laotien, la dele-
gation vietnamienne a offer, le 21 juillet, A l'lHtel
Crillon sur la facade duquel pendaient c6te A
c6te, pour la premiere fois en France, les drapeaux
francais, vietnamien, cambodgien et laotien, en sym-
bole de la communion des trois Etats d'Indochine
avec la France -- un diner auquel assistaient, sous
la presidence de M. Coste-Floret, la d6elgation lao-
tienne avec S. A. Boun Oum,'la d6elgation cambod-
gienne avec S.A. la Princesse Yukanthor, MM. Bois-
don, Juglas, Moutet, Avinin, Albert Sarraut et
Emile Bollaert.
A la suite de M. Binh, delegue du Viet-Nam A
Paris, qui a c6lebre la concorde n6cessaire entire les
trois Etats associes, et M. Pignon qui a affirm sa
conviction que les liens spirituels qui, au delA des
textes, unissent les peuples d'Indochine et la France,
seront indestructibles, le Ministre de la France d'Ou-
tre-Mer a declare que le Haut-Commissaire de
France en Indochine avait toute sa confiance per-
sonnelle et celle du Gouvernement. II est bon que
cela fut dit a Paris au milieu des reprisentants du!
Viet-Nam, du Laos, et du Cambodge, qui pourront
affirmer a leur retour que la politique suivie par
M. Pignon est celle du Gouvernement de la Rjpu-
blique.
S. M. Sisavang Vong, apris un sejour de trois
mois en France, don't la plus grande parties a 6et pas-
see A Vittel et A Evian, a regagne le Laos A bord de
La Marseillaise, le plus recent paquebot sorti des
chantiers qui effectue cette occasion son premier
long voyage.


-UNE CONFERENCE A LONDRES
DE M. RENI ELEVEN

A la reunion annuelle de la < Societe antiesclava-
giste >, M. Rene Pleven, ancien ministry des Colo-
nies et des Finances, a fait une conference sur I'6vo-
lution constitutionnelle de l'Empire francais au course
des dernieres annees.
Apris avoir fait l'historique du systime constitu-
tionnel des Territoires d'Outre-Mer depuis la confe-
rence de Brazzaville de 1944, M. Pleven a declare
qu'A son avis, ces territoires itaient probablement
exagedrment reprisentis, puisque non seulement ils
envoient respectivement h l'Assemblie Nationale et
au Conseil de la Republique, 73 et 49 membres, mais


encore fournissent a l'Assemblie de l'Union Fran-
caise la moitij de ses membres.
Evoquant le probl&me indochinois, M. Pleven a
d6clare qu'il s'agissait ici de satisfaire les aspirations
nationalists du Viet-Nam, tout en maintenant les
liens avec la France.


UNE EXPOSITION POUR L'EQUIPEMENT
DE L'UNION FRAN(AISE

Une < Exposition pour 1'6quipement de l'Union
Francaise > aura lieu A Paris, du 28 septembre au
17 octobre 1949.
Cette exposition est organisee, sur l'initiative de
la Commission de la France d'Outre-Mer, en vertu
d'une resolution de l'Assemblie Nationale en date
du io d6cembre 1948, sous le haut patronage de
Monsieur le President de la Republique et r6alis6e
par la Societ6 des Ingenieurs pour la France d'Ou-
tre-Mer.
La Presidence du Conseil, le Ministre de la France
d'Outre-Mer, le Ministre des Affaires Etrangeres, les
ministres interesses et leurs diff6rents services, le
F.I.D.E.S., le F.I.D.O.M. ainsi que les Territoires
d'Outre-Mer apportent tout leur appui A cette mani-
festation qui se place dans le cadre du plan Monnet.
Les buts essentiels de cette exposition sont les sui-
vants :
presenter, aux utilisateurs de la France d'Ou-
tre-Mer, les mat6riels et les products que 1'industrie
metropolitaine est en measure de leur fournir ;
donner, aux industries et aux exportateurs, des
indications sur les besoins particuliers de ces ter-
ritoires et les orienter pour leurs r6alisations futures ;
d6velopper, d'une maniere g6nerale, les 6chan-
ges commerciaux entire la M6tropole et les Territoires
d'Outre-Mer.
Cette manifestation ne doit pas &tre, du reste, un
6evnement isole, mais F'action entreprise se poursui-
vra par la creation d'un Centre permanent de Do-
cumentation et d'Information.
Au course de l'exposition aura lieu, du I"' au 9 oc-
tobre 1949, le Congres international d'ing6nieurs
pour le d6veloppement des pays d'Outre-Mer, lequel
est assure, d'ores et d6jA, de la presence d'impor-
tantes dedlgations 6trangeres.
Le Commissariat g6enral de l'exposition est ins-


12







taller 34, rue Perignon, Paris I5e. Telephone Suf-
fren 52-96 et 52-97.

ACADEMIE DES SCIENCES COLONIALES

L'Acad6mie des Sciences Coloniales a tenu le
vendredi 22 juillet, sous la presidence de M. Fernand
Liore, sa derniere seance avant les vacances.
Le debut de la reunion a 6et reserve & la lecture
de la correspondence et aux presentations des ou-


vrages les plus important requs par la bibliotheque
depuis la derniere quinzaine.

Monsieur le Secretaire perpetuel a fait part du
decis de Gaston Sourat, professeur honoraire A la
Faculty des Sciences d'Alger, correspondent de l'Aca-
dimie depuis 1932.

Monsieur le President a donned lecture d'une notice
necrologique sur le G6enral Hur6 icrite en hommage
A sa m6moire par son confrire le General Larras.


-Q!5I-








INFORMATIONS DIVERSE


CONGRESS S.F.I.O.

Le 41e Congris de la S.F.I.O. qui s'est tenu A Paris
*du 14 au 18 juillet, a adopt, A la fin de ses travauc.
entire diff6rentes motions, une motion concernant
l'Indochine. Le texte de cette motion qui avait 6et
adopt6e A main-levee est ainsi redig6 :
< Le Parti socialist constate que la politique
poursuivie jusqu'a ces jours au Viet-Nam n'a ap-
port6 aucune amelioration A la situation tragique de
ce pays. Ainsi se trouvent justifiees ses mises en
garde centre la politique suivie par le Gouverne-
ment. Les perspectives de paix s'6loignent, ainsi que
1'espoir d'une cooperation durable et confiante entire
les peuples frangais et vietnamien.
Le Parti socialist rappelle qu'il a constamment
tdemand6 et recherche la fin des hostilitis par des
n6gociations avec tous les 6elments du people viet-
namien sans aucune exclusive.
< II estime, plus encore qu'hier, que la fin de la
guerre doit 8tre l'objectif- essential et imm6diat de la
politique du Gouvernement et celui-ci doit tout met-
tre en ceuvre pour aboutir A un armistice, grace A
ine mediation international garantie dans toutes
ses clauses et conditions par la presence d'observa-
teurs de I'O.N.U., accept6es par les parties. La treve
r6alisde permettra de reprendre les negociations
franco-vietnamiennes en vue d'instaurer un regime
base sur la libre expression de la volont6 des popu-
lations du Viet-Nam d6cidant democratiquement de
leur sort >>.


UN RAPPORT DU CONSEIL DE TUTELLE
A L'ASSEMBLIE GENEZRALE
DES NATIONS UNIES

Le Conseil de Tutelle a public un rapport qui sera
soumis A la prochaine Assembl6e g6enrale de Lake
Success, au mois de septembre.
Ce rapport traite de administration des Terri-
toires places par les Nations Unies sous la tutelle
d'une puissance administrante et des conditions dans
lesquelles vivent 15 millions d'Africains et d'Asia-
tiques dans ces Territoires.
11 pr6sente les conclusions du Conseil de Tutelle
sur les Territoires don't il a examine administration
et il content des recommendations A l'adresse des
puissances administrantes pour am6liorer leur admi-
nistration et le niveau de vie des populations indi-
genes.


Le Conseil a examine, et discut6, d'autre part, di-
verses petitions d'individus ou de groups, sur les-
quelles il donne son opinion dans le rapport.
Les principles recommendations faites par le
Conseil aux puissances administrantes sont :
accorder une plus grande participation aux in-
digenes dans administration du Territoire ofi ils
vivent ;
ameliorer les conditions sociales des travail-
leurs ;
d6velopper les institutions m6dicales et l'educa-
tion.
Au sujet de la question des < Unions administra-
tives > entire Territoires sous tutelle et Territoires
defendants le rapport indique que le Conseil de Tu-
telle garde ce point present A .1'esprit dans l'examen
des Territoires sous tutelle. Sur la question de l'6ta-
blissement d'une Universit6 en Afrique, le Conseil
conclut que le project n'est pas realisable pour le
moment, mais fait plusieurs recommendations pour
developer l'enseignement dans les territoires afri-
cains sous tutelle >.


INTERVENTION DE M. SENGHOR
A L'ASSEMBLEE EUROPEENNE

Au course du debat g6n6ral sur les questions cul-
turelles A 1'Assembl6e Europeenne, reunie A Stras-
bourg, M. Senghor, depute du Senegal, a prononc6
une brillante allocution, chaleureusement accueillie
par tous les deputies et longuement acclamee.
Certains membres de l'Assemblie ont quitter leur
si&ge pour aller serrer la main de M. Senghor et le
feliciter de son magistral expose.
Le plus grand obstacle qui s'oppose a l'idification
de l'unite europeenne, a declare M. Senghor, reside
moins dans les divergences d'intirets economiques
que dans la virulence cachee des nationalismes cul-
turels.
Ayant rappele que le premier souci de tous les
regimes totalitaires 6tait de dresser des cordons sa-
nitaires d'ordre culture en interdisant toute mani-
festation individuelle sur ce plan, M. Senghor a
lanc6 un appel pour la defense de cette culture, nde
de la greffe du christianisme sur la religion grecque.
et de cet ideal de l'homme qui distingue les regimes
totalitaires des regimes d6mocratiques. 11 a propose,
ensuite, la creation d'un centre europden de culture
qui sera le veritable foyer de la pensee europeenne,
comprenant une Universit6 autonome et un centre








de documentation, et preparera la Federation des
Universities europeennes.
M. Senghor s'est oppose A toute standardisation
de la culture, car, a-t-il precise, l'uniti n'exclut pa.
la diversity. Dans le nouveau centre europ6en de
culture, les civilisations nationals devront devenir
des civilisations humaines compl6nentaires.
L'orateur ;, ensuite, expliqu6 quelles devraient
ktre les teaches de ce nouveau centre et ses rapports
avec 1'U.N.E.S.C.O., et il a demanded que les pro-
grammes culturels etablis soient appliques sur tout
les Territoires d'Outre-Mer.


DISCUSSION DE iRAPPORTS
SUR L'ASSISTANCE TECHNIQUE
AUX REGIONS DU MONDE
PEU DEVELOPPEES

Le Conseil Economique et Social des Nations
Unies a abordc, le 14 aoit, la discussion g6ndrale
des rapports etablis par le Comit6 Economique sur
l'assistance technique A apporter aux regions du
,monde les moins d6veloppees.
Ainsi que I'a remarque M. Santa Cruz, dle'gue
du Chili, qui a preside le Comit6 Economique, ces
rapports constituent une sdrie de propositions don't
le Conseil recommande l'adoption, l1'Assemblee des
Nations Unies. Ces rapports, a affirm M. Santa
Cruz, repr6sentent, dans l'ordre economique, les d6-
cisions les plus importantes qui aient 6td prises, jus-
qu'ici, par le Conseil Economique et Social.
Le premier rapport, qui pose les principles gene-
raux, propose la creation de different organismes, et
notamment d'un Comit6 permanent de l'Assistance
technique, qui serait compose de tous les membres
du Conseil et pourrait se r6unir entire les sessions
ordinaires du Conseil Economique et Social.
Dans ce rapport, le Conseil propose, A l'Assembl6e
g6ndrale, de provoquer une conference international
et special de l'assistance technique en vue de de-
terminer le montant total des contributions que pour-
ront fournir les gouvernements participants pour
l'execution du programme d'assistance technique.
Cette conference sp6ciale devrait se rdunir pendant
ou imm6diatement appris la prochaine session de
I'Assembl6e ginerale des Nations Unies.
I1 est prevu, enfin, I'ouverture d'un Conseil sp&-
cial auquel seront verses les contributions des dif-
ferents pays nmembres. Pour l'annee 195o, un budget
de 20 millions de dollars a ete fixed.


LE RAPPORT TECHNIQUE DE L'O.E.C.E.
SUR LES; TERRITOIRES D'OUTRE-MER

L'Organisation Europdenne de Cooperation Econo-
mique vient de publier un rapport relatif aux pro-


blames des Territoires d'Outre-Mer des pays mem-
bres, rapport qui sera insere ulterieurement dans le
troisieme volume du Rapport int6rimaire sur le pro-
gramme de relevement europeen.
Ce rapport a pour objet de determiner la part des
Territoires d'Outre-Mer dans la r6alisation d'une
6conomie viable en 1952-53 pour l'Europe et les Ter-
ritoires qui en dependent ; d'examiner la coopera-
tion deja acquise pour le d6veloppement economique
de ces Territoires ; d'envisager une cooperation tant
sur le plan m6tropolitain que sur le plan internatio-
nal dans le but de d6velopper la production et d6ter-
miner les voies et moyens qui permettront d'attein-
dre ces objectifs. II ne constitute qu'une &tude pro-
visoire de ces questions et, etant donned le temps qui
s'est dcoule depuis sa preparation, certaines des pre-
visions statistiques sont quelque peu perimees.

Les programmes de production
et objectifs d'exportation
La production des Territoires d'Outre-Mer des-
tinde A l'exportation consiste, surtout, en matieres,
premieres et en products alimentaires. 11 est essen-
tiel d'ameliorer et de moderniser les m6thodes agri-
coles et d'encourager la cooperation entire petits pro-
ducteurs en d6veloppant les societes cooperatives de
producteurs et en instaurant des systemes de cultures
groupies.
Les products suivants competent parmi les plus im-
portants des Territoires d'Outre-Mer ; ils sont 6tu-
dies en detail dans le rapport : huile v6g6tale et
graines ol6agineuses, sucre brut (canne), graines de
cacao, c6erales, products alimentaires divers et tabac:
coton, sisal et autres fibres dures, engrais, caoutchouc,
bois, carbon, mineral de fer, 6tain et autres m6taux
non ferreux.
11 ne fait pas de doute que le processus de d6ve-
loppement d'un territoire laiss6 A ses seules res-
sources est lent et que les Territoires d'Outre-Mer
auront besoin d'une aide ext&rieure maximum pour
s'approvisionner en biens essentiels et en capitaux
d'investissements ; cette aide devra, 6galement, leur
ktre accordee en matiere de d6veloppement indus-
triel, de production d'energie et dans le domaine des
communications et transports, main-d'ceuvre, prix
et marches.
'Dans tous ces domaines, ce sont les besoins A long
terme des Territoires d'Outre-Mer qui figurent au
premier plan des provisions. Les pays m6tropolitains
se proposent de fournir, non seulement l'aide indis-
pensable aux plans de d6veloppement A court terme,
mais, 6galement, tout ce qui est n6cessaire A la r6a-
lisation de plans qui, dans certain cas, ne porteront
leurs fruits que de longues annees apris 1952-53.
Le rapport examine, ensuite, la question de I'outil-
lage 6conomique des Territoires d'Outre-Mer don't la.
modernisation est essentielle, et, notamment, l'outil-
lage agricole, la mecanisation de l'agriculture devant







permettre un accroissement du rendement, et il in-
dique les divers moyens de financement prevus pour
le d6veloppement de la production tant agricole
qu'industrielle. I1 insisted, enfin, sur la n6cessit6 d'as-
surer, dans ces territoires, une certain stability des
prix et des marches A long terme.

Conclusions gindrales
Le rapport de I'O.E.C.E. insisted particulierement
sur les aspects suivants de I'organisation 6conomi-
que dans les Territoires d'Outre-Mer :
a) coordination des activities des Territoires d'Ou-
tre-Mer dans le domaine des transports, de la pro-
duction, des prix et marches, des recherches, etc. ;
b) les nombreux plans A long terme que les pays
metropolitains mettent en oeuvre ou qu'ils ont 6la-
'ords pour leurs Territoires d'Outre-Mer;
c) la prosperity des habitants des territoires inte-
resses et leur cooperation avec les pays metropoli-
tains constituent les preoccupations essentielles des
,organismes coloniaux repr6sentis au Comitd des Ter-
ritoires d'Outre-Mer de I'O.E.C.E.
II1 ne faut pas sous-estimer la contribution que ces
territoires peuvent apporter au rel&vement europeen;
mais, bien que l'on ait entrepris de remanier les
projects initiaux de mise en valeur afin d'obtenir des
resultats rapides dans l'int6rft de I'economie euro-
p6enne, les efforts les plus grands ont 6te diriges
vers la r6alisation des problimes A long terme plu-
6tt qu'A court terme. L'accroissement des richesses
doit aller de pair avec l'accroissement des efforts;
une productivity coqomique accrue constitute la
seule base saine du progris social.
En r6sum6, les Territoires d'Outre-Mer offrent de
'grandes possibilities pour la poursuite d'une politi-
que de d6veloppement inspiree de conceptions auda-
cieuses et neuves qui accroitra la prosperity et ame-
liorera les conditions de vie de leurs populations en
meme temps qu'elle aidera 1'Europe A 6quilibrer son
kconomie A l'egard du reste du monde.


L'ACCES DU GROUP FRANC C.F.A.
AU MARCH LIBRE DE PARIS

Les Offices des Changes des Territoires du group
C.F.A. ont regu, au d6but aofit, notification de l'ad-
mission au march libre des devises A Paris, des ope-
rations commercials interessant ce group mon6-
taire, measure don't jusqu'A present, ne beneficiait,
parmi les territoires relevant du Ministre de la
France d'Outre-Mer, que 1'Indochine.
Au lendemain d'une important mise au point de-
vant l'Assemblee Nationale oif fut consacr6e l'intan-
gibilit6 de la valeur du franc C.F.A. par rapport au
franc m6tropolitain, le Gouvernement vient, par
cette unification des mecanismes de change applica-


bles aux deqx principles monnaies de la zone franc,
de consolider encore, en le transposant sur le plan
monetaire international, le rapport existant entire
elles..
Desormais, les regles de fonctionnement du mar-
ch6 libre de Paris qui s'appliquaient, en ce qui con-
cerne les territoires C.F.A. aux seules operations
financi&res, joueront pour leurs operations commer-
ciales.
C'est-A-dire que les importations, exportations et
frais accessoires en dollars des Etats-Unis, escudos,
francs suisses, francs belges et francs de Djibouti,,
se rigleront par achat ou vente de ces devises : moi-
tie A l'Office des Changes du territoire au course offi-
ciel de Paris exprime en francs C.F.A., moitie sur
le march fonctionnant A la Bourse de Paris, au
course du jour de l'operation.
En ce qui concern les operations commercials
reglees en d'autres devises (livre sterling par exem-
ple) ces devises seront vendues ou achetees par l'Of-
fice local des Changes au course pratiqu6 A Paris
6valud en francs C.F.A.
I1 ne r6sultera de ces nouvelles dispositions au-
cune complication pour les usagers, qui s'adresseront
comme par le passe, aux intermediaires agr6es, les-
quels effectueront les operations pour leur compete.
Les importateurs pourront trouver l'avantage de
leurs disponibilites metropolitaines, pour la parties
des devises achetees au march de Paris.
La nouvelle maniere de proc6der entraine, par ail-
leurs, un ajustement des course des monnaies 6tran.-
geres par rapport au franc C.F.A.
En effet, alors que les operations commercials
metropolitaines en devises negociables au march
libre furent traitees A partir de janvier 1945, au
taux moyen entire leur course official et leur course
libre quotidien, les operations de meme nature int6-
ressant le group C.F.A. continuirent, en raison me-
me de leur exclusion du march de Paris, A &tre trai-
tees au seul course official exprime en francs C.F.A.
C'est ainsi que les operations en dollars des Etats-
Unis s'effectuaient ne varietur au taux de 214/1,7,
soit : 126 francs C.F.A.
Quand, en octobre 1946, le rapport entire le franc
C.F.A. et le franc metropolitan fut port A 2, ce
taux de 126 franc C.F.A. pouramn dollar fut cepen-
dant maintenu, alors que le course moyen du dollar
A Paris se situait aux environs de 264 francs m6tro-
politains, equivalent done A 132 francs C.F.A. Ainsi
le franc C.F.A. qui valait 2 francs metropolitains,
ressortait A 264/126, soit 2,09 francs metropolitains
et I'on calculait sa parity en partant de la valeur
respective de chacune des deux monnaies franc
par rapport au dollar, soit une disparity du franc
C.F.A. dp 4 1/2 %.
II en etait evidemment de meme par rapport aux
autres devises don't le course est lie au course moyen
du dollar. La livre, payee A Paris I.062 francs me-







tropolitains avait 6td maintenue A son course ancien
de 5o8 francs C.F.A.
Avec l'aju;,tement du 27 avril dernier, cet cart
s'est accuse. Ia comparison du course moyen du dol-
lar A Paris (273) et du course de 126 auquel il a ete
maintenu dans le group C.F.A. fait apparaitre une
disparity du franc C.F.A. de 8 %. 11 en va de meme
naturellemen:, si l'on compare le course de la livre
A Paris (1.o7) avec le course de 508 francs C.F.A.
toujours pratique.
La d6cisio! qui vient d'etre prise mettant fin A
une anomalie qui, on le voit, n'a fait que s'aggraver,
a pour r6sultat de ramener la valeur du franc C.F.A.,
exprimee en devises, A son rapport de 2 Ai avec le
franc metropolitan. Inversement, et sur la base des
taux journal:ers actuellement pratiques A la Bourse
de Paris, le course moyen du dollar aux Etats-Unis
resort aux environs de 273/2, soit. 136,50 francs
C.F.A. et celui de la livre sterling A 1.097/2, soit
548,50 francs C.F.A.
Le Fonds Monetaire International a approuv6 la
decision gouvernementale.


APRES L'ADMISSION
DU GROUP. FRANC C.F.A.
AU 3BENEFICE DES OPERATIONS
DU MARCH LIBRE DES CHANGES A PARIS

Consecuti'ement A I'admission du group franc
C.F.A. au rnarch6 libre des changes, I'Office des
Changes a fait connaitre aux intermediaires agrees,
que le reglement des operations commercials inter-
venant entire les territoires de la zone < franc >> nu-
meres ci-apris et les pays don't la devise est trait6e
sur le march libre, s'effectuera, desormais, compete
tenu de la parity du franc C.F.A. par rapport au
franc francais, moitie par achat ou par vente de
devises aupres de l'Office des Changes coloniaux,
moiti6 par chat ou par vente de devises sur le
march libre de Paris :
Afrique Cccidentale Frangaise, Afrique Equato-
riale Francaise, Togo, Cameroun, Madagascar et de-
pendances, RFunion, Saint-Pierre et Miquelon.
En consequence, les interm6diaires agres sont
pries d'executer, A computer du 8 aoft 1949, les ordres
d'achat et de vente de devises sur le march libre
qu'ils recevront de leurs correspondents dans ces ter-
ritoires ayan': la quality d'interm6diaire agr66. II est
precise, A ce sujet, que les ordres d'achat n'auront
pas A comporter les references des autorisations deli-
vrees par les Offices des Changes coloniaux.
L'admission du group du franc C.F.A. au bin&-
fice des operations du march libre des Changes A
Paris n'implique pas la cotation de cette unit mo-
n6taire sur le march cambiste parisien, la parity du
franc C.F.A. 6tant immuable vis-a-vis du franc me-
tropolitain.


Le tableau suivant d6montre pourquoi il 6tait in-
dispensable d'accompagner la decision ci-dessus d'un
ajustement du course des monnaies etrang&res en
francs C.F.A. :
Janvier 1946 : (i fr. C.F.A. = 1,70 fr. metropolitain)
Cours official du dollar .. 214,39 fr. m.
126 fr. C.F.A.
Octobre 1948 : (i fr. C.F.A. = 2 fr. m6tropolitains),
Cours moyen du dollar .. 264 fr. m.
126 fr. C.F.A.
Avril 1949 : (I fr. C.F.A. = 2 fr. mitropolitains)
Cours moyen du dollar .. 273 fr. m.
126 fr. C.F.A.
On observe, ainsi, qu'en partant de la valeur res -
pective de chacune des deux monnaies < francs > par
rapport au dollar, la parity du franc C.F.A. n'6tait
plus de 2 francs m6tropolitains, comme la loi l'avait
fix6e, mais bien de 2,165 francs metropolitains en.
dernier.
I1 s'etait ainsi cr6e une anomalie que le legislateur
n'avait assurement pas prevue et qui tenait essentiel-
lement au fait que la valeur du dollar etait rest6e
immuablement fixe en zone C.F.A. tandis qu'elle
avait 6volu6 A Paris.
Elle contraignait les exportateurs des territoires
interess6s A ne recevoir que 126 frs C.F.A. pour cha-
que dollar de merchandise vendue alors que leurs
collogues metropolitains recevaient 273 frs m6tro-
politains, soit 136 fr. 50 C.F.A. II y avait IA un 616-
ment de nature A fausser les courants commerciaux
normaux, voire a inciter les exp6diteurs d'Outre-Mer
A faire passer leurs exportations par la Metropole
pour bendficier de cette prime cambiste.
Depuis le 8 aoit, cette anomalie a cesse. Les entre-
prises et les commergants prives de la zone du franc
C.F.A. b6enficient des memes droits que ceux de la
Metropole. Ils peuvent done r6gler leurs achats A
l'etranger ou c6der les devises 6trangeres provenant
de leurs exportations (dollars, escudos, francs suis-
ses, frarcs belges et francs de Djibouti) A concur-
rence de 50 % au course du jour de l'operation, au
march libre de Paris et de l'autre moitie au taux
official du dollar (214,39 francs m6tropolitains ou
126 francs C.F.A.). Le mecanisme de change est,
ainsi, desormais unifi6 pour les deux monnaies.
Par extension, la valeur en francs C.F.A. des de-
vises autres que celles d6signees ci-dessus don't le
taux est command par l'6volution du course moyen
du dollar A Paris s'est trouvee rajust6e d'environ
8 %. Ainsi, la livre sterling est passee de 508 A
548,50 francs C.F.A.
Du meme coup, a disparu la distorsion du rap-
port entire le franc C.F.A. et le franc metropolitan.
11 ne s'est agi, comme on le voit, que d'une strict
operation d'arithmitique. Les exportateurs seront
mieux traits. Les importateurs de 1'etranger suppor-







teront I'incidence de l'ajustement des taux, mais ils
pourront trouver l'avantage de couvrir leur banque
A l'aide de leurs disponibilites mitropolitaines pour
la part des devises acheties au march de Paris.
Les avis recueillis aux sieges parisiens de comp-
toirs de la zone C.F.A. temoignent que les int6ressis
sont satisfaits de la decision prise A l'6gard de leurs
operations commercials.


REUNION
DU COMITE DE DEFENSE DU FRANC C.F.A.

Le Comit6 de D6fense du franc C.F.A. s'est r6uni
r6cemment A Paris.
Apris avoir pris acte des intentions du Gouverne-
ment d'admettre le franc C.F.A. sur le marched libre
des changes, le Comite a d6cid6 de poursuivre l'ac-
tion entreprise afin d'obtenir l'ouverture d'un mar-
che A terme du franc C.F.A.
Le Comit6 a, ensuite, adopted A l'unanimit6 les
,conclusions d'un rapport de M. RaphaEl Sailer, sena-
teur de la Guinee, estimant que :
i) la distinction op6ere, en d6cembre 1945, entire
les monnaies de la zone metropolitaine et de la zone
-C.F.A. apparait comme pleinement justifiee tant au
point de vue 6conomique que financier;
2) le rapport tel qu'il existe actuellement entire
le franc et le franc C.F.A., compete tenu de la situa-


tion respective des zones metropolitaines et C.F.A.,
ne saurait &tre retnis en question sans amener des
perturbations graves dans l'6conomie des territoires
int6resses ;
3) dans tous les cas, la modification du taux du
rapport entire le franc et le franc C.F.A. ne pourrait
r6sulter que d'une loi ou d'un d6cret pris apres avis
de l'Assemblie de l'Union Frangaise.
Le President du Conseil, le Ministre des Finances
et le Ministre de la France d'Outre-Mer ont regu
communication des conclusions du rapport de
M. Saller, auxquelles le Comit6 de D6fense du franc
C.F.A. s'est d6clare fermement attach.



LA PRODUCTION COTONNIERE FRANCAISE
DEPUIS LE DEBUT DE 1949

Les importations de coton brut en France metro-
politaine se decomposent comme suit, par pays de
provenance, pour les six premiers mois de cette
annee :


Etats-Unis .................
Egypte .....................
Indes ......................
Autres pays strangers .......
Union Frangaise ............


101.383
15.512
3.178
10.969
14.060

145.102



















NOUVELLES 'OUTRE MER


INDOCHINE


Haut-Commissariat de France

A PRES avoir assist
SA a ,A la signature
de la convention
franco-laotienne, le 19
juillet A PARIS. le Haut-
Commissaire PIGNON est
reparti le 29 juillet
pour SAIGON. Oi1 il est
arrive le 2 aofit.
Au course de son pas-
sage A NEW-DELHI, le
31 juillet, le Haut-Commissaire, au course d'une con-
firence de press, a tclard que la situation sera cer-
tainement clarifide au Viet-Nam d'ici quelques jours
et que la France desirait laisser aux Vietnamiens le
soin de rdsoudre leurs diff6rends intirieurs eux-
m&mes et aider tous ceux qui ouvrent pour la paix.
Nous venons d'arriver en Indochine, a-t-il dit no-
tamment, a une nouvelle Constitution ddpendant de
I'Union Francaise, aux terms de laquelle l'Indochine
jouira du st;tut d'Etat assocze' ce qui veut dire
qu'elle sera pleinement autonomy et aura le droit
d'envoyer ses propres reprisentants diplomatiques ar
l'atranger.
Se rifdrant A la situation militaire en Indochine,
M. PIGNON a expliqua que le vrai probl me militaire
consistait en la surveillance de la frontiire entire
l'Indochine et la Chine, le rest n'etant que des
< operations de police > destinies A r&tablir I'ordre.
R6pondant ensuite A des questions posies par un
journalist arn6ricain, il a ajout6 que, dis que l'or-
dre serait r1tabli, les troupes franqaises seraient re-
tirdes dans diverse bases, non encore d6signdes, de
la mrme fagon que les troupes americaines avaient
6t6 retirees des Philippines.
* Le 6 aofit M. PIGNON est all6 saluer S. M. BAO
DAI qui, ven;nt A la rencontre de M. COSTE-FLORET,
6tait arrive la veille A SAIGON, et a eu A cette occa-


sion un long entretien avec le chef du Gouvernement
central.
Le lendemain, le Haut-Commissaire, accompagn6
des principles hautes personnalites d'Indochine, est
all6 accueillir le Ministre de la France d'Outre-Mer
a son arrivee A l'aerodrome de TAN SON NHUT.
* Le 8 aoft, M. Charles BONFILS, Conseiller politi-
que du Haut-Commissaire, a tenu une conference de
press au course de laquelle il a pr6sent6 A la press
saigonnaise la lettre adressee par le President VIN-
CENT AURIOL A S. M. BAO DAI, et donn6 des preci-
sions relatives aux futurs travaux de la < Commis-
sion d'application des accords du 8 mars >. A cette
commission, la delegation frangaise est prdsidee par
M. TOREL, directeur de l'Administration en Indo-
chine M. RISTARUCCI a 6te d6sign6 comme secre-
taire g6ndral et est second par M. DAViE.
M. BONFILS a aussi indique qu'une Conference des
Etats associds se reunira vers la fin de l'annee, lors-
que les travaux de la Commission d'application des
accords seront terminus, en vue de r6gler les moda-
lit6s du maintien de certain services communs.
* A la suite de la recent reorganisation du com-
mandement militaire en Indochine, le G6neral de
corps d'arm6e CARPENTIER est nomme commandant
en chef et commandant des forces terrestres en Indo-
chine en replacement du General BLAIZOT, appel6
A d'autres functions, et du Gendral ALESSANDRI.
Le General ALESSANDRI et les Generaux MARCHAND,
LORILLOT, LANDOUZY et CHANSON sont affects a
l'encadrement des forces terrestres en Indochine.
* Le Gouvernement indien ayant decide d'installer
un Consul general A SAIGON, M. DEMELLO KAMATH a
te& d6signe pour occuper ce poste. M. KAMATH a
quitter WASHINGTON Oi il etait secretaire A 1'ambas-
sade de l'Inde pour rejoindre SAIGON le 18 aoft.
* Le 4 aoft, M. Jo MURRAY, Conseiller diploma-
tique de Sir MAC DONALD, Commissaire g6n6ral
pour le Sud-Est Asiatique est arrive A SAIGON pour
un sejour d'une dizaine de jours.







Gouvernement central
du Viet-Nam

- Le 19 juillet, le premier Conseil des Ministres du
'Gouvernement vietnamien s'est tenu A HANOI sous
la pr6sidence de S. M. BAO DAI. A l'issue de ce Con-
seil, l'Empereur a d6clar6 que le Gouvernement r6a-
lisera au fur et A measure les vceux legitimes de la
population et s'occupera en premier lieu des points
-suivants : constitution d'un Comit6 d'6tudes pour
Application des accords du 8 mars, pr6sid6 par
M. NGUYAN PHAN LONG, Ministre des Affaires
Etrang&res ; creation d'une Commission d'6tudes
pour l'elaboration du statut special du Sud-Viet-
Nam bas6 sur le principle de decentralisation admi-
nistrative ; application de measures sp6ciales desti-
nees favoriser 1'evolution et le plein epanouissement
des minorities ethniques dans le respect de leurs
moeurs et coutumes ; reglement des questions com-
munes avec le Cambodge et le Laos ; constitution
*d'une delegation vietnamienne A l'Assemblee de
1'Union Francaise ; envoi de missions < d'entente et
d'amiti6 > dans les pays du Sud-Asiatique et dans
certaines grandes puissances, telles que la Grande-
Bretagne et les Etats-Unis, et 6tudes des measures pro-
pres A assurer la security interieure.
L'Empereur a conclu en faisant appel A l'union
national et A l'amiti6 de la France, < conditions in-
dispensables du success de son Gouvernement >>.

* De HANOI, l'Empereur a regagn6 le 22 juillet
DALAT Oil il est rest jusqu'au 5 aoft, date A laquelle
il s'est rendu A SAIGON pour pr6sider un Conseil des
Ministres qui devait s'y tenir le lendemain, et en-
-suite proc6der A I'installation de M. TRAN VAN Huu
*dans ses functions de Gouverneur du Sud-Viet-Nam.
Au course du Conseil, SAIGON a etd choisie comme
residencee du Chef de l'Etat vietnamien et comme
:siege provisoire du Gouvernement.
S. M. BAO DAI, dans le discours d'ouverture, a in-
diqud qu'il avait signed plusieurs ordonnances definis-
sant les grandes lignes des structures politique et
administrative, et a lance un pressant appel au Gou-
vernement pour l'observation d'une forte discipline
dans le sens de la cohesion gouvernementale. L'Em-
pereur a souligne que, pregnant la charge de Chef
d'Etat et de President du Gouvernement, il assume-
rait, de son ote, ses responsabilit6s.
M. NGUYEN PHAN LONG, Ministre des Affaires
Etrangeres, a ensuite donned lecture du project de let-
tre que le Gouvernement doit envoyer aux Chefs
d'Etats strangers et au Secrdtaire g6enral de
1'O.N.U., project qui a fait l'objet d'un nouvel exa-
men. Le Ministre des Affaires Etrangeres a 6ete ga-
lement charge de demander des precisions compl&-
mentaires au sujet de l'envoi d'une'delegation viet-
namienne A la conference de I'O.N.U. pour la con-
servation des resources naturelles.


Diff6rents ministres et secretaires d'Etat ont
abord6 l'examen des diff6rents problimes relatifs A
I'application de l'accord du 8 mars, problems que
S. M. BAO DAI devra examiner avec M. COSTE-
FLORET lors du sejour de ce dernier au Viet-Nam.
S. M. BAO DAI a enfin donn6 communication d'une
lettre adressee par le President VINCENT AURIOL qui
lui a 6et remise par le Haut-Commissaire PIGNON.
Le Gouvernement a d6cid6 la publication de cette
lettre.

* Les ordonnances signees par S. M. BAO DAI don't
il avait 6et fait etat au course du Conseil des Minis-
tres, ont ete rendues publiques le 9 aout.
Une premiere ordonnance porte sur l'institution
d'une < Assemblee Nationale Consultative vietna-
mienne > don't les membres 45 titulaires et 15 sup-
pl6ants sont nomm6s par d6cret du Chef de l'Etat
parmi < les personnalit6s soit representatives de
l'opinion national ou des interets nationaux et r6-
gionaux, soit qualifiees par leur competence >. Elle
fixe en outre les pouvoirs du < Chef de l'Etat > viet-
namien, qui rappellent sensiblement ceux du Pr6-
sident de la R6publique Frangaise. S. M. BAo DAI.
qui prend ainsi officiellement ce titre, est assist d'un
Conseil des Ministres.
Une deuxieme ordonnance porte sur l'organisation
du statut des administrations publiques, et prevoit
notamment. que le Viet-Nam est compose de trois
regions : Nord, Centre et Sud-Viet-Nam, dot6es
d'une personnalit6 administrative et d'un budget re-
gional, et places chacune sous l'autorite d'un Gou-
verneur nomm6 par le Chef de l'Etat et don't les
attributes sont comparable A celles d'un pr6fet regio-
nal en France. Elle precise d'autre part que les villes
de HANOI, HAIPHONG, TOURANE, SAIGON et CHOLON,
sont places sous l'autorit6 d'un maire ou d'un pr6fet,
et que la < cellule administrative > du Viet-Nam est
la commune. Enfin, il est institute un organisme de
contr6le administratif denomme < Conseil des Cen-
seurs don't les attributions seront ult6rieurement
fixes.
Dans l'expos6 des motifs precedent ces ordon-
nances, il est dit notamment que < le Gouvernement
agira en accord avec l'opinion national et ne/se
substituera pas, de fagon definitive, A la volont6 po-
pulaire ', et que < l'Assemblee Consultative qui
vient d'etre institute et qui permet, dans la situation
actuelle, de concilier la necessity d'une action gou-
vernementale rapide et efficace avec les exigences du
principle democratique >, deyra laisser la place A une
Assemble Constituante << don't la mise en oeuvre
permettra au people tout entier d'exprimer pleine-
ment sa volont6 par des elections g6nerales libres >.

* Le Gouvernement, dans le cadre des measures pri-
ses pour lutter centre les speculateurs et faire baisser
le prix du riz, a signed un arrkt6, en date du 22 juillet,
et imm6diatement ex6cutoire, soumettant les envois







de riz et de paddy du Sud au Nord-Viet-Nam, au re-
gime de la vente contr6l6e, au prix homologu6.

* Le 7 aoft, S. M. BAO DAI a reu, au Palais La-
grandiere, M. COSTE-FLORET, qui, A son arrivee a
SAIGON, a tenu A venir le saluer immediatement.
Dans la soiree de la mrime journde, l'Empereur a
rendu au Ministre sa visit et a offert, en son hon-
neur, le lendemain, un diner auquel 6taient convi6s
avec le Haut-Commissaire PIGNON et le General
XUAN, toutes les hautes pbrsonnalitds frangaises et
vietnamiennes.
* Le 8 aofit, le Chef de l'Etat vietnamien a recu une
delegation de l'Assemblee du Sud-Viet-Nam com-
posee de M'M. NGUYAN CHANH HAI, President de
l'Assembl6e, HARISSON, Vice-President, HERMEL,
DAN, PHAT et HAO, Conseillers. Cette, delegation
6tait venue lui exprimer, outre son sincere d6sir de
collaboration A l'oeuvre qu'il a entreprise, celui de
voir des repr6sentants de l'Assembl6e &tre appel6s A
participer A l'elaboration des textes concernant les
futures assemblies du Sud-Viet-Nam.
* Aprss avoir proc6de A l'installation officielle de
M. TRAN VA'N Huu dans ses functions de Gouverneur
du Sud-Viet-Nam, le 1 aofit, le Chef de l'Etat a re-
gagn6 DALAT, Of le 18 aofit, il a eu avec le Ministre
de la France d'Outre-Mer, qui terminait par DALAT
sa -tourn6e en Indochine, un long entretien portant
sur les relations franco-vietnamiennes.
* A la demand du Gouvernement, les Gouverneurs
du Nord, du Centre et du Sud-Viet-Nam ont d6cid6
que soit entreprise la lutte centre le regime des re-
commandations et interventions 6manant, la plupart
du temps, de fonctionnaires et de personnalites poli-
tiques.
S. M. BAO DAI a fait notifier l'existence officielle
du Viet-Nam et la formation de son Gouvernement
dans une lettre don't le project avait et6 discut6 au
course du Conseil des Ministres du 6 aoft adressee,
le 25 aoft, aux differents gouvernements d'Asie et
d'Oc6anie et au Vatican. Les Etats-Unis, la Grande-
Bretagne, I'O.N.U. seront avises ulterieurement.
M. TRAN VAN LY, Ministre des Affaires concer-
nant les populations non vietnamiennes, et M. PHAN
HuY DAN, Secretaire d'Etat A l'Intrieur, ont offert,
dans le courant du mois de juillet, leur demission au
Chef du Gouvernement.
Le capitaine LA VAN KIM, ancien Directeur gene-
ral de l'Information du Gouvernement provisoire du
Viet-Nam, a et6 nommn Directeur du Cabinet du
General XUAN au Ministare de la D6fense Nationale.


NORD-VIET-NAM

Le 19 juillet, au Palais du Gouvernement central,
au course d'une cer6monie solennelle en presence de


nombreuses personnalites frangaises et vietnamiennes
et des consuls strangers, M. NGUYAN Huu TRI a ti
invest dans ses functions de Gouverneur du Nord-
Viet-Nam.
* Le Gendral KOCH, commandant des troupes fran-
caises du Nord, s'est rendu A HOA BINH le 30 juillet
pour inspector le secteur. 11 s'est longuement entre-
tenu A cette occasion avec les membres du Conseil
Muong et a pu constater que l'attachement de cette
peuplade A la France demeure inchang6.
* Du ii au 16 aoft, le Nord du Viet-Nam a regu
la visit du Ministre de la France d'Outre-Mer.
A HANOI Ou il a passe les journies du II et 12, le
Ministre a visit notamment la Pagode des Eaux,
la ville sino-vietnamienne, presque aussi peuplee
qu'en novembre 1946; le Mus6e Louis-Finot,ceuvre
de l'Ecole frangaise d'Extreme-Orient; la Chambre
de Commerce, o4f il a prononc6 un important dis-
cours ; I'h6pital militaire Lanessan oi sont soignes
les soldats des forces franco-vietnamiennes et les
partisans de H6 CHI MINH faits prisonniers.
M. HERZOG, Chef du Cabinet du Ministre, et
M. PIGNON, accompagn6 du Gouverneur NGUYEN
Huu TRI et du Sous-Secr6taire d'Etat aux Affaires
Etrang&res, M. LA THANG, se sont rendus le 12 aoit
A SON TAY et ont visited cette region jusqu'A TRUNG
HOA, situ6 au confluent de la Rivi&re Noire et du
Fleuve Rouge. Le Ministre souffrant et devant res-
ter A HANOI recevoir les soins des professeurs HUARD
et BLONDEL n'a pu effectuer ce voyage; mais des le
lendemain il s'est rendu A HAIPHONG d'oA A bord
d'un aviso, il a gagn6 CAMPHA-PORT pour visiter
ensuite CAMPHA-MINES et HONGAY. Au course de la
visit des mines, M. COSTE-FLORET s'est interess6 aux
progr&s de la production qui est actuellement de
500.0000 tonnes par an contre 1.800.000 avant-
guerre ; on pense qu'elle pourra tre portee A 800.ooo
tonnes l'ann6e prochaine et A un million en 1952,
avec la livraison d'un materiel nouveau qui permet-
tra de remplacer celui d6truit par les Japonais et par
les actes de sabotage commis par les partisans du
Viet-Minh.

CENTRE-VIET-NAM

A Le 8 aofit, le G6n6ral LEBRIS, Commissaire de la
R6publique et commandant militaire des troupes du
Centre-Annam, a quitt6 HuE, partant pour la France
en cong6. Le G6neral 6tait A Hug depuis le 30 mars
1947.
C'est l'Administrateur VALLY, Inspecteur des Af-
faires Politiques, qui a 6t6 charge de l'expedition des
affaires courantes au Commissariat de la Republique
et le commandement des T.F.C.A. a ete assure par le
Colonel SAJOUS, arrive A Hug le 7 aoft.
A I'occasion du passage de M. COSTE-FLORET A
Hug, le o1 aofit, la capital imp6riale 6tait abondam-







ment pavoisee et plusieurs milliers de personnel
'etaient masses devant I'enceinte du vieux Palais
Imperial pour accueillir le Ministre.
C'est un paysan de la riziere, v&tu du costume
classique des cultivateurs vietnamiens, qui a pr6sente
A M. COSTE-FLORET le drapeau vietnamien, symbo-
lisant ainsi la ferveur national du people vietna-
mien. Succedant au repr6sentant du people, le Gou-
verneur PHAN VAN GIAO a pris la parole, rendant
hommage au Ministre, artisan des accords du 8 mars.
Vous voyeZ en cette masse inquiite, incertaine du
lendemain, a-t-il dit ensuite, l'expression mime du
people vietnamien. Le people souffre dans ses biens
et dans sa chair, attend la paix chaque minute. Lui
rdpondant, le Ministre a declare qu'il ne depend plus
que du people vietnamien et de lui seul, que son in-
ddpendance s'inscrive dans les faits, et que la paix
revienne au Viet-Nam.
Dans la soiree, I'Administrateur VALLY a offert un
banquet en l'honneur du Ministre qui, le lendemain,
est reparti pour HANOI apris avoir assisted un d6fil'
militaire auquel ont particip6 les troupes du Vi&t
Binh Doan (Arm6e central vietnamienne).

* Les lignes HUE-TOURANE et HuE-QUANG TRI sur
lesquelles le traffic ferroviaire etait interrompu depuis
cinq mois, ont 6et remises en service depuis le ddbut
du mois d'aoit.


SUD-VIET-NAM

* Le General de LATOUR a ete titularis6, le 30 juil-
let, dans les functions de Commissaire de la R6pu-
blique en Cochinchine, don't il exerqait l'int6rim de-
puis pres d'un an, en replacement de M. DUFOUR,
nomm6 Conseiller aux Affaires Sociales.
* La c&r6monie de l'installation de M. TRAN VAN
Huu dans ses functions de Gouverneur du Sud-Viet-
Nam, s'est deroul6e. A SAIGON, le II aoft, avec un
eclat particulier. Au Palais Lagrandiere, ofi regnait
I'animation des jours de grande solennit6, 6taient
presents A cette ceremonie, les membres du Gouver-
nement vietnamien, le Gouverneur TOREL, represen-
tant le Haut-Commissaire absent de SAIGON, le Ge-
neral de LATOUR, Commissaire de la R6publique, les
G6neraux ALESSANDRI et ROBERT, l'Amiral MARIANI,
le Procureur g6enral SAMMARCELLI, *M. NGUYEN
CHANH HAI, President de l'Assemblee du Sud-Viet-
Nam, S. E. PHAM CONG TAC, Mgr CASSAIGNE, les
conseillers du Haut-Commissariat, les chefs des
congregations 6trangires, et les principles person-
nalites politiques frangaises et vietnamiennes du
Sud-Viet-Nam.
Dans une allocution prononc6e en langue vietna-
mienne, l'Empereur BAO DAI, Chef de l'Etat vietna-
mien, a- souligne les qualit6s de M. TRAN VAN Huu,
<< brilliant administrateur > sur qui il sait pouvoir


absolument computer, et de qui dependent la paix et
le bonheur de la population du Sud-Viet-Nam.
Le Gouverneur TRAN VAN Huu, dans sa response
prononc6e en vietnamien puis en frangais, remergia
1'Empereur et le Haut-Commissaire de France pour
la confiance qu'ils ont bien "voulu lui timoigner, et
adressa un appel A ses compatriotes pour qu'ils ap-
portent < une adhesion total et loyale A la politique
de l'Empereur, ceuvre de salut national >.
k A l'occasion du deuxieme sejour de S. M. BAO
DAI A SAIGON, le Gouverneur TRAN VAN Huu a
obtenu la liberation de cent cinquante prisonniers
politiques.
Le < Saint-Si&ge Caodaiste > de TAYNINH a de
nouveau affirm son loyalisme envers l'Empereur
BAO DAI et envers la France dans un message adresse
fin juillet A ses coreligionnaires. II les met en garde
contre la champagne de propaganda du Viet-Minh
qui diffuse de nombreux tracts sous la fausse 6ti-
quette du < Saint-Si&ge >, de facon A desorganiser
les troupes et A les inciter A la revolte et A la d6ser-
tion.
L'etat-major caodaiste de TAYNINH a announce
par ailleurs que plus de 7.000 Vietnamiens, fuyant
les persecutions du Viet-Minh, se sont r6fugids dans
les regions tenues par les Caodaistes.


Cambodge


* Le 27 juillet, au Commissariat de la R6publique,
a eu lieu la c6remonie au course de laquelle le project
du trait franco-cambodgien a 6et paraph6 par
S. M. NORODOM SIHANOUK et par M. de RAYMOND,
Commissaire de la Republique au Cambodge, en
presence des personnalites membres des delegations
qui successivement se sont trouvees en presence pour
l'elaborer et les parlementaires cambodgiens.
L'accord etant realis6, la signature solennelle du
trait aura lieu dans un proche avenir A PARIS.
* S. M. NORODOM SIHANOUK et M. de RAYMOND
ont ensuite sign, le 28 juillet, un < arrangement mi-
litaire > aux terms duquel la region Nord-Ouest du
royaume comprise entire les limits des provinces de
Siem-R6ap et Kompong Thorn est place sous le
contr6le de forces armies exclusivement cambod-
giennes.
Un poste militaire franco-khmer sera maintenu A
SIEM-REAP la ville moderne d'ANGKOR la re-
gion etant actuellement trouble par les bandes de
Khmers-Issaraks, commandoes par DAP CHHUON.
* Au lendemain de cette ceremonie, S. M. SIHANOUK
s'est rendue au Laos pour y prendre un repos d'une
dizaine de jours.







* Au course de son voyage en Indochine, M. COSTE-
FLORET est passe A PHN6M PENH le 17 aofit..Le Roi
a recu le Ministre au Palais Royal et lui a expose
la situation du pays qu'il est n6cessaire de redresser
d'urgence : diminution de l'autorit6 gouvernemen-
tale, recouvrements de plus en plus difficiles, popu-
lation soumise aux exactions des bandits, commerce
disorganise, finances de l'Etat dans une situation an-
goissante. J'entrevois la possibility d'un redressement
avec le concurs de la France apris la conclusion du
project de trait et d'arrangement franco-khmer, a
dit ensuite Ie Roi. Tout succes et toute extension
ulterieure sent subordonnis a I'aide militaire et'
financidre que la France voudra bien consentir au
Royaume.
A propos des relations du Cambodge avec le Sud-
Viet-Nam, le Roi a declare au Ministre : Je demand
a la France de se trouver aux c6tis du Cambodge[
lorsqu'il s'ag.ra d'assurer la sauvegarde et la garan-
tie de ses droits essentiels : la libre circulation sur
les bouches du Mikong, la disposition en function
du port de SAIGON pour les marchandises ; l'octroi
d'un statut privilegie aux Khmers du Sud-Viet-Nam
et l'examen de la question de la frontidre de facond
a itablir, entre le Cambodge et le Viet-Nam, un cli-
mat d'dquite et de confiance.

Le Ministre avait assure auparavant le Roi de
l'aide que la France apportera A tout gouvernement
d'ordre et de bonne gestion.


Laos

Le 19 juillet, au Palais de l'Elysee, M. Vincent
AURIOL, Pre;ident de la Republique et de l'Union
Franqaise, et S. M. SISAVANG VONG, Roi du Laos,
ont sign la convention g6n6rale definissant les rap-
ports du Laos avec la France au sein de l'Union
Francaise.
Pour cette cer6monie, le President de la Republi-
que 6tait a;sisti du President du Conseil Henri
QUEUILLE et du Garde des Sceaux Robert LECOURT,
et le Roi du Laos du President du Conseil S. A. TIAO
BoUN OUM. Assistaient 6galement a la c6remonie, du
c6te francais;, MM. COSTE-FLORET, Ministre de la
France d'Outre-Mer ; MONNERVILLE, President du
Conseil de ]a R6publique ; 'Administrateur VAL-
MARY, Commissaire de la Republique au Laos, et du
c8te laotien, LL. EE. PHOUY SANANIKHONE, President
de 1'Assemblee Nationale, OUTONG SOUVANNAVONG,
representant le Conseil du Roi ; THAO NHOUY, Mi-
nistre de l'Education Nationale; Kou VORAVONG,
Ministre de l'Economie Nationale, et MM. KHOUN
BILAVARN, PHENG SOUVANNAVONG et OUROTH Sou-
VANNAVONG, Conseillers de l'Union Francaise.
Avant la signaturee de la convention, le President
de la Republique a prononc6 l'allocution suivante :


Sire,
En mai 1946, au .lendemain d'une annie cruelle
pour la France et pour le Laos, Votre Majeste, por-
tant dans ses mains les destinies de son people, af-
firmait hautement la fiddlite de Sa Maison et du
pays lao envers la France ; au mime moment Votre
Majeste confirmait l'espoir qu'Elle n'avait jamais
cesse de placer en notre pays, Elle confiait a la Re-
publique amie la satisfaction des aspirations laotien-
nes et permettait que se poursuive et parvienne a son
plein diveloppement une liberty que la France avait
pour la second fois au course de l'histoire contribute
a rendre a Son pays.
Depuis cette date memorable, trois ans se sont
ecoulis au course desquels les efforts menes en com-
mun ont pricisi et affirmed la ligne politique dans
laquelle Votre Majeste a engage le Royaume.
Une necessaire periode de transition, minagie par
un modus vivendi, a tout d'abord priludd aux large
measures que nous consacrons aujourd'hui.
Cette precaution devait permettre une restauration
des ruines que la guerre et l'occupation etrangere
avaient distributes par tout Votre pays. Elle donnait
egalement au Gouvernement de Votre Majeste les
moyens et les mithodes necessaires pour border les
sedvres responsabilites du pouvoir.
Des resultats important ont marque la reussite de
cette politique don't les tapes peuvent etre rapide-
ment comptdes :
Concretisation de l'unite laotienne qui a rendu au
Royaume son ancienne grandeur ;
Retour des territoires que la violence des armes
avait arrachis au Laos au mepris des lois historiques
et des attaches aticestrales ;
Aminagements d'ordre constitutionnel qui ont peu
a peu ileve le Laos au rang des nations democrati-
ques ;
Enfin, grace a l'activite manifestie par Votre
Gouvernement, dislocation de la dissidence qui a
ddja conduit de nombreux Laotiens imigris a rega-
gner leur patrie et qui a pour consequence d'amener
les derniers a espirer en l'attitude clemente de l'Au-
torite Royale.
Ainsi, en meme temps qu'une ceuvre liberale,
Votre Majeste a entrepris une oeuvre pacificatrice
qui a porter dks maintenant ses fruits.
II n'est point cependant de terme a l'effort et au
progrks pour une nation qui s'eldve. Une tdche d'or-
ganisation et de synthese continue a s'imposer au
pays lao, longue et ingrate nicessite rendue indispen-
sable par la place nouvelle reserve au Royaume au
sein de l'Union Francaise.
En 1948, l'entrie du Laos dans association des
peoples de l'Union Frangaise, en meme temps qu'elle
apportait une pierre nouvelle a Fe'difice human que







le Gouvernement de la Ripublique s'est attached
construire, ouvrait pour le pays de large perspec-
tives d'enrichissement et de vie.
Aujourd'hui, la convention que Votre Majeste a
bien voulu accepter de conclure doit constituer ane
base solide et durable pour le diveloppement harmo-
nieux du Royaume au contact des Etats voisins d'In-
dochine et a l'intirieur de la communaute de l'Union
Frangaise.
C'est pourquoi tant de gains acquis, tant de pers-
pectives d'avenir, ont permis et sont l'occasion de
I'accord que j'ai grande joie de signer avec Votre
Majeste, car il timoigne aussi bien du profound disir
de la France de fournir au Laos les appuis don't il
aura besoin que du souci de Votre MajestJ et du
Gouvernement laotien de perseverer dans une voie
qui assure au Laos l'amitie frangaise et l'accession
de la personnalite international.
Ainsi dans le came et la sagesse, grace a une pa-
tiente confiance mutuelle, les imp'ratifs nationaux
laotiens ont pu voir le jour.
En cette occasion solennelle, permetteZ-moi, Sire,
au nom de la France don't je tiens a affirmer qu'elle
ne marchandera jamais au Laos ni son amitie ni son
appui, d'adresser par votre auguste intermediaire au
people laotien, avec mon salut affectueux, les v&eux
chaleureux que je forme pour sa prosperity et son
bonheur.

R6pondant au President de la R6publique, S. M.
SISAVANG VONG prononga A son tour le discours sui-
vant :

Monsieur le Prdsident de la Ripublique,
Lorsque, apris une annie de dure ipreuve, Nous
avons retrouvd avec tout le people lao, la liberty que
la France a contribute Nous rendre, Nous avons
hautement proclami notre fidelity a la Ripublique
amie en espdrant qu'avec son concours et dans le
cadre de l'Union Frangaise, Nous pourrions donner
les satisfactions necessaires aux legitimes aspirations
de notre people.
Dans le meme temps ou Nous avions decide de
doter notre Royaume a nouveau unified d'une Cons-
titution dimocratique qui le plagdt au rang des na-
tions modernes, Nous avions signed avec la France
un modus vivendi provisoire qui, en permettant une
periode transitoire, fondait wnJanmoins le principle
de notre souverainete interne.
Depuis, trois ans se sont icoulds.
Ces trois annies Nous ont permis de mieux voir
les bases sur lesquelles Nous pouvons asseoir notre
souverainete et il Nous est agriable, aujourd'hui,
d'exprimer a Votre Excellence la grande joie que
Nous iprouvons a signer la convention qui rigle en-
fin d'une fagon definitive les rapports entire nos deux
pays. Cette convention Nous donne satisfaction
parce qu'elle respect sans ambiguity les attributes


de notre indipendance et parce qu'elle pose les jalons
qui Nous permettront de prendre notre place dans
la grande communauti des nations libres.
Nous espirons qu'elle donnera igalement toute sa-
tisfaction non seulement a nos populations qui aspi-
raient depuis longtemps a une personnaliti national
digne des nations libres, mais aussi a tous les Lao-
tiens de bonne foi qui ont quitti le sol natal et aux-
quels Nous n'avons jamais marchandi notre cld-
mence.
Nous avons comprise tout le benefice que peut rem-
porter une action sage et moderee basee sur la
confiance et l'amitie et Nous remercions publique-
ment aujourd'hui tous ceux qui, sans bruit, dans la
plus grande comprehension des interets de leur pays,
ont travailli au trait que Nous signons maintenant
et qui consacre l'indifectible amitie de nos deux peu-
ples.
Nous souhaitons que, succidant rapidement aux
principles gineraux posis dans cet esprit, des conven-
tions particulires concritisant nos efforts prennent
corps et fassent disparaitre une double administra-
tion qui n'est pas sans inconvinients pratiques, pour
ne laisser place qu'a un Laos souverain, ardemment
attach h la France et sollicitant de celle-ci, de son
propre grd, toute l'aide don't il a besoin.
II Nous est agreable, a cet igard, d'exprimer ici
a Votre Excellence combien Nous sommes sensibles
aux processes d'aide et d'assistance que Nous a
faites la France et Nous ne pouvons terminer qu'en
Vous priant de bien vouloir agrier pour Vous-mime
et transmettre au Gouvernement et au people fran-
(ais l'expression de notre reconnaissance et I'assu-
rance de notre profound attachment.
Le President de la R6publique a regu ensuite, des
mains du Souverain, les insignes de Grand Croix de
l'Ordre National laotien : l'Ordre Royal du Million
d'Eliphants et du Parasol Blanc.
A l'issue de la c6rimonie, le'Prisident de la Repu-
blique et Mme Vincent AURIOL ont offert un dejeu-
ner en l'honneur de LL. MM. le Roi et la Reine du
Laos.
* Le 12 aoft, le Prince BoUN OUM, ainsi que les
membres de la delegation gouvernementale qui
I'avaient accompagn6 pour assister A la signature du
trait franco-laotien A PARIS, ont quitti la capital
de la M6tropole pour revenir A temps au Laos ac-
cueillir M. COSTE-FLORET A son passage A VIENTIANE
lors de sa tournie A travers l'Indochine.
En effet, le 16 aoft, venant de HAIP'HONG, le Mi-
nistre est arrive dans la capital administrative du
Laos. A la residence du Pr6sident du Conseil, il a
it6 salud par des femmes et des enfants, reprisen-
tant la population des villes et villages environnants,
ayant chacun un bracelet de coton en signe d'al-
liance. Repondant A M. COSTE-FLORET qui, A l'issue
d'un dejeuner offert en son honneur, avait exalt6
I'arffiti6 qui unit la France* et le Laos, S. E. Kou
APHAY, President du Conseil priv6 du Roi, a 6voqu6







les recents accords en affirmant qu'ils constitueraient
une tape et non un terme dans V1volution de la
collaboration entire les deux pays.

INF'ORMATIGNS MILITAIRES

* Dans le Nord-Viet-Nam, avec l'arrivee de nou-
veaux renforls, nos troupes ont entrepris de nou-
velles operations qui se sont soldees par des gains
sensibles.
Accentuant I'avantage qui avait permis la prise
de BAC NINH et PHU LANG THUONG, le 23 juillet, nos
troupes ont oc:cup de nouvelles positions tenues par
les rebelles ; ainsi, les villages de NHAN BINH et
CONG THUY, situ6s respectivement A 13 et 19 kilo-
metres au nord-est de BAC NINH ont 6t6 enleves mal-
grt une forte resistance. Cette action, effectuee avec
I'appui de l'aviation de chasse, a cofit6 aux rebelles
des pertes imlortantes don't 67 prisonniers. A la fin
de cette offensive, le d6tachement qui etait place A
BACKAN pour la preparer, en harcelant les installa-
tions vietminh et recueillant les renseignements, a
6t6 evacu6 le 9 aofit, sa mission 6tant termin6e.
Une autre offensive d6clenchee le 18 aoit, s'est
terminee par !a prise de PHUC YAN et VINH YEN le
23 aoft. Une usine d'armement et plusieurs stocks de
munitions ont 6t6 recup6res au course de cette exp&-
dition. Ces deux villes reconquises, nos troupes con-
tr6lent dorenavant la region s6parant le delta au
commencement de la region montagneuse, et la route
du riz du Viet-Minh se trouve ainsi couple. En ou-
tre, la prise de PHUC YAN et de VINH YfN peut per-
mettre de reculer, apris un s6rieux nettoyage, de
60 kilomitres la ligne de front 6tablie au nord de
HANOI.
* Dans le Centre-Viet-Nam, les operations n'ont
pas eu la mrme ampleur que celles du Nord ; elles
ne sont pourtant pas moins fructueuses. Le 21 juil-
let, nos troupes d6barquant aux environs de TAM
QUANG, A 70 kilomitres au sud de QUANG NGAI, ont
reussi, en pleine zone vietminh, d'importantes des-
tructions de materiel ennemi, notammeht six loco-
motives, 3 automobiles, 77 wagons, 17 moteurs et
une grosse quantity d'outillage et de machines di-
verses. En mime temps que se d6roulaient dans le
Nord l'op6ration qui a permis la reconquite de PHUC
YEN et VINH YAN, dans le Centre, nos troupes ont
pris l'offensive et ont atteint TRUNG HOA, A 80 kilo-
metres au nord de NHATRANG, le long de la c6te
d'Annam. Cette offensive a cofit6 l'adversaire 70
tues ou prisonniers, 60 jonques et deux usines d'ar-
mement d6truites.
Illustrant parfaitement la coordination existant
actuellement centre les diff6rents 6tats-majors, en m&-
me temps que nos troupes attaquaient au Nord et
dans le Centre, dans le Sud-Viet-Nam une operation
combinee de I'arm6e et de la marine dans la region
des bouches cu Bassac a permis de couler 320 jon-
ques et sampa ns du Viet-Minh, de recuperer 400 gre-


nades, 20 mines et une important quantity d'explo-
sifs, et de d6truire sept ateliers des rebelles.
Auparavant, du 30 juillet au 2 aoiut, des forces
franco-vietnamiennes comprenant des 6elments ter-
restres, des engines blinds et des units le6gres de la
marine, operant en liaison avec aviation, ont d6-
clenche une attaque centre les forces du Viet-Minh
dans la parties ouest de la Plaine des Joncs, et ont
recupere une quantity important d'armes et d6truit
de nombreuses installations du Viet-Minh.
Le Viet-Minh, de son c6te, pursuit ses attentats
terrorists, en particulier dans la region SAIGON-
GHOLON. Mais les services de police du Sud-Viet-
Nam ne restent pas inactifs, et, le 16 aofit, ils ont
reussi a arreter le chef de la sfirete du Viet-Minh
dans la region SAIGON-QHOLON en meme temps que
plusieurs membres des comites d'action terrorists.
Ces arrestations ont permis, quelques jours apris, la
saisie de 7 imprimeries clandestines du Viet-Minh,
de nombreuses armes, plusieurs tonnes de materiel
de propaganda du < Comit6 ex6cutif de la R6sis-
tance Cette operation de police est considered com-
me portant aux diverse organizations du Viet-Minh
dans la region SAIGON-CHOLON un coup decisif.
* Au Cambodge, la situation est came, de meme
qu'au Laos. Toutefois, dans ce dernier pays, la fron-
tiere au nord et nord-ouest fait toujours l'objet d'une
surveillance 6troite de la part du commandement
frangais.








AFRIQUE OCCIDENTAL FRAN(AISE


Federation


DES PELERINS




POUR LA MECQUE

M BCHARD, Haut-
Commissaire
de France en
A.O.F., a assist a l'em-
barquement, A bord du Banfora, de deux cent trente-
trois pdlerins qui se rendent A La Mecque. Le Haut-'
Commissaire a tenu A rappeler, A cette occasion, les
efforts accomplish par l'Administration pour assurer,
Sces voyages, le maximum de confort.

LE HAUT-COMMISSAIRE A ASSISTED
AUX PRIERES DE FIN DU RAMADAN

M. Bechard, Haut-Commissaire de France en
A.O.F., actompagn6, notamment, du general com-
mandant interarmies et du secretaire general, a as-
sist6 aux priires publiques, c6l1brees A Dakar, A l'oc-
casion de la fin du Ramadan. Ces prieres ont eu lieu
en presence d'une immense foule musulmane.

LA CIRCULATION FIDUCIAIRE EN A.O.F.

La circulation fiduciaire, dans l'ensemble de
l'A.O.F. et du Togo, qui atteignait 18.641 millions
de francs en janvier 1949, a r6trograde A 17.325 mil-
lions A fin mai.
Le flechissement ainsi constate est de 1.316 mil-
lions.
En 1948, la circulation fiduciaire 6tait de 9.791
millions en janvier et 1.299 millions en mai.

DIX MILLE PERSONNEL
SONT PARTIES EN VACANCES DE L'A.O.F.
VERS LA METROPOLE

La normalisation des moyens de transport a per-
mis, cette ann6e et la premiere fois, depuis la
guerre, d'une facon aus i nette le depart massif
d'estivants vers la France.
En quatre mois, plus de dix mille personnel sont
parties, tant par voie maritime que par voie adrienne.


5.700 voyageurs ont utilis6 les navires et 4.700 les
avions.


L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE OBLIGATOIRE
EN A.O.F.

Le Journal Officiel de 1'A.O.F. public, cette se-
maine, un arret6 general riglementant l'enseignement
primaire obligatoire en A.O.F.
Cet arret6, pour lequel le Grand Conseil, au dours
de sa session de juin dernier, avait donni un avis
favorable, precise les conditions de 1' < obligation
et de la fr6quentation scolaires >.
Les dispositions relatives A la fr6quentation sco-
laire prevoient qu'apris avertissement des chefs de
circonscription, les personnel responsables de l'en-
fant inscrit A l'6cole, et absent sans excuse valuable,
seront punies de peines de simple police, mais, en cas
de r6cidive, des peines d'emprisonnement peuvent
ftre prononcees.
Les dispositions les plus originales sont, cependant
et incontestablement, celles toudhant A l'obligation
scolaire.
L'idde dominant a 6et de remplir les 6coles vides
ou peu fr6quent6es et de faire un texte qui soit sus-
ceptible de s'adapter progressivement au d6velop-
pement de l'enseignement.
Ainsi, chaque fois qu'il sera constat6, avant la
rentree scolaire, que le nombre des enfants, volontai-
rement inscrits A 1'ecole, est inf6rieur A celui que
1'ecole pourrait accueillir, une commission se reunira
et d6terminera, d'office, en partant des registres de
1'6tat civil ou'du recensement, ceux des enfants qui
devront obligatoirement rejoindre I'ecole.
Cette commission r6unira, sous la presidence du
commandant de cercle, assist du directeur de l'ecole,
les representants des chefs coutumiers, des parents
d'el6ves, des notables et, 6ventuellement, des conseil-
lers municipaux ou generaux de la circonscription
of se trouve l'ecole. Dans le cas o0i les 6leves disi-
gn6s n'auraient pas rejoint, sans motif 16gitime et
grave, les parents ou personnel responsables seront
passibles de peines correctionnelles et d'amendes.


PREMIERS RESULTATS D'ENSEMBLE
SUR LA TRAITE DES PRINCIPAUX PRODUCTS

La traite des arachides en A.O.F. et, en particulier,
au Sen6gal, est, maintenant, pratiquement terminee







et les chiffres globaux, actuellement connus, ne su-
biront, sans doute, que peu de changement.
Pour le Sdnegal, la recolte, commercialisee,
d'arachides en coques, s'6live A quelque 440.000 ton-
nes.
Les apports du Soudan, de la Haute-Volta, du
Dahomey et, surtout, du Niger, oi la recolte fut
particulibrement favorable, permettront d'enregis-
trer, pour l'ensemble de la F6edration, un total de
400.000 tonnes d'arachides decortiquies.
On sait que, sur ce chiffre, 160.000 tonnes sont
destinies A tree traitees par les huileries locales et
que les 240.000 tonnes restant seront export6es, la
plus grande pa.rtie A destination de la m6tropole.
En C6te d']voire, la champagne du cafe est, ega-
lement, terminne. Les chiffres avanc6s avoisinent
cinquante mille tonnes, soit une lgebre diminution
par rapport A la champagne pricidente.
Pour le cacao, les quantities oommercialisdes de-
passent cinquante mille tonnes, mais, par suite des
perturbations des course mondiaux en ce domain,
les stockages, tant en brousse que dans les entrep6ts,
permettent dif'icilement de dresser un bilan exact.
En Mauritanie, comme au Sen6gal et au Sou-
dan, des stocks de gommes, representant plus de
3.000, tonnes, sont disponibles A l'exportation.
Les Territoires du Sud ont produit, en outre,
en corps gras concrets, tels que palmistes et karit6,
un tonnage 6valu6 actuellement A pres de 55.000 ton-
nes.
Enfin, et pour la Guinee, les provisions de la
production bananiere laissent esperer, pour les six
deriers mois de l'ann6e 1949, un tonnage de plus de
30.000 tonnes disponibles A l'exportation.


LE COMMERCE EXTERIEUR DE L'A.O.F.

Pour I'ensemble de I'A.O.F., les importations, pen-
dant les trois Ipremiers mois de l'annee 1949, ont
port sur 217.000 tonnes, don't 129.600 pour le group
Nord (S6negal, Soudan, Mauritanie). Les exporta-
tions ont 6t6 de 269.000 tonnes, don't 118.000 tonnes
pour le group Nord.
En valeur, les exportations (7.023.600.000 frs) ont
exc6ed, 6galement, les importations (6.787.000.000 de
francs). La balance commercial de 1'A.O.F. a donc
6t6 b6neficiaire de 236.600.000 francs C.F.A.
Les importations les plus importantes concernent
les tissus, les machines et appareils industries et les
v6hicules automobiles.
Dans les exportations, les arachides viennent en
tete, suivies du cacao, des palmistes, de l'huile d'ara-
chide raffinee et du caf6.


Les principaux fournisseurs sont la France (pour
plus de la moiti6 des importations), suivie des Etats-
Unis et des pays d'Afrique du Nord.
La France est encore le principal client des expor-
tations. Elle est suivie des pays de l'Afrique du Nord,
de la Nigeria et des Etats-Unis.

LES RECETTES DOUANIERES
POUR LE PREMIER SEMESTRE 1949

Les recettes douanibres globales de I'A.O.F., pour
le premier semestre 1949, s'6elvent A la some de
4.907.627.000 frs C.F.A. Pour la meme p6riode de
l'ann6e 1948, ces recettes 6taient de 2.712.384.000
francs C.F.A. Cet accroissement de pres du double
est uniquement dfi au rencherissement des denrees,
le volume des importations etant demeur6 sensi-
blement le meme.

A LA DIRECTION
DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE EN A.O.F.

M. Camerlynck suoccde a M. Capelle A la tate de
l'Instruction publique et des Sports en A.O.F.
M. Camerlynck, qui fut professeur A la Faculte
de Droit de Strasbourg de 1932 A 1934, puis Doyen
de la Faculte de Droit d'Indochine, 6tait, avant sa
nomination A Dakar, professeur titulaire A la Fa-
culte de Droit de Lille et A l'Ecole national de la
France d'Outre-Mer.

RETOUR, A DAKAR,
DE LA DEUXIEME FLOTTILLE NAVAL

Les sept < Wellington > de la deuxieme flottille
de l'aeronautique navale, basee A Dakar, ont rallied
leur base apris deux mois d'absence, au course des-
quels cette flottille a particip6 aux exercices aero-
navals de l'Union Occidentale et A divers exercises
des forces maritimes frangaises.
Ces sept appareils, qui avaient quitti Agadir le,
matin, A 8 heures, ont survol6 Dakar vers 14 h. 30.
apres un vol sans escale neuf cents kilometres -
et se sont poses successivement A Ouakam.
La septieme flottille, bas6 a Bel-Air, ayant dejA
rallied Dakar, les forces de l'a6ronautique navale a
Dakar sont, maintenant, au complete.

LE GOUVERNEUR LOUVEAU
RECOIT LA CRAVATE DE COMMANDER
DE LA LEGION D'HONNEUR

M. Paul Coste-Floret, ministry de la France
d'Outre-Mer, a remis le 26 aofit A io heures, rue Ou-
dinot, la cravate de Commandeur de la Legioi:






d'Honneur A M. Louveau, gouverneur du Soudan,
en presence de M. B6chard, Haut-Commissaire de
France en A.O.F., des parlementaires du Soudan
et des chefs de services du Ministere.

OVERTURE D'UN HALL D'INFORMATION
A DAKAR

Un hall d'information, cr6e par le Gouvernement
general de I'A.O.F., a ouvert ses portes en plein cen-
tre de Dakar. Ce hall comporte une bibliothique, des
panneaux photographiques d'actualites, une abon-
dante documentation sur I'A.O.F., de meme qu'une
exposition permanent d'art indigene, presentee par
1'Institut Frangais d'Afrique Noire. On peut, en
outre, y trouver A peu pres toutes les publications
periodiques frangaises et de tres nombreuses publi-
cations 6trangires.


CREATION, A DAKAR,
D'UN CENTRE D'EPREUVES ECRITES
DE LICENCE EN DROIT

Par arrett, paru au Journal Officiel, un centre
d'epreuves ecrites de licence en droit est cre6 A Da-
kar. Ce centre est rattach6 A l'Universit6 de Bor-
deaux.
Les sujets des epreuves 6crites seront choisis par
le Doyen de la Facult6 de Droit de l'Universit6 de
.Bordeaux. Les 6preuves seront corrigees par les pro-
.fesseurs de la Facult6 de Droit de 1'Universite de
iBordeaux.
Les 6preuves orales seront subies au siege de la
Facult. de Droit de l'Universit6 de Bordeaux lors
des sessions normales d'examen.


C6te d'lvoire

LE DISCOURS DU GOUVERNEUR PCGHOUX
AU GRAND CONSEIL DE LA COTE D'IVOIRE
ANS le discours qu'il a prononce, A l'occasion
de l'ouverture de la session extraordinaire du
Conseil g6enral de la C6te d'Ivoire, le 21 juil-
let, le Gouverneur P6choux a essentiellement mis
I'accent sur les problimes 6conomiques et, en par-
ticulier, sur ceux qui interessent les transports per-
mettant l'evacuation des products.
Traitant, tout d'abord, des r6alisations portuai-
res, le Gouverneur a declare, A nouveau, que, pour
le port d'Abidjan, ce n'est point faire preuve d'un
optimism exagere que de dire que 1950 verra l'en-
trie du premier bateau de haute mer en lagune. Le


quai de batelage, en course de construction, sera pret
en temps utile. Le Gouverneur a rappel6, A ce pro-
pos, que les tonnages manipules, dette annee, au course
des six premiers mois, 6taient superieurs A ceux qui
avaient 6et enregistres l'an dernier et souligni que,
depuis quelques semaines, et grace aux travaux diej
effectu6s, les bananiers chargent dans le canal.
Par delay le port a declare plus loin le Gouver-
neur le rail reste encore, malgri ses dificiences'
certaines, le plus siur moyen de drainage massif des
products.
Et le Gouverneur de rappeler les travaux, actuel-
lement en course d'exdcution et la command de cent-
quarante wagons en provenance d'Amerique, don't un
premier lot de quarante voitures quittera New-York
en aoit.
Un effort a-t-il ajout~ est, egalement, ac-
compli pour la mise en itat du riseau routier et
des arrivages tres ricents d'engins micaniques, gra-
ders a lames, bulldozers, permettront d'etendre le
champ d'action d'un materiel don't l'efficacite est re-
connue.
Le Gouverneurl a mis, ensuite, I'accent sur l'acti-
vite des autorits administrative des cercles et sub-
divisions en ce domaine, mais a deplore le rende-
ment tres faible de la main-d'ceuvre, qu'elle soit lo-
cale ou exterieure, de meme que les sequelles de pro-
pagande antirieures qui ont fait consider le travail
manuel comme ddgradant.
Dans le domaine de la production, et compete tenu
des possibilities futures d'evacuation, le Gouverneur
P6choux a parl6 de la necessity d'un meilleur condi-
tionnement des products permettant une plus sire
valorisation des prix.
Sur la question des prix, le Gouverneur a exprime
l'avis que la conjoncture present apparaissait moins
noire qu'il y a quelques mois.
Apris avoir 6voqu6 les problemes du credit, de la
main-d'ceuvre, de la fiscalitd, le Gouverneur a dd-
clare que le budget de 1949 laissait apparaitre un
deficit probable de cent cinquante millions.
Enfin, le Gouverneur a soumis A l'approbation du
Conseil une demand d'ouverture de credits de quinze
millions pour doter le fonds du g6nie rural, une ins-
cription de credits de vingt millions pour la cons-
truction de logements et un project d'emprunt a la
Caisse Centrale de cent millions au profit de la com-
mune d'Abidjan.


POUR UNE UTILISATION
DE L'NERGIE THERMIQUE DES MERS

Une &quipe de savants et techniciens francais ar-
rivait, redemment, A Abidjan, pour y 6tudier les







conditions d'installation d'une usine destinee A ex-
ploiter 1'energie thermique des mers.
Un project, mis au point par cette 6quipe, est, ac-
tuellement, souris A l'approbation des autorites ad-
ministratives et des organismes priv6s int6resses.
C'est de cette prise de position que depend la cons-
truction de la premiere central du monde utilisant
la puissance infinie de la mer.
Si la decision d'execution est prise, les travaux
pourraient commencer dis la fin de cette annie, ce
qui laisserait prevoir la mise en fonctionnement de
la central dans le courant de l'ann6e 1952.


LE COMMERCE EXTERIEUR
DE LA COTE D'IVOIRE

Pour les quatre premiers mois de l'ann6e 1949, les
importations de la C6te d'Ivoire se chiffrent A
57.395 tonnes, d'une valeur de 2.123.000.000 de frs.
Dans cette m6me p6riode, les exportations repr-
sentent un chiffre de 91.869 tonnes, pour une valeur
global de 2.7i;.6.507.ooo francs. Dans la nomencla-
ture des expor:ations, les bois viennent en tate avec
52.940 tonnes, suivis du cacao avec 22.940 tonnes, et
du caf6, pour I1.o68 tonnes.
Pour toute 1'ann6e 1948, les importations se sont
6lev6es A 107.400 tonnes et les exportations A 223.500
tonnes.


TROUVE LA


M. SERVENT
MORT DANS UNE ASCENSION


M. Servent, 38 ans, Secr6taire gdenral de la C6te
d'Ivoire, en vacances A Chamonix, s'est tu6, le 20
aoit, en faisant I'ascension de l'aiguille des Pdlerins
(Mont-Blanc). I1 6tait pere de plusieurs enfants.

UN NAVIRE MARSEILLLAIS
INAUGURE L'AVANT-PORT D'ABIDJAN

Les travaux du port d'Abidjan, sur la C6te
d'Ivoire, sont en voie d'achevement. D6jA, la coupure
du cordon littoral a 6t6 effectuee et, bient6t, les na-
vires de mer entreront dans la lagune.
En attendant, un avant-port a Wt6 amenag6 A
Vridi, et le Djioliba, des services africains de la Cie
Fraissinet et Cyprien Fabre, est le premier navire
qui soit entr6 dans cet avant-port. Navire bananier
de 5.000 tonnes,, d'une longueur de ilo mitres, le
Djioliba a charge, A Vridi, deux cents tonnes de ba-
nanes pour Marseille.
Le meme navire avait pr6cedemment inaugure la
reprise, depuis la guerre, des relations maritimes avec
le port de Benty (Guinee frangaise).


Soudan


CONSTRUCTION D'UN HOTEL A BAMAKO

E Conseil d'administration de la Societ6 d'H6tel-
lerie de Bamako a decid6 la construction d'un
h6tel a Bamako.

Cet h6tel, qui s'elvera au centre de la ville, re-
viendra A une centaine de millions de francs C.F.A.
II sera d'un style moderne, avec rez-de-chaussee et
deux stages.
La construction, qui commencera en septembre
prodhain, durerait seize mois.

UN PONT DE NEUF CENTS METRES
SUR LE NIGER

Les travaux de construction d'un pont de,pres de
neuf cents m&tres de long vont commencer au d6but
de 1950 A Bamako. Cet ouvrage, qui r6unira les deux
rives du Niger, comportera une chaussee de six mB-
tres de larger et deux trottoirs de i m. 50. II p6r-
mettra le franchissement du fleuve par les grands
axes de circulation Bamako-Bougouni, vers Bobo-
Dioulasso et Bamako-Fana-San vers Mopti-Gao,.
Koutiala et Bobo-Dioulasso.
Actuellement, la liaison entire les deux rives du
fleuve est seulement assuree par une chauss6e sub-
mersible A voie unique, accessible pendant sept mois
de l'ann6e et, pendant la saison des pluies, par un
bac de douze tonnes A traffic reduit.
Les habitants des villages situes sur la rive droite,
face A la ville, effectuent la traversee en pirogue.
Pour Bamako, dette realisation pr6sente un interet
majeur en ce qu'elle permettra une extension de
I'agglomeration sur la rive opposee du Niger, par-
ticulierement bien expose.

DECOUVERTE DES RUINES
D'UNE ANCIENNE VILLE ARABE

Les vestiges de la ville de Takedda, tres impor-
tante agglomeration arabe et touareg du Moyen-Age,
dans l'Arar, ont &t6, r6ceminent, d6couverts.
Cette cit6, signal6e dis 1354 par des voyageurs
arabes venant du Maghreb, semble avoir disparu
vers le d6but du xvie siecle. Elle etait renomm6e pour
l'exploitation du mineral de cuivre, qui 6tait sa prin-
cipale richesse.
Selon les premiers renseignements recueillis, la
cite, qui occupait une surface de plus d'un kilomb-
tre de c6te presque autant que Paris A la meme
6poque -, groupait une population de vingt A trente
mille habitants.







II n'en reste, aujourd'hui, que quelques traces per-
dues dans les sables de l'Arar, au nord de Gao.


Guinke


LA GUINEE PRODUCTRIGE D'ARACHIDES

La Guinde Frangaise 6crit : < La production d'ara-
chides de Guinee, bien que relativement im-
portante, ne donne lieu, sauf pour les arachi-
des de bouche de Youkounkoun, A aucune exporta-
tion, ni sur la metropole, ni sur Dakar.

< Cette situation est due essentiellement A ce qu'il
n'existe, sur place, aucune installation de decorti-
cage. L'operation se fait done A la main, avec un
prix de revient tr&s eleven, ou, le plus souvent, ne se
fait pas du tout.

< Or, le commerce se refuse a acheter les araclii-
des en coque que les companies de navigation n'ac-
ceptent que difficilement come fret.

<< ... C'est ainsi que plusieurs centaines de tonnes
sont sur le point d'&tre perdues dans le seul centre
de Bissikrima. Cette situation a retenu I'attention
du Chef du Territoire, qui a 6tudi6, immediatement,
les possibilities de faire venir un materiel de decor-
ticage.

< En outre, le Gouverneur de la Guinee a de-
mandd, au Gouverneur general, si le Fonds com-
mun des S.I.P. du Sedngal serait en measure de ce-
der, d&s maintenant, au Fonds common des S.I.P. de
Guinee, un certain nombre de decortiqueuses adap-
tees aux varidets de notre Territoire >.


L'EQUIPEMENT SCOLAIRE
DE LA GUINEE FRANQAISE

Pour toute la Guinee frangaise, 1'equipement sco-
laire primaire s'etablit, actuellement, de la fagon sui-
vante :

Pour l'enseignement public, 104 ecoles, compre-
nant 269 classes groupant' 13.475 eleves ; pour l'en-
seignement prive, 13 ecoles, aved 38 classes et 1.877
Al6ves. A la rentree de novembre 1948, 12 nouvelles
ecoles de village avaient 6td ouvertes. Les travaux
actuels et les possibilities pour la prochaine rentree
laissent prevoir l'ouverture d'un nombre d'ecoles pro-
bablement plus important.

Le nombre d'enfants susceptibles, actuellement,
en Guinee, de frequenter les ecoles, est de plus de
cent cinquante mille.


LA SESSION EXTRAORDINAIRE
DU CONSEIL GINEPRAL DE LA GUINEE

Le Gouverneur Roland Pre, Gouverneur de la
Guinee francaise, a pr6sid6 la stance inaugural de
la session extraordinaire du Conseil general de la
Guinee francaise. Dans son discours, il a rappel6
l'objet de cette session : necessity de retablir l'equi-
libre budgtgaire compromise par le rejet de la con-
tribution exceptionnelle par le Conseil d'Etat. II a
expose, ensuite, les measures proposees A cet effet,
measures qui seront soumises aux deliberations du
Conseil g6ndral.
Apris le depart du Gouverneur, les projects de re-
maniement, deposes par l'Administration, ont 6td
adressds A la Commission des Finances du Conseil
general pour deliberation.



Mauritanie


ARRIVE, A SAINT-LOUIS,
DU NOUVEAU GOUVERNEUR
DE LA MAURITANIE

LE Gouverneur Terrac, recemment designed au
commandement du Territoire de la Mauritanie,
est arrive, par la route, A Saint-Louis, le 25 juil-
let, en fin de matinee.
Suivant le ceremonial habituel, il a ete regu, A
sa descent de voiture, par l'Inspecteur des Affaires
administrative du Territoire, aux c6tes de qui se
trouvaient le Gouverneur du Sedngal, le general
commandant la premiere brigade et commandant
d'armes de la place de Saint-Louis.
Parmi les personnalit6s presentes, on remarquait,
notamment, le nouveau representant du Territoire
A l'Assemblee de l'Union Frangaise ; le president de
la Commission permanent du Conseil g6n6ral, qui
est, en m.me temps, Grand conseiller de I'A.O.F. ;
le president de la Commission permanent du Con-
sell general du S6engal ; le maire de la ville ; le pro-
cureur de la Republique du Parquet de Saint-Louis;
le president de la Chambre de Commerce de Saint-
Louis-Mauritanie.
Le Gouverneur Terrac, apr6s les souhaits de bien-
venue, s'est incline devant le drapeau du i" Regi-
ment de Tirailleurs sen6galais, et, apris l'execution
de l'hymne national, a pass en revue une compagnie
europeenne du i" R.T.S.
La presentation des elus, des corps constitutes, des
diff6rents chefs de service et de bureau, ainsi que
des notabilites mauritaniennes et s6nigalaises a eu
lieu ensuite.







Dahomey


DEPART DE M. LE GOUVERNEUR BOISSIER

E mardi 23 aoCit, M. le Gouverneur Boissier et
sa famille quittaient d6finitivement Porto-
Novo, accompagnes de M. le Secr6taire general
Valluy, de M. 1'Administrateur en chef Grob, admi-
nistrateur-maire, commandant le cercle de Porto-
Novo, de M. le capitaine Prevost, chef du bureau
militaire, et de I'Administrateur-adjoint Chemi-
naud, chef-adjoint de Cabinet ; il passa en revue les
troupes qui luie rendaient les honneurs.
Arrive A Cotonou, il alla au Pavilion du Gouver-
nement, oii il regut de ii heures A midi, les person-
nes qui avaient tenu A le saluer avant son depart.
A 16 heures, aprbs avoir passe en revue les troupes
align6es sur la Marina, il se dirigea vers le wharf.
Toutes les personnalites civiles et militaires du
Territoire 6taient venues le saluer une derniere fois.
M. Claude Gex, chef de Cabinet, 6tant souffrant,
n'avait pu se joindre A elles.
M. le Secr(!taire general Valluy; M. 'le colonel
Bellon, commandant le d6tachement du Dahomey-
Togo; M. Rio, d6lgu6 du Gouverneur A Cotonou;
M. Grob, administrateur-maire de Porto-Novo;
M. le dapitaine Pr6vost, chef du bureau militaire, et
M. Cheminaud, chef-adjoint de Cabinet; MM. Ber-


nard, Biasini et Coriou, accompagnerent M. le Gou-
verneur et sa famille A bord du Banfora, ofi un vin
d'honneur avait 6te organism.
Le navire quitta Cotonou A 18 h. 30.


CONSTRUCTION D'UNE HUILERIE MODERNE
AU DAHOMEY

Une usine moderne, destinee au traitement de
l'huile de palme, vient d'etre achev6e A Avrankou,
au Dahomey.
Cette entreprise, visit6e recemment par le Gou-
verneur Boissier, permettra d'augmenter la quantity
d'huile de palme fournie par le Territoire en en
am6liorant la quality.


Niger

ARRIVEE DE MATERIEL AU NIGER

N convoi de dix camions-bennes, commandos
par le Territoire du Niger en vue de l'entre-
tien et de la r6fection du reseau routier, est
arrive, r6cemment, A Niamey.
D'autre part, les premiers 616ments de maisons
pr6-fabriqu6es sont, egalement, arrives au Niger, par
avion.







AFRIQUE EQUATORIALE FRANCAISE


CONFERENCE
DES GOUVERNEURS

A LA veille de la rCu-
nion du Grand
P A Conseil et du
Conseil repr sentatif,
M. Cornut Gentille,
Haut-Commissaire de
la R6publique en AEF.,
a tenu A examiner, avec
les Gouverneurs des quatre Territoires, les princi-
paux problimes qui seront soumis aux Assembl6es.

MM. Fourneau, Gouverneur du Moyen-Congo;
Pelieu, Gouverneur du Gabon ; Delteil, Gouverneur
de l'Oubangui-Chari, ont r6pondu a son invitation,
ainsi que le Gouverneur Le Layec, Gouverneur par
interim du Tchad, et M. de Maudhuit, qui assurera,
apris le prochain depart de M. Le Layec, la suite de
I'int6rim du Gouvernement du Territoire. M. Casa-
matta, Secrdtaire g6ndral du Tchad, prend, 6gale-
ment, part aux travaux.
Au course des reunions qui se sont succ6ddes sous la
pr'sidence du Haut-Commissaire, qu'assistaient le
Secr6taire g6n6ral, M. Grimald, et le Gouverneur
Villaume, des changes de vues avec les chefs des
grands services ont permis d'arr&ter les principles
d'une action commune sur de nombreuses questions
d'ordre administratif.
A l'ordre du jour de la conference, figurent notam-
ment :
l'6tude de l'equilibr edes budgets locaux et de la
r6forme fiscal principale question abordse);
l'examen : 0
de la conjoncture 6conomique actuelle et de
ses repercussions sir l'6conomie de la Fdddration
(olagineux, etc...) ;
des problimes du travail (recrutement de la
main-d'oeuvre pour les grands travaux et les mines) ;
de Faction social en faveur des salaries ;

de la formation professionnelle acc6ldrie, don't
on envisage la creation d'un centre sorte de banc
d'essai A Brazzaville ;
de 'action en faveur du developpement des
cooperatives.
Enfin, la mise au point de la dconcentration ad-
ministrative A 1'echelon federal et A l'interieur des
Territoires a fait l'objet d'6changes de vues nom-
breux et approfondis..


LE BUDGET POUR 1950

M. Bernard Cornut-Gentille, Haut-Commissaire
en A.E.F., a present, le 30 aoft, au Grand Conseil
de la Federation, le budget pour 1950.
Ce budget, sensiblement 6gal A celui de 1949,
s'el6ve A cinq milliards de francs C.F.A. pour les
Territoires, et deux milliards et demi pour la Fed&-
ration proprement dite.
M. Cornut-Gentille a soulign6, A cette occasion,
la difficult de trouver des resources oouvelles, alors
qu'il deviant necessaire de r6duire les droits de sor-
tie sur les products d'exportation ayant atteint leur
prix maximum, et que le budget est grev6 par des
charges nouvelles du fait des augmentations des trai-
tements des fonctionnaires.
Apris avoir souligne, d'autre part, que l'imp6t di-
rect est cinq fois plus elev6 en A.E.F. que dans la
metropole et trois fois plus qu'au Cameroun, ce qui
freine les investissements priv6s, M. Cornut-Gentille
a ajoutd que la fiscalit6, qui est un < systime fa-
cile >, peut &tre un < jeu mortel > et, concluant < il
ne faut pas sacrifier I'avenir A I'imm6diat >, il a in-
diqu6 I'objectif qui doit &tre celui de I'A.E.F. desor-
mais : < passer du stade artisanal au stade indus-
triel >.


UNE LARGE DECONCENTRATION
ADMINISTRATIVE EST OPEREE
EN AFRIQUE EQUATORIALE FRANCAISE

Le Haut-Commissaire de la Republique avait an-
nonce, lors de la session de printemps du Grand
Conseil de I'A.E.F., sa volonte de donner aux qua-
tre Territoires de la Federation le maximum d'au-
tonomie administrative. Cette d6concentration est
entree dans la voie des realisations.
Apris consultation des Gouverneurs, chefs de Ter-
ritoires, de nombreux arr&t6s g6neraux sont. inter-
venus A cet 6gard.
I1 est A souligner que ces arr&t6s ne marquent
qu'une nouvelle tape dans la voie de la deconcen-
tration, car il ne peut &tre dress, pour un pays
comme I'A.E.F. en pleine transformation social et
economique, le bilan definitif d'une reforme.

*

Sur le plan riglementaire et en ce qui concern
Administration du personnel des cadres de 'A.E.F.,
un arr&t6,du 21 juin a, d'abord, opdrd un large trans-
fert de pouvoir aux Gouverneurs des Territoires.







Une delegation tris g6ndrale leur est donn6e en
ce domaine, ;i l'exception, cependant, des agents don't
les functions impliquent une qualification et peuvent
n6cessiter de: mutations inter-territoriales; leur ad-
ministration reste du resort du Gouvernement g6-
neral, encore que les Gouverneurs aient tous pouvoirs
en matiere de sanctions, recompenses, conges a son
6gard.

Le recrutement des agents contractuels, enfin,
quelle que soit leur nature, relive des Gouverneurs
jusqu'A concurrence d'un traitement annual de
400.000 francs C.F.A.
VWritables gestionnaires du domaine prive de
1'Etat, les chefs de Territoires contr6lent, depuis un
arr&te 6galenLent du 21 juin, l'exploitation, la cons-
truction et la gestion des forts domaniales, reglemen-
tent leur exploitation, assurent leur protection.

Des pouvoirs analogues viennent de leur ktre re-
connus en matiere d'attribution de concessions, d'oc-
cupation du domaine public, d'expropriation, de
cession de terrains, etc...

Sur le plan de la march des services, enfin, une
reglementation nouvelle, promulgude le 6 juillet,
complete ces dispositions d'ordre general en ce qui
concern les services techniques.

Ainsi, les services des Travaux publics territo-
riaux deviencdront des organismes charges de l'dlabo-
ration et de application de tous les travaux interes-
sant le Territoire ; en dehors de certaines realisa-
tions d'interft fd6dral, la Direction g6ndrale des
Travaux publics ne jouera done plus qu'un r6le de
contr6le et d'animation.

Sur un plan plus g6ndral, enfin, un arrete du 21
juin dernier a 6tendu, aux Gouverneurs, le pouvoir
de fixer les taux et les modalites de r6muneration
des chefs de cantons, de villages ou de quarters, met-
tant ainsi un point final A une total d6concentration
en matiere d'administration des dhefferies.




Dans l'esprit du Gouverneur g6ndral, cette reforme
riglementaire juridique doit s'accompagner du dd-
placement courant de ses collaborateurs directs, qui
doivent prendre, d'une fagon systematique et g6n&-
ralisee, des contacts directs avec les rdalites locales
au course de voyages d'6tudes et de decisions.
C'est ainsi que, depuis quatre mois, et pour la
premiere fois dans I'histoire de 1'A.E.F., tous les chefs
de service de la Fdddration se sont rendus successi-
vement dans chacun des Territoires pour se mettre
A la disposition des Gouverneurs chefs de Territoi-
res et apprendre A trancher les pro'blimes sur le vif.


LA SITUATION MONETAIRE EN A.E.F.

L'evolution monetaire en Afrique Equatoriale
Franqaise fait ressortir une forte pouss6e inflation-
niste entire le i" novembre 1948 et le ie" mars 1949,
suivie d'un movement de deflation continue depuis
cette derniere date.
Du e" novembre 1948 au ie" janvier 1949, la cir-
culation fiduciaire est passee, en chiffres arrondis, de
2,6 milliards de francs C.F.A. A 3,3; soit une aug-
mentation de 27,2 % ; pendant le meme temps, les
comptes cr6diteurs progressaient de 4,8 %. Au total,
les moyens de paiement accusaient une expansion de
18 %.
Pendant les 2 premiers mois de cette annee, la
circulation des billets pursuit son ascension pour
culminer le I" mars au dhiffre de 3.653 millions de
francs C.F.A. Depuis cette date, un movement re-
trograde se produit, qui la ramene A 3.368 millions.
de francs C.F.A. Les d6p6ts bancaires suivent une
courbe parallele.
I1 convient de noter qu'entre le i" novembre et
le i" mars, la masse des moyens de paiement s'enfle,
passe par un maximum, puis d6croit. Ce ph6nomene
correspond A un rythme saisonnier normal ; il coin-
cide avec les achats de coton-graine aux cultivateurs
autochtones. On estime A 76.000 tonnes environ la
production de la dampagne 1948-1949. Sur ce to-
tal, 73.000 tonnes ont etd commercialisees entire le
i" novembre 1948 et le i" mars 1949, soit, au course
d'achat de 12 frs le kg., une masse de 876 millions
de billets.
La regression de la circulation fiduciaire constat6e
A partir du i" mars correspond A la fin des achats de
coton et a pour origine les rentrees de fonds par le
canal des banques et des maisons d'importation.
Mais il est incontestable qu'ind6pendant de la
variation periodique et saisonniere et se superposant
A elle, s'est dessine, depuis quelques annies, un mou-
vement de gonflement des moyens de paiement. Ce
phenomkne affected l'ensemble des systemes mon6tai-
res. Les causes en sont bien connues. Certaines, pour-
tant, sont particulieres aux Territoires frangais de la
zone C.F.A.
La premiere en importance parait etre la devalua-
tion de janvier 1948.
Une autre cause doit etre recherche dans les dd-
penses de l'Etat exdcut6es sur le Territoire de la
Federation sans compensation de recettes budg6tai-
res correspondantes autres que les rentrees d'imp6ts.
La mise en oeuvre du plan d'equipement n'a in-
flue, jusqu'ici, que dans une proportion extreme-
ment faible sur la situation mondtaire de I'A.E.F.
Les ordonnancements et d6elgations effectuds sur les
fonds du budget du Plan du i" janvier 1947 au i"






avril 1949, ne s'6elvent en effet qu'a 603.000.000 de
francs, don't la, moiti6 A peine s'applique A des d&-
penses effectuees sur place. En ce qui concern le
second semestre 1948, sur 192 millions de depenses,
87 seulement ont 6t6 pays sur place.
En r6sum6, si le total des moyenrs de pavement
est passe de 3.985.000 A 5.137.000 frands C.F.A. du-
rant le second semestre 1948, 1'Etat doit en endosser
la responsabilit6 pour une bonne part. Les budgets
*de la Federation et des Territoires de I'A.E.F., pour
autant qu'on puisse en juger avant l'6tablissement
,de tous les comptes. d6finitifs d'exercice, se soldent,
et parfois largement, de maniere exc6dentaire, tan-
dis que les d6penses de l'Etat ne comportent pas de
contre-partie 6quivalente en recettes.


L'A.E.F.
ET LES RECENTS ACCORDS COMMERCIAUX

a) Accord franco-norvigien :
Aux terms du recent accord de commerce, sign
A Oslo entire les Gouvernements frangais et norve-
gien, et qui int6resse des Territoires de la France
d'Outre-,Mer, 1'A,:.E.F. se voit attribuer different
products de premiere necessity, tels que poissons se-
dh6s, sales ou fumes, more sechee, sale ou fum6e,
conserves de poisson, papers divers, hamegons, pour
,une some total de 470.000 couronnes.
Elle pourra exporter, vers la Norvege, de l'okoum6
- selon les disponibilit6s -, des bois coloniaux, des
placages, des drEches de mais, de manioc, de la cire
d'abeille, des bananes, etc...

'b) Accord franco-portugais
A la suite des travaux de la Commission mixte
franco-portugaise de juin dernier, des contingents
*suppl6mentaires de marchandises portugaises ont 6t6
accords notamment A I'A.E.F. dans le cadre
de l'accord franco-portugais valuable du i" juin 1948
au 30 septembre 1949.
C'est ainsi que sont mis A la disposition de la F&
durationn des cotonnades, des vins communs et de
Porto, du the et du fil, pour une some de 4.545.000
Vscudos.

c) Accord franco-italien
Le recent accord commercial, signed entire la France
,et l'Italie valuablee jusqu'au 30 juin 1950) met, A la
disposition de la Federation, un certain nombre d'ar-
ticles don't celle-ci a besoin, et precise, d'autre part,
que I'A.E.F. pourra exporter, vers l'Italie, une par-
tie de sa production.
L'A.E.F. recevra donc, dans la measure ofi les li-
cences d'importation de ces products auront te de-


livrees avant le 30 juin 1950, ce A quoi, les accords
lui donnent droit, pour une some de plus de 107
millions de francs.
D'autre part, I'A.E.F. exportera, vers l'Italie, di-
vers products, tels que manioc, comes et cornillons,
tapioca, noix de kola, gomme copal, cire d'abeille,
cacao en feves, huiles essentielles et essences (A l'ex-
ception des huiles et essences d'agrumes), peaux tan-
nees de reptiles, de sauvagines, bois coloniaux en gru-
mes, bois d'okoum6, bois de sciage, diamants indus-
triels, etc...

d) Accord franco-espagnol
Aux terms de l'accord franco-espagnol valuable du
14 juin 1949 A juin 1950, la Federation importera
pour quarante-cinq millions de francs metropoli-
tains de marchandises : poissons, vins, Xeres, fils,
espadrilles, carreaux, ceramiques et faiences sanitai-
res, t&tes de machines A coudre, bonneterie de coton.

e) Accord franco-yougoslave :
Selon I'accord franco-yougoslave, valuable du 21
mai 1949 au 31 mai 1950, il sera permis A I'A.E.F.
de recevoir les products suivants, reprEsentant une
valeur global de 9.965.oo000 dinars : plomb, ciment et
tabac.


LES IMPORTATIONS
AU TITRE DU PLAN MARSHALL

En juin 1949, I'A.E.F. a requ, au titre du plan
Marshall :
116.674 kilos de lait condense ; 18.733 kilos de ta-
bac en feuilles ; 2.528 tonnes de carbon en vrac;
Si.o88 ffts d'essence ; 620 fits de lubrifiant.


VARIATIONS DES PRIX DE DETAIL

Voici un tableau comparatif des prix de quelques
denrees, etabli selon le Service des statistiques :


Pain (le kg) ..........
Filet de boeuf (kg) ....
Gigot de mouton (kg) ..
Beurre en boite (kg) ...
Riz (non glace) (kg) ..
Sucre (kg) ...........
Huile d'arachide (kg) ..
Caf6 vert A.E.F. (kg)
Electricity (courant lu-
mitre) (kwh) .......
Glace (en mouleaux de
15 kg) ............


Prix moyens au
15 ootobre
1938 1948

7,25 21
22 140
13 140
35 220
1,60 43
3,75 44
7,50 72,50
6 40

5,50 20

12 25


15
janvier
1949

32
160
160
364
40
47,30
82,65
64


15
mars
1949

32
160
160
418
30
49,80
77,35
64


20 20


36







L'EXECUTION DU PLAN MARSHALL

MM. Saxe, contr6leur-adjoint aupres de I'E.C.A.
pour la France, et Roquefort-Villeneuve, repr6sen-
tant la Caisse central de la France d'Outre-Mer, vien-
nent d'effectuer un voyage A Brazzaville pour etu-
dier, sur place, la question de la repartition des cre-
dits du plan marshalll et des importations.

UNE TOURNEE DU HAUT-COMMISSAIRE

Accompagni du Gouverneur du Moyen-Congo,
M. Cornut-Gentille, Haut-Commissaire de la Repu-
blique en A.E.F., a quitt6 Brazzaville le dimanche
31 juillet, pour accomplir une rapide tournee dans
le Niari. Le Haut-Commissaire visitera, notamment,
les chantiers forestiers et miniers de M'Vouti et la
station de 1' nstitut de Recherches des cotons et
textiles de Madingou.

VOYAGE D'ETUDE
DU SPECIALIST DES AFFAIRES ETRANGERES
DE LA N.B.C.

M. H. V. Kaltenborn, < Chief Commentator on
Foreign Affairs > de la N.B.C., accompagn6 de Ma-
dame Kalterborn, specialiste de la photo documen-
taire, est pass A Brazzaville. I1 a 6te regu par
M. Cornut-Gentille, Haut-Commissaire de la R6pu-
blique en A.E.F.
M. Kaltenborn, don't les emissions touchent, aux
Etats-Unis, des millions d'auditeurs, se propose de
rassembler une vaste documentation sur l'Afrique,
destine A donner, au public americain, une id6e plus
precise de certain probl&mes internationaux.

PREMIER SAUT
DE PARACHUTISTES AUTOCHTONES

Pour la premiere fois en A.E.F., un stick de ti-
railleurs, specialement entrains, a 6t6 lAch6 au-des-
sus du terrain d'entrainement de M'Pils.


Cet 6v6nement, remarquable en soi, avait attire,
autour du terrain, une foule considerable de curieux
africains enthousiasmes par I'exploit des tirailleurs.

Le lieutenant-colonel Seillan, commandant mili-
taire du Moyen-Congo, assistant A l'operation et f6-
licita, apres leur atterrissage parfaitement reussi, les
nouveaux parachutistes et leurs instructeurs.


BANGUI
REQOIT TROIS AVIONS a BEESHCRAFT a

Trois avions << Beeshcraft >, appartenant A la S.T.
O.C., viennent d'arriver A Bangui. Ces appareils sont
destines a assurer les liaisons aeriennes indispensa-
bles. Les premieres liaisons avec Fort-Archambault
et Douala ont 6t6 effectuees.


LA CONFERENCE MINIERE DE BRAZZAVILLE

Une vingtaine de technicians et financiers de 1'in-
dustrie miniere d'A.E.F. et une dizaine de hauts
fonctionnaires du Gouvernement g6n6ral, ont pris
part aux travaux de la conference touchant le pro-
blame du d6veloppement minier.

Au dours de cette conference, preside par le Haut-
Commissaire de la R6publique, Gouverneur g6enral
de I'A.E.F., les problimes les plus important con-
cernant le d6veloppement minier du pays ont fait
l'objet de large changes de vues entire industries
et administrateurs. C'est ainsi que furent successi-
vement abord6es, au course de journ6es charges, les
questions touchant le domaine minier et la fiscalit6
s'appliquant aux entreprises minieres, la mecanisa-
tion et les questions de main-d'oeuvre, enfin les pro-
blimes annexes A la vie de la mine, tels que sante
publique, transports, telecommunications, etc...








TOGO


LE DISPOSITIF
ADMINISTRATIF
POUR
L'APPLICATION
DU PLAN

IMPORTANCE crois-
sante que prend le
Plan dans la vie
du Territoire n6cessite
la mise en oeuvre d'un
dispositif special. Le Secretaire general du Togo est
charge de suivre I'ensemble des questions que posent
la conception, la preparation et l'execution des plans
de d6veloppement et d'equipement du Territoire. 11
aura la faculty, quand il I'estimera necessaire, de reu-
nir, en conference, les chefs de service et les person-
nalites int6ressees A l'61aboration et A l'ex6cution du
plan d'ensemble du Territoire.
I1 est assisted, dans ce but, d'un bureau, qui prend
le nom de < Bureau du Plan >>.
Le chef du Bureau du Plan est choisi parmi les
Administrateurs des colonies en service au Territoire.
II pourra lui &tre adjoint un ingenieur des Tra-
-vaux publics et un fonctionnaire du cadre de 1'Ad-
ministration g6ndrale en ce qui concern respective-
ment les questions techniques et les questions finan-
cieres.
Les attributions du Bureau du Plan sont essen-
tiellement
des attributions de liaison entire la Diredtion
du Plan au Ministere de la France d'Outre-Mer d'une
part, et les divers services int6resses du Commissa-
riat de la Republique d'autre part;
la centralisation et la confrontation des projects
de programmes pr6sent6s par les chefs de service in-
teresses ;
l'etablissement du plan d'ensemble du Terri-
toire ;
une coordination entire les divers services pour
assurer une continuity de vue dans l'execution du
plan et obtenir l'utilisation la meilleure de tous les
moyens don't dispose le Territoire ;
enfin, des attributions de documentation et
d'information, portant, notamment, sur le deroule-
ment des programmes, la march des travaux, les
realisations effectuees et les resultats obtenus.

L'AlERODROME MODERNE DE LOMI-TOGO
L'a6rodrome imperial de Lom&-Togo, situe A
quatre kilomitres de la ville, sur un plateau domi-
nant d'une vingtaine de mitres le niveau de la mer,
comprend trois services principaux :
le service du port aerien; le service des te6lcom-
munications (S.T.S.) et la station de mit6orologie.


L'aerodrome regoit, outre les < DC 3 > des lignes
< Air-France >, les < DC 3 > et Lockhead des com-
pagnies privees, les < Junkers > du group de trans-
port 1/63 de Thins et divers avions de reconnaissance
de la base de Bamako, les avions quadrimoteurs des
lignes aeriennes militaires du G.M.M.T.A.
11 attend, en octobre, les forteresses volantes de
1'Institut Geographique National, qui viennent pour
r6aliser la carte Togo-Dahomey, et, une fois la piste
goudronnee (les travaux adjuges vont bient6t com-
mencer, le goudron est sur place et le concassage des
pierres est tris avanc6), il recevra les avions < Air-
France > Skymaster, ligne Lom&-Niamey (ou Kano),
Alger-Paris, en tout, une quarantine d'avions par
mois.
Le nombre des passagers embarques est passe de
443 en 1947 A 646 en 1948 et le nombre des passa-
gers d6barques de 340 A 563.
II a 6te embarque, au course de l'annee, 3.600 kilos
de fret et le tonnage debarqu6 a 6te de 4.900 kilos.
Le materiel pour I'installation du balisage 6lec-
trique est en place A Lome. Sa realisation, lide au bi-
tumage de la piste, peut 8tre esperie pour cette an-
nee.
Un pavilion d'accueil comprend bar et h6tel avec,
au total, vingt chambres aved lavabos (eau courante
en permanence) et 6lectricite, pouvant recevoir qua-
rante passagers. Des que le traffic sera suffisamment
important, il est envisage de lui adjoindre un restau-
rant.
La station de m6etorologie qui, jusqu'au mois de
juin, fonctionnait en ville, a et6 transferee sur l'aero-
drome oui se trouvent ainsi centralises les divers
services interessant la protection de la navigation
aerienne.

INSTALLATION
DE TRIBUNAUX COUTUMIERS

L'exp6rience, tent6e, il y a quelques mois, A Palime,
6tant concluante, le Commissaire de la Republique
vient d'instituer, aupris de quelques tribunaux du
premier degree, des tribunaux coutumiers, presides
par des notables, assists, chacun, de deux assesseurs.
Ces tribunaux connaitront de toutes les actions de-
volues aux tribunaux du premier degree, y compris
des actions relatives A l1'tat des personnel. Cepen-
dant, en cas de conflict de coutumes, la connaissance
des actions civiles sera reserve aux tribunaux du pre-
mier degree, presides par des fonctionnaires.
Les tribunaux coutumiers nouvellement installs
sont ceux de Lama-Kara, avec siege a Pya ; d'Atak-
pame, avec siege A Badou ; de Tsevi6, avec siege A
Davie-Assome.
Ces innovations sont I'amorce de l'association pro-
gressive des autochtones aux responsabilites de l'ad-
ministration de leur pays.








CAMEROUN


UNE DECLARATION
_-- DE M. HOFFH.IRR
SUR LA SITUATION!
DU CAMEROUN
7-r
NTERROG Sur la Si-
tuation actuelle du
Cameroun par un re-
prdsentant de l'Agence
France-Presse, le Haut-
,Commissaire a d6clare r6cemment :
On a beaucoup parld de cruise commercial au Ca-
meroun depuis quelques mois. II n'y a pas de crise
2i proprement parler mais des difficultis d'adaptation.
A une period de penurie oldles contingents et les
prix itaient jixis par voie d'autorite, succide une
phase de plus grande liberty dans la commercialisa-
.lion des produits coloniaux et, en mime temps, un
certain ralentissement des achats, venant de ce que
la constitution de stocks a tous les echelons prisente
moins d'interi:t que naguere. Mais il s'agit d'un phi-
nomine essentiellement passage qui ne vise pas seu-
lement le Cameroun et qui disparaitra des que les
conditions d'un nouvel equilibre seront realisees.
Pour le cacao, qui reprisente en valeur la moitie
.des exportations du Cameroun, les course se sont re-
dressis a la Bourse de New-York. Les besoins de la
Metropole sont superieurs aux provisions. Les stocks
s'amenuisent et l'avenir peut etre envisage avec con-
fiance.
Je crois qve l'institution de marches a terme en
France facili!era cette transition et procurerait, a
notre pays, de sdrieux avantages. Dija des assou-
plissements tres intiressants viennent d'etre accords
pour l'achat de devises a terme. Des bourses de mar-
chandises peurvent permettre aux producteurs, aux
utilisateurs d'eviter les soubresauts fdcheux dans les
course.
Rappelons 'que la production d'inergie measure la
richesse et le bien-etre de la population. C'est pour-
.quoi notre effort se concentre si largement sur la
mise en valeur des resources de la Sanaga a Edea.
premier barrage important en Afrique Noire Fran-
Caise.
Le plan doit stimuler, non seulement l'exportation,
mais le march intdrieur de faaon a rendre le Came-
roun moins vulnerable aux miventes risquant d'af-
fecter les produits coloniaux traditionnels.
L'exemple du bois est trWs expr!ssif. Au lieu d'ex-
porter la quasi totality de sa production brute, le
'Cameroun en consommera plus d'un tiers sous la
forme de bois dibitis (planches, poutres, etc.).
Aussi bien, la mise en auvre du plan a, d'ores et
ddeja, de'veloppe un movement d'affaires considira-


ble et une activity qui frappe tous nos visiteurs. L'ex-
portation, je le redpte, n'est pas tout. II faut aussi
nourrir et nous avons pour but, igalement, l'exten-
sion des cultures vivrieres.
Les riformes amorcees de 1944 a 1946 ont ouvert
des voices toutes nouvelles a la Societe Noire. Ces
efforts vers la liberty et le bien-etre se poursuivront
grace au ddveloppement continue de la prosperity. Me
sera-t-il permis de souligner que, dans la seule petite
locality de Dochang, la moitid des enfants friquen-
tent, deja nos icoles et laissez-moi donner tout son
sens symbolique au congres d'octobre qui rassem-
blera, au Cameroun, les spicialistes des problmmes
d'hygiene alimentaire.
Je vous signalerai, enfin, l'effort considerable
consent par la Mitropole par l'entremise du F.I.
D.E.S pour les Territoires d'Outre-Mer sur le double
plan materiel et moral et il est equitable d'exprimer
ici toute la gratitude du Cameroun pour I'aide qui
lui est apportde, d'autant plus que la Mitropole est
occupee, elle-meme, a une lourde besogne de recons-
truction.

LA SITUATION ECONOMIQUE DU CAMEROUN
EN JUILLET 1949

Selon les milieux autoris6s, les difficulties relatives
au placement des stocks de products du cri exporta-
bles se sont attenuees au course du mois de juillet
could .
En raison ,de la situation du march metropoli-
tain, le d6partement a autoris6 l'expedition A l'6tran-
ger, sans limitation de quantities, des stocks de pal-
mistes et huile de palme accumul6s au port depuis
avril 1949.
Par l'intermediaire du groupement local des ex-
portateurs, d'importantes ventes de palmistes ont pu
8tre realisees sur l'Espagne et l'Angleterre, A des prix
tr&s voisins du prix f.o.b. official de 20.500 francs la
tonne.
I1 convient, toutefois, de noter qu'aucun progris
n'a pu &tre r6alis6 en ce qui concern l'huile de pal-
me don't les stocks au port d6passent 6.000 tonnes et
pour lesquels aucun contract n'a pu etre pass avec
I'6tranger. L'on croit savoir, cependant, que le Mi-
nist&re de la France d'Outre-Mer met A l'6tude des
measures susceptibles d'intervenir prochainement et
de nature A permettre un ddblocage complete et ra-
pide des stocks.
La situation du cacao est en voie tres nette d'am6-
lioration. Les derniers reliquats de la grande campa-
gne 1948-1949 sont sur le point d'etre 6vacu6s A des
conditions bien plus satisfaisantes qu'il ne semblait
possible de l'esperer en avril 1949. Les derniires ven-
tes sur l'Europe ont pu, en effet, 8tre realisees A la






parity de 24,5 cents ex-dock New-York, ce qui impli-
que une contribution modest du Fonds de soutien-
cacao.
D'autre part, les chocolatiers metropolitains ont
obtenu que leur contingent soit port de 52.000 A
60.000 tonnes, le supplement de 8.000 tonnes devant
&tre r6gl au prix c.a.f., soit sans intervention des
Fonds de soutien.
Enfin, les course de New-York ont atteint 21 cts 50
la livre. Cette amelioration a eu une premiere r6per-
cussion sur le march local oai les achats de cacao ont
commence dans le cadre de la champagne interm6-
diaire declaree ouverte au 1" juillet 1949.

LES ACCORDS COMMERCIAUX
DON'T VIENT DE BENEFICIER LE CAMEROUN

Aux terms de r6cents accords commerciaux, les
contingents suivants ont 6t6 ouverts au Cameroun :
i1) Commission mixte autrichienne du 28 avril 1949
Papier emballage tonness) ............ 5
Outillage pneumatique, outils taillants,
fleurets (Frs M .) .................. 1.500.000
Rechauds, fourneaux, lampes A pe-
trole (Frs M .) ..................... 400.000
Faux, faucilles tonness) .............. 2
Allumettes (Frs M.) ................. 3.000.000
Lampes A pression (Frs M.) .......... 7.000.000
Divers g6n6ral (Frs M.) .............. 2.000.000
Licences A 6mettre avant le 9 novembre 1949.
20) Commission mixte franco-danoise du 5 mai 1949
Lait condense (C. D.) ................. 75.000
Beurre tonness) ......................... 15
Fromage tonness) ...................... 15
Saindoux tonness) ...................... 5
Bire (C. D.) ......................... 80.00o
Ciment (C. D.) ....................... 350.000
M achines-outils (C. D.) ................ 100.000
Materiel m6canique et 6lectrique
divers (C. D.) ...................... 170.000
Licences A emettre avant le 31 octobre 1949.
3) Accorrd franco-yougoslave du 21 mai 1949
Plomb tonness) ..................... 100
Ciment tonness) ..................... 5.000
Tabac en feuilles tonness) ............ 25
Divers (Dinars) .................... 1.500.000
Licences A 6mettre avant le 31 mai 1950.
4) Accord franco-finlandais
Allumettes (boites) ................... 5.000.000
Panneaux isolants tonness) ........... 30
Papier Kraft tonness) ................... 300
Divers (F.M .) ....................... .ooo.ooo
Programme d'approvisionnement
Un credit de 114.500 $ M.C. utilisable en a 6te
notifi6 au Territoire pour I'importation de coton-
nades des Indes.


LES PERMIS DE RECHERCHES

Par d6cret, public au Journal Officiel, sont abro-
g6s l'arrft6 du 8 juillet 1942 et le decret du 10 aout
1945 r6glementant, au Cameroun, les permis spe-
ciaux de recherches et d'exploitation par affermag;'.
Le Haut-Commissaire de la Republique au Ca-
meroun est habilit6 A accorder, dans les zones reser-
vees en application de l'article 137 du d6cret minier
et pour les substances soumises au regime de la re-
serve, des permis de recherche d'une superficie total,
gale ou inf6rieure A 400 kilometres carries, portant
le nom de < permis g6n6raux de recherches du type
< B >>.
Le permis g6n6ral de recherches < B > est cons-
titu6 par un, deux, trois ou quatre p6rimitres car-
r6s non n6cessairement jointifs, mais situ6s dans la
meme region et ayant les memes dimensions que les
permis ordinaires de recherches.
La dur6e du permit g6n6ral de recherches est de
deux ans. A l'occasion de l'institution de chacun de
ces permis, le Haut-Commissaire fixera ses possibi-
lit6s de renouvellement. Le permis g6enral de recher-
ches < B > pourra ftre renouvele au maximum deux.
fois pour une p6riode de deux ans chaque fois.
En dehors de 1'Etat frangais, du Territoire du Ca-
meroun et des organismes publics sp6cialement habi-
lit6s A cet effet, une meme personnel ne pourra, sauf
derogation accord6e par d6cret, d6tenir plus de
2.ooo kilometres carr6s de superficie, tant sous forme-
de permis g6n6ral de recherche < B >, jointif ou non,
que sous forme de permis d'exploitation ou de con-
cessions en d6rivant.


STATISTIQUES DOUANIERES DU CAMEROUN

Les statistiques douanieres du premier semestre
fournissent les renseignements suivants sur le com-
merce ext6rieur du Cameroun pendant les six pre-
miers mois de I'ann6e 1949 :
Importations :105.682 tonnes valant 4.047.940.000,
francs.
Exportations : 104.298 tonnes valant' 3.668.025.000.
francs.
En 1947, pour la meme p6riode, les chiffres ci-
dessous avaient te6 enregistr6s :
Importations : 55.892 tonnes valant 1.517.658.ooo
francs.
Exportations : 100.002 tonnes valant 2.099.179.000
francs.
Le transit vers I'A.E.F. s'est elev6e 20.644 tonnes.
En statistiques de la navigation maritime, il est
pr6cis6 que 217 navires ont touch Douala oiu ils ont
d6barqu6 127.961 tonnes, embarqu6 93.212 tonnes :
centre 196 navires (en 1948 6 mois) : d6barque
64.627 tonnes, embarque 91.859 tonnes.
Le port de Kribi a regu 30 navires qui ont d6bar-
que 3.656 tonnes, embarqu6 9.616 tonnes.







MADAGASCAR


LE DISCOURS
DE M. DE CHEVIGNg'
Sds A L'ASSEMBLId E
REPRESENTATIVE

Sorci les princi-
V paux passages
du discours pro-
nonc6 par M. de Che-
vign6, Haut-Commis-
:saire de France A Madagascar, A l'occasion de l'ou-
verture de kl deuxieme session ordinaire de l'As-
sembl6e representative A Tananarive, le 17 aofit der-
nier :
Je suis heureux de pouvoir dire, devant votre As-
semblee, que pas un seul incident n'est venu com-
promettre, depuis le debut de l'annie, l'ceuvre de pa-
.cification dont je vous annonais la conclusion en
fevrier dernier. Nous pouvons done affirmer, sans
optimisme exagere, et en considdrant surtout les ri-
gions si durement iprouvies, que l'ceuvre de ceux
qui pacifierent n'a pas ite une ceuvre jphemere re-
posant uniquement sur la presence et la force de nos
armes, mais ine oeuvre durable que le came de tous
* ces derniers mois a encore consolidee.
... en tout cas, la France est ddcidie a ne pas per-
mettre qu'une poignee d'agitateurs puissent, dans
1'avenir, attirer, de nouveau, sur la Grande lie, les
mnalheurs des annees passes.
Les habitats de ce Territoire qui veulent la paix
- et ils sont l'immense majority seront rassures
et heureux d'apprendre que le Gouvernement de la
Rdpublique a donned, a son reprdsentant, les instruc-
tions les plus formelles et les plus pricises dans ce
sens. Elles ser:ont appliquees sans faiblesse.
Le Haut-C:)mmissaire a ensuite insisted sur divers
problemes comme ceux des Fokonolona, de la justice,
de la police, des forces armies, du Service de sant6
,et de la crise du logement.
Puis il a bross6 un tableau de la situation econo-
mique, en ins;istant sur I'am6lioration des products
et leur conditionnement, en passant par les communi-
cations et les travaux portuaires. Pour terminer, le
Haut-Commissaire a parl6 de l'6quipement electri-
que, des prets et du credit, de la monnaie et du bud-
get avec les incidences du plan et la grave question
des salaires et des prix. La formation profession-
nelle a retenu son attention, ainsi que le problem
-de l'immigration et des dependances australes.
II a terminal par un veu : la confiance mutuelle.
... je vous disais, lors de mon premier contact avec
votre Assemblee, que mon premier objectif itait de
:rdtablir la confiance mutuelle entire Francais et Mal-
.gaches.


il a dtd, en grande parties, atteint, mais je voudrais
que les rdsultats deja obtenus soient encore eten-
dus et consolides.'
N'aveZ-vous pas toujours observe, que la oi& un
contact rdel avait pu itre repris entire Francais et
Malgaches, mime dans les regions les plus cruelle-
ment eprouvees, cette confiance germait de nouveau.
Le Frangais alors comprend que la masse malgache
;'est, au fond, coupable que d'avoir ite trop in-
fluenfable, trop cridule, et veut publier les forfaits
commis et don't les plus responsables ne sont pas ceux
qui les ont perpitrds, mais bien ceux qui les ont
concus et prdpards. Le Malgache, lui, se rend compfe
qu'il a ite un jouet entire les mains d'agitateurs egois-
tes et ambitieux et n'aspire qu'a retrouver ou a con-
server le bonheur et la prosperity, gr&ce a la paid
francaise.
Mais, si la confiance mutuelle renait d'elle-mime
indeniablement a la base, pour employer une expres-
sion actuellement en faveur, elle a besoin d'etre en-
couragee et diveloppee entire certain milieux fran-
cais et malgaches qui, par leur situation, leurs fonc-
tions sociales, leurs habitudes ou leurs genres de vie
n'ont pas ce contact bienfaisant.
Trop souvent, nous voyons, d'un c6td, de la me-
fiance, de l'incomprehension, une ndgation parfois
systdmatique de ce qui est reality, un manque d'in-
dulgence pour des faiblesses bien naturelles cheZ un
people qui vienta peine de s'ouvrir aux influences
civilisatrices.
En face, nous constatons, ausi souvent, une ab-
sence de realisme qui, parfois, fait sourire et, parfois.
irrite ; un manque de measure, friquemment observe,
d'ailleurs, cheZ les insulaires et qui leur fait parfois
croire que leur fle est le centre du monde ; un gout
de l'outrance qui, portant e abuser des libertis dimo-
cratiques, devient fatalement gindrateur de disordre
et, partant, se retourne toujours contre ces libertis.
Et, alors, nous voyons, entire ces milieux francais
et malgaches spares par leur vie quotidienne, non
se creuser un fossd, le mot est trop fort, mais se crder
une, espdce de no man's land desertique, qui, sans itre
reellement un obstacle au rapprochement, le dicou-
rage.
Eh bien, Messieurs, je voudrais que ce no man's
land entire ces milieux francais et malgaches, don't je
viens de vous faire une critique peut-itre un peu
brutale mais franche, car je crois qu'il faut toujours
regarder les problemes en face, je voudrais que ce
no man's land aille, non en s'elargissant, mais bien
en diminuant pour enfin disparaitre tout a fait.
Voila, aujourd'hui comme l'annde dernidre, mon
veu le plus cher, dans l'intiret des deux populations,
don't le Gouvernement de l'Union Francaise m'a
confine la charge.







Que tous les Frangais se souviennent qu'outre-mer
ils ont le devoir de coopdrer a la grande oeuvre ci-
vilisatrice et educatrice de la France. Ils doivent tous
itre des guides.
Que les Malgaches comprennent qu'ils ont le de-
voir, vis-a-vis de leur pays, de se serrer centre la
France qui, maternellement, les conduira sur une
route difficile !


DEUX SIfNATEURS
VONT SE RENDRE A MADAGASCAR
EN MISSION D'INFORMATION

Selon un communique, emanant du Haut-Com-
missaire, le Dr Plait, s6nateur de l'Yonne, et
M. Dronne, s6nateur de la Sarthe, tous deux mem-
bres de la Commission des Territoires d'Outre-Mer
du Conseil de la Republique, viendront A Madagas-
car, en mission d'information, dans le courant du
mois deseptembre.


UA QUESTION DES ( ORIGINAIRES

Sur la question des < originaires >, la Direction
du personnel du Haut-Commissariat a redige le com-
munique suivant :
< L'Agence France-Presse a public un communi-
qu6 relatif A la position prise, recemment, par la
Commission des Territoires d'Outre-Mer sur la situa-
tion faite aux fonctionnaires < originaires > par les
d6crets des 30 novembre 1948 et 15 avril 1949.
< Cette prise de position vient renforcer les inter-
ventions que le Haut-Commissaire n'a cesse de pro-
voquer, depuis le d6but de l'annee, aupris des divers
d6partements ministeriels don't ressortit cette ques-
tion. Cependant, il est A craindre que le sens et la
portee du voeu emis par la Commission ne soient pas
bien compris. En effet, la Commission pour la France
d'Outre-Mer ne peut que s'associer A la proposi-
tion de loi pr6sentee par M. Duveau et l'appuyer
d'un avis favorable.
< La loi doit, ensuite, etre deliberee et adoptee
dans les formes prescrites par la Constitution.
< D'autre part, cette loi entrainant une augmen-
tation des depenses publiques, ne peut venir en dis-
cussion devant l'Assemblee Nationale qu'avec l'ac-
cord express du Gouvernement.
< Certes, on doit esperer que l'avis de la Com-
mission de la France d'Outre-Mer ne manquera pas
de retenir l'attention du Gouvernement et secondera
fort utilement l'action du Chef du Departement qui,
ainsi qu'il a bien voulu l'affirmer lors de son voyage
dans la Grande lie, porte le plus grand inter&t aux
16gitimes demands presentees par les fonctionnai-
res atteints par les decrets de novembre 1948 et
d'avril 1949.


. < Mais on ne saurait sans, risque de d6convenue
escompter pour un tris proche avenir l'aboutisse-
ment d'une procedure qui exige quelques delais.
< Cette question reste au premier plan des preoccu-
pations des services du Haut-Commissaire et du Mi-
nistre de la France d'Outre-Mer, don't les interven-
tions repetees aupris de son colligue des Affaires
economiques et des Finances viennent d'obtenir l'oc-
troi d'avantages que des pourparlers ulterieurs per-
mettront, sans doute, d'amiliorer. En effet, par ca-
ble du 22 juillet, le Departement autorise le paie-
ment imm6diat, aux < originaires > dans les cadres
au 17 avril 1949 et qui b6ndficiaient, avant cette
date, du supplement colonial, d'une prime de d6-
paysement gale aux 5/10e des nouvelles soldes bud-
getaires.
< Ainsi s'attenue, dans une appreciable measure,
i'inegalit6 qu'avaient creee les decrets centre lesquels
s'est elev6e la Commission de la France d'Outre-
Mer. >

LES COMORIENS DE MADAGASCAR
RIEAFFIRMENT LEUR ATTACHMENT
A LA FRANCE

A l'occasion de la fin du Ramadan, une dedlgation
de notables comor6ens de Tananarive, conduite par
le prince Said Ibrahim et le cheikh Kamar Ed Dinh,
a apporte, au Haut-Commissaire, l'hommage de l'at-
tachement, A la France et A son representant, de toute
la colonie comor6enne du Territoire.


EXPERIENCES ADMINISTRATIVE
DANS LE DISTRICT D'AMPA.NIHY

Deux experiences administrative sont, actuelle-
ment, en course dans le district d'Ampanihy. Tout
d'abord, une collectivit6 a 6et constitute dans le-
quartier Gogogogo, relevant du canton d'Ampamata.
Ce quarter compete, environ, mille six cents habi-
tants, tous de race Mahafaly. Le Conseil de la col-
lectivit6 est compose de onze chefs de village et de
dix chefs de clan. I1 y a, en outre, quarante-quatre
conseillers de village elus, qui ne font pas parties du
Conseil.
Le budget de 1949 de la collectivit6 prevoit, entire
autres depenses, les travaux suivants : construction
d'un bureau et d'un logement pour le secretaire-tr&-
sorier et d'une habitation pour le president ; d'une
cole et d'tn poste d'accouchement.
La collectivit6, qui a amenage une piste acces-
sible aux automobiles et permettant I'acces de neuf
villages sur onze, a fait preuve, jusqu'ici, d'une dis-
cipline social remarquable.
La deuxieme experience consiste dans l'exploita-
tion d'une ferme agricole A Mahatsandry, qui existe
d6jA depuis quelque temps. L'activit6 de cette ferme







-a 6t6 tris reduite en 1948 en raison, notamment, de
la p6nurie de main-d'oeuvre. On a envisage, en con-
sequence, de mettre cette ferme A la disposition des
collectivites, qui seront proprietaires de la r6colte en
pavement de leur travail. Des stocks de semences et
de s6curit( seront constitute.
Vingt-sept parcelles ont 6et ainsi r6parties. Le
travail qui. a 6ti effectu6 est des plus satisfaisants.
On procede, actuellement, A l'aminagement d'un ca-
nal qui permettra d'irriguer de 15 A 20 hectares sup-
pl6mentaires.
I1 faut ajouter qu'un village va etre 6difie A proxi-
mite de la ferme et que seront construits un puits
pour les habitants et un puits-abreuvoir.
Les travaux d'amelioration et d'urbanisme sont
activement mends dans le district. A Ampanihy
meme, une nouvelle maternity, bel edifice de six pie-
ces, sera inaugur6e au debut de septembre. Il reste
A poser la toiture et A parachever le dallage.
Un nouveau puits communal, le quatriime, a etR
creus6 A quinze mitres de profondeur. Enfin, un nou-
veau terrain de sports est en course d'amenagement
et une cantine scolaire va 8tre construite.
A Ambo-ompotsy, chef-lieu du canton des patura-
ges, la nouvelle cole antandroy est fr6quent6e avec
assiduit6. La cantine scolaire et le logement de l'ins-
tituteur sont en bonne voie.
Un terrain de football a 6te, 6galement, amenage.
Dans le poste d'Ejeda, les nouveaux bureaux sont
presque acheves.
Ici encore, un puits vient d'etre for6 A treize me-
tres de profondeur. Sur la Linta, on va 6difier un
-ouvrage d'art de trois cents metres de port6e, qui
.permettra la liaison en toute saison. Un miller de
metres cubes de pierre est deji en oeuvre. On espire
que les travaux seront terminus l'an prochain.
A Fotadrevo, ofi le logement de l'instituteur est
achev6, on construit une cantine scolaire.
A la ferme d'6levage de Vohitany, il est urgent
de remettre en 6tat un barrage qui a 6t6 d6truit en
parties au d6but de l'ann6e. Cet ouvrage, d'une cin-
,quantaine de metres de long et d'une hauteur de
4 m. 50 auitdessus du course sup6rieur de la Linta,
permet l'irrigation de cent A cent-cinquante hecta-
res de culture et de pAturage. On s'occupe, actuelle-
ment, des travaux de d6blayage.
Dans le poste d'Androka, on construit un bAti-
ment d'hebergement de six pieces A proximity du
poste medical. A Itampolo, la construction d'une
,cole spacieuse est en course. Ici egalement, les travaux
5d'eau sont poursuivis avec diligence. A Andrahava,
plusieurs puits ont 6t6 amenages, ainsi qu'A Reniavy
et A Maliolanitse. Tous ces travaux seront poursui-
vis en 1950, en particulier la construction et 1'6qui-
pement de 40 A 50 puits, r6partis en divers points
du district.


LE HAUT-COMMISSAIRE
VISIT LES CHANTIERS DE BRICKAVILLE

Pour se rendre compete de l'6tat des travaux A la
coupure de la ligne de chemin de fer < Tananarive-
Tamatave >, A Brickaville (le pont ayant &t6 rendu
inutilisable A la suite du cyclone de mars 1949), le
Haut-Commissaire s'est rendu, le mardi 9 aofit, dans
cette locality, situee sur la c6te Est, A peu de distance
de la mer.
La visit detaillie des divers chantiers, installs
sur les deux rives de la riviere Vohitra, visit ef-
fectuee sous la conduite de l'ing6nieur principal des
Travaux publics, M. Barry charge6 de la coordina-
tion des services et directement responsible devant
le Haut-Commissaire), a permis, au chef du Terri-
toire et A ceux qui l'accompagnaient, de se rendre
compete de l'effort qui a 6te fait durant ces dernieres
semaines, tant par les Travaux publics que par les
chemins de fer et le genie.


DES TERRAINS D'AVIATION
A MADAGASCAR ET DEPENDANCES

Madagascar (y compris l'archipel des Comores)
posside actuellement 79 terrains dYaviation, ainsi
repartis :
Aerodromes : 3 (Ivato et Arivonimamo, qui des-
servent Tananarive, et Andreketa, qui dessert Diego-
Suarez ;
Escales mixtes et civiles : 41 ;
Terrains de secours : 30;
Terrains de secours priv6s : 5.
II convient de preciser que la plupart des terrains
dits de secours sont utilises r6gulierement par les
appareils des lignes commercials.


INAUGURATION DU TERRAIN D'AVIATION
DE FIANARANTSOA

Le 14 aofit dernier, le Haut-Commissaire, accom-
pagn6 du Colonel Caubert, commandant de l'Air, et
de l'Ing6nieur des Transports Publics, Barry, a inau-
gur6 le terrain d'aviation de Fianarantsoa, don't la
construction a exig6 le d6placement de plus de
300.000 metres cubes de terre.


LE REGIME FISCAL A MADAGASCAR
A PARTIR DU 1" JANVIER 1950

L'Assembl6e Representative a pris, aujourd'hui,
d'importantes decisions en ce qui concern l'amina-
gement du regime fiscal du territoire de Madagascar.
Le regime fiscal comportera, A computer du i" jan-
vier 1950, des d6grivements d'impots sur les bene-







fices divers en faveur des contribuables qui investi-
rent, dans le territoire de Madagascar, tout ou parties
de leurs benefices ; I'exoneration temporaire des plus-
values constat6es lors d'apports A une autre entre-
prise ; le relevement de 1'abattement A la base a
80.ooo francs sur l'imp6t general sur le revenue;
I'augmentation des d6grevements en faveur des
contribuables charges de famille, enfin, la suppres-
sion total de I'imp6t c6dulaire sur les traitements et
salaires.

A TANANARIVE,
LA POLITIQUE DU LOGEMENT
COMMENCE A PORTER SES FRUITS

La politique de construction d'immeubles entre-
prise A Madagascar par le Gouvernement g6n6ral
commence A porter ses fruits. Plus de trois cents per-
sonnes ont pu ftre dejA logees dans les nouvelles
maisons et le rythme des constructions ne se ralentit
pas.
Au fur et A measure de l'achevement des immeu-
bles, les logements sont attribu6s par le chef du Ter-
ritoire sur avis d'une commission sp6ciale preside
par lui. Cette commission vient de tenir sa quatrieme


stance au course de laquelle ont 6te affects dix nou-
veaux logements de cinq A deux pieces, ainsi que neuf
chambres simples.
La commission s'est attachee sp6cialement A r6sou-
dre les cas particulierement int6ressants des fonc-
tionnaires de petite et moyenne solde, charges de fa-
mille, r6duits A vivre dans des conditions A la fois.
onereuses et precaires et, dans la plupart des cas, A
l'h6tel.

L'HOPITAL DE NOSSI-iB

Accompagn6, notamment, du general Jeansotte,
direoteur du Service de sant6, le Haut-Commissaire
s'est rendu, le 31 juillet, A Nossi-Be, sur 1'emplace-
ment du nouvel h6pital, don't il a pos6 la premiere
pierre en presence d'une foule considerable.
Dans son allocution, M. Noury, adjoint A l'admi-
nistrateur-maire et doyen de Nossi-Be, a dit la sa-
tisfaction de tous de l'effort entrepris par l'Admi-
nistration.
L'h6pital, don't la'construction commencera avant
la fin de 1'ann6e 1949, est remarquablement situe sur
une colline dominant Hell-Ville.


79-----








ETABLISSEMENTS DE L'INDE


UNE
DECLARATION
DU PANDIT
NEHRU

u course d'une
conference de
press, le Pan-
dit Nehru a d6clard,
que << les Etablisse-
ments Frangais de
l'Inde, comme les autres Etablissements strangers,
devraient, certainement, se joindre A l'Union In-
dienne un jour ou l'autre >, mais qu'il n'etait pas
dans les intentions de son Gouvernement de < pres-
ser ni bousculer les autorit6s frangaises A ce sujet o.
< Nous voulons, a-t-il ajout6, que Pondich6ry
reste le centre de la culture francaise aux Indes et
nous feron: tous nos efforts pour qu'il en soit ainsi >>.


DE PASSAGE. A CALCUTTA,
M. COSTE-FLORET A RECU
UNE DIILEGATION DE PONDICHERY

M. Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-
Mer, s'est arrkt6 le 19 aofit A Calcutta, alors qu'il
venait de quitter l'Indochine pour rentrer en France.
Le Ministre a confirm avec M. Daniel Levy, am-
bassadeur de France A New-Delhi, et a regu une de-
Iegation de Pondich6ry, avec laquelle il a examine la
-situation politique et economique de cet Etablisse-
ment. I1 a confirm 6 la d61lgation qu'un referen-
dum se d6roulerait le ii d6cembre pour donner A la
population des Etablisserhents la possibility d'expri-
mer son intention d'adhdrer A l'Union Frangaise ou
de s'int6grer A l'Union Indienne.


LE TRANSFER DE CHANDERNAGOR
A L'UNIO'N INDIENNE

La Conference de Calcutta a d6cid6, le 13 aoiit,
que 1'Administrateur francais de Chandernagor re-
mettrait le 15 aoft l'administration de la police a
1'Union Indienne.
Chandernagor est entr6 ainsi, virtuellement dans
1'Union Indienne, son administration etant restee,
jusqu'ici, entire les mains du < Conseil administratif
national >.


DECLARATION, AU MONDE
DE M. PILLAI,
CHARGE D'AFFAIRES DE L'INDE A PARIS

Le Monde public une declaration de M. Pillai,
Charge d'Affaires de 1'Inde A Paris, au sujet du
transfer d'une parties de administration de Chan-
dernagor aux autorit6s indiennes le 15 aoft pro-
chain :
Depuis que l'Inde est indipendante, a dit M. Pil-
lai, l'influence frangaise n'a fait que s'accroltre. Au-
trefois, < nous n'avions qu'une fenetre sur le monde
extirieur ; elle donnait sur I'Angleterre. Maintenant,
nous avons plusieurs fenetres >. Les chairs de fran-
cais ont dtd multipliees dans les universitis indien-
nes ; des changes d'itudiants vont 'procbainement
itre organisms entire les deux pays. Sur le plan jcono-
mique, le commerce franco-indien, demeure, jus-
qu'ici, embryonnaire, est appele a se developper. Une
important mission economique francaise se rendra
prochainement en Inde et, d'ores et dija, des socite's
et des technicians franiais ont ete charges d'itudier
ou de realiser les travaux qui contribueront a la mo-
dernisation du pays.
II ne faudrait pas s'imaginer, pursuit M. Pillai,
que la fin du regime colonialiste dans les pays dui
Sud-Est Asiatique marque une rupture avec l'Oc-
cident.

PLUSIEURS NAVIRES FRANCAIS
RAVITAILLENT PONDICHERY

Le premier effet de la d6nonciation de la conven-
tion douaniere entire la France et les Indes, relative
aux Etablissements Franqais, est une renaissance du
port de Pondichery. Le 8 aouit, en effet, pour la pre-
miere fois depuis 1939, quatre cargos des < Messa-
geries Maritimes > se trouvaient en meme temps
dans la rade :
Le s/s Ulysse qui a d&charg6 540 tonnes de
briques refractaires, 510 tonnes de m6taux pour la
central 6lectrique et 83 tonnes de products alimen-
taires, vins et automobiles ;
le s/s Gien qui dechargea 9.500 tonnes de
houille anglaise pour les usines textiles ;
le s/s Falaise qui dechargea 1.152 tonnes de
turbo-alternateurs, products alimentaires et chimi-
ques ;
le s/s Yang-Tse qui d6chargea 163 tonnes de
farine et de ciment et charge 2.000 balles de tissus
pour I'A.O.F. et Madagascar.
La population a 6t6 vivement impressionnee par
ces arrives.








INFORMATIONS ADMINISTRATIVE


ADMINISTRATION

* Decret idu 201 juifiliet 1.9419 fixant les mioddalitis de
nisei en application des status 'diu personnel idles r-
gies ferroviiairnes d:e la France d'Outre-Mer. (J.O. 22
juillet 1949).

* Dicret dnu 210 Juillet 1949 portant creation diu
poste idie isec ltairle g6nrial .de la Mauritatnie. (J.O.
213 juilet 1194'9).
* Di6crets dlu 215 jtillet 1949, polrtaint attribution de
droits miniers ten Afrique Equatloriale Frangaise et
au iaGmleroun. (J.O. 29 juilleet 1194190.
* DAcret du 27 juillet 194i9 moldifiant iet compl6tant
le didcret Idiu I19 juin 41!987 portant institultion'd'tun
barreian prs Ia Cour d'Appel ide Madagascar. (J.O.
21 juillet 19419).
* D6coleft du IJr aoft 119419 rej.etint une 'dAlibhration
de 'Assemblie representative de Madagascar du 11
mars 1'949 relative A la Ir6gLementation 'douaniere des
e(nitrep6ts sp ciaux dies builes nini6ralies et des dib-
plts d'avitalillie~innt Id'hiuiles umin6rale~s A Madagascar.
(J.O. 3 naot 119419).
* D)6cret idu lJr ao 1t 111949 imoidifiant I'artiicle l" du
d6ciret idu 2 aviril 1948 iomolietant P'article 39 ,du di -
oret du 3 juillet 1897 relatif aux poids die bagages
transports aux frais de 1'Etalt on dies budgets locatux.
(J.O. 5 aofkt 1949).
* Drbaeret du I e" aont 1'949 ooincerniait lie taux reel
de placement ,des obligations 6ami4eis par lIe chemin
die fer franco-6thiopien. i(J.O. 5 aoft (11949).
* Dl6cret idiu 3 aoit 11949 teilatif anux congas des
fonotiounaires relevant 'du iMinisthre de la France
diOutre-Mer (J.O0. 15 aoit 119491).
* DBeret ,du 3 aiot 1'949 poirtant roipartition de la
contribution suppl. lentaire 'des Territoies d'Outre-
Mer au sier ice financier ide la caisse intercoloniale
d'e retraites pour 1'lanlbe 11949. (J.O0. 5 o aot 1949).
* Di6cret du 121 aot 1949 alpprouvant la d6lib ration
dui 25 f6vrier 1949 *.diu Conseii Gbnarall die la Cote
d'Ivoire relative aux taxlels oet redevanics en maatiire
forieistinre. (J.O. 9 mot 19,49).
* Dicret diu 2 aoOt 11949 .apprrouvant deux dl6ib6raa-
tilons du 'Grand Consieil die 1'Afrique 'Equatoriale
Franfaise imodifiant Ia redeivance propoirtioiTnnelle
des mines. (J.O. 9 aouit 1949)0.
* Diicret diu 2 aotut a194'9 iapprourwant deux d6lih6-
rations idu Grand Conseil de l'Afrique Equiatoriale
Friangaise ten matiAre :de redeiviance fooestiBre. (J.O.
9 aofit 1949).
* Dibcret ,du 2 aolt 19491 poirtant approbation dit
budget extraordinaire pour la reconstruction et
l'Aquiptment die l'Indoochiine pour le premier semaes-
tne 1949. (J.O. 9 aoft 1,949).


* DBcret diu 2 aofut 1'949 melatif au concours dl e re-
dacteurs stagiaioes die l'adininjistratiion g:nkirale des
colonies. (J.O. 1101 aoft 11949).

* Decret du 4 aoft 11949 amodifiant le 'dicret du 12
aoit 1,947 important institution d'un consleil de gou-
'vernemienit [dans lies 6tablisseanents francais dans
1'Inide (J.O. 112 aot 11949),.

* Diocr'et du 4 aoflt 19419 modifiant le diecret du 7 no-.
venmbre 11947 portiant organisation ide la ville libre
:de Chandernnagor. (1J.O. 12 aofit 1949).

* Decret diu 2 aoft 1'949 abrogeant les Idecrets des
120 ju.in 19,28 ,et 30 aoit 11938 qui organilseint le cadre
du personnel a tr'opiolitain Ide's diouaanes h la C6te
Francaise dels,Somalis. (J.1O. 13 aolt 1949).

* D6:cret moidifiant lie, idicret du .3 norvembre 1945
plortant r6origanisatilon du service du iclhiiffre colo-
niall. (J.0. 13 aoit 11949).

* DBcret d1 2 aoft 1949 tendant i( riel:ever la lihnite
du cumul privue en imatiinei d'indiemnit6s pour le
perso iniel servant dasns les territoines relevant du
Miniistb~e de la- France d'Outrie-ler. i(J.O. 2,0 aoit
1949).
* D'loret du ,2 aoit 1,949 ;atotrisant la Banque de
l"Afrique Occildentalie A, ouvrir une agency A Fort-
Lamy (Tchad) let une algence A Yaoaund6 (Cameroun).
(J.O. 23 aoft 1949).

* D6cret diu 18 aoftt 1949 instituant un co.ncours. an
nuel enltre lies m&deicins africainms, d'uine part, entire
les 'sages-femmes africaiineis, d'autre part, voilontaires.
pour poursuivre leu'rs ltudes idans la m6tropole en
vuie de I'obtention 'du dipl6me d'Etat 'de docteur en.
mitdenine let du ,dipl6me d'Etat die sagie-femme ea
Ed6terminant la situation administrative ides intreis-
sies en course d'l16udes dans la m6tropole. (J.O. 23 aoflt
.1'949).

* D,6cret du 20 a olt 1949 po rtaint cr6atilorn de juri-
dictions de droit francais A Madagascar. (J.O. 24
aoft 1949).

* Dbl6eet du 20 aoft 19149 portaint modification du
sige dd.e certainies juridictions 'en Afrique' Equato-
riali f'francaise. (J.O. (24 liaot 1949).

* Di )cret diu 210 aoi1t 19409 'criann au Cameroun les;
permis g6.nraux *de recherclhes du type o B > en
iremplaoemient des permits sp6oialux de recherclhes
et ,d'exploitation pai- affermage (J.O. 25 aoft 1949).
* Decret .dui 24 no-t 1949 fixant Je taux die ''allocal-
itiom attribute aux .6lbves de 1'eole national de la.
France d'OutteuMer. (J.O. 26 .oAot 1949).

* D6cret idu 223 aot 1'9419 Ipolrtant modification du
diecret du 9 sieptenmbhe 1934 conoernant la rApara-
tion des accidents idu travail en Indoichine. (JO. 27
aofit 1949).


44








* ArrUt6 portant sur 1'organisation de l'inspecti'on
g6n.rale diL travail et de la maain-d'oenvre ide la
Finance .dOiutrneiMieer. (J.O. 27 aoft 1949).

* Un a~r'ati portant sur F'orgaini:s'atioin intArieuire de
la direction diesi t'a.vau~ x putbics dlei "adminiistriation
central di Minist're die la France d'Outre'eMer. (J.O.
218 'aoAt 191491).

FINANCES

* D&cret du 26 juillelt 19419 .moldifiant le d6cret doi
17 aoBt 1948 fixaint A titre provisoire lie rgimae de
sold et id"imldelminit6s des militaitres sen service dans
les d6parte,:nents d'Outre-Mer. (J.O. :28 juillet 11949).
* Daicret du 27 juillet 19'49 comp'l6tant le d6cret di
30( novembniel 1;948 relatif aux allocations familiales
des peirsoninels' de 'ertains ilerritoitnes relevant idu
Ministsre de Ra iFranlce .d"Ouitne-Mer. (J.O. 31 juillet
1949).
* D.6cret diu 27 juildet 11949 portiant .riglement d'aid-
mi'nstiration publiquuie siur la ,caissie intercoloniale de
retraite. (.0. 31 juillet 1194191).
0 Diecret d'i 217 jiuillet 1'949 fixanit ie regilme' de solde
des troupes coloniall.es Let im6iropoilitainies A la charge
diu Diparntenent des Coloniesl.
* D6rcet d 19 laofit 1949. portant mo'diificationr : 1
amu dicirieit .u ,119 juillet 194,8 instituamnt unie indem-
.nlit temporaire de 'oh ert6 ide vile en faveur side's mi-
litaires A siolde sp6ciale progressive en service ein
Indochine ; 21 au d6crert din 1'9 juilliet 1948 institnant
une indeminrite exceptionnelile -de residence ten faveiur
des persionneels militaire;s A soldie mensuelliei des aar-
mAbes de tierre, de mer et idie Fair 'en service en Indo-
chiane. (J.O. 214 aofit 194,9).


DISTINCTIONS HONORIFIQUES

0 Un arr~i du.o 21 jiuiilet 119419, db6cerne la imn6daille
d'hoinneur d.es 6pid6mi.es -A de ~noanbireruses person
nes ,du personnell mi6dical id'Outre-iMer. (J.O. 2!7 juil-
let 1949).
* Par di ceiet, piubli6 lie .24 aofit au Journal Oficiel,
M. Paul .Bichard, lHaut-oomidisisaire de France en
A.O.F,, eisit !prolmi Grand Officider id!ans l'Ordre Natio-
nal ide la L6gion d'iHon neur, pour services excep-
tiloinnels ide guierre et de r6sistancie.
* D6criet du 2 aofit 1949 ,portant promotions et no-
minationis idlans l'orldre national die! la L6gion d'1Hon
neur A titire civil die 9 Officiers et 215 Chevailiers, don't
la liste est doinn6e dans %e' J.O. du 10 aofit 1949,
paranri lesiqn.iels on relieve 1esnouns ds e MM. :
Bault, ingtiiaieur des Minels, 0.
Guirasson, inspecteur gnn6eral d.es Sierivices V6Wtri-
naires, 0.
Robert, dir'ecteur de la Banque ,d'Iindiocihine. O.
Esoargnueil, iGuenie, Li;oltad, Peradli, Prat, Roux et
Salin, adimi:nistr,ateuris ldels Colonies faits Chevailiers.
* Dicret diu 23 aoftt 11949 (portant promotions et
nominations dans l'odrie national de la LAgioin


d'IHonneur, A tire civil die 5 Officiers iet 18 COheva- -
ieirs, don't la Iliste est doinn6ee dans le J.O. ddu 27 aout.
9 aofit 1.949).
MM. iGaly, Henrion, Thine, Neven, adiministrateurs
,des Colonies ; Lauque et iTMoretti ddu cadre d'Admi-
nistraition G(inralle.
* Le Prasident du iConsleil .dess Ministrels, sur le rap-
port (diu Ministre die la France d"Outre-Mer, cite, A
l'ordre de la Nation :
M. Jacques 'Cioutelau, adiminisitrateur aidjoint de 2"
classe, mort pour la France. (J.O. 11 a'ott 1949).


PROMOTIONS ET NOMINATIONS

* Anr6t duA 15 juillet 19149, piortanit promotion dans
lie cadre die. .lAdministration G6{in6rale' des Colonies
autre quie l'Indochine. (J.O. 24 juiltet 1.949).
* M. .Galinier Reink, adlmini'slratteur de 2" cdasse des
colonies est promuu au grade id'adminniistrateur de 1"
cliasse !des colonilels 'par id6cret du 25 juililet 1940.
(J. 0. 27 aofit 1949).


PERSONNEL

* Par decrret idu 7 aoflt :;. Pietitboni, prnfet de 2"
diasse, est nomm6 gourvenetruir :de 2' cilassie des colo-
nile's par piermlutation avec M. B3oissier (Jacques),
gouvennieur 'des Colonies.
M. Petitbon est nommi,, par interim, inspector' ge-
n.ral des Affaires .administrativie:s d.e l'Afrique Oc-
cidentale Francaise.
* IMM. Michel Marc-Arthiur-Augustin, gouvverneur die
1'e classes des colonies e'n retraite telt Paoli Philippe,
Tanicarde Joseplh, gouverneur de 2' classes ides colo-
nies lein retraite, sont nonmmis gouvernmeurs, honorai-
nes par \d6cret du 27 juillilet 19419 (J.O. 29 juillet 1949).
* M. Louvean Edimond-Jean, igonverneaur de 1"
classes des colonies, esit promn gouverneur hors
cl.asse par idclcret du 27 j'u'ilet 1949. (J.O. 219 juiliet
11949).
* M. de ,Pereyra Miguel-Joachiam, admianistrateur de
1"e classic des Services Ciivils ide l'Indoichine est
nomimn ,gouverneur de 3' c lasslel dies. 'colonies par d6-
cret du 27 juillet 11949 (J.O. 129 juillet 1949).
O M. Slaint-Andr: Maurice, gouverneur de 2' classic
des clolonies, est aid'mis A fire ivaloir sels droits A
une pension d'ainciennelit par dicret diu 2 .aoit 1949.
(J.O. 13 aoftt 119419).
* M. Ciand16 Paul, 'adnuindistrateuar 'de 1" classes des
colonies est piac6 pendant une lanine dans la posi-
tion de service detach6 pour slervir A la Caisse, Inter
colonial ,de Rietraite, par arrWit6 du !215 aofit 1I949.
(J.O. 27 aofit 19491).
* M. Leca Niciolas-Louis, 'adiministraite'ur de 1" ,claisse
.des colonies, est noimei secir6taire :gnAral par in-
tlriim d,u Nilger. (J.O. du 24 jiuillet li9419').
* M. iHaumant Jean, administrateur 'de. 1" class',
des colonies, est notmuni chief idu ServicLe Adiministra-







tif 'Colonial du Minist&re de 'la France d~Outre-Mer
en replacement die [M. Miclhel Marc gouverneur de
1" classes des colonies, addmis A fire valoir sses
droits A la retraite. (J.O. 28 jaiilet 1949).
* M. Galtier Pierre, est r6int6gr6 administrateur de
1" classes des colonies par d6acret du 25 juillet 1949.
* M. Saron Gilbert, elst r6intigri6 dans ses fonictio'ns
d'aidministrateur de 1" ccliasse des colonies, par di6-
cret du 18 aoft 1'9419. i(J.O. 201 aoft 194i9).
* MV. Chaileur Pierre, est rAintigr6 dians ses fonc-
tions d'administrateur de 1'" classes dies, collomnies par
dkcret idu 2i0 aoit 1949. (J.O. 26 aoft 119'419).
* M. Bano;s Pierriel-Paul, administrateur ide 1" classes
des coloniess lest admis i fiaire valoir seis diroits A une
pension ,de Iretraite par di6ret du Ikr ago't 1949 (J.0.
3 aoft 19449).
SM. Chie'v eau Albert-rLouis, adrministrateur die 1"
classe ides coloniteis est adminis A fair valoir 'ses diroits
A une pension de retraiite par di6cret du 1Jr aoftt 1949.
(J.O. 3 aoft 194,9).
* M. Lerat Rohbert-AUiguste-Pierre, administrateur die
1" classes dole's colonies 'est adimis a faile valoir ses
droits A une pension die retraite par d6icret du 2 aoft
1949. (J.O. 9 aoit 1949).
* M. Cawnand Auguste-Philippe, aidaninnstrateur de
2" classes des colonies, est ad\mis A faire valoir ses
droits A une pension de retraite, par d6cret du 27
juillet 1'949 (J.O. 28 juilet 11949).
* MI. 'Camp iMfarius, adminiislirateur dier 1'" classes des
colonies est adimis A fire valoir 'ses droits A rune
pnensiomrn de iretraite, par dAeret diu 26 juillet 1949.
(J.O. 218 jiTllet 19419).
* M. Leroux Mauricle, adiministrateur de 2P classes
des colonies est adimis A fire valoir ses Idroits A
une pension de retraitie par decret diu 26 juillet 1949.
(J.O. du 28 juilet 11949).
* M. Avi Maurice-Edouard-Lucien, adaministrateur
de 1" classes des Services Civils de l'Indohine, est
adimis A fire valoir ses droitss A une, pension die
netraite par dcicret du 213 aoft 119149. (J.O. 27 aoAt
1'949).
* MM. Chaumeil Pierre et Bodiet Yvon, rddacteurs
de 1,' classes idles Services Ciyvils ,de ,'Indochine, soont
ijomm6s adiministrateurs addjioints de 1" classes par
dieret du 23 aoft 119419. (J.O. 27 iaofit 1949).
SM. OLlier de Mariclhard Louis, administrateur de
2* classes des colonies est port dimnissionnaire de
son emploi par decret du 25 juillet 1949. (J.O. 27
juiliet 1949).
* Un d.oret du 26 juillet 19419 porte d6gagement
des cadres, sar leurs demanded, de 21 aidministra,
teurs des colonies. (J.O. 28 juiillet 1949).
* Un arr&t6 ,du 8 juil'let 1949' disigne les meanhres
de la Commission de Reolass'ement de la Magistra-
ture Coloniale. (J.O. 22 juillet 1949).
S M. Rougier Andrk, est nomm6 substitute de 2 classes


dans le ressiort de la Cour d'Appel de Madagascar
par dfcret du 210 juiBlet 1'949. (J.O. 221 juillet 1949).
* MM. Donnier et INeveui, avouAs A Monitpellier et A
Aix-4an-Provence, sount respectiveonent nommnes Juge
au Tribunal de pneaniire instance de Saigon et Juge
de Paix die Vinih par decret du 2 aoft 1949. (J.O. du
9 aoit 1'949.
* MIM. Frevol et Lafont, avocats' A Nimes et Ton-
louse sont nomnmbs juges d'un Tribulnial ide 30 classes
dans le resort ,die 'a l our d'Aippedl de Saigon par
d6eret du 2 aoft :19491. ((J.O'. 0 aout 1949).
* Un dBeciret du 2 aoft 1.9419 porte nolmination (die' 20
administrateurs adjoints de 3 classie des colonies.
(J.O. 10 aoat 11949).
* Un dcdreet du 2 a.oft 1'949 porte digagement des
caidres, sur leur demandle, die 5 adiministrateiurs des
co oonies. i(J.O. 11 aoflt 19491).
* M. Dieroure Pierre, est nommlI par d6cret du 2
aoft 11949, substitute die 2" classes dan's le ressort diu
Tribunal SupAirieur d'Appel de la NouivlellieCalado-
nile. ((J.O. 23 aoft 19491).
* M. Goguillot Pierre, avocait general prls la Cour
d'Appel de tl'A.OJF. ,est adlmis A faire valoir ses
daoiits A la reltraite par dceret du 24 iaout 1'949. (J.O.
26 aoit 1949).
* M. LassalHeSSer6 'RobertFil6ix, inspecteur :gn'6ral
de 1" clasise des colonies, COonseilleir de la Rlpubli-
que des Etablissemrents Frasncais ide 1'ODicanie, est
place en position de idl6tachement pour une pi6riode
d}e 5 ansi pour exiecer un;e function pubblique le:c-
tive par ariart du 211 juilet 119'49. (J.O. 24 juillet
1.949)'.
* Le tour die service Outre-Mer des fonctionnaires.
civils appartenant aux cadres r6gis par decret est
paru au J.O. du 1" aoft 1949.


L'APPLICATION
DE LA LOI DU 31 DECEMBRE 1948
SUR LES LOYERS
EN FAVEUR DES COLONIAUX


M. Luc Durand-Reville, s6nateur du Gabon,,
ayant demand, par une question ecrite, au Minis-
tre de la Reconstruction et de I'Urbanisme, quelles
measures son d6partement compete prendre afin de
donner, A administration pr6fectorale, des direc-
tives en vue d'appliquer, en faveur des coloniaux,
l'article 2, deuxieme alin6a, de la loi du 31 d6cem-
bre 1948, portant modification et codification de la
legislation relative aux rapports des bailleurs et lo-
cataires ou occupants de locaux d'habitation ou A
usage professionnel et instituant des allocations de
logement qui permettent, A tout moment, aux pr6fets,
de mettre fin a I'attribution du logement pendant la
p6riode de prorogation des requisitions pr6vues par
la loi, le Ministre a r6pondu en ces terms :







< L'application des dispositions, tant de l'article 2,
.deuxiBme alinea, de la loi no 48-1978 du 31 d6cem-
bre 1948 que de la loi no 49-845 du 29 juin 1949,
prorogeant, pour une duree de six mois, les requi-
sitions en course A cette date, ne necessite pas l'envoi
d'instructions speciales aux pr6fets, en ce qui con-
cerne l'examen des demands de levee de requisi-
tion presentees par les coloniaux A leur retour en
France. En effet, la situation des int6resses a, pre-
c6demment, fait l'objet de la circulaire CG/432 du
4 juillet 1946, adressee a Messieurs les prefets; ce
,document indique, d'une part, les conditions parti-
culieres dans lesquelles doivent &tre examinees les
demands de requisition concernant les logements
inoccupes don't sont detenteurs des citoyens frangais
residant hors de France, et rappelle, A Messieurs les
pr6fets, d'autre part, que les detenteurs des locaux
en cause sont en measure de solliciter, prealablement
A leur retour definitif, la levee de la requisition pro-
nonc6e A leur encontre, des I'instant qu'ils justifient
de leur prochaine et definitive reinstallation dans
leur ancienne residence, Messieurs les prefets ayant
la possibility, aux terms de l'article 28, deuxieme ali-
nea, de l'ordonnance du 11 octobre 1945, de mettre
fin, A tout moment, aux requisitions de logement.
Ces instructions conservent toute leur valeur et Mes-
sieurs les prefets ne manquent pas de les mettre en
euvre A l'occasion des demands de levee de requi-
sition don't ils sont saisis par des coloniaux.
< En outre, en raison des dispositions du project
de loi, d6p:ose par le Gouvernement sur le bureau de
I'Assembli!e Nationale a l'effet de mettre fin aux


attributions d'office et d'accorder, aux beneficiaires
de requisitions d6ji installs dans les lieux, un droit
de maintien semblable A celui accord aux occupants
de bonne foi par la loi no 48-1360 du 1" septembre
1948, une circulaire a ete adressee, A Messieurs les
pr6fets, le 24 juin 1949, pour leur prescrire de lever
la requisition lorsque le prestataire serait, s'il etait
proprietaire, susceptible d'exercer son droit de re-
prise, par application des articles 18, 19 et 20 de la
loi precit6e. Se trouvent, notamment, dans cetre si-
tuation, aux terms de l'article 20, deuxieme alin6a
de ce texte, les Frangais ayant exerce leurs functions
ou leur activity professionnelle hors de la France me-
tropolitaine pendant cinq ans au moins et rejoignant
la Metropole; ce d6lai n'etant pas impose au pro-
prietaire qui rejoint la M6tropole pour un cas grave
et ind6pendant de sa volont >>.


INELIGIBILITY

Le Journal Officiel du 5 aofit public une loi du
2 aoft, completant la liste des ineligibilites prevues
par le paragraphe 3 de l'article 12 de la loi du 30
novembre 1875 sur 1'election des deputies, complete
par l'article 45 de la loi du 5 octobre 1946 relative
A l'election des membres de 1'Assemblee Nationale.
Sont, egalement, ineligibles, dans les Territoires
ofi ils ont ete envoys en mission, pendant la durie
de leur mission et les six mois qui suivent, les inspec-
teurs g6enraux et inspecteurs des colonies.




















REVUE DE PRESS


Nous rappelons que la revue de press publide au present bulletin est purement objective. Elle n'implique
dvidemment aucune adhesion du Ministare de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimees dans les articles
reproduits a titre d'information.




PRESS METROPOLITAINE


INDOCHINE

Le President Vincent Auriol a fait parvenir a
S. M. Bao Dai un message qui, outre qu'il permet
de fire le point de la situation au Viet-Nam, ouvre
les plus vastes perspectives. L'importance de ce do-
cument n'a pas echappe aux principaux editorialistes
parisiens, qui I'ont longuement comment.
Dans le POPULAIRE du 9 aoit, M. Leon Blum
ecrit :
Satisfactinoi pileine et ie:nltire esit done donine,
non seuiernent aux engagements pris vis- -vis de Bao
Dai par les HautsdComaiaissaires Bollaert et Pignon
aigissant an noim ,die la m6tropiole, imails -aux revendi-
cations du people vietnamien tout entiier. Toutes les
garantleis d'exiicuition sont d,&s a pir6seint acquises oa
promises.
Telle est la donlnile esslentiie ae. iS'iT en ,est ainsi
aucun litige ne subsiiste plus, entrie' la R6publique
Francai:se et lte ipeupl'e vietnaimiien.. Aucun; part, au-
cain citoyen du Vieit-Nam n'a plus la muoiindre raison,
on le imoindlre pr6texte, pour continue la guerre.
La paix ne deplend plus que ,ddu peiuple vietn'amien.
La ipaix, et .ds A pr~nsent la treve, sont done proposees
oiu pilut6t id6ciares au pauplie viietnamiilein au nolm
de la R16publique Frangailse et de 1'Uniaon Francaise.
Plus loin, le leader socialist dira encore .
La lettre de Vincent Auriol cionisid.re P'ividencec
des faits come si formellement iitablie qu'elle, ne
semible pas prrvoir d'autre solution que 1'iunion du
penuple vietnaimien pour aa paix et id:an.s a paix. Tout
sujet de conflict arm= se trouvant desormais Mlimin6.
entire le people vietnlamien iet le pleuple francais, elle
n'envisage diintervention ar'me die la France et de
I'Union Franmaisie que dans lun,e seule hyipothbse,


celle d'une attaquel dirig6e ,oontre les frontieres viet-
niamien.nes. Dans ce cas l'int6grit6 territorial du
Viet-Nam iserait garantie par la France et 1'Union
Francaise. Elle le' serait aussi par I'O.N.U., aupres do
laquelle la France 's'engage A pnrrsenter et a s'outeeair
la deimianide d'aidlmision diu Vi'et-Nam.
Je ,ne crois pas avoir exag6ir l'imiportance de ce
document aii I'avoir attire dans le sens de ma pro-
pre pens.1e. 11 traduit aivec 6videncle la volont* de
dnoince,r enfini le dramie vietnamien ,et de lui four-
nir un d',nouemeint acceptable et i6quitabl'e. II est
inspire tout entier pair '1a conviction que la prolon-
gation .du conflict anrmio, ia I'heure presiente, alors qiue
les bases d'une paix honorable paisque equitable,
sont indulbitableiment acquises, serait abssurde autant
qu'inhulmaiin.e. Son but elst, .par une initiative solen-
nedlle, d'inspirieir cette conviction la tons Iels Vietna-
miens laussi bilen qu'A tous Iles 'Fanqais. En ce qui
nous ,oincennie, voili lonigteimps ique la chose est faite.

L'article de M. Lion Blum n'est pas passe ina-
pergu, plusieurs de ses confrdres en font itat dans,
leurs commentaires consacres au message du Prisi-
dent de la Ripublique, don't M. Georges Garreau.
En effet, ce dernier, dans PARIS-PRESSE du IO aouit,
fait remarquer :
Apres la vilolelnte prise ide position du parti slo-
cialistle en faveur dIH86 Ghi iMinlh sur la foi die
d61 guts de 'sa F.dCration indochinoise aujourd'hui
d6savouee ipar unse parties Ide leurs troupes il est
particulibreiment important de voir M. LUon Blum
couvrir de fleurs, dans le Populaire, le Pnrsident de
'a R6publi-que pour 'la r6daction d'un; ddocumleint ca-
pital qu'il consider comunme < une base iquitable... >
Et M. Lion Blum de se d6clarer dd'acicorod idans le
oas d'une attaquc ,dirig6 e du dehoris icontne, les fron-
tieres vietnamiennes. Voilla un' rude, pave dans la


L~C~-~-~S~L~L4~Ur a








mare des groupements socialists et parasoicialistes
qui :avaient jusquiici soutenu aveoc taint d'aveugl'e-
ment H6 CMi IMin h lt e Viet-Mini iqu'il ne faut ce-
pendant pas. confondre avlec le Viet-Nanm.

Dans I'AUBE du 9 aoi2t, M. Pierre Corval comn-
imente ainsi le message de M. Vincent Auriol :
Nous n'avons jiamais cmn ique la tragedie inddochi-
noise pourrait se didBnoiuer par la sieile manifestation
de inotre puissance militaire. Nous avons, an con-
traibre, constiaimunnent affirani6 quell Ba mnisie en oeuvre
et l'application loyal des principles di6finis par la
Constitution, let sur lesquels 'si afonde I'Unioin Fran-
gaaise, 6taient les 6n6ments .ncessiaires let suffisants
A la solution, du conuflit.
N'est-,ce pas pr'ci'slment ce que vient ide: rappelet'r
M. Vincient Auriol, dans le noble message qu'il a
rbceimmneint adiess, A leemperenur Bao Dai ?
La Franice a 6t6 loyallei et ce n'est pas. sa faute
si son premier partenaire e le efut pas. Elle a tean
ses processes. Lie Viet-Nam eist, aujiourd'hui,, un Etat
inldepenidainat, 'dans le ioadre die; l'Union Francais'e.
Son unit,6 I:st rf6alisi6e. Ses rieviendications nationals
sont satisfaitees. I1 appartient a l'enmpereur iBlao Dai
d'&tre Farti san de la renaissance viienamienne. Celle-
ci nie saur:ait se confondidre aveic. an 'netour pur 'et
simple au a traditions dn pasase. Elie doit, au con-
traire prerdre les ,allures d'une transformation pro-
fondie ides structures Boononmiqiues, et sociales et
d'unne march hardie vers ie progrbs. Sinon, ce n'est
pas s:eule eint la paix qui sera de nouveau conmpro-
mis, mais l'indpeindlaincee diu Viet-Naan qui sera me-
naceie.
M. Remy Roure aussi, dans le MONDE du IO aoit,
constate que la paix est disormais possible au Viet-
Nam, mais qu'il imported aux dirigeants et au people
de ce pays de la faConner :
Aucune ,quivoqgue ii'est plus, possible. Les reven-
dications nationaltes d, du peniple vietnamien tells
qu'elles furent n.onc,6es par l'empereur, telles qu'el-
les 6taient prkciskes par le gouvernement .de fait
H .Clhi Minh >, vont Otre satisfaites. Ce nest pas
d'ailleaurs la Frantce qui a chanig6. Ce cadre de
l'Union Fr an9gaise, 'qu'il acceptait nagubre, H6 Chi
Minh le rejiette. C'e.st bien l'aviction total de son
pays ? Nulllement. II n'a pas d'is'oleement possible
pour le Viei't-Nam. iCe pays que la France avait rendu
prospire s;erait fatalement conduit, commune I'ecrit
encore 'l. Vincent Auritol, vers d';autres fins que
nous iconnaissons trorp et ique ne peurvent ignore lies
partisans, en IFranice m eme, des negotiations exclu-
sives avec le 'chef comnmuniste du Viet-Minih.
,Si ce de.rnier .tait rwrainent sincere, ii ne pourrait
pas ne pas reconnaitre' que la R ipublique a fait tous
ses efforts pour mettre fin au tragique conflit qui
d6chire 'l nidochine, pour maintenir 'iou.vre civili-
satrice qu'elle a accoimplie,. Cette. guerre exist atroce,
nous le savomns. II y a 'eu qielqures acites ide vengeance
et des repr6sailles inlhumaines. Il y 'a enu aussi, infi-
niinient plus nounbreux, des actes magnifiques d'hbi&-
ro'sIme et die 'chariti6 dans le, plus noble: sens, idu
termne. Maits on piasise volontiers, sous sileinicei des der-
niers pour s'en tenir aux autres, col e pour jeter
sur nos soldats let ,donc 'sur notre pays, parfois avec
sadisme, les pires idies icalomnies.


Cette dernidre phrase dvoque naturellement la cam-
pagne entreprise par ThMOIGNAGE CHRtTIEN, aprhs
les journaux d'extrime-gauche, centre les atrocitis
don't se seraient rendues coupables les troupes fran-
faises dans la guerre au Viet-Nam. Si la press d'ex-
trime-gauche est unanime a approuver vivement l'ini-
tiative de l'organe catholique, le FIGARO, le 12 aot,
estime que
dans un tel idramne, oif chaque 61menit risque
Id'exacerber les passions et ide trouble les oonscien-
ces, il convient die montrer autant :de prudence dans
les jiugements que de loyaut6 ,dans les explications...
Si les ifaits d6none6s par Thmoignage Chrdtien sont
recon.nus ,exacts apris ,enqu6te, ill faut que ides sanc-
tions soient prises sans tarder centre les auteurs
responsables, quels qu'i'ls soient. 'Fermer les yeux
et se taire serait agir coontre Fl'honn'enur et les: linterits
de la France.

Mais J. M. Garraud, auteur de I'article du FIGARO,
n'omet pas de rappeler, a ceux qui feignent d'oublier
dans quelles conditions luttent nos soldats, que '
la guerre an Vioet-Nam 'est dture, sournoise let d6-
primante. L'iinsiecurit permanent, Ja traitrise des
embusicades., la hiantiseo d'une 'attaque' lance dans
I'obsicuriit6 de la nuit n ou dans la p6nodmbre de la
foir6t par un: ennemi diont il est presque toujours im-
possible ide diceler ''approichiei, le souvenir ,de cama-
raides ass'assilns iet affirelsiemaent mnutil6s, le climate
lui-m&nme : tout agit sur les nefs de inos soldats.
EEt quand ce's ideaniers sie voient confoaduis, dans
certaine press de la m6tropole, aveee dies iS.S., des
< tortionnaires )' et des < assassins >, ils .6prouvent
de la colnrie et un resseintiment trop jlustifi6.
J'ai visit die's posies perdusi an milieu 'de la
biroxusse. Je saist la vile: danigereuse let parfois hBrloiqun
*qu'y mannent ceux iqui en ont la garde.. II faut avoir
une rare 6nlelrgie morale pour tenix des imioils dans de
tells conditions.
VoilA ce qui doit 6tre dit et rediit pour un lexanen
loyal des faits, affinme avec force J.-M. Garrautd.
L'im.mense majiorit6 du gais en Indochine dconnie 1'exeVmplae dui calmle et du
courage -dans l'accomnpllisseiment *d'uie t che 6cra-
sante.
On ne r6siout jamalis rien en rendant le mal pour
le mal, en r6pondant A 1a lcruauti6 par la torture, en
usant ide represailles iqui troip souvent frappent des
innocents.
iSouhaiton:s que chacun le 'comprennie toujours
dans I'int6r&t de cette amiti6 franco-vietnamienne
qui reste notre espoir.

M. Pierre Corval, dans fAUBE du mime jour, par-
tage enti&rement cette opinion :
iCe n'est pas .f partir idle l'erreur, 6crit-il, que l'on.
mettra un terne A cette ;guerre, que icihacun dies deux
adversaires sie d,6fend diavoir voulue, mais -A partir
de la v6rit., proclaimed sans fatibl;essei, par devoir et
par amour d'el-lei-an e... Mais. ii ne suffit pas, de
ortablir la v6rit6 dans soin intIgrit6,, de courEber les
un le ls et lautresi sous le poildsi de leurs fates de
leurs seules fautes. II ne suuffit pas ide db.noncer la


S49








conspiration ide I'errour ddu parti-pris, des has, cal-
,culs ou de la InAclete.
l1 faut encore ddeihiver le, rideau o de Ihaine cquie
Vietnamiens. et Franalis ont h6las tissi6 de
leurs propreis mains. II faut remnonter le torrent de
sang, saisir la premiere occasion die; briser la ohaine
.des represai'lles, is'echapper diu ceicle infernal, si
'lon vent, enfin, trourver l'issuei versi la paix.
C'est 1A, p'r6cishimoent, la nimission 'erssentielle de Bao
Dai. Les conditions politiques d'un retour A la paix
sont aiujourd'hui r6unies du fait de:s accord's passes
entire e Viet-Nanm et la Fr'ane. La menace clhinoise
qui se: profile A l'horizon .du Tonkin devrait hAter un
relgroupement des Vietnamiensi patrioteis, quele
qr'ait Ut6 leur attitude passee, autouir ,des nouvelles
institutions que l'independanic e de lear nation, an
sein de 1'Union Francaise, leur permit de se donner.
Conjurnons don!c, iense mble -eux et nous, citoyens
de l'Union, FranCaise les, puisisanIces des t6nebres.
La plaix, qui n'a souvent d'autresi ennemis que nous-
m&mes, prenidr'a, sa source dan; lies e oeaurs.
L'Epoque public un article de M. Durand-Rev'lle,
intituled < La dangereuse rivaliti des huiles colonia-
les et des huiles mitropolitaines menace, surtout, les
consommateurs >>
La concurrence .crit-il va joueor dans le
sens id'unie uniformisaltion de la quality sutr la base
inlfirieure. En effect, les huiliers mi4tropolitains, .cons-
tatant que lieur product se vend plus mal que les
prolduits alricain:s iont envislag6 de career uine seule
quality en m6langeant huiles de France et huiles
d'Afrique. Csest, 6vildeenimlent, une solution de faci-
lit6 iet uni mioyen d'bconleir pareillement le meeilleur
et le nmoins bon.
... L'aclheteur mantropolitain ne serait pas la seule
victimie de cette malfagoin syst6imatique d'un proiduit
essential. L'huile africaine en, subira le .ontre-coup.
... Plus .qu'un inon-sens : d'est une faute trks grave
iqu'on s'apprdte A iciompromnettre a l',gard de l'Union
Francaise.
Paris-Presse-L'Intransigeant public un article
copyright consacre au Haut-Commissaire de France
en A.O.F. sous le titre < Un civil a le commande-,
ment militaire d'un Territoire grand comme douZe
fois la France >.
Le Figaro (Pierre Voisin) a public un reportage
de son envoy special.
Pierre Voisin, apris avoir rappele les paroles de
M. Creech-Jones, ministry des Colonies de Grande-
Bretagne : < Les critiques viennent presque toujours,
soit de la Russie, soit d'une certain section de I'opi-
nion publique des Etats-Unis. Elles 6manent g6nera-
lement de personnel qui n'ont jamais visit l'Afri-
que, et il n'y a aucune some d'arguments rationnels
qui parait capable d'6liminer ces opinions prcon-
sues >, icrit :
Parleomentaines, ministries, presidents ,d'Assembl6e,
Ig6n.6raux sie prelssent A la d6colu-verte de, I'Union
Francaise.
... En esperant que le Goruvernement, renseign6,


diesornmais, par ses memnbres let leurs pairs, redresse
dies erreaurs ique' ,oin ne peut plus n ier et traite, len-
fln, LA.E.F. aivec le souin et les Igands que nrmritent
les tlenaces efforts ide iceeux qui y cemuvrent comme la
prodiigieaseo r6serv:e ide richessiesi iqui y dorment en-
core. Car c'est A Paris ique se jioue sion destin.
... Quels siont, enfin, les prolbilkmes qua I'A.E.F. doit
r6soudre pour vivre et prosp6rer ?
Disons tout de suite, pour eitre clair, que l'on s'y
heurte A deux sortss de probl6mes. Ceux que I'on
ileltrouve dains toute 1'Afrique Noire : repercussions
dies < lois ide lihert6 >>, dialogue difficile de la ma-
gistraiture et de I'autoriti,, fmal-ailse racial, pbnlurie de
Imain-d'oeuvre, d.s quilibre d'un enseign ement qui
multiple lies .c.ommis aux 6critua es mais n6glige les
artisans et les technicians, salaires mis6rables des.
fonotionnaires, mlanque 'd'olmmnes et de chefs, htran-
glement des devises let ea .col6nialismner d'Etat. >
iCeux qui llui solnt propres et ragissent son plan
d6iennal, 6quipemnent, routes, airodroimes, 6lectri-
cit6 ; ptriole, ,or et diaimant ; ooton, arachiides let pal-
unisiels, bois. En rapacity sans pr66d.dent d'uane m6-
tnropole don't ies actes contredisent lesi promess'es,.
s'6tonnant einicore que l'oin, fasse si pienu quand elle
,s'emploie, de tons sies sucoirs, a rendre exsanigue an
corps sain.
Dans l'Echo de la Finance du 12 aoi2t, M. Du-
rand-Rdville, senateur du Gabon, s'elve centre < le
favoritisme accord la mdtropole dans ses rap-
ports avec les Territoires d'Outre-Mer > :
Penser et aigir Union Frangaise 6crit-il -
soint les conditionss e'ssentielles dune p'olitique kco-
iomique cohi6rente. La France isie dioit de souteni
et de prot6ger 'effort ide production ,des industries
'oloniales et m6tropolitaines qiui coincourent a sion
ravitaillement.
Dans son article, M. Durand-Riville demand no-
tamment que le franc C.F.A. soit assimiled la pias-
tre indochinoise ou a la roupie de l'Inde, monnaies
bindficiant d'un regime de march a terme qui les
met a l'abri des surprises de la speculation, exporta-
teurs et importateurs pouvant, a tous moments, cou-
vrir leurs risques par des contracts de change avec
leurs banquiers.
Mais ,coMnment, en l'occurrence ajoute-t-il -
assurer icette garantie aux producteursd de la zone
CJF.A. ? Par Ia cr6atiion, a Paris, de caissies .de ga-
rantie on d'assurances sous les auspices des institute
d'6amission arveic ia garanti'e inalei ide I'Etat, qui y
trouverait son 'conipt.e.
Dans Paris-Presse-L'Intransigeant du 4 aot,,
M. Francois Charbonnier public, sous le titre < La
France va ddifier en Afrique deux nouveaux < Gd-
nissiat >, un article consacrd a l'avenir du continent
africain et aux projects francais.

L'ceuvre sanitaire de la France

La revue mensuelle France-Outre-Mer. dans son
numero d'aofit-septembre, consacre un article a l'ceu-
vre sanitaire de la France au Togo :







Les r6siultats 'obtenus par le judicieux pquipement
medical ,et sanitaire du Togo, sont Bloquents ecrit-
elle -. C'est ainsi que, alors que 15.1093, trypanoso-
m6s en 1936 ont Wt dIetect6s panmi 88.480 Tagolai.s
visits, en 1948 on n'en a trouvn que 3318 sur 426.548
persionnes visitees. La 'mnorltalit infantile, dans un
.secteur trs peupl,, est tomb6e die ,3010,0 % a 2,11 %.
Et la population du territoire s'est accrue de 30 %
de 1921 A 1948 (9650.010 habitants, au lieu de 7010.000).
iCet 'effort 'est ilnlassalilenbleint poursuivi par la
France. Bien que les 10 centres m6idicaux altuels
soient dejA doot6s de 1.8115 lits, ur'n novel ih6pital est
en ciours .die constructionn A Loinm ; il poss:dera 50
pavillons id'hospitalisation, une iclinique ide 100 flits,
un service' de d ontagieu,, ain bloc chirturgical, un
bloc o'bstetri]cal, idesi services specialists, etc...
Un h6pi:al de 2100 lits est, edgailement, priiu A
Lama-Kara. Le nombre des dispiensaires ruraux sera
incessamiment port 'de 45 A 74..
Tous ces traivaux neifs sont entrepris grace a un
.appoint de pilus ide 71010 millions' de francs CG.F.A. clon-
sentis par lt' F..ID.E.S. (Fonlds d'Investissement eet de
D6veloppenient Econlomique et Social),
Ainsi, au Togo comime ailleurs, la France reste fi-
dele a sa haute mission.

Le Figaro du 26 aoit public les declarations de
deux sinateurs de Madagascar, MM. Zafimahova et
Totolehibi sur la rivolte de 1947 dans la Grande
lle :
On s'e:st efforc6 a idit M. Zafinaholtva die
donner un cairact re piopulaire .et national A la r6-
volte qui a ensanglant6 Madagascar. Cela est abso-
lument faux. La ravoate a 6t le fait d'une,. caste.
Comprenez surtoiut a .d6clar6 M. TotolehibA -
qtfil n'y a ] as qure Dies Hovas a Madagascar. Ii y a les
<< COtiers >, les plus nombreux et .qui ne veullent pas
6clhan,ger la protection francaise centre la dolmina-
tion id'un p tuple qu'ilsi ont touj.ours counbattu. II faut
que la mi6 topole pense aux ( C6tiiers, et iqu'elle
leaur donnie [es moyvens do s'in.struire de s'"lever et de
s'a'dapter A une -vie inoiderne.
Et le journal ajoute en conclusion :
Nous persons A icette r6,flexion que nous avons
entendue : < La Franice a surtout centre elle, A Ma-
dagaslcar, lls deux cents Ifamilles locales qui ont la
nostalgia d' m pass de idomiination. > Certains sem-
blent avoir pour mission, en France, de favoriser,
dans les errioies sd'Outre-Mer, tous les anouve-
ments .de r6blellion en oubliiaint, temporairement, sans
doute, leis intirts particulier'.s ique ceux-ci cachet.
Les ( C6tiers >> l66mnent Iprpond6rant du penuple
de Madagascar, in'entrent pas dans 'ce jeu. Ils, ideman-
dent que, planss 1'Union Francaise .des ameliorations
de toutes sortes soient alpp.ort6es A leur vie ; ils r6-
claimnent des ecoles et ides 'hpitauix.
Cela lest logique eet normal. C'est pour die's r6alis'a-
tions econoimiques et sociales, et inon pour des r'vol-
tes maisquaint rmal dies Ivisees peiu en rapport avec
<< ila lilbi6ration dies peuplies > quae 1'Uniion Francaise
se bAtira.


MADAGASCAR


Interview de M Gallet au retour de sa mission & Madagascar

M" Gallet, ddputd de la Vienne, avoud a la Cour
de Poitiers et membre de la Commission de la Jus-
tice a l'Assemblde Nationale, vient de rentrer d'un
voyage 4 Madagascar, oit il avait itd charge, avec
Me Grimaud, president de la ComVmission, d'effec-
tuer une enquite sur l'organisation judiciaire dans
la Grande Ile. Me Gallet a exprimi sa conviction que
les Malgaches font entidrement confiance au juge
frangais. < Le prestige de ce dernier est si reel -
- a-t-il ajoute que nombre d'autochtones vien-
nent lui soumettre des affaires qui relevent norma-
lement du statut local. >
II convilent, d'aillears, ide rendre un Ihommage
particu'lier A La justice .de Madagascar qui, depuis
deux ans, prodiuit iun effort consid able dans des
conditions extr6mlement diffilciies.
A Tananarive, 'organisation jludiciairlei fonctionne
nonmalement on peut dire come en France --
'comipte tenu des contingences locales. Eni brousse,
oependant, il existe de nombreieuses imperfections:
lenteurs de procedure, parfois, dangereux manque de
forme. Les administrateurs ont beeaucoup de travail
et il seimblie qu'ils puissent malaiisament consacrer
assez de temnps A ]'oeluv re judiiciaire. Ainsi, leurs tour-
n6.es o!bligatoires les Iconrutraignent A supprimer des
audiences.
D'une maninre g6nilrale, l'organisation judiciaire
let la 16gislature crilminelle ne r6pondient plus aux ne-
;cessit6s pr6sentes, c'est pourquoi le, Gouvernement a
mis A l':6tude une refonte des institutions et dies
textes actuels.
II n'est naturelletneenit pas question de revenir
a la justice' indiggne, supp'rilmie en 119416, mais il
est, a mon avis, plunsieurs r6fo.nmes iqui peuvent 6tre
appliques avec fruit.
II alpparait souhlaitable que les administrateurs
soient dd6clharg6,s de la fonctilon judiciaire. C'est,
id'ailileris, une evolution normal que die' s6parer
I'administration de 'la justice.
II fa;drait, ensuite, augmenter le nombre des ma-
gistrats. Leur insuffisance num6rique est notoire. Ils
ne sont, actuelliement, que quaranite-trois pour cin-
quainte-six posters dans toute l'ile.
II cronviendrait, enfin, Ide cr6er ide nouvell.es Jus-
tices de Paix A competence 6tendue et.d'instituer des
miaagistrats forains ayant des pouvoirs plus large
quten Franoe. Ces magistrats forains sont une ndces-
siti6 .dans un pays aussi vaste et ausisi pe peupl ',que
Madagascar loh les voie's .de communication sont en-
core trop rarels. En un amot, il s'agit de rapproceher
le magistratet du justicilable.
iLe Gouvernemnent. rest d6jlA entire dans Ra voie des
r6foraneis et uan project, pr6sentl par lui, a 6te d6posi6
sur le bure'a' de l'Asseanbl6e ide 1'Union Francaise
(pour avis. I1 constitute un premier pas vers une r6-
forme plus g6n6rale A laquelle on tend. II porte sur
la ro'riganisatiton et la r6forme judiciaire en mati6re
criiminelle et ipr6voit lesisentiellelment la suppression
des officers du iMMini'stere Public iauprls de la Jus-








twice de Paix a coimpittenoe ,tendue et une nouvelle
definition de la contravention de simple police.
C'est ce iqu'il y a de plus urgent A r6aliser.

Au sujet de la situation gendrale a Madagascar,
M" Gallet s'est declare < non pessimiste >>.
Je pensais a-t-il precis, trouver un pays
plus ,d6sorganis6 aprbs une rAbellion qui i'a ensan-
glant'i.*Or, j'ai oconstatA qu'en faith, administration
tenait fort bien :en mains la situation. iL'iceuvre die
pacification lest faite. On peut, maintenant, circuler
dans toute l'ile sans 'anmes. Et 'si on constate en-
core, dans icertains 1616mentsi de, la population, des
sentiments .de mifilance, et n-me, d'iinqui6tude, il
existed ides signs 6vidents ide detente et mAne de re-
dressement. Partout, on eixprime sa foi dans l'ave-
nir : j'ai 'va-des iconstructions ide points, de canaux,
d'6coles, de centres m6dicaux. A Tananarive mkne,
la construction priv6e lest tr's active et les chantiers
se minltiplieit. J'ai l'iimpressilon qu'on se trouve a
Madagascar .dans une ipiriode de transition et
qu'aprBs on rAgime un peu exceptionnel, dfi anx Bv&-
nemnents r6cents, il sera possible, dans un avenir pro-
dihain, id'e'ngager A plein, aveec, la confiante collabo-
ration Ide tous, une politique colurageuse et lhardie de
d;veloppeiment industrial, algricole et commercial.
L'organisation des coillectivit6s locales enterprisee
est une ceuvre de grande utility N'est ce pas ainsi,
par les libertis municipales, que s sont formn6es
toutes les Rpu!bliques. Ce sera un pas en avant vers
une rforme de lonige haleine de l'adAninistnation
m6me de 1'ile iet je pense qu'il faut tendre, dbs main-
tenant et progressivement vers une di6entralisation


qui tienne coimpte ides realit&s ethnibques, Acoinomi-
ques et imane g6ographiques.
Le grand probl6me qui 'se pose A Madagascar est
clelui de la population trop clairsieanie. Quatre mil-
lions d'habitants pour une superficie plus grande que
celle de la France. Je suis. tres partisan d'une poli-
tique d'envergure d'immigrati'on et, particuliarement,.
d'ilmnigration frangaise.. Le devoir de la m6tropole
est d':btablir un courant vers 'Madagascar comme il
en a &6t .cri66 un vers. le Maroc.
11 convient, avant tout, de favoriser I'accroisse-
ment die la population indigene iet en cette matiere
une .ceuvre immnnen'se a d6JjiA ate accouplie, tant par
les missionnaires ique par les autoritks. La mortality
infantile est ainsi en forte regressioin.
Le second grand problinie est celui ides voies de
communication. En ce domaine, le travail A entre-
prendre est .considdr'alble. II est A signaler qiue 1'avia-
tion prend un vif essor et Madagascar est un des.
pays qui a lie plus dW6roddrom-es par rapport A sa su-
perficie. J'ai it,6 ersonnelleanent heureux d'assister .
1'inaucguration d'un terrain A -Tsaratanana.
Je dirai, en terminant, qu'A Madagascar, j'ai senti,
commie on sent en France aictuellement, dans l'ieffort
qui est exig& .de tous, quelque abattemeint ma-is, ce-
qui m'a le plus frapp,6, c est ila joie ides poopulations
accueillant le reprasentant ide (la France qui leur ap-
portait le salut ide la mere patrie. Quelle preuve de
leur attachment II nous rest A d6nontrer, come
I'ont ddejA fait nos devanciers, que i'id6al francais
est toujours d'app'orter le bieln-tre et le plaisir de
vivre ern donnant 'iexemple die 'effort et diu travail
efficace et d6sint6resst.


PRESS D'OUTRE-MER


INDOCHINE
La lettre adressee par le Prisident Vincent Auriol
a S.M. Bao Dai et le voyage du Ministre de la
France d'Outre-Mer en Indochine ont fourni ma-
tihre aux commentateurs de la press indocbinoise,
qui saisissent cette occasion pour revenir encore une
fois sur les relations franco-vietnamiennes et la situa-
tion politique au Viet-Nam.
Dans l'UNION FRANAISE, M. Henry de Lachevro-
tidre dit que le message de M. Vincent Auriol < difi-
nit > admirablement les positions de la France et du
Viet-Nam en meme temps qu'il situe le problime
qu'il nous faut rdsoudre de concert. Apres les assu-
rances fournies par le Prisident de la Ripublique,
< si les hommes dtaient raisonnables! et si les com-
battants du maquis indocbinois luttaient sincerement
pour l'inddpendance et l'uniti du Viet-Nam, icrit
M. de Lachevrotidre, la tache du Gouvernement
constitud par S. M. Bao Dai serait aisle >, puisque
Ho Chi Minh et les siens, ainsi qu'e le people vietna-
mien, ont requ satisfaction.
Malhieureusemeint, pursuit le journalist, nos ad-


versaires, les Viet-Minh actifs, ont d'autres objectifts ;
pour eux, les aspirations nationals n'6taient ,que des
pr6textes, et leurs troupes en Coichinchine soot prin-
cipa'lement composes .et surtout encadr6es, par des
6chappes du bagne de P oulo-Condore, par des d6ser-
teurs jaqponais camouflk6s en Vietnamiens, et par des
6missaires cominunistes venus du nord. Tous ces
gens-1a ont int6ret A p'rolonger les troubles qui leur
pieIrmettent de vivre grasseiment aux d.6pens ide la po-
pulation laborieuse.
Dans le nond, l'6tat-major d'H6o Chi Minh obit a
des consignes venant die l'exterieur, visant A 6tablir
en toite la p6ninsule le regime communist selon les
conceptions du. Kominfonrn.
ll est .done pieu probable que l'appel lanc6 par
S.M. Bao Dial soit entenidu par toutes < les families
spirituelles et politiques >>. C'est pourquoi la tAche
du Gouvernement central vietnamien sera longue' et
ardue.
II ne faut pas cepiendant d6sesp.rner ide la voir
menBe A bonne fin, oar d'excellentes nouvelles nous
parviennent du nord of la masse laborieuse -des ha-
bitants du delta et mniine de la haute rAgion est com-
pl6temnent lassie de la tyrannie, de Ho Ch i Minlh et de
son entourage, la population aspire an r6tablisse-








Inent de la paix et au retour de Ia s6curitW. Lors de
la dernikre offensive du corps, exp6ditionnaire qui
a permits die rependre Siontay, Phiu Lan,g Thuong,
etc., nos sol dats furent accueillis commie 'des libra-
teurs et les notabilit6s .supplierent nos officers de
deimeurer l5I pour les proteger. I1 suffirait de le bien
vouloir pour i6tendre rapidielment notre zone d'in-
fluence sur tout le Tonkin. L' tat d'esprit ide' la po-
pulation est deilmontr6 par l'accue'il enthousiaste qui
fut r6serv' A Hanoi A S. M. Bao Dai.

De son cotd, M. Jules Haag, dans LE JOURNAL
D'EXTRAME-ORIENT, rattache la lettre de M. Vincent
Auriol au voyage de M. Coste-Floret, ce qui est tout
-naturel.
Le voyage de iM. Coste-Floret, dit-il, aura marqul
une 6tapie idicisive, vers la fin. au conflict ,qui a oppose
le Viet-Nam la (France. Mails, itait-ce bien le Viet-
Nam ? Gerles, nonombreux 'furent ceux iqui luttibrent
pour obtenir l'ind6pendanoe sans pour cela renier
tout cie' qu'ils dievailent a la culture franchise. Ceux-
1l ne s'6taiacnt ranges sous la bhanniiere idu Viet-Min'h
qu'abus6s par le double jeu dH'6 Clhi Minh qui ca-
maouflait son appartenance au communism, sious des
slogans dnu plus pur nationalism.
Le jour devait fatalement venir ol, lies aspirations
idu Viiet-Namn ,tant satisfaites danms leur plenitude,
H6 Chi Minl h devait .se trouver en presence .d'un ddi-
lemme qu'il ne pouvait 6luder : on reijoindroe l'en-
semblle de la nation ;derrirTre Bao Dal, relr6sentant
de la tradition et de 1'avenir, ou continue mais
pour combien de, temps ? une guerre qui ne
ponvait plus s'alimenter qque par le recourse A l':tran-
ger. Nul ne contest plus, ne peut plus contester,
que le Viet-Nam 'est un Etat libre dansi 1'Un'ion Fran-
Vaise, 'Mi Vincent Auriol I'a soulign6 dans .ce mes-.
sage que' IM. Coste-Floiret, a qui revient une large
part dians I'heureux aboutissenment du conflict, a
recnis A 'eLrnpereur Ba0o Dai.
< La paix si ardeimilent souhaite, aussi bien par
le people idit Viet-Nam que. par le people de France,
a 6crit le eihef de 1'Etat francais, est oenltre les mains
du people I u Viet-Nam et de lui iseul. > H6 'Chi Minth
a-t-il d.6jfh 'compris que, ces.s lines s'aidressaient sur-
tout A lu '! La paiix au Viet-Nanm depend de lui et
de liui seul. 'Ce n'est pas la France qui fait la guerre.
Elle n'y a amcun int6ntt, et nie isoulaite ique de faire
retrouver au peuqple vietnami.en la paix et de lui fa-
ciliter non seulem.ent sonr admission A 1'O.N.U., ma is
tolutoe qui slemblerait A M. Niguyin phan Long sou-
haitiable pour pflacer le Viet-Naum. an rang des Na-
tions libre;s et associees, IA la France,. Ce n':est pas
le Viet-Nan: qui continue la querelle. Tout ce qui est
patriot a rejoint Bao Dai, on va le rejoindre, le
paysan de la rizinre ne veut que traviailler, prolduire
et gagner sia vie. Lui aussi veut la paix. Et, avec lui,
lies ouriers de ,Saigon et d'ailleurs qui ont depuis
longoemps comnpris que I'aventure ne paie pas. Seuk!
H8 Ghi Min.h fait encore p'arler la pou;dre.
Partant de la position de H6 Chi Minb, M. Jules
Haag en viendra ensuite a des considerations plus
gendrales relatives au probleme que pose l'expansion
du communism en Asie :
Que Ho Chi Minh, soutenu toujours par Iles enne-
mis de la France, ou en France, par cetux qui publi-


quement ont affirm&.6 leur volont* de croiser, non le
fer, mais les bras 'en cas d'agression sovietique, que
Ho Chi Minh ne se declare pas Satisfait, ne nous sur-
prend pas. RImy Roure note dans le Monde' que le
leader vietiminh reigrettoe auj'ourd'hui ce cadre de
1'Union Francaise qu'il acceptait naguare. Nos lec-
teurs n'en 6pnourveront aulcun.e surprise, car ce n'West
pias d'hier que nous d6nonons la diuplicite du bon-
hounmme et de son 'entourage. Si 1I~6 Chi Minh avait
un e seiule fois ritE isincele, il n'aurait pas, fait Achouer
la 'Conf6r'en.ce, de Fpntainebleau. II jette aujourd'hui
le masque, un masque en v6ritri si transparent, que
nous pouvions, lire sur le visage les intentions vraies
qui 6tai.ent et restent d',6vincer les Frangais, apres
avoir par l'intiermn6diaire de cleette delegation pari-
sienne que le Gouverniement frangaii a troip long-
temps tolre6e, lanioe les pirnes infamies, .sur ces sol-
dats francais qui n'ont jamais regu d'autres consignes
que de pacifier lie pays et id e le drbarrasser des! pi-
rates, qui Ise eachtaiennt sonus la banniere du Viet-
Mint et forameroint son dernier carrei.
Ne nous faisions pas d'illusioon. La gueirilla conti-
mnuera et si, comime lie note alvec justesse M. Coste-
SFloret, < nous soomnes enfin sorts 'du tunnel il
fandra encore veiller. II appartiendra ,d6sormais A
l'arm!6e et A la police vietnamienne' de coop'6rer au
r6tabilissement de l'ordre public, et de rF6duire a
ni ant une gu6irilla qui n'aura plus, ;de raison d'etre
que pour ceux iqui n'entretie'nnent; le d6sordre que
dans Fintentioni de continuer ides pillages ifructueux,
sinon de preparer les voices aux arimnes bolchevi-
ques.
Mais nousi n'en soimmes pas IA. Nous avons d'ji si-
gnal6 l'e changement d'attitude ddels Etats-Unis, oif on
observe plus qu'un'e tendancle, uine volont6 d'asisis-
tance lAconiomigque et imilitaire aunx pays d'Asie que
le communisnme n'a pu encore r6duire en elsclavage.
On comprend en Arnirrique que, si la premiere ligne
de defense centre le comurmunisme, e'st en Europe, il
serait dangereux de naigliger celle qui existed 'en Ex-
tr6me-Orient.
Aussi bien, si leis rallitelmen ts sont dd6sirables, le
Gouweernement du Vioet-iNam devra-t-il tnre trbs attend
tif aux imanioeavres, aux infiltrations et au noyautage
qui tenidraient A italblir la supr6 tatie au parti, qui,
ayant subi un iclheic, chierclherait sur un autre ter-
rain une reManche .clatante'. Qu'il retienne bien ces
prop.os du president Quirino : << nO1 ne pent pas
abandonner au commiunismle l'Asie avac son immense
population et setsi incalculables resources.


Du cdte de la press vietnamienne, le PHUC HUNG,
faisant itat de la lettre du Prisident de la Republi-
que, dcrit :
Actuellnment, la resistance arm'ife ne peut que
causer davantage de digits au pays, car le but qu'a
pioursuivi le peeuple Iest dl6jlA atteint ; en =efflet, par
L'accord de l'EFys6e du 8 mars 19419, nous avons .dj.h
obtenu notre ind6tpendance et notre unite. Cette ob-
tention vi.ent d'ailleurs de trouver r6cemment une
nouvelle igarantie : a lettre du Prisident Auriol au
Chef d:e 1'Etat vietnamien. ICela prove done que
notre ind6pendance ne rest plus un 'mot ,creux mais
lest passf6e au stade concrete.







Les r6sistants cr.oient-ils en la lettre idu President
Auriol qui d6mnontre la sinc6rit& de la Franoe ? Nous
laur laissons le sloin de la juger. Suipposons qu'ils
tiennent toujours A se mifier de la France. Nous les
invitons alors A se tenir A leur position et attendre,
pour un d6lai tr's brief, lies r'sultats des travaux en
course Mais continue actuellement une; lutte armn6e,
c'est rendre la situation du people plus catastrophi-
,que, c'est encore eintraver la nmatrialisation ide no-
tre ind6pendance.

Auparavant, ce journal avait icrit, parlant dea
relations franco-vietnamiennes en gindral :

On dit : e problem vietnaimien srerait facilement
r6gl6 si, ,des ideux c6t6s, la France et le Viet-Nam
s'6taient montr6is isinceres. C'est l 'une v6rit6. Or,
cette condition n'est pas particulibre aux deux peu-
pies frangais et vietnamilen.
Les Vietnanmiens ,doivent sle montner siniceres en-
vers eux-mames afin de ri6alliser unionn morale, con-
d'ition sine qua non de i'unit6 et de I'ind6p.endance
territoriales.
Ainsi done, pour ique la grande cause r6usisisse, il
imported .que l'e'x-emipereur et le pieuple s'uniss.ent
en un bloc pour' 6lilniner les gens d6loyaux qui !d&
ploient leur's activities subiversiaes sunr le (( ring po-
litique. > Si ,ces derniers laissent la place aux
homimees de vertu et de talent, icerltainemnent la paix
viendra.

On retrouve dans le DIEN BAO a peu pres les am-
mes pensies. L'iditorialiste de ce journal, en effect,
ecrit .
Le Cabinet de Bao Dai se, trouve actuellemnent en
presence 'de deux questions i(mportantes A savoir *
r6aliser l'ind6piendance et 1'unit6, r:allier tous les
parties participant directemnent la lutte, lesquelles
,constituent la c16 de toute iune solution...
Pour unir les divers partisi, la solution Bao Dal
s'avyre efficace, et ellie, eist aussi susceptible de r6a-
liser l'lnd4,pendance ,et l'unitd. IEt il faut qulon puisse
en premier lieu unir les forces nationals vietna-
nieinnesi afin id'en faire un soutieen.

IPour rssoudre le probl6ime d'ind6pendance et
d'unit6 du Viet-Nam, il im uporte A ceux qui en assu-
ment la responsabilit& vis-Avis idu people, de se
rendre comnpte du caractbre fonidam!ental diu mou-
vement et de l'analyser avant ,d"appliquer unie solu-
tion. Une (persionnalite vietnamienne, 'M. Ngo..., a
r6ceim'ment d6clarn6 que le mouvenment vietnainien
actuel i'a pas seulement pour but d'bmanciper le
people, mais encore lcelui de promiouvoir une grande
r6forare social,

et c'est ce qu'estime aussi le DIEN BAO, qui demand
aux gouvernants d'agir dans ce sens.

Le BINH DAN met aussi l'accent sur les aspirations
de la masse populaire.
Le Viet-Nam ind6pendant, dit-il, 'doit avoir re-
cours & la m2asse travailleuse pour sa reconstruction


et son redresseiment. Et si cette masse, qui occupe
le < buas-fond > d'une nation, peut ou non contribuer
par ses efforts au relev'ement national, cel]a d6pen-
dra 'encore de la inoralit des fonctionnaires.

Une ipolitique clairvoyante, une discipline s,6vre,
et la probity des fonictionnaires, sont les conditions
de base de la (paix et de la Iprosp,6rit,'.

Le ton pdremptoire du BINH DAN amine certain
de ses confreres a se demander si le Gouvernement
a bien compris la situation et s'il est possible de
croire en son succds. Entre autres, le BINH MINH ex-
prime ainsi son opinion .

Non seulemernt le gourernemnent .de ,S.M. Bao DaY
sera avanie, eit socialist, comane Pa dit M. Buu Lbc,
mais encore il sera A la folis humain et nationalist.
Nationalistee en ce sens que Sna M.jiiet. iest d6cid6e A
ne refuser A a~uun effort susicelptible de raliser
compl6tement Ja souverainetl ide la patrie et de
conduire la patrie verrs la gloire. Hiumaini,, tres hu-
main, en ce sens que 1'Eimpereur a icompris la situa-
tion de la soci it6 vietnamiienne, I'lexistence des clas-
ses socialalesi qui sloiffrent.

Mais, par-des;sus tout, nous estimons 'que le gouver-
nement IBao Dal sera iune force, reelle iqui r6conci-
liera le people et reclherchera les. moyens de pansier
les bilessures qui ont parallysi6 a patriie vietnamienne
Idurant ces derniires annbes.

Si no's provisions ine sonlt pas erronees, il y a beau-
,coup de chances pour qu'un te'l gouverneement soil
sioutenu par le people et que la m issioin dee PEm.pe-
reur aboutisse dans les mleilleurs d4lais.

Les Annales Coloniales, sous le titre < Le mythe
de l'exploitation des peuples coloniaux >, ecrit no-
tamment :

Les gens iqui connaissent le continent africain ef
les colonies connaissent, aussi, F'immensite des tra-
vaux iqui y restent a accomplir et l'impresisionnannte
tAche iqui y a Idj'A 61t r6alis-e. Is savent que les
grands probil6mesi africainst ne isont pas 'dus A 1' < ex-
ploitation 'c.oloninale >, mais qu'ils rsuJltent, anu con-
traire, 'du fait que 1'Afrique a v6ou' trop longteanps
isolee loin de la civilisation et des, mioiyaens techni-
ques 'et scientifiques ,donut elle dispose.
Exploitation ? Regardez seuleim.ent les chiffres des
statistiquies de production et d'exportation et addi-
tionnez la vaileur des. < richesses eixlploit6es. > Puis
additionnez lets, dipenses que la France, la Grande-
Bretagne eit la Belgique ,engagent aninuellement, pour
6quiper et d6veltopper les territoires sous leur ad-
ministration, pour cr6er des h5pitaux et des 6coles,
pour entreprendre des reiherichesi scientifiques, pour
assainir les terres, pour 'batir ,des routes, pour am6-
nagger les fleu vesi, pour irriguer les terres st6riles,
pour cr6er des services andiicaux let ssociaux pour
,am6liorer Jes conditions de vie ides peuples indigc-
nes.
Exploitations ? L'affaire est mnauvaise : les depen-
ses .dipassent les revienus...


54 I









PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press etrangere traduits en francais pent itre consulate & la
Section de la Presse Etrangere (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, Piece 17, 1" Etage).
Les numw ros qui figurent ci-dessous a la suite de l'indication d'origine des articles de press permettent
de se reporter au texte complete des dits articles.


L.A POUSSEE COMMUNIST

Les bouleversements de portee particulidrement
profonde que connait le monde extreme-oriental
attirent I'attention gindrale. La march progressive
du communisme s'y confirm avec une telle violence
que les observateurs ne peuvent que constater avec
effroi un envahissement progressif en face duquel les
nations menaces ne semblent pas arriver a etablir
le front common qui seul pourrait arriter l'expan-
sion de troubles don't la gravity ne pourra plus ichap-
per d perscnne.
Faisant vn point rapide de la situation, Newsweek
note .
En tous points de l'Asie ,Sud-Orientale, la security
est une chose relative et changeante. LA of il n'y a
pas de fusillade on la redoute. Le voyageur qui se dl-
place rapidle'ment entiree ides villes comme Bangkok
ou IRangioon, capitalne de la Birmanie, on Singapour,
la Grande M6itropole situee A 1'iextr6mitU de. la pe-
ninsule malaise, leur trouve tout au imooins un trait
comntmun : les barrages routiers. La nuit particuli&-
rement, les voitures sont arr6tes une demi-douzaine
de fois ou ,davantage' en l'esp'ace de quelques miles.
Des solidats arms ou des potlioiers avancent la tete,
demandent les pappiers on fouillent minutieusement
les colis s siceptibles d'etre imortels. Manille a sa
sp6cialit6 ; dans un grand nloimbre de banques ou de
bureau de la ville basse, un garden lest 'assis A unle
table dans le hall sous, un ,6criteau portant en gros
caractltres Jia mention : << On .est pri,6 de d6poser ici
ses armes. >>
C'est, en effet, ce danger gineralisi, omnipresent,
qui peut le mieux caractiriser l'ambiance de vie dans
cette parties du monde. Partout le recours a la force
triomphe. Partout deux parties en presence recher-
chent une victoire qui se reivle chaque jour plus
incertaine.
L'ainbianice Ignrale denote la violence, r ello
ou en puissalnce, les querelles non r&,gl6es et les
questions non r6solues., agitation et la turbulence,
l'6volution substantielle .et chaotique. On trouve la
guerre lcivile en Birananie, la guerre de fractions an
Siam., la guerre franco-vietnamienne en Indoichine,
la guerre holdando-indon6sienne a Java et la guerre
centre les ]artisans communists en Malaisie et aux
Philippines. Plus a 'lOuielst, 1'Inde et 'le Pakistan,
qui se sont fait la guerre ,au Cachemire, continentt
a s'armer dans aleur m6fiance reciproque.
De cette constatation de la gindraliti des troubles


dans l'Asie du Sud-Est, le journal s'ellve a des con-
siddrations historiques plus amples et trouve dans
ce chaos le signe d'une evolution qui ne peut se faire
sans massacres. La march du monde ne peut se faire
que dans la violence. C'est la une legon de l'Histoire.
Tout iela fait parties d'un de ce's grands change-
iments historiques ,qui ne surviennent jamais sans
violence chaotique. iCelui qui icherchierait un < or-
dre > simple cherchera en vain pendant longtemps
encore. Les Asiatiques aivertis rapipellent A l'Occi-
dental qu'il n'existe pas de cure rapide ou facile
pour les convulsions occasionn,6es par lesi propres
guerres .de P'Occident et par la dissolution de ses
Empires. UIs font remarquer que la restauration du
monde occidental n'est pas unle question simple et
,que 'Asie, pour sa part, n'a p las s eeulement a panser
les ravages de la guerre mais encore A r6gler les pro-
blmmes ardus ; -otard st:ial et Pfonomique.
L'Asie a accumule un retard important. Des pro-
blames dramatiques et essentials se sont enchevetres
a measure que passaient les annies. Ce n'est qu'au prix
d'un effort particulierement violent et brutal que se
fera l'adaptation ndcessaire, mais au prix de quelles
souffrances !
Ces problmes se sont acicumul6s pendant des siB-
des. Is ne seront pas nrsolus, en quelques ann6es,
d'autant plus que la grande lutte d'influence qui se
livre dans le monde aline une grande ipartie de ses
resources et de sa ridhesse en provision de nouvel-
les guerres.
C'est dans le cadre de cette renovation par la lutte
et la violence que l'on doit situer, pour les compren-
dre, les dvenements graves qui perturbent I'Asie.
Passant du gi'nral au particulier, l'article entre-
prend ensuite un tableau rapide de la situation par
pays.
Dans 1'Inde. Tout d'abord, il constate la coexis-
tence de deux problemes redoutables. Sur le plan
iconomique, la surpopulation, jointe au manque de
resources, rdduit la population a la misere.
Sur le plan politique, le Congris, qui n'a pas sa-
tisfait les espoirs places en lui, se heurte a un mdcon-
tentement croissant des masses.
L'Inde, la plus forte des nouvelles nations, com-
mence A peine a affronter son redoiutable heritage de
surpopulation et de mis re. Plus imm6ldiat et plus
pressant que tout est le deficit 'alimentaire de l'Inde
que le Premier Ministre Jawaharlal Nehru a promise








d'6lim,iner en deux ans. Le pays resent encore les
effects de la terrible h~morraigie interne du partage,
des assassinate en masse commis de part et d'autre
par les fanatiques religieux et de la migration gi-
gantesque de quelque' 110 millions d'individus a tra-
vers la fronti6re s6parant t'Inide 'du Pakistan.
L'autorit6 du Congr&s est menace. Un mouve-
ment travailliste-socialiste et .anti-c'ommuniste s'ef-
force de s'origanisier pour d6ifier i'e parti au pouvoir
qu'il accuse ,de pr6cipiter le pays soit aux mains des
coimmunistes, soit aux mains ides- fanatiques hindous
et des politicians de caste group6ss A l'extrfme-
droite. L'humeur de la population, que fait ressortir
le rPsultat anti-ciongressiste d'une election compl&-
aentaire r6alis6e iA Calcutta le mois dernier, trahit
le mA6contentement let la deception. Elle avait connu
le grand sentiment mystique 'de ce que chaoun anp-
pelle encore le (( mouveement ide liberty >>,' mouve-
unent inspi.r par la haute ardeur spirituelle de
Gandhi. Mais lorsque Ivint la < liberty i,) elle amena
avec elle les .effusions ide sang 'et les 6mientes, de
n.ouvelles difficulties Aconomiques et la corruption
aux echelons infrrieurs de la machine administrative
hAtiveiment constitutee.
A P'oiccasion d'un meeting ,de masses organism a
New-D.ellhi pour 'comimmnoirer l'anniversaire de la
naissance de Sublhias Chandra Bose, qui prit les ar-
mes avelc les Japonais 'contre les Britanniques, les
porte-parole des nolmbreux parties et igroupes, y com-
pris le Conagrs, laissaient tonus, entendre la m&nme
note et les mim4ses proopos 'a demi-formaul6s ique la
sombre multitude : (( Nous esp6rionsl beaucoup. Nous
avons obtenu pea. I1 y a encore loin 'du Ran britan-
nique (souverainet6) au iRiaj polpulaire. >>

En Birmanie. Une situation confuse domine le
pays, mettant en danger sa structure politique.
A travers la plus m.aignifique region rizicole de
l'Asie mridionalle, les Birmans coimbattent les, Bir-
mans, et les Karens combattent les Birmans dans un
endchevttrieiment apparemiment inextricable die con-
flits am'ers. La Birnmanie ,a souffert plus ,directement
et plus lourdement ide la guerre que tout autre pays
de oette region. Elle a ,subi non seulament la des-
truction imaterielle mats enaore la subversion de
toute unse g6n6ration de sa jeunlesse, .l6ev6e les armies
a la main, combattant d''abord avec lies Japonais
centre les IBritanniques, puis; aveic les Britanniques
oontre les Japonais et enfin, ajprbs l'octroi de 'in-
dlpendance, livrant une iguerre civile..
Les communists, s6par6s en 'deux fractions, ne
sont encore que les ppieces mineures du puzzle poli-
tique. Tous les igroupes ;sont idans une certaine me-
sure de gauche, lies socialists tendant a .modeler le
plays vers la Grande-Bretagne travailliste et les com-
munistes luttant pour integrer la Bi'rmanile idans la
shpibre comrmuniste russo-chinoise. La guerre civil.
a coup,6 Ja production de riz, principal denr6e d'ex-
portation .de la 'Birmanie. Le surplus exportable an-
nuel d'avant-iguerre est tomb de 3 millions .de ton-
nes A 11.;2,26.0010i tonnes I'annte dernirTe et Pon
pr&voit iqu'il sera cette' ann6e infArieur iA 1 million
de tonnes. ,Si le 'Goiuvernement birman *ne reoit pas
A temps une aide ext6rieure pour franchir le cap
difficile 'le danger id'effondrement est nrel.


Au Siam. Si la situation est plus came, la riva-
liti entire les coteries pour la conquite du pouvoir
se pursuit et I'on assisted a ce paradoxe d'un Gou-
vernement ayant a sa tete le marecbal Pibul Songg-
ram, allied des Japonais pendant la guerre.

Seul de tous les pays d'Asie meridionale le Thai-
land n'a A se reprocher aucu'n tourbillon politique
populaire. Sa politique est toujours une question de
fractions et contrie4ractions, de coups et contre-
coupps, la corruption administrative ktant commune
A tous dles groups. iLes dirigeants du pays ont lear
prosp6rit6 assure par des 'exportations relativemefit
importantes de riz (.elles ont .atte.int I'annne der-
ni6re 58 % du niveau d'avant-guerre) mais la popu-
lation continue A vivre dans un etat .de misre ppou-
vantable sinon ,de famine.
Le mariechal Pibul Songgram, l'ihomme puissant
du jour qui travailla pour les Japponais pendant la
guerre, est tun vie.ux praticien des coups de main.
En novembre 1947, apres une p6riode ide retraite,
il se d6doinmagea en ren.ve.rsant Nai Pridi Phano-
myong, l'homme qui en iqualit6 de regent avait di-
rig6 pendant la guerre le amouvement clandestine pro-
alli,6. Le 26 f6vrier 'Nai Pridii se trouvait A un ren-
deiz-vous sur le fleuve A quelques miles en amount de
Bangkok tandis que ses partisans essayaien't d'6vin-
cer Pibul. Ils bohou6rent par suite d'un.e s6rie de
fausses maniocuvres iqui auraient 6et grotesques si
une centaine d'individus n'avaiient pas t,6 tu6s dans
la tentative. Bangkok fut plus selcou6e encore par
l'assassinat brutal de trois -leaders libraux bien
connus, tous partisans de IPridi, et id'un quatribme
hounime politique alors qu'ils se trouvaient entire les
mains -de la police die Pibul. iHabituele A des proodis
politiques anoins rudes, Bangkok fr6mnit ,d'horreur.
L'6re de la violence seimblait 6tre revenue pour I'apa-
thique Tailand.

En Malaisie. La division racial essentiellement
bipartite, Chinois et Malais itant en nombre appro-
ximativement igal, crie une situation d'jquilibre fa-
vorable au maintien de I'higmnonie anglaise, seul
element stabilisateur.
tCette riche p16ninsule, source d'une important
parties die la production maondiale de caoutchoucc na-
turel et d'6tain, a une population d'environ 40 % de
Malais et 40 % de Chinois, le reste comi-
prenant des Indiens, ,des Europ.6ens, etc... Les
Malais et les Chinois sont divis:s par de
profondes 'divergences Boonomiques, podlitiques
et s'ocial es qui se sont tranaformCes en violentes
collisions pendant la ,guerre, les Malais soutenant les
Japonais alors que les 'Chinois les coomlbattaient. II
n'existe pas la moindre trace d'un nationalism ma-
lais .imergeant au-dessus 'de ces divergences entire
communa.uts ; on fait toutefois des efforts pour
I'encourager. Sous la tutelle britannigque les 'Malais
jouissent maintenant id'un certain pouvoir politique
subordonn, &l"auto'rit6 de leurs rijahs traditionnels.
Les Chinolis ont pen de droits politiques *mais ils do-
minent le icommierce inti6rieur ddu pays. Aucune dies
deux co.mmanaut6s n'aime les Britanniques mais
I'une et i'autre rec.ohnaissent ique seule 'autorit6 bri-
tannique lear assure: la paix. Ii en rlsulte une para-








lysie polilique sous une souverain'eti britannique
maintenue.

En Indonhsie, oit la rivalitd entire la Hollande et
les mouvem;nents locaux prend des forces successi-
ves ou sim ultanees varies allant de la lutte ouverte
violent aux pourparlers diplomatiques les plus raf-
finds, I' < action de police > tentde par les Hollandais
n'ayant pas provoque les rsiultats espiris, la diplo-
matie a repris la direction des operations.
Lorsqu'ils s'attalaqubrent A ]a R.6publique lors de
leur second < action .de police > du mois de d6cen'-
bre .dernier, les Hollandais pensaient l'6liminer ou
La neutraliser et 6tre enfin libres d'instituer un nou-
veau r gimne inidon.sien conformne A leurs propres
desseins. COe plan &choua. Lnaction de police fit
fiasco. La ,qurilla r6publicatine se propagea dut cen-
tre de Java vers l'est et l'ouest. L' < action die po-
lice > aliqna imAme aux Hollandais un grand nombre
de nationalists no.n r6plubli.cains qui availent coo-
pA6r avec eux. Sousus la pression des Etats-Unis et
des Nations Unies et devant les difficulties rencon-
trhes sur li's fronts de combat, les Hollandais furent
obliges de battre en retraitle et de rouvrir -des n.go-
ciations avec les leaders republicans. Les Hollan-
dais ont &6vacu6 la capital r4publicaine, Jogjakarta,
et il se pent que la phase suivante soit une Conf&-
rence de It Table Ronde ,A La HayIe.
'Mais 'action militaire' a jgig. la situation, cause
de grades destruction et 'envenimia toutes les
relations politiques. Les forces armies anti-hol-
iandaiises etaient divis6es en groups mutuellement
antagonists, s'6cbhelonnant de I'extr'me-gauche jus-
qu'A une d,'.oite musulimane fanatique. I1 est evident
qu'il va tLre extr6meimient difficile de r6aliser un
compromise

La situation au Viet-Nam connait des diveloppe-
ments nouveaux. L'optique du problIme est totale-
ment modifiee par les succes du communism et
Chine. Dis lors, I'Indochine se trouve face a une me-
nace don't la gravity s'affirme a measure que se con-
firment les succ&s de Mao Tse Toung et qui renou-
velle totalement le contenu du probleme vietnamien.

Les Franrais'eux aussi ont iivr6 une ,guerre avor-
the pour conserver leur colonie de 1'Indoichine pro-
ductrice .de riz et le caoutchouc. Ils n'onit consierve
que les principles villles et quelques bands c6tie-
res. Les ixp-ortations .de riz sont tombes d"'une
moyenne de 1.21910.000 tonnes pour la p6rioide 1934-
19.38 A 1590100 tonnes 'en 1l9418. Le ,mouvemnent natio-
naliste vietnamien diriigh par' les communists jouis-
sait de toute Avidence d'une emprise manifesto sur
l'int.rieur du pays et de l'appui populaire.
Lorsqu'e les Francais rvaalis.rent rlcemment un ac-
cord avec 1ao Da'i exeimpereur d'Annam, l'opinion
ghn6rale fit que ce ,dernier n'arriverait a rien, a
aoins que le leader clommuniste 1H6 Chi Minh n'lac-
celpte de s'entendre avieic lui. II ne sie prooduisit pas
le moindre indice de telles tractations. Pour les
Vietnam,iers, y coimpris les co nmminiistes, le pr'oblh-
me nie se limited plus, uniquerment A la souverainete
frangaise. Une nouvelle question attend nune r6ponse 4


comment le Viet-Nam 6vitera-t-il d'8tre domino, si-
non d;6bord6, par' le rouleau coimpresseur communist
dhinois qui advance vers la fronti6re septentrionale ?
Les Philippines, enfin, bien que moins engagees
apparemment dans le chaos sud-asiatique, sont en
butte a une triple difficult : politique, gouverne-
mentale, economique et semblent adopter une orien-
tation qui n'est pas sans effrayer quelque peu l'opi-
nion americaine.
iCette ancienne colonie am6ricaine, indpendante
deipuis 1946, est encore lihe. par un cordon ombili-
cal 6conomique aux Etats-Unis. Elle est toujours
alimrent6e par les payments *de dommages d.e guerre
(15210 millions de dollars) ainsi que par d'attres cr6-
dits id'assista'noe et dipenses d'ordre militaire (en-
viron 1.1500 millions de dollars depai.s 1,945). La pro-
duction reprend lentemrent et les paiements am6ri-
cains slont tout justre suffisants pour. combler le dk-
ficit commercial annual de I'arehiplel La fin des
plaiements des dommaages de guerre 6tant proche et
la politique amrioaine obscurcissant les perspec-
tives de reparations ,japonaises, les Plhilippines se
trouvent en face d'un soimbre avenir .conomique A
moins que des measures radicales ne soient prises
pour alcol6rer la restaunation de sa propre 46cono-
mie.
Malhieureusementle Gouvernement r6ussit plus bril-
lamim'ent en fait de igratte. et de ,corruption qu'en
miatihre ,d'adlministration efficace. Les 6liecteurs ont
sembl6 turner leurs regards vers Jos6 P. Laurel,
President fantocihe sons ies Japonais. Laurel promet
un nettoyage, une ind6piendance o r6elle A l'6gard
des Etats-Unis et, ce qui iparait assez inqui6tant, le
r6tablissement de < l'or'dre >. En attendant aucun
des v6ritables proibl6mes de l'Arclhipel n'est attaqu6,
en iparticulier le probl6me dies paysans du centre die
Luzon. Gette lacune Atoffe les ramngs du mouviement
pays.an direction comm.muniste connu sons le nom de
Hukbalahap, iqui livre la ,guerre A I'intkrieur centre
une resistance gouvernementale inefficace.

Ayant analyse rapidement les principaux edlments
de ld situation ginerale en Asie miridionale dans le
tableau esquisse ci-dessus, I'article cherche, en s'Rle-
vant au-dessus des contingencies particulidres, a pri-
ciser le centre du probl&me, et conclut a un dilemme
irriductible : d'une part, la solution totalitaire com-
muniste qui rattacherait cette parties du monde au
bloc ddja constitute par Moscou, de l'autre la response
occidentale.
Le nineud du probl,6me, pour les pays de l'Asie
Miridionale est leur inaptitude Adevenir des Nations
stables dans F'ambianice actuelliei de affairesi mondia-
les. Leurs peoples pataugent sans, recours et sans
direction. Pour prendre le departt vers quelque nou-
velle coh6rience il leur faut devenir une parties ef-'
fective d'un vaste programme d'organisation nmon-
diale ou r6gionale. Un choix leur ,est offer sous la
forme diu systhme totalitaire qui est d6jA en train d'e
prendre corps len Chine. L'autre choix, qui dervrait
venir de l'Occident, est encore indf6fini.
(a Newsweek ., New York, 18 Juillet 1949). 4.921







C'est le piril communist dgalement et son carac-
tVre particulibrement menauant en Extreme-Orient
qui retiennent I'attention de M. Jacques Frimond
dans la Gazette de Lausanne. Les succds de Mao Tsd
Toung en Chine transforment en effet complement
les donnies du probleme dans cette parties du monde.
Le Kuomintang n'a su opposer aux forces rouges
qu'une resistance partielle qui parait insuffisante
pour endiguer leur progression et se trouve dis lors
en face d'un problime don't les facteurs sont boule-
versds, l'dquilibre entire les forces en presence itant
rompu par l'apport chinois.
Dans une premiere parties de son article, M. Fri-
mond constate le progris communist, puis pose la
question de son evolution interne dans le cadre de
la Chine.
Les arm 6es communists poursuivent leur con-
quite de la Chine du Sad, sans qu'aucun fait puisse
tre interpreted commie le signed d'un ralentissement
de leur advance ou d'un raidissemoent de la resistance
de leurs adversiaires. La menace sur Canton se pre-
cise, ique le gouvernement ne songe plus A sauver.
Formose est devenu, depuis quelques moi,s. djil, le
point d'apipui sur! lequel Chang KaY ,Chek let les. siens
competent pouvoir s'appuyer pour continue la lutte.
Au fond, le seul espoir qui leur reste .c'est que le
parti oommu niste se, heurte aux 'mimes difficultis
economiques et polliti:ques que 'le Kuomintanig et la
tactique mime que Mao Tse Tung et ses adep-
tes ont applique centre eux. Les conmmunistes
parviendront-ils A organiser le pays, 'A ltablir
l'autorit d'un gouvernemient central capablel de
reduire e particularisme provincial, a ravitailler
le:s grandes villes, A enltretenir lune armnie de pros
de quatre millions d'lhommes sans ditsorganisier
1'6conomie du pays, l juguller 1'inflation qui dija
meinae et a fai're passer ce vaste 'continent et ses
habitants ide laa guerre i la paix ? Tels sont les .pr'o-
bimmes don't les vaincust Ivont s':efforcler en der-
nier resort d'e\mpocher la solution par les
vainqueurs.

Poursuivant son itude, M. Jacques Frimond cons-
tate la gineralite du peril communist qui, debor-
dant les frontiires propres de la Chine, s'accroit < sur
toute la ceinture de l'Asie >. Apris avoir signaled les
difficulties rencontrdes par le Gouvernement ameri-
cain au Japon pour s'opposer aux < infiltrations
de propagandistes qui profitent de l'effondrement
d'un regime a I'intdrieur duquel ils n'avaient pu jus-
qu'ici pinetrer >, I'auteur evoque les < problemef
iconomiques tcrasants > qui se posent a l'Inde et au
Pakistan.
< Sur d'autres points >, ajoute-t-il, < la lutte a
dija ddpassd le stade d'une guerre < couverte >. Le
territoire de la Corde du Sud a ite, comme il fal-J
lait s'y attendre, envahi par des ailments venant de
la Ripublique voisine.
II aborde ensuite l'itude de la question birmane,
a laquelle il accord une importance toute particu-
lidre.


En Birmanie, d'autre part, la guerre civil se pour-
suit dans dies conditions tells iqu'on pent se de-
mander si le gouvernement aura la possibility de
se maintenir. Les comsm!unistes < staliniens e ici
ne sont sans doute pas les seuls fauteurs de trou-
bles. Mais is profitent des contradictions politi-
que;s devant lesquelles la Birmanie s'est trouv6e pla-
c6e dis sa iib6ration, et le so'lbevement des Karens
constitute pour le goiuvernement une tell menac-
qu'on peut se demanded par moment si Thakin Nu
n'en viendra -pas, pour s'en sortir a rechercher
I'aide des Chinois. L'enthousiasme aveic leqfel on
a ic&l6br6, dit-on, A IBangkok, la victoire commu-
niste ien Chine, le t616gramime .de Thakin Nu i Mao
Tse Tung, la m6fiance ique le cheeif du gouverne,
ment birman, iqu'on dit pourtant modir6, tamoigne
A l'6gard de ses voisins, trop intt6ress.is peut-,tre,
du GCoimmon'wealth, sont autant d'indiices d'une 6vo-
lutilon possible Adel la ipolitiique birmane.
Or, si 1'on 'onsidere non pas seuleiment les res-
sources de la Birmanie, maisi sa position igograpihi-
que, si l'on se rappelle en. particulier le rle qu',elle
a jioui au cours 'de la derniire guerre, on reconnai-
tra sans peine la igravite des consequences qu'au-
rait un reoaversenent de la situation dans un. sens
favorable au communism. Ill y aurait la un ibhran-
lement don't tons 1es Ipays voisins ressentiraient 1,es
contre-coups.

De cette itude panoramique de la situation *de
l'Asie miridionale, M. Jacques Frimond digage la
necessity d'une intervention extirieure puissante.
Celle-ci peut se situer sur deux plans plan militaire
et plan iconomique. Les Anglo-Americains ont retenu
pour le moment la second, a l'exclusion de la pre-
miere. Cependant, I'auteur de l'article semble scep-
tique sur la possibility de rdsoudre le problime en
ayant recours aux seuls moyens economiques et la
situation lui paralt trop compromise pour pouvoir
se redresser sans le recours a des methodes de force.

Mais ni les uns ni les autres ne peuvent s'engager
militairement. Toute intervention i6tranigkre ristque-
rait de provoquer une reaction nationalist don't les.
communists ne manqueraient pas de iprofiter pour
alimenter leur champagne centre l'impirialisme co-
lonial. Aussi se bornent-ils A tenir les positions
qu'ils occuipent en travaillant ha d:masiquer I'imp6-
rialisme qui se caclihe derriere la pr6tendue action
libi&ratricie de la Russie Sovietique. L'aide aux peu-
ples asiatiques, A leur avis, doit',etre essentielle-
ment d'ordre 6conomique. C'est en leur fournissani
Q"`6quipement technique dotnt-ils ont le plus urgent
besoin pour developiper leurs resources, en leur
permettant 'de raffermir leur tprosperit mat6rielle,
qu'on croe le plus solide rempart devant le commu-
nisme.
Oette milthode, incontestablemnent est la seule
qui soit efficace. Mais au point oil en sont les .cho-
ses, il n'est pas .certain qu'elle suffise, et il n'est pas
exclnu quoe devant la menace, on doive en venir, en
Asie .commme en Europe, iA doubler an plan die relb-
vemenlt 6conomique d'une alliance defensive.
(< Gazette de Lausanne ),. 26 aoft).






Apres ce << coup d'ceil >> alarmant jete sur la pro-
gression communist en Extreme-Orient, il est intd-
ressant d'etudier plus en detail la situation, d'une
part en Birmanie, don't la position strategique est
exceptionn.lle, de l'autre en Indochine, qui est sou-
-vent prese'ntee come un rempart future centre
I'avance rouge en Asie.



LA SITUATION EN BIRMANIE

L'inquietude de la Grande-Bretagne en ce qui
concern l'ivolution de la situation birmane se tra-
duit par une attention particuliere accordee par la
press anglaise a cette parties du monde.

<< Que .;e passe-t-il en Birmanie ? > se demand
Neil Stewulrt dans Eastern World.

Constatant le peu d'informations publiees, it met
*en valeur l'importance du problMme pour la Grande-
Bretagne.
Delpuis quelque temps. djiA il n'est parvenu die
Birmanie que pen de nouivelles dignes 'die foi. II est
inanifeste cependant qu'une situation s6rieuse s'est
1cri6e daans. ce territoire. Une guerre. civile g6n.ra-
lisbe a reduit a n'bant I'aut'orit. du iGouivernemient
'dans de nombreuses parties .du pays. Le Premier
Ministre a demand au Gouvernem-ent britannique
une aide qui contriibuerait sans .doute A modifier
1'6quilibre die la situation en faveur du Gouverne-
ment die Rangoon. Les. tastess investissements' bri-
tanniques et indliens en Birmanie, l'impoirtance des
'ex(portation;s du riz birman vers le reiste de 1'Asie
sont autant .de faictleuns qui contrilbuent A donner
une port&,e non n'gligejable aux *v6nements surve-
-nant dans ce pays.

Apres avoir brossi un historique rapide des trou-
-bles, I'auteur en arrive a l'annie 1949 et icrit :

L'ann&e 1e9,4:9 s'ouvrit avec la irtlpture ,de nou-
velles conversations entire les Volontaires du Peu-
ple dissidents, et le iGouvernemient. L'an.nonce dd'un
important deficit bbudg6taire n'augimentera pas la
confiance dians le Gouvernement. D(ans le but d'apai-
-ser les intertst:s strangers le Premier Ministre an-
nonca quc le commerce Itranger avait encore un
rble a jouer en Birmanite et q1ue .e iGouvernement
d6sirait N iverment encourager l'entreprise priv6e
tout comee l'entreprise publique.
L'6v6neinent important de janvier fut une grande
avalnce KIaren qui d6feria sur la Birmanie jusqu"A
Bassein. On entendait a 6galement parler d'une 'al-
liance entire les Karens et les. communists et de
I'appui donni par ,ces derniers Ai une demand
d'lEtat se]ar& ides Karensr. Des informations de
press indiquaient ique lies plus anciens, dirigeants'
.Karens, qili avaient 6t en contact aveic le colonel
Cromarty-Tullocih, avaient t;6 6limin,6s par lies lea-
ders plus jeunes, et plus dynamiques.


Sur toute I' tendue d.e la Birmanie meridionale .et
central des villes furient prises iet reprises par les
forces des Karens, des Communistes et des Volon-
taires .du Peup'le. L'approvisionniement en. eau de
Rangoon fut ,coupe A diverse reprises et une im-,
portante force Karen s'installa solideim ent A Insein,
a quelques miles seulement de Rangoon. Le capi-
taine Dawird Vivian, condamn6 ,a :cinq ans de prison
pour complicity dans. la furniture clandestine
d'armes aux assassins d'Aung San, ifut lib,6e de sa
ge6le d"Insein par les Karens. Le deuxiime batail-
lop de fusilliers karens, fort del 8010 hodmmes, refusal
d'Nbteimpi6rer iA 1'ordre qui lui avait 6t6 donn6 de
remettre ses arnmes et se joignit aux rehbelles.

L'imminence du peril provoqua l'intervention de
Londres a la suite d'une demand d'aide financiere
du Gouvernement birman. Des conversations reuni-
rent alors le Gouvernement de Thakin Nu, le Gou-
vernement anglais et les Gouvernements des Domi-
nions interesses, provoquant un resserrement des
liens entire la Birmanie et le Commonwealth.

A la suite de l'accord avec les Dominions un pro-
jet de loi fut pri6sente au Parlemient birman dans le
but de modifier les lois r6glemaentant les capitaux
strangers et de peermettre aux int6rets i.trangers
d'avoir la supr6matie dans exploitation des ma-
tibress premieres et autres ressourices de ce pays.

Et I'article conclut :
Pour r'sumer les 6vn6melments des dix-huit der-
niers mois on peut dire que le Gouvernement de
IRongoon a vraiiment 6te soumis A une dure pres-
sion. Sans les armes et les iconsieils dejit donni6s par
les Britanniques il aurait pu 6tre rejeti~ : la mer.
Une aide slupplementaire cependant piourrait remet-
tre Tlhakin Nu iet saes amis siur pied. II n'est pas
douteux que nous verrons mainitenant I'influence
britannique et indienne s'.exercer dans les affairs
de la Birmanie avec beaucoup plus d'ampleur que
ce ne fut le 'cas depuis 1947,.

(, Eastern World ), Londres, Juillet 1949). 4.885


SEtudiant le problime du point de vue de la thio-
rie politique, la Neue Ziirdher Zeitung analyse I'idjo-
logie politique birmane.

Le commmunisme dans le sens stalinien idu mot
ne peut gubre constituer une veritable menace pour
la Birmanie ta'nt que ce m'alheureux 'pays n'aura a
computer qu'avec lui-m&me. Ce n'est que par une
intervention. dui dehors 'que pourrait 6tre impose
au people une ideologie politique si 'complteme'nt
contraire a son caractbre. iCe que le conmmunisme a
A offrir semble en effet exactemient le contraire de
ce que la nature a confir,6 aux Birmans. Le Birman
est un individualiste insouciant, peu amateur de
discipline, cordial, tol'tranit, attaich6 aux jouissan-
ces die la vie et 6Cgoiste d'une manibre sympathicqute.
Les traditions boouddhiques ;sont 6galement oppo
.sies A l'ido'logie communist.







Le New York Herald Tribune, dans son numiro
du 5 aoilt, analyse mithodiquement la position des
diffirents groups en presence, pour tenter d'dclair-
cir un imbroglio qui, apparemment, apparalt come
asseZ difficile a djmeler.

1) Le Gouvernement ou ce qui eln reste. 'On
peut trouver les ihauts fonctionnaires cde ce Gouver-
nement tapis dans un comfortable camp de cioncen-
tration des. faubourgs de Rangoon., entour6 de fil de
fer baribel6 et de gardes arm,'s. Mime a 1'inttrieur
de ici 'camp de concentration, comme a 'a 6galenAint
fait remarquer ien g6mnissant Thakin Nu, les fon.c-
tionnaires du Gouvernement dorment avec, leur re-
volver sous l'oreiller. De telles precautions siont
nocessaires pour la se.ule rnaison ique la plupart de
leurs pr6d6cesseurs ont 6t6 .d6jA assassins.

2) Les communists Drapeau Blanc. Les corm-
munistes ont 6t Iles premiers A prendre les armes
centre lie Gouvernement. T1s l'ont fait a la fin du
printemps de 1'ann'e idernibre a peu pres en m6me
temps ique les communists, dans l'Inde. En Malai-
sie et 'en Indonl6sie 6galeimlent le recoours A ( 1'ac-
tion directed )) rentrait manifestement dans le ca-
dre de la strat6gie asiatique g6n6rale de Mosicou.
Les communistse. Dr:apeau Blanc siont les ,Stalinistes
orthodoxes et leur leader -est Thakin Thani Tun, un
ancien am,i de Thakin Nu.

3) Les communists Drapeau Rouge. Ceux-ci
ont A leur thte un autre ancien ami, Thakin So.
Thakin iSo est appel;t trotskyste, mais ,en r6alit6,
c'est pureme'nt et simplemient un 'oqIgueilleux qui
refuse de prendree Iles ordres ide Thakin an Tun.
Tjes communists se so.nt 6galement scindts en
camps hostile en Indonbsie et ,dans 1'Inde, et g-
n6ralement pour la mime raison. Gette tendaance
des movements communists asiatiques f se scin-
der est int6ressante et peut-etre signitficative.

4) Le movement de resistance du temps de
guerre appeld Association des Volontaires du Peu-
ple. La P.V.A., colmIe toutes les autres origani-
sations de Birmanie, s'est scind6e, d'onnant nais-
sance an iGroupe Jiaune, idont le loyalismie' A l'a6gard
du Gouvernement est douteux, et du Groupe Blanc,
alli6 incertain des *oommnunistes Drnapeau IBlanc. Le
Group Blanc et 16 ,encore on .constate un ph&-
nom6ne coimmun A t.6ute l'Asie Sud-Orientale se
compose en miaijeure parties de jeunes gens qui out
d6couvert pendant la guerre iqu'il i6tait plus agr6able
de s'intituler .hros et de piller les villages que de
travailler.

5) Les Karens, groupement le plus important. -
La Birmanie est un assemblage confuse .de races et
les quelque trois millions .de Karens en constituent
P'une des pieces les plus importantes. Les Karens
sont les meilleurs guerriers de Birmanie. R6cem-
ment ils out 616e h deux doigts de sa'emplarer de la
ville ide Rangoon, ellle-mime. Le:s Karens veulent
avoir au sein die la Birmanie un Etat seimi-auto-
noame, chose que le Gouvernement est dispose en
principle A conceder. L'ennui est 'que 'Pte;n.due de
1'Etat r6clamB par les Karens croit avec leurs suc-


cAs militaires. Les Karens sont beaucoup plus puis-
sants que les autres grouplements aen lutte contre le
Gouvernement ; un rAglement avec eux est done
une condition prealable absolument indispensable au
r6tabliss-ement de l'autorit6 igouvnernementale.

Reconnaissant la force du movement impiria-
liste communist en Asie, I'auteur ajoute cependanzt
que son triomphe n'est pas absolument inevitable.

Cependant, sous ,certaines conditions, il n'est pas.
fatal qu'il en soit ainsi. La premiere condition,
strictement essentielle, est le temps de mettre de
lPordre dans a( leffroyable imbroglio >>. Partout en
Asie Sud-Orientale, mais sp6cialement ici, ii est
clair comee 1ie j.our que toute measure susceptible
de ralentir la progression des arm6es communists
cihinoises en direction *du Sud defend, positivement
les int6rlkts des Etats-Unis, et de I'ensemble du
monde occidental.

De la situation gdnerale, il digage ensuite 3 lemons
qui doivent s'imposer a I'attention des leaders bir-
mans.

La premiere lecon qu'ils ont d6ji apprise est que
les communists sont des communists. Le Gouver-
nement nationalist de la Birmanie, comme celui
de I'lndon6sie, 6tait A l'origine fortement teintl&
d',esprit d'e camaraderie. Tous les efforts ,possibIes
furent faits pour apaiser les communists. Nean-
mroins, lorsque .eux-ci, oibhissant A la strat6gie asia-
tique du Kremlin, prirent les armes centre le Gou-
vernemuent, la tendance 6, la camaraderie commen.ca
A disp'raitre sans toutefois s'iwanouir ientierement.

La second lecon ique les leaders birmans sont en
train d'apprendr'e est 'qu'il leur est n cessaire d'ar-
river A un r6iglement avec les Karens r6volt6s. Tant
que les opiniAtres Karens seront en 6tat .de rebel-
lion la IBirmanie continuera A btre une gel,6e trem-
blotante que les communists chinois finiront par
albsonber ifacilement. !Si l'on veut Ique l'autoritd 'gou-
vernementale soit r6tablie il faut ique, d'ennemis du
Gouvernement, les Karens deviennent ses allies.
actifs.

La troisibme legon a 6t6, pour des raisons tout a
fait compr6hensibles, la plus difficile A apprendre.
Elle se resume implement A ceci, a savoir que, sans
une aide ext6rieure, l'imibroglio birman ne sera
ijamais Belairci et que les communistes h6riteront
du pouvoir abandonn6 par les Britannitques.

Reconnaissant la mifiance de Thakin Nu a l'egard
d'une ingirence britannique, et son appel a des ca-
pitaux amiricains, I'auteur conclut que tout n'est
pas perdu et que les Anglo-Saxons garden une
chance de maintenir dans cette parties du monde une
force anti-communiste.

Par consequent, une Birmanie ayant une struc-
ture politique et Aconomique .douAe d'une force per-
manente suffisante pour resister A la pouss.e com-
muniste en direction du Sud de rAsie est tout au







moins possible. Mais ce n'est IA qu'une possibility
bas,6e sur toute une .s.rie de <( si > : si un r6glement
avec les Karens peut ltre r6alis&, si une aide ,co-
nomique *et 'militaire effective est donn6e par le
Commonwealth britanniquie, si les capitaux et les
concours techniques n6cessaires sont fournis par
les Etats-Unis et surtout si l'on a le temps d'"limi-
ner le gActlis avant que les anmbes communists
clhinoises rt'aient atteint les frontieres de la Birma-
nie.
II existe encore une chance ici et il est evident
que les Etats-Unis, en collaboration avec le Com-
monwealth britannique, devraient fire tout leur
possible pour augmenter icette chance. Mais on n'a
qu'a additionner les ( si >> pour se rendre compete
qu'en perd:nt la Ghiine nous avons r,isque de p.erdre
non seulement la Birmanie mais encore toute cetite
vaste region fabuleusement riche et strat6gique-
ment vitale du Sud-Est de 1'Asie.
(a New York Herald Tribune ), 5-6 aoft 1949). 4.938-4.940


INDOCHINE

Sous le titre < Une chance qui vaut d'etre tentee >,
le New York Herald Tribune imagine comme suit le
plan franfais.
Le plan francais consiste :A cr6er ce qu'ils appel-
lent un << r6duit ), centre die puissance militaire en
travers die la route d'infiltration oriental ide.la c6te
suivie par les icommunistes chinois. Pour ce fair
ils se proposent de d6barrasser des iguarillas d'H6
Chi Minh un quadrilat.re id6limit6 par Langson,
Monday, Hanoi !el Haiphong. iCe r6duit ne fernmera
plas les frontibres de 9'Indochine. Ceci est impos-
silble dans la jungle dense et miontaigneuse de 1'in-
t6rieur. Mais, en coupant la route 'c6tiirel, le r6duit
limitera les contacts A travers les frontieres aux seu-
les pistes de ia jungle. I sera ainsi difficile aux
communists chinois d'apiporter une aide decisive a
leurs camarades. indochinois.
Le but (final de cette operation d'e fixation est de
trouver le temps d'organiser un Gouvernement et
une arm6e du Viet-'Nam ind6pendant sous la direc-
tion peut-ftre temporaire de 1'ancien empereur Bao
Dal. Ce gouvernement et cette armee auront pour
tche de fire ce ique les Frangais n'ont jamais pu
fire ramener les partisans d'lH6 Chi Minh A un
petit noyau die oommunistes et instaurer une Indo-
ohine vraiment ind6pendante.

Puis, apres avoir constatd la force des nationalis-
mes asiatiques, et notamment celui qui se manifesto
au Viet-Nam, il propose la politique suivante :
11 est aussi facile de voir ce que nous pouvons
faire.
Nous pouvons soutenir avec Anergie et d6termi-
nation l'expi&rience vietnamienne tent~e ici.
Nous pouvons insisted publiquement, si l'on peut
dire, sur ]a r6alitd de I'ind6pendance du Vieet-Nam,
ce qui irritera certainement profond6ment un bon
nombre de Francais.


Pour ce fire, nous devrions, d6s. que possible, of-
frir une assistance gfni6euse diplomatilque, 6cono-
mique et militaire au Gouvernement et A l'armAne
du Viet-Nam ind6pendant que les. Francais encou-
ragent aujourd'hui officiellement. ,La vnai'e faiblesse
.du Viet-Nam n'est pas dans le fait que son chef ac-
tuel, Bao Dai, ait 6t6 un joyeux gargon dans sa jeu-
nesse. On la trouve dans la conviction universelle
qu'il n'est qu'une marionnette du icolonialisme
frangais et qu'il e.st ide la sortte autant condamn6
que ce colonialisme lui-m,&me tandis. que H6 Chi
Minh est port par la vague du destiny.
Si l'Occident rveut avoir une chance A tenter en
Indochine, il faut modifier cette conviction et seule
une politique am6ricaine r6solue peut lie faire.
Quoi qu'il en soit, ii n'y a en v6rit6 rien d'autre
qu'une chance A tenter. Mais cette .chance vaut en-
core mieux que rien du tout.
Et il existe encore une chance celle d'un Gou-
vernement ,du Viet-iNam qui ne soit pas tenu A l'al-
l6geance enters une grande puissance, ni envers la
France, ni envers 1'Union Sovi6tiique, ni envers les
Etats-Unis.
Le plein poids de la puissance am6ricaine de-
vrait maintenant servir A encourager et A aider un
tel gouvernement.
(a New York Herald Tribune ), 30 Juin 1949). 4.860


Commentant le statut d'Etat indipendant au sein
de l'Union Frangaise accord au Viet-Nam, Eastern
World dcrit :

Bao Dai, ex-empereur d'Annam et actuellement
chef du n'ouvel Etat qui comnprend les trois < Ky >,
le Tonkin, I'Annam et la iCochinchine, a repris son
titre id'empereur. II est revenue en Indochine ayant
Obtenu des concessions considerable que les Fran-
cais avaient refuse d'accorder A H6 Chi Minh.

Doutant de la rdussite de ce qu'il appelle l'expd-
rience Bao Dai, le journal pursuit :

Bilen que Paris se soit r6doui de l'approbation
donn6e par Washington A << 'experience Bao Diai ),
on ne signal aucune rAj.ouissiance au VietrNam A
l'occasion de la nouvelle measure franchise. En fait,
rien ne predispose A l'enthousiasme. Les Francais
ont trop longtemps h~sit A faire du don de 1'ind6-
pendian'ce virtuelle un facteur susceptible .de rame-
ner la paix en Indochine. Ues veInx de la France
mis A part, on ne voit guere A quels titres. peut pr6-
tendre Bao Dai pour supplanter la popularity don't
jouit H6 Ghi Minfh aupr s des masses. Ii espbre
I'emporter sur la paysannerie fatiguBe de la
guerre, pour affaiblir ainsi les effeictifs du Viet-
Minh.
Mais il s'agirait 1A d'un triomphe pr6caire et su-
jet A caution et il semble assur' que le nouvel Rtat
devra non seulement affronter la poursuite d'une
giuerre civil mais devra encore s'attendre soit A
un 6chec iqui paralysera son administration soit A
l'intensification des hostilities.





Pages
62-63
Missing
From
Original








On considbre A Paris que la lettre du Pr6sident
est surtout destine la rallier les socialists francais
qui, bien que participant au gouivernement, ont dA-
nonce la politique igouvernementale qui consist A
recheroher l'6tablisse'ment d'un novel Etat sous
I'autorit6 de 'Bao Dai et qui ont r6clam6 I'ouverture
ide nego-ciations avec Ho Chi Minh, le chef comnmu-
niste, afin dte ramiener la paix ; la lettre ,du Pr6sident
confie A Bao Dai la responsabilit& de rechercher -la
paix, bien qu'elle promettre en m& nme temps l'appui
de l'anm6e francaise et une aide pour former une
armae indigene,...
Les autorit6s francaises considbrent que la poli-
tique a-ctuelle de 1'Am6rique en IExtreme-Orient est
en ifaveur du regime 'Bao Dal, en ce sens qu'elle a
6t marquee par un avertissement lanca, aux comn-
munistes chinois (ifortement redout6s par les Indo-
chinois) de ne pas envahir le territoire de leurs
voi-sins. Les Francais pensent qu'ils sont all6s loin
dans Ila voi de Idadoption d'une politique similaire
a celle de Washington en accordant A l'Indochine
i'auto'nomi.e dans le 'cadre -de *1'U'nion Francaise, en
invitant le nouveau r6gimne du Viet-Nam A faire la
paix avec les nationalists, A direction communist
et en proposant de laisser A I'O.N.U. le soin de s'oc-
cuper ultrieurement des difficulties 6ventueles en
Indochine.
(a New York Times D, 11 ao0t 1949).

Joseph Alsop prdsente, dans le New York Herald
Tribune, le plan amiricain d'intervention en Ex-
treme-Orient, qui serait actuellement en course de
discussion.
Grosso modo, ie plan en lui-m6me comporte trois
parties. PremiBreiment, unis aux Britanniques, nous
essayerons de convaincre les deuix autres puissan-
ces coloniales, la France et les Pays-Bas, que la
liquidation du syst.me ,colonial est le meilleur
moyen de mettre les com munistes en checkc en Asie.
Deuxibmement, les leaders des peuples coloniaux
d6Alj libi6iris, et particulibrement les Indiens 'et les
Phililppins, auront tendance A ,prendre l'initiative
localement en r 6clamant un effort coop6ratif afin
de deijouer la manoeuvre d'e force du Kremlin en
Asie. L'intention en l'occurrence est d'6viter I'ap-
parence d'une intervention de la part des anciennes
puissances coloniales. 'Troisiimeiment, toute la zone
non-communiste d"Asie, comprenant le Japon, les
Philippines, Formose, les territoires de l'Asie Sud-
orientale et 1'Inde, sera organise come une sort
de communaut6 Asie-Pacifique. I est en outre A prA'6
summer ique les Btats-Unis, en' tant que premiere
puissance du Pacifique, aivec des bases asiatiques A
Okinawa et ailleurs, joueront dans cette communaut6
Asie-Pacifique le mie6me genre de r6Tle que nous avons
tenu .dans la communaut6 atlantique, ant6rieuremient
cr&eee par le Pacte Altantique.

Cependant, apris avoir inumdrd les difficulties
d'action immediate en Asie, I'article restreint la
portee de la proposition, tout en reconnaissant son
intiret essential.
En un -mot, le nouveau plan d'action en Asie, ou-
tre qu'il oinet 'entierement le problim.e crucial de


la Chine, ne r6ussit pas A fournir une solution ad6-
quate des autres probiAmes ,A court terme qui se
posent d'une maniere traigiiquement urgente dans
cette region. C'est un plan thboriique et non pas un
plan imm,6diatement pratiique.
((New York Heraald Tribune ), 23 Juillet 1949). 4.913

Le Manchester Guardian reconnait l'intiret majeur
de l'Indochine en Asie du Sud-Est et I'importance
de l'expirience Bao Dai, auquel il accord certain
elements favorables.
Maintenant que les perspectives de paix s'am6lio-
rent en Indon6sie, les pays occidentaux se tournent
vers l'Indochine pour y chercher des signes encou-
rageants. II leur faut s'appliquer pour les trouver.
L'Empereur Bao Dal, apn6s s'6tre mis d'accord avec
les Francais, a form au debut de juillet un Gouver-
nement Central Provisoire. Il s'est attribu& lui-mime
le poste de Premier Ministre. Un Parlement dolt
&tre convoqu6 des qu'il sera possible de proc6der A
des elections. L'accord r6alise entire Bao Dai et les
Francais n'a que peu 'de valeur A moins que le Gou-
vernement de Bao Dai puisse obtenir assez de sou-
tien pour pouvoir 8tre consid6rA come un Gou-
vernement national. On trouve un indice en faveur
,de Bao Dai 'dans le fait iqu'i'l a fait I'objet, au course
d'une r6cente visit au Tonkin, d'une immense ova-
tion de la part de la population. On dit meme qu'elle
a surpass celle qui avait accueilli trois ans plus t6t
HI 'Chi Minlh dans la memie region alors 'qu'il 6tait
consid6r6 d'une facon g6n6rale comme un heros na-
tional et qu'il ,n'avait pas encore, A cause de son com-
munism'e, perdu une parties ,de sa popularity. Ceci est
d'autant plus remarquable que le Tonkin ne fait pas
parties du territoire ancestral de Bao Dai.

Constatant cependant que l'Empereur restauri ne
parait avoir gagne a sa cause < aucun des partisans
d'H6 Chi Minh >, il en recherche les raisons.
Bao Dai est handicap parce que l'accord inter-
venu entire lui et les Francais ne donnera pas satis-
faction aux nationalists d'Indochine. La France
conserve le droit de faire stationner des troupes au
Viet-Nam en temps de paix comme en temps de
guerre. Le Viet-Nam ne pent imposer de restrictions
au commerce francais. Les nationaux francais doi-
vent b6n6ficier d'une sorte d'extraterritorialite etant
donn6 qu'en cas de crimes ils sont jugs selon la loi
frangaise. Le Viet-Nam ne doit disposer d'une reprA-
sentation diplomatique qu'au Siam, en Chine et au
Vatican ; partout ailleurs il sera repr6senf6 par la
France.
Tant qu'il est oblige d'accepter ces conditions,
Bao Dai ne peut pr6tendre 6tre un nationalist du
mieme ordre qu'Ho Chi Minh.
Pour de nombreux Annamites, H6 Chi Minh peut
avoir le d6faut d'6tre un communist, mais ils prA-
fereraienrt un nationalismne de sang pur, mi6me, alli6
au communism, qu'un nationalism manquant d'en-
thousiasimne, mi6me s'il est Iheureuseement n-on-commu-
niste.

II analyse ensuite les possibilities offertes a Bao
Dai, et pursuit :







II n'y a, cependant, aucune raison de d4sesperer
-de la tentative d'imposer Bao Dai. Pas plus qu'il
n'est n6cessaire de renouer les conversations avec
H8 Chi Minh come le souhaiteraient pertains des
sociailistes fr'ancais. H6 Chi Minh est, sans contest,
un communist et sa victoire serait un d6sastre pour
l'Indochine et pour l'Asie du Sud-Est.

Puis il propose une sirie de < solutions >.

La premiere measure A prendre est la revision de
I'accord en re Bao Dai et la France. II faudra accor-
der au Viel:-Nam la meme independence veritable
que celle que les Hollandais semiblent etre sur le
point de donner A 1'Indon6sie. Les restriction' ap-
port4es A sa souverainet6 devront disparaitre, bien
qu'il n'y ail aucune raison pour qu'un Viet-Nam in-
dependant refuse aux Francais des bases abriennes
et navales.
Une solution aussi radicalei est aussi dure A ac-
cepter pour les Franvais qu'elle a 6tW dure a accepter
pour les Hollandais en Indon6sie. Les Francais sont
6galement .gans parce que ce qu'ils ,conedent en In-
doohine pel:t constituer un precedent pour le Maroc
ou Madagascar. Mais quelle autre voie rest ouverte ?
I1 n'existe p:as d'autre moyen d'en sortir.
En second lieu la candidature du Viet-Nam aux
Nations Unies dolt 6tre parrain6e par les Francais.
La France semble s'y Wtre d6cid6e.
Troisibmement, les measures politiques doivent &tre
soutenues par des measures 6conomiques. L'.conomie
de l'Indochine a 6te ruin6e. Les exportations de
caoutchouc ont cess6. Celles de riz sont r6duites A
presque rien. Mais il existe de nombreux projects
concernant des d6oveloppeanents nouveaux, ,en par-
ticulier pour les entreprises d'irrigation et hydro-
electriques. Nanti d'un pr&t substantial, le Gouver-
nement de Bao Dai pourrait les prendre en mains.
L'importance strat6gique de l'Indochine, r6v61ee
par les Japonais dans la .derniere guerre, est tel e
que l'Am6rique pourrait consid6rer l'argent qu'elle
y depenserait comme un placement particulierement
sur.
Une r6forme agraire sera 6galement n6cessaire :
c'est IA, dans toute l'Asie, le grand moyen pour se
concilier 1'.ippui des paysans.

Enfin il conclut :

Si le Gouvernement de Bao Dai pouvait devenir
le symbol du plus court des chemins qui menent au
progres le problem de 1'Indochine serait r6solu.
Les jeunes Annamites entreprenants pourraient
trouver len Ie servant un Imoyen plus rapide et plus
sir .de faire- Ifaire des prolgrs ih l'eur pays iet d';en
fire eux-n emes en. servant les icommunistes dans
leur guerre clandestine et destructive.
I1 n'y a heureusement pas de problems tres dif-
ficiles A r soudre au Cambodge et au Laos. Ces re-
gions, qui different radicalement de 1'Annam, de la
Cochinchine et du Tonkin, sont satisfaites de 1'ar-
rangement qui leur conf6re l'autonomie int6rieure
tout en laissant a la France le soin de s'occuper de
leurs relations exterieures. Le Viet-Minh dispose de


cellules au Cambodge mais elles ne sont pas tres im-
portantes.
( Manchester Guardian ), 17 aoOt 1948). 4.962


Sous le titre < La guerre d'Indochine dure depuis
4 ans >>, Christopher Buckler, apres avoir constati la
continuity des hostilitis en Indochine depuis-le. << 23
septembre 1945 >, compare les situations au Viet-
Nam et en Indonesie :
La trame politique de l'Indochine a de nombreuses
ressemblances avee celle des Indes Nkerlandaises.
La France, comme la Hollande, a vu surgir un vigou-
reux movement nationalist se produisant presque
en meme temps que la capitulation japonaise et elle
a lutt6 depuis le debut' de 1946 pour r6aliser une
sorte de modus vivendi susceptible de donner satis-
faction aux aspirations raisonnables des, nationa-
listes et de sauvegarder en meme temps les int6rets
l1gitimes de la France.
La difference avec l'Indonesie, cependant, reside
dans le fait qu'en Indochine les communists cons-
tituent la force dominant, contrl6ant le principal
movement nationalist connu sous le nom de Viet-
Minh et diriges par un v6etran communist, Ho Chi
Minh, formA A l'6cole de Moscou. C'est le Viet-Minh
qui a men6 pendant toute cette pAriode la guerre
destinee A expulser les Francais d'Indochine.
La vieille histoire que nous avons vue en Indon6-
sie se r6epte ici. Les nationalists veulent toujours
un peu plus que ce que la France est dispose A
conceder. Et de part et d'autre rAgne la mefiance.
Les nationalists doutent de la sincerit6 des offres
francaises-; les Frangais, avec quelque raison, sus-
pectent la bonne foi d'une junte communist qui s'est
nonmAe elle-meme.

Aprds avoir constatj la < pricarite du tr6ne de
Bao Dai > et le peu d'aptitude de celui-ci a jouer le
role qui lui ichoit, il denonce le danger communist.
Malgr6 la conscience avec laquelle il s'acquitte do
sa tAche plut6t ingrate, il est difficile de ne pas le
(Bao Dal) consid6rer comme d'un poids un peu leger
en face du formidable .et experiment. H6 Chi Minh
et de la phalange puissamment organisee du Viet-
Minh.
Ni la Grande-Bretagne ni 1'Amerique n'ont WtB tres
remuAes piar les BvBnements d'Indochine. C'est un
pays < tres lointain sur lequel nous ne savons pres-
que rien >. Les Francais ont echapp6 A la plupart
des multiples avis, exhortations et critiques don't les
pontifes anglo-am6ricains ont 1et si prodigues A
l'6gard des administrateurs hollandais des Indes
Orientales. Cependant, si l'on veut que l'ensemble de
1'Asie Sud-Orientale connaisse la s6curitl, F'Indo-
chine dolt Wtre pr6serv6e des empietements du com-
munisme militant.
.Si I'Indochine cede, le Siam est decouvert ; or,
mialgr6 les dispositions amicales du regime actuel-
lement en'vigueur A Bangkok A 1'6gard des puissan-
ces occidentales, il est tres possible que le Gouver-
nement du Mar6chal Pibul soit sape de l'int6riear on
renvers6 par de violent assauts de l'exterieur. La

65







puissance communist serait alors etablie sur les
fronti6res de la Malaisie et de la Birmanie.

L'auteur attire ensuite I'attention sur l'interet que
prisente pour Hong-Kong le maintien de la presence
frangaise au Viet-Nam.

Nous nous sommes engages a defendre Hongkong.
Sa protection depend dans une grande measure de
notre capacity A fournir une defense a6rienne victo-
rieuse. Hongkong est A pres de 1.500 miles de Sin-
gapour mais A mi-chemin entire Singapour et Hong-
kong se trouVe l'a6rodrome francais de Tourane sur
la c6te indochinoise. Sous le regime actuel nous
pouvons avoir toutes les facilities d6sirables en cas
d'une menace sur Hongkong. Mais un regime hostile
en Indochine nous refusant 1'utilisation de Tourane
pourrait ajouter considerablement aux difficulties de
d6fendre. Hongkong. C'est pourquoi nous avons au-
tant d'interft A ce que l'ordre soit r6tabli en Indo-
chine qu'A voir le came revenir en Gr6ce. Nous de-
vrions Atre aussi conscients des dangers menacant
I'Oc6an Indient que nous le sommes deja de ceux qui
menacent la M6diterran6e Orientale.

II pursuit, reconnaissant I' < ingratitude > de la
tache a laquelle la France doit faire face.

La situation en Indochine est beaucoup plus ardue
que celle A laquelle nous faisons face en Malaisie. LA
il n'est pas question de quelques milliers de bandits
se cachant dans la jungle mais bien d'une armee
convenablement commnand6e et disciplinee d'environ
85.000 homes.
Contre cette larm6e les Frangais n'ont At6 en measure
d'aligner que 118.000 hommes, ensemble h6tbrog6ne
de troupes m6tropolitaines, de recrues coloniales et
de membres de la Legion Etrang6re. Ces elements
sont soutenus par environ 92.000 recrues et partisans
autochtones, pouvant utilement remIplir les functions
d'une gendarmerie mais inaptes A supporter les
4preuves prolongees d'une champagne de guerilla.
Tout se ram6ne A une question d'effectifs ; les
Franeais n'ont tout simplement pas suffisamInent de
troupes pour assurer le service de garnison sur toute
1'6tendue d'un pays grand deux fois et demi come
la Grande-Bretagne et pour entretenir une force mo-
bile en 6tat de frapper les rebelles. Pour vaincre la
rebellion les Frangais ont besoin d'un plus grand
nombre de soldats et sp6cialement d'un plus grand
nombre d'avions. La ponction en materiel human
francais est considerable. Les pertes en tu6s, blesses
et disparus, relev6es sur une grande p6riode, reprA-
sentent une moyenne d'environ 1.600 homes par
mois. A noter que les pertes des forces de security
en Malaisie pour l'ensemble des huit premiers mois
de la p6riode d'exception se sont levees A 275 hom-
mes.

De cette itude, M: Buckler digage une conclusion
asseZ pessimiste.
Les perspectives ne sont pas encourageantes, d'au-
tant plus que dans quelques mois la Chine commu-
nisti peut Atre etablie le long de la fronti6re septen-
trionale du Tonkin dans une situation lui permettant


de fournir a H6 Chi Minh une assistance directed im-
m6diate.
Une reprise de n6gociations avec H6 Chi Minh
present de nombreuses difficulties. II a parfois mon-
tr6 un certain esprit de compromise mais on a tout
lieu de penser qu'il est actuellement contr61o dans
une grande measure par le Politburo du Parti com-
muniste d'Indochine, organisme compose de six
membres pr6sid6s par le fanatique Ministre de la
Guerre, Vo Nguyen Giap.
Les premieres exigences d'un tel organism se-
raient presque certainement la repudiation de lin-
fortune Bao (Dai et.la reconnaissance par les Fran-
eais de l'ind6pendance total du Viet-Nam. E'tant
donn6 qu'il est difficile de voir comment la France
pourrait accepter de telles conditions, on a l'impres-
sion que la guerre doit fatalement se poursuivre.
(< The Daily Telegraph ), Londres, 23 aoOt 1949). 4.972

Insistant sur la volonti de la France d'aboutir
a un risultat donnant satisfaction aux .aspirations ld-
gitimes du people vietnamien, la Gazette de Lau-
sanne, dvoquant la question d'Indochine i propos du
recent voyage que vient d'y faire M. Coste-Floret,
icrit :
I1 est .d'ailleurs incontestablement .dans le desir de
la France de r6soudre au plus t6t cette important
question puisque d6s maintenant le Viet-Nam s'or-
ganise constitutionnellement.
Elle s'attache ensuite aux projects constitutionnels
de l'Empereur et spicialement a la creation envi-
sagde d'une Assemblee constituante.
L'Empereur, aid6 de son Cabinet, a ,d'res et d6ja
promnulgu6 un decret aux terms duquel est consti-
tuee une Assembl6e consultative provisoire qui sera
remplac6e, dAs Je. r6tablissement de l'ordre dans la
p6ninsule, par une Assembl6e constituante Blue par
le people qui est charge de preparer une Constitu-
tion definitive du pays. Cette Assembl6e consulta-
tive vietnamienne comprend 45 membres d6signes
par l'Empereur parmni les repr6sentants les plus qua-
lifi6s de l'opinion national et rAgionale.
Petit A petit l'Etat s'organise *et le voeu du Minis-
tre des Affaires Etrang6res du Viet-Nam, et semble-
t-il de tout le people un Viet-Nam ind6pendant
comparable a l'Australie au sein du Commonwealth
britannique est en train de devenir une r6alit6.
L'article, portant son dtude sur le plan interna-
tional, envisage les possibilities de participation de
l'Indochine au < Pacte du Pacifique >>, soulignant
l'importance stratigique capital de sa position.
Les r6alisations de la France dans cette parties du
Pacifique prennent par ailleurs une importance ca-
pitale. L'Indochine est une position strat6gique de
premiere importance et il n'est pas impossible que
lies Etats-'Unis venillent l'inclure dans le Pacte du
Pacifique qui est actuellement en preparation a
,Washington.
Lors de son sajour aux Etats-Unis, le Pr6sident de
Ia R#1publique ides Philippines, M. Elpidio Quirino,







en a souligrin la n6cessit6 set, pour fire 6chec aux
idles totalitaires de ses dangereux voisins chinois,
Mao Ts6 Toung et ses amis. Saigon, a, d'autre part,
regu la visited du commandant britannique en Extr&-
me-Orient qui s'est entretenu longuement avec le
G6ndral Blaizot, commandant en chef du corps ex-
p6ditionnaire frangais en Indochine. Toute cette agi-


station au sud de la Chine, alors que Mao Ts& Toung
est en train de conquerir une position pr6pond6-
rante, laisse presager un rapprochement entire le
Viet-Nam en tant que puissance ind6pendante et les
nations occidentales soucieuses avant toul d'Bviter
que l'Extr.me-Orient ne devienne compl6tement la'
terre d'6lection des communists staliniens.


LISTED DIES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUITS EN FRANCAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTED :

A la Section de la Presse Etrangere, au Ministere de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7)). (Direction
de; Affaires Politiques, Pi&e 17, 1" Etage).
La Section de la Presse Etrangere peut en outre founrir gratuitement, par retour du courier, a quiconque lui en fera
la demand, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
Le N' de r6f6rence suffit a designer le document desire.



N' TITLES DATES ORIGIN DU DOCUMENT


UNION FRANQAISE
La Haute-Volta A Mayfair (Uin film colonial frangais) ...
:Presentation d'un voisin du Nord : Le Gouverneur de la
M auritanie .....................................
La montagne accouche (Indochine) ....................
Chandernagor, Colonie-souvenir .......................
iLondres veut l6iminer la France du Nord de l'Afrique ..
.M:adame Ebou6, d6put6 gaulliste et veuve die Gouverneur
La France et le Viet-Nam ...........................
PROBLEMS GENERAUX
L'Eurafrique trahie ...................................
La recherche m6dicale colonial .....................
Une transformation penible au milieu .des balls (Asie
M 6ridionale) ...................................
La chasse aux gurillas ,(Asie du Sd-Est) .............
Blancs et Noirs en Afrique ...........................
La F6deration Europienne et les Colonies ..............
I EMPIRE BRITANNIQUE
G6n6ralit6a
Bien-Utre colonial .....................................
Terres promises ....................................
Les Colonies a l'ordre du jour ........................
iQuestions coloniales ............... .................
La lave rouge s'infiltre dans I'Empire britannique ......
La question du caoutchouc inspire des craintes a la
Grande-Bretagne .................................
Inde
Gouverneurs indiens ................................
Le Parti du CongrBs indien essaie d'apprendre un nou-
veau r61e ........................................
Le ( cessez le feu > au Cachemire ....................
Le prebiscite au Cachemire ..........................

Le m iracle indien ...................................
Pakistan
Le r6le du Pakistan ................................
MalafAie
Histoire de deux villes (Singapour) ...................
L'Am6rique" est trop riche et trop habile ..............
Les cerveaux qui guident les terrorists en Malaisie ....


,116-7-49

16-7-49
2,3-7-49
Aofit 49
29-6-49
6-8-49
11-8-49


6-7-49
16-7-49

18-7-49
27-7-49
6-8-49
6-8-49


22-7-49
27-7-49
29-7-49
30-7-49
4-8-49

8-8-49

14-7-49

26-7-49
29-7-49
30-7-49

11-8-49

213-7-49

15-7-49
28-7-49
28-7-49


West Africa

West Africa
New York Herald Tribune
Eastern World
II Tempo (Rome)
West Africa
The Times


II Tempo di Milano
The Times

Newsweek
New York Herald Tribune
The Economist
West Africa


The Spectator
The Daily Telegraph
Tribune
The Daily Telegraph
Continental Daily Mail

The Yorkshire Post

Manchester Guardian

The Daily Telegraph
New York Herald Tribune
The New Statesman and
Nation
Neuw York Herald Tribune

The Economist

New York Herald Tribune
New York Herald Tribune
Continental Daidy Mail


'67


4.903
4.910

4.91.3
4.936
4.906 -
4.946
4.947


4.912
4.917
4.92,1

4:923
4.941
4.943


4.911
4.920
4.929
4.930
4.935
4.944


4.904
4.919

4.926
4.928

4.948

4.922

4:907
4.924
4.925








TITRES


No'



.4.918
4.931
4.932

4.933


4.909



4.908
4.914
4.915
4.916
4.927

4.934
4.937
4.939
4.942
4.945


4.905


4.938
4.940
4.949


DATES


Afrique Britannique
Le r6ve de Churchill se r6alise (Ouganda) ............
Un Pakistan nig6rien ? ................ ............
La place de la radio dans 1'avenir de 1'Afrique Occi-
dentale ........................................
Le project de culture de I'arachide de Kongwa est de nou-
veau exam in6 ....................................
Sarawak
Le nouveau beb6 de la Grande-Bretagne a une croissance
rapide .........................................
EMPIRE HOLLANDAISE
Indon6sie
La barriere orientale aura besoin de l'aide occidentale ..
Autour de la Table en Indon6sie ......................
Indes N6erlandaises, archipel d'esp6rance ..............
Progrbs en Indon6sie ................................
Accord en Indonesie ................................

Le ( cessez le feu > en Indon6sie ......................
Indon6sie ............................................
La Conference de La Haye ...........................
R6publique de 1'Indon6sie Serikat ....................
Les Hollandais et les Indon6siens : du conflict A la colla-
boration ........................................
COLONIES ITALIENNES
L'Emir de Cyr6naique ................................
BIRMANIE
M616e g6n6rale en Birmanie ..........................
L'imbroglio birman n'est pas disesp6r6 ................
Birm anie ...........................................


26-7-49
30-7-49

Aoit 49

30-7-49


19-7-49


17-7-49
23-7-49
24-7-49
25-7-49
30-7-49

3-8-49
5-8-49
5-8-49
Aoit 49

10-8-49

8-7-49

5-8-49
6-8-49
.9-8-49


I


ORIGINE DU DOCUMENT



Continental Daily Mail
West Africa

African World

The Economist


Continental Daily Mail


The Observer
The Economist
The Observer
The Times
The New Statesman an(
Nation
The Times
Tribune
Manchester Guardian
Eastern World

The Daily Telegraph

Manchester Guardian

New York Herald Tribune
New York Herald Tribune
Manchester Guardian


I


C=53~-~-7









BIBLIOGRAPHIE


LES INSTITUTIONS DE L'UNION FRANgAISE, par Daniel
BOISDON. Editions Berger-Levrault, Paris.

Pr6sideni de l'Assembl6e de l'Union Francaise,
M. Daniel Boisdon public, avec quelques membres
.de son Cabinet, un ouvrage essential, veritable
some des connaissances qu'il est n6cessaire d'acqu-
rir pour ccncevoir l'ceuvre accomplie par la France
au sein de cette union de peuples si divers qu'elle a
rassembl6s autour d'elle, et pour 6tudier les .probl&-
mes constiiutionnels, legislatifs et juridiques, en
meme temps que sociaux et moraux, qui se posent
encore aux realisateurs de cette vaste F6deration.
Apres avoir fait revivre en juriste et en m6moria-
liste les cot rants ideologiques, les 6evnements inter-
nationaux, les influences personnelles don't sont issues
les institutions de l'Union Francaise, M. Daniel Bois-
don en analyse la structure actuelle, et examine les
differentes categories de Territoires, avec leurs As-
sembl6es locales, leur Administration, voire leur
Gouvernement et leur Parlement, et la transforma-
tion de la condition des personnel par I'accession A
la citoyennet6. Trois annexes, par leurs renseigne-
ments ptrcieux, achivent et complktent cette syn-
these.
Ce pr;::is des institutions nouvelles offre le rare
mnrite d'int6resser tous ceux qui, 6tudiants, profes-
seurs, intellectuals, et en general membres de toute
cette communaut6, dans la M6tropole et Outre-Mer,
sont soucieux de s'informer exactement d'une expe-
rience don't l'issue command l'avenir du pays.


LA TERRE DU JOUR, par Jean d'EsME. Editions du
Dauphin, Paris.

Un nouveau livre de Jean d'Esme ouvre toujours
de surprenantes perspectives sur les horizons clairs
et farouches de l'Asie et de 1'Afrique, o i il nne har-
diment son lecteur pour lui faire partager ses emo-
tions de ses decouvertes.
Ainsi, les tapes de ses succis litteraires se dive-
loppent A la cadence de ses grands voyages, d'Ex-
treme-Orient a la brousse africaine, A travers le pays
du Roi des Rois et les sables calcines du Grand Erg
Saharien. Jean d'Esme est un homme d'action qui
sait ecrire.
Insatiable d'impressions pittoresques ou violentes,
il est surtout passionn6 de chasse aux grands fauves,
et c'est cette passion qu'il transpose aujourd'hui dans


La Terre du Jour, extraordinaire recit d'aventures,
auquel il a donn6 pour cadre la brousse sauvage du
Tchad. Trois chasseurs, un homme et deux femmes,
y sont venus suivre les pistes dangereuses des h6tes
de la savane et de la sylve. Ils y trouvent 1'6liphant,
le rhino et le buffle, et y rencontrent aussi un strange
aventurier, qui vit A l'6cart, dans ce coin perdu de
I'Afrique central pour satisfaire son goft de la soli-
tude aupres d'une tombe myst6rieuse, celle d'une
femme bien aimee qu'une mort cruelle lui a ravie.
Et le conflict 6clate, poignant, fatal, mortel, A la me-
sure du d6cor et des personnages, A la measure aussi
du talent de l'6crivain, don't le pouvoir d'evocation,
allied au sens aigu de la construction dramatique, at-
teint ici a une maitrise qui fait de La Terre du Jour,
en mime temps qu'un authentique t6moignage de
broussard, un des meilleurs romans de notre Afrique
Equatoriale.


LES POLITIQUES D'EXPANSION IMPERIALISTE, par CH.
A. JULIEN, J. BRUHAT, G. BOURGIN, M. CROUZET et


P. RENOUVIN.
Paris.


Presses Universitaires de France,


A la fin du xixe siicle, les circonstances dconomi-
ques et financieres qui dominaient le monde, condui-
sirent les Etats industries A 6tendre leur influence
sur les < pays neufs >, -t la pouss6e du sentiment
national favorisait les desseins imperialistes. A c6te
et avant les chefs qui ont realis6 l'ceuvre, des hom-
mes d'Etat congurent et orienterent la politique de
leur pays dans des voies nouvelles.
Ces hommes d'Etat, qu'ils se nommassent Jules
Ferry, Leopold II, Francisco Crispi, Joseph Cham-
berlain ou Theodore Roosevelt, obeissaient aux m&-
mnes sollicitations, satisfaire les besoins de la vie 6co-
nomique, assurer la possession de bases navales et
de points d'escale et accroitre le prestige de l'Etat.
Etudier l'ceuvre de ces hommes, don't le r6le per-
sonnel a 6t6 d6cisif, rechercher les mobiles qui les ont
determines A Faction, essayer de discerner leurs plans,
compare leurs m6thodes, et aussi decrire les Apres
luttes qu'ils eurent A soutenir, tel est le but du pr6-
sent ouvrage. Rdunissant A cet effet les 4tudes d'dmi-
nents historians, qui ne renoncent jamais A l'indepen-
dance des appreciations et des jugements, les Poli-
tiques d'Expansion Impirialiste sont surtout un
hommage A la force de volont6, A la tenacit6 et au
courage civique de ces hommes d'Etat, qui ont eu
le sens de la grandeur.


' 69







OLO, roman congolais, par Pierre NAVARRE. Edi-
tions du Dauphin, Paris.

Romancier saharien et conteur subtil de l'Oc6anie
frangaise, Pierre Navarre, avec la documentation
precise d'un grand voyageur, nous transport au-
jourd'hui au cceur de notre A.E.F., dans l'affabula-
tion captivante d'un r6cit congolais, Olo. Sous ce
titre laconique, nous trouverons le vrai visage de
l'Afrique Noire, les arbres giants et la demi penom-
bre de la fort vierge, propice A une action dange-
reuse, ardente et passionn6e.
Nous y verrons surtout un caractire, celui du de-
fricheur de brousse qui a vou6 ses forces et son in-
telligence A l'accomplissement d'une ceuvre gene-
reuse, celle d'etablir aux confins de la zone la plus
sauvage, une cit6 nouvelle, Olo, don't il rave de faire
le centre d'un pays riche et prospere. Mais ce porteur
d'ideal rencontre sur sa route l'adversaire haineux et
redoutable qui a decide de l'abattre. L'adversaire a
pour lui l'argent qui fomente les revoltes et soulive
les tribus, mais notre h6ros s'est acquis l'alliance
des sorciers et dispose des puissances occultes.
Les deux hommes succombent, mais Olo sera sauve,
et c'est cette lutte que raconte Pierre Navarre, dans
une atmosphere de r6alisme intense of la brousse
6quatoriale, avec ses sortil&ges et ses ambiTches, sera
un personnage toujours present.


LES POrTES CREOLES DU XVlIle SIECLE, par Raphael
BARQUISSEAU. Editions Jean Vigneau, Paris.

Heritier authentique de la grande lign6e des po&-
tes de cette Ile de la Reunion out, disait Sainte-Beuve,
< notre elegie et notre idylle ont eu leur berceau >,
RaphaEl Barquisseau devait particulierement reussir
A faire revivre, < par le dehors et surtout par le de-
dans >, trois pontes donnas A la France par les Isles,
au course de la meme generation, Evariste Parny, An-
toine de Bertin et Nicolas-Germain Leonard.
C'est en historien et en humaniste que l'auteur de
cette attrayante et substantielle etude nous dit ce
que furent ces jeunes creoles que leur si&cle voyait
avec un 6tonnement sympathique, rapporter en
France, apris un demi-si&cle d'exil, les qualitis don't
s'dtait appauvrie la race metropolitaine, et certain
traits nouveaux out ils ne se reconnaissaient pas.
Ces hommes, qui avaient connu le grand large,
respiraient mal dans la cage du monde, et leur nos-


talgie s'est transported dans leurs vers. I1 est bon,.
conclut Raphael Barquisseau, < qu'ils aient souf-
fert, se soient sentis inadaptes a leur siicle, et qu'ils
aient chants d'autres idees et d'autres amours, car
pour eux, comme pour Musset, leur g6nie etait dans
leur ceur >>.


CAHIERS CHARLES DE FOUCAULD, volume 16
41, rue de la Bienfaisance, Paris

Cette publication, fondue par le R. P. Gor6e et
Michel Thiout, et place sous le vocable du martyr
de Tamanrasset, vient de faire paraitre son 16e vo-
lume. Num6ro de < varidtes africaines >, on y
trouve, dans la meme presentation original, les vi-
vants r6cits, les belles images et les documents exacts
qui elivent ce periodique A la classes d'une grande
revue africaine et islamique.

Nous y avons note, sous la plume de Ladreit de
Lacharri&re, un recueil d'anecdotes sur le marechal
Lyautey, varies dans leur detail, mais rdsonnant
toutes au choc si personnel d'un tel chef. D'autre
part, Rend G6ry analyse le fonctionnement des orga-
nes centraux de l'Union Frangaise et examine avec
pertinence'le problime des relations entire la M6tro-
pole et les pays d'Outre-Mer. Enfin, Paul Bordarier
evoque, de fagon saisissante, l'aventure abyssine d'Ar-
thur Rimbaud, pokte maudit.


TROPIQUES
(Revue des Troupes Coloniales)
Editions Pouzet, Paris

Dans le format d'une brochure 6elgante et soigneu-
sement illustree, la revue Tropiques 6tudie avec un
sens tris stir de l'6clectisme et de l'actualitd tous les
grands problemes de l'Union Francaise.

Elle present notamment, en son numero de juil-
let 1949, une belle monographie consacree, par le
general Marchand, A la carriere du Gouverneur ge-
neral Felix Eboue, < don't le souvenir demeurera
comme un constant rappel de la grandeur fran-
gaise >>. Nous y trouverons aussi, parmi d'autres
chroniques de quality, aux images indites, un atta-
chant r6cit des operations menees par la i" brigade
d'Extreme-Orient, en pays Moi, et un vibrant poeme
d6die par Ie g6ndral Sabattier A la memoire du ma--
rechal Gallieni.








COMMUNIQUES


AVIS D'EXAMEN

La deuxieme parties de l'examen professionnel d'en-
-tree dans le cadre de la magistrature d'Outre-Mer
.aura lieu, ii Paris et aux si&ges des jurisdictions d'Ap-
pel des Te::'ritoires d'Outre-Mer, les 28 et 29 novem-
bre 1949.
Les demands pour participer A cet examen doi-
vent etre etablies sur paper timbr6 et devront par-
venir au Ministere de la France d'Outre-Mer (Direc-
tion du Personnel Services judiciaires, 27, rue Ou-
dinot, Paris) avant le Io octobre 1949.
Conditions d'admission A l'examen : i) jouir de
ses droits civils et politiques ; 2) etre licenci6 en
droit ; 30) etre reconnu physiquement apte A servir
-dans l'un quelconque des Territoires d'Outre-Mer
d6pendant du Ministere de la France d'Outre-Mer.
Nominations dans la magistrature d'Outre-Mer
les candidates definitivement regus A l'examen profes-
sionnel d'entree dans la magistrature d'Outre-Mer
,sont nommrs : io) A un emploi de juge supplant
s'ils justifient d'un stage accompli dans un barreau
mitropolitain ; 2) A un emploi d'attache A un Par-
quet general des Territoires relevant du Ministire
de la France d'Outre-Mer, pour les candidates qui
n'ont pas suivi le barreau. A l'expiration du stage
reglementa:ire, ils sont nommis juges supplants.


AVIS DE CONCOURS

Les 6preaves d'admissibilitd du concours direct et
du concours professionnel pour l'accession au grade
d'ing6nieur-adjoint des Travaux publics et des Mi-
nes des colonies et les 6preuves de la premiere parties
du concours professionnel normal pour l'accession
aut grade d'ing6nieur principal des Travaux publics
et des Mines des colonies s'ouvriront au mois de
mai 1950.
La date exacte du commencement des epreuves et
les villes oil elles seront subies seront portees, en
temps utile, A la connaissance des candidates.


AVIS D'OUVERTURE D'UN CONCOURSE
POU L'EMPLOI
DE CHIFFREUR COLONIAL STAGIAIRE

Uni concourse pour l'admission A l'emploi de chif-
freur colonial stagiaire aura lieu, les 8 et 9 novem-
;bre 1949, A Paris, Marseille, Bordeaux, ainsi que dans


les chefs-lieux des Territoires relevant du Ministere
de la France d'Outre-Mer.
Le nombre de places mises au concours est fixed a
douze. La liste d'inscription sera close le 7 septem-
bre 1949.
Les demands de renseignements et les pieces a'
produire devront ktre adressees au Ministere de la
France d'Outre-Mer (Direction du Personnel, 4e Bu-
reau 27, rue Oudinot, Paris (7).


AVIS DE CONCOURSE
POUR L'EMPLOI DE DAMES-SECRETAIRES
A L'ASSEMBLIEE DE L'UNION FRANCAISE

Un concours pour le recrutement de trois dames-
secr6taires des services de l'Assembl6e de l'Union
Francaise aura lieu, le 14 octobre 1949, A l'Assem-
blee de J'Union Frangaise, chateau de Versailles, A
Versailles (Seine-et-Oise).


FRANCHISE AERIENNE

Le Secr6taire d'Etat aux Postes, T6elgrammes et
Telephones communique :
< Les correspondances exp6diees A l'adresse des
militaires et marines du corps exp6ditionnaire d'Indo-
chine et de Madagascar sont, desormais, admises en
franchise adrienne jusqu'au poids maximum de vingt
grammes. En outre, leulr expedition sera assure
exclusivement par les appareils de la Compagnie
< ce qui permettra de reduire tres sen-
siblement les d6lais actuels de transmission par
avions militaires. >


UN APPEL
AUX JEUNES MIDECINS ET PHARMACIENS

Le Minist6re de la Defense national communi-
que :
< Un certain nombre de places sont offertes aux
jeunes gens sursitaires, titulaires du doctorate en me-
decine ou du dipl6me de pharmacie et qui d6sirerit
accomplir leur service militaire en Extreme-Orient
dans le corps militaire de liaison administrative,
avec le grade d'assimilation de m6decin-capitaine et
la solde correspondante, plus elevie d'ailleurs dans
le Corps de Sant6 que dans l'ensemble de I'arm6e.






< La duree minimum de ce service est 16girement
sup6rieure au temps legal d'un an, puisque les vo-
lontaires devront souscrire un engagement special
de dix-huit mois.
< Par centre, A 1'expiration de ce service, la car-
riere m6dicale offre, en Extreme-Orient, d'interes-
sants debouches A ceux qui voudraient rester sur
place et qui, d'ailleurs, conservent, pendant un cer-
tain temps, droit au rapatriement aux frais de l'Etat.
< I1 est rappel6, 6galement, que les jeunes mdde-
cins et pharmaciens, d6sireux de fournir une carrier
complete dans les Territoires de la France d'Outre-
Mer, ont la possibility de se presenter au concours
pour l'admission comme m6decin ou pharmacien-
lieutenant des troupes coloniales qui assurent le fonc-
tionnement du Service de Sant6 civil et militaire.
< Ce concours doit avoir lieu en 1949, le 5 decem-
bre.
< Pour tous renseignements, s'adresser A la Direc-
tion du Service de Sante Colonial, 27, rue Oudinot,
A Paris (7"). >>


L'INCORPORATION
DES JEUNES GENS DESIREUX
D'ACCOMPLIR LEUR SERVICE MILITAIRE
EN A.O.F., EN A.E.F. OU A MADAGASCAR

Le Ministere de la Defense national communi-
que :
< Un certain nombre de places sont offertes aux
jeunes gens, susceptibles d'&tre incorpor6s en octo-
bre prochain, pour accomplir leur service militaire
en A.O.F., en A.E.F. et A Madagascar.
< Sous reserve d'aptitudes physiques, ces appelds
seront choisis parmi les volontaires, la priority 6tant
accordee A ceux d'entre eux possedant une sp6cialit6
- mecaniciens, d6panneurs-autos, titulaires du per-
mis de conduire poids lourds, ouvriers sp6cialistes en
bois, fer et Blectricite, comptables et secretaires, etc...
< Les volontaires p6ur Madagascar devront ac-
cepter, obligatoirement, de faire six mois de service
supppl6mentaire. Parmi les volontaires pour I'A.E.F.,
ceux qui accepteront de faire six mois de plus seront
inscrits en priority.
< Les jeunes gens que cette measure interesse sont
invites A se faire connaitre d'urgence A leur Direction
regionale de recrutement, qui leur indiquera direc-
tement si leur candidature est retenue ou non.


< Enfin, les jeunes gens volontaires pour accom-
plir leur service militaire comme parachutistes en
A.E.F. et en A.O.F. sont invites A se faire connaitre,
dis que possible, A leur Direction r6gionale de recru-
tement. >



SACTIVITE
DU MUSIE DE LA FRANCE D'OUTRE-MER
(Juillet 1949)

Entrees payantes : 15.466 pour 262.730 francs.
Entrees gratuites : 21 groups 58o 6leves.
Produit de la vente du Guide du Musee : 81 pour
1.215 francs.

Dons regus :
Oe M. Brich : Un meuble ancien indochinois (bois
sculpt
De Madame Vitray-Ducuing : Types et personna-
litis d'Indochine (sculpture plAtre).
De M. le Gouvemeur Marchand : Divers souvenirs
du general Marchand.
De M. Ary Leblond : Vieille rue de la Kasbah
d'Alger, par A. Lebourg (peinture).

(A ot 1949)

Entries payantes : 21.461 pour 408.490 francs.
Entries gratuites : o1 groups 420 6leves.
Produit de la vente du Guide du Musee : 140 pour
2.100 francs.

TRAVAUX EXECUTES

Section d'Art et d'Histoire .: Presentation des nou-
velles collections : i) Meuble annamite, milieu du
xIx si&cle, don de M. Briet (Merignac, Gironde) ;
2) Service en porcelaine de Canton, don de l'Union
National des Syndicats M6tropolitains d'Importa-
tion et d'Exportation des Rhums; 30) Documents
historiquesi sur la Mission Marchand, don du Gou-
verneur Marchand (Thirssey, Ain).
Section Economique : Activit6 normal.
Section Aquarium : Plantation d'une parties du
grand Terrarium. Selection de reproducteurs au La-
boratoire d'6levage.


Imprlmerie de I'Agence France-Presse, Paris (2*)
De6pt 16gal. D6cembre 1948. No 4315






































































Edited par la Documentation Frangaise

Prix du num6ro : 90 francs
Abonnement : six mois. .. 520 francs
S : un an..... 1.000

Souscription et vente
A la
Direction de la Documentation Frangaise
14, Rue Lord-Byron, Paris (7e)
T6I. : ELYsees 82-00




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs