• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Questionnaire
 Table of Contents
 Problemes du jour
 Deux annees d'execution du plan...
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Communiques
 Back Cover














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00009
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00009
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Questionnaire
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Problemes du jour
        Page 3
        Page 4
    Deux annees d'execution du plan de modernisation et d'equipement
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Nouvelles de France
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
    Revue de presse
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
    Communiques
        Page 72
    Back Cover
        Back Cover
Full Text



EI


Ni


1'III,1 I U1 i!


II


I l W %, w r


Jl


[-I,






QUESTIONNAIRE
aux abonnes et destinataires du
SBulletin d'Information de la France d'Outre-Mer )



I. --- Nom, Prenom, Fonction ou Profession
Adresse du correspondent :




II. Le Bulletin vous paraft-il sous sa forme actuelle atteindre son objectif. Si vous
ne le pensez pas, que suggerez-vous pour y parvenir ?







III. --Pensez-vous que le Bulletin doive etre oriented davantage vers la formula
< Revue ) ou demeurer un simple organe d'information et notamment d'informa-
tion administrative ?




IV. -- Le Bulletin est-il (ou n'est-il pas) pour vous un instrument de travail ?


V. -- L'ordre dans lequel sont prisenties les rubriques, la composition actuelle du
Bulletin vous paraissent-ils bons ?
Que proposez-vous pour les amiliorer ?






VI. Des diffrentes rubriques du Bulletin (Problemes du Jour, Nouvelles de France,
Nouvelles d'Outre-Mer, Revue de Presse) quelle est celle qui vous intiresse le
plus ? Celle que vous disireriez voir etoffie ? Celle qui vous parait sans incon-
venient pouvoir etre riduite ?






VII. La place reservee a la revue de press vous parait-elle insuffisante ou trop
important ?



VIII. Quelles sent vos observations de raractre general concernant la diffusion ?
DMlai de distribution par rapport aux autres publications metropolitaines ?



IX. Pouvez-vous nous indiquer des personnel investies de functions officielles, des
societis, des services publics on prives susceptible de souscrire des abonnements
a cette publication ?













Adressez vos r6ponses au
Bulletin d'Information de la France d'Outre-Mer
( LA DOCUMENTATION FRANCAISE >


'14-16, Rue Lord-Byron


Paris (8e)







BULLETIN D'ABONNEMENT
au

BULLETIN D'INFORMATION DE LA FRANCE I'OUTRE-MER



Je soussigni : Profession :

demeurant ...... .. ............................partement

souscris un abonnement de 6 mois () a partir du 194

au Bulletin d'Information de la France d'Outre-Mer.
Je verse (1) par mandate, cheques bancaire, chique postal (C.C.P. Paris 134-11) (2) au nom de M. Le Regisseur
des Recettes, 16, rue Lord-Byron, Paris, 8 la some de : (1)
Cinq cent vingt francs (6 mois) 520
Mille francs (1 an) 1.000

A le 194
(Signature)




(1w Rayer les mentions inutiles.
(2 Pour 6viter tout retard dfi A la transmission des cheques postaux, pribre d'adresser i la Documentation FrainCaise
le bulletin d'abonnement correspondent aux versements.






BULLETIN D'ABONNEMENT
au

BULLETIN INFORMATION DE LA FRANCE DIOUTRE-MER



Je soussign : ....................... ............. P profession :......................................... .............

demeur ant a Departement

souscri,, un abonnement de 6I mois () partir du ............. 194
e 1 an
au Bulletin d'Information de la France d'Outre-Mer.
Je verse (1) par mandate, cheques bancaire, chbque postal (C.C.P. Paris 134-11) (2) au nom de M. Le Regisseur
des Recettes, 16, rue Lord-Byron, Paris, 8' la some de : (1)
Cinq cent vingt francs (6 mois) 520
Mille francs (1 an) 1.000

A .............................le ........................ 194
(Signature)




(I) Rayer les mentions inutiles.
(:;) Pour 6viter tout retard dfl a la transmission des cheques postaux, priere d'adresser a la Documentation Francaise
le bulletin d'abonnement correspondent aux versements.









RESIDENCE DU CONSEIL

SEC RATARIAT GENERAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation :
1446, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7')


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA



FRANCE D'OUTRE-MER





SOMMAIRE


PROBLEMS DU JOUR :

U re &re nouvelle s'ouvre pour le Viet-
N am ................. ....... ........
Daux annees d'execution du plan de
modernisation et d'6quipement ...
Le. mkouvement coop6ratif au Came-
roun .................................


NOUVELLES DE FRANCE :

Les travaux parlementaires ..........
Le project de loi modifiant le statut de
la Cochinchine devant le Parlement
Le voyage du Ministre de la France
d'Outre-Mer a Madagascar ......
L'hommage A Victor Schoelcher et
Felix Ebou6 ...................
Le s6jour en France de S. NM. Sisavang
Vong, Roi du Laos ..............
Conffrences et manifestations diver-
ses ....................................
La vie politique et administrative ...
La defense du group des Territoires de
l'Oc6an Indien ..................
La mise en oeuvre du plan d'6quipement
des Territoires d'Outre-Mer .......
Informations administrative ..........


Mouvements du personnel ...........
Distinctions honorifiques ............

3 NOUVELLES D'OUTRE-MER :

5Indochine ................ ..............
A,. O .F ..... ...........................
A.E.F ........................ .........
T ogo ......... ................. .......
Cam eroun ..............................
Nouvelle Cal6donie ...................
S1 C6te Franmaise des Somalis .........
Etablissements de 1'Inde .............


REVUE DE PRESS :


14 Presse m6tropolitaine .............. 44
Presse d'Outre-Mer .................. 49
18 Presse etrangere ....................... 51
Problemes generaux ................ 51
9 Empire britannique ................. 58
Colonies italiennes .................. 62
23 Indon6sie .......................... 66
Liste des articles de press etrangere-
23 traduits en fran jais ............... 69
23
24 COMMUNIQUES ........................ 72


--










rA "r11nri1


PROBLEMS DU JOUR


Une ere nouvelle s'ouvre pour le Viet-Nam

par Andrd Surlean, Administrateur des Services Civils de 1'Indochine


A u moment oih ces lignes paraitront, aura pris fin
une periode d'6quivoque qu'une parties de
1'opinion vietnamienne a exploitee contre la
France. En effet, de nombreux journaux vietnamiens
de Saigon et Hanoi ont r6p6t&, depuis bient6t trois
mois, que la non-publication de l'accord ne pouvait
r6sulter que de la duplicity francaise, on de 1'exis-
tence d'un accord secret iqu'on ne voulait pas encore
revel.er. Les attentistes du Viet-Nam en tiraient pr6-
texte pour justifier leur attitude expectant.
Le Parlement francais ayant ratifi6 le rattache-
ment de la Cochinchine A l'Eltat idu Viet-Nam, 1'ac-
cord .du 8 mars .est .enafin, public le Gouverneement
dbfinitif du Viet-Nam va (prendie forme, et les pou-
voirs pr'evus vo.nt .tre transfirks.
Le novel' Etat jiouit sans contested d'un statut infi-
niment plus liberal que celai qu'avait aociept: HO
Chi Min(h par son .accord idu 16 mars 194i6 iet le
modus vivendi idu 14 septemibre suivant.
IL'unit, d: Viet-Nam est realisee. Quant A son
inddpendanee, elle .est relle ,et ne consiste pas seu-
lemient dans une clause ide style. Le Viet-Nam entre-
tiendra des ambassadieurs dans Iles pays strangers on
cela sera u ile, et, dans les autres pays, pourra avoir
des diplomatss au sein des missions diplomatiques
.de la R1publique Francaisie. II aura des consuls
d'ans les pays ofi il possdde dies int6rits particuliers.
II pourra rccevoir des missions diplomatiques 6tran-
gOres. Or, l'accord du ,6 mars 19,416, ne faisait ,quie
r6server celtte question, et le modus vivendi du 14
mars 194,6 n'e pr6voyait quell des consuls .dans les
pays voisins du Viet-Nam.
Sur le plan' de la souverainet& interne, lie Viet-
Nam obtient toutesi ,es satisfactions d6sirablies. II
n'"est plus question de Services F6dhraux a l'abri
'desquels l'autorit6 francaise pourrait, coommne se
I'imaginient certain igrincheux > vietnamiens,
continue emipiitler sur la souverainetM des Etats
associs. Les services icommuns qui subsisteront par


n6cessit,, et qui seront dAtermins par ides commis-
sions mixtes, sont ceux qui rasiultent de l'interd6.
plendaince eonomique 6troite, ides trois Etats indo-
cihinois (le commerce exteriefir, les transmissions, lie
service des douanes), on de la part prilmordiale et
ineluctable dde l'aidie ifrangais'es (plan ,d'quipement,
tr6sor), on encore ceux qui touclhent A Ila politique
ext6rieure de 1'Union Frangaise i(contr61e de l'im-
milgration)i. La Rppubliique Frangaise na-t-elle pas
admis, dans sa 'Constitution actuelle, lie principle des
restrictions A sa souverainet6 qui serailent nBcessai-
res.au fonctionnenent ide l'organisation ides Nations
Unies ? Ne vient-elle pas ide coniclure une union
douani.reo avec lPItalie ?
Le. reproche, essential qiue form le HO Chi Minh~
A l'adresse die V'accord du 8 mars, ic.'est que ce text
autorise la presence de troupes frangaises dans cer-
taines bases stratigique's, let la 'circulation de ces
troupes entire lesdites bases. Dans I'esprit simpliste
de certain Vietnamiens, il y a JA une atteinte into-
l6rable A la souverainret6 vietnamienne. Chez les ex-
tr6Amistes, cette critique traihit leur volont6 ,d'exclu.re
les Francais ide, l'Indochine comnme I'a dit une cir-
cullaire. secrete de H6 Chi Minh. Mais il imported de
rapipeler que', s'elon une clause de P'aciord du 8
mars, ides 16.ments vietnamiens Iferiont parties 'des
forces franiaises stationn6es dans les bases strat6-
igiques pr6cities. D'autre part, < l'appartenance A
1'Union Francaise > signifliei que la Frand, respon-
sable de la defense de l'Union, a le droii de prendre
des le temps de paix toutes dispositions tiles A clette
d6lfensie.
Le Viiet-Nam, quelle que soit la valeur de sa future
armne national, ne saurait se payer lei luxe d'une
marine, d'une aviation, dilgnes die ce nom, ni entre-
tenir un armement lourd (artillerie, blinds) de quel-
que importance.
A 1'6poque du Pacte de 1'Atlantique, et A un mo-
ment ofi le monde seo divisie de' plus en plus en deux
blocs, lie Viet-Nam ne saurait se cantonner dans un


(Les Cthades et documents du Bulletin peuvent dtre utilisds ou reproduits sans indications d'origine)









imprudent isollement, pour uine pure question
d'amour-ipropre, national.
Sur le plan jconomique, il n'e'st pas inutile de
souligner, pour les Vieitnamiens,, qu'e la France a
reconnu au Viet-Niam e ,droit ide .constituer des sior-
tes de siecteurs rieserv6s Id'int6rht national, ofi lou-
verture des nouvelles entreprises sera soumise A son
autorisation, avee idroit diei participation ide l'Etat
vietnarmien. En l'e'sp ie, la Franicle a reconnu la pr6,-
mainenice dei la sourverainet6 ide l'Etat vietnamien.
It n'y a rien ,de plarticaulier A dinei sur le plan cul-
turel. La France conserve le droit d'entretenir sur
le territoire da Viet-Nam des 6tablissenients d'ten-
seignement publics let priv6s. 'Cela est conforne,
non seulemient a l'inter:t idi Viet-Nam, miais aussi
aux usages internationaux. Ii existe ides lycies fran-
9ais dans maintes villes .trangdres, ,des booles con-
Iessionnelles francaises 'dians le mondie, lendtier. En
Indochine, fonctionnent d6jA ,des eicoles chinoises.
Tout inidiquel que, d'u c6t6 'de la ( RiBsistanice a
vietnamienne, ides flottieunents se sont manifests di6s
avant la publication 'de 'iaccol d. S.MA Bao Dai es-
compte ique les rallieements seront nombreux, et, aux


dkernilres nouvelles, aurait d6ecid Idei confiter quatre
postes de ministres aux r6sistants nationalists.
Au Laos 6galement, u.n mou veiment de ralliemnent
de quelques chefs nebelles < Lao Is'sara ) se dessine
deipuis quelques mois.
Ainsi la politique g6nbreuse suivie patiemment
deipuis plusieurs anndes par la France commience-t-
leflie A porter ses fruits,. On' peut, sans 6tre grand
piophete, pr6dire que, vers la fin de l'ann6e en
course, seuls resteront encore dans 'es rangs .de la
resistance indochinoise une minority d'irr6ducti-
bles : supp6ts fanaticques Idui iconununisnme, indivi-
'dus ayant pris goft au pillage et iau meurtre, aveic,
dans l'arriere-plan,, 1'Ntat-major des jusiqu'aiuboutis-
tes japoniais qui furent lie's loganisateurs occultes de
la rebellion vietminh, et l'encadnement -des aventu-
riers et deserteurs europ6ens.
L'action politique du Gouvernenment vietnamien
devra done se doubler d'une action mnilitairle de
l'armee national vietnamienne action d6sormais
d'autant plus facile .qu'elle sera appuy.pe par la
grande masse die la population.


-~T-e











Deux annees d'ex6cution

du plan de modernisation et d'equipement



Le President du Conseil vient d'adresser aux membres du Gouvernement, du Parlement et des Conseils
GUngraux le rapport de M. Jean Monnet sur les deuro premieres ann6es d'execution du Plan d'6quipement.
Le Plan, 6'abor6 en 1946, mis en execution en 1947, avait pour premiers objectifs d'engager les programmes
de base et de retrouver le niveau de la production de, 1929.
Cette premiere tape est atteinte. Nous donnons ci-dessous l'extrait de ce document concernant spdcia-
lement les Territoires dependant du Ministire de la France d'Outre-Mer.


Indochine

L E plan d6cennal
Sde reconstruction,
Sd'6quipement e t
de modernisation, l6a-
/I bor6 en 19416-1947, par
Sla Sous-Commission de
1'Indochine de la Comn-
Smission de modernisa-
lion de s Territoires
d'Outre-Mer, avait 6t
adopt par le Conseil Econorlique de la F6d6ration
Indochinoise au course du premier semestre de 1948.
I a 6t6 approuv6 le 18 septembre 194r8 par d6cret
pris en Conseil .des Ministres.
La situation politique en Indochine n'a pas permits
d'envisager jusqu'ici l'ex6cution ede ce plan sur une
grande Bchelle. Des travaux important ont W6t ce-
pendant enl:repris, notamment dans le domaine de
la reconstruction ofi des r6alisations urgentes s'inm-
posaient. C'est ainsi que le budget extraordinaire de
l'exercice 1'48, don't le montant primitivement pr6vu
par les seuls travaux de reconstruction 6tait de
3185 millions; de piastres, a df 6tre port a plus de
847 millions ade piastres en septembre 1948. En ce
qui concernie I'6quipement nouveau, une premiere
tranche de r6alisations -de 160 millions de piastres
a 6t galenent lance au courts du second senestre
1948.'
Ces travaux de reconstruction et d'6quipement
sont finances principalement par des advances du
Tr6sor.
En m&ms e temps a W6 poursuivie Pi6tude des orga-
nismes et societls qui doivent concourir A la r6ali-
sation ,du p.an :
Fonds d'investissement de l'Indochine (F.I.
D.I.C.) organisme analogue au F.I.D.E.S. qui fonc-
tionne de6j pour les Territoires ld'Outre-Mer, mats
adapt aux caract6ristiques particulitres des Etats
indochinois ; un project de loi portant acr6ation de
ce Fondis, d out la structure doit sh'armonister avec
le statute politique 'de 1'Indochine, a C Bh labor et
doit 6tre soumis prochainement au Parlement;
Socikte indochinoise d'Etudes, de Reconstruc-
tion et d'Equipement (S.I.E.R.E.) don't la creation a
4t6 autoriske par d6cret objet essential la r6alisation de la m6tallurgie, de l'industrie chimique et de la
construction m6canique, les status .de cette soci6t6


ont Wt6 d6finitivement mis au point au course du deu-
xieme semestre de 1948 et doivent etre in.cessam-
ment deposes ;
Soci6t& hydro-6lectrique du Sud Indochinois
(S.H.E.S.I.), don't le premier but est 1'utilisation des
chutes du Danhim, dans le Sud-Annam, pour la pro-
dtuction de 700 millions de kialowatts-heure par an,
a r6aliser en plusieurs trenches. Ses status sont
actuellement soumis A l'approbation du Haut-Com-
missaire de France a Saigon. II faut noter A ce sujet
que les etudes et travaux preliminaires sont conduits
sur place sur fonds budgktaires, en attendant le d6-
marrage de la society.

Territoires d'Outre-Mer

Plans le cadre du rapport g6n6ral de la Commis-
sion de Modernisation des Territoires IdOutre-Mer
approuv6 en 1947, chaque Territoire avait com-
menc6, des le premier semestre de 1948, 1'l6abora-
tion de son propre plan d6cennal. Ces travaux ont
6t6, pour la plupart, achev6s dans le courant du
deuxieme semestre de 1948 et pr6sentes a l'agr6ment
des assemblies locales. Le plan d'6quipement et de
d6veloppement de l'Afrique Equatoriale Francaise
a 6t6 adopt par le Grand Conseil de I'A.E.F. en oc-
tobre 119418.
Dans le minme temps, s'est pose le problem de
la contribution des Territbires d'Outre-Mer A l'6qui-
libre 6cofnomique de 1'Union Francaise en 1952, pro-
blWme qui a conduit les services metropolitains A
pr6ciser, en accord avec les autoritbs locales res-
ponsables, les objectifs a atteindre et les moyens a
mettre en oeuvre au course de la p6riode 1949-19,52.
Ces plans de quatre ans ne constituent pas une ver-
sion nouvelle et original des plans d6cennaux d6jA
6laborBs ou en voie d'achBVement ; ils soulignent
implement les objectifs de base sur lesquels devront
6tre concentr6s, par priority, tons les efforts.
On ne saurait done les consider que comme une
tape, important d'ailleurs, dans le d6veloppement
continue, sur le plan 6conomique et social, des diff6-
rents pays de 1'Union Francaise.
Des r6alisations importantes avaient Wte djia
amorc6es en.1947 et au course du premier semestre
de 1948 ;, le d6veloppement de l'aide apport6e par la
Caisse central de la France d'Outre-Mer aux di-
verses collectivit6s publiques et au 'secteur priv6,
ainsi que la mise en place des premiers grands or-









ganismes publics ou mixtes charges de la r6alisation
de certaines tAches sp6cialise.s, ont permis d'acc-
16rer le rythme d'ex6cution ides programmes au
course du deuxibme semestre de 1'948.
Les principles r6alisations ont port sur les
points suivants :

Equipeiment agricole

En A.E.F., la station de modernisation agricole de
Loudima, cr6e fin 1'9A45, organis6e en aofit 1947, a
commence A fonctionner sur 50 hectares en octo-
bre 1948. Cette station est destine A preparer la
modernisation de l'agriculture de 1'A.E.F. par la
mise au point ,des techniques, l'exp6rimentation des
mat6riels et la formation d'un personnel specialist.
Etant donn. que ce d6marrage a pu tirer profit
de l'exp6rience de deux campaigns prealables d'es-
sais sur deux 'cycles culturaux essais qui autori-
sent les plus grands espoirs il est permis d'envi-
sager la mise en culture prochaine, de 18.000 hectares
(arachides, soja, mais et patate), pour lesquels le
materiel de culture m6canis6 est actuellement sur
place.
A Madagascar a W6t cr66e une station d'essais de
machines agricoles par les services de l'Agriculture
A proximity du lac Alaotra, pour travailler en liai-
son avec la station agricole qui doit donner l'impul-
sion n6cessaire A l'exploitation de cette region d'ave-,
nir. Dans le meme temps, des travaux d'hydrauli-
que ont 6t6 entrepris dans le lit de la Marovoay.
L',quipement des organismes, collectifs charges
de la valorisation des products agricoles des terri-
toires s'est poursuivi h un rythme acc616re. Des r6-
sultats encourageants ont djia 6tet obtenus :
accroissement de la production des palmistes
en GuinBe (20.000 tonnes en 1948 centre 12.0,00 ton-
nes en 1947) ;
d6veloppement des plantations de bananes en
GuinBe 6galement, grAce A des efforts de r6glemen-
tation de-la production fruitibre conjug6s avec Por-
ganisation en cooperative des planteurs africaips.
Le m6me, effort .a -6t entreipris en cie, qui icon-
cerne la production des ananas'qui a trouv6 sur la
Cote d'Ivoire son terrain d'6lection, en meme temps
qu'6tait engage le montage de deux usines pilots
pour la production de jus de fruits et de confitures.
De son c5te, la Compagnie Ge6nrale des O16agi-
neux tropicaux, constitute en juillet 19418, a obtenu
du Conseil G6neral du S6negal une concession de
2100.00,0 hectares dans la province de Casamance, sur
des terres reconnues aptes A la culture. m6canis6e
de 1'arachide. La soci6t& a pu aussit6t passer com-
mande ferm'e aqx Etats-Unis d'une tranche de 50
tracteurs lourds de defrichement, don't les premiers
ont U6t livr6s. Ainsi se trouve exactement r6alise le
programme trace pour 1948. L'installation de la
C.G.O.T. en Casamance a commence6 d6s le mois
d'octobre 11948, A la fois par l'engagement des pre-
miers investissements et par l'arriv6e de 36 ing6-
nieurs ou technicians venus ide la Metropole aux-
quels income d'or.e et djA la reception du materiel
lourd et la mise en culture, pour 11949 et A titre exp6-
rimnental, de quelques centaines d'hectares.


Equipment forester

D'importants credits ont ete accords aux diff6-
rents territoires, au course du deuxieme semestre de
1948, soit'en vue de parfaire leur 6quipement fores-
tier, don't la mise en place se pursuit de fagon
satisfaisante soit, en ce qui concern plus sp6ciale-
ment 1'A.O.F. et 1'A.E.F., afin de poursuivre les tra-
vaux de reforestation.
iL'accroissement de la production foresti6re est
d6jA trbs net, en A.E.F. notamment oh l'Office des
bois ,de 1'A.E.F. a export, en 19418, 150.000 tonnes
de grumes d'okoume don't 95.000 A destination de
l'etranger et plus de 20.000 mbtres cubes de
grumes de bois divers.
Dans le mmame temps, la r6alisation des installa-
tions industrielles destinies A valoriser la produc-
tion s'est poursuivie (usine de contreplaqu6 ,de limba
notamment A Pointe Noire).

Equipment minier

Les travaux de prospection miniere ont ete as-
sur6s par le Bureau minier de la France d'Outre-
Mer qui leur a consacr6 200 millions de francs. En
outre, 1183 millions de francs ont t61 mis A la dis-
position .des territoires, au course de 1'annAe 1'948,
pour la construction et 1'6quipement des laboratoires
de recherches.
Parmi les r6alisations intervenues au course du
deuxieme semestre 1948, il convient de noter, en
Guin6e :
--la reprise de la prospection des gisements de
bauxite de BokB ;
la poursuite accl66rb e des recherches d'h6ma-
tites de fer dans la region de Forecariah : les tra-
vaux engages ont d6cel1 un mineral d'excellente
quality et .de'haute teneur en er ; les recherches en
profondeur sont en course;
-- la reprise ides travaux de prospection, avec un
materiel moderne et puissant, pour le compete du
Gouvernement Ge6nral dans la region montagneuse
de Niandan BamB qui borde, a l'ouest, le bassin
aurif6re de Siguiri. Les premiers r6sultats sont tris
encourageants.
En outre, la reprise de la production d'6tain au
Cameroun production en baisse tres sensible de-
puis quatre ans en raison de 1'epuisement des riches
alluvions superficielles et les difficulties d'exploita-
tion dues A I'61oignement et au manque d'eau a
e6t envisagAe ; des moyens puissants seront mis A
la disposition de la sociWte qui traite actuellemient
la cassiterite.

Equipment 6conorrique de base

La production ,d'nergie Rlectrique est l'un des
imp6ratifs du d6veloppement Bconomique des Ter-
ritoires d'Outre-Mer. Aussi les 6tudes en course ont-
elles 6tA pouss6es tres activement. Une tres large
place est faite A 1'6quipement des chutes :
en A.O.F., 6quipement de chutes A proximity
die Conakry, qui pieirmettraient de faciliter l'extrac-
tion et 6ventuellement le traitemant des minerals de
fer et de la bauxite;










en C6te d'Ivoire, 6quipement de chutes per-
mettant d'alimenter la region d'Abidjan, oiA se pour-
suivent, en m6me temps, les 6tudes d'une premiere
usine utilisant 1'6nergie thermique des mers ;
en A.E.F., 6quipenent de deux chutes de 30.000
et 80.000 kilovolts-amp6res dans la region ide Braz-
zaville ;
A Madagascar, qui dispose d'un potential hydro-
6lectrique au moins 6gal a celui de la France, un
certain nombre d'6tudes tendant A permettre le d6-
veloppemeni de Tananarive, de Majunga, 1'lectrifi-
cation de certaines lignes importantes de chemin de
fer, ainsi que la mise en valeur du lac Alaotra sont
en course ;
au Cameroun enfin, une chute de 30.000 kilo-
volts-amperes, situ6e A 60 kilom6tres de Douala, est
en course d'equipement. Son achievement est pr6vu
pour 1952. iCette r6alisation d6passera de beaucoup
en importance les installations existantes hors de
la M6tropole.
Ces resources en 6nergie seront compl6t6es en
oe qui concern Madagascar par le d6veloppement
sur une plus. grande 6chelle de l'extraction de char-
bon dans le gisement de la Sakoa.
Les reche:'ches de pltroie, connenc6es en 1947,
ont 6t6 pouss6es tr6s activement en 1948 notanmment
en A.E.F. (bassin .du Gabon) et A Madagascar (bas-
sin de Morondava-Tul6ar).
En outre, des travaux de reconnaissance pr6pa-
ratoires ont 6t6 entrepris dans le bassin c6tier idu
Cameroun.
4.7150 millions ont 6t6 affects au course du semes-
tre A 1'equipement des ports :
poursuite ides 6tudes des ports de Dakar et
d'Abidjan ;
poursuite des travaux d'6quipement en mate-
riel flottant, d'extension et de modernisation des
ports ,existants, en particulier A Dakar, Abidjan,
Conakry, Port-Gentil, Libreville, Owendo, Pointe-
Noire, Douala-Bonab6ri, Kribi, Tamatave, Majunga,
Djibouti, Noum6a.
Pendant le m&me temips, les travaux engages se
sont poursuivis A un rythme trbs satisfaisant :
pose d'uri tapis fascinage de 4.500 metres carr6s
dans l'avant-port de Wridi, le futurer port d'Abidjan ;
mise en service d'un important materiel de
manutention et de chalandage dans le port de
Douala ;
ach6vem ent presque completet des am6nagements
du port de Cmnakry ; d6pjacement de la voie ferr6e
et extension des ateliers *de Boulbinet ; r6fection des
canalisations d'eau pour permettre un ravitaillement
plus rapide des bateaux ; b6tonnage des quais et des
hangars, en outre, les travaux de prolongement de
la digue de la Prudente sur 350 m6tres sont en voie
d'ex6,cution, cnfin la construction .d'un quai minier
de 300 metre; dans la parties nord du port et d'un
nouveau posted: pour bananiers entire le quai et le
port actuel a W6t d6cid6e ; les plans d6finitifs ont
W6t mis A l'6tude.
Un effort financier important (4.38'0 millions) a
it6 consenti pour l'entretien, lamelioration et l'ex-
tension des routes <(6quipeement ien materiel .de g6nie


civil et installation d'ateliers, poursuite des travaux
d6jA engag6s).
En A.O.F. la transformation de la route Conakrv-
Coyah en voie A grand traffic est en course (r6fection
du trac6, empierrement et bitumage) de meme que
la reconstruction en ouvrages d6finitifs (en cimient,
arm6 ou m6talliques) de tous les points provisoires
sur la route Kankan-Conakry ; Jes travaux de rem-
placement des ouvrages provisoires, sur les itin6rai-
res les plus important .et destin6s A supporter une
circulation lourde, ont 6t6 engag6s. Ces travaux doi-
vent 6tre acc616res de facon tr6s sensible par ia li-
vraison prochaine de lots important de materiel
stranger (buses, armco et poutrelles Gray), et la
mise en service, dans le courant du premier trimes-
tre de 119149, de la fabrique de Dakar de poutres en
b6ton arm6 pr6contraint.
Au Cameroun, la route M'Balmayo-Akonolinga par
la rive gauche du Nyong, dejA ouverte au traffic, met
en liaison deux regions riches, facilitant aussi 1'6va-
cuation des products sur M'Balmayo, tete de ligne
du chemin de fer, ainsi que l'approvisionnement de
la brousse en products d'importation.
A Madagascar, les travaux d'aml6ioration des iti-
n6raires Majunga-Fort Berge et Majunga-Boanamary
se poursuivent A un rythme satisfaisant.
Enfin, I'achAvement, en Guinee, de la route N'Ze-
rekori-Monrovia a permits, pour la premiere fois,
1'exportation par le Liberia, apres un trajet relati-
vement court, d'un important tolinage de palmistes
qui, dans le pass, aurait dfi supporter des frais
consid6rables de transport par route et par fer. Cette
measure est intervene de facon particulierement
heureuse puisqu'elle ouvrait un d6bouch6 nouveau
A une r6colte en augmentation considerable par rap-
port A 11947.
L'effort g6n6ral de remise en 6tat des r6seaux de
chemins de fer et de renouvellement d'un 6quipe-
ment et d'un materiel v6tustes a etA poursuivi.
L'A.O.F. et le Cameroun ont pass d'importantes
commander de materiel roulant et .de m:at6riel de
voie.
Les travaux -de terrassement du chemin de fer du
Mossi, sont presque entierement achev6s, et la pose
de la voie a Wt6 entreprise.
Enfin, les 6tudes relatives A la modernisation du
Dakar-Niger et de )'Abidjan-Niger ont BtA poursuivies
activement, en A.O.F. en mime temps qu'6taient mis
A 1'6tude les projects nouveaux concernant les lignes
d'Anouamba-Oum6 et de iSagn6-Lom6-Athiem6-Da-
homey.
Dans le'domaine des transports aeriens, l'am6na-
gement de infrastructure des Territoires d'Outre-
Mer a ete poursuivi A un rythme satisfaisant, notam-
ment en A.O.F.
A Madagascar, la construction de huit aerodromes
a WtA amorc6e, des travaux important sont en course
A Tananarive et A Majunga. Des credits ont 6tA ac-
cord6s, en outre, A ces territoires pour l'achat d'ap-
pareils.
Au Cameroun, les travaux entrepris sur six aero-
dromes sont en voie d'achevement rapide ; leur
6quipement en materiel technique et scientifique est
engage.










EquipeLment social

Dans ce domaine 6galement un effort considerable
,itit deijla engage ; il a 6ttl pourasuivi a un aythme
accru, notamment dans les secteurs suivants :
Equipemrent sanitaire : En A.O.F., les travaux en-
trepris pour le group hospitalier de Fann et 1'Ecole
de M6decine de Dakar se sont poursuivis plus rapi-
dement qu'il n'&tait pr6vu, et ides credits compl6men-
taires ont dfi tre accords. L'6quipement des for-
mations hospitalieres en materiel technique et en
moyens de transport se pursuit 6galement a un
rythme satisfaisant.
Au Cameroun, il convient de noter la mise en
chantier de 1'Institut d'Hygiene, de Douala et du
Centre de traitement et d'6tudes de ia tuberculose.
A Madagascar, les travaux de construction de la
Maternity et 1'Ecole de sages-femmes de B6f6talanana
se sont poursuivis i un rythme normal.
Au total un montant de 1,3 milliard de francs a
6t6 allou6 A la poursuite de ces travaux, au course du
deuxi6me semestre de 1948.
Enseignement : Un effort particulier a W6t entre-
pris en A.O.F. pour que soit rapidement mis en
place un dispositif d'enseiignement technique devant


assurer la formation du personnel sp6cialis6 absolu-
ment indispensable et qui fait dbfaut A ce territoire.
Urbanisme : yLes difficulties d'approvisionnement
en materiel se sont traduites, au couis du second se-
mestre de 1'948, par certain retards dans le rythme
des r6alisations amorc6es en 1947 ; les d6veloppe-
ments pr6vus pour le premier semestre de 1949 doi-
vent permettre de les rattraper rapidement.
Dans le m-me temps, de nouv'elles r6alisations
etaient amorc6es :
adductions d'eau (Abidjan, Madagascar, Ba-
mako) ;
assainissement (centres urbains de 1'Oubangui,
8 centres a Madagascar. Cameroun).
Enfin dans le cadre des emprunts pr6sent6s par
la Federation d'A.E.F. a la Caisse central de la
France id'Outre-Mer, Brazzaville s'est vu octroyer un
emprunt de 100 millions de francs C.F.A. en vue de
r6aliser son programme de d6veloppement de l'ha-
bitat africain. Les travaux ont 6t icommenc6s im-
m6diatement et portent, pour la premiere tranche
(40 millions de francs C.F.A.) sur 60 maisons des-
tin6es aux i-ndigenes dans les nouveaux quarters du
village de Bacongo. Certaines de ces maisons sont
de6j termin6es.









LE MOVEMENT COOP.RATIF AU CAMEROUN


La prenmiere cooperative du Territoire fut fon-
dee des 19.26, moins de quatre ans apres l'accord de
mandate sign par tla France, pour faciliter aux culti-
vateurs de la circonscription de Yaound6 l'achat en
commun de materiel agricole. D'autres socite6s fu-
rent bient6t crees, le plus souvent A la demand des
cultivateurs autochtones. Les statuts de ces soci6ets
etaient, il est vrai, inspires des dispositions du d6-
cret ,du 29 juin 1910, premier textp r6glementant les
societes de prevoyance en A.O.F. Ils s'6cartaient done
sensiblement de la doctrine veritable de la coopera-
tive, qui ne fut fixee que'beaucoup plus tard.
Peu A peu, cependant, un esprit nouveau se ma-
nifesta et. les buts poursuivis se multiplierent. Les
cooperatives creerent des p6pinieres, des plantations,
acheterent des geniteurs, financerent des 6quipes
phytosartitaires pour les caf6iers et les cacaoyers.
Dans les regions Nord, elles furent 6troitement as-
sociees a la politique des puits et des greniers des-
tin6s aux reserves alimentaires et aux semences.
Apres plus de dix ann6es de fonctionnement, ces
soci6tes furent dot6es d'une legislation nouvelle,
adaptant au Cameroun les status des societes de
pr6voyance d'A.O.F., compete tenu toutefois des ten-
dances manifestoes par les premieres cooperatives
locales. Ce sont des groupements obligatoires de cul-
tivateurs o: d'eleveurs africains, don't le Conseil d'ad-
ministration, 6lu, n'elit pas son president ; celui-ci
est, d'office, le chef de la R6gion administrative. Si
ces organisrnes ne sont pas, juridiquement, des so-
ciet6s cooperatives, ils n'en ont pas moins la possibi.-
lite de remplir, dans different domaines, une fonc-
tion proprement cooperative. L'ensemnble de ces so-
cietes est contr616 par une < Commission Centrale
de Surveillance des Soci6tis de Privoyance >, qui
discute les projects de budget, vrifie et approve les
bilans et les comptes de gestion.
Un arrEte du 9 juillet 1937 cr6ait en outre, au chef-
lieu du Territoire, un < Fonds Commun des Societ6s
de Privoyance >, charge de faciliter les operations
financieres de ces organismes, d'acqu6rir du materiel
et d'assurer les travaux d'intiret collectif ayant pour
but l'amilioration des conditions de l'agriculture et
de 'filevage.
Les socities de prevoyance continent a fonction-
ner au Cameroun dans le cadre de la r6glementation
de 1937, mais elles comportent, comme les premii-
res cooperatives, de graves lacunes. On pourrait leur
reprocher non seulement de limiter leur objet au
seul secteur agricole de l'6conomie, mais aussi d'etre
insuffisamment armies pour effectuer les operations
commercials correspondantes.
En fait, les premieres cooperatives poursuivaient
des buts qui. aujourd'hui, relevent plus sp6cialement
de l'activit6 des syndicats agricoles ; quant aux so-
ci6tes de privoyance, elles subirent, A peine cr66es,


le contre-coup de la guerre mondiale et durent se
plier durant cinq ans aux conditions de l'economie
de guerre. Enfin, les producteurs camerounais sou-
haitaient de plus en plus ktre admis A participer di-
rectement A la gestion de leurs propres affaires.
.Ces raisons contribuirent A creer un climate favo-
rable A l'apparition de nouveaux organismes, profon-
dement dissemblables, par leu-r esprit, des institu-
tions primitives et qui se sont efforc6s d'introduire
au Cameroun les formules m6tropolitaines consacrees
par 1'6preuve du temps. Ces cooperatives ont connu
aussit6t un vif succes.
La legislation en vigueur est, aujourd'hui, tres
proche par sa doctrine de celle de la metropole. Plu-
sieurs lois organiques .mtropolitaines ont 6et ren-
dues applicables et notamment la loi du o1 septem-
bre 1947 portant statut de la cooperation.
Les jeunes cooperatives, actuellement au nombre
d'une cinquantaine, ont vu le jour A partir d'octo-
bre 1946. Les premieres ont Wte des cooperatives
mixtes de collect et de vente de products d'exporta-
tion (cacao, palmistes, huile .de palme) et des coope-
ratives d'approvisionnement en marchandises d'im-
portation.
En meme temps, se d6veloppr.ent les cooperati-
ves de consommation, groupant indistinctement tou-
tes les categories de travailleurs autochtones d'un
centre determine (Douala, Yaounde) ou seulement
certaines categories (chemins de fer, services admi-
nistratifs, syndicats). Assez ricemment, a vu le jour
A, Kribi une cooperative de production, de transfdr-
mation et vente, qui collect et traite le coprah. Les
c6opiratives de ramassage actuellement les plus im-
portantes s'orientent de plus en plus vers l'amelio-
ration qualitative de la production. La creation de
cooperatives agricoles de services (moto-culture, lutte
antiparasitaire) est A pr6voir dans un proche avenir.
11 existe 6galement plusieurs groupements coope-
ratifs europ6ens; trois ont pour objet la produc-
tion de cafe; une cooperative de consommation
existe A Douala, une autre est en course de creation A
Yaound6. Enfin, une cooperative s'est constitute pen-
dant la guerre entfe les planteurs de bananes, en vue
de faire face au manque de fret pour l'exportation.
*

L'intbret manifeste qui s'attache A favoriser I'es-
sor du movement cooperatif au Cameroun faisait .
administration du Territoire une obligation de pr&-
ter son plus large concours aux groupements nais-
sants. Aussi, les pouvoirs publics n'ont-ils pas hesit6
A mettre A la disposition de ces organismes les res-
sources et les moyens don't ils disposaient.
L'aide apport6e par le Gouvernement a revetu
plusieurs former :









a) Aide financiere. Par pr6livement sur le bud-
get local ou sur des fonds de subvention, le Gouver-
nement a, d&s l'origine, accord aux organismes coo-
peratifs des avances ou subventions importantes.,
Celles-ci .ont te6 consenties, soit directement (budget
local), soit par, l'interm6diaire d'institutions de cre-
dit (Caisse de Credit Agricole, Caisse Centrale de
la France d'Outre-Mer, Fonds Commun des Societes
de Pr6voyance).
Au course de l'annee 1948, grace a la garantie du
Fonds Commun, lui-meme finance par le budget du
Territoire, les soci6tes de prevoyance ont obtenu des
prets pour un total d'environ 13 millions. En ce qui
concern l'ensemble des groupements cooperatifs,
plus de 80 millions de prets ont 6t accords durapt
cette mme annee.
L'aide financiere du Gouvernement ne pouvait tou-
tefois se coricevoir sans un contr6le minutieux de
l'utilisation des fonds. C'est dans ce but qu'a 6et
institu, par arr&t6 du 31 octobre 1947, un Comit6
de contr6le des organismes cooperatifs charge de de-
finir les rigles auxquelles doivent se soumettre les
organismes cooperatifs faisant appel au concours fi-
nancier du Territoire et de l'Etat, d'instruire les de-
mandes de credits et de contr6ler le fonctionnement
et la gestion de ces organismes. Le Comite comprend,
outre les chefs de service int6ress6s, deux d6legu6s
africains A l'Assembl6e Representative locale.
Enfin, la creation d'une caisse de credit sp&ciali-
s6e, destinee a accorder 6ventuellement des avances
A toutes les cooperatives qui en front la demand et
selon les processus habituels des banques, mais A des
conditions plus avantageuses, vient de voir le jour :
Le Credit du Cameroun (A. 25 mai, J.O.R.F. 31 mai).
b) Aide technique. La place qu'occupe d&sor-
qiais le movement coop6ratif au Cameroun, l'am-
pleur qu'il semble appel A prendre- dans l'avenir,
pose le probleme de l'organisation g6enrale de la
cooperation.
Sans doute convient-il de respecter le principle de
libre creation, fondement de l'idee cooperative, mais
il faut reconnaitre que ce principle est aussi une des
causes du d6veloppement inegal de la cooperation
en Afrique. La cooperation ne saurait se presenter
ni se developper dans ce continent comme dans les
pays de vieille civilisation. C'est pour en tenir compete
que les pouvoirs publics se sont efforces de mettre
sur pied un systime coherent d'organisation et de
contr6le. Le comit6 institute en octobre 1947 eut 6et
insuffisant s'il n'avait eu, pour le renseigner et exer-
cer la permanence du contrble, un organisme tech-
nique, compose de fonctionnaires sp6cialis6s.
Des l'ann6e 1948, ce comite de contr6le dft orien-
ter l'activite des cooperatives, la mise au point de
leur organisation et l'Mlaboration de leurs status ; il
a 6et amend, par la force des choses, A deborder le
cadre de ses attributions. II dft ktre constitute, vers
la fin de 1948, en K< Service de contr6le des organis-
mes coop6ratifs et des soci6ets de prevoyance >, qui
a desormais pour objectif :


io) l'organisation g6n6rale des cooperatives et des -
soci6t6s de prevoyance ;
20) la coordination de l'activit6 de ces organis-
mes dans le cadre des plans de modernisation et
d'6quipement du Territoire ;
30) le contr6le du fonctionnement et de la gestion
de ces organismes ;
4) la garantie des int6r8ts publics vis-A-vis des
organismes ayant bne6ficie de prets
50) administration du- Fonds Commun des So-
ci6tes de Prevoyance.
Le nouveau service tend, en fait, A jouer le r6le
d'un guide et d'un 6ducateur pour le producteur afri-
cain tout autint que celui de d6feriseur des de-
niers publics.
c) Aide economique. Du point de vue propre-
ment economique, I'aide du Territoire a pour objet
de donner aux organismes coop6ratifs le moyen de
se procurer A un prix de revient aussi reduit que
possible les biens de consommation don't ils ont be-
soin. Mais, r6duits A leurs seuls moyens et A leurs
resources propres, les jeunes cooperatives du Came-
roun ne peuvent etre encore des entreprises rentables
et elles ne pourraient, isolement, soutenir la concur-
rence du commerce libre. De lI est venue l'idee de
les grouper.
Organis6e A l'image des unions mixtes metropoli-
taines, l'Union des Coop6ratives du Cameroun, fon-
dee en novembre 1948, r6pond A la ncessit6 Bcono-
mique de ce groupement. Organisme independent,
l'Union est administr6e par un Conseil d'Adminis-
tration 6lu par l'Assembl6e ginerale des del.gues des
cooperatives adh6rentes. Elle s'organise actuellement
en vue de 1'exportation des products et de l'importa-
tion des approvisionnements pour le compete de ses
membres.
C'est dejA une organisation tres moderne de la
cooperation qui prend facines au Cameroun. Ins-
piree des r6ussites metropolitaines, elle rev&t cepen-
dant des formes tout A fait originales, par un effort
d'adaptation aux conditions de vie locales et A la
conception africaine de la communaute. Plus qu'en
France, elle necessite encore le soutien attentif et le
contr6le des pouvoirs publics, mais dejA l'Union
Camerounaise des Cooiperatives, organisme indepen-
dant, permet de supposed que, dans un proche ave-
nir, le movement cooperatif sera suffisamment puis-
sant pour s'organiser et se d6velopper par ses pro-
pres moyens.
Cette organisation est complit6e par l'existence
d'une Caisse de Cridit Agricole Mutuel, institute
en 1931 et reorganisee en 1942, veritable coop6ra-
tive de credit, ayant pour objet exclusif de faciliter
et de garantir les operations concernant la produc-
tion agricole.
Une cinquantaine de syndicats agricoles se sont,
en outre, cr6es depuis le decret du 7 aoft 1944 qui
ont, en fait, tendance A etre bien plus des groupe-
ments cooperatifs que des associations ayant en vue
la defense des int6rets g6enraux de la profession.




















NOUVELLES DE FRANCE


LES TRAVAUX PARLEMENTAIRES


Le project de loi modifiant le statut de la Cochinchine devant le Parlement


Le Conseil des Ministres, au course de sa reunion
du II mai, a adopted un project de loi modifiant le
statut de la Cochinchine dans l'Union Francaise,
repondant ainsi favorablement A l'avis 6mis par
1'Assembl6e territorial de Cochinchine dans sa
stance du 23 avril. Le project adopt est le suivant
ARTICLE PREMIER. Dans le cadre fix6i l'article
60 de la Constitution de la Republique Francaise et
apris 1'avis emis, dans sa stance du 23 avril 1949,
par l'Assembl6e territorial de Cochinchine, le statut
de la Cochinchine est modified dans les conditions
privues aux articles ci-apris.
ART. 2. Le territoire de la Cochinchine est rat--
tach6 A l'Etat associe du Viet-Nam. La.Cochinchine
cesse en consequence d'avoir le statut de Territoire
d'Outre-Mer.
ART. 3. -- Les dispositions de la present loi seront
caduques en cas de changement de statut du Viet-
Nam dans ['Union Francaise.
Ce project a 6tC d6pos6 A la rentrde parlementaire
le 17 mai, ct I'urgence pour la discussion, demanded
par le Gouvernement.
La discussion a commence le 19 mai A l'Assem-
blee de l'Union Frangaise. Apris un d6bat de douze
heures, 1'Assembl&e de l'Union Frangaise a adopted,
par 123 voix-contre 25, le project de loi soumis par
le Gouvernement avec quelques modifications
Le territoire de la Cochinchine est rattache A l'Etat
associe du Viet-Nam < suivant les stipulations de
la declaration commune du 5 juin 1948 et des ac-
cords du 8 mars 1949 >. Ces dispositions seraient
caduques en cas de charigement de statut du Viet-
Nam dans ['Union Francaise. La seule modification
important est l'insertion d'un article suppl6men-
taire, article 2 bis :
4 Aucun des intir&ts du Cambodge ne devra ktre
lese par I'application de la pr6sente loi. Ces intierts
devront faire l'objet d'accords entire le Viet-Nam et
le Cambodge, sous l'arbitrage de la France.


< I1 en sera de meme pour toutes les minorities
ethniques de Cochinchine >.
Cet article avait et6 adopted par 72 voix centre 33.
M. Coste-Floret avait fait remarquer auparavant
que toute idee de modification des frontieres actuelles
entire les deux Etats indochinois 6tait unacceptable;
mais ii avait donned l'assurance que la France veil-
lerait au maintien des liberties des minorities khmeres
de Cochinchine.
SAu course de la discussion g6ndrale, deux motions
prejudicielles d6posees par le group communist
- I'une demandant < la cessation de toute manoeu-
vre avec l'ex-Empereur Bao Dai >, et l'ouverture de
negotiations avec le Gouvernement H6 Chi Minh;
l'autre stipulant que < la Cochinchine fait parties
du Viet-Nam sans restriction ni reserve avaient
ete repoussdes respectivement par 113 voix centre
23, et 113 voix contre 25.

*

Porte le 20 mai devant la Commission des Terri-
toires d'Outre-Mer de l'Assembl6e Nationale, l'avis
de l'Assembl6e de l'Union Francaise a ete repouss6
par la Commission qui n'examine que le texte ini-
tial du Gouvernement. Les membres pr6sents-n'attei-
gnant pas le quorum requis, I'arbitrage de l'Assem-
blee est demand. L'Assemblee s'est reunie le 21 mai,
A 9 h. 30, pour se prononcer A ce sujet.
Le Ministre de la France d'Outre-Mer est inter-
venu pour indiquer que si le Gouvernement a de-
mand6 l'urgence, c'est parce que dans sa lettre du
8 mars A l'Empereur Bao Dai, le President de la
R4publique a assure que le Parlement se prononce-
rait sans delai sur le vote qui serait 6mis par l'As-
semblee de Cochinchine; le Ministre a ajout6 qu'on
ne devrait pas, pour une question de procedure, re-
tarder la discussion du project que l'Assemblie de
Versailles a examine en une seule nuit.








A 9 h. 50, 1'Assemblee Nationale, par 331 voix
centre 241, a decide 1'urgence. La Commission des
Territoires d'Outre-Mer a repris done son, examen
du project. M. Metayer socialistte, a insisted pour
que le project soit discut6 par 1'Assembl6e l'apris-
midi m&me ; par 369 voix contre 222, il en est ainsi
decide.
L'apres-midi, M. Duveau (M.R.P.) a soumis A
I'Assembl6e le texte sur lequel la Commission s'6tait
mise d'accord. Ce texte n'est ni celui du Gouverne-
ment, ni celu'i de 1'Assemblee de l'Union, Frangaise,
mais comporte la disposition essentielle suivante :
< ART. 2. Le territoire de la Cochinchine est
rattach6 A l'Etat associ6 du Viet-Nam suivant les
terms de la declaration commune du 5 juin 1948 et
de la declaration du Gouvernement frangais du 19
aofit 1948. La Cochinchine cesse en consequence
d'avoir le statut de Territoire d'Outre-Mer >>.
Ce nouveau project fait l'objet de deux questions
pr6alables posees par le general Aumeran (P.R.L.)
et M. Jean Guillon (com.) qui attaquent la politique
du Gouvernement.
Dans la response qu'il a faite aux deux deputies,
le Ministre de la France d'Odtre-Mer, apris avoir
defendu la loi du 14 mars et assure que les elections
a 1'Assemblee de Cochinchine se sont faites regu-
lierement, a developp6, Constitution en main, ce
qu'il a djiA dit du Viet-Nam, Etat associe. En crdant
cette categorie d'Etats on n'a, assure-t-il, cedd au-
cun territoire de l'Empire. De meme qu'elle a trans-
forme les Colonies en Territoires d'Outre-Mer, la
Constitution a fait des Protectorats des Etats asso-
cies. M. Coste-Floret re6pte ce'qu'il a dit A l'Assem-
bl6e de l'Union Francaise quant A la protection des
minorities cambodgiennes qui est affaire de trait,
et conclut :
On nous dit que l'experience Bao Dai a deji
.dchoue. Pour le savoir il faut au moins attendre
qu'elle ait comment : c'est ce commencement que
.permettra le vote favorable de l'Assemblie. Deja
.l'Empereur Bao Dai est parti pour le Viet-Nam a la
date prdvue et conformement a la parole donnie ;
son arrive a Dalat a ite l'origine d'une detente no-
.table, et malgre l'effort militaire et politique du Viet-
Minh, l'aggravation de la situation que l'on nous
avait annoncee ne s'est pas produite.
L'Assembl6e, par 383 voix contre 210, a dcartd
d'un meme vote les deux questions pr6alables.
Le professeur Rivet a pris ensuite la parole pour
pr6dire l'echec de l'Empereur Bao Dai. I1 a de-
mand6 que l'on accepted la trove proposee par le
Viet-Minh pour la sauvegarde des digues au Tonkin
pendant la saison des pluies, et qu'on en profit pour
negocier, en vue de la suspension des hostilities,
l'echange des otages. I1 a sugger6 l'organisation
d'elections sous le contr6le des Nations Unies, en
vue de la reunion de la Cochinchine A l'Etat asso-
cie au Viet-Nam.
Au course de la stance de nuit, M. Rivet ayant
repris sous la forme de contre-projet les points prin-


cipaux de son discours, M. Coste-Floret r6pond en
substance : si la trive proposee par le Viet-Minh
est reelle, nous l'accepterons comme nous l'avons
dija fait ; nous avons dija offert une suspension des
hostilitds sous certaines conditions, qui n'ont pas etid
accepties ; des negociations pour l'echange d'otages
ont ddja eu lieu et ont donni des risultats ; les
Nations Unies n'ont pas 4 intervenir dans une af-
faire qui interesse strictement l'Union Frangaise ;
enfin, s'agissant de l'union de la Cochinchine au
Viet-Nam, il n'y a pas a ndgocier mais a faire l'uniti
des trois Ky.
M. Pierre Cot a invite l'Assembl6e A prendre le
contre-projet en consideration, mais elle s'y refuse
par 400 voix contre 194.
Un autre contre-projet, 6manant de M. Capitant,
a 6td egalement repousse par 547 voix contre 50.
La discussion du texte de la Commission s'est
alors engagee. L'article premier a 6t6 vote par 380
voix contre, 212.
L'article 2 a 6et adopt par 391 voix contre 21o.
I1 est complete par un amendment de M. Temple
(rep. ind.), accepted par le Ministre puis adopted par
1'Assemblee par 393 voix contre 194 : < En cas de
changement du statut du Viet-Nam, le statut de la
Cochinchine fera l'objet d'une nouvelle deliberation
des Assemblees pr6vues A l'article 75 de la Consti-
tution >.
En revanche a te6 repousse par 488 voix contre 77
un amendment de M. Capitant sur les interets du
Cambodge. Nous ne pouvons, fait remarquer M. Ju-
glas, President de la Commission, legiferer, a propos
d'un Etat tiers, pour un autre Etat.
Le project de loi a 6t6 finalement vote par 351 voix
contre 209, A une heure du matin.
Le project vot6 par l'Assembl6e Nationale a 6ti
porter, le 25 mai, devant le Conseil de la Republique
qui l'a discut6 en seance de nuit et lui a fait subir
d'importantes modifications. Le Conseil, en effet, a
ajout6 au project trois articles additionnels :
Le premier (art. 2 bis) stipule que la navigation
fluviale, le regime du port de Saigon, la protection
des minorities ethniques et la delimitation des fron-
tieres du Viet-Nam front, entire les Etats interesses,
l'objet d'accords qui devront, apris consultations du
Haut Conseil de l'Union Francaise, &tre ratifies dis
la promulgation de la loi et au plus tard en meme
temps que le statut >>.
Le deuxiime dispose que < pendant cinq ans A
dater de la promulgation de la loi tout citoyen fran-
cais de Cochinchine, qu'il ait le statut metropolitan
ou le statut local, aura le droit d'opter pour lui et
ses enfants mineurs en faveur du maintien de la
citoyennet6 francaise >.
Le troisiEme sitbordonne l'entr6e en vigueur de la
loi A la ratification par le Parlement tant des ac-
cords vises A l'article 2 bis que des conventions con-
clues entire le Gouvernement du Viet-Nam relatives
au statut de la Cochinchine.








Enfin, le Conseil de la Republique a r&tabli l'ar.-
tide 3 dans le texte du Gouvernement.
Le project ainsi modifi6 est adopted par 280 voix
contre 29.
Le 3 juin, le project de loi est revenue devant 1'As-
semblee Nationale, qui, par 367 voix contre 221, a
adopted d6finitivement le texte elabor6 dans son pre-
mier examen, ecartant les suggestions du Conseil de
la R6publique. La loi, en date du 4 juin est parue
au Journal Officiel du 5 juin. Le texte d6finitif en est
le suivant :
ARTICLE PREMIER. Dans le cadre fi4 A l'article
60 de la Constitution de la Republique Frangaise et
apres l'avis 6mis, dans sa stance du 23 avril 1949,
par 1'Assembl6e territorial de Cochinchine, le statut


de la Cochinchine est modifi6 dans les conditions
pr6vues A l'article ci-apris.
ART. 2. Le Territoire de la Cochinchine est rat-
tach6 A l'Etat associe du Viet-Nam suivant les ter-
mes de la declaration commune du 5 juin 1948 et de
la declaration du Gouvernement frangais du 19 aoflt
1948.
La Cochinchine cesse en consequence d'avoir le
statut de Territoire d'Outre-Mer.
ART. 3. En cas de changement du statut du
Viet-Nam, le statut de la Cochinchine fera l'objet
d'une nouvelle deliberation des Assemblees pr6vues
a l'article 75 de la Constitution (Titre VIII : de
1'Union Frangaise).


Le voyage du Ministre de la France d'Outre-Mer a Madagascar


Pendant son s6jour A Madagascar le Ministre, a
pu grace A I'avion, prendre contact avec les repre-
sentants de l'Administration et de la colonisation et
de la population de chaque Region.
Le 30 avril l'avion du Ministre a atterri A Tama-
tave. 11 a assure les victims du cyclone qui s'est
abattu sur la ville de la sollicitude du Gouverne-
ment. Evoq:.ant les 6v6nements de la rebellion il a
rappel6 les paroles de Galli6ni : < Dans les periodes
troubles, il faut frapper A la t&te et rassurer la
masse 6gar&e par les conseils perfides ou les affirma-
tions calomnieuses >>. Le < Frere Marcel >>, depuis
45 ans A Madagascar, a regu la Croix de Chevalier
de la Legion d'Honneur. Le Ministre a ensuite visit
le port. Le 1" mai le Ministre s'est rendu en miche-
line A Morarnanga ; il a 6td salue tout le long de la
voie par la population. A Moramanga le Ministre
s'est incline sur la tombe du Commandant Perrier
assassin lors; de la rebellion.
Le 2 mai, le Ministre a quitt6 Tananarive pour
Majunga. II a evoqu6 l'attitude loyale de la popu-
lation que les appeals A la revolte n'ont pas atteinte.
Le chef de Province, M. Henrion et M. Rakotobe,
constructeur de la cathedrale de Majunga, ont regu
la Legion d'Honneur ; le Ministre a visit le port
de batelage et le village indigene.
Le 3 mai le Ministre visit A Diego-Suarez, le
bassin de radoub et I'arsenal. Le 4 mai a Ambo-
vombe la population Antandroy a fait au Ministre
un accueil enthousiaste. Le 5 mai, M. Coste-Floret
a fait son entr6e A Fianarantsoa o6 il a remis la
Legion d'Honneur A M. Leroy, President d'honneur
de la Chambre de Commerce, au pasteur Groult et
A M. Zafimahova, frere du s6nateur. Des represen-
tants des populations de la c6te Est sont venus con-
firmer au Ministre leur d6sir de vivre dans la paix
et leur regret des egarements de la rebellion.
Lors de son depart, le 6 mai, M., Coste-
Floret, Ministre de la France d'Outre-Mer, a fait


a la ipresse de Madagascar, la declaration suivante :
Le Gouvernement de la Ripublique Francaise
m'avait demand d'apporter, a Madagascar, a l'oc-
casion du centenaire du Marechal Gallieni, le tdmoi-
gnage de la sollicitude et de l'affection de la Mire-
Patrie.
Certes, mon sdjour a ite bref, mais j'ai, quand
mime, pu me rendre dans toutes les provinces et
prendre de nombreux et utiles contacts qui m'ont
vivement interesse.
Ma plus grande satisfaction a ite de constater que
le sang ne coulait plus a Madagascar et que la paci-
fication y est complete. La grande dpreuve de Mada-
gascar, qui a ite, aussi, une grande epreuve pour la
France car les souffrances d'un enfant sont tou-
jours, aussi, les souffrances de sa mere est, main-
tenant, terminee. Je tiens a marquer fortement la
volontede la France qu'elle ne se renouvelle pas. Je
fais, d'ailleurs, pour cela, enticement confiance a
ceux qui incarnent, ici, l'autorite de la France et de.
l'Union Francaise.
L'autoriti, iliment indispensable de cette politi-
que de progras, qui ne peut s'dpanouir que dans l'or-
dre, ne sera pas entamee et ce serait faillir a notre
devoir vis-a-vis de l'Union Francaise que d'admettre
que ceux qui viennent de faire tant de mal a Mada-
gascar puissent recommencer leur criminelle besogne.
Cela ne sera pas admis. Qu'ils le comprennent, une
fois pour toutes.
Mais si la France est decide a ne pas faire preuve
de faiblesse envers les grands responsables, elle
pourra, quand ceux qui la reprdsentent ici estime-
ront que le temps en est venu, se montrer une mere
clemente envers ses enfants egards.
De loin, j'ai suivi, avec intiret, la remise en ceu-
vre des Fokonolona et j'ai ete heureux de m'assurer
sur place de ce pas en avant dans l'dvolution poli-
tique de I'lle se faisant dans les meilleures condi-
tions. II faut beaucoup en attendre.








Enfin, dans le domaine iconomique, j'ai pu cons-
tater la volonti de tous de mettre en valeur, au ma-
ximum, les resources du Territoire, de reliever les
ruines la bit il y en avait, de profiter de tous les
advantages qu'offre le plan d'equipement pour faire,
de la Grande Ile, un Territoire encore plus prospare
et plus heureux.
Mes dernidres paroles a Madagascar seront pour
souhaiter que ce but soit atteint et pour ious assurer
que l'affection et l'appui de la Mdre-Patrie ne vous
front jamais difaut.
Le Ministre de la Frante d'Outre-Mer, venant de
Tananarive, est arrive le io mai A Villacoublay.
A sa descent d'avion, le Ministre a fait la d6cla-
ration suivante a un representant de l'Agence
France-Presse
Je rentre en France avec la satisfaction d'avoir
trouve, a Madagascar, un territoire qui a recouvre
la paix. Dans la Grande Ile, un moment trouble par
la rebellion de quelques-uns, I'ordre rdgne et la popu-
lation consacre maintenant son activity a la pour-
suite de l'euvre de mise en valeur entreprise par Gal-
lieni il y a cinquante ans, et a laquelle l'aide mati-
rielle fournie par la Metropole va donner un essor
nouveau.


L'accueil que j'ai requ des populations malgaches
temoigne que cet ordre n'est pas seulement materiel.
La paix est revenue dans les entreprises. Les nota-
bles que j'ai reCus, les chefs de tribus qui se laisshrent
entrainer dans la rebellion et auxquels la clemence
de la France n'a pas manque, m'ont spontanement
demand de chdtier les criminals et les ambitieux
qui se sont dresses contre la Mere-Patrie. Ce resultat
a ete obtenu parce que la politique de la nation fran-
caise a ete applique a Madagascar par un Haut-
Commissaire a la reussite et au divouement duquel
je tiens & rindre homage.
C'est maintenant vers l'avenir qu'il faut se tour-
ner. A Djibouti, oil je me suis rendu en premier lieu,
comme a Madagascar don't les possibilities sont im-
menses, nous devons nous assigner une tache qui est
une des raisons d'etre de l'Union FranCaise accroi-
tre la prosperity et, par la mime, assurer le.mieux-
etre des autochtones et des Europeens qui vivent
dans ces territoires.
Et M. Coste-Floret a conclu
La realisation de cet effort aura done tous mes
soins et ceux du Gouvernement qui en a ditermini
les bases et fourni les moyens.


L'hommage a Victor Schoelcher et Felix Eboue


Le 2 mai le paquebot Providence a amend A Mar-
seille la d6pouille du Gouverneur Gineral Felix
Ebou6, d6eced le 17 mai 1944 A l'h6pital frangais du
Caire.
Le Ministre de la France d'Outre-Mer s'6tait fait
representer aux c6r6monies qui ont eu lieu A Mar-
seille.
Le 4 mai le corps du Gouverneur General Fl6ix
Ebou6 a 6et d6pos6 A l'Ecole Nationale de lafFrance
d'Outre-Mer oi il est rest expos jusqu'A son inhu-
mation definitive au Pantheon. De nombreuses per-
sonnalites de France et d'Outre-Mer sont venues
s'incliner devant la d6pouille mortelle du grand dis-
paru.
Le 20 mai, apris la veill6e funebre qui a eu lieu
dans les Jardins du Luxembourg, les deux cercueils
ont 6te places, le matin, face A la tribune dressed le
long de la facade sud du Palais du Luxembourg ouf
les plus hautes personnalit's de la M6tropole et des
Territoires d'Outre-Mer avaient pris place.
Au centre, MM. Herriot, Monnerville et Bois-
don entouraient M. Vincent Auriol. A gauche,
M. Queuille et les membres du Gouvernement pr6-
c6daient les membres du corps diplomatique. A
droite, A c6t6 des membres des bureaux des deux
Assemblies, on remarquait ceux du Conseil Muni-
cipal de Paris et du Conseil G6neral de la Seine, puis
les plus hautes personnalit6s de l'Armie : Amiral
Thierry d'Argenlieu, Generaux Koenig et de Larmi-
nat, Geinral Chouteau, Gouverneur militaire de


Paris, et le Ge4nral Dassaut, Grand Chancelier de
la Legion d'Honneur.
A chaque extr6mit6 de la tribune, aux c6tes des
delegations des corps constitutes, avaient pris place
les families Eboue et Schoelcher.
Deux bataillons d'infanterie colonial avec dra-
peau, rendaient les honneurs de part et d'autre des
pavois mortuaires.
Quarante soldats noirs de l'Infanterie colonial
6taient aligns A c6te du cercueil de Victor Schoel-
cher, tandis qu'un nombre 6gal d'l&ves de l'Ecole
National de la France d'Outre-Mer se tenaient pres
de celui de Fl6ix Eboue.
Le long des jardins, en direction du boulevard
Saint-Michel, les enceintes 6taient r6serv6es aux
nombreuses d6elgations et associations de France
d'Outre-Mer et aux invites des deux families.
I1 6tait io h. 30 quand M. Vincent Auriol pinetra
dans la tribune.
M. Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-
Mer a prononc6 le discours suivant :
La Patrie reconnaissante accueille aujourd'hui
dans le temple de la gloire deux pricurseurs de
l'Union FranCaise : Victor Schoelcher, qui en posa
les primices en vouant sa vie a l'imancipation des
esclaves qu'il eut le grand honneur de faire inscrire
dans la legislation positive, Felix Eboue, pur Fran-
cais de race noire, qui en construisit les fondements
solides en appelant ses freres noirs au combat pour
la liberation de la Mere-Patrie enchainde.









PrOs d'un siecle spare les points culminants de la
vie de ces deux grands Frangais. Avril 1848, aboli-
tion definitive de l'esclavage. Aoit 1940, decision de
ralliement du'Tchad au Gouvernement de la France
Libre. Comment ne pas voir cependant une iclatante
relation de causality entire l'eeuvre du premier, de
I'homme blanc revant de la liberation de l'humanite
noire qu'il pursuit jusqu'd realisation, et celle du
second, fils de ces Noirs que l'autre avait imancipes,
donnant au delay des mers l'exemple du patriotism
le plus lucide et le plus droit et, en depit du malbeur
de nos armes, de la foi dans la victoire finale !
Rien, semble-t-il, ne prddestinait Victor Schoel-
cher a l'euvre qui fait sa gloire, rien, si ce n'itait
qu'en son caur brilaient les sentiments les plus no-
bles qui soient, la haine de l'injustice, la passion
ardente de !a liberty, l'emotion vraie devant la souf-
france.
Issu d'une famille alsacienne, Victor Schoelcher est
nd h Paris le 21 juillet 1804. Il grandit dans un
foyer aisi c venait risonner les derniers fracas des
guerres de l'Empire. Ses parents le destinaient au
Droit et aux Lettres.
Dans la maison paternelle que frdquentaient des
hommes de goiut et un cinacle d'amis, les premieres
vagues du romantisme naissant apportaient leur tu-
multe et l'appel des grands horizons. Schoelcher, cri-
tique d'art, frdquente Victor Hugo, Theophile Gau-
tier, Michelet, Edgar Quinet, et nul doute que de
telles amities n'aient profondement marque sa per-
sonnalite.
Cependant, tourni vers des considerations beau-
coup plus concritres, son pere, commerpant en por-
celaines, disireux d'6tendre son nigoce en Amdrique,
envoie le jeoune Victor au Mexique pour y placer la
merchandise. Victor Schoelcher semblait pourtant
avoir montre bien peu de dispositions pour le com-
merce, encore moins pour le r6le de courtier. L'as-
pect artistique du mitier paternel seul avait jusque
li retenu seS soucis. II aime composer des moddles
inidits, reciercher les dessins dilicats, les formes
et les nuance's rares.
Du Mexique oit il s'etait pratiquement desinti-
resse du placement des porcelaines, il rapporte des
collections et la connaissance de l'espagnol, mais sur-
tout il a ite dedj frappe par les horreurs sociales qui
decoulaient de l'institution de l'esclavage. On ima-
gine aisement ce jeune homme qui, jusque la, avait
connu une vie brillante et facile et don't la sensibi-
lite se revolie devant tant d'iniquitds, allant, venant,
interrogeant une humanity frappee d'une detresse
sans espoir.
Pousse par la passion des voyages, ce gargon de
25 ans pursuit ses investigations en Amirique Cen-
trale, en Floride, en Louisiane, a Cuba. Partout, il
constate les mimes horreurs, les hommes noirs traits
ou vendus comme un vil bitail, les spouses s.iparees
de leur mari, les enfants de leur pore Comment une
ame d'une si haute noblesse, un ceur passionni de


justice n'auraient-ils pas ite dechires devant de tels
spectacles ?
Certes, I'esclavage avait deja eti stigmatise. La
Papaute le condamne des ses debuts. A notre Rivo-
lution frangaise reviendra l'inorme mirite d'entre-
prendre dans la pratique cette lutte anti-esclavagiste
qui, apres des piriodes de succds ou d'infortune, de-
vait aboutir au dicret d'abolition don't i'ame fut
Schoelcher.
Apres un certain nombre de dispositions adoptees
par I'Assemblie Constituante et par I'Assemblee Li-
gislative mais qui n'itaient qu'autant de palliatifs
a la miserable condition des esclaves, la Convention
National decide I'abolition de l'esclavage (16 Plu-
viose An II de la Ripublique, 4 fivrier 1794).
Riforme, helas, sans lendemain. Vceu d'un legisla-
teur ginereux qui ne devait pas itre mise en prati-
que. La loi de 1802 abroge la loi de 1794. Malgre
les efforts ginireux des hommes de 183o, pour la
plupart protagonistes ardents de la lutte anti-escla-
vagiste, les projects de loi diposis n'aboutissent pas.
Pour faire vivre la riforme, il fallait un cceur gnei-
reux et un regime vraiment dimocratique. Ce sera
l'honneur incomparable de Victor Schoelcher et de
la second Ripublique que d'avoir libire nos freres
noirs.
Des l'etablissement de la IIe Ripublique, les choses
ne trainent pas. Au retour d'un voyage en Afrique,
Victor Schoelcher trouve installs au pouvoir plu-
sieurs de ses amis qui, a ses c6tis, ont combattu pour
la liberation ; des le 4 mars 1848, le Gouvernement
de la Ripublique designe une commission a I'effet
de preparer a bref dilai l'acte d'imancipation gind-
rale. Victor Schoelcher, nommi Sous-Secritaire
d'Etat a la Marine charge des Colonies, preside la
commission. Malgre les difficultis qui ne manquent
pas de s'elever, malgre les lettres de menaces ou les
plaintes des Chambres de Commerce, malgre les plus
sombres pronostics quant a l'avenir des Colonies, la
commission sut maintenir la grande pensee qu'elle
itait chargee de mettre en application. II convient,
en effet, de le souligner, avant meme que ne fut
adopted ce texte priparatoire, certain membres du
Gouvernement provisoire montraient Vuelque hisi-
tation d prononcer cette emancipation immediate
ils estimaient qu'il itait prifirable de laisser a l'As-
semblie Constituante le soin de rigler un probldme
aussi grave qui engageait tant I'avenir.
Schoelcher vainct toutes les resistances. Sous son
impulsion victorieuse, douse dicrets et deux arrests
sont promulguis le 27 avril 1848. Le premier dicret
proclame l'abolition de l'esclavage, abolition qui est
ensuite inscrite dans l'article 6 de la Constitution.
Ainsi, Schoelcher voyait couronner magnifiquement
quince ans d'apostolat inlassable par la plume et par
la parole, quince ans d'efforts au course desquels ii
avait donni le meilleur de lui-meme, quince ans de
combat sans ripit et sans dicouragement.









Les textes adopts par la Ripublique de 1848 ne
devaient pas manquer de provoquer de violentes
reactions dans le monde des colons d'Outre-Mer qui
pretendaient que l'abolition les avait completement
ruins, qu'elle allait pricipiter les Antilles et la
Guyane dans un abime sans fond, que c'en itait
fait disormais de ces territoires qui se ditacheraient
de la Mdtropole. L'avenir devait completement de-
mentir ces affirmations et il n'est pas besoin d'in-
sister sur le loyalisme et l'attachement que nos vieilles
colonies aujourd'hui dipartements frangais ont tou-
jours temoigne a la Mere-Patrie, aussi bien dans la
paix que durant les heures .les plus cruelles de son
existence.
En reality, en libirant en 1848 les esclaves noirs
des Antilles et de la Guyane, Victor Schoelcher Po-
sait les bases de la liberation de 194o. II jetait la
semence qui devait un sidcle plus tard germer dans
le cceur d'un Filix Eboue.
Au nom du Gouvernement de la Ripublique, je
m'incline aujourd'hui devant sa dipouille et je veux
redire devant ce catafalque qui content ses cendres
illustres l'eloge que pronongait lors de ses obseques
le Vice-Prisident du Senat
< Pendant sa longue existence, il est rested constam-
ment, sans avoir jamais connu les compromissions,
l'un des plus dignes et des plus purs reprdsentants de
la grande idee acclamie, il y a plus d'un sidcle, par
nos padres et qui, aujourd'hui, apris tant de dichire-
ments, malgre les faiblesses des uns, malgre les vio-
lences des autres, a trouve sa formule definitive danm
le droit rdpublicain >>.



L'homme qui, aux c6tes de Victor Schoelcher, va
sous les votes du Pantheon, connaitre son repos su-
preme, est ddsormais pour tous un symbol perma-
nent de la fidelity dans l'adversiti, de l'attachement
a la Patrie a l'heure sombre du malheur. Et par un
secret dessein de la Providence, il incarne dans sa
personnel l'union mystique de la plupart de nos Ter-
ritoires d'Outre-Mer, ceux d'Afrique oi il a si long-
temps servi, celui de la France enfin qui a faConne
son ame de cbef.
Felix Eboue est nj le 25 dicembre 1884 a Cayenne.
Son pare lui donna une forte education qui com-
menCa au college de sa ville natale ; plus tard elive
du Lyce de Bordeaux, la tournure de son esprit le
porte a la fois vers la riflexion speculative et l'ac-
tion immediate.
SIl entire a l'Ecole Coloniale en 19o6, notre Ecole
National de la France d'Outre-Mer, qui a tenu ces
jours derniers a l'honneur de garder sa ddpouille et
de monter la garde d'honneur. II passe sa licence en
Droit en I9o8 puis, breveti de la section africaine,
il est nommi eilve-administrateur des colonies et
affect en Afrique Equatoriale Frangaise.


L'Afrique Equatoriale Frangaise en est encore
presque au stade de l'exploration et son organisation
politique et administrative est a peine ibauchee ;
c'est encore ce qu'il est convenu d'appeler l'epoque
heroique. Mais aux mithodes pacifiques d'un autre
colonial illustre, Savorgnan de BraTZa, a succedd
Absence de doctrine qui laisse toute liberty aux
grands concessionnaires. Le pays semble ravaged par
une sorte d'anarchie latente, il semble se vider de
sa meilleure substance car ses habitants sont deci-
mis par la maladie du sommeil.
Eboud est affected en Oubangui-Chari qui. pendant
plus de vingt-deux ans, sera comme il aime a le rd-
piter < sa chore colonie >. C'est la qu'Eboue prend
veritablement conscience du role d'Administrateur
tel qu'il doit etre vicu, c'est-a-dire avec une Ame
d'apotre. Adjoint au chef de circonscription de l'Ou-
ham, successivement chef de subdivision de Bogoum,
de Diouma, de Damara, de Kouango, le jeune admi-
nistrateur sait deja s'imposer, peintre avec sympa-
thie les groupements ethniques locaux don't il ap-
prend les langues et il obtient ainsi des resultats ines-
peirs.
Une telle activity, une telle intelligence ne pou-
vaient pas ne pas attirer sur Fdlix Eboue l'attention
de ses chefs. En 1932, il est nommi Secretaire Gind-
ral de la Martinique oi il fait une politique rdsolu-
ment ddmocratique ; il y affirme que les dipenses
faites pour la sauvegarde de la sante publique, sont
les seules productrices de richesses, puisqu'elles pro-
tegent le capital human ; il rappelle constamment
la sollicitude de la Mdtropole et la solidarity franco-
coloniale. En 1934, Secritaire Gdndral du Soudan, il
est charge presque immediatement d'assurer et pen-
dant plus d'un an l'intirim du Gouverneur du Terri-
toire ; il y complete ses dtudes ethnologiques et se
familiarise avec des probldmes jusque la inconnus ;
comme celui de la culture irriguee dans le delta
nigerien. En 1935, il est nommi Gouverneur de la
Guadeloupe. II y a dedj la un symbol. Nous som-
mes en effet a l'jpoque oit la propaganda napie
enonce avec violence ses doctrines racistes. Par cette
nomination d'un homme de couleur eminemment di-
gne de son poste, le Gouvernement de la Ripublique
affirme au delay des frontieres que la politique fran-
raise ne distingue les hommes que par leur merite
et non par leur origine racial.
Mais la tension international s'accroit. Eboue
regoit le Gouvernement du Tchad et Georges Man-
del, Ministre des Colonies, avec une prescience iton-
nante, lui dit au moment de son depart : < La guerre
arrive et vous allez etre appele a jouer la-bas un tris
grand role >.
Ce role, qui done pouvait en supputer l'impor-
tance? Par Eboue, c'est au cceur de l'Afrique Fran-
caise que devait etre entendue par les populations
noires la voix du Gendral de Gaulle appelant tous
les fils de France, sans distinction de race ni de cou-


16 '








leur, au mrme combat pour la liberation de la mime
Patrie.
Ce n'est ni par un coup de force ni par un coup
de tete qu'Eboud se rallie au Comitd national fran-
fais; cet homme sensi, pon"derd, toujours maitre
de ses reactions, agit avec une prudence extreme.
Non seulement, il present les autoritis britanniques
de la Nigeria, mais il consulate l'un apris l'autre les
diffirents chefs de circonscriptions du Tchad. Ce
n'est que bien assured du chemin sur lequel il s'en-
gage qu'Eboue, relevant h Fort-Lamy le drapeau
tricolore, rallied a la cause de la France d'abord le
Tchad, puis, par voie de consequence, le Cameroun.
enfin toute I'Afrique Equatoriale Francaise. Et ceci
en moins de trois mois.
Le 12 novembre 194o, Filix Eboue est nomme
Gouverneur Gnderal de l'Afrique Equatoriale Fran-
caise. Quelques semaines plus tard, le nouveau chef
de la Feddration lance ses premieres consignes. II
declare notamment que, s'il fait la guerre, cet ef-
fort de guerre ne doit pas moins constituer une ame-
lioration de l'eauvre colonisatrice ; il estime que c'est
une mauvaise methode de remettre au jour de la vic-
toire toutes les riformes necessaires et, des lors, il
veut manifester ce qu'il appelle judicieusement < un
esprit nouveau de communauti national >. Il sub-
siste en e)fet dans la socidtd indigene une famille,
des institutions politiques. Eboue estime que c'est
en les respectant et en les promouvant qu'on garde
la seule chance de garantir l'ordre natural et de prd-
venir la vie meme des homes.
Dans une circulaire de mai 1941, il passe en revue
les different problimes que pose son commande-
ment organisation dicentralisatrice, socidtis de
prevoyance, assistance midicale, questions mond-
taires, politique d'achat et de vente, questions agri-
coles, minidres, forestidres, industrielles, transports.
Dds novembre 1941, Eboue constitute et consulate
une commission qui comprend les Gouverneurs des
Colonies et les reprisentants des differentes valeurs
spirituelles et iconomiques de son territoire ; il di-
finit l'esprit qui I'anime par cette declaration oit se
retrouvent aussi bien sa vive intelligence que son
sens aigu des rialitis : < J'ai parle d'innovations,
peut-itre pourrait-on employer un terme plus direct,
le mot revolution, en tant qu'il signifie renoncement
a certain e rrements, a la routine, a des prijuges cer-
tains. La rHvolution consiste pricisiment a rompre
avec les errements, et la routine qui voulant dire sta-
gnation doec regression, et a renoncer aux prdjuges
que nos anis anglais, dans leur language pricis, ap-
pellent : prejudice. Un prijugi est en effet un pri-
judice. Celui qui le pratique et celui qui en souffre
en sont les victims et en definitive, la chose public
que >.
C'est alors qu'Eboue public cette circulaire fa-
meuse du 8 novembre 1941 par laquelle il pose les
fondements de la nouvelle politique indigene en
Afrique Equatoriale Francaise. Ce texte restera la


some des principles sur lesquels doit itre construite
notre Union Francaise. -:
Eboue part du principle de l'essentiel respect que
nous devons a la coutume indigine inspire par !a
tradition locale et aussi par ie sentiment de la petite
patrie ; en cas d'altiration de la coutume politique,
du fait de la disagrigation des communautis auto-
chtones, il prescrit de faire de ces diracinds des mo,
diles de citoyens de leur propre pays ; il dinonce le
danger d'une assimilation trop superficielle et trop
hative, et toujours avec ce m8me sens des realitis
que lui vaut sa longue experience, il icrit : < Faire
ou refaire une socidtd, sinon a notre image, du moins
selon nos habitudes mentales, c'est aller a un ichec
certain. L'indigine a un comportement, des lois, une
patrie qui ne sont pas les notres. Nous ne ferons.son
bonheur ni selon les principles de la Rivolution fran-
caise qui est notre revolution, ni en lui appliquant
le Code Napoleon qui est notre code, ni en substi-
tuant nos fonctionnaires a ses chefs, car nos fonction-
naires penseront pour lui, mais non en lui >>.
Je veus conclure sur ces nobles pensees. Pendant
plus de deux ans, Eboud les met en pratique. Mieux,
il essaie de les ripandre ailleurs et il est l'un de ceux
qui prennent la part la plus active a la conference .d
BrazZaville.
Epuised a la tdche, le compagnon de la Libiration,
Filix Eboue, meurt au Caire le 17 mai 1944, a l'aube
mime de la liberation du territoire. II ne connaitra
pas cette joie supreme pour laquelle ,il avait vicu
comme si, devant un nouveau symbol, ce sacrifice
total itait necessaire avant que ne soit ricoltie la
moisson.
*

A l'euvre que Schoelcher a realisi a l'endroit de
ses frdres de race, pris d'un sidcle plus tard, Eboud
repond par le plus magnifique temoignage, celui de
la fidelity dans le malheur, de la continuity dans la
foi en la France. Au desir d'humaniti meilleure qui
avait itd celui de Schoelcher, au sentiment de la jus-
tice qui avait inspired tous ses actes, Eboud signifiait
a son tour que les temps etaient accomplish ot l'hom-
me noir pouvait parler en homme libre, dans la
pleine conscience de ses actes, de sa force, de sa jus-
tice et de son devoir.
Les deux pavois surmontes des cercueils recou-
verts de drapeaux tricolores, furent alors hissis sur
les 6paules des hommes, soldats et lives, qui allaient
les conduire, i pas lents, jusqu'au Pantheon. Un
double cortige se forma, comprenant tout d'abord
les families puis les hautes personnalitis et enfin tous
ceux qui avaient tenus A s'associer A cette manifes-
tation du souvenir.
La musique du 1" B.M.T. a ex6cut6 La Marche
fundbre, de Chopin.
I1 6tait ii h. 15 lorsque les pavois, encadres main-
tenant par un bataillon de chasseurs a pied, le fusil









sous le bras, arriverent A la porte sud du jardin,
pres de laquelle, maintenue par un cordon d'agents
en grande tenue, la foule attendait sous la pluie.
Tandis que le cortege quittait la porte sud du Jar-
din du Luxembourg, la foule recueillie rendait un
hommage silencieux tout le long du parcours, aux
deux grands hommes d'Etat.
Boulevard Saint-Michel, rue Soufflot, des soldats
du 93e Regiment d'infanterie formaient une haie
d'honneur jusqu'au Pantheon decore d'une immense
draperie tricolore.
Sur les marches du peristyle, jonchees de couron-
nes de fleurs, deux companies de Gardes R6publi-
cains ,en grande tenue, casque A criniere, culotte de
peau blanche, gants et buffleteries blancs, 6taient ali-
gn6s sur un double rang jusqu'au fond de la nef.
Sous la couple de 6o mitres de haut, au pied du
monument de la Convention, 6tait dispos le tapis
de la Savonnerie reserve au President de la Repu-
blique.
A i h. 40, le cortige arrivait, sous un ciel bas et
gris, Place du Pantheon.


Alors que les troupes qui prec6daient le cortege se
disposaient de part et d'autre sur la Place, A pas
lents, les quarante soldats de couleur de l'Infanterie
colonial portant le corps de Victor Schoelcher p6ni-
traient dans la' nef, suivis A quelques mitres d'inter-
valle des quarante 6leves de l'Ecole de la France
d'Outre-Mer soutenant le cercueil de bronze de Felix
Ebou6. Les deux pavois 6taient d6pos6s au pied du
monument de la Convention.
A leur tour, les families des deux grands Francais
prenaient place dans le transept de gauche. Puis,
M. Vincent Auriol, accompagn6 des membres du
Gouvernement et de hautes personnalit6s, s'inclinait
devant les deux cercueils et saluait une derniere fois
les membres des deux families.
Dans le transept gauche, la musique de la Garde
R6publicaine jouait l'Andante de la IVe Symphonie
d'Ernest Chausson.
A midi, le chef de 1'Etat sortait du Pantheon et
la foule s'6coulait lentement entire la double haie des
Gardes R6publicains, alors que retentissaient sous
les votes les derniers accents de la Ridemption, de
CUsar Franck.


Le sejour en France de S. M. Sisavang Vong, Roi du Laos


S. M. Sisavang Vong, roi du Laos, et sa famille
sont arrivees le 23 mai A Marseille, A bord du Cham-
pollion, qui portait A son mAt le drapeau laotien. Le
Roi a 6t6 salu6, au nom du Gouvernement frangais,
par M. Baylot, pr6fet des Bouches-dueRh6ne, auquel
,s'taient jointes de nombreuses autres personnali-
t1s, notamment le general Magnan, commandant la
9" region militaire, l'amiral Tanguy, les Conseillers"
'de l'Union. Franqaise Ouroth Souvannavong et
Khoun Billavarn., le gouverneur Angelini, repr6sen-
tant le Ministre de la France d'Outre-Mer, et
M. Ponge, d6elgud A Paris du Haut-Commissaire de
France en Indochine. La famille royale, qu'accompa-
gnait Mme Valmary, femme du Commissaire de la
R6publique au Laos, a requ les personnalites dans
le grand salon du paquebot.


La reception terminae, le Roi descendit A terre,
suivi de sa famille, applaudi chaleureusement par
les personnel venues attendre les autres passagers
du paquebot.'
Sur le m6le 6taient ranges une compagnie de la
Garde republicaine et une compagnie de tirailleurs
senegalais qui lui ont rendu les honneurs pendant
que jouait la Musique du 14 R.I.
Le Roi, apris une journey passee A Marseille,
s'est rendu A Nice, oif ii compete rester une semaine
avant de se rendre A Vittel pour suivre une cure. I1
viendra ultdrieurement A Paris et y signera vrai-
semblablement le nouveau trait d'amitie franco-
laotien qui vient d'etre mis au point A Saigon.


c~n









CONFERENCES ET MANIFESTATIONS DIVERSE


UN DEIJEUNER FRANCO-VIETNAMIEN

Au course d'un dejeuner franco-vietnamien auquel
ont pris part de nombreux parlementaires frangais,
ainsi que diverse personnalit6s 'vietnamiennes,
M. Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-Mer,
a 6voqud, le 25 mai, la politique suivie par le Gou-
vernement en Indochine, don't ill a soulign6 la con-
tinuit6 et la volont6 d'aboutissement.
C'est, a-t-il dit, par la satisfaction des aspirations
nationales que nous pourrons pacifier l'Union Fraqn-
faise. Notus faisons aujourd'hui pour la' premiere
fois une procedure constitutionnelle qui doit demeu-
rer exceptionnelle. Nous le faisons les yeux grands
ouverts, en sachant oil nous allons, et en sachant
qu'un Viet-Nam independent dans l'Union Francaise
demeure a:n gage indeniable de paix.
Apris avoir rendu un homage respectueu.x A la
clairvoyance et au profound souci des int6rets soli-
daires de:; pays de l'Union Francaise du President
de la R]publique, i qui, a-t-il dit, nous devons ce
premier pas vers la paix, M. Coste-Floret a ajout6 :
Je rested profondiment convainou que la voie oi
nous sommes engages est la seule valuable et la seule
aussi qui puisse maintenir la presence francaise, sau-
vegarder et construire l'Union Francaise.
Le Ministre a d6clare ensuite que les marques
d'amiti6 donnes A la France A I'occasion de cette
manifestation par les membres de l'entourage de
1'Empereur et les Vietnamiens t6moignent de ma-
nitre concrete et emouvante que la France et le
Viet-Nam 6taient d6cid6s A suivre cote A c6te le
chemin de I'avenir.
Poursuivant son expose, M. Coste-Floret a mar-
qu6 sa volont6 de s'opposer A tous amendments ou
a toute procedure qui pourraient retarder la mise en
application des accords du 8 mars.
Des soldats frangais et vietnamiens tombent hilas
tous les jo- urs sous les coups d'une poignee de crimi-
nels au service de l'itranger: II faut que cela cesse
sans retard, et cela ne sera que si Francais et Viet-
namiens associent loyalement leurs efforts pour ve-
nir a bout du desordre et replacer le Viet-Nam dans
son destiny veritable.
Apres avoir revendiqu6 toutes ses responsabilitis
dans la solution desormais A la veille d'etre mise en
application, le Ministre a pr6cis6 que si toutes les
critiques devaient ktre accepties, il important qu'el-
les fussent: mises avec la pleine conscience des in-
ter&ts enr jeu et le souci de construire et non syst&-
matiquement de d6truire.
Nous nous refusons, a-t-il ajoute, a faire de l'Union
Francaise le champ clos de la lutte des parties, *et


nous sommes en droit de regretter que ceux qui s'ilU-
vent centre les querelles entire les parties s'emploient
h les amener sur un plan oit elles ne devraient jamais
se poursuivre.
Le Ministre s'est f6licit6 des votes des diverse
Assemblies, qui se sont tous places au-dessus des
barri&res et des formations politiques. 11 a terming
en demandant A tous les Francais de suivre le Gou-
vernement dans son effort de pacification.
La France, a-t-il dit en concuant, est pacifique,
et la paix ne peut plus attendre.
Avant lui, M. Pham van Binh, chef de la deld-
gation A Paris du Gouvernement Central Provisoire
du Viet-Nam, apres avoir manifesto isa gratitude a
tous les artisans qui ont contribute A l'aboutissement
d'une solution qui comptera dans l'histoire de la
France et du Viet-Nam, a dclard que le r6le des
nagociateurs de Sa Majeste Bao Dai 6tait terming,
mais que celui des niJdiateurs et des pacificateurs
commengait.
I 1 a ensuite exprim6 sa confiance dans un Gouver-
nement de large union national repr6sentant les l66-
ments sains et stirs du' pays.
Tous ceux d'entre eux, a-t-il dit, qu'inspire l'amour
sincere de la patrie vietnamienne, et que peut en-
courager son unite d'ores et djja acquise, apporte-
ront certainement leurs concours a la formule natio-
nale incarnee par Sa Majeste. Je ne vois exclus que
ceux qui, par malheur, se sont exclus d'eux-mbmes
en cberchant leur iddal extremiste bien loin des tra-
ditions historiques et des conceptions de vie de no-
tre people.
M. Paul Bastid, au nom du Comit6 parlementaire
franco-vietnamien, a insisted sur la n6cessit6 d'aug-
menter les moyens techniques de terminer rapide-
ment la guerre centre le Viet-Nam, et a annoncd la
prochaine venue en France du general XuAn, chef
du Gouvernement Central Provisoire du Viet-Nam.
Assistaient, notamment, A ce d6jeuner outre les
trois personnalites don't les paroles sont rapport6es
ci-dessus MM. Boisdon, president de l'Assemblie
de l'Union Franoaise; Bayens, directeur des Affai-
res d'Asie au Ministere des Affaires etrangires ; de
Pereira, directeur adjoint des Affaires politiques au
Ministere de la France d'Outre-Mer ; Roclore, an-'
cien ministry ; Avinin, representant les Francais
d'Indochine au Conseil de la Republique; Forcinal,
ancien ministry ; Varet, secretaire g6nral de la Com-
mission d'Indochine ; le general Chevance-Bertin;
Van Co, conseiller du Gouvernement Centril. du
Viet-Nam, et KhK, membre du Cabinet de S. M. Bao
Dai.,









VOYAGE, EN AFRIQUE,
DE LA PROMOTION SORTANTE
DE L'ECOLE SUPERIEURE DE GUERRE

La promotion sortante de l'Ecole Sup6rieure de
Guerre est parties, le 9 mai, pour in voyage d'6tudes
en Afrique du Nord, en Afrque Centrale et en
A.O.F. Les appareils, qui transportent les stagiaires,
ont fait escale A Alger, Oran, Mers-el-K6bir, Marra-
kech; Dakar, Bamako, S6gou, Ouagadougou, Abid-
jan et Kankan. La promotion a rejoint Paris par
Dakar et Rabat.
Ce voyage, qui couronne le cycle .d'6tudes militai-
res g6n6rales, souligne un communique du Ministire
de la Defense national, a pour objet d'illustrer les
connaissances des officers de 1'Ecole Superieure de
Ouerre en matiere destrategie g6enrale et de defense
dans le cadre de l'Union Francaise.
Le communique ajoute : Le voyage leur donnera.
igalement, l'occasion de se pencher sur les problk-
mnes 6conomiques et administratifs communs a ces
Territoires. L'heureuse organisation de ce voyage,
sous le patronage du Ministre de la Defense natio-
nale, avec l'appui bienveillant du Ministre de la
France d'Outre-Mer et du Secr6taire d'Etat aux For-
*ces armies (Air) constitute un temoignage tangible
de bonne entente entire les trois armees de terre, de
mer et de l'air.

LE CENTENAIRE
DE LA NAISSANCE DU MARECHAL GALLIENI

Le centenaire de la naissance du marichal Gallieni
a 6te c6lCbri le 8 mai, place Vauban, A Paris, devant
tsa statue.
Successivement, MM. Paul Ramadier, ministry
,de la D6fense national, et Andre Le Trocquer, vice-
president de l'Assembl6e national, ont dipose une
:gerbe au pied de la statue.
Parmi les nombreuses personnalites qui ont pris
place sur l'estrade" officielle, figuraient notamment
MM. Max Lejeune, Secretaire d'Etat A la Defense
national ; Verlomme, prefet de la Seine; Moatti,
representant le President du Conseil municipal de
Paris; le g6ndral Revers, chef d'Etat-Major general
de l'arm6e, et le g6n6ral Chouteau, gouverneur mi-
litaire de Paris.
Le President de la R6publique, apris avoir passe
les troupes en revue, a d6pos6 A son tour une gerbe
de fleurs au pied du monument elev6 A la memoire
d'un des plus celibres edificateurs de notre Empire
colonial.
M. Ramadier a retrace, ensuite, la carriere du
grand Frangais que fut Gallieni. I1 a rappele le r6le
qu'il joua au Senegal, au Niger, au Tonkin et A
Madagascar. I1 souligna l'importance decisive de son
action dans la victoire de la Marne, en 1914. Enfin,


apris avoir d6clare que le mar6chal avait su com-
prendre I'dme de tous les honmmes et conquirir, non
la terre d'Afrique, mais le caur africain, M. Rama-
dier conclut : Gallieni avait les vertus d'un veritable
chef d'Etat. II fut de ceux qui aid&rent a fonder la
grandeur franCaise.


LA PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE
DANS L'UNION FRANCAISE

A l'occasion de la Semaine Nationale de l'Enfance,
la section Outre-Mer du Comit6 National de 1'En-
fance a organise, le ii mai, uie journee d'6tudes
consacr6e A la << Protection maternelle et infantile
dans les Territoires de l'Union Francaise >.
M. Schneiter, ministry de la Sante publique, assis-
tait A la conference, presidee par le Docteur, Lesn6.
M. Alba, directeur du Service social au Minist&re
de la France d'Outre-Mer, a fait un rapport docu-
ment6 sur 'a protection m6dico-sociale de la ma-
ternit6 et de I'enfance dans l'Union Frangaise.
La princess Yukanthor, vice-presidente de l'As-
semblee de l'Union Frangaise, a expose ensuite l'ac-
tivit6 des services de la protection maternelle et in-
fantile au Cambodge. D'autres orateurs ont trait
de ce meme sujet pour different pays de l'Union
Frangaise.
M. Daniel Boistdon, President de l'Assemblee de
l'Union Franaise, apres avoir excuse le Ministre de
la France d'Outre-Mer, a mis l'accent sur la prodi-
gieuse diversity des soci6tes .de nos Territoires d'Ou-
tre-Mer et des problames A resoudre. Parmi ceux-ci,
le probleme de l'enfance est un problme de haute
politique que la France saitra mener a bien, gidce au
concours de toutes les bones volontes.
M. Schneiter, ministry de la Sant6 publique, avait,"
dans une allocution, rendu homage au corps m6di-
cal, qui avait pu r6duire la mortality6 infantile de
50 pour i.ooo et exprime le vceu de voir reduire en-
core cette marge.


UNE CONFERENCE DU PROFESSEUR LEDUC :
LE DIVELOPPEMENT ECONOMIQUE
ET SOCIAL
DANS LES TERRITOIRES D'OUTRE-MER

A 1'issue du diner mensuel de la Socidte d'Econo-
mie politique, qui a eu lieu le 12 mai au Cercle de
la France d'Outre-Mer, sous la presidence du pro-
fesseur Louis Baudin, le professeur Leduc, de la Fa-
cu'lt6 de Droit de Paris, a fait une conference sur le
d6veloppement economique et social dans les Terri-
toires d'Outre-Mer..
L'orateur a 6voqu6 les different aspects du finan-
cement du plan de d6veloppement 6conomique et
social.








Dans la discussion g6nerale qui suivit cet expose,
de nombreuses personnel ont pris 'la parole, parmi
lesquelles M. Louis Baudin ; M. Jacobson, president
de la Commission du Plan A 1'Assemblee de l'Union
Francaise ,M. Durand-R6ville, s6nateur, membre
de la Commission de la France d'Outre-Mer au Con-
seil de la R6pu'blique.


LE GRAND PRIX LITTIERAIRE DE LA MER
ET DE L'OUTRE-MER A M. ROGER VERCEL

Fond6 par l'Association Nationale 'des Ecrivains
Coloniaux et Maritimes, le Grand Prix Litteraire de
la Mer et de .'Outre-Mer (ioo.ooo francs) a 6t6 at-
tribue le 11 mai pour la premiere fois, et c'est M. Ro-
ger ,Vercel qui, au second tour, I'a emporti A l'una-
nimit&.
Le jury, qui groupait le g6enral Azan, le vice-ami-
ral Castex. Robert Delavignette, Francis Didelot,
Roland Dorgelis, Oswald Durand, Jean d'Esme,
Claude-Farrere (qui prisidait), Albert Lebrun, Jean
Marie, Albert Sarraut et Pasteur-Vallery-Radot,
s'Otait r6uni dans un restaurant chinois voisin des
Champs-Elysees.
Le Prix est attribute l'ensemble de l'euvre du
laur6at. Au premier tour de scrutin,,MM. Robert
Randau et Edouard Peisson avaient eu des voix.
M. Vercel est n6 au Mans le 8 janvier 1894. I1 fit
la guerre de 1914 et servit dans I'arm6e d'Orient,
puis reprit s;es 6tudes interrompues et prepara le doc-
torat es-letl:res au college de Dinan ofi il avait 6t6
nom'm prcfesseur. Ses theses, sur Corneille et Ra-
cine, lui valurent un prix de l'Acad6mie Francaise.
Peu apres, il utilisa ses souvenirs d'officier pour
ecrire < Nol:re Pire Trajan >. I1 publia ensuite < En
drive > et < Au large de I'Eden > (prix du Comit6
Femina France-Amirique), puis < Capitaine Co-
nan > que couronna en 1934 le prix Goncourt.
Toutes ses ceuvres suivantes sont consacrees A di-
vers aspects de la vie maritime : < Remorques >>,
< Sous le pied de l'archange >, < Jean Villemeur >,
<< La Hourie >, < Aurore Bor6ale >, < La Caravane
de PAques >, et A I'histoire : < Du Guesclin >, < A
I'assaut des Pl6es >, < Visages de Corsaires >, < Le
Fleuve >, < Saint-Malo et l'Ame malouine >.


LE GALA D'OUTRE-MER
DES SCOUTS DE FRANCE

Les Commissariats d'Outre-Mer des Scouts et
Guides de France onx organism le 13 mai, au Palais
de la Mutualit6, un Gala d'Outre-Mer, sous la pre-
sidence de M..Daniel Boisdon, president de l'As-
semblee de l'Union Frangaise, afin de < recevoir le
message des jeunes de l'Union Frangaise et aider
le scoutisme A y accomplir sa mission >>.


M. Rend Alquier, Commissaire d'Outre-Met desg-
Scouts de France, a fait le point 'de 'action de la
Federation du Scoutisme FranCais, qui comprend
pres de 15.000 scouts d'Outre-Mer, englobant egale-
ment les Eclaireurs de France et les Eclaireurs unio-
nistes protestantss). II a mis l'accent sur l'int6r&t
que porte d6s A present le Gouvernement. au scou-
tisme d'Outre-Mer.
M. Daniel Boisdon, qui revient d'un voyage en
A.E.F., a &voqud les souvenirs qu'il en rapporte.
A c6te de l'ceuvre matirielle, a-t-il dit notam-
ment, il y a une grande oeuvre morale a rdaliser.
Vous pouveZ, par le developpement du scoutisme,
preparer la fusion des cars, creer un contact hu-
main qui peut donner naissance a un patriotism de
I'Union Francaise.


CONFERENCE A L'HOTEL LUTITIA
SUR LE PROBLEM DES MINORITIES KHMERES

En marge des discussions sur le project de loi con-
cernant le changement du statut de la Cochinchine,
les Conseillers cambodgiens de l'Assemblee de l'Union
Frangaise ont tenu, le 16 mai, A l'h6tel Lutitia, '
Paris, une conference de press au course de laquelle
M. Thonn Ouk a exposed le probleme des minorit6s
khmeres au Viet-Nam.
II ne s'agit pas, comme certain pourraient le pri-
tendre, a-t-il dit, d'un torpillage de la < solution
Bao Dai >. De meme, les Cambodgiens ne cherchent
nullement a s'opposer a l'union des trois Ky, pro-
blame essentiellement vietnamien, mais le royaume
khmer, qui fut le premier a adhbrer a l'Union Fran-
caise, en quality d'Etat associe, ne voudrait pas que
ses anciens ressortissants fussent livres < a I'anna-
mitisation >. M. Thonn Ouk a demand que le Gou-
vernement et le Parlement franqais assurent un
reglement equitable des revendications du Cam-
bodge.
Apres M. Thonn Ouk, S.. E. Cheam Vam, ancient
President du Conseil cambodgien, membre de la d6-
legation cambodgienne envoyde par S. M. Norodom
Sihanouk en France, a soulign6 le caractere moder6
des revendications cambodgiennes. Au nom de la d6-
16gation cambodgienne, l'ancien President du Conseil
a sugg6r6 l'idde d'une conference mixte rdunissant
des representants du Cambodge et du Viet-Nam, au
course de laquelle les questions pendantes pourraient
&tre 6tudides.


LES JOURNEES DE L'UNION FRANCAISE
AU PALAIS DE LA MUTUALITY

Les Journees de l'Union Franqaise, organisdes par
le M.R.P., comme preparation A son Congres Natio-
nal de Strasbourg, se sont ouvertes le 21 mai au Pa-
lais de la Mutualit6, sous la prdsidence de M. Daniel









Boisdon, president de l'Assembl6e de 1'Union Fran-
aise.
M. Paul Coste-Floret, ministry de la France d'Ou-
tre-Mer, a d6fini les principles d'une politique cons-
tructive de l'Union Francaise : II faut, a-t-il dit, dd-
politiser, mettre en place la Constitution, gouverner.
M. Arrighi de Casanova, chef de Cabinet du pre-
sident de l'Assembl6e de l'Union Francaise, a en-
suite pr6sent6 un rapport sur les institutions de
l'Union Frangaise. L'expos6 a 6t6 suivi d'une dis-
cussion.

UNE DECADE DE L'AFRIQUE NOIRE

Un comit6 place sous la pr6sidence de Mme Jane
Vialle,' senateur de 1'Oubangui, ayant requ le pa-
tronage des plus hautes personnalites du monde gou-
vernemental et parlemnentaire, ainsi que celui de
Son Eminence de cardinal Suhard, archev&que de
Paris, du pasteur Boegner et du, grand marabout de
Dakar, a organism du 20 ou 30 mai, A l'Abbaye de
Royaumont, la < Decade de l'Afrique Noire >>.
Le but de cette manifestation 6tait notamment de
c confronter les cultures africaines et europeennes,
d'examiner leurs_valeurs reciproques >>.

ACADEMIC DE SCIENCES COLONIALES

Sdance du 29 avril
L'Acad6mie des Sciences Coloniales a tenu une
rTunion suppl6mentaire le vendredi 29 avril, pour
recevoir le g6enral Ingold, qui prenait stance.


M. Jean d'Esme lui a adress6, au nom de la Compa-
gnie, le discours de bienvenue, discours dans lequel
il a rappel la brillante carriere militaire de son nou-
veau confrere et I'a felicit6 de son talent d'ecrivain.
M. le g6n&ral Ingold, dans son discours de re-
merciement, a rendu hommage aux soldats d'outre-
mer. Leur fid6lite et I'affection qu'ils ont fait naitre
chez leurs chefs est un grand'motif d'esperance en
cette 6poque trouble oh se pr6parent l'Union Fran-
qaise et l'Union Europeenne.

Siance du 20 mai
Apris des presentations d'ouvrages par MM. Rend
Pinon et Emile Roubaud, I'Acad6mie a entendu un
expos (accompagne6 de projections) de M. Louis
Chatelain sur les fouilles de Volubilis ; le conferen-
cier a donn6 des renseignements techniques et a fait
observer que la methodique resurrection, de la capi-
tale romaine de la Maur6tanie occidentale est'l'un
des examples de l'universalit6 du programme r6alis6
par le marechal Lyautey, r6novateur du Maroc mo-
derne.
M. Malleret a fait une communication sur le delta
du M6kong. I1 a, d'abord, indiqu6 le developpement
d6mographique et 6conomique de cette region de-
puis 1850, puis a insisted sur 1'inmportance des pro-
bl&mes locaux, f6edraux et internationaux qui s'y
posent. Le delta du Mikong, a dit M. Malleret, a
< une vocation cosmopolite > et doit requirir un sta-
tut special.
En fin de seance, des si&ges ont 6t& declares A
pourvoir dans les premiere, deuxieme et cinquieme
sections.


--~-~--~--









LA VIE POLITIQUE ET ADMINISTRATIVE


La defense du group des Territoires FranCais de l'Oc6an Indien


Un d&cret du 14 mai, paru au Journal Officiel du
15 mai, confie au Haut-'Cofnmissaire de la R6publi-
que A Madagastiar et dependances la coordination,
sous l'autorit6 du President du Conseil, assisted des
Ministres de la Defense national, de 1'Itnterieur et
'de la France d'Outre-rer, dans le cadre des deci-
sions ginerales du Gouvernement, de la mise en cu-
vre de la defensee du, group des Territoires frangais
de l'Oc6an Indien : Madagascar et dependances,
Reunion, C6te Frangaise des Somalis.
Cette decisionn complete les dispositions d,&jA pri-
ses pour assurer sur un plan plus vaste et mieux
coordonne la defense ,de l'Union Francaise telle que
I'a definie le Ministre,de la France d'Outre-Mer dans
le discourse qu'il a prononce le '14 f6vrier A Abidjan,
a J'oNcasion de l'ouverture de la premiere session du
Comite d. l'Afrique Centrale (voir Bulletin d'Infor-
mation n. 129, mars, page 9 et suivantes). Dans le
Recueil Penant de mars-avril 1949 (no 570), le ge-
neral de Boiboissel exposait dan's un article les con-
ceptions actuelles de cette defense, qui venaient de
se traduire par deux decrets parus au Journal Offi-
ciel du 5 janvier 1949, concernant la defense de-
l'Afrique Centrale, et anticipait, dans sa conclusion,
sur l'organisation de la defense du group des Ter-
ritoi'res de l'Oc6an Indien.
En matiere de defense du group des Territoi-
res Frangais de l'Oc6an Indien, les attributions du


Haut-Commissaire de la Republique A Madagascar
et dependances sont notamment les suivantes :
a) il est charge de la haute direction des forces ar-
mees affect6es A ce group;
b) il prepare les plans de. defense et la r6partition
des forces du group ;
c) il propose les programmes d'6quipements et de
mobilisation economique des Territoires relevant du
Ministere 'de la France d"Outre-Mer.
1I est tenu inform pour l'tablissement du plan
d'6quipement 6tabli pour le d6partement de la R6u-
nion ;
d) il prepare les programmes d'armement;
e) il prdsente les demands 'de credits n6cessai-
res A la defense du group. Sous reserve de la par-
ticipation des budgets locaux, ces credits doivent ftre
inscrits au budget du Ministere de la France d'Ou-
tre-Mer pour l'arm6e de terre et au budget du Mi-
nistere de la Defense national pour les armees de
mer et de l'air.
Dans 1'exercice des attributions definies ci-dessus,
le Haut-Commissaire de la Republique A Madagas-
car et d6pendances est assisted d'un officer general
qui porte le titre de < Commandant interarm6e du'
group des Territoires Frangais de l'Oc6an Indien >
et d'un comit6 de defense, du group des Territoires
Francais de l'Ocean Indien.


La mise en oeuvre du plan d'6quipement des T.O.M.


Diverse societes d'Etat et d'6conomie mixte con-
courent A la mise en oeuvre des plans d'dquipement
des Territoires d'Outre-Mer. Nous avons public dans
le Bulletin d'Information no 130 du mois de mai
1949 (page 5) une notice sur la nature et les acti-
vit6s de ces organismes. Leur liste vient de se com-
pl6ter par a creation r6cente du << Credit de l'A.E.F. >
du CGrd it du Cameroun > et du < Centre techni-
que forester tropical >.

**
Un arr&t6 du 9 mai 1949 (Journal Officiel du
12 mai) institute, dans le cadre de la loi du 30 avril
1946, une socidt6 d'Etat dite/<< Credit de I'A.E.F. >>,
ayant quality de commergant. Cette society pourra
consentir, dans le cadre de la loi du 30 avril 1946,


des credits, A court ou moyen terme, aux coopera-
tives et associations agricoles agrees par le Haut-
Commissaire, aux entreprises artisanales, aux exploi-
tations agricoles de faible ou moyenne importance
et des prets immobiliers individuals destines A fa-
ciliter l'accession A la petite propriety ou la cons-
truction de logements' d'habitation.
Le capital social est fix6 A 6o millions de francs
C.F.A., souscrits par I'A.E.F. et fournis par la C.C.
F.O.M. jusqu'A concurrence de 27 millions sous
forme d'un pret A long terme. Le siege de la soci6te
est A Brazzaville.
Le Conseil d'Administration, compose de o1 mem-
bres, comprend des repr6sentants du Ministere de
la France d'Outre-Mer, de la C.C.F.O.M., du Haut-
Commissaire en A.E.F. et du Grand Conseil de
I'A.E.F.









Le < Credit du Cameroun >>, cree par un arrte6
du 25 mai (Journal Officiel du 31' mai), a la mnme
organisation que le Credit de 1'A.E.F. et les memes
objectifs. Son capital social est fixd A 40 millions de
francs C.F.A., souscrits par le Territoire A concur-
rence de 20.200.,000 francs avanc6s par la C.C.F.O.M.
sous forme d'un pr&t a long terme.


**

D'autre part, un arrete du o1 mai 1949 (Journal
Officiel du 13' mai), institute, sous forme de soci6te
,d'Etat, un < Centre technique forestier tropical >>,
ayant la quality de commergant. I1 a pour objet de
..promonuoir dans les Territoires d'Outre-Mer le d&-
veloppement de la production forestiere. Le capital!


initial, fix6 a 50 millions de francs m6tropolitains,
est souscrit par la C.C.F.O.M. sur les fonds mis A
sa disposition par le F.I.D.E.S. La soci6te est gerie
par un Conseil d'Administration de 13 membres
comprenant des repr6sentants du Ministire de la
France d'Outre-Mer, du Secretariat d'Etat aux Af-
faires 6conomiques, du Ministre du Commerce, du
Ministre de l'Agriculture, de la Recherche scientifi-
que colonial, du Museum d'histoire naturelle, de la
C.C.F.O.M., du cadre des Eaux et Forkts des colonies
et de l'industrie des bois tropicaux. Le Conseil d'Ad-
ministration Blit un president dans son sein et nomme
un Directeur general choisi parmi les ing6nieurs g&-
neraux des Eaux et Forkts des colonies.
Le chef du Service des Eaux et Forkts au Minis-
tire de la France d'Outre-Mer remplit les functions
de Commissaire du Gouvernement.


Information administrative


* Diverse d6li'brations en date des. 20-21 et 22 no-
vemibre du Conseil General de la ,Haute Volta, relati-
ves au regime fiscal du territoirei, ont tB approu-
vees par un d6cret dlu 211 avril 1949 (J.O. 3 mrai).

* La r6partition du prod'uit de la redevance sur la
circulation fiduciaire ide la Banique e M'ad'agascar
(Jer semrestre 1948) a t'6 ta'blie come suit : 15 %
;pour les Comorres, soit 61012.948 francs (6quipem.ent
sportif :-301.474 francs, caintines scolaire's : 301.474
francs) 915 % ipiour Miadaigascar, soit 11.536.013
francs (assistance soiciaile et protection de l'enfancec
S5.7215..007 francs, 6quipemient sportilf : 5.728.00:6 fr.).

* Les niouveaux traitem'ents des fonctionnaires ides
cadnes r6gis par idlcret relevant idu Ministere de la
F.O.M. ont t6 fix6s par arrte des ministres des Fi-
nance et des Affaires Economiquies'en date du 3
nmai 11949. (J.O. 5 ,mai).

* Le budget ordinaire des services comanimuns de 1'In-
docihine a .6tc fix6 a 1.4216.6410..8l00 piastnes i(D. 4 miai
1949, J.O. 6 mai).

* La date' die; l'6ie'ctio'n idu' repr6sentant du Tenritoire
de Ia Mauritanie A l'Assemlblee de l'Union Frangaise
.a ,ete fixee au 2 juin 1949 'ID. 7 mai. J.O. 8 mai).

* Une id61'i'bration e i date du 22' norvembre 1948
du Conseil G6n6ral de la GuinBe Francaise' insti-
'uant une contribution exceptionnellie pour 1'annee
1(949 .a 6t6 anniulbe. (ID. 30 a'vril. J.jO. 11 mlai).

* .Un 'arrt du 91 mai 1'9419 ta instiitu6 dans le cadre
de la loi d' 30'( avril 194*6 unie sioci6ti d'Etat dite
Credit de. 'A.E.F., destiniee A fournir ides prets a
court et moyen teirtne' aux associations et coop&-
ratives et ,aux particuliers. (J.O. 12 mai).

' Un ainr[t idu 110 mai 119149 h icr66 une soici6t .d'Etat,
dite < Centre Technique Forestier Tropical >, ayant


pour objet de piroonouvoir dans les T.O.M. le dvie-
lopipiemenet de la production Iforestibrie. (J.O. 13 mai).
0 Le contingent annulel de 12104.01501 hectolitres d'al-
cool pur fixed par Particle 9 id coide' dies contribu-
tions indirectes sera attributed aux d6partements et
territoires d'Outre-MVer int6resiscs conformr ment. an
tableau ci-aprss :


Martinique ................. 88.9115
Gualdielloupe ................ 68.10,615
Reunion ................ .... 30.6598
Maidaigascar ................ 6.994
Indoichine .................. 5.468
Guyane .................... 2.500
Etaliss. Francais de POc.anie. 1.500
Nouvelle-Ca'lidonie .......... 110

Total ...................... 1204.050
(J.iO. 14 mai).


hectolitres
S>>
>
>>
>
>


>


* La -coorditnation de la mise en oeuvre de la defense
du groupie des territoires frangais, de 1"0'c6an In-
dien : *Madagascar et. d-60eindancei (RIWunion, C'6te
.Frangaise des S'omalis, *a Wtt iconfi.e, an Haut-Com-
missaire de la R6publique A Madalgascar sous l'au-
torit:6 du Prr6sident du Gonseil et du Ministre de la
France d'Outre-Mer. (Dbcret 14 mai. J.O. 15 mai).
* Le montant du cautionnement auquel lest astreint
agentt oonptalble de l'OIffice de la Rechereche Scien-
tifique Coloniale a ete fix& il 30000.00i0 tr'ancs. (A. 5 jan-
vier. J.O. 109 mai).
* La date des 6preuvies Brites e au concours d'admnis-
sion ,dans la hikirarchi.e -des inigenieurs principaux,
ing6nieurs en dhelf let insipecteiurs ig6n.raux des ser-
Vices de P'agriculture aux Colonies ia te fix&ie an
11 jmin 195i. Le nomaibre 'del places id'inignieurs prin-
cipaux a pourvoir est de 6 ; la date limited d'inscrip-
tion a Ut fixee au 11 iuin 1991. (A. 14 mai. J.O. 20
mai).









* L'artiicie 8 idu d6cret du 27 noviemlb're 1947 portant
ragliemental:ion mnin'ire a Madalgascar permitss type
B) a 6t6 anrnlkl et remipliac par des dispositions nou-
velles qu pre6voi'ent le versoelmient an budget ig6n6ral,
outre le's taxes et redevanoes idle: dr'oit Icomnmiun une
participation sur les. ben,6fices don't les mo'dalit6s
et le pou'rcentage seront .A fixer par 1'Assembl6e, Rie-
pr6sentative: ide Maidagasicar suivant la procedure en
vigu'eur ien mati6re fisicale. (D. 19 miai. J.O. 21 mai).
* Une loi cit un d6cret en date du 26 mai origanisent
le referendum die Chandernaigor (J.O. 27 maai). Le
College Electoral a it6 oonrvoque pour le 19 juin par
un Id6eret du 217 mai. (JJO. idu 28 ani).
* Le d6cret du !ler avril 19121 portant r6glement
d'a'dministration pulblique sur r'otganisation du


conps de' lIn'spie'otion des Colonies la 6t6 modifl6 en
son art. 4 al. 2. Deux ans d'anacienniet6& dans le ,grade
inf6rieur don't 6 mois an anoins en mission Outre-
Mer sont exigs pour pouvoir 6tre nomm A la iclasse
superieure:. (D. 27 tnai. J.O. 28, mnai).

* Le d'6cret du 13 juillet 1047 rgilemnentant g1ad-
mission des Frangais et dles strangers en Nouvelle-
Calildonie a 61t modifif6 dans ses art. 111-12-23-24 et
26.. (D. du 24 mai '1914.9.. J.O. 29' mai).

* Un 'd6cret du ;27 mnai 1949 porte modification au
tableau n' VIII annexe A Parr6t6i intierministriiel du
18 noveimbre .1943 fixant les indiemnit6s payables
aux 'Colonies sur les fonds' de la solde. (J.O. 29 mai).


Mouvements de personnel


* Un dicret Idu 21 avril 11949 (J.IO. Ier mai) porte
promotions dans le personnel dess aduministrateurs
des iS.C. die l'Indodhine. Sont promus a computer odu
Ier jianvier 1949 :
* Au grade d'adm;inistrateur de 1 classes : MM.
Deligne (Maurice), Biros (Marc-Casimir), Pierrot (An-
dr&Gtharles).
* Au grade d'administrateur de 20 classes' : MM
Vanel (Jean-Jules), Gipoulon .(Henri), Henry (Jac-
ques-iDom;inique), iHrisson '(Claude-Gaston), Clech
(Guy), Dufour (Aldriein-Mariie), iBarthelemy (Ray-.
anond), C6leste (Ro'ger), Fraisse (Andr6).
* Au grade d'administrateur de. 3" classes : M.
Pernet (PierreLL6onice), Jouve (Jean-Marie), Mail-
lard *(Mlichel-4Emilei), 'Leberiger (Jelan-Eng6ne), Gal-
brun (Ren6).
* A la premiere classes du grade d'administrateur-
adjoint : (MM. Gimbert (Robert), Le Foil (Jacques),
Picat i(Guy), Anmelot (Andr6).
* A la delu::cime classes du grade d'adjninistrateur-
adjoint : MMl. Bonhote (Jacques), Villeneuve ((Marcel).
* A computer du 7 f6rvrier 119 19, M. Hoicquret (Yves-
Marie).
* M. de Re,;sseguier (Henri) a e't6 promu inspecteur
g6niaal 'de classes -des Colonies a computer du 18
mai 11949 et admis sur sa demand et par anticipa-
tion an c:adire de -r6serv des inspecteurs g6n6raux.
(D. 211 avrii, J.O. 3 mai).
* M. Barthesi (Ren6) inspecteur g6n6ral die 1" classes
-des Colonies, ien service d6taclih a 6t6 admis sur sa
dearnaide Aet par anticipation au cadre de, reserve
des inspecteiurs g6ne6aux. (D. 21' awril. J.O. 3 mai).
* M. Georges Gasutier, gouvernear 'dies Colonies a
Bt .nomm6 c:harng de mission au Cabinet idu Secr6-
taire d'Etat A la France Id'Outre-Mer, en remplace-
mient de M. de Carfbon-Ferribre, inspeecteur des Co-
Ionies, appel6 A d'autres fonictions. (J.O. 3 mai).


* M. Le Bas, administrateur ide il" classic dies S.C. de
1'Indochine a 'te6 admisi A fairer rvaloir ses droits A
la retraite a cornipter 1du 14 j.uin 119419. (D. 21 avril.
J.O. 3 miai).
* M. Mourgues, administrateur en icheL des Colonies
a 6t6 change par interim des functions id'inspecteur
g6n6ral du Travail au Cameroun.
* Le d6cret idu 216 juina 1Q416i portant suspension de
la pension 'de retraitel de M. Granidjean (Emile), rl-
sidenit sup6riieur de 1" iclasse de l'Indochine a 6tB
annul6 A computer ide ,cette date. (D. 4 mai. J.O. 12
mai).
* M. Poiri'er pr6c6demment .d616gu6i dans les fonc-
tions de gouverneur de la Mauritani.e a e6t6 nomm6
go'uverneur lde 3 tclasse ides Colonies A computer du
15 norve1mbre 1948 et admis sur sa demand. A fair
valoir ses droits a la retraite. (D. A9 mai. J.O. 12 mai).

. L'arrn6t6 du 8 mars 11944 admettant A la retraite A
Computer d'u lir mars 1944 IM. Giacooobi (Antoine'),
gou-ierneur de 1'" classes 'des 'Colonies a 6t6 rapport6'
M. Giaccoibi a Wt6 ,admis A Ta retraite A computerr Idu
r mai 1949. 91949. (. a 1949'. J.O. 1,2 mai).
* Lie d6eret du 12 novembrele 1:944 orvoquant avec
pension M. Chot-Planaud (Robert) gourvernieur de 3*
classes des Colonies a 6t6 rapport. M.G Chot-Planaud,
gouverneur de 3' classes ides Colonies a 616 admis A
la retraite d'office a computer du 12 novembre 1944.
(iD. 9 mai. J.O. 12, mai).
* M. Cihambon (Jean-Georges) gouvernieur .de 3P classes
des Colonies.a 66t charge a titnei interimaire des fonc-
tions .die Commissaire ide la R&publique dans les
Etabilissements Frangais de l'Inde. (D. 12 mai. J. 0.
13 mai).
* M. 'Ginestou (Joseph), sous-directeur A l'adminis-
tration central du MinistBre de la France d'Outre-
Mer a 6t6 nomm6 igouverneur de 3' classes des Colo-
nies a computer ,du 118 novemnbre 1942, ,admis a fire
valoir ses idroits A une pension de retraite A computer









du 127 janvier 1943 et nonm6 gouiverneur honoraire
des Colonies. (D. 121 mai. J.O. 1'.3 mai).
SM. Lenoir i(Joseph), administrateur ide 1" classese
des Colonies en retraite a 6t6 nolmi1n gouverneur ho-
noraire des Colonies. (D. 12 mai.. J.O. 13 mai).
M M. Ratafika Ramalanjoa'na (Prosper) ,a 6t6 titula-
ris6 commie aidministrateur-adijoint de 3 classese a
oonlptieer 'du ler f6vriier 1'9416. i(D. 9 nIai. J.O. 114 mai),
* Le Haut-Comimissaire .de la Ripuibliqu'e A Madagas-
,car a regu les attributions id'inspecte ur general en
mission extraordinaire pour ie D'p partement die la
Reunion,. (D. 14 mai. J.O. 1!5 mai).

4 IM. Strauer i(Paul) a 6t6 reclass6 administrateur
des Colonies pour computer ,du ler juillet 119145. (D. 9
mai. J.O. 17 mai).
* M. Bonnet (Pierre) a ete nolmim6 administrateur-
adjoint ide 3 classes des S.C. de 1'Indochine A computer
idu, 1i2; fvrier 11949.
* M. Patault a 6t nommi6 administrateur-adjoint doe
3" classe des S.C. de 1'Indochine ah computer du 218 mai
1i94!9). (D. 19' mai. J.O. 17 mai).
* M. Lalanne (Jean) a 6te reclass6 administrateur
des S.C. ide 1'Indochine iA computer 'du er janviier 1947.
* M. ASalbeau-Jouanet (Pierre) administrateur -de 3"
classic des S.C. de l'Indoichine la t16 reclass6 dans le
m&me grade A computer idu ler janivier 1947. (D. 9
mai. J.O. 17 miai).
* iM. Auger (Lucien) administrateur de 1" -classe
-des S.'C. de 1'Indochine en retraite a 6t1 nomm6 ad-
ministrateur -de' I" tl'asse honoraire. (D. 9 maii. J.O.
17 mai).
- Les membres *de lia d616lgation tfrnangaise. A la quia-
trimaie session 'de la Commission international Aco-
nomique pour 1'Asie ,et l'Extr lme-Olrient qui doit se
tenir A Lafstone (Australie) ont i6t places en fonc-
tion Ide mission. Ce siont : MiMl.
- Meaux (Henri), ing6nieur en chef des Ponfs et
Clhauss6es, 'chef ide ia d6l4gation..
- Rosenfeld! (F.), administrateur contractuel des
statistiques, chef idu service de la statistique de
,I ndodhine..
- Joubsert, inig6nieur en chef .des! Points let Chauss6,es.
- Niguyen Van Ty, ministry des Travaux Publics et
de la Sant6 Publique Idu gouivernement provisoire dat
Sud-Viet-Nama.
- Nguyen Duy Guang, memlbne de l'Association des
telclhniciensi vietna.miens.
- Le Long Lun, directeur idess services Aeconomiques
de, IHub.
- Ter ,Sar Kissof, administrateur 'de 2 classes des
S.C. deo 1'Indochine.
- .Ricklin, c'hiffneur du 'cihiffire colonial.
- Mlle Daillaut, r6dactrice contractuelle. (A. 9 avril.
J.0. 19 mai).
* Un d6ecret idu 118 mai maintient M. Erik Labonne,
ambassaideur de France, ten situation id'activit6, en


quality ,dlei conseiller diplonmlatiique du government,
pour coordonner les .6tudes, ide l'organisation poli-
tique *et iconomi.que die 1Union Frangaise pour u ie
nouvelle p6rio'de Id'un an, iA computer du 14 mai. '(J.O.
210, mai),
* M. .MAiieh'l (Marc-AAlbert), gouverneur dei 2 classes
des iColonies a t.6t reollasse gouverneur ,de 1" classici
des Colonies A loompt'er du' 1" janvier 1'947. (D. 12
mai. J.O. 13 mai).
-0 La mission en France de' M. Pegon 'directeur dui
contrle' financier de I'A..E.F. a 6t6 prolong6e' de trois
mois A computer ,du 18 id6cenbre 119148. i(D. 9 mai. J.O.
20 mai).
* M. Lairrive, juge supplant dans Ie resort de la
C.A. de I'A.E.'F. a 6.t nommad, sur *sa demnande, juge
suppl'6ant idans le: resort de la G.A. de Hanoi.

* M. Burlion, julge sutppL ant dans le resort de la
C.A. -de Madagascar a 6t6 nqm1mn, sur sa demand,
jlqgei sluppl6ant dans le resort ,de la C.A. d.e 'A.E.F..
(D. 17 mai. J.O. 1210 mai).
* M. Lernie (Marie), julge ide 30 classes -dans le' res-
sort dle la IC.A. de ISalgon, a 6t& nomnrml, sur sa de-
mande, 'juge de ipaix A icomiptence 6tendue de 2"
classes de Abong'M'Bang (Cameroun). ('D. 17 mai.
J.O. 20 mai).
* M. N'iGuyen Hug Birch, jiuge supplant dans le
resort Ide la IC.A. de Madalgasicair a tid nounm6 sur
sa demand' ijulge suippl6ant idu tribunal de Douala.
(Di. 1'7 mai. J.O. i220 mai).

* M. Leigeay (Eugi6ne), president de Chalmbre de la
C.A. de Hanoi en retraitei a 6&t nomm6 president de
Chamlbre ide C.A. honioraire. i(lD. 17 mai. J.O. 20 mai).

* M. Pujion i(Guillarume), Ipr6siLdlent de' Chambre de
la C.A. ide Saiigon ten netraite 'a 6t6i nomme premier
president honoraire die, C.A. (iD. 17 mai. J.O. 20 mai).
* M. Comtel (Philippe), adminiistrateur de 4 classes
du commissariat aux affairs allemandes a 6t6 nom-
m6 jluge odie paix A competence 6tendue de 2" classes
A Bourail. (D. 18 mai. J.O. 210 mai).
M. Bailly (Victor) adiministrateur de, 1" classes des
Colonies a 6t6 nomm6 igouverneur par interim du
,Sn6gal, en remtplacemient de M. Wiltord autoris6 A
se rendre en iconig. (D. 210 mai. J.O. 21 m'ai).
1W. Comlbes (Georiges), adiministrateur de 1"j classes
de's Coloniies a 6t6 nomm6 gotuverneur des Colonies.
(D. 20 mai. J.O. 21 mai).

M. Galalbru (Jean-J'acques) a 6,t titularis6 come
administrateur-adioint 'de 1" classe des Colonies. (D.
24 mai. J.O. 28 mai).
M. Cattau (Henri), administrateur de 2' classes
des S.C. de 1'Ind!ochine a 6t pIlac6 sur sa demanded,
en position de diisponibi'it6. (ID. 24 mai. J.O. 2!8 mai).

M. Le Rolle (Pierre-Emmanuel), administrateur
die 1" classes -des Colonites ,a 6ti nomtni se'cr6taire
g6nral par initrim du ISS6n6gal en remnplaacement de
M. Michel (Clauidie) remis A la disposition du iaut-









Comimissaire de la iR publique en A.O.F. (D. 27 mai.
J.O. 29 mai).

0 M. Ollirvier (Albiert-Charlies'), aidinistratelr die. 3"
classes des 'Colonies a 6t6 reclass6 'dans ce grade A
computer du lThr janvier 1194i6, au liieu Idu 1" juillet
1948. (D. 27 mai. J.O. 29 mai).


* LX. Leroux (Jean), 6lIve a'dminiistrateur des iColo-
nies a 6t6 plac6:, !sur sa dentainde, 'dans ]a position ide
disponibilit6 sans traitement. (D. 27 mai. J.O. 20 mai).
* Un arrit6 'du 213 mai 194191 noamme 'les m'embres du
Comit6 des travaux ipblibcs du NMinistire dide la
France 'd'Outre-Mer i(J.O. 31' mlai).


Distinctions honorifiques


* Ont 6t,& promus officers ide la LUgio'n d'Honneur :
MM. Chamaissy (Joseph) agent general dies Eta blisse-
ments Mauriel et Prom ;
Ouss'et (Jean), im6dielcin en icihdf ide 'A.M.I. en A.'O.F.;
Lasserre (Laurent), president de la iChambre de Com-
mercie, de' la Cte d'Ivoire.

* Au grade de icevalier :
MM. Bonifay i(JeanPaul), avoiat ,defenseur A Dakar ;
Brice (Robe.rt), directei-er 'dei la .ISoicidt6 frangaise


d'entreprises de draigages et travaux publics en
A.O.F. ;
Chauvet (Paul), gouverneiur des Colonies;
Mme Jennin (Alice), institutrice.
MM. IMichel (Claude), seicr6taire ig&n6raal du S6n6gal;
Mouragues (Albert), igouverneur des Colonies ;
Parisot (Louis) &v6que missionnaire catholique;
Robin (Olivier), aidministrateur en chef d'es Collonies;
Servent (Ren6) secr6taine' g&nral ide la C6te ,d'Ivoire;
Teacher (Henri), secr6taire g6n6ral idu Soudan.
(J.O. 20 mai). i




















NOUVELLES D'OUTRE-MER


INDOCHINE


HAUT-COMMISSARIAT
41 DE FRANCE


L E Haut Commis-
S saire a pass les
Sourn6es des 8 et
9 mai A Dalat .ot il
s'est entretenu longue-
ment avec S. M. Bao
DaiY.
.. I1 s'est rendu en-
suite a Ph6m Penh oi
jl est rest pendant 24 heures au course desquelles
il s'est entretenu avec S.M. Norodom Sihanouk,
les repr6sentants du gouvernement cambodgien et
la Commission cambodgienne charge de mettre
au point le future accord franco-cambodgien.
Rentr6 le 11 mai a Saigon, M. Pignon est re-
parti une nouvelle fois a Dalat, pour rencontrer
S.M. Bao DaY. Les entretiens, cette fois, se sont
d6roul6s en presence du g6n6ral Xuan et du g6n6-
ral Revers, arrive a Saigon le 16. mai pour une
mission d'inspection en Indochine.
* Le 23 mai, te general Valluy, inspecteur general
des troupes coloniales a rejoint le general Revers
a Saigon.
* Le Haut-Commissaire a charge son chef de
Cabinet, M. Gorce, de se rendre a Paris pour sui-
vre en son nom les d6bats parlementaires sur la
question du statut de la Cochinchine.
* M. Aeschlimann, d6elgu6 du Comite interna-
tional de la Croix-Rouge, et le del6gu6 de la Croix-
Rouge Frangaise, ont lanc6, le 21 mai, un appel
aux repr6sentants du Service de sant6 du Viet-
Minh en Cochinchine. 11s d6sirent 6tablir des con-
tacts au course desquels de la correspondence et
des renseignements sur les prisonniers militaires
et civils seraient changes.
Plusieurs fois au debut du mois, le professeur
Huard, Doyen de la Facult6 mixte de M6decine


et de Pharmacie de l'Indochine, President de la
Croix-Rouge frangaise a Hanoi, avait fait radio-
diffuser i'appel suivant a l'adresse de la Croix-
Rouge vietminh du Nord.
< Nous vous rappelons qu'a l'occasion de 1'en-
trevue du 10 janvier a Chau Phan, la Croix-Rouge
frdngaise a pris en charge des correspondances et
des colis qui, depuis, lors, ont 6t6 remis a leurs
destinataires, et qu'elle avait demand le meme
service aux representants de la Croix-Rouge du
<< Viet-Bac en faveur des prisonniers militaires
ou civils qu'elle rie pouvait atteindre.
< Nous vous prions de.lui faire connaitre si le
n6cessaire a pu 8tre fait, comme nous l'esp&rons.
Au course de la meme entrevue, le principle d'au-
tres rencontres avait Wte pos6, et, dans ce but,
la Croix-Rouge frangaise a lance, des le debut de
fevrier, des appeals repetes que nous confirmons
aujourd'hui.
< Nous souhaitons, dans 1'esprit de la Croix-
Rouge, venir en aide aux victims des 6v6ne-
ments actuels et nous concerter avec vous dans
cette intention, notamment en vue de l'6change
de correspondances de nature familiale et de I'en-
voi de tout ce qui est n6cessaire aux personnel
priv6es de liberty militaires et civiles. Nous
faisons appel A votre bonne volont& en vous priant
de sugg6rer la date et le lieu d'une nouvelle ren-
contre. >> Cet appel n'a regu aucune r6ponse.
Par centre, de son c6td, le Viet-Minh, par la
voix de M. Hoang Minh Giam, a adress6 le 19
mai par radio le message suivant au general
Koch, commandant les troupes frangaises au Ton-
kin :
< En raison de l'approche de la. saison des
pluies et dans le but de prot6ger les biens de la
population, le ministry des Affaires Etrangeres du
gouvernement du Viet-Nam propose au g&naral
commandant les troupes fiangaises en Indochine,
pour la periode du 15 mai au 15 septembre :
1) Le respect des travailleurs vietnamiens sur
les digues, sur tous les fronts ;









20) L'abstention de toutes operations de na-
ture a compromettre la resistance des digues. >>
A cet appel, les autorit6s frangaises ont r6pondu
en pr6cisant que les troupes franco-vietnamiennes
n'ont, a atcun moment, mis en peril les digues ni
gene leur entretien, L'armee a au contraire con-
tribu6 a la remise en etat des digues sabotees par
les rebelled. Elle a assure ainsi la protection des
biens et de la vie de la population, conform6ment
aux buts que se sont assigns les autorites vietna-
miennes et frangaises.
De Canton, il est annonc& officiellement, que
la France et la Chine ont renouvel6, pour une pe-
riode ind6finie, l'accord sur l'aviation commercial
permettant d'exploiter les lignes a6riennes com-
merciales entire Saigon, Hong-Kong, Shanghai, et
entire Kunming et Hanoi.


GOUVERNEMENT CENTRAL PROVISOIRE
DU VIET-NAM

M. Pham van Binh, d6elgu6 du Gouvernement
Central du Viet-Nam a Paris, qui avait accom-
pagne S.M. Bao Dai lors de son retour au Viet-
Nam, est revenue a Paris le to mai. M. Pham van
Binh a et6 regu par le President de la R6publique
le 14 mai, et ensuite, le 17 mai, par le ministry
de la France d'Outre-Mer.
Dans une declaration qu'ill a faite a son retour
A Paris, il a donn6 un apergu g6enral de la situa-
tion du Viet-Nam depuis l'arriv6e du souverain et
de l'activiti de celui-ci : < Un jour apres son ar-
riv6e, l'Empereur s'est mis au travail avec le
general Xu:n et le prince Buu L6c. II a eu trois
entrevues avec le Haut-Commissaire Pignon. 11 a
visit les villages Moi se trouvant a 60 kilome-
tres de Dalat, avec le gouverneur du Centre
Viet-Nam Phan van Giao, chaque jour l'Empe-
reur accordait en moyenne 15 audiences aux di-
verses personnalit6s politiques et religieuses
venues de tous les coins du pays le saluer.
M. Nguyen Chanh Hai et M. Jacquemart, presi-
dent et vice-pr6sident de I'Assembl6e du Sud-Viet-
Nam, ont Ete longuement regus par Sa Majest6
au course d'une audience de nuit qui avait dur6
jusqu'a une heure du matin.
< De laborieuses consultations politiques con-
tinuent. Des commissions techniques se forment
en vue d'6eudier les modalit6s concernant la pas-
sation des pouvoirs par le Haut-Commissaire qui
consacreront la souverainet6 du Viet-Nam. De
nombreux intellectuals vietnamiens, jusqu'ici r6-
ticents parce que sceptiques, se d6clarent satis-
faits des resultats obtenus par l'Empereur et prets
A apporter leur collaboration dans la formation
du future gouvernement. La radio Viet-Minh qui
continue d'ailleurs A attaquer I'Empereur le trai-


tant de criminal de guerre, se trouve a court d'ar-
guments pour critiquer le contenu et l'esprit de
l'accord Auriol-Bao Dai. Elle se content de jeter
la suspicion sur la mauvaise foi possible de la
France au moment de la mise en application du
trait.
< Toutefois moins d'actes de terrorism a enre-
gistrer dans tout le territoire du Viet-Nam, sinon
quelques demonstrations spectaculaires des parti-
sans vietminh tendant plus a marquer leur pr6-
sence qu'a atteindre un but d6fini.>
En ce qui concern les projects d'avenir de
l'Empereur, M. Binh a indique : < Sa Majest6 a
dit a tous ceux qui viennent la voir depuis son
retour a Dalat, qu'elle n'a accept de revenir au
pays que pour essayer avec toutes les bonnes vo-
lont6s, qu'elles soient vietnamiennes ou frangai-
ses, de mettre fin a un conflict douloureux qui ne
devra plus avoir sa raison d'etre le jour oI le Viet-
Nam recouvrera officiellement aux yeux de toutes
les nations sa veritable ind6pendance et sa reelle
unite.
< C'est tres bien de 'lutter pour l'unite et 1'in-
dependance de son pays, declare 1'Empereur. Ce
sera encore mieux de sacrifier les inte6rts person-
nels du partisan au profit des inte6rts superieurs
de la Nation et surtout de penser au bonheur du
people qui souffre depuis quatre ans. La politique
que j. poursuivrai sera axee dans ce sens et je ne
m'en d6partirai jamais. <
* Le Souverain a eu le 16 mai un nouvel entretien
avec le president Tran van Huu, et s'est fait en-
suite presenter les delegations des AGsemblees Ter-
ritoriale et du 'Sud-Viet-Nam par leur president
Nguyen Chanh Hai. L'empereur a remercie les
d616gu6s frangais et vietnamiens pour leurs efforts
de comprehension et de conciliation qui permirent
un travail commun fructueux et le vote unanime
de 1'Assembl6e ,Territoriale.
Le 22 mai, S.M. Bao Dai s'est entretenu lon-
guement avec le Haut-Commissaire Pignon, le ge-
neral Revers et le general Xuan.
Parmi les personnalit6s vietnamiennes reques
par l'Empereur, on note l'ancien ministry d'An-
nam Ng6 Dinh Diem, leader des nationalists ca-
tholiques ; le chef des Caodaistes Pham Cong
Tac, le chef des Hoa-Hao Huynh Cong Bo ; ces
deux, derniers venant renouveler au Souverain
l'expression de leur confiance et leur certitude
dans le succes de l'ceuvre national .entreprise
sous son 6gide.
Le Souverain, depuis son retour a regu de nom-
breux messages exprimant des sentiments de fide-
lit6 et de reconnaissance pour les r6sultats obtenus
et des vceux pour le succes et la realisation des
accords d'u 8 mars. Ces massages proviennent
notamment : du Rassemblement National du









Nord-Viet-Nam, du Groupe des Ind6pendants, du
Mouvement Populaire de Nhatrang, des Dl66gues
a l'Information de quatre provinces du Centre-
Viet-Nam, de la Colonie chinoise de Faifoo, de
la population de Rachgia et de Cantho (Sud-
Viet-Nam), de la population du Nord-Viet-Nam,
du Conseil de la minority Thai (Nord-Viet-Nam),
du Conseil Provincial de Langson, de la mino-
rit6 Muong du Nord-Viet-Nam.
L'ex-Empereur Thanh-Hhai, qui sejourne au
Sud-Viet-Nam, a adress6 de son c6t6 a S.M. Bao
Dai le t&16gramme suivant : < La nouvelle du re-
tour de Votre Majest6 rejouit tous les membres
de la famille royale. Pour ma part, je vous adresse
particulierement mes vceux de bonheur, de sante
et de success. >
* Le bruit ayant couru que S.M. Bao Dai avait
envoy des 6missaires aupres du Comit6 Ex6cutif
du Viet-Minh, le prince Buu L6c, au course d'une
conference de press tenue a Dalat le 23 mai,
l'a d6menti. 11 a par ailleurs donni quelques pr-
cisions sur le future gouvernement vietnamien qui
sera de tendance < social-progressiste > : < Le
gouvernement, a-t-il dit, entendra prot6ger les
paysans contre les exces des interm6diaires et les
usuriers, en favorisant notamment la creation de
cooperatives agricoles r6gularisant la vente des
products notamment du riz et permettant
aux producteurs de ne plus vendre a vil prix des
la r6colte.
< I1 6tudiera le problem du fermage, avec le
concours de commissions afin de faire rggner un
esprit de justice social. il s'efforcera d'am6liorer
la production du riz don't le rendernent en Cochin-
chine est de 13 quintaux a l'hectare, contre 19 en
Chine, et 35 au Japon, par 1'utilisation d'engrais,
et en 6vitant de gaspiller la main-d'ceuvre. >
< Le gouvernement s'efforcera de lutter contre
le paup&risme dans le Nord-Viet-Nam par le d6-
veloppement des possibilities industrielles que per-
met la presence de matieres premieres dans le
sous-sol. L'exploitation des possibilities industriel-
les locales n6cessitera la formation d'elites tech-
niques. Tout en s'appliquant a reliever le niveau
intellectual des masses, le Gouvernement s'effor-
cera done surtout d'acc6l&rer la formation de
technicians qui actuellement font d6faut. >
Le prince Buu L6c a d6clar6 en outre que le
budget du Viet-Nam serait 6tabli sur la base de
l'organisation du budget de 1'ancien Gouverne-
ment de l'.Indochine. Interrog6 sur la question des
nationalisations et du droit que se reserve le Gou-
vernement vietnamien de participer aux entrepri-
ses don't l'activit6 s'inscrit dans le secteur d'int6r&t
national entreprises 6trangeres comprises il
a r6pondu : < Le Viet-Nam ne fera rien pour d6-
courager les capitaux strangers tellement n6ces-
saires a la reconstruction. ))


En ce qui concern la participation du Viet-
Nam a la direction du future Institut d'Emission
Indochinois, remplagant la Banque d'Indochine,
le prince Buu Lc a d6clar6 : < Quel que soit le
critere adopt, il faudra tenir compete de l'impor-
tance du Viet-Nam parmi les Etats associds d'In-
dochine. > I a laiss6 entendre que le Viet-Nam
accepterait difficilement de ne pas avoir davan-
tage de droits que le Laos, don't la population
est vingt fois inf6rieure a celle du Viet-Nam.
Enfin, interrog6 sur les revendications territo-
riales du Cambodge a 1'6gard du Sud-Viet-Nam,
le prince Buu L6c a repondu : < Le Cambodge ne
pourra saisir officiellement de ce probleme'le
Gouvernement du Viet-Nam que lorsque ce der-
nier sera constitute. Nous comptons sur l'esprit de
comprehension de nos amis cambodgiens. >


INFORMATIONS LOCALES

Tonkin

M. Nghi8m Xuan Thien, gouverneur du
Nord-Viet-Nam, a fait une tourn6e dans le nord
du Tonkin, du 6 au 8 mai. 11 est pass successi-
vement a Trung Ha, a Contay et a Xuan Mai.
Plus de 600 adherents et d6l1gu6s du Rassem-
blement National du Nord Viet-Nam ont tenu le
8 mai leur Assembl6e g6nerale au Theatre Mu-
nicipal.
Apres le discours d'ouverture prononc6 par le
President du Rassemblement, M. Nghiem Xuan
Thien, et le rapport moral pr6sent6 par le Secr&-
taire General, 1'Assembl6e a regu la demission du
Bureau ex6cutif de 1948 et a procede a l'l6ec-
tion du nouveau Bureau.
Ont 6ete lus :
President : M. Nghi8m Xuan Thien;
Vice-Pr6sidents :MM. Nhuong Tong et Dao
Huu Duong ;
Secr6taire G6ndral : M. Tran Van Cuu ;
Secr6taire adjoint : M. Do Tho.
Une motion a ensuite 6te votee a l'unanimit6,
offrant a S.M. Bao Dai l'appui total du Rassem-
blement national du Nord-Viet-Nam.
* Les derniers services du Nord-Viet-Nam qui
restaient dirig6s par 1'autorit6 frangaise, ont 6t6
transforms au Gouvernement vietnamien.
* Le 15 mai a eu lieu inauguration du nouveau
si&ge de l'Association Tonkinoise des Frangais
d'Outre-Mer, installed 106, rue Jules-Ferry a Ha-
noi, en present des principles personnalit6s
frangaises et vietnamiennes de la capital.
* Depuis le 1" mai la liberty a 6et rendue a la
circulation routiere entire Hanoi et, Haiphong.
* D'apres le dernier recenisement opere en avril,
le port de Haiphong compete environ 90.000 habi-
tants contre 79.000 environ en 1940.








3.000 Europeens resident dans la ville au lieu
de 2.100 en novembre 1947. Les Chinois qui
6taient au nombre de 22.000 au 1" janvier 1948,
sont aujourd'hui 26.000. Les Vietnamiens, qui
forment l'essentiel de la population haiphonnaise,
sont au nombre de 60.000. Ils n'etaient que de
2.700 au 1" janvier 1947 consequence des
6evnemen-s de novembre et decembre 1946 -
26.000 au 31 decembre 1947 et 47.000 au 1"
juillet 1948.
On anr.once la parution d'une nouvelle revue
feminine vietnamienne le < Phu Nu Dien Dam >.
Le quotidien hanoien a Thoi Su ) a e6t l'objet
d'une measure de suspension provisoire a titre
d'avertissement pour avoir reproduit < un article
de caract&re nettement tendancieux. >>
L'anniversaire de la nailssanice du Bouddha a
etd celebre le 6 mai a Hanoi oii diverse manifes-
tations ont eu lieu. A l'occasion de cette solennite.
la journee avait ete decretee feriee et ch6m6e par
le Gouvernement central provisoire du Viet-Nam.
Plusieur.; centaines de ressortissants chinois qui
n'etaient pas en regle avec les textes sur l'immi-
gration, ont ete, par decision des autorites fran-
gaises, dirigds d'Hanoi sur Haiphong, au course
de ces dernieres semaines, pour 8tre rapatries par
voie maritime.

Annam

La prenmire promotion d'officiers vietnamiens
forms apres un stage de six mois a l'ecole des
cadres de Hue et destines a encadrer la future
armee vietnamienne, a ete present6e le 23 mai a
1'Empereur Bao Dai, don't elle porte le nom.
Les professeurs de l'ecole de Hue sont des offi-
ciers et sous-officiers frangais. Les autorites viet-
namiennes s'efforceront d'envoyer aux ecoles de
guerre frangaises le maximum d'61lves, afin
d'ameliorer la. formation des cadres de l'armbe
vietnamienne.
M. Drach, professeur a la Faculte des Sciences
de Paris, a 6t6 charge d'une mission pour une
duree de quatre mois aupr&s du Haut-Commis-
saire, en vue d'exercer la direction scientifique de
l'Institut Ocanographique de l'Indochine a Nha-
Trang.
La Reine-MWre s'est rendue le 2 mai a Dalat
rendre visit a l'Empereur Bao Dai qui est venu
en personnel l'accueillir a 1'aerodrome.
* Les trois provinces du Sud-Annam, qui etaient
restees jusqu'ici sous regime militaire frangais,
ont ete tranf6r6es au Gouvernement du Centre-
Viet-Nam.

Cochinchine

Au course de la premiere semaine de mai, le
President Tran van Huu, le general de Latour, ac-
compagn6s de MM. Tran von Hue, ministry du


Travail, Beauvais, directeur du Cabinet du Presi-
dent, et leur suite, ont fait une tournee d'inspec-
tion dans le Sud-Viet-Nam. Ils ont successivement
visited les provinces de Cantho, le Long Xuyen,
de Rach Gia et de Chaut Doc oi ils ont pu cons-
tater l'effort de pacification accompli par les for-
ces franco-vietnamiennes et la sympathie de la
population.
* L'Assembl6e du, Sud-Viet-Nam a adopted, au
course de sa troisieme session pleni&re, le 10 mai,
une motion assurant l'Empereur Bao Dai de son
concours le plus complete et formant des vceux
pour la restauration de la paix en Indochine.
Avant le vote de cette motion, I'Assemblee a
entendu M. Jacquemart, vice-president, qui lui a
rendu compete de l'entretien qu'il a eu, a Dalat,
au nom de l'Assemblee, avec S.M. Bao Dai.
< Au course de cet entretien, a dit M. Jacque-
mart, I'Empereur a declare qu'il faisait entire,
ment confiance au President Huu pour mener a
bien la tache de faire respecter le particularisme
du Sud-Viet-Nam dans le cadre du Gouvernement
central provisoire. S.M. Bao DaY a reitder a-t-il
ajout6 les promesses faites a Cannes et au
President Huu : < Je ferai tout mon possible, dans
toutes les circonstances, pour respecter les parti-
cularismes locaux. >
Le President Toan van Huu et le general La-
tour, ont signed le 20 mai une convention recon-
naissant au President du Sud-Viet-Nam le droit
de designer le prefet de Saigon-Cholon apres ac-
cord du Commissaire de la Republique. Une
contre-lettre precise dans quelle measure le Com-
missaire de la Republique peut intervenir dans
administration des non-rignicoles.

Cambodge

Au course de sa premiere reunion du mois, le
Conseil des Ministres a adopted :
10o) Un project de loi sur la taxation de la viande
export6e ;
20) Un project de loi sur I'adapation des ca-
racteres cambodgiens h la machine A ecrire, ce
qui constitute un grand pas vers un emploi plus
large de la langue khmere dans les correspondan-
ces officielles ;
3) Le principle de la participation du Cam-
bodge la Societe Franco-Laotienne de Naviga-
tion.
* Par une loi du 3 mai, il a te institute au Cam-
bodge une loterie simple, dite < Loterie Nationale
Cambodgienne >, donnant droit a des lots paya-
bles en numdraire. Le benefice resultant de cette
loterie profitera at' Budget National cambodgien..
* M. de Raymond, Commissaire ide la Republique,
accompagn6 de LL. EE. Huy Mong, ministry de
la Defense Nationale, et Kosal, ministry de la
Justice, ainsi que M. Ginouves, directeur des Af-








fires Politiques, a effectue une tournee dans la
region de Siemr6ap les 8 et 9 mai.
M. de Raymond est all ensuite visiter le poste
de Pradak et remit des distinctions honorifiques a
des soldats de I'A.R.K. et du R.M.C. ainsi qu'a
des civils indochinois qui se distinguerent dans
la defense centre les rebelles.
* Le 12 mai, une d6l.gation cambodgienne s'eist
rendue a Paris pour exposer le probleme des mi-
norit6s cambodgiennes du Sud-Viet-Nam, et les
revendications territoriales du Cambodge. Cette
d6elgation comprend notamment LL. EE. Cheam
Vam, ancien president du Conseil, Son Sann et
Sonn Voeun SaY, anciens ministres.

Laos
S.M. Sisavang Vong apres avoir assist a la fin
des conversations qui se sont deroul6es a Saigon,
entire les delegations francaise et laotienne, en
vue d'arreter les dispositions du future trait fran-
co-laotien, s'est embarquee le 30 avril sur le
Champollion > pour Marseille oui elle est arri-
v6e le 23 mai.
* Le prince Boun Oum, Pr6sident du Conseil
laotien, apres un sejour de plusieurs semaines a
Saigon, au course duquel furent discutees et ar-
ret6es les dispositions du future accord lao-
tien, a regagn6 Vientiane le 7 mai. Avant son
retour il a bien voulu faire pour la press saigon-
naise, un tour d'horizon des relations franco-lao-
tiennes.
< J'ai trouv6 la plus grande comprehension
aupres du Haut-Commissaire de France et de ses
collaborateurs, a-t-il declare, et je me r6jouis de
constater une fois de plus, combien les teaches, qui
paraissent les plus ardues, deviennent faciles quand
elles sont places sous le signe de l'amiti6. >
Puis, apres avoir soulign6 qu'il n'y a pas eu,
a proprement parler, de d6saccord entire les points
de vue frangais et laotiens, le prince Boun Oum
a precise que le Laos n'a pas abord6 la discus-
sion de l'accord dans un esprit revendicatif. < Nous
savons tout ce que nous devons a la France, a-t-il
dit ; nous savons que c'est grace a elle que nous
existons et que nous ipourrons continue vivre.
Les problImes qui se posent au Laos sont des
problames rion politiques. 11 nous faut, d'abord,
entretenir les routes, diminuer la mortality infan-
tile en favorisant l'hygiene et en d6vedoppant l'ac-
tivit6 des services sanitaires, eduquer la population,
former des technicians. C'est done avec prudence
et en tenant compete des possibilities economiques
et techniques que nous avons abord6 les discus-
sions relatives au project d'accord qui devait ne-
cessairement remplacer le < modus vivendi > du
'27 aoft 1946 et qui va bient6t consacrer l'ind6-
pendance du Laos au sein de l'Union Francaise. >
Ensuite, le prince Boun Oum a parl6 des gran-
des lignes du project d'accord franco-laotien :


< Sur le plan militaire, le Laos, qui ne dispose
encore ni des moyens techniques ni des cadres n6-
cessaires, demand a la France d'assurer la defense
de ses fronti&res, mais se reserve, par centre, le
droit d'organiser par ses propres moyens la s6-
curit6 interieure du pays.
< I1 accord a la France toutes les facilities de
circulation a l'interieur du pays et I'autorise a or-
ganiser toutes les bases qu'elle jugera utile d'ins-
taller au Laos.
< Sur le plan diplomatique le Laos a demand
a la France de mettre ses missions diplomatiques
a la disposition du Royaume, exception faite pour
certain pays qui seront determines en accord avec
le Gouvernement frangais. 11 est done des main-,
tenant certain que le Laos enverra peu apres la
signature de l'accord un repr6sentant particulier
au Siam ofi les ressortissants et les interets lao-
tiens sont nombreux. L'ambassaideur laotien tra-
vaillera en liaison avec le repr6sentant de la
France.
< Comme le Viet-Nam,, Ie Laos sera habilit6 h
conclure des accords relatifs a ses int6rets propres
dans le cadre de la politique generale de 1'Union
Frangaise.
< Sur le plan de la souverainet6 interne, la
France s'est declare prate a remettre au Gou-
vernement laotien tous les services administratifs
que celui-ci d6sirera gerer lui-m&me.
< Le Laos demand d'autre part 1'aide finan-
ciere et technique de la France afin qu'il lui soit
possible de d6velopper son economic en exploi-
tant ses richesses naturelles.
< Enfin, le Laos accordera toutes facilities de
circulation et d'6tablissetment aux Francait et aux
ressortissants de 1'Union Frangaise et il envisage
de passer avec les Etats associ6s voisins de l'In-
dochine des accords particuliers. >
Pour terminer, le prince Boun Oum a exprime
l'espoir devoir ce project adopt par les Gouver-
nements frangais et laotien, ce qui permettrait au
Roi de signer lui-meme l'accord avec le President
de la R6publique Frangaise, au course de son s6-
jour en France.

INFORMATIONS MILITAIRES
Dans la nuit du 28 au 29 avril, 300 partisans
du Viet-Minh ont r6ussi a p6n6trer dans la ville
de Quang Yen, chef-lieu de la province situ6e
entire Haiphong et Hongay.
Avant l'intervention des troupes frangaises, ils
ont mis a sac les bureaux des services officials
frangais et vietnamiens, notamment la d6elgation
frangaise des Travaux Publics et des Douanes.
Apres avoir d6truit les reserves de carburant et un
important materiel de travaux publics, ils ont
emporte un stock d'opium et la caisse des douanes.
Les troupes franchises ont reagi avec 6nergie et,
apres un violent combat, ont mis en fuite les agres-








seurs, qui ont laiss6 une vingtaine de morts sur
le terrain. Les pertes franchises sont 1lgeres :
trois partisans tonkinois ont edt tuds et on deplore
un petit nombre de bless6s.
* Un convoi parti de Langso.n a &td attaqu6, le
2 mai, par les rebelles, entire D6ng Khe et That
Khe, et a subi des pertes en personnel et en ma-
t&riel.
* Les troupes frainaises venant de Phu Tho onit
ddpass6 Phu Doan et atteint le 12 mai. Tuyen
Quang, dans la vall6e de la Riviere Claire, t 150
kilometres au Nord-Ouest de Hanoi.
Apres avoir bris6 la resistance rebelle et effec-
tud d'importantes destruction d'installations et de
ddp6ts de materiel et de munitions les forces fran-
caises sort entries A Tuyen Quang apres avoir
chass6 la garnison adverse. Au course de ces com-
bats, les rebelles ont eu une cinquantaine de tues
et abandonnd une quantity important d'armes et
de munitions.
Les operations de d6gagement dans la region
de Tuyen Quang se poursuivent toujours.
Les operations de destruction visant les organi-
sations de; rebelles situdes au Nord-Ouest de Viet
Tri, en course depuis la fin.du mois d'avril, se d6-
roulent favorablement. L'adversaire n'oppose pas
de resistance s6rieuse. Des fouilles syst6matiques
effectudes dans cette region ont amend la d&-
couverte et la destruction d'ateiliers ainsi que la
saisie d'un important materiel et d'armes.
Dans lie. secteur d'Hanoi, deux postes frangais
ont dtd attaquds par d'importants groups du Viet-
Minh appuyds par un tir d'artillerie.
Au course du mois pass, plusieurs operations
dirig6es dans la zone suburbaine d'Hanoi centre
les repairs du Viet-Minh ont amen6 la d6cou-
verte et la destruction de 19 souterrains, I'arres-
tation d'un cinquantaine d'individus appartenant
a des orga;nisations terrorists et la r6cup6ration
de nombreuses armes et munitions.
* A Haipliong, les services de la s6curit6 ont ap-
prdhendd, au course de la meme p6riode, 26 mem-
bres de groupements terrorists.
* En Annam, dans la region de Ninh Hoa, le 3
mai, une embuscade rebelle a pu 8tre dejoude.
L'ennemi a eu 35 tu6s.
* Dans le centre-Annam, dans la region de Quang
Tri, une colonne de rebelles a dt6 violemment at-
taqu6e le 15 mai par les forces frangaises et a
perdu 25 tuds et 12 prisonniers ; au course du
combat, d'autres ont tentd de fuir en traversant
une rivi&re, oi un grand nombre d'entre eux cou-
l&rent avec leurs armes.
* En Cochinchine, des 616ments du Viet-Minh
ont attaque, la nuit du 9 mai, un cantonnement
militaire dans la banlieue de Saigon-Cholon, le
long du canal de derivation. Au course de cette at-
taque il n'y a eu aucun bless ni tu6. Quelques
paillottes out et& incendides.


* Le train Bi&nhoa-Saigon a Wtd attaqu6 le 12
mai 2 kilom&tres de la gare de Dian, par une
bande de 200 rebelles qui se sont retires a l'arriv6e
des renforts frangais, laissant 3 morts sur le ter-
rain.
Une dizaine de voyageurs ont Wte tuds, 60
autres voyageurs et le personnel du train, tous
Vietnamiens, ont Wdt enlev6s. Ils ont Wtd relach6s
le 17 mai.
Le 14 mai, une operation combine s'est d,-
roul6e dans la region de Binh Hoa, a 20 kilom&-
tres a l'ouest de Auo Hoa, au course de laquelle
une important fabrique de mines, un P.C. re-
belle, et un camp militaire d'instruction, ont &t6
d6truits. Au course de cette operation, une bande
du Viet-Minh a 6td disperse, laissant sur le ter-
rain 88 tu6s. Les forces frangaises de leur c6t6,
n'ont subi aucune perte.
Un d6ld6gu6 viletnamien et son escorted, revenant
d'une tourn6e d'inspection, ont 6dt attaqu6s le 16
mai par des partisans du Viet-Minh. Le d6l1gu6,
trois instituteurs qui l'accompagnaient et sept
membres de l'escorte, tous Vietnamiens ont 6t6
tu6s.
Coincildant avec l'anniversaire d'H6 Chi Minh,
plusieurs actes de terrorism ont Wt6 commis, le
14 mai. Des grenades ont &t6 jet6es en diff6rents
points de la ville, faisant 22 bless6s don't 5 Euro-
peens. Les terrorists ont incendi6 30 pafllotes et
regu les pompiers a coups de fusils. Deux terro-
ristes ont dtd tuds au course de la riposte. Enfin,
dans la banlieue saigonnaise, 4 tanneries ont dt6
incendi6es ainsi qu'un hangar du bassin de radoub.
Un incendie allum6 par les rebelles a d6truit, au
course de la nuit du 22 mai, a Cholon, 800 paillo-
tes. Simultan6ment, les rebelles ont attaqu, un
poste voisin, de fagon i empecher toute interven-
tion.
Au Laos, prds de la frontiere chinoise, une ope-
ration a commence au milieu du mois de mai pour
d6gager le bassin du Muong Sing attaqud par des
bandes communists chinoises fortes de 300 hom-
mes venus de Birmanie. Des renforts envoys par
voie aerienne et voie terrestre les ont mises en
fuite.
Le colonel Taks, porte-parole du Comit6 central.
du maintien de 1'ordre siamois, a indiqud que des
rencontres fr6quentes entire troupes frangaises,
d'une part, et irr6guliers vietminh et laotiens,
d'autre part, ont souvent lieu pros de la frontiere
siamoise. Pour assurer l'ordre, et pr6venir les in-
cidents qui affecteraient les relations amicales du
Siam et de la France, les autoritds siamoises ont
donc ordo:nne ,de renforcer la surveillance de la
frontiere du M6kong. II a ajout6 que le gouverne-
ment siamois ordonne le d6sarmement et la sur-
veillance des Laotiens et des Annamites sur la
rive siamoise du M6kong.









AFRIQUE OCCIDENTALE FRAN(AISE


Soudan


PREMIERE
REUNION
DU COMITI
INTERNATIONAL
PROVISOIRE
DE PREVENTION
ACRIDIENNE


L a premiere reunion
de cet important
Comite a tenu
ses assises A Segou du o1 au 14 mai 1949.
Les D6elgues des trois nations participants
France, Belgique et Grande-Bretagne sont venus de
diff6rents points eloignes d'Europe et d'Afrique,
par voie aerienne.
Les representants des nations participants 6taient
les suivants :
Belgique : Lieutenant Colonel P.P.M. Offermann,
Conservateur de la Chasse et de la P&che au Congo
Belge, Delegue du Congo Belge et du Ruanda-
Urundi.
France : M. L. Blondeleau, Inspecteur General de
1'Agriculture en A.O.F., representant le Ministre de
la France d'Outre-Mer, chef de la delegation fran-
,aise. M. R. Clerin, lngenieur en chef des Services
de l'Agriculture, chef du Service de l'Agriculture du
'Soudan Frangais, de1lgue du Gouverneur General
*de I'A.O.F. M. P. Malzy, Maitre de Recherches des
laboratoires de l'Agriculture, chef du Service Anti-
acridien du Cameroun, del6gu6 du Cameroun.
'M. A. Mallamaire, Directeur des laboratoires de
I'Agriculture, chef pi. du Service de la Defense des
cultures au Ministire de la France d'Outre-Mer,
Conseiller technique. M. M. Roblot, Ingenieur des
Services de l'Agriculture, chef du Centre de Surveil-
lance de l'Aire-Gregarigine du Criquet migrateur
africain sur le Niger (Soudan Frangais), Conseiller
-technique.
Grande-Bretagne : M. H. A. Harding, Acting
Chief Secretary West Africain Council, delegue de
la Nigeria de la Gold-Coast, de Sierra-Leone et de
la Gambie, chef de la delegation. M. A. Pickles,
'Senior entomologist Nigeria, delegue de la Nigeria,
de la Gold-Coast, du Sierra-Leone et de la Gambie.
M. D. L. Blunt, CM.G. Former Director of Agri-
culture Kenya, delegue du Kenya, Ouganda et du
Territoire de Tanganyka. M. Mac Chlery, Central
African Scientific Liaison officer, London, delgu6
de la Rhodesie du Nord, de la Rhodesie du Sud et
du Nyassaland. M. Dr B. P. Uvarov, C.M.G. Direc-
teur de l'Anti-Locust Research Centre Londres, Con-
seiller technique. M. H. B. Johnston, Anti-Locust
Liaison Officer,. Conseiller technique.


Le Secretariat general du C.I.P.P.A.S. 6tant as-
sure par M. B. Zolotarevsky, Docteur de l'Univer-
sit6 de Paris, Directeur de l'Office National Anti-
acridien A Paris.
La seance inaugural de la conference eut lieu
le to mai dans la grande salle des conferences de
l'Office du Niger.
M. Accart, Commandant de Cercle de Segou a
regu, au nom du Gouverneur du Soudan, les d6l6-
gues qu'accompagnait M. Cordon, Secretaire G6n6-
ral de l'Office du Niger, delegue du Grand Conseil
de 1'A.O.F. M. Blondeleau, chef de la delegation
frangaise, a &ete lu president.
I1 a resume dans son allocution la march de la
cooperation international en matiire de lutte anti-
acridienne en Afrique.
L'Ing6nieur en chef Clerin, representant le Gou-
verneur General de I'A.O.F., a pr6sente le tableau
de la lutte antiacridienne en A.O.F.
Au course de seances, qui se sont derouldes les io,
ii, 12, 13 et 14 mai, les delegues, siegeant le matin
en reunion pl6niere et I'apres-midi en commission,
ont aborde l'etude et la discussion de tous les pro-
blimes important concernant le criquet migrateur
africain et sa surveillance permanent dans ses foyers
gregarigenes.
Le Secretaire general du Comite International pro-
visoire, M. Zolotarevsky, a fait ensuite l'historique
de l'organisation du Centre de Surveillance de l'Aire
Gregarigine du Criquet migrateur africain sur le
Niger, puis il a rendu compete du fonctionnement du
Comite executif provisoire au course de l'annee 1948
et a expose les r6sultats de la gestion financiere pour
I'exercice ecoule.
La conference a discut6 ensuite le programme de
fonctionnement en course, qui avait 6te elabore par
la conference de Paris de juillet 1948, et procede A
une revaluation du budget de fonctionnement ren-
due necessaire par les ajustements de solde du per-
sonnel et les augmentations de prix du materiel et
des transports.
La conference a ensuite discut6 et fixed le statut du
personnel, puis designed le Comite executif charge
d'assister le Secretaire general, en vue d'assurer le
fonctionnement permanent de l'organisme interna-
tional.
Enfin, il a ete delib6er sur le project de Convention
international fixant le statut definitif de l'organis-
me de cooperation international, lequel, apris etude
par des diplomats de chacun des trois pays partici-
pants, devra &tre signed et ratified.
Le chef du Centre de l'Aire Gregarigine du Cri-
quet migrateur africain sur le Niger, a fait un ex-
pose sur la lutte engagee au printemps 1949 sur les
foyers permanents.
Cette lutte a 6et conduite sur 40.000 hectares de
terrain oil 1.200. hectares d'essaims primaires de








Locustes ont 6t6 traits pour y d6truire les jeunes
larves de :et acridien dangereux. Des resultats re-
marquables ont 6et obtenus par des pulverisations
de liquid contenant 3 % de produit acricide dosant
25 % d'hexachlorocyclohexane.
Des essais de poudrage avec des poudreuses sp6-
cialement venues de Dakar vont etre effectues in-
cessammen I.
La procaine reunion du Comitd international
provisoire aura lieu en 1950 et se tiendra vraisem-
blablement au Congo Belge.


Guin6e

L'ICOLE D'AGRICULTURE DE TOLO

La Station agricole de Tolo a ete cr64e, en 1931,
sur un point de la haute vallee du Bafing, A 25 kms
de Mamou.
Situ6e A 800 metres d'altitude, au centre g6ogra-
phique du territoire, A la limited des zones fouta-
nienne et guin6enne, elle permet de montrer aux ele-
ves, des cultures de basse-c6te, de Haute-Guin6e et
meme de la forKt. Les agrumes se trouvent dans les
conditions optima de production, la culture bana-
nitre y est encore possible. Les cultures vivrieres peu-
vent, 6galement, y 6tre pratiquies. L'enseignement
pratique el: experimental complete, tres heureuse-
ment, l'enseignement theorique.
Le but de l'Ecole d'Agriculture de Tolo a e6t net-
tement d6fini par un arret6 organique paru au ddbut
de l'annee 1948. En trois annees d'6tudes, les jeunes
Africains titulaires du Certificat d'Etudes et ayant
subi, avec succis, les 6preuves d'un concours d'en-
tree, peuvent y acquerir les connaissances pratiques
et theoriques voulues pour s'etablir A leur compete
dans les propri&tis de leurs parents, devenir contre-
maitres dans les plantations europdennes ou afri-
caines, seconder les fonctionnaires europeens. du Ser-
vice de l'Agriculture.
Les meilleurs 616ments de 1'&cole ont, 6galement
la possibility. de complete leurs 6tudes agricoles par
un stage d'application et de specialisation dans les
Stations ou les Ecoles d'Agriculture de la M6tro-
pole.
L'enseignement est, A la fois, pratique et theori-
que ; une demi-journee en principle est reserve aux
travaux pratiques ; l'autre demi-journee aux etudes
th6oriques d'agriculture g6nerale et special.
L'entretien complete des lives (transport et habil-
lement compris) est A la charge du territoire.
Les jeunes gens n'ayant pas satisfait aux 6preuves
du concourse d'entrde, ou les jeunes paysans africains
d6sireux d'apprendre A mieux cultiver les propri6tes
de leurs parents, peuvent etre admis A Tolo en qua-
lit6 de stagiaires. En quelques mois, ils peuvent s'ini-
tier aux principles e16mentaires d'une agriculture


am6liorde et revenir chez eux, avec un pr6cieux
bagage de connaissances pratiques.

LA PRODUCTION DU BOIS D'CEUVRE

La situation, dans la production du bois d'euvre
en Guin6e, a s6rieusement 6volu6 depuis 1947. Le
nombre de pieds d'arbre, don't l'abattage a pu etre
contrl16 pendant l'annee, est, en effet, passe de i.ooo
A un peu plus de 2.ooo et on estime que la production
non contr8lee a dui suivre A peu pres la meme pro-
gression.
L'ann6e 1948 a vu s'accroitre sensiblement les
besoins du pays en bois d'oeuvre en raison de la mise
en route d'un tris grand nombre de travaux.
Comme les anndes pr6ecdentes, la production lo-
cale n'a pu couvrir les besoins. Si les importations
de bois d6bites de C8te d'Ivoire n'ont pu atteindre,
en raison de la difficult et de la cherte des trans-
ports, un cubage tres l6ev6, il a, par centre, 6t6 fait
appel, de plus en plus, aux resineux d'Europe.
Les coupeurs de Guinee, devant la rar6faction des
essences classiquement utilisees en bois d'ceuvre au-
tour des centres de consommation (Iroko, Caic6drats,
Linguds particulierement) se tournent de plus en
plus vers les essences de moindre interet, jusqu'A
maintenant laissees de c6t6.
A la fin de 1948, la situation 6tait en pleine 6vo-
lution : non seulement, la R6gie de Kissidougou
commencait A fournir un cubage interessant, mais
des particuliers s'interessaient A la question. Une
scierie A Ballay (Cercle de Mamou) s'est 6quipee
avec une alternative horizontal ; une autre scierie,
destine essentiellement A la caisserie, s'est monte
A Souguit6 (Cercle de Kindia). Un planteur de Fina-
moussaya envisage d'en monter une autre, ce qui
a motive une prospection precise par les soins du
cantonnement de Kouroussa. Dans la region de Kis-
sidougou va s'installer une autre scierie alternative.
La Station de Quinquina A Seredou (Cercle de Ma-
centa) don't les besoins sont important, va monter
aussi une scierie. Plusieurs installations sont A
l'6tude A N'Z6rekor6.

EQUIPMENT FLUVIAL

Le Territoire avait command, il y a quelque
temps, un certain nombre de pinasses destinees,
d'une part au port de Benty, et, d'autre part, aux
cercles de la c6te. Les premieres de ces pinasses vien-
nent d'arriver dans le port de Conakry.
11 s'agit de vedettes d'une dizaine de mitres de
long et A quille extremement reduite, pouvant se
poser facilement dans les fonds vaseux. Elles sont
pourvues d'un moteur de 35 CV permettant des
vitesses d'une dizaine de noeuds. Ces engines d'un
module tris 6prouv6 sont couramment utilises en
France dans les estuaires et dans les pays tropicaux,
pour la navigation sur les lagunes et les rivieres.









LIBERTY DU MARCH DE L'HUILE DE PALME

Un arr&t6 a ete sign qui rend libre, A computer du
i" mai 1948, la vente et la circulation de l'huile de
palme A l'interieur de la Guin6e Francaise.
Cette measure a pour but d'inciter les producteurs
a intensifier leur activity.
Cependant, etant donned qu'il s'agit, en l'occurrence
d'un produit de premiere necessity pour la popula-
tion guin6enne, I'administration a estim6 neces-
saire le maintien des declarations mensuelles des
stocks. Pour parer A toute tentative de speculation
et pour disposer d'un stock de .reserve, le Gouverneur
a d6cid6 de bloquer les stocks provenant des prece-
dentes recoltes. Ces stocks ne pourront etre livres a
ia consommation qu'aux prix anterieurement en vi-
gueur et sur bons de d6blocage delivres par le Bu-
reau economique.
Ils seront utilises comme masse de maceuvre afin
d'intervenir 6ventuellement sur le march libre pour
Aviter toute hausse exageree des prix et aussi pour
pallier le ralentissement des arrivages sur les places
de Conakry et de Kankan.

LA COMMERCIALIZATION
DES PRODUCTS DU TERRITOIRE

Le tableau ci-dessous donne le detail des products
.commercialises en Guinee Francaise en 1948 :
(en tonnes)
R iz ........................... 455
M iel ................. ......... 199
'Cire ........................ ..- 4
Essence d'orange ................ 11
Indigo .................. ...... 14
Huile de palme ................ I
Palm iste ....................... 33
M il ........................... 24
i M anioc ........................ 128

MANAGEMENT DU PORT DE BENTY

Les 6tudes pour l'amenagement du port de Benty
viennent d'etre confides A un bureau de specialistes
A Paris. Ces amenagements consisteraient en un m6le
d'accostage reuni au terre-plein actuel par une esta-
cade A claire voie. Le mble aura 75 metres de long
et 1 mitres de large.
L'estacade d'acces en b6ton arm6 aura 37 metres
de longueur et 8 mitres de larger.
On espire que le chantier pourra &tre ouvert vers
decembre 1949, ce qui permettrait d'achever les tra-
vaux en juin 1950.
En meme temps que cet aminagement au port,
administration pursuit l'6quipement du terre-plein
actuel qui dessert le wharf provisoire. Un hangar de
8oo metres carris va &tre construit, la plupart de ses


6elments sont deja a pied d'ceuvre. L'outillage de
manutention est 6galement command.
Enfin, le pilotage va &tre amiliore, la nouvelle
vedette Castelneau est actuellement a Conakry.
Les douanes s'appretent de leur c6te A s'installer
dans les bitiments en dur don't la construction est
pr6vue A Berika.

LE TRAFFIC DU PORT DE CONAKRY

Le traffic du port de Conakry pendant les quatre
premiers mois de 1949 marque une adtgmentation
tres sensible sur le traffic constat6 pendant la meme
periode en 1948, tant en ce qui concern les impor-
tations que les exportations.
Le montant des importations a ete de 48.104 ton-
nes contre 24.263 en 1946, soit sensiblement-le dou-
ble. L'augmentation porte surtout sur le ciment, le
sel et les engrais.
Le montant des exportations a ete de 37.941 ton-
nes centre 18.85 I en 1948, soit plus du double. L'aug-
mentation porte surtout sur les palmistes, les fruits
et le mineral de fer.
A noter l'exportation en avril de 4.200 tonnes de
mineral de fer de Conakry destinies A des essais a
l'6chelle industrielle en Angleterre. I1 est prevu d'ex-
porter au total 13.500 tonnes pour ces essais.
Le traffic passager,tout en restant modest, est 6ga-
lement en augmentation : 910 departs centre 603,
1.748 arrivees contre 1.126.
L'augmentation du tonnage debarqu6 et embar-
que a essentiellement int6resse la flotte frangaise.
Le tonnage frangais est pass de 94.402 a 230.439
et le tonnage stranger de 94.003 A 105.191 seulement.
L'augmentation du traffic est dfi A plusieurs cau-
ses : la premiere est le d6veloppement de la Guinee
qui s'equipe. Des causes accidentelles ont jou6 ega-
lement : l'afflux des importations a e6t cons6cutif
aux graves de fin 1948 qui ont immobilise les mar-
chandises dans les ports. La difference sur les ex-
portations est due A la faiblesse des chiffres du debut
de 1948 et A la grive du chemin de fer.

ORGANISATION
DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE
ACCELEREE

Le volume des constructions entreprises en Guinee
depuis un an a plus que quadruple, pour pallier la
grave penurie de main-d'oeuvre qualifiee sur les
chantiers guineens, la formation accel6ree de la
main-d'oeuvre du bAtiment a et6 organisee. La deci-
sion vient d'etre prise d'ouvrir, a partir du mois de
mai, A Conakry, dans la banlieue de Camayenne,
un premier chantier de formation accle1re qui en-
trainera un group de vingt apprentis sous la direc-
tion d'un sp6cialiste europeen, assist de deux mai-








tres masons. Ce chantier appliquera les methodes
mises au point en la matiere dans la M6tropole.
La creation de ce chantier n'est qu'une premiere
tape. Elle sera suivie d'ici trois mois par la realisa-
tion d'un centre plus important pour lequel un mo-
niteur special est attend.
Ces decisions ont 6et prises par la Commission de
la formation professionnelle de la Guinee, pr6sidde
par le Gouverneur.


Dahomey

REUNION
DU COMMISSAIRE DE LA REPUBLIQUE
DU TOGO, DES GOUVERNEURS DU NIGER
ET DU DAHOMEY

M. Cedile, Commissaire de la R6publique du
Togo et M. Colombani, Gouverneur du Niger, se
sont reunis, le 14 mai 1949, sur l'invitation du Gou-
verneur du Dahomey, M. Jacques Boissier, A Porto-
Novo.
D'importantes questions int'ressant les trois ter-
ritoires ont fait l'objet de longs et fructueux entre-
tiens entire Its trois Gouverneurs. Citons : 1'6vacua-
tion des products du Niger, les liaisons ferroviaires


et routieres, I'am6nagement de la route Lom6-Lagos,
1'6vacuation des products de la ligne ouest de Nati-
tingou.

LE PONT DE PADEDAROU

Le pont de Pad6darou, qui est l'oeuvre des Entre-
prises du Benin s'acheve. A 12 kilom&tres de Kandi,
ce pont permettra en toutes saisons le passage aux
plus lourds v6hicules sur la route intercoloniale de
Parakou A Kandi. 11 fft commence en mai 1948. Du
20 au 23 avril 1949, plus de 300 manoeuvres ont tra-
vaill6 sans arrkt, jour et nuit, au coulage de b6ton,
et plus de 60 tonnes de ciment ont 6t6 utilisees.

LE SCOUTISME :
< SAINT-GEORGES A PORTO-NOVO

Samedi 23 avril 1949, devant une nombreuse
assistance, s'est d6roul6, place Bayol, un feu de camp
organism par les Eclaireurs de France et les Eclai-
reurs unionistes de Porto-Novo, pour comm6morer
Saint Georges, patron de tous les Scouts du monde.
C'est la premiere fois qu'A Porto-Novo, toutes les
unites scouts ont c6lbre, ensemble, la Saint Geor-
ges, en communion de pens6e avec leurs freres scouts
de tous les pays du monde.









AFRIQUE AQUATORIALE FRANCAISE


LA SITUATION
DU CHEMIN
DE FER
CONGO-OCEAN


L E tonnage en
souffrance &
Pointe Noire,
qui 6tait de l'ordre
de 20.000 tonnes au
mois de mars 1948,
n'etait plus que de 7.000 tonnes au, mois de fvvrier
dernier. La cadence des arrivages maritimes conti-
nuant par le rail, s'etant durant cette pbriode main-
tenue A un chiffre constant, on remarque que le C.F.
C.O. a pu, sans arriver A resorber totalement le re-
liquat en souffrance, assurer un courant d'6vacua-
tion sup6rieur A la cadence des arrivages maritimes
l'int6ressant.
Depuis le mois de mars, la question s'est de nou-
veau aggravee, pour les motifs suivants :
Tout d'abord, les arrivages maritimes destines au
rail se sont sensiblement accrus et ont atteint, au
mois de janvier, un chiffre voisin de 8.000 tonnes,
tandis qu'un fl6chissement dans le tonnage monte
vers Brazzaville se manifestait.
D'autre part, des 6boulements s'etant products sur
la voie dans le Mayombe, A la fin du mois de mars,
le traffic fut interrompu pendant plusieurs jours.
A la fin du mois de mars, le probl&me se posa A
nouveau avec toute son acuite.
Si le C.F.C.O. pouvait se procurer du materiel
suppl6mentaire, la solution serait aisee.
Or, des locomotives et des wagons ont 6te com-
mand6s depuis de longs mois. Ce materiel, attend
cette annee, n'arrivera que I'an prochain, A une date
qui ne peut encore &tre pr6cisee.
II faut done qu'avec le materiel don't il dispose,
le C.F.C.O. arrive cofite que cofte A augmenter sa
capacity d'6vacuation.
Les measures suivantes sont en course d'ex6cution :
Io) En premier lieu est privue la r6organisation
de la Direction du Chemin de fer Congo-Ocean don't
le Directeur G6neral est M. Malacam.
2o) Recrutement d'un sp6cialiste de la traction et
de mecaniciens europ6ens pour accroitre le rende-
ment du C.F.C.O.
3) Pour augmenter le nombre des machines en
service et partant augmenter le volume des trans-
ports, acc616rer la remise en etat et la revision des
machines actuellement en reparation, recrutement


F6d6ration


en France d'une trentaine de sp6cialistes de quality,,
et la creation de primes de rendement.
4) Afin d'assurer I'entretien de la voie, creation
d'un bataillon de pionniers qui, recrutes parmi des
sp6cialistes de l'arm6e, lib6res ou susceptibles d'etre
d6gag6s des cadres, serait charge de reparer, d'entre-
tenir et d'ameliorer la voie.
Ces diff6rentes measures permettront au C.F.C.O.
d'accroitre le tonnage transport et d'accomplir in-
tegralement sa mission.
En ce qui concern la construction de la route
Brazzaville-Pointe-Noire, celle-ci est reconnue indis-
pensable.
Cependant, le Grand Conseil, apres la Conference
des Transports qui s'est tenue A Brazzaville du g1
au 22 juin dernier, en a repouss6 l'execution en
deuxieme urgence, voulant que les programmes des
Territoires du Nord soient tout d'abord mis A exd-
cution.
Afin de favoriser l'essor 6conomique de la Feddra-
tion, le Haut-Commissaire de la Republique en
A.E.F. vient de decider, apres avis favorable du Re-
seau, une reduction de 20 A 40 % des prix de trans-
port des marchandises.
Les reductions les plus importantes portent sur
les products d'&quipement et d'utilite social : mat6-
riaux de construction, hydrocarbures, products mi-
niers locaux, tissus, articles de manage, etc...


LA LUTTE CENTRE LE PALUDISME
PAR EPANDAGE AtRIEN
DE PRODUCTS INSECTICIDES

Des essais ont &et effectues les 3 et 6 mai 1949 au-
dessus de Brazzaville, afin de repandre des products
insecticides sur les marigots. Ces essais ont surtout
pour but d'6tudier A. combien s'il&ve la density lar-
vaire avant et aprbs l'6pandage. C'est a bord d'un
avion trimoteur Toucan de la base aerienne de Braz-
zaville que des essais ont eu lieu, tout d'abord sur le
marigot de l'aviation, et ensuite sur la rive frangaise
du Congo.
I1 est interessant de signaler que l'avion a Rt am6-
nag6 de la fagon suivante : un reservoir de 400 kgs
de poudre est muni d'une ouverture de command
et d'un tube Venturi de 150 millimitres. De la sorte,
24 A 25 kgs de poudre sont r6pandus A la minute A
20 mitres d'altitude. C'est-A-dire que, sur une sur-
face de terrain de 30 metres de large environ, 3 kms
de parcours A la minute sont atteints par la poudre-
insecticide. Cet 6pandage n'est nocif ni pour les gens,
ni pour la culture, ni pour le b6tai'l. I1 faut y voir








un des remn6des de 1'avenir au paludisme, qui exerce
tant de ravages.
Devant la reussite de cette technique, d'autres es-
sais A grand rendement vont ftre entrepris prochai-
nement A Pointe-Noire.

L'APPROVISIONNEMENT
DE POINTE-NOIRE ET DE BRAZZAVILLE
EN VIANDE FRAIGHE PAR VOIE AERIENNE

Au course de l'annee 1948, plus de 210 tonnes de
viande fraiche ont 6et importees, par voie aerienne,
du Tchad, de I'Oubangui et de l'Angola, pour le
.ravitaillement de Brazzaville et de Pointe-Noire. Les
transports ont 6td effectues dans d'excellentes con-
ditions, puisque 0,6 % seulement du tonnage trans-
.port6 a tdI declare impropre A la consommation.

M. MALONGA, SENATEUR DU MOYEN-CONGO,
SQUITTE LE R.D.A.

M. Malonga, senateur du Moyen-Congo, a donnr
sa d6mission de membre du Rassemblement Demo-
cratique Africain.
On se souvient que MM. Anghilley, s6nateur du
'Gabon, et Dadet, conseiller de l'Assemblee de
l'Union Frangaise pour le Moyen-Congo, avaient
pr6c6demment quitter le R.D.A.

L'INAUGURATION
DE LA MOSQUEE DE BRAZZAVILLE

Le yendredi 6 mai, la premiere mosquee de Braz-
zaville 6tait ouverte aux fiddles de la communaute
musulmane. Monsieur Cornut-Gentille, Haut-Com-
missaire cle la R6publique en A.E.F., parti en tour-
nee dans la Feddration, s'6tait fait representer par
Monsieur Verdier, directeur de son Cabinet.
Tous les hauts fonctionnaires du Gouvernement
.Gdnnral talentt presents.
De nombreux Musulmans du Congo Belge
avaient franchi le fleuve afin de venir assister A cette
ceremonie. La communautd de Brazzaville, Leopold-
ville et leurs faubourgs comprend plus de mille fa-
milies musulmanes. Environ vingt d'entre eux ont
accompli le pelerinage A La Mecque.


Moyen Congo

PRODUCTION FORESTIERE
DU MOYEN-CONGO

La production forestiere du Moyen-Congo a ete
plus 6levee, en 1948 qu'en 1947. Sur le march in-
terieur, ila demand reste tris forte en bois debites
Set supdrieure A la production :


La production a atteint 65.000 metres cubes de
grumes, don'tt :
53.000 pour la region de Pointe-Noire-Mayumbe-
Dolisie et 12.000 pour la region Sangha-Congo.
Les exportations ont porter sur :
16.800 m&tres cubes de grume et 5.735 metres cu-
bes de bois d6bites.
Se repartissant ainsi
Par Pointe-Noire :
4.945 mc. d'okoum6 en grume;
7.665 mc. de bois divers en grumes;
5.735 mc. de bois d6bit6s.
Par Mossaka A destination du' Congo Beige :
4.190 mc. de bois divers en grume.
Le port de Pointe-Noire a, d'autre part, transit
3.450 mc. de bois en grume en provenance du Ca-
binda.
La consommation interieure a ete de 17.500 mc.
de bois d6bit6s. Le .developpement des constructions
dans les centres urbains permet d'absorber une quan-
tit6 superieure de bois de charpente.
La production de bois de chauffage peut 6tre es-
timre A 350.000 stares, don't 150.000 pour les postes
A bois du Congo et de l'Oubangui.
La region du Mayumbe et Dolisie, oil sont ins-
tallees : i usine de deroulage et contreplaquage, 8
scieries (3 ou 4 projects sont de plus en course, reste
la plus active, 135.500 hectares y sont concedes en
permis d'exploitation forestiere.
La region Sangha-Congo, correspondent A la cu-
vette congolaise et A ses abords, nait A l'activit6 fo-
restiere : 22.400 ha. sont concedes A titre forestier :
A part un tris intdressant courant d'exploitation vers
le Congo Belge, elle alimente 2 scieries A Brazzaville,
ofu de plus 3 projects d'installations nouvelles sont
en course de rdalisation ou A l'etude.

LA PRODUCTION DE LA REGION DU POOL

La region du Pool, don't le chef-lieu est Brazza-
ville, est, sur le plan economique, la region la plus
favorisee du Moyen-Congo. Cette region est peu-
plie de 3.970 Europhens et 250.000 Africains.
Le bilan economique de l'ann6e 1948 est satisfai-
sant. La culture du manioc a nourri la population
autochtone et 3.408 tonnes ont tde commercialisdes.
Le commerce s'est porter acqu6reur de 4.372 tonnes
de palmistes, de 2.234 tonnes d'huile de palme, de
65 tonnes de fibres de Punga et de 35 tonnes de ta-
bac selectionne.
La region du Pool a 6galement produit 11 tonnes
de minerals de plomb et de zinc, 50 tonnes de bois
de chauffe, I tonne de bananes, i tonne 6galement
de mais. L'insuffisance des moyens de transport n'a
pas permis de transporter les 1.200 tonnes d'agrumes
en provenance du district de Boko. Une usine de
conserves s'est, depuis, installed A Matoumbou et
absorbera en 1949 la majeure parties de la produc-
tion.









TOGO


NOUVELLE
REOGLEMENTATION
DE L'IETAT CIVIL
INDIGENE


'ASSEMBLfE Re-
L prbsentative du
Togo a donn6
son avis favorable A un
arrte6 qui paraitra sous
peu au Journal Officiel
et qui apporte A 1a r6glementation de l'6tat civil des
personnel de statut indigene d'intressantes modifi-
cations.


Les declarations de naissances et de d6ces seront
desormais obligatoires dans le Centre d'etat civil de
la commune mixte de Lom6 et, dans le reste du
Territoire, dans des centres A cr6er sur la proposi-
tion des chefs de circonscription et don't le resort
sera, en principle, celui du canton et le cas 6cheant,
celui du village.
Ce sont les chefs de canton ou de village qui, as-
sistbs d'un secretaire, enregistreront les declarations.
Les agents de l'&tat civil indigene percevront de
administration, pour chaque acte inscrit, une in-
demnit6 ; ceci afin de les d6dommager de ce sur-
croit de travail et de les interesser A l'accroissement
du nombre des declarations qui, jusqu'A present, ne
coincidait qu'imparfaitement avec le movement
demographique reel.


CAMEROUN


SIONNEMENT
S DU TERRITOIRE
EN COTONNADES
S'AMFLIORE

SENDANT le premier
trimestre de 1949
le Cameroun a
imports 477 tonnes de
cotonnades, soit plus de
40 % des importations de l'annee prec6dente.
On se rappelle, en effet, qu'en 1948 le Cameroun,
don't les besoins sont certainement supirieurs A 2.000
tonnes, n'avait recu au total que 1.114 tonnes.
La situation s'am6liore done. Les perspectives
d'avenir sont 6galement encourageantes.
L'industrie textile franqaise est en progrbs.
La production risque meme de surpasser la de-
mande. Les prix peuvent ktre considers come sta-
bles ou l6girement orients vers la baisse.
Les attributions m6tropolitaines pour douze mois,
A cheval sur 1949-1950, s'61vent A 2.400 tonnes';
auxquelles s'ajouteront les contingents devolus au
Territoire au titre des accords commerciaux.
Cette abondance a permis de mettre fin A la r6gle-
mentation ancienne, souvent critique.
Le systeme des quotas et la fameuse distinction
des ant6rioritaires et non-anterioritaires est aban-
donnee.
La commercialization des 2.400 tonnes de coton-
nades metropolitaines est maintenant libre.


D6sormais, les importateurs ayant plac6 des com-
mandes dans la m6tropole pourront retire les
T.A.T.L. sur justification A la Federation Nationale
des Syndicats du Commerce Africain. Cet organisme
delivrera les titres jusqu'A 6puisement du contingent.
Ainsi en revient-on peu A peu aux usages com-
merciaux et aux facilities d'approvisionnement de
l'avant-guerre.


LES IMPORTATIONS AU CAMEROUN

io) Allocations en devises :
Un credit de 650.000 $ MC, utilisables en livres
sterling, est mis A la .disposition du Territoire au ti-
tre du 2' trimestre 1949.
Ce credit se repartit de la fagon suivante :
Hydrocarbures .................. 320.000 $ MC
Sacs de jute ..................... 75.000o
Cotonnades des Indes ............. i8o.ooo >
Divers et pieces de rechange ...... 75.000 >
Ce credit porte A 2.050.000 $ MC le montant en
livres sterling alloudes au Territoire au titre du pro-
gramme d'approvisionnement, pour 1949.
2) Le plan Marshall :
Ont 6t6 modifies, au, course de ce mois, les credits
suivants dans le cadre de I'E.R.P. :
Au titre de la 4 tranche :
35.000 $ pour des products chimiques, notamment
du Freon, gaz pour frigidaire.








Au titre de la 5' tranche :
30.ooo00 $ pour du carbon;
40.000 $ pour du paper Kraft et d'imprimerie;
40,000 $ de products sidirurgiques (t6les en parti-
culier) ;
35.000 $ de tabac;
g50.00oo $ de sacs de jute usages ;
35.000 $ de fibrociment ;
80.000 $ de pieces de rechange de v6hicules (pneu-
matiques et pieces d&tachees);
16o.ooo $ de tracteurs lourds.
D'autre part, les credits de 240.000 $ et de 755.000
dollars pour achats de locomotives et pieces de re-
change ont et6 annul6s. L'achat du materiel se fera
par l'intermndiaire des services m6tropolitains.

30) Accords commerciaux :
Au titre de l'accord commercial franco-suedois de
mars 1949, les contingents de marchandises suivants
ont 6t6 mis A la disposition du Territoire :


Lait en poudre (3 tonnes) ................
A llum ettes ...............................
Papier Kraft (300 tonnes) ................
journal (190 tonnes) ...............
Papiers (tels que paper sulfite, fins, simili sulfu-
risi, etc... et cartons divers) (50 tonnes} ....
Acier au carbone, outillage, construction et lames
de scies (10 tonnes) ....................
Fleurets de mine ........................
Outillages a main ........................
Lampes -A souder, lampes tempetes et pikes de
rechange ..............................
C outellerie ..............................
Rchauds et lampes a p6trole et piAces d6tach6es
Moteurs i combustion et moteurs marines ......
Pieces de rechange de moteurs a combustion'et
*de moteurs marines ......................
Armoires frigorifiques a p6trole ............
Machines-outils, y comprise machines a rectifier
sans centre ...........................
Machines a bois et pieces de rechange ........
Outillage preumatique ....................
Machines A ecrire .......................
M machines A calculer .......................
Caisses enregistreuses .. ...................
Roulements ia billes, A rouleaux et pieces d6tachies
Batteries d'accumulateurs automobiles de 6 a
12 volts ..............................


Couronnes
su6dolses

12.000
250.000
27f 'VrA


vront etre emises dans les conditions 'habituelles
avant cette derniere date.
Au titre de l'accord commercial franco-holelandais
actuellement en course, un contingent suppl6mentaire
de i.ooo hl. de biere a 6t6 accorded au Territoire. Ce
contingent devra etre r6alis6 avant le 31 juillet 1949,
date d'expiration de I'accord.


LE TRAFFIC AERIEN DU TERRITOIRE

Le Cameroun voit se d6velopper en ce moment
son traffic a6rien dans des proportions assez consi-
d6rables. Deux terrains participent A ce traffic :
Daoula, aerodrome accessible aux quadrimoteurs
maintenant frequent par des lignes 6trangeres et
frangaises internationales ; Yaound6 r6serve aux
lignes intdrieures ; Douala-Yaound6 est desservi
deux fois par semaine par Air-France.
Au course de l'annee 1948 le traffic civil frangais et
stranger avait 6t6 le suivant :


Nombre d'avions ......
Passagers .............
Fret (en kgs) ........


Douala Yaoundd Total

363 69 432
7.077 1.484 8.561
213.955 10.513 214.427


0U. Pendant le premier trirhestre de 1949, le traffic ci-
123.500 vil francais et stranger du seul terrain de Douala
a 6et le suivant : 125 avions, 2.959 passagers et
50.000 151.771 kgs de fret. Ces chiffres indiquent une aug-
mentation de plus du double du rythme de traffic
12.000 atteint l'an dernier.
15.000 Sur ce chiffre le traffic francais fut de 114 avions,
15.000 2.928 passagers et 148.441 kgs de fret.
La croissance du traffic est continue ainsi que
15.000 1'indique le tableau suivant sur le traffic du port
10.000 aerien de Douala :


45.000
75.000
Janvier .........
20.000 Fivrier .........
100.000 M ars ...........


50.000
50.000
50.000
40.000
25.000
10.000
15.000


10.000


Instruments chirurgicaux, medicaux et dentaires 10.000
Mat6riel mrcanique et electrique divers ...... 25.000
Divers g6n&ral ........................... 180.000

Cet accord arrivant A expiration le 31 octobre
1949, les licences aff&rentes A ces marchandises de-


Nombre
d'avions


Passagers


47 879
66 I.o61
78 1.262


Fret
(kgs)

41.823
52.146
69.472


Douala, devenu aerodrome de classes internatio-
nale, procede A l'aminagement des abords du ter-
rain. Le nouveau batiment d'escale sera prochaine-
ment inaugur6 et d'importants travaux de balisage
sont en course.
La Soci6et Air-France pursuit la mise au point
de ses installations A Batouri afin de permettre I'ou-
verture de la ligne Douala-Bangui via Yaounde,
Batouri et Berberati.
Enfin des projects sont A l'6tude en vue de l'ouver-
ture d'une ligne Douala-Fort-Lamy par la S.T.O.C.
(Societ6 des Transports Oubangui-Cameroun). Un
bureau de 1'aviation civil et commercial vient
d'etre cr66 au mois d'avril. II procede, en liaison
avec les TravauX Publics, A la mise au point des
a6rodromes d'usage local.


A









NOUVELLE CALRDONIE


LES TRAVAUX
DE LA COMMISSION
DU PACIFIQUEJSUD

AA Commission du
Pacifique Sud a
ouvert le 7 mai
A Noum6a. Les repr6-
sentants de la France,
de l'Australie, de la
Hollande, de la Nou-


velle-Z6lande, du Royaume-Uni et des Etats-Unis.
participaient aux travaux.
L'ordre du jour de la Commission comprenait
1'6lection d'un membre permanent pour le d6velop-
pement social de ces regions, la discussion du budget
suppl6mentaire et, entire autres, l'etablissement de
sites A bAtir A Noum6a.
La Commission du Pacifique-Sud a tenu ses deux
premieres sessions en 1948, a Sydney.


COTE FIANI

OUVERTURE
DE LA PREMIERE
SESSION ORDINAIRE
DU CONSEIL
REPRESENTATIF

la seance d'ouver-
ture de la pre-
mitre session or-
dinaire du Conseil Re-
pr6sentatif de la C6te
Frangaise des Somalis, qui s'est tenue le 30 avril, le
Gouverneur Siriex a dress le bilan des r6percus-
sions de la riforme douaniere et de l'institution du
franc de Djibouti sur l'economie du Territoire :
Port franc depuis le i" janvier de cette. annee,
Djibouti a enregistr6 au course du premier trimestre
de 1949 une activity sensiblement accrue comparati-
vement A la p6riode correspondante de 1948. 171
navires y ont fait escale au lieu de 123 et le tonnage
total des marchandises manipulees est pass de
89.999 tonnes 124.00ooo tonnes.
L'ach&vement des gros travaux du port en 1950,
conjointement avec la modernisation de son 6qui-
pement, permettra A Djibouti de faire face A l'aug-
mentation prevue du traffic commercial.
Dot6e depuis le 20 mars d'une monnaie forte li-
brement convertible, la C6te Francaise des Somalis
est actuellement en pleine p6riode d'adaptation A de
nouvelles conditions 6conomiques, sur lesquelles il
est encore impossible de se prononcer avec exacti-
tude.
La nouvelle parity du dollar americain 214 fr.
- avait fait craindre une hausse g6n6rale des prix
de l'ordre de 35 %. Mais, le retour A la liberty des
operations commercials, la faculty d'acheter au
meilleur prix sur tous les frarch6s du monde et la


baisse g6n6rale des marchandises, ont permis de
maintenir A moins de 15 % la hausse moyenne.
Une inflation des prix, a conclu le Gouverneur
Siriex, sous le signe de la monnaie forte quest le
franc de Djibouti, condamnerait sans remission l'ex-
perience en course. Sans activity du port, sans accrois-
sement de l'activiti commercial, nous ne jouerions
guere autre chose ici que le r6le de portiers indolents
sans, par ailleurs, remplir la mission que l'histoire et
la geographic assignment d la France dans ce coin
d'Afrique Orientale.

LES RELATIONS FINANCIERES
AVEC LA COTE FRANCAISE DES SOMALIS

Un avis de l'Office des Changes a pour objet de
faire connaitre le regime des sommes d6tenues en
zone < franc > par des personnel r6sidant en C6te
Francaise des Somalis. Ces sommes devront etre ins-
crites, par les intermidiaires, au credit des comptes
dinommes < Comptes speciaux Djibouti >. En au-
cun cas, elles ne pourront etre porties au credit de
comptes < francs libres >.
.L'avis definit le fonctionnement des < Comptes
sp6ciaux Djibouti >. II precise que les disponibilites
de ces comptes seront convertibles de plein droit en
francs de Djibouti aupris du fonds de Stabilisatiorr
des Changes, sur la base du course du franc c.f.a.
Enfin, constatant que certain importateurs de la
C6te Francaise des Somalis ont transf6re, dans la
< zone franc >, des fonds au titre d'avance sur com-
mande avant le 20 mars 1949, l'avis invite les four-
nisseurs francais A d6clarer, A l'Office des Changes,
dans le delai d'un mois, les fonds de cette origin
qu'ils d6tiennent en vue de I'apurement ulterieur des
exportations qui seront r6alisees en execution de ces
commander.









ETABLISSEMENTS DE L'INDE


L'ORGANISATION
-DU REFERENDUM
^ i DE CHANDERNAGOR

SNE loi publiee, au
journal Officiel
du 27 mai, auto-
-. '- rise le Gouvernement A
organiser un referen-
dum A Chandernagor;
les principles dispositions en sont les suivantes :
Le Gouvernement est autorise a organiser, par
decret du President du Conseil des Ministres, con-
formement A sa declaration du 8 juin 1948 devant
I'Assemblie Nationale, un referendum dans la ville
libre de Chandernagor ;
Les d6penses aff6rentes au deplacement des
observateurs neutres et A leur sejour dans la ville
libre de Chandernagor seront imputes au chapitre
315 du Budget des Affaires 6trangeres pour l'exer-
cice 1949 : < Missions Participation aux conf6-
rences internationales >>.
Le Journal Officiel public, egalement, un d6cret
de meme date portant organisation du referendum
. Chandernagor.
Ce decrel: porte que < afin de proc6der au refe-
rendum prevu par la declaration du 8 juin 1948, le


college electoral de Chandernagor sera convoque
par d6cret A la date fixee par l'Assemblee municipal
de la ville libre.
Sont appelees A participer au referendum les per-
sonnes inscrites sur les dernieres listes electorales de
la ville libre arr&t6es dans I'annee du referendum.
Une seule question sera posse : < Approuvez-vous
le maintien de la ville libre de Chandernagor au sein
de 1'Union Francaise ? >.
Un observateur non citoyen de l'Union Francaise
et non ressortissant de 1'Union Indienne d6sign6 par
le Vice-President de la Cour Internationale de Jus-
tice, sera invite, par le Gouvernement de la R6pu-
blique frangaise, A assister A la preparation et aux
operations du referendum du jour de 1'ouverture de
la p6riode electorale jusqu'A la proclamation des
r6sultats.
En vue de s'assurer de la r6gularit6 des operations,
il pourra :
se deplacer librement dans toute 1'etendue de
la ville libre ;
assister au d6roulement de toutes les opera-
tions, y compris les operations contentieuses
obtenir communication de toutes les listes ou
documents se rapportant A ces operations.
La date de convocation du college electoral est
fix6e au 19 juin.






















REVUE DE PRESS


Nous rappelons que la revue de press publide au present bulletin est purement objective. Elle n'implique
Avidemment aucune, adhesion du Ministere de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimtes dans les articles
reproduits d titre information.




PRESS MtTROPOLITAINE


INDOCH LNE

Depuis le retour de S. M. Bao Dai au Viet-Nam.
la question qui se pose est de savoir comment pou -
rait etre risolu le probleme vietnamien. A ce sujet,
Indoclim du 7 mai, sous le titre < Les conditions
necessaires et suffisantes >, entreprend de rechercher
les < measures efficaces >. Ces measures sont au nom-
bre de trois : d'abord la constitution d'un gouverne-
ment central vietnamien qui sera une equipe homo-
gene d'hommes reprisentatifs, ensuite le transfer de
la souverainetd, et enfin, la pacification.
Ce diernier tenmnle .de la question vaut qu'on s'y
attardie, dit ce journal. Est-il, emn effiet, possible
d'alboutir A une pacification rieille sans avoir obtenu
la disparition ,du Viet-Milnh ? Evidlemment non. Et
comment atteindre ciet objectif ? Par dies voices na-
tionailes. (Cela veut 'dire qu'ill ne pourra 1'Ptre que par
J'action ,d'un gouverneinment central vietnaamien fort,
anergiique, iuftlhodilque et piers&rvrant, jouissant au
surplus d'un veritable prestige national.
Mais il y a autre chose, iet ichos e plus .dlicate.
Elle se site sir le plan dies relations franco-vietna-
miennes. Car un gouwvernieamrant runissant meme tou-
tes ces qualiits risquerait ide ne pouvvoir ( nendre >>
ce qu'on en le'spre s'il n:6tait en parfaite entente
arvac lies autorit&s frangaiseis. Entente indisplensablle,
tant sur le plan civil (pour que la passation des pou-
voirs 'et la creation 'd'une structure nouvelle de
I'Etat vietnamiren s'opere sansi lheurt) que sur le plan
militaire '(afin que l'allianoei dans lies operations
coommunes contre le Vilet-Minh soit bien conque, cha-
icun des deux allies !se partageant la tache et op.b-
rant idans des secteuirs diff6nents).
La n6ussite Id'un tel pnogramme pleut 6tre hardi-
anent escompt6e si le tact, l'iintefligence, I'esprit de
.d6ision de ses ex6cutants (nous uettrons leur bonne


foi hours de cause) en 6cartent la seule menace pr6-
visible qui .est celle du d6sordnei dans la conception
et application ides measures A prendine. Ce dBsordre
8rsulterait fatalemient d'un mianque de conflanaee r6-
cipiroque eintre Frangais et Viletnami'ens.
!Sur ce premier point, nous avons tout lieu d'es-
p6err 'que F'autorit6 de lilempereur agira puissam-
meat pour l'etafblissement d'une Idoctrine, la mise
en oeuvre 'd'une tactiique unique.
Quant au manque dei confilance, qu'il est permits.
.de redouter, entire les. autorit6s frangaises et vietna-
miennes, vo.Hl qu'i im6rite .dle, nous inspire quelque
souici. Faut-il, en effect, l'imarginer commie le rsult.at
possible d'une m'&fi'anacer des ,deux Etats associs qui
se prlteraient deis arrii6e-pensaes ricipro.ques ?
Question plus subtle : cei manque de confiance peut,
un jour proclhain, prove'nir tout simplement *du faith
que les autorit6s franiaisieis estimneront Ique l'oeuvre,
I'activit6 du gourverniement vietnamien ne sont pas:
assez effioaces. Elles seratent .alors tent6es de ralen-
tir eeneu propre marchle. Ce qui serait aussit6t remar-
qu6 par lie's Vietnaimiens, et risquerait ,de les ddcou-
rager. Les deux associ'6s en vilendraient ainsi A se
paralyser mutuell~ement.
Ce qui import.el donc, pour que 'ceuvre A accom-
plir ne stagne pas, c'est qu'elle marque chalque jour
des points acquis.' Le succis nourrira l.e suc.ces, et,
apirbs un depart assez Ient, association France-
Viet-Nam, tell quea la difinit 1'aacord du 8 mars,
sera aniime d'un Blan croissant.

Ce succds apparait depuis le retour de 1'Empereur
Bao Dal, il se note dans la situation gindrale au
Viet-Nam, que rapporte Lucien Bodard dans France-
Illustration du 21 mai. On pense gineralement que
le succts depend de la pacification. A ce sujet le jour-
naliste dit :









Bao Dai espere surtout len la r6oupration des
nationalists, Iquitte lensuite A 'entreprendre une lutte
decisivee centre les elements rifractaires du Viet-Minh.
I1 est probable ique cette tAche de ralliement sera con-
sid6rablement facilities par les nouvelles prerogatives
internationiles du Viet-Nam : 'effet sera certainement
coinsid6drable quand celudi-ci sera .neiconnu par l'es
Grands Etals mondiaux. Dians quelques. mois, s'ouvri-
ront les Iprie-mires. l6gations on ambassades auprbs de
la icapitale du Viet-Nam, dans quelques mois Bao Da'i
enverra ses premi ries missions diplomatiquies 11
en est pr'vu trois dans lies accords du 8 mars mais
des missions de < igood-will > front connaitre' le
oauvel Etat .dans les anutrles pays.
En conclusion de son article, M. Lucien Bodard
dit qu'il << faudra encore bien des efforts avant que
le Viet-Namr soit pacific et prospire, mais le retour
de Bao Dai permet d'entrevoir la fin de l'impasse >>.
Sortir de l'impasse, M. Henry Binazet y croit :
il y croit d'autant plus que l'action militaire va etre
,accentuee. Dans l'Aurore du 14 mai, a l'occasion du
depart pour l'Indochine du gindral Revers, il recom-
mande que nous gardions les atouts militaires en
Indochine.
I serait abusif de suspspecter la sinic6rita de Bao
Dai, common celle id'ei ses sujets quit lombiattent pr6-
sentement c6te de nos soldats, dit-il ; mnais 1'6vo-
lution dies gguerres civiTes. oifnei souvent des exlemn-
ples d'incoastance, en Asie surtout De mme, que
les gens du Viet-Mainkh peu e.nt se rallier A Bao Diai,
la dilfection dies loyalfstes en faveur die H6 'Ohi Minh
n'est point A ex~clrne. La prudence io.mmannde done
de conserver lies principaux atouts militaires en nos.
propres mains. Gardoin's-nous de l'oubliier A I'heure
ofl nos res[rponsables vont renforcer le corps lexp&-
ditionnaire, que ses tropa modestes moylensi exposent
.aux piTes d6boires.

Plus loin, le journalist ajoute
Le enforcement du corps ilexpBditionnaire au
moyen d'6lemenets blancs pleu nolmbreux dui rest :
30.00,0 hornets suffiraienti- le voici idemand6 par
Oles six d6put6s, de nuances politiiques diverse, qui
viennent d'effectuer mnie toiurn6e d'inspecition 'T-bas.
Enqute par extraordinaire utile et judicieiusie. Sans
doute leur conclusion doit dAeplaire ,aux famnilles de
nos jieunes soldats. Mais ill n'existe pWasi d'autre issue.
Se tirer d':a ffaire tein .6vacuant purremient et simple-
moent ie pals, ic'est. 1 Paul Bastid 1'a niontrA -
chose irr6alis'able, 'ne sierait-ce quse faute de navires.
Notre devoir ? Nie l6sinier ni sur lies effectifs de lia
relive ni su r les enivois de mnatiriel neuf. iCe qui limi-
terait beaucoup les pertes.

Cette idde est aussi celle de M. Jean Benedetti qui,
dans l'Aube du mime jour, toujours a l'occasion de
1'inspection du gindral Revers, icrit :
Les experiences. de pacification tent6es dans les
diverse regions d'Indochine sont assez nombre'uses
polr qu'il soit possible ide les julger en les rappro-
-chant et en lesi comparant... Les l'e~ons. tires de ces
diverse e-xprisenices ne sont pas perdues, on le
penae bien ; lelles serviront A mileux 'ass'eoir l'oeivre


de pacification qu'il s'agit die poursuivre et A lia-
quelle aspire profond6mient Ia population... Sur le
plan civil, i;l convent, au moment ol le Viet-Nalm
apquieirt son unit, et son ind6pendlancie, dans le ca-
dre de 1'Union Francaise, ide trouvier un, point d'6qui-
libre entire le contr6le et la dcdeentralisation, en se
d6cidant une fois pour toutes a all6ger l- apparell
administratif frangais.
Mais il ,est avant tout n6cessaire.' set ce sera
la conclusion dd cette rapid tude que r6gne
lA-bas l'unit6 dde vues et de decisions. Piersonrie,
semble-t-il, ni'est plus qualiifi6 quie lie Haut-Comlmis-
saire pour erxercer cette autorit. Surtout lorsqu'il
dispose dans son jeu, oomae 'c'est lie ias de M. LUon
Pilgnon, des atouts que .ssont unie loyaut& unanimle-
ment reconnue par les Vietnamiens et de gnandes
quality dde nagociateur.
La situation militaire est vraiment la question qui
retient le plus l'attention de la press durant cette
periode. Dans l'Epoque du 12 mai, M. Freddric
Vauthier ecrit :
Le fait marquant de I'l,6vollution ipolitique et mi-
litaire len Extr&me-Orient idepuis deeux nois, est Ie
bouleversement survenu en Chiine. Ds maintenant,
des forces sous contr'ie' communist stationnent aux
coinfns tonkinois. Et, du train don't vont lies choses,
larrirv6e ddu gros ides trroupies .de Mao Ts6 Tounlg
peut 8tre tenue pour procihaine. Cette situation ex-
pilique la rage accrue dies comlmuinistes de France A
reclamer une politiqula de dimisasion, e'est-A-dire
'oauverture des frontieres de 1'Indoch'ine au b.olche-
visme.
Mais .elle r;agit autrement sur les masses vietna-
aniennes. Cielles-ici niet peuvent se leotarrer saur la va-
leur d'une inid6pen'dance' ,qui 'alboutirait A les mettre
A la discretion du puissant voiisin don't lies dO'borde-
ments ont toujours,, au' corsdes esicies, entr'ain leur
asservissemnent. Et 1la liaison publiique ;talblie entire
H 6 Clhi Minih et les nouveaux maitres de la Chine,
n'lest point de nature A reddo.ner son aurbole de lib'b-
rateur.
Le danger apporte done A Bao Daii l'occasilon fra-
gile d'un bon id6marraigei et beauooup de ceux qui
pouvaient, ihier encore, liui reproicher ide demnleurer
< dlans lie, cadre >> de I'Uniioin Franaise, se rAjoui-
ront denmain quell ce cadre su'bsistie comame garantie
des libertls publiiques reconnues aux 3 Ky. Encore
,faut-il ique la iFrance ellie-mmime, reoonnaisse que. le
niaitien d ce lien lui apporte, a cBti& de droits ao-
raux et mnatlriels certain, des diervoirs imp6rieul -
si imperieux men^e qu'il lJui est permis de penser
et ide dire qu'ielle ne .doit pas nrester sieule A en pdrter
tout le poids a, conclut F. Vauthier.


QUESTIONS DIVERSE

Le voyage du Ministre de la France d'Outre-Mer
a Madagascar

L'Aube, sous le titre e Madagascar a'riservi un
emouvant accueil au Ministre de la France d'Outre-
Mer >, icrit :









. On pouvait se demander quell acoueil spontal6 la
population mal.gacihe a peine premise 'des profondes
secou'sses moralles et mat 6riellies .dues A la ra billion,
iferait au repr6Asentant diei Ja France... Toutes les in-
formations ,qui nous sont .parvenues .cet 6gard
sont concordantes. A Tananarive, .on signalait la
presence de 215.000 Maligaidhes, venus., parifois, de, fort
loin. Pas ide manifestation d'un enthousiasmite
bruyant, de chants, de ,danses : elles ne sont pas ici
dans le icaractbre indigne. Mais des visages outverts,
souriants, pleins die conlfiance let de sympattiieu.
II apparait que a Inmasse se, pr6&occuple pen du
sort qui sera r6serv& aux rebels, qui ne repr6sen-
taient, dansi la iplupart ides nr6gions, qui'nine faibile mi-
'norit6. Lorsque le's id6ciisionsi ide la justice s'aiccom-
pliront, elles ne so'uleveront aucun remous. La fer-
mete et 1'activit A 'du Haut-iCominmissaire iet de ses
services ont reidressie totalemnent la situation, acq(uis
1'estime des, Eu'roip6ens et le respect des alutochtonies.

(<( L'Aube ., 9 mai).


March6s Coloniaux, de son cdtd, public une inter-
view exclusive que lui a accordie M. Coste-Floret,
Ministre de la France- d'Outre-Mer, a la suite de son
voyage a Madagascar et en Cbte Frangaise des So-
malis.
Au sujet de la riforme monitaire et de la creation
du port franc en C6te des Somalis, M. Coste-Floret
a declared :

J'ai pu constater sur placed que dans tons les
milieux, la prolfonde reform que nous avons id6cid6e
pour Djibouti avieic l'ounverture d'iun port franc et
'la oration 'd'une monnaie spAciale avait W6t trls bien
acicueillie.
iSi nous voulons utilisier an m~ieux les advantages
des diffi6rents' territoires dei iUnion Fr:angaise, il
nous faut troluver A chacuin lies conditions ipropres A
leur essor. C'est sous cet angle iquont *&td prises les
decisions ddu debut de 'annie ; id'oresi iet d6j' iles
resultats en sont satisfaisants ; si lie' coft 'de la viee
a auigmentet co.mpne suite A lla*dv.aluation, il rest
dans les limits raisionnalbles.
No.ns aivons vu un certain nomntbre, dies projects sur
place. Addacition d'eau, electrificationn, amn6nagement
du point, montrent que l'adlministriation est d6cidbe
A faire J'effort piulbile necessaire pour asseoir Dji-
bouti dans ses fonactions .de lieu ide transit let d'es-
cale. II faut que lies partiiculiers entrieprennent un
effort parallel pour 'quie Djibouti dervienne d6sor-
mais le grand centrei commercial et industrial et le
p6le d'attra'ction die cette region id'Afrique.

Interroge sur la question du franc C.F.A. i Mada-
gascar, le Ministre a ripondu notamment :
LLes Chamibres ide (Conmmerce m'ont dit quiOlles
6taient unanimes A deianianderr le maintien ide, la par-
the actuelle du franc C.F.A. iet am'iont .diclarn6 qu'un'e
assurance slur ce, point serait necessiaire.
Je niai pu ique repondre criombien j'6tais 6tonn6
qu'uine tell, .question mue soit pose. I-.y a quielques.


semaines j'ai fait des declarations officielles au norn
du Gouvierneanent a la tribune du Panlement.
Je ni p'eux done. que renouveler cette assurance.
Mais ainsi que jie l'ai soulignb A Tananariive, je ne
counprends pas qu'aprs .de tellies declarations offi-
cielles .on vienne reparler die c!es questions. Tonus les
milieux financiers et 6conomiqqueis, qui sont :au fait,
des questions coloniales, sont d'accord pour relcon-
naitre que riien ne justifi'erait qine modification de la
parity.
Dans ces conditions, on ne voit pas pourquoi
on reparle die ce proiblme; mieux vaut pour la d6-
fense des monnaies coloni.ales ne pas reposer un pro-
blmie r6s'olu.
J'ai dit que j'engagerai ma responsabilit6 sur la
question du franc C.F.A. Les tcirconstancies n'ont pas.
change. Je m'en ties A ces d6cilarations que je
rdithre.
(< Maroh6s Coloniaux l 21 mai).


La question des investissements strangers
en Afrique Frangaise

L'Echo de la Finance public la riponse suivante"
faite par le Ministre de la France d'Outre-Mer, h une
question pose par un, parlementaire demandant
s'il existait des accords pour une participation ico-
nomique franco-americaine en A.O.F. :

II n'existe pas id'accords iconiom:iques ifranco-am6-
ricains visant l'Mfriique' Occideintalle Frangaise. Des
int6irts prim s aamn rioains se siont oriient6s vers la
0ote IOicidentale d'Afrique, ma'is rien de concrete
n'West encore rAsullt -des di6narcheso entrieprises.
D',nne manibre g6n6ralie, il'attnention portee l'Afriqu'e
pair les capitaux aml6riicains est ant6rieure A Ia d6--
claration du Pr6sident Truman et lelle se situe sur
un plan 'entieremlent privk.
Les investissemients strangers en Afrilque sont sui-
vis die trbs prbs par les dipartements de la France
d'OutreHMier et dies Finances. Des instructions fer-
maes et prAcises ont 6t6 aidr'essaes aux chefs deo f1dB6-
rations et ide, territoines qui les invitent A saisir sans
d6lai le d6part'emient de toute proposition d'inies-
tissement. L'autorisation iminist6rielle expressed. doit
itre, recueillie par les Territoiries d'Outre-Mer pi6a-
.abllieennt A l1a conclusion d"un accord quelconqune.
Par ail'leurs, le d6partement a saisi la B:anque In-
ternationale de Reconstruction de projects sp6cifi-
ques que cet organisime pourrait Atrie A maine. die
finanoer. La Banque coinsentirait ides prlts destines
A finance l'aichat ide materiel let ne prendrait pas de'
participation dans. les affaires qui lui sont soumisies.
La presence, dans Ie conseil administration de la
B.I.R. d'un repr6sentant de la, France assure :a sau-
vegarde des intirsts ligitimes frangais. En cee qui
concern le quatri a e point Truman, qu'il s'.agisse
,de interventionn de caipitaux prirv6s amenricains oi
doe f'applpication aux, Territoires d'Outre-lMe du pro-
gramme od':assistance technique, aurcun engagement
n'a W6t pris A l'igard dies Etats-Unis.
(c L'Eoho de la Finance -, 13 mai).









Les exportations de la France
vers ses Territoires d'Outre-Mer

La Semaine Economique et Financiere soulignant
.que <~ la France n'a jamais tant expidid vers ses
Territoires d'Outre-Mer >, dcrit :
Cette evolution est pleinement significative, lelle
implique un resserrement d:esi liens die, i'Union Fran-
9aise : la MNAtropole apres avoir raniamn son Bcono-,
mie s'efforce: d'ram6liorer les conditions de vie dians
ses territories et de les miettre ten valeurs, dians Pin-
t6ret die, la coinmuniaute.
II ne saurait tolutefois &tre question ide constituer
un ensemble autarciique : l'Emipire Francais man-
4quie en effie: d'homnoigin,&iit6, iT n'a pa.s .a icharpeinte
maritime de l'Emipiine, Britannilque,, pas plus -qu'il ne
possede d'ossature continental. D'autre part et sur-
tout, nous retournons is~algr6 les 6ecueils et quelque-
fois les apparences tromipeiuses viers 1eis Achan.ges
international ax.
( La Semaine Economique et Financibre ), 20 mai).


Les chemins de fer ,de la France d'Outre-Mer

.March6s Coloniaux a public un. numero special
.consacre auxc chemins de fer de la France d'Outre-
Mer auquel ont collabore de nombreux technicians
du Ministtre de la France d'Outre-Mer.
Il comporte les rubriques suivantes :
l'organisation des chemins de fer de la France
d'Outre-Mer ;
les tapes de la construction des rdseaux et les
projects de modernisation ;
la modernisation du materiel ,
-- le rs,eaux de la France d'Outre-Mer : Dakar-
Niger, Conakry-Niger, Cote d'Ivoire, Benin-Niger,
Togo, Cameroun, Congo-Ocian, Madagascar, Indo-
chine.
Le cadre restreint de note bulletin ne nous permet
pas d'analyser comme elle le mirite cette documen-
tation remarquable don't la lecture s'impose a tous
ceux qui s'initeressent aux chemins de fer des Terri-
toires relevant du Ministire de la France d'Outre-
Mer.
( March6a Coloniaux ), 14 mai).


Le scoutisme dans l'Ufiion Frafinaise

L'Aube consacre un article au diveloppement du
scoutisme dans les Territoires franCais d'Outre-Mer.
M. Ren6 Aliquier, Conmiissaine id''Outre-Mer des
Scouts die France Acrit le journal a r6uni la
press dans le cadre idu < Matho-Cllub a), ruel Cau-
martini, pour lui texpioser l'tat actu'eil des realisa-
ti.ons et des projects du iooanimissaariat don't il a la
direction, depuis sa creation, en 11947, Les Scouts


de France entreprennent une oeuvre die grande enver-
gure let id'une immense port6e dans les Territoires de
1'Unio n Francaise.
Cette .oeluvr'e, quelq'ures chiffres traduisent son
stade present et les rnasulltats lappr6lciables qu'elie a
dji donnAs. Ge, sont, ein A.O.F. et len A,E.F., 2.800
Scouts, rprartis en noimibireruses unites ; A Madagas-
,car, 11.100 ; 1.700, aux Antiblles, en iGuyane et A la RR-u-
nion ; 500 ien Nouvellie-Cal,~idonie, a Saint-Pierre-et-
Miquelon let aux Indes ; plusieurs centaines en Indo-
' line, sans parleir de 8.10100 ,gargons et fillies qui, pra-
tiquent le, scoutisme en Afrgquie ,du iNorid mais ne
relevient pas du conlmiissaria!.
Parmi ices 8.1000 scouts nordaif.riicainis, 5.00 Musul-
mans troutvent, au sein de il'Assoc.iaion dues scouts
catholiques, la mxethodiei qui correspond, lie' mieux a
leurs aspirations spirititelles, tout en respecltant leur
albsolue liblert6.
Mais le ,coma issariat dies Scouts d'Outre-Miemr vou
drait fire. plus et mieux : aui ;:dvelopipement pollitique
let 6conomiique des Territo'ires .de l'Union Francaise,
ill a l'amlbition d'apportier le comnpilpment social, mo-
ral aet reliigieuix qui doit piermettre leur libre et plein
6panoulissement. Pour 'cela, il r6vise ses m6thodes,
lies adaipte, cree 'des contacts entire les Scouts m6tro-
politains -et lieurs frires dlau ,dieliA des mers, organise
dies liaison's, des camnps-cicoles. &
A Paris, notanlmient, un ( iCentre organise des
reacontres, cuturelles entire les 6tudiants venus dies
Tierritoires *dlOutrieHMer et des Scouts die la mitro-
pole qui s'y diestinent.
(a L'Aube a, 10 mai).


La politique de l'immigration & Madagascar

L'hebdomadaire Climats, du 4 inai, soulignant que
Madagascar < souffre d'un terrible manque d'hom-
mes >, reclame I'immigration de cent mille Fran-
cais et Europens dans la Grande Ile :
Pas assez ide tedhniiciens, pas assez d'6lite, pas
assez d'ouvriers, pas assez d'algriculteurs, pas assez
de medecins: 6crit-il -. Partout, ill faut dies hom-
aimes. S'il n'en vient pas, 'iile stagnera, A coup sir.
L'administration m6tropolitainei, trop loin, ne s'ien
rend pas trks bien compete Mais, sur qu'atre millions
d'autochtones, un s:eul, sur dix, consent a louer se.s
services. Le pourcentalge exact ides saliari6s mailga-
cihes est ,diel 8,215 %. L'ile ne ipeut done pas trop
conmpter sur lieur travail.
... Il existle, actuelilemnent, deux projects d'ilmmigra-
tion. Ills sont encore, tons deux A I'ktuidie. Lei premier
est celui dtu IHau.Comnmissairie, Pierre ,de Chevi-
gni, ; le second est clelui idau' Comit6 d'Action elo-
nomnique >, cr6& recemnment. Son prAsident, M. Ver-
dellet, a ddiclar quie l'aiccroisselmenat de la production
,tait, pour l'ille, une question idie vihe ou de mort et
qu'il fallait amener aiu mioiins 70.0010 Frlancais die Iplus
en quelques ainnCes.
... A vous la parole, Monsieur le Min'istre. Ne met-
teiz pas ien va'leur Miadagasicar au comlpte-gouttes et
au saiblier. L'IApoque exilge de grands et prompts
efforts, des initiatives hardies. L'avenir' de Maid'a--









gascar, come oedui ,dee I'Union Frangaise, depend
d'unie immigration massive' ilmiridiate.

Sur le mime sujet, le mime journal public, le
14 mai, une riponse de M. de Chevigne, Haut-Com-
missaire de France a Madagascar, h son enquite sur
les possibilities d'immigration dans la Grande Ile :
J'ai confiance dans l'avenir de Madagascar et je
m'nemploierai A lui offrir itoutes les chances d'un ide-
veloppemeint iconomilque aet soicilad aussi rapid que'
possible, a declare M. de Chlarvilgn6. Je ne puis ce-
penldant en,courager daiq l'immidiat an courant qui
ne serait profitable ni aux iniamiilgrants Arventuels ni
A la Grande Ile.
Je desire done que -des id6lais me soient accords
pour preparer rationnellement et pratiquement une
immigration viable.
Dans cet oodre, d'id 6es, j'ai donn6 des direidtives
premises pour que, les. 6tudes soient entreprises Id'ur-
gence.
D.6)A unle note sur les possilbil',it6s d'installation
d'un colon Madagascar a i6t, pulbliBe dans le Bul-
letin agricole' idu mois d'aofit 11948.
Une carte agricolie est en voie, d'tablissem ent ; de
plus, unme etude slyst6matique -de la valheur des sols
malgachles est ,Activement oonduite par le, Servic.'
.des Recherches S:cieuntifigques. D'autres .enquAtes sont
simultanement poiursuiivies dans la rPgion, di lac
Alaoctra, *dans la base valley idu Manmgoky (prbs de
Tultaar), etc.
Des caates gAoeolgiques plus comiplAtes vont Utre
prochainemient Idressies par le, Service des Mines, en
liaison avec le Bureau minier de la France, d'Outre-
Mer, qui, bire'n'que roemnment cra6, s'efforce, par
des prospections nomlbreuses, ide dAvielopper et de
guider la mise en, valeur du ssousslsol.
C;est seul-ement lorsiquie les terres. a offrir auront
fait I'objet d'uin choix minuitiieux, lorsqu'elles auront
tb ddClimit6es, lorsique l'on sera fix6 sur les cul-
tures A y entreprendre, annuellies on perennes
- lorsque -des routes d'laces auront 616t ambnag6es,
lorsque lies installations en mat6riiaux idu pays ou
prAf'abriqu'bes auront 6t prAvues, qu''une iaminigra-
tion agricole pourra etre decide et organis6le.
Jie crois qu'une discrimination impose. J'ai dit
que les dispositions prplariatoiresi a une immigration
massive ne sont pas encore prises.
Par contrie, des immigrations individuelles, rieati-
vement importantes, peuvent se justifier prochaine-
ment dans let cadre de executionon d'un plan d6een-
nail.
La modernisation de la Grandle Ile, I'extension ,de
ses anoyens routiers et ferrbs, l'&quiipenment de ses
ports, l'intensification de sa production agricole et
industrielle ne manqueront pas de nAcessiter, dans
un proiche avenir, l'utilisation de teichniciens haute-
ment qualifies qui font actuellemient id6faut.


Sans &tre encore fix6 sur es besoins ;en ing--
nieurs, contreimaitres et ouvriers specialis6s, tout
me plenrmet de penser qur'il y aura A Madagascar des-
emnpilois pour un personnel rellatiemenit nonibreoux
de cadre et die malitrise.
Pour concilure, je dirai que le: problem ganaral deo
i'immiigration ,figure au premier rang de mes prkoc-
cuipations.
Les enquiibes prescrites me piermnettro.nt de pren-
dre A cet Algard des decisions appropriees.
(a Climats ), 4-14 mai).


L'6veil de 1'A.E.F. et du Cameroun A la vie moderne

March6s Coloniaux public une interview qui lui
a ite accordee par M. Boisdon, Prisident de l'As-
semblee de l'Union FranCaise, sur des impressions
qu'il a recueillies lors de son recent voyage en A.E.F.
et au Cameroun.
Si nous coonsidbrons l'A.E.F. et le iCameroun dans
leur enseinmble ,a-t-il idcl1arA notamntment on peut
,dire qu'on se trove en pr6siencei de pays qui
s'i6veillent A la vie moderne avec urne intensitW extra-
ordinaire. Sur tout mon parcours, A Fort-Lamy,
Bangui, Brazziavillie, PointieuNoire, Libreville, j'a
trouvv dies hommies ,venus de Franqe potlr fire des
6tudes .en vue ide r6ialiser, dans ces pays des entre-
prises nouve'les.
Je n'6tais pas, depuis une heurte, d6biarquu A Kano,.
que e directeiur d'uine ides granides tannieries- de
France m'entretenait de la possibility ,de cr'ler unie
industries du tannage FPort-Lamy, ofi jei sais qu'on se
pr6occupe, par ailleurs, de cr6er de grands abattoirs
frigorifiqies. A B:angui, j'ai entendu parler de cra-
tion d'usinies de cimient et de tissasge. A Brazzaville,
on m'a entretenu ,de l'installation d'une fabrique de
quincaillerie 'et d'une usine pour la distillation des
bois. Plarallblement A ices projects d'industrialisation,
se pou'suivent ides ineicihenchies minirress de grand
intbret, mitaux pr6cieux ou raresi petrole. 11 semble
que le sous-sol recklle de tres grades richesisies.
M. Boisdon a parle, ensuite, de l'urgence des pro-
blimes des transports, de ceux de l'utilisation des
energies naturelles et de la main-d'ceuvre, et a! si-
gnale << la carence de la justice > :
Partout a-t-il dit au Cameroun, aussi bien
qu'au. Tcihadi, j'ai recueilli la mnmle 'dol6ance : la
justice n'est plus rendue... II est de mon devoir de
signaler la graivit6 du anal.

Et M. Boisdon a conclu :
Ce que j'ai pu coanstater ic'est la profondeur des.
espoirs Aveilles chez nos concitoylensi d'Outre-Mer
par nos institutions nouviellles. Ii y a vrainment, dans
tout l'Afrique, une mystique de i'Union Frangaise.
(a Maroh6s Coloniaux ,, 7 mai).









PRESS D'OUTRE-MER


INIDOCHINIE

L'accord de l'Elysie commence a faire sentir son
.effet. Des journalists vietnamiens qui s'etaient mon-
.tris sceptiques au debut, commencent a comprendre
.qu'il signifie quelque chose. Le Thanh Nien, par
etemple, denonce les adversaires de la < solution
Bao Dai >>, en l'occurrence les gens du Viet-Minh :
La ipresse favorable au Viet-tMinh 6crit-il en
effect les organismes oontr616s par lie Viet-Minh et
le ,gouvernemient du Viet-Minlh lui-nmame n'ont cesse
de r6p6ter quie: l'empereur s'attache d'dalbord a son
tr6ne. D'apYiris eux, seul le gouiviernement H6 Chii
i.nh repr&sentei le pleuplei et seau il 'est capable d'ap-
porter au pays P'ind6piendane et Punit&. Ce sont 1A
des affirmations tout iA fait ,gratuites. Nous savons
ditjA que I'.:iccorld du 8 mars, reconnait l'ind6pen-
danlce et l'unit. 'du 'Viet-Nam, et quell la Francel s'en-
gage A restituer au Viet-Nam sa souvaerainet6 int&-
rieure dans le' court's de l'ann6ie 1949. Par aille'urs
tous les t,6moignaiges conconrdent pour d6montrer que
S.M. Baeo Dcai n'a ,aucune vise ,dynastique. Nous' nous
llevons done loontre la propaigainde idu Viet-IMinh qui
venut nous fire (douter dae la sinic6ritW de la Franc'e
dans application, de l'accord du! 8 mars et pretend
que l'erlplpereur s'est vendu aux capitalistes. Et nous
exhortons Ia population s'aunir 6troitement pour
soutienir 'e'inlpereur dans sa mission.

Ces props trouvent un large icho dans le Jour-
nal d'Extrnme-Orient, oi M. Jules Haag profit de
occasion que lui donnent les attaques du Viet-Minh
centre Bao Dai pour mettre en evidence, dans sa
rdponse, la legitimite de ce dernier :
Ce n'est 'pas une des Imoindres curiosites de l'heure
que d'entendrne la radio vietnminh, proclamler que Bao
Dai ne reprsente pas le VietiNaim Voine, II faut
croire tout La e mime quuune maijorite le suit, a en juger
*que par les manifestations don't il a i6t6 ,'objet du
Nord au Sud, on par les t16iliglramaniens ou suppliques
qui lti .ont &te adress.6s Al IHong Kong, en' Suisse, en
France. 'On voudra bien 'admettre quell Ice's foales qui,
fuyant la terreur vietminlh, sont venue's chencher re-
fuge dans les rviles, doulblant rien ,qu'" Saigon-Cholon
la population normale, ne sont sfreameint pas des
adeptes ides Vietrminlh. Elles sont flaites tle ces ou-
vriers laboe-ieux attac i s au sol, autant qu'au foyer
familial, .qui ne demaandent qu'A travailler dans la
paix et aussi qua icette paix leur soit apport6e l;e
plus tot possible.
Mais qui s'y oppose, sinon l'e Viet-IMinih, et plus
pir6cis,6menl cette fraction miinorittaire iqui cherchco
ses inspirations let ses iconsignes, A Mos.cou ? Et que
nous refu'siocns ide oconfondrnei aveic ies nationalists
qui, quoi .qu'ils soient, catholiques, bouddhistes ou
caodaistes, se refusent A toute soulmission aux 'doc-
trines stalieniennes.
II .est inico ntiestable' que, idans Palctuellte econjoncture,
Bao DIai est le seul qui ait le idroit Ide dire qu'il est
le represen ant qu'ailifib idu Viet-iNan. II n'est pas
settlement cielui qui, an nom die son pays, yivent de
,conclure des accords avec la Francoe, il ,est djiA vir-


tuelletment reiconnu come le chef .du novel Etat
vietnamien. 'C:ar c'est un fait maintenant acquis qu'il
d6tient lie. pouvoir et qu'il est d6sormais, aux yeux
du monde, lies 'Soviets let lears satellites mis A part,
celui iqui a le drolit de parler a'u nourn de son pays.
Mais A propose que relpr6sente. 'done ile Viet-Ili'nh ?
A coup stir pas le people. De qui d6tient-il lei pou-
voir qu'if s'lest attriibu6 pendant plusieurs mois ? De
personnel. II 1'a simplement 'usurpi6 par la force,
avec le' conicours 'des Japosnais vaincus, et a exig6 de
Bao Dai unel abdication que ce dernilelr n'a consentie
que sous la menaqe des reb.elles. '1 a pr6ftr6 c6der
quie ide provoquer la guterre civil. En quoi il a en
raison et il n'app'artilent pas ,A ceulx qui ont pratique
la politique de la terre b'rfl6e .et ont fond6 leur
tph6mitre puissance sur la terreur -et le crime, .dle
iui reprocher une attitude, iqui lui fait grand hon-
neur.
'En faveur de l'Empereur, on trouve aussi les
icrits de M. Nguyen van Nguyen, iditorialiste de
La Voix Libre.
Bao Dai a toujours proiclaim6 qu'il n'envisage que
I'inte6rt sulpdrieur de la patrile, : qu'il se garde aussi
,de l'influence nefaste de certain miembres d'un
entourage parfois suijet A caution, let noius nous ran-
geirons non plus par la raison miais' par le
cour, At ses c6t6s, dilt le journalist. Nous soutenons
done ice souiverain, ou plutot lie 'mediateur, non par
aveuligleanent mais !par esprit de justice'. Nouis applau-
dirons, a toute: initiative ides oanmmes de bonne vo-
lont6 let de bonne ifoi car nous siavons qu'il y faut
du courage et du veritable patriotisme, alors que
tant d'egoismes se d6voi'lent et pr6ifrent un profitable
douiblie j.eu ou un commode attentismie. Notre pays
a trop souffert. Trop de ruines se sont accumiul6es
et trop de sang a coul6. ILa jeunesse vietnamienne
commle la jieunessie francaise a payi charemnent pen-
dant que certain pers-onnages soiigneusemnent a 1'abri
6lalboraient leurs plans et ourdissaient Teurs << com-
b(ines > let que 'l'tranger aujourdlhni presqu'A nos
portes introduisait le cheival de' Troie. Nous sommes
aujourmd"hui sur la voie de la reconciliation franco-
vietnaimienne les accords de I'Elyse nours accor-
dent raisonnablemaent et s'ils sont loyalemient ap-
pliquis toit ce' que nous pouvions esp rer ; un
ministry de t'Union indiienne, pourtant p'eu tendre
en ig6n6ral ipouir la France, Pa 6quitablllement rleconnm
hier m6me A son passage A Saigon.
M. Nguyen van Nguyen rappelle ensuite au sou-
verain 'un point qu'il ne faut pas perdre de vue.
Ill fIaut qu'il fasse vite c'cest un.e veritable course
die vitesse qui s'est -enigagae entire iui let iH6 Chi Min'h,
sonl concurrent direct, qui a mis1 sur' les troupes dde
Mao Ts6 Toung, hordes affaaanaes prates A asservir
notre patrie sousi le jioug d'une iidboloigile 'ttanignel.
Le succs de Bao Dai dans 'sa mission c'est ipso
fact le ralliement de tous les v .ritables patriots
vietnamiens, de tout un p.euplet offrant sales poitrines
centre alenvahisseur 'cihinois, et reprenant cel combatt
hitroique qui tant .de fois d.jiAh r6ussit a bouter hors
- au course de iquatre siecle's de niotre iglorieuse his-
toire 'les hordes venues die Chine.









Mais pour rialiser ce que priconise La Voix Libre,
il faut d'abord que soit constitud un nouveau gou-
vernement, dit le Thanh Nien
.Ce igouvernement future du Viet-Nam idoit 6tre un
gouerniemie.nt actif, sincerehment rbsolu A servir leis
initr&dts die la nation et dai people. Ci'est ce gou'ver-
nement lui-nm6me .qui devra poser les. bases de 1'in-
dbpendance niationiale let ralisier eftecitirvement
1'unit6 territorialie. En raision de's nominbreaux obs-
tacles qu'il aura A vaincre, ice gouvernement doit
6tre un << gouvernemeant nationalist iomlbatif >. Un
tel ,gouvierniement, en outre, d.oit a 'arvoir qu'e des
memlbies minutieusement choisis parni les hommles
de talents et ide vertus aprourv6s.
Les futures ministries .dieivront prenidre conscience
doe limpmortancee Ide 1ur mission, id'une fagon nette
et impartialae. Chalque mini stbre idevra avoir un pro-
grammne d'action approuv6l Id'avanilee par he Conseil
des mniistres, et les mi nistres dievront etre respon-
sables die leurs actes. On voit comibien il est difficile
dei :former un gouvernemeint pareil. Aus.si, sia consti-
tuition ne peut pas etroe ihAtive. L'emplereur 's'effor-
oena de choisir ses col'laboratieurs planmi les hommies
die bonne foi, et surtout, il ae devra pias preter
facilement l'oreill'e: aix paroles ( mieilleuses > des
opporntunistes.

La Voix du Viet-Nam, elle, s'attache plut6t aux
obstacles qui attendent le future gouvernement.
Si, jusqu'ici, le travail accolmpli par lies n6gocia-
teurs, pour r6souidre le conflict franco-viletnamien, a
t.6 p,6nible, harassant, mlarquN paarfois d'"pisodes
draimatiques, il nous apparait auljourd1hni comnlme un
jeu d'emnlfant en regard de celui qui attend iS.M. Bao
Dai aet ses iollaiborateurs. Se dggagieant de la brume'
iqui l"environnait, le Viet-Nami, grAcee A ce. vote
quasi-unanime, entrera dians un arvenir clair, luhmi-
nieux, si l'interprteie des aspirations nationals' et
lie haut reipr6sentant .de la France arrivent a 6ilinminer
Te:s derniers' &goismies *de iceux iqui voudraient, dans
l'omibre eit alu d6trim,ent dies intirets ide JIUnio;n Fran,-
caise,, iral-emrtir la a prise a 'du iciment qui scelle
l'entaente franico-vietnaimienne. Vaincre, di'abiord, non
pas l'esprit critiiquea des n6tres, mais la manie de
dA6nigrer de que'lquesmunis, dolt ,tre 'tun ,des premiers
obljeltifs du future gouvernemaent ,central national, car
d6niigrer n'est pas. critiiquier. Autant il est A souhai-
ter que le sens critique', ig,6n irateaur dui proigrbs et
d'aimiliorations slociales, se id6ve!loppe chiez nos com-
patriotes, autant il y aurna int61rnt A conibattre 1'esprit
de dinigrement, inspire trop sonuvent par la jalousie,.
qui s'attalchie aux dhoses mieslquines et qui rabaiss'e,
au lieu d'6lieiver.
Le gounvernement qui sera consititu&b sous l''igide
,dle l'empereur apres, que lei vote de 1'Assiemble6e
Territoriale aura 6t6 ent~rihn (par le Parliement
fnangais aura A *conbattre, par ides r6alisiations
rapides, centre un ,enneimi d'autant plus idangereux
qu'il est invisible. Maliheureusement, il aura, durant
d e longs mlois encore, A subiir lies rioanements d'un
scepticisme railleur. Mais pour pouvoir r;iduire au
silence le scepticisme sterilisant 'et encourage le
retour A la vie civile de ceux qui .ont lutt6 pour
que ifussent possibles les accords *du 8 mars, ii est
necessaire de crier un climiat Ifavorable en donnant


A l'exbeuttin de oes accords ,ne vigourreusie impd-
sion se traduisant par des niessures que, sel, un Etat
souverain peut prenrdre, measures que S.iM. Bao Dai
annoncera dans des dAclarations publiques; qui pro-
duiront sur lie people vietnamien unie heureuse im-
pression. Ces declarations, suivieis 'd'effet A brAve
6clhance, creront une. atmospth r de c onfiance qui
falcilitlera grandement La r6alisation dui vaste pro-
grammnnedestin6 A promouvoir l'ordre nouveau dans
le Viet-Nam uni .et indjpendant.


MADAGASCAIR

Le voyage de M. Coste-Floret a Madagascar

Sous le titre < Signification d'un voyage >>, Louis
Le Garrec icrit dans l'hebdomadaire L'Avenir de
Madagascar, a propos du voyage de M. Coste-
Floret
Pour la premiere fois dans Pl'hi'stoirs e de la R6pu-
blique .un ministry e de la France dl'Outre4Mer a pris
contact aviee tonus'les territoires ad'ministr6s par son
d6partement.
L'6v6nem'ent est d'i mpo'rtanice.
11 prove, eni effect, que ia 'Franice a le d6sir sin-
cAre de s'int6Aiesser davantaggea P: volution des po-
pulations autoichtonies sans fair ide disicrimina-
tions entire les, gro'upe:s ethniques et sa, volonat
d'affirmer sa souverainlet6 sur ties imntmenses 6ten-
dlues appel6es A 'constituer awvei, elle l'Union Fran-
caise.
Les paroles tres nettles prononc6,es A Tananarive
et en provincia par M. Coste-Floret ne laissent
absolument aucnun idoute A ce sujlet.
Le maintilen de icette souverainietA lest une n6ces-
sit6 vitale a'ussi bi.en pour Ila France que les Ter-
ritoires .d'Oultre-Mer. Elllie relieve .de raisons 6cono-
miques et gbo-politi'ques.
Aussi le ministry a-t-ill bien fait de soulignier avec
force i'aniti coinstante' de vues 'qui existed entire le
Gouvernement aet ses repr6sentanits dans oes terri-
toires.
Pantout il a precisA la volontA ,de souverainiet6
-de la France, son olbstination dia'ns la poursuite et la
r6alisation de 1'Union Frainaise let enfin la confor-
mitA permaniente de vues lentrle le Gouvernement et
l'exAcutif local.
Ces trois points essentieals idevaieint 8tre r6affirmi6s
aujourd'thui plus qu'en tout autre- amomlent ide la vie
de la nation, pui.squ'iT s'agit pour nous .de consoli-
'deir touted notre structure economiquet et politique
dans un monde soumis A unei rise 6voluti've extrA-
menent grave.
(a L'Avenir de Madagascar ), 6 mai).

De son c6td, Tana Journal icrit :
En tous cas, il est unlte chose qui n'aura pas man-
qu6 de frapper le ministry, c'est la chialieur 'de l'ao-
cueil qui lui a te nevserv6 par toutaes les populations
.de l"Ile. Il y aura iu- la prneurve que ces populations









conservent A la (France un attachment qu'iele n'a
pas le droit de d6cervoir. M. CosteFloret avait place
son voyage sous le sign:e .de Galli6ni et pour tons
ces honmimes et toutes cesi eminimes le rappel de cette'
grande figure avail suffi A leur faire prendre cons-
cience 'que rien ne pounra jamais effacler les r6sultats
d'iune oeuvre qui le-ur a apporte plus ide bilen-Atre 'et
leur a peranis id'ace'6der A certaihs plans' dW'humanit6.
(< Tana Journal ,, 6 mai).

CAMIEROUN

Le retour a 1'abondance et le glas du march noir

Sous le titre < Quand les reserves s'ouvrent toutes
grandes, I'Eveil du Cameroun crit :
Les 6norines stocks .de' marchanidises prBcieuse-
mnent accuin ulde's idepuis ,des mois et -des mois (par-
fois depuis un ou ideux anis), subitement voient le
jour. Les reserves s'ouivrent totes, granides. La pia-
anique est gi,'niralie', il faitt maintenant vendre A tout
'prix avant 1e's arrivages, massifs de aniarclhandises
d'importation que 1'on annoncel. Le d6sarroi des mar-
ketboys esi indescriptibile Spectacle comnique an
possible et qui vaut la peine id'tre vau.
Et que dine des prix ? Ici, les tissues qui 6taient a
6010 francs lie m~itre sont maintenant a 30,0. Une


client a le sourire tandis qu'on s'eimpriesse autour
d'elle : < Non, d6cid6nmlent, 'j'iattendrai... avant un
mois ce sera ocertainiement encore moins cher...
Dans coertaines maisons, oii les 'clerks: affectaient
de ne savoir plarler quei 1'anglais, 6 prodige, its par-
lent anujourdhhui parfaitement le frangais, s'il s'agit
d'un client qui parait intbnessant...
,On ne laiisse plus partir avee la merchandise non
emnbal6e :: on vous fait unn paquiet, conmine aux temps
d'avant I'6re bbniiei du march noir tri'oimphant....
Les commaergants dAtaillants, sont regus. A bras on-
verts -d'ais les grosses maisonsl. Is; '6taient .dies qui-
imandeurs imiportuns : aujourd'hiui, on les reliance
par tbli.ph.one...
Le brulit court en effect ,que lies. ba'nques, A *qui
i'on a euniprunt6 ,des millions, reldanment iaeux-ci dans
les plus brefs d6blais. Alors1, il faut en toute hite
(liquilder les stocks, accu;niul6s. II Taut ouvrir toutes
grades les rsiearves. On escomptait quei le cofit ide
la vie allait toujours monster davantage. Pour tous
les profiteurs, c'est une cailamiti' imipr6vue, et qui les
laisse pantois. Ft les stocks qui mjontaiient jiusqu'au
plafond Tout va, baisser. Conmmeint vendra-t-on ja-
mais tout cela ?...
Pauvnes mercantis, pauvres trafiquants dul march
noir, si tristes, si affreusiement tristes... tristes et las,
du march& noir sonnez le glas...
(( L'Eveil du Cameroun 7 mai).


PRESS ETRANGERE

'/
La collection complete des articles de press dtrangere traduits en frangais peut etre consulate d la
Section de la Presse Etrangere (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, Piece 17, 1" Etage).
Les nwniros qui figurent ci-dessous d la suite de l'indication d'origine des articles de press permettent
de se reporter ra texte complete des dits articles.


I. PROBLEMS GENERAUX


A LA SITUATION EN ASIE

En Asie, un monde entidrement nouveau est en
train de surgir avec une force volcanique.
Imalginer que la (Russie pournait diriger le flot ide
plus 'd'un milliard ,d'Asiatiques, c''est lii attri'buer
une plus grande force et die, plus grands diesseins
qu'ele n'len possidae. CGe nleist'pas 1'Europe qui dci-
Vera 'de toutes les questions de plaix onu ,de guerne ;
a balance politique elst entire, les mains des millions
d'6tnes encore inconscients 'de deiaer force...

Ces forces violentes tendent a suivre la democra-
tie < parcel que seule elle permet et encourage le
maintien de ladigniti humane >.
i'est parce qu'e lia ddl6mioinatie peut si 'facilenient
et spontan inent etre ladiapte A 'la scene asiatique


que la puissance r6ellee die' l'Amrnriique, pent 8tne dA-
montr6e et utillisie en Asie.

Mais < les Amiricains ne peuvent plus se conduire
comme ils l'ont fait dans le pass ni mime comme.
ils se sont conduits ces quelques derniires annwes >.
A Ja fin ,de sse conde guerre mondiale les. Asiatiques
deeimandbrent a 'Amiraiique, A la iGranide-Bretagniel et
a la Ruissie de les guider dans leur luttae pour l'in-
,d6pendanice. Bien quie la plupart ides nouvieiaux Etats
Asiatiques aient comamleinmc pair turner leurs regards
vers 1'Ame rique let iqu'ils aient r'digi 'leur d6clara-
tion ,d'ind6pendance sur le moldele aimnriicain ils
con'statBrent que le State Departmient ne possdait
pas de plan soignieusemient mdditeA et iqu'il semb'lait
prieisque obsitiniAment d6cid6 A lentraver 1'lraboration
d'une traane de id6moeratie social partout o& elle
apparaissait :









-La Marine oonservait ses avant-postes f6odaiux
,dans le Pacifi-que ; IAinmiAel gouvernait la Cor6e et
le Jap on ; le' pouvoir 'du Ziaihatsu n'ltait pas, bris ;
I'Enpereur -du Japon et le dictateur die la Chine
6taient confirms 'dans leurs. pouvodirs ; des anmes
Uta'ient en'voy6es ou vendiues A .a IChiniei dans le but
,d6libla66 d'attiser la, guerre r ,civile; presque chaquie
measure aidopt6e' an lcouirs. ide Il'annlme quni suivit im-
madiatement La gueirre sembillait aivoir 6t&! pnise; aveci
an sentiment instinctif ide' ifatalit,, .de mandche A 'con-
tre-siens ide' 'lhistoine.
La tendance feddrative qui prddomine actuelle-
ment en Asie ne doit pas itre negligde.
La Ligue pour la F61d6ration del 1'Asie Sud-Orien-
tale, connstit'6e. sous lies laiuspices ,de Tiang Sirnanana,
du iSianm,, idu Prince Sioupneuivoing, dit Lao's,, et de Le
Hi, ida Vieit-Nam, envissage un teenritoiraei comprenant
la Bitrmanie, I e SianA, 1'Indochi.ne, Java, Sumatra,
Born o et les lies ,du Nord d'e ll'ustralie, territoire
constituent. amvec les, Philippines, lune nouvelle na-
tion ,de plus ide 150 millions d'ihabitants ayant un
system'e de .dAfense, unique, des relations atinangBres
oommuneines et une vie 6conoamique colordonnbe.

En partant d'une federation lache base sur des
intdrets communs
... iH n'y a pa's de raisson pour' qulune FAdbratio.n
formidable disipossant ide ressiourcies falbuleusies ne
vienne pas sr6alisier, entrainant icoianm e r6suiltat la
modification de: touite, ta iconlfiguLratiion ,des forces en
Orient ; il nest pas noin plus. invraisemblable que
'Indle., le prelmileir pays ,qui ait reconnu la R1ipublique
InidionBsienne, conltriactie nne alliance 6trnoite aveic la
nouveilie f6d16ration,.

La seule chose certain c'est < qu'il ne sera plus
possible de jouer d'un group asiatique centre un au-
tre, car les Asiatiques sont ddja conscients de leurs'
liens invisible >.
Cette union d'Asiatiques nest pas fatalement une
menace centre l''Oiccidlent. A son recent retour
d'Asie, M. [Williaim C. IButlit a voiqu6 le caauchemar
hilsitrique Wduane eCvientuellle miobilisation par Staline
de touites les forces ,d'Europe et d'Asie contne les
Etats-Unis. < 11 origanisiera 4510 millions de 'Chinois.
II orTganislera 350 millions ide MRusulmans et d'Hin-
.do& s aux Inides. II onganisera tons 1ees Anabies. 1 or-
ganisera tons les Frangais, Italiens, Alliemands, Polo-
naits, ,Scan!diniaves. II iles organisera en masses
Bcrasantes d'hommies et 'de analdhines. > Oeette pre-
diction dAnotait 'une prodf'onde et ichoquante igno-
rance ide la so'ne asiatiquie. En effect, 1'6voltution de
1'Asie -a .6t Inimauabliement orientee veis une forme de
*dimoicratie solciale et non vers le lcomnmunisme et le
fait que les communists sont puissants .en Chine
diBcoule 'du fodialiisme ,du Kuomintan g et non ide lla
nataue diu ,drveloppiement social asiiatique.

Personne, certes, ne peut douter que la Russie ait
les yeux tournis vers l'Asie,
que tout effort ,de p,6ntration A exclusionn de la
guerre est ,utilis6, que' 9.000l .ttudiants asiatiques au
moins 6tudiient dans les, divers colleges de SibBrie
et die 'Mlosbou, .quie la Iussile s'effor ce di'exericer ine


pression en Alighanistan, au Thibiet, -an Sinkianrg, en
Mongoilie ,et que les nouveaux grandis centres indus-
triels ides eniros d'Alma Ata sont stiratgiquement
situ6s de manibre A fouirnir unse pinessilon le long
,des frontitres russse's cd'Asie'.
Cependant,
A moins que lie communismlne ne r6ussisse A captu-
rer la conscience social ,des jie.unes asiatiques par
le ,dynaaismne 'et la simplicity d'un nou veau program-
me pour 1'Asie: diuametrailement oppose A cielui qui a
Ut6 imposA en Russie, ses chances ide gagneer sont
vraiment trbs, legresi.
De leur c6td, si les U.S.A. disirent se les concilier,.
< de profonds changements de politique seront ne-
cessaires >.
... Oe' qui is'ilmpose avelc Iele plus ,d'unlence, c',est de
dangerr d'attitude1 A l'.gard ,des revendications so-
ici.ales Ide la paysanneriie asiatique ,qui serait inflnen-
cAe par le cri icpmmuniste d" < impir'ialismie, > si
noitne politiquie ddevait se limitier A soutenir des in-
.itA rts f6'odaux et financiers.
Et pourtant, c'est en faveur du Gouvernement du
Kuomintang,
qui a toujours fait fi dies quatre libert.s iet algi
avec une tyrannie total A l'(dgard d'es revendications
,die la population demandant 'une r6formie agraire et
une infinite idle ichangements ,dans lies 'mthodes ad-
miinistratives, que M. IBuilitt proposait un nouveau
print ,de 1.350 millions. de dollars, sans tenir oompte
du fait ique lie total Ide ,2.2263.19(00.01010 dollars ,djA ac-
oord6 n'a fait iqu'accroiitre 'lie. 'oft .de a vie dans ides
proportions insuppolltables let a perimis au gouver-
nieaient ,de se maontrer plus intoldirant 'que jamais a
I'S6gard d'e 1oppiosition...
Pour le paysan asiatique, le problme le plus ur-
gent de tons concern la riforme agraire. Or,
s'il examine la ridforme fonci6re effectude plar les
Amarioains au Japian, il soupirera aprAs une inva-
sion russe, car, len juin 1947, environ 350.,1000 acres
seulement sur un total ide 15 millions avnaiient &t&
uachetes par le Gourvernemient pour Atire redistribubs et
jusqu'A cette date il n'avait pas t6 .alloua un seul
acre A un cultilvaetiur.
S'il examine les r/formes du Kuomintang, il aura
du mal a ddcouvrir' la moindre riforme agraire. II
constatera au contraire
ique le,s Idiomainels, f6odaux augmentent en supierfi-
oiie et ,que le 'Gouvernement, pour 4a vingt-septieme
ifois, est en train d,e constituer unie petite module > ofi Ha', r6foiner i agrairie pourrait etre prati-
iquice ,dans le seul but ide. montrer, ,commne l'a declar&
Tdchang Kai ICh'ek dans Chinas Destiny, que cette
riforme lest imapraticable.
S'il examine la situation aux Philippines, il verra
qu'en th6orie les domaaines important sont achbets
et redistribub6s aux petits, agriculterns selon un sys-
trAme ide parts a long term ,et que la loi attribute
70 % die, la rdooflte au paysan et 30 % au propri&-
tairne'; clette loi, cependant, n'est pas plus leffidace
qu'une loi similaire existaint ten Chine et Ieis paysans









sont convaincus que. le Gouvernemient est encore de
coeur avec lies harcilendeiros .
Mais, dans I'Inde, le paysan decouvrira que
Nehru s'est engage procider a la riforme agraire,
de manidre a ce qu'il ne puisse pas y avoir de pos-
sibilite d'erreur.
Le Plan de D6veloippiemenit Econiomique die 1'Inde,
populairement oonnu soss le. non~ ,de Plah, idle Bom-
bay, envisageait un d6veloppement agricole et indus-
trial r6clanaant une Idpense die' 35 miliards, de
dollars let esicomptant < douliber le present revenue
< per capital dians rn idil6ai die 115. ans ten portant
le rendement niet die I'aginiicultune A un pen plus de
'deux foils s;on cahiffre -acituLk~l et celnii die l'inidustrie
,- pour lPeisemlblie 'des grianidies et petites industries
a cinq ,fois lenviron le renidermeint acituel >>.
Cinq facteurs doivent itre studies sdrieusement
en ce qui c:mcerne l'Asie.
Le premier ,de to-us est l'"applarition 'die la r6voilu-
tion sorciale avec tous ses plh6no'mnnieis divers de
nationalisime, 'de soicialismie, run nouveau programme
culturel, un corps beictoral exalt6 let inspire par la
proamiesse dL'unn 'contr6le albsolu sur sion gouverne-
meent, 1l616vation de 'indice ,dier l'iinstruction primaaire
et l~alcessi,in A 'la puissance politique d'individ.us
opprim6,s depuis ides si iles.
En second lieu, I'Asie d'avant-guerre n'existe plus.
Touties Ies nations asi'atiques s'lefforecent d6sesp&-
r6ment de sie natioinalisrer, diel s'industrialiser et,
,dans unle measure plus -ou muoinss grande, de se solcia-
lister. Rien ne convaincara les Asiatilques que les
sources pirinicipales de pouvoir let de production doi-
vient etre laisseis aux mains de I'ientreprise privCe ;
ils ont .appris iquie' celle-cci test rarement priv6e iet tout
ce quii a ti, leetrepiris 'dans le pass l'a, bt6'au profit
des 6tranigerfis.
Troisidmement, nous nous trouvons en face de
l'dvolution des relations entire l'Asie et l'Occident.
Notre soiuverainet nestt Iguire plus qu'un jeu
d"ombnnes ci-dinloises, une 'ciharadie jioudee dieovant une
toile die ;fon d repr6sentant llei maignifique et tragirque
spectacle *des nations d'As.ile commen:cant to-ut an
moins A prendrre co'nswiiience die 'leur force let de, leur
immlensie fetrtilitie. Notre temnps en Asie 'est termin.,
leiur soleil s e. 1viei let nous sleriioins iivres de conquete
si nous noua; imaginions ,qu"il pourra ftrne retard.
Quatrime'ment,
nolus nou ou; ovons en face idle la tendance qu'ont
les Asiiatiques de fornmier ide grades f6irdiratiions en
se 'basiant .:ura lie principle qu'ils ont besoin d'une
plus grande se'ui'rite' centre les tientations .d'un inm-
pilirialisme ressuscit6.
Enfin, ncus nous trouvons en presence du com-
munisme as.iatique, qui
sui'vra pro:balblembent une voie oppose'e A cell e du
omanmunisme russie pour la silm(ple raison que lies pro-
bl6mes qui se pose'nt a la Rus.siie' different tres sou-
vent de .ceeux qui se posent A l'Asie. Si le communistne
6mertge ,en Asile ce seraa par suite de notire faiiblessie


morale car 1es Asiatiques sornt plus que nous l'ima-
ginons opposes A la tyrannire 'etl n'lest gumre vrai-
semlblabliei qu'ils ichanlgent la tyrannie d'un imip,-
rialissme pour celle id'un .autne...
(' United Nations World ), f6vrier 1949). 4.675

Du point de vue des Puissances occidentales, cons-
tate le Manchester Guardian, < la situation de l'Asie
du Sud-Est dans son ensemble va en s'aggravant >.
Jiusqulh ,ces temps .derniers: La question diominante
dians toultes. lles comntres du sustdiest die, lAse itait- la
reoonqukete die, la liberty IHeuwneseaent ceitte phase
aawrive imaintenant A ,sa fin. La Birmanile, est main-
tenant ind6plendiante : les Frani ais 'et 'les Hollanidais
eux-mmies aciceptent que 1'IndonBsite et l'TIndoichine-
soiient ibient6t libres. Le Siam ibilen 'enten.du n'lest pas
en question.

Mais la conquite de l'independance ne risout pas,
dans ces pays, les problemes iconomiques et sociaux.
Leurs socitksi son(t pour lia plupart lanachro'niquies.
Elle's sont unies par des liens socianux prrimBs. Pen-
dant des decades ]a situation 6conomiquie de leuirs
paysans a 6t6 en s'aggravant. Ce qui int6resse le 'plus
les millieux politiques dans tous ces pays, c'est de
les modlerniser dans la p6riode la plus coiurte pos-
sible.

C'est sur ce theme que joue surtout la propaganda
communist en Asie.
Ellie utilise les deurx slogans ici-iapr's ( la terre
aux cultivalieurs > et < le Ipouvoir aiux tiraivailleurs >>.
L'appel' communist test d'autant plus fdrt iqu'laucune
des classes traditionnlellement privi;ligiieles die la so-
ci6t6 oriental ne sert d6:sormais rn but racial utile.
Elkies ne peuvent done pirendre la ttie d'u.n .mouive-
ment populaire qui s'oppose'rait aiux communists.
Pour la Birmanie let 1'Indocdhine, un gouvernement
comumuniste iest diA&j rne possibility, ind6niable. Cle
pourrait 6tre dans quie1ques ann6es une' possibilitA
lemn Indon6sie. Bilen iquie les igtuirililas icornmiunisteis de
Malaisie solent pleut normlbreusres, eliles ont cause, dies
ravages. Ce n'est qu'au, IS'iam que les icommunistes
cormptent vraiment .peu.

Le seul moyen a la disposition des Puissances oc-
cidentales de combattre le communism en Asie du
Sud-Est est d'offrir aux populations la perspective
d'amiliorer leur standard de vie autrement que par
le communism.
Si :Olcicidient vieut ( surcouper > lie commriunigme
ill doit le fire ten recionnaissaint qule, 1'As'ie du Sud-
Est 'est en p6riodie ,de revolution. 14 'doit essayer de
guilder et m!6me de stiimulier cettie revolution au lieeu
de la suppriamler.
Si les pays occidentaux veulent mener une telle
champagne, ils ne doivent pas trop tarder i l'entre-
prendre, car les victoires communists en Chine ac-
cellrent tous les movements rivolutionnaires de
l'Asie.
I1 nfaut en second lieu ipiroduire un plan social et
bconomique pour l'Asie du Sud-Est qui soit capabl-


, 53









d1exiciiter 'imaaginatio dies parties 'et dies gouvernie-
mnients...
L'id6al serait que ,ces plans soient prepares par
l'intermn6diaire d'une esp&ie. d'entrepriise c'onf6ddr6e
coanipnenant tous les pays int6riess6s la Malaisile,
l'ndonesie, le Sialm, la Biminanile, 1'Indoidhine en-
treprise soutenine Aconomiquemlennt it financiTrement
par 'les, paissances ocicidleintales.
Dans une affaire de cet ordre, l'lnde est intiressde
au premier chef.
ESl e poss6de di'dnormies intrrts .6conomiques dans
i'Asie cdu Sudi-dEst. H existede prbs 'd'un million d'In-
diens len Malaisie. L'Inde esit menac be par 1'exten-
siona du conntm nismie. Dans toute collaboration entire
I'Asile du suld-est let l'O cident, ''Inde jouit d'une
situation id6ale, pour jioue le r6ile d"intermidiaire.
L'Inde iest entrain die devenir lie champion del 'in-
dipenidance national 'dans toute T'Asile. Sea partici-
pation A T'entreprise serait la meilleure gaianti'e que
rien ne serait proppos6 qui puisse enfreindre l'indd6-
pienadance des pays de I'Asie, du .sud-est.
(a The Manchester Guardian )), 5 mai 1949). 4.714

Est-ce que, demand Newsweek, les ivenements de
Chine tracent la route que suivra le reste de l'Asie ?
La Chine communniste, quelle, que soit importance
de ses dlifficuiltes internes, constituera blient6t l'616-
mi)ent politilque le plus dynaisilque de' l'Asite d'aprAs-
guerre. A un continent iqui subiit ide. grandis change-
ments et s'efforce' dans totutes she's parties de trouper
la meilleure fagon de isortir die. sont 6tat archaique,
la ,Chine offirira maintenant an enxeimple irrAsi.stible
et un leader ,die Ihaute' quality6.
L'anti-impirialisme est encore un facteur impor-
tant de la politique de l'Asie mdridionale.
i existede une profonude rsufianice A 1'dgarid de POc-
cident meme parmi 'les natiionalistes qui soint dis-
pos6s, sur un, plan social let iidolo ogique, iel con-
duirie ami'calement A P'igard ides Etats-Unis plut6t
que ide la Russie. La Russie ,d'autre. part a rAussi aY
creir l'impression qu'elle dtait la seullel amie, dui na-
tionialismie colonial parmi les grades piuissances.

SUn aspect important des, succes remportds par les
Chinois a trait a la presencee de fortes minorities chi-
noises dans la plupart des pays de l'Asie du Sud.
*Chacune 'dee celleseci pios:sbde son gnoupe ecomjnu-
niste local qui prend une influence croissante A me-
sure que toilele, du Kuomintanig phlit. Les Chinois
sont apres tout un pieuple pratiique. En 'outlne tous
les .Chinois qui 'demeurent h(ors de. Chine, ont tou-
jours d6si're6 n government fort en Chinee ciapablle
,die les prot'ger .contre ides inlesures discrimlinatoires.
Ces groups minoritaireis peuvent bien dievenir 'coan-
mne une sorte die ( Volksdileutsche' ,> asiatique, les
foyers d'une futunee extension chinoise nationaie
coommuniste.
Les parties communists asiatiques tirent le meil-
leur de leur influence du fait qu'ils se presentent
comme les difenseurs d'une ideologie qui promet la
fin de, l'impirialisme occidental. Mais, incapable


d'exploiter le climate favorable qu'ils ont crdi, ils ne-
sont nulle part en position de prendre rapidement le
pouvoir.
En Indonesie, en septembre dernier,
iMso, nouvellement revenue, de Moscou, m.ena lies.
icomnmunistes iA une insurreltion soudaine centre le
Gouvernem~eint. Ils ifurent an6aantis par les troupes rb-
publicainres, bieaucoup de leurs chefls furent tu6s et)
leurs iorices furent diispers6es en petites bapdes dans
lies collins. Auj'ourd'hiui les bands guerrillass, com-
muinistes forment une parties s6par'ie mais relative-
ment Taibhle .dies forces de guerillas 'qui oomnibattent
Les Hollandais A Jiava. Les 'orgaanisations die mass'e-
qu'ils avaiilent pr6alabiete.nt origanisbes sont ruin'ees.
et W'ont pas 6lt reconstituees.
En Malaisie, entire 1945 et 1948, les communists
paralyserent l'economie malaise. En juin 1948,
les icomimlunistes se transformnerent en une bandle-
ide guerillas minenant unie iguerre < sans lchaussures >
dams les Junges contne' lies Aniglais. Leur nombre
est lestinid A a n ohiffre .qui ne dipasse pas 7.000. Ils
constituent un nrouvenent punemaent ichinois avec dels
contacts. faibles onu nuts avec la amajoritk ide la po-
pulation malaise. En se retirant pour coanbattre' ,dans.
la jungle, ills perdienit leurs 'aptitudes A !gn.er le .nen-
demaent en i6tain et en icaoiutclhouc. Les igrines d'ins-
pliration cotmmanuiste ise tieTminjent et la production
monte ~ en fl6chie .'
Au Siam, le Parti communist est en grande parties
< une creation de la propaganda officielle siamoise >
don't le dessein est double :
,offrir une excuse taux briimaides die la cornlnunaut-
chinoisje iet gagner la symipathie et lie soutien (de-
prrfMrenoe sousi formle d'argent) des Etats-Unis. II
y a quielques iooanmuinistes chinois au Siamn et quel-
ques Siamnois com,!munistes, mais ancun mouvenent
d'importance significative n'est encore ,apparu.
En Birmanie, les Communistes, divisis en deux.
factions rivals, sont en rebellion centre le Gouver-
nement birman.
Is ont unie forcile total d'environ 5.1000 hommies.
sous l'es armes et ,disposent d'un nombire d'e parti-
sains timites 'dans queliques districts rurnaux. Le Gou--
vernement qui a essay d'appli!quer ane tpolitique
agraine progressive est violiemimient nationalist et
gaichede tenidance. L'insurrection coauniuniste, ,dans
ce cas encore plus iclairemrent ique dans les autres, se
Sprsisenta sons la formle d'une volont6 d.lib6rle de-
Gourvernnement ou de destruction.
Aux Philippines,
aa priincipaile force comimuniste est concentre-
.dans le mouvemient insurng paysan connu sous le
.nom d3e Hukbkaalahap qui se ,d&6velopp'a A partir de la
r6sistanoe anti-japonaise p.endiant la nguerre. On dit
,que les < Huks > 'disposent die 20.00)0 A 300.000 hom-
mes, aveec un soutien p,6ripherique id'lenviron 200,0)0
paysans plhilippins edans l.es proviinces situ6es dans.
Ie icentrine de Lucon. Loe Gouvern.emient continue a
meneir une lntite indiicise contire eux pendant quie sa
propre 'corruption intirieuee igagne une sympathie
populaire 'croissante aux < iHRUks ai die la part de









populations qui, au moins diei leur propre oaveu, ne
se iconsid4rent pas comnnme coomnministes on sympla-
thisants comnimunistes.
Dans I'l;de, les Communistes contr6lent une fi-
,ddration syndicate minoritaire et quelques organisa-
lions paysannes disperses.
IUs soont etntrs en iconflit awec e Gouvernemnent dii
Panidit Niehr'u et sont prosicrits ,dans diverse's pro-
vinces. Le p:arti lest ienicone, pietit let il n'y a plas de
possibility qiu'il prenne une influence dkilcisive ,dans
un avenir irapproildh. D'autre part, le Gouverneirment
actujel dle I.'nde .semible, piea susceptible' de s'atta-
quer de fagon efficace aux prolbl6mes soaiaux et 6co-
noimiques id l'Inde. Le grand prestiique personnel
,de Nleihru e.st hours dte, proportion av!ec sies capacity
rhelles ide ihef. Les r6ialits soiales menagantes
dans lindle idiivisBe offirent pen d'aplpui A Ia athse
.suivant 'laquelle l'Inde., oest, -ou pourrait devenir, un
<< leimnpart 'contri e lcommuniisimie. i,'.
(< Newsweek ,, 9 mai 1949). 4.727

Pendant un sidcle, I'Asie a constitud un systime
de pays vas:saux sous le control de nations occi-
dentales.
Cet < Arncien Rigime >> de l'Asie mdridionale a
dtd le produit de l'impdrialisme occidental.
Le centre strat6gique ide I'Asie maridionale, qui
est en 'outre sans comparisonn possible sa parties la
pius import ante, test le' sousncontinent indien. La
souiieirainoetd ibritannique 'dans I'Inde a eu de nom-
breux aspects pieu brillants : le 'pillage, an courts des
premieres arinnes, exploitation eiconominque A cer-
tanmes p6riodies, la 16thargi.e A d'autres .6pioques. N6an-
moins elle, :i 6difi6 dans i'Indeo la totality die Y'ap-
pareil d'unie ssoicit6 lib6rale olocidentale.
En outre, elle a transformed I'Inde par < l'exercice
de l'influence >>.
,Sous oe lerme petut rtne IrbsumI6e la toltalit6 des
efflets ,oulturils, soiciaux et 6ionolmiqures d'e I'impact-
de la ,civiliisation britannique sur :'lnde. L'unie des
consitquenices les plus importantes ide. ceette influence
a L6t I'appaaition d'une classic imioy3enne...
Soes mieibibnerss etaiient les sierviteurs des nouvelles
institutions cir66es sons la souiverainetM abritannique :
mninist6res, I ribunaux, university's, maisons 'die conm-
merce, professions. IUs parlaient anglais ;et dans unle
grande. mesuire piensaient com(mle les Anglais.
Cette classe moyenne se rdvila plus habile que
I'aristocratie frangaise ou russe d faire passer le pou-
voir dans ses propres mains.
Le nation'ilismiee, arrivant dans l'Indle len prove-
nancae d'Europe, lui donna la vi;gu'eur et l'appui dies
masses n6cessaires po-ur renvieirser le Raij Britanni-
que. Par .Pa'.agitation, elie' propagea tiellement de res-
senti nlent centree l'autoritd britannique parni un si
grand nombre d'Indiens que I'exercice 'de celle-ci
,devint impossiblie.,'sinon an moylen d'actes de force
tet de violence auxquells le iGouvoernemnent britanni-
que n'6tait pas .dispos&6.
Le cas de Ceylan est celui qui rtssemble le plus
i celui de l'Inde.


Commie 'dans cie ,dernier pays unse classes mioyenne
instruiite ,sie. d6vie'loppa et ir6clamra le pouvoir politi-
que. Les Ginighalais autoclhtones ,ont eu un contact
plus long et plus 6troit aavee lOcicildent contact
qui a comnmenc4 aivee les Portugais que les. habi-
tants ,des autres parties ,de 'Asie. iCiest pieut-tne pour
icette raison que,' e progrbs politiique de. Ceylan a Wt6
nmoins 'orageux que ieelui de l'Indse..
Par centre, la Birmanie n'a pas rdussi d crier une
forte classes moyenne.
,1 y lea t A oela diverses raisons. C,e territoire nesta
boeanuoup moins lonigteanps sons.la squ'verainet6 bri-
tannique ; la Haute Birmanie ne piendit son ind6pen-
dance qu'ien 18186. II n'y avait pas .eu antarieurement
de, tradition 'hirmane' ,dans l domaine des affaires et
au fur et A mlesure que le commercee se d6veloppait
il tomba entne les mains ,des I'ndiens qui affluailent
en provenance' de la Rssiidence de aIMadras. iLe natio-
nalislie binmian, bien que coinimlenganf A se mani-
'fester plus tand quie l'inidiien, Tft aussi Aloquent et
turbulent. Mais les piartis nationialistes '6taient omn-
pos6s punemient et simplemlent die poiliticiens ; ils
n'i'taient pas associ6s, 'commiei Ie GCo'nrrbs National
Indieen, A un grand appareil de vile bourgeoise, aux
soci6tes juridiques, aux dhalmlbres de comnmeirce, aux
banques, A une pnessie: puissiante, aux univiersit6s et
aux maisons de comrimlercie A tendanoes conseirvatri-
ces.
En Malaisie,
plus de 2; millions dihabitants 6 taient des Chinois
dots d"une armature isociale, ,d'iidies iet d"habitudie.s
correspondent subistantilellemlent A celles, die la
Qhiine proprerment dite. Les 21 millionss die Malais
vivant sons une! sorte die' regime if&odal ayant a sa
t6te dies sultans mrusulimans ne produilsirent pas une
classse moyenne .anglicis6e ; ,quant aux 800.0100 In-
diens, c'6taient en majeure parties dies 'coolies non or-
jganis s, un proletariat agriicol'e dels plantations d'h6-
vbas. La Mialaisi.e se trouvait done Ai l'aca'rt die la'
civilisation lib6trale du reiste de l'Asiie ritanniqpe.
A Java,
eigalement, une classes moyennne loocicidentalis:ie soe
d4veloppa let .ce flurent lies leiad.ers bourgeois qui s'in-
sinubrent an poovoir lorsiquie lesi Japonais eurent ca-
pitul6 oet avant le retour des Hollandais. II ren fut die
m&me en Indoichinie of une classes mioyennie annamite
pourvue cdune culturee! parisiennie, assieiz praoaire prit
le comimandement des hostilit6s qui sie poursuivent
encore contrie les Frangais.
Ainsi, dans les parties britanniques de l'Asie4, les
Anglais ont laisse, en se retirant, le pouvoir aux
mains de classes entidrement occidentalisees. Puis-
que l'Inde continuera d'etre la region decisive de
l'Asie miridionale, il semble done que l'Occident
n'ait jamais itd aussi fort en Asie qu'au moment oi
il en part.
La crainte que ces Indiens occidentalisis ne soient
pas capable de maintenir le system liberal sembla,
au lendemain de l'octroi de -l'indipendance, sur le
point de se justifier.
... Pendant quelque's seimaines i'antoriti, s'e!ffondra
dans les regions frontalibres de 'Indie et .du Pakis-









tan ; les atrocit.s, la sauvagerie iet les massacres d6-
paas-rent oen horreur tout oe. que, rapplorta la press
o(Qcidentalie. L'Inde du xvIII si dle 6tait revenue. A
la vie. Ce qui fut 6tonnant, ,ce fut le r6tablisseiment.
En r6imposant l'ordre, M. Nehru, M. Patel iet les
fonctionnainies indiens accomplinent plus que ce
don't on les ,cnoyait oapabless. L'Inde reprit le dessus,
pace que ses institutions ,se! rOlv16treit, A Ifprieuv.e,
plus slides qu'on 'ne 1'avait penss. La machine
continue A fionctionnier, bien que snrmien'ie et len-
,doan(mnag6re, diu fait ide. isa vitessel acquise. Avec le re-
d:Tesseaient les 'diriggeants ide ltIndie et du Pakistan
se sont mis iA appliquer -des programmes de rec.ons-
trauction qui transformeiront leurs pays dans un
grand nombrine de domainies, imais sielon 'des systhines
defendant et pr6slervant tout ce qu'appsrecie 1'Occi-
dent liibral...

En Birmanie, le transfer du pouvoir a dejd about
h un veritable ddsastre.
... Si la Birmanie pursuit son dan.gereux glisse-
rment actuel, il pourrait se fire que la respionsabi-
lie ide I'arrStier incomlbe A aunie! Inde iqui, s'6tant sau-
v6e lelle-tmcime, peut ,galeimlent sauiver seas voisins.
A Java et en Indocthine le transfeirt de pou voir
des gozuverneimients aux parties natiionalisties n'a pas
6t6 aussi facile qu'en Asike, Britannique. I1 se pour-
rait qu'e les .616ments lih6raux .de leurs societes
soient .dtri~uits a cns cos de la lutte pour I'bian'ci-
pation. Mais beaucoup Idie .ce iqui a Ut6 icr,66 par les
Hollandais iet par les Francais survivra.
Au premier abord, il peut done paraitre come
tres !possible que la classes moyenne sud-as'iatique
perpetue la socidtd bybride et libirale crede par I'im-
pact de l'Occident.
Mais il ne faut pas ignorer deux dangers.
Le: premier danger r6sidle dans la nouvelle orga-
nisation international de 'eAsie milridilonale. Pour
l'ancien rleigim.e imip6rialiste .toit le sad de I'Asie
avait ,constitnat une soulie, entit en. vue de la defense.
La puissance s uprsme 6tait la Grande-Bnetagne, ba-
s6,e su'r 1'Inldle. Tout d'abard les IHollandais aux Indies
N.erlandaises et les Frangais en Indoichine avaai-ent
,et, en rivalitW avee lteis Britanniiques mnais finalement
ils finent enter tacitiemieent leurs colonies. dans ce
Imlnm e syst`me. Au centre de celui-ci se trouvait
1'Ind.e oh F'union .des resasourcles hbritanniques et in-
dien.nes enigeindrait unte: force stalbilisatrice qui
rayonnait sur la region de l'Ocean Indien. La marine
britannique tenant les.mers. Entne les pays colonists
de l'Asie m6ridionale et les Elmpires russe iet chinois
du nord s'etiendait ui ne s'te. de petits Etats noimina-
letment indiependants tiels que l'Afjghanistan, le N6pal
let le Thibiet. Ils ont lt6 couInpar6s au glacis situS a
l'ext6rieu'r d'un.e iforteresse..
Aucune de ces conditions n'existe plus.
L'Asie 'm6ridionale est ssiclelptilbile d'Atre, dans les
prochlairies dA6eades une region ainssi instable que
I'Eunrope et aussi adonn6e. aux rirvali.ts nationals et
A une apprehension g6n6rale. Un tel climat risquite
d',tre la mort d'une civilisation li'bbrale. II l'a a
rmoiti6 tu6e en Europe,. II pieut firee pine encore en
Asie.


La second menace provient du communism.
Abstraction faite ide toutes les autres causes l'ac-
croissement !extravagant ,de la population dans toute
i'Asie m 6ridionale encourage lie communism. Dans
1'Inde la population auigmiente ide 5 millions d'indi-
vidus par an, en Inidonesiie dilun million. La piroduc-
tion agriicole reste plus oun moiins constant. L'indus-
trile ,est stagnante et, mamie .si lelle coinnaissait un
grand lessor, elle 'ne pourrait snuffine a l'exc6drent
toujours croissant de la population. II en r6sultera
des standards de vie :en baisse' et ,des rapports tendus
ientne ;propriitaire et lernmiier, conditions qui ont
amenA lies ico-mltmunistes a leur position actuelle en
Chine.

La civilisation libdrale est faible parce qu'elle
consiste en institutions et en conceptions qui ont tei
importdes en Asie et qui ne ddcoulent pas de son
propre passe.
Elles sont conformies A la nature de la classes
moyenne mais cel'le-ici ,est eelle-irmi oe exotique. Au-
dessus die la classes amoyenne, Ihi~ritibre ides puissan-
ices imperialistes, die nouvelles olass.es mnontent iet
disputent lie pouvoir ipolitique. Ces aclasseis ne sont
pas diu tout oclcidentalisiAes. Ellies sont composes die's
imncaniciens, des petits ifonctioinnaires, ides ,ontre-
maitrnes, ides petits grants, ide l'immlense armne ide
sousoirdres qui acicomipagne un 6tat induistriel. Ceux-
1a n'ont pas U&t A Oxfordi ou .A Cambriidge et n'utili-
sent pas la lan.gue d.e la li'6rale Angleterie. Seis
id6ees les laisse.nt froids. Sii.ces classes-1h acquibrent
Ie pouvoir, elles pieuvent briser le lien avee 1'Oc-
,cide.nt.
;Enfin, au sein ide la classes moyen.ne ledle-m6me iI
y a un sclhismie. L'lite intellectuelle de l'Orient,
produnitle. par une siociAtI lilbre, rhaagit ico'ntre cette
sociktA tout icommae cela, s'elst iproduit dans 161te
intellieec.tuellie en Europe. Une grande parties die la
classes mioyenne ireste loyale aux idleies lilbiralles mais
une autre parties Aprouve .des idouties.

Ce que la civilisation libdrale en Orient a de mieux
a espirer c'est gue ses tenants restent en union cul-
turelle intime avec les societes libirales du reste du
monde.
En face du K.olminfor.m une international libirale
pent se dnesisler, blien que sales a liens, par le faith quec
ice sont des iconcieptions et des sympathies, puissent
Ztre beaucoup plus iimpailpabiles, quie, .eiux des com-
.nunistes. Mais I'affinitA intiellectuelle diei l'Asie
lib6rale ;et de 1'Occident peut-elle icontinuer apres
la cessation ides liens politiques. ? L'ocidientalisation
de la g6n6ration actuelle, elle, par exlemple, ,dle
1'lite intellectuelle indienne est le resultat de' 150
ans d'uniion politique Atrotite entiree la Grande-Breta-
Igne et 'Indie. Les id&,es .sont les racines die la vie
politique et la parties e de 'Asie miaintenant Amanci-
pCe d6vieiloppera ses propres idaes. Mais elle sera au
moins partiiellement influieincee par I'Occident. LI
measure dans' laquelle elle le sera d'pendra die. 'op-
portunite ret die. la force d'attraiction dles id6Aaux que
l'Occildent sie .cr6era au coutrs de la periode A viernir.
( Pacific Affairs >, mars 1949) 4.753










B LE QUATRILME POINT

La suggestion du Prisident Truman d'dtendre
.l'aide americaine aux territoires sous-developpis du
monde attira l'attention sur le fait que l'on connais-
sait trWs peu les possibilities pratiques d'un tel pro.
gramme.
Unme, contribution d':importanoe restreinte mais tres
utile A 1'itude du proibl6me ,dienseminblie a Wt6 publi6e
par L'Institut dies Etudes Internationalie's die Yale
sous form e d'un memorandum. (( Les Territoires
sous-devieloppe6s : leur industrialisation. > L'autieur
M. J.IH. Adler, 'met en 6viidenice lies principles diffi-
loulites communes a tous lies projiets relatifs an d.6ve-
1opplEanent industries des Territoiines attar'ds. > Dans
tous ices tLirritoiries, il existed un has. niveau .de vie,
et Ire volrumel de 1'Epargne domestiique 'est A la fois
,extramemie.nt faible et souvent th6saur-isE pl ut6t
qu'investi. Dans tous ces, pays, 'Ie volume dies in-ves-
tiss.elments n6cessaires et iprojet6s lest 6nonrme corm-
parativament au revenue national, let dev'rait pour une
parrtilei importtante. tre ifoiurni par l'e'xterieiur. De plus
l'6(ihleJje des plans renad I'intervention gourvernemnien-
tale quasi inevitable. Pour ides raisons die prestige
national, en iguisle 'de premier pas viers 'ind'6pien-
dance, les Territoires. sonu'sd6eve'lopps insistent es-
sentielleowieist sur l'industrie louridie : un haut four-
neau ien feu lest plus lessentiel a l'ongueiil national
que ides plantations sources de noiurritures..Les au-
torites igo.urv.erneementalesi siont les seudies A mime -die
concevoir et die' mener a Ibien les investissements
nBcessaires, et 'les agencies gouivernementales, sont
4galelme'nt ]es seutles agenciess 4 "'&tranlger let agencies
interieurines) A s'int6e'ss'er aux projectss A long tierume
in.disp'ens'abllies qui sont generalement sources die' fai-
bles profits.

Un autre risque, sur lequel I'O.N.U. seule attire
'attention, est le danger d'inflation dans le passage
des territoires sous-djvelojpds aux economies plus
dvoludes.
Belaucoup die, plans. dd'investisselments c'r6ent un
nouveau proletariat urnbain, qui rie.oit des gages re-
lativement 1iervis *qui'il c endche A 'd,6pensier en am6-
lioration de loigement, en, niourriture d'origine locale
elt enn biens de 'consolirmnation imports. ,S'il n'y a pas
de contrNle le!ffelctif sur la consolidation, ii s'ensui-
vra un inv''stissemient important idans le logelment,
une ir6duction du surplus des denrdes alimentaires
,exportables, et une id6t6rioration dlu icommrer.e, ext6e-
rieur, r6sullant 'diu 'di6ve'vloppiement dies importations.
Oe triple r.esuiltat lest susceptible .de durer queelque
temps 'dans tous ices territoires indiustrialisbs, car les
nouveaux i a iestissemients d6te'rmineront rarement
un flot adequate die biens de icon'somim'ation avant une
decade. rCiela siignifie .que les Territoines avec leurs
ambitions 'loivent accepted commne partiie de hle.urs
plans nie inflation continue idans laiquelle seals l es
prix elev7bs et Ie freinalgei dles salairiess penuent raien-
tir la consoinaiation'. Le proc,essus a ,t& vu l'r Ioeuvne'
au M~oyen-Orient et adans ,quelques, parties .die 'Ami-&
riique Latinie, let ,on 'ne' ipeut pias mlioonnaitre lesi dif-
fiicut's poulil iques qui sie posient ien cle moment.
(< Economist ), 23 avril 1949). 4.692


Dans United Nations World, M. William Thorp,
Secrdtaire d'Etat adjoint aux Affaires economiques,
explique d'abord, dans un long article, pourquoi
l'Amerique a song d assister les pays arridris.
... NNous nous rendlons compete que nos institutions
'ec.oniomiques, sociales et politiques nouss ont Blev6s
au nivieau d'e ivi:e. ie plus, BlemC qui soit connu dans
Ie mondie. En mnkme temps, nous savons qu'e des
milliers ,d'h omm.es dans, d'autres pays mieurent de
faim dhaique ann6e, ,et que. la noiti6 'des .charruaes uti-
disdes dans le mnondee sont en ibois. Nousi savons que
quielque chose colmime 810i % des automobiles du
moonde sont aux Etats-Uni's jet que' seule ine faible
fraction die la population ,du ronde a ente.ndnu un
post .de radio et seulement une parties extrmiement
failble ,du mondiel un poste de tle6vision...

D'autre part, les peuples des territoires sous-dive-
loppes isont maintenant << au courant de la situa-
tion >.
Ils ont vu des gravures, ont lentendu r'aconter des
histoires on m6mie ,ont vu dies indiviidus qui 'de toute
evidence posssdaient un standing social sup&rieur au
lelur. Lerurs groups politiques, ainsi que l'e font par-
tout lies groups politiquesi, leur ont parlii d'amdlio-
ration de ileur situation. Its sont devenus insatisfajits
.de leur vie ancienne de pauvret. let 'famine let cher-
dhent une situation anieilleune.

L'economiste est attire par le fait que le develop-
pement iconomique des pays arridres
p.ut apporter une solution au problbmie' auquel
ont A fire facieli ]a fois l'E'urope' et les. EtatstUnis, die
d~s6iquilibre de leur n conrmieuce. iext6rieur avec le re!ste
du monde ; et le spilcialiste politique pensie aux re-
lations elntre la iniisere 6lconomiique ert les possibility
'die l.a ddmaigolgie.

Lorsqu'on en arrive au probleme de l'industria-
lisation, le probldme-clef est de savoir comment
amener dans le circuit les vastes resources de l'in-
dustrie amdricaine et du capital prive americain.
Les Etats-rUnis se sont prdoccnup6s de cie problanme
en silgnant des traits d'aimnitiE, 'de commerce' et die
navigation qui d6finissent slur la base de la ricipro-
dcit6 le tfralitemient que dhaque pays idoit acicorder
auix citoyens 'de l'autne,. Des traits de ce genre qui
donnent aux ttr;anigers des assurances quant a leur
traiitem'ent dans, un pays ,donn,, ssont trds imp.or-
tants lorsqu'i'ls pr6voiient non aseuilielment des measures
concernant lies voyages et le comnm'eerce, imais encore
,orsiqu'ils d6finissent plus Ipir6ciisemient la situation
de I'investisserment i6traniger. Le p'roglns iconomi-
.que est facility par toute nr6duetion din nombre ides
incertitudes du monde :et ces traits prncisient avec
clart6 ce A quoi les pr:lteurs strangers pieuvent s'at-
tendre.

Dans un pays qui regoit l'aide dtrangere, il est
possible qu'un conflict surgisse entire le ddsir de dd-
veloppement et l'esprit nationalist.
'Ce problime 'devra 'tre r6solu par ichaque pays
ien foinction ide she's ,doundnes politiques propres, mais
ii est important de se raippe'ler 'que pour beaucoiup
'de territoires, le diveloppement industries seraa neila-


'57









tivemoent nouveau, let le territoire seran incapable .de
ioiurnir !e personnel dirigeant 'exip6riment6i. I serait
tragique que, d'une ifagon g6n'braler, il ifaille utiliser
du personnel de directionn recrIut, localetieent et que
cette politique arr6te) peut itrIe l'afflux de capital
qui constituerait le seul moyen de d6veloppemnent
,d'urn personnel ide Direction. iLe probl&me s'iest dej6i
(pose dans bien .des icas. C'esit dans ice .domaine quieo
Dlexp&rience provenant dies pays plus id6velopp,6s pent
avoir la valieur la plus grande.
Ce que craignent les priteurs amiricains, c'est la
politique future du Gouvernement du pays stranger


a l'egard du capital stranger, c'est aussi le pourcen-
tage s'il en existe selon lequel les bdndfices peu-
vent etre rdalises en dollars.
Ce sont IA les problmtes quie doivent sie poser
maintoenant les pays qui id6isivent sincerement un 4d6-
velopipement iconomiique, Quellset assurances sont-ils
prets A donnier ? Nous ne .suilgg6rions ici aiucunie at-
titude particuli6re, si ice n'est une politique' non .dis-
criminatoire, let la volont6 'de reloonnaitre que le ca-
pital eost utile let m6rite un traitemient correct, qu'il
vienne de la 'MOtropole ou dLu dehors.
(a United Nations World >, mai 1949). 4.748


II. EMPIRE BRITANNIQUE


CONFERENCE DU COMMONWEALTH

Les relations a l'intdrieur du Commonwealth, qui
se ddroulaient a la cadence tranquille d'une confe-
rence imperiale tous les dix ans ou 4 peu pris, se
sont trouvies bien accdlerees...
Rien ne pourrait mieux mettre en valeur I'impor-
tanoe de l'ordre ddu jour que le fait ique les Premiers
Ministres d'Australie et de Nouvelle-ZWlande se sont
absentbs & lai veille de campagnes 6leictorales g6ne-
rales, 'et que le Dr Malan s'est 6loign6 d'Afr'ique du
Sud A un moment de grave situation interieure. Le
probl6me urgent qui les a r6unis A Londres se pose
ainsi : la nature du Commonwealth est-elle assez
malleable pour permettre a 1'Inde .de r6aliser son
ambition id'obtenir le statute de r6publilque, tout en
demeurant au sein du Commonwealth ?

En octobre dernier, la conciliation du republica-
nisme indien avec le Commonwealth prit une forme
pratique. La conference du Commonwealth d'octo-
bre 1948 mit en evidence 3 choses :
Tout d'abord, la question .de quitter le Coammon-
wealth ou d'y demeurer est .consid6rbe comme pos-
s6dant une urgence plus grande pour ,'Inde que pour
les 'deux nouveaux Dominions asiatiques.
DeuxiBmemnent, il apparait que le Gouvernement
de 1'Inde 'n'acicepte de anigocier que dans des limits
trBs 6troites.
En troisi6me lieu, 11 est clair que les membres ori-
ginels du Commonwealth, en particulier 1'Australie
et la Nouvelle-Z6lande, voient tout ajustement cons-
titutionnel qui modifierait radicalement la position
'de la Couronne avec une defiance considerable.

Bien qu'il n'y ait pas deux des 8 Gouvernements
h avoir des vues identiques, tous espirent qu'on trou-
vera un moyen permettant a l'Inde de demeurer
inembre du Commonwealth.
Diverses propositions ing6nieuses ont 6t6 faites -
par example que le Roi soit nomm6 PrBsident de la
R6publique indienne, les functions effective de chef


de l'Etat 6tant exerc6es par un vice-pr6sident .6lu -,.
que les citoyens de la R1publique indienne reCoi-
vent la citoyennetd 'du Commonwealth, le Roi 6tant
le premier citoyen .ou plus simplement, que tou-
tes les nations memibres proclament qu'il existed une
,chose tell que le Commonwealth et iqu'elles lui ap-
partiennent toutes, les unes en tant que monarchies,.
Jes autres en tant ique r6pu'bliques.

Mais I'affaire n'est pas aussi simple. La difficult
reelle reside dans le fait que le nouveau symbol
d'unite doit igalement itre acceptable pour les pays
strangers et la loi international.
Chaaque pays du Commonwealth a des traits :de
commerce avec des pays rangersr, garantissant &
oes pays strangers, en ice qui concern les tariffs
douaniers et autres matibres, un traitement aussi fa-
voraible .qu'A tout autfe pays. Si les nations du Com-
monwealth deviennent 6trangbres 1'une a l'autre an
regard de la loi international, tout le syst6me ibti
sur la pr6f6rence imp6riale s'Bcroule. Ce systnme ne
s'est maintenu ,que grAce A la reconnaissance par les
autres nations du caract6re non stranger des nations
du Commonwealth a I'6gard l'une 'de l'autre, en rai-
son de leur al'lgeance A Aun m.&me Roi. Beaucoup
dde ces nations'n'ont accept 'cela que ide mauvaise
grAce. 11 en est ainsi spbcialement pour les Etats-
Unis...

Si le Roi n'est plus la preuve legale de l'unite, il
en faudra trouver une autre qui satisfasse les tiers
parties.
D'autre part, il existe entire les membres du Conm-
monwealth une obligation spdciale d'assistance qu'on
ne retrouve pas dans les relations entire des Etats
ordinaires.
... C'est une obligation entire eux de se traiter dans
un esprit de iconfiance total et non pas ,de m6fiance
Lointaine faisant preuve de la plus extreme bonne
foi et attendant de la part des autres une semblable
contre-partie. C'est, (pour eux, 'une oobligation de
conserver les rapports les plus constants et les plus
intimes. C'est, 6galenment, une obligation .de fair









preuve de tolerance plut6t que de suspicion. II serait
.absunde de demander A une 'quelconque nation de
s'en'gager les yeux fermbs envers les autres nations,
sous pr6texte iqu'aucune d'entre elles ne peut pr6ci-
ser les terms .de engagementn. NManmoins, aucune
nation ne peut etre accueillie au sein idu Common-
-wealth A moins que les .autres memnbres n'aient une
confiance g6nCrale idans son comportement...

Est-ce que la reduction de la signification du Com-
monwealtk, qui, a un degrd plus ou moins grand,
sera necessaire pour conserver la participation de
l'Inde, affaiblira de facon grave les liens entire les
membres criginels ?
Est-ce rq.tie les t6l6Agrammes secrets et iconfidentiels
circuleront aussi librement parmi les nations du
Commonwealth si elles sont huit, qu'ils le faisaient
lorsqu'elles; 6taient cinq ? Est-ce 'que les nations .du
Commonwealth accepteront de partager leurs secrets
entire huit pays ?
Est-ce que le Canada acceptera de donner acc6s
aux installations de recherche sur le plutonium, A
Chalkriver, aux observateurs indiens, pakistanais,
cing.halais, sur le mbme plan qu'aux observateurs
britanni'qui's ou australiens. Si la reponse A ces ques-
tions comporte qqueliques hesitations, extension du
Comamonwealth de cinq A huit en affaiblira la portee
pour les cinq ptiisque tout systeme dualitaire, tout
syst6me icomportant une confiance s'uprieure et in-
f6rieure, apparait clairement comme devant Stre
impraticable. II est 'difficile de formuler ces ques-
tions avec tact...

Ce sont ces deux points,
.. la volont. d'accepter ides responsabilites a
1'gard -du reste du Commonwealth et '1'aptitude A
inspire ule confiance total au reste du Common-
wealth 'qui fournissent Ie test permettant de sa-
voir s'il est profitable .de fire des efforts sp6ciaux
pour permettre A l'Inde -de demeurer dans le Com-
monwealth...

Mais, si les seuls obstacles sont constitutes par des
doutes a I'egard de l'avenir et non des difficulties
prdsentes, .il serait faux de refuser d'elargir la base
du Commonwealth.
L'histoire *du Commonwealth est une continuelle
adaptation A des circonstances nouvelles, et insisted
sur la n6ecessite du lien de la Couronne ou de la li-
mitation 'du Commonwealth aux populations ,de ra-
ces britanniques pourrait ktre une erreur de pr6vi-
sion politi.que aussi grave que I'aldhision a la thAorie
de la soui eraineti indivisible qui fit perdre lA la
Grande-Bretagne ses colonies amaricaines et qui
*trangla prnesque' le Commonwealth au berceau...
(< The Economist ., 23 avril 1949). 4.680

Pendant que la conference sidgeait i Londres, la
Neue Ziircher Zeitung analysait la situation creee
par la decision de l'Inde de devenir une Ripublique.
Le Roi cst bien le chef supreme .de chacun des
Etats du Commonwealth, mais il ne fait pas la
moindre tentative pour s'opposer a 1' < avis >> que


les diff6rents Premiers Ministres lui communiquent
r4gulierement dans les questions r6clamant la d6ci-
sion royale. I1 n'y a jamais eu de conflictt entiree le
Palais royal de Londres et l'un quelconque ,des Gou-
vernements -des Dominions.

La coutume s'est de plus en plus implantie qu'il
y ait pour Gouverneurs Gineraux des ressortissants
du Dominion intiressi et non plus des imissaires de
Londres.
Lorsqque, par hasard, le Gouvernement britannique
6tait en mnesure de presenter une personnalitd6 de
premier plan qualifi6e pour le post de Gouverneur
GAn6ral, les Dominions s'en montraient reconnais-
sants ; ice fut Ie cas, par exenmple, lorsque le poste de
Gouverneur Gendral fut occupy par un membre de
la maison royale, conmme le due de Gloucester en
Australie, ou par un chef militaire c61cbre, comme
le marechal Alexander au Canada. L'Inde elle-mbme,
apr&s avoir obtenu son ind6pendance, se montra
dispos'6e A accepter comme Gouverneur G6neral lord
Mountibatten, le dernier vice-roi, ,qu s'6tait fait ap-
pr6cier a 1'oocasion de l'organisation de 1'Etat in-
dien ; aprbs son retour en Angleterre, son poste fut
repris par un hom:me d'Etat indien, Rajagopalachari.

D'autre part, la prerogative qu'avait le Conseil
d'Etat secret de Londres de statuer en tant que Tri-
bunal Supreme du Commonwealth est igalement ha
l'agonie.
Cependant, il reste une maniere de vivre commune
et des liens dconomiques puissants.
Les concours financiers, par example, que l'Aus-
tralie, la Nouvelle-Z6lande et surtout le Canada, ont
apport.s a Ja m',tropole dUreiment .6pr-ouie a la fin
de la guerre, ont t plus qu'un geste amical. Ils mon-
trent le dssir de s'aider mutuellement dans la me-
sure des forces de charcun. Si 'l'Inde compete, aujour-
*d'hui, sur d'importantes livraisons en parties A
credit de la part de l'Angleterre, ide I'Australie
'et du Canada pour arracher A la misere ses masses
indigentes au moyen d'une industrialisation rapid
et de F'am6lioration de ses m6thodes agricoles et
pour les soustraire ainsi au danger de I'extr6misme,
elle sait bien 'que son retrait du Comimon'wealth
n'entrainerait aucun boycottage.
Mais elle n'ignore nullement ,que, lorsqu'il s'agit
de rapartir une quantity litmitCe de products essen-
tiels ou d'autres 'denrses rares, ce sont les membres
'du Commonwealth iqui ont la priority. Elle voit les
avantages economiques que procure le ifait d'appar-
tenir A une entity, economique d'une grande enver-
gure et d'autre part les dangers .de la solitude, de
l'isolement.

Si done on analyse les forces unissant le Common-
wealth, il apparait que la Couronne n'est pas le
facteur ddcisif.
Le Commonwealth est uni par des liens spirituels,
politilques, rconomiques et stratigiques qui ont
trouv6 jusqu'a present leur expression dans 1'union
personnelle du Roi, mais qui ne perdraient rien de
leur efficacitA: si cette union 6tait remplac6e par un
statut ne nuisant nullement a la monarchie dans les









Etats qui la reconnaissent tout en permettant A des
RipuLblicains d'exister dans le cadre Idu Comanon-
wealth. Telle est la raison profonde de l'optimisme
,qui r6gne chez tous les participants de oette con-
f6rence des Premiers Ministres.
(, Neue ZUrcher Zeitung 24 avril 1949). 4.705

Tous les journaux anglais du 28 avril ont announce
< qu'apres une semaine de discussions, une formule
simple, s'adaptant au probleme constitutionnel de
l'Inde, avait ete trouvie >.
La nature ;du lien unissant 'le Commonwealth est
exposee dans le statut de Westminster de 1913i11. Cet
instrument id6clare ique les nations amembres sont
unies par unne al-ligeance commune A la Couronne,
,qui est le symbol de leur libre association. Com-
ment une R6publique pourrait-elle admettre F'all&-
geance a une Couronne ? Et, si elle ne l'admet pas,
comment pourrait-elle rester meanibre du Common-
wealth ? Voici la solution mqui a 6t6 trouv6e : l'Inde
accepted le Roi come le symbol de association
libre des nations membres et, en cette quality, come
le chief du Colmoionwealth. Jusquieit l, le statut dip
Westminster est intact et on trouve m6me un echo
de ses propres terms. Mais il n'est pas fait mention
d'une allegeance sp6cifique au Roi. C'est li que r&-
side la nouveaut&.
(e Yorkshire Post ), 28 avril 1949). 4.699

De son c6td, le Daily Telegraph ecrit .
La formula que l'on vient de trouver est la sui-
vante : 1'Inde deivient effectirvement uine Ritpubli-
que, mais accepted le Roi < icomme le symbol de la
libre association des nations ind6pendantes faisant
parties du Commonwealth et, A ce titre, comme le
chef ide celui-ci >>. Une phrase gu.re moins impor-
tante Ctablit, en ce iqui concern les autres membres,
que < leur .appartenance au Commonwealth ne se
trouve pas modifiee >>. Cela denote non seulement
que le problem du statut de l'Inde a Ut6 resolu, mais
encore que d'autres Etats, qui auraient certainement
ete rtrouble:s et anxieux au sujet de leur propre sta-
tut dans le cas oft celui de 1'Inde n'aurait pas ete
r.6gl6 de la sorte, sont maintenant tout h fait decidies
de continue comme par le passe.
( Daily Telegraph ., 28 avril 1949). 4.690

La declaration du Commonwealth a ete accueillie
cordialement par les deux Chambres du Parlement.
L'unit6 de tous les parties britanniques raisonna-
bles sur cette grande question est, par consequent,
.assur'ee, et l'on peut peut-ftre ajouter ique la reali-
sation de oette unite constitute un progress dans l'at-
titude des deux parties principaux. Par example, si
queliques Socialistes devaient ktre tents de lire .dans
les anots .de M. Churchill iun aveu d'une ierreur de
sa part au .sujet de 1'Inde dans le pass., ils ne de-
vraient pas oublier a quel point ils ont eux-memes
renie, dans de nom'breux actes de leur politique im-
pEriale et colonial, l'attitude anterieure d'un grand
nomibre ,d'entre eux A l'6gard ide I'Empire britan-
nique, qu'ils voulaient autrefois ( liquider le plus
t6t possible o. En *ralit-, i'une des principles rai-


sons de se rljouir h propos du present accord, c'est
,qu'iill laisse aux seuls Communistes -et apparentes les
vieux slogans diffamatoires sur 1'exploitation im-
prialiste et capitalist. Si 1'Inde a reconnu la valeur
,du Commonwealth, le Gouvernement socialist ac-
tuel ide Grande-Bretagne l'a reconnue 6galement...
(a The Daily Telegraph, 29 avril 1949). 4.704

A l'inverse du statut de Westminster, relive 'Eco-
nomist, la declaration publide a l'issue de la dernidre
conference du Commonwealth precise qu'une modi-
fication dilibiree dans le fondement du Common-
wealth va maintenant se produire.
... Le Gouvernement de l'Inide a inform les autres
Gouvernements .du Commonwealth de l'intention du
people indien de fire de 'Inde, aux terms d'une
nouvelle Constitution, une Ripublique ind6pendante
souverain.e. Le ,Gouverneiment .de l'Inde a, cependant,
d6clare et affirm. le d6sir de 1'Inde de continuer sa
pleine association au Commonwealth des nations et
d'aocepter le Roi comme le symbole de 'la libre as-
sociation des nations ind6pen.dantes membres et, a
oe titre, comme chef du Commonwealth. Les Gouver-
nements ides autres pays du Commonwealth, don't le
principle de association au Commonwealth n'est pas
de ce ifait modified, acceptent et reconnaissent le
maintien de la participation de 1'Inde come mem-
bre en accord avec les terms de cette d~elaration...
II est regrettable que les Premiers Ministres se
soient volontairement bornis 4 un communique aussi
bref.
En premier lieu, les sujets 6pineux, icitoyennet&
'commune, accords d.fensilfs communs, pr6f.rences
imp.eriales, reglement ides querelles existantes au
sein du Commonwealth, ont 6t& passes sons silence.
Or, si ces difficultis reelles n'ont pas eit riglies,
alors le communique ci-dessus n'est pas un document
historique mais un simple verbiage.
En second lieu, il faut reconnaitre franchement
,qu'il ne s'agit pas d'une declaration constitution-
nelle, mais politique. On ne voit toujours, pas com-
ment la Ripublique de l'Inde peut accepted le Roi
< come 1e symbol de la libre association des na-
tions meanibres et, A ce titre, comme chef du Com-
Imonwealth >. Actuellement, le Roi est le lien com-
mun idu fait .qu'il .est le chef de l'Etat dans chacun
des huit pays. II n'existe pas d'autre conception
philosophiuque ou 16gale qui donne au Common-
wealth ce caractere d'entit6 juridique. < Symbole >
est un terme de r6thoriique qui n'a aucun sens legal
dans un pays quelconque.
Troisinmement, ii conviendrait d'admettre fran-
chement ique le nouvel accord entire l'Inde et le Com-
monwealth cr6e un pr&c6dent auquel le Pakistan,
Geylan et l'Arinque du iSud pourraient ventuclle-
ment 6tre incapables de resister.
II est possible que le, Commonwealth finisse
avec quatre monarchies et 'quatre r6publiques as-
sociees entire elles d'une facon si tonue, qu'il serait
impossible ide savoir si la noiuvelle (formule a 6clair&
ou assombri les perspectives de 1'avenir.
Enfin, la valeur de cette declaration dipendra des
actes de ceux qui I'ont signee.









... H est hautement encourageant que 1'Inde ait
affirnm6 son intention de poursuivre sa pleine as-
sociation au sein du Commonwealth. C'est peut-6tre
la nouvelle la plus r6confortante pour la parties li-
h6rale du monde depuis le diseours de M. Marshall
A Harvard. Mais c'est entierement du sens que l'Inde
et les sept autres nations lui donneront que d&pen-
dront les repercussions d6finitives dans 1'avenir...
(' The Economist >, 30 avril 1949). 4.700

Pour Time and Tide, I'accord de principle auquel.
est arrive la conference du Commonwealth semble
presenter les caractiristiques suivantes
L'Inde continuera A reconnaitre la Couronne
comme le symbol unificateur de I'association du
Commonwealth tout en jouissant en tant que R6-
publique id'ane ind6pendance souveraine int6rieure
complete. .e Pr6sildent de la R6publique indienne
agira pour le Roi dans les relations avec les pays
strangers. Ainsi, la nouvelle structure du Conmmon-
wealth sera multi-nationale et comprendra des
royaumes et des rppubliques, combinaison qui n'est
pas sans example dans l'histoire des Empires et des
associations internationales. iLe terme de Dominion
oessera d'Itre employ. Les membres du Common-
wealth 'd&sirant continue A accepted la suzerainete
du Roi porleront le nom de royaumes, << royaunme
d'Australie i, par example. Ceux qui ne le voudront
pas porterotat un autre nom, celui de << R6publique
de U'Inde > par example.
rLe Roi .apparait done, A un double titre, d'une
part en tant que symbol unificateur de I'association
du Commonwealth, .chef et premier citoyen de' en-
semble 'du Commonwealth et d'autre part souverain
particulier des membroes du Commonwealth d6si-
reux de oconserver leur all6geance directed A la Cou-
ronne.
Le titre g6nBral de I'association sera c'le Com-
monwealth >,. Les membres d6sireux de mettre P'ac-
'cent sur l'all6geance directed qu'ils continent A ren-
dre A la iouronne peuvent utiliser l'appellation
< Commonvwealth britannique >>.

La formnale nouvelle. pose certain problimes, a
Ceylan et ain Pakistan.
II peut, en particulier, etre difficile pour le Pa-
kistan de ne pas suivre ulterieurement 1'exemple de
I'Inde, bien qu'un telle hypothese n'enthousiasme
pas ses leaders. Ceylan, de toutes manibres, semble-
rait d6sirer conserver sa position actuelle dans le
Commonwea lth.

Quant au Dr Malan, il a soutenu
le .d6sir de l'Inde de revenir unie Reputblique et se
montra 6galement partisan de l'id6e de la voir. rester
.associ6e avec le Commonwealth. On ne peut que
sie ivrer A les spi6culations en, ce (iui concern la
question die' savoir si ie' (Dr Malan,, ayant implicite-
ment obtenu de son parti le droit. de satisfaire ses
aspirations r6publicaines, se contentera de ce droit
et n'insistera pas pour le transformer en acte ou
bien s'il se sentira encourage A suivre l'exemple de
M. Nehru...


Il reste h voir
si la nouvelle formule se rbvelera come le debut
de Ia d6sint6gration du Commonwealth ou si elle
fournira un novel example 'de P'aptitude britan-
nique A preserver la substance en sacrifiant beau-
coup de la forme. C'est une question A laquelle' on
ne pourra repondre avec certitude ni maintenant ni
dans le proche avenir...
(o Time and Tide r, 30 avril 1949). 4.720

Pour le Sunday Times, la nouvelle declaration a
peu de valeufprobatoire.
N6anmoins, ,deux de ses aspects sont de bon au-
gure. Premierement, en d&pit ,de nombreuses in-
fluences contraires, c'est FInde qui, dkli'b6nment, a
pris\les devants en affirmant son d6sir de conserver
intapte sa participation au Commonwealth, et en ac-
ceptant le Roi comme chef. ,Le contrast avec i'Ir-
lande est tres significatif. Deuxi6mement, apres ce
d'bat ouvert et amical qui est la m6thode adopt6e
par le Commonwealth, la decision que l'Inde et les
sept autres partenaires ind6pendants demeurent unis
en plein accord en tant que memibres libres et 6gaux,
est la conclusion unanime. 11 ne pourrait y avoir
meilleure preuve de leur reconnaissance de la va-
leur unique du, Commonwealth et des graves dan-
,gers qui s'ensuivraient si on le laissait se briser.
((( Sunday Times ), 10 mai 1949). 4.698

Dans l'Inde, seules I'extreme-gauche et la droite
ultra-nationaliste se sont opposes au nouvel accord.
La position .du Pakistan a 6t6 clairement .exprim6e
par M. Liaquat Ali A Londres. Le Pakistan ne se
prononce pas pour le moment sur son future statut,
mais son enthousiasme pour le Commonwealth dB-
pendra directement de la consideration active et de
Ia cooperation don't front preuve ses membres A
son 4.gard. Le Pakistan, .et jusqu'i un certain point
I'Inde, sont d6sireux de savoir quelle est Ia subs-
tance r6elle des liens du Commonwealth, Idans quelle
measure ils peuvent computer sur une assistance 6co-
nomique, technique et militaire, et ce qu'on attend
d'eux en contre-partie...
Au Canada,
la nouvelle formula a 6t6 aocueillie avec encore
plus d'enthousiasme qu'on ne s'y attendait peut-
etre en raison du fait qu'elle marque le triomphe
de la doctrine de Mackenzie King sur 1'extr6me sou-
plesse...
Aux Etats-Unis,
tant il est vrai que le vent a tourn& au course de
la dernirre decade, le New York Herald Tribune a
6crit que le novel accord << est hautement desirable
du point de vue am6ricain. I1 pourrait se r6v6ler
avoir autant de valeur pour les Etats-Unis que pour
les Britanniques ou pour les Indiens... >
En Australie et en Nouvelle-Zelande,
l'acceptation a 6t& temp6r6e par l'aversion envers
un accord qui semble remplacer le statut de West-
minster, mais on y reconnait que les int6r6ts indiens
et ceux des antipodes sont plus 6troitement lies
qu'auparavant.
(, The Economist >, 7 mai 1949). 4.724









III. LES COLONIES ITALIENNES


Parmi les sujets figurant a l'ordre du jour de l'As-
semblie ginerale de 1'O.N.U., l'un des plus impor-
tants itait l'avenir des colonies italiennes.
Avant l'ouverture ide la session de l'automne der-
nier, les gouverniemients de la Grande-Bretagne, de
ia France let les Etats-Unis 'ont tous annonck qu'ils
dd6siraient voir la Somalie Italienne revenir a l'Italie
en tant que pays soumis a la tutelle de I'O.N.U. En
ce qui concern la Libye, on tient maintenant pour
assure et l'Italie elle-meme l'admet que la
France recevra un mandate sur le Fezzan, qu'elle
occupe depuis la fin de la guerre, et que la Grande-
Bretagne recevra un mandate sur la CyrBnaique. II
ne rest par consequent A r6gler que le sort des deux
territoires de la Tripolitaine et de 1'Erythree qui po-
sent tous 'deux des problimes particulirrement dif-
ficiles.

En ce qui concern la Tripolitaine, les Francais
sont d'avis qu'elle doit itre rendue a l'Italie, avec tu-
telle de I'O.N.U.
Is ,pr6fereraient ce programme A tout autre pro-
grampme instaurant l'indbpendance arabe pour la-
quelle les Tripolitains ne sont certainement pas
prets et qui pourrait facilement avoir des effects per-
turbateurs sur les Territoires francais de l'Ouest.
Ils le pr6fereraient 6galement A une tutelle britan-
nique (bien qu'il ne soit pas question de celle-ci en
ce moment) car une amire experience leur a appris
que les m6thodes francaise et britannique d'admi-
nistration colonial n'ont rien A gagner d'un voisi-
nage.

II existe de puissants arguments qui militent en
faveur d'une tutelle italienne.
La Tripolitaine est un pays d6sertique-qui exige
avanit tout la mise en valeur de son sol. C'est cette
tAche que 1'Italie avait entreprise avant la guerre
avec une 6nergie et une habilete considerable et
qu'elle est maintenant pr&te a poursuivre grace aux
efforts patients d'un people de paysans. Ses reali-
sations dans cette tache d'amendement sont compa-
rablie.s aux meilleuires r6alisations acecoimplies par les
Britanniques en Afrique ou par les Juifs en Pales-
tine. Bien que, sous le r6ginme fasciste, la plus grande
parties de cet effort'ait WtA dploybe en faveur des
colons italiens, administration italienne en Tripo-
litaine n'6tait pas aussi mauvaise que la propaganda
1'a parfois d6peinte. MWme maintenant il se manifesto
peu ou point d'hostilit6 parmi les Arabes A 1'Agard
.des 40.000 Italieans denmeur6si 'dans. le territoire, pour
la plupart de simple paysans don't le genre de vie
ne differe guere de celui des Arabes eux-mkmes.

L'Erythrie constitute un probleme encore plus dif-
ficile, car, dans ce cas, un autre pays a le droit
d'exiger d'etre consulted.
L'Ethiopie a Wte envahie deux fois par l'Italie a
partir de l'Erythree en 1894 et en 1935, et ii n'est
pas exag6r6 de dire qu'elle considere 1'Italie avec la
mbfiance qu'6prouve la France A 1'gard de 1'Alle-


magne. L'Ethiopie revendique 6galement la parties
des hauts plateaux don't les habitants ont une 6troite
parent& avec la population du Tigr6 et appartienneilt
A l'Eglise copte. Par ailleurs, tous les Erythreens ne
sont pas chr6tiens et ils ne sont nullement unaninies
a d6sirer l'union avec l'Ethiopie. Abstraction fate
des 25.000 Italiens qui Vivent encore sur le terri-
toire et qui seraient profond6ment ulc6r&s d'Atre
places sous la suzerainet6 italienne, plus de la moi-
ti6 des habitants sont des musulmans de .diff6rentes
races. *Certains' d6sirent I'ind6pendance et les Da-
nakils de la bande c6tiere prefireraient l'administra-
tion italienne.

La proposition britannique de placer l'ensemble
de I'Erythrie sous la tutelle ithiopienne pendant une
piriode de dix ans a toujours semble base sur une
conception exagerie des capacitis ithiopiennes.
II 6fait illogique qu'une nation ayant elle-m&me
si grand beisoin d'ailde iet d'instruction se voit Idon-
ner le control sur un pays comptant un grand nom-
bre de races et de religions don'tt certain habitants
sont plus 6volubs que les Ethiopiens eux-memes) et
poss&dant une ville < europ6enne >> hautement civi-
,lis6e comee Asmara. 'L'Ethiopie est fondue A r6cla-
mer des revisions idiel rontirres Vqui lui donneraient
la parties de 1'Erythr6e peupl6e en majority par des
hr6tiens copies de race et culture ethiopiennes. Elle
r6clame 6galemeient un acices A la mer avec des droits
sp6ciaux en ce qui concern les ports d'Assab et de
Massaouah. Cependant, la masse de l'Erythr6e de-
vrait rester pendant quelque temps encore sous la
tutelle des nations plus AvoluBes.
(a The Times ., 22 mars 1949). 4577

En Erythrie, remarque le Mercati Coloniali, on
n'a pu enragistrer aucun ivinement mantrant les
bonnes intentions de l'Administration occupant et
du Gouvernement de l'Ethiopie voisine.
A cette administration nos compatriotes r6sidant
dans ce territoire imputent en grande parties I'in-
supportable situation 6conomique, l'atmosphrre
,d'oppression Ipsychololgique, la sensation dins&cu-
rit6 don't tout le monde souffre et qui se refl6te dans
tous les aspects de la vie ; au gouvernement 6thio-
pien ils attribuent la propaganda annexionniste
extrmement intense et l'impression de terreur sous
.laquelle on vit aujourd'hui, sp6cialement dans les
zones frontaliires.

En Somalie, il en va diffiremment.
Le changement radical de directives et de per-
sonnel, effectun par le gouvernemenlt britannique
apres l'enqutte men6e A la suite des graves 6vnne-
ments de Mogadisque a port ses fruits : une detente
g6nerale s'est produite et le travail a 6tW repris, bien
qu'A un rythme tres rdduit apres tant de destruc-
tions et l'exode d'un si grand nombre d'Italiens, dans
les zones agricoles et les centres habits. L'6conomie
est moins entrav6e qu'en ErythrBe, bien que se mou-
vant &galement au milieu de mille difficult. Les









pritentions 6thiopiennes n'6veillent pas la moindre
,preoccupation, car elles arriv'ent att6nukes par la
brousse aride semi-d6sertique de l'Ogaden, et la pro-
pagan-die d'Addis Abeba n'a pas la mnoindie prise sur
les indigenes.

En Libye, igalement, la situation s'est amilioree.
En effet les elections administrative ont eu lieu
en Tripolitaine et, sp6cialemient A Tripoli, oiil'ef-
fort 'de la propaganda anti-italienne a Wt le plus
fort et of existe une veritable olasse intellectuelle
arabe, elles ont donn6 un r6sultat nettement favo-
rable aux 616ments pro-italiens. MalgrB toutes les
men6es on voit croitre le d6sir de cooperation en-
tre Arabes et Italiens et se r6pandre la conviction
que ce n'est que par une entente 6troite avec l'Italie
qu.e le pays pourra esp6rer r6cup6rer tout ce qu'il
a perdu dans tous les domains au course des der-
nitres anni:es et s'acheminer vers l'autonomie.
(a Mercati Cdloniali ), 91 mars 1949). 4.647

A la veile de l'ouverture de la nouvelle session des
Nations Unies, les positions paraissent itre les sui-
vantes

Cyrinaique
(Superficie : 30,0.000 miles carrs ; population
250.000 indigenes pour la plupart Senoussis). On est
g6n6ralement d'accord pour que la tutelle soit con-
fiee A la Grande-Bretagne en.raisornde la promesse
faite auk Senoussis.
Cette promesse fut faite A cause des atrocit6s en-
dur6es par les Senoussis quand les Italiens les sup-
primerent a la suite de la guerre 1914-1'918. Leur
Emir Idris-el-Senussi s'enfuit alors en Egypte et
lorsque 1'Italie eut d6clar6 la ,guerre en 1940 il leva
une force d ans -e ed6sert Libyen pour aider Jes Bri-
tanniques' ien que 1'Angleterre se trouvait alors
seule.

Tripolitaine
(1315.000 miles carrgs, non compris le Fezzan;
750.000 habitants comprenant 410.000 Italiens). C'est
lA que reside la plus grosse difficulty. Les Frangais
proposent une tutelle italienne mais les Anglais et
les Am6ricains, quoique sympathisants, se deman-
dent si l'Italie dispose de resources suffisantes pour
prendre l'afl'aire en main idans un proche avenir. II1
est possible qu'ils proposent A l'Asseemlbl6e de re-
tarder la decision pendant un an encore.
Parmi les autres id6es sonmises figurent soit une
tutelle americaine (suggestion am6ricaine), une tu-
telle conjointe de plusieurs puissances pour la Tri-
politaine et la Cyr6naique places sous administra-
tion britannique.

FeZZan
(Environ 244.000 miles carries y compris les ter-
ritoires mililaires italiens du Sud ; 40.000, habitaIts).
Cette region est, pratiquement entierement d6serti-
que avec sai population clairsemne r6unie surtout
autour de quelques oasis.
Du consentement g6n6ral elle ira probab'ement
aux Francais, qui l'administrent actuellement. uls


l'occupent depuis la mnarche fameuse du fGln6ral
Leclerc A travers le desert depuis le Lac Tchad pour
rejoindre la 18 Arm6e britannique pres de Tripoli.
Erythrie
(15.750, miles carr6s ; 7150.000 habitants compre-
nant 25.00-0 Italiens). Diverses solutions ont 6t6
mises en avant, bases sur le fait que la plus grande
parties de la population est Abyssine de race et de
religion (Coptes chr6tiens), les autres, dans la pro-
vince occidentale, sont surtout des Musulmans.
La Grande-Bretagne et l'Amerique sont en faveur
de l'annexion par l'Abyssinie a l'exception de la
Province Occidentale qui devrait &tre r6unie au
Soudan. Les Frangais proposent un trusteeship con-
joint par la Grande-Bretagne, l'Am6rique, la France
et l'Italie. L'Italie voudrait un trusteeship commun
anglo-italien.
Somalie
(194.000 miles carries ; plus d'un million d'habi-
tants y compris 9.00 Italiens). On admet g6Anrale-
ment que cette colonies devrait etre place sous tu-
telle italienne.
On pense que toutes les propositions avanc6es par
la Russie A 1'Assembl6e G6n6rale auront pour but
de faire 6chec aux puissances occidentales.
(((Continental Daily Mall -, 9 avril 1949). 4.633

Lors de l'ouverture de la session des Nations
Unies, on constata que la Grande-Bretagne, la France
et les Etats-Unis n'etaient d'accord que pour deman-
der le retour de la Somalie a l'Italie.
Les Etats-Unis sont pr&ts A soutenir la demand
des Britanniques selon iaquelle ceux-ci se verraient
confier. la tutelle sur la Cyr6naique mais i'ont pas
d'id6es tres claires sur 1'Erythree et n'en ont aucune
Sau sujet de la Tripolitaine. Le gouvernement britan-
nique est toujours enclin peut-&tre d'une faqon
quelque peu moins confiante A donner la plus
grande parties de 1'Erythr6e A 1'Ethiopie, bien que
cqla reviendrait A placer une petite minority. ita-
lienne et une grosse minority musulmane sous 'ad-
ministration de 1'Ethiopie.
11 n'a, lui non plus, auclne proposition A faire
pour la Tripolitaine mais il est dispose A rester 1A
comme puissance administrante pendant encore
(( iquelques ann6es ,.
La France, d'autre part, insisted toujours pour que
la Tripolitaine soit rendue A l'Italie sous tutelle et,
peut-6tre en -r6ponse au refus britannique de soute-
nir cette solution, ne s'est pas encore engage' sou-
tenir la revendication britannique sur la Cyr6nai-
que, m6me alors que le gouvernement britannique
ait d6jA soutenu la revendication franchise sur le
Fezzan.
(a The Times n, 12 avril 1949). 4.643

Le spectacle de ce disaccord, note l'Economist,
est plus attristant que celui de I'habituelle scission
entire l'Est et l'Ouest.
II ny a vraiment pas d'le'xciusie pour justifier l' chec
des trois puissances du Pacte Atlantique ,A trouver










une politique commune. Si elles sont arrives A un
compromise sur l'Allemagne, il vaut vraiment la
peine qu'elles en fassenlt autant pour 1'Afrique., Au
point ofi en sont les choses, elles ont jou6 plusieurs
tours A la Russie et donn6 l'impression tout A fait
inutile du cynisme et de l'indiff6rence A l'6gard des
sentiments soit des Italiens soit des habitants indi-
g6nes. Elles ont permis A M. Gromyko de se poser
comme le meilleur ami de tous les Arabes qui d6-
sirent l'ind6pendance de la Libye, et de tous les
Africains qui r6clament l'ind6pendance n'importe
oft en Afrique. Elles lui ont permis de miser sur la
vari6t6 et 11a confusion de leurs propositions au
point d'effacer des mi6moires l'opportunisme qui
avait marqu6 les propres propositions successives
de la Russie au sujet des colonies...
(< The Economist o, 16 avril 1949). 4.656

En presence d'une telle situation,
il est inutile de dire A quel point 1'opinion publi-
que italienpe se f6licite de ce que la question de ses
colonies n'ait pas 6t6 resolue il y a quatre ans et de
ce qu'elle n'ait pas 6t6 trancihbe avec la signature du
trait de paix. Qui plus est, devant le fait que le
temps pass a influence si favorablement attitude
du gouvernenient am6ricain on voit mnme se mani-
fester en Italie le d6sir de nouveaux ajournements.
Le temps travaille pour nous, paraissent se dire
les Italiens ; laissons-le .done passer sans crainte ,.
( Arriba )i, 17 avril 1949). 4.669

Au milieu d'avril, les discussions aux Nations
Unies mettaient en lumiere une prdfirence mais
pas encore l'indispensable majority des deux tiers -
en faveur des propositions anglo-amiricaines.
R6sumin brievement, ceci signifie une pr6f6rence
pour que la Cyr6naique soit administr6e sous man-
dat britanniique (avec lie Fezzan adimini'str par la
France) ; la Somalie administree par l'Italie ; l'Ery-
thr6e Orientale annex6e A l'Ethiopie ; et la Tripoli-
taine laiss6e en instance une anane encore pendant
laquelle on pourrait peut-Stre trouver une solution.
La disposition de 1'trythr6e Occidentale semble
constituer un probl6me qui n'est pas encore r6solu.
A cet 6gard, le Ministre des Affaires 6trangeres 6gyp-
tien A Lake Success a propose qu'6tant donn6 que
les habitants de cette region sont des Musulmians,
le pays doit Rtre incorpor6 au Soudan. I1 a 6galement
demand& que la ville de Bardia et le plateau de Sol-
lum soient compris A la suite d'une rectification de
frontiure dans le territoire 6gyptien.

Personne, dans le monde occidental, n'appricie la
proposition russe, selon laquelle
les colonies italiennes .dans leur ensemble de-
vraient 6tre places sous une tutelle directed des
Nations Unies. I1 faut remarquer que les Russes
avaient autrefois soutenu la th6se italienne ; ceci se
passait avant la d6faite du communism aux der-
nitres elections italiennes. Ils sont maintenant re-
venus A l'id6e d',une administration international.
A part'diverses autres considerations, la principal


objection A une administration des Nations Unies est
qu'un mandate multi-national est une administration
qui ne peut pratiquement pas fonctionner. On trou-
verait peut-etre une porte de sortie dans le cas.
de la Tripolitaine ou m6me de 1'Erythr6e en les
plavant sous un m'andat de o 1'Europe Unie *.. IL
y a beaucoup de choses en faveur de cette ide --
aussi bien sur le terrain de administration prati-
que que par rapport A sa valeur symbolique. Mais,
une telle idee, bien entendu, serait v6h6mentement
combattue par la Russie.
(a Time and Tide i), 23 avril 1949). 4.678

Aucune solution du probleme des colonies italien--
nes n'apparaissait cependant possible aussi long-
temps que les Puissances occidentales ne seraient pas
arrives a se mettre d'accord entire elles et a s'as-
surer l'appui du bloc sud-am.ricain.
Un accord intervenu entire M. Bevin et le comte
SforZa sembla rdunir ces conditions et, par suite,
parut capable d'obtenir la majority des deux tiers a
l'Assemblie gdndrale.
Le plan pr&voit le netour ,de la Somalie l'Italie
(seul point sur sequel l'accord des trois puissances
avait d6jiA 6tW r6alis6), le partage de 1'Erythr6e entire
le Soudan et l'Abyssinie (avec des sauvegardes pour
la population italienne existante), une tutelle bri-
tannique sur la Cyr6naique et une tutelle francaise
sur le Fezzan. La Tripolitaine ferait retour A l'Italie
mais pas avant 1951, sous la forme d'une tutelle de.
dix ans, au bout desquels les Nations Unies auraient
le droit de recommander l'unit6 et 1'independance-
de la Lybie si une tell measure semblait convenir,
(( Spectator -, 13 mai 1949). 4.742

Le retour de la Tripolitaine a l'Italie est propose,
en parties pour plaire A l'Italie, en partiese pour
apaiser les craintes francaises de l'ind6pendance
arabe et en parties pour gagner les votes des pays de
l'Am6rique Latine. De tout cela il peut paraitre im-
probable que cet accord soit le meilleur du point de
vue de la Tripolitaine. Mais ce n'est'pas n6cessaire-
ment vrai. II y a toujours eu un fort courant pour
une tutelle italienne A condition que la main-mise
ne soit pas excessive.

'Une autre objection a la nouvelle proposition con-
cernant la Tripolitaine est qu'elle ddtruira l'unitd
de la Libye.
IdWaleue'nt, sans aucun id.ouite, la- Libye doit 8tro
et sera un jour unifiee. Les Arabes et les Berbbres de
Cyr6naique et de Tripolitaine sortent du m6me bloc.

Historiquement, I'unitd de la Libye est une < con-
ception asseZ fumeuse >.
Lorsque la Tripolitaine 6tait ph6nicienne, la Cy-
r6naique appartenait a la Grace. Lorsque toutes deux
6taient provinces romaines, elles- 6taient adminis-
tr6es s6par6ment et la Cyr6naique etait unie A Chy-
pre et A Rhodes. Sous 1'Empire turc, il est vrai, la
Lybie 6tait une, en th6orie, mais en'fait se trouvait









divis6e par la distance, 1'apathie et l'insurrection.
Sous la loi italienne, le seul symbol d'unit6 6tait
la grande route c6tiere. En fait, il est beaucoup plus
grave de .sparer le Fezzan de la Tripolitaine que
celle-ci de la CyrBnaique et si la premiere est per-
mise, la second peut 6tre A peine refuse.
(c The Times ), 11 mai 1949). 4.731

Le 15 mai, la Commission Politique de I'O.N.U.
votait, par 34 voix centre 16 et 7 abstentions, les
principles propositions formant la base de l'accord
Bevin-Sfor a.
Pour le retour de 1'Italie en Tripolitaine il y a eu
32 voix. 17 puissances ont vot6 contre, 8 se sont
abstenues. C'est moins que la majority des deux tiers.
On se demand si cette clause ne pourrait pas etre
rejet6e de la resolution si le m6me syst6me de vote
est adopt par l'Assembl6e, au risque de s'ali6ner
1'appui sud-americain pour les autres resolutions.
De meme, consequence de l'objection de (( distribu-
tion du bulin >> soulev6e par plusieurs Etats, la pro-
position d'incorporer la parties occidental de 1'Ery-
thr6e au Soudan a 6tU rejet6e par 19 voix contre 16
et 21 abstentions,

On trouva significatif
que la decision la plus positive de la Commission
<36 voix centre 6 et 5 abstentions) fut celle relative
A J'incorporation du reste de 1'Erythr6e a 1'Ethiopie
sous reserve de la garantie de protection des mino-
rites et de Chlartes municipales approprimies a As-
amara et,Massaoua ofl il existe id'importantes colonies
italiennes. Pour le reste, une comfortable majority
appuya la tutelle italienne sur la Somalie et il fut
laiss6 le soin au 'Conseil de Tutelle ide imettne sur
pied les accords n6cessaires qui seront soumis A la
prochaine session ide I'Assemblee.
(aThe Times )), 16 mai 1949). 4.741

Le vote de la Commission Politique de l'O.N.U.
provoqua des troubles graves & Tripoli.
Pendant la guerre, une promesse britaninique fut
faite aux tribus Senoussis de Cyrenaique, moitit
orientale de la Libye, qu'elles ne seraient jamais plus
replaces sons administration italienne pro-
messe qui fut, en fait, consider6e par la suite com-
me s'appliquant A toute la Libye.
On peut aussi presumer iqu'il etait apr6s la guerre
dans les intentions du gouvernement britannique de
faire de la Libye un Etat arabe de plus s'acheminant
vers i'ind4pendance sous la tutelle britannique.
L'dvolution de la politique britannique s'est pro-
duite apre; les ivinements de l'an dernier en Pa-
lestine :
en raison de la perte pour la Grande-Bretagne
- de Haifa, de Lydda et des a6rodromes du Sud-
Palestinien, les services clefs estim6rent que les
bases navatles et a6riennes de la Cyr6naique 6taient
revenues indispensables ,i la s6curit6 britannique en
MWditerran;e.
Ceci conduisait A un changernent completet de po-
litique, car le Ministre italien des Affaires etran-


geres, le Comte Sforza, faisait savoir que si la
Grande-Bretagne revendiquait des droits sur la Cy-
r6naique, l'Italie ne donnerait son accord que si on
lui accordait en mm&me temps le contr6le de la moiti6
est de son ancienne colonies libyenne, c'est-A-dire de
la Tripolitaine...

SLa revendication italienne dtait appuyie par la
France, oppose a l'existence de tout Etat arabe in-
dipendant sur les frontidres de Tunisie et par le
<- Bloc >> amiricano-latin.
Et c'est, en fait, devant cette combinaison franco-
americano-latine que le Minist6re britannique des
Affaires 6trang6res s'est incline et a donn6 son ac-
cord A l'initiative (soi-disant appel6e accord Bevin-
Sforza) pour laquelle un nombre suffisant de voix
aux Nations Unies serait-assur6 aussi bien pour un
control britannique sur la Cyr6naique que pour un
contr6le italien sur la Tripolitaine.
Et c'est ainsi qu'on a eu le spectacle d'Arabes par-
courant les rues de Tripoli en criant, entire autres :
<< Vive la Russie >.
( Tribune 20 mai 1949). 4.763

Le micontentement des Arabes devait etre de
court durde : l'Assemble. gindrale de I'O.N.U. re-
fusait, en effet, de sanctionner le Plan Bevin-SforZa.
Une seule voix de plus et la parties la plus contro-
vers6e du plan clause proposant une tutelle ita-
lienne 6tait adopt6e. Cette defaite de justesse a Wt6 1'6v6-
nement du jour. Le cheveu s'est transform en cAble
lorsque 1'ensemble du plan fut mis ensuite aux voix.
Les pays d'e I'Almrique! Latino, unle fois assuirs
que lItalie n'aiurait pas la tute'lie' ide la Tripolitaine,
d'ciderent que personnel n'aurait rien. 17 d'entre
leux firent 'volte: face pour se joinidie laux blocs So-
viktiques et Arabes et A quietques [Etats iqd6pendants
pour repousser le plan par 37 voix contrie '14.
L'Assembile se trouvait done ramen6e: exactement
au point of les discussions avaient lconmlence6, sans
plan iet sans espoir d'aiocond.

Pourqioi le Plan a-t-il ite torpill ?
Parce ,que ,de nombreux Etats qui -ont r6cemmient
obtenu tear ind6pendannce. nle voulaient pas voir re-
venir i'Italie, mAmie icolmnmle tuteaur temp.oraire en
Tripolitaine et .en SomIalie.
Leuirs votes ont gonifl6i ceux diess blocs Sovi.tiques
et Aralbes pour fire ichouer ie project. irls ont sans
aucun 'doute a6t influnenaos par les, t-roubles anti-ita-
liens die Tripoli, miais mAnme sans oes troubles, beau-
coup d'entne eax auraaient votes. conmnme ils ''ont fait...
(u The Times n, 19 mai 1949). 4.752

Le refus de l'Assemblieegindrale de voter le Plan
Bevin-Sforza fournit un entr'acte opportun au course
duquel la question des colonies italiennes pourra etre
reconsidirie.
L'accord Bevin-Sforva refl6ait 'davantage; les te-n-
sions et les pressions ide la diplomatic europp6enne










qu'un d&sir dbsint&rleiss6 die fire. ce qu'il y avait de
mieux pour lies populations int6ress6es ou de satis-
faire A leur propres~ d,6sirs.
Plus que tous autres, les. Frangais dasiraient que
satisfaction soit do'nnee :A l'Italiie) en ice qui concerned
ce gqui 'constituait antreifois ses colonies. 11 est dvi-
dent qru'une Italie amie et qui se, respected A un rA'li


important A jouner dans l'avenir de I'Europe Occiden-
talie.
'ais ces considerations, pour si importantes
qu'elles soient, auraient-lellies ddf l'emportier a ce
point sur les .d6sirs si pressants et si largenment re-
pandus de la population locale ?
(( Time and Tide D, 21 mai 1949). 4.759


IV. INDONf.SIE


Personne ne s'attendait que l'economie indoni-
sienne se relive rapidement apres 3 ans et demi d'oc-
cupation japonaise et la piriode de troubles sociaux
et politiques qui suivit.
Et de ifait, jusqu"d la fin de 1,947 deux ans
aprbs la fin de la guierre la perspective .6tait d'-
icourageante. Les importations de i'Indon6sie crois-
saient irgurlirement, mais le's ilies ktaient encore
loin d'Aquili'brer leur balance. Lies exeportations pien.-
'dant le deuxieme sle'mestre idle. 19147 s',6leivrent A 188
millions de ,guilders seulemient ; ceitte, soanme cou'-
vrait A piein.e 45 % .des importations. Le ren-verse-
ment d'e situation se iproduisit pendant les aderniers
mois die, 19,47. L'amnBlionation sie' pourrsuivit rapide-
ment tout an long de 1948 let au mois d'avril de
i:ann6e diernire, les exportations rilvalisaient aviec
les iimportaitions.

Une explication partielle de la renaissance indone-
sienne reside dans le fait que l'opposition aux Hol-
landais a ite limitee a une superficie relativement
faible.
L'influenice rippublicaine nle s'est jamais exercae
sur plus du tigers de JSava, let lesi Hollandais sont
maaitres dies trois plus riches parties d'e la RApubli-
que vassiallei de Sumatra. A Born6o, dlans 1'Est de
Java iet en Nouvelle Guinoe, les Hollandais ont pu
poursIuivre sans risiqub le travail diei reconstruction.
R iuniles, ces irAigions out d6pens6 une sommie estimese
A 850 millions de ,guilders en travaux de re-mise en
6tat ,et de d6velopplement. Cet effort a At, soutenu
financiAremient surtout A 1'aide .de fonds fournis sous
fornme die ipr.ts par la rm6tropole.

Ces derniers mois, le stimulant le meilleur du re-
dressement a ite l'apport sous forme de credits et
dons en dollars de l'Export-Import Bank et dut
Plan Marshall.
Lorsque lies Etats-Unis suspendirent l'aidie Mars-
hall aux autoritis hollandai.ses d'Indon6sie, en rai-
son de 'action policire hollandaise .de d6cemnbne
ddernier, ils portrient involontairement prjudice
:aux habitants de l'Indon6sile. Indirelctemient cet arrft
frappera les Hollandais sous forme de baisse de
retvenus ; mais les Indon6siiens eux-memes ien sen-
tiront le, constre-coiup avielc une force encore plus
grande. Une autrie victilme innooente ,de cette measure
die reprisailles lest le genral 'Mac Arthura; iet il est
A prrvoir qu'il souffricra moins 'en silence que les


Indon6siens. Washington le press en effiet constam-
ment *d'olbtenir le paiiem'ent len; dollars des tissus ja-
ponais, et oe, nouveau coup le prive dle l'exp6dient
grace auquel les dollars Marslhall servaibent a cbabller
le deficit tdiei la balance commereciale japonaise.
(a The Economist ,, 19 mars 1949). 4.571


A Jogjakarta rignent la peur et l'insecurite, sen-
timents partages par les Hollandais autant que par
les Indonisiens.
Dans le ibut apparent d'impressionnier ]a popu-
lation par 1'talage de la force ihollandaisie .des pa-
troiuilles paircourient les rues principles ten tons sens
A lonigueur de joliurn6le. dans dies tanks M. 5, des, au-
tos-mitrailleuses Bren eit des Ichars blinds lde, recon-
naissance. Toutes les nuits des coups ide feu siont
tirBs A I'interieur die la ville et dans lels proichies fan-
bourigs. On a eun l'oiccasion d'entenidriel de jour les
detonations ddes pieces d'artilherie tirant des obus de
25 lives' et des ;mitraillensieis.

Pendant la nuit, ont lieu des raids de deux sortes.
Les patrouilles die la police Ihollandaise encerelent
les personnel soupconnAes diet contacts avec 1es guer-
rilleros. Les Hollandiais affirment dktenir 40 prison-
niers politiques ste element arvec un grand nonbrie
d'autres prisonniers cataloguAs cosimne < criminells >.
.Selon les sources indoinesienne's les IHollandais au-
raient emprisoninA ju'squA'a maintenant 5010 pierson-
nies au mnoins.

Les raids les plus terrifiants sont les < rampons >,
pillages executis < par des bandes de io ou 20 per-
sonnes opirant en toute impunity en dipit du cou-
vre-feu >.
Pendant la nuit du 12 Stlerier, A 1501 yards au plus
du poste mailitaine hoillandaisi, uneo de ces bancdies
munie id'un camion vida systAnatiquement six miai-
sons, travaillant le long 'de la rue pendant quatne
heures, ichargeant lie butin et tirant dies coups die re-
volver en guise die, silgnaux entire les membres de
l'exp6dition. J'eus .'occasion ide parlier A quelques-
une ides viictimes qui .dcilaraient unanimeiment quie
les pillars he ressemnblaiient pas aux soldats de 'lan-
cienne R bpublique, mais qu'ills ,6taient breancoup
mieux arms et Agaleelnent qu'ils parlaient hollan-
.dais entire .eux, habitudte peu ft6quente clhez les Indo-
nasiens repubilicains...









Pour conserver < leur position et leur puissance >>,
les Hollandais
ont balkanis6 les Indes N6erlandaises, cr6ant 14
Etats oiu lerritoires sip&ciaux 'diff6rents pour contre-
balanoer la R6publique Indonisienne. Cette. politique
a agit conimme un boomerang:. 7 Etats repr6se.ntant la
majority dbiet la population sont maintenant habitulel-
lement catalogues icomme pro-r6publiica'ins, oen ce
sens tout au moins qu'ils refusent d'acioepter u'n
reglement ipolitique 'dans leiquiel la Ripublique ne
sierait pas include de ison pliein gr, et *dans des: icon-
ditions .sal.ilsifaisantes,. Dieux .des Etats Jes plus impor-
tants, 1'Indonssiie Orientale et le Java Occidental, se
r6vBlent ,u.r clette base lies plus fortemieint nationa-
Jistes.

Les Hoilandais ont essay de neutraliser la Rjpu-
blique en la soumettant a un blocus et ensuite en
l'attaquant lors de I' < action .de police >>.
Cela aussi a agli iconmme un boomerang. Les diri-
geiants r6pulblicains 6taient interilerenment dans une
position eKtnimelnr ent prkcairie' A la veille .de I'atta-
que mnilitaire. Immanidiaitenment apres, 'les leaders r&-
pulblicains en exi' virent leur position consid6irable;-
ment renforcie en tant que syimbrolles moraux dens
aspirations; nationalists. Ni les Hollandais ni les
RB6pbi'iwoajns ne sont forts militairemeont ; il en r6-
suite une situation ind6ic.isle qui a coflt& cher aiux
deux parties,.:
Des officials hollandais ont retrace l'bistoire extrt-
mement complex du nationalism.
Avant ]a guierne le nationalism i6tait puissant
parmi lies intelllectuiels indioin6siens. mais il n'6tait pas
r:voliutioninaire.
La capitulation hollandaise stupifia les masses in-
.donisiennes et les Japonais inculquerent alors aux
Indonisiens leur conception de la < sphere de co-
prosperite de la plus grande Asie orientale >.
IEn outre les Japonais organiskrent Ct ientrainerent
'rainnrle: qui d'evint .aprds la gunerre 'armne rTp.ubli-
caline indon6silenne, con.nuie sons lies initials die
T.N.I. (Tantara Nasional Indlonesia). Aun mois de
ddcembre ldernier on attribuait A ioette arm6e un eof-
ifectif de 4'i20.00 Oho imnleis. EVilie fut, au dire dies Hol-
landais, la clelf diesi troubdeis indon&siens.
La T.N.I.. .rgnait sur lenviron un tiers de 1'Indo-
nesie et contr6iait A tel point le gou verneument indo-
nisiien qu'ele s'arrangela pour saboter tous les
accords que lies Hollandais amvailent conclus onl
taiient sur le point ide ioonclurie arvee les hommes
poilitiiques i:ndoin6si.ens. Elle hi6rita d'importants d6-
pots d'arnml:s jiapoinaises 'et ifut 'atteinte, par l'idologie
cominiiniste du! type, naitionaliste clhinois.
Il n'est pas douteux que Soekarno et Hatta aient
travailli avec les Japonais.
La R6pub:lique de Soekarno et d'Hatta fut en rda-
litd proclain6e par ie (gdn6ral japionaiis Terau.chi en
aofit 13945 et ces deux dirigeants indonesiens
SW'ont pas fait mysttre ,die laeur hainme patholoigique
a l'&gand dr. I'Amnrique pendant la guerre. >
Ces deux homes < de petite envergure >>
ont ansaati un mouvemient commnuniste mosco-


vite >, mais .ils dunent pour a ela accepted 1'aide du
mouveneent coin-munistle ultra-nationaliste de Tan
allakka. C'est .cette sorte dde communism qui trion-
plhe actuelrament...

L'effet pratique de ce melange d'influences chao-
tiques fut tel qu'en dicembre dernier,
la T.N.I. r6ussit A s'olpposer alax failble.s tentativies
de d&mobiilisation de .Soekarno et d'Hatta. En outne',
elle pro,paigeait constamment le terrorism~ e au terri-
toine non r6pulblicain. Finalemient, lorsquie. Soekarno
iet Hatta eurent fourni la pneiumei qu'ils n'avai'ent au-
cunie autorit6 sur ia T.N.I. << action ide police >
hollandaise fut ex6cutte.
(((Newsweek ), 21 mars 1949). 4.613


Pour Eastern World, les Hollandais se sont four-
voyds dans une impasse en Indonisie.
Leur piolitique et leur conduitei, ml$ne consiid6-
rees d'un point die vrule strictiemient hollandais, cons-
tituent un rconmposi6 cnurieux de mialveillance oet .de
myopie, d'outrance desiespsr.6eo et.ide simple b.tise.
Dians iear leiffort pour iconserver la plus grande puis-
sance possible et la imeilleure situation dans l'archi-
pel le plus richbe du monde, ils s6mient unle moisson
de haiine et die. violence. Ils ifont ten sore qu'A leur
depart, qui se proiduira en fin de dcompte, l'.ndondisie
sera d6dhir6e: par des divisions intestines imiplaca-
bles et cofiteusieis.

II y a trois ans, il itait difficile de trouver un Hol-
landais favorable a l'indipendance des Indongsiens.
1. lest mainteeant difficile de troiuver un Hiolan-
dais, qui n.e d6clane pas Ihauterment, en paroles tout
au moins, que I'indCpencidance indonesiennie! est son
plus cher et mrime son seal d6sir. Seulement, il db-
sire l'awcc.ordier suivant la -voite qu'il aura choisie et
il a l'intention d'agir ainsi, quiel qu'qen soit le cofit
pour aie: people indon6sien.
Ce Hollandfais aime A se repr6sientier. come ie
chef d'une fam,illIe d'ienfants indociles:. II sait le
mieux oe qui leur convient et cnteind fai're, son de-
voir...
I1 consid6re les Indonesiens confmme une foule
d'inigrats ricallcitrants qu'il doit n6animoins servir
de sa sagesse et de sa direction supirieures, m.me
s'il doit les battle ipoour Ies fine orbeir. Il s'y r6sioud
avec un air de sacrifice personnel. La condemnation
diu mondle lie d6concertie et lie renforcce dans la con-
victioun qu'il oest tristeinment incomprisi iet idoit sup-
porter dgaleimvent icette Apreuve.

D'autres Hollandais soutiennent qu'ils auraient pu
retablir rapidement la situation < sans les interven-
tions dtrangeres >.
Leur ressentimnent A l'gard dei 'action die's Nations
Unies en Indon6sie iest inversee. iLeurs journaux se
sont abaissk's A iniprimer des coimrmentaires gros-
siiers oet calonnoileux sur Jle personnel des Nations
Unies. Dans toutbes lie's relations officlielles les fonc-
tionnaires d.e I'O.N.U. sont viictimes d'une atmos-
pihbre qui lear fait sentir iqu'on les consider come
des intrus. Du point die vue ide oas Hollandais, l'af-










fire lest simple : le reiste ,du mondde nee colmprend
pas les evvnements d'Ind'on6sie. L'intervention des
Nations Unies test au nmiewux unie affaire' d'ilgnorance,
,et au pire un attentat a pieinei masqu6 (spr'icialement
en ce qui concern les Etats-Unis) pour arracher la
richesse .des Indes aux mains thollanda.ises.
En juillet 7947 et en dicembre dernier, les Hol-
landais se sont mis en champagne < pour aniantir la
Ripublique >.
'Le ri'sultat a 6t6 quie les IHollandais en travaillant
a renforcier (( la loi tet P'ordre ont compl6tement
d6truit la loi et l'ordre. Pour empiecher le << chaos )
ills ont cr,6 un itat ide fait quni resemble be:auco'up
au chaos, dans ides zones importante!s du pays. Et
ils nei reconnaisisent nullemnent 'quie oes cons6quen-
ces proviennent die leur propre 'action. D-e leur kcheic,
ils blAment les IndlonB6siens, les Nations Unies, les
Etats-Unis, tout lie, mondie vraiment, sauf eux-m&-
mes...
(a Eastern World -, avril 1949). 4.646


Cependant, pour sortir de l'impasse oil s'etaient
enlisdes *les relations bollando-indonesiennes, des nd-
gociations se diroulaient entire les deux parties, sous
les auspices de la Commission des Bons Offices de
I'O.N.U.
... La question iest de savoir si les ichefsi rtTpubli-
cains notamlment Solekarno et Hatta doivent 6tre
iattoris6s A retourner A Joigjakarta sans d'abord don-
nier l'oirdre aux gu6rillas ide cesser le fieu. On com--,
prend tr6s bien quie lies Hollandais Fefusaent -de prnen-
dire cette measure dangeneuse ide pernmettre laux chefs
de netournier dans leur icapitale d"'ofi ils ont 6t6
seiulemiient 6loignis aprs trois ans de discussions
p6nibles sans qu'o'n puisse' obtenir d'eux quelqute
< quid pro quo ). D'autre part, les anciens chefs
de la R6pu'blilque pnrtendent non sans ,raison que
tant qu'ils ne netournent pas i Joigjakarta ils n'ont
pas die .contacts avec les sieules personnalitis parmi
leurs compatiriotes qui pourraient maintenant 8tre
capable de prononcier le icesseiz-le-fet.
(c The Economist ., 7 mai 1949). 4.721


Apres des semaines de travaux laborieux, un ac-
cord etait finalement conclu entire Hollandais et In-
donesiens.
II prevoit dies comnites mixteti sons les auspices
des Nations Unies pour r6tablir le Gouvernene.nt re-
publicain a Joigjakarta et pour lui donner les facilities
mncessaires pour P'administration du Slultanat. Ses
fonctionnaires continueront a op,6ner idans lies dis-
tricts situ6s en dehors ddu Sultanat oi ils exercient
actuellemiept leur autoait6 ; et 1es Hoillandais accep-
tent de ne pas reconnaitre l'indi6p'endanoe' -de nou-
vellies zones 'dans le territoire qui 6tait place sons
le contr6le des r6publicainsi avant d6eembrae 1948.
Lorscque l'iheure sera venue 'de cr6er un organism
provisoire repirsentatif pour l'ensiemible de I'Indo-
bnsiie, les r6publicalins idevront avoir (( la moiti6 dul
nonfire total des memnb'res sans cimnpter les menm-
bnes r6publicains. >


Les Hollandais acceptent encore die mettre fin aux
operations militaires et .de rel chier les' prisonniers.
politiques.
D'autre part, il n'y a pas d'enigagemient, si ce
n'est les assurances personnelles Idu Pr6siedent Soe-
karno et du Dr ,'Hatta, 'qu e lies luttes ,de, guerilla s'ar-
r&teront, que les r6publicains qui se trouvent sur
place coll aboreront aveic les Hollandais pour restau-
rer la loi let F'ordne et que lie Gouvernemient r6pu-
blicain, un-e fois restauri A nouveau, prendra part
A la Confbrence de La Haye qui doit preparer le
transfer rapiidde die la souverainet6 aux Etats-Unis
d'Indonbsie.
Cet accord aligne la politique hollandaise sur la
resolution de janvier dernier du Conseil de Sicurite
... qui denandait la cessation idies operations mi-
litaines, la lihbiration des prisonniiers. politiques et
la restauration *du iGouvernetment republican a Jog-
jakarta.
En mars, le Conseil .dei Skcurit., constatant que
toute la force, de l'olpinion de 1'Asiie idu Sud-Est sbu-
tenait la rBsolution adopt6e A la Conference de
Dielhi condamnant la politique ihollandaisie, publiait
une nouvelle ordonnance reproichant au Gouverne-
ment n6erlandais .de manquer d'igards lenvers les
Nations Unies et ulii demandant avieic insistence de
se soiumettrie iinm6ndiatemnient A la resolution de jian-
vier...
Depuis lors,
le Gouvernemient des 'Pays-iBas a p'enclh, 'de plus
en 'plus vers la [moderation alors que aertains chefs
ri~publicains comnnprehensifs,:se seont rendus compete
que la poursuitle ide la guabilla aclheminait Java et
Sunmatra vers la ruine 'die leur &conomie.
I1 rest encore a voir si le IGouvernement de Jogja-
karta, l me fois son autorit6 r table, sera capable
die' contr6ler << l'adn'inistration de circonstance >
qui pretend agir en son nom mais qui semble idis-
pios6e a refusser tout accord, pour si raisonnable qu'il
soit, aveiec lies Hollandais...
( The Times ,, 12 mai 1949). 4.734

Consequence de cet accord, le Dr Beel, Haut-Com-
missaire en Indonesie, a remis sa dimission parce
que, aux terms de l'accord, les Hollandais s'abs-
tiendront notamment de crier des < negaras > (to-
nes federales autonomes) dans l'ancien territoire ri-
publicain.
Le Cabinet ne,rlandais a U6t& unanime li accepted
les terms idel cet accord ; cela pese pressque certai-
nement idavantage quie ne le feraient ses troupes sur
le terrain. Et dies Hollandais meritent qu'on leur
fasse credit pour lie courage politique don't ils vien-
nent de faire preeuve. Car da piersistance .de la bonne
foi dies chefs r6punliciains n'est pas lie seul risque
couru...
(a The Economist ., 14 mai 1949). 4.739

La Deuxidme Chambre hollandaise, come le
Gouvernement, a di s'incliner < devant la dure et
amere realit ,,









A savoir que les aliguments hollandaise n'ont 6veill6
aucun ehco ldieivant le forum des Nations Unites iet que
les Pays-Bas, ne poiuvaient pas se permettre die. per-
sister dans leur attitude intransigeante a 1'6gard de
ia iRp.ulblikuie let courir ainsi le. risque de se mettle
coonplt'eiment dans lne imnpasise...

Mais on se demand si les sacrifices de la Hollande
n'ont pas ete vains.
On ne se dissimnu'le pas non plus que ola premise diu
Sultanat ide Jogjakarta entire lies mains de ceaux qu'e
l'on a conmbiattu par les armies il y a quelquies mois
A peine, les; iconsid6rant come les pires nenn'emis
de la Hollaande et come ades individius, sans foi ni


loi, pourrait avoir tes r6plercussions psychologiques
les plus s&rileuses ichez les F6d6raux, leest-h-dire les
autres territoires .de l'Indo:n6sie. Lei risque -de ( per-
drie la face > est bheauicioup plus aigu qu'auparavant.
La crainte ide voir les aniciennes autorit6s se livrler
A des repr6sailles icontre lies personnies n'ayant pas
p!ris part a la lutte centre les Hollaandais ou ayant
oolla'borT a'veic ces derniiers nest pas. non plus sans
fondiemsent. Ciette icrainte est nettement confirmed
par la nouvelle sellon laquiellle lie nombnre, des indi-
vidius id6sireux de quitter Je Siultanat dei Jogjakarta
ne serait pas inifirieur A 50.1010 et (lexode massif au-
nait d6ja edmmenice...
((( Neue ZUrcher Zeitung r, 20 mai 1949). 4.771


LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUITS EN FRANGAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTES

A la Section de la Presse Etrangere, au Ministhre de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7e). (Direction
des Affaires Politiques, Pice 17, 1" Etage).
La Section de la Presse Etrangre peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, a quiconque lui en fera
la demandle, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
Le N de r6f6rence suffit a designer le document d6sir6.


N' TITRES DATES ORIGIN DU DOCUMENT


UNION FRANQAISE
L'exp6rience de pacification de l'Indochine ..........
Flrance et Viet-Nam ................................ .
)u combattant de la R6sistance au Haut-Commissaire
(M. B6chard) ...................................
PROBLEMS GENERAUX
L'Asie peut-etre soustraite A la conquete communist ...
Aucune nation ne peut avaler l'Asie ..................
Troubles de tutelle ...................................
E6lments nouveaux A propos du QuatriBme Point ......
L'Asie du Sud-Est ..................................
Le d6fi communist en Asie ..........................
Est-ce que l'Asie du ISud deviendra communist ? ......
Etude du Quatrieme Point. Position gouvernementale
U.S.A. ........ ................................ .......
Les suites de l'imp6rialisme en Asie ...................
lRecherche de nouveaux marches d'exportation ........
L[a position du capitalism am6ricain .................
LIe QuatriBm e Point ..................................

Partenaires en Asie ................................
COMMONWEALTH BRITANNIQUE
Comm onw health ......................................
Smuts contre Nehru (Commonwealth) .................
Grave preoccupation a Londres avant la Conference des
Repr6sentants du Commonwealth .................
L'Inde et les Sept (Conference du Commonwealth) ....
Une conference du Commonwealth ....................
Impressions au sujet de l'actuelle Conf6rence du Com-
m onw health ......................................
L'Inde et le Commonwealth ..........................
La Couronne et le Commonwealth ..................
Nous aurions pu conserver 1'Am6rique (Commonwealth)
Le Commonwealth .......... ....................
Triomphe (Conf6rence du Commonwealth) ............
La Couronne et le Commonwealth. La position de 1'Inde


25-4-49
29-4-49

14-5-49

14-4-49
2-49
23-4-49
23-4-49
5-5-49
6-5-49
9-5-49

5-49
3-49
14-5-49
5-49
21-5-49

20-5-49

20-4-49
15-4-49

17-4-49
212-4-49
22 4-49

213-449
23-449
213.-449
22-4-49
23-4-49
28-4-49
19-4-49


Neue Ziircher Zeitung
The Times

West Africa

Daily Telegraph
United Nations World
The Economist
The Economist
The Manchester' Guardian
Yorshire Post
Newsweek

United Nations World
Pacific Affairs
The Economist
United Nations World
The New Statesman and
Nation
The Times

Manchester Guardian
Tribune

Arriba
Spectator
Yorshire Post

A.B.C. Madrid
The Economist
New Statesman and Nation
Tribune
Time and Tide
The Daily Herald
Daily Telegraph


4.684
4.693
4.749


4.665
4.675
4.689
4.692
4.714
4.725
4.727
4.748

4.753
4.755
4.756
4.760

4.762

4.666
4.667
4.670

4.672
4.676
4.677

4.680
4.681
4.682
4.683
4.685
4.686










TITRES


N08o


4.688

4.690
4.696
4.697
4.698
4.r699
4.700
4.701
4.702
4.704

4.705
4.706
4.707
4.709
4.710
4.712

4.717
4.720
4.724
4.729
4.7,36
4.751
4.754

4.708
4.722
4.732
4.747

4.674

4.671

4.678
4.679

4.1687
4.730

4.761

4.744
4.750
4.757

4.694
4.695
4.703
4.716
4.718

4.7213
4.728
4.735
4.737

4.738
4.745

4.746
4.764


DATES


Le dilemme de l'Inde : rester dans le Commonwealth ou
en sortir ......................................
L'Inde reste dans le Commonwealth ..................
Le Commonwealth uni .............................
Le Commonwealth et le Roi ..........................
Acte de foi (Commonwealth) ..........................
Le Commonwealth et l'Inde ..........................
Le nouveau Statut (Commonwealth) ..................
L'Afrique du Sud et le Commonwealth .................
Commonwealth ............... .................... ..
Les reactions suscit6es par une realisation (Conference du
Commonwealth) .. .. ............................
Les liens invisibles du Commonwealth britannique ....
La r6daction de la formule (Commonwealth) ..........
Les relations du Commonwealth ......................
La conference des Premiers Ministres du Commonwealth
Le Commonwealth et l'ordre mondial .................
L'accord est bien accueilli (Conf6rence du Common-
wealth) .......................................
L'Inde et le Commonwealth ......................... .
Une nouvelle formule pour le Commonwealth .........
Reactions provoqu6es par la formule (Commonwealth) ..
Le nouveau Commonwealth ..........................
Opinions sud-africaines au sujet du Commonwealth ....
La victoire de M. Nehru .............................
Perennit6 du Commonwealth .........................
INDE
La Constitution indienne ... .......... ...............
Les Etats indiens ....................................
Guerre froide dans les neiges du Cachemire ............
Menace A la s6curit6 indienne ........................
PAKISTAN
Les Pathans (Pakistan) ...............................
CEYLAN
La Constitution de Ceylan ............................
MALAISIE
La Malaisie regarded en avant .........................
Des troupes anglaises vont &tre stationn6es en permanence
dans la jungle malaise ..........................
Ils font maintenant le silence sur la Malaisie ..........
Le communism dans la jungle malaise ...............
Lorsque les singes crient les bandits fuient (la guerre dans
la jungle malaise) ............................. ..
BIRMANIE
Une aide pour la Birmanie ...........................
Les peuples de la Birmanie ..........................
La chance de la Birmanie ................... ........ .
AFRIQUE BRITANNIQUE
On consulate les Africains ............................
La main-d',ceuvre en Afrique ..........................
La d6mocratie africaine ............ .......... .
Vers I'autonomie gouvernementale en Nigeria ..........
Agitation dans l'Ouganda .............................

Troubles dans l'Ouganda ..................... .........
Une experience d6mocratique (Nig6ria) ................
Les dangers qui menacent l'Afrique sont d'ordre int6rieur
Un gaspillage colossal (le plan de l'arachide) ........
Opposition m6ridionale au Gouvernement des Emirs (Ni-
g6ria) ................................. .......
Difficult6s sans nombre en Afrique britannique ........
Conception moderne du gouvernement dans 1 Afrique bri-
tannique ........................................
Afrique Centrale britannique (Voyage de M. Creech Jones)


I~


23-4-49
218-4-49
29-4-49
28-4-49
1-5-49
28-4-49
30-4-49
30-4-49
29-4-49

29-4-49
24-4-49
30-4-49
5-49
28-4-49
5-5-49

3.0-4-49
7-5-49
30-4-49
7-5-49
7-5-49
16-4-49
18-5-49
7-5-49

2-5-49
8-5-49
11-5-49
1,6-5-49

16-4-49

6-4-4'9

20-4-49

20-4-49
28-4-49
2-5.49

19-5-49

14-5-49
18-5-49
17-5-49

30-4-49
30-4-49
29-4-49
29-4-49
7-5-49

7-5-49
6-5-49
8-5-49
10-5-49

10-5-49
13-5-49

5-5-49
20-5-49


Guardian

Daily Mail


Manchester Guardian

Far Eastern Survey

The Times

A.B.C. Madrid
Daily Worker
The Daily Telegraph

Daily Herald

The Times
The Times
The Yorshire Post

The Economist
The Economist
The Times
Tribune
The New Statesman and
Nation
The Economist
Tribune
The Sunday Times
The Yorkshire Post

The Times
Continental Daily Mail

East Africa and Rhodesia
Tribune


Manchester
The Times
Continental
The Times


ORIGINE DU DOCUMENT



Continental Daily Mail
The Daily Telegraph
The Spectator
The Times
Sunday Times
The Yorshire Post
The Economist
South Africa
Manchester Guardian

The Daily Telegraph
Neue Ziircher Zeitung
The Economist
Eastern World
The Manchester Guardian
New York Herald Tribune

The Times
Time and Tide
Time and Tide
The Economist
South Africa
South Africa
Daily Telegraph
The Nation










N" TITRBE DATES ORIGINE DU DOCUMENT


AFRIQUE DU SUD
4.715 Le rapport de 1 Commission d'enqunte sur les 6meutes de
Durban .......................................... 29-4-49 Tribune
CHYPRE
4.694 Chypre ............................................. 28-4-49 Daily Telegraph
HONG KONG
4.711 L'emprise de la Grande-Bretagne sur Hong Kong ...... 5-5-49 Continental Daily Mail
4.713 Hong Kong et la Chine ............................... 5-49 Crown Colonist
4.726 Hong Kong .......................................... 9-5-49 The Manchester Guardian
COLONIES ITALIENNES
4.666 Colonies 9 I'encan ................................... 15-4-49 Tribune
4.669 L'Italie espere r6cupirer ses colonies .................. 17-4-49 Arriba
4.673. Les colonies italiennes .............................. 23-4-49 Time and Tide
4.731 Accord anglo-italien sur les colonies italiennes ........ 11-5-49 The Times
4.733 Les Somalis devant les Nations Unies ................. 12-6-49 New York Herald Tribune
4.740 Compromis sur les colonies italiennes ................. 14-5-49 The Economist
4.741 Les colonies italiennes ............................. 16-5-49 The Times
4.742 Compromis pour les colonies italiennes ................ 13-5-49 Spectator
4.743 Colonies italiennes ................................... 12-5-49 Manchester Guardian
4.752 Un plan rejet6 ....................................... 19-5-49 The Times
4.758 Les nations pusillanimes ............................. 20-5-49 Spectator
4.759 Les colonies italiennes .............................. 21-5-49 Time and Tide
4.763 Tripoli vendue ...................................... 205-49 Tribune
INDONESIE
4.721 Pas d'issue en Indon6sie ............................ 7-6-49 The Economist
4.714 Nouvelle initiative en Indon6sie ...................... 1212--49 The Times
4.739 Nouveaux espoirs en Indon6sie ......................... 14-5-49 The Economist
PHILIPPINES
4.719 Les < Hukbalahaps > sont les maquisards des Philippines 20-4-49 Arriba










COMMUNIQUES


RECRUTEMENT SUR TITRES
DANS LE CADRE
ADMINISTRATION GINIERALE
DES COLONIES

Selon un communique du Ministare de la France
d'Outre-Mer, les demands pour participer au re-
crutement sur titres dans le Cadre d'Administration
Generale des Colonies doivent parvenir, au Minis-
tere de la France d'Outre-Mer (Direction du Per-
sonnel, 2 Bureau, 2e section), avant le 31 d6cembre
1949.
Le nombre des places est fix6 A soixante.
Conditions : Io) &tre de nationality francaise;
2) &tre titulaire de la licence ou d'un dipl6me equi-
valent; 30) etre Ag6 de moins de 30 ans au i" jan-
vier 1949 (cette limited d'Age sera reculie d'autant
d'ann6es que le candidate compete d'ann6es de service
militaire ou de services civils admissibles pour la
retraite) ; 4o) &tre reconnu physiquement apte a
servir Outre-Mer.
Les candidates recrutes seront intigr6s dans le Ca-
dre d'Administration G6nerale des Territoires d'Ou-
tre-Mer, autres que l'Indochine, en quality de r6dac-
teurs de premiere classes avant trois ans.
Les emoluments afferents a cet emploi s'6lvent,
A Dakar par example, A 27.622 francs c.f.a. par mois,
soit 55.244 francs m6tropolitains. A cette solde,
s'ajoutent les indemnit6s pour charges de famille et
les majorations familiales de zone.
Les cong6s sont de six mois apris deux ans ou
trois ans de sejour outre-mer stiivant les territoires.

CONCOURS POUR L'EMPLOI
DE COMIMIS DES TRESORERIES COLONIALES

Un concours pour l'admission A l'emploi de com-
mis de tr6soreries de l'Afrique Occidentale Fran-
caise s'ouvrira simultanement A Paris, Lyon, Mar-
seille, Nantes, Bordeaux, Alger et dans les chefs-
lieux des Territoires de l'Afrique Occidentale Fran-
qaise, le 12 octobre 1949.


Un concours pour l'admission aux emplois de
commis et de pr6pos6s stagiaires du cadre commun
sup6rieur des 'Douanes de l'Afrique Occidentale
Frangaise aura lieu simultandment A Paris, Lyon,
Marseille, Bordeaux, Alger, Dakar, les 28 et 29 juil-
let 1949.

ACTIVITY
DU MUSIZE DE LA FRANCE D'OUTRE-MER
AVRI'L 1949

Entrde payantes : 13.946, pour 230.670 francs.
Entrees gratuites : 28 groups, 772 61ves.
Produit de la vente du Guide du Musde : 128,
pour 1.920 francs.
Section d'Art et d'Histoire Don de M. Briet :
2 grands f6tiches congolais. Don anonyme : I ftti-
che baluba ; I cuir d6coup6 laotien.
Section Economique : Am6nagement des vitrines;
Liaisons diverse.
Section Aquarium : Activit6 normal.

AGENCE COMPTABLE
DES TIMBRES COLONIAUX

L'Agence comptable des timbres poste coloniaux.
85, avenue de la Bourdonnais, mettra en vente, A
partir du 18 juin 1949 :
Deux timbres avion pour l'Indochine, de 20 et
30 piastres, soit au total 850 francs.

*

Le vente des timbres de la Reunion cessera a
l'Agence Comptable des timbres poste coloniaux, le
30 juin prochain et les commander devront &tre re-
tirees A cette date.
A partir du i" juillet la vente des timbres de ce
Departement sera assuree exclusivement par l'Admi-
nistration des P.T.T.


Imprimerle de I'Agence France-Presse, Paris (2-)
D6pOt 16gal. D6~embre 1948. NO 4315































































I'


Edit6 par la Documentation Frangaise

Prix du num6ro : 90 francs
Abi-ar't : six mois... 520 francs
S : un an .. 1,000 >

Souscription et vente
i la
Direction de la Documentation Frangaise
14, Rue Lord-Byron, Paris (7')
T61. : ELYsees 82-00




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs